• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Preface
 L'homme et l'intelligence
 De l'education
 Vues theoriques et pratiques
 Conclusion






Title: L'effort
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00074001/00001
 Material Information
Title: L' effort
Physical Description: 355 p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Jérémie, 1858-
Publisher: Impr. de l'abeille
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1905
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00074001
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000142691
oclc - 22549061
notis - AAQ8860

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Preface
        Preface
    L'homme et l'intelligence
        Page 1
        De la necessite de l'effort
            Page 1
            Page 2
        La pensee est l'action de l'intelligence dans l'homme
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
        Les trois ideaux
            Page 12
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
        L'egoisme n'est pas l'effort
            Page 18
            Page 19
            Page 20
        Ce n'est pas le succes qui fait la merite
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
        La solidarite est la grande force
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
        Le desinteressement des individus fair la pietie collective
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
        L'indifference des classes dirigeantes est un obstacle a l'avancement du peuple
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
        Le coeur et l'action
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
        Ce qu'on peut attendre d'une puissance etrangere ou d'une immigration
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
        N'attendons pas d'un homme le salut de l'etat
            Page 60
            Page 61
        Le salut sera l'oeuvre de tous
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
    De l'education
        Page 71
        Page 72
        La civilisation est souvent menteuse, le progres seul est vrai
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
        Le progres social reside dans la croissance de l'individu
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
        Le respect des principes eleve les caracteres
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
        La difference d'education est un ferment de discorde
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
        L'instruction integrale objections et refutations
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
        La gratuite a tous les degres est le principe directeur de la democratie haitienne
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
        L'apprentissage de la vie se fait surtout a l'ecole primaire
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
        Les incredules
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
        La gratuite n'est pas un acte de bienfaisance mais une obligation
            Page 138
            Page 139
            Page 140
        La religion, relisation de dieu dans l'homme et dans la societe
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
        Le clerge national
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
    Vues theoriques et pratiques
        Page 165
        Page 166
        La coordination des forces est le but essentiel de la politique
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
            Page 172
            Page 173
            Page 174
            Page 175
        La liberte es un devoir
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
            Page 184
        L'egalite protege la liberte
            Page 185
            Page 186
            Page 187
            Page 188
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
        Force publique
            Page 198
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
            Page 223
        Police generale
            Page 224
            Page 225
            Page 226
            Page 227
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
            Page 232
            Page 233
            Page 234
            Page 235
            Page 236
            Page 237
            Page 238
            Page 239
            Page 240
            Page 241
            Page 242
            Page 243
            Page 244
        Police generale (suite)
            Page 245
            Page 246
            Page 247
            Page 248
            Page 249
            Page 250
            Page 251
            Page 252
        Autonomie communale
            Page 253
            Page 254
            Page 255
            Page 256
            Page 257
            Page 258
            Page 259
        Le domaine
            Page 260
            Page 261
            Page 262
            Page 263
            Page 264
            Page 265
            Page 266
            Page 267
            Page 268
        Le domaine (suite)
            Page 269
            Page 270
            Page 271
            Page 272
            Page 273
            Page 274
            Page 275
            Page 276
            Page 277
            Page 278
            Page 279
            Page 280
            Page 281
            Page 282
            Page 283
            Page 284
            Page 285
            Page 286
            Page 287
            Page 288
        Le domaine (suite)
            Page 289
            Page 290
            Page 291
            Page 292
            Page 293
            Page 294
            Page 295
            Page 296
            Page 297
            Page 298
            Page 299
            Page 300
            Page 301
            Page 302
            Page 303
            Page 304
            Page 305
            Page 306
            Page 307
            Page 308
            Page 309
        Le domaine (suite)
            Page 310
            Page 311
            Page 312
            Page 313
            Page 314
            Page 315
            Page 316
            Page 317
            Page 318
            Page 319
            Page 320
            Page 321
            Page 322
            Page 323
            Page 324
            Page 325
            Page 326
            Page 327
            Page 328
            Page 329
            Page 330
            Page 331
            Page 332
        Le domaine (suite)
            Page 333
            Page 334
            Page 335
            Page 336
            Page 337
            Page 338
            Page 339
            Page 340
        L'accord
            Page 341
            Page 342
            Page 343
            Page 344
    Conclusion
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
Full Text


JER M IE








L'EFFORT


IMPtRIMERIE DE L'ABEILLE
116, Rue du Magasin de 1'Etat. 116
PORT-AU-PR SINCE
1905






















m~niea mr~~~













Au LECTEUR





fai ecrit ce livre en 1898, au lendemain d'une in-
suite faite a la raison par la force. Depuis, la diplomatic
n'a pas change d'allure. Sous le manteau de la civili-
sation la violence passe applaudie et les forts entire eux
se montrent courtisans. Ma foi dans la destinde des pe-
tits Elats n'est paj s branlee. Les demands d'indemnites
dWrangent /'iuilibre de let s budgets el paralysend leur
ddeeloppement. Mais i est une r'gle de justice quicen-
.mure les abus. Lf sommne des lumieres fail la Ipissamur
morale d'un people ; sa personnatlit s'affirme, 4 me-
.ure qtue sa conscience s'dclaire. L'intensild de fI'ner-
9ie collective rdsdte de la mise en valeur de touteil
les forces individuelle. marrhant librement drans lne
direction commune.
Cet outrage, qui derail dire ddie d I'Association dii
Centenaire de I'lndependance national, parait-il trop
tard? Vous enjugerez, lecteur. Mais a cetle minute oti
I'rm entonne dans l ne money antilen un chant funibr'e,
je ne viens pas eriger an mausIolee ma paltrie. Je
crois r1 so vitalild.

JEDiEMfE.
Dicembi e 1904.




P.


C .1 v- -w-- -v- C I C







PREMIERE PARTIES




l'Holnime & 1'Intelligence





CHAPITRE PREMIER


DE LA NECESSITIES DE L'EFFORT.


L'homme a le privilege d'6tendre son empire
sur tout ce qui I'entoure. Mais aucun privilege
n'est gratuit, tout empire s'achete. La destined
humaine c'est le combat, c'est la necessit6 de
l'cffort. Sur la surface du globe l'homme seul cn-
visage le but de la vie, car seul il est dou6 d'in-
telligence et de volontd. Multiples sont ses facul-
tcs intellectuellcs et morales don't I'entendemedt
cst la plus haute expression. I1 discipline la force
qui irsume le jeu de la nature physique. M 'me
aux ages prhlistoriques ii a centuple dans sa
personnel cette force aveugle en accusant un cer-




P.


C .1 v- -w-- -v- C I C







PREMIERE PARTIES




l'Holnime & 1'Intelligence





CHAPITRE PREMIER


DE LA NECESSITIES DE L'EFFORT.


L'homme a le privilege d'6tendre son empire
sur tout ce qui I'entoure. Mais aucun privilege
n'est gratuit, tout empire s'achete. La destined
humaine c'est le combat, c'est la necessit6 de
l'cffort. Sur la surface du globe l'homme seul cn-
visage le but de la vie, car seul il est dou6 d'in-
telligence et de volontd. Multiples sont ses facul-
tcs intellectuellcs et morales don't I'entendemedt
cst la plus haute expression. I1 discipline la force
qui irsume le jeu de la nature physique. M 'me
aux ages prhlistoriques ii a centuple dans sa
personnel cette force aveugle en accusant un cer-








1. EFFORT


tlin degrd d'intelligence, qui est I'adresse. Ce qui
lui faith une place superieure lanns I'ontologie,
c'est le principle de responsabilit6 (u'il porte en
lui-mnfme. Dieu a voulu qu'il soit ouvrier dans
1'oeuvre de sa perfection. So souverainetC a done
pour condition l'effort, I'effort 6atnt li justifica-
tion de la sup r'iorit,.
Mais, repondent quelques philosophles, si cette
doctrine sutfit an mystique elle ne saurait satis-
faire I'homume social qui constate qu'il y a des
in6galit&s paiyoi les homes et (que cot empire
qu'on Ieur dOsigne conmme le r'sultat do leur ac-
tivite est plutlt exerc6 par les mieux dons. Con-
sid6rons moins I'liommr e espice que I'lhomme
individu. Dans In combat dte l; vie cc sont les
individualists qui s'affirment on s'cffacent.
C'est l'inconscient qui d6truit les espces. I.e
fleuve du temps charric vers eI niant les d6-
bris des especes vaincuc. et mutilces; I'liumanit6
rest sur la rive, cvoquant Ic passe, Ic recom-
posant par Ic souvenir. Elle survit i la destruc-
lion. se multiple et sc perfectionne.
Il'hlumanit6 est uine. Qu'importe que quelques-
iun i mainliennont les autres sous leur domina-
lion, cot accident cessera. I'idke, applique it
l'esp)ce liumnine, est universelle. Tout liomme
qui ossaye do subjuguer son semblable on arr(-
t;nt son d6tveloppenenIt, tombe dans I'instinct
fiLroce, avec moins d'excuse quo Ic tigre des ca-
vernes : il veut d6truire co qui fait la noblesse
de sa propre spice, l'i.:telligence. Ce qu'un
home so propose dans un but particulier est un
term moyen, Ic term final est pos6 deviant
I'liomme colleclif. A measure que 1'effirt person-
nel sc dl Bgag.e In spllhre dates idOes sc clarifle.








L'EFFORT


CHAPITRE II



LA PENSIEE EST L'ACTION DE INTELLIGENCE DANS
L'HOMME.

Dieu est le principle de l'activit6. On dirait qu'il
se plait A recommencer le grand oeuvre de la
creation. Les theories scientifiques. loin de de-
mentir la Genese, nous ramenent A l'origine oh
la volont6 premiere s'est manifested et nous mon-
trent le germe de la perfectibility se d6veloppant
dans le temps. Apres avoir d6mWld le chaos, s6-
par6 les e16ments qui rugissaient dans une im-
mense confusion, le sublime ouvrier ajug6 qu'il
n'etait pas necessaire d'appeler, A la m6me heure,
tous les homes A 1'existence. Pour exercer sa
puissance il a permis que la mort soit le germe
de la vie. C'est ainsi que de la cendre des g6ne-
rations kteintes sortent des g6enrations nouvelles,
c'est ainsi que I'humanite assisted toujours A sa
renaissance. L'action creatrice continue dans la
peirp6tuite des Ages. Lorsqu'un homme nait c'est
une masse d'e16ments en fusion qui tombe dans
l'espace, un chaos A d6brouiller. Mais le souffle
divin est I'activit6 qui se meut dans cette masse.
Dieu dit A l'homme: Je te donne la liberty et la
volonte. Sois co-auteur avec moi, sois ton pro-
pre auteur. D&s lors I'dvolution commence,
dans cc petit universe qui est I'homme, un ph6no-
minc s'accomplit. Selon le language vehement du
pokte,
De grants coups de tonnerre detaleni dans rabime.








1. EFFORT T


Qu'un spectateur on ce moment essaye de sender
cctte profondeur de I'6tre human, partout autour
de lui il entendra le retentissemnent du premier
commandement: que la lumiire soit )
La culture do l'intclligence est done la rCali-
sation de Il'tre.
Notre dignity grandit avec nos vues : plus nos
id(;es ont d'ampleur, ct plus notre valeur s'ac-
croit. L homnme insiruit est un puis'ant facteir
parce qu'il est home dans I'acception virile du
inot. II exerce par sa mentality ule constant
royaut6. LA onf I'homme inculte s'arr(te, dicon-
cert6 ou vaincu, ii s'avance, lui, ecartant los om-
bres. appelant la lumiore. Missiornaire de la
.pensec, il parole et agit au non de la vision qui le
tente et qui lui monte I'liuntanit6. L'esprit est
la substance de la vie. Le lierre achli au fond
d'une cave chercho la lumiere ; d('ofi I'cole na-
turaliste est parvenue it reconnaitre une intelli-
gence dans I; plante. Ce qui save la suprima-
lic d I'liomtne, c'est le grand effort qu'il peut
di6loyer dian- I'xercico do l'intolligence en la
portant vers difforents ob.jts; c'est le pouvoir
qu'il a de combine les faits appartenant i plu-
sicurs o'drces et de lcs diriger tous vers une fin
uniqluo.
La noblesse de la pensec est la soule qui ne
soit pas contestable. Cette noblesse que I'on porte
on soi (ds sa naissance ne peut (^tre avilie (ue
par le mnuvais usage qu'on en fait; mais il nous
cst totujours possible de la reconqu6rir, sans
nuirCe a personnel, sans riin ravir a (qui que ce
suit. La penst'- est un flambeau qui no s'eteint
pas au milieu des temlpitles, cllc no se d6robe
qu'ii ccux qui clierchent I'obscu,'ite. Ceux qui
I'inient et qui s'identilient avec elle posscdent
ai la fois to bioii et la science du bicn. Pour Ic-
fH-clihir la Iuiiiire it taut etre soi-mi'me baign(







I. ElFORT


de clartd. Plus nous pensons, plus Ic senti-
ment de notre dignity s'accruit. La pensie fait
de I'homme un instrument de progres et Ic port
d'autant plus haut, qu'il ob6it au ddsir de con-
naltre. Le travail intellectual donne un resort
solid a la volont6 et la fait triompher des plus
dures entraves. Mais :e nous trompons pas sur
la nature de la pens6e, no la confondons pas avec
I'instinct do la conservation. Ceux-li qui cultivent
leur intelligence on vue d'annihilor lcs forces vi-
ves qui constituent les autres ne sont pas les vrais
ouvriers de la pensce: la pensec, cc signed do no-
blesse que nous envisageons, ne les a pas affran-
chis. Le penscir c'est la vibration de la force ini-
tiale. II place son point de depart dans sa nature
perfectible. Tout ce qui est contraire h cette loi
est pour lui contraire a la destined d'un 4tre in-
telligent et libre.
Tout home a itd cr6d pour donner la plus
vaste extension A son cerveau, et iA ou l'accom-
plissement do ce devoic est impossible, nous
disons qu'il y a quclque chose de contraire a I'or-
dre universal.
Lorsqu'on subordonne chez un home quel-
conque la satisfaction de ce besoin imperieux
A une position de Iortune, A un genre d'occupa-
tions, on m6connait la fin de son existence, on
protest centre la loi naturelle. Vous qui d6tour-
nez la raison do sa voice, vous entretenez le d -
sordre dans I'ame. Mais le d6sordr. n'aura pas
seulement pour consequence d'asservir l'indivi-
du a ses penchants d6r6gl6s, le mal sera plus
grand, son retentissement immense.
Les biens los plus precieux sont en nous: Fin-
telligence, la liberty et la volont6. Cc que nous
considerons comme leur acquisition n'est autre
chose que leur manifestation. Nous nous cartons
de la voie naturelle, lorsquc nous pr6tendons que







I. EFFORT


par droit de naissanbe certain homes sont seuls
appel6s l jouir de ces biens qui sont des facultes
inndes. II est certain que nous ne pensions pas
tous avec la m6me vigueur etque, places en face
des mimcs (v6nements, nous n'en percevons pa s
tous (galement les causes 6loignaes ou immddia-
tes. Les uns, it premiere vue, prennent I'occasion
pour la cause, les autres, I'effet. C'est lA encore
la preuve que 1'intelligcnce exige un effort. Lors-
que nous la mettons en activity pour saisir les.
rapports existant entire les ph6nomnnes physi-
ques ou moraux, nous I'appelons jugement. A
cette phase encore il faut un movement pour
nous d6gager des erreurs qui nous viennent de
nos passions et de nos pr6jugds. Toujours des
entraves sur la route. C'est certainement par une
erreur de jugement que I'on suppose que tel
honmme nd dans telle condition sociile ne seraja-
mais in savant, que tel ouvrier restera mediocre
toute sa vie, et telle race inf6ieure jusqu'a la fin
des temps. Cet hornmme est ignorant parce que
sa famille, privee de fortune, n'a pas pu le met-
tre a lI'cole; cet ouvrier est miserable parce que,
sans resources suffisantes, il n'a pas pu fire
mieux; cette race, vaincue par la force, a Wtd re-
foule sur une terre ingrate, Bloignde du croise-
ment qui facility les influences reciproques. L'vo-
lution continue d&s que les circonstances d6pri-
mantes reculent. Lorsque nous faisons des re-
cherches dans l'int6ert de la science et de la v6-
,it6, nous reconnaissons que I'homme, quel qu'il
soit, recoit des idees du dehors et que, pour
6prouver le plaisir et la joie, il transform les
choses et plie h ses besoins les agents naturels.
Ce qui est encore plus merveilleux, nous consta-
tons qu'il est lui-m6me une idWe en developpe-
ment et que son imagination lui permet d'imiter
et d'inventer. II a cr66 le livre des souvenirs afin







I. EFFORT


d'enseigner aux gi'ndrations futures Ics fits du
pass; ces generations tireront du pass- une in-
duction qu'elles appelleront la philosophies de
l'histoire.
Tous ont Ic droit de tirer profit du premier des
bicns, I'intelligence, et c'est un devoir pour tous
de I'uliliser, de la pousser ai ses consequences lo-
giqucs. Dans lo course deostemp. des classes se
sont formecs, divisces par la force et l'habilet ;
serait-il sense do souvenir que cette organisation
ambrionnaire est parfaite et que, par une loi
d'atnvisme, les fils des vaincus ne seront jamais
forts, jamais habiles?
La lutte est la condition de la vie, mais l'hom-
me a souvent besoin do poser quelque part ses
pieds fatigues et meurtris sur la route et de so
rafraichir dans quelque oasis. II faut quelquc
chose qu'il puisse aimer et admirer, quelque
chose qui fasse le charme de sa vie. 11 trouve cela
en lui m6me et autour de lui. Tant qu'il est in-
culte son imagination ne soutient pas le vol de sa
pensde, mais t measure que son rayon visuel
s'elargit des surprises infinies le captivent: I'in-
telligence offre tous ses attracts. L'6tude devient
alors une consolation pour lui, I'objet de son ad
miration est fix6. II binit le travail intellectual
qui lui procure tant do jouissances, qui lui fait
comprendre les chefs-d'oeuvre de la creation. II
surprend le secret des arbres, des fleurs et des
fruits. Tous les rgues de la nature passent de-
vant lui. II reconnait qu'il y a des liens n6cessai-
res, indispensables entire routes les choses qui
existent dans l'univers. II sait que la terre nourrit
la plante par la seve, que la s6ve ne monte pas
sans l'action des forces repandues dans l'atmos-
phere; que lorsque la plante perit elle sert d'en-
graish la terre; que I'eau qui coule se change en
vapeur grace A la chaleur; que le soleil n'est pas








1. EFFORT


traniger ia cc movement; en on mot. qu'il y a
une vie universelle 6manant d'une mnme source,
dcdoulant d'une seule et unique volont.. 11 prend
plaisir i interroger cette faculty qui lui permit de
comprendre toutes cos choses. A force d'aimer
il va jusqu'a I'enthousiasme. C'est i ce moment
que I'intelligence, la liberty et la .volontd corbi-
nees impriment it son effort un Mlan sublime : il
devient ginie. Connaissons-nous par advance ceux
qu; parviendront A cettc puissance d'l66vation ?
Cc qui est certain, c'est que le g6nie est latentdans
tout homme et que celui qui a su utiliser I'intelli-
gence dans la plus large measure 6tonne seul le
monde.
Le fluide magn6tique de la volont6 met en sail-
lie 1'homme de genie agissant sur la soci&td, soit
come artiste, soit comme savant, soit come
homme d'Etat. Pour le penseurqui suit dansson
evolution continue I'activit6 consciente, la force
ambiante n'exerce pas sur lui une action fatal
au point d'en faire I'esclave soumis des sug-
gestions du milieu. Nous sommes sans defense
contre les fAcheuses influences du dehors lors-
que nous ne trouvons pas en .lous-memes assez
e vigueur pour leur opposer une constant re-
sistance. La chaleur de la conviction nous donne
assez d'dlasticit6 pour percer la couche 6paisse
des obstacles qui present sur notre individuality
et faire notre route avec aisance. L'homme qui
se complaint a la mcdiocrite n'y voit aucun mal,
son horizon no lui laisse pas concevoir quelque
chose de mieux. Une fois que les app6tits gros-
siers 1'ont empoigna, il croit ob.ir n6cessaire-
ment A une cause secrete. Celui qui a pris gofit
aux choses de l'esprit ne so resigne pas A ce r6le
passifet sans grandeur. II chutera certainement
plus d'une fois, mais toujours ii se relevera pour
planer. Une lecture, une pens6e forte bien medi-








I.'EFFORT 9

tde fait renaitre en son hme une sensation con-
traire a celle qui enchaine le vulgaire. La sensa-
tion intellectuelle ecarte la sens tion physique.
Une panske qui nait d'une noble impression pous-
se A I'h6roisme du ddvouementetdu sacrifice.
La flamme tend a monter, I'esperance entre-
tient une douce chaleur dans I'ime ct la pousse
vers les regions salubres o s'offrent les grands
apercus. Plus nous nous sentons digages des
liens de I'animalitd, et plus nous avons confiance.
L'homme instruit redoute I'affaiblissement de ses
faculties. DIs que ce moment arrive pour lui, dis
que son activity intellectuelle commence a dd-
croitre, il devient morose. C'est Ie glas de ses heu-
res dernieres, et dans tout icil qui so fixe sur lui
il ne voit plus qu'un regard de pitid. La dcrepi-
tude est vraiment poignant, elle accable d'iro-
nie nos efforts et attested notre impuissance. Lors-
que nous nous croyons encore une majesty et que
les circonstances de tous les instants viennent
prouver quenous ne sommes plu-s qu'une ruine,
la deception precipite notre d6couragement final.


Tous les droits ddrivent de la pensee. La fa-
cult6 du choix est ce qui constitute la liberty.
Les ph6nomenes internes se succedent h Fin-
tini. Des faits purement moraux s'accomplissent
dans l'homme, qui le portent au diseernement.
II garde le souvenir des sensations mortes etd6-
nmle de la confusion de ses iddes ce qui pent lui
etre utile ou nuisible. Dans le gouvernement de
sa personnalitdil execute une sdrie d'actes d-
coulant de son propre jugement. Ce qui ddlibere
chez lui, ce sont ses faculties appeldesen conseil
pour prendre une determination. Les 6v6nements
qui se d6roulent dans la vie exterieure donnent
une idde bien affaiblie de ceux qui se succedent







I. EFFORT


dans li vie int6rieure. Une victoire 6clatante
crmport6e sur un champ de bataille cst loin de
valoir en importance la d6faite d'une heure que
I'on inflige d ses mauvais instincts. Et dire que
ces sortesde triomphes don't 'acteur est le soul
t6moin sont de tous les jours ct de tous les ins-
tants. La paresse est le sommeil de la liberty. Si
l'individn n'a pas assez d'energie pour brisor les
liens qui le retiennent asservi, il a ce-s6 d'etre
libre. Mais il est toujoursen son pouvoir de le re-
devenir. Une passion ne d6truit pas absolument
les bons sentiments. C'est un obstacle A leur clo-
sion, Ie germe est toujours la qui n'attend qu'un
moment pour se d6velopper et s'6panouir. L'hom-
me le sait,et c'estpourquoi il ne desespere pas de
cultiver les bonnes semences d6pos6es dans sa
nature perfectible. alors m6me que les appAtits
grossiers semblent lesdess6cher.Un sage n'a pas
craint de dire que I'homme est libre meme vis-
A -vis de Dieu.

La volont6 rend la liberty feconde en products.
La volonte apparait au moment oO nous pre-
nons une determination. Nous n'appelons pas de-
termination la resignation qui nous fait suivre
passivement les exigences d'un quart d'heure que
I'on dit fatal. Cet 6tat d'ame serait plut6t I'ob6is-
sance A l'instinct mauvais. Ne l'avons-nous pas
vu? la liberty c'est la faculty du choix. Le mal
entraine sans piti6; c'est la pente vertigineuse
qui descend vers I'abime. Pour s'arreter il faut
un effort, c'est-A-dire un acte volontaire. Pour
remonter il faut encore le concourse de la vo-
lontd. Au-dessus de l'abime il y a le sommet;
mais le sommet est abrupt, on ne l'atteint pas
d'un bond. Chaque tape est h6rissee de difficulties.
On y parvient les pieds saignants et le front en
sueur.







L EFFORT 11

Rappelons-nous que le vide n'est nulle part:
la place d'oW nous avons chassd une passion
doit etre occupee par une autre passion. A la
passion du mal nous substituerons celle du
bien. LA est la force efficace, Ie secret -des beaux
desseins. L'homme ne croit sinceremcnt avoir
trouve une verit6 que lorsque cette v6rit6, nee de
In froide raison,est passe chez lui I'Mtat de senli-
ment L'idee ne passionne, n'Mlectrise qu'ia cette
dernid'e phase. Tant qu'elle exige une d6libera-
tion, elle doit etre soumise A I'dpreuve de l'exa-
men. C'cst lorsqu'elle occupe une place dans le
coeur qu'elleaccomplit I'action. Les grades pen-
sdes viennent du coar.
La volont6, par laquelle nous r6sistons pour
vaincre, a ses d6faillances, tant qu'elle n'est pas
rechauff6e par le sentiment. LA est la chaleur vi-
vifiante. La volont6 puissante et souveraine n'est
pas dans la tete, mais dnns le coeur. La raison
peut mener A l'orgueil, le coeur seul rend g6nd-
reux et compatissant.
La passion corruptrice, c'est le d6rgglernent de
I'esprit, c'est la volonte qui se cherche et qui ne
s'est point affirmee. Mais ici encore les resources
sont innombrables. La faculty de sentir atteste la
conscience. Le trouble de 1'esprit c'est d6jA la
lutte engage entire lejour et la nuit. Peu A peu
des 6claircies se font, les rayons lumineux per-
cent lesombres en quelques endroits, et lorsque
le jour triomphe la raison s'affranchit.







. ElFFOURT


CHAPITRE Ill



LS T oI.)S IDI;.\ X


II y a I'idal de 'aiu-deli I'iddal individual et
I'idnal social. Le( deux derniers so touchent
6troitement sans so confondre. Le premier do-
mine la creation tout entire. C'est la manifesta-
tion la plus grandiose de l'amour, 1'6ternelle
montee (pii dirige toutes choses vers Dieu.
L'homme et la sociie6 s'6lvent pour I'atteindre.
De lit cet'e vfrit6 qu'il faut raliser Dieu en soi.
L'ideal individual, c'est la perfection de 'horm-
me. LA est son premier devoir. 1I a des faculties
natives suffisantes pour satisfiire cette tendance.
Le contours de ses semblables est ici un facteur
secondaire. La lib6ralit6 des autres n'augmente
pas notre mrnrite, notre activity personnelle seule
I'amplifie en lefortifiant. Meme perdu dans la soli-
tude, celiii qui medite le problem de la destine
donne la plus forte extension A son Ame II entire
en communion avec l'esprit universal et 6prouve
les sublimes jouissances reserves i l'effort.
La vie spirituelle est superieure A la vie mat&-
ieHle qui est commune a tous les etres r'pandus
sur la surface du globe, malgri la diversity des
modes par lesquels elle so manifesto. L'homme
vrai a pour principal souci d'olargir la sphire
o0 so meut son intelligence. La se rtinclhis-
sent ses idWes, internes ou externes, qu'il dirige
dans tous les sens selon ses besoins cons-
tants ou passages. Le premier home c'est I'in-








L EFFORT


tcll;gence. Mais l'homme est aussi oblige de s'oc-
cuper des soins mat6riels de 1'existencc. De li
une deuxieme face de 1'effort. II ne faut pas qu'il
meure de faim, ii est animal par ce c6t6. Si les
aliments lui manquent il s'otiolera et p6rira
infailliblement. La terre lui dit: J'ai des se-
crets que je nelivre qu'i ceux qui me dechirent
les entrailles. Veux-tu que je te donne des fruits
meilleurs et une nourriture plus substantielle ?
Arrache-moi ces secrets par le travail. R6pands
ta sueur sur la surface dure qui m'envoloppc.
L'humidit6 et la chaleur sont indispensables
pour rompre cette 6corce. 11 obdit h ce com man-
dement qui n'est qu'un 6cho do sa pens6e. Alors,
penche vers la terre qu'il laboure, il constate que
la chaleur de son sang, communique au sillon
par 'action de ses muscles, fait sourire la vieille
mere qui l'enrichit.
L'effort est une 6chelle i plusieurs degr6s qu'il
faut gravir sucessivement et toujours. Mais tous
n'arrivent pas aux degrds snpdrieurs. Le plus
grand nombre, faute de culture, s'arrkte en che-
min et tombe en faiblesse.
La recompense est le couronnemcnt de l'effort,
mais ii y a des courage malheureux. Beaucoup
d'ouvriers s'en vont avant d'avoir recu leur sa-
laire. Ceux-lh du moins emportent dans le gouffre
ou ils disparnissent cette paix de la conscience
qui leur dit qu'ils ont fiit tout cc qui Mtait hu-
main pour se conformer a la dignity de leur na-
ture. Nous n'avons rien i leur reprocher. Its
6taient d'une constitution d6bile, lour esprit n'ctait
pas assez ouvert aux choses dc ce monde, mais
ils ont combattu. Leur 6chec servira do lecon a
ceux qui vien iront dans la lutteaprGs cux. L'hom-
me est une experience pour l'homme, les g6ndra-
lions enseignent les generations. C'est pourquoi
ii est desirable que i'id6al individnel se r6alise








11 L'EFFORT

le plus complement possible. Ce qui encourage,
cc n'est pas I'avancement apparent de la sociWtd,
mais la r6ussite de l'individu.
L'homme n'a pas seulement les yeux ouverts
sur cc livre int'rieur qui est lui-mime; en r6fl6-
chissant sur le jeu (ie cette force interne qui I'a-
gite, il sent que son 'etre tout entier reCoit des
secoussps 6tranges ; ii s'apercoit que hors de'lui
it est un movement qui s'opere et qui le dd-
place. Ce movement d'of vient-il? A c6t6 du
penseur il y a d'autresi penseurs qui sont 6gale-
ment remu6s par cette lave en dbullition quis'ap-
pelle le ccrveau. Est-ce la contemplation de
l'infini qui voile I'avenir et produit le doute in-
quiet? Non, cette contemplation est sereine, c'est
I'ime d6gagdc un moment des etreintes de la
matiere et nageant dans des flots de lumiere,
c'est la paix et le repos. L'agitation qui contrarie
Ic vol de I'e-prit et le .ramt:n3 dans les basses
regions, c'cst la r6alit6 qui se dIbar, Ic pre-
sent qui met face i face les forces individuelles
s" neutralisant contrairement i la grande loi de
I'harmonie. L'6volution naturelle des mondes
s'opere en toute liberty dans I'espace, I'homme
est.un obstacle pour I'homme. Pourquoi ? parce
qu'il doit pourvoir h son existence, parce qu'il doit
se raliser. Ah! s'il pouvait come une fum6e
se dissiper et s'vanouir, il deviendrait insaisissa-
ble ih toute contrainte. Mais ii est une personnalit6,
il est 'esclave de ses besoins; il doit lutter pour ne
pas Mtre ancanti. II est lui-mnme cette r6alit6 qui
sort du rive. Le choc atteste done une vie ext6-
ricure qui complete en la modiflant la vie inte-
rieure. L'homme, puisqu'il faut qu'il se r6signe
a cctte necessity, se mele au movement qui en-.
traine son cspece; il se mele A l'agitation univer-
selle sans perdre son activity propre, sans cesser








L EFFORT 15

d'6tre soi. A partir de ce moment l'ideal social se
decouvre.
L'id6al social est inconceivable sans l'iddal in-
dividuel. C'est l'ensemble des individus qui cong-
titue la soci6t6, et la reunion des tendances parti-
ticalieres qui fixe le but commun. Descendu des
hauteurs de abstraction pure dans l'arene bor-
nee des n6cessit6s pr6sentes, I'homme ne perd
pas l'id6e de sa responsabilit6 personnelle. Peut-il
oublier qu'il agissait en lui-nimme lorsqu'une ac-
tion ind6pendante de la sienne lui a monte un do-
maine plus 6tendu ? Tout en cherchant A se ren-
dre compt^ de cc qui ne depend pas de lui, il
travaille a sa conservation. L'id6al individual ne
disparait done pas sous la clart6 doe 'ideal collec-
tif ou social. C'est plutot un rayon qui part de
I'individu pour aller se meler au vaste eclat de
la lumidre produite par le reflet de toutes les in-
telligences. Avant tout il faut 6tre. Comment so
r6aliser au point de vue de la double personnalit6
que le contact des humans a r6v6l6e ? Dans la vie
contemplative I'homme 6tait seul avec sa pensee,
dans la vie concrete le voilh aux prises avec lui-
m6me ot avec d'autres individus. Seul contre
tous, pourra t-il lecr r6sister s'il est faible? n'e.t-il
pas urgent qu'il soit fort pour n'6tre pas 6crase?
En 6tat de rdsister A l'action de tous, sera-t-il nd-
cessaire pour lui ded6truire les autres pour sub-
sister? La destruction de I'espcce par elle-meme
n'est pas une loi. La loi, c'est la conservation de
l'espice par le d6veloppement de l'activit6 per-
sonnelle. Celui qui reconnait la necessitM de so
conserver donne son maximum d'effort et sert
d'aiguillon aux autres. II saisit les matLriaux
qu'il trouve sous la main pour les faconner, les
changer en instruments de travail. Les produits
de son invention le satisfont. Lorsque sa tAche
sera achevwe, ces instruments accumulds lui sur-








I. EFFORT


vivront. De son vivant, ii instruit les autres, les
enseigne it travailler mieux, i tirer le plus de
profit possible de leurs pines. VoilA le term de
l'effort, tel que la raison Ie concoit.
Un seul n'6puise pas les resources de Ia na-
ture. Ces resources innombrables ne sent pas
touti-s connues. Les elements exploits sont ri-
ches ( n reserves. Les choses sont combinees de
tell f; on, que, do mime que sur la terre il y a
une place pour clique home, ainsi chaque d6-
couverte peut-Mtre utilis6e par tous. Mais il y a un
fond d'6goisme dans le coeur human. L'instinct
de la conservation qui s'est 'veill6 au premier
choc se change bientlt en dcsir do domination.
II ne suffit pas que I'on puisse vivre, il faut encore
que l'on vive sans apprehensions pour I'avenir,
aux d6pens d'aut ui. So fire la part du lion, voi-
lit le rove. Selon ses penchants, on emploiera la
force ou la ruse pour y parvenir. Les forts 6tale-
ront en plein jour leur puissance, porteront de
rudcs coups i ceux qui pourtant ont come eux
le droit de vivre. Les foibles se ligueront et en-
treprendront une oeuvre de destruction. lUs creu-
seront une mine profonde sous les pas des domi-
nateurs, et un immense effondrement sera le rd-
sultat de ce travail soutorrain. La ruse est plus
paissante que la force, mais elle porte aussi le
germe de l'6goisme, la tendance Ai la domina-
lion. Ceux qui ont longtemps subi la force croient
se venger de touts les humiliations passees en
tyrannisant a leur tour. II est done vrai que notre
pauvre existence est un g6missement. 11 est done
vrai que dans toute condition I'homme, mecon-
tent de lui-mme, a quelque chose a envier. On
lutte pour m(ontir, on lutte pour garder la posi-
tion acquise. L'egosnme des plus avances vous
fait prefCrer, philosoplie, l'tat de nature i l'etat
de soci6te. Mais I'homme n'est-il pas partout le








L'EFFORT


mire? le savage est-il moins f6roce que le ci-
vilis6 ? les caraibes des petites miles n'ont-ils pas
souvent depouill les naturels de Quisqueia ? les
hordes de I'Afrique ne s'entr'dgorgent-clles pas ?
Ces home de la nature ont pour excuse le som-
meil de leurs facultks intellectuelles et morales.
Le civilis6, lui, exalte la raison don't il, fait la ne-
gation du sentiment. Prenons I'histoire. C'est au
norn de la raison que I'Espagne extermine une
race qui lui dit : In terre que j'occupe est a moi.
C'est au nomn de la raison qu'en Am6rique la co-
lonisation europdenne condamne cheque jour les
indiens A s'expatrier, emportant;dans leurs pe-
rigrinations lies os de leurs peres. C'est encore
au nom de la raison que I'Europe colonise le con-
tinent africain et qu'elle fusille ceux qui resistent
it 'envahissement de leurs domaines. Cependant,
6 contradiction! ces mnmes homes prEchent le
respect de la propridtd et de la liberty( individuelle.
Ils dissent, Ia o( ils se prisentent en colonisateurs.
que la terre n'est pas au premier occupant, et
ils frdmissent quand le communism rugit leurs
portes. Ils disent qu'il leur est permis de tout
t'iire parce qu'ils appo! tent avec eux nl civilisa-
tion. Pourtant ont-ils civilis6 les peau-rouges de
I'Amrrique? ils les ont extermines. Ont-ils civi-
lis6 les africains imports dans le Nouveau-Mon-
de? ils les ont reduits en esclavage. En Afrique
du moins ceux qui ne p6rissent pas ont la li-
hert6 du desert. Tclle nation qui ailleurs assas-
sine les citoyens qui ont I'idee de patrie, n'a pas
assez de mal6dictions pour I'homme politique
qui chez elle garrotte les libert6s puhli(qucs. Par-
tout I'lomme fait la guerre at I'homme en vue de
ses int6erts; la Iribu i la tribu, la nation i la
nation. Tantot on invoque l'int('-rt particulier,
lantOt l'interet majeur.








L.EFFORT


CHAPITRE IV.



L'E-.ClO1SME N'EST PAS I.'EFFORT.


Dbs le principle, nous 'avons vu, I'liomme s'st
renform6L en lui-m6me pour acquirir plus de vi-
igueur, ICour mlietu so Sentir. Pen iA pen il a com-
pri's que cotte concentration no suffisail pas poiir
ne mettre a I'ahri de toute agression. II a 'largi
sa personnalite en exercant son action sur Ies
autres. Le groupement des int<'r"'ts s'est opere
dans la suite des Ages. Mais ce n';tait pasencore
la solidarity. De nouvelleis ep'-euves talentt reser-
v;es au genre lumnain, il ('tait trop jeun e pour
so reposer. Une fiouvelle separation devint ine-
vitahle. Suivons ccs dcliirements violent qui
font dire i' un iplilosoplhe pie In guerre est I'tiat
de sociWtd. Chaque tribu qui so forme sur un es-
pace donn6 croit ses intcrits opposes a ceux de
sa voisine. Et parmi les peupladesqui sont deve-
nues nations et qui ont fait le droit des gens la
lutte sc pursuit. Tel Etat croit que existencee
de tel autre est ine menace pour la sienne etjuge
prudent de diminuer toutes les chances de suc-
c(s pour son rival. Le d6veloppement de celui-ci
conttrarierait son evolution. Les nations sont res-
pectiveniment maitresses de leurs territoires ; ce-
pendant la plus forte mdite d'etendre sa domi-
nation, de fair'e de tons les peoples un seul peu-
ple, de minnic qu'on a fait de toui les citoyens
groupO6 sur un lerritoire un seul Etat. Cc serait
li In plus Iol)le ambition si ,lie avait ponr mo-








L EFFORT


bile I'amour de l'humanit6. L'association de tous
les efforts serait certainement la ralisation d'un
rvve human. Mais c'est le contraire qui est vrai
dans l'Htat actuel du monde. On veut 6tre puis-
sant en affaiblissant les autres ; on veut que tous
les int6rts soient subordonn6s it l'int6rct d'un
seul, qui dispose A son gr6 et selon ses caprices
de tout ce qu'a pu produire activityt6 d'autrui. On
n'accepte pas que la puissance superieure soit
I'enserble de toutes les activities consciences et
libres, on exige qu'elle soit l'h6gernonie d'un
soul. Le r6veil de I'homme dans Ia realit6 a pro-
duit I'6goisme : 6goisme individual dans la so-
ciete, 6goisme de l'Etatdans I'humanitt. Malheur
it ceux qui ne trouvent pas en eux-memes assez
de vitality pour resister aux tendances envahis-
santes des forts Mallicur i ceux qui ne savent
pas fire respecter ce qui les constitute, c'est-
A-dire leurs biens et leur liberty! 11 faut, pour
arreter le mal cause par 1'fgoisme, la forte cons-
titution de 'individu et une slide organisation de
la socikt6 au point de vue territorial.
Seuls s'elevent it la hauteur de cette nce-s-
site ceux qui. ayant assez de cla~~rt dans l'in-
telligence et dans le coeur, reconnaissent que
F'iindpendance des citoyens et des peoples est
utile et sacroe. L'individu est respectable par ses
aptitudes et ses quali-ts, il en est de mrme tde
la nation. On sort mal ses int6rcts lorsqu'on md-
connaitceluidesautres. Tout travail productifsup-
pose l'dpargne : on 6pargne pour soi et pow ses
enfants. L'hlom meappartient it ne famille ; it est
certaines jouissances qu'il ne se procure pas, par
ce qtu'il veut r6server it ceux qui lui sont atta-
ches parles liens du sang un avenir meilleur.
Etendre cette sollicitude jusqu'A la society, don't
l'existence est plus longue que colle de 'individu,
c'est cc que nous appelons Ie d(esintressement e,.








L EFFORT


quo d'autres d6signent sous le nom de piftA so-
ciale.
Le d6sint6ressement n'est pas I'indifferenco
C'est la reconnaissance des n6cessit6s auxquelles
sont soumis les liomrnis quels qu'ils soient : c'est
on soulagement apportr6 ;i lenrs maux, ;i lours
souffrances. L'hommodesi n tress5 acceptel'ac:o-
parement pour une folie. II a assez de jugement
pour comprendre qu'il no doit pqs mrsuser des
avantages de la fortune. Quiand oni a tout (puis6
on n a pas connu la vortu de I'effort. Colui qui vent
vivre dlans la mnmoire do plisiceurs g6ndrations
laisse qucllque chose A la post6ritO, queliue chose
qui parl e dlu i i qui atteste lqu'il a v6cu, obs6de
par la Ipensia n du hien. Co qu'il tfit actuellement
prolfitc a ses contemporains et so projette sui
1'avenir.
I'Ygoismn, qui est I'idial individual r6treci,
ranmcni vers I'instinct bestial, fait check it la rai-
son d'une fahon cuisante. Quelquefois les pins
d(l'intdress('s, les plus vertueux, sont m6connus,
perskcutrs. Ia nimuvaise fortune qui les a lives
aux coups de I'ingratitude pendant qu'ils s'effor-
eaient it fire lc hicn les pursuit meme au-delb
(de la tombe. On contest i'efficacit6 de leurse (u-
\res lorsqiu'on no va pasjusqu'h les maudire. Cela
no d6courage pas los bons. Du vivant tes honm-
ines on sed(mande si leur d6sint6ressement n'est
q(u'pparent. L'csprit do rivalit6 enfante par
'orgueil veut quand mnim diminucr leur part
d'heritage, c'cst A-dire la reconnaissance queleur
doivent leurs contemporains. Et, commetout une
generation no meurt pas le memejour, le venin
tid I'envie qui fait la tristesse de la vertu conti-
nue de s'infiltrer dans lecteur de ceux qui vien-
nent apris I'honnite homrrie disparu. Mais il a
noblement rempli sa tAiche. Des sympatlhi.c in-
o(innioes I'entiouraient alors nimem i que les cla-








L'EFFORT 21

meurs intcressees ktouffaient la voix de la cons-
cience publique. Et, cequi est encore plus conso-
lant, il jnspirera la vaillance de ces lutteursqui
croient aux glorieuses destinies du genre hu-
main. Cette phalange do bons combatants tient
a lui par les liens de I'intelligence ct de ln foi.





CHAPITHE V



CE N'EST IAS LE SUCCE:S QUI FAIT I.E MliEITE.


Peu imported que do notre vivant nos efforts
soient couronn6s de succis, que nos peines soient
plus ou moins r6eompens6es. Soyons utiles en
accomplissant le devoir. L'homme a des obliga-
lions envers la soci6td don't il fait parties, des de-
voirs envers I'humanit6 tout entire ; lorsqu'il
les a remplis il s'est effectue.
Tout ne depend pas de nous. Nous ne somnes
pas excusables lorsque nous avons n6glig6 de
mettre en oeuvre nos facult6s, d'utiliser les res-
sources que nous avons si trouver et recon-
naltre. Ce qui ne peut nots dire accord que
par les autris no depend pus de notre volont6 :
la reconnaissance. les honneurs et les riches-
ses. Ce n'est pas A la reconnaissance que
nous t6moignent leo hommes que nous devons
mesurer I'dtendue de nos bonnes actions. Leurs
opinions sont trop versatiles pour qu'ils saluent








L'EFFORT


Ie merite partout o6 ils le rencontrent. II faut
tcnir compete de leurs prejuges et des moments
oh tels personnages apparaissent sur la scene.
On accord plut6t les honneurs et les richesses
a ceux qui servent les passions des classes domi-
nantes. Dans une aristocratie, les plus grands
sont ccux qui prot,'gent pnal tous les moyen les
advantages et les privileges du petit grolipe qui
s'intitule classes dirigeantc. Plus les roturiers sont
refoulds dans la parties basse, plus ils sont tenus
Ai fond de cale, ct plus leurs oppresscurs sont
glorifies. Lcurs ddfenseurs, leurs 6claireurs. sont
les monstres qu'il faut liver a l'ex6cration publi-
que. Lorsque, au contraire, la multitude s'est
(levee brusquement au pouvoir, ses repr6sen-'
tants estim6s les plus dignes de sa conflance
sont ceux qui font de la terreur une armI sire
pourtuer la libeirt. 1 ne suffit pas qu'on aitdit
aux privilegi6s que la multitude a des droits, ii
faut encore suppriimer les modrcds qui osent
soutenir que la raison condamne les represailles.
Dans ces moments d'effervescence on accord
peu d'attention a ceux qui, par leurs iddes, ont
pr6par6 I'616vation du people. Onlesjuge inca-
pables, par respect pour le cultequ'ils vouent
la pens6e. de descendre dans la monstrueuse
arene ot les piedsglissent dans le sang. C'est peut-
etre un honneur poureux, c'est deji une recon-
naissance de la sup6riorit6de la pens e. S'ils ne
sont plus ces penseurs, ces revolutionnaires de
l'idle, on s'empare deleur doctrine qu'on avoue
en les faussantquelque pu.
L'esprit d'opposition empkche les contempo-
rains d'avoir uno id6e exacte de la valeur des
hommes. Ici on exalte un personnage rien que
pour abaisser tel autre; IA on d6nigre une oeuvre
que l'on croit oppose A telle autre don't la conser-
vation serait necessaire. Tout cela d6montre qu'au








LIEFFORT


point de vue social nos efforts sont plus ou moins
recompens6s suivant les passions des temps. Ce-
lui qui envisage par-dessus tout cett4e rcompen-
se que nul ne peut acquerir t son grt. appelle it
son chevet le plus amer d6senchantement. 11cesse
d'itre home, c'est-i-dire de travailler it sa per-
fection; il attend tout de la societ6t, il finira par
maudire cette ingrate qui n'estime pas les meil-
leurs et qui accord ses prsefrences aux moins
dignes. Ce qui importesurtout, avant toute chose,
c'est le perfcctionnemcnt de I'individu. Son am&-
lioration amnera celle de la collectivit(. Pour ce-
la n'ayons pas en viue la preparation d'un group
it I'exercice du pouvoir, it la pratique du gou-
vernement. II faut aux hommes une education
commune, une nobles.se de tendances comnrune.
Dans l'individi I'idal est un, touted ses facultis
convergent vers un but unique. Pourquoi dans la
socift6 cette unit de vues ne serait-elle pas la
oi ? Un Etat qui croit n6cessaire le maintien des
classes ferm6es vivra peut-etre des siecles, mais
il finira par s'effondrer dans une convulsion, car
I'organisation mdcanique des classes est contraire
a I'ordre. Vouloir que dans un pays le pouvoir et
les honneurs soient Ie partage de quelques fa-
milies, quels que soient les temps, c'est dire quo
la soci6td a kt6 organiste au profit de quelques-
uns; c'est acclimater dans le monde human, par
pure convention, la selection qui gouverne le mon-
de des animaux et des plants. Dans la selection
naturelle les types se perfectionnent d'eux-mi-
. mes, tandis que dans la selection sociologique,
soumise au caprice du choix, on procede par cal-
cul en n6gligeant souvent les sujets les plus ro-
bustes. Partout I'iniquit6 engendree par la cupi-
dite.
La notion de la s.oci6t, qui est ant6rieure it la
notion de l'Etat, a transport dans l'organisation








L'EFFORT


politique tons les d(fauts, tous les vices de l'orga-
nisation primitive. La soif des honneurs qui rend
detestalle 'oexercice du pouvoir dans l'ordre po-
litique, trouve sa source dans lesappetits inassou-
vis qui degradent na socit,. On vise i la supri-
matie, non a cette suprematie morale, fruit de
intelligence et de la vertu, mais i la sulprmatie
que procurent les riclhesses. De tous les bicns que
donnent les autres. de toutes les ricompenses qui
ne dependent pas de ciacun on particulier, les ri-
chesses sont les apparences qui parent Ie. plus
au vulgaire. Pour le plus grand nombre, c'est lI
signed evident de la superiority. Beaucoup deies-
tent les riches. bien peu ont assez d'independance
pour refuser de les flatter. On passe indifferent A
cot& d'un homme de talent, il est inutile dans le
movement. On accepted come ldgitime la puis-
sance dl rice, on le courtise sans lui demander
l'origine de sa fortune. II a toujours en sa faveur
une presomption, il Mtait n6 pour rtussir. L'usu-
rier qui a su rendre sien le patrimoine du pauvre,
l'administrateur infidele qui a dtourn6 les droits
du fisc, ont leurs titres de proprikt6 dans la sim-
ple detention. La route et ouverte a la cor-
ruption; I'opulence qui frappe la vue parait ac-
cessible A tous, pourvu qu'on veuille employer
les moyens faciles que repousse I'honnetet6. L'as-
tace, le vol et I'assassinat donneront en peu do
temps, en un jour peut-etre, cc quo no sauraient
donner vingt ann6es do consciencieux efforts.
La vanity est I'illusion du m6rite. Aux yeux de
celui qui adore les richesses, la r6ussite justified
tous les moyens. II depouillera ceux qui posse-
dent, par la violence ou par la ruse. L'honnete
homme meprise toutes ces laideurs. il n'aime que
.ce qu'il a pu obtenir loyalement. II cherche A
s'instruire, parcel qu'il sait que le cerveau enrichi
par l'etude est un bien qui ne laisse aucun re-








L'EFFORT 25

mords, parce qu'il sait que la science ct la sages-
se sont des ornements don't il ne sera point dc-
pouill6. Cette morale professes dans les siecles
lointains par Platon, Aristote, Epict6te, est la con-
solation de la philosophic.
Encore une fois, I'idaal individual aboutit it I'i-
d6al social. Des que l'un cesse d'etre beau, I'au-
tre se trouble nicessairement.





CHAPITHE VI.



LA SOLIDARITIL EST LA GRANDE FORCE.


Si une nation ne comptait que de(s citoyens in-
tigres, en toute occasion elle envisagerait I'hon-
ntte. II suffirait m6me qce les bons instincts fus-
sent le lot de la majority. pour que cette nation
march d'un pas sor vers la civilisation et le
progres. Nous ne nions pas le rl6e preponderant
d'une minority bien pensante. Le mal n'6tant pas
absolu, les rares examples de vertu peuvent, h
la longue, refaire les moeurs. II est indeniable
que plus les bons sont en nombre, plus les chan-
ces de salut sont certaines. On object qu'une so-
ciete uniquement compose d'hommes vertueux
n'a jamais existed et n'existera jamais. Mais on
oonviendra que si jusqu'aux jours oft nous som-
mes l'humanit6 tr6buche, c'est it causq du triom-
phe des m6chants sur les bons. On conviendra








L'EFFORT


que tout home est perfectible et que, placed dans
un milieu ofi les bonnes actions sont on honneur,
tout home peut aimer le bien et le pratiquer.
Alors pourquoi douter de 'expansion de In vertu,
de I'amelioration de la collectivit6 qui est l'en-
semble des parties. Tous ne seront pas bons, mais
les bons etant en majority l'influence du mal sera
affiiblie. Ce sera le retour au culte de I'esprit,
I'humanit6 montant sans cesse. vers l'au-dela, r6a-
lisantsur la route Ic precepte d'amour par lequel
tous sont solidiires et frires. Alors la lutte pour
l'existence ne sera autre chose que 'effort vers la
hienveillinuce mutuello. la reconnaissance des
vrais interits de I'esptec hlumaine, la solidarity"
des intelligence et des coeurs dans Ie temps et
dans l'epacc.
Celui qui saitdiriger les 6lans de son ceur finit
paracquerir une certain autorit* sur ceux qui
l'observent. En traversant Ia foule oi le specta-
cle de tous les vices. de toutes les douleurs frappe
ses yeux, ii sent que son r6le -grandit, il essay
d'adoucir ces douleurs en pensant les profondes
blessures faites nux d6sherites par la corruption
des grands et la haine, cette comipagne assidue de
lamisere non encoretemper6epar 1'esprit de dou-
ceur. I1 reconnait la mission don't il est charge,
car chacun a une mission a remplir. La pre-
mier vocation c'est le rapprochement, c'est la
prediction de la fraternity qui est la charitO en
religion. 11 dit a cetle multitude qui est faible et
m6prise parce qu'elle n'est niprevoyantenisage:
< Instruisez-vous : le problme du pain quoti-
dien ne se resume pas dans Ic boire et le man-
ger. La vie mat6rielle sera d'autant plus penible
pour vous, quevous aurez n6glig6 les besoins de
la vie morale. Lutteurs inquiets, rentrez en vous-
memesi soyez conscients. Lorsque vous sortirez
de la meditation vous observercz Inicux la place








L'EFFORT 27

publique, vous saurez ou vous menent ceux qui
sont charges de la mission de vous conduire.
Que chacun de vous devienne une pensoe, et
vous serez plus forts ,.
Lorsque les penscurs se constituent ainsi chefs
de group; lorsque, loin d'alleri aux grands, aux
puissants qui mdprisent la foule, ils vont plut6t
a cette foule pour l'instruire et In moraliser, ils
se rendent d'abord A ec!x-mines on immense
service: ils se procurent cette jouissance reserve
A ceux qui cherchent In perfection du c(eur par
I'epuration du sentiment. Ils rendent ensuiiteaux
autres un service encore bien plus grand : ils les
aident h se rapproclier de I'id('al humnain, qui est
la fusion de l'ideal individual et de I'ideal social.
C'est ainsi que l'on sort utilement de soi course
meler au movement general et donner, pour
ainsi dire, une partie de son ime aux autres.
L'hommeest un comme matirie, mais comme
pensCe il a le don de se multiplier, de secommu-
niquer A plusieurs. Voilacequi sert de fondement
au precepte de la solidarity.
Trop d'elom'ents mortiferes s'infiltrent dans
la multitude pour que les penseurs se d6sint6res-
sent de son sort. Les miasmes d6lc6teres gagnent
meme les fortunes qui sont en haut. Dans un
quarter insalubre ce ne sont pas seulement ceux
qui vont A pied qui absorbent les germes mor-
bides,. car tous respirent. Le courage des foss6s
et des dgouts est command par I'hygi'ne. Lors-
q:,e ceux qui possedent negligent la salubritd pu-
blique en voyant perir les misdrables, le mal
monte aux (tages oi ils se refugient, et c'est en
vain qu'ils essayent d'assainir leurs somptueux
appartements. Eh bien, les vices d'en bas, lors-
qu'on ne cherche pas A les extirper, gagnent in-
sensiblement les couches superieures. Malgrd
toutes les precautions, quelques pestifdrts s'in-








L EFFORT


sinuent parmi les mieux hupps. L'instinct d'imi-
tation qui porte I'homme A singer les allures
neuves, originals, impose les mwurs et les ha-
bitudes des nouveaux venus aux gens blases,
Iroph reurux de trouver une nouvelle faton de
jouir.
L'honmme habituW aux hautes ri'gions de la pen-
se no peed rien de sa dignity en descendant
parmi le people. LA aussi ii est lui-mmee, et l'ex-
perience (lu'il acqqiert chaque.jour au contact des
misires humnines fait que nul ihomme no lui est
stranger. II n'obit point au -commandement de
l'audace, ii accueille avec bienveillancelatimidit.
qui se respect. Et, si detain une part du pou-
voir lui 6chet, il saura accorder ses pr6f6rences
it I'honnetet6 sans ostentation, au m6rite qui veut
(tre recherclh.
De que(lue cot q ue nous tournions nos regards.
nous conslatons que l'isolement tue. Ceux qui
s'isolent protestent centre la soci6t. qu'ils ne sau-
raient detruire cependant. Quelquefois c'est sons
1'empire d'un noble sentiment qu'ils le font. IUs
Irouvent aux homme.s trop de d6fauts, ils ven-
lent oe conserve purs pour ne pas choir d6fl-
nitivement dans les ornieres ofi se complaisent
tant de creatures. Certainement. il vautmieux
s'abstenir du mal que de le commettre, mais ii
vaut encore mieux le prdvenir chez les autres.
Lorsque deux brigands s'entretuent. le sage croit
d'abord que la prudence lui command de fire
son chemin. II pense que son repos serait trou-
bl6 sion 'appelait en t6moignage. Mais, mie.ux
avis6, ob6issant ensuite i la raison qui lui dit que
sa voix puet etre kcoutlc, ii se montre soudain
et la colbre est d6sarmee. Le sage porte en lui
qluelque chose qui le trahit, et sur son front le
signe du commandement.
Mais dansce milieu of ildescend le sceptre qu'i








L'EFFORT


tient peut 6tre bris6. II rencontrera des 6gaux,des
hommes qui iui ressemblent par I'intelligence,
mais pour qui le mot ddvouement na aucunesi-
g iiflcation. Is lui 'liront qu'il s'amoindrit en cher-
chant A rendre les autrcs vertueux; ils essaie-
ront de lui fire entendre que tous ne sont pas
nds pour atteindre an m6me degree de perfection,
et que ceux-lI qui se sont laiss6s corrompre par
le vice n'6taient pas dignes d'un sort meilleur,
S'il pr6te I'oreille i ces discourse mensongers ii
finira, lui aussi, parcroire que In f'oule, incapa-
ble de toute bonne conception, merite d'etre cx-
ploitec. Alors il entreprendra une oeuvre con-
traire it I'ideal qu'il s'est propose, celui d'itre le
directeur des d6sh6rit&s de la fortune. II reculera
dans la vo.ie droite ofi nous 1'avons vu s'engager
d'un pas si ferme. 11 aura perdu de vue et I ideal
social et le vrai prestige de son caractLr'c.
Les 6goistes se font du mal au nor d'un
faux principo d'honneur et d'int6grit'.. Quand
la fleur s'estouverte au soleil elle done son
fruit; si elle se referme pour ne plus s'ouvrir
au contraire, ce n'est plus qu'un avorton que le
moindre vent peut emporter sans regret pour ceux
qui attendant la moisson. II est contraire A la rai-
son de se tenir 61oign6 de la foule qui peine, sous
pr6texte que son contact empoisonne. Si vous
avez conscience de votre role, si vous croyez *i la
solidarity humane, d6ployez votre activitC( au
profit de ceux qui, moins 6clairds, peuvent encore
se sauver en 6coutant vos conseils. Si les subli-
mes elans netransportent pas tous 6galement, ils
ne s'6teignent pas tout A fait dans la masse com-
mune. Voyez, la plupart de ceux qui vousdisent
que vos micurs sont trop pures pour que vout
descendiezdans la foule, y vont eux-nmmees.dans
Ie but de I'exploiter.lls puisent tout dans la masse,
mais ils se gardentde lui restituer queliueclose.








L'EFFORT


Leurs discours perverse servent unique-nent leurs
passions. En effet, en as-ainissant les morurs par
vote contact, en 6largissant la sphere morale,
vous agisscz centre eux, vous battez en breche
leurs prdtentions. Eli bien, homme de foi, allez
droit devant vous. Que les difficulties ne vous re-
b)utent point. Ne vous arrttezpasauxclameurs in-
t.res.ees. Qu'importe le sortqui vous est reserve,
vousne recherchez ni la fortune, ni le pouvoir,
ni les honneurs. C'est trop peu pour une Ame g6-
nereuse come la v6tre. Lai frivolity sled aux
caractrecs lachles, incapablesde touteffort skrieux.
lls secomplaisent dans lesjouissances passageres,
dans les joies fugitives du present; ils ne veulent
pas niourir ,, charges d'otuvres ,. Ces orgueilleux
n'ont pas nssoz de virility dans le caractatre pour
accepted les points et les combats qui rappro-
chlent I home d I'idl:il human. Le resort de
leur activity est trop faible pour qu'ils supportent
le poids des grades ccarvres et qu'ils s'elevent
jusqu'd ces Iauteurs oi se contemple le beau, le
just et le vrai. Non, ne vous le dissimulez pas.
vousavez desennemis redoutables h combattre.
ils ie sent pas dans la foule don't les mceurs dif-
fi'rent ostonsiblement des v6tres ; ils sont plus
haut, dans les classes dirigeantes. Les 6goistes,
les jouisseurs sont ces ennemis. C'est parmi eux
que des pi ges vous sunt tendus. Si, fatigue de
combattre jour I'avancement, vous (ts rduit i
croire la lutte inutile, vous passerez dans le camp
des 6picuriens, avec le regret de n'avoir pascom-
menc, plut6t aijouir de existence. Vos premiP-
res annc-es seront r6put6es pcrdues, et vos adver-
saires d'hierse "t'wjouiront do voir en vous une vic-
time du ddsintdressement. Si, aucontraire, vous
vous appliquez a fire le ben, vous 6prouverez
tine satisfaction 16gitime, inconnue de ceux qui
nes'occupent que do leurs advantages. Votre joie








L EFFORT Tl


sera faite de toutes les joies que vous aurez fait
naitre.
Beaucoup, quandils se d6cident h sorti: de leurs
murailles, s'attachent aux actions d'eclat, qui
tournent d'abord A leur profit. L'homme de bien
envisage autrement Ic bonheur. Le bonheur pour
lui n'est pas dans lesapparcnces. Les apparences
attirent ceux qui, n'ayant pas assez dc volontit
pour remonterai I'origine des chooses, prennent
les signes ext6icurs, trop souvent trontpeiirs,
pour des realites. Ceux-la sont comme des ou-
vriers mrdiocres qui croient qu'une couche de
vernis fait d'un travail grossier one oeuvre d'art.
C'est la conbinaison des lignes, I'ensemble d'une
couvre qui rville l'liabilet6, Ic don cr6ateur.
L'observateur ne se laisse pas tromper par le
brilliant. La vogue ne tente pas Ie moralisateur,
de m6me que Ic profit n'occupe pas de placedans
les vues de I'homme de genie. On peut- compa-
raison souvent citee on peut reproduire en des
milliers d'estampes un tableau superb. Ceux qui
se cont ntent de voir ne cherchent pas i connat-
Ire le nom ni la vie du peintre. Pour eux, le pres-
sier qui a tire de l'oeuvre original un grand non-
bre d'exemplaircs a plus de gotit, plus de mnr;te
que celui don't la vive imagination a cr66 le sujet.
Le peintre, lui, so r6jouit de voir sa production,
interprgtte sous des dimensions multiples, en-
trer dans le palais du riche come dans lachau-
miere du pauvre. Son role est irr.mense, il a fait
un chef d'ouvre. Ses contemporains injustes le
laisseront peut-etre mourir de faim ; mais, fon-
cierement honnite, il ne regrettera pas d'avoir
contribute i I'avancement de I'art. Quand il voit
en proic Ai l: misnire tant d'autres qui n'on, pas
su innover et qui disparaitront sans rien lais-
ser apris eux. il lui rest la consolation d'(tre
sorti de l'ordinaire. d'avoir prouv ( que les








L'EFFORT 32


qualities de I'esprit etaient pour lui des biens pre-
cieux.





CHAPITRE VII



LE DIEINTE'RESSEMENT DES INDIVIDU't FAITH LA PIETIEl
COLLECTIVE.


Celui qui pratique Ic desinteressement et qui I'en-
seigne sera grand malgre les deceptions sem6es
sur son passage. La satisf-iction intime est deja
une recompense ; elle i st plus encourageante que
loute faveur qu'il peut plaire aux contemporains
de donner ou de refuser. N'est-il pas .beau, en
effet, de r6sister aux seductions auxquelles notre
instinct perverti semble ob(bir. Le mal est plus
facile que le bien, car le mal n'est qu'un entrai-
nement. Un corps pesant descend avec rapidity,
il ne fait qu'obhir a son propre. poids. Par leju-
gement I'homme monte vers les hautes spheres,
et pour cela il estobligd d'Atre constamment en
activity. L'observation intime est un effort puis-
qu'elle tend ii prIvenir la chute. Nous devons
nous maintenir A une certain hauteur dans les
regions de ai pensie si nous voulons avoir droit
a note propre estime. Un philosophy c6lhbre
montre dans I'liomme deux personnel: I'une
qui agit, I'autre qui observe. Lorsque ies actions
de I'une sont en concordance avec les regles du
just, I'autre, qui la regarded. et In juge, lui do-








L'EFFORT 33

cerne la recompense due i I'effort. Ce dedouble-
ment de la personnalit6 permet i I'itre corscient
de jouir en lui-m6me des bienfiits qu'il accom-n
plit. L'estime de soi oet la premiere ambition de
l'honnce homme: son propre suffrage lui suffit
lorsqu'il a toutfait pour s'approcher de la perfec-
tion. II faut qu'il ait constamment soi-mrme
sons les youx, qu'il se juge d'abord afln de
pouvoir .'nsuitejuger les autres. Dans le combat
int6ricur, souvent ii a connu l'insuccas. soi'vent
il s'est surprise en faute. II a 6prouv6 bien des
repugnances t la vue des morsures faites A son
ame par les passions qui assiegent sa pensde et
son coeur. II sait done que I'homme pris A part a
ses faiblesses et ses d fai'lances, que les hom'-
mes reunis n'offrent pas I'imagede ia perfection
absolute et que la socitei n'est pas sans repro-
ches. II comprend aussi que, de meme qu'il ne
se d(teste pjint, il ne doit point hair ceux-la qni
sontquelquefois injustes envers lui. Les contra-
rie6ts qui surgissent dans I'exCcution de ses pro
jets, il nn se hite pas de les imputer A crime aux
autres. it se demand d'abord si ces contrarikt&s
ne lui seraient pas plutot imputables. Alors ii re-
prend l'ceuvre qu'il a commence dans sa per-
sonne, ii dirige mieux ses concepts. Si malgri'
ses efforts ii n'6chappe pas aux sarcasmes de
ceux qui s'acharment A le meurtrir, il gardera
lout de mme dans la mAlie sa propre estime,
recompense de sa bonne volonte.
Toute la tactique consist A louvoyer it travers
les difficulties, et pourront mieux trouver la route
ceux don't tI coup d'meil exerce sait lire dans la
brune des temps. Nous devons nous 6tudier t
rester nous-mrmes malgre toutes les vicissitudes
de la vie, A ne pas nous laisser tenter par les am-
bitions qui enchainent le vulgaire. Ne nous met-
tons pas A In pistedes 6venementsponr recueillir








I. EFFORT


les paves qu'ils abandonnent, nous tomberions
victims de notre imprudence. do notre app6tit
au gain. Observons-les pour 6viter, autant qu'il
est possible. d'ktre leurs victims. Essayons de
les dominer par notre dGsintcresscment et notre
sagesso. La ruine d'une fortune acquise par vingt
annhes de labeur n'est pas Ie suprlme malheur
pourcelui qui tient sa dignity do la vertu et qui
considi re les biens ext6ricurs come cihsoes p'-
risssables. Le caprice des homes peut les d6-
truire. qu'importe. (Ce que I'lonnMto hommine a
pro.uit conmm signed sa puissance de volontd,
il peut encore ie produire tant que ses forces
intellectuolles et physique- no Font pas abandon-
n6. Et s'il 6tait rodnit i noe plu- pouvoir Ircoim-
mencer, ii se consolerait de son impuissance
par Ic souvenir d( cc qu'il a accompli alors
qu'il 6tait dans la pleine jouisnance do ses fa-
cult&s. L'lomme qui pcnse ainsi et qui no met
pas Ie bonhlier dan- I'opulence. pardonne sos
erreurs et ses ftutes a unc soci6tC qui measure la
valeur personnelle a Ia possession (cs biens. 11
porte on tous lieux le vrai signed de la grandeur,
le sentiment de sa dignity. Sous I'empir e dce
sentiment il a introduit I'aisance dans son foyer,
grtce a ce sentiment il survivra A la disparition
de sa fortune. (, C'e.s ce que nous portons en
nous mrmes qui nos appartient. Ce que nuus
trouvons hours de nous.et que nous assimilons A
nos besoins, a notre fanmtisie, peut so dissiper.
Nous n'nuions rien perdu en rialiti, car notre
tresor c'cst notre dignil6.
Croire impossible chez 'liomme de bien cette
jouissanco, noble fruit du d6sint'ressoment, c'est
nier la morale, c'est changer en abime Ic terrain
de l'accord, c'est prechler a lulte destructive sans
issue. Placer la recompense hours du devoir, sous
le vent des circonstances, c'est proportionner







L'EFFORT


l'effort aux chances heureuses, c'est dire qu'il ne
faut rien attendre de la vertu. Vous condamnez
alors la culture personnelle, vous livrez le monde
au jeu des forces inconscientes et brutales. Alprs
desespdrez du sort du genre human, dites que
l'id6al n'existe pas, et que le m6canisme social
est un accident qui doit cesser dans I'effroyable
anidnlissement de tout. Non, l'homme a une
destine, la socicdt suit une route. Le regne de
la justice est le but de I'effort universal. Si des
generations p6rissent sann avoir rialise ce beau
reve, I'humanitC elle-mme est toujoursjeune;
elle a ses aspirations invincible malgr6 ses db-
faillances quotidiennes. Si cesapirations n'6taient
pas r6alisables, les peoples qui, hier encore, som-
meillaient ignores ne seraient pas parvenus A
I'dtat de civilisation ouf ils brillent actuellement;
les petits Etats qui cherchent a grandir par le-
travail resteraient ind6finiment dans I'obscurit6,
ou plutot finiraient par disparaitre.
Quand on croit i la.possibilitd pour tout hom-
me d'arriver it I'instieiction et de participer au
progres, on Ve peut douterde I'avenir d'un Etat,
quelque inflme qu'il soit. Ce n'est pas un seul
citoyen qui constitute un phys, pourquoi faudrait-il
qu'un seul Etat command au monde entier? En
vertu de quel principle soutiendrait-il son droit
rjgalien? II est strange ce plaisir qui consiste i
diminuer les autres, A les reduire au point de
perdre tout espoir en I'avenir.
Ce n'est pas conform A l'ideal, si nou, enten-
do:s par ce mot une aspiration ldgitime vers
I'cpanouissement complete. La tendance. a mal,
loin de nouP rapprocher de l'id6al, nous en 6loi-
gne. Le people qui desespere d'nclever I'ldifice
grandiose commence par ses aleux et qui le ren-
verse par d6pit, ne fait que profver son impuis-







I EFFORT


sance, il atteste cue les fik- dege6nrwes ne vau-
ldront jamais les p'res.
L'omnme qui croit insaisissable 1'id6al-perfec-
tion et qui so borne nux jijissances passa-
ger'es, prove, d'une faron iirTcusable, qu'il ne
desire pas connaitre co qui esi grand. La jouis-
sance qui n'a pas pour base la morale est cor-
ruplrice, car elle engendre un mal certain. Le
sen'sualiste qui dissipe sa fortune dans les futiles
plai-irs pour satisfaire ses penchants d6drgls
ouvre sa mnaison it In inis'eroe t it hli ualadic. Si dtl
son vivant ii nedevient, pas un objet de m6pris,
:pr"st sa mort ses infants mcnldicront leur pain,
sans la rcssourccO do Irouver I'lffection d'un anmi
reconais.-ant d'un Iieonfait reu du p're. Admi-
re-t-on cl vicillar'd anccabli d'infirmits, (qui, sur
le passage des f(tes, raconto d'une voix suppliante
s(es exploits: I Dans ma joiullnoso j';i connu tous
los plaisirs. n Non, cc d'cr6pit s'8ltit tromp6; it
n'a lps tpruviI l;i vraie joiiissance, (cellc qiii on-
treti, n t nl sir4 ,ln:t(3 du c( (Ie t (qui ,claire encore
I'horizon it I'lieure ofi s'annonce nl nuit de la vie.
In paix du tonibeau. Plaignons les 6goistes: loin
lds domucers de n bienvoillance muiituelle. ils
absorbent danst l'ivress'e le poison .subtil de la
(d illusion.
Un acte acncompli a ~es ondulations dans le
milieu social. Tout ce qu'on so procure au mfpris
de la justice et de I'tquit( n des consuquences-
nillieureuses pour tous. Les composants du mi-
lieu s'en ressentent plus ou moins, selon la place
u'ils occupent. 11 Wn'est pas indifferent A I'homme
que les actions dole scsembl)ables soient confor-
mes ou nion 11 la s;iine notion de la morale. Lors-
qu'il descend dans hl foule ponr donner I'exem-
ple du bien, il accomplit iun acte don't le reten-
tissement se prolongera longtemps dans la so-
cir t6.








L EFFORT


CHAPITRE VIII.



L'INDIFFIRENCE DES CLASSES DIRIGEANTES
EST UN
OBSTACLE A LAVANCEMFNT DU PEOPLE.


L'agitation est un besoin dc croissance. MIme
alors qu'un people avili se soultve, son premier
cri est un cri d dlivrance, c'est-a-dire une 6rup-
tion de la pens6e. Cc n'est que lorsqu'il aura per-
du toute illusion, touted chance d'amli'hration
us a seule posse e OL de I'intellect, qu'il se livre-
.ra a des exactions pour kchapper aux etreintes
de la mis6re et de la faim. Sa patience n'aura
dur6 sans double qu'une licure, mais son cri de
liberty ne sera pas sans &-co. Un do ses fils
obscurs, un va-nu-pieds peut-6trc, sortira de la
foule et lui commander de d6poser Ic tusil, de
briser les ramparts dresses sur la route de I'ave-
nir. II rentrera dans I'ordrc, se recucillera dans
1'attente des jours moins sombres.
La multitude est sujette i de brusques colIres;
elle croit toute amilioration possible en un jour,
parce que ses directeurs n'ont pas generalis6 la
culture de la pensec. La passion de I'6tude tem -
poriserait cette ardeur fievreuse. tous les efforts
se soutenant mutuellement.
Dans une atmosphere lourde on s'agite, on6touf-
fe. Telle est la situation d'un people qui a perdu
tout espoir, faute de lumiere. II n'a pas donni
son maximum d'effort, ct il s'ppuise dans I'inac-
tion. La flame en lui s'est 6teinte, mais ii lui








L EFFORT


rested le feu qui calcine. Un people no perit pas
sans honte lorsqu'il s'est arrete sur la voie, ser-
vant de rise a la civilisation. II entire en colere
contre lui-meme et s'accuse de n'avoir rien tented
qui t6moigne de ses aptitudes. I1 n'a pas eu assez
de vigueur pour se pousser, il en trouvera assez
pour achever sa d6faite. Ses protestations, ses
soulevements ne sont plus que les crises qui pr6-
cedent une agonie douloureuse. La deception
d'un people jeune n'est pas moins violent, moins
meurtriere que cclle d'un individu encore fort
au physique, mais qui n'a plus de 'vigueur in-
tellectuelle. Quand il finit par cro;re qu'il est le
produit d'une race cond;imnee des le principle
a la servitude, il se reproclie de s'Mtre affranchi
du joug de ses maitres et se chAtie lui-nitme en
expiation de la liberty( conquise. De la confusion
du but sort I'agitation sterile.
Pouvez-vous meconnaitre cette deplorable con-.
sequence lorsque, en presence de 'ignorance
'paisse. vous declarez qu'il n'est ]as juste que
la nation paye 'instruction du people? Malis
qu'ewt-ce qui ,.onstitue la nation? n'est-ce pas le
people? Lorsque nous proclamions la rdpublique.
ne savions-nous pas que c'etait le gouvernement
aux mains de tous? Le gouvernement ne sup-
pose-t-il pas des qualitcs et des aptitudes r&el-
les?
Vous repondrez que la republique n'est pas
la dechiance mais i'Favnement des capacitss,
d'ou qu'elles viennent. Ces capacities sortiront-
clles en grand nombre des couches profondes
de la society ou la lumiere n'a pas encore fait
le jour? Non, avec votre system restrictif. quel-
ques individualites, grAce A la faveur, parvien-
ront A I'6vidence. Elles compos:tront une classes
A part, ayant l'goisme pour fond et pour mobile.
Ces priviltgids non de la nature, mais de quel-








L'EFFORT


ques politicians en bonne fortune, formeront une
bourgeoisie jalouse qui fait des lois peu en har-
monie avec les vraies aspirations du p-uple. Ces
fils de la faveur soutiendront, avec une certain
logique, qu'ils doivent leuravancement a leur in-
telligence. Ils diront qu'ils ont pour appui les
masses oii ils ont leurs profondes racines et oft
ils puisent, sans reconnaissance cependant, leurt
temperament et leur prestige. Places entire la
foule et les philanlhropes, ils ticndront un dou-
ble language. L'arbre majestueux m6prise les
feuilles dessech6esqui lui servent d'engrais, mais
il dit an planteur: je dois tout A In terre qui me
nourrit de sa seve.
Vous qui tenez le flambeau et qui faites des-
cendre la mrnche, vous perdez la route de lat v-
rit6, vous accumulex sur vos pas routes les clian-
ces d'erreur. L'ombre grandit quand In lumiere
est faible. le cr6puscule cst propice aux fanth-
mes.
La liberty civil et politique cesera d'itre une
utopie lorsqu'il y aura une raison, une volonte
general inclinant vers la defense dcs intir'ts
commune.


11 y a longtemps qu'on vous I'a dit, l'orgueil
et un amour propre excessif, un 6garement do
I'esprit. Celui qui s'estime plus grand que les au-
trei a la folie de la domination. II ne recoit pa.-
do conseil, il pr6juge. il ordonne. Puisque, selon
lui, nul ne peut I'6galer, il arrive A croire qu'il
n'est pas necessaire qu'il raisonne ses actions:
II ne dlihelre plus, il cesse d'etre sage. L'hom-
me qui suppose sa raison infaillible parce qu'il
a eu quelques succ6s, qui se laisse conduire par
I'orgueil qui est non une fiert6 de caract6re mais
une maladie, se prend pour une exception. Done







L'EFFORT


il ne se connait pas. S'il savait celui-Ia qu'il y. a
des chutes dans la vie, que toutes nos idees ne
sont pas de nous, que la plupart de celles don't
nous poursuivons la ralisant avec le plus de
constance ont leur source autour de nous; s'il
savait que I'homme qui croit agir dans le sens
du bien est souvent celai-li qui s'eloigne le plus
du bien, il serait humble.
Cette croyance h l'infaillibilit6 pousse aux coups
d'audace, non aux grades choses. Rien n'est
beau qui ne se troupe coihforme au sentiment du
just. Un geant prend un souffreteux. 1'enchalne
et le jette a la mer, il n'est pas par ce faith plus
grand que lui, il est tout implement le plus fort.
Un conqluCrant train a sa suite des people vaincus
et les reduit en esclavage, il n'est pas pour cela
un grand homme. C'est un malfaisant, un fou.
Qu'importe que pendant des siicles il excite I'ad-
miration des ndulateurs de I'injustice triomphan-
te. la morale, qui commence i poindre dans
l'histoire. un jour le fltirira. Quelques hommes
flvorisis par les circonstances se sont rappro-
ch6s pour 6tablir la hi6rarchie social, il y va
de leurs interets que les'classes restent fermnes,
pour mieux exploiter les simples. Mais deux bd-
liers hattent cette muraille qui les derobe i la
vue, la haine et l'envie. L'orgueil n'a pu empe-
cher que des ilotes parvinsscnt et fussent admis
dans la sphere des prtentieux, ii n'empechera
pas que les rangs sup6rieurs se rompent pour
faire place A la d6mocratie en march. Mais A
measure qu'ils se pousseront, les arrive s recuse-
ront toute responsabilite envers les retardataires.
Cette s6curite fourvoie aussi bien une classes
qu'un homme. Ceux qui forment les classes in-
termediaires finissent, it force d'entendre dire
qu'ils sont les reprsentants naturels du people,
par se croire le people lui-m6me. ls avancent







L EFFORT


que le people, incapable de trouver sa voie, ne
peut rien sans eux. Cependant ils no pensent
aux masses que lorsqu'ils ont besoin de renver-
ser coups d homes les obstanles dresses de-
vant eux par les mieux servis.
Vous dites qu'une nation s'instruit graduelle-
ment, vous nous demandez la formation d'une
bourgeoisie intelligent: c'est d'une main timide
que vous abordez la solution du probleme. Vous
soutenez que tous ne peuvent pas, ne doivent
pas arriver en m6me temps au meme degree
d'inatruction: vous pouvez 5tre do bonne foi,
mais vous vous trompez. Vous partez de la so-
cidt6 pour arriver A I'4omme, tandis qu'i! faut
partir de I'homme pour arrive A ia socidtO. Les
classes que vous formez syst-matiquement ne
croient rien vous devoir, puiAque vous agissez
contrairement A I',quit6. Ceux qui component le
centre, A part quelques nobles caractures, ont
le defaut des parvenus, la prdsomption. Dssin-
teressis du sort deceux qui sont en bas, ils vous
demandent chaque jour de qucl droit vous ites
en haut. II n'y a qu'un remede: la reconnais-
sance des droitM de tous les individus qui com-
posent la nation. Le premier de ces droits c'est
le droit a I'instruction. Le droit au gouverne-
ment serait une ironie si le citoyen navait pas
le capital intellectual, le vrai facteur de la ri-
chesse. I'instrument le plus stir du p)uvoir.
Voyez quel progres s'est accompli depuis les
grandes d6couvertes des temps modernes. Les
resources de la nature physique, exploitdes
d'une faCon admirable, ont augment le bien e6re.
La mise en action des facultds inndes porter
encore plus loin la civilisation. Partout oh les
conqu6tes morales sont en retard sur les con-
qu6tes materielles il y a de frequentes commo-
tioqs D6sire-t-on sinc6rement le progres lorsque







L'EFFORT


I'on craint que chacun n'ait conscience de son
itre. Sans le developpement de i'individu oil ne
verra pas le d6veloppement de la soci6td, on aura
tout au plus une civilisation d'emprunf, une co-
lonisation. II faut que tous les citoyens d'un Etat
soient en insure de se cultiver. Par la culture
individuelle ils arriveront a mieux comprendre
les avantages que leur procure leur nationality.
L'homme qui aaliene I'h4ritage de ses p;'res et
qui se trouve rel6gu6 dans le modest r6duit que
lui laisse In gcn6rosit6 du nouvel acquereur, se
rejouit-il Ai la vue de la magnificence d6ploye
dans cetle demeure qu'il a perdue par sa faute?
Vous ne donnez aucun encouragement au peu-
pie lorsque vous lui dites que c'est sa constitu-
tion dcrite qui 1'empCiche d'avanccr et qu'il doit
ouvrir ses portes aux races mieux dou6es. Est ce
un beau revc que vous lui montrez quand vous
venez lui dire que l'6tranger envnhisseur lui ap-
,portera des capitaux et des experiences? A ce
discourse il repond: aAujourd'hui la lutte pour
la vie est trop ;ipre pour que j'aie I'espoir de
triomplier il si bon compete, Celui qui croit i
l'inutilitc de ses efforts personnel ne reussira
pas avec Ie concourse d'autrui. Son engourdisse-
ment lui pesera de plus en plus. rien ne le relW-
vera. Si on le secoue ce ne sera pas pour le met-
tre debout, mais pour le chasser de la place.
Lorsque le feu eclate dans un appartement, le
maitre de la maison ne se content pas de crier
au secours; sans attendre les voisins, il d6ploie
toute son nnergie pour 6teindre l'incendie.








L'EFFORT


CHAPIRE IX



LE C(EUR ET LIACTION.

II faut de I'activitt' au cceur, le cceur aussi a
ses besoins. Nous avons vu a I'ceuvre la pens6e,
nous avons 6tudi6 son organisme, si cc mot peut
etre applique A ce qui ne tombe pas sous les
sens. Mais l'.tudc de I'homme est incomplete
tant qu'on n'interroge pas toutes ses parties, tout
ce qui ie fait agir. L'honmme est un 6tre si com-
plexe, qu'on le dflinit de diffcrentes in>inires.
Tant6t e'est une poussiere animie. tant6t un ani-
mal raisonnable, tant6t une intelligence service
par des organes. Quand nous I'.tudions au point
de vue metaphysique pur, faisant abstraction
de ses rapports avec les autres etres, avec ses
semblables, nous voyons qu'il so centemple a la
faveur de la lumiere interieure qui l'6claire. Mais
des que nous suivons ses relations avec le mon-
de extdrieur, exterieur tant anu point de vue ma-
tdriel qu'au point de vue intellectual et moral-
ce n'est pas seulement la matiere qui forme le
monde du dehors- nous reconnaissons qu'il agit
aussi par le coeur. Soit qu'il interroge la nature
physique, soit qu'il interroge les autres homes.
soit qu'il s'6leve jusqu'A I'idee de la cause des
causes, de I'incr66, c'est en vertu d'une loi d'ex-
pansion qui se trouve en son coeur. L'expan-
sion du coeur c'est I'anour, la grande force, le
grand ouvrier. Les meilleures id(es sont leg








44 L'EFFORT
-^---------- ----------------------------
messagures du coeur. Nous disons que les hom-
mes se rencontrent par la pens6e. nous serons
encore vrais si nous ajoutons qu'ils se touchent
par le coeur. Nous savons que I'humanit6 est une
espece, mais elle est si" rpandue cette esptce
que nous ne .pouvons I'embrasser que par la
pensde. Chacun de nous a besoin de s'dpancher.
S'6pancher c'est agir. L'action est d'autant plus
active qu'elle s'exerce sur quelque chose iA sa
port6e. Le cceur agit d'abord sur la famille. Le
premier observateur de nos actions c'est ce cer-
cle intime of nous nons essayons A la hienveil-
lance. Mais ce millieu devient trop 6troit pour
exercer I'aclivitd de nos sentiments; les families,
cercles particuliers et nombreux, s'enlacent et
se student, et, i un moment donn6, se percent
dans la patrie. Le coour sans action est comme
cet oiseau du desert qu'un chantre de la nature
nous montre dechirant ses entrailles et chantant
ses propres fundrailles.
Le pere de famille ruined, qui ne peut plus nour-
rir sa femnie et ses enfants, souffre d'abord
par le coeur; I'exile qui ne revoit la patric lqu'
travers le prime de imagination souffre encore
par le coeur. Notre tritesse devient plus cuisante
quand notre patrie est humilide par l'etranger.
Ce qui cause la tritesse dans notre ame c'est
1'dmiettement des objets aims, la ruine de nos
affections, I'affaiblissement de cette activity in-
time qui fait la joic et le bonheur. La joie est la
satisfaction cause par Iaction, elle pr'ecde
souvent la manifestation de la volontd. Tout
bien consider, il y a une double operation dans
'action elle-meme. La determination d'agir est
deja un acte. L'intention traduite en fait est le
resultat de la volontd. Un solitaire, d'accord avec
la physiologie, nous I'a enseignd: d&s que le coeur
agit mal, des que son fonctionnement commeneqc








L'EFFORT


A se ralentir, tout le corps s'en resent. Le pa-
tient souffre d'un n-al qu'il ne peut localiser; Ie
mal est partout et Ic siege nulle part. Lorsque
le m6decin vient dire: je le sauverais, mais le
coer est malade, nous savons tous cc que cette
parole signific. Le mal moral comnorte plus de
gravity que le mal physique. La disillusion s'em-
pare 'lu coeur qui n'affectionne plus rien. Le ma-
laise prend d'abordf le nom dc m6contentement.
M6content de soi-nmme, on dcvient peu a peu
indifferent it tout cc qu'on a autour de soi. Le
mecontenement conduit A l; mauvaise humeur.
On soupite alors aprcs la delivrance. Soitez de
I'individu, entrez dans la sociMtd, dans une so-
ci6tt condamnnee A I'indifference, vous constate-
rez les mimes tourments. Ceux qui sont en haut
se dsdinteressent du sort de ceux qui sont en
bas; ceux qui cherchent a monster se sentent m6-
prisBs, ils n'aiment pas non plus les arrives qui
ne les jugent pas dignes d'estime et de conside-
ration. Cette society est une grande malade qui
s'ennuie, qui veut vivre et qui trouve la vie 'd(-
test-ible. Elle commence A se hair.
Oui. supprimez l'amour, vous avez la haine.
Dans la philosophic doctrinale, tel maitre fait de
la haine I'oppos6 de l'amour, et telle opinion non
moins autoris6e voit dans I'une la negation de
I'autre. On va mmoe jusqu'i dire que I'homme
hait ia force d'aimer. Ce qui est vrai pour notre
raison c'est que la haine est un dfiaut d'action,
ou plut6t la consequence d'un d6faut d'action;
c'est que I'indiff6t'ence pricede le m6contente-
ment et que le mecontentement est le pont sur
lequel il faut passer pour aboutir h la hainc.
L'homme ne va pas d'un bond de r'amour a la
haine. L'amour ne se change pas brusquement
en haine, il s'affaiblit, et c'est lorsqu'il n'est plus
qu la haine vient occuper sa place. Le recul







I. EFFORT


de l'un favorite I'avancement de l'autre. Vous
admire le g6nie d'un homme politique, mais
subitcment on vous apporte une fatale nouvelle:
il s est veng6 do ses ennernis personnel, il a fait
une hecatombe. Uno vision sanglante surgira de-
vant vous, la porte des citoyens immol6s assom-
bri-a Jans vote imagination la gloire du meur-
trier. A la mimne second vous porterez vers lii
votre pcnsec, d'abord pour le plaindre, ensuite
pour execrer sa conduit criminelle. Admirateur
du genie, vous aurez en horreur I'assassin. Tous
ces sentiments contraires paraissent naitre chez
nous dans le mme ii:stant, les ph6nomones de la
pensde so succedent avec une rapidity qui defle
tout calcul. Lesactes ext6riours fixent I'attention
parce qu'ils s'accomplissent avec lenteur.
Nous avon. besoin d'otre oditis sur la conduite
d'un personnage pour Ic bien juger. On peut se
tromper quand on sc prononce, t un soul signe,
sur un caract',r-e. Le psychologuc est obligt d'en-
trer dans la vie privce de I'homme d'Etat afln de
se i'endre compete de la passion qu'il a apport6e
dans 1'exercice de I'action publique. De lf ces
recherches il savoir quelle education il a reque,
si sa jeunesse a MtI orageuse et comment. La na-
tion qui ne croit plus telle famille appele A r6-
gner de pere en fils se demand i qui confer la
gestion de ses int6rets politiques. Nous qui pla-
c )ns la valeur personnelle au-dessus des prero-
gatives de la naissance, nous savons a qui con-
tier I'administration de nos inter'ts particuliers
lorsque nous nous Mloignons du centre de nos
afllires. Nous exigeons done que quiconque nous
demand .i agir comme note mandataire nous
presente sa vie comme un livre ouvert. Un jour
tout people (claird imposera cette condition A
tous ceux qui aspirent a 6tre ses repr6sentants.
La raison veut qu'il en soit ainsi, et nous qui de-








L'EFFORT 47

mandons que tous les hommes soient instruitsj
nous ne faisons que reconnaitre cette nicessitM
et la proclamer.
On a montre I'absence d'action come un mal
pour le coeur, on a dit que le micontentement
aboutissait a In haine. II est certainement dou-
loureux d'arriver A cette conclusion quani on a
en face de soi la collectivite. Mais suivons chez
no patient pris au hasard la march de la mala-
die et nous verrons que ses progvrs, quoique
lents, se g6neralisent fatalement. Apres la pre-
mi6re cruise vient l'oisivet6, qu e e malade social
considere comme une (dltente. C'est pour lui un
moment de repos et de douceur. Ce rmalde c'est
le citoyen. Les directeurs de la politique et de
l'opinion lui distant que tout est perdu. Ils sont
les plus eclaires. Lui, qui n'(tait pas encore ab-
solument d6courage, il prendra desormais toutes
ses aspirations pour des chimivre,. On l'a habitud
a voir la patrie dans ceux qui government, et ce
sont justement ces itommes de gouvernement
qui lui prennent jusqu' a laI derniere goutte de
son sang. II ne tentera aucun effort pour la con-
s;)lider. 1I se rfugie dans l'inaction et se console
d'etre inutile. Mais son cceur qu'emplissait le pa-
triotisme devient vide, tombe dans le d6pit. Des
que ce coeur n'a plus d'Mlan, dcs qu'il ne bat plus
au souvenir des aleux, ii 6prouve un sentiment
plus funeste que le d6pit, le d6goft. Essayez alors
de parler de devoir-civique i cet-homme blase,
il ne vous dcouteca point. Le devoir c'est I'action,
et I'homme qui n'espere plus n'agit pas. II pent
se rappeler cette verite qui a jailli comme une
6tincelle sous la plume du moraliste: toute no-
tre dignity est dans la pensee. Mais il oubliera
que !e citoyen qui n'aime pas sa patrie perd quel-
que chose de sa dignity. II oubliera que l'idee
de patrie donne de l'616vation A In pensee, que








I.EFFORT


c'est bicn penser que de travailler au salt de
son pays.
Beaucoup d'hailiens croient qu'il ne reste plus
rien it faire, et sous cette indifference la hainc
de notre nationality suit un courant rapid.
Avant tout il (et important de consider Ihom-
me dans sa parlie indestructible, d'flargir la
sphere de son intelligence. Apr6s. le citoyen se
former lui m[me. Eh bien, c'est dans le people
que nous trouvons Ie plus de foi, Ie plus d'amour.
Utilisons ses licuruses dispositions. Mettons-le
en measure de servir les inter'ts moraux de la
patrie, qu'il aime d'nutant plus qu'elle est insul-
tec. Si d'autres ne croient plus au salut, il y croit
encore, lui. II ne s d(erobe pas au devoir, c'est
eI moyen d'action qui lui manque. Les ressour-
ces de l'avenir sont enfouies dans les masses po-
pulaires, exploitons-les au profit de tous.- L'or
ne passe it l'6at pur que sous la main de l'ou-
vrior. Plus un pays compete d'hommes cn-
pables et moraux, plus il a de valeur. Mecon-
naitre les necessit6s prdsentes, c'est renoncer it
I'accomplissemenl du devoir, c'est m6priser les
61ements qii s'offrent et qui sont des richesses.


Le mal est dans la fausse opinion que nous.
avons de nous-memes.
Notre 6tat social, tel qu'il est, s'oppose Il Fad-
jonction des unites et paralyze par consequent
toute oeuvre d'ensemble. Cc desordre engendre
u:e opinion fausse don't sont victims bien des
esprits s6rieux. On pense des lors A I'Mlimina-
tion plutOt qu'au rapprochement. Certaines plan-
tes ne recoivent pas dans certain endroits une
croissance normal. La cepcndant la volont(
merveiileuse fait un travail d'appropriation et
iroussit. Vous vous proposed, par example, une








C)EFFORT 40


exploitation exigeant un climate sec, et vous etes
dans une region insalubre out des eaux croupia-
santes d6gagent des miasmes dletires. Si vous
enclavez votre culture dans un petit champ i
par' ofi vous d6ployez tout ce que vous avez de
science, votre champ-- en admetiant qu'il pro-
duise- rapportera peu de chose. Vous aurez dd-
pensd beaucoup d'effoits pour recucillir quelques
specimens de cc que vous auriez pu obenir en
grand si toute la region 6tait dans de bones
conditions de culture. II est bon que les propri6-
taires s'entendent et mettent en common leurs
capitaux pour creuser des canaux et donner un
6coulement aux eaux stagnantes. Ces marais no
se trouvent pas positivement sur la propriOt6 de
chacun, mais les miasmes qui s'en ddgag.ent en-
vahissent les champs particuliers et sont nuisi-
bles A tous. Tel est le sort d'une society sous I'in-
fluence du doute. Lorsque la nation elle-meme
a perdu la foi, elle est dans l'impossibilit6. de
guerir. Peu imported que l'on s'applique a former
quelques caract':.'es d'6lite, ces rares specimens
seront insuffisants pour fire la fortune et la
gloire nationals. C'est le milieu qu'il faut amd-
Iiorer.
Le mal 6tant end6mique, ii imported peu de m6-
nager la sant6 de quelques-uns, ii faut chasser
le poison qui est dans l'atmosphere et que tous
respirent. Lorsque tous seront en s:ant6, I'activit6
sera partout et le bien-6tre dans tous les foyers.
Celui qui soutient qu'on fait graduellement I'ddu-
cation d'un people en 61evant quelques individus,
raisonne come ceux qui viennent nous dire
qu'on combat une 6piddmie en concentrant ses
efforts sur quelques. malades choisis Combattons
plut6t le mal en son germe, assainissons le mi-
lieu. La society est une individuality morale et
politique, c'est cette individuality qu'il faut ele-
/4








L'EFFORT


ver graduellement. Une classes n'est qu'une par-
tie, la parties n'a pas plus de droit it la vie que
lc tout.
11 y a longtemps que dans notre pays nous es-
savons de sauver la society on prodiguant des
soins it quelques-uns. 11 est temps de soccuper
de la collectivit6. Nous ne faisonsjusqu'ici qu'im-
poser Ie grand nombre pour donner des m6di-
cain nts au petit nonbre. Changeons de proce-
d(. Que los imp6ts qui p&sent sur I -s principaux
produits du sol, sur le travail du people, soient
appliqu6s au profit du people. Elevons, 'i I'aide
de cos imp6ts, son niveau intellectual.
Loin do sonder le mal, nou-1 pronons 1'effet
po1ir la cause, nous disons que le people abruti
eSt incapable de superbes plans .
La nation se juge mal: elle parait convaincue
que son avenir n'atteindra jamais la hauteur de
son origin. Toute sa grandeur est dans son pas-
sc, et cela suffit pour la console do son affaisse-
ment present. Comment, nous set ions grands
pour avoir conquis la liberty! Notre prdcoce vi-
rilitd se strait 6puisee en vertu d'une loi natu-
relle! Nous comnrttons la plus capital do tou-
tes les erreurs. Une nation a le droit de se glo-
rifier du pass lorsque le pass est son oeuvre.
UL people qui a grand peu a peu et qui, apres
avoir atteint le faite, commence it descendre, peut
voqucr le souvenir de ses gloires passes. Cha-
(Iue Ibis qu'il jette un coup d'aT il en arri're, il
contemple avce amour ce point culminant oi il
a brill6 et qui servira de pi6destal pour calculer
la marche des 6v6nenients humans. On no peut
pas empecher qu'une nation illustre decline apres
avoir 6td la vigic de I'humanit6. Mais un jeune
plcuple qui ne s'est pas suffisamment affirm n'a
las le droit de corner son histoire it s subite ori-
gine. Nowu, de la generation present, nous nous








I EFFORT


attribuons une (euvre qui n'est pas la n6tre. Les
esclavesde Saint-Domingue ont foudroy le regi-
me colonial, seuls s sont grand parce que,
seuls, ils ont 6tonn6 le monde. Nous n'6tions pas
encore une nation di cette cpoque, nous .ommes
n6s de cette commotion. Nous b6n6ficions d'une
oeuvre par d'autres accomplie. La generation ac-
tuelle est come ces tils de famille qui se con-
tentent de la fiert6 d'un nom.
Toute notre gloire est d'6tre de la m6me race
que les hommes de 1804: leur sang ciruule dans
nos veines. Les giants de Saint-Domingue ont
faith une nation, inais la nation elle-mnme dolt
grandir. Un tremblement de terre se fait, la sour-
ce perce la montagne et disparait quelque temps
apres. Plusieurs generations parleront de cette
secousse qui a caus6 I'apparition d'une fontaine
d'eaux vives. On montrera du doigt, par pure cu-
riosite, I'endroit oft la source a jailli, mais plus
tard on doutera meme qu'elle ait jamais fendu
le rocher. II faut, pour le tmnoignage des si&-
cles, qu'elle continue de jaillir, qu'elle roule ses
ondes a travers la plaine, porlant partout la frai-
chear et la fecondite.
Quoi! hdritiers de nos peres, nous serious as-
sez riches de leur gloire Rectifons ce mauvais
jugement, car bien des consequences regretta-
bles en d6coulent. La premiere de ces constquen-
ces, c'est la resignation stupid it laquelle se
complaisent certain hommes. Pourquoi, se di-
sent-ils, avoir la pretention de reformer ce pays?
Ce pays est tel qu'il est parce qu'ii ne saurait
ftie autrement. Si toutefois il doit trouver un
sauveur, avouons que celui-l n'est pas encore no.
Voili des republicains qui attendent d'un seul
citoyen le salut public, meconnaissant ainsi le.
principles democratiques. Ils ainient mieux croi-
re au g6nie d'un soul qu'au hon sens de tous.








1. EFFORT


Partout ofi se const.lae 'injustice, les privild-
gi6s se distinguent par I'6troitesse de leurs idees.
C'est aux victims et il ceux qui sympatisent avec
elles quc la providence accord I'instinct genial.
Its montrent le but. L'avantage que les autres ont
sur eux est dans la retention des moyens.
lst-ce le people (qui est on retard ou le gouver-
nemeint? A preminiee vue. nous disons que c'est
le pcuple, Nous avons parmi nous des intelligen-
ces remarquiables. Les jeunes homes qui sont
sortis de nos ecoles secondaires et sup6rieures
embrassent les c:arikres lib6rales. Dans la me-
decine, au Larreau, ils font preuve doe conip'ten-
ce. Et come, en general, on croit chez nous
que la polilique ameliore lIs conditions et donne
i'antorit6, ils tournent les youx vers cette sphi-
re. lIs laissent le commerce aux'dtrangers, I'in-
dustrie aux citovens qui nont presque pas fait
(d'tudes. et agriculturee aux d6sh(rittds qui ne
connaissent pas I'abccddaire. On voit en tout ci-
toven qui a requ lquelque culture un liomme qui
necessa;rement scra appel6 au pouvoir. Dans
I'opinion de plusicurs il n'est pas de direction
en dehors du gouvcrnemrent. Le gouvernement
nous donne des lois que la nation la plus avan-
c(e e ne dedlaignerait. 11 est au courant de la po-
litique moderne de I'Eu ope, a I'Ext@rieur i! sait
se fair reprisenter par de bons agents; mais il
-uplpose que Ie sens des choses est dans le vote
lds lois. 11 a pour de I'opinion publique, mais
ne la respect pas. La terreur, selon lui, pr6-
vient loe mnicontentement, iune larle nonmbreuse
est son unique appui. Ici, son infiriorit est ma-
nifeste. Au point de vue des idoes, c'est lui (ui
est en retard. Les aspirations du people sont plus
Ihutes. Le people demand que la libertC elec-
torale cese d'etre un vain mnt, quIe Ilducation








L'EFFORT


professionnelle se retrouve dans toutes les par-
ties du programnjm, de I'enseignement. qu'on
nchdte moins de fusils et plus do fournitures
classiques. 11 dit que la libertcr individuelle ne va
pas sans la liberty de voyager, que la liberty de
penser n'est profitable qu'h ceux qui lisent et qui
6crivent. I; demanded qu'aucune force intellec-
tuelle ne soit tenue a li'cart, sous prctexte que
les sentiments p:)litiques autrefois manifests
seraient un obstacle a I'avancement de quelques
homes. II constate que les parties ne respectent
aucun programme, aucun principle, et que I'hon-
netet6 allite au savoir no suffit p;as pour condui-
re aux mcilleures situations. II reconnait que
nous ne sommes plus au temps oi le gouverne-
ment, en toute occasion, exprimait la pens(e de
la nation. 11 entend dire que si tous Otaient ins-
truits tous voudraient occuper des functions pu-
bliques. 11 r6pond que tout le monde recherche
les functions publiques parce que tout le monde
exploit tout le monde. II r6pond que lorsqu'il
n'y aura plus personnel a exploiter on se r6signe-
ra b exploiter le s!)l. En effet, nous fon-tionnai-
res, nous sommes des usuriers. En change du
service d'une here que nous rendons au pro-
ducteur nous lui prenons tout son sang. II est
notre bete de some, bien que nous ayons d6-
crte l'6galit6 politique. II n'ignore pas tout le
mal que nous faisons au pays, nous parvenus
d'hier on de cent ans. 11 nous m6prise, mais son
m6pris se changera en col6re. II ne nous par-
donnera nos fautes que si nous le lanlons dans
la voie du progr6s par l'instruction.
Nous lui disons d'agir et nous ne sommes pas
A la tAche. Commoncons par comprendre qu'il
vaut mieux pratiquer le devoir que commander.
Un people A qui on a montre la liberty s'obstine
A ,tre rebelle au commandment de ceux qui








. EFFORT


n'agissent pas. Servons-nous des debris accumu-
les par les ann6es pour niveler la voie.
La conservation de la patrie par les armes
ttait la preoccupation de nos pwres, voisins de
r1'poque de notre affranchissement, sa conserva-
tion par I'instruction et le travail doit Atre main-
tenant noire devise. Chaque Age a sa mission
dans I'histoire d'un people. Les premieres gn&e-
rations ont montre une 6nergie Mtonnante. eu
regard aux pr6juges qui les entouraient. Les
grades nations de l'Europe admiraient nos p-
res: mais elles ne pouvaient pas oublier qu'elles
possedaient aussi des colonies dans Ie Nouveau-
Monde, et dans ces colonies des esclaves. Les
philanthropes nous applaudissaient, mais les an-
ciens colons insinuaient que na France ne se rd-
signerait pas a perdre la plus belle fleur de sa
couronnc. I.es difficulties surgissaient de toutes
parts. La diplomatic haitienne naquit des dif-
ficult6s minme. La brilante plume de Boisrond-
Tonnerre 6tait encore sur la table de delibera-
tions. Un courant magn6tique la porta tour i
tour sous la main de Christophe et de Potion.
Des paroles chaudes, vibrantes de patriotism.
en jaillirent. La brutale franchise des homes
de 1814 et de 1816 6tait toute leur diplomatic. Cette
diplomatic original a sauv6 le pays.
Depuis, le souffle de la guerre intestine a empor-
t6 hien loin la plume de Boisrond-Tonnerre. Nous
ne parlons plus haul, parce que nous n'avons plus
la conviction d'autre fois. II ne nous rest que le
sentiment de notre faiblesse. Mais nous nous re-
lIverons si nous rechauffons le zle patriotique
du people. Le patriotism qui n'est plus dans le
temperament guerrier peut se retrouver dans la
culture des lettres, des sciences et des arts, dans
les manifestations diverse de l'intelligence, en un
mnot, dans le travail. Soyons patriots sous cette








L EFFORT 55


dcrniirc forrnc. Autrefois tous 6taient braves,
que tons nujourd'hui soient des travailleurs ins-
truits. Autrcfois nl gloire Mtait dans la rivalit6
de la bravoure, qu'elle soit aujourd'hui dans la
rivalit6 du savoir. II y a un mdrite qui cchappe
aux ge-nrations actuelles, celui d'avoir fond6 la
patrie; il est un mc'rite non moins grand qu'ellcs
doivent ambitionner, celui d'en asurCer la pros-
p)'itc. Oui. servons-nous des ann6es passes
coomme d'un lpitdestal pour d6couvrir la terre
promise aux peuplcs laboricux.





CHAPITRE X



CE QU'ON P'EIT ATTENDRE D'UNE PUISSANCE ETRANGERE
OU
D UNE IMMIGRATION.


Les grades nations nou- precedent, mais elles
ne nous entraineront pas. Un people ne march
pas malgre lui, ii se laisse conqu6rir. Tous les
agr6ments qu'il obtient sous la tutelle de 1'6tran-
ger sont loin de marquer son degree d'avance-
ment. La civilisation impose n'est pas l'oeuvre
de la nation qui la subit.
Ils ne savent pas ce qu'ils font ceux-la qui
demandent qu'Haiti soit forte de l'appui d'une
puissance respected et qu'elle se civilise sous la
protection de cette puissance. Le protectorat







56 .L'EFFORT

n'est profitable qu'aux Etals naissants; apris
l'essai, ce n'est plus qu'une absorption. Les peu-
ples trouvent en eux-memes Icur principle gene-
rateur, ils ont sous la main les Blhments n6ccs-
saires pour accomplir leurs destinies. Ce qu'il
leur faut c'est de savoir s'en servir. Une nation,
conquerante par scs armes ou ses finances, uti-
lise ces 61ements A son profit. La conquete faite,
ii reste dans le coeur du people soumis un le
vain de discord toujours en fermentation. Ce
people s'affranchira ur, jour ou sera extermin6.
II s'affranchira s'il a kt6 appel6 dans I'histoire
par I'invasion. Mais, s'il a occupy une certain
situation dans le monde connu, s'il a figure dans
le conseil des Etats, s'il a cth subjugu6 grAce A
sa faiblesse et A son inaptitude au gouverne-
ment, il essaiera en vain de redevenir autono-
me. II sern broy6, ou hien il passera sous plu-
sieurs tutelles. Les forts se Ic transmettront par
des conventions diplomatiques. Si les hommes
eclairds ne peuvent rien pour I'avancement de
notre pays, si ces homes qui sont sortis du
people et qui connaissent ses aspirations ne peu-
vent pas satisfaire son attente, ceux qui les con-
naissent encore moins no front rien pour lui.
Les mines seront exploits par les colonisa-
teurs, les routes seront refaites, les rivieres en-
diguees et la culture florissante. Tout cela sera
I'oeuvre des capitaux strangers, non places A in-
t6rkt dans la main des r6gnicoles mais mis
en circulation par les capitalists eux-memes
dovenus proprietaires fonciers. L'experience du
travailleur haitien sera faite au degr, qui con-
vient A un homme de peine. Est-ce que l'ddu-
cation des esclaves n'dtait pas faite? est-ce qu'ils
n'etaient pas lcs seuls travailleurs? Cependant,
dis que l'ind6pendance avait 6te proclami e et
tous les biens des colons confisqubs, on a recon-








L'EFFORT


no que ces esclaves ne pouvaient pas continue
1'oeuvre des maitres. Its n'avaient pas 6tW fa-
connes A la direction. Nous aurons beau dire,
les connaissances techniques 6clairent les con-
naissances pratiques. Seuls possident les pre-
mi6res ceux qui savent calculer et qui ont fait
de forte.s etudes. Les protecteurs attendus ne fe-
ront rien dans ce sons pour le people haitien.
Consentiront-ils A s'imposer, i diminuer leurs
revenues pour donner de solides co inaissances A
des hommes don't ils n'auront besoin que comme
ouvriers secondaires? Si I'cducation que recoi-
vent les n6gres de la Jamaique et de la Barbade
vous suffit, 'ous avez raison de tout attendre
d'une grande puissance. Si vous d6sirez plut6t
donner la measure de cc que peut votro race dans
le. monde, si vous entendez rester maitres de
votre territoire et I'exploiter, avant tout, A votre
profit, instruisez les Iravailleurs, faites que chez
chacun le capital intelligence soit Io premier fac-
'teur de la production.
Certainement avec nos seules forces nous n'ob-
tiendrons pas tous les r6sultats en un jour, nous
resterons du moins libres et ird6pendants. Oui,
nous ouvrirons nos portes A toutes les activities;
instruits, nous jouerons le premier r6le. L'Amd-
rique du Nord appelle des colons, mais sur les
immense terres ofi sont semes les capitaux im-
portes le Yankee occupe le premier rang. La
concurrence ne le gene point. II est le plus en-
treprenant, le plus 6nergique. 11 a le sens des
affairs, c'est lui qui est le tuteur. Tous les ou-
vrages qui se publient en ce moment sur I'Am&-
rique appuient cette opinion. Nous ne devons
pas repousser I',tranger, nous I'appellerons au
contraire. Mais par notre ignorance nous aurons
le r61e subalterne. Nous subirons la tutelle loin
d'offrir I'exenple d'une 6nergie invincible Par


57








58 L'EFFORT

le jeu natural des forces 6conomiques, nous se-
rons depossedds: I'avenir est aux plus capable.
Lorsque deux civilizations se rencontrent sur
une niem e terre, c'est Ia -plus advance qui l'em-
porte. Si nous avons tine masse de travailleurs
instruits, nous n'aurons pas A redouter cette lutte
d'influence. Le cultivateur d'un carreau ne Ic
vendra pas parce qu'on vient lui offrir un prix
en apparence c6ev6; il saurAi qu'il peut le mettre
en valeur moyennant un enmprunt don't sa pre-
voyance : er a lgarantie. 11 ne courra pas la
chance de pe'dre son patrimoine au bout de quel-
que temps, saclhant l.i-minme quelles sont les
cultures- qui conviennent A s, ter e et dans quells
conditions il doit les entreprendre. S'il cede son
domain ce sera pour en acheter un autre. Dans
I'actualitP si nous appelons une immigration,
nous verrons sous pen deux classes bien distinc-
tes, celle des capitalists et des entrepreneurs
instruits, composer d'ttrangers, et celle des tra-
vaillleurs ignorants, compose d'hattiens. Ces,
derniers finiront par Ntre des parias dans leur
pays d'origine, sur leur propre territoire.
Le colon qui va s'dtablir sur un sol nouveau
a ses aptitudes personnelles. II quite son pays
avec son caractere deja form, il n'aura plus d6-
sormais qu'd d6ployer I'activit6 don't il est dou6.
II subira moins les moeurs des rgnicoles qu'il
ne les pliera A ses go6ts, A ses tendances. Les
nouveaux venus nois apporteront des modes de
culture varies, en nieme temps leurs habitudes.
Ce sera sans doute un bien, puisqu'aucun hom-
me ne peut se passer du concours de ses aines
et qu'aucune nation ne prospere en s'isolant. Mais
un tres-petit nombre gagnera A ce contact.
L'idal des societds c'est de se r6aliser, d'utiliser
tout ce qu'elles ont en elles-memes. LA ofi I'on
trouve des travaillours smrieux, nyant de fortes








L'EFFORT 59

attaches au sol qui les a vus naitre et qu'ils con-
naissent mieux que tout autre. c'est leur influen-
ce qui pr6domine. Les immigrants ne peuvent
que rendre hommage a cette race solidement
constitute, qui s'assimile les meilleures m6tho-
des, tout en restant ellc-meme. Alors ce n'est
plus le dUnigrement qui irrite le caractere du
people chez qui l'on vient travailler, c'est la con-
fiance qui unit naturels ct colons. Si des hreches
se font de toutes parts A notre autonomic, ce
n'est pas une immigration qui nous sauvera. La
politique nous a deja assez miris, pour que nous
ne consid6rions pas notre pays come un pays
neuf. Nous sommes assez vieux. nous avons
subi assez d'(preuves. La colonisation profile A
des sauvages; une nation qui a son orgueil et
don't I'orgueil s'irrite sous les sarcasmes de ses
h6tes, ne garde pas son sang froid lorsqu'on la
denigre sous pretexte de la civiliser. On nous a
trop longtemps accuses d'exclusivisme, pour que
nous sollicitions aujourd'hui l'61ement stranger
sans etre prets A supporter la concurrence. Puis-
que nous capitulons sur plus d'un point, faisons
en sorte que nous ne soyons pas vaincus sur le
terrain de la lutte 6conomique. Nous n'occupons
plus que le second rang dans le commerce, nous
ne tarderions pas A etre subalternises dans 1'agri-
culture et l'industrie. Fondons des 6coles d'agri-
culture, ayons une forte arm6e d'ing6nieurs, re-
muons en tous sens I'activit6 national; lors que
des capitaux nous viendront nous saurons les
utiliser.








L EFFORT


CHAPITRE XI



N'ATTENDONS PAS D'UN HOME LE SAIUT DE I.ETAT.

11 est certainement une here oi un home
resume en sa personnel la pens6e de tout un peu-
ple, of toutes les forces latentes trouvent en lui
impulsionn nicessaire pour agir. On dit alors que
cet homme est un homme providentiel et qu'ilac-
complit une mission. Mais pour que cet homme
paraisse il faut que la pens6e soit restde long-
temps en incubation dans le milieu don't il est
le produit. II est alors le corps donned a l'idde.
I.e regime odicux de I'esclavage avait accumule
de justes indignation dans le cxeur des esclaves
de Saint-Domingue. Dans les champs, dans les
ateliers, partout ces opprim6s murmuraient. Ils
n'attendaient qu'un moment pour manifester par
la devastation leur mecontentement. Lorsque la
revolution a Bclat,, ses laves avaient d'jhA gron-
de dans les souterrains. La masse des esclaves
avait eprouv6 un invincible besoin de liberty .
Le despotisme des chefs n'a Wtd que la manifes-
tation brutal de la colbre de 1'6poque. La mo-
d6ration Ctait la reaction. On exterminait avec
une gale fureur les timides et les bourreaux de
la liberty Dessalines n'etait qu'un glaive port
en tous sens par la justice outrage. Le but su-
prime ctait le seul dominateur. L'ind6pendance
est sortie de cette pulv6risation d'hommes, et
I'immense reve est devenue la vivante reality.
Petion, Clervaux. Gabart. Magny. Capo'is, tous








1.'EFFORT 61

les forts temperaments qui ont Wtd les meillcurs
acteurs du drame, sont superbes dans notre his-
toire parce qu'ils ont servi la plus humaine-des
ca uses.
Lorsqu'un people sans espdrance soupire apres
l'an6antissemcnt il ne tarde pas t trouver, enco-
re ft cc moment, un citoyen qui resume en lui
toutes les tendances. Cc n'est plus le serviteur
d'une id6e f6conde, I'incarnation d'une force en
avant, c'est l'homme qui met la main iA a roue
pour faciliter le recul. Tous accepteront sa do-
mination, puisque dans leur jugement ii joue,
lui aussi, un role providentiel. Ce ne sont pas
les despotes qui civilisent, mais les nations qui
so civilisent; ce ne sont pas les de'potes qui de-
truisent, mais les nations qui se d6truisent. Quand
on vent chasser I'ennemi de la place, on trouve
toujours une voix ferme qui command; quand
il s'agit ('abandonner le terrain de la lutte, il
suffit qu'un seul fuyard crime: sauve qui peut!
pour que la deroute s'op6re en masse.
Une nation qui reste inactive dans I'attente
d'un homme n'aura pas un sauveur. Le premier
audacieux venu se saisira de toutes ces volontes
lAches pour s'en fire des complices. Son oeuvre
de destruction sera facile. II aura assez de luci-
dit6 pour comprendre qu'il n'y a pas de rdsis-
tance la of il n'y a pas d'cnergie pour le bien.
II est done certain que nous devrons la restau-
ration de I'difice national, non t un individu,
mais A nos institutions; non A un bras fort, mais
A toutes les t(tes pensantes. N'attendons pas un
personnage extraordinaire, produisons des ca-
pacites suffisantes.







62 L'EFFORT




CHAPITREXII



LE SALT SERA L'CEUVRE DE TOUS.

Un bon 'jugement r gle la cordn ite d'un home,
c'est encore iin bon jugement qui regle la con-
duite d'ine soci'td. Unefoisl'ind6pcndance con-
quise, nous avons mldit6 de nous d6barrasser de
toute influence qui generait I'essor individual.
Nous n'avons pas voulu qu'un seul se crCit plus
de droit en raison desdminents services qu'il avait
rendus la cause g6n6rale. Pour faire entendre
au tond teur qu'il ii't'.it pas notre maiitre, nous
lui avonspr te cetto parole: je suis seul noble, et
nous avons jug6 qu'il fallait la mort comme ex-
piation d'un tel crime Apres le meurtre du g6iint
nous avons proclam6 la r6publique, c'est-A-dire
la noblesse de tous. Dans une aristocratic ou les
nobles forment une classes, Ie rest de la nation
se module sur ceux qui donnent le bon ton. Dans
une nation oi ii n'y a que des nobles chactin
trouve la regle A suivre dans les examples de tot.
Si ces examples sont mauvais. ceux qui tente'eot
de sortir de la regle commune par la rectitude de
leur conduit seront ridicules par leur originality
mmem. La o~ la souverainet est.au vice la vertu
est douteuse. Cependant la vertu a Mt6 proclamce
l'essence des rl)publiqu es. Celte i(de gendirale-
ment accepted a fait ie la rlpublique l'ideal des
nations. C'est eti effect la r6alisation dans la so-
ci6td de l'iddal individual. L'individu aspire A la
perfr action et la societi'- a la mi'ine tin. La vertu





:* 0 .








L'EFFORT 63


est contraire it la ddpravation, c'est l'aboutissant
de touts les tendances nobles et idgitimes. La
republique doit stre non uneformo de gouverne-
ment, mais une mani're d'tre, la constatation de
1'existence dans tout ce qu'ellea de beau. L'ideal
republican est d(mocratique et social. C'e-t le
gouvernement de 1'exem pie dans le sens du bien,
la rigle dechacun etant danslaconduite de tous.
Il faut une Cducation commune. L'aurez-vous,
cette education, sins I'instruction intigrale ? Vous
qui pensez que I'instruction primaire suffit it la
majority des hommes, renoncez it I'idal demo-
cratique, il.est trop haut pour vous. Domandez
que I'Etat ne s'occupe plus des grands travaux
publics, mais que chaque habitantjette des pier-
res dans la crevasse beante deviant sa porte. De-
mandez que le pretre ne monte plus en chair
pour precher 1'Evangile, mais que chacun ait son
cure. D6truisez le temple oli la foule vient se
recueilliret communier avec 1'esprit. Plus d'ar-
mde, plus de juge. Chaque citoyen restera de-
., bout au seuil de sa maison pour d6fendre sa fia-
mille. Pourquoi payer I'instruction de ceux qui
ne possedent pas? pourquo! rendre justice i ceux
qui nesont pasassez forts pour se rendre justice?
Vous etes moins consequents que ceux qui croient
qu'dn people n'est jamais majeur Et qu'il lui faut
toujpurs la tutelle d'un roi ou d'une classes privi-
14giee.
ILn'y a pas de principle contraire it la raison
toutfce que la logique ne peut soutenir n'est pas
digne d'etreappel6 principle. Un principle auquel
on est oblige d'upporter mille restrictions etqui no
trouve application que dans des cas exception-
nels, est lui-meme une exception. La r6publique
est le gouvernement du people par le people, voilit
le principle pose. Maiscomme le peup'e ne peut
pas exercer directement le pouvoir, il le confl( plar








L EFFORT


(1eegation A un certain nombre de citoyens. C'est
parson suffrage qu'il les choisit. Cela d6coule du
principle, puisque la direction suppose l'unite de
vue. Par le suffrage universal le people ddlegue
I'exercice (de ss dr'oits. il imported qu'il nit assez
de jugement pour choisirses mandataires qui lui
donncront une constitution, c'est-A-dire une rIgle
fixe, ct des lois nuxquelles il sera 6galement oblige
d'obHir. Mais il no sait pas reconnaitre les vraies
capacit6s. Le gouvernement ou des intrigants
choisissent pour lu i. Coux qu'il connaitet equ'il sait
moraux no runiiiissent pasassez d'aptitudes pour
Ie repr6sentor (ignement. En rdalitci, ils ne sont
pas 61igiblcs. Ses l1us noinmeront le chef du Pou-
voir Ex6cutif, et plus d'ne fois ils seront des ins-
truments (ldn lan main do quelques meneurs.
:es meneurs seront les porte-paroles d'un petit
group de capitaittal:slte~ compos6 en majority
d'(trangers. Ie pr;omier soin do I''lu de la na-
tion sera do rweconpens-Lr lc z'le de ses amis de
I'assemblee et de rembourser avec usure les frais
de son election. 11 appellera ensuite A la direction
des p!incipales branches du service public les
prot ges des meneurs et des capitalistes. Dans
los positions subalternes seront classes les moins
influents. LA encore il n'osera mettre les charges
au concourse, de crainte que les partisans d un
candidate 6vine6 ne trouvent place dans le gou-
vernement. Des lors le pouvoir n'cst plus aux
plus capable par intelligence et la morality,
mais aux plus remnants. Mmoe la th6oric du pou-
voir aux plus capable ne saurait, dans I'dtat de
notre pays, donner satisfaction a la conscience
national Lesplus capable sont les plus instruits,
mais ils se sont (loignes du travail des champs et
de l'atelier. Ils croient qu'une profession libdrale
est ( une tourd'ivoire qui les spare du peuple.
Arrives au faite ils ne feraient qu'adopter les me-








. EFFORT


sures promulguees en Europe, pensant ainsi rd-
former par des articles de loi les moeurs de leurs
concitoyens. Ils ne savent pas qu'une nation a
son g6nie propre. Ayant perdu de vue la masse
qui a des tendances progressives, ils ignorant
quelles perles ils auraicnt pu tirerde cefumier.
Comme ces fermiers mal avis6s, ils ncttoient le
champ en jetant hors de la cl6ture leur meilleur
engrais. Rien ne s'obtient sans peine, le rdsultat
est en proportion de la d6pense et de l'habilet6.
On 6touffe les intelligence pour ne as computer
avec elies, on tarit la s&ve parce qu'elle nourrit
des plants vivaces, quelquefois vWneneuses. Le
cifadin don't les gouits exigent des spaces large
et nus stme partout sur laterre arable une cuo-
cle 6paisse de gravier. Le cultivateur au con-
trairc aimle la vegetation et fait des emprunts
li4bi it trouve de bonnes planes. 11 n'arrache pas
l'orangcr qui done des fruits aigres; il pose des-
sus un oeil, et sur le tronc dejA gonflN de seve la
greffe prend vie. Le point de vue est l'orien-
tation des calculs.
Nous avons de nobles instincts incompris, nous
voulons les remplacer par des mceurs exotiques
et pourries. Nous ne serons nous memesque lors-
que nous dfurons utilis6 toutes les forces en som-
meil dans le people. L'instruction intggrale, toili
le moyen. La vertu sera a regle, I'intelligence la
direction; la souvcrainet6 individuelle sera le
principle, lasouverainet6 politique la consequence.
On nous dit qu'il y a un droit effectif et un
droit idail. Les Etats arrives i leur haut degree de
puissance n'acceptent que le positif. L'i(de est
dans Ic fait parce qu'ils sont les plus forts. Ils
out longtemps 6voluc ; ils soutiennent mainte-
n int que le present seul existe et que le droit po-
sitif est le seul droit. En vertu de cette doctrine,
ils ne reconnaissent que le droit actuel, et ils








66 L'EFFORT

tendent it supprimer tout ce qui ne peut resister
it In force. D'apres eux, la nation qui ne peutd6-
fenidre son droit n'a pas sa:raison d'etre. Sans y
fire attention vous appliquez la mime thlorie
anx d6pens de votre nationality. Lea ignorants,
pensez-vous, ont noins de drnit que les letlres.
il n'est pas n6cessaire de les consulter: ils sont
une quantity insigniflante. Dans l'Mtat ou est par-
venue la civilisation il faut qu'un peiiple actua-
lise son droit, et il ne le pourra que s'il est cons-
cient. 11 le sera si chaque citoyen se r6alise en
rendant effectif son droit.
L'idee republicaine vient de la conception la
plussimple et la plus profonde it la fois; elle sup-
po.se d'abord I'homme perfectible, elle croit en-
suite possible de conduire la soci6td it la perfec-
tion par le concourse des homes. Certainenient.
I'tIuvre serait irr6alisable si elle d6pendait d'un
seul, d'une 6poque: les hommesmeurenit, les g,-
nirations disparaissent. Ce qui survit c'est I'idee.
L'activit6 d'une gn6,ration ne s'dteint pas avec
elle; la generation suivante recoit une impulsion
qui l'entraine selon son activity propre. Que la
nation tout enti'rc soit en movement, et les re-
sullats que nous cherchons s'obtiendront ais6-
ment. Une republique vraie sera toujours res-
pectee, elle aura assez de vitality pour rbsis-
tcr aux assaults de sea ennemis. Meme si elle
chancelait un moment, elle aurait encore assez de
vigueur pour se redresser. Les chlecs neddcou-
ragent que ceux qui ne savent pas vouloir.
Ceun qui placent haut leur idfal ont besoin de
plus de luniire pou,' I'atteindre. 11 fautque toute
la nation voie le but. Si une partic reste dans
l'obscurite, elle ne suivra pas la route commune,
elle cherchera sa propre route en sens inverse.
Alors on constatera une agitation fhbrile, des ti-
raillements vains et impuissants. C'est I'histoire









L EFFORT


de I'humanit6 ; cela s'est vu dans Ic passed et cela
se voit encore. Mais n'neceptons pas come une
fatality c qcuiest mauvais. Des peuples vieux ont
fait leurs experiences, et les peuples nodernes
se servent de ces experiences pour avancer.
Avons-nous presum6 qu'il nous fit n6cessaire de
passer par toutes les formes de gouvernement
afin d'aboutir i la rdpublique? Nous avons de
bonne heure comprise que nos peres ayant con-
quis la liberty nous devions adopter un regime
qui garantirait les mfmc droits a tous. Cette ga-
rantie n'est autre chose que la surveillance exer-
cce par la communaut& au milieu des change-
ments qui s'operent. De li une croissante activity
intellectuelle, un effort continue vers les rcsultats
positifs.
II arrive sans doute un moment of, fatigues de
tout, les homes d'etude qui ont souffert dans
l'arene publique sentent le Iesoin de se recueillir
dans une sphere d(gagde des soucis de I'actualit,.
Et, comme il ne leur est pas possible d'6viter le
contact des humains, ils voudraient former une
society A part. la socit(C des Mlus de I'esprit. Par
la libre volont6 on peut sortir du monde, se choi-
sir un petit nombre d'amis ayant les memes
gotits, une communaute de vues. Les 6v6nements
nous saisissent inalgrc nous et ,djouent nos cal-
culs. Quand la tcmpete se dechaine, les lots agi-
tis viennent prendre les ondes endormies sur le
rivage et les emportent sur la haiite mer. Une so-
ci('te souvent cn proie i des commotions ne peut
promettre ai aucun de ses memibres de Ie laisser
en repos.
La surexcitation des esprits est le signe pr(cur-
seur des ,v6nements. Les hommes sages qui ont
la direction d'un Etat ont pour mission d'att(nuer
la violence de ces coups d'orage. Ils n'ont pas le
pouvoir d'arrdter le course d'une revolution, une








L EFFORT


revolution est I'explosion d'une idte longtemps
continue. lus la subiront done. car ils y ont oux-
mrnmes travaill6, peut-etre incofscienmment. Mais
ils agiront de facon qu'elle ne soit passanglante.
Ce qu'une revvolution fait et que nous croyons in-
juste n'est que te remede violent appliqu it un
mal profound. Puisque nous reconnaissons I'exis-
tence.du mal, allonsle prendre dans les profon-
deu.s ou ii se cache; poussons le it la surface pour.
nieux l'extirper. Lorsqu'unie revolution s'opere
dans la pensdce, faisons en sorte qu'elle passe it
1'etat do tfit san; dcrasement d'hommes. Que la
nation tout entire la mirisse. Lorsque ceux
qui disirent une r6fornie con(:ue par le philo-
sopie I'en comprennnent pas totite la port6e.
ils exigent que snr 1'heure cette r'forme port
tousses fruits. C'est ainsi quo des plus justes cau-
ses sont sorties de criantes injustices. Le peuplo
approuve uie idoe, il ne cherche pas i en connai-
tre la genise. II l'appliquera on d6pit de tout. Pen
import qu'elle soitit peine cb:auch',e on suffisam-
mcent nvt'ililOe, Hi no fait pas profession d'expliquer
toute close. Cost en vain (Ine vous hli deman-
dez de renmonter i In. cause. L'idee Mtait en lui, A
I'otat latent; quelque philosophy I'a exprimee en
unef ormule saisissable, it la port'e de son intel-
ligence. II est imp:iticnt: pour lui, I'avenir c'est Ie
preOsent Poiurquoi remettre it remain ce qui est
pos-ible aujourdl'uii? II en fera une application
liative. La r6ferme tentera assuroment plusieurs
generations, mais elle ne sera plus qu'un songe.
11 imported que la nation puisie mesurer I''ten-
due des idees quise rovi'lent, les amener gra-
duellement it maturity et les transmettre realisa-
bles h I'avenir. De mnme que les travaux antV-
rieurs pr6parent les decouvertes des savants.
ainsi les efforts m6thodiques des epoques qui se
touchent amninent les ameliorations sociales.








L EF O T


Lc succ6s de ceux qui complhtent uine science est
(d1 en grande parties it leurs pridcesseurs qui ont
laiss6 des donnees certaines. C'est aussi uno.
verit6 dans 1'ordre cthnologique. Les sciences
sociales avancent, appuynes sur les observations
rationnelles des penseurs.
La patience, dit-on. est Ic genie des p:inpl.es. is
n'arritent pas le;s (''vnemenls qui s)ont dans la
march des temps, ils en profitent seulement dans
la measure de leur intelligence. Lorsque les ins-
tincts pervers dominant, les meille'irs principles
sont faussds. les meilleures combinaisonsdevien-
nent monstrueuses. La of il ya des classes mar-
(ques par des conventions menteuse; contraires
it la raison, les plus Mlevees ressentent plus vio-
lemment les secousses. Lit oh tous sont tgaux,
c'est la masse des travailleiirs qui souffre le plus.
Un esprit en d6sordre embrouille tout, une cons-
cience tourmentie est la plus effroyable des tor-
tures. Lorsque nous ne savons pas ce que nous
voulons. nous nous aigrissons contre les fits, et
les faits eux-memes s'irritent. Ce que nous recher-
chons nous fuit, ce que nous redoutons nous ar-
rive. Dans tous les ordres se constate lejeu mal-
faisant des contrarit6es et des mecomptes. Dans
la politique come ailleurs l'inqui6tude est en
permanence. Le gouvernement trouve le peupe
turbulent et rffractaire au progress; le peuple.voit
le gouvernement en retard, incapable de toute
bonne resolution. Le maintien de la paix est le
souci des administrators. Leurs circulaires sont
lettres mortes, les agents subalternes font le con-
traire de ce qu'ils commandent. On exploit crfel-
lement cette situation. Des r6clamations fantai-
sistes leur viennent de la part de l'Htranger. On
leur demand des concessions qui repugnent au
caracttre national. Parce qu'une fois un agentde
la force publique aurait mal agi, on suppose les







I EFFORT T


fonctionnairestoujours en faute et lesplaintes toi-
jours fond6es. On juge les hommis politiques cor-
rompus ou incapables. et souvent cependant ils
apportentauxaffairesint6grit6, aptitude incontes-
tables. Les citoyens qui voient dans la chose pu-
blique une roue qui broie les meilleurs on qui
use les caracteres les mieux trempes, g6missent
en silence, refusent leur concours quand i!s sont
appelds, doutant qu'on accepted franchement leur
cooperation. Ilsaiment mieux rester inttgres dans
la vie pride que d'aller ruiner en un )our leur
credit.
Mallihurein-cment cos activtiv's qii so derobent
Sla politique ne se tournent ni vers I'agriculture
ni vers l'industrie. Le cultivateur sans direction
n'ecoute que le chef de section qui a le pouvoir
de le garroter au nom de l'Etat. 11 execute dcs
travaux sur la voie publique, et dis la premiere
averse il ne peut plus apporter ses products sur
le march. II n'arrose plus son champ, les canaux
d'irrigation sont d6truits. II attend le d6gr.ve-
ment, on lui rtpond que les droits d'exportation
servent de garantie a la dette ext6rieure et au
papier-monnae qui mange sesepargnes. On lui dit
qu'il est I'esperance, pourtant on le gruge.
Tous accusent I'Ctat des choses et. I'tat des cho-
ses est I'ceuvre detous. Les situations s'irritent au-
tant que nous; nous ne les flNchirons qu'en chan-
geant d'humeur, qu'en nous ameliorant.




















DEUXIfEME PA1TIE






DjE Tr' DUCATito


















CHAPITRE PREMIER



LA CIVILISATION EST SOUVENT MENTEUSE,
LE PROGRiS SEUI. EST VRAI.

Les philosophies, en poursuivant le problem
de la destinee, ont interrog6 I'homme dans sa
nature. ls l'ont trouvt perfectible, sans pouvoir
affirmer quel sera le terme du progres. Bien des
systems ont 6t6 remuds, I'esprit human en
march reverse les prejug6s. Les doctrines
rompent peu A peu les cadres of l'on essaye de
les emprisonner. La science protest chaque jour
centre certaines affirmations que de grands es-
prits soutenaient naguere en son nom, et aujour-
d'hui nous sommes parvenus d cette conclusion:
que sous les apparences diverse qu'offrent les
peoples et les races, l'humanitc dans son ensem-
ble pursuit ine route. Le genre human a une
destine. Mais le genre human se compose de
peuples et chaque people est une association
d'efforts. II est evident que la vie n'est pas de la
m6me duree chez tons les individus et que les
nations ne traversent pas toutes le meme nom-
bre de siecles; mais il est encore certain que
chaque homme, chaque nation a une destin6e








74 1.'EFFORT

a accomplir et que cette destinde est un pas de
plus vers la destinee commune. Puisque c'est la
perfectibility de I'homme qui rend possible la-
perfection de la society, on ne saurait nier im-
pun6ment cette v6rit6: que IA oil ii y a des hom-
mes il y a un progress possible. La raison nous
enseigne que ce n'est pas pour rien que nous
avons des idi es g6nr'ales. Ia soci6te retient
I'homme pour lui montrer bien des closes que
tout soul il no snurait decouvrir. Elle l'invite a
1'6preuve pour mieux s'ktudier et se complete.
Elle a done une action sur lui, un pou'oir lqu'il
no pent inmconnaitre sans nior un fait toujours
actiel. Soumis i cctte loi naturelle, la socinai-
lite. il ne se ddveloppe pas dans son 6golismic il
faut qu'il associe sa volont6 it I'action commune.
L'honme ne rrie pas son seml)la)le, mais il
pout le parfaire par ', education. Cola resume ia
mission social. II faut done que la ofi un hom-
me nait il ait un role i remplir, et il faut qu'il
soit prepari a le remplir conformement au but
que tous poursuivent. L'inter't sup6rieur veut
que Ie concours de chacun soit on harmonic
avec la fin g6nerale. Cette fin est la supreme
justice ; envisagee come la f~licite d'un group,
elle ne serait pas desirable. Bien des civilisa-
tions out brillh dans le monde, elles ont dispa-
ru comme tout ce qui est pDrissable; la clart6
qu'elles laissent dans I'histoire eclaire du m.-ins
la route de 1'humanite. Tout people qui nait A la
vie politique doit tendre au progress, c'est ce qui
le sauvera de l'oubli. Le monde n'est plus au
temps of la multitude n'etait rien, of quelques
individualites 6taient tout. On ne classes pas une
nation d'apres le petit nombre d'esprits remar-
quables qu'elle present, mais d'apris la valeur
de toutes les activities d'oui rsu!te sa capacity
majeure. Aujourd'hui un people qui comptera








L EFFORT


seulement sur quelques unites sera indvitable-
ment condamn6. La vie national forte et dura-
rable est dans Faction intelligent do tous.
La superiority d'un people est en proportion
de son education. Les esprits les plus 6minents
tiennent I'education pour la vraie frontibrc de la
civilisation. C'est elle qui diffirce n people d'un
autre people. Et au sein monme d'une soci6tt" c'est
elle qui mtablit une diffTilrnce sensible entire les
homes. Une nation a son id'al; s'il lui cst in-
diff6rent que clhcun soit pin6tre du but. elle
n'avancera jipa, elle restern s tI sll route jusqIu'
ce qu'elle soit broy'e pnar lne nation plus forte
qui march a sa destinue. P6nitrons-nous bien
de reci: Ie droit nouvena n'exige pas que les
grands Etats effacent les petits, mais qu'ils pas-
sent sur tout ce qui stationne sur la voie.
Lorsqu'on ne reconnnit lpas (qe I'liomme est
le point de depart du progress, on pursuit un
probl6me insoluble. Lorsque la majeure parties
d'une soci6t nine une vie miserable au mi-
lieu d'une nature luxuriante. le progres n'est pas
dans cette society. Les apparences, le luxe qui se
deploie sur les habits, les bones manieres no
sont pas les signes du progres. II y.a une diffe-
rence entire la civilisation et le progress. La civi
lisation peut-6tre considdre comme un point d'ar-
rivee. Une nation qui decline offre encore les
earacteres d'une civilisation avancee. Mais autre
chose est le progrs: il ne depend pas de la
civilisation, il la cr6e. Un people porte en lui-
m6me les conditions du progress. Avec un esprit
droit ii le r6alisera.
Pour 16gitimer ses usurpations un puissant Etat
dit au monde qu'il apporte la civilisation chez
les barbares. II suffit qu'il d6ploie son drapeau
sur le territoire conquis pour que la civilisation
se montre. Mais ce drapeau est un suaire ha!r-








I. EFFORT


g, de franges d'or. Le progrcs, au contraire,
c'est le movement, c'est I'avancement perma-
n.:nt vers un ordre superiour.
Dans ncs fetes. dans nos riunions de fimille.
nous cotoyons des strangers de haute distinc-
tion, nous nous modelons meme sur eux, et nous
avons la naivete do croire que lit est le signed
manifeste de notre advancement. Nous aimons lt
luxe, et. pour nous conformer it ses exigences,
nous nous privons du necessaire. Nous envisa-
geons done la question du progress it un point de
vue tout i fait faux. L'estime particuliire que
I'on accord hi quelques-uns d'entre nous ne com-
pense pas le mepris don't on accable la nation.
Nous scrons respects lorsque li nation 1lle-
mmer sera grande et prospere. NoWre valeur col-
lective come peup!e avance donnera a chacun
des n6tres plus de merite A l'tranger. Le renom
d'un pays precede ceux qui l'habitent et fait nai-
tre partout une prevention fa.'orable a ses fils.
A premiere vue, on est tent6 de prendre pour un
personnage .un home de quelque apparencc
qui vient d'une rive lointaine, d'un pays dont la
renommde est solidement etablie. Si, au contrai-
re, ii est d'une nationality peu considdrce, il aura
bien des pr6jugs ai vaincre avant de sc fair
accepter pour un honnete home. Or, il y va de
l'interet de 'lhaitien que son pays soit respect
et qu'en faveur de chacun de ses concitoyens
naisse au dehors une opinion favorable.
Le progres rest pas quelque chose de vague,
il se constate; ii ne vient pas tout soul, on l'ami-
ne; ce n'est pas une parole, mais un fait.. Ba-
tissons cet 6difice grandiose qui aitestera aux
yvux du monde entier note existence et notre
vitalitM. L'edifice ne s'6lvera pus mysterieuse-
ment au milieu dv la mer des Antilles, ii faut
des mains robustes et habiles pour le construire.








L'EFFORT 77

Faconnons des ouvricrs, -c'est-a-dire des hom-
mes, des homes tels que "eux qui inventent
des chefs-d'oeuvre et qui leur donnent le granite
pour fondetient. Que clacun sur cette terre
d'Haiti soit un bon instrument au service d'une
grande id&e. Dans chaque enfant 6levons un,
home.
Cette Pouvre de haute conception exige de In
part de ceux qui ont en main les destinies de
la republique une attention soutenue, un effort
persdverant. II est indispensable que I'mil scru-
tateur de la vigilance pen&tre dans tous les re-
plis de I'ime national. Dans cette Amo rien ne
doit. rester obscur. Un home quel qu'il soit est
un exemple. Sa presence 6veille uine idde, car
H est lui-minme une source d'idees. La mauvaise
passion qui le gangrene contained Ie milieu oA
il so trouve, alors m&me qu'il croit 6chapper i
!'attention d'autrui. Un esprit meidilatif nest pas
une force n6gligeable, 1tt ou tard il fera explo-
sion. II engendrera une action quelconque, soit
par les extravagances de la folie, soit par les
hardiesses du genie. Lorsqu'un cerveau couve
une pens6e, la society tout entire dolt chercher
a p6n6trer cette pensee pour savoir ce qu'elle re-
cele. L'homme a sa liberty et la socidid la sienne.
La liberty de I'homme est le droit d'agir en lui-
m6me et su lui- mime; I laibert6 de nl soci6t6
est aussi le droit d'agir en elle-m(me, c'est-A-
dire sur chacune des individualists qui Ia com-
posent, afin de les coordonner. La liberty indi-
viduelle serait un d6sordre si elle pouvait deg6-
n6rer en caprice, si elle 6tait Ie droit pour chn-
eun de donner libre course a ses pench.ants dWrd-
glis, de corrompre les autres par sos actions.
Nous avons reconnu que l'homme est sociable et
qu'il ne saurait se soutraire aux n6cessit6- impo-
sies par la destine social don't sa destinC'o pro-








L'EFFORT


pre n'est qu'une parties. Qu'il soit moral. Depra-
v&, il serait une non-valeur, un 6tre dangereux.
Mais, si dans la destruction des choses on trouve
parfois line utility, c'est qu'une chose usee par
Ic temps peut redevenir matiire premiere. II en
est autrement de l'homme. 11 ne se transform
pas come la niatiire. Sa suppression est tou-
jours un iscandale. On priviendra le mal, non en
I'kcartant de la voie romme un obstacle, non en
6touffant ciez lui le germe de la volontd un mo-
ment atone ou perverti, mais en le preparant a
donner tout ce qu'il pout produire de bon. A cette
condition il se fNlicitera d'Itre ne dans une so-
ciete, et ii saura qCue sans elle ii serait peu de
chose. GrAce it cette society sa measure sest Mlar-
gio, il lne nigligera rien pour en assurer la con-
servation. 11 sentira que si elle vient a disparai-
tre 11 sera lui-mnme s.ins appui, livr iA ses sei-
les forces, par consequent affaibli par l'absence
de ccite force ulile et nicessaire. La valeur hu-
mainc est le g;ge certain de la valeur social.
C'est le compose de toutes les valeurs individuel-
les qui reprcsente la valour general.
Un pays ne tient pas du dehors sa force evolu-
live, il la trouve e lui-mnme, dans chacun de
ses habitants. C'est pourquoi nous devons nous
appliquer a fire l'oducation de tous ceux qui
sont au seuil de la vie. Veillons A ce que chaque
infant soit convenablement ileve. Nous n'avons
pus besoin de savoir oit il a pris naissance sur
le territoire; nous n'\av'ns pas hesoin de savoir
s'il appartient it une famille rice ou pauvre et
quell sera sa vocation. Devenu homnme, qu'il
soit une tote capable de jugement. Ainsi, il sera
une volonti, un facteur dans l'euvre collective.
En clerciant it affirmer son individuality par
respect pour lui-mimen il consolidera l'oeuvre de
tous par ses aptitudes.








L'EFFORT 79

Rappelons-nous cette parole du moraliste: I'ins-
truction est Ie sixieme sens. 11 est encore une
pens6e plus g4n(rale, qui embrasse A Ia fois I'lom-
me et la soci6te, qui va a la source m6me de I'ktre
humnin et qui se traduit par ce mot: le sens mo-
ral. Le resume de I'homme en temps qu'etre rai-
sonnable c'est I'entendement. Mais la faculty de
saisir les images qui s'offrent a I'intelligence, de
les examiner et de les reflcchir. de les decompo-
ser selon nos impressions, a bosoin d'uie forme,
d'un moule qui renferme tou.es les images qui
se refletent dans l'intelligence, tous les actes vo-
lontaires par lesquels I'intel'igence se manifesto.
C'est Ie sens moral, la plus haute:nanifestation
de la dignity, le vrai .aractere de la civilisation
progressive: Si cette civilisation se retrouve dans
'la racine mmee de la society, elle faivorisera son
elan et ftcondera toutesles phasesde sa vie.
Nous pensions malheurcusement qu'une ville
kclairoe a I'Mlectricit6, que des rues largest et ma-
cadamis6es sont lesseuls signed de la civilisation.
Telle n'est pas I'opinion de ceux qui trouvent Ie
bien-etre dans la condition des homes. Allez
dans les colonies, lit vote attention sera flatt&e
par des kiosques, des pares, des statues 6rig6es ai
la m6moirede ceux qui ont servi les int6rIts de
la mrre patrie. Mais vous no pourrez vous em-
ptcher d'un mouvementde pitie a la vue do tant
d'hommes qui se croient "os pour In servitude. Lit
ils sont retenus dans une complete abjection. 11i
s decouvrent a cent pas d'un europen, se bat-
tent entire cux pour obtenir la prfrence de
I'etranger qui d6barquc et qui fait t transporter ses
effects a I'lihtel. Lesjurons les plus effroyables
leur tombent des Ihvres et dans leurs yeux so lit
la menace. On dit que ces pays sumn civilises, on
prtefre leur sort au n6tre. Cependant Ic voyageur,
s'il est philanthrope, no quite pas ces terre sans








.L'E FORT


maudire totes les iniquitcs qui res souillent. II
s'dloigne oni di.-nt: Non, ce nest pas la civili-
sation; c est l'homicide pri-chi par une mons-
irueuse ided de conservation social, c'est le
ncurre doe la dignilt hlumaine. Ces homes
n'ont pas de patrie, ces parias tombent (gotrg-s
sons 1c coutroau d'une civilisation menteuse. Un
jour leurs fils se soulhveront. pour achever peut-
('tre dans un suprI'niedimsespoir 1'xuvre inhnumai-
no que iloursuoiven dcpuis des sii(cles la haine et
le m6pris. Chezeux on ne travaille pas A (,lever
le sens moral. L/Europe d'aujourd'hui semble re-
commencer la barba'rie des temps jadis. Aucune
puissance ne parole au nom de la libertldes peu-
ples, et in proclamation des droits est repouss6e
come une torchc funebre lev0e imprudemment
sur la tfte des nations avanc6es. La France elle-
mlmnle rcioncC. pen i peln au droit ideal. Elle ne
dit plus: pVrissent les colonies plut6t qu'un prin-
cipe. Nous avons une mission A accomplir, aucun
people ne nous aidera. Ayons ulie saint rtIsigna-
lion, notre oeuvre n'en sera que plus m6ritoire.
Nous ne pouvons plus attendre desautres que la
mort. Ce serait une folic de notre part si, pour
Cchapper A cette menace qui nous vient de tous
cotes. nous recou'rrions au suicide. Non, nous
avons encore un irresistible besoin de vivre. Al-
lons au sommet de la montagne, appelons lejour,
il descendra A la voix d'uh million d'hommes.
Flevons de plus en plus liaut notre sens moral,
d6couvrons les horizons de la pens e. Que les
aines montrent ces horizons aux plus jeunes Que
les petitsenfants sachent que ceux qui ecrasent
par le canon les petits peoples sans defense sont
les barbares de la civilisation.
Ceux qui volent sans regarded ne se rendent
pas compile du vide cachi sous les magnificence
de la civilisation materielle. Un ver rongeur d6-








L'EFFORT 81

truit lentement cette dblouissante 6corce. Le re-
nouveau ne paraitra qu'aujour du retour a la jus-
tice. En reprenant par la base notre system
d'6ducation, prouvons aux nations actuellement
illustres que notre coup-d'oeil dans I'avenir est
plus p6n6trant. La civilisation actuelle n'est pas
ledernier terme du progres. Sous le poids do ses
canons ses murailles s'affaissent. L'immense Ba-
bylonne tombera. Quoi un dit que dans la vicille
Europe I'avenir estaux races slaves, races qui se
r6veillent avec des instincts nouveaux pour en-
trer dans une voie nouvelle; et nous, victims de
cette civilisation qui insulte chaquejour A 1'6quite.
qui a pour fond l'6goisme et pour instrument la
force, nous qui sommes encore jeunes et qui
n'avons pour crime que d'avoir extermin6 I'op-
pression, nous serious sans avenir Non. Les meil-
leurs esprits ne se tournent pas encore vers nous
parce que nous vivons sur une terre petite, par-
ce que nous n'avons pas assez v6cu pour etre
connus. Ce qui est certain, c'est que la civilisation
actuelle est appel6e a reculer devant une civilisa-
tion plus pure, plus conform a la destinee dio
l'humanitM. N'est-ce pas un rIve pour ceux qui
croient Haiti sans lendemain? R6ver une autre ci-
vilisation n'est-ce pas une chitnre? La raison
explique cette douce esp6rance. L'homme est
partout le mme, mais partout il n'arrive pas la
meme here au mBme degr6 de depravation.
C'est I'orgueil qui le perd. Lorsqu'une nation se
laissegriser par ses victoires, corrompre par sa
fituit6, elle n'est pas loin de tomber, pr6cipi-
16e du sommet dans le gouffre comme tout ce
qui ne se soutient plus. Mais il est quelque chose
qui fgure la renaissance de I'humanit6, c'est I'ap-
parition des peuples nouveaux. Et pour qu'ils
s'orientent, ils n'ont qiu' turner le.I yeux vers
l'homme lui-m6me. L'homme esttoujourslI avec







82 L'EFFORT


ses aspirations invincible. avec son ideal de
grandeur; c'est encore A lui qu'il faut s'adresser
pour occuper la place laiksse vide par les nations
d(ehues.






CHAPITRE II



LE PROGRESS SOCIAl RESIDE DANS I.A CROISSANCE DE
I. INDIVIDU.

II cst un danger i. conjurer. danger qui mena-
ce Ie people ihaitien comme il menace tout peu-
pie june qui imite avant d'inventer, I'amour des
apparences. Un home don't la raison n'est pas
culliv-e ou don't le sens moral est perverti tom-
be dans l'idol;trie de In fornie. C'est ainsi que la
plupaIrt de ceux qui ont voyage nous tiennent ce
langge : sous In main d'une grande puissance
cc pays scrait plus avance, les rues seraient
propres et les routes publiques carrossables. Et
les simple, qui ne demandent que les apparen-
ces, applaudisscnt Ai un tel discourse. S'il leur
restl encore assez de patriotism pour ne pas
soulmiter la domination tirangr'e ils se conten-
tent de reproclier aux admninistrateurs de ne pas
\cviller ia li conservation (les routes, de ne pas
en fire in riection. Ils i'accusent que de cctte
inciurii ceuix qui exerceut le pouvoiir on leur
noim. Ces c('oses sent indi-pensablles sals doute,








L'EFFORT


leur absence est une condemnation sans doute
pour ceux qui administrent et qui gouvernent;
mais IA n'est pas tout ce qu'il faut d6sirer, ni le
seul programme A traceraux d6positaires du pou-
voir. Ce qui temoigne do la vitality d'une nation,
c'est la convergence des volont6s vers une idde.
Lisons le livre des livrei, ofO sont codlifies lcs
plus saints v6rites. Pharisien avcugle, y est-il
dit, nettoie premii'reme::t le dcdans de la coupe
ci du plat, afin quc cc qui est dehcrs devienne
aussi not.
Une menace de l'Allemagne nous a effrayes
On voit que les germains nous ont terrorism's
parcel qu'ils sont puiss;',nts tandis que nous som-
mes faiblcs. On no chorche pas A~ savoir comment
ils sont devenus forts, ni comment nous poiirrons
kchapper A un acte de violence de leur part. Ils
sont devenus forts pour avoir su profiter de leurs
cliecs et d1over leurs enfants dans I'amour de
la vengeance. Pendant soixante ans ils ont nour-
ri dans Fame de la jeunesse l'espoir d'un 6cla-
tant triomphe. A force de fixer le but, ils y sont
parvenus. Eh bien, si nous le voulons sincere-
rement, nous serons, avant cent ans, an degr6
d'avancement oi ils so trouvent. Ils avaient une
formidable armnie a organizer en vuc de la guer-
re, guerre de revanche et d'extermination; nous
n'avons pa<, nous, do revanche a prendre. Ils ont
d6tourn6 une bonne parties de leurs resources
au profit de leur arm6e; nous emploierons, nous,
touted nos resources au profit de I'dducation de
nos fils. Uls ont d'abord 6crass l'Autriche pour es-
sayer leurs armes et habituer h la guerre les
prussiens qui n'avaient pas connu Fr6d6rique II,
et 1'Allemagne du Sud n'aime pas 1'Allemagne
du Nord, et I'Europe entire qui craint le colosse
le d6teste. Nous nattaquerons personnel, tout
notre genie se concentrera dans les travaux do







L'EFFORT


ia paix, et nous vivrons dans l'estime universelle
des peoples. La science et les arts seront les
rayons de notre gloire. Nous convierons nos en-
fants dans le champ du labour quotidian. Nons
les cIl'verons dans l'esprit de douceur et leur
montrerons les jouissances de la paix an foyer
domestique. Nous leur dirons que la guerre ci-
vile e-t le plus actif dissolvant qu'une nation
puis-e employer centre son autonomie. Ce qui
entrelient 1'esprit de douceur, c'est I'accomplis-
semei:t du devoir, c'est le travail clans le cabinet
du penseur qui confie au paper les impression;i
recuiillies en Iraversant la foule; c'est le tra-
vnil dans ['atelier de I'ouvrier nui transform la
matiire brute selon les donnnes dte la science
et les exigences de I'art; c'est le travail dans le
champ du cultivateur qui remue le sol, seme Ie
grain et pr('pare In r-colte; en oln mot. c'est
I'activite partout. Disons i I'enfant que 1'i colier
est un apprenti qui ne doit jaima-is rester oisif;
que, de m6me qu'il apprend sa le(:on pour deve
nir un ihomme cclaird, ainsi dans I'adolescence et
I'Age viril ii apprendra pour itre utile A sa famille
et i son pays. Que claque home soit occupy
a uine tfiche, et Ie fardeau collectif sera l'ger.
,i ofi tous travaillent, nul ne pense A s'nblstenir
de I'effort personnel; mais IA ofi quelques-uns
vivent aux dpens des autres, I'oisivet6 ne tarde
pas i devenir une necessity pour tous. LA ofi les
citoyens se querellciit, soyez sir qu'il y a une
injustice. L'habitude d'etre injustes porte ceux
qui onl tort i croire qu'ils ont raison. L'injus-
tice dlnote un dtfaut d'(ducation. Une Oduca-
tion commune dctruira Ie mal en son germe.
Lorsque le pere de famille a accord les mnf-
mes soins iA tus ses enfants, lorsqu'il les a jets
dans la bataille de la vie, munis des inemes ar-
mes, il n'; rien iI so reprocher si les uns tr!om-








L'EFFORT 85


phent, si les autres succombent. Lorsque. au
contrairo, ii fait d'un de ses fils i'objet de toute
sa predilection, lorsqu'il confie a celui-lt tout seul
ses secrets et sa fortune, c'est A lui-mmtne qu'il
reprochera les defaillances si les autres, vaincus
dans la bataillc, percent son noin, la gloire de
sa famille. On cite l'exemple de l'Angleterre ol(
les ains jouissent de priviligcs marquis. Mais
les aines out A leur charge l'education et I'ita-
blissement des cadets. Ces cadets ne sont pas
tout A fait exclus de I'h6ritage, et lorsqu'ils emi-
grent pour aller fire fortune dans les Indes,
partout oO leur inergie peut trouver un libre d6-
ploiement, ils emportent avec eux un bagage
scientifique suffisant.
Ce nest pas sur un pareil module que l'on doit
organiser une soci6te ofi ii n'y a pas de tires
nobiliaires a transmettre. L'injustice n'dclate pas
sur le sol anglais proprement dit, elle trouve
toute sa floraison non seulement dans l'Inde,
mais en Irlande oa elle product ses ravages par
le plus dur assuj6tissement du vaincu aux app&-
tits insatiables du vainqueur. L'imp6t le plus
lourd pose sur la patric d'O'Connell, et 1a, le
Royaume-Uni offre au monde une laideur qui
souille ta.nt de beautcis dans ses institutions. Nous
n'avons pas de colonies, pas de people a con(u6-
rir; aurons-nous 1'espoir de fire peser sur d'au-
tres les consequences des faveurs accordbes A
quelques-uns? Les coups de l'injustice ne peu-
vent s'appesantir que sur nous. II ne nous est
plus possible de catcher les vices de notre orga-
nisation qui rendent la guerre inevitable. Avouons
que nous sommes en pleine anarchic. Les exe-
cutions sommaires terrorisent un moment sans
assurer le repos de domain. Les homes sont
ainsi faits, ils acceptent I'affront que leur infli-
gent ceux qu'ils regardent comme superieurs A








L'EFFUORT


eux, ils relnvent la plus le6gre infraction de la
part de leurs egaux.
Noussommes tous fils d'esclaves, affranchis
par tine mime revolution; notre origine A tous
est dans le meme berceau. Nous avons declare
les functions publiques accessible i tous, sans
autre preference que nl capacity, il est logique
que nous protections lorsquc quelques-uns se
servent de ces functions publiques pour mecon-
naitre nos droits. Mais il y a la question d'apti-
tude qui se dresse. Elle est un obstacle A l'exer-
cice des droits lorsque la some des capacity's
est f;iible. Voili un principle vrai qui engendre
des m6comptes. Les 6v6ncments viennent cha-
que jour l'6branler. Que faisons-nous pour le
soutenir? Nous sommes menaces d'etre 6crases
sous les marines de ce principle constamment bat-
tu par l'ouragan rvvolutionnaire. S'il nous 6lait
possible de restreindre les droits, le sol ccsse-
rait peut-6tre de trembler sous nos pas. et I'orage
apaisC n'assombrirait plus notre horizon politi-
que. Trop tard Les restrictions apportees i
I exercise des droits seraient ronrpues par la forcee
mInme des choses. Lorsque les le6ments sont en
furie c'est 1'Esprit qui los nrrete. L'intelligence
national sera soule capable de mettre fin i tou-
tes ces colre-. qui eclatent dans la sphei e poli-
tique. L'adinissibilit5 aux functions est le prin-
cipe, mais le principle so rialisera par Ieffeclivild
r2ps: aptitudes. A la place de la lutte ride, nous
aurons !a lutte feconde. L'larmoni,' des intelli-
gences amenerr I'liarmonie des droits. il y aura
certainement des eprits superieuis, nmais on ne
le3 meconnait:;t point. lis seront reconnu.3 ct
acclanite. Dalis tine classes oi tous r.(oivent le
meme enseig;emn-ent, les cl'ves ne de6esteit pas
ceux de leurs cond!sciples qui, mieux dou"s, ti-
rent le rneilleur profit des le.ons du maitre. Tous








1. EFFORT


les estiment parcel qu'il-, font I'honneur- de la
classes; et plus tardl dans la vie ils continueront
de jouir de cetle estime qu'ils ont su m6riter
par leur amour du travail et I'emploi des facul-
tes que la nature a deposees en eux,
L'horticulteur ne so demand pas si la fleur
qui lui sourit sera expose dans un salon ou jet6e
sur la route poti' 6tre cmportce par le vent. 11
I'arrose parce qu'il la trouve belle. Vous ne savez
pasce que I'avenir reserve a un enfant, cultivez-
le pour u'il donne, comme la fleur, tout son par-
fum. Dans un pays agricole il n'cst pas superflu
de puiscr plusieurs terms de comparison dans
le r6gne veg6tal, on peut les multiplier a l'infini.
Dans les pays de machines on parole de la diver-
site des rl6es au paint de vue de la micanique;
on nous montre Ie feu qui met I'eau en 6bullition
et la change en vapeur, le conducteur qui rcgle
A son grd le mouvementde lalocomotive, le rece-
veur qui classes les passages selon leurs tickets;
on nous montre aussi le fabricant qui forge le for
et perfectionne les resorts selon I'importance de
la command et le prix qu'on y met. Pour n.)us,
fils des Antilles oi le printemps est 6ternel, nous
trouverons dans la vie des champs les examples
qu'il nous faut. Lecultivateur remue son carreau
de terre qui est son unique fortune. II ne se dit
pas: Il n'est point ntcessaire que je conduisejus-
qu'a tel point Ie canal que je creuse, car la je me
propose de recolter des fruits maigres destines
au rebut. Ici plut6t je dois multiplier mes efforts,
car iciseulement je tiens A fire une culture pro-
pre a flatter les gouts de ces messieurs de la ville.
Le cultivateur intelligent conduit ses canaux par-
tout, arrose sa terre en tons sens, passe et re-
passe dans le champ, d'un bout A I'autre, ses ins-
truments aratoires. II ne n6glige pas tel arbre
parce qu'il en destine les fruits au march du








SL EFFORT

village; il ne soigne pas tel autre de meme espece
parce qu'il en reserve les fruits pour le march de
la ville. I cultive touted ses plants avec le mtme
amour, afin qu'clles soient toutes d'une belle
venue. Et si l'une 6tait sur une veine ingrate ii
la visiterait plus souvent pour ne pas avoir un ar-
bre rabougri, des fruits d6primis. II arrivera sans
nul doute que tous les fruits ne seront pas d'une
gale beautA ni d'une savour exquise, mais les
fruits rejetes ne devront leur mauvaise fortune
qu'au mystere de la nature. Ainsi, lorsque vous
des classes dirigeantes, vous dites qu'il faut prd-
parer quelques sujets pour les offiir on spectacle
comme des fruits destines a occuper le lessus du
panicr, vous tenez un language contraire it ce que
peut produire la nation, vous en diminuez la va-
leur. Lorsque nous soutenons, au contraire, le
principle de la gratuity de I'instruction a tous les
degres, nous no demandons pas la confusion des
capacit6s et des incapacitcs; nous voulons que les
capacit6s surgissent t que le principle de l'egalit6,
vrai en lui-meme, cesse (d'tre une fiction a la
pratique. Nous voulons que intelligence ne soit
pas refoul6e par la force brutal qui fait r6trogra-
der le pays et qui semble d6montrer I'insuffisance
des plus capable et l'omnipotence des moins mo-
raux. Nous voulonsque la foi carte les ombres
du doute, et que l'esp6rance soit plantee au som-
met de notre soci6te. Plus la nation hWsitera, plus
sa perte sera certain.








L'EFFORT


CHAPITRE III



LE RESPECT DES PRINCIPLES il.EVE LES CARACTERES.


Pourquoi renoncer iA un principe sous prktexte
qu'il exige trop d'effort? Une capitulation en
amenera bien d'autreset, finalement, il no restera
rien de stable. On flottera au hasard, et, tous les
principles une fois m6connus, la force do chacun
sera sa justice. La rupture des liens causera le
debordement des appetits inassouvis. Restons
fermes dans la v6rite, quelques difficulles quo
nousayons A vaincre. La croyance aux principles
affranchit du joug des despotes et fortifie la rai-
son. Sans cela le rigne des lois est impossible.
Les politicians salues par des vi vats dansles mo-
ments d'exaltation augmentent leur popularity&
par de fallacieuses promesses. Ils enchainent par
des paroles la multitude confiante et jalouse: ses
adulateurs sont ses amis et ceux qui serpent les
principles percent ses faveurs. Si tous 6taient en
measure dejugerles actions deshommes en vue,
il serait difficile Aun ambitieux, quelque habile
qu'il fft, de p6trifier toutes ces t6tes qui pensent;
et, si par un coup d'audace il arrivait A ses fins,
sa fortune s'evanouirait en fumee. Ce que nous
appelons l'opinion publique n'est autre chose que
1'autorite dujugement unanime que rien n'arrete.
Ses sentences sont appuyees sur ces articles du
code de la raison qui se fo 'mulent en principles.
Une formule quelconque-n'est pas une regle dQ








:U I. EFFORT

fai. Le triomphe d'un principle est ineluctable,
car il rIeside dans la logique des chooses.
La multitude si souvent trompe e ne croit pas
toujours h la bonne foi de ses (claireurs. Bien
peu, il est vrai, ont l'opiniiitreti ncessaire pour
justifier son atente. Que les dirigeants commen-
cent par respecter les principles, en les appliquant
sans autre preoccupation que cell du bien pu-
blic. Qu'importe alors que la popularity s'eva-
nouisse, il est beau de la perdre A ce prix. D'ail-
leurs, it est quelque chose de plus enviable, l'es-
timedes honnitesgens. Les bonnes actions corn-
me les mauvaises conduisent i la popularity qui
n'est qu'un engolment; elle resemble trop i la
faveur pour qu'on la recherche; elle s'eloigne des
que I'hoimme tomb6 du pouvoir, meurtri par les
6venements, n'a plus la chance de remonter. Quels
que soient ses m6rites on suit les caprices du
temps. Par contre, la sympathies est une pension
de retraite qui soutient l'homme d'Etat lorsquc
les parts politiques le d6laissent come un ins-
trument us&.
Mais celui qui parole de l'Mducation a donner au
fils do people doit moins s'appliquer i lui montrer
le pouvoir qu'A lui fair entendre qu'il doit ses
services A la patrie. Le principle vers lequel il
faut pa'rticuiiirement turner son intelligence est
I'6galiti des races. Il faut affirmer devant lui ce
principle rdgicnrateur. Que I'instruction qu'il
recoit lui done le sentiment do sa dignited et n
conscience de ses devoirs Qu'ii senate en lui-mame
que la nation don't il fait parties come son pore,
sa mere et ses tires n'est pas condainn e t la
m6diocrite. et 1'esp,'aance d'un radieux lende-
main emplira son Ame de joie.
Ce principe general n'e!t pas ecrit dans notre
constitution, parcel qu'il n'est pas un axiome po-
litique que les parties admettent ou repoussent.








L'EFFORT


Mais un principle n'est qu'une v6ritd, et s'il cst une
v6rite A laquelle nous surtout nous devons croire,
c'est l'6galit6 des races humaines. Eile ne tient pas
seulement A une nation, ellosert de lien A l'huma-
nite don't eile montre la commune origins. Les
routes qui s'6levent sur ce point nous laissent la
tAche, dans I'histoire, de guider l'anthropologie.
Notre savant compatUioto M. Firmin ajetd une vi-
ve lumiire sur la question. Nous autres, homes
eclairs qui deliberons surles destinies de la pa-
trie, nous croyons certainement A l'evolution de la
race noire et nous montrons les resultats obte-
nus, pourjustifier la legitimit6 de notre croyance.
Nos tiraillements ne nous mettent pas en contra-
diction avec nous-mAmes, car partout oi los es-
prits les plus avances dirigent, les mermes tirail-
lements se constatent. Mais ces coups de parole
a la tribune et dans la piesse ne produisent pas
partout les mrmes effects. Les effects sont en rap-
port avec la profondeur des principles dans les
masses. LA oi la liberty individuelle, par example,
ne souff're d'aucune atteinte, on peut, sans crainte
d'etre dmmenti. parler de liberty ; le-; actes isol&s
de queueues administrateurs qui essayent de sor-
tir de la ligne droite sont vite reprim6s. La ofi les
moeurs sont a l'inverse de ce principle, ceux qui
parent de liberty sont des demagogues. Le people
trop longtemps riv6 A son tat d'inferioritt doute
de la possibility de son 6l1vation idans l'ordre in-
dustriel. L'ouvrier d courage declare qu'il ne
saurait avoir la prCtentiin de fariquer un meu-
ble tout A fait semblable A un meuble sorti d'un
atelier franCqis, allemand on americain. II dit
aussi que les !~tonnements de nos homnies poli-
tiques sont la preuve de leur insuffisance et qu'il
n'y a plus rim A attendre d'eux. II ne sait pas
que c'est le d.faut d'app!ication du principle qui
en est l'accusation. Tant que la majority pe sera








92 EFFORT

pas 6clairde elle tr6buchera, et les efforts des
mieux intentionn6s seront inefficaces.
Lorsque nous des classes dirigeantes nous ne
portions pas une lampe dans la masse obscure,
lorsque nous ignorons le premier de ses besoins,
une education large et progressive, nous mecon-
naissons notre r6le et il nous devient difficile d'af-
firmer les principles aux yeux de l'univers.
Quel est Ie professeur qui oserait dire i ses
616ves qu'ils sont d'une race inferieure ? quel est
celui qui protendrait qu'il n'est pas necessaire de
parcourir avec elx toutes les branches de la con-
naissance, puisqu'ils no sont pas come les
autres homes?
Ce n'est pas seulement sur les banes que I'on
fait I'dducation, c'est surtout dans la famille. lais
il y a une education des rues qui exerce sur I'en-
fant une influence don't on ne saurait calculer la
port6e. Qtiand le pere de famille, indigna de la
conduit de certain politiques. dit que le pays
est perdu, il prononce une parole imprudente qui
aura son retentissement dans toute la vie de l'en-
fant qui l'ecoute. Lorsqu'autour de lui I'enfant
constate des taits qui froissentsa conscience, il se
demand si l'exclamation de son ptre ne serait
pas une v6rite.
Respectons les principles, etnos fils auront rai-
son de croire qu'ils appartiennent a un pays qui
a autant de droit que les autres, A une race aussi
perfectible que les autres.
S'il faut consulter l'intrett personnel on n'ar-
rivera pas A cette solution. Le desir de paraitre
tout seul, de passer pour une exception, pousse
le plus'souvent I'homme emprisonne dans son
,goisme t repousser le concourse de ceux qui
sont aussi capable que lui. Dans un pays ou les
capacit6s no se trouvent pas partout, I'esprit de
rivalit6 est le plus puissant obstacle a l'avance-








L'EFFORT


ment general. Ceux qui veulent seuls rester de-
bout sont jaloux du mCrite des autres. Its usent
de deloyautd pour les empecher d'acqu(rir do
l'influence. On dit que la fin justifle les moyens,
mnis une fin honn6te r6pugne A des moyens im-
moraux. Les procedes humiliants n'ont jamais
conduit A un but louable. Ceux qui 6touffent les
genereuses aspirations au nom do la paix social
ne peuvent pas dire qu'ils ont en vue cette paix;
ils meditent de perp6tuer leur pr6pond6rance. Ils
ne deblaient pas le terrain pour assurer la base
des libert6s publiques, ils Ie nivellent plut6t pour
asseoir leur tyratnie. Au milieu de cette deche-
,nce de la patrie, les plus fermesesprits s'dtio-
lent, les meilleurs caracteres s'abaissent. Les in-
d6pendants se taisent et s'abstiennent, les adula-
teurs ont la parole pour applaudir. Et cela se
constate partolt oi la vraie puissance n'est pas
dans le people.
On peut corrompre tout une classes en I'enri-
chissant, mais on ne corrompt pas une nation
par des privileges. On ne donne qu'aux courti-
sans, et cc n'est qu'eux qu on rassasie. On dit
alors que le people est mauvais par nature, qu'il
ne s'accommode que des pouvoirs les plus dt-
prav6s. Faut-il bien que I'on pense ainsi quand
ceux-la qui se pr6tendent ses directeurs out duf
laisser leur dignity A la porte, pour A.tre en odeur
de saintete aupres des distributeurs des grAces.
Sous la depression morale, le people se soul(ee-
ra encore, el toujours il sc soulverla; mais encore
t toujours il sera museld par les meneurs. La oft
le favoritisme met en relief, il est impossible de
trouver des intentions droiles, animant toutes
les actions. C'cst la bonne intention cependant
qui fait les bonnes actions Un plan politique qui
n'a pas pour but le reposet le bonheur du people
ne peut rien produire de durable.







L'EFFORT


On n'Wclaire pas le peuple pour le corrompre
mais pour levere. Quand tous seront eclair's les
instigateurs n'auront pas beau jeu, ilsserontim-
puissants. Quelles faveurs peuvent attendre les
masses? la favour suppose une preference. Dans
une sociMte d'6gaux on ne recoit pas de faveur, on
excrce des droits. Tant qu'on soutiendra quetous
ne peuvent prdtendre A une dose d'instruction
6levoe, on dira implicitement que tous ne peuvent
pas avoir cls monies droits et que I'organisation
social et politique est t'ut iau profit de quelques
families. Si c'est lt I'idWal o1 est done la n6ces-
sit6 de In socitct(6 ?ouf d(one la raison d'etre de I'E-
tal? C'est pour le bien-i-tre de I'homme que la so-
cidte a 6tc fond C'. de I'hoomme comnme espkce, et
non de quelhlucs homes. Apris avoir an~ihe-
nimtisl a sui6tioli de l'himmne it I'homme, ii reste
A effacer la suj('tion de intelligence A l'intelli-
gence.
Le people doit avoir des mandataires, mais il
ne faut qu'il les choisisse pace qu'ils sont plus
instruits que lui. II les 6lira parce qu'il n'aura pas
le temps de soigner ses affairs politiques. Occu-
p6 it son industries, non rctenu parson ignorance,
il tournera vers I'activitc pratique les 616ments de
sa force, et sa reconnaissance sera la premiere
rdmuneration accordee aux citoyens qui auront
neglige leurs intrn'ets priv6s pour s'occuper de
ccux de la collectivist. L'honneur ne sera pas
dans les titles mais dans les service rendus. Le
people ainsi eclaird ne doutera point de 1'effica-
cit6 des principles que tout concourt A affirmer. Cc
ne sont pas les axiomes qui enseignent mais les
examples.
Les moralistes, depuis Rousseau, tiennent beau-
coup it I'Mducation dans la famille. Cependant les
paroles sem6es dans les carrefours ont des ailes,
et ces paroles vont fire petit t petit une 6duca-







L'EFFORT


tion inconsciente qui exigera, pour etre d6truite,
toute la vigilance de la mere de famille. C'est
I'Mducation des rues qui forme le coeur des en-
fants pauvres. Insistons pour qu'ello soit bonne.
Proudhon a r6sum6 le problem social en un
mot: d6mocratie c'est demop6die. 11 fut un temps
ou les rois et les grands etaient consider's com-
me plus enclins a la vertu que leurs sujets et
leurs proteges. On exigeait d'eux plus do mora-
lit6 que du commun des mortels. Placds sur le
tr6ne et sur les marches du trone, exposes en
example au reste des homes par la hauteur de
leur naissance et I'eclat de leurs noms, ils 6taient
appelds i inspire les actions de la multitude. La
stability de leur regne leur assurait une existence
tranquille. Aujourd'hui encore on peut fire les
mimes exigences t ceux que leurs menrites ou
les circonstances e61vent au premier rang. Ce-
pendant I'histoire nous apprend que les princes
ont et6 les premiers a transgresser les lois de la
morale par Ie scandal de leurs amours et Ile
despotisme de lour ca ractere. Depuis que la souve-
rainetl reside dans Ic people cc sont encore les
grands qui incident A la d6bauche; ce sont eux
qui sont les corrupteurs autorises des moaurs
publiques et les contempteurs attitres de la saine
education. Autrefois les princes se croyaient un
droit i la corruption parce qu'ils n.'avaient plus
rien ii envier. Fatigues des honneurs, ils ne pou-
vaient plus jouir de la vie que dans la fange. Un
illustre 6veque don't l'oeuvre est devenue classi-
que a flttri leurs vices, du haut de la chair sa-
crce qui ne retentira jamais, dans la suite, de
plus fortes vwritcs. Aujourd'hui puisque le pou-
voir fait.encore des potentats on done I'exem-
ple de la d6pravation parce qu'on croit que Ie
people n'apprccie pas la moraIit6 chez ses direc-
teurs. On lejuge d'une faron d6plorable en rai-on







L'IEFFO IT


de son ignorance. Et ccux qui le meprisent ainsi
et qui pr6tendent no plus lui appartenir lui de-
mandcnt son appui. Comme pour se venger, A
son tour, du peu d'6gards qu'ils ont pour lui, il
se sert de la mrme main qui les a Mleves pourles
attirer dans le precipice.
Gr'ice a une bonne education puisee dans les
mcours le pouvoir sera un post difficile, mais
tous pourront y parvenir sans brigue, sans intri-
gue. Arrive au sommet, I'aust6rite de son carac-
tere sera pour Ic citoyen appartenant a n'importe
quelle famille, exerant n'importe quelle profes-
sion, un appui fidele et constant. Mirabeau, le
plus puissant oritur de la RBvolution francaise,
a lui-m6me c'prouv6 les tristes consequences
d'unejeunesse dissip6e: le poids de son pass a
empich6 le conplet triomphe de son g6nie. Ah!
s'est-il c(crie a I'hcure oi il aspirait Ajouer le r6le
de ponddrateur politique, que l'immoralit6 de ma
jeunesse fait de tort A la chose publique.
Sans esprit de conduite les plus fermnes convic-
tions s'affaiblissent, le g6nie lui-m6me doute de
sa puissance.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs