• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Du meme auteur
 Title Page
 9 novembre 1927
 10 novembre 1927
 12 novembre 1927
 13 novembre 1927
 14 novembre 1927
 15 novembre 1927
 17 novembre 1927
 18 novembre
 19 novembre 1927
 20 novembre 1927
 22 novembre 1927
 25 novembre 1927
 26 novembre 1927
 27 novembre 1927
 28 novembre
 29 et 30 novembre 1927
 1 décembre
 2 décembre
 4 décembre
 9 décembre
 10 décembre
 11 décembre
 12 décembre
 13 décembre
 14 décembre
 15 décembre
 16 décembre
 17 décembre
 18 décembre
 19 décembre
 21 décembre
 22 décembre
 23 décembre






Group Title: Hiver caraèibe : documentaire.
Title: Hiver caraïbe
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074005/00001
 Material Information
Title: Hiver caraïbe documentaire
Physical Description: 259 p., 1 l. : ; 19 cm.
Language: French
Creator: Morand, Paul, 1888-1976
Publisher: E. Flammarion
Place of Publication: Paris
Publication Date: [c1929]
 Subjects
Subject: Caribbean Sea   ( lcsh )
Description and travel -- West Indies   ( lcsh )
Description and travel -- Mexico   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074005
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000909767
oclc - 22866642
notis - AEL9129

Table of Contents
    Half Title
        Page 1
    Du meme auteur
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    9 novembre 1927
        Page 5
    10 novembre 1927
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    12 novembre 1927
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    13 novembre 1927
        Page 13
        Page 14
    14 novembre 1927
        Page 15
    15 novembre 1927
        Page 16
        Page 17
    17 novembre 1927
        Page 18
    18 novembre
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    19 novembre 1927
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
    20 novembre 1927
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    22 novembre 1927
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    25 novembre 1927
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
    26 novembre 1927
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
    27 novembre 1927
        Page 74
    28 novembre
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
    29 et 30 novembre 1927
        Page 78
    1 décembre
        Page 79
    2 décembre
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    4 décembre
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    9 décembre
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
    10 décembre
        Page 126
        Page 127
    11 décembre
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    12 décembre
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    13 décembre
        Page 141
        Page 142
    14 décembre
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    15 décembre
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
    16 décembre
        Page 152
    17 décembre
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
    18 décembre
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    19 décembre
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
    21 décembre
        Page 174
        Page 175
    22 décembre
        Page 176
    23 décembre
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
Full Text








Hiver cara'be







DU MEME AUTEUR



CheT le mime iditeur :

PARIS-TOMBOUCTOU, documentaire (Collection "La rose
des vents") 1928.


Che{ d'autres iditeurs :

POiMES (Au Sans Pareil), 1914-1925.
TENDRES STOCKS (Nouvelle Revue Franfaise), 1921.
OUVERT LA NUIT (Nouvelle Revue Franfaise), 1922.
FERMg LA NUIT (Nouvelle Revue Franfaise), 1923.
LEWIS ET IRiNE (B. Grasset), 1924.


CHRONIQUE DU XXe SIECLE

I. L'EUROPE GALANTE (B. Grasset), 1925.
II. BOUDDHA VIVANT (B. Grasset), 1927.
III. MAGIE NOIRE (B. Grasset), 1928.
IV. . (B. Grasset) (en preparatio;I).


VOYAGES

RIEN QUE LA TERRE (B. Grasset), 1926.
LE VOYAGE (Hachette), 1927.






PAUL MORAND


Hiver caraibe

DOCUMENTAIRE











ERNEST FLAMMARION, EDITEUR
26, RUB RACING, PARIS







II a eti tire de cet outrage :
soixante-cinq exemplaires sur paper du Japon,
numerotes de 4 i 65,
cent soixante-quinze exemplaires sur paper de Hollande,
numdrotes de 66 ai 240,
quatre cents exemplaires sur verge pur fil Lafuma,
numerotes de 241 1 640,
et deux mille exemplaires sur paper Alfa,
constituent l'edition original.








'














Droits de traduction, d'adaptation et de reproduction
r6servds pour tons les pays.
Copyright 1929,
by ERANST FLAM MRION.







Hiver carai'be







9 novembre 1927.
Ce matin, trois hommes font irruption
dans ma chambre. Encore couch, je les
regarded; ils collent des Etiquettes tricolores
sur les bagages, qu'ils enlbvent sur leur
dos. Je ne reverrai mes malles qua dans la
cabinet du bateau.
Une dernibre fois, je contemple les
meubles d'aplomb, les lignes horizontales
du parquet, le cadre immobile de la fengtre
et je me r6jouis de tant de stability; d6sor-
mais, jusqu'aux Antilles, tout va remuer.


Remain aprs-midi, e m'emarue
Demain aprbs-midi, je m'embarque a






HIVER CARAIBE


Bordeaux. Aujourd'hui, c'est ma derniere
journ6e a Paris. I1 faut, la veille des d6-
parts, s'efforcer de vivre comme ceux qui
ne s'en vont pas, comme le plus immo-
bile d'entre eux. IMais comment oublier que
remain je ne serai plus ici P Celui qui va
partir peut se croire maitre de sa vie,
comme celui qui a pris la decision de se
suicide le soir mAme.


*


10 novembre.
Bordeaux. Sept heures du matin. Petit
jour en camaieu gris. Vent nord-ouest. Les
journaux annoncent que l'ouragan s'etend
de la Manche au Maroc. Violente envie de ne
pas partir. C'est 1'heure de la defaillance.
Je pense au jeune Robinson Cruso6 qui, d&s
la premiere tempete sur les c6tes d'Angle-
terre, degofit6 des ventures, voudrait re-
venir chez son p6re, mais n'ose pas. A l'ori-






HIVER CARAIBE


gine des exploits du h6ros de FoS, il y a la
peur, la peur de rentrer chez soi.

A

Quatre heures du soir. Le Flandre est a
quai. Treize mille tonnes. I1 y a une minute
attendrissante dans la rencontre du passage
et de son paquebot, dans l'intersection de
leurs deux destinies.
Clientele moins riche, moins (( payante ,,
mais plus pittoresque que celle de la ligne
Cuba-Mexique. Beaucoup de gens de couleur
en deuxibme et troisibme classes. Le venture
du paquebot est bond de marchandises, ce
qui promet bonne tenue en mer. Pluie
d'ouest, qui emplit d'eau chaude la come
d'abondance de la Gironde. Au loin, sur les
collins, hennas d'automn). Toutes unites
alignees dans le repos de l'estuaire, voici
la flotte de la C. G. T., ces cheminees rouges
et noires, si souvent apercues au large. Pay-
sage de m&ts et de tonneaux, adieux en pente






HIVER CARAIBE


sur la passerelle et les points presque a fleur
de quai. Balles de coton, belles creoles a
anneaux de cuivre ; on dirait un vieil embar-
quement pour les a colonies ), une gravure
bordelaise sur bois du temps de la a poli-
tique des armateurs ) et de M. de Villble,
avec un premier plan de cordages enroules,
sur lesquels pleurent des esclaves prognathes
et laineux.

**

Je suis avale d'un coup, avec ma malle,
bient6t seul avec elle dans la cabine carrie :
moi, colis mou et horizontal; elle, colis dur
et vertical, dans le plus profitable des tete-
a-tete. J'entends le bruit de la passerelle qui
redescend sur le quai, car deja ce trait
d'union entire la terre et l'eau se r6tracte, les
amarres relAchent leur poigne affectueuse,
la chatne s'enroule autour du cabestan, et
nous flottons.






RIVER CARATIBI


12 novembre.
Ce matin, mer bleue et calme, Soleil
chaud que je devine, dbs mon rhveil, g la
tiddeur des toles, aux marbrures mobiles stir
un plafond boulonni. En janvier dernier,
l'air ne s'6tait adouci que quarantoehuit
heures plus bas, aux Agores. Cette fois-ci,
au sortir du Golfe de Gascogne, nous
sommes presque en 4t6.
Dejeuner A onze heures du martin. Per-
sonne n'a faim. II n'y a plus que les bateaux
frangais, les couvents et les casernes pour
conserver ces heures de repas d'il y a deux
sibcles.




Ce que Dieu a fait de plus laid au monde,
c'est la voix des Espagnoles.






HIVER CARATBE


Escales espagnoles, Santander, Gijon, la
Corogne, oh, comme une ventouse, les
transatlantiques viennent aspirer la main-
d'oeuvre basque, asturienne, galicienne,
pour la d6poser dans les champs de cannes
a sucre. Les migrants arrivent au large,
en pleine nuit, noirs et creux, debout dans
les barques, les mains sur le venture, pareils 4
des damn6s de primitifs flamands ; d'autres
barques les suivent, pleines d'oranges, eclai-
rdes d'une bougie prot6g6e du vent par un
cornet de paper huile, qui semblent une
sourde braise. Des mouettes molles et
blanches, comme des lines, sortent de la
nuit et traversent l'angle lumineux de nos
reflecteurs.
Sur le pont, passent fant6mes A l'encre
des Goyescas des pretres espagnols ; ils
causent avec des negociants sans marchan-
dise qui leur ressemblent comme des frbres






IIIVER CARAYBE


et qui sont des pretres, deguis6s pour pen6-
trer au Mexique.
Petits berets basques sur des tetes du
xmn sikcle. De mmme qu'on rencontre des
physionomies anglaises ou espagnoles, on
croise parfois des joues gothiques, des fronts
de Ia Renaissance, des chevelures du xvim
on des nez i83o, comme si les siccles
6taient des pays.
Des enfants crient, apaises par le berce-
ment des nourrices indiennes, mais irrites
par celui des flots. Le dos rond, les mains
colles au fond des poches du pantalon, la
colonne vert6brale assise sur le bassin, bien-
t6t engraiss6s par la merveilleuse cuisine du
bord, des Frangais avancent a petits pas. On
les entend dire : ( Moi, si j'6tais le gouver-
nement... ) Des jeunes filles colombiennes,
serrees comme les grains du rosaire, chan-
tent, tandis que le cadre de mon hublot est
empli alternativement par la mer et par le
ciel. A 1'oppos6 de cette Apre terre de Galice,
de ces grants glacis, je rove aux prochains






HIVER CARAIBBE


pays de soleil, d'ananas et de langueur, do-
mines par des volcans neigeux, aux noms
imprononcables.

*t

Voyage de douze jours, sans escale.
Guirlandes de sommeils sans envie de dor-
mir, et de repas sans faim. Je fais des r6us-
sites, comme une pensionnaire de maison
close. Lecture d'un seul journal americain
(ce qui 6quivaut a cinq Times et i cent
Petit Parisien). Tremblement et vibration
de I'arbre de couche dans la tote. Envie de
grimper aux mats ou d'astiquer les cuivres
du bord pour me desennuyer. J'apergois un
grand voilier, gonfl 6 bloc, dans la direction
nord-sud, se dirigeant vers le Maroc.


**

Deux negres de premiere classes discutent
ensemble : (( Mon ze, zent mille francs... ,
- c Z6 ami, deux zent mille francs... ,






HIVER CARATBE


Ecoutez les gens, dans la rue : neuf
hommes sur dix sont occup6s a dire :
<< J'achBte cent mille, je revends deux cent
mille n, ou (c cela ne m'a rien cout t,.




J'ai 6pingl4 au mur une grande photo de
chat angora, decoupee dans un journal. Ce
chat a le regard si droit, I'air si apais6, qu'il
suffit de le regarder pour que le bateau ne
remue plus.
Au-dessus de nous, vers 1'Afrique, des
oiseaux 6migrent chassis par I'hiver,
grands internationaux, plumes de luxe.


**

13 novembre.
A measure que nous nous rapprochons des
Agores, I'air tiddit encore. II fait a2.
Averses, mer lourde, plombee mais sans
creux. Oh pouvoir courir dans des pres !






HIVER CARAYBE


Jamais je n'aimerai la mer; une mansarde
h terre, plut6t qu'un palais sur 1'eau. Il
m'est arrive de computer dans une seule an-
nee quatre-vingts jours de traverse sans
reussir a avoir I'esprit ni le pied marines.


**

Je suis aborde par un jeune Frangais,
d'origine israelite, qui se rend avec son pere
en Am6rique Centrale. II a vingt ans, parole
vite, sans articuler, comme tant de jeunes
gens, s'exprime avec assurance et facility.
C'est un esprit brilliant, souple, pr6cis. Ses
etudes ont Wte menees comme un entraine-
ment sportif, don't le vrai sport d'ailleurs
n'6tait pas absent, car il a parcouru a pied
1'Europe, classiques en main, comme un
romantique allemand. II est curieux avec
violence. II n'coute pas quand on lui parole ;
ii trepide. Son besoin d'exceller est extreme.
Il est fortement marqu6 de patriotism
n6o-classique, ennemi du progrbs materiel,






HIVER CARAXBE


courageux, avec un ardent esprit de corps
(il sort de 1'X.), influence par Maurras et
Maritain ; il est surexcit6 par la vie, se frotte
les mains a l'idee de la bien vivre, tour h tour
plein de mdpris et de solidarity envers les
siens. Encore farci de c canulards ) d'ecole,
il conte dr6lement, en raccourci, et a com-
pris toute la valeur de la < gentillesse (gen-
tilleza), au sens oi l'entendait Proust. II a
une curieuse fagon d'apprecier les anciennes
valeurs morales francaises, honneur, che-
valerie, fid6lit6, de les admirer et mmme
de les utiliser. Un peu comme un marchand
de biens qui dirait : (( Ce vieux chAteau,
aprbs tout, on a tort de le d6molir et d'en
faire une usine; il a une reelle valeur tou-
ristique, rafistolons-le et conservons-le avec
respect. Cette ruine paiera. n


**

14 novembre,
Les enfants Enerv6s par l'air salin, ils






HIVER CARA1BE


crient, courent en tapant des pieds, pleurent
et se battent. Les paquebots modernes ont
une nursery, des sales de sports; mais les
enfants refusent d'y aller jouer (c'est mgme
la qu'il faudrait se refugier pour Atre tran-
quille). Un cure v6nezu6lien, un de ces
pretres comme il n'y en a plus en Espagne,
grille des cigarettes havanaises qui trouent
sa soutane et brulent en competes rouges le
long des ponts-promenade; il caresse une
petite fille avec 1'assentiment d'une famille
pieuse.

**

Les machines battent avec r6gularit6, a
la cadence d'un pouls bien portant.




15 novembre.
Moeurs curieuses des Chinois, de A.-N.
Smith. Ressemblances frappantes entire les






HIVER CARATBE


Chinois et nous. Passion de l'6conomie, art
de faire durer les choses en les r6parant in-
d6finiment, genie de la cuisine, mefiance,
politesse centenaire, x6nophobie inv6t6r6e
mais passive, conservatism coup d'oura-
gans sociaux, manque d'esprit public, vita-
lit6 de vieilles gens qui ont pass l'age des
maladies. Faut-il croire que toutes les an-
ciennes civilisations se ressemblent ?


**


Nous piquons vers le Sud, abandonnant
la route de la Havane et ces rivages de 1'A-
m6rique du Nord que les premiers naviga-
teurs qualifiaient, dans la belle langue du
xvi sikcle, de terre r mal rabot6e ,. Que
devait-on 6prouver en apercevant le rivage,
lorsqu'on s'attendait a y trouver des
hommes sans tote, avec un ceil au milieu
de la poitrine, ou encore des peuples muets,
I la bouche close, s'alimentant au chalu-






HIVER CARAIBE


meau par les narines P Ces gens ne pensaient
qu'aux tresors ; c'est l'appAt des tresors qui
a fait d6couvrir le monde moderne.
Solni leur parlait de fourmis d'or aux
griffes de lion, de dragons aux cerveaux
bourres de pierres pr6cieuses : quel attrait
pour de jeunes Espagnols nourris de pois
chiches !
*
**

17 novembre.
Orages saturniens. La mer bout, comme
trouble par une agitation sous-marine. De
grosses vagues, fris6es a la maniere d'Ho-
kusai, vagues transparentes, celadon, vert
bouteille sous l'6cume, s'avancent jusqu'au
bastingage, puis se glissent sous le bateau
et le soulbvent par I'arriere.


**

18 novembre.
Nous nous balancons sur une mer couleur






HIVER CARAIBE


meau par les narines P Ces gens ne pensaient
qu'aux tresors ; c'est l'appAt des tresors qui
a fait d6couvrir le monde moderne.
Solni leur parlait de fourmis d'or aux
griffes de lion, de dragons aux cerveaux
bourres de pierres pr6cieuses : quel attrait
pour de jeunes Espagnols nourris de pois
chiches !
*
**

17 novembre.
Orages saturniens. La mer bout, comme
trouble par une agitation sous-marine. De
grosses vagues, fris6es a la maniere d'Ho-
kusai, vagues transparentes, celadon, vert
bouteille sous l'6cume, s'avancent jusqu'au
bastingage, puis se glissent sous le bateau
et le soulbvent par I'arriere.


**

18 novembre.
Nous nous balancons sur une mer couleur







HIVER CARAYBE


de rhubarbe, glaireuse, meringuee de blancs
d'oeufs. Pluie tide de deluge depuis qua-
rante-huit heures. Pour ne pas tomber, je
dors la tete engagee entire deux barreaux
de mon lit. Ce matin, nous avons eu un
coup de roulis si gros (bien que trbs doux),
que le bateau s'est incline dangereusement.
Dans le cadre carr6 du hublot, le ciel a et6
complbtement remplac6 par la mer; les
glaces n'ont plus refl6te qu'elle et il a fait
tout d'un coup sombre. En face de moi, ver-
tical, un mur d'eau.




Je sors, ruisselant, d'un rAve de noyade.
La cabine, en boiseries de citronnier, craque
et g6mit sinistrement depuis cinquante
heures. Que ne confie-t-on l'amenagement
int6rieur des paquebots a I'inventeur des
carrosseries souples Un paquebot, ce de-
vrait Atre en caoutchouc et en 6toffe ; pour-
quoi les fait-on decorer par des architects







HIVER CARATBE


des Beaux-Arts qui n'ont jamais vu une tem-
pkte et qui voudraient faire flotter des imi-
tations d'h6tels de 'ile Saint-Louis, avec
marbres et fer forg6, meubl6s en Louis XV
- ce style qui, d6ja, sur la terre ferme,
vous donne le mal de mer P Mot splendid
d'un d6corateur au lancement d'une grosse
unit de notre flotte commercial : (( Et puis,
hein, dirait-on jamais un paquebot ,
D'ailleurs, I'Age n'est plus ou I'on admi-
rait lyriquement les grands vapeurs, ces
locomotives lances sur la mer. Depuis
Lindbergh, nous considerons nos 16viathans
avec impatience, et trouv-ons que i: c< a
n'avance pas ,.


**

Vers midi, la pluie cesse; troupe de ciel
bleu'. Un peu d'air frais. Nous sommes au
30o de latitude. La mer s'est d6ridee. Nuages
en crnme fouettee.
J'entendais hier le personnel du bord se






HIVER CARAIBB


plaindre d'Otre oblige de servir tant de fonc-
tio~aaires noirs des Antilles transpoat6s gra-
tuitement par voice de r6muisitio. Ces An-
tillais sont, paralt-il, et 1'on ne compared
vraiment pas pourquoi, assimilds h des
fonctionnaires blancs de la Metropole et out
droit, tous les deux ans, a un voyage de pre-
miere classe en France, pour eux et leur
famille, afin de- ,oir la (( mere patrie Ils
eacombreat les meijleuins paquebots, sont
exigeaints couma e tous les gens qcui vivent
aux frais des contribuables et leur presence
Mloigne la clientele des Hava-ais, Colom-
biens, V6Wnzuliens (dent la pihobie est
d'4tre pris pour des nbgres) et qui pr6fgrent
desormais les lignes anglaises oui hollaa-
daises.

**


Plui. d'Atoiles filantes, cette nuit; on se
croirait em aout.. Sur la passerele, j'apprmeds:
que ces met6ores s'appellent des 16onides,






HIVER CARAIBE


car ils viennent de la constellation du Lion.
En d6cembre, ce sont les G4meaux qui orne-
ront le ciel tropical d'une nouvelle pyro-
technie.
A

19 novembre.
La mer a cess6 d'etre une carte en relief;
d'un paysage de montagnes elle est devenue
un horizon de plaine, ferm6 d'un trait dur
et appuy6. Lourde, enfin calm6e, elle fait
penser a ces grandes sauces de base don't
parent les livres de cuisine.
Ce qu'il y a de plus beau sous les Tro-
piques, ce n'est pas la vegetation qui res-
semble toujours un peu aux forts peintes
sur les stores des charcuteries, mais les ciels,
la couleur et la forme des nuages. Ce ne sont
pas, comme dit Baudelaire, des architec-
tures mouvantes; mais plut6t des agran-
dissements de projections microscopiques;
nuages vermicul6s, spiriformes, bacillaires.







HIVER CARATBE


At

30o de latitude nord. Sur terre, les oiseaux
mettent des plumages de carnaval; les
creoles, en leur parler fatigue, butent sur
les R comme devant un mur infranchis-
sable ; les ananas jutent extremement et les
ouistitis ne toussent plus.

**

J'ai connu un grand voyageur qui n'allait
jamais visiter que les chutes d'eau; sa col-
lection comptait les Victoria Falls du Zam-
beze, les chutes du Niagara, celles de
l'Iguassu, en Argentine, les cascades de
Kaieuter en Guyane britannique, de Tequen-
dama, prbs de Bogota, en Colombie, les
grandes chutes du Labrador, celles de la
rivibre Orange, du Yosemite, du Yel-
lowstone, cells de Gessoppa, dans l'Inde
du Sud. II lui manquait encore la plus haute,
le Paulo Alfonso (174 m.), au Bresil.






HIMVR CARAYBM


A

Si la mode des biographies romances
continue (on ne saurait trop farder le passe
a tete-de-mort) et que quelqu'un 6crive la
vie de Marcel Proust, il faudra mettre en
relief ce que cette existence a eu d'essen-
tiellement dramatique : la lutte centre le
temps. Proust, sans illusions, pesant avec
lucidity ce qui lui reste a vivre et ce qui lui
rest a dire, se hate, ne corrige plus, ne sort
plus, ne regoit que tris rarement, &crit, dcrit,
les yeux fixes sur le mot FIN. II arrive, ter-
mine, mais s'effondre sur la line d'arriv6e.
I1 a cherch6 & pendtrer l'essence du
Temps, a l'amincir, a I'annihiler : le Temps
s'est veng4 come un corps chimique se
venge du savant en le faisant sauter.


Sfudrait e s come son
II faudrait 6crire les livres oxmme sont







HIVER CARATBE


construits les avions des grandes randon-
n6es : le maximum de rAsistance pour le mi-
nimum de poids.


**

J'ai un nouvel ami. C'est un petit Juif
anglais de sept ans don't les parents, des
exportateurs de fruits, habitent I'lle d'An-
tigua, h six heures de la Guadeloupe. Nous
jouons ensemble au deck-tennis. II com-
prend vite et r6pond bien. Sous ses cheveux
blonds, il a d6jh un petit masque oriental.
Mon autre ami, le jeune Francais qui tra-
verse l'Europe a pied, ne regarded rien, c'est
I'abstraction quintessenciee. II vit suspend
entire la science pure et la littdrature. Duha-
mel est sa foi, Giraudoux sa distraction. II
aime Montherlant pour son orgueil. De
Drieu il dit, assez drl6ement, (( qu'il est en
train de faire une belle carribre de deses-
p6r6 II appartient a cette classes de jeunes
Juifs frangais, n6s de la guerre, qui boxe,







HIVER CARAIBE


s'engage par goft dans les troupes d'Afrique
et vit en coquetterie avec la Rome catho-
lique.
A

20 novembre.
Poissons volants. Le bateau ralentit,
advance dans une gel6e lumineuse. Dos d'un
requin. Les parois de ma cabine craquent,
comme un poole trop bourr6. Hier soir, il y
a eu fete de charity a bord. Des negres
avaient coiff6 des couronnes en paper de
couleur, puis les ayant oublides sur leur
tkte, s'6taient remis a parler gravement po-
litique : (( Les lois, mon cher, le code Justi-
nien... le rendement effectif... le prorata...
Les enfants, pendant ce temps, menaient un
vacarme d'enfer. A l'avant, des migrants
syriens, nus sous une longue chemise, la tWte
enturbann6e d'une serviette sponge, mains
croisees sur le venture, dansaient une ronde
serrde, accompagn6e d'une mlop6e inter.
minable. Je m'installai sur le pont sup&-







HIVER CARMBBE


rieur. Dans le ciel immobile, le mAt et ses
feux de position se balanQaient lentement,
parmi les 6toiles. Vers trois heures du
matin apparut la Grande Ourse. Un sonnet
c6lebre parole a d'6toiles nouvelles qui
< montent de l'horizon ; mais, derriere
soi, a measure que la nuit s'avance, ce qu'un
Europ6en voit monter, ce sont des itoiles
anciennes.

*P*

J'ai repris le Jardin de Berenice com-
mence il y a vingt ans. Les personnages 6vo-
luent sous un climate si pur, sous un air si
sec, qu'ils se conservent sans se dcomposer.
Comme c'est francais, lucide, aride, sen-
sible et sans bont6, avec un d6sespoir amus6
et un pessimisme plein de courage Barrbs,
Gide, les paludistes... Aigues-Mortes n'est
d'ailleurs plus une cit6 maudite entour6e,
comme Mantoue, de marais pestilentiels;
c'est une petite ville meridionale prospere;
de mgme que l'esthete Barrbs est devenu







HIVER CARAYBE


nationalist, les marais de Petite Secousse
sont devenus des vignes d'oui emergent des
chemin6es d'usines.
J'aime surtout le Jardin de Berenice,
parce que (( cela date ,, et que c'est le charme
des livres que de fixer un moment perdu
a jamais. Thibaudet a 6crit trbs justement :
1'Education sentimental est une chronique
de 1848, comme le Rouge et le Noir est une
chronique de i83o. n

**

Voici des hirondelles de mer qui courent
aprbs le bateau comme des chiens aprbs une
auto. Demain matin, a bAbord, la D6sirade,
puis Pointe-a-Pitre.


A

Tanscrit aujourd'hui ce beau fragment du
sonnet de Saint-Gelais cc pour mettre au-
devant de l'histoire des Indes n :






HIVER CARA'BE


... Autre ocean d'autres bords limitW
et autre ciel s'y volt d'autre nature
et d'autres gens le terrain habit.
Heureux Colom qui premier en fist queste
et plus heureux qui en fera conqueste,
l'un hdmisphere avec I'autre unissant.
C'est au Dauphin a voir ces mers estranges,
c'est a luy seul a remplir de louanges
la grand'rondeur du paternel croissant.

*
**

Un 6crivain est un medium. Son talent
c'est sa force vitale. S'il continue h dcrire
l'ayant perdu, il devra frauder, comme les
m6diums 6puis6s, et finira par se faire pin-
cer. Si, jusqu'au bout, il aveugle ses con-
temporains, c'est an lendemain de sa mort
que la post6rit6 d6couvrira la supercherie.


**

Pointe-h-Pitre.
Au matin, voici la Guadeloupe. A gauche,
Marie-Galante et la Dominique. Paysage
montagneux et vert, un peu romand ; mais,






HIVER CARAMBE


sur la greve, des cocotiers. Pleine saison des
fleurs. Eau d'argent, ruissellement mercu-
riel. Des negres montent a la couple, plus
noirs encore sous le casque blanc. Des mu-
lItresses raydes de rose viennent achever
d'aplatir leur nez centre les vitrines du Bon
March, la boutique de frivolites du bord.
Des fruits sont hisses sur le pont, trbs verts,
bananes, noix de coco lourdes de lait,
pommes-cannelles, avocats ou, comme
disent les Americains, poires de 1'alligator.


**

Debarque sous la pluie, sur un ponton
pourri, parmi les ordures municipales, le
visage luisant, les vetements tremp6s a
1'ext6rieur et a l'interieur. DWlabrement et
abandon. Boeufs bossus et 6tiques, vieilles
autos am6ricaines. On voit que tous ces
negres sont Blecteurs ; ils ont l'air hostile,
ferm6 et malveillant de gens qui devront at-
tendre quatre ans pour passer leur mauvaise






MYER CARAYIBE


humeur. Les rues sont formees de petites
cases a un 6tage. De grades teaches d'hu-
miditi verdAtres, sur les murs, temoignent
que la saison des pluies n'est pas termin6e.


*


Ce qu'il y a de charmant, a Pointe-h-Pitre,
c'est la grand'place du march. Je me
trouve soudain au milieu de trois a quatre
cents negresses ; les unes vendant, les autres
achetant, coifftes du madras bicorne, et
vetues de robes a fleurs claires ou sombres
sur fonds rose, pistache, turquoise, vert nil,
avec tournures de la fin du xvmi si.cle. Ce
fut pour les nbgres l'6poque des dernibres
616gances, la fin du beau monde. Depuis
lors, la metropole n'a plus envoy que des
fonctionnaires.
Les commbres se disputent pour quelques
sous, avec cette voix affreuse qui fait penser
que, dans certain dialectes africains, il n'est






HIVER CARAIBE


qu'un mot pour dire : parler et se battle.
Leur march fait, elles repartent, le dos
long et droit, le buste immobile (seul le
blanc des yeux glisse quand vous passez),
portant sur la tate, les unes une casserole,
les autres un plat charge de langoustes, de
salades, un bol de piments.
J'aurais vu les Antilles aprbs 1'Afrique,
la copie apres original (i), que ma d6cep-
tion ect Wt6 profonde, mais les visitant apres
les Rtats noirs de 1'Am6rique du Nord, je
suis charmed au contraire de leur couleur et
de leur po6sie. Pays pauvre, pas d'argent.
Le d6braill4, les cris, les chansons, les
teintes vives des robes, les moeurs primi-
tives des plantations, ces amours hysti-
riques, comme ceux des chats, tout ce qui
disparalt aujourd'hui, aux Etats-Unis, je le
trouve ici. Le ( tignon de Madras d6jh ou-
blii a la Nouvelle-Orleans et qui coiffe si bien
les negresses est encore port partout. Il y

(i) Ce voyage est ant6rieur a oelui qui est d6crit dans
Paris-Tombouctou.







RYVER CARAYBE


a plus de caractbre original dans ce petit
monde de Pointe-h-Pitre que dans toute
l'Ambrique du Nord.
S De l'autre c6t6 du trottoir, des Noirs sont
\ debout, avec leur coq de combat sous le
bras. (Cela aussi est interdit aux Etats-
Unis.)




Le temps de 1'escale est court; nous mon-
tons lentement, par une route defonc6e, i
travers les champs de cannes A sucre, parse-
m6s de cases de bois sur pilots a portes-
fenetres ouvertes ; sous le plancher, la vo-
laille etique et les cochons noirs des Tro-
piques. Toits en table ondulde points en
fausses tiles. Terre cramoisie. Beaut6 des
, peaux sombres dans le paysage luxuriant,
sous les mouchoirs h carreaux oranges,
soufre; hors des mais et des cannes 6mer-
gent des chapeaux de paille grossibre, trbs
soudanais. Les commbres s'arr6tent et, les






HIVER CARAIBE


poings sur les hanches, nous injurient gal-
ment. Sous les montagnes bleu-ardoise, tout
est vert et confus. Nous montons encore;
I'air est plus frais ; a notre gauche s'6tale la
mer d'argent gris, p6n6tr6e par les pro-
montoirs. Parmi les touffes de cocotiers
j'apergois l'archipel des Saintes. Pas de
plage ; le sable est impuissant contre la v6-
getation, 1'eau seule en a raison. Beaucoup
de reposoirs et de crucifix aux carrefours.
Des Vierges en fonte bleue. Des monuments
aux morts avec soldats frangais, en marbre,
mortellement blesses et c'est une faute,
car pour les nbgres le vainqueur est celui que
les balls ne touchent pas et qui ne meurt
jamais. Nous nous arritons just le temps
de mettre de 1'eau d'une noix de coco dans
le radiateur et redescendons sur Basse-
Terre, ou nous accueillent ]a jet6e, le wharf
de la C. G. T., le vieux fort en pierres
noires, la cath6drale, quelques sous-officiers
noirs, un petit quatre-mAts. Vol caoutchoute
des chouettes. Ombres.






HIVER CARAIBE


*
**t

22 novembre.
Nous avons quitter la Guadeloupe par une
nuit profonde. L'orchestre mediocre du
bord, soutenu au piano par un refugi6 russe
excellent, nous met en route. Derriere
l'aigre violon, on entend le cabestan grin-
cer des dents. Pas un feu, pas un phare;
nous nous glissons je ne sais comment a
travers ces ltes. La Marine dclaire peu par
ici. Nous avons embarqu6 des fonction-
naires allant a la Martinique, que le per-
sonnel appelle irrespectueusement de
1'intercolonial n.




II n'y a qu'un chat noir sur le bateau et,
naturellement, il prend ses repas sous ma
chaise. Ce chat descend a terre a toutes les
escales, s'en va se promener et remote &






HIVER CARABE


bord quelques instants avant le depart. Mai,
c'est un jeu dangereux, car les negres
adorent le chat en civet.


**


Je m'etais promise de me r6veiller de
bonne heure pour voir le Mont-Pel6 et
Saint-Pierre. Mais quand j'ouvre les yeux
il est grand jour, le bateau passe d6ja sous
les vieilles avancies moussues des bastions
de Fort-de-France, et je n'apercois qu'une
montagne de charbon, beaucoup plus haute
et plus charbonneuse que celle de P6kin,
Alpe bleue-noire sur laquelle se d6tachent
les vetements et les casques blancs des co-
lons, les chemises bleues des mulatres, les
turbans roses des porteuses de cardiff. Ad-
mirable advance de toutes ces n6gresses, les
bras au-dessus de leur tote, ce qui hausse
leurs seins ; buste droit, sillon vertical dans
le dos, d'ou les ipaules se jettent en ar-






HIVER CARAlBE


riere. Belles jambes unies comme des flts.
Plus le travail manuel est dur et plus les
gestes sont harmonieux. J'aperqois des
journaliers qui poussent un paquet de
cordes : reins creuses, ils rampent et pro-
gressent a grandes enjambees comme des
tigres, avec une souplesse et une force peu
communes. Mais les hommes r6tribues au
mois, qui transportent les sacs postaux,
sont ddjh moins beaux; voici enfin des mu-
lAtres, appoints a l'annee, qui ne portent
plus qu'une serviette de cuir avec des pape-
rasses : ils sont hideux.
A terre courent, comme des boas, les
tuyaux d'eau. Du ciel descendent au bout
d'un filin d'acier de grosses caisses carries.
Quelques pieces de fer, peintes au, minium,
reveillent ces tons de deuil.
Parfois, la noire carriere s'effondre en
avalanche et les porteuses sont ensevelies.
Quuand elles mettent sur leur tAte leur pa-
nier trop plein, son fond perc6 laisse couler
sur elles une douche obscure. Travail baby-





HIVER CAIRABE


lonien. Elles entrent dans les flancs du pa-
quebot comme par la porte laterale d'un
temple, avec leur offrande de poudre noire.
Si noire que leurs corps, auprbs, paraissent
clairs.
A ce travail, pas de petites filles, ni de
vieilles femmes, comme h Shanghai, ni
d'hommes, rien que ces belles creatures.
Elles font, je ne sais pourquoi, le signe de
la croix en pregnant leur ticket (elles touchent
cinq sous par voyage), puis en procession
gagnent 1'entree des soutes, qu'un home
d6gage a la pelle au fur et a measure. Sans
impatience, elles attendent, droites, coiff6es
de leurs trente kilos, cinq ou dix minutes
sans bouger. Jadis elles travaillaient au son
du tam-tam.


At

L'Imp6ratrice Josephine en tralne de
marbre blanc, entouree d'une grille verte et
d'une autre grille, plus dlev6e, que lui font






HIVER CARABE


les futs des cocotiers, comme des para-
pluies retournis par le vent des Caraibes.




Je prends une auto pour traverser l'ile et
me rendre & Saint-Pierre. Si encore il n'en
restait rien, de cette ville, detruite comme
une cite biblique, mais il en emerge une
pauvre statue, sur huit colonnes grecques,
une femme en marbre livide se trainant
hors de la lave, composition d'un e16ve
de 1'Ecole des Beaux-Arts, comm6morant
l'6ruption.
Aujourd'hui, la l1gende s'est etablie que
la catastrophe fut subite. I1 n'en est rien.
M. Lascroux a 4crit sur le d6sastre du
8 mai 904 une relation qui indique un pre-
mier tremblement de terre le 9I avril, des
panaches de fumee sur le mont PelM le
23 avril, de la lave au cratere le 3 mai, une
pluie de cendres le 4 mai, un recul de la
mer A quatre-vingt-dix metres, le 5. Il est






HI VER CARAIBE


vrai que le 6 une commission gouvernemen-
tale publiait un rapport rassurant... Le cor-
respondant special d'un journal parisien,
dans des articles qui firent du bruit a
l'6poque, affirma que des elections devaient
avoir lieu le i mai et que, malgr6 la me-
nace du volcan, on avait maintenu tout le
monde en ville, pour voter. Un rescap6, le
Docteur Guerin, a 6crit : < Comment habi-
ter une ville oiu, le 6, il y avait pres de
cinq centimetres de cendres dans les rues ?
Les elections sans doute. Trois heures aprbs
que mon usine eut W6t emportee, on placar-
dait des affiches 6lectorales sur les murs. ,
Le suffrage universal plus fort que la mort.
Quarante mille personnel disparurent
sous une pluie de feu et de roches. La lave,
en trois minutes, avait parcouru huit kilo-
metres de la montagne au rivage. Gaz em-
poisonnes, d6tonations dans la nuit rouge
et, en mer, des navires perdus, d6mAtes,
fant6mes au pont couvert de cendres, avec
des voiles calcin6es... Aujourd'hui, on a






HIVER CARAYBE


reconstruit l'essentiel, c'est-a-dire les usines
de rhumerie et les quais pour manutention-
ner la canne. Hors la ville, la nature s'est
Olancde a nouveau et la terre a vaincu le feu
du ciel. Les plantations de sucre couvrent
ces pentes qui descendent a la mer. Quant
au mont Pel6 lui-mgme, grand abcbs ter-
restre don't le pus est de la boue, perdu dans
la brume, je ne l'ai point vu, pas plus que
je n'ai vu le Fushiama.
Saint-LUger LUger, qui est originaire
d'une fie voisine de la Guadeloupe, fief de
sa famille, me racontait que sa grand'mbre,
creole de vieille souche, parlait volontiers de
cette catastrophe de la Martinique c ouf il
6tait mort sept mille personnel ,. On lui ob-
jectait qu'il y avait eu quarante mille vic-
times : ( Ah rdpondait-elle, si vous comp-
tez les gens de couleur ,


Des n es fouient a terre aec eurs
Des nbgres fouillent la terre avec leurs






HIVER CARAIBE


mains ; on ne dirait pas qu'ils la cultivent,
mais qu'ils I'6pouillent.


**

Voici un homme se levant a l'heure ou
toute la nature est d6ja 6veillee, trouvant a
sa porte un caf6 fumant, des journaux, des
transports a tarifs r6duits, faisant deux re-
pas par jour, allant & la pcphe le dimanche
et le samedi soir au cinema, un homme ins-
truit gratuitement, assure, defendu contre la
vieillesse et la maladie : c'est I'ouvrier blanc,
le salaries occidental. Si nous y joignons un
petit jardin et du vin A tous les repas, nous
aurons le travailleur frangais.
Imaginez maintenant un homme a peu
prbs nu, en loques, se nourrissant d'un bol
de riz ou de quelques sauterelles grilles,
consid6rant le moindre labeur comme une
aubaine, peinant quinze a dix-huit heures
par jour pour ne rien poss6der, sans autre
plaisir qu'une fois par hasard de sentir son







HIVER CARALBE


venture ne pas crier famine, couchant ofi il
peut, dans la rue, au fond des cales, &tre
squelettique, abandonn6, oblige jusqu'au
cercueil aux travaux les plus p6nibles dans
des pays oi la machine n'existe pas, ou
1'Ftat sanitaire est souvent effroyable, un
homme que nulle loi ne protege, que les
usuriers traquent, que les armies ran-
gonnent : voilh le travailleur noir et, de fa-
gon plus g6nerale, le prol6taire de couleur.
De sorte que 1'on peut dire que loin de
devoir Atre appel6s l'un et I'autre des ou-
vriers, il faudrait, tant leur sort est different,
trouver pour designer chacun d'eux un mot
nouveau. En attendant, l'on peut affirmer
qu'en face des peuples de couleur, les blancs,
tous les blancs, y compris les plus mis&-
rables, ferment une aristocratie privil6giee.
( Les pauvres, a dit Chamfort, en un mot
qui est bien d'aujourd'hui, sent les nbgres
de l'Europe. Mais que dire des vrais
nbgres ? On est toujours le nbgre de quel-
qu'un. C'est ce qu'ont compris les gens de






44 HIVER CARAYBE
Moscou. ( Unissons done les nbgres aux
pauvres, pr&chent-ils, aggravons la lutte des
classes d'une lutte de races. ,
Or aujourd'hui, les doctrines r6volution-
naires trouvent, auprbs de certain membres
de cette aristocratic blanche, la meme fa-
veur que la Revolution de 1789 rencontra au-
pres de la noblesse intellectuelle et encyclo-
p6diste du xvin, siccle.
A voir ces fonctionnaires surs du lende-
main que sont les ouvriers de nos arsenaux,
ou nos instituteurs, se dire communists, on
evoque tout naturellement La Fayette, Mira-
beau et d'autres beaux esprits liberaux qui
paybrent de leur tote leur snobisme d'avant-
garde. Aux uns et aux autres, il arrivera a
deux cent cinquante ans de distance la meme
venture. Un des plus grands non-sens de
l'histoire est de voir un people de 4o mil-
lions d'habitants comme la France qui doit
non seulement toute sa gloire, mais toute
sa raison d'8tre au: luxe et, de fagon plus
g6n6rale, a la quality, ne pas comprendre







MIVER CARAIBE


qu'il perd tout h vouloir se mesurer avec le
reste du monde sur le terrain qui lui est le
plus stranger, celui de la quantity, oiu sa
d4faite est certain.
Beaucoup de communists s'imaginent,
faute d'avoir mesur6 l'univers ailleurs que
dans les livres, qu'au lendemain du Grand
Soir ils resteront libres d organiserr la
France h leur fagon et d'en faire une Russie,
petite certes, mais bien h eux. Ils ne voient
pas qu,'aussit6t incorpores dans les rangs
d'une Internationale mondiale, ils y seront
engloutis. Qu'ils apprennent a lire une carte
du monde et regardent l'Afrique, 1'Inde,
la Chine, ces continents massifs et mons-
trueux que le bolchevisme 6branle A leur
base et qui s 'crouleront sur eux et les ense-
veliront sous leurs ruines.
Conscients ils appellent l'inconscient. In-
telligents, ils courtisent la matibre, ils
ouvrent aux masses les portes de leur palais.
Car la France, chacun le sait, est un palais.
En face de tant de deserts glacks ou torrides,






HIVER CARATBE


de torrents sans eau, de climats meurtriers,
de ces continents surpeuples oh se recrutent
les vraies forces prol6tariennes, nos gens
d'extreme-gauche sont-ils assez naifs pour
croire qu'on va les laisser vivre en paix dans
leurs grasses terres normandes, au bord de
leurs fleuves pleins de goujons, sous leur
doux soleil m6ridional (6 marchands de pri.
meurs millionaires du Var rouge P), qu'on
leur abandonnera ces terres frangaises h
peine peupl6es de soixante-dix-huit habitants
au kilometre carr6 ? Savent-ils, nos com-
munistes francais, quels frbres terrible, im-
placables, ils vont d6sormais se donner P
Quelle police pourrait arreter l'entree de
millions de Noirs en un pays ou les frontibres
auront disparu ? Quel reglement syndical
interdira a ces paquebots surcharges de ma-
ratchers chinois de venir exploiter chaque
parcelle de la C6te d'Azur, d'en humer le
suc, d'en appauvrir le sol avec leur labeur
d'insectes qui ne connaissent ni nuit ni jour,
quelle barriere contre ces paysans japonais






HIVER CARAIBE


qui arriveraient a nourrir une dizaine de per-
sonnes avec le seul d6jeuner d'un de nos bol-
chevistes chauffeurs de taxi ? Alors la
France sera a la Siberie ce qu'une minus-
cule R6publique de la p6ninsule italienne
pouvait Atre a la grande Republique fran-
gaise, sous le Directoire. A peine auront-ils
pris le pouvoir de nos mains bourgeoises,
nos comit6s paysans et soldats, qu'a leur
porte de nouveaux riches viendront frapper
les migrations asiatiques affam6es et ter-
ribles des vrais pauvres, des vrais mendiants
africains, antillais, pour qui le communism
n'est pas un mot, une mode, mais un 6tat
eternel, organique; hordes tout en mains
et en dents ; aux bras tendus, aux mAchoires
ouvertes.

A

Nous redescendons en automobile a travers
I'lle. Jets de bambous, cascades, brumes,
fratcheurs sur les sommets, essences di-






HIfER CARAYBE


verses. Le chauffeur negre prend le virage
sur I'aile. (Je ne voudrais pas etre poat-
arriere chez les ngres, ni bolte de vitesse
chez les Chinois.) II fait le plus de bruit
possible avec son klaxon et fence sur ces
gens de rien, ses frbres.

A

Quel paradise les Am6ricains sauraient or-
ganiser ici...
a Demain, Trinidad dit le gargon de
bar. Qa, c'est quelque chose On voit bien
que ce sent les Anglais ) 11 est interrompu
dans ces rnflexions peu patriotiques par des
colons qui envahissent notre bateau : (< Une
Moet et six coupes Disputes des n6-
gresses, dans I'entrepont. Elles montent leur
hamac pour la nuit.


Un indigne s rsente ma cabi avc
Un indigene se pr6sente a ma cabine avec







HIVER CARAIBE


un t6l6gramme : cc C'est pas pay ,,, fait-il
avec aplomb. J'objecte qu'on n'a pas l'ha-
bitude, en France, d'envoyer un t6l6gramme
sans le payer. insisted.

**

Le kiosque en fonte de la rue de la
Liberty. La statue de Schoelcher, 6manci-
pateur des Noirs. Voyant pour la premiere
fois cette belle champagne martiniquaise, je
crois la retrouver, tant le livre de Lafcadio
Hearn cc Two years in the French Indies ,
m'a laiss6 de souvenirs. Livre tout impr6gne
de sensuality et de joie de vivre, pages par-
fum6es de l'odeur des n6gresses. L'oeuvre
de Hearn s'explique par son amour des
femmes de couleur.


cess de serrer de prs ette question
Necessit6 de serrer de prbs cette question






RIVER CARAIBE


obscure et si controvers6e du m6tissage. Elle
devient d'une importance capital, aujour-
d'hui ou ce qui 6tait 1'exception va deve-
nir la rbgle, et ou, par suite du d6veloppe-
ment des communications, les croisements
se multiplieront. On estimait avant la guerre
le nombre des m6tis a dix-huit millions, sur
un milliard deux cents millions d'hommes.
Le chiffre a dui doubler.
C'est aux Etats-Unis et en Allemagne que
le m6tissage, qui se rattache directement
a 1'eug6nistique, a 6tW le mieux 6tudi6 ; en
France, depuis Broca, personnel n'avait
abord6 l'ensemble de la question. En 19o8,
la Soci6t6 d'Anthropologie de Paris r6unit
une commission permanent pour 1'etude
des croisements ethniques. Liberal et a gale
distance des deux camps, le Docteur Papil-
laut ouvrit la stance : un probleme d'une gravity exceptionnelle
qu'on a toujours r6solu a priori. C'est au
nom d'un humanitarisme souvent teinte
de religion qu'on conseille la fusion entire







HIVER CARAIBE


routes les races ; et c'est pour d6fendre des
principles aristocratiques jamais respects
qu'on exige l'exclusion absolue des races
inf6rieures. Les premiers oublient les exi-
gences de la selection, sans laquelle nous
serions encore des anthropoides; les se-
conds ignorent que les aristocraties les plus
s6veres se sent renouvel6es par des croise-
ments... )
Les arguments des premiers (Gobineau et
les partisans am6ricano-allemands de l'arya-
nisme), ne laissent pas de m'impressionner
quand ils demontrent que les croisements
sont st6riles puisqu'ils n'aboutissent jamais
a une race fixe, ne r6ussissent pas a crer un
type nouveau stable (voir la loi de Mendel : le
retour au type pur est une des lois de I'he-
r6dit6 crois6e) et engendrent des hybrides
qui s'6teignent dbs la troisibme g6n6ration.
En fait, si, comme dit Emerson, la nature
adore les m6langes, elle ne les adore pas
tous ; on ne saurait visitor une universitA ou
un college noirs aux Etats-Unis, contempler






HIVER CARAIBE


ces innombrables m6tis si appliques pourtant
et si studieux, ces visages d'Europ6ens 6ga-
res sous d'affreuses tignasses laineuses, ces
n6gresses blondes ou rousses, ces Ames bru-
lees par des d6sirs contradictoires, ces corps
don't toutes les proportions ont 6t6 bouscu-
l6es, violdes dans le combat des deux h6r6di-
t6s, sans ressentir cette pitie angoissee, me-
lee de repulsion, qu'inspirent les anomalies
humaines. Les belles n6gresses du Soudan,
qui n'ont aucune attirance physique pour
1'Europ6en, obeissent au sir instinct de la
puret6 racial. On dirait que l'humanit6 est
r6gie par deux grandes lois de gravitation
sexuelle : l'homme, tendant a multiplier
aveuglement la race, la femme, a la s6lec-
tionner et a la fixer.
Les Etats-Unis interdisent 1'entree de leur
territoire aux gens de couleur ; mais cette
tentative de defense, la premiere dans 1'his-
toire, restera peut-Atre isolde. Il me parait
probable qu'un jour viendra oui, par suite
des migrations, des guerres, sous la pres-






HIVER CARAYBE


sion des invasions, pacifiques ou autres, les
races de l'univers se fondront en un type
unique, quite a se redifferencier ensuite.


At

23 novembre.
Ce matin, ciel plomb6 ; chaleur; tout se
degrade, du blanc au noir, comme au ci-
nema; petite houle rageuse, mer hyst6-
rique. Vers une heure de 1'aprbs-midi, nous
sommes en vue d'un chapelet d'les monta-
gneuses, velues, d'un pelage vert, don't la
plus grande est Trinidad. Nous passons
entire deux lies et, au fond d'une grande
baie, nous mouillons devant Port-d'Es-
pagne. On nous entasse dans un vieux cannot
a p6trole que conduit un negre honorifique,
plein d'autoritM; il terrorise les autres
n gres qui n'ont pu s'offrir du galon et
doivent se contenter d'insignes. L'un porte
une decoration 6maillee of se lit le mot
( Dunlop ,. L'autre, en lettres d'or, a brod6






HIVER CARAIBE


sur son uniform le mot ( glace ). Je n'ai
pas vu un Anglais pendant ces heures d'es-
cale. Rien que des Noirs et des Hindous. A
1'avant de notre cannot il y a un cor de
chasse retenu au plafond par une ficelle,
dans lequel souffle le negre dore. II en tire
un son comique et enrhum6 qui rappelle
les cors de chasse de Bayreuth, avec les-
quels on rallie, dans la fort, les tourists
6chapp6s pendant 1'entr'acte.


*


Port-d'Espagne resemble a Vancouver, a
Ceylan, a Hong-Kong, h toutes les colonies
anglaises, qui elles-memes ressemblent a
l'Angleterre. Routes asphaltees, magasins
ferm6s a quatre heures, parc anglais, tennis,
bungalows, bibles, jardin zoologique. Coo-
lies hindous. Nous faisons, sous l'averse tor-
rentielle et quotidienne, par des routes
splendides et d'autant mieux asphaltees que






HIVER CARAYBE


t'ile content un des deux plus grands lacs
d'asphalte du monde, l'excursion dite de la
Selle, dans la montagne.
Le soleil nuit a ces paysages. II faut les
voir par la pluie, avec les nuages laineux
accroch6s aux sommets, les bambous ruisse-
lants, les cascades, l'eau partout, comme
une atmosphere.
Soudain me frappe l'extreme monotonie
des Tropiques. Peu d'oiseaux, un betail ch6-
tif et malheureux; pas de chats, des chiens
affames, quatre ou cinq espbces de fleurs,
toujours les m6mes. On parole volontiers de
l'imagination luxuriante de la nature tro-
picale, mais qu'est-elle, auprbs de la fertility
d'invention du moindre horticulteur hollan-
dais qui. cree cent vari6t6s c chaque exposi-
tion. La rose, I'oeillet sont venus, nous dit-
on, de Perse, d'Asie. Mais si simples Les
maigres tulipes rouges des falences de
Rhodes ne se sont 6panouies qu'a Harlem.






HIVER CARAlBE


A

Nous formons cette troupe moqueuse,
cynique, debraillbe et anarchique qu'on ap-
pelle (( une bande de Frangais ,. Nous cho-
quons les negresses protestantes d'un
cc the6 tres britannique en riant un di-
manche, en mangeant nos sandwiches sans
fourchette, et en goutant h l'heure oh il est
convenable de diner. DBs qu'on est en An-
gleterre, ou dans une colonie anglaise, pour-
quoi 6prouve-t-on ce besoin irresistible de
faire scandal, de ne pas chanter des
hymnes, de ne pas s'inscrire a la police, de
tremper son pain dans son chocolate ?
Retour a bord a neuf heures avec de mal-
heureux habitants de Port-d'Espagne, noc-
tambules condamn6s chaque soir au lit et
don't la seule distraction est d'aller vider une
bouteille de champagne, tous les quinze
jours, a bord des bateaux francais, cabarets
flottants. Dire que ces paquebots sur les-







BINER CGARABE


quels on s'ennmie taat ont un si puissant
attrait pour les gens de terre !

A


Trinidad, ainsi nominee par Colomb qui
6crasa sous de lourdes 6tiquettes catho-
liques les beaux noms indiens primitifs.
Avant lui, 'ile s'appelait a la terre des
colibris ,,.



Trinidad est la plus belle position strat-t
gique des Antilles pour surveiller la route de
l'Amerique du Nord a l'Amerique du Sud.



24 novembre.
Aprbs une nuit 6tooffante, nous nous re-
veillons aujourd'hui sur la c6te du Vene-
zuela, a Carupano. Personae ne descend a
terre. Seul, le gouverneur vn6~zuE1ien monte
A bord cbercher des cure-dents. C'est un







HIVER CARAIBE


sybarite; les cure-dents frangais, en plume,
si flexibles et si solides, sont inconnus dans
le monde entier, et I'on ne trouve que d'hor-
ribles echardes japonaises, qui arrachent les
gencives et restent entire les dents.
La bale de Carupano est couverte de p6li-
cans ; au repos, les ailes repliees, ils ne sent
gubre plus gros qu'un canard, mais sit6t
qu'ils s'"lvent, qu'ils battent I'air de leurs
grandes ailes courbes et anguleuses, la faulx
de leur bec en avant, ils prennent leur bau-
delairienne grandeur. Ils se laissent tomber
d'un coup sur les poissons, les poignardent
sans jamais les manquer.
Des hommes a la peau terre-cuite, de la
couleur de certain pecheurs japonais,
s'avancent vers nous dans des barques faites
de troncs d'arbres creuses; ils ont cou-
tume de venir changer leur pAche centre du
pain frais. Ils offrent des bonites, sorte de
maquereaux longs d'un metre, et des pois-
sons plats, aux nageoires en faucille, et aux
reflects jaune-soufre. Des meduses flottent






HIVER CARAYBE


entire deux eaux, come des pates d'Italie
dans le potage.
Pendant vingt-quatre heures, nous allons
longer la c6te du Venezuela.
Ici, dit le Commandant, personnel ne
se noie jamais...
-Vraiment P
Non, les requins n'en laisseraient pas
le temps.


A

25 novembre.
Au matin, nous donnons, comme dans un
panneau, dans la Guayra, port principal du
Venezuela, qui se referme sur nous. De
hautes montagnes de quinze cents metres,
feuilletees, lamell6es, coupes d'aretes vol-
caniques. Dans les ravins, des torrents de
verdure, des arbres malmends par le vent du
large, qui s'agrippent aux rochers d'un
rouge terrible comme celui des boucheries
kasha, dans les ghettos. A flanc de coteau,.






HIVER CARAIBE


des maisonnettes longaes et basses, colorides
h vif, bleu lessive, roses, vertes. Plus has,
des docks, parmi les cocotiers. Plus has en-
core, des schooners antillais et des bricks,
blancs come des baignoires. I1 fait une
.chaleur atroce. DBs que nous pouvons, nous
descendons a terre. La, une centaine de voi-
tures s'offrent a nous monster a Caracas, ca-
pitale du Venezuela. Les pays neufs sont
comme les enfants : ils adorent le bruit. Les
chauffeurs indigines veulent emerveiller les
pistons et effrayer les collogues a coups de
klaxon. Les rues ne sont qu'un long hurle-
ment continue.
La route qui va nous conduire a miille
nmtres plus haut, a Caracas, est un chef-
d'oeuvre de technique. Elle sent, par sa per-
fection, le fort en thbme de 1'Ecole des
Ponts et Chaussees; en effet, c'est un Fran-
-cais qui l'a construite. Les denivellatioas,
le calcul des pentes, la measure des courbes,
sont d'un virtuose de la triangulation, qui
ss'en est donned a coeur joie, accumulant






HIVER CARAtBE


toutes les difficulties, comme dans la dictee
de MWrimbe, pour les mieux vaincre. Nous
nous 6levons en zig-zags, d'abord au-dessus
d'une lIproserie don't le toit rose lui-meme
semble contamine, puis jusqu'aux nuages
qul, trop t6t, nous cachent les sommets.
Nous voici de plain-pied avec le ciel; en
bas, tout s'abime dans la mer. L'air frai-
chit, et les negres de la c6te basse font
place maintenant a des Indiens. Les voitures
se suivent sur ce chemin lux6, disloqu6 par
la montagne, se menacent, essayant de se
doubler. Elles prennent les virages sur l'aile
et frl6ent le vide, sans tenir compete de l'aver-
tissement, ALERTA, grav6 sur un socle
de statue 6questre oif, a la place du cheval,
on a hiss6 en example aux populations une
vieille auto ramassee au fond du ravin. DBs
qu'une voiture a fait la culbute, on account
la d6pouiller de ses accessoires les plus envies
et bient6t elle resemble a ces cadavres de-
vor6s par les vautours, zapilotes, seuls
agents de la voirie de Caracas. La route est






HIVER CARAlBE


cimentee sur toute sa longueur, mais la na-
ture s'acharne sur cette oeuvre d'art; ce ne
sont qu'dboulis, affaissements, quarters de
roc qui s'6crasent et que les habitues des
prisons du Pr6sident Gomez viennent d6-
blayer. Parfois un glissement de la terre
molle se product sous la route, la laissant
intacte, de sorte que la croute du ciment
apparait suspendue au-dessus du vide.
Voici les faubourgs de Caracas. La capi-
tale du Venezuela n'a pas de maisons colo-
niales anciennes, comme Mexico ou Lima.
Le Venezuela fut toujours consider comme
une assez pauvre colonie par les Espagnols
qui y firent peu de d6penses ; on n'y trouvait
en effet ni l'argent du Mexique, ni l'or du
Perou, ni les 6meraudes de Colombie; les
p6troles v6ndzueliens de Maracaibo sont des
richesses neuves. J'aime cependant ce style
indien moderne, simple, barbare et utili-
taire, ces cubes de maconnerie grossiere, de
couleurs crues, ces quadrillages des rues, ces
faaons de banlieue, oui les affiches d6sordon-






HIVER CARAiBE


ndes et hurlantes des cinemas constituent le
d6cor d'une civilisation nouvelle et origi-
nale. Au Venezuela, me dit-on, rbgne le
m6tissage. Les animaux eux-memes y
forment des combinaisons inconnues de la
nature. Les chiens ont I'air d'hippogriphes,
les chevaux d'Anes, les &nes de poissons, et
les poissons de panthbres. La soci6te vend-
zudlienne est divisee en une infinite de clans,
don't chacun se dit de sang meilleur que le
pr6c6dent. A seize ou dix-sept ans, les
V6n6zu6liennes sont irr6sistibles ; fardees a
1'espagnole, la bouche cerise, la pommette
indienne, l'oeil inca, la peau cuivree, vetues
de foulards et de crepes 16gers, au travers
desquels on voit leur corps, elles sont I'or-
nement de ce pays sdvere.


**

Les Syriens font fortune ici en leur ven-
dant de la soie. Is arrivent par villages en-
tiers, se font colporteurs, acquibrent un






HIVER CARATBE


fonds et se retirent dix ans aprbs, million-
naires. Comme a Dakar, comme au Mexique,
comme partout depuis la guerre, leur apret6
a rapidement raison des commergants lo-
caux; ils envahissent les consulats fran-
gais, car ces prot6g6s donnent a eux
seuls plus de travail a nos postes que toute
une colonie et se reclament de nous a toute
heure, sans t6moigner d'ailleurs la moindre
reconnaissance, sans payer le moindre im-
p6t, ni parler souvent un mot de frangais.

A
Atjl

Le Venezuelien est, g6neralement, fran-
cophile. Toute famille riche conserve son
pied-h-terre a Paris et y vient chaque ann6e
faire ses achats. La France n'offre aucun des
inconv6nients des Etats-Unis; elle n'est
point menagante et se pr6sente sous les
dehors riants du plaisir et du luxe.
Un homme domine le pass v6n6zu6lien,
c'est Bolivar don'tt M. Vaucaire nous a cont6






HIVER CARAYBE


fort agr6ablement 1'histoire, non sans te-
moigner de quelque silencieuse ingratitude
pour I'historien pr6c6dent, mon regrett6 col-
l1gue des Affaires Etrangbres, M. Mancini).
Bolivar, h6ros coul6 en bronze sur la pro-
menade de 1'Hippodrome (si 1'on peut don-
ner ce nom & un pr6 oi ne se courent que
des courses de chiens).
Un homme domine le present, c'est le
President Gomez. Gomez est une 6tonnante
figure de dictateur sud-ambricain ; bon tyran
indien, illettr6, bombard general par un
caprice de 1'ancien President Castro qu'il
d6tr6na ensuite, sans remords. Ii fait ses
affaires en mgme temps que cells de 1'Etat.
Sa fortune est immense, ses enfants natu-
rels innombrables; on lui en prete cent
soixante-quinze ; il est pareil aux patriarches
de la Bible, des reins desquels sortent mille
g6ndrations. Son fils ain6 a le monopole de
la pecherie des perles de Santa-Margha-
rita; lui-meme a fait le trust du b6tail ve-
nezu6lien. II a une hacienda de deux cent






HIVER CARAYBE


fonds et se retirent dix ans aprbs, million-
naires. Comme & Dakar, comme au Mexique,
comme partout depuis la guerre, leur Apret6
a rapidement raison des commercants lo-
caux; ils envahissent les consulats fran-
vais, car ces prot6g6s donnent a eux
seuls plus de travail a nos postes que toute
une colonie et se r6clament de nous a toute
heure, sans temoigner d'ailleurs la moindre
reconnaissance, sans payer le moindre im-
p6t, ni parler souvent un mot de frangais.


**

Le V6nizuelien est, g6neralement, fran-
cophile. Toute famille riche conserve son
pied-h-terre a Paris et y vient chaque ann6e
faire ses achats. La France n'offre aucun des
inconv6nients des Etats-Unis; elle n'est
point menagante et se pr6sente sous les
dehors riants du plaisir et du luxe.
Un homme domine le pass v6n6zu6lien,
c'est Bolivar don'tt M. Vaucaire nous a conte






HIVER CARATBE


fort agrdablement 1'histoire, non sans te-
moigner de quelque silencieuse ingratitude
pour I'historien prec6dent, mon regretted col-
l1gue des Affaires Etrangbres, M. Mancini).
Bolivar, h6ros coul6 en bronze sur la pro-
menade de 1'Hippodrome (si l'on peut don-
ner ce nom a un pr6 oh ne se courent que
des courses de chiens).
Un home domine le present, c'est le
President Gomez. Gomez est une 6tonnante
figure de dictateur sud-ambricain ; bon tyran
indien, illettr6, bombard general par un
caprice de 1'ancien Pr6sident Castro qu'il
d6tr6na ensuite, sans remords. Ii fait ses
affaires en mmme temps que celles de 1'Etat.
Sa fortune est immense, ses enfants natu-
rels innombrables; on lui en prAte cent
soixante-quinze ; il est pareil aux patriarches
de la Bible, des reins desquels sortent mille
g6ndrations. Son fils ain6 a le monopole de
la p 'cherie des perles de Santa-Margha-
rita; lui-meme a fait le trust du betail ve-
nizudlien. II a une hacienda de deux cent






EaVER CARAYBE


mille hectares, o-i travaillent les soldats v6-
n6zu6liens pendant la duree de leur service
militaire, afin d'apprendre l'agriculture, ce
qui apparait comme fort profitable pour
tout le monde. Sa fortune est 6valu6e a un
milliard deux cent cinquante millions de
francs, sans computer ce qui a pu etre d6-
pos6 a 1'etranger. Gomez ne quite jamais
le Venezuela, car la tradition voudrait
qu'aussit6t arrive a Trinidad, une r6volu-
tion le renversAt. Personne ne salt oh
couche le President de la Ripublique et dans
quelle auto il voyage. Certains Venezu6liens
r6fugies en Europe affirment qu'il torture
ses victims en les pendant par les tes-
ticules. C'est un petit homme raide, a
grandes moustaches, engonc6 dans son faux
col, d'une 6nergie indomptable, qui couvre
d'or ses m6decins, ne se soutient que par
des piquires et redoute la mort. II ignore tout
de 1'Europe, met les protestations diploma-
tiques dans sa poche et dit aux ministres
accr6dit6s pres de lui : << Si vous n'8tes pas







HIVER CARAlBE


contents, vous n'avez qu'i prendre le ba-
teau. ,
A

Les th6s dansants sont la forme de recep-
tion la plus goilte a Caracas. Un 6criteau,
me dit-on, y porte cet avertissement mena-
gant : ( Il est dfendu de danser deux fois
avec le meme danseur ) ; les vendettas vn&-
zu6liennes passent pour etre terrible, sur-
tout si le champagne a coul6 avec abon-
dance. Dans les Legations, si l'on ne sert
pas a boire, les invites s'en prennent di-
rectement au maitre de la maison en lui
tapant dans le dos : (< Voyons, Ministre et
le Pommery P?




Ce soir meme, h la nuit, apres une des-
cente rapide et assez terrifiante en auto dans
la pluie et l'obscurit6, nous mettons le cap
sur Curagao.






HIVER CARAiBE


26 novembre.
Vers cinq heures du soir, r6unis sous la
tente d'arribre, au milieu de la mer de feu,
comme un troupeau, a midi, sous le seul
arbre de la plaine, nous arrivons en vue de
la petite ile hollandaise de Curacao. Un roc
vu de profile et comme en coupe, pos6 sur
la mer, avec ses crates a cremaillbre. Au-
dessus, pendant quelques minutes, est sus-
pendu le plus beau nuage rose que j'aie ja-
mais vu et qui vraiment m6rite mieux que
son nom de cumulus. A measure que nous
approchons, nous distinguons sur le front
de mer une line de maisonnettes aux vives
couleurs. Surprise : c'est la Hollande fron-
tons a escaliers, a volutes, toits de tuiles. Il
ne manque que les cuivres, les polders et
les vaches. Nouvelle surprise : nous entrons
jusqu'au cooeur de la ville par un grand canal,
au long duquel sont amarr6s des bricks, des






HIVER CARAIBE


schooners, des cargos, des bateaux-citernes,
des paquebots. Au bout de ce canal, a I'inte-
rieur de cette fle curieuse, creuse et pleine
d'eau, s'ouvre une rade circulaire oh plu-
sieurs flottes de guerre tiendraient a l'aise.
Comment les Anglais ont-ils laisse 6chapper
cela P Une suffocante odeur de pltrole : tout
le p6trole v6ndzuelien venu d'en face, de
Maracaibo, et qui appartient a la Royal
Dutch, se raffine ici. Ce qui explique ces
rangees de reservoirs le long de la c6te.
Un de mes amis parisiens m'avait commu-
niqu6, sur Curagao, la note que voici, dans
toute sa saveur : c 'Curagao est une colonie
hollandaise, maispersonne n'y salt le hollan-
dais. II y a une centaine d'annbes, les Hol-
landais se sont formalis6s et ont chass6
de chez eux beaucoup de Juifs. Ces Juifs
ont WtE s'installer au Chili et au Perou,
mais, petit A petit, sont revenues A Curagao
oh ils ont retrouv6 une Hollande.
c Comme toutes les possessions hollan-
daises, Curagao est un grand centre de






HIVER CARAIBE


contrebande, car c'est un port franc. Toute
la colonie hollandaise est juive; ces Juifs
sont tous parents entire eux. Nous vous don-
nons un mot d'introduction pour M. Sa-
muel, un de nos gros clients. Le seul
h6tel possible est 1'H6tel Americano, sur le
quai. De vos fenetres vous surveillerez l'ar-
rivee du vapeur qui arrivera de Guyane
hollandaise et vous menera a Haiti. Je vous
rappelle qu'il est inutile d'essayer d'avoir
une chambre avec bain. II n'y a pas d'eau
a Curacao. On la fait venir d'Am6rique du
Sud. Le bain cofte deux cents sous-or. La
population de Curacao parole une langue
incomprehensible qui s'appelle le Papi-
miento et se compose de yiddisch, d'espa-
gnol et de hollandais. )
Le long du canal central, on voit d'abord
les vieux forts, terrifiants plut6t qu'utiles;
derriere eux, le palais du Gouverneur, pre-
mier Empire, jaune avec stucs blancs, puis
des maisons semblables & celles de Leyde
ou d'Amsterdam. Les drapeaux du monde






HIVER CARAIBE


sur chacune d'elles ; elles abritent des consu-
lats. On parole ici toutes les langues, on ac-
cepte toutes les monnaies, on coudoie tous
les aventuriers. C'est une sorte de prefi-
guration de l'humanit6 future, ou les gens
ne seront plus ni jaunes, ni blancs, ni
nigres, mais universellement croises et oc-
cupes a se vendre des choses. Curagao est le
plus grand port des Antilles. Formidable
movement de bateaux. A chaque instant,
le pont tournant laisse entrer des cargos, des
p6troliers et, I'hiver, des yachts americains.
Dans les cafes, pas mal de Frangais evades
de la Guyane.
L'hotel est en bois, peint et repeint avec
ces merveilleux vernis a bateaux, verts, bleus
ou blancs, qu'emploient pour leurs maisons
les Hollandais. Aux murs, il y a des pay-
sages incrust6s de nacre, a cadres points de
la mgme couleur que les murs (ce qui me-
nage une transition entire la peinture et le
mur et me paraft une excellent formule
decorative). La table est trbs hollandaise,






HIVER CARAIBE


avec la soupe au d4jeuner, le jambon chaud
au petit repas du matin, les pots de bibre,
les salades de choux crus, la confiture
d'oranges et 1'eau-de-vie a tous les plats.


*t*

27 novembre.
Ce matin, a l'aube, sur la riviere came,
devant les petites maisons bord6es de vert
par le levant, un croiseur hollandais fait son
entree. I1 joue avec solennit6 un hymne
national gr6le, qui oblige le Gouverneur a
apparaitre sur son balcon et a saluer du
pavilion ; il glisse sur la riviere, fier de tous
ses hommes en blanc, au port d'armes.


**

28 novembre.
Mon bateau ne part que ce soir. Je vais
visiter une ferme d'autruches. On ne peut






HIVER CARAIBE


avec la soupe au d4jeuner, le jambon chaud
au petit repas du matin, les pots de bibre,
les salades de choux crus, la confiture
d'oranges et 1'eau-de-vie a tous les plats.


*t*

27 novembre.
Ce matin, a l'aube, sur la riviere came,
devant les petites maisons bord6es de vert
par le levant, un croiseur hollandais fait son
entree. I1 joue avec solennit6 un hymne
national gr6le, qui oblige le Gouverneur a
apparaitre sur son balcon et a saluer du
pavilion ; il glisse sur la riviere, fier de tous
ses hommes en blanc, au port d'armes.


**

28 novembre.
Mon bateau ne part que ce soir. Je vais
visiter une ferme d'autruches. On ne peut







RIVER CARAlBE


rien imaginer de plus desertique que l'int6-
rieur de 'ile. Roc 6merg6, sans cocotiers,
sans bananiers, vetu d'arbres rabougris, de
cactus en cand6labre et de palmiers nains et
6pineux. Paysage grimagant comme un vi-
sage. Aucune des belles autos neuves qui
hurlent dans la seule rue asphaltee de la
ville ne se risque hors des murs. Le chemin
est d6fonc6 par les pluies. De petits fau-
cons, perches sur les cactus, guettent de ti-
mides oiselets qui violent has et sautillent
comme des perdreaux.
La ferme d'autruches est lamentable.
Cinquante oiseaux deplumes montrent de
hautes cuisses maigres et ind6cemment
nues. << Les cuisses de I'autruche, 6crit
Labat, d'un blanc sale tirant un peu sur le
rouge, approchent beaucoup pour la figure
de celle de l'homme. II ajoute : (( La na-
ture a-t-elle jug6 qu'il 6tait inutile de cou-
vrir de beaucoup de plumes une tote qui
n'avait pas de cervelle a perdre ? Les plumes
sont ce que l'autruche a de meilleur, depuis






74 BiVER CARAjIBE
que le luxe en a introduit i'usage sur les-
casques, les bonnets des janissaires, les ha-
bits de theAtre, les dais, les colonies des
lits et meme dans les 6glises. ,
Si on leur tend ue e bague, il parait
qu'elles aiment les diamants (est-ce un sou-
venir de 1'Afrique du Sud, leur patrie P) -
elles semblent pretes 'a l'avaler. Faudra-t-il
acheter 1'autruche et 1'emporter avec la
bague dans le venire




Ce martin j'ai 6te reveill par vingt et unr
coups de canon. La citadelle recevait le
navire-ecole que j'ai apereu hier et qui ar-
rive de la Guyane hollandaise. Des jeunes
gens nordiques, cramoisis par les Tropiques,
constelles de decorations, emplissent les
rues. Les bars jouent (( Valencia 1, pour les
malelots, ivres. En vain cherch6-je des or-
chestres negres; rien que des pianos m6ca-
niques. Toutes lea femmes dehors ; femmes







HIVER CARAYBE


de couleur, naturellement. J'ai rencontre
deux Blanches a Curagao. Le soir, par les
portes et les fenetres ouvertes, on voit d'in-
dolents mulatres se balancer dans leur fau-
teuil a bascule sur leur terrasse, devant
leurs salons points en bleu et vert, avec
lustre en verre de Venise et kakemonos
d'exportation.
La promenade dans Curagao est fort
codteuse a cause des points et pages que
1'on regle en florins; quand les points
restent ouverts pour laisser passer les ba-
teaux, il faut prendre un bac, ce qui est plus
cher encore. Je quitterai Curacao ruin6 par
les points.
A quatre heures je monte a bord du
bateau qui, dans trois jours, doit me d6bar-
quer a Port-au-Prince.


**
t-kt


Ce que j'aime dans les ports c'est qu'ils
n'ont pas de nationality. Ils sent toujours






76 HIVER CARAiBE
du << dernier bateau ,. Hier, Curacao avait
I'air hollandais ; la veille, il etait am6ricain ;
I'avant-veille, francais.





29 et 30 novembre.
Nous avons e6t cueillis par un vent d'Est,
en travers de la mer des Caraibes. Me voici
& nouveau la tate dans le baquet. Le cargo,
trop lger, ayant d6barqu6 toutes ses
marchandises de cale a Curagao, bondissait.
Ma cabine se trouvait a l'arriere, prbs de
I'h1lice, et chaque vague 6tait un coup de ra-
quette qui me faisait sauter comme le vil-
lageois bern6 par les commeres des tapis-
series de Goya. Horreur Par le hublot, les
etoiles tombaient comme des etoiles filantes
ou remontaient d'un jet, en fusees; le ciel
entier tournait autour de la terre en passant
sous le bateau ; on grimpait sur le pont avec
les mains plus qu'avec les pieds; un vent







VIVER CARAMIE


qui transpergait et brulait a la fois, vous
giflait et vous arrachait les vOtements.

At

1" decembre.
Extraordinaire plasticity du corps human.
Il ne faut pas confondre le mal de mer avec
le naufrage. Ce matin, apres une douche,
me voici devant un delicieux breakfast hol-
landais. Nous naviguons toute la matinee a
l'interieur du golfe d'Haiti. Haiti est une ile
enorme, la plus grande des Antilles apres
Cuba (l'on sait que, du nord-ouest au
sud-est, les Antilles vont en diminuant jus-
qu'a devenir imperceptibles).

*t

2 decembre.
Arrive h Haiti vers cinq heures de 1'aprbs-
midi. Le chancelier de notre ligation m'at-
tendait, ainsi que M. L., pokte haitien, au-







VIVER CARAMIE


qui transpergait et brulait a la fois, vous
giflait et vous arrachait les vOtements.

At

1" decembre.
Extraordinaire plasticity du corps human.
Il ne faut pas confondre le mal de mer avec
le naufrage. Ce matin, apres une douche,
me voici devant un delicieux breakfast hol-
landais. Nous naviguons toute la matinee a
l'interieur du golfe d'Haiti. Haiti est une ile
enorme, la plus grande des Antilles apres
Cuba (l'on sait que, du nord-ouest au
sud-est, les Antilles vont en diminuant jus-
qu'a devenir imperceptibles).

*t

2 decembre.
Arrive h Haiti vers cinq heures de 1'aprbs-
midi. Le chancelier de notre ligation m'at-
tendait, ainsi que M. L., pokte haitien, au-






HIVER CARA1BE


teur d'un livre sur Maurice Rostand intime,
qui s'etait joint a lui spontanement.
La litt6rature d'avant-garde haitienne, du
plus noir au plus pale, monte a bord, me
tend un journal du matin qui m'appelle ( ce
jeune colosse des Lettres .
Chez le Ministre de France. C'est un
homme sympathique, assis au milieu de
quatre-vingts caisses ; il est arrive depuis
quelques mois, ne se resoud pas a d6baller,
ne support pas le climate et s'arrache les
cheveux, parce qu'on ne le nomme pas ail-
leurs. II me fait un accueil chaleureux a
travers lequel perce une certain apprehen-
sion. ( En trois ou quatre jours vous aurez
tout vu ici ; il n'y a d'ailleurs rien a voir. ,
I1 en prend a temoin l'auteur du livre sur
Maurice Rostand, qui s'attache a nos pas.
Les Haitiens se demandent ce que je vais
ecrire sur eux. Paul Reboux a laisse ici un
durable souvenir; les insulaires ne lui par-
donnent pas de les avoir caricatures.
,< M. Paul Morand vient ? a dit le Presi-






HIVER -CARAI-W


dent de la R4publiqe 'a notre Ministre.
C'est bien malheureux qu'il s'appelle Paul,
comme l'autre. 0 Reboux, Haiti ne vous
oublie pas !



Je silis dans le Midi. On a en arrivant chez
les negres la m^me impression qu'en de-
barquant d'un pays anglo-saxon dans un
pays latin. Les porteurs s'insultent, men-
dient ; les gens n'ont rien a faire que de vous
regarder ; les douaniers, ivres de leurs gallons,
vous bousculent; des journalists verbeux,
de peau a peine plus foncee que les Meri-
dionaux font cent points au billard avec des
colleagues de I'opposition, oublieux des quo-
tidiennes injures. Les journaux (le (( leader ,
du I" d6cembre du Nouvelliste attaque le
President au sujet d'une pompe a incendie),
ne sont pas plus denues d'informations mon-
diales et plus locaux que le Phare de Taras-
con ou le Petit Narbonnais. Le Haitien aime
notre xix' sikcle parce qu'il y retrouve sa






MIVER CARATBE


propre histoire : caciquisme, 6meutes ro-
mantiques, g6neraux politicians s'emparant
du pouvoir, etc...


**

Que pensez-vous de HaTti me de-
mande-t-on.
Rien encore. Mais il me semble qu'un
court laps de temps, c'est-a-dire cent ans, se
sera 6coule entire la belle colonie frangaise du
xvIIn siecle qu'il y eut ici et la puissante
colonie am6ricaine du xx" siecle qu'on y
verra demain. Durant le xix siecle, les
Noirs n'auront malheureusement pas mon-
tr6 leur aptitude a fonder un regime poli-
tique stable.



< Moi, Monsieur, me dit un avocat hai-
tien, j'invite Reboux & diner avec un general
de mes amis. Reboux ecrit : (( Apres le diner,
le general se mit a chanter; il battait la






LIVER CARA!H


measure de son orteil nru Eh bien, Mon-
sieur, c'est faux, le g&ktral avait des bot-
tines, naturellement Les Haitieas, qui
aiment les bottines vernies, sont tres offen-
ses qu'il y ait des gens pieds nus dans leurs
rues et qu'on le remarque.
C'est ainsi qu'on reproche a beaucoup
d'ecrivains en voyage de repondre au bon
accueil qu'on ler fait par des notations d&-
plaisantes. Mais eet accueil, souvent, leur est
impose ; on vient eux, on leur faith un pro-
gramme qui est une propaganda et quand
ils ne sont pas eonvaincus, on orie 4 la trahi-
son. J'avais pris le plus grand soin de ne
demander pour HaOti aucune lettre d'intro-
duction ; j'avais fait implement porter mon
passport a la Legation :haitiernoe a Paris,
sans y aller moi-mgme ; j'ai tenu a ne pas
bruler de petrole official, a ne pas accepter
de facilities qui ensuite pourraient m 'tre re-
prochees, etc..., afin d'etre libre de dire
ce qui me plaira. Quand le Pr6sident de la
RBpublique me fait savor (pour d'ailleurs






HIVER CARATBE


me d6commander aussit6t) qu'il me recevra,
je n'ai qu'h accepter une audience que je
n'ai pas sollicitee.


**

Sous les futs droits et gris des palmiers,
des families, qui prennent les lampes vol-
taiques pour le soleil, se mettent a 1'ombre,
la nuit; des gramophones americains leur
jouent de faux airs nbgres que personnel ne
reconnalt, mais qui plaisent parce qu'on les
prend ici pour de la musique des Blancs.
Marines et sammies boivent dans un bar poly-
chrome qui s'appelle Mo'martre. De petits
fiacres, tires par d'6tiques poneys, s'an-
noncent par un gros timbre.


**

J'apprends que le President de la Repu-
blique, M. Borno, m'a d6command6 parce
qu'une main amie a plac6 sous ses yeux une






RIVER CARATBE


phrase de Rien que la terre ou je parole des
(( sales m6tis ; trbs susceptible, M. Borno
a d6clar6 qu'il 6tait m6tis, done offense par
ma prose.
Cependant, je n'ai pas ccrit : < 1'age du
sale metis n, mais (( l'age sale du m6tis ,.
Le noir est beau comme le blanc est beau :
ce qui est laid, c'est le gris.




C'est en 1915 qu'un President de la R8-
publique ayant Wt6 assassin a la ILgation
de France, malgr le droit de refuge tradi-
tionnel, et la France n'ayant pu intervenir,
les Am6ricains saisirent ce pr6texte pour oc-
cuper la parties occidentale de l'ile, c'est-a-
dire Haiti; puis ils essaybrent d'6tablir leur
domination dans l'est; mais les m6tis es-
pagnols de Saint-Domingue, moins passifs
que les nbgres d'Haiti, protesterent en Eu-
rope, menachrent de se r6volter et la flotte
americaine se retire.






HIYER CARAIBE


Le parti gouvernant actuel est opportu-
niste et resigned, pomu I'instant, a l'occupa-
tion amiricaine. Le President de la R6pu-
blique y trouve son compete puisqu'il reste
indefiniment au pouvoir ; il n'a pas convo-
qu6 les Chambres depuis six ans. La Cons-
titution est calqu6e sur la n6tre, avec c&tte
le6gre difference que le Conseil d'Etat fait
function de Chambre et de Senat, car il vote
les lois comme la Chambre, les ratified
comme le Senat, puis se reunit en Consti-
tuante et nomme le President de la Repu-
blique ; le President, reconnaissant, nomme
a son tour les douze membres du Conseil
d'Etat. L'opposition doit se contenter des
-amendes et de la prison. Le journalist avec
qui nous dinons ce soir etait, il y a peu de
temps, incarc6r6; il n'a et6 relAch6 que
parce que la femme du President de la Re-
publique de 1'Etat voisin de Saint-Domingue
.a, dit-on, demand sa grace, sur sa reputa-
tion de beau gargon.







RIYER CARAIBE


**


Je regois la visit, en rentrant chez moi,
des deux directeurs de la Revue indigene,
la revue litteraire d'avant-garde d'Haiti. De
l'un d'eux, V. Larbaud m'avait parl6. Le
programme de ces jeunes gens est louable.
Se degager de l'imitation aveugle de la lit-
terature frangaise qui a toujours et6 pour la
po6sie haitienne une cause de d6bilit4 et de
somnolence, et tenter d'apporter au monde
des reactions originales. Deja, ils ecrivent :

Les doigts nouis pour la ronde autour du monde.

Qu'ils se garden d'imiter Apollinaire,
Max Jacob ou Cendrars, comme leurs an-
cetres imitaient Beranger ou Casimir Dela-
vigne.




Le journal haitien L'Information donne






HIVER CARA1BE


le compete rendu du discours prononc6 hier
par un journalist italien devant la press de
Port-au-Prince. Commis-voyageur en pro-
pagande fasciste, il a dit son meipris pour
la civilisation francaise en Indo-Chine, (( d6-
cor de carton et de soie qui s'ecroulera au
premier orage ,.




Je suis invite a diner au bord de 1'eau, au
club de tennis franco-haitien, par de char-
mants Noirs, tres clairs de peau. De vrais
chauves, de grosses joues, des barbes,. des
opinions, des montres en or, des snobismes,
des indignations, d'heureuses digestions.
Ce n'6tait pas la peine de venir si loin. Ces
convives n'ont rien d'exotique, du moins a
la surface ; tres boulevardiers, lisant le Ca-
nard enchaine, le Merle blanc, ils me de-
nandent les vraies causes d'un duel, don't
je n'ai jamais oui parler, entire un fils de
Richepin et Pierre Brisson. On me fait en-






HIVER CARAIBE


tendre une meringue, danse haitienne mol-
lement ecrite par un Olbve de notre Conser-
vatoire et d6layee dans une sauce de virtuo-
site et d'habilet6. Le journalist raconte ses
impressions de prisonnier politique. Dans
sa cellule, tout Port-au-Prince lui apportait
des cigares ; les dames lui faisaient visit,
le gel6ier venait chaque matin prendre son
article pour le journal du soir.


**


Les marches en plein vent. Des centaines
de femmes accroupies y vendent des petits
tas de carbon de bois, une poignee de mais,
des algues noires, des calebasses vides. De
ces negresses enormes sortent de toutes pe-
tites voix risibles. Des femmes passent, avec
un air plein d'assurance, et sur la tete un
tout petit piment vert.
Une mdnagbre en bas roses, un soulier au
pied, un autre a la main.






HIVER CARAIBE


Sur les boutiques : gros et detail sont
remplac6s par : grossesse et finesse.


**

L'aprbs-midi, je rends visit au cur6 fran-
gais de Port-au-Prince. II me montre une
tAte de Christ retrouv6 dans la mer. Selon
les rites du' Vaudou, le sorcier, ou papaloi,
doit jeter a l'eau un objet du culte catho-
lique. Aucun Blanc ne peut assister aux ce-
r4monies magiques. Les officiants, une fois
disperses, ne parent jamais de ce qu'ils ont
fait, ou vu. Quand il y a un objet vaudou
malefique sur le seuil d'une porte, les habi-
tants restent des jours sans oser sortir; sou-
vent meme ils pr6ferent d6molir la maison.




L'Archeveque, Mgr C. Ce prl4at est de-
puis quarante ans a Port-au-Prince. Une
belle figure velue et des yeux mis6ricordieux.







nIVER CARAIBE


Les religieux de 1'6tranger sont rests pris
dans le passe, comme dans la glace. Ce qui
nous met brusquement en presence d'hom-
mes du xvn* sibcle. Meme language, mgme
culture, memes traits. Fraicheur de senti-
ments, absence de toute nervosit6 moderne,
ignorance total de notre 6poque, de ses
laideurs comme de sa beauty. Les reli-
gieux et les religieuses catholiques francais
de l'etranger, et notamment de nos mis-
sions extreme-orientales et africaines, sont
les plus beaux 6chantillons de l'ancienne
morale humaine qu;'il m'ait 6t` donn6 de
rencontrer.

*


Les soldats conquibrent les colonies, les
prktres les 6duquent, les administrateurs les
organisent, les tourists les enlaidissent, les
commercants les ruinent et les politicians
les percent.







HYVER CARAIBE


M. L. L. vient me prendre apres diner..
Promenade dans les mornes, au-dessus de
Peu-de-chose, dans le quarter americain.
Pelouses capitonn6es. Toits de zinc sous la
lune, ciel frotte de plombagine ; hauts futs
cannel6s des palmiers. Verandas largest
comme des ponts-promenade. Gramo-
phones. Puis silence. Etoiles. Cigales. Au
loin, la mer n'arbore aucun mat. Nous
gallons dans un dancing 61 gant. On danse la
meringue. Des dames presque toutes en
rose, avec des peaux dorees, miel, acajou,
cacao, 6corce de quinquina. Les cheveux ne
sont pas encore decrepeles a 1'americaine, nm
fendus de large raies a la Josephine Baker.
Les modes negres de Haiti ne viennent pas
de Harlem, mais, par un detour, de Paris;
la ligne droite n'est pas ici celle du ooeur..







flI9i~R CA1RArBE


**

Deux races autochtones accueillirent a
leur arrivee les Espagnols. Au Nord, et no-
tamment a Haiti, les Arawaks et au Sud,
dans les petites Antilles, les Caraibes, c'est-
a-dire les Cannibales.




( La nature noire, arnie de l'absolu, facile
'a 'esclavage, s'attroupant volontiers devant
une idee abstraite a qui elle ne demanded
pas de se laisser comprendre, mais de se
faire craindre et obeir ). Ainsi la d6finit
I'auteur de l'Inegalite des races humaines.
C'est pourquoi & toutes les civilisations tein-
tdes de sang m6lanien, il faut le despo-
tisme.
**

4 dicembre.
M. C. me dit que les plus heureux croi-






HIVER CARAIBTE


segments d'Haiti furent ceux des Frangais
avec les nBgres poulards, de la province de
Jer6mie. Les Dumas etaient de J6remie.


**

I1 y a dans la rade de Port-au-Prince un
seul requin; c'est un vieux malin qui a
perdu un ceil dans la bataille centre les
hommes et ne se laisse jamais prendre. On
lui a donned le nom d'un President de la
Republique d'Haiti.




Avant dejeuner, C. et un de ses amis
m'emmenent dans la champagne, assister h
un combat de coqs. J'entre dans un cirque
de quatre ou cinq mbtres de diametre, en
terre battue, don't le centre est un gros pieu
semblable a un manche d'ombrelle, soute-
nant un toit de palmes seches, mal r6parties,
a travers lesquelles filtrent des teaches de






HIVER CARAIBE


soleil. Fond de ciel bleu et paysage vert oi
broutent des chev&ux maigres come des
chevaux de frise. Autour de la balustrade
circulaire, sur quatre rangs en hauteur, les
faces noires. Tons du people, car un Noir
de la bonne society se declasse a fr6quenter
les combats de coqs ou gagaires (de gallus) ;
negres en blanc, en kaki, en salopette ame-
ricaine bleue, a large bretelles de coutil;
tous coiffes des grands chapeaux de paille
dits : de plantation. Au dernier rang, les
n6grillons se tiennent debout entire les
jambes ecartees; d'autres sont suspendus
au toit par leurs bras nus, noueux et noirs
comme des racines. Tandis que les soigneurs
attendent au cafe voisin, leur coq sous le
bras, les propri6taires ramassent les paris.
A l'interieur du cercle qui est le ring des
combatants, il y a quelques chaises pour
les privil6gies, comme pour les grands sei-
gneurs aux pieces de Molibre. Le coq est
effile, immobile, 1'ceil rouge; les cocoricos
des autres coqs qui, dans les environs,






HIVER CARAIBE


attendent leur tour, paraissent I'irriter
comme un defi; un bon coq de combat
n'admet pas qu'un autre coq chante dans
les environs.
On me montre un Juif anglais de la
Jamaique qui a fait la rafle des meilleurs
sujets dans toutes les Antilles. I1 a des coqs
de trois et quatre cents dollars. Parfois, de
la champagne, les paysans arrivent avec un
champion achet6 a frais communs et qui
porte toutes leurs esperances. Mais ceux du
Jamaicain triomphent toujours, 6tant plus
scientifiquement entrain6s. On leur fait faire
chaque matin le movement de la bicyclette
avec les pattes, pendant une heure, pour les
assouplir; on leur durcit le poil et la peau
avec du gingembre, pour que les coups de
bec glissent sur les ailes. Peu, osent se me-
surer avec eux. Aujourd'hui, I'adversaire
appartient a un blanchisseur chinois.
L'on va commencer. Deja, les propri6-
taires aiguisent avec un canif les 6perons
points comme de 1'acier et les lechent pour







HIVER CARAIBE


montrer a l'assistance qu'on n'y a pas mis
de poison ; puis, les joues gonflees d'eau, ils
vaporisent la tete de leur coq qui sort de sa
l~thargie, comme un boxeur. On fait aus-
sit6t le vide et les animaux s'affrontent. DMs
lors, c'est un duel a mort, a moins que le
combattant blessed ne soit c level ,, c'est-a-
dire retire. Sinon, cela durera une heure ou
une minute, mais les coqs ne se lcheront
plus. ls se suivent si exactement du bec
qu'on croirait parfois a une seule bete, de-
vant une glace; ils se portent des coups
dans les yeux, a la crete, entire les ailes,
s'4peronnent. Certains ont des bottes se-
cretes, comme des escrimeurs. Celui du Juif,
vieux pugiliste, se met a courir en rond, pour
fatiguer son adversaire qui, ignorant la tac-
tique, s'6puise a le suivre. Soudain, il se re-
tourne et attaque le naif campagnard essouf-
fle, trop confiant dans sa force. Les joueurs
hurlent, grimpent sur leur chaise dbs que
les combatants s'approchent, car la rbgle
du jeu exige qu'ils ne soient touches par per.
5




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs