• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Du meme auteur
 Dedication
 Preface
 D'Haiti a la Jamaique
 Kingston
 La societe
 Maeurs
 Plaisirs - Musique - Tennis-cricket...
 La Femme
 Police - Sapeurs-pompiers
 Instruction publique - Journalisme...
 Agriculture - Impot foncier - Finances...
 In the country
 Silhouettes Jamaicaines
 Errata
 Table of Contents














Title: Impressions et souvenirs de la Jamaique
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00073982/00001
 Material Information
Title: Impressions et souvenirs de la Jamaique
Physical Description: 103 p. : ; 25 cm.
Language: French
Creator: Laforest, Antoine
Publisher: Impr. de l'Abeille
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1904
 Subjects
Subject: Description and travel -- Jamaica   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00073982
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000840730
oclc - 23103964
notis - AED6685

Table of Contents
    Title Page
        Page i
    Du meme auteur
        Page ii
    Dedication
        Page iii
    Preface
        Page iv
        Page v
    D'Haiti a la Jamaique
        Page 1
        Page 2
        L'arrivee
            Page 3
            Page 4
            Page 5
    Kingston
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Situation materielle - paves - egouts - wharfs - douane - mouvement maritime
            Page 6
        Conditions materielles de la vie
            Page 15
            Page 16
            Page 17
        Cars electriques - eclairage - postes - telegraphes - telephones - chemins de fer - asile des fous - hopitaux - theatre
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
    La societe
        Page 27
        Page 28
        Les classes
            Page 27
        L'esprit religieux - la tolerance religieuse - influence des ministres de cultes - Salvation Army - Millenium - Franc-maconnerie - societes maconniques
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
    Maeurs
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Plaisirs - Musique - Tennis-cricket - Foot-ball - Polo - Target practice - Bals - Picnics - Dignity-ball - Races
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    La Femme
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
    Police - Sapeurs-pompiers
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
    Instruction publique - Journalisme - Politique - Economie - Civisme
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Agriculture - Impot foncier - Finances - Commerce
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
    In the country
        Page 73
        Page 74
        La plaine de Sainte-Catherine - Bog walk - Tout le long de la voie ferree - Port-Antonio
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
        Montego Bay - Lucea - Black River - Mandeville - Spanish Town
            Page 80
            Page 81
            Page 82
        Resume
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
    Silhouettes Jamaicaines
        Page 89
        Page 90
        Les suggestions du Park
            Page 91
            Page 92
        La sortie des Sunday's Schools et la parade au park et a King Street
            Page 93
            Page 94
            Page 95
        Les sirenes de la rue
            Page 96
            Page 97
        Christmas-Eve
            Page 98
            Page 99
        L'Exile haitien a Kingston
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
    Errata
        Page 104
    Table of Contents
        Page 105
        Page 106
Full Text



ANTNE LAORES
ANTOINE LAFOREST


IMPRESSIONS

ET


SOUVE

DE I.


JAMAIC


PORT-AU-PRINCE
Imprimeriede I'ABEILLE. --- l;, Rue dl; Xagasin de I'ltat, 116.
190t












9


DU M ME AUTEUR:




POUR PARAITRE INCESSAMMENT:


CROQUIS HAITIENS, ........... 1 VOI.
SUPREME ESPOIR ........... 1 vol.

























M. ALAIN CL'RI"
mon yrand-pire,


en me rappelant sa grande admiration de la Jamalque.

A. L.






















PREFACE


Les (( Impressions et Souvenirs ont paru en grande parties dans
le Journal LE SOIR. Mais le cadre exigu de ce quotidien ne mn'avail
pas permis de les publier en enter; je les avais done dcourtis.
Aujourd'hui, je les livre en c? modest volume, au public. Its
sont le fruit de mes explorations, de mes etudes de ce joyau de
Pays, qu'est devenue la JamaZque. Depuis 1exil, j'y consacrai.
mon temps, d'ailleurs empli autrement de fldnerie et d'anzriitd;
mais justement, cette derniere circonstance m'avait paralyse dans
mes pdrigrinations et ma chasse aux observations psychologiques.
Car, comment bien penser, 6tudier. quand on a le crdne sans cesse
fore d'idees confuses; quand on est empdtrd dans I'dcheveau em-
meld des tumultueuses et grimacantes necessits: quand le spectre
de la gene aiguo se dresse noueux, effroyable, devant soi; quand
on est surtout, impuissant a agir, 4 fire quoi que ce soit : quand
on souffre pour soi et pour dautres ?
Cependant, fen dtais hand, grace a ma vieille habitude d'obser-
ver de traduire et de donner une forme covcrete, aux impressions
don't s'est 6mue mon dme. Mais, c'est f ma gestion du Consulat
d'Haiti 4 la Jamaique, que je dois de pouooir confier 4 l'appricia-
tion de mes compatriotes. tout re qui a sollicitf mon attention dans
cette Ile merveilleuse.









PREFACE


Jestime que tous ceux d qui est ddvolu le grand honneur de re-
prdsenter Haiti, en Amidrque et auw Antilles. surtout, auraient dd
pouvoir nous transmettre leur appreciation des rouages adminis-
tratifs et politiques; des conditions sociologiques, commercials, in-
dustrielles et agricoles des pays auprds desquels its sont accriditis.
La Jamaique, tout particulierement, sollicite notre attention, en
consideration de son genre de civilisation et de programs, -- sequel
est plus facilement adaptable d Haiti, surtout au double point de
rue agricole et industrial.
C'est ce que, en ma quality de Consul a Kingston, 'ai os6 entre-
prendre et que j'ai consigned, d la measure de mes forces, dans cet
humble volume, que fai compose sans symntrie de forme, au fil
dti crayon.

ANTOINE LAFOREST,
Ancien Consul d'Halti, ( Kingston.
Octobre 1904.


WOW Q 2 =










--^ ..ri-^ ss-^ -^









CHAPITRE PREMIER





D'HAITI A LA JAMAIQUE



Lorsqu'apr6s avoir 1onge toute la pittoresque c6te d'Haiti,
aux dchancrures profondes et multiples,- prolongeant. a I'in-
.fini le bleu captivant de ses coJlines ktagecs et de ses pilots
abrupts, qui surplombent de profondes valleys estompecs de
brume, attestant la presence de centaines de course d'eau ;-
et qu'on a double le Cap Tiburon, on sc.t it 10 miles ou 31
lieues, environ de la Jamaique.
Ce Cap Tiburon, voit6 et presque rond, domine par le mor-
ne Manceinte, a un aspect savage .imposant. Et commec'est
le dernier point que le voyageur apercevra. durant me-me
quatre bonnes heures de traverse, en s'engageant dans le c,-
nal qui spare les deux iles voiines, il le couvrira, longtemps.
de regards attendri3, avec, solvent, une larme ia la paupiere,
voyant le sol natal s'effacer, peu iI peu, a I'horizon, dans le
blanchiment des vagues, toujours agitees, par li.
On sait que Colomb. par mrprise dans ses calculus, avait
pens6 que le Cap Dame-Marie, qui cst tris dvchlopp6, 'tait le
point Sud-Ouest extreme d'Haiti, et qu'ayant rectifid cette er-
reur, en faveurdu Cap liburon, appela le premier:F Faux COq,.
D'Haiti i la Jamaique, la traverse et meillcure que dans
le sens contraire, favorisde par un courant assex notable. sv
dirigeant de 1'Est-Nord-Est, vers Ic Sud-Ouest. Les voiliers









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


peuvent la faire m-me en 21 heures, et les steamers en 12
heures.
Six jours avant mon depart de Kingston, M. Cooper, sujet
anglais et commercant aux Cayes, l'a accomplie, en un petit
bateau de 30 tonnes, en 48 heures. Mais, par contrc, on peut
computer m6me huit jours. pour revenir, surtout en Juillet
oii soufflent de grande brises qui rendent le courant plus
irr6sistible......
Un point blanc. A l'horizon; qui grandit, au fur et A me-
sure que le bateau glisse sur les eaux bouleversdes, (rough),
comme dit l'Anglais. C'est la Navase, cette ile aride que la
force nous enleva, grace it la convoitise excite par un d6p6t
de guano, qu'une compagnie americaine y a longtemps ex-
ploitc.
On se rappelle que, lors de la guerre Hispano-Amdricaine,
les exploiters l'avaient abandonn6 et que de hardis pcheurs
de Tiburon y avaientwvol6, sur leurs freles embarcations, et
en avaient rapport un maigre butin. consistent en quelques
provisions et quelques fourniments de matelots. L'affaire a
6t6, heureusement, arrangee, entire les deux Gouvernements
et depuis, un riche Yankee s'est appropri6, pour un peu d'or,
'ilot aride de la premiere compagnie.
Entre temps, feu I'amiral Killick y avait aussi fait une ex-
cursion aventureuse et faillit perir.
La Navase est rocailleuse, dans sa parties Nord-Est. Elle fait
1'effet d'une forteresse en pieine mer. On y apercoit quelques
constructions aux toitures rouges, au versant Guest, ofu les
vents soufflent avec moins de violence.
La mer est rarement came, sur ses cites veuves d'echan-
crures et, par consequent, sans abri.
Instinctivement, apres s'en etre Mloign6- de quelques heures,
on fouille avidement l'horizon, cherchant i qui mieux mieux,
i d6couvrir Ie pic du Blue Mountains, le premier point apercu,
tres au loin de la Jamaique. Le regard, une fois satisfait, de
cette premiere conquetejamaicaine, le voyageur se prend a
se consoler du malaise provoque par le roulis et le tangage.
Morant Point! Le Phare :
Puis, Morant Bay! Alors, plus guere de ballotements des
flots, de beaucoup apais6s. On est a 4 lieues de Kingston......









DE LA JAMAIQUE i


L'ARRIVtE


G6nbralemcnt. les navires n'entrent que le jour, ia Kingston,
A cause de I'entr6c qui offre que!ques difficulties, et don't les
deux passes ne sont absolument families, qu'aux excellent
pilots jamaicains etaux capitaines de bateaux,(( faisant la
c6te de 'ile ,. Par consequent. il serait quelque peu pueril de
parler de lan'rive Ahingston, le jour. Maik. il m'a Mt6 donn.,
en fMvrier de l'ann6e derniere, lorsque je m'en fus prendre la
direction du Consulat d'Haiti, la. d'y enter, la nuit. C'est li,
une toute autre chose. Ne pourrais-je pas risquer. reversible-
ment: C'est le jour el la nuil?
Lejour, la ville, trbs plate, apparait mesquine, banale, dans
le prolongement de ses nombreux wharfs, quelques-uns cou-
verts de leurs prosaiques carapaces. violemment peinturoes
et sales de poussi6re do carbon de terre. Elle est si plate,
qu'on n'y voit gu&re, que ces wharfs, ces d6pits et les facades
en briques des magasins du doltn town ( le board de mer kings-
tonien ) ;mais, le tout, heureusement compensc, par la po6sie
d'un immense et captivant bouquet de cocotiers et de grands
arbres fruitiers dc toutes essences.
Or, parties de Port-au-Prince, le dimanche, 8 f6vrier 1903, it (
heures du soir. i board de o, 1lArno ,, -- petit steamer de la
Royal MailLine, faisant la c6te de la Jamaique, et qui tait ve-
nu, ici, amener un Ministre allemand, de passage,- nous
motions en vue de Morant Point, le lundi, vers les 5 hIeures du
soir, ayant parcouru, en 23 lheures, plus de 230 rilles, Ie
navire, filant 10 nuIds,:forts, it I'heure. II nous restaito3 mil-
les a couvrir, avant d'aLriver i Kingston, pour parfaire les
283 miles qui s6parent les capitals d dedeux iles voisines.
Nous n'y serious done. que vers 10 on 10 heures et demie.
Done. le capitaine Kerby, de t6ilgraphier, par signaux, it Mo-
rdnt Point, d'oi. immediatement. on tilephona Kingston,
pour adviser notre arrive, au Docteur de Port-Royal, Ie Doc-
teur Donovan. lequel pertcoit annuellement, un salaire de
2.250 dollars.








4 IMPRESSIONS ET SOUVENIRS

A dix heures pr6cises, nous passions les Palisadoes. ban-
de de terre plate et 'troite. plantee de cocotiers, la plupart
mortsde cette terrible maladie qui sevitsur nos cocotiers de
Saint-Louis du Nord.
Les Palisadoes, sur lesquelles s'telve un phare a feu fixe,
s'Ntendent de l'Est i 1'Ouest, de Bull Bay, d Port-Royal, sur une
longueur de 8 miles. Elles protegent le port de Kingston, et
c'est i leur extr6mit6 West, qu'est batie la ville militaire de-
Port-Royal, commandant, en face le fort Augusta, I'entrde de
la bale. Port-Royal 6tait. avant 1e terrible tremblement de
terre du 7 Juln 1692, qui le d6truisit def'ond en comble, la ca-
pitale de 'ile.
D'ailleurs, le 13 Juillet 1836. toute la ville fut consume par
le feu. L'ouragan du 18 Aot 1880, ne 1'Upargna pas davantage.
Nous arrivions done, a Port-Royal et nous pouvions distin-
guer Kingston, nettement, au loin.
Oh! alors. a cette heure de la nuit, quel fMerique aspect
presenta a nos yeux charms, la belle capital de la Jamaique,
6clairee giorno, dans toute la magnificence deses innombra-
bles et modernes lampes de gaz etAes gros et puissants arcs-
6lectriques, sur tous les wharfs! C'6tait un immense foyer lu-
mineux, enibrasant la nuit sereine, avec-une telle intensity ,
que los regards dddaignaient la contemplation stellaire, pour-
tant, seduisante, i cette heure. Au-dessus, flottait une fumbe
bleuAtre, une sorte de gaze, de blutlement de lumi ie, qui
s'6tendait tr6s loin, sur les faubourgs, (the suburbs), a plusieurs
miles carres...
Nous sommes a Port-Royal. Le capitaine Ketby. impatient
de ne pas voir arriver encore Te Docteur, siffle, siffle sans in-
terruption, anxieux de mouiller immddiatement, au wharf
du RoyalMail, ofi il doit prendre frkt, toute la nuit, afin de
quitter, le lendemain, a 8 heures precises -- o'clock sharp -
pour les villes de la c6te, en son voyage hebdomadaire et
ininterrompu.
SEnfin, le voild arrive, le 'vieux Donovan. Tout le monde sur-
le pont, a inspection Tandis que nous entrons militairement,.
en ligne, mon ami Willherbyda Costa, le purser, me glisse-
au tuyau de l'oreille, une observation quelque peu shocking, A
l'6gard de ces sortes d'inspection. Nous en rions de grand.









DE LA JAMAIQUE 5

coeur etje lui fais, tout naturellement, une r6ponse. salant da-
vantage notre hilarity.
Remarque : M. le Docteur est pay6 double, pour les inspec-
tions de nuit. Aussi, se retire-t-il, quoique un peu chiffonne
decette demi-veille, visiblement satisfait et ragaillardi, sur-
tout apres un magistral coup de WVhiskey and soda.
En route La mer bouillonne de nouveau, entire les dents de
I'h6liceet, I'Arno, vivement, glisse sur l'onde calme come
un lac, entire les balises a feux, indiquant la grande passe.
Toujours, la magic de la ville, somptueusement 6clair(e !
Nous passons les nombreux navires a vapeur et A voiles,
accosts aux wharfs. Nous abordons le n6tre, auquel l'Arno
s'appuie aisement, sous la savante manoeuvre du capitaine
Kerby. II est onze heures, et nous sommes a Kingston!
J'6prouve un tressaillement involontaire, a fouler le sol ch6ri
d'une ville, ofi j'avais pr6cidemment v6cu 3 ann6es. d'exil,
mais heureuses en affectueuses relations, en 6tudes minutieu-
ses des choses de la vie pratique, et en observations approfon-
dies. comme en admiration des rouages et des beaut6s de la
civilization et lu progrds !
Heure inoubliable! Je me precipite sur le wharf, oh je ren-
contre mon ami, M. Bell, inspecteur de douane, et nous nous
donnons une franche accolade) William Shiller, consul alle-
mand, A Kingston, mon compagnon de voyage, monte, avec
son fils, a sa villa de Half-way-tree, et moi, apres avoir fait les
honneurs du bord, ofi nous 6tions retourn6s, --iB mon ami
Bell, je le laissai, allai a Harbour street, of je montai dans un
trap, a minuit, environ! Les cars 6lectriques venaient de
remiser it onze heures et aemie. Je fus a ( Alexandra House ',
No 88, East Street, dirigde (managed), par la bonne Miss Shaw,
que je connaissais ddja bien.
La nuit n'6tait trouble que par le roulement des roues, sur
le pave, des derniers 'busses, se rendant A leurs staHes res-
pectives......









b IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


CHAPITRE II


KINGSTON

SITUATION MATIRIELLE PAVES EcGOUTS WHARFS
D)OUANE MOVEMENT MARITIME.


On remarque que je ne fais qu'6crire, au courant de la plu-
me, mes Impressions et Souvenirs d'une des plus belles colo-
nies anglaises, partant, d'une des colonies les mieux organi-
nis6es, dans le monde entier. vu que 1'Anglais est le coloni-
sateur-roi.
Par consequent, je n'y mets aucun souci de sym6trie de
composition. La Jamaique, surtout Kingston, depuis Sou-
louque, a Wt, est et sera le refugium peccatorum des politi-
ciens haitiens. Or, une revue de mes observations et expe-
riences cvcues, de ce beau pays, ne peut,je crois, qu'int.res-
ser le lecteur, pour la bonne raison que ceux qui ont eu...
I'occasion d'y etre exports. revivront avec quelque curiosity,
en lisant ces pages, les incidents, malheureux ou heureux.
de leur s6jour dans le gem of the- W est Indies.
Ils seront, assur6ment contents de savoir, de la Jamaiquc,
- bien qu'y ayant v6cu. beaucoup de choses, qui leur en
avaient 6chapp6. Car, il est d noter que l'haitien est d'une
indifference surprenante.
Vraiment, g6neralement, nous sommes si indiff6rents et
inactifs que, il est a prier Dieu, a chaque here, que notre
patrie ofi, vaille que vaille, nous vivons ou vivotons, comme
maintenant, nous soit conserve, a jamais; car diff6remment.
nous sommes condamn&s a p6rir tous, telles desmouchel
prises dans la melasse; parce que nous sommes aibsolumnt
d6pourvus d'initiative.
Ainsi, je ne dirai pas toutes les races; mais les individus










DE LA JAMAIQUE 7

de toutes les nationalities: syriens, cubains, chinois, japo-
nais, peruviens. italiens, etc., trouvent a travailler a la Jamal-
que, except I'haltien. C'est triste A constater.
Cependant, il eut et6 injuste de ne pas signaler les nota-
bles exceptions a cette regle g6nerale qui a sembl se former
sous ma plume. Messieurs L. Laraque et B. et N. Carvalho
ont honorablement travaille dans le commerce, pendant
longtemps et y avaient prosper. surtout M. Laraque, an-
cien Consul d'Haiti, le premier peut-6tre. Ensuite vien-
nent M. Dejoie et le President Fabre Geffrard qui ont fait
de l'Agriculture avec quelque succs. J. J. Audain, 1'inoublia-
ble et impayable J. J. un de nos journalists les plus origi-
naux et inimitable -Joseph Prudhomme, quoi! -J. J. Audain
a eu la Pharmacie la plus populaire de Kingston, pendant
un moment. Fenelon Faine, travaillant rudement. comme
toujours, a merveilleusement cultive sa propriet6 de Bog
Walk, qu'ila vendue, plus tard, a Legitime qui, d'ailleurs ne
l'a point conservee. Ensuite Faine a consiruit deux bonnes
maisons, A Kington, I'une en briques, A King Street et I'au-
tre, en briques et bois, A King Street et Parade une des pro-
prietes, ayant, grace a son heureuse situation, le plus de va-
leur, i Kingston. II a fait le commerce, pendant nombre d'an-
neeset n'a liquid qu'en 1903.
Fontange Chevalier s'6tait, aussi. essay dans I'Agriculture,
de mAme que, exile sous le Gouvernement de Florvil Hyp-
polite, Horelle Momplaisir y a fait en epicerie. Callisthenes
Fouchard a voulu, philanthropiquement aider un ami jamai-
cain, tres entreprenant, du reste, M. Mallet, et s'est fait le
commanditaire de son Iron-Mongry, commerce de ferrure.
Mais il en a eu pourses frais, Mallet ayant fait de mauvaises
affaires, en faisant des sauts perilleux, pour arriver chose
impossible! jusqu'a l'importance de la clientele de la mai-
son Emmanuel Lyons and Son. Le proces qui s'ensuivit est
rest memorable.
D. A. Bouzy, exile actuellement. s'essaye aussi, dans le com-
merce jamaicain; il s'y adonneavec 6nergie et resolution. S'il
conduit bien sa barque. il pourra, peut-etre reussir!
Mais la plus meritante, la plus vaillante, Madame C6sar,
travaillant durement pendant 50 ans, est more au travail!
Jamais peut-etre, vitality humaine ne s'est le mieux incorpo-









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


!ree et le plus puissamment accentuee! Honneur A cett,. haf-
tienne de valeur qui a su, apres un labeur dur et long, laissew
un abri et du pain assure, A sa famille, A l'Etranger surtout!!
Pour revenir A notre indifference native: De tons les
haitiens qui, depuis cinquante ans, se rdfugient A la Jamal-
*que, A chaque balaiement revolutionnaire, et its ont eth
nombreuxetde toutes les positions sociales et pecuniaires,,-
eh bien, ils sont A computer, ceux qui n'ont pas connu seule-
ment que Kingston. Eh quoi! ii y en a un tas qui, en 4, 5
.ann6es d'exil, n'ont connu de Kingston, que le Down Town, le
Park, Victoria Market, Queen's Hotel, quelques streets, et quel-
ques lanes surtout.
Par example, A ma connaissance, Emmanuel ThLzan est
un des raresfureteurs qui, comme moi, ont explore quelque
peu minutieusement, la belle petite ile aux 10.859 kilom6tres
carr6s. -a peu pres un septidme seulement de notre Quisque-
ya, qui compete 77.000 kil. c. (Dominicanie 53.000 et Haiti
2i.000), et don't la population total, en vertu du recence-
ment du 31 Mars 1903 s'6leve A 785.434 habitants, ce qui
constitute un excedent de 145.943 sur 1891
Ceux qui n'ont pas vu Kingston, depuis 1899, ne peuvent
gu6re se vanter de le pouvoir bien apprecier, en sa situation
actuelle.
Beaucoup de choses y sont changes et, le progrls, come A
Montego Bay, Port-Antonio, Mandeville, Lucea, Falmtouth et tant
d'autres villes des autres paroisses jamaicaines, y a profon-
denient marque son empreinte.
Aujourd'hui, je ne parleral que des conditions mat'rielles'
de la Metropolis de cette Antilleanglaise.
La ville de Kingston compete, actuellement, exactement,
48.504 habitants, don't 20.114 males et 28.390 femelles, habi-
tants residents et plus de 30.000 personnel, formant la popu-
lation flottante, trks active.
II y a par an, plus de 5.000 touriste.s ambricains et anglais
attires par 'improvement des beaux hotels C(.owsla Spring,
Myrtle Bank et Park Lodge, entierement modernishs, et aussi,
par toutes les commodity de navigation, de voices de com-
munication et de superbes promenades; toutes les facilities
de la vie. en un mot!
La ville qui, autrefois, fut rectangulaire, s'ktendant, dans









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 9

sa longueur, de l'Est a I'Ouest, (de I'Asile des fous it la gare
du chemin de fer), et dans sa larger, du Nord au Sud, de Rare
Course au Bord-de-mer, preseqte, actuellement, presqu'un
carre, s'etant consid6rablement developpe en larger.
Ainsi, sa plus grande largueur, aujourd'hui, s'etend du
Bord de mer i Cross Road, ( plus de deux miles ), et sa plus
grande longueur: de Spanish Town Road, it partir du point de
May Pen, jusqu'i Portland Road. prvs de Kensington Park 2
miles et 1/4.)
Kingston couvre, actuellement, avec ses faubourgs, une
surface de 1.080 acres anglais.
La plus longue rue se trouve eitre maintenant Oran;le street.
du Sud au Nord, et les deux seconds, en longueur sont Barry
et Tower streets, de I'Est it I'Ouest. Les deux plus large et me-
surant 66 pieds chacune, sont Kin., et Queen streets.
Kingston. come Londres et A, pea pres toutes les villes
anglaises, est divis6 en rues et ruelles, parallilement. Apres
une rue, une ruelle ou lane, ainsi de suite.
II n'y a qu'une ruelle- transversale, le Water Lane, entire
Harbour et Tower Streets.
Les rues tells que: Harbour, Orange, North, King, Fleet ont
ete" ou totalement ou dans leur IMus grande partic, paves en
briques, solidement poses de camp. East street, de Har-
bour, jusqu'a East Queen street. est en asphalt avec des c6tes
en briques. GUtneralement, I'interieur de tous les tracks des
cars 6lectriques est en briques. Aujourd'hui. il y a 12 miles
de rues et hines qui out 6tc reconstruits.
Des egouts ( Seweraf/e) ont 6tc creus,'s sur les plans de M.
Chadwick. d's Octobre 1893, dans toutes les principals( mains)
rues. Ces egouts se d6versent dans la mer, jusqu'a 1'embouz-
chure de Hope River, au delay de Rock/ort, de fat;on que les
p-issons pkchcs dans la baie sont sains.
Au centre de Harbour street. oil so trouve !'igoiit intercep-
teur, lequel recoit le sewage de toute la cit(', pour Ic renvoyer
aux Grandes pompes, pros les Etablissimeunt- de gaz, la pro-
fondeur de l'6gout measure jusqu'il 20 pieds ani-dte-sous de la
surface de la rue.
Des Grandes pompes. le ,contenu des. egouts est renvoy6
avec force, jusqu'h Hope. River, dans un puissant distribu-









10) DE I.A JAMAIQUE

teur en fer battu qui pisse sous Tower Street et Windward
Road.
Les maisons de tous les quarters, oit passent les 6gouts,
out leurs W. C., just come ceux des bateaux A vapeur, et
alimentes d'eau.
La muuicipalit6 impose ces W. C., aux proprietaires. S'il
en est qui n'ont pas les moyens n6cessair s de les 6tablir
dans leurs demeures, car le travail de canalisation et au-
tres, coOtent passablement cher, le D6partement du Pu-
blic Works fait le travail, de lui-m6me ( car il faut qu'il soit
fait; cote que cotte, dans l'interit sanitaire de la ville ), et
le proprietaire (the landlord ou landowner), paye par de longs
et accommodants terms.
Le nombre des proprietaires, ayant des sewers s'6elve, au-
jourd'hui, a 1.710.

Dis qu'on debarque, a Kingston, on respire, immediate-
nient, le grand soutfle vivifiant de la civilisation. Le bateau
accoste le wharf de sa compagnie.
Les wharfs sont tous en bois, de mAeme quA' New-York.
('est une erreur, d'en construire en fer, comme A Jacmel et
A Petit-God.ve : le fers'oxyde en :kn rien de temps.
Mais ces wharfs en bois sent bien faits, solides et de quoi
supporter, comme celui de la compagnie Atlas, le lourd poids
de plusieurs milliers de tonnes de locomotives et wagons char-
g.s de marchandises.
La construction en est faite par des particuliers qui payment
une taxes annuelle A ia Commune (City Council.)
Les principaux sont: Royal Mail, Atlas, Lascelles de Mercado,
Elder Dempster Company, Lyons et C, Arnold Malabre ( Leyland
Line ); Haggart (Pikcford and Black Line ) ; Soutar, Victoria Mar-
ket'. wharf, Feurtado (pour le service de cabotage), etc.
Le Gouvernement a un bureau de douane (Customs) attach
A chacun de ces wharfs et, g6ndralement, ii n'y a que deux
ou trois employes, pour tout le service. L'employd de douane
fait la navette hebdomadaire, changeant de bureau, chaque
semaine, de facon qu'il est accoutumd A toutes les sorts de
marchandises.
L'Inspecteur de douane, M. W. Cork, 2.750 dollars par an,
s'appelle le Supervisor et il est sous les ordres immediats de









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 1

M.James Allwood, Collector-general, lequel est aussi membre
nommd du Legislative Council, comme tous les chefs des diff(,-
rents services de I'Administration rivile, car les militaires sont
radicalementexclus de la Chambre colonial. Son salaire est
de 4.500 dollars, annuellement. Le Head office, quivalant it
notre Administration principal des financescompte, ft part
ces deux fonctionnaires, 16 autres employes, don't le chef de
Bureau ( chiefclerk). M. O'c. J. Livingston perioit des ap-
pointements annuels de 1.00. dollars. I'employ le plus infi'-
rieur est A 400. Le Directeur de la dounne the Collector and
Inspector Invoices), M. A. V. Hitclins gagne :3.2.. II estaussi,
le Shipping Master.
La police de la douane est Ic Water police, surveillant les
quais.
Les navires debarquent ou prennent friAt, ;I nuit comme le
jour, de m~me que le dimanche, s'il y a n cessit6. Alors, 1'em-
ployd de douane qui fait le service, en ces circonstances ex-
ceptionnelles. est pay6 suppl6mentairement. Je-is, 4 slil-
lings ou environ, un dollar, a l'hleure.
Les marchandises tarifees sont moins nombreuses. que les
marchandises ad valorem, don't le droit est. de 16 o*. C'6tait
12 */0, autrefois ; mais le dcveloppement considerable des ni-
cessites de 1'Ile a occasionnC cette aiigmentation de 4 o'".
Le system douanier est tr6s simple, gg cc a F'ad crlorem.
en plus grande parties.
Les nmarchandises tarifaes sont les- provisions, les articles
de mercerie et quelques autres articles; iais toutes les mar-
chandises seches (dry goods) toiles et autre- sont ad ~alorem.
Les instruments gendralement queicon*quecj servant a I'A-
griculture sont libres de tous droits, ainsi lue les products
suivants : Charbon do terre ou Coke ; gunno on tout autre en
grai3; locomotivesou toutes autre.s machines, rails, etc ; plon b;
lanterns magiques ; tout ce qui sert. I l'lectricit( et au gaz
abeilles, ruches et tols accessoires pour I'Apiculture ; sacs
vides A ensacher les products de 1'le. pour I'exportation ; mi[I-
tal en barreset en lingots ; paper i iinprinitr ; extincteurs
d'incendie ; appareils photographiques etacc(ssoi res ; volaille
et autres oisea.ux; ;adoises. crayons pour ardoisds, servant
aux Ecoles; machines a coudre ; toutes machines i vapeur on
A bras, pour la preparation des produits agricolis et illnds-










DE LA JAMAIQUE


triels, tels que caf6, cacao, pimento, gingemb*e, sucre, cocos,
tabac, cassave, etc. Mais les chaaditres A sucre doivent Atre
d'une capacity supArieure it 10 gallorna~ tortues de mer. etc.
coquillages non manufactures, t61es. et g6nr'alement tous
les articles pour 1'Arm6e et la Marine, ainsi que les articles
pour usage des consulate Etrangers, bien entendu. en rap-
port avec la franchise accord6e aux Corsulats Anglais, par
les gouvernements strangers respectifs.
II y a aussi, le systmedu Drawback. C'est-A-dire que les droits
payAs sur marchandises secheset provisions sont remissibles,
lorsque.dans une periode de 2annees seulement, bien enten-
du, on export une quantity de marchandises, don't les droits
ont ddja, tc6 pays.
La valeur des marchandises import6es en 1902-1903 est de
L. 2.029.495 ou 10,147.475 dollars, ainsi r6parties:

Animaux, Provisions, Boissons, et Narcotique L. 697.277
Textiles (brut) ......... ......... 103
Autres matieres brutes . . .... 113.420

Produits manufactures :
Textiles . . .... 543.449
M6tal ..... ........ 176.367
Autres . . . 464.187 1.179.003
Monnaies et billon. ..... 39.692
L. 2.029.495

Ces importations sont provenues, comme suit:
du Royaume-Uni. .. 50.1
< Etats-Unis .. 40.3
Canada ....... .. 17.0
< Autres-Pays. 2.7

Sur la totality des valeurs entrees, par l'importation, il a dte
pr6lev6 des droits, come suit : Tarifes 4.215.000 dollars ;
ad valorem; 4.950.035, soil, au total : 9.165.035 dollars; tandis
qu'il y a eu pour 1.112.545 de franchise.


\









IMePRESSIONS ET SOUVENIRS 13

L'exportation s'est 6lev6e A :
Animaux, provisions, boissons, etc, 2.036.817
Mat6riel brut............. 153.195
Articles manufactures ....... 48.569
Monnnaies et Billon . . 53.75

Soi : L. . ... 2.292.335 ou 11.461.675 D.

Dont, proportionnellement: Royaume-Uni 19.1
< < Etats-Unis 68.1
< Canada 2.3
< Autres-?ays 10.5
Etl'importance relative desproduits de I'Ile a (t6 en 1902 03:
Produits de tous genres et secondaires. 11.0
Sucre ........ 7.6
Rhum ........ .. 7.0
Caf ......... 5.9
Bois de teinture .. 5.1
Fruits ........ 59.3
Pimento ...... 4.1

Chacun des propri6taires de wharfs a aussi un employee
principal, pour contr6ler le d6barquement et I'embarque-
ment; c'est le wharfinger. Ils gagnent d'assez forts salaires et
ont des adjoints a eux attaches.
Etant donn6e I'activit6 commercial des companies, telles
que la Royal-Mail et l'Atlas,il arrive des fois. oui le whorfin-
ger passe quatre, cinq jours et nuits a la besogne, sans pou-
voir se rendrechez lui (athome). C'est qu'il entire et sort plus
de 64 navires, par mois, a Kingston, comme suit :
1 Royal-Mail- 4, deux venant d'Europe, via Barbabe et
Trinidad et deux, venant de Colon. Le jour de I'arrivee bi-
mensuelle du grand packet d'Europe est -vendredi martin, et
celui de Colon, dimanche. Le premier part, pour la Colom-
bie, le dimanche m6me, et le dernier, le mardi. De sorte qu'il
y a coincidence entire eux. Ce sontde beaux bateaux, a dou-
ble points don't les premiers sont le Tagus et le Trent ( 5.545.
et 5.573 tonnes. )









14 I)E LA JAMAIQUE

2 La Hamburg American Line. ( Atlas service) -10 navires,
quatre arrivant mensuellement de New-York et allant A Sa-
vanilla, Carthagena et Port Limon et quatre, venant 6gale-
ment de ces derniers ports, pour New-York, direct, ne pre-
nant que malle et passagers et, par consequent, ne faisant
qu'une escale d'une heure, A Kingston. II y a aussi un na-
vire, arrivant, tous les quinzejours, des ports d'Haiti, et allant
i Santa-Martha.
3 La Elder and Fyf/'e. shipping. Limited: 2 navires, un tous les
quinze jours (forthnightly), venantdirectement de Bristol (An-
gleterre), en onze jours. Le dernier type de ces beaux et mo-
dernes bateaux, estle ,( Port Kingston ,, lance en juin dernier,
et ayant 7.000 tonnes. II est calcul. qu'il fera la traverse de
Kingston a Bri.tol, en touchant les Bermudes, seulement en
dix jours etquelques heures. II file 17 noeuds.
Le prix de passage est4e 85 dollar rs. Cette com pagnie a une
subvention de 40.000 Liv. Sterl, soit 200.000 dollars: 100.000,
pays par la Jamaique, et l'autre moiti6, par 1'Angleterre. Le
but principal de la compagnie est le d*eveloppement du c'm-
merce des fruits, sur le march anglais, et une maniere cer-
taine de parer, d'ores et dejA, a l'eventualit6 de la retraite du
marched amricain, en faveur de Port-Rico, Cuba et Port-
Limon.
La compagnie fait, aussi, ses plus grands efforts, pour fa-
voriser la visit des tourists dans l'ile. J'en parlerai dans le
chapitre des Hotels.
40 La United Fruit Co -- deux departs par semaine. II est A no-
ter que c'est depuis l'ouragan (Apflt 1903). que le chiffre en est
ainsi r6duit, car auparavant, il y avait 8 departs par semaine,
des beaux bateaux. de I'ordre des amiraux, tels que : Admi-
ral Sampson ,, < Admiral Shley ),, Admira IDewey ,. (( Admiral
Farragut ,. etc. Lacompagnie affrte aussi des bateaux. C'est le
plus grand fruitier du monde entier. Je parlerai plus tard. des
splendides plantations de la compagnie, tant A la Jamaljie,
qiu'A Costa-Rica et'Cuba, et de leurorigine.
Le prix de passage, sur ces bateaux, de la, amaique, A
Boston, New-York, Baltimore et Philadelphie. est le 8 Livres
mou 39 dollars. Aller et retour, 68 dollars.
II y a en outre, un Allemand d'Europe, via Saint-Thomas,









b IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


CHAPITRE II


KINGSTON

SITUATION MATIRIELLE PAVES EcGOUTS WHARFS
D)OUANE MOVEMENT MARITIME.


On remarque que je ne fais qu'6crire, au courant de la plu-
me, mes Impressions et Souvenirs d'une des plus belles colo-
nies anglaises, partant, d'une des colonies les mieux organi-
nis6es, dans le monde entier. vu que 1'Anglais est le coloni-
sateur-roi.
Par consequent, je n'y mets aucun souci de sym6trie de
composition. La Jamaique, surtout Kingston, depuis Sou-
louque, a Wt, est et sera le refugium peccatorum des politi-
ciens haitiens. Or, une revue de mes observations et expe-
riences cvcues, de ce beau pays, ne peut,je crois, qu'int.res-
ser le lecteur, pour la bonne raison que ceux qui ont eu...
I'occasion d'y etre exports. revivront avec quelque curiosity,
en lisant ces pages, les incidents, malheureux ou heureux.
de leur s6jour dans le gem of the- W est Indies.
Ils seront, assur6ment contents de savoir, de la Jamaiquc,
- bien qu'y ayant v6cu. beaucoup de choses, qui leur en
avaient 6chapp6. Car, il est d noter que l'haitien est d'une
indifference surprenante.
Vraiment, g6neralement, nous sommes si indiff6rents et
inactifs que, il est a prier Dieu, a chaque here, que notre
patrie ofi, vaille que vaille, nous vivons ou vivotons, comme
maintenant, nous soit conserve, a jamais; car diff6remment.
nous sommes condamn&s a p6rir tous, telles desmouchel
prises dans la melasse; parce que nous sommes aibsolumnt
d6pourvus d'initiative.
Ainsi, je ne dirai pas toutes les races; mais les individus









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


et un autre de l'Am6rique Centrale, via Livingston ( British
Honduras); c'est celui qui vient ici.
II y a aussi, un bateau du Kerr Line, un de Pickfod Black Co
(faisant le service du Canada) et un autre de Frederic Leyland
Co's (ancienne Liverpool Line). D'autreslignes, telles que: the
Cuban Steamship Co, the Verley Pruit Co. desservent la Jamai-
que. Malfieureusement, la dernierc vient de suspendre son
traffic.






CONDITIONS MATIPRIELLES DE LA VIE


[1 est temps que le dise dans quelles conditions, I'on peut
vivre, A Kingston; c'est du reste, le principal int6ret du vo-
yageur arrivant- dans un pays stranger. II est d'abord as-
sailli et suffisamment importuned, par les sollicitations haras-
santes des porters des h6tels et Lodging Houses qui se disputent
avidement, et m6me en s'engueulant ferme, l'honneur de
s'emparer de votre colis individual, avec, bien entendu, vos
luggage.
Si vous avez suffisammentde yellow girls (fillesjaunes ou
dollars am6ricains), dans vos poches, vous pourrez monter
dana un cab de Myrtle Bank ou de Constant Spring Hotel, ac-
compagn6 du porter, majestueusement envelopp6 dans une
ample et longue redingote brune galonn6e, et coiffW d'un k6pi
6galement galonn6,- uniform somptueux, qu'eut envi6.
maint enfant ch6ri de Bellone; seulement, ce luxe d'habita-
tion ne vous cottera pas moins de 12 shillings, ou environ 3
dollars par jour, ce prix, bien entendu, lorsqu'on est de
passage, et lorsqu'on r6gle A la semaine. Mais si l'on se met
au mois, on peut prendre des accomodements. J'ai un ami
qui demeure a Constant Spring H6tel. A raison de 50 dollars.
le. mois; il est employee & la Colonial Bank
A la saison des tourists, c'est-A-dire, de Novembre A Avril,
les prix sont plus 6leves et alteignent meme l'altitude sourcil-








16 DE LA JAMAIQUE

leuse de 5 dollars, quotidiennement, surtout dans les grands
hotels de la champagne, tels que, Moneague et Montpellier,
de mieme qu'au fareux Tichfiell Hotel (american administration),
A Port-Antonio.
Si le boursicot est plus ou moins an6mique, je recomman-
derai au voyageur de se rendre A Park Lodge, Torrington, Bo-
yal Hotel, Roof-Garden ou Alexandra House ofi, avec 10 dollars,
par semaine, on sera log6, assez confortablement.
On trouve encore des Lodging Houses, A L. 1. 10, ou 7 dol-
lars 1/2, le mois et 1'on peut, A raison de deux repas, A 6
pence, don't un shilling ou 24 cents, par jour, manger assez
bien, au restaurant de Alexander Dacosta, N 75, King Street.
Si l'on veut ktre boarded un peu mieux, on prendra un abon-
nement au City cafe, A Astor House, au Variety Bar ou, montant
crescendo, A Watterloo Restaurant.
Pour l'exil6 haitien qui ne peut jamais savoir combien il
fera de temps, loin de sa patrie, le mieux est de louer (to
hire )une petite maison. Sur les rues, la location est quelque
peu forte, A moins qu'on ne march en communaute. genre
syrien. Mais dans les lanes. on peut facilement se payer une
porte ct deux windows, avec trois appartements ( three roomss.
pour la some de L. 1.10 ou 7 dollars 1/2.
On doit toujours avoir la precaution de se bien assurer,
avant de louer, que le water rate et la taxe ont 6t6 acquittds,
diff6remment on verra, un beau jour, monsieur le Bailif, ar-
rivert, son hand's bag, a la main gauche et, de la main droite,
son blanc d'Espagne, don't il aura aussitot croisd, la misere
de mobilier que l'on a, pour tout potage. Et, si ce n'dtait que
ce mobilier compose, ic plus souvent, d'un cadre, de 3 chai-
ses, d'une dormeuse. pour le grand chita (le farniente hai-
tien), d'une cruche, d'un jeu de cartes,- commodity du bois
nan nin, tueur de soucis lancinants ?... Mais la malle, la male
contenant les derni6res resources du pauvre expatri! .
Urie cuisinere se paye, dans les grandes maisons, 2 dollars,
par semaine, sans nourriture et, nourrie, elle ne recoit qu'en-
tro, 1 dollar on 1 dollar 1/4. La house-cleaner. un dollar, la
butler, m6ime salaire, un b:mn coachman, 2 dollars, un garcon.
1 dollar. Dans les petites maisons, ces salaires sont r6duits de
moiti6.
Une course en 'buss est, d'apr4's le ta!if municipal, de 6









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


pence ou 12 centimes; mais depuis l'6tablissement des cars
electriques, on la fait, sans difficult, A raison de 3 pence.
Le car fare est de 2 pence (4 centimes), d'un point de la
ville A un autre. Au delf, jusqu'h Papin Corner (6 miles) et
Constant Spring (5 miless, on paye un autre fare, ce qui
remet le trip, a 8 centimes, don't 16, aller et retour pour 3
lieues un tiers. 11 y a une exception tres notable: on va au
terminus de Rockfort, oi se trouve un bain mineral. au board
de la mer, et of les prisonniers cassent la pierre qui sert it
macadamiser les rues environ 3 miles, au dehors de la
ville,- pour seulement 2 pence. -
La lessive se paye: 3 shillings, la douzaine de chemises; 1
shilling pour costume blanc. gilet comprise; 6 pence pout draps
de lit (.sheet). nappe (table's cover). On comprend le col avec
lachemise; mais la paire de poignets se paye un penny et
demi. On prend le gilet de flanelle, Ic caleon (drawers). le
mouchoir, conditionnellement. par piece.
Dans les bars, les boissons se d6bitent aux prix suivants:
une demi-bouteille ou pint de Larger beer ou autres marques,
ainsi que porter: 9 pence (il n'y a plus que dans les 43 bars
de J. Wrayand Nephews, qu'on le paye 6 pence) Un verre
de rhum potable, quality black sealou green seal, 3 pence; qua-
lit6 two daggers et three daggers, 6 pence; quality Special Reserre,
9 pence. Le cognac Martel, 3 6toiles, le vin, les liqueurs, par
petits verres, tous A 6 pence.
Le split soda, petite bouteille, 3 pence; grande, 6. De mrme
le Kola, le barm beer, le ginger ale, le cream soda, etc, etc.
Dans les rhum's shops, don't les porte-faix sont les premiers
consovmatcurs (customers ), on boit du rhum A 1 /uattie ou
3 centimes.
Le champpagne est A trois dollars, la houteille et le vin ordi-
naire de Bordeaux, it 2i centimes, la demi-bouteille.
La viande. ainsi que le poison, la volaille, etc, se vend gt-
naralement au poids: viande de beufs, cabri, caret, 6 pence;
pore, 7 pence etdemi; mouton, 1 shilling et parfois 9 pence:
Dinde, 1 shilling et 9 pence; poule, 6 pence, poisson 6. On
peut, n6anmoins, acheter les poules. par paire, sans Mtre
pes-es, it raison de 1 dollar, un dollar et quart, selon la gros-
seur.
Un pigeon se vend 9 pence; un canard, jusqu'a 3 shillings


c~---


17









18 DE IA JAMAIQUE

6 p. Les chinois sont les plus grands mangeurs de canards,
sonscalembours. D'ailleurs, ce sont eux qui en donnent, A
manger, temoin leurs blagues de Chefoo.
Aujourd'hui, surtout depuis 1'ouragan. les vivres, ainsi que
les fruits sont rares et chers. Il n'y a que la banane-flgue qui
soit a bon march, 9 pence le regime ou bunch. La banane
elle-m6me, leplantain est a plus d'un dollar. le regime.
Mais tout ce qui est provisions americaines est A bon mar-
ch!. ainsi que les etoffes anglaises, les souliers amdricains,
notmmnent les bandes broddes ( insertion ) et la dentelle (lace).
Cependant une bonne paire de bottines, chez le cordonnier,
Cassis, par exemnple, ne couite pas moinsde 7 dollars.
Le system mon6taire est le meme qu'en Angleterre, avec
la difference que le populo jamaicain a donned quelques sug-
gestives appellations A certaines pieces (coins). Par example
un gill sous entend trois larthings anglais ou un centime et
demi. Le quattie, c'est trois centimes, ou un penny et demi,
qu'ils prononcent penny a p'ny. Le bit repr6sente 4 pence et
demi ou 9 centimes.
Ilsappellent le shilling, bub, commeen Angleterre. Les deux
pence se prononcent, en guise de two peuce, ta pence, et la
piece de three pence: tra pence.






CARS ILECTRIQUES ECLAIRAGE POSTERS TI'ELIGRAPHES
TEII,PHONES CHEMINS DE FER
ASILE DES FOUS HOPITAUX THEATRE


Les cars 61ectriques ont Ate installs, en 1889, par une
compagnie canadienne, au capital de 800.000 dollars, qui en
a eu la concession du gouvernement jamacaicn, pour une
periode de 20 ans.
L'horaire, come l'itin6raire des cars, varie A peu pres trois
fois par an, selon les circonstances.
Actuellement, ii y a 5 lignes, couvrant au total, 25 miles de









IMPRESSIONS ET SOUVENIHVS;


rails et desservies, lesjours ordinaires, par 18 cars. Ellessont
les suivantes:

Hope, 4 cars,partant de la station de King Street et allant A
Harbour, Fleet, Tower, Paradise Streets, Victoria Avenue, East Queen
Street, King Street, de nouveau, jusqu'd Victoria Market; puis
King Street, Orange Street, Half Way Tree, Hope Road, jusqu'au
terminus, a Papin Corner, au pied de Port-Royal Mountains et
en face des belles plantations de Mona, appartenant aux h6ri-
tiers Verley. En tout, 6 miles, don't Ie trajet ne coite que 8
centimes au voyageur!
La ligne de Constant Spring, avec 4 cars fait h peu pres le
mime parcours, moins Victoria Avenue et East Queen Street;
eta I'intersection de Half Way Tree, court sur la direction op-
posee, jusqu'.a 5 rilles, au pied de Red Hill el i deux cents
yards environ au-delA du fameux h6tel de Constant Spring.
Les autres lignes sont: Rockfort, desservie par 4 cars; Vic-
toria Avenue, par deux et East Street-Rail Way, par 4.
Cette derniere constitute une demi belt line car de ceinture).
Elle parcourt King, Harbour, East Streets, Cross Road, Oran-
ge, Kilig, Harbour (do nouveau), West, Barry ( passant la
station des cheminsde fer); North, Orange (de nouveau),
puis King et East Street. encore ; le tout pour 4 centimes.
La companies des cars a donned d'assez beaux dividends
et un int6rkt variant, entire 4 1/2 et 5 */o.
Le gouvernement. contrairement au notre, rdalise annuel-
lement un bendfice de ce traffic.
Les cars ont chacun, 8 banes, a 5 personnes, le bane.
Les marches-pieds sonttres bas et tres commodes, surtout,
pour les femmes. Le car est 6clair. a- l'intcrieur, de 7 poires
Mlectriques, don't 3, au milieu. Ils ont, en outre, deux gros
arcs. devant et derriere, et ensuite, aux mimes endroits, au-
dessus des arcs, des feux de.couleur, indiquant leurs direc-
tions respective. la nuit. coimme suit :

Hope.. ... ....... M lauve
Constant Spring . Rouge
Rockfort. . ... ..Blanc
Victoria Avenue ...... Vert ct Rouge
East Street .. ..... Vert









20 DE LA JAMAIQUE

On ne peut fumer qu'au 5-" bane et cela, pour ne pas in-
commoder les dames qui, le plus souvent, prennent les places
de devant.
La puissance 6lectrique se prend dans la riviere de Rio-
Cobre, a <( Bog Walk ,, et a 21 miles de la ville.


L'6clairage des rues se fait au gazet est des plus modernes.
Au clair de lune, on 6teint les lampes, maisd&s que la lune a
disparu, on rallume imm6diatement.
Les maisons sont eclairees a I'dlectricit6, ainsi que les 6gli-
ses, sauf le Holy Trinity Church, eglise catholique, 6clair6e
au gaz. Le th6etre et d'autres edifices sont 6galemeat cclaires
A l'electricitd, ainsi que les wharfs. Mais tous les etablisse-
ments du gouvernement: au gaz, grace au contract de la com-
pagnie de cette espece qui 6tait*avant le Electric Co.
En ce moment, le Tramway Company 6claire A l'Alectricit6,
la paroisse de St-Andrew, c'est-a-dire, depuis Torrnngton
Bridge jusqu'a Constant Spring et Hope.
Pour une consommation ordinaire mensuelle, on ne paye
guere plus de 6 shillings ou 1 dollar et demi. La moyehne est
de 5 shillings, plus 6 pence pour la location du meter ou comp-
teur.
Il y a ddja, plusieurs fois, que les mots Torrington Bridge
sont tombs de ma plume. Je dois, ici, exprimer come une
sensation de fiert6 et de honte, en mrme temps, qu'6voquent
en moi, ces deux mots qui, pourtant, signifient tout banale-
ment: pont de Torrington. C'est d'abord la limited, entire les deux
paroisses de Kingston (*la plus petite paroisse de la Jamaique)
et de S'-Andrew, don't le chef-lieu est Half-Way-Tree.
Eh bien, c'est la que se trouve la place Geffrard! C'etaient
les anciennes propri6t~s. de l'illustre Pr6sident Fabre Gef-
frard, lesquelles ont t d, hl6las! morcelees et vendues, par les
heritiers.
Le Gouvernement de la Jamaique, en souvenir et en per-
p6tuation du respect et du culte d'admiration don't le grand
Geffrard etait entour&, par le people jamaicain, donna son
nom ace coinde terre, situe tout presde Racecourse. Et ce nom,
aux quatre facades, est largement grave:
PLACE GEFFRARD!









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS X1


Voila ce que nous lisons, IA-bas, tandis qu'ici, nous lisonsen
lieu et place de ce qu'il dtait, autrefois:
PLACE DE LA PAIX (?)
C'est notre fagon, A nous, de perp6tuer la memoire de nos
grands homes . .
Avouons que ca n'est point beau et peut encore moins inspi-
rer de la confiance, a ceux, qu'avec un infect inter6t on en-
cence aux beauxjoursde la fortune. Ne voit-on pas sur la place
Pktion, la tombe presqu'abandonn6e de Florvil Hyppolite,
un de nos homes d'Etat que j'ai le plus sciemment admire?
De la Jamaique, lorsque me parvinrent tous les pompeux
discours debites pour la preparation des ff;es du Centenaire,
j'etais vraiment ftonnr de constater que de tout ce flot de p&-
riodes oratoires, n'a jailli mmie la plus l6gere reclamation.
pour la rehabilitation de cette offense violent, faite A la m6-
moire d'un de nos plus illustres chefs d'Etat!


Grace au Chemin de fer, le service des Postes est tres actif.
La poste est tres Fusy. Aussi le bureau central, a Kingston,
occupe-t-il plus de 80 employs hommes et fernmes.
Le Directeur g6n6ral ou General Post Master est un des pre-
iniers fonctionnaires de la colonie. C'est M. A. H. Miles, le-
quel a succedd, cette ann6e, a.M. Pearce, en retraite et vi-
vant actuellement avec sa famille, A New-York. Ses 6molu-
ments sont de 3.000 dollars. Le Chef de Bureau, M. Mc. Bayne
en gagne 2.000.
Les Bureaux sont ouverts, d&s 7 heure; mais ce n'est qu'a
9 heures que le service commence, pour la livraison des
lettrcs enregistr6es et ordinaires. On peut y d6poser ses let-
tres,. meme la nuit, dans les guichets exterieurs. II y en a
trois : un marqud de rouge, pour l'ext(rieur -- foreign -- un
autre, de bleu pour l'int6rieur de l'ile inland; le troisieme
est le receptacle des journaux news papers. II y a aussi des
boites postales, partput, et dans les principaux hotels, de
mime que des sections de bureaux tel6graphiques.
Sont attaches A la Poste, le T61lgraphe terrestre, ainsi qu'un
Bureau pour les gros paquets -parcels.
'Une lettre ordinaire pour I'ext6rieur, paye 2 pence et demi:
enregistree, 2 pence en plus, soit 4 pence et demi.









Z .- "DE LA JAMAIQUJE

Les journaux, imprimes, cartes postales, etc.: :un penny.
Pour I'interieur, la lettre ordinaire paye un penny et, enr6-
gistree, trois; les journaux etc, un demi penny.
Il y a 4 departs par jour, pour tous les autres points de File;
done quatre levies des boites postales, r6partie daris 21 rues.
Lorsqu'il se pr6sente des circonstances extraordinaires -
emergency, la poste s'ouvre le dimanche, et parfois jusqu'A 1
here ; de m6me, lesjours feri6s, que.ce soit Noelou Jour de
de l'ah..Maisen ce cas, les employs de service. sont pays
suppl6mentairement.
Les lettres se distribuent dans la ville et la banlieue pardes
facteurs, lesquels voyagent librement--freely, en car. Les fac-
teurs qui font la levee des boites postales, sort A bicyclette.
Ils onttous leur uniform.
La plus sympathique et la plus serviable des employes de
la poste est Madame Burke qui 'occupe de la reception des let-
tres recommandees- registered letters.
Le Post Master pour Kingston, M. Cunha, est aussi des plus
aimables. Ses appointments sont de 1.500 dollar s.


On paye un shilling ou 24 centimes, pour un t61egram me
de 20 mots, au T616graphe terrestre, lequel est desservi par
des demoiselles.
11 y a deux cables sous-marins : le Panama Cables;. subven-
tionn6 par le Gouvernement, et le Direct West-India.
Cettederniere Compagnie re(oit deux fois, par jour, des d6-
pechesdu monde entier, et sur I'heure.
C'estainsi que le moindre ev6nement quis'accomplit, mmee
en Haiti, est connu A Kingston, deux heu res apres.
Ces d6peches, contrairement au despotique et absurde sys-
ttme de monopole des Cables sous-marins d'ici, sont publiees
en type writing, affich6es au Commerce-Exchange, dans les
bureau des journaux, sur les principles portes des Bureaux
tlcFgraphiques et de la post.
En outre, les journaux quotidiens font une edition 4p6ciale
dans la journee,de ces tdlegrammes, qu'ils vendent 2 centimes.
Le prix d'un teligramme pour l'Europe, les Aintilles et I'A-
.mirique est do 2-3 shillings, tandisque pour Haiti, il est de
6 shillings et 7 pence.









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


Il est surprenant de constater la difference de prix, tant par
le thl6graphe que par les.steamers. entire Haiti et les autres
pays. La ,..ause en est au manque (lack) de communications
directed, don't souffre notre infortunD pays.
PourPort-au-Prince et le Cap, surtoutlebic estledroit exor-
bitant de phares. Le Gouvernement feraitbien de les acqurir
des propri6taires qui ea jouissent d'une facon trop abusive,
et de ce jour, nous versions plus de steamers fr6quenter nos
ports,.a 6t6 un de mes grands soucis, lorstueje dirigeais le
consulate haitien-. la Jarnaique. Mais, h6las! les meilleures in-
tentions prntent A. des corn mental res malveillants.
Leservice du T6ldphone est aussi rgulier que les autres.
Dans les rues of passent les cars 6lectriques,,la plupart des
fils telhphoniques soot, enterm6s dans de grostubes en plon b,
de facon & isoler le courant, qui aurait M6t autrement, absorb
presquetotalement par le puissant courant des cars.


.Le chemin de fer est des mieux construits et l'a (-t(t en plus
grande parties, sous la direction inttlligente de M. Valentine
Bell, directeurdu Public Works, ce quipquivaut a notre Secr6-
tairie d'Etat des Travaux pubNics, et le titulaire en est pavy
6.000 dollars, nbn comprise ses fi'ais de deplacement..


Depuis 1901, lespremiers concessionaires americains, don't
M. Frederick Wesson, n'ayant pas pu le diriger d'une ma-
niere satisfaisante, au point de vue financier, le Gouverne-
ment, en vertu d'une clause du contract pass en 1889, se 1'est
appoprie.
11 y a deux grandes-branches: Kingston-Port-Antonio,
Kingston-Montego Bay. Il y a aussi un autre embranche-
ment de 14 miles et demi, de Angels A Ewarton, en passant
:par la vallde de Saint-Thomas.
Un neouvel embranchement est en construction de Montego
aux villages relevantde ce chef-lieu. Lorsqu'on aura construct
celui de. Kingston 1A Bowden et Morant Bay, on pourra esti-
mer le syst6me de voices ferries, complete.
La ligne de Port-Antonio a plus de 28 tunnels et celle de
Montego Bay,- la plus longue, presqu'autant.









21 .LA JAMAIQUE

Le voyage, de Kingston A Port-Antonio, 75 miles environ,
cote 24 shillings-, 1*1 classes, et 12, troisieme, ( i n'ya pas de
deuxiAme). Le dimanche: 12, 1"e et 6, 3ie aller et retour.
Le tarif est double pour Montego. Bay, 112 miller 3/4. On
compete 6 pence uot 12 centimes, par station.
Les cars sont spacieux et A deux ranges de banes. SepaIr6s
par un couloir, syst6me ambricain. Ep premiere, lessi*ges it
bras et coussines, sont tres confortables.
Fai fait voir. d4ins les-d&tails, ceque r'estque laCapitale de
la Colonie anglaise, notre belle voisine oi:. en petit, on re-
trouve toutce quiipeut etre admire et apprecie, enAngleterre
memes institutions, m6m-es mdeurs. irnme sentiment de
patriotism granitique; in6mes idWes protect ionnistes, m-n.me
endurance et'patiente persistence, dans le but A atteindre;
meme esprit de tolerance. Libre it l'tranger, a quelque rare
qu'il appartienne, de s'y fixer, d'y coriimercer. II n'a qu.'
avoir les reins solides, pour les luttes ardentes, la concur-
rence intelligence et toujours en Bveil.
Lorsque j'aborderai la parties psychologique de mon ctude,
je mettrai en relief et d'une maniere minutieuse, chacun de
ces c6t6s du temperament anglo-saxon, lequel m'a profond-d
ment captive.
Aujourd'hui encore, il imported que je parole, pour en.
finir du Kingston materiel, afin que le lecteur connaisse i
la perfection, cette ville centre des affairs et de tout, A la
Jamaique, et laquelle a 6te compl6tement tranform6e, d~s
1898, 6 ans! :
Oui, dans 1'espace de 6 ann6es, elle a presque absolument
change de carapace; elle a revAtu, avec une rapidit6e ton-
nante, le manteau s6millant et tant commode de lacivitii-
sation moderne.
L'effroyable incendie du 11 D6cembre 1882,: ~jui en-
suma poutr plus de 220.000 livrcs sterling, avqaras6 la ptus
belle parties de la ville, a cette 6poque, don't 637 niaisons pri-
vteset 5edifices publics. De nombreuses et lamentabtes rui-
nes en 6voquaient brutalement les ravages, aux- yeux do
voyageur attrist6. Mais peu i peu, ces rui es disparaissajetst
et de nouvelles constructions s'y &difiaient. Aujourd'hui, il
n'en reste pas beaucoup, des traces du drtastre de 1882.
Depuis. Kingston s'est consid6rablembntagrandi. La ville,
4 *


;'A: -









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 25

don't North Street 6tait J'extreme limited, le Race Course,
Mutant consid6re, alors, come extra muros, s'est prolongCe
jusqu'i Cross Road, A presque un mille ou un tiers de lieue,
de 1'ancienne limited. Tous les petits villages environnants y
ont et6 confddgrds; Allman Town, New Town, Franklin Town
Campbell Town, Brown's Town, ce qui remet la ville a 12mille
carr6s. environ, et 5.343 maisons.
J'ai dit, tout a 'heure, qu'il y a, en petit, tout ce que l'on
peut tvouver dans n'importe quelle grande ville europ6ennc:
Un beau theatre, le Thittre Royal, au nord du Park; l'Asile
des Fous Lunatic Asylum, vastes terrains et nombreux
bitiments of sont interns jusqu'a 70' fous. des deux sexes,
et don't I'administration ne laisse rien i dtsirer. On y a fait,
,depuis 6 ans, de nouvelles et confortables constructions, i
I'est des anciennes; mais jusqu'ici, on ne les utilise pas. Co
sont les contribuables qui entretiennent cet asile. L'hipital est
de tout premier ordre, ainsi que le Victoria Jubilee Lying-in
Hospital, pour l'dducation des midwives accoucheuses. Le
P6nitentier the Penitentiary ou, come le nomme le populo:
the Work House maison de. travail, mais du labeur dur -
hard labor. Les auteurs du project de loi sur le Penitentier, les
honorable Murat Claude et Moilisset, feraient bien d'y aller -
oh! non pour y rester, je leur demand bien pardon; mais
pour y voir. Leur religion penitentivire, don't jo les loue sin-
cerement, eut &t6 parfaitement eclair6e.
Ilsont aussi deux 6coles botaniques: le Castle Town Gardens
et le Hope Gardens, don't le directeurest 'lionorable M. Faw-
cett; un laboratoire bien outill6. Par example, le sucre et le
rhum ne peuvent pas 6tre mis sur le marcl)i, avant un exa-
men minutieux au Laboratoire du Gouvernement, par M.
Cousins, chimiste. On y etudie aussi toutes les sortes de ter-
roirs, on les classifie offlciellement, do maniucre que le plan-
.teur est parfaitement au courant de la quality de culture i
laquelle s'adapte tel ou tel coin de la Jamaique. C'est qu'i!;
s'occupent sdrieusentent de I'Agriculture, qui constituc toute
Jour resource, et don't ils tirent, aussi, merveilleusement
part.
11 y a l'Institut, la Biblioth6que publique, le Mus6e, un
City dispensary, pharmacies de .la ville initiative priv6e, it
Jaquelle est attaclihe un docteur le docteur H. Malabre, et


"A"sr Of FWW. Uk.









DE LA JAMAIQUE


qui est socialistiquement a la disposition des families
pauvres. s'.
On s'abonne, A raison de 3 pence ou 6 centimes, par se-
mainc, etl'on reCoit gratuitement les soins du m6decin, me-
dicaments compris. Mais l'abonnement e-t individual et est
impose sur chaque membre de la famille, separement, des
qu'ii aatteint I'age de 14 ans. Au-dessous de cet age, il en be-
n6ficie gratuitement.
Pour un cas d'accouchement, le City dispensary procure
une accoucheuse midwife, laquelle est payee 10 shillings,
6 pence; le tarif ordinaire des autres nurses ou midwives est
2 guindes ou 10 dollars.
Les autres institutions sont:

Le Jamaica Yatch Club. le Kingston Athenweum, le Commerce-
Exchange, Kingston and Saint-Andrew Horticultural Society,
l'Association Midicale, le Conseil Mddical, I'Union des Instituteura,
I'Union Chrdtienne, la S)ciedt mutuelle d'assurance sur la vie, la
Socidtd Coopgrative d'assurance centre l'incendie, la Compagnie
d'assurance maritime, Building Societies, la Socidte protectrice des
animaux, la Glaciire qui produit 61, tonnes de glace, par jour,
a raison de 48 centimes par 103 lives. Au detail, on I'obtient
a 2 centimes par 3 livres, dans les Ice's shops, reconnaissables
au petit pavilion rouge qui y est attach au haut d'un baton.
Are you selling ice?
est une interrogation du Jamaicain, que je me garderais bien
de poser A une demoiselle.
S'il yavait necessity, la Compagnie serait capable de livrer
sur le march, jusqu'd 95 tonnes de glace, parjour.









IMPPREFSIONS ET SOUVENIRS 27


CHAPITRE III



LA SOCIETY

LES c.LASSEs


L'Anglais est tellement savant colonisateur, qu'il marque
de son empreinte, etpuissamment. toutes ses colonies et ses su-
jets -- British subjects.
Unjardin. ai Kingston, avec la disposition de ses massifs et
ses lawns on ses grounds, adaptables aux jeux de cricket, de
tennis ou de foot ballest, en petit, Ie inmeo qu'on verra dans
le Royaume-Uni United Kingdom : de mime que le proprie-
taire. le landowner, est le type similaire Ai un lan'llord de Bristol,
de Dundee ou de Soutlsea.
Out side, il a l'air severe, guind6, :e qu'il n'est pas du tout,
at home, oi ses enfants respirent l'atmosphlire de la plus en-
tiere liberty, discutant avec le pere ou la mire, riant bruyam-
ment avec eux, jouant avec eux, mime A cache-cache.
D'abord I'Anglais, comme l'Allemand, est un excellent peire
de famille. Contrairement lAmericain, il no vit quc pour la
famille. C'est pourquoi ses enfan;s sont ses amis.
Laissez-moi dire, avant toute chose. comment est comp),-
sBe la soci6tS de la Jamaique. II y a plusieurs classes. Le-
blancs riches detiennent 1'aristocratie ; les Juifs portugais et
allemands- blancs aussi viennent imm6diatement apr-s.
C'est une erreur de plusieurs haitien-; qui ont voyage a la Ja-
maique, de penser que les Juitf Taisaient absolument par-
tie de l'aristocratie. Non. il n'y en a que fort peu, et, pour cela.
il faut avoir beaucoup d'argent et ,trc d'une notabilit6 recon-
nue, tels que, par example, Georges Solomon et Charles de
Mercado.
La raison tient it cc que les anctres de cos smites 6taient









72Z DE LA JAMAIQUE

arrivdsdans I'ile comme marchands de bric-A-brac, genre
syrien, --pedlerr ou iglers, et que, parmi eux, leurs prices dtaient
vu.; par des contemporains, dans cct etat d'inf6riorit- social.
Tandis que le blanc d'Angleterre ou des Etats-Unis, a 6t6
imported, comme comptable, chef de magnsin, manager; com-
mis de vente expert, ayant tous ses certificates, shorthandman,
tl16graphiste ou, il est venu dans l'arm6e, comme officer.
La troisieme classes est composee de colons; la quatriAme,
de coloured people, mulitres, griffes, noirs; la derniere, de por-
tefaix, etc. labourers, homes de labeur.
C'est dans la quatrieme, que regnent le plus souveraine-
ment, les scandals, sa condition p6cuniaire 6tant tr(s res-
treinte et les sujets fmiinins, parcontre, 5tant de belle venue
et d'enviable quality Ce sont ces petites femmes que, par
exemple, nous n'avons pas chez nous. Belles A ravir, bien
moulees, ayant bonne instruction. bonne education, jouant
du piano, du violon, de la mandoline, du banjo ; chantant fort
bien, s'habillant exquisement, on se doutera, ais6ment des
romansauxquels elles pretent etdont e!les deviennent le plus
souvent, la victim, apres en avoir ete l'hcroine. Car la petite
a besoin de s'habiller et de s'habiller gentiment. Elle ne sor-
tira pas, elle n'ira pas out, down town, sans ses giants, sa voi-
lette, don't elle possode deux: I'une transparent, hlgere,
pour qu'elle fasse les magasins et les Eglises; l'autre, tres
epaisse et de couleur marron ou bleu dark color, pour
qu'elle... aille fire autre chose, afin de n'6tre pas reconnue.
II y a aussi des scandals, dans ]'aristocratie et don't le plus
souvent, se hdroisent principalement les officers ; mais ces
scandals sont decently couverts; parce qu'ils peuvent I'etre
dans ces altitudes sociales, oi l'on a tous les moyens de tout
couvrir.


La morality n'est assur6ment pas I'apanage de la Jamaicai-
ne, bien qu'il y ait de notAbles exceptions. On dirait meme
que plus il y a d'gglises, plus le degr6 s'en 6lkve, car les 43
temples de Kingston, travaillant rudement et tous, trois fois
par semaine. obligent le sexe, qui y accourt toujours avec
avidit6, t plus de d6penses. Elle est devenue d'une co-
quetterie dangereuse, la jolie jamarcaine! D'o0 I'aliment


_









IMPPREFSIONS ET SOUVENIRS 27


CHAPITRE III



LA SOCIETY

LES c.LASSEs


L'Anglais est tellement savant colonisateur, qu'il marque
de son empreinte, etpuissamment. toutes ses colonies et ses su-
jets -- British subjects.
Unjardin. ai Kingston, avec la disposition de ses massifs et
ses lawns on ses grounds, adaptables aux jeux de cricket, de
tennis ou de foot ballest, en petit, Ie inmeo qu'on verra dans
le Royaume-Uni United Kingdom : de mime que le proprie-
taire. le landowner, est le type similaire Ai un lan'llord de Bristol,
de Dundee ou de Soutlsea.
Out side, il a l'air severe, guind6, :e qu'il n'est pas du tout,
at home, oi ses enfants respirent l'atmosphlire de la plus en-
tiere liberty, discutant avec le pere ou la mire, riant bruyam-
ment avec eux, jouant avec eux, mime A cache-cache.
D'abord I'Anglais, comme l'Allemand, est un excellent peire
de famille. Contrairement lAmericain, il no vit quc pour la
famille. C'est pourquoi ses enfan;s sont ses amis.
Laissez-moi dire, avant toute chose. comment est comp),-
sBe la soci6tS de la Jamaique. II y a plusieurs classes. Le-
blancs riches detiennent 1'aristocratie ; les Juifs portugais et
allemands- blancs aussi viennent imm6diatement apr-s.
C'est une erreur de plusieurs haitien-; qui ont voyage a la Ja-
maique, de penser que les Juitf Taisaient absolument par-
tie de l'aristocratie. Non. il n'y en a que fort peu, et, pour cela.
il faut avoir beaucoup d'argent et ,trc d'une notabilit6 recon-
nue, tels que, par example, Georges Solomon et Charles de
Mercado.
La raison tient it cc que les anctres de cos smites 6taient









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


principal de la prostitution. II en est de mmme du sexe fort,
qui, fr6quentant assidument et, pour cause, les maisons du
Seigneur, voit s'6lever.A son intention, pour qu'il puisse se d-
salterer A l'aise, de lombreux bars, dans le surrounding do
chaque chapelle.
Je n'ai point l'intention oh tant s'en faut de critique
la religion, vu que ca m'est absolument equidistant; maisje
ne fais ici que constater un fait brutal et qui ne peut tre con-
test6.
D'ailleurs, quand je parole de l'inimoralit6 intense. existent
A la Jamaique, je ne veux point pr'tendre que chez nous, le
chapitre en est absolument meilleur. Non, depuis une dizaine
d'ann6es. la prostitution est en plantureuse floraison, ici, et
cela. grace a 1'extr(me misere qui nous 6treint. Quoi! le mon-
dea besoin de sortir, de circuler... On ne peut pas s'6terniser.
dans les conditions de bNtes-serein. Et les enfants qui pleuvent
drQ comme grele, se moqlant de l'impecuniosite des temps ?
II faut vetir tout ca, m6me vaille que vaille! D'ou, relache-
ment force des moeurs.






L'ESPRIT RELIGIEUX LA TOLERANCE RELIGIEUSE
INFLUENCE DES MINISTRES DE CULTES
SALVATION ARMY MILLENNIUM FRANC-MACONNERIE
SocItTES MAGONNIQUES.


Je sais avoir touch une code tres sensible, en ayant l'air
d'accoupler la religion avec l'immoralit6, ou bien rendre la
premiere responsible de la derniere. Ce n'est pourtant point
14, ma pens6e; du reste, c'ett ttW une boulette que de pen-
ser ainsi, par ce que le but reel de toutes les religions est
l'amelioration de I'humanit6. Mais, il est regrettable, oh !
certes oui, de constater que ce noble but ne pent guere
6tre atteint, dans un siecle, ofi tant d'attractions bien plus
puissantes quele mysticisme religieux, sollicitent attention.









DE LA JAMAIQUE


Serait-ce, ici, le cas de dire, que la religion est retardataire,
n'a pas march?
Cette interrogation n'est pas si banale qu'on pourrait le
supposed. Et les Anglo-Saxons sont les premiers A nous le
prouver. Car dans leurs temples, pour mieux attire les fid6-
les et soutenir la concurrence avec les th6Atres, les Clubs,
les f6tes sportives, etc., les pasteurs organisent des concerts,
des conferences, des fancy fairs, etc., etc. Etun monde fou s'y
pr6cipite.
A la Jamaique, il y a presqu'autant de denominations reli-
gieuses, qu'il y a de chapelles: Anglicans, m6thodistes, pres-
byt6ricns, r6form6s, frires moraves, baptistes. congr6ga-
tionalistes, catholiques. juifs, sans computer la puissante et
philantrophique l6gion de la Salvation army, que dirigent avec
une si merveilleuse tactique, le colonel et madame la colo-
nelle Rauch.
Dans une maison. c'est-i-dire, dans une famille. on trouve
souvent des membres i toutes ces sectes. Le dimanche,
jour de grande besogne religieuse, le pere va a Big Airk
( Eglise 6cossaise), la m'4-e, a Holy Trinity (catholique), une
des files, a Parish Church (anglican ), une autre a Coke Chapel
( m6thodiste); le jeune home lui-m4me, s'il a en vue quel-
qu'acenir juif ira. de prefdrence, le samedi, A l'Amalgamated
Synagogue, 92. Duke Street.
C'est la, un des signes les plus remarquables de la liberty
de conscience de 1'Anglo-Saxon, car quand je parole du Ja-
maicain, j'entends I'Anglo-Saxon. N'ai-je pas dit. pr6cedem-
ment que l'Anglais s'infuse en ses colonies? Liberty de cons-
cience, partant, liberty de penser; voila la force de ce grand
peuple.
Pas de castration morale, mrme dans Ia famille. Aussi,
malgr6 la grande diversitO des sectes religieuses et bien que
les ministries des diffdrents cultes, dans un intirdt .spculatif,
bien entendu, tout cur6 vivant de son autel-. se renvoient
tonitruamment la balle, de leurs chairs ( pulpit ) respective,
les discussions rcligieu.es sent un oiseau bien rare, dans la
families. Ou bien, ces discussions se feront librement sans que
personnel pr6tende fourrer arbitrairement, quand m6me, ses
idees personnelles, dans le cr'Ane de son adversaire (his
opponent ).









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 31

Les arguments seront tout le temps tiros de la Bible. Oh!
la grande Holy Bible, voild encore la force de I'Anglais!
C'est, surtout, bien plus que les balles dum-dum, les canons
Maxim, son plus puissant instrument de conquete.
Pas un gamin kingstomen, qui ne sache sa Bible, a la per-
fection, car tons frdquentent les Sunday'. Schools. Ony voit aussi
des adults, et en grand nombre, assoiffes d'instruction reli-
gieuse. Le dimanche, la sortie des sunday's schools est des
plus suggestives, grace aux tons varies et crus des toilettes
de tous genres.
L'esprit religieux est une autre nature du Jamaicain. Aussi
les temples sont-ils toujours bonds de personnel des deux
sexes. Les temples sont toujours en activity. II y a culte,
le dimanche martin etsoir; le mercre li soir; et dans certaines
churches, le jeudi soir. Lorsque ce n'est pas le culte, c'est le
practice of the choir ou a Sacred concert ou bien encore un anni-
versary service. Enfin, il y a toujours quelque chose, pour
maintenir, tout le temps, les ouailles en haleine; mime des
pique-niques, A la cam.pagne ou dans la banlieue, a Hope
Road, Winward Road, ou ailleurs.
Etant donn6 cet esprit rcligi.eux profound, la supr6matie des
pasteurs (parsans) esLt souveiaine. Ils sont v6n6r6s de leurs
ouailles et, il y en a q ii vi veat assez grassement, s'il en est
de bien p-uvres. Mais cette derniere categorie ne se recrute
que dans la Country ou parmi les pretres catholiques.
Depuis quelquesann6es, les pasteurs livrent une lutte achar-
nde, pour la suppression du traffic des chemins de fer, le di-
manche. Mais le public chose miraculeuse, cette fois --
resiste ferme, a cette prdtention des clergymen. surtout les in-
dividus qui resident dans 1'int6rieur de I'ile ( in the country).
Ils objectentavec raison que, travaillantdur, toute la semaine,
le dimanche est le seul jour qui leur est r6serv6 pour visi-
ter leurs amis. habitant les autres localities. Dailleurs, si
1'on devait arrkte,' la circulation des trains, i! faudrait aussi
supprimer celle des cars 6lectriques, A Kingston. Mais e'est la
oll'os 6tranglerait Messieurs les parsans; car ils verraient, du
coup, leur attendance diminuer, et je n'ai pas besoin de dire
combien la collection en souffrirait.
Les pasteurs sont v6ndr6s et il y en a beaucoup de tris-
honorables et tres instruits. De ce nombre, je puis citer:









32 DE LA JAMAIQUE

I'Archbishop Dr Nuttal, 1'Archdicon Downer, beau-pere de M.
Lucie Smith (manager de la colonial Bank); Reverends Ba-
ron Hay, Williams, Adams, Canon Kilburn, Graham (le pre-
mier orateur sacre de Kingston et pasteur de 1'Eglise Ecos-
saise, Big Kirk, A Duke street). Il y en a encore bien d'autres.
Je ne saurais ne pas nommer ce vieillard v6ndrable, doux,
imposant, Bishop Gordon,.de l'Eglise Catholique, ainsi que
fathers Duarte et Mulry. les deux derniers, orateurs sympa-
thiques et populaires, qui sont en train de donner un d6velop-
pement considerable A la grande oeuvre du regrett6 pere
Dupont, don't on voit ia statue au cot6 Nord-Nord-Est du Park.
Aujourd'hui, la denomination catholique est en progress a la
Jamaique. Ils ont deux Eglises A Kingston, une A Port-Antonio
et quelques autres dans les autres parties de 'ile.
II est, A remarquer, en conclusion, que l'influence des Mi-
nistres de Culte est si puissante, qu'ils sont membres de tou-
tes les associations, de toutes les companies d'assurances,
qu'ils president A un grand nombre de meetings laiques, qu'ils
sont honors dans toutes les f6tes, etc.
A c6td des Eglises officielles et officieuses, tolerdes, il y a
aussi une infinite d'autres croyances. Ainsi l'Eglise Kinkead,
E. D. Kinkead est le populaire Grocer de King-Street, si con-
nu des haitiens. II est un homme honnrte, aux moeurs s6ev-
res. pere d'une nombreuse famille, et je n'ai pas besoin de
dire, excellent pere.
II a imagine sa religion a lui, elle resemble plut6t a l'Eglise
reform6e, sauf. certaines pratiques 'quelque peu originales,
telles que cells, par example, interdisant de manger la vo-
laille et tout bip.de, quel qu'jl soit, et imposant plut6t la lo-
comotion p6destre, ce qui d'ailleurs n'est pas mauvais, au
point de vue du developpement corporel.
Chez nous, des que quelqu'un rdpudie les b6tes A plumes,
on lui attribue certaines accointances vaudouyeuses. Cette
croyance est presque g6n6rale, surtout dans le Nord du pays.
Cependant, les membres de l'Eglise Kinkead sont bien loin
de pratiquer la danse du Zib-Zib. La petite chapelle se trouve
au haut de Hanover Street.
11 y a aussi le Millenium. Ah! ce Millenium... Qu'il me rap-
pelle le fameux Higgins, un des types les plus bizarre, les
plus audacieux que j'aie encore vus!









IMP'.ESSIONS ET SOUViNIRS 33

Higgins. un noir des miles Bahamas, avait 4t6 en Angleterre
of il fit connaissanceavec la secte du Millenium. qui a2corde
mille ans, pour le triomphe definitif de Dieu sur Satan. De-
venu un adepte convaincu de la nouvelle croyance, il futd(-
lhgu6 a la Jamaique. pour l'y implanter. C'Utait la, de la bonne
graine, car jamais del6gue d'une cause ne la defendit aver
autant d'audace, d'energie et de roueries
En un rien de temps, le Millenium devint 16gion. Higgings
t lui tout seul, engonce de son habit de cer&monie ou de sa
houppelande, gantf de coton blanc ou de....... mitaine, coiff6
d'une vraie cheminee d'usine, ou bien, certain jours, habill6
en matelot; Higgins 6tait I'attraction vivante, I'aliment des
gains kingstcniens, aussi effront6s que les gamins de toutes
les capitals.
Le dimanche martin, il conduisnit. au son d'une grosse
caisse et des chants bruyants et burlesques, sa troupe A Rock-
fort, bien entendu en cars sp6ciaux, et lI, dans la mer, il
pr6sidait au bapteme des nouvelles recrues. Le soir, des qua-
tre heures. la troupe tombait en hataille. militairement, devant
le Park, c6t6 Nord, vis-a-vis du Grand Cenlral et, Higgins
arm6 de son sabre qu'il brandissait, et mont6 sur une caiss:.
vide, comme un forcen6, prechait, tonnait contre toutes les
autres croyaices religieuses. attrapait des demclss avec les
badauds et meme avec les policemen, querelles qui, le len-
demain so vidaient il la salle de police. Il est a noter qu'il 6rait
tolr6 des autoritt's, car dans plusieurs circonstances, il m6-
ritait d'ttre condamn6 h un emprisonnement assez severe;
mais il ne l'etait touj9urs qu'a~ I'amende, que les adoptes
payaient gniement. en... considerant, surtout que leur pro-
phlte Mtait invincible.
Je me suis arret6 un peu longuement it cette figure, car
elle fut un type jamaicain. Depuis la mort de Higgins, le
Millenium s'affaiblit de jour en jour, grace it la malheureuse
scission, provoqu6e par deux ambitieux, ses successeurs.
Mais si le Millenium decline, en revanche, le non moin.
fameux Bedward tracaille ferme.. I a lev6 sa tente pr's de
Mona, ia Stewart Town, au burd de Hope River. C'est lIt qu'il
administre le grandissime baptrne, gu6rissant le corps et
l'4ame. De.s qu'on a touch ht cette onde myst6rieuse; 'ltme est
purifite, le corps lav6, les places, sinon disparues, (ce qui










31 /DE LA JAMAIQUE

l'embarrasserait souvent et ferme!) mais att6nu6es. Dire que
le bon people y croit: Rien n'est plus suggestifquede voir. a
certain jours, des cars charges defemmes etd'hommes, les-
premieres de blanc vetues et coiffees d'un tignon blanc. ar-
tistcment faconn6, plut6t en turban, par la main habile du
grand maitre; les derniers tout de noir.
Ils reviennent de chez Bedward, oui le bapteme leur a Wte
administr6. Les grands jours, ce famcux mystificateur rdalise
des recettes qu'envierait un merchant de Harbour Street. A.
raison seulement d'un shilling par tote, pour I'entree, tant il
affluede monde, croyantsou curieux. Heurcux mortels qui
peuvent exploiter si aisdment l'ignorance populaire!
Je ne dois pas omettre les streets'preachers, hommes et fem-
rues. prKchant et print au grand air, dss 7 heures du soir,.
at dawn. Autrefois, ils braillaient jusqu'i 11 heures, minuit
m~me, mais sur la plainte des voisins, le City Council a passe
une resolution, limitantle nombre d'heures consacrdes t ces
prieres pl6ni(res, it 3; done a neuf heures, on plie bagage.
c'est-A-dire que les assistants se retirent et que le ou la prea-
cher emporte Ie chevalet sur lequel 6tait fichde la bougie,
6clairant la bible et le recueil de Sankey's Hymns. Les en-
droits oO se donnent principalement carrier, ces reunions de
braillards comiques, sont toujours les abords du Park, du Ju-
bilee ou du Solas Market et Haywood Street, pres de Queen's
Hotel.


Mais la grande Association religieuse; mais la Salvation
Army...... En v'la de la puissance! En v'li. du socialism in-
teliigent, bien applique! Certes, it voir, la premiere fois, une
compagniede l'Armde du Salut d6ambulant dans la rue. au
son du piston, de la basse, de la grosse caisse, des cymbales,
des tambourins, accompagnds de castagnettes; et A les voir
surtout dans des uniforms quasi militaires, les femmes
surtout, on pourrait pouffer de rire ou hausser l'epaule, en
signe de d6dain. Mais lorsqu'on a connu leur oeuvre philan-
thropique, humanitaire, on ne peut que se d'couvrir et dd-
poser, de coeur joie. son obole dans le tambour de basque.
La grande armde du general Booth a commence la ( con-
quite de la Jamaiqub, seulement depuis une sizaine d'an-









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 35


n6es et. aujourd'hui, elle est respectablement forte. Elle a
son quarter general A elle, son training school i elle, pour les
aspirants. Ils ontaussi un asile. ouf les pauvres, les destitubs
trouvent a manger une bonne soupe, seulement en payant un
penny, deux centimes, coucher comprise. Les jeunes
femmes et les demoiselles font touted sorte d'ouvrages et sur-
tout le chapeau de paille, imitation de panama, le Jippi-
Jappa, si porter par les tourists des deux sexes.
La Salvation Army a un grand champ d'exploration devant
elle. Par son system philanthropique, si Mloquemment pro-
pag6 dans Ie War Cry, leur journal, ils front 6normment de
bien: ils vaincront! ......
Leur pratique ne manque pas de quelque pittoresque. Ainsi,
ils ont une armne. Le gnt'ralissime, le fondateur est le g&-
neral Booth don't le Headquarter (le quarter g niral) se trou-
ve h Londres La Salvation army est une des plus immense
corporations et des plus riches du globe. Elle compete nota-
blement, au point do vue financier, apres les colossaux trusts
amtricains.
Il y a un regiment, A Ia Jar.:aique, command par le colo-
nel Rauch. assist de sa feimme, la lieutenant-colonelle en
activity M-'S Rauch.
On y compete des commandants, capitaines, lieutenants,
etc., des deux sexes.
Dans le Training School( Ecole d'aspirants), ils pr6parent les
jeunes convertisou recrues, a la discipline, a la tactique, con-
sistant ai d6faire l'ennenii avec habilet6; non le d6truire;
mais plut6t le capture, le ( fire prisonnier ,. Ainsi dans le
, WarCry,, on lit souvent :

SL'adjudant John. parti en reconnaissxane, ( la atrbade, la se-
maine derni.re, sur le Royal Mail SS. Trentl d la dlte d'un dtau-
chement de Scouls, a merceilleusement rdussi dans son Scouting
et a fail 9 prisonniers ,. II faut lire neufadeptes.

Ils organisent aussi de grands piques niques et des mee-
tings au Thia.lre Royal et it Town Hall.
Je ne finirai pas cette page, sans mentionner la secte des
Seventh day adventists qui, en consacrant le samedi commejour
du Sabbath, donna ainsi raison aux juifs (Jews). Mais,









36 DE LA JAMAIQUE


dans un pays aussi civilise, il est triste de constater quelque
chose approchant du Vaudoux: un melange de cht istianisme
et de barbaric africaine. On l'appelle le ( Rivivaln; les mem-
bres sont les Rivivalists. De temps-A autre, ils annoncent 1'en-
tree de Jesus, sur son Ane, a Kingston, Mais. c'est toujours la
nuit. Ils parcourentalors les rues, par bands echevelees et
crient: ( Jesus on his ass, is coming! Just now, he is at Rock-
fort !
La police leur donne la chasse, parce qu'A ces innocentes
bnuffonneries ils ajoutent dans leur reunion et leurs danses,
du mystere tout semblable au Vaudoux.
En r6sum6, il faut noter que l'esprit religieux domine le peu-
pie jamaicain; grands et petits, riches et pauvres. Aussi toute
graine religieuse y germe, d6s qu'il s'agit des Saintes Ecri-
tu res (the Scr iptures ).


La Franc-maconnerie est dignement representee par deux
Grandes Loges, qu'ils appellent Provincial Grand Lodges, des
deux rites d'Angleterre et d'Ecosse. Car, il est a noter que le
macon anglais ne dit pas com me nous: rite d'York; mais bien
rite anglais.
Le Grand Maitre de la Grande Loge d'Angleterre est le Tres-
illustre et Venerable frere, Docteur C. B. Mosse, le Depute
Grand Maitre, 6tant le Ven6rable frere William buff; le Grand
Tr6sorier et le Grand Secretaire, les freres E. J. Andrews et
F.G. Sale.
Sous cette constitution, se trouvent enregistrees les Loges
suivantes:
LOGS NUMRtROs VNiRABLES LOCAL ITIS
Royal,. ...... 207 Frere M. Farrier, (Kingston)
Friendly ....... 239 E. F. H. Cox,
Sussex . 354 G.R.D.'Rust
Collegium Fabrorum 1836
Kingston. ....... 1933 D. G. Parsons
Moore-Keys . 2519 J. Martin
Hope . . 2815 C. H. Davis
Hamilton . 1440 J. J. Edwards (Spa-Town)
Phoenix ...... 914 S. Nightingale (P'-Royal)









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 37

Contrairement a ceux qui pensent que le noir est exclu de
la maconnerie Jamaicaine, je faisobserver que Ie frere Nigh-
tingale, instructeur d'artillerie, dans 1'armee anglaise est un
noir, un beau noir. ayant une education solide et g6-ndrale-
ment apprecie. pour ses m6rites divers. Je peux aussi citer
le frere Dr B. Armstrong, plusieurs fois v6nerable du Kingston
Lodge et, aujourd'hui, Grand Assistant-Poursuivant de la
Grande Loge Provinciale, d'Angleterre; il en est de meme
du frere Rowley, premier surveillant de la Loge Collegium
Fabroru m.
Le rite 6cossais a pour Grand Maitre, le Tris Ill.-. D' J. Ogil-
vie; le Grand Tr6sorier est le frlre H. A. Cunha et le Grand-
Secr6taire, le frere H. French Sharp.
Les Loges, sous cette denomination sont:
LOGES NUMEROS VENERABLES LOCALITIES
Glenlyon. . 346 Frere F. Alleyne, (Kingston),
Saint-John .... 6. 3 6
Caledonian . 554 ( P-Maria)

A noter: Le Grand Maitre se nomme District Grand
Master, ; le Venerable d'une Loge, ( Worshipful Master ; le
premier surveillant, Senior Warden ); le deuxieme, ( Ju-
nior Warden ; il y a un secretaire, un tresorier; mais pas
d'or teur Elu. Les servants sont: Senior Deacon, Junior Deacon.
Le fr6re, a la porte, est le Tyler.
Leur initiation ne comporte que I'6preuve morale. II n'y a
qu'un Temple, pour toutes les Loges de Kingston et m6me le
Phoenix, de Port-Royal qui, depuis 1901, travaille a Kingston,
le Gouvernement ayant expropri6 la belle proprikt6 de cette
Loge, h Port-Royal, laquelle sert maintenant, a la garnison
militaire de la Station. L'uaique Temple est le Sussex Hall, t
Hanover Street.
Les meetings ou tenues regulieres, pour chaque Loge ont
lieu une fois par mois, et a desjours fixes, de facon qu'il n'y
ait pas de confusion. Cependant, il y a des tenues extraordi-
naires ( emergency meetings); alors, elles ont lieu, plut6t,
l'apr&s-midi, car, generalement, les Loges ne commencent &
travailler qu'a partir de 7 heuresl/2 du soir.
Les Banquets y sontdes plus somptueuxet d'un ordre irr6-









DE LA JAMAIQUE


prochable. Le nombre de toasts officials est de 19, au course du
Banquet. Le premier est en I'honneur du King of England, le
second, the Prince of Wales, Grand Maitre des deux branches
des Loges du Royaume-Uni.
A c6t(3 de la Franc-maronnerie, se trouvent plusieurs asso-
ciations maconniques. travaillant parfois, pour le fond, jus-
qu'au 3me degr6 avec, pourtant, quelque difference, quant a
la forme. Ce sont: les Foresters, les Odd Fellows les Good Sa-
S maritans and Daughters of Samaria, les Ancient Shepherds, les
Good Templers, etc, etc.
II faut observer, qu'il est souch6 i la Maconnerie, la phi-
lanthropique association de Jamaica Masonic Benevolence, don't
le but est de secourir les fr(res n6cessiteux, leurs veuves,
leurs orphelins ou tous autres parents d6pendant d'eux, par
allocations hebdomadaires, mensuelles ou annuelles; par do-
nations, en leur donnant du line, de la nourriture ou des ou
vrages; en faisant I'6du,:ation Je leurs enfants ; eq les aidant
a payer leur passage, au cas ofi ils quittent 1'ile, trouvant un
emploi, ailleurs.






CHAPITRE IV



MEURS


J'ai d&jA, souvent dit que l'on retrouve en petit A la Jamal-
que, surtout' A Kingston, tout le caract6ristique du people
Britannique. D'ailleurs, ca se comprend aisfment, puisqu'il y
a un grand nombre d'anglais qui y ont fait leur settlement de-
finitif et qui sont a la tkte de la Soci6t6 jamaicaine.
L'Anglais. I'Ecossais ou l'Irlandais, quoiquc ayant des pre-
juges, comme du reste le Francais, 1'Americain, 1'Allemand,
etc., ne le fait guere paraitre, ou du moins son prejugd est









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


doux, supportable. Ils coudoient sans mepris, le colored man
(car noirs etjaunes sont ainsi d&nomm6s, en bloc). En car,
en chemin de fer, il ne lui repugnera pas d'etre le compa-
gnon de bane du dernier, de lui demander du feu, pas le
feu de son cigare, a la franchise, mais une allumette; de 1'cn-
tretenir cordialement, amicalement. II lui posera, surtout, une
multiplicity de questions, s'6tonnant, ravi,- si le colored man
est bien Oduqu6, de la nettctc de ses appreciations, de la
justesse de son opinion sur tell ou telle chose ( such a such a
thing ).
On voit souvent, un colon ou un blanc nouvellement arrive,
en buggy, avec un colored man.
Ils boivent ensemble dans les bars, mangent c6te a c6te,
dans les restaurants. Mais tout cela, il faut l'avouer. est de
la philanthropic au dehors, out side ; car, il est malheureuse-
ment A constater que, depuis 5 ans bient6t, I'influence am6-
ricaine s'affirmant de plus en plus, A la Jamaique, le pr6jug6
commence par avoir du piquant, quoique progressant tres
insensiblement, toutefois, vu le temperament pond6rt et res-
pectueux de l'Anglais. Par consequent, au seuil de la mai-
son, s'arrkte l'affabilit6 philanthropique.
Les castes se divisent ainsi :

White man, fair man, mulatto, brown man, samboo, blackman,
n bigger.

Le populo appelle un white man riche ou ayantdel'impor-
tance social: Buckra. Les autres sont gen6ralement quali-
fis : Sir, de meme que les fair men ou colons. Le massa est
le noir plus ou moins populaire, de- mme que dans les fa-
milies, gen6ralement, les entrants mAles sont baptis6s aussi,
massa ou master. Le Blackman est le noir respectable, tandis
que le nigger est le noir ordinaire. Tous ces differents terms
phon6tiques sont strictement observes.
Les Chinois sont qualifies mushea; malheureusement, les
Haitiens aussi. ce qui les choque beaucoup, par example, vu
que les Jaunes, les Celestials sont ainsi designs, eux qui sont
de simples Shops' Keepers et qui, par dessus le march,, m&-
nent une existence sordide, enveloppes dans leurs longues et
graisseuses blouses de toile circe.










40 DE LA JAMAIQUE

Les Haitiens, toujours. par le people, sont appel6s
aussi, frenchmen. II faut noter que les autres classes sociales
sont exceptees de ces niaiseries qui nous emb6tent, cepen-
dant, joliment. Ainsi, ii est tr(s dangeieuxde passer, lesjours
ouvrables, dans une lane, surtout, v6tu d'une redingote : on
sera pAture aux chiens et aux gamins taquins: Long coat!
Long coat! tel est le cri don't on est assailli, assaisonn6 de
gros rires gouailleurs et de sifflements aigus, pereants. Il y
a un de nos g6ndraux, qui en a rudement souffert.
Au fait, bien que chacun soit libre de s'habiller, come ii
I'entend et selon ses moycns, je trouve de la logique dans
cette aversion jamaicaine, contre le long coat ou redingote,
comme en francais. Car sous nos climats torrides, ce genre
d'habit offre plus d'un inconvenient et est surtout, sauf quel-
ques exceptions, 1'emblme, I'enseigne des gens paresseux ;
parce que, vdritablement, on ne peut guere travailler, sous
un ciel m6tallique, d6gageant, ensemble avec le sol, des feux
infernaux, lorsqu'on porte une voilure aussi forte et aussi
encombrante.
Je constate, par parenthese, avec plaisir, I'6migration pro-
gressive de ces corbeaux de fashion. de notre bonne Haiti.
Seulement, il ne taut pas moins constater aussi, que la cause
n'en est point un effet de la volont6, mais plut6t une neces-
sit6, imposee par l'imp6cuniosit6 Apre des temps octuels, vu
qu'avec de la toile pour une redingote, on peut obtenir un
petit nancy complete.

Le jamaicain absorbe joliment d'alcool, surtout du Whisky
and soda. La marque (label) de whisky prefdr6 est le (Dewar),.
Immediatement apres vient le ( Usher ,, lequel est tres leger
et moins colored que le premier. La maison J. Wray and
Nephews en a le monopole, pour toute la Jamaique. II y a
aussi, le "(Dowson'so, le ( Black and White ; le ( Strathmill,,
monopolee E. and M. Burke). Mais ils ne sont guere popu-
laires.
A tous ces Scotch Brands' s'oppose le fameux (( Jameson,--
Irish Brand, lequel ne manque pas de nombreux appr6cia-
tears, surtout dans I'arm6e. presqu'exclusivement compose
d'lrlandais, les meilleurs soldats du Royaume-TJni, the best
fighters of the United Kingdom.










IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 41

Aux heures do travail, c'est-A-dire do 8 a 5 heures, on ne
boit ni ne fume, pas meme le patron, boss, dans les magasins.
Les exceptions it cette coutume, fort appreciable, se recrutent
parmi les rentiers et les tchonnels qui sont toujours des m'en-
fou-ben. Car il est malvenu de faire 1'usage du tabac et de l'al-
cool, quand on est A la besogne, qu'on a souvent a parler aux
clients. On doit 6tre tres sain, d'esprit comme de l'haleine, it
ces heures.
Mais, d6s 5 heures du soir.... vogue la galhre, alors Les f
bars s'emplj;sent en un clin 4'ceil et les consommations bat-
tent leur plein.
II est rare de voir le jamaicain boire at home. II en est fort
peu qui tiennent un stock, chez eux. Ils boiront rondement
out, in the bars, with the jolly fellows: mais. chez eux, c'est
generalement de l'eau glace, don't ils se dcsalterent
La coutume anglaise est qu'il faut toujours retourner le
greg, the drink, que l'on a recu de quelqu'un, dans les taverns
et les bars, bien entendu! S'ils sout une douzaine, (a fait tout
de suite 12 tourn6es et,. si le premier offrant, the starter,
ayant l'intention de reprendre latournDe to begin again ), re-
offre, voiilh. illico, une nouvelle douzaine d( tournees.
II n'y a gu[re de cafes comme chez nous. Je n'en ai vu qu'un
seul que l'on peut vraiment d6s'gner ainsi:sc'est le c6l6bre
Commercial Bar, don't le propretaire, Joe Dacosta, jouit d'une
popularitM sans reserve et bien mrnit6e, et on' I'on peut s'as-
.seoir confortablement. aux petites tables do marbre et de fer.
C'est lI aussi que l'on trouve les deux meilloures tables do
billard, dans toute la Jamaique.
G6neralement. ce sont des bars, mtnme au ", Grand Cen-
tral )) de Eustace Burke ou l'on boit debut, devant le comp-
toir, les pieds pos6s sur une barre en fer. Vous voyez le
customer enter, s'accogner confortablem nt, a un endroit du
comptoir, avaler coup sur coup, 4 whiskies and soda, puis
allumer sa pipe et sortir aussi tranquillenient qu'il 6tait en-
tr6; car l'Anglais est plutot impassible dans la soulographie.
Les cas d'6bri6te tapageuse, bruyante, ne se retrouve, en
plus grande parties, que parmi les matelots.
L'Anglais n ese sert guere de bourse. Son argent, change,
est entass6 au fond de ses poches de pantalon, aussi immen-
ses que solidement cousues. Et. c'est a plaisir, mime comme









42 DE LA JAMAIQVE

une manie, 1'amour du metal! qu'il y enfonce ses non
moins immense mains, pour caresser etfaire sonnerles-pid-
cesde metal, entire elles
Le dimanche, aux heures de service religieux, c'est-a-dire
le nmatin jusqu'a deux heures de l'apres-midi, et le soir, de
7 heuresjusqu'h 7 heures 1/2. laloi dUfendiauix taverns, bars,
etc., d'ouvrir. Meme dans les hotels, les bars sont fermds,
durant ces heures. Cependant, comme partout ailleurs, on.
trouve moyen de contourner, dejouer a cache-cache avec la
loi, d'un rigorisme souvent despotique.
Un cerbere, bien styld et connaissant sur l'onge, tous les-
d6tectives, est p!ac6 contre la porte soi-disant fermee du cou-
loir, et veille! Tel customer se present: il le reluque soigneu-
sement, de regards interrogateurs et, s'il est bon, c'est-a dire,
s'il n'est pas un spy, il peut entrer, ainsi, de suite. Maintenant,.
ii arrive que ceux qui sontd6ja esmboltis, dans lacrainte dene
pouvoir revenir aussi ais6ment qu'ils y 6taient entr6s... y
passent tout bonnement lajournee. Ce qui fait que le diman-
che, on compete, la nuit venue, plus d'ivrognes sortant des Bars,.
que lesautres jours de la semaine, la preuve que la liberty&
est la sauvegarde des soci6t6s. De meme que les pays, ou le-
jeu est d6fendu, sont les pays of l'on joue le plus.
Pour en finir, avec cette page un peu trop... spiritueuse, je
dirai encore un mot n6cessaire a l'&dification du lecteur.
II y a plusieurs categories d'6tablissements oh l'on d6bite
les boissons.
II y a d'abord, les grands Hotels auxquels est attach un.
Bar. Les H6tels de second ordre sont tons des maisons de tem-
perance. Les taverns viennent ensuite, puis les run's shops.
Dans les premiers, on reste ouvert, jusqu'a onze heures-d.u:
soir, tandis que les Rum's shops ferment a 8 heures. Poura.voir-
droit d'ouvrir jusqu'a 11 heures, il faut que le propri6taireait
au moins une ou deux chambres a coucher, a l'usage de sa
clientele; qu'il ait encore une 6curie,a stable, pour lesquelles,
bien entendu, il paye une taxe suppldme ntaire.
SLa taxe g6ndrale annuelle, donnant droit de d6biter des spi-
ritueux, est de 25Livres ou 125 dollars. On ne peut pas ouvrir
de but en blanc un bar; il faut d'abord en demander I'autorisa-
tion (to apply to be granted with a license) trois rpois d'avance, et
la demand d'autorisation au City Council, imprimde en gros-









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 43

,caracteres, doit 6tre placard6e sur la propriety (premises),
.oi l'on a l'intention d'ouvrir.





CHAPITRE V



'PLAISIRS -- MUSIQUE TENNIS-CRICKET FOOT-BALL
PoLO -- TARGET PRACTICE
BALS PICNICS DIGNITY-BALL RACES


'Le people jamaicain est grand amoureux des plaisirs de
tous genres. D'ailleurs, il est tr&s friend de musique, quoique.
comme tout people jeune, chez lequel le gott n'est pas affine.
d6vdloppg, il prferte la musique 16gere, la musique d'ope-
rette, au grand opra, A. 1'exception, toutefois, de l'opera ita-
lien don't il raffole, pour la bonne raison que- la musique en
estsimple, attrayante, douce et, par consequent, facilernent
comprehensible.
En 1'ann6e 1901, les deux troupes italiennes de Lambardi et
de Azali en ont, a leur plus grand profit, re(;u la preuve. La
saison restera ia jama'is grave dans la m6moire jamaicaine.
Le nombre de pianos et d'instruments de routee sort. datns
les families de Kingston, est des plus respectable. Presquf;
tout le monde fait de la musique. Le violon, la mandoline et
le banjo sont les instruments de predilection. On on raffole.
De mime le mouth organ, employee dans les serenades, au clair
de lune, avec accompagnement de banjo.
Dans les bals populaires, la clarinette est en honneur. Notir
.combien bon p'tit Charles ) y aurait de quoi s'occuper ; il v
ferait flores. Je ne lui souhaite point, oh mille foi- non !-
d'etre jamais exild; mais si un jour, cette cruelle fatality le
frappait, qu'il n'oublie pas mon avis tout amical. .I pourra
.semployer.-aisement, A 10 shillings par piece on par soirke.









44 DE LA JAMAIQUE

Il trouvera mnme de l'emploi dans des bals plus opulents,
plus cossus, et le prix est d'une guineaou de 21 shillings.
Parmi les nombreux divertissements jamaicains, il faut
computer, en premiere ligne, le Cricket Play, le Lawn Tennis, le
Foot Ball,. le Polo. Le Tennis est unjeu mixte, c'est-A-dire, qu'il
se joue. entire jeunes files et messieurs; le Cricket, lui, est
absolument masculin, vu qu'il demand un peu plus de dd-
penses musculaires. Or, malgre le grand movement 6manci-
pateur et 6galitaire don't est anim6 le beau sexe anglo-saxon,
il n'y a pas encore song.
Le Cricket est le plat de predilection des Sportmeo anglais.
Aussi, y a-t il de nomibreux clubs, dans toute la Jamaique. A
Kingston seulement, ii y en a plus d'une vingtaine: ii s'en crte
dans les grands colleges, come dans le personnel des grands
magasins. Le ( Gleaner ,, le ( Daily Telegraph ,. envoient,
chaque semaine, leurs teams, dispute le ground, aux teams de
Metropolitan House, de Henderson's, etc.
Maisles plus cclhbresclubs sont le ,Kensington,, le (Kings-
ton ), le ( Melbourne ,, le ( New Century ,,, le ( Mico ,.
le Lucas etle ," Garrison ,. Kingston a longtemps eu la
reputation d'en etre le premier; mais ( Kensington C. C .
depuis quelques ann6es, lui a enlev6 diablement de*fleurons
de sa couronne. Ainsi, en Octobre de l'annee derniere (1903),
au match final qui devait d6cider lequel des deux aurait eu la
Coupe. par ce que dans le course de l'ann6e, les deux avaient
obtenu le meme nombre de points, Kensington I'emporta de
longue lutte et brillamment, aux applaudissements enthou-
siastes de milliers de spectateurs, sur son fameux rival. Il en
avaitfaitde mimeen 1902. S'il le r6dpte cette annee, il aura
conquis d6finitivement la Coupe.
Les plus notables cricketers jamaicains ( Batters et Bowlers)
sont Motta, Pearce, Morrison, Linton, Dunker, Snow, ( uf
noir, President de ( Lucas C-C, leque! joue actuellement aux
Etats-Unis, dans le grand championship annuel. Ils sont tous
champions de marque.
Le Polo est tr6s en honneur chez les militaires, de m6me
que le Target Practice ( le Tir). Le Foot-Ball est plut6t jou6
par les Eleves des Ecoles et les Etudiants.
Il y a aussi un nouveau jeu, qui tient du Tennis et du Cric-
ket, c'est le, Vigoro ,. 11 n'a dtW essay qu'une fois, I'ann6e









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


derniere; mais n'a point (t4 encourage par les faveurs du
public. Aussi est-il tomb6 du coup, dans l'oubli. 11 en est de
meme du Ping-Pong, lequel a aussi vccu, vu que, ,tant du
Tennis en chambre, ii n'offre pas autant d'entrainement,
excitement, que le vrai Tennis, le Lawn Tennis. Et les Anglais
come leurs compagnes ne demandent que de l'excitement, les
grands exercises physiques.
Quelque chose marque aussi profondement, depuis deux
annees, dans les moeurs jamaicaines. c'est le Race Walk,- la
march. En Juillet 1903. a eu lieu la premiere, Gordon en
sortit triomphant et Foster second. Kinkead et Gray qui
etaient, avec Foster, les favors, n'arriverent que 7me et 11me.
Depuis, ii y a souvent des marches. dans plusicurs points de
File.
Autre chose, don't se passionne le jamaicain, est le Yacht
Race. II yen a de local. Mais l'excitement est provoqu6 par
les grandes Races de Sandy Hook (New-York), pour la Arande
coupe, entire le Royal Yacht Club Anglais et le New-York Club.
II y a dljA 52 ans. que la coupe a Wte enlevwe, par un Yacht
amrricain. en Angleterre, et transported aux Etats-Unis et,
depuis, malgr6 les efforts incessants des Anglais, le troph6e
reste glorieusement aux Yankees. II semblerait que, comme
le macaque,- the Monkey,- (ce que Yankee tient, il ne Ie Itche
jamais ,. N'est-ce pas Ulysse Heureaux d'inoubliable md-
moire, qui rep6tait ce fameux dicton i I'Amiral Fournier, Ai
propos d'une reclamation diplomatique, a lui pr6sent6e par
le dernier. mont6 alors sur le Croiseur de premiere classes
francais, le Ccille-, ?
Sir Thomas Lipton est un des Anglais les plus gcndreux et
les plus persistants. qui aient couru it la reconquete du fa-
meux trophde. Tous ses Yachts s'appellent Shamrock, du
nom de la fleur aim6e des Irlandais. car it est lui-m&me,
Irlandais. I1 en est A .oon troisieme Shamrock, lequel a &et
detait, I'annde derniire encore, par la Reliance. On pretend
qu'il va lancer un nouveau dfl- ( challenge ) au Club New-
Ynrkais. Ilfera construire done, d cet effet. Shamrock IV.
Deciddment, pour un homme convaincu et tenace, Sir Lipton
1'est. Seulement, stlp on pretend (est-ce un on jaloux) ? que
cette persistence t'a rien de chevaleresque. mais que c'est
p!ut6t d.e ia reclalne, sir Thomas, tirant toujours bon profit,









46 DE LA JAMAIQUE

mnme de ses d6faites, en faveur de son Tea et de son com-
merce de Pork. Car les am4ricains, tres enthousiastes,
dans la vanity et la liesse de sortir toujours victorieux de ces
c6l1bres Races, offrent, it chaque fois, les plus avantageuses
transactions commercials, au grand et richissime Yachtman.
On sait que Sir Thomas est parti d'humbles conditions so-
ciales. Comment est-il devenu Sir? Tout implement ainsi: une
fois, 1'actuelle Reine Alexandra, alors Princesse de Galles,
faisait une souscription pour les pauvres de Londres. C'Mtait
a une grande Fancy Fair. II lui fallait 30.000 livres sterling ou
150 000 dollars. II y avait 30.000 dollars de souscrits, djiat.
Elle presenta la liste A Mr Lipton et celui-ci, assoiffi d'anno-
blissement, s'y inscrivit tout simrplement, pour le reste, c'est-
A-dire 120.000 dollars: d'o'i, Sir Thomas, comme disent les
Anglais. C'est ainsi que lcs Anglais s'annoblissent.
Les courses de chevaux sont aussi tres appreciees, a la
Jamaique, J'en parlerai dans un autre chapitre. Mais, je n e
finirai pas, sans mentionner le Diynity Bal! bal populaire.
Les Lanes en foisonnent et c'est le plus grand aliment des
recettes de la Police Court, a cause des rixes qui y sont inevi-
tables. Une des plus grandes monteuses de ces parties est !a
surnomm6e Belt Line, femme plantureuse et disciple de la
c6dlbre MaryClark, que beaucoup d'Haitiens n'ont pa.' encore
oubli6e, je suppose, et quiestall6e crever A Colon. Danstous les
cas, il faut reconnaitre que les Dignity Balls sont loin d'6tre
dignes et d'avoir le don de dignifier.......
Ce sont des sorts de Belliers Kingstoniens.










IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 41.


CHAPITRE VI



LA FEMME


On sait, djit. que chez l'anglo-saxon, la femme est reine-
Les lois'lui sont bien plus protectrices, qu'h 1'homme; les
usages, davantage. Dans la masse cette masse si declass6e
de la Jamaique, oi la boxe et les passes de rasoirs sont en si
grand honneur,- femmeset hommes se colletent et se frottent
les oreilles ou la trogne, avec une gale vigueur, si ce n'est
meme pas bien plus vigoureux du e,6t6 des premieres. Eh
bien, lessentences leur sont autrement douces, que celles
appliquees i leurs adversaires males.
Par example les megeres, habitantes des lanes, vivant en
fourmilliere, sont les types de ces femmes d6clasg6es et terri-
bles. 11 y en a qui sont m6me 50 fois r('cidivistes, (convicts).
Telle la c6elbre Arabella Campbell, a qui les portes massive
du Penitencier, du Wak House, comme elle dit, elle-meme,
ont Wte ouvertes, jusqu'en Juin dernier, pour la72e fois! Les
Quotidiensexaltent meme ce qu'ils considtrent comme des
processes. Ainsi, on y lit des notes, avant des titres sensa-
tionnels comme celui-ci:

THE ILLUSTRIOUS CAMPBELL!
HER 72th JOURNEY IN THE GENERAL PENITENTIARY?

Puis on raconte avec force enthousiasme et commentaires,
sa dernitre 6quipee. On constate toujours une certain com-
miseration, un brin de tolerance pour la femme. Car il en
est bien autretnent de l'homme, at l'exception seulement, du
fameux Buckra, un grand gaillard, ayant une jambe de bois
et qui, pourtant, peut tenirserieusement en 6chec,jusqu'Adix
policemen. II est le favori des cabaretiers qui I'entretiennent,









-j DE LA JAMAIQUE

presque tous, pour la bonne raison que, a la moindre alga-
rade d'un consommateur ivre ou impertinent,. on fait inter-
venir Buckra qui, imm6diatement, rentre l'individu. Par
consequent, a chaque foisqu'il est traduit devant la Police
Court, on paye pourlui.
En montant un ou deux crans, dans la society, nous y
voyons la femme encore plus reine. Toutes les demoiselles,
meme les fillettes de 14 ans ont leurs lovers don't elles sont les
sweethearts: Elles fall in love with their darling one; their best one.
L'amoureux visit ia famille, sort avec son amou'reuse, aussi
librement ques'ils 6taient d6ej fiances ( engaged ). Le soir,
c'est lui qui la ramrnne. du service divin. Cependant, il est
descas, ou ils ne peuvent pas se voiraussi librement. Alors,
c'est un deluge de lettres d'amour (love's letters ou notes). La
petite est une habitue de l'orifice marque in land en lettres
bleues, de la Poste; elle y jette si souvent des plis parfumis
d'un forgetme not ou d'une discrete violette. dissimule au fond!
Ces petites jamaicaines Ccrivent beaucoup, presque tout le
temps. Je m'imagine que leur contingent 6pistolaire est un
des plus consid6rables aliments des revenues de la Poste qui
se chiffrent annuellement, A des sommes assez rondelettes
(135.055, en 1903).
Done, libert.eabsolueest accordee A lafemme. laquelle, cou-
verte par des lois et coutumes puissamment protectrices
n'a..... rien A craindre. D'ailleurs, qu'y aurait-elle a craindre,
puisque, mime dans I'hypothbse d'une... crainte quelconque.
Elle est toujours une co-partageante tres volontaire, tres con-
vaincue. La femme marine, --- un assez bon nombre faisant
exception a son paramour, son dood (amant) ou.... ses doods,
come dans plusieurs cas, a ma connaissance. Mais, c'est
tris cache; ce n'est point comme parmi les Banquiers de
WallStreet, A New-York, parexemple. De meme que lejamai-
cain, buvant assez copieusement dans les bars, out, ne boit
que de l'eau glance, chez lui, at home; de mrme Al volt en
horreur un concubinage public. Qu'il le sache, qu'il le senate!
Oh that is all right! Mais il ne veut point le voir, le constater;
car... ce n'est pas fait pour cela. It's not decent !
C'est ainsi que, meme si Fon est convaincu d'une premiere
faute commise, par une Miss ou une Mislres, don't on est !Uami
du coeur, il est tr6s dangereux de le lui dirte. Shocking !Elle









IIMP:ESSIONS ET rOCV:ENI.RS 49

vous tapera dessus et vous hlchera lu coup, car vous devez
vousconvaincre, que vous Etes the first Yes sir, the first, the
first, the first !! Wont you hear ? Et la petite, devenue nerveuse
et coloree comme un piment houc, frappera du pied, vous
foudroiera de ses regards fulgurants et, finalement, le dedain
au retroussis des levres. s'en ira... pour toujours.
La jamaicaine n'accepte point que se. affaires, ses petits
romans soient divulguEs. Aussi, le chatter box, la boite par-
lante ou l'indiscret, une fois connu, est mis en quarantine
par toute la l gion feminine.
Les flancailles. comme jadis, chez nous, durent souveut
des ann6es. On reste engaged, parfois. cinq, six anset, durant
ce temps, les intended vivent aussi intimement ques'ils Mtaient
mari(s. Quelquefois, le fiance loge cliez sa fiancee, et c'est
celle-ci qui s'occupe de toutesses affaires. Le martin, les deux
se rendent a leur travail respectif, car la femme, presqu'en-
tierement 6mancipe. travaille autant et aussi librement que
1'homme. 11 est des fois ofi, la demoiselle, 6tant de la Country
et employee, a Kingston, dans un magasin ou dans un cabi-
net d'avocat, comme type-writer ou accountant (caissiere, te-
neuse de livres ) vit seule, loin de ses parents, dans un Lodging
House oui, aussi, sc trouve son lover ou son intended. Ca n'y
fait. There is no difference, comme elle dit.
On voit souvent des demoiselles poursuivre, devant les
tribunaux, leurs intended d(serteurs, pour breach of promise,
rupture de promesse. J'ai un de mes amis, employee it la
Tresorerie, qui eut a payer pour un cas semblable, la ronde
some de 2.500 dollars.
Les femmes marines traduisent aussi. trWs souvent, en di-
vorce, leurse poux, pour adultre. La procedure est la mome
quesi c'tait le mari, I poursuivant. Aussi, desqu'une femme
veut se d6barrasser de son home, elle Ie tape ainsi et, c'est
d'autant plus facile, que I'homme, quelle quc soit la latitude
sous laquelle il respire, ne peut giire sC vanter d'"tre indemne
( indemnified) d'unpareil m6fait.
Quand c'est le. maria qu su pursuit, la legislation anglaise
admet que 'nauteur de I'adtlltIre soit puni ensemble avec la
femme : celle-ci est lerespondant et son amant, le correspon-
dant. La sentame qui le frappe, c'est le pavement d'une some
de........ en faveur (du maria. A d6faut d'acquit. il est empri-









DE LA JAMAIQUE


sonn6. C'est pourquoi la femme mariee est bien plus respec-
t6e que la demoiselle et, pour cause Surtout le jamaicain
n'aime gu6re dsbourser et, j'avoue qu'il est passablement
raide d'avoir a casquer, dans ces conditions-lI, apres que c'est
d-ait, dans le domaine du pass6.... Car la plus petite amended
n'est pas moindre de 10o Livres ou 500 dollars. Les amendes
varientselon la position du... souffrant, the sufferer, et n'ont pas
de limited: d'ofi le danger. Il est vrai de dire, aussi, que le
mari haul codt dans le monde. ne pursuit pas, de crainte du
scandal; il a recours B la separation de corps, pure et sim-
ple, par consentement mutual. Aussi les Dons Juans ont plus
de resources, par Il.
II est a noter qu'on ne tue pas, dans ces circonstances,
pourtant si aggra vantes. Je vois d'ici un Haitien I est vrai
queje me suis laiss6 dire, depuis mon retour dans le pays
qu'actuellemcnt on ne se faith giiure de bile, en pareille ma-
ti6re. En ce cas, notre L6gislation aurait dt consacrer la
m6me coutume que celle de la Jamaique, puisqu'il faut
quand mrme, une reparation quelconque. Mais j'oubliais ...
I'haitien l'aurait considered comme de la vdnalite! Or. pas-
sons.
Le degrI le plus grave est le viol, carnal abuse, comme
du reste partout ailleurs. L'emprisonnement est meme de
20 ans, s'il s'agit d'une fillette au-dessous de 14 ans. Il y a
aussi l'indecent assault qui entraine un emprisonnent de 7
mois.
Le carast6ristique de la puissance feminine reside particu-
lierement, dans ceci: que l'epouse domine absolument I'e-
poux. Celui-ci est plut6t passif; mais non par contrainte :
plut6t naturellement; c'est I'usage. Ainsi, I'heure du travail
pas-see, s'il n'est pas av6r6 que Joe ou Dick n'est pas alley se
livrer A l'excitement. au groundde ( Sabina Park ou de t< Mico ,,,
en compagnie des camarades, des fellowsde Clubs, ilne sera
pas recu, pour sQr. A l'cau de fleurs d'oranger, A son retour
au bcrcail. Lorsqu'il ne travaille pas, ii doit se rendre at home.
Tandis que la Mistres sort librement. Elle va, par example,
souvent a Down Town, pour s'acheter, parfois un rien, un bois
de fil ou une aiguille. Elle ne peut guere rester toute une se-
maine, chez elle. Elle aime sortir surtout, pour se mettre en
toilette, car elle est tries coquette. Aussi, voit-on, tous les









IMPRIESSION.S ET SOUVENIll.S 51

jours ouvrables, de 8 icurei du martin. iA 3 de I'apras-midi.
une circulation feminine des plus denies, it Harbour et King
Streets! Quel que soit Ic temps qu'il fait, il y en a beaucoup de
gantees et de voilees.
LaJamaicaineaimepar-dessus tout, Ic chant. Aussi, est-ce la
premiere invitation qu'elle vous'fait (( Will you sing, Mr? Et.
sur vos excuses de ne le pouvoir, de ne pas savoir chanter.
elle insisted: (Even la Marselliaise, do! Car. ainsi elle pronon-
ce la Marseillaise. qu'elle adore. Elle en raffole tellement.
qu'elle ne peut digerer qu'un francais on un descendant de
francais ne sache cet Hymne national enflamm6 et immortel.
Elle vous dit, imm6diatemient, pour mieux vous encourage:
uIt is very much.prettier, than our own Natio nal Anthem ,.
II est un fait remarquable, que les Anglais v6n'rent et la
Marseillaise et Napol6on le Grand, come ils dissent eux-
m6mes. Ils ont un rdel cult de ces deux prodiges. C'est un
people qui aime tout ce qui est force, puissance.
Par contire, il ne supportait pas le Gouvcrneinent de la R('-
publique francaise. II se contentait de consider le francais
comme un joli bdbe, mais rien qu'un b6b6, et son gouverne-
ment, comme ridicule et immoral. Cependant, depuis le trait,
le rapprochement anglo-francais, ah c'est toute une autre
affaire La France est redevenue la g6n-reuse, la belle Fran-
ce. Car, l'Anglais ne voit que seo inter.ts. Helas! avons-
nousjamais agi serieusement ainsi, et le patriotism n'est-il
pas plut6t de la frime chez nous?
J'ai not6 aussi une id.pendance de caractore tris pronon-
cce chez ces gens et, surtout, la femme. La jeune lille ne
croit pas devoir absolument penser come ses pere et mere.
.Elle discutera, bien entendu, respectueusement, avcc eux:
mais avec non moins de conviction, de t6nacitO. C'est aux
61ections municipals, particulieremnent. que se manifesto cot
esprit d'ind6pendance, de liberty; car. it la Jamaique, ces
elections sont bien plus importante-.. que los elections 16gisla-
tives. L'int&r.t communal prime tous les autres, la duro ques-
tion de la taxe y rtant attache.
Pour en finir, .10 dirai que la JamaTiaine esti passion mil
des sports. La Juive, elle. raffole des CimI se f de chevaux. On
peut les voir, an Stand Ju Race Course. s'animer ii purier
(to bet), dans los grande Iar-ex d'Antit et de lin d'ann'ane,









52 DE LA JAMAIQUE

avec meme bien plus d'ardeur que les betters masculins; elles
sont les amantes du turf. Si elles pouvaient, elles assiste-
raient meme au pesage que, neanmoins, des gradins, elles
suivent avec int6drt.
Quels que soient ses ddfauts, d'ailleurs, comme dit la
chanson : Qui n'en a pas < en Angleterre' laJamaicaine
est tr6s interessante. Elle est d'abord, caressante, charmante,
avenante, point m6chante. Elle est ensuite et surtout, belle,
bien moul6e. forte, plantureuse, quoiqu'lk6gante. 11 semble-
rait que la crdole Jamaicaine descend, plut6t, de L'Ecossais;
car elle est tres bien faite, il n'y a pas a dire, et on sait que
I'Ecossaise est une des femmes les niieux bdties du monde..
J'apprecie, j'aime beaucoup la Jamaicaine.. Long live the
sweet, the pretty girl of the Gem of the Antilles!






CHAPITRE VII



POLICE- SAPEURS-POMPIERS


L'organisation de la police de la Jamaique est sur un pied
des plus satisfaisants.
D'abord, on compete. au total 1.659 hommes de police, don't
754, de la Constabulary ou Corps pour le maintien de la paix;
33 du Water Police (Police maritime), et 872 District Consta-
bles ou Police rurale. Il y a un Inspecteur g6n6ral 6quiva-
lant a notre Secr6taire d'Etat de la Police, actuellement M.
E. Wright, aux appointments de 4.000 dollars, avec logement
et autres. Les 4 Inspecteurrs de 1re classes ont 2.045 dollars par
an. Le d6put6 Inspecteur Wedderburn, A Kingston, touche
en sus de ce salaire, 'a some de 500 dollars, en sa quality
de teneur des Registres des criminals.
La force policicre conipte, er outre, 5 Inspecteurs de se-








IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 53

conde classes (1.795 dollars), 2 Inspecteurs de troisieme classes
(1.545 dollars); 6 sous-Inspecteurs (980 dollars). Le Secretai-
re de l'Inspecteur general est aux appointments de 2.000
dollars, etc.
La station central de la police est A Sutton Street, entire
East Street et Georges Lane, en face la station central
des Sapeurs-Pompiers (Fire-Brigade). On compete, en tout, 13
stations de police A Kingston. C'est au Sutton Street Gaol, que
Ton emprisonne les individus arrktts la nuit; un sergent de
service dresse le proc6s-verbal, enregistre, et le lendemain,
1'inculp6 est achemin6 sur la Police court (Orange street).
L'uniforme du Constable, le jour, est dolman dril blanc, pan-
talon drap noir A passe-poil rouge; casque blanc (helmet).
surmont6 d'une tige metallique et marqu6 du numero de sa
compagnie. Ceinture de cuir noir. avec un fourreau pour le
club et une petite giberne, contenant des menottes. La nuit,
il porte dolman et pantalon noirs, k6pi noir et son manteau.
La faction, dans les rues est de 4 heures, jour et nuit. Le
factionnaire a sous son contr6le deux ou trois blocs, selon
l'importance de la rue, qu'il arpente, lentement, mais sans
s'arrAter guere. A Harbour, Port-Royal, King, Little Port-Royal
Streets, des 6 heures du.soir, le policeman s'assure bien des
conditions des portes et fenetres des magasins; s'il en est de
mal conditionn6es, il pr6vient immidiatement, a li premiere
boite t6l6phonique trouvde, le propri6taire, ou au cas contrai-
re. enregistre le fait, sur son carnet de notes.
Ils surveillent 6troitement la circulation publique. Les 'bus-
ses doivent suivre strictement la ligne convenue et ne pas
obstruer la voie publique. Au cas d'infraction, le bussman
est traduitdevant la Police Court. Un bussman, A Harbour.
Street, par example, n'a pas le droit d'arr6ter un piston, pour
lui demander A l'engager, (apply for hiridy). Ils le font pour-
tant. souvent, trop souvent mmre, jusqu'A devenir incommo-
dants; mais, alors... le patient n'a qu'A appeler un constable.
Une remarque a faire. et qui choque presque toujours
l'haltien vif et irritable: c'est qu'un vagabond, a rascal insul-
tera un gentleman dans la rue, et la police n'interviendra
pourtant pas, comme c'eAt 6t6 le cas, ici, bien entendu. sur
la demand du gentleman. Eh bien, lA encore, c'est la preuve
du respect de la liberty individuelle. La police n'apprthende









.1 DDE LA JAMAIQUE

qu'en cas de flagrant delit de crime, de rixe publique; mais
dans tons les autres cas. et sur la plainte de I'interessE, elle
ne peut que d6cerner un mandate de comparution centre le
d6linquant.
La police est partout, sur vos talons, A laJamaique. La, of
vous portez vos pas, vous voyez se dresser la tige d'acier de
son helmet. RESPECT DE LA LOI! Qa rend la grande sicurit6
don't on y jouit, encore bien plus imposante. Le train s'ar-
rate i une station: le dolman blanc impassible et fureteur, a
la fois, qui merge sur la terrasse de la gare !
A propos de police, mon excellent ami Uurick Duvivier
me faisait observer, lorsque nous 6tions en exil, i Kingston,
qlue le cri d'alarme du vulgum peccus jamaicain est g6n6rale-
ment: Murder! quel que soit le delit qui le provoque, tandis
quo celui du n6tre est toujours: La police! La police! Il re-
marquait avec raison, plus d'ing6niosite de la part du rascal
Kingstonien. puisque le cri Murder! (meurtre), exprimant.
meme hyberboliquement, une chose tres grave, a pour vertu
de faire s'acc6lerer le secours policies. de le faire arriver plus
vite que Ca ne serait autrement.
Oh! I'eternel antagonisme de la police et du people, et sur-
tout, des repris de justice et des bussmen! Ce sont chien et
chat, lait et citron ....
Le constable jamaicain fouque, a peu pros comnme notre po-
lice, le delinquant sous-arr6t; mais ce n'est que dans des cas
de rebellion de la part du dernier: il lui met la poigne aux ti-
rants du pantalon, at the string of the trousers ou plut6t, il lui
passe les menottes (hand cuffs) et march a c6t6 de lui. Mais
il ne pourrajamais le frapper de son club, A moins d'une me-
nace d'arme du dernier.


Quant au service des pompiers, il est a mon avis, le plus
admirable de tout ce quej'ai vu la-bas. Il est I'Pgal de n'im-
porte quel autre a New-York ou a Paris. II ne faut pas plus
d'unc douzaine de sapeurs-pompiers, pour se rendre maitres
de n'importe quel incendie, quelle que soit son intensity. Au-
jourd'hui, on ne so sert guire plus de pompes: le fourgon a
tuyaux suffit.
DI'Is que 'avertisseur electriquc announce l'incendic, le m6-









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


me courant fait toniber le harnais sur le dos de la mule ; on
n'a qu'a l'y fixer et, en route! Cling! cling! la petite escouade
est immediatement sur le th6btre du sinistre, le tuyau est
adapt6e la borne d'eau et un jet puissant, irresistible a aus-
sit6t raison du flNau.... Durant les cinq anndes que j'ai te it
Kingston, je n'ai vu, sur le nombre des incendies 6clates
dans diff6rents points de la cit6, que deux maisons brilees
totalement: un shop, pros de Sollas Market, A Orange Street
et la residence de M. Burrows, a Cross Road, don't 1'assurance
de 2.500 dollars, a la Jamaica cooperative Fire Insurance compa-
ny, a 6t6 payee 6jours apres.
Aussi toutes les companies d'assurance centre 1'incendie
accordent de gtndreuses primes au Fire Brigade, don't le su-
perintendant, M. F. G. Sale recoit du City council, 1.250 dol-
lars, annuellement, avec residence, etc.
Lorsque je vois nos villes en ruines, par manque de bonne
organisation de Pompiers et surtout d'administration hydrau-
lique, oh! combien je pense ces excellentes organizations.
a la Jamaique! Et, il nous faut, sourtout, si peu: c'est-a-dire,
la bonne foi pour y arriver...... Mais, les 6ternels tatonne-
ments nous tiendront toujours enliz6s dans l'impuissance
administrative.
Un corps select de sapeurs-pompiers, A l'instar des admira-
rables Gitoziens, entretenu par 1'Etat, ferait bien notre affaire
avec l'etablissement, de l'initiative du D6partement des Tra-
vaux Publics, au moyen de son Bureau technique, d'un ser-
vice hydraulique, comme celui de Kingston.










56 DE LA JAMAIQUE


CHAPITRE VIII



INSTRUCTION PUBLIQUE JOURNALISM POLITIQUE
ECONOMIC CIVISME

L'Instruction publique est largement rdpandue A la Jamai-
que. On y compete 717 Ecoles, don't 173 secondaires et 341
primaires et le rest: dtablissements privds. Il y a au total,
09.769 cnfantsdes deux sexes, les fr6quentant et, sur une po-
pulation de 785.434 habitants. 177.795 savent lire et 6crire et
114.492 savent lire: dontjun!total de 292.288 + 99.797 =392.057,
- la moiti6 de la population tire de 1'obscurit6 intellectuelle
et morale.
En 1'annbe 1903, il n'y a eu que 2.500 dollars affects a la
reparation des edifices servant aux dcoles.
Les principaux Colleges et Ecoles jamalcains sont:

Mico Training College, it Kingston- Ecole Normale de garcons.
40 6tudiants y sont entretenus par le Gouvernement et 20 par
les Executeurs testamentaires de Samuel Mico, en Angleterre.
La second Ecole Normale est pour les jeunes filles. Elle
est a Shortwood, dans la paroisse de St-Andrew. La princi-
pale est Miss Anna L. Marvin, assistde de trois institutrices et
d'une maitresse d'enseignement pratique. De ces deux 6coles
sont sortis, ddja, 400 instituteurs brevet6s et dipl6mss. II y
est aussi attache, un course de science agricole et un course
d'6tudes industrielles. Le cours d'etudes gendrales est de deux
anndes. Le Pr6sident du Comit6 de surveillance est i'Arche-
v6que des Antilles, le Trbs-R6verend Enos Nuttall, Docteur
es-Th6ologie.
La Wolmer's free School, est 6tablie depuis 1736 et est un don
national de JohnWolmer, orfevre. Le principal en est William
Cowper, Esq. aux appointments de 2.000 dollars et le second
maitre, Bradley, Esq., don't le salaire est de 1.250. annuelle-
ment.









'IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 5 7

II y a unebranche pour lesdemoiselles, laquelle ttnit dirig6fr
par Miss Barrows, aux appointments de 1.600 dollars. Depuis
Mai de cette annie, Miss Barrows a rCesigno ses functions,
ayant trouv6 un enploi plus lucratif en Angleterre.
Viennent: la Titchfield Trust and School ( Port-Antonio ); le
Munro and Dickenson's free school ( Paroisse de S''-Elisabeth );
Me-rick's Charity (Buff-Bay); Rusea's school (Long Barracks -
Lucen ); Beckford and Smith's Graded Middle Class school ( Spa-
nish-Town ).
Les Colleges d'6tudes superieures sont:
Jamaica High school. t (( Hope", ( paroisse de S'-Andrew)
centre 4A 5 miles de Kingston. Elle a t16 ouverte, le 9 Juillet
1885, par S. E. Sir Henry Wylie Norman, Gouverncur. Le
programme d'.tudes est: Ciassiques-- Math6matiques- Eco-
nomie politique Grec- Latin Allemand Franmais -
Sciences Dessins Tenue des livres St6nograplli Mu-
sique instrumental et vocal Gymnastique, etc. Le prin-
cipal en est le R16verend W. Simms, dipl6m( de Cambridge,
3.000 dollars, I'au.
Kingston High school Principal, A. Noel Crosswcll ( it Clo-
velly).
WestwoodHigh school, pour jeunes filles. h Stewart Town.
Trelawny.
Theological College, it 100 yards de West-Camp-Road, entire
Bishop's Lodge et Up. Park-Camp.
St-Georges College, catholique.
Couvents de 'ItmmaculeeConception et de la Mercie (Alplha
-Cottage ).
En outre, il faut computer lc Rhode's Scholarship, don du
grand Cecil Rhodes, donnant une bourse chaque annt'e, it
I'Mtudiant le plus meritant d'un des Collhges superieurs de la
Jamaique, apres examen, pour trois annies, al 'Universiti'
d'OxforJ, i raison de 1.500 dollars, l'an.
II y a aussi le Jamaica Scholarship. accordant 1.000~llars
par an, pendant trois ann6es. dans les memes conditions. apr'-s
le Cambridge examination; mais I'heureux bsn nfliciaire peut
adopter la profession de son .choix, en Angleterre.
LeGouvernement a d6pens6 en 1902-1903, pour I'Instruction
publique, la some (dt 270.125 dollars.









DE LA JAMAIQUE


Gen6ralement, presque tout le monde, dans les villes et les-
villages sait lire et 6crire, ce qui, avec la liberty absolute .de
la press, donne lieu au fort tirage desjournaux. C'est mer-
veilleux pour un petit pays, comme laJanaique; c'est la.
consecration Mloquente du progres incontestable et envia-
ble de nos heureux voisins. Le ( Gleaner o, journal de-
16 pages, ai 7 colonnes la page, tire, A l'Mlectricit6, 5.000 exem-
pl ires(copies', quotidiennement. La composition et I'impres-
sion se font lanuit, et le journal est distribu6 partout a Kings-
ion et banlieue, d.s 6 heures du matin et, dans les autres
points de l'ile, par voie de chemins de fer et Mail coaches, dans
la journee. Les facteurs, comme les rddacteurs voyagent eit
chemin de fer et en cars, gratis. II a rapport, pour l'exercice
1902-1903, le bndefice net de 91.000 dollars. Il entretient plus-
de cent ouvriers des deux sexes et a un personnel nombreux
de ridacteurs et de reporters, don't la plupart vont & bicyclette.
C'est le plus grand journal dela Jamaique.
Les deux rddacteurs en chef ( DeLisser, pour la parties litte-
raire et scientifique et Parker, pour la politique gdn6rale ),
sont deux jeunes jamaicains, d'un mdrite incontest6.
Le Daily Telegraph n, 6tabli depuis 6ans, sous la direc-
tion intelligent de R. Guy, a atteint presque le tirage de son
grand rival. Ils sont tnus deux tires a l'dlectricite, dans des
machines de premier ordre, avec une plieuse mrcanique.
Le ( Daily Telegraph est un organe americano-anglais et,
au point de vue de la forme, content toute l'ing6niosit6 har-
die du Yankisme. Le ,' Gleaner a, depuisdeux annees, beau-
coup imitO, lui aussi, la maniere de journalism americaine.
Cette mani're d6cele une activity que, par example n'a
point la Presse latine. Les titres (headings) des moindres entrefi-
lets sont colossaux et dispensent meme, parfois, de lire le
tout Quelques exemples tirds au hasard:

4(( ARRIVAL OF THE ((TRENT ).
A SPLENDID VOYAGE FROM SOUTHAMPTON.
THE WEATHER GLORIOUS. CONCERTS AND GAMES KEEP PASSEN-
GERS PLEASED.
FEATURES OF THE PASSAGE )

Tout ce titre, pour annoncer l'arriv6e du SS. de la Malle










IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


Royale, le (< Trent )! Tout y est. Les d6tailsdu voyage sont
stereotypes. en quelques traits de l'en-tkte.

Encore:
EXPERTS ARE COMING HERE.
COTTON AGENT TO VISIT WITH SIR D. MORRIS.
A TOBACCO EXPERT ALSO.
INTERESTING LETTER RECEIVED FROM SIR DANIEL.
IMPORTANT PROPOSAL.

Combien c'est vivant! Ne sait-on pas, d6jit, d'une maniire
positive, claire, de quoi il s'agit?

Re-encore:

<< FIERCE ATTACK AGAIN UPON PORT-ARTHUR ,.
JAPANESE FORCES ASSAIL THE STUBBORN FORTRESS, ASSAULTING
ON LAND AND FROM THE SEA.
IMPORTANT STRATEGIC POSITION CAPTURED.
Thrilling story of the storming and taking o/ W)lf s Hill, one of
the Russian Strongholds.
RUSSIANS RIDE THROUGH A SHELL-SWEPT VALLEY.

A-t-on besoin davantage ? Toutes les dtepches sont conden-
s6es dans ce seul titre... Tel est le systrme americain adopt(,
avec combien d'efficacit6, par la Presse quotidienne de la
Jamaique. C'en est le plus avance!
Le (Janmaica Advocate,,, dirig- si brillamment par le Roche-
fort ou le Reynold Jamaicain, notre distingue congdnere, D"
Robert Love, parait chaque samedi et est notablement c6td.
pour son ind6pendance transcendante. Dr rove est un vrai
chevalier du Moyen-fige, frappant d'estoc et de taille. II est
justement redoute et admired tout it la fois, it la Jamaique.
Le ,< Jamaica Times ,, revue litt6raire et politique heb.f a-
daire. directeur, W. Durie, est tin signed du progress Jamniain :
car elle est substantiellement documented et illustr6e. 11 ya
aussi, le ((Leader,, revue de mime forme, excellement dirig c
par M. Iivingston, ancient directeur du ((Gleaner). Le ('Corn-
wald Herald,, parait it Montego Bay. On compete. encore, plu-
sieurs revues religieiisesetscientifiques. Je n'oublierai point
le War Cry ), de la Salvation Army.









(60 DE LA JAMAIQUE

Il est A reconnaitre que l'intellectualit6 est.en pleine activitd-
a la Jamaique: Sociologie, litterature, economic politiqte,
sciences, peinture, musique. etc, tous les arts du Beau et de
l'utile y sont brillamment rcpr6sentss.
Depuis la mort de h. Morrisson, MM. Charles de Mercado
ct I'honorable Gco. Solomon tiennent avec honneur, le stan-
dard des lettres.
La musique cst repr6sentee avec non moins de dignity, par
les sympathiques maitres du clavier: Henry Charles Nation,
Malcom Clegg et Mile Lena Solomon. Le theatre est non moins
bien represents par les gentilles demoiselles Lily Magnier,
Alexander et Soutar. La premiere est actuellement, au Con-
servatoire de Londres. La Jamaique lui fit une bourse et l'y
envoya. car en 1902, elle cueillit de vrais lauriers dans son
r6le de Belle of New-York, qu'elle joua bien mieux, dans
la troupe locale diride avec une grande maitrise, par la talen-
tueuse Madame Noel de Montagnac, que Miss Annie Ro-
berts.de la Com pagnie d'op6ra comique Anglaise, the Bandman
et cela, de l'aveu meme de M. Bandman et de M. Harry Coles.
son premier acteur. En effet, elle a une voix de cristal qui
marquera, bient6t, au Grand Opera. Miss Alexander, elle, a
une vraie maitrise thNttrale. Elles sont, toutes troi., et avec
combien de raison, les perles du brilliant ecrin mondain de
Kingston.


La Politique occupe peu ou prou le Jamaicain et cela,
pour son plus grand bonheur, car c'est la plaie la plus mortelle
qui puisse affected un people, en annihilant, pour commencer,
son energie et sa predisposition au travail. Son indifference
politique se manifeste particulierement dans ce fait: au'il se
soucie si peu du Conseil L6gislatif, lequel a presque le
pouv0ur d'une Chambre des Communes ou plut6t des Parois-
ses('4ir c'est un d6put5 ou Councillor par paroisse), que
les elections en passentinapercus, sans contestation; si vrai
que les memes Councillors sauf des cas bien rares peu-
vent etre ind6fin'ment rc6lus, tous les cinq ans.
Autrefois, out, on s'en pr6ccupait; mais depuis que le peu-
ple en a constat6 I'ineffi:c.citd, il est plutot inclined a ravoir le
Crown Government, c'est-it-dire. le Gouvernement de la Cou-









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


ronne, dirig6simplement parole Pouvoir Ex6cutif, assist du
Privy Council ou Conseil d'Etat. Ma foi, pour le r6sultat que
la Colonie a tirades hableries, des divagations des fiers Honou-
rables Elected Members du Legislative Council, le mieux encore
est de retourner tout uniment h ce quiexistait auparavant, au
Crown Government. Comme cela nous prend bien, nous autres!
Quelle pointure exacte, pour nous! Vraiment, la besogne 16-
gislative, chez nous, avec toutes ses castrations de la Legisla-
tion, tous ses errements, ses basses et sordides passions, sa
goinfrerie dans la corruption, sa f6lonie, sa c6cit6 total de
1'Ide de gouvernement, nous fait bien cet effet-ld!
Le Legislative Council est compose de 14 membres ilus, pour
les 1. paroisses, 10 membres nomm6s, 5 memb.res ex-officio
et Son Excellence, le Gouverneur, President.
Les functions de membre du Conseil L6gislatif sont honorifi-
ques,jusqu'a leurs frais de d6placement qui sont faits par eux-
mimes.
Mais la vraie politique jamaicaine et c'en est la ration-
nelle reside dans la question de taxes a payer. Les contribua-
bles. alors, se passionnent, avec raison, des elections munici-
pales pour la composition del'Edili t(City Council, pour Kings-
ton et Parochial Boards pour les autres oaroisses ). Aussi les
plus chaudes elections sont celles-ld. Chacun a interkt, veut
se rendre compete de l'emploi de l'excessive contribution qu'il
a payee sur sa maison, sa famille, etc.
Lameilleure r6ponse a sesdesiderata, ce sont de bonne.
routes, des rues irr6prochables, leur entretien, la protection
de sa propriety centre les voleurs et l'incendie; sa s6curit6,
celle de sa femme et de ses enfants, la meilleure pr6voyance
a ses divertissements et ceux des siens, le maintien d'un sys-
1teme sanitaire de tout premier ordre, etc., etc; car sesexi-
gences n'ont plus de borne, vu qu'il se saigne pour s'acquit-
ter de ses redevances...
Les grades questions 6conomico-sociales qui ont le plus
boulevers6 la Jamaique sont: I'llegitimacy Question et i'Emi-
!ration ininterrompue.
L'ill6gitimit6 est, comme tout le monde salt, une plaie. so-
ciale. Des milliers de vierges sont cruellement tromp6es ct
enfantent pour des peres de passage, qui ne se soucient guere
de leurs prog6nitures fruit de la passion d'un moment. D'ou









2) DE LA JAMAIQUE

une augmentation alarmante de pauvres enfants bAtards, sans
soutien aucun, !es pauvres meres, hdlas! trimant-dur et pres-
qu'infructueusement sous la bricole d'une existence aride,
saharienne, aux oasis problematiques
La Jamaique en souffrait terriblment. C'6tait et c'est tou-
jours, dans ce beau pays, et. ma foi, dans combien d'autres:
- une vraie p6pie sociale......
Or, S. E. le Gouverneur d'alors, Sir Augustus Hemming, le
11 Mai 1903, fit une proclamation, nommant une commission
d'enquete don't la mission a 6te la suivante:
1 de simplifier les formality's nicessaires a observer pour
le marriage;
2 de donner aux enfants de parents qui se seront marids
apres la naissance des premiers, la position et les droits de
prog6nitures 16galement engendr6es;
3d'augmenter les facilities pour l'enregistrement de la pa-
ternitc des enfants ill6galement engendrcs;
4 fair quetel enregistrement soit obligatoire.
Cette Commission, pr6sid6e par I'honorable T. B. Oughton
(en l'absence du judge Northcote, nomm6 premier juge du
Supreme Court de la Trinidad), compete entr'autres honorabili-
tes, comme membres: I'Archeveque protestant, l'Evque Ca-
tholique et Madame Mary Macnee, femme du reverend Mac-
nee. La Commission vient de rendre sa decision et a conclu
presque dans le sens ci-devant indique.
Ce sera un grand soulagement pour ces pauvres filles
qui, en une minute d'6tourderie, endossent le fardeau bien
lourd d'un enfant qui leursera un sujet de lamentations, de
d6sespoirs, de preoccupations lancinanteset aussi aigues qu'un
stylet italien.
Les peres responsables seront legalement obliges d'entre-
tenirle fruit de leur culpability. Et c'est justice.
L'autre probl6me 6pineux git dans une migration h jet
continue. surlout, depuis les d6sastres occasionn6s par l'oura-
gan du 11 Aoft 19J3. Le campagnard combine chez nous et'
comme dans beaucoup de pays, a une tendance a deserter les
champs et A venir se fixer en ville: d'ou une augmentation
encombrante de bras, ce qui occasionne apres un laps.d'abord
une reduction notable, dans la pale, vu la concurrence; en-









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS

suite, le ddsoeuvrement menacant et dangereux des individus
privcs de travail.
On en voit, de cette cat'gorie, it Port-Royal Street, par ex-
emple, aux abords des Wharfs, 6treints par le jeune force,
lach6s de toute occupation, n'ayant pas m6me un bushel de
carbon de terre a porter. et affals sur les piazzas, au coin
des bornes chiens tordus tendant lamentablement la
patte aux passants!
Etbien, le rve, l'ideal de tout cc monde est Colon, Bocasdel
Torro el Limon.
LA est le mirage, et ils s'ing6nient a y voler. Mais, h6las !
quelle disillusion les y attend. A Bocas et it Limon, il y a d6jia,
le compete de trav'illeurs; la United Fruit Co y a deja employ
son compete de bras, dans ses voies ferries et ses immense
bananeries. Quant a Colon, c'est bien pis: le travail n'a pas
encore repris et on calcule qu'il ne reprendra pas avant dix
mois, de la date it laquellej'Ocris. Et affluence dense des
immigrants a Colon ne trouve meme pas oi loger, encombre
la voie publique et y rend la vie plus chere que du diamant
rose.
Aussile Gouvernement de la Jamaique donne-t-il des War-
nings rCpktes au people, pour ne pas, aveugltment 6migrer,
au temps actuel, a Colon. Mais, le people s'ent6te, malgr6 le
retour deconfit, et par chaque occasion, d'6migrants d6pitis.
Les jeunes gens eduquds 6migrent aussi beaucoup, aux
Etats-Unis. of its trouvent a travailler avantageusement. Its
sont tous contents, d'apres nombre de lettres quej'ai lues, de
leursituation. II faut vous dire, que la langue etant la meme,
ils ne souffrent point. de ce c6te. En outre, habitues au travail
sdrieux et continue dans leur propre pays et, pour un salaire
relativement minime, ils ne redoutent pas le travail, le mime,
a eux impose aux Etats-Unis; bien au contraire, ils redoublent
d'activit6 et d'6nergie, pour le maintien de leur paie assez
grasse et, surtout, dans l'espoir d'une augmentation p6riodi-
que.
II n'en serait pas de m6me, de notre part, il faut bien le con-
fesser: parce que nous n'avonsjamais travailld el n'aimons point
le travail. Or, la moindre besogne nous 6touffe I et son im-
position par le patron, nous... insulate, nous indispose!!.. indis-
pose les Rputblicains fiers et inddpendants !! les citoyens n6s









(j DE LA JAMAIQUE

pour d6biter lesdiscours cziques, sur I'autel de la Patrie, i 1'om-
bre du vert palmier!!!
Or, I'6migration des travailleurs, the labourers- est un dan-
ger 6conomique pour la Jarmaique. On vient m6me de voter
une loi, pour la restreindre. M. Middelton a ete un des plus
ardents apotres a la com battle. 11 a prouv6 par A+B. que mtemo
pendant le percement du canal. et maigr6 que le salaire pay(
au travailleur sera assez fort, la some de travail qu'il aura
A fournir, les d6penses exagdr.es auxquelles il sera assujetti,
la privation de l'attention et des soins de la famille, le risque
d'attraperdes 6pid6mies, vu la grande agglomeration d'indi-
vidus, tout cela militeabsolumenten faveur de leur domicile
i la Jamaique oui, en le voulant, ils travaillerontsurles planta-
tions, en lieu et place des coolies, qu'on est oblige d'importer,
par manque de bras, et ou ils seront bien plus aises que par-
tout ailleurs.
Je suis entierement de cette opinion.


J'ai dijh dit que le patriotism anglais est iranitique et que
le fils d'Albion s'infuse en ses colonies. Or, le meme senti-
ment patriotique, hautain meme, se retrouve chez les sujets
anglais. Ils ne troqueraient pour rien leur pavilion contre au-
cun autre,sur la surface du globe. D'ailleurs, ils le feraient,
qu'ils ne resteraient pas moins les proteges incontest6s do
l'Umnon-Jack, don't les plis majestueux s'6ploient sur au moins
un bon tiers des continents, composant notre planite.
C'est en vain que vous leur parlez de la forme monarchique
du Gouvernement qui les r6git...... Ils en sont satisfaits, par-
faitement satisfaits. Ils vous oblecteront du rest, que la <,seulr
republique, du mondeest la monarchie anglaise. Et cot argu-
ment paradoxal est 6tay6 sur des considerations multiples,
des preuves quisemblent irr6cusables et don't ils no d6mor-
dent jamais, en un enttement sublime.
Vous parlez de la R6publique franchise? Ils vous citent
immddiatement les grands scandals, les boulevcrsements
sans nombre, la cruelle intolerance religieuse, les pers6cu-
tions a jetcontinu et dediverses natures qui ont affligc et af-
fligentencore la France: la Commune. Panama, I'Affaire-
Dreyfus. la chasse aux Religieux, etc, etc. CountrIy unsettled










IMPRESSIONS ET SOUVENIRS (;

concl(ront-ils sentencieusement. Is agr6menteront ces rai-
sons, d'autres considerations donnant plus de force a leur
argument, etobserveront qu'aucune colonie franchise n'est
aussi bien outillde qu'une colonies anglaise.
Vous osez les Etats-Unis? Pays merveilleux, de toutes les
audaces; qa c'esK tres vrai; le rival incontest( de la Grande-
Bretagne; mais par contre, pays de corruption, de corruption
aussi colossal, que les merveilles qui y pullulent, et aussi,
pays d'extremes Hauls et d'extremes Bas, de gigantesques for-
tunes et d'affreuses miseres.
La Suisse? Eh bien,.... c'est grace a la protection tutilaire
de toutes les puissances. Or, ses charges ne sont point lourdes,
vu qu'elle n'a pas a s'esquinter dans la surveillance continue
du voisin, etqu'elle n'a qu'A se liver it ses petites occupations.
Quant aux autres R6publiques americaines; bast! il ne faut
pas en parler. Countries of lurmoil, stained of shame !
Telle est son opinion...... Lejamaicain aime beaucoupson
ile. 11 n'6migre que sous l'aiguillon de la nicessite, du hard-
sip; mais li encore, il pense au retour et des qu'il le peut, on
s'il trouve le pays ofi il a immigre, nmme legal au sien, il
s'empresse de regagner ses pdnates!
II s'occupe jalousement de l'am6lioration de son foyer et,
pour cela, il ne se fera aucun scrupule d'amour-propre mal
entendu: il s'en remettra, volontiers, pour ce fair, ii ceux
qu'ori appelle les Leading men, les conducteurs.- ceux qui sont
capable, qui reunissent les aptitudes n6cessaires A la direc-
tion des affairs et qui sont, aussi, au-dessus du besoin, tels
que: les Ward, les Gideon, les Pringle, les Solomon, les Ro-
binson, les de Mercado, les Middleton. les Stern, les Oughton,
les Evelyn Ellis, les Philipps, les Smeeton, les Fielding
Clark, etc.
Apropos de leading men. aucun jamaicain n'oublieraja rais,
un des fils les plus remarquables de la colonie, M. S. Cons-
tantine Burke, lequel en sa quality de Crown Sollicitor et mem-
bre e.r-officio du Legislative Council eut un geste superbe, en
1881, lorsde I'action du general vendzul6ien Pulido, contre Ie
gouverneur, sir Anthony Musgrave: il d6missionna plutbt
que d'accepterque le Conseil votat la valeurde 33.500 dollars.
que le gouverneur (tait condamn6, par la Cour Supreme de
Kingston, a payer au dit general, pour detention ill6gale de










C6 DE LA JAMAIQUE

la goelette Florence, charge d'armes et de munitions pour ce
dernier.
M. J. C. Macglashan, directeur de la Chambre des Comptes
et membre 6galement du Conseil Legislatif, d6missionna
aussi, le meme jour.
L'affaire eut un retentissement formidable et fut po.rtee au
Parlement Anglais qui resolut que la m6tropole payAt la moiti6
et la Jamaique, l'autre moitie. Cette nouvelle mit le feu aux
poudres. Des meetings populaires s'organiserent dans toutes
les villes. pour soutenir lesde6puts 6lus et ind6pendants, et
s'opposer a I'accomplissement de la resolution du Parlement
de Londres. Mais neuf membres officials voterent pour et la
resolution pass. Mais le lendemain de ce vote. le 8 Novem-
bre 1882, tous les membres elus resignerent en bloc, leur-
mandat. L'honorable George Solomon, qui fut alors absent
de la Colonie, fit de meme, d&s son retour, ainsi que M. Sewell
qui, en vill6giature en Angleterre, alla remettre sa d6mission
au Ministre d'Etat.
M. Constantine Burke fut nomme plus tard Custos de la pa-
roisse de St-Andrew. I est mort en Mai 1900, regrett6 detoute
la Colonie.
Le plus puissantargument que l'on puisse opposer au patrio-
tismejamaicain; c'est qu'ils ne sont que sujets, qu'ils ne sont
pas maitres et que, par consequent, ils ne peuvent avoir que
des emplois de second ordre, des emplois subalternes. Ils en
conviendront volontiers et se r&crieront meme. Mais la en-
core, leur defense de leur sentiment civique ecl6ra aussit6t
sur leurs levres.
Ils regrettent, effectivement, que ce soient des blancs.
imports d'Angleterre, qui occupent les plus hautes functions;
quoique parmi eux, se trouvent des coloured fellows, leurs
cong6enres de marque, ayant d'assez bonnes positions. Mais
la compensation qu'ils obtiennent de la colonisation anglaise,
contre-balance suffisamment cet 6tat d'inferiorit6 adminis-
trativeauquel on les a classes, par la puissante protection de
1'Angleterre. la civilisation et le progres, don't ils b6enficient
largement et don't, pent-etre, ils ne seraiert pa, capable, tout
seuls, et lesquels se traduisent en villes saines, bonnes rues
('clairees. routes excellentes, ecoles nombreuses. eglises non
moins nombreu.ses, ports stirs, wharfs et quais solides et corn-









IMP:!ESSIONS ET SOUVENIRS


modes; chemins de fer, malles-postes; toutes les facilities
de communication, t6legraphes et cables sous-marins r6gu-
liers, bonne police, justice impartialementdistribute, etpar-
dessus tout: s6curit6 parfaite, respect absolu de la libert- in-
dividuelle et liberty reelle de penser et d'ecrire.
Done, ils sont contents et vivent heureux, quoique la plu-
part souffrent du manque de travail.






CHAPITRE IX



AGRICULTURE IMPORT FONCIER FINANCES COMMEI.CE


L'ile de la Jamaique est divis6e en trois Counflies ou com-
tes et 14 paroisses. repr6sentant un total de i.2071/6t mills
carr&s ou 2.692.587 acres, don't seulement 413.41) de terrain
plat. Dece total de2.692.587 acres. 801,49Jsont en culture con-
sistant en cocos, cotton, canne it sucre. banane, canf, cacao.
gingembre, mais, tabac, .pimento, riz, orange. arrowroot,
foin, 16gumes, vivres. herbe de Guin6e et pAturage-. II y a
114 sucreries ou Sugar Estates; 18.354 acres en cafe; 2.79,, en
cacao et 32.5231/2 en bananes. La paroisse qui fournit le plus
de bananes est celle de Saint-.lary, ensuite vient celle de
Sainte-Catherine.
Le3 plus grandes plantation,- de bananes app;rtiennent a
la United Fruit Comoany, etablie par le capitaine Baker et
don't le Managerest Monsieur William Watson; viennent im-
mbdiatement apres. cells apparte na n t a I'l onorab Ie Dr
John Pringle, membre du Legislative Council. I.es plus gralnd-.
Sugar Estates, don't ((Money Musk, appartiennent A I'lhono-
rable lieutenant colonel C. J. Ward. 6galement menmbre ldu
Legislative Council. 40.500 dollars de taxes ont ,ti pr('lh'vs
sur les terres en culture, pour l'exercive 1902-1903.









68 DE LA JAMAIQUE

L'imp6t foncier est variable. selon la nature de la culture.
II y a en outre, pour' toute la Jamaique, 121.877 betes a
cornes; 55.505 chevaux et mules; 19.271 aines; 3.109 vehicules
, 4 roues et 7.355, A 2 roues.
La dette publique de la Jamaique s'6lAve a 18.000.000 de
Dollars environ, don't 3.400.000 pour 1'extension et la recons-
truction du Chemin de fer; 600.000 pour la construction de la
canalisation de Rio Cobre, dans la plaine de Sainte-Catherine;
1.050.000, pour l'6rection des nouveaux points m6talliques;
315.000. servant de garantie de la prise de possession, par le
gouvernement, des H6tels de premi re classes: Myrtle Bank,
Constant Spring, Moneague et Rio Cobre; plus 7.000.000, pour
le rachat des obligations du chemin de fer.
Les revenues gendraux (Exercice 1902-1903) se chiffrent A
4.280.000 et les d6penses, B 3.940.000, soit 340.000 d'excedent.
en faveur des revenues.
Les revenues municipaux des 14 paroisses ont 6t6 de 695.000
dollars, tandis que les depenses se chiffraient A 655.000.
Le commerce, quoique n'6tant pas aussi florissant, que ja-
dis, se maintient tout de meme, grace a l'esprit raffin6 d'6co-
nomie du Jamaicain.
Le simoun des chutes commercials qui a balay6, ravag6
les Antilles, ces temps derniers, et don't le plus grand effect
s'est appesanti sur nous, a occasionn6 plus d'une faillite,
dans la Colonie anglaise; mais la pouss6e vigoureuse don-
nee par la United Fruit Company et les autres planteurs, dans
la culture intense de la banane, avait presque relev6 la Ja-
maique. C'est ainsi que l'ann6e 1932 a Wtd presqu'excep-
tionnelle; les fortunes so relevaient a vue d'oeil, I'aisance se
decelait. A la plus grande joie de tous, par une circulation
mon6taire dense, qui faisait on ne peut mieux augurer de
l'avenir. Avec cela, le nombre des tourists s'dlevait dans
de notables proportions et, partant, l'offre et la demand
s'animaient de belle et reconfortante joute.
Mais, hWlas! le 11 AoMt 1903, un ouragan (hurricane) d'une
violence extraordinaire, en l'espace de deux heures, foudro-
yait touts les esp6rances, en d6truisant presque toutes les
plantations de bananes et de cocos, constituent les ressour-
ces les plus rationnelles de f'Ile. Ce fut la desolation com-
plete et, pendant des mois entiers, les cultivateurs, se croi--









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS


sant les bras. poussaient des cris de desespoir au ciel et de-
mandaient des secours immediats, A I'Angleterre.
La Mere-Patrie (the mother country) vint aussit6t a leurs
secours, et I'honorable Sydney Olivier, ci-devant Colonial Se-
cretary, h la Jamaique, don't le terme 6tait 6chu et qui venait
de se retire i Londres, fut renvoy6 dans la colonie, dans le
but. de la renover. En effet, cet 6conomiste 6m6rite, aid6 dl
tous les Leading men de la Jamaique, avec un systime d'em-
prunt de la M6tropole, de 250.000 dollars, autoris6 par M.
Joseph Chamberlin, alors ministry des Colonies, put, en quel-
ques mois, reconstituer le syst6me 6conomique gravement
6branl du pays, si vrai que la recolte de cette annbe pourra
permettre aux planteurs de se remettre en grande parties de
leurs pertes et, partant. redonnera au commerce de la colo-
nie, un adjuvant notable de son ancienne splendour.
En outre de cela, immediatement apres l'ouragan, il s'est
constitu6 dans toutes les paroisses. des comites d'assistance,
- don't le Central Committee of Hurricane Relief fund, a Kings-
ton, -- lesquels, par des souscriptions levees tant A la Jamai-
que qu'en Angleterre et les autres colonies, notamment la
Trinidad et la liste de souscription du journal le (( Gleaner ,,,
parent apporter les premieres am6liorations aux destitues.
Depuis, les choses reprennent lentement, mais surement.
Les plus importantes maisons de commerce de Kingston.
sont: J. Wray and Nephews, propri6taire colonel Ward, Ma-
nager W. Holwell, 21 Port-Royal Street, (spiritueux et su-
cre); Emmanuel Lyons and son (coin Harbour et King Street)
-- ferrure et bois de constructions; Metropolitan House,
proprietaires Nathan and Sherlock (96, 98 et 100) Harbour
Street, marchandises seches de tous genres; Lascelles
de Mercado, 14, Port-Royal Street, importation et expor-
tion.
Puis viennent: Henderson, Arnold Malabre, Fashion House,
Young and Co, Bee Hive, Cavendish House, Hurcomb, New-
York Ware-House, Mc-Donald, Army and Navy Store, Mc-
Nish, Crosswell, Kinkead, Fisher, Tozer, Motta, Thomas N.
Aguilar, E. Burke, Alexander Berry, Little Wonder, Hope
Levy, Williamson, Henriquez, Cavendish House, Fred. L.
Myers and son, Corinaldi. etc.








70 DE LA JAMAIQUE

Vite quelques references surtout: Voulez-vous boire de
bonnes choses et a bon march? Allez pour toutes sortes de
spiritueux, a la maison J. Wray and Nephews. Pour les so-
da, kola, etc., adressez-vous de pr6efrence, au West India
Aerated Water Co, (Orange Street) ou au Kingston Mineral Wa-
ter Factory, fabricant Eugene Desnoes (157, Harbour Street).
Les meilleures marchandises, en toileries et autres 'se
trouvent a Metropolitan House, Bee Hive, Cavendish House, pro-
pritaires Nathan et CO; de mrme qu'i Fashion House (proprie-
taires Bonitto Freres) ; Pawsey, Young, t Waterloo House;
Fisher, a King Street. d6tient les specialites pour hommes;
de meme que Louis Joseph (Church Street) et Colin Hogg
sont des spdcialistes en chaussures et souliers am6ricains, an-
glais et autrichiens. Les chapeaux pour homes sont de qua-
lit6 superieure chez Roberts, the great hatter, (114, Harbour
Street). Mais, il ne faut jamais perdre de vue que le premier
cordonnier jamaicain est John Cassis (Church Street et Wa-
ter Lane ). Le premier tailleur est Mudahy (Church Street),
comme la premiere couturiore est Miss Brett, meme rue et
quelques portes, plus haut, sur la mme ligne.
Le plus beau salon de coiffure est la Cuba Elegante (coin
East et Harbour Streets). J'ai de6. indiqud dans un autre cha-
pitre, les bons Hotels et Restaurants; mais il est incontesta-
ble que l& oi l'on mange le mieux, c'estau Waterloo Restaurant;
de m'me que la soif ne peut 6tre mieux 6tanch6e qu'au Com-
mercialou encore h l'Arcade (Harbour Street), of i'avenante
bar maid Schottie sert avec one grace exceptionnelle et qui
ne peut etre rivalis6e que par 1'excellente et combien sympa-
thique Miss Alice Dacres, directrice du Bar Wray and Ne-
phews, 24, Port-Royal Street.
Etes-vous malade? Avez-vous besoin le soins actifs et sa-
vant-? Adressez-vous aux Docteurs Henderson (Hanover
Street) consultation et msdicaments compris: 4shillings;
Arthur et Frank Saunders (Hanover Street); Bronstordh
(Duke Street); Robertson ( Barry et Duke Streets ). Ctlez ces
derniers, la consultation, etc., est de 6 shillings.
Pour uie operation, le Dr Lockett est le chirurgien de mar-
que sup:irieure; de mrime que les maladies infantiles, surtout










IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 7I

les flevres trouvent leur maitre, dans le Dr Herbert Malabre.
Les meilleurs dentistes sont Cooper, Penso ct Grenhough.
J'allais oublier les meilleures tpiceries : Me-Nish et Tozer;
de m6me que les celbres (piceries et Drug's shops sont
Crosswell et Co, Kinkead, Birbeck et Da Costa, situes tous,
a King Street. Pour les voitures, adressez-vous aux Livery
Stables de Clough ( West Street), fournisseur des grand H6-
tels. Le meilleur cigare s'obtient chez Machado et a Montpe-
lier cigar's factory, tandis que la celebre cigarette Will est mo-
nopolisce par Duran.
Si les bois de construction se vendent a bon marched,
a Mark Lane wharf, chez Henriquez, mais ceux de meilleure
quality ne peuvent se trouver autre part qu'au Lumber yard
de Emmanuel Lyons and son. Les meilleurs orfevres sont
Milke et Morisson, tandis que les horlogers de premier or-
dre sont: Neuman Tobias, A. O. Abraham et Soulette.
La plus fameuse maison des Curios;tds jamaicaines (Jamai-
ca curios) est l'Educational supply, de meme que les deux
meilleures libraries et papeteries sont Gardner et CO et Sol-
las and Cocking, lesquelles sont aussi r6puties, pour Job
printing et Book binding, (imprimerie de choix et reliure.)
II faut noter que le colonel Ward est proprietaire de 43
Rum's shops, don't 40. A Kingston et Saint-Andrews et 3, a
Port-Royal.
SI y a en tout, dans la ville de Kingston, 4 H6tels, 9 Lod-
ging-Houses, 22 Taverns, 74 Rumn's shops et 11 maisons de
debit de spiritueux en gros. Et au total, on compete, pour
toute 1'lle:
22 grands debits d'alcool, 10 HOtels, 43 tavernes et 1070
rum's shops, -payant patents.

VoilA la grosse, 1'6pineuse question![ La question de licence
et de taxes est la hantise, le cauchemar du Jamaicain, impo-
s6 d'une maniere trop exorbitant.
Aussi, la terrible 6meute de Montego Bay, en 1902, n'eut
d'autre motif que cela. C'est ce qui surtout, a tant avili la
valeur des propri 6tes. A Kingston, sculement, sur 5.342, ii










DE LA JAMAIQUE


y a environ 500 qui ne sont pas louees, et beaucoup sont
a vendre (f/b sale), car lors meme qu'elles ne sont pas en
louage, le proprietaire est oblige de payer un imp6t I'a peu
pros le quart de ce qui est paye. lorsque la propriete est te-
nanted.
Le fait est que, le propri6taire Jamaicain paye, annuelle-
ment, en imp6ts, les 2/3 de l'apport de sa propri6te.
Les enseignes: For rent, Lease. To let ou For Sale, a force de
se multiplier, deviennent banales. A ce propos, je n'oublie-
rai jamais la question pitoyable et h.onteuse d'un des grands
politicians de notre beau pays, qui s'extasiait, une apres-
midi que nous flinions tout le long de East Street, I'exilI
ne peut guere que flaner- sur la richesse fonciere de M.
For Sale, prononc6 par mon type. comme en franCais, ce qui
ajoutait encore bien plus de piment, A la ridicule ignorance
du Seigneur. J'en suis rested 6baubi, m'apitoyant plut6t sur
l'infirmit6 mental de mon pauvre compatriot.
Mais, par contre, ii en est un autre, tres distingu6,une de
nos lumieres, qui posait la question A un autre congenere
exile, A savoir, quel 6tait le plus grand proprietaire de Kings-
ton. Le dernier fut tire de son embarras, apres avoir cit6
Messieurs Verley, Ward, etc.,- en apprenant. de son spiri-
tuel interlocuteur, que c'6tait le Bon Dieu. En effet, les 43
Eglises de Kingston, constituent utne jolie foi-tune immobi-
liere au pore Eternel!






































IN THE COUNTRY!!
/










IMPIRESSONS ETI SOUVE NIRS 75






IN THE COUNTRY!!






LA PL..XINE uDE S.Al'rT:E-CATr1I.:t-uxt: Bo(; WALK
TOUT LI.E L~ONG DE1 IA VOlE FEBRl~:l: PowHr-AN.sTONI()


Hours de Kingston. Inni ntewiii t! Nois vs oII I ICs rc.t(-'s :asz
Iongternmps pour coiitater. title fois( d0 p1tuJ. c u'urur e (Alpitale
est le cwmr (1 di111i n paS c(Ale ell rothfito. (11h blc, m, bidlk, VOP Rl)
lit 1'Anghiis, le tempniiiment. Jes vehiis cMOmm[ IIP les kaUtS.
Aussi, peut-onl y lirei, (ldit) (I P11 p-dil et aInpletiu oft. tout Ce
(111est la latitude iti-.s Iaquellf, oil so i 'ut.
Cependant, ii est des'- points do dc(tai c6tablissatlt ulle ditr
rence, rn'me insensible entree i1l)( iNtropole C In f'ro vineCo.
('est pourLIqui, I 'ob-ervateuri ne h'l-dxi !ZIo pa s y'v all cr v u r.
Ainsi, koneur lenient, le )Ioue (de pt P vi n'e vit Well1 p1his
modcstement, (lite son Conglgu1n1re me',tropolit.1 iII. Ses gP)iltS
sont, pa rta ut, pi pusz, moiPu crs. i is darges nidio m ihes d'alllmi-
tions. Son foyer Iu ii 'oil \'ient: istiOP11 s'e coten. II Y a;outeM. Pre-
que toujouLrs, u1 a;sise, uno pire 1)(114.' hi In s; 11110 m;uiit4r1'0

P1Ce(iStel1c(. o1 Ii.(jLIOI W( est vioie Ioiii tt-4 ((Ufi 1111pl do ijit (01irr
cultiv('. agremeV-d'nt (111 ovI.i~'1)11 bI) P 11 ordo iI('". tI llc;I'4~-
soir*es n(Pc wesUiiC'r- I co1nfort et .(t1 i a r;i itfe (Ii' IIn h. eiioir.
11 fihl~t MuSSi ~i rq itel' q w I J( j 1 ttv 1 :1 I h--nlet (-t' cate: eli''
affronte ai renment le- sitIalo .-Z soivi all \ IwIP Pit tit vdi ii hli 11lln1 t
ses enfat ns, vi t re ciit VIIp't 1P Pr vut e t son1I~fI
satisfilite dJo Pell, point ('Xigeantol ('I tfini-ti niilst. di
nion 11 [1 lorttlI (it( 1 11ct tinon imrs. Inn1is p1 ut~t title0 ;issf iatuitt
supportailem .0 Ile sa15 III pl urs (lie] i vInita ire 011(10 t*Ci ([Iiett:I it
cyniqucment cvot apIlhot 15is1 violent: (lite In founie Cxl imN









7( DE LA JAMAIQUE

neres~saire. Eh! bien, de la Provinciale, on peut, sans se mor-
dre les Ilvres, dire: qu'elle est une utility; car ello est effec-
tivement, l'aide, I'appui de l'homme.
Oh! qu'on ne pense pas que je veuille discr6diter la dame,
la grande (lame des Capitales. Elle a aussi ses charmes. L'es-
prit ouvert, s6millante de nianieres, vive, g6ndreuse parce-
(que pas domin6e par les pr6jug6s mesquins, elle est sympa-
thique, elle plait. Maik... elle est trop coquette et trop fragile.
Que voulez-vous" N'est-on pas oblig6 de se faire avec le mi-
lieu ou l'on. vit? Que ferait-on done des attractions si puis-
samment magnetiques des grands centres, ne permettant
guere de se fabriquer une Charte reguli6re de conduite, dans-
la vie? N'est-ce pas pourquoi, d'ailleurs, dans no., regions
culminates, on se couche souventsur un lit de roses, pour se
reveiller sur un brasier? Les Hauts surplombants et les Bas
terrassants en sont la plus vivanteet, hl6as! la plus doulou-
reuse preuve.Les fortunes mitropolitaines s'tcroulent avec au-
tant de fracas et aussi rapidement qu'elles s'6taient 6difi6es!
Or. si l'on admet ces considerations gdnerales, avec les,
exceptions qu'elles comportment ou supposent, nous reconnai-
trons qu'h la Jamaique, elles existent comme partout ail-
leurs.
Maintenant, en route pour la Country, oui un people hospita-
lier, a'enant et simple nous attend.
D'abord, qu'est-ce que la Country? En Haiti, le' Port-au-
Princien, partant en voyage pour un point du Sud quelcon-
que, dit: qu'il descend la C6te. II qualifliait de meme le Nord.
autrefois; mais depuis que cette parties de la Republiquea
conquis l'heg~monie politique sur I'Ouest, elle ne l'entend point
ainsi et Port-au-Prince y a marched sa guise et dit: Je vais
dans le Nord.
Mais, descenire d la C4te et aller dans le Nord n'dquivaudront
jamais au: Iam going down the Country du Jamaicain. La dif-
ference tient en ceci: chez nous, le Cap, les Gonaives, Jacmel,
les Cayes, J6remie sont des villes assez importantes, pour
qu'elles aient la pretention de se compaver socialement A
Port au-Prince et meme commercialement, maintenant,
depuis les grades debacles presqu'irr6m6diables. D'ailleurs,
elles sont autonomes, ne dependent point de Port-au-Prince.
Tandis qu'il en est autrement, A la Jamaique,aou toutes les









IIIPRESSIONS ET SOUVENIRS 77

villes rel'vent presqu'absolument de Kingston, ou tout est
centrality. I1 n'y a que depuis une dizaine d'annees, que les
autres ports notamment, Montego Bay et Port Antonio im-
portent Et, malgrb cela, ii sont encore en grande parties, tri-
butaires de Kingston. Quant a la condition social et au pro-
gr6s mat riel: il n'y a pas it en parler. Kingston a march si
rapidement, si 6tonnamment, qu'il euit Mt tris difficile aux
nutres localities, en depit d'efforts inouis minme d'emboiter
le pas sur ses talons. Done, la difference est colossal entire
la Capital et les autres towns de la Colonie Anglaise. C'est
pourquoi, lorsque le Kingstonien dit qu'il s'en va dans la
Country, il entend, presque: allerii la champagne.
J'ai voulu tirer cette particularity au clair, car j'ai pens6
que ce n'6tait point oiseux que de le fire, pour I'intelligence
du lecteur. Prenons done le train special du dimanche et fai-
sons les 25 lieues, jusqu'au.ternninus a Port-Antonio. Partant
ia 7 heures pr6cises, nousy serons it onze heures, filant a peu
pros 6 liues it 1'heure, et nous reprendrons le train i 2 heures,
pour Ptre lack A Kingston, A 6. Nous payons, aller et retour,
c'est-a-dire, pour 50 lieues de traversc'e, un dollar et demi. Nous
franchissons 13 stations; 28 tunnels et passons sur 19 points
metalliques.
De la premi(nre station, apres,Kingston, c'est-a-'dire de Gre-
gory Park a Spanish Town, c'est la remarquable irrigation, ferti-
lisant la plaine de Sle Catherine, autrefois aride, et aujourd'hui
en pleine veg-tation. Pendant deux lieues de chemin de fer,
on passe absolument entire deux lignes compactes de bana-
niers, se prolorgeant dans 1'interieur et, pr6sentant, avec leurs
ranges regulires, comme autant de files de soldats sous les
armes. dans une grande revue. On y admire, surtout, les su-
perbesbananeries: Belmore, Cow Park, Cedar Grove, apparte-
nant A la United Fruit Co, et tant d'autres encore.
De Spanish Town jusqu'h Bog Walk, le sol est aride:guere
de culture. Mais, cette valle de Bog Walk; maisces sites
frais, verdoyants; varies i l'infini. estomp6s de bu6e fine Quel
ravissanttableau Malheureusement, on passe tout cela,trop
rapidement. II faut "y aller, pour deux jours ou trois, par
example, et prendregite a I'hotel de M"' Mary Gibson, afin
de pouvoir, A I'aise, le martin, ( non l'apr6s-midi, parce qu'il
com mence presque r6gulierement i pleuvoir dis onze heures ),









'7 DE LA JAMAIQUE

visitor les merveilleux travaux au Dam et au Power House, ou
le volume d'eau de Rio Cobre est capt6. par la Compagnie
des Cars 6lectriques de Kingston; fouiller en tous sens, ce
pittoresque Val, don't toutes les routes, publiques et vicinates
sont voiturables et d6fient aucunes autres, d'etre plus belles.
De Bog Walkjusqu'A Richemond, les cultures ne s'offrent
pas d'une facon aussi grandiose, a la vue du voyageur en che-
min de fer: elles sont plutOt t I'int6rieur et cela se devine
aisement, par les magniflques traces blanches des nombreuses
routes vicinales, se profilant dans toutes les directions, s'en-
fonqant dans la champagne. Mais de Richmond jusqu'a Port-
Antonio, a travers toute la riche paroisse de St Mary et une
grande parties de cellc de Portland, c'est la tlhorie ininterrom-
pue et vari6e des plantations denses de cocotiers et de bana-
niers. Toute cette riante et fraiche verdure se d6roule sur la
line des m6andres des montagnes, ondule, grimpe en lignes
pressees, escalade le faite des collins, d6vale h leurs ver-
sants, couple des sinueuses raises blanches des routes veuves
do pierres, de cahots et parfaitement voiturables. Et, au sein
dt cette richissime vOigtation, les somptueuses mansions des
grands planters, camp6es er. relief, au milieu des 6tablisse-
ments industries, des d6p6ts et des huttes de coolies..........
C'est la grande culture, ordonn6e, scientifique, sous la pous-
s(e de 1l'intelligcnce. de l'effort hu main tenace. qui veutquand
mime, d6frichant lesterres vierges, vainquant le sol le plus
ride, le plus rcveche. s'imposant partout, dans les planes.
les vallles, comme sur les mornes les ilus inaccessibles, et
'faisant presque de la Jamaique, un immense jardin !..
Tout cet enchantement, toute cette po6sie rurale conduit
a. Port-Antonio, la troisi4me ville de laJamaique, apres Kings-
ton ot Montago Bay, pour la population et la superficie; mais
la second, pour le commerce; d'ailleurs, la pvemiere, pour
I'exportation de Ia banane et des cocos.
Port-Antonio, depuis que le capitaine Baker a gigantesque-
ment pouss6 de I'avant, Ia fameuse Compagnie americaine
de fruits. est devenu un centre d'iffiires des plus important.
Avant lc d6sastreux ouragan de Aotft 1903 qui a ravage par-
iclicul recent, Portland et St Mary. ii y entrait jusqu'a 16 na-
viros par semaine. lesquels allaient aussi it Manchioneal, pe-
lite ville tres coimmercante, A miles de Port-Antonio. pren-









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 71

dre du chargement. et il faut noter que chacun de ces steamers
ne quittait pasavec moinsde 25.000 regimes de bananes( bun-
rhes of banana ).
Depuis, le traffic en a considerablemen. diminud; mais avoc
les efforts dpployds, on peut esperer que d'ici. quelques moist,
la m( me activity de nague(re se donnera carriere dans ce beau
coin de I'lle.
Le movement d'affaires, h Port-Antonio, y a amen6. tout
naturellement. de nombreux visiteurs, surtout americains.
C'est du reste, la ville amiricaine de la Jamaique, puisque
c'est meme la monnaie am6ricaine qui y predomine dans la
circulation. Des dix mille tourists visitent cette ville, tous
lesans: d'oi la construction du Titchfield Hotel, sur Titchfield
Hill, commandant les deux parties de la Baie. II faut dire que
le port estdivis6 en deux, par une 6troite presqu'ile don't Ie
prolongement est d'un tiers de lieue. Cet H6tel grandiose est
d'administration americaine et n'a pas moins de 200 chambres.
De ses terrasses, la vue est ravissante; car on domine et la ville
et la baie. Il y a, A l'entr6e du port, au Folly Point, un phare a ten
flxe et rouge, don't le droit est de la moitie d'un centime, par
tonne enregistree, pour chaque entree. I1 est A noter que c'est
pour ce phare, seulement, que le droit s'impose, A l'occasion
de chaque entrie; parce que pour tous les autres. le steamer
paye une seule fois, tousles trois mois.
Port-Antonio a aujourd'hui: lumiere Mlectrique, glaciPre, un
bon service hydraulique; un grand march, un superbe Hotel
de ville, des wharfs bien faits, un Palais de justice, plusieurs
Eglises. Si l'on ne veut pas y aller en chemin de fer, on peut le
faire en buggy, au prix de 30 dollars.
A part le Titchfield h6tel, il y a aussi 3 confortables Lod-
ging-Houses, don't le meilleur appartient A Madame Jones.
Une observation ndcessaire: On paye en train special, le di-
manche, D. 1.50; mais c'est en 3eme; le prix pour premiere est
D. 3. Les autres jours, il n'y a pas de train special, mais ie
train regulier.









80 DE LA JAMAIQUE


MONTEGO BAY LUCEA BLACK RIVER MANDEVILLE
SPANNISH TOWN


Des quatorze paroisses de la Jamaique, les pitus fertiles sont
celles de S' Mary, S'e Elisabeth, Portland et Manchester. Les
habitants de la derniere sont r6put6s les plus ais6s de toute
File. Le fait est que Manchester, grace t ses forts, est pro-
teg6 centre les ouragans, assez frequents dans I'lle. C'est la
patrie de l'orange, la juteuse, succulente orange jamaicaine
et le c6lbre Grape Fruit tant appr6ci6 aux Etats-Unis. On y
fait aussi l'6levage sur un pied satisfaisant. M. Muichead y
est un des 6leveurs de marque; les products de ses paturages
sontavec raison tres appreci6s. M. Daly, un noir, lui aussi.
excelle dans la production d es chevaux de course. Son fameux
alezan Backwood a W6t et est encore la gloire du turf Kings-
tonien. Le populaire Dewey qui appartenait aux Stables de
Clough, comme lui, ont tenu ,pendant longtemps. le stan-
dard du Race-Course, le record des grades races d'un mille,
toujours applaudis par les amateurs de courses.
Mandeville, le chef-lieu de la paroisse de Manchester, est
situ6 a une lieue de la gare de Williamsfield, d'oui I'on prend,
pour s'y rendre, un trap, A raison de 2 shillings. Oh cette belle
voie, conduisant it Mandeville Je ne l'oublierai jamais. Elle
se prolonge en spirale, tout le long d'une colline haute de pres
de 3.000 pieds. Lorsque la voiture s'y est erigagee. au trot do
deux chevaux, on se sent les poumons dilates; onjouit, dans la
r6galade des fragrances, des senteurs varieesa I'infini de bos-
quets riches de toutes les essences naturelles. C'est un pano-
rama saisissant de la pleine nature, faconnee, revue et corri-
gde par la main de l'homme, par le travail sans cesse en
activity, en gestation !
Mandeville est, au dire des tourists, la reproduction d'un
coquet village anglais. Un s6jour d'un mois la, vaut un voyage
d'Europe. Un bel H6tel de premiere classes et plusicurs con-
fortables Lodging-Houses r6pondent aux besoins les plus exi-
gents. C'est un des meilleurs Sanitaty resorts de I'le. La splen-









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 81


lide plain de St Elisabeth s'Doloie, la, tout prts, au pied du
morne L'on y peut se payer de longues promenades, le soir,
en cab; et quelles promenades! Des savannes immense peu-
pl6es de la vie anim6e, bruyante de milliers de troupeaux
laches en liberty; des sources d'eau vive, jaillissantes; des
sites qui ne peuvent etre surpasses par aucun, pas meme par
-ceux de la paroisse de St Ann. Et les villages? Santa Cruz.
Balaclava, Lacovia, Siloah et surtout, Malcern. fich6 sur une alti-
tude de 4.000 pieds et ofi une temperature excellent, fraiche
et seche i la fois, invite magnetiquement le tourist assoiffM
d'air pur. Toute cette d6licieuse campagneest 6gaybe par les
sinuosites de Black River, laquelle est navigable jusqu'd 10
-lieues de son embouchure et est peupl6e de caimans.
La ville de Black River, de la riviere de ce nom est le chef-
lieu de St Elisabeth. C'estle plus grand porch d'exportation du
camp(che. Malheureusement, il y fait assez chaud, leclimat
.rappellecelui de Kingston.
Lucea, capital de Hanover, e.t aussi une charmante locality',
r6put6e pour ses ignames, pareilles a notre igname blanche.
Le jamaicain appelle Montego Bay, la capital du Nord. Elle
-est la second ville de I'Ile et chef-lieu de la paroisse de
S'James, the noble parish, pourtant une des plus petites de la
Jamaique, apres cells de Kingston, S' Andrew et Hanover.
Montego Bay est i 112 miles 3/4 de Kingston, en chemin
de fer, et 'est le point termin'-s de la Ligne di Nord-Ouest.
Chaque jour, il y a un depart de la Capitale, a 1(t h.15; on y
-arrive h 5 h. 15. Le tarif est: 1" 15 shillings,; 3', 8.
Spanish Town, I'ancienne Capitale, aprbs Port-Royal et qui
n'a cess6 de I'tre, qu'en l'annee 1871, sous I'administration
du gouverneur SirJohn PeterGrant, est le point central de sec-
tion des deux grands embranchements des chemins de f'r.
C'est la ville des reliques. On y voit, entr'autres choses: e!
beau monument de I'amiral Rodney, vainqueur, sur les c6te.-
d'Haiti, de l'amiral francais comte de Gras.-e. ainsi que sa
statue, entour6e des deux canons en bronze, marquis aux
armes royales de France; le Palais des anciens gouverneurs,
laCath6drale place sous le vocable de S"e Catherine, plu-
sieurs autres Eglises. dout une catholique; la Loproserie oli
Helpers Home, I'office central de I'Enregis trem'ent, I'ancienne









82 DE LA JANAIQUE

Chambre colonial. Le Square merite d'etre cite, ainsi que le-
A /bu,' House Infirmerie.
(:'ct dans la court de la prison de Spanish Town, qu'ont lieul
lesoex(cutions, par la strangulation, des condamn6s a mort,
ltsquelles se font presqu'A huis close et sont annoncees au pu-
blic, par un pavilion noir, arbor au haut d'un mat.
Je ne nclturerais pas ce chapitre de la Country, sans expri-
mier touted ma gratitude A ce bon people, cet' hospitalier Coun-
try people qui recoit, les bras ouverts et avec combien d'affa--
hilit6 naturelle. naive m6me, les commensaux de passage.
II faitexquis d'y voyager, s'y perdre, y sojourner le plus
ingtemps possible, pour se reposer des mille et un embar-
ras Kingstoniens, agr6ment6s d'une temperature tropicale-
cncrvante.









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 8{


R tSUM I



En mani're de recapitulation, et pour la parfaite intelligence
*du lecteur,je r6sumerai comme suit, et en general, cette tiu-
de de la Jamaique:

Superficie. . . ... 4.207 miles 1/6 carr's
Population. . ... 78.34 habitants.
Mortalit&s en 1902-1903,19.8. par 1.000habitants;
Naissances 39.3, -
Revenu Exercice 1902-1903. 4.280.000 )oll;rs.
D6penses 3.90.000
Dette publique . . 18.000.o
Le pic montagneux le plus blev' est le Blue Mountain Peak
~ 7.360 pieds) lan limited des paroisses Je Portland et Saint-
Thomas, a 1'Est de 1'Ile eth 12 miles de Newc-Casle ( camp nii-
litairede la garnison europeenne, actuellement le 4A" Ba;-
taillon du Worcestershire Regiment, commandant: Major M. -H.
Nunn). Le thermometre Fareinglheit y descend jusqu'it ti
-degr6s.
Les deux rivieres les plus consildera;lles sont le iRio-G;rnlwe
*(Portland ) et le Blac Ricer ( S'-Elisib;eth ). La plus |fameiinu
grolte s'appelle la Grand Cave. it River Heiad, district de S'-Tl',-
mas dans la Vall6e; tandis que la plui~ longue uone derni-
Jieue) est la Mexico Cave, dans la puroisse de S'-Eh sabhth.
Les deux sources mindrales- l.s plus rcputtes sont l. Mi/l
River, 92 F et Balth: :280. la plus chaude, d;ans la parois~
-de S'-Thomas, dans I'Est.
La plus grande paroisse est cclle de St-Ann ( 7i; miilles
-carrs); la plus petite. celle de Kingston 7 miller 1 6 carries.
On a compt, jusqu'ici, depuis 1661: 5) Gouverniurs, ldoit









81 DE LA JAMAIQUE

le dernier est Sir Swettenham. I1 n'est arrived dans File que le-
30 septembre dernier
Le Gouverneur don't le nom est le plus d6test( est sir Ed-
ward John Eyre don't administration fut souille par la r6-
pression sanglante et sauvage de la revoite des noirs de Mo-
rant Bay, en 1865, sous la conduite de George William Gordon,
lequel a t4 pendu ainsi qu'un grand nombre de ses adherents.
C'e-t A cette occasion, que le general Salomon, alors exil6, a 6te
d6tenu pendant plusieurs jours, dans les cachots de Kingston,
puis expuls6. Les gouverneurs les plus estim6s ont ete sir-
Henry W. Norman et sir Henry Blake, aujourd'hui, gouver-
neur de Ceylan, et lequel, grand philanthrope, avait recu avec
des marques de la plus grande distinction, le g6ne6al F. D.
L6gitime, exile sous Hyppolite.
Le Gouverneur de la Jamaique recoit un salaire annuel fixe
de 25.000 dollars. Le salut a lui accord par les troupes est
simplement le roulement, et les bateaux de guerre lui accor-
dent 17 coups de canon. Il est en meme temps, capitaine-g--
neral de la Jamaique, commandant Turks Islands, Grand
Caymans et les autres petites d6pendances. II a un secr6taire et
un aide de camp. Sa residence est Ai King's House, A environ
une lieue et demise de Kingston, sur la route de Hope.
Imm6diatement apres le Gouverneur, vient le Colonial
Secretary, aux appointments de 6.500 dollars. Celui eni
exercise, actuellement, est I'honorable Clarence Hugh Bourne.
Leurs Bureaux se trouvent au Head Quarters, A l'angle de Duke
et Beeston Streets.
Le Commandant en chef des forces militaires de F'lle, depuis
1902, est le Brigadier-gendral J. S. Caulfield, membre Ex-officio
du Legislative Council.
Ces forcess:)nt ainsi composes: le 4"* bataillon du Wor-
cestershi'e Regimnmt, cantonn6 a New-Castle, la 16"e Compa-
gnie du Royal Garrisson Artillery et Royal Enginneers, A Port-
Royal; les 1"e et 3" Bataillons du West India Regiment. A Up Park
Camp.
Le Jamaica Iln/fh-y Militia et le Jamaica Artillery Militia, don't
le commandant est le lieutenant colonel Pinnock
Le Commodore, A Port-Royal, est M. F. W. Fischer.
La division naval de l'Atlantique et des Antilles et't opjn-









IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 85

pose de 12 unites, don't le commandant en chef est le vice-
amiral, sir Archibald L. Douglas, mont6 sur le croiseur cui-
rasse, at deux h6lices et de 11.000 tonnes, le a Ariadne ,.
Depuis le 11 F6vrier 1885, le syst6me du concours d'exa-
men, donnant l'entree au Service public, a 6t6 adopted. Une
Association a Ate egalement fondue, depuis longtemps: le Ja-
maica Civil Service Mutual Guarantee Association. Elle a pour
objet de garantir, sous forme de sdcurit6, I'emploi des Ad-
ministrateurs de finances, des directeurs de douanes et leurs
adjoints. Depuis 26 ans. cette Compagnie n'a eu a payer,
pour deficit trouv6 dans les livres des assures, que la mini-
me sorn me de 1.535 dollars.
Les fetes publiques d'obligatioi, pendant lesquelles on ne
travaille pas sont: Jour de l'an, Mercredi des Cendres, Ven-
dredi Saint, Lundi de Paques, Lundide la Pentec6te; Victoria
Day (24 Mai); 1,"Aott emancipationn des Esclaves); 9 No-
vembre, anniversaire du Roi Edouard VII; Noel lendemain
de Noel.

I1 y a, actuellement, 1.916 miles, 16 chaines ou 638 lieues
2/3 de routes ouvertes au traflc et voiturables. L'entretien
annuel de chaque mille de route est de 17 dollars 50.
La Chambre des Comptes, (Audit office ) est composee d'un
directeur M. Louis J. Bertram (4.000 dollars) lequel est nom-
md par le Gouvernement. Le chef de Bureau, M. W. G. Ar-
rowsmith, est pay6 2.250 dollars, et l'employ6 principal 2.000
dollars.
Le Tresorier general recoit 4.000, le chef de Bureau et le
Teneur de lives 2.000 dollars chacun. Le Tresorier general
est aussi Directeur de la Banque d'Epargne (Saving Bank).
Les principaux ports de sortie sont: Kingston, Montego
Bay,. Port Morant, Port-Antonio, Annotto Bay, Port-Maria.
S'-Ann's Bay, Dry Harbour, Falmouth, Morant Bay, Lucea,
Savanna-la-mar, Black River, Alligator Pond, Milk River,
Old Harbour.
II y a en outre. 24 ports d'6chelles ou Out Bays.
La taxe sur tout acre de terre est de un penny ou 2 certi-
m1s.









o DE LA JAMAIQUE

Les 21 boites postales, a Kingston, se trouvent dans lesen-
droits suivants:
Spanish Town Roid, Alltman Town (station de police),coin
North et King Street, coin Charles et East Street, Queen's
Hotel, Kingston Gardens, Torrington Bridge, Harbour et
Princess Streets, Cross Roads, Park Lodge, Marine Gaidens,
South Camp Road (station de police), Brown's Town (sta-
tion de police), coin Highholborn et Laws Streets, Tower
Street et Elleston Road, Victoria Market, Parade, Port-Royal
Street et Luke lane, Jamaica Club, station central des pom-
piers (Sutton Street), les bureau du gouverneur.
La Bibliothique municipal content 11.228 volumes, don't
entr'autres 992, concernant la Jamaique et 658, les autres
Antilles, notamment la Rovolution de 1804, en Haiti, selon
les rapports de 1'Amiral Rodney et tant d'autres.
Le premier juge, sir Fielding Clarke, d la Cour Supr6me,
touche annuellement 10.000 dollars, le second (charge ac-
tuellement vacant) 6.000; le troisieme, Hon. Ch. F. Lumb,
5.000.
Le Commissaire du Gouvernement ou l'Atlorney General,
Hon. H. R. Pipon Schooles, percoit 7.500. Celui qui tient les
Registres de la Cour, M. O'Connor de Cordova: 3.000.
1I y a en tout, A la Jamalque, 8 avocats dipl6m6s des Facul-
tes de droit d'Angleterre. Ce sont des Barristers. Je compete
parmi eux, deux excellent amis, Hector Josephs et Henri
Brown, avocats distingu6s et consciencleux, Brown est, ac-
tuellement, le plus grand orateur (du Barreaujamaicain; mais
le maitre proc6durier est Philippe Stern. C'est un zos bouqud
chien. Nous n'cn avons pas mal, chez nous, de cet dchantil-
Ion.
En outre, on compete 3 advocates nomm6s par le Gouverne-
ment, en vertu de leur notoritt. Parmi eux, on compete Mai-
tre Henri Vendrycs, francais, don't le pare etait un colon
haitien.
De plus, il y a 81 sollicilors on u:ouds, fondds de pouvoir. Le plus
brilliant, cmrnme le plus redoutable, le roi de la Police'Court,
on un mot, est mon bon ami Alexander L. P. Lake. Autre-
t'fis. son concurrent incontest6 etait Me Morais; mais mala-
de, depuis quelquc temps, il a abandonn6 la lutte judiciaire









IMPRESSIONS ET SOlUVENIRS 87

et, maintenant, il n'y a de joutes quelque peu remarquables.
qu'entre Honniball et notre vaillant Lake.
Notice. Pour plaider a la Cour, il faut ~'tre ras6. Les avo-
cats, come les juges de la Cour Supri'me se coiffent d'e la
perruque blanche, a queue. Les huissiers se nomment Bai-
liffs.
II y a aussi, les Justices of Peace, supplants des juges en
titres; leurs functions sont honorifiques.


Les Entr6es dans les ports de la Jarnaique en 1902-1903.
ont dt6: pavilions anglais et strangers: 1.034 steamers et voi-
liers. 39.098 hommes d'6quipage, 1.084.926 tonnes.
Les sorties: 1.027 steamers et voiliers, 38.987 hommes
d'dquipage et 1.096.017 tonnes.























:SILHOUETTES JAMAICA INES










IMPRESSIONS ET' SOLVENIIIS


SILHOUETTES JAMAICAINES






LES SUGG;ESTIONS DU PARK


LesParks -ont, g6n6ralement, le nid dce dese.uvrls, desoi-
seaux humans d6plum6s. D'ailleurs, tout y est, pour les amor-
-er: ombrages protecteurs, douce fraicheur, confortables
bans, o: l1'on pent mnme s'asseoir il quatre, et puis I'agrement
c.immode de pouvoir assis et, cdlant un onest copieux, suivre
du regard, la thdorie sans cesse renouvel'e de la deambula-
tion affairde, dans les avenues.
Car I' home du Park est plut6t flAineur. indolent, qu'a-
narchiste. Par consequent, il ne s'encolkre pas an passage du
uhonde l6igant ou du monde mieux que lui. II voit tout cela
mettre un peu de sel dans la monotonie, la veulerie de son
existence riocc:upee.... un peu parsa faute. L'anarchiste, lui,
est I'homme.qlli se mele aix foules. qui hait jusqu'iinhn frais
ombrage et qui ss sentirait humili6 de s'a-seoir, affal, sur !e
banc d'un park, quand d'utIres jouissent quietement des dcli-
ces du homen. II est surtoul, I'homme des clubs, des.~outerraiis
conspirators, dans la ibuee mysterieuse et suiintante desquel-,
il peut dCtcacheter. ,t I'aise, la fiole de poison, produit de son
imagination boiiilloiiante,jjusqiu'i ce qu'il puisse ', ddtacher ,
son surin ou soni S.mith and Wessont, centre quelhiie vie iutile et
interessante!!!
Le Park se pr.te alissi, lesoir venu, Ai des idylles, pas timi-
-des, tant s'en faut; des idylies ouvertes, en plein air et qui dI'-
roulent leur petit. clieveai tries suggestif. au bruit des cli(ur.-
( the choirs ) des Eglises rivals environniiantes, se renvoyant
furieusement avec I'accomipagnement des grandes orgues, les










92 DE LA JAMAIQUE

notes clairement scandees de leurs hymnes variees al'infini,
come d'un effet excitatif sur ce qui est d6ja suffisamment
excit(.
On sait que cet exercise un peu trop horizontal a eu pour
vertu immediate de chasser absolument du Park, le monde
correct. Aussi les honnetes gens, ayant ddsert6 ce lieu, ou
elles se divertissaient tant autrefois, leurs antipodes l'ont
completement envahi, ils en ont fait leur domaine incon-
test'.
Les nounous ( nanas) et les bonnes continent, nsanmoins
A y promener les be6bs.
Des 5 heures, le group des habitues commence a se fo,'-
mer. Le chacun a la bonne fortune de voir sa chacune venir
prendre place aupres de lui. La plupart des chacuns, A cette
heure sont des soldats du West India Regiment, ces beaux
gars colors, porthosiaquement charpent6s, la face relui-
sante, la musculature athl6tique, la mine souriante de bonne
san(t.
Ces rencontres heureuses se prolongent jusqu'a dix heures,.
A la fermeture.
Mais la caract6ristique du Park, c'est le ( politician ,, le de-
cave, le degoutt des petites niches amoureuses, le sbire qui,
apre.s avoir copieusement arpent6 Kingston, depuis le martin
et avoir recueilli toutes les bribes des derniAres d6peches,
vient atterrir 1A, n'ayant plus nulle autre part oi promener
sa nullit6, sa demarche lente et flasque de moderne juifer-
rant.
Ils sont nombreux, les s politicians du Park ,. CUsaresque-
ment arms de lambeaux de journaux, la plupart ont, plan-
t0 sur une face rubiconde de courage, suant le proof tum ou
le rhum de Bit le Gill, un nez choux-t1eurise, chauss6 de lu-
nettes sales et ficelees derriere les oreilles. Ils lisent bruyam-
ment, se moquant pas mal de la ponctuation acad6mique.
Et une discussion chaude, passionn6e, A poumons que veux-
tu, s'engage:

v M. Chamb'lain! What you know about M.hamb'lain,
< SA? you don't know not a bit about that great fellow.... M.
Chamb'lain is the head of England, now. Sa!
Man, keep quiet! What you speak about? What you.










IMPRESSIONS ET SOUVENIRS 93

( know? Your Chamb'lain don't w6t a fading. You hear,
Smannr! What about Balfour. now?
( Chaw! man, Balfour is a foul!
Good gracious, mann! Balfour isa foul?... I see, now,
you neva read the telegrams... Like the Panama Canal...
the caution of the Governor in the -Gleaner........
-- Why?.why? Because Colombian people is foofoul, you
mean Jamaica people ,...
Et ainsi, le reste, dans un enchevttrement de reflexions
aussi oiseuses qu'absurdes, de politique naive, coq-a-l'aniere,
pour tuer la guigne, 1'inoccupation et tromper le d6labrement
des estomacs creux...
Cette joute du desoeuvrement incurable ne manque pour-
tant pas de pittoresque. Et, A mes minutes de loisir. je pre-
nais parfois plaisir, A ralentir mes pas, aux avenues du Park,
pour m'en reparaitre un brin. I'oreille et la vue.






LA SOTrIE DES SUNDAY'S SCHOOLS ET LA PARADE AU PARK
ET A KING STREET


C'est une des silhouettes les plus caract6ristiques de Kings-
ton, les plus divertissantes; one of the most picturesque
features of Kingston's life.
Le dimanche, des le service divin fini ( ber) dans les 43
Eglises kingstoniennes, c'est-A-dire a midi et demi, la gent
cossue et la commune bourgeoisie prennent une retraite bien
merit6e retired at home. pour se dMlasser du lourd labeur
hebdomadaire. Car, generalement, presque tout le monde des
deux sexes va au culte, le mari A c6td de la femme, les enfants
devant eux, tous porteurs d'un volumineux colis, consistent
en bibles, lithurgies et recueils d'hymnes de 400 pages !
L'apr,s-midi est devolue, g6neralement, aux domestiques,
aux bonnes, aux h6b6s et aux petits artisans, affluent aux
Sunday's Schools ( Ecoles du dimanche ).




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs