• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Annee 1834
 Annee 1835
 Annee 1836
 Annee 1837
 Annee 1838
 Annee 1839
 Table chronologique des lois et...






Group Title: Laws, etc.
Title: Recueil général des lois & actes du gouvernement d'Haiti
ALL VOLUMES CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074014/00003
 Material Information
Title: Recueil général des lois & actes du gouvernement d'Haiti depuis la proclamation de son indépendance jusqu'a nos jours
Uniform Title: Laws, etc
Alternate Title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti
Physical Description: 8 v. : ; 24 cm.
Language: French
Creator: Haiti
Edouard, Emmanual, 1858-1895
Pradine, Linstant de
Publisher: A. Durand - Pédone-Lauriel, 1860-88.
Place of Publication: Paris
 Subjects
Subject: Law -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Spine title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti.
General Note: Vols. 7 and 8 edited by E. Edouard.
Statement of Responsibility: mis en ordre et publie par Le Bon Linstant de Pradine.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074014
Volume ID: VID00003
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000601735
oclc - 24146838
notis - ADD0752

Table of Contents
    Title Page
        Title Page
    Annee 1834
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Annee 1835
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
    Annee 1836
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
    Annee 1837
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
    Annee 1838
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
    Annee 1839
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
    Table chronologique des lois et actes
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        A 10
        Page xi
        Page xii
Full Text
4


RECUEIL

GENERAL

DES LOIS ET ACTES
DU

GOUVERNEMENT D'HAITI
DEPUIS LA PROCLAMATION DE SON INDEPENDENCE
JUSQU'A NOS JOURS;
le tout mis en ordre et public,
AVEC DES NOTES HISTORIQUES, DE JURISPRUDENCE & DE CONCORDANCE
PAR

M. INSTANT PRADINE,
ANCIEN CHARGE D'AFFAIRES D'HAiTI A LONDRES ET A PARIS.




TOME VI
1834-1839





PARIS,
AUGUSE DURAND,
RUE DES GS-s-SORBONNE, 7.

1881








RECJEIL

GENERAL


DES LOIS ET ACTES

DU GOUVERNEMENT D'HAITI


1834
No 1314. CIRULAIRE du President d'Haiti, aux g3nraux
Poux, MONPOINT, SIMON, PLACIDE-LEBRUN, CARRIe, GARDEL, et
GUERRIER, pour la repression des coupes illdgales des bois de
l'Etat (1).
Port-au-Prince, le 3 f6vrier 1834.
Etant inform que dans quelques arrondissements situes dans la
parties de 1'Est, ou avoisinant cette parties, ceux des proprietaires
qui n'ont que des actions ou droits de hatte sur les terrains qu'ils
occupent, negligent de se conformer aux dispositions de I'art. 5 de
la loidu 8 juillet 1824, pour faire r6gler ces droits, et disposent en
grande parties des bois qui appartiennent a I'Etat, malgr6 les ordres
que j'avaks donn6s dans le temps, je vous fais la presente circulaire
pour vous inviter & veiller et a faire veiller soigneusement a ce que
ceux des propri6taires qui, dans 1'6tendue de votre commandement,
n'ont que de ces sortes de droits de hatte, et ne possedent point la
propri6th nue et fonciere des terrains sur lesquels ils sont dtablis,
ne puissent couper ni vendre les bois d'acajou et autres qui s'y
tribvent, jusqu'& ce que ces terrains aient W6th values par la com-
missidk d'agence du lieu,et que, conform6ment a la loi prkcitke du
8 juillet '182, je leur aie delivr6 une mise en possession pour la
quantity db carreaux de terre qui leur aura Wth reconnue, et don't
l'arpenlagf aura, d'aprbs mes- ordres, 6td praalablement effectuL.
Vo us accuserez reception de la present, don't l'execution vous
e0t 4pcialement recommandee.
Sign4 : BO-YE.
(1) Voy. no 894. Loi du 8 juillet 1824, qui determine quels sont les biens
mobiliers et immobiliers, etc., art. 5.








[1834] ( 2 )
No 1315. CIRCULAIRE du Grand Juge provisoire, aux commis-
saires du gouvernement prbs les tribunaux civils et de cassation,
et aux tribunaux de commerce, relative aux saisies de marchan-
dises (1).
Port-au-Prince, le 5 f6vrier 1834.
Certaines parties de marchandises ktrangeres appartenant A des
n6gociants consignataires Btrangers, ayant Wtl saisies comme en
contravention A l'art. 6 de la loi surles patentes, du 10 septembre
de l'ann6e expiree, les propridtaires ont r6clame aupres du Chef de
1'Etat contre cette confiscation.
S. Exc. le President d'Haiti, aprbs avoir pris connaissance
de l'affaire, ayant reconnu que les autorites qui avaient autoris6
la saisie, avaient mal interprWte le sens dudit art. 6 de la loi pr6-
citee, a ordonn6 la remise desdites marchandises.
Cette circonstance me met dans le cas de vous faire la presente
circulaire, afi d'6clairer ce qu'il pourrait y avoir de douteux dans
le texte de la loi, pour prevenir le renouvellement de pareilles con-
fiscations, et determiner d'une maniere precise le cas de la saisie
que la loi a eu pour objet,
Le second paragraphe de l'art. 6 de la loi sur les patentes, du 10
septembre 1833, interdit formellement aux consignataires strangers
ainsi qu'a leurs bAtiments, le commerce de ddlail d'achat ou de vente
deport 4 port, de commune d commune, ou de cabotage ; mais cette
disposition ne doit pas 6tre considerie comme prohibitive de la fa-
culte don't les consignataires strangers ont toujours us6, de trans-
f6rer les marchandises de leurs magasins dans le magasin d'un autre
n6gociant consignataire d'un autre port, pourvu que ces expedi-
tions soient faites par les batiments du commerce national.
L'art. 50 de cette loi s'exprime comme suit:
( I1 est d6fendu aux armateurs ou capitaines faisant le cabotage au
long de la c6te, de recevoir A leur bord les pacotilles appartenant
Cet art. 50 ne designe ici que ces strangers qui viennent en pa-
cotille dans le pays, et qui sont tenus de d6poser leurs marchandises
dans les magasins des consignataires, sans pouvoir les charger pour
les apporter de port en port, de commune en commune, pour en
faire le detail, tandis que le consignataire stranger peut les charger
sur des batiments de commerce national pour les transf6rer dans

(1) Voy. no 1308, Loi, du 10 septemb. 1833, suir les patents, art. 6-50.










les magasins d'un autre consignataire d'un autre port ouvert, ofi
elles ne peuvent 6tre d6taill6es, mais seulement vendues comme il
est dit en 'art. 7 de laloi don't s'agit, c'est-a-dire, par tant de caisses,
malles, balles, ballots, etc.
En consequence de ce que dessus, vous etes invite, citoyen com-
missaire, A donner connaissance de la pr6sente au tribunal pres du-
quel vous militez, et m'en accuser reception.
Sign : VOLTAIRE.

No 1316. Avis official, concernant les individus qui occupent sans
tires les biens de l'Etat, (1)
Port-au-Prince, le 22 fivrier 1834.
Les personnel qui, contre le vceu du gouvernement, occupent
sans titres, et principalement dans la commune de l'Arcahaie, des
biens appartenant A I'Etat, sont invitees pour la derniere fois, A se
presenter sans delai au bureau de Padministration principal de cet
arrondissement, pour en devenir acquereuses ou fermieres ; faute
de quoi une liste de ces biens sera inser6e dans le TIldgraphe, afin
que les particuliers sachent qu'ils peuvent les acqu6rir ou les affer-
mer, en remplissant les formalities voulues.
Les personnel en faveur desquelles des biens domaniaux ont tB
estimes, et qui n'en ont pay6 que la moiti6 du prix estimatif, sont
invitees a se liberer envers l'Elat de ce qu'elles lui doivent encore;
dans le cas contraire, elles seront forces d'affermer lesdits biens, jus-
qu'A parfait payment.
Les fermiers des biens domaniaux qui doivent A I'Etat le mon-
tant de leurs fermes, sont 6galement invites a le verser au tresor
particulier de cet arrondissement; sans quoi l'administralion remet-
tra au ministare public les pieces constalant leur d6bet, et ils seront
poursuivis conformnment A la loi.
Le present avis sera inser6 dans le Telegraphe, afin que ceux qu'il
concern n'en pr6tendent cause d'ignorance.

No 1317. Avis du Secrdtaire d'Etat, rappelant les dispositions
de la loi sur les douanes, contre les fraudes (2).
Port-au-Prince, le 7 mars 1834.
D'aprBs l'art. 12 de la loi sur les douanes, en date du 28 mai 1827,
(1) Voy. no 1322. Avis, du 19 avril 1834, de la Sec. d'Etat, concernant
un nouveau delai etc.
(2) Voy. no 1101, Loi du 28 mai 1827, sur les douanes, art. 12, 31, 32.


( 3 )


[183.1)










le capitaine d'un bitiment, A son arrivee, est tenu de faire sa decla-
ration a la douane du port du d6chargement, de toutes les marchan-
dises qu'il doit d1barquer, afin que le manifeste qui doit Atre dress
par l'interprkte ne receive aucune espece de mutation apres qu'il
aura WtB examine par le directeur de la douane qui est tenu de l'a-
dresser A l'administration de son arrondissement pour obtenir la
permission du d6chargement.
Les art. 31 et 32 de la meme loi obligent le directeur de la dou
ane, lors des presomptions de fraude, de faire faire toute verification
A bord du bAtiment suspect, et en cas de fausse declaration, con-
fisquer ce qui ne serait pas declare.
Toutes ces measures ayant Wt6, jusqu'A ce moment, Bludies dans
quelques douanes de la Republique au detriment des interets de
I'Etat, il devient done urgent d'en rappeler la stricte execution.
II est, en consequence, decide que ceux qui se meltront en con-
travention A la loi susprecit6e, supporteront toutes les peines qui
y sont ktablies, et ce, sous la responsabilit6 personnelle des fonc-
tionnaires et employs charges d'en faire observer l'ex6cution.
Le Secretaire d'Etat. Sign6 : J.-C. IMRERT.


No 1318. Avis du mdme, pour la suppression de la franchise des
droits de douane, en faveur des articles appartenant aux con-
suls dlrangers.
Port-au-Prince, le 21 mars 1834.
Attendu qu'il est resulted des inconveuients qu'il imported de faire
cesser, de la facility obtenue jusqu'ici dans les douanes de la Re-
publique, d'admettre francs de droits different articles introduits
pour le compete des consuls strangers, il a W t decide que desor-
mais les droits dus A l'Elat pour l'introduction des marchandises
AtrangBres, seront 6tablis conform6ment A la loi, sur tout ce qui
g6ndralement passera par lesdites douanes, sans reconnaitre aucun
privilege A qui que ce soit, A moins d'ordre special, et ce, sous la
responsabilit6 personnelle des officers et agents qui y seront em-
ployes.
Port-au-Prince, le 21 mars 1834, an 31e.
Le Secretaire d'Etat, Signe : J.-C. IMBERT.


[1834]


( 4)









( 5 ) [1834]
No 1319. CIRCULAIRE du President d'Baiti, aux commandants
des arrondissements de la parties de l'Est, donnant aux habitants
de cette parties un nouveau delai pour fire verifier leurs litres
sur certaines terres. (1)
Port-au-Prince, le 7 avril 1834.
La loi du 8 juillet 1824 a eu principalement en vue de r6gler, A
l'6gard des habitants de la parties de 1'Est, le droit de propriete
territorial, d'apres le principle existant dans les autres parties de
la Republique, afin, d'une part, d'assurer a ceux qui n'ont eu jus-
qu'a ce jour que des droits de hatte, ou une propriety d'une por-
tion de terre 6quivalente A la valeur des actions don't ils sont acqu&-
reurs, de l'autre part, de reconnaitre par suite de cette operation,
les terres qui appartiennent et doivent Wtre d6volues au domaine
public.
Conformement a l'art. 5 de cette loi, j'ai nomme les commis-
sions d'agence qui sont chargees d'6valuer les droils de hatte ou
actions de terre don't ii s'agit. Cependant il y aura bient6t dix
ann6es que cette measure a WLt arretle, et il n'y a qu'un tres-petit
nombre des ces possesseurs de droits territoriaux qui aient pr6sent6
leurs titres aux commissions ktablies pour les faire regler.
Comme l'inexecution de la loi du 8 juillet 1824 ne tend qu'a
perpetuer un ordre de choses contraire aux institutions fondamen-
tales de la R1publique, et qu'elle porte d'ailleurs un prejudice
notoire aux int6rkts de 1'Etat, qui a besoin de reconnaitre ses do-
maines pour en disposer comme il le jugera convenable, je vous
fais la presente .circulaire pour vous inviter h faire connaitre aux
habitants qui, dans l'6tendue de votre commandement, possedent
des droits ou actions de terre, qu'il leur est accord jusqu'au
31 decembre 1834 pour les faire v6rifier par les commissions
d'agence don't ii s'agil, et pour recevoir du President d'Haiti, en
vertu de l'art. 6 de la loi pr6cithe, de nouveaux titres pour la
quantity de carreauj de terre qui leur aura 6t6 assign6e : et que,
passe ce d6lai, la prescription sera acquise a 1'Elat, et leurs droits
seront perdus.
Yous m'accuserez reception de la present.
Je vous sale, etc.
Signed: BOYER.

(i)Voy. nO 894. Loi du 8 juillet 1824, qui determine quels sont le? biens
mobilFers etc. art. 5









[1834] ( 6 )
N" 1320. DEPECHE du President d'Haiti, au Grand Juge provi-
soire, concernant I'enregistrement des lettres de service ddlivrdes
aux membres du corps judiciaire.
Port-au-Prince, le 12 avril 1834.
Citoyen Grand Juge,
Depuis l'institution de la charge que vous occupez aujourd'hui,
vos predecesseurs ont adopt pour 1'enregistrement des lettres de
service que je d6livre aux membres du corps judiciare ou aux
officers ministeriels, et pour leur prestation de serment, un mode
de mandement qui m'a toujours paru peu convenable, en ce qu'au
lieu d'etre formulM par une lettre speciale de leur part, ils se bor-
naient A le transcrire au dos de chaque lettre de service. Ce mode
vous l'avez trouv6 6tabli et vous l'avez suivi ; mais, come il n'est
jamais trop lard pour remedier A ce qui est contraire a l'ordre
natural des choses, que d'ailleurs j'ai remarque qu'a 1'exemple
donn6 par les Grands Juges, les commissaires du gouvernement
inscrivaient aussi au dos des lettres de service signees de moi,
leur requisition pour la prestation de serment des citoyens appel6s
A une office dans 1'ordre judiciaire, ce qui fait ressortir davantage
l'irr6gularit6 du mode mis en usage jusqu'A ce jour, je vous fais la
pr6sente pour vous pr6venir que dor6navant vous devez vous abste-
tenir de formuler aucun mandement au dos des lettres de service
don't il s'agit, et que vous devez requ6rir leur enregistrement et
toutes autres formalilts par une lettre speciale sign6e de vous.
Vous transmettrez la meme notification aux commissaires du
gouvernement afin que, le cas 6chBant, ils aient A s'y conformer.
Vous m'accuserez reception de la pr6sente.
Sign4 : BOYER.


No 1321. Discouns proononc par le Prdsident d'Haiti, 4 I'ou-
verture de la session lIgislative.
S6ance du 14 avril 1834. Pr6sidence du cit. J.-S. MILSCENT.
Citoyens Representants,
En procedant a l'ouverture de la session legislative de cette an-
nee, je m'estime heureux d'avoir A r6peter qu'Haiti jouit d'une
parfaite tranquillity, et que le ban esprit public qui en est le ga-
rant, fait chaque jour de plus en plus, des progress on no peut plus
satisfaisants.









( 7 ) [1834]
L'experience, qui n'6gare jamais lorsque l'on met i profit ses
utiles lemons, a djia fait generalement sentir la necessit6 d'effectuer
d'importantes modifications A la 16gislation qui r6git le pays ; en
fortifiant aussi mon attachment aux principles conservateurs des
libert6s publiques, elle nous a en meme temps appris A nous pr6-
munir contre les inconsequences et le danger de l'esprit d'inno-
vation, en nous prescrivant toutefois de pers6verer dans nos efforts
pour l'affermissement de nos institutions fondamentales, et pour le
developpement de la prosp6rite de la nation.
C'est dans ces vues que des projects de lois, mdrement examines,
seront, durant cette session, soumis A la sagesse de vos delib6ra-
tions. Vous reconnaitrez sans doute, en m6ditant sur ces nouvelles
dispositions, les effects favorables qui devront naturellement en
d6couler. Paralyser la mauvaise foi qui, lorsqu'elle demeure im-
punie, deprave les mceurs et detruit la confiance; assurer au people
l'avantage auquel il a tant de droit d'obtenir des tribunaux dans
des delais aussi abr6g6s que possible, la justice qui ne devrait 6tre
jamais r6clam6e en vain, et qui, apres la liberty, est le premier
besoin de la soci6t ; garantir enfin, pour l'avenir, le mainlien du
bon ordre dans l'exercice du droit d'6lection, en determinant, par
la loi, les regles A observer et le mode convenable pour Blire les
RepresenIants de la Chambre des communes : telles sont, en parties,
les ameliorations reclamses par le bien public, et pour lesquelles je
crois devoir computer de votre part, sur un franc et loyal con-
cours.
Pour ce qui est de la situation de l'interieur, des soins constants
sont donnas pour perfectionner, autant que possible, I'administra-
tration de la police, et assurer l'accroissement des products de
I'agriculture, d'oi depend si essentiellement la prosperity de la
R6publique. S'il est ge6nralement reconnu que les nations ne peu-
vent etre heureuses et puissantes que par le travail et l'industrie,
il est aussi indubitable que le sol d'Haiti, par son extreme fertility,
est un principal element de bonheur au pouvoir des Haitiens.
Aussi on doit espirer qu'ils atteindront d'autant mieux, par les
memes moyens, les brillantes destinies qui leur sont reservees par
la possession d'un territoire si heureusement favorise.
La haute administration des finances de l'Etat est toujours diri-
gee dans le inme esprit d'ordre et d'economie. La plus strict
surveillance est 6tablie pour remedier a de graves inconv6nients
signals dans quelques parties de cette branch du service public ;











des measures sont prises en consequence pour extirper les abus, et
garantir A 1'Etat I'int6gritW de ses revenues.
Nous avions lieu de croire, d'apres les droits acquis et reconnus
d'Haiti, que des traits politiques auraient d6jA r6gl6 les rapports
de la R6publique avec l'6tranger. Cependant, A cet 6gard, les choses
sont encore dans le meme ktat d'incertitude, quoique la declaration
proclamee dans quelques parties de I'Europe depuis 1830, sur le
respect et la reconnaissance de l'independance des peuples, sem-
blait annoncer un tout autre r6sultat. Neanmoins les relations
commercials continent et seront toujours protegees. Le gouver-
nement ne deviera jamais de la voie que l'honneur prescrit ; la
loyaute, la bonne foi etla fermet6 caracteriseront toujours ses actes.
Citoyens Representants, plein de confiance dans votre patrio-
tisme et vos lumieres, pour concourir A tout ce qui pourra con-
tribuer au bien de la patrie, c'est avec un veritable plaisir que je
m'acquitte du devoir qui m'est prescrit par la Constitution, en dB-
clarant que la troisieme session de la quatrimme legislature est
ouverte.


N" 1322. Avis de la Secretairerie d'Etat, concernant un nou-
veau dMlai accord A ceux qui occupent sous tires les biens de
l'Etat, pour faire rdgulariser leur position (I).
Port-au-Prince, le 19 avril 1834.
Les personnel qui, dans les diverse communes de la Republi-
que, occupent, sans titre, des emplacements ct terrains appartenant
A 1'Etat, comme faisant parties de ses domaines on de la fabrique de
l'endroit, tels que habitations, portions ou restes d'habilations ru-
rales, emplacements pour maisons dans les villes ou bourgs, sont
pr6venues, pour la derniere fois, que le d6lai d'un mois, A computer
du jour o6 le present avis sera parvenu dans chaque arrondisse-
ment, leur est d6finitivement accordA pour se munir, dans chaque.
administration, de baux A ferme, ou pour faire acquisition des
terrains par elles occupies ; et que, faute par les occupants de se
conformer A cette disposition dans le terme fixed, administration

(1)Voy. No 1293, Avis du 18 nov. 1832, de la Secrdtairerie d'Etat, con-
cernant les obligations, etc. No 1316. Avis official du 22 f6v. 1834, concer-
nant les individus qui occupent, etc N 1354. Arritd du 26 janv. 1835,
qui accord aux personnel, etc.


[i834]


(8)











recevra les soumissions et fera droit aux demands de n'importe
qui voudra les affermer ou les acheter.
Port-au-Prince, le 19 avril 1834, an xxxie.
Le Secritaire d'Etat, J.-C. IMBERT.


No 1323. CIRCULAIRE du Grand Juge provisoire, aux commis-
saires du gouvernement pros les tribunaux de la Rdpublique, sur
l'inadmissibilitd, dans les tribunaux, des Reprdsentants du people,
en quality de fondds de pouvoir (4).
Port-au-Prince, le 6 mai 1834.
D'apres les d6veloppements dans lesquels je suis entr6 dans ma
circulaire du 15 d6cembre 1832, portant le n" 1560, il est fort ais6
de comprendre, citoyen commissaire qu'un ReprBsentant de
commune ne peut se presenter par-devant les tribunaux pour d6-
fendre pour autrui en quality de fonde de pouvoirs, car celui qui
s'occupe de la defense des causes, en cette derniere denomination,
n'est pas plus exempt des regles de discipline ktablies par la loi,
que le d6fenseur public. 'Ainsi done, vous agirez afin que le Re-
pr6sentant d'une commune ne plaide point pour autrui en quality
de fond6 de pouvoirs, par-devant les tribunaux pros desquels vous
militez.
Je vous sale, etc.
Sign6: VOLTAIRE.
P. S. Je vous charge de donner connaissance de la presente aux
doyens des tribunaux de commerce du resort, afin que les tribu-
naux qu'ils president aient A s'y conformer ; vous leur ferez part
aussi de ma circulaire du 15 decembre 1832, portant le no 1560.


No 1324. CIRCULAIRE du President d'Haiti, aux commandants
des ports ouverts, concernant les fraudes commises par les cabo-
teurs (2),
Port-au-Prince, le 19 mai 1834.
De graves abus existent depuis plusieurs annees, dans les ports

(1) Voy. No 1000, Loi du 13 f6v. 1826, sur organ. jud., etc., art. 69.
No1295, Circul. du 15 dec. 1832, du Grand Juge prove. aux commiss.
du gouv., concernant la responsabilitd, etc.
(2) Voy. No 1101, Loi du 28 mai 1827, sur les douanes, ch. III, art. 21
et suiv. Ch. IV. art. 31 et suiv.


( 9 )


[1834]











ouverts au commerce exterieur, et occasionnent un prejudice con-
siderable A la Republique. Ces abus r6sultent en grande parties de
la facility que les embarcations du cabotage trouvent A effectuer des
transbordements de denrees du pays sur des bAtiments mouill6s
dans les rades et qui doivent s'expedier pour l'6tranger. Comme
il imported de faire cesser cet 6tat de chose si contraire aux in-
tOrets du fisc, puisqu'il le prive des droits dus par les products qui
s'exportent ainsi en fraude, je vous fais la presente circulaire pour
vous inviter A prescrire au chef des movements du port sous vos
ordres de faire r6gulibrement des rondes de jour et de nuit dans
toute la rade, afin d'arr6ter les canots ou autres embarcations qui
seront trouves op6rant ces sortes de transbordements illicites.
Les embarcations prises en flagrant d6lit seront confisqu6es, et les
denr6es saisies A leur bord seront vendues administrativement,
moiti6 au profit de l'Etat, moiti6 au profit de ceux qui auront
arrWte la contrebande.
Pour mieux parvenir A emp6cher toute coumunication des ca-
boteurs avec les batiments de long course, le chef des movements
du port veillera A ce que les premiers prennent leur mouillage ordi-
naire dans un endroit du port s6par6 de celui oA sont les bAti-
ments de commerce.
Je vous recommande de tenir s6verement la main A l'execution
des dispositions contenus dans la pr6sente circulaire, don't vous
m'accuserez reception.
Signed : BOYER.

No 1325. Loi ELEGTORALE (1)
Port-au-Prince, le 20 mai 1834.
Le President d'Haiti a propose,
Et la Chambre des Repr6sentants des communes, apres les trois lectu-
res constitutionnelles,
A adopted a l'unanimit6 la loi suivante(*):
(i) Voy. no 441. Const. d'H., du 2juin 1816. art. 61et suiv. No 2807
Loi electorale, du 6 nov. 1849.
(*) Message du President d'Haiti A la Chambre des communes.
Port-au-Prince, le 7 avril 1834.
Citoyens ReprBsentants,
Le project de loi que je vous adresse sous ce pli, traite une des plusim-
portantes matieres qui puissent 6tre offertes A vos meditations.
La Constitution, en donnant aux citoyens le droit d'elire ceux d'entre


[1834]


( 10 )









[1834]


( 11 )


TITRE PREMIER.

Des assemblies communales.


CHAPITRE Ier.

Des qualits requires pour i1re membre des Assemblies communales.


Art ter. Sont appel6s A etre membres des assemblies commu-

eux qui doivent Icomposer la Chambre des Repr6scntants des communes,
n'a pu entrer dans les.d6veloppements d'un systeme electoral, ni prescrire
aux assemblies communales le detail de leurs operations. Et, cependant.
il ne suffirait pas d'appeler les citoyens a exercer le droit de vote, il faut
encore prendre des measures pour s'assurer que ceux qui sont exclus de ce
droit, soit par la faiblesse de leur age, soit par la dependance de leur 6tat,
ou par 1'effet des condamnations judiciaires, ne parviendront pas A l'usur-
per A la faveur de faux titres. De l1 la ndcessit6 de confier la confection
des listes Blectorales A des magistrates qui connaissent le people et qui
soient en dehors de toute influence. Les listes formees, les assemblies se
reunissent dans chaque commune, Mais n'est-il pas A craindre qu'aban-
donnies a elles-mtmes, ces assemblAes ne percent un temps pr6cieux avant
de s'organiser, ou qu'entretenues dans 1'anarchie par les manceuvres ou
les violence de quelques homes intrigants ou audacieux, elle ne man-
quent A leur vocation ? Qui pourra mieux prdsider A l'ouverture des co-
rices du people haitien que ces memes magistrats qui auront donn6 leurs
soins a la confection des listes et don't les attributions sont toutes popu-
laires? Sous la pr6sidence de ces officers municipaux. l'assembl6e procedera
d'abord A la formation du bureau provisoire. Le vote par acclamation a
paru le mode le plus propre a n'entrainer aucune perte de temps dans une
operation purement preliminaire. Le scrutiny secret sera reservb pour la
formation du bureau definitif. Les formalit6s a observer pour 1'election
des membres qui doivent composer ce bureau, sont les memes que pour
1'election des Representants des communes ; elles tentent toutes A assurer
la sincerity des suffrages ou A dejouer la fraude. Mais, pour que tout ce
qui est prescrit A cet 6gard soit strictement execut6, on a du investor le
president de I'assemble d'une autorite suffisante pour garantir le main-
tien de l'ordre et la r6gularitB des operations.
Enfln, il est convenable de prAvoir le cas oi la Constitution elle-m6me
pourrait dtre revisee; les assemble paroissiales auraient a nommner des
membres aux assemblies 6lectorales, et celles-ci a l'assembl6e de revision.










nales, tous les Haitiens ages de vingt-cinq ans accomplish et jouis-
sant de leurs droits civils et politiques, si d'ailleurs ils sont pro-
pri6eaires, on industries, -ou fonctionnaires ou employs pu-
blics (1).
Art. 2. La capacity Blectorale resultant de la propridet s'acquiert
par une propri6t6 rurale en valeur, ou par une propridtd urbaine
ayant acquitt6 les droits locatifs.
Art. 3. La capacity Blectorale resullant de l'industrie, s'acquiert
par l'exercice acluel d'une profession sujette a patente, et constalt
par une patent payee A l'Etat, depuis au moins une ann6e.
Art. 4. La capacity Alectorale resultant des functions ou emplois
publics, s'acquiert par 1'exercice de toute function ou de tout em-
ploi salariA par le tresor public, ou de toute function eu emploi non
salaries, mais Atabli par une loi, ou pourvu de. dipl6me du gouver-
ment.
Art. 5. La propriety ou.la patent de la mere ou de toute ascen-
dante, conf6rera la capacity electorale au fils ou au petit-fils, si
d'ailleurs il a I'age requis, et s'il jouit de ses droits civils et poli-
tiques.
En cas de concurrence entire plusieurs fils ou petits-fils, la mere
ou l'ascendante declarera, par un acte authentique, celui qu'elle
desire faire jouir de la capacity electoral.
Art. 6. Seront n6amoins suspendus de leur capacity ilectorale,
tous Haitiens qui, n'6tant point fonctionnaires ou employs publics,
ni incorpor6s dans la garde national soldee, ou sexaginaires, ne
se seraient point faith inscrire dans la garde national non soldde du
lieu de leur demeure habituelle. (2).
Les memes motifs d'int6r4t public m'ont port h vous proposer d'adoptcr
pour ces assemblies les formes de proc6der pr6cedemment 6tablies pour
les assemblies communales.
Tel est, en substance, l'esprit du project de loi qui vous est adresse.
Confiant en vos lumieres et en votre patriotism, je n'h6site pas & rB-
clamer votre franche cooperation pour atteindre deux bats oil nous visons
6galement : le libre concours de tous les Haitiens ayant droit de vote ,
1'dlection libre de tout Haitien r6unissant la majority des vceux de ses
concitoyens.
J'ai 1'honneur, etc.
Sign4 BOYER.
(1) Voy. No 441, Const. d'Haiti, du 2 juin 1816, art. 66.
(2) Voy. No 1085. Loi du 24 mars 1827, sur I'organ. de la garde nation.
art. i.


[18341]


( 12 )








( 13 ) [1834]
Art. 7. Nul ne pent faire, en mime temps,] parties de deux
assemblies communales.
Art. 8. Nul ne peut etre membre d'une assemble communal,
s'il n'a son domicile politique dans la commune oi elle se tient.
Art. 9. La residence, pendant au moins une annee, dans la mmme
commune, constitute le domicile politique.

CHAPITRE II.

De la confection des lists dlectorales.

Art. 10. Aussit6t la promulgation de la present loi, les membres
du Conseil des notables de chaque commune, le juge de paix et le
ministere public se formeront en commission, afin de confectionner
la liste g6nerale des Blecteurs de la commune.
Art. 11. Cette commission ouvrira un registre, oi elle inscrira
d'office, et invitera, par publication, A se faire inscrire, les citoyens
reunissant les qualities requises pour Wtre 6lecteurs de la com-
mune.
Ce registre restera depose au bureau du Conseil des notables.
Art. 12. Les inscriptions se front par ordre alphabetique.
Chaque inscription indiquera les noms et Age de l'electeur, ainsi
que sa profession.
Art. 13. Chaque annee, du Ier au 30 octobre, les listes Blecto-
rales seront affichies A la porte ext6rieure du Conseil des notables,
par placards et suivant l'ordre alphabetique. Art. 17.
Art. 14. Du 1cr octobre au 30 novembre de chaque annie, tout
citoyen pr6eendant avoir droit d'etre inscrit, et qui ne l'aurait pas
BtW, pourra reclamer son inscription ; et tout citoyen inscrit pourra
r6clamer la radiation de celui qu'il pr6tendrait y etre indament
inscrit.
Dans tous les cas oA la commission aurait admis la radiation ou
refuse l'inscription, la voie de l'appel sera ouverte aux rdclamants
par-devant le tribunal civil du resort, lequel statuera sans tour de
r6le et sur simple requ6te. -
Art. 15. Les listes seront definitivement closes le 31 d6cembre
de chaque annie, A cinq heures de l'apres-midi.
Art. 16. Les listes confectionnees et closes serviront pour les
annmes suivantes; et chaque annee, aux 6poques ci-dessus fixees,
la commission se reunira, et revisera lesdites listes, en y inscrivant








[1834]


( 44 )


ceux qui, depuis la cloture de ces listes, auraient acquis la capacity
Blectorale, et en en rayant ceux qui l'auraient perdue.
Art. 17. Toute inscription nouvelle et toute radiation seront affi-
ch6es de la mime mani6re que les placards prescrits en 1'art. 13
ci-dessus.

CHAPITRE III.
De l'ouverture des assemblies communales, et de la formation du
bureau.

Art. 18. Au jour fixed pour l'ouverture des assemblies commu-
nales, le juge de paix et les membres du Conseil des notables de
chaque commune se rendront, d&s les huit heures du martin, dans
le local qu'ils auront ddsignd a cet effet (1).
Le juge de paix pr6sidera provisoirement l'assemblie, et y main-
tiendra l'ordre et la d6cence convenable.
Art. 19. A neuf heures pr6cises, le juge de paix annoncera l'ou-
verture de l'assembl6e. Ensuite, il choisira, de concert avec les
membres du Conseil des notables, et parmi les 6lecteurs presents,
deux scrutateurs et deux secretaires, pour recevoir les votes, et en
fire le d6pouillement.
Art. 20. Le premier scrutateur et le premier secr6taire choisis se
placeront A la droite du bureau : les deux autres sidgeront Ala gau-
che. Ils preteront tous, entire les mains du jugede paix et des mem-
bres du Conseil des notables, le serment de bien et fidelement rem-
plir leurs functions.
Art. 21. Alors les membres du Conseil des notables remettront
au juge de paix une lisle gAnerale des Blecteurs de la commune,
par eux certifi6e conforme, et aux scrutaleurs deux boites fernnant
A clef et ayant chacune une petite ouverture pratiqu6e A sa parties
superieure.
Ils remettront aussi aux secr6laires des bulletins de paper blanc,
tous de memes dimensions et en quantity suffisante, ainsi que les
autres fournitures de bureau necessaires pour les operations de l'as-
sembl6e.
Ces fournitures seront faites aux frais de administration. -
Art. 63.

(1) Voy. no 1276, Circul. du 13 fev. 1832, du Prisid. d'H. aux com-
mand. d'arrond., portant defense de se rdunir dans les eglises, etc.








( 15 ) [1834]
Art. 22. Le juge de paix fera l'appel nominal. Chaque Blecteur
devra repondre A son nom ; et s'il s'6levait dans l'assemblee quel-
que doute sur l'identit6 de celui qui aurait repondu, ii sera tenu
d'en justifier, sinun il sera exclu de l'assembl6e. Art. 26.
Art. 23. Le premier secr6taire prendra note des electeurs pre-
sents ; le second, des absents. Art. 26.
Ar. 24. L'appel nominal terming, le premier scrutateur comptera
les noms des 6lecteurs portes comme presents ; et le second, ceux
des absents. L'un et l'autre rendront compete du resultat au juge de
paix, qui l'annoncera tout haut Plassembl6e. Art. 26.
Art. 25. Nul Blecteur ne sera admis i voter apr6s l'appel nomi-
nal. Art. 26.
Art. 26. Les art. 22, 23, 24 et 25 ci-dessus seront observes A
l'ouverture de chaque seance.
Art. 27. AprBs ces operations preliminaires, il sera procede im-
mediatement a l'election du president de l'assemblee.
Art. 28. Le juge de paix prendra les deux boites, les ouvrira, en
montrera l'interieur A toute l'assembl6e, les refermera et en gardera
les clefs. Il remeltra ensuite l'une des boites au premier scrutateur
et annoncera qu'elle est destinee i recevoir les bulletins avant leur
d6pouillement, c'est-A-dire les scrutins. Il remettra au second scru-
tateur l'autre boite qui sera affectee aux bulletins apres leur de-
pouillement.
Cela fait, il appellera successivement les electeurs presents, en
suivant leur ordre d'inscription sur la liste de l'appel nominatif. -
Art. 43.
Art. 29. Chaque Blecteur appel6 s'avancera vers le premier secr&-
taire qui, pregnant un bulletin, le montrera sous les deux faces A
l'assembl6e, et le delivrera t '1'lecteur. Celui-ci se relirera vers
une table place i 1'ecart, et 6crira, sur le bulletin, le nom de
1'electeur qu'il desire 6tre Blu president, ayant soin de le designer
de maniere i le distinguer de tout autre Blecteur qui portrait le
mAme nom. AprBs quoi, il pliera en quatre son bulletin 6crit, et le
remettra au premier scrutateur, qui le d6posera, ainsi pli6, dans la
boite aux scrutins. Art. 43 (1).
Art. 30. Si le votant ne sait ou ne peut 6crire, il presentera son
bulletin au second secr6taire, qui 6crira dessus le nom qui lui sera
d6sign6 par le votant. Si celui-ci ne sait ou ne peut lire, il le corn-


(1) Voy. no 441, Const. d'H., du2 juin 1816, art. 63.









muniquera au premier secr6taire, qui lui en donnera lecture A
voix basse. II sera ensuite observe ce qui est prescrit en l'article
precedent. Art. 43.
Art. 31. Lorsqne tous les scrutins auront W6t recueillis, le juge
de paix ouvrira la boite. Le premier scrutateur les en retirera un a
un, les lira a haute et intelligible voix, et les remettra successive-
ment au juge de paix, qui, apres verification, les passera au second
scrutateur : celui-ci en donnera une second lecture, aussi A haute
et intelligible voix, les pliera de nouveau en quatre, et les d6posera
dans la second boite. Art. 43.
Art. 32. Les secretaires prendront tous deux note du ddpouille-
ment, de la maniere suivante :
Aussit6t qu'un nom aura t6t proclame, il sera inscrit sur un
cahier avec les designations qui l'accompagneront. Immmdiatement
apres cette inscription, il sera tir6 une ligne horizontal, qui sera
barree autant de fois que le nom sera de nouveau proclam6. -
Art. 43.
Art. 33. Lorsque la boite aux scrutins sera 6puis6e, le juge de
paix la prendra, en montrera l'int6rieur A toute l'assembl6e, et invi-
tera les secretaires A faire, chacun de leur cite, le relev6 de leurs
notes respective : il en donnera ensuite, lui-meme, lecture a haute
voix. Art. 43.
Art. 34. Si le resultat n'est pas conforme de part et d'autre, et
que le bureau ne puisse reconnaitre de quel c6t6 provient l'erreur,
le juge de paix retiendra par devers lui routes les notes et relev6s,
et refermerala premiere boite, qu'il remettra au premier scrutateur.
Ensuite, il ouvrira la second boite, d'of le second scrutateurreti-
rera un A un tous les bulletins, en donnera lecture successivement,
et les passera au juge de paix, qui, apres les avoir de nouveau verifies,
les remettra au premier scrutateur. Celui-ci en donnera encore
une fois lecture A l'assembl6e, les repliera et les d6posera dans sa
boite.
II sera pris par les secr6(aires de nouvelles notes de d6pouillement,
et fait un second relev6, le tout dans la forme ci-dessus prescrite. -
Art. 43.
Art. 35. Lorsque la verification aura Wte trouvee exacte, lejuge
de paix annoncera le resultat, et proclamera president de l'assem-
blue l'lecteur qui aura r6uni la majority absolue, c'est-A-dire la
moiti6 des suffrages plus un, ou qui aura d6pass6 cette majority. -
Art. 43.


L1834]


( 6 )









( 17 ) [1834j
Art. 36. Si aucun 6lecteur n'avait atteint la majority absolue, le
ballotage aura lieu, d'abord entire les cinq, ensuite entire les trois,
enfin entire les deux concurrents qui auront obtenu le plus de suf-
frages. Art. 43.
Art. 37. Si plus de cinq 6lecteurs avaient obtenu la majority re-
lative, c'est-a-dire un 6gal nombre de suffrages au-dessus de tous
les autres, le ballottage aura lieu entire ces dlecteurs, en quelque
nombre qu'ils soient. -* Art. 43.
Art. 38. Le ballotage sera recommence jusqu'i ce qu'un des con-
currents atteigne ou depasse la majority absolue. Art. 43.
Art. 39. Si le d6pouillement des scrutins ne peut se terminer dans
la mbme stance, le juge de paix apposera les scell6s sur les deux
boites, de maniere que rien n'y puisse Atre introduit ou n'en puisse
Atre retire, sans rompre les scell6s : il gardera les clefs et le cachet.
Les deux boites seront deposees au Conseil des notables par les
scrutateurs, qui en retireront ddcharge.
A la seance suivante, les scelles seront v6rifies, et les bulletins
contenus dans les deux boites seront compt6s. Si tout est trouv6 intact
et conform, on continuera le d6pouillement; mais si les scelles ne
sont pas reconnus sains et entiers ; si les bulletins sont en plus ou
en moins dans l'une ou l'autre boite, ils seront tous annul6s, et
l'on recommencera a proc6der A l'dlection, comme si rien n'avait
Wth fait. Dans ce cas, le juge de paix dressera proces-verbal et le
transmettra au ministere public, qui sera tenu de faire informer et
poursuivre, pour le delinquant, s'il peut Atre decouvert, Atre puni
conform6ment aux dispositions du Code penal sur les bris de scelles.
Art. 43.
Art. 40. L'dlecteur Blu pour etre president, pr6tera serment entire
les mains du juge de paix et du Conseil des notables, et sera par
eux, install, stance tenante.
AprBs cette installation, les membres de la commission quitleront
le bureau.
Art. 41. Le president designera lui-meme, pour compl6ter le
bureau, deux scrutateurs et deux secretaires, pris parmi les Blec-
teurs presents, lesquels preteront segment entire ses mains.
Art. 42. Apres ce serment, le president fera brfler tous les bulle-
tins 6crits, avant que l'assemblde ne se spare.









[18341


( 18 )


CHAPITRE IV.

De l'dlection des Membres de la Chambre des Representants des
communes.

Art. 43. Au jour et A 1'heure indiquespar son president, chaque
assemble communale, reunie au lieu de ses seances, procedera,
dans les forces prescrites aux art. 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34,
35, 36, 37, 38 et 39 ci-dessus, A l'election d'autant de repr6sen-
tants et de supplants que la commune a le droit d'en nommer, en
se conforment aux dispositions de l'art. 59 de la Constitution (1).
Art. 44. On ne pourra Mlire plus d'un representant ou supplant
A la fois (2).
Art. 45. II n'appartient qu'a la Chambre des Repr6sentants des
communes de connaitre de la validity des operations des assemblies
communales.
Art. 46. Les supplants remplaceront de droit, suivant l'ordre
de leur nomination, les repr6sentants don't I'election aurait 6t6
annulee.
Art. 47. Dans le cas oi une nouvelle election aurait 6t6 jugBe
necessaire par la Chambre des ReprBsentants des communes, le
President d'Haiti, sur l'avis que lui en aura donn6 la Chambre, con-
voquera une nouvelle assemble, pour proc6der A une autre election
dans les formes ci-dessus ktablies. Art. 68.

CHAPITRE V.

De la nullitl des scrttins.

Art. 48. Sera d6clare nul :
io'Toutscrutin qui ne d6signera pas d'une maniore suffisante la
personnel don't il porle le nom ;
20 Tout scrutiny qui sera 6crit d'une maniere illisible ;
3o Tout scrutiny qui concernera plus d'une person ;
4 Tout scrutiny envelopp6 dans un ou plusieurs autres scrutins,
ou qui en contiendra un ou plusieurs autres.

(1) Voy. no 441, Const. d'H., du 2 juin 1816, art. 56.
(2) Ibid., art. 62.









( 19 ) [834)

CHAPITRE VI.
De la police des assemblies (1).

Art. 49. Le president de chaque assemblee est seul charge d'en
diriger toutes les operations, d'y faire observer la loi et d'y mainte-
nir le bon ordre.
Art. 50. Dans tous les cas d'empAchement du president, il sera
de droit remplac6 parl'electeur qui aura obtenu le plus de suffrages
apres lui, et en cas de concurrence de plusieurs Blecteurs, par le
plus ag6.
Si quelqu'autre membre du bureau vient A Atre empAche, le pre-
sidentpourvoit A son replacement.
Art. 51. Nul ne peut penetrer dans l'enceinte du local o6 se
tient l'assemblee, s'il n'est port sur la listed Alectorale de -la com-
mune.
Art. 52. Aucun Blecteur ne peut se presenter dans l'assemblee
avec des decorations, ni y porter armes, canne on bAton.
Art. 53. Le president de l'assembl6e requiert de l'autorit6 com-
petente, quand il le juge a propos, un piquet de garde, qui rest A
sa disposition tout le temps de la stance.
Aucune autre force publique ne pourra entrer dans le lieu des
seances, ni se tenir A l'entour, et ce, sous la responsabilit6 de l'au-
torit6 qui en aurait donn6 l'ordre.
Art. 54. Les Blecteurs se tiendront decouverts et avec la decence
convenable.
Ils ne prendront la parole qu'aprAs I'avoir demand6e au prdsi-
dent, qui ne pourra la leur refuser ni retire que dans les cas ci-
apres determines.
Art. 55. Le president fera sortir de l'enceinte tout Blecteur qui
troublerait l'ordre, ou refuserait d'obtemperer A trois invitations qui
lui seraient faites de garder le silence. L'dlecteur ainsi expuls6
pourra rentrer aux autres s6ances.
Art. 56. L'Blecteur qui exercerait des actes de violence sera, de
l'ordre dupresident, conduit dans la maison d'arret de la commune,
o6 il sera detenu pendant vingt-quatre heures au plus. 11 sera, en
outre, d6chu du droit de suffrage pendant toute la duree de I'assem-
blee, et l'entree lui en sera interdite.


(1) Voy. no 441, Const. d'l., du 2 juin 1816, art. 63.










[183]J ( 20 )
Le tout sans prejudice des poursuites et peines, soit correction-
nelles, soit criminelles, s'il y a lieu.
Art. 57. Dans le cas oil le bruit deviendrait presque general, le
president agitera la sonnette A trois reprises diff6rentes ; si le d6-
sordre continue, il se couvrira, et la stance sera suspendue ; si le
silence ne se r6tablit pas, le president se levera et restera debout
pendant environ cinq minutes; si le tumulte ne cesse pas, il se
retirera avec les autres membres du bureau, et en dressera proc6s-
verbal : tout ce qui serait fait en leur absence, sera nul et non
avenue.

CHAPITRE VII.

Dispositions particulibres.

Art. 58. Les proc6s-verbaux des s6ances de chaque assemble
communale, depuis son ouverture jusqu'A sa cloture, seront
arrAtes et signs, chaque jour, par tous les membres composant le
bureau.
Art. 59. Un double de chaque prpocs-verbal diment certifib par
lesdits membres, sera, dans les vingt-quatre heures, exp6di6 au
ministbre public de la commune.
Art. 60. A la cloture de l'assembl6e, le president fera d6poser au
greffe du Conseil des notables, le cahier-minute desdits proc6s-ver-
baux, ainsi que les boites et autres objets qui auront servi aux
operations de l'assembl6e.
Art. 61. Le president fera remettre dans les trois jours au plus
tard, A chaque Blu, un extrait du proces-verbal de son election, cer-
tifie par tous les membres du bureau.

TITRE II.

Des assemblies paroissiales et des assemblies dlectorales de
department.

CHAPITRE UNIQUE.

Art. 62. Le mode de proceder des assemblies communales et les
regles A y observer dans toutes les operations electives s'applique-
ront aux assemblies paroissiales et aux assemblies 6lectorales de
department, dans les cas pr6vus par le Titre douze dela Constitu-








( 21 ) [1834]
tion, A l'exception que ces dernibres enverront au Senat le cahier-
minute de leurs proces-verbaux.
Art. 63. Les Conseils des notables front aussi, pour les susdites
assemblies, toutes les fournitures de bureau qui seront necessaires.
- Art. 21.
Art. 64. Les listes pour les assemblies paroissiales seront confec-
tionn6es, rectifies et closes de la mAme mani6re que celles pour
les assemblies communales.
Art. 65. Les assemblies paroissiales ne nommeront, chacune,
qu'un seul Blecteur et un seul supplant.
Art. 66. Les assemblies Alectorales de d6partement se tiendront
au Port-au-Prince, aux Cayes, A Santo-Domingo, A St-Yague, au
Cap-Haitien et aux Gonaives.
Art. 67. Le SBnat reglera, conformnment A la Constitution, le
nombre de membres et de supplants que chaque assemble dlecto-
rale de d6partement devra nommer pour faire parties de l'assembl6e
de revision.
Art. 68. II appartient aux assemblies Alectorales de d6partement
et A l'assemblie de revision d'annuler toute nomination de leurs
membres qu'elles jugent d6eectueuse.
Dans ce cas, et s'il est, par elles, reconnu n6cessaire, il sera pro-
cede au replacement dans la forme prescrite en l'art. 47 ci-
dessus.
Art. 69. La presente loi sera expedite au SBnat, conform6ment A
la Constitution.
Donned en la Chambre des communes, au Port-au-Prince, le 28 avril
1834, an xxxle de l'lnd6pendance.
Le President de la Chambre, Sign6 : J.-S. MILSCENT.
Les Secretaires, Sign6 : Phanor DUPIN et HILAIRE.

Le S6nat decrete l'acceplation de la Loi electorale ; laquelle sera, dans
les vingt-quatre heures, exp6di6e au Pr6sident d'Haiti, pour avoir son
execution, suivant le mode 6tabli par la Constitution.
Donn6 a la Maison national, au Port-au-Prince, le 19 mai 1834,
an xxxie de 1'Ind6pendance.
Le President du Sinat, Sign6 : J.-A. BAYARD.
Les Secritaires, Sign6 : N. VIALLET et P. ANDR9.

AU NOM DE LA RBPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-dessus du Corps legislatif, etc








[1834] ( 22 )
Palais national du Port-au-Prince, le 20 mai 1834, an xxxie de l'Ind6-
pendance d'Haiti.
Sign6: BOYER.
Par le Pr6sident :
Le Secrdtaire gindral, Sign : B. INGINAC.





N* 1326. Loi sur la contrainte par corps pour dettes civiles et
commercials (1).

Port-au-Prince, le 27 mai 1834.
Le President d'Haiti a propose,
Et, apres les trois lectures constitutionnelles,
La Chambre des ReprBsentants des communes a adoptO la loi
suivante (*) :


(1) Voy, C. civil, art. 1825, 1826 et suiv. C. deproc. civ., art. 526,
527 et suiv. No 1400, Loi du 19 sept. 1836, portant amendment au
tit. xiv, etc., art. 1. No 1637, Dgcret du 22 mai 1843, sur la re-
forme, etc., art. 1, 9.

(*) Message du President d'Haiti, A la Chambre des Repr6sentants:

Citoyens Representants,
La mauvaise foi qui, depuis plusieurs ann6es, envahit toutes les classes
de la soci6tW, menace de saper les bases sur lesquelles reposent les tran-
sactions humaines. Les d6biteurs, apres avoir dissip6 en de folles d6penses
les valeurs qui leur avaient 6t6 confides, mettent leurs propres biens A l'abri
de touted poursuite par des transmissions simuldes, don't ils ont bien soin
de se fair donner les contre-lettres. La sociit6 reclame une measure
rigoureuse qui rmtablisse le credit dans le commerce et rende aux contracts
civils leur caractore sacr6. Les antagonists de la contrainte par corps cher-
chent a apitoyer les cceurs sur le sort du debiteur qu'on enlAve a son con-
joint et A ses enfants; mais la position du cr6ancier et de toute sa famille,
don't le debiteur a cause la ruine, ne m6rite-t-elle aucune consideration ?
Et celui qui a d6vor6 le bien qui n'6tait pas A lui, aurait-il plus de droits
A la compassion que celui qui voit le fruit de son travail devenir la proie
de la mauvaise foi? Un pareil renversement d'id6es tendrait A rompre les
liens les plus saints qui unissent les.hommes entire eux. I1 est temps de








[1834]


PARAGRAPHE PREMIER.

Dispositions g6ndrales.

Art. Ier. La contrainte par corps aura lieu pour dettes civiles et
commercials, quelle que soit la some A laquelle elles s'616vent ;
maiselle ne pourra Atre applique qu'en vertu d'un jugement.
Art. 2. N6anmoins, si le d6biteur est stranger, lejuge pourra
par un simple ordre, et avant jugement, prononcer et faire ex6cu-
ter provisoirement contre lui la contrainte par corps, quelque soit
le montant de la dette, pourvu d'ailleurs que le terme de 1'6cheance
ou de l'exigibilil4 en soit arrive, sans deroger toutefois aux disposi-
tions de l'art. 977 du Code civil.
L'ordre d'emprisonnement devra Atre consign au proces-verbal
d'audience, et extrait en sera donn6 au ge6lier qui sera tenu, si
l'Ntranger le requiert, de lui en d6livrer copie.
Art. 3. La contrainte par corps ne pourra Atre prononcee entire
ascendants et descendants en line directed.
Art. 4. La contrainte par corps, pour objets susceptibles de liqui-
dation, ne pourra etre ex6cut6e qu'apr.s que la liquidation aura tli
faite en argent.
Art. 5. Dans aucun cas, le cr6ancier ne sera tenu de nourrir le
d6biteur durant le temps de sa dMtention. C. comm., 537. (1).
Art. 6. La contrainte par corps ne pourra etre exerc6e une se-
conde fois pour la mime detle ; mais le debiteur pourra toujours
Wtre poursuivi et execute sur ses biens, conform6ment aux disposi-
tions de l'art. 1836 du Code civil. Pr. civ., 697 (*).

couper court au mal. La soci6te attend le remade avec anxi6et, et elle l'es-
p4re de la pr6sente 16gislature. Si, comme j'ai lieu do le croire, vous prenez
en consideration le project de loi que je vous ai adress6 ci-joint, vous anean-
tirez la mauvaise foi, vous retablirez la s6curit6 dans les transactions, vous
rendrez a la circulation des capitaux que la crainte retient inactifs, et
vous raviverez le corps social que mine, depuis quelques annies, une
langueur sourde don't on cherche la cause et le remade lh oi ils ne sont
Sa : la cause, c'estla mauvaise foi ; le remede, c'est la contrainte par
corps.
Sign6 : BOYER.
(1) Voy. no 1637, Decret du 22 mai 1843, sur la reforme etc. art. 9.
(') En vertu d'une circulaire du Grand Juge de la Rdpublique, en date
da 18 juin 1834, enregistr6e au Port-au-Prince le m6me jour, la citation


( 23 )








[1834]


PARAGRAPHE II.

Dispositions relatives aux dettes civiles.

Art. 7. Les dettes civiles resultent,
1 De toutes condamnations judiciaires pour depens, dommages
et int6rcts (*);
2o De toutes obligations ou engagements consentis pour
io Achats de marchandises ou de denrees, non reput6s actes de com-
merce ;
20 Achats de tous autres objets mobiliers ;
3J Acquisition d'immeuble ;
40 Soulte d'6change ;
50 Pr4t d'argent, de denrees et autres choses qui se consomment par
l'usage;
60 Avances faites aux entrepreneurs et aux ouvriers ;
70 Loyers de maison, appartement, chambre, cabinet, emplacement ou
portion d'emplacement;
80 Fermages, soit en nature, soit en argent, de biens ruraux;
90 Redevances en nature dues par les cultivateurs partiaires.
Art. 8. La contrainte par corps, pour dettes civiles, ne pourra
Wtre prononc6e centre les sexagenaires ni les mineurs. C. civ., 1830,
1832.
Art. 9. Lorsque le debiteur presentera un gage suffisant pour
assurer l'acquittement de la dette en principal et accessoires, ou
qu'il offrira bonne et valuable caution, il est laiss ia la prudence du
juge d'ordonner qu'il sera sursis A l'execution de la contrainte par
corps durant un delai modern, mais determine.
AprBs l'expiration du d6lai, si le d6biteur ne s'est pas lib6r6 en-
tierement, la caution sera egalement contraignable par corps.

de l'art. 1386 est une erreur typographique, c'est l'art. 1836 du C. civil
qu'il faut mettre. Le Grand Juge invite les commissaires du gouvernement
a faire cette correction sur leur exemplaire.
(') Si, d'une part, la contrainte par corps peut dtre prononcee par suite
de toute condemnation pour d6pens, dommages-intdrdts, de l'autre, la loi
n'autorise pas de la prononcer pour les d4pens, qui ne sont qu'une pine
corporelle, centre I'haritier qui ne repr6sente la personnel du d6funt que
quant aux biens. D'ailleurs, cette condemnation par corps aux depens, sans
distinction, d'un individu agissant tant en son nom personnel que comme
tuteur de ses enfants mineurs, atteignant 6galement les mineurs, il
s'ensuit que le jugement content un excbs de pouvoir. Cass., 4
mars 1839.


(24)










Art. 10. II n'est rien innove an mode 4tabli pour la perception
des impositions fonci6res et du droit de patente, par les lois qui y
sont relatives.
PARAGRAPHE Ill.
Dispositions relatives aux dettes commercials. (1)
Art. 11. La contrainte par corps aura lieu centre tons commer-
Cants, sans distinction d'Age, pour toutes dettes resultant d'actes de
commerce.
Art. 12. Sont seuls compris sous la denomination de commercants,
ceux qui se trouvent dans le cas de l'art. 1'or du Code de commerce
et de la loi sur les patentes (*).
Art. 13. Sont seuls r6put6s actes de commerce, les actes 6nu-
meres dans 1'art. 621 du susdit Code (**).

(1) Voy. no 1637. Dicret du 22 mai 1843, sur la riforme etc. art. 7 et
suiv.
(') S'il 6tait une difficult sur l'application de l'art. 11 de la loi du 27
mai 1834, il suffirait de la simple lecture de 1'art. 12 pour l'aplanir. Par sa
disposition claire et precise, on voit que le 16gislateur, loin d'etablir d'ex-
ception en faveur de qui que ce soit, lve toutes celles qu'avait cre6es
l'art. 18 de la loi du 24 aoit 1808. Or, I'art. 1'r du C. de comm. n'a pas
entendu faire de distinction ni d'age, ni de sexe. Certainement, s'il avait
voulu qu'il y eit exception en matiere de commerce, il 1'aurait 6tabli,
comme il 1'a fait en matiere civil. En declarant done qu'aucune loi n'au-
torise la contrainte par corps centre les femmes et les filles, et en decla-
rant que la loi du 27 mai 1834 n'abroge que les art. 1828 et 1831 du C.
civ., quand l'art. 18 de la loi prononce l'abrogation de toutes lois, articles
et dispositions de lois qui lui sont contraires, le tribunal civil a cr6e une
disposition 14gislative, est sorti du cercle de ses attributions et a commis
un exces de pouvoir. Cass., 28 juillet 1836.
(") L'art. 11 de la loi du 27 mai 1834, dans ses dispositions relatives
aux dettes commercials, admet la contrainte par corps centre tous com-
mercants pour toutes dettes resultant d'aetes de commerce. Les art. 12 et
13 de la mn~y loi fixent suffisamment le sens des mots commercants ct
actes de commerce, en se reportant aux art. i1 et 621 du C. de comm. DMs
lors, toutes les personnel qui exercent habituellement l'un des actes 6nu-
m6r6s en cet art. 621, quel que soit leur sexe ou leur age, sont commer-
cants et, par consequent, contraignables par corps pour faits de leur com-
merce. Le 14gislateur n'a pas dd abroger l'art. 1832 du C. civ. pour qu'en
mati6re de commerce la contrainte par corps put atteindre les femmes et
les filles qui font le commerce. Cet article ne s'appliquant qu'aux matieres


( 25 )


[1834J








[1834]


( 26 )


PARAGRAPH IV.

Dispositions finales.

Art. 14. Le d6biteur contraint par corps, soit pour dettes civiles,
soit pour dettes commercials, ne pourra 6tre dMtenu plus de
3 mois, pour toute some jusqu'a 50 g. inclusivement;
6 dito au-dessus de 50 g. jusqu'A 100
9 dito 100 500 -
1an 500 1000 -
2 ans 1000 2000 -
3 ans 2000

Art. 15. Sont et demeurent abroges,
1 L'art. 1828 du Code civil, mais seulement en ce qui est rela-
tif au payment des fermages des biens ruraux ;
2 L'art. 1831 du meme Code;
30 Toutes lois, articles et dispositions de loi contraires A la pr6-
sente loi, laquelle n'est point applicable aux dettes contract6es an-
thrieurement A sa promulgation.
La pr6sente loi sera exp6diee au Shnat, conformement A la Cons-
titution.
Donn6 en la Chambre des communes, au Port-au-Prince, le 6 mai 1834,
an xxxIe de l'Ind4pendance.
Le President de la Chambre, Signu4 J.-S. MILSCENT.
Les Secretaires, Signe : Phanor DUPIN, HILAIRE.

Le S6nat decrhte l'acceptation de la Loi sur la contrainte par corps pour
dettes civiles et commercials ; laquelle sera, dans les vingt-quatre heurcs,
expedite au President d'Haiti, pour avoir son execution, suivant le mode
6tabli par la Constitution.
Donn ha la Maison national, au Port-au-Prince, le 26 mai 1834,
an xxxie de l'Ind6pendance.
Le President du Sinat, Sign6 : J.-B. BATARD.
Les Secrdtaires, Signe : P. ANDRE, N. VIALLET.

purement civiles, n'a pu d6roger aux lois particulikres qui autorisent la
contrainte par corps en matibre de commerce indistinctement, centre tous
ceux qui en font leur profession habituelle. Cass., 28 juillet 1836.










AU NOM DE LA RAPUBLIQUE.
Le President d'Ha'iti ordonne que la loi ci-dessus du Corps 16gis-
latif, etc,
Donn6 au Palais national du Port-au-Prince, le 27 mai 1834, an xxxXi
de l'Ind6pendance.
Sign : BOYER.
Par le President :
Le Secritaire gingral, Sign6 : B. INGINAC.



No 1327. Loi sur la responsabilitM des fonctionnaires et employes
de administration des finances (1).
Port-au-Prince, le 27 mai 1834.
Le President d'Haiti
A propose, et la Chambre des Repr6sentants des communes, apres avoir
declare l'urgence,
A adopt A 1'unanimit la loi suivante:
Art. 4er. Tous les biens des fonctionnaires et employes de 1'ad-
ministration des finances sont le gage privilegi, de 1'Etat, A comp-

(1) Voy. no 441, Const. d'H,, du 2 juin 1816, art. 32. Loi du 26
aofit 1870, sur la responsabilili etc. II est de principle queles lois sp6-
ciales ne peuvent Atre abrog6es que par des dispositions legislatives qui
portent virtuellement sur les matibres que ces lois renferment. Difftremment,
une loi special, alors meme qu'elle ne se trouverait pas en harmonies avec
une loi g6n6rale rendue postdrieurement, ne cesserait pourtant d'Xtre en
pleine vigueur, Ainsi la loi du 27 mai 1834, rbgle des cas sp6ciaux sur
lesquels le code d'instruction criminelle de 1835 est rested muet. Cette loi
exige que des qu'un fonctionnaire ou employee de l'ordre administratif cst
pr6venu de prevarication, il soit mis sous la main de la justice par son
chef immediat, en vertu d'un mandate d'arret. Ainsi le Secr6taire d'Etat des
finances a pu tardivement d6cerner centre le pr6venu, administrateur
principal des finances, le mandate prescrit par 'art. 5 de la dite loi, sans
violer le C. Penal precite, La seule disposition de la loi du 27 mai qui ait
WtB abrog6e, c'est celle continue dans son article 5. A la verit6,cet article
a Wt Blabor6 sous l'empire de la Constitution de 1816; mais en presence
de la loi fondamentale de 1867, il est inconciliable avec le texte et l'esprit
de cette mere loi qui veut qu'en toutes matibres criminelles, les tribunaux
criminals jugent avec assistance du jury. Des lors l'abrogation dudit
article ne nuit nullement a l'existence desdits articles Cass. 8 aoit
1870.


(27 )


[1834]








[1834] ( 28 )
ter du jour de leur entree en exercise ; et leurs immeubles sont,
d6s ce moment, frappes d'une hypotheque g6ndrale, sans qu'il soit
besoin de prendre inscription.
NManmoins, il n'est pas derog6 aux dispositions de l'art. 1865 du
Code civil.
Art. 2. DAs qu'un fonctionnaire ou employee de administration
des finances sera pr6venu de prevarication, son superieur immediat
dans la hierarchie administrative, lancera centre lui un mandate
d'arr6t, sauf sa responsabilit6 personnelle.
II en donnera sur-le-champ avis au Secr6taire d'Etat.
Art. 3. Le prevenu sera immediatement poursuivi par le minis-
t6re public, A la diligence de l'autorit6 qui l'aura fait mettre en 6tat
d'arrestation.
Art. 4. Tons administrateurs, tresoriers, directeurs des douanes,
gardes-magasin, pr6pos6s et autres employes de l'administration des
finances, qui, dans l'exercice de leurs functions, auront fraudU,
soustrait, d6tourn6, ou concouru A faire frauder, soustraire ou d6-
tourner les droits ou imp6ts revenant & 1'Etat, seront punis des
peines ktablies aux art. 128, 129, 130 et 131 du Code penal.
Art. 5. Les peines portees aux art. 128, 129, 131,132, 133, 139,
140, 141 et 142 du Code p6nal, seront, en ce qui concern les fonc-
tionnaires et employes de administration des finances, appliquees
par les tribunaux criminals sans assistance du jury.
Art. 6. Les coupables de prevarication seront toujours condamnes
aux restitutions envers l'Etat, declares incapables de remplir A l'a-
venir aucune function ou emploi public.
Art. 7. La present loi abroge tout ce qui lui est coutraire.
Art. 8. La presente loi sera expedite au S6nat, conformement a
la Constitution.
Donn6 en la Chambre des communes, au Port-au-Prince, le 21 mai 1834.
an xxxie de l'Independance.
Le President de la Chambre, Sign6: J.-S. MILSCENT.
Les Secretaires, Sign6 : Phanor DUPIN et P. VIDAL.
Le Senat decrkte I'acceptation de la Loi sur la responsabilite des fonc-
tionnaires et employs de administration des finances ; laquelle sera, dans
les vingt-quatre heures, expediee au President d'Haeti, pour avoir son
execution, suivant le mode 6tabli par la Constitution.
Donned h la Maison national, au Port-au-Prince, le 26 mai 1834,
an xxxie de 1'Ind6pendance.
Le President du Sinat, Sign6 : J.-B. BAYARD.
Les Secretaires, Sign6 : P. ANDRE et N. VIALLET.










( 29 )


118341


AU NOM DE LA RBPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-dessus du Corps 1lgis-
latif, etc.
Donn6 au Palais national du Port-au-Prince, le 27 mai 1834, an xxxi
de l'Ind6pendance.
Sign : BOYER.
Par le President :
Le Seeretaire general, Signe : B. INGINAC.



No 1328. Loi sur l'organisation el les attributions de la
Chambre des competes (1).
Port-au-Prince, le 27 mai 1834.
Le President d'Haiti
A propose, et la Chambre des Representants des communes,
Apres avoir declare 1'urgence,
A adopted A l'unanimit6 la loi suivante ('):

(1) Voy. no 1002, Loi du 7 avril 1826, sur florgan. et les attributions de
la Ch. des comptes. W. 5103, Loi du 16 sept. 1870, qui modifie la loi
organique etc.

(') Message du Prisid. d'H. a la Chambre des ReprBsentants :
Port-au-Prince, le 19 mai 1834.
Citoyens Reprdsentants.
L'exp6rience ayant d6montr6 que le service de la Chambre des comptes
pouvait se faire avec trois membres, j'ai pense qu'il conviendrait de la r6-
duire A ce nombre, puisqu'il en resultera une economie pour le tr6sor pu-
blic, sans que le service soit en souffrance. Vous recevrez, ci-inclus, un
project de loi qui apporte cette modification a la loi du 7 avril 1826, et
attribue en outre a la Chambre des comptes un droit de discipline sur les
different employes de administration des finances. Toutes les fautes ne
sent pas des delits, et les d6lits seuls peuvent Atre poursuivis et punis
selonla loi. Cependant, un avertissement donned A temps, une r6primande
faite h propos, pr6viennent souvent de plus fortes corrections. D'ailleurs,
un droit de censure qui s'exerce habituellement, tient en haleine les su-
bordonn6s et les empdche de s'abandonner A la negligence ou de se laisser
aller A de trop grands carts. L'administration et les employs ne peuvent
que gagner a cette surveillance toute paternelle. L'administration aura la
satisfaction de voir marcher le service avec une constant regularit6. Les
employes 6viteront de tomber sous le coup de condemnations qui consom-










[1834


( 30 )


CHAPITRE I.

De l'organisation.

Art. 4er. LaChambredes comptes sera composee de irois mem-
bres, un desquels sera d6sign6 par le President d'Haiti, pour en
diriger les travanx.
Art. 2. II sera attache A la Chambre des. comptes deux employes
principaux teneurs de livres, un pour la recette, et l'autre pour la
depense, et deux employes secondaires.
Art. 3. La Chambre des comptes sera permanent an si6ge du
gouvernement : ses membres porteront l'uniforme des adminis-
trateurs principaux, en ajoutant aux broderies de 1'habit une ba-
guette.
Arl. 4. Les appointments des membres de la Chambre des
comptes sont fixes A mille gourdes par an, pour chaque membre.
Celui qui sera choisi comme directeur recevra un supplement de
deux cents gourdes annuellement (1).
Art. 5. Les employs principaux recevront, chacun six cents
gourdes par an : les employs secondaires en recevront, chacun,
quatre cents.

CHAPITRE II.
Des attributions.

Art. 6. La Chambre des comptes contrble, v6rifie et r6gle tous
les comptes relatifs aux operations de l'administration des finances,
soit en recetles, soit en d6penses.
Art. 7. A la fin de chaque trimestre, les pieces de comptabilit6
de chaque administration pour le trimestre expire, avec les docu-
ments qui s'y rattachent, soit directement, soit indirectement, se-
ront adress6es A la Chambre des comptes par le Secr6taire d'Etat
des finances.
Art. 8. Aussitbt que la Chambre des comptes sera en attente de

meraient leur perte et leur deshonneur. Quant A ceux que le frein de la
censure n'arrdterait pas, la loi est 1P pour les frapper.
Sign6 : BOYER.
(1) Voy. no 3180, Loi du 12 nov. 1854, sur l'organisat. de l'administ.
gin. des fin. de l'empire.










plus de quinze jours pour la reception de la comptabilit6 d'une ad-
ministration pour un trimestre expire, elle sera tenue d'en donner
avis official au President d'Haiti. Le chef de administration en
retard pour 1'envoi de sa comptabilit6, sera mand6 par le SecrBtaire
d'Etat, pour rendre compete de sa conduite.
Art. 9. La Chambre des competes tiendra le double du cadastre
de toutes les propri6t6s nationals, avec designation de leur distinc-
tion et des revenues qu'elles produisent.
Elle correspondra, au besoin, avec les chefs des movements
des ports ouverts au commerce stranger, et les interpr6tes pr6s les
douanes pour l'entr6e et la sortie des bAtiments au long course.
Elle correspondra aussi avec les Conseils des notables pour ce
qui concern les fermages de certain droits de l'Etat, pour les
rbles des impositions fonci6res, les droits de patente et d'indus-
trie, pour 1'6tablissement des prix courants des marchandises
ktrangeres et denrees d'exportation, dans chaque place de com-
merce.
Art. 10. La Cbambre des comptes surveillera et verifiera les ope-
rations du timbre ainsi que celles de I'h6tel des monnaies ; en un
mot, elle prendra connaissance de tout ce qui concern le revenue
public.
Art. 11. La Chambre des comptes recevra, sur sa demand, des
fonctionnaires charges en chef d'une branch du service public, les
renseignements n6cessaires sur tout ce qui peut 6clairer et faciliter
les travaux.
Art. 12. Au livre g6ndral des recettes, la Chambre des comptes
fera 6tablir un compete particulier pour chaque branch de recette,
d'apris le mode qui sera adopt et pour la jurisdiction de chaque
administration, apres que les comptes de cette administration,
relatifs aux susdites recettes, auront 6te verifies et reglis.
Art. 13. Au livre des d6penses g6n6rales, il sera tenu un
compete sipar6 pour chaque nature de d6penses et par jurisdiction
de chaque administration, d'apres le plan qui sera adopt.
Les transcriptions se front successivement apres que les
comptes des different administrateurs auront Wte verifies et r6gl6s
d6finitivement.
Art. 14. La Chambre des comptes tiendra un livre general du
passif et de 'actif de administration des finances.
Elle contrblera les movements des caisses publiques, et le pas-
sage des fonds d'une caisse A une autre caisse.


( 31 )


[I 834-









11834]


( 32 )


Art. 45. La Chambre des comptes contr6lera et centralisera les
movements du cabotage pour la sortie des ports et pour l'entree
d'iceux, par la production des Btats des douanes, et des acquits-a-
caution, avec leurs d6charges.
Art. 16. Si, dans le course de ses verifications, la Chambre des
comptes decouvre dans les pieces de la comptabilit6, des erreurs,
des lacunes ou quelques negligences, elle rappellera le comptable en
fate i ses devoirs, tout en le chargeant en recette des dommages
qu'il aurait fait 6prouver i 1'Etat. Mais, si le cas devenait plus grave,
soit parabus de pouvoir, malversations ou prevarications, la Cham-
bre des comptes appellerait dans son sein le comptable en pr6ven-
tion, et 1a proc6derait A l'instruction pr6paratoire des faits. Le
comptable entendu, si la prisomption se justifiait, la Chambre des
comptes adresserait au Secretaire d'Etat toutes les pieces relatives
i 1'affaire, appuyues d'un memoire explicatif, afin que le delin -
quant fdt poursuivi dans les forces prescrites par la loi en pareille
matiere.
Art. 17. Si le bien du service le n6cessite, les membres de la
Chambre des comptes devront, d'apres les instructions du gouver-
nement, se rendre dans telle administration qui sera indiquee, afin
de contr6ler, avant le trimestre expire, les operations de cette ad-
ministration, et s'assurer de la r6gularitd de sa march.
Art. 18. Apres la verification et la transcription des comptes des
diff6rentes administrations, les pieces de comptabilite seront ren-
voyees au Secr6taire d'Etat, avec lequel la Chambre correspondra
r6gulierement.
Art. 19. AprBs l'expiration de chaque semestre, la Chambre des
comptes, d'apres les livres g6nrraux, tenus par elle, de recettes et
depenses, tant pour les matieres que pour les masses numeriques,
fera un r6sum6 general de la situation des finances de la Republi-
que pour le semestre expir6,qu'elle adressera au President d'Haiti,
avec un memoire explicatif sur toutes les ramifications de ce re-
sume, et embrassant des vues gn6rales pour 1'amelioration des
finances de 1'Etat.
Art. 20. La loi du 7 avril 1826, sur l'organisation et les attribu-
tions de la Chambre des comptes, est rapport6e (1).
Art. 21. La present loi sera expedite au Snnat, conformiment A
la Constitution.


(1) Voy. cette loi au no 1002.










( 3) [1831)
Donni en la Chambre des communes, au Port-au-Prince, le 21 mai
1834, an xxxtr de 1'Independance,
Le President de la Chambre, Sign6: J.-S. MILsocir.
Les Secretaires, Signe : Phanor DUPIN et P. VIDAL.
Le Senat ddcrdte l'acceptation de la Loi sur l'organisation et les attribu-
tions de la Chambre des competes; laquelle sera, dans les vingt-quatre
heures, expidibe au President d'Haiti, pour avoir son execution, suivant
le mode 6tabli par la Constitution.
Donn4 a la Maison national, au Port-au-Prince, le 21 mai 1834, an
xxxxe de l'Ind6pendance.
Le President du Sinat, Signe : J.-B. BAYARD.
Les Secrtaires, Sign6 : P. ANDRB et N. VIALLET.

AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
LePresident d'Haiti ordonne que la loici-dessus du Corps Legislatif etc.
Donned au Palais National du Port-au-Prince, le 27 mai 1834, an 31
de l'Independance.
Sign6: BOYER.
Par le President:
Le Secritaire geinral, Sign : B. INGINAC.


No 13329. CIRCULAIRE du President d'laiti, aux Commandants
des arrondissements de Jacmel, de JrdOmie, de Santo-Domingo,
de la Vdga, du Cap Haitien, du Port de Paix, de Saint-Marc, et
des Cayes, relative 4 leur correspondence avec la Commission de
l'Instruction publique de la Capitale.
Port-au-Prince, le 28 mai 1834.
(Cette piece manque).


No 1330. CIRCULAIRE du ninme, aux commandants d'arrondisse-
ment, relevant une erreur commise dans l'impression de la Loi
sur la contrainte par corps. (1)
Port-au-Prince. le 13 juin 1834.
L'article 6 dela loi sur la contrainte par corps pour dettes civiles

(1) Voy. No 1326. Loi du 27 mai 1834, sur la Contrainte par corps,
art. 6.
Le Grand Juge provisoire adressa a son tour, le 18 juin 1834, une cir-
vi 3








[1834] ( 34 )
et commercials, qui vous a WtB expedite, cite l'art. 1386 du code
civil, au lieu de l'art; 1836 dudit code. Comme c'est une erreur
commise dans l'impression de cette loi, je vous invite A la faire
rectifier sur les exemplaires qui demeurent deposds dans vos bu-
reaux, et A prescrire aux commandants de place sous vos ordres de
fire faire la meme rectification sur ceux des exemplaires de ladite
loi que vous avez dd leur expedier, c'est--A-dire de substituer le
chiffre 1836 au chiffre 1386 dans Particle 6 don't il s'agit.
Accusez moi reception de la pr6sente.
Signed : BOYER.


No 1331. Loi sur l'Organisation des Conseils Militaires et sur
la forme de procdder devant lesdits Conseils. (1)
Port-au-Prince, le 14 juillet 1834.
Le President d'Haiti a propose,
Et la Chambre des ReprBsentants des communes,apres les trois lectures
constitutionelles,
A adopt la loi suivante :

TITRE 4er.
Dispositions Gdnrales.

ARTICLE PREMIER.
Le Code Penal militaire est applique, selon la nature de l'in-
fraction, par des Conseils Militaires institutes A cet effet, d'apres
les poursuites faites A la requisition du Commandant de l'arrondis-
sement dans lequel l'infraction est commise.
Art. 2. La justice militaire est rendue au nom de la Republique,
1o Par des Conseils d'Administration;
2 Par des Coniseils Speciaux :

culaire identique au% Commissaires d. gouvernement prbs les tribunaut
de le R6publique.
(1) Voy. No 26. Loi du 30 mai 1805. Sur l'organ. des conseils spic.
milit. No 05. Arrite du 27 f6vrier 1807, qui modified le c. pin. milit. de
1805. No 1717. Dicret du 3 novembre 1843 qui regle les effects de la loi
martial art. 10. No 2013. Loi du 11 septembre 1845, portant amendem.
a la loi du 14 juillet 1834 etc. No 3698. Loi du 19 novembre 1860, sur
l'organisation des Conseils militaires etc.










3o Par des Conseils de Revision :
Ces Conseils sont independants entire eux. Le degr6 de sup6riorit6
du Conseil de R6vision ne lui attribue que le pouvoir de reformer
les jugemens des Conseils speciaux dAment attaqu6s.
Art. 3. II sera 6tabli un Conseil d'Administration dans chaque
regiment, corps, bataillon ou compagnie d6taches ; un Conseil Spe-
cial au chef-lieu de chaque arrondissement militaire ; et un Conseil
de Revision au Port-au-Prince, un aux Cayes, un au Cap-Haitien et
un A Santo-Domingo. Les membres des susdits Conseils sont au
choix du Pr6sident d'Haiti.
A moins de choix different, les Conseils de RBvision seront
presides par les generaux commandant les arrondissements des
lieux oi ils sont 6tablis (1).
Art. 4. Les membres des different Conseils pretent le serment,
entire les mains des Commandants d'arrondissement, de bien et
fidelement s'acquitter de leurs devoirs : il en sera dress proces-
verbal.
Art. 5. Nul ne sera membre d'un Conseil militaire, s'il n'est
Age de vingt-cinq ans accomplish.
Art. 6. Ne pourront Atre simultanement membres du mame Con-
seil, les parents on allies jusqu'au degree de cousin-germain inclu-
sivement.
Art. 7. Les delits militaires, commis dans un arrondissement,
seront juges par les Conseils militaires du mgme arrondissement,
en raison de leur competence.
Art. 8. Si un delit Mtait commis par des militaires faisant parties
d'un ou plusieurs corps de troupes en march et reunis sous un
meme commandement, et que le cas requ6rrait c61erite,le comman-
dant en chef de la division 6tablira un Conseil Special pour juger
les pr6venus sous le plus bref delai.
Art. 9. Les Conseils militaires tiennent leurs siances dans le local
qui leur est design, sur la convocation faite par leur President :
leurs seances sont publiqnes et s'ouvriront A tous jour et here
ils pourront mAme juger les dimanches et autres jours de fete. Les
membres siegent en grand costume de leurs grades respectifs.
Art. 10. La police de chaque Conseil apparlient A son President;
nul ne peut y entrer avec baton ni arme, o6 chapeau sur la tele.

(1) Voy. No 1526. Loi du 26 juillet 1841, portant amendment aar or-
ticles etc.


( Ii- )


[r1a84]









[18341


( 36 )


Art. 11. Nul ne pent 6tre poursuivi devant les Conseils militaires
que sur une accusation dans les formes prescrites au titre 4 de la
presente loi, et s'il n'est inscrit sur la matricule ou contr6le d'un
corps de troupes soldees.
Art. 12. Les marines, employes au service de l'Etat, seront justi-
ciables des Conseils Maritimes militaires forms A l'instar de ceux
etablis par les articles 13, 15, 19 et 20 de la presente loi, et la
forme de proc6der qu'elle 6tablit sera suivie dans les cas de pour-
suites A exercer centre les marines.
N6anmoins, s'il ne se trouvait pas sur les lieux suffisamment
de marines pour composer ces Conseils, on pourra, pour les com-
pleter, faire choix de militaires appartenant aux armies de terre (1).

TITRE II.
Des divers Conseils Militaires.

CHAPITRE Ier
.Des Conseils d'Administration(2).
Art. 13. Les Conseils d'Administration, etablis par le reglement
du President d'Haiti, en date du 18 septembre 1820, et don't toutes
les dispositions sont maintenues, connaitront de toutes les infrac-
tions qui, d'apr6s le Code P6nal militaire, peuvent donner lieu a
application des peines de police militaire definies par ledit
Code (3).
Art. 14. Les membres des Conseils d'Administration prennent
place dans l'ordre ci-apr6s : le President, an haul de la table : le
Vice-PrBsident, A sa droite; le capitaine, A sa gauche; le lieute-
nant, apr6s le Vice-PrAsident; le sous-lieutenant, aprAs le capi-
taine; le sergent, apr6s le lieutenant; et le caporal apres le
sergent.
Le quartier-maitre, ou celui qui le replace, exerce les functions
d'Accusateur pres le Conseil d'Administration ; il se place sur une

(1) Voy. no 687. Reglement du 18 septembre 1820, sur la formation des
conseils d'administration etc. No 1347. Circul. du 20 novembre 1834 du
Presid. d'H. aux command. d'arrond. relat. a l'application etc.
(2) Voy. no 1332. Code pen. milit. du 14 juillet 1834, etc.
(3) Voy. no 1468, Arretl du 30 novembre 1836, qui ordonne aux garde-
c6tes etc.










line oppose i celle du front du Conseil ; un fourrier occupera la
place assign6e au Greffier, et en exercera les functions, art. 21.
Art. 45. Dans les corps, bataillon, ou compagnie detach6s, le
Conseil sera compose de cinq membres, don't trois seront les plus
6leves en grade, et les deux autres, un sergent et un caporal ; le
commandant du corps,bataillon ou compagnie presidera; un officer,
soit du corps, soit d'un autre corps, exercera les functions d'Ac-
cusateur.
Art. 16. L'instruction se fera dans l'ordre ci-apres :
Les proces-verbaux on pieces A charge et A decharge seront lus
par le Greffier. Les t6moins A charge seront entendus, apr6s avoir
pret6, entire les mains du President, le serment voulu par la loi.
LU delinquant comparaitra en personnel, libre et sans fers ; il
ne pourra etre assist d'aucun conseil, autre qu'un militaire de son
corps A son choix. II proposera verbalement sa defense, et fera
entendre ses t6moins.
L'Accusatenr exposera l'affaire et la r6sumera. Le public et le
delinquant seront renvoyes de la salle,et le President recueillera les
avis, en commencant par le moins 6leve en grade. Les questions
seront 6tablies de la maniere suivante : < N......est-il coupable du
fait a lui imputd ? Si les Juges pensent que l'inculp6 est cou-
pable, ils r6pondront < oui, it est coupables: dans le cas contraire,
ils repondront ( non, it n'est point coupable.>
La majority absolue des voix des membres du Conseil suffit ponr
comdamner ou absoudre le pr6venu.
En cas de conviction de l'accus6 de la faute a lui imputee, apr6s
que le Pr6sident l'aura fait revenir dans la salle, 1'Accusateur re-
querra l'application de la peine. Le Pr6sident lira le texte de la loi,
qui devra etre sur le bureau devant lui ; il prendra l'avis du Con-
seil que.le Greffier recueillera.
Art. 17. Le jugement sera prononc6, stance tenante, et signed sur
le champ par tous les membres dn Conseil, et expedition en sera
adress6e, dans les vingt-quatre heures, A la diligence de I'Accusa-
leur, au Commandant de I'arrondissement.
Art. 18. Les jugements rendus par les Conseils d'Administration
sont sans appel.
CHAPITRE II.
Des Conseils Spdciaux.
Art. 19. Les Conseils Sp6ciaux sont composes d'un President,


( 37 )


[1834]









[1834] ( 38 )
au grade de colonel; d'un Vice-President, A celui de lieutenant-
colonel; de cinq juges, don't un capitaine, un lieutenant, un sous-
lieutenant, un sergent et un caporal; d'un Accusateur militaire, au
grade d'officier, et d'un Greffier ; ce dernier est au choix du PrB-
sident du Conseil.
Art. 20. Lorsque l'accus6 sera officier-g6n6ral, le Conseil sera
preside par un officier-g6neral d'un grade legal ou supdrieur A
celui de l'accus6: alors le Conseil sera compose, en outre, d'un
colonel, de deux lieutenants-colonels, d'un capitaine, d'un lieutenant
et d'un sous-lieutenant; et I'Accusateur militaire sera au moins du
grade de lieutenant colonel.
Art. 21. La pres6ance, 6tablie en l'article 14 pour les conseils
d'Administration, est applicable aux Conseils Speciaux. Art. 24.
Art. 22. Les officers et sous-officiers qui composent les Conseils
Sp6ciaux devront toujours 6tre pris dans les difffrents corps de la
garnison.
Art. 23. Le Conseil special, une fois assembly, ne pourra d6sem-
parer sans que les accusses pour lesquels il aura Wth convoqu6 ne
soient definitivement jugs (1).
Art. 24. Sont senls justiciables des Conseils Sp6ciaux, les per-
sonnes attaches A l'armee ou A sa suite : les embaucheurs ; les
espions ; ou ceux qui seront accuses de d6lits militaires, don't la
connaissance est attribute audits Conseils.
Art. 25. Sent reputees personnel attachees A l'armie ou A sa
suite, lorsque l'armee est en movement.
to Les voituriers, conducteurs de charrois, les marines entretenus
par l'Etat, et les personnel employees au transport de l'artillerie,
bagages, vivres et fournitures des armies, et de l'approvisionnement
des places ;
2 Les ouvriers employes dans les armies de terres ou de mer,
dans les arsenaux, ou A bord des bitiments de guerre ;
3 Les gardes magasins d'artillerie, ceux des vivres pour les dis-
tributions, soit au camp, soit dans les cantonnements, soit daus les
places ;
40 Les pr6poses aux administrations pour le service des troupes
on de la marine militaire;
5 Les secretaires, commis, 6crivains des administrations mili-
taires, et ceux des 6tats-majors ;

(1) Voy. no 1526. Loi du 26 juillet 1841, portant amendem. aux art, etc.









( 39 ) [1834]
6 Los tresoriers des armies et leurs agents ;
7o Les commissaires des guerres et de la marine ;
8 Les munitionnaires ou boulangers des armies ;
9o Les domestiques au service des officers et des employes a la
suite des armies.
Art. 26. Les Conseils Speciaux prononceront, sauf le recours en
revision, sur tous les d6lits militaires commis dans l'tendue de
leur jurisdiction.

CHAPITRE III.
Des Conseils de Revision (1).
Art. 27. Les Conseils de Revision sont composes d'un President,
au grade d'officier-genkral; d'un Vice-President, A celui de colonel;
et de trois Juges, don't un lieutenant-colonel, deux capitaines ; le
Greffier sera au choix du President (2).
Art. 28. Le President aura le colonel A sa droite, et le lieutenant-
colonel A sa gauche; le capitaine le plus ancien prendra place
apres le colonel, etl'autre A la gauche du lieutenant-colonel.
Art. 29. Le commissaire des guerres du lieu, on celui qui le rem-
place, exercera pres le Conseil de Revision, les functions de Com-
missaire du Pouvoir-Ex6cutif.
Art. 30. Le Pr6sident d6signera d'avance, et A tour de r6le,
celui des Juges qui devra remplir les functions de Rapporteur.
Art. 31. Les Conseils de R6vision annullent les jugements rendus
par les Conseils Sp6ciaux, soit militaires, soit maritimes, dans les
cas ci-apres.
1o Lorsque le Conseil n'a pas Wte form de la maniere prescrite
par la loi;
2* Lorsque les formalities prescribes A peine de nullite, ou autres
formes essentielles, n'ont pas t60 observees;
3* Lorsque le Conseil Special a Wte incompetent;
4* Lorsque la loi a Wte faussement appliquee (3).
Art. 32. Le Conseil de Revision ne statue point sur le fond des
affaires don't la revision lui est soumise : il en renvoie la connais-
sance au Conseil Special le plus voisia de celui don't le jugement est
annul. art. 123.

(1) Voy. no 65. Dicret, du 27 fevrier 1807, qui modifie le code pin. etc.
(2) Voy. no 1526. Loi du 26 juillet 1841, portant amendem. etc.
(3) Voy. ibid.








[1834]


TITRE 11I.
De instructionn .

CHAPITRE Icr.
De la Plainte et de la DNnonciation.
Art. 33. Tout militaire, on toute personnel attache A l'armie ou
A sa suite, qui se pr6tendra 16s6 par un delit militaire, adressera sa
plainte ou d6nonciation au Commandant de la place de sa commune,
ou A celui qui en fera les functions : celui-ci la transmettra, sans
d6lai, au Commandant de l'arrondissement.
Art. 34. Toute autorit6 constitute, tout fonctionnaire, officer et
employ public, tout citoyen qui aura connaissance d'un delit mili-
taire, est tenu, dans l'int6rAt public, d'en d6noncer le fait A l'auto-
rite competente.
Art. 35. La plainte ou la d6nonciation contiendra la declaration
circonstanciee des faits: le nom du pr6venu, son grade, le num6ro
de sa compagnie, celui de son bataillon et enfin le numero de son
regiment ; les noms des t6moins : elle sera sign6e du plaignant; en
cas qu'il ne sache on ne puisse signer, il appellera deux t6moins
qui signeront pour lui.
Art. 36. Lorsqu'il y aura lieu i denoncer une autoritl militaire
superieure, la d6noncialion sera adressee directement au President
d'Haiti.
CHAPITRE II.
Du flagrant DIlit.
Art. 37. Dans les cas de flagrant dWlit, tout d6positaire de la force
armee, toule personnel est tenue de saisir le prevenu et de le faire
conduire pardevant le commandant militaire le plus voisin du lieu
o6 le delit a Wtl commis.
Art. 38. Est r6pute flagrant d6lit, le dWlit qui se comment actuelle-
ment on qui vient de se commettre.
Sont aussi r6put6s flagrans delits, les cas of le pr6venu est pour-
suivi par la clameur publique, et cclui oi il esl trouve saisi d'effets,
armes, instruments ou papers faisant presumer qu'il est auteur du
dWlit, ou complice.


( 40 )








S1834]


CHAPITRE III.

De I'Audition des Timoins.
Art. 39. Les t(moins A charge qui auront Wte requis par les auto-
rites militaires, seront entendus separ6ment, et hors de la presence
du prevenu.
Art. 40. Ils representeront, avant d'6tre entendus, la requisition
qui leur aura 18t faite pour deposer.
Art. 41. Ils preteront le serment de dire la verite, rien que la
verit6. II leur sera demand leurs noms, pr6noms, Age, profession,
demeure : s'ils sont domestiques, parents ou allies des parties et A
quel degr6. II sera fait mention, sur le proces-verbal, des demands
et des reponses.
Art. 42. Les depositions seront signees de l'officier Instructeur
et du t6moin : apr6s que lecture en aura Wte faile, et qu'il aura
declare y persister : si le temoin ne vent, ne sail ou ne pent signer,
il en sera fait mention.
Chaque page da cahier d'instruction sera sign6e de l'officier
Instructeur et par le Greffier ou par celui qui en remplit les fonc-
tions.
Art. 43. Il ne pourra y avoir aucun interligne: les ratures seront
approuvees et les renvois signs par l'officier Instructeur, par le
Greffier et par les t6moins, s'ils savent, peuvent ou veulent signer,
sons les peines de cinquante gourdes d'amende centre le Greffier,
et de pareille some contre l'officier instruisant la procedure.
Art. 44. Les pere et mere et autres ascendans du pr6venu, ses
descendans, et ses domestiques, ne pourront etre entendus que
comme renseignemens, si d'ailleurs il n'y a pas d'opposition.
Art. 45. Les personnel de l'un et de l'autre sexe, au-dessous de
quinze ans, pourront 6tre enlendues en parliculier et sans presta-
tion de serment; mais leurs dires, toujours considers comme ren-
seignemens, ne seront point arliculds publiquement.
Art. 46. Toute personnel requise par les officers que la loi ddsi-
gne pour recevoir les depositions des temoins, sera tenue de com-
parailre et de satisfaire A la requisition qui lui aura Wt failed et
qu'elle aura re.ue: sinon, elle pourra, sur la demand de l'Ac-
cusateur mililaire, etre condamnee, sans appel et meme par corps,
A une amende de cinquante A cent gourdes au profit du tr6sor
public.


( ii )









[1834] ( 42 )
Art. 47. Le t6moin ainsi condamn6 qui justifiera qu'il 6tait dans
l'impossibilite absolue de se presenter, pourra, sur les conclusions
de l'Accusateur militaire, 6tre decharg6 de l'amende par le Conseil
Special.
Art. 48. Lorsqu'il sera legalement constat6 que des temoins
se trouvent dans l'impossibilite de comparattre d'aprks la requisi-
tion qui leur avail Wet faite, 1'Accusateur militaire se transportera
en leur demeure, s'ils habitent la commune oi siege le Conseil
Special.
Art. 49. Si les temoins resident hors de la commune od se tient
le Conseil, le Commandant de l'arrondissement commeltra le Com-
mandant de la commune du domicile des temoins, ou un officer A
son choix, A I'effet de recevoir leurs depositions, et lui enverra des
notes et instructions qui lui front connaitre les fails sur lesquels
ces temoins devront deposer.
Art. 50. Dans le cas od les temoins se trouveraient dans un autre
arrondissement, la requisition serait faite au Commandant de cet
arrondissement, qui pourra commettre un officer pour recevoir
leurs depositions. Ces depositions seront envoyees closes et cache-
tees i l'autorite qui les aurait requises.
Art. 51. Toute requisition, ou tout ordre donn6 pour la com-
parution d'un t6moin ou d'un pr6venu, indiquera clairement ses
nom, prenoms et profession, et les motifs pour lesquels il est
appele.
Art. 52. Tout militaire, charge de 1'execution d'un ordre de
d~p6t, remettra le delinquant entire les mains du concierge de
la prison, lequel, sur le vu de l'ordre, recevra le delinquant, I'6-
crouera et fournira decharge au conducteur: cette decharge sera
sur-le-champ remise i l'autorite qui aura donned l'ordre de dep6t.

CHAPITRE IV.
De l'Interrogation des privenus.
Art. 53. Les privenus d'un delit militaire, seront interrog6s sur
leurs noms, prenoms, Age, profession, lieux de naissance, lieux de
domicile, grades, num6ro de compagnie, bataillon et regiment
mention sera faite des demands A eux adressees et de leurs r6-
ponses.
Art. 54. L'interrogatoire sera sign par l'officier charge d'ins-
truire la procedure, ainsi que par le prevenu, apres que lecture










lui en aura Wte faite et qu'il aura d6clar6 y persister ; si le pr6venu
ne vent, ne salt ou ne pent signer, il en sera fait mention ; chaque
page de l'interrogatoire sera signee par l'officier Instructeur et le
Greffier.
Art. 55. Les renvois seront approuves et signs par l'Instructeur
et le Greffier, ainsi que parole prevenu, s'il sait, veut ou pent signer,
sous les peines portees par l'article ci-apr6s.
Art. 56. Toutes n6gligences des formalities prescrites par les
articles 53, 54 et 55 ci-dessus, seront punies d'une amende de cin-
quante gourdes centre le Greffier, et de pareille some centre
l'officier Instructeur.
La condamnalion i cette amende sera prononcee par les Conseils
de Revision, sur la demand de l'officier militaire charge de rem-
plir les functions de Commissaire du Pouvoir-Exicutif:

TITRE IV.
Des Agens de la Police militaire et de leurs functions.

CHAPITRE er.
Des Commandans de place.
Art. 57. Les Commandans de place on ceux qui en exercent les
functions, font la recherche des contraventions, d6lits on crimes
commis dans 1'etendue de leur commandement, don't la connaissance
est du resort des Conseils militaires. Ils mettent en 6tat d'arresta-
tion les prevenus, dressent les actes preliminaires et en rendent
compete aux Commandans d'arrondissement.
Art. 58. Les Commandans de place, sur 1'envoi que leur font
les Commandans d'arrondissement, des plaintes on denonciations
parvenues directement A leur connaissance, ordonnent I'arrestation
des pr6venus, s'ils n'ont deji Wt6 arret6s : requi6rent la comparu-
tion des tLmoins, les entendent ; interrogent les prevenus, et dres-
sent les proces-verbaux n6cessaires pour constater les circonstances
etle corps du delit; ils en front l'envoi, au moins dans les vingt-
quatre heures qui suivront I'accomplissement des formalities, au
Commandant de l'arrondissement.
Art. 59. Dans tons les cas de flagrant delit, et lorsque le prd-
venu sera conduit devant le Commandant de la place, il recueillera
toutes les circonstances du delit, et les fera constater par proc6s-
verbaux aux termes des articles pr6citis.


( 43)


[1834]









[1834] (44 )
Art. 60. Le Commandant de place recevra en d6p6t les armes,
instruments et papers pouvant servir A constater le dWlit, et s'il
r6sulte de leur examen des motifs pour faire des recherches sur les
lieux, il ordonnera qu'elles soient faites, ou se transportera lui-
mnme sur les lieux pour ophrer lesdites recherches ; il sera dress
proces-verbal du tout.
Dans les cas ot, soit par l'examen de ces actes, soit par suite des
recherches, il resulterait qu'il y a des complices appartenant a la
classes civil, l'affaire sera renvoy6e pardevant les juges comp6tens
pour en connaitre.
Art. 61. Les objefs saisis on requs en dep6t, au voeu de I'article
pr6c6dent, seront clos et cachet6s, si faire se peut, et s'ils ne sont
pas susceptibles de recevoir des caracteres d'6criture, ils seront dis
dans un sac sur lequel les Commandans de place attacheront une
bande de toile qu'ils scelleront du sceau de leurs bureau, pour etre
envoys au Commandant de l'arrondissement.
Art: 62. Les Commandans de place front conduire les prevenus
au Commandant de I'arrondissement, avec les proces-verbaux qui
auront 6t fLaits, pour etre livr6s aux Conseils Sp6ciaux.

CHAPITRE II.
Des Commandans d'arrondissement.
Art. 63. Les Commandans d'arrondissement, ou ceux qui en rem-
plissent les functions, sont charges de fire poursuivre, par des
Accusateurs militaires, les d6lits militaires co:nmis dans l'6tendue
de leur commandment.
Art. 61. Les Commandans d'arrondissement regoivent aussi les
plaintes et les d6nonciations: ils exigent la declaration circonstan-
ci6e des faits; la remise des pieces A conviction et I'indication des
temoins, etles renvoient pardevant les Conseils militaires comp6-
tens.
Art. 65. Les Commandans d'arrondissement, en recevant les pro-
cts-verbaux des Commandans de place, constatant les.circonstances
et le corps du dWlit, en prennent connaissance et les adressent aux
Accusateurs militaires de leurs resorts.
Art. 66. Le Commandant d'un arrondissement, qui aura connais-
sance d'un dWlit militaire commis hors de son arrondissement,
sera tenu d'avertir, sans dtlai, celui dans l'arrondissement duquel
le delit aura Wt commis, et de lui donner tous les renseignemens








[1X341


( 45 )


qu'il aura obtenus, notamment la d6nonciation on la plainte, s'il y
en a.
Art. 67. Les Commandans d'arrondissement donnent connais-
sance au President d'Haiti de routes les affaires relatives A des
delits militaires qu'ils ontadress6es aux Conseils Speciaux; lorsque
ces affaires ont t6t jugees, et qu'expeditions des jugemens leur ont
WL6 adressees, ils en font aussi I'envoi au President d'Haiti, sons le
plus bref delai.

TITRE V.
De la Forme de procder aux Conseils Speciaux.

CHAPITRE Ier.
Des Fonctions du President.
Art. 68. Le Pr6sident a le pouvoir discr~tionnaire d'user de
toutes les voies, non r6prouv6es par la loi, qu'il croira n6cessaires
pour decouvrir la v6rit6 : et la loi charge son honneur et sa cons-
cience d'employer tous les efforts qui tendent i favoriser la mani-
festation.
Art. 69. I1 dirige les d6bats et determine l'ordre dans lequel la
parole devra 6tre prise; et lorsque le Conseil est suffisamment
eclaire, il met fin aux debats.

CHAPITRE II.
De l'Accusateur militaire.
Art. 70. Les Accusateurs militaires sont charges, d'apres les
requisitions des Commandans d'arrondissement ou de ceux qui en
remplissent les functions, de la poursuite pardevant les Conseils
Spiciaux, de tous les crimes et delits militaires commis dans
1'6tendue des resorts desdits Conseils.
Art. 71. Vingt-quatre heures, au plus tard, apres que I'Accusa-
teur militaire.aura recu du Commandant de I'arrondissement, les
actes pour la poursuite d'un pr6venu, il se transportera avec le
Greffier du Conseil Special, dans une des chambres de la concier-
gerie ou prison, et requerra la comparation du prevenu libre et
sans fers, afin de l'interroger.
Art. 72. Le prevenu sera interroge sur ses nom, prenoms, Age,
profession et son grade militaire, le numero de sa compagnie,
bataillon et regiment.










Art. 73. L'Accusateur militaire declarera au prevenu qu'il sera
livre a un Conseil Special, et I'avertira qu'il pent faire choix de
quelqu'un pour I'aider dans sa defense.
Art. 74. Un proces-verbal sera dress du tout, et mention y sera
faite que le pr6venu a Wte entendu libre et sans fers, sous peine de
cinquante gourdes d'amende, tant contre I'Accusateur que contre le
Greffier, lesquels signeront, ainsi que le pr6venu, s'il sait, vent ou
peut signer.
Art. 75. Vingt-quatre heures apres l'interrogatoire, 1'Accusateur
militaire ridigera un acte d'accusation, don't copie sera donnee
immediatement au pr6venu, A peine de nullit6 de tout ce qui s'en
suivrait.
L'acte d'accusation contiendra :
lo L'ordre de renvoi du Commandant de 1'arrondissement;
20 Les nom, prenoms, Age, grade ou emploi militaire, le .numero
du corps, bataillon et compagnie du prevenu ;
3 Le fait A lui impute ;
4" Les circonstances qui peuvent aggraver ou diminuer sa culpa-
bilite.
Art. 76. L'Accusateur militaire pourra, pendant le course des
d6bats, faire toutes observations et reclamer toutes pieces ncces-
saires A la conviction des accuses. Le President lui donnera acte de
ses requisitions.

CHAPITRE III.
be la Tenue du Conseil Special et de l'Examen de la cause.
Art. 77. Le Conseil 6tant assemble, le President, sous peine de
nullite, fera apporter et d6poser devant lui, sur le bureau, un exem-
plaire de la loi : le proces-verbal fera mention de cette formality
indispensable: et le President ordonnera que l'accus6 soit mend
devant le Conseil.
Art. 78. L'accus6, accompagne de gardes, comparaitra libre et
sans fers, devant le Conseil Special : le President orflonnera a la
garde de se tenir aux differentes issues de la salle.
Art. 79. L'accus6 sera interrog6 par le President, sur ses nom,
prenoms, Age, grade, ou emploi militaire, le numero de son corps,
bataillon et compagnie.
Art. 80. Si l'accus6 n'a pas fait choix de quelqu'un pour le dA-
fendre, le President, A peine de nullite, lui designera un defenseur


[183.]1


( 46 )








( 47 ) [1834J
public du resort, et A d6faut, un citoyen capable pour l'assister
dans sa defense.
Art..81. Le President avertira le d6fenseur de l'Accus6 qu'il ne
peut rien dire contre le respect du aux lois et au Conseil. Tout
contrevenant sera condamne A un emprisonnement de huitjours au
plus, par le Conseil Special, sur les conclusions de l'Accusateur
militaire.
Art. 82. Pendant la tenue de audience, le silence le plus absolu
regnera dans I'auditoire, et si quelque assistant s'ecartait du res-
pect du A la justice, le President pourra le condamner A un empri-
sonnement qui n'excedera pas huit jours, sans prejudice d'autres
peines plus graves, s'il y a lieu.
Art. 83. Le President avertira l'accuse d'etre attentif & tout ce
qu'il va entendre : il ordonnera- au Greffier de donner lecture des
actes de la procedure, de tenir note des requisitions de l'Accusateur
militaire et de 1'accus6, et des additions, changemens on variations
qui pourraient exister dans la deposition des t6moins avec leurs
pr6c6dentes depositions.
Art. 84. Le proces-verbal de la seance constatera que les forma-
lites voulues par la loi ont Wt6 observees ; il fera mention des addi-
tions, changemens et variations prevus par l'article precedent ; il
sera sign du President, de l'Accusateur militaire et du Greffier,
sous peine d'une amende de cinquante gourdes payable solidaire-
ment par tous les signataires dudit proces-verbal.
Cette amende sera prononc6e conform6ment au 2e alinda de l'ar-
ticle 56.
Art. 85. Apres lecture de ces actes, le President dira A l'accuse :
c Voild de quoi vous dies accused ; vous allez entendre les charges
qui seront produites centre vous. v
Art. 86. L'Accusateur militaire exposera le sujet de l'accusation
et proposerade faire entendre les temoins A charge.
Art. 87. La liste des t6moins sera lue A haute voix par le
Greffier.
Art. 88. Le President ordonnera la comparution des t6moins.
L'accus6 pourra, avant qu'ils soient entendus, proposer contre eux
les reproches qu'il avisera : le Conseil Sp6cial appr6ciera ses rai-
sons, et si elles se trouvent bien fondees, le temoin ne sera repu
a d6poser que pour donner de simples renseignemens, s'il y a
lieu.
Art. 89. Les temoins non r6cuses seront entendus dans I'ordre











etabli par l'Accusateur militaire, et aprbs qu'ils auront fait leurs
positions, il les fera rentrer dans la chambre qui leur aura 6tW
destine ; ils n'en sortiront que par l'ordre du Pr6sident.
Art. 90. Les t6moins qui n'auraient pas W6t entendus, lors de
l'instruction preparatoire, ne pourront communiquer avec ceux
don't I'audition aurait d6jA eu lieu.
Art. 91. Ses t6moins appeles preteront, entire les mains du Pre-
sident, le serment de parler sans haine et sans crainte, et de dire
la v6rite, et rien que la verite.
Art. 92. Le President leur demandera leurs noms, prenoms, age,
profession, lieu de residence, s'ils connaissaient l'accus6 avant le
faith A lui impute, et s'ils sont ses parents on allies, et A quel degr6,
et s'ils ne sont pas attaches au service 'un de l'autre : cela fait, ils
seront entendus oralement.
Art. 93. Aprbs chaque deposition, le Pr6sident demandera aux
temoins, si c'est de l'accus6 present don't ils ont entendu parler : il
demandera ensuite A l'accus6, s'il veut repondre A ce qui vient
d'6tre dit.
Art. 94. Le President pourra demander A l'accus6 et aux t6moins,
tous les renseignemens qu'il croira necessaires pour sa conviction;
le Vice-Pr6sident, les Juges et l'Accusateur militaire, en obtenant
la parole, auront la meme faculty.
Art. 95. Le temoin ne pourra 6tre interrompu, mais l'accus6
ou son conseil pourront le questionner par l'organe du President.
Les t6moins ne pourront s'interpeller entire eux.
Art. 96. Le President representera a l'accus6 tout les effects
trouv6s lors du delit, ou depuis, et pouvant servir A conviction. II
l'interpellera de repondre personnellement s'il les reconnait; il
pourra, s'il y a lieu, faire la meme interpellation aux temoins.
Art. 97. Si, d'apres les d6bats, la deposition du temoin parait
fausse, le President, sur la demand, soit de l'Accusateur militaire,
soit de l'accuse, et meme d'office, pourra faire sur-le-champ mettre
le tlmoin en 6tat d'arrestation:
Si le faux t6moin est de la classes civil, il sera renvoy6 par le
Conseil Special, sur les conclusions de l'Accusateur militaire, de-
vant ses Juges natnrels, avec copie du proces-verbal d'audience.
Art. 98. L'Accusateur militaire, a la suite des depositions et des
dires respectifs, d6veloppera les moyens qui appuient I'accusation :
il resumera l'affaire, et il fera remarquer aux Juges les principles
preuves pour et centre l'accusO.


( 48 )


[18331








( 49 ) [1834f
Art. 99. AprBs que I'Accusateur militaire aura d6veloppe les
moyens qui appuient I'accusation, l'accus6 et son defenseur auront
la parole pour proposer leurs moyens de defense.
L'Accusateur militaire et la parties plaignante pourront repliquer;
mais I'accus6 et son conseil auront la parole en dernier lieu.
Art. 100. Si la partie plaignante reclame des dommages-intdrets,
elle devra prendre ses conclusions avant la fin des d6bats.
Art. 101. Le President fera conduire l'accus6 dans la prison,
et le Conseil se retirera dans la chambre des deliberations; li
rendu, le President posera au Conseil la question suivante : ( L'ac-
c cusd N.... est-il coupable du fait 4 lui imputd?
Art. 102. Les Juges donneront leur avis, en commengant par le
moins 6lev6 en grade, et en finissant par le President.
Art. 103. Si, en leur Ame et conscience, les Juges pensent que
1'accus6 est coupable, ils d6clareront : ( Oni, l'accuMs N.... est
c coupable. Et s'ils pensent que l'accus6 n'est pas coupable, its
diront : c Non, l'accusd N.... n'est pas coupable. La reponse de
chaque Juge sera recueillie par le Greffier. Le Conseil rentrera dans
la salle d'audience, ofi le President fera revenir l'accuse, et lui fera
connaitre la delaration du Conseil Special.
Art. 404. Si l'accus6 est declare coupable, I'Accusateur militaire
requerra l'application de la loi pour la peine a infliger.
Art. 105. L'accus6 ni son d6fenseur ne pourront plus dire que le
fait n'est pas constant; mais ils pourront dire que la peine, r6clam6e
par l'Accusateur militaire, n'est pas celle de la loi.
Art. 106. Les Juges se retireront de nouveau dans la chambre
des deliberations, ofi chacun d'eax, en commencant par le moins
eleve en grade, donnera son opinion sur la peine A appliquer ; le
jugement sera de suite dressed.
Art. 107. La declaration du Conseil se fera, pour ou centre l'ac-
cus6, A la plurality des voix, A peine de nullit6.


CHAPITRE IV.

Du Jugement et de son Execution.
Art. 408. Apres que le Jugement aura Wt6 ridig6, les Juges ren-
treront dans la salle ; le President lira le texte de la loi, et pro-
noncera le Jugement A haute et intelligible voix.
Art. 109. Si l'accus6 est delare non coupable, le President ordon-









[1834] ( 50 )
nera qu'il soit mis sur-le-champ en liberty, s'il n'est retenu pour
autre cause.
Art. 110. Dans aucun cas, I'accus6 declare non coupable ne pourra
Atre poursuivi de nouveau A raison du.mAme fait.
Art. I 1. Dans le cas ofi l'accus6 serait declard non coupable du
lait porld ilans 1'acte d'accusation, et que, par la deposition des
lemoins, il so trouterait inculp6 d'un autre ddlit, le Pr6sident, sur
la demand de I'Accusateur militaire, ordonnerait qu'il f't de nou-
veau arr&t6 et conduit devant le Commandant de l'arrondissement,
pour fire procdder do suite a une nouvelle instruction.
Art. 12. Le Grofiier kcrira le Jugement : il y inscrira le texte de
la loi sur laquelle il est fondt : ce Jugement sera signed par tous
les Juges, A peine de cinquante gourdes d'amende centre le Gref-
tier, et de pareille some contre chacun des Juges qui n'auront pas
sign, laquelle sera prononee, ainsi qu'il est dit en l'article 56,
20 alinda.
Art. 113. L'exp6dition du Jugement sera envoy6e au Comman-
dant de 1'arrondissement, dans les vingt-quatre heures au plus tard,
et copie du prononce imm6diatement donn6e au condamn6 a la
diligence de l'Accusateur militaire.
Art. 114 L'Accusateur militaire et le condamni auront vingt-
quatre heures pour se pourvoir centre ledit Jugement, A peine de
d6cheance.
Art. 115. S'il n'y a point de demand en revision, le Comman-
dant de 1'arrondissement fera ex6cuter le Jugement dans les vingt-
quatre heures qui suivront le d6lai accord A l'Accusateur militaire
et au condamn6 pour se pourvoir en revision, et le proc6s-verbal de
1'execution sera dressed par le Greffier, sous peine de cinquante
gourdes d'amende, et transcrit par lui, dans les vingt-quatre
heures, au pied de la minute de 1'arrt : il signera cette transcrip-
tion.
Cetle -amende sera prononcee conform6ment au 2e alinea de l'ar-
ticle 56.

TITRE VI.

Des Demandes en Rdvision.

Art. 116. Dans le delai prescrit en I'article 114, le condamn6,
on l'Accusateur militaire, qui voudra se pourvoir centre le juge-
ment du Conseil Special, devra en faire la declaration au Comman-










( 51 ) [4834J
dant de l'arrondissement du lieu od siege le Conseil qui a pro-
nonce.
Art. 117. Le Commandant de l'arrondissement, en relevant
la declaration, la remettra au President du Conseil de Revision.
Art. 118. Le President du Conseil Special enverra, dans les vingt-
quatre heures, sous inventaire, les pieces dujugement au President
du Conseil de Revision.
Art. 119. Le President du Conseil de Revision remettra la de-
claration du recours en revision et les pieces au Juge rapporteur ;
celui-ci, dans les trois jours, les communiquera au Commissaire
des guerres pour preparer son requisitoire.
Art. 120. Au jour indiqu6, le Rapporteur exposera publiquement
l'affaire, en pr6sentant I'analyse des moyens.
Art. 121. Le conseil du condamne pourra d6velopper les moyens
contenus dans sa demand, sans, toutefois, en proposer de nou-
veaux.
Art. 122. Le Commissaire des guerres donnera ses conclusions.
II sera immddiatement proc6de au jugemen't.
Art. 123. Si le Conseil rejette la demand, I'arret qui le prononce
ne pourra etre attaque par aucune voie.
Art. 124. Si le jugement est cass6 pour un des vices prevus par
l'article 31 de lapr6sente Loi, le Conseil de Revision, en se con-
formant a l'article 32 renverra le pr6venu accompagn6 de
toutes les pieces de la procedure, pour qu'il soit status ce que de
droit.
Art. 125. Le Conseil de Revision, une fois assemble pour pro-
noncer sur la validity d'un jugement, ne pourra dksemparer avant
d'avoir donn6 sa decision (*).

(') Aucdne disposition de loi ne soumet les arrets des conseils de revi-
sion a lexamen et a la censure du tribunal de cassation. La revision'itant
une voie 6quipollente a la cassation, les conseils de revision doivent etre
considers au meme degree que le tribunal de cassation, chacun dans sa
sphere. L'art. 123 de la loi sur I'organisation des conseils militaires
prouve 6videmment qu'en cas d'admission de la demand, I'arret ne peut
etre soumia a aucun recours, ce qu'appuie d'ailleurs l'art. 32. La loi de
Juillet 1817 sur 1'organisation et les attributions du tribunal de cassation,
a Wte abrog6e par diffErentes lois organiques, notamment par celle du 9
Fev. 1826. Differentes dispositions attributives de jurisdiction dans le Code
d'Inst. crim. a present en vigueur, et dans les susdites lois organiques,
ont abrog6 toutes les dispositions qui r~glainr. les attributions du tribunal










[ 834]


TITRE VII.
De la Contumace et de la Prescription.
Art. 126. La Prescription, 6tablie par le droit commun, est
maintenue, sauf les modifications ci-apres.
Art. 127. Tout privenu d'un ddlit militaire qui n'aurait pas etL
arretd, sera jug- par Contumace : la Contumace sera prononee par
le Conseil Militaire sur les preuves acquises.
Art. 128. Si le condamne par Contumace se presente dans les
cinq annees qui suivront lejugement, ii devra se constituer prison-
nier, et sera de nouveau jug- : alors tout ce qui aurait servi A la
condemnation, sera nul et non avenue.
Art. 129. Le condamne par Contumace, pour crime de 16se nation,
ne sera point habile A profiler du b6nefice de la Prescription ; le
jugement prononc6 contre lui acquerra l'autorit6 de la chose jugee,
s'il ne se presentait point dans les cinq annies accorddes aux con-
tumax pour se presenter et offrir sa defense.

TITRE VIII.
De la Rdhabilitaiion des Condamnms.
Art. 130. Tout condamne, pour delit militaire, A une peine afflic-

de cassation lors de son institution en Haiti. Au surplus, la loi sur 1'or-
ganisation des conseils speciaux militaires s'explique trbs formellement sur
les recourse a exercer en matiare de crimes ou delits militaires, cons4-
quemment le tribunal de cassation n'a point le droit d'admettre aucun re-
cours contre un arret d'un conseil de revision, dans l'absence de disposi-
tions lgislatives. Quels que soient lea pouvoirs 6tendus qu'a le tribunal de
eassation sur lesjugements on actesjudiciaires qui sont entach6s de nullit6,
ses pouvoirs 6tant limits par Ia loi, il ne peut les enfreindre eq les 6ten-
dant, et s'il fallait, lorsqu'il serait argued de flagrante violation de prin-
cipes par les conseils de revision, au prejudice de gens de la classes civil,
que le tribunal de cassation s'attribuat le droit d'annuler des arrdts des
conseils de revision, sans 6tre autoris6 par aucune loi, il finirait par s'im-
miscer dans les functions du Pouvoir LUgislatif, en cherchant A corriger
les dispositions de lois qu'il croirait vicieuses, ou 6tablirait des disposi-
tions non existantes. Lorsqu'il s'agit meme des jugements des conseils spe-
ciaux militaires aucune loi ne donne attribution au tribunal de cassation
de connattre de leur nullit6 que dans le cas seulement d'une ddnonciation
faite par is Commissaire du Gouvernement sur I'ordre exprbs du Grand
Juge, art. 346 du C. d'Inst. crim. Casn. 7 nov. 1843.


(52 )








( 53 )


[1834]


live et infamante, qui aura accompli le terme du jugement rendu
contre lui, et qui aura Wtl sous la surveillance de la haute police
pendant un temps 6gal A la dur6e de sa peine, pourra Wtre reha-
bilite.
La demand sera port6e au President d'Haiti ; elle ne pourra
1'6tre apres 1'expiration de cinq ans, A computer du delai fix6 en 'aar-
ticle precedent.
Art. 131. Nul ne sera admis a demander sa Rehabilitation, s'il
n'appuie sa demand d'une expedition de son jugement de condam-
nation, d'une expedition du procis-verbal de 1'execution, et d'un
certificate de bonne conduite d.livr6 par le Commandant de la place
oi il aura fail sa residence, et approuve du Commandant de 'ar-
rondissement.
Art. 132. Si la demand est fondBe, et que la Rehabilitation soit
admise, la lettre du President d'Haiti fera cesser, pour l'avenir,
toutes les incapacilts qui r6sultaient de la condemnation. La
lettre sera transcrite en marge de la minute du jugement de con-
damnation.
Art. 133. Si, apres un jugement de condemnation A des peines
afflictives et infamantes, passe en autorit6 de la chose jugee, l'in-
nocence du condamn6 pouvait Atre acquise, soit par des pieces 6crites,
soit par des preuves mat6rielles trouv6es depuis le jugement, la
revision du procks pourra avoir lieu.
Art. 134. Si le condamn6 A cesse d'exister, sa memoire pourra
Wtre d6chargbe de l'accusation qui aurait Wt6 port6e centre lui.
La demand, dans tous les cas, sera portee au President d'Haiti,
qui en enverra la connaissance A un Conseil Special extraordi-
naire.

TITRE IX.
Dispositions Finales.
Art. 135. La present Loi abroge toutes dispositions des Lois an-
terieures qui lui sont contraires.
Art. 136. La presente Loi sera exp6dike au Senat, conformn-
ment A la Constitution.
Donni en la Chambre des communes, au Port-au-Prince, le 7 juillet
1834, an 31e de 'Independance.
Le President de la Chambre, Sign4: J. S. MILscmTr.
Les Secrdtaires, Sign6: Phanor Duwp, Hr6. LATpaTU(.








[1834] ( 54 )
LE SENAT decrdte l'acceptation de la Loi sur l'Organisation des Conseils
Militaires, et sur la Forme deprocider devant lesdits Conseils ; laquelle sera,
dans les vingt-quatre heures, exp6dide au Pr6sident d'Haiti, pour avoir
son execution, suivant le mode etabli par'la Constitution.
DONN a la Maison Nationale, au Port-au-Prince, le 12 Juillet 1834,
an 31M de Ilnd6pendance.
Le President du Sinat, sign: Jh. GEORGES.
Les Secritaires, sign: Pre. ANDRe, N. VIALLET.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
LE PRESIDENT d'HAITI ordonne que la Loi ci-dessus du Corps L6gis-
latif, etc.
DONNE auPalais Nationaldu Port-au-Prince, le 14 Juillet 1834, an 31e.
Sign6: BOYER.
Par le President :
Le Secritaire-Gindral, sign6: B. INGINAC.


N* 1332. CODE PENAL MILITAIRE pour les Troupes de terre et de
mer de la RNpublique. (1)
Port-au-Prince, le 14 juillet 1834.
Le President d'Haiti a propose,
Et la Chambre des ReprBsentants des communes, apres les trois lec-
tures constitutionnelles,
A adopt le Code Penal militaire suivant:

LOI No 1. Sur les dispositions gdndrales.
Art. le'. Les contraventions, delits et crimes militaires consis-
tent dans la violation, d6finie par la Loi, du devoir militaire.
Art. 2. Sont contraventions, d6lits et crimes militaires,
o1 Ceux qui ont Wte commis, en quelque lieu que ce soit, par les
militaires de terre on de mer dans l'exercice de leurs functions mi-
litaires ;
20 Ceux qui out 6te commis, dans les 6tablissements militaires ou
A bord des batiments de guerre, par les niilitaires ou marines en
activil6 de service on non.

(1) Voy. N 24. Code pin. milit. du 26 mai 1805. Ne 65. Arrdti du
Sinat, du 27 f6v. 1807, qui modifie le C. pin. milit. de 1805. ne 1717.
Dicret du 3 nov. 1843, qui regle les effects etc. art. 12. No 3700. Code
pin. milit. du 26 nov. 1860.









30 Tous faits d'insubordination ou de desob6issance commis par
des militaires inf6rieurs envers leurs superieurs ;
4o Tous exces de pouvoir commis par des superieurs mililaires
envers leurs inferieurs ;
5 Tous faits quelconques commis dans une place ou dans un
lieu declare en 6tat de siege ;
60 Tous faits d'espionnage et d'embauchage, commis pour l'en-
nemi, pour 1'Mtranger ou pour les rebelles interieurs ;
7 Tous faits commis par un miiitaire actuellement de service,
qui aurait abandonne son poste et ses drapeaux (*).
Art. 3. Toute tentative de crime on de delit qui aura Wt6 mani-
festee par des actes exterieurs et suivie d'un commencement d'ex6-
cution, si elle n'a Wte suspendue ou n'a manque son effet que par
des circonstances fortuites ou ind6pendantes de la volont6 de l'au-
teur, est punie comme le crime ou le delit mmme, dans les cas de-
termines par le present Code.

LOI N 2. Sur les peines en matiere criminelle et
correctionnelle, don't la connaissance appartient
aux Conseils spdciaux, et de leurs effects.

CHAPITRE le.
Des peines en matiare criminelle.
Art. 4. Les pines en matirre criminelle, afflictives ou infa-
mantes, sont:
1 La mort;
20 Les travaux forces a perp6tuite ;
3 Les travaux forces A temps ;
4o La reclusion ;
5o La destitution de l'officier.
Art. 5. Les peines en matiere correctionnelle sont:
1o L'emprisonnement A temps ;
2 Le renvoi sous la surveillance de la haute police de 1'Etat;

(') Le militaire actuellement de service, qui a abandonnA son poste pour
aller commettre un vol avec effraction, est justiciable des tribunaux mili-
taires et non du tribunal criminal qui est incompetent A raison de la ma-
tiere, d'aprbs les principles consacris par I'art. 5 du Code p6n. et I'art.
7 du Code p6n. militaire. Cass. 13 dec. 1837.


( 55 )


[1834]









3" La suspension de l'exercice des functions on emplois mili-
taires.
Art. 6. Les condamnations aux peines 6tablies par la Loi sont
independantes des restitutions et des dommages-intlrAts qui peu-
vent 6tre dus aux parties.
Art. 7. Tout condamn6 A mort sera fusilli.
Art. 8. Les condamn6s aux travaux forces seront employes aux
travaux publics, enferg6s deux a deux.
Art. 9. Les condamnus A la reclusion seront employs A des tra-
vaux dans l'int6rieur des prisons.
Art. 10. Tout condamne A une peine en matiere criminelle,
aprAs avoir subi sa peine,est de droit renvoye sous la surveillance
de la haute police, pendant un temps egal A la duroe de la peine.
Art. 11. L'officier destitu6 perd son grade et ne pourra plus en
porter les insignes. II sera condamna A rester, pendant un temps
determine, sons la surveillance de la haute police.
Art. 12. Tout condamne par les tribunaux militaires a une peine
afflictive ou infamante, perd l'exercice des ses droits civils et poli-
tiques jusqu'A sa rehabilitation.
Art. 13. Tout officer, condamn6 pour crime militaire, sera de-
grade au'moment de l'execution du jugement pass en autorit6 de
la chose jug6e.
Art. 14. Tout jugement en mati6re criminelle militaire sera mis
A I'ordre de l'armee.

CHAPITRE II.
Des peines en matiere correctionnelle.
Art. 15. Tout militaire condamne en vertu du present Code a
l'emprisonnement, sera assujetti aux travaux interieurs de la prison
ou employ, aux corv6es militaires de la place dans laquelle il sera
detenu.
Art. 16. L'effet du renvoi sous la surveillance special de la
haute police, sera de donner au Gouvernement le droit d'ordonner
le bannissement de !'individu d'un certain lieu, oi sa residence
continue dans un lieu determine de l'un des arrondissements de la
R1publique.
En cas de d6sobeissance i cet ordre, le Gouvernement aura le
droit de faire arreter et dMtenir le coudamni pendant un temps egal
A celui fix6 pour l'etat de surveillance sp6ciale.


( 56)


[18341








( 57 )


[1834]


Art. 17. L'officier suspend de l'exercice de ses fonctions on
emploi militaire, rentre dans le cas de la non-activitd.

CHAPITRE III.
De la Rdcidive.
Art. 18. Quiconque ayant Wte condamn6 pour crime, aura com-
mis un second crime important la reclusion, sera condamne aux
travaux forces A temps:
Si le second crime emporte les travaux forces A temps, il sera
condamn6 aux travaux forces A perp6tuit6.
Si le second crime emporte les travaux forces A perp6tuite il sera
condamn6 A mort.
Art. 19. Les coupables condamnes pour crime, qui auraient com-
mis un delit, et les coupables coudamnes A une peine correction-
nelle qui auraient commis un second delit, seront condamnis au
double de la peine applicable au second fait.

LOI N 3. Sur les personnel punissables et sur
l'aggravation des peines.
Art. 20. Les complices d'un crime ou d'un d6lit militaire seront
punis de la meme peine que son auteur.
Art. 21. Seront punis comme complices d'une action qualified
crime on delit militaire :
Ceux qui, par dons, promesses, menaces, abus d'autorit6 on de
pouvoir, machinations on artifices coupables, auront provoqu6 A
cette action, ou donn6 des instructions pour la commettre;
Ceux qui auront procure des armes, des instruments, ou tout
autre moyen qui aura servi A Faction, sachant qu'ils devaient servir
a mal fire.
Ceux qui auront, avec connaissance, aid6 ou assist l'auteur ou
les auteurs de 'action, dans les faits qui l'auront prepare ou faci-
lithe, ou dans ceux qui l'auront consomme ; sans prejudice des
peines qui seront specialement portees par le present Code penal
militaire, centre tel on tel genre de crime on d6lit militaire.
Art. 22. Ceux qui auront sciemment recel6 en tout ou en parties
des choses enlev6es, d6tournees on obtenues a l'aide d'un crime
ou d'un d6lit militaire, seront punis aussi, comme complices de ce
crime on delit.









[1834] ( 58 )
N6anmoins, a l'6gard de ces receleurs, la peine de mort, lorsqu'il
y aura lieu, ne leur sera appliquee qu'autant qu'ils seront convain-
cus d'avoir eu, au temps du rec616, connaissance des circonstances
aggravantes du crime commis : sinon, its ne subiront que la peine
des travaux forces pendant trois ans au moins et quinze ans au plus.
Art. 23. Le temps de guerre et l'6tat de siege seront considers
comme circonstances aggravantes.
Dans ces cas, les tribunaux militaires appliqueront la peine im-
m6diatement superieure a celle applicable a l'espece en temps de
paix.

LOI NO 4. Sur les crimes, ddlits militaires et leur
punition.

TITRE PREMIER.

Crimes et ddlits contre IEtat.

CHAPITRE PREMIER.

Crimes contre la street de 'Etat.
PARAGRAPH ler.
Crimes centre la siretd extirieure de I'Elat.
Art. 24. Tout militaire, ou autre personnel attachee i l'arnime ou
a sa suite, qui aura port les armes contre Haiti, sera puni de
mort.
Art. 25. Tout militaire ou autre personnel attache i l'armee ou
A sa suite, qui aura, soit en commettant des actes non approuves
du Gouvernement, soil en agissant contrairement i ses instructions,
expose des Haitiens at prouver des reprisailles, sera puni de la
reclusion pendant trois ans au moins et cinq ans au plus.
Si l'ordre public a WtB compromise, le coupable sera puni de
mort.
PARAGRAPH II.
Crimes contre la stiretd intdrieure de 'Etlat.
Art. 26. Tout militaire ou autre personnel attachee i l'armee ou
a sa suite, qui sera convaincu d'attentat ou de complot militaire
don't le but sera soit de changer ou de d6truire la forme du Gou-
yernement, soit d'exciter des militaires ou autres personnel atta,








( 59 )


[1834]


chies a l'armee ou a sa suite, A s'armer contre 1'autorit6 militaire
superieure, soit de provoquer la guerre civil, sera puni de mort.
Art. 27. II y a attentat, dUs qu'un acte est commis ou commence
pour parvenir a l'execution de ces crimes, quoiqu'ils n'aient pas W6t
consomm6s.
Art. 28. II y a complot militaire, des que la resolution d'agir est
concert6e et arrit~e entire deux conspirateurs ou un plus grand
nombre, quoiqu'il n'y ait pas d'attentat.
Art. 29. Tout chef militaire, quel que soit son grade, qui aura
requis ou ordonn6, fail ordonner ou requerir Faction ou l'emploi
d'une troupe quelconque, contre le recrutement militaire ou contre
la levee de troupes quelconques, l1galement ordonn6s, sera puni
de la r6clusion pendant cinq ans au moins et dix ans au plus.
Si cette requisition ou cet ordre ont WtB suivis de leurs effects, le
coupable sera puni de mort.
Art. 30. Tout militaire ou toute personnel attachee a I'armee ou a
sa suite, qui, sans motifs 16gitimes, aura pris le commandement
d'un corps d'armee, d'une troupe; d'une flotte, d'une escadre, d'un
batiment de guerre, d'une place forte, d'un poste, d'un port, d'une
ville;
Ceux qui auront retenu, contre l'ordre du Gouverneinent, un
commandement militaire quelconque ;
Les commandants qui auront tenu leurs armies ou troupes ras-
semblees, aprAs que le licenciement ou la separation en aura 6td
ordonnee,
Seront punis de mort.
PARAGRAPHE 111.
De la revelation ou non-rivilation des crimes qui compromettent la stireld
de I'Etat.
Art. 31. Tout militaije, ou toute personnel attachee a l'arm6e ou
a sa suite, qui, ayant eu connaissance de complots forms ou
de crimes projects contre la suret6 de I'Etat, n'en aura pas r&v6il
la connaissance au Gouvernement ou A toute autorit6 militaire, dans
les vingt-quatre heures qui auront suivi ladite connaissance, sera,
lors meme qu'il n'en serait pas complice, condamne a la r6clusion
trois ans au moins et neuf ans au plus.
Art. 32. Seront exempts des peines port6es contre les coupables
de crimes militaires ou complots militaires contre la sfret6 de
I'Elat, ceux d'entre eux qui, avant toutes poursuites commencees,










auront donn6 au Gouvernement ou A toute autorit6 civil on mili-
taire, connaissance de ces crimes ou complots, ou qui, depuis le
commencement des poursuites, auront procure l'arrestation desdits
auteurs ou complices.
Art. 33. Les tentatives de tous les crimes ci-dessus sont punies
comme le crime meme,

CHAPITRE II.
De la trahison.
Art. 34. Tout militaire, ou autre personnel attachee A l'armie ou
a sa suite, coupable de trahison ou de tentative de trahison, sera
puni de mort.
Sont reputes coupables de trahison :
1t Tout militaire qui, en presence de l'ennemi, sera convaincu
d'avoir profer4 des clameurs tendantes A jeter 1'6pouvante et le d6-
sordre dans les rangs ;
20 Tout militaire qui sera convaincu d'avoir, dans une affaire
avec l'ennemi, ou en presence de l'ennemi, abandonne ou jete ses
armes pour fuir ;
3 Tout commandant d'un poste, toute sentinelle on vedette qui,
en presence de l'ennemi, soit A l'arm6e, soit dans une place assiegde
ou investie, aura donn6 ou transmis de fausses consignes, lorsque,
par suite de ces fausses consignes, la sfiret6 du poste se sera trouv6e
compromise ;
40 Tout commandant d'une patrouille ou d'un d6tachement qui,
en presence de l'ennemi, soit A l'armee, soit dans une place assi6-
gee ou investie, 6tant envoy pour faire quelque decouverte on
quelque reconnaissance locale, n'aura pas ponctuellement execute
l'ordre qui lui aura WtA donn6, ou qui, apres l'avoir execute, n'en
aurait point rendu un compete fidMle lorsque, par suite de son silence
ou de sa d6sobeissance, le succ6s de quelque operation militaire
sera trouv6 compromise ;
5o Tout commandant d'un poste qui, en presence de l'ennemi,
soit A l'arm6e, soit dans une place assiegee ou investie, tairait A
celui de qui il relive les decouvertes ou reconnaissances locales
qu'il aurait faites, soit par lui-meme, soit par ses patrouilles, soit
par toutes autres personnel, lorsque, par suite de son silence, la
siret6 du poste se sera trouvee compromise ;
6 Tout militaire convaincu d'avoir communique le secret di


[1834]


( 60)











poste ou le mot d'ordre i l'ennemi, ou i tout autre qui n'en devait
pas avoir connaissance, mais seulement, dans ce dernier cas, lorsque
la sfrete du poste aura Wte compromise ;
7 Tout -militaire, convaincu d'avoir entretenu une correspon-
dance dans l'arm6e ennemie, ou qui parlementerait avec l'ennemi,
sans la permission ou l'ordre par 6crit de ses chefs ou superieurs ;
8 Tout commandant ou chef qui sera convaincu d'avoir entretenu
avec l'ennemi une correspondence criminelle ;
9 Tout militaire qui, en presence de l'ennemi, soit A l'armee,
soit dans une place assidg6e ou investie, aura enclou6 ou mis hours
de service, sans ordre on motifs 16gitimes, canon, mortier, obusier
ou affit, ou qui aura fait sauter des caissons ou magasin de poudre,
ou aura brfl6 on d6truit d'une maninre quelconque des approvision-
nements de guerre ou de bouche ;
100 Tout commandant de poste, place, fort on forteresse, qui,
sans avoir soulenu au moins un assault ou une attaque, ou sans avoir
Wt6 rdduit A la derniere extremit6,. aura consent A la reddition
desdits poste, place, fort ou forteresse ;
11o Tout commandant en chef d'un corps d'armAe ou d'une place
qui, en temps de guerre, n'aura pas fait connaitre A qui de droit,
lorsqu'il le pouvait, les besoins de son arm6e ou de sa place en
approvisionnements de guerre et de bouche, ou qui aurait n6glig6
d'employer les moyens en son pouvoir de s'en procurer, et que, par
suite, la sirete du corps d'armee, ou de la place, se sera trouvee
compromise ;
12* Tout commandant en chef d'un corps de troupes qui sera
convaincu d'avoir pris des measures pour faire tomber en tout ou
en parties, entire les mains de Pennemi, les magasins, convois et
toutes autres munitions de guerre et de bouche destinies i une
parties de l'arm6e :
130 Tout marin on conducteur qui sera convaincu d'avoir retard
volontairement la march des charrois destines au service de l'ar-
moe, lorsque, par suite de ce retard volontaire, la sirete de l'arm6e.
se sera trouvee compromise ;
14t Tout militaire qui fournira ou procurera A l'ennemi, armes,
poudre, projectiles et tous autres approvisionnements de guerre ou
de bouche.


( 61 )


[1834]









[48341


( 62 )


CHAPITRE III.

De la DUsertion.

PARAGRAPH Ier.
De la Desertion a l'ennemi.
Art. 35. Tout militaire, on autre personnel attache A l'armne ou
i sa suite, coupable de desertion a I'ennemi ou de tentative de d6-
sertion a l'ennemi, sera puni de mort.
Art. 36. Sont reputes coupables de desertion i l'ennemi:
1o Tout militaire qui passera A l'ennemi sans une autorisation
par 6crit de ses chefs on sup6rieurs ;
20 Tout militaire qui, sans ordre ou permission par 6crit de ses
chefs ou superieurs, franchira les limits fixees par le commandant
de la troupe don't il fait parties, sur les c6t6s par lesquels on peut
communiquer avec l'ennemi ;
3o Tout militaire qui sortira d'une place assi6g6e ou investie,
sans avoir obtenu la permission par 6crit du commandant en chef
de ladite place.
PARAGRAPH II.
De la Desertion en presence de l'ennemi.
Art. 37. Tout militaire, on autre personnel attache a l'armde ou
A sa suite, coupable de desertion on de tentative de desertion, en
presence de l'ennemi, sera puni des travaux forces pendant dix ans
au noins et quinze ahs au plus.
Art. 38. Seront reputes coupables de desertion en presence de
l'ennemi :
10 Tout militaire qui, 6tant en faction ou vedette, en presence de
I'ennemi, abandonnera son poste, sans avoir rempli sa consigne,
pour ne songer qu'A sa propre sfret ;
20 Tout militaire qui sera convaincu d'Atre sorti d'une place me-
nacee ou exposee;
30 Tout militaire qui, en presence de l'ennemi, aura manque aux
appeals pendant vingt-quatre heures, sans la permission par ecrit de
ses chefs ou superieurs ;
40 Tout militaire qui, sans une permission par ecrit, ainsi qu'il
est dit ci-dessus, d6passera les limits fixWes par le commandant
de la troupe don't il faith parole, du cMt6 oppose a l'ennemi.









( 63)


PARAGRAPHB III.
De la Desertion a Lintirieur.
Art. 39. Tout militaire coupable de desertion A l'int6rieur, sera
puni d'un emprisonnement de trois mois a un an :
Si c'est un officer, il sera destitute. Art. 106.
Art. 40. Sont r6putes d6serteurs a l'int6rieur:
l0 Tout militaire qui, trois mois apres l'expiration de son permis,
n'aura pas rejoint ses drapeaux ou son corps, et qui n'aura pas fait
connaitre les motifs valables de son absence ;
2 Tout militaire qui aura manque, sans une permission legale,
pendant trois mois A son service ordinaire.
Art. 41. Tout militaire qui aura d6sert6 i l'interieur avec armes,
bagages, chevaux ou 6quipements, sera puni d'un emprisonnement
de six mois A deux ans, et condamn6 au remboursement des effects
perdus. Art. 106.
Art. 42. Tout militaire, ou autre personnel attache A l'armee ou
A sa suite, qui, lorsque la g6nerale aura 6te battue, ou .lorsque le
canon d'alarme aura Wte tir6, ne se sera pas rendu imm6diatement
A son poste, sera puni d'un emprisonnement de trois mois A un an.
- Art. 106.
CHAPITRE IV.

De L'Embauchage.
Art. 43. Tout coupable d'embauchage ou de tentative d'embau-
chage, sera puni de mort.
Art. 44. Sont reputes coupables d'embaucbage:
1 Tout individu qui sera convaincu d'avoir, soit par argent, soit
par des liqueurs enivrantes ou par tout autre moyen de seduction,
BloignB un ou plusieurs militaires de l'armee, d'une place, d'un
poste, d'un fort, pour les faire passer A 1'ennemi ;
2o Tout individu qui aura recu de l'argent on des effects, ou se
sera laisse seduire de tout autre maniere, pour ne pas arreter ou
pour laisser evader un ou plusieurs deserteurs A l'ennemi ;
3 Tout individu qui sera convaincu d'avoir sciemment rec61e un
deserteur A l'ennemi on d'avoir favorisW son evasion on de l'avoir,
de quelque autre maniere, soustrait aux recherches et poursuites
ordonn6es par l'autorit6 militaire ;

(1) Voy. no 1226. Arrel du 12 f6v. 1830, concernant les militaires etc.


[1834]









[4834] ( 64 )
4 Tout individu qui aura pratiqu6 des manoeuvres ou entretenu
des intelligence avec les ennemis de l'Etat, avec l'etranger ou
avee les rebelles interieurs, A l'effet de faciliter leur entree sur le
territoire et les d6pendances de la Republique, ou de leur livrer des
villes, forteresses, places, postes, ports, magasins, arsenaux ou ba-
timents appartenant A Haiti, ou de seconder leurs entreprises contre
Haiti, soit en 6branlant la fidelity des militaires, matelots ou autres
employs ou citoyens envers la R6publique ou le Chef de l'Etat,
soit de toute autre maniere;
5 Toute personnel qui, par corruption, fraude ou violence, se
serait procure des plans de fortifications, arsenaux, postes ou rades,
ou 6tat de situation de 1'armee ou autres papers secrets de l'Etat,
pour les livrer A l'ennemi, A l'6tranger ou aux rebelles;
6 Ceux qui auront lev6 ou fait lever des troupes armies, engage
ou enrble, faith engager ou enroler des soldats, ou leur auront fourni
ou procure des armes ou munitions, sans ordres ou autorisation
1lgitimes :
Le tout pour l'ennemi, pour 1'6tranger ou pour les rebelles in-
terieurs.

CHAPITRE V.
De l'Espionnage.
Art. 45. Tout coupable d'espionnage ou de tentative d'espionnage
sera puni de mort.
Art. 46. Sont r6putes coupables d'espionnage :
to Tout individu qui sera surprise A pier les movements, ope-
rations et travaux des troupes, en temps de guerre, ou i prendre
des Blats ou notes concernant leur force numbrique, ou leur mate-
riel, ainsi qu'ab couter les deliberations de l'armee ou des corps
detaches ou i s'enquerir de leurs desseins ou projects ; le tout
pour instruire 1'ennemi ;
2 Tout individu non-attach6 a i'arm6e qui forcera, ou tentera
de forcer, en temps de guerre, la consigne d'une sentinelle ou d'une
vedette ;
3o Toute personne qui serait surprise A lever des plans de fortifi-
cations, arsenaux, ports ou rades de la Republique pour I'ennemi,
pour 1'etranger ou pour les rebelles interieurs, et ceux qui, par
corruption, auraient fait lever lesdits plans ;
4* Toute autorit6, tout fonctionnaire, tout agent, tout propose du
Gouvernement charge, i raison de ses functions, du dip6t des plans









1 8,141


de fortifications, arsenaux, ports ou rades, qui aura livr6 ces plans
on l'un de ces plans a l'ennemi, i 1'6tranger, on aux rebelles inte-
rieurs.

CHAPITRE VI.
Du Faux.
Art. 47. Tout militaire, on autre personnel attache A l'arm6e on
A sa suite, qui sera convaincu d'avoir commis un faux, soit dans un
permis, soit dans un ordre d'h6pital, on d'en avoir faith usage, sera
puni d'un emprisonnement de trois mois a un an.
Art. 48. Tout militaire, on autre personnel attache a l'armee on
A sa suite, qui sera convaincu d'avoir surcharge des 6tats de situa-
tion, des feuilles de solde, de rations, d'habillement, etc., sera
puni d'un a trois ans d'emprisonnement, et de la destitution, s'il est
d'un grade quelconque.
Art. 49. Tout militaire, ou autre personnel attachee A l'armee on
a sa suite, qui, pour se redimer elle-mgme, ou affranchir un autre
d'un service militaire quelconque, fabriquera, sous le nom d'un
officer de sante, medecin ou chirurgien, un certificate de maladie
on d'infirmitl, sera puni d'un emprisonnement d'un an a deux ans.
Art. 50. Tout officer de sant6, medecin on chirurgien qui, pour
favoriser un militaire on autre personnel attachee i larmee ou a sa
suite, certifiera faussement des maladies ou infirmities propres A
dispenser d'un service militaire, sera puni d'un emprisonnemenl de
deux ans A cinq ans :
S'il a Wte mu par des dons ou processes, il sera puni de la reclu-
sion pendant trois ans au moins et neuf ans au plus.
Art. 51. Tout militaire gradd, quels que soient son grade et
sa quality, qui sera convaincu d'avoir faith sciemment un faux rap-
port a son supdrieur, et lorsque le rapport aura caus6 des prd-
judices A autrui ou a I'ordre public, sera puni de la destitution.
Art. 52. Tout militaire, quel que soit son grade, qui se sera
mutild, ou qui se sera provoqu6 une maladie inslantanee, pour s'af-
franchir d'un service militaire, sera puni d'un emprisonnement d'un
an a trois ans.
La tentative de ce dWlit est consid6ree comme le dWlit meme.
Art. 53. Tout militaire qui sera convaincu de s'6tre servi du
cong6 d'un autre, soit en pregnant le nom de celui porter au cong6,
goit en y substituant on en y faisant substituer le sien, sera puni
d'un emprisonnement de six mois a deux ans.


( i;5)









[18341


( 66 )


CHAPITRE VII.

De lr insubordination.
Art. 51. L'insubordination est le manque de soumission aux
ordres ou defenses de l'aulorite supirieure.
Art. 55. Tout militaire, coupable d'insubordination, sera puni des
peines suivanles, savoir :
Si c'est en presence de l'ennemi, et que I'insubordination ait
compromise la siiret6 de I'armie, le coupable sera puni de mort;
Si la sirete de 1'arm6e n'a pas Wte compromise, le coupable sera
puni des travaux forces pendant trois ans au moins et cinq ans au
plus ;
Si c'est dans les temps ordinaires et que le suprieur et l'inf6-
rieur etaient actuellement de service, le coupable sera puni de la
reclusion pendant trois aas au moins et cinq ans au plus;
Si c'6tait hors du service, le coupable sera puni d'un emprison-
nement de six mois A deux ans.
;Art. 56. Tout officer d'un grade queleonque qui, aprbs avoir recu
1'ordre de son superieur de se rendre aux arrets, n'aurait pas obbi
de suite, ou tout officer convaincu d'avoir violC les arrAts auxquels
il 6tait condamn6, sera puni. d'un emprisonnement de trois mois A
un an. (1)

CHAPITRE VIII.
De la Desobdissance (2).
Art. 57. La disobeissance consiste dans le refus formel de la
part d'un inferieur d'ex6cuter les ordres de son superieur.
Art. 58. Tout militaire coupable de d6sobeissance, sera puni des
peines suivanles, savoir :
Si c'est en presence de l'ennemi, le coupable sera puni de
mort;
Si c'est dans les temps ordinaires, et que le sup6rieur et l'in-
firieur etaient actuellement de service, le coupable sera puni de
la reclusion pendant trois ans au moins et cinq ans au plus.
Si c'est hors du service, le coupable sera puni d'un emprisonne-
ment de six mois a deux ans.

(1) Voy. n 24. Code pen. milit. du 26 mai 1805. Tit. I sect. 7 art. 11.
(2) Voy, Ibid. art. 8, 9.










[1834]


CHAPiTRE IX.
De l'infiddlitd dans les Gestions et Manutentions.
Art. 59. Tout militaire, quel que soit son grade, qui, pour faire
payer ou distribuer A sa troupe, ce qui leur revient, sera convaincu
d'avoir porter son Atat de situation au-dessus du nombre effectif pr6-
sent, soit en route, soit A l'armee, soit en garnison;
Tout commissaire ou prepos6 des guerres, inspecteur aux revues,
administrateur, membre du conseil d'administration des corps on
regiments, propose ou employ d'administration, qui sera con-
vaincu d'avoir Wtd de connivence avec les militaires ci-dessus d6-
signss ;
Seront destitues ; et si la some soustraite ou d6tourn6e n'ex-
cede pas mille gourdes, ils seront condamn6s A la reclusion pendant
trois ans au moins et cinq ans au plus ; et, si la some soustraite
ou detourn6e est plus de mille gourdes, les coupables seront
punis des travaux forces pendant trois ans au moins et cinq ans au
plus.
Dans tous les cas, ils seront en outre condamuns an rembourse-
ment des sommes detournees ou soustraites.
Art. 60. Tout prepos6 ou employed aux administrations militaires,
qui sera convaincu d'avoir, de connivence avec les fournisseurs,
recu des approvisionnements de mauvaise quality, et qui, dans
les vingt-quatre heures, n'en aura pas avis6 son chef ou superieur,
sera destitu4 et condamne A un emprisonnement d'un an i trois ans,
et an remboursement du gain qu'il aura fait par suite de cette con-
nivence.
Art. 61. Tout militaire, ou autre personnel attachee A l'armee on
A sa suite, convaincu d'avoir distrait ou dMtourn6 des fournitures ou
approvisionnements qui lui auraient 6t6 confi6s, sera condamn6 i
la reclusion, pendant trois ans au moins et cinq ans au plus, et au
remboursement des effects d6tourn6s ou distraits.
Art. 62. Tout munitionnaire, tout boulanger de l'armee, qui sera
convaincu d'avoir alter6 ses farines par l'introduction de matieres
6trangeres non-malfaisantes, sera condamn6 A un emprisonnement
de six mois i deux ans. Si les matieres etrangeres sont 6videmment
malfaisantes, le coupable sera puni de mort.
S'il a introduit des farines d'une quality infirieure A celles four-
nies par les administrateurs, il sera puni l'un emprisonnement de
trois mois A un an.


( 61 )









[1834]


( 68 )


Dans tous les cas, il sera condamn6 auremboursement des pertes
supporters par 1'Etat.
Art. 63. Tout officer de santA, ou pharmacien de 1'armie, qui
sera convaincu, 6tant A l'arm6e, d'avoir neglig6 de pourvoir aux be-
soins de son service, sera puni d'un emprisonnement de six mois A
un an ;
Et si c'est dans un h6pital militaire, dans une ville ou bourg, il
sera puni d'un emprisonnement de trois mois A six mois.
Art. 6 Tout officer de sante, ou pharmacien de 1'armee, qui
sera convaincu d'avoir fait usage de mauvais medicaments ou
autres objets ndcessaires aux pansements et trailements des malades
ou blesses, sera puni d'un emprisonnement de deux ans A trois
ans ;
Et si c'est A dessein de faire p6rir les malades, il sera puni de
mort.
Art. 65. Tout officer de sant6, ou 6lAve en chirurgie, de l'arm6e,
qui sera convaincu d'avoir n6glig6 les pansements ou traitements
des malades, ou de ne les avoir pas visits soigneusement, sera puni
d'un emprisonnement de six mois A un an.

GHAP1TRE X.
De la Revolte et de la Rdbellion.
Art. 66. La revolte est la d6sobeissance combine de la part de
plusieurs militaires on d'un corps de troupes, quelle que soit sa
force, sous les ordres d'un ou de plusieurs chefs.
Art. 67. Seront r6put6s chefs de la rAvolte, et, comme tels, punis
de mort, ceux qui l'auront suscit6e ou conduite, si l'un ou plusieurs
des revolt6s etaient arms.
Art. 68. Lorsque les veritables auteurs de la r6volte n'auront pas
Wte connus, les trois plus elev6s en grade parmi les rebelles ; ou,
A 6galite de grade, les trois plus anciens du grade; et, i d6faut de
militaires grades, les trois plus anciens soldats seront reputes chefs
de la revolte, et punis de mort, si un ou plusieurs des r6volt6s
6taient arms.
Art. 69. Si aucun des r6volt6s n'6tait arm6, les chefs ou ceux
reputes tels, seront punis des travaux forces pendant trois ans an
moins et cinq ans au plus : ils seront punis de mort, si c'est en
presence de 'ennemi, ou en temps de guerre.
Art. 70. En cas d'attroupement, si, apres la sommation de l'au-








( 69 ) [1834]
torit6, 1'attroupement ne se dissout pas, 'autorit6 emploiera tells
measures necessaires pour le dissoudre, sans prejudice des peines
qui seront appliques aux chefs ou auteurs, ou A ceux r6putes tels,
selon les dispositions des articles precedents.
Art. 71. Toute troupe qui, Atant commandee pour marcher, on
donner A l'ennemi, ou pour tout autre service militaire, en pre-
sence de 1'ennemi, refusera formellement d'obeir, sera declaree en
Btat de rebellion, et les auteurs ou chefs, ou ceux reputes tels, d'a-
pros l'article 68, seront punis de mort.
Art. 72. Sera 6galement declaree coupable de rebellion, toute
troupe ou attroupement qui se sera oppose, par quelque moyen
que ce soit, la conduite, traduction, poursuite, jugement ou exe-
cution d'un pr6venu ou condamn6 pour delit ou crime militaire,
ou A la conduite ou i la garde d'un prisonnier de guerre : les chefs
ou auteurs, ou ceux reput6s tels, d'apres l'article 68, seront punis
de mort, si la troupe ou l'un des rebelles 6tait arm ; et si aucun
d'eux n'6tait arm6, les auteurs ou chefs, ou ceux reput6s tels, se-
ront punis des travaux forces pendant trois ans au moins et cinq
ans au plus.
Art. 73. Si la troupe a laisse evader A dessein un privenu ou un
condamn6 pour delit militaire, confi6 A sa garde, les chefs on
auteurs, ou ceux r6putes tels, seront punis de la mnme peine que
le condamne, except les peines de mort et des travaux forces i
perp6tuit6, qui seront reduites aux travaux forces pendant trois ans
an moins et cinq ans au plus.
At. 74. Si c'6tait un prisonnier de guerre don't 1'dvasion aurait
W6t favorisee A dessein, les coupables seront punis de la reclusion
pendant trois ans au moins et cinq ans au plus.

TITRE II.
Crimes et Ddlits contre la Propridtd ou contre les Personnes.

CHAPITRE jer.
Du Pillage, de la Ddvastation et de l'Incendie.
Art. 75. Tout militaire, ou autre personnel attache A I'arm6e ou
A sa suite, convaincu de pillage A main armee ou en troupe, soit
dans les habitations, soit sur les personnel, soit dans les proprietes
des habitants, sera puni de mort.
Art. 76. Tout militaire, ou autre individu attache i I'armee ou A









sa suite, qui sera convaincu d'avoir mis le feu aux magasins, arse-
naux, maisons rurales ou d'habitation, ou a toute autre propri6tW
publique ou particulikre, moissons ou r6coltes faites ou A faire, sans
l'ordre par 6crit du g6n6ral on autre commandant en chef, sera
puni de mort.

CHAPITRE II.

Du Vol.
Art. 77. Tout conducteur de charroi, on caboteur, qui sera
convaincu d'avoir d6tourn6, distrait ou change une parties des
objets qui lui auront Wte confi6s, sera puni de la r6clusion pen-
dant trois ans an moins et cinq ans au plus, et de plus condamne
A la restitution de ce qu'il aura distrait, d6tourn6 ou change.
Art. 78. Tout munitionnaire, tout distributeur, convaincu de
quelques infid6lites, soit dans les distributions, soit dans les poids,
sera destitu6, et condamnu A un emprisonnement d'un an A trois ans,
et de plus, il sera condamn6 h restituer la valeur des objets detour-
n6s oh frauds.
Art. 79. Tout militaire, qui sera convaincu d'avoir d6pouill des
morts sur un champ de bataille, sans permission de ses chefs ou
sup6rieurs, sera puni des travaux forces pendant trois ans au moins
et cinq ans au plus.
Art. 80. Tout militaire convaincu d'avoir vole des effects
quelconques dans les parcs, magasins, d6pbts ou convois, sera
puni des travaux forces pendant cinq ans au moins et dix ans Rt
plus.
S'il ya eu effraction, escalade, fausse-clef, ou si le vol a Wte com-
mis A main arm6e, le coupable sera puni de mort.
Art. 81. Tout militaire, qui sera convaincud'avoir vo16 des four-
nitures de casernes ou h6pitaux, ou effects de campement, sera
puni d'un emprisonnement de trois mois a un an.
Art. 82. Tout militaire, ou tout individu attache A l'arm6e ou i
sa suite, qui sera convaincu d'avoir vol6 des objets quelconques, ou
de l'argent, ou des animaux chez les personnel oa il serait log6,
sera puni des travaux forces pendant trois ans au moins et dix ans
au plus
La meme peine sera prononcee centre les militaires qui seront
convaincus d'avoir commis le vol dans des maisons ou sur des ha-
bitations situees sur les routes publiques. Si le vol a W6t commis


[t1834]


( 10 )










avec effraction, escalade, fausse-clef on a main armee, le coupable
sera puni de mort.
Art. 83. Toute tentative de vol est punie comme le crime
mime.
Art. 84. Tout militaire, convaincu d'avoir vendu, en tout ou en
parties, ses armes, son habillement, ou son fourniment, son cheval,
ou son 6quipement, le tout fourni par I'Etat, sera puni d'un empri-
sonnement d'un an a trois ans, et a la restitution de I'objet
vendu.
CHAPITRE 1II.
De l'Assassinat, du Meurtre, et des Blessures ou Coups graves.
Art. 85. Tout militaire, ou autre personnel attache A l'arm6e ou
a sa suite, coupable d'avoir volontairement donn6 la mort a son
6gal ou a son inferieur, sera condamn6 aux travaux forces a perpe-
tuit6.
S'il y a eu premeditation ou guet-apens, ou si la victim est un
enfant de moins de dix ans, un vieillard de quatre-vingts ans, on
une femme enceinte, le coupable sera puni de mort.
Art. 86. S'il n'y a en que des blessures ou coups, il sera puni
d'un emprisonnement d'un an a trois ans.
Art. 87. Tout militaire convaincu d'avoir donn6 la mort a son
supprieur, sera puni de mort.
Art. 88. Les tentatives de ces crimes et d6lits sont punis come
le fait mAme.

CHAPITRE IV.
De I'Empoisonnement.
Art. 89. Tout militaire, ou autre personnel attachee a l'armee ou
sa suite, coupable d'empoisonnement on de tentative d'empoisonne-
ment, sera puni de mort.

TITRE III.
Crimes et Ddlits centre la Hidrarchie militaire.

CHAPITRE UNIQUE.
Voies de faits, Menaces et Injures des Infrrieurs envers leurs
Superieurs.
Art. 90. Tout inf6rieur qui frappera son supbrieur, sera puni de
mort,


( 71 )


[18341









[1834] ( 72 )
Si le superieur n'etait revetu d'aucun insigne, on s'il avait frappe
I'inferieur, hors de la presence de l'ennemi, l'inferieur ne sera puni
que de la reclusion pendant trois ans au moins et cinq ans au
plus (1).
Art. 91. Tout inf6rieur qui menacera son superieur de gestes ou
de paroles, sera condamn6 A la reclusion pendant trois aas au moins
et cinq ans au plus.
Si le sup6rieur n'6tait revetu d'aucun insigne, et si l'inf6rieur
avait Wtl provoqu6, on qu'il est presum6 qu'il n'avait pas pu re-
connaitre son superieur, l'inf6rieur ne sera puni que d'un emprison-
nement de trois mois a un an.
Art. 92. Tout inf6rieur qui se permettra des injures graves ou
des expressions outrageantes centre son superieur, sera puni d'un
emprisonnement d'un an i trois ans.
Si les injures ne renfermaient I'imputation d'aucun fait pr6cis,
le coupable sera puni d'un emprisonnement de six mois i un an.
Art. 93. Dans tous les cas, la publicity seule des injures cons-
titue le delit.
Art 94. Toute sentinelle ou vedette est assimilee, a l'6gard de
tout militaire, au superieur imm6diat de ce militaire.

TITRE IV.

Abus et Exces de Pouvoirs des Superieurs.

CHAPITRE PREMIER.

Abus de Pouvoir.
Art. 95. Tout supdrieur qui frappera son inf6rieur du bAton,
hors de la presence de l'ennemi, ou I'en frappera, si c'est en la pre-
sence de I'ennemi, pour loute autre cause que pour rdtablir l'ordre
ou pour fire rentrer dans les rangs l'inf6rieur en fuile, sera des-
titu6 et condamni A un emprisonnement de six mois A un an.
Art. 96. Tout superieur qui frappera son inferieur de son arme,
teant actuellement de service, sera suspend de l'exercice de ses
functions on emploi militaire pour un temps limit.
Art. 97. Tout superieur qui frappera son inferieur de son arme,

(1) Voy. n" 24. Code pen. mililaire du 26 mai 18)5. Tit. 1. Sect. 7. Art.
15, 16, 17.










hors du service, sera suspend de 1'exercice de ses functions, et
condamn6 a un emprisonnement de trois mois A six mois.
Art. 98. Le sup6rieur qui frappe son inf6rieur de son arme, 6tant
sous les armes, dans les cas non prevus, est possible des peines de
discipline.
Art. 99. Tout sup6rieur militaire qui aura abuse des services des
militaires de la R6publique, en les contraignant d'executer des tra-
vaux propres au sup6rieur, hors les cas de campement on autres
pr6vus par les ordonnances, sera destitu6.

CHAPITRE II.

Excs de Pouvoir.
Art. 100. Toute autorit6 militaire qui, sans ordres du President
d'Haiti, aura faith recevoir dans un corps ou regiment, un militaire,
sera suspendue de l'exercice de son emploi militaire, pendant un
temps don't la duree sera fixWe par le President d'Haiti.
Art. 101. Toute autorit6 militaire qui, sans autorisation du Pre-
sident d'Haiti, aura renvoyd un militaire du service de l'armbe, sera
suspendue de I'exercice de son emploi militaire.

TITRE V.

De I'lnconduite.
Art. 102. Tout officer en activity de service, qui aura commis
une action d6shonorante, sera suspend de l'exercice de ses fonc-
tions ou emploi, pendant un temps don't la durde sera r6gl6e par le
President d'Haiti, et condamne A un emprisonnement de trois mois
a un an.
En cas de recidive, il sera destitu6.
Art. 103. Tout officer, convaincu d'avoir mis en gage, en tout
on en parties, ses armes, son 6quipement ou les insignes de son
grade, sera suspend de l'exercice de son grade.
Art. 104. Tout militaire convaincu d'avoir mis en gage, en tout ou
en parties, ses armes, son habillement, ou son fourniment, son che-
val, ou son 6quipement, le tout fourni par l'Etat, sera condamne a
un emprisonnement de trois mois A un an. Art. 106 (1).
Art. 105. Tout officer, convaincu d'avoir jou6 A des jeux de ha-
(1) Voy. no 1994, ArrTet du 12 aoit 1845, qui rend les chefs de corps
responsables etc.


( 73 )


[1834]








[18341


( 74 )


sard avec des sous-officiers ou soldats, sera suspend de 1'exercice
de son emploi, et condann6 a un emprisonnement de six mois A un
an (1).


LOI N' 5. Sutr les Contraventions militaires don't
la connaissance est attribute aux Conseils d'Ad-
ministration des corps ou rediments.

Art. 106. Tous les faits de desertion A l'interieur commis par des
sous-officiers et soldats, et qui ne sont punissables que d'une peine
d'emprisonnement de Irois mois a un an, et tous les fails d'incon-
duite prevus en I'article 104 du present Code, seront jug6s par les
conseils d'administration des corps ou regiments. Art. 39, 41,
42, 104.

LOI No 6. Sur les dispositions finales.

Art. 107. Lorsqu'il y aura lieu d'exicuter un jugement porlant la
peine de mort, l'execution se fera par un d6tachement de douze
militaires ; savoir : quatre srgents, quatre caporaux et quatre sol-
dats, commandos par un adjudant de place.
Art. 108. L'ex6cution se fera dans le lieu d6sign6 par le com-
mandant d'arrondissement, et avec 1'appareil jug- necessaire.
Art. 109. II y aura toujours un des juges du Conseil special,
qui aura applique la Loi, assisted du greffier present A l'ex6cution;
proces-verbal en sera dressed.
Art. 110. Lorsqu'un officer aura 6te condamne a une peine afflic-
tive ou infamante, sa degradation aura lieu en presence d'un corps
de troupes.
Art. 111. II n'est point deroge, par le present Code, au droit de
discipline attribute aux chefs de regiments ou corps sur leurs inf6-
rieurs.
NBanmoins, ils ne pourront prononcer les arrets et l'emprisonne-
ment pour plus d'un mois, sans livrer les coupables au Conseil mi-
litaire competent pour connaitre de leurs d6lits.
Art. 112. Le present Code p6nal militaire abroge toutes les dis-

(1) Voy. no 2157, Arritj du 21 mai 1846, portant defense aux mili-
taires etc.








( 73, )


[18341


positions des Lois du Code Penal militaire anterieur qui lui sont
contraires.
Art. 113. Le present Code Penal militaire sera exp6die au SBnat,
conformement A la Constitution.
Donn6 en la Chambre des'Communes, au Port-au-Prince, le 7 Juillet
1834, an 31e de 1'Ind6pendance.
Le President de la Chambre, Sign6 : J.-S. MILSCENT.
Les Secretaires, Sign6 : Phanor DUPIN, Hr6 LATORTUE.
Le SBnat dcrete 1'acceptation du CODE PSNAL MILITAIRE, POUR LES
TROUPES DE TERRE ET DE MER DE LA REPUBLIQUE ; lequel sera, dans les
vingt-quatre heures, exp6di6 au Pr6sident d'Haiti, pour avoir son ex6cu-
tion, suivant le mode 6tabli par la Constitution.
Donn6 & la Maison Nationale, Port-au-Prince, le 12 Juillet 1834, an 31e
de 1'Ind6pendance.
Le President du Senat, Sign4: Jh. GEORGES.
Les Secretaires, Sign6 : P. ANDRA, N. VIALLET.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la Loi ci-dessus du Corps LUgis-
latifetc.
Donn6 au Palais National du Port-au-Prince, le 14 Juillet 1834,
an 31.
Sign6: BOYER.
Par le President d'Haiti :
Le Secr'taire-gindral Signe: B. INGINAC.



N* 1333. CODE de procedure civil.
Port-au-Prince, le 18 juillet 1834.
(Celle parties du Code se trouvant comprise dans le Code de pro-
cddure civil, nous n'avons pas cru devoir l'insdrer ici.)



N 1334. Loi sur la regie des impositions direcles (1).
Port-au-Prince, le 18 juillet 1834.
Le President d'Haiti
A propose, et la Chambre des Repr6sentants des communes,

(i) Voy. no 1308. Loi du 10 septembre 1833, sur les patentes. No 1336









Apres avoir declare l'urgence,
A adoptW a l'unanimit6 la loi suivante :

CHAPITRE 1er
Des Patentes.
Art. er" Les Patentes seront regies, a partir du 1er janvier mil
huit cent trente-cinq, conform6ment aux dispositions suivantes.
Art. 2. Le droit de Patente continuera d'etre percu par les Tr6-
soriers et par les Propos6s d'Administration ; et les Patentes conti-
nueront d'etre d6livrees par les Juges de Paix.
Art. 3. Tous ceux qui exercent un commerce, une industries ou
une profession quelconque sujette A patente, sont tenus, A la pre-
miere requisition, de l'exhiber aux Officiers de police, aux Mem-
bres du Conseil des Notables, aux Juges de Paix ou A leur
Suppl6ants, aux TrBsoriers et Preposes d'Administration, aux Direc-
teurs des Douanes et aux Officiers des garde-c6tes chacun en ce
qui le concern, pour l'ex6cution de la presente loi.
Les contrevenants A cet article, dans le cas meme od ils justifie -
raient ult6rieurement qu'ils 6taient dament patents, seront passibles
d'une amende qui ne pourra tre moindre de la moiti6 de la
Patente.
Aucune piece ne peut supplier a la patente, pas m6me la quit
tance du Tr6sorier ou du PrMpos6 d'Administration.
Art. 4. Les strangers ne seront admis comme commercants,
qu'en vertu d'une licence du Pr6sident d'Haiti; ils ne pourront
faire le commerce, ni etre patents, qu'en quality de negociants
consignataires, et seulement dans les ports ouverts, art. 13.
Art. 5. Le commerce de detail en achats on ventes, soit sur
une place, soit de port en port et de commune A commune, ou
par le cabotage, est interdit aux consignataires strangers, ainsi qu'a
leurs bAtiments.
Art. 6. Les magasins ou soutes des speculateurs en denrees du
pays, pourront Wtre 6tablis dans les ports ouverts, dans les villes et
bourgs o6i il y a une Justice de Paix.ou un Prepose d'Administra-
tion, mais jamais isol6ment dans les campagnes, ni sur les habita-
tions rurales (1).

Loi du 22 juillet 1834, sur les patentes. No 1370. Loi du 7 juillet 1835
sur la rigie des imposi. etc.
(1) Voy. n" 1355. Ext. d'une dipeche du 5 fMvrier 1835, du Prsid. d'H.
au gin. BERIGRAC TRICHET, etc,


[1834]


( 76 )









( 77 )


[18351


Art. 7. Les strangers professant les arts, metiers et autres indus-
tries sujettes i la patente, ne purront etre admis i les exercer que
dans les ports ouverts et dans les villes ou bourgs, chefs-lieux des
arrondissements, i moins qu'il n'aient obtenu prealablement et
express6ment pour tel endroit, une licence du Pr6sident d'Haiti, i
cet 6gard.
Ces strangers, en se munissant de la patente relative i leurs pro-
fessions, paieront un droit triple de celui pay6 par les ha'tiens
exerpant les m6mes professions.
Art. 8. A l'6gard des cammis ou tous autres Btrangers employes
au service des n6gociants, commercants, manufacturers ou arti-
sans, soit nationaux, soit strangers, ils seront assujettis an droit
spAcifiU au tarif.
Ceux qui emploieront ces commis ou agents, A quelque titre que
ce soit, seront responsables du paiement de leur patente.
Art. 9. Les artisans strangers ddment patents, se borneront A-
l'exercice de leurs arts ou metiers : il en sera de mAme pour ceux
d'entre eux don't la profession est exempte de la patente.
Art. 10. Pour obtenir la patente, toute personnel y ayant droit,
devra faire sa declaration au Conseil des Notables de la commune
de sa residence, dans le courant du mois de d6cembre de chaque
annee.
Toute contravention A cette rAgle emportera une amende du
double de la patente, except le cas oi il s'agirait d'une embarca-
tion ou bAtiment qui se trouverait dans un port, autre que celui ou
reside son propri6taire ou amateur. -- Art. 15.
Art. 11. La declaration prescrite pour obtenir la patente, fera
mention, comme la patente mAme,des noms et prenoms de la per-
sonne A laquelle elle doit Atre delivree, et de la nature du com-
merce, de l'industrie ou de la profession A exercer. Art. 15.
Art. 12. Tout haitien qui fait le commerce ou exerce une indus-
trie sous une raison social, sera tenu, avant de faire sa declaration
au Conseil des Notables, d'exhiber l'acte de society signed de tous
ceux qui font parties de la raison social, de meme qu'un certificate
du Greffier du tribunal de commerce, et A d6faut, de celui du tri-
bunal civil du resort, constatant que les formalities relatives aux
socirt6s de commerce ont AtW remplies par lesdits associes.
S'il rAsulte de l'acte de society, que l'un ou plusieurs des interes-
s6s sont strangers, la society entiAre sera assujettie au droit de la
patente d6terminee pour les strangers, suivant le classement.









11834]


( 78 )


Les Greffiers des tribunaux d6sign6s au present article seront res-
ponsables des certificates qu'ils auront d6livr6s,et devront 6tre pour-
suivis en justice, en cas de prevarication, conformement aux Lois
p6nales. Art. 15.
Art. 13. Toute personnel munie d'une patente pour exercer son
commerce, son industries ou sa profession dans une commune,
pourra, si elle vient A changer de domicile, se servir de la meme
patente pour tout autre commune de la RMpublique, sans diroger
toutefois aux articles 4, 6 et 7 ci-dessus, et en payant la difference
de taxe, si cette dernibre commune est d'une classes superieure A la
premiere.
Art. 14. Dans le cas de la perte d'une patente, la reclamation,
pour en avoir un duplicala, sera adressie au Juge de Paix qui l'aura
delivree ; lequel, apres verification de 1'enregistrement, d6livrera la
nouvelle expedition demandee, en mettant une apostille en marge
du registre et faisant mention si ladite expedition est second ou
troisibme.
Art. 15. Le Conseil des Notables, sur la verification et la certi-
tude acquise de la sinc6rit6 des declarations faites dans le cas des
articles 10, 11 et 12 ci-dessus, classera les patentes A delivrer,
d'apres le tarif 6tabli, et en dressera quatre 6tats, don't un sera
adress6 au Secrktaire-d'Etat, un autre A la Chambre des Comptes,
le troisibme an Juge de Paix de la commune, et le quatrieme au
Tresorier ou PrMpos6 d'Administration du lieu.
Art. 16. Les Tresoriers on Pr6pos6s d'Administration sont res-
ponsables de la perception du droit de patente, don't le produit
forme un chapitre distinct dans leur comptabilit6.
Cette perception se fait d'apres l'Etat recu du Conseil des Notables,
en donnant quittance numerot6e, laquelle est aussitot presentee au
Juge de Paix qui dAlivrera la Patente,et retiendra la quittance don-
nee par le Tresorier ou Prdpos6 d'Administration.
Art. 17. La patente est num6rotee et enregistr6e au Greffe du
Tribunal de paix : elle est delivree gratis, ainsi que l'exp6dition,
mais sur paper timbr6, suivant la Loi.
Art. 18. Les Conseils des Notables sont charges de s'assurer
et de v6rifier si les patents obtenues sont conformes A la profession
des personnel A qui elles ont Wt6 delivr6es, A n'importe qu'elle
Apoque de l'annde, et de faire connaitre les contraventions qui pour-
ront exister a cet 6gard.
Art. 19. Les Juges de Paix sont charges, ind6pendamment des









( 79 ) [48341
Conseils des Notables, de verifier si les patentes ont Wth prises con-
form6ment aux declarations, A la profession a exercer, et A la quotit6
des patentes.
Its dresseront, en outre, un Btat nominatif des personnel qui se
seront munies de patente, et de la profession qu'elles doivent exer-
cer, lequel doit Wtre affich6 A la porte de !eur tribunal.
Art. 20. Les Juges de Paix enverront, A la fin de chaque mois,
A la Chambre des Comptes, les quittances qu'ils auront revenues en
delivrant les patentes, accompagnees d'un inventaire. Ces pieces
resteront deposees A la Chambre des Comptes, pour servir A verifier
la comptabilit6 relative aux patentes.
Art. 21. Les Tr6soriers et Propos6s d'Administration 6tabliront, A
la fin de chaque mois, un bordereau triple de leurs recettes, qu'ils
adresseront: un au Secretaire-d'Etat, un A la Chambre des Comptes,
et le troisimne A l'Administrateur des finances de l'Arrondissement.
Ces derniers front la verification des bordereanx de recette, en
le comparant avec les 6tats forms par les Conseils des Notables.
Art. 22. Le Secretaire-d'Etat fera imprimer et timbrer, en
quanlit6 suffisante, des feuilles pour quittances et pour patentes,
conformdment aux modules annex6s A la pr4sente Loi, qu'il exp6-
diera au TrBsor-G6n6ral, pour en faire les envois A qui de droit.
Art. 23. Les patents pour les batiments et embarcations faisant
le cabotage, doivent faire mention du nom de l'armateur, de celui
du bAtiment ou de l'embarcation, ainsi que de son tonnage.
Art. 21. Tout batiment, pour naviguer sous pavilion national,
doit Wtre reconnu propriet6 haitienne, tant par les pieces authenti-
ques de I'acquisition que par la prestation de serment qui sera exig6e
de l'armateur, par le Juge de Paix, afin de s'assurer avant de d6li-
vrer la Patente, que le batiment est a lui et qu'aucun Btranger n'y
a un droit de propriAt6.
Au cas que le batiment se trouverait dans un port autre que celui
ofi est domiciliW l'armateur on propri6taire, il pourra 6tre repr6-
sent6 par le capitaine ou par un fond6 de pouvoir special.
Pour obtenir la patente d6signae dans cet article, il faut aussi
produire un certificate sign du Chef des Mouvements du Port, cons-
tatant les designations, dimensions et tonnage du batiment. Ce cer-
tificai sera delivr6 et enregistr6 gratis a la douane du lieu, et ceux
qui l'auront delivr6 en seront responsables.
Art. 25. Sont exempts du droit de patente :
to Les agriculteurs ou cultivateurs, pour ce qui regarded le travail
de la terre;










2o Les cabrouettiers attaches et employs aux charrois des habi-
tations ; mais s'ils sont employes A faire des transports autres que
ceux des habitations auxquelles ils sont attaches, ils seront assu-
jettis A la patente.
II en sera de meme pour les brouetteurs A dos d'animaux, lesquels
ne pourront charroyer que pour le service de leurs habitations
respective.
En general tons ceux qui font des charrois ne sont assujettis A
la patente relative A cette profession, qu'autant qu'ils travaillent
pour d'autres que pour les propri6taires des cabrouets et des ani-
maux qu'ils conduisent ;
30 Les forgerons,' macons, charpentiers, charrons et tous arti-
sans qui fixeront leur residence A la champagne, sur une habitation
exploitee ; mais s'ils travaillent pour toute autre habitation que
celle sur laquelle ils se sont fixes, ils seront obliges d'avoir une
patente ;
4" Les sucriers ou raffineurs ; mais si leurs manufactures sont
independantes des habitations sucreries en etat d'exploitation, ils
seront assujettis A la patente;
5 Les fonctionnaires publics, les salaries et autres employs au
au service de la R6publique, pour ce qui a trait A leurs emplois ;
60 Les notaires, les officers de l'6tat civil, les d6fenseurs publics,
les arpenteurs, pour ce qui a trait A leurs tonctions ;
7o Les chirurgiens, m6decins, peintres d'histoire et en miniature,
les instituteurs et les professeurs des sciences et arts lib6raux; les
commis haitiens, pour ce qui concern leurs professions ;
8 Les domestiques et ceux qui travaillent pour autrui, moyen-
nant un salaire et sans tenir de boutique fixe ou ambulance ;
9o Les baliments haitiens voyageant au long course ;
100 Les fabricants de chaux, de briques, tuiles, terailles, de sel
et autres 6tablissements assujettis A l'Imposition Fonci6re ;
.11 Les canots et embarcations des habitants riverains, suivant
les dispositions de l'article 10 du Code Rural ; mais, sous aucun
prilexte, ces canots et embarcations ne pourront, sans s',tre munis
de patente, fire le cabotage ou transport ni la pAche pour d'autres
lieux que les habitations auxquelles ils appartiennent;
12, Les artisants ou gens de m6tier qui ont fix6 leur demeure sur
une habitation en etat d'exploitation, pourvu qu'ils ne travaillent pas
pour d'autres habitations.
Art. 26. Les haitiens r6sidant au Port-au-Prince, qui auront


|18:1]j


( 80 )









( 81 ) t1834]
justifi6 d'avoir WtB incendi6s le 8 juillet 1832, continueroni A Atre
exempts de Patente pour 1'ann6e 1835.

CHAPITRE II.
De L'Impd6 Foncier (1).
Art. 27. La r6gie des impositions sur les valeurs locatives et sur
les products des propri6tes foncieres, urbaines et rurales, continuera
d'etre confine, dans chaque commune, A un Percepteur particulier,
et A d6faut, au Pr6pos6 d'Administration.
Art. 28. Avant d'entrer en functions, les Percepteurs prkteront,
pardevant le Juge de Paix de leur commune, le serment de bien et
fidelement remplir les obligations qui leur sont imposees par la loi.
Ils fourniront aussi, soit par eux-memes, soit par autrui, un cau-
lionnement en propriet6s fonci6res d'une valeur suffisante pour r6-
pondre des deficits qui pourraient se trouver dans leur comptabilit6.
Art. 29. Les Agents percepteurs correspondront avec l'Adminis-
trateur des finances de l'arrondissement oi ils seront employs,
ainsi qu'avec la Chambre des Comptes et tous autres fonctionnaires
avec lesquels les lois les mettront en rapport, pour l'ex6culion de
tout ce qui leur est prescrit.
Art. 30. Is front connaitre au Conseil des Notables, h l'adminis-
trateur des finances et A la Chambre des Comptes, toutes les pro-
pri6t6s sujettes A l'Inpbt Foncier, et qui n'auraient pas W6t taxes,
soit par omission, soit autrement.
Art. 31. A partir du premier Janvier de chaque annee, les Agents
Percepteurs prdpareront les bordereaux de la quote d'imposition
qu'aura a payer chaque contribuable : ces bordereaux, faits sur
paper libre, serviront A faire les recouvrements des sommes dues
et port6es sur les roles d'imposition.
Art. 32. Tous les bordereaux, 6tant pris dans la serie des nu-
m6ros ports sur les rbles d'imposition, devront, au fur et A measure
qu'ils seront acquittas, 6tre enregistr6s en marge du rble et vis-A-
vis de la quote du contribuable.
Art. 33.Les bordereaux dresses par les Agents Percepteurs,devront
Atre enregistres au bureau du Conseil des Notables et vis6s par le
membre de service. Les contribuables ne seront tenus de payer le

(1) Voy. no 1335, Loi du 22 juillet 1834, sur l'imposit. relat. aux valeurs
locatives etc.









[18341


( 82 )


montant desdits bordereaux qu'autant qu'ils seront revetus de celte
formalitO.
A la fin de chaque mois, le Conseil des Notables enverra A la
Chambre des Comptes un tiat nominatif des bordereaux qu'il aura
enregistres.
Art. 34. Les Agents Percepteurs, en recevant le montant des
bordereaux, donneront quittance, sans frais, sur paper libre, aux
contribuables. Les quittances seront enregistrees sur un livre ex-
press6ment destiny A cet objet, jour par jour, et suivant les
paiements qui auront 6te fails. Ce livre sera c6t6 et paraph6 par
l'Administraleur des finances de l'arrondissement. lequel verifiera
et confrontera, avec les rOles des communes, les paiements faits et
l'exactitude des operations ; et si elles sont justes, il y apposera
son visa.
Art. 35. Les Agents Percepteurs verseront, A la fin de chaque
mois, dans la caisse publique de leur arrondissement, le monlant
des soinmes qu'ils auront percues ; et ce, sur un 6tat delaill6 de
leurs recouvrements oper6s dans le mois : cel 6tat sera nominatif,
dress en triple expedition, et ordonnance par l'Administrateur des
finances de l'arrondissement; il leur sera fourni par le Tr6sorier,
recu en double au bas dudit ltal ; ils en garderont un pour leur
d6charge, et enverront l'autre h la Chanbre des Comples : le tout
a peine d'une amended qui ne pourra 6ire moindre de cinquante
gourdes, ni plus forte que cent gourdes.
Art. 36. II sera accord aux Agnis Percepteurs, pour toute in-
deinnit et minulumeat, savoir : s'ils ne sont pas Pfrpos6s d'Admi-
nistration, dix pour cent sur le montant des recettes effectuies, et
s'ils sont Prdpos6s, cini pour cent seulement. Cette retribution
sera d6duite de leurs versements de chaque mais, et il en sera faith
mention au bas des 6tats relates en 'article precedent.
Art. 37. Chaque Agent Percepleur aura la faculty de se procu-
rer un Commis-signataire pour I'aider dans son service. II devra
fire connaitre par la voie de la Gazette Officielle ce commis, qui
sera a sa charge et sous sa responsabilit6, sauf son recours centre
ledit commis.
Les Commis employs comme aides des Agents Percepteurs,
jouiront de la meme exemption du service militaire que les commis
des Receveurs de l'Enregistrement.
Art. 38. Les proprietes de la Capitale qui ont WtB devastees par
l'incendie du 8juillet 1832, ainsi que celles qui avaient 6t6 ravages









( 83 )


[18341


par l'ouragan du 13 aoit 1831, dans les communes du d6partement
du Sud d6sign6es par des lois ant6rieures, continueront a etre
exemptes de l'imp6t Foncier, pour l'annie 1835 (1).

CHAPITRE III.
Dispositions gdndrales.
Art. 39. Les Tresoriers, les Propos6s d'Administration, les Per-
cepteurs, les Juges-de-Paix ou leurs Suppliants et les Membres des
Conseils des Notables, south responsables de l'execution de tout ce
qui leur est prescrit par la presente Loi.
Art. 40. Le Secr6taire-d'Etat donnera toutes les instructions
necessaires aux Conseils des Notables, aux Agents Percepteurs et
aux Administrateurs des finances, tani pour la confection des bor-
dereaux et 6tats mentionn6s en la pr6sente Loi, que pour ce qui est
relatif a son execution.
Art. 41. La pr6sente Loi abroge toutes lois et dispositions de lois
anterieures, qui lui sont contraires.


MODULE DE QUITTANCE.

Je, soussign6, (T'rsorier ou Preposi) reconnais avoir recn
d domicilid dans la
commune d la some de
pour la Patente qu' a dd-
clare vouloir obtenir, pour exercer, pendant l'ann6e (ou le reslant
de l'ann6e) 183 la profession d
Fait A le
an 3 de l'Ind6pendance.


MODULE DE PATENTE.

Patente (Timbre) de
Arrondissement de Commune d

(1) Voy. no 1287. Loi du 18 juillet 1S32, sur les patentes, art. 1. -
no 1307, Loi du 10 sept. 1833, qui impose un droit sur les valeurs loca-
tives etc., art. 42.










[18341


(84 )


Bon pour l'annee 183
No

Nous Juge-de-Paix de la commune de arrondis-
sement d sur la representation et remise A nous faite
par 1 citoyen ayant son prin-
cipal domicile dans ladite commune, de la quittance A
d6livr6e par le (Trdsorier ou Prdposd) de sous le no
de son registre de recelte et dument vis6e, de laquelle il
r6sulte que 1 dit citoyen a d6clar6 vouloir exercer (indi-
quer le commerce, l'industrie, l'art, le mdlier ou la profession), et
qu' a pay la some de pour le droit de Patente,
suivant le tarif pour la susdite annie.
En consequence, nous lui avons delivre la Palente an moyen de
laquelle pourra exercer, pendant l'ann6e 183 la sus-
dite profession de sans trouble ni empechement, en se
conformant aux rgglements de police.
Fait et delivr6 a le an de
l'ind6pendance.
(Signature du Juge-de-Paix.)
(Sceau du tribunal depaix.)


Art. 42. La present Loi sera expedi6e au Senat, conformement
A la Constitution.
Donn6 en la Chambre des Communes, au Port-au-Prince, le 14 juillet
1834, an 31e de I'Ind6pendance.
Le President de la Chambre, Sign6 : J.-S. MILSCENT.
Les Secrdtaires, Sign6: Phanor DUPIN, Hr6. LATORTUE.
Le Senat d6crbte 1'acceptation de la Loi SUR LA RAGIE DES IMPOSITIONS
DIRECTES ; laquelle sera, dans les vingt-quatre heures, expedide au Presi-
dent d'Haiti, pour avoir son execution, suivant le mode 6tabli par la
Constitution.
Donn6 A la Maison national, au Port-au-Prince, le 17 Juillet 1834.
an 31e de l'Ind6pendance.
Le President du Senat, Sign6: N. VIALLET.
Les Secritaires, Sign6 : Pre. ANDRA, B. ARDOUIN,
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-dessus du Corps l1gis-
latif, etc,








( 85 )


[1834]


Donn6 au Palais national du Port-au-Prince, le 18 Juillet 1834, an 31e.
Sign6: BoYEa.
Par le President :
Le Secritaire general, Sign6: B. INGINAC.



No 1335. Loi sur l'Imposition relative aux Valeurs locatives des
Maisons ou Cases sises dans les villes, bourgs on campagnes, et
aux Produits des propridtds rurales, lesquels ne sont point assu-
jettis 4 l'Imp6t Territorial. (1)
Port-au-Prince, le 22 juillet 1834.
La Chambre des Reprdsentants des Communes,
Proc6dant en vertu de l'article 57 de la Constitution, et apras avoir d&-
clar Fl'urgence,
A rendu la loi suivante:

CHAPITRE Ier.

Bases de l'Imposition sur les valeurs locatives des Maisons on Cases
des Villes, Bourgs ou Campagnes.
ARTICLE ler. L'imposition ktablie par la presente loi sur la valeur
locative des maisons ou cases situees dans les villes ou bourgs de
la R6publique, est fixee A deux et demi pour cent.
Art. 2. Les maisons ou cases situdes dans les campagnes, et qui
ne dependent pas d'6tablissements en 6tat d'exploitation, sont assu-
jetties A la meme imposition.
Art. 3. Toute maison ou case qui serait occupee par le propri&-
taire, ne paiera que la moiti6 de la taxes ; c'est-A-dire, ine un quart
pour cent.
Si la maison ou case n'est occupee qu'en parties par le proprid-
taire, la reduction n'aura lieu que sur la portion du local qu'il
occupe.
Art. 4. Est censee louee,ou afferm6e,toute maison, case ou cham-
bre qui sert de logement A une personnel ind6pendante du pro-
pritdaire, ou qui content un mobilier qui ne lui appartient pas.

(1) Voy. no 1307, Loi du 10 sept. 1833, qui impose un droit sur les va-
leurs locatives etc. no 1334. Loi du 18 Juillet 1834, sur la rqeie des impos.
dir. No 1346, Avis du 15 nov. 1834, de la Secritairerie d'Etat, qui invite
les conseils des notables etc. No 1370, LWi du 7 juillet 1835, sur la regie
des imposit. dir.







[1834] ( 86 )
Art. 5. Les emplacements ou measures situgs dans les villes ou
bourgs, qui sont cl6tures et qui servent A recevoir des animaux de
voyageurs ou des materiaux et objetsde commerce ou de speculation,
sont 6galement assujettis A l'imposition de deux et demi pour cent.

CHAPITRE II.

De la formation des Rdles de l'Imposition sur les maisons on cases
des villes, bourgs ou campagnes.
Art. 6.Tous les ans, A partir du ler Octobre, le Conseil des Nota-
bles de chaque commune, assisted du Juge de Paix, ou, A son d6faut,
du Magistrate qui le remplacera,ainsi que de 1'Agent d'Administration
Percepteur du droit, former le rble de toutes les maisons on cases
situees dans les villes ou bourgs, en y comprenant celles d6signees
par l'article 2, ainsi que les emplacements ou measures mentionn6s
en l'article 5 ci-dessus ; ce role fera mention de la valeur locative
ou du produit annual de chaque propri6t6, et portera une serie de
numerous.
Art. 7. Pour parvenir A fixer la valeur locative, ou le produit an-
nuel de chaque maison ou case assujettie A limposition,le Conseil des
Notables, assisted comme ii est dit en l'article prec6dent, se fera re-
pr6senter les baux A ferme ou A loyer, lorsqu'il y en aura ; et lors-
qu'il n'y en aura pas, on pourra consulter les locataires ou fermiers
pour connaitre ce qu'ils patient par mois ou par annie : au d6faut
de ces renseignements, et dans le cas oA ce serait le propridtaire
mime qui occupat la maison ou case, le Conseil des Notables et les
fonctionnaires ci-dessus designs, appelleront deux arbitres pour
fixer la valeur locative de la propriete.
Un de ces arbitres sera design par le Conseil des Notables, et
I'autre par la parties interessee, dans la huitaine.
Apres le delai de huitaine, si la parties n'avait pas d6sign6 son
arbitre, sa rCclamation contre ce que d6cidera I'arbitre choisi par le
Conseil des Notables, ne sera point admise.
Au cas de partage d'opinion entire les deux arbilres, si la parties
en a nommn, ils s'adjoindront, dans la huilaine, un tiers-arbitre
pour les d6partager et terminer le diffrend.
Art. 8. Les roles d'lmposition devront ctre conrectionn6s, au plus
tard, le I'r Novembre de chaque anne, et affich6s au local du Con-
seil des Notables, oi les contribuables pourront, dans le course de ce
mois, prendre connaissance de leur quote, et produire les rdclama-
tions qu'ils auront A fire.









Art. 9. Les propri6tairesde maisons ou cases,qui se croiront sur-
tax6s, front leurs r6clamations par 6crit, pendant le delai d6ter-
mine en l'article pr6ecdent, au Conseil des Notables, qui sera tenu,
avec l'assistance du Juge de Paix et de l'Agent d'Administration
Percepteur, de verifier et statuer, dans les dix jours de lar6clama-
tion, ce que prescrit le droit.
Art.10. Les r6les des impositions foncieres ci-dessus determines,
seront d6finitivement clos et arret6s, et destin6s, par les Conseils
des Notables, en quadruple expedition le 15 D6cembre suivant;
savoir : une, au Conseil des Notables de la commune ; la 2* 1'A-
gent d'Administration, Percepteur d'icelles ; la 30 A l'Administra-
teur, et enfin une A la Chambre des Comptes.
Art. 11. L'Administrateur des Finances de l'Arrondissement, on
celui qui en remplira les functions, fera passer, dans le delai d'un
second mois, au plus tard, au Secretaire-d'Etat, les copies des rbles
de chaque commune, qui lui auront 6te adress6es par le Conseil
des Notables.
Art.12. A partir du lerJanvier de chaque ann6e, les Agents d'Ad-
ministration Percepteurs pr6pareront les bordereaux de la quote
d'imposition qu'aura a payer chaque contribuable; ces bordereaux,
faits sur paper libre, serviront A operer les recouvrements des
sommes dues et port6es sur les rl6es d'imposition.

CHAPITRE III.
Base de l'Imposilion sur les Etablissements ruraux don't les pro-
duits ne sont assujettis ni 4 l'Impdt Territorial, ni au droit de
Patente.
Art.13. Les 6tablissementsruraux,de quelque nature qu'ils soient,
qui ne seront specialement assujettis ni A l'imp6t territorial ni au
droit de la patente qui protege les differents genres d'industrie, paie-
ront une imposition fixee i derx et demi pour cent de la valeur
total de leur produit annuel.
Art.14. Sont compris dans !es6tablissements menlionnes en l'arti-
cle precedent, les sucreries, ayant un ou plusieurs moulins, ou usi-
nes servant A la fabrication du sirop ou du sucre; les champs plants
en cannes, non dependant des sucreries ; les coupes de bois de
chauffage ; les fours A chaux; les fabriques de carbon, de poterie,
de briques, carreaux ou tuiles ; les salines; et jardins d'herbes close
et sp6cialement 6tablis en coupes r6gulibres destinees A 6tre vendues
pour la nourriture des animaux des villes ou bourgs.


( 87 )


[1834]








[1834]


( 88 )


CHAPITRE IV.
De la formation des R6les de 'Imposition sur les Etablissements
ruraux qui ne produisent pas de denrdes specialement assuielties
a l'Impdt Territorial ni au droit de Patente.
Art.15. Pour parvenir A la formation des r6les de l'imposition db-
terminee dans les articles 13 et 14 ci-dessus, les Conseils des No-
tables de chaque commune requerront, le Ier Octobre de chaque
annie, les habitants-proprietaires, fermiers on interesses en chef, A
quelque titre que ce soit, de se presenter A leur local, dans le cou-
rant du mois, pour fournir la note du produit presum6 de leurs eta-
blissements respectifs.
Art. 16. Aussit6t que le Conseil des Notables et les fonctionnaires
d6sign6s en l'article 6 ci-dessus, pour concourir avec lui A la for-
mation des roles de l'imposition, auront r6uni les materiaux neces-
saires pour en fixer l'assiette, ils inscriront, sur la matricule, les
noms des contribuables, la nature de l'objet impose, le montant de
la taxe, et la serie des numeros.
Art. 17. La matricule du rble de l'imposition fonci6re devra etre
terminee le 31 Octobre de chaque anride.
Art. 18. Dans le courant du mois de Novembre suivant, le Conseil
des Notables, assist comme il est dit en l'article 6 ci-dessus, veri-
fiera les declarations faites par les contribuables, et taxera ce que
de droit, meme A l'egard de ceux qui auraient neglig6 de faire la
declaration prescrite.
Si la taxes 6tablie par le Conseil des Notables est contest6e par la
parties interessee, il en sera r6f6r6 A la decision d'arbitres, confor-
m6ment au mode determine par l'article 7 ci-dessus.

CHAPITRE V.
De la Perception.
Art.19. Les impositions sur la valeur locative des maisons ou cases
situees dans les villes, bourgs ou campagnes, et qui ne dependent
pas des 6tablissemenis ruraux don't les products sont sp6cialement
assujettis a I'impbt territorial, on au droit de patente, seront exi-
gibles A I'expiration du premier mois de chaque trimestre de
I'annee.
Art.20. Le premier du second mois de chaque trimestre de l'ann6e,
l'Agent d'Administration Percepteur enverra A chaque contribuable








( 89 )


[1834]


qui n'aura pas pay6 volontairement sa quote, un avertissement sur
paper libre, portant invitation de s'acquitter dans la huitaine au plus
tard; si, apres ce delai, I'avertissement est rest sans effet, l'Agent
d'Administration Percepteur requerra le Juge de Paix du lieu de
delivrer une ordonnance d'ex6cution sur paper timbr6 portant de-
signation d'un officer de Police on de Gendarmerie, suivant les
localits, qui sera charge de faire la saisie des loyers, des fermages,
des marchandises, denr6es ou effects quelconques appartenant au
debiteur, sauf ceux excepts par une loi.
Art. 21. Cet officer seraassist6 d'un Notable et du Juge de Paix, ou
du magistrate habile a le remplacer ; au besoin, I'autorit6 militaire
leur pretera main-forte. II sera dress procks-verbal de la saisie (1).
Art. 22. Les marchandises, denrees ou effects saisis seront vendus
publiquement A la Justice de Paix, dans le dMlai d'un mois au plus,
et apres la publication.
Art. 23. Toutes les poursuites se front A la diligence de l'Agent
d'Administration Percepteur, jusqu'A concurrence de la some due
et des frais.
Art.24. L'Agent d'Administration Percepteur devra prealablement,
dans le cas oi le contribuable en retard de payer sa taxe, recevrait
un 6molument quelconque de la Caisse Publique, remetire, au Tr6-
sorier du lieu, la quittance portant au bas l'ordonnance du Juge
de Paix mentionn6e en l'article 20. Le Tr6sorier qui recevra cette
quittance sera tenu, sur sa responsabilit6 personnelle, de faire la
retenue du montant de la quote du contribuable debiteur et en faire
remise a l'Agent d'Administration Percepteur, sans n6anmoins d6-
roger A la loi qui ne permet pas de saisir la totality des appointe-
ments des fonctionnaires publics, civils ou militaires.
Art. 25. La presente loi sera expedite an Sinat, conform6ment A
la Constitution.
Donned en la Chambre des communes, au Port-au-Prince, le 12 Juillet
1834, an 31e de l'Ind4pendance.
Le President de la Chambre, Sign6 : J.-S. MILSCENT.
Les Secretaires, Signc : Phanor DUPIN et HrB LATORTUE.
Le S6uat dcrete l'acceptation de la Loi sur l'lIposition relative aux
valeurs locatives des maisons ou cases sises dans les villas, bourgs ou campa-
gnes, et aux produits des propriedts rurales, lesquels ne sent point assijeltis
a l'impdt territorial ; laquelle sera, dans les vingt-quatre heures, expe-
di6e au Pr6sident d'Haiti pour avoir son execution, suivant le mode
6tabli par la Constitution.
(1) Voy. no 1336, Loi du 22 Juillet 1834, sur les Patentes, art. 10.








[1834] ( 90 )
Donn6 A la Maison national, au Port-au-Prince, le 21 Juillet
1834, an 31e de 1'Ind6pendance.
Le President du Sinat, Sign : N.VIALLET.
Les Secritaires, Sign6 : Pre. ANDRe, B. ARDOUIN
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la Loi ci-dessus du Corps 1lgis-
latif etc,
Donn6 au Palais National du Port-au-Prince, le 22 Juillet 1834,
an 31.
Signed: BOYER.
Par le Pr6sident :
Le Secretaire general, Sign : B. INGINAC.



No 1336. Loi sur les Patentes (1).
Port-au-Prince, le 22 juillet 1834.
La Chambre des Represenlants des Communes,
Proc6dant en vertu de 'article 57 do la Constitution, et apres avoir
declar6 l'urgence,
A rendu la Loi suivante :

CHAPITRE PREMIER.

De l'Assiette du droit de Palente.
ARTICLE Jer. Tous ceux qui voudront exercer une industries ou
profession quelconque, sont tenus de se munir d'une Patente et de
payer le droit que la Loi y attache, suivant le classement des Com-
munes et le Tarif y annexed, sauf les exceptions consacrees par la
Loi.
Art. 2. La Patente sera collective pour l'dpoux et 1'rpouse, habi-
tant ensemble et faisant le meme commerce, ou exercant la meme
industries ou profession ; elle le sera egalement pour les societes
reunies sous le meme toit.
Art. 3. La Patente sera personnelle pour chacun des 6poux qui,
quoique habitant ensemble, exercent dilffrents genres d'industrie,

(1) Voy. no 1308 Loi du 10 sept. 1833, sur les patents, No 1331,
Loi du 18 Juillet 1834, sur la rdgie des imposit. etc.- No 1335, Loi du 22,
Juillet 1834, sur I'imposit. relative etc, art. 20. No 1371, Loi du 7
Jiillet 1835, sur les patentes.










profession ou commerce; elle le sera de meme pour ceux qui,
vivant sous le m6me toit, sans Atre associ6s, exercent une indus-
trie, profession ou commerce assujetti au droit de Patente. Il en
sera de m6me pour les associ6s qui, quoique patents pour un
6tablissement commun, se livreront, dans des boutiques ou maga-
sins s6pars, et meme sous le m6me toit, A une profession, indus-
trie on commerce autre que celui qu'ils doivent exercer collective-
ment.
Art. 4. Il est d6fendu A toute personnel de couvrir de sa Patente
l'6tablissement d'autrui, dans l'intention de frustrer la caisse pu-
blique de tout ou parties du droit qui doit etre percu d'apres les dis-
positions de la pr6sente Loi.
Art. 5. Les mineurs non emancipes, en conformity de l'article
397 du Code Civil, ne pourront, en aucun cas, obtenir la Patente,
s'ils n'y sont autorises par leurs peres, et au d8faut de peres, par
leurs meres. Cette autorisation, diment enregistr6e et affichee A la
Justice-de-Paix du lieu, vaudra emancipation pour les faits du com-
merce seulement. La meme interdiction aura lieu A l'dgard de la
femme marine qui n'aura pas prealablement obtenu le consentement
expres de son mari, conform6ment a I'article 4 du Code de Com-
merce (').
Art. 6. Les negociants consignataires, soit hailiens, soit 6tran-
gers, doivent faire la vente des marchandises A eux consignees, de

(') L'on ne pent voir dans l'art. 5 une abrogation des art. 2 et 3 du C.
de Com. mais seulement une simple derogation, car cet art. 5 n'affi'an-
chit seulement les mineurs Ages de 18 ans accomplish qui voudraient faire
le commerce que de la formality de 1'emancipation, lorsque leur pere, ou,
a d6faut, la mere etc. les aurait autoris's a faire cot acte important. Dans
ce cas, 1'autorisation vaudra emancipation. Le sens clair et precis des
dispositions relatives aux mineurs, dans la loi sur les patentes, de 1834,
no permet point d'assimiler l'Nmaneipation A rautorisation de faire le com-
merce; car suivant les dispositions de cette loi, I'autorisation du pere ou
de la mbre vaut emancipation ; mais il ne s'ensuit pas que f'mancipation
vaille l'autorisation don't il s'agit. Cette autorisation renferme implicite-
ment emancipation, formality qui, aux terms de la loi, ne pennet aux
mineurs que de fire des actes d'administration, lorsqu'au contraire l'au-
torisation de faire le commerce est l'acte qui leur permit de compromettre
leur personnel et leurs biens pour les faits de leur commerce Ainsi, l'au-
torisation dispense de 1'emancipation; mais, dans aucun cas, 1'emancipa-
tion ne dispense de l'autorisation de faire le commerce. Cass. 3 Fev.
1840. Autre d la meme date.


( 91 )


[1834]








[1834] ( 92
la manibre suivante, au moins, de la quantity qui y est d6ter-
mince
Par caisse, malle, balle ou ballot de marchandises s6ches ;
Par cinq boucauts, tiercons ou paniers de faience assortie ;
Par cinq milliers de briques, carreaux, tuiles, aissantes, bois ou
planches ;
Par vingt barils de farine, deux boucauts on cinq tiercons de
more ; un boucaut de tabac ; cinq barils de pore, bceuf, harengs
et autres salaisons assorties ; par quinze caisses des memes comes-
tibles; vingt-cinq caisses de savon; quinze paniers ou caisses
d'huile ou de chandelles; cinq frequins de beurre ou de man-
tegue;
Par dix caisses de vin ou de liqueurs assorties;
Par cinq caisses de blanc de baleine ou de bougies;
Par demi-pipe de madere ou de brandy;
Et pour tous les autres articles non pr6vus, dans la mame pro-
portion.

CHAPITRE II.
Des Formalites gdndrales d observer pour obtenir la Patente et en
faire utilenment usage.
Art. 7. La Patente doit Wtre prise du Jer Janvier au 31 Mars au
plus tard, pour l'annle entire.
Art. 8. Celui qui, dans le courant de l'ann6e, voudra commencer
A exercer un commerce ou une industries quelconque, doit aussi se
munir de Patente. Cette Patente Anoncera le temps A courier pour le
reste de l'ann6e, et la some payee A proportion.
Cette proportion sera etablie comme suit :
Si le temps commence dans le second trimestre, le droit sera
pay6 pour neuf mois; si c'est dans le troisibme trimestre, il sera
payer pour six mois ; si c'est enfin dans le dernier trimestre, il sera
paye pour trois mois.
Art. 9. Quiconque, dans le courant de l'annee, voudra changer
d'industrie ou de commerce pour un autre assujetti A une taxes
superieure A celle de la Patente deja obtenue, sera tenu d'en faire
sa declaration au Conseil des Notables de sa commune, pour avoir
une nouvelle Patente relative A sa profession ultArieure, et de payer
le droit y attach pour le temps A courir, suivant les dispositions
du precedent article, sans pouvoir pr6tendre aucune deduction en
raison de la some payee pour la Patente primitive,









( 93 )


[18341


Art. 10. Les Agents d'Administration Percepteurs, ou ceux charges
du service, au cas que les personnel qui sont classees pour se munir
de Patente, n'auraient pas pay6 leur quotit6, leur enverront un aver-
tissement, sur paper libre, portant invitation de s'acquitter dans la
huitaine au plus tard : si, apres ce delai, I'avertissement reste sans
effet, lesdits agents requerront du Juge-de-Paix une ordonnance
d'ex6cution, sur paper timbre, portant designation d'un officer de
police charge de faire la saisie de toutes sommes, marchandises,
denrees ou effects quelconques, appartenant au debiteur, sauf ceux
excepts par une Loi (1).
Au surplus, les formalit6s prescrites par les articles 21, 22, 23 et
24 de la Loi sur l'Imposition relative aux valeurs locatives des mai-
sons, etc., seront observees.

CHAPITRE III.
De quelques Dispositions et Formalitds parliculibres.
Art. t1. Les magasins, sis dans une mmme ville ou bourg, qui
s'ouvrent momentanement pour en faire sortir les marchandises ou
objets de commerce qui y sont deposis, ofi il ne se vend ni ne s'a-
ch6te ordinairement des marchandises, denrees ou objets quelcon-
ques de commerce, et qui dependent d'un on plusieurs 6tablisse-
ments munis de Patente dansles formes prescrites, seront consi-
d6res comme lieux de dep6ts momentands.
Art. 12. L'armateur de plusieurs batiments ou embarcations,
doit avoir autant de Patentes qu'il a de batiments ou d'embarca-
tions.
Art. 13. Les habitants riverains qui ont des canots de pAche ou
de transport pourl'usage de leurs habitations, sont exempts du droit
de Patente; mais, sous aucun pretexte, ces canots ne pourront faire
le cabotage ou le transport des autres ports ou lots, ni la peche
pour d'autres habitations, sans Atre munis de Patente.
Art. 14. Les guildiviers, 6tablis dans les campagnes, sont tenus
de vendre les productions de leurs manufactures en futailles de
trente gallons au moins; tout 6tablissement qu'ils pourront avoir,
pour vendre seulement du tafia ou du rhum en detail, est assujetti
au droit de laPatente y relative.

(i) Voy. no 1335, Lot du 22 Juillet 1834, sur l'imposit. relative etc,
art. 20.









[1834] ( 94 )
Art. 15. Les cabrouettiers, attaches et employes aux charrois des
habitations, sont exempts du droit de Patente; mais, s'ils sont em--
ployes A faire des transports, autres que ceux de l'habitation A
laquelle ils sont attaches, ils seront assujettis A la Patente. Il en
sera de meme pour les brouetteurs A dos d'animaux, lesquels ne
pourront charroyer que pour le service de leurs habitations res-
pectives. En general, tous ceux qui font habiluellement des charrois
pour autrui, sont tenus de payer la Patente relative a cette profes-
sion.
Art. 16. Les forgerons, masons, charpentiers, charrons, et tous
artisans qui fixeront leur residence A la champagne, sur une ihabita-
tion exploit6e, seront tenus d'avoir une Patente, s'ils travaillent habi-
tuellement pour toute autre habitation que celle appartenant au pro-
pri6taire du lieu de leur demeure d'obligation.
Art. 47. Les sucriers ou raffineurs qui ont des manufactures
ind6pendantes des habitations sucreries en 6tat d'exploitation, seront
assujettis A la Patente.

CHAPITRE IV.

Des Contraventions faites a la present Loi, et de leur Repression.
Art. 18. Ceux qui auront exerce une industries, profession ou
commerce quelconque, sans avoir faith, pr6alablement, au Conseil
des Notables, les declarations prescribes par la present Loi, seront
condamn6s a une amende double de la Patente i laquelle ils sont
assujettis, sans que cette condemnation puisse les exempter de
payer la Patente relative A leur commerce, industries ou profes-
sion.
Art. 19. Ceux qui, bien qu'ils auraicnt fait les declarations pres-
crites, exerceront un genre de commerce, industries ou profession
soumis A une Patente d'une quotit6 plus 6levee que celle qu'ils ont
prise, paieront une amende gale A la valeur de la Patente don't ils
auraient df se munir, et seront tenus, en oulre, de payer la diff6-
rence du droit de la Patente qu'ils devront prendre.
Art. 20. Ceux qui, 6tant attaches aux habitations rurales exploi-
tees, sont exempts de la Patente, mais qui exercent leur profession
ou m6tier au service d'autres habitations rurales ou i celui des par-
ticuliers, autres que les propri6taires du lieu oi ils ont fixed leur
demeure, sont subordonnes A l'article 18 ci-dessus.
Art. 21. II en sera de m6me pour les artisans ou ouvriers qui,








( 95 ) [1834]
quoique attaches au service de 1'Etat, feraient habituellement des
ouvrages pour le public.
Art. 22. Ceux i qui un genre de commerce, d'industrie on de
profession est interdit, mais qui, au m6pris de la loi, s'y seront
livrts, supporteront la confiscation des marchandises, denrees ou
effects de commerce quelconques don't ils auront trafiquA, et seront,
en outre, condamnes A une amende de cent gourdes A mille gourdes,
en raison de la nature de la Patente A laquelle se rapporte la con-
travention. Ceux qui auront 6tabli des magasins ou soutes isol&-
ment dans les campagnes ou sur les habitations rurales, pour faire
le commerce de sp6culateur, en quelque genre que ce soit, seront
passibles des peines portees en cet article.
Art. 23. Ceux qui seront convaincus d'avoir covert de leur Pa-
tente l'6tablissement ou le commerce d'autrui, supporteront 6gale-
ment les peines portees en l'article precedent.
Ils seront, en outre, ainsi que leurs complices, inhabiles A inten-
ter en justice aucune action A fin de paiement on r6glement quel-
conque, relativement a leur commerce ; mais ils pourront, dans
tous les cas, Atre poursuivis, devant les tribunaux, par les tiers qui
n'auraient eu aucune part a leur supercherie.
Art. 24. II est defendu auxarmateurs on capitaines faisant le cabo-
tage au long de la cole, de recevoirA leur borddes pacotilles appar-
tenant A des strangers commercant de port A port, sous peine d'une
amende de vingt-cinq A cent gourdes, sans prAjudice de la confis-
cation des objets indament charges a leur bord. L'amende centre
les hAtiments on capitaines strangers qui feraient le cabotage, dans
n'importe quel port de la Rrpublique, sera triple et entrainera 6ga-
lement la confiscation du chargement transport au mipris de la
pr6sente Loi.
Art. 25. Toute personnel peut faire sa declaration au Juge-de-Paix
de la Commune et en requ6rir expedition gratis sur paper libre,
centre ceux qui exercent une industries, profession ou commerce
soumis A la Patente, sans en avoir Wth 1lgalement munis, ou qui
I'auraient obtenue d'une classes inf6rieure, on different de la
nature de leur commerce, industries ou profession ordinaire. Les
Juges-de-Paix, dans tous les cas of ils seront informs de pareilles
contraventions, agiront centre les d6linquants, et denonceront les
faits au Minist6re public, dans les formes voulues par les lois, pour
en faire les poursuites pardevant le tribunal competent.
Art 26. Si, dans la quinzaine de la declaration faite au Juge.









[1834]


( 96 )


de-Paix, aux terms de l'article precedent, aucune demarche n'a
WtB faite par lui, pour r6primer l'abus, les d6clarants, dans ce cas,
pourront s'adresser au Conseil des Notables qui devra se conformer
au devoir que la Loi lui impose.
Art. 27. Aucune demand ni action ne pourra 6tre intentee par-
devant les tribunaux ou les autorit6s constitutes, par les personnel
soumises au droit de Patente, si les actes, petitions ou memoires
faits pour elles ou en leur nom, ne portent le num6ro de leur Pa-
tente; celles de ces pieces qui ne seraient pas rev6tues de ces for-
malit6s, devront 6tre rejetees comme nulles.
La citation du numero de la Patente ne peut se rapporter qu'a
un fait qui a pris naissance pendant sa duree. Une Patente ult6-
rieure ne peut couvrir un fait qui avait kchapp iA l'empire d'une
Patente qui aurait di etre prise prec6demment. La Patente des
negociants consignataires sera enregistree, dans la quinzaine de sa
dGlivrance, au greffe du tribunal de commerce du lieu, ou A celui
du tribunal civil, li od il n'y a pas de tribunal de commerce, a
peine de nullit6.
Art. 28. Toute contravention aux dispositions prescrites au pr6-
sent chapitre, sera constat6e par proc6s-verbal dress par le Con-
seil des Notables, le Juge-de-Paix, l'Officier de police, l'Agent d'Ad-
ministration Percepteur ou celui qui le remplacera, le Chef des
inouvements du port, le Directeur de la douane oi les Officiers
gardes-c6tes, chacun en ce qui le concern
Ces proces-verbaux devront etre remis au Juge-de-Paix qui les
transmettra, ainsi que ceux qu'il aurait dresses lui-m6me, au mi-
nistere public, pour fire les poursuites de droit.
Art. 29. Toutes amendes ou confiscations prononcees pour con-
travention a la presente Loi, appartiendront, moiti6 A celui qui aura
d6couvert ou signal la contravention, et moiti6 au Tresor public.

CHAPITRE V.

Dispositions finales.

Art. 30. La pr6sente Loi abroge toutes les dispositions des lois,
arritts ou reglements qui lui sont contraires, A partir du ier Jan-
vier 1835.
Art. 31. Classement des Communes pour la perception du droit
de patente : les haitiens seulement.











ire classe......

2e classe......


3e classe......


4a classe......










5e classe......











6" classe......


( 97 )
Port-au-Prince, Capitale de la RWpublique.

Cayes.
Cap-Haitien.

Jacmel.
Santo-Domingo.
JRr6mie.
Gonaives.


Leogane.
Petit-Gogve.
Anse-d'Hainaut.
Saint-Yague.
Saint-Marc.
Port-de-Paix.
Miragoine.
Aquin.
Porte-Plate.

Fort-Libert6.
Grande-Rivibre du Nord.
Anse-A-Veau.
Corail.
Abricots.
Dame-Marie.
Baynet.
Borgne.
Petite-RiviBre-Artibonite.
Mirebalais.

Plaisance.
La V6ga.
Limbe.
Azua.
Croix-des-Bouquets.
Ennery.
Gros-Morne.
Samana.
Monte-Christ.
Grand-Goave.
Tiburon.
C6teaux.
Port-Sautl
Torbeck.
Cavaillon.


[1834]










Marigot.
Saltrou.
Port-Margot.
Quanaminthe.
ValliBre.
Acul du Nord.
Verrettes.
Jean-Rabel.
Petit-Trou.
St-Louis du Nord.
St-Louis du Sud.
Trou.
Petite-Anse.
Dondon.
Marmelade.
St-Michel de 1'Attalaye.
Terre-Neuve.
St-Jean.
Lamatte.
Neybe.
Bauy.
Higuey.
Sevbo.
Arcahaie.
Macoris.
St-Christophe.
Cotuy.
Mhle St-Nicolas.
Et toutes les autres paroisses et bourgs uon-dtnommes.



Tarif des palenles pour l'annee 1835.

A

Agents de change et Courtiers dout parole le Code de Commerce.
Ir* classe........... 96 G. 3s classe........... 48 G.
20................. 72 4e................. 32

Armateurs ou PropriBtaires de batiments et embarcations allant au ca-
botage :
Embareations a quille ou sans quille jusqu'A 5 tonneaux. 6 G.
Depuis 6-tonneaux jusqu'a 9.................. 9


[1834]


( s9 )










( 99 ) [1834]
BALiments de 10 a 19 tonneaux................ 12
de 20 a 34......................... 15
de 35 a 49........................ 23
de 50 a 59......................... 38
de 60 a 69......................... 45
de 70 A 79......................... 53
de 80 a 89......................... 60
de 90 & 100............ ........... 68
de 101i 110 et au-dessus........... 75

Apothicaires, Pharmaciens haitiens: ceux qui vendent purement et sim-
plement des drogues medicinales en gros et en detail.
ire classe.......... 80 G. 4e classe.......... 30 G.
2 ................ 60 5o................ 20
3e................ 50 6 ................ 15

Apothicaires, Pharmaciens haitiens : ceux qui vendent, outre les dro
gues m6dicinales, mais encore les bonbons et parfumerie seulement.


ire classe..........
2e.............
3e........ .......


100 G.
80
60


Armuriers,
ire classe......... 10 G.
2 ............... 8
3e............... 6

Acons et Chaloupes employes dans les
chargements des cargaisons.
ire classe.......... 25 G.
2e .............. 20

Aubergistes : ceux qui regoivent du
table ouverte.
1re classe......... 40 G.
2e ............... 30
3e ............... 20


Bains publics : ceux qui
des bains.
r1e classe..........
2e ..............
3e ..............


4e classes ......... 50 G.
5o............... 40
6 ............... 25


4e classe..........
5. ...............
60................


4 G.
3
2


Sports aux chargements et dB-


3e classe.......... 15 G.
4e................ 10

monde chez eux et qui tiennent


4e classe.........

Ge...............
-je~~~~~~~


15 G.
10
6


tiennent des baignoires seulement et donnent


30 G.
15
10


40 classe.........
5e ..............
6 ............. .


8 G.
6
4




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs