• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Le mariage d'Otto
 Chacha
 Soirs de carnaval
 Inter pocula
 L'avenir de M. Cerisier Despor...
 Orphise
 Le sentier
 Le cas de Mme Gerbeau
 La lueur
 Le pretexte
 Un coeur d'Homme
 Simple histoire
 L'Accident
 Rubis sur ongle
 Guite
 Affaire d'appreciation
 Le "firministe"
 L'idee de Melle Antoinette...
 La poule aux Ceufs d'or
 L'Intellectuelle
 La cigarette
 L'eve eternelle
 Tante phemie
 Bagadais et Lariveau
 La chance de malvina
 Jason & Cio
 L'Amende
 La maison verte
 Les deux femmes
 Table of Contents














Title: Masques et visages
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00073997/00001
 Material Information
Title: Masques et visages
Physical Description: 320 p. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Hibbert, Fernand
Publisher: Imprimerie-librairie du "Matin"
Place of Publication: Port-Au-Prince
Publication Date: 1910
 Subjects
Genre: fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti -- Port-au-Prince
 Record Information
Bibliographic ID: UF00073997
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 20621304
lccn - 25020876

Table of Contents
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Le mariage d'Otto
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Chacha
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Soirs de carnaval
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Inter pocula
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    L'avenir de M. Cerisier Desportes
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Orphise
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
    Le sentier
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Le cas de Mme Gerbeau
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    La lueur
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Le pretexte
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Un coeur d'Homme
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Simple histoire
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
    L'Accident
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
    Rubis sur ongle
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    Guite
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Affaire d'appreciation
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
    Le "firministe"
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    L'idee de Melle Antoinette Bergler
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
    La poule aux Ceufs d'or
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    L'Intellectuelle
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
    La cigarette
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
    L'eve eternelle
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
    Tante phemie
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
    Bagadais et Lariveau
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
    La chance de malvina
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
    Jason & Cio
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
    L'Amende
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
    La maison verte
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
    Les deux femmes
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
    Table of Contents
        Page 319
        Page 320
Full Text












JtaMaame X. 4Defqmis

Son fr~re affeclionn6
F.' H.











MASQUES ET VISAGES



Le Marriage d'Otto
A Louis Bourgain.

I

Alors, il a beaucoup danse avec t6o
bal 9
Oui, mere.
Et que t'a-t-il dit ?
Oh presque rien. II rdpftait tout le
temps la meme phrase et riait toujours.
(a devait etre gai En tout cas, tu au-
rais du l'inviter A nous venir voir.
J'ai pens6 que cela serait peu convena-
ble ; mais mon frbre n'a pas manque de le
faire.
Alors, Arthur I'a invite, il fallait com-
mencer par me dire Pa.
Oui, mere- et pour cet apres-midi, qua-
tre heures.
Ah I si ce marriage pouvait se faire.






MASQUES ET VISAGES


Et Mme Austis se mit A songer..... Evidem-
ment ce n'est pas 1 le mari qu'elle aurait r6-
vd pour Aline, si fine, si j-lie, si gracieuse
dans sa sveltesse de petite prircesse de rove.
Mais que voulez-vous ? It n'y a gu'eux qui
aient une situation convenable et d6finie, on
est bien oblige de se les arracher.
t Et comment est il ce Monsieur Tcher-
nitisst ? mon Dieu, il faut 6ternuer pour
prononcer ce nom !
Mais, maman, ii est a peu pres comme
les autres, seulement, it est tres rouge et a
des cheveux < carotte s.
Pauvre cherie ( Elle embrasse sa fille ) -
Et qu'est-ce qu'il est ce Monsieur, Hessois,
Wurtembergeois, Bavarois ?...
- II est Pomeranien.
'est loin la Pomeranie, an nord de la
sse, bigre Enfin, c'est toujours un al-
lemand- et puis, il est riche ii a des con-
solides, ma chore.
En effet,M. Otto Seddlitz Tchernitlsst, d6bar-
que gueux sur le Port-au-Prince, quatre ans
auparavant, etait alors riche et regorgeait
de bons consolidds rapportant des int6erts
fantastiques- que nous avons pays etpayous
pour savoir. Est-ce A un travail prodigieux, A
une habilet6 sans dgale,.ou bien A son genie
d'homme d'affaires que M. Tcherniisst a dil
de gagner sa fortune stupefiante qui fit 1'ad-
miration des simple ? Quelques 16gers coups
de pinceau vont vous mettre an fait de son
curriculum vitas.


6


-"
r r ~.,c*e~'~ 1'






LE MARRIAGE D'OTTo


Jusqu' 1'Age de trente ans, Otto mena une
vie plut6t lamentable dans son pays; il fat
successivement palefrenier A Stettin, garcon
de caf6 & Berlin, et cireur de bottes B Ham-
bourg ; i vaquait A cette profession liberal,
lorsqu'il recut une lettre contenant un chbque
de mille marks de son ami et cousin Ottfried
Pffisst, qui l'appelait en Haiti, a un pays ot
I'on n'avait pas besoin de travailler pour
s'enrichir a et les mille marks, specifiait
Pffisst a 6taient pour payer son passage et s'a-
cheter un. costume, du linge et quelques ob-
jets indispensables de toilette. En finissant
sa lettre Ottfried atteignait presqu'au lyrisme :
a C'est un pays rice I riche vous n'avez
pas idee comme ce pays est riche Et sur-
tout combien les Haitiens sont b6tes !, ajou
tait-il avec une just admiration pour nok
En mrme temps, il envoya a son ami une let-
tre de recommendation pour une maison de
Banque de Hambourg Et quand M. Otto Sedd-
litz Tchernitisst s'embarqua sur le cargo-
boat qui devait le deposer a Port-au-Prince,
il avait dans sa poche une autorisation, en
rbgle, de tirer des traites sur la dite Banque
jusqu'a concurrence de trente mille dollars.....
Il y avait cinq jours qu'Otto foulait le sol sa-
cre de notre patrie, quand l'Etat hanien langa
ce qu'on appelle par euphemisme sans dou-
te un emprunt, qui fat covert sans aucun
retard. Otto s'empressa de r6aliser ses trente
mille dollars qu il vendit imm6diatement con-
tre du paper a 180 o/, ce qui Ini donna qua-







MASQUES ET VISAGES


tre-vingt quatre mille gourdes qu'il preta &
l'Etat, qui prit l'engagement, par l'entremise
de la Banque national, de Aui rembourser
quatre vingt quatre mille dollars avec des inte-
rets de un demi pour cent par mors sur cette
valeur. Et l'Etat toujours par le canal de laBan-
que national, affect des droits en or au dit
remboursement, capital et interets.
Otto ouvrit ses grands yeux verts, passa ses
grosses pattes values dans ses cheveux roux
et se dit : a Voila un people b6te C'est in-
croyable !
Au bout de quelques mois, Otto payait A
la Banque de Hambourg les trente mille dol-
lars, avec interets et commissions qu'il lui
4evait, et restait a la tote d'une fortune de
lus de cinquante mille dollars lui rapportant
pros d'un miller de dollars par mois.
II n'avait plus qu'd continue et il continue.
On voit qu'il n'eut pas a travailler, ni a dd-
penserdug6nie,ni mEme a fair un effort cerd-
bral quelconque. Il y a bien quelqu'un qui
travaille dans tout cela, c'est le paysan haitien,
et ce sont les droits en or qu'on preleve sur le
cafe qu'il cultive, qui servent a engraisser non
seulement les Pffisst,les Tchernitlsst et leurs pa-
reils- mais encore toute la nude des parasites
indignes qui s'en va se succedant patriotique-
ment.
On comprendra sans peine, qu'6tant deve-
nu un personnage de cette importance, Otto
ne suffisait pas pour les a demanderesses m,
comme on dit. On l'invitait A droite et A gau-






LE MARRIAGE D'OTTO


che. C'dtait une creme par ici, un lunch
par l ; un d6jeuner A P6tionville, un diner
a Turgeau, une, promenade A cheval A Bizoton,
une excursion en plaine. Otto se laissait faire,
6tonnd de'se trouver si sympathique, si choyd,
si golte. Les haitiennps lui semblaient socia-
bles, infiniment aimables, s'ing6niant A faire
oublier a un pauvre stranger qu'il 6tait A
plus de deux mille lieues de sa patrie et pour
leur prouver sa reconnaissance, il buvait et
mangeait tout ce qu'elles voulaient. Le dia-
ble etait de lui faire dire ses a intentions ,.
II s'obstinait A ne pas s'expliquer. II disait
toujours a oui ,, riait quand on riait et la
conversation s'arretait g6ndralement la Il ne
comprenait du reste rien et confondait tout,
choses et gens. L'idde ne lui vint jamais que'
tons les frais qu'on faisait en son honneur
dtaient pour le porter A convoler en justes no-
ces. II croyait que les moeurs du pays 6taient
ainsi faites,-que les strangers, et particulibre-
ment les Teutons, jouissaient de certain pri-
vileges. Aussi il a cotoyd et traverse les intri-
gues les plus rebutantes, le sourire sur les
levres. Des gens se mangeaient les yeux pour
lui, disaient des horreurs les uns des autres,
sans qu'il en ett Wte le moins du monde 6mu.
Seulement ii se disait: a Dr6le de pays, les
naturels aiment 1'6tranger et se d6testent
entire eux.
Otto mena cette douce et paisible existence
jusqu'au jour of il finit par remarquer MW
Aline Austis. Selon son habitude, it ne se
rendit pas compete de ce qu'il ressentit.






MASQUES ET VISAGES


Seulement il dprouva le besoin de se net-
toyer les ongles, et de faire donner une for-
me un peu plus esth6tique A ses v6tements.
11 tacha ausside se degourdir l1 cerveau et crut
trouver un moven tres subtil pour arriver A
ce resultat : ii negligea la biere et but du
rhum A satiete. Son cerveau n'en resta pas
moins opaque.
Eofin, A force de battre le fer, il avait fini
par trouver quelques expressions qu'il s'ima-
gina etre tres delicates ; chaque fois qu'il se
trouvait en presence de M 11 Austis, il lui disait
immanquablement ceci : MOI VOUDRAIS RE-
GARDER MOI TOUJOURS DANS VOS YEUX, apres
quoi, il riait loDgtemps, en laissant voir ses
aents gatees...
Au bal,il demeuraitassis tout le temps A c6td
d'elle, ses grosses pattes velues poses sur
ses genoux bombs, ses gros yeux verts fixant
stupidement devant soi, et tournant sa grosse
tate hirsute de temps en temps vers Aline, il lui
disait avec un sourire bhat: a moi voudrais
regarder moi toujours dans vos yeux.
Et la pauvrette souriait gentiment, comme
si elle 6tait heureuse de ce que ce rustre
croyait Otre une galanterie du meilleur gofit.
Ce fut A ce bal que M. O:to Seddlitz Tcher-
nitisst prit 1'engagement former, sur I invita-
tion d'Arthur Austis, d'aller deguster une
creme le lendemain dimanche A quatre heures
precises, chez Mmne Austis.
II faudrait un ch ipitre special pour raconter
ce que fat cette journey de dimanche.... de






LE MARRIAGE D'OTTO 1t

juillet 19... chez MNf Austis. Journee d'atten-
te, d',mo'ion, d'esp6rances.... On ne parlait
que d'Otto : -a C'est ici qu'il s'asseyra- Nous
ne le 'laisserong partir qu'A huit heures du
soir et nous l'inviterons pour le lendemain.-
Et puis apres, tous les jours.- Ce que toutes
ces dames vont a grager Ah lA IA.-
Aline, tu joueras le scherzo de la neuvieme
symphonie de Beethoven, puis apres, tu chan-
teras le grand air du Freischufz de Schu-
bert, Arthur It'accompagnera sur son violon.
Cela le chatouillera, cet allemand, cela fera
vibrer son patriotism, sans computer que
c'est laune attention delicate de ne lui faire
enten'dre que de la musique allemande.- Ah !
mere, on voit bien que tu ne le connais
pas, sait-il seulement qu'il existed une musi-
que allemande de touted beauty Tais-toi
done, quelle est la brute que la musique n'at-
tendrit pas ? Allons exerce-toi.
A partir de deux heures de l'apres-midi,
on ne vivait plus dans cette maison.-- Ma
chore, l'empressement de te voir peut le por-
ter A venir plus t6t ,.-Chaquo buss qui passait
sur la route coupait la respiration de chacun.-
C est lui Non ce n'est pas lui. Trois heu-
res sonneren', puis quatre heures. Cinq
minutes avant quatre heures, chacun avait
pris une pose de command, une attitude thdA-
trale. Arthur avait un air d6gag6 ; Aline pa-
raissait indifftrente, Mme Austis 6tait occup6e
a tricoter.- a C'est un blanc, ma chere, il
arrivera a quatre heures just. -- Quatre






MASQUES ET VISAGES


heures et demie Rien. Cinq heures et demiel
six heures Personne. Sept heures Person-
ne, et avec Ca pas le moindre pe'it mot d'ex-
cuse.
M=e Austis dtait blIme, Arthur, son archet
en main, ne l'6tait pas moins. Quant A Aline
elle ddfaillait. On entendait redpter avec re-
procht ce nom :--Ah Monsieur Tcherniiisst!
ah Monsieur Tcherniiisst! ah Monsieur
Tchernitisst C'taita croirequetout le mon-
de 6tait enrhumc dans la maison.
Ce dimanche-la, Tcherniusst ne vint pas.
c Cependant, dit Mme Austis, se ressaisissant
un peu, cepeodant les cartes ont dit que ce
marriage se ferait...
Oui, fit Aline, s'essuyant les yeux, mais
tu oublies, mere, qu'elles out dit aussi, que
ce sera dur...
C'est vrai, reprit M Nu Austis illuminde,
eh bien, nous lutterons En attendant, prions,
ma cherie, prions... )

II

Pourquoi Tcherniiisst n'Wtait-il pas venu?
c'est qu'une oreille indiscrete avait entendu,
pendant le bal, 1'invitation qu'Arthur Austis
lui avait faite.Ce dernier n'avait pas plut6t tour-
nd le dos, que Tcherniiist 6tait abord6 par
M- Von Hanchois, qui l'invita justement pour
la journ6e du lendemain A Pktionville. Tcher-
uiiisst, il faut le dire, essaya de regimber,
mais Mm' Hanchois, comme l'avare Acheron,







LE MARRIAGE D'OTTO


ne lAchait point facilement sa proie :-- De-
main matin, lui dit-elle, nous passerons,
mon mari et moi, vous prendre dans notre
buss. *
Et comme pour donner plus de prix a ce
qu'elle venait de dire, elle ajouta avec un de
ces accents qu'on ne rend pas : a Dans
notre beau buss de maitre a deux chevaux. )
Tcherniflsst capitula.
Ici pour la clart6 m6me de ce recit, je me
vois oblige d'esquisser, au moins de profile, le
portrait de Mat Hanchois.
IvIM Hanchois dtait une ex-haitienne, d6pas-
sant la trentaine, mais accusant depuis un dd-
cade, vingt-deux ans bient6t. Comme elle
n'6tait pas jolie, jolie, personnel ne s'occupa
jamais d'elle, jusqu'au jour ofi par un de ces
accouchements assez mysterieux de la desti-
n6e, elle 6pousa un allemand, M. Werther von
Hanchois,a qui elle persuade qu'ill'a conquise
de haute lutie sur un nombre incalculable de
prdtendants, si bien que Hanchois voit un rival
evince dans tout haitien distingu6 on efran-
ger dtabli avant lui A Port-au-Prince.
II a une facon de vous regarder avec un pe-
tit sourire goguenard sur les l1vres, comme
pour vous dire: Hein je vous l'ai enle-
vde > Du reste, il est parfaitement heureux;
lui et sa femme s'adorent. Puisque Mme Han-
chois adore sonWerther, pourquoise d6mene-
t-elle tant pour empecher le marriage des au-
tres, se demandera-t-on ?,II y a lA un cas psy-
chologique assez eurieux et qu; meri'e d biie







MASQUES ET VISAGES


not6. Pour Mine Hanchois, il y a d6ja assez
d'haitiennes ayant 6pouse des allemands, et
comme pour elle cela constitie une sorte de
noblesse, it imported de ne pas aller plus
loin, la noblesse dtant par essence un corps
ferme. II faut l'entendre vous dire ces choses-
19" a Si tout le monde 6pousait des alle-
mands,cela deviendrait de l'anarchie )
Aussi, s'6tait-elle jure de tuer dans le cceur
d'Otto le commencement d'amour qu'elIe sen-
tait s'y former. Elle y mit d'autant plus de
perfidie et d'archarnement qu Aline 6tait d6-
licieusement jolie.
Lorsque le dimanclie a sept heures du ma-
tin, Mine Hanchois arriva a PNtionville, avec
son mari et Tcherniilsst, ses batteries 6raient
deja dressees, et Otto n'avait pas assez de
resources d'esprit pour les d6monter.
Durant tout le trajet, elle avait trouve
moyen d'emailler la conversation de traits
aussi mechants que v6nimeux l'adresse
d'Aline. Elle pr6parait le terrain pour la gran-
de bataille qu'eile comptait livrer apres le
d6jeuner, alors qu'Otto serait gave comme it
convient.
Aussi, quand la voiture roula sur la grande
route d'er' 6e de P16tionville, oi i'on respire
une si bo. .e, une si fraii:he odeur de terre
grasse et plantureuse, un sourire feroce laissa
voir ses canines aigues, d une blancheur
4clatante, et ses marines s' panouirent, com-
me si d6ja elle avait remport6 la victoire.....
H61as I elle ne se doutait jusqu'a quel point
elle allait triompher....







LE MARRIAGE D'OTTO


L'on s'arr6ta devant une e61gante pe-
tite villa A laquelle conduisait une jolie all6e
d'orangers, Bl1gamment sable A I'anglaise.
Quand on Pe fut bien mis A son aise, Mme
Hanchois s'ecria : ( Werther, je t'abandon-
ne M. Tcherniusst jusqu'au dejeuner. Mes de-
voirs d'amphitryonne m'oblige A agir ainsi,
ajouta-t-ehe avec une moue gracieuse, en
se tournant vers Otto, qui ne comprit pas ce
qu'elle voulait dire. P
Les deux compatriotes se rendirent sous la
verandah et s'y installerent dans de commo-
des fauteuils en osier; et IA, ils se mirent A
boire force coktails-gin et A fumer d'intermi-
nables pipes ea se regardant avec des yeux
mornes, sans se dire un traitre mot.
Cela dura au moins deux heures, puis ma-
dame Hanchois leur fit dire d'aller prendre
leur bain, K afin qu'ils pussent manger de
meilleur appetit. Ce qu'ils firent avec la
conscience que mettent les allemands dans
tout ce qu'ils font. AprBs le bain, ils ingurgi-
terent encore quelques coktails-gin. Enfin l'on
se mit A table !
On commenga par un saucisson qui fut sa-
lu6 avec enthousiasme. ( II vient de Ma-
yence, spdcialement command pour nous,
il n'y a que nous qui en mangeons de cette
quality ici affirma Mme Hanchois sur un ton
qui n'admettait pas de replique Otto mangea
les deux tiers du saucisson, qui n'6tait
pas mince, je vous prie de le croire. A cha-
que inislant on entendait ce cri: i Mais du






MASQUES ET VISAGES


pain, Anatole, du pain Comment! it n'y a
jamais du pain dans la corbeille Cela re-
venait comme un leitmotiv wagn6rien. Anatole
emplissait bien la corbeille, il ne faisait m6me
que cela, mais la corbeille n'etait pas plut6t
remplie qu'elle 6tait aussit6t ras6e.- Apres
le saucisson, on attaqua avec entrain un cer-
tain jambon de Francfort ( special aussi ) en-
toure de choucroute et complique de saucis-
ses et de cervelas venus en ligne bris6e de
Nuremberg.- a Anatole du pain mais du
pain done i.- Et cela etait arros6 d'une cer-
taine bire de Pilsen, je ne vous dis que ca !
Tout d'un coup, M-" l anchois, qui man-
geait peu, elle, sortit de son admiration pour
les deux heros et s'Bcria :
c Et le foie-gras ? Anatole, mon ami,
serve le foie-gras Un foie-gras sp6cialement
fabriqu6 pour nous par la mason Neffast
de Mulhouse Mon Dieu qu'on est mal ser-
vi dans ce maudit pays! )
Le foie-gras n'offrant pas de resistance par
soi-meme, fat enlev6 d'assaut avec force pain.
Et les verres- de grands verres s'il vous
plait s'emplissaient de cette fameuse biere
de Pilsen et se vidaient, comme par enchan-
tement.
a Anatole, serve les entries !- car ce
que nous venons de voir n'6tait que le hors-
d'oeuvre.
Otto et Hanchois, en attendant les entrees,
soufflbrent un peu. Meme la langue d'Otto
se d6lia assez, On parlait tout en, a disant







LE MAmuAGI D'OTTO


rien, comme cela arrive souvent A table,
mmem entire gens d'esprit.
a Ha! voilk le poisson, s'ecria Hanchois
bravo I 11 ast c grandiose v !
( C'estun requin, ajouta-t-il, croyant faire
de I'esprit. ,
Otto trouva cela si dr6le, que longtemps
aprAs,il se re6ptait encore le mot A lui-m6me :
c requin ...a requin ; et chaque fois il en
riait tout son sotl....
Le poisson n'6tait pas plut6t englouti qu'on
jugea n6cessaire de le corser d'un homard
relev6 d'une sauce verte- et cela etait arrose
d'un petit vin blanc genereux lequel, au dire
de M-* Hanchois,sprovoquait le splritualismes.
II faut, sans doute, entendre par ce mot, que
ce petit vin rendait plus 6tincelants, les gens
d'esprit qui le buvaient.
Et les Entries furent fermbes par un sau-
mon, prepare specialement a Coblentz pour
I'usage du couple Hanchois ce qui n'emp6-
chait pas que sur le couvercle de la botte
qui avait contenu le saumon, on put lire:
Demeuran a& Cie. Le saumon etait A sa fin
quand Anatole brandit un superbe r6ti cuit au
four, admirablement & point. Le r6ti, d'une
belle couleur brune, s'6'evait comme une py-
ramide d'un plat d'argent et se baignait dans
une sauce blonde dun fumet A affoler un
gastronome.
Devant cette piece de resistance,Hanchois se
sentit faiblir, mais Otto sourit, de ce sourire







MASQUES ET VISAGES


des forts devant les obstacles qu'ils savent
vains.
Vous rappelez-vous Gabart devant le Tom-
beau des Indigenes,cette fortification redoutable
des Francais sur la frontibre ?a -Enlevez-moi
ce fort, Gabart, mon fils, s'6cria Dessalines !
Le fort est A foi !- v r6pliqua Gabart, etil fit
& la t6te de l'6tat-major, cette charge 6blouis-
sante A travers ronces et retranchements- et
le fort fut pris et l'ennemi culbut6 I
Le pom6ranien attaqua avec une non moin-
dre vigueur cette masse de viande qui par son
impassibilitd semblait le defier. Si ses anchtres
avaient d6ploy6 une pareille 6nergie A Idna,
Napol6on n'eft point gagn6 la bataille.
Pour accompagner le r6ti, Mme Hanchois or-
donna de faire passer la salad : v une salad
symphonique disait-elle, sans doute parce
qu'il y avait de tout la-dedans ; des oeufs durs,
des pommes de terre et des betteraves en cons-
tituaient le fonds solide, et des filets de harengs
saurs en relevaient la saveur seulement les
harengs avaient Wt6 saur6s en Hollande meme,
comme bien vous pensez.
Oh la chose prit un caractdre 6mouvant,
c'est quand part la dinde ; elle pesait dix
livres ec reposait avec majesty dans un large
plateau en vermeil. Sa couleur 6tait d'or et son
parfum exquis, ses flancs 6taient charges de
farce faite en grande parties de marrons glac6s,
grills pour la cirron:'ance et m'la"ges avec
de la chair A saucisse ..
Otto la regard sans trouble, mais Hnchois







Lz MARUAGE D'OTTO


pilit. Cependant il fit un effortsupreme et tons
deux attaqurent ; la lutte fat vive, pique.
d'un interet pallitant, et comme c'dtait bon, il
ne restait bient6t de la dinde que quelques
vagues abaftis. a Hurrah I A ce moment, les
deux amis se mirent A chanter avec fureur des
hymnes patriotiques allemands en frappant
A coups redoubl6s sur leuis verres avec leurs
coiteaux. [is ne se calmbrent un pen que de-
vant les choux don't I'odeur avait envahi la
salle a manger, et qu'ils renifl6rent avec nn
bonheur sans melange. c Que ca sent bon v
exultait Otto !
Le repas en entrant dans sa derniere
phase prit un nouvel essor.On servit le dessert.
Un seul vin I'accompagna, mais quel vin un
vin vif et capiteux du Rheingau. Le feu s'ou-
vrit sur le fromage, il y avait 1I uncamembert
qui coulait comme une pustule. 6 Du pain,
Anatole, du pain > On fit f6te au camem-
bert. II est a point >. hurlait Hanchois,
a quel chef-d'oeuvre D Quand ce chef-d'oeu-
vre n'dtait plus qu'un souvenir, on aborda les
fruits. Otto, apres avoir ingurgite, comme en
se jouant, une bonne douzaine de figues-ba-
nanes, fit ses d6lices d'un abricot don't la re-
tondite imposerait le respect A tout autie. Han-
chois, lui, a travaillait a un ananas pain de su-
cre, qui embaumait. a C'est pour rincer ma
bouche r6p6tait-il, chaque fois qu'il avait fini
d'en avaler une tranche. K c'est pour rincer ma
bouche *...
a Apportez le gateau !, glapit Mmi Han-
chois a,







MASQUES ET VISAGES


Et en attendant, les deux heros, pour ne pas
rester dans l'inaction, grignotaient quantity
d'amandes,de noix et de nois,,ttes.Et le Rhein-
gau faisait merveille !...
Sur ces entre-faites, M'1e Hanchois se mit A
d6couper le gateau, -u Un amour sans fin !,
- expliquait-elle, en minaudant, a Otto,
tandis qu'Anatole faisait sauter le champagne.
Et tout cela au milieu de chants et de cris
assourdissants. Entin, l'on se leva de table,
et chacun prit une direction opposee afin
c de faire une petite promenade digestive et
necessaire* affirma Mme Hanchois,mais en rda-
lit6 c'6tait dans le but d'expulser le a super-
flu de la boisson ) pour employer la suggestive
expression de Sganarelle. La bonne petite
abromenade ifaite l'on se rendit dans le jardin
de devant et I'on s'installa dans de commodes
roking-chails, l'on but un cafr exquis, ; du
pur moka dernier genre qu'on s'empressa
de pousser par une serie incalculable de petits
verres d une fine superieure qui fit claquer les
langues, apres quoicircula une boitedecigares
( dernier genre aussi, Mon mari les paie
vingt dollars la boite monsieur !&-LA dessus,
il se fit un morne silence. Hanchois,le premier,
dprouva un certain besoin de se muer, et
tandis qu'il faisait des culbutes dans l'allee et
marchait avec ses mains, les pieds en l'air, en
poussant des cris de joie effrayants, madame
Hanchois coulait dans l'orpille d'Olto routes
sortes d'infarnis sur Aline ; lpke iiaaglinit
les cho-es les p'Ia uoircs qu'elle rnmtair au






LE MARRIAGE D'OTTO


compete de la pauvre enfant et de sa maman.
Otto comprenait-il ? Qui le saura jamais !
Seulement, it ne se sentait pas bien. ( Ma-
dame Hanchois,*disait-il, avec une grimace
affreuse, madame Hanchois, je sens moi ma-
lade beaucoup. i- Cinq heures sonnaient,
et la-bas, chez Mme Austis, depuis une heure,
on l'attendait, vous savez dans quelle tour-
mente d'6motion!... Les Hanchois ordonnerent
c d'atteler a pour leur h6te, tant il 6tait indis-
pose.
Quand Otto arriva chez lui, A Turgeau,
il se coucha. II etait cinq heures. Que se pas-
sa-t-il durant cette nuit-lA ? On ne sait.. Ce
qui est certain, c'est que le lendemain matin
Otto fut trouv6 roidi et glac6.dans son lit, pres-
que sans vie, le venture ballonne...
En unrien de temps la maison fut envahie par
les voisios et l'on fit appeler le pommad6 Doc-
teur Lapouyte,delaFacult6 de Paris,lequel com-
me chirurgien a laiss6 dans certain peti'e ville
de notre petite r6publique, un souvenir imperis-
sable. Le jeune medecin, la moustache triom-
phante, arriva bient6t, 6lgammentsangl6 dans
une redingote gris-perle.l examinarapidpment
le pom6ranien, puis dit d'un air n6glige: a Je vois
ce que c'est, ii a un corps parasite, dans l'ab-
domen, il s'agit done d'enlever le parasite ),
et s'armant de son scalpel, crAnement, il ou-
vrit le venture de l'infortun6 Otto. Les gros
yeux verts du pauvre garcon sortirent presque
de leurs orbites et fixerent le plafond d'une
faQon horrible: Otto avait rendu son Ame






MASQUES ET VISAGES


simpliste au grand mystificateur qui nous a
cr6es pour son divertissement. Et une vieille
negresse,la servantedud6funt,s'approcha et lui
ferma les paupieres doucemefit; puis se tour-
nant vers le Docteur Lapouyte qui continuait
& charcuter le cadavre avec acharnement, elle
lui dit snr un ton de rage sourde :a Mais assez,
m'chW, assez Lapouyte voulut le prendre
de haut, et commenQait A parler de a recher-
che des causes >... De la n6cessit6 de retrou-
ver le c parasite afin qu'il puisse conclure et
faire faire un pas en avant a la a science experi-
mentale ,, Lapouyte dut baisser le ton de-
vantl'attitude nettement hostile de l'assistance;
1'6pithete de c bourreau i lui fat applique sans
management. Ce qui ne l'empicha pas, quel-
quesjours apres de toucherpour cettebelleop6-
ration, la some respectable de douze-cents
gourdes.
o Je crois que notre ami Lapouyte a
trouv6 le parasite s'6cria Pascal Larcher en
apprenant cette nouvelle...
Cette mort d'Otto fut un coup de foudre,
on eot dit que chaque mere avait perdu un
gendre. C'dtaient des pleurs, des lamentations
des regrets A n'en plus finir....

III

A quelques jours de 1A, j'dtais chez un de
mes amis, Massena Carpot, don't les soeurs re-
coivent beaucoup. Le hasard lequel n'est
autre que Dieu a dit Anatole France voulut






Lu MARRIAGE D'OTTO


que Mm* Hanchois et Mu Aline Austisse fussent
trouv6es 1 aussi, en visit, emmitoufles dans
d'effarants boas et s'6ventant avec fureur. La
conversation ne*tarda pas A tombersur Otto et
sur sa mort inattendue.
C'est ce Lapouyte qui l'a assassin !
s'exclama Mass6na !
Oh I quec'est m6chant I fit M- Hanchois
avec sa moue habituelle, vous oubliez que
Lapouyte a travaille, a Paris avec Pinard, et
qu'il a profess ici A la nouvelle Morgue...
Pour moi, fit M"* Austis, M. Tcherniiisst
a succombd A une congestion. Songez done
comme il 6tait gros et combien sa face 6tait
rouge !...
Pour ma part, affirma M-. Hanchois, je
suis convaincue qu'il a 4te frapp6 d'une at-
tsque d'apoplexie foudroyante ; qu'enpensez-
vous monsieur, ajouta-t-elle, en se tournaut
vers moi ?
Moi, fis-je, en m'inclinant, je pense, ma-
dame, que Monsieur Otto SeddlitzTcherniiisst
est mort d'indigestion. ..
Juin 1903.












Chacha


A Auguste Magloire


I
Etait-ce an diminutif de Chateaubriand ?Per-
sonne ne savait, mais tout le monde I'appelait
Chacha au Chemin des Dalles.
C'6tait an pauvre diable mi-mendiant, mi-
homme de peine, le plus souvent ivre, ne
mangeant guere et toujours en guenilles.
. On I'aimait pourtant, le pauvre gueux, par-
ce qu'il dtait honnkte et bon et peut-6tre
aussi parce qu'il ne manquait pss d'une cer-
taine fantaisie qui amusait.
II avait ses libres entrees dans les course de
toutesles maisons duquartieret 8 il tortillait ses
vacillants propose, refusant g6ndralement les
reliefs de cuisine, mais acceptant toujours
quelques cobs avec lesquels il s'en allait se
gorger de tafia.
Souvent vers les deux heures de 1'aprbs-mi-
di, ravigot6 d'un prurit de fiertd, on le voyait
prendre en trdbuchant le chemin de la ville,
se proposant le wharf Boisblanc comme point






MASQUES ET VISAGES


terminus. LA, A l'arrivee des barges de l'Ar-
cahaie, vers les cinq heures, il ferait un petit
djob, c'est-A-dire portrait A domicile quel-
ques paquets d'herbe et gagnerait ainsi a la
sueur de son front les cobs qui lii permet-
traient de souper d'une juteuse canne a su-
cre et de quelques bons coups de tafia a
base de gingembre.
Mais plus d'une fois, engourdi par l'alcool,
il lui arrivait de s'6tendre sous une galerie
et se mettait a r caler de bienfaisants ouest,
en faisant peut-6tre des songes radieux.
Ainsi, A l'instar des amoureux et des poktes
Chacha avait trouv6 moyen de vivre dans
I'ivresse et le rive. II s'en trouvait sans dou'e
bien, car il ne se plaignait jamais- supdrieur
en cela A beaucoup de personnages qui se
croient des etres predestin6s et se disent des
4 homes tout de bon i.
A certaines dpoques, ii disparaissait pen-
dant des mois. Comme il 6tait une habitude
pour chacun au Chemin des Dalles, on disait :
Mais qu'est done devenu Chacha ?
Puis l'on n'y pensait plus. Quelques temps
apres Chacha reparaissait sans que personnel
put jamais savoir oi il 6tait all6. Aux ques-
tions qu'on lui posait, il repondait par des
paroles sans suite et de vagues proverbes.
Un beau jour, il s'eclipsa pour de bon et on
ne le revit jamais plus. Qu'ktait-il donc ad-
venu Chacha?






CHACHA


II

En ce temps-,a. habitat rue des Miracles,
aujourd'hui rue F6rou, une ]eune femme bru-
ne de la cste, nommde Madame Tyrlir qu'on
appelait Madan Tili-par suite de cette antipa-
thie native qui existe entire notre gosier et
les R.
On la disait divorcee, des gens bien infor-
mes affirmaient qu'elle dtait veuve; en r6a-
lit6, elle n'etait ni veuve ni divorcee. Son
mari, an mulatre des petites Antilles, travail-
lait dans une usine du Sud et finalement con-
vaincu qu'une femme comme sa chere Circe
ne pouvait continue A s'6tioler en province,
il I'avait envoy6e habiter Port-au-Prince en
lui faisant une rente de cinquante gourdes par
mois. Elle avait su lui persuader qu'avec cette
valeur clle se tirerait facilement d'affaire. Mon
sieur Tyrlir qui n'aimait pas a approfondir les
probl6mes se felicita d'avoir une femme tres
dconome et se claquemura dans cette idee
avec une force de volontd surhumaine- sur-
tout que sans d6bourser un centime en plus
de la mensualit6 service & sa femme, il n'avait
qu'un signe a faire pour que vftements, che-
mises, chaussures vinssent le trouver dans la
quinzaine. Sans computer que chaque semaine
les embarcations lui apportaient son panier
de provisions- ce qui n'est pas un detail n6
gligeable, etant donnd qu'en ses endroits-la,
l'importance d'un home se measure A la
quantity de legumes qu'il recoit de la capital.






MASQUES ET VISAGES


A 1'A -d'H., par example, le citoyen qui pos-
sede authentiquement chez lui, un petit sac
de pois rouges piquds est incontestablement
I'homme le plus consid6r6 de l'trrondissement
tout entier et demeure l'orgueil dL la com-
mune.
En raison de cette modality, M. Tyrlir prit
une importance extraordinaire a trente lieues
A la ronde de l'Usine. II vendrait Madame
Tyrlir : Ma femme est sacr6ee) rep6tait-il
souvent. II ne se produisait pas un petit inci-
dent dans sa vie sans qu'il ne s'ecridt ( Ah !
si ma femme dtait l ( II faudra que j'6-
crive cela a Circe, comme elle rira I C'en
6tait attendrissant. Au reste, 6'6tait un homme
indulgent et doux que M. Tyrlir ; it n'6tait
impitoyable que pour les maris tromp6s.
A Port-au-Prince, Madame Tyrlir sut se
creer quelques relations; elle eut des amies a
Targeau, au Bois-Verna et mena un modest
train de trois cents gourdes par mois, loyer
non compris. Les mauvaises langues disaient
bien qu'un commerQant du Bord-de-mer et un
personnage influent du Gouvernement fai-
saient les frais du ( modest train ; mais
les Ames charitable affirmaient que la bril-
lante situation de M. Tyrlir qui n'6tait pas
I un homme ordinaire >, justifiait les depen-
ses de sa femme.
Madame Tyrlir etait une jolie petite femme
accorte, grassette et rieuse. Elle avait un teint
duvetd de beau fruit, des dents blanches, des
fossettes tentantes et des hanches prestigieu-














sqs auxquelles des
s vamment collants,
Aussi la circulation,
nait-elle un peu frtill
Messieurs lu Bord-de-
haitiens n'entendant
voyer das oeillades dd
manquait jamais de s
en ces mornents-la, 6
delicieuse a voir et
lubriques, totes ces t
ces faces en rut, adres
expressif a sa chair a
faite pour I'amo r ..
Chacha, A travers s
avait-il ete, lui aussi,
par le charme de VWn
geait de la piquante
blame psychologique q
gerons pas d'dlucider,
b!e, patent, aver6,
voyait pas une autre g
ver son tafia, que celle

I

Une apres midi, Mm
A Circ6 en lui faisant
vint la trouver en toute
une communication ur
MmeTyrlir se coifla d'u
de dentelles sur son peigr
d'nziz:oelle, sortit sous i







TORN PAGE(S)


IMAGES


un coup d'ceil indif-
it harmonieusement,
pangeau de la mai-
ii.
d'heure queM*e Tyrlir
S6tadiant en droit, M.
rce disait 6tre son cou-
ae du voisinage, gagna
'yrlir, enjamba Chacha
son par le corridor.Dix
sortait, 'air d6fait, ap-
t et descendit au bord-
rer dans un tripot...
3 de M"' Tyrlir qui fai-
our n'avait rien remar-
Je se passer ; quant A
oment, it 6tait plong6
ges ; ii revait qu'il 6tait
il godaillait ferme avec
norts.
res, M-e Tyrlir rentra
pousser un cri d6chi-
une masse sur le plan-
:s voisins, avec cedroit
it de p6n6trer sans fa-
heure du jour et de la
rmettez de souffler -
ecourir, mais en rdalit6
vos affaires intimement
sins donnerent l'alarme.
savoir dans les quarters
t6t dans touted la ville
aur Yaait fracture la ser-


rure de 1'
midi et ai
forte vale
savent to
s'dlevait A
lars et de
En r6ali
me I'avait
segment -
papier et
Elle n'er
chait en E
coup.
A cette dp
lice 6tait li
severe etq
malheur E
une patate
laient ses
envi6 de
homme d'
nuque : a
on vint I'a
on ne le t
son secret
A cronstad
que le sec
Tyrlir que
fit signe a
partit con
la rue des
occasion c
la femme






CHACHA


rure de I'armoire de Madame Tyrlir en plein
midi et avait enleve & la jeune femme une tres
forte valeur en pr et en paper. Les gens qui
savent tout donnaient le chiffre exact; cela
s'elevait A des milliers et des milliers de dol-
lars et de gourdes.
En r6alit6,on avait pris & Circe -et elle-mA-
me l'avait declared apres un court dvanouis-
sement la some de deux cents gourdes en
paper et quarante dollars en or americain.
Elle n'en 6tait pas moins desesp6r6a et cher-
chait en son esprit qui avait pu bien faire le
coup.
A cette dpoque, l'Inspecteur en chef de la Po-
lice 6tait le g6enral Sdsostris Latingue, home
severe etqui ne badinait pas avec les voleurs:
malheur au meurt-de-faim qui avait derobe
une patate Le g6enral Sdsos ; come 1'appe-
laient ses surbordonnes, jouissait du prestige
envie de posseder le secret d'abattre net un
home d'un seul coup de K macaque a A la
nuque : a vlap Bien peu qut chappds P Quand
on vint I'appeler de la part de Madame Tyrlir,
on ne le trouva pas au Bureau central, mais
son secretaire, un jeune home A redingote et
A cronstadt et parlant a francuire y etait.Lors
que le secretaire sut que c'6tait chez Madame
Tyrlir que le vol avait ete perpe'r6, il bondit,
fit sigoe A des hommes police de le suivre et
partit comme une fleche dans la direction de
la rue des Miracles, b6nissant cette heureuse
occasion qui allait le mettre face A face avec
la femme de ses reves.






MASQUES ET VISAGES


Circe l'accueillit comme un sauveur, et, les
yeux noy6s, les gestes studies, lui fit ug recit
dmouvant du crime. Le secr,'aire se hissa A
la hau.eur de la situation et son franguire
atteignit un sublime tel quo les petites 1Avres
charnueset appetissantes de la jolie d6pouillee
esquiserent un sourire. a (a y est,pensa le se-
cr6'aire ravi, elle m'aimo > En meme temps
qu'il se disait cela, dans l'esprit de Mine Tyr-
hr une certitude venait de Idire : soudain elle
s'6cria :
C'est le soi-disant ivrogne qui afait le coup
Et les voisins, avec un ensemble merveil-
leux, d'affirmer que le vol en effect ne pouvait
tre que l'ceuvre de Chacha.
En un rien de temps, la maison entire dd"
bonda sous la galerie et toules ces honnetes
gens de crier a tue-tete en s'adressant A l'in-
fcrune Chacha :
Voleur voleur voleur! voleur!!!
M1me Tyrlir voulut quand meme que le pau-
vre ivrogne lui d6signat I'endroit od il avait
cache l'argent.
Chacha se contenta de regarded tout ce
monde de ses yeux 6teints, et se mit A baver
en bafouillant des paroles d6nuees de sens.
Ah I ah ricana le secr6taire, il fait I'i-
diot mais tout A 1 here nous verrons cela et
nous saurons te faire causer: allons, mar-
chons, mon ami >
Chacha qui ne comprenait pas ce qu'on lui
voulait, ne bougea point et continue A baver
franquillement et dans son cerveau opaque,






CHACHA


peut-6tre cherchait-il une explication A tout ce
qu'il sentait grounder de haine et de parti-pris
autour de lui.
Ah vous n( voulez pas marcher, voleur,
hurla le secqtaire !
La couenne r6pliqua Chacha qui eut
la vague sensation qu'on voulait pcrter at-
teinte A sa liberty de citoyen qui n'avait rien
A se reprocher et vivait lavie qu'il s'6tait choisie.
Puisque vous ne voulez pas m'obeir, s'6-
cria le secr4taire avec emportement, j emp'oic -
rai la force d'inertie pour vous faire marcher.
Et il ordonna alux < Force A la !oi n d'avwn-
cer.
< Mettez fer i command t-il.
Immrdiatement une grele de coups de co-
co-macaque fit 'redtesser i! paavre Chacha
comme s'il avait 0t mrn par un resort,
Bali s'crierent les assistants avec cet'e
aversion implacable des fou!es haitienncs,
pour le pauvre diable soupconne de v-l.
Fais pied li perdu terre s'6gosilla le
secretaire.
Et les coups de coniinuer a pleuvoir dru sur
le malheureux qui, la tete deforjcie, le cops
ensanglant6, tombait, roulait dans la rue, se
relevait pour retomber aus-ii6t et se reliever
encore saus le baton des bourreaux.
Et quand apres one d'mi here, on eut ef-
fectu6 dans ce tourbillon silii-:re de tortures
le trajet de la rue des Miracles au bureau de
police, il ne restait plus de Chacha que des







MASQUES ET VISAGES


chairs sanguinolentes of un reste de vie sem-
blait vouloir persister.
Et durant 1'apr-s-midi finissant, et pendant
toute la soiree, sur cette loque humaine, sur
cette chose pantelante qui gisait dins la pous-
siere et qui fut pourtant un homme, de temps
en temps un coup sourd tombait auquel re-
pondait un gemissement profound et doulou-
reux qu'on ei't dit sorti des entrailles meme
de la terre... Vers minuit, aux coups rien ne
repondit plus...

Le lendemain matin, le g6enral S6sostris
Latingue signa le rapport quotidien aux auto-
rites superieutes, par lequel il leur announce
o que !'ordre et la tr ,nquillite regnent dans
son ccnmmandement r. Au postscriptum, il y
avait cci :
a Hier apres-midi, j'ai pose la main sur un
voleur redoutable ,Ini depuis longtemps kchap-
pait a ma vi;ilance. Apres une course proime-
wnqle en ville, ce voleur est m'rt par orgueil s.
Pauvre C(hacha !


Avril 1905.












*
Soirs de Carnaval



A Constantin Mayard

I

Le repas s'achevait en musique aux bougies,
Le vieux pare...

A la v6rit6, ii n'y avait pas de pare dans la
petite propriety de Mr et Mme Alfred Nangy A
Turgeau- on n'y remarquait qu'une allee jo-
liment sabl6e et dans cette allee un jet a'eau.
Quant A la musique qui venait de se faire en-
tendre au moment ofi nous nous levions de
table, c'dtait un piano. Un piano en soi est peu
de chose, mais quand c'est Ludovic Lamoth3
qui le fait vibrer, un piano devient imm6dia-
tement un objet d art consequent. Or, ce soir
de mercredi glas, divin avait 6et le- jeu de
Lamothe- don't les compositions viennent
d'etre applaudies A New-York par les richissi-
mes dineurs du Waldorf Astoria. (Ces pau-
vres artistes haitiens I Si n'y avait pas des
Blancs pour les apprecier, quel sort eit 6te
le leur!)







MASQUES ET VISAGES


Mais laissons les gracieuses invitees de Mme
Nangy valser au rythme de la Deuxibm: espa-
gnole de notre genial compa!tiote, arrachons-
nous de la contemplation de foutes ces jolies
tetes poudrees et gagnons la large galerie
6clair6e a l'ac6tylene oft des messieurs atta-
bdls attendaient les jetons, qu'un garcon 6tait
all qudrir bien loin, pour qu iis pussent com-
mencer leur parties de bete. 11 y avait 1 quel-
ques-uns de nos plus rares causeurs : Gerard
Delhi avec sa belle tete triste et son ,ourire
mnprisant ; Maximilien Delengle don't les yeux
petillaient cle verve der iere ses verres; I'agent
de cliage Alexis Montet ioujomrs travaille
par son idde do change !'orieni. tion de Fes-
prit haitien trop afro-l:tin et Paundmon Lam-
bert Trivier, in'elligenc service et w coaur
trempe pept fois dams le i',ant divin
Je m'enfon:ai dans le fa:: eul que ces lom-
mes distingus me fircnt e :onuiur de in of-
frir, puis j aliunai un '; a.~ Et v.ict la cu-
rieuse conve:, action que 1 e':.s la I)on:ie fortune
d'entendre.

II

SLe carnaval a Port-au-P1i ce, autrefois,
mais c'dtait tout a faith chairman !
A cette exclamation de Maximilian Delan-
gle, Alexis Montet se mit A 6voqaer ses sou-
venirs.
t Al cu iL-i', cr-av l .... T iez,
sous Salomun, vers 18 ;0-87, ce id ai tLUte






SOIRS DE CARNAVAL


tres bien. Vous rappelez vous les cavalcades
de la Bande jo!euse ? J'en 6tais Quel entrain!
Quelle gait6 C'es' touted ma jeunesse que
je revis lA, en me rememoraat ces choses!
Et puis qu e6ait le jeune homme qui ne se
deguisait point, en ces jours de folie Que de
raffinemenis (d'tl6ganc- pour aller intriguer
les demoiselles et les dames qui emplissaient
les balcons et les galleries des maisons de la
Grand'Rue! Qualies d6penses de satin, de
soie et de rubans Que de declarations pas-
sionnees sous les masques et combien n'est-
il pas sorti de marriages de coeur en ces pe-
riodes 6.oudissantes La Grand Rue elle-m6-
me, de quel fonrmillement de vie ne debor-
dait-elle pas ? Et quand le soir venait, dans
les maisons les plus frdquent6es de chaque
quarter, les b:l's succddaient aux fantaisies
de l'apres-midi .. AJjourd'hui tout cela est
mort. Plus lien. D's bandes de voyous puant
le rat mor?, croupionnant des danses ob#-
cenes, erntant des salet6s et mendiant des
sous voil! le carnaval actuel. Quelle tris-
tesse !
Tout est tristesse aujourd'hui, dit Pau-
lemon Lambert Trcvier.
Oui, tout, appuya Alexis Montet. II est
do bon gout de s'cnnuyer morte!lement A prd-
sent Chacun vit Dour soi- et croyant fair
de la politique, :'est a qui mentira le plus
tout le long des journey s. Le carnaval ne du-
re plus quatre jours, mais toute I'ann6e et
chacun porte une masque: 1 hypocrisie. Le






MASQUES ET VISAGES


moment est arrive de c6elbrer les fundrailles
de tous les sentiments nobles. On n'a plus
qu'un souci: se procurer A manger. II y a
trois classes sociales en Haift depuis Hyppo-
lite : ceux qui mangent bien, ceu)- qui man-
gent mal et ceux qui ne m.;ngent pas du tout,
Vous riez, messieurs,.. mais ce sont des lar-
mes que vous auriez di verser! vous n'avez
done pas remarqu6 que la bienveillance a
compl6tement disparu de nos mceurs. Haiti
est le seul pays de la terre ou les relations ne
servent de rien dans la vie sociale...
( II est certain, interrompit Delangle,
que le niveau moral du pays a beaucoup
baiss6. Mais a qui la faute ? Laissons aux so-
ciologues le soin d'6tablir les responsabilit6s.
D'ailleurs, il y a beaucoup d'honnites gens en
Haiti, et ce petit nombre qui lutte repond de
l'honneur de la nation Et c'est ainsi partout.
Quelle est l'6poque qui ne marqua point par
la concussion, le mensonge, la prostitution ?
Tout est done pour le mieux, fit Mon-
tet dans un sourire d'amere ironie.
a Je ne dis pas cela, repliqua Delangle
qui Btait candidate au ministare, mais je crois
pouvoir avancer que rien n'est perdu... on n'a
qu'a faire appel aux energies nouvelles...
Mais un eclat de rire sonora de De'hi coupa
la parole A Delangle.
-- Toutes ces graves considerations, dit-il, A
propos de ... mardi-gras Avouez, messieurs,
que vous 6tes dtoonants I...






SOIRS DE CARNAVAL


III
Ici, Pauldmon Lambert Tr6vier esquissa un
geste doux et pa'rla ainsi :
( Qu'i'l me soit petmis, messieurs, de
vous center une petite histoire de masques en
Haiti. C'est d'autant le moment que vous ve-
nez de tfltrir le vice... Au mois de mars de
l'annee derniere, dans la soirde du mardi-
gras, l'id6e me vint d'aller jeter un coup-
d'oeil sur le bal populaire quo la Commune
inaugurait au march du Poste-Marchand.
Quand j y arrival, vers les huit heures, une
foule compacte et tumultuaire s'agitait A I'in-
tdrieur du march. A I'entrainement d'une
musique enrage qui ne jouait que des md-
ringues et des contredanses, les mascarons
ddfilaient et les femmes hurlaient.
) C'6tait un sabbat hideux de gens sales ne
dansant pas, a vrai dire, mais se saisissant
plul6t A bras le corps dans des tr6mousse-
ments de rein effrndes. Peu de d6guisements.
Mais j'aime tellement la vie que ces fantasti-
ques ddhanchements dans la lumiere 6lec-
trique, ne me deplaisaient pas, en some.
Je me frayai un chemin et j'allai m'appuyer
centre un pilier du c6td sud ofi la brise qui
soufflait balayait un peu les odeurs f6tides
qui s'exhalaient des corps.
o Tout d'un coup, dans une houle formida-
ble provoquee par un 6chevellement de l'or-
chestre attaquant la meringue des mascarons
- un trombone surtout et un tambour fai-







MASQuES ET VISAGES


saient rage j'aperous A deux pas de moi un
couple qui se dine.tiait avec une frenesie con-
vulsive. La fcrn!c pas graded, porait une ju-
pe 6corssaise Utre court, une chemise rose
a homme et avail ie viiage masque d'un tri-
ple tulle. Ua iiuer feutre couleur tabac, cass6
sur le deG'va.:, i;i servait de coiffure et ses
mairs diaient gi;Ss de blanc, Ce dernier de-
tail me flap :.. Ya oil?' une frmme du people
qui in- fair si-gu:i, rimen' I effet de n'en pas
ere ,,, peri~e -ja. JE i'amaminai avec plus d'at-
te:.tioi : la ft-jn ,e'ante dont ses peits pieds
tai -.nt chaus- s 1 i e parfum qui s" d6gageait
de sCi ccrsae -- e la violette de Parme Lu-
bin mne c;)iin'mrent davantage dans mon
hvpo;hese.
Pcur !'in-:tant, cette femme Mtait comme
viss6e sonu .. niagron -n homme de taille
moyenn:. iasque ca triple tulle aussi, coiffN
d'un chapel, liau de forme et vetu d'un habit
noir faisa-nt controste avec sa chemise jabot
et son pantalon b'anc. Ii y avait quelque chose
de maladif dans ia maniere que ces deux
etres etrange.- -e coilaient I un a l'autre pour
se idcher, cruupicnner furieusement et se re-
prendre ensuite avec une fougue nouvelle. J'd-
tais intrigue au de;a de toute measure.
v Quelle etait done cette femme d'essence
peu commune qui s encanaillait ainsi ? Et
l'homme ne in interessait pas moins C'6tait
assuriment un original. Un de ces etres de
quality qai trouvent un piment de plus dans
la volupt6 quand elle descend jusqu'A la cra-







SOIRS DE CARNIVAL


pule... Pendant les rares minutes od la mu-
sique se taisait, les deux masques enlaces se
promenaient uq peu, mais sans prononcer
une parole, pour recommencer leurs bats
aussit6t qu lforchestre entonnait un nouveau
chahut. Ils ne paraistaient\ ne pas connaitre
la fatigue. J'avais les yeux fich6s sur eux
comme sur un cauchemar. La dame surtout
m'affolait. La curiosity qu'elle excitait en moi
etait si aigue que je songeais A arracher ce qui
lui servait de masque, quite a avoir une af-
faire avec son compagnon, aprss.
Mais une voix me disait interieurement :
a Tu n'as pas le droit de faire cela J'en
etais la de mes reflexions, quand la petite
dame eut un movement de goule : dans un
recul de sa croupe se contorsionnant, elle
m'avait vigoureusement press centre le :ilier.
Elle se retourna et s'oubliant, me dit d'une
voix douce : ( Pardon monsieur. >
II n'y a pas de mal, repondis je, en souri-
ant, mais c'est votre visage que j'aurais aim6
voir. > Alors l'homme au haut de forme s'a-
vanca vers moi et porta la main A son revol-
ver, en me toisant.
a Oh fis-je, avec un scurire supeiieur, je
n'ai pas I'intention de d4masquer madame,
et je lui tournai le dos. Pour parfaire mon ges-
te, je continual a marcher d'un air d6daigneux
et quand j eus fini de fair le tour du bal, je
revins negligemment Amon pilier. H6las! je ne
retrouvai plus le couple mystdrieux. Piqu6 au
jeu, je me mis a parcourir en tous sens le






MASQUES ET VISAGES


march, mais sans resultat les deux mas-
ques 6taient bel et bien parties. Avec eux, s'en
6tait all pour moi tout l'intedrt dela soiree. Je
sortis sur le trottoir du march encombrd de
families qui venaient regarder ces belles cho-
ses a travers les grilles et gagnai la rue du
Poste-Marchand, rentrant lentement chez moi.
Arrive A l'entree du Chemin-des-Dalles, je bu-
tai centre Pastry -e blanc-pays si informed et si
savoureux dans ses a audiences. )
a Je les ai suivis, me dit Pastry.
a Qui ?
S- Les deux masques qui vous intiiguaient
si fort .
Ah I bal
S-- Vous les contimpiiez avec une tell in-
tensit6 d'attention que vous ne m'aviez pas
aper (i a Fautre pilier vous faisant vis-a-vis.
Mais j'ai voulu savoir qui 6taient ces gens, et
je le sais maintenant. En vdrite,Port-au-Prince
devient de plus ea plus... capital. J'ai su
d'abord qui 6tait I'homme... Vous ne devinerez
jamais, vous savez?
w Qui est-ce ?
< Urddeau, mon cher, Emile Ur6deau
< Et cette personnel qui dansait le cancan
avcc lui, c'est une dr6lesse ?
S- Pas du out. C'est sa...
Le jeu de bete i s'ecria le garcon en
ddposant une botte sur la table.
Cette brusque interruption m'empecha d'en.
tendre le dernier mot prononcd par M. Pau-
lemon Lambert-TrBvier.













Inter Pocula


Au Dr Edmond H6raux

I

Quand j'arrivai au dejeuner que nous of-
frait Edouard Morange A 'occasion de ses
quarante-six ans, on 6'ait au r6ti et pas mal
de vin blanc avait dejA coul6 et le commer-
Qant Henri Joineau, ancien comptable de la
maison D. Jacinte & Co, parlait. Voici le resu-
mn de son r6cit.
Le magasin de M. Dumont Jacinte, dit Joi-
neau, etait situ6 rue du Quai, un peu en face
de la douane. On y trouvait un peu de tout,
particulibrement des provisions amdricaines
et des comestibles francais.
En cette annee 1896, oiA toutes les fortunes
croulaient en Haiti, A la suite de la cessation
de pavement de quelques commissionnaires
du HAvre et d ailleurs, M. Dumont Jacinte
6tait demeur6 debout. II avait perdu quelque
argent, c'est vrai, mais pas au point d etre
mal dans ses affaires. C'6tait un home pru-
dent et m6ticuleux.
Personne n'6tait plus patriote que M.






MAsQUES ET V1SAGEz


Dumont Jacinte quoiqu'il ftt naturalist
francais. 11 aimait sa chtre Haiti et ne d6tes-
tait pas i'exce'ieniti situation qu'il avait acqui-
se et qui s'dtait trouvee eatrmemeent com-
promise par l- pill-:ge methodiqu2 de son ma-
gasin, le 22 S-ptembre 'i883.
Comme les commercants strangers qui
6taien: dais le mnme cas qua lai avaient 6te
dded~cil.'- s -au de!i do lears per:es par le
Goiuven; rmen. qui n tseit a ruiner que les
hale:,. 'l. Dumont Jacin reconnot que
so.i i di: & bie-i enueadu l ii commandait de
c -r i! e: i;.ie l en nonminale nent. El il se
li' f.- .is. Auc', s.re dou6 da bon sens,
no a:_l',i.t. dans ces conditions, reproher
ce a3 de conservaiion A M. Jicin'e.
Spendant o' Ie !ui reprocha ; c'6tait A
qui .', pelierait renega-.
En homme d'esprit, M. Damont Jacinte en
souria:t doucement.
L- nouvelle maison de commerce qu'a-
pri's elementt avec sescreanciers, M Jacinte
avait fondee, en 188 sur de noaveaux cr-
dits, era:t devenue peuoit-tre la plus importan-
te de ia place de Pot-au-Prince. Et le coura-
geax commeicant .Jo'vit -e dire avec une
certaine tranquillity : So Si oPn me la iule ou
si on me la pille de io: veau, je sais au moins
que loin d teruimiv, je serai tou it fait Lien
dans ries affairss, Logique ha'tienne et qu'un
6 ranger ne peut coinprendie sans un com-
mentaire historique documents. II va sans
dire que M. Jaciate ayant ainsi assure son la-







INTER POCULA


beur con're les d6bordements futurs de la
democratic 6galitaire, une foule de gueux
vouerent une haine implacable a cet home
et continuerent A iappeler ren#gat tout en le
saluant Ires'bas. D'au're part, le Gouverne-
ment de la R1publique avait desormais l6s
attentions les plus d6licates pour M. Dumont
Jacinte, ce membre de la colonie francaise
qui occupdit un, place si considerable dans
le Haut C;nninerc Car M. Jacinte souscri-
vait pour de fortes sommes aux empruets re-
pet6s, lances nour assnrer le fonctionnement
du service public. J'ajouterait que M. Jacinte
6tait membre du corps diplomatique : il 6tait
consul de ia Republique d'Andorrt. *
Ici, HenrL Joineau 6'arreta pour avaler un
verre de vin. Et tos les convives en profi-
thrent pour 4changor un regard anxieux don't
la significa'ion exacte 6tait: a Oi diabl veut-
il en venir ? > i Messieurs, reprit imper-
tubablement Henri Joineau, je commettrais
une fau e impardonnable, si en vous pariant
de M. Dumont Jacinte, je ne vous entretenais
pas de son plus inuime ami, le iharmacien
Florian Perinet.
M. Florian Prinet, tous les apr6s-midi,
venait passer une heure ou deux au mvgasin
pour causer avec M Dumont Jacinte de ia si-
tuation... de l'Europe C ltait un homme grand
fort, large d'6paules, et riant gras. II avait des
falcons de vous taper dans le dos p.ur asseoir
une demonstration qui portaient les commis
A se tenir Bloignes de lui avec un just res-
pect.






MAsQUES ET VISAGES


II devait le fonds de sa pharmacie A une
fortdeavance d'argent que M. Jacinte lui fit ja-
dis -r et jamais it n'avait rembourse un cen-
time la-dessus A celui-ci, sous pretexte que,
lui PBrinet, etait pare de famille ',t que M. Ja-
cinte dtait son ami et son compere. Mais il
se'mble que M. Jacinte ne s'etait jamais fait
illusion sur son argent et qu'en mettant un
capital a la disposition de son ami, it avait en-
tendu simplement venir a son aide sous une
formo delicate. En ce temps-la, les amis
6taient tres gentils.
Un apres-midi, malgr6 que le magisin
fat sens dessus dessous par l'entree ea masse
de caisses et de barils que nous d6versait la
douane, M Florian Perinet debont dans le
carr6 de M. Jacinte expliquait A celui-ci, en
crdole, combien a ce p'tit Hanotaux etait ma-
lin 9 ; M. Jacinte approivait ei ils riaient en-
semrble, se donnant des tapes, heureux d'etre
d'accord. Bien entendu, its jugeaient A contre-
sens les questions sur lesquelles its divaguaient
Ea 1896-1897, dix ans avant I[alliance fran-
co-ang'aise, la politique europdenne etait d'une
extreme simplicity. L'equilibre europeen 6tait
assure par la triple alliance d'un cote et 1'al-
liance Franco-Russe de l'autre ; daus la pre-
miere predominaient les vues de I'A!lemagne,
dans la second ce!es de la lRusie Par ce
fait, !a France, l'Autriche et I'ltalie deve:iaient
necessairement des puissances de second
plan.
; Qnant a Angleterre, se tenant splendide-







INTER PocuLA 47

ment A part avec sa formidable marine,, elle
obligeait les autres a computer avec seitntd-
rots. VoilA done qui est clair. Pas pour mes-
sieurs PBrinet et Jacinte, cepenidant. Pour
eux, c'6tait fa France qui conduisait l'Eurqpe
par la diplomatic de M. Hanotaux. Et tout
cela profere en creole, avec des gestes, des
onomatop6es, des lazzis d'6nergumencs- a la
joie indicible des commis. En voici un kchad-
tillcn....
SAprBs la guerre grico-turque oi les HellB-
nes furent ross& comme vous savez et sau-
ves par les puissances, les dits HllBnes ne
tardbrent pas A reprendre des airs de matamore
et les Turcs firent mine de recommencer les
hostilit6s, mais sur un signed de P6tersbourg,
ils durent rester tranquilles. D'aprBs M. Flo-
rian Perinet, c'dtait sur l'ordre de M. Hano-
taux, que le ministry des affaires 6trangeres
russe Mourawieff avait port la Turquie 4 ne
pas agir.
Ah mon chB vociftrait M. Florian P6ri-
net. ce p'tit Hanotaux-il est terrible. Sultan-
18 dit Grecs yo : Rangez corps ou, min moin,
m'ap fini nou ...Mourawieff r6t6 la-bas li dit
Sultan-Id : a Gadd non pas fait sotte avec main...
Ou vld rdld tranquille. Espgc, de polisson que
vous 6tes I > Sudan, compel, fourrd qu lii en bas
vente li et tip, lip lip, li couri rentrd lan coquille
li... Ou coue cd Mourawieff qui fait Ca pou
compte-li ?
Et les deux amis de crier ensemble en
chowur :






MASQUES ET VISAGES


a Cd Hanotaux v
i Et les commis de s, rouler come vous
le faites en ce moment, m s trbs chers. )
Henri Joineau nois laissait nous rouler,
vida un nouveau verra de vin blanc, puis at-
taqua une salade de pomme de terre que le
souci de ne pas pardre le fil de son recit I'a-
vait porter & ndgliger.
< Ce jour de a l'audienca Hanotaux-je
ma raopelle cela comme si c'6tait hi r, conti-
nua Henri Joinea i-tout a la fin, un bussman
survint et remit le billet suivant d M Jacin'e :
a Mon cher Dumon', il faut absolument que
a je vous voice. Si vous p-uviez paser A la
a maisou cet anot-miii au sortir de votre
a magasin vous feriez le plus grand plaisir a
cc votre
e'varn'e,
CELIA THAREAU
i Cdlia Thareau C: tait la veuve de cet in-
fernal Victor Thareau, maitre intrigant qui
joua un r6le pas i'rs clair mai3 lucratif au-
pres de trois gouvarnements : ceux de Domin-
gue, de Salomoa et l'llyppolite. Victor Tha-
reau mena lonremn; une existence princiere
voyagea souvent en E:'.;'ope et finalement mou-
rut pauvre, A ce q:.e ss amis pratendirent.
En toas cas, les jouirni.u, signalerent le fait
avec attendrissl- at : ( Ca fat un hoLmne de
bien, it mourut pauv,'R ....
Si apres cela, on n'estimait pas le a carac-
tere P de Victor Tliareau, c'est que d6cid-
mnnt on avait l'esprit final fait.







INTER PCCUIA


M. Jacinte lut et relut le billet de M\mo Tha-
reau, fronea le sourcil et A six heures au mo-
ment de monster dans son buss, il dit au co-
cher.
Alcimevous vous arreterez au Champ-
de-Mars, devant la maison du coin... la pro-
prioet Dutemple... IA..., vous savez...
La mai-on quhabite Madame Thareau,
dit Alcimb.
C'est ca...
II

Dans son petit salon elegant et sobre sis
au rez-le-chaussee de la villa du Champ-de-
Mars, Mine Thareau attendait M. Jacinte.
SC'6tait unefemme de pi s de quarante aus
mais ne les portant pas, A cause de sa cou-
leur brune et d'un 16ger embonpoint qui lui
seyait merveilleusement. Si j'avais A ma dis-
position la largue de Matheux ou de Sari~ne,
ja dirais que Mne Thareau, c'6tait un poeme
de chair exaspere de volupt6... Somptueuse
avec cela, elle n'avait pas fait Irois ou quatre
voyages de France pour rien- et, puis par des-
sus tout- de i'esprit. Elle connaissait bien
le c6te faible des homes : la vani!i. El!e
avait toujours un compliment aii vous tou-
chait A 1'endroit sen-ible quand elle avait un
intkrtt quelconque A vous .renidre dans ses
filets. Personne ne savait mieux 's.coudre quel
qu'un, comme on dit aujourd'hui, que la belle
Celia Thareau. Son grand a'irait c'6tait sa
vertu. L'honn tet, la purete et l'adresse de






MASQUBS ET VISAGES


Cdlia Thareau 6taient cities en examples par
tous les gens de bien- lesquels pullulent en
Haiti. ainsi qne personnel ne l'ignore.
< Quand M. Dumont Jacint'e se fut trouv6 en
face de Mme Thareau, dans l'6legEnt petit salon
de celle-ci, il s'inclina et s'assit dans le fauteuil
qu'une main fine et pleine de grace lui desi-
gnait.
a M. Dumont Jacinte, A l'instar de lous les
homes de negoce, 6tait m6fiant, c'est vous
dite qu'en p6n6trant dans le salon de Mm" Tha-
reau, il 6tait sur ses gardes.
La premiere pens6e qui venait A M. Jacin-
te sit6t que quelqu'nn lui adressait la parole,
c'est que ce quelqu'un-lA allait lui demander
de l'argent en emprunt et quatre-vingt dix
neuf fois sur cent, il avait devin6 just.
Lorsqu'il avait regu le billet de Mme Thareau,
voici les propres paroles qu'il s''ait dites A
lui-mmme : ( Elle veut faire un tirage sur moi .
En voila une qui perd son temps o
Mais M. Jacinte avait son systmme. Si vous
l'abordiez et avant meme que vous eus-
siez commence A parler, il avait soin de vous
arr6ter pour vous declarer que la situation 6tait
intenable, que la baisse des caf6s le ruinait et
que chaque jour il perdait des sommes hnor-
mes. Avec ce proc6de, il 6tait parvenu A d6-
gofiter les tapeurs les plus determines. Dans
ces conditions, il 6tait difficile de prendre M.
Jacinte par la vanii6. Aussi tous cs rnmpli-
mentsque lui fitMIe Thareau, gliss6rent sur lui
come des gouttes d'eau sur un impermeable.







INTER POCUIA


Mais Mme Thareau, habitude an succ6s, crut
avoirmis le commercant A point et elle l'infor-
ma pourqaoi il avait 6te pri6 de passer au
Champ-de- Mars.
Oui, moh cher Dumont, ma fille, votre
petite amie Eva, a termin6 son education en
France et je desire ]a faire rentrer dans lepays;
et je compete survotre bonne amiti6 pour m'ai-
der A realiser ce programme ddlicat, certes...
De quelle maniere puis-je vous aider? de-
manda M. Jacinte avec un pli au front, car
pour rna part, je ne vois pas comment ..
En me pretant douze cents dollars, dit
M- Thareau tranchant dans le vif.
Ma chbre dame rpliqua M. Jacinte, vous
me voyez tout mortified, mais je ne puis pas
vous priter cette somme,...modique je le
reconnais, mais je ne puis pas .. On se plait A
dire que j'ai de l'argent... rien de plus faux...
c'est-a-dire que j'ai en mains les intd6rts con-
siderables que des strangers ont bien voulu
me confier... mais je n'ai rien... je lutte... et
mes obligations sont immenses... et nous ne
faisons rien au Bord-de-mer...
a Mais Cdlia Thareau venait de longer ses
yeux dans ceux de M. Jacinte et de ses
beaux bras A moitid nus. elle affect un geste
qui les exposa a l'admiration de son interlo-
cuteur.
a M-e Thareau savait que l'haitien qu'on ne
prenait pas par la vanity succombait imman-
quablement au contact de la sensuality. En
Consequence, MIA Thareau s'6tait rapprochde







MASQUES ET VISAGES


de M. Jacint ; elle lui parlait tout bas main-
tenant, le p6netrant de son haleine, 1'efl!eu-
rant de sa chair fauve.
4 Et faiblernen: :. Jacinte murmua .
Jevous ies pr&terc.i contrehypothlque de
votre halle du liord-de-mer, si vous voulez.
<4 Oh non p.- d iypotheque... cette halle
c'est le pain de r-a lille... pretez-moi cet ar-
gent, et... vo-s vois rembourserez sur les
loyers.
SEt elie pleuru '. chore creature, elle
pleurait de vcaie. lrirLe. Et M. Jacintela con-
solait par de- parolo.-- is suite puis il ten-
ta de la conszo'er : .I bcaroles du tout. Mais M.
Jacinte n'avai. j: i -vergure de R inelus
Rorrotte. C(:ia T L.-.. : refuse dounc:ment-
ayant ;'air de se t:: 'o it toutefois E, M Du-
mont Jacinie. po:.' : emi.re fois de sa vie,
coda conitr. :ne ; i:sse vague Le lende-
main, il p-i i: I.. aipoorter lui-iT &ne les
douze Ct:; ts d 'obiint mnieni as-; un
recu, mnis l L..* 1:" 1 t'u 'ne chaude poignee
de main Ii I : ir mais rec:evoir autre
chose )
lienii Joi: a. isi parli ;',ut d'at-
tention que p-I-, e de cafr et pour le
cigare quli v. er
Di:e.s done, (.io .,ida Eugpna Ai.L:ndLiy, a-
t-elFe remiboursO w L L' ent a I)aml nt Jacinte,
au moins ?


I'li,, e dVeO C it ;. l; ., i







INTER POCULA


puisse river et la mime semaine, la halle
de Mule Thareau s'effondrait dans 1 incendie
qui d6truisit une parties du Bord-de-Mer et tout
le quarter St-Joseph y cowipris 1 Eglise de ce
nom. Alors lmew Thareau, sans faire de bruit
vendit a ur tres bon prix le terrain sur lequel
s'elevaient les quatre pins de murs de la d6-
funte halle don't M. Jacin e n'eut jamais la sa-
tisfaction, avant I'incendie, Oe toucher meme
un mois de loyer. Quand M. Jacinte apprit
cette vente, il devint vicf I et me delgua pres
de Alme Tnareau qui iepondit qu'elle avait
donned en pai 2ment d'ue tie'te que M Jacinte
ne peut meme pas prouver I autorisation ver-
bale de 'oucher les lovers d'une halle -- la-
quelle hale 6tant b d6le, i autorisation par ce
fait ne tenait plus debout.
Maise est une voleuse que votre M-e Tha-
reau s'ecria Maudry, en se levant.
Certainerent I ripo1ta Henri Joineau -
mais aupoint de vua ae la meanalitehaitienne
c'est une iich.ct.e femmc pulsqu'eile n'a point
ete la maitresse de Dumont Jacinte.
Ce qu'il fallait d.inor'trer, ajouta Moran-
ge en souriant finement.
Et pour coaclur reprit Henri Joineau,
j'ai le plaisir de vous a:.noncer le prochain
mariagede Mie Eva Thareau avec un jeune mil-
lionnaire de haute marque. : Max Gluten.

Ezoutez, s'6ciia Eugne Maudry, si la Pro-
vidence continue A prottger avec ce parti pris
les coquins je vous prddis que d'ici cinq







54 MASQUES ET VISAGES

ans, on ne rencontrera plus d'honnetes gens
dans ce pays.
Amen! se signa Morange. Garcon! ajouta-
t-il, apportez-nous sept rhum extra.
41










I A.VENIR
DE
M. C6risier Desportes


A Justin Pescay
I

M. Cerisier Desportes ayant achev6 d'ecrire
sa lettre, la signa, puis se cala dans son fau-
teuil avec un grand air de satisfaction. r Re-
lisons, dit-il. Et il relut :

N.. ( Haiti ), 16 Septembre 190...
a A Mme HENRIETTI MAURON,

Port-au-Prince.
4 Ma chere Henriette,

( Je suis en possession de votre lettre du 9
courant, son contenu a fait 1'objet de ma plus
scrupuleuse attention. Je regrette infiniment
d'avoir A vous rappeler ce que je vous ai
d6jA exprim6 en diverse circonstances : le
passe est le passe Sous pr6texte qu'il a exis-
t6 entire nous, il y a dix ans, des rapports
plus qu'in'imes, vous partez de la, pour vou-
loir imposer votre destinde A la mienne. Je






MASQUES ET VISAGES


me vois oblige de vous declarer une nouvelle
fois que vous perdez votre temps. Le pass
est le passe. Je dois maintenant penser A l'a-
venir. Er j'y pen:e !
SJ ai 6te ie pr mier >, dites-vqus. Je ne le
nie pas. Mais vous semblez oublier dans quel
milieu vous viv-.z e: avez vkcu. Je sais tout.
Je n'ignore rien de ce que vous avez fa't de-
puis que j'ai qaitu ;e Port-au-Prince. Inutile
done de c:o r(' qie je suis homme a me lais-
ser le:utr par vous. En consequence, ne
cherchiez pas a: m a'reter sur la route de l'ave-
nit. Enlim no :s, oat *st fini.
Jn cc laip mn rendret prochainement &
Port-a:i Pric? oi;t mn'appelle la haute conliance
de S. 1 ;e Prie,iienpt a'Haiti, je vous prie de
fire come s vous ne m'aviez jamais con-
ni. .e suis u,i haitien trop competent
pour p.a'ev inun existence a plaisanter. Di-
tes-le vous : Je suis un home s6rieut.
Recevez, mes sinceres salutations.
C. DESPORTES. )

Je crois que de ce c6te je puis mainte-
nant Ltre tranquille, murmura M. Cerisier Des-
portes en fermant l'enveloppe et en ecrivant
la suscription. Apres quoi, ii cria:
LUosthlne !
Un domestique part.
Portez ca A la poste, dit-il.
Le domestique prit la lettre et sortit
M. Desportes ne tarda pas A le suivre, car
c'dtait 1'heure de sa promenade quotidienne.






L'AVYNIR DE M. CtRISIER DESPORTES 57

Tout en merchant avec la satisfaction d'un
home qui vient d'accomplir un haut devoir,
M. Desportes songeait. II se voyait mari6, A
la capital, aveclune personnel non seulement
de condition mais encore bien argentde. c Je
n'ai pas tout A fait quarante ans, je suis cas6,
j'ai quelques gourdes, si avec CA je tombe
sur une personnel comme je viens de dire,
mon avenir est assure. Et riant tout seul,
en regardant les barques des pecheurs qui
entraient dans le port, il ajouta : o It n'y a pas
& dire, j'ai bien mend ma barque. ) Alors 'i-
mage de Henriette Mauron s'etant pr6sentee A
son esprit, il sourit : a Cette pauvre Henriette
elle m'a bien aimee Mais, sapristi, qu'elle
dtait maigre Jolie, cependant... Mais quelle
idde de vouloir se faire 6pouser Moi... allons
donc! Je ne me marierai qu'avec des gens
bien...
AprBs quoi, M. CUrisier Desportes eut d'au-
tres pensdes ; ii r6va du bonheur, du minis-
tere, de la France-puis, comme le soir tom-
bait, il regagna sa demeure, dina et vers les
huit heures et demie, monta se coucher.
Et la semaine suivante, flanqu6 de son do-
mestique LUosthBne, il partit pour la capital.

II

A Port-au-Prince, M. Cdrisier Desportes v6-
cut la vie la plus simple, la plus frugale, la
plus d6nuee de folies dans la petite villa qu'il
avait loude dans une des ruelles du Bois-Ver,






MASQUES ET VISAGES


na- s'occupant sans trop de zble de -la char-
ge qui lui avait ete confide et ne voyant que
peu de personnel. II ne vigitait de loin en
loin qu'un seul de ses amis, M. Pierre Dolan,
chef de division dans un d6partethent minis-
teriel, lequel une ou deux fois par semaine,
venait passer la soiree avec lui- c'est-A-dire
que pendant une bonne heure, les deux amis,
assis dans des dodines sur le balcon, pre-
naient le frais ensemble, en parlant de choses
6teintes et souvent en ne parlant pas du tout.
C'dtait la vie lamentablement triste des cdliba-
taires trop peu occupds et pas assez amis des
lettres.
Cependant les voisins de M. Cdrisier Des-
portes, aprbs une surveillance inquisitoriale
sur ce qui se passait chez lui, avaient fini par
s'arreter A cette idee que c'6tait un home
comme il faut et qu'il avait une situation.
Aussi toutes les vieilles filles du quarter for-
merent-elles des iddes matrimoniales irrdduc-
tibles sur M. Desportes. Dans certaines mai-
sons. on faisait des neuvaines, dans d'autres
des bougies illuminaient jour et nuit les ora-
toires : Hersulie se flattait que ce serait elle,
Ursule A des signs qui lui parurent 6vidents
croyait que ce serait aussi elle et Cl6men-
tine avait tout autant d'espoir que celle-ci et
celle-l-- les cartes lui ayant clairement an-
nonc6 qu'elle serait un jour Madame Cdrisier
Desportes.
Mais celle qui travaillaiti s6rieusement,c'dtait
Henriette Mauron. Pas laide, pas jolie, mais






L'AVENIR DE M CIRISIER DESPORTES 59

uue Ame de feu et une volont6 d'acier. Ayant
vecu dix anndes dans la fange, elle tenait M.
Desportes, son premier seducteur, comme
responsible :.de *toutes les humiliations, de
toutes les amertumes, de tous les contacts re-
butants qui avaient abreuvd son existence. Et
son id6e fixe 6tait d'etre r6habilitee par un
marriage authentique avec celui qui l'avait dd-
tournde du droit chemin. Mais M Desportes
ne 1'entendait pas de cette oreille et un soir,
comme Henriette Mauron s'6tait present6e
chez lui, il la chassa ignominieusement.
Allez-vous en s'ecriait-il comme un for-
cend, allez-vous en !
Et Pierre Dolan eut bien de la peine A em-
pecher M. Desportes de frapper cette femme
qui, A ce qu'il prdtendait, le pers6cutait.
Ce fut alors que Henriette Mauron change
de tactique.
A l'amour tenace qu'elle avait voude cet
homme 6goiste et injurieux, succeda un sen-
timent qui n'ktait peut-6tre pas de la haine,
mais qui y ressemblait singulieremeat.
Un matin, vers les dix heures, aprbs bien
des meditations et bien des luttes, elle se jeta
dans un buss et se fit conduire A Bizoton
chez Monsieur Emile Dormeuil et demand
Mademoiselle Prima Nassu. Celle-ci, une per-
sonne hommasse, avec un visage sinistre qu'-
on croirait p6tri avec des puces ecrasees, ne
fit pas trop attendre Henriette et la regut en
mattresse de maison. Elles s'embrass6rent,
cancankrent tout leur soil,, puis subitement,
Henriette s'6cria :






MASQUES ET VISAGES


Je viens chercher la chose.
Hem! fit Prima, tu te d6cidds A la fin...
Oui, cet homma est trop cruel..
Han fitPrima, qu'est-c 'que je te disais?
Ils sont tous des mechants, c'estpourquoi, il
faut les dompter.
Donne, donne vite, Prima, ca press
C'est que c'est tres grave.
Voyons, reprit Henriette, m'as tu promise
ton contours, out oa non ? Trouves-ta qu'il
soit just que cet homme me pi6tine comme
it fait?
Et elle embr'assait Prima, la cajolait, la flat-
tait doucement.
Tu as raison, dit Prima en se levant,
promesse cd dette. Attends-moi ici. En parlant
ainsi, elle gagna avec d-s gestes de mystere
la cour de la maison, en passant par la salle
a manger.
Henriette demeuree seule, regardait avec des
yeux de somnambule, le mobilier .616gant du
saloa de M. Dormeail-- sans rien voir. Sou-
dain e!le sarsauta. C'6tait Prima qui venait de
poser une main nerveuse sur son 6paule.
Eh bien?
Voila, dit Prima en montrant a Henriette
quelques brides de liane tortue. Tu vois ceci,
ce n'est qu'une racine, il y a sept fragments
dans ce paper. Tu mettras trois fragments
dans l'eau qu'il boira. Une tois qu'il aura bu,
tu n'as plus A te gOner avec lui, il fera tout
ce que tu voudras,






L'AVENIR DE M. CERISIER DESPORTES 61.

Ah Prima, merci, balbutia Henriette,
merci. Est-ce tout ?
Non, ce n'est pas tout, dit Prima d'une
voix grave. Avant d'employer la racine, tu te
tourneras vel's l'erdroit oh le soleil se couche
et tu r6epteras sept fois chacun de ces trois
mo's ANANKE 'BALINKE, SOLIKt Tache de
retenir ces trois mots.
Henriette fronca le sourcil comme pour s'in-
cruster les trois terms dans ses meninges.
C'est tout ? demanda-t-elle.
C'est tout, dit Prima sur un ton de gran-
de-prktresse.
Et cette racine, c'est...
C'est mon secret. Allons. Adieu!
Henriette tomba dans les bras de Prima et
1'embrassa avec effusion.
Merci, merci beaucoup I
Je t'avais promis... sois heureuse, mon
enfant, et a bient6t.
A bient6t !
III

Or, M. M. CUrisier Desportes avait 1'habitu-
de de ddjeuner A dix heures du matin, des-
cendait en ville A son bureau et ne remontait
chez lui qu'd cinq heures du soir ; alors il se
mettait A 1'aise, dinait ; puis de six heures
jusqu'au couvre-feu, il se berCait lentement
dans sa dodine A son balcony, uniquement
occup6 a songer a l'avenir en respirant l'odeur
des arbres et des plants que lui apportait la
brise.






MASQUES ET VISAGES


Dans l'apres-midi du jour of Henriette Mau-
ron avait recu de la redoutable Prima le don
que l'on sait, elle se rendit vers les quatre
heures.chez M. Desportes qu'elle savait per-
tinemment etre absent. Au garcoir LdosthBne.
qui vint ouvrir la porte, elle demand;
Cerisier n'est pas 14 ?
Pas encore rentre, dit Ldos'hne .
Ah c'est ennuyeux... Je l'attendrai alors.
Oh! non, manzr Hqnriette, m'chd va fdchd.
Tenez, Ldos hene, fit Henriette en mettant
dans la main du garcon un billet de deux
gourdes. Vous pouvez al'ez faire votre travail.
LdosthBne empocha les deux gourdes, se
gratta la tete et s'en alla dans la cour de la
maison tenir compagnie A la cuisiniere.
Leosthene ne s'"tait pas plut6t retire que
Henriette prit le chemin de 1 escalier, qu'elle
grimpa lestement, court au balcon et apres
avoir formula de braves incantations en se
tournant vers le couchant, elle introduisit le
don de Prima dans la cruche que Leos'hBne
montait toujours de bonne heure, afin que le
soir M. Cdrisier Desportes elt de l'eau repose
et bien fraiche pour se d6salt6rer. M. Despor-
tes ne faisait pas usage de la glace a cause de
sa tendance A l'embonpoint et puis aussi
par dconomie.
Henriette Mauron ayant accompli son des-
sein, regagna le salon en bas, puis appelant
LdosthBne, elle lui sigoifia qu'elle no pouvait
attendre d'avantage M. Desportes et qu'elle re-
vipndqRit d(an, ]a soiree.






L'AVBNIR DE M. CfRISIER DESPORTES 63

En effet, elle revint assez tard dans la soi-
ree. Ldos'hbne voulut 1'empecher de monter,
mais elle le toisa avec hauteur et passa. M. Des-
portes 6tait au Valcon, comme dcrase dans sa
dodine et p-wraissait en proie a un sommeil
de plomb. Elle l'appela:
C4risipr !
Hein ?... Ah c'est vous...
Oui, c'est moi. Tu es malade ?
11 rdpondit, la langue lo2rde, embarrassed :
Oui,.. non... je sens une brilure A l'esto-
mac... dans la tite des douleurs atroces... et
puis mes jambes... Oh mes jambes... On di-
rait qu'on y accroch6 des poids de cent livres.
Mais jane puis te laisser dans cet 6tat,
s'dcria Henriette avec sollicitude, je reste pour
te soigner !
Et lui, 1'homme do l'avenir. I homme impi-
toyable, injurieux et rude, de repondre com-
me un petit enfant, implorant presque :
Oh oui, restez.
Et elle rest.
Et il devint de plus en plus sa chose un
etre veule, sans vie, et sans comprehension.
Et elle 1'dpousa.
II traina encore quelque temps, puis mourut.
Et voilA.













Orphise


A Probus Blot
II y avait un monde fou, ce soir-la, an Cer-
cle de Port-au-Prince. Assis dans un angle du
hall, je regardais avec tristesse, les contor-
sions des travestis au son d'une musique vul-
gaire, mais singulibrement entrainante par les
soubresauts d'un tambour forcene et les fiori-
tures d'un saxophone dpileptique. Les yeux
des femmes et des jeunes filles caract6ris6s
par 1'absence de rvve, m'intdressaient parti-
culimrement. Soudain quelqu'un me touch
1'6paule, et en meme temps une voix pronon-
ca a mon oreille :
Toi, au bal, quel miracle i
Je me retournai et reconnus mon excel-
lent ami Maximilien Delangle don't la passion
pour la danse semble augmenter avec les an-
ndes.
Qu'est-ce que tu viens chercher ici ? me
dit-il intrigue, en s'asseyant pres de moi.
Mais, rien... un caprice.
Et comment trouves-tu ces traveslis ?
Un peu denu6s de fantaisie.







MASQUES ET VISAGES


N'est-ce pas ? Sans computer que ca fait
le troisieme bal de la saison que les propri6-
taires de ces deguisements ls rev6tent. Com-
me a de6j vu s, c'est excessif
Ce qui est plus grave, c'est l'acharne-
ment que ces dames mettent a se d6biner les
unes les autres.
As-tu remarqu6 les regards de haine que
la plupart 6changent entr'elles ?
Oui .. Des regards aigus et froids d'ani-
mal carnassier...
A ce moment, un jeune homme deguisd en
matelot, qui venait de danger avec une de-
moiselle d6guis6e en on ne sait quoi, me ser-
ra la main, en passant, tout en distribuant
des sourires a droite et a gauche. It parai,-
sait tibs au goft de ces dames.
Tu connais done cet individu ? fit Maxi-
milien Delangle.
Mais oui. C'est le petit S6gur Vacarel, un
garcon inoffensif...
Maximilien 6clata d'un rire ironique.
Lui Inotfensif mais c'est un monstre..
un criminal II aurait dA 6tre pendu, s'il y
avait une justice en ce pays !
Allons done !
Mon ami se leva et dit:
Viens prendre un verre de champagne
avec moi et fumer une cigarette dans le salon
en face .. at je te raconterai ce qu'il a fait, ton
Sgdt d1 o> lrt' ITenl it )
Nolls g;' ra~ r s l. piirb' d. sortie du hall,
pre6 de layuelle quelqutb jeunes gens conver-







ORPHISE


saient et la voixde Sdgur Vacarel domi-
nait celle des autres.
Oui, glapissait-il, le petit chual rouge de
P6pe est suppdrieur au petit chual gris de
Loulou- mais le petit chual noir de Qede a
plus de qualitds que les deux ensemble.
Cale commodement au fond d'un fauteull,
ma cigarette allumee, j'esp6rais le bon plaisir
de Delangle.
Quand tu voudras, tu sais ?
J'attends le gargon avec le champagne,
dit Delangle.
Avec l'aide de Dieu, il finira par nous
arriver, fis je, commence toujours.
Voici, dit Delangle. Le jeune Sdgur Va-
carel don't tu viens d'admirer I'aisance et les
succ6s aupres de ces demoiselles, est ce
qu'on appelle un enfant gate. Mal eleven, em-
porte, violent, ce petit jeune homme fait trem-
bler tout le monde chez lui et il a fortement
contribud A pousser le pere Vacarel dans la
tombe. Que les parents supportent les mille
douleurs que leurs infligent des enfants don't
ils n'ont pas su corriger le natural mauvais,
il n'y a la rien qui puisse nous attendrir dd-
mesur6ment, mais que des innocents en de-
viennent les victims, cela est grave. Et vrai-
ment il est temps qu'on comprenne qu'il n'y
a pas que les naifs conspirateurs a surveiller ..
Le champagne I cria un garcon.
Posez ga sur la table, dis-je au gargon,
et laissez-nous. Tu disais, Maximilien ?
-Attends, fit mon ami.






MASQUES ET VISAGES


II servit le champagne avec componction
et nous vidames avec lenteur une coupe.
Apres quoi, Maximilien reprit son r6cit.
A Mme Vacarel qui ignore letpremier ca-
ractere de 1'6ducation, de braves gens de la
champagne confibrent en quality de servante
une fillette pour etre 6lev6e. Elle s'appelait Or-
phise. Je la vois encore. C 6tait une fruste pe-
tite griflonne de quinze A seize ans, ronde
comme une boule et sotte comme une true.
Avec sa petite robe de gingas, toujonrs la m6-
me, semblait-il, ses pieds tannes et une odeur
de bouquin qui s'exhalait de tout son etre,
elle n'avait aucun attrait pour des homes de
notre age et de notre d6veloppement qui de-
mandent avant tout A la femme des sensations
raffindes et non du plaisir brut. Mais, en re-
vanche, les creatures de cette espece plaisent
particulibrement aux gens du commun et aux
adolescents. En consequence, Segur Vacarel
ne se fit pas faute de s'6prendre d'Orphise qui
lui rdsista cependant. II la poursuivit de ses
assiduit6s, de ses caresses, de sEs cadeaux,
il y ajouta meme les menaces, certain jour.
Bref, il fit tant et ti bien qu'a la fin l'enfant
des mornes succomba. L'Mtonnant, c'est quelle
eflt tant tard6 A ceder car elle n'avait rien
pour la garantir, ni sentiments re!igieux, ni
sens de l'houneur, ni crainte du scandal. Cette
basse liaison sous le toit maternal dura quel-
ques mois -ans qua M"," Vi.,ca-;! ru: li n re-
mrrqun Cependr t I s t:ait; D'O ubis s''i-
rai'tu et son ven re s'artondissa.!t Alos seule-







ORPHISE


ment Mme Vacarel s'alarma. Elle interrogea Or-
phise en presence de S6gur; pour toute re-
ponse, la pauvre creature versa d'abondantes
larmes. Ce jour-l', quand Mm* Vacarel remon-
ta dans sa dhambre, Segur prit A part sa mat-
tresse, et, lui serrant les poignets, il lui cria
dans les yeux.
Je vous defends, entendez-vous, je vous
defends de dire que c'est pour moi... Si vous
parlez, je vous tuerai!
Dominde, vaincue, la malheureuse ne put
que pleurer. Quelque temps se passa encore,
et Orphise, A toutes les questions que lui po-
sait Mme Vacarel, continuait A se taire. Cepen-
dant la grossesse avancait.
Un jour, comme S6gur Vacarel venait de
rentrer et s'etait mis A table, Mme Vacarel lui
adressa.d'amers reproches.
Comment mon fits, tu as pu commettre
une action aussi noire, sans respect pour moi,
sans 6gard pour tes soeurs...
Qui vous a dit cela ?
Orphise elle-meme.
A ces mo!s une expression de ferocity mar-
qua les traits du jeune home. II se leva et
sorti; de la sall, A manger, A la recherche
d'Orphise. II la rencontra dans une-hambre
de la cour. II ne lui dit pas une parole, mais
brutalement il I'empoigna et apres une court
et sourde lutte, la renversa centre le plancher,
puis se degageant, il se dressa debout Alors
un appel dechirant suivi de rales, de sanglots
et d'atroces raclements emplit la chambre...






MASQUES ET VISAGES


Segur Vacarel camp droit sur le venture d'Or-
phise, pietinait ce venture, 1'6crasait sous les
talons de ses bottes avec une rage sauvage -
comme si ce venture 6tait reAponsable des md-
faits de ce miserable.. Quand Mm eVacarel arri-
va au secours de la victim, il 6tait trop tard..
Orphise ne tarda pas a expirer dans les hor-
reurs d'un avortement sanglant.
Et on a pu tenir secret un tel crime ?
-Oui. Dans le quarter, Ca n'a pas fait de
bruit,,, Aux parents d'Orphise, Mme Vacarel a
d6bite je ne sais quel boniment,,, Je suis au
courant de cet assassinate parce qu'a la minute
tragique, Mmn Vacarel qui est noire voisine,
avait appel6 ma mere A qui daus sa premiere
emotion, elle a tout raconte.
C'est affreux des choses comme cela.
-- Certes I En attendant, MIa Vacarel, in-
consciente et veule, continue a admirer son
S6gur qu'elle trouve a dr6le, < original, .
Samusant. *
Quelle piti6 !
Cette exclamation pouss6e, je me rendis
dans Is salle de billard oi je reclamai man
chapeau et mon pardessus.
Comment tu t'en vas ? a'6cria Delangle
en me voyant revenir equip6 pour le depart.
Mais oui.. Cet orchestra m'agace,,, et
puis l'histoire que tu viens de reconstituer a
depose un tel degotit de notre humanity dans
mon coeur quej'6prouve le besoin d'etre seul
et de marcher au grand air. Bonsoir.
J'avais & peine commence A descendre les






ORPHISE 71

marches du perron du Cercle qu'une voix ai-
gui don't I'odieux me pursuit encore, rdper-
cuta a mon oreille.
Je prdfere le*petit chual noir de D6dW au
petit chual Iris de Loulou et au petit chual
rouge de P6pe...












SLe Sentier



A Charles Vorbe
Le navire venait de prendre mouillage A une
vingtaine de m6tres du Fort Ilet, quand arriva
A bord un pauvre diable misdrablement vetu,
trainant des savates uses et ( coiff6 jus-
qu'aux sourcils d'un vieux feutre fande of ne
pendait pas a un plumeau constern6. P C'6tait
le pilot. A la vue de cet etre singulier qui s'6-
tait mis A se promener avec emphase sur la
passerelle en donnant des conseils comme si
le bateau etait en march et avait A redouter
des dcueils, M"c Flavigny pensa mourir de
rire. Et notre compatriote Fr6dBric Didier
qui etait aussi A bord, de retour d'une court
mission A I'dtranger, ne put s'empecher d'etre
un peu honteux du grotesque de la scene
qui venait de s'offrir sans fagon aux yeux de
Mme Flavigny, la femme distinguee du distin-
gu6 diplomat accr6dite depuis dix-huit mois
pros du Gouvernement d'Haiti.
Mme Flavigny 6tait une femme de trente ans,
fine, capricieuse, et d'une 6l6gance achevde.
Son d6sir le plus vif 6tait de plaire- seule-
ment elle choisissait qui elle voulait plaire.






MASQUES ET VISAGES


Une fois son choix fait, le reste de l'humani-
t0 n'existait plus pour elle. En posant le pied
& board, des la premiere demi-heure elle avait
6prouv6 une invincible symFathie pour notre
compatriote Frederic Didier. Et durant toute
la traversee, elle lui avait marqu6 une faveur
constant, mais Frederic croyant qu'elle
voulait se moquer de lui, s'6tait tenu sur
une reserve britannique.
Frederic Didier, etait grand, bien d6couple
et possedait la physionomie la plus sympa-
thique qu'on pfit rever. Mais soit qu'il man-
quat de l'usage du monde ; soit qu'il edt recu
dans l'adolescence quelqu'une de ces d6cep-
tions qui laissent toute la vie leur empreinte
sur un etre human, il 6tait d'une susceptibi-
lit6 qui touchait A la b6tise. Et au lieu de
chercher a se corriger de ce d6faut, il se com-
plaisait, au contraire, i l'entretenir en soi, le
d6corant'litterairement du nom de sensibility.
II en 6tait devenu 6troit.
Aussi se tenait-il sur ses gardes centre les
avances de Mime Flavigny II s'6tait figure que
parce qu'il avait des cheveux crepus, une
femme blanche occupant un rang eleven, ne
pouvait pas l'aimer pour lui-meme. Cepen-
dant. il plaisait a M"e Fiavigny et elle le lui
disait. Au moment, oit ii commenDait A soup-
Conner qu'elle pouvait bien 6tre sincere,
Port-au-Prince leur apparut sous son voile de
gaze mauve. Et une heure apres, le pilot
6tait monte A bord. A travers les fusees de ri-
re frais que ce fantoche avait fait monter de






LE SENTIER


la poitrine de Mme Flavigny, Freddric Didier
crut sentir quelque chose A son adresse. Et il
s'etait une dernikre fois replied sur lui-m6me.
Maintenant c'dfait le brouhaha connu sur le
point ; va-et-vient, bagages qu'on transport,
les ourieux qui arrivent et les amis et parents
qui accourent A la rencontre des passagers
attendus. Voici M. Flavigny flanque d'un em-
ploye de la 16gation. II est raide comme une
pique, M. Flavigny, portant mal ses cinquante
ans ; quinteux, goutteux, gateux, il est parfai-
tement desagr6able, cet eminent diplomat. II
embrasse sa femme cerdmonieusement, pas-
se ses ordres, et ne tarde pas A 1'emmener.
Mais prbs de 1'escalier un home au teint
chaud explique quelque chose A une especede
general. Mie Flavigny s'arrete et fait les pr6-
sentations.
a Monsieur Freddric Didier. Mon mari.-
Trbs honored, monsieur le Ministre.- Charmb,
monsieur. > Et le couple s'engage dans l'es-
calier conduisant aux canots. Mais un person-
nage qui ressemblait au pilot commeun frere
surgit et s'ecria que jnsqu'a nouvel ordre,
personnel ne pouvait descendre.
Laissez passer minice-ld avec madam-li,
Bructa le g6ndral, de la plate forme. Puis, il
ajouta en jetant un regard furieux sur le
point:
Madam minice-la avec envoy gouver-
ment seuls c3pab dicendre.
Frederic ne se le fit pas rdepter et gagna
rapidement son cannot oA l'avaient prdecd6
ses bagages.






MASQUES ET VISAGES


Les autres 'passagers durent rester encore
a bord plus de trois heures de temps, ainsi
qu'il convient, quand on arFive dans un pays
libre.
**

A Port-au-Prince, Mme Flavigny s'ennuya
ferme, malgr6 que des amies lui tombassent
come des nues. Entre un mari maniaque et
une ville terne, son unique distraction fut les
potins foujours les m6mes- que ces dames
debitent consciencieusement A chaque femme
de ministry qui arrive dans notre bonne ca-
pitale. Mime Flavigny se lassa vite de ces can.
cans rancis, mais ce qui la ravit, ce furent
les friandises qu'elle recevait journellement de
ces amies devoudes don't elle confondait les
noms, mais qui, elles, l'appelaient Clotilde,
gros comme la 16gation. Mme Flavigny n'6tait
pas seulement une friande de desserts. elle
goitait aussi supr6mement le miel de la flatte-
rie- don't on ne la privait pas du tout. Et
bient6t on n'entendait parler & Port-au-Prince
que de la gentillesse de Clotilde. Quelque
chose en rejaillissait meme sur M. Flavigny.
Sa grossierett fut qualified franchise et ses ma-
ladies qui le porlaient & 6tre sedentaire, gout
du home.
Cependant, de temps en temps, Clotilde s'in-
formait de Fr4deric Didier; les meres qui
avaient des files A marier r6pondaient que
c'6tait un garron tres bien,- les jeunes fem-
mes en parlaient avec d6dain et les homes







LE SENTIER


avec malveillance. Le petit Maurice Beau-
champ ( de la Banque) 6tait estomaque que
Mme Flavigny condescendit A s'inquidter d'un
Otre pareil c Mais que lui reprochez-vous ?-
Mon Dieu rfen... Eh bien, alors ?- C'est
comme ca.
Ainsi raisonnait le petit Maurice Beauchamp
( de la Banque ), qui dinait deux fois par se-
maine A la 16gation.

Pendant ce temps, Fr6ddric Didier qui avait
repris ses functions judiciaires, continuait A
aller au tribunal tous les deux jours sans se
douter qu'il faisait les frais de conversation
d'un milieu diplomatique. Un beau jour, Mnic
Flavigny qui d6ciddment s'ennuyait un peu
trop, lui fit dire quelle attendait sa visit. Fre-
ddric part d'abord dispose a s'ex6cuter, puis
il reflechit, pesa le pour et le centre et fina-
lement conclut par un de ces q d quoi bon! i
haitiens qui sont sans r6plique.
Comme Mme Flavigny n'6tait pas une mon-
tagne et Frederic Didier non plus, un matin
ils se rencontrbrent. Frederic etait a pied et
Mme Flavigny dans son buss, sur tout son chic.
Elle I'appela :
Dites donc, vous .. vous etes aimable,
vous savez...
II s'excusa, present ses hommages et pro-
mit tout ce qu'elle voulut.
Vous comprenez, ajouta-t-elle, nous don-
nons, monma i et moi, un diner A la ligation.
et je tiens, moi, A ce que vous soyez la. Pour






MASQUES ET VISAGES


vous inviter, faut-il que vous nous ayez fait
au moins une visit !
Ah bon.
A bientot, n'est-ce pas
A bient6t.
Et ils se quitterent come des gens qui s'd-
taient parfaitement entendus.
Mais le buss de M-' Flavigny n'avait pas
encore contourn6 la rue, que voici la pensde
qui se formula dans le cerveau de Freddric
Didier :
t Elle doit croire que je mange mal chez
moi, elle veut m'inviter pour m'eblouir et se
payer ma tete. Je n irai pas. *
Pauvre Clotide Pouvait-elle se douter que
celui a qui elio avait 6lev6 un autel dans son
coeur, ftit un si sot personnage ?

*

Une annoe se passaet Me* Fiavigny u'ayant
plus revu Frederic Didier, cessa de penser A
lui Et ce fut le petit Maurice Beauchamp ( de
la Banque ) qui en prcfita, bien qu'elle n'eut
aucun gout pour ce parisien. Elle se moquait
de lui, ne lui accordait aucune favrur, mais
il lui 6tait devenu indispensable. Maurice
Beauchamp savaii la fair rire. Les 6tres vi-
des out leur function ici bas
Mme Flavigny avait Ihabi'ude de fire des
promenades a cheval aux environs de Port-au-
Prince, accompagnde d'un garcon de la 16ga-
tion, nomm6 On6siphore. Souvent Maurice
Bo, hi-nmp metta!t de la parties. Cela ne







LE SENTIER


deplaisait point A Mme Flavigny qui trouvait en
lui un interlocuteur loquace. Une apres-midi
comme Onesiphcje avait Wt6 envoy en ville
par M. Flavigny et qu'il tardait trop A revenir,
Mnle Flavigny sortit seule avec Maurice Beau-
cham p.
Les Port-au-Princiens ignorent les beaut6s
de la champagne port-au-princienne, mais les
strangers connaissent admirablement les bons.
endroits. Tout en longeant un chernin pierreux
et herbageux entire la montagne et Turgeau,
Maurice Beauchamp racontait A M"e Flavigny,
avec feu, combien il I adorait, et elle s'en
6gayait comme il convient, quand tout A coup,
au d6bouch6 d'une pente, ils se trouverent
dans une espece de cirque verdoyante don't les
immense rochers sombres tapiss6s de fleurs
bleues et veins de lines, offraient A l'neil le
plus attrayant spectacle.
C'est joli ici, au moins, dit Mme Flavigny.
Et comme el'e 6prouvaitje besoin de se dd-
fendre un peu, elle empoigna la criniere de son
cheval et sauta A terre. Maurice Beauchamp
1'imita.
Mme Flavigny, sans s'occuper de lui, et tout
en tapotant nerveusement de sa fine cr.,vache
sa jupe rattachie de facon qu'elle fit libre de
ses pieds, avait gagn6 un sentier et s'6tait mi-
se A faire un bouquet de ces petites flours
blues que les europdennes aiment tant et.
qu'elles appellent fleurs de reve.
Maurice Beauchamp I'avait suivie dans le
sentier, Lt en la suivant se gnrsait de la de-






MASQUES ET VISAGES


march & la fois ferme et voluptueuse de cette
blonde qui n'avait jamais enfantd.
Quand il l'eut rejointe, il s'pffrit a l'aider A
confectionner le bouquet. Elle accept. Leurs
mains se rencontrbrent...
Le soleil avait. disparu depuis longtemps. II
faisait tilde, et, au milieu de cette solitude,
dans l'atmosphbre moite impregoae de l'odeur
des chevaux 6cumants et des plants vigou-
reuses, se distillait comme une exacerbante
animalit6
Pourquoi me regardez-vous comme ra ?
dit soudain Mr~ Flavigny au jPune home.
Pour foute rdponse, Maurice Beauchamp
1'attira A lui et 1'6treiguit avec force. Sans op-
po.er l'ombre d'une r6sistince, elle s'aban-
donna...



Une demi-heure aptcs, dans un crdpuscule
empoussi&re, on pouvait voir un cavalier et
une amazone qui descendaient lentement la
route de Turgeau.
C'est inutile, disait I'amazone d'une voix
indign6e, il ne faut plus chercher A me revoir.
Vous m'6tes odieux.
Clotilde chere Cotilde !
Est-ceque vous devonez fou de m'appeler
ainsi par mon nom ?
Pardonnez-moi !
JTi- F1 Iilleurs c'est bete ce que nous






LE SENTIER 81

venons de faire. Je ne vous aime pas. Ce n'est
pas vous que j'aime.
Qui alors ?
(a me regardS. Tachez setlement de trou-
ver un prdtette pour ne plus me revoir, sans
quoi je vous ferai chasser.
-Mais pourquoi me congDdier? En some,
vous avez bien voulu...
Elle dclata d'un rire strident:
C'est pas moi qui ai voulu, mon cher,
c'est. c'est le sentier.













Le Cas de Mine Gerbeau



A FMlix Magloire
I
La representation cindmatographique avait
t6 annoncee pour sept heures et demiedu soir
au Mus~e du Seminaire ;- quand j'y arrival A
l'heure dite. la salle 6tait comble et ddjA ma-
nifestait de l'impatience. J'allai me poster pres
d'une porte lat6rale de gauche et je m'assis
bien r6signe A ne rien voir- puisque les gens
qui 6taient devant moi avaient la courtoisie
de se tenir debout sur leurs sieges, 'bien con-
vaincus que l'Mducation, laquelle consist a
se goner un peu pour les autres, est une
chose absolument absurd. Et je songeais
philosophiquement combien cette conception
est identique A cell des sauvsges qui man-
gent un proche parent avec devotion parce
que la faim 6tant une gine, it imported
qu'on se satisfasse en contentant son
envie de se mettre quelque chose sous la dent.
1'en 6tais la de mes reflexions, quand sur la
toile commencerent les perip6ties des gestes
aux applaudissements 6mus du bon public







MASQUES ET VISAGES


port-au-princien qui croit que c'est arrived. La-
dessus, un remuement de chaises tout pres
de moi, me porta A turner la tete, et je recon-
nus Mn Emile Gerbeau.
Bonsoir, Monsieur, s'dcria-t-elle d'une
voix qui dtait une musique.
Bonsoir, Madame, r6pliquai-je, vous allez
bien, depuis deux cents ans que je n'ai eu le
plaisir de vous rencontrer ?
Trys bien, fit-elle, en riant de ma plai-
santerie d6bitee sur un ton grave. Je serrai la
main que Mme Gerbeau me tendait et aussi
celle de son maria qui etait sur le pas de la
porte flanqu6 d'un petit gargon habill6 tres
gentiment A la mode de Paris. II fallut sept
bones minutes au group pour se placer
convenablement; le petit garcon fut juche sur
une chaise ayant pres de lui son papa. MWe
Gerbeau se trouvait derriere celui-ci. Tout
dtait done pour le mieux. Et la representation
continuait et le public trepignait d'aise a la
vue d'un monsieur qui sur la toile poursui-
vait sans succes une baigneuse.
Mais vous ne devez rien voir, dit Mm'
Gerbeau, en se retournant de mon cotd.
Si, tout de mime...
C'dtait une tres jolie temme que Mle Ger-
beau et il y avait bien cinq ou bix ans que je
ne l'avais seulement aperue ; A Port-au-
Prince on rest ainsi de longues annees sans
aucun rapport avoc dps gens que l'on a con-
nus pouttant itinfit-ment ault(-ois. Et qrand
on se retrouve, c'e-t comm. si I'on s'etait
quittes la veille.






LE CAS DE Mme GERBEAU


Mme Gerbeau 6tait une fausse maigre aux
attaches fines et aux yeux trop brillants.
Ce soir-IA, elle 6tait merveilleusement ha-
billee : toilette en broderie anglaise creme et
large chapeau npir bordea d'une plume blan-
cie magistrate. Malheureusement, elle avait
cra devoir ne point se ganter afin qu'on
put admirer sans doute les innombrables ba-
gues qui ornaient ses doigts.
Dans de tres belles photographies de Mme
Geibeau, en costume de ville, que je vis
l'ann6e derniere, chez des amies, j'avais re-
marque ce meme mauvais goft.
C'est A la femme A donner du prix aux ob-
jets quels qu'ils soient, et non les objets A la
femme. Parmi les photographies susdites, il y
a une of Mme Gerbeau est repr6sentee en pro-
meneuse se protegeant contre le soleil de son
ornbrelle ouverie et... elle est dans un salon.
Qu'est-ce A dire ? Est-ce que Mme Gerbeau ne
serait pas plus capable de r6flexion qu'un oi-
seau ? Et le photograph, vaut-il mieux qu'elle
come cerveau ? Mais laissons ces problems
dont la solution ne nous avancerait A rien et
retournons au Musbe du Seminaire.

II

Les lenteurs qui marqbirent les intervalles
0sparant un tableau d'un autre, une anicro-
clie survenant dans la machine electrique, ren
dirent la representation plus longue que de
raison et l'enfant du couple Gerbeau finit par






MASQUES ET VISAGES


s'endormir. M. Gerbeau se ddcida a le porter
jusque dans sa voiture et se fit conduire chez
lui. Pendant ce temps, une parties des specta-
teurs males criait, pestait 1t mime jappait.
.En se retirant avec l'enfant, M. Gerbeau
qui avait et6 plac6 devant nous, laissa A dd-
couvert un monsieur qui se donnait un mal
infini pour qua sa famille ne souffrit de rien.
Soudain Mme Gerbeau se mit a trembler de
tous ses membres, et elle s'ecria, en cla-
quant des dents :
Cet home qui est devant nous... par oh
est-il pass ?.. Comment se trouve-t il A cette
place ?
Mais, rdpliquai-je, il est la depuis le dB-
but de la soiree, ce me semnble.
A ce moment, 1'inconnu se retourna. C'6-
tait un home a physionomie d6plaisanfe. II
avait la face terreuse, la barbe en broussaille
et les yeux pales avec des regards en dedans.
Vous connaissez cet home ? me deman-
da A voix basse ma jolie voisine en me saisis-
sant nerveusement le bras.
C'est-a-dire que je le rencontre quelque
fois au Bord-de-mer
Mais l'homme s'6tait pench6 vers nous et
demand doucement :
Je ne vous empeche pas de voir ?
Pas du tout, fis-je.
Mais Mme Gerbeau s'dtait jetee en arrisre.
Elle 6tait livide.
Avez-vous vu ses yeux ? me dit-elle, la
voix altdrde.






LE CAS DE Mme GERBEAU


Oui, des yeux 6tranges... c'est tout blanc.
N'est-ce pas ? C'est bien ce regard horri-
ble qu'il a assnde sur moi l'autre nuit... Oh I
sortons, je vous en'prie, sortons, sans quoi
je vais tomber aans connaissance.
J'offris le bras A Mme Gerbeau et nous ga-
gnames la galerie du Musde oi je la fis asseoir
pres de la balustrade. Elle respirait avec effort.
Je lui passai une poche de pastilles de menthe,
et elle en suca une ou deux avec empresse-
ment. Ca la soulagea un peu.
Oh cet homme... cet homme... rdpeta-
elle en frissonnant
L'int6ert que je vous porte, lui dis-
je, m'oblige A vous demander les raisons pour
lesquelles un regard de ce pauvre gargon a
pu vous trouble ainsi ?
Les prunelles de Mme Gerbeau prirent un
caractere de fixit6 qui m'effraya A mon tour.
Voyons, parlez,je vous en supplies. Et elle
parla comme mecaniquement, avec une
voix blanche qui semblait la voix d'une autre
personnel.
Cet home, dit-elle haletante, cethomme
habite une petite maison basse, dans nne
cour' pres de ma villa, depuis bient6t trois
mois... 11 meneune existence singulibre...quel-
quefois, une, deux semaines se passeut sans
qu'on ne le voie,puis tout d'un coup il repa-
rait... Alors le matin, quand il descend en
ville, il s'arrete devant ma barriere pour me
,aluer tandis que je suis occup6e a soigner
mes fleurs.,. J'ai beau lui turner le dos, ce-







MASQUES ET VISAGES


pendant je sens son regard derriere moi a la
minute precise ou il s'arrete... et A ce moment-
la.. c'est plus fort que mqj... il faut que je
me retourne poursubir son salut... et je passe
mes journdes A penser A ce van~pire et A son
ceil terrible... Eh bien... Eh bien... avant-hier
soir... Oh c'est affreux... Avant hier soir...
Vers les onze heures... mon mari n'etait pas
rentre encore,,, II 6tait chez Saintilus pour
son affaire... J etais couchee, mais je ne dor-
mais pas, quand tout A coup, par la fen6tre
ouverte,une tote semontra,,, puis cethomme
sauta dans la chambre... j'ftais comme an6an-
tie dans le lit,... et I'hommel avec son 6tran-
ge regard s'avanCait vers moi, disant entire ses
dents ; a Ah I je vous tiens... vous allez 6tre
A moi, je le veux En entendant cet infer-
nal propos, je r6unis to tes mes forces qui
etaient en train de m'abandonner etje poussai
un cri qui a df etre 6pouvantable, car le mi-
serable en fut terrifid... La bonne accourut,
mon mari qui venait de rentrer se pr6cipita...
mais l'homme avait disparu...
L'6chelle !.. m'icriai-je, l'6chelle !.. il n'a
pas pu avoir:le temps d'enlever l'dchelle...
Mon mari court A la fen6tre, et ne vit pas
l'6chelle. Est-ce que cet home serait un dd-
mon ?
II n'y a pas de d6mon, r6pliquai-je.
Alors, reprit Mm Gerbeau, je racontai a
mon mari l'effroyable scene qui venait de se
passer, mais il a souri et m'a dit que j'avais
reve tout ca par peur de I'autre. it craignait
d'aller & sa poursuite.







LE CAS DE Mme GERBEAU


Je reflechis un instant, puis je m'adressai
en ces terms a Mme Gerbeau :
Vous dites que non seulement vous avez
vu cet homnle p6netrer dans votre chambre A
I'aide d'une 6chelle appliquee'contre la fenetre,
mais encore qu'il vous a parld ?
Oui, et d'une voix tres rude.
It m'a semble cependant, a l'entendre
tout A l'heure. qu'il a l'intonation plut6t terne.
Oh! il a deux voix
Ah !
Et je ne dis plus rien, perdu dans les refle-
xions peu communes of les confidences de
M"e Gerbeau m'avaient jet6. Sur ces entrefaites
arriva M. Gerbeau.
Comment! Marie, s'ecria-t-il, c'est l4 le
cas que fu fais de la representation !
Je suis souffrante, Emile, tris souffrante,
repliqua-t-elle. Je desire rentrer.
Partons; alors.
Et Mme Gerbeau me tendant la main ; dit :
Vous avez 6t6 bien aimable pour moi,
Monsieur, et je vous en remercie infiniment.
Je serais tres heureuse,,si de temps en temps,
le dimanche, vous veniez passer un moment
avec nous.
M. Gerbeau intervint:
Oui, dit-il, le dimanche, des intimes se
reunissent A la maison, on fait de la musique,
on cause un peu et surtout on joue... Vous
etes beteur, sans doute?
Pas le moins du monde.
Bridgeur, eh I...






MASQUER ET VISAGES


Non plus.
Ah !.. Vous nous regarderez jouer alors.
Mais oui... i un de ces dimanches done.

III

Les Gerbeau parts, j'avisai Alexis Montet,
l'agent de change, qui se promenait furieux
dans la galerie du musee, en fumant une
cigarette.
Qu'est-ce quevousavez ? luidemandai-je.
Je suis indigne, exclama-t-il, je suis in-
dign6 des crs sauvages et desl plaisanteries
insipides que vociferent ces jeunes gens dans
la salle. Je trouve ga ignoble !
C'est entendu, fis-je, mais comme nous
ne sommes pas responsables des mceurs de
nos compatriotes, je vous prierai de voAit cal-
mer un peu et de me donner un petit ren-
seignement car sans contredit, vous etes
avec Maximilien Delangle, l'homme le mieux
inform des Antilles.
Montet sourit et r6pliqua:
Toujours A votre service, cher ami.
Je l'attirai pres de la por:e oh se trouvait
l'inconnu de M-e Gerbhau et le d6signant a
Montet, je lui demandai qui il 6eait .
C'est un courtier en marchandises, me
dit Montet. un travailleur hors ligne... il s'ap-
pelle TiIhon Urbain .. voyage sur des embar-
cations A la c6te... achete des marchandises
passes en contrebande dans les endroits fa-
vorises et vient les revendre a bon compete A






LE CAS DE Mme GERBEAU


Port-au-Prince ... gagne de l'argent, comme
vous le voyaz la... est proprietaire de trois ou
quatre maisons gagndes dans des affaires a rd-
merd,,, It est mrari et pere de deux enfants
qui sent lesyeux desa tite et qui d'ailleurs lui
font honneur par les succes qu'ils remportent
dans les examens scolaires. Ils sont A 1'6cole,
la demoiselle chez les Sceurs de Lalue et le
garcon an Seminaire. C'est un excellent pere
de famille que Tithon Urbain et un tabs brave
homme.
Ah diable cclatai-je, mais c'est que
vous me voyez completement d6sorientd.
Madame Gerbeau vient, au contraire, de me
raconter...
Montet ne me laissa pas continue, il haussa
les 6paules.
Oh fit-il, Mime Gerbeau a l'esprit malade,
c'est une n6vros6e, elle croit toujours qu'on
veut la violer
J'6tais stupdfait.
Mais prkcisement..- c'est de quoi elle ac-
cuse Titl on Urbain.
Qu'e t-ce que je vous disais ? exclama
Montet.
Et m'eatrainant pros de la balustrade a la
meme place ou dix minutes auparavant nous
6tionsassis Mm" Gerbeau et moi, Alexis Montet
parla ainsi :
Vou- connaissez le Docteur Remo, n'est-
ce pas ? C'est un bel exemplaire d'haltien et
un etre incapable d'une vilenie. Eh bien I il y
a six mois de cela, Mme Gerbeau ayant rompu
avec Dantec, fit appeler Remo pour que celui-






MASQUES ET VISAGES


ci lui enlfve une boule qu'elle pretend avoir
continuellement dans l'estomac. Et au moment
of Remo s'appretait A l'ausculter, elle a bon-
di jusqu'a la port et s'est mise A pousser des
cris de paon, accusant Remo d'aroir voulu
attenter A sapudeur. Q'a Wt6 toute une affaire !
Et vous savez, rien n'est plus difficile que de
se d6fendre d'une accusation de ce genre. Re-
mo a eu un r6el chagrin de cela. Aussi, je
vous conseille de prendre vos precautions avec
elle, c'est-A-dire ne lui parlez que devant te-
moin, le plus de t6moins possible sans
quoi vous vous trouverez dans les pires d6sa-
gr6emnts.
Tous mee remerciments, cher ami, Je
saurai 6viter cette delicieuse cr6ature... Mais
dites done, qu'est-ce que c'est que ce cas?
Montet se gratta le mention, puis emit ceci :
C'est un cas d'hystdrie. ni plus ni moins.
Vous devez connaitre la disposition au men-
songe des hysteriques, et comment lorsqu'on
leur suggere une idee, cette derniere leur de-
vient une obsession et peut Wtre l'origine
d'actes incroyables. Or, pour moi, M-e Gerbeau
est sousle coup de cette infirmit mentale,avec
cetle modification qu'elle se suggere a elle-
mime certaines iddes. Quelqu'uu occupy son
esprit, elle s'imagine des choses impossible,
et finalement croit que c'est arrive, C'est ainsi
qu'elle a pu se convaincre que ce pauvre Ti-
thon Uibain est un satyre.
Et Alexis Montet me serra la main et
tout en s'6loignant, ajouta, en se retournant.
C'est de l'auto-suggestion.












La Lueur


A Louis Pescay

Andrd Huguenin, quatre fois par jour, en al-
lant et enrevenantdu magasinde M. Dormeuil
oh it dtait comptable, passait par la rue des
Fronts-Forts- cela dans l'unique dessein
d'apercevoir M"u Elise Sorbier, laquelle 6tait
toujours occup6e A faire quelque chose dans
la boutique de sa mere. Mile Sorbier jolie et
s6rieuse, travaillait tout le temps A la confec-
tion de petites robes et de capotes roco-
co pour bdbds que les femmes de la campa-
gne lui achetaient comme du pain.
Mme Sorbier trouvait que sa fille se tuait A
la Iache sans n6cessitd et elle commengait A
se demander pourquoi Elise nagubre si gaie,
si insouciante, si folle meme, etait devenue
si appliquee, si grave, si profond6ment triste.
Elle se le demandait et ne trouvait rien A se
repondre- quand la jeune fille se reprit son-
daid A vivre un peu, A s'interesser de nou-
veau au monde extdrieur. Quelle en 6tait la
raison ?
Depuis quelque temps, Andrb Huguenin, tres
souvent,s'arr6tait devant laporte de Me Sorbier
pour donner a un bout d'audience et pe-






MASQUES ET VISAGES


tit A petit ,il avait fini par devenir une habi-
tude pour Elise A qui, chaque jour, sous [une
forme nouvelle, il faisait des pr6venances ex-
quises.
Andr6 Huguenin etait doux, 616'ant, poli et
pas mauvaise langue. Quand Mme Sorbier se
faisait I'cho de quelque vilain bruit, le jeune
home ne manquait jamais de reduire le
< ON DIT V A son minimum et ajoutait chaque
fois : a Soyons indulgents et il -:tait sin-
cere, les affaires d'autrui ne le touchaient en
rien. Elise prit le nihilisme d'Andr6 Huguenin
pour de la bont6, et elle 1'en aima des es-
prits malicieux pretendirent qu'elle s'6prit de
lui parce qu'il 6tait joli garcon. Mais Elise
affirmait que c'6tait A cause de sa bante.
MAc Elise Sorbier n'avait pas assez de pene-
tration pour deviner la quality de I indulgence
d'Andre Huguenin.
L'indulgenge n'a de prix qu'a l'Ngard de ce
don't on souffre, et tel n'etait pas le cas de
notre h6ros qui pardonnait volontiers aux au-
autres le mal qu'ils faisaient non a lui mais A
eux-memes. II est mime 6tonnant qu'il n'y ait
pas plus de gens indulgents que Ca.
*

Andre Huguenin avait un ami, Brennus Du-
pre et c'est ce!ui-ci qui 6tait bon-- car ii
avait beaucoup soutlert dans la vie, ayant
connu les trahisons de l'amour et de l'amiti6
qu'il transform en philosophies sereine, sans
qu'il se fift jamais plaint. Andre Huguenin et







LA LUEUR 95

Brennus Dupr6 avaient Wte dlevds ensemble,
et devenushommes leur amitid s'dtait resserrde
encore, bien qn'ils se fussent jets chacun
dans une branch diff6rente : Andre 6tait dans
le commerce et Brenus chef de division. :I1
parait que pour bien s'entendre, en amitie,
rien de tel que d'avoir des gouts difflrents.
Andr6 aimait ses comptes, la champagne, les
chiens, les chevaux ; Brennus detestait les
chffres, ex6crait la champagne, avait horreur
des animaux, et n'6prouvait de passion que
pour la lecture. II lisait tout ce qui lui tom-
bait sous ]a main et jamais il ne rendit un
Itvre qu'on lui avait prete. C'6tait sa seule fai-
blesse.
Un jour, Andre dit A Brennus:
Ami, je suis pris.
Tu as le paludisme ?
Non, je suis amoureux.
Enfant !
Et je me suis d6clard. C'est la petite
Sorbier.
Elise!
Oui.
Tres gentille... je la connais. Jolie, affa-
ble, laborieuse et delicieusement melancoli-
que. Mes compliments.
Tu approuves done mon choix.
Sans restriction. Seulement, il ne faut
pas que l'amour vienne entraver notre vieille
amiti6.
Au:conlraire, il va la solidifier bien da-
vantage. Pour etre ht ureux, un honnete hom-






MASQUES ET VISAGES


me doit avoir une bonne femme, un bon ami
un bon cheval, un bon chien et de bons ci-
gares.
Tu es charmant.. et Pourquoi as-tu ete
aussi cachottier avec moi ? Comment ce n'est
qu'aujourd'hui...
Mais je ne savais pas sa pens6e... Elle
doutait de ma sincerity, je ne sais pas pour-
quoi. Ce n'est que quand j'ai parl6 A sa
mere...
Et A quand les fianeailles officielles ?
Dimanche.
AprBs demain Mais je n'ai que just le
temps de commander un bouquet. Sortons.
$

Les fiancailles eurent lieu, ce fut tres gai
et Andr6 Huguenin debordait de felicite. De-
sormais chaque fois qu'il ouvrait la bouche,
c'6tait pour parler d'Elise. It ne se passait
pas de jour qu'il ne lui decouvrit de nouvelles
qualities. Et c'6tait Brennus Dupr6 le d6posi-
taire des enthousiasmes quotidiens de l'amou-
reux. Comme tout ici bas, l'amiti6 & ses cor-
vees.
De fait, Mile Sorbier avait tout ce qu'il fal-
lait pour ravir 1'ame d'un homme un peu de-
licat. Elle poss6dait ce genre de beauty sans
eclat que seuls les connaisseurs savent appre-
cier. Avec cela, 6legante, simple. ,pas embal-
16e, s6rieuse, sense, Andr6 Huguenin qui
avait toujours rev6 d'une femme pour lui-im6-






LA LUEUR


me et non pour les autres, ne revenait pas de
sa chance
Qu'en dis-tu, Brennus ? n'est-ce pas que
j'ai eu la main heireuse ?
Et Brennus de repeter flegmatiquement.
Il y a une chose que tu ne sembles pas
avoir remarqu6 c'est que ta fiancee a des
cheveux en abondance- appendice qui de-
vient de plus en plus rare sur le crAne de nos
contemporaines.
Alors Andr6 de flanquer des tapes formi-
dables sur r1'paule de son ami :
Tu as raison, mon vieux, tu as raison I
hurlait-il de contentement hilare.
Et c'6tait journellement ainsi. Le bonheur
rend pueril. Les homes le savent et n'y
peuvent rien.
*
Trois mois s'6taient 6coules depuis les fian-
Qailles ; les commander de meubles et de lin-
gerie A l'6tranger 6taient lancees, tout mar-
chait A souhait. quand un matin, Brennus Du
pr6 vit entrer dans sa chambre Andr6i Hugue-
nin, la face livide et les yeux 6tein's.
Qu'as-tu, mon vieux ?
Andr6 Huguenin se laissa choir sur un c6td
du lit de son ami, et pour toute r6ponse, se
mit A pleurer d6sesp6r6ment.
Brennus qui, assis pr6s d'une fen6tre, dd-
lectait une cigarette- celle, divine, qu'on fu-
me apres le caf-- Brennus, tres emu, se leva,
jeta sa cigarette et s'approcha d'Andr6 a qui
it prodigua de ces paroles que nous savons






MASQUES ET VISAGES


trouver au fond de notre coeur pour remonter
ceux que nous aimons quand its souffrent.
Au bout d'un instant, Andre se calma un
peu et put parler :
C'est fini, dit-il, c'est fini,< mon pauvre
Brennus... ma vie est brisde .. Elise m'a trom-
pe.
a Elise t'a trompd i ? Tu es malade!
Faut-il que je t'apprenne ce qu'est ia lianc6e?
Eh bien...
Ecoute, reprit Andre, Elise a eu hier soir
une conversation avec moi...c'est d'elle que je
tiens ce que je vaiste dire. Elle n'est pas pure.
Elise exclama Brennus effar6.
Ah ce que j'ai souffert, je ne me suis
pas couches cette nuit ... Et cependant, Dieu
sait si je voudrais dormir-dormir iongtemps
toujours, ne plus jamais me reveiller.
Mon pauvre vieux !... Mais comment ce-
la est-il arrive ?
Tu connais les Gess6 ?
Oui, des gens durs commn le sont g6-
ndralement les paivenus.
Eh bien, Elise 6tait allee passed une se-
maine avec cette famille & Peticnville, il y
a deux ans, et le fils Gesse, Oscar, qui lui fai-
sait la cour et pailait marriage, une nuit, a
abuse d'elle.
Brennus exprima un geste de colrre et son
Ame genereuse eut come une flambIe,
Mais~ sacri aoi: d un nu;iw, que Lc ec.t ctte
manie d.-: m; erc d'evoyer luI;ui ti les chez
les autres !






LA LUEUR


Et comme se parlant A lui-m6me, d'une voix
sourde, il ajouta :
C'est si fragile, une jeune fille... Ga se
trouble si facilement au premier contact- ce
n'est pas comihe une femme
AndrB s'dtait levd :
Tu as 1'air d'excuser Elise, dit-il
Mais certainement, rdpliqua Brennus
avec une simplicity antique
C'est toi qui es malade, mon cher. En
ce qui me concerre, j'ai fini avec elle, je
romps. Elle m'a trompd !
Mais c'6tait au tour de Breunus de se re-
dresser :
Elle t'a trompd C'est ainsi que tu qua-
lities sa loyaut6, sa grande Ame Est-ce que,
par hasard, tu n'aurais plus le sens du just ?
Alors tu abandonnerais, comme une loque,
cette enfant qui t'aime, sur I'inique chemin de
la vie, parce qu'elle aura eu foi en toi, parce
qu'elle se sera imagine que tu es un home
de coeur... Et parce qu'elle aura te6 victim
d'un miserable, tu feras son malheur et le
tien ? Tu ne comprends done pas que si elle
est ce qu'elle est, c'est-A dire un chef-d'oeu-
vre de bontd, de charme et d'abnegation, c'est
que l'acte qui aurait d6grad4 une Ame moins
forte que la sienne, a reveille la conscience
chez elle. Et tu ne t'inclines pas devant une
tell douleur et tu ne songes pas A effacer par
la plus infinie des tendresses tout ce que ce
pauvre ceur qui t'adore a souffert ? Tu ne







MASQUES ET VISAGES


vois done pas combien tu serais grand A ses
yeux dmerveill6s ?
Tais-toi, Brennus, s'cria Andre 6bran-
16, tais-toi.. tu ne sais pas ce (u'est un amour
profane.
Je ne sais pas... C'est parce que je con-
nais la vie, c'est parce que la douleur et les
deceptions ont broyd mon cceur que je me suis
fait philosophy. II est vrai que j'aurais pu de-
venir un mechant et un.envieux come tant
d'autres. Mais l'honnete'e, vois-tu...
Tu ne m'as jamais parl6 de ces ddcep-
tions dit Andir sombrement, pourquoi ?
A quoi bon? On ne doit pas dire des
cho-es tristes a ses amis parce qu'il n'est pas
en leur pouvoir de reparer nos maux.
Cependant, moi, je t'ai toujours tout dit,
fit Andre avec emotion.
Oh toi, tu es mon petit frere.. Ecoute,
Andre, reponds a la question que 3e vais te
poser, mais la, tranchement. Sens-tu que tu
aimes toujours Elise ? Sens-lu que ta vie serait
brisde si elle ne devient ta femme ?
Andre baissa la tate et repondit:
Oui, je le sens.
Eh bien, oublie ce qu'elle t'a racont6 et
6pouse-la. Elle est digoe de ton cuour.
Et 1'honneur balbutia Andre.
Je te dirai, avec un honn6te acad6mi-
cien, qut, tu places hoI e'uie'r ida'!. un ondroit
ou il n'a qiie ftir:e.
Et ce gaiton que je reconticial ..






LA LUEUR 101

Quand tu le rencontreras, tu ne le verras
pas. Est-ce qu'on voit un... Oscar Gesse?
Vaincu, AndrB Huguenin, la ttee legre-
ment penchde sur Son 6paule droite, m6ditait,
puis il dit : *
Je crois que tu as raison, Brennus, tout
le creve-cceur que j'6prouvais, venait de l'a-
mour-propre et d'un prejug6 stupid, comme
tous les prejuges. Je ne ferai pas mon mal-
heur ni celui d'Elise pour obdir A une entity.
Et tu sais, dit Brennus en souriant,
qu'une entity, ce n'est rien. Crois-en un phi-
losophe.
Ah tu me soulages. Au revoir.
Que vas-tu faire ?
Dormir.
Excellente idWe. Seulement, avant, kcris
un pe it mot affectueux A Elise, car elle doit
bien souffrir de son c6td.
Tu as raison. Ah Brennus, tu metite-
rais d'Otre connu de Plutarque.
Oh fit Brennus melancoliquement, je
n'ai rien d'un hdros. Je ne suis qu'un homme
sens6- c'est plus rare.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs