• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Avertissement
 Annee 1843
 Annee 1844
 Annee 1845
 Table des matieres






Group Title: Laws, etc.
Title: Recueil général des lois & actes du gouvernement d'Haiti
ALL VOLUMES CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074014/00005
 Material Information
Title: Recueil général des lois & actes du gouvernement d'Haiti depuis la proclamation de son indépendance jusqu'a nos jours
Uniform Title: Laws, etc
Alternate Title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti
Physical Description: 8 v. : ; 24 cm.
Language: French
Creator: Haiti
Edouard, Emmanual, 1858-1895
Pradine, Linstant de
Publisher: A. Durand - Pédone-Lauriel, 1860-88.
Place of Publication: Paris
 Subjects
Subject: Law -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Spine title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti.
General Note: Vols. 7 and 8 edited by E. Edouard.
Statement of Responsibility: mis en ordre et publie par Le Bon Linstant de Pradine.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074014
Volume ID: VID00005
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000601735
oclc - 24146838
notis - ADD0752

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Avertissement
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Annee 1843
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10-11
        Page 12-13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
    Annee 1844
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
    Annee 1845
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
    Table des matieres
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page 544
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
Full Text
"



COLLECTION LINSTANT PRADINE


RECUEIL
GANARAL

DES LOIS & ACTES
DU

GOUVERNEMENT D'HAITI
ET


DOCUMENTS HISTORIQUES.

TOME VIII
(1843 1845)

MIS EN ORDRE ET PBLIt, EN VERTU D'UNE DtCISION
DU
CONSEIL DES SECR=TAIRES D'*rAT,
PAR
"EMMANUEL EDOUARD,
Licencid en droit do l'Ecole de Paris.


PARIS
PEDONE-LAURIEL, tDITEUR,
i5, Rue Soufot, 15

4888















AVERTISSEMENT.








J'aurais di placer cet avertissement dans la preface du
volume precedent :
A cause, d'abord, du caractere official de cette publication,
j'ai 1'obligation de reproduire avec une scrupuleuse fidWlitO
les documents qui la composent.
Puis, A tout autre point de vue, elle n'aurait, A mon avis,
cette condition 6tant negligee, aucune esp6ce de valeur.
Aussi, j'ai pris pour regle de ne jamais completer, si
convaincu que je puisse 6tre de pouvoir le faire avec justesse,
les textes oui des mots manquent; de me border a en signaler
les lacunes, quand j'en rencontre, et a dire, en notes, com-
ment il me semble qu'elles pourraient etre comblees; a moins,
bien entendu, que je ne parvienne A en trouver, ailleurs que
dans les papers que le Gouvernement d'Haiti m'a confids,
d'autres copies authentiques et inthgrales.






-12-;


Suivant la meme idWe, je n'ai pas voulu davantage corri-
ger la ponctuation souvent si defectueuse de ces documents;
je me suis applique a les donner tels quels, hors dans les cas
oi, en conscience, ce n'6tait pas possible, et alors j'ai rectifi :
c'est dans cet esprit que j'ai commence et que je continuerai
ce travail.
II va-de soi que les pieces a l'6gard desquelles je ne for-
mule aucune reserve font pleinement foi, qu'il n'y a rien a
chercher en dehors d'elles.
En outre, il faut se garder d'6tendre le sens de mes obser-
vations ou notes: elles doivent Atre prises a la lettre, stricte-
ment.

Paris, Mai 4888.


EMMANUEL EDOUARD.
















RECUEIL


LOIS


GENERAL


& ACTES


GOUVERNEMENT D'HAITI

MOMENTS HISTORIES.
DOCUMENTS HISTORIQUES.


~
-C' -;
c. ~






*._ ,-



RECUEIL GENtRAL
DES .

LIS &C A..CT ES
DU
GOUVERNEMENT D'HAITI
ET
DOCUMENTS HISTORIQUES.

TOME VIII.



ANNEE 1843.


PROJEr 'ftablissement de six coles gratuites primaires.
(Port-au-Prince, le 8 Juillet 1843.)
LibertY. On la Mort.
RtPUBLIQUE HAITIE NE.
An nom du Peuple souverain.
LE COMIT MUNICIPAL, dans le but de propager les lumi6res parmi
les habitats de cette commune, et considrrant qu'il ne pent tarder
plus longtemps A les faire jouir de ce premier bienfait de la rg&-
nAration du pays,
Arrete ce qui suit:
Article or. II sera cr66 prssentement sixecoles primaires gra-
tuites dans 1'4tendue et aux frais de la commune. Elles seront ainsi
r6parties sur divers points du territoire : deux pour la ville du Port-
au-Prince ; une a la ville Potion ; une sur l'habitation Cazeaux ;
une an Carrefour et la sixieme au centre de la section rurale ac-
tuelle connue sous le nom de Fond-Ferrier. I1 en sera cr6e un plus
grand nombre par la suite, A measure que les besoins de 1'instruc-
tion publique de la commune le riclameront.
Art. 2. Les deux ecoles de Ia ville seront destinies chacune
A l'instruction d'un sexe different; dans les autres lieux, les deux
sexes seront provisoirement r6unis dans un mgme 6tablissement;
mais il sera tenu,pour I'un et pour I'autre, des classes distinctes.
Art. 3.- 1 sera pourvu, dans ces divers lieux,au local, an mobilier,
A tons objets nkcessaires, et an personnel de ces 6tablissements.
Art. 4, I sera nomm6 por chanque ce ia directer-pro-










Juillet 1843. 6 -
fesseur et un rep6titeur. Ces employes devront, pour tout ce qui
concern administration de ces Bcoles communales, agir d'apres
les decisions et les reglements du Comit6 municipal.
Art. 5. Les emoluments des directeurs-professeurs des Bcoles
urbaines sont fixes a quatre-vingt-dix gourdes par mois; ceux des
r6p6titeurs A soixante gourdes.
II sera accord en outre un domestique pear les 6coles de la
ville, aux gages de dix gourdes par mois.
Les emoluments des directeurs-professeurs des ecoles rurales
sont fixes A cent gourdes par mois; ceux des rep6titeurs I cinquante
gourdes. II sera de plus accord un logement aux directeurs et re-
petiteurs des ecoles de la champagne.
Art. 6.- Le mode d'enseignement adoptE pour ces ecoles est 1'en-
seignement mutuel de Lancaster modify par la methode individuelle.
Des r6glements sp6ciaux r6giront les etudes, la discipline intErieure
de ces Bcoles, et determineront le contr6le public A exercer sur elles.
Art. 7. L'instruction donnee dans ces Bcoles communales sera
essentiellement gratuite ; elle ne devra entrainer adcune obligation
pecuniaire de la part des parents envers les instituteurs.
Art. 8. Un jour de la semaine sera consacre dans les locaux
des ecoles tant urbaines que rurales pour l'instruction gratuite de
toutes personnel qui voudront acquerir les premiers elements de
la lecture, de l'6criture et du calcul.
Arr&t6 en la Maison communale du Port-au-Prince, le 8 juillet 1843,
an 400 de l'Ind6pendance et le ior de la Regineration.
Sign: J. PAUL, P. JEANTON, PIERRE MORIN. J.-A. MIAMBBAU, A. ELB,
ST-AMAND, B. LESPINASSE. E. NAU, H. LUCAS, U. ERa*t, FAVARD,
T. BOUCHEREAU, L. DENYS et C. DEVIrUx.



DECRET du I1 juillet 143, sur la division du Territoire de la
Rdpublique.

(Port-R6publicain, le ii juillet 1843.) '

REPUBLIQUE HAITIENNE.
LibertO. Ou la Mort.
AU NOM DU PEOPLE SOUVERAIN.
Le GOUVERNEMENT PROVISOIRE, considerant que, pour asseoir les
principles de la revolution, il devient necessaire d'opErer une nou-










7 Jullet 1848.
velle division du territoire de la republique, afin de servir de base
aux institutions politiques, civiles; judiciaires et fniancibres que r6-
clame le pays;
Consid6rant que si, par leur position topographique, les rivibres at
les montagnes presentent des limits naturelles aux populations
qu'elles renferment, le but de cette division doit dtre, ndanmoins,
de proteger lesiAt6rats de tons et de favoriser chaque locality dans
le d6veloppement de ses moyens de prosprite ;
Apres avoir pris l'avis do conseil consultatif ;
Decrete :
TITPE IJr.
De la division du Territoire.
Article 1e. Le territoire de la R6publique est divis6 en six de-
partements, don't les noms indiquent la situation.
Ces departements sont:
Le d6partement du Sud, Le deparlement du Nord,
Le departemegt de l'Ouest, Le department de Cibao,
Le d6partement de I'Arlibonite, Le department de I'Ozama.
Art. 2. Chaque department est subdivisd en cantons, selon
I'importance des villes du department.
Art. 3. Chaque canton se compose de communes agglomrb6es
pour servir a l'6tablissement des diverse branches de 'administra-
tion publique.
Art. 4. Les communes conservent leurs limits, jusqu'a ce
qu'elles soient lgalement d6termmees.
Les bourgs qui en dependent continoeront d'en faire parties.
Art. 5. Les bourgs des Chardonnibres, des C6tes-de-Fer, de
Saletrou et de Laxavon sont 6riges en communes, A raison de leur
population.
Art. 6. Chaque commune est divisee en sections, suivant le
besoin de son administration.
Art. 7. -line section ne pourra etre Brigie on commune, qu'an-
tant qu'elle possddera une population de trois mille Ames, dent cinq
cents, au moins, seront reunies au chef-lieu.
Art. 8.- Les six departements comprennent dix-sept cantons et
quatre-vingt-deux communes, conform6ment an tableau ci-joint (1),
faisant parties du present dicret.
Art. 9. -Lorsqu'ane rivibre est indiqude comme limited entire
deux departements, deax cantons on deux comamnes, il est en-
(1) Voir plus loin, pages 12 et 13.









Juillet 1843. 8 -
tendu que les deux departements, les deux cantons ou les deux com-
munes ne sont bornms que par le milieu du lit de la riviere, et que
les deux autorites doivent concourir A administration de la riviere.
Art. 10. Si des montagnes sont d6sign6es comme limits, la
ligne de demarcation sera toujours place au sommet.
Art. 11. Les miles adjacentes qui dependent du territoire de la r6-
publique, font parties integrante des d6partements qu'elles avoisinent.
Art. 12. Une carte d'Haiti sera dress6e avec les divisions pres-
crites par le present d6cret.
TITRE II.
Des limits de chaque division.
i"r.
Ddparlement du Sud.
Art. 13. Le department du Sud comprend la parties la plus
occidentale de 1'ile, depuis la pointe des Irois, jusqu'au pont de
Miragoane, au nord, et l'embouchure de la riviere des C6tes-de-Fer,
au sud, en suivant, entire ces deux points, la ligne qui spare le
territoire de Saint-Michel-du-Fond-des-Negres et d'Aquin et celui
du Petit-GoAve et de Bainet.
Art. 14. II a pour chef-lieu les Cayes.
Art. 15. Le d6partement du Sud se divise en quatre cantons
don't la denomination et les chefs-lieux sont: Les Cayes, Jer6mie,
I'Anse-a-Veau, Aquin.
Art. 16. Le canton des Cayes se compose des six communes
suivantes: Les Cayes, Torbeck, le Port-Salut, les C6leaux, les Char-
donnieres et Tiburon.
Art. 17. Le canton de Jr6Bmie se forme des six communes
ci-aprs : Jeremie, les Abricots, Dalmarie, l'Anse-d'Hainault, le
Corail et Pestel.
Art. 18. Le canton de l'Anse-A-Veau se compose de trois
communes, savoir : l'Anse-a-Veau, le Petit-Trou et MiragoAne.
Art. 19. Le canton d'Aquin se forme de trois communes qui
sont: Aquin, Saint-Louis-du-Sud et Cavaillon.
II.
Ddpartement de l'Ouest.
Article 20. La limited du d6partement de l'Ouest part du pont
de Miragoine, en suivant celle du departement du Sud, jusqu'a I'em-
houchure de la riviere des C6tes-de-Fer; de IA elle suit la c6te jus-
qu'A l'embouchure de la riviere de Neybe qu'elle remote jusqu'a










9 Juilet 1848.
la rivibre Chico ou Mosuelo ; elle remote le course de cette rivibre
jusqu'aux montagnes don't elle suit la create, et se dirige vers les
sources de la riviere Canas, appelke Hobbe ou Calabazo; elle descend
la riviere de Canas, puis celle de 1'Artibonite jusqu'a la mer, et de
ce point elle parcourt la c6te ouest, jusqu'au pont de MiragoAne.
Art. 21. Le department de I'Ouest a pour chef-lieu le Port-
au-Prince, qui prend le nom de Port-Republicain.
Art. 22. II se divise en quatre cantons don't la denomination
et les chefs-lieux sont: Le Port-Republicain, le Petit-GoAve, Jac-
mel, St-Marc.
Art. 23. Le canton du Port-R6publicain se compose de quatre
communes, savoir : le Port-RBpublicain, la Croix-des-Bouquets,
l'Arcahaie et Neybe.
Art. 24. Le canton du Petit-GoAve se forme de trois communes,
qui sont : e Petit-Goave, le Grand-GoAve et LBoglne.
Art. 25. Le canton de Jacmel se compose des cinq communes
suivantes : Jacmel, Bainet, les CAtes-de-Fer, Marigot et Saletrou.
Art. 26. Le canton de Saint-Marc se compose des cinq com-
munes ci-apres : Saint-Marc, les VWrettes, le Mirebalais, Las-
Cahobas et Lamatte.
111.
Ddpartement de I'Artibonite.
Art. 27.- Le department de l'Artibonite est limits, an sud, par
la riviere de I'Artibonite, depuis son embouchure jusqu'a la riviere
de CAnas; par la riviere de CAnas jusqu'a sa source; puis, a l'est, par
le Mont-de-Cibao, vers la region oi r'Artibonite prend sa source. De
ce point de ligne de demarcation suit, de l'est a l'ouest, la chain
des mornes, vers la source de la riviere du Massacre, traversant
les hauteurs de Vallibre et de la Montagne Noire, laissant le Dondon
et la Marmelade au sud, Plaisance au nord, le Gros-Morne au sud,
passant aux confins onest de la commune de Jean-Rabel, jusqu'i
I'embouchure de la petite riviere des Cbtes-de-Fer. De la, cotoyant
le rivage par le M6le-Saint-Nicolas, la Plate-Forme, les Gonaives,
elle revient a l'embouchure de l'Artibonite.
Art. 28. Le d6partement de l'Artibonite a pour chef-lieu les
Gonaives.
Art. 29. II se divise en deux cantons don't la denomination et
les chefs-lieux sont : Les Gonaives, le Mble-Saint-Nicolas.
Art. 30.- Le canton des Gonaives se compose des dix communes





TA BL E-A.-TJT

des D6partements, Cantons, Communes et Bourgs de la R6publique.


DEPARTMENTS. CANTONS. COMMUNES. BOURGS ouQUARTIERS. POPULATION DISTANCE
SAPPROXIMAT VE. des obhfs-liexi
N M "ES I U N SNM n 'd e s c o m m u n e s
SNOMS. CHEFS-LIEUX. N NOMS. NOMS. NOMS. parte-
me-t. pu nblial.


2



3
Las Cayes.--.






4



5



6


Le Port-R6publioain..
7




8
I


Les Cayes .


7
8
Jdr6mie . 10
I t
12

L'Anse-a-Veau. 14
15
t16
Aquin ... ... 17
a18

19
Le Port-RBpubliUcin 0


23
Le Petit-Goave .2 :4
25

27
Jacmel . .. 28
29
30

32
Saint-Mare. . 33
34
1 35


I- I-Ii -1 -I


Les Cayes.
Torbeck.
Le Port-Salut.
Les C6teaux.
Les Chardonni6res.
Tiburon.
Jdrdmie.
Les Abricots.
Dalmarie.
LA nse-d'1lainault.
Le Corail.
Pestel.

L'Anse-a-Veau.
Le Petit-Trou.
Miragoane.
Aquin.
Saint-Louis-du-Sud.
Cavaillon.

Le Port-Republicain.
LaCroix-des-Bouquets.
L'Arcahaie.
Neybe.
Le Petit-GoAve.
Le Grand-GoAve.
LBogAne.
Jacmel.
Bainet.
Les Cotes-de-Fer.
Marigot.
Saletrou.
Saint-Mare.
Les V6rettes.
Le Mirebalais.
Las Caobas.
LamaLtte.


I

La Roche-a-Bateau. 75536
I.e Port-a-Piment.
Les Anglais.
La Pelite-lRvibre-de-Dalmarie.,
Le Petit-Trou-des RRoeasur.
Le Trou-Bonbon.
Les Irois. 63579
L'Anse-du-Clerc.

La Petite-RiviBre-de-Nippes. 1
Les Baradbres. 44478
St-Michel-du-foid-des-Ntgres.
L'Asile.
58587

Les Grands-Bois.
Pdtion.
116132



55662

Les Cayes-de-Jacmel

99108




[ 80303


242180

















351205


II II


50 lieues
52
56
62
66
72
60
66
72
75
53
48
31
35 a
23 a
33
40
43 a

n a
3
11 n
40 a
17 a
13
8 a

20
25
35
27 *
34 m
23 a
32 *
15 *
21
42


I I II I II I II IIm


2 1 OUET.


I __ _


LL I


-- Y .r I ~~~r I


I


I


II


I


i




_ _-in


~I~I-I I-,


10 e M61Ie-S'-Nicolas. 46


ARTIBOXITE












NoaD.












ClIAO.









OZsAA.


Lee Oonalves..












Le Cap-Haltlen..












Salnt-Yague ....









Santo-Domingo..


* _______ ii________-


37
38
39
Les Gonalves.. 40
41
42
43
44
45


48
49
Le Cap-Haitien 50
51
52
53
54
55
Le Port-de-PaiL. 56
57
58
59
60
Le Fort-Libertd. 6
63
64
65
66
67
Saint-Yague 68
69
70
71
Porte-Plate . 72
73
74
75
Santo-Damingo. .76
77
78
79
80
Azua .. . 81
82


I


I1


Ennery.
Le Gros-Morne.
Terre-Neuve.
La Marmelade.
Le Dondon.
S'-Michel-de-I'Atala
Hinche.
Banica.
a Puetilt-Rivibre-de-l'Arti
Le M6le-St-Nicola.
La Bombarde.
Le Cap-Haltien.
La Petite-Anse.
L'Acul-du-Nord.
Le Limb6.
Plaisance.
l.a Grande-Rivibre
Le Port-de-Paix.
Jean Rabel.
Saint-l.ouis-du-Nor
Le Borgne
Le Port-Margot.
Le Fort-Libertd.
Le Trou.
ValliBre.
Ouananinthe.
Laxavon.
Monte-Christ.
Saint-Yague.
Las Matas d la Sier
Macoris.
La Vega.
Moca.
Le Cotuy.
Samana.
Porte-Plate.
Santo-Domingo.
Salnt-Christophe.
Monte-de-Plata.
Bayaguana.
Los-Llanos.
Seybe.
H guey.
Azua.
Bani.
Saint-Jean.


15



16




17


1U U~ma m nsU un33. 1355



17 Saint-Raphael. 91394
ye.
108544
It.

s. 17150

18 La Plaine-du-Nord.
19 Milot ou Sans-Souci.
20 Le Quartier-Morin.
21 Linonade. 85413


22 Sainte-Suzanne.


rd. 55220 178207


23 Jacquezy.

24 Le Terrier-Rouge. 37574


25 Amina.
ra.
18806

29428
26 Altamira. 10622


27 Boya.
28 Savana de la Mar. 19076
29 Los Minas.

25321

61145


33 Ieues.
40 a
43 *
47 3
47 3
59 3
42
35
33
30 .
62 *
57 *
60
60 *
57 *
54
47 *
54 o
53
59
53
55 3
51 b
72
67
76
75
75
100
110
96

116 m
130 ,
155
136
It4 3
106 "
124 3
122 *
126
140
150 *
76
96
60


-- m~IYay.rC-4i~ a Mmda.L I


U b ,mII ut


I








Juillet 1843. 14 -


ARRIrT qui fixe la solde des Officiers n non activity.

(Port-au-Prince, le 12 juillet 1843.)
Liberty. On la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.
Le Gouvernement provisoire, consid6rant qu'il devient necessaire
de fixer le mode A suivre pour la solde des officers qui ne sont point
en activity de service ;
ConsidBrant que les circonstances actuelles exigent que la plus
severe 6conomie soit observe dans les finances de la r6publique ;
Le conseil consulted ;
Arrete :
Article J4r. Les officers de toutes armes en non activity de
service, appartenant a l'arm6e de terre et de mer, n'auront droit
qu'a la demi-solde affected A leurs grades respectifs.
Art. 2. Les administrateurs et les commissaires des guerres
r6gleront, comme il est dit ci-dessus, la solde due, et celle A venir;
ils prendront, dans les r6glements a faire, les measures qu'exige la
verification des titres des reclamants, afin d'eviter toutes fausses
applications.
Donnr en la Maison national du Port-au-Prince, le 12 juillet 1843,
an 400 de l'Independance d'Haiti, et le ier de la RegenBration.
Sign6 : J.-Cma IMBERT, GUERRIER, N. SEGRETIER.


CIRCULAIRE du Gouvernement provisoire aux commandants
d'arrondissement, sur les devoirs de leur charge.

(Port-au-Prince, le 12 juillet 1843.)
RaPUBLIQUE HAITIENNE.
Liberty. Ou la Mort.

Le grand et memorable 6venement qui a donned naissance au
Gouvernement provisoire, a aussi renvers6 tous les elements de
despotisme don't se servait le pouvoir d6chu pour appuyer sa march
administrative et politique. La revolution a substitute a tous ces d6-








15 Juillet 1843.
bris le principle sacr6 de la souveraineth du people, et ele a trac6
la voie a suivre pour doter le pays de sages institutions qui garan-
tissent la duree et 1'exercice de cette souverainete.
La noble mission, la tache difficile et laborieuse du gouverne-
ment actuel a Wte d'ouvrir et de parcourir la route qui lui a et6 in-
diquie ; mais, a'ayant pu jusqu'a ce jour Torganiser tous les res-
sorts de la machine gouvernementale, donner a administration
civile son complement d'organisation, fixer definitivement les attri-
butions de l'autorit6 militaire, et determiner les rapports qui doivent
exister entire les autorites, le Gouvernement a jug6 n6cessaire, dans
les circonstances presentes surtout, de donner aux commandants
d'arrondissement des instructions qui les guideront, jusqu'a nouvel
ordre, dans les functions importantes qui leur sont confines :
P Le commandant de chaque arrondissement est charge, sous
sa responsabilite personnelle, du maintien de l'ordre et de la tran-
quillit6 dans toute l'elendue de son commandement: a cet effet il
prendra toutes measures 16gales, et exercera la plus active vigilance
pour eviter le moindre disordre, et pour entretenir parmi les ci-
toyens l'esprit de paix et d'union fraternelle.
2o Les commandants d'arrondissement s'entendront et s'accor-
deront avec les comites municipaux sur toute resolution a prendre,
s'il s'agissait de prevenir et de reprimer des troubles occasionnes
par les ennemis de la chose publique. Dans le cas oA il faudrait de-
ployer la force, le commandant d'arrondissement requerra des mu-
nicipaihts le concours de la garde national, et agira a la t te do
cette garde national et des troupes sous ses ordres.
3* L'organisation de la police des campagnes n'6tant point en-
core terminee, les commandants d'arrondissement sont provisoire-
ment charges d'y exercer une police active et constant.
C'est la qu'ils doivent, le jour comme la nuit, redoubler de sur-
veillance, afin que les perturbateurs du repos public, les partisans
de 'ancien systeme, ceux enfin qui voudraient diviser les enfants
d'Haiti, n'exercent une funeste influence sur l'esprit crdule de nos
frdres des campagnes.
Le commandant d'arrondissement, pour Bviter de si grands dan-
gers, se transporter li od la malveillance exerce son empire, afin
de dejouer toute machination, punir les fauteurs de troubles, s'ils
sont d6couverts, et 6clairer les populations sur leurs vrais int6rets.
41 II est ordonn6 aux commandants d'arrondissement d'exp6dier au
Gouvernement provisoire des courriers pour 'informer, en toute cir-









Juillet 4843. 16 -
constance, de tout 6v6nement qui pourrait menacer la pair publique;
d'envoyer, si le cas 1exigeait, des officers experimenms qui, indd-
pendamment des d6p6ches don't ils seraient porteurs, pourraient
Atre charges de missions verbales aupres du Gouvernement provi-
soire.
Vous apprecierez, cit6yens, les motifs qui ont dict6 ces instruc-
tions; vous comprendrez facilement aussi que le Gouvernement
provisoire est constamment occupy de measures tendant a main-
tenir et a fortifier l'union parmi les Haitiens : c'est son premier
devoir, c'est sa plus belle tAche.
Lorsqu'un people a reconquis ses droits, c'est dans le calme,
c'est dans la meditation qu'il doit travailler au grand ceuvre du
pacte social. Que la nation, en s'occupant de ce grave objet,
n'6prouve aucune agitation nuisible au triomphe de la cause que
nous avons embrassee Vous 6tes appel6s ,dans votre commande-
ment, a seconder le Gouvernement pour obtenir les heureux r6-
sultats que promet la revolution de 1843. Vous rdpondrez done i
son attente.
Vous nous accuserez reception des pr6sentes instructions, aux-
quelles vous vous conformerez strictement.
Salut et fraternity.
Sign6 : J.-Cme. IMBERT, VOLTAIRE, GUERRBi, N. SEGRBTIEB.




CIRCULAIRE du Gouvernement provisoire aux Comilds municipaux,
pour le maintien de l'ordre.

(Port-au-Prince, le 12 juillet 1843.)

Liberty. On la Mort.
RfPUBLIQUE HATIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

Dans tous les instants, et surtout lorsque la nation s'occupe d'un
fait aussi serieux que celui de se donner une Constitution qui ga-
rantisse les droits et la souverainet6 du people, le Gouvernement
provisoire sent le besoin d'appeler la sollicitude des autorit6s cons-




v~. o-sv-^sSiil^-rp-, -- ."-- -- -. .;l-7 ,, ...: .. -9




Juillet 843.
titu4es sur un objet de la plus haute importance, le maintien de
l'ordre et de la tranquillity. Pour offrir encore plus de garantie A
la conservation de cette tranquillity, si nicessaire au pays, le Gou-
vernement a adresse de nouvelles instructions aux commandants des
arrondissements de la r6publique : il vous transmet une copie de
ces instructions, dans lesquelles les commandants d'arrondissement
sont autorises dans un cas extreme a requirir la garde national
pour le r6tablissement de l'ordre. Vous jugerez de l'opportuniti de
ces nouvelles et temporaires dispositions et ne manquerez pas, nous
sommes convaincus, par un concert de measures, de concourir de
tous vos moyens A seconder les efforts du Gouvernement dans les
vues d'assurer la paix et le repos public, en depit des tentatives qui
pourraient 6tre faites pour trouble la bonne harmonies qui doit
exister entire les autorites et parmi les citoyens.
Salut et fraternity.
Sign6 : J.-Cme. IMBERT, VOLTAIRE, GUnRIER, N. SEGUTIrR.




ARRfrt du Comit( municipal du Port-au-Prince, qui ixe le prix du
pain en raison de celui de la farine.

(Port-au-Prince, le 12 juillet 1843.)

LibertB. On la Mort.
RtPUBLIQUE HAiTIENNE.

Le Maire de la commune,
D'aprBs la decision prise hier par le ComitB municipal en vertu
de l'article 38 du decret sur l'institution des municipalities; (1)
Considerant que le prix de la farine a augmented et qu'il convient
de mettre le poidp du pain en rapport avec la hausse survenue;
Arrete ce qui suit:
Article ier.- Le poids de chaque pain de douze centimes et de-
mi est fixed A douze onces, apres cuisson.
Art. 2.- Les dispositions qui exigent, sur les pains, les initials


(i) Voir ce IDeret, page 284 du tome VII des L. et A.









Ju~ilet4843. -18 -
des boulangers, et qui prescrivent des poursuites centre les contre-
venants, sont maintenues.
Art. 3. Le present arrete sera publiC, et les officers et agents
de la police municipal en surveilleront l'ex6culion.
Fait an Port-au-Prince, en I'h6tel de la mairie, ce jour 12 juillet 1843,
an 40e de l'lnddpendance, et le e' de la R6g&neration.
Sign6: J. PAUL.
Par le Maire :
Le Secritaire,
Sign6: A. NAU flls.



ARRETE du Comilg municipal de la commune du Port-au-Prince,
sur la police rurale.

(Port-au-Prince, le 18 juillet 1843.)

Liberty. Ou la Mort.

AU NOM DU PEOPLE SOUVERAIN.

Le COMITE MUNICIPAL de la commune du Port-au-Prince, consi-
d6rant que l'6tablissement d'une police rurale efficace, est la plus
sAre protection qui puisse etre accordee A agriculture dans l'6tat
d'abandon et de deperissement o4i elle se trouve ;
Vu les art. 33 et 38 du d6cret (1) sur l'institution des municipalities;
A arrete ce qui suit :

Ier.
Article ier.-Les sections rurales prec6demment ktablies dans la
commune du Port-au-Prince, sont provisoirement maintenues. Ces
sections sont celles de Bellevue, des Vareux, Au Trou-Bordi, du
Morne-Chandelle,du Fond-Ferrier, No IJr, duFond-Ferrier, No2, de
P6tion-Ville, de la Nouvelle-Touraine, du Grand-Fond et de la
Montagne-Noire.
Art. 2. Ces sections pourront 6tre ulterieurement subdivis6es
par le ComitL municipal.


(1) Voir ce DBcret, page 284 du tome VII des L. et A.









19 Juillet 1843
Art. 3. La police rurale se fera, dans chaque section, sous la
surveillance de l'inspecteur et des conseillers d'agriculture, par le
chef de la police rurale et les agents sous ses ordres.
Art. 4. La police rurale a pour objet:
lo D'etablir et de maintenir dans les campagnes, la salubrite, la
suret6 et la tranquillity ;
2* De reprimer le vagabondage.

11.
De 'rinspecteur de culture.
Art. 5.- DBs la publication du present arretd, un inspecteur de
culture sera nomm6 dans chaque section par le ComitB municipal.
A 'avenir, dans la second quinzaine d'avril, le Comit6 municipal
nommera, pour chaque section, un inspecteur de culture qui sera
proclame le Jer de mai.
Art. 6. L'inspecteur de culture exerce ses functions pendant
une annee. II pourra Wtre r6dlu.
Art. 7. Les functions d'inspecteur de culture sont purement
civiles.
Art. 8. L'inspecteur de culture sera choisi de preference
parmi les habitants les plus respectable de la section. II sera tenu
d'y resider.
Art. 9. L'inspecteur de culture represente dans sa section le
maire de la commune ; il correspond directement avec lui, reooit
ses ordres qu'il transmet aux conseillers d'agriculture et au chef de
la police rurale de la section. En un mot, il a l'inspection de la
culture et la direction de la police rurale dans toute la section qui
lui est confine.
Art. 10. L'inspecteur de culture prendra connaissance des
plaintes on r6clamations port6es pardevant lui par les proprietaires,
fermiers, grants et agriculteurs; s'occupera de suite de terminer a
l'amiable ces differends. II sera assist dans ces cas de deux con-
seillers d'agriculture.
Art. 41. Dans le cas oi les differends seraient de nature A
ne pas 6tre terminus par I'intervention de l'inspecteur de culture
assist du conseil d'agriculture, ils seront renvoyes devant la jus-
tice.
Art. 12. Le traitement de I'inspecteur de culture est fixd a
trente-cinq gourdes par mois.










Art. 13. L'inspecteur de culture est tenu de faire, une fois
chaque mois, une tournee sur toutes les propri6tis de sa section,
accompagn6 au moins de deux conseillers d'agriculture pris i tour
de r6le parmi tous les conseillers de la section.
Art. 14. L'inspecteur 4e culture et les deux conseillers d'agri-
culture visiteront les jardins, les clotures, et entreront dans tons
les details relatifs a la culture ; ils s'assureront si le chef et les
agents de la police rurale ont satisfait aux devoirs qui leur sont
imposes ; et du tout il sera dress un proces-verbal oft seront con-
signes ce qui concern les travaux agricoles, 1'etat des routes de la
section et les reparations necessaires A y faire. Copie en sera adressde
sans retard au Comit6 municipal.
Art. 15. L'inspecteur de culture portera dans l'exercice de ses
functions une 6charpe aux couleurs nationals, au bras gauche.
Art. 16. Des la publication du present arrWte et a l'avenir,
du Ier au 20 janvier de chaque annee, l'inspecteur de culture exi-
gera des propri6taires, fermiers ou grants d'habitations, 1'6tat fait
sur paper libre de la population de chaque proprietY, sous peine
d'une amende de une a cinq gourdes, lequel 6tat doit Otre remis le
Jer fivrier au Comit6 municipal.
Art. 17. Les propri6taires, fermiers ou grants d'habitations
d6signeront, dans l'6tat de la population de chaque endroit, les cul-
tivateurs qui se seront particulibrement distingues par leurs travaux
et leur bonne conduite.
Celte condition est exig6e pour mettre le Comit6 municipal a
meme d'appr6cier le choix que l'inspecteur doit faire chaque annie
des cultivateurs dignes d'etre encourages.
Art. 18. Un mois avant la fete de l'agriculture, I'inspecteur,
apres s'6tre entendu avec les conseillers d'agriculture, expediera
au Comit6 municipal une liste des cultivateurs qui auront merit6 le
prix d'encouragement que la commune doit leur dAcerner. Une
liste de candidates sera aussi envoyee par lui le m6me jour au Co-
mite municipal pour la formation du nouveau conseil d'agriculture
de la section.
Art. 19. L'inspecteur de culture est tenu de d6noncer au Co-
mite municipal, dans les vingt-quatre heures, toute desobeissance
ou toute negligence de la part du chef ou des agents de la police ru-
rale, apres un ordre donn6 par lui ou une requisition faite par un
conseiller d'agriculture. La destitution du chef ou des agents de la
police rural sera prononcee, s'il y a lieu, par le Comit6 municipal.


Juillet 1843.


- 20 -









21 Juillet 1843.
Art. 20. L'inspecteur de culture est tenu d'en aviser le maire
dans les 24 heures, si l'autoritM militaire lui refusait les secours
necessaires pour le maintien de l'ordre.
Art. 21. Dans le cas d'6vasion d'un vagabond ou d'un prevenu
quelconque, l'inspecteur de culture sera tenu d'en aviser aussit6t
le maire de la commune et les inspecteurs des sections environ-
nantes, en faisant connaitre le nom, et en donnant le.signalement
de l'individu.

II.

Des conseillers d'agriculture.
Art. 22. II sera nomm6 un conseil d'agriculture sur chaque
habitation ayant une population de quatre-vingt a cent personnel
environ ou sur une agregation de petites propriet6s ayant une po-
pulation semblable.
Art. 23.- Les conseillers d'agriculture seront Blus, dans chaque
section, par le Comite municipal, comme il est dit dans l'article
pr6c6dent, aussit6t.la publication du present arr"t.. A l'avenir,
l'inspecteur de culture, dans sa tourn6e mensuelle qui pr6ckdera la
fete de l'agriculture, prendra des renseignements du proprietaire
de chaque habitation ou des propri6taires de chaque agrigation de
petites propri6tes, pour saroir ceux qui meritent d'occuper les fonc-
lions de conseillers d'agriculture, comme 6tant les plus sages et les
plus laborieux de ces endroits.
Art. 24. Un mois avant la fete de l'agriculture, I'inspecteur
de culture enverra an Comit6 municipal une liste de trois candi-
dats pour chaque conseiller a nommer.
Art. 25. Les conseillers d'agriculture seront proclames par le
Comite municipal le jour de la fAte de I'agriculture, immediatement
aprks que les inspecteurs de culture l'auront ete.
Art. 26.- Les functions de conseiller d'agriculture sont graluites.
Art. 27. Les conseillers d'agriculture ont des rapports directs
avec l'inspecteur de culture. Ils surveillent l'ex6cution de toutes les
measures prises par le Comite municipal ayant trait a la culture.
Art. 28. Dans les cas de flagrant delit, ils intiment aux chefs
ou aux agents de la police rurale l'ordre d'operer imm6diatement,
et, en cas d'insuffisance, et en l'absence de l'inspecteur de culture,
ils requi6rent les agents de la force publique.
Art. 29. Les conseillers d'agriculture denoncent a l'inspecteur









Juillet 1843.


- 22 -


de culture tous les cas de negligence du chef ou des agents de la
police rurale.
Art. 30. Les conseillers d'agriculture exercent leurs functions
pendant une ann6e ; ils pourront Atre r68lus.
Art. 31. Les conseillers d'agriculture portent, dans l'exercice
de leurs functions, un ruban aux couleurs nationals, attach a la
boutonniere.
IV.
Des agents de la police rural.
Art. 32.- Le Comit6 municipal nommera, dans chaque section,
des agents de police rurale don't le nombre sera plus ou moins aug-
mentA suivant l'importance de chaque section.
Art. 33. Le Comit6 municipal nommera aussi, dans chaque
section, un chef de police rurale qui sera charge de diriger les
agents.
Art. 34. Le chef et les agents de la police rurale ne seront
nomm6s qu'autant qu'ils auront Wte reconnus actifs et gens de
bonnes mceurs.
Ils pr6teront le serment, devant le Comit6 municipal, de veiller
A la conservation de toutes les propri6tes qui sont sous la foi pu-
blique.
Art. 35. Les functions du chef et des agents de la police
rurale sont purement civiles.
Art. 36. Le chef et les agents de la police rurale devant se
consacrer exclusivement au service de la police rurale seront, en
consequence, r6tribues ainsi:
Le chef de la police rurale recevra de la caisse communale vingt-
cinq gourdes par mois, et chaque agent douze gourdes.
Art. 37. Le chef et les agents de la police rurale porteront,
pour se faire reconnaitre dans 1'exercice de leurs functions: habit-
frac, couleur bleu d'Haiti, avec boutons blancs, entour6s de l'exer-
gue : Police rurale; pantalon blanc, chapeau noir avec cocarde
national, attache par un bouton blanc, sabre au c6t0.
Les chefs porteront, en outre, au collet de leurs habits, un galon
d'argent de douze lignes, et les agents une tresse en argent de
trois lignes.
Art 38. Le chef et les agents de la police rurale sont tenus
d'ob6ir a toutes les requisitions de l'inspecteur et des conseillers
d'agriculture, soit de jour, soit de nuit, pour l'execution de la loi
et le maintien de l'ordre.









23 Juillet 4843.
Art. 39. Le chef et les agents de la police rurale sont char-
ges, sons la surveillance de 'inspecteur et des conseillers d'agricul-
ture, de l'ex6cution des arretes du comity municipal concernant la
tranquillity, la salubrit6 et la surete des campagnes.
Art. 40. Le chef de la police rurale est tenu de denoncer,
dans les vingt-quatre heures, a I'inspecteur de culture, toute diso-
beissance on negligence de la part des agents de la police rurale.
Art. 41.- Le chef de la police rurale est tenu de faire, au moins
tons les qninze jours, ta tournle et visit de chaque habitation de
sa section. II fera faire chaque semaine, et A tour de rble, par les
agents, au moins une visit a chaque habitation de la section.
Art. 42.- Le chef et les agents de la police rurale sont charges,
sous la surveillance de l'inspecteur et des conseillers d'agriculture,
et conformement aux dispositions de l'art. I2 du code d'instruction
criminelle, de rechercher les crimes, les dWlits et les contraventions
qui auront porter atteinte aux personnel ou aux proprietes.
Ils dresseront des procks-verbaux A l'effet de constater la nature,
les circonstances, le temps et le lieu des crimes, des dWlits et des
contraventions, ainsi que les preuves et les indices qu'ils auront pu
en recueillir.
Ils suivront les choses enlev6es, dans les lieux oi elles auront
Wth transportees et les mettront en sequestre.
Ils arr6teront et conduiront devant le maire, ou le juge de paix,
suivant la nature de la contravention ou du delit, tout individual
qu'il auront surprise en flagrant delit, ou qui sera denonc6 par la
clameur publique.
Art. 43. Sur les ordres du maire, on sur la requisition d'un
inspecteur, les chefs et agents de police rurale seront tenus de
se transporter dans une section rurale limitrophe od leur presence
serait reconnue necessaire ; mais ils ne pourront en aucun cas y
faire aucun acte, ni proc6der a aucune arrestation sans l'assistance
de l'inspecteur ou des fonctionnaires de la section.
Art. 44. Le present arrWt6 sera affich6 et public dans toutes
les sections rurales de la commune pour Atre execute.
Fait en la Maison communale le 18 juillet 1843, an 40" de 1'Ind6pen-
dance et le ier de la reg6niration.
Sign6 : J. PAUL, P. JEANTON, P. MORIN, J.-A. MIARMBuU, Aug.
ELIB, B. LESPINASS&, E. NAU. PANAYOTY, FAVAoD, E. Lu-Dn, T. Bou-
CHEREAU, L. DENIS et J.-B.CCOURTY.




p -F .


Juillet 1843. 24 -


ADRESSE du Comit municipal du Port-au-Prince d la Garde natio-
nale, pour le maintien de I'ordre public.

(Port-au-Prince, le20 juillet 1843.)

Liberty. On la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

AU NOM DU PEOPLE SOUVERAIN.

Concitoyens de la Garde national,
Appeals depuis pros de quatre mois A un service actif, vous
n'avez point tromp6 les espirances qui avaient Wt6 places en vous.
Dans l'absence des troupes sold6es, vous avez, pendant quelque-
temps, occupy tous les postes de la ville, et r6pondu de la favon
la plus louable A l'appel de vos chefs.
Le Comit6 municipal, absorb par les difficult6s du recensement,
n'a pu encore proc6der A votre r6organisation, en vertu du d6cret du
29 mai dernier. (1) II a cru cependant devoir, dans les circonstances
actuelles, vous rappeler que, dans l'int6r6t de la chose publique
comme dans celui de la revolution, il imported que vous apportiez le
zele le plus infatigable dans le service d'activit6 qui vous est
demand.
Concitoyens,nousvivons dans une 6poque a jamais memorable dans
les fastes d'Haiti. Nous touchons au moment de la reunion de l'As-
sembl6e Constituante, et, puisque ses deliberations vont commander
l'eloignement de la force militaire, nous devons admettre que vous
serez seuls charges de la garde de la ville et du maintien de l'ordre
et de la tranquillity. La nation entire aura les yeux sur vous; car
votre tAche sera noble et grande. Songez que vous ne pourrez y suf-
fire qu'en vous serrant autour de vos officers, nombreux et unis,
qu'en rivalisant entire vous de zele et de d6vouement. Et alors, le
pays, en recompense de ce que vous aurez faith, dira de vous que
vous avez bien m6rit6 de la patrie.
Nous esp6rons que nous ne vous aurons pas fait en vain cet appel,
au nom de tout ce que la patrie a de plus cher; nous avons done
confiance que vous vous rallierez autour des drapeaux que vous avez


(i) Voir ce DBcret, page 329 du tome VII des L. et A,









5 Juillet 1843.
arbors avec la reg6n8ration du pays, et que vous vous empresserez
de remplir les cadres existants de vos companies.
N'oubliez pas, et donnez-en la preuve par votre conduite, que
la revolution vous doit beaucoup et que vous devez plus encore a la
revolution.
Donn6 en la Maison communal, le 20 juillet 1843, an 400 de 1'Indd-
pendance et le Jer de la r6g6neration.
Sign6 : J. PAUL, P. JzAnroN, A. ELE, T. BoucHBRuu, J.-B.
CouaTY, FAVABD, B. LESPNASSE, LUandre DENIm, E. NAU, PAATOTY,
E. LINOR, J.-A. MimAMBBu.




CIRCULAIRE du Chargd du Portefeuille des finances et du commerce,
aux inspecteurs des douanes el des caisses publiques, sur le service
des douanes.

Port-Rdpublicain, le 21 juillet 1843.

Afin d'exercer, citoyen inspecteur, une surveillance plus active
que celle qui a lien en ce moment-ci aux douanes, et pour pouvoir
utiliser, dans l'interAt du fisc, le sejour que vous faites dans les lieux
od se trouvent des douanes, vous vous conformerez aux dispositions
suivantes en addition des instructions que vous avez deja revues:
Lorsqu'un ou plusieurs inspecteurs ne seront point en tournue, ils
se tiendront journellement a la douane du lieu of ils se trouvent,
et 1k, ils inspecteront et surveilleront tontes les speculations de cette
administration. Ils front au chef du department des finances de
frequents rapports sur la maniere don't le directeur et les employes
op6rent dans le service. Ils ne manqueront pas surtout de faire
connaitre ceux qui negligent leurs devoirs, et ceux qui pourraient
abuser de leur position.
Je vous salue.

Sign4 :








*1









Juillet 1843.


- 26 -


PROGRAMME des obsqutes du Giunral de division Voltaire (I), mem-
bre du Gouvernement provisoire.

(Port-au-Prince, le 22 juillet 1843.)

CEREMONIAL.

La maison mortuaire sera tendue de noir;
Sur un lit de parade, le general sera d6core de ses insignes
militaires ;
Aux angles s'eleveront des faisceaux d'armes, surmonths du dra-
peau national ;
Quatre officers superieurs veilleront A la garde du corps;
Un aide-de-camp et un guide de service seront au pied; un autre
aide-de-camp sera place A la ttee;
Les cloches sonneront le glas funnbre;
Le canon tirera de quart d'heure en quart d'heure;
La musique militaire fera entendre ses sons lugubres;
Le deuil sera conduit par le Pr6sident aux deliberations du gou-
vernement provisoire.
Le 24 juillet, a deux heures de l'apres-midi,les troupes de la gar-
nison se rangeront en bataille dans la rue de la Revolution;
A trois heures, une salve de 17 coups de canon annoncera la levee
du corps;
Le cort6ge se rendra lI'Eglise, dans I'ordre suivant :

ORDRE DE LA MARCH.

Les troupes, a droite et a gauche, formeront la haie; les tambours
battront au champ;
La cavalerie de la garde national, ouvrant la march;
Les corps de musique;
La garde national A pied;
Le clergy;
Le cheval de parade du general, carapaconn6 de deuil, conduit
par le marechal-des-logis de ses guides;


(i) Le g64nral Voltaire eat mort a l'age de 82 ans.









27 Juillet 1843.
Les officers des diff6rents corps et de l'6tat-major;
Le colonel commandant de la place et ses adjudants;
Le general commandant I'arrondissement et ses aides-de-camp;
Le commandant de la Calypso et les officers de marine sous ses
ordres;
Les corps administratifs;
Le comite municipal de la ville;
Les corps dejustice, suivant l'ordre de leur hierarchie;
Les consuls et agents des Puissances itrang6res ;
Le char funebre, quatre officers g6enraux tenant les cordons;
Les membres du conseil consultatif;
Les membres du gouvernement provisoire;
La famille du defunt et ses aides-de-camp;
Les guides de son escorted;
Le People;
Un piquet d'infanterie.
Pendant lac6r6monie, le canon tirera de dix minutes en dix mi-
nutes;
Une nouvelle salve de 17 coups de canon sera tire au liberal;
Le cortege se rendra, dans le meme ordre, au fort de la Maison
national, ou le corps sera inhume.
Port-au-Prince, le 22 juillet 1343, an 40* de r'Ind6pendance et le i*e
de la Reg4neration.
Par ordre du Gouvernement Provisoire.




DERETr qui accord de nouveau delais pour la nomination des
d4putIs d I'Assemblie constituante.

(Port-au-Prince, le 26 Juilldt 1843.)

Liberty. On la Mort.
REPUBLIQUE HA1TIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

Le GOUVERNEMENT PROVISOIRE, considerant que des conflicts, qui se
sont Bleves dans certaines localities, a l'occasion de I'institution des
municipalities, ont empech les citoyens de se reunir, soit en assem-









Juillet 1843.


- 28 -


blee primaire, soil en assemble blectorale, aux terms du d6cret
du 15 avril dernier (i) ;
Consid6rant que, pour parvenir au but propose, 1'Assembl6e cons-
tituante doit se former du concours de toutes les volont6s, et qu'il
convient de faciliter ce concours par tous les moyens possibles ;
Apr&s avoir pris l'avis du conseil consultatif;
Decr6te :
Article premier. Dans le cas oi, dans un des arrondissements
ilectoraux determines par les d6crets des 4 et 15 avril dernier, la
nomination des d6putes a l'Assembl6e constituante, n'aurait pu 6tre
faite dans les delais prescrits, soil par dWfaut d'assemblee primaire,
soil par insuflisance du nombre d'electeurs pour constituer l'assem-
blee electorale, soil mnme par quelque conflict qui so serait lev6 au
sein de cette assemblee, il y sera proc6d6 dans de nouveaux d6lais,
ainsi qu'il est r6gl6 par les articles ci-apres.
Art. 2. Si les assemblies primaires n'ont point eu lieu, ou si
le d6faut de quelques-unes, ont rendu l'assemblhe electorale incom-
p6tente, faute de majority absolute, elles se r6uniront le 20 aoMt pro-
chain.
Les comites municipaux les convoqueront a cet effect, dans les
vingt-quatre heures de la publication du present d6cret.
Art. 3. Pour remplir le but de l'article premier, les 6lecteurs
se reuniront au chef-lieu de l'arrondissement electoral, le 2 sep-
tembre prochain.
Art. 4. Les assemblies primaires et electorales se conforme-
ront, au surplus, aux dispositions du d6cret du 15 avril dernier et
des instructions du 28 du m6me mois.
Art. 5. Le present d6cret sera imprim6, public et affiche dans
toute 1'6tendue du territoire de la R6publique.
Dcrete ep la Maison national du Port-R6publicain, le 26 juillet mil-
huit-cent-quarante-trois, an 406 de 1'Independance d'Haiti, et le t- de la
Regeneration.
Sign6: J. CMs. IMBURT, GmuERIu, N. SGRrBTIER.


(1) Voir ce Decret, page 236 du tome VII des L. et A.




/




9 Juillet 1843.

PROCLAMATION du gAndral Charles HBard ainw, expliquaw aux
cioyens du Nord et de rEst de la Rmpublique le but de la Rtvo-
luiion.
AU PEOPLE ET A L'ARMEE.
AU NOM DU PEOPLE SOUVERAIN.
(Santo-Domingo, le 27 Juillet 1843.)
Liberty. Ou la Mort.
RLPUBLIQUE HAITIENNE.
CHARLES HARARD aine, Giniral de division. reprisentant du gomuwwemeM
provisoire daws les parties du Nord et de rEst et conmmrndamt chef de
Parpee expiditionaire.
Citoyens, freres et amis,
Le nivellement r6g6nerateur est enfin termine & Sanlo-Domingo.
C'est ici qu'il faut resumer la revolution, preciser son but et poser
en perspective les bases de l'avenir. C'est une tiche pinible. NMan-
moins, j'essaierai de la remplir avec la conscience de mon devoue-
ment, d'ailleurs eclaire par l'experience acquise sur les plus minu-
tieux intlr4ts du people souverain.
Du Nord an Sud, de 1'Est; I'Ouest, j'ai v6cu de la vie du people.
J'ai partage les dangers, les fatigues, les privations du soldat. J'ai
touched I'outil et la main de I'ouvrier. J'ai descendu dans la cabane
du pauvre. J'ai change mes idees contre les idees du cullivateur
et du n6gociant. J'ai ecoute les homes eclaires. J'ai conduit la garde
national a la gloire. Je I'ai conduite a la conquete de nos liberties.
Le people n'est pas cette imperceptible fraction compose d'idio-
logues qui ignorent ce qu'ils veulent, qui sont plut6t tourmentes par
I'ambition qu'inspires par l'espirance du bien, qui preferent, i la
paix publique, la conflagration des passions anarchiques, qui ont
plus d'envie que de principles, qui parent pour egarer, qui kcri-
vent pour calomnier, qui, n'ayant rien fait pour la revendication de
la liberty, veulent a tout prix souiller la revolution pour avoir de la
pr66minence a I'exploiter !... Le people que j'ai etudid et don't j'ai
compris le paisible ven et les besoins moderis, c'est cette masse
sage, laborieuse, sincere, sans prevention et sans prijugss; cette
masse qui travaille, sert, nourrit, defend, save et conserve la
patrie I...
Ainsi, la misere de cette masse est la miscre publique, ses int6-
r6ts sent les int6rets gOn6raux, son droit est le droit g6n6ral, son









Juillet 1843. 30 -
education est 1'Fducation national, sa morale est la morale publi-
que, sa felicit6 est la felicite publique.-- C'est done cette masse qu'il
faut satisfaire, c'est son voeu qu'il faut accomplir, ce sont ses droits
qu'il faut consacrer, c'est A son bonheur que l'autorit6 doit travailler
sans relache, si elle a du patriotism, si elle a l'amour de ses fils
et de ses neveux! -- Ainsi, ma plus vive sollicitude maintenant est
de r6aliser autant qu'il est en mon pouvoir les ameliorations sociales
sur cette large base des interets populaires. Telle a etW la passion,
l'unique passion qui ait embras6 mon coeur lorsqu'a Praslin, m'of-
frant en holocaust, exposant mes enfants et mes plus chores affec-
tions, j'ai pouss6 ce cri d'alarme qui a r6veill6 le people opprime:
Aux armes I Liberlt ou la Mort i Ce d6sintlressement m'anime en-
core : mon courage et mon devouement seront toujours au niveau
des dangers.- En toute circonstance, j'aurai la persistence et la force
du commandement que le people m'aura confi6 pour couronner
'meuvre morale de la revolution !... Et si l'6cho de ma faible voix
brisa les boulevards, les remparts, les citadelles de la tyrannie con-
solidbe par vingt-cinq annies de corruption inv6teere, la Providence
me permettra, et au people avec moi, de briser encore les criminals
complots des ennemis de la tranquillity, de la civilisation de mon
pays. Je le declare done A la face du monde : je ne poserai les
armes que les ruines du despotisme ne soient reduites en feconda-
tion de la liberty, que l'union, la concorde, la paix n'aient fait de fous
les hailiens une seule et !neme famille, n'aient efface jusqu'au sou-
venir de ces d6shonorants prejug6s de couleur, de ces ignobles
mefiances, de ces odieuses perfidies, que le gouvernement deBoyer
entretenait dans les mceurs politiques de la nation, pour chasser
l'amiti6, d6truire le sentiment du just et de l'injuste, incri-
miner le patriotism, rendre impossible toutes les communications
civiques, pr6venir les citoyens les uns contre les autres, pour avilir
l'honneur, prostituer la vertu, opprimer la liberty, ruiner le pre-
sent et l'avenir, compromettre enfin l'ind6pendance national.
Je ne m'6tendrai pas davantage sur les attentats de Boyer, vous
les connaissez: au surplus I'acte de decheance en a fait le plus
exact tableau: relisez cet acte.
Mais ce que le people ne doit jamais perdre de vue, ce qu'il ne
doit point oublier, ce qu'on doit lui r6peterjusqu'a satiWtL pour le
pr6munircontre le pouvoir absolu, fr6nesie qui 6gare la vertu elle-
meme, c'est le moyen immoral et inique que Boyer employa pour
faire passer inapercu son despotisme, apprivoiser le people a ses
exces pour insensiblement personnitier la patrie en lui et disposer









4 Juillet 4848.
en souverain maitre, sans responsabilit6, de la sneur, du sang et
des larmes de ses concitoyens.-- La violation de la Constitution, le
parjure de son serment, furent le secret de la tyrannie de Boyer. Pour
empAcher le retour d'une pareille calamity national, la nouvelle
constitution, disormais, devra 6tre le livre du people, et chaque
haitien deviendra le rigoureux observateur des principles qu'elle aura
proclames. Elle paraitra bient6t, cet(e arche d'alliance et d'egalit6,
cette source de vie de tous les progrbs possibles; n'en doutons pas,
chacune de ses consecrations sera un principle de vraie liberty et une
garantie inebranlable contre l'arbitraire. En un mot, il faut qu'elle
soit, cette nouvelle constitution, le criterium des droits, des devoirs,
des v6rites, des distinctions et des vertus sociales; et il faut qu'en
r6fletant sa lumiere sur la conscience, le citoyen soit imbu de la rai-
son, et reste le just appreciateur de sa propre estime, de la justice
qui lui est due ou de l'injustice don't il serait victim. II faut qu'i sa
promulgation, l'esp6rance national n'eprouve aucun mecompte,
que les incertitudes soient fixees, que la confiance renaisse, que le
bien public soit pur de toute defiance politique ; il faut que cette
constitution ne rende pas inviolable le pouvoir lorsqu'elle ne serait
que moquerie, leurre, embiche, piege pour le citoyen. II faut enfin
que le plus obscur citoyen puisse-dire au President d'Haiti : vous
roulez faire telle chose, vous n'en avez pas le droit.
Ainsi le people veut, et la constitution conferera au people:
La liberty individuelle, civil, politique et morale;
La liberty de la press avec la responsabilite de la diffamation,
de l'injure et de l'excitation a la haine et au m6pris de I'autorit6 et
des particuliers ;
La liberty national de la tribune, ce phare des gouvernements,
cet echo retentissant des veritls publiques;
Ainsi la Representation national libre et independante aura elle
seule le droit de fixer les contributions directed et indirectes, et de
decreter le budget des d6penses et des recettes, comme de mettre
en Rtat d'accusation les secretaires d'Etat, les faire poursuivre
pardevant le Senat;
La liberty religieuse, mais la religion catholique, apostolique et
romaine sera declare celle de la majority des haitiens : elle sera
dans l'etat la gardienne des bonnes mceurs et de la paix des families;
L'egalit6, ce principle moral qui nivelle le riche et le pauvre, le
fort et le faible sous les yeux de la loi;
La sdretd, ce principle qui rend inviolable tout droit, toute ga-
rantie, toute liberty en punissant ceux qui y portent atteinte i








Juillet 1843. 39 -
La propri6et respectee;
L'instruction publique, repandue dans toutes les communes aax
frais de l'Etat;
La justice rendue par des tribunaux libres et indipendants com-
pos6s de juges vertueux et inamovibles ;
La commune organise et administree par elle-meme;
Le Senat depositaire et conservateur de la constitution; au besoin
il pourra 6tre form en cour de justice pour juger les grands fonc-
tionnaires accuses de trahison, de parjure et de violation de la
constitution ou des lois;
Le president d'Haiti Blu pour quatre ann6es; il sera respon-
sable de la violation de la constitution, et les secr6taires d'itat res-
ponsables de l'inex6cution des lois qu'ils auraient contre-sign6es et
des ordres arbitraires qu'ils auraient donnes.
La Chambre, le S6nat, le President auront chacun le droit de
presenter des lois; mais les projects ne seront tranform6s en lois
que lorsque les trois pouvoirs auront adopted le meme texte.
Les declarations de guerre, les traits de paix seront soumis a
la sanction de la Chambre, du SBnat et du President d'Haiti r6unis,
de m6me que les difficulties relatives a l'application des lois.
L'agriculture sera encourage, le travail honor ; les crimes, les
delits, le vagabondage, la paresse seront s6verement punis: car la
liberty qui n'est pas active, laborieuse, industrielle est la licence,
et la licence amine la decadence des 6tats et la chute des peuples.
Le commerce sera protege, l'industrie favorite ; les arts et les
sciences seront nationalists par la creation des Bcoles normales. La
garde national sera desormais la grande armee; les drapeaux que
l'on vient de lui donner, lui imposent l'obligation de verser tout son
sang pour les liberties publiques et l'ind6pendance national; senti-
nelle avancee de l'ordre public, elle veillera au maintien de la
constitution.
L'imp6t du sang n'etant plus dans les provisions de la liberty,
l'armee sera reduite au pied de paix, mais elle ne serapoint dish&-
ritee de la reconnaissance des services qu'elle a rendus i la Reg-
neration; le service militaire cessera d'etre un esclavage soJde de
vingt annees: il sera la carriere de la gloire et de l'honneur pour
tous les fils de famille; il aura la dur6e de sept ann6es. La loi
r6glera le mode d'avancement et de recrutement.
Voila, citoyens, freres et- amis, les ameliorations pour l'obtention
desquelles le people a pris les armes. Le people est souverain,
il les aura.









3 Juillet 1843.
Quant i vous, dominicains, en m'approchant de vos murs, je fr&-
missais d'horreur en pensant que j'6tais conduit par les Bvine-
ments A agir contre vous : la clameur publique riv6lait une cons-
piration dans votre sein; sans doute elle existait, mais la masse ne
I'a pas comprise, car 1'enthousiasme de la garde national, sa con-
fiance en la revolution, son amour pour moi, solennellement temoi-
gne, en appelant mon fils a l'honneur de la commander, prouvent
an pays que les efforts malveillants n'ont aucune influence sur les
hommes paisibles, patriots, prouvent que vous concevez que vos
intb6rts, votre bonheur resident dans 1'unit6 national, qu'il est
impossible que vous soyez d6tach6s de la RBpublique haitienne,
qu'aucun autre pavilion ne saurait maintenir vos liberties. Rappelez-
vous que vos oppresseurs, r6fugies a l'Ntranger, profiteront du mo-
ment ofi vous serez en hostility avec la Republique pour fondre sur
vous, afin de river de nouveau les chaines de 1'esclavage que nous
avons brisees pour vous.
Nous sommes tons Haitiens : la Regenration sera le bien com-
mun partag6 par gale portion entire le people entier ; vous serez
libres, heureux, comme tous nos concitoyens, pourvu que vous
soyez fiddles A la constitution que vos representants auront vote en
votre nom.
Vive le Peuple souverain!
Vive la Libert6!
Vive 'Egalit6 !
Quartier-gkn6ral de Santo-Domingo, le 27 juillet 1843, an 40e de 1'Indb
pendance et le ier de la Reg6ndration.
Sign6 : CHARLES BHRARD amie.
Par le g6enral de division, repr6sentant le gouvernement provisoire:
Le colonel, membre du conseil consultatif,
Sign : DAvID St-PREUx.


PROCLAMATION du Gouvernement provisoire, pour tranquilliser les
citoyens des campagnes.

(Port-au-Prince, le 5 aoft 1843.)

AU NOM DU PEOPLE SOUVERAIN.
Haitiens,
Le Gouvernement provisoire apprend avec douleur que des mal-
veillants, volant troibler la tranquillity publique, font croire A nos
3









AoUlti843. 34 -
freres des campagnes que l'on est dans l'intention de ditruire les
petites propriets afin de r6unir leurs possesseurs dans les grands
ateliers. Jamais de pareilles intentions ne sont entrees dans la pens6e
de ceux que vous avez appel6s A vous gouverner provisoirement.
Un des grands principles de notre R6volution reg6naratrice a eu
pour objet le maintien et le respect des propri6tis et des droits
acquis. Ce serait done outrager ces principles que de porter atteinte
A la petite propridtW.
Le gouvernement, fiddle a son mandate, s'occupe serieusement de
vos intrets ; attended avec came et confiance, et sous peu, chers
concitoyens, vous en recueillerez les heureux r6sultats.
Des troubles ont kclatO sur diff6rents points de la Republique;
le Gouvernement est instruit que les ennemis de la patrie, se sont
servis en grande parties de cette fausse insinuation pour vous entrainer
dans l'erreur. N'y ajoutez point foi, et croyez A la parole que vous
donne ici le Gouvernement Provisoire, que l'am6lioration de votre
position fera toujours l'objet de sa plus constant sollicitude.
Des measures sages et 6nergiques ont WtL prises par le Gouverne-
ment dans I'inlIrdt de l'ordre public; il attend pour resultat le
retour de la tranquillity g6ndrale: ce qui sera consolid6 par les ins-
titutions lib6rales que devra 6lablir le pacte social que vos consti-
tuants sont appeles A donner au people Haitien.
Vive la Libert6 !
Vive l'Ind6pendance!
Vivent les principles de la Revolution !
En la Maison Nationale du Port-au-Prince, le.5 aoit 1843, an 40e de
l'Independance, et le Jer de la Regenbration.
Signed: J.-Cme" IMBERT, GUERRIER, N. SEGRETIER.



DCCRET du Gouvernement provisoire, qui mobilise la Garde national
dans toule la Rdpubliquw.
(Port-au-Prince, le 5 aoit 1843.)
Liberte. Ou la Mort.
RlPUBLIQUE IAITIENNE.
Au nom du Peuple Souverain.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, considdrant que la majeure parties









35 AoCsta843.
de la garde national sold6e se trouve en march, sons les ordres
du g6nAral de division Charles H6rard ain ;
ConsidBrant que les circonstances actuelles requibrent le concourse
de tous les citoyens, et vu les articles 115 et 116 du d6cret du 29
mai dernier, sur l'organisation de la Garde national.
Le conseil consultatif entendu;
DWcrkte:
Article Ier. Les gardes nationals de toutes les communes de
la R6publique doivent se tenir pr4tes, a toutes les requisitions qui
leur seront faites, pour le maintien et la surete de lordre public.
Art. 2. Le Maire de chaque commune est charge de l'execution
du pu~sent d6cret.
Donn6 en la Maison Nationale du Port-au-Prince, le 5 aoit 1843,
an 40* de 'Ind6pendance d'Haiti et le Jer de la R6g4neration.
Sign6: J.-Cm*. ImnBBT, GUEBIKER, N. SERzTInB.




CImCcAIRE du Gouvernementprovisoire, aux commandants d'arron-
dissement, pour la convocation de la garden national.

Port-REpublicain, Io 5 aout 1843.

Les Mvenements qui se preparent dans le sud de la Republique,
exigent qu'il soit pris de promptes et 6nergiques measures pour ra-
mener la paix et la tranquillity que les ennemis de la R6publique
cherchent A trouble.
Le concours de routes les autorites, dans cette grave circonstance,
doit s'effectuer avec zele et celeritd, d'apres le decret du Gouverne-
ment provisoire en date de ce jour, et don't copie vous est adressee.
En plus, an Maire de la capital : < Le Maire de la capital est
invite a donner ses ordres pour que la garde national fournisse,
dans le plus bref delai, un escadron de trois companies d'infanterie,
qui feraient parties d'un corps de troupes qui va se rendre dans le
department du Sud. .
Le Gouvernement provisoire ne doute pas de l'empressement que
mettront les gardes nationaux a voler au secours de la Patrie.









Aofit 1843. 6 -


PROCLAMATION du Comitd municipal de la commune des Cayes aux
habitants de la dite Commune.

(Aux Cayes, le 5 aofit 1843.)

AU NOM DU PEOPLE SOUVERAIN.

Citoyens, FrBres et Amis,
Tandis que tous les coeurs s'ouvraient A l'espdrance d'un heureux
avenir que promet la belle et glorieuse revolution qui vient de s'ac-
complir ; tandis que le Gouvernement provisoire, sainte puissance
de la Regeneration, appelait la nation a dresser le grand acte qui
doit consolider notre pays en lui donnant des institutions qui
repondent aux besoins de notre sociWtl si longtemps en souffrance,
si longtemps courbee sous la puissance infernale qui la tuait dans
l'ignorance ; tandis que tous les enfants d'Haiti resserraient leur
fraternity, leur amour, plus que jamais, en b6nissant ces deux
immortels Haitiens: Lazarre et Riviere HBrard, qui venaient de bri-
ser leurs fers,ces fers don't la rouille aurait bient6t rong6 leurs coeurs,
ces fers qu'avait forges le tyran don't la vie peut servir de module
et de lecon a ceux qui veulent faire mourir les peuples; tandis que
ces liberateurs de la patrie, recevaient la b6endiction universelle,
des malheureux, nos propres fr6res, pousses nous ne savons par
quel delire, ont tent6 d'empecher que le grand oeuvre de la reg6-
neration ne s'accomplisse, en cherchant a faire naitre au milieu de
nous l'horrible guerre civil : la guerre civil, ce monstre destruc-
teur, qui veut que le fils tue le pere, que le pere tue le fils, que
les freres s'entr'6gorgent entr'eux, que les droits de la nature se
taisent en presence des passions de sang qu'elle fait naitre.
Ils ont voulu detruire le bel ouvrage des quarante-cinq jours,
come s'il appartenait a quelques hommes de d6truire l'ouvrage
que Dieu a command6!...
Les insens6s! le 31 juillet, sur l'habitation Castel pre, le cri:
Aux Armes! s'est fait entendre : le drapeau de la discorde civil
6tait arbor !... Cette sinistre nouvelle a oblige les measures les plus
actives. Les Gardes nationaux de notre commune, de Torbeck, de
Cavaillon, du Port-Salut, le 12 regiment et une piece d'artillerie
ont Wte dirig6s contre eux. Le premier de ce mois, notre cavalerie
envoybe pour reconnaltre la position de l'ennemi, a dtfail les quel-









37 Aoit 1843.
ques cavaliers qui avaient os6 I'attaquer; ils ont eu parmi eux beau-
coup de blesses, don't deux frappes A mort.
Les ennemis de la patrie, quand ils ont su que nous marchions
contre eux, ont quitt6 leur camp et ont fui vers la Ravine-S6che.
Nos troupes ont suivi cette direction. Le trois, un engagement a eu
lieu dans les auteurs de l'habitation Leblanc. Ils ont WtB compl6-
tement battus: ils ont pris la fuite. ConsidBrablement de morts et
de blesses de leur c6t6. Nous avons fait beaucoup de prisonniers.
Ces homes ont Wt6 traits avec rI'umanite qu'ils m6ritaient, car
ils nous ont dit : nous avons Wte trompds, on nous a dit qu'on vou-
lait nous rendre esclaves, qu'on voulait 6ter notre morceau de terre.
Noes devons plaindre amerement ces freres que le mensonge et
Y'adresse ont seduits ; plaignons-les de coeur, parce qu'ils sont nos
freres: ils ne sont point coupables !
Ceux qui ont fait couler notre sang rendront compete de leur
crime A la nation entire, ce sang retombera sur leur tote !!!
A nos freres 6gards amnislie pleine et entire est accordie; qu'ils
retournent au sein de leur famille; qu'ils abandonnent les auteurs
de cet infme complot qui, par le mensonge, les a entrainds A
se joindre a leur criminal project. Nous leur promotions qu'ils ne
seront aucunement recherch6s; le passe sera oubli6.
Nos troupes poursuivent leur objet; bient6t, sans efforts, le peu
de ces malheureux qui persistent dans leur infernal croyance seront
d6fails et disperses.
Ceux qui conspirent contre le bonheur general ne sauraient triom-
pher ; car la cause qui n'est point celle de tous trouve peu de
partisans.
Bient6t, esperons-le avec tranquillity, la paix et l'ordre seront
retablis. Soyons calmes, protons sans cesse notre concours pour le
maintien de l'ordre public; et chaque fois que les ennemis de la
patrie oseront se montrer, ils disparailront devant nos forces, car
ce sont celles de la justice et de l'egalit6 !!!
Donned en la Mairie des Cayes, ce jour 5 ao-it 1843, an 408 de l'nd4-
pendance d'Haiti, et le Jer de la Reg6neration.
Le Maire de la commune, Sign6 : DAUBLaS.
Les membres du comite, Sign6 : SAMBOUR, DucosSE, MASSIsU, GELLiE
et DUROCHER.
Le Secrdtaire, Sign4 : GRANDCHAMP fils.









Aoft 1843.


D)CRET sur la naturalization et la navigation des bdliments de
commerce.

(Port-Ripublicain, le 10 aoft 1843.)

LibertY. On la Mort.
REPUBLIQUE HAiTIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, consid6rant qu'il imported a l'hon-
neur national que le pavilion haitien ne puisse Wtre arbor que sur
des bitiments haitiens ou r6put6s tels ;
ConsidBrant que, pour que les avantages assures au pavilion
haitien ne puissent degen6rer en abus, il est necessaire de fixer des
regles pour la naturalisation et la navigation des bAtiments destines
au commerce de long course;
Apres avoir pris l'avis du Conseil consultatif;
Decrete :
TITRE Ier.

De l'acte de naturalization.
Article Ier. Aucun batiment ne sera r6pute haitien, n'aura
droit aux privileges et avantages des bitiments haitiens, s'il n'a
pas Wt8 construit en Haiti, ou naturalist dans les formes ci-apres,
ou d6clar6 de bonne prise faite sur l'ennemi, ou confisqu6 pour
contravention aux lois de la republique; s'il n'appartient pas enti&-
rement A des haitiens, et si les officers et la moitie de 1'6quipage
ne sont pas haitiens.
Art. 2. Un bAtiment stranger ne pourra Wtre naturalist qu'au-
tant que la propriWte en aura 6tL transmise A un haitien, par un
acle authentique.
Art. 3. Le tonnage du bAtiment sera constat6 suivant la for-
mule d6terminie ci-apres, par le jaugeur du port ou le batiment
se trouvera ancre.
Art. 4. Tout proprietaire de bAtiment sera tenu de souscrire
une affirmation concue en ces terms :
( Je nomss, diat, domicile) jure et affirme que (le nom du bdti-


- 38 -








39 AoUt 1843.
c ment, du port auquel it appartient) est un (espice, tonnage du bd-
c timent, et description, suivant le certificate dujaugeur), a Wt6 cons-
c truit a (lieu de construction), en (annee de construction; s'il a did
c construct 4 l'dtranger, dnoncer la date de la vente et le nom de
c lofficier qui 'a rescue; s'il a ld pris ou confisque, on perdu sur la
t cdte, exprimer le lieu, le temps des jugement et vents), que je suis
a seul propri6taire du dit bAtiment, ou conjointement avec nomss,
c diat, domicile des intdressds), et qu'aucune autre personnel quel-
( conque n'y a droit, tire, interet, portion ou propriWt ; que je suis
( haitien, ainsi que les associes ci-dessus (s'il y en a) ; qu'*ucun
e stranger n'est directement ou indirectement interess6 dans le sus-
c dit bitiment. *
Art. 5. Le chef des movements du port se transportera a bord
du bitiment, pour en v6rifier la description et le tonnage ; il en
delivrera certificate, et en sera responsible.
Art. 6. --La demand en naturalisation sera adress~e i la section
des finances et du commerce, avec toutes les pieces a I'appui.
Art. 7. L'acte de naturalisation contiendra les noms, 6tat, do-
micile du proprietaire, et son affirmation qu'il est seul propritlaire
(ou conjointement avec des haitiens, don't it indiquera les noms,
dial et domicile); le nom du bAtiment, du port auquel il appartient;
le temps et le lieu ofi le bftiment a WtB construit, la date de la vente,
de la condemnation ou de l'adjudication et le nom de I'autorit6 qui
y a procede ; le nom du jaugeur, qui certifiera que le bAtiment est
de construction..., qu'il a... mAts..., pouts; que sa plus grande
longueur, de l'6peron a l'6tambot, est de... pieds... pouces ; que
sa plus grande larger est de... pieds... pouces; que sa hauteur,
entire les deux points, est de... pieds..., pouces ; (s'il n'y a qu'un
pont) que la profondeur de la cale est de... pieds... pouces; qu'il
dmesure... tonneaux, qu'il est un navire, ou brick, ou goelette, ou
bateau, qu'il a ou n'a pas de galerie ou de tate.
Art. 8. Aucun haitien r6sidant en pays stranger, ne pourra
6tre propri6taire, en totality on en parties, d'un bitiment haitien, s'il
n'est pas associ6 d'une maison de commerce haitienne, faisant le
commerce en Haiti, et s'il n'est pas prouv6 par le certificate du consul
d'Haiti, dans le pays stranger oiu il reside, qu'il n'a point prW~t ser-
ment de fidelity a cet etat, et qu'il s'y est soumis A la jurisdiction
consulaire d'Haiti.
Art. 9. Tout haitien qui pr6tera son nom a la naturalisation
d'un bAtiment stranger, en faveur d'un 6iranger, ou qui concourra





I's









Aoft 1843. 40 -
comme officer public & une vente simul6e, sera condamn6, par
corps, A une amende de deux mille gourdes, et declare incapable
d'exercer aucun emploi. Le jugement de condemnation sera public
et affichM.
Art. 10. Le propri6taire donnera une soumission et caution
de vingt gourdes par tonneau, si le batiment est de deux-cents ton-
neaux et au-dessous ; de trente gourdes par tonnean, s'il est au-
dessus de deux-cents tonneaux ; et de quarante gourdes par ton-
neau, s'il est au-dessus de quatre-cents tonneaux.
Art. 11. I se soumettra, par ce cautionnement, et sous peine
de contrainte, au pavement des sommes y 6noncees, sans prejudice
de toutes autres condamnations, A ne point vendre, donner, preter
l'acte de naturalisation, ni a en disposer autrement ; A n'en faire
usage que pour le service du bAtiment pour lequel il est accerd6; A
rapporter l'acte de naturalisation au bureau de la marine, si le bAti-
ment est pris par 1'ennemi, brAlI, ou perdu de quelque autre ma-
niere,vendu en parties ou en totality A un stranger ; et ce, dans un
mois, si la perte ou vente de la totality ou parties du batiment a
eu lieu sur les c6tes d'Haiti ; et dans trois, six, ou neuf mois, sui-
vant la distance des autres lieux de perle ou de vente.
Art. 12. Toute vente de batiment, ou de parties de batiment,
contiendra la copie de l'acte de naturalisation, et sera faite parde-
vant un officer public.
Art. 13. Les ventes de parties du bAtiment seront inscrites,
par extrait, au dos de l'acte de naturalisation, par le commissaire
de la marine, qui en tiendra registre, et auquel il sera pay6 trois
gourdes pour chaque endossement.
Art. 14. Si l'acte de naturalisation est perdu, le propri6taire,
en affirmant la sinc6rit6 de cette perte, en obtiendra un nouveau,
en observant les m6mes formalit6s et A la charge des m6mes cau'
tionnement, soumission et declaration que pour l'obtention du
premier.
Art. 15. Si, aprbs la d6livrance de l'acte de naturalisation, le
batiment est change dans sa forme, ou son tonnage, ou de toute
autre manibre, on en obtiendra un nouveau; autrement le bitiment
sera reput6 bAtiment stranger.
Art. 16. 11 sera pay6, a l'avenir, pour chaque naturalisation de
bAtiments strangers, savoir:
10 Pour ceux de cent tonneaux et au-dessous, cent gourdes fortes
ou d'Espagne;









4 Aout 843.
2* Pour ceux de cent & deux-cents tonneaux, deax-cents gourdes
fortes ;
30 Pour ceux de deux-cents a trois-cents tonneaux, trois-cents
gourdes fortes ;
4o Pour ceux au-dessus de trois-cents tonneaux, quatre-cents
gourdes fortes.
L'acte de naturalisation ne sera delivr6 que sur le vu de la quit-
tance du pavement de ce droit, au tresor public.

TITRE II.
De la police de la navigation.
Art. 17. Indipendamment des obligations imposees par le
code de commerce, tout batiment sera soumis aux regles suivantes.
Art. 18. Les noms du bAtiment et du port auquel il appar-
tient seront marquis a sa poupe, en lettres blanches de quatre
pouces de hauteur, sur un fond noir. Defenses sont faites d'effacer,
couvrir ou changer les noms du batiment ou du port, sous peine de
mille gourdes d'amende, solidairement et par corps, centre les
propn6taires, consignataires, agent ou capitaine.
Art. 19. En execution de l'art. 222 du code de commerce, les
visits des navires seront faites par deux officers visiteurs, en pr6-
sence du chef des movements du port, qui en dressera proc6s-
verbal.
A dafaut d'officiers visiteurs, 1'6tat du bAliment sera constat6 par
deux anciens navigateurs ou capitaines de navire.
Art. 20. Une moiti6 du produit des condamnations et amendes
pronounces en vertu du present decret, frais deduits, sera donnDe
au denonciateur ou aux officers et pr6pos6s d'administration, ayant
agi d'office ; l'autre moiti6 sera versee au tr6sor public.
Art. 21. Le tonneau 16gal est de deux milliers pesant, on de
quarante-deux pieds cubes, measure francaise en usage.
Art. 22. Le tonnage des bAtiments sera calcul6 de la mani6re
suivante :
a Ajouter la longueur du pont, prise de t6te en tAte, A celle de
c 1l'trave a I'Mtambot ; deduire la moitie du produit; multiplier le
( reste par la plus grande larger du navire au maitre bau ; multi-
( plier encore le produit par la hauteur de la cale et de 1'entre-
( pont, et diviser par cent-dix : le quotient donnera le tonnage
6 Agal du navire.




-^r 'p-ST. .. -' 7. -': 'J 7' '-- : j^^^^ ,, .- -.-- -- ;. --





Aoit 1843. 42 -
c Si le bitiment n'a qu'un point, prendre la plus grande longueur
a du batiment, multiplier par la plus grande larger du navire an
c maitre bau, et le produit par la plus. grande hauteur, puis diviser
( par cent-dix.
Art. 23. Le tonnage des batiments A vapeur sera calculM ainsi
qu'il suit :
to La longueur sera prise de tate en t6te, conform6ment A l'ar-
ticle precedent ;
2* On en retranchera la longueur de l'espace occupy par la ma-
chine A feu et par son approvisionnement en combustible ;
30 On mesurera la larger du navire de dehors en dehors, sur le
point, A chacune des deux extr6mit6s de l'espace occupy par la ma-
chine A feu, en ne tenant aucun compete des galleries et roues ext6-
rieures destinies A mettre le navire en movement; on ajoutera
ces deux largeurs, et on prendra la moiti6 de leur some ;
4 Le produit de cette larger moyenne par la longueur r6duite
sera multipli6 par le creux mesur6 A la pompe de secours du na-
vire ;
50 Le produit total sera divis6 par cent-dix et le quotient don-
nera le tonnage 6gal du bAtiment.
Art. 24. Dans le cas o6 des marchandises quelconques se-
raient abusivement places dans une parties de l'espace destiny, soit
A la machine A vapeur, soit an combustible, les droits de navigation
seront pays sur le tonnage qui sera alors determine par la formule
de l'art. 22 ci-dessus.
Art. 25. Les places de jaugeurs seront donnees au concours,
sur un examen public fait en presence du comit6 municipal, par
une commission d'examinateurs hydrographes.
Les jaugeurs actuellement en exercise seront maintenus dans
leurs places, si, apr6s avoir W6t examines par la commission, ils sont
reconnus capable de suivre la m6thode uniform de jauger, d6ter-
minCe par les articles ci-dessus.
Art. 26. Le commissaire de la marine, dans chaque port, sera
charge de la d6livrance des congas et passe-ports, qui ne seront va-
lables que pour un voyage.
Art. 27. Les cong6s ne seront d6livr6s que sur la repr6sen-
tation des actes de propriWte, des certificates de jauge, des procas-
verbaux de visit de navires, de la quittance de pavement des
droits de douane et de navigation, et d'un certificate du chef des
movements du port, constatant la verification de la composition de
l'6quipage, aux terms de 'article premier ci-dessus,









43- Aott 1848.
Art. 28. Apr&s la publication du present decret, aucun bAti-
ment haitien ne pourra partir du port of il sera ancr6, pour faire
un voyage de long course, sans acte de naturalisation et sans cong4,
conform6ment au present decret.
Art. 29. Les cong6s seront faits, k l'avenir, dans la forme
suivante:

g Liberty. Ou la Mort.
( RtPUBLQUE HAlTIENNE.

c Au Nom du Peuple Souverain.

( Le bAtiment nomm6 le....., du port de (en routes lettres) ton-
neaux, enregistr6 au bureau de la marine de....., ayant Wt6 re-
c connu haitien, il est declare qu'il a le droit de naviguer sous le
c pavilion national d'Haiti, et il est donned cong6 et passe-port i
c nomss et quality du capitaine), commandant le dit batiment,
c pour partir du port de....., allant ..... (nnoncer la destination du
o bdtiment), et suivre ce voyage avec le present cong, jusqu'au re-
c tour dans un des ports d'Haiti, & la charge de se conformer aux
a lois, decrets et r6glements de la RNpublique.
( En consequence, les autorites des pays amis et allies de la
< nation haitienne sont prides, et les fonctionnaires de la R6pu-
e blique sont requis, de laisser sfrement et librement passer le
a dit..... avec son dit batiment, sans souffrir qu'il lui soit fait au-
( cun trouble ni empechement quelconque, mais au contraire de
a lui donner toute faveur, secours et assistance partout od besoin
a sera.
c En foi de quoi, le present cong6 a Wte delivre par le commis-
c saire de la marine de....., sons le sceau de son office, le.....
a (meltre la date dujour, du mois et de I'annde en routes lettres) .
(Sceau.) (Signature du commissaire de la marine.)
Art. 30. Le present decret sera imprim6, public et affiche
dans toute l'etendue du terriloire de la Republique.
D6crit6 en la Maison national du Port-R4publicain, le dix aoit mil-
bhit-cent-quarante-trois, an 40* de 1'Independance d'Haiti, et le ier de la
Regn6Mtion.
Sign : J.-Cme. IMBIBa, GUznRIIm, N. SEGRETlnR.









Aoft 1843. -44-


DCRET qui supprime ls droits d'exportation et replace cet iwpdt
par d'autres droits de dosane.

(Port-RWpublioain, le 10 aoft 1848.)

Libert. On In Mort.
RePWBLIQUE IRAi TEIE.

Au nom du Peuple Souverain.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, consid6rant que les droits d'expor-
tation sont des imp6ls qui ne frappent qu'une classes de citoyens,
notamment les cultivateurs don't les products sont exports;
Considgrant que le but de la revolution ayant Wt6 de prot6ger
6galement toutes les industries et sp6cialement l'agriculture, cette
source intarissable de la richesse national, il est just de l'affran-
chir d'un impbt qui l'empeche de se d6velopper et de prosp6rer;
ConsidBrant, n6anmoins, que la suppression des droits d'expor-
lation devant priver le tr6sor public d'un revenue indispensable en
ce moment pour faire face A ses d6penses, il est necessaire d'y
pourvoir par l'6tablissement ou l'augmentation d'autres droits de
douane plus justement repartis;
Apris avoir pris l'avis du conseil consultatif;
D6crete :
Article premier. Les droits d'exportation sur les productions
du sol et de l'industrie du pays sont supprim6s.
Art. 2. Tout batiment stranger qui, en vertu de l'art. 3 du
d6cret du 24 avril dernier, relvvera d'un port a un autre, paiera un
droit par chaque 6chelle, savoir :
i0 De cent gourdes d'Haiti, pour les bAtiments de cent-cinquante
tonneaux et au-dessous.
20 De cent-cinquante gourdes d'Haili, pour les bAtiments de cent-
cinquante A deux-cents tonneaux;
3 De deux-cents gourdes d'Haiti, pour les batiments ai-dessus
de deux-cents tonneaux;
Art. 3. Le droit de tonnage, fix6 A une gourde forte on d'Es-
pagne par tonneau, sera port a deux gourdes fortes par tonneau.









45 Aoit 4843.
Le tonnage des batiments strangers sera calculi selon la formula
6tablie poun les batiments haitiens.
Art. 4. Les droits de wharfage et de pesage, I l'importation, se-
ront 6lev6s au double de ceux fixes par les tarifs de ces droits.
Art. 5.- Le present decret sera executoire a partir du dix sep-
tembre prochain.
En consequence, les dispositions des articles 1, 2, 3 et 4 ci-des-
sus ne sont point applicables aux batiments qui, avant cette 6poque,
auraient et6 expediks on auraient fait leur entree en donane.
Art. 6. Dans les vingt-quatre heures de la publication du pre-
sent decret, les administrateurs des finances seront tenus, dans leur
arrondissement respectif, de faire constater la quantity de denrees
destinees A l'exportation, que chaque n6gociant-consignataire pos-
sedera alors, soit dans ses magasins, soit dans des lieux de dep6t
a son usage.
Le proces-verbal qui en sera dress sera sign par le negociant-
consignataire, ou contiendra la mention de son refus de signer.
Au dix septembre prochain, ii sera fait 6tat des denrees ainsi
constatees, qui n'auront pas passe en douane, afin que les droits
d'exportation sur ces denr6es soient percus au fur et a measure de
leur expedition.
Art. 7. Le present d6cret sera imprime, public, affich6 dans
toute l'6tendue du territoire de la Republique.
Decr6tB en la Maison Nationale du Port-R6publicain, le 10 aoift mil-
huit-cent-quarante-trois, an 400 de l'lnd6pendance d'Haiti, et le ier dela
Reg4neration.
Sign6 : J.-Cme. IMBERT, GUERRIza, N. SzIOwrma.




DiCRET qui rTduil Pimposition territorial sur tes bois de campdce.

(Port-R6publicain, le 10 aeot 1843.)

Liberty. On la Mort.
RtPDBLIQUE HAITIMNNE.

Au nom du Peuple Souverain.

Lt GQovaluenT PRaoVsoIrE, eonsid6rant (qu, pour facility I'q
portation des bois de campache, e not ammat 1q chargement des









Aofit 1843. 46 -
batiments qui apportent des bois de construction don't Pentr4e est
deji d6clarbe franche de droits, il convient de diminuer l'imposition
territorial qui pose sur les bois de campAche;
Apres avoir pris Pavis du conseil consultatif;
Dcrete :
Article premier. L'imposition territorial sur les bois de cam-
p6che est rkduite i deux gourdes, par miller pesant.
Art. 2. Le present decret sera imprim6, public et affich6 dans
toute 1'Ntendue du territoire de la R6publique.
Decrete en la Maison Nationale du Port-R6publicain, le 10 aoit mil-
huit-cent-quarante-trois, an 40 de l'Ind6pendance d'Haiti, et le ir de la
Reg&6nration.
Sign6 : J.-Cme. IMBERT, GURBRIBR, N. SIGRETIR.



DACRET qui accord une prime encouragement aux amateurs et
constructeurs de navires haltiens.

(Port-R6publicain, le 10 aoft 1843.)

Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, consid6rant que, dans l'int6ret du
pavilion haitien, il convient de favoriser le d6veloppement de la
marine, et que, pour y parvenir, il est necessaire de donner des
encouragements aux armateurs et constructeurs de navires desti-
nes aux voyages de long course;
AprBs avoir pris l'avis du conseil consultatif;
Decrte :
Article premier. I1 est accorded a tout bAtiment haitien, une
prime d'encouragement, determine selon sa capacity, le lieu de
son voyage et la valeur de son chargement, savoir:
1* De cinquante gourdes fortes ou d'Espagne, A celui qui, jau-
geant au moins cinquante tonneaux, ira A 1'une des miles Antilles et en
rapportera une cargaison sur laquelle les droits d'importation s'6le-
veront, au moins, A deux-cents gourdes fortes.


:-; ;:~_; ::-3~1`"~n.;:7":';i.16:i~"~r-;:"' c~T~1:~r~' ~ K~9t~C~P~~-7









47 Aoiit 1843.
go De cent gourdes fortes, a celui qui, jaugeant au moins cent
tonneaux, ira au continent de l'une ou l'autre AmBrique et en
rapportera une cargaison sur laquelle les droits d'importation s'l6e-
veront, au moins, a trois-cents gourdes fortes;
3 De deux-cents gourdes fortes, A celui qui, jaugeant au moins
cent-cinquante tonneaux, ira en Europe et en rapportera une car-
gaison sur laquelle les droits d'importation s'6leveront, an moins, a
quatre-cents gourdes fortes;
4o De mille gourdes fortes, A celui qui, jaugeant au moins cinq-
cents tonneaux, ira aux Indes Orientales et au-dela et en rapportera
une cargaison sur laquelle les droits d'importation s'eleveront, au
moins, A deux-mille gourdes fortes;
Une prime d'encouragement est 6galement accord6e pour la
construction des navires en Haiti, selon leur tonnage, savoir :
lo De cinquante gourdes fortes, pour chaque batiment de cinquante
tonneaux, au moins;
2 De cent gourdes fortes, pour chaque bAtiment de soixante-
quinze A cent tonneaux;
30 De cent-cinquante gourdes fortes, pour chaque batiment de
cent a cent-cinquante tonneaux;
4 De deux-cents gourdes fortes, pour chaque bAtiment de cent-
cinquante a deux-cents tonneaux;
5o De trois-cents gourdes fortes, pour chaque batiment de deux-
cents a trois-cents tonneaux ;
6* De cinq-cents gourdes fortes, pour chaque batiment au-dessus
de trois-cents tonneaux.
Art. 3. La prime accord6e par 'article premier sera payee par
le tresor public, aussit6t le r6glement des droits d'importation.
Art. 4. La prime accordee par 1'article deux ne sera applicable
qu'aux batiments qui seront lances en mer, aprbs le 10 septembre
prochain.
Art. 5. Tout bitiment qui ira au continent de I'une ou
l'autre AmBrique, en Europe, ou aux Indes Orientales et au-dela,
sera dispense de patente pour ces voyages.
Art. 6. Le present decret sera imprim6, public et affich6 dans
toute 1'7tendue du territoire de la Republique.
D4crt6 en Ia Maison Nationale du Port-R6publicain, le 10 aoit mil-
huit-cent-quarante-trois, an. 40e de l'lnd6pendance d'Haiti, et le ir de la
R6g6neration.
Sign6 : J.-Ca. IMBEiT, GunrnE, N. SzEGRarB.









Aoft 1843. 48 -


ABRRIT de police du Comitd municipal de sl commune de Port-au-
Prince, portant defense de deposer des ordures dans les rues.

(Port-au-Prince, le 12 aoiit 1843.)

LibertB. On la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

Le comity municipal de la commune du Port-au-Prince,
Vu les articles 1, 2 et 7 de son arrete du 4 juillet, concernant le
nettoyage des rues;
A arrete ce quisuit:
Article premier. Tous ceux qui garden des animaux chez eux
ne pourront faire mettre en tas devant leurs maisons, le fumier et
la paille provenant de leurs 6curies. Ces ordures seront transportees
par les propridtaires des animaux, hors de la ville dans s l lieux
designs pour ces sortes de d6pots.
Art. 2.- II est d6fendu aux menuisiers,charpentiers et a tons ceux
qui construisent ou ddmolissent des maisons, de d6poser devant
leurs maisons ou emplacements des ripes, copeaux, terre, debris
de bois et de maconnerie, etc. Ces objets devront etre transports
a leur frais dans le lieu indiqu6 en l'article pr6c6dent.
Les terres et debris de maconnerie pourront etre jets dans les
rues creuses apres avis donn6 au commissaire de police.
Art. 3. Les contrevenants aux dispositions du present arrAte
seront passibles d'une amende d'une a cinq gourdes.
Art. 4. Les commissaires, officers et agents de police tien-
dront strictement la main A l'ex6cution du present.
Arrdt6 en ]a Maison communale du Port-au-Prince, le 12 aolt 1843,
an 40e de 1'Ind6pendance et le e"r de la R6Bgn&ration.
Sign : J. PAUL, P. JEANTON, Pierre MomrN, J.-A. MinAaBtu, A. Etit,
L. DENTS, H. LucAs, E. NAU, B. LBSPINASaS, E. LUneo, FA-
VAID, PANAYOTI.









49 Aout 18 -"


ADRESSE du Comitd municipal du Port-au-Prince aux habitants de
la plaine et des mornes de la Commune du Port-au-Prince.

(Port-au-Prince, le 12 aoit 1843.)

LibertM. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

Les ennemis du repos public, envieux du regne de la liberty et
de l'union que ]a revolution a fait succ6der an despotisme et au d-
sordre du gouvernement dechu, cherchent a entraver la cause du
progres et I'accomplissement des processes de la R6generation du
pays, en accr6ditant dans vos esprits des mensonges perfides. Uls
veulent perdre le pays, en vous 6garant. C'est pour parvenira ce but
qu'ils vous disent que vous serez d6possed6s des biens que vous
avez acquis et de ceux que la nation vous donna, en recompense
d'anciens services. Ce n'est pas vrai; la revolution au contraire vous
assure plus que jamais la jouissance de vos propri6tes. Au con-
traire, le gouvernement et les municipalitis, en ktendant leur pro-
tection sur elles, en les preservant du vol et des rapines, ont sur-
tout a coeur de les voir prosperer; vos biens, loin done de vous
Wtre ravis, vaudront davantage. Des traitres vous disent que les
strangers vont devenir proprietaires dans le pays. C'est faux. Ceux
qui sont appel6s A faire notre constitution sauront, A cet 6gard, res-
pecter le voeu formel de la nation.
N'6coutez point les perfides instigateurs qui essayent par de sem-
blables moyens de nous diviser. En restant unis, nous seront forts.
Notre disunion ne pourrait autrement que compromettre notre
nationality.
Demeurez calmes et tranquilles, soyez tout A vos travaux, faites
les fructifier en bons citoyens, pr6parez vos entants a recevoir l'ins-
truction gratuite dans les icoles que la commune ne tardera pas A
6tablir dans les planes et dans les mornes.
C'est A la condition de la tranquillity publique que toutes ces
ameliorations pourront se raaliser. Ayez confiance dans ceux qui
Ss'occupent A r6aliser le bonheur de tous les haitiens ilidistinctement.









Aoit 1843.


- 50 -


Donned en la Maison Municipale du Port-au-Prince, le 12 aodt 1843, an
40* de l'Independance, et le ler de la R6g6n6ration.
Sign : J. PAUL, P. JEANTON, P. MORIN, J.-A. MIRAMBEAU, A. ELIE, St-
AMAND, B. LESPINASSE, E. NAU, H. LUCAS, U. ERRi., FavARD,
T. BOUCHEREAU, L. DENIS, C. DEVIMEUX, E. LINDOR et P.
PANAYOTI.




DECRET qui accord aux magistrates des dmolu-
ments de presence.


(Port-R4publicain, le 14 aofit 1843.)

LibertO. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, considdrant que, dans I'inter6t de
la justice distributive et pour assurer l'ind6pendance de la magis-
trature, il convient d'assurer aux magistrats un traitement honorable
et qui leur permette de se consacrer entierement i 1'tude des lois;
Considerant que les traitements fixds en 1819, 6tant reconnus
insuffisants, il est instant d'y supplier d'une maniere a la fois
digne et utile;
AprBs avoir pris l'avis du conseil consultatif;
Decrete :
Article premier. I est alloud a chaque magistrate, B titre d'A-
molument de presence, et par chaque audience, savoir:
1o Tribunal de cassation :
Au doyen, cinq gourdes;
Aux juges ou supplants de juges, quatre gourdes;
Au commissaire du gouvernement ou a son substitute, quatre
gourdes.
2o Tribunaux civils:
Au doyen deux gourdes;
Aux juges ou supplants de juges, une gourde cinquante centimes;








54 Ao6t 4843.
Au commissaire du gouvernement ou a son substitute, une gourde
cinquante centimes.
Art. 2. Ne sera repute audience, aux terms de l'article pr6-
cedent, que celles of des causes auront WtB plaidees, ou celles o4
des arrets ou jugements auront BtB prononc6s.
Art. 3. Le nombre de juges reconnu pour tenir audience, ne
pourra exceder celui fix6 pour la competence du tribunal.
II ne pourra 6galement Atre reconnu qu'un officer du ministtre
public, par chaque audience.
Art. 4. Les juges si6geront a tour de r61e, suivant I'ordre de
leur nomination, et sous la pr6sidence du doyen.
Les officers du ministere public s'entendront 6galement pour oc-
cuper alternativement.
Art. 5. Le juge d'instruction, a raison de ses functions, sera
considered comme present i chaque audience, et aura droit aux
emoluments de presence.
Art. 6. Si, a d6faut de juges, les supplants sont appel6s a
singer, ils auront droit aux emoluments de presence.
Art. 7. A la fin de chaque mois, il sera fait etat, par le gref-
fier, du nombre des audiences qui auront eu lieu et des noms des
magistrats qui y auront pris part, pendant le course de ce mois.
Cet 6tat sera certified par le doyen du tribunal et le Commissaire
du Gouvernement.
Art. 8. Les emoluments de presence seront percus sur la caisse
du greffe, on r6gles, en cas d'insuffisance, dans la mAme forme et
en meme temps que les traitements des magistrates.
Art. 9. Ces emoluments ne courront qu'i partir du premier
septembre prochain.
Art. 40. Le present d6cret sera imprim6, public et affich6 dans
toute 1'etendue du territoire de la R6publique.
Ddcr6te en la Maison national du Port-REpublicain, le quatorze aot mil-
huit-cent-quarante-trois, an 400 de 'Independance d'Haiti, et le ier de la
Reg6Anration.
Sign6 : J.-CmB. IMBERT, GUERRn R, N. SBGREuIR.




-: -~: -.~`; :d-'ir;-~ ~' .I~hij;y-TCSW=


Aout 1843. 52 -


PROCLAMATION du gdndral Lazarre, d 'occasion des 6vdneennts
du Sud.

(Cayes, le 17 aofit 1843.)

LibertB. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

LAZARRE, Gineral de division, commandant l'arrondissement de la Grande-
Anse et I'armie expiditionnaire du Sud.

Haitiens !
Le Gouvernement d6positaire de votre confiance et de vos vaeux
vient de vous donner une nouvelle preuve que la raison, la told-
rance et la liberty, ces saints processes de notre revolution, sont
desormais les principaux moyens qui doivent guider le people
haitien vers les hautes destinies que la providence lui reserve.
Au moment of les 6venements les plus d6plorables allaient re-
nouveler en notre malheureuse patrie les scenes desolantes qui
lui ont cosit tant d'infortunes et de sang, le Gouvernement a daign6
fixer ses vues sur moi pour ramener la concorde et l'union dans
les enfants d'Haiti. 1I a voulu que je vinsse au milieu de vous,
escort de cette force et de cette puissance qui ne peuvent en au-
cune circonstance lui manquer centre ceux qui tendent de rompre
cette pr6cieuse harmonie siindispensable a notre ind6pendance, en
meme temps qu'il m'a prescrit de me faire pr6ceder de la voix de
la paix et de la raison don't le language ne peut Wtre sans empire sur
des hommes libres.
Mon coeur a Wte agit6 des plus poignantes souffrances en voyant
la malheureuse population des Cayes divis6e en deux camps op-
poses, prete a livrer encore ce pays aux terrible convulsions oul
des frWres du mmme sang, des enfants dela mmme cause, des haitiens,
hllas meconnaissant les liens les plus sacr6s de la nature, se dis-
posaient a consomrer dans le plus criminal massacre la ruine de
la nationality haitienne.
J'ai accompli les vues du Gouvernement qui veille avec tant de
sollicitude sur votre avenir. Au milieu de cette exasperation, de ce









53 Aott 1843.
fanatisme implacable auquel vous vous abandonniez, je n'ai point
voulu trouver de coupables parmi vous; je n'ai point voulu que
nous eussions A deplorer la moindre goutle du sang haitien ; j'ai
jete un voile sur toutes les erreurs ; je n'ai vu en vous que des
freres 6gares, je vous ai rapprochs ; j'ai voulu que la saintete du
temple de Dieu, la voix Bdifiante de ses ministres, vous penetrassent
du plus profound remords, et ensemble nous avons Wet nous pros-
terner au pied des autels du TrBs-Haut, et remercier sa toute-puis-
sance d'avoir fail descendre dans nos cceurs sa bienfaisante lumiere
en ramenant parmi nous cette paix et cette concorde sans lesquelles
le nom haitien s'effacerait A jamais du rang des nations.
Pouvez-vous en effet oublier, haitiens, qu'il y a quarante ans a
peine qu'un despotisme impie nous ravalait aux conditions les plus
abrutissantes ; que les chaines de l'esclavage nous condamnaient a
la plus cruelle abjection, tandis qu'un fouet dechirant arrosait im-
pitoyablement ce sol de notre sang ? Avez-vous cesse de fr6mir de
ces potences, de ces bdchers, de ces fosses ardentes od vos peres
ont expire dans les supplices les plus affreux ? Non, haitiens, ces
Apoques de deuil et de crimes ne peuvent s'effacer de notre sou-
venir; elles se perpelueront sans cesse dans notre m6moire; elles
reviendront sans cesse sous nos yeux avec leurs sanglants tableaux.
Craignons qu'elles ne reparaissent encore dans notre beau pays ;
tremblons de souffrir des m6mes martyrs par lesquels nos peres
ont succomb6... Aurez-vous donned au monde entier l'exemple de
la plus glorieuse emancipation, pour vous replonger vous-memes
dans l'infAme esclavage don't vous vous etes si noblement laves.
Vous etes les homes les plus libres du monde, car aucun people
n'a conquis sa liberty plus heroiquement que vous. Savez-vous
comment vous avez conquis cette liberty ? Vous l'avez conquise
en vous unissant, en vous resserrant, en ne faisant qu'un faisceau,
qu'un people de freres ; vous ne maintiendrez cette precieuse li-
berth qu'a ces m6mes conditions.
Et du jour of vous serez assez aveugles pour turner centre vous-
mAmes des armes fratricides, sachez-le bien, I'esclavage reparallra
sur vos plages avec son horrible cortege et vous imposera encore
ses chaines, ses fouets et son infamie.
Organe de votre sage et bienveillant Gouvernement, j'ai pro-
nonc6 le mot amnistie,je vous ai tous renvoy6s A vos travaux. Soyez
reconnaissants envers le Gouvernement du grand acte de cl6mence
qu'il vient d'accomplir envers vous; sachez vous rendre dignes de












ses bont6s; ayez confiance en ses actes; efforcez-vous, par vos nobles
travaux et les productions de notre sol si fertile, d'attirer en notre
pays les resources et les richesses du commerce; faites en sorte
que le Gouvernement n'ait point A l'avenir a appesantir sur vous le
glaive de la loi don't il n'a point voulu vous frapper en ce jour.
Persuadez-vous qu'il n'y a sur la terre d'Haiti que des haitiens ;
que le r6gne de la liberty, de 1'6galit6 ne pent 6tre une illusion;
que vos droits et vos garanties trouveront toujours la sauvegarde la
plus assuree dans le Gouvernement qui vous dirige. PNnktrez-vous
6ternellement de cette maxime : L'union faith la force, et que cette
profonde v6rit6 soit le gage indissoluble de votre liberty, de votre
ind6pendance, de votre bonheur et de votre nationality.
Vive la souverainet6 du people !
Vive l'Indipendance !
Vive la liberty et 1'egalit6 !
Vive le Gouvernement provisoire !
Donn6 au Quartier-g&n6ral des Cayes, le 17 aoft 1843, an 40" deoln-
d6pendance et le ier de la R4g4nBration.
Sign6 : LAZAMaE.
Par le G4ndral:
Le Chef d'escadron, aide-de-camp,
Signed: Ane. LAFOREST.



PROCLAMATION du Gdneral Ch. Hdrard aind, d l'arme expddition-
naire du Nord et de I'Est, sur les dvdnements du Sud.


(Port-R4publicain, le 18 aofit 1843.)

Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.
CHARLES HARARD ain6, Gineral de division, reprisentant le Gouvernement
prorisoire et commandant en chef de FArmie en movement dans les par-
ties du Nord et de FEst.
Soldats, frAres et amis,
II n'est pas besoin de vous dire que vous avez acquis des droits
ct des titres A la destruction de la tyrannie : comme moi vous avez


Aolt 1843.


- 54 -








55 Aoft 1843.
le sentiment de vos cruelles privations, de vos fatigues infinies, de
vos nobles et heroiques sacrifices pour la restauration de la liberty.
Rien sans doute n'6gale la champagne memorable que nous venons
de terminer : dans aucun temps difficile l'armee n'a eu pour la
liberty du people un devouement si pur, un patriotism si 6claird,
si moral Marches forcees, veilles, maladies, risques et perils, rien
n'a pu attiedir votre ardeur, epuiser votre courage civil et militaire:
une bataille n'efit pas rehauss6 votre gloire.
En consacrant entierement votre existence au bonheur de la pa-
trie, vous avez justifi6 que vous aviez l'amour des douleurs que vous
eprouviez; et certes, en vous voyant jouir de vos souffrances en-
durees pour la paix publique, pour le repos de vos concitoyens, les
ennemis de la revolution restent convaincus que vous saurez mourir
pour la conserver.
Le passage de l'arm6e, le succ6s de sa mission, sont marques
partout par l'oubli du pass : renonciation A toute action en repr6-
sailles, tolerance, generosit6, reparation d'injustices, restitutions de
tires extorqu6s, cl6mence, respect des proprietes et des per-
sonnes. Aussi, dans toutes les parties du territoire od vous avez
plante le drapeau de la revolution, au milieu du people oa les
principles de la regeneration ont te expliques, Liberld, Ordre pu-
blic, Union, sont devenus la devise des gens de bien, le vceu una-
nime de tous les cneurs qu'achauffe l'amour de la palrie.
La joie, I'alligresse avec laquelle on a celebre notre arrive, le
regret qui a accompagn6 notre depart, attestent que vous avez bien
merit de la patrie Honneur a vous honneur au nom haitien !
Mais c'est avec le coeur navre que je vous announce l'animosit6
d'une famille des Cayes contre vous, centre la revolution. Trop
liches pour concourir a la revendication de la liberty, lorsque les
foudres de la tyrannie menacaient les r6volutionnaires du dernier
supplice ; trop ambitieux pour oser aspirer A effacer notre gloire,
a vous combler d'ingratitude, aujourd'hui que vous avez chasse le
despite don't ces homes denaturAs 6taient les vils supp6ts... Ces
homes veulent vous deposs6der de votre ouvrage, vous arracher
le fruit de vos p6nibles travaux, en r6tablissant le joug de la tyrannie
sur vos tWtes fires de la victoire, et renverser I'autel de la liberty
que vous venez de reliever si magnanimement !...
La famille Salomon propose aux fils de s'armer du poignard as-
sassin contre leurs peres, aux oncles contre leurs neveux... Les par-
ricides !










Aoilt 1843. 56 -
Que la patrie soit livr6e aux strangers, qu'importe pourvu que
leur haine contre le people soit assouvie... Mais, grace a la Provi-
dence, la masse a rdpugn6 A les comprendre. La lumiere du
crime n'efface jamais les affections des parents : en effet, leur cri de
discorde, leur alarme de guerre intestine n'a point eu de retentis-
sement aux oreilles de la grande famille haitienne Nouveaux
Saturnes les Salomon restent seuls alt6res du sang de leurs neveux!
DWsesperes de cette implacable infamie, ils se sont jets dans les
bois. Loin de s'en repentir, de reculer d'horreur sur eux-memes,
ils ont au contraire redouble d'efforts criminals, ils ont entrepris
d'instiguer, par d'atroces calomnies, mon frAre de danger centre
moi... Ils ont cru le s6duire pour le mettre dans la confidence de
leur t6n6breux projet... Ils font appel A l'illustre Lazarre Mais le
grand homme ne repond qu'i la voix de 1'honneur et de la vertu:
il ne descend jamais des sommites sociales o6 surtout l'affection
de ses concitoyens l'a Blev6, pour, en se suicidant, se pr6cipiter
dans le neant. La reconnaissance contemporaine, comme celle de
la posterity, assure dejA au nom de Lazarre, pour sa part de gloire
dans notre morale Revolution, cette vie qui immortalise le guerrier
regenerateur de son pays. Deji, sans doute, il a r6duit les conspi-
rateurs, car les colonnes de la liberty, obbissantes A sa voix, har-
celent les parricides jusque dans leur dernier retranchemenl.
Toutefois, soldats, freres et amis, soyons infatigables; tenons-nous
prets A voler aux combats pour rassurer nos families, balayer de
notre sol les moindres vestiges de prejug6 et de discorde, retablir
l'harmonie des coeurs, cimenter l'union d'une maniere indissoluble,
reconstituer la nation, en lui donnant un gouvernement d6finitif
puissant.
Jurez done avec moi de ne point poser vos armes jusqu'A ce qu'il
n'y ait plus de reaction centre la Revolution, centre la liberty,
centre la tranquillity publique ; de combattre jusqu'a extinction les
industries d'anarchie comme les ennemis de l'ind6pendance natio-
nale. Alors, rentrant dans vos foyers domestiques, vous aurez droit
de dire avec un noble orgueil: J'appartenais A cette armee reg6ne-
ratrice d'Haiti de 1843.
Vive le Peuple souverain !
Vive la liberty !
Vive l'egalit6 !
Vive l'arm6e exp6ditionnaire !


;7"'9P~~~~"""""-'1"rP~p-p-;-~W""~t '-;a




' ,* ... ." -- K k





57 Aout 1843.
Donn6 au Quartier-g6n6ral du Port-R6publicain, le 18 aoft 1843, an 40*
de l'Indipendance d'Haiti et le Jer de la Regindration.
Sign6 : Charles HfRARD atn6.
Par le general de division, reprdsentant le Gouvernement provisoire :
Le colonel, membre du Conseil consultalif,
Sign6 : DAVID ST.-PREUX.



ARRtTe du Gouvernement provisoire, qui nomme le g6nral Lazarre
membre du Gouvernement provisoire.

(Port-R4publicain, le 19 aofit 1843.)

Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAiTIENNE.
Au nom du Peuple Souverain.
LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, consid6rant que la mort du general
J.-A. Voltaire a laiss6 dans son sein un vide qu'il est instant de
remplir ;
ConsidBrant que le gAenral de division Lazarre, par les services
rendus dans la prise d'armes de notre glorieuse et memorable R6-
volation; et que nagu6res encore, par la repression de la tentative
contre-revolutionnaire d'une portion des habitants de JRr6mie, ii a
sauv6 le pays des horreurs de I'anarchie et de la guerre civil ;
Consid6rant enfin que tant de services sont pour lui de nouveaux
titres a la reconnaissance national;
Le Gouvernement provisoire, pour ajouter un nouveau fleuron i
la couronne civique qu'a m6rit6e si justement cet oflicier general;
A arrWte ce qui suit :
Article ler.- Le g6n6ral de division Lazarre est nommb Membre
du Gouvernement provisoire, pour prendre rang a la date du pre-
sent arret6.
Art. 2. Le present arrete sera imprim6 et public dans toute
l'6tendue de la R6publique, conformement au mode prescrit.
Donn6 en la Maison Nationale du Port-R6publicain, le 19 aoit mil-
huit-cent-quarante-trois, an 40e de I'lnd6pendance d'Haiti, et le Jir de la
R4gen4ration.
Signb : J.-Cme. I MBaRT, GuaERI R, N. SoGRBTInr C. HERABD aioe.










Aoft 1843.


- 58 -


DECRET qui accord une pension viagire d la veuve de Jean-Jacques
Dessalines.

(Port-Republicain, le 21 aofit 1843.)

LibertY. Ou la Mort.
REPUBLIQUE IHATIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, considerant que Jean-Jacques Des-
salines, pour avoir Wte le lib6rateur d'Haiti, en brisant le joug avi-
lissant des colons, s'est acquis un droit imprescriptible A la recon-
naissance national ;
Considerant que les erreurs dans lesquelles s'6tait jet6 cet illustre
citoyen ne sauraient jamais effacer du coeur des haitiens le souvenir
des 6minents services qu'il rendit a la patrie, services qui donnent
A sa famille des titres a la recommendation publique ;
ConsidBrant que la position malheureuse de la veuve Jean-Jacques
Dessalines reclame en sa faveur quelques secours de la nation ;
Le Conseil consultatif entendu;

DBcrle :
Article ier. En memoire de Jean-Jacques Dessalines, il est ac-
cord &a sa veuve une pension de douze-cents gourdes, payables
par douzieme, de mois en mois, par la caisse publique.
Art. 2. Les administrateurs des finances demeurent charges
de l'ex6cution du present decret, qui sera imprime et publiA dans
toute l'etendue de la Republique.
Donn6 en la Maison Nationale du Port-RPpublicain, le vingt-un aoit
mil-huit-cent-quarante-trois, an 40e de l'lndipendance et le Jer de la Reg4-
neration.

Sign : J.-Cme. IMBERT, GUERRIER, N. SEGRBKIT C. HARABD ainc.










Aoit 1843.


- 59 -


ARRntr qui fixe lesjours el heures d'audience du Gotvernement
provisoire.

(Port-R6publicain, le 22 aoit 1843.)

Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.
Au nom du Peuple Souverain.
LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, considerant que, pour la march
du service et la prompted expedition des affaires, il est necessaire de
fixer le public sur les formes qui seront desormais suivies;
A arrte6 ce qui suit:
Article premier. Les lundi et samedi de chaque semaine
sont consacres aux audiences que le Gouvernement donnera au
public, de huit heures du matin a midi.
Art. 2. Les petitions adressees au Gouvernement seront revues
tous les jours ouvrables, par le secr6taire principal des bureaux, et
les r6ponses seront faites dans la huitaine du jour de leur presen-
tation.
Art. 3. Le present arrete sera imprim6 et public dans toute
l'6tendue- de la Republique, conformement au mode prescrit.
Donn6 en la Maison Nationale, Port-Republicain, le 22 aoiit 1843, an
40e, et le ior de notre Reg6n6ration.
Sign : J.-C-. IMBERT, GUERRIER, N. SEGRETIER, C. HiRARD aine.



AnRRgT de police du comilW municipal du Port-Rfpublicain, qui ftxe
les heures de march au Port-Republicain.

(Port-R6publicain. le 22 ao6t 1843.)

Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.
Au nom du Peuple Souverain.
Le comite municipal, pour obvier a l'inconv6nient des rixes et
scandals don't les marches et les places publiques offrent l'exemple,
les samedis et les dimanches principalement;









Aotit 1843. 60 -
Arrete ce qui suit:
Article le. Les heures de march sont fixes de cinq heures
du matin A six heures et demie du soir; une demi-heure apres,
toutes personnel trouv6es aux marches ou sur les places publiques
a vendre ou A acheter, seront arretees par la police et deposees a la
maison d'arrat, pour 6tre poursuivies, vingt-quatre heures plus tard,
par le tribunal de simple police.
Art. 2. Toutes personnel arrAtees en contravention A l'article
ci-dessus sont passibles d'une amende d'une A cinq gourdes au
profit de la caisse communale.
Art. 3. Les vendeurs de fourrage, carbon et bois a bruler ne
pourront vendre et d6poser ces articles ailleurs que sur les places
du fort Lamarre, du marched de l'Eglise, du marched du Morne-i-
Tuf et sur celle en face de la maison Dawson, a peine d'une amende
d'une gourde A cinq gourdes au profit de la caisse municipal.
Il est bien entendu que ne sont point assujettis A l'obligation du
dp6bt ceux qui vendent et colportent ces objets A dos d'animaux.
Art. 4. Les marchands et marchandes sur les places des mar-
ches sont tenius, une demi-heure avant de les quitter, de balayer
les ordures, fatras et immondices et de les mettre en tas dans la
rue, sous peine d'une amende d'une A cinq gourdes.
Art. 5. Les commissaires, chefs et sous-chefs d'escouade et
agents de la police municipal, sont sp6cialement charges de l'ex6-
cution du present arrWte.
Donned en la Maison Communale du Port-R6publicain, le 22 aoft 1843,
an 400 de l'Independance et le ier de la Regen6ration.
Sign : J. PAUL, A. ELIE, H. LUCAS. J.-A. MIRAMBEAU, L. DENIS, J.-B.
MERLET, E. LINDOR, B. LESPINASSE, FAVARD, E. NAU, C. Da-
VIMEUX.


ARRnTE du gourernement provisoire, qui explique les dispositions
du ddcret relatif 4 la demi-solde des officers en non activild.

(Port-Republicain, le 28 aoiit 1843.)

Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.
LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, consid6rant que les officers qui,









61 Aoft 1843.
depuis nombre d'ann6es, avaient enti6rement abandonn6 le service
militaire, se targuent des dispositions du d6cret du 12 juillet der-
nier, pour revendiquer des droits auxquels ils avaient eux-mdmes
renonc ;
Consid6rant qu'il est urgent de fixer irr6vocablement ceux des
officers que le Gouvernement avait en vue, en rendant le susdit
d6cret ;
A arret6 ce qui suit:
Article "r. Les officers d6missionnaires qui, A la date du 28
janvier 1843, n'ont pas pris une part active A la revolution et qui
n'auraient pas WtA employes jusqu'A ce jour, ne pourront avoir au-
cun droit aux dispositions du decret sus-pr6cit6.
Art. 2. Les officers qui auraient joui du quart de sold af-
fecte A leur grade, et tous ceux qui, par les circonstances des con-
gAs delivres A leurs corps respectifs, se trouveraient dans le cas de
disponibilit6, sont les seuls qui pourront jouir de la demi-solde
accordee.
Art. 3. A l'avenir nul officer ne sera habile A r6clamer la
faveur du decret du 12 juillet, qu'en vertu d'un ordre du gouver-
nement.
Art. 4. Le present arrAt( sera public et affich6, afin que per-
sonne n'en pretende cause d'ignorance.
DonnA & la Maison Nationale du Port-R1publicain, le 28 ao t 1843, an
40* de l'lnd4pendance, et le er de la Reg6nBration.
Sign : J.-Cme. IMBERT, GUERRIER, N. SEGRnEIn, C. HARD atn8.




AnnRRt DE POLICE qui defend le port fdarnes cachdes.

(Port-au-Prince, 29 aodt 1843.)

Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

Le comit6 municipal de cette commune, en vertu du 14 de
Particle 38 du d6cret sur l'institution des municipalities, et vu qu'il








Aoit 1843.


- 62 -


convient de prendre des measures pour le maintien de la stret6 et
de la tranquillity publique ;
A arrWte ce qui suit :
Article iJr. II est difendu a tout individu de porter toutes
armes cachees, telles que cannes a 6pAe, A poignard ou A pistolet,
couteaux droits points, poignards, pistolets de poche, rasoirs et
stylets.
Art. 2. Le simple port des armes sus-mentionnees entratnera
vis-A-vis de celui sur lequel elles auront WtA saisies l'application
d'une amende de seize a quarante-huit gourdes, independamment
de la confiscation des armes saisies, sans prejudice de plus forte
peine en cas de complicity de crime.
Art. 3. La fabrication ou la vente des poignards et pistolets
de poche, cannes a 6pBe, a poignard ou A pistolet, stylet et autres
armes defendues par la loi, sont interdites, sous peine d'application
de l'article 268 du code penal.
Art. 4. La vente des couteaux droits points et rasoirs, est
interdite sur les rues et places publiques. Le delinquant aux pre-
sentes dispositions sera possible des peines mentionnies en l'ar-
ticle 268 du code penal.
Art. 5. Les commissaires, chefs et sous-chefs d'escouade et
agents de la police municipal sont sp6cialement charges de l'exicu-
tion du present arrete qui sera public et affich6.
Donn6 en la Maison municipal du Port-au-Prince, le 29 aofit 1843, an
40e de l'Ind6pendance et le ier de la RgendBration.
Sign : J. PAUL, P. JEANTON, P. MORIN, A. ELIE, H.-J.-A. MIRAM-
BEAU, L. DENIS, J.-B. MERLET, E. LINDOR, B. LESPNASSE,
FAVARD, C. DEVIMEUX.


CIRCULAIRE du charged du portefeuille des finances et du commerce
aux comites municipaux, relative d la reddition des comptes des
anciens comites populaires.
(Port-R6publicain, le 30 aoft 1843.)
Vous 6tes invites, citoyens, freres et amis, des la reception de la
present, A vous faire rendre compete par les anciens comites popu-
laires des sommes qu'ils ont revues dans le temps, soit A titre de
pret, soit A titre de contribution, et a vous faire fournir aussi l'etat
des depenses qu'ils ont faites, pour subvenir aux besoins qu'a occa-









63 Septembre 1843.
sionnes le passage de I'arm6e populaire. Des que vous serez en pos-
session de ces difftrents documents, vous les expedierez au Gou-
vernement provisoire, qui les attend sous le plus bref delai. Vous
fournirez aussi au Gouvernement l'6tat detaille et explicatif de vos
recettes et de vos d6penses, depuis votre installation jusqu'au 31
de ce rnois.
Je vous sale.
Sign6:



DCkRET qui rapporle celui du 5 aoWt 1843, mobilisant la garde
national.

(Port-Republicain, le ier septembre 1843.)
Liberty. On la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.
Au nom du people souverain.
LE GOUNERNEMENT PROVISOIRE, considerant que les circonstances
extraordinaires od s'6tait trouv6e la R1publique et qui avaient donn6
lieu A la mobilisation des gardes nationals n'existent plus;
Le Conseil consultatif entendu;
Arrte :
Article Jer. Le dicret du 5 aout 1843, mobilisant la garde
national, est rapport.
Art. 2. Le present decret sera imprime et execute dans toute
l'etendue du territoire de la Republique.
Donn6 en la Maison Nationale du Port-R4publicain, le ier septembre
1843, an 40e de l'Ind6pendance d'HaTti et le ier de la Reg&nration.
Sign6 : J.-Cme. IMBEBT, GUEKRIU, N. SGeBTImn, C. HifanD aln6.



ARBtT. DE POLICE, qui defend de laisser libres par les rues certain
animaux.

(Port-R6publicain, le 2 septembre 1843).
Liberty. On la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.
Le Comit6 municipal de cette commune, dans l'int6ret de l'ordre,
pour arreter les d6gits commis dans les rues et sur les places publi-




- rr: "iuyr -


Septembre 1843. 64 -
ques par les animaux, et pour pr6venir les accidents qu'ils peuvent
occasionner en vaquant par la ville ;
A arrete ce qui suit:
Article ter. II est dAfendu de laisser libres par les rues les
chevaux, mulets, anes et boeufs.
Art. 2. Tous animaux sus-design6s trouvis dans les rues,
marches et places publiques, seront pris et arrAtes pour 6tre con-
duits aux paves de la commune.
Art. 3. 11 est dAfendu de nourrir devant les portes, sur la rue
ou sous les galleries, aucun des animaux sus-mentionn6s sous peine
d'une amende de cinq gourdes. Ne sont point compris dans la pr6-
sente disposition les animaux qui'ne seraient attaches sur la voie
publique que momentanement.
Art. 4. II est Agalement d6fendu de garder ou laisser libres
dans les rues les pourceaux, cabrits et moutons. En consequence,
tous ceux de ces animaux pris en contravention de la presente dis-
position seront conduits aux Apaves de la commune.
Art. 5. Les propriktaires desdits animaux pourront les r6cla-
mer avant leur entr6e aux Apaves en payant vingt-cinq centimes
pour la prise de chaque animal arrete, plus une gourde d'amende.
Art. 6. Le geblier de la commune sera tenu d'avoir un regis-
tre sur lequel seront inscrites, jour par jour, l'entr6e et la sortie de
chaque animal mis aux Apaves, en mentionnant leur signalement;
il adressera, tous les huit jours, au Maire un rapport constatant la
quantity de ces animaux, leur signalement etla date de leur capture.
Art. 7. II sera fait, dans les huit jours du dit rapport, par
l'un desjournaux de la commune et par des affiches appos6es a la
porte de la Mairie, une publication indiquant la quantity de che-
vaux, mulets, anes et boeufs qui se trouvent aux Apaves, et toutes les
circonstances relatives A ces animaux.
Art. 8. Dix jours apres la publication mentionnee au prec6-
dent article, il sera procede, devant la porte de la Mairie, apr6s une
nouvelle publication au son du tambour, A la vente aux encheres
des chevaux, mulets, Anes et beufs paves; et le produit en sera
verse A la caisse communale, deduction faite des frais de capture,
de ge6le et de nourriture, lesquels seront regl6s ainsi qu'il suit:
Prise, vingt-cinq centimes, par animal indistinctement.
Entree et sortie, soixante-quinze centimes, dito.
Nourriture, vingt-cinq centimes par jour pour les chevaux, mulets,
anes et beufs.










65 Septembre 1843.
Dito douze centimes et demi par jour pour les pourceaux, ca-
brits et moutons.
Tambour vingt-cinq centimes par chaque ban.
Art. 9. Chaque samedi il sera procdde, devant la porte de la
mairie, apr6s une publication au son du tambour, a la vente des
pourceaux, cabrits et moutons arret6s dans le course de la semaine.
Art. 10. Toutes reclamations a l'6gard des animaux paves
vendus seront faites conformement aux dispositions de la loi du 15
septembre 1828.
Art. 11. Les commissaires et les divers officers et agents de
la police municipal sont sp6cialement charges de 1'ex6cution du
present arret6 qui sera imprim6, public et affiche.
Donn6 en la Maison Municipale du Port-R6publicain, le 2 septembre
1843, an 40* de l'ndependance et le ier de la Rg6n6ration.
Sign6 : J. PAUL, P. JEANTON, P. MORN, J.-A. MItAxuB u, J.-B. Mia-
LET, J.-A. FAVARD, L. DaIs, A. Euz, E. LmNDOB et C.
DEVIMEux.




ARRiTE qui crie une charge t ingdnieur civil pour la commune.

(Port-R4publicain, le 3 septembre 1843.)

Liberty. On la Mort,
BRPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du people souverain.

LE COMITE MUNICIPAL, considerant que le bien du service des
travaux de la commune exige qu'un agent special y soit propose, a
arret ce qui suit:
Article ier. II sera cree une charge d'ingenieur civil pour la
commune du Port-Republicain; cet ingenieur civil sera tenu de
veiller a 1'ex6cution de tous les travaux qui sontdu resort du comite
municipal.
Art. 2. II sera tenu de reliever le plan de la ville.
Art. 3. II donnera l'alignement aux maisons et le nivellement
aux perrons des galleries, ainsi que l'alignement des ruisseaux, et
il aura la surveillance de leur pavage.


;
d;




A ~ ~


Septembre 1843. 66 -
Art. 4. II aura la direction des travaux de d6blais et de rem-
blais des rues, places publiques et quais, et sera charge de leur
surveillance.
Art. 5. II surveillera les travaux et les reparations des canaux
et des fontaines.
Art. 6. En cas qu'il y aurait des batiments, canaux, pont, etc.,
etc., A construire pour le compete de la commune, il sera tenu de
dresser les devis et les plans de ces Btablissements qu'il pr6sentera
A l'approbation du comit6 municipal. II aura la surveillance sur les
entrepreneurs de ces travaux. I surveillera en outre la demolition
et la reparation des batiments menapant ruine.
Art. 7. -- Il sera tenu de surveiller les travaux des grandes voie-
ries et des marches et pourra en outre atre d6lgue pour tous autres
travaux de voierie dans l'6tendue de la commune.
Art. 8. -1I aura la direction des embellissements A faire sur des
places et autres lieux publics, d'apres des plans et devis approuves
par le Comitd municipal.
Art. 9. Toutes les fois que la commune aura un arpentage A
effectuer soit dans les mornes, soit dans la plaine, l'ing6nieur sera
tenu de le faire.
Art. 10. L'ingenieur civil adressera tons les mois un rapport
sur tous les travaux de la commune ; il fera dans son rapport des
observations sur tout ce qu'il croira necessaire au bien-6tre de la
commune : sur les voices de communication A percer, des marais a
s6cher, des points, fontaines A construire, des mines a exploiter et
gendralement sur tout ce qui est du resort de l'ingenieur civil.
Art. 11. L'ing6nieur civil recevra cent gourdes d'appointe-
ments par mois.
Donn6 en la Maison municipal du Port-Republicain, le 3 septembre
1843, an 40e de 1'Independance, et le Ier de la Regeneration.
Sign : J. PAUL, P. JEANTON, P. MORIN, J.-A. M1RAMBEAU, A. ELIE,
E. LINDOR, J.-A. FAVARD, L. DENIS, J.-B. MERLET et C. Ds-
VIMEUX.










67 Septembre 1843.


DiEPCHE du Membre du Gouvernement provisoire charge de la
section de la Justice, de I'lnstruction publique et des Cultes, au
Doyen du tribunal de cassation, relative 4 la cormpe ence de ce
Tribunal.
Port-Ripublicain, le 4 septembre 1843.

Citoyen, frbre et ami,
Sur le rapport qui m'a W6t fait des difficulties qui pourraient
survenir A l'occasion de l'article 51 de la loi du 9 f6vrier 1826 re-
mise en vigueur par le d6cret du 22 mai dernier, article qui dis-
pose que le tribunal de cassation ne pourra rendre ses decisions
que lorsque le Doyen et cinq juges siegeront ou seront ddment re-
pr6sentes. Je vous informed que, sur la reclamation faite par le Tri-
bunal, immediatement apr6s la proclamation de cette loi, une lettre
du Grand-Juge a d6clar6 qu'il y avail eu erreur a ce sujet, et qu'il
avait Wte decide que la composition du tribunal de cassation s'61a-
blirait par la presence du doyen et de quatre juges.
Cette decision fondle sur ce que les arrkts doivent Wtre rendus
a la plurality des voix, les juges doivent toujours deliberer en
nombre impair, afin d'6viter tout partage (1).
Or, le D6cret du 22 mai n'ayant eu en vue que de faire revivre
la loi de 1826, que tell qu'elle avait Wtr mise en vigueur, vous vou-
drez bien tenir pour entendue la decision qui avait 6tW rendue sur
ce point, et r6gler la competence du tribunal de cassation comme
par le passe (2).
Salut et fraternity.
Sign6 :


(1) Cette d6pdche eat en manuscrit dans les papers L. P. ; je reproluis
cette phrase et la suivante tres-exactement. (E. E.)

I.
(2) A l'audience du 9 octobre 1843, le tribunal de cassation ayant pris
sihge a cinq membres, le citoyen Boisson, Commissaire du Gouvernement,
fit une requisition sur laquelle le tribunal rendit la decision suivante:
AU NOM DU PEUPLB SOUVERAIN.
Le tribunal de cassation,
Aprbs delibdrd en la chambre du conseil, a prononcd, en audience pu-
publique, ce don't la teneur suit :


r-ff-~-`e5 r-~~~in-nFiF-,---.--_~i=;-~ r










Septembre 4843. 68 -
Le tribunal donne acte au ministere public de ses rdquisitions tendantes
i provoquer du Gouvernement provisoire un decret qui fixe sa competence
A cinq juges contrairement a la loi organique des tribunaux, de 1835, re-
mise en vigueur ; attend, dit ce magistrat, qu'une simple lettre d'un
membre du Gouvernement provisoire ne peut avoir pour effet de d6roger
A une loi rendue par le corps l1gislatif; qu'il savait qu'il existait dans les
archives une lettre du Grand-Juge qui avait pour but, dans le temps,
d'ordonner de fixer la competence A cinqjuges, lorsque cette loi organique
pr6citee en voulait six, y comprise le doyen; mais que, si A cette 6poque,
le tribunal de cassation avait def6r6 A cette lettre quoique l'6peo de Damo-
cles 6tait suspendue sur la tdte des juges, la peur n'a pas suggerd sa sou-
mission ; mais bien le desir de ne pas souffrir les affai:es publiques, sa-
chant qu'alors l'on n'eit pas consent a se conformer a la loi; ordonne, en
outre, que ces requisitions soient consignees sur les registres d6poses au
greffe du tribunal de cassation; afin qu'il soit constate les motifs qui ont
empech6 l'audience de ce jour d'avoir lieu ; audience dans laquelle no
siegent seulement que cinq juges, y compris le doyen, vu le depart des
juges Acloque et Laporte ainl : l'un par le motif qu'il est subrog6-tu-
teur des mineurs L. Charles, qui sont en cause, et l'autre parce qu'il est
intkress6 dans la maison Mirambeau, qui est creanciere de la susdite suc-
cession Louis Charles, et a fait cession de sa creance aux citoyens A. Elie
et Laforestrie, negociants 6tablis en cette ville ; 4dclarant au surplus, le
tribunal, qu'il ne statuera definitivement sur les susdites requisitions
qu'apres qu'il sera reuni en assemblee g6nerale.
Donn6 de nous, Jn.-Jb. DIEUDONNI, doyen, Saladin Lamour, A. Larochel,
T. Jeanton et L. Laroche, juges, en presence du Commissaire du Gou-
vernement, au Palais de Justice du tribunal de cassation, le 9 octobre
1843, an 400 de l'lndependance d'Haiti, et le ier de la Regeneration.

II.

A l'audience du 16 octobre 1843, le tribunal a rendu I'arrdt suivant:
AU NOM DU PEOPLE SOUVERAIN.

Le tribunal de cassation a rendu l'arrdt suivant, sur les rdquisitions ver-
bales du Commissaire du Gouvernement, faites A l'audience du 9 octobre
courant, tendant a ce que le tribunal provoque du Gouvernement provi-
soire un DWcret qui fixe la competence de ce tribunal A cinq juges, at-
tendu, dit-il, qu'une simple lettre d'un membre de ce Gouvernement ne
pouvait avoir l'effet de modifier les dispositions de la loi organique des
tribunaux, remise en vigueur, et qui fixe cette competence a six juges.
Aprbs en avoir delib& r en la chambre du conseil: -Vu lesdites requisi-
tions consignees dans l'acte demand par le susdit Commissaire du Gou-
vernement et qui lui a &te octroy6 a la susdite audience ;










69 Septembre 4848.
Va la lettre du membre du Gouvernement provisoire charge de la sec-
tion de la justice, adressde au doyen du tribunal de cassation, en data du
4 septembre dernier ;
Considdrant que la lettre pr6cit6e, reque et lae en presence de plusieurs
juges et du substitute du Commissaire du Gouvernement qui venait de
singer h audience du 4 septembre susdit, a eu pour but d'expliquer que,
d&s la promulgation de la loi de 1826, le Grand-Juge avait, sur la de-
mande du tribunal de cassation, d4clard qu'il y avait errenr dans la loi A
l'6gard de la competence qu'elle fixait A six juges, et que le tribunal 6ta-
blirait cette competence a cinq juges, y comprise le doyen, qu'enfin, Ie
D6cret du 22 mai dernier n'a eu en vue de faire revivre cette loi orga-
nique que tell qu'elle avait M6t mise en vigueur ;
Consid&rant que la susdite lettre n'a pu 6tre adressee an doyen du tri-
bunal de cassation par ce membre du Gouvernement provisoire sans que
la majority au moins n'ait delib&r6 et rendu une decision sur la question;
que dans ce cas, I'explication donn6e par la susdite lettre ne peut Atre
considdr6e par le tribunal de cassation comme l'ceuvre d'un seul membre;
Que de ces considerations, depuis la reception de la susdite lettre, plu-
sieurs affaires ont 6t6jug6es par cinq juges, sans que le minister public,
representO par le substitute du Commissaire du Gouvernement, ait pr6sent6
aucune observation touchant la competence du tribunal, jusqu'an 9 cou-
rant, par des requisitions faites par le Commissaire du Gouvernement;
ConsidBrant que, depuis la loi de 1826, la competence du tribunal de
cassation a toujours 6t0 de cinq juges, jusqu'a la loi de 1835 qui 6tait
venue consacrer en principle l'usage alors suivi sans contestation aucune ;
ConsidAn ant que le Decret du 22 mai dernier, n'a pu avoir en vue autre
chose que de retablir la loi de 1826, tell qu'elle avait 6t0 execute tout le
temps qu'elle a r6gi le tribunal de cassation, loraque l'usage suivi tendait
A faire disparaitre une difficulty qui eft infailliblement occasionn6 des em-
barras dans administration de la justice;
Qu'au surplus, lorsqu'il s'agit d'une decision de I'autorit6 charge de
faire des decrets qui aient force de loi, le tribunal ne peut, surtout quand
il s'agit d'une question de competence A raison du nombre des juges, exi-
ger que cette decision soit consignee dans un acte en forme de ddcret
plut6t que dans une lettre qui fait connaitre la decision prise par l'antorite
competente ;
Qu'il n'existe aucune analogies entire le cas oiL une decision modificative
ou explicative d'une loi mane d'une autorit6 incompetente pour faire la loi,
avec le cas oii la decision en question mane de l'autorite competente; que
c'est ainsi que le tribunal de cassation ne serait pas astreint A reeevoir, sous
l'empire de la Constitution de 1816, du Grand-Juge, ou meme du Pouvoir
Ex6cutf, une decision de la nature de cells en question, parce que sons
l'empire de cette Constitution, il n'appartenait qu'au Corps LIgislatif de
fair des lois et de les modifier et expliquer ;
Qu'au lieu que sons l'empire du Decret qui constitute et organise le Gou-









Septembre 4843.


- 70 -


vernement provisoire, ce corps ayant les attributions du Pouvoir Executif,
celle du Pouvoir L4gislatif, il n'appartient done qu'a lui de modifier ou
d'expliquer les lois actuellement existantes ; qu'ainsi les explications don-
n6es au tribunal de cassation sont 16gales.
Par tous ces motifs, le tribunal rejette les requisitions du Commissaire
du Gouvernement, et declare qu'il n'y a pas lieu de provoquer le Decret
don't s'agit.
Donned de nous, Jn.-Jb. Dieudonn6, doyen, Saladin Lamour, Fs. Acloque,
A. Larochel, Thbophile Jeanton, R. Laroche, Laporte aind, juges, en pri-
sence du citoyen Boisson, Commissaire du Gouvernement, au Palais de Jus-
tice du tribunal de cassation, et en audience publique du 16 octobre 1843,
an 40e de l'Ind6pendance et le ier de la Rge6n4ration. (Les deux decisions
ci-dessus du tribunal de cassation ont 6tB reproduites par l'auteur de ce
livre tres-exactement ; elles sont sons la forme manuscrite dans les pa-
piers L. P.).




DECRET qui accord une pension viagere 4 la veuve Dorvillier
Bruno.


(Port-RApublicain, le 7 septembre 1843.)

AU NOM DU PEOPLE SOUVERAIN.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE,voulant payer un just tribute de re-
connaissance national a la m6moire de l'intr6pide chef de bataillon
DORVILLIER BRUNO, tomb6 a Le Sieur, sous la hache de la tyrannie,
mais satisfait d'avoir frapp6 d'une main sure el vengeresse, avant
d'expirer, le plus z616 ex6cuteur des volontes liberticides de BOYER,
et pr6par6 ainsi, pour sa patrie, le triomphe de la liberty ;
ConsidBrant qu'une telle action d'eclat et d'h6roisme doit Wtre
immortalis6e en l'honneur du courage civil et guerrier;
Le Conseil consultatif entendu;
DecrBte :
Article I".- II est accord a la veuve DORVILLIER BRUNO, A partir
du 2 f6vrier de cette annce, une pension viagere de six cents
gourdes par an, payable par douzimie, de mois en mois, par le
tr6sor public.









Septembre 1843.


Art. 2. Le present decret sera imprim6, public et affich6 dans
tonte 1'l6endue du territoire de la Republique (1).
Donni en la Maison Nationale du Port-Republicain, le 7 septembre
1843, an 40e de 'Independance d'Haiti, et les er de la R6gdneration.
Sign6 : J.-Cme. IMBBRT, GUEBRIER, N. SEGRETIER, C. HEARD aine.



CIRCULAIRE du Secretaire d'Etat des finances aux administrateurs
des arrondissements, relative 4 executionn du decret du 10 aodt
1843.
Port-R1publicain, le 9 septembre 1843.

Le Gouvernement ayant reconnu, citoyens administrateurs, que
l'esprit du decret admet qu'apres le 10 de ce mois, les denrees
chargees i bord des batiments actuellement en rade ne paieront pas
les droits d'exportation, vous prescrit de faire arreter, a la date du
10, tons les competes de chargement des bAtiments qui se trouvent
en rade, afin que les denrees charges jusqu'a cette date soient ta-
rifees conformmment aux anciennes dispositions ; c'est-A-dire que
les droits d'exportation doivent Atre perous.


(1) A l'occasion de la mort de D. Bruno, le general C. Hdrard ain6
adressa i sa veuve la lettre suivante :
Quartier-G6ndral du Port-Rdpublicain, le 28 mars 1843, etc.
Citoyenne, sceur et amie,
La mort du commandant Dorvillier jette sur sa m6moire une 6ternelle
moisson de gloire ; il a p6ri au champ de 1'honneur, sons le fen des enne-
mis du people.
La patrie ne I'oubliera pas, car elle aimera toujours & reconnaltre les
services rendus a son bonheur; soyez, Madame, courageuse, soyez con-
solde; une femme comme vous doit 6tre glorieuse du sort de son mari :
mourir pour la patrie eat la plus grande et la plus saint des choses.
Si votre chef de famille a disparu d'au milieu de nous, la Republique
vous adopted et saura veiller L votre sort.
J'entends que le merite, que le courage soit dorenavant rdcompense,
car j'ai lev6 le bouclier pour le people et je dois tout faire pour le people.
Ayez confiance en moi ; je ne vous oublierai point, car le premier de-
voir d'un chef est de se souvenir de ceux qui ont faith le sacrifice de leurs
int6rets et de leur vie an salut de la chose publique.
Saint en la patrie, citoyenne, sceur et amie.
Sign : CH. HftARD aind.


- 71 -









Septembre 1843. 72 -


AnRRTn qui convoque la Garde national.

(Port-R6publicain, le 10 septembre 1843.)

Libert&. Ou la Mort.
RtPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

Le comity municipal de la commune du Port-Ripublicain reuni
A l'extraordinaire;
Vu la tentative infame du general Dalzon ayant pour but d'exciter
les citoyens a la guerre civil;
Attendu que cet appel, fait aux mauvaises passions, pourrait
6garer quelques citoyens, les precipiter vers une perte certain ;
Attend qu'il est urgent de donner A la soci6et tous les gages de
security qu'elle reclame dans les moments difficiles ;

Arrete :
Article ter. La garde national est convoqu6e immddiatement.
Art. 2. Tous les citoyens Ages de dix-huit ans A soixante ans,
qui n'auront point, avant huit heures du matin, joint, au comity, les
companies de la garden national, seront arrit6s et conduits A la
Mairie.
Art. 3. Tous les citoyens dispenses temporairement du service
de la garde national sont appel6s A un service d'activit6.
Le present arrWte sera public sans delai par toutes les rues et
places publiques A la diligence du colonel de la garde national.
Port-Republicain, le 10 septembre 1843, an 40e de l'Indipendance et le
Jer de la RBg&neration.
Signed : P. JEANTON, LEANDRE DENIS, AUG. ELIE, J.-A. FAVARD, EUGENE
LINUOR, J.-A. MIRAMBEAU, E. NAU, J.-B. MERLOT, J. PAUL,
ST-AMAND, H. LUCAS et C. DEVIMEUX.




* *


73 Septembre 1843.


PROCLAMATION 4 i'Occasio du mflvement eonLre-rhvolutionnaire
de Dalzon (1).

(Port-Republicain, le 10 septembre 1843.)

LibertW. On la Mort.
RIPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.
Le Gouvernement provisoire au Peuple et a rArmie.

Citoyens, freres et amis,
Un des anciens satellites du tyran dCchu, Dalzon, devore par
l'ambition, brdlant de se venger dans le sang de ses freres, a, la
nuit derniere, os6 donner le signal de la guerre civil. Profitant
de son ancienne influence sur quelques militaires et se pr6tendant
porteur d'ordres superieurs, il leur command de le suivre an fort
Alexandre, ofi il prit position. Le general Charles H6rard ainW qui,
depuis la veille, connaissait l'existence du complot, se porta incon-
tinent vers ces rebelles, avec son 6tat-major, le commandant de
la place et le colonel Jacques-Louis, a la tete d'un bataillon du
5me regiment. Mais d6ji Dalzon, abandonne par les militaires qu'il
avail tromp6s et cherchant A fuir a travers leurs rangs, venait de
perir, victim de sa temerite. Un coup de feu lui avait t61 porter
par le sergent Regis. A minuit, le general Herard s'btait level; un
quart d'heure apres l'ordre Atait r6tabli.
Le colonel Dalzon avait Wtb un des sicaires de Boyer. Quoi qu'il
eut fait de puissants efforts pour empecher la chute du despite, le
Gouvernement provisoire, don't la magnanimity a laisse la vie A
tant de coupables, I'avait, avant hier meme, Olev6 au grade de ge-
n6ral de brigade, commandant I'arrondissement de Tiburon. Loin
de repondre A une faveur qu'il avait si peu meritee, il voulut ren-
verser l'autorit6 qui lui tendait la main..... Dieu a fait justice de
l'ingrat !
Ainsi finiront toutes les tentatives contre-revolutionnaires !
Ainsi tous les perfides qui auraient l'audace de porter une main


(1) Voir la note A, A la fin de la piece,











sacrilege sur le faisceau d'union que le Gouvernement du people
souverain a form, et qu'il saura maintenir, au peril de la vie.
Soldats de la liberty vos armes sont pretes A exterminer les am-
bitieux, les traitres, les miserables, avides de sang et de pillage,
qui essaieraient de bouleverser la R6publique et de nous jeter dans
les horreurs de l'anarchie. Le glaive de la justice est suspend sur
la tite de tous ces Wtres criminals qui, n'ayant su rien faire ni centre
la tyrannic de Boyer, ni pour la revolution, voudraient aujourd'hui
nous faire perdre le fruit de tant de veilles, de tant de d6marches,
de plant de sang verse !
La lutte de la liberty centre le despotisme, de la morale centre
la d6pravation, de l'ordre centre l'anarchie, ne peut Wtre longue.
Les haines de castes qu'on cherche a ressusciter ont disparu avec
nos ennemis: elles sont d6sormais impossible parmi nous. L'in-
tfret de notre nationality en ferait repousser jusqu'a la pensee. Le
sang des enfants de la reg6enration, ne sera pas vers6 comme le
fut le sang de nos peres ; l'exp6rience du passe nous command
l'union et la concorde ; les droits de la nature, la puissance des
liens du sang conserveront leur empire ; et la revolution achevera
son oeuvre, en rendant chacun heureux, jusqu'a ceux-la m6me qui
lui ont W6t contraires et qui lui sont parjures.
Honneur au 5me Regiment, et au brave sergent Regis !
Vive la Liberte !
Vive 1'Egalit6 !
Vive l'Independance !
Vive la Souverainet6 du Peuple !
Maison nationnale du Port-R6publicain, le 10 septembre 1843, an 40e
de 1'Ind6pendance d'Haiti, et le ie" de la RegdnBration.
Signed: J.-Cme IMBERT, GUERRIER, N. SEGRETIER, C. HERARD ain6.



Note A. Nous extrayons de l'acte d'accusation lu A cette occasion au
Conseil special du Port-R6publicain les details suivants :
Une conspiration organisee par le g6n6ral Dalzon, qui venait d'dtre
promu a ce grade par le Gouvernement provisoire, et commandant I'arron-
dissement de Tiburon, 6clata dans la soir4e du samedi 9 septembre der-
nier, conspiration qui avait pour but de changer ou de detruire la former
du Gouvernement provisoire, ktablie par la Revolution, d'exciter les mi-
litaires et autres personnel a s'armer centre I'autorit6, et de provoquer la
guerre civil pour executer ce project, ses complies y d6nommes, s'6taient


Septernbre 1843


- 74 -










75 Septembre 1843.
tous trouv6s r6unis preA de la barriere du jardin du citoyen Enile Bertho-
mieux, situ6e a la proximity du Fort-National lieu de leur rendez-vous,
fix6 par l'accus6 Dorval Mercure fils, un des nouveaux complices de cette
conspiration.
Dans la meme soir6e de ce samedi, Dalzon s'ktait present quatre fois
chez l'accus6 Mathurin, colonel du 3me regiment, il eut avec ce dernier
une longue conference; la 6tant, Jean-Pierre Mercure s'est pr6sent6 a
cheval, armed et demand pour le general Dalzon aprbs I'avoir vu et en-
tretenu, ils firent route ensemble et dirigerent leurs pas au fort du Gou-
vernement; arrives, Dalzon dit tant aux officers et militaires du 7me regi-
ment de garde dans ce fort, que Ini, Dalzon, 6tait envoy par ordre de la
place pour se mettre A leur tete, leur fit prendre les armes, fit des promo-
tions et leur ordonna de marcher au fort National, toujours escorted par
Mercure.
Arrives au post Marchand, Dalzon demand pour le colonel Makturin,
commandant le 3me regiment, chez qui il allait et venait pendant quatre
fois dans la meme soiree et avec lequel il avait de longs entretiens entire les
sept et dix heures et demie. Toujours Dalzon, A la tete d'un detachement,
s'informa pour I'accus6 Mathurin, on lui r6pondit qu'il 6tait absent, il
donna see ordres an commandant Andri Garcia, du 3me regiment, au nom
de la place, i se joindre A lui pour se rendre au fort National, ce qui fut
ex6cut6. Dans le fort 6tant, Dalzon muni d'une quantity de gargousses, dis-
tribua des cartouches aux militaires, form des pelotons, se mit A leur t4te,
confia la gauche des troupes A son complice Jean-Pierre Mercure, qui apres
I'avoir consult .sur toutes les operations qu'il venait de fire, sur ce, ils
dirigbrent leur march sur la ville, afin d'effectuer leur project de conspi-
ration, lorsqu'ils furent surprise par un bataillon du 5me regiment d'infan-
terie sons lee ordres du colonel Jacques Louis, chef de ce corps et du co-
lonel Archer, commandant la place de cette ville, tout prbs du post Mar-
chand. Ces deux autorit6s ayant reconnu Dalzon cribrent hale arrilez-le
Durant cet intervalle le sergent RWgis du 5me regiment, qui etait dans les
rangs, arma son fusil et Ifcha le coup qui atteignit le traltre Dalzon, en
lui donnant la mort ; Mercure, commandant l'arriere-garde, entendant le
coup de feu, prit la fuite avec tous ceux qui composaient ce d6tachement;
se rendit aux Gonaives ou il fut arret6 par le general Desmarates, com-
mandant cet arrondissement, emprisonn6, interrog6 ettransf6re dans les pri-
sons de cette ville. Quant aux autres complices de Dalzon, c'est-a-dire Vil
Lubin, Jean-Baptiste Mercure fils, Pierre Montal6, Simeon AmitiB, Fred6ric
Marcellus Hippolyte, Kernisant Etienne Espi6gle, Casimir Joachim, Cadet
Ignace, Dalc6 Basile, Brutus Neptune, Milfort Montal6, Bois file, Saint
Louis Paris, Pierre Michel, Jean-Pierre LabarriBre, Emilien Lubin, Au-
guste Simbon fils, Albert Lubin, et Rene Mars qui attendaient la r6ussite
de cette folle entreprise de Dalzon, prirent aussi tous la fuite, des la nou-
velle arrive de la chute de Dalzon et la fuite de Mercure ; il est i remar-










Septembre 1843. 76 -
quer pour ce qui concerned Seide Valentin et Joseph athurin : le premier
se tenait au fort National comme sergent de garde, et le dernier garda sa
chambre pour attendre le succes de Dalzon. En consequence, les individus
d6sign6s, sont accuses de complicity de la conspiration de Dalzon, crime
privu et puni par les articles 26, 27, 28, 29, 30, de la loi, No 4 para-
graphe 288 du chapitre 3 du Code penal militaire et par les articles 20 et
21, dernier alinba du susdit code.
Fait an Port-Republicain, le 22 octobre 1843, an 40* et le ier de la Re-
gen6ration.
Sign : B. CARRIt.


ADRESSE du Comitd municipal du Port-RBpublicain aux habitants de
la commune, sur le movement contre-rdvolutionnaire de Dalzon.
(Port-R6publicain, le 10 septembre 1843).
Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.
Au nom du Peuple Souverain.
Concitoyens,
Un infAme attenlat vient d'Atre commis centre l'ordre public. Le
general Dalzon, que le Gouvernement provisoire avait hier meme
r6integr6 dans son grade de general de brigade, a essay d'armer
les citoyens les uns contre les autres en 6garant le patriotism des
militaires de la garnison. II a pay6 de sa vie cette folle tentative.
Concitoyens, tenez-vous en garde contre de perfides insinuations.
Vous voulez tous la liberty, I'6galite, la siret6; vous voulez tous
que la vie de vos femmes et de vos enfants soit protegee, vous
voulez tous avoir pour vos proprietes respect et s6curit6 ; eh bien !
ce n'est que par la paix publique que ces biens vous seront con-
serv6s ; ce n'est que par elle que nous verrons nos institutions
s'6tablir sur des bases solides et durables.
Ralliez-vous, concitoyens, autour des autorit6s et du Gouverne-
ment provisoire, qui veille avec zBle et devouement sur tous les
int6rcts du pays.
Pretez-leur un concours actif et efficace, et vous renverserez
tous les projects des m6chants et des ambitieux.
Port-R6publicain, le 10 septembre 1843, an 40e de l'Ind6pendance
d'Haiti et le Jer de la Reg6ndration.
Sign6: J. PAUL, P. JEANTON, P. MORIN, A. ELIE, J.-A. MIRAMBEAU, L. DENIs,
J.-B. MERLET, E. LINDOR, B. LESPINASSE, FAVARD, C. DaviWEUX, E. NAU.









77 Septembre 1843.


DECRET qui proclame ta Loi martial.

(Port-Republicain, le 12 septembre 1843.)

Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, consid6rant que plusieurs tenta-
tives contre-r6volutionnaires ayant e6t faites dans le criminal des-
sein de porter la guerre civil dans le sein de la patrie, et qu'il est
urgent de prendre des measures promptes et 6nergiques pour at-
teindre ceux qui cherchent a d6truire les principles de la revolution
et a longer le pays dans la plus cruelle anarchie;
Le Conseil consultatif entendu ;
A decrWt6 :
Article Ier. La loi martial est remise en vigueur jusqu'i ce
que Ia tranquillity soit entibrement r6tablie.
Art. 2. Le present decret sera imprim6 et public dans tout le
territoire de la R6publique.
Donn6 en la Maison national du Port-R6publicain, le 12 septembre
1843, an 400 de l'Ind4pendance d'Haiti, et Is Jer de la R6g6neration.
Sign : J.-C"e IMBERT, GUKaRER, N. SBGRETIER, C. HARD ain6,
LAArnna.




IRCULAIRE du Gouvernement provisoire, aux commandants d'ar-
rondissement, d r occasion de la tentative contre-r3 olutionnaire de
Dalzon.
Port-Rpublicain, le 15 septembre 1843.

Le general Dalzon a ete traitre a la patrie ; il allait organiser la
guerre civil; il avait tent6 de renverser le Gouvernement; aussi
a-t-il pay6 de sa vie son infAme t6m6rit6. Le Gouvernement connait
tout votre patriotism, tout votre zble. II vous recommande d'exercer









Septembre 1843.


la plus grande surveillance dans 1'6tendue de votre arrondissement
afin d'extirper pour jamais l'influence que le criminal Dalzon pou-
vait avoir sur quelque portion de la population de votre arrondis-
sement. La tranquillity et l'union font la condition de 1'existence de
la RWpublique, et ce n'est que par elle que nous puissions arriver
A l'ceuvre de notre RegenBration et de notre bonheur. Le Gouver-
nement compete sur vous pour qu'il n'y ait d'autre echo dans votre
arrondissement que celui de la liberty, la concorde et la fra-
ternit6. Vous recevrez sous ce covert cinq exemplaires de la pro-
clamation du Gouvernement au people et a l'armee, en date du 10
de ce mois, et vous la ferez publier avec solennit6 dans toute
l'etendue de votre arrondissement.
Vous m'accuserez reception de la present.
Salut en la Patrie.




DECRET sur les patentes el l'impdt fonder pour 1844.

(Port-Republicain, le 20 septembre 1843.)

Liberty. On la Mort,
REPUBLIQUE HA'iTIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE, considerant qu'apr.s avoir sup-
prime ou diminu6 certain impOts, il est necessaire de pourvoir au
deficit qui en resultera, afin de faire face aux d.penses publiques;
ConsidBrant que plusieurs industries ont 6t0 favoris6es ou 16-
sees, comparativement A d'autres, et qu'il imported A la morale pu-
blique, comme A l'6galit6 des droits, que l'imp6t, autant que pos-
sible, soit reparti dans une just proportion ;
Apres avoir pris l'avis du Conseil consultatif ;
Decrete :
Article Jer. La loi du 27 juillet 1840, sur limp6t des patentes
prorogie pour 1843, continuera a Atre en vigueur pour 1'annie
1844, sauf les modifications ci-apres.


- 78 -









Septembre 1843.


Art. 2.- Les guildiviers ou fabricants de tafia on de rhum, paie-
ront pour leurs patentes, savoir :
Par chaque point de chaudiere de 60 gallons, cent gourdes;
Par chaque point de chaudiere simple a vapeur, de nouvelle
invention, de 60 gallons par point, quatre-cents gourdes.
Ce droit de patente sera acquitt6 en deux terms, moiti6 en jan-
vier, et moitie en juillet.
Art. 3. Tout cabaretier on d6bitant de tafia ou de rhum, sous
quelque denomination que ce soit, paiera une patente quintuple de
celle A laquelle il est assujetti par le tarif.
Art. 4. Tout guildivier qui tiendra un d6bit de tafia ou de
rhum, dans son 6tablissement, paiera, en outre de sa patente, celle
de d6bitant, conform6ment a l'article pr6c6dent. Sera r6put6 d6bit
toute vente au-dessous de deux gallons.
Art. 5. Toute maison de consignation form6e entire haitiens
et strangers, dans laquelle un ou plusieurs haitiens auront un in-
tBr6t de moiti6 au moins et don't la raison social portera les noms
d'un ou plusieurs haitiens, ne sera assujettie qu'au droit de patente
fix6 pour le consignataire haitien.
Art. 6. Les strangers demeurent dispenses d'une licence pour
obtenir la patente de n6gociant consignataire, aux terms du decret
du 14 juin dernier.
Art. 7. La loi du 11 novembre 1839, sur les imp6ts locatif et
foncier, prorog6e pour 1843, continuera A 6tre en vigueur pour
l'ann6e 1844, sauf s modifications ci-apres.
Art. 8. Les impbls locatif et foncier sont l6ev6s a trois pour
cent de la valeur estimative des loyers ou products annuels, sauf
la modification port6e en l'article 3 de ladite loi.
Art. 9. Toutes les formalit6s attributes aux conseils des no-
tables par la loi du 18 novembre 1839, sur la r6gie des impositions
directed, seront replies devant les Comilks municipaux.
Les r6les de l'imp6t foncier seront faits par le receveur muni-
cipal, et arrdt6s par le Comit6 municipal.
Art. 40. La perception des droits de patente et celle des im-
p6ts locatif et foncier seront faites par le receveur municipal de
chaque commune, et sous la responsabilite du Comit6 municipal.
Les recettes de chaque mois. seront versees au tresor public de
Arrondissement financier, du premier an dix du mois suivant.
Art. 11. II est alloue, pour tout droit et frais de perception,
quinze pour cent sur le montant des recettes effectu6es.


- 79 -









Septembre 4843. 801-
Ce droit fera parties des recettes ordinaires des communes.
Art. 12. La loi du 24 juillet 1841, qui 6tablit un imp6t sur le
tafia et le rhum, et celle du 5 aofit de la m6me ann6e, sur la regie
de cet impot, sont abrogees.
Art. 13. Est 6galement abrog6e toute loi qui exempte certain
citoyens de l'imp6t locatif et foncier et du droit de patente.
Art. 14. Le present decret sera imprim6, publiU et affichi
dans toute 1'6tendue du territoire de la R6publique.
Ddrtcrt en la Maison national du Port-R6publicain, le vingt septembre
mil-huit-cent-quarante-trois, an 400 de l'Ind6pendane d'Haiti, et le ier de
la Regeneration.
Sign6 : J.-Cme. IMBERT, GUERRIER, N. SEGRETIBE, C. HAZARD ain6,
LAZARRE.




PROGRAMME de la ceremonie qui aura lieu pour l'installatiop de
l'Assemblde constituante.


(Port-Republicain, le 21 septembre 1843.)

Liberty. Ou la Mort.
RtPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

Samedi, 23 courant, des l'aube du jour, le pavilion national sera
arbor aux divers edifices publics et a toutes les fortifications de
la capital.
Une messe solennelle sera chant6e en l'6glise paroissiale de
cette ville, pour invoquer la protection de l'tre Supreme sur les
travaux de l'Assembl6e constituante.
La salle des s6ances de I'Assemblee sera decor6e de drapeaux
aux couleurs nationals.
Les constituents seront en habit, et porteront au chapean la
cocarde national. Ils se r6uniront des sept heures du matin en la
Maison Nationale.
L'artillerie de la garde national se portera avec six pieces de;


~ip5wua~rss~-iR~









8- Septembre 184I .
canon, qui seront places, savoir : deux vis-k-vis la Maison Natio-
nale, et quatre autres aux deux encoignures de la rue qui aboutit
A ce local.
Deux autres pieces de canon seront places sur la terrasse pres
de 1'Bglise, services aussi par lartillerie de la garde national.
Le corps d'infanterie et les escadrons de cavalerie de la garde
national se mettront en bataille, d6s six heures du matin, devant
la Maison Nationale.
Les divers corps de troupe, formant en ce moment la garnison de
la place, prendront la ligne autour de l'6glise.
11 y aura deux piquets de la garde national, I'un pour le service
de l'iglise, et 1'autre pour le service de la Maison Nationale.
Aussit6t que les autorit6s et les fonctionnaires publics invites i
cette solennit6 se seront r6unis aux membres de l'assembl6e, elle
se mettra en march dans I'ordre suivant :
Le piquet de la garde national ouvrira ses rangs et se mettra
sur deux lignes, le long de la rue, et marchera dans cet ordre avec
le cortege.
La march sera ouverte come suit :
Les tambours et la musique militaire en tAte;
Les pelotons d'infanterie de la garde national;
Les instituteurs publics et leurs l66ves;
Quarante jeunes gens, figurant les quarante ann6es de 1'Ind6-
pendance d'Haiti, portant chacun une branch de palmier;
Le commerce -
Les huissiers des tribunaux ;
Les employes des bureaux du Gouvernement provisoire ;
L'administrateur des finances, le trbsorier particulier, le directenr
de la douane, le garde-magasin et les employes de leurs bureaux;
Les notaires et les d6fenseurs publics;
Le chef des movements du port et ses adjoints ;
Les officers superieurs presents a la capital;
Le commandant de la place et ses adjoints ;
Les aides-de-camp des generaux;
Le commandant d'arrondissement et ses adjoints;
Les gen6raux presents a la capital ;
Les juges des different tribunaux ;
Le tresorier g6n6ral;
La chambre des comptes ;
Le tribunal de cassation ;









Septembre 1843. 82 -
Les consuls strangers;
La municipality de la commune ;
Les conseillers du Gouvernement provisoire ;
Les membres du Gouvernement provisoire ;
Les membres de la Constituante, merchant six par six;
Le cortege sera ferm6 par la eavalerie de la garde national.
Les salves d'artillerie seront r6gl6es ainsi qu'il suit:
Une salve de 17 coups de canon sera tire a la rentree du cor-
tege a l'eglise.
Une autre salve de 17 coups, a l'616vation du Saint-Sacrement;
Une troisi6me salve de 17 coups, des que le cortege sortira de
1'6glise ;
Le cort6ge se rendra dans le mmme ordre que dessus en la Mai-
son Nationale;
La c6r6monie sera terminke par une salve de 101 coups de ca-
non, annoncant l'installation de l'Assembl6e constituante.
La ville sera illumine dans la soir6e.
Donn6 en la Maison Nationale du Port-R1publicain, le 21 septembre
1843, an 40' de 1'Independance d'Haiti, et le ier de la Reg6ndration.
Le President de l'Assemblie,
Sign6: HIPPOLYTE.
Les Secreaires,
Sign6 : E. NAU, DAMIER, BAZIN, VALENCIA.


-16

PROCtS-VERBAL de l'installation de 1'Assemblie constituante.

StANCE DU 23 SEPTEMBRE 1843.

Pr6sidence de M. Jacques Sylvain HIPPOLYTE.

Aujourd'hui samedi, vingt-troisi6me jour du mois de septembre
mil-huit-cent-quarante-trois, an 40e de l'lnd6pendance, et le 1e de
la R1generation.
Conformement A l'Arr&t6 pris A la seance le 21 de ce mois, a 7
heures et demie du matin, les membres de l'Assembl6e consti-
tuante se r6unissent dans le local de ses seances. D6jk la garde na-
tionale de cette ville (fantassins et cavaliers) s'y 6tait rendue; et
suivant l'ordre trace au programme, les troupes de ligne 6taient
places devant la porte de l'6glise ; elles formaient la haie.









83 Septembre 184.
A 8 heures precises, les fonctionnaires civils et militaires, les
employs des different bureau de la capital, les generaux qui y
sont presents, les consuls strangers invites a l'installation de l'As-
sembl6e constituante, s'y rendirent.Le respectable depute Pr. Andre,
charge de la ceremonie, alla les recevoir a la porte, et leur designa
leurs places ; mais anssit6t que le bruit des tambours, des fanfares
et de la musique avail annonc6 l'arrivee des membres du Gouverne-
ment provisoire, une commission composee du vice-President et de
deux secretaires ful a leur rencontre, et les accompagna au lieu qui
leur 6tait destine. Trois enfants apportaient a chacun des membres
du Gouvernement provisoire un bouquet de fleurs. Le g6enral Charles
Herard aine, et le citoyen Imbert, remirent le leur an Pr6sident et
au vice-President de l'Assemblee. Deux autres enfants se presentW-
rent et leur en donnerent d'autres. AprBs qu'ils eurent remercie ces
jeunes haitiens, et que le silence permit de se faire entendre, le
President se leva et s'exprima en ces terms: a Messieurs les hono-
rables invites et membres de I'assemblee, attend que l'heure indi-
quee au programme est arrivee, nous allons nous mettre en mar-
che, pour aller entendre chanter, en 1'6glise paroissiale, la messe
recommandee pour implorer l'aide du Tout-Puissant dans le travail
auquel les d6put6s doivent se livrer bient6t : la Constitution. ,
Le cortege se dirigea done vers le temple du Supreme auteur de
l'univers. Selon l'ordre du programme, une salve de 17 coups de
canon annonCa son arrive a l'6glise.
Le r6v6rend pore JEAN ECHEVARRIA entonna l'hymne Yeni Crea-
tor, et prononca a l'occasion de cette c6ermonie pieuse un discours
improvise don't le passage le plus remarquable est celui od il parla
de la necessity d'une education religieuse purement national, Bduca-
tion qui doit prendre sa source sous le toit paternel. Au lever du Saint-
Sacrement une autre salve de 17 coups de canon fut tiree. La messe
finie, le cortege se rendit dans le meme ordre au lieu d'od il 6tait
sorti. Apres que tout le monde se fut assis, le President invoqua
attention de l'assemblee, et prononca le discours suivant :
SHonorables colleagues,
a Lorsque trompe par des conseils fallacieux, le chef du Gouver-
( nement francais jeta, en 1802, le carnage et la devastation sur
c cette terre, nos pores, par une resistance valeureuse, surent, en re-
c poussant les guerriers de la France, se creer une patrie : ils de-
( vaient triompher, car leur cause etait just; ils furent soutenus
c par la main divine.










Septembre 4843. 84 -
c Le succ6s obtenu, une resolution sublime porta le h6ros qui
a dirigeait les phalanges haitiennes a rompre les liens qui nous
c attachaient A la France, et le ter janvier 4804, le soleil d'Haiti
( 6claira la proclamation de notre immortelle ind6pendance. Cet
t acte fut suivi de notre premiere Constitution, et DESSAINES,
< proclam6 empereur, oublia bient6t qu'il gouvernait des fr6res. Ses
Sexcas, ceux plus grands de ses flatteurs ports A leur comble,
c imposerent silence a la reconnaissance du people, et sa vengeance,
< en 6clatant, se noya dans le sang de DESSALINES !... Mais, fai-
< sons grace A sa m6moire !
a L'exp6rience acquise donna naissance A la Constitution de
4 1806 ; ses combinaisons eurent pour objet d'empdcher tout em-
(< pi6tement A la tyrannie. HENRY CHRISTOPHE, come g6n6ralis-
< sime, fut appel6 A la pr6sidence. Inform des entraves mises A
< son autorit6 despotique, il voulut d6truire par la force 1'acte
a pr6sent6 A son acceptation; il march centre le Port-au-Prince,
a et donna naissance a la guerre civil ; mis hors la loi par le
a S6nat, le g6enral PtTION fut proclam6 A sa place, et devint Pr6-
sident d'Haiti.
( La Constitution revise en 1816, les services du Pr6sident
a firent oublier A la nation que l'on devait s'appuyer sur les prin-
( cipes, sans avoir Agard aux hommes; cet oubli fit faire des chan-
a gements A la Constitution de 806, et contribua 6minemment aux
<< exc6s du pouvoir, reproch6s A si just titre A l'ex-Pr6sident
a Boyer, et qui finissent par la glorieuse revolution de janvier de
a cette annee.
a Nous sommes appel6s, honorables d6put6s de la nation, a for--
a muler la nouvelle Constitution qui doit r6g6n6rer le pays. L'exp6-
a rience est la lecon des peuples comme des families; nous ne
a devons pas la perdre un seul instant de vue : notre devoir est de
a mettre A profit ses enseignements et les lumi6res du simple. N'ou-
a blions point que, si la tyrannie d'un seul est A craindre, celle de
a plusieurs et sirtout de la masse, est encore plus dangereuse.
a< Les principles poses par la Constitution de 1806, s'harmonisent
< avec le caract6re haitien; adoptons-les en y ajoutant ce que les
a lumi6res de notre 6poque sur les mati6resgouvernementales nous
a donnent d'avantages sur 1'apoque of nos p6res formulaient les
a bases des institutions haitiennes.
a Nous venons d'implorer l'assistance divine; montrons, par le
a came et la sagesse de nos discussions, que nous sommes dignes









85 Septembre 1843.
de voir ses regards s'arreter un instant sur nos travaux, et mnri-
a tons, meme en n'atteignant point le but desire, que ceux qui
a nous contemplent soient forces de dire que nous avons fait tous
a ce qui 6tait en notre pouvoir pour atteindre ce but.
c Vive la LibertW!
a Vive l'Ind6pendance! >
Ces derniers mots furent rep6tes avec une vive emotion.

Le general de division CHARLES HERARD aine, President aux db-
liberations du Gouvernement provisoire, qui a dirig6 si glorieuse-
ment la revolution, se 16ve, prend la parole et prononce le dis-
cours don't la teneur suit :
c Citoyens, fr6res et amis,
a Je ne puis m'empAcher d'exprimer la satisfaction que j'eprouve
( d'assister a la constitution de 1'auguste Assembl6e i qui les des-
) tinees de la Patrie sont confines.
a Si votre mission est immense, elle est sans doute aussi la plus
a glorieuse que les hommes de bien puissent ambitionner. Termi-
c ner une revolution morale, affermir la paix, cimenter l'union,
a faire renaltre la confiance, saisir I'avenir d'un people int6ressant
a en consacrant les principles fondamentaux de son organisation
a social, c'est un devoir d'honneur qui assure la reconnaissance
a national et promet i vos noms l'immortalite.
a La presence ici de tous les persecut6s, de toutes les victims
t de la tyrannie renvers6e, prouve que le people, en vous honorant
a de ses suffrages, a l'intelligence de la liberty; que sa confiance est
a raisonn6e; qu'il assume survous la responsabilit6 de son bonheur
a future, de son ind6pendance et de son repos.
c Ind6fectibles d6fenseurs de ses droits, organes Bloquents de
s ses voeux et de ses besoins alors qu'il 6tait opprime, qui, en effet,
a saurait, aussi bien que vous, poser les bases de sa prosp6rit6 na-
c tionale, consacrer indbranlablement les garanties du people con-
c tre toutes esp6ces de despotisme ?
c Pour moi, j'ai foi en votre sagesse et en vos talents ; j'ai con-
a fiance pleine et entire en votre patriotism judicieux, en votre
( amour kclair6 pour les progres de la civilisation de notre Patrie
a infortunee.
< L'histoire des revolutions du monde, le souvenir des tyrannies
a exerc6es, sous des forces diverse, sur le people entier, pendant









Septembre 1848. 86 -
( quarante annres, sont des enseignements, de precieux examples
a qui peuvent faciliter l'accomplissement de vqtre devoir.- Puisez-y
a tout ce qui peut contribuer A la r6alisation de toutes les esp6-
( rances publiques et fixer heureusement l'avenir du pays; mais
< Avitez avec soin ces funestes ambiguit6s qui donnent naissance
c aux dangers d'interpr6ter une Constitution.
( Citoyens, freres et amis, quoique les factions renaissent de
c leurs debris comme ces plants vendneuses, don't les germes se
a d6veloppent et grandissent dans l'ombre la plus obscure, quoique
a la revolution soit place sur le sable mouvant des intrigues, quoi-
( qu'elle soit encore expose A des convulsions de d6pit et d'ambi-
a tion; quoiqu'enfin toutes les passions mauvaises soient soulev6es
( en ce moment s6rieux, soyez libres dans toutes vos discussions,
a n'ayez aucune raison pour ne point d6velopper vos opinions dans
( leur plus grande extension. Remplissez votre mandate avec dignity,
< avec ind6pendance: vous Ates inviolables. C'est pour que cette
n inviolability, ne soit pas un vain mot, une ridicule fiction que j'ai
c pris les armes. La victoire de I'armee populaire l'a rendue aujour-
< d'hui une r6alit6. Ainsi je suis sa sauvegarde, sa sentinelle avan-
c cAe. Ainsi vous 6tes en position de bien fire; ne laissez pas que
( de doter le pays d'une Constitution executable aussi inviolable
( que vous l'6tes.
c J'attends avec impatience le jour of cette Constitution sera
< promulguoe A la satisfaction de mon pays ; ce jour sera le plus
c beau de ma vie, car il me permettra de retourner a mon humble
< chaumiere, aux habitudes austeres d'une vie tranquille et morale;
o heureux seulement, heureux de la gloire d'avoir delivr6 mes
< concitoyens du joug ignoble d'une tyrannie de bassesse et d'infa-
< mie sous le poids duquel, pendant un quart de siecle, ils gemis-
< saient malheureux !... )
Apr.s avoir termine ce discours, il adressa une court et sublime
allocution au brave general LAZARRE, d'illustre renomm6e, auquel
la revolution doit une grande parties de son triomphe du despotisme
du gouvernement d6chu. Ces paroles 6murent vivement I'Assemblee,
et des vivats se firent entendre de toutes parts. Et pour qu'il soit
rested grav6 dans tous les coeurs que le lien qui unit ces deux im-
mortels heros de la revolution est indispensable, ils se sont donned
le baiser d'union et de fraternity. Les cris de : vive 1'Union I vive
La Libertd I vive l'lnddpendance I se firent entendre une second
Ibis.




--1 .. ,




87 Septembre 4848.
Le President, profitant du r6tablissement du calme et du silence,
dclara FAssemblke constituante installed, la cer6monie termin6e
et renvoyee A lundi pour commencer a s'occuper serieusement de
l'acte devant servir aux lois A venir (1).




DicRTr de I'Assemblde constituante qui autorise les troupes d pro-
longer leur sdjour dans la Capitale.

(Port-RPpublicain, le 27 septembre1843.)

Liberty. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAiTIENME.

Au nom du people souverain.

L'Assembl~e constituante, considerant que les derni6res tentati-
ves contre-revolutionnaires faites dans le but de trouble harmoniese
social commandant de hautes measures de salut public, il est
urgent d'entourer la society de toutes les garanties, et d'arreter
l'Blan de la malveillance;
ConsidBrant que la presence des troupes en cette capital est indis-
pensable pour le maintien de l'ordre et de la tranquillity ; que leur
concours avec la garde national est une n6cessit6 protectrice de
la s0retW publique;
Declare :
Donner son consentement A ce que les forces publiques qui s6-
journent en ce moment au Port-Republicain continent A y sojourner,
juqqu'a ce qu'il en soit autrement d6cid6.
La pr6sente declaration sera expedite au Gouvernement provi-
soire pour 6tre imprimee, publiee et ex6cutee.
Donn6 en la.Maison Constituante, an Port-R6publicain, le 27 septembre
1843, an 40* de l'Ind6pendance, et le Ier de la Rgen6ration.
Le Vice-Prisident, Les Secretaires,
Sign6: Hrd. FtRY. Sign6 : BAzIN, DAsWR.


(1) Toute cette piece est sons la former manuscrite dans lee papier
L. Pradine,









Septembre 1843. 88 -


DECRET qui acorde une indemnit( aux membres de rAssemblde
constituante, en forme de remboursement de dopenses. (1)

(Port-R6publicain, le27septembre 1843.)

LibertB. Ou la Mort.
REPUBLIQUE HAiTIENNE.

AU NOM DU PEOPLE SOUVERAIN.

L'ASSEMBLEE CONSTITUANTE, considerant qu'il est de justice et
d'6quit6 que les d6put6s A la Constituante recoivent une indemnity
qui leur tient lieu de remboursement de depenses;
Considerant que si 1'6quit le command, elle fait aussi une loi
a la Constituante de ne pas perdre de vue l'6tat des finances de la
R1publique;
Consid6rant que plusieurs d6putes 6tant fonctionnaires salaries,
ils ne peuvent a la fois pretendre A leurs appointments et a l'in-
demnit6;
Dcrete ce qui suit:
Article ter. Chaque d6pute recevra de la caisse publique la
some de cent gourdes par mois en forme de remboursement de
d6penses, A dater du 15 du courant.
Art. 2. Les fonctionnaires salaries opteront entire cette indem-
nite et leurs appointments.
Art. 3. Le present d6cret sera imprim6, publiC, affich6 et exe-
cute A la diligence du Gouvernement provisoire.
D6crBte en la Maison Constituante du Port-Republicain, le 27 septem-
bre 1843, an 40e de l'lnd4pendance, et le ier de la Re6gneration.
Le Vice-President, Les Secre~aires,
Sign4 : H. FIERY. Sign : BAZIN, DAMIER.


(1) Ce Decret donna lieu, a 1'Assemblde constituante, aux discussions
suivantes :
SEANCE DU MARDI 26 SEPTEMBRE 1843.
Prisidence de J.-S. Hippolyle.
Le proces-verbal de la veille estsanctionn6. Le d6put~ Alcius Ponthieux
demand que les actes de la Constituante soient livr6 A la publicity ; puis-
que tout ce que l'Assemblhe fait est pour le people et au nom du people.










89 Septembre 1843.

Le d6pute Pierre Andr6 observe qu'il a 4et ainsi arrdt6 dane 1'une des
deranires asances.
Le depute DIjuste Thizard, a la tribune, propose qu'une indemnity soit
accord6e aux constituants.
Le d6pute A. Elie propose que la discussion de cette motion soit ren-
voy6e a la seance de jeudi prochain.
Le d6put6 Damier soutient la motion du deputh Dejuste en alleguant
que le constituent no pent guere soutenir sa dignity s'il n'est r6tribud.
Il ajoute que les orateurs qui combattent la motion d'indemnit6 devraient
prendre en consideration que toutes les fortunes ne sont pas 6gales an sein
de cette Assembl6e.
Le d6put6 St.-Amand, aprhs un assez long discours qui tdmoigne de son
opposition a la motion d'indemnit6, demand que l'Assembl6e fixe un jour
pour la discussion de cette grave question.
Le d6pute Beaug6 propose de cooler A fond la question, vu l'etat de gene
de la caisse publique. L'Assembl6e consulted decide que la question ne sera
point ajourn6e.
Le d6put6 Donat A la tribune :

SCitoyens d6putes,
J'6prouve un sentiment penible de la n4cessit6 ou je suis de r6futer la
motion qui a dt6 faite aujourd'hui. Je ne croyais pas qu'il fit necessaire
de parler de ddsint6ressement a l'elite de la nation ; je ne croysis pas qu'il
fit necessaire de demander I'abn6gation de quelques inthr4ts pecuniaires A
des homes qui peuvent se glorifier d'avoir fait A la revolution des sacri-
fices de toutes sortes.
Je no vous contesterai pas le droit de prononcer affirmativement sur la
motion qui demand que les membres de cette Assembl6e soient salaries.
Le Gouvernement provisoire, en vous attribuant le contrl6e de ses actes,
vous a d6fir6 lepouvoir de modifier le dbcret qui declare que vous ne serez
point r6tribues.
Mais, Messieurs, le premier usage quo vous ferez de la dictature don't
vous 6tes investis, sera-t-il un acted A votre profit ? Le premier pas des man-
dataires de la nation dans la carriere que la confiance publique vient de leur
ouvrir, sera-t-il inspired par un sordide int6rt? Nos concitoyens ont les
yeux tourn6s sur nous; ils attendant avec impatience communication des
premieres operations de cette Assemblee, et avec quels sentiments pensez-
vous qu'ils accueillent le bulletin qui leur apprendra, qu'avant de mettre
la main a la construction de l'arche saint de notre rg6neration, nous
avons voulu vendre les services que nous gallons rendre la nation, A nos
neveux et A nous-mdmes ?
Dans son deeret, le Gouvernement provisoire nous a fait I'honneur de
croire A notre disinthressement. 11 a trouv6 notre mission trop noble pour
6tre salaride. Dans sa conviction de notre devonement a la chose publique,
a -




.J -


Septembre 843. 90 -
il nous a pr6par6 un r61e d'autant plus honorable qu'il eat gratuit. Accep-
tons ce r6le sans restriction, ne descendons pas au-deasous de l'opinion
qui a ete congue de nous, et prouvons que ceux d'entre nous A qui l'occa-
sion a manque de braver les dangers du champ de bataille savent au moins
contribuer de quelques gourdes A la reg6n6ration du bel arbre de la liberty.
La motion que je combats ici, a Wt6, sans doute, inspire par la consid-
ration que quelques-uns d'entre ceux qui siegent ici pour preter a la r6g6-
neration le secours de leurs lumieres, ne sont pas plus favorite -des dons
de la fortune qu'ils le furent de ceux du despite dechu, et que lour m6dio-
crit6 de fortune r4clame lea moyens de subvenir aux exigenees d'un long
sejour dans la capital. Mais que ces colleagues r6chauffent lear patrio-
tisme du souvenir de tous les sacrifices qu'ils ont d6ji faits A I'honneur et
B l'avenir de la patrie; qu'ils fassent un dernier effort pour consommer
l'muvre qu'ils ont si noblement commence. Ce dernier sacrifice sera un
titre de plus a la reconnaissance de la nation.
Mandataires du people haitien, nous devons A ce people au berceau
l'exemple des vertus publiques et priv6es ; apprenons que 'honneur de ser-
vir la patrie est le plus beau des salaires, le seul digne d'etre convoit6 par
l'homme de bien; et laissons A la caisse publique des deniers qui, r4partis
dans un grand nombre, soulageraient peu la situation de chacun ; mais qui
r6unis, laisseront A la revolution la faculty de remplir quelques-unes de
ces belles promesses qu'elle a faites a la nation, et a la r6alisation des-
quelles nous aurons ainsi la gloire d'avoir doublement contribu6. >
Le d6pute Simonisse dit qu'il reconnait la souverainet6 de l'assembl6e,
mais il vote centre l'indemnit6 en faveur des deput6s.
Le d6put6 Bazin 6numbre tous les emplois supprimes depuis la revolution;
il 6tablit que par la suppression de ces emplois, la caisse publique peut
Wtre assez riche pour faire les dipenses de l'indemnit6 propose par le
d6pute Dijuste, il vote done en faveur de la motion.
Le deputy Nelson Felix declare qu'il est, par sa position, au-dessus d'un
besoin de subside, mais par rapport A sea colleagues qui se trouvent dans
l'indigence, ilvote en faveur de la motion du d4put6 D. Thezard et propose
en outre que les employes salaries qui font parties de l'assembl6e renoncent
a leurs appointments si les autres ne doivent point etre pays.
Les d6put6s Fs. Sales et Pyrrhus Michel soutiennent encore la motion.
Plusieurs d6putAs demandent que la question soit mise aux voix; d'autres
demandent la cloture de la seance.
Le d6pute Damier insisted de nouveau sur la motion, demand qu'elle
soit passee immndiatement aux voix et soutient que son adoption aura l'as-
sentiment du people.
Le President consult l'assembl6e A savoir si elle est suffisamment 6clai-
ree afin de mettre la question aux voix. Un grand tumulte s'est Bleov et
I'assembl~e s'est dissoute.


I, V










94 Septembre 1843.

SANCE DU MRBCREDI 27 SEPTEBEM 1843.

Prisidece du dipWe Fry, vice-president.
Le proes-verbal de la veille eat sanctionn6. Le President donne lecture
A I'assembl6e d'une lettre du d6put Jacques-Sylvain Hippolyte qui declare
donner sa d6mission de President de l'assembl6e.
Cette admission est accepted.
Le d6put6 David-Troy demand qu'un nouveau Prsident ne soit nom=
qu'aprbs que lea r6glements seront discutrs ; que le vice-prduident, en
attendant, occupe le fauteuil presidential.
Le d6put6 Plsance combat cette proposition.
Le deputy D. Lespinasse dit que la commission charge du project de r6-
glement, devant produire son travail domain, il partage l'opinion du deput6
David-Troy.
L'assembl6e decide que le vice-pr4sident occupera le fauteuil de la pr6-
sidence. Le vice-pr6sident, remplac6 par l'un des secrtaires, eat a la tri-
bune:
( Messieurs,
La question de subside, soulev6e hier, a fait mal A plus d'un cour patriot.
Pour ma part, j'en ai 6th d'autant plus afflig4 que c'est d'un de mes collM-
gues de la Grande-Anse qu'elle imane. 11 est vrai qu'il I'a fondee sur sa
position particulibre; et, pour Strejuste, je dois dire qu'elle est tell qu'il
la represent. Je dois aussi au caractbre honorable que je luiconnais, attes-
ter qu'il ne pent avoir 6t6 md par un sordide int6r8t; mais cette double
consideration, si elle suffit pour l'excuser aux yeux de l'assemblee, ne peut,
a mon avis, faire admettre sa proposition, que je viens de combattre avee
tous les 6gards dds i radversaire, mais avec toute l'indignation que la
matibre est faite pour inspire.
, Je ne veux pas parler de la r6gle de d6licatesse qui interdit A tout hon-
n4te homme de d6cider sur ce qui 'int4resse personnellement; mais je sup-
plie qu'on fasse attention qu'un dicret du Gouvernement provisoire pres-
crit que lea membres de l'asseinblee constituante ne recevront aucun traite-
ment ni indemnity; que cet acted faith au nom du people, et accept par le
people, constitute un contract entire le people et sea deldgus ; qu'il ne peut
appartenir a ceux-ci de changer les conditions de leur nomination, que
mandataires gratuits, ils no peuvent etre agents salaries sans tromper leurs
commettants et se fldtrir eux-mgmes. Ne sont-ce pas li, messieurs, de ces
chose qui impriment une evidence interne, qui touchent a la conscience, et
qui devraient exclure toute discussion ?
Comment la gratuity est reconnue tellement de I'essence du mandate,
qu'en droit civil mame,dans lea affaires ordinaires oiu 'on n'a point A roegir
de computer en premiere ligne son advantage particulier, on ne peut exiger de
salaire s'il n'en a 6t6 stipul6, et dans la haute at noble function de Idgisla-





-I










Septembre 1843. 92 -
tour oi 1'on a plus que l'equivalent de 'or... 1'honneur et la gloire, Pon
viendrait r4clamer, que dis-je reclamer ?... voter A soi-mdme une indem-
nit6, quand le mandate qui nous rdunit porte expressement qu'il n'en sera
point accord !
Mais qu'on nous cite donc sur quel pr6ecdent on se fonderait pour former
une pareille demand?
Ce n'est pas l'assembl6e constituante de 1806. Elle comprenaittrop bien
sa mission, elle en Btait trop pr4occup6e, elle avait le sentiment de sa di-
gnite, elle avait trop hate de travailler au grand oeuvre que luiimposait la
nation pour penser a ses inthr4ts priv6s, pour consumer en debate de vic-
tuailles et d'argent un temps prdcieux, et cependant, messieurs, il y avait
parmi ses membres un grand nombre de citoyens fort mal accommod6s de
la fortune, j'en puis designer deux de J6r&mie, les respectable F.-S. DB-
someaux et J.-B. Masse, et un des Cayes, le digne DWpas-MWdina qui ne
subsistait que de son notariat.
Ce n'estpas le congrbs constituent des Etats-Unis d'Ambrique. L'exem-
ple du plus grand desint6ressement et du plus pur patriotism s'y est mon-
tre dans tout son jour.
Ce n'est pas la constituante de France, et pourtant songez que humble
tiers-Atat, ce 3me ordre oiu se trouvaient tant de pauvres, Btait IA, manquant,
la plupart, de choses necessaires a la vie, dans un d6nuement tel, que leur
chaussure mme n'dtait pas complete! Eh bien! ils n'ont pas laiss de remplir
sans indemnity la tache qui leur Btait imposee. Nous serions done la seule
assemble de ce genre qui se serait souillee d'une allocation p*cuniaire
pour nos travaux avant mAme de les avoir commences? et nous mentirions
ainsi A 1'Fre de reg6enration que nous avons consacre dans la date de nos
actes nous aurions ainsi ddg6nbr6 de nos g6nereux devanciers de 1806? O
chers concitoyens, frbres et amis, riflechissons A ce que nous allons fair,
revenons de notre erreur et epargnons-nous une honte certain aux yeux
de l'univers entier!
On a beaucoup parl6 de la n6cessit6 oi se trouveraient bientat quelques
d6putes d'aller demander l'aumone, de compromettre son inddpendance et
mille exag4rations oratoires de ce genre. II n'y a point a r6pondre A cela
pace que cela est palpablement faux.
Non, aucun depute assis ici ne mendiera quoique ce soit; non, aucun
membre de cette auguste assemble ne vendra son droit, ne tranegressera
son devoir pour le boire et le manger. n se reduira au pain bis de la mi-
sere, il se retranchera a la sauce noire du spartiate et son honneur en aug-
mentera en raison de sa d6tresse, et la gloire qu'il recueillera en resplen-
dira davantage.
On a parle d'un 6tat-major nombreux qui ecrase le tr6sor public. Certes,
c'est une plaie a laquelle il va falloir bientbt porter rem6de et IA nous
trouverons, je I'espere, du d6sinteressement : mais est-il raisonnable de se
plaindre d'un mal et de vouloir I'agrandir ?










93 Septembre 4843.
On a dit que le Gounei~neent provisoire, et lee conseillers ne s'4taient
pas oubli6s, que de grosses retributions lee mettaient a Pabri des besoins.
Sans examiner le reproche en lui-meme, je demanded si les cas sont sem-
blables. Non, il y aura toujours cette immense difference a notre disa-
vantage, que ni le gouvernement ni les conseillers ne se sont alloues eux-
mdmes le traitement don't ils jouissent et que nous sommes apples, nons,
a voter le n8tre.
Messieurs, l'Etat 6tait ruin6 avant la revolution, la revolution eat belle
d'avenir ; mais elle a augment nos embarras actuels. Le term ichu
d'une dette 6norme que l'honneur national commando de payer, n'a pu
4tre acquitt6 cette ann6e ; notre demand en sursis, n'a point obtenu, dit-
on, le success que nous aurions droit d'attendre, on nous parole de disposi-
tions hostile du Gouvernement frangais; et au milieu de ces difficulties,
tandis que l'4conomie la plus s6vere pent senle porter quelque adoucisse-
ment i notre situation, et convaincre nos creanciers de la s&curit6 de nos
intentions, nous irions, d'un trait de plume, nous adjuger cent mille gourdes
pour un travail que le pays attend gratuitement de notre patriotinme !
Comment aprbs s'Atre rendu complices des abus, oser parler de leur cor-
rection ? Aurons-nous r6pondu a l'attente de la nation en songeant ainsi
plut6t A nous qu'a elle ?
Ah! Messieurs, ne perdons pas de vue le d4sastreux 4tat de nos finances;
songeons que les facult6s d'un pays se resument dans se finances, qu'elles
experiment son degr6 de force et de vie; qu'il n'y a qu'un moyen de nons
sauver, c'est de longer aux economies : hors de IA tout n'est que p6ril,
hours de 1a est la mort social.
Je vous conjure done, chers concitoyena, frEres et amis, au nom de la
patrie et du bien public, de repousser la motion d'indemnit6 qui nows a
occupies hblas trop longtemps, afin de prouver que l'amour de la patrie
et du bien public eat au fond de nos coeurs et non au bout de nos levres.
Je vote pour le rejet. a
Le depute Neslon Felix, a la tribune, soutient longaement la necessity
d'accorder une indemnity aux constituents; moyen, dit-il, qui maintiendra
la dignity des reprtsentants de la nation en les mettant hors des besoins
et leur permettra de se livrer aux travaux r6flichis qua leur impose leur
haute mission. 11 soutient que l'aaembl6e doit user pleinement de la dic-
tature qu'elle tient du people et doit contr6ler tons les actes du Gouver-
nement provisoire; que le decret du 5 avril ne peut l'empcher d'user
des voices large que lui done la souverainet ; que, d'ailleurs, le people
ne saurait d6eapprouver ce qui est dans lee vues de sa conservation, de sa
liberty, de sea droits on g4enral.
l1 vote done pour rindemnite.
Le d6put6 BergBs:
Bien que lee habitants de la parties du Nord-Est, aient souffert de PIvd-
nement du 16 mai qui les a ruins, je vote centre la motion d'indemnit6.,










Septembre 1843. 94 -
Le depute Anson Valcourt dit qu'il a, en des temps difficiles, donijs
preuve de son patriotism, qu'il se prononce, cependant, pour l'indemnit6
en faveur des d6putes que leur indigence donne un just droit A y pr&-
tendre, pregnant lui-mdme 1'engagement solennel de n'en point jouir.
Le d6put6 Bazin demand que I'assembl4e ddsigne un autre lieu que la
capital pour la tenue de ses seances, afin que la constitution soit faite
horse du tumulte et afin d'dcarter toutes suggestions.
Cette motion eat appuyee par le ddputd Damier.
Le d6put6 Dumai Lespinasse :
Je vous declare. Messieurs, qu'avant que le d6cret du Gouvernement
provisoire sur les assemblies primaires Blectorales et la Constituante n'eft
requ son execution, je me suis prononce contre la disposition qui refusait
une indemnity aux membres de la Constituante, j'y ai vu un fond d'aristo-
cratie, une pensge trop exclusive des citoyens indigents des travaux de
la grave Assembl6e constituante. Je l'ai attaqu6 sur les journaux, je 'ai
d6nonc6 aux clubs; j'ai doute qu'aprbs les vingt-cinq ann6es d'egoisme et
de corruption que le Gouvernement pass a fait peser sur le pays, l'on
pft trouver 124 citoyens assez d6sintgresses pour accepter le mandate de
coopdrer gratuitement a l'dlaboration de notre pact fundamental.
Lorsque j'ai Wtl inform que, malgr6 les conditions de gratuity, d'hono-
rables citoyens s'6taient empress6s de toutes parts,de r4pondre a l'appel des
assemblies electorales, je me suis reproch4, j'ai blame le doute injurieux
que j'avais pu concevoir de mon pays. Et ma foi en l'avenir de ma patrie
a Wte d'autant rallumee, que je vous ai tous vus, mes chers collUgues, vous
avancer individuellement vers le president de cette assemblee et accepted,
sans la moindre restriction, sous la foi solennelle du serment, le mandate
honorable don't le people vous revotait.
Quel d6senchantement douloureux, quelle ambre deception n'ai-je point
6prouvee en entendant les membres de cette assemble demander la rup-
ture de 1'engagement qu'ils avaient contract envers le people et qu'ils
venaient de cimenter encore par le plus solennel serment. N'est-ce pas
en effect, je souffre de prononcer ce mot, n'est-ce pas une immorality, et
nn parjure en mdme temps, oui un grave parjure, que de vous soulever
ainsi contre votre engagement, de violer ce serment que vous avez pro-
nonce il y a seulement deux jours, en presence de cette assemblee.
C'est done par une immorality et par un parjure que vous debuterez dans
r'ceuvre de rdgeneration que le people attend de vous, c'est par le
scandal de l'indemnit6 que vous voulez vous voter a vous-mames, que vous
entrerez dans la voie des ameliorations, que vous vous attaquerez aux
nombreux abus don't le pays a souffert?
Pesez bien, Messieurs, ces graves considerations et, au nomde votre di-
gnitV, revenez d'une resolution qui effacerait toute la consideration don't
vous entoure votre mandate. >
Le deput6 Pyrrhus Michel vote pour l'indemnitd.










95 Septembre 1843.
Le d6put6 Heurtelou se prononce en faveur de l'indemnit6, mais lee de-
putis da Port-au-Prince etant chez eux, ne doivent point en jouir.
Le deput6 Basin donned quelques d6veloppements en favour de la motion
d'indemnit6 et dit qu'il s'6tait apergu que quelques personnel de cette ville
voulaient dicter la Constitution ; qu'il y avait des projects tout formulas
que la famine ferait bien vite adopter sans rflexion et sans discussion.
Le d6put4 A. Elie parole contre la motion et dit que son adoption srait
une atteinte a la dignity des mandataires du people.
Le d6put6 Lubdris Jn.-Charles appuie la motion d'indemnite.
Le d4pute Dominique Benoit s'exprime contre.
Le d6put4 F6lix Poisson :
SSije ne considerais que Fesprit du docret, je voterais pour l'indemnit6,
parce que le Gouvernement, en refusant I'indemnit6 aux constituents, s'est
jet6 en pleine voie dans 'aristocratie ; mais la consecration actuelle d'une
indemnity etant contre la dignity de l'assembl6e, je me port contre cette
motion. >
Le diput6 Edmond Bonnet dit qu'il ne doit pas etre question d'ariato-
cratie d'argent ; chacun savait qu'il travaillait gratuitement, c'est un
engagement pris, on eat lie.
Le d6put6 D6juste Th6zard parole encore en faveur de I'indemnit6.
De toutes parts : aux voix I aux voix I
Le d6put6 Auguste Elie demand que l'on suive le mode deja adopt.
La majority adopted son opinion.
Le president propose le vote par inscription.
La motion d'indemnite mise aux voix est adopt6e A une majority de 34
voix contre 30.
Le deput6 Donat:
Malgr6 le respect que je dois aux decisions de cette assemble, je crois
devoir anasi A mes commettants et A la nation de declarer ici solennelle-
ment que je ne profiterai pas de la retribution qui vient d'etre votee aox
membres de cette assemblee quelle qu'elle puisse Atre.
Mes commettants m'ont donn6 un mandate gratuit, je 1'ai accept gra-
tuit, ma conscience me reprocherait de fexercer B d'autre titre, et cepen-
dant qn'il me aoit permis de vous observer, pour vous prouver que je n'obbis
ici qu'i Fimpulsion de ma conscience, que je suis du petit nombre des
membres de cette assemble don't la situation semble r6clamer une sub-
vention. Dans 'interet de la caisse publique et pour qu'elle soit le moins
de temps possible, tributaire de cette assemble, je vous propose de fixer
largement le nombre d'heures que nous devons chaque jour consacrer an
travail. Jusqu'ici, et quoique chacun n'Atant point encore r6tribud fit in-
tress6e a une prompted solution, nous avons eu A reprocher de l'irrdgularit6
et des retards & plusieurs membres ; aujourd'hui, en consequence la posi-
tion nouvelle que notre decision vient de faire aux constituants,les inexac-
titudes et la negligence me semblent desormais plus a craindre. 11 est done











Septembre 1843. 96 -
Surgent dans l'interat du public, que des mesares soient prises par vous
pour y amener un prompt denouement.
Le President appelle 1'assemblee A fixer le chiffre de 1'indemnite.
Le d6putd Mouras propose qu'elfe soit fixoe A 100 gourdes.
Le d6put6 Damier demand que 1'assemblee arrote que les fonctionnaires
salariAs de l'assemblee ne regoivent que l'indemnit6 qui sera vote et
n'aient point le droit d'opter.
Le deputy Vollel est centre la motion.
Le depute Lhdrisson declare qu'il regoit, comme conseiller du Gouverne-
ment, un traitement de deux cents gourdes par mois, qu'il partage n6an-
moins 'avis du d6pute Damier.
Le depute Heurtelou propose trois gourdes par jour et pendant trois
mois seulement.
Le depute Dupuis dit que le fonctionnaire doit 4tre libre d'opter.
Le deput6 Bazin revient A sa motion tendant a ce que le sibge de 1'as-
sembl6e soit porter ailleurs qu'au Port-au-Prince.
11 eat une heure, la stance est levee.

SINCE DU JEUDI 28 SEPTEMBRE 1843.
Presidence du deputy H. Firy. vice-president.
Le proces-verbal de la veille est sanctionne.
Plusieurs deputLs sont v6rifi6s, admis et pretent leur serment.
L'ordre du jour appelle la discussion sur la fixation duchiffred'indemnit6.
Le depute Mullery dit: bien qu'il n'ait point pris part A ]a deliberation
d'hier, il demand que le ddcret de 1'assemblee constituante fixant une in-
demnit6 a ses membres soit publiA et ne regoive son execution qu'apres
la sanction du people.
11 est combattu par les d6putes Damier et Heurtelou. La motion du dA-
pute Mullery est rejetee.
Le d6pute Lherisson demand que le chiffre de l'indemnit4 soit fix6 A
100 gourdes, cela lui semble raisonnable et conform A opinion de plu-
sieurs des membres qu'il a consults.
Le depute Damier demand que tous les employs salaries du Gouver-
nement qui font parties de l'assembl4e soient assujettis A rindemnit6 qui sera
fixee pour les autres membres de l'assembl6e. II est combattu par le d6putd
David-Troy. L'assemble consulate fixe l'indemnite & 100 gourdes par mois.
Le d6putd Heurtelou. Puisqu'une indemnity de 100 gourdes par mois a
ete vote A chacun des membres de cette assemblee, je demand que la
duree de ses travaux soit limited A trois mois.
Le dpputd Beaug& opine pour six semaines.
Le d6put6 Damier repousse les motiohs des deux preopinants.
Les motions des ddputds Beaug et Heurtelou sont rejetdes par Iassembl6e.
Le d6pute Anson Valcour declare qu'il continuera a ne percevoir que
les appoih'tements de 50 gourdes come employ du Gouvernement.


E.-" .;


'I










97 Septembre 484U.


RAPPORT des op*ralions du Gouvernement provisoire, du 4 avril
au 28 septembre 1843, present d tAssembhe constitwuate.

Port-Rdpublicain, le 28 aeptembre 1843, an 40e de rInd6pendance
d'Haii, et Ie ir de oa Regnaration.

Libert. Ou la Mort.
RiPUBLIQUE HAITIENNE.

Au nom du Peuple Souverain.

Le Gouwersemet provisoire, aux Menmbres composans VAssemblie conailmoise.

Citoyens, frbres et amis,
Le GOUVERNEMENT PROVISOIRE de la Rtpublique remplit avec
empressement les devoirs qui lui sont prescrits par le decret du 4
avril 1843, en presentant a l'Assemblee constituante, I'expos6 de
ses operations jusqu'i ce jour.
Avant de mettre sous vos yeux, citoyens, les actes du Gouver-
nement provisoire, il est n6cessaire de vous faire le tableau de
l'6tat deplorable dans lequel la pricdente administration avait
plong6 le pays : les campagnes d6pourvues de cette surveillance et
de cette protection si necessaires a la prosperity de l'agriculture, les
finances priv6es d'une organisation qui partout en assure la march,
et dirigees'par la seule volont6 de 1'homme qui avait pouss6 le
systeme centralisateur A ses derniores limits; la justice qui subis-
sait si imp6rieusement l'influence du pouvoir; enfin les divers
genres d'industrie qui vegetaient et appelaient a hauts cris les
encouragements accords par tous les gouvernements dclairis.
Telle 6tait la position precaire et affligeante de la R6publique,
lorsque notre h6roique revolution, aidee de la Providence, op6r6e
par la masse du people, a renversd d'un seul coup ce colosse de la
puissance despotique.
C'est en presence de tant de debris, de d6sordres et de confusion
que le Gouvernement provisoire a 6et institub.
Pleins de confiance dans les principles de la r6egenration, ayant
une foi entire dans l'avenir du pays, nous n'avons paslt6 arrdt6s
7











par les nombreuses dificultes don't nous 6tions environnes. Mar-
chant d'un pas ferme dans I'honorable carri6re qui nous 6tait
ouverte, nous avons consacre, avec conscience, tons nos instants
au service de la chose publique; nous avons rempli les vceux du
Manifeste, pose les bases des institutions indiquies par cet acte;
nous avons imprime une march plus uniform aux movements
de administration jusqu'i ce qu'une organisation definitive vienne
mettre ie sceau A ce travail pr6paratoire. C'est ainsi que sur diver-
ses matieres d'int6ret public,. nous avons ouvert les voies au gou-
vernement definitif.
Parmi les nombreuses obligations du gouvernement provisoire,
il etait un soin qui a occupy constamment sa pens6e : le maintien
de l'ordre et de la tranquillity publique.
Malgre le bon sens des populations qui dans le came attendaient
le grand oeuvre que vous 6tes appeals A accomplir, nous avons eu
A lutter dans les parties de 1'Est, du Sud et de l'Ouest centre des
factions qui se formaient, ou qui ont dclatA, avec le criminal des-
sein de rompre l'unit6 de la r6publique ou de nous longer dans
I'anarchie et dans les malheurs d'une guerre intestine. Par suite
de measures prudentes et 6nergiques, les contre-r6volutionnaires
ont Wte comprimes et punis. Le repos a succede aux agitations, et
les amis de la patrie doivent vouer A l'execration tous ceux qui ten-
teraient encore de diviser la famille haitienne, qui n'a de garantie,
a l'interieur comme A l'exterieur, que dans la plus 6troite union de
ses membres.
Prevoyant les embarras qu'aurait occasionn6s la reclamation de
l'annuite due A la France au terme du traits de 1838, des le mois
d'avril kcoulM, le gouvernement provisoire avait expose a cette puis-
sance les justes motifs qui l'ont porter a surseoir l'acquittement du
terme de cette ann6e, en renvoyant cette question a l'etablissement
du gouvernement definitif qui ouvrirait des n6gociations i ce sujet:
nous avons le regret d'annoncer A la Constituante que le gouverne-
ment n'a rien recu d'officiel touchant cette affaire.
Un objet de la plus haute importance-a occupy sbrieusement
notre attention et c'est devant les mandataires actuels de la nation
que nous devons presenter, dans toute sa nudity, notre situation
financiere. Des depenses extraordinaires faites avant et apr6s la
revolution, le pernicieux syst6me du papier-monnaie sont les causes
de la gene que nous sommes a la veille d'6prouver et de la cruise finan-
ciere don't nous sommes menaces. Nous vous prdsentons le tableau
des recettes et des d6penses de l'exercice de 1842.


- 98 -


Septembre 1843.








99 Septembre 48$.
Dress par la chambre des comptes, ce tableau sera suivi de celui
des recettes et depenses au premier semestre de cette ann6e
don't cette administration s'occupe. Les recettes ont pu, jusqu'en
ce moment, couvrir les depenses.
Notre reserve, d6pos6e au caveau de la tr6sorerie-g6n6rale,
s'l66ve a 900.000 gourdes fortes, d'apres la situation du tr6sorier
que nous vous remettons: nous devons malheureusement appr6hen-
der que nous serons forces de toucher a ce d6p6t pour alimenter
le service jusqu'a la fin de l'annee, nos recettes ayant diminu6
par plusieurs motifs.
La question du papier-monnaie,cette plaie qui nous ronge, a aussi
vivement pr6occup6 le Gouvernement provisoire. Dans sa dur6e
transitoire il aurait 6t6 heureux de pouvoir, par de sages cembi-
naisons, lib6rer l'itat envers le public, en retirant de la circula-
tion le papier-monnaie ainsi que notre monnaie metallique. Un
project sur cette matiure a 6t6 d6ji 6labor6 par une commission com-
posse d'hommes sp6ciaux: il vous sera prisentO.
Le gouvernement provisoire n'ayant en vue que de soulager la
nation en faisant disparaltre ce malaise que le pouvoir ancien
nonrrissait par son funeste systeme, a cru devoir faire un essai alin
de pouvoir utiliser des resources qu'offrent nos localit6s. Un agent
a Wt6 envoy en Angleterre pour traiter avec des companies de
l'exploitation de nos mines et de nos forts. Si le succes couronne
l'entreprise, le pays s'acquittera de ses engagements du dehors
avec facility, et les resources renaitront a l'interieur.
Nous vous adressons la collection des D6crets et Arrdt6s rendus
par le gouvernement provisoire depuis son installation jusqu'a ce
jour: ces actes sont au nombre de cinquante-un. U serait bien sa-
tisfaisant pour le gouvernement provisoire de pouvoir vous annoncer
que les factions qui ont tent6 de renverser l'ordre 6tabli sont radi-
calement d6truites; il existe sans doute encore des hommes don't
l'insatiable ambition pursuit la coupable pensee d'une subversion;
mais la surveillance continuelle du gouvernement saura dejouer
leurs funestes projects et les coupables n'echapperont pas au glaive
de la justice.
Toutefois, sur tons les points de la rdpublique, la tranquillity est
actuellement retablie; n6anmoins nous 6tions trop pr6s des 6v6ne-
ments qui ont eu lien pour 6loigner les troupes de la capital : la
Constituante appr6ciera cette measure, et d6cidera si les circons-
tances actuelles permettent leur 6loignement.









Septembre 1843. 100 -
La situation politique et social de la r6publique 6tait trop bien
comprise, et son itat int6rieur trop g6n6ralement connu pour que le
passage d'un gouvernement de transition pit laisser la faculty de
reformer, reorganiser ou ameliorer d'une faVon complete et dbfini-
tive tous les 6elments qui composent la machine gouvernementale:
le gouvernement provisoire a dd s'arreter aux measures d'urgence,
a l'emploi des moyens que sa position commandait.
II vous appartient, honorables Constituants, dans la belle et noble
mission que vous a confine le people, de poser les principles inva-
riables sur lesquels desormais reposera l'Mdifice social; de fixer
irr6vocablement les limits des pouvoirs constitu6s, d'6tablir cette
just pond6ration qui doit regner entire eux. De ce grand acte
decoulera naturellement toutes les r6formes que reclame notre
legislation ; c'est alors qu'il sera d6finitivement status sur la force
armee, les finances, I'agriculture, le commerce et nos relations
exterieures.
Vous remplirez, nous n'en doutons pas, la glorieuse tkche qui
vous est impose; vous p6serez dans votre profonde sagesse les
institutions qui doivent 6tre donn6es au pays pour en assurer le
bonheur et la puissance dans les temps presents et a venir : c'est
avec le sentiment du plus pur patriotism que vous commencerez et
poursuivrez votre oeuvre.
Le gouvernement provisoire attend avec impatience le beau jour
oi la nation sera dotee d'institutions qui garantissent sa souve-
rainete, ses droits et ses liberties. Ce dernier acte de notre sainte et
sublime revolution remplira une des plus belles pages de nos
annales.
En d6posant les pouvoirs qui lui avaient dt confir6s, le gouver-
nement provisoire s'estimera heureux, et son ambition sera satis-
faite, si la nation reconnait que tous ses efforts, tons ses travaux
n'ont eu pour but que le bien-6tre du people et la gloire de la r-
publique.
Nous avons l'honneur de vous saluer avec la plus haute conside-
ration en la Patrie.
Sign6 : C. HR6BBD aln6, N. SzoGTrma, GuBRsB a, TLA.aw,
Jn.-Cme. IMBEBT.
Pour copie : Sign6 : Hr~. FByr.
Vice-Prisident de AUssembUl couatitunkM.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs