• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Front Matter
 Preface
 Premiere partie: les antilles
 Deuxieme partie: L'ile D'hati
 Troisieme partie: Republique...
 Quatrieme partie: Geographie...
 Cinquieme partie: Geographie...
 Table of Contents














Group Title: Grande geographie de l'ile d'Haiti
Title: Grande géographie de l'île d'Haïti
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00073987/00001
 Material Information
Title: Grande géographie de l'île d'Haïti
Physical Description: xviii, 384 p. : ; 19 cm.
Language: French
Creator: Gentil, Robert, 1868?-1894
Chauvet, Henri, 1863-1928
Publisher: Impr. Goupy
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1896
 Subjects
Subject: Description and travel -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Robert Gentil... & Henri Chauvet ...
 Record Information
Bibliographic ID: UF00073987
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000601536
oclc - 22449018
notis - ADD0549

Table of Contents
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Front Matter
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Preface
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
    Premiere partie: les antilles
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Deuxieme partie: L'ile D'hati
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
    Troisieme partie: Republique D'Haiti
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
    Quatrieme partie: Geographie economique
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
    Cinquieme partie: Geographie administrative
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
    Table of Contents
        Page 383
        Page 384
Full Text
9 ..~


GRANDE GEOG6RAPHIE


L'ILE D'HAITI













Droits de reproduction et:de traduetion reservds.



Tout exemplaire non revdtu de notre griffe sera
rdputd contrefait :








GRANDE GEOGRAPHIE


DE


L'ILE D'HAITI


PAR


ROBERT GENTIL &
Lauriat du grand Concours
de Geographie j
a la Sorbonne de Paris.


HENRI CHAUVET
Ancien Professeur d'Histoire
et de Giographie
an Lyc6e national de Port-an Prince.


Onvrage approved par le D6partement de l'Instruction Publique
,at autorias dans les Etabliasements seolaires de la IRpublique.








PARIS
IMPRIMERIE GOUPY, G. MAURIN, SUCCESSEUR
71, RUE DE RENNES, 71

1896







LIBERTt AGALITE FRATERNITY]

REPUBLIQUE D'HAITI


1ECTION Port-au-Prince, le 20 f6vrier 1895
DE LA an 92* de l'Ind6pendance.
4ORRBSPONDANCB GkiNiRALE
N* 801



Le Secrdtaire d'Etat au DNpartement de
l'Instruction publique.

A Monsieur Henri Chauvet.
Port-au-Prince.

Monsieur,
Je suis heureux de vous annoncer que le
Ddpartement, conform6ment au rapport de la
Commission charge par lui d'examiner votre
ouvrage sur la Gdographie d'Haiti, approve
Admission de cet ouvrage dans les Ecoles de
la Rdpublique, sous la reserve que vous
y opdriez les modifications jugdes indispen-
sables par la Commission.
Le Ddpartement ne saurait manquer, en






VI APPROBATION.

donnant un souvenir de regret A votre estimable
collaborateur, M. Robert Gentil, de vous fdliciter
l'un et I'autre d'avoir coopdrd d'une fagon aussi
distingude A l'aouvre don't il pursuit la rdali-
sation et qui a pour principal objet d'unifier et
de nationaliser tous nos livres d'enseignement.
Recevez, Monsieur, l'assurance de ma par-
faite consideration,

LABIDOU.














Extrait du Rapport de la Commission charge d'exa-
miner la nouvelle Gdographie d'Haiti prdsentde
A l'approbation de la Secrdtairerie d'Etat de l'Ins-
truction publique par MM. Robert Gentil et Henri
Chauvet.
(Bulletin official du D6partement de 1'Instruction publique,
n*O 8, 9 et 11.)

a ... En r6sum6, 'couvre, ainsi que nous l'avons dit
o au commencement de ce rapport, est le fruit d'un tra-
a vail patient, opiniftre, pers6v6rant et nous devous
a tenir compete aux auteurs des nobles sentiments qui
a les ont anim6s et des louables intentions qui les ont
a guides pour se rendre utiles 5a leurs concitoyens.
a Cette oeuvre peut 6tre adoptee par le D6partement
a de l'lnstruction publique avec les modifications que
e nous avons signaldes, car elle est de nature A faire le
o plus de bien possible au Pays : la modestie et le
o mdrite incontestables des auteurs n'auront qu'% en
a b6ndficier.
A cette m6thode simple, cette phraaqologie distin-
a guee, d6pouill6e de toute routine, la Geographie de
o MM. Robert Gentil et Henri Chauvet est un livre de
o lecture agr6able qui contribuera assur6ment A
a r6pandre le goft et la connaissance de cette science
o int6ressante.
a C'est en connaissant son pays que la jeunesse de nos
S6coles apprendraal'aimer.C'est enayant une idWe intime






VII RAPPORT.

" de ce qui constitute v6ritablement le territoire haitien
" que nos enfants apprdcieront toute la richesse de
" notre sol, toute sa beauty, toute son importance. Cette
e nouvelle Gdographie enseigne tout cela. Elle eat une
a ouvre de progris, d'utilit6 publique . .
....... ................... ... ...
a Nous ne terminerons pas ce rapport sans exprimer
a ici tout le regret que nous cause la mort inattendue
de l'un des auteurs d'un ouvrage si remarquable. En
effet, M. Robert Gentil n'a pas eu le bonheur de voir
accepter la Gdographie A laquelle il a apport6 sa savante
a collaboration. Une recompense est due a sa mdmoire
4 car il a dt6 ravi trop t6t a notre admiration (1).
Humble et modest, M. Robert Gentil avait a la fois
un esprit cultiv6 et un coeur de chevalier.
a Le pays fondait avec raison beaucoup d'esperance
sur ce brilliant &crivain, ce jeune diplb6m du grand
a Concours general de France (section gdographique).
a Puisse la nouvelle Geographie perp6tuer au milieu
a de nous et dans 1'esprit de la Nation son cher et
a agrdable souvenir! 1

TH. MARTIN, J. COURTOIS,
Inspecteur de la circonscription Directeurdel'Ecole polymatique,
scolaire de Port-au-Prince. jugeau tribunal decassation.
0. GANTHIER,
Chef de bureau a la Chambre des repr6sentants,
ancien prolesseur au Lyede national de Port-au-Prince.


(1) Robert Gentil est mort le 13 novembre 1894, a l'age de
26 ans I









PREFACE




Bien que l'6tude de la g6ographie des cinq
parties du monde ait toujours Wte en honneur
dans nos 6coles, on peut dire que l'enseigne-
ment de la g6ographie d'Haiti y a longtemps
4t6 neglig6. Les causes de cette anomalie sont
multiples; mais la principal consiste dans le
manque d'ouvrages traitant de cette matiere
d'une fagon pratique. La plupart des livres
qu'on a 6crits sur ce sujet pechent, en effet,
par deux points: ils sont ou bien trop volumi-
neux et par suite inaccessibles aux jeunes
intelligence, ou bien trop siccincts et alors ce
sont de simples r6sum6s, rides, sans aucun
attrait : ce sont de seches nomenclatures de
noms.
A la v6rit6, il s'est produit dans la second
moiti6 de ce sikcle une sorte d'6volution : plu-





PREFACE.


sieurs geographes haitiens se sont efforc6s de
combler la lacune qui existait et ils ont produit
nombre d'ouvrages destin6s aux kcoles. Si l'on
ne consid6rait que le cadre dans lequel ils sont
rests, on pourrait croire que leurs ouvrages
sont 6minemment propres h introduire dans
les 6tablissements scolaires du pays le goit
des 6tudes geographiques; mais lorsqu'on
examine le plan et la m6thode qu'ils ont em-
ployes, on est malheureusement oblig6 de
constater que chacun d'eux n'a fait que
reproduire plus ou moins 1'ceuvre de son
devancier : ils se sont contents de suivre le
m6me proc6d6, avec toutes les erreurs qu'il
peut faire commettre. Ces auteurs, meme les
plus recents, semblent n'avoir pas voulu tenir
compete des immense progres qu'a faits la
science de la classification; ils. se sont con-
form6s a l'ancienne routine qui n'envisage la
g6ographie que comme une liste de noms plus
ou moins bizarre. Si nous ouvrons l'un de
ces traits, le premier point qui nous frappe
c'est que la geographie physique y tient une





PREFACE.


place bien restreinte, et, ce qui est encore plus
regrettable, c'est que la description rudimen-
taire qu'on en fait est absolument defectueuse :
l'auteur prend tous les caps d'Haiti et il les.
6numere les uns apr&s les autres sans tenir
compete de leur position, puis il agit de mrme
pour les babies, les fleuves, les lacs, les mon-
tagnes, etc. D'un autre cot6, une part d6risoire
est faite a la geographie 6conomique et admi-
nistrative. Enfin, si nous voulons nous arreter
aux erreurs capitals qu'ont commises tous ces
auteurs, il faut signaler une habitude irration-
nelle qu'ils ont prise : c'est celle deconsid6rer
au point de vue physique Pile d'Haiti comme
partag6e en deux parties. compl6tement dis-
tinctes; ils ne se sont pas rendu compete que
l' ile formant un tout geographique, ils devaient,
en la decrivant a ce point de vue physique,
faireabstraction des divisions politiques qu'elle
peut renfermer : par ce moyen ils auraient pu
presenter d'une fagon plus nette et plus com-
pr6hensible le systeme des montagnes et celui
des course d'eau d'Haiti.





PREFACE.


Particulibrement en France, depuisla guerre
de 1870, la nouvelle m6thode qu'on a adopted
pour l'enseignement de la g.ographie a 6cart6
les erreurs de l'ancienne routine : une part I
beaucoup plus large a Wth faite A la g6ographie
physique, A la g6ographie 6conomique et A
administration; on a, autant que possible,
laiss6 de c6t6ce syst6me d'6num6rations qui ne
dit rien h l'esprit et qui surmene inutilement la
m6moire; cette nouvelle m6thode, plus ration-
nelle, a eu pour r6sultat de d6brouiller le
chaos dans lequel les anciens geographes
s'6garaient comme A plaisir : elle a fait de la
geographie une science exacte, math6matique,
tout en la rendant plus facile a 6tudier.
Nous qui avons eu l'avantage de suivre en
France, durant de longues ann6es, les course
,de professeurs distingues et qui, dans les con-
-cours g6neraux de la Sorbonne, avons pu
reconnaitre l'excellence de la m6thode qu'ils
.emploient; nous qui, malgr6 notre age, comp-
tons plusieurs annees passes dans l'ensei-
gnement de la geographie au lyc6e de Port-au.






PREFACE.


Prince, nous n'avons pas h6sit6 h entreprendre
l'6tude de la geographie d'Haiti en nous fon-
dant surles nouveaux proc6d6s, et A faire tous
nos efforts pour rendre cette 6tude attrayante,
pleine d'int6r6t, et non pas seulement une
aride nomenclature de noms.
L'ouvrage, que nous livrons aujourd'hui
apres plusieurs ann6es d'un labeur incessant,
est destiny particulirement aux 6coles; mais
toutefois nous avons voulu que tout le monde
indistinctement pfit tirer de cette lecture un
certain profit; le plan que nous avons adopt&
nous a permis, du moins nous nous en
flattons,- de satisfaire A cette double exi-
gence. Dans notre Petite G6ographie d'Haiti
nous avons r6sum6 les choses indispen-
sables, celles que l'edlve doit pour ainsi
dire apprendre par cceur; pour plus de clart6,
nous avons divis6 le livre en 36 lemons don't
chacune pr6sente un tout bien d6fini; la
Grande Geographie content les d6veloppe-
ments correspondents, qui permettront aux
professeurs de s'6tendre sur les parties les





PREFACE.


plus importantes et que les eleves pourront
aussi consulter avec fruit, toutes les fois qu'ils
voudront sortir du cadre exigu des r6sumes.
Parmi ces 36 legons continues dans le livre,
il y en a quelques-unes que les professeurs des
-classes infdrieures peuvent et meme doivent
.laisser de c6td, telles que par example celles
.qui sont relatives a la gdologie, a la gdo.
:graphie dconomique et a administration;
plus tard, apres que les 61ves auront par-
couru dans les premieres ann6es la g6ogra-
phie physique et politique de l'ile, ils pour-
ront se lancer d'un pas plus stir dans l'6tude
d intelligence du texte, nous avons eu soin de
diff6rancier les caracteres des noms geogra-
phiques afin de mieux attirer l'attention et
graver dans l'esprit leur plus ou moins grande
importance.
L'ouvrage d6bute par quelques notions g6-
n6rales sur les Antilles; les trois lemons qui y
sont consacr6es ont pour but de montrer
quelle est la situation et quelle est l'impor-


XIV.






PREFACE.


tance d'Haiti parmi les terres de l'Archipel.
Puis nous prenons la gdographie physique de
Vile d'Haiti tout entire; au lieu d'6nu-
m6rer les caps, puis les baies, puis les ports,
nous faisons en quelque sorte la circum-
navigation complete de l'ile, en signalant,
A la place respective qu'ils occupent, les points
principaux du littoral : par ce moyen, il est
certain que 1'l66ve, en s'aidant de la carte,
pourra retenir avec plus de facility et de fruit
les noms des caps, des baies et des ports du
pays et avoir ainsi une id6e exacte de leur po-
sition g6ographique.
Ensuite, apres quelques notions geologiques
qui expliquent les diverse phases par les-
quelles a pass notre pays avant sa formation
definitive, nous arrivons A l'orographie. La,
surtout, le travail devenait ardu : les monta-
gnes haitiennes forment a premiere vue un en-
chev6trement si confus que l'eleve, n'ayant au-
curie m6thode pour se guider, se trouve d6cou-
rag6 en consultant la carte. NManmoins, apres
avoir 6tudi6 avec soih les grandes lignes du





PREFACE.


.systeme orographique de l'ile, nous avons
essays de surmonter cette difficult : partant de
la chaine du Cibao que nous appelons le Massif
Central, nous suivons et nous decrivons jus-
qu'au bout les diff6rentes ramifications qui s'en
6cartent et qui se dirigent dans tous les sens.
D'apres la m6me m6thode, nous 6tudions
P'hydrographie : 6tant donn6 que 1'ile d'Haiti
est domine A son milieu par un Massif central,
nous nous attachons A cette idWe qu'elle est
symitriquement partagde en quatre grands
bassins inclinds dans la direction des quatre
points cardinaux (Yaqui-du-Nord, Yaqui-du-
Sud, Yuna, Artibonite) : tous ces fleuves sor-
tent du Massif central.
La transition qui 6tait tout indiqu6e pour
passer de la g6ographie physique A la geo-
graphie politique est celle que nous avons
adopt6e : c'est la description des frontieres des
deux R6publiques haitienne et dominicaine;
Ayant ainsi d6termin6 les limits des deux
Itats, nous arrivons a la description de cha-
cun d'eux aux points de vue politique, dcono-






PREFACE.


mique et administratif, en nous 6tendant plus
sp6cialement sur la R6publique d'Haiti.
On peut ainsi voir quels sont les avantages
imm6diats que procure une m6thode aussi
simple; l'l66ve ne se trouve plus en face d'un
labyrinthe compliqu6, il n'est plus embarrass
par une abondance de matieres parmi les-
quelles son discernement ne lui permettrait pas
de choisir les plus importantes : il voit chaque
chose a sa place propre et, si nous pouvons
nous exprimer ainsi, il se trouve devant une
s6rie de compartments qui ren ferment chacun
une matiere d6termin6e etqu'il n'a qu'a ouvrir
pour avoir les renseignements qu'il desire.
Pour composer notre ouvrage, nous nous
sommes servi de notes prises sur lieux durant
nos diverse p6r6grinations dans la R6pu-
blique d'Haiti, et de renseignements que nous
devons a l'obligeance de plusieurs personnel
que leur position social, leur caractere et
leurs ouvrages mettaient a meme de nous 6tre
utiles : nous en remercions particulierement
MM. S. Rouzier et G. Tippenhauer. Mais nous


XVII





PREFACE.


avons avant tout consult les divers traits de
geographie qui se sont publi6s en Haiti, notam-
ment ceux de MM. de Saint-R1my, de B. Ar-
douin, de E. Madiou, de Dant6s Fortunat, etc.
Nous n'avons certes point la pretention
d'avoir fait une oeuvre parfaite .: confec-
tionner detoutespieces, presque sans module,
une g6ographie d'une ile aussi peu connue
qu'Haiti, c'est l1 un travail si d6licat que,
malgr6 tous les soins que nous y avons mis,
nous ne pouvons avoir la vanity de croire que
nous en avons surmont6 toutes les difficulties;
nous serons, au contraire, reconnaissant des
renseignements et des observations que l'on ,
voudra bien nous adresser pour le perfection-
nement de notre ouvrage. Notre ambition, -
celle qui preoccupait notre regrett6 collabora.
teur, est de laisser une oeuvre utile A nos.
jeunes concitoyens et a notre pays.

Henri CHAUVET.
1895.


XVIII








GRANDE GEOGRAPHIE

DE L'ILE D'HAITI




PREMIERE PARTIES

LES ANTILLES

PREMIERE LEQON
Notions g6n6rales.

Lorsque Christophe Colomb, parti A la recherche
d'une nouvelle route vers l'Asie, d6barqua A l'ile
Guanahani, il crut qu'il avait enfin resolu son
problme, c'est-A-dire qu'il avait atteint les Indes
par l'Occident; mais c'est I'Amerique qu'il decou-
vrait ainsi. Les Antilles sont done les premieres
terres du Nouveau-Continent oA les Europ6ens
aient abord6. Bien que les Normands passent pour
avoir visit ce continent avant Colomb, en pous-
sant leurs incursions depuis le Groenland j usqu'au
Vineland (aujourd'hui Maryland [Etats-Unis]), on






2 GRANDE GEOGRAPHIE
peut dire que c'est de la d6couverte des Antilles
que date veritablement celle de l'Amerique.
Ce fut le 12 octobre 1492 que Christophe Colomb,
apres avoir surmont6 tous les obstacles et triomph6
de 1'insubordination de ses equipages, touch A
1'ile Gvanahani, qu'il nomma San-Salvador; le
28 octobre de la m6me annie, il abordait a Cuba,
et enfin, le 6 decembre, en Haiti. Ne se doutant
pas qu'il avait decouvert un monde, il rentra en
Europe avec l'id'e qu'il n'avait trouv6 qu'un nou-
veau passage vers les Indes et que les terres don't
il avait pris possession au nom de l'Espagne faisaient
parties de l'Asie : c'est cette erreur, r6pandue en
Ehrope, qui fit donner a l'archipel des Antilles le
surnom d'Indes occidentales. Les Espagnols,
apres avoir explore leurs nouvelles possessions,
voulurent en tirer parti; mais, au lieu de chercher
a y faire penetrer la civilisation, ils massacrerent
en masse les aborigines ou bien les firent p6rir
par les rudes travaux des mines d'or. Toutefois,
leur supr6matie sur les Indiens ne s'6tablit pas
sans difficult, notamment en Haiti oi ils eurent
a lutter longtemps centre les caciques Kaonabo et
Henri. Lorsque les aborigines eurent a peu pros
completement disparu, les Espagnols resolurent
de les remplacer par des esclaves achetes en
Afrique et reconnus plus aptes aux travaux ma-
nuels sous un soleil aussi meurtrier que celui des
Antilles pour les Europ6ens: ils se livrerent b un






DE L'ILE D'HAiTI. 3
odieux traffic, la traite des noirs. Ce commerce
fut en honneur jusqu'au xixe siecle: la R6volution
frangaise, avec ses principles d'6galit6 et de justice,
avait eu pour consequence l'6mancipation des
esclaves dans les colonies francaises (1794), mais
il faut reconnaitre que c'est surtout grace aux
efforts de l'Angleterre que l'esclavage fut aboli et
la traite definitivement supprimie. Les Espagnols
furent les seuls maitres des Antilles pendant un
siecle et demi; mais au xvie siecle, diff6rents
Itats de l'Europe chercherent A s'6tablir dans
l'Archipel. L'Angleterre et la France finirent par
s'emparer l'une de la Jamaique, I'autre de cette
parties d'Haiti qui fut plus particulierement appel6e
Saint-Domingue ; quant aux Petites Antilles,
durant les nombreuses guerres maritimes qui 6cla-
terent entire Francais et Anglais, elles passerent
tour A tour sous la domination de ces deux peuples.
Le premier coup port A la puissance des Etats
europ6ens dans les Antilles fut le glorieux affran-
chissement de Saint-Domingue qui, apres une lutte
h6roique, finit par se constituer en Etat ind6pen-
dant sous le nom d'Haiti (1804). Les autres iles
ont a plusieurs reprises essay de suivre cet
example: les esclaves s'y sont souvent r6voltes,
mais leurs insurrections, moins heureuses que
celle de Saint-Domingue, ont toujours 6chou6 et ont
6tW noy6es dans le sang; toutefois, ces differentes
colonies n'ont pas perdu llespoir de s'6manciper





GRANDE GEOGRAPHIE


unjour et tout dernierement encore les possessions
espagnoles ont essay de secouer le joug de leur
m6tropole (1878) (1).
L'archipel des Antilles est situ6 au centre
meme du continent am6ricain: il comprend une
grande quantity d'iles disposees a peu pr4s en
forme d'arc de cercle depuis la Floride jusqu'au
Venezuela. II a dd sa formation A plusieurs r6vo-
lutions geologiques successives, a la suite des-
quelles il apparut au-dessus du niveau des eaux.
Les forces souterraines ont produit leurs plus
puissants effects dans cette parties de l'Archipel
don't Haiti occupe le centre: elles ont fait surgir
du sein de la mer quatre grandes terres voisines
les unes des autres (Cuba, Haiti, Jamaique, Puerto-
Rico). Elles ont agi avec beaucoup moins de
vigueur dans le reste de l'Archipel, car elles n'ont
donn6 naissance qu'h des iles nombreuses, mais
fort peu 6tendues (Petites Antilles).
A l'exception de quelques-unes des miles Lucayes,
tout l'Archipel est compris dans la zone torride,
a peu pres entire le 100 de latitude N. et le tro-
pique du Cancer. Aussi, le climate de ces iles est-il
r4put6 pour un des plus chauds du globe. Mais,
grice aux brises qui soufflent regulirement, tant6t
de la terre, tant6t de la mer, la temperature y est

(1) Actuellement, 1896, 1'ile de Cuba est en insur-
rection.





DE L'ILE D'HAITI.


supportable; cependant, les Europeens y vivent
assez difficilement, surtout durant l'6t saison
pendant laquelle ils sont spjets A la fievre jaune
qui fait parmi eux de frequents ravages. Les pluies
.qui tombent dans cette region sont tres abon-
dantes, saufdans lap6riode dite des secheresses; le
sol des Antilles, fecond6 par ces pluies, est d'une
telle fertility que la v6getation y est permanent et
-que, presque sans culture, on y trouve les prodiuits
les plus varies. Malheureusement, la nature volca-
nique du sol est un perp6tuel danger pour les ha-
bitants: tous les volcans que l'on rencontre dans
les Antilles sont 6teints, .il est vrai, mais presque
tous les ans de violent tremblements de terre vien-
nent devaster les villes et ruiner les plantations.
L'Archipel se divise en deux grandes parties:
les Petites Antilles et les Grandes Antilles.
Les Petites Antilles sont de beaucoup les moins
importantes (15.000 kil. carr6s et 1.000.000 d'hab.).
Elles se subdivisent en deux categories: les Iles
- du Vent qui se succedent du N. au S. depuis les
iles-Vierges jusqu'A l'ile de la Trinit6, et les Iles
sous le Vent qui sont situdes de l'E. A l'O.,
depuis la Trinit6 jusqu'a la petite ile Aruba.
Les Grandes Antilles (235.000 kil. carr6s et
4.600.000 hab.) comprennent les quatre fles de
Cuba, la Jamaique, Puerto-Rico et Haiti.
La superficie total de l'Archipel peut done .tre
Zvalu6e A 250.000 kil. carries, soit pros de la





GRANDE GEOGRAPHIE


moitid de celle de la France; d'apres les der-
niers recensements, la population en est d'environ
5.600.000 hab. La plupart des Antilles appar-
tiennent a des puissances europeennes; seule, l'le
d'Haiti, avec les deux Rdpubliques qu'elle ren-
ferme, est libre et inddpendante.
Les diff6rehts Etats qui ont des colonies dans
cette parties de l'Amerique sont:
1 L'Espagne, avec Cuba et Puerto-Rico (en
tout 128.000 kil. carr6s et 2.270.000 hab.).
20 L'Angleterre, avec laJamaique, les Lucayes
et un grand nombre des Petites Antilles (34.000 kil.
carries et 1.220.000 hab.).
3 LaFrance, aveclaGuadeloupe, laMartinique, -
etc. (2.850 kil. carries et 370.000 hab.).
4o La IHollande, avec Curagao, Saba, Saint-
Eustache, etc. (1 130 kil. carr6s et 44.000 hab.).
50 Le Danemark, avec Saint-Thomas, Sainte-
Croix, etc. (360 kil. carr6s et 34.000 hab.). Enfin
le Venezuela possede la parties orientale des Iles
sous le Vent situ6es non loin de ses c6tes (1.150
kil. carr6s et 40.000 hab.).
Ces iles sont deja pour la plupart dans un 6tat
assez florissant; leur prosp6rit6 ne pourra que
s'accroitre lorsque le percement de t'isthme de
Panama permettra aux navires de passer de l'Oc6an
Atlantique dans l'Ocean Pacifique sans avoir
besoin de contourner I'Amerique du Sud et de
doubler le cap Horn.





DE. L'ILE D'HAITI.


DEUXIEME LEQON

LES PETITES ANTILLES

Les Petites Antilles se divisent en deux
parties principles:
I. Les Iles du Vent;
II. Les Iles sous le Vent.
Nous gallons 6tudier ces deux parties l'une aprs&
l'autre.


I. Iles du Vent.

Les Iles du Vent sont disposees en forme d'are-
de cercle, depuis le 100 de latitudeN., jusqu'au 18;
elles tirent leur nom de ce qu'elles sont placees
directement sous 1'action des vents alizes. Elles se
composent d'un grand nombre de petites iles
appartenant a divers Etats europ6ens. Ce sont des
terres montagneuses, d'origine volcanique, mais
extr6mement fertiles pour la plupart. Les plus
importantes sont, en allant du N. au S. :
1 Les iles Vierges, d6couvertes en 1493 par
Christophe Colomb, dans son second voyage; ces
iles sont assez arides, mais elles sont daps une
situation g6ographique pxcellente. Dans le group,





GRANDE GEOGRAPHIE


P'on remarque: P Saint-Thomas (15.000 hab.),
qui a appartenu tour A tour a la Hollande, A l'An-
gleterreet'finalementau Danemark don't elle forme
aujourd'hui, avec Sainte-Croix, la seule colonie
situde dans les regions intertropicales. Cette ile
present un excellent port du mAme nom (12.000
hab.): c'est un port libre qui a joui d'une grande
prosp6rit6 durant la premiere parties de ce siecle
et qui, meme aujourd'hui, est l'une des escales les
plus frequentees des Antilles; 2o Virgin-Gorda,
Andgada, Anguilla, Tortola (en tout 8.000 hab.),
masses rocheuses, exposes A tous les vents, mais
assez fertiles, grace aux pluies; elles appartiennent
A l'Angleterre; 30 Sainte-Croix (19.000 hab.),
tout a fait au S. des iles Vierges: c'est une pos-
session danoise. Elle est d'une tres grande fertility
et product un sucre et un rhum renomm6s.
2 Saint-Martin (7.000 hab.); depuis 1648, cette
ile appartient simultanement aux Frangais et aux
Hollandais, les premiers possedant sa parties sep-
tentrionale, les seconds sa parties m6ridionale.
3 Saint-Barthdlemy (2.800 hab.), c6d6e aux
Frangais par les Su6dois en 1878.
4 Saba (2.300 hab.) et Saint-Eustache (2.400
hab.), qui appartiennent aux Pays-Bas; la derniere
de ces iles tut longtemps tres florissante, alors
qu'elle poss6dait un port franc, fond6 par les
Hollandais.
5 Barbuda (2.000 hab.), Nevis (13.000 hab.),






DE L'ILE D'HAITI.


Montserrat (10.000 hab.), petites iles sans grande
importance qui appartiennent aux Anglais.
60 Antigoa, qui est plus considerable (34.000
hab.). D6couverte en 1493, elle fut colonis6e par
I'Angleterre a laquelle elle appartient; c'est une
ile tres fertile, qui produit surtoutla canne A sucre.
La capital de l'ile est Saint-Jean.
70 Saint-Christophe (27.000 hab.), A 1'O.
d'Antigoa. Elle fut decouverte en 1493 par Colomb,
et les Anglais la conquirent sur les Caraibes au
commencement du xvne sizcle; la France s'en
empara a deux reprises et y ktablit sa domination,
mais chaque fois elle fut oblige de la restituer a
1'Angleterre h laquelle elle appartient d6finitive-
ment depuis 1783. C'est de Saint-Christophe que
partirent les flibustiers franqais et anglais qui
vinrent occuper 'ile de la Tortue, au N.-O.
d'Haiti (1630). La capital est Basse-Terre.
8 La Guadeloupe et ses dependances (Ddsirade,
Petites-Terres, les Saintes, Marie-Galante), qui
appartiennent toutes aux Frangais (en tout, pres
200.000 hab.). La Guadeloupe fut decouverte en
1493; elle fut occup6e tour a tour par les Anglais
et les Frangais; mais en 1816 elle fut restituee a la
France. C'est une ile tres volcanique, divisee en
deux parties distinctes par un bras de mer appel6
la Rivibre Salde: l'une, la Grande-Terre, qui est
la moins fertile, mais qui possede l'excellent port
de la Pointe-a-Pitre (18.000 hab.); l'autre, la





GRANDE GEOGRAPHIE


Basse-Terre, qui est tres fertile, est arros6e par
des course d'eau important: le chef-lieu de la co-
lonie se trouve dans cette dernikre parties et se
nomme aussi la Basse-Terre (10.000 hab.).
9 La Dominique (29.000 hab.), aux Anglais.
C'est une ile tres montagneuse, qui presente le
plus haut sommet des Petites Antilles (i1.666 m.).
Elle fut d'abord colonis6e par les Espagnols,
mais les Frangais en 1625 et les Anglais en 1763
1'ont possedee tour A tour. C'est l'une des iles les
plus riches de l'Archipel; elle produit beaucoup
de canne sucre et de caf6. La capital est Ro-
seau.
10 La Martinique (168.000 hab.), aux Fran-
gais. Cette ile, l'une des plus vastes des Petites
Antilles (988 kil. carries en est aussi l'une des
plus fertiles et des plus prosperes. Elle presente
une chaine de montagnes assez 6lev6es, oi l'ona
remarque la Montagne-Pelde (1.350 m.) et d'od
s'6chappent une grande quantity de rivieres
don't quelques-unes sont accessible a la naviga-
tion. Malheureusement, elle est sujette i d'6pou-
vantables tremblements de terre et a des ouragans
terrible : le plus terrible de ces ouragans est sans
contredit celui qui vient de ravager l'ile entire
(1891). Elle a pour chef-lieu Fort-de-France
(16.000 hab.), mais la ville la plus peupl6e est
Saint-Pierre (38.000 hab.).
110 Sainte-Lucie (40.000 hab.), qui appartient






D'E L'ILE D'HAITI.


a l'Angleterre; elle a Wte occupee A deux reprises
par les Frangais, en 1763 et en 1783. Elle a pour
chef-lieu Port-Castries.
12 Saint- Vincent (39.000 hab.), qui appartient
h la m6me 'puissance et qui fut decouverte en 1498
par Christophe Colomb. Elle est tres montagneuse
et tres fertile. Ses principles productions consis-
tent en sucre et en rhum.
130 La Grenade (40.000 hab.), occup6e en pre-
mier lieu par les Frangais et ensuite par les An-
glais (1763). Elle est excessivement fertile et pro-
duit beaucoup de caf6 et de coton, ainsi que du
cacao. Elle a pour chef-lieu George-Town
(10.000 hab.). Entre Saint-Vincent et la Gre-
nade s'6tend iune longue chain de petites miles qui
sont connues sous le nom de Grenadilles ou Gre-
nadines, et qui appartiennent A l'Angleterre
(3.000 !'ab.).
140 La Barbade, la plus important des Petites
Antilles (172.000 hab.) : elle appartient aux An-
glais. Cette ile occupe une situation maritime
excellent, car elle est la plus oriental des iles
de l'Archipel; elle se trouve a l'E. de Saint-Vin-
cent sur la route des navires qui se dirigent de
1'Europe vers l'Am6rique central; aussi, son
*chef-lieu, Bridge-Town (14.000 hab.), est-il une
des escales les plus fr6quent6es des Antilles.
150 Tabago ou Tobago (18.000 hab.), qui est
-.galement 1'une des plus orientales des Petites





12 GRANDE GOGRAPHIE

Antilles; elle est situ6e au S.-E. de la Grenade et
appartient a l'Angleterre. Elle tire son nom de la
grande quantity de tabac qu'on y trouve. Elle fut
d6couverte en 1498.
16' La derniere des iles du Vent est la Trinitd
(155.000 hab.). C'est aussi de beaucoup la plus
6tendue des Petites Antilles (4.550 kil. carr6s).
Elle fut decouverte en 1498 par Colomb; depuis,
elle a appartenu successivement A l'Espagne, A la.
France et finalement & l'Angleterre. C'est l'une
des plus florissantes colonies de cette puissance
dans les Antilles; elle produit en abondance la
canne i sucre, le caf6, le coton, le cacao, le tabac,
etc. ; en outre, son etendue lui permet de nourrir
de grands troupeaux de b6tail. Sa capital est
Port-d'Espagne (24.000 hab.).


II. Iles sous le Vent.

Les Iles sous le Vent offrent beaucoup moins
d'importance que les Iles du Vent. Elles se divi-
sent en deux groups :
1 Les Antilles venezueliennes, a I'E.;
2 Les Antilles nderlandaises, a l'O.
10 Antilles venezueliennes. La seule ile im-
portante est l'ile Margarita (40 000 hab.), qui en
est aussi la plus mnridionale. Elle fut decouverte
par Columb en 1498; elle appartint aux Espagnols






DE L:ILE D'HAiTI.


pendant deux siecles,- mais elle fut souvent rava-
g6e par les flibustiers. En 1810, elle se souleva
centre l'Espagne en meme temps que le Vene-
zuela : C'est dans cette ile que ddbarqubrent avec
Bolivar les volontaires haitiens envoys en
1816 par le Prdsident Pdtion au secours des
colonies espagnoles insurgdes contre leur md-
tropole. Le chef-lieu est Assomption. Les autres.
iles (Blanquilla, Tortuga, Orchida, Les Roques)
sont peu consid6rables.
20 Antilles nderlandaises. Ce' group, qui
appartient h la Hollande depuis le milieu du xviie
sickle, ne renferme comme le precedent qu'une
seule ile important: c'est Curaqao (26.000 hab.).
C'est une terre longue et 6troite don't la plus
grande parties est montagneuse et peu fertile, 4
cause du manque d'eau : toutefois,, sur quelques
points, le sol est bien arrosd et bien cultiv6. Le
chef-lieu est Willemstad. De Curacao depen-
dent : to la petite ile Bonair (5.000 hab.), remar-
quable par la douceur de sa temperature; 20 l'ile
d'Aruba (5.500 hab.), la plus occidentale des An-
tilles sous le Vent.


TROISIEME LEQON

Aux Petites Antilles, il faut rattacher encore
l'Archipel des Lucayes ou de Bahama.






GRANDE GEOGRAPHIE


Cet archipel s'etend obliquement sur une longueur
de 1.500 kil. du N.-O. au S.-E., depuis la Floride
don't il n'est separ6 que par un 6troit canal (celui
de Bahama) jusqu'a l'ile d'Haiti; l'une des iles de
cet archipel, Guanahani, est la premiere terre ou
aient d6barqu6 les Espagnols sous la conduite de
Christophe Colomb (1492). Les Espagnols occu-
perent assez longtemps les Lucayes, mais en 1672
les Anglais s'en emparerent, et aujourd'hui elles
appartiennent toutes 1l'Angleterre.
Ce sont des terres basses, entourdes de vastes
bancs de sable qui entravent la navigation, et en
general tres arides A cause du manque d'eau;
n6anmoins quelques-unes d'entre elles sont assez
bien cultivies. Les principles de ces miles sont, en
allant du S. au N. :
1 La Grande-Bahama; 20 Abaco; -
3 Eleuthera; 40 La Nouvelle-Providence ou
se trouve la capital de la colonies, Nassau, petite
ville de 4.000 ames; 50 San-Salvador (ancien-
nement Guanahani); 60 Andros; 7 Saint-
Esprit; -80Exuma ; -9 Yuma;- 100 Achlin;
- 110 Inague : en tout 14.000 kil. carrds et
44.000 hab.
Plus au S. de l'Archipel et assez pros des c6tes
d'Haiti, se trouve le group des iles Turques
(5 000 hab.) qui, g6ographiquement, fait parties
des Lucayes, mais qui depend de la Jamaique
depuis 1873.






DE L'ILE D'HAiTI.


LES GRANDES ANTILLES

Le group des Grandes Antilles se compose :
1 de l'ile de Cuba;
2 de la Jamaique;
3 de l'ile de Puerto-Rico;
4 de l'ile d'Haiti.


I. Cuba (1.520.000 hab.).

Cette ile est la plus occidentale des Antilles:
elle se trouve a peu pros a gale distance des
Etats-Unis (presqu'ile de la Floride) et des c6tes
du Mexique (Yucatan), A 90 kil. d'Haiti et A 150 de
la Jamaique. C'est la plus 6tendue des Antilles
(118.000 kil. carr6s). Elle fut d6couverte en 1492
par Christophe Colomb, et colonisee par I'Espagne,
A laquelle elle appartient aujourd'hui. Durantplu-
sieurs sickles, elle a dA une prospirit4 remar-
quable au grand nombre d'esclaves que les Espa-
gnols y importaient chaque ann6e, alors meme
que la France et I'Angleterre eurent 6tabli des
croisieres dans l'Oc6an Atlantique pour la r6pres-
sion de la traite des noirs. Du reste, les Cubains
se sont r6volt6s & plusieurs reprises contre leurs






GBANDE GEOeBAPHIE


possesseurs (1844, 1848, 1850, 1868, 1877) mais
toujours sans pouvoir rompre le lien qui les rat-
tache A I'Espagne; enfin tout ricemment la m6-
tropole a Wt6 oblige de suivre 1'exemple des autres
nations et elle a aboli l'esclavage dans ses posses-
sions.
L'ile de Cuba presente de hautes montagnes
dans sa parties m6ridionale : on y remarque le pic
de Turquino, qui s'6leve A 2.400 m. d'altitude;
le reste du pays est parcouru par de petites
chaines et par des plateaux couverts d'une v6gd-
tation puissante. L'ile est tres bien arros6e et elle
doit a cette abondance de course d'eau son extreme
fertility; malheureusement, ses c6tes sont basses,
entourees de r6cifs et de bancs de sable, et sur
plusieurs points tres insalubres a cause des lagunes
qui s'y sont formees. De toutes les productions de
Cuba, la plus renomm6e est le tabac; mais File
fournit aussi beaucoup de sucre et de caf6.
Cuba possede un important reseau de voices fer-
r6es (1.700 kil. de chemins de fer en exploitation);
cette colonies fait avec l'Espagne et les pays 6tran-
gers un commerce considerable : la valeur de
l'exportation est environ de 70.000.000 de piastres
par an.
La capital est la Havane, qui est la ville la
plus peupl6e et la plus commergante de l'Am6rique
central (250.000 hab.) : la rade est excellent et
protegee par des fortifications imposantes; le port







DE L'ILE D'HAiTI.


regoit par an un grand nombre de navires (en
1887, 1.068 navires y sont entr6s). Villes
principles : Matanzas, h l'O. de la Havane
(87.000 hab.); Puerto-Principe (46.000 hab.),
bitie a l'int6rieur et ayant pour port Neuvitas;
Santiago de Cuba (71.000 hab.), situee sur une
excellent rade en face de la Jamaique et d'Haiti.
De Cuba depend I'lle des Pins, au S.-O. de la
Grande Ile.


II. La Jamaique (10.800 kil. carries,
634.000 hab.).

Cette ile est presque A gale distance de Cuba,
situee au N., et d'Haiti, situee A F'E. Elle fut
d6couverte en 1494 par Christophe Colomb et
colonisee par les Espagnols; mais, depuis le milieu
du xvne sickle. elle appartient aux Anglais. LA
aussi, les populations ont essay plusieurs fois de
se soulever centre la metropole, mais toujours
sans r6sultat (notamment en 1865).
* La Jamaique est traverse par une des plus
hautes chaines de montagnes des Antilles: ce sont
les Montagnes Bleues, don't un sommet atteint
2.450 m. de hauteur; ces montagnes sont en-
tour6es de planes magnifiques, qui sont arrosees
par une foule de course d'eau etpar des pluies tries
abondantes. Aussi, la Jamaique passe-t-elle pour






GRANDE GkOGRAPHIE


une des iles les plus fertiles des Antilles : elle pro-
duit surtout la canne ia sucre, le caf6, l'indigo et
le tabac : le rhum de la Jamaique est tres estimA.
La ville la plus considerable de l'ile est Kingston,
sur la c6te meridionale (40.000 hab.) : le port est
d'un aces difficile, mais il est profound et str. Les
autres villes importantes sont : Spanishtown,
capital de la colonie, A 1'O. de Kingston et
Montego-Bay.
De la Jamaique depend le group des iles
Calmans, qui sont situdes a I'O.; ce sont des
terres basses, sablonneuses et peu habitues : la
plus importante.est Grand-Caiman, qui est la
plus orientale des iles de ce group (2.500 hab.).


III. Puerto-Rico (9.800 kil. carries,
755.000 hab.).

C'est la plus orientale des Grandes Antilles; elle
n'est s4parbe de l'ile d'Haiti que par un 6troit
canal de 100 kil. environ de larger : c'est le dd-
troit de Mona. Decouverte en 1493 par Colomb,
elle appartint successivement a I'Espagne, A la
France, a l'Angleterre, t la Hollande, mais elle est
restee d6finitivement aux Espagnols.
Comme toutes les Antilles, Puerto-Rico est une
ile tres montagneuse : elle offre plusieurs som-
mets don't l'altitude d6passe 1.000 m. De ces mon-





DE L'ILE D'HAITI. 19
tagnes descendent une foule de rivieres don't les
vallies sont tres fertiles et nourrissent d'immenses
troupeaux de gros et de menu betail. Grace a ces
course d'eau et aussi aux pluies .pdriodiques qui y
tombent abondamment, l'ile fournit en grande
quantity toutes les productions des autres Antilles
et principalement le caf6, le tabac, le coton, la
canne a sucre. Le commerce general de l'ile s'dlAve
annuellement A 25.000.000 de piastres.
La capital de l'ile est San-Juan de Puerto-
Rico (25.000 hab.), batie sur la c6te septentrionale;
excellent port, commerce 6tendu.
La ville la plus peupl6e est Ponce (38.000 hab.),
situde dans l'intdrieur des terres. Les autres en-
droits les plus remarquables sont : Mayaguez
(27.000 hab.) et Arrecibo (26.000 hab.).
De Puerto-Rico dependent :
1 L'ile de Mona, entire Puerto-Rico et l'ile
d'Haiti; 2lapetite ile deMonica, un peu au N. de
la precddente; 3 l'ile de Vi6ques, la plus occi-
dentale de l'archipel des iles Vierges, au S.-E. de
Puerto-Rico (5.000 hab.).


IV. Haiti.


Nous allons nous occuper principalement do
cette ile.







DEUXI EME PARTIES


L'ILE D'HAITI




Geographie physique.

QUATRIEME LEQON
INTRODUCTION
Haiti, notions gdnbrales, resumb historique.

Lorsqu'onjette les yeux sur la cartedes Antilles,
on est immediatement frapp6 de l'heureuse sita-
tion qu'occupe I'ile d'Haiti.
Cette ile, l'une des plus importantes dua globe
et la plus belle de oet archipel des Antilles qui n'a
pas d'4gal au monde, semble une terre priviligi&e
au milieu de terres privilkgiees. Haiti, comme on
I'a dit souvent, eat une corbeille de fleurs et de
.verdurequi sedresseau-dessus des floats; o'est ae
terre oA le froid n'a jamais p6nktri et dout la
temperature, cell d'un printemps Aternel, we
permet pas A la vegitation de s'interrompre; e'est
une ile si magnifique que les premiers Espagnols
qui la virent la jug6rent aussi belle que leur patrie





GRANDE GB0GRAPHIE


et lui donnerent le nom d'Hispaniola; c'est un
pays si splendid qu'au temps de sa plus grande
prospirit6 elle portait le surnom de Reine des
Antilles.
Situee au milieu meme des Grandes Antilles,
elle est entour6e comme d'un cortege d'iles :
Cuba, a 90 kil. au N.-O; la Jamaique, a 180 kil.
au S.-O; Puerto-Rico, a 100 kil. A l'E. ; les
Lucayes, A 120 kil. au N. Elle se trouve a gale
distance de PAmerique du Nord (Floride) et de
l'Amerique du Sud (Venezuela).
DMs la d6couverte du Nouveau Continent, elle
fut a bon droit jugee comme une position stratb-
gique de premier ordre. Sous la domination des
Frangais, elle devint la clef des Antilles. Aujour-
d'hui surtout, oii le percement de l'isthme de
Panama n'est plus qu'une question de temps, elle
doit 6tre regard6e comme le point principal qui
command l'entr6e du future canal interoceanique.
C'est par IA que les navires venant d'Europe ou des
Etats-Unis seront forces de passer pour se diriger
vers l'isthme; c'est dans ses nombreux ports qu'ils
front le plus de reliches pour se ravitailler ou
pour se charger de ses innombrables products.
Deux mers baignent les c6tes de l'ile : l'Oc6an
Atlantique, au N. et la mer des Antilles, au S.;
elles y creusent une multitude de baies et de
ports en general d'un aces facile et tres commode
pour la plupart.





DE L'ILE D'HAITI.


Haiti est situ6e entire 17,36' et 190,58' de lati-
tude N. et entire 700,39' et 76,51' de longitude
0. du m6ridien de Paris. Elle s'6tend de l'E. A Y'O.
sur une longueur de 685 kil.; sa plus grande
larger est de 260 kil.
Par sa superficie, elle occupe le second rang
parmi les Antilles, elle vient apres Cuba et measure
environ 77.250 kil. carries; par sa population, elle
n'est pas loin d'6galer Cuba, car les donnies
statistiques les plus vraisemblables accordent A
la R6publique d'Haiti plus de 1.200.000 d'habitants
et de 500 A 600.000 A la Republique dominicaine.
L'ile 6tait beaucoup plus peupl6e lorsque Chris-
tophe Colomb y d6barqua en 1492 ; les indigenes
1'avaient partag6e en cinq caciquats, tous dans une
situation prospere et fort populeux. Les Espagnols
bouleverserent cet 6tat de choses: ils aneantirent
toute la population soit par le fer, soit en l'obli-
geant Atravailler aux mines du Cibao. Ils chan-
gerentjusqu'au nom de l'ile qui s'appelait primiti-
vement Ahiti ou Haiti (terre montagneuse), ou
bien Quisqueya (grande terre), ou enfin Bohio
(terre ou il y a beaucoup de villages): ils la nom-
m6rent Hispaniola. Toutefois, durant de longues
annmes ils eurent A lutter centre les efforts des
derniers restes de la population indig.ne qui se
souleva vers 1520 sous la conduite du cacique
Henri,: pendant 13 ans, ils furent tenus en 6chec
et, ne pouvant triompher des Indiens, ils durent





GRA-NDE GEOGRAPHIE


leur accorder une paix honorable. Ils s'engagerent
A ne plus attenter a leur liberty et, pour les rem-
placer, ils deciderent qu'on transporterait des
cotes d'Afrique des cargaisons d'esclaves. Quant
au cacique Henri, il se retira avec les debris des
aborigines dans le canton de Boya, au pied des
montagnes de Los-Muertos (1533).
Jusqu'au xvue siecle, 'Espagne resta seule
maitresse de File; mais en 1630, des aventuriers
-connus sous le nom de flibustiers (1), et pour la
plupart Anglais on Frangais, s'emparerent de la
Tortue, petite ile au N.-O. d'Haiti; puis, peu a
peu, sous le nom de boucaniers (2), ils envahirent
la Grande-Terre en refoulant les Espagnols. Les
Francais finirent par s'emparer de toute la parties
de l'Ouest connue depuis sous le nom de Saint-
Domingue : vaincue partout, l'Espagne fut oblige
de reconnaitre cette colonie an trait de Ryswick
(1697).
Durant pros d'un siecle, Saint-Domingue con-
serva undegr6 de splendour inoul: son commerce
6tait devenu immense et ses productions envahis-
saient tous les marches de la m6tropole. Malhea-
reusement, cette colonie ne devait sa prosperity

(1) Ainsi nomm4s parce qu'ils montaient des navires
excessivement 16gers et rapides (en anglais, fly, 16ger; boat,
bateau).
(2) On les appelait ainsi parce qu'ils faisaient cuire lear
viande sur une sorte de grille de bois nominee boucan. j





DE LM'LE D'HAiTI.


qu'a rIescavage deplusieurs centaines de milliers
d'hommes, courb6s sousla main de fer des colons.
Lorsque 6clata la R6volution frangaise (1789), de
nombreux sympt6mes d'agitation se manifesterent
A Saint-Domingue. II s'6tait form entire les blans
et les esclaves une classes intermddiaire qu'on
appelait les affranchis, ils n'ktaient plus esclaves,
mais ils ne jouissaientd'aucun droit politique. Ce
affranchis demandaient instamment qu'on leur
acoOrdit les memes droits qu'aux blancs : leurs
pretentions itaient appuy6es a Paris par la
fameuse Socoi6t des Amis des Noirs. La Revo-
lution avait d'ailleurs jet6 la disunion parmi les
planteurs et la nm6tropole se montrait constam-
ment maladroite en accordanttanthtcertains droits
.aux affrannhis, tant6t en les leur retirant; en
outre, de fr6quentes discordes 6claterent entire les
blancs apr6s qu'un d6cret de 1'Assembl6e natio-
nale efit appeal les homes de couleur a partager
certain droits politiques (28 mars 1790). Les
colons refuserent de s'y soumettre et firent mettre
a mort V. Ogd et J.-B. Chavannes qui, les armes
a la main, avaient os6 reclamer 1'ex&cution du
.deret (janvier 1791). Profitant de cette desunion,
les noirs se souleverent dans les environs du Cap,
sous la conduit de Bouckrman (23 aodt 1791).
Le gouvernement frangais envoya alors come
-administrateurs les commissaires civils Polverel
etSonthonax;mais leshlancsentr6reoatenhostilith





GRANDE GEOGRAPHIE


avec eux, ce qui assura aux insurg6s la cooperation
de ces commissaires. Durant ces 6v6nements,
Macaya avec ses bandes parvint a s'emparer du
Cap et en massacre toute la population blanche
(21-23 juin 1793).
La France 6tait alors en guerre centre 1'An-
gleterre et l'Espagne : ces deux puissances, vou-
lant mettre a profit 1'etat d'agitation du pays,
envahirent Saint-Domingue; mais les troupes
noires se joignirent aux Frangais et les ennemis,
partout repouss6s par les g6n6raux Toussaint-
Louverture et A. Rigaud, 6vacuerent le pays. Pour
mettre fin aux troubles civils et aussi pour recon-
naitre les services rendus par les homes de
couleur, I'Assembl6e national' rendit, le 4 fM-
vrier 1794, un d6cret par lequel elle proclamait la
liberty des noirs et leur accordait les droits poli-
tiques.
Toutes ces commotions et 1'6tat perp6tuel de
guerre dans lequel se trouvait la France permi-
rent a un ancien esclave, un noir de g6nie, Tous-
saint-Louverture, d'acqu'rir la pr6pond6rance la
plus complete sur ses anciens cong6neres : il mit
fin au pillage, il parvint A donner au pays une
bonne administration et A r6organiser le gouver-
nement avec la plus grande sagesse. Le Premier
Consul, Napol6on Bonaparte, encourage tout
d'abord ses efforts, mais lorsqu'il acquit la certi-
tude que Toussaint-Louverture travaillait pour






DE L'ILE D'HAITI.


son propre compete, et qu'il n'avait qu'un but, dd-
barrasser P'ile de la domination frangaise, il sentit
la n6cessit6 de 1'annuler; en effet, Toussaint, alors
gouverneur, visit non seulement a l'6mancipation
de ses freres, mais A leur ind6pendance entire et
.souveraine.
Le 5 f6vrier 1802, une armee de 25.000 Fran-
gais d6barqua dans. l'ile et, apr6s une lutte achar-
n6e (combats de la Ravine-a-Couleuvres, des Trois-
PavilIons et de la Cr6te-A-Pierrot), parvint A re-
prendre le pays : Toussaint-Louverture fut oblig6
de se soumettre, mais par une ruse indigne on
s'empara de lui et on le d6porta en France (11 juin
1802).
Les exactions de toutes sortes qui suivirent cette
,premiere guerre et Pintention plusieurs fois mani-
fest6e par la metropole de r6tablir l'esclavage
-pousserent encore une fois les populations A se
soulever; mais, cette fois, l'insurrection fut g6n6-
rale (septembre 1802). Les troupes indigenes,
aguerries et bien commandoes surtout par les g6-
neraux Dessalines et Pdt ion, eurent raison de
S'intr6pidit6 franQaise. Les derniers debris de l'ex-
pedition, d6cim6s par les combats et par la fievre
jaune, furent oblig6s de capituler dans. la ville du
Cap (29 novembre 1803) et de se rembarquer pour
la France. Le Ier janvier 1804, l'ind6pendance
d'Haiti 6tait solennellement proclam6e par Dessa-
lines dans la ville des Gonaives.







GRBAND9 GiOGRAPHIE


La France, toujours en guerre centre 1'Europe,
ne put pas renouveler 1'exp6dition de 1802 et, ena
1825, elle fut obligee de reconnaitre i'ind6pen-
'dance de 1'ile, moyennant une indemnity der
150.000.000 de francs.
Depuis, malgr6 les convoitises de plusieurs puis-
sances ktrangeres, Haiti est toujours restde un.
Itat libre (1).


(1) Chefs d'Etat hattiens, depuis l'Ind6pendance:
J.-J. Dessalines (1804-1806) ; P6tion, dans l'O. (1807-
1818); Christophe, dans le N. (1806-18KO); A. Rigaud,.
dans le S. (1810-1811); J.-P. Boyer (1818-1843); R. He-
rard (1843-1844); Ph. Guerrier (1844-1845); L. Pierrot (1845-
1846); J.-B. Rich. J1846-1847); Faustin Soulouque (1847-
1859); Fabre Geffrard (1859 1867); Sylvain Salnave (1867-
1869); Nissage Saget (1870-1874); Michel Domingue (1874-
1876); Boisrond-Canal (1876-1879); L.-E.-F. Salomon
(1879-10 about 1888); F.-D. LUgitime, dans l'O. etle S. (16 dd-
cembre 1888-22 aoi~t 1889) ; F. Hyppolite (1889-1896) .;-
T.-A.-S. Sam (31 mars 1896).






DR LIILE D'HAiTf.


CHAPITRE PREMIER

Description des c6tes d'HaitL

CINQUIMEt LEQON

L'ile d'Haiti offre un circuit de prs de 2.000kil.,
mais si ron compete les nombreuses courbures
de son littoral, on voit que ses c6tes atteignent
un ddveloppement de plus de 3.000 kil., ce qui
prouve combien elles sont riches en 6chancrures.
De meme que les eaux de la mer s'avancent dans
les terres pour y creuser une foule de sinuosites,
de meme les terres s'avancent dans la mer pour y
dessiner quatre vastes presqu'iles: 1 la presqu'ile
de Saint-Nicolas, comprenant le department hai-
tien du Nord-Ouest; 20 la presqu'ile du Sud, corn-
prenant le d6partement du Sud et une grande
parties du d6partement de 1'Ouest; 3 la presqu'ile
de Seibo, au S.-E. de File, comprenant une parties
de la province dominicaine de Santo-Domingo et
celle de Seibo; 4 enfin, au N.-E., la presqu'ile
de Samana, comprenant le district maritime du
mAme nom :
L'ile est baignee par deux grandes mers :
i L'Oc6an Atlantique, au N.
2 La Mar des Antilles, a l'O. et au S.






GRANDE GAOGRAPHIE


Les Republiques dominicaine et haitienne for-
mant un tout geographique bien apparent, pour
plus do clart6 nous examinerons, au point de vue
physique, la g6ographie de l'ile tout entire, avant
de d6crire A part chacune de ces deux R6publiques
au point de vue politique. Nous verrons d'abord
la description des cotes de toute 1'ile, puis son
orographie et enfin son hydrographie. Surtout
pour ces deux dernieres parties, il est de la plus
haute importance d'embrasser l'ensemble de l'ile:
il est si vrai que les montagnes du N. et du
Centre d'Haiti appartiennent a une meme chaine
qui ne fait que se ramifier dans les diff6rentes re-
gions du pays, qu'on ne saurait s'expliquer le sys-
tame des eaux de 1'ile, si 1'on se bornait a 6tudier
separement d'abord la Republique d'Haiti, ensuite
la R6publique dominicaine. C'est pourquoi, r6p6-
tons-nous, on doit envisager Haiti tout entire
lorsqu'on veut en d6crire l'aspect physique.


I. Ocean Atlantique.

Du cap Engano, pointe orientale de la Domi-
nicanie, jusqu'au cap Saint-Nicolas qui termine
au N.-O. le territoire de la R1publique d'Haiti,
les c6tes septentrionales de 'ile se d6veloppent
en d6crivant une sorte de vaste courbe r6gulire
don't la convexit6 est tourn6e vers le N.





DE L ILE D'HAITI.


Dans leur premiere parties, jusqu'a la baie de
Monte-Cristi, ces c6tes sont en g6n6ral 6levees
et meme, en plusieurs endroits, inaccessibles,
parce que les chaines de montagnes qui bordent
la mer viennent longer jusqu'a pic dans les flots.
Entre le cap Engafio et la baie de Samana, la cote
n'offre aucun point remarquable : elle est couverte
de bans de sable et de r6cifs et ne pr6sente qu'un
promontoire, celui de Macao. A partir du cap San-
Rafael que domine le Monte-Redondo, la c6te
qui se dirigeait d'abord du S.-E. au N.-O. change
tout A coup de direction : elle tourne vers 1'O.,
pour remonter ensuite vers le N., et enfin elle se
dirige vers l'E. en formant la celebre baie de
Samana. Cette baie, qu'on appelle aussi Golfe
des Fl6ches, et qui est situ6e entire la pointe
Mangle, au S., et le cap Balandra, au N., est une
des plus spires et des plus spacieuses de l'univers:
elle measure 63 kil. de l'E. A 1'O. et environ 23 kil.
du N. au S.; bien abrit6e centre le vent du N.
par ]a chaine de montagnes de la presqu'ile de
Samana, et centre celui du S. par la chaine de
Los-Muertos, et situie h l'extremitO orientale de
1'ile, vis-h-vis de r'Europe, elle est destine a de-
venir l'une des reliches les plus fr6quent6es des
Antilles, lorsqu'on aura termin6 le percement de
I'isthme de Panama. L'entr6e de la baie est bor-
d6e de r6cifs forms par cinq lots appel6s Cayos-
Levantadoa, et les passes de la baie sont assez






GRANDE GIOGRAPHIE


6troites, mais l'interieur peut contenir les plus
fortes escadres. La vall6e du Yuna, fleuve qui se
jette dans la mer au N.-O. de la baie, a pour d6bou-
ch6 principal le port de Sanchez, situ6 a 38 kil. 0.
de Santa-Barbara-de-Samana. C'est la tote de ligne
du chemin de fer qui va vers Santiago. En face du
port de Sanchez, de 1'autre c6t6 de la baie, se
trouve la magnifique baie de San-Lorenzo ou de
Las-Perlas.
La presqu'ile de Samana, qui abrite au N. la
baie, ne se rattache au reste de File que par une
6troite langue de terre: cette presqu'ile forme une
sorte de parallblogramme de 50 kil. de long sur
20 de large et est termin6e a I'E. par les caps
Rezon ou de Samana et Cabron: elle est couverte
de grandes forts de bois de construction et ren-
ferme des mines de fer, de cuivre, de houille, etc.
Apres la baie de Samana on trouve encore une
vaste baie; la baie Ecossaise, situee entire le cap
Cabron et le Vieux-Cap-Frangais : cette baie,
bordee de bancs madreporiques et largement
ouverte du c6te de l'Oc6an, n'offre aucun abri aux
navires; cependant la parties septentrionale de la
presqu'ile de Samana qui la )orde vers le S.
renferme quelques ports qui pourraient 6tre utiles
aux navigateurs.
A partir du Vieux-Cap-Frangais ou plut6t de la
pointe de Tres-Amarras, situ6e un peu plus au
S.-E. jusqu'a la baie de Monte-Cristi, la c6te





DE L'ILE DbHAiTI.


dominicaine est bord6e par de longues chaines
de montagnes ; elle garde la direction de 1'E.
A 1'O.: c'est une c6te abrupte et assez dangereuse,
parce qu'elle est partout expose aux ravages du
vent du Nord et du vent d'Est qui y soufflent par-
fois avec la plus grande violence. On y remarque :
la baie de Balsamo entire le cap de la Roca et la
pointe Goleta, la pointe Macoris, la baie de Puerto-
Plata sur laquelle s'est fondue une ville florissante
malgr, le peu de commodity et de security qu'offre
la rade, puis la baie de Maimon, la baie Sufflet
ou de Souflet et le Puerto-Blanco.
Jusqu'a Monte-Cristi, le littoral est garni de
nombreux r6cifs et les saillies qu'il pr6sente sont
sans importance; il faut cependant citer: la pointe
Isabelique qui est le point le plus septentrional de
l'ile et non loin de laquelle est 1'emplacement de
l'ancienne ville d'Isabela fondue par Christophe
Colomb, la pointe Rusia et la pointe Mangle. La
chaine de montagnes qui suit la c6te vient se ter-
miner dans la mer en formant une presqu'ile
appel6e presqu'ile de Mancenille ou de Manza-
nillo. C'est la que se troupe la baie deo Monte-Cristi:
cette baie, d'un aces facile, et protegee par deux
promontoires, le Cabo-Publico et la pointe de
Manzanillo et par un group d'iles appelees les
Sept-Frbres, est l'une des plus spires de l'ile tout
entire. Apres cette baie, on trouve celle de
Mancenille qui baigne & l'E. le territoire de la






GRANDE GEOGRAPHIC


Dominicanie et Il'O. la R6publique d'Haiti; le
18 avril 1893, les Pr6sidents Hyppolite et Heureaux
y eurent une conference.
Au delh de cette derniere baie, la cote devient
plus basse, les chaines de montagnes qui se de-
tachent du Cibao ne bordent le rivage qu'h une
assez grande distance, et, par consequent, jusqu'a
une profondeur assez considerable dans 1'intirieur
des terres, toute cette parties de l'ile est expose
au vent du Nord qui y fait parfois de grands
ravages. En outre, depuis l'embouchure de la
riviere du Massacre jusqu'A la baie du Cap, c'est-
A-dire sur une longueur de 40 A 50 kil., s'etendent
des bancs de r6cifs redoutables pour les navires-
d'un certain tonnage. Par contre,l'Ocean Atlantique
y a creus6 une s6rie de babies et de rades don't
quelques-unes sont tres spires.
On remarque d'abord la magnifique baie de-
Fort-Liberte qui s'dtend capricieusement dans
l'interieur en forme de lagune et qui ne commu-
nique avec la mer que par un 6troit goulet, long
de 2 kil. et demi et large de 650 an.: ce goulet
6tait autrefois prot6g6 par le fort La-Bouque et
par les forts Saint-Charles et Saint-Frederic. La
baie est dirigee de I'E. A 1'O. sur une 6tendue de
10 kil.; du N. au S. elle pr6sente une dimension
moyenne de 4 kil.; elle est profonde et A l'abri
de tous les vents, car elle est garantie par des recifs,
et des monticules la s6parent de la mer; cette





DE L ILE D'HAITI.


el6vation des terres la garantit tellement qu'il y
r6gne toujours le plus grand calme. Dans la baie
on trouve plusieurs ilots, tels que l'ilet A Rozan,
1'ilet a Garnier, etc.
Ensuite, on rencontre une s6rie d'esters, c'est-
a-dire de terrains vaseux couverts de pal6tuviers,
et de longues bandes de r6cifs et de hauts-fonds
paralleles A la c6te et offrant des passes 6troites ou
les petits batiments peuvent seuls p*n6trer. Le
meilleur mouillage de ces parages est la baie de
Caracol, don't l'ouverture, de 6 kil. de large, est
confprise entire les points Jacquezi et Caracol:
les points abordables qu'on y trouve ne sont acces-
sibles qu'a la haute mer. Puis la c6te continue
depuis l'embouchure de la Grande-Rivi6re jus-
qu'A la baie du Cap-Haitien: elle est basse et bord6e
de dunes sablonneuses qui font reculer peu A peu
le rivage de la mer; cette c6te est couverte de
pal6tuviers, aussi n'est-elle accessible qu'a des
canots, dans les temps calmes. Plus A l'O. se
trouve la rade du Cap-Haitien qui est protegee
par la pointe de la Petite-Anse et par la pointe
Picolet appel6e par Christophe Colomb Pointe-
Sainte lors de son premier voyage (1492): cette
baie est vaste et le mouillage y est bon, sauf dans
la periode pendant laquelle souffle le vent du
Nord; mais son entree est couverte d'6cueils places
presque a fleur d'eau et qui ne laissent entire eux
que des passes 6troites et dangereuses; le port est






.6 GRANDE GEOGRAPHIE
domino par un phare. Entre cette baie et la baie de
l'Acul, c'est-h-dire depuisla pointe Picolet jusqu'a
la pointe Honorat, s'61lve un petit massif isol1
qui borde la c6te etqu'on appelle le Morne-Rouge:
la face Nord de ce massif est connue sous le nomn
de Bande-du-Nord : elle est apre, escarp6e et
presque inabordable. La baie de l'Acul, oa Chris-
tophe Colomb entra le 21 d6cembre 1492 et a
laquelle il donna le nom de port Saint-Thomas,
est aussi le point oi atterrit 1'expedition frangaise
envoyee par Bonaparte pour combattre Toussaint-
Louverture (1802). On lui donnait 6galement le nom
de Port-de-Camp-de-Louise. Elle se compose de
deux parties: 1'une ext6rieure, ouverte sur l'Ocean
et comprise entire la pointe Honorat, A 1'E., et la
pointe du Limb6, a l'O.; I'autre int6rieure, qui
p6netre profond6ment dans les terres et qui est
comprise entire la pointe d'Icaque et celle des
Trois-Maries : l'entr6e en est assez difficile a
cause de nombreux ilots qui Pobstruent (Caye-
Philippot, ilet A Sable, ilets A Rats, etc.); une seule
passe, de 4 m. de profondeur, y donne accs aux
navires qui d'ailleurs ne peuvent pas approcher
trop pres du rivage, parce qu'il est couvert de
mangliers et de bans de sable.
Apr6s la baie de 1'Acul, on remarque l'anse du
Limbd protege par des brisants et par F'ilet &
Limb6 : elle est assez commode, mais elle est
exposee au vent du Nord. Puis viennent : l'anse i






DE L'ILE D'HAiTI.


Chouchou qui sert d'embarcadere A Port-Margot,
la baie de la Rivibre-Salde abrit6e du vent du
Nord, puis la baie d'Argent protegee par la pointe
du Baril-de-Boeuf et ou l'on trouve un assez bon
mouillage.
De cette baie A la pointe Saint-Nicolas, la cote
change d'aspect : elle se compose de falaises
abruptes, qui surplombent I'Oc6an, et elle est peu
d6coupee. Le vent du Nord y souffle avec violence
et la mer y est presque toujours agit6e : les lames
et les raz-de-mar6e battent continuellement cette
c6te qui n'est abordable que. sur de rares points;
les navigateurs redoutent particulibrement les
temp6tes qui se d6chainent dans le d6troit qui
spare Haiti de Cuba et qui porte le nom caract6-
ristique de Passe-du- Vent. Cependant la baie de
Saint-Louis-du-Nord et celle de Port-de-Paix,
situees en face de l'ile de la Tortue et abrit6es par
cette ile centre le vent du Nord, offrent un assez
bon mouillage aux navires, quoique la premiere
presente quelques recifs. Au delay de ces deux baies
on ne rencontre plus qu'une sorte de c6te de fer;
on peut toutefois citer comme refuges la baie de
Moustique, le Petit-Port-&-l',cu, le Grand-Port-
A-l'Ecu, oi Christophe Colomb entra le 8 d6cembre
1492, apres quoi l'on ne rencontre plus qu'une
c6te 6levie et inaccessible.
Le littoral baign6 par l'Oc6an Atlantique finitau
cap Saint-Nicolas : ce cap termine une petite






38 GRANDE GEOGRAPHIC
presqu' ile qui protege la clebre baie du M6le-
Saint-Nicolas. Cette baie est un point strat6gique
de premier ordre vu l'excellence et l'6tendue de sa
rade, et sa situation A 1'entr6e du d6troit du Vent,
sur la route qui mene directement de l'isthme de
Panama vers 1'Europe; elle offre jusqu'au rivage
une grande profondeur et presente une longueur
de 10 kil. sur une larger qui atteint 6 kil. On a
surnomme ce point le a Gibraltar du Nouveau-
Monde : aussi plusieurs puissances ont-elles
essay des'y 6tablir, mais elles onttoujours chou6
dans leurs tentatives.


SIXIEME LEQON

II. Mer des Antilles.

La parties occidentale de 'ile d'Haiti depuis le
Cap-A-Foux-du-Nord (1) jusqu'au cap de Dame-
Marie, est baign6e par un immense golfe d'aspect
A peu pros triangulaire, qui est form par la mer
des Antilles : c'est le golfe de la Gonave ou de
Ldogane. Ce golfe est partag4 en deux parties par
l'ile de la Gonave.
(1) II ne faut pas confondre ce cap avec celui qui se
trouve sur la c6te ocoidentale du d6partement du Sud et qui
porte egalement le norn de Cap-h-Foux; c'est pourquoi nous
avons cru devoir les distinguer en appelant l'un Cap-a-Foux-
du-Nord et 1'autre Cap-b-Foux-du-Sud.





DE L'ILE D'HAITI.


Le Cap-A-Foux-du-Nord est le point le plus
occidental du d6partement du Nord-Ouest : apres
ce cap on trouve l'anse et la pointe du Cheval-
Blanc, puis l'anse Perles. Jusqu'h la baie des
Gonaives, la c6te se compose de falaises et de
chaines de rochers qui viennent tremper perpen-
diculairement dans la mer et qui sont presque
inabordables meme pour de petites embarcations;
la plus remarquable de ces falaises est une espece
de plateau nomm6 la Plate-Forme ; il est s6par6
de la terre par une gorge profonde : c'est un rocher
uni, coup h pic et fouett6 par une mer toujours
en furie; n6anmoins, 1'anse de la Plate-Forme
offre un abri sfir, parce qu'elle est abritee contre
les vents. Cette c6te pr.sente ensuite quelques
refuges tels que : la baie de Henne, large et pro-
fonde, qui offre un bon mouillage, quoiqu'elle soit
parfois sujette aux raz-de-maree et aux rafales du
vent d'Est; l'anse Rouge, accessible seulement
aux bateaux d'unfaible tonnage; le Grand-Port-A-
Piment, qui est expos au vent du Sud, et l'anse
du Coridon, pros des limits du department du
Nord-Ouest et de celui de l'Artibonite.
'Au delay de la baie des Gonaives, la c6te, qui se
dirigeait du N.-O. au S.-E., se dirige du N. au
S. : dette cote a W6t form6e en grande parties par
les alluvions des rivieres de la plaine de l'Artibo-
nite et elle presente des forts de mangliers et de
palituviers qui arretent les d64pts de ces course






GRANDE GEOGRAPHIC


d'eau et contribuent ainsi A la creation de vastes-
marecages; neanmoins, elle offre une serie do
grandes babies qui sont, en general, tres spires. Ce
sont : la baie des Gona'ves, entire la pointe de
Lapierre et la pointe Verreur, elle est d'un acc6s.
tres facile et le mouillage y est excellent, sauf
lorsque le vent d'Ouest souffle avec force; la baie-
a Tortue, entire la pointe Verreur et la pointe de
Halle, et dans laquelle d6bouche l'Estere; la baie
de Grand-Pierre, bornee au N. par la pointe
de Grand-Pierre; 1'estuaire de l'Artibonite, sur
lequel est le port de la Grande-Saline; la baie de
Saint-Marc, qui pr6sente la forme d'un fer a
chevpl et qui est situ6e entire la pointe de la Table-
au-Diable et le cap Saint-Marc : cette rade est
trop ouverte sur la mer (18 kil.), de sorte qu'elle
n'est que foraine; lorsque le vent d'Ouest y souffle
avec violence, la lame devient si forte que les na-
vires ont peine a s'y maintefnir ; en outre, elle est
fr6quemment d6sol6e par les raz-de-maree.
Puis, la cote s'inflechit de nouveau vers le S.-E.,:
en pr4sentant une ligne de rochers oi l'on ne voit
qu'un abri, celui de Montrouis.
Depuis le mouillage de l'Arcahaiejusqu'au port
de L6ogane, le golf de la Gonave s'introduit pro-
fond4ment dans les terres et forme une immense-
baie, la baie de Port-au-Prince. Cette baie, pro-
tegde centre les flots du large par 1'ile de la
Gonave et centre les vents par une ceinture de-






DE L'ILE D'HAITI.


montagnes, est l'une des plus sfires des Antilles;
malheureusement, elle tend A s'envaser : elle est
en parties couverte de mangles et de marecages qui
font peu A peu reculer le rivage de la mer. Trois
phares en 6clairent les abords : l'un est plac6 au
Fort-Ilet, petite ile situee a un demi-kilometre de
Port-au-Prince, I'autre A la pointe du Lamentin,
et le dernier aux Arcadins, entire la Gonave et
I'Arcahaie. La baie renferme de nombreux ilots
don't la plupart sont bas et couverts de mangliers,
on peut citer l'let-A-Cabrits sur la c6te de 1'Ar-
cahaie et les Trois-Ilets ou Ilets-des-P6licans,
pros de Port-au-Prince. De la ville- de Port-au-
Prince jusqu'a la pointe de Dame-Marie, la c6te
prend la direction g6n6rale de 'E. A 1'O. On y
remarque: la pointe du Lamentin, qui s'avance
dans la baie de Port-au-Prince et qui est surmont6
d'un phare A feu tournant; la baie du Lamentin
ouh se jette la Rivibre-Froide et qui est bien abri-
tee, malheureusement elle est obstru6e par un bane
de sable; l'anse du Morne-A-Bateau, bordee de
mangliers; la pointe deLdogane; labaiedeLgogane,
protegee par des r6cifs, mais trop ouverte et trop
agite : elle est sujette A des raz-de-marde; l'ilot
du.Grand-Goave, situ6 non loin de la c6te; l'anse
du Grand-Goave, expose au vent du Nord; le
Tapion du Petit-Goave, qui s'avance dans. la mer
en forme de promontoire et qui protege la baie du
Petit-Goave Cette superbe baie, entire le Tapion






GRANDE GEOGRAPHIE


et la pointe a Antoine, a une ouverture de 3 kil. et
une profondeur de 2 kil.; les plus gros batiments
peuvent y trouver un mouillage excellent, a 1'abri
de tous les vents; la baie de Miragoane, entire la
pointe du Cardnage et la pointe de l'Ouest, qui
offre une remarquable profondeur jusqu'au rivage
et qui est prot6gde par de petites iles couvertes de
mangles centre toutes les tempktes, except pen-
dant la p6riode ou souffle le vent du Nord; la
baie de l'Anse-h-Veau, qui ne peut pas recevoir
de grands batiments et qui s'envase davantage de
jour en jour; la grande baie des Baraddres, cou-
verte au N. et i 1'O. par. une presqu'ile de
forme bizarre, appel6e Bec-de-Marsouin; elle pr6-
sente une ouverture de 5 kil. et une profondeur de
18 kil. du N.-E. au S.-E., elle est couverte de
recifs et de hauts-fonds, mais elle est protegee par
de nombreux ilots- ou croissent des paletuviers; la
baie des Caimites ou de Durot, protegee centre
les bourrasques par l'archipel des Caimites, par
les miles A Foucaut et a la Longe et aussi par de
nombreux r6cifs : la mer y est toujours came et
les navires sont en toute s6curit6 ; la principal
passe qu'on appelle quelquefois canal de la Caimite
prdsente une larger de pros de 2 kil. et une pro-
fondeur qui va de 10 h 90 m. : elle est situfe
entire la Grande-Caimite et la presqu'ile des Bara-
deres; la baie de Jdrdmie ou Grande-Anse, do.
mine par la pointe de Jdrdmie et expose au vent





DE L'ILE D'HAITI.


du Nord qui y occasionne parfois de terrible raz-
de-mar6e : cette baie pr6sente plusieurs recifs
dangereux entire lesquels doivent passer les na-
viresi les alluvions de la riviere de la Grande-
Anse tendent a la combler peu a peu; le Trou-
Bonbon, qui offre un assez bon refuge aux ca-
boteurs; l'anse du Clerc, agitec par le vent du
Nord; enfin la jolie baie des Abricots, ouf la mer
est souvent assez forte.
La parties des c6tes occidentales d'Haiti qui est
baign6e par le golfe de la Gonave se termine au
cap Dame-Marie, ou plus exactement A la pointe
de la Seringue qui est un peu plus au N. A
partir de cette pointe jusqu'au Cap-A-Foux-du-
Sud, la c6te descend directement vers le S., en
offrant successivement: le Trou-d'Enfer; la
baie de Dame-Marie, qui content trois mouillages:
le Trou-Rousselin, qui est expos au vent du
Nord, celui de la Grande-Rivibre-de-Dame-Marie,
qui est couvert de rochers, et celui de la Petite-
Rivibre-de-Dame-Marie, que preferenrt les cabo-
teurs parce qu'il est mieux abrit6; l'anse
d'Hainault, protegee par la pointe A Bourg, mais
dans laquelle les navires ne sont pas en sCret6
lorsqu'il se produit des coups de temps; la pointe
des Irois, qui est le point le plus occidental de
l'ile d'Haiti et qui abrite du c6t6 du N. la baie des
Irois.
Entre le Cap-h-Foux-du-Sud et le cap Tiburon





44 GRANDE GiOGRAPHIE
se trouve une baie profonde et assure centre
presque tous les vents : c'est la baie de Tiburon
qui forme uneexcellentereldche lors des tempktes,
si fr6quentes dans'ces parages. Du cap Tiburon
jusqu'au cap Engafio, c'est-h-diresur une longueur
de 640 kil. en ligne droite, la c6te conserve g6n6-
ralement la direction horizontal de 1'O. a 1'E.
Dans sa premiere parties jusqu'a la presqu'ile de
Bahoruco, elle ne pr4sente en general qu'une s6rie
de falaises escarp6es qui ne s'ouvrent quo de loin
en loin pour former quelques anses: cette parties
de la cote est exposee aux ravages du vent du Sud
qui y agite continqellement la mer. De frequents
ouragans viennents'abattre sur la c6te meridionale
de la presqu'ile du Sud et y causent d'immenses
d6gdts: les plus terrible se sont products en 1680,
1754, 1772, 1788, etc., et tout r6cemment en
septembre 1878.
Jusqu'a Port-Salut, le littoral est garni de rochers
et l'on y debarque avec la plus grande difficult:
on n'y peut citer que la baie de Port-A-Piment-
du-Sud qui est profonde, mais od le vent du Sud
-est a redouter. La presqu'ile de Port-Salut est une
terre d'origine volcanique: elle est couverte d'une
suite de pics qui affectent la forme de cones et qui
sont d'anciens volcans, aujourd'hui 6teints; elle
*est bordee de hauts-fonds et ne presente qu'un
mouillage, celui de Port-Salut, qui est a l'abri des
vents et od la mer est toujours calme; elle se ter-





DE L'ILE D'HAiTI.


mine par deux points, la pointe A Gravois, a
1'O., et la pointe d'Abacou, A l'E.
Cette presqu'ile abrite la baie des Cayes, du
c6t6 de l'O. La baie des Cayes est d'un aces
assez difficile a cause des bans de sable qui l'en-
combrent et qu'augmentent journellement les
apports des rivieres de la plaine des Cayes; d'autre
part, 1'entr6e est obstrude par de nombreux r6cifs,
notamment par le rocher de la Folle, sur lequel
s'est perdu le Bouvet, navire de guerre frangais
(1868): les trois passes qui donnent aces dans le
port des Cayes ne peuvent admettre que des bAti-
ments d'un assez faible tonnage. En r6sum6, cette
baie est peu sfire, parce qu'elle est insuffisamment
prot6g6e contre le vent du Sud par File a Vaches
et par des ilots moins consid6rables: aussi, les
navires sont-ils souvent obliges d'aller chercher
un refuge dans la baie des Flamands, t 1'E.
Les autres babies qui se trouvent apres la baie
des Cayes sont: la baie des Flamands, pr6sen-
tant une ouverture d'un kilom6tre environ sur
une profondeur de 5: l'entr6e en est assez difficile,
mais les bAtiments y trouvent un excellent mouil-
lage; la Grande-Baie-du-Mesle, bien abrit6e
contre le vent du Sud, mais don't le fond est cou-
vert'de mangliers; la Petite-Baie-du-Mesle,
qui sert de refuge aux petites embarcations, mais
.qui est sans abri contre le vent du Sud; la baie
de Saint. Louis-du-Sud, qui est l'une des plus






GRANDE GEOGRAPHIE


vastes de toute File et la plus sfire de la presqu'ile
du Sud; la baie d'Aquin, qui est environnbe
de marais salants et qui est prot6g6e par une ligne
d'ilots don't le plus grand porte le nom de Grosse-
Caye: la mer y est toujours came, mais les grands
navires doivent mouiller au large, a cause du peu
d'eau qu'il y a. Puis, la c6te se h6risse de rochers
fouett6s par la mer et n'offrant que quelques em-
barcaderes sans importance: c'est decette circons.
tance que la commune des C6tes-de-Fer tire son
nom. On trouve ensuite la magnifique baie de
Bainet qu'une petite presqu'ile, terminde par le
cap de Bainet, et dirigee du N.-O. au S.-E., garantit
contre les ouragans: elle est expose cependant
au vent d'Est, mais elle est digag-e de tous r6cifs.
Quant A la baie de Jacmel, comprise entire le cap
de Jacmel et le cap Marichaux, elle est sujette A
des tempetes et A des raz-de-mar6e terrible, et
pendant ces dernieres annies plusieurs grands
navires s'y sont perdus, elle present une ouver-
ture d'a peu pros 4 kil. sur une profondeur de 3 kil.;
son entree est obstru6e par des brisants. Puis, l'on
remarque l'anse du Marigot, ou les gros batiments
peuvent trouver mouillage, et l'anse du Fesle,
accessible seulement aux petites embarcations.
A partir de l'anse de Saltrou, la cote descend
vers le S.-E. ; elle est garnie de rocs et la mer y
est toujours agitee par le vent du Sud ; on y re-
marque l'anse du Grand-Gosier et les Anses-A.







DE L'ILE D'HAITI. 47
Pitre, sur les confins de la Republique d'Haiti et
de la Dominicanie. Elle continue A descendre dans
la mmne direction, puis elle remote vers le N.-E.
en vaste presqu'ile triangulaire: cette peninsule
est h6rissee de hautes montagnes et est.presque
inhabitee : elle est couverte en entier par le massif
du Bahoruco. Elle presente des baies assez pro-
fondes, et de bons mouillages, tels que I'anse
Roussel et I'anse dite Sans-Fond ou anse des
Aigles; elle est terminee par deux caps: le Faux-
Cap. au S.-O., et la pointe de la Beate ou Petit-
Cap-Mongon, un peu plus A l'E.; le Grand-Cap.
Mongon se trouve au N. de ce dernier cap, qui est
le point le plus meridional de l'ile d'Haiti.
Cette premiere parties des c6tes m6ridionales de
File, qui appartient la Republique d'IHaiti, est
assez cscarpee, comme nous l'avons d6dj dit: les
montagnes bordent presque partout la mer et le
littoral est bord6 de falaises 6lev6es ; ce n'est que
rarement que les alluvions, apporties par les
fleuves, ont pu former des planes. Mais; depuis le
mont Bahoruco jusqu'A la pointe Palenque, la cote
redevient plus basse :1e pays est en general plat
et la region fertile. Dans la region de Los-Llanos,
terrain de formation calcaire, c'est-a-dire depuis
la pointe Palenque, la c6te constitute une sorte de
muraille escarpde qui s'ouvrp de temps en temps
pour former des anses de peu d'.tendue et des
ports d'un aces difficile, A l'embouchure des course







GRANDE GEOGRAPHIE


d'eau. Toute cette second parties des c6tes, qui
appartient A la Dominicanie, est tourmentee par
les vents du Sud et les ports ne sont pas aussi stirs
que ceux qui se trouvent sur le territoire haitien."
On remarque'd'abord un vaste golfe qui pinetre
assez profondement dans les terres et qui est separ6
en deux parties par le cap Pedernales ou pointe
de Martin-Garcia : la premiere parties, a 1'O.,
prend le nom de baie de NeTba et est comprise
entire le cap Avarena et la pointe de Martin-
Garcia; elle offre 32 kil. de larger sur 15 de pro-
fondeur; la second, appelee baie d'Ocoa, est situde
centre cette derniere pointe et la Punta-Salinas ou
pointe d'Ocoa ; elle forme, A son extremit6 miri-
dionale, la magnifique baie de Las-Calderas, qui
est couverte par la Punta-Salinas: par sa posi-
tion geographique et la fertility des regions qui
I'avoisinent, elle est destine A devenir le point le
plus commergant de la c6te Sud de la Dominicanie.
A partir de la pointe d'Ocoa jusqu'A la pointe
Nizao, la c6te devient droite, sans 6chancrure
important: elle est basse, mais A une assez faible
distance de la mer se dressent plusieurs chaines
de montagnes qui bordent au N. la plaine de
Bani. Tout pros de la pointe Nizao on voit la pointe
et le port de Palenque pros de 1'embouchure du
rio Nizao : ce ,port est peu sfir, mais il sert de d6-
bouch6 aux grandes fabriques de sucre de l'int&-
rieur. La cote decrit ensuite une courbe don't la







DE L'ILE D HAITI.


convexit6 est tournee vers le N.-O., et forme la
baie de Santo-Domingo, situde entire la pointe
Palenque et la pointe de Causedo. Cette baie est
ouverte a tous les vents et est toujours agitee par
une forte houle: aussi est-elle gendralement d'une
'mauvaise tenue: heureusement, le fleuve Ozama
qui y tombe forme un vaste estuaire sur lequel est
bAtie ta ville de Santo-Domingo.
Depuis cette derniere baie, la c6te redevient
uniform, sans offrir d'autres refuges aux navires
que des anses de peu d'importance a l'embouchure
des rivieres : le port de San-Pedro-de-Macoris,
form par l'embouchure du rio Macoris, n'est
accessible qu'a des navires d'un faible tonnage,
mais il est n6anmoins tres frequent a cause de la
grande quantity de sucre que produit la vall6e de
-Los-Dos-Rios. Ajoutons aussi qu'avant d'arriver au
cap EngIno on rencontre la baie de Ia Romana,
excellent port natural former par l'estuaire de la
Romana et abrit6 contre les flots du large par l'ile
de la Catalina; puis la baie de Higuey, protegee
au S.-O. par l'ile de Saona, et au N. par le cap
Espada qui s'avance dans la mer en forme de
presqu'ile. '
Enfin, nous arrivons au cap Engino, notre point
de depart. En resum6, il r6sulte, de cette descrip-
tion du littoral de l'ile, que l'avenir maritime qui
est r6serv6 a Haiti est considerable: aucune des
Antilles n'offre autant d'avantages qu'elle ; il n'en







GRANDE GEOGRAPHIC


est aucune don't les c6tes renferment autant de
ports strs et commodes, et-ou l'aspect de la mer,
qui y est generalement clemente, invite davantage
les habitants a la navigation. Aussi, bien qu'on ne
tire guere parti de l'int6rieur de File et malgr6
les revolutions qui devastent periodiquement ce
sol merveilleux, peut-on' dire qu'il y a peu de
petits pays ou les marines, en d4pit de leur'igno-
rance, soient plus hardis et le cabotage plus floris-
sant qu'en Haiti.


SEPTIEME LECON

Les Iles adjacentes.

L'ile d'Haiti est entour~e d'un assez grand
nombre de petites iles, don't trois, qui appartiennentb
a la RIpublique de l'Ouest, et une qui appartient
a la Dominicanie, sont toutefois assez 6tendues.
Nous dicrirons les principles de ces iles en com-
mencant par cells qui sont sous la d6pendance
de la R4publique d'Haiti.

I. Iles appartenant A la R6publique
d'Haiti.

to L'ile de la Tortue, au N.-O. Cette ile n'est
s6paree de la R1publique d'Haiti que par.un 6troit





DE L'ILE D'HAITI.


canal qui est appel4 canal de la Tortue et qui
n'offre pas plus de 10 kil. de larger. Elle s'6tend
de l'O. A l'E., sur une longueur de 38 kil. et
sur une larger moyenne de 5 ; sa superficie est
d'environ 160 kil. carr6s. Elle a Wt6 appelee de ce
nom soit A cause de sa forme, car, selon quelques
navigateurs, vue de la mer elle resemble A une
4norme tortue, soit A cause des tortues de mer qui
abondent sur ses cotes.
Nous avons vu que cette ile fut le berceau de la
civilisation franoaise a Saint-Domingue (1630) ;
mais, apres que ses habitants eurent emigr6 dans
la Grande Ile (1686), elle ne fut plus qu'un point
sans importance. Durant le xvime siecle, elle servit
plusieurs fois de refuge aux esclaves marrons, mais
elle ne fut guere exploit6e. Ce n'est que dans ce
siecle, et tout r&cemment, qu'on songea A la mettre
en exploitation; mais les d6boires que s'attira
en 1887 (1) le gouvernement du general Salomon,
don't 1'un des pridicesseurs avait affermd l'ile a
une Compagnie sans scrupule, ne sont point un
encouragement pour nos gouvernements A con-
ceder la mise en exploitation de l'ile A des strangers,
et .malheureusement les capitaux haitiens sont
encore insuffisants ou bien hesitent, par crainte
de revolutions, A faire valoir les richesses de la
Tortue.


(1) Affaire Maunder.





52 GRANDE GEOGRAPHIE

La plus grande parties du sol de la Tortue est de
nature calcaire, n6anmoins on y trouve des terrains
granitiques. L'ile presente deux faces, le c6te Nord
et le c6ot Sud qui se rejoignent aux points de
l'Est et de l'Ouest. La c6te meridionale est presque
rectiligne et presente plusieurs anses assez com-
modes ; en outre, elle est basse, les montagnes
bordent la mer d'assez loin et s'e16vent en pente
douce jusqu'h la crkte de la chaine qui parcourt le
centre de l'ile. Les points les'plus remarquables
de cette c6te sont : la pointe des Coquillages ou
de Portugal, qui est A l'O. de la pointe E. et
non loin de laquelle se trouvent des marriages ;
la pointe du Masson, qui renferme un lagon; la
Basse-Terre ou Port-du-Roi : cette locality a kt6
de tout temps le lieu le plus important de F'ile,
parce que c'est la que se trouve le meilleur mouil-
lage. A I'O. de la Basse-Terre, a 3 kil. plus loin,
se jette la riviere Cayonne, ensuite l'on ren-
contre successivement : la pointe aux Oiseaux,
puis plusieurs ruisseaux qui fournissent une eau
delicieuse, puis la pointe du Grand-Mahd et une
suite de planes et de petites vallies peu propres a
la culture, entin l'on arrive a la pointe 0.
La c6te septentrionale de l'ile est a peu pres
inaccessible; ce n'est qu'une succession de rochers
don't les bords sont a pic; les tempktes y sont ter-
ribles; et le seul mouillage qu'on y rencontre est
peu commode : c'est I'anse du Trdsor. De cette






-description, il r6sulte que le S. de I'ile peut seul
6tre reellement habits : ce n'est d'ailleurs que dans
cette parties que l'on pourra fonder un port sCir, car
il n'y a que cette c6te de la Tortue qui soit a
1'abri des vents du Nord.
L'ile de la Tortue est d'une fertility prodigieuse,
toutes les productions de la Grande-Ile y croissent
avec une rare vigueur. Ce qui fait sa principal
richesse, ce sont ses immense forts de bois de
construction et surtout ses in6puisables forts de
bois d'acajou et de galac. Outre ces avantages on
y trouve des tortues de mer et une espece de crabes
rouges fort estimee; le canal de la Tortue est tres
poissonneux, on y peche principalement les thons,
les carangues, les rougets, les lamantins.
Par sa situation priviligi6e au N.-O. d'Haiti, a
1'entree de la Passe-du-Vent, on peut dire que,
lorsque l'isthme de Panama sera perc6, la Tortue
deviendr'a Fun des points strat6giques les plus im-
portants des Antilles; aussi n'a-t-elle pas manfqu6
d'exciter les convoitises de plus d'une puissance
6trang6re, mais jusqu'a present ces efforts ont 6t&
d6joues.
2" L'ile de la Gonave. Cette-ile est la plus
considerable de toutes celles qui dependent d'Haiti.
Elle est situee au milieu de l'immense golfe qui
porte son nom, a l'entree de la baie de Port-au-
Prince qu'elle protege contre les tempktes du large;
elle est separ6e de la Grande Ile par le canal du


DR ILILE D'HAITI.





G1,ANDE GEOGHAPHIE


Nord ou de Saint-Marc et par le canal du Sud
ou de la Gonave; dans le premier canal se trouve
le group des Arcadins ou se dresse un phare;
dans le second se trouvent les r4cifs du Rochelois.
La Gonave pr6sente une superficie d'environ
700 kil. cars : elle a 60 kil. de longueur et
15 kil. de larger. Cette ile a servi de refuge aux
indig-nes de la cour d'Anakaona, apres que.les.
Espagnols eurent mis A mort cette reine de Leo-
gane; ces nouveaux habitants lui donnerent le
nom de Guanabo ou Guanavana (Corossol), a
cause de la grande quantity de corossoliers qui y
poussaient.
La Gonave est tres montagneuse, elle est divis6e
en deux versants; la ligne de partage des eaux suit
la crete de la chaine qui traverse le centre 'lo l'ile et
don't le point culminant, appel6 le mont Lotorre,
atteint environ 900 metres de hauteur. Elle jouit
d'un climattres salubre; malheureusement, durant
la saison des pluies, il y .pullule une espece de
maringouins appel6s bigailles, don't la piqure est
tres douloureuse. L'ile est entour6e de recifs ; elle
n'offre que deux ports commodes, I'un sur la c6te
S.-E. : c'est la baie du Parc, et l'autre sur la c6te
N.-E. : c'est l'anse a Galets; tout le reste de File
ne pr6sente quie des anses sans importance. La
Gonave est termin6e a l'O. par la pointe des
Lataniers qui domine une c6te formed de hautes
falaises et appel6e C6te-de-Fer, et A I'E. par la





DE L'ILE D'HAiTI.


Grosse-Pointe et par la pointe Fantasque, cette
derniere 6lev6e et escarp6e et non loin de laquelle
se trouve une ile appelee ]a Petite-Gonave.
L'i!e est d'une fertility remarquable, de nom-
breuses sources y entretiennent une veg-tation
luxuriante, on y trouve principalement de magni-
fiques forces de chines et d'acajou, et d'autres
bois de construction. Dans les montagnes de
l'interieur on a decouvert des gisements de kao-
lin ; dans les forces, on chasse le gros et le menu
gibier, dans les planes paissent des bceufs estimes.
Quant aux cotes, elles sont tres poissonneuses; on
y trouve surtout des carets, des homards, des
crabes et des sardines.
La Gonave commence aujourd'hui A se peupler :
tout autour de l'ile, on voit de nombreuses cabanes
de pc.heurs et de cultivateurs; mais, malgr6 tous
ses avantages, elle n'est qu'un poste militaire
relevant de l'arrondissement de Port-au-Prince.
Le chef du poste reside A l'Anse-a-Galets, boung
assez considerable qui se trouve en face de Mont-
rouis; on trouve dans File d'autres bourgades,
telles que la Pointe-a-Raquette, sur la c6te m6ri-
dionale et la Petite-Anse, sur la c6te occidentale.
La Gonave vient d'etre conc6dee A une compagnie
haitienne.
3 Les Caimites. C'est un archipel situe
S.-0. de la Gonave, pros de la presqu'ile des Bara-
deres. Cet archipel coinprend : la Grande et la





56 GRANDE GEOGRAPHIC
Petite-Caimite, l'ilet Lambi, l'ilet A Foucaut, 1'ilet
a Chien, l'ilet d'Amourette, les ilets a la Longe,
1'ilet A Carenage, etc.; il couvre la baie des Cal-
mites qu'il protege contre les vents du Nord. On
y trouve de magnifiques frets de bois de cons-
truction et notamment des forts de gaiac. La
Grande-Caimite offreune surface d'environ 30 kiL
carries.
4 La Navase. Elle est situee A 85 kil.
S.-O. du cap de Tiburon, entire Haiti et la Jamai-
que. C'est un il6t de 4 kil. de long sur 2 de large;
vers 1858, une compagnie ambricaine vint l'occuper
et, depuis cette 6poque, elle y exploite le guano.
A plusieurs reprises nos divers Gouvernements.
ont fait des d6marches pour ressaisir leur autorit6
sur cette ile, mais ces demarches sont jusqu~'A pre-
sent restics sans r6sultat.
5 L'ile A Vaches. Cette ile est situee au
S. de la baie des Cayes, a 8 kil. E. de la pointe
d'Abacou; elle presente une longueur de 16 kil.
sur une larger moyenne de 4. Selon la plupart
des geographes, elle tire son nom de ce que les
Boucaniers, a qui elle a servi de repair, y ont
trouv6 une grande quantity de vaches; selon une
autre etytnologie, ce nom devrait s'6crire Avache,
du nom Abacou ou Abaque sous lequel les
Indiens distinguaient cette ile : du reste, c'est le
nom du promontoire pros duquel elle est situee.
C'est une terre plate, bordee vers 1'O. par une





DE L'ILE D'HAiTI.


s6rie de monticules qui ne d6passent pas 30 m.
d'altitude; elle est tr6s fertile : on y 61ve des
bestiaux et l'on y cultive des vivres alimentaires
de toutes sortes.
Dans le canal de lile A Vaches se trouvent
plisieurs ilots don't les principaux sont la Caye-A-
l'Eau, la Caye-au-Pouce et la Caye-de-la-Folle.
6 Au S. de la baie d'Aquin s'6tend un group
de petites iles dent les principles sont : la baie h
Ramier, l'ile de la Rdgale, l'Anguille et la Grosse-
Caye, qui est la plus considerable.


II. Iles appartenant A la Dominicanie.


1l La Beata. Elle est s6paree de la pres-
qu'ile du Bahoruco par un canal de 14 kil. de lar-
geur. Elle offre 12 kil. de I'E. h l'O. sur 8 kil.
du N. au S., sa superficie est d'environ 30 kil.
carrds. C'est une ile assez montagneuse, dans
laquelle on trouve de grandes forts de bois de
construction. Christophe Colomb la' d6couvrit en
1504; depuis, elle a Wt6 exploit6e durant quelques
ann6es, mais elle a servi aussi de refuge a des
pirates qui infestaient la mer des Antilles au com-
mencement de ce sickle. A 22 kil. 0. de la Beata
setrouvel'ilot de Frayles ; c'est un rocher entour6
de r6cifs et sans grande importance.





GRANDE GtOGRAPHIE


2 Alta-Vela. C'est un ilot situ6 a 8 kil.
S.-O. de la Beata. Colomb le d6couvrit en 1494.
Alta-Vela a une longueur de 3 kil. sur 2 kil. 1/2
de larger. Quoiqu'il soit assez aride, les hauteurs
qu'on y voit sont couvertes de bois de construc-
tion, mais sa principal richesse consiste en ae
grands d6p6ts de guano qu'exploite une compa-
gnie am6ricaine depuis 1861.
3 La Catalina ou Petite-Sa4nte-Catherine.
Cette ile est separ6e de la c6te dominicaine par
un 6troit canal : c'est.une ile tr6s fertile, longue
de 8 kil. et large de 4. Elle fut autrefois cultiv6e;
aujourd'hui on y trouve des bois de construction et
beaucoup de gibier.
4 La Saona. Elle est situde au S.-E. de
1'ile d'Haiti, au S. de la baie de Higuey; un 6trit
canal de 6 ou 7 kil., appel6 Boca-del-Catuano, la
spare de la Dominicaine; elle portait, sous les
Indiens, le nom d'Adamanay. Les Espagnoks s'en
empar6rent apr6s en avoir extermin6 tous les ha-
bitants. Elle presente environ 28 kil. de longueur
sur 8 de larger; on en value la superficie a
200 kil. carries. Elle est dominee par deux petits
" massifs, a I'E. et A l'O.; le centre est plat et
les savanes qu'on y rencontre sont peuplees de
bestiaux. Les Espagnols y.exploiterent autrefois
avec succ6s la canne a sucre, mais aujourd'hui
cette culture est abandonn6e et f'ile n'est plus peu-
pl6e que par quelques families de p6cheurs qui






DE L'ILE D'HAITI. 59
trouvent, vers la c6te soptentrionale, des mouil-
lages h 1'abri de toutes les tempktes.
Toutes ces iles que nous venons d'4num6rer
sont situdes au S. de la Dominicanie. Le N. de
cette Republique ne present que des ilofs sans
importance. Citons toutefois : les lots de Las-
Callas, de Limon et de Las Ballenas, situes A
2 kil. de la c6te septentrionale de la presqu'ile de
Samana, et I'archipel des Sept-Freres, situ6 en
face de la baie Monte-Cristi, et compose de sept
iles: Monte-Grande, Monte-Chico, Tercero, Ratas,
Torcru, Arenas et Muertas.
Autrefois, la Republique dominicaine possedait
les iles de Mona et de Monica, entire 1'ile d'Haiti
et Puerto-Rico. Mais ces iles ont Wte r6cemment
occupies par les Espagnols.




CHAPITRE II'

HUITIEME LEQON

G0ologie de file d'Haiti.

Deux hypotheses se presentent lorsqu'on cherche
ia expliquer la manibre don't s'est form.e 1'ile
d'Haiti.






GRANDE GEOGRAPHIC


D'apres la premiere, il aurait exist une vaste
contr6e reliant I'Am6rique du Sud i l'Amerique
du Nord; a la suite d'un bouleversement, cette
contree aurait disparu et les cimes des hautes
montagnes, seules, n'auraient pas 6t6 submergees:
d'ou la formation des nombreuses iles de l'archi.
pel des Antilles. Cette hypoth6se peut, jusqu'a un
certain point, paraitre vraisemblable, si l'on re-
monte a une ancienne et fameuse tradition qui
rapporte un phenomene analogue : d'apres cette
tradition, il aurait exist un continent qui s'4ten-
dait i 1'O. de, l'Afrique et qui, a la suite d'un
cataclysme, disparut sous les eaux : c'6tait la terre
des Atlantides, qui a donn6 son nom a l'Oc6an
Atlantique. D'autre part, en comparant entire elles
la faune et la flore des Antilles, on peut .voir
qu'elles sont identiques dans tout l'Archipel; en
outre, si l'on considere la direction des montagnes
de l'Archipel, on voit que c'est dans le centre de
1'ile d'Haiti que se trouve le nceud du system
orographique des Antilles; de ce centre parent
une serie de chaines: l'une, dirig-e vers le N.-O.
et disparaissant au Cap-a-Foux-du-Nord pour re-
paraitre dans l'ile de Cuba; l'autre vers l'E. et
disparaissant au cap Engafio pour reparaitre dans
l'ile de Mona, Puerto-Rico, etc., et pour se dive-
lopper en arc de cercle jusqu'a 1'ile de la Trinit-;
enfin, une troisieme chaine, partant du Bahoruco,
se dirige vers l'O., disparait au cap de Tiburon






DE L'lLE D'HAiTI. 61
et reparait a la Jamaique, ou elle conserve sa di-
rection de I'E. a l'O.
Suivant la second hypothese, qui est beaucotdp
plus soutenable parce qu'elle s'appuie sur des
donn6es plus scientifiques, l'ile d'Haiti doit sa
formation h une succession de soulevements vol-
caniques'. D'apres les recherches de plusieurs geo-
logues, la formation de l'ile est assez recente,
puisque la majeure parties d'Haiti n'apparut au-
dessus du niveau de la mer que tout au commence-
ment de l'dpoque tertiaire, vers le moment ou les
terrains calcaires se constituaient en Europe, c'est-
a-dire pendantla periode docrne(l). Durant l'epoque
-secondaire, les terres qui se dressaient au-dessus
du niveau de la mer se composaient simplement
de la Cordillere central, d'une s6rie de petites iles
formies par la sierra de Samana, des principaux
*sommets des sierras du Bahoruco et d'une ile for-
mte par la sierra de Monte-Cristi aux environs de
Puerto-Plata.
Les terrains qui apparurent pendant 1'6poqne
,tertiaire forment toute la parties septentrionale

(1) Les terrains tertiaires sont ceux don't la formation
Temonte a la fin de la periode secondaire, ils se divisent en
quatre groups d'assises qui sont, en commengant par le
plus ancien : le terrain eocene, le terrain oligocene, le ter-
rain miocene et le terrain pliocene.
Apres la periode tertiaire vient la p6riode quaternaire,
qnui se continue par la formation actuelle.






62 GRANDE GEOGRAPHIE

de File et une bonne portion de la parties m6ri-
dionale. Enfin les terrains les plus modernes se
trouvent dans les planes qui sont born6es par
la mer, principalement celles qui sont situees au
S. de la Hilera central. Ainsi donc, si l'on veut
faire l'historique des diff6rentes series de forma-
tions par lesquelles File a pass ava'nt d'atteindre
sa constitution actuelle, on peut dire que les pre-,
mitres terres qui se sont montries au-dessus de
l'Oc4an sont les hautes crites du Massif central,
c'est-a-dire les sommets du Cibao et de la Hilera
central; le Massif 4tait alors entour6 par la mer
et format une ile central, autour de laquelle se
groupaient des iles moins etendues : au S.-O., les
sommets du Bahoruco, de la Selle, de la Hotte,
c'est-a-dire le faite de ces chaines qui parcourent
aujourd'hui la presqu'ile du Sud, 6mergeaient des
eaux et formaient une ilelongue et 6troite, s6parie
du Massif par les planes actuelles d'Azua et de
Neiba; au S.-E. apparaissait un petit archipel, peu
levd au-dessus des lots et form par les collins
de Seibo et la chain de los Muertos; enfin vers
I'E. se voyait une ile rocheuse, longue, de peu
de larger et de peu d'416vation, qui est aujour-
d'hui la presqu'ile de Samana. *
Apres ce premier soulkvement, les forces sou-
terraines se -repos6rent durant de longs sickles et
Haiti resta partagde en differents fragments;
pourtant ces diff6rents fragments s'agrandireat:






DE L'ILE D'HAiTI. 63
une immense quantit ale madr6pores (1) s'atta-
cherent aux flancs de ces miles et peu h peu celles-ci
furent enveloppees de bans de corail.
A la suite de cette 6poque, c'est-a-dire vers la
periode miocene, eut lieu une nouvelle revolution
g6ologique beaucoup plus puissante que la pre-
miere. Le premier.effet de oe soulevement fut la
formation de toute la parties septentrionale de l'ile
actuelle d'Haiti: sur un space de 200 kil. toute
une chaine de montagnes se dressa au-dessus du
niveau de la mer A une altitude de 1.000 m. ;
cette chaine est celle de Monte-Cristi. De meme le
Cibao s'6leva h une hauteur considerable. Entre le
Cibao et la chaine de Monte-Cristi apparut une
terre qui les relia entire eux et qui surgit A 70 m.
au-dessus des flots: c'est la plaine de Santiago.
Enfin toutes les parties du pays subirent un chan-
gement de niveau et l'ile d'Haiti forma des lors une
masse compact.
L'un des effects les plus remarquables du soule-
vement fut la reunion des deux grandes'iles qui
se montraient l'une a cote de l'autre s6parees par
un large d6troit qui futplus tard leXaragua: c'6tait
le Cibao et le Bahoruco. Entre ces deux massifs
apparut une suite de planes peu levees, d'od la
(1) Les madrepores sont des polypiers arborescents forms
par la reunion d'un grand nombre de cellules, disposes en
rayons, don't les surfaces sont heriss6es de petites etoiles a
bords saillants.






GRANDE GEOGRAPHIE


merse retira en laissant comme traces de son s&jour
d'immenses gisements de sel marin fossile, qui
contribuent a empecher les deux grands 6tangs de
ces plaines de perdre leur saveur sale. Cette suite
de planes forme une veritable depression qui
divise en deux systemes l'orographie d'IHaiti, car
aucun lien n'existe entire le Cibao et le Bahoruco;
nous reviendrons sur cette question en traitant de
1'orographie d'Haiti.
Apres d'autres soulevements moins consid6-
rables, 1'ile se trouva completement formde: les
plains qui se trouvent aujourd'hui entire le Hilera
central et la mer des Antilles s'dleverent au-dessus
du niveau de la mer et, peu h peu, les rivieres, en
descendant des montagnes d'ou elles entrainaient
de grandes quantitis d'alluvions, exhausserent le
niveau des planes, comblkrent les vides qui s'6ten-
daient encore entire les chaines de montagnes et
firent reculer le rivage de la mer. A cette 6poque
les autreg Antilles n'6taient pas complktement
constitutes : Cuba et Puerto-Rico 6taient de peu
d'etendue et les Lucayes n'avaient pas paru au-
dessus des eaux.
Si l'on fait une coupe theorique de Pile d'Haiti
depuis sa base jusqu'aux sommets du Massif
central, on trouve d'abord vers la base une sorte
de croate don't l'origine remote aux plus anciens
soulevements: cette crouite forme, pour ainsi
dire, la carcasse primitive de l'ile; elle se







DE V'ILE D'HAITI. 65
compose de conglomdrats (1), de calcaires (2)
souvent m6tamorphiques, de feldspath (3), de
quartz (4) et d'amphiboles (5).
Plus tard, lorsque les forces souterraines se
mirent de nouveau en movement, la carcasse
primitive fut fendue et livra passage A d'6normes
coul6es de laves qui se solidifibrent et qui ferment
aujourd'hui les grandes chaines de montagnes de
l'ile. Cette eruption formidable crea de nombreux
volcans qui furent longtemps en activity et dent on
voit les traces dans toutes les parties du pays. Les
roches plutoniques (6), qui souleverent la carcasse
(1) Les conglomdrats sont des rochers en fusion qui,
pousses de l'int6rieur du sol, ont rencontre sur leur passage
des roches fissurees auxquelles elles ont enlev6 de nombreux
fragments : ces fragments, A force de se rouler, se sont
arrondis et sont rests dans la pate solidifite.
(2) Le calcaire est un compose de chaux et d'acide car-
bonique : la pierre A chaux, la craie, le tuf, le marbre, I'al-
batre calcaire en sont des vari6tes.
(3) Le feldspath est un mineral compose de silice, d'alu-
mine et d'une substance alcaline.
(4) Le quartz est un mineral qui est form de silice pur
et qui offre la plus grande duret6.
(5) L'amphibole est un compose de silice et de plusieurs
bases isomorphiques, c'est-4-dire susceptibles de se rem-
placer l'une l'autre : tels sont la chaux, la magn.sie, etc.
(6) On appelle roches un melange de divers mineraux. Les
roches plutoniques, qu'on appelle aussi roches druptives
ou ignees, sont celles qui ont fait eruption de I'intorieur du
globe a la surface, soit a l'Ntat primitif de fusion par la cha-
leur, soit ha l'tat pateux.







GRANDE GtOGUAPHIE


de file se composaient de grants (1) et de syd-
nites (2). Le soul6vement volcanique se produisit
dans la direction du S.-E. au N.-O., car toutes
les chaines de montagnes auxquelles il donna
naissance prirent invariablement cette direction
(chaine de Monte-Cristi, chaine du Cibao et ses
ramifications dans le S.-E. et le N.-O., chaines de
Neiba et de Mirebalais, Bahoruco, etc.). Les grants
du Pico-del-Yaqui, sommet principal du Massif
central, se prolongent jusqu'au delh des mornes
de Valli6re et de Dondon, de mnme les montagnes
situ6es au S. de Mirebalais forment de grandes
masses plutoniques; la Hilera central est 6galement
composee de grants et de sydnites.
Apres 1'6poque 6ocene, c'est-a-dire durant la
p6riode mioc6ne, se formerent d'autres terrains: les
schistes (3P et calcaires primitifs furent, au S.
comme au N., envelopes par une bande.de nou-
veaux calcaires, except dans la presqu'ile de

(1) Les grants sont les melanges de quartz, de mica et
de feldspath reunis en masses granuleuses: si ces mdlanges"
sont r6unis en feuillets entremel6s, la roche prerid le nom.
(2) Les sydnites rappellent par leur aspect les grants et
sont formtes de quartz, d'amphiboles et de cristaux'd'or-
those (silicate d'alumine et de potasse).
(3) Les schistes sont des rochers don't les 6l6ments sont
confondus entire eux et qui pr6sentent en apparence une
structure terreuse et feuilletde : le type du schiste .est l'ar-
doise. Le schiste differe de l'argile en ce qu'il n'est pas
susceptible de se delayer dans l'eau.





DE L'ILE D'HAITI.


Samana. Plus tard encore, ces terrains miocenes
s'accrurent d'une bande de nouveaux terrains: ce
sont principalement des calcaires postpliocknes,
des sables, des graviers, des coraux, qui borderent
toutes les c6tes de l'ile. Cette bande est 6troite et
suit le littoral; cependant, elle p6n6tre dans l'int6-
rieur des terreg a ]'O. d'Azua et comprend toute la
vallee du Yaqui-du-Sud jusqu'ai San-Juan-de-la-
Maguana. La plaine de San-Juan est d'ailleurs la
seule qui ait Wt6 ainsi formne ; toutes les autres, la
plaine du Nord, celle de la Vega-Real, celle de Los-
Llanos, celle enfin du Cul-de-Sac, sont composes
de terrains miocenes de l6poque tertiaire (gr6s (1),
schistes argileux, calcaires, etc.). Par cet histo-
rique de la formation de l'ile d'Haiti, on peut voir
combien de phases successives elle a traverses;
les terrains divers qui se sont soud6s pour amener
la composition definitive du sol d'Haiti offrent, au
point de vue min6ralogique, unevari6t6 de richesses
que l'cn ne' saurait trouver ailleurs. Toutes les
substances min6rales quine se rencontrtnt qu'iso-
16ment dans les diff6rentes contr6es de la terre ont
t6 reunies comme a plaisir dans le sol haitien et s'y
trouvent accumuldes en quantit6s prodigieuses:
1'or, 1'argent, le cuivre, le mercure, le zinc, l'ktain,
le fer, le soufre, l'antimoine, la houille, le sel

(1) Les gras sont des sables silicieux plus 6u moins agglu-
tines par un ciment tantot calcaire et tantot ferrugineux.





GRANDE GEOGRAPHIC


gemme, le salpktre, le talc, le quartz, le spath, les
pierres precieuses, etc., se trouvent a profusion
dans toutes les parties du pays, et, pour rendre l'ile
l'une des plus riches du globe, il suffirait d'une
exploitation m&merudimentaire, puisquc les Espa-
gnols, avec des procedes grossiers, ont pu recueillir
en peu d'annees une valeur de 370 millions de
francs, rien que pour l'or. Malheurcusement, jus-
qu'a present, piesque aucune de cos productions
minerales n'a k6t mise en valeur.




CHAPITRE III

Relief du sol

I. Les Montagnes.

NEUVIEME LEQON
L'orographic de Pile d'Haiti qui, au premier
abord, parait si compliqu6e, est pourtant tres
simple a etudier. L'ile est partagee en deux sys-
t4mes orographiques bien ddfinis : le premier sys-
teme embrasse toutes les montagnes qui se trou-
vent au N. de ce qu'on peut appeler la Rdgion
.des Etangs; le second comprend cette s6rie de
hauteurs qui parcourent de l'E. A l'O. la presqu'ile,





DE L'ILE D'HAITI. 69
du Sud, depuis le massif de Bahoruco jusqu'aux
caps Dame-Marie et Tiburon.
Le ncoud du systeme septentrional se trouve
dans un 6norme massif, que nous appellerons le
Massif central parce qu'il est situ6 presqu'au
centre g6omitrique de File : c'est la sierra du
Cibao. Cette chaine, qui est tres 6lev6e et qui pre-
sente des sommets de plus de 2.000 ni. d'alti-
tude, projette dans tous les sens une infinite de
rameaux : ce sont pour ainsi dire autant de bran-
ches qui parent d'un tronc principal et qui se di-
rigent dans toutes les directions, elles separent
les bassins des quatre grands fleuves de l'ile et
forment autant de lignes de partage des eaux. Ces
chaines recelent dans leur sein des richesses mi-
n6rales in6puisables; elles sont couvertes d'une
vegetation luxuriante et produisent les plus beaux
bois de construction qui soient au monde;. enfin,
leur le6vation leur permet de prot6ger les planes
qu'elles dominant centre les ouragans qui se d&-
chainent trop souvent dans les regions intertropi-
cales. Ces immense forts, vierges pour la plu-
part, qui poussent sur les flancs de ces diverse
chaines, exercent 6galement une grande influence
sur le climate de File : ce sont elles qui rafraichis-
sent 'les vents et les transforment en brises bien-
faisantes; ce sont elles aussi qui r6gularisent
Pl'coulement des eaux, car c'est grace A elles que
les pluies dilnviennes qui tombent dans les mon-





GRANDE GAOGRAPHIE


tagnes ne se precipitent pas vers la mer et ne
changent pas les course d'eau en torrents d6vasta-
teurs.
Au N.-O., les ramifications du Massif central
vont jusqu'au cap Saint-Nicolas; au S.-O., elles
s'6tendent jusqu'A la pointe de Saint-Marc; au
S.-E., jusqu'au cap Engatio; au N.-E., une s6rie
de hauteurs peu considdrables, qui parent du
Massif, s6parent les bassins du Yuna et du Grand-
Yaqui et vont se souder h la grande chaine de
Monte-Cristi qui parcourt tout le N. de la Domi-
nicanie. Ce premier systeme orographique finit
brusquement devant une depression de terrain
qu'occupent les lacs Assuei, Enriquillo et d'autres
6tangs de moindre importance.
Le second systeme commence au S. de la rd-
gion des JEtangs et se dirige vers l'O., en cou-
vrant toute la presqu'ile du Sud : il comprend les
montagnes du Bahoruco, la chaine de la Selle, de
la Hotte, etc.
Ces montagnes n'ont aucun lien qui les rattache
aux montagnes du reste de I'ile; la depression qui
spare les deux systemes n'est composee que de
planes qui, en g6neral, n'offrent qu'une lbigre
difference de niveau avec la mer : celles du Cul-
de-Sac et celle de Neiba; les deux lacs Assuei
et Enriquillo ne sont s6pares que par une petite
plaine appel6e plane de Jimani ou quelquefois
plaine des Verrettes; enfin deux golfes profonds,





DE L'ILE D'HAITI. 71
celui de Port-au-Prince et celui de Neiba, s'6ten-
dent entire les deux systemes. Ces diverse cir-
constances prouvent amplement qu'autrefois Haiti
6tait partag6e en plusieurs iles qui n'ont 6t0 relies
les unes auytautres que par des soulevements sue-
cessifs du sol.


I. Le Cibao et ses ramifications.

Le Massif central d'Haiti est situS& tout entire
sur le territoire dominicain : il commence A peu
pros aux sources de la riviere du Massacre sur les
frontieres de la Dominicanie et finit au mont
Banilejo qui sert de borne aux trois provinces
dominicaines d'Azua, de Santo-Domingo et de la
Vega, et oi vient se souder la IHilera central. II a
pour limits une ligne imaginaire qui passerait
par les points suivants : les sources de la riviere
du' Massacre, Sabaneta, San-Jose-de-las-Matas,
Jarabacoa, Bonao, le mont Banilejo, San-Juan-
de-la-Maguana et Banica.
Ce massif ne renferme pas le plus haut som-
mnet de 1'ile; mais, par son altitude moyenne, par
les difficultis que les explorateurs ont toujours
trouv6es dans les tentatives qu'ils ont faites pour
1'escalader, et par les forts inextricables qui le
couvrent, il a mbrit6 le surnom de months Deserts:
c'est 'en effet la parties la moins peupl6e de l'ile.





GRANDE GtOGRAPHIE


La chaine du Cibao est d'origine plutonique : la
plupart des sommets qu'elle presente sont d'an-
ciens volcans, aujourd'hui 6teints. Les richesses
qu'elle renferme consistent surtout dans For qu'on
exploitait jadis principalement sur le versant sep-
tentrional du Massif et que l'on fondait A Concep-
cion-de-la-Vega.
Le nceud du Massif, qui se trouve dans une parties
de la chaine qu'on appelle sierra de la Diferencia,
est I'un des plus hauts sommets de l'ile : c'est le
Pico-del-Yaqui, qui se dresse a 2.955 m. d'alti-
tude. Trois des grands fleuves de File prennent
leurs sources non loin de ce pie : ce sont le Grand-
Yaqui, l'Artibonite et le Yaqui-du-Sud.
Les autres montagnes les plus 6levees- sont : le
mont Entre-los-Rios, au N.-O. du pic de Yaqui
*et pr6sentant une hauteur de 2.440 m.; le mont
Gallo (2.114 m.), le loma Jalapa, le pie Lanza
(1.430 m.); le mont Jicome, le loma Joca (2.360
metres), entire le Baguati et le Mao; le pic Nalga-
de-Maco (2.500 m.), d'ou s'6chappe la Joca,
branch superieure de l'Artibonite.
Du mont Entre-los-Rios parent de puissants
contreforts dirig6s vers le N. et vers le S. Vers
le N., entire le rio Bao et l'Amina, affluents du
Grand-Yaqui, part la sierra de San-Josd-de-las-
Matas, o6 l'on remarque le mont Higua (1.220
m6tres), au S. de San-Jose. Du meme pic, mais
un peu plus a 1'O. se d6tache la sierra Pelada,





' DE L'ILE D'HAITI.


qui et comprise entire les sources de l'Amina et
et du Mao et qui se continue par le mont El-Cedro
et par le mont Rubio (1.430 m.). Du cote meri-
dional du Massif, le mojit Entre-los-Rios envoie
entire la Maguana, branch superieure du Yaqui-
du-Sud et le Mijo, affluent de ce fleuve, la sierra
de San- Juan-de-la-Maguana, ou se trouve le
mont El-Cercado (1.530 m.).
Du Pico-del-Yaqui part Agalement un puissant
contrefort, dirig6 vers le S. : c'est la sierra del
Agua, comprise entire le Mijo et le Yaqui-du-Sud;
le pic le plus 6lev6 de cette chaine est le mont
Cucurruchu (2.200 m.).
Les derniers rebords septentrionaux du Massif
central vont se terminer assez pros de la rive
gauche du Grand-Yaqui, ils se composent d'une
serie do petits chainons independants, qui sont
paralleles au course du fleuve; ce sont : le loma
Beboruco; A P'E. de Santiago, le loma Caraco-
les, entire l'Amina et le Mao, la sierra de Zamba,
entire le Mao et le Guayabin : cette derniere, de
nature calcaire et d'une altitude uniform, est
entrecoup6e de profonds d6files oi coulent les
affluents du Yaqui.
Du Massif- central se detachent quatre grands
rameaux qui couvrent la plus grande parties de
V'ile de leurs ramifications et qui forment les
quatre grandes chaines de montagnes d'Haiti.
I. De la source de la riviere. du Massacre jus-





74 GRANDE G*0GRAPHIE

qu'au cap Saint-Nicolas, la parties septentrionale de
la R1publique d'Haiti offre une longue chaine de
montagnes de plus de 200 kil. d'6tendue. Cette
chaine porte plusieurs noms diff6rents. D'abord.
vient la chaine de la Grande-Riviere qui s'6tend
depuis les sources de ce course d'eau jusqu'aux
mornes de Milot. Elle projette vers le N. une
ramification qu'on appelle gen6ralement chaine
de Valliere et qui est d'origine purement volca- "
nique; les principaux sommets de cette chaine de
Valliere qui est situee entire la Grande-Riviere et
la Riviere-du-Massacre sont : le mont Bayaha,
,par ou cette chaine se rattache au Cibao; le Piton-,
des-Flambeaux, le Piton-des-NMgres, la mon-
tagne des Tdnbbres, od les esclaves marrons se
r6fugiaient frequemmentautrefois; le mont Diable,
a I'E. de Valli6re; le Morne-dOr, ancien volcan
'au S.-E. du Trou; la Belle-Crete, pros de l'A- *
cl-Samedi. La chaine de la Grande-Riviere pr6-
sente au S. de Milot le mont Bonnet-A-l'Eveque
(710 m.), grand amas de rochers de nature cal-
caire et couverts de forts magnifiques : il tire
son nom de ce que, avec ses deux points, il pr6-
sente la forme d'une mitre d'6v6que.
Vient ensuite la chaine de Dondon, entire les
communes de DondQn et de Gros-Morne : elle sert
de limits aux d6partements de l'Artibonite et du
Nord; elle est plus riche en productions mind-
rales. Pres de Marmelade, se ddtache un6 ramifi-
9






DE L'iLE D'HAITI.


cation qui se dirige vers le N.-O. en c6toyant
la rive droite du fleuve des Trois-Rivieres,
c'est la chaine de Plaisance, don't un sommet ap-
pel6 le Calumet, pres de Plaisance, atteint une
hauteur de 1.000 m. Entre la baie de l'Acul et
celle du Cap-Haitien se dresse un petit massif
isold qu'on appelle MorSe-Rouge ou Morne-du-
Cap (708 m.) : c'est une masse calcaire, absolu-
ment d6tach6e de toutes les autres chaines de
montagnes et presque denudee. Pres du Borgne,
on remarque une montagne assez considerable, le
Piton du Grand-Pierrot, don't I'altitude d6passe
1.240 m.
En troisieme lieu, de Gros-Morne jusqu'au cap
Saint-Nicolas, s'6tend un vaste plateau qui couvre
toute la surface du d6partement du Nord-Ouest et
don't la crete central porte le nom de chaine
Saint-Nicolas; ce plateau s'arrete A la mer en
formant des falaises escarp6es. La chaine Saint-
Nicolas est compose de quatre chainons super-
pos6s l'un sur r'autre et presque inaccessibles. Elle
envoie vers le S. plusieurs contreforts, tels que
les months de Bombardopolis, qui sontentrecoup6s
de defiles 6troits et qui offrent une altitude moyenne
de 6400 m.; et les montagnes de Port-a-Piment,
masses calcaires arides et don't la principal v6ge-
tation consiste en cactus.
Au premier rameau du Cibao se rattachent une
s6rie de hauteurs qui parent des environs de Mar-






76 GRANDE GEOGRAPHIC

melade et qui, separant le bassin du Guayamuco,
affluent de 1'Artibdnite, du golf de la Gonave,
vont se termniner a Mirebalais. Ce sont: d'abord les
Montagnes X-oires qui sont dominoes par le Piton
Karatas, puis les montagnes de la Savane-BrAlde
et du Bouean-Paul; les montagnes de la Coupe-
A-l'Inde ou 1'on remarque le morne Couleuvre et
le morne de la Verdure, A l'E. de Dessalines;
enfin, la fameuse chaine des Cahos don't un som-
met d6passe 1.600 m.: c'est le Morne-au-Diable,
pros des sources du petit fleuve Estere. Toutes ces
montagnes sont celbres dans l'histoire de la guerre
de l'Independance: c'est la principalement que se
refugierent les esclaves marrons qui lutterent si
6nergiquement contre la domination franqai:e. La
chaine des Cahos tire son nom soit do sa confor-
mation tourmentee, soit A cause de la quantity de
bois d'acajou (en espagnol caobh) qui y pousse.

II. Du loma Rucillo, situ6 au S.-E. du Pico-
del-Yaqui, se ditache un second rameau qui va
rejoindre la chaine de Monte-Cristi en s6parant le
bassin du Grand-Yaqui de celui de la Yuna. Cette
chaine n'a pas de nom general: elle se compose
d'une succession de hauteurs, d'une altitude va-
riable, et qui d'espace en space s'61lvent A peine
suffisamment au-dessus du niveau de la mer pour
constituer une ligne de demarcation bien d6finie
entire les bassins des deux grands fleuves domini-






DE L'ILE D'HAiTI. 77
cains. Elle offre le plc del Valle, le monte Redondo,
le mont Barrero (1.250 m.) pros de Jarabacoa, et
le loma Buenavista (670 m.) pr6s de Concepcion-
de-la-Vega. La chaine de Monte-Cristi, A propre-
ment parler, ne fait pas parties integrante du sys-
t6me orographique du Cibao, mais comme elld se
rattache jusqu'A un certain point au Massif central
par la chain de hauteurs qui spare le Yuna du
Grand-Yaqui, on peut sans inconvenient la consi-
derer parmi les montagnes qui appartiennent aux
grands rameaux don't nous avons parle. Elle part
de la baie de ce nom pour aller finir dans celle de
Samana et present, avec son prolongement, une
longueur de plus de 250 kil. : c'est une chaine de
nature volcanique, qui, comme les autres grandes
chaines d'Haiti, court du N.-O. au S.-E. parall6le-
ment a la sierra du Cibao. Elle commence par un
petit massif, a l'E. de Monte-Cristi, le Silla-de-
Caballo; puis, elle offre les sommets suivants: le
mont Isabel-de-Torres (780 m.), le Murazo, ancien
volcan (1.020 m.), le mont Santana (970 m.), le pic
la Combre (670 ni.), le Pico del.Norte (1.065 m.),
le loma Diego-Campo (1.220 m.), le monte Cucrr-
ruchu. Du loma Cumbre, au N. de Moca, se
detache une ramification qui n'est que le prolon-
gement de la chaine de Monte-Cristi et qu'on appelle
la sierra de Macoris. Cette chaine estosepar6e de
la sierra de Samana par une petite depression
que parcourt une branch du Yuna nommie Gran-






78 GRANDE GAOGGRAPHIE
Estero; cette plaine a Wt6 formee par les alluvions
.du fleuve qui ont rattach6 a la terre ferme Fan-
cienne ile de Samana. La sierra de Samana tra-
verse de 1'E. A 1'O. la presqu'ile du inmme nom et
pr6sente un sonimet de 600 m. de hauteur, le
Pilon-del-Alcuzar, au N. de Santa-Barbara-de-
Samana.


DIXIEME LEQON

III. Du Cibao se d6tache encore une chain
de hauteurs qui spare le bassin de 1'Artibonite de
celui du Yaqui-du-Sud et qu'on pourrait appeler
chaine de Farfan : ces hauteurs se student A la
sierradeNeiba qui se prolonge, sous divers noms,
jusqu'A la baie de Saint-Marc. -
La sierra de Neiba s'6tend sur une longueur de
80 kil. au N. du lac Enriquillo et de la plaine
de Neiba. Ellp offre plusieurs sommets consid6-
rables : le loma Barranca (2.285 m.), le loma
Pansa (1.900 m.) et le loma Irgueso (1.100 m.);
ce trois pics sont situ6s au N. de la ville de Neiba.
La sierra de Neiba est continuee vers 1'O. par
le mont Bajada-Grande, au N. du lac Assuei et
par les months des Grands-Bois, ou 1'on remarque
les months des Orangers, a I'O. de la commune
des Grands-Bois; ces montagnes sont remar-
quables par leur fertility en caf6, mais elles sont





DE L'ILE D'HAITI.


priv6es d'eau; elles sont n6anmoins couvertes de
grandes forAts; on y trouve aussi de beaux pal-
miers et des lataniers. Puis viennent : les monta-
gnes du Trou-d'Eau qui produisent 6galement
dju caf6 et qui poss6dent des sources saumAtres;
4es montagnes des Crochus, qui sont rocheuses
et qui ne sont accessible que par un d6fil6 tr6s
difficile; les months du Pensez-y-Bien (1.000 m.),
entire les communes de Mirebalais et de la Croix-
des-Bouquets : ils sont coups par des savanes
peu fertiles et offrent de longs spaces pierreux et
rides tr6s p6nibles A traverser; le mont Terrible
et la Montagne-Noire, au N. de la baie de Port-
au-Prince, et don't le versant meridional qui borne
au N. la plaine de l'Arcahaie est aride et peu
susceptible de culture; les montagnes des Ver-
rettes, .rys de la rive gauche de I'Artibonite; la
chaine des Matheux, qui couvre, au N., le canal
conduisant dans la baie de Port au Prince et
qui finit par le Haut-de- Saint Marc. De ces
montagnes part une petite chaine qui contourne
la baie de Saint-Marc vers I'E. et le N. et qui
vient mourir non loin de la Table-au-Diable; on y
trouve de nombreuses sources. Elle renferme le
morne des Forges, le Mont-Aha, le morne des
Platons, le morne des Gudpes et le morne de
l'Anse-A-l'Inde.

IV. Le quatri6me rameau se rattaohe par






. GANDE G&90GRAPHIE


son milieu a la chaine du Cibao, au nceud du mont
Banilejo : ce rameau renferme le pie le plus 61lev6
d'Haiti et il s'6tend en forme d'arc de cercle de-
puis la baie d'Ocoa, a I'E. de la province de Santo-
Domingo, jusqu'aux months de Los-Muertos. On lui
donne gendralement le nom d'llilera central.
Cette chaine culmine au Monte-Tina, qui est
non seulement le point le plus 61lev4 d'Haiti, mais
le plus haut sommet des Antilles (3.140 m.).
Du monte Tina parent de grandes ramifications
qui pr6sentent des sommets consid6rables : au
S.-O., ce sont les montagnes de Los-Chinos et
de Miguel-Martinez, dominoes par le mont Yaya,
au N. d'Azua (985 m.); au S.-E., entire le rio
Ocoa et le Nizao, s'616ve une chaine oi 1'on re-
marque successivement le mont Guayabo, le
mont Mogote, le mont Valdesia (1.800 mn.), le
mont Barbacoa (1.615 m.), le mont Los-Pinos
(1.430 m.), etc.; cette chaine se termine par de
petites collins qui surplombent la vall6e de Bani
et parmi lesquelles on peut citer Je monte Mama-
nar (275 m.) et le monte Cocorucho (213 m.); -
au N. du monte Tina sont le loma Lucia (1.200 m.)
et le loma de Rio-Grande (2.105 m.), qui ferment
vers le S. la belle vall6e de Constanza.
La cordillere de la Hilera central se continue
vers le N.-E. en decrivant une vaste courbe; elle
offre des pentes assez raiders vers le N.; mais
elle s'abaisse graduellement vers le S. et va se





DE L'1LE D'HAiTI.


perdre dans d'immenses savanes qui forment la
plus grande parties de la province de Santo-Do-
mingo et la parties occidentale de celle de Seibo.
Elle est entrecoupee de nombreux d6files : le plus
celbre est le Sillon-de-la-Viuda, qui est situ6 A
1.600 m. d'altitude, c'est un d6fil4 6troit, bord6 de
precipices et qui forme le passage principal entire
la region septentrionale et la region meridionale
de la Dominicanie. Les sommets les plus remar-
.quables apres le monte Tina sont le mont Banilejo
(1.200 m.), par od la chaine se rattache au Cibao;
le loma Laguneta, au S. de Bonao; le Monte-
Media-Cora; au N. de Boya; le monte Las-Mi-
nas et le monte Los-Palitos, au N.-O. de Boya-
guana. C'est dans cette parties de la chaine qu'il
faut placer les mines d'or a exploitation des-
quAles les Espagnols se livrerent apres la con-
quite de F'ile.
De la Hilera central se d6tachent vers le S.
une s6rie de hauteurs qui couvrent une parties de
la province de Santo-Domingo et qui sont situdes
entire le rio Jaina et l'Ozama; ce sont.: le massif
de Siete-Picos, ainsi appel6 h cause des sept som-
mets qui le dominant; le monte Mariana-Chica
(1.000 m.), au S. de Llamasa, et la sierra Prieta,
qui va so confondre avec d'autres petits massifs
dans la region de Los-Llanos.
La Hilera central envoie vers I'E. un prolon-
gement qu'on appelle la chaine de Los-Muertos
9.






GRANDE GOGRAPHIE


et qui se termine au cap Engafio. Le sommet le
plus remarquable ne d6passe pas 700 m. : c'est le
monte Cucurruchu, a 1'E. de Santa-Cruz-del-
Seibo. Les autres pics principaux sont : le mont
Algodon, un peu au N. du Cucurruchu (520 m.);
le inonte Lucia, A 1'E. (500 m.); le loma Caban
(460 m.), au N. de Seibo; le monte Isabelica, an
N.-E. (490 m.); tous ces sommets sont situes dans
les contreforts mdridionaux de la chaine de Los-
Muertos. La chaine proprement dite offre en g6-
neral des altitudes encore moins consid6rables;
on y voit le monte Capital, d'oi sort la riviere
de Los-Dos-Rios, le monte Catalina, au N. de
Hato-Mayor, le monte El-Tocon (457 m.) et le
loma Espiritu-Santo, au N. de Seibo (580 m.).
A partir de ce dernier sommet, la chaine s'a-
baisse graduellement; elle envoie vers l'E. une
succession de faibles hauteurs, telles que le loma
Martin-Casimiro, le Hilo-de-Guarda-Raya, au
N. de Salvalcon et la petite chaine de la Vieja-
Rufina, qui finit au cap Enganio.
Beaucoup plus au S. de la chaine de Los-
Muertos, pros du rivage de la mer des Antilles,
s'6tend une s6rie de petites collins qui ferment le
record meridional de Los-Llanos; elles vont de-
puis 1'embouchure de l'Ozama jusqu'h la pointe
Espada. Les plus remarquables sont: le Pdnon-
del-Infernito et le Pgnon-Gordo entire le Quiabon
et la Yuma. Au syst6me de la Hilera central on




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs