• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Supplement au tome VI
 Annee 1840
 Annee 1841
 Annee 1842
 Annee 1843
 Errata
 Table des matieres du supplement...
 Table des matieres du recueil general...






Group Title: Laws, etc.
Title: Recueil général des lois & actes du gouvernement d'Haiti
ALL VOLUMES CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074014/00004
 Material Information
Title: Recueil général des lois & actes du gouvernement d'Haiti depuis la proclamation de son indépendance jusqu'a nos jours
Uniform Title: Laws, etc
Alternate Title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti
Physical Description: 8 v. : ; 24 cm.
Language: French
Creator: Haiti
Edouard, Emmanual, 1858-1895
Pradine, Linstant de
Publisher: A. Durand - Pédone-Lauriel, 1860-88.
Place of Publication: Paris
 Subjects
Subject: Law -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Spine title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti.
General Note: Vols. 7 and 8 edited by E. Edouard.
Statement of Responsibility: mis en ordre et publie par Le Bon Linstant de Pradine.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074014
Volume ID: VID00004
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000601735
oclc - 24146838
notis - ADD0752

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Preface
        A 1
        A 2
        A 3
        A 4
        A 5
        A 6
    Supplement au tome VI
        Page 7
        Page 8
        Annee 1838
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
        Annee 1839
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
    Annee 1840
        B 1
        B 2
        B 3
        B 4
        B 5
        B 6
        B 7
        B 8
        B 9
        B 10
        B 11
        B 12
        B 13
        B 14
        B 15
        B 16
        B 17
        B 18
        B 19
        B 20
        B 21
        B 22
        B 23
        B 24
        B 25
        B 26
        B 27
        B 28
        B 29
        B 30
        B 31
        B 32
        B 33
        B 34
        B 35
        B 36
        B 37
        B 38
        B 39
        B 40
        B 41
        B 42
        B 43
        B 44
        B 45
        B 46
        B 47
        B 48
        B 49
        B 50
        B 51
        B 52
        B 53
        B 54
        B 55
        B 56
        B 57
        B 58
        B 59
        B 60
        B 61
    Annee 1841
        B 62
        B 63
        B 64
        B 65
        B 66
        B 67
        B 68
        B 69
        B 70
        B 71
        B 72
        B 73
        B 74
        B 75
        B 76
        B 77
        B 78
        B 79
        B 80
        B 81
        B 82
        B 83
        B 84
        B 85
        B 86
        B 87
        B 88
        B 89
        B 90
    Annee 1842
        B 91
        B 92
        B 93
        B 94
        B 95
        B 96
        B 97
        B 98
        B 99
        B 100
        B 101
        B 102
        B 103
        B 104
        B 105
        B 106
        B 107
        B 108
        B 109
        B 110
        B 111
        B 112
        B 113
        B 114
        B 115
        B 116
        B 117
        B 118
        B 119
        B 120
        B 121
        B 122
        B 123
        B 124
        B 125
        B 126
        B 127
        B 128
        B 129
        B 130
        B 131
        B 132
        B 133
        B 134
        B 135
        B 136
        B 137
        B 138
        B 139
        B 140
        B 141
        B 142
        B 143
        B 144
        B 145
        B 146
        B 147
    Annee 1843
        B 148
        B 149
        B 150
        B 151
        B 152
        B 153
        B 154
        B 155
        B 156
        B 157
        B 158
        B 159
        B 160
        B 161
        B 162
        B 163
        B 164
        B 165
        B 166
        B 167
        B 168
        B 169
        B 170
        B 171
        B 172
        B 173
        B 174
        B 175
        B 176
        B 177
        B 178
        B 179
        B 180
        B 181
        B 182
        B 183
        B 184
        B 185
        B 186
        B 187
        B 188
        B 189
        B 190
        B 191
        B 192
        B 193
        B 194
        B 195
        B 196
        B 197
        B 198
        B 199
        B 200
        B 201
        B 202
        B 203
        B 204
        B 205
        B 206
        B 207
        B 208
        B 209
        B 210
        B 211
        B 212
        B 213
        B 214
        B 215
        B 216
        B 217
        B 218
        B 219
        B 220
        B 221
        B 222
        B 223
        B 224
        B 225
        B 226
        B 227
        B 228
        B 229
        B 230
        B 231
        B 232
        B 233
        B 234
        B 235
        B 236
        B 237
        B 238
        B 239
        B 240
        B 241
        B 242
        B 243
        B 244
        B 245
        B 246
        B 247
        B 248
        B 249
        B 250
        B 251
        B 252
        B 253
        B 254
        B 255
        B 256
        B 257
        B 258
        B 259
        B 260
        B 261
        B 262
        B 263
        B 264
        B 265
        B 266
        B 267
        B 268
        B 269
        B 270
        B 271
        B 272
        B 273
        B 274
        B 275
        B 276
        B 277
        B 278
        B 279
        B 280
        B 281
        B 282
        B 283
        B 284
        B 285
        B 286
        B 287
        B 288
        B 289
        B 290
        B 291
        B 292
        B 293
        B 294
        B 295
        B 296
        B 297
        B 298
        B 299
        B 300
        B 301
        B 302
        B 303
        B 304
        B 305
        B 306
        B 307
        B 308
        B 309
        B 310
        B 311
        B 312
        B 313
        B 314
        B 315
        B 316
        B 317
        B 318
        B 319
        B 320
        B 321
        B 322
        B 323
        B 324
        B 325
        B 326
        B 327
        B 328
        B 329
        B 330
        B 331
        B 332
        B 333
        B 334
        B 335
        B 336
        B 337
        B 338
        B 339
        B 340
        B 341
        B 342
        B 343
        B 344
        B 345
        B 346
        B 347
        B 348
        B 349
        B 350
        B 351
        B 352
        B 353
        B 354
        B 355
        B 356
        B 357
        B 358
        B 359
        B 360
        B 361
        B 362
        B 363
        B 364
        B 365
        B 366
        B 367
        B 368
        B 369
        B 370
        B 371
        B 372
        B 373
        B 374
        B 375
        B 376
        B 377
        B 378
        B 379
        B 380
        B 381
        B 382
    Errata
        B 383
    Table des matieres du supplement au tome VI
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
    Table des matieres du recueil general des lois et actes du gouvernement d'Haiti et documents historiques, tome VII
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
Full Text

LOIS


& ACTES


GOUVERNEMENT D'HAITI.


DES


5~5- ~T~~]s~lf~l~C~.-~P9rml ~ X:li-rrl.


Illl-cemnrlas


RECUEIL

GfNtRAL









SECUEIL L
-Ar6N]tRAL

SL)OIS & ACTES.
DU

GOUVERNEMENt D'IfAITI
ET
DOCUMENTS HISTORIQUES.

TIOFME VII

S840- 1843.
ed d'a sappiment aun anates t819 et 1839 d laome VI

SEN ORDRE ET PUBLICS EN VERTU D'UNE DECISION DU CONSEIL
DES SECRRTA1RES D'TTAT,
soUS LA PiESIDENCE DE S. EXC. LE GENtRAL SALOMON,
PRESIDENT DE LA RPUBLIQUE,
PAR
EMMANUEL EDOUARD,
I4c~di4 ea droit del'Ecole de Paris.




PARIS
PEDONE-LAURIEL, EDITEUR
13, Rue Souflot, 13.
1888





'. 3 ^






W47


-PREFACE


. volume de son t R ceil g Inral des Lois et Actes du OouverNe-
c *ment dIlati ,'aii barreau, come avocat, au Ministbre de fa
z Jui ip, de 'Instruction publique et des Cultes, comme Secr-
Staire gAndral, A la Chambre des Representants, j'ai en iA souffrir,
-4 comme beaucoup de fonctionnaires, de l'absence-d'une collection
9 semblable, et j'ai redouth les consequences de la dispersion des
( documents de notre nationality. On se ferait difficilement une
idWe des peines, des recherches qu'a exig6es un travail de cette
Nature; seul, sans aide, abandonn6 i mes propres forces et oblige
i de me partager entire les diverse charges que j'exergais- alors;
Set, pour combler une lacune, obtenir un 6claircissement histo-
t rique, que de correspondances ne m'a-t-il pas fall entretenir
Ssoit avec d'anciens lgislateurs, soit avec des amis...
II n'y a rien d'exag ~ dans ces paroles. Sans un courage, une
Sopiniktret extraordinaire, Linstant Pradine n'aurait pas pu mener
Sa point olu il l'a mend le Recueil g6~eral des Lois et Actes du
Gouvernement d'Haiti En sauvegardant les documents !6gislatifs
Set historiques de notre pays, il nous a rendu un service incompa-
rable. Je remplis un devoir envers sa mnmoire en transcrivant ici
la piece suivante: il I'a hautement m6rite.
~ "f"


'.. ,

- *zi










a A la stance du 23 juillet 1812, le S~nateur Granville a fait au
S SBnat la proposition qui suit :
a MESSIEURS,
( Chaque jour demontre davantage la n6cessit6 d'avoir la collec-
a tion complete des lois du pays. Nos d6p6ts d'Archives publiques
( sont ruins, d6truits ou a peu pres, par suite des 6v0nements don't
Sii a Wt le th6itre, par le pillage et par les incendies. A-t-on be-
( soin d'une loi un peu ancienne, en remontant seulement A quel-
( ques ann6es ? On ne la trouve pas toujours, ou, si on la trouve,
c ce n'est pas sans difficult ; c'est ainsi que, r6cemment, la Com-
a mission des pensions que j'avais 1'honneur de presider a eu de
( la peine a se procurer certaines lois qui lui 6taient indispensables
a pour I'accomplissement de sa tAche, et ce ne fut pas sans avoir
a cherch6 et fouill6 obstiniment au d6p6t appel (( Archives gen6-
rales a que je r6ussis A trouver un ou deux exemplaires de ces
a lois don't I'un 6tait vermoulu. On est done souvent arrfte par le
a manque de telle loi ou de tel acte. Tous les services publics
( souffrent plus ou moins de ce fAcheux 6tat de choses. II conyient
a la dignity national et au bien de tous, Administration sup6-
Srieure, L6gislateurs, Juges, Officiers publics,' fonctionnaires et
a employs de tous ordres, enfin citoyens priv6s, que les Lois et
SActes du pays soient d6finitivement r6unis en corps et imprimes,
Safin que chacun les ait dans les mains et puisse y recourir, les
c 6tudier et les connaitre. Vous savez, Messieurs, que notre conci-
a toyen Linstant Pradine a entrepris ce laborieux et utile travail de
a compilation et de publication et qu'il en a d6ji public cinq vo-
a lumes A ses frais ; ce qu'il en a d6ji livr6 fait d6sirer le reste. I1
a imported de provoquer et de faciliter la publication entire de ce
a pr6cieux Recueil en mettant son auteur en measure de la conti-
a nuer et de l'achever d6finitivement. Je crois pouvoir affirmer ici,
( sur la foi de l'auteur lui-mgme, qu'il a des mat6riaux d6ji pr6-
v pares pour l'impression de plusieurs autres volumes jusqu'A I'aa-
n6e 1869 inclusivement. Vous conviendrez avec moi, Messieurs,
Sque c'est un danger de laisser plus longtemps de telles collec-
tions les collections des archives precieuses de notre nationa-
a lit6 enfouies dans les papers domestiques d'une famille oi
elles sont sans utility pour le public et ou elles pourraient se
perdre par une cause ou par une autre. Le pays a le plus grand
t interet A preserver de nouveaux dangers les titres qui justifient


*- '










e ses droits A etre admis dans 'la grande famille des nations poli-
t cees. Pour parvenir A cette fin si desirable, je propose A l'Assem-
< blee d'adresser un Message A la Chambre des Communes, lui de-
a mandant de s'associer, de s'unir A nous pour la realisation de ce
( vceu. Une allocation spAciale qui, constitutionnellement, doit etre
a d'abord votee par la Chambre serait inscrite dans la loi budg&
< taire ; cette allocation pourrait Wtre le chiffre auquel, deja sous
Srl'empire, et sous le gouvernement du president Geffrard, l'ad-
( ministration superieure acheta du citoyen Linstant Pradine, un
< certain nombre d'exemplaires de ce Recueil. Messieurs, en expri-
< mant le vceu que nos Lois et nos Actes soient d6finitivement reunis
< en corps et imprim6s, je n'ai fait que renouveler le vaeu. mani-
< feste parole S6nat de la Republique en 1807, en 1808 et 1892, et,
( en ce qui concern specialement I'ouvrage du citoyen Linstant
< Pradine, je n'ai fait que reprendre en sous-ceuvre la proposition
< qui fut presentee A cette Assemblee, la session passe, par notre
< collogue Bourjolly.
(( Je soumets cette proposition au Stnat et je ne doute pas qu'il
c ne 1'accueille volontiers et unanimement.
< Ma proposition, Messieurs, est inseparable de l'hoimage public
< que je veux rendre ici an citoyen qui a montr6 dans ces fatigantes
a recherches de plus de vingt ans, dans ce tres penible travail d'exa-
< men, de confrontation, de coordination et de publication de nos
c documents nationaux tant d'ardeur patriotique, une perseverance,
< une tenacity si rares.
< Je m'adresse a une Assembl6e trop 6clairbe pour ne pas tre
certain qu'elle s'associe a ce sentiment. >) (Marques d'assentiment.)
Les hommes d'6tude, les hommes qui se sont occup6s des evo-
lutions et des revolutions des soci6tes, de la march genBrale de
l'humanitB, I'attesteront : le passe psse d'un poids Anorme sur le
present et l'avenir ; les morts government les vivants. Les faits out
leur logique, lente parfois A se montrermanifestement, mais infail-
lible. Resignks on r6voltes, reconnaissants on ingrats, nous .ptissons
et nous b6neficions des fautes et des actes louables de nos pr6d6ces-
seurs. C'est pour cela que le pass doit etre interroge, scrut6, mi-
dite ; que nous devons nous appliquer a en degager les enseigne-
ments, A developper les germes bienfaisants qui y sont renfermis,
conjurer ce qu'il peut y avoir de malfaisant. Sinon, la force
des choses impassible, inexorable, aidant, nous serons le jouet des
Wvenements, nous nous heurterons contre tous les 6cueils et nous
nous figurerons Otre victims de fatalities inAluctables.








-4-
Combien penible, combien Apre est naturellement, pour les peu-
ples, la lutte pour la vie qui se r6sout en ces terms: Prog;Ts, Ci-
vilisation Combien folle, combien digne de piti6 est la nation qui
ne se pr6occupe pas sans cesse de se placer pour l'entreprendre,
pour la soutenir, dans la condition la plus favorable !
Ce serait une erreur grossiere de croire que l'ardeur et la per-
sistance que met notre sikcle a rechercher les origins dans les
sciences morales et-naturelles n'aient pour cause qu'une vaine
curiosity. Pour Blucider les problemes fondamentaux en ces ma-
tibres, on ne s'est arrWte a 1'idee feconde de remonter aux commen-
cements, malgre les obstacles les plus rebutants,.qu'apres avoir
constat6 avec la derniere evidence l'inanit6 de tout autre procede,
l'impossibilit6 absolue de rien expliquer, de rien resoudre autre-
ment.
Aussi, le < Recueil general des Lois et Actes du Gouverriement
d'Haiti ) de Linstant Pradine, en dehors de son indispensability
conslante pour les juges, pour les justiciables, pour l'Administration,
-car qui veut connaitre sur tel ou tel sujet l'etat exact de la 16gisla-
tion A un moment dbnn6, n'a qu'a l'ouvrir -; en dehors de son in-
dispensabilit pourles 16gislateurs qui, ignorant ce qui a W6t fait par
leurs devanciers, sont exposes a perdre leur temps en 1lgiferant
intempestivement sur des sujets d6ji bien r6gl6s ou A rompre l'har-
monie qui doit exister dans les lois, le ( Recueil des Lois et Actes
du Gouvernement d'Haiti ) de Linstant Pradine, dis-je, le seul que
nous ayons, don't le Gouvernement du Pr6sidelt Salomon, soucieux
du bien g6n6ral, a achet6, a des conditions exceptionnellement
bonnes pour le Tr6sor public, toute la parties r6unie et non publi6e
par Linstant Pradine, constitute pour Haiti, au point de vue histo-
riq'ue, malgr6 ses lacunes, ses imperfections, un monument d'une
valeur inestimable.
A measure que notre pays vieillira, le prix en grandira A ses yeux.
( La forme social et politique dans laquelle un people peut
entrer et rester n'est pas livree a son arbitraire, mais ditermin6e
par son caractere et son passe (i) ).
Bien heureux seront nos petits enfants Si, faute de savoir et de
loyautW, nous n'arrivons pas A trouver la forme social et politique
qui nous convient, ils la trouveront, eux : nous leur laisserons tout

(1) H. Taine, Les Origines de la France contemporaine, 1'Ancien. ri-
gime.









-5-

ce qu'il faud':a pour cela. Qu'ils soient attentifs! Ils auront le sa-
voir, l'expBrience ; rios dibbires leur apprendront a 6tre loyaux.
Le dernier volume de cette collection, paru du vivant de Linstant
Pradine, s'arrete, on le sait, A 1839 inclusivement; par le supple-
ment place dans ce livre, j'ai essays de combler les vides qu'on y
rencontre.
Les craintes que manifestait le s6nateur Granville dans son allo-
cution au SAnat, que j'ai rapportee, ont et6 pleinement justifies.
Pas plus les Lois et Actes relatifs aux ann6es 1838 et 1839 contenus
dans le present volume que ceux des annies 1840, 1841 et 1842 ne
proviefinent de la parties de la collection acquise par le Gouverne-
ment d'Haiti: cette parties ne commence qu'i Janvier 1843. Linstant
Pradine avait rassembl6, sans aucun doute, les pieces officielles se
rapportant A ces ann6es 1840, 41 et 42;- mais elles ont disparu :
personnel n'a pu dire ce qu'elles sont revenues. Et cependant,
un interet tout particutier est attache pour nous aux documents
publics de ces trois annies, car c'est grAce a eux que nous pouvons
voir se preparer d6cidiment l'Are des revolutions furieuses et inces-
santes, des-pronunciamientos, des tragi-comedies qui ont bbranlM
pendant si longtemps notre pays jusque dans ses plus secrets fonde-
ments. Le Gouvernement 6tait fort embarrass lorsqu'on lui en efrit
quelques-uns, un trBs petit nombre, pour la some de trente mille
francs, et il allait Otre force de s'executer si je n'6tais pas parvenu,
apres de nombreuses demarches dans tous les grands d6pbts d'Ar-
chives publiques francais et dans des biblioth6ques privies, A di-
couvrir ce qu'il fallait (1).
lComme le hasard pourrait ne point nous tant favoriser une se-
conde fois, il est infiniment souhaitable que nos Archives Nationales
soient enfin serieusement organis6es, comme il en est dans les pays
civilis6s.
L'impression en volumes faciles a manier des c Lois et Actes
du Gouvernement d'Haiti > ne doit plus Wtre interrompue, sous aucun

(1) Ici, je ne saurais manquer de prier Monsieur Girard de Rialle,
Directeur des Archives au Ministbre des Affaires Btrangeres de France et
l'excellent professeur d'Histoire de l'Universiti de France, M. E. Marechal,
don't les livres classiques ont une fortune si meritee, d'agreer 'expression
de ma vive gratitude pour l'empressement, la bienveillance parfaite avec
lesquels ils out mis A ma disposition les papers qui m'ont servi, dane une
certain measure, & reconstituer ce qui manquait coette collection.









0 -
pritexte. Les Chambres haitiennes meriteront bien de la patrie en
affectant chaque annie une some A eel objet: jamais argent n'aura
nlW mieux employ.
L'avenir n'oubliera pas de quelle facon le Gouvernement du
general Salomon a montr6 combien il a compris l'utilit6 de premier
ordre d'une telle measure.
Pour ma part, je le remercie profondement de m'avoir choisi
pour diriger la publication d'une oeuvre si honorable et si patrio-
tique, A laquelle une longue vie est assuree.
DMsormais il n'y aura que fort peu de notes de concordance dans
ce Recueil. Celles que contiennent les volumes prc6idents ne doi-
vent Atre consulates que relativement aux ann6es 1804 et 1839 et
aux ann6es intermediaires, le supplement ci-apres n'6tant pas en
question. Hors de 14, les nos ne correspondent pas a ceux indiques
par Linstant Pradine. Notre auteur renvoyait des volumes publi6s
A ceux a publier et reciproquement; or, par suite de la disparition
de cette collection des documents don't j'ai parl6, le plus complete
d6sordre s'est introduit dans ses notes. Je ne pouvais done pas
songer A m'en servir; je ne pouvais pas davantage songer i en
6tablir A la hate.
II n'y a pas lieu, d'ailleurs, que j'insiste, car, i cetl gard, je
n'aurais pas suivi- Linstant Pradine alors mime qu'il n'en aurait
pas 16 ainsi.
Je sais A merveille que des tables de concordance, dans un tra-
vail come celui-ci, doivent faciliter beaucoup les recherches
(priere de remarquer que je dis: tables de concordance et non notes
au bas des pages); mais c'cst une tAche tres longue, trWs delicate,
tr&s absorbante, que je ne perds pas de vue : il m'est tout A fait
impossible de m'y livrer pour le moment.
Paris, 1887.


EmMANUEL EDOUARD.
















SUPPLEMENT AU TOME VI
DU
RECUEIL GENERAL

DES LOIS ET ACTES
DU


GOUVERNEMENT D'HAITI.




*'. --: -71 -'-





SUPPLEMENT AU TOME VI

DU

Recueil Gendral des Lois et Actes
DU

GOUVERNEMENT D'HAITI.





ANNiE 1838


ADRESSE du 27 Avril 1838 de la Chambre des Communes au
President d'Hali.

PRiSIDENT,
La Chambre, pleine encore de l'impression que votre discours
d'ouverture a faite sur elle, vient vous porter 1'expression des vceux
et des sentiments d'une nation magnanime, qui vous a confie le soin
de son salut, et qui, fiUre des glorieux souvenirs que reveille en
elle le trait qui reconnait le principle de son independance, vous
felicite de l'heureuse issue d'une n6gociation don't l'objet excita si
longtemps les incertitudes et les anxiet6s du pays.
Un autre traits, don't le texte, comme celui du premier, lui a 6t1
transmis par les papers publics et don't vos paroles lui ont confirm
1'existence, termine la question de l'indemnitl et r6vele au monde
notre morale politique.
En arr6tant nos regards sur le premier, nous y reconnaissons le
triomphe des idWes liberales et le r6sultat du movement d'entrai-
nement du si6cle. C'est le fruit de votre constant sollicitude et du
sublime devouement qui nous fait pr6f6rer l'honneur de la patrie
a tout autre intfrct. Mais .si l'on examine la coojoneture dans la-
quelle il s'est offert, on lui trouvera l'aspect d'un de ces 6vene-
Inents inattendus, d'une de ces faveurs que le sort se plait A vous
prodiguer comme pour marquer votre destination. Cette circons-
tance met eo yotre possession les moyens d'asseoir I'avenir du









Avril 1838. 10 -
peuple haitien sur les bases d'une r6generation nouvelle ; elle
agrandit votre puissance du bien, en immortalisant les trophies de
la liberty.
Ainsi done, elle d6gage de la contrainte l'action de cette faculty
ordonnatrice don't l'emploi lumineux vivifie les Etats et les conduit
au bonheur.
Ainsi, elle trace autour de vous un cercle de gloire que vous
remplirez, nous n'en doutons pas, d'utiles et fecondes institutions,
qui ranimeront l'esp6rance d'un people qui v6nere son premier
magistrat, mais don't les pensees s'Mlancent dans I'avenir, en fixant
le present avec l'inquietude de ce d6sir du bien qui cherche la r6a-
lit6 dans les dispositions heureuses du gouvernement.
La Chambre n'ignore pas qu'a c6te de l'avantage d'am6liorer est
le danger d'innover ; mais elle sait aussi que, lorsque les r6formes
sont l'(euvre de la sagesse, lorsqu'elles sont reclam6es par un im-
p6rieux besoin, lorsqu'une intelligence de progrs" preside a leur
introduction, qu'elles sont analogues aux principles conservateurs et
dlans l'esprit des institutions, qu'elles servent A leur donner des d6-
veloppements vivaces, le danger cesse et il ne reste que le bien et
l'utilit6.
En applaudissant aux succes de nos efforts, la Chambre ne se le
dissimule pas, le trait financier, A part les obligations actuelles,
est un mandate tire sur la post6rit6 ; et si nous 16guons i la g6n-
ration future l'honneur d'en acquitter les derniers terms, trans-
mettons-lui du moins le present, avec toutes les garanties qu'exige
l'avenir.
Comblons des cavities sociales qui sont dans les provisions des
esprits 6clair6s, des abimes oi vont s'engloutir les esp6rances des
peuples, si la pr6voyance n'en fixe les destinies. Non, ce n'est pas
innover que de consacrer des principles pour emp6cher que l'ordre
ne soit abandonn6 au hasard des variations politiques ; au con-
traire, c'est accomplir un devoir sacr6, c'est affermir la sociWt6.
La plus grande c616brite don't les annales du monde offrent le
(Imoignage, le genie qui pensait avoir dGroh le feu du ciel pour
en doter sa patrie, a dit: ( La vie d'un homme est trop court pour
fire le bonheur d'une nation : les institutions seules peuvent con-
qu6rir l'avenir. ))
Cette pens6e htait aussi dans le coeur de votre illustre pr6d6ces-
seur : il en 6tait profond6ment 6mu, lorsque, au milieu des plus
violentes convulsions civiles, il osa d6poser la dictature confine A









t1 Avril 4838.
son patriotism jusqu'A la paix intbrieure, pour appeler les pairs de
la nation i convoquer une assemble de revision. C'est a cette
ipoque de crise et d'agitation que naquit la Constitution de 1816,
qui, malgr6 ses imperfections, eut la vertu de moraliser et tran-
quilliser la r6publique durant plus de vingt ann6es.
Cet example, President, est digne d'etre imit6 !
Le choc qui existe entire les.principes fondamentaux et les dis-
positions reglementaires de la Constitution est une antinomie-qui
doit disparaitre du code des droits et des devoirs. L'expIrience
proclamen cette v6riti :les dispositions reglementaires d'une Cons-
titution arretent le jeu libre des resorts du gouvernement, don't
les principles fondamentaux sont le mobile ; elles amoindrissent la
some du bien qui doit decouler de son action. La nation vous
supplies done d'assurer son avenir : vous en avez la puissance et le
genie ; aujourd'hui que la paix est imperturbable, il n'est plus
temps d'ajourner. Exprimez un vceu, et bientbt des mains r6gen&-
ratrices reconstruiront I'Mdifice social ; ravivez nos institutions qui
sont d6ji menaces de vetuste, parce qu'aux -yeux du pays elles
sont insuffisantes pour les besoins de la society.
La situation present offre le spectacle de la lutte des vieilles
theories centre la n6cessit6 des ameliorations ; rendez impossible
la reaction centre les idWes, et vous empccherez le retour du passe.
Les peuples sont ce que les gouvernements les font : ils se sou-
mettent avec plaisir au joug salutaire de la felicit6 publique, et ce
joug ennoblit leurs affections, fait 6clore les vertus privies et pa-
triotiques," la oio elles reooivent les encouragements du gouverne-
ment et oi les lois les honorent.
Les lumibres peuvent seules faire avancer un Etat: leur foyer
est l'education ; si elle reooit parmi nous des soins propres a lui
imprimer une physionomie national, elle s'associera aux institu-
tions et concourra avec elles i former les mceurs, 1'esprit et le ca-
ractrre de la nation. Toutefois, leur alliance donne de l'extension
aux.pensbes, agrandit la sphere de la civilisation et faith du bonheur
du people une science de tradition.
Que l'agriculture, le commerce et l'industrie, ces 1Wgislateurs du
dix-neuvieme siecle, deviennent les vehicules de notre prosperity
future, et l'avenir est saisi!
Alors le system social sera pond6r6, les vices qui rongent le
corps politique cesseront d'exister, et ces rapports annuels, qui
annoncent une administration florissante 1A ofi il n'existe qu'aban-'









Avril 1838.


- 12 -


don et dbprissement, n'en imposeront plus a personnel. Alors l'opi-
nion, cette reine du monde, recouvrant sa noble ind6pendance, dis-
pensera l'eloge et le blame, sans craindre qu'on I'accuse d'etre
l'Hcho de la malveillance.
L'armee, que n6cessitent les besoins de la paix, depositaire de la
gloire national, gardienne de nos secutites, sanctifiera ses armes
conquerantes de l'ind6pendance, en les devouant a la defense des
liberties publiques.
Notre legislation est vide de plusieurs dispositions dontl'absence
se fait 6minemment sentir ; elle invoque une loi sur la police inti-
rieure et des c6tes ; et aussi un nouveau mode d'organisation des
tribunaux, qui classes la justice distributive en tribunaux de pre-
miere instance et d'appel, toutefois en laissant aux deux extremites
de cet ordre de choses ies tribunaux de paix-et de cassation; une
loi sur la regie et l'administration des douanes ; des modifications
sur la loi relative a la formation de la garden national ; une loi
qui rende la responsabilit6 des grands fonctionnaires reelle, et sou-
mette A son empire les commandants d'arrondissement ; une loi-
qui donne un centre d'activit6 A administration de l'agriculture,
et qui 6tablisse un grand fonctionnaire responsible ; une loi qui
favorite les inventeurs des arts utiles et leurs introducteurs dans le
pays; une loi qui fixe le taux du loyer de l'argent et frappe l'usure;
une loi qui fixe le sort des v6etrans de la gloire national et donne
plus de virility a l'administration ; une loi qui destine exclusive-
inent les condarnnes pour crimes aux travaux'de la reparation des
routes at voies publiques ; une loi qui favorite la propagation des
bltes a comes, designe les lieux of elles peuvent 6tre gard6es sans
nuire aux progris de l'agriculture et indique aussi en quels lieux
elles doivent 6tre abattues ; une loi avantageuse a l'exportation des
betes A comes de la parties de l'est ; la restriction du pouvoir des
juges de paix de juger sans appel ; une loi sur I'administration des
paves et une autre qui 6tablisse la reunion des amendes a la caisse
de l'enregistrement; le budget des.d6penses publiques pour donner
a la Chambre la measure des imp6ts qu'elle est appelee a voter cha-
que annee.
Ces lois, ces dispositions, ainsi que la revision du pacte social,
sont les plus pressantes n cessites du pays : il en est d'autres sans
doute non moins necessaires, mais celles-ci doivent les prec6der, et
leur servir pour ainsi dire d'introduction.
Si nous examinious a present I'instabilit de certaines lois, nous








43 Mai1838.
nous 6tonnerions de les voir s'arr6ter tout a coup come frappees
d'inertie, aprks avoir pris un essor rapide ;. de ce nombre, on dis-
tingue le Code rural. 11 est tomb6 et sa chute a ecras6 l'agriculture ;
mais, il faut le dire, il a.subi le sort de toutes les institutions qui
ne sont pas dans 'esprit d'un siecle de perfectionnement. Sa chute
ne saurait etre le resultat des attaques partielles auxquelles il a dtW
en butte. Priv6 de la sanction de l'opinion, l'interet m~me n'a pu
le garantir.d'une desuetude hative, mais nous croyons pouvoir avan-
cer, sans crainte d'etre contredit, que ce Code, modified et approprid
aux besoins de l'dpoque pr6sente, produira les plus heureux effects.
L'humanit6 sollicite a grands cris-la mise a execution de la loi
sur les hospices : votre cceur entendra sa voix !
VoilA, President, 1'expression fiddle de la pensbe national. Nous
vous la Papportons avec cette confiance qu'inspire le sentiment du
devoir : car it est dans la nature du gouvernement representatif de
r~veler, de consacrer toutes les v6ritis utiles, d'en faire le domaine
public du pays. Puisse cette franchise Atre apprecide! Puisse-t-elle
vous porter A rendre A la Chambre ce pouvoir d'opinion, sans lequel
une representation national n'est qu'une fiction !
La gloire du civilisateur vous est offerte : accomplissez votre au-
guste mission parmi nous ; r6veillez dans tous les coeurs la grande
passion du bien public, et-faites que, lorsque la loi commune vous
aura ravi aux affections de ce people intdressant, vous viviez encore
dans les souvenirs ; que votre genie regne toujours dans ses con-
seils, et vous exercerez une nouvelle influence sur ses destinies -



S ANCE du 7 Mai 1838 de la Chambre des Reprsentans des
Communes.

Pr6sidence de M. H6rard DuzESLE.

La Chambre 6tant reunie en majoritM, la stance a Wth diclarbe
ouverte. Lecture a Wtd donnee du procss-verbal de la seance pr&-
cedente.
Le president. Une question d'ordre se presente : il est de la
nature et du devoir des assemblies politiques d'avoir des commu-
nications avec le chef du Pouvoir Ex6cutif lorsque l'opinion pu-
blique est 6branl6e par rappr6hension des venemens ; je propose
*- 2 -









Juin 1838. 44 -

donc A la Chambre, dans la conjoncture pr6sente, d'envoyer une
deputation au Pr6sident d'Haiti pour s'informer de 1'tat des choses
et lui porter de nouveaux temoignages du devouement de la Chambre
au maintien des principles constitutionnels.
La Chambre a adh6re i cette proposition et on a de suite procede
au tirage au sort des membres qui devaient composer la deputation
et le sort a design les ReprBsentans Lochard, B. Francois, R. Mar-
tinez, Latortue, Lesage et Guerrier jeune, qui se sont adjoints an
bureau.
Le President s'est charge de la reaction du Message pour de-
mander au President d'Haiti l'heure A laquelle il serait dispose A
recevoir la d6putation (1).
La stance a Wtd lev6e.




MESSAGE du President d'Haiti t la .Chambre des Reprfsenlans des
Communes (2).

Port-au-Prince, le 16 juin 1838, an 35e de 1'Ind6pendance.

Jean-Pierre BOYER, Prisident d'Haili.

A la Chambre des ReprBsentans des Communes.

CITOYENS REPRESENTANS,
Une indisposition qui ne sera pas trop longue, j'espere, et qui
m'oblige a garder la chambre, me prive de la faculty maintenant de
recevoir la d6putation annonc6e par votre lettre de ce jour et que
je viens de recevoir. Cependant, malgr le repos momentand rd-
clame par ma santd, je m'eflorcerai de m'occuper des objets impor-


(1) Voir la note de la page 383 du tome VI.
(2) Cette lettre est la reponse A un Message oh la Chambre demandait
an President d'Haiti I'heure A laquelle il serait dispose a recevoir une
d6putation que la Chambre avait ddcide, dans sa stance du 6 juin 1838, de
lui envoyer pour lui apporter de-nouvelles assurances de son d6vouement
au bien public et de son desir de voir la bonne harmonies se r6tablir entire
les grands Corps de 1'Etat.








5 J.uin 838.

tants que vous dites avoir A me communiquer, si vous vouliez me
les participer par la correspondence.
Je vous sale avec une haute consideration.

Sign6: BOYaR.




MESSAGE du 17 juin 1838 de la Chambre des Repre~entans des Com-
munes au President d'Haiti, contenant les paroles que la ddputa-
tion de la Chambre don't ii est question dans la piece precdente
devait porter d celui-ci.

Port-au-Prince, le 17 juin 1838, an 35e delTInd6pendance.

PRuIDENT,
SLa Chambre nous d6pute vers vous pour vous presenter un nou-
veau temoignage de ses sentimens patriotiques, et de son desir
constant de concourir avec vous au maintien des principles, et a
l'harmonie social.
Organes des vceux 16gaux de la nation, les reprisentans des Com-
munes ne se lasseront pas de vous donner, eJ tous les corps com-
posant le gouvernement repr6sentatif, les temoignages de leur
union intime A la Constitution, et des sacrifices qu'ils seront tou-
jours pr6ts A offrir .la concorde lorsque l'int6r6t du pays l'exigera.
Consecration de notre pacte social, vous devez 6tre I'objet de
nos esp6rances et de notre confiance ; car c'est de vous que nos
institutions doivent recevoir l'action de la vie. Nous venons done
vous offrir, pour garant de 1'harmonie qui doit A jamais rigner
entree la Chambre des Representans et le President d'Haiti la dis-
position de ses membres d'avoir toujours des communications avec
vous sur tout ce qui pourra contribuer au bien et particulibrement
sur les projects que vous pr6senterez A leur meditation ; de les dis-
cuter ensemble et avec cette liberty d'opinion qui conduit i la d6-
couverte des v6rites utiles. Puissiez-vous, Pr6sident, agreer ces
dispositions et ces vaux ; et puissent-ils, Bloignant toutes les d6-
fiances entire les pouvoirs constitu6s, concourir au bonheur du pays.




.ta




Jain1lSS; 46--

MESSAGE du Prdsident d'Haiti d la Chambre des Reprise.nns dti
Communes.
Port-au-Prince, le 18 juin 1838, an 350 de l'Ind4pendance.

Jean-Pierre BoYER, Prisident d'Haiti, 4 la Chambre des lAeprisetlans
des Communes.
CrroYENS REPBAESE NS,
J'ai reCu le message d'hier; dans lequel sont textuellement trans-
qrites les paroles qu'une deputation de la Chambre devait ~e cihar-
gee de me porter, si l'indisposition don't je suis affect ne m'eit
empAch6 de pouvoir fixer 1'heure pour audience qui m'Wtait de-
mandee A cet effet. D'aprBs la teneur de votre message du16.cou-
rant, je m'attendais A une communication de la Chambre sur des
objets sp6ciaux, mais je n'ai trouve dans ces paroles que des idees
sur la bonne harmonies qui doit r6gner entire les corps constitus .
et sur les dispositions que temoigne la Chambre de concourir au
bonheur du pays. Sans doute, la patrie a di computer que tons les
fonctionnaires publics seraient animus du d6sir de la servir-avec
franchise, loyaut6 et d6vouement ; car ce n'est que par ces-senti-
mens et par une conduite qui y soit conforme, que ceux qui ont.
accept les functions publiques, peuvent s'honorer aux yeux du
pays. Toujours invariable dans mes principles, les complots de
quelques personnes ne sauraient me faire divier de la ligne que je
me suis trace.
Je salue la Chambre avec une parfaite consideration.
Sign6 : BOTER.


MESSAGE du 10 juillet 1838 de la Chambre des Reprdsentans des
Communes au Senat.
Port-au-Prince, le 10 juillet 1838, an 35e de l'Ind6pendance.
CITOYENS SENATEURS,
La Chambre des Repr6sentans des Communes vous adresse ci-
joint, la Loi (1) qui determine la nature et fixe les quotitls des im-
p6ts directs et indirect a prelever par les douanes de la Rdpublique,
sur les products territoriaux, bdtimens et cargaisons tenant de
l'Ntranger et y allant, qu'elle a votee A l'unanimit6 dans sa stance

(1) Voir la Loi, page 389 du tome VI.








Jui"et. $w!


d'hier, 9 du courant. Cett Loi, que 1'errenr on l'oubli des prin-
cpes abandonna & initiative du chef du Pouvoir Exeufif, est es-
sentiellement du domaine des attributions constitutionnelles de la
Chambre et la foi que l'on doit aux articles 57 et 153 de la Consti-
tution ne permet pas d'en douter.
Si i'on s'arretait aux idees communes du droit civil, l'on se per-
suaderait, sans doute, qu'un usage constant et general doit prbvaloir
sur la r6gle abandonn6e ; et l'on induirait de IA que la concession
faite au Pouvoir Ex6cutif de l'initiative de limp6t des douanes est
consacre par le teams, puisque d6s 1817, la lei qui letablit fat pro-
posse par le President d'Haiti; mais les principles fondamentaux ne
subissent pas le joug de l'usage, et le 16gislateur n'est pas, comme
lejuge, soumis a son empire. Place dans une autre region, il estpr6-
pose Ala garde des institutions sur lesquelles repose existence mo-
rale et politique de la nation, il ne peut done transiger avec 'er-
reur: la Loi qu'il proclame doit 6tre une 6manation des principles.
C'esi pour avoir m6connu ces hautes verit6s de l'ordre social que
les diverse legislatures qui se sont succede depuis 1817, ont laiss6
A l'initiative du Pouvoir Ex6cutif, les imp6ts indirects definis par la
Loi que nous soumettons A votre sanction : elles ont plus fait, elles
lui ont accord la contribution directed de l'impbt territorial: ainsi,
le precepte de l'article 127 de la Constitution perdit sa puissance
conservatrice.
En parcourant cette Loi, vous vous convaincrez, SBnateurs, que
la Chambre est restee bien en deca de ses attributions; mais dans
la conjoncture, elle s'est souvenue qu'allier la moderation aux hauts
sentiments du devoir et de la responsabilite, Atait devenu pour elle
une maxime r6gulatrice,et elle a laisse an teams a revendiquer le reste.
La Chambre profit de cette occasion pour assurer an SUnat les
sentimens de sa haute consideration, et de son union intime en la
Constitution.
Elle a la faveur de vous saluer avec le plus profound devouement
en la Patrie.

StAcic extraordinaire du 4 Juillet 1838 de la Chambre des
Repr.sentants des Communes.

Pridence de M. H4rard Doumms.

Immediatement aprbs la lecture des proces-verbaux, 1'ordre du
2


- 47 -









-Juillet1838J 18 -
jour a appele la premiere lecture de la loi sur les impots locatifs.
Le d6put6 Baug6, monte a la tribune, a demand que le secretaire
d'Etat et le Grand-Juge fussent responsables de l'extension qui
pourrait Wtre donnee a cette loi au deli de ses limits et enfin de
1'ex6cution de la dite loi. La Chambre, consulate sur cet amende-
ment, I'a adopt unanimement. Le President, ensuite, ayant mis
au vote le but d'ordre et d'utilit6 de'la loi sur les imp6ts locatifs,
I'unanimite l'a consacr6e ; la dite loi a Wt6 immediatement decretee
d'urgence.
Et la stance a 6et levee.



SRANCE de cldture de la session, du 16 Juillet 1888, de la Chambre
des Representants des Communes, et-Discouns du president de
I'Assemblee.
Pr6sidence de M. H6rard DUMEsLE.

La Chambre 6tant r6unie en majority, la seance a Wte d6clar6e
ouverte.
Le rapporteur de la Commission pour i'examen de la loi sur la
banque d'Haiti (1) ayant demand l'ajournement defini de ce project,
attend qu'il a Wt6 envoy trop tard pour etre examine et discut6
convenablement, I'ajournement en a Wdt unanimement decide.
Le President de la Chambre s'est lev6 imm6diatement et a pro-
nonc6 le discours suivant:
c LEGISLATEURS,
< Les vcux qui accompagnerent i'ouverture de la session sont-ils
c accomplish ? Les esperances qu'elle fit naitre se sont-elles r6ali-
s sees ? Voila ce que vous vous demandez A vous-memes ; voila ce
c que vous demand la nation : mais un sentiment profound ne dit
c que vous avez dignement rempli votre mission, que vos electeurs
c appr6cieront votre d6vouement.
Vous avez su concilier l'imp6rieux devoir avec ce respect pur
( qui honore et le pouvoir qui l'obtient et la liberty et 'Ind6pen-
a dance qui vous en offrent le tribute ; et, si des orages ont, pen-
d dant un instant, trouble l'harmonie de l'ordre; si ce trouble a

(i) Voir la note a, & la fin de la pitce.









19- A-iletttS.
c failli avoir une funeste reaction centre vous; si l'on vit enfin la
a calomnie multiplier ses echos, tant6t pour 6branler votre g6n6-
a reux courage, tantbt pour mettre en doute votre civisme, le coeur
c des gens de bien est demeur6 pour vous un sanctuaire inviolable.
c Oui! vous avez eu en presence l'expectative de ces jours n6-
a fastes od le feu sacr6 des principles s'6teignit. Cet instant est en-
a core trop pros de vous, pouf ne pas en ressentir les impressions,
a pour ne pas vous rappeler que votre adresse fut confondue avec
c ces actes qui excit6rent I'apprehension g6nerale; que vous ne
a devez le salt de la 5e legislature qu'a ce calme imperturbable,
c qu'a cette moderation que n'ont pu vous faire perdre ni les pa-
Sroles tomb6es de haut, ni les provocations meme les plus viru-
a lentes.
c Aussi vous vit-on reunir vos pensees dans la Constitution,
c comme jadis un people c6elbre par sa piet6 et ses traditions sa-
c crees se ralliait autour de l'arche d'alliance, et jurait de s'unir
a l 'Eternel et A sa loi; aussi entendit-on partir du sein de cette
e Assemblee ces mots qui r6veillent tant de souvenirs : DIEU, LA
C PATRIE, L'UNIVERS et LA POSTIRITE et ces mots solennels pro-
a duisirent de nobles palpitations !
a Mais.bient6t le mot d'harmonie retentit A vos oreilles, les
c sympathies nationales-la reclamaient; elles applaudirent A vos
a gen6reux sacrifices pour la rktablir. Le bulletin des lois signal
a son prochain retour, en substituant A la vieille et souvent trop
a dangereuse maxime qui le decorait, cette nouvelle 6pigraphe plus
a analogue A 1'esprit du si6cle, et A ces idWes rajeunissantes de
a l'ordre social qui en sont les plus belles creations: libertY, ordre
a public, civilisation, programs.
c Vous avez accueilli avec l'ardeur du patriotism le project de
a loi sur les douanes ; mais quant an tarif des imp6ts pr6lev6s par
< servateurs, vous avez revendiqu6 les droits de la representation
Snationale sur l'Atablissement de la nature, des quotit6s, de I'as-
a siette, de la duree et du mode de perception des impbts; vous
5 avez invoqui la foi que l'on doit aux articles 57 et 153 de la
a Constitution, en adressant au S6nat cette loi d'amelioration, iden-
a tique A celle de Pinitiative du Pouvoir Executif sur la direction
c des douanes ; toutefois la thWorie de l'imp6t a Wt6 d6velopp6e et
A approfondie Ala tribune de cette Chambre, elle a proclarg6 cette
a haute v6rite de l'ordre social: -


'~*;;-l'"";'i`"~;
- : -









wint ia -e-
a L'opinion publique est la vraie representation national, elle
a se forme de la publicity.
( Reprisentans vous allez retourner dans vos communes, of
c la renommee vous a devancds, vous y confirmerez tous ces faits,
a toutes ces circonstances qu'elle y a, sans doute, dejA public ;
a apprenez a vos electeurs que si vous n'avez pas plus fait pour le
a bien public, c'est que vous. n'en aVez pas eu la faculty : j'en at-
a teste votre adresse tant decribe et tant admiree Si vous n'avez
a pas rendu la loi sur 1'6tablissement d'une banque national, c'est
a que le teams moralement necessaire vous a manque pour la m6-
a diter; c'est que vous avez voulu 6tre Bclairis par l'opinion pu-
a blique, sur la creation d'une institution qui doit exercer une im-
a mense influence dans I'avenir. C'est qu'enfin vous avez compris
a que, rarement, les lois d'urgence ne sont pas funestes aux peu-
a ples pour lesquels elles sont faites : et, sans doute, les plus ver-
a< tueux citoyens, les plus gens de bien de vos communes loueront
a votre devouement et votre prudence, s'honoreront de leur choix,
a et d6clareront que vous avez bien merits de la patrie !!! )
Ensuite il a 6t0 question de divers objets, et le President a de-
clar6 enfin que la second session de la cinquieme legislature 6tait
fermee. Tous les membres debout et d6couverts ont repit6 :
Vive la Republique !
Vive la Constitution !
Vivent a jamais les principles Conservateurs !
Vive le President d'Haiti !



Note a: PROJET DE LOI sur l'tablissement de la Banque d'Haiti.

JEAN-PIEnBm BOYEm, Pr6sident d'Haiti.



PARAGRAPHE PREMIER.

DE L'ETABLISSEXENT DE LA BANQUET.

AT. l.r. I1 sera 6tabli une soci6t6 anonyme sous la dMigfntion do
Banquet d'Hdaii.












AaT. 2. -Le siege principal de eet 6tabliesement aera fix 'a Port-
au-Prince.
La Banque pourra avoir des bureaux d'agence dana lea autres ville
deila Rpublique oit elle le jugera convenable.

DES ACTIONS ET DES BILLETS DE LA BANQUE.

ABT. 3. Le capital primitif de la Banque sera de einq ceit mille
gourdes en monnaie ayant course legal en Haiti.
Ce capital sera form au moyen de cinq cent mille actions, de ceit
gourdes chaque.
ABT. 4. La Banque pourra, par la suite, porter son capital & Ia
some de deux millions de gourdes, en monnaie ayant course legal en
Haiti, et ses actions au nombre de-ringt mille.
ART. 5. Chaque action sera nominative et susceptible d'etre ali6n6e
par voice de transfer.
AaT. 6. La Banque d'Haiti aura le droit d'6mettre des billets an
porter jusqu'i concurrence de son capital effectif.
Ces billets seront remboursables & presentation en monnaie ayant course
16gal en Haiti.
ART. 7. La valeur nominale des billets de la Banque d'Haiti devra
6tre diffirente de cell des billets du Tr6sor public en circulation.
ART. 8. Les actions et les billets de la Banque d'Haiti seront dis-
penses de la formalit6 du timbre et de cell de l'enregistrement.
11 en sera de m4me de ses livres, de ses registres.
ART.-9. Aucun imp6t, contribution on retenue, sons quelque d6no-
mination quo ce soit, ne sera tabli, au profit du Trasor public, sur les
actions et les billets de la Banque d'Haiti.
ART. 10. Tous contrefacteurs des billets de la Banque d'Haiti, tous
introducteurs de billets de ladite Banque, soit faux, soit falsifies, et tons
ceux qui auront fait sciemment usage desdits billets faux on falsifies, se-
ront punis conform6ment a la loi.
ABT. ii. La Banque d'Haiti pourra employer une parties de son ca-
pital A l'acquisition, dans chaque locality, d'un immeuble pour le service
de 1'6tablissement.

DES SOUSCRIPTIONS.

ART. 12. Aussitot aprbs la promulgation de la pr6sente loi, le se-
cr6taire d'Etat designer une commission charge d'ouvrir an Port-au-
Prince, une listed oii seront inscrits les noms, professions et domiciles des
nationaux et des strangers qui voudront devenir actionnaires de la Banque
d'Haiti.










JniIlt 1888. I 2 -

ART. 13. Lorsque le nombre des souscriptenus s'-e1vera an moins A
soixante et que le montant des souscriptions absorbera la valeur de mille
actions, la Commission invitera, par un avis public, tous les sonscrip-
teurs ou leurs mandataires sp6ciaux, a se r6unir aujour et au lieu qu'elle
indiquera.
ART. 14. L'assembl6e des souscripteurs ne sera comp6tente qu'au
nombre de quarante-cinq membres au moins.
AnT. 15. Cette assemble, aprMe avoir organism un bureau, dsi-
gnera & la majority absolute des suffrages, un Comit6 pris dans la gendra-
lit6 des souscripteurs.
Le nombre des membres de ce comit6 sera double, au plus, de celui des
membres de la Commission.

DE LA CONFECTION DES STATUS.

ART. 16. La Commission et le Comit6 r6unis r6digeront et arrtte-
ront les statute de la Banque d'Haiti.
Ces statutes devront r6gler le mode d'administration de la Banque, as-
signer les attributions des fonctionnaires qui 1'administreront, organiser
les bureaux d'agence, et prescrire toutes les measures n6cessaires pour la
parfaite execution de la presente loi.
ART. 17. Lesdits statutes n'auront force et vigueur qu'aprbs avoir te6
approuv6s par le President d'Haiti.
Cette approbation obtenue, les statutes seront imprim6s et publi6s.

DE L'ADMINISTRATION ET DU PERSONNEL DE LA BANQUE.

ART. 18. La Banque d'Haiti s'administrera par elle-mdme, et sup-
portera toutes les charges de son administration.
Cette administration sera exerc6e par quatorze fonctionnaires, savoir :
an Directeur, dix Regens et trois Censeurs.
ART. 19. Les Regens et les Censeurs seront nommbs par le Comit :
une fois blus, ils choisiront le Directeur.
ART. 20. Pour 6tre habile a exercer les functions de Directeur de
la Banque, il faudra jouir de la quality de citoyen d'Haiti.
ART. 21. Les functions de R4gens et cells de Censeurs seront pu-
rement honorifiques.
ART. 22. Le Direc"'r, les Regens et les Censeurs formeront le Con-
seil administration de la Banque; mais les Censeurs n'y auront pas voix
deliberative.
Ce Conseil sera pr4sid6 par le Directeur.
ART. 23. En cas de d4c&s ou d'empachement du Directeur, et dans
le cas oi le nombre des Regens se trouverait rdduit a cinq, et celai des










'- E jaillet 88 .
Censenrs deux, l sera ponrrv aun vacancies par le rested des membres du
Conseil administration ; et dans cette circonstance, les Censeonr auret
droit do suffrage.
ART. 24. Le Conseil administration procedera sans retard an choix
du Caissier de la Banque et des different Officiers publics qui devront te
attaches B l'rtablissement.
Le Directeur completera seul le personnel de la Banque, en ehoisiasant
lui-mame tons lea autres employes.
ART. 25. Le Directeur, les Rdgens et le Caissier de la Banque d'Haiti
seront exempts du jury et du service de la garde national.
ART. 26. Le Caissier et les Officiers publics attaches A la Banque
seront revocables A la volonte du Conseil d'administration ; les autres
employs le seront A cell du Directeur.

DU VERSEMENT DES ACTIONS.

AnT. 27. Le Conseil d'administration de la Banque invitera, par un
avis public, tons les sonscripteurs A verser, entire les mains du Caissier,
dans le d6lai d'un mois, la moiti6 du montant de leurs sonscriptions.
Passe ce delai, les souscripteurs en retard seront rays de ]a listed.
'ART. 28. Dans un second delai d'un mois et sur un autre appel du
Conseil d'administration, le versement du complement de chaque action
devra 6tre effectau.
Quiconque n'aurait pas vera6 dans le suadit dlai, le complement deson
action on de ses actions, perdra le montant dn premier versement, lequel
sera irrivocablement acquis A la Banque.
AnT. 29. Les actionnaires ne seront passibles des pertes de la Banque
d'Haiti, quejusqun' la concurrence dn montant de leurs actions.
AnT. 30. Lea strangers qui seront devenns actionnaires, pourront,
en cette quality, concourir A toutes les operations de la Banque d'Haiti
ot etre promus A toutes les functions et emplois 'de 1'etablissement, sauf
I'exception pr6vue en l'article 20 ci-dessus.
ART. 31.-- Les membres dn Conseil d'administration devront etre ac-
tionnaires, et poss4der au moins, savoir : Le Directeur, quarante actions;
chaque Regent, trente actions ; et chaque Censeur, vingt-cinq actions.
Le Caissier de la Banque devra posseder an moins vingt actions.

DE L'OUVERITURE ET DES OPERATIONS DE LA BANQUET.

AnT. 32. D&s que reffectif en caisse a'alevera la some de deux
cent mille gourdes, en monnaie ayant conrs 1Igal en Haiti, la Banque fera
son overture.
Les operations de Is Banque consisteront




p.


A escompter lea lettres de change et lee billets a ordre, a quatre-vingt-
dix jours de vue an plus ;
A se charger pour le compete des particuliers de 'encaisement des effets
qui lui seront remis;
A recevoir, en comptes-courants, lea sommes qui lui seront verses, et
A payer tous mandates et assignations sur elle, jusqu'A concurrence des
sommes reques au credit de ceux qui auront fourni ces mandates et les as-
signations ;
A tenir une caisse de d6p6ts volontaires, pour tous titres de crbances,
monnaies nationals, monnaies 6trangeres d'or on d'argent, lingots et
matieres d'or on d'argent de toute espece ;
A recevoir des sommes & elle verses, et remboursables par elle a
ceh6ance fixes ;
A fair des avances sur les d6p6ts effectu6s en monnaies 6trangeres d'or
on d'argent, et en lingots et matieres d'or on d'argent de toute espece ;
A fair, en comptes-courans, des anticipations sur les valeurs A lots et
qui seront passibles d'un intdrat convenu on d'une Commission de banquet.
ART. 34. Le dixisme du capital de la Banque sera affect a des
prets sur hypothbques.
Le fonds de reserve pourra etre 6galement employ, en tout ou en par-
tie, B ces sorts de prets.
ABT. 35. La Banque devra toujours tenir en Caisse une certain
quantity de ses billets gale en valeur au montant de la portion de son
capital engage dans les prAts hypoth&caires.
La Banque ne pourra recevoir en hypotheque que des immeubles sus-
ceptibles d'une r4alisation facile.
ART. 36. Le montant des billets en circulation cumul4 avec celui des
sommes dues par la Banque en comptes-courans et imm6diatement exi-
gibles, ne pourra excder le triple de la valeur effectivement en Caisse.
AnT. 37. La Banque d'Haiti pourra exiger et donnerjusqun douze
pour cent d'int6ret par an.
ART. 38. Les d6p6ts volontaires ne pourront Atre retires de la
Banque, ou renouveles, qu'aux ipoques et de la maniere qui auront Wte
d6termin6es aux inscriptions de d6p6t.
Ces d6p6ts jouiront des immunites sp4cifls en l'article 9 de la pr6-
sente Loi.
ART. 39. Toutes les fois qu'il s'agira d'expropriations, par suite
d'inex6cution des contracts passes avec la Banque, celle-ci.ne sera tenue
que de remplir les formalities auxquelles elle se serait engagee aux terms
de ces mgmes contracts.
ART. 40. A ddfaut de paiement d'une lettre de change ou d'un billet,
la Banque devra se conformer aux regles prescrites par les lois de lama-
tibre ; mais elle sera colloquee imm6diatement apres le Tr&eor public, par
privilege sur tous autres cr6nciers chirographaires. .










_


BE L'ASSEMBLEE GENERALE DES ACTIONNAIRES.

An 41. A l'expiration du premier semestre, a partir de l'euverture
de la Banque, et rdgulierement ensuite tous les six mois, lea Censeur
publieront la listed des cent vingt plus forts actionnaires et lee inviteront A
se rdunir en assemble g6n4rale, au Port-au-Prince.
Dans le cas oui plusieurs aetionnaires poss6deraient un nombre 4gal
d'actions, et quils ne pussent etre tous comprise dans la listed, la pr6fr
rence appartiendra de droit & Y'actionnaire on aux actionnaires lea plus
anciens de dates.
ART2.42, Lee Censeurs pourront convoquer extraordinairement l'as-
semblee g6nbrale des actionnaires, si les circonstances l'exigeaient.:
ART. 43. L'assemblge generale v6rifiera la comptabilit6 de la
Banque; contrOlera les actes de Iadimistration ; procedera an rempla-
cement, lorsqu'elle Ie jugera convenable, di Directeur, des Regens et des
Censeurs ; apportera au statnts les modifications que experiencee aurait
dbmontrhes n4cessaires, sauf toutefois l'approbation du President d'Haiti ;
connaitra de toutes les affaires concernant I'4tablissement, et prendra
toutes lee resolutions qu'elle jugera a propose.
ART. 44. Les decisions de I'assemblee gendrale devront etre prises
an nombre de soixante mqepbres au moins, et a la majority abeolme des
suffrages;
NManmoins cette assemblee pourra del6gner des commissions prises
dans son sein, pour examiner sapar4ment les diffrentes parties de l'admi-
nistration de la Banque, et lui en fire des rapports.
ART. 45. Le Directeur de la Banque et les RPgens seront tens de
presenter le compete semeetriel de leur gestion a l'assembl6e g6ndale des
actionnaires.
Les Censeurs prdsenteront, de lear c8t6, a cette assemble un rapport
sur la march de 'administration, en indiquant les moyens a employer
pour lever lea obstacles qui auraient pu L'entraver.
ART. 46. Si, parmi les agents comptables ou responsables de la
Banque, il s'en trouvait qui eussent.pr6variqu& dans I'exercice de leurs
functions, assemblee gd6nrale d6signera trois de ses membres, A l'effet de
les poursuivre devant tous les tribunaux compptens.
ART. 47. Avant de se dissoudre, l'assembl&e gendrale fera imprimer
et publier le r6sultat g6ndral des operations de la Blnque, pendant le se-
mestre expire, et en adressera trois exemplaires an Secrtaire-d'Etat.

DISPOSITIONS FINALES.

ABT. 48. La dures de la Banque d'Haiti sera de quinze anndes a
partir du jour de son- oaveture. ;::










nillet 4 0. 6 -
NManmoins, apr6s l'expiration de ce teams, la Banque d'laiti pourra stre
renouvel4e sur les mimes bases on modifi4e par la legislation. .
ART. 49. En cas de dissolution apres les dites quinze annees, la
Banque aura une annie en sus pour faire sa liquidation.
ART. 50. Toute infraction A la present Loi rendra responsables,
tant envers l'Etat qu'envers les personnel l1sees, tons ceux des membres
du Conseil d'administration qui y auraient particip6.
ART. 51. La pr6sente Loi abroge la Loi du 26 avril 1826 sur rita-
blissement de la Banque d'HBati, et d6roge express6ment, mais seulement
en ce qui concern la Banque d'Haiti, a toutes les lois et autres disposi-
tions qui lui sont contraires.
Donn6 au Palais national du Port-au-Prince, le 3 juillet 1838, an 35e de
I'Indrpendance.



SEANCE du SiNAT, du 21 juillet 1838.

Pr6sidence de M. C. BAzELaIs.

Le Senat 6tant rduni en majority, la seance a Wte declare ou-
verte, les membres presens dtaient les suivans :
Bazelais, president ; Joseph Noel et Viallet, secrdtaires ; Bouzy,
Paret, Alain, Lezeau, Bayard, Gayot, Rigaud, Madiou, D6cossard,
Sully et Michel.
La second lecture de la loi sur l'administration des douanes et
du tarif a eu lieu. Le President du Sdnat ayant immddiatement mis
au vote cette loi, elle a Wtd unanimement decr&tee d'urgence.
La Chambre des ReprBsentans en adressant au Senat la loi sur
les douanes et le tarif qu'elle avait votes dans sa seance du 9 les
avait accompagn6s d'un message of elle lui exposait qu'elle avait
repris l'initiative au sujet du project du tariff; en consequence, elle
en avait fait une loi distinct de celle de l'administration des douanes
et l'avait revetue des formules suivantes : <<

Loi qui determine la nature et fixe les quotitis des impositions directed
et indirectes d prdlever, par les douanes de la Rdpublique, sur les
products territoriaux, bdtimens et cargaisons venant de strangerr
et y allant.
La Chambre des Representans des Communes, usant de ses at-









7 Juillet-488
tributions d6finies par article 57 de la Constitution : ou le rap-
port de sa Commission central, et apr&s les trois lectures pres-
crites, a rendu la loi suivante;

Titre uniue. De la nature, de I'assiette et des quotites des imp6ts.

CHAPITRE Ir. DE LA NATURE ET DE L'ASSIETTE DES
IMPOTS.

ART. er. Le droit d'importation est l'impbt de consommation,
ceux d'exportation, warfage, pesage et des fontaines sont une exten-
sion des droits prelev6s sur les products du sol et de l'industrie, et
forment tous, par leur nature, l'ordre des contributions indirectes,
de mAme que l'impbt territorial est une contribution directed.

CHAPITRE II. DES QUOTITES DU DROIT D'IMPORTATION.

ART. 2. Les quotit6s de I'imposition, qualifiee droit d'impor-
tation, seront perpues conform6ment an tarif suivant:

CHAPITRE III. DES QUOTITES DES IMPOSITIONS D'EXPORTATION
ET TERRITORIAL.

ART. 3. Les quotits ,des impositions territorial et d'exporta-
tion seront percues d'aprAs le tarif qui suit:

CHAPITRE IV. DES QUOTITES DE L'IMPOSITION DE WARFAGE A
L'IMPORTATION ET A L'EXPORTATION.

ART. 4. Les quotites de l'imposition de warfage a prelever
tant a l'importation qu' Il'exportation, sont ktablies, en vertu du
tarif ci-aprs :

CHAPITRE V. DE LA QUOTIT DE RL'IMPoSTON DE PESAGE.

Tarif N- 4.


ART. 5, L'imposition de pesage a importation, etc., etc,.









luilUt i88. 0"- -

CHAPITRE VI. DE L'IMPOSITION DES FONTAINWES.

Tarif 1M .
ART. 6. L'imposition 6tablie sur les fontaines, qui servent.a
la commodity des batimens de commerce, sera percue-ainsi qu'il
suit :
ART. 7. La present loi est identique A la loi sur I'administra-
tion et la direction des douanes, rendue ce jour sur la proposition
du President d'Haiti, elle annule toutes lois et dispositions relatives
.i ces objets et sera executee dans toute l'6tendue de la Rputblique,
apres la sanction du Senat ; a cet effet, elle lui sera expedite dans
les vingt-quatre heures prescrites par la Constitution.
Donne au Port-au-Prince, en la Chambre des Representans des
Communes, le 9 juillet 1838, an 35e de l'Ind6pendance. D
Le SAnat, en d6cretant cette loi, a r6tabli sa disposition origi-
naire, en supprimant ces formules, en publiant le Tarif comme an-
nex6 A la loi sur l'administration des douanes.
Le President, apres avoir proclam la sanction unanime du Senat,
a demanded passer en comit6 general. Peu apres, la seance pu-
blique a Wte reprise et lecture a Wt6 donnie du message suivant en
reponse A celui de la Chambre, mentionn6 plus haut:
(( Citoyens Repr6sentans,
Le SAnat a recu vos deux messages du 10 de ce mois accompa-
gnant la loi sur l'administration et la direction des douanes ainsi
que le tarif des droits 6tablis sur l'importation des marchandises
6trangAres.
La n6cessit6 d'une loi qui pourvoit aux moyens d'arreter la fraud
et qui diminue les droits d'importation est trop gAndralement et
trop vivement sentie pour que le S6nat puisse en ajourner la deli-
beration; mais le Tarif des droits sera annexed a la loi ainsi qu'il
1'6tait dans le project envoy A la legislative par le President d'Haiti.
Car la Chambre s'est a la fois BcartBe de l'usage et du vceu formel
de la Constitution en s'attribuant l'initiative du Tarif.
Les articles 57 et 153 cites par la Chambre ne bornent-ils pas
au contraire l'initiative qui lui est laiss6e aux seules lois des Con-
tributions publiques ? Les contributions publiques sont les inmpts
assis directement sur la propri6t6 ou l'industrie des citoyens.
Voili le sens littoral de. ces dispositions, celui dans lequel elles




- z~r-


n'ont cess6 de recevoir leur execution par quatre 16gislatures od
figur6rent a pgupwt dea membres de l'Assemble de revision, et
cela, depuis 22 ans que nous jouissons du bienfait de la Constitution
revisee.
Les droits eventuels 6tablis sur le commerce extBrieur ne sont
done pas du domaine de la Chambre des Reprhsentans ; leur pre-
position appartient done au Pr6sident d'Haiti, et, d'ailleurs, cela
ne doit-il pas se conclare 6videmment des dispositions constitution-
nelles qi suivent :
ART. 155. II (le President d'Haiti) pent faire tout trait de
commerce d'alliance et de paix avec les nations 6tranghres, afisi
que les declarations de guerre, lesquels ne valideront qu'apr&s avoir
repu 1a sanction du Sinat.
ART. f58. Les relations ult6rieures et tout ce qui pent les con-
cerner appartiennent au President d'Haiti :
II est constant que la Chambre n'est nullement fondue dans sa
demarche concernant l'initiative du Tarif. Le S6nat desire qu'elle
puisse s'en convaincre par les 6claircissemens of il vient d'entrer
A ce sujet, et a l'honneur de la saluer avec les sentimens d'une haute
consideration.




SEiACE du SANAT, du 31 juzilet 1838.

Prdsidence de M. C. Bazelais.

Le Senat 6tant r6uni en majority, la stance a 6tW d6clar6e on-
verte.
L'ordre du jour a appel6 la troisi6me lecture de la loi sur les pa-
tentes et de celle sur les impbts locatifs.
Ces projects de loi envoys par la Chambre an S6nat pour obtenir
sa sanction ont 6t6 rejetes pour le meme motif que l'ann6e derni6re,
I savoir qu'ils contiennent des dispositions qui appartiennent a la
r6gie.
Le but de la stance rempli, la cloture de la session a 6t6 pro-
nonc6e. Et la stance a 1et levee.









hillet 888. 30 -

EXTRArr du t Telgraphe i du 29 juillet 838.

Les g6n6raux de brigade B. Inginac et Frederique ont Wt6 pro-
mus au grade de general de division, et le colonel Boisblanc a celui
de g6enral de brigade.


EXTRAIT d'une circulaire (1) du Secretaire d'Etat publiee par le
Tlldgraphe j du 2 septembre 1838 et adressee aux administra-
teurs des finances.

L'article 47 interdit positivement A tous bAtimens faisant le com-
merce de long course de reliever d'un port A un autre de la Repu-
blique, non-seulement pour y operer des d6chargemens, mais
encore pour y complete leur chargement. Cette double prohibition
r6sulte, entr'autres dispositions, des terms de 1'article 70, qui
s'exprime ainsi: AprBs que le bAtiment du commerce stranger aura
complete son dechargement et son chargement, etc.
L'article 33, en 6tablissant que le bAtiment qui n'aura pas, dans
les 48 heures, fait sa declaration d'entree, devra reliever pour un
port stranger, ktablit aussi, par consequent, qu'il ne pourra se
rendre dans un autre port de la R6publique.
Dans le cas des articles 34 et 36, s'il n'y a point d'interprete jur6,
il est entendu que le capitaine pourra se fire assister de toute per-
sonne sachant sa langue, soit pour faire la declaration de se sou-
mettre A la Loi et aux r6glemens, soit pour signer cette decla-
ration.
La disposition du troisieme paragraphe du dit article 36, qui
prescrit au capitaine de deposer les papers de mer de son bati-
ment, n'itant qu'une disposition de police, il doit Atre compris que,
lorsque le bAtiment appartient A une nation qui est representee par
un Consul dans le port de l'arriv6e, ces papers doivent etre remis
audit consul, puisque c'est lui qui est charge de la police des bAti-
mens de sa nation ; mais que, s'il n'existe pas de consul de cette
nation, les papers de mer du batiment seront d6poses A la donane:
et, afin qu'il n'y ait pas d'equivoque sur le sens de cette expression

(i) Cette circulaire se rapporte A la Loi sur Iadministration e la direction
des Douanes, du 21 juillet 1838; voir la Loi, page 389 du tome VI du
Recueil general des Lois t Actes, etc,









papers de mer, vous ne devrez consid6rer comme tels que actede
de proprit du navire, son acte de naturalization, le rdle de Piquf-
page et le registre du bord ; mais les expeditions, manifestes et
autres pieces concernant la cargaison, devront Wtre d6poses i la
douane.
Les prescriptions des articles 44, 45, 53 et 56, relatives aux mar-
chandises on denrees presentees A la verification, ne doivent pas
s'entendre A la lettre : si done il arrivait que, parmi les marchan-
dises ou denrees portees sur le permis du jour, il s'en trouvat qui
n'eussent point Wt6 verifi6es dans la journ6e meme, elles devront
etre d6posees dans un local particulier de .la douane, pour etre
verifiees le jour suivant.
Le second paragraphe du dit article 44 necessite une instruction
particulinre. En effet, I'arrimage d'un bAtiment n'6tant pas toujours
fait dans I'ordre indiqu6 au manifeste, et le consignataire ne pou-
vant alors connaitre A l'avance les colis qui se pr6senteront les pre-
miers, il lui devient impossible de les designer dans sa declaration.
Il est done entendu qu'en pareil cas, la demand du dechargement
sera pure et simple, et qu'il suffira que I'agent de douane 6tabli a
bord, prenne note, au fur et A measure du debarquement, ainsi que
le veut le second paragraphe de l'art; 47, du nombre et de la d&-
signation des colis.
La disposition finale de l'article 85 relative au cabotage, doit etre
expliqu6e en ee sens, que les hatimens caboteurs, une fois charges
de denrees ou productions d'exportation, ne peuvent Wtre exp6dids
que pour.un port ouvert de la RUpublique ; mais il est bien en-
tendu que, pour operer on compl6ter leur chargement, il est indis-
pensable qu'ils puissent Wtre exp6di6s pour tons les ports non ou-
verts.


EXTrrIT du n 5, du 13 septembre 1838, de c L'Union, ecueil
Commercial et Litteraire >, public i Port-au-Prince.

Sur la demand de plusieurs citoyens notables de cette ville,
nous nous faisons un devoir d'ins6rer dans nos colonnes les status
de l'association anonyme qui se propose de fonder une Banque en
Haiti.
Nous sommes invites d'assurer que ces status ayant 6t6 commu-
Biqu6s j S. E. le President d'Haiti, qui en a approuv& latenpur,
rafggai eig par I'article 40 du cod o do commwre, aga


-81 -


. Septenkniiaf








Septembrie 18 2 -
accord6e, aussit6t que association sera formte. Les personnel qui
dbsireraient devenir actionnaires de la banque, sont prides de se
faire inscrire en 1'rtude de M. Villevaleix, notaire du gouvernement.
Nohs publierons, chaque semaine, 1'etat des souscriptions.

PROJET d'association anonyme pour I'dtablissement d'une Banque.

er.

De l'tablissement de la Banque.
ART. I6'. La Soci6t6 anonyme s'6tablira sons la designation de
BANQUE AGRICOLE INDUSTRIELLE ET COMMERCIAL.
ART. 2. Le siege principal de l'etablissement est fixW au Port-
au-Prince.
La Banque pourra 6tablir des succursales A Jhr6mie, aux Cayes,
A Jacmel, A Santo-Domingo, A St-Yague, a Porte-Plate, au Cap-
Haitien et aux Gonaives.
ART. 3. La Banque pourra employer une parties de son capital
A l'acquisition, dans chaque locality, d'un immeuble pour le ser-
vice de l'6tablissement.

II.
Des Actions.
ART. 4. Le capital primitif de la Banque sera de cinq cent
mille gourdes, en monnaie ayant course legal en Haiti.
Ce capital sera form au moyen de cinq mille actions, de cent
gourdes chaque.
ART. 5. La Banque pourra porter, par la suite, son capital A
la some de deux millions de gourdes, en monnaie ayant course
legal en Haiti, et ses actions au nombre de vingt mille.
ART. 6. Chaque action sera nominative et repr6sent&e par une
inscription sur des registres tenus doubles A cet effet.
Il sera delivr6 aux actionnaires, pour chaque action, un extrait
desdits registres, on certificate constatant leurs droits de propriety.
AnT. 7. Chaque action portera avec soi un inter~t de six pour
cent lan, payable en trois terms tous les quatre mois.
Elle donnera en outre droit A une part proprtionae dain les
banfi6ces delwaSoci6th









33 plembref8SA
ARi. 8. Les actions de la banque seront susceptible d'etre
aliens par voie de transfer.
Le transfer ne pourra s'opdrer que par la declaration de Yaction-
naire, on de son fond6 de pouvoir authentique, signde sur des re-
gistres a ce destines et tens doubles.
ART. 9. S'il y a opposition signifiee i la banque et visee par
elle, le transfer ne pourra s'effectuer qu'apr6s la levee de l'oppo-
sition.
ART. 10. S'il ya saisie r6gulihrement faite, les actions seront
vendues pour le compete de qui il appartiendra.
II en sera de mmem dans le cas de dec6s on de faillite d'un ac-
tionnaire.
ART. It. Les acquereurs desdites actions recevront de la
banque un certificate d'inscription en leurs noms personnel, dans
la forme ci-dessus 6tablie.



Des billets.
ART. 12. La banque pourra emettre des billets an porteurjus-
qu'a la concurrence de son capital effectif.
Ces billets seront de la valeur de trois, cinq, vingt-cinq, cin-
quante et cent gourdes.
ART. 13. La banque pourra, si elle le juge convenable,
emettre d'autres coupures de billets, pourvu que leurs valeurs no-
minales soient differentes de cells des billets du tr6sor public en
circulation.
ART. 14. Les billets de la banque seront revetus du timbre de
la banque et de trois signatures.
Ces billets seront remboursables A presentation, en monnaie ayant
course legal en Haiti.

S IV.
Des -Actionnaires.

ART. 15. Les actionnaires devront verser, dans la caisse de,li
bapque, le montant de leurs actions, en trois terms, de la ma-
nitre suivante la moitie de chaque action; imm6diatement apr6s
l'.organisation de la banque ; un quart, six mois aprs ; et le' quart
3









etembre 4838. 34 -
restant, trois mois aprs le versement du secod t(rme :.le.tout sur
un avis public, donn6 chaque fois par la bapque.
ART. 16. Quiconque ne Yersera pas le gpraqner terme dans. le
dlai fixd, sera ray6 du pombre des actionnaires.
ART. 17. Si un actionnaire n'effectne pas, dans,le dJlai.pres-
crit, le versement, soit du second term, saitd0 troisieme,.*Qn ac-
tion ou ses actions seront venues por son compte paiticlieer.
ART. 18. Les actionnaires ne seront passibles des pertes de la
banque, que jusqu'a concuryrence dpimontant dejleurs aoions.


De l'organisation de la banquet.
ART. 19. Aussit6t que le nombre des actions a'Alevera 4 ,ille,
les actionnaires se reuniront au Port-au-Prince, e personnel ot :par
des fond6s de pouvoir authentique,- r'effet d'organiser la banquet
et d'en composer l'administration.
Cette administration sera exercee par un directeur et huit rd-
gens; elle sera surveillee par deux censeurs.
ART. 20. Les regens et les censeurs seront nommes par les
-actionnaires : une fois Blus, ils nommeront le directeur.
ART. 21. Les functions de regens et celles de censeurs sont
.urement honorifiques.
ART. 22. Pour Atre habile A exercer les functions de direeteur
de la banque, il faut jouir de la quality; de citoyen d'Haiti.
ART. 23. Le directeur et les rigens nommeront le caissier et
designeront les officers publics qui devront etre attaches A rPta-
blissement.
ART. 24. Le directeur compl6tera seul le personnel- de la
banque en choisissant lui-meme tous les autres employs.
ART. 25. La ddcheance du directeur, des r6gens et des cen-
seurs ne pourra etre prononcee que par l'assembl6e gendrale des
actionnaires, qui, dans ce cas, pourvoira au replacement des rd-
gens et des censeurs.
Le replacement du directeur ne pent etre fait que par les rb-
gens et les censeurs.
ART. 26. Le caissier et les officers publics attach6t A la
banque sont revocables a la volontO du directeur et des rgels
tons les autres employs le sont a celle du directeur.
ART. 27. Avant d'entrer en forntions, les r6gens, le direeteW









85 Septembre488.
et le caissier devront justifier du tiansfert par eux fait & la banquie,
savoir : le directeur, de quarante actions; chaque regent de quinze
actions; et le caissier, de vingt actions; mais nonobstant ce trais-
fert, chacun d'eux recvra, outre 'interft des dites actions, une
-part, dans les dividends, proportionnelle an nombre d'actions
qu'il aura ainsi transf6r6es a la banque ; et a la cessation de 'ses
functions, lesdites actions lui seront gratuitement r6troc6d6es par
la banque, dans la forme prescrite pour les transferts.

VI.
De l'ouverture et de~jrtIions de la banquet.
- ART. 28. Ds qtie l'effectif en c'ise s'lverta a la lasiiiM de
cent mille gourdes, en monnaie ayant ours lCgal en Haiti, la
banquet fera son overture.
ART. 29. Les operations de la banquet consisteront
A escompter les lettres de change, et les billets i ordre don't
1'6change n'excdera pas quatre mois de vue ;
A se charger, pour le compete des parficuliers, de Iencaissement
des effects qui lui seront remris ;
A recevoir en comptes courans les sommes qui li serbot ve'r-
sees, et A payer tous les mandates et assignations sur elre, jiu*'ti
concurrence des iommes rescues, au credit de cei~ qii iauont
fourni ces mandates et ces assignations ;
A tenir une caisse de dep6ts volontaires, pour tbhs litres d~
cr6ances, monnaies nationals, monnaies ktrang'res d'or ou d'ar-
gent, lingots et maticres d'or i A'argent de toute espice ;
A faire en comptes conrans des anticiphtions sur les valeurs i
recouvrer.
S ni bmqae ter.ea, i lfti, tfdtes les opiations ord i9aires de
banquet.
A0T 0: 6 L-e liibm d2h 0.dital de 1a banque sera affect; i
des prets sur hypoth6ques, ventes A remmi et afitres garanties in-
mobilieres.- :
I Aim. SL La baintie detra foujours tenir en caisse une cer-
taine quantity de ses billets, gale en valeur au montant de la por-
tiog 4e soh eapbtal en ge dits les prts ienitionn&s en l'article
pie6dent.
Elle un rIeevra en garanties que des immeubles suseepfiM
d'une r6alisation immediate.









Septembre 1838. 36 -
ART. 32. Le montant des billets en circulation, cumul6 avec
celui des sommes dues par la banque en comptes-courans et im-
mediatement exigibles, ne pourra exceder le triple de la valeur
monetaire effectivement en caisse.
ART. 33. -- Toutes les fois qu'il s'agira d'expropriations par suite
d'inexecution des contracts passes avec la banque, celle-ci ne sera
tenue que de remplir les formalities auxquelles elle se serait en-
gag6e aux terms de ces memes contracts.

VII.
De l'intirdt, de l'escompte et de la commission 4 percevoir par la
banquet.

ART. 34. Le taux de l'inthrkt on celui de l'escompte a perce-
voir par la banque ne pourra exc6der six pour cent par an.
ART. 35. L'int6r&t et l'escompte seront percus i raison du
nombre de jours a courir, et mAme d'un seul jour s'il y a lieu.
ART. 36. Les effects presents a l'escompte ie pourront 6tre
garantis par moins de deux signatures notoirement solvables.
ART. 37. La banque refusera d'escompter les effects dits de
circulation, cr6Bs collusoirement entire les signataires, sans cause,
ni valeur reelle.
ART. 38. La banquet percevra en sus de tout interkt ou es-
compte, sur chaque operation qu'elle fera, une Commission qui ne
pourra exc6der la totality de la some percue pour l'int6r6t ou
pour l'escompte.

SVII.
Du Conseil administration.

ART. 39. Les regens et le directeur composent le conseil d'ad-
ministration.
Les censeurs ont droit d'assister aux s6ances dudit Conseil, mais
n'y ont pas voix deliberative.
ART. 40. Le Conseil d'administration arrAte :
1t Les reglemens du regime interieur de la banque et.l'organisa-
tion de ses bureaux;
2 Toutes les operations que la banque est autorisee de faire;
30 Chaque ann6e et d'avance les honoraires du directeur de la
banque; .. .:









- 37 -


Septembre 1838.


40 Le nombre des employs, ainsi que les traitemens et salaires
affects A chaque emploi;
50 Les depenses generales de la banquet ;
6 La forme, les series et num6ros des billets de la banquet,
ainsi que la quotite et l'6poque des emissions desdits billets ;
70 Tons traits, conventions, transactions et actes generalement
quelconques ;
8 Le compete semestriel de toutes les affaires de la banque.
ART. 41. Le conseil d'administration fixe le taux des escomptes
et le montant des sommes qu'il convient d'y employer aux diverse
6poques de l'annee.
II fait le choix des billets qui doivent Atre recus a l'escompte.
ART. 42. Le Conseil d'administration se reunit an moins deux
fois par mois : il est presid6 par le directeur, qui peut le convo-
quer extraordinairement, s'il est jug6 n6cessaire.
ART. 43. Le Conseil d'administration est tenu de delib6rer
sur toute proposition qui lui est faite par l'un de ses membres.
ART. 44. Aucune resolution ne peut etre prise, sil y a moins
de trois membres presens.

Ix.
Des regens.
ART. 45. Outre les attributions qui font participer les regens
A toutes les operations de la banque, comme membres du Conseil
d'administration, les regens sont encore specialement charges du
contrble de tous les actes du directeur et de celui de toutes les
branches du service de l'6tablissement.
Les billets de banque sort signs par l'un des regens que le
Conseil d'administration designe A cet effet.

X.
Des censeurs.
ART. 46. Les censeurs surveillent toutes les affaires de la
banque ainsi que l'ex6cution fiddle des status et riglemens.

XI.
Du Directeur.
ART. 47. Le Directeur exerce seul la gestion de toutes les af-
faires de la banque.









II a I'inipection particulikre des employs qui sont sous ses
ordres.
II est charge du materiel de l'itablissement.
II dirige et surveille le travail des bureaux, les 6critureSettla
comptabilit6.
II signe la correspondence.
II ordonnance tons les 6tats de recettes et de depenses.
11 signe les certificates d'inscriptions d'actions, les billets de ban-
que, les endossemens, acceptations, acquits, ainsi que les mandates
fournis sur les succursales de la banque.
Il suit le recouvrement des effects appartenant A la banquet.
II passe et signe, au nom de la banque, tons traits, conventions,
transactions et actes gneiralement quelconques, qui ont 6t6 arretes
par le Conseil d'administration.
Enfin il exerce au meme nom, toutes les actions et poursuites ju-
diciaires qui intrressent la banque.
ART. 48. En cas d'absence ou de maladie, le directeur di-
signe un des regens pour le remplacer provisoirement.

XII.
Du Caissier.

AnT. 49. Le Caissier est charge de toutes les valeurs mon6-
taires, ainsi que de tons les effects et billets de la banquet.
II fait et regoit tous les paiemens sur les ordonnances du direc-
teur.
II tient la comptabilite et est responsible des erreurs et deficits.
II signe tous les billets de banque.

III.

Des DMp6ts.
ART. 50. Le conseil d'administration rAgle les avances A faire
sur les dp6bts effectu6s en lingots et matieres d'or et d'argent, ainsi
que le taux de l'intert A percevoir surles dites avances ei le dBlai
dans lequel ils devront 6tre retires ou reniiuvelds.
ART. 51. La banque fournira des rec6pisses des dip6ts volon-
taires qui lui seront faits.
Ces recepisses ne seront point a ordre et ne pourront etre trans-
mis par la voie de I'endossenlent.


-- 38


Septembre 1838.








-,3. SeeimibrtHI S^'
AB>, 5i W- Labariqnue priflveip ser la valeun'estimafitre-ds
dep6ts sur lesquels elle ne fernil iMtaliah'cei umi'dMitd gaV d
quseapcanvenaweatrelle et les d6apants.
ART. 53. La banque-pourraj suivant les circonstanees, etigeWt
ouwpiyer, un inthAt-sur les: dipts d'espkees qvi ldrserbt1faits.
ART. 54. A difaut de remiboursement, a l'tpqmlue: ceoniCntfi ,
des avances-faites sur les dip6ts de lingbts et de mati'resd'of,:oa
d'argent, le direeteur de la banquet fera procdder iiimmiatenire~itA
la vente des valeurs deposees en garaftie, sans que, jusqafl'etl'-
tier acquittexmen des sommes avanc s en capital; inthr6ts et fltds
cette vented puisse-suspendre les autre- pourtites.

xtv.
DtW diOidd~iiet td fdnfds de reserve.
ART. 55. Le dividend sera reparti tons les ans ; il'se onqib
sera du-total des b6anfices, d6ductionfaite des intrets-de- chsqul
action, des frais de toute nature et-dn pr6lvement d'un dixi6me des
b6ndfices.
Ce dixibme composer le fonds de reserve, lequel pourra ftrew
employee A des prets sur garanties immobilibres.
ART+ 56. -- Aussitbt que!le fonds de r6sei es'elv era aui quait
du capital, la retenue da' dixieme cessera, et I'int6plit6 du bgn-
fice net sera distribute aux actionnaires.

.xv

De l'assemble gihrale dc actionnaires.
ART. 57. A l'expiration du premier semestre, a partir de I'or-
ganisation de la banque, et reguliBrement ensuite tons les six mois,
les censeurs publieront la liste des cent vingt plus forts actionnaires
et les inviteront A se rnunir en assemble gtnsrale au Port-au-
Prince.
Dans le cas oi. plusieurs actionnaires possederaient un nombre
6gal d'actions et qu'ils ne puissent 6tre compris dans la listed, la
preference appartiendra de droit a l'actionnaire on aux actionnaires
les plus anciens en date.
ART. 58. Les-Censeurs et le Conseil d'administration reunis
pourront convoquer extraordinairement I'assembl6e g6n6rale des
actionnaires, si les circonstances 1'exigeaient.










ART. 59. L'assembl~e g6nerale verifiera la comptabilit6 de la
banque et les actes de administration.
Elle connattra de toutes affaires concernant 1'etablissement et
prendra toutes les resolutions qu'elle jugera i propos.
Elle pourra faire aux presents status, les modifications que
l'experience aurait demontrees n6cessaires.
ART. 60. Cette assemble pourra d6l6guer des commissions
prises dans son sein, pour examiner les diff6rentes parties de 1'ad-
ministration de la banque et lui en faire des rapports.
ART. 61. Le directeur de la banque et les regens seront tenus
de presenter A l'assemblee gne6rale le compete semestriel de leur
administration.
Les Censeurs presenteront, de leur c6t6, A cette assemblee, un
rapport sur la march de administration de la banque, en indi-
quant les moyens B employer pour lever les obstacles qui auraient
pu l'entraver.
ART. 62. Si, parmi les agens comptables ou responsables de
la banque, il s'en trouvait qui eussent prevarique dans 1'exercice de
leurs functions, I'assemblee generale des actionnaires designer
trois de ses membres, i l'effet de les poursuivre devant les tribu-
naux competens.
ART. 63. Les decisions de l'assemblee generale se prendront
i la majority absolue des suffrages des membres presens ou ddment
represents.

$ XVI.

De la liquidation de la Banque.

ART. 64. La duree de la Banque d'Haiti sera de quinze annies,
a partir du jour de son ouverture ; mais elle aura deux ans en sus
pour faire sa liquidation.
Les presents status seront soumis A l'approbation du President
d'Haiti, confornimment l'article 37 du Code de commerce ; et il
n'y pourra Atre apporte aucune modification qui ne soit soumise i la
m6me approbation.


.Septembre 1838.


- 40 -









Septembre f838.


EXTRAIT du n* 6, du SO septembre 1838, de a L'Union f Recueil
Commercial et Litfraire, de Port-au-Prince.

BANQUE AGRICOLE, INDUSTRIELLE ET COMMERCIAL.

fTAT DES SOUSCRIPTIONS.

NoMn DES SqUSCRIPTEUR. NOMBRE DE ACTIONS.
Jn.-Fs. Lespinasse, Doyen du trib. de cassation. 40
Dame Jn.-Fs. Lespinasse. . . 10
Joseph Georges, s6nateur. . . .. .
Fs. Mirambeau. ................. 40
J.-A. Mirambeau. . . . .. 10
Jn.-Elie, membre de la Chambre des Comptes. 10


Ed. Lloyd et C'. . .
Villevaleix, notaire du Gouv..
Cosme Georges. . .
SMide Laborde. . .
Robert Windsor . .
J. Ddjardin et A. Desevre. .
Terlonge, capitaine de la Garde.
Maurice Dupuy et Ci. .....


Total. .. ..... .


100
5
1
5
20
30
10
10

292


RtGLEMENT de 'Ecole national de navigation (1).

Port-au-Prince, le 26 septembre 1838.

ARTICLE PREMIER. L'Ecole de navigation, fondue an Port-au-
Prince par le gouvernement, sera confide A la direction d'un pro-
fessdur possddant la morality et les connaissances thioriques et
pratiques necessaires; et il y sera admis douze Bleves aux frais de
1'Elat.
II sera permis an professeur d'admettre dans les classes quatre


(1) Voir la note a, a la fin de la piece.


- t1 -








Septembre 838. 4. -
autres 616ves qui seront a la charge des parents qui voudraient les
lui confier.
ART. 2. Le professeur jonira, toutes les fois qu'il. fera une
croisiere A bord des garde-cotes de 'Etat, par suite de ses devoirs,
d'un traitement de table de..... par mois en sus des appointempes
A lui alloues par le gouvernement.
ART. 3. Durant la croisiere, les e1Bves. de l'Ecole seront
nourris A bord aux frais de l'Etat: ils mangeront avec le professeur
I une table particuliere.
ART. 4. L'Ecole sera pourvue, aux frais de l'Etat, d'une col-
lection de livres, de cartes et instruments n6cessaires A 1'enseigne-
ment et A la pratique de la navigation : ces objets seront confies
sous inventaire au soin du professeur qui en sera resppnsable, et
qui, par. consequent, devra prendre les precautions convenables
pour leur conservation.
ART. 5. Hors le cas oi une croisiere sera jugee utile aux
progres des le6ves, ils resideront chez leurs parents respectifs; mais
ils devront se trouver les lundi, mardi, mercredi, jeudi et.vendredi
de chaque semaine a sept heures precises du matin, au local-affecte
pour la tenue de l'ecole, pour recevoir les lemons du professeurqui
dureront quatre heures chaque jour.
Deux fois par semaine, le professeur devra se rendre avec eux a
bord de l'un des garde-c6tes mouillis en rade pour leur donner
les lemons pratiques qu'il reconnaltra necessajres.
Durant la navigation du bAtiment qui sera design pour recevoir
rl'cole, sur lequel tous les BlAves devront se trouver, A moins d'em-
pAchement reconnu l6gitime par la Commission de l'Instruction pu-,
blique, ils recevront leurs lemons A bord regulibrement deux fois
par jour pendant la champagne '
ART. 6. La dur6e de l'hivernage Mtant fixee du te" aoft au
Jer octobre, tous les ans, dans le courant du mois d'aoft, il y aura
un examen public des BlAves par la Commission d'instruction pu-
blique : apres quoi ils jouiront d'un mois de vacances.
La Commission devra n6anmoins proceder A un examen particu-
lier, six mois avant l'6poque fix6e pour l'examen public.
ART. 7. Les course de math6matiques de Bezout, A 'usage de
la marine et de l'artillerie, seront suivis A l'Bcole de navigation.
ART. 8. Tout postulant, pour ktre admis a l'ecole, devra 6tre
Ag6 de 14 ans au moins, et subira en presence de la Commission
de 'Instruction publique, un examen pr6alable sur le francais, les
premiers 6eemens des mathematiques et de la geographie.











43 Septembre4888.
Ceux qui satisferont & cet examen, seulement sur les 4l1mens de
1'arithmitique, du francais et de la geographie, pourront 4tre admits
en qtialite de volontaires de 2* classes.
Ceux qui auront. pleinement satisfait A un examen sur 'arithm&'
tique demontree, le francais et la geographie, pourront Atre admis
en quality de volontaires de I- classes.
ART. 9. Les volontaires de 2" classes qui pourront repondre
sur toutes les parties de 1'arithmktique, apres quelques mois d'6tudes
et de navigation, passeront volontaires de Ire classes.
Les volontaires de ie classes, apres six mois d'6tudes et de navi-
gation, ayant repondu sur les elements de la g6om6trie et subi un
examen sur la manoeuvre et le grement, seront recus 6ves de
2e classes.
Les Bleves de 2* classes, apres dix-huit meis d'6tudes et de navi-
gation, ayant repondu sur l'examen pratique de la trigonometrie
rectiligne et de la trigonom6trie spherique, seront repus 616ves,
de 1" classes.
ART. 10. Tout 616ve de Ire classes, qui aura, apres trois ans
d'etudes et de navigation, satisfait completement A un examen thWo-
rique et pratique de la navigation, en presence de.la Commission
de r'Instruction publique, et de deux officers de marine dbsignes
par le gouvernement pourra etre recu enseigne.
ART. 11. L'uniferme pour les volontaires et les el6ves sera:
habit de drap bleu once, A revers, collet, paremens et pattes en
travers, de meme 6toffe ; le collet montant et rabattu, et les bas-
ques retroussees : doublure rouge. L'habit sera garni de huit gros
boutons de metal dore, a ancre aux pattes; de 14 petits boutons
aux revers.
Gilet rouge. Pantalon de drap bleu fonce. Col noir. Demi bottles
sous le pantalon. Chapeau round, ayant une cocarde aux couleurs
nationples fixee au chapeau par un bouton a ancre.
ART. 12. Les volontaires de 2" classes auront le collet de I'habit
uni.
Les volontaires de 1" classes porteront, aux extremitks droite et
gauche du collet, une ancre brodee de soie bleu c6leste.
Les elves de 2e classes porteront des conlre-dpaulettes de drap
bleu.
Les 616ves de Ij classes porteront des contre-epaulettes avec une
lisiore de cordonnet de fil d'or.
ART. 13. Le professeur devra traiter ses el1ves avec regard et
justice, en exigeant d'eux,_ l'exactil de et. I'application a leurs de-









Septembre 1838. 44 -
voirs ; la plus strict obeissance envers le professeur est exig6e de
leur part, sons peine de repression.
SART. 14. A bord, et durant la champagne, le professeur et les
Wolves seront soumis A la hierarchie et A l'ob6issance envers l'offi-
cier commandant le batiment sur lequel ils seront months.
ART. 15. Tout Bl1ve qui manquera a ses devoirs par deso-
beissance envers le professeur, ou par negligence on inexactitude a
ses lemons, pourra Wtre puni par le professeur, des arrets A bord :
vingt-quatre heures au plus, selon l'exigence des cas.
ART. 16. L'insubordination grave envers le professeur sera
denoncee A la-Commission de l'Instruction publique, qui examiner
l'affaire et en fera son rapport au grand fonctionnaire, charge de la
surveillance de l'Instruction publique ; en attendant la decision a
intervenir, 1'e16ve pr6venu de faute restera aux arrnts a bord du
garde-cbtes, ou tout autre lieu qui lui sera design.
ART. 17. Lorsqu'aprbs un examen public, I'eleve aura r6pondu
d'une maniere satisfaisante sur les questions qui lui auront Wte
adressees sur les diverse parties theoriques et pratiques de l'art
de la navigation, il sera delivre par le professeur audit eleve, cer-
tificat de capacity, lequel sera vise par la Commission de l'Instruc-
tion publique, et il en sera rendu compete au fonctionnaire charge
de surveiller 'Instruction publique, lequel prendra les ordres de
S. E. le President d'Haiti, soit pour que 1'6lve capable soit utilis6
au service de l'Etat, soit pour lui permettre d'utiliser ses talens
dans la navigation marchande.
ART. 18.- Dans le cas ofi le professeur n6gligerait ses devoirs, la
Commission de 1'Instruction publique sera tenue d'en rendre compete
a l'autorite superieure, afin que le replacement du professeur
negligent ou delinquant, soit reclame de S. E. le President d'Haiti.
B. Ardouin, president; Louis Charles, Chs. Nathan, W.-G. Smith,
J.-B. Merlet, Bance, Faubert, Bouchereau.


Note A : Le Telegraphe, journal official d'Haiti, du 24 d4cembre 1837,
content l'avis suivant:
a< La Commission de l'Instruction publique, autoris6e A cet effet, pr6-
vient le public que le Gouvernement, dans sa sollicitude pour le bien g6-
n6ral, vient d'arreter l1'tablissement, au Port-an-Prince, d'une Ecole de
Navigation. Les jeunes gens qui auraient de la vocation pour cet art, de-
vront s'adresser A la Commission pour etre inscrits.
L Le nombre des 6leves est fix6, pour le moment, A douze, et 1'Ecole
sera ouverte imm&diatement apres le ir de janvier prochain. ;









Septembre 1838.


EXTRAIT du n* 7, du 27 septembre 1838,'de < L'Union ,, Recueil
Commercial et Littraire, de Port-au-Prince.

BANQUE AGRICOLE, INDUSTRIELLE ET COMMERCIAL.

6TAT DES SOUSCRIPTIONS.


NoMS DES SOUSCRIPTEURS.
Report .........
Achille Kavanagh . .
Jn.-Bte Desravines. .....
Pierre-Fs. Amblard. .....
Daumesnil frbres . .
Edouard Mendez . .
Nau, TrBsorier Gendral. .,
Le colonel Viau ......
Dame Viau ........
Isabella Viau .......
CBlimene Geffrard . .


NOMBRE DES ACTIONS.
Actions. 292
5
. . . 2
. . . 10
6
. . 1
. . 20
2
3
2
3
. . . 2
. . 3


Duvernau Trouillot, membre de la Chambre des
Comptes .... .. .. .......

Total .........


5

351


EXTRAIT du no 8, du 4 octobre 1838, de a ILUnion Recueil Com-
mercial et Littraire, de Port-au-Prince.

SBANQUE AGRICOLE, INDUSTRIELLE ET COMMERCIAL.

ATAT DES SOUSCRIPTIONS.
NOMS DBs SOUSCRIPTUHIS. NOMBBr DB ACTIONS.
Report. ................... 351
Paul-Emile Berthomieux ...... .. .. 5
Dame Berthomieux . .... 5
William Audain, speculateur en denr6es. 10
Charles Nathan, d6fenseur public. . 5
Casimir Yalcou, horloger m6canicien. . 3

Total . . 379


I


- 45 -









Octobre 4888.


CIRCULAIRE du SeerNtaire d'Etat, aux administrateurs des Finances
des Arrondissemens de la Rdpublique.

Port-au-Prince, le 4 octobre 1838, an 35e de 1'Ind6pendance.

Le gouvernement en proposant A la Legislature, citofyens admi-
nistrateurs, une loi sur les Douanes, a eu en vue de faciliter le
commerce. Dans ce but, il a 6t6 fait de grandes modifications au
tarif priexistant et celui quile replace en ce moment est, en tout
point, conforme A 1'esprit dans lequel ii a Wte concu. C'estpourquoi
vous ne manquerez pas de vous convaincre que ce que je vais vous
dire au sujet des articles indiennes et casimir ne pent que pro-
venir d'erreurs gliss~es dans l'impression de la loi. En effect, ouvrez
le tarif, vons verrez que les casimirs en laine pure paient 32 c. de
droit l'aune, ceux en laine et coton, de .28 pouces et au-dessus,
12 c. I'aune et ceux au-dessous de 28 pouces, 5 centimes I'aune ;
et plus bas, il est dit que les casimirs en laine et coton pour pan-
talons, A barres et en couleurs, patient 32 c. .1'aune, comme si les
barres et la couleur pouvaient changer la quality de l'6toffe et en
porter ]a valour au taux design. L'e'rreur est li si palpable qu'il
n'est pas besoin d'entrer dans aucune consideration pour la faire
mieux ressortir ; en consequence, vous n'aurez aucun regard A cette
designation des casimirs; et ces ktoffes, qu'elles soient A barres et
en couleur, pour pantalons ou pour autre utility, ne devront Wtre
assujetties aux droits que suivant leurs quality et larger, telles
qu'elles sont distinctement sptifikes aux trois alinias qi pre-
cedent.
Lisez plus loin indieift*d : clls ogroWs, claires et tr&s-com-
rmunes patient 3 c. I'aune et les autres, y est-il, dit, paieront 6 c..
Mais ily a une telle disproportion entire les indiennes fires, don't
'imp6rtitioif est plus rare, el les ordinaires, qui ne sont ipa encore
les claires et tres communes, qu'il est eimbarrassant de savor of
classes ces indiennes ordinaires qu'il ne serait Bas juste ie inettre
parmjies fikes qui leur sont trop superieures.our ~i cai; cir toute
incertitude suf ce point, et, eni inme temps, pour nie pas s carter
de l'esprit de la loi, vous e~es priveiinus s ii les iniienibs ordinaires
qui antrefois .payajent 4 c. seront maintenant classees avec les
claires et tres communes et paieront, comme celles-ci, trois cen-


- 46i -









47 Otobreyw.
times 'aune, attend que les indiennes fines seules sont assujetties
an droit de six centimes.
En disant dains une pr6cedente circulaire, citoyens administra-
teurs, que les .expeditions, manifestes et adres pieces coneernant
les cargaisons des batiments, seraient d6poses en douane, il Btait
entendu que les diverse donates de la 'Rpublique dussent se
4trguper Ipise, par cette disposition, de reeaeillirltousles 6ldmens
n6cepsaires pour l'6tahlissement des manifestes dune nmeiftke aussi
d6tailtle que possible; et nulles pikoes ide pmiveit niilti que les
factures originales fournir des renseignemens posti&f s urilItat des
earggiuons. Aussi les douanes Mat suffisamment autoris6es a de-
mander communication de ces factures aux commerCants, si elles
ne se trouvent pas parmi les papers deposis, et a les faire traduire
-par l'interprete ; ear ii est de rigpeur que les directeurs de douwfe
fassent dresser des maaifestes detaillhs qui indigent, avec le
nombre et les num6ros des caisses, colis, etc., la quality et mime
la quanite des msarchandises. Gette prkcaotioa 'st dte tmotte anes-
site pour pr6venir les abus prijudiciables aux interdts du fisc.
Vous transmettrez ces dispositions aux directeurs des douanes de
vos ressotts respectifs, vous y tiendrez la main et m'accuserez rb-
ception de 4a pr6sente.
Je vous sale avec consideration.
J.-C. IMBE.T.


ExTRrr du n* 9, da H octobre 1838, de Ulnionn Renuei Com-
mereial e Lirtraire, de Por -au-Ptince.

BANQUET AGRI(OLE, INDUSTMRELLE ET OMMIWRCIALE.
1iTA bES SQOSCRIPTIONS.
NoMs DuB SOUs.cmIPTas. N~aMe Ids aCtIOS.
Report. ........ ............. 979
Adolphe Duhart, cammerrant, demeatifeLt a a Noe
velle-OrIa n .. ........ .
Thomas Ussher,. consul anglais. . 5
JohnHearnetG*; .. . .5 5
--A. -Dupuy et Ci..-. ....... .. 10
Total. .. 421









Octobre 4838.


EXTRAIT du no 10, du 18 octobre 1838, de l'Union v,, Recueil
Commercial et Litteraire, de Port-au-Prince.

BANQUE AGRICOLE, INDUSTRIELLE ET COMMERCIAL.
ETAT DES SOUSCRIPTIONS.
NOMS DES SOUSCRIPTEURS NOMBRe DxS ACTIONS.
Report. .................'. 421
Maurice Dupuy et C (1) . . 5
Charles Brown. . . . 5
Total . ... 431


EXTRAIT du n 11I, du 25 octobre 1838, de t V'Union ,, Recueil
Commercial et Littdraire, de Port-au-Prince.

BANQUE AGRICOLE, INDUSTRIELLE ET COMMERCIAL.
ETAT DES SOUSCRIPTIONS.
NoMS DES SOUSCRIPTEURS. NOMBRE DXS ACTIONS.
Report.... ............... 431
Avignon, Chhgaray et Daublas, negociants aux Cayes. 40
Eugene Raoul ................ 5
Louis-Jacques Dufort. . . . 5
Beauvais Lespinasse. . . . 5
Ardouin, s6nateur ... . 2
Calice Bonneaux, commissaire du gouvernement
pres le Tribunal de Cassation. . 2
CBligny Ardouin, substitute pres le dit Tribunal. 2
BarthBlemy, sp6culateur a Leogane. . 5
Monosiet, n6gociant au Petit-Gove. . ... 10
Heurtelou, negociant au Petit-Gove. . 2
Falaiseau, n6gociant au Petit-Gove. . ... 1
Augustin Siclait, n6gociant au Petit-GoAve . 2
Lamontagne Dufaux, sp6culateur au Grand-GoAve. 15
J.-B. Dupuy, n6gociant aux Gonaives. .... 20
Hugues Tran, notaire du gouvernement. . 4
Total............ 551

(1) Cette maison de com* a prispr6c6demment 10 actions (Note de l'Union).


- 48 -










49 Novembret836.

AVIS OFFICIAL.

L'etat de maladie prolong dans lequel se trouae le- citoyen
P. Rouanez, directeur de la Chambre des Comptes, ne lui permet-
tant plus de signer les billets de caisse 6mis par le tr6sor, le public
est prevenu que ces billets valideront sans ta signature dadit ci-
toyen P. Rouanez, pourvu qu'ils soient signs des deux autres
membres de la Chambre des Comptes ainsi que du tresorier general.
(Extrait du Tdligraphe).


EXTRAIT du n* 13, du 8 novembre 1838, de c l'Union, Recueil
Commercial et Littdraire, de Port-au-Prince.

BANQUE AGRICOLE, INDUSTRIELLE ET COMMERCIAL.
IfTAT DES SOUSCRIPTIONS.


NOMS DES SOUSCRIPTEURS. NOMBRE D
Report ................. .....
Jn.-Louis Lafontant, negociant a Jacmel. .
Balsamine Desmarattes, v" Chervaim, demeurant a
Jacmel .................
Dame Inginac ................
Veuve Richard, demeurant au Cap Haitien. .
Pierre TrBsor Seguineau. . . .


ES ACTIONS.
551
40

3
3
3
5


Total......... .. 605


EXTRAIT du n 14, du 15 novembre 1838, de < l'Union ), Recueil
Commercial el Litldraire, de Port-au-Prince.

BANQUE AGRICOLE, INDUSTRIELLE ET COMMERCIAL.
ETAT DES SOUSCRIPTIONS.
NOMS DES SOUSCRIPTEURS. NomBRn DES ACTIONS.
Report. .................. 605
J.-M. d'Echeverria, cure de la paroisse. .... 4
Franklin, d6fenseur public. . . 5

Total. .......... 614










Novembre-1838. 50 -


EXTRAIT du no 16, du 29 novembre 1838, de < l'Union ), Recueil
Commercial et Littdraire, de Port-au-Prince.

BANQUE AGRICOLE, INDUSTRIELLE ET COMMERCIAL.

9TAT DES SOUSCRIPTIONS.

NOMS DES SOUSCRIPTEURS. NOMBRE DES ACTIONS.
Report. ................... 614
Louis Benjamin, commercant . ....... 5

Total............. 619










Septembre 1839.


ANNEE 1839



Avis de l'Administration principal.

Par son avis du 6 octobre dernier, ins6r6 an TBligraphe, I'ad-
ministration ayant accord aux entrepreneurs des habillemens de
troupes jusqu'au 15 de ce mois, pour terminer les livraisons, et
les ayant pr6venus qu'a l'expiration de ce delai, leurs entreprises
seraient consid&rees comme nulles et non avenues, leur fait savoir
que ce terme Btant 6coul ils soot dechus de leur droit A la confec-
tion de ces objets.
Les personnel qui desirent entreprendre la confection de ces
m6mes habillemens, hormis celles qui, d cet 6gard, ont manqu6e
leurs engagements et don't il vient d'6tre question, auront a presenter
leurs offres A administration. Elles sont pr6venues que la livraison
de ces fournitures devra se faire le plus t6t possible.




OUVERTURE d'une souscriplion d JArgmie, le 5 septembre 1839, pour
rendre hommage au citoyen Hdrard Dumesle, dpputd de la Com-
mune des Cayes d la representation national (1).

On propose de rendre un hommage 6clatant aux vertus civiques,
aux talents distingu6s, comme au noble caractere du citoyen Herard
Dumesle, depute de la commune des Cayes a la representation na-
tionale.
Pour atteindre ce but, les soussign6s ont arrWte qu'une medaille

(1) Cet appel, d&s sa publication, fut convert des signatures qui suivent:
W. Phipps, B. Hugon, W. Wo!, M. BlanchErd, Chassagne fils,
Adolphe Petit, F. Donat, Alcide ain6, Martineau fils, H. Dandressol,
Rollinval-Rocher, A. Page, J. Villedrouin, E.-L. Paret, F. Brierre,


I


- 51 -











Septembre 839.


- 52 -


en or devra lui Wtre decerne, ayant pour attribut les insignes de la
Liberty et une devise faisant ressortir un de ses plus. beaux traits.
En consequence, une souscriplion est ouverte ; elle est volon-
taire. Ceux qui voudront y parliciper n'auront qu'a manifester leur
intention en payant au porteur la some qu'ils jugeront conve-
nable.
JUremie, le 5 septembre 1839.
Sign4 : ROCHER, MONThS.




MESSAGE du President d'Haiti au Shnat.

Jean-Pierre BOYER, Prisident d'Haiti, au Sinat.

Port-au-Prince, le 18 septembre 1839, an 36".

CITOYENS SENATEURS,
L'Adresse que la Chambre des Representants des communes
a votee dans sa seance du 2 de ce mois, a mis au grand jour le plan
des refoimes qu'elle croit pouvoir introduire de sa propre autorit6,
dans I'applicalion de la loi fondamentale de I'Etat.
Tant que cette Adresse ne m'a paru contenir qu'une manifesta-
tion de vceux (ce que la deputation charge de me la presenter m'a-
vait confirm) j'ai du esperer que la r6flexion, 6clairant la Chambre

H. F6ry, B. Maudlair, D. Drouin, R. Laveau, F. Hippolyte, R. Isaac,
Ma gron, L. Ollivier, Rousseau. Charles Boncy, D. Villedrouin, P. La-
raque, Lucas Boss6, .1. Rey, E.-E. Lherissou, Sheridan, F. Armagnac,
J. Magloile, X. Dannel. A. Dubrocar, Castaing, P. Lescouflair, Miot
cadet, Miot Lanoue, Oilando, Thomas, Simon Julicoeur, J6r6me Four-
caud, Andrisse Eugene, Notl Bras, A.-C. Fouchard, J.-H. Cazeau, A.
Laforest, H. Sebastien Laforest, Garard Degraff. Charles Bonneau, Phi-
lipp Bridgman, A. Tabuteau, Gaveau jeune, J -J. Mathurin, Dugub, F.
Balmir, H.-Frangois Smith, Ducoudray, B. Detay, D. Syriaque, Marti-
neau pbre, B. Titus, Lemazier, Mond-lice, J. Guillaume, Denys Legi-
time, T.-R. Smith, J. Caymitte, Months fils, Gille Dechineau, Charles
Marcellin, Ph. Thessier, Lausu Philibert, S.-P.-J. Baptisle, Lehoux, J.
De ouillere, Rordes, J. Henri, Lovirsky Cazeau, Dums fils, Augereau
Page, J.-M. Dubois, Philemon Bosse, L. Mauclair, Zobois Brice, N. Pa-
ret fils, F.-E. Dubois, D. Laraque, Vileur, B. Chassagne, Sylvain, Sidnay








Septembre 1839.


sur le danger qu'offrent presque toujours les innovations quand
elles ne sont pas pr6parees avec maturity, la ramenerait dans les
voices conslitutionnelles suivies jusqu'a ce jour.
Je me suis tromp6.
Par le message de la Chambre en date du 16 de ce mois, que je
lui envoie en communication, ensemble avec la copie.de mon mes-
sage a la Chambre sous la date du 9, le SBnal reconnaitra, avec
moi, que la persistence qu'elle met a vouloir donner une nouvelle
interpretation aux articles 107, 108 et 109 de la Constitution, ne
peut que la placer en dehors des limits qui circonscrivent ses at-
tributions, et arrdter, par ses consequences, la march du Gouver-
nement representatif en annihilant le premier corps de l'Etat.
La Chambre avait d'abord parfaitement compris que l'article 107
n'entendait parler que du renouvellement partiel des senateurs ;
mais s'apercevant, sans doute, que d6s lors l'exigence de sa part
d'une liste unique, generale, de proposition ne pouvait Otre s6rieu-
sement soutenue centre le texte de cet article qui prescrit la pre-
sentation d'une listed pour chaque senateur a Blire ; pr6occupee sur-
tout de la pens6e dominance d'elargir le cercle de son vote, en li-
mitant celui de l'initiative du Pouvoir Ex6cutif, elle a maintenant
recours a une autre combinaison, d'ou elle s'efforce de faire sortir
le principle du renouvellement integral du Senat, et si elle ne pr6-
tend pas 1'imposer dss a present, c'est que, dans son system, elle
ne saurait tenter ouvertement de renverser, tout d'un coup, I'6difice
constitutionnel que la nation a elev6, au prix de tant d'6preuves
sanglanles.
Pour justifier une si strange conduite, la Chambre reclame la li-
berl6 d'opinion, come si elle n'en faisait pas chaque jour, a la
tribune, l'emploi le plus abusif; come si, d'ailleurs, la liberty


Barthol, Dubois Mand6 fils, Balmir fils, E. Praderes, A. MBge, Blanc
Picard, Gustave Briere, H. Bouclh, A. Fourcaud, Piau, A Fery, Judes
fils, Valnm Lizaire. T. Rocourt, S. Laraque. A. Cleri6, Vilaire cadet,
Margron fils, B. Lanoue, Vilaire ain6, F. Tabuteau, A. Tabuteau fils,
C. Besson, M. Moreau, E. Dupoux, Audry cadet, T. Paret.
F.-E. Dubois qui a sign la listed ci-de-sus rapporte, plans son 4 Pr6cis
historique de la Revolution haitienne de 1843 *, que 4 le project du vote de
la medaille est dfi au citoyen Donnates. qui le communiqua a ses amis ,.
Nous croyons qu'il s'agit du mime F. Donat don't le norA se trouve dana
la dite liste.


- 53 -








Septembre 1839.


- 54 -


d'opinion devait aller jusqu'i saper les bases fondamentales de la
societY.
Elle qualified de concession faite aux circonstances, d'erreur
mime, I'accord unanime qui a r6gn6 entire les different pouvoirs,
lorsque cet accord Btait non-seulement une n6cessite de leurs obli-
gations, mais encore de l'abnegation d'interets personnel, pour se
devouer exclusivement A l'interkt general.
Elle se retranche derriere ce qu'elle appelle sa march progres-
sive, pour d6clarer que tout ce qui a Wte fait est abus, et qu'il n'y
aura de legal que ce qu'elle se propose de faire, comme si le pro-
grAs Mtait le renversement de l'ordre des choses 6tabli et consolid6
par une longue experience. Enfin, elle invoque, a chaque instant, les
principles, come si la Constitution ne renfermait pas tous ceux qui
sont propres a cimenter les droits et le bonheur du people; cdmme
si ce n'6tait pas par leur religieuse observation que le fondateur
de la Republique, I'IMMORTEL PtTION, et que les pouvoirs qui ont,
apres lui, administr6 le pays sont parvenus a obtenir les grands r6-
sultats qui placent aujourd'hui Haiti au rang des autres nations.
Je ne pousserai pas plus loin la refutation des opinions avec les-
quelles la Chambre attaque le mode de proposition et d'Wlection en
vigueur pour les replacements A op6rer dans le sein du S6nat.
Je me bornerai a rappeler que ce mode n'a WtA adopt, il y a plus
de vingt ans, et suivi depuis cette 6poque que parcequ'il a WtC re-
connu conforme au texte et A l'esprit de la Constitution ; que
d'aprAs le texte et I'esprit de cet acte, le renouvellement des s6na-
teurs doit etre partiel, et que l'initiative du Pouvoir Exclitif ne
pent etre limit ; d'un autre c6te, que l'idee actuellement emise
d'un renouvellement integral du Senat, semblable A celui de la
Chambre des Repr6sentants des communes, ne saurait se concilier
ni avec la permanence de ce corps, consacree par l'article 114, ni
avec la nature de son institution qui a pour but de conserver,
comme le feu sacra, aussi longtemps que la Constitution elle-meme
subsistera, les traditions de son culte et de ses dogmes.
Je m'arrete ici.
(< Le Shnat est charge du d6p6t de la Constitution >.
Certes, ce n'est pas pour la laisser violer, pour I'abandonner A
l'arbitraire des interpretations, aprbs vingt-trois annees de mise en
pratique, que I'article 113 de notre pacte fundamental lui en a
confiU le d6p6t precieux.
C'est done au Senat que je dois m'adresser dans cette circons-
tance, pour lui demander la solution de cette question :








- 55 -


Septembre 1839.


c La Chambre des ReprBsentants des Communes a-t-elle le droit
d'interpreter, a son gr., la Constitution, et, par suite, de changer
aujourd'hui le mode observe, depuis plus de vingt ans, pour pro-
ceder aux replacements a operer dans le sein du Senat ?
FidBle a la Constitution que j'ai jure, en acceptant la presidence,
de maintenir et de faire respecter, je saurai remplir mon devoir:
j'ai la confiance que le SBnat fera le sien (1).
J'ai l'honneur, etc.
Sign6: Borga.



ADRESSE du 20 septembre 1839, des citoyens de Jeremie au citoyen
HMrard Dumeste, membre de la Chambre des Reprdsentans des
Communes.
JMr6mie, le 20 septembre 1839.
CITOYEN LEGISLATEUR,
Ceux des habitants de J1remie qui compatissent aux souffrances
du people, 6cras6 sous le poids d'une misrre sans cesse croissante,
et qui g6missent sur les abus sans nombre que l'interAt particulier
oppose A la prospirit6 publique, ont du applaudir aux efforts ma-
gnanimes des representans pour 6clairer le Chef de I'Atat sur les
v6ritables causes des maux qui affligent le pa s. Mis par ces senti-
ments, ils ont conpu le project de payer A votre patriotism 6clairA
le tribute de leur admiration, en vous presentant par les mains du'
deputd.de leur commune, et sous les heureux auspices de la ses-
sion actuelle du Corps 16gislatif, une m6daille qu'ils viennent de
vous decerner.
Cet homage de vos concitoyens de JBremie n'est pas dA seule-
ment au courage politique don't vous avez souvent fait preuve A la
tribune national en defendant les droits et les interets du people
haitien, quelque Bclatant d'ailleurs que soit ce merite ; mais en-
core, et surtout, au rare desinteressement qui vous a fait preferer
une honn6te pauvret6 A de honteuses richesses.
Perskv6rez, Citoyen l1gislateur, persiverez dans la noble car-
riere od, le-premier dans nos annales parlementaires, vous vous
Rates franchement l6anc6; vous y aurez, vous y avez deji des mules


(i)jVoir la note de la page 500 dr tome VI.








Septembre 4&i9. 56 -
dignes de vous et de la cause sacree que vous defendez... Qui sait
meme si hient6t, reconnaissant la puret6 d'inlention qui anime la
Glambre, elle n'aura pas le loyal concours des autres pouvoirs,
pour travailler plus efficacement a la r6forme generale des abus qui
ont amenI la caducit6 precoce de nos institutions republicaines ?
Tels sont les voeux et l'espoir de tons les bons citoyens.
Pour vous, quoiqu'il arrive, vous, fiddle mandataire du people,
defenseur heroique de ses droits, repr6sentant devoud a ses inti-
rots, demeurez, vous et vos honorables colleagues, inebanlable-
ment attaches aux vrais principles, et vous aurez bien de la
Patrie !.....
Salut, estime et reconnaissance. Au nom des souscripteurs :
'H. Fbry, Jques Villedrouin, Months, Levbque Ollivier, J.-E. Mau-
clair, Donat, Ane-C. Fouchard, Paret fits, Chassagne fils, Reni
Isaac, Roch. Rocher, R. Rocher >.

P.-S. Voici les noms des souscripteurs:
H. Fery, Trdsorier d'arrondissement ; Villedrouin, Juge au Tri-
bunal civil ; Leveque Ollivier, Membre du Conseil des Notables ;
B. Mauclair, avocat; Fouchard, President de la Commission d'lns-
truction publique ; N. Paret, commis principal du Trdsor ; Chas-
sagne fils, ndgociant ; Ren6 Isaac, supplant au Tribunal civil ;
Rolinval Rocher, avocat; Donnat, commerpant ; Rochemon Ro-
cher, ndgociant ; Montis, capitaine de la garde national ; Mar-
iron, ndgociant ; B Chassagne, Juge au Tribunal civil ; Dubois,
officer de l'Etat-civil; J=-Bt Hugon, peseur de la douane ; W.
Woel, employed de douane ; Fs Balmire, nolaire et directeur du
Conseil des Notables ; Dorson Drouin, supplant 4 la Justice de
Paix ; Elie Dubois, avocat ; J. Rey, supplant au Tribunal civil ;
T.-B. Smith, propritdaire; A. Laforest, arpenteur; J.-L. Cazeau,
arpenteur ; Miot cadet, greffier provisoire du Tribunal civil ; Miot
aine, ancient Representant ; Hilaire Cleverain, direcleur de I'Ecole
National ; Fs Armagnac, marguillier ; Lucas Boss6, propose du
Trdsor ;'Ch. Boncy, notaire; Rousseau, greffier de la justice de
paix ; Martineau, pere, directeur de 'Enregistrement ; Martineau,
fils, Instituteur ; Alcide, maitre tailleur ; Cadet Mege, commercant;
Laveau, secrdtaire de l'Arsenal; Adolphe Petit, ndgociant; A. Page,
commerant ; Fonrose BriBre, proprietaire ; W. Phipps, huissier-
audiencier ; Ducoudray, propridtaire ; Jn-Bte Dufay, huissier .au
Tribunal de paix ; Jn-Bte Titus, maitre macon ; Jn-Jacques Le-








Septembre18;3G


masiA, habitant; Mondelice Jean-Guillaume, habitant; Denys L6-
gitimne, maitre charpentier ; Jean Caymitte, lieutenant d'artillerie;
Gilley Dchineau, capitaine en retraite ; Charles Marcelin, habitant;
Philippe Thessier, habitant; Lausa Philibert, habitant; Jean-Pierre
Baptiste, habitant; Lehour, capitaine an 17 ; Joseph Desrouillere,
habitant; Bordes, habitant; D. Syriaque, cordonnier bottier; Mon-
tes ills, elkve distillateur; M. Blanchard, employee administration;
Hernest Dandressol, habitant; Leo Paret, caporal fourrier an 77;
Thomas,sCulateur en denrees; Simon Joliccur, capitaine au 17*,
en rtIr Jer.me Foureaud, speculateur en degrees; Andrisse
Eugene, halitant ; Noel Bras, spiculateur en denroes; Sebastien
Larorest, proprietaire; Gerard DIgraff, lieutenant de la garde na-
tionale; Charles Bonneau, commercant; Philippe Briegman, com-
mercant ;Xavier Donnel, arpenteur ; Dejon Laraque, commercant;
A. Tabuteau, ecrivain de place; Gayeau jeune, commercant; J.-J.
Mathurin, capitaine en retraite ; Dugu6, sp6culateur en denrees;
Fs Hyppolite, sergent-major au 17e; D. Villedrouin, proprietaire;
Philibert Laraque, caporal fourrier an 17"; Sheridan jeune, pro-
pridlaire; Jh Magloire, ancien officer de sant6; Aug. Dubrocard,
spdculateur en denrees; Castaing, Membre du Conseil des Notables;
Pierre Lesconflaire, huissier au Tribunal civil; Themistocle Pa-
ret, commis de magasin ; Audry cadet, speculateur en denrees;
E. Dupoux, orftvre; M. Moreau, employed la douane; C. Besson,
commis de magasin; A. Tabuteau fils, maitre de musique; Fores-
tale Tabuteau, commis de magasin ; Vilaire ainW, militaire an 17 ;
Jean-Baptiste Lanoue, distillateur; Margron fils, commis de maga-
sin ;Vilaire cadet, tailleur ;Alin Clhri, commis de magasin ; S. La-
raque, employee administration; T. Rocou, commis de magasin;
V. Lizaire, mititaire an 17e regiment ; Judes fils, commis de ma-
gasin ; A. F.ry, cultivateur ; Jacques Henry, forgeron; Lovinsky
Cazeau, maitre cordonnier; Dumas fils, maitre cordonnier; Au-
gereau Page, commis de magasin : Phit6lnon Bosse, distillateur;
Lucien Mauclair, propridtaire ; Zobois Brice, maitre charpentier ;
Vilaire pOre, mecanicien ; Sylvain, maitre armurier ; Sydney Bar-
thol, commercant ; Dubois i ls, militaire; Balmir fils, clerc ; Ed-
mond Praderes, maitre ferbiantier ; Blanc Picard, boucher; Gus-
tave BriBre, maitre menuisier; H.-Francois Smith, arpenteur ; H.
Bouch6, capitaine au 17e ; Fourcaud, lieutenant adjudant-major
an 17* ; Pian pere, ex-Membre du Conseil des Notables.


- 57 --








Septembre 1839.


- 58 -


SEANCE du 20 septembre 1839,de la Chambre des Reprdsentants des
Communes. Dpieche de l'Assemblee au Secretaire d'1tat.

Prisidence de M. H6rard DUMEsLE.

Convocation de la Chambre par extraordinaire. La Majorit- Rtant
reunie, la seance est ouverte en comity general.
Le President: < Le but de la convocation extraordinire est de
vous annoncer que I'architecte m'a inform du refus foA4 "du tr6-
sorier de la capital d'acquitter la feuille de vos indemnites, exi-
geant que chaque depute fournisse en particulier une feuille; come
cette exigence attaque les droits et l'ind6pendance de la Chambre;
qu'elle place la regle de son administration int6rieure sous une
influence 6trang6re, it vous.appartient essentiellement de deliberer
sur la nature de ce refus et de remonter a sa cause. D6positaire de
vos riglements, je dois d'autant plus en conserver l'integrit6 dans
cette circonstance que par ce seul acte, vos droits constitutionnels
sont mis en question et vos rgglements renvers6s ; par ce seul acte
on vous 6te le haut contrble de I'administration des finances, du
pays, on vous reduit dans un 6tat de sujetion absolue .
II propose la d6peche suivante :
c Secrdtaire d'Etat,
La Chambre vous informed que la feuille gdnerale des indem-
nilts dues a ses membres, ayant dti prdsentde hier, le trdsorier re-
fuse d'y satisfaire, exigeant que cette feuille soil divisde en autant
de parties qu'il y a de Reprdsentants.
Cette conduite de la part d'un employed de votre department pa-
raft d'autant plus extraordinaire qu'elle ne pourrait s'expliquer
qu'en supposant une volonte qui domindt tellement la Chambre
qu'elle lui prescrivit jusqu'd la forme de son administration inte-
rieure.
La Chambre vous invite donc, citoyen Secrdtaire d'Etat, de repri-
mer une pretention qui attaque ses droits et son independence et
d'ordonner au trdsorier d'avoir d liquider sans delai le montant de
la feuille don't il s'agit ).
Cette depeche est sanctionn6e et vote a l'unanimit6 et la stance
estlev6e.








Septembre l839.


LETTRE du citoyen E. Lartigue, repr6sentant de la commune de
Jernmie, d son collWgue le citoyen Herard Dumesle, Membre de
la Chambre des Representans des Communes de la Republique
d'Hafii.

Mon cher et honorable collfgue,
Comme organe des citoyens de Jdr.mie, je vous adresse, avec la
pr6sente, la medaille (1) qu'ils d6cernent a vos vertus patriotiques.
J'aurais voulu accompagner cette marque de leur estime et de leurs
suffrages des timoignages plus dignes d'eux et de vous; mais les
circonstances s'y opposant, veuillez me permettre de n'6tre ici que
l'interpr6te de leurs sentiments en la Patrie.
II me reste a vous prier de faire publier dans les journaux la
lettre qui accompdgne cette medaille, ainsi que les noms de ceux
qui ont souscrit a cette offrande patriotique, eonform6ment A leurs
propres veux, n'ayant rien fait sous le voile du mystere.
Veuillez agrier I'assurance de ma profonde estime,
Sign6 : E. LARTIGUZ.



SEANCE du 23 septembre 1839, de la Chambre des Reprdsentants des
Communes. DMpdche de l'Assemblee au Secrdtaire d'Etat.

Pr6sidence de M. H6rard DUMESLE.

La majority~ Blant r6unie, la seance est ouverte.
Les proc&s-verbaux des dernirres seances sont lus et sanctionnis.

(1) LamAdaille fut apportie au citoyen Lartigue, A Port: au-Prince,
par un de ses electeurs, pour ltre premise au destinataire. Elle ne parvint A
celui-ci qu'aprbs la seance de la Chambre des ReprEsentans des Communes,
du 4 octobre 1839 don't il est parld plus loin. D'un c6te de cette m6daille il
y avait ces mots: a LIBERTA, EGALITr, INDEPENDANCE, VERTU et le livre
de la Constitution ouvert, sons le dit livre on lisait le mot: CONSTITUTION;
de l'autre on voyait une'couronne civique ouverte etl'inscription suivante:
4 LES CITOYENS DER JAREMIE A M. H. DUMERLE,
4 MEMBRE DE LA CiAMBRE PATRIOT DES REPRESENTANS,
( POUR SON COURAGEUX DEVOUEMENT.
Palmam gui merit ferat, 1839 P.


- 59 -










L'ordre du jour appelle un second message au Secr6taire d'Etat.
Lecture en est donn6e.
( Secretaire d'Etat,
La Chambre s'ltonne que vous ayant demanded la repression d'une
exigence incomprehensible de la part du tresorier de cet arrondis-
sement, vous aye: jusqu'ici garden le silence sur le contenu de sa
depiche du 20 courant ; elle vous invite done, citoyen Secretaire
d'Etat, 4 lui ropondre d'une maniere positive sur ce sujet #.
La dep6che est sanctionn6e et de suite expedite.
La seance est lev6e.


MESSAGE du Sinat au Prdsident d'Haiti (1).

Port-au-Prince, 23 septembre 1839, an 36e de l'Ind6pendance.

PRiSIDENT,
Le S6nat a l'honneur de vous accuser reception de votre Mes-
sage en date du 18 de ce mois, par lequel vous l'informez de la
persistence que met la Chambre des Representans des Communes
a exiger qu'une liste general, unique, de candidates lui soit adressee
pour l'election des cinq s6nateurs qui devront alre nommes en rein-
placement de ceux don't les functions vont bientot expirer.
11 a 6galement recu la copie de votre Message du 9 courant,
adress6 a la Chambre et accompagnant la liste des trois candidates
que vous lui avez proposes, pour reimplacer le senateur Fremont,
I'un des cinq senaleurs don't il s'agit. II a, enfin, pris connaissance
du Message de la Chambre, sous la date du 16, responsif au pre-
cedent, dans lequel la Chambre deduit les motifs du refus qu'elle
fait d'elire un seul senateur; ce document n'6lant adress6 au Sdnat
qu'en communication, il vous le retourne sous ce pli.
Charge du dip6t sacr dte l'acte constitutionnel qui content
toutes les g:ranties que le people haitien a jug6 nkcessaire d'Ola-
blir, lors de la nationin de la Republique et a 1'epoque de la r6vi-
sion de cet acte ; fort de la conliance don't ce people interessant
n'a cesse d'entourer le Chef qui preside A ses destinies-; plein
du souvenir des eveinements m6inorab!es qui ont marqud le course
de votre administration depuis vingt-deux ans, et don't I'influence a


(1) Voir note A, A la fin de la piece.


Septernbre 1839.


- 60 -











amen6 la reconnaissance implicte de la R6publique comme Elat
libre, ind6pendant et souverain ; jaloux de remplir ses obligations
pour le seul et unique advantage de la nation : le Se at, apres avoir
examine attentivement les documents que votre correspondence a
places sons ses yeux vient vous declarer, President, quelle est sa
conviction sur la grave question que la 5e 16gislature a soulevee, a
1'occasion du replacement de quelques membres du premier corps
de I'Etat.
Le Senat qui concoit que sa mission, dans cette circonstance, est
d'exercer un pouvoir conciliateur, s'abstiendra, dans l'inl6ret de la
chose publique, de revenir sur des actes qui n'ont jamais obtenu
son approbation ni la sanction de l'opinion eclair6e de la nation. Il
s'abstiendra 6galement, et dans le m6me but, de soumettre au creu-
set de l'examen toutes les exigences nouvelles indiqu6es comme
des dol6ances, dans l'Adresse de la Chambre des ReprBsentants de
cette ann6e : exigences auxquelles le Senat ne saurart non plus
donner son assentimeint. 11 se hate done, President, d'en venir a !a
question principal qui fait l'objet de votre Message du 18 courant.
Mais come un pr6alable indispensable, le SBnat remarquera
que ce n'est pas bien comprendre 1'exercice d'un pouvoir d6eini et
circonscrit par le pacte fundamental, que de confondre, comme le
fait la Chambre des Repr6sentants, ce pouvoir constitutionnel avec
les theories adopt6es par plusieurs de ses orateurs, sur la forme
qu'ils croient plus convenable de donner a la presentation des can-
didats necessaires pour les replacements a operer au SBnat. En
effet, la Chambre n'est qu'une branch du Pouvoir LUgislatif; elle
ne saurait avoir le droit de reformer la Constitution, en adoptant
toutes les subtilit6s qu'on pourrait produire a sa tribune pour en
emp6cher la religieuse execution.
En interpr6tant done les articles 101, 102, 107, 108 et 109 de la
Constitution comme elle l'a fait, la Chambre des Repr6sentants,
entrain6e dans une fausse voie, donnerait a penser, s'il 6tait pos-
sible qu'elle y persistit de nouveau, qu'elle ne pretend pas seule-
ment limiter, circonscrire la prerogative que cet acte a accord6e au
President d'Haiti pour la presentation des candidates, mais qu'elle
veut insensiblement s'arroger le droit de donner une direction po-
litique a la march du Gouvernement ; et que de progres en pro-
gres, elle en viendrait a fixer 1'6poque od le Senat devra 6tre in-
t6gralement renouvele, selon les idees 6mises A sa tribune. Si tell
n'est pas textuellement la declaration consignee dans son Message


- 61 -


Septernbre 4839.-










.Septembre 1839. 6 -
du 16, telle est du moins l'induction necessaire de ses opinions sur
le sens de ces articles constitutionnels.
Cependant quel est le vcEu de ces articles ? Le. premier d6ter-
mine le nombre des membres qui composent le SBnat, le second
attribue A la Chambre leur nomination et fixe la dur6e de leurs
functions, sans aucune distinction, a une p6riode de neuf annees ;
le troisieme attribue au Pouvoir Executif la prerogative de former
pour chaque sOnateur A Blire, une liste de trois candidates pris dans
la g6ndralitU des citoyens, qu'il adresse A la Chambre des Com-
munes ; le quatrieme prescrit a la Chambre d'6lire, parmi les
candidates proposAs, le nombre de s6nateurs qu'il faut pour former
le Senat ; le sens- de cet article 108 est, sans nul doute, que le
Pouvoir Executif, d'une part, nt pouvant proposer plus de candi-
dats qu'il ne faut pour nommer les s6nateurs qui doivent com-
pl6ter le SBnat, la Chambre, d'autre part, ne peut Blire que le
nombre necessaire pour ce complement. Vient enfin l'article 109
qui, pr6voyant les cas de mort, de d6inission, de d6cheance, im-
pose l'obligation a la Chambre de nommer aux vacances dans le
delai de huit jours, tant,il a sembl6 important au lgislateur que le
S6nat ne restat pas incomplete ; mais cet article ne dit nullement,
come l'6tablit la Chambre, que la durde de ces replacements
doit etre restreinte dans le cercle du terns a parcourir pour accom-
plir la periode de neuf annees de Lelection primitive ; il ne lui ap-
partient pas d'ajouter au texte de la loi, et I'article 102 vent que
les senateurs soient nommes pour neuf ans.
II ne faut certainement que de la bonne foi et du bon sens pour re-
connaitre, au contraire, que l'interpr6tation de ces articles constitu-
tionnels, comme le SBnat vient de le faire est la seule fondue en
raison. Tel est au surplus le sens qui leur a Wth reconnu, lorsqu'a la
formation de la Chambre, en 1817, l'immortel P6tion lui proposal
des candidates pour nommer quelques senateurs; tel estle sens que
cette premiere legislature et trois autres successivement leur ont
encore reconnu, lors de la reunion du Nord aux autres d6partements,
et jusqu'en l'ann6e 1837 ; telle est enfin l'interpretation que la cin-
quieme legislature elle-meme a donnee A ces articles de la Consti-
tution, lorsque, I'annee derniAre, elle Blit deux senateurs ; lorsque,
tout recemment encore, elle en a elu un autre sur des listes succes-
sivement presentees par le Pouvoir Executif.
Mais si ces precedents, etablis par une conformity de pens6es et
de respect A la loi fondamentale, de la part du Pouvoir Executif,









63 Septembre 839.
de la Chambre des Reprbsentants et du Sdnat, ne suffisaient pas
pour repousser le nouveau system que la Chambre, de sa seule
autorite et sur la foi de ses orateurs, vent aujourd'hui introduire
dans I'execution de la Constitution, il faudrait peut-6tre, pour
1'Uclairer elle-mume et 6clairer l'opinion publique, renforcer la
rigle ~tablie depuis vingt-deux ans, par 1'examen des vues politi-
ques qui ont dirig ceux qui ont concouru a l'oeuvre sainte de la
revision du pacte social.
II est clair pour quiconque connait I'histoire des premiers temps
de la Republique que I institution de la Chambre des Represen-
tants n'a Wte adoptee que pour 6viter, entire les pouvoirs politiques,
ces collisions qui paraissaient souvent pres de naitre entire le Sinat
et le Pouvoir Ex.cutif. Tout en compl6tant done le system du Gou-
vernement representatif par 1'introduclion de la Chambre dans les
rouages de la machine politique, si le 16gislateur, qui maintenait
.les principles republicans don't 1'election populaire est la vie, a
voulu que la Chambre fut une emanation directed de la volontD na-
tionale, il n'a pas moins voulu que le Senat, compose par le choix
successifde la Chambre, fdt aussi le produit de cette volont6 expri-
m6e par les Repr6sentants ; et en attribuant au Senat I'election du
President d'Haiti, il a encore fait du premier Magistrat de la R6pn-
blique un Blu du people souverain.
Comment done s'etonner que la Constitution ait dkl6gu6 an Pre-
sident d'Haiti la precieuse prerogative de proposer des candidates a
la Chambre des Representants, pour la nomination des senateurs?
Comment peut-on aujourd'hui vouloir supplier a la Constitution en
cireonscrivant cette prerogative, lorsque l'acte constitutionnel 'a
laiss6e aussi large que possible ? Comment veut-on empecher que
le Pouvoir Executif reproduise certain candidates dans de nouvelles
listes, lorsque la Constitution ne I'a pas d6fendu, et qu'en lui don-
nant le droit de presenter d'anciens s6nateurs, elle prescrit seule-
ment de ne les proposer qu'apres un intervalle de trois ann6es ? II
est evident que la Chambre ne peut s6rieusement'persister a exiger
une listed g.ndrale, unique de candidates, en raison du nombre de
senateurs a elire, lorsque ces termes ne se trouvent pas dans l'ar-
ticle 107, et que les orateurs de la Chambre soni forces de les
ajouter au texte de la loi fondamentale, pour 6tayer leurs opinions.
Si done il pouvait y avoir doute dans cette question, le doute de-
vrait encore se rdsoudre en faveur d'une interpretation qui a un
quart de si6cle d'existence, et a laquelle ont constitutionnellement
concouru les trois pouvoirs qui forment le Gouvernement de rltat.



.".;4











Mais la nature m6me de l'institution du Sniiat, depuis la.-rvision
de la Constitution; la permanence de ce corps consacrie par -ar-
ticle 114, la correlation qui existed entire les articles 102 et 109, ne
sont-elles pas une suffisante indication de la volont6 supreme du
people exprimre dans le pace social ? Qu'est le Sdnat, eamia, dans
cette ponderation des pouvoirs politiques ?
Place entire le Pouvoir Ex6culif auquel la Constitution a d&t con-
fier d'imporlanles attributions, d'apres l'exp6rience acqaise daps la
pratique du Gouvernement,- et la Chambre des Repr6sentants qui,
renouvel6e integralement dans une p6riode quinquennale,peut quel-
quefois apporler dans l'exercice de ses functions des vues prima-
turkes, le Senat n'a pas seulement les diverse attributions qui le
font intervenir, par sa correspondence avec le Pouvoir Executif
dans la connaissance des affaires publiques en g6ndral, qui lui
donnent le droit, a lui seul, de voter les dppenses publiques, d'Wlire
le Chef de l'EIat, de sanctionner ou de rejeter les traits qu'il con-
tracte avec les puissances Mtrangares ; mais il a encore la faculty
de rejeter les lois qui lui sont proposes par la Chambre des Re-
presentants, sans Wtre tenu d'en deduire les motifs; setl-, il a enfin
l'initiative de la proposition de reviser la Constitution de la Rdpu-
blique.
Comment pourrait-on done soutenir que le voeu de cette Consti-
tution ait W6t de soumettre ce corps au renouvellement integral ?
Comment concevoir qu'un pouvoir qui est charge principalement
de conserver, de maintenir dans leur int6grit6 les principes qui
animent le Gouvernement ; qui, par sa nature mAme, doit avoir un
esprit de suite dans ses operations; que ce pauvoir, enfin, soit
expos, dans le cas du renouvellement p6riodique de tons ses mem-
bies a la fois, a ces variations d'id6es et de vues politiques qu'un
tel changement pourrait amener ? Dls lors, an doit francbeiment
reconnaitre qu'll est impossible que les r6dacteurs de la Cnnstitu-
tion aient entendu que le S6nat dot etre inLtgralement renout.ele.
Ainsi done, President, le S6nat resume cette discussion ea con-
cluant, avec la Constitution :
1 Que les functions de chaque s6nateur 6lu doivent dtrer neau
annees ;
2" Que le Pouvoir Executif et la Chambre des Representants
doivent pourvoir, le plus t1t possible, aux vacances qui asriiveot
dans le sein du S6nat, soit par mort, admission, dech6pee ou
expiration de functions ;


~Sep ternbre 4 839.


- 64 -









65 Septembre 4839.
3o Que le Pouvoir Execulif doit presenter, pour chaque snateur
Olire une lisle de trois candidates; que la Chambre ne peut en
exiger aucune liste gendrale on commune, si le nombre des va-
cances est au-dessus de I'unite ; qu'elle ne pent non plus circons-
crire la prerogative du President d'Haili, de reproduire, s'il le juge
convenable, certain candidates sur les nouvelles listes ;
4o Qu'il ne pent y avoir de renouvellement integral des mem-
bres du Senat, mais seulement des replacements, selon le nombre
des places vacantes.
Par Ia se trouvent naturellement risolues d'nne maniere negative
les quest, ns posees an Senat a la fin de votre Message ; et il dd-
clare que :
Non, la Chambre des Representants des Communes n'a pas le
droit d'interprdter d son grd la Constitution;
Non, elle ne peut pas aujourd'hui changer le mode observe de-
puis plus de vingt ans, conformement aux articles 107 et 108 de la
Constitution, pour procdder aux remplacemens 4 opdrer dans le
sein du Snat ;
Le Senat ne terminera pas le present Message sans vous expri-
-mer, President, le vcen qu'il forme pour que la Chambre des Re-
pr6sentants des Communes revienne d'une resolution qui ne pour-
rait qu'entrainer les plus graves consequences, puisqu'elle aurait,
par son propre fait, laiss6 incomplete le premier corps de I'Etat,
et detruit l'harmonie si necessaire a 1'action des pouvoirs politi-
ques. En y, r6fiechissant s6rieusement, elle sentira, sans doute,
qu'elle ne peut persister dans la fausse voie of elle est entree sans
assumer sur elle une immense responsabilite.
Le Senat a 1'honneur, etc.
(Sign6) : Lfzeau jeune, J.-B. Bayard, Gayot, Jh Georges, Paret,
Longchamp, Pre Andre, N. Viallet, Madiou, R. Decossard, Michel,
E.-E. Fremont, N. Piron, Bazelais, secr6taire, Jh Noel, secretaire,
B. Ardouin, President.

NOTB A. AprBs la lecture de ce Message, B la Chambre des repr6sen-
tants des communes, le 30 septembre 1839, le Pi6sident de la Chambre,
M. Herard Dumesle, exprima l'opinion que la Chambre avait besoin d'un
d6lai moral pour y r6flechir et pour y r6pondre avec la sagesse qui con-
vient a la Representation national.
Qnelques voix reclamirent la discussion immediate.











Septembre 4839: 66 -
Le Representant David St-Preux monte B la tribune ; il rappelle.& Il
Chamb e ses reglements et l'article 82 de la Constitution qui accord k
1'Assemblee un delai de cinq jours pour deliberer ; il declare qu'a son
avis 1'Assemblde doit s'y conformer.
Les d6put6s Roquirol et Latortue demandent, le premier, que la ques-
tion de 1'election des senateurs soit resolue.immediatement, le second ap-
puie la proposition du repi 6sentant D. St-Preux et demanded qu'elle soit
mise aux voix.
Le representant Kenscoff a la parole. Il-demande que 'on discuite sans
desemparer, de ne pas perp6tuer les debats sur une manikre de.peu d'im-
portance et don't on s'e-t occupy depuis si longtemps. Le d6put6 Daguerre
monte A la tribune. Aux premiers mots qu'il prononce, des murmures
parties de l'auditoire l'interrompent. 11 crie alors trbs fortement : a Vive
le President d'Haiti Vive le Senat I Vive la Representation national i
A ces exclamations sucede un grand silence. Le d6put6 Daguerreregagne
son sibge.
Le d6pute Obas fils, appuie la proposition David St-Prenx. Le SEnat,
dit-il, a pris du temps pour deliberer ; il faut que la Chambre prenne
aussi du temps pour m6diter sur les deux Messages du Pouvoir Exdcutif.
Le d6pute Latortite appuie de nouveau la proposition de M. David
St-Preux.
Le Representant Bauge monte A la tribune. 1R invoque le reglement et
protest contre les exclamations poussees a la tribune. II dit que cas
exclamations ne sont pas des arguments; que tous les reprdsentants savent
crier : Vive le President d'Haiti; que le chef de I'Eat est I'objet constant
de leurs hommages, maia qu'il ne s'agit pas de cela en l'occurrence ;
qu'il s'agit de l'application des principles contenus dans la Constitution.
(Applaudissements dans l'auditoire).
Plusieurs membres, entire autres MM. Daguerre, Roquirol, Kenscoffse
levent et denandent que la seance se poursuiveA buis-clos ; mais tous
leurs colleagues, ainsi que le President restent assis. Celui-ci ordonne
aux representants qui sont debout de se rasseoir et rappelle a 'audi-
toire quo les reglements defendant d'applaudir ou de blamer bruyam-
ment de ce c6te de la ialle.
Le repr sentant Lartigue obtient la parole. c La Chambre, dit-il, no
doit point decider a la lIgbre sur une telle question. 11 faut prendre le
temps necessaire pour d6liberer avec calme. Quant aux exclamations, je
pense que nous pouvons tous crier : Vive le President d'Haiti! Personnel
n'ignore, je le rdpete, qu'il n'y a pas un de nous qui ne soit prdt a fair un
rempart de son corps pour preserver da danger le Presideut d'Haiti. Mais
la patrie est avant tout; les principles constitutionnels sont les sujeta qui
doivent nous occuper dans cette Chambre ..
Le deputy Daguerre a la parole. II dit que c'ktait avec les meillearet
intentions qu'il avait pouss6 les exclamations qu'on avait relevesa qu'en










6 Septembre M89.
driant: Vive Ie President d'Hiuati! Vive le S6nat Vive la Representa-
tion Nationale il avait vouln manifester son disir de voir ]'union rigner
entire lea Grands Pouvoirs de 1'Etat et qu'il 'tait persuade que tons les
haltiens avaient le mgme desir. cette union etant indispensable, etc.
Le Representant Kenscotf demanded la parole. Le President declare leo
d6bats fermis. M. Kenscoff insists. Le President fait appel aux rggle-
ments et dit que pour ceux qui.les suivent et les observent de bonne foi,
ii est necessaire de fixer le dMlai moral qu'il faut pour m6liter aur une
question 'p important pour le pays; qu'il est necessaire d'y r6flichir afin
de mfrir la r6ponse que la Chambre doit fire an Pouvoir Ex6cutif an
sujet de sa decision et de cell du Senat.
Le deputy D. St-Preux a'la parole. II dit qu'il s'agit de savoir si la
Chambre delib6rera sans desemparer ou si elle prendra le delai constitu-
tionnel qui est de cinq jours et il demanded que, dans ce dernier cas, les
debate soient renvoyes an vendredi 4 octobre; il ajoute que lui aussi il pent
&tre finalement d'aceord avec 1'Excautif et le Senat, mais qu'il lui faut le
temps de reflechir.
Le Prisidept invite la Chambre B user, en la eirconstance, du delai aa-
quel elle a dr9it afin de r6pondre an Pouvoir Exencutf arec la sagesse qui
convient i la Representation Nationale.
Le depu't Roquirol demanded que la question soit imm6diatement risolue.
La proposition David St-Preux consistent a fixer la seanee suivante
au vendredi 4 octobre, mise aux voix, eat adoptee a une grande majoeitA.
Le President recommande aux oratesrs qui competent parler ce jour-la
de s'inscrire.
SMM Baug6, Kenscoff, Tesson, Pieire Charles, Lochard, Roquirol,
Obas file, Lartigue, Daguerre, Midouin et David Saint-Preux s'inscrivent.



StANCE du 25 septembre 1839, de la Chambre des Reprisentants des
Communes.. -- Message du Secrtaire d'Etat d la Chambre et
Message de la Chambre au Secretaire d'Etat, etc.

I

La'majorit6 6tant constatde, la seance est declare ouverte. Le
procms-verbal de la derniere stance est In et demeure sanctionn6.
L'ordre du jour appelle la lecture d'un Message du Secr6taire
d'tat h l'Assemblie et de la reponse de l'Assemblee au dit Message.

Port-au-Prince, 24 septembre 1839, an 360 de l'Ind6pendance.

LE SECRtTAIRE D'ETAT d la Chambre des Representans de
Communes.

itoyens Representans,
Vos deux Messages des 20 et 23 du courant m'Ont WO S remis. Vfn











remplissant le du de ma charge, je me suis toujours abstenu de crder
des exigences ; bien moins un fonctionnaire sous mes ordres pour-
rail-il le faire dans le but de gdner aucunement la march du ser-
vice public. Cependant si l'utilite d'une measure est reconnue dans
l'interdt de l'ordre et de la regularit des finances, it convient de
l'apprecier, surtout quand il ne s'agit, come dans ce cas-ci, que
d'une matiere de pure forme qui ne peut avoir pour resultat de
projudicier aux droits de personnel.
J'ai l'avantage, citoyens Reprdsentans, de vous saluer avec une
parfaite consideration.
Sign6 :.J.-C. IMBERT.

Le President: Vous 6tes appeals A donner votre opinion sur le
contenu de cette depeche. C'est a vous A juger si elle repond A vos
deux Messages. (Long silence).
Le President: -Vous gardez le silence :je vais done vous propo-
ser un project de Message en r6ponse A celui du Secr6taire d'Etat.
Le d6pule ST-PREUX, secr6taire, donne lecture du project de re-
ponse.
An SECRETAIRE D'ETAT.
Citoyen Secretaire d'Etat,
Votre depeche du 24 courant ne rdpond pas d'une maniere posi-
tive aux ddpeches que la Chambre vous adressa les 20 et 23 du cou-
rant. Elle vous repOtera que administration intdrieure de la
Chambre lui appartient exclusivement, que la forme qu'elle a con-
sacree pour la perception des indemnitis dues 4 ses membres n'est
pas soumise 4 i'approbation d'aucun des autres pouvoirs de I'Elat et
ne peut lui etre imposee, come vous paraissez l'insinuer ; au
contraire, c'est 4 elle 4 sanctionner ou d improuver les mdthodes
adoptees par administration generale des finances de la Repu-
blique, car elle a le haul control des operations de cette adminis-
tration, c'est elle qui doit en derniore analyse l'apprecier et vous
decharger de la responsabilitl qui pese sur vous ; il est done plus
qu'dtonnant que sous le prelexte d'une forme reconnue, dites-vous,
necessaire d 'ordre et 4 la rOgularite, rous espgreriez que la Cham-
bre, renoncant d ses idoes constitulionnelles, brise ses reglements
pour apprOcier une measure qui ravit une de ses plus prcieuses li-
bertes et la soumet aux volontts parliculieres.
Elle vous fait parvenir sous ce pli la feuille generale de ses in-


- 68 -


Octobre 1839.








69 Septembre 1839.
demnitds, et vous invite, au nom des contribuables qu'elle repr&-
sente, d y faire droit suivant les expressions de sa depiche du 20
courant.
Elle vous declare enfin qu'elle attend dans vingt-quatre.heures la
satisfaction que ses droits et son independence lui font un devoir
d'exiger, vous annoncant que, dans le cas d'inexdcution des pre-
sentes, elle se verra 4 regret oblige de prendre extraordinairement
routes les measures que lui suggerera la prudence pour faire res-
pecter la loi fondamentale.
Elle a la faveur de vous saluer avec consideration. v
Le President : Vous 6tes appeals i donner votre sanction a la
redaction de ce Message.
II est sanclionn6 a l'unanimit6.
Le depute ST-PREUX demand la parole : <
Messieurs,
L'infini Haitien, le genie cr6ateur de la Constitution et de sa r-
vision, 1'auguste Petion don't la rmmoire est d&ifie par la recon-
naissance r6publicaine, a expliqu6 l'article 107 de la Constitution.
Heureux mille fois heureux les convictions de la Chambre ne
different en rien des convictions du plus grand des Haitiens !
Comme lui, nous avons saisi l'intelligence parfaite et le vrai sens de
cette disposition de notre pact social. En effet, le 23 juin 1817,
P6tion, en vertu de cet article 107, proposal a la premiere 16gisla-
ture DIX-HUIT CANDIDATS pris reellement dans la gdnralite des ei-
toyens, pour choisir six SENATEURS.
Ecoutez, Messieurs, Bcoutez avec ce recueillement de v6enration,
avec cette sainte admiration qui consacre a l'immortalite les vertus
d'un immense Republicain, lequel durant sa vie, et dans l'exercice
de I'autorit6 4ont il 6tait rev6tu, fut moins chef que citoyen !!...

ALEXANDRE POTION, President d'Haiti.
A la Chambre des Representans des Communes.
CITOYENS REPRtSENTANS,
Le Snat do la R6publique n'6tant pas r6uni a la majority requise pour
cause de maladies de plusieurs de ses membres; son comitl permanent
ne pouvant correspondre ni avec vous, ni avec moi: vu la n6cessit6 d'or-
ganiser ce corps auquel il manque six membres, pour lui donner la ma-
joritW d'apr&s le nombre fix6 par I'article 101 de la Constitution ; en con-








SeplembreI839. 70 -
asquence de l'article 107 de l'acte susdit, j'ai la faveur de vous remettre
sous ce pli une listed de dix-huit candidates, parmi lesquels vous aurez i
choisir les six s6nateurs qui manquent et qui doivent former le nombre
de quatorze sur les vingt-quatre membres qui doivent, au plus, composer
le S nat.
En parcourant la listed des candidates que je vous propose, vous y re-
marquerez, citoyens L6gislateurs, le citoyen Larose, ancien senateur.
don't le term des functions a expired avec l'annie mil huit cent quinze, par
consequent avant la revision de la Constitution qui n'a eu lieu que dans
le mois de juin mil huit cent seize. Je n'ai pas cru que I'article 63 de l'an-
cienne Constitution renouvele par celui 112 de la Constitution revise,
pouvait Atre applicable a ce citoyen vertueux et recommandable sous tous
les points : 1o parce que r'article 63 est devenu invalid par la revision de
1'acte don't il fait parties; 20 parce que celui 112 ne pourra operer que sur
ceux qui existaient avant qu'il fut arret6. Je serais bien aise que cette
manibre d'expliquer la loi fondamentale de l'F~at, so trouvat d'accord
avec votre maniere de voir; e'est cette esp6rance, soutenue par le merite
du citoyen Larose, qui a decide mon choix.
Je vous prie, cito. ens LUgislateurs, de recevoir 1'assurance de ma con-
siddration distinguee.
Sign6 : PETION:

Au Port-au-Prince, le 23 avril 1817, an XIV de l'Ind6pendance d'Haiti.

Pricieuse remarque 1'6criture de ce Message est de la main du
g4n6ral Inginac.

Liberty. Agalit6.
RPPUBLIQTE D'HA.TI.

Liste des candidates proposes par le President d'Haiti a la Chambre
des Repr4sentans'des Communes, en vertu de l'article 107 de la Consti-
tution, parmi lesquels elle devra choisir six senateurs, en replacement
des d6missionnaires, et pour remplir les places vacantes.

Les citoyens..... Eloi, juge de paix de la Capitale
Thdzan je, juge du tribunal d'appel de l'Ouest.
Pierre Michel, membre de la Commission de sur-
veillance A I'H6tel des Monnaies.
Les citoyens..... Daury Rigaud, ancien juge de paix au Petit-Gofive.
Paul Frangois, assesseur an tribunal de paix, a
L6ogane.
Noel Vialet, habitant au Petit-GoAve.




- ..." rL~~u~s;: X~ :~*y -.


- 71 -


Septembre 1839.


Leg citoyens.....


Les citoyens.'....



Les citoyens.....



Les citoyens.....


Daublas, nggociant aux Cayes.
Larose, ancien shnateur.
Sambbur, juge au tribunal d'appel du Sud.
Lamotte, doyen du tribunal d'appel de 'Ouest.
Gamar, juge au tribunal de premiere instance A
Jacmel.
Verret, tr4sorier particulier A Jacmel.
Digand, pr4pos6 administration a l'Anse-A-Veau.
J.-Bte Franc, colonel du 16* Regiment.
Ane Mary, substitute da Comre du Gouvernement A
Jr6rmie.
Francois Arrault, n4gociant an Port-au-Prince.
Fremont, comm~ssaire des guerrps.
Seaque, negociant au Port-au-Prince.


Au. Palais National du Port-au-Prince, le 23 arril 1817, an XIV de
l'Indipendance d'Haiti.
Sign : PkrION.

Voila oeuvree de Petion Voila comment il entendait 1'article 107
et comment il I'executait Au moins, il etait de bonne foi !... PB-
tiun qui, devant le SBnat de 1807, au moment ou il pretait son
serment de fidlitH A a RBpublique conjurait les baionnettes de la
liberty a se diriger contre sa poitrine si jamais malheur lui arrivait
de deveiir parjure Potion qui, au renouvellement de ce serment,
en 1816 exprima ainsi le but de la revision de la Constitution' !
Dans la situation od nous sommes places, il 6tait du devoir de
nos LUgislateurs de garantir la Republique contre tout ce qui au-
rait pu faire craindre pour sa siretW et pour son ind6pendance ;
d'expliquer au people 1'6tendue de ses droits et de sa puissance,
comme souverain, et de lui indiquer, en meme temps, ce qu'il de-
vait de respect et de soumission aux Lois qu'il s'elait tracees lui-
meme. Que chaque haitien, la Charte Conslitutionnelle A la main,
sache ce qu'il peut et ce qu'il doit.
aJ1 fallait diviser, les pouvoirs sur lesquels reposent la garantie et
la liberty publique ; les r6gler sur la dmocratie qui nous gon-
verne ; lever tous les obstacles qui auraient pu s'opposer a la
march du Gouvernement, et rendre la Constitution ex6cutable pour
s'assurer qu'elle fut execute.
cJ'aime A me persuader, citoyens Sknateurs, que ce but a Wte at-
teint, et que nous concourrons avec la Chambre des Representans
des Communes A justifier 1'espoir du people.


,I
.il











Ainsi, Messieurs, Petion qui aimait la justice pour elle-meme,
pour qui quatorze ann6es de revolution avaient avance le travail de
l'experience ; qui avait pu apprecier le Gouvernement absolu dans
des fortunes difftrentes; P6tion avait reconnu, en 1816, que le Gou-
vernement representatif seul pouvait realiser le bonheur et toutes
les esp6rances du people haitien !
De I'application du principle par PNtion, passons a son obser-
vance par 1'6mulateur du Grand Homme, excellent President
Boyer. En 1821, le 21 septembre, obeissant a l'irrsistible example
de son illustre priddcesseur, il presenta cette listed gen6rale de
quinze candidates pour proceder A 1'rlection de cinq s6nateurs.

JEAN-PIERRE BOYEB, Prdaident d'Haiti.

Aux Membres de la Chambre des Representans des Communes.

Citoyens Representans,

J'ai l'avantage de vous dresser sous ce pli cinq propositions pour
I'lection, conformement d l'article 107 de la Constitution, de cinq
sinateurs. II est essential que vous donniez suite 4 celte election le
plus tdt possible, afin que les affaires publiques ne soient pas dans le
cas de souffrir de l'incompdtence du Senat.
J'ai la faveur de vous saluer avec une parfaite consideration.
Sign : BoTEa.

Port-au-Prince, le 24 septembre 1821, an 10.

Liberty. Egalitd.

REPUBLIQUE D'HA1TI.

Etat de cinq propositions, faites en vertu de 1'article 107 de.la Consti-
tution, A la Chambre des Representans des Communes pour la nomination
de cinq s6nateurs.
Savoir:
Les citoyens..... Pierre Michel, Port-au-Prince.
Sanon Roche, juge de pair A St-Marc.
Jh Georges, Commissaire da Gouvernement, Port-
au-Prince.


Septembre 4839.


- 72 -









Septeibre 48-9,


Les citoyens..... Boromb Drouillard, membre du Conseil des No-
tables au Port-au-Prince.
Stanislas Latortue, Commissaire da Gouvernement
au Cap Haitien.
Mallet, colonel aide de camp, au Port-au-Prince.
Les citoyens ... Charles Amarre, habitant au Port-au-Prince.
Lerebours, colonel des chasseurs a cheral, au
Port-au-Prince.
Nicolas Besson, membre du Conseil des Notables
an Port-au-Prince.
Les citoyens..... Audig6, commissaire du Gouvernement an Port-
au-Prince.
Gayot, doyen du tribunal civil au Port-au-Prince.
Verret, tresorier A Jacmel.
Les citoyens..... Jean-Jacques Masse,- A Jremie.
Linard, doyen du tribunal de Cassation an Port-
au-Prince.
Th6zan, juge an tribunal de Cassation.
Certifie l'tal ci-dessus viritble :
Port-au-Prince, le 19 septembre, an 18 de l'lnd6pendance.
Le President Haiti, Sign6 : BorTn.

Non non, on n'en saurait douter, toutes les fois que le Presi-
dent Boyer 6coute les inspirations de son coeur, le bien public,
l'accord de la liberty et du pouvoir en sont les r6sultats : alors son
Ame s'epanouit au nom de la Patrie et le respect des droits de ses
concitoyens est le plus bel attribute de son Gouvernement.
Nous nous souvenons de son entr6e au pouvoir, lorsque ces
homes forms a 1'6cole du Grand Haitien existaient encore, qu'un
Sabourin 6tait I'ime des Conseils de la R6publique ; d'aulres idWes
que celles qui prevalent maintenant dominaient alors... Mais il faut
le dire avec cette franchise rdpublicaine qui distingue la reprisen-
tation national, les conseillers du pouvoir manquent anjourd'hui
de cette loyaut6 politique qui seule donne droit a la confiance d'un
chef don't les sentiments sont aussi purs que ceux du President ;
ils desavouent et condamnent en public ce qu'ils autorisent en se-
cret ; quoi de plus funeste et de plus pernicieux Leur mission
serait-elle done de lui former les coeurs ? Leur encens imposteur
oflert au fils de la liberty couvre la yvrite des ombres du mensonge
et de la perfidie G'est ainsi que la Chambre national est devenue
I'objet de leur calomnie : ils se consument en vains et impuissans


- 73 --








Septembre 1839. 74 -
efforts pour porter ce chef auguste A m6connaltre son origine
Aussi a-t-on entendu les bruits lugubres d'assassinat, d'enlevement
nocturne, d'exil arbitraire, de coup d'etat dirig6s contre elle et
contre ses membres ; leur but est de d6chirer la Constitution a la
face de la society et de faire expirer sous les coups redoubles du
despotisme anarchique tous les droits et toutes les liberties natio-
nales Vous avez entendu ce lugubre echo des menaces qui nous
poursuivent, mais vous n'en avez jamais Wte intimides Vos voeux
pour le bonheur et la trariquillit6 publique, pour l'avancement de
la civilisation sont des soucis de l'avenir : vous demandez des am6-
liorations, des progres, mais s'ils devaient 6tre obtenus snus l'em-
pire de la loi du bouleversement, vous ne series pas Mloignes de
hair les felicils publiques.
Toutefois, la Chambre a aussi ses admirateurs; elle a inspire
de la confiance ; elle a de la popularity comme Ame de la liberty.
Si ses doleances au nom d'un people qui souffre de plus d'une pri-
vation 6veillent en lui le sentiment de son affreuse misere, la rb-
sistance a I'accomplissement des vceux nationaux est une impru-
dence blamable !
Ami sincere du President d'Haiti, je vote qu'une expedition des
documents trouv6s dans nos archives lui soit adress6e avec un Mes-
sage. )
II
Le Repr6sentant Baug6, succ6dant au ReprBsentant D. St-Preux
a la tribune, demand l'insertion de ces documents au Bulletin des
Lois, et leur reproduction par la press.
Le depute E. Lartigue demand la parole
( CITOYENS LEGISLATEURS,
Je prends la parole pour vous donner la lecture de quelques ar-
ticles de la Constitution qui sont le corollaire des opinions de la
Chambre et font -la censure d'une decision unique dans son genre
et qui a transpire dans le public quoique secrbtement rendue, et
devant servir a un but secret.
ART. 21.- Les obligations de chacun envers la soci6te consistent
a la defendre, A la servir, a vivre soumis aux lois et a respecter
ceux qui en sont les organes.
ART. 22. Nal n'est bon citoyen s'il n'est bon fils, bon pere,
bon frere, bon ami, bon 6poux.
ART. 23. Nul n'est homme de bien s'il n'est franchement et
religieusement observateur des lois.








75 Septembre 1839.
ART. 24. Celui qui viole ouvertement les lois se declare en
6tat de guerre avec la soci6et.
ART. 25. Celui qui, sans enfreindre les lois, les elude par ruse
on par adresse, blesse les int6r6ts de tons et se rend indigne de
leur bienveillance et de leur estime.
Si de nobles citoyens nous ont delegue leur pouvoir pour sou-
tenir leurs droits ; si la representation national participe de la
souverainet6 du people, celle Constitution qui est notre ligne de
conduitD nous permet-elle de transiger avec ces dispositions? Nous
en Carter n'est-ce pas parjurer notre serment ? La Chambre a 'in-
time conviction d'6ere dans ses droils : cette conviction assure la
sanction religieuse'qui se rattache i la m6moire du grand, du ver-
tueux Alexandre P6tion. Pour six senateurs a Blire, it fournit dix-
huit candidates, et son successeur, objet du respect public, n'a-t-il
pas lui-meme, en d'autres temps, suivi cet example.
L'un et I'autre nous ont done prouvA que cette Constitution 6tait
pour eux un acte sacri, une puissance devant laquelle leur pouvoir
s'inclinait ; et si maintenant on s'est 6cart6 de la forme observe
jusqu'en 1821, ne faut-il pas attribuer a l'oubli cette deviation ?
Nons apprenons pourtant avec surprise, mais sans etonnement,
que le S6nat qui ne pouvait intervenir, ni qu'un des pouvoirs con-
testants ne pouvait faire interienir dans la question de sa formation,
a d6cid6 contre la conviction acquise par la Chambre, que ces d6-
positaires de la Constitution se sont attribu6s le droit du souverain ;
enfin que l'anathine doit Atre lance sur nos 1ttes : mais l'opinion
6clairee du pays, la voix du monde civilise, ne s'l66vera-t-elle pas
en notre faveur ?
La Chambre represente la nation haitienne. Se renfermer dans
les principles sacr6s de la Constitution doit etre sa foi et sa loi; ses
membres, comme citoyens, doivent etre fiddles et devoues aux
principles du Gonvernement representatif; ne sommes-nous pas
tous imbus de ces sentiments et ne les pratiquons-nous pas ? Ne
sommes-nous pas toujours prets a faire tous les sacrifices possibles
an bien et a la tranquillity publique ?
Mais si elle a acquis la conviction intime de ses droits et de ses
devoirs constitutionnels ; si ce corps est compose d'hommes et non
de marionettes, peut-il renoncer A sa foi ? Qu'il garde done son
attitude constitutionnelle ; qu'il adresse un Message au chef du
Pouvoir Ex6cutif et lui envoie en communication et la liste com-
posee par feu le President Petion (de glorieuse m6moire) et la








Septembre 1839. 76 -
sienne; celte derniere est son propre ouvrage, et, je n'en doute
pas, il appr6ciera notre conduite, il reconnaitra en nous des ci-
toyens d6voues A la Patrie ; il applaudira A notre fermet6 et A
notre moderation a nous renfermer toujours avec lui dans le cercle
des institutions du pays, aIin d'atteindre un heureux avenir.
Le President met aux voix la proposition du depute St-Preux;
elle est adopt6e a l'unanimite, moins le d6put6 Roquirol. (Longs
murmures).
Le President met aux voix la proposition d'envoyer un Message
au President d'Haiti, accompagnant la liste g6ndrale de candida-
ture envoyee par Petion. Elle est adopt6e A I'unanimite.
Le depute Roquirol monte a la tribune et dit qu'il a donnA sa
sanction A cette dAmarche parce qu'il la croit sage.
Le deputy Baug6 monte A la tribune. (Mouvement).
II prie la Chambre de faire attention A certaines expressions de
quelques deput6s qui, comme celles du priopinant, tendent a cen-
surer les actes et les decisions de la majority. Le collogue Roqui-
rol, ajoute-t-il, en d6clarant que le dernier vote de la Chambre
auquel it a concouru est sage, pretend done que le premier ne
1'est pas.
Le President: Sans doute, le depute Roquirol en donnant son
opinion n'a pas eu I'intention de censurer la decision de la Chambre
quand elle a Wte sanctionn6e a une si forte majority.
Le depute Roquirol, de son siAge, protest que telle n'a pas WtB,
en effet, son intention.
Le deputd Baugd : President, je suis charm de la sagesse
avec laquelle vous venez de parler pour mettre en harmonies 1 opi-
nion des Representans. Je ne dis pas que l'orateur eft la volont6
de censurer la Chambre, mais le mot lui est peut-6tre Achappd.
Le depuld Lartigue au Prdsident: -Vous n'avez pas mis aux voix
ma proposition.
Le President: Elle est comprise dans la dernimre motion
adoptee A l'unanimite. Je consulate la Chambre pour passer en
comite general.
La stance publique est lev6e.










t1 Septembre1839.


SANCE extraordinaire du 26 septembre 1839, de la Chambre des
Reprtsentans des Communes. Lettre du Secretaire d'Etat d la
Chambre des ReprOsentants des communes. Message de la
Chambre au President d'Haiti, etc.

Pr6sidence du d6put6 Herard DuMESLZ.

L'appel nominal est fait.
Le President : La majority 6tant en presence, je declare la
seance ouverte. La lecture du proces-verbal de nos derniers tra-
vaux est ajournee a la prochaine stance.
Sont l'ordre du jour : la r6ponse du Secretaire d'Etat et la
discussion sur le project de Message au President d'Haiti.
Le depute ST-PREOX donne lecture de la r6ponse suivante du
Secretaire d'Etat:

Port-au-Prince, le 26 septembre 1839.

LE SECRITAIRE d'ETAT d la Chambre des Representans des
Communes.

Citoyens Representans,
Votre Message d'hier, sous le n 14, m'a etd remis. En se propo-
sant de prendre une measure d'ordre et de regularity, Fadministra-
tion n'a eu en vue de blesser personnel ni de porter atteinte d aucun
intldrt. Mais puisque vous semblez lui preter des intentions qui
ne sont jamais entrees dans son esprit, elle se voil obligee, pour ce
motif seulement, de se reldcher de cette measure d laquelle elle au-
rail pu tenir la main, attend .qu'elle fait parties de ces details de
service que chaque corps peut 6tablir de droit, quelque contradic-
toires qu'ils puissent Otre aux rgglemens d'un autre corps qui ne
pent le lier en rien. Je vous retourne en consequence sous ce pli la
feuille general de vos indemnitis, que vous m'avez adressde, en
vous privenant que radministrateur de cet arrondissement a ordre
de la faire acquitter d presentation.
J'ai lavantage, citoyens Reprdsentans, de vous saluer avec une
haute consideration.
Sign : J.-C. IlmaT.










Septembre 1839.


On passe A la lecture du project de Message suivant A adresser au
President d'Haiti. Celte lecture est faite par le deput6 D. ST-PREUX.
President,
Lorsque des bruits sinistres annoncant des projects plus sinistres
encore viennent frapper les oreilles des homes attaches A leur
pays par les plus puissantes affections du coaur et les avertir qu'ils
doivent expier dans leur sang leurs convictions constitutionnelles;
lorsque votre nom qu'accompagnent de si nobles, de si pricieux
souvenirs, est le mot don't on se sert pour encourager cette entre-
prise funeste, et qu'une divergence d'opinion sur le sens de quel-
ques articles de notre pacte fundamental en est I'unique cause, les
pensees de la liberty, les inspirations du patriotism doivent porter
la 5e 16gislature a donner au pays et a vous-meme, A vous don't la
gloire lui est chere, une derniere preu'e de la puret6 de ses inten-
tions et des g6ndreux motifs qui l'ont anim6e et qui l'animeront
toujours.
Les idkes de l'avenir ont dirig6 les ReprBsentans de la nation
dans 1'6tude de la loi fondamentale, et ils y ont reconnu des v6rites
don't ils n'ont pas I'honneur de la decouverte : ils rendaient cette
fois homage aux manes de l'immortel ALEXANDRE PfTION, sans s'en
douter !...
Aussi, au moment oi tout s'appr6tait A les andantir, A condam-
ner leurs convictions, le g6nie tutelaire de la Patrie leur r6v6la que
le GRAND HOMME auquel ils out consacr6 un culte populaire, en ju-
rant, sur son buste, fidelite aux principles r6publicains, que ce GRAND
HOMME avait compris et ex6cutd, comme la 5" legislature, cette
parties de la loi conslitutionnelle qui a trait A la formation du Senat;
que son digne mule suivit cet example en 1821. Le Message du 23
aofit 1817 et la lettre qui l'accompagnait, ces deux documents sur
la signature desqu.els les regards de la Chambre se sont arcrt6s
avec v6ndration, celui du 24 seplembre 1821 et la liste qu'il trans-
mit, attestent incontestablement cette verit6. La Chambre a 'hon-
neur de vous les adresser sous ce pli.
Ainsi, lors mAme qu'une idWe de perfectionnement social serait
r6prouvee, la Chambre d'aujourd'hui ne serait pas coupable de
nou.v2autl en rcclamant la listed g6enrale pour 1'ilection des S6na-
teurs. Toutefois, elle en appelle A votre conscience, A ces senti-
mens patriotiques don't vous avez tant de fois donn6 la preuve ; une
dissidence d'opinion peut-elle rendre criminals des homes cons-


- 78 -











ciencieux qui ne cherchent, De desirent que la filicitB publique,
qui out fait abnegation de leurs interets personnel pour n'ecouter
que la voix du devoir ? Ah si telle 6tait la fatality qui entraine le
pays que ceux-la dussent etre victims de leur patriolisme, le genie
de la liberty consacrerait leu. vertueux devouement Mais non !
non Sous le President Boyer un tel malheur est impossible. Fils
de la liberty, depositaire du pouvoir, ami de son pays et de la ci-
vilisation, il ne souffrira pas le debordement des passions anarchi-
ques; il ranimera les sympathies nationals ; et puisque c'est de
lui, de lui seul que la Chambre des Repr6sentans du people attend
la consecration de la liberty civil et politique, il appreciera cette
pleine confiance dans ses sentimens patriotiques, et reconnaitra
dans les Representans ses plus sinceres amis, car ceux-la sdnt ses
amis constitutionnels !
La Chambre a l'honneur de vous saluer avec ra plus haute con-
sideration et le plus profound d6vouement en la Patrie.
Le President de la Chambre,
Sign : H6rard DumamE.
Le Prkeident: -Vous Ates appeles a donner votre opinion sur ce
project.
Le deput6 Kenscoff monte a la tribune, cite l'article 89 de la
Constitution et dit qu'il ne croit pas que la majority de la Chambre
ait la conviction que des bruits sinistres circulent en ville. II de-
clare n'en avoir pas connaissance et rappelle l'attention de la
Chambre sur I'exorde du Message.
Le President demand au depute Kenscoff ses conclusions.
Le depnut Kenscoff r6pond qu'il s'est clairement expliqu6 et
ajoute : Je declare que ja n'ai rien entendu de ces bruits.
Le deputy D. St-Preux. Adressez-vous au public et vous eta-
blirez votre conviction.
Le d 0ute Kenscoff. M'adresser au public, moi Ma conviction
doit Otre acquise an sein de la Chambre et non ailleurs. (IIregagne
sa place.)-
Le President. L'orateur n'a pas attentivement prAte I'oreille i
l'exorde : la redaction n'a pas confirm ces bruits :
Le deput6 BAunG est a la tribune et dit: a
CITOYENS LAGISLATEURS,
.Surpris d'entendre l'orateur qai vient de me preceder i la tri-
bune s'etonner de ce que nous d6noncions au premier Magiatnt ld


Septembre 1839.


- 79 -









Septembre 4189. 80 -
la Rppublique les sinistres presages qui nous entourent,jein' tm'ae a
mon tout que sa bonne foi se r6fugiant dans la dA~ngafion, demand
si ces bruits, ces meiaces d'attenlats contre la Chambre ont jamais
exists, quand le public inquiet doces menaces craint de voir le
gouffre de l'anarchie s'entrouvrir pour devorer les deputes et se re-
fermer sur les depouilles de notre civilisation encore A soebereeau.
Si la gravity, la moderation et le courage sont les qualities essen-
tielles du l8gislateur, chacurie de ces qualit6s nous indique le
parti qu'il faut prendre quand on prelude myst6rieusement A notre
aneantissement. Que nos voix g6nereuses s'Bl1vent vers le d6posi-
taire de la puissance publique, qu'elles l'informent qu'on se pro-
pose de dttruire la gloire de son nom, de le desheriter de la pos-
t0ritl, de lui ravir l'hommage de ces souvenirs honorables qui l'ac-
compagnent, de 1'inscrire enfin parmi ces norns, 1'effroi de l'huma-
nit6, en se proposant d'immoler les Reprisentans du people, de les
enlever ou de les exilel- pour avoir os6 penser aulrement que lui
sur on point de la Constitution. Ah sans doute, son coeur qui n'est
jamais agite que par de nobles palpitations reculera d'horreur A
I'idie de semblables projects : il faut done le lui dire de la maniere
la plus franche et la moins -quivoque, et si-l'orateur trouve es
expressions plus energiqnes encore pour peindre la circonstance,
qu'ik daigne les substituer a celles qu'il voudrait supprimer du
Message. Pour moi, ils satisferont parfaitement ma pens6e. Je suis
surtout heureux de pouvoir opposer Fopinion du fondateur de la
Rlpublique aux decisions d'un Sknat qui ddlibera a luis clos dans
une cause oui il ne pouvait d6lib6rer ; mais quoi.! la forme de cette
d6liberation mAme n'est-elle-point un secret aveu.de l'usurpation du
droit public en 1821 ? Ne r6vele-t-elle pas que la doctrine diu GRAND
PETION, sur le point constitutionnel qui nous attire-tant de sourdes
persecutions, fut aussi celle.du President Boyer auquel lebonheur
des citoyens est si justement attache, ainsi que le-soin de leur ave-
nir. Que l'orateur cesse done de trouble notre harmonies pour le
seul plaisir de contrarier; car c'est le plus triste plaisir qiuun ora-
teur puisse 6prouver que l'improliation publique, et il peut juger
d'apr&s ce qui se passe ici jusqu'a quel point il I'a obtenue. Sort
qui attend tout homme qui n'aura pas puis6 ses arguments dans la
source sacr6e de la v6rit6.
Sur l'invitation du President et apres une discussion longue-et
tumultueuse provoquie par la demand que fit A a 'Chambre le
l'dpute Kenscoff de decider que e Message au President d'Haii ne









.I aepts.dbir 888.
comBdaBseraitae par ces mots.:.- Lorsque des divergences dapl
ni,ietc.,i, a Chamhre approval unanimement et signa de nmme
leprioet de Message, sans y jien changer. Pendant la discussion
en question, le depute Kenscoff ayant trop insist sur sa proposi-
tion ci-dessus malgr6 le sentiment de la Chambre fat rappele &
I'ordre et la Chambre, docida qu'il n'y avait pas lieu de porter
soa nom au ploces-verbal.


MESSAGE du Prtsident d'Haiti aeu Membres de la Chambre tes
Reprisentans des Communes.

Port-au-Prince, 27 septembre 1839, an 36*.

JwA-PunnP Borna, Predent d'Haiti.

CITOYENS REPRESENTANS,
Le Message que la Chambre m'a address& sous la date d'hier a
rempli men ,me d'une just indignation ; car mon caractre, mes
principes devaient lui- tre asses conous pour detruire par advance,
daas't'esprit de ses membres (lersque surtout on a osk, u'aanonce-
t-elle, se servir de mon nom),jusqu'A la plus 16gere supposition des
combinaisons atroces don't elle m'entrelient et auxqueoles, par con-
sequent, it est impossible d'ajouter skrieusement foi.
Mais d'oi viennent ces bruits !. quels en sont les.auteurs Voilk,
ee me semble, ce que la Chambre, avant de leur donner une ex-
traordinaire publicity aurait do chercher A connaitre et i sigpaler
d'une maniere precise.
D'un autre c0ti, comment expliquer, dans le Message de. la
Chambre, ce melange de soupcons qu'elle accord ce project abo-
minable et l'hommage rendu aux sentiments du Pr6sident d'laiti.
i Si' I Chambre ne croit pas i la vBrit6 des bruins dent it s'agit,
pourquoi 1'clat qu'elle leur a donn6 Pourquoi la demarche offi-
cielle qu'elle fait aupr6s de moi, et qui pourrait blesser la dilica-
tesse de mon caractbre ? Si elle y croit, c'est une offense plus grave
encore queje repousse de toute I'nergie de mon Ame et don't I'opi-
nion national fera justice.
SMa vie priee, ma carrire publique sont an grand jour.
-Cependant c'est celui qui a 61t tant de fois exposI an poignard
dea assassins; et qui. leur a, peat-tre, Irop de fois pardonn6; c'est &
6









Septembrel839. -8 -
celui qui se devoue a proteger et A affermir les institutions lihbrales
de son pays, que les representans des Communes sembleraient, par
leur doute, mettre en question, un seul instant, la vertu politique
don't il s'honore le plus : I'horreur du crime.
Je m'attends que la Chambre reconnaitra qu'il est de son devoir
de me donner, sur la dtnonciation continue dans son Message, les
explications indispensables que je suis dans l'obligation de lui de-
mander, afin d'6tre fixed sur ce qui y a donn6 lieu.
Je me reserve de r6pondre bient6t, relativement a la communi-
cation des deux pieces jointes au susdit Message. Ma r6ponse, j:es-
pere, d6montrera qu'en me renfermant dans les prec6dens 6tablis,
j'ai toujours ~16 consequent avec moi-mneme, et d'accord avec les
principles de la Constitution.
J'ai l'honneur, etc.
Sign : BOYER.


MESSAGE du Prsident d'Hfaiti, aux Membres de la Chambre des
Reprdsentans des Communes.

Poit-au-Prince, le 28 septembre 1839.

JEAN-PIERRE BOYER, President d'Haiti.

CITOYENS REPRESENTANS.
Je reponds aujourd'hui a la parties du Message de la Chambre, en
date du 26, relative a la question du replacement des Senateurs.
Par mon Message du 9, je vous ai faith connaitre que rien dans la
Constitution ne s'opposail A ce que le Pr6sident d'Haiti suivit, dans
la forme de ses propositions, le mode adopt jusqu'a ce jour, et
que me renfermant, en consequence, dans les pr6c6dens 6tablis
depuis plus de vingt ans, j'adressais A la Chambre une liste de trois
candidates pour le replacement du S6nateur Fr6mont, don't les
functions vont expirer le i2 octobre prochain.
La Chambre, par son Message du 6, m'a r6pondu qu'elle ajournait
la nomination d'un seul Sinateur pour attendre une listed general
de propositions pour les cinq S6nateurs don't le replacement doit
s'operer successivement, c'est-a-dire en d'autres terms, qu'elle re-
fusait de nommer sur la presentation de ma proposition du 9, et
qu'elle persistait dans l'interpr6tation nouvelle qu'elle croit pouvoir
donner aux articles 107 et 109 de la Constitution.









83 Septemnbre 89.
Ehfin, par son dernier Message, qui fait l'objet de la present
r6ponse, la Chambre m'a communique deux listes de propositions:
l'une d'Alexandre Petion, en date da 18 avril 1817 ; Pautre de moi,
sous la date du 24 septembre 1821.
La Chambre serait dans une grande erreur si elle pouvait penser
que j'eusse oubli6 ces pr6cedens ; c'est au contraire apres les avoir
consults que je n'ai pu comprendre les motifs qui ont porter la
Chambre a vouloir innover a l'esprit de ce qui a Wt6 fait depuis 1817.
J'ai, je 1'avoue, de la peine a m'imaginer coniment elle pent serieu-
sement opposer les deux lists sus-nomm6es a I'opinion que j'ai
6mise et A la march que j'ai suivie ; encore moins, comment elle
pent se croire fondue a considkrer leur decouverte comme un
triomphe.
Pour mieux faire ressortir la veritO, je r6tablirai ici la question
dans son 6tat primitif.
Le Pouvoir Ex6cutif s'appuie : 1 sur le texte des articles 107 et
109; 2 sur les pr6c6dens ktablis depuis plus de vingt ans : pour
maintenir le droit qu'il a d'envoyer A la Chambre, pour cbaqde sB-
nateur a 6lire, une liste de trois candidates.
La Chambre, de son cB6t, contest ce droit : 1o en interpritant
qu'une liste de trois candidates pour chaque senateur signifie une
liste g6ndrale, unique, commune, n'importe le nombre des candi-
dats proposes et dans laquelle elle puisse choisir librement les sB-
nateurs qu'elle doit nommer ; 2o en invoquant aujourd'hui les pr6-
cedens qui ont eu lieu sous la premiere 16gislature.
Que renferme la question ? deux points distincts, initiative et la
nomination.
L'initiative appartient au Pouvoir Ex6cutif ; elle lui est attribute
par les articles 107 et 109 : la Chambre ne la contest pas, seule-
ment elle veut la r6gler, la limiter.
La nomination est du domaine de la Chambre : point de diffi-
cult6 A cet 6gard.
Mais quelle est la pens6e des articles 107 et 109 ? si ce n'est de
faire de l'iitiative la base principal de 1'6lection et de lui subor-
donner le rest.
Tel est en effet 1'esprit de ces articles qui ne donnent a 'initia-
tive du Pouvoir Ex6cutif d'autres limits que la gendralit6 des ci-
Stoyens, c'est-A-dire les limits mAmes de la nation : tandis qu'ils
restreignent le droit de nomination de la Chambre dans le nombre
de trois candidates par chaque proposition. Et dans quel but ? Pour











assurer au S6nat une organisation qui, derivant directement du
Pouvoir Executif et recevant neanmoins la sanction de la Chambre,
pdt transformer ce corps en un pouvoir moderateur, destine a
maintenir l'harmonie entire les deux autres pouvoirs, et A rappeler A
l'observation des principles celui d'entre eux qui s'en 6carterait.
Ainsi, d'apres le texte comme d'apres 1'esprit des articles 107 et
109, le droit d6volu au Pouvoir Executif de presenter, pour chaque
senateur 61lire, une liste de trois candidals, est incontestable.
Mais les prec6dens-de 1817 et de 1821 ne renversent-ils pas
cette conclusion ?
D'abord, en 1817, on voit, par le Message du President Petion,
que depuis trois semaines la Chambre 6tait constitute et que le
Senat se trouvail rdduit A une telle incompetence par la maladie de
plusieurs de ses membres qu'il 6tait urgent de nommer six sena-
teurs, non pour former a son complete de 21 membres, fix6 par
l'article 101, mais seulement pour crier la majority indispensable,
afin qu'il pfit entrer en exercise. Or, c'est pour assurer cette ma-
jorit6, et pour y parvenir A bref delai, qu'Alexandre P6tion pr6-
senla, A cette 6poque, une liste de dix-huit candidates pour six s6-
nateurs a Blire; et cela est si vrai qu'il a bien soin de motiver la
necessit6 de cette liste en ajoutant : vu la n6cessitl d'organiser ce
corps, etc.
Maintenant examinons de quelle maniere cette liste Btait dressee.
Eh bien elle 6tait fractionnee en six propositions distinctes de
trois candidates chacune.
De quelle maniere la Chambre a-t-elle proc6de A l'Blection ?
En se conformant au texte, A l'esprit de 1'article 107 : en nom-
mant un senaleur par chacune des six fractions, c'est-A-dire par
chacune des six propositions, de trois candidates chacune.
Bien plus, pour qu'il n'y efit aucune meprise, Alexandre P6tion
distingua, par une ligne de separation, chacune des six propo-
sitions.
Je me suis conform, par le m6me motif d'urgence, A ce mode, le
24 septembre 1821. Seulement, j'ai port la precaution plus loin ;
car, dans mon Message, j'annonce cinq propositions, je d6signe ces
cinq propositions, de trois candidates chacune, par re, 2', 3e, 4', 5e,
et la Chambre a 6galement nomm6 un s6nateur dans chacune de
ces cinq propositions.
Vient ensuite mon Message du 11 septembre 1822. Ce n'est plus
une seule liste, ce sont deux listes de trois candidates chacune (pour


- 84-


Septembre 18139.









85 Septembre 1839.
deux senateurs manquants), que j'envoie a la Chambre, en l'invitant
a ~lire un s6nateur dans chaque listed.
A partir de cette epoque je n'ai plus adress6 aux differentes
Chambres qui se sont succWde que des listes partielles et successives
de trois candidates chacune.
Je le demand. Y a-t-il eu contradiction entire le mode adopt
par A. P6tion et le mode suivi par moi ?
S'il y a eu variation, c'est de la part de la Chambre actuelle qui,
apres avoir sanctionn6 ce mode dans sa session de 1838, en nom-
mant deux s6nateurs sur presentation de deux listes successives de
trois candidates chacune, veut exiger aujourd'hui une listed unique,
commune de quinze candidates pour cinq s6naleurs a nommer. Ce
qui est contraire aux precedents qu'elle a invoques.
Mais,je suppose pour un moment que le President Petion et moi
nous eussions, sous la premiere 16gislature, fourni a la Chambre
des listes gdndrales, communes, sans fraction de propositions,
qu'est-ce que cela prouverait ? .Que l'un et I'autre nous nous
sommes relAches, pour certain cas, du droit attribu6 au Pouvoir
Ex6cutif: cette concession purement volontaire ne d6truirait pas le
droit; elle ne pourrait pas surtout aneantir la disposition constitu-
tionnelle suivante : ( Le Pouvoir Ex6cutif forme une liste de trois
candidates pour chaque s6nateur a Blire. D Car il est essential d'6ta-
blir ici un fait qu'on ne peut meconnaitre, c'est que le droit qui rd-
suite de cette disposition ne saurait 6tre restrictif pour le Pouvoir
Executif don't ,'initiative s'6tend sur la gendralitd des ciloyens,
tandis qu'il l'est pour la Chambre qui ne peut pas elire en dehors
des candidates proposes.
Ainsi, il demeure bien evident qu'il est facultatif an Pouvoir Ex&-
cutif de presenter ses propositions dans des lishes partielles et suc-
cessives ou dans des lists g6nerales et fractionn6es ; et s'il croit
convenable, pour des motifs don't il est seul juge, de ne point frac-
tionner ses listes generales, je ne pense pas que l'on ffit fonde .
lui faire un reproche de restreindre son initiative en faveur d'une
plus grande latitude du vote de la Chambre. Mais, je le repste, et
chacun s'en convaincra, c'est de sa part une faculty don't on ne
peut lui faire une obligation.
Je crois avoir demontr6 que je ne me suis BcartW ni du texte, ni
de l'esprit de la Constitution et que je n'ai pas non plus devid des
pric6dens invoques par la Chambre en lui adressant une listed de
trois candidates pour la nomination d'un SBnateur.









Octobre 1839. 86 -
NBanmoins, comme dans une question aussi important il m'a
paru qu'il ne convenait pas que je fusse moi-m6me juge de mon
droit, j'ai reclam6 sur ce point l'opinion du SBnat. Ce corps me l'a
envoy6e par son Message du 23 don't j'adresse sous ce pli une copie
A la Chambre (1). Si, apres avoir murement examine et mon present
Message et celui du Senat, la Chambre continue de persister dans
son opinion qu'elle a tout recemment adopt6e, la nation sera a
mAme d'apprecier quel est celui des deux pouvoirs, de la Chambre
ou du President d'Haiti, qui se place en dehors de ses attributions.
J'ai Fhonneur, etc.
Sign6 : BOYER



DIscoURS prononces d la Chambre des Representans des
Communes 4 la seance du 4 octobre 1839 (2).

Discours du Repr6sentant BAUGt :

Citoyens Legislateurs,
J'ai compris 1'6tendue de ma mission avant de l'accepter. Si les
dangers ont WtA les aliments necessaires aux allocutions vehementes
des Legislateurs qui parurent aux grandes 6poques de Fhumanite,
ne devons-nous pas ressentir les mAmes impressions dans la cir-
constance ? Qu'6taient-ils plus que nous ? Etaient-ils plus obliges
de faire abnegation de tout ce qu'ils avaient de plus cher dans le
monde pour s'occuper de l'interet general ? Sentez-vous dans votre
conformation quelques resorts strangers aux leurs ? Non ; 'amour
de la Patrie, la cause populaire A laquelle ils se sont vou6s, ont
Wte les seuls motifs de leur conduite patriotique et courageuse. Ces
deux resorts, en levant leurs Ames au-dessus de la clainte, ont
porter leurs m6moires sur le tr6ne sacr6 de l'immortalit6.
Ainsi done, Legislateurs, nous devons mesurer avec tout le calme
possible le peu de distance qu'il y a du Capitole A la Roche Tar-
pCienne : ayons la profonde certitude que la reconnaissance pu-
blique sera un jour le prix de ce que nous faisons aujourd'hui pour
le salut de la Patrie.

(1) Voir page 60 de ce volume.
(2) Voir note a i la fin de ces discours,









87 Octobre 1839.
Souvenez-vous aussi de cette verite divine i le ciel cache A ses
creatures les mysteres sacres du Grand livre du Destin ; et l'homme
que la confiance de ses concitoyens revet d'une grande responsabi-
litt doit marcher sans balancer dans la route de la justice et de
l'quiti ; nous Lgislateurs, plus que tout autre, nous devons suivre
nos convictions constitutionnelles comme des v6rites revelees ; elles
n'ont pas Wt6 jusqu'ici combattues par aucun argument plausible,
ellesti'ont WtA qu'attaqu6es d'une maninre syst~matique.
Citoyens Representants, portions nos regards sur la position du
pays ; arrdtons-les sur le sort de presque toutes les families; aurons-
nous l'orgueilleuse presomption de dire qu'avant le jour ofi, frap-
pes des idWes de 'avenir, nous avons march A sa conquete, qu'avant
ce jour nous aurions fail quelque chose pour nos concitoyens Eh
bien demeurons fermement attaches au sens positif de la Consti-
tution, ne I'abandonnons jamais ; car elle est la luminre politique.
Legislateurs, 6levons 'nos Ames vers cette sublime v6rit6, nous,
qu'elle enseigne, nous sentirons, sans efforts, les motifs imp6rieux
qui nous imposent l'obligation d'envisager la Patrie avant toute
chose ; sa voix alt6r6e et languissante s'61eve vers nous pour nous
faire remarquer les maux que lui ont deja occasionnes les empj6-
tements sur la Constitution : elle tous dit que, pour le raffermis-
sement des institutions du pays, toule concession doit-cesser centre
pouvoirs constitutionnels ; que l'interpr6laiion de l'exercice pleime
des pouvoirs arr6te, necessairement, le jeu libre de la march po-
litique. Les trois corps qui composent la Republique, c'est de leur
action combine que doit naitre la f6licit6 publique, mais il faut
que chacun d'eux s'arrete a sa limited constitutionnelle. L'honneur et
la'dignit6 de la Chambre exigent que, prealablement a toute deli-
biration, une protestation soit faite centre la decision inconstitu--
tionnelle du Sknat; qu'il devienne aux yeux du pays et du monde
entier responsible de tous les malheurs qui pourraient etre le re-
sultat des deviations qu'il conseille ; s'il est dppositaire de la Cons-
titution, ce n'est pas pour en alt6rer le sens Nous contestera-t-il
d'iere les ReprBsentants directs du Souverain? qu'il nie done l'exis-
tence de I'article 60 de cette Constitution !! 11 est n6cessaire meme
de faire remarquer les fr6quentes violations faites a cette Constitu-
tion par ses Conservateurs.
Si sa fiddle observation amAne et vivifie l'existence de la Soci6te,
sa violation en est la mort politique. Voici la serie des actes par
lesquels le Senat place ses doctrines A la place de la Constitution :










4 Le ravissement de la loi sur les Douanes & initiative de la
Chambre ; la suppression du texte du Tarif, et son transport au
Pouvoir Ex6cutif, ce qui viole a la fois l'article 57 et l'article 153 du
pacte social;
2o L'expulsion d'un de ses membres sur un simple doute, centre
la volont6 de l'article 77 ;
3o L'interpr6tation acerbe et son rappel, en violation des articles
107 et 108 de cet acte fundamental, est exorbitant et centre le droit;
et la censure la plus injuste exercAe centre la Chambre, en es-
sayant de la priver d'une grande parties de ses pouvoirs constitu-
tionnels. II est plus evident que la Chambre est une 6manation
des suffrages de 6 A 700.000 Ames, lorsque le SB6at .'est que
l'ceuvre de la proposition du Pouvoir Ex6cutif et du choix de 68
membres don't se compose la Chambre. II parait, du reste, que ce
corps a entierelient oubli6 que la Chambre exerce, d'apres la vo-
lontt de l'article 58 de la Constitution, I'autorit6 legislative concur-
remment avec lui et qu'il n'a nullement le droit de censurer sa
conduite et de marquer ses opinions au cachet de l'improbation,
qu'il a moins celui de se substituer au souverain lui-mAme, et de
rendre une decision supreme qui tue l'intelligence des articles 107
et 108 de la Constitution. La Chambre, nous le r6p6terons jusqu'a
sati&t6, represente la Nation entire, d'apres l'expression de l'ar-
ticle 60 du pacte sacr6; elle ne peut done, sans une douloureuse
emotion, s'apercevoir du peu d'6gards que les autres pouvoirs af-
fectent d'avoir pour elle, et pour I'article 19 de cetle m6me et bien-
faisante Constitution qui s'exprime ainsi : La garantie social ne
peut exister si la division des pouvoirs n'est pas 6tablie, si leurs
limits ne sont pas fixees et si la responsabilit6 des fonctionnaires
n'est pas assuree... )
Citoyens 16gislateurs, si I'homme pouvait vivre en paix dans FItat
natural, il n'eit point cultiv6 son intelligence et 6tudiA la science
social commune un besoin essential A sa nature et don't son instinct
lui revele Pimportance et l'utilite ; s'il ne sentait pas. l'urgent be-
soin de mettre un frein aux debordements des passions humaines,
ii ne se serait point donn6 une loi fondamentale, sous le titre de
Constitution, cel acte sublime dans son objet qui fait de l'homme
un 6tre moral et intellectual; l'homme social est done la consecra-
tion des garanties individuelles et publiques, c'est l'expression de
la volont6 generale ; son but, sa fin, est le bonheur common ; ainsi
rien n'est inutile dans ses dispositions : il 6tablit entire le pouvoir


Octobre 1839.


- 88 -









89 Octebre *838
et I'ob6issance ces rapports vivaces qui entretiennent l'harmonie
social et servent a sa propre conservation, et si elle command le
respect pour les droits d'autrui, c'est afin d'assurer les siens. C'est
la le code moral et politique du droit, des devoirs, de la liberty et
de lajustice. 11 identide l'homme aux verit6s des principles et le fait
cherir sa patrie, car la patrie vit dans les institutions : de li cette
ardeur a la de(endre contre les entreprises funestes, m6me cells
de l'erreur. J'ai suffisamment dit pour ceux qui veulent se con-
vaincre, et je ne dirai jamais assez pour ceux qui ne le veulent pas:
tout representant est un Blu, et dans la collection des Representants
figure la nation en presence; et si, d'apres l'esprit de l'article 16
de la Constitution, la nation est le Souverain, il n'est pas difficile
de Jager qui,du Senat ou de la Chambre,est l'organe du Souveran,
pourvu qu'on consulate, de bonne foi, I'article 60 de cette Consti-
tution. Comment done expliquer l'interpretation absolue donnee par
le Senat, en tronquant la lettre de la loi ? Est-ce la la mission des
depositaires de cette loi ?
Representants, vous avez 6prouv6 les nobles palpitations du pa-
triotisme, en vous devouant a I'accomplissement de vos devoirs; le
pays n'attend que de votre courage civil la conqudte de I'avenir.
En continuant a donner la preuve de cette force morale qui dis-
tingue l'homme civilise du barbare, vous attesterez nos progres Je
me resume : Je dis que l'immortel et incomparable Petion, ce
genie qui faisait honneur i l'humanite, cet Aristide de son pays,
ce fondateur de la R6publique pensa comme nous sur I'application
des articles 107 et 108 Emule des peuples qui nous ont ouvert la
carriere de la civilisation, l'illustre Haitien pensait que comprimer
la pensee 6tait a la fois commettre un attentat et un sacrilege. Car
la pensee, ce privilege de l'homme, lui paraissait un attributdivin.
II rendit hommage A la souverainete du people en entourant ses
Blus de cette haute consideration que I'article 131 de la Constitution
appelle sur eux. Je termine et dis que nul mortel ne peut me priver
de mon opinion ; car c'est ma propriel6, et, me rangeant, comme
Representant, sons la banniere de article 89 de la Constitution,
je la proclame a cette tribune. Mon opinion est done que la Chambre
ajourne a une autre seance, qu'elle designer, la deliberation sur
1'election de ce S&nateur, mais d'une manibre conforme aux textes
des articles 107 et.108 de la Constitution et qu'elle protest pr6a-
lablement centre la decision du Senat.









Octobre 1839. 90 -

DiscouRs du reprdsentant TESSON :

Citoyens Repr6sentants,
La franchise qui caracterise les membres de la 5e 1Cgislature ne
pent 6tre m6connue des Ames pures qu'anime le patriotism. Le
pays lui en a donn6 les t6moignages. Les nations civilis6es en out
la conviction.
Dans la conjoncture presente, la nation, don't nous nous glori-
fions d'etre les mandataires, est le juge de notre conduite ; elle dira
qui, du SBnat ou de la Chambre, a fauss6 le sens constitutionrnel;
qui de nous le met en lambeaux ?
Fiddles Ah os serments, nous ne cesserons jamais de donner au
pays des preuves de notre parfait d6vouement, en nous ralliant an-
tour de cette Constitution, comme jadis les Israelites autour de
l'Arche d'Alliance.
Le Sinat, par son Message au President d'Haiti, a la date du 23
septembre dernier, diverse l'odieux de la censure sur la Chambre :
passons outre, pour un instant. La sagesse,.la raison et la mod6ra-
tion si n6cessaires dans les circonstances actuelles, doivent porter la
Chambre A l'Nlection des Sknateurs elle aura lieu, sans doute,
mais qu'une salutaire protestation appelle l'improbation du pays sur
cet acte exorbitant du droit, don't la consequence serait I'aneantis-
sement de I'article 60 de notre Constitution, et que cette question
pr6alable ait la primaut sur toute autre.


DIscovRs du reprdsentant PIERRE CHARLES :

Ligislateurs,
Les principles de justice et du bien public qui caracterisent vos
actes parlementaires, me portent A faire entendre ici ma voix et
sortir du cercle de la neutrality, dans lequel je m'6tais tenu jusqu'a
ce jour. Je n'apporte a cette tribune ni talents ni lumieres ; mais
lorsque je me suis fait inscrire parmi les orateurs qui devaient se
faire entendre aujourd'hui, dans cette stance solennelle, pour faire
rejaillir des veritis utiles, consacries par notre pacte social, je me
suis 6criB, les mains tendues vers le Ciel: g 6 mon Dieu, c'est dans
nous, dans nos puissantes mains que la tranquillity de ma patrie









-- 91 Oeltore 48, 9
repose Daignez m'inspirer, et que je puisse faire 6prouver, 4tous
ceux pour qui le bonheur de la patrie passe avant -toute chose, le -
meme sentiment; il faut s'expriiner en des terms convenables, et
mes faibles moyens oratoires que je consulate, me feraient garder
encore le silence. D Cependant, puisqu'il est tres vrai que, faule de
parler on meurt sans confession, je ne pus balancer, et je me mis
au nombre des orateurs pour cette brillante et remarquable seance.
En levant la voix, je ne suis guide, ni domino par aucune pas-
sion. Messieurs, vous connaissez mon caractere, vous'avez 61t A
m6me de le juger depuis trois ans que notre carrier legislative a
commence.
DBputB devou A la patrie, pore de famille, bon epoux, bon ami,
p6n6trW de toute 1'6tendue de mes devoirs, de tout I'iitkrat que
m'inspire le bonheur du pays, je ne puis que rester fiddle an ser-
ment que.j'ai prete de lui ktre d6voue ; j'ai df aussi me souvenir
du bonheur de mes concitoyens qui ont mis en moi leur confiance,
en m'envoyant A cette Chambre don't les ReprBsentants reunis for-
ment la nation entire : nous ne pouvons done avoir aucun autre
objet en vue que la fclicit6 publique.'
Je le dis, avec franchise, il est de la dignitW de ce corps, qui, en
vertu de la Constitution, represente le people haitien et qui est in-
vesti de la SouveraineIt national, qu'il doit mettre tous ses soins
dans l'Mlection des Sknateurs, afin que le Senat, par les grandes et
importantes functions auxquelles ii est appel, puisse aider d'une
maniere efficace a promouvoir le bonheur general, et que chaque
haWtien, au dire du grand Potion, sache et ce qu'il doit et ce qu'il
pent.
LUgislateurs, -mes CollBgues, qu'il me soit permis en ce moment
de vous engager venir a un sacrifice; quoi qu'il nous en coute, il
nous sera facile; c'est au bien public que nous l'offrons, anim6s
par le sentiment de conserver l'union parnni nous, sans autre motif.
Mais la. dignity de notre corps surtout doit occuper notre pensie, et,
prealablement a aucune decision de ma part, je protest centre la
decision du Senat. Je refere, au reste, cette important decision
sur la question qui nous agite encore, A la sagesse de la Chambre,
en I'assurant que je ne cesserai de me moutrer fiddle observateur
et des principles constitutionnels et de mon serment prete devant le
buste de I'immortel Petion.









Octobre 1839.


DIscouRs du repr6sentant LOCHARD :

L6gislateurs,
Bien que je n'aie jamais manque a vos s6ances, depuis l'ouver-
ture de cette session, et que ma mauvaise sante m'ait condamn6e
garder le silence, permettez que ma faible voix se joigne aux v6tres.
Au moment du danger, au moment ou vous discutez avec tant de
courage et de patriotism les interets du pays, j'aurais manque A
mon devoir, a mes obligations envers la nation, si je gardais le si-
lence : ce serait plus qu'6quivoque, ce serait le presage d'une con-
damnable neutrality, ce qu'a Dieu ne plaise Au reste, l'indepen-
dance de mon caractlre ne saurait se souinettre a ces anticipations
inconstitutionnelles, qui ne sauraient trouver de l'echo dans cette
Chambre don't les membres sont trop penetres de leurs devoirs pour
forcer leur conscience et leur conviction a ployer sous le joug de
l'usage, quand il existe un pace authenlique et d'apres lequel nous
sommes tous organisms. L'usage !... He pres de trois si6cles
l'usage des tortures inouies n'exercait-il point ici une puissance
dominatrice et infernale Fallait-il done, parce que le temps l'avait
consacr6, cet usage, qu'il edt continue a nous asservir ?... L'usage
que I'on met trop souvent en avant, aujourd'hui encore, un souffle
l'a fait disparaitre pour jamais de notre belle patrie si longtemps
asservie par les infAmes Colons... He qui oserait encore preconiser
l'empire de l'usage, apres une telle lecon ? Que l'usage fasse done
place enfin aux droits d'une nation, et qu'on cesse dans nos d6bats
de mettre en avant, de consacrer l'usage quand nous avons une
Constitution intelligible !.. Non. On se trompe, l'erreur a cess6, la
v6rit6 reprend, aujourd'hui, ses droits. L6gislateurs, souvenez-vous
que chacun de nous, en particulier, tous enfin, nous avons un double
compete a rendre, et a nos concitoyens, qui nous ont honors de leur
choix, et A la nation qui nous a dBlegu6 tous ses pouvoirs, de la re-
pr6senter. Ainsi done, ce pouvoir qui nous est confie, nous impose
de grandes obligations : avant de decider, il nous faut faire un mur
examen, et apres nos debats sur une question de si haute impor-
tance, nous prendrons une decision irrevocable, et dans l'int6ert
general; c'est pour nous en servir que l'Etre Supreme nous a doues
de l'intelligence alin de voir la v6rit6, I'appr6cier, lui rendre hom-
mage, et ne jamais la combattre ni la mettre sous le boisseau, puis-
qu'elle se montrera, parce qu'elle est l'6vidence meme et malgr6
toutes les precautions que l'on pourrait prendre pour la sceller. La


- 92 -









93 Octobre 4839.
raison la fera percer et la mettra au grand jour Qui ne volt d'un
coup d'oil, combien cette manibre d'agir nons prepare de funestes
6venements centre la prosp6rite du pays et 1'ind6pendance de cha-
cun; enfin, c'est provoquer l'anDantissement du r6publicanisme
dans les ceurs...
D'aprAs cette court digression, Messieurs, il nous est impos-
sible de croire que le Senat put se rendre I'arbitre supreme dans
cette question qui n'entre nullement dans ses attributions ; ou
pensait-il qu'une telle violation des principles constitutionnels res-
terait inaperue ? ou bien encore serait-ce un oubli de sa part du
dernier alinka de l'article 127 de la Constitution, qui defend an
Senat et A la Chambre de s'immiscer dans les attributions du Pon-
voir ExBcutif ? Si, comme le dit le S4nat, notre decision ne lui a
Wte envoyee. qu'en communication, sa decision, son opinion, sa r6-
ponse enfin ne pent Atre une decision irrevocable pour la Chambre,
elle ne peut servir qu'au Pouvoir Ex6cutif pour lui faire connaltre
purement et simplement l'opinion du SBnat. Mais; cette opinion ne
pent jamais etre une loi qui nous obligeat a devier de la voie cons-
titutionnelle, malgre le dire encore du Senat, que la Chambre
n'6lait qu'une branch du Pouvoir Legislatif: ce qui ne nous em-
pechera pas de representer la nation entire, selon I'article 60 da
pacte social. H6 A cette occasion, nous pourrions cependant faire
remarquer an Senat, comparant la nation a un arbre, que nous, la
Chambre, nous.en formons le trone, et il n'en estreellement qu'une
des branches ; A moins que nous venions A former une trinity po-
llique mysitrieuse !
Ainsi, Messieurs, nous.nous rappellerons sans cesse que nous
sommes soumis A l'empire du serment religieux, plus fort que les
passions mdmes Si la majority juge A propos de faire un nou-
veau sacrifice au repos, A la tranquillity publique, c'est la nation
qui aura cede 1 Et quand, malheureusement, la nation cede, I'on
devine sons quelle puissance ponderante elle se trouve, et la cause
de cet 6tat de choses ne saurait Wlre permanent. Parce que je
n'ignore pas combien il est difficile de ramener tons les esprits a
une m~me opinion, quelque saine qu'elle soit I... La raison, ce
flambeau qui ramnne les homes qui different si souvent en leurs
opinions, la raison les rallie, lorsqu'il s'agit du bonheur et de la
prosperity de la patrie. Mais, praalablement A toute delibiration,
nous protesterons, comme je protest, formellement centre la d6-
lib ration et la decision du S6nat.









Octobre 1839. 94 -


DISCOURS du reprdsentant ROQUIROL :

N'attendez pas, Messieurs, que j'entreprenne ici de discuter les
principles et les points de droit auxquels se ratlache la matiere qui
nous occupe depuis si longtemps. Bien que l'on ne puisse pas, rai-
sonnablement, soutenir la competence de la Chambre dans cette
question, les moyens qui ont Wte proposes par les different parties
opposes ayant suffisamment 6clair6 l'opinion, je ne m'attacherai
done qu'a vous rappeler A vos propres sentiments.
Souvenez-vous, Messieurs, de ces paroles remarquables que votre
deputation a la date du 8 du mois dernier apporta de votre part au
Pouvoir Executif: (( Les representants de la nation appr6cient la
sage administration du President d'Haiti ). DBmentirez-vous, par
une conduite oppose, ce que vous avez dit, il n'y a qu'un mois,
sans doute avec toute la sinc6ritO que l'on a le droit d'attendre des
representants du people ? Laisserez-vous a la pens6e que votre cceur
desapprouverait ce que votre bouche prononCait alors ? Non ; vous
Mtes trop cons6quents pour faire supposed de vous une telle con-
tradiction. Dans la meme circonslance, vous avez dit, et un orateur
distingu6 de cette tribune l'a prodlam6 : ( Jamais, dans aucun
temps, sous aucun gouvernement, la nation n'a eu plus de garan-
ties centre la tyrannie et le despotisme. ) Cette verite es! d'aulant
plus grande, d'autant plus incontestable que si nous examinions de
bonne foi le present et que nous reportions nos regards vers le
passe, des souvenirs !... des tristes souvenirs nous diront : vous
avez acquis, A tous 6gards, sous votre gouvernement, d'immenses
avantages; avantages qui vous en font attendre de bien plus grands
encore de l'avenir. Mais, Messieurs, soyons assez prudents pour
ne pas chercher A prematurer cet avenir en sacrifiant le present;
gardons-nous, surtout, des innovations: car les innovations politiques-
amenent presque toujours le desordre et l'anarchie.
Ayons assez de confiance .en ce Grand Homme don't la sagesse
gouvernementale a r6ussi a nous faire, au dehors, des amis de ceux
meme qui 6taient nos plus grands d6tracteurs, et les itamener A des
sentiments genereux envers nous ; ayons confiance en cet homme
qui, par ses veilles, ses soins et son patriotism a, dans une p6-
riode de L2 ann6es, deconcert6 des combinaisons successives des
plus anarchiques et a r6uni tous les haitiens de l'Est i l'Ouest et









95 Octobre f8t.
du Nord au Sud de la Republique, sous 1'arbre sacr6 de la liberty,
od ils jouissent de la paix et de la tranquillity.
Ayons, dis-je, assez de confiance en lui pour lui laisser ce que
notre Pacte Social a confie a ses soins : celui d'operer avec les se-
cours du temps et le patriotism des. bons citoyens, les reformes et
les ameliorations que r6clame le haut degr6 de civilisation oA nous
ont conduits son civisme et son amour de la liberty.
Quoi Messieurs, c'est au moment oi la question la plus grave,
la plus important et la plus intLressante pour le pays est agitee
au S6nat ; c'est au moment od il s'agit du plus grand interkt de la
nation vers leq.tel devait se-porter I'attention de tous les bons ci-
toyens ; c'est au moment, enfin, od il s'agit de chercher les moyens
les plus eflicaces A employer pour amener la r6forme de notre sys-
teme mon6taire que la Chambre se trouve en divergence d'opinion
avec le Pouvoir Exkcutifsur la theorie des articles 107, 108 et 109
* de la Constitution : divergence qui ktablit entire ces deux pouvoirs
une dissidence et un conflit qui finiraient par arr6ter faction du
gouvernement et porter le trouble et la desolation dans le pays, si
le PrBsident-d'Haiti pouvait, un instant, oublier les principles de sa-
gesse et de moderation qui I'ont toujours distingue dans tous ses
actes. En, eflet, Messieurs, quoi de plus de sage et de plus mod6r6
que la demarche que le President d'Haiti vient de faire pros du
Senat de la Republique, en lui soumettant la question qui fait l'objet
de cette longue discussion ? Ce corps qui est un pouvoir modera-
teur entire le Pouvoir Exicutif et la Chambre, apres avoir mfrement
examine la question dans tous ses rapports avec la Constitution,
don't le depbt lui est confie ; ce corps, dis-je, ayant donn6 une so-
lution tout a fait conform A ce qui s'est constamment pratiqu& de-
puis la mise a execution de I'acte fundamental de l'Etat, je pense que
la Chambre, faisant abnegation de tout sentiment d'amour-propre,
et ne considerant que le bien public, reconnaitra aujourd'hui la
necessity de se reunir franchement aux deux autres pouvoirs, ain
de former le concours sans lequel elle ne saurait remplir, ainsi
qu'elle l'a jure, la haute mission que ses mandants lui ont confine.
Je vote pour que la Chambre, reconnaissant la constitutionnalit6
du mode adopt par le Pouvoir Executif depuis 1817, dans la pr-
sentation des listes de candidature, procede, sans plus de retard, A
la nomination des membres qui doivent complete le SBnat, attend
qu'une vacance prolongee au-dela du terme de la Constitution d'une
parties de ce corps peut devenir d'une consequence funeste A l'Etat.









Octobre 1839. 96 -


DISCOURS du repr6sentant OBAS :

Messieurs,
Le motif qui me fait monter a cette tribune est peut-Atre pins
patriotique qu'on ne le croit. Comme homme public, il me fait un
impdrieux devoir de vous faire sentir l'obligation qu'imposent sou-
vent les circonstances aux LUgislateurs, ces vrais amis de leur pa-
trie.
Avide de toutes les pensees g6nereuses qui peuvent concourir au
bonheur de mes concitoyens, mon constant d6sir serait qu'aucun
incident ne leur en derobat la jouissance; je voudrais qu'ils n'en
fussent pas priv6s un seul instant.
C'est avec ces sentiments du bien que j'ai pareouru la r6ponse du
Pouvoir Ex6cutif: je n'y ai rien remarque qui pit me. convaincre
que la Chambre s'ctait 6cart6e des voies constitutionnelles; j'ai
reconnu que l'id6e de la pluralit6'des listes, ou plut6t du double
vote, combattue, vaincue par les armes qu'on employa pour la faire
triompher, n'a plus de refuge, mmme dans les antecedents !
J'en atteste le Message et la liste de 1821 qui I'accompagne.
Nous obeissons A la loi fondamentale, a eelte source de toutes les
existences politiques, en demandant an Pouvoir une listed, a la fois
generale et fractionnelle : gendrale, parce qu'elle conliendrait au-
tant de fois 3 candidates qu'il y a de s6nateurs a 6lire.; fraction-
nelle, parce qu'elle serait divisee en propositions partielles, de
chacune desquelles le Pouvoir Ex6cutif aurait eu droit d'esperer
l'Ylection d'un s6nateur.
Oui, Messieurs, notre reclamation est just et raisonnable : j'en
ai la parfaile conviction. Les pouvoirs memes qui la combattent, qui
la rejettent, ne sauraient se soustraire a l'ascendant de cette verite:
ils la retrouvent au fond de leurs cceurs Aussi, leur sagesse s'est-
elle gardee d'abdrder I'article 108 de notre pacte social...
Mais, honorables colleagues, l'exigerez-vous encore, ce mode
d'Blection adopt en 1817 et en 1821, et aujourd'hui, foul aux
pieds ? Non ; que la Chambre, pour I'harmonie social, pour le
bien general, donne un nouveau tOmoignage de son amour pour la
tranquillity publique ; qu'elle cede, qu'elle se conforme A cette
sublime decision de notre illustre Senat, au voeu du Pouvoir Exi-
catif. Le public kclair6, 'avenir, I'6tranger, enfin l'on sentira









97 Octobre 1839
qu'elle n'a ainsi sacrifice ses droits, sa raison, qu'au bonheur de sa
patrie, l'idole de son coeur L'histoire, cet interpr6te de la verite,
dira un jour A la posterit6 que, dans le temps que la cinqui6me Lb-
gislature reclamait un droit reconnu en 1817, et mis en oubli de-
puis 1822, elle se vit obligee d'en faire encore l'abandon, en pro-
testant toutefois... Mais, que le SBnat d'Haiti seul en fut la fatale
cause.



DISCOURS du reprdsentant LARTIGUE:

LUgislateurs,
D'apr&s la doctrine de quelques deputes, qui m'ont preced6 A
cette tribune, il semblerait que la Chambre serait divis6e en plu-
sieurs parties; que les uns, amis sinceres du Pouvoir Executif, ne
rAveraient qu'au bonheur de tous que les autres, ne prechant que
d6sordre et confusion, tiendraient A la main des torches allum6es
pour embraser, en un instant, toute la Republique Que les auteurs
de ces insinuations, de ces id6es sinistres jettent done un coup d'ceil
de misericorde sur la misere qui devore, a petit feu, cette malheu-
reuse nation Qu'ils disent, si l'on est criminal d'en parler ? Ces
amis de la paix des tombeaux ne sont pas plus fidelement attaches
au President d'Haiti; et its desirent moins, tres certainement, le
bonheur general, que ceux qu'ils calomnient !... Au reste, j'aime a
croire qu'il n'existe pas dans cette Chambre un seul membre qui
ne soit pret I lui donner des preuves de devouement, et A s'immo-
ler pour le pays.
1 me reste a developper l'opinion qui m'appelle A la tribune.
En m'inscrivant pour porter la parole sur la grave question qui
nous occupe en ce moment, j'interrogerai vog consciences pour
m'informer si vos cceurs ne sont pas agitis des nobles palpitations
que doivent eprouver des citoyens fiddles i la patrie et qui se voient
en butte A l'erreur et aux passions.
La Chambre, en adressant au Pouvoir Executif des observations
sur la maniere d'entendre notre acte constitutionnel, a rempli un
devoir sacr6 en le faisant ; elle s'est renferm6e dans les principles
immuables de la v6rite, et a desire que les autres pouvoirs n'en
sortissent pas.
L'article 107 de cet Acte d'agregation social, impose au Chef du
7




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs