• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Half Title
 Table chronologique des lois et...
 Annee 1824
 Annee 1825
 Annee 1826






Group Title: Laws, etc.
Title: Recueil général des lois & actes du gouvernement d'Haiti
ALL VOLUMES CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074014/00001
 Material Information
Title: Recueil général des lois & actes du gouvernement d'Haiti depuis la proclamation de son indépendance jusqu'a nos jours
Uniform Title: Laws, etc
Alternate Title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti
Physical Description: 8 v. : ; 24 cm.
Language: French
Creator: Haiti
Edouard, Emmanual, 1858-1895
Pradine, Linstant de
Publisher: A. Durand - Pédone-Lauriel, 1860-88.
Place of Publication: Paris
 Subjects
Subject: Law -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Spine title: Lois & actes du gouvernement d'Haiti.
General Note: Vols. 7 and 8 edited by E. Edouard.
Statement of Responsibility: mis en ordre et publie par Le Bon Linstant de Pradine.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074014
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000601735
oclc - 24146838
notis - ADD0752

Table of Contents
    Title Page
        Title Page
    Half Title
        Page i
    Table chronologique des lois et actes
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Annee 1824
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
    Annee 1825
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
    Annee 1826
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
Full Text
.- ,f 1- ,* '









le it eordre et publi,
DES"LI ET PACTIES


GOUVERNEMMTD'HAyAV,
DEPFS LA PROCLAMATION DE SON INDEPENDANCA
SICsqu'A nOS SOuS;

le tout mis eikordre et public, .
aiEc DES NOWS DISTODKunES, DE JBRISPRUDENCE ET D. CONCORDAC11.
PAR

41. LINSTMNT PRADINE,
AjClIN CHARGE D'AFFAIRES D'HAITI -A LONDRES rT A PARB'.




TOME -V









*O&TE D
1824-1S2 -













.*- ^ !- ^ ..














RECUEIL
GENERAL

DES LOIS ET ACTES
DU
GOUVERNEMENT D'HAITI.









II TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 4e VOLUME.

No$ DATES
dis LOIS des TITRES DES LOIS ET ACTES.
t ACTiS. LI1S ET ACTES.

882 l4eAvril. DISCOuRS prononce par le President d'Haiti, A
1'ouverture de la session legislative. .. 44
883 6 n ABnre qui renvoie dans les campagnes tous
ceux qui n'ont ni industries, ni moyens
d'existence dans les villes ou bourgs. 43
884 14 U PROCLAMATION au people et a l'armee, portant
defense aux autorites constitutes de corres-
pondre avec 1'6tranger. ... . 4
885 28 INSTRUCTIONS du President d'Haiti, aux ci-
toyens LAROSE, senateur, ROUANEZ, notaire
du gouvernement, charges de mission, pres
le gouvcrnement de Sa MajestW Trbs-Chr6-
tienne, par la lettre de creance en date de
ce jour, afin de traiter de la reconnaissance
de l'ind6peidance d'Haiti, et arreter les
bases d'un trait de commerce.. .... .45
886 5 Mai. ACTE de la Chambre des Reprbsentants des
communes, donnant au Secrbtaire d'Etat dd-
charge de sa comptabilit6 de l'ann6e 4822. 24
887 6 Avis de la Secr6tairerie gnderale, pour la sus-
pension de 1'alienation des domaines natio-
naux................. Ib.
888 -20 CIRCULAIRE du Grand Juge, aux commissaires
du gouvernement pres les tribunaux de la
RBpublique, concernant la quantity de car-
reaux de terre don't les notaires sont autori-
sis A passer la vente . . 22
889 25 INSTRUCTIONS au citoyen J. GRANVILLE, substitute
du commissairedu gouvernement prbs le tri-
bunal de cassation, expedi6 pour les Etats-
Unis d'Amerique, afin de s'aboucher et agir
de concert avec les soci6tes philanthropiques
et bienfaisantes desdits Etats, ainsi qu'avec
tous ceux qu'il appartiendra d'en connaitre,
pour faciliter 1'tmigration en Haiti de toutes
les personnel issues du sang africain, qui,
jouissant de leur liberty seront volontaire-
ment portees & venir dans la RUpublique,
pour y avoir 1'exercice de tous les droits ci-
vils et politiques, et participer aux bienfaits
de nos institutions. . . b.
890 44 Juin. CIRCULAIRE du President d'Haiti, aux comman-
dants d'arrondissement, concernant l'envoi
dans les arsenaux d'ouvriers-apprentis. 38
894 24 n CIKCULAIRE du mAme, aux generaux de division
BORGELLA h Santo-Domingo, MARION aux
Cayes, MAGNY au Cap-Haitien, sur le place-
ment des apprentis-ouvriers de l'Etat. .. 39








TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU te VOLUME. Ill

NoS DATES
des LOIS des TITRES DES LOIS ET ACTES.
it ACTES. LOIS ET ACTES.

892 28 Juin. Loi qui proroge pour l'ann6e 4 825, celle sur les
patentes et le tarif y annexed, rendue le 4 8
octobre 4822, an xlxe de l'Ind6pendance.. 40
893 30 ADRESSE de la Chambre des ReprBsentants des
communes, au people, a l'occasion de la cl6-
ture de ses travaux. . ... 4
894 8 Juillet. Loi qui determine quels sont les biens mobi-
liers et immobiliers, situ6s dans la parties de
1'Est, qui reviennent a& Etat, et rggle, I'e-
gard des particuliers de cette parties, le droit
de propri6t6 territorial, conformement au
mode 6tabli dans les autres parties de la R6-
publique, et qui fixe les appointments du
haut clergy du chapitre metropolitain de la
cathedrale de Santo-Domingo, et assure le
sort des religieuses don't les couvents ont Wt6
supprimes........ . 45
895 D)PACHE du President d'Haiti, au Sdcr6taire
d'Etat, relative aux measures administrative
A prendre en cas de danger de la patrie 54
896 45 D EXTRAIT d'une d6pk.:he du meme anx memes,
pour la suppression de la place de directeur
de la douane des Gonaives. . ... b.
897 22 x CIRCULAIRE du mIme, aux commandants des
arrondissements situ6s dans les d6partements
de 1'Artibonite et du Nord, pour la suspen-
sion de toute alienation de biens domanaux
dans les campagnes. . . 52
898 2 Aout. EXTRAIT d'une dbepche du Grand Juge, au com-
missaire du gouvernement pres le tribunal
civil de Saint-Yague, qui charge les juges
de paix des communes oil il n'y a pas de
notaires d'en remplir les functions Ib.
899 7 o CIRCULAIRE du Pr6sident d'Haiti, aux comman-
dants d'arrondissement, concernant les cou-
pes de bois .... .. .. .. 53
900. CIRCULAIRE du meme, aux commandants des
arrondissements de l'Est, concernant les
emigrants des Etats-Unis d'Amdrique 54
901 D)EPECHE du meme au Secrdtaire d'Etat, sur le
mAme objet. . . ... 56
902 9 CIRCULAIRE du mAme, aux commandants d'ar-
rondissement, concernant 1'exp6dition des
paquets du gouvernement . . 58
903 42 DEPACHE du Grand Juge, au doyen du tribunal
civil du Port-au-Prince, sur quelques points
de legislation . . .. 59
904 -4eSeptembre. DEPACHE du meme, aux magistrats composant









IV TABLE CHRONOLOG1QUK DES LOIS BT ACTES DU 40 VOLUME.

Nos DATES
ai LOIS des TITLES DES LOIS ET ACTES.
It RTI. LOIS ET ACTES.

le tribunal de cassation, relative au timbre,
et A quelques autres branches du service ju-
diciaire. . . . 60
905 4"Septembre. CIRCULAIRE du meme, aux magistrates compo-
sant les tribunaux civils de la Republique,
relative au timbre . . 64
906 2 Idem du Secr6taire d'Etat, aux administrateurs
d'arrondissement, concernant le payment
des ouvriers de marine . .. 65
907 6 Idem du President d'Haiti, aux officers de la
flotte, pour supprimer la presse des marines. 66
908 5 Octobre. RAPPORT fait au President d'Haiti, par MM. LA-
HOSE et ROUANEZ, envoys pr6s du gouver-
nement francais pour traiter do la recon-
naissance de i'independance de la Republi-
que d'Haiti .. .. .. 67
909 6 CIRCULAIRE du President d'Haiti, aux comman-
dants d'arrondissement, A 1'occasion de la
rupture des n6gociations avec la France
pour la reconnaissance de l'independance de
la R6publique . . .. 74
940 8 D CIRCULAIRE du mAme aux memes, relative a un
nouveau relev6 des propri6t6s appartenant
A l' tat. . . . 76
941 4 4 Avis de la Secrtairerie gdndrale, qui fixe les
joursetheuresd'audiencedu Pr6sidentd'Haiti. 76
912 48 PROCLAMATION A l'occasion de la rupture des
ndgociations avec la France, pour la recon-
naissance de l'ind6pendance d'Haiti. 77
913 24 CIRCULAIRE du President d'Haiti, aux comman-
dants d'arrondissement, pour la formation,
dans les campagnes, de companies d'artil-
lerie de la garde national. .. 4 20
914 22 MESSAGE du Senat, au Prdsident d'Haiti, relatif
A la conduit A tenir envers le gouverne-
ment francais . . .. 424
9415 30 CIRCULAIRE du President d'Haiti, aux comman-
dants d'arrondissement, pour leur recom-
mander de lui envoyer I'6tat exact des rmi-
grants am6ricains qui arrivent dans leurs
commandments respectifs ...... ... 423
916 1 Novembre. Idem du Grand Juge, aux commissaires du gou-
vernement, concernant le timbre des minutes
des notaires. . . ... 425
017 14 Idem du Pr6sident d'Haiti, aux commandants
des arrondissements de 1'Est, portant dd-
fense d'ecrire A l'avenir, en espagnol, les
actes publics. . . ... 426









TABLE CIHRONOLOGIQUE IDS LOIS ET ACTS DU 4e VOLUME.

NO@ DATES
s tilOIS des TITRES DES LOIS ET ACTES.
t &TIS. LOIS ET ACTES.


15 Novembre.







26


DWcembrc.


1825
40 Janvier.

18


927 148


928 29


929 8 Fevrier.


22


CIRCULAImE du mAme, aux gen6raux MAGNY,
MARIOn, BORGELLA et LAMOTHE-AIGRON, con-
cernant les emigrants des Etats-Unis d'Amd-
rique et d'autres les . . .. 426
Idem du Grand Juge, aux commissaires du gou-
vernement prAs les tribunaux de la Repu-
blique, portant prohibition d'6crire en espa-
gnol les actes redig6s dans la parties de
l'Est. .... . ..... 27
Idem du President d'Haiti, aux gineraux PRo-
PHETE-DANIEL, GUERRIER, MONPOINT, QUAYER-
LARIVIERE et P. Poux, relative A la defense
national .. .. .. ... 428
PROCLAMATION pour la convocation de la Cham-
bre des Repr6sentants des communes 429
CIRCULAIRE du President d'Haiti aux comman-
dants d'arrondissement, pour la plantation
des vivres ............... Ib.
CIRCULAIRE du m4me aux memes, relative a
l'entretien des routes et chemins publics. 434
CIRCULAIIE du meme aux m6mes, relative A one
distribution de drap aux officers de l'armie. Ib.

DlscouRs prononc6 par le Pr6sident d'Haiti, A
l'ouverture de la session legislative. 433
MESSAGE du President d'Haiti, a la Chambre
des Representants des communes, relatif uu
Code civil d'Haiti. .. . .. 435
CIRCULAIRE du Secrdtaire d'Etat, aux adminis-
trateurs de l'Artibonite et du Nord, qui ac-
corde A ceux qui ont cultiv6 les terrains de
l'Etat latotalit6 de leurs products. .439
CIRCuLAIRE du m6me, auxadministrateurs d'ar-
rondissement, portant revocation de l'ordre
de ne point salaries les greffiers des conseils
des Notables. . . .. b.
Idem du Pr6sident d'Haiti, aux Commandants
d'arrondissement, concernant la formation
des corvees pour 1'entretien des jardins pu-i
blics. ............... '40
Loi relative aux formalities a remplir pour
constater la perte destitresde ceux don't les
propri6tls sont sons la main mise de l'Etat,
et qui statue d6finitivement sur les reclama-
tions des cr6ances anterieures A la foundation
de la R6publique, contractees par les anciens
propri6taires des biens reunis au domaine. 1b.








VI TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 4e VOLUME.

Nos DATES
dai ISI des TITRES DES LOIS ET ACTES.
It &IS. LOIS ET AGTES.

934 25 Fdvrier. CIRCULAIE du Secretaire d'Etat, aux admi-
nistrateurs d'arrondissement, concernant les
6tats qu'ils doivent fournir des vivres cul-
tiv6s dans chacune des communes de la
Republique. .. ......... .. 447
932 5 Mars. Lot relative A i'abrogation des logements en
nature, on remboursement en num6raire
d'iceux ......... . ..448
933 47 EXTRAIT d'une circulaire du President d'Haiti,
aux commandants d'arroadissement, con-
cernant les promotions des sergents-majors
pour porter les drapeaux des regiments. 454
934 19 CIRCULAIRE du SecrBtaire d'Etat, auxadminis-
trateurs des arrondissements de Jaemel, des
Cayes, du Cap Haitien, et de Santo-Domingo,
qui suspend le pavement des appointemeuts
des 6l4ves des h6pitaux militaires. 452
935 C AIRCULAIRE du m6me, aux administrateurs d'ar-
rondissement, concernant la composition et
la solde des corps de musique des regi-
ments. . . . .. b.
936 23 CIRCULAIRE du President d'Haiti, aux g&n6-
raux BORGELLA, JACQUES SIMON, VOLTAIRE, PA-
NAYOTI, et PLACIDE LEBRUN, concernant les
mines d'Haiti. ............ 453
937 24 n ORDONNANCE DE POLICE, concernant les cour-
tiers de commerce . . ... b.
938 Idem concernant le prix du fourrage, du bois
a broiler, et du carbon de bois, dans la ca-
pitale. ... ............ .54
939 25 CIRCULAIRE du President d'Haiti, aux gend-
raux BORGELLA, JACQUES SIMON, MANY et
MARION, concernant les emigrants qui veu-
lent retourner aux Etats-Unis d'Ambrique. 155
940 26 Idem du Secr6taire d'Etat, aux administra-
teurs des arrondissements des Cayes et de
Santo-Domingo, concernant la reduction des
appointments et du personnel des impri-
meries du Gouvernement ... 456
941 27 n CODE CIVIL d'Haiti . . Ib.
942 42 Avril. Avis de la Secr6tairerie gdndrale du Gouverne-
ment, concernant le paiement du passage des
emigrants des Etats-Unis d'Amdrique en
Haiti . .. .... ... Ib.
913 43 B CIRCULAIBE dn President d'Haiti, aux com-
mandants d'arrondissement, pour la suppres-
sion des logements en nature accords aux
officers des Btats-majors. . ... 458









TABLE CHBONOLOGIOUE DES LOIS ET ACTES DU ie VOLUME. VII


No- DATES
Ir 101S des
Et A0ES. LOIS ET ACTES.


15 Avril.


19


25 o

3 Mai.
6


5 Juillcl.


8


D


TITRES DES LOIS ET ACTES.



Idem du Secr6taire d'Etat, aux administrateurs
d'arrondissement, les invitant A lui envoyer
l'6tat des objets non tariffs par la loi sur
les douanes. . . ... 59
Lot qui accord une indemnity pour 1'entretien
des caisses servant & la batterie des regiments. 160
Loi sur les patentes. . . .. 6
Los sur les douanes et tarif des divers droits .
prdlever sur les marchandises importdes de
1'6tranger, eles denrees allant A 1'ext6rieur
ainsi que des frais imposes sur les batiments
de commerce, etc.. . . .. 84
CIRCULAIRE du Secrdtaire d'Etat, aux adminis-
trateurs d'arrondissement, pour la suppres-
sion du passage en Haiti des emigrants des
Etats-Unis d'Amdrique. . ... 2i4
CiRCULAIRE du mAme, aux m6mes, concernant
les logements des officers . .242
Idem du President d'Haiti, aux g6enraux 31A-
GNY, JACQUES SIMON, MARION et BORGELLA, con-
cernant le remboursement, par les Amigrants
des Etats-Unis d'Amerique, qui veulent y
retourner, du prix de leur passage en Haiti. 243
Avis de la Secretaireric gendrale du Gouver-
nement, concernant la cotipe illigale des bois
A la Gouave et A la Tortue. ..... .b.
Los qui fixe la taxes sur les boucheries et rdgle
le mode de leur affermage . .. 244
CODE de Procedure civil d'Haiti. ... 249
CRCULAIRE du President d'Haiti,aux comman-
dants d'arrondissement, pour faire vaccine
les militaires quin'ont pas eu la petite vrole. Ib.
CIRCULAIRE du meme aux memes, concernant
les jardins de l'Etat. . .. b.
CIRCULAIBE du m6me, aux commandants des
arrondissements de la partic de l'Est, con-
cernant les mines d'or et d'argent. ..... 250
DEP9CHE du Grand-Juge, au doyen du tribu-
nal civil du Port-au-Prince, relative A la
contrainte par corps.. . . b.
CIRCULAIRE du Prdsident d'Haiti, aux com-
mandants d'arrondissement, a l'occasion de
la reconnaissance, par la France, de l'Indd-
pendance d'Haiti. . .* 251
PROGRAMME de la ceremonie qui aura lieu pour
L'entdrinement de l'ordonnance de S. M. le
Roi de France, qui reconnait 1'Independance
pleine et entire du gouvernement d'Haiti. 252









VIII TABLE CHRONOLOGIQUE IDS LOIS ET ACTS DU V VOLUME.


No DA
i liLS d
it MIS. LOIS E


9

40 Jui




14



48

24

22

23


969 134


8 Ao


17

26 SeI


27

4er

3


TES
es TITHES DES LOIS ET ACTES.
SACTES.

a OPINION des grands fonetionnaires de 'Etat,
sur l'ordonnance qui reconnait 1'inddpen-
dance d'Haiti . . . .
llet. SUPPLEMENT an programme du 8 juillet, pour
la cdermonie de 1'ent6rinement de 1'ordon-
nance qui reconnatt l'independance d'Haiti.
MESSAGE adress9 par le Pr6sident d'Haiti, au
Sdnat, pour I'inviter d'entdriner 1'ordon-
nance du 47 avril 4825 . . .
a PRoctE-viu. de l'enterinement, par le SRnat,
de l'ordonnance du 47 avril . .
n PROCLAMATION au people et h l'armee, a l'oc-
casion de la reconnaissance de l'inddpen-
dance d'Haiti par la France . .
M DEP9CHE du Prdsident d'Haiti, au Secrdtaire
d'Etat, au sujet du demi-droit a payer par
les batiments francais. . . .
S Avis du Secretaire d'Etat, annoncant l'ouver-
ture au public de la biblioth6que national.
S AAvis du mime, renouvelant la defense aux
administrateurs d'admettre aucun bon a la
caisse en place de versement en numdraire.
S D C)EPECrE du President d'Haiti, au Secr6taire
d'Etat, concernant l'achat pour le compete de
l'Etat, de vieux cuivre, de cafes, de cotons, etc.
S cCIRCULAIRE du mfme, aux commandants d'ar-
rondissement, pour la suppression des jar-
dios de I'tat . .. .. .
it. CIRCULAIRE du meme aux memes, & l'occasion
d'une tentative d'insurrection au Cap-Hai-
tien . . . . .
CIRCULAIRE du mAme aux m6mes, sur la no-
mination des sous-officiers dans l'armde. .
ptembre. Idem du Secrdtaire d'Etat, aux administrateurs
d'arrondissement, qui relive une erreur
commise dans l'impression de la loi sur les
patentes .. . . . .
A CIRCULAIRE du m8me aux mimes, qui relive
une erreur commise dans 1'impression de la
loi sur les douanes. . ... ...
ctobrc. CIRCULAIRE du m6me aux memes, sur l'emploi
des materiaux tir6s des magasins de l'Etat.
S CIRCULAIRE du mime aux memes, qui defend
d'effectuer des payments, par le trdsor, en
monnaies d'or on d'argent. . .
n ExTRAiTd'une dip6che du Grand Juge, au com-
missaire du gouvernement pres le tribunal
civil des Cayes, contenant certaines disposi-









TABLE CHBONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU i* VOLUME. IX

Nos DATES
ki LIIS des TITHES DES LOIS ET ACTES.
il ACTS. LOIS ET ACTES.

tions du Code civil sur les enfants naturels. 278
977 20 Octobre. CIRCULAIRE du Secretaire d'Etat, aux adminis-
trateurs d'arrondissement, relative a l'envoi
de leur comptabilit . . .. 280
978 23 D CIRCULAIRE du meme aux memes, concernant
les envois de fonds d'une caisse b une autre. Ib.
979 Avis de la Secr6tairerie d'Etat, concernant l'a-
chat et la vente des objets A fournir A l'Etat. 284
980 27 CIRCULAIRE du Secr6taire d'Etat, aux adminis-
trateurs d'arroxidissement, qui regle le mode
de faire des fournitures A l'Elat ... .282
981 28 a CIRCULAIRE du mmme aux memes, concernant
l'envoi de leur comptabilit6 & la Chambre
des comptes. . ... .. b.
982 31 CIRCULAIRE du meme aux mAmes, et au direc-
teur de la douane de la capital, concernant
la faveur du demi-droit accordee aux bAti-
ments francais . . ... 283
983 Idem du Grand Juge, aux doyens des tribunaux
civils, concernant les ventes judiciaires 284
984 40 Novembre. PROCLAMATION pour la convocation dela Cham-
bre des Repr6sentants des communes Ib.
985 14 n PROCES-VERBAL de la reception de M. MALHER,
consul g6nmral de France, par S. Exc. le
President d'Haiti. le 43 novembre ... 285
986 24 INSTmUCTIONS du President d'Haiti, auxjugesde
paix, sur les devoirs de leurs charges 286
987 A8 ARRETE qui accord des concessions de cinq
carreaux de terre A ceux qui out faith des dta-
blissements en culture de denrees d'expor-
tation, d'aprbs autorisation, sur des terres de
l'Etat, et don't les noms ont 6t6 fournis au
gouvernement par les commandants d'ar-
rondissement . . 288
988 30 CIRCULAIRE du SecrBtaire d'Etat, aux adminis-
trateurs d'arrondissement, concernant le
prix des fermes des habitations de I'Etat. 290
989 9 Decembrc. CIRCULAIRE du meme, aux juges de paix char-
ges du service administratif des communes
de Saint-Jean, de Las-Matas, Neybe, Azua,
Saint-Joseph-de-Las-Matas, concernant les
ventes illegales des bois d'acajou coupes sur
les terres de l'Etat . .. ... .b.
990 CIRCULAIRE du meme, aux proposes d'adminis-
tration et aux juges de paix qui en remplis-
sent les functions, concernant 1'adjudica-
tion des fermes des boucheries .. 294
994 42 Idem du President d'Halti, aux comman-









S TABLE CHRONOLOGIOUE DES LOIS ET ACTES DU 4e voiLME.

NO$ DATES
en LOIS des TITRES DES LOIS ET ACTES.
et ACTES. LOIS ET ACTES.

dantsd'arrondissement.relative a la c61lbra-
tion de l'anniversaire de 1'Independance 294
992 46 DBcembre. CIRCULAIRE du Secretaire d'Etat, aux adminis-
trateurs d'arrondissement, concernant le
demi-droit de tonnage A prdlever sur les
bAtiments frangais . . ... 292
993 49 s Avis de la commission de l'instruction publi-
que, faisant defense de confondre dans les
6coles publiques les enfants de sexes diffd-
rents....... ......... 293
994 29 n Avis du Secr6taire general, qui prescrit d'd-
crire sur paper timbre les petitions adres-
sbes A ses bureau. . . b.
1826
995 4er Janvier. Discouns prononce par le President d'Haiti, A
la celebration de l'anniversaire de 1'Indd-
pendance. . . . .94
996 4 0 DIScouRS du m&me a l'ouverture de la session
de la Chambre des Repr6sentants des com-
munes ................. .295
997 24 D Loi sur I'organisation de la gendarmerie. .296
998 4er FBvrier. DIPfCHE du Grand Juge, au doyen du tribu-
nal civil da Port-au-Prince, relative A l'ex-
pedition d'une affaire criminelle. .. 299
999 9 CIRCULAIRE du Secrdtaire d'Etat, aux adiinis-
trateurs d'arrondissement, sur la manigre de
calculer les valeurs relatives des monnaies
6trangbres, dans le payment des droits'. 300
1000 43 Loi sur l'organisation judiciaire et sur la po-
lice des tribunaux. . . ... 304
4004 Loi sur 1'enregistrement.... . 324
4002 48 CIRCULAIRE du Prdsident d'Haiti, aux comman-
dants d'arrondissement, sur la police des
strangers qui voyagent dans le pays. 353
4003 26 Loi qui declare dette national lindemnitb
de 450,000,000 francs accordbe A la France,
pour la reconnaissance de l'ind6pendance
d'Haiti. ......... ....... Ib.
4004 41 Mars. CIRCULAIRE du SecrBtaire d'Etat, anx adminis-
trateurs de Santo-Domingo et de Porto-Plate,
relative A envoii, par mdgarde, d'une cir-
culaire sur le demi-droit . ... 355
4005 5 PROCLAMATION qui explique les motifs du refuse
de ratification d'un trait avec la France. 356
4006 6 A CIRCULAIRE du Prdsident d'Haiti, aux comman-
dants d'arrondissement, concernantla nomi-
nation d'officiers de police rurale. ... ..358









TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 4' VOLUME. XI

No$ DATES
ih 101S des TITRES DES LOIS ET ACTES.
it iTES. LOIS ET ACTES.

4007 47 n CIRCULAIRE du meme aux.m4mes, relative a
I la celebration de la fete de agriculture. 359
4008 20 Mars. Idem du Grand Juge, aux doyens des tribunaux,
pour la prompted expedition des affaires judi-
ciaires ................. .360
4.009 28 a CODE de commerce d'Haiti. ...... .364
4040 D Lot qui reduit le nombre des aides de camp
et des guides ... . . .lb.
4041 C4ICULAIRE du Grand Juge, aux commissaires
du gouvcrnement pros les tribunaux de la
R6publique, concernant la publication du
Code civil............... 362
4042 4e" Avril. PROCLAMATION qui rapporte la disposition qui
Sinterdit toute relation entire Haiti et les miles
I voisines .. . . .. .363
4013 a Avis de la Secretaircrie d'Etat, pour la rentree
des creances de la caisse publique. ... 364
04 4 2 0 Avis official concernant les passe-ports. .. lb.
4045 4 a CIRCULAIRE du President d'Haiti, aux com-
mandants d'arrondissement, concernant les
saluts des batiments de guerre. ... 365
4046 7 o Lot sur l'organisation et les attributions de la
Chambre des .comptes .. ...... Ib.
1017 e Lot relative a l'organisation de la conservation
des hypotheques . . .. 369
1048 42 Lot qui rapporte les dispositions de la loi
du 3 aott 4847, par laquelle il 6tait accord
des frais de tournee aux commandants d'ar-
rondissement . . ... 374
4019 Lot sur les encanteurs. . . ... 375
4020 n CODE d'instruction criminelle d'Haiti. 378
4024 17 ACTE de la Chambre des Repr6sentants des
communes, qui decharge le Secr6taire d'E-
tat des comptabiliths de 4 823 et 4824. Ib.
4022 23 PROGRAMME pour la celebration dela fetede 1'A-
griculture ............ 379
4023 25 a Lot pour l'6tablissement des entrep6ts reels
de productions 6trangBres. . .. 380
4024 0 Loi qui ferme certain ports au commerce ex-
terieur . . . .. 387
4025 26 Lot sur l'tablissement dela Banque d'Haiti. 388
4026 27 o Loi qui assure certain avantages aux arma-
Steurs et commercants nationaux, trafiquant
au long course, sur les droits d'entrde et de
sortie des douanes, et qui r6gle quelques
dispositions relatives & des frais sur les ba-
timents haitiens et strangers . .. 396
4027 4 *r Mai Lot qui abroge les diff6rentes lois qui accordent









XII TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 4e VOLUME.

Nos DATES
in llO des TITRES DES LOIS ET ACTES.
t ACMB. LOls ET ACTS.

des concessions de terres aux fonctionnaires
civils et militaires ..... ....398
4028 4 r Mai. Lol qui impose une contribution extraordi-
naire de trente millions de gourdes, payables
en dix ans, A partir du 4e" Janvier 4827,
jusqu'au 34 decembre 4836 ... 00
4029 Lot sur une nouvelle organisation des troupes
de line ............ ..408
4030 6 CODE rural d'Haiti.... .. .. ......43
4034 7 Lot qui met en vente tous les biens doma-
niaux qui ne seront pas r6serv6s pour l'uti-
lit6 de la Rdpublique . . 49
4032 8 9 Lot sur l'organisation de la garde national. 451
4033 9 > EXTRAIT d'une d6peche du Grand Juge, au
commissaire du gouvernement pres le tribu-
nal civil du Cap-Haitien, relative aux maria-
ges coniract4s sous le gouvernement dechu. 454
4034 40 ADRESSE de la Chambre des ReprBsentants des
communes, aux Haitiens, A la cloture de ses
travaux. . . . ...55
4035 42 Lot qui impose un droit sur les valeurs lo-
catives et products des biens fonciers. .. 459
4036 Lot sur les patentes pour 1'anne 41827, an 24e
de l'ind4pendance. . . .465
4037 Lot sur la post aux lettres. ... 468
4038 Lot additionnelle a la loi du 8 juillet 4824. 475
4039 a Lot sur la taxe des medecins et chirurgiens. 477
1040 45 ORDONNANCE de police concernant le prix de
la viande de boucherie, et d'autres provi-
sions. . . . ... 80
4044 49 CODE penal d'Haiti. .. . . 48
4042 Lot sur le notariat . ...... .
4043 23 DrEPCHE du Grand Juge, au tribunal civil du
Port-au-Prince, qui signal une erreur com-
mise dans l'impression de la loi sur 'or-
ganisation judiciaire. . .... 486
4044 4 Juin. Avis official concernant la vente des provi-
sions...................487
4045 7 CIRCULAIRE du President d'Ha'ti, aux com-
mandants d'arroudissement, relative A la
creation des gardes champ6tres . b.
4046 28 ARRn&t pourle complement des regiments de
ligne . . . ... .488
4047 D DEPECHE du President d'Haiti, au Secr6taire!
d'Etat, relative A l'ex6cution de la loi surla
vente des biens domaniaux. . .... 489
4048 7 Juillet. CIRCULAIRE de I'administrateur des finances dul
Port-au-Prince, aux pd6poses d'adminis-









TABLE CHBONOLOGIOQU DES LOIS ET ACTES DU 4" VOLUME. X111

No* DATES
in IM1S des TITRES DES LOIS ET ACTES.
it ACTIS. LOIS ET ACTES.

tration de son arrondissement, concernant
1'execution de la loi sur la vente des biens
domaniaux. ................ 94
4049 43 Juillet. Idem du President d'Haiti, aux commandants
d'arrondissement, sur la police relative aux
chiens enrages . ...... .. 49
4050 44 1 DEPECHE du meme, au Secrtaire d'Etat, sur
le nombre et les appointments des pilots
dans les ports ouverts . ... b.
40541 5 Avis du Secrdtaire d'Etat, sur la franchise du
pilotage. ...... ........ 93
4052 25 EXTRAIT d'une circulaire du Grand Juge, aux
commissaires du gouvernement, relative &
l'envoi que doivent faire A la Secretairerie
generale les notaires d'une expedition des
actes translatifs de propri6t. ...... 494
4053 47 Aout. D.P9CHE du President d'Haiti, au Secretaire
d'Etat, concernant le nombre et la march
des courriers de la poste aux lettres. .. Ib.
4054 24 CIRCULAIRE du Grand Juge, aux commissaires
du gouvernement de Saint-Yague, et de San-
to-Domingo, concernant les tWles A chomer. 497
4055 30 n ORDONNANCE DE POLICE, concernant l'entretien
et la propret6 des rues .. . .... ..b.
4056 4 Septembre. Avis de la Secr6tairerie d'Etat, concernant la
rdgularisation des titres des ddtenteurs des
terres de 'Etat . . ..... 498
4057 44 C CIRCULAIRE du President d'Haiti, aux comman-
dants Td'arrondissement, concernant l'exe-
cution de quelques dispojitions du Code
rural. ... .. ........... 499
4058 42 Idem du Grand Juge, aux commissaires du
gouvernement prbs les tribunaux de la R&-
publique, concernant les contracts synallag-
matiques ...... . .500
4059 45 s Idem du Prdsident d'H.'iti, aux commandants
d'arrondissement, concernant l'inspection des
gardes des posies .. ... 502
4060 n Idem du Secr6taire d'Etat, aux receveurs prin-
cipaux et particuliers de l'enregistrement,
relative aux droits d'enregistrement des
contracts synallagmatiques. . .. Ib.
4064 INTRUCTIONs du mome, aux commissions spd-
ciales d'arrondissemeit, commissions des
communes, administrateurs et agents d'ad-
ministration, jugesde paix, conseils des no-
tables, et autres foncticnnaires ddsignes par
la loi du 4"r mai 4826, qui 6tablit une con-









XIV TABLE CHRONOLOGIQUE DES LOIS ET ACTES DU 4e VOLUME.

Nos DATES
in L01S des TITRES DES LOIS ET ACTES.
tt 1CTIS. LOIS ET ACTES.

tribulion extraordinaire de trente millions
de gourdes, pour acquitter l'indemnit6 en fa-
veur de la France, declaree dette national. 503
4062 24 Septembre. Avis official relatifau delai accord aux officers
pour r6clamer les concessions de terre. 505
4063 25 a ARaRTE pour la mise en circulation des billets
de caisse.. .............. 506
4064 46 Octobre. DEPtCHE du President d'Haiti, au Secrtaire
d'Etat, sur la mise en circulation du paper
monnaie. .............. 507
4065 4 Novembre. Avis du Conservateur de la bibliothbque na-
tionale, concernant les heures d'6tude et de
lecture ................. 508
1066 28 D DEPECHE du Grand Juge, au tribunal de cassa-
tion, relative a I'enregistrement des actesde
cassation en matiere criminelle.. ..... I.b.
4067 4 Decembre. ADRESSE pour la convocation de la Chambre
des Representants des communes. ... 509
1068 44 s DEPCHE du President d'Haiti, au Secr6taire
d'Etat, pour la suppression du demi-droit en
faveur des b&timents francais 540
4069 42 A iRRTE qui exempte du visa du Secretaire d'E-
tat, les billets de caisse ... ... Ib.
4070 21 DEPECHE du Grand Juge, au tribunal de cassa-
tion, concernant le timbre des actes en ma-
tikre criminelle. . . ... 54






FIN DE LA TABLE CHRONOLOGIQUE.


Paris. Imprimerie de E. DONNAUD, rue Cassette, 9.









RECUEIL

GENERAL


DES LOIS ET ACTES

DU GOUVERNEMENT D'HAITI.



ANNEE 1892 .

N 872. DIscouRs prononce par le President d'Haiti, e la cdle-
bration du 21e anniversaire de I'independance.
Port-au-Prince, le 4"'janvier 4824.
HAITIENS,
La solennit6 de ce jour, oii nous celebrons la memorable epoque
de l'affranchissement de notre patrie, doit naturellement enflammer
nos coeurs de la plus vive emotion. Le spectacle majestueux que vous
offrez dans cette auguste c6r6monie est un hommage d'autant plus
glorieux au triomphe de la liberty qu'il est present ici par un people
qui, sans autre secours que son 6nergie, et quoique constamment en
butte a de perfides machinations, asu consolider la conquite de ses
droits et maintenir avec honneur son ind6pendance national. Que les
ennemis de notre emancipation, aveugl4s par la haine et le prejug6,
persistent dans leur injustice h notre 6gard, que nous imported? Vous
n'en serez pas moins dignes du rang oii votre courage, a l'aide de la
Providence, vous a si heureusement places. Vous serez toujours fiers
d'avoir vaincu nos anciens oppresseurs, et vous serez determines
h vous ensevelir sous les ruines de notre pays plut6t que de vous
soumettre au joug ignominieux des tyrans qui pr6tendraient vous
asservir.
Haitiens, notre propre experience nous a confirm. que la conser-
vation de notre existence exige imp6rieusement que nous soyons
toujours prots a combattre. Notre indbranlable resolution, l'union










indissoluble qui rbgne parmi nous, nos armes: voila nos vWritables
garanties.
NManmoins, que le people haitien, quoique sans cesse calomni6,
command toujours I'admiration par sa valeur, sa loyaut6 et la
gnn6rosite de ses sentiments. Une conduite irr6prochable, en hono-
rant le caractere haitien, fera aussi la honte de nos d6tracteurs;
elle sera toujours une response victorieuse h leurs odieuses impu-
tations.
Placons toujours notre confiance dans la protection du Tout-Puis-
sant, don't la justice s'est tant de fois signal6e par nos succes, et
persuadons-nous, etant fiddles a nos devoirs, que toutes les tenta-
tives pour asservir Haiti tourneront h la confusion de leurs
auteurs.
Citoyens, Magistrats, votre patriotism me persuade que vous par-
tagez les sentiments don't je suis anime.
Militaires, braves et genereux defenseurs de l'Etat, vous n'avez, je
le sais d'autre pensee que celle que je viens de manifester. Vous ne
pouvez' avoir d'autre voeu pour le salut et la prosperity de notre
chore patrie.
Ralliez-vous tous a moi du profound de votre cceur, pour renou-
veler le serment sacr6 qui nous lie et qui retentira dans la pos-
terite.
o Jurons, en face du ciel, i l'univers entier, de renoncer non-
a seulement A la domination de la France, mais i celle de n'im-
, porte quelle puissance que ce puisse 6tre, et de mourir plut6t que
a de cesser d'8tre libres et ind6pendants )


No 873. PROCLAMATION dit Prisident d'Haiti, pour l'organisation
des yards nationals (I).

Porl-au-Prince, le 6 janvier 4824.
JEAN-PIEnRE BOYER, President d'Haoti,
HAITIENS,
Vingt ann6es se sont 6coulees depuis l'epoque m imorable ofi, apres
(I) Voy. no 875, Circul. du 46 fev. 4824, dt( Presid. d'Haiti, aux com-
mand. d'arrond. qui dtsigne les indicidus, etc. No 882. Discours tpio-
noncd !e 4er avril 4824, par le Presid. d'Haiti, d l'oucerture, etc. -
No 909. Circul. du 6 oct. 1824, du Presid. d'Haiti, auix command, d'arr. A
l'occasion, etc.


[1824]


- 2 -









avoir, au prix de votre sang, ressaisi vos droits, vous proclamrtes
votre ind6pendance national.
Durant cette p6riode, malgre votre d6sir de vivre en paix, vous
fites encore longtemps dans l'obligation de continue la guerre;
mais enfin, grace a la Providence, votre courage et votre persev6-
rance furent couronn6s du plus heureux success.
Le gouvernement, penrtr6 de ses devoirs, tout en poursuivant ses
efforts pour conqunrir la liberty, n'a jamais discontinue, meme pen-
dant les plus grands orages, de diriger les esprits vers l'ordre et la
civilisation. Telle a W6t la pensee de mon illusire predecesseur; les
actes 6man6s de son genie pour parvenir A ce but, sont connus de
I'univers; il serait done supcrflu de les 6num6rer ici.
AnimB de son esprit, des que je fus appel6 h lui succeder, je m'ef-
forcai de marcher sur ses traces. Ma sollicitude, entreautres objets
d'int6ert public, s'occupait constamment des moyens de conclure
des rapports directs et officials avec les gouvernements des peuples
qui font du commerce avec Haiti. Les avantages qu'ils en retirent
sont universellement connus.
11 6tait natural de penser, dans 1'6tat des choses, que des intentions
si louables obtiendraient un resultat favorable. La justice, la phi-
lantropie, l'interet d'une sage politique qui doit tendre A consoli-
der la prosp6rit6 du commerce, tout s'accordait pour 16gitimer la
conclusion de ce grand objet. Qui pouvait d'ailleurs raisonnable-
ment s'y opposer? Depuis longtemps nous sommes completemeut
6mancip6s. Tranquilles dans notre pays, fiddles a nos devoirs con-
stitutionnels, nous restons absolument strangers au system colonial
et neutres dans les movements qui peuvent oi pourront exister
dans les miles de cet archipel. On u'a done aucun reproche fonde A
nous faire.
Cependant, quel compete nous a-t-on tenu de nos loyales disposi-
tions? Comment les divers gouvernements y ont-ils r6pondu? Les
uns, par un silence humiliant qui blesse autant la magnanimity de
la nation, qu'il est contraire aux regles prescrites par la saine rai-
son; les autres, en manifestant des pr6tentions don't l'injustice r6volte
et que l'honneur national, d'accord avec nos sentiments et nos devoirs,
ne permet, dans aucun cas, d'admettre.
II est evident que l'outrage fait au caractere haitien est un deplo-
rable effet de l'absurde pr6jug6 resultant de la difference de couleurs .
Oui, il faut le declarer authentiquement, ce honteux motif est le
seul sur lequel est base l'injuste politique don't nous nous plaignons.


( 3 )


[18241








[1824] ( 4 )
Faut-il une nouvelle preuve de cette verite? Nous la trouverons, 6
infamie! dans la proscription exerc6e aujourd'hui plus que jamais,
dans certain pays, contre les hommes de la teinte des Haitiens; nous
la trouverons dans la reconnaissance ostensible que quelques
puissances ont faite, tout en ddclinant nos droils, des Ctats r6publi-
cains recemment 6tablis dans 1'Amerique m'ridionale. Ces etranges
procedes, tout horribles qu'ils sont, paraitraient moins surprenants
a une epoque moins avancee; mais aujourd'hui que la justice di-
vine a signaled sa volontd en mettant, dans cette parties du
monde, le sceau a des changemcnts qui ont deconcerte toute pr6-
voyance humaine; maintenant que l'empire des lumiures est tel que
ceux-lI memes qui, aveugles par de chim6riques pretentions, se
croyant des maitres Mlus pour dominerici, ne sont que ridicules aux
yeux de la nouvelle generation haitienne, qui ne connait que par
tradition, et leurs crimes passes et la folie de leur vanity; comment
peut-on concevoir un delire A celui manifesto par nos ennemis?
Haitiens, d'apres cette sdrie de faits don't l'evidence est incontes-
table, qui pourrait douter que notre veritable garantie n'existe que
dans notre determination? Qui peut ne pas sentir que nous devons
Wtre pr6ts A combattre? Oui, vous en 6tes convaincus. Aussi l'union
parmi nous est a jamais indestructible, et le people haitien, dans
n'importe quelle circonstance, prouvera au monde, en defendant sa
cause, a quel point d'heroisme il s'616vera, et quelle est sa fidelitH
au serment de VIVRE LIBRE OU DE MOURIR.
Enfin, l'experience nous celaire; nous ne devons computer que sur
notre 6nergie. Mais, en nous plaignant de l'injustice exercee envers
nous, en pregnant des precautions pour l'avenir, nous pers6vererons
toujours dans nus principles de loyaute. Que nos ennemis, mecon-
naissant a notre 6gard la religion et la morale, persistent a ne con-
naitre que les prejugds de l'orgueil, les Haitiens donneront toujours
des preuves des sentiments genereux qui caracterisent une nation
libre. Notre cause est sacr6e; elle est sous la protection du Tout-
Puissant. Ainsi, ferme a notre poste et confiant dans l'hdroique et
indbranlable resolution de nos compatriotes, nous d6fendrons, jus-
qu'k extinction, la liberty et I'ind6pendance de la patrie.
Dans ces circonstances, il est ordonne ce qui suit:
Art. 4 r. Toutes les gardes nationals des villes et des campagnes
devront, sans delai, etre completement organisees. Elles seront a
cet effect passes en revue, a la diligence des commandants d'arrondis-










segment qui, ponr leur armement, se conformeront AUX ORDRES SPi-
CIAUX QU'lLS ONT DEJA REQUS.
Art. 2. Tous les regiments de line devront ktre maintenus au
grand complete, suivant le reglement du 18 septembre 1820 (I).
Art. 3. Toutes les armes, munitions et tous les attirails de guerre
qui sont dans les arsenaux, forts et autres d6p6ts, seront particuli6-
rement et souvent inspects, et tenus dans le meilleur ordre, par les
commandants d'arrondissement qui front un rapport exact du re-
sultat de leurs operations.
Art. 4. Lesdits commandants d'arrondissement demeurent respon-
sablesenvers la nation et le gouvernement, tant de l'ex6cution des
presentes dispositions, que de celle des injonctions qui leur ont Wte
adressees pour la siretd generale. .

Donna au Port-au-Prince, le 6 janvier 4824, an xxi de I'Independancc.
Sign6 : BOYER.
Par le President:
Le Secretaire general, Sign6 : B. INGINAC.



No 874. CIRCULAIRE du Secretaire d' tat, aux administrateurs
d'arrondissement, qui charge les administrateurs on lears agents,
en l'absence des commissaires des guerres, de payer les revues de
sold (2).
Port-au-Prince, Je 7 f6vrier 4824.

Je vous priviens, cit. administrateurs, que le gouvernement a
decid6 que dans les endroits de la Republique ofi ii n'y a point de
commissaires des guerres, l'administrateur ou l'agent d'adminis-
tration doit assister et passer les revues de ration ou de solde quand
elle est ordonn6e, et viser aussi les feuilles y relatives, et que sans
cette formality toutes les revues passes seront illegales, et par con-
s6quent non admissibles. Je vous invite done A vous conformer h
cette disposition qui est de rigueur pour ce qui concern toute
l'6tendue de votre arrondissement, en donnant vos ordres en con-

(1) Voy. no 687. BRgIem. du 48 sept. 4820, sur la formation, etc.
(2) Voy. no 265. Ar'dtd du 14e mai 4810, qui supprime la charge de
Sec. d'Etat, art. 45.


( S )


|1824j








[182t] ( 6
sequence aux agents d'administration, pour qu'ils aient A s'y con-
former ponctuellement.
Ycuillez m'accuser reception de la present.
Je vous salue, etc.
Sign6 : J.-C. IMBERT.



No 875. CIRCULAIRE du Prisident d'Haiti, aux commandants d'ar-
rondissement, qui dhsigne les individus eaemptes du service de la
garde national (4).
Port-au-Prince, lc 46 fevrier 4824.
Je suis inform, mon cher general, que depuis ma proclamation
du 6 de janvier dernier, les differents commandants d'arrondisse-
ment dans le Nord, en donnant des ordres pour compl6ter les diff6-
rents corps de troupes, n'ayant pas suffisamment prevenu que
l'on ne dcvait pas toucher aux hommes employes comme agricul-
teurs sur les habitations, ou qui y sont attaches dans des emplois
utiles, ne devaient pas 6tre compris dans la requisition, ceux-ci ont
Wte dans le cas d'6tre arrAtes et incorpor6s, ce qui ne peut manquer
de porter le plus grand prejudice h la culture qui est indispensable
au maintien de notre existence national. J'ai dieji explique, en don-
nant des ordres pour recruter, que le recrutement ne doit porter que
sur les jeunes gens non attaches h la culture; si on duvait dtgarnir
les bras employes a la terre, il vaudrait mieux ne pas fire de recrues,
car en diminuant les products, on diminue aussi les moyens de sub-
sistance de la population en g6n6ral. D'ailleurs, les citoyens qui
sont attaches sur les habitations ne font-ils pas parties de la garde
national? Au besoin on les trouvera; mais, en attendant, ils doivent
continue leurs travaux agrestes.
J'ai aussi appris qu'en donnant de3 orders aux hommes de la garden
national pour s'armer, ils aiment mieux s'cnreler dans les corps de
line plut6t que d'acheter des fusils : c'est un abus que vous ne
devez pas tolerer. Un chef de corps ne doit jamais recevoir un home
sans qu'au pr6alable il ne lui ait et6 envoy par vous, et vous
devez employer les moyens les plus inoffensifs et non la violence

(4) Voy. no 873. Proclain. du 6 janvier 1824, pour l'organis. des gardens
nutionales.









pour porter ces hommes de la garde national h s'acheter des armes;
consultez d'ailleurs tout ce que je vous ai precedemment 6crit sur
ce sujet, et tenez la main i ce que la culture soit grandement prote-
ged, tout en recrutant pour organiser les troupes. Faites que ce recru-
tement, tout en compl6tant les corps, puisse etre un moyen de repres-
sion du vagabondage et de l'oisivete; excitez dans la garde national
la plus grande emulation possible; mais, sur toute chose, songez que
celui qui cultive, qui se Irend utile sur les habitations, et qui n'etait
pas prec6demment engage, ne doit pas &tre deranged aujourd'hui.
Accusez-moi reception de la pr6sente.
Sign : BOYER.


No 876. CIRCULAIRE du Secrdtaire d'Etat, aux administrateurs de
Jacmel, du Cap haitien, de Santd-Domingo, de Jerdmie, du Port
de Paix, et de Porte-Plate, concernant les mndicaments d fournir
aux hdpitaux militaires (4).
Port-au-Prince, le 28 fevriar 4824.

Je vous invite, cit. administrateurs, a me faire connaitre s'il existe
une pharmacie d'h6pital militaire en votre arrondissement (*); s'il
en existe, lorsque la pharmacie de votre endroit sera d6pourvue de
medicaments pour le traitement des militaires malades, vous ferez
dresser par l'officier de sante charge en chef du service dudit h6pi-
tal, une demand visee de vous de ce qui sera necessaire, et me
l'adresserez, afin que ces medicaments vous soient fournis ici. En
consequence, vous n'en achkterez plus en votre ville, attend qu'il
y en a suffisamment ici pour en pourvoir tous les h6pitaux de la
RMpublique.
Veuillez m'accuser reception de la pr6sente.
Je vous sale, etc.
Signed : J.-C. IIBERT.



(4) Voy. n 453. Loi du 3 mars 1808, sur l'organ. du service, etc.,
tit. vu, art. 4 r et suiv.
(*) Cette phrase ne concern que les administrateurs de Jer6mie, de Port-
au-Prince et de Porte-Plate.


( 7 )


LI 824]









No 877. CIRCULAIRE du mime, aux administrators d'arrondis-
sement, concernant l'envoi trimestriel de leur comptabilite (1).
Port-au-Prince, le 28 f6vrier 4824.
La m6thode adopt6e depuis longtemps dans I'administration des
finances, h l'tgard des envois qui se font tous les mois a la Secretai-
rerie d'Etat, des etats detaill6s des operations de chaque adminis-
tration, ainsi que ceux des comptables qui en dependent, sans etre
accompagn6s de pieces a I'appui, entrave aujourd'hui les verifications
de la Chambre des comptes, en ce qu'elle est privee des pieces qui
doivent lui offrir la facility d'acc61erer la verification des comptes
qu'elle reCoit a fur et measure, et de la faire avec exactitude; en conse-
quence, je vous invite, citoyens administrateurs, h m'envoyer tous les
trimestres regulibrement toutes les pieces en general qui ont rapport
A chaque trimestre, avec les 6tats du dernier mois qui complete le tri-
mestre. Cette derniere march doit rappeler toute 1'exactitude des
comptables, afin que la Chambre ne soit jamais en retard dans ses
verifications, et d'6viter les reproches qui pourraient 6tre faits contre
une administration qui se trouverait en retard.
Veuillez m'accuser reception de la presente.
Je vous salue, etc.
Sign6 : J.-C. IMBERT.


N. 878. CIRCULAIRE dut President d'Haiti, aux commandants d'ar-
rondissement, concemnant les mancuvres et I'exercice des troupes.
Port-au-Prince, le 28 fevrier 4824.
Comme tout ce qui peut ramener dans les troupes de ligne le
bon ordre, la discipline et la capacity doit Atre l'objet de la con-
stante sollicitude du gouvernement et des chefs militaires qui com-
mandent les arrondissements, je vous fais la presente circulaire
pour vous recommander, g6enral, de donner les ordres necessaires
afin que les troupes de ligne, dans 1'Ntendue de votre commande-
ment, fassent tout les samedis apres midi, et tous les dimanches
matin, avant la parade, I'exercice et les manoeuvres militaires,
selon les regles de I'art, chaque troupe dans son arme.

(1) Voy. no 260. Circ l. du 47 janvier 4840, d(, S&'c. d'Etat, an.r prp.
d'adm. relative a I'encoi des etats, etc.


i18i21


( 8 )








9 ) [1824J
Vous veillerez strictement A l'execulion du present ordre, qui est
permanent, et vous m'accuserez reception de la present.
Sign : BOYER.


N. 879. CIRCULAIRE du mine, aux commandants des arrondissements
du Cap haitien, des Cayes, de Jeremie, de Nippes, de Jacmel, d'Ac-
quin, des Gonaives, et du Port-de-Paix, concernant les achats de
cafe pour le compete de I'Etat.
Port-au-Prince, le 2 mars 4184.
Desirant toujours encourager I'agriculture, j'ai ordonne, mon
cher general, pour emp&cher la trop grande baisse du cafe, d'en
acheter par administration pour le compete de l'Etat, en le payant
a raison de 4 2 gourdes le cent pour les Cayes, de 4 4 gourdes 14/
pour Jeremie, de 4 4 gourdes pour MiragoAne, de 14 gourdes i5
centimes'pour Jacmel, de 14 gourdes pour Acquin, de 12 gourdes 1/2
pour les Gonaives, de 43 gourdes pour le Cap haitien, et de 42 gour-
des 4/2 pour le Port-de-Paix mais j'entends que cette acquisition
se fasse directement des mains des habitants ou cultivateurs, qui
doivent exclusivement profiter de cet advantage, et non de celles
des speculateurs, car alors le but de cette measure serait manque.
L'administrateur a des ordres en consequence; et je vous donne
cet avis pour que vous en pr6veniez ceux qui cultivent le cafe,
afin que, connaissant la sollicitude du gouvernement, ils sachent
le just prix qu'ils recevront de l'Etat, dans le moment present
pour cette denr6e.
SignU : BOYER.
P. S. Si des variations avaient lieu dans le prix du cafe, on
augmentera toujours d'une gourde par cent livres au-dessus du
course de la place.

N. 880. CIRCULAIRE du mgme, aux commandants d'arrondissement,
concernant 1'execution des ordres donnis par les juges de paix d la
gendarmerie (4).
Port-au-Prince. le 9 mars 1824.
La loi du 45 mai 4819, sur l'organisation des tribunaux de la
R6publique, tit. II, art. 48, dit: a La gendarmerie, le corps de po-

(4) Voy. no 616. Loi du 45 mai 4819. sur l'organ. des trib. tde lt R'p.,










Slice, ou toute autre force, sont tenus de d6ferer aux requisitions des
) juges de paix, pour I'ex6cution de leurs actes. Les juges de paix
on pense, d'apres cette disposition, devoir donner directement des
ordres aux officers de gendarmerie ou de police, etc., lesquels sa-
chant qu'ils sont sous la discipline militaire, et dans l'obligation
de recevoir des ordres de leurs chefs imm6diats, font parfois des dif-
ficult6s, de telle sorte que le service souffre, et souvent il en survient
des discussions scandaleuses qui, en offrant de mauvais examples,
arrbtent les progrbs dubien public. La loi a entendu, en disant ( sont
o tenus de d6efrer aux requisitions des juges de paix, a que ceux-ci
doivent adresser leurs requisitions d l'autorimt militaire competente
pour mettre en movement cette troupe. C'est done pour 6viter toutes
discussions et faire disparaitre toute mesinteiligence entire les
fonctionnaires publics, que je vous fais la pr6sente circulaire pour
vous dire que tous les juges de paix, comme les commissaires du
gouvernement, ou ceux qui en front les functions, devront, lorsque
le cas le requerra, adresser directement et officiellement au com-
mandant de la place leurs rdquisitions, pour que les d6tachements
juges necessaires soient mis en movement selon le besoin du service
pour l'ex6cution de leurs actes, force que le commandant ne pourra
pas refuser, g cette fin, de faire agir, sans se rendre personnellement
responsible de tout ce qui pourrait resulter de d6savantageux ou de
prejudiciable au service ou aux interets des particuliers, par defaut
d'avoir satisfait h la requisition du magistrate. Je vous invite, en cons6-
quence, a donner les ordres nicessaires A tous les commandants do
place, sous vos ordres, et h m'accuser reception de la pr6sente cit -
culaire.
Sign : BOYER.


881. CIRCULAIRE du Grand Juge, aux commissaires du gouvernc-
ment pres les tribunaux civils, sur le mnme objet (1).
Port-au-Prince. le 31 mars 1824.
Depuis longtemps, cit. commissaires le service des justices de
paix se trouvait en souffiance par les difficulties qu'tprouvaient les

tit. n, art. 48. N 884. Circul. du 34 mars 4824, d(t Grand Juge, aux
commiss. du gouv. etc. sur le meme objet. N 996. Loi du 2 janv. 1826,
sur I'organ. de la gendarmerie.
(4) Voy. n' 880. Circul. du PrCsid. d'Haiti, aix command. d'arrond., du


il82.i]


( 10)










juges de paix a disposer de la force militaire pour I'ex6cution des
Sactes de leur autorit6.
S. Exc. le President d'Haiti a r6solu de faire disparaitre ces
enlraves, et pour cet effet, a 6crit une circulaire A tous les com-
mandants d'arrondissement, oil il est dit:
( Tout les juges de paix, comme les commissaires du gouverne-
ment, ou ceux qui en front les functions, devront, lorsque le cas
a le requerra, adresser directement et ofliciellement au comman-
dant de la place leurs rdquisitions, pour que les d6tachements ju-
Sges n6cessaires soient mis en movement, selon le besoin du ser-
vice, pour l'ex6cution de leurs actes: force que le commandant ne
o pourra pas refuser, A cette fin, de faire agir, sans se rendre person-
) nellement responsible de tout ce qui pourrait r6sulter de d6savan-
))tageux ou de pr6judiciable au service ou aux inthrets des parti-
o culiers, par d6faut d'avoir satisfait a la requisition du magistrate. .
En consequence, je vous invite A transmettre ces dispositions A
tous les juges de paix de votre resort, et h m'accuser reception de
la pr6sente.
Je vous salue, etc.
Sign6 : FRESNEL.


No 882. Discouas proonncv par le Prdsident d'Hi'ti, i l'ouverture
de la session lIgislative.
Seance de la Chambre des communes, du 4" avril 1824. Presidence du
cit. H. DUMESLE.
Citoyens Rdprdsentants,
La R6publique continue a jouir d'une parfaite tranquillity. II est
vrai pourtant que quelques insens6s, pouss6s par l'ambition et lamal-
veillance, ont ose dans l'Est, manifester de perfides intentions. Mais
la promptitude avec laquelle ils out et4 r6primds, et la manifes-
tation, dans cette occurrence, des bons sentiments de la presque ge-
n6ralit6 des citoyens de cette partie-la, sont des preuves 6videntes
de l'esprit d'union don't la nation est animee. Aussi la Republique
sera toujours triomphante, parce que les Haitiens, penttres de l'a-
mour de la patrie, se rduniront tanchement au gouvernement

49 mars 4824, concernunt I'execution des ordres, etc. NO 996. Loi du
21 janv. 18%6, siu Iorfgan. de la gendarmerie.


( 4 1 )


[ 8)4










dans toutes les circonstances pour le maintien de l'ordre public
et le salut de l'ind6pendance.
Cependant, il faut en convenir, notre situation politique, eu
regard a l'Ntranger, est vraiment extraordinaire; elle exige imperieu-
sement une attention toute particuliere, et command ici la plus
grande unanimity d'opinions. Cette verite, quoique g6n6ralement
reconnue, ne saurait 6tre trop rep6tee; car lorsqu'il s'agit de la
sfreti national, on ne saurait trop se premunir, et I'enthousiasmo
general ne doit-i! pas Wtre sans cesse 6veill6 pour la defense d'un
bien si precieux ?
Nous avons djah fait, sans avoir pourtant obtenu le resultat qu'il
6taitjusted'espdrer,les d6marches ncessaires auprss desautresgouver-
nements,pour 6tablirentre eux et Haiti des rapports officials et ho-
norables tels que la raison et l'usage le prescrivent entire Etats civili-
s6s. Nous sommes fond6s a dire que les Haitiens, dans leurs relations
avec les strangers qui fr6quentent nos ports, ont toujours tenu une
conduite digne d'un peuplelibre. Le gouvernement, de son c6td, peut
d6fier la mauvaise foi, mime la plus audacieuse, de pouvoir arti-
culer une seule preuve contre la loyaut6 de ses principles et la puret6
d'intention de tous ses actes.
Comment, apres ces faits, concilier l'etrange proc6d6 de ces puis-
sances envers la R6publique? Cette injustice, je l'ai d6ej dit, n'a
d'autre fondement qu'un absurde prdjugi. Nous en sommes bien
convaincus; prenons en consequence d'actives precautions pour
l'avenir. La nation est pr6venue par ma proclamation du 6 janvier
dernier qu'elle doit, sans dilai, se preparer h d6fendre ses interets
les plus chers, ce qu'elle a de plus sacr6. Elle meritera toujours, je
n'en doute pas, par sa valeur et ses actions, l'estime et I'admira-
tion de la post6rit6.
Pour ce qui est de notre situation interieure, nous avons lieu
d'etre satisfaits; agriculture a prosper d'une maniere remarquable,
et ies finances de 1'Etat sont toujours dans un 6tat satisfaisant. C'est
aussi avec plaisir que je puis ajouter que l'instruction publique,
par son essor vers le perfectionnement, repond a la sollicitude du
gouvernement, et que la jeunesse haitienne fait chaque jour des
progrbs qui donnent lieu a de grandes esperances.
Ces heureux advantages ne teuvent manquer de s'accroitre pro-
digieusement, parce que, comme il est facile de l'observer, un es-
prit d'ordre etde regularity sefait remarquer danstoutesles branches
du service public.


( 12 )


[18)11








( 13) [1824]
Citoyens Repr6sentants, tandis que la nation est pr&te A donner
au monde entier de nouvelles preuves de courage et d'une ddtermi-
nation invariable, les l1gislateurs, j'aime a me le persuader, resser-
rant les liens qui les unissent au President d'Haiti, devront plus que
jamais, d'accord avec lui, combiner avec franchise et avec le plus
pur patriotismeles measures les plus convenables pour I'affermisse-
mcnt de nos institutions et de la vraie liberty quo nous chdrissons.
L'histoire nous apprend, et notre propre example le confirm, qu'un
people qui prefbre vraiment la mort h la perle de ses droits, sa cou-
rageuse resolution, protege par la divine Providence, I'a toujours
maintenu libre et independent. C'est dans cette confiance et avec
la tranquillit6d'ime qui resulte de mes sentiments, queje vais pro-
ceder A l'ouverture de vos travaux.
< Au nom de la Republipue, en vertu de la Constitution, je dd-
Sclare que la present session de la chambre des Representants
a des communes est ouverte.


No 883. ARRPTE qui renvoie dans les campagnes tous ceux qui
n'ont ni industries ni moyens d'existence dans les villes ou bourgs (4).

Port-au-Prince, le 6 avril 1824.

Le President d'Haiti,
Consid6rant que, dans les circonstances actuelles, les measures les plus
actives doivent &tre employees pour acc1l6rer l'execution des ordres et
instructions que la sOrete national a prescrit de recommander :
Consid6rant que, par la proclamation du 6 janvier dernier, la nation a
compris que le moment est arrive oui elle doit 6tre toute prdparee A la
defense de la patrie, et qu'il est du devoir de l'autorit6 publique de ne
rien negliger des moyens qui peuvent concourir au bien g6ndral;
II est en consequence arrWtd ce qui suit:
Art. 4er. Toutes les personnel qui ne pourront faire preuve de
leurs moyens d'existence et qui se trouvent dans les villes ou bourgs,
sans exercer une profession on industries, seront tenues de se retire

(4) Voy. no 20. Ordonnance du 25 oct. 4804, relative au recensement,
art. 3. No 408. Loi du 48 avril 1807, sur la police, art. 52. N, 449.
Message du 49 mai 4807, duSenat de la Rep., au Presid. d'Haiti, etc.--
No 4532. Loi du 3 aodt 4844, sur la police urbaiie









dans les campagnes oil les resources de l'agriculture leur pr6sen-
tent une subsistence assuree.
Art. 2. La plus grande surveillance devra Utre constamment exer-
cee, pour qu'aucune personnel en etat de sante puisse se soustraire
aux travaux agricoles de l'habitation sur laquelle elle reside.
Art. 3. Les rigueurs ordonnies par la loi sur la police g6ndrale
seront strictement appliquees contre les vagabonds pris en contra-
vention aux dispositions du present ArrWte.
Art. 4. Les autorit6s civiles et militaires sont charges, chacune
en ce qui la concern, de la ponctuelle execution dudit arrWte, don't
la strict observation demeurera, en outre, sous la responsibility
des commandants d'arrondissement, come charges de la haute
police dans leurs commandments respectifs.
Palais national du Port-au-Prince, le 6 avril 4824, an xxi de
l'ndapendance.
Sign6 : BOYER.
Par le Pr6sident:
Le Secrdtaire general, Sign6 : B. INGINAC.


No 884. PROCLAMATION au people et d I'armie, portant defense aux
autorites constitutes de correspondre avec l'dtranger.

Port-au-Prince, le 44 avril 4824.

JEAN-PIERRE BOYER, President d'Haiti.
Lorsqu'in people, par des efforts aussi glorieux qu'honorables,
est parvenu A conquerir son ind6pendance, son devoir le plus impor-
tant est d'6tablir, aussit6t aprbs l'achevement de sa Constitution, les
institutions qui doivent assurer son existence politique. Tel a Wtd
l'esprit qui n'a cess6 de presider aux conseils des Haitiens, depuis
leur memorable emancipation. Eclaires par les lemons de l'exp6-
rience, ils savent aujourd'hui que la veritable garantie de l'ordre
social et de la prosp6rit6 publique ne saurait exister que sous l'em-
pire de la loi.
Cependant il est des circonstances oil le machiavdlisme des enne-
mis, cherchant a fomenter dans l'interieur des troubles et des divi-
sions, peut interrompre de telle sorte le course natural des choses
que, pour le salut du people, qui est la loi supreme, des measures


[1824]


( it)









extraordinaires doivent Atre promptement et vigoureusement adop-
tees. L'histoire du monde offre tant d'exemples a l'appui de cette
veritd, qu'il n'est personnel de bonne foi qui n'en soit moralement
convaincu.
Le gouvernement est done dans l'impprieuse obligation, vu la
situation politique d'Haiti relativement A l'6tranger, de prevenir,
par une prudent et ferme sollicitude, des ev6nements qui ten-
draient A compromettre la sfreth gen6rale, et de commander d'a-
vance tout ce qui est propre A atteindre ce but.
II est en consequence arr&t6 ce qui suit:
40 Tres-expresses defenses sont faites, au nom du salut public, .
n'importe quelle autorite, soit civil ou militaire, de correspondre,
dans n'importe quelle circonstance, avec les gouvernements qui
seraient en guerre avec la RBpublique ou avec leurs agents, sous
quelque denomination que ce soit.
Au President d'Haiti seul, selon le voeu de la Constitution, est
reserve ce droit.
2o Audit cas de guerre, toute autorit6 ou tout particulier qui,
n'importe sous quel pretexte, serait convaincu d'avoir contrevenu
a cette disposition, sera aussit6t consider comme traitre A la patrie
et puni comme tel.
Donn6 au Palais national du Porl-au-Prince, le 44 avril 4824, an xxi
de l'Independance.
Sign6 : BOYER.
Par le Pr6sident :
Le Secrdtaire general, Signe : B. INGINAC.


No 885. INSTRUCTIONS du President d'Havti, aux citoyens LAROSE,
sdnateur, ROUANEz, notaire du gouvernement, charges de mission
press le gouvernement de Sa Majeste Trbs-Chretienne, par la lettre
de creance en date de ce jour, afin de traiter de la reconnaissance
de l'indipendance d'Hasti, et arreter les bases d'un trait de com-
merce (4).
Port-au-Prinee, le 28 avril 1824.
Citoyens,

Les 6v6nements qui ont pr6par6 et amene l'independance d'Haiti
(4) Voy. n 908. Rapport fait le 5 oct. 4824, ai Prdsid. d'Haiti, par
MM. LAROSE et ROUANEZ, envoys prds dtu government francois, etc.


( 45 )


[1824)









sont trop presents h votre memoire pour qu'il soil n6cessaire d'en
faire ici l'6numbration. 11 me suffira de vous rappeler que la decla-
ration de notre independance, qui date du 4er janvier 480, fut pro-
voquee par une multitude d'actes de cruaut6 exerc6s contre les
Haitiens, avec une violence qu'il ne leur 6tait plus possible de sup-
porter.
Je n'ignore pas que le monarque qui regne aujourd'hui sur la
France n'est pour rien dans nos malheurs, et je me plais a croire
que toutes les fois qu'il porte sa royale pensee vers notre beau pays,
il soupire du regret de n'avoir pas eu dans les temps, comme pr6-
sentement, le pouvoir d'arreter le course des flNaux qui l'ont desold.
Mais le souvenir du pass a rendu le people haitien ombrageux
sur tout ce qui regarded son existence national, et rien desormais
n'est capable, je ne dis pas de detruire, mais d'ebranler mmme dans
son esprit cette conviction intime, fruit d'une triste experience,
qu'il ne peut y avoir de garantie pour la conservation de ses droits
civils et politiques que dans une indipendance absolue de toute domi-
nation Rtrangere, de toute espbce de suzerainete, meme de tout pro-
tectorat d'une puissance quelconque, en un mot, que dans I indepen.
dance don't iljouit depuis vingt ans.
Ces v6rites reconnues et admises, il sera facile d'arriver A la con-
clusion de l'oeuvre par lequel S. M. Louis XVIII ajoutera A la cou-
ronne d'immortalit6 qui lui est dBjh assure un titre de gloire plus
pr6cieux que tous les autres aux yeux de la religion et de l'huma-
nit6, en aimant mieux renoncer de lui-mmme a une portion de l'h&-
ritage de ses ancktres, que de commettre la vie de ses sujets aux
hasards d'une guerre lointaine et B la malignity d'un climate ven-
geur; en preferant participer, par les changes du commerce, a la
f-rtilit6 d'un des plus feconds terroirs qui soient sous le soleil,
plut6t que d'y dominer meme, mais sur des ruines et des cendres
stWriles; en mettant son honneur a cicatriser et non h rouvrir les
plaies d'une nation qui fut si cruellement maltraitee, si indigne-
ment outrage; enfin, en ayant plus A coeur de voir tout un people
chretien adresser au souverain Maitre du monde un concert una-
nime de voeux pour la prosperity de son regne, que de l'entendre
maudire le jour ou le pavilion francais apparut dans nos ports.
Art. 4 er. Le premier acte que vous devrez r6clamer, avant meme
de convenir des principaux points du trait de paix et de commerce,
Eera une ordonnance royaie par laquelle Sa MajestB TrBs-Chrktienne
reconnaitra que le people haitien est libre et ind6pendant, et qu'elle


[148")1


( 16 )








( 47 ) [1824]
renonce des ce moment et toujours, tant pour elle que. pour ses
successeurs, A toutes pretentions de la France de dominer sur l'ile
d'Haiti, appelee par les uns Saint-Domingue, et par les autres His-
paniola.
Je dois vous prevenir que cette forme de declaration est la seule
qui puisse dissiper tous les nuages de la m6tiance dans I'esprit d'un
people qui a sans cesse present a la pens6e le souvenir amer de ce
qu'il lui en a cottW pour s'6tre abandonn6 trop 16girement a sa cr&-
dulit6.
Au reste, le caractere connu du Monarque francais ne me permit
pas de presumer la moindre hesitation de sa part A accorder l'acte
don't il s'agit, et sans lequel le but propose ne saurait 6tre parfaite-
ment atteint.
Art. 2. L'ordonnance royale une fois obtenue, vous serez auto
rises A convenir qu'en temoignage de la satisfaction du people hal-
tien pour l'acte de philantropie et de bienveillance emand de Sa
Majest6 TrBs-Chr6tienne, ii sera accord par le gouvernement d'Haiti
au gouvernement francais, en forme d'indemnit6, une some
de ....., laquelle sera compt6e en Haiti on en France, en cinq
terms et payments 6gaux, d'ann6e en annie, soit en espkees me-
talliques ayant course de monnaie dans la RBpublique on a l'6tran-
ger, soit en denr6es du pays, aux agents proposes par le gouverne-
ment frpnGais pour cette perception.
Je ne saurais trop vous r6p6ter que le sacrifice que fait la Repu-
blique en faveur de la France n'a d'autre but, d'autre fin, que de
manifester d'une manirre eclatante la satisfaction des Haitiens
d'avoir obtenu de Sa Majest6 TrBs-Chr6tienne, par un acte formel et
legal, I'approbation et la confirmation de 1'6tat de choses dans
lequel des 6venements extraordinaires les ont places, et don't ils sont
en possession depuis un laps de temps qui semble leur avoir acquis
une prescription suffisante centre toute reclamation.
Art. 3. Le gouvernement d'Haiti, voulant en outre donner a celui
de France une preuve de sa cordiality, vous autorise a declarer et
convenir (apres que les deux premiers articles auront Wte fixes) que
les bAtiments de commerce de Sa Majest6 Trbs-Chr6tienne seront
admis dans les ports du commerce exterieur de la R1publique avec
les memes regards que ceux des autres nations en rapport avec Haiti,
et que toutes les marchandises ou productions de la France, don't
l'entree sera permise par les lois locales, ne seront assujetties qu'aux








[4824] ( 18 )
droits d'importation que payment ou que payeront les productions
et marchandises des nations les plus favoris6es dans la R6pu-
blique.
I1 faudrait ici faire remarquer de quelle importance sera cette
concession pour le commerce francais; car la seule diminution sur
les droits d'entree procurera i la France un b6enfice reel qui per-
mettra A ses manufactures de presenter leurs products sur les mar-
chs d'Haiti sans craindre aucune concurrence, en meme temps
qu'elle sera un sacrifice de plus de la part de la Republique.
Art. 4. En. reciprocity d'une concession si favorable, vous devez
obtenir du gouvernement francais que les denrees fabriquees en
Haiti, telles que sucre, cafe, cotton, indigo, cacao et autres objets de
commerce du cru de la Republique, qui seront import6es dans le
royaume de France, soit par navires francais, soit par navires hai-
tiens, ne payeront d'autres ni plus grands droits d'entr6e que ceux
auxquels sont on seront assujettis les memes articles venant des pos-
sessions transatlantiques de Sa Majest6 Trbs-Chritienne, avec la fa-
culte de 1'entrep6t pour ceux des products qui ne pourront ou ne
devront pas 6tre consommes dans le royaume de France, mais qui
de lI seront transports dans les diverse parties de I'Europe.
II n'6chappera pas aux diplomats francais que le resultat de
cette concession accordee au people haitien par Sa Majest6 TrBs-
Chritienne tournera presque en entier au profit de la France, parce
que d'abord son commerce maritime prendra en peu de temps une
grande extension, et qu'ensuite, par 1'6galit6 de droits, le prix de
nos denrees qui devront Wtre consommees en France sera reduit
pour la facility du consommateur.
JI est done i presumer que vous n'eprouverez aucune difficulty
pour parvenir A fixer arrangement des deux articles precedents,
don't l'observation ponctuelle de part et d'autre sera un aliment a la
bonne intelligence des deux peuples.
Art. 5. Vous devrez apris stipuler que, dans tous leg cas de guerre
entire la France et d'autres Etats ou puissances maritimes, le gou-
veinement d'Haiti conservera la plus parfaite neutrality, et que, Ie
cas 6ch6ant de ces guerres, il sera observed en Haiti ce qui se pra-
tique ordinairement chez les nations neutres.
Le people haitien ayant proclam6 A la face du ciel et de la terre
que, satistait de son ind6pendance national, il ne se m6lerait jamais
d'aucune querelle exterieure aux rives qui bbrdent son ile, ne peut,









dans aucun cas, mauqucr h son serment; et I'on demanderait en
vain qu'il prit part, sous aucun pr6texte, aux d6bats ou dissensions
des autres peuples; car, bornant toute son ambition a s'occuper du
perfectionnement de son agriculture et de sa police, toutes les stipu-
lations qu'il consentira par la suite ne seront jamais que relatives .
ce qui concern directement les int6rets interieurs de l'Etat.
II conviendra aussi de sp6cifier que les batiments do guerre de
Sa Majest6 Tres-Chretienne seront admis partiellement dans les ports
ouverts d'Haiti, pour se rafraichir, s'approvisionner ou se reparer;
mais que, dans aucun cas, les escadres et flottes de guerre ne pour-
ront y entrer.
Art. 6. Le gouvernement de la R4publique accucillera avec plai-
sir dans la capital un charged d'affaires ou consul general, et, dans
ses diff6rents ports ouverts, des agents commerciaux nommes par
Sa Majesty Trbs-Chretienne pour veiller aux droits de ses sujets com-
mergant en Haiti. En retour, le gouvernement de la RBpublique
demandera qu'il soit admis a Paris un seul agent haitien pour
faireau gouvernement francais, lorsque les circonstances se pr6sen-
teront, les communications qui pourraient int6resser la prosphrite
des deux nations, la bonne intelligence qui doit d6sormais exister
entire elles, et l'entier accomplissement ou la parfaite execution de
tout ce qui sera convenu et arrdtd.
La conduite loyale qu'a constamment tenuc lc gouvernement dc-
puis la foundation de la R1publique; le respect inviolable qu'il a
toujours port au droit des gens, no peuvent laisser aucun doute
sur sa bonne foi; et ii est fond6 a attendre, de la part du gouverne-
ment de S. M. Trbs-Chretienne une gale r6ciprocit6 de loyaut6 et de
franchise. C'est pourquoi vous demeurez autoris6s a promettre qu'en
toutes circonstances, aprbs que les conventions seront arrte6es et
sign6es, le gouvernement d'Haiti s'attachera, avec une scrupuleuse
delicatesse, a ex6cuter ponctuellement tout ce qui r6sultera du
trait bas6 sur les presentes instructions; et que, si (ce qu'a Dieu ne
plaise) des difficulties survenaient dans l'ex6cution des clauses ou
stipulations arretdes, la bonne foi, la loyautb, et la plus grande
bonne volont6 seront employees de la part du government d'Haiti,
pour faire disparaitre les malentendus, conime il espere trouver
dans le gouvernement francais la mime droiture et les memes sen-
timents.
Aussi il ne sera et ne devra point &tre deniandu d'autrcs garan-


( 19)


[1824]










ties de tout ce qui aura W6t convenu, que l'honneur des deux peu-
ples et l'in6branlable constance de leurs gouvernements respectifs
dans les principles de justice et d'equitL.
Donn6 au Palais National du Port-au-Prince, le 28 avril 1824, an xxi
de l'ludnpendance.
Signi : BOYER (').

(*) Ces instructions 4taient pr6ced6es de la lettre de creance ci-jointe :
Jean-Pierre BOTER, President d'Haiti. aux citoyens LAROSE, senateur, et
ROUANEZ, notaire du gouvernement.
< Citoyens,

Apres avoir consider la situation politique oi la Republique se trouve
placee vis-a-vis du Gouvernement francais, j'ai jug6 A propos de faire
a des overtures officielles au Roi Tres-Chretien, A 1'effet d'obtenir de S. M.
n la reconnaissance, en forme authentique. de l'independance du people
a haitien, et de parvenir ensuite A la conclusion d'un trait de commerce
entire la France et Haiti.
Si cette demarche est suivie d'un heureux succes, j'aurai couronn6 le
, grand oeuvre de notre emancipation, j'aurai ferm6 les portes de la guerre,
a j'aurai agrandi la sphere de notre industries et de notre prospirit6. Si au
, contraire l'evnnement trompait mon attente, le monde ne pourrait me
, reprocher d'avoir, par indifference, frustr6 mon pays du bien qui pouvait
n en r6sulter.
Connaissant vos vertus patriotiques, et plein de confiance en vos lu-
, mitres et en votre prudence, je vous ai choisis et designs pour Atre les
) n6gociateurs de cette important affaire.
En consequence, vous partirez de ce port, sous le plus bref delai, pour
, vous' rendre a Paris et vous y aboucher avec les agents de S. M. TrBs-
, Chrltienne, afin de fixer et arreter, de concert avec eux, les bases sur
, lesquelles doivent Atre fondus la reconnaissance de l'ind6pendance d'Haiti,
, et le traits de commerce qui existera entire les deux nations, pour leur
n advantage respectif.
Aux effects que dessus, je vous donne, par la pr6sente lettre de creance.
, tous pouvoirs necessaires, pourvu que vous vous conformiez en tout aux
, instructions qui l'accompagnent. et que vous n'outrepassiez point les
a limits dans lesquelles elles circonscrivent 1'6tendue de ces mgmes pou-
a voirs; vous promettant solennellement, ainsi qu'A tous ceux qu'il appar-
, tiendra, de ratifier et confirmer, d'executer et faire executer tout ce qu'en
, vertu de la presente et des susdites instructions, vous aurez d6finitive-
Sment arrWte.
a Je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte garde.


s824]J


(i20











No 886. ACTE de la Chambre des Reprisentants des communes,
donnant an Secretaire d'Etat dicharge de sa comptabilitd de
l'annie 822.
Extrait des deliberations de la Chambre des Reprdsentants des communes,
dans sa seance du 5 mai 4824, an xxi.

La Chambre, aprbs la verification faite des comptes g6ndraux des
finances de la RBpublique pour l'exercice 4822, arrete que le
Secr6taire d'etat demeure decharg6 de la comptabilit6 g6nerale de
la susdite ann6e. L'extension donnee aux travaux administratifs de
ce grand fonctionnaire, en raison de notre situation actuelle, fait
apprecier tons ses efforts pour obtenir les plus heureux r6sultats
dans l'intiret de la patrie.
Port-au-Prince, le 5 mai 4824, an xxt de 1'Independance.
Le President de la Chun bre, Signe : ARDOuIN.
Les Secretaires, Sign4 : Jn. ELIE et R. ROQUE.


No 887. Avis de la Secrdtairerie gendrale, pour la suspension de
l'alienation des domaines nationaux (I).
Port-au-Prince, le 6 mai 1824.
Le public est prevenu, en vertu d'ordre de S. E xc. le Pr6sident
d'Haiti, que l'ali6nation des domaines nationaux est suspendue jus-
qu'a nouvel ordre, except pour les ddpartements du Nord et de
I'Artibonite oi la vente des biens de l'Etat, mentionnes dans l'ar-
rCt6 de S. Exc. en date du 12 janvier 4 824, continuera d'avoir
son execution.
En consequence, ii ne sera fait, par le gouvernement, aucune
r6ponse aux demands d'acquisition d'immeubles, contraires avec
dispositions ci-dessus.
Signed : B. INGIXc.


a Donn6 au Palais National du Port-au-Prince. le 28 avril 4824, an xxi
n de l'Ind6pendance.
A Signed : BOYER. .
(4) Voy. no 717. Arrvet du 12 janv. 4821, qui dtsigne les proprie-
tis, etc.- No 897. Circul. du 22 juillet 4824, du Prisid, d'llaiti, (uux com-
mand. des arrond., etc., pour la suspension, etc.


[f8211


( 21 ;











No 888. CIRCULAIE du Grand Juge, aux commissaires du gouver-
nement pras les tribunaux de la Republique, concernant la quantile
de carreaux de terre don't les notaires sont autorises a passer
vente (4).
Port-au-Prince, le 20 mai 4824.
Je vous charge, citoyen commissaire, de prevenir les notaires de
votre resort que, quoique la loi admette qu'on puisse acheter et
vendre une quantity moindre de terre que celle de cinq carreaux,
il faut toujours que 1'acqu6reur et le vendeur possedent, tant apres
qu'avant la transaction, ladite quantity de cinq carreaux ; la loi
veut qu'il n'y ait p!us de pfoprikLaire d'une moindre quantity de
terrain.
Je vous salue, etc.
Signed : FRESNEL.


No 889. INSTRUCTIONS au citoyen J. GRANVILLE, substitute du com-
missaire du gouvernement pres le tribunal de cassation, expedie
pour les Etats-Unis d'Amirique, afin de s'aboucher et agir de
concert avec les socitles philantropiques et bienfaisantes desdits
Etats, ainsi qu'avec tous ceux qu'il appartiendra d'en connaltre,
pour faciliter l'dmigration en Haiti de toutes les personnel issues
du sang africain, qui, jouissant de leur liberty, seront volontai-
rement porties d venir dans la Rdpublique pour y avoir l'exercice
de tous les droits civils et politiques, et participer aux bienfaits de
nos institutions (*) ('2).
Port-au-Prince, le 25 mai 4824, an xxi.
Citoyen,
Vous n'ignorez pas qu'il existe aux Etats-Unis d'Amerique plu-
(4) Voy. u* 640. Dep. du 42 oct. 1819, du Grand Juge, au cit. AUG. VAL-
MONT, etc., relative 4 la quantitM, etc. N* 650. Dip. du 40 janv. 48t0,
du meme, au not. BALLAN, etc., relat. & la quantity de curreaux, etc. -
No 683. Circul. du 25 aoit 4820, du mdme, aux commiss. du gouv. pris
les trib. cir. concernant les veutes de terre.
(2) Voy. no 687. Circul. du 25 d6c. 4823, du Prisid. d'Hlaiti, aux com-
mand. d'arrond. concernant certaines measures, etc. No 900. Circul. du
meme, aux comm. des arrond. de l'Est, du 7 aoit 4824, concernant les rni-
grants, etc. No 904. Diepche du mime, du 7 aott 4824, au Sec. d'Etat,
sur le mnme objet.
(*) Cette mission avait ht6 provoquie par la correspondence suivante


[1824]


( 22 )








( 23 ) [t18U]
sieurs centaines de milliers d'individus libres, qui, issues du sang
africain, y sont, par rapport a la teinte plus ou moins rembrunie
de leur 6piderme, en butte aux prejuges de couleur et a tous les
prejudices qui en peuvent r6sulter; que, sous un systime aussi
outrageant pour l'humanite, quelques-uns d'entre eux, n'dcoutant
que leur d6sespoir, se sont arrach6s eux-mimes une existence avilie ;
que d'autres, abrutis par l'ignorance, et exasperds par le malheur,
sont devenus turbulent et dangereux ; qu'un grand nombre, priv6s
des moyens d'exercer une honnete industries, soit rurale, soit
mecanique, se voient forces de vivre dans 1'oisivet6 et le vagabon-

entre les membres de la Soci6t6 de la colonisation de New-York, et le Pre-
sident BOYER:
New-York, le 4 mars 1824.
Au President BOYER.
Honorable Monsieur,
Le sujet int6ressant et important sur lequel j'Acris, est le motif qui me
porte de m'adresser au premier magistrate d'Haiti; mon devoir, comme
agent de la Soci6t6 pour la colonisation amdricaine, aussi bien que mes
propres sentiments, me portent A d6sirer des informations sur tous les
points qui semblent pouvoir assurer quelque bien-Atre A mes malheureux
concitoyens de couleur. Le premier coup d'oeil suggirera les advantages
mutuels qui pourront r6sulter pour eux ct pour votre nation par leur 6ta-
blissement dans votre ile; mais un moment de r6flexion montrera que leur
emigration depend des circonstances dans lesquelles ils se trouveront places
en se rendant a Haiti. Je sais que vous avez fait en leur faveur des offres
d'une nature bienveillante, et m6me des informations recentes d'un de nos
6migres qui se trouvent chez vous, prouvent que vous leur donnez de puis-
sants motifs pour venir habiter en votre ile : malgr6 cela, j'ignore encore
beaucoup de choses qui sont necessaires A savoir, avant que leur Amigration
puisse 6tre aidee par la Societe de colonisation.
Voudriez-vous done, Monsieur le President, avoir la bonte de me fournir
sur les points suivants des renseignements pour lesquels je vous serai vwai-
ment reconnaissant, et qui pourront etre de la plus grande utility aux per-
sonnes de couleur de ce pays?
Premidre question. Si un nombre de families Amigrait en Haiti, votre gou-
vernement voudrait-il faire les frais d'une parties du voyage, assigner aux
6migres des terres a cultiver et les aider dans les premiers 6tablissements
de leurs fermes?
Deucirme question. Jusqu'a quel nombre votre gouvernement encourage-
rait-il leur migration? Combien allouerait-il A chaque famille pour frais








[1824 24 )
dage. Le sort de ces malheureuses victims du prejug6 a emu les
entrailles de certain philantropes qui ont conqu I'idMe de former
des socite6s charges de procurer a ces enfants de l'Afrique, sur leur
sol originaire, des asiles, oi, 6tablis en peuplades, ils puissent en
se gouvernant par eux-memes, vivre A l'abri de toutes vexatious.
Mais 1'expdrience a prouve que le project de constituer ces infortunes
en colonies sur les c6tes d'Afrique, Btait impraticable, parce que ces
contrees 6tant insalubres et peuplees de nations encore barbares,
ils y trouvaient une mort certain, soit par I'intemperie du climate,
soit par la jalousie des habitants de ces lieux sauvages, qui ne

de passage? Combien de terre donnerait-il A chaque, et comment aiderait-il
ces families dans les premieres impenses de chaque habitation? Enfin, h
combien de families ou d'individus ces avantages pourraient-ils Atre faits,
et A quelles conditions ?
Troisieme question. Quel encouragement donnerait-on aux mecaniciens
et commergants, et a combien d'entre eux ces assistance pourraient-elles
etre fournies? ou donnerait-on seulement une assistance a chacun de
ceux-ci?
Quatrieme question. Offrirait-on i'occasion de venir et de s'etablir dans
votre lie A tous et n'importe quel nombre de ceux qui voudraient y 6migrer,
et cela se ferait-il sans restriction comme notre gouvernement le fait en
faveur de ceux qui 6migrent en ce pays-ci, venant des autres contrees, et
auxquels cependant aucune assistance n'est donnee? Quel serait, dans ce
cas, le prix des terrains cedes A ceux-ci, et pourraient-ils en acheter en
grande quantity, afin qu'un certain nombre d'individus s'y Mtablissent les
uns dans le voisinage des autres?
Dans ce pays-ci, fr6quemment un grand nombre de personnel de la
m8me nation arrivent, achktent un terrain dtendu et y forment un 6tablis-
sement oi tout se trouve suivant leurs coutumes nationals et religieuses,
de sorte qu'cn beaucoup de ces dtablissements vous y reconnaitriez que tout
resemble autant A l'Irlande, A l'Ecosse, A la Suisse, A la Flandre ou A
la'France, comme si vous dtiez chez ces diffirentes nations desquelles
sortent ces 6migr6s : cela pourrait-il avoir lieu sur le meme pied en
Haiti?
Cinqui me question. Jusqu'a quel point s'etend la tolerance des diffirentes
religions?
Sixieme question. Quelles sont vos lois relatives au marriage, et quel est
1'etat de la soci6td A cet 6gard?
Septidme question. Jusqu'a quel point les Acoles sont-elles soutenues par
le gouvernement?
Huitidme question. Votre gouvernement permettrait-il A la Societe de
former une colonie dans votre ile, laquelle aurait ses propres lois, ses tri-








( 25 ) [1824]
peuvent souffrir l'Btat de civilisation des nouveaux venus. C'est
ainsi que presque tous ceux qui furent envoys a Sherbro et a
Mesurado, aprbs avoir endure toutes les souffrances physiques et
morales, pdrirent, malgrd les g6ndreux sacrifices des honorables
socidtes form6es aux Etats-Unis dans le but d'operer ces colo-
nisations.
Le mauvais succes des premieres tentatives a totalement arrAt6
le course de 1'6migration aux c6tes de l'Afrique, et a eu de plus deux
facheux r6sultats, en exasperant d'un c6t0 les esprits de cette
classes d'hommes vouds des leur naissance A la proscription, par la

bunaux, sa 16gislature, en un mot, comme un de nos Etats qui forment
les Etats-Unis, et cependant liee et soumise au gouvernement d'Haiti, de la
mdme maniere que chacun de nos Etats se trouve dependant de notre gou-
vernement gdenral?
Donnerait-on de la terre pour la formation d'nne semblable colonie?
Dans ce cas, dans quelle parties de File et en quelle 6tendue?
Des informations sur tous ces points seront consid6rdes comme une
grande faveur, et si la r6ponse de la huitieme question 6tait affirmative,
m6me pour la premiere parties de cette question seulement, je crois que
l'on ferait bien vite quelque entreprise pour former une colonie sous l'in-
fluence devotre gouvernement. Vous 6tes bien pne6tr6 sans doute, Mon-
sieur, de toutes les difficulties que 1'on doit s'attendre A rencontrer en
cherchant A former des 6tablissements de la maniere que la Soci6t6 de
colonisation I'entend. Les fonds pour effectuer ces etablissements taut des
donations volontaires, ii faut que les donateurs soient bien informs com-
ment ils seront employes pour turner au profit des donataires; ils s'enquer-
ront en consequence, grandement, dans l'int6ret du gouvernement, de la
libertY, etc., etc., etc., que les personnel de couleur doivent avoir en
emigrant. Ces personnel de couleur elles-memes, doivent etre fixees sur
ce qu'elles ont A esperer; elles ont, vous le savez, leurs prdjugds, leurs
habitudes de la vie et cells de l'Nducation : ne manquez pas de reflechir
sur tout cela. Quoique leur 6tat ici soit des plus lamentables, encore elles
sont parfaitement ignorantes, sans aucune instruction; elles ne sont libres
que de mot, et cependant elles ne sont pas assez p6n6tries de l'horreur
de leur situation pour chercher A en sortir : il faut qu'on leur present
l'aspect de quelques advantages pour qu'elles se decident a changer leur
6tat.
II y a beaucoup de blancs qui vraiment sont desespires du malheureux
sort de cette portion de nos semblables, qui g6missent de leur ignorance,
et qui feraient avec plaisir tout ce qui pourrait leur garantir une meilleure
condition; mais ils ont reconnu qu'on les a tellement degradds, que l'opi-
nion publique les a tellement accables, qu'il est impossible de reliever en








(1824I ( 26 )
perspective du triste sort qui les attend, et de l'autre, en irritant
I'orgueil et l'injustice des partisans du pr6jug6, par la certitude
qu'ils ont d'6tre devenus plus odieux. Aussi les oppresseurs et les
opprimts ne garden plus centre eux de mInagements, parce qu'il
n'y a plus, de part et d'autre, d'espoir de reconciliation.

ce pays-ci leur moral, et de leo y fair jonir de quelque bien-6tre. On a
essays en vain tout ce qu'on avait cru capable d'ambliorer leur situation :
les lois relatives A l'abolition de la trait et de l'esclavage qu'on est par-
venu a faire adopter dans cet Etat et dans quelques autres, n'ont tendu
qu'a diminuer le nombre de ces malheureux et a leur 6ter les moyens de
pourvoir a leur existence, sans leur procurer aucun advantage reel pour ce
qui est de leur condition civil ou morale. Ces homnies bienveillanis
cherchent done un asile pour ces infortun6s enfants de l'Afrique dans
quelque autre pays, et ils croient que si le gouvernement d'Haiti veut se
rapprocher de sentiments avec eux, on pourrait faire encore beaucoup pour
ces fils de l'Afrique, et que de grands advantages seraient assures, par ce
moyen, pour Haiti dans I'avenir.
J'esprre, honorable Monsieur, que la prdsente rencontrera cet accueil
favorable que vous aimez a donner aux choses d'une haute importance:
une r6ponse sera le motif d'une parfaite gratitude.
Je prends la liberty de vous envoyer un rapport qui vous donnera quel-
ques informations sur le project et les operations de la SociWte.
Puisse une longue vie d'honneur et d'utilit6 publique vous Atre accorded
par le Pore de toutes les grAces, et quand cette vie se terminera, puisse
votre memoire Wtre couverte de la m6me gloire que cell don't nous hono-
rons le nom du p6re de notre pays; et par-dessus tout, puisse la couronne
de gloire 6tre votre apanage dans le brilliant royaume d'en haut, sous les
riches ailes de celui qui donne la vie aux sauveurs des nations, lesquels,
comme vous, obeissent avec plaisir A ses glorieux commandments.
Avec le plus profound respect je me souscris, faisant des vaeux pour votre
prosp6rit6 ainsi que pour celle de votre gouvernement, et comme un ami
ardent des opprimes enfants de l'Afrique.
Sign : LowRING D. DEWEY.



Au Port-au-Prince, le 30 avril 4824, an xxi.

JEAN-PIERRE BOYER, Presidentd'Haiti, a M. LOWERING D. DEWEY, agent
general de la Soci6tA pour la colonisation africaine, a New-York.
Monsieur,
J'ai eu la satisfaction de recevoir la lettre que vous m'avez adressie le










Dans ce deplorable 6tat de choses, des homes a sentiments
philantropiques, des ames vraiment charitable et bienfaisantes,
ont tourn6 leurs pensdes vers Haiti, qu'ils ont avec raison consi-
d6r6e comme un lieu de refuge plus convenable pour ces mal-
heureux que les sables inhospitaliers de I'Afrique. Des lors beau-

4 mars dernier, don't le contenu respire la philantropie la plus parfaite.
Consacrer ses soins & amdliorer le sort d'une portion du gene human
tristement accabl6e sous le poids de I'infortune, c'est prouver l'excellence
de son coeur, et acqudrir des droits 6ternels A la reconnaissance de tout
Wtre sensible. Aussi la demarche que vous venez de faire auprAs de moi
en faveur des descendants des Africains qui se trouvent aux Etats-Unis
d'Amnrique, et qui sont obliges d'en sortir, parce que, loin d'y jouir d'au-
cun droit de hommee libre, ils n'y ont qu'une existence precaire et abreuv6e
d'humiliations, vous assure, n'en doutez pas, un titre a la gratitude des
Haitiens qui ne sauraient voir avec indifference les calamitds qui p6sent
sur leurs semblables.
DMs que j'ai WtA inform de la determination prise aux Etats-Unis de
transporter en Afrique nos malheureux freres pour les rondre, disait-on, A
leur ciel natal, j'ai compris la politique qui avait sugg6er cette measure, et
en meme temps j'ai coneu une haute opinion des homes g6ndreux qui
se disposaient A faire des sacrifices dans 1'espoir de preparer aux infortunds
qui en 6taient I'objet un asile od ils pussent parvenir & se procurer une
existence supportable. DBs lors, par une sympathie bien naturelle, mon
cceur et mes bras so sont ouverts pour accueillir dans cette terre de v6ri-
table libcrt6, des homes sur lesquels la fatality du destin s'appesantis-
sait d'une maniere si cruelle. Je considdrais l'intention de faire habiter des
regions barbares a des homes accoutumds i vivre au milieu d'un people
civilise comme une chose impraticable, pour ne rien dire de plus. L'expd-
rience faite A Sherbro et a Mesurado prouve que je nie me suis pas bloign6
de la verite. En effet, Monsieur, quoique l'Afrique soit le berceau de leurs
peres, quelle affreuse perspective pour eux, que de se voir reldgu6s dans
ces contr6es insalubres, apris avoir respird l'air bienfaisant des Etals-
Unis d'Amerique, ohi la plupart out pris naissance!
Je me suis souvent demand pourquoi Haiti, don't le ciel est si doux,
et le gouvernement analogue a celui des Etats-Unis, n'etait pas prefer
pour leur lieu de refuge. Craignant que mes sentiments fussent mal inter-
pretes, si je faisais les premieres demarches, je me suis contentO de bien
faire expliquer a ceux d'entre eux qui etaient venus B Haiti, tout ce que la
Constitution de la Rdpublique a 6tabli de garanties et de droits en leur
faveur; j'ai aidde s'acquitter ceux qui ne pouvaient se liberer du prix de
leur passage; j'ai donned des terres a ceux qui voulaient se livrer & la
culture; et par ma circulaire en date du 24 d6cembre 4823, aux comman-


( 27 )


[1824|










coup de communications me furent adressees, pour me demander si
ceux qui nous touchent de si pres par le sang, pourraient trouver
dans notre RBpublique cette hospitality que leur a refuse la terre
paternelle. A ces questions privies, j'ai toujours rdpondu d'une
maniere favorable, en expliquant tous les avantages que notre
constitution a pris soin d'assurer h ceux de nos frbres qui vien-
draient des autres parties du globe s'etablir dans nos contrees.
Mes rdponses ne tarderent pas A produire un rdsultat satisfaisant.
En effet, nous avons vu bient6t arriver dans nos ports plusieurs de
ces enfants de l'Afrique qui, sortant des Etats-Unis, venaient se

dants d'arrondissement (de laquelle je vous envoie un exemplaire), vous
vous convaincrez que j'ai prdpar6 aux fils de l'Afrique sortant des Etats-
Unis tout ce qui pouvait leur assurer une existence honnte, en devenant
citoyens de la R6publique haitienne; mais aujourd'hui que vous me faites
des ouvertures qui semblent avoir dt6 autorisees par la respectable Societ6
don't vous 6tes l'agent general, je vais repondre franchement aux huit
questions que vous m'adressez.
4 Si un nombre de families, etc. Le gouvernement de la Republique
aidera & faire une parties des frais de voyage de ceux qui ne pourront y subve-
nir par eux-memes, pourvu que la Socidt6 de colonisation fasse le reste.
Le gouvernement donnera des terres fertiles A ceux qui voudront les cul-
tiver; leur fera des avances de nourriture, outils et autres choses d'indis-
pensable necessitW, en attendant qu'ils soient assez bien 6tablis pour se
passer de cette assistance.
2 Jusqu'd quelle dtendue en nombre, etc. N'importe le nombre des
migrants, tous ceux qui viendront avec l'intention de se soumettre aux
lois du pays, seront bien accueillis. Les prix de passage et autres frais
seront discutes par des agents, pour obtenir les conditions les plus avan-
tageuses. La quantity de terre donnee sera celle que chaque famille pourra
cultiver. Au reste, la plus grande bienveillance pour les nouveaux venus
servira de base dans les arrangements.
30 Quel encouragement donnerait-on aux micaniciens et commner-
cants, etc. Is auront la libre faculty de travailler de leur industries; le
seul privilege qui pourra leur 6tre accord, sera d'6tre exempts de droits
de patentes pour la premiere annie.
40 Offrirait-on l'occasion, etc. Tous ceux, je le rdpate, qui viendront
seront accueillis, n'importe leur nombre, pourvu qu'ils se soumettent aux
lois de 1'Etat qui sont essentiellement lib6rales et protectrices, et aux r6-
glements de police qui tendent A r6primer le vagabondage, A maintenir le
bon ordre et A assurer la tranquillity de tous.
11 n'y a aucun prix A stipuler pour les terres, puisque le gouvernement
les donnera gratis en pleine proprikti 6 ceux qui les cultiveront. Les 6mi-


[1824]


(.28 )








[182e4


fixer, les uns dans nos campagnes don't la culture paye d6ji leurs
travaux avec usure; les autres, dans nos villes, oii ceux-ci font
un n6goce lucratif, oi ceux-li exercent avec advantage leurs pro-
fessions mdcaniques; tous heureux d'etre affranchis du joug avilis-
sant des pr6jug6s!
Leur affluence m'avait fait concevoir, dbs le principle, un project
qui, en multipliant 1'6migration, eft rempli les vues des philan-
tropes des Etats-Unis, et amrlior6 le sort de ces infortun6s. Mais
dans la crainte que les injustes pr6ventions que 1'on intretient au
dehors contre la Republique d'Haiti, ne fissent mal juger de mes

grants seront distribu6s le plus avantageusement possible, et ceux qui le
ddsireront, seront places les uns dans le voisinage des autres; on ne les
contrariera pas dans leurs habitudes domestiques, dans leurs croyances
religieuses, pourvu qu'ils ne cherchent pas & faire de proselytes ou A trou-
bler ceux qui professent une autre foi que la leur.
Ce qui precede est la reponse A votre cinquieme question, relativement A
la tolerance des divers cultes.
60 Quelles sont vos lois relatives au marriage, etc. Le marriage est en-
courage, et les bons Apoux jouissent ici de la mmme consideration que dans
les autres pays civilis6s.
7 Jusqu'd quel point les icoles, etc. Partout oi il y a une assez
nombreuse population, le gouvernement y entretient des hcoles pour
instruire la jeunesse et l'lever dans les principles de la morale et de la
vertu.
8 Votre gouvernement permettrait.il, etc. Cela ne peut pas 6tre. Les
lois de la Republique sunt g6nerales, et il ne saurait y exister des lois par-
ticulieres; ceux qui viendront, 6tant des fils de l'Afrique, seront Haitiens
du moment qu'ils auront mis le pied sur le sol d'Haiti : ils jouiront du
bonheur, de la security, de la tranquillity don't nous jouissons nous-
memes, quelle que soit l'obstination de nos d6tracteurs A soutenir le
contraire.
Enfin, Monsieur, pour vous donner des preuves de ce que je suis dispose
A faire en faveur de nos freres qui g6missent aux Etats-Unis d'Amerique,
sous le joug du prejug6, je vais envoyer a New-York des fonds et un
agent de ma confiance pour s'entendre avec vous et avec la Soci&et de
colonisation, afin de favoriser l'6migration en Haiti des descendants des
Africains qui desireraient de venir ici partager avec nous les biens prd-
cieux que nous tenons de la divine Providence.
11 ne faudrait pas s'imaginer que le besoin d'accroitre la population en
Haiti soit le motif qui me determine A vous faire cette r6ponse avec les
details dans lesquels je suis entr. Animb du desir de servir la cause de
l'humanit6, j'ai pens6 qu'une plus belle occasion ne pouvait se presenter,


( -9 ;)








[4s824 ( 30 )
intentions, je me suis abstenu de faire la demarche publique que
je n'hesite pas d'entreprendre aujourd'hui, parce que j'ai recu,
dans le courant d'avril dernier, une communication officielle de
M. LOWRING D. DEWEY, agent general de la Societe de coloni-
sation africaine, a New-York, qui m'adresse, au nom de cette
Societe, des questions sur les conditions auxquelles le gouver-
nement haitien voudrait consentir l'6migration en Haiti de ces en-
fants de I'Afrique.
En consequence, et d'aprbs la connaissance que j'ai de votre
civisme, de la lib6ralit6 de vos principles et de votre d6vouement A

que d'offrir une hospitality agr6able, un asile sir, A des infortunes qui
sont dans l'alternalive d'aller chercher sur les rives barbares de l'Afrique
la.misere on une mort certain. Je ne developperai pas les avantages qui
doivent rEsulter pour les Etats-Unis en faisant refluer sur Haiti la popu-
lation africaine don't on est decide de se ddbarrasser. Il n'est personnel
qui ne senate parfaitement que c'est un moyen infaillible d'augmenter le
commerce des Elats-Unis, en multipliant les relations des deux peoples
que la similitude des principles de leurs legislations et de leur gouvernemeat
doit ndcessairement rendre amis, quoiqu'un aveugle prdjug6 semble avoir,
jusqu'A ce jour, mis des entraves A des rapports plus directs entire l'un et
l'autre. Le temps et la philantropie front, il n'en faut pas douter, triom-
pher la justice et la raison.
Vous ne tarderez pas, Monsieur, 6 voir arriver a New-York, l'agent que
je dois envoyer pres de vous.
J'ai l'honneur de vous saluer, avec une consideration distinguee,
Signd : BOYER.


Au Port-au-Prince, le 25 mai 4824, an xxi.

JEAN-PIERRE BOYER, President d'Haiti, A M. Lowring D. Dewey, agent
general de la Socidte pour la colonisation africaine, A New-York.
Monsieur,
Conformdment A la lettre que je vous ai hcrite, ie 30 avril dernicr, en r6-
ponse A celle que vous m'aviez adressie, le 4 mars precedent, au sujet de
l'6migration en Haiti, d'une portion des enfants de l'Afrique qui se trouvent
aux Etats-Unis, je vous announce par la prdsente que j'exp6die aupres de
vous, comme aupres des socidtds philantropiques don't vous Ates l'agent, lc
cit. GRANVILLE, substitute du commissaire du gouvernement pres le tribu-
nal de cassation, qui vous remettra cette ddpeche: il est porteur de mes










la grande cause que nous avons constamment defendue, et que
nous soutiendrons toujours avec la meme hnergie, je vous ai choisi
et appointed pour 'agent du gouvernement de la Republiqul, afin
que vous vous rendiez a New-York ou en tous autres lieux des
Etats-Unis, oil il vous sera permis de voyager, et que 1a vous vous
occupied de trailer, soit avec M. LOWRING D. DEWEY, en sa qualitU
d'agent g6enral de la Societe pour la colonisation africaine, soit
avec la Societe elle-m6me, soit avec toute autre society ou per-

instructions particulires qu'il vous communiquera, ce qui me dispense
d'entrer avec vous dans les details de sa mission. Je me bornerai done, Mon-
sieur, h vous exhorter de faire tous vos efforts, pour la rdussite du grand
objet que nous avons 6galement en contemplation. Vous ne pouvez mieux
servir la cause de 1'humanit6, puisque ceux de nos semblables qui trainent
aux Etats-Unis une existence penible et abreuv6e d'humiliations, devien-
dront, en arrivant en Haiti, des citoyens de la Republique, et qu'ils pour-
ront y travailler, avec sdcurite et advantage, pour eux et pour leurs enfants.
Dans les jours de flicit6 qui les attendent ici, ils conserveront la m6moire
de votre devouement A leur cause, ils bdniront votre nom, et le bonheur
don't ils jouiront, sera votre plus douce recompense.
Je recommande A votre sollicitude le cit. GRANVILLE, pendant le sejour
qu'il fera aux Etats-Unis, vous priant de lui donner tous les avis don't il
aura hesoin, et de le mettre en rapport avec toutes les personnel qui pour-
raient aider A la parfaite reussite de la mission don't il est charge.
Je vous salue avec une consideration bien distinguee.

Sign6 : BOYER.



Au Port-au-Prince, le 25 mai 4824, an xxi.

JEAN-PIERRE BOYER, President d'Haiti, A M. Charles Collin, a New-
York.
Monsieur,
La connaissance que j'ai acquise de vos sentiments philantropiques, m'a
porter a inviter le cit. IMBERT, Secretaire d'Etat de la Republique, A faire
charger a votre adresse une quantity de cafe, en vous priant de vendre cette
denree, d'en raaliser les products et de les garder aux ordres du gouverne-
ment haitien; ces fonds et d'autres que je pourrai y faire joindre, sont des-
tines A faciliter l'emigration des individus issues de sang africain qui, g6mis-
sant aux-Etats-Unis sous le poids du prejug6 et de la mistre, seraient


( 31 )


[1824]










sonne ayant quality de traiter de cette affaire, soit enfin avec les
individus, qui 6tant disposes a 6migrer, seront libres de contractor
pour ix-mgmes.
A ces effects, je vous donne les instructions suivantes, et vous
remets une traduction certifi6e de la lettre de M. LOWRING D. DEWEY,
sous la cote A, avec une copie de ma reponse cot6e B, plus un
exemplaire C de la Constitution, enfin une copie D de ma circulaire
aux commandants des arrondissements, sous la date du S; dd-
cembre 4823.
Art. 4. En arrivant h New-York, vous vous aboucherez avec

disposes A venir en Haiti partager avec nos citoyens, les bienfaits d'une
Constitution lib6rale et d'un gouvernement paternel.
D'apr6s de nombreuses communications qui m'ont Wt6 adress6es par divers
de vos compatriotes les plus distingu6s, relativement A 1'6migration en
Haiti de ces enfants de l'Afrique, je me suis determine A envoyer aux Etats-
Unis le cit. GRANVILLE, substitute du commissaire du Gouvernement, pres
le tribunal de cassation, qui vous remettra la prssente : il est porteur d'une
lettre d'introduction pour M. LOWRING D. DEWEY, agent g6enral de la So-
ci6et pour la colonisation africaine, qui m'a ecrit lui-mdme a ce sujet, ainsi
que de mes instructions trcs-detaillies qu'il doit vous communiquer. Je
vous prie de l'assister de vos bons conseils et de vos recommendations au-
pros de nombreux amis, afin qu'il atteigne plus sirement le but que je me
suis propose, en faisant une demarche qui tournera tout entire au profit de
l'humanit6 don't vous soutenez la cause avec un si grand d6sint6ressement.
Je vous prierai encore de mettre a sa disposition, sur ses recus, parmi les
fonds que vous aurez pour le compete de la Republique, ceux qui seront
juges n6cessaires A l'acquit des frais de d6placement des individus de l'int6-
rieur qui, ne pouvant y subvenir par eux-m6mes, voudraient se rendre au
lieu de 1'embarquement, pour profiter de l'avantage qui leur est offert de
venir exercer chez nous une honnete industries, et laisser A leurs enfants,
avec des heritages certain, la jouissance'de tous les droits politiques que
l'homme en soci6et peut raisonnablement d6sirer.
Depuis longtemps, Monsieur, vous consacrez vos veilles a chercher les
moyens d'all6ger les souffrances d'une portion du genre human, centre la-
quelle la prevention et le prdjug6 agissent avec une impitoyable rigueur.
Aussi, je ne doute pas que vous ne saisissiez l'occasion qui se present de
fair triompher les efforts de votre sollicitude et ceux de vos amis. Quelle
douce joie pour des coeurs comme les votres de voir ces rejetons de 1'Afri-
que, si avilis aux Etats-Unis, oi ils vegetent, sans utility pour eux-memes
comme pour le sol qui les nourrit, une fois transplants en Haiti, devenir
des etres non moins utiles qu'estimables, parce que la jouissance des droits
civils et politiques les ennoblissant A leurs propres yeux, ne peut manquer


[1s82]


( 32 )








( 33 ) [1824)
MM. LowRING D. DEWEY et CHARLES COLLINS, auxquels vous commu-
niquerez vos presentes instructions; vous leur demanderez leurs
conseils et leurs avis, que vous suivrez autant qu'ils pourront se
trouver en harmonies avec le but de votre mission; vous remettrez
aussi toutes les lettres de recommendation don't vous ktes porteur.
Art. 2. Vous vous informerez des lois, reglements et usages des
lieux par lesquels vous passerez, afin de vous y conformer, et de
n'agir en aucun cas centre ce qu'ils prescrivent.
Art. 3. Apres les visits preliminaires, tallies en l'art. lr,
vous chercherez a voir les membres des diffirentes soci6tds reli-
gieuses et philanthropiques, pour leur donner connaissance de l'objet
de votre mission, et, comme toujours il faut agir avec loyaut6 et
bonne foi, vous ne manquerez pas de communiquer a ceux qui
s'interesseront au succes de vos d6marches, la teneur de vos in-
structions et des documents que je vous ai remis.
Art. 4. La Constitution ayant 6tabli par 1'art. U4, que les indi-
vidus issues du sang africain, qui se rendront dans la RUpublique,

de les porter A s'attacher a des mceurs regulieres, a acquirir des vertus so..
ciales, et A se rendre dignes, par leur bonne conduite, de tous les bienfaits
que repandra sur oux leur nouvelle patrie Mais les migrants ne recueillc-
ront pas seuls le fruit de vos soins; les Etats-Unis eux-memes verront
s'agrandir leur commerce avec Haiti, par les relations fr6quentes que ces
nouveaux Haitiens devront naturellement entretenir avec le pays qu'ils au-
ront quitter.
Si vous jugez a propos de donner de la publicity& a ma demarche, vous se-
rez libre de le faire. Je m'en repose l5-dessus entierement sur votre prudence,
bien persuade que vous prendrez les measures les plus convenables pour int6-
resser vos amis A la r6ussite de la pr6sente affaire, non-seulement dans
1'Etat de New-York, mais encore dans les Etats du Nord et de la Pensyl-
vanie.
Que de droits n'aurez-vous pas, Monsieur, vous et vos honorables amis,
a la reconnaissance de ceux don't vous allez tarir les larmes en leur procu-
rant une douce hospitality au milieu de leurs semblables, de leurs frNres,
de leurs amis naturels! Je vous conjure done de ne rien n6gliger, pour con-
courir avec moi a soustraire ces infortun6s aux humiliations et aux vexations
de tout genre qui les accablent. Dans une si louable entreprise, Dieu qui
est le phre de tous les homes, secondera aussi nos efforts.
Je vous sale avec une consideration bien distinguee.
Signd : BoYER.









jouiront, apres une ann6e de residence, de tous les droits civils et
politiques et de la quality de citoyens, vous inviterez soit par vous-
meme, soit par l'entremise de M. LOWnmNG D. DEWEY, de M. CHARLES
COLLINS et de toutes autres personnel avec lesquelles vous vous serez
abouch6, ceux d'entre eux qui seraient disposes a quitter les Etats-
Unis pour venir s'6tablir dans la Republique, A se determiner le
plus t6t possible a entreprendre le voyage, en leur faisant con-
naitre les avantages qui leur sont assures par la Constitution, et de
plus ceux que le gouvernement est pret a leur accorder pour les
tirer de 1'Ftat humiliant et des miseres oi ils sont plong6s.
Art. 5. Ces avantages qui attendent les emigrants sont: 4 qu'ils
jouiront en Haiti de tous les droits civils et politiques (art. 44
de la Constitution); 2o qu'ils auront une entire liberty de con-
science dans leurs pratiques religieuses (art. 19, Const.) ; 30 qu'ils
pourront obtenir des concessions de terres en pleine propri6t6,
lorsqu'ils auront 6tabli lesdites terres copiese de ma circulaire aux
commandants des arrondissements); le tout, pourvu qu'ils s'en-
gagent ah tre fiddles aux lois de la Republique don't ils deviendront
les enfants et les citoyens, et qu'ils n'entreprennent jamais rien de
contraire A sa tranquillity et a sa prosperity.
Art. 6. Comme pour mieux regler les interkts des migrants, il
conviendra de leur faire connaitre en detail tout ce que le gou-
vernement de la R6publique est dispose A faire pour assurer leur
bien-6tre future et celui de leurs enfants, h la seule condition qu'ils
soient des citoyens soumis et laborieux, vous ktes autoris6 a prendre,
de concert avec les agents des diff6rentes soci6tes, et par-devant une
autorit6 civil, des arrangements avec des chefs de famille ou autres
emigrants qui pourront reunir douze personnel en Etat de travailler,
ainsi qu'A stipuler que le gouvernement leur donnera une quantity
de terrain suffisante pour occuper douze personnel, et susceptible
d'(tre cultivee en cafiers, cotons, mais, pois ou autres legumes et
vivres, et qu'apres qu'ils auront bien etabli ladite quantity de
terrain, qui ne pourra avoir en superficie moins de 36 acres ou
42 carreaux (le carreau 6tant de 100 pas carris, et le pas de 3 pieds
et demi), le gouvernement donnera en toute propridt6 et A per-
petuite la concession dudit terrain A ces douze personnel, pour
elles, leurs hoirs ou ayants cause.
Art. 7. Ceux des emigrants qui prefereront se livrer indivi-
duellement A la culture des terres, soit en affermant des terrains
dejh 6tablis qu'ils se chargeront de faire valoir, soit en travaillant


(1 824]


( 34 )










des champs de society avec les propri6taires, devront 6galement
s'engager, par un acte authentique, qu'en arrivant en Haiti ils
prendront les arrangements ci-dessus mentionnes, et ce, par-devant
les juges de paix, afin qu'a leur arrive ici ils soient obliges de
se consacrer h l'agriculture, et ne soient pas exposes a vivre dans
le vagabondage.
Art. 8. A tous, et A ceux-lh seulement qui s'engageront comme il
est presrit en Part. 6, vous serez autoris6 toujours en agissant de
concert avec les differentes societes, de eontracter que leurs frais
de passage et de nourriture pendant la traverse seront pays, a
leur arrive en Haiti, par le gouvernement, qui leur assurera les
moyens de subsistence pendant quatre mois apres leur d4barque-
ment et placement sur le terrain qu'ils devront cultiver, delai
suffisant pour qu'ils se procurent, par leurs travaux et leurs 4ta-
blissements, les moyens de soutenir eux-memes leur existence.
Il ne leur sera rien r6clamB pour ce qui aura Wte pay6 pour ces
frais de passage et de nourriture, qui sont une donation que leur
faith la Republique.
Art. 9. Quant h ceux qui voudront venir en Haiti pour y exercer
une industries micanique ou commercial, vous serez autoris6 h
leur assurer que leurs frais de passage et de nourriture dans la
traverse seront pays en Haiti, pourvu qu'ils s'obligent, par-
devant une autorite civil, aux Etats-Unis, de restituer au gouver-
nement de la Republique, six mois apres leur arrive en Haiti, I'a-
vance qui leur sera faite.
La mime facility d'avance, a charge de remboursement, pourra
Otre accordde A ceux qui viendraient, soit pour acheter, affermer
ou travailler de society des terres 6tablies ou a 6tablir; soit pour
s'engager comme domestiques, ouvriers ou travailleurs: la loi ac-
cordant la faculty ah tout Haitien d'exercer son industries comme il
l'entend, pourvu qu'il ne commette aucune action contraire a
l'ordre public.
Art. 40. S'il se trouvait des families du sang africain disposes
a 6migrer en Haiti, mais A qui leur position malheureuse ne per-
mit pas de subvenir h leurs frais de dIplacement pour se rendre au
lieu de 1'embarquement, vous serez autorise, en agissant avec
beaucoup de precaution et avec connaissance de cause, et toujours
en consultant les agents des differentes commissions, A leur faire
des avances, pourvu qu'elles n'excedent pas six gourdes par tete
pour les adolescents et autres individus jusqu'i l'Age mfir, avances


(35 )


[1 8924]








[1824] ( 36 )
qu seront remboursables six mois apres leur arrivee dans la R6pu-
blique, ainsi qu'il devra etre stipule dans les obligations contrac-
tees par ceux qui les recevront.
Art. I. Le but que je me suis propose 6tant de favoriser en
Haiti l'6migration de ceux qui sont habiles a devenir, d'apres nos
lois, citoyens du pays, vous ne devez pas manquer de consulter toutes
les personnel divoudes d la cause de l'humanitd, qui seront suscepti-
bles de vous donner des avis salutaires; et, aprts leur opinion ecrite
et bien debattue, vous serez autorised convertir les petites ddpenses
que je n'aurai pu prevoir, et don't la nicessiti serait reconnue urgente
et telle qu'elle dzt faciliter l'ex&cution de l'entreprise.
Art. 42. Vous declarerez a tous ceux qu'il appartiendra d'en
connaitre, qu'il ne sera jamais accord en Haiti, aux emigrants,
d'autres privileges que ceux 6tablis en faveur de tous les citoyens
de l'Etat; qu'ainsi ils ne doivent venir parmi nous qu'avec la r6so-
lution de se conformer et d'ob6ir a nos lois qui sont toutes protec-
trices et liberales, et qui garantissent h chacun sa liberty de con-
science, pourvu qu'il ne trouble pas l'ordre public.
Art. 43. Vous prendrez les measures que vous jugerez les plus
efficaces pour faire parvenir A la presqu'ile de Samana une qua-
rantaine d'ouvriers (toujours du sang africain), tels que charpen-
tiers, constructeurs, scieurs de bois, forgerons, calfats, cordiers et
voiliers, qui seraient capable d'occuper un chantier de construction
de petits bAtiments pour garde-c6tes et pour le cabotage du pays,
lesquels leur seront achet6s par le gouvernement. Si ces ouvriers ont
des spouses et des enfants, le gouvernement leur donnera des terres
propres A la culture des cafiers, cannes, et toute espbce de vivres,
grains et legumes, ce qui sera pour eux un advantage considerable.
Art. 4 4. Afin de ne pas etre expose h payer A des prix exorbi-
tants les frais de passage et de nourriture pendant la traversee, ii
serait peut-6tre a propos, non-seulement de faire les approvision-
nements du voyage, mais encore de fr6ter des bAtiments capable de
porter un certain nombre d'individus, A moins que l'on ne trouvat,
par les bAtiments qui font ordinairement le commerce, des occa-
sions pour faire passer les emigrants. Je pense que 4 gourdes par
tAte, y compris la nourriture pendant le voyage, serait un prix rai-
sonnable pour les adolescents, les jeunes gens et les homes faits,
et que la moitie de cette some suffirait pour les enfants qui ont
quitt6 la mamelle, jusqu'h ceux qui entrent dans leur douzieme
annie. II est bien entendu que le coit des approvisionnements, les








( 37 ) [4824]
prix des passages ou le fret des batiments ne seront pays qu'en
Haiti, A l'arrivee desdits passagers.
Art. 15. II sera necessaire que les cultivateurs soient munis,
autant que possible, de leurs instruments aratoires. Si les soci6tes
de colonisation sont disposees a faire quelques donations aux emi-
grants, le montant de ces donations pourra 6tre employed l'achat,
soit d'approvisionnements de bouche, soit d'ustensiles aratoires,
tels que houes, haches, serpes, charrues, herses, etc.
Art. 46. Le gouvernement ayant fait passer a M. Charles:CoLLNs,
A New-York, de quoi realiser des fonds, vous puiserez dans ses
mains, sur vos recus, ceux qui seront jugs necessaires a l'acquit
"des frais de diplacement don't it est parlM en lart. 10, et ce, jus-
qu'a la concurrence de 6,000 gourdes, de laquelle some vous
rendrez compete, a l'issue de votre mission, avec pieces au soutien
et en bonne forme.
Art. 47. Les points sur lesquels je desire que l'6migration soit
dirig6e dans les commencements de l'entreprise, et jusqu'A la fin de
la pr6sente annie, dans l'int6r6t des emigrants comme dans celui de
l'agriculture du pays, sont comme suit:
Personnes.
Le Port-au-Prince, pour le Mirebalais; culture de beau cotton
et de toutes espces de vivres; quarter fertile, ci ....... .. 500
Idem, pour le quarter de Lescahobes, Lamatte, Hinche; cul-
Sture de cafiers et vivres, ci.. . . .... 300
Idem, pour le quarter des Orangers, Crochus, Arcahaie;
culture de cafiers, ci. . . . ... 200
TOTAL ..... .4,000
Le Cap Haitien, pour la Grande-Rividre, Dondon, Marmelade,
Limbe, Plaisance, Borgne, Port-Margot; cafiers, ci.. . 4,000
Porte-Plate, pour Altamire, Saint-Yague, Moca, Azacoris, La
Vega; cafe, tabac, cacao, ci . . ... 4,000
Samana; cafe et vivres, ci. .... ....... 200
Santo-Domingo, pour Seybo, Higuey, Monteplate, Boya, Baya-
guana, los Elyanos, Saint-Christophe, Bany; cafe, cacao, can-
nes A sucre, ci.. ................... 4,200
Jacmel, pour Marigot, Neybe, Baynet; caf6, vivres, ci .. 600
Les Cayes et Jdrdmie; caf, ci . . .... 500
Gonaives; coton, ci. . . . . 500
TOTAL. ..... 6,000
Art. 18. Vous ne devez pas manquer de faire observer que cette








1482 4] ( 38 )
population de six mille ames, emigrant cette annee en Haiti, sera
placee de manibre A 6tre a meme de trouver de suite, par son indus-
trie, les moyens de s'affranchir de la misbre et des besoins, parce
qu'elle trotvera des terrains ddfrich s, des lieux habits et civilis6s,
des resources pour la vie, de l'assistance dans les cas de maladie,
avantages pr6cieux don't elle serait totalement priv6e en Afrique, et
qu'elle ne pourrait esp6rer d'y obtenir en dix ann6es!
Tous les lieux d6sign6s par 1'article pr6c6dent offrent les plus
grands avantages, tant A cause de la fertility des terroirs, que de
l'excellence de leur tempBrature; c'est ce que vous ne devez pas
oublier d'assurer aux emigrants.
Art. 9. VQus ne manquerez pas de correspondre avec moi, et de
me tenir au courant do touts vos d6marches et entreprises pour
l'execution de votre mission. Vous resterez aux Etats-Unis pour
suivre les operations de 1'6migration africaine, jusqu'h de nouveaux
ordres de ma part, et vous voyagerez dans I'interieur, dans les Etats
du Nord et partout oil il vous sera permis d'aller, oi vous jugerez
que votre presence pourra determiner a 1'emigration ceux qui seront
en disposition et seront libres de le faire.
Port-au-Prince, le 25 mai 4824, an 24e de 1'ind6pendance.
Sign6 : BOYER.



N 890. C1RCULAIRE du Prdsid. d'Haiti, aux commandants d'arron-
dissement, concernant l'envoi dans les arsenaux d'ouvriers apprentis (4).

Port-au-Prince, le 14 juin 4824.

Comme il imported au bien du service qu'il y ait dans chaque
commune de la RWpublique des ouvriers pour se charger, dans les
cas urgents, des reparations desarmes des troupes qui y sont canton-
nres, je vous adresse cette circulaire, mon cher gn6eral, pour vous
inviter, aussit6t sa reception, A envoyer A I'arsenal, ot ils seront

(1) Voy. no 809. Circul. du Sec. d'Etat, du 22 znv. 4822, aux adm. d'dr-
rond. relative d la paye, etc. No 894. Circul. du Presid. d'Haiti, du 24
juin 4824, aux gen. de div. BORGELLA, etc., su,~ le placement des apprentis
ouve etc. NO 906. Circul. du mdme, du 2 sept. 4824, aux mnies, con-
cernant le payment, etc. No 4288, Id. du Presid. d'Haiti, du 29 juillet
4832, aux command. d'arrond., concernant les ouvriers. etc.









traits come apprentis des ouvriers de 1'Etat, deux jeunes gens
convenables pris dans chacune des communes sous vos ordres, ofi
il n'existerait pas deji d'armuriers, afin qu'ils se livrent h l'appren-
tissage de cem6tier pour 6tre a m6me de devenir, par la suite, de bons
ouvriers dans cette parties. Quand ils auront termine leur temps
d'apprentissage, its retourneront dans leurs communes respective
pour d6pendre de la compagnie d'ouvriers qui y est formBe, et alors
ils pourront s'occuper h faire d'autres B16ves.
Persuade que vous sentirez commemoi l'importance de cette dis-
position, je me repose sur votre zBle pour sa prompted execution.
J'attends votre r6ponse a la pr6sente *.
Sign6 : BQYER.



N" 894 CIRCULAIRE du mdme, aux gendraux de division BORGELLA, d
Santo-Domingo, MARION, aux Cayes, MANYp, au Cap 4naitien, sur
le placement des apprentis ouvriers de l'Etat (4).

Port-au-Prince, le 24 juin 4824.

Je vous informed, mon cher g6enral, que, par ma circulaire en
date du 44 courant, j'ai invite les commandants d'arrondissement
de Samana, d'Azua, et le commandant de la place de Neybe, a en-
voyer A l'arsenal de Santo-Domingo, oif ils seront trait6s.fcomme
apprentis ouvriers de 1'Etat, deux jeunes gens convenables pris dans
chacune des communes sous leurs ordres, of. il n'existerait pas d6jh
d'armuriers, afin qu'ils se livrent a l'apprentissage de ce m6tier pour
etre a m6me de devenir, par la suite, de bons ouvriers dans cette
parties. Je vous charge done de donner les instructions nvcessaires
4 qui de droit, pour que ces jeunes gens soient regus a l'arsenal de
Santo-Domingo, et d'avoir soin, lorsqu'ils auront terming leur temps
d'apprentissage, de les faire retourner dans leurs communes respec-

Les arrondissements de Samana, d'Azua, enverront des lives ouvriers A
l'arsenal de Santo-Domingo; ceux du Limba, Marmelade, Port-de-Paix,
Borgne, Mole-$aint-Nicolas, Trou, Grande-RiviBre, Fort-Libert6, Monte
Christ, Porte-Plate et la Vega, enverront les apprentis a l'arsenal du Cap:
ceux d'Acquin et de Tiburon A l'arsenal des Cayes.
(4) Voy. no 890. Cir'cul. du I4 juiin 4814, du Prsid. d'IIa ti, auxc comm.
d'arrond., concernant l'envoi, etc.


( 39 )


[48241









tives pour dependre de la compagnie d'ouvriers qui est formde.
Accusez-moi reception de la presente.
Je vous salue, etc.
Sign6 : BOYER.

Les arrondissements de Limbd, de la Marmelade, du Port-de-Paix,
du Borgne, du M6le-Saint-Nlcolas, du Trou, de la Grande-Rivibre,
du Fort-Libert6, du Monte-Christ, de Porte-Plate et de la VYga, en-
verront les apprentis armuriers A l'arsenal du Cap; les arrondisse-
ments d'Acquin et de Tiburon enverront les leurs aux Cayes.


N* 892. Loi qui proroge, pour l'annie 4825, celle sur les patentes
et le tarif y annex, rendue le 48 octobre 4822, an 49 de l'indd-
pendance (4).
Port-au-Prince, le 28 juin 4824.
La Chambre des Representants des communes r6unie en majority,
et oui le rapport de son comit6 des finances;
Consid6rant que la situation du tr6sor public n'exige point de nouvelles
taxes, ni d'augmentations dans les contributions publiques, declare qu'il
y a urgence, et arr6te ce qui suit :
Art. 4 r. Toutes les dispositions de ia loi du 48 octobre 41822,
an 49 de l'inddpendance, sur les patentes pour l'annde 4823, et
maintenues en 4823 pour l'annde 4 82, le seront pour l'annde 1825.
Art. 2. Les patentes seront percues, pour l'ann6e 4825, an 22,
conform6ment au tarif annexde la susdite loi du 18 octobre 1822,
an 49.
Art. 3. La present loi sera envoyde au SBnat de la R6publique,
conform6ment B la Constitution.
Donn6 au Port-au-Prince, en la Chambre des communes, le 28 juin 4824,
an 24 de l'ind6pendance.
Le President de la Chambre, sign : HERARD DUMESLE,
Sign6 : HIPPOLYTE et J. ELIE, secrtaires.


Le S6nat d6crkte l'acceptation de la loi qui proroge, pour l'annee 4825,
celle sur les patentes et le tarif y aonex6, rendu le 18 octobre 4822, an 49

(1) Voy. n* 804. Loi du 48 oct. 4822, qui determine les droits de paten-
tes, etc. No 946. Loi du 49 avril 4825, sur les patentes.


182t]


( t0 )










de l'ind6pendance; laquelle sera, dans les vingt-quatre heures, expAdi6e au
President d'Haiti pour avoir son execution, suivant le mode 6tabli par la
Constitution.
Donn6 au Port-au-Prince, Maison Nationale, le 26 juin 4824, an 24 de
l'ind6pendance.
Le President du Senat, sign : MANIGAT.
Les Secretaires, sign : A. GAYOT, PITRE.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Le President d'Haiti ordonne que la loi ci-dessus du Corps legislatif
soit revetue du sceau de la Republique, et qu'elle soit publiee et execute.
Palais National du Port-au-Prince, le 28 juin 4824, an 21 de l'ind6pen-
dance.
Sign6: BOYER.
Par le President :
Le Secretaire gnedral, signed : B. INGINAC.


No 993. ADRESSE de la Chambre des Representants des communes,
au people, d I'occasion de la cloture de ses travaux (1).
Port-au-Prince, le 30 juin 4824.
Haitiens!
Investis de la plenitude de votre confiance, fiers d'dtre les manda-
taires d'un people libre, et toujours fiddles h nos obligations envers
la patrie, nous attachons notre gloire, notre supreme felicit6 A
concourir h la conservation de 1'Nclat qui environne la Republique
don't les destinies sont a jamais fixes par la valeur des armes et la
sagesse des institutions.
La session qui a r6uni cette annie vos ReprBsentants est du plus
grand int6rdt national. Apres que les paroles m6morables de notre
premier magistrate eurent rappel6 dans cette enceinte toutes les
vertuset 1'6nergie du caractere haitien, le sanctuaire de la legislation
retentit des ddbats que motivait le complement du corps de nos lois
civiles.
Nous devons sans doute penser que cet example imposant sera
appr6cie par les hommes qui Brigerent un culte raisonn6 aux id6es
librales, et entrainera ceux-la memes qui voudraient encore resister
au torrent du siBcle.


(4) Voy. n 891. Loi du 28 juin 1824, quiproroge, etc.


( 41 )


[1824]









La sdrie des lois rendues forme la suite du Code civil, et achieve
ce grand ouvrage. En nous felicitant de poss6der une des plus prd-
cieuses garanties de notre ordre social, reportons la pensde sur celui
qui en posa les bases constitutives, et reconnaissons dans ce monu-
ment impprissable la lumibre qui dclaira nos travaux 16gislatifs.
La multiplicity des interits riciproques et sans cesse renaissants
qui se forment dans les socid6ts civilisdes, produisant chaque jour
denouvelles combinaisons, avaient rendu indispensable une loi don't
l'objet eft 6td de preciser les principles gendraux et reglementaires
de ces rapports particuliers; mus par cette ncessitd, vos Repr6sen-
tants out adopt la loi sur les contracts ou obligations convention-
nelles en g6ndral. Mais cette loi aurait dtd insuffisante si la prd-
voyance, en miarquant les limits de ses dispositions, n'eft vu B c6t6
d'elles les quasi-contrats, et les quasi-ddlits don't les effects definissent
les engagements qui se forment sans conventions, et ne les eft fait
entrer dans le course du droit civil a titre de complement.
Le marriage, cette institution sacrde, qui tient a l'ordre social sous
le double rapport de l'6puration desmoeurs et de l'int6ret des families,
prendra un nouvel essor sons l'heureuse influence de la loi sur le
contract de marriage et les droits respectifs des 6poux, et ne laissera
plus subsister dans leurs seins ces diffdrends qui, devenant parfois
kternels, finissent par porter atteinte aux plus pr6cieuses affections
de la nature,
La vente, ce grand mobile des transactions de la vie civil, dega-
gee de tout ce qui pourrait altdrer son essence, se present dans
notre Code avec cette perfectibilitO don't elle a dtd ddpouillde par
l'dtat des anciennes soci6tes, suite immediate des entraves de leur
origine; ainsi 1'dchange, qui est la vente reproduite sous une autre
forme, 6mand d'elle, lui donne une plus grande extension; et le
louage, don't les ramifications touchent a la nature de ces deux
contracts, en m6me temps qu'il se reduit a une possession plus ou
moins precaire, marque leurs differences nuances.
Les formes de l'apprentissage, couvertes ailleurs de la rouille de
la servility, nationalisees par nous, vivifieront les arts naissants,
et front de leurs ateliers des p6pinibres r6g6ndratrices oQ les talents
utiles se reproduiront en se perfectionnant,
Les contracts de soci6td, en simulant le pacte de famille, ont
6tendu les liaisons des homes; ainsi ils ont fixed les d6liberations
du Corps 16gislatif, qui a 6galement vu dans le pret le symbol de
ces services mutuels que la nature prescrit h I'homme envers son


[182*1


( 42 )








( 43 )


[4824]


semblable. Le d6p6t et le s6questre, comma gages; les contracts
al6atoires, qui, tout en 6tayant les dispositions accidentelles, con-
servent I'int6gritO des principles; le cautionnement, garantie de la
confiance, devant tous remplir un objet distinct qui se rattache A la
jurisprudence universelle, ont trouv6 leur classification dans le sys-
t6me : de l il r6sulteraque les transactions, comme moyens de rap-
prochement, r6tabliront sans violence I'harmonie, toutes les fois
qu'elle sera trouble.
La contrainte par corps en mati6re civil est dans notre Code l'&-
pouvantail de ceux qui tenteraient de saper I'Mdifice social par des
actions qui pourraient faire naitre des doctrines corruptrices, mais
elle ne saurait transgresser le principle de la liberty individuelle
don't les prccieuses garanties reposent dans l'acte constitutionnel. Le
nantissement, offrant des sfiretts palpables, aura toujours l'effet
d'4carter les dispositions coercitives de la contrainte par corps. Ies
privileges et hypotheques, garantie d'un ordre sup6rieur, ne seront
plus illusoires, et n'Dtant pas reduits A une vaine formule, devien-
dront la r6gulatrice de l'expropriation force, introduite dans notre
16gislation sous l'aspect le moins effrayant, pour 6tre mieux adapt6e
au caractere, aux moeurs et aux localities du people r6eginr6 d'Haiti.
La prescription, fille du temps, qui imprime aux institutions, aux
actes et aux faits un caractere venerable, sera le boulevard du droit
civil, comme elle l'est du droit politique.
Un reste de f6odalit6 existait encore dans la parties orientale de
lile, depuis sa reunion a la Rdpublique; mais ses ruines dispa-
raissent avec les anciens majorats et les chapellenies, et A c6t6
d'elles s'el!vent des principles bienfaisants, consacr6s par une loi qui
rend la terre libre comme l'homme qu'elle nourrit, Bloigne des
champs cultives les troupeaux nombreux qui doivent se propager
en des lieux moins fertiles, presage les plus s6duisantes propriet6s
a nos compatriotes de cette parties, et assure au clergy cette heureuse
independence de position qui le d6gage des soins strangers A son
auguste ministbre.
Une de nos formes constitutionnelles, si favorable a la march de
administration des finances, ce resort puissant, nous a mis h
m6me d'apprecier, dans les comptes gen6raux pr6sentes par le Secr6-
taire d'Ltat pour l'ann6e 1823, I'accroissement des revenues publics.
L'augmentation remarquable de nos products agricoles a fix6 toute
l'attention de vos Uepr6sentants; nais, bien convaincus que cette
terre privilIgide ne saurait rien refuser A des mains libres et guer-








[4834]


( 44 )


rieres, nous devons continue avec plus d'ardeur encore h puiser
dans son sein notre felicite, et les resources ndcessaires a la prospe-
rite de la R6publique.
La verification des comptes g6neraux de 4822 ayant Wte terminde,
le Secretaire d'Etat a 6t0 d6charg6 de la comptabilit6 de cette annie
La loi sur les patentes a Wte prorogee pour l'exercice de 4825;
elle justifie cette verite 6minemment sentie par nous, que tout
citoyen doit Wtre utile a 1'litat.
Dans l'expos6 de nos travaux legislatifs, vous trouverez de nou-
veaux et honorables tdmoignages de la sollicitude de ce Chefjuste-
ment v6n6re, don't le g6nie embrasse h la fois tous les interets natio-
naux: vous ne sauriez vous refuser au respect qu'inspire ce Code,
fruit de ses meditations, et qui, pr6par6 par vos 1lgislateurs, devra
recevoir le cachet de la sagesse qui distingue le premier corps de
l'Etat.
Les devoirs que cet ouvre impose h chacun des membres de la
grande famille haitienne, doivent desormais consolider et embellir
son existence. Rappelons-nous toujours que le people le plus digne
des bienfaits de la liberty, est celui qui se prosterne devant la loi,
cette sublime expression de la volont6 g6ndrale!!!
Forts de la determination qui sert d'6gide 4 notre ind6pendance,
puissants par notre organisation qui s'epure et s'avance avec rapi-
dit6 vers toute sa splendeur, cherchons dans l'amour du bien, dans
le saint amour de la patrie, la recompense des plus nobles sacrifices;
marchons d'un pas 6galet assure vers le but du plus grand bonheur
commun, la gloire d'Haiti, que daigne prot6ger la divine Provi-
dence, et que d6fendront avec une constance heroique es fils de
cette terre.

Vive, vive A jamais la R1publique !!

Donned au Port-au-Prince, en la Chambre des Representants des com-
munes, le 30 juin 4824, an 24 de l'independance.

Sign6 : P. JuNCA, V. VERDIER, LAPAQUERIE, CHENET, P. LA-
ROSE, F. TRAVIESO, DOUGE ain8, J. PETINY, DESORMEAUX,
J. LASALE, VELASCO, R. ROQUE, PAPILLEAU jeune, LA-
BISSlERE, CADILHON, P. VIGNIER, P. BAEZ, G. ARBOUET,
J. TREMBLAY, J.-B. REGULE, BLAS CASTRO, J.-B. GERRIN,
BnIZOT, ILARIO CRUX, FREE, TOUSSAINT JOSEPH, COUR-
REGE, REMAIN, DUVAL files, J.-B. DUMAS, ARBOUIN aine,









( 45 ) [1824]
L.-J. ANTOINE, Edouard ETIENNE, P. MAILLARD,
J. JOSEPH, DERENONCOUR, A. FONTAINE, LOUQUE, LE-
FRANC, R. LOUBEAU, RAMON CASTRO, JOLICOEUR ain6,
NIAU, J: DIAZ, J. GOLARD, J. ULISSE, MARETTE, DONATE
Louis, J.-M. BAPTISTE, LH. ST-MACARY, CAMINERO,
P.J. MUZAINE, J. TORRES, NAPPETITFILS, LAVENTURE
ADRIEN, J.-B. PITOLY, DULAGON CRUBLE, JOSE-IGNACE
ESPEJO, PEDRO HEBRERA, J.-L. FRANCOIS, J.-L. Au-
GUSTIN.
Le President de la Chambre, Sign6 : HERARD DUMESLE.
Les Secretaires, Sign6 : J.-S. HYPPOLITE et J. ELIE.



NO 894. Loi qui determine quels sont les biens mobiliers et im-
mobiliers, situis dans la parties de 1'Est, qui reviennent d l'Etat,
et rbgle, d I'egard des particuliers de cette parties, le droit de pro-
priete territorial, conformiment au mode itabli dans les autres
parties de la Ripublique, et qui fixe les appoinlements du haut
clergy du chapitre mitropolitain de la cathidrale de Santo-Do-
mingo, et assure le sort des religieuses don't les couvents ont ete
supprimes (1) (*).
Port-au-Prince, le 8 juillet 4824.

La Chambre des Representants des communes, sur la proposi-
tion du President d'Haiti,
Consid6rant que depuis la reunion de la parties de l'Est A la Republique,
le syst6me qui incorpore au domaine public les biens don't les anciens pro-


(4) Voy. no 825. Proclamation du 8 f6v. 4 823, qui accord un nouveau
dilai, etc. No 4037. Loi du 42 mai 4826, additionnelle d la loi du
8 juillet 4824, etc. No 4098. Loidu 45 mai 4827, qui affranchit, etc.
(*) MESSAGE du President d'Haiti, a la Chambre des Representants.

Port-au-Prince, le 24 juin 4824.

Citoyens Representants,
Jusqu'A present il existe dans les d6partements de l'Est des usages con-
sacres par les lois qui r6gissaient cette parties de 'ile avant sa reunion a
la R6publique, qui sont en opposition aux lois de l'Etat, et qui par consi-









[188241


( 16 )


pri6taires sont absents, n'a pas regu l'application don't it 6tait susceptible,
et qu'il r6sulte que lesdits proprietaires ne doivent plus pretendre aux
bienfaits de la loi fondamentale de 1Etat, en conservant des pretentions
sur les propri6tes echues A la R6publique;
ConsidBrant que par le pacte social des Haitiens, le droit de propri6t6 est
inseparable de la quality de citoyen;
Consid6rant qu'il est de la dignity de la Ripublique d'assurer au clergy


quent doivent disparaitre, afin qu'il n'y ait qu'un seul systeme dans l'admi-
nistration publique.
II est aussi important que la loi fixe quels sont les biens mobiliers et
immobiliers sur lesquels 'Etat a droit d'apres le changement politique qui
a eu lieu, afin que le citoyen soit rassur sur ce qui lui appartient en pro-
priWtA.
Dans 1'Est, les propri6tes fonci6res sont jusqu'a ce jour dans un 6tat de
communaut6 qui en retenant ceux qui ont droit & ces propri6tds sur l'incer-
titude de leur exact 6tendue, arrkte les progres de i'agriculture, parce
que l'on craint de fonder des 6tablissements sur des fonds revenant A autrui,
ce qui ferait naitre des contestations a l'infini.
Les proprietaires d'immeubles, qui, dans la parties de 1'Est, 6taient grev6s
de tributs par un systeme antilib6ral, ont besoin d'6tre soulages des far-
deaux don't ils 6taient accables, afin que leurs propridt6s puissent 6tre
affranchies des redevances penibles auxquelles elles 6taient assujetties: ce
qui sera pour eux un bien de la R6publique.
I1 est aussi instant d'empecher que le vaste territoire et les immense
prairies de la parties de PEst ne deviennent des lieux de refuge A l'oisivet6,
par la facility que chacun y aurait d'y ,tablir des counouques, dans les
seules vues de leur procurer une miserable existence, plutOt que d'6tre
employes A une utile agriculture.
11 est de la dignity de la R6publique que les religieuses et le haut clergy
composant le chapitre metropolitan de la cathedrale de Santo-Domingo,
don't les b6ndfices passent A l'Etat, ne restent point dans l'incertitude sur
leurs moyens d'existence, et qu'il soit fait une honorable provision pour les
mettre A l'abri des besoins de la vie.
C'est pour r6gler et fixer tous les points 6nonc6s au present message
que j'ai fait dresser le project de loi que je vous adresse sons ce pli; vous
ne manquerez pas, citoyens representants, d'apprdcier ses motifs, et en
reconnaissant I'urgence de la loi qui doit en resulter, en fire l'objet de vos
plus prompted deliberations dans le court space qui reste pour terminer la
pr6sente session de la Chambre.
J'ai l'honneur, etc.
SignV : BOYER.








( 47 ) [1824]
cette heureuse ind6pendance de position qui le d6gageant de tout autre soin,
le laisse tout entier & 1'exercice de son ministere sacr44
Considdrant qu'il imported de d6truire toutes les traces de la feodalit6 dans
cette portion de 1'ile, afin que ses habitants, heureux sous les auspices des
principles liberaux, percent jusqu'au souvenir de leur ancienne sujdtion;
ConsidBrant enfin qu'il est 6minemment utile de faire fructifier la culture
dans cette portion du territoire, et de favoriser en m6me temps la propaga-
tion du troupeau;
Oui le rapport de la section de l'int6rieur, et apres avoir ddclar6
l'urgence, arr6te ce qui suit:
Art. 4 ". Toutes les propriet6s territoriales, situles dans la parties
de 1'est de I'ile, qui avant le 9 f6vrier 4822, an 19, 6poque de la
reunion de ladite parties a la R6publique, n'appartenaient pas a des
particuliers, sont d6clar6es propri6t6s nationals, et front desormais
parties du domaine public.
Art. 2. Sont 6galement d6clarees propri6t6s nationals, et,
comme telles, front parties du domaine de l'Etat, toutes les pro-
pri6t6s mobili6res et immobilibres, toutes les rentes foncibres et
leurs capitaux, qui appartenaient soit au gouvernement precedent
de ladite parties de l'Est, soit a des couvents de religieux, a des
monast6res, h6pitaux, Bglises ou autres corporations ecclesiasti-
ques.
Art. 3. Sont encore declares propriet6s nationals, tous les
biens mobiliers et immobiliers appartenant, dans la parties de l'Est,
soit aux individus qui, se trouvant absents du territoire lors de la
reunion, n'y 6taient point rentres Ie 40 juin 4823, c'est-a-dire
seize mois apres ladite reunion; soit a ceux qui, dans la reunion,
ont quitt6 l'ile sans pr6ter le serment de fidelity h la R6publique.
Art. 4. Des agents seront nommes par le President d'Haiti, h
I'effet de reconnaitre, concurremment avec le conseil des notables,
le judge de paix et l'administration des finances dans chaque com-
mune, quels sont les biens qui reviennent h la Republique en
vertu des trois articles precedents, et d'en former le cadastre g6nd-
ral, pour que administration du fisc en prenne la saisine, et que
le gouvernement puisse en disposer de la maniere la plus conve-
nable aux interets de la nation.
Art. 5. Comme les habitants de la parties de 1'Est n'ont pour la
plupart sur leurs propriet6s qdi'un droit commun qu'ils exercent
dans une etendue de terrain qui n'a aucunes limits positives, mais
don't les bornes sont plus ou noins reculees (quoique toujours










d'une manibre indeterminee) selon le plus ou moins de valeur nu-
meraire stipul6 dans le titre constitutif; et, attend qu'il imported de
fair cesser un usage d'oi resultent une foule d'inconv6nients et de
process, le President d'Haiti commettra les mimes agents pour v6-
rifler, de concert avec les conseils des notables et les juges de
paix, les titres des possesseurs de droits territoriaux, afin de com-
poser, commune par commune, le r6le de tous les ayants droit,
et d'y marquer non-seulement la quotit6 de la some qui forme
la base du droit de chaque occupant, mais encore la prisee exact
du carreau de terre dans les differents endroits, eu 6gard a la situa-
tion, A la nature et a la quality du sol (4).
Art. 6. D'apres lesdits r6les et evaluations, le President d'Haiti
donnera en pleine propri4te, a ceux qui seront reconnus posses-
seurs de droits territoriaux, la quantity de carreaux qui sera jugie
suffisante pour les remplir de leurs droits, et leur fera expedier de
nouveaux titres, en retirant les anciens, de sorte que chaque habi-
tant puisse connaltre l'6tendue de son terrain qu'il sera tenu de
faire arpenter et borner a ses frais.
Art. 7. Si parmi ceux qui, en vertu de leurs droits sur certain
terrains, en ont ali6ne diverse portions a d'autres particuliers, il s'en
trouve, apres la recapitulation desdites alienations, qui ont c6ed la'
totality de ces memes droits, et occupent en outre un fonds 6tabli
en cultures utiles ou en hattes, la preference leur sera accordee
pour l'acquerir de l'Etat, soit comme don national, soit a titre
d'achat, selon que le President d'Haiti le jugera convenable.
Art. 8. AprBs la liquidation operee comme il est dit en l'art. 6,
tous ceux qui n'auront droit qu'A une 6tendue de terrain au-des-
sous de cinq carreaux, seront obliges d'acquirir d'autres particuliers
ou de l'itat la quantity necessaire 'au complement de cinq carreaux,
sinon de ceder et abandonner leurs droits A d'autres proprietaires.
Art. 9. 11 ne pourra 6tre etabli de hattes de bates a comes on
chevalines dans une 6tendue de terrain moindre de cinquante car-
reaux, ni de hattes de pourceaux ou autre menu betail dans une
etendue moindre de vingt-cinq carreaux de terre.
Les unes et les autres ne pourront etre ktablies que loin des
terrains cultiv6s, conform6ment aux dispositions de l'art. 4 oe de la

(4) Voy. n" 4344. Circul. du 3 fev. 4834, du Prisid. d'Haiti, aux gned-
rauax Poux, etc., pour la repression des coupes, etc.


[s18ij


( 48 )








( 49 )


[48241


loi du 41 mai 4849, sur les animaux qui ravagent les champs cul-
tives (4).
Art. 40. Il est expressement d6fendu h tous individus de former
des etablissements sur des terrains vacants et appartenant a 1'tat,
ou d'y faire des coupes de bois d'acajou, de marqueterie ou de
construction, sans qu'au pr6alable ils n'aient obtenu du Presi-
dent d'Haiti des titres qui les y autorisent.
Art. 44. Afin de soulager les particuliers don't les proprietes,
situdes dans la parties de 1'Est, sont grev6es de rentes annuelles en
faveur des institutions don't les b6nefices sont 6chus a la Republique,
il leur sera fait remise de la totality desdites rentes dues ou arrie-
rees, desquelles ils demeureront entierement dkcharg&s.
Art. 42. Dans les memes vues, les capitaux des rentes pour les-
quelles lesdits biens sont hypothequ6s, seront reduits au tiers qui
ne portera aucun interet ou rente, mais devra Atre rembours6 h la
R6publique par les proprietaires de ces immeubles dans le ddlai de
trois annies h computer du er janvier 825, en six terms et
payments 6gaux, de six mois en six mois, d'apres les ordonnances
du Secretaire d'Etat au d6partement des finances.
Art. 43. A defaut de payment du tiers des sommes principles
dans le delai fixed par l'article precedent, les immeubles grev6s de
1'hypotheque seront mis en s6questre, au profit de la R6publique,
jusqu'A l'extinction et l'amortissement dudit tiers, suivant la loi
sur les hypotheques.
Art. 14. Les citoyens qui possedent des majorats ou chapellenies,
institubs sur des biens appartenant B d'autres citoyens, devront ater-
moyer avec les grev6s pour le rachat des redevances auxquelles
ceux-ci sont assujettis. attend que toute esphce de f6odalit6 est en
opposition aux lois de la RBpublique; mais les contracts d'atermoie-
ment ne pourront se faire qu'apres que le droit du titulaire aura ete
reconnu par le President d'Haiti (2).
Art. 45. Les religieuses qui sont actuellement cloitr6es dans les
etablissements supprim6s, seront entrenues aux frais de 1'Etat qui
leur assurera B chacune une pension annuelle et viagbre de deux
cent quarante gourdes, payable par douzibme A la fin de chaque
mois.

(1) Voy. cette loi au no 645.
(2) Voy. no 4339. Proclamation du 41 aoat 4834, aux habitants de la
parties de l'Est, pour la continuation, etc.









[1 824 ( 50 )
Art. 16. Le haut clergy du chapitre mttropolitain de la cath&-
drale de Santo-Domingo sera entretenu aux frais de l'IMtat, et re-
cevra des appointments qui seront fixes comme suit :
L'archeveque d'Haiti, par an, 3000 gourdes.
Son vicaire-g6n6ral, '1200 -
Chaque chanoine du chapitre, 600 -
Art. 47. La present loi sera exp6dide au S6nat, au vceu de la
Constitution.
Donn6 au Port-au-Prince, en la Chambre des communes, le 30 juin 4824,
an xxi de l'Independance.
Le President de la Chambre, Signe : HERARD DUMESLE.
Les Secrdtaires, Signe : HYPPOLYTE et J. ELIE.

Le Senat ddcrete l'acceptation de la loi qui determine quels sont les
biens mobiliers et immobiliers, situes dans la parties de 1'Est, qui revien-
N nent A 1'Elat, et rigle, a l'egard des particuliers de cette parties, le droit de
propridt6 territorial, conformdment au mode 6tabli dans les autres par-
) ties de la Republique, et qui fixe les appointments du haut clergy du cha-
Spitre mitropolitain de la cathddrale de Santo-Domingo, et assure le sort des
a religieuses don't les couvents ont 6t0 supprimes; a laquelle sera, dans les
vingt-quatre heures, expedite au President d'Haiti, pour avoir son execu-
tion, suivant le mode etabli par la Constitution.
Donned en la Maison national, Port-au-Prince, le 6 juillet 824, an xxi
de 1'Ind6pendance.
Le President du Sinat, Sign6 : N. VIALLET.
Les Secritaires, Sign6 : PTRE, LEREBOURS.

AU NOM DE LA RIPUBLIQUE.

Le President d'llaiti ordonne que la loi ci-dessus du Corps l4gislatif,
soit revtlue du sceau de la Republique, et qu'elle soit publide et execut6e.
Palais national du Port-au-Prince, le 8 juillet 4824, an xxi de l'Ind6-
pendance.
SiguB : BOYER.
Par le President :
Le Secrdtaire general, Signd : B. INGINAC.










No 895. DiPrCHE du Pr!sident d'Harti, au Secretaire d'Etat, rela-
tive aux measures administrative d prendre en cas de danger de
la patrie.
Port-au-Prince, le 8 juillet 824.
Quoique je ne doute pas que, d'apres ma proclamation du 6 janvier,
vous n'ayez donned des ordres de pr6voyance pour agir, en ce qui
regarded l'administration des finances, dans le sens des dispositions
de cet acte, ma sollicitude me porte A vous adresser la presente
pour rappeler A votre attention quelque measures de precaution.
Il s'agit ici des moyens pr6paratoires n6cessaires au transport
dans l'interieur (au cas de danger) des fonds de 1'Etat, qui sont tant
a la Tresorerie que dans les autres caisses nationals, ainsi que des
archives essentielles de l'administration. Vous sentez que ce soin
rentre dans les obligations des comptables, et qu'ils seraient gran-
dement compromise si, a ce que Dieu ne plaise, des accidents
et des pertes resultaient de leur imprevoyance a cet 6gard. Les effects
de la responsabilit6, en cette triste occurrence, seraient d'autant
plus terrible, que tous les fonctionnaires ont 6t6 formellement
appeles h attention par ma susdite proclamation. L'avenir 6tant
incertain, quelles que soient les belles apparences, on doit toujours
prendre les precautions que la prudence command.
En consequence, vous donnercz des ordres precis, si vous ne l'a-
vez ddjh faith, pour l'execution de ces dispositions indispensable,
et vous m'accuserez reception de la presente.
Je vous salue, etc.
Signed : BOYER.



N 896. EXTRAIT d'une dipdche du mdme au mme, pour la sup-
pression de la place de directeur de la douane des Gonaives.
Port-au-Prince, le 45 j uillet 4824.
Comme, dans les circonstances actuelles, le port des Gonaives n'est
pasfr6quent6 par une grande quantity de batiments strangers, et que
cette circonstance m'impose le devoir de faire op6rer une raisonnable
6conomie dans les d6penses de administration dudit lieu, je vous
invite a donner les ordres n6cessaires pour qu'a computer du "e aoit
prochain, la douane des Gonaives soit rtunie a administration dudit


( 51 )


[i482]









[4 824) ( s2 )
lieu, c'est-i-dire que la charge de directeur sera supprimee et
que administration s'occupera de cette parties du service, et n'aura
pour cet effet qu'un seul employed pour cette parties de la douane;
les autres employs qui s'y trouvent actuellement seront renvoyds.
Sign- : BOYER.


N" 897. CRCULAIRE du mime, aux commandants des arrondisse-
ments situds dans les dipartements de l'Artibonite et du Nord, pour
la suspension de toute alienation de biens domaniaux dans les cam-
pagnes (4).
Port-au-Prince, le 22 juillet 4824.
Des motifs d'interkt public necessitent, g6ndral, la suspension,
jusqu'h nouvel ordre, de l'aliknation du reste des biens domaniaux
situes dans les campagnes. Je vous previens qu'a partir du 4"r aoit
prochain, cette suspension aura lieu, et je vous invite, en conse-
quence, afaire part de cette disposition h tous ceux qui, dans votre
commandement, vous feraient connaitre leur intention de faire des
demands pour de pareilles acquisitions, afin d'Bviter au gouver-
ment la peine de r6pondre a la foule des demandeurs, et a ceux-ci
des demarches et deplacements inutiles.
Sign6 : BOYER.


No 898. EXTRAIT d'une djpiche du Grand Juge, au commissaire du
gouvernement pros le tribunal civil de S. Yago, qui charge lesjuges
de paix des communes oi0 il n'y a pas de notaires, d'en remplir les
functions.
Port-au-Prince, le 2 aoit 4824.

Dans les communes oi ii n'y a point de notaires publics, et lors-
qu'il ne peut pas 6tre requis dans une commune voisine un fonc-
tionnaire de cette description, ou du moins lorsque le grand Bloi-
gnement de sa residence ainsi que l'urgence des circonstances qui

(4) Voy. n 887. Avis du 6 mai 1824, de la Secretairerie g9vrale, pour
la suspension, etc. NI 986. Arrdet du 28 nov. 4825, qui accord des
concessions, etc.








( 53 )


[4 824


se presentent ne le permettent pas sans inconvenient, il est clair
que ce doit dtre le juge de paix qui, dans ce cas, est l'autorite la
plus competente, et ii n'y a pas de doute h clever que les juges
de paix des communes oi il n'y a point de notaires, doivent faire
tout ce qui serait de la competence de ces derniers, pour ce qui
est de tous les actes prdparatoires et conservatoires. Dans les cas
ci-dessus, les juges de paix ne tiennent pas de repertoire, et tous
leurs actes doivent etre en forme de ddlibdrations motives sur le
defaut de notaire, ou l'impossibilitd d'en requdrir dans les com-
munes environnantes, ou l'urgence des circonstances, et enregistrees
dans le registry des declarations du tribunal qu'ils president. Quant
aux actes prdparatoires, etc., ils font parties des registres des pro-
cbs verbaux.
Je ne pense pas, comme vous, que lesdits juges de paix puissent,
faute de lumibre, supplier momentandment et accidentellement au
defaut d'un notaire dans leur commune, attend que les contracts
compliquds peuvent 8tre faits par un notaire d'une autre residence,
et que dans les testaments qui pourraient avoir lieu, ou autres in-
struments pour lesquels leur intervention deviendrait absolument
necessaire, ils n'ont besoin que de probity pour dire tidblement et
litteralement ce qui leur aurait 6t dict6 en presence de tdmoins (*).
Je vous salue, etc.
Sign : FRESNEL.



No 899. CIRCULAIRE du Prisident d'Hafti, aux commandants d'arron-
dissement, concernant les coupes de bois.
Port-au-Prince, le 7 aoit 4824.

La prosphritd publique exige que la plus grande perseverance
caractdrise les efforts de I'autorite pour le maintien d'une police rd-
gulibre et pour faire respecter les propridtes. Ma sollicitude, en pen-
sant aux moyens qui peuvent ajouter A l'affermissement de l'ordre
public, s'est portoe sur la n6cessitd de reformer un abus qui malheu-

(*) La lettre du Grand Juge, en date du 2 aoiL 4824, en autorisant les
juges de paix des lieux o~ il n'existe point de notaires, a passer tous les
actes relatifs a leurs functions, ne les dispense point des formalitds exigdes
par la loi. Cass., 20 frvrier 1826.









reusement existe depuis longtemps, et don't la cessation ne man-
quera pas, entire autres avantages, de favoriser agriculture.
Je veux parler ici de la pernicieuse coutume que beaucoup de
gens ont contractee d'abandonner le travail des habitations pour se
livrer a la coupe des bois qui ne leur appartiennent pas, et don't ce-
pendant ils disposent comme de leur propri6t6. Outre que ce d6-
sordre fait perdre au proprietaire un objet qui lui appartient, et
favorite en m6me temps e vagabondage, n'est-il pas evident qu'une
plus longue tolerance peut d'autant plus devenir dangereuse, qu'elle
paraitrait consacrer, par une trop longue habitude, cette infraction
au droit de propriet6.
En y mettant un frein, ceux qui ne vivent que des moyens que
leur procure cette frauduleuse resource, seront forces de recourir
A une industries convenable; d&s lors la s6curit6, assure sur ce
point aux habitants, sera un advancement r6el vers le bien, en fixant
l'esprit du people vers l'obligation imposee a chacun de respecter
en tout la propri6t6 d'autrui.
Vous voudrezdonc bien faire publier, dans l'arrondissement qui
est sous vos ordres, la defense positive d'abattre des bois sur les
terres d'autrui, sans pr6alablement avoir pris des arrangements avec
les propri6taires. Tout contrevenant sera consid6r6 comme mal-
faiteur, poursuivi en payment du dommage qu'il aura commis, et
en outre emprisonn6.
Vous tiendrez strictement la main a l'ex6cution de cet ordre don't
vous m'accuserez reception.
J'ai l'honneur, etc.
Sign6: BOYER.


No 900. CIRCULAIRE du meme, aux commandants des arrondissements
de l'Est, concernant les migrants des Etats-Unis d'Amdrique (I).
Port-au-Prince, le 7 aout 4824.

Des sentiments d'humanitW, lies la prosperity future de la Repu-
blique, m'ont port, mon cher general, a envoyer aux Etats-Unis
d'Amnrique, h la fin du mois de mai dernier, une mission afin de
diriger, autant que possible, 1'6migration en Haiti d'une portion de

(4) Voy. no 889 Instructions du S5 mai 4824, au cit. GRANVILLE, etc.


[1824]


( 54 )








( 55 ) [ 846]
la population libre noire et jaune desdits Etats que la politique des
blancs ambricains est d6cid6e d'en faire sortir. C'est le citoyen
GRANVILLE, substitute du commissaire du gouvernement pres le tri-
bunal de cassation, qui est charge de cette mission. D'apres les d6-
piches que j'ai rescues de lui, j'ai lieu d'esp6rer qu'il reussira dans
l'entreprise qui lui est confine, et que bient6t nous verrons arri-
ver de nos frNres d'Amdrique qui viendront habiter notre territoire
en se mettant sous la protection de nos lois, et en s'adonnant a la
culture des terres.
D'apres mes instructions que vous trouverez dans la brochure don't
je vous envoie 12 exemplaires, vous verrez que trois cents de ces
personnel doivent Wtre dirigdes dans les quarters ou communes de
Lamatte, Hinche et Lascahobas, cette ann6e. Je vous fais done la
prdsente pour vous recommander, aussitbt leur arrive, de les faire
diriger, dans une gale proportion, vers ces differents endroits, en
les assortissant famille par famille, et, autarit que faire se pourra,
par douzaine de personnel, oft ils seront places sur les terrains qui
appartiennent a l'Etat, et oi ils poirront s'occuper h faire des 6ta-
blissements, et a cultiver le cafier pour leur propre compete, telque
ma circulaire du 2 d6cembre dernier l'a dtabli (I). Vous ne devez
pas manquer de recommander a l'autorit6 du lieu d'avoir pour les
nouveaux arrivants toute la bienveillance possible, en les aidant
de ses conseils et en les assistant de tous les moyens en son pouvoir
pour les encourager dans leurs etablissements. On aura soin de
leur indiquer comment ils doivent s'6tablir; on leur procurera des
plants, et on devra, en un mot, agir envers eux comme on serait
bien aise soi-mdme d'etre encourage si on se trouvait dans leur
position.
Ceux des arrivants qui seront places, comme je fai indiqud, se-
seront rationn6s en nature pendant quatre mois, A computer du jour
de leur placement; A cet efiet, des distributions de biscuit, riz, mais,
pois, pore sale, et moruc, leur seront faites tous les quinze jours
par les magasins de l'Etat, sur les bons des commandants d'arron-
dissement, don't les doubles seront envoys, a la fin de chaque mois,
A la Secrdtairerie g6n6rale pour la verification.
Comme ii est presumable que les nouveaux arrivants seront ac-
compagn6s des ddpeches de i'agent GRANVILLE et des conventions

(4) Voy. nO 867. Circul. du 24 dec. 4823. du Presid. d'Haiti, aux com-
mand. d'arrond., concernant certaines measures, etc.








[1824]


( 56 )


qu'ils auront passees en AmBrique, on devra se conformer auxdites
conventions en tous points.
L'administration payera le passage des emigrants, et elle recevra
des instructions I cet egard.
Vous ne devez pas manquer de me rendre compete de chaque ar-
rivage-des emigrants avec toutes les particularites que vous jugerez
devoir m'interesser, afin de recevoir mes nouvelles instructions a
leur egard, s'il y avait lieu. Le but estd'aider 4 l'augmentation de
la population du pays, tout en offrant un asile agrdable et avanta-
geux A des malheureux qui sont a la veille de se voir jeter sur les
c6tes d'Afrique.
J'espBre que vous ferez tous vos efforts pour me seconder, afin de
bien atteindre ce but.
Sign6 : BOYER.


No 901. DiEPCHE du meme, au Secretaire d'Etat, sur le mrme
objet (4).
Port-au-Prince, le 7 aobt 4924.
Les nouvelles que j'ai rescues du citoyen GRANVILLE, que j'ai en-
voy6 A la fin du mois de mai dernier aux Etats-Unis d'Amerique,
pour faire 6migrer, sil est possible, une portion des descendants
des Africains en Haiti, me donnant 1'espoir, citoyen Secretaire
d'etat, que nous verrons bient6t arriver, dans nos diff6rents ports,
de ces emigrants, il est indispensable que des ordres soient donnes
par vous de suite auxadministrateurs du Cap haitien, Porte-Plate,
Samana, Santo-Domingo, Jacmel, les Cayes, Jdr6mie et Gonaives,
sur lesquels ports doivent Atre diriges les premiers arrivants, afin
que ces.administrateurs, d'accord avec les commandants d'arron-
dissement auxquels je fais passer mes instructions, regoivent les
emigrants et les accueillent d'une maniere convenable.
Vous verrez, par mes instructions au citoyen GRANVILLE, insrrees
dans la brochure don't je vous envoie sous ce pli 25 exemplaires,
comment doivent etre rdpartis et places les arrivants jusqu'h la
concurrence de six mille ames pour la tin de cette ann6e; vous
verrez aussi que le prix des passages devra etre paye en arrivant par

(4) Voy. n 889. Instructions du 25 mai 4824, au cit. Jon. GRAN-
VILLE, etc.









I'administration; ce prix, par ces instructions, est fixed 14 gourdes
pour les grandes personnel, et la moiti6 pour les enfants qui ne
tdtent plus; il est possible que l'agent GRANVILLE rdussisse a obtenir
A des conditions plus favorables, comme aussi il est presumable que
les bhtiments arrivant avec des passagers seront porteurs des con-
ventions arrdtees entire cet agent et les armateurs ou capitaines,
administration devra done les ex6cuter autant qu'ils ne depasse-
ront pas le taux que j'ai fix6, et payer les passagers en retirant quit-
tance desdits actes d'arrangement.
Comme j'ai promise de faire pourvoir pendant l'espace de quatre
mois les nouveaux arrivants qui se consacreront d la culture des
terres, vous donnerez les instructions n6cessaires aux administra-
teurs don't il est question de faire faire h ceux des emigrants vouds A
la culture, des magasins de l'itat, des distributions par quinzaine,
sur les bons des commandants d'arrondissement don't ces adminis-
trateurs vous enverront les doubles, les approvisionnements comme
suit: biscuits, a raison d'une livre et demie par jour; farine de fro-
ment, une livre et un quart par jour; riz, six onces; mais en grain,
une livre et demie par jour; pois, demi-livre par jour; la moitie des
quotitds ci-dessus pour les enfants jusqu'A douze ans. On donnera
aussi, lorsqu'il y aura possibility, une livre de viande de bceuf fraiche
par jour.
Lorsqu'on donnera de la farine, on ne donnera ni biscuits, ni
mais; lorsqu'on donnera du riz, on ne donnera pas de pois; de
mdme, quand on donnera du petit sal, on ne donnera ni more, ni
viande fratche, de sorte que la ration d'une journee sera compose
de biscuits, farine ou mais, de riz ou pois, de pore, more ou
viande de boeuf fraiche, et, pour bien faire, on donnerait pour
quinze jours cinq rations de chaque espdce, car l'essentiel est de
bien traiter les arrivants, afin de ne pas les d6courager, et que leurs
rapports avantageux encouragent 1'emigration a continue.
Vous recommanderez h ces administrateurs d'avoir pour les nou-
veaux arrivants toute la bienveillance possible et de veiller, en ce
qui les concern, i ce qu'ils soient bien traits.
Vous leur recommanderez aussi de vous avertir des arrivages de
ces passagers avec des informations sur tout ce qui les concern,
afin que vous m'en fassiez votre rapport et que vous preniez mes
nouveaux ordres.
Accusez-moi reception de la present.
Sign6 : BOYER.


( 57 )


[ 824]










No 902. CIRCULIRE du mene, aux commandants d'arrondissement,
concernant l'expedition des paquets du gouvernement (1).

Port-au-Prince, le 9 aoft 4824.

J'ai revu depuis quinze jours, mon cher general, de diverse au-
torites, plusieurs lettres en plainte, soit sur le retard des depeches
du gouvernement a leur parvenir, soit sur des paquets ayant mon
contre-seing, qui sont jets et trouves sur les grands chemins. Ma
premiere pensee, en recevant ces informations, 6tait de faire un acte
public pour reprimer un semblable desordre; mais j'ai Wte retenu
par la reflexion des torts que la publicity de semblables negligences
pourrait occasionner au service de l'etat, et j'ai mieux aimed vous
adresser cette circulaire sur un sujet aussi delicat que celui que j'ai
a traiter.
Toutes les d6peches du gouvernement sont de grande importance,
puisqu'elles donnent des instructions, transmettent des ordres, et
qu'entin elles rbglent le mecanisme du service de administration
general dans toutes ses parties, qui ne peuvent pas Atre arretees les
unes sans que cela ne tire a consequence pour les autres. Reflechis-
sez sur les inconvenients d'un ordre recu trop tard, ou de la con-
naissance du contenu d'une deplche trouv6e sur un grand chemin,
que la curiosity ou la malveillance peuvent porter i ouvrir. Cepen-
dant, quels sont les auteurs de la cause des retards on de l'abandon
des paquets sur les grands chemins ? Les commandants de place,
ou ceux qui, en leur absence, sont charges de leur service. Si on
s'etait conform aux dispositions de ma circulaire du 31 janvier 4821,
et qu'd chaque bureau de place ou poste militaire on se donnait la
peine d'enregistrer la reception de tous les paquets, la date de leur
expedition avec mention de l'heure de l'arrivee ou du depart, et du
nom du porteur; si on avait la precaution d'exiger des recus des plan-
tons que l'on envoie au poste voisin porter les paquets, a/in de consta-
ter leur remise, et si enfin on avait la precaution de mettre sur le dos
des paquets lejour et l'heure de leur arrive et depart de chaque bu-
reau, il serait impossible que l'on ne s'aperfit pas du lieu des re-

(1) Voy. n" 560. Circul. du 44 juillet 4848, du Prisid. d'Haiti, aux
command. d'arrond. pour l'acheminement, etc. No 574. Circul. du 29
oct. 4848, du meme aux memes, et amx command, de place, concernant le
transport, etc.


[f 84]


( 58 )









tards on des paquets qui manqueraient; et si l'on voulait bien faire
son devoir, quand un paquet aurait rest plus de temps que celui
n6cessaire pour faire les routes d'un poste a l'autre; que le com-
mandant du poste recevant le paquet en informerait celui qui I'au-
rait expedi6, afin de punir le porteur qui aurait neglig6 son de-
voir, certainement tout le desordre existant dans le transport de la
correspondence serait bient6t detruit; cela n'ayant pas Wtd fait, toute
la faute doit Atre attribute aux commandants de place ou de poste
militaire, qui ont des serviteurs pays tous les mois expres pour
faire marcher le service rdguliirement.
Je vous charge done de notifier A ces commandants sons vos
ordres qu'ils seront desormais personnellement responsables du
retard qu'eprouveront les paquets du gouvernement, ou de ceux qui
seront jets sur la route dans le rayon de leur commandement a
aller au poste oi le paquet devait etre port ; et que, dans ce cas, le
commandant en faute sera mand6 A la capital oi il sera d6tenu aux
arr6ts dans un fort pendant un mois, a moins qu'il ne prouve qu'il
avait trouv6 et puni le militaire porteur du paquet et qui avait occa-
sionn6 son retard, ou qui l'aurait jet6 en route.
Je vous requiers de tenir la main A la strict execution des dispo-
sitions de la present circulaire, don't vous ktes invite A m'accuser
reception.
Signu : BOYER.


NO 903. DMPECHE du Grand Juge, au doyen du tribunal civil du
Port-au-Prince, sur quelques points de legislation.

Port-au-Prince, le 42 aout 1824.

La lettre que vous m'avez dcrite le 6 juin dernier, citoyen doyen,
me soumet deux points de jurisprudence sur lesquels l'opinion du
tribunal que vous presidez se partage. II s'agit de l'interpretation f
donner aux articles 68 et 420 du Code de procAdure civil (1).
Je dirai, pour ce qui concern l'art. 68, que je pense que l'on

(*) Les art. 68 et 420 du Code de proc. civ. francais, don't il est ici
question, ont ite reproduits avec modifications. le premier par l'art. 84 du
Code de Proc. civ. d'Haiti de 4825, et 78 du m6me Code de 4835; et le
second, par l'art. 632 du Code de commerce haitien.


( 59 )


i824]








[4824]


( 60 )


peut assigner le debiteur h son domicile, ou a personnel, dans tout
autre lieu du resort. Car si cet article n'avait pas pour objet d'ad-
mettre cette faculty, il n'eit pas fait de distinction entire la personnel
et le domicile, et aurait 6tabli seulement que l'assignation doit etre
faite au domicile, sans dire d personnel ou i domicile: cela est clair.
Quant h l'art. 420, je pense que lorsque le lieu du paiement n'a
point et6 convenu, I'assignation peut etre faite 6galement, et au
choix du demandeur, devant le tribunal du domicile du defendeur,
ou celui dans le resort duquel la promesse a Wet faite ou la mar-
chandise livrbe; de sorte que mon opinion h cet 6gard se trouve
coincider avec l'autorite qui resulte sur ce point de jurisprudence,
de l'arrUt de la Cour de cassation rapportke a la note de 4822, que
vous citez dans votre susdite.
Je vous salue, etc.
Sign6 : FRESNEL.



No 904. DMPvCHE du meme, aux magistrates composant le tribunal
de cassation, relative au timbre, et d quelques autres branches du
service judiciaire (1).
Port-au-Prince, le 4er septembre 4824.

Citoyens magistrates,
Depuis longtemps presque tous les tribunaux civils de la Rlpu-
blique r6digent leurs jugements sur du paper timbre de 25 centi-
mes, lorsque le tarif annex A la loi du 23 juin 1848 dispose que
les jugements des tribunaux de premiere instance doivent etre r6-
diges sur du paper timbre de 50 centimes la feuille.
D'autres abus existent dans l'administration de la justice; il 6tait
de mon devoir de les signaler au chef du Gouvernement, qui m'a
ordonne de les faire cesser, et c'est pour y parvenir que je vous
adresse cette lettre, en forme d'instructions; elle vous servira de
rggle sur le matibres qui en font l'objet.

(.) Voy. no 492. Loi du 24 aodt 4808, sur 'organ. des trib., tit. vi,
art. 9. No 484. Loi du 28 juillet 4847, relat. a I'organ. du trib. de
cass., art. 46, 48. N 551. Loi du 23 juin 4848, qui etablit le droit du
timbre, etc. N' 905. Circul. du 4" sept. 4824, du Grand Juge, aux ma-
gistrats, etc., relative au timbre.








( 64 ) [1824]
En consequence, et attend que 1'6mission du paper timbr6 est
Atablie dans I'interet du fisc, et que tout ce qui tend a en paralyser la
recette, doit fixer attention du chef de la justice, en ce qui con-
cerne ses attributions, le tribunal de cassation rejettera:
40 Tout pourvoi exerc6 par-devant son autorit6, lorsque le juge-
ment don't on lui demandera la cassation, en matiere civil ou
commercial, ne sera point redig6 sur paper de 50 centimes la
feuille, pour les tribunaux civils, et de 25 centimes 6galement la
feuille, pour les tribunaux de paix, dans les cas determines par la
loi. Cette d6ch6ance de pourvoi entrainera la confiscation de
l'amende consignee au greffe du tribunal de cassation, au profit de
1'Etat, sauf a la parties a reproduire son pourvoi, si elle est encore
dans le d6lai, en faisant une nouvelle consignation d'amende audit
greffe.
2o Toute admission de pourvoi fait apres l'expiration du delai de
quatre mois, h partir de la signification du jugement attaqu6, est
une infraction faite a l'art. 46 de la loi du 28 juillet 1847; et, pour
proc6der regulirrement en cette matiere, le doyen du tribunal de
cassation aura l'attention de prendre imm6diatement connaissance
des requetes en pourvoi; et s'il y decouvre un vice qui provoque le
rejet, et sans entrer dans le m6rite de la demand, ii prendra l'avis
de la majority des juges, d'apres les conclusions du ministtre
public, soit pour admettre ou rejeter, quant a present, la requite
du demandeur, lequel pourra reproduire sa demand par une nou-
velle requete, s'il est encore dans le delai, ainsi qu'il est d6termind
plus haut, bien entendu que ce nouveau pourvoi doit Atre accom-
pagn6 d'une nouvelle consignation d'amende, la premiere otant de
plein droit acquise au fisc par la d6ch6ance de la premiere demand.
3 Le tarif qui se trouve a la suite de la loi du 23 juin 4848, en
fixant le course du paper timbre (la feuille) comporte l'idee com-
plexe qu'il ne peut exister deux actes sur une m6me feuille de pa-
pier timbre. Il est h remarquer que plusieurs arrits d'admission du
tribunal de cassation se trouvent portes au verso des requetes en
pourvoi; except l'ordonnance des doyens, le visa du ministtre
public, et les exploits des huissiers, aucun acte, judiciairement
parlant, ne doit figure ensemble sur une meme feuille de paper
timbre.
J'appelle 'attention du tribunal de cassation sur cet objet qui est
une infraction A la loi, infraction qui tend aussi a paralyser les
recettes de la r6gie du greffe.








[1824] ( 62 )
4 Par une fausse interpretation de I'art. 9, tit. vi, de la loi du
Senat, du 29 aout 4808, l'on a introduit l'usage en matiere crimi-
nelle de presenter requbte au tribunal de cassation, sur paper
libre, et cela parce que l'article precit6 admet que l'instruction
criminelle se fera sur paper libre.
11 n'y a aucune analogie entire une instruction criminelle et une
requite en pourvoi; la premiere est faite dans l'interdt public, et
l'autre n'a pour objet que l'inter&t d'un particulier. Au surplus,
c'est un principle constant en 16gislation, que la loi nouvelle abroge
tout ce qui lui est contraire dans la loi ancienne. La loi du
24 aoit 4808 offre une anteriorit6 notable sur celle du 23 juin 4818.
L'art. 4 de cette derniere loi dbsigne les actes qui ne sont point
soumis au timbre, et l'art. 20 de la mgme loi impose aux fonction-
naires l'obligation de faire leurs actes sur paper timbr6 et confor-
mement au tarif y annexed; la meme anteriorite existe egalement a
I'egard de la loi du 28 juillet, sur l'organisation du tribunal de
cassation.
DBsormais tous ceux qui se pourvoient en matiere criminelle,
presenteront requete sur paper timbre conformement au tarif,
sous peine de dechdance; il n'y a d'exception que pour les indi-
gents, ddfendus d'office, d'apres les preuves qui seront fournies au
tribunal de cassation; ces preuves rdsulteront, soit du jugement de
condemnation, ou d'un certificate delivr6 par le greffier et vis6 du
doyen du tribunal qui aura rendu le jugement.
S'il est de principle que ceux qui se pourvoient en appel par-de-
vant le tribunal de cassation, en matiere criminelle, soient exempts
de la consignation d'amende, la meme faveur ne peut s'etendre A
l'egard de ceux qui demandent la cassation d'un jugement en ma-
tirre correctionnelle; telle est la disposition de l'art. 420 du Code
d'instruction criminelle; et d'apres l'art. 447 dudit Code d'instruc-
tion criminelle (4), la parties civil qui agit soit s6par6ment ou
concurremment avec le ministare public, dans une affaire crimi-
nelle, est 6galement assujettie A la consignation d'amende. Ainsi
done, citoyens magistrats, a l'avenir, le tribunal de cassation
exigera cette consignation d'amende, dans les deux cas ci-dessus
exprimes, a peine de dech6ance.

(4) Ce sont les articles du Code d'inst. crime. francais, reproduits avec
de 16ogres modifications dans le Code d'inst. crim. d'Haiti, art. 328 et
334 de 4825, et 324 et 327 du mgme Code de 4 835.







( 63 ) [14824]
Un autre objet non moins important a di fixer 1'attention du
chef de la justice; je veux parler des plaideurs qui ont souvent le
plus grand interet demander la cassation d'un jugement, et qui
en laissent primer le delai, dans la secrete pensee d'6chapper A la
consignation d'amende; cet abus ne doit plus exister; il est trop
contraire aux interets du fise et an respect que la loi imprime au
caractere de ses ministres et aux jugements qui en 6manent.
S'il est vrai de dire que les citoyens ont le droit, d'apres les
voies qui leur sont ouvertes par les lois, de demander au tribunal
r6formateur la cassation des jugements qui froissent leurs int6rets,
les rigles de la justice et les lois qui en garantissent I'exercice, il
est 6galement certain que la consignation d'amende n'a d'autre
objet que d'infliger une peine centre les plaideurs qui succombent
dans l'exercice d'un pourvoi trop l86grement dirig6, parce que la
demand en cassation des jugements qui 6manent des tribunaux
secondaires, suppose toujours des griefs fondus, et que le 16gislateur,
ne voulant point qu'on se plaigne l6gerement des actes des magis-
trats, a 6tabli la consignation d'amende comme un moyen repara-
teur d'une demand inconsid6ree, et que le but que se propose la
loi est de signaler, soit I'imperitie, soit I'injustice ou la partiality de
ceux qui en sont les organes.
D'aprBs ces principles, et comme 1'art. 46 de la loi du 28 juil-
let 4817, sur l'organisation du tribunal de cassation, en donnant
quatre mois pour se pourvoir centre les jugements en dernier
resort, ravit aux parties tout relief de laps de temps, apres l'expi-
ration de ce delai, et attend que depuis quelque temps, il m'aurait
Wte prssent6 une foule de d6nonciations de jugements, faites par
les parties, dans l'espoir que la cassation qui pourrait en resulter,
par l'intervention du ministbre public pres le tribunal de cassation,
tournerait a leur profit, a quoi desirant de remedier et modifier
l'antinomie qui existe centre les art. 16 et 8 de la loi du 28 juil-
let 4847, et rendre l'application plus conforme aux principles gdn6-
raux en cette matibre, le commissaire du gouvernement pres le tri-
bunal de cassation ne poursuivra plus la cassation des jugements
qui lui seront d6noncvs par les parties qui auraient laiss6 primer
le delai que dans l'int6ret de la loi seulement; la cassation des juge-
ments de cette cat6gorie ne pent avoir d'autre objet que de r6gler
et fixer la jurisprudence des tribunaux de la Rdpublique; cette
cassation vaudra transaction entire les parties pour et contre les-
quelles le jugement aurait Wte rendu, et, h cet 6gard, le tribunal de








[1821]


( 64 )


cassation s'abstiendra de prononcer, dans la redaction de l'arrtt,
le renvoi des parties devant le tribunal voisin, except le cas de la
prise a parties, d'apres le mode ktabli par la loi.
En reglant ainsi les matibres qui font l'objet des pr6sentes instruc-
tions, je ne pense pas que le tribunal de cassation puisse en faire
l'application aux affaires don't il est dejh saisi, ou a cells qui lui
parviendront dans le course d'un mois, a partir du jour de l'insertion
de cette lettre au journal official; mais aprbs cette 6poque, les
citoyens se trouvent suffisamment informs du nouveau mode qui
tend A r6gler la march du service judiciaire devant le tribunal de
cassation. Les dispositions qu'il renferme devront 6tre suivies dans
toutes les parties; l'interet du fisc l'exige, et le gouvernement
l'ordonne par mon organe.
Le ministrre public pres le tribunal de cassation requerra l'enre-
gistrement des pr6sentes au greffe du tribunal.
Le Grand Juge compete sur le zile, les lumieres et le patriotism
des magistrats composant le tribunal de cassation, pour procurer
aux dispositions des presents une parfaite execution, en ce qui les
concern.
II a l'honneur de les saluer avec une haute consideration.
Sign : FRESNEL.


No 905. CIRCULAIRE du mime, aux magistrates composant les tri-
bunaux civils de la Rdpublique, relative au timbre (4).
Port-au-Prince, le 4" septembre 4824.
M'etant apercu que presque tous les tribunaux civils de la Rdpu-
blique souffrent, au grand prejudice du fisc, que les jugements qui
6manent de leur autorite soient redig6s sur du paper timbre de
25 centimes, lorsque le tarif annex a la loi du 23 juin 4818 porte
que les jugements des tribunaux de premiere instance doivent etre
transcrits sur du paper timbre de 50 centimes la feuille, il etait de
mon devoir de signaler cet abus au chef du gouvernement qui m'or-
donne de le faire cesser, attend que l'6mission du paper timbre a

(4) Voy. no 554. Loi du 23 juin 4848, qui itablit le droit du timbre, etc.,
art. 20. N* 904. Circulaire du Grand Juge, du ier sept. 4824, auxmag.
composant le trib. de cass. relat. au timbre, etc.








( 65 ) [f#824]
pour objet I'int6rdt du fisc, et que la contravention faite h la loi
pr6cit6e en paralyse une branch essentielle.
A ces fins, et a partir du jour oii les dispositions que renferme la
pr6sente vous seront parvenues, vous ordonnerez que la redaction
des jugements emis par le tribunal que vous composez, soient ridi-
ges sur du paper timbre de 50 centimes la feuille, conformdment
au tarif annexed a la loi du 23 juin 4818, aux peines portdes par
I'art. 20 de la mgme loi, qui impose aux fonctionnaires publics cette
obligation en ce qui les concern.
11 en sera de m8me pour les jugements rendus par les justices de
paix, don't la redaction doit etre faite, selon le vceu de la loi, sur du
paper timbre de 25 centimes la feuille.
Votre surveillance, citoyens magistrats, doit s'etendre 6galement
sur les actes des notaires, des d6fenseurs, des interprbtes et des
huissiers, qui seront, chacun en ce qui le concern, passibles des
dommages qui pourraient resulter de l'infraction faite de leur part,
dans leurs susdits actes, au tarif qui accompagne la susdite loi du
23 juin 4818.
Le ministbre public, pros le tribunal oh il agit, requerra l'enre-
gistrement des presentes au greffe de ce tribunal.
Je compete sur votre zMle et votre patriotism pour l'exdcution
pleine et entire des dispositions qui font I'objet de la presente.
J'ai l'honneur, etc.
Sign : FRESNEL.


N* 906. CIRCuLAms du Secritaire d'Etat, aux administrateurs d'ar-
rondissement, concernant le payment des ouvriers de marine (4).

Port-au-Prince, le 2 septembre 4824.

Les ouvriers maritimes continuant, par erreur, a etre pays d'a-
pres un ancien reglement que les circonstances passees avaient fait
tolrer, tandis que ceux des arsenaux qui travaillent beaucoup, et
ceux du g6nie, sont pays comme les troupes de line en activity de
service, d'apres la loi sur la sold, du 48 juin 1823; en consequence,

(4) Voy. n. 840. Loi du 48 juin 4823, relative aux appointments et
solde, etc. Voy. n.890. Circul. do 14 juin 4824. dujPrsid. d'Haiti, aux
command. d'anrond. concernant 1envoi, etc.








[1824] ( 66 )
je vous pr6viens, citoyen administrateur, d'apris les ordres du Pre-
sident d'Haiti, consigns dans sa lettre du 30 aoft dernier, n0 4 176,
que d6sormais les ouvriers de marine ne seront pays que d'apres la
susdite loi, lorsque des ordres seront donnes par le gouvernement
pour solder 1'arm6e. Les premiers maitres seront assimil6s (seule-
ment pour la paye) aux capitaines; les seconds maitres, aux lieu-
tenants; les troisikmes maitres, aux sous-lieutenants; et les ouvriers
suivant leur classes, aux sous-officiers et soldats.
Veuillez vous conformer ponctuellement A la presente disposition
don't l'exdcution demeure sous votre responsabilit6 personnelle, et
la transmettre aux commissaires des guerres de votre ville, et m'ac-
cuser reception de a pr6sente (").
Sign : J.-C. IMBERT.



No 907. -- CIRCULAIRE du Prisident d'Haiti, aux officers de la flotte
pour supprimer la press des marines (4).

Port-au-Prince, le 6 septembre 4824.

Instruit que des officers de la marine se permettent souvent de
presser, pour mettre a bord des bAtiments de l'Etat qu'ils comman-
dent ou sur lesquels ils sont employs, des hommes et des enfants
qui ne sont point immatricul6s comme marines de 1'Etat, lesquels
sont souvent traits d'une manitre inhumaine et irr6guliere. Consi-
d6rant que de semblables violations des ordres du gouvernement et
des principles ktablis, doivent ktre promptement r6prim6s. Tous les
officers de marine activement employs sont pr6venus que dor6na-
vant ils seront personnellement responsables de toute press. qu'ils
auront autoris6e ou soufferte des personnel qui ne se trouveraient
pas classes comme marines de l'Etat, sans qu'ils n'aient regu pour
le faire un ordre 6crit de l'autorit6 supdrieure. Tous ceux qui seront
convaincus de ne s'6tre point conforms au present ordre seront
poursuivis, punis et meme renvoy6s de l'activit6, selon que le cas
l'exigera.

(*) Une pareille circulaire a W6t adress6e aux chefs des movements des
ports de la R6publique.
(4) Voy. n 457. Loi du 13 mars 4808, sur 'organ. dc la marine milit.









Les officers de marine et des garde-c6tes, activement employs,
mettront leur vu au bas du present ordre.
Signal : BOYER.


N" 908. RAPPORT fait au Prisident d'Haiti, par MM. LAlosS
et ROUANEz, envoys pris du gouvernement franfais pour traiter de
la reconnaissance de l'independance de la Ripublique d'Haiti (4).
Port-au-Prince, le 5 octobre 4 824.
President,
NommBs par Votre Excellence pour nous rendre aupres du gou-
vernement frangais, A l'effet d'obtenir la reconnaissance, en forme
authentique, de l'ind6pendance du people haitien, et de parvenir
ensuite a la conclusion d'un trait de commerce entire la France et
Haiti, notre devoir et notre conscience nous imposent l'obligation
d'exposer a Votre Excellence le resultat de la mission qui nous a Wet
confide. Nous dcarterons tous les details qui ne se rattachent pas
essentiellement aux faits.
Partis du Port-au-Prince le 4 er mai de la prdsente annde, sur le
Julius-Thalbs, nous arrivAmes au Havre dans la nuit du 14 juin.
Nos instructions nous recommandaient d'aviser sur-le-champ M. le
conseiller d'Etat ESMANGART de notre d6barquement. Nous dcrivimes
done, des le lendemain, a ce magistrate, qui venait de passer de la
prefecture de la Manche A celle du Bas-Rhin. Nous resumes sa
rdponse h Saint-Germain oi M. LAUJON avait eu ordre de nous
accompagner (*).

(4) Voy. n* 885. Instructions du 28 avril 4824, aux cit. LAROSE et
P. ROUANEZ, etc. N* 909. Circul. du 6 oct. 4824, du Prdsid. d'Haiti, aux
command. d'arrond. A l'occasion, etc. N* 912. Proclamation du 48 oct.
4 824, A l'occasion de la rupture des angociations, etc.
(') A MM. les commissaires du gouvernement hailien.
SStrasbourg, 49 juin 4824.
n Messieurs,
n J'apprends, avec une grande joie, votre arrive ep France. Vous 6tiez
SdjiA annonc6s depuis longtemps, et je craignais, d'apras le retard, que
a mon espirance ne fHt trompe. Je suis rest pros de deux mois i Paris
Spour vous attendre et me concerter avec vous sur le lieu qui pourrait vous


( 67)


[l 8241








[1824] (-68 )
Avant d'entrer en matiBre, nous croyons qu'il n'est pas inutile de
dire a Votre Excellence que le lieu des conferences, apres avoir Wte
d'abord d6sign6 a Saint-Germain, fut ensuite fix6 A Strasbourg, risi-
dence de M. ESMANGART, lequel M. le marquis de CLEBMONT-TONNEa BE,
ministry de la marine, nous annongait dans sa lettre du 20 juin (*)
Atre autoris6 a recevoir nos propositions. Mais, d'apres les repre-
sentations que nous adressAmes a M. ESMANGART sur les lenteurs
qu'apporterait n6cessairement i la conclusion du traits I'dloigne-

convenir, afin de nous y rendre et d'entamer les n6gociations don't vous
A etes charges. Les soins que demand administration de mon d6par-
tement ne m'ont pas permis d'attendre plus longtemps, et je suis &
a Strasbourg depuis dix jours seulement.
a Notre negociation doit 6tre enveloppde du plus grand secret; c'est le
seul moyen d'eviter les intrigues de tous genres qui viendraient la croi-
n ser; et si nous voulons conserver ce secret, nous devons nous hater de
Snous Bloigner de la capital. M. le President BoYER I'avait bien
3 senti, en envoyant I'ann6e derniAre, a Bruxelles, la personnel charge de
Sses pouvoirs. Ce trajet serait un peu long; ce serait d'ailleurs nous mettre
a sous la surveillance 6trang6re, ce qui aurait plus d'un inconvenient. Pour
Aviter cela, je suis convenu avec le Ministdre que, si vous arriviez, je
vous inviterais a vous rendre a Strasbourg. LA vous serez inconnus, nos
* communications seront faciles, et je ferai de mon mieux pour vous y
rendre le s6jour agrdable. Je vous fais done cette proposition, Messieurs,
* au nom de mon gouvernement, et plus tard, quand on vous aura perdus
, de vue, apres votre debarquement, nous pourrons nous rapprocher de
a Paris, sans craindre les memes inconv6nients. Je vous fais done, Mes-
n sieurs, cette proposition. M. LAulon, qui vous remettra cette lettre a
o Saint-Germain, vous accompagnera jusqu'ici o j'ai grande impatience
de vous recevoir. J'espBre qu'enfin nous allons r6tablir la bonne harmonies
entire les deux pays, et pour toujours; et je suis, je vous l'assure, tr6s-
heureux de cette pens6e.
a Je suis, avec une tres-haute consideration, Messieurs, etc., etc.
SignA : ESMANGART.

*) A MM. les commissaires du gouvernement haitien.

Paris, le 20 juin 4824.
a Messieurs,
a J'ai reu la lettre que vous avez pris la peine de m'ecrire a votre arrive
a Saint-Germain. Je ne puis que vous engager a vous rendre b Stras-









( 69 )


[1824]


ment oi nous nous trouvions de la capital, nous fAmes appel6s
A Paris (*).
Notre premier soin, en entrant en conference avec M. ESMANGART,
avait Wt6 de 1'inviter k proposer a son gouvernement de reconnaitre
1'independance d'Haiti par une ordonnance royale, comme la seule
forme qui pht inspire une entire confiance, pour l'avenir, au people
haitien. M. ESMNGART nous ayant donn 1'espoir que cette demand

a bourg, ainsi que M. LAUon vous l'a propose. Vous y trouverez M. Esan-
a GAST qui est autorisd d recevoir vos propositions.
a Recevez, Messieurs, l'assurance de ma parfaite consideration.
D Le Pair de France, ministry secretaire d'Etat de la
a marine et des colonies,
a Sign6 : Marquis DE CLERMONT-TONNERRE. S

(*) A MM. les commissaires du gouvernement haitien.
a Strasbourg, 24 juin 48h4.
Messieurs,
a J'ai recu la lettre que vous m'avez (ait 1'honneur de m'dcrire en date
a de ce jour. Je transmets au ministry la proposition que vous me faites
a de nous rapprocher de Paris. Notre Bloignement, je le sens comme vous,
a a de l'inconv6nient, et je ne doute pas que le ministry ne le reconnaisse ;
, je lui envoie la copie de votre lettre et j'y joins des rdflexions dans le
a mAme sens.
a Je saisis cette occasion pour vous offrir 1'assurance de la tres-haute
a consideration avec laquelle je suis, Messieurs, votre, etc.
a Sign6 : ESMANGART.
a Aux memes.
a Strasbourg, le 26 juin 4824.
Messieurs,
a Je regois a l'instant une d6pAche teldgraphique qui m'annonce que la
a proposition que j'ai faite au ministry de nous rapprocher de Paris, ne
a parait avoir aucun inconvenient. Je vous propose, en consequence, de
a nous mettre en route. Nous nous arrAterons & Meaux, et de li nous cor-
a respondrons trss-promptement avec le gouvernement. L'attention a Wt6
a d6tournde, et personnel ne recevra 1'dveil de notre arrive. Cela nous
a permettra d'arriver au terme d'une ndgociation don't tout me fait espirer
a le plus hedreux resultat.
a Je suis avec une tres-haute consideration, Messieurs, votre, etc.
a Signed : ESMAGART. a









[1894] ( 70
anrait une reponse conformoe nos d4sirs (*), nous jugehmes h
propos d'6tablir, sans tarder, les conditions du traits projetW, don't il
avait d'ailleurs parfaite connaissance, puisqu'il les avait provoquees
lui-meme, par sa lettre a Votre Excellence en date du 7 novembre
4823, et dans ses instructions a M. LAUJON. Ces conditions reposaient
40 sur la reconnaissance irrevocable de l'ind6pendance d'Haiti; 2* sur
une indemnity pecuniaire en faveur de la France; 30 sur des avan-
tages mutuels de commerce pour les deux pays. A cette communi-
cation, M. ESMANGART r6pondit, le 9 juillet (**) que nous pourrions
le lendemain conferer sur les bases ci-dessus mentionn6es.
Nteanmoins, plusieurs jours s'6tant Bcoul6s sans que nous visions
se r6aliser les esp6rances qu'on nous avait faith concevoir, nous ma-
nifestames notre anxiWte a M. ESMANGABT qui, tout en rejetant le retard
don't nous nous plaignions sur les grandes occupations du gou-

(*) a Aux memes, A Meaux.

Au chateau de Martroi, ce 7 juillet 4824.
a Messieurs,
a Je recois a l'instant vutre lettre de ce jour dans laquelle vous me
demandez de proposer au ministrre de faire, par voie d'ordonnance, la
i declaration d'ind6pendance de votre gouvernement. Je transmets cette
a demand aM. le ministry de la marine; et, d'apres les conferences qui
n ont d6jA eu lieu A ce sujet, je ne doute pas que remain nous n'ayons unt
a rdponse confovre a vos dssirs.
a Je vous r6itere, Messieurs, l'assurance de ma haute consideration.
SSign6 : ESMANGART.

(*) Aux memes, a Paris.
SParis, 9 juillet 4824.
> Messieurs,
a Je viens de recevoir la lettre que vous m'avez tait l'honneur de m'6crire
a hier, et dans laquelle vous me faites connaitre les bases et conditions
" sur lesquelles vons 6tes autorises a traiter, et qui sont : to la reconnais-
, sance irrevocable de l'ind6pendance d'Haiti; 2o une indemnity p6cu-
, niaire en faveur de la France; 3" les intlerts commerciaux et les
a avantages mutiels A regler. Je vais prendre les ordres du ministry i ce
a sujet; et remain nous pourrons, je le presume, entrer en conference sur
a ces premieres questions.
Je vous reitere. Messieurs, I'assurance de ma trks-haute consideration.
a Sign6 : ESMANGART.










vernement pendant ia session des Chambres, nous assure que sous
peu le ministry serait plus libre, et que l'on ne perdrait pas de temps
pour en finir (*).
Dis lors, nous efmes avec M, EsMAiGART, qui avait cess6 toute
correspondence par 6crit, de frequents entretiens, dan lesquels les
questions pr6c6demment etablies furent agit6es de nouveau, Les
principles clauses, telles que la reconnaissance, en forane authMei-
que, de l'indipendance d'Haiti, I'indemnnit pecuniaire et les advantages
commerciaux en faveur de la France sur le pied des nations les plus
favorisdes, n'occasionnbrent point de longs debats: sculement on
trouvait l'indemnitO au-dessous des pr6tentions que l'on voulait faire
valoir; mais cela ne devait point, de 1'aveu mrme de M. ESMANGarT,
6tre une difficult majeure.
Etant d'accord, ou du moins h peu pros, sur tous ces points, nous
insistons pour en venir h une fin. C'est alors que M. ESMANGART nous
parla pour la premiere fois de la parties de I'Est d'Haiti, r6unie de.
puis plus de deux ans t la Republique. Selon lui, le traits no devait
embrasser que la portion de territoire ayant appartenu ci-devant h
la France, et Sa Majest6 TrBs-Chretienne ne pouvait stipuler pour le
roi d'Espagne. Nous declarimes qu'il ne nous etait pas permis d'ad-
mettre une distinction non produite dans les ouvertures qui avaient
&t6 faites a notre gouvernement, et qui avaient amend notre mission.
Cet obstacle inattendu nous laissa entrevoir qu'on cherchait ou 4
trainer l'affaire en longueur, ou a se manager un (oyen de nl
rompre.
Cependant la terme que Votre Excellence avait assign a notre
n6gociation approchait, et nous voyions avec douleur que le minis-
thre ne se pronongait pas. En consequence nous 6crivimes, leas 8
et 30 juillet, A M. ESMANGART pour lui rappeler ses processes, et
pour lui dire que si l'on persistait 4 eluder de conclure, on nous

(*) Aux m6mes, A Paris.
s Paris, le 2 juillet 4824.
SMessieurs,
SAinsi que j'aieul'honneur devousl'annoncer, j'aitransmis i S. E. Mon-
a seigneur le ministry de la marine les propositions que vans m'avez faites.
l Je suis bien contrari6 des lenteurs qu'4prouve notre negociation; mais
Sedans ce moment, oi la session des chambres va avoir son terme, le gou-
a vernement est tellement occupy qu'il ne lui est pas possible de donner a


[4RS24]


( 71 )









[18241


( 72 )


mettrait dans la p6nible ncessitW de reclamer immediatement nos
passe-ports. M. ESMANGART vint nous voir le 34; et, apres Wtre convenu
de nous repondre officiellement (ce que pourtant il n'a pas fait),
il nous proposal une entrevue avec le ministry. Elle eut lieu le
soir du m6me jour.
M. le marquis de CLERMONT-TONNERBB ouvrit la conference en
disant qu'il avait charge M. le conseiller d'Etat ESMANGART de nous
inviter i cette entrevue dans l'intention de nous faire part du project
d'ordonnance royale qui consacrait l'ind6pendance d'Haiti, come
nous l'avions desire, et dans lequel Sa Majeste ne se reservait que
la SOUVE AINETi EXTIRIBUR. Vous pouvezjuger de notre 6tonnement,
President, lorsque nous entendimes prononcer ce mot qui blesse au
vif I'honneur national: aussi, malgre tous les efforts que M. le mi-
nistre de la marine fit pour nous persuader que cette reserve 6tait
autant dans l'inter6t d'Haiti que dans celui de la France, et que le roi
n'exigeait cette garantie que pour nous prot6ger centre toute attaque,
dans le cas oil une puissance 6trangere voudrait nous inqui6ter,
nous protestames centre cette clause qui reproduisait, sous une
forme nouvelle, des pretentions que notre gouvernement avait ddj&
rejet6es; lui faisant observer que si, dans des circonstances difficiles,
nous avions conquis notre independance, et si nous l'avions main-
tenue depuis vingt ans, aujourd'hui que la R publique est floris-
sante, nous pouvions, sans dtre taxes de t6emrite, la defendre envers
et centre tous; d6clarant d'ailleurs que la nation haitienne s'ense-
velirait sous ses propres ruines plut6t que de ceder i aucune puis-
sance le moindre droit qui port&t atteinte a sa liberty politique. Le
ministry, qui n'avait rien pu gagner sur ce point, nous fit, relative-
ment a la parties de 1'Est de notre territoire, la meme observation
que nous avait deja faite M. ESMAINGAIT, et ii recut de nous la meme
r6ponse. II proposal alors que l'un de nous retournat en Haiti pour
soumettre i Votre Excellence ces difficulties. Come le cas n'avait
point Wte prevu, et qu'il nous paraissait m6me contraire a 1'esprit
de nos instructions, nous exposames i M. le marquis de CLERMONT-
TONNERRE que nous regrettions de ne pouvoir nous rendre A sa pro-
position. Le ministry ferma alors la conference en nous promettant

a notre affaire toute la suite qu'il voudrait lui donner. Dans quelques jours
D ii sera plus libre, et nous ne perdrons pas un moment pour en finir.
SJe vous r6itere, Messieurs, Tassurance de ma tres-haute consideration.
x Sign : ESMANGART. V









( 73 ) [4834]
qu'il prendrait l'avis du Conseil, et qu'il nous communiquerait la
decision de son gouvernement.
Tel a Wtd le rdsultat de notre entretien avec le ministry. La lettre
que M. ESMANGART nous a dcrite le 3 aout nous a fait connaitre le
pr6texte don't le gouvernement francais a colors la rupture de la
nugociation (*). Ce pretexte, c'est l'insuffisance de nos pouvoirs pour
accepter les conditions 6tablies dans le project d'ordonnance. Mais
Btait-on fond a arguer de cette insuffisance, apres avoir recu, sans
objection, nos propositions, et nous avoir flattes de l'espoir de les
voir accueillies? Etait-ce faire preuve de cette disposition franche,
si souvent manifestee, d'en venir a un arrangement definitif, que de
nous presenter une clause non convenue, et h laquelle on savait bien
que nous ne pouvions consentir?
Les choses ayant pris cette tournure inattendue, notre sejour en
France devenait sans objet, et nous nous embarqukmes au Havre,
le 4 5 aoft defnier, sur le Cosmopolite.
Voilb, President, l'expos6 vrai, et aussi succinct qu'il nous a Wtd
possible de le faire, de notre conduite et de celle du gouvernement
francais. Si nous n'avons point obtenu dans cette negociation le re-
sultat que nous devions naturellement attendre, nous aurons du
moins la consolation d'avoir conserve intacts les droits et la dignity
du people haitien; et c'est avec ce sentiment que nous venons re-

(.) Voici cette lettre :

i Paris, le 3 aoft 4824.

SA Messieurs les envoys du gouvernement de SAINT-DoMrGUE.

Messieurs,

i Le gouvernement, d'apres la conference que vous avez eue avec Mon-
seigneur le ministry de la marine, a ddcidd que, faute de pouvoirs
a suffisants pour accepter les conditions 6tablies dans le project d'ordon-
x nance don't il vous a Wt6 donn6 connaissance, la n6gociation ne pouvait
a se suivre. Je regrette qu'elle n'ait pas eu un meilleur r6sultat; et je
Ssaisis cette occasion pour vous offrir, Messieurs, l'assurance de ma trWs-
1 haute consideration.
Sign : ESMANGART.









[182i ( 4
mettre entire les mains de Votre Excellence le pr6cieux dip6t qu'elle
nous avait confi6.
Agreez, President, l'hommage de notre respectueux dkvouement.
Sign6: LAROSE, P. ROUANEZ (*).




NO 909. -- CIRCULAIRE du Prdsident d'Haiti, aux commandants d'ar-
rondissement, d l'occasion de la rupture des ndgociations avec la
France pour la reconnaissance de l'independance de la Rdpublique (4).

Port-au-Prince, le 6 oetobre 4824.

Les envoys que, sur I'appel qui m'avait Wte fait, j'avais exp6di6s
pour traiter en France de la reconnaissance de l'ind6pendance d'Haiti,
sont de retour ici. Leur mission n'a pas obtenu le r6sultat que 'on
6tait en droit d'esp6rer, parce que le gouvernement francais, chose
incroyable! pretend encore un droit chimerique de suzerainete sur
ce pays. Cette pr6tention, a laquelle il paraissait avoir renonc6, est
A jamais inadmissible; elle est une nouvelle preuve, comme je l'ai

(*) Toutes les pikees relatives A cette n6gociation ont Wte imprimbes,
par ordre du President d'Haiti, A l'imprimerie du gouvernement, en octobre
4824. Elle forme une brochure petit in-4o de 84 pages, qui se termine par
le RESUME suivant :
a En 4844, on voulait nous imposer la SOUVERAINETE ABSOLUE de la
a France; en 4846, on se contentait d'une SOUVERAINETE CONSTITUTION-
NELLE; en 4821, on ne demandait plus qu'une SIMPLE SUZERAINETE; en
4 1823, lors de la n6gociation du gdndral BoY9, on se bornait h rcclamer,
, comme le sine qud noM, L'INDEMNITE que nous avions offerte prdc6dem-
a ment : par quel retour A un esprit de domination, veut-on, en 4824,
a nous assujettir A une SOUVERAINETE EXTERIEURE? Qu'est-ce done que cette
a souverainet6 extdrieure? Elle se compose, selon nous, de deux especes
a de drois : l'un qui se restraint au PROTECTORAT ; et c'est celui qu'on
a nous pr6sente; 1'autre, qui s'dtend sur les relations du dehors, soit poli-
a tiques, soit commercials, et que par la suite on ne manquerait pas de
, faire valoir. Mais de quelque c6tB que nous envisagions cette souvE-
a RAINETh, elle nous parait injurieuse on contraire A notre s6curit : voili
a pourquoi nous la rejetons. ,
(4) Voy. no 908. Rapport fait le 5 oct. 4824, au Prdsid. d'Haiti, par
MM. Laroze et P. BNuanez.








( 75 ) [48241
deja proclam6, que notre veritable garantie est dans notre inebran-
lable resolution, et combien nos defiances et les measures que j'ai
prises 6taient fond6es.
Dans ces circonstances, vous devez, plus quejamais, vous rappe-
ler les dispositions de ma Proclamation du 6janvier dernier, et les
instructions particulibres qui l'ont suivie (1). Pressez activement tous
les travaux n6cessaires; l'entretien en ordre des armes, la mise en
bon 6tat de l'artillerie, des munitions de toute espkce, etc.: rien ne
doit Wtre negligee. Mettez en requisition les ouvriers des corps, et
meme, au besoin, les particuliers, pour la prompted execution des
affits de canon qui pourraient ne pas 6tre encore achev6s. Faites en
sorte, enfin, en cas d'invasion de l'ennemi, de n'6tre en retard sur
aucun point; songez sans cesse a vos devoirs, A votre responsabilit6,
et agissez en consequence.
L'honneur national prescrit (vous ne perdrez pas non plus cet
objet de vue), d'assurer la tranquillity et la siret6 aux strangers qui,
sur la foi publique, garantie par la Constitution, se trouvent dans le
pays. Couvrez -les, ainsi queleurspropri6tds, de votre protection, de
manirrequ'ils soient en pleine s6curit6. II suffit de r6fl6chir pour sentir
l'infamie qui rejaillirait sur la nation; si, dans n'importe quelle cir-
constance, nous agissions difflremment. Guerre h mort aux impla-
cables ennemis qui porteraient un pied sacrilege sur notre territoire;
mais ne souillons jamais notre cause par aucune action d6shonorante.
En envoyant des d6put6s pour r6gler la formality de la reconnais-
sance de notre ind6pendance, j'ai c6de6 l'invitation qui m'a 6t6
faite par des agents du gouvernement du roi de France. J'ai dA
faire cette demarche pour 6ter a la malveillance tout pr6texte de me
taxer d'obstination: j'ai dA la faire pour l'acquit de ma conscience
et pour enfin fixer l'opinion de la nation sur ce point important. Je
crois avoir rempli, h cet Bgard, mon devoir; mais j'ai la satisfaction
de pouvoir declarer que je n'ai point W6t abus6.
La Republique est libre, elle est a jamais ind6pendante, puisque
nous sommes d6terminds a nous ensevelir sous ses ruines plut6t que
de nous soumettre a l'6tranger. Cependant les ennemis d'Haiti
competent encore sur la chimere d'une division parmi nous. Quelle
erreur et en meme temps quelle duplicite!... Soyons 6tornellement


(4) Voy, no 873. Proclam. du Presid. d'Haiti,du 6 janv. 4824, pour I'or-
galisation, etc.










unis, fiddles & nos devoirs, nous serons, avec l'aide du Tout-Puissant,
& jamais invincibles.
Sign : BOYER.


No 940. CI CULAIE du imne aux mrmes, relative d un nouveau
relevi des proprietis appartenant d I'Etat (4).
Port-au-Prince, le 8 octobre 4 824.
Les reclamations d'un grand nombre de personnel qui pretendent
avoir travaille sans titre sur des terres de l'Etat, et qui cepen-
dant ne se trouvent pas port6es dans le relevd que vous m'avez
adress6, conform6ment h ma circulaire du 2 decembre 4822,
m'ayant prouvd que ce relev6 Btait inexact, et qu'il ne pouvait rem-
plir en consequence le but que je m'6tais propose, je vous invite,
dbs la pr6sente regue, a vous occuper serieusement de faire un nou-
vel 6tat de tous ceux qui ont fait des etablissements sur des habita-
tions appartenant au domaine national, sans avoir aucun titre legal,
vous pr6venant que vous ne devrez y comprendre que les personnel
qui cultivent des denrees susce.ptibles de payer un droit, telles que
coton, cafe, cacao, etc. Je vous invite, en outre, h tenir rigoureuse-
ment la main a ce que qui que ce soit ne puisse, h partir de la pre-
sente date, faire des Btablissements, ni abattre des bois sur les ter-
rains de l'Itat.
Vous m'accuserez reception de cette circulaire de l'execution de
laquelle vous 6tes responsible.
Sign4 : BOYER.


NO 944. Avis de la Secretairerie gdnrale, qui fixe les jours et
heures audience du President d'Haiti (2).
Port-au-Prince, le 44 octobre 4824.
Le public est pr6venu que l'importance et la multiplicity des
affaires d'etat don't s'occcupe le gouvernement, ne permettent pas I
(4) Voy. no 840. Circul. du 22 nov. 4822, du Prisid. d'Haiti, aux
gen. BONNET, etc., concernant les individus, etc. No 986. Arritd du
28 nov. 4825, qui accord des concessions, etc.
(2) Voy. no 525. Avis du 7 avril 4818, du Sec. gen. relatif au' jours
d'audience, etc.


( 76 )


[18241









S. E. le President d'Haiti, qui a autoris6 la publication de cet avis,
d'accorder les frequentes audiences que sa sollicitude et sa bien-
veillance l'ont port jusqu'h ce jour h ne pas refuser;
Que le SecrBtaire d'Etat et le Grand-Juge, chacun dans son minis-
tbre, sont tenus de recevoir les plaintes et reclamations que l'on
serait dans le cas de former, et que dans leurs communications
avec Son Excellence, les decisions necessaires seront arretees et
ensuite transmises aux parties par ces deux fonctionnaires.
Toutes les petitions adressees au President d'Haiti etant livrees
a la Secretairerie gen6rale, parviendront directement a Son Excel-
lence qui, comme A l'ordinaire, fera aux p6titionnaires connaitre sa
r6ponse par l'entremise de la SecrBtairerie generale, et s'il est nd-
cessaire, les r6clamants seront, par la meme voie, prevenus du jour
et de l'heure que le President lui-meme pourra les recevoir.
Les dimanches dans la matinee, tous les fonctionnaires publics
continueront, comme d'usage, de communiquer de vive voix, avec
le President, et le lundi matin, les particuliers obtiendront l'au-
dience publique accordee ordinairement ce jour-la.
Le gdneral de brigade, secrdtaire general,
Sign6 : B. INGINAC.



No 942. PROCLAMATiON d l'occasion de la rupture des nigociations
avec la France, pour la reconnaissance de l'independance d'Haiti.
Port-au-Prince, le 18 octobre 4824.

JEAN-PIERRE BOYER, President d'Haiti.
Tous les peuples ont eu leurs revolutions, glorieuses ou funestes,
selon les causes qui les avaient produites. Les uns ont du leur splen-
deur A ces secousses politiques; les autres en ont et6 dbranl6s, et
sont tombs en decadence: ceux-ci, trop corrompus pour conser-
ver intacte, au milieu des orages, Plnergie national, ont vendu leur
liberty, et se sont courb6s sous un honteux asservissement : ceux-li
au contraire, s'armant d'une noble resolution, ont secoue le joug
de l'Atranger, et se sont rendus independants. C'est au rang de ces
derniers qu'il a plu a la divine Providence de nous placer : nous fe-
rons constamment tous nos efforts pour justifier aux yeux du monde
les signes non 6quivoques de sa volont6 supreme.


( 77 )


[1826]








[18i]&


( 78 )


Sortie victorieuse de la lutte of l'avait engagee le besoin de re-
conquriir ses droits imprescriptibles, la nation haitienne, 6clair6e
par les lemons de l'exp6rience, n'eut plus d'autre ambition que de
fonder les bases de son gouvernement sur des institutions semblables
Scelles qui avaient merite a un people celebre le suffrage de l'u-
nivers. DMs lors elle comprit que, pour se mettre a la hauteur de
ses destinies, elle devait faire fleurir son agriculture, hater sa civi-
lisation, et appeler le commerce dans ses ports. Toutes les nations
qui dsirerent d'6tablir une reciprocit6 d'6changes avec notre R6pu-
blique, y furent done admises et protegees. La France elle-m6me
ne fut pas plut6t r6conciliee avec l'Europe don't les flottes ne lui
fermaient plus les mers, qu'elle chercha les moyens de participer
aux avantages de ces relations. Trop justes pour imputer au mo-
narque qui venait de remonter sur le tr6ne de ses peres les torts
d'une aggression ant6rieure a son gouvernement, nous recifmes le
commerce de cette puissance, mais sous pavilion masque. Cette
forme d'admission 6tait necessaire a la garantie national.
Telle etait la situation d'Haiti, lorsque, vers la fin d'octobre 84 4,
le general DAuxioN LAVAYSSE, muni d'instructions de M. MALOUET,
ministry de S. M. T. C. au departement de la marine, d6barqua en
ce port. Ses propositions ktaient aussi ridicules que le but de sa
d6marche 6tait perfide. Elles furent rejetees, et la nation se tint sur
ses gardes. II est vrai que S. M. T. C. a desavou6 la mission de cet
agent; mais il nous Utait permis alors de consid6rer comme authen-
tiques des pouvoirs rev6tus de la signature d'un ministry qui n'oserait
la nier. Le general DLAUxioN retourna A la Jamaique dans les pre-
miers jours de d6cembre (1).
Deux ans aprbs, et dans le mmme temps qu'Haiti s'occupait de
reviser 'acte fundamental de sa reg6enration, nous vimes arriver,
sur la frigate franCaise la Flore, une second d6putation qui, bien
qu'6manbe directement de S. M. T. C., n'obtint pas un meilleur
success, parce que les pr6tentions n'avaient point change (2).
Malgr6,ces tentatives, bien faites pour eveiller la m6fiance du people
sur les projects d'un cabinet qui persistait a vouloir le faire retrogra-
der vers la servitude, le commerce francais n'en continue pas

(4) Voy. n* 405. Proclaim. du 3 dec. 1814, au people et a l'arrnme, re-
lative 4 la ndgociation, etc.
(2) Voy. u* 454. Pjoclam. du 42 nov. 4846, l'occasion de la mis-
sion, etc.







( 79 ) [1814]
moins dans la plus entire s6curit6 ses transactions avec Haiti.
La correspondence, A laquelle ont donn6 lieu les deux missions
don't il vient d'etre parle, ayant Wte public par mon pr6d6ces-
scur, je ne m'etendrai pas davantage sur cette premiere 6poque des
ouvertures diplomatiques de la France avec le gouvernement de la
Republique. 11 me reste maintenant a faire connaitre les details
des negociations don't on a cru pouvoir renouer le fil avec moi: j'y
joindrai les pieces officielles qui y sont relatives.
La reunion de la parties du Nord a la R6publique fit 6clore de
nouvelles propositsons (A. B. C.) que M. AUBERT du PETIT-THOCARS
fut charge de me porter de la part de M. le conseiller d'Etat EsiAN-
GART, qui, lors de la mission de M. le vicomte de FONTANGEs,en 1 86,
don't ii faisait parlie, s'6tait attire, en manifestant ici des principles
liberaux, l'estime du gouvernement haitien. M. AUBERT m'annoncait
que S. M. Louis XVIll s'etait dicidje d consacrer notre independance
et se bornait d riclamer le droit de SUZERAINETE, avec des indemnitis
pour la cession du territoire et des proprietis.
Ma reponse (D. E.) fut positive; et en repoussant jusqu'a I'ombre
du protectorat, je consentis a faire revivre, comme la seule voie qui
pft mener A un trait definitif, l'offre d'une indemnity raison-
nablement calcul6e, que mon pr6d6cesseur avait faite au general
DAUXION LAVAYSSE, et que M. le vicomte de FONT.AGES avait 6cartee.
Cette offre de ma part resta dans l'oubli, malgre l'assurance que
M. AUBERT m'avait donnie que l'on n'attendait plus que la con-
naissance de ma determination pour en finir.
Il est a remarquer que chaque ve6nement qui ajoutait A la pros-
perit6 de la Rlpublique ne tardait pas a 6tre suivi de l'envoi de
.quelque agent, don't la mission a\ortait toujours par les r6tractations
du cabinet francais.
A peine les habitants de la parties de l'Est avaient manifesto leur
ferme volont6 de ne plus former avecnous qu'un seul et mbme people,
et avaient rtalis6 le vceu de la Constitution, que M. LtOT se pr6senta
A moi, avec des notes confidentielles de M. le marquis de CLEtMONT-
TONNERRE, ministry de la marine. Ces notes avaient pour but de me
porter A faire une dCmarche de convenance: son gouvernement,
disait-il, ayant d6ja fait infructueusement les premiers pas, ddsirait
que je prisse h mon tour l'initiative.
Je n'avais pas oubli6 que la mission du general LAVAYSSE, toute
minist6rielle comme celle de M. LIOT, avait Wte frapp6e d'un d6sa-
veu former : je savais egalement a quoi m'en tenir sur les motifs de







[1824]


( 80 )


la non-reussite qui servait de pr6texte A cette proposition; mais
voulant donner une nouvelle preuve de mes dispositions concilia-
trices, et pensant qu'il serait agreable A celui qui sollicitait cette
negociation qu'elle fit menee avec mystere, je ne crus pouvoir la
remettre alors en des mains plus convenables qu'en celles du gen6-
ral BoYE, qui 6tait ici depuis quelque temps.
Ce general qui, 4 just titre, possede mon estime et ma confiance,
partit dans le courant du mois de mai 4823, revetu de mes pleins
pouvoirs (F.) pour parvenir a la conclusion d'un trait de commerce,
base sur la reconnaissance de l'ind6pendance d'Haiti. 11 est surpre-
nant que le negociateur d6sign6 par M. le marquis de CLERMONT-
TONNERRE, pour s'aboucher avec lui, n'ait pas eu une latitude suffi-
sante pour accepter mes propositions, puisque, d'apres tout ce qui
avait Wet agite depuis 484 le cabinet francais devait Utre fix6 et
sur notre determination et sur les demands auxquelles laFrance pou-
vait esp6rer de nous voir adherer. Quoi qu'il en soit, cette negocia-
tion que le ministbre avait appelee de tous ses voeux, 6choua (le
croira-t-on?) par une chicane sur la nature et le mode de l'indem-
nit6 propose par le g6enral BOYE (G.).
M. ESMANGART, dans ses lettres des 27 aoft et 26 octobre 4823
(H. J.), me temoigna combien il regrettait que la mission don't le
general BOYt avait t6 charge n'eit point reussi. Il en attribuait la
cause au choix de mon agent, et a la difference qu'il trouvait entire
les propositions que javais faites le 40 mai 4821 (D.), et celles que le
general BoYE lui avait presentees. NBanmoins, ne desesperant pas
de pouvoir mener h fin une affaire qu'il avait tant A coeur, il me
pressait d'envoyer un autre agent qui ne fit point indifferent, par sa
position, au resultat de la ndgociation, et qui fit porteur de mes pre-
mibres propositions, m'assurant qu'alors le gouvernement du roi, qui
ne voulait que des conditions justes, modirdes, telles enfin que je les
avais disiries moi-mdme, serait toujours dispose d traiter sur ces bases,
bases qu'il reconnaissait n'avoir rien qui ne fit acceptable, qui, selon
lui, conciliaient toutes les pritentions, et auxquelles il n'avait point
Wtt sans doute mattre de donner suite dans l'intervalle qui s'est 6coule
depuis ma d6epche du 10 mai 4824 jusqu'au jour de sa conference
A Bruxelles avec le g6enral BoYE, en aoft 4823.
A ces deux lettres de M. ESMANGART en succ6da bient6t une trol-
sieme, qu'il m'adressa le 7 novembre 1823 (K.), pour m'annoncer
M. LAUJoN, comme possedant toute sa confiance, et pour me trans-
mettre son ardent desir de cooperer prozhainement a la conclusion








( 84 ) [4824]
du traits qui devait mettre un terme A toutes les incertitudes. En
effet M. LAUmON debarqua au Port-au-Prince quelques jours apres
la publication de ma proclamation du 6 janvier dernier, et me pr6-
sentaune note en forme d'instructions (L.). Apres avoir rappel dans
cette note qu'il n'avait pas Wte en son pouvoir d'empecher la rup-
ture de la negociation de Bruxelles, M. ESMANGART ajoutait qu'il
aimait d croire que je reviendrais aux dispositions queje lui avais an-
nonedes dans la dipdche que M. AUBERT avait 6te charge de lui remettre.
A l'appui de cette assertion, M. LAUJoN me fit aussi des instances
pour m'engager a envoyer un agent en France, m'affirmant que le
gouvernement du Roi faisait d6pendre de cette demarche la forma-
lit6 de la reconnaissance de l'ind6pendance d'Haiti, d'aprbs les bases
du 40 mai 4824 (D.).
Tant de perseverance de la part de M. ESMANGART a poursuivre
I'achbvement de ce grand ceuvre, me d6termina a r6pondre A sader-
niere lettre par ma d6peche du 4 f6vrier 48-24 (M.), pour lui faire
savoir que, me rendant au desir de son gouvernement, j'allais a cet
effet envoyer en France une mission avec les pouvoirs n6cessaires.
En consequence, le 4 mai dernier, les citoyens LAROSE, s6nateur,
et ROUANEz, notaire du gouvernement, s'embarquerent A bord du
brick de commerce le Julius Thales, pourvus de ma lettre de cr6ance,
en date du 28 avril 4824 (4), et de mes instructions du meme jour,
qui ne pouvaient pluslaisser aucun doute sur les clauses du trait
qu'ils 6taient charges de conclure, et sur la formality indispensable
de la reconnaissance, par une ordonnance royale, de notre indepen-
dance absolue de toute domination etrangbre, de toute espece de suze-
rainete, mdme de tout protectorat d'une puissance quelconque, en un
mot, de l'independance don't nous jouissons depuis vingt ans.
Je ne tardai pas a croire devoir me feliciter d'avoir fait partir
les citoyens LAROSE et ROUANEZ, puisqu'ils n'6taient pas encore arri-
v6s A leur destination, que je recus successivement par different
bAtiments, une dizaine de lettres (P.) dans lesquelles MM.ESMANGART
et LAUJON me t6moignaient leur impatience du retard de la personnel
qui devait porter mes propositions. Mais, par une fatality inconce-
vable qui dMtourne toujours le minist6re francais du rapprochement
qu'il paralt toujours si d6sireux d'oprrer; mais, par un system de
tergiversation quine lui permet pas, au moment de conclure, d'ad-

(4) Voy. no 885. bIstructions du 28 avril 1824, du Presid. d'Haldi aux
cit. LAROSE, seiuateur, RouANEZ, 1ot. du jouVertnemew t.








[1824] ( 82 )
mettre les propositions deji admises, ou qui lui fait reproduire les
pr6tentions qu'il avait abandonnees pour se cr6er une occasion d'al-
16guer l'insuffisance des pouvoirs de mes agents, la mission des
citoyens LAROSE et ROUANEz demeura, comme les prec6dentes, sans
r6sultat. Ils se virent done dans la ncessitO de demander leurs passe-
ports pour revenir dans la R6publique, oi ils sont arrives le 4 de
ce mois.
Leur conduite a repondu a mon attente. Elle meritera aussi, je
n'en doute pas, I'approbation national. Le compete qu'ils m'en ont
rendu (1) sera annex aux pieces officielles que j'ai annonces.
Jc viens d'exposer les faits : je les livre au tribunal de l'opinion.
Haiti sera k mmme de juger si son premier magistrate a justifi6 la
confiance qu'elle a place en lui, et le monde, de quel c6te fut la
bonne foi. Je me bornerai a declarer que les Haitiens ne devieront
jamais de leur glorieuse resolution. Ils attendront avec fermetd
1'issue des venlements. Et si jamais ils se trouvaient dans l'obliga-
tion de repousser encore une injuste aggression, l'univers sera de
nouveau temoin de leur enthousiasme et de leur Bnergie a d6fendre
l'ind6pendance national.
Palais national du Port-au-Prince, le 48 octobre 4824, an xxt de l'in-
dependance d'Haiti.
Sign6: BoYER.
Par le President:
Le Secretaire general, Signe : B. IKGINACc(2).

(4) Voy. no 908. Rapport fait, le 5 octobre 4824, au Prisid. d'Haiti, par
MM. LAROSE et ROUANEZ, etc.
(2) Le President d'Haiti rendit compete des n6gociations entam6es avec
lui, dans une brochure qu'il fit publier au Port-au-Prince. sous le titre de :
< Pieces officielles relatives auxc aigociations da gouvernement francais avec
le gourernement haltien. pour traiter de la formality de la reconnaissance
dc l'itndpendance (d'Haiti. Nous reproduisons in extenso ces documents
d'apres 1'6dition officielle, sans omettre les notes on reflexions que le gou-
vernement ajouta & certaines parties de cette correspondence.

CORRESPONDENCE.
A. Paris, ce 5 ft vrier 4824.
Monsieur le President,
Vous aurez probablement recu avant cette lettre. cell quej'ai eu l'hon-
cur de vous 6crire le 25 decembrc dernier.










Depuis cette 4poque, la nouvelle de la reunion de la parties du Nord A
votre gouvernement est parvenue en France; elle nous donne l'espoir que
toute /a Colonie (4) jouira d6sormais de la paix interieure comme en jouis-
saient les parties de I'Ouest et du Sud.
Mieux que personnel, Monsieur le President, j'ai pu. depuis le voyage
que j'ai fait a Saint-Domningue, apprecier les bons procedds de Votre Excel-
lence envers le commerce francais. Ils ne sont point ignores du gouverne-
ment du Roi, et la loyaut6 de votre conduite doit Ie convaincre de la foi
que l'on peut ajouter A vos paroles.
Si quelques obstacles s'opposent encore a la conclusion de l'importante
affaire qui m'a mis prdcddemment en relation avec vous, le changement
que vous venez d'operer si heureusement dans le gouvernement de Saint-
Domingue doit contribuer efficacement A les aplanir.
J'aurais peut-etre pu profiter de cette conjoncture et rendre un service
essential A mon pays et au v6tre, si j'eusse connu d'une maniere positive
vos intentions; mais faute d'informations suffisantes, mon zele s'est trouv6
arrWte, et j'ai craint que des ddmarches entreprises dans un but salutaire
ne fussent rendues infructueuses par des circonstances que je ne peux con-
nattre, et qu'au lieu de hater le moment d'une reconciliation entire, elles
n'eussent peut-etre pour rdsultat de trouble la bonne harmonie qui tend A
s'etablir entre les deux pays.
Si, comme je dois le supposed, Monsieur le Prdsident, vos dispositions
ne sont point changes, et si vous reconnaissez toujours de quel advantage
serait pour le pays que vous gouvernez un accommodement avec la France,
je croirais tres-utile que vous voulussiez bien m'en donner l'assurance et
me faire connaitre en meme temps d'une maniare assez precise, pour que
mes d6marches ne fussent pas infructueuses. quelles pourraient 6tre vos
propositions.
Cette lettre vous sera remise par M. AUBERT; c'e-t un lhomme sr et
auquel vous pouvez. Monsieur le President, accorder une entire con-
fiance. DWs qu'il aura regu votre r6ponse, il reviendra sur le premier
navire qui mettra A la voile pour la France. Si elle est telle que je l'es-
pare, je ne perdrai pas un moment pour en informer le gouvernement du
Roi.
Je m'estimerai personnellement heureux, Monsieur le President, d'avoir
concouru a une affaire d'une si haute importance et pour votre pays et pour
vous. 11 vous devra non-seulement la paix int6rieure et extdrieure, mais
mAme, on peut le dire, son existence; et votre nom se rattachera gloriense-
ment h une bien grande 6poque.

() C'est sans doete involontairement qua les expressions de Colosie 6t de Saint-
Domingus se trouvent placiesicipour d6sigaer H tii. Nous ne reliveroun plus de pareilles
umprises.


( 83 )


1181 i










Je saisis cette occasion, Monsieur le President, pour vous offrir 1'assu-
rance dela tr&s-haute consideration avec laquelle je suis,
De Votre Excellence, le trbs-humble et tres-obiissant serviteur,
Sign6: ESMANGART.


B. Au Cap, le 4 mai 4824.

A S. Exc. le President de la R11publique d'Haiti.
Monseigneur,
S. IM. le Roi de France, les princes de sa famille, le gouvernement, le
commerce, la France entire a appris avec plaisir les succs qne Votre
Excellence venait d'obtenir, et la reunion de la parties du Nord A son gou-
vernement.
La loyaut6 bien connue de Votre Excellence, ses bons proc6d6s envers le
commerce francais, la foi que l'on ajoute aux paroles qu'elle a dites en 4 84 6 (4),
lors de la negociation de MM. ESMANGART et de FONTANGES, tout a fait
concevoir l'espoir bien doux de voir promptement se rdtablir, sur des bases
stables, les rapports de bonne intelligence entire la France et le pays que
vous gouvernez.
Aussit6t que la nouvelle de l'heureux changement que Votre Excellence
venait d'opfrer dans l'tle fut parvenue en France, M. ESMANGART quitta sa
prefecture et se rendit a Paris. LA, par un rapport qu'il fit, il provoqua la
reunion du Conseil du gouvernement auquel il fut appel6. Les interets des
deux pays furent discutes avec une gale impartiality. Tous les avis se
r6unirent, et le Conseil se prononca en votre faveur. L'opinion qu'il fallait
en finir fut adopt6e (2).
L'avis du Conseil fut soumis an Roi et aux princes; ils approuverent sa
decision, et S. M. t6moigna qu'elle Btait disposee A faire tons les sacrifices
qui pourraient tendre au bonheur des habitants d'Haiti, et au r6tablisse-
ment de la paix; pourvu, toutefois, qu'ils fussent 6tablis sur des bases
honorablement (3) calculees pour les deux pays.
Ce fut alors que M. ESMANGART regretta bien vivement que Votre Excellence
n'ait point cu assez de confiance en lui pour lui avoir fait connaitre quelles

(1) Le Prisident d'Haiti actuel n'a jamais rien dit, en 1816; qui ne fit conforme a
a determination de son pridbcesseur. Nous regrettons done sincirement qu't cette 6po-
que on n'ait pas ajotul foi aux paroles qu'on invoque ici, et que l'on a rejet6es plus
tard.
(2) Si M. AUBERT n'a pas amplifii les choses, il fant convenir que les decisions du
Conseil 6prouvent un bien grand retard dans leur execution.
(3) Nous sommes d'accord sur ce point. Pourquoi done le minister vent-il tonjours
nous imposer des conditions qui sont i la v&ril honorable pour la France, mais qui ne
prisentent que dIshoneour et danger pour Haiti?


[4824]


( 84 )








( 85 )


[I824


pourraient 6tre les propositions qu'elle croit pouvoir fire A la France, en
d6dommagement des sacrifices immense qu'elle est prAte i fire.
M. EsvANGART craignit de s'avancer, de promettre des choses que
Votre Excellence n'aurait peut-Atre pas voulu tenir, et par IA d'6loigner
1'6poque de notre reconciliation au lieu d'en hater le moment.
S'il eut Wte plus instruit, aujourd'hui tout serait termind.
Cet obstacle n'est pas le seul qu'il ait rencontrB; il y en avait un autre
tres-puissant, dontj'aurai l'honneur de parler a Votre Excellence, mais qui
aujourd'hui ne peut plus avoir d'influence qu'ici.
Les pr6tentions de la irance sont si mod6eres, si justes (4), sa conduite
avec Haiti depuis la Restauration a Aet telle, que Votre Excellence est beau-
coup trop eclairee pour ne pas y voir le d6sir le plus sincere de terminer A
l'amiable cette lutte d6ej beaucoup trop longue.
La confiance avec laquelle on s'est livrd, et on se livre journellement
au commerce d'Haiti, sur la simple parole de Votre Excellence, est la
preuve de la v6neration que sa parole inspire; et cette confiance est aussi la
measure de celle qu'elle doit nous accorder.
La gloire qui s'attache aux pas de Votre Excellence, et a d6ja rendu la
R6publique redevable envers elle de son agrandissement et de sa pacification,
mettra le complement A son ouvrage en la rendant le fondateur de son
existence politique. Car aujourd'hui on pent dire avec assurance que tout
depend de Votre Excellence.
Plus on reflechit aux consequences d'un trait entire la France et le pays
soumis A votre gouvernement, plus on trouve que les r6sultats doivent en
Atre avantageux pour ce dernier. 11 consolide la paix interieure, donne a
l'agriculture et au commerce qui se fera librement un accroissement
incalculable. Les capitaux arriveront A Saint-Domingue, des qu'on saura
qu'on pent les y fire fructifier sans inqui6tude; tout le commerce de
l'Am6rique du Sud avec 1'Europe se fera par Saint-Domingue qui devien-
dra l'entrepbt de ces deux parties du monde, etc. Plus on s'arrate sur
toutes ces id6es, plus elles s'agrandissent, plus on en sent toute Pimpor-
tance (2).
La lettre de M. ESMANGART, que je suis charge de remeltre A Votre Excel-
lence, a pour but de la prier de me fire connaitre, ou de convenir des bases
principles du trait que 'on pourrait fire avec elle. C'est une connaissance
pr6alable, sans laquelle il serait impossible d'entamer des n6gociations A
d'aussi grades distances, et d'Aviter les lenteurs qu'entrainerait n6cessai-
rement un malentendu.
La crainte de ne pouvoir causer seul avec Votre Excellence, m'a engage A

(1) Nous sommes encore i en attendre la preuve.
(2) Nous aurons moins de partialit aI notre tgard; noos conviendrons que ces avan-
tages seront d'nne gale importance pour les d'ux pays.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs