• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Introduction
 Observations concernant la fievre...
 Observations concernant la Trypanosomiase...
 Trypanosomes et Trypanosomiase...
 Leptomonas Davidi et Trypanosomides...
 Notes sur quelques Hematozoaires...
 Experiences et notes diverses
 Dispersion et biologie des dipteres...
 Explication des planches
 Table of Contents
 Back Matter














Title: Rapport sur les travaux de la mission scientifique du Katanga
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00073397/00001
 Material Information
Title: Rapport sur les travaux de la mission scientifique du Katanga (octobre 1910 áa septembre 1912)
Series Title: Rapport sur les travaux de la mission scientifique du Katanga
Physical Description: 4, 258 p., 2 col. plates : ill, folded map ; 28 cm.
Language: French
Creator: Rodhain, Jâerãome, 1876-
Publisher: Hayez
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1913
 Subjects
Subject: Insects as carriers of disease   ( lcsh )
Public health -- Congo -- Katanga (Province)   ( lcsh )
Tsetse-flies   ( lcsh )
Maps -- Katanga (Congo)   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references.
Statement of Responsibility: par les drs. J. Rodhain, C. Pons, F. Vanden Branden et J. Bequaert.
General Note: At head of title: Royaume de Belgique. Ministáere des colonies.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00073397
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 19422300
lccn - 17001724

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title
    Title Page
        Title Page
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Observations concernant la fievre recurrente africaine
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
    Observations concernant la Trypanosomiase humaine
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
    Trypanosomes et Trypanosomiase de grands Mammiferes
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Leptomonas Davidi et Trypanosomides non pathogenes d'insectes divers
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
    Notes sur quelques Hematozoaires du Congo belge
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Experiences et notes diverses
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
    Dispersion et biologie des dipteres hematophages au Congo belge
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
    Explication des planches
        Page 254
        Page 254a
        Page 254b
    Table of Contents
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
    Back Matter
        Page 259
Full Text




;':- I "EX. LIB I:S "i:
; UNIVERSITY of 'LOIDA'':

^H "' i- ^^^


























RAPPORT
SUR LES

Travaux de la Mission Scientifique du Katanga

(Octobre 1910 Septembre 1912)








MINISTRE


RAPPORT
SUR LES


avaux de la Mission Scientifique

du Katanga

(Octobre 1910 Septembre 1912)
PAR
les Drs J. RODHAIN, C. PONS, F. VANDEN BRANDEN
et J. BEQUAERT
















BRUXELLES
HAYEZ, IMPRIMEUR DE L'ACADMIE ROYALE
Rue de Louvain, 112


























INTRODUCTION.

Revenu en Afrique dans le courant de 19o09, nous avions repris
notre service l'Hpital des noirs de Lopoldville, et nos travaux
communs avec notre ami le Dr BRODEN, directeur du laboratoire
de cette station, lorsqu'au dbut de 19go, sur la proposition de
M. le Ministre des Colonies, le Gouvernement nous charge de la
direction d'une mission de recherches scientifiques, qui devait
oprer dans les rgions du Katanga.
L'arrive sur les hauts plateaux katangiens du chemin de fer de
la Rhodsie allait rendre bientt possible l'exploitation des gise-
ments miniers du pays et provoquer le dveloppement rapide de
la parties sud de la province; d'autre part, la construction de la
voie ferre Elisabethville-Bukama et l'ouverture la navigation
rgulire du dernier bief du Lualaba, s'tendant entire Kongolo et
Bukama, exigeaient une connaissance exacte de la situation hygi-
nique de la contre. Ceci tait d'autant plus urgent, que presque
toute la parties nord de la rgion tait envahie par la maladie du
sommeil et que l'on craignait l'extension de l'pidmie vers le sud
du Katanga et les colonies voisines. Les gouvernements trangers





les measures ventuelles qu'il y aurait lieu de prendre pour viter
ce danger. A cette poque, la possibility de la transmission du Try-
panosome human par les Glossina morsitans et la spcificit du
Trypanosomnza Rhodesiense taient encore douteuses; ces deux
questions devaient acqurir, dans la suite, une importance prpon-
drante.
Le personnel scientifique de la mission fut recrut par les soins
du Profr J. DENYS, de Louvain, et comprenait trois mdecins,
don't nous-mmeet les Dr" C. PONS et F. VAN DEN BRANDEN; il
nous tait attach en plus un docteur en sciences, M. J. BEQUAERT,
spcialement charg des recherches entomologiques.
Ce personnel se trouvait runi au complete Lopoldville, au
commencement de septembre 19Io. La mission quittait cette
station, le 28 du mme mois, destination du Manyema, o elle
devait attendre l'achvement du tronon de la voie ferre Kindu-
Kongolo, qui permettrait le transport du matriel des construc-
tions envoy d'Europe, pour l'usage de l'expdition.
Arrivs Nyangw, le i i octobre, nous y avons prolong notre-
sjour jusqu'au 16 janvier 1911, et nous nous trouvions Kongolo
le 22 du mme mois. Nous ne pouvions quitter ce point terminus
du chemin de fer des Grands-Lacs que le 17 fvrier, pour
arriver Bukama, en baleinire trane par un remorqueur, le
7 mars g1911.
Les instructions que nous avions reues du Gouvernement cen-
tral nous prescrivaient de nous tablir de prfrence Fundabiabo,
poste install sur le Lualaba, par 9io' S., depuis que le Comit
special du Katanga avait abandonn Bukama,- cause de la forte
pidmie de maladie du sommeil qui y avait dcim le personnel et
les populations environnantes.
Fundabiabo, situ 75 kilomtres au sud-ouest de Bukama, est
d'un accs difficile, et nous ne pouvions songer y transporter les











installations de la mission. Dcids ne pas rester Bukama, don't
la colline rocheuse, est baigne de toutes parts par les eaux d'inon-
dations la saison des pluies et o nous ne connaissions plus
aucun centre populeux voisin, nous avons tabli notre camp
Sankisia, le long de la route de Bukama Fundabiab'o, prs du
trac du future chemin de fer qui doit relier Kambove au fleuve.
L'emplacement de la mission, choisi en terrain sec, sur les
contreforts des months Bia, 750 mtres d'altitude, offrait entire
autres avantages celui d'tre indemne de Glossina palpalis, et
d'tre rapproch des quelques agglomrations populeuses existant
encore prs de la Fungwe et de la Muanza. (Nous ignorions ce
moment l'importance des villages de la rgion dite de Kabondo,
et des sources de la Lovo l'ouest du Lualaba.)
Le transport des matriaux et la construction des btiments
prvus pour les installations de l'Expdition ne se firent qu'au prix
de grands efforts, et ce ne fut que vers la fin d'avril I912 que nous
avons eu le plaisir de prendre possession du beau et vaste labora-
toire que le Gouvernement d'Europe avait mis notre disposition.
Jusqu' cette date, nous avons d travailler dans des maisons
htivement construites en pis, qui, si elles ont le grand advantage
d'tre fraches, sont excessivement poussireuses et constamment
envahies par les rats, les fourmis et toutes sortes de vermines.
La Mission sjourna Sankisia depuis juillet 1911, et les travaux
furent orients de telle sorte que pendant que deux membres
rsidaient au camp et s'occupaient de recherches de laboratoire,
deux autres en voyage exploraient la contre au point de vue
Glossines et Trypanoses.
Quoique l'objet principal de nos recherches ait t la rpartition
et l'tiologie des Trypanoses humaines et animals au Bas-Katanga,
nous avons t amens nous occuper d'autres questions intres-
sant l'hygine du pays ou se rattachant la parasitologie en gnral.
T n1 Q %lll 5iri AT\Q - A--n r- ___ ---


- C_











UIIL ucjat laIL i UUJCL u UIVISCS eiiIUL puuIeeS aiis uiierenues
revues scientifiques; d'autres ont t signales dans des rapports
indits adresss au Gouvernement de la Colonie.
La Mission tant organise pour une dure total de deux ans,
le Dr BEQUAERT, retenu par les circonstances lisabethville,
quitta le Katanga au dbut de juillet 1912; les Dr' PONS et VAN DEN
BRANDEN rentrrent en Europe par la voie du Nord dans le
courant de juillet; nous-mme avons prolong notre sjour en
Afrique jusqu'aux premiers jours de septembre.
Au moment o nous sommes arrivs au Bas-Katanga, en
mars 1911, la rgion situe au sud du lac Kissale jusqu' Bukama,
avait t quelque peu abandonne administrativement; les trans-
ports fluviaux, par bateau, n'taient pas encore organiss, et nous
nous sommes trouvs dans des circonstances matrielles fort diffi-
ciles. Nous nous faisons ici un agrable devoir de dire notre
reconnaissance tous ceux qui se sont intresss nos travaux et
nous ont prt leur bienveillant concours.
Nous exprimons, avant tout, notre respectueuse gratitude nos
chefs, MM. les Gouverneurs WANGERME et MALFEYT, qui nous
ont accord toute leur confiance et ont donn aux agents territo-
riaux des instructions pour qu'ils nous apportent leur aide en toutes
circonstances.
Nous tenons remercier ensuite MM.les chefs de zone LOSANGE,
de Kassongo; G. WANGERME, de Kambove; DE BROUWERE, de
Kiambi; M. le chef de secteur REMACLE, de Kikondja, et
MM. les chefs de poste VANDENHOVE, de Kinda, et GOORIS, de
Bukama.
Nous devons un tmoignage de gratitude special M. l'ingnieur
CKIANDI, chef de la mission d'tudes du chemin de fer du Bas-
Congo au Katanga; connaissant le pays, ses conditions gogra-
phiques et ses resources, il nous a fourni non seulement des
renseignements prcieux concernant les populations de la contre,


- + -









v


relation avec eux; aprs son dpart, M. MENTE (rest notre seu
voisin), suivant les instructions de son directeur, n'a cess ui
moment de nous prter son dvou concours.
Nous ne pouvons oublier de signaler enfin le dvouement qui
nous ont montr notre surveillant de travaux J. MAUEN et no
artisans PILLAERTS et ANDRIANE, qui, sous la direction di
M. l'agent d'administration VIRIN, ont dans des circonstance
parfois difficiles rivalis de zle pour hter l'achvement des con
structions prvues pour l'tablissement de la Mission.

J. RODHAIN.
Bruxelles, le 5 mars i913.




















CHAPITRE Ier.

observationss concernant la fivre rcurrente
africaine.

observations que nous nous proposons de relater ici ont t
;nces au Manyema o la Mission, en course de route pour le
ga, a pu s'arrter un moment; elles ont t continues
; Sankisia, au camp de la Mission mme. Elles se rappor-
la distribution de l'Ornithodorus Moubata dans le Congo
et spcialement dans sa province extrme sud; la reaction
ge qui peut se manifester chez l'homme au course de l'infec-
roduite par le spirille de DUTTON, et au traitement de la
ver par l'arsnobenzol 6o6.

- RPARTITION DE L'ORNITHODORUS MOUBATA (KIMPUTU)
DANS LE CONGO BELGE ET LE KATANGA.

*e de dispersion de la Tique, qui propage le spirille de
N, s'tend une grande parties de l'Afrique intertropicale.
)eut dire que, vers le sud, il existed entire les 10e et 20e paral-
ine bande de territoire o l'Ornithodorus Moubata existe
faon ininterrompue, de la cte ouest la cte est de
Lie.
ouest, on rencontre la Tique dans l'Angola jusqu'au lac
, qui marque vers l'est le commencement du bassin du
ze, le long duquel elle se rpand travers la Rhodsie
a Mozambique et l'ocan Indien.
i le sud du Katanga, l'on peut affirmer que les kimputu
t du district du Dilolo jusqu'au Luapula mme.











Nous les avons trouvs Kayoyo, sur la Mkulesi, qui es
affluent de la Lubudi, sur cette dernire rivire mme, pi
Fundabiabo sur le Lualaba et de l, le long de la route qui
duit de ce poste vers Kambove, et dans toute la vallt
Luapula.
En remontant vers le nord, on les rencontre, l'est du Co


le Lopoldvil


en populations inuigenes, Ce les granius travauUx i mininers, la
struction des railways qui s'y pursuit encore pour le monr
l'tablissement des centres agricoles qu'on y projette, exigent
main-d'oeuvre abondante; celle-ci provient pour une parties



(1) E. DUTTON and J. TODD, The Nature of Human Tickfever in the Eastern Part
Congo Free State with notes on the distribution and bionomics of the Tick. (Memoirr
T .*,,,nnl VrhnnI nf TV/lm/-n/,n/rflirnifl ionn-


- b


z








-9-


territoires rhodsiens, don't diffrentes rgions sont infectes par les
Tiques, pour une autre parties des contres encore populeuses
situes entire le Lualaba, le Lomami et le Sankuru, qui sont gn-
ralement indemnes de kimputu.
Les travailleurs de ces derniers districts, transports vers le sud
ou l'est du Lualaba, y contractent rgulirement, au bout d'un
certain temps, des infections spirilles, du moment que leur insou-
ciance native leur a fait oublier les prcautions que l'Europen
avis ne manque pas de leur prescrire. Les D'" YALE MASSEY et
NEAVE avaient dj pu constater ces faits.
D'aprs ce que nous avons pu observer, les infections sont de
gravit ingale, et cela probablement d'aprs le nombre de Tiques
infectes 'qui ont pu mordre les individus.
Si, gnralement, la rcurrente africaine n'occasionne qu'une
mortalit peu leve, elle entrane parfois une incapacit de tra-
vail qui peut se prolonger pendant plus d'un mois, et lorsque le
noir, atteint en course de route, est astreint des fatigues physi-
ques, l'infection revt une gravit plus grande, qui peut amener
une issue fatale.

2. REACTION MNINGE DE LA TICKFEVER.

En gnral, l'homme infect ne se sent rellement malade et
n'est incapable de travailler qu'au moment des accs fbriles qui
vont en s'espaant et en diminuant d'intensit; mais il arrive qu'en
dehors des priodes pyrtiques, les malades ne se remettent pas et
se plaignent de cphale persistante qui les empche de se livrer
un travail continue et donne leur physionomie amaigrie un carac-
tre special de souffrance et de depression. Ce mal de tte aux
tempes persistent est connu des indignes comme un symptme de
la Tickfever; il est en relation avec une reaction mninge qui se
traduit, l'examen du liquid encphalo-rachidien, par l'augmenta-
tion des lments cellulaires et de la teneur en substances albumi-
nodes. Cette reaction est-elle provoque par la pntration du
spirochte dans le liquid crbro-spinal? Malgr le rsultat ngatif
de nos examens, qui ont port sur treize liquides lombaires plus ou
moins altrs diverse priodes de l'volution de la rcurrente








- IO -


africaine, il nous est difficile d'admettre que cette reaction de
mninges soit le seul rsultat d'une action, mme lective, exerc
sur les tissus nerveux par les toxines labores par les spirilles a
course des accs fbriles. Dans ce cas d'ailleurs, elle devrait tou
jours exister aprs la premire ou la deuxime rechute, et cela n
parat pas tre le cas. Nous croyons qu'elle est l'indice d'une vri
table infection des mninges par les spirochtes de DUTTON. Quan,
celle-ci se produit-elle et jusqu' quel point les microorganisme
peuvent-ils pulluler dans le liquid sous-arachnodien? Nous n
pourrions le dire.
THIROUX et DUFOUGER (') ont relat, au dbut de 191o, un ca
de persistence de l'infection des mninges chez un cercopithque
guri sans mdication d'une infection sanguine spirilles.
L'animal avait prsent, au course de sa maladie, des crises pilep
todes du type jacksonien.
Plus rcemment, LAVERAN et A. PETTIT (2) ont fait chez ui
singe, au course d'une infection due au mme Spirillum.pitheci, un,
ponction lombaire. Ils ont constat une mononuclose du liquid,
lombaire, mais n'ont pas russi y trouver des parasites.
SOULI (3) a pratiqu une ponction lombaire chez un indign,
musulman, trouv sans connaissance et prsentant, comme phno
mnes mnings, de la raideur de la nuque et le signe de KERNIG
Le dpt du liquid recueilli contenait de trs nombreux spiro
chtes; le sang contenait aussi des spirochtes assez rares.
Nous avons pu examiner le liquid encphalo-rachidien che:
treize malades noirs, chez qui l'infection spirillaire avait dbut,
depuis des priodes variables.
Nous allons rapidement exposer leur histoire.

Cas 1 : mile. Graphique 5.
L'infection remote au 20 novembre. Au course du troisim(
accs, qui dbute le 12 dcembre, il se plaint de cphale violent(
qui persiste, trs intense, jusqu'au 23 dcembre et s'accompagn<


(') Bulletin de la Socit de Pathologie exotique, t. III, z12 janvier 1910.
(2) Bulletin de la Socit de Pathologie exotique, t. III, 13 juillet 1910o.
(3) Comptes rendus de la Socit de Biologie, sance du 27 juillet 1907, p. 149.











rtrcissement manifeste des pupilles; le mal de tte dimi-
nsensiblement. Les spirilles sont absents du sang ds le
cembre.
ponction lombaire est pratique le 2 janvier, quarante-
e jours aprs le dbut de l'infection. Elle ramne un liquid
cement louche quand on le regarded d'en haut. Centrifug
tnt vingt minutes, ce liquid donna un culot abondant de
es, prsentant les caractres des lymphocytes. Les leucocytes
reprsents par de petits lymnphocytes et par des mononu-
"es plus grands. Nous n'y avons pas constat de grands l-
macrophages ni de cellules en forme de mre (Plasma-
dgnrs).
numration au THOMAS-ZEISS donna 312 lments cellulaires
illimtre cube de liquid et le dosage de l'albumine d'aprs
SHYA environ og085 pour I,ooo d'albumines totales.
Igr nos longues recherches, nous n'y avons pas trouv de
:htes visible. Le culot fut inocul un singe cercopithque;
ial ne contract pas d'infection. Ce premier malade, au
,nt o il subit la ponction lombaire, ne montrait pas de
chtes dans son sang.

S2 :J/ohan. Graphique 3.
malade avait reu 0gr40 de salvarsan en injection endo-
use au course d'une premiere rechute.
premiere ponction lombaire,faite dix-huit jours aprs l'appa-
des spirilles dans son sang, la veille d'une rechute, donna un
le lgrement louche et renfermant 349 petits lymphocytes et
,nuclaires par millimtre cube. Le taux des albumines totales
s fut de 0gr85 par I,ooo. Pas de spirilles l'examen trs
ng du culot.
e deuxime ponction lombaire put tre faite ici trois jours
en pleine priode pyrtique, alors qu'il y avait de nom-
:spirilles dans le sang. Elle ramena le mme liquid louche,
en lments cellulaires, mais paraissant indemne de parasites.
t inocul un singe cercopithque, qui ne contract pas
action .









- I


profonde de la corne, iritis et abolition de la vue dans tou
champ infrieur de l'oeil; un examen du liquid lombaire fait
moment, soit cinquante-sept jours aprs le dbut de l'infect
ramena un liquid clair ne renfermant plus que 5 lymphocytes
3 millimtres cubes.

Cas 3 : Hiama-Kossi, d', adulte.

Rcidive de fivre spirillaire aprs une premiere infec
datant d'il v a douze ans.
Fait un seul accs de fivre trs violent et ne prsente plu
rechute.
La ponction lombaire, faite vingt-six jours aprs la chute d
temperature, ramne un liquid normal.

Cas 4 : Moto, dc, 10 ans.
S'infecte au course d'un voyage l'ouest de Kinda.
Premier accs fbrile le 20 novembre I9II. Fait plus
rechutes, a pu se rinfecter en course de route et a d voy;
pendant sa maladie; il a t gravement atteint. A la fin
dcembre, il s'est plaint de douleurs au niveau de la rate,
dpassait le rebord costal de trois travers de doigt. Ne se pl
pas spcialement de violent cphale.
Spirilles prsents dans son sang les 4-1-12, 25-1-12 et 23-11
Ponction lombaire le 23-1-12, environ soixante-quatre j<
aprs le dbut de l'infection : 96 lymphocytes par millimtre ci
Spirilles = o.

Cas 5 : Thrse Kodfiava, 9, 22 ans.

Diagnostic de spirillose le 25 dcembre 1911, alors que la m
die durait au moins depuis trente jours.



















ye pour LraiLeiiienL par it cut u i ueIU C P eU DUKalUa.
-s amaigri et fort dprim,, il se plaint de douleurs au niveau
:empes.
L ponction lombaire, le 8-III-I2, environ soixante-dix jours
s le dbut de la maladie, donne un liquid franchement trouble
ermant 1,477 lymphocytes par millimtre cube. Examen du
t : pas de spirilles.

7 : Sinanduku, dc, 15 ans.
e dbut de l'infection, difficile fixer, a eu lieu au course d'un
.ge Kabondo, l'ouest de Bukama.'
i ponction lombaire se fait le 29-III, au course d'un accs de
e, alors que les spirilles sont assez abondants dans le sang.
ramne un liquid normal.
u course de l'opration, une petite veine ayant t blesse, le
de s'coulant par la canule tait mlang d'un peu de sang; il
lonc possible qu'un peu de sang s'est panch dans le canal
phalo-rachidien et y a dvers quelques spirilles. Le malade
t immdiatement ogroi par kilogramme de poids de salvarsan
le sang et ne prsenta plus ultrieurement de rechute.
es six cas don't l'observation va suivre se rapportent de
:s malades esclaves librs (en observation au lazaret de Funda-
o). Originaires des rives du Lualaba, entire Kikondja et Buka-
ils taient tenus en observation pour maladie du sommeil au
ret de Fundabiabo, ce moment sous la direction du docteur
SSENS, qui a pos le diagnostic de fivre spirillaire.
a continue, notre demand, l'observation de la maladie chez
enfants jusqu'au 6 aot 1911, date laquelle il nous les a
)ys Sankisia. Nous tenons ici remercier notre distingu









- I4 -


Il est minemment probable que ces malades ont contract leur
spirillose Fundabiabo mme, o les Ornit/zodorus sont trs
nombreux dans les cases en pis des indignes travailleurs.
Nous signalons dans l'histoire de leurs infections, le 5 fvrier 19 11,
date de leur arrive au lazaret, comme tant le jour partir duquel
ils ont t soumis aux attaques des Tiques. Certains d'entre eux
n'ont paru faire que de trs lgres maladies et n'ont prsent que
rarement des parasites dans le sang; peut-tre avaient-ils dj subi
une premire atteinte antrieurement.
M. GOESSENS ayant d s'absenter de son poste, ses observations
prsentent forcment quelques lacunes.

Cas 8 : Mulenda, cd, 5 ans.
Entr au lazaret de Fundabiabo le 5 fvrier 1911. Le Dr GOES-
SENS, puis nous-mmes, avons constat la presence de spirilles dans
son sang les 25-11-I1, 8-IV-II, I-VI-II, II-IX-II.
La ponction lombaire, faite le I4-IX-II, amne un liquid
normal.

Cas 9 : Kasari, 9, 3 ans.
Entre au lazaret de Fundabiabo le 5 fvrier 1911. Prsente
des spirilles dans le sang les i8-III-il, I6-V-II, 29-VIII-II,
30-VIII-I I.
A Sankisia, plus vu de spirilles.
La ponction lombaire, pratique le 13-IX-I I, ramne un liquid
normal.

Cas 10 : Ilunga I, g, J ans.
Entre au lazaret de Fundabiabo le 5 fvrier 19g I. Prsente des
spirilles dans son sang les 22III-II, 3-VII-Ii, i5-VIII-II..
La ponction lombaire, pratique le I4-IX-I ramne un liquid
normal.

Cas 1 : Ilhinga 1, , 4 ans.

Entre au lazaret de Fundabiabo le 5 fvrier 1911. Prsente des
spirilles dans son sang les 3-V-II, 2I-V-II.










- 13)


La ponction lombaire, late le 14-1 -II, ramne un liquid
normal.

Cas 12 : Muvema, 9, 7 ans.

Entre au lazaret de Fundabiabo le 5 fvrier 1911. Prsente des
pirilles dans son sang le 6-VI- I.
Durant le mois de sentembre. dii II an fr7. la temnPratnrire


se une se


13 : 1

- au 1
uirilles


La ponction loin
ermant 145 lymph
Albumines total
En rsum, l'exa
ours d'une infect
.montr l'existenc
oit chez plus de
emarquer que le ni
aire infection ant
:hez les 7 derniers
'onction lombaire
probable de la spirit
-1 -


vall c
ocyte
s : O


gowehl

de
son


iait(
s et i
3 po

5i, dC,

Filn ri


le i
nono
ir I,c



5^ nic


4-.tA-1
nuclai
'00.




o le
28-I11


)cytes et mononuclai
S. gr- n ,r- T nTn\


3n ci
, d'ui
50 0/
ilade
;rieui
mali
n'a p
llose


term
ie r:
- des
Hiar
emen
des,
u tr
tous
_ -__


Inee
ictior
infe<
na-K
t et
)rigii
e fai
sont


par 1e
- mnii
ts. E
>ssi (ca
l'a eu
aires
e que
il est


, donne un liquid ren-
es par millimtre cube.





fvrier 19I1. Prsente
11, 7-III-II, IS5-V-II,


r, donne un liquid ren-
es par millimtre cube.

ire chez 13 malades, au
spirille de DUTTON, a
ge chez 7 d'entre eux,
icore devons-nous faire
n 3) avait fait une pre-
qu'un seul accs fbrile.
es rives du Lualaba, la
six mois aprs le dbut


eux-l la reaction mninge avait pu disparatre. Nous voyons, en
ffet, que chez le malade Johan la reaction mninge, qui existait
-s intense au dbut, avait compltement disparu aprs soixante
>urs.
Quelle est la signification relle de cette forte altration du
quide crbro-spinal que nous avons constate? Nous rptons









-- TI -


qu'il est difficile d'admettre que cette reaction des mninges soit
le seul rsultat d'une action, mme lective, exerce sur les.tissus
nerveux par les toxines labores par les spirilles au course des accs
fbriles. Nous croyons qu'elle est aussi l'indice d'une vritable
infection des mninges par les spirochtes.
L'inoculation des cercopithques sensibles (Cercopithecus
Schmidti) de 20o centimtres cubes de deux liquides trs altrs,
n'a pas dtermin l'infection de ces animaux, et malgr des
recherches prolonges, l'examen de tous les culots de centrifu-
gation des sept liquides riches en cellules, nous n'y avons pas
trouv, au microscope, de spirilles. La pullulation de ces micro-
organismes dans le liquid encphalo-rachidien parat donc ren-
contrer des obstacles srieux et n'tre que trs phmre, et les
cas de multiplication active telle que SOULI(') l'a observe, doivent
constituer une exception. Chez le malade Johan, une troisime
ponction lombaire, faite soixante jours aprs le dbut delaspirillose,
dmontra la fin de la reaction mninge au moment o dbutait
une lsion oculaire qui s'est traduite par des troubles des vais-
seaux profonds de la corne, de l'iritis et de l'abolition de la
vision dans toute la moiti infrieure du champ visuel, avec hyper-
mie de la rtine. Ce cas semble bien indiquer que ces lsions,
assez frquentes au course de la rcurrente africaine, ne sont pas
directement en rapport avec la reaction des mninges.
Nous avons fait ressortir que cette reaction des mninges peut
se traduire symptomatiquement chez l'homme par de la cphale
persistante, du rtrcissement des pupilles, qui ragissent paresseu-
sement; chez le malade de SOULI existaient des signes de mnin-
gisme vrai, de la raideur de la nuque et le signe de KERNIG.
L'histoire de nos divers cas o nous avons constat une altra-
tion du liquid encphalo-rachidien ne nous a pas permis d'tablir
si, chez tous, avaient exist des symptmes pouvant faire soup-
onner une reaction mninge. Les malades nos I, 2, 5 et 6
ont nettement accus de la cphale, surtout au niveau des tempes,
persistent mme aprs les accs fbriles en dehors de la presence


(') L'observation de SOULI concern la fivre rcurrente du Nord de l'Afrique, don't
l-~^__* ~ 44: A., l -, ^ - -lf" ^ ^ l. ^^ ^:1 A.. A TW









- I7 -


des spirilles dans le sang; mais chez les spirilloss Moto et Muma,
le mal de tte n'a t rellement marqu qu'au course des pyrexies,
et il avait -certainement disparu au moment mme de la ponction
lombaire, qui ramena un liquid trs altr. Il est certain que
l'altration du liquid crbro-spinal peut persister en dehors de
tout signe extrieur apprciable; elle peut d'ailleurs prsenter des
degrs d'intensit fort variables.
Nous ne pouvons terminer ce chapitre de la reaction mninge
chez l'homme, sans relater l'observation d'un singe cynocphale
(Papio sp.) que nous avons infect de spirilles au moyen de
morsures de Tiques.
Les premiers parasites furent trouvs dans le sang de l'animal,
dix jours aprs les piqres des Ornithodorus,; les spirilles taient
rares. Ils rapparurent le dix-huitime jour, mais toujours en petit
nombre.
Une ponction lombaire pratique le vingt-troisime jour aprs
la premiere apparition des spirilles dans le sang du cynocphale,
ramena 4 centimtres cubes d'un liquid franchement trouble
lorsqu'on le regardait d'en haut et qui contenait 283 lments cellu-
laires par millimtre cube et 0,5 0/,, d'albumines totales.
Ainsi il existait chez ce singe une reaction mninge franche,
alors que l'animal avait fait une infection spirilles qui ne parais-
sait que trs bnigne.
Cette observation est rapprocher de celle faite par LAVERAN
et PETTIT ('), et tend prouver que l'altration du liquid crbro-
spinal au course de la spirillose de DUTTON, chez les Singes, est un
phnomne frquent. Nous pouvons rsumer le rsultat de nos
observations concernant la reaction mninge, que nous avons
observe au course de treize cas de Tickfever, dans les conclusions
suivantes :
I Dans plus de 50 /o des cas, l'volution du spirille de DUTTON
chez le Ngre s'accompagne d'une altration du liquid encphalo-
rachidien consistent dans une mononuclose avec augmentation
du taux des albumines totales;


(') Loc. cit.
B









- 18 -


2 Cette reaction mninge, d'intensit variable, peut s'accom-
pagner ou non de symptmes de cphale persistante et du rtr-
cissement pupillaire perdurant plus ou moins longtemps en dehors
des priodes fbriles et en l'absence de spirilles visible dans le
sang;
3 Ni l'examen microscopique, ni l'inoculation des singes sen-
sibles des liquides altrs, ne nous ont permis de dterminer si la
reaction mninge est provoque par la pntration des spiro-
chtes dans le liquid encphalo-rachidien. On peut admettre que
la pullulation de ces microorganisms y est trs phmre ou peut-
tre localise; en tout cas, leur multiplication active parat con-
stituer une grande exception;
4 Dans le seul cas o plusieurs ponctions lombaires successives
ont pu tre pratiques, l'altration cytologique et chimique du
liquid encphalo-rachidien, qui existait dix-huit jours aprs la pre-
mire apparition des spirilles dans le sang, avait disparu cinquante-
sept jours aprs le dbut de l'infection, au moment mme o se
manifestaient des symptmes d'une lsion oculaire profonde.

3 -- TRAITEMENT DE LA TICKFEVER PAR LE SALVARSAN.

Nous avons publi dans les Annales de l'Institut Pasteur (') les
rsultats de nos premiers essais de traitement de la rcurrente
africaine par le 606, don't M. le Profr EHRLICH avait bien voulu
mettre notre disposition une certain quantit. Nous tenons
remercier ici l'illustre Professeur de Francfort de sa grande bien-
veillance.
Nous reproduisons ici ces observations, en y ajoutant deux nou-
veaux cas, ce qui porte huit le chiffre de malades que nous
avons pu traiter.
Des ii noirs atteints de spirillose don't nous avons pu suivre
l'infection, 9 venaient des rgions o les kimputu n'existent pas
et n'avaient jamais eu subir les morsures de ces Tiques; deux


(') J. RODHAIN, C. PONS et F. VAN DEN BRANDEN, Essais de traitement de la fivre
rcurrente d'Afrique par l'arsnobenzol 66 . (Ann. Inst. Pasteur, Paris, XXV, n 7,
juillet 1911, p. 539.)









I


ivaient souffert antrieurement de fivre spirillaire; quoique
section remontt plus de dix ans, nous avons prfr ne
soumettre au traitement.
nous sommes servis, pour la preparation du 606, de la
.e indique par le Profr ALT (').
seul des malades a t inject sous la peau; chez les
s, le salvarsan a t introduit directement dans le sang par
ne du pli du coude, en solutions dilues raison de 5 centi-
;s d'arsnobenzol pour 30 centimtres cubes d'eau physio-

ose de mdicament administre a t toujours calcule
ionnellement au poids des malades et a t respectivement
5, ooo008 et ogroI par kilogramme de poids.
)6 a t inject au moment de la fivre, alors que des spi-
xistaient en plus ou moins grand nombre dans le sang, et
s sur huit lors du premier paroxysme.
oy dans ces conditions, le dioxydiamido-arsnobenzol
ne, mme aux doses faibles de o0roo5 par kilogramme de
a disparition des parasites du sang, la chute de la tempra-
a sdation des autres symptmes cliniques, signes de l'into-
spirillaire. Pour contrler la disparition progressive des
, nous avons fait des examens de sang tal sur des lamelles
he paisse et color au LAVERAN-BORREL aprs extraction
loglobine par le procd Ross-RucGE.
les prparations faites aussi toujours de la mme faon,
imptons le nombre des spirilles qui se prsentent dans
mps microscopiques (oculaire III, immersion '/,,, homo-
Iss), avant, puis aprs l'injection.
bleau I, page suivante, donne trois examples qui montrent la
ion, puis la disparition des parasites du sang sous l'influence
cament.

le cas Pierre Kadillo (voir plus loin, graphique IV), qui
oI par kilogramme, et o les spirilles taient particulire-


neueste Ehrlich-Hata Preparat gegen Syphilis. (Miinchener medizinischze










- 20 -


Tableau I.


NOMBRE DE SPIRILLES COMPTS DANS 100 CHAMPS MICROSCOPIQUES
et Avant 2 heures 4 6 8 I7 20
DOSE INJECTE l'injec- aprs heures heures heures heures heures
tion. l'inject. aprs aprs aprs aprs aprs

Yaya 9 i dans
og6oo5 92 92 8 8 150 o
par kilogramme. champs.

Anna 9
OSOO5 240 184 90 28 0
par kilogramme.

Johan d?
o06roo8 220 0
par kilogramme.


ment nombreux dans le sang, leur disparition tait peu prs com-
plte aprs sept heures.
Chez les deux autres malades injects de la mme dose, les
parasites avaient disparu de la circulation sanguine, chez l'un
quatre heures, chez l'autre seize heures aprs l'administration du
mdicament. Immdiatement aprs l'injection, nous avons not,
chez trois malades sur cinq, une lgre ascension thermique prc-
de ou non d'un frisson. Elle peut durer de quatre cinq heures,
puis la chaleur du corps tombe progressivement et l'accs de
fivre est rgulirement termin vingt heures aprs l'intervention.
En mme temps, la cphale et la douleur dans la nuque s'amlio-
rent et les symptmes gastriques ou intestinaux, quand ils existent,
s'amendent.
Comme on peut le voir par la comparison des graphiques I, II,
III, IV, qui reproduisent les courbes thermiques, la chute de la
temperature est plus rapide aprs l'administration de ogroI par
kilogramme qu'aprs une dose de o0roo5. Nous considrons cette
dernire comme la limited de la dose active. Si, dans un cas, elle
fit disparate les spirilles du sang en dix-sept heures, dans un
autre, les parasites y persistrent encore, quoique en trs petit
nombre, dix-neuf heures aprs l'injection.












Les symptomes gastriques, voinisseiiieiiLs uileux e1 uiarrnee
qui taient trs marqus, persistrent quarante-huit heures encor,
aprs la dfervescence thermique.
Les graphiques V et VI reproduisent les courbes des tempra
tures observes chez deux malades non traits. Le trac V montr,
une fivre de deuxime rechute.

Janvier 1911 fPurie, /191
f 13 14 13 1 i6 12 18 1 9 2 0 0 2 22 3J 24 25 36 27 26K 2 J1 31 9 1 3 4 S 6 7



Sni













FIG 2. --An =#.
FIG. I. Yaya.


Doventuelles qui se produiraient chez nos maladies soustraits d









nouvelles infections devait nous renseigner i ce sujet.
FIGsion thermique. 2. Anna.

La disparition des spirilles du sang, concomitante avec la chut
de la temprature et l'amendement des autres symptmes clinique
de la Tickfever sous l'action du 606, indiquent-ils la destruc
tion complete et dfinitive des spirilles? L'observation des rechute
ventuelles qui se produiraient chez nos malades soustraits d
nouvelles infections devait nous renseigner ce sujet.
La femme YIa)a, qui reut la dose en deux fois, eut une ascen
sion thermique le 14 jour aprs l'injection. Des spirilles ne puren


Y











- 22 -


tre retrouvs dans son sang, mais les parasites de la malaria, qui
semblaient avoir momentanment disparu de la circulation, y
rapparurent. L'accs de fivre obit d'ailleurs la quinine.
Le malade Johan (graphique III), qui avait reu o0roo8 par
kilogramme de poids, prsenta au contraire une rechute typique
avec une reaction mninge. Cet homme avait eu, antrieurement
l'accs fbrile au course duquel des spirilles furent constats


t ,.--- T I


Da/es
P T





to W
Sp0 039
80 39
..) J7"

20 36'
-1wp/k1-


jarnvier 1YIW
I s \ 2l 1 S6 I .7 \ 0


9 I30 31 t Z I 3


furier
5 1 6 1 7


9 I1 Io I I 1 I13


r -tt


FIG. 3. Johan Akuma.


Sla/es
P T.
100oo .0-
80 Jy"
uo Js8

40 MT


0 J6Z
t.e/ll/k


1 le 1 If3.l4


6D-Cemr6e 90/O
1 I 16 1 ~18 119 .


\S 121


I 2S 126


FIG. 4. Pierre Kadillo.

dans son sang, une ascension thermique atteignant 3806. Un
examen du sang fait alors fut ngatif au point de vue spirilles. La
fivre ne dura qu'un jour et le malade reprit ses occupations habi-
tuelles. Nous inclinons croire qu'en ralit il s'agissait d'un
accs larv de spirillose, que les fatigues du voyage firent clater
franchement plus tard. Cet homme aurait donc t trait lors d'une
premiere rechute.












Quant la femme Anna (graphique II), qui ne reut que og00oo5
par kilogramme de son poids, elle ne put tre observe que


FiG. 5. Emile.


Janvier 1.911
1 6 17 Ja[ 1


FIG. 6. Taratibu (rcidive premire infection;
il y a douze ans).


pendant dix-huit jours. Le dix-septime jour aprs le traitement
elle se plaignit de violent maux de tte et eut une lgre ascen-


SprIIes ..


I-








- 24 -


sion inermique. rille presenia en iiieiii Leii pb u1n iege ugi ug u
rtrcissement pupillaire, qui nous porte croire qu'elle faisait
une reaction mninge. Nous avons appris depuis qu'elle a souf-
fert d'au moins encore un accs de fivre. Cette femme n'a donc
pas t gurie de son infection. Comme aprs son traitement elle
a sjourn dans une rgion indemne de kimputu, il ne peut tre
question d'une rinfection.
Chez deux autres malades, nous n'avons pu intervenir qu'au course
d'une rechute; nous rsumons rapidement leur observation

Sinanduku, dc, 15 ans.
Travailleur la Mission, originaire de Kulu, au nord du lac
Kissale, s'est infect au course d'un voyage Kabondo, l'ouest de
Bukama; il prtend ne pas avoir souffert en route, ce qui est plus
que douteux, car il nous est revenue considrablement amaigri.
Le 29-111-1-2, il se dclare malade. Temperature, 400. Pouls, 105.
Sang = spirilles. Reoit 0gr50 de salvarsan dans la veine du coude.
Le 30-III-12. Temperature, 3702. Depuis lors, la temperature
reste normal, et l'homme a repris, sans interruption, son travail,
jusqu'au mois de juillet 1912.

Thrse Kodjawa, 9, 22 ans (cas 5).
S'est infecte au commencement de dcembre 1911, au course
d'un voyage la Fungwe. Le diagnostic de spirillose est pos le
26 dcembre, au course d'un accs de fivre ; depuis lors, elle se
plaint de cphale presque continue.
Le 23-1-12. La ponction lombaire donne 50 mononuclaires par
millimtre cube.
Le 31-1-12. Temperature, 400. Sang = Spirilles. Reoit og'6o de
salvarsan dans la veine.
Le lendemain afbrile. Les temperatures restent normales jus-
qu'au 22-II, jour o le thermomtre atteint 3703. Examen du sang
en couche paisse = spirilles o. La cphale persiste jusque vers
la fin fvrier; elle n'a donc pas cd brusquement l'intervention
mdicamenteuse, mais a graduellement diminu d'intensit; l'tat
gnral de la femme, qui avait considrablement maigri, s'est pro-
gressivement amlior.







Tableau 11.


NOMBRE DES GLOBULES BLANCS PAR MILLIMTRE CUBE.


NOM Pendant l'accs fbrile. 24 heures aprs l'injection. 48 heures aprs l'injection. 96 heures aprs l'injection.
Avant l'injection. Immdiatement aprs 24 heures aprs 72 heures aprs
et la chute de la temperature. la chute de la temperature. la chute de la temperature.

o ,, o
DOSE REUE. u I Sl n S n n aS |
o u -o Om u o .= n =o

| -, a. O 5 n -, Q- O 9


Yaya 9
osgoi par kilogramme.

tait infecte de malaria.




Johan o'
oIroo8 par kilogramme.




Kiamakossi o"

Non infect.
A fait une ire infection
il y a quinze ans.


10,625







20,671





11.718


p. 100

66,17







62,28





73,3


p. 100


4 ,7






21 >


9,1


p. Ioo

18,23







16





17,3


25,156





6,250


p. 100









80





62,5


p. 100









6,6





i5 >


p. I00

))







13,3





22,5


8,594







12,344


p. 100oo


65,45







72,1




)


p. 100

9







6,33


p. 100


25,45







21,5





'I


6,093


6,875


p. 100


69,23


59,09


p. 1oo00


i5,4


1i8,8


p. Io

,5,4


22,7





tains de nos malades, au course de l'accs fbrile, avant l'injectio
du 606, puis aprs la disparition des spirilles et la chute de 1
temperature.
Il rsulte des numrations faites que l'injection de l'arsnc
benzol dans la veine n'est pas suivie de leucocytose. Celle-(
existe pendant la fivre et disparat vingt-quatre heures aprs 1
dfervescence fbrile.
Le nombre de cas que nous avons pu traiter est trop peu lev
pour nous renseigner d'une faon dfinitive sur toute l'activit d
nouveau compos arsenical dans la rcurrente africaine. Dans le
conditions o nous l'avons employ, les rsultats obtenus nou
paraissent nanmoins suffisamment nets pour nous autoriser
formuler les conclusions suivantes :
I Injecte dans le sang lors du premier paroxysme, une dos
d'arsnobenzol 606 correspondent o-"oI par kilogramme d
poids du malade, dtermine la disparition des spirilles de la circus
lation, en quatre six heures, et provoque la chute de la tempra
ture au plus tard en vingt heures;
2 Dans quatre cas sur quatre, la destruction des spirilles fu
complete, leur disparition dfinitive, la gurison radical ;
3 Des doses plus petites, correspondent respectivement oroo,
et ogroo8 par kilogramme de poids, injectes dans les mmes condi
tions, dterminent galement la strilisation du sang, mais celle-c
n'est que temporaire. La destruction des spirilles est incomplt,
et des rechutes se produisent;
4 L'intervention mdicamenteuse, au course d'une rechute
parat galement active, mais de nouvelles observations ici son
ncessaires. Dans un seul cas o il existait une reaction mninge
l'administration du salvarsan a paru exercer une action nettemen
favorable sur cette manifestation, qui, Si elle n'a pas disparu brus
quement, s'est pourtant attnue graduellement partir de l'inter
vention;
5 Dans tous les cas traits, l'introduction directed de la solution
mdicamenteuse dans le sang, en pleine priode fbrile, fut biei
supporte et ne fut suivie d'aucune reaction dsagrable.
De nombreuses publications concernant le traitement des fivre;









- 27 -


rcurrentes dans diverse parties du monde ont suivi la premire
communication d'IvERSEN qui concernait l'infection produite chez
l'Homme par le spirille d'OBERMEYER.
IVERSEN (') indique comme dose strilisant le sang ogrzo, o0r25
ou ogr50 de salvarsan. HERMANT (2), MOUZELS (3) et LEGENDRE (4),
qui ont trait de nombreux cas de rcurrentes en Indo-Chine,
donnent galement comme dose curative o02zo d'arsnobenzol;
CONSEIL et BIENASSIS(5), dans le nord de l'Afrique, ont d employer
jusque 'oo008 de 6o6 par kilogramme de poids, pour obtenir la
disparition durable des spirilles du sang de leurs malades. D'aprs
ce que nous avons pu observer, ces doses sont insuffisantes pour
gurir un accs de Tickfever : il faut, pour juguler chez l'Homme
l'infection produite par le spirille de DUTTON, ogroi de 6o6 par kilo-
gramme de poids, inject dans la veine.
LEVADITI (6), qui a tudi le mcanisme de la gurison mdica-
menteuse des maladies spirilles, arrive la conclusion qu'il
existe un moment optimum pour l'intervention thrapeutique; ce
moment est celui qui prcde immdiatement la crise naturelle.
La connaissance de cette notion du moment le plus favorable pour
intervenir par le salvarsan, permettra peut-tre d'obtenir des effects
curatifs avec des doses infrieures ogroi par kilogramme de poids.


(') JULIUS IVERSEN, Mnchener medicinische Wochenschrift, 1910o, no 33.
(2) HERMANT, Note sur la fivre rcurrente dans la province de Ngh. (Bull. de la Soc.
md. el chirurg. de l'Indo-Chizne, I912, vol. III.)
(3) P. MOUZELS et NGUEN-XUAN-MAI, Note sur 373 cas de fivre rcurrente, traits
au lazaret de Hano par le 606 au course de l'anne 1912, du Ier janvier au ier juin. (Ibid.)
(4) LEGENDRE. Traitement de la fivre rcurrente par l'arsnobenzol. (Bull. de la Soc. de
Pathol. exotique, juin 1912 )
(5) CONSEIL et BIENASSIS, Traitement de la fivre rcurrente par le no-salvarsan d'Ehr-
lich. (Bull. de la Soc. de Pathol. exotique, juillet 1912.)
(6) LEVADITI, Intervention de l'organisme dans la gurison mdicamenteuse des mala-
dies spirilles. (Bull. de la Soc. de Pathol. exotique, juillet (912, n 7.)



















CHAPITRE II.

Observations concernant la Trypanosomiase humai

Au course de son voyage, la Mission s'est attache dtermi
la rpartition de la maladie du sommeil et des Insectes pique
dans les rgions que traversait son itinraire; une fois tabli
Sankisia, en possession des animaux d'exprience ncessaires, n
avons pu nous occuper de rechercher si, dans les conditions clii
triques existant au Bas-Katanga, la Glossina morsitans pou,
jouer un rle dans l'tiologie de la Trypanosomiase humane
au Trypanosome Gambiense.
La rpartition des Glossines et des divers Insectes pique
sera traite in extenso dans un chapitre special; si nous signal
ici la presence de ces Diptres, ce sera sans insisted sur les cor
tions biologiques dans lesquelles ils vivent.

I. RPARTITION DE LA TRYPANOSE HUMAINE LE LONG
FLEUVE CONGO, depuis Lopoldville jusque Basoko, et d
quelques postes de l'Etat jusque Kasongo (avec certaines rerr
ques concernant la prophylaxie de la maladie) (octobre 191o)

Depuis longtemps, les postes de bois rpartis le long du flei
en amount du Stanley-Pool sont reconnus come des foy
intense de Trypanose; nous-mmes, tant Lopoldville, av,
pu reliever parmi le personnel de ces postes jusque 50 /o d'infeci
Partout les Glossines y abondent.
Depuis 1907, des measures spciales pour combattre la mala
y avaient t appliques; on s'tait efforc d'amliorer les cor
tions matrielles de ces travailleurs; leur salaire et la ration












- 29 -


mentaire avaient t augments et des dboisements prescrits. En
mme temps une grande parties du personnel avait t examine au
point de vue Trypanose, et les nouveaux arrivs subissaient
en gnral, avant la signature de leur contract de louage de services,
un examen medical qui cartait les malades.
Le tableau III rsume les rsultats de l'examen, au point de vue
Trypanose, de 837 individus habitant ces postes. Dans la colonne
d'observations, nous avons annot les remarques que nous a sug-
gres une inspection rapide de ces diffrents endroits.


Tableau III.






NOM DU POSTE. -o . .0 ~ Observations.


NOM~~~~~l DUPSE Q( bevtos


Maluku.
d' 38 12 2 5.2
S16 I 0 -


Lisha.
ci



Kunzulu-Poste n 12.




Enfants.


Kwamouth.
o"

2


I9

9



32
II


8

3



12

I


0
1


5 --I -


Dans ce poste, il y a des Glossina
palpalis en permanence.





Idem.






Idem.


La rive a t dboise sur une
grande tendue du ct du Congo,
mais non vers le Kasa. Le per-
sonnel se baigne 30 mtres de
l'endroit bois.













- 30 -


0. 3 0
r.- -ciw
co n 0c j
'nE '0c c'a 2

NOM DU POSTE. M n .n ( Observations.
S r E' E z
O~ O~ P
O o
o n > I
_


Imbali.

o.



Enfants.


Sandybeach.

dl 22 6 4 8.

9 5 -


Bolobo.

od

9

Enfants.


Mistandungu.





Enfants


Yumbi.

o'


Poste page 34.






Lukulela.

o*

9


20

6

2




3I

3

2


Io


22.5


34 9 z 5.8


40

10



i63

28


12

I


2
I


37 6

5 2


5






3.6

7.I


La rive au niveau du poste est lar-
gement dboise; la source o
le personnel va puiser l'eau
potable est situe sous bois et
est infeste de palpalis.





Dboisement insuffisant.







Idem.








Idem.






Idem.



Il faut ajouter un Europen infect.
Depuis fin mai 1909 jusqu'au
4mai 19 10o, c'est le troisime blanc
que nous avons trouv trypanos
entire Lopoldville et Irebu.




Dboisement insuffisant.












- 31


o '00o '015 <

NOM DU POSTE. Observations.
NOMll DU POSTED. .Z r,,
o0 Om o0 3

i-, 1
^g ^ (
______ 1 ^ __________


N'Gombe.


Inkengo.





Enfants.


Ukaturaka.

o' et


Bubunga.




Enfants.


Total.





Enfants.


35

14




62

31

20


12

4




20

7


4

I




4
T


11.4

7.'




6.4

3.8


63 24 6 9.5


I7

4
2


837

562

i66

46


9


I


245

189

32

4


2



I


82

60

12

I


11.7


50.0


97 /oo

16.7 /o

7.200
2.3 0/


Reoit constamment des Glossines
que lui amnent les bateaux, sur-
tout ceux venant du bas.






Dboisement insuffisant.





La proportion 9.5 O/o est infrieure
la moyenne, qui est certaine-
ment plus leve.





Dboisement insuffisant.







Pour le diagnostic, une seule ponc-
tion d'un des ganglions enigorgs
du cou a t pratique.


La proportion de 9.7 %/ d'infects ne correspond pas la ralit :
le pourcentage rel est plus lev; d'abord, parce que dans les
conditions o nous avons pu faire nos examens, nous avons d
nous borner une seule ponction des ganglions pour poser le dia-
gnostic; ensuite, parce qu'il faut tenir compete de ce que les
malades, arrivs la deuxime priode et prsentant des symptmes
manifestes de la maladie (somnolence ou folie), sont maintenant









- 32 -


rgulirement dirigs sur les lazarets les plus proches. V'autr
part, parmi ces 9.7 /o de personnel infectes, toutes n'ont pa
contract la maladie dans les postes riverains mmes; un certain
nombre d'entre elles taient malades avant leur arrive dans ce
stations.
Nous reviendrons plus loin sur ce fait.
Ainsi, malgr les efforts continues de dboisement et d'puratio:
qui durent depuis trois ans, la Trypanose continue svir intense
le long de la rive du fleuve. On serait tent d'en conclure que le
measures prises sont inefficaces et par l mme inutiles. En ralit
les measures dictes par le Gouvernement n'ont pas t bien ex
cutes ou ne l'ont t que partiellement.
D'une faon gnrale :
I Les dboisements sont incomplets;
2 L o ils sont suffisants, on a nglig de rechercher les gte
Ts-tss qui sont frquents par le personnel, tels les endroit
o il va chercher l'eau potable;
3 Constamment les chefs de postes pouvant encore engager de
hommes sur place introduisent dans leur personnel des infects
Ils entretiennent ainsi l'infection dans leurs postes non suffisam
ment dboiss et rendent illusoires les efforts des mdecins, qui ni
peuvent examiner qu'une parties du personnel ;
4 Entre les diffrents postes de la Colonie existent des agglom
rations indignes, sur la rive mme du fleuve ou une petite distance
de celui-ci. Ces populations sont infectes et n'ont jamais effect<
le moindre dboisement.
Nous devons insisted maintenant sur la situation particulir
dans laquelle vivent certaines populations des Bangala et d(
l'Aruwimi. Nous n'avons pu examiner, come nous l'aurion;
voulu, certaines agglomrations assez importantes qui existen
dans le district des Bangala, entire Nouvelle-Anvers et Bumba
Parmi le petit nombre d'indignes d'Ukaturaka n I exa
mins, le chiffre d'infects tait de 9.5 %/. Ces population
vivent dans des conditions d'hygine absolument dplorables ei
disparatront.
Dans les environs de Lisala existent des groups important d(
villages. Ici le dboisement pourrait tre fait sans trop d'efforts









- 33 -


sur toute l'tendue de la rive. Partout entire les groupements de
villages persistent des bouquets d'arbres abritant les Glossines; en
les supprimant, on ferait disparatre les palpalis des villages et on
sauvegarderait certainement la vie un grand nombre d'individus.
A N'Dolo village et dans toutes les agglomrations indignes jusque
Bumba, la situation est identique; les dboisements, ou bien ne sont
pas faits, ou bien sont faits sans la moindre mthode et sont tout fait
insuffisants. Plus vers l'est, les villages de Malema, Bassomela et
Yakasa, appartenant au district de Basoko, sont tous fortement
atteints.
Pour sauvegarder ceux de ces indignes non encore infects, on
devrait les runir en quelques grandes agglomrations.Un mdecin,
tabli au centre de ces agglomrations, pourrait veiller ce que
les rglements sur l'hygine y soient observs et crer un village
sanitaire o il pourrait traiter sur place les individus encore
susceptibles de gurison. Les incurables peuvent tre dirigs sur
Barumbu.
La maladie avait atteint, au moment de notre passage, Yasaka,
situ trois heures de Barumbu. A Basoko, il y a eu, au dire du
mdecin du poste, quelques rares cas. Heureusement ici lapalpalis
est rare; les rives habites sont dboises et le sol argileux est peu
favorable la pullulation de la Tsts. Plus en amount, ds qu'on
arrive aux premires agglomrations des Lokele , on remarque
que les dboisements sont plus important, mais ils continent
tre non rationnels. Comme Lisala, des bouquets d'arbres per-
sistent entire les agglomrations. Cette situation reste la mme
-jusque tout prs de Stanleyville. Ici de srieux efforts ont t
tents, mais ils devront tre continues pour donner les rsultats
qu'on pourra en attendre.
Rsumant nos observations pour ce qui concern les postes de
l'tat et les villages indignes situs entire Lopo.ldville et Stanley-
ville, nous n'avons constat qu'exceptionnellement des dboise-
ments suffisants et rationnels; les indignes ne dboisent pas, et
dans les stations de l'tat les dboisements sont imparfaits et non
systmatiss. Nous savons que depuis notrepassage, cette situation
s'est beaucoup amliore; le gnreux subside que Sa Majest le
Roi vient encore d'accorder au Service de l'hygine permet d'aug-










- 34 -


menter les brigades sanitaires, les dboisements pourront tre
complts, et l'on peut esprer mettre, du moins localement, les
populations l'abri des piqres constantes des Glossines.
Les remarques que nous venons de formuler peuvent se rpter
pour le bief Ponthierville, Kindu et Kibombo-Kassongo.
Le tableau IV donne les rsultats de l'examen du personnel
noir de Ponthierville et de la mission catholique de Vieux-
Kasongo, postes qui sont indemnes de Glossina palpalis. Le
nombre de malades y est infiniment moins lev que dans les
postes de bois le long du fleuve.


Tableau IV.




.M a O i
eu a M


NOM DU POSTE. 3 Obserrations.
O O O
OO
a e,


Ponthierville :
Force publique



Travailleurs de la
Station




Indignes du village en
face de Ponthierville
o"

Indignes de divers vil-
lages le long de la rive
prs de Ponthierville


Femmes et enfants des soldats. La
seule femme malade appartient
un soldat qui a voyag dans
diffrents postes de la zone.







Dj DUTTON et TODD avaient
observ que ces populations
taient restes indemnes, lors
de leur passage en 1904-1905.










- 35 -


NOM DU POSTED ) 0O
S> C S-

0 a 0~ i 0
*0) O 0>

CO _
-o>,


Mission catholique
de Vieux-Kasongo
Adultes e'
Enfants od


TOTAL


2


4.4 0/oo


Le gamin infect venait de la mis-
sion de Mirambo, supprime
cause de la maladie du sommeil.


2. RPARTITION. ETIOLOGIE ET PROPHYLAXIE DE LA MALADIE
DU SOMMEIL DANS CER [AINS'DISTRICTS DU BAS-KATANGA.

HISTORIQUE. La pr mnire constatation scientifique de la
Trypanosomiase humaine au Katanga fut faite la fin de 19o6 par
le Dr YALE MASSEY, mde in attach la socit Tangayika Con-
cessions.
Dj fin 1904, DUTTON e TODD avaient constat l'existence de
la maladie Kabinda au n rd-ouest du lac Kissale; cette poque,
les gens originaires de cette dernire region taient encore indem-
nes, mais nous devons fair remarquer qu'au lac Kissale mme, il
n'existe pas de Glossina pa palis, et nous admettons volontiers que
les populations riveraines l lus en amount vers Bukama et Kayem-
ba, sur la Lufira, taient cj partiellement atteintes. La'grande
mortalit n'clata toutefois ;hez elles qu'en 1905-19o6; c'est la fin
de cette anne que le Dr Y LE MASSEY constata Ruwe, chez des
indignes venus du nord, u cas de Trypanosomiase. Il fit ensuite
quelques recherches chez 1 s riverains du Lualaba, qu'il ne descen-
dit gure au del de Bukama.
Au moment de son passage Mazangule (Kalule sud), les popu-
lations taient encore sauves, mais au village de Tengalouzi, en









- 36 -


face de Bukama, il ne trouva pas moins de 8o /o de malades (ce
diagnostic est bas uniquement sur la palpation des glandes
typiques).
En 1907, le Dr S.NEAVE, accompagn de son fils, M. S.-A. NEAVE,
entomologist, explore la plus grande parties du pays au point de
vue maladie du sommeil, et dressa la carte de la rpartition des
Glossines le long des grands course d'eau du pays. Aprs lui,
PEARSON examine une parties du course suprieur de la Dikulwe, et
plus tard le Dr STOHR tudia la rpartition des Glossines et de la
maladie le long de la Lufira et de la Fungwe.
Les mdecins du Comit special qui administrait cette poque
le pays, ne restrent cependant pas compltement inactifs, mais
leurs rapports ne furent jamais publis. Ce ne fut vraiment qu'aprs
la reprise du Congo par la Belgique que le pays fut rorganis
administrativement, et que le service medical renforc put dployer
une grande activity.
Il est difficile actuellement de dterminer d'une faon prcise
par quelle voie la maladie a t introduite d'abord dans le pays.
La conqute du Katanga a t faite au moyen de soldats indignes
d'autres rgions, parmi lesquels il a pu se trouver des hommes
malades, et les garnisons qu'on a d y entretenir depuis ont cer-
tainement contribu rpandre l'pidmie; d'autre part, les por-
teurs et les travailleurs des rgions l'ouest du Lualaba, employs
autant par les particuliers, que par les gouvernements, compor-
taient un certain nombre de malades qui ont colport le virus;
enfin il existait des relations commercials entire les indignes de
Kabinda et ceux du fleuve, et c'est l une autre cause de la disper-
sion de la maladie.
Celle-ci a pu s'tendre rapidement le long des grands course
d'eau, Lualaba, Luvua, Luapula et Lufira, qui taient les grandes
voies de communication frquentes, et don't les rives sont habi-
tes, sauf en quelques endroits, par la Glossina palpalis.
Les riverains des affluents secondaires, don't certain ne sont pas
habits par les Glossines, se sont ensuite fort irrgulirement con-
tamins. Depuis le commencement, de l'anne I9II jusqu'en
aot 1912, la Mission a pu tudier l'extension de la trypanosomiase
humaine le long du Lualaba, depuis Kongolo jusqu' Fundabiabo,









- s/ -


et le long de ses affluents, la Fungwe, les Kalule et la Lubudi.
L'un de nous a, de plus, pu refaire une parties de l'itinraire de
S. NEAVE sur le Luapula suprieur et s'est assui que les limits
de la Glossinapalpalis ne s'taient pas modifies depuis le passage
de l'observateur anglais.

A. Rpartition de la maladie.

i. Le long du Lualaba, entire Kongolo et Fundabiabo, la maladie
svit avec une intensit fort variable.
De Kongolo Ankoro, les rives sont peu peuples, et dans les
villages o nous avons pu faire quelques rapids examens, nous
avons reconnu des porteurs de ganglions typiques en petit nombre.
Si l'on peut se fiber au dire des indignes, la maladie du sommeil est
2n dcroissance, mais elle a fauch terriblement dans leurs rangs.
Les palAalis, sans tre nombreuses, existent partout le long des
bouquets d'arbres ombrageant la rive, et dans la plaine abondent les
morsitans.
En amount d'Ankoro, vers le lac Kissale, les populations devien-
nent beaucoup plus nombreuses, leurs villages ,sont en gnral
?lacs i kilomtre ou plus en arrire de la rive qu'elles ne frquen-
tent que pour pcher; les bords du fleuve ne sont boiss que par
endroits, la Glossinapalpalis y est relativement rare.
Nous n'avons pu examiner ces indignes lors de notre pas-
sage sur le fleuve; l'un de nous, qui est remont pied de Kikondja
i Ankoro, a fait quelques examens insuffisants, mais il rsulte des
recherches du Dr RAYNAUD, du service medical, que dj prs de
io O/o de ces noirs sont infects.
D'aprs nous, c'est la raret relative des Glossines, dtermine
par la pauvret de la vgtation le long des rives du fleuve et sur-
:out l'loignement des villages du bord de l'eau, qui a prserv
-es peuplades de l'invasion pidmique du flau, tel qu'il a svi
chez les populations habitant plus au sud.
Lorsqu'on se rapproche de la zone des lacs marcageux qui flan-
quent le Lualaba au niveau du Graben de Kissale, toute vgta-
:ion arborescente disparat et les eaux du fleuve coulent travers
l'immenses tendues de Papyrus, depuis le lac' Kabamba jusqu'au









- 38 -


lac Upemba; les Glossines y disparaissent compltement, et les
habitants de ces rgions marcageuses sont rests indemnes de la
Trypanose; on n'y trouve qu'un certain nombre de cas imports.
En amount du village Nyonga, situ la hauteur du lac Upemba,
lapalpalis rapparait, et les indignes ont tabli leurs villages au
bord de l'eau, dans des oasis de palmiers Elaeis qui croissent jusque
prs de Bukama, sur d'troites bandes de terrain surlev, baignes
. la saison des pluies par les eaux dbordantes du fleuve. C'est
parmi ces populations que la mortalit a t la plus grande; au
commencement de 1911, le dernier grand village, Ulunga, achevait
de mourir.
A hauteur de Bukama, l'aspect du lit du Lualaba change, le ter-
rain s'lve, des collins bordent les rives qui deviennent franche-
ment boises, les palpalis y pullulent. La plupart des agglomra-
tions riveraines et celles qui taient situes dans certaines les du
fleuve ont disparu ou sont fortement rduites jusqu' Fundabiabo
(observations des Dr" STOHR, GOESSENS et de nous-mmes). Plus
au sud de ce poste, en dessous du 10e parallle, l'pidmie a subi
un arrt et ne parat se propager que trs lentement (observations
concordantes des D's STOHR et GOESSENS), et l'on sait que la limited
mridionale de l'extension de la Glossina palpalis se trouve aux
gorges de n'Zilo (NEAVE).
2. La rpartition de la maladie du sommeil le long des deux
rivires Kabule a t tudie par le D STOHR, puis, aprs lui, par
le Dr GOESSENS. Nous-mmes avons parcouru une parties de l'itin-
raire du mdecin anglais et pouvons confirmer l'exactitude de ses
affirmations.
D'une manire gnrale, et sans entrer dans le dtail des
chiffres, la Trypanose a svi, l'tat grave, dans les villages fr-
quents par les palpalis en toute saison; les populations habitant
une certain distance de l'eau, tant relativement l'abri des
piqres des Glossines, ont beaucoup moins souffert. Les Glossines
habitent les rives des Kabule jusqu'aux endroits o ces rivires
descendent du Biano.
3. L'exploration des bassins de la Fungwe, de la Muanza et des
rives du lac Upemba nous a permis de constater les migrations
saisonnires des Glossina palpalis, le long de ces rivires, aux












- 39 -


endroits o elles sont bordes de grands roseaux; mais nous revien-
drons sur ce fait plus loin.
L'examen de 1,044 indignes nous donna les rsultats que nous
condensons dans le tableau suivant (tableau V).



Tableau V.



*g NOMBRE
NOM !E d'indignes .

de Observations.

LA REGION. Z"' z 0
FI


Kibanda (Fungw).

a0


Enfants.


Manda (Fungw).




Enfants.


Kisamba (Muanza).

d?


Enfants.


Chakuma (Limamka,
affluent de la Lufira).

o'


Enfants.


82

8o

50




3

9
Il




53
102

65





7
x6

6


2

I


7

7

3





4
i


4

4
2


Io
IO

7


15 o

68

4.6





67.0

6.o


Seize petits groups d'indignes. Ils
ont t dplacs par le Dr STOHR
des distances variables de la Fungw
et puisent de l'eau des puits. Ils
vont frquemment au Lualaba. Les
palpalis n'existent qu' certaines
poques de l'anne. Les morsitans
sont nombreuses.


Nombreuses palpalis prs de leur
ancien emplacement. Village d-
cim: en 1904, il comptait 5oo habi-
tants; actuellement, la population
total n'atteint plus 30o individus.




Dans le petit group de Kisamba
mme, environ 75 lo avaient des
ganglions typiques. Les palpalis y
existent la saison des pluies.






Pas de palplis; en relation avec les
populations infectes voisines.











- 40 -


-" 1NOMBRE

NOM E d'indignes j.

de g w Observations.

LA REGION. S os
a
*i4 a -&
.3 C
3 *" U


Butumba (Muanza).

oEnfant


Enfants.


Upemba (Lac).

Enfants.


Enfants.


Katalla.

Enfants.


Enfants.


________________________- .-i I


Total :




Enfants.


Pas depalpalis; mais ont des relations
avec les populations du fleuve, de
la Kisamba et de la Fungw.







Pas de palpalis; vont constamment
au Lualaba et'notamment Nyonga,
situ seulement six heures de pi-
rogue de Missa sur le lac Upemba.







Pas de palpalis ; les indignes vont,
en saison des pluies, en pirogue au
lac Upemba et de l au Lualaba.


Parmi ces sept agglomrations, les.quatre dernires sont situes
dans des rgions indemnes de Glossina palpalis, et les trois autres
occupaient, prs de la Fungwe, une station o les palpalis taient
nombreuses pendant toute l'anne.









- AI -


C'est aussi dans cette chefferie que la maladie a svi avec le plus
d'intensit.
Dans toute la contre existent des morsitans, et l'on est tent
de croire que cette mouche a jou un rle actif dans l'pidmie
qui existe Katalla et dans certain villages du lac Upemba et des
Butumba, mais il est certain, comme nous le ferons ressortir plus
loin, qu'un grand nombre de trypanoss vont s'infecter en dehors
de leur rgion.
4. S. NEAVE a fix la limited mridionale de la Glossina palpalis
sur la rivire Lubudi : la mouche y existe jusqu' 10040' latitude
sud, I,I134 mtres d'altitude; mais une exploration systmatique
vers l'aval n'avait pas t faite. Nous avons, au course d'un voyage
vers le sud-ouest du Katanga, touch la rivire en plusieurs points,
au nord de la limited sud de la Glossina palpalis, et nous avons
partout rencontr cette Tsts.
Le courant trs rapide du course d'eau ne permet gure la navi-
gation indigne que sur des tendues peu considrables, et c'est
grce ce fait que la Trypanose humaine ne s'est pas uniform-
ment rpandue parmi les populations riveraines. Celles qui habi-
taient prs de l'embouchure de la Lubudi, dans le Lualaba, jusque
Mukoko, ont fortement souffert. Au-dessus de Mukoko, entire la
Luina et la Lupwezi, nous avons examin un assez grand nombre
de petites agglomrations sans trouver de malades. Nous n'avons
pas pu visiter le grand village de N'Zazi, l'est de la Lubudi, qui,
parat-il, serait infect.
A l'ouest du Lualaba et de la Lubudi, et en dessous du 9 paral"
lle sud, les populations sont en grande parties pargnes par la
maladie; celle-ci recommence ses ravages sur le Sankuru ou
Lubilash, au niveau de Kayembe Mukulu, et s'arrte un peu au
sud de Wanika.
Nous rsumons dans le tableau VI ci-aprs (pp. 42-43), les
rsultats de l'examen de 1,809 indignes observs entire le Lualaba,
la Lubudi et le Lubilash.











t -'


ESPCES DE GLOSS
NOM DES VILLAGES existant

ou SITUATION GOGRAPHIQUE. dans la rgion.

DE LA RGION. G alpalis. .




Kalengwe. Ile dans le Lualaba, aux rapides de -
Kalengwe.

Konkwka. Six heures nord-ouest de Kalengwe. ?


Kabondo Quarante kilomtres ouest-nord-ouest -
(quatre villages), de Bukama.

Kalenge. A 12 kilomtres ouest de la Lubudi, -
la latitude de Kinda.

Groupe de sept villages. Sur le plateau sablonneux entire la
Luabu et la Luina.

Mukoko. Lubudi. au nord de son confluent avec + -
la Luina.

petits groups d'indignes. Sur la Lubudi, au sud de son confluent +
avec la Luina.

Kilenga. A une heure ouest de Lubudi, hauteur -
de Kinda.

De Monaiga Klo Sur la Lubudi, quelque peu au sud de -
(six villages), son confluent avec la Lupwezi jus-
qu' hauteur du lac Kinda.

it villages de Kinda vers Sur des sous-affluents de la Luina, de
Kayembe-Mukulu. la Luabu et de la Luamba.

Kalala. A la source Kanunga. Premier village -
de la chefferie Kayembe-Mukulu.

Kayembe-Mukulu. Confluent de la Luamba et de la +--
Lukamba.

Wanika. Sur le Sankuru, au sud de Kayembe. + -

Onze villages au sud de Prs des sources du Lubilash, qui -
Wanika. forment d'immenses marcages.












- 43 -


NOMBRE D'INDIGNES NOMBRE

examins, de malades.
OBSERVATIONS.

do 9 Enfants. a' 9 Enfants.


i7


10





21


82


5


25


20


55



153


19


49


21

130


55



725


Village rduit la moiti de ce qu'il tait ant-
rieurement.

Les indignes sont en relation constant avec
ceux du Lualaba.

Beaucoup d'indignes ont refus de se laisser
examiner.

Les indignes sont en relation avec ceux de
la Lubudi.

Les indignes ont fort peu de rapports avec ceux
de la Lubudi.

La plupart des indignes se sont enfuis.





Les indignes vont faire du portage jusque
Kambove.








Les indignes sont en relation constant avec
Kayembe-Mukulu.

Les indignes nous ont cach des malades.


12 9 -


r6 14 -


75 35 -



124 43 -


19 24 -


55 17 2 4


20 12 2 I

136 75 -


6i 45 -



693 391 22 4 7









-4


En gnral, dans toutes les rgions du Bas-Katanga que r
avons vues ou que nous connaissons par les rapports des mdec
l'existence et la propagation de la maladie du sommeil parais&
troitement lies la presence de la Glossina palpalis.
Sauf en quelques endroits, situs au sud du Ioe parallle
morsitans existe partout l'est de la Lubudi et du Lualaba, jus
prs de Kongolo. Sur les plateaux du Biano, cette Glossine 1
se rencontrer jusqu' 1,6ao mtres d'altitude, alors que, con
nous l'avons dit, la Glossina palpalis ne dpasse pas I,I40 mt
C'est un fait sur lequel NEAVE, mais surtout PEARSON, ont ai
l'attention, qu'au Katanga la Trypanose humaine n'a pas fai
progrs sur les hauts plateaux du sud.
Les cas de Trypanose qu'on rencontre dans des villages ta
1,200 mtrs sont des cas imports . NEAVE et PEARSOI
ont conclu que la Glossina morsitans ne transmettait pas la mal:
du sommeil au Katanga.
Depuis la publication de leurs rapports, des experiences
laboratoire, qui d'abord avaient t ngatives, ont prouv que c
des conditions favorables la morsitans peut devenir infecti(
pour le Trypanosome gambiese. Une srie de recherches fa
par ROUBAUD, KINGHORN et YORKE, et FISCHER ont mis en lum
que l'humidit et surtout la temperature sont deux facteurs imI
tants pour l'volution des Trypanosomes des Glossines.
Les causes de la non-infection des morsitans dans les rgi
du haut Katanga peuvent donc tenir, d'une part, la nature
l'insecte mme et sa biologie spciale, d'autre part, aux co:
tions climatriques dans lesquelles il vit.
Actuellement encore, la situation observe par les explorat(
anglais au Katanga ne parat pas avoir change. Nous n'avons
eu le temps d'examiner fond les populations vivant Muki
Kazari, Mbilika Bantu, Keuba, etc., mais quelques rapides pa
tions des glandes du cou, l'aspect mme de ces villages, les i
seignements fournis par les chefs, nous ont convaincus que la 1
panosomiase n'y est gure en progrs.
La progression de la maladie parmi les indignes des conti









-- 46 -


momentanment absente des rives de la Fungwe et habiter alors les
villages indignes distant de plusieurs kilomtres de la rivire.
Les populations de la rgion entourent leurs villages de fosss
profonds qui, dans les parties basses, ne se dsemplissent compl-
tement d'eau que vers la fin de la saison sche.
Sur les talus qui bordent en dedans ces fosss poussent des
euphorbes vivaces, des Ficus, ou de grands roseaux don't l'ombre
est suffisante pour abriter les palpalis.
Les agglomrations de Butumba, Katalla et des rives est du lac
Upemba vivent dans des rgions o la palpalis n'existe pas; la
morsitans, au contraire, y est frquente, du moins la saison sche.
SLa Trypanosomiase fait des victims parmi ces tribus, et certain
villages de l'Upemba et de Katalla ont disparu; les Butumba
restent les moins prouvs, mais dans l'ensemble ces populations
ont infiniment moins souffert que celles qui vivent au contact des
palpalis.
D'un autre ct, ces indignes ont des relations constantes avec
les villages Kisamba et Kibanda, ainsi qu'avec les gens du fleuve o
ils vont acheter de l'huile de palmne. La rive est de l'Upemba se
trouve six heures de pirogue peine de Nyonga, et d'aprs nous
il n'est pas impossible que des Glossina palpalis amenes du Lua-
laba aient habit temporairement les fosss de certain villages aux
bords de ce lac.
Il est remarquable que dans ces rgions les enfants paraissent
rester indemnes de la maladie : sur cent trente-cinq enfants que
nous avons pu examiner (voir tableau V), aucun n'tait atteint;
comme ils ne voyagent gure encore, ils n'ont pu s'infecter au
dehors.
Le long du Lualaba, la situation est toute diffrente: la palpalis
frquente les villages mmes, et les enfants, come les adults,
sont contamins dans la mme measure.
Prs du lac Kabwe, nous avons trouv l'emplacement de l'an-
cien village Kitompo Watura, abandonn cause de la maladie.
Ici non plus il n'existe pas de palpalis; les mnzorsitans, au contraire,
y sont franchement abondantes, mais de nouveau ce village est
deux heures et demie de la Fungwe et cinq heures d'Ulunga sur
le Lualaba.









/


* At, t' LiAJ tL l U f ILtj.I t i.i, t'Oi L Ul^ tJ0.tLt.j1iUmo LU
:isia, Yambamba et Likonzo (ancien Mlubende), dans une
re uniquement frquente par les morsitans. Les deux pre-
s groups prosprent; le dernier est en pleine dcadence; sur
Ldividus examiner, pas moins de 5 taient contamins; ces gens
eux aussi, en relation avec le fleuve, la Fungwe et les Kabule,
endroits infects de palpalis.
i rsum, nous ne sommes pas parvenus nous convaincre
- faon absolue que la Glossina morsitans joue un rle actif
la propagation de la maladie du sommeil au Bas-Katanga;
'le dans la nature ne nous parat que secondaire.
-xplication de ce fait doit tre cherche dans le mode de vie de
irsitans et dans la nature mme du virus gambiense.
morsitans, mouche de la savane, vit surtout sur les animaux;
rypanosome gambiense est avant tout *un parasite adapt
mme qui en constitute le rservoir de virus par excellence.
;st prouv que des antilopes peuvent servir de rservoir de
, dans la nature cette ventualit ne parat pas se raliser
,nt, et les auteurs anglais, qui ont tudi avec persvrance
question dans l'Uganda, n'ont about un rsultat qu'aprs
s nombreuses recherches infructueuses. Alors que dans les
-iences de laboratoire, la Glossina morsitans s'infecte aussi
ment que la Glossina palpalis, dans la nature, la premiere
:he ne fait que rarement son premier repas sur un hte porte-
;la second, au contraire, vivant de prfrence de sang human,
)at frquemment la premiere fois sur l'hte infect. Lorsque au
aire il s'agit d'un organisme virulent dans la mme measure
les hommes et pour les animaux, tel que le Trypanosome de
.sie, la Glossina morsitans s'infecte trs facilement, une
>rtion notable des animaux de la savane servant de rservoir
rus.
tuellement donc, dans la nature la Glossina morsitans ne
:pas dangereuse pour l'homme dans le Bas-Katanga, o la
lie du sommeil est occasionne par le Trypanosome gam-

cours de nos recherches sur la rpartition de la maladie dans
s-Katanga, nous avons trouv les populations l'est du fleuve











fortement infectes, alors que celles vivant l'ouest du Lual;
de la Lubudi sont peu ou pas atteintes.
D'un ct existent des Glossinapalpalis et morsitans,; de 1
ct, les Tstss font dfaut; ce qui dmontre clairement que
ces dangereux diptres n'existent pas, la Trypanosomiase hui
ne parvient |pas s'implanter. Il s'ensuit aussi que les infe(
par famille ou par case semblent sous la dpendance des pi
des Glossines.
C. Prophylaxie.

Au point de vue pratique, il rsulte des considerations qu
cdent que la lutte contre la maladie du sommeil au Bas-Ka
doit avant tout Iavoir pour objet : I de mettre les populati(
l'abri des piqres des Glossina palpa'lis infectes; 20 d'vite:
ces Glossines ne s'infectent, surtout dans les rgions e:
indemnes de la maladie, et 3 de prvenir l'introduction du vii
Rhodsie, qui serait rapidement rpandu par les nombreuses
sitans qui y vivent dans des conditions favorables la dispel
.de la maladie.
10 On peut arriver soustraire les indignes d'une contre :
te, habite par les Glossines revenues dangereuses, soit en d
ant les populations, soit en dboisant les endroits frquent
les diptres.
Les deux mthodes ont t employes, l'une dans l'Ug;
l'autre dans l'Afrique orientale allemande. Les deux proc
don't on s'est plu discuter la valeur intrinsque, peuvent
galement bons, suivant qu'ils s'adaptent aux conditions top
phiques des pays, et il est dans le Katanga des rgions o le d
cement des populations est une ncessit absolue alors, qu':
existe d'autres o le dboisement ou dbroussement ratic
permettront aux habitants de vivre l'abri des palpalis dans
planes fertiles; enfin, il est des cas o les deux mthodes do
tre appliques simultanment et se compltent l'une l'autre.
Nous estimons qu'en aval du lac Kissale jusque Kongolo
rives du fleuve peuvent tre rendues habitables sur de trs gre
tendues; de Nyonga jusque Bukama et mme jusque Fundab
i rO 1m1i -sifi nrN f 1 1nTrITr ntit ? 1s'.c, rixr -, A ?-n-ri- A A rlnl











ins des rgions indemnes de palpahis, ou bien, rassembles
grandes agglomrations, sur des emplacements d'o, par un
ement tendu, on a chass la Glossine.
s ne pouvons ici entrer dans le dtail des measures prendre;
.ncipes en tant tablis, on devra les appliquer d'aprs les
stances de lieu et de temps.
; des dplacements des populations, l'on devra tenir compete
lue les conditions climatriques ncessaires pour l'volution
,panosome gambiense chez la morsitans se trouvent ralises
-Katanga, et l'on devra viter de choisir les emplacements des
Lux villages dans les endroits frquents par ces dernires
es.
'our viter l'infection des Glossines, il faut supprimer les
)irs de virus.
oriquement, l'on obtient ces rsultats :
in empchant la circulation des malades;
n strilisant le sang des infects au moyen d'un traitement
>ri.
x qui se sont appliqus traiter des ngres trypanoss,
combien il est difficile de raliser l'isolement des malades
Ite une rgion, et combien un traitement prolong leur
le.
:prience a peu peu amen la suppression des lazarets
e measure prophylactique, sauf en certain endroits encore
.fects.
uiellement, l'on n'hospitalise plus, dans les lazarets, que les
es graves, et l'on traite en libert les trypanoss valides.
.a construction du chemin de fer reliant lisabethville et la
;sie au Congo a fait envisager la possibility de l'extension de
adie du sommeil vers le sud par le transport en wagon des
"na palpalis.
exploration du trac du future chemin de fer Bukama-
ove nous a montr que ce danger, s'il existe, pourra tre
par des dboisements au niveau des Kalule.
nombreuses relations qui existent entire le sud du Katanga
Zhodsie septentrionale doivent faire craindre l'introduction
us human de Rhodsie dans la province belge.











blisabethville et ses environs emploient une main-c
important originaire du territoire anglais et se nourrissent d
venant du sud ou de l'est. De plus, entire Kalonga et
existe une route frquente par les caravanes de Rhodsi
vont travailler aux mines de cuivre de l'Ouest; cette route t
une rgion morsitans. Nous considrons l'introduction du
nosona Rhodsiense dans le Haut-Katanga come trs p,
(Le Dr GoNZMIUS, Sakania, nous a dit avoir constat un
Trypanose chez un indigne de Serenj, prs de la
Kalonga-Sakania; ce noir n'aurait pas quitt la zone nzmo
malheureusement il est parvenu s'enfuir et son observation
plte n'a pu tre tablie.)
Afin de parer au danger, le Gouvernement a dtermi
points d'entre dans son territoire et v a plac des postes d
vation. Les Rhodsiens ne peuvent pntrer dans le Katan
munis d'un certificate medical manant des autorits angla
doivent subir en tout cas un nouvel examen la front(
passe-port medical est d'ailleurs rendu obligatoire pour toi
gne qui veut se dplacer en dehors de sa chefferie.
Ces measures, combines avec les efforts que fait le C
nement anglais pour limiter l'extension de l'pidmie,pour)
elles sont rigoureusement excutes, donner des rsultats.
Un nouveau rglement, coordonnant les measures prophvlai
pour combattre la maladie du sommeil, vient d'tre labor
bas sur l'exprience acquise tant dans la Colonie mme qi
l'Uganda et l'Est allemand. Le pays est en voie de rorgan
complete; le cadre mdical, tout en restant incomplet, a t
tement renforc, les brigades sanitaires ont t augment
lutte se prsente dans des conditions telles qu'on peut e
empcher l'extension du flau et diminuer l'pidmie l c
existe. La question est d'un intrt vital pour le dveloppem
la rgion.









m


- SUR LA TRANSMISSION DU TRYPANOSOMA GAMBIENSE
PAR LA GLOSSINA MORSITAS (').

s experiences que nous relations brivement dans ce para-
e ont t faites au laboratoire tabli par la mission San-
par 906' de latitude sud, 30 kilomtres sud-est de
ma et du Lualaba, entire les valles de la Fungwe et de la
le -nord.
oique les nuits y soient en gnral fraches, la moyenne ther-
Strique maximum ne descend pas en dessous de 30 C., ainsi
e montre le tableau VIII ci-aprs, page 52, rsumant les
nations mtorologiques que nous avons faites pendant notre
r Bukama et Sankisia.
Sankisia mme, la Glossina morsitans existe seule. Cette
he, d'aprs nos recherches antrieures, transmet couramment
la rgion les Trypanosomes Cazalbo', dimor/phon, congo-
et Brtcei-Pcati.diz' (voir plus loin); nous avons donc t
s de garder tous nos animaux d'exprience dans des cages
es de toile mtallique, o ils taient l'abri des attaques des
titans de la savane.
Lir la determination spcifique de toutes les Glossines qui ont
:mployes au course de ces experiences, nous nous sommes
sur les caractres extrieurs des insects et sur la mnorpho-
des organes gnitaux externes des mles (classification de
STEAD).
Lir la dissection des glandes salivaires, nous avons adopt la
ode par la voie thoracique qui, avec un peu d'habitude, per-
le procder rapidement et donne le plus de chances d'obtenir
ngos frao-ments de tubes glandulaires intacts.
aus rsumons les experiences, sans entrer dans tous les dtails;
is seulement que toutes ont t faites au moyen de Glossina
itans issues de pupes nes au laboratoire mme.


1. ROD-HAIIN, C. PONS, F. VAN DEN BRANDEN et J. BEQUAERT, Essais de transmission
panosoma ganbiensc par la Glossina morsitans. (Bul!. Soc. patrol, exot., Paris, V,
ovembre 1912, pp. 763-770.)





Observations mtorologiques faites Bhkaq


TEMPRATURE TEMPERATURE
moyenniie absolute

MOIS. S E S =
3 3 "' msE
**> ~ ~ 'C L ^^ *. c c
' .: Eg CS.5 c I on
S~ S~ 5S C O v
EE

1911
Juillet: Bitnaiaii. 31,2 13.5 34,0 24-28 9,8 6
Aot : Biii,'aia (') 33,7 14.5 38 o 30 11,3 1-I5 .
Id. Sankisia 35,8 13,0 38,0 29 o10,0 14
September: Bnlnmai ('2 36,1 1T7,2 40,8 24 15,I 2 D
Id. Sankiia 37,3 16,8 40,5 22 12,8 2
Octobre : Sankisia .. 33,0 19,9 36,6 26 17,9 9 114,6
November : Sankisia 30,7 r,3 33.5 i8 16,5 2 750,5
Dcembre : Sankisia 31,7 19,5 35,2 19 17,7 i 80,8

1912.
SANKISIA.
Janvier .. 30,9 19 9 35,6 23 18.3 23 190,4
Fvriier. . . 30,3 2o,o 35,2 4 18,8 1 291,4
Mars . .. 32,4 19.7 35,8 27 17,7 28 220,7
Avril . . 34,4 18,9 36,8 18 16,5 3 77,2
Mai . .. 35,0 15,2 36,5 il io,6 25 O,o
Jluin . .. 33,6 12,2 36,0 8 7,8 28 o,o









- 53 -


Pour l'levage de ces pupes, nous avons suivi le procd de
KLEINE et TAUTE : les Mouches femelles, enfermes dans des rci-
pients en verre, taient nourries sur des chvres ou des babouins;
ces derniers animaux, trs dociles, offrent en outre l'avantage de
ne pas tre sensibles aux Trypanosomes qui infectent les morsitans
captures dans la brousse.
En tout onze essais ont t raliss avec des Trypanosomes pro-
venant de six malades diffrents; l'tude des deux virus qui seuls
ont donn des rsultats positifs nous a montr qu'il s'agit du
Trypanosome gambiense, type du Congo.
Dans les quatre premires experiences (srie A), les Mouches
ont fait leur repas infectant sur trois indignes atteints de Trypa-
nose; deux de ces malades taient arrivs la dernire priode de
l'affection; les parasites ont toujours t trs rares dans le sang de
leur circulation priphrique.
Au course de l'exprience 5 de la srie B, les nzorsitans se sont
nourries sur une Chvre infecte don't le sang n'a jamais montr de
Trypanosomes entire lame et lamelle, et dans les essais 8, 9 et Io,
constituent la srie C, sur un Chien et un Cobaye qui, eux, avaient
toujours des parasites, peu ou assez nombreux dans le sang; les
Cercopithques qui ont servi aux experiences 6, 7 et ii de la
srie D avaient galement des Trypanosomes plus ou moins nom-
breux dans leur sang.
Les premiers essais ont t faits en priode de fortes pluies, les
derniers en pleine saison sche.

*

SRIE A. Les morsitans font leur premier repas sur des
homes trypanoss.

EXPERIENCE I (virus SOKONE).
Du 14-11-12 au 4-III : 19 morsitans closent et sont nourries sur le malade
SOKONE, originaire de la Kalule nord;
SOKONE a prsent de trs rares Trypanosomes entire lame et lamelle le
14-II; certaines Mouches se sont nourries sur lui quatre fois. Du 5-III au
23-III (40e jour), ces Tstss se nourrissent sur une Chvre qui ne s'infecte
pas.












L'autopsie des 17 Mouches survivantes donna un rsultat compltement
ngatif.

EXPERIENCE II (virus SOKONE).
Du 22-11 au 6-II : 17 morsitans closent et sont nourries sur le malade
SOKONE; certaines Mouches se sont nourries sur lui trois fois.
Du 7-III1 au i -II elles se nourrissent sur un Cynocphale; du I2-11I jus-
qu'au 31 -III, sur une Chvre indemne qui ne s'infecte pas.
L'autopsie de toutes ces Tstss, pratique le I-IV (40 jour environ), donna
un rsultat ngatif.

EXPERIENCE 1II (virus MENGE).
Du 16-11-12 au 19-II, o10 morsitans font leur premier repas sur le trypanos
MENGE, originaire de Kulu sur le Lualaba. MENGE a prsent le 16 II des
Trypanosomes rares en plaque paisse. Les Mouches se sont nourries sur lui
chacune deux fois.
Du 20-II au 6-111, les Tstss se nourrissent sur un Cynocphale.
Du 7-111 au 25-II1, elles piquent le Chien Bokka , qui ne s'infecte pas;
ce chien, inocul plus tard avec du sang du malade KIAMOLEMBA, contract
la Trypanose.
L'autopsie des 9 Mouches survivantes au 39e jour montra une culture
intestinale de flagells chez une seule d'entre elles.

EXPERIENCE IV (virus SINDANO).
Du Io-IV-I2 au I9-IV, 46 morsitans sont nourries sur le trypanos
SINDANO, originaire de Manda sur la Fungwe. Les temperatures de ce
malade ont t continuellement fbriles pendant cette priode, et il a pr-
sent des parasites entire lame et lamelle le I3-IV et en plaque paisse
le i8-IV.
Du 20-IV au io-V, les Mouches se nourrissent sur un Singe cynocphale.
Du nI-V au 3i-V, les 35 Tstss survivantes piquent un Singe cercopi-
thque qui reste indemne de Trypanosomes.
L'autopsie des 26 Mouches qui vivaient encore le 3I-V et le i-VI montra
chez une seule d'entre elles une infection de l'intestin.

Dans les quatre essais de cette srie, 92 morsitans nes au
laboratoire ont fait leur premier repas sur trois hommes trypa-
noss qui ont montr dans leur sang de trs rares parasites.
79 Mouches ont vcu plus de vingt et un jours et 69 jusqu' qua-
rante jours; aucune d'entre elles n'a acquis le pouvoir de trans-
mettre la Trypanosomiase.


A










- 55 -


SRIE B. Les morsitans font leur premier repas sur une
Chvre infecte du Trypanosome de l'homme.

EXPERIENCE V (virus BASOKO).
Du 20-111-12 au 9-IV, 38 nmorsitans sont nourries sur la chvre Basoko ,
infecte de Trypanosomes provenant directement du malade BASOKO, origi-
naire de la Fungwe. L'animal n'a jamais prsent de parasites entire lame
et lamelle, mais a montr de rares Trypanosomes dans le 3e culot de la cen-
trifugation de io centimtres cubes de son sang, trois reprises diffrentes :
le I8-III, le I-IV, le 2-IV.
Toutes les Mouches se sont nourries quatre fois.
A partir du 2 1e jour jusqu'au 48e, elles piquent successivement deux Singes
cercopithques qui ne contractent pas d'infection.
L'autopsie des 26 Mouches restantes, la fin de l'exprience, faite les
47e et 48e jours, montra quelques rares flagells dans l'intestin de deux
Tstss.
*

SRIE C. Les morsitans font leur premier repas sur un Chien
et un Cobaye infects de Trypanosome gambiense par inoculation
de sang du malade KIAMOLEMBA, originaire du Lualaba.

EXPERIENCE VIII (virus KIAMOLEMBA).
Du I2-VI-I2 au I5-VI, 24 morsitans se nourrissent sur le Cobaye Kia-
n:olemba , don't le sang renferme pendant cette priode des Trypanosomes
assez nombreux.
Du I7-VI au 25-VI, elles se nourrissent sur Cercopithque n 9, qui reste
indemne.
Du 2()-VI au 5-VII, elles se nourrissent sur Cercopithque n. i, qui reste
indemne
Du 5-VII au 3I-VII, elles se nourrissent sur Cercopithque n 12, qui reste
indemne.
L'autopsie des Mouches mortes au course de l'exprience et des 2 survi-
vantes au 3I-VII ne montra chez aucune, d'entre elles un dveloppement
quelconque de flagells.

EXPERIENCE IX (virus KIAMOLEMBA).
Du I2-VI-I2 au I5-VI-I2, 26 morsitans se nourrissent sur le Chien
Bokka , don't le sang renferme pendant cette priode des Trypanosomes
assez nombreux.












Du I7-VI au 25-VI, les Tstss se nourrissent sur Cercopithque n i3, qui
reste indemne.
Du 26-VI au 4-VII, sur Cercopithque n 14, qui reste indemne.
Du 5-VII au 3r-VII, sur Cercopithque n 12, qui reste indemne.
L'autopsie des Mouches mortes dans le courant de l'exprience, et des
5 survivantes au 3r-VII ne montra chez aucune d'entre elles des flagells.

EXPERIENCE X (virus KIAMOLEMBA).
Du I7-VI-I2 au 25-VI, 33 morsitans font leur premier repas sur le Cobaye
Kiamolemba .
Elles se nourrissent ensuite sur Cercopithque n 16, jusqu'au 7-Vll; cet
animal reste indemne.
Du 8-VII au I6-VII, les Tstss se nourrissent sur Cercopithque N'Soko,
qui reste indemne.
Du I7-VII au 20-VII, sur Cercopithque n 17, qui meurt de diarrhe le
22-VII.
Du 2I-VII au 26-VII, sur Cercopithque n 18, qui reste indemne.
Du i-VII au Il-VIII, sur Cercopithque 11o 9, qui meurt de pneumonie le
I2-VIII.
L'autopsie des Tstss mortes dans le courant de l'exprience et l'examen
des survivantes le iS-VIII furent ngatifs.

Chez aucune des 83 m orsitans employes dans cette srie,
l'absorption de sang contenant des Trypanosomes n'a t suivie
d'un dveloppement quelconque de flagells. L'exprience 10 fut
faite la mme poque et dans les mmes conditions que l'exp-
rience positive i i de la srie suivante.

*

SRIE D. Les morsitans font leur premier repas sur les Cerco-
pithques infects de Trypanosomes humans.

EXPERIENCE VI (virus SINDANO).
Du 2I-IV au 29-IV, 28 morsitans se nourrissent sur Singe I, grand Cerco-
pithque, qui prsente ce moment de rares ou trs rares Trypanosomes
dans le sang. Chaque Mouche s'est nourrie trois fois.
Du 3o-IV au 9-V, elles piquent le Cercopithque 2, qui reste indemne, puis
du II-V au 8-VI, le Cercopithque 3, qui montre des Trypanosomes dans son
sang le iI-VI.


M 4,











57 -

l'intestin d'une seule d'entre elles. La dissection des glandes salivaires de
cette Mouche ne fut malheureusement pas faite; dans la trompe, il n'y avait
pas de parasites.
Si nous admettons qu'entre le moment de la piqre infectante et l'appari-
tion des Trypanosomes dans le sang des Singes sensibles il s'coule en
moyenne dix jours, nous pouvons dire que le Cercopithque 3 a t infect
le i-IV et que la morsitans infectieuse n'a acquis son pouvoir infectant
qu'aprs une priode latente de trente-cinq jours environ.

EXPERIENCE VII (virus SINDANO).

Du 3-V au I2-V, 45 morsitans se nourrissent sur un Singe (grand Cercopi-
thque i) qui prsente pendant cette priode constamment dans son sang
des parasites peu ou assez nombreux.


pour se no

y,>







lusieurs foi


qui montre des Trypanosomes dans son sang le 20- VI.
Le I2-VI, il reste 33 Mouches.
Du I3-VI au 2I-V1, elles se nourrissent sur Cercopithque 5, qui s'infecte
le 25-VI.
Le 2I-VI, il reste 31 Mouches; elles sont divises en deux lots, l'un de 15,
l'autre de i6 Mouches, se nourrissant chacun sur i Singe different.


Premier lot Deuxime lot .

15 Mouches piquent du 21 au 16 Mouches piquent du 21 au
26-VI le Cercopithque dents 26-VI le Cercopithque V. d. B. Ce
coupes ; ce Singe s'infecte le Singe reste indemne et les Mouches
29-IV. sont tues et autopsies les i-VII
et 2-VII.









- 8 -


Les Mouches du premier lot sont nourries ensuite jusqu'au 9-VII sur un
Babouin, puis divises en trois groups de 4 Mouches qui piquent 3 Cercopi-
thques diffrents.
Chaque Mouche, jusqu'au I7-VII, fait deux repas. Un seul de ces 3 Cerco-
pbithques s'infecta le 25-Vil.
Du 22 au 25, les 3 Mouches qui survivaient de ce lot infectant sont nour-
ries sur un Babouin, puis elles font chacune un repas sur 3 Souris grises
le 29-VII. Une seule des 3 Souris s'infecta de Trypanosomes dix jours aprs
la piqre.
La Mouche C0 qui l'avait pique -fut tue au chloroforme le 9-VIII (soit le
nonante-deuxime jour aprs le dbut de l'exprience) et autopsiee.
Dans le tube hypopharyngien de la trompe nageaient 3 Trypanosomes
forms.
Dans l'intestin moyen existait un dveloppement de flagells, en ralit
peu nombreux; dans le proventricule, il n'y avait pas de Trypanosomes.
Les glandes salivaires montraient une infection trs ingale par places.
Dans les frottis faits avec des fragments de tubes salivaires, nous avons trouv
quelques Trypanosomes types du sang.
Des 27 autres Mouches autopsies avec soin (16 du second lot, puis les
il restantes du premier lot en dehors de la Mouche infecte des trois der-
niers groups de 4 Mouches), 7 prsentaient une infection intestinale plus
ou moins intense; aucune ne montrait de parasites dans les glandes sali-
vaires.

EXPERIENCE XI (virus KIMPUKI).
Du I3-VII jusqu'au i 9-VII, 8 morsitans closent et font leur premier repas
sur Cercopithque II, don't le sang renferme de nombreux Trypanosomes;
chaque Mouche fait un seul repas. Elles se nourrissent ensuite jusqu'au
21-VII sur Cercopithque n Io qui reste indemne, du 2I-VII jusqu'au ii-VIII
sur Cynocphale et du I2-VIII jusqu'au 21-VIII sur Cercopithque n I1; ce
dernier montre des Trypanosomes le 22-VIII. Divises en quatre groups de
2 Mouches, ces Tstss se nourrissent sur 2 Cobayes et 2 Singes; seul
i Cobaye s'inifecta, et l'autopsie des deux Mouches qui l'avaient piqu montra
chez l'une d'entre elles une culture intestinale de flagells et l'envahissement
par les parasites des glandes salivaires. Dans le tube hypopharyngien, nous
avons pu computer 7 Trypanosomes parfaits.
Des 7 autres Mouches de cette experience, 2 montraient une infection intes-
tinale de flagells, mais chez aucune d'entre elles les glandes salivaires
n'taient envahies.

Des 81 Mouches employes dans ces trois experiences, 63 ont
vcu au moins trente jours, et 3 sont revenues infectieuses, soit
une proportion de 4.76 0/, des Tstss survivantes.









59 -

Chez 12 de ces Insectes s'tait produite une culture permanent
de parasites, mais l'invasion des glandes salivaires, qui termine
pour le Trypanosome gzambiense le cycle volutif, ne s'tait ralise
que chez trois.

Conclusions et remarques gnrales.

L'tude du virus Kimpuki, continue en Europe, nous a montr
que comme le virus Sindano, il appartient au group du Trypano-
some gambiense, et nous pouvons conclure des rsultats obtenus
dans nos diverse experiences ce qui suit :
I A Sankisia, 30 kilomtres est du Lualaba, par 9o6' latitude
Sud, une altitude de 750 mtres, le Trypanosome ganzbiense peut
achever son volution biologique chez la Glossilna morsitans, et
celle-ci peut, par sa piqre, transmettre le Trypanosome aux ani-
maux sensibles.
Chez deux Gi. morsitans reconnues capable de transmettre le
Trypanosome human, les glandes salivaires taient envahies par
les flagells, mais il n'existait aucun signe de multiplication de
Parasites dans le tube proboscidien. Nous avons bien trouv, chez
deux Mouches sur trois, quelques Trypanosomes typiques nageant
dans le liquid de l'hypopharynx, mais nous les considrons come
des parasites provenant des glandes salivaires elles-mmes et qui
en sont sortis avec l'afflux de salive qui se produit lorsque l'Insecte
affam se dispose piquer; ils reprsentent, pour le Trvpano-
somegamzbiense, les Trypanosames salivazires de ROUBAUD et con-
stituent trs probablement les SEULES forces infectantes que la
Tsts dverse lors de sa piqre dans le sang de l'animal sur
lequel elle se nourrit ;
20 L'volution du Trypanosome gambiense chez les morsitans
aboutissant l'infection des glandes salivaires, ne s'est ralise
Sankisia que chez 1.7 0/. des Mouches. En effet, sur 294 morsitans
qui ont absorp lors de leur premier repas du sang de Mammifres
contenant des Trypanosomes gamzbiense en plus ou moins grand
nombre, 177 ont vcu quarante jours et seules 3 sont revenues
capable de transmettre l'infection par leur piqre. Mais, si nous
examinons sparment les rsultats de nos diffrentes sries d'essais.









- 6o -


nous voyons que c'est uniquement parmi les trois lots de Mouches
qui se sont repues d'abord sur des cercopithques-infects que se
trouvent les Tstss qui sont revenues infectieuses. Ce rsultat
peut s'expliquer partiellement par le fait que chez les Singes
malades, les parasites ont t toujours assez nombreux dans le
sang, mais il dpend galement, d'aprs nous, de la nature mme
des virus employs. Si nous ne tenons compete que des trois exp-
riences de la srie C, la proportion des morsitans qui sont deve-
nues capable de transmettre le Trypanosome human, atteint
4.76 o/o. Ce chiffre n'est gure infrieur celui obtenu par KLEINE
et TAUTE ('), au course de leurs premires experiences faites avec
des palpalis, et correspond exactement celui tabli plus rcem-
ment par KINGHORN et YORKE(2) pour le Tiypanosomes i-hodesiense
et les morsitans de la valle de Luangwa;
3 Pour autant que nos experiences permettent de le dterminer,
la dure de la priode qui s'est coule entire l'absorption des
Trypanosomes par les morsitans et l'apparition de leur pouvoir
infectant, a t respectivement d'environ trente et trente-cinq
jours, et dans l'exprience i, infrieure vingt-quatre jours.
Ces faits concordent avec les observations de BRUCE et ses colla-
borateurs qui, les premiers, ont signal les grandes variations que
pouvait subir la dure de l'volution biologique du Trypanosome
ganbiense chez lapalpalis, et que TAUTE a pu constater galement
chez la morsitans.
Faisons remarquer ici que, d'aprs les recherches de KINGHORN
et YORKE (3), l'volution du Trypanosome de Rhodsie s'effectue
beaucoup plus rapidement chez les Glossina morsitans, et s'achve
en onze dix-huit jours, dure sensiblement identique celle du
Trypanosome Brucei chez la mme Tsts;
4 L'accomplissement du cycle biologique du Trypanosome
gambiense chez la Glosszina morsztanzs n'est pas empch par
l'absorption rpte du sang de Cynocphale, animal qui est natu-
rellement rfractaire au Trypanosome human.


(') KLEINE et IAUTE, Ueutsche nied. Wochenschr., 22 juillet 19o9.
(2) A. KINGHORN et W. YORKi, Ann. of Trop. med. and Paras., 1912.
(3) A. KINGHORN et W. YORK, Loc. cit.









- 6I -


Nos experiences, faites prs de la valle du Lualaba, confirment
les rsultats obtenus par TAUTE au bord du lac Tanganika; elles
prouvent que dans les essais de laboratoire, les moirsitans peuvent
transmettre le Trypanosome gambiense, sensiblement dans les
mmes conditions que les Glossina palpalis. Il ne nous a pas t
possible de dterminer si dans la nature, au Bas-Katanga, les pre-
mires Tstss jouent un rle dans l'pidmie de Trypanose qui
y dcime la population. Nous avons bien trouv dans la rgion
un certain nombre de villages situs dans des endroits o n'existent
que des morsitans, mais il nous a t impossible d'tablir avec
certitude que les indignes malades que nous y rencontrions,
n'avaient point frquent les zones infectes depalpalis, qui ne sont
jamais bien loignes.
Il est problable que dans certaines agglomrations de la Fungwe
prs desquelles la Glossinapa/palis est trs rare ou absent, et les
populations trs prouves par la Trypanose, la morsi'tans, qui
y abonde, joue un rle actif dans la propagation de l'infection;
nous n'en avons pas acquis la certitude absolue.
Nous n'avons pas essay d'infecter des Singes en les faisant
piquer par des mors'tans captures dans la Savane; nous savions
que dans la rgion de Bukama, une forte proportion de ces Mouches
sont infectes des Trypanosomes congolense et Brucei et, pour
avoir des chances de succs, il nous aurait fallu pouvoir disposer
d'un nombre trs considerable d'animaux, ce qui n'tait pas pos-
sible ce moment.

4 -- CONTRIBUTION AU MCANISME I)E LA TRANSMISSION
DES TRYPANOSOMES PAR LES GLOSSINES (').

Les premires constatations de KLEINE (2) concernant les diff-
rentes forces de flagells qu'il a rencontres chez les Glossines


(J) J. RODHAIN, C. PONS, F. VAN DEN BRANDEN et J. BEOUAERT, Contribution au mca-
nisme de la transmission des Trypanosomes par les Glossines. (Archiv fiir Scih. uind Tropen-
Hyg., Leipzig, t. XVI, 1912, pp. 732-739.)
(2) Prof' Dr KLEINE, Weitere Untersuchungen iber die Aetiologie der Schlafkrankheit.
'Deztschle med. WYochcenschr., 22 juillet 1909 LE MME, Weitere Beobachtungen iber
l'setsefliegen und Trypanosomen. (Deutsche med. Wlochensch/r., i novembre 0oo0.)









- D2 -


avant dtermin, par leur piqre, des infections Trypanosomes
gambiense et Brucei, avaient conduit cet auteur considrer les
formes du type trypanosome du sang des Vertbrs comme le
stade final de ces parasites chez les Tstss.
En tudiant de plus prs les glandes salivaires des Glossina
palpal's infectieuses pour leTrypanosome gambiense, BRUCE et ses
collaborateurs (') avaient montr que le pouvoir infectieux de ces
mouches correspond avec l'apparition, dans les glandes salivaires,
de parasites du type gambiense tel qu'on le rencontre dans le sang
des Mammifres.
Une des conclusions de leur travail dit :
6 The type of trypanosome found in the salivary glands when
the fly becomes infective is similar to the short stump form found
in vertebrate blood, and is believed that this inversion to the
blood type is a sine qua non in the infective process.
Aprs leurs experiences, il ne pouvait plus gure rester de doute
que les Trypanosomes des glandes salivaires ne fussent en ralit
les parasites que les Tstss dversent dans le sang de l'animal ou
de l'homme lorsqu'elles les piquent. L'volution biologique du
Trypanosome gambienlzse chez la Glosszna palpahls, qui aboutit
finalement la rgnration du parasite type du sang, se passe
donc, aprs une phase intestinale, essentiellement dans les glandes
salivaires.
ROUBAUD (-), qui a tudi, chez diffrentes espces de Glossines,
des infections dues aux Trypanosomes Caza/boiZ, Pecanidi (B-r-zcezl)
et dilmzoiph/zon (sensu MESNIL et LAVERAN), appelle Trypanosomes
salivaires les parasites qui apparaissent dans le liquid salivaire
du proboscis et remplissent chez les Mouches infectieuses le
tube hypopharyngien; il considre ces formes salivaires come
tant les seules qui contaminent l'hte sur lequel se nourrissent les
Tstss.
D'aprs lui, le cycle biologique des Trypanosomes chez les


(') Reports of the Sleeping Sickness Commission of the Royal Society, n XI, p. 5o.
(2) ROUBAUD, Prcisions relatives aux phnomnes morphologiques du dveloppement
des Trypanosomes chez les Glossines. (Comptes renduts de l'Acadmie des sciences. Paris,
12 dcembre 1910.)











Glossina don't le terme final est la rgnration du parasite type
du sang, se passe, pour les espces qu'il a tudies, dans le pro-
boscis.
BRUCE, en inoculant des animaux sensibles des glandes
salivaires de Mouches doues d'un pouvoir infectant, a dtermin
des infections, et ROUBAUD, en injectant des trompes de Tstss
infectieuses, a galement obtenu des rsultats positifs.
Ces rsultats, tout en prouvant indubitablement la virulence des
organes que les exprimentateurs inoculaient leurs animaux,
manquaient toutefois de prcision rigoureuse, parce que, ct des
forces Trypanosomes types don't ils voulaient prouver le pou-
voir infectant, il v avait, aussi bien dans les glandes salivaires
injectes par BRUCE que dans les trompes inocules par ROUBAUD,
d'autres forces parasitairs; afin de dterminer d'une faon plus
exacte quelles sont rellement les formes de Trypanosomes que
dverse dans le sang, lors de sa piqre, la Tsts infectieuse, nous
avons fait piquer ces Mouches dans du sang extravas que nous
pouvions examiner immdiatement aprs que les Glossines s'en
taient repues.
Il est gnralement admis que les Tstss ne peuvent se gorger
que du sang qu'elles puisent directement dans les vaisseaux capil-
laires, artriels ou veineux, dans lesquels ce liquid se trouve sous
une tension dtermine.
STUHLMAN (') dit avoir vainement tent de faire absorber du
sang extravas par les Glossines qu'il a tudies, alors que les
Moustiques et les Stomoxes se nourrissaient aisment d'eau et
d'autres liquides.
Partant de ces faits, nous avons fait piquer des Glossina moorsi-
tans affames, travers une membrane permable leurs trompes,
dans du sang maintenu sous pression par la pesanteur.
Aprs quelques ttonnements, nous avons construit un dispositif
trs simple, sur lequel les Mouches ne nourrissent sans la moindre
difficult (fig. 7).


(') STUHLMANN, BeitrSge zur Kenntnis der Tsetsefliege. (Arbeilen aIs demII Kaiserlichen
Gcsundheitsaimtc, 1907.)


- (3 -










Sur l'ouverture infrieure d'un petit cylindre en verre de 3 cent
mtres de haut et de I centimtre de diamtre, nous tendons u
lambeau de peau frache, d'un animal quelconque (de prfrenc
Souris ou Rat, animaux qui ont l'enveloppe cutane trs mince e
souple), la surface dermique regardant vers l'intrieur la face poilu
vers l'extrieur.
}; ^ Sur l'ouverture suprieure nous adal
ST ii tons, au moyen d'un joint en caout
S'I chouc, une pipette gradue ordinaire
,, d'une con.tenance de i centimtre cubic
et portant des divisions de o, I cmiii.
I Le cylindre infrieur tant rempl
J .. ].e ...X ,,, ,-1 . .. + -- ,Z ^2 1' --










- 05 -


NUMROS Hauteur en millim. HAUTEUR VOLUME
es M q de la colonne sanguine, de la colonne du sang absorb
des Mouches qui de sang absorb en fractions
se nourrissent, au dbut la fin
du repas du repas en millimtres, de centimtres3.


I 65 60 5 0,046
2 60 55 5 0,046
3 55 50 5 0,046
4 50 45 5 0,046
5 45 37 8 0,057
6 37 35 2 o,oi8
7 35 30 5 0,046
8 30 25 5 0,046
9 25 22 3 0,027
10 22 20 2 o,o18,



A ce moment la limited infrieure de notre pipette gradue tait
atteinte et nous ne pouvions plus continue nos observations
dtailles sur le volume du sang qu'absorbait chaque Tsts. Afin
de dterminer la pression minimum ncessaire pour que les morsi-
tans se nourrissent, nous rduisons la colonne de sang dans le
cylindre infrieur successivement de I centimtre, puis '/2 centi-
mtre de hauteur.
Sous cette pression, les Glossina continuaient se gorger rapi-
dement, si bien qu' la fin de cette experience, o 24 Mouches
s'taient repues, la colonne de liquid pressant sur le tambour
cutan n'avait plus que 3"1 5 de hauteur.
Dans la suite, nous avons cherch mesurer plus exactement











encore ia timite ae ia pression a iaquelie un liquice coit etr
soumis afin que les Glossina zorsz'tans puissent s'en gorger. Nor
avons construct dans ce but un petit apparel trs simple (fig. 8
constitu par un tube recourb don't une branch est plus long
que l'autre; l'extrmit suprieure de la branch la plus court
lgrement largie, est recouverte d'un lambeau de peau frache d
Souris.

EXPRIENCE du 6-VIII-I912. Nous remplissons l'appareJ
de sang citrat, de manire que le niveau du liquid dans 1
branch longue libre soit I centimtr
au-dessus de celui du tambour cutan d
la branch court. Le sang, au contact de 1
peau, subit donc une pression correspon
dant une colonne de Io millimtres d
sang. Des moirsitans affames se nourrissen
alors s!ur l'appareil, travers la peau d
Souris. Les trois premires Mouches, ei
se gorgeant, ramnent la colonne sanguin,
suprieure 2 millimtres au-dessus di
tambour de peau. Quatre autres Tsts
se nourrissent ensuite rapidement, sans 1;
moindre difficult, et aprs leur repas b
FJi. 8. niveau du sang dans la branch longui
de l'appareil est descendu 6 millimtre:
en dessous de celui qu'il occupe dans la branch court, contre 1;
membrane cutane. Cette dernire tant impermable l'air, seul(
la pression atmosphrique agissant dans la branch longue main
tient le sang en contact avec la membrane. Les Mouches, poui
l'absorber, n'ont dvelopper qu'un effort faible, correspondani
au poids de la colonne de sang qu'elles aspirent jusque dans leui
abdomen.
En fendant la peau du tambour et en inclinant l'appareil, on peui
ramener les colonnes de sang au mme niveau dans les deu.
branches de l'appareil; mme dans ces conditions, les Tsts
continent se gorger travers la membrane cutane fendue, qui
repose simplement sur le liquid sanguin.


-- VJJ









-u/


-- ; -- ---- r~-- -" ^u- A^ A. 1--julu U JL J L3 L J J.t 0 CJLI 1L
les Glossina morsitans soit soumis une pression' positive pour
qu'elles puissent s'en gorger.
On doit se demander pourquoi ces Mouches n'absorbent pas du
sang extravas qu'on leur prsente comme tel dans un rcipient
non recouvert d'une membrane cutane. Nous croyons que le rle
de cette dernire est purement mcanique; qu'elle sert uniquement
guider l'effort de la Mouche, qui est habitue piquer travers
une paroi se laissant transpercer par sa trompe.
Quant la quantit de sang que les Tstss absorbent par repas,
la moyenne qui parat satisfaire leur apptit et distend largement
leur abdomen, est, d'aprs nos experiences (au course desquelles la
pression du liquid absorb a vari de i I centimtres 4,5 centi-
mtres), de 0,056 cm3 0,06 cm3. Certaines Mouches peuvent
absorber jusqu' o,o91 cm3, mais c'est l le maximum que nous
ayons observ.
Signalons aussi que nous avons pu faire absorber par des morsi-
tans du srum sanguin sans globules rouges, du sang contenant du
neutralrot en solution '/ ooo et de l'mtique de soude '/2D ooo.
Les Glossines prfrent le sang come tel, au srum seul don't
elles ne se gorgent que lorsqu'elles sont trs affames; le neutralrot
n'a pas paru les indisposer, mais l'mtique, mme ces solutions
trs tendues, a paru avoir une action nfaste sur leurs functions
digestives.

EXPRIENCE du 2i-V-I912 :
Quinze Mouches se nourrissent in vitro de sang de Mouton contenant
0 20 ooo d'mtique de Na.
Toutes les prcautions aseptiques ont t prises.
Les Mouches font un petit repas.
Une Mouche est autopsie aprs deux heures.
Le lendemain 6 Mouches sont mortes.
Les 9 qui restent se gorgent sur Cynocphale.
Le 23-V, une Mouche morte: sang de la veille non digr.
Le 24-V, une Mouche morte, sang d'il y a deux jours n'tant pas digr;
-t les 6 Mouches restantes se gorgent sur un Mouton.
Le 25-V, 3 Mouches sont mortes.
Les 3 autres Mouches survivantes sont en bon tat et tues pour autopsie.
Des 15 Mouches, ri sont mortes en quatre jours.









- 68 -


Nous avons remarqu plusieurs reprises que les Glossines
absorbent plus volontiers le sang lorsqu'il est chauff 360 et 37'
que lorsque sa temperature est plus basse. De mme quand les
Tstss avalent du sang dj contamin par un certain nombre de
bactries, la pullulation de celles-ci continue dans le tractus intes-
tinal et les Mouches.ne tardent pas mourir. Il imported donc, si
l'on veut nourrir in vitr'o les Glossines plusieurs fois de suite, qu'on
prenne quelques prcautions aseptiques.

*

Ayant russi faire piquer les moirsitans in vitro, nous avons
recherch quelles forces de Trypanosomes et quel nombre de para-
sites les Mouches reconnues infectieuses dversaient dans le liquid
don't elles se nourrissaient.
Afin de retrouver plus facilement les Trypanosomes, nous
soumettons le sang contenu dans le cylindre infrieur de notre
appareil la centrifugation fractionne, aprs que les Glossines
s'en sont repues.
Un premier essai, au course duquel 5 morsitans femelles, qui
nous servaient la ponte des pupes, se gorgrent de sang citrat de
Babouin, nous permit de retrouver dans le culot de la 3e centrifu-
gation de rares Trypanosomes types.
L'autopsie de ces 5 Mouches nous dmontra, chez celle qui
s'tait nourrie en premier lieu, une infection total dans le sens de
ROUBAUD, due au Trypanosome B-zcei (Pecaudii).
Nous avons pu, dans la suite, raliser une second experience
dans des conditions de prcision beaucoup plus grandes; nous la
relaterons un peu. plus longuement.
Au course d'un essai de transmission du Trypanosome Briucei
(Pecaundi) par des morsitans, nous avons isol une Mouche infec-
tante et nous avons fait piquer cette Tsts dans du sang extravas.
Avant de se nourrir in vitro, cette Glossine avait infect par ses
quatre derniers repas, successivement 4 Souris grises : la premiere
le 7-VI, la deuxime le I2-VI, la troisime le I7-VI, la quatrime
le 2I-VI.
Le 28-VI, elle se nourrit sur l'appareil rempli de sang citrat de








- 69 -


babouin, sous une pression de 19 centimtres, et fait un repas de
0,027 cm3. Nous centrifugeons sparment le sang contenu dans la
pipette et celui renferm dans le cylindre infrieur. Dans le pre-
mier liquid, qui nous sert de tmoin, nous ne trouvons pas de
parasites, tandis que le dernier culot de la cehtrifugation du second
renferme cette fois peu de Trypanosomes. Une numration
rapide, faite au moyen du compteur de THOMAS-ZEISS, nous done
1562 Trypanosomes que, par sa piqre, la inorsitans a dverss pen-
dantson irepas. Comme, au course du fractionnement du sang, par






c







a b
FiG.-9. Trypanosomes Bruicci Pecajidi : a) Types du sang
de mammiferes; b) Types salivaires.

les centrifugations successives, l'on perd toujours un peu de
liquid, ce nombre reprsente un minimum.
Ce qui nous restait de liquid du culot aprs cette numration et
la preparation de deux plaques, fut inocul sous la peau d'une
Souris grise qui s'infecta de Nagana aprs six jours.
Les parasites que nous avons trouvs dans nos plaques, fixes aux
vapeurs d'acide osmique et colories au Giemsa, sont bien en ralit
les trypanosomes salivaires qui remplissent chez la Mouche
infecte de Brucei-Pecaudi le tube hypopharingien (fig. 9).
Ils ont leur blpharoplaste situ en arrire du noyau et souvent









- 70


tout fait l'extrmit postrieure du corps don't le protoplasm
sans granulations, a une tendance se colorer avec une racti
acide.
Le noyau principal est situ dans la moiti postrieure du cor
qui, chez certaines formes, est largi manifestement. Compars a
Trypanosomes bruzcei du sang des Mammifres, ces parasites se
vaires sont notablement plus petits et s'en distinguent, premii
vue, par leur membrane troite et sans petites ondulations.
La parties libre du flagelle est en gnral court.
Alors que les dimensions du Trypanosome de la nagana varie
d'aprs les dernires mensurations de BRUCE (1), de 13 v. 3.
avec une moyenne de 23 li, les Trypanosomes salivaires qu'as
dverss dans notre appareil la nzorstans ne mesurent en moyei
que 16, 15 y en longueur, la larger au niveau du noyau tant
1,5 V-, la parties libre du flagell comptant pour 4,5 p.. (30 spcimr
mesurs.)
Les forces longues et troites peuvent atteindre jusqu' 2C
les forces petites n'avoir que ri [L.
A ct de ces flagells, nous n'avons rencontr, dans les di
rents culots du sang centrifug, aucun autre lment orgar
pouvant, par sa structure, rappeler un stade du cycle volutif d
protozoaire.
Il n'y avait dans le dpt de la dernire centrifugation, en deh
des Trypanosomes, que peu de globules rouges, de trs rares pe
lymphocytes et des plaquettes sanguines.
La Tsts infectieuse fut sacrifie le 2-VII fin d'autop,
elle prsentait une infection gnralise telle que l'a prci
ROUBAUD, c'est--dire que l'infection intestinale intense s'acc(
pagnait de l'infection complete de la trompe, don't l'hypophar
tait rempli de nombreux petits Trypanosomes salivaires; de n<
breuses forces leptonzonas grouillaient attaches au labrum.
Il est intressant de faire remarquer que, malgr notre in
tance, nous n'avons trouv dans le sang sur lequel s'tait nou
notre Glossine le 28-VI, c'est--dire quatre jours auparavw


(') The morphology of Trypanosoma gambiense (DUTTON). (Proceedings of the i
Snrcictv. dcembre 1GII.)









7I -


:uiine de ces dernires forces. Il n'y a d'ailleurs pas non plus
is nos plaques de Trypanosomes du type intestinal, qui sont
ilement reconnaissables leurs dimensions et leur aspect
lral.
,omine conclusion de notre experience, nous pouvons dire :
Que la Glossina mnorsitans, en se nourrissant in vz'itro sur du
g maintenu sous une pression correspondante une colonne
g19 centimtres de liquid sanguin, a dvers dans celui-ci des
ns de parasites reprsentant les Trypanosomes salivaires
remplissent son hypopharynx, et uniquement ces types de
sites;
Que ceux-ci, inoculs une Souris, y ont dtermin une
actionn Trypanosomes Brzcei et sont donc, en ralit, les
ne infectantes auxquelles aboutit l'volution biologique de ce
site chez la Tsts.
Totre experience confirm donc pleinement l'opinion mise par
auteurs qui se sont occups, dans ces dernires annes, du rle
logique jou par les Tstss dans les diffrentes Trypanoses
nales et humaines.
)es experiences .ultrieures pourront lucider ces divers points.
)epuis la publication de notre premire note, nous avons pu
- piquer in vitro une Glossina morsitans infectante pour le
pasonom- ,-,:--7bzense.
ette Tsts dtermina par ses piqres l'infection de 4 Cer-
ithques, et le 29-VII elle infecta une Souris grise au course d'un
lue repas.
e 31-VII, elle se gorge inz vitro sur du sang de Babouin, sous
pression de 4 millintres.
)ans le culot de la deuxime centrifugation du sang dans lequel
e Mouche avait piqu, nous avons vu frais un Trypanosome,
; nous n'avons pas pu retrouver les parasites aprs coloration.
e 3-VIII et le 7-VIII, nous renouvelons l'exprience; la
iche pique cette fois dans du sang human. En centrifugeant
i-ci, nous ne retrouvons pas non plus les parasites que la
ts y a dverss lors de sa piqre. Cette morsitans tait pour-
infecte; son autopsie, faite le 9-VIII, montra une infection
,aire et 3 Trvpanosomes forms dans le tube hvDoDharvnien.









- 72


Nous concluons de ces trois essais que le nombre de fori
virulentes des Trypanosomes que dverse dans le sang, lors de
piqre, la Glossina morsitans infecte de Trypanosomes g(
biense, doit tre relativement peu lev.
Cette experience est videmment refaire, mais elle nou
confirm dans l'opinion que nous avions dj exprime lors
notre premire publication, que le nombre de Trypanosoi
dverss par les Glossines, au course de leurs repas infectants, v;
d'aprs les espces de virus qu'elles transportent. Il est galem
probable que ce nombre sera sous la dpendance de la press
que subit le liquid dans lequel les Mouches plongent leur tron
et du temps qui s'coule entire leurs diffrents repas.









- '72 -


CHAPITRE III.

Trypanosomes et Trypanosomiases de grands
Mammifres.

Nous exposons dans ce chapitre les observations que nous avons
faites concernant la nature, l'tiologie et le traitement des diff-
rentes infections Trypanosomes que nous avons constates chez les
grands Mammifres domestiques et sauvages des rgions. que la
Mission a parcourues.
Pour viter toute erreur dans l'interprtation de notre termino-
logie, disons qiue, par l'appellation Trypanosome dimorophon-con-
golense, nous dsignons les parasites du type court, sans flagelle
libre, don't les forces troites rappellent les types trapus du Trypa-
nosome dinorphon sensu LAVERAN et MESNIL, pecorunz de BRUCE,
et don't les forces large et courts se rattachent au Trypanosome
congolense BRODEN ou nanumn de BALFOUR.
Ces quatre espces sont morphologiquement trs voisines, et s'il
est possible de diffrencier le Trypanosome dimorphon sensu
LAVERAN et MESNIL des autres flagells du mme group, par ses
longues forces atteignant 20 25 p. forcess qui, d'ailleurs,
font frquemment dfaut), il est impossible de distinguer, d'aprs
leur seule morphologie, les Trypanosomes congoZense et znannm.
Le caractre diffrentiel de ce dernier rside en ce qu'il n'est pas
inoculable aux petits animaux de laboratoire (Chien, Cobaye, Rat),
mais l'inoculation des Trypanosomes sans flagelle libre du Chien ne
russit pas toujours chez le Cobaye et le Rat, de sorte que, en
Afrique, o l'on ne dispose pas d'un nombre indfini d'animaux,
l'identification de parasites, morphologiquement trs rapprochs,
devient niionvpnt fnrt dliffirilp









-- 74 -


Le irypaiiosoine e la zvaganta, tei qu i a ete uecriL priinIlive-
nent par BRUCE et LAVERAN, est un parasite don't toutes les former
)nt toujours une extrmit de leur flagelle libre et qui se rapproche
)ar son aspect gnral du Trypanosome Evansi.
LAVERAN et MESNIL, dans leur rcent trait ('), reprennent leur
description primitive, alors que BRUCE (2) a sensiblement modifi
a sienne et fait du parasite qui porte son nom une espce
Limorphe. Comme tel, il prend place dans le group gambiense
t Pecanzdi, don't il est difficile de le distinguer morphologi-
luement.
Nous dsignons par trypanosome Brucei- Pecauidi les flagells
Limorphes, voisins par leur aspect du g-ambiense, don't on peut
.isment les sparer par leurs ractions biologiques. Nous aurons
)lus loin l'occasion d'insister sur certaines differences qui spa-
ent entire eux les Trypanosomes dits Brucei des Trypanosomes
Pecauidi.


I. TRYPANOSOMES ET TRYPANOSOMIASES DES GRANDS MIAM-
MIFRES DE LA RGION KIBOMBO, KASSONGO ET KONGOLO
(MANYEMA).

A. Trypanosomiases des animaux domestiques.

DUTTON et TODD ('), qui ont sjourn Kassongo en 19o05, y
ignalent la presence, chez le btail, du Trypanosome dimoiphion,
el qu'ils concevaient ce parasite encore cette poque. Au
moment de notre passage, le btail de cette station paraissait
ndemne de Trypanosomiase, mais nous avons trouv des infec-
ions chez des Boeufs qui avaient t -envoys Kibombo, la
lamba et Kongolo; elles relevaient, les unes de parasites du type
,azalboui, les autres du type dimorphon-congolense.



(') A. LAVERAN et F. MESNIL, Trypanosomes et Trypanosomiases, 20 dit. Paris, i912.
(') Trypanosoma Brucei (Plimmer and Bradfordi. (Proceedings of the Royal Society,
.ondon, vol. LXXXIII, 19ig10o.)
(') DUTTON, TODD et KINGHORN Cattle trypanosomiasis in the Congo free State
Innals of Tropical Medecine and Parasitology. Liverpool, 1907, p. 233.)









- 75 -


I Infections Trypanosomes dit type Cazalbouii.

A Kibombo, deux Boeufs venus rcemment de Nyangwe, ei
destination de Stanleyville, montraient dans leur sang des Trypa
nosomes ayant des movements rapides de translation et pr
sentant aprs coloration les caractres du type de l'espc(
Cazalbo ui.
Un Cobaye inocul sous la peau avec 5 centimtres cubes di
sang de l'un des gros animaux ne contract pas d'infection.

Nous avons retrouv les parasites du mme type chez quatr
Boeufs envoys de Nyangwe au poste de la Samba, situ 30 kilo
mtres l'ouest de Kassongo.
M. le vtrinaire MENEGAZZI avait fait le diagnostic microsco
pique de Trypanosomiase chez ces animaux partiess indemnes di
Nyangwe) aprs deux mois de sjour la nouvelle station.
L'infection tait du type chronique. Nous avons pu autopsier ni
animal mourant, que nous avons fait abattre : ct d'une macia
tion profonde et d'une anmie prononce, il existait de l'engorge
ment ganglionnaire, de l'hypertrophie de la rate, mais les suffu
sions sanguines sous-sreuses et sous-cutanes caractristiques de
formes aigus manquaient.
Les trois Boeufs survivants furent ramens prs de Nyangwe pou
y tre traits par l'mtique de Na.
Du 6-I-II au i -I (donc en cinq jours), les animaux reurent
Le n I : trois injections endoveineuses d'mtique de soude : 1<
6-1, Igr20; le 9-1, 1ig50; le II-I, Igro5
Le n 2 : trois injections sous-cutanes : le 6-1, Igr2o; le 9-I
2 grammes; le II-I, 2 grammes.
Le n 3 : deux injections endoveineuses : le 9-I, Igr50; le II-I
Igr50.
(Ce dernier Buf tait en mme temps infect de Trypano
somes du type dimorphon-congolense.)
Ce traitement fut support sans inconvnient par les trois ani
maux, et, d'aprs des renseignements que nous avons obtenus apre
notre dpart de la rgion, les btes taient en parfait tat di
sant huit mois aprs (en aot 1911).









- 76 -


Nous savons que le Trypanosome Cazalboui obit l'mtique, et
le rsultat de notre traitement est venu confirmer le diagnostic sur
la nature du parasite.
Un Agneau, un jeune Chien indigne, un Cobaye et un Singe
(Cericopithecus Schmizdti) furent inoculs respectivement avec 7, 5,
3 et 3 centimtres cubes de sang citrat d'un des Boeufs malades;
aucun de ces petits animaux ne s'infecta.
Devons-nous attribuer le rsultat ngatif de l'inoculation d'un
sang contenant peu de Trypanosomes un jeune Mouton, animal
rput trs sensible au Cazalboui, au peu de virulence du parasite
qui se traduisait dj par l'allure chronique de la maladie des
Beufs? C'est possible; mais nous avons remarqu plusieurs
reprises dj Lopoldville que des inoculations de Trypano-
somes Cazalboui, trs virulents pour le gros btail, ne dtermi-
naient pas toujours l'infection des Chvres ni des Moutons.

2 Trypanosomes duz type dimnorphon-congolense.

Un des Boeufs de la Samba montrait une double infection Try-
panosomes Cazalboui et dimorphon-congolense,; ces derniers para-
sites furent retrouvs par nous dans des plaques de sang colores,
provenant d'un petit troupeau de btail envoy de Nyangw Kon-
golo, o les animaux ne tardrent pas mourir tous l'un aprs
l'autre.
B. Trypanosomes d'animaux sauvages.

Nous rsumons au tableau X les quelques examens de sang que
nous avons pu faire chez des animaux sauvages, tus ou capturs
la chasse.
Ce tableau montre que chez une mme espce d'Antilope nous
avons pu dceler, par le simple examen du sang en couche paisse,
trois espces distinctes de Trypanosomes.
L'identification du Trypanosome Cazalboui chez l'Antilope har-
nache, tue prs de Nyangwe le 23-XI, fut poursuivie par l'inocfu-
lation de 2'm35 de sang un jeune Mouton et un Cobaye. Ce der-
iier animal resta indemne de Trypanose, mais le Mouton s'infecta,
iprs dix jours, de flagells du type Cazalbouiz, ce parasite fut ino-










77 -


ultrieurement un Singe cercopithque, un Chien et un
)aye qui tous restrent indemnes.
,es flagells du sang du Monton du type Cazalboui mesuraient
moyenne 25,2 l., don't 5,8 p. pour la parties libre de leur flagelle.
le grand Trypanosome que nous avons retrouv dans le sang du
agelaphus scripztus avait t vu dj par DUTTON et TODD ('),
rattachrent ce parasite au type Theileri;, il s'agit, en ralit,
Trypanosome dcrit plus tard par BRUCE (2) et ses collabora-
rs, sous le nom d'ingens.


Tableau X.


RSULTAT
=TES. LOCALITS. ESPCE ANIMALE. de l'examen du sang frais, en laque
colore tale et en couche paisse.

*XI-Io Kibombo. Tragelaphiis scriptus. Trypanosome type congolense.
-XI-io Nyangwe. Id. Trypanosome du type Cazalboui
et congolense.
XI-io Kassongo. Id. Trypanosome du type congolense
et ingcns.
XI-Io Lufubu. Cervicapra arundinnm. Ngatif.
XlI-io Kassongo. Id. Id.
Id. Id. Canis sp. chacal. Id.
Id. Id. Potainochacrzs porcus. Id.


.es dimensions de la plus grande forme atteignaient 96 p. de
gueur et 6 p. de larger au niveau du novau; celui-ci est situ
6 p. en arrire de l'extrmit postrieure et le blpharoplaste est
c immdiatement au-devant de lui. Le cytoplasme prsente en
nt du noyau les striations caractristiques dj figures d'ailleurs
DUTTON et TODD.



) DUTTON, TODD et TOBEY, Liverpool school of Tropical Medecine. .Mmoire XXI,
;mbre 190o6.
) BRUCE and Others, Reports sleep. Sickness Comm. Roy. Soc No X.











C. tiologie de ces Trypanosomiases.

Il est actuellement bien tabli que les Trypanosomes Caza/h
et congolense (= dimorphoin) sont transmis par les Glossina
palis et morsitans. La premire de ces Mouches existe prs
rives ombrages de tous les course d'eau dans le Manyma, et n
avons rencontr ct d'elle, Kibombo, Kassongo et Kongi
quelques rares Glossina brevzipalpis.
A Io kilomtres au nord de Kongolo apparaissent les Glossi
du group morsitans, reprsentes par la G. pallidizes, qu(
Dr Russo y a capture mlange des Glossina brevipalpis.
A Nyangwe, il n'existe pas de Glossines aux endroits frquei
par le btail qui y prospre; Kassongo (') mme, on capture i
fois quelques rares Glossina brevpal/pis dans les pturages qui n(
rissent les troupeaux; ds que les Bovids quittent ces stations
vilgies, ils s'infectent.
Nous ne connaissons encore rien de trs prcis concernant le i
que joue la Glossina bhevipalpis dans la transmission des Trypa
somiases, mais la presence des Glossina palpalis suffit expliq
les infections dues aux Trypanosomes Cazalboui' et congo/ense
nous avons constates dans le Manyma; les Antilopes constitu
les rservoirs de ces virus.
En dehors des Glossines, il existe Kassongo, Nvangwe
Kibombo des Stomoxes qui peuvent constituer des agents propa
teurs trs dangereux du Trypanosome Cazalbhoui parmi les tr
peaux.
Quant au Trypanosonza ingens, nous n'avons pu recueillir d
le Manyma aucun fait nouveau pouvant mettre sur la voie de l'ag
qui propage ce parasite.

2. TRYPANOSOMES ET TRYPANOSOMIASES
DES GRANDS MAMMIFRES AU KATANGA.

La province du Katanga s'tend du nord au sud entire les 5'
I2e parallles sud, avec au sud-est une pointe de terrain qui s'avai


(') Nous avons trouv Kassongo mme des Glossina palpalis le long de la Lamba, e:
I 'enhniArhl,,re re c +tte netite rilrire et 1e n-nnlt r1e rn1te i rper Vi ,.T cci fnn' n A.T- ITrT-









7Q -


;que prs du 14e parallle; de l'ouest vers l'est, son territoire est
mrpris entire 22" et 30 longitude est.
D'une manire gnrale, les rgions situes au nord du Io" paral-
e sud ont une altitude infrieure I,ooo mtres (sauf dans les
indelungu et Marungu); tandis qu'au sud de cette ligne, le ter-
n s'lve d'une faon uniform, de telle sorte que les plateaux
us au sud de io30' ont une altitude moyenne qui oscille entire
oo0 et 1,300 mtres.
Le climate des parties basses septentrionales est plus chaud et
is humide que celui des hauts plateaux du sud; en dehors des
uves, entire les accidents de terrain irrguliers, s'tendent de
stes marcages, et l'on y rencontre l'est les grands lacs Moro
Tanganika; vers l'ouest, la srie des lacs marcageux bordant
Lualaba au niveau du Graben de Kissale, et les marais d'o
coulent le Lomami et le Sankuru.
La Glossina palpalis pullule le, long des rivires jusque vers
40 mtres (') d'altitude; elle n'existe plus sur les hauts plateaux,
seule vit la Glossina morsitans, don't l'aire d'extension s'avance
.illeurs vers le nord jusque prs du 6e parallle sud. Il n'est pas
>nnant d'aprs cela que dans des rgions climatriquement et
tomologiquement diffrentes, les infections Trypanosomes,
nt l'volution chez l'hte invertbr parat subir fortement
ifluence de la temperature et de l'humidit de l'air atmosph-
ue, soient diffremment rparties.
NJous tudierons sparment les Trypanosomiases animals du
s-Katanga et celles que nous avons pu observer sur les hauts
.teaux du pays.

A. Trypanosomiases animals du Bas-Katanga (2).

Les Trypanosomes que nous avons rencontrs chez les grands
immifres au Bas-Katanga entire 5 et Io latitude sud, se rat-


.) J. STOHR, La maladie du sommeil au Katanga.
') J. RODHAIN, C. PONS, F. VANDEN BRANDEN et J. BEQUAERT, Les Trypanoses animals
las-Katanga et leurs rapports avec les Glossines. (Bull. Soc. Patllol exot. Paris, t. V,
,o 1, n pp. 45-50; no 5, pp. 281-284; no 8, pp. 6o8-6II.)











- 80 -


tachent les uns au group des petits parasites pathognes, les
autres aux grands Trypanosomes don't l'action nocive n'a pas t
rigoureusement dmontre.


I Trypanosomes pathog1nes.


Les infections causes par des Trypanosomes pathognes au Bas-
Katanga relvent de trois groups de parasites morphologiquement
bien diffrencis.


Tableau XI.



NOMBRE ESPCES
d'animaux trouvs de Glossines
POSTES NOMBRE infects existant
ESPCES du dans le voisinage
o les examens de Trypanosome. des stations.
animals
ont t btes '
examiness. 4 .g .
pratiqus. examines. --
____ j_ -.^ _J^
n > -,.


Lukonzolwa
(lac Moro).



Sampwe
(Mufungwa).

Kituri (Buli).

Bukama.



Kalengwe.

Fundabiabo.



Sankisia.



Kinda.


Bovids.

Moutons.

Cheval.

Moutons.


Chien.

Chiens.

Chvres.

Chien.

Chien.

Moutons.

Chiens.

Chvres.

Boeufs.


TOTAL . .


74
119


10


I

6


I



3
12

12

2


il 3

2 3
I -

2 -


I -



I -

I -



2 3

9 -

i 6




33 I5









- 8I -


Les unes, les plus frquentes, sont dues aux Trypanosomes du
type court, sans flagelle libre : group dimorphon-congolense; les
autres, assez nombreuses, se rattachent aux Trypanosomes du type
Cazalboui, qui montre toujours une extrmit flagellaire libre;
les dernires, plus rares, sont occasionnes par des parasites appar-
tenant au group essentiellement dimorphe du type gambiense et
rentrent dans l'espce Brucei-Pecaudi. Nous rsumons dans le
tableau XI, page prcdente, les rsultats de l'examen d'un certain
nombre d'animaux, fait en diffrentes contres de la province.
Il n'est pas fait mention dans ce rsum de nombreux examens
de Chvres. et de Moutons que nous avons pratiqus Sankisia;
ces animaux nous arrivaient en gnral de contres indemnes de
Tstss, .mais avaient d parcourir en course de route des rgions
habites par les Glossines; d'autre part, notre camp abondaient
les morsitans, et tous les animaux indistinctement finissaient par
s'infecter de Trypanosomes.

a) Trypanosomes du group congolense .

Nous avons constat des infections dues aux Trypanosomes du
type court sans flagelle libre chez les animaux les plus divers:
Cheval, Buf, Mouton, Chvre et Chien.
Il est fort probable que les infections que nous avons observes
ne relvent pas toutes du mme parasite; nous ferons rapidement
ressortir les caractres des Trypanosomes tels qu'ils se prsentaient
chez les divers animaux infects. i

I. MORPHOLOGIE ET BIOLOGIE.

Da. Trypanzosonzes des Bovids. Les parasites que nous avons
trouvs chez 11 ttes de btail du troupeau de Lukonzolwa (sur
les rives du lac Moro) prsentent l'aspect des petites forces
troites du Trypanosome dimo'phon," mais nous n'avons pas ren-
contr d'individus mesurant 20o ;i; les flagells du Buf infect de
Kinda l'ouest de la Lubudi sont traps et large, et se rapprochent
donc des Trypanosomes congolense et nanun .
Nous n'avons pas pu faire de subinoculations de sang des bovids
malades d'autres animaux.









Q-


p. Le Tr>ypanosome du Cheval de Lukonzolwa est du type troit
et court, et resemble aux forces courts du dimorphon.
y. Les parasites des Moutons de Lukonzolwa, Sampwe et
Sankisia rappellent les formes courts du Trypanosome dimorjphon;,
les former les plus longues n'atteignent pas 20o' ; une Souris grise
indigne inocule dans le pritoine avec le culot de la troisime
centrifugation de Io centimtres cubes de sang d'un Mouton trouv
malade Sankisia, ne contract pas d'infection.
Nous avons pu tudier mieux les Trypanosomes de Chiens et de
Chvres.
o. Tr)panosoime de Chi/ens. Nous avons en tout pu observer
13 cas d'infections naturelles chez les Chiens; come nous l'avons
dj mentionn dans une note (') publie la Socit de pathologie
exotique, certain animaux malades succombaient rapidement (en
15 30 jours), d'autres rsistaient plus longtemps, s'anmiaient et
s'affaiblissaient progressivement, pour mourir avec une parsie
partielle des membres postrieurs. Nous n'avons not dans aucun
cas de troubles oculaires persistants.
D'aprs leur morphologie, les Trypanosomes de deux des
13 Chiens appartenaient sans aucun doute l'espce cong-olense.
L'un de ces Chiens fut trouv mourant au poste de bois prs de
Kituri (ancien Buli), en amount de Kongolo; l'autre nous arriva
malade Sankisia, venant de Kambove. Le premier animal, qui
prsentait la veille de son dcs un lger degr d'ictre gnralis,
visible la sclrotique et au niveau de la peau mince en dessous
de l'abdomen, put tre autopsi.
A ct d'un lger degr d'ictre gnralis du tissu conjonctif,
il existait sous le venture, dans le tissu sous-cutan, des ptchies
et de petites plaques hmorragiques plus tendues de oc"'5 de dia-
mtre. Les teaches ptchiales n'existaient pas sur les sreuses thora-
ciques ni abdominales ; seul le cur distendu en montrait quelques
petites au niveau des oreillettes. Certains ganglions engorgs
portaient quelques teaches hmorragiques; la rate tait triple de
volume.


(1) J. RODHAIN. F. VANDEN BRANDED, C. Poxs et J. BEQUAERT, Bull. Soc Pathol. exot.,









- 83 -


Un Cobaye inocul sous la peau avec I cmii 5 de sang de ce Chien,
infecta et mourut aprs vingt-deux jours; au deuxime et troi-
me passage la mort survint aprs dix-sept jours.
Les dimensions moyennes des parasites de ce Chien taient de
3,2 V. de long sur 1,7 yt de large; le plus grand Trypanosome
Lesur avait 16 u, de long.
Chez le second Chien, malade depuis longtemps, les flagells
Eaient du mme type, mais le Cobaye inocul sous la peau avec
centimtres cubes de sang contract une infection chronique
iquelle il ne succomba qu'aprs quatre-vingt-sept jours.
Les Trypanosomes des 11 autres Chiens malades se rapprochent,
ar leur aspect gnral, des forces courts du dimnorphon.
Les dimensions moyennes pour Ioo individus (fixation l'acide
smique et l'alcool absolu) mesurs sont de 12,44 ,a 13,8 de
)ngueur, pour 1,5 1,6 y. de larger; le plus petit flagell n'a que
o u;.le plus grand, 16 k; le noyau du protozoaire est ovalaire, gn-
ilement allong dans le sens du grand axe du corps et measure
,09 y. de longueur; la distance du noyau au blpharoplaste est de
,8 u..
Un Cobaye inocul sous la peau avec 0,5 cm' de sang du Chien
ui prsentait une infection double de dimoiphon-congolense et de
>ecaudi-Brutcei, s'infecta des deux parasites, mais ne succomba
u'aprs soixante-quatre jours.
s. Triypanosomes de Chvzres. Rgulirement tous les Cabris
ue l'on nous amenait au camp de la Mission s'infectaient, aprs
n temps variable, du petit Trypanosome sans flagelle libre.
Chez le plus grand nombre de ces btes, la maladie que ce para-
-te dtermine volue d'une faon chronique, les animaux, mai-
rissent, leur poil devient sec, et il apparat bientt un lger
-dme de la face; rarement quelques Cabris succombent sans
voir montr des symptmes morbides antrieurs apparent. Chez
des 10 Chvres que nous avons pu observer pendant plusieurs
emaines, les Trypanosomes taient du type dinzorphon court; la
ioyenne des former longues atteint 14,8 i. et celle des former
etites 10,5 V., les largeurs respective tant de 1,4 ,. et 1,8 y.
La plus grande forme mesure avait 17 p. de long sur 1,75 t4 de
arge; la plus petite, q,5 u. sur 2 1.. La moyenne gnrale pour









- 8i -


35 individus tant 12,7 u de longueur sur 1,5 p. de larger au niveau
du noyau.
Sur 4 Cobayes inoculs sousla peau avec 2 5 centimtres cubes
de sang de 3 Chvres diffrentes, un seul contract une infection;
une inoculation faite un jeune Chien indigne resta galement
sans rsultat.
Chez 2 autres Cabris malades, les parasites affectaient la forme
largie du Trypanosome congo/ense type; pourtant, chez l'un de ces
animaux, la moyenne des grands parasites atteignait 15,7 uI de lon-
gueur pour 2,5 & de larger. Ce Trypanosome, inocul trois
reprises diffrentes sous la peau et dans le pritoine de Souris
grises ordinaires, ne dtermina point d'infection.

*

Nous rsumons au tableau XII les diffrentes inoculations que
nous avons faites dans le but d'prouver la virulence des divers
Trypanosomes du type dinzoriphon-congolense que nous avons
observs.
Les rsultats obtenus montrent, une fois de plus, qu'il est
parfois difficile de russir le premier passage des Trypanosomes
d'une espce animal une autre; dans le seul cas o nous avons
russi infecter des Cobayes en leur inoculant du sang de Chvre,
riche en Trypanosomes du type dizmorphon, la presence du Trypa-
nosome Pecaudi a probablement favoris le dveloppement du
premier parasite. Avec les Souris grises du pays, nous n'avons eu
que des rsultats ngatifs; ces animaux se sont montrs pourtant
sensibles aux parasites qui avaient pass par le Cobave, et
s'infectent aisment des Trypanosomes Pecaudi et gainbiense.

2. ETIOLOGIE.
ROUBAUD avait, ds 1907, russi infecter de Trypanosomes
congolense un Cobaye, au moyen d'une piqre d'une Glossiall
palpai's chez laquelle il constata ce qu'il appelle une infection


.~ r ~1 A..















Tableau XII.


ESPCE ANIMAL
ASPECT Quantit
don't
le sang a servi morphologique de ESPCE ANIMALE RSULTATS

aux du sang inocule, obtenus.
inoculations. Trypanosome. inocul.
inoculations.

Cm3
Chien. congolcnsc. 1,5 Cobaye (sous-cutane). + Mort en 22 jours.

Chien. congolcnsc(?) 2 87

Chien. dimnorphon (? 0,5 + 64
Infection mixte
(-t- Pecaudi).
Chvre. dimorphlon (? 2 O

Chvre. 2 O

Chvre. 2 Chien (sous-cutane). 0

Chvre. 0,5 Cobaye (sous-cutane). + Morten 120 jours.
Infection mixte
( + Pecaudi).
Chvre. congolense (? o,1 Souris grise O
(sous-cutane).
Chvre. o,I Deux Souris grises O
(pritoine).
Chvre. 5 Une Souris grise 0
(pritoine).
Mouton. dimorphon () 1 Cobaye (sous-cutane). 0

Io Souris grise (pritoine). O



Il a pu depuis, avec BOUET, dans l'Afrique occidentale ('),
confirmer ses premiers rsultats en oprant avec des palpalis et
des longipalpis, t en se servant d'un virus dimorphon. Ces auteurs
ont galement obtenu des rsultats positifs avec des Glossina
morsitans sauvages.




(') BOUET et ROUBAUD, Expriences diverse de transmission des Trypanosomes par les
Jlossines. (Bull. Soc. Pathol. exot., nov. 1910, oct. 1911, mars 1912.)


~^1












D'autre part, FRASER et DUKE ('), dans l'Uganda, ont dmontr
que les Trypanosomes pecoruzm et nanumn voluent chez la
Glossina palplais et dterminent galement chez cette Tsts une
infection intestinale complete.
Indpendamment des premiers auteurs, nous avons tabli que,
dans le Bas-Katanga, la Glosszina morsztans peut transmettre les
virus congolense-dzino/phzon, et que chez la Mouche capable
d'infecter un animal sensible, par sa piqre, il existe une infection
total, c'est--dire qu'il y a pullulation des flagells dans le tube
digestif, s'tendant sur toute la parties antrieure de l'intestin
moyen, jusque dans la trompe. Dans ce dernier organe, le tube
hypopharyngien est rempli de petits Trypanosomes, type sans
flagelle libre, alors que les parasites qui grouillent dans le labrum
ont, en gnral, leur blpharoplaste dans une position antrieure
au noyau et affectent la forme Leptomon as,; l'extrmit postrieure
de leur corps s'allonge, devient lamellaire et est souvent tronque
et plisse; elle peut atteindre jusque 20 p. de longueur.
Les plus grands de ces parasites, qui rappellent les former
gantes du Trypanosome Cazalboui (2), ont jusque 37 u. de lon-
gueur total.
Le flagelle est dirig directement en avant et la membrane
ondulante n'est pas distinct. Nous relaterons rapidement les deux
experiences de transmission que nous avons ralises Sankisia
mme; elles mettent en vidence le rle des Glossina mnorsitan.s
dans l'tiologie des infections dues aux Trypanosomes du group
dimzoifphon-congolense.

*

La premire fut faite au moyen de 34 mouches captures dans la
savane, prs de notre camp; elle montre que la mor'sitans est
capable de transmettre les Trypanosomes du tvpe dimoiphon-
congolense.


(I) FRASER and DUK', The Developnient of Trypanosomes in Glossina palpalis.
DU1KE, The Transmission of Trypanosomananum, in Reports of the sleeping sickness.
Commission of tlc Royal Socicty, n XII, 1912.
(2U nrTTnTTL \ raladiie dii sninm il au Cnoiio francais. Paris. Iooo.


- b0 -





Chvre infecte la fois de congolense (?) et Cazalboui.
Du 20 au 22-VI1, sur une Chvre qui s'infecte de Cazalboui.
Du 23-VII au i-VIII, sur un Chien indigne qui s'infecte de congolense (?).
Du 2 au 4-VIII, sur une Chvre qui s'infecle de Cazalboui et congolense(?).
Du 6 au 8-VIII, sur une Chvre qui s'infecte de Cazalboni et congolense.
L'autopsie des 17 Mouches restes en vie la fin de l'exprience nous
montra 7 infections totales.
Nous n'avons pas fait d'inoculations des trompes infectes; elles auraient
pu nous apprendre si les formes de Trypanosomles qui se trouvaient dans
l'hypopharynx appartenaient uniquement soit au congolense, soit au
Cazalboui. Nous avons examin avec soin toutes les trompes aprs colora-
tion, et avons rencontr dans trois d'entre elles les formes gantes effiles en
arrire, dcrites par ROUBAUD comme appartenant au Cazalboui; comme
ces Mouches prsentaient galement une infection intestinale, il est possible
que ces Glossines taient infectes la fois de Cazalboui et du Trypanosome
court sans flagelle libre.
Nous n'avons plus eu dans la suite l'occasion d'essayer de reproduire une
infection double, en oprant avec des Tstss nes au laboratoire.
Dans cette experience, la proportion des Mouches infectes de dimorphon-
congolense atteignait 41 /o des insects survivants.



La morphologie des Trypanosomes que les mnorsitans ont trans-
mis par leurs piqres au course de l'essai prcdent, tait plutt
celle des parasites courts et troits du type dimoph/zon;, l'exprience
suivante, faite avec des Glossines issues de pupes nes au labora-
toire, a t ralise avec des parasites qui prsentaient l'aspect des
forces courts et large du type congolense.

Du 6-I-I1912 au iz-I, 23 morsitans font leur premier repas sur Cabri infect
de congolense. (L'infection tait chronique et les parasites peu nombreux dans
le sang.)
Du 13-I au i1-I, sur Cabri 2 indemne qui ne s'infecte pas.
Du 2o-1 au 21-I, sur Cobaye i qui ne s'infecte pas.
Du 21-I au 25-I, sur Cobaye 2 qui ne s'infecte pas.
Du 26-1 au 28-I, sur Cabri 3 qui meurt de pripniieumonie le 2-II.
Du 29-I au 2-11, sur Cabri 4 quis'infecte le 12-ll.
Du 3-II au 15-I1, sur Chien i qui reste indemne.
Du 6-II au 12-11, sur Cabri 5 qui meurt de pneumonie le I3-II.
Nous partageons les vingt Mouches qui sont encore en vie cette date
en quatre groups de cinq. Nous autopsions immdiatement le premier











groupe 14 y e L I Q'); aucune ae ces iserses ne montre ae nageiles ni cans la
trompe ni dans l'intestin.
Les Mouches du deuxime lot se nourrissent du 13-II au 16-II sur Cabri 6
qui reste indemne. Autopsies le iS, aucune (3 9, 2 CY) ne montre des flagel-
ls dans le tube digestif.
Les Tstss du troisime lot piquent du I3-II au i6-II le Cabri 7 qui reste
indemne. A l'autopsie, aucune (i 9, 4 dc) ne montre de flagells dans le tube
digestif.
Les Glossines du quatrime lot sont nourries du I3-II au i6-II sur Chvre 8
qui s'infecte de congolense. L'autopsie de ces Glossines (3 9, 2 cd), faite
le I7-II, fit voir, chez une seule, une infection total.
Le pouvoir infectieux de la seule Mouche devenue infectante s'est mani-
fest vingt-trois jours aprs le premier repas sur animal trypanos; mais il
est possible que le Cabri 3, s'il avait continue vivre, se ft infect. Remar-
quons aussi que le Chien n'est pas devenu malade, malgr qu'il ait eu subir
au moins une piqre de la Glossine infectieuse et, que l'infection qui, chez le
Cabri i, prsentait une allure chronique, conserve ce caractre chez les Ch-
vres 4 et 8 qui s'infectrent au course de l'exprience.
Dans cet essai fait avec des Glossines nes au laboratoire, une seule
Mouche sur vingt se montra infectieuse, soit une proportion de 5 o des
Tstss survivantes, alors que dans l'exprience prcdente, ralise avec
des Mouches de la savane, nous avions obtenu 41 /o d'infections.
Ces fortes differences peuvent s'expliquer partiellement par le fait que,
trs probablement, nous avons opr avec des virus de virulence trs ingale,
et des poques de l'anne o la chaleur et l'humidit atmosphrique sont
galement trs diffrentes.

Dans les diffrents endroits o nous avons constat des infections
naturelles dues au Trypanosome dirmorphon-congolense, il existait
des Glossina morsitans, sauf Kinda et Lukonzolwa.
A Kinda mme, il n'y a pas de Tstss, mais 4 kilomtres du
poste, les rives boises de la Luina abritent des palalis ; le Beuf
que nous y avons trouv malade venait de l'Angola par Lulua et
avait travers des rgions morsitans et palpalis. A Lukonzolwa,
cette dernire Mouche est assez abondante le long des rives du lac
Moro, et il n'est pas douteux que les Trypanosomiases que nous
y avons releves taient imputables aux piqres des Tstss. En
dehors de celles-ci, il y existe, come insects piqueurs, des
Tabanus et trois espces diffrentes de Stomoxes : St. calcitrans,
St. Bouvieri et St. brunnizpes. Il est possible que ces derniers
insects jouent aussi un rle dans la propagation des Trypanoses


- ?s -









- 89 -


Lukonzolwa, mais ce rle, d'aprs ROUBAUD, ne peut-tre que
secondaire (') pour le Trypanosome dimorphon-congolense.
Tous les autres cas de Trypanosomiase dus au Trypanosome
congolense que nous avons pu constater, ont t, sans aucun doute,
causs par les Glossina mnorsitans.
Celles-ci trouvent des rservoirs de virus, o elles puisent
l'infection, dans le gibier de la savane.
Les Trypanosomes tant souvent rares dans le sang des Anti-
lopes, il n'est pas toujours facile de les dcouvrir par un seul
examen de sang en plaque mince ou en couche paisse; d'autre
part, l'inoculation d'une certain quantit de sang un animal sen-
sible n'est pas toujours possible, mais la dissection des Tstss
captures dans la savane permet actuellement de dterminer
galement la nature du virus qui les infected.
A Sankisia, nous avons examin, avant que nous y eussions intro-
duit des Chvres, 68 Glossina morsitans sauvages : 8 9 et 8 d'
prsentaient une infection total du type dzinophon-congolense.

3. TRAITEMENT.

Les nombreuses infections Trypanosomes diorphon-congo-
lense que nous avons rencontres Sankisia chez des Chvres, des
Moutons et des Chiens, nous ont fourni l'occasion de faire quelques
essais de traitement au moyen de substances mdicamenteuses
diverse.
a. Arsenicaux. Tous les exprimentateurs sont d'accord pour
affirmer que les Trypanosomes du group congolense ont une
grande resistance naturelle vis--vis des arsenicaux. Nous avons pu
constater une fois de plus ce fait en traitant des Chvres malades
par l'arsnophnylglycine ou par l'orpiment.

Arsnophnzylglycine. Exprience n-' i
Chvre : En' bon tat de nutrition, trs malade, couche, gmissant.
Poids : 25 kilogrammes. Sang anmi. Tps ++ du type dimorphon.


(') G. BOUET et E. ROUBAUD, Expriences de transmission des Trypanosomiases
animals de l'Afrique occidentale franaise par les Stomoxes. (Bull. So. Pat/ol. exotf, t. V,
1912, no 7, PP. 544-550.)









- 90 -


Injections 3 grammes arsnophnylglycine sous la peau, le 7-VI-I9 i.
Le 8-VI: examen du sang = Tps o.
Io-VI: - o.
I5-VI: o.
I8-VI: = o.
2I-VI: = 0.
23-VI : = + (peu nombreux)
Dcs le 4-VII, avec trs nombreux parasites dans le sang, qui est trs
anmi.
Dans cet essai, une dose de ogrio par kilogramme d'arsnophnylglvcine
a dtermin en douze heures la disparition des Trypanosomes; mais ceux-ci
ont rapparu quinze jours aprs et l'infection a, dans la suite, repris son course
fatal.
Orpiment. Ex rience n ."

Cabri dc : Infection aigu. Poids : i.1 kilogrammes.
Le 25-IV-I912 : Sang = Tps + (type dimorphon).
Le 26-IV : +- parasites en augmentation. Reoit dans
la soire i gramme d'orpiment en deux capsules par la bouche.
Le 27-IV-I912 : Sang = Tps + (en diminution). L'animal reoit encore
i gramme d'orpiment par la bouche.
Le 28-IV-I912 : Sang = Tps + aussi nombreux que la veille; reoit encore
i gramme d'orpiment.
Le 29-IV-I912 : Trouv mort dans sa cage.

Exlkrience n 1o.

Cabri 9 : Infection chronique ; rcidive aprs injection d'mtique.
Poids : 21 kilogrammes.
Le 3-IV-91i2 Sang = Tps +.
4-IV : Reoit ogiro d'mtique de Na dans la veine du cou.
I4-V : Sang = Tps + (moins nombreux).
i6-V = +-; reoit og,5 d'orpimentper os.
I7-V +-; os"5
i8-V +- (en augmentation).
i9-V == ++
2o-V : = " ++ Nous donnons ozio d'mtique de Na
dans la veine, car nous craignons de perdre l'animal.
Le 22-V : Sang Tps o.
24-V : = o.
25-V : = o.
28-V : = + (trs rares).
29-V : = -+- ,trs rares), reoit og'5 d'orpiment per os.









- )yl -


Le 31 -v : ang = ips (en augmeniation); reoit o'5 a orplneiiL per o
I-VI = (peu nombreux); reoit ogr5
2-VI = + (peu nombreux) gr5
3-VI = + (trs rares); Cgr5
4-VI = + (trs rares).
7-VI + iassez nombreux).
25-VI + (trs rares).
27-VI = (trs rares).
i-VII = -- (peu nombreux).
.-VII = + (nombreux).
i8-VII + (nombreux).
Le 25-VII Sang = Tps +- (peu nombreux); l'animal s'est beaucoup ama
gri et est fortement affaibli; nous lui donnons orio d'mtique de Na dans
veine du cou.
Le 26-ViI, nous lui donnons ogr5 d'orpiment.
27-VII o0g'5 d'orpiment; l'animal est trs faible.
28-VII osg5 d'orpiment.
L'animal meurt dans la nuit.

E.vxprience n0 l.

Mouton dc. Poids : 25 kilogrammes.
Infect depuis deux mois, a reu antrieurement or'2o de trypaflavine, q
n'a d'ailleurs pas exerc d'influence sur son infection.
Le 25-VII : Sang = Tps + (assez nombreux); reoit cgr5 d'orpiment.
26 VIl : + id. id ogr5
27-VII: = id. id. orr5
28-VII: = + id. id. c&,5
L'animal meurt dans la soire.

Nous voyons au course de ces trois essais que 3 grammes d'orr
ment donns en trois jours conscutifs ne font pas disparatr
mme tenmporairement, les Trypanosomes dinorphon-congolens
du sang d'une Chvre ne pesant que 14 kilogrammes.
Des doses moindres, de o'5, rptes pendant cinq jours, n'o:
pas non plus paru avoir une action manifeste sur le nombre (
parasites prsents dans la circulation sanguine priphrique. I
dose de 3 grammes nous a paru toxique, mais il est possible qi
l'orpiment que nous avons employ n'tait pas suffisamment pu
d'autre part, nous savons aussi que ce compos arsenical a doni
des rsultats fort diffrents d'aprs l'espce animal laquelle (











I aUIIIIIIllLIdaIL U Lel SLIp)OrLC L e ausoruD par iC ..iievai, il CbL aiIL
support par les Dromadaires ('). En tout cas, au Bas-Katanga,
chez les Chvres et le Mouton, il parat sans action sur le virus
dinzorphon-congolense.
3. Emtique. Nous avons essay l'mtique de Na en injections
endoveineuses chez des Chvres, un Mouton et des Chiens.
Les Chvres et les Moutons supportent bien des doses de
or0oo8 d'mtique de Na par kilogramme de poids, inject dans une
veine de la patte ou dans la jugulaire. Cette dose amne la dispari-
tion rapide des Trypanosomes de la circulation; mais les parasites
rapparaissent gnralement aprs huit dix jours.
Nous avons pu rpter, sans plus de succs, deux jours cons-
cutivement cette forte proportion d'mtique.

Experience l 3.

Chvre grise : poids 12 kilo- Grand Bouc noir : poids IQ kilo-
grammes. grammes.
Le 25-VIII : sang = Trypano- Le 25-VI1I : reoit ogrro d'm-
somes +; l'animal reoit ogrio tique.
d'mtique de Na. Le 26-VIII : reoit ogrIo d'm-
Le 3o-VIII sang = Trypano- tique.
somes o. Le 3o-VIII : sang = Trypano-
Le 9 IX : sang Trypano- some o.
some +. Le 9 -IX : sang = Trypano-
somes +.

Nous n'avons pas essay systmatiquement si, au moyen d'injec-
tions rptes des intervalles fixes de huit dix jours, on pouvait
amener, chez les Cabris infects, un certain degr d'immuni-
sation permettant aux animaux de vaincre, par leurs propres forces,
leur infection modifie, ou de vivre avec leurs Trypanosomes en
bon tat de sant, comme les Antilopes. Nous avons russi con-
server en vie, Sankisia, au milieu de nombreuses morsitans, deux
Chiens de race europenne, en intervenant chaque fois, des
moments critiques de l'infection, au moyen d'injections d'm-


~^-












tique de Na. Un de ces Chiens paraissait tre arriv cet tat
d'immunit relative qu'on observe chez les animaux sauvages.
Nous relations un peu longuement l'observation de cet animal
qui, contrairement aux Moutons et aux Chvres traits (qui, eux,
taient enferms, dans des cages l'abri des ,piqures de morsitans),
fut laiss en libert, expos aux morsures continuelles des insects
et put donc constamment se rinfecter.

Chien Bumnbafu. Poids: 16 kilogrammes.
Croisement de races europennes, n en Afrique; reste bien portant
Bukama du 15 mars au 8 juillet I9II, date laquelle il est amen San-
kisia.
Le 9-IX-I9II, le Chien, abattu depuis plusieurs jours et sans apptit, est
trouv infect de Trypanosomes sans flagelle libre, forme troite, se rappro-
chant du type dimorphon," nous comptons 3 4 Trypanosomes par champ.
Du sang prlev ce jour et inocul un Cobaye dtermina chez cet animal
une infection mixte de Trypanosomes Pecaudi et dimorphon-congolense.
Le Chien reoit alors osgIo d'mtique de Na dans 20 centimtres cubes
d'eau physiologique, dans la veine de la patte.
Immdiatement aprs l'injection, l'animal se couche, respirant difficile-
ment; le pouls est faib'e et il y a perte de selles involontaires.
Il se remet peu peu et, cinquante minutes aprs l'opration, se lve pour
nous suivre.
Connaissant dj l'effet du Tryparosan sur les Trypanosomes dimorphon-
congolense, nous lui administrons :
Le Io-IX et le I -IX : 2r50 de Tryparosan en trois doses.
Le Chien se remet compltement et, tout en courant en libert, son sang
reste indemne de Trypanosomes jusqu'au 23-X, soit pendant un mois et
demi. Nous estimons que si nous avions tenu l'animal en cage, il et t
compltement guri de son infection, et que la rapparition des parasites a
t provoque par une rinfection.
Le 25-X: Poids du Chien, 15 kilogrammes; il reoit og0o7 d'mtique de
Na dans une veine de la patte (notre provision de Tryparosan tant
puise).
Jusqu'au 26-XI : Dix examens de sang sont ngatifs.
Le 28-XI : Trypanosomes + (peu nombreux).
Le 29-XI : Nous donnons ogrio d'mtique de Na dans la veine (injection
prcde d'une injection de or025 cafine).
Le I5-XII : Examen du sang : dj +.
Nous attendons pour intervenir jusqu'au 15-1-12. Ce jour, nous donnons
ogo05 d'mtique de Na; le 17-1-12, il y avait encore des Trypanosomes dans
le sano et l'tat du Chien s'acrravai't T.n 2n-T-T2 il n-rl]nit innlnni1r ..i...i.+


- 1










- 94 -


ses urines et les parasites du sang avaient augment jusque dix par champ
microscopique.
Nous injectons or'io d'mtique de Na. L'animal se remet.
Le 8-II : Nouvel examen positif.
Le 20-Il : Injection de ogrIo d'mtique de Na.
Le Chien se remet et gagne en poids.
Le 9-IV: Sang = Trypanosomes + (4 par champ). Injection de ogrio
d'mtique de Na.
Nous examinons de temps en temps le sang de l'animal, qui reste bien
portant en apparence; il n'a pourtant pas toute sa vigueur et prsente des
accidents cardiaques : en pleine course, il lui arrive de s'affaler brusquement
par terre, les muqueuses exsangues, le regard vague, le pouls peine sen-
sible; il a de vritables syncopes : elles ne durent qu'un instant, l'animal se
relevant bientt (un peu hbt) pour nous rejoindre. Nous avons attribu ces
accidents aux doses rptes d'mtique que le Chien avait reues.
A partir du 9-IV jusqu' la fin de juillet, l'animal ne reut plus d'injection;
les Trypanosomes furent encore trouvs dans son sang le Io-VI, mais l'tat
lu Chien restant satisfaisant, nous ne sommes pas intervenus.
Lorsque, la fin de juillet, l'observation dut tre interrompue, le Chien
itait extrieurement bien portant; il avait continue vivre pendant deux
nois en plein pays infect de Tstss.

*
*

Un deuxime Chien put tre gard en vie au moyen d'injections
l'mtique de Na, trs espaces.

Chienne Bukama. Poids 9 0oo.
Le 3o-XII-I : sang = Tps +; reoit o0ro75 d'mtique de Na dans la
7eine.
Le I-I-12 : sang = Tps o.
2-1-12: = 0.
3-1-12: = 0.
4--12 : = 0.
5-1-12 : = o.
I5-I-I2 : > = + (peu nombreux); reoit o'ro5 d'mtique de Na
plans la veine.
Le 17-1-12 : sang Tps o.
I8-I-2: .
19-I-I2 = 0.
20-I-I12 = 0.
2I-I-I2 = 0.
22-1-12 = 0.











Le 27-1-12 : Sang = Tps + (peu nombreux).
28-1-12 : L'animal reoit ourio d'mtique de Na dans la veine.
26-11-12 : sang = vu i Trypanosome (parasites trs rares).
30o-IV-I2 : sang = Tps + (peu nombreux); reoit osgio d'mtique de
Na dans la veine.
Les I, 2 et 3-V-I2 : opacit de la corne de l'oeil droit.
Le io VI-I2 : sang = Tps + (peu nombreux); reoit ogrio d'mtique de
Na dans la veine.
La Chienne, reste en observation jusqu'au 17 juillet, est reste bien
portante.

Quatre autres Chiens, don't un indigne, qui n'avaient reu
qu'une seule injection d'mtique de Na, ont tous succomb leur
infection.
Chez les Chiens, les Trypanosomes rapparaissent aprs une
premire injection de ogrIo d'mtique de Na, en gnral aprs
dix-huit vingt jours, et si l'on n'intervient pas pour arrter leum
pullulation, les animaux meurent au course de leur rechute; l'tai
d'immunit relative auquel taient arrivs nos animaux qui ont
survcu, ne parat s'tablir qu'aprs plusieurs injections du mdica-
ment Trypanocide.
En dehors de ces 6 animaux que nous avons traits, nous avomn
eu connaissance de II autres Chiens non traits qui tous oni
succomb plus ou moins rapidement . leur Trypanose. Parmi ce'
btes, une seule tait un Chien du pays.
Les indignes possdent des Chiens avec lesquels ils chassent er
saison sche dans les pays trs infects de morsiaznzs, et s'il est vra
que dans les villages leurs animaux, presque toujours couchs dan!
les huttes obscures, ne sont gure piqus par les Tstss, ils le son
certainement lorsqu'ils vont chasser avec leur matre. Si l'on peu
admettre qu'ils sont plus rsistants aux Trypanoses que les race;
europennes, leur immunit n'est pourtant pas complete, car noun
en avons vu succomber deux la suite d'infections aigus naturelles
y. Trypaflavin A. Ce mdicament, don't M. le Prof
EHRLICH avait bien voulu mettre une certain quantit notrn
disposition, ne parat gure avoir d'action sur le Trypanosome san:
flagelle libre qui infectait nos Chvres et nos Moutons Sankisia
Nous avons essay l'activit du produit chez 3 animaux
2 Chvres et I Mouton. L'un. trait liz extremist est mort le iou


--()q-












mme de l'injection; chez les deux autres, ogr15 et 0gr20, injects
dans une veine de la patte, n'ont pas fait disparatre compltement
les parasites du sang.
S. Tryparosan. Nous avons essay l'activit de cette matire
colorante contre les parasites du type dimorp/hon-congo/ense,
Sankisia, chez des Chiens et des Chvres.

I. CHEZ LES CHIENS:

a) Chien Kongolo (croisement de races europennes):
Le I9-VII-I911 : sang = Tps trs nombreux du type dimorphon-conlgo-
lense. L'animal reoit igr50o ryparosan en trois doses per os.
Le 20-VII : Sang = Tps +; reoit Igrso Tryparosan per os.
Le 21-VII : Sang -- Tps o.
A reu ensuite 1gr5o d'arsnophnylglycine sous la peau et est mort acci-
dentellement.
b) Chien Bunnbaft (voir plus haut, p. 99).
Prend 5 grammes de Tryparosan en deux jours. Il avait reu, la veille,
oerro d'mtique de Na. Il resta indemne de Trypanosomes pendant un
mois et demi.
Nous ne voulons retenir de ces essais que le fait que 3 grammes du mdi-
cament, en deux doses de igr50, ont suffi pour faire disparatre les Trypano-
somes du sang du Chien Kongolo en deux jours.

2. CHEZ LES CHVRES
a) Chvre oreilles grises. Poids, 12 kilogrammes :
Le 25-VIII-II : Sang = Tps +; reoit ce jour ogrio mtique de Na dans
la veine.
Le 30o-VIIl-II : Sang = Tps o.
Le 8-IX xi : Sang = Tps +.
Le i3-IX-I : Sang = Tps +; reoit 3 grammes de Tryparosan per os en
deux fois.
Le I4-IX-II : Sang = Tps + (peu nombreux); reoit 3 grammes de Trv-
parosan per os en deux fois.
Le 16-IX-II : Sang = Tps o
b) Grand Bouc noir. Poids, 19 kilogrammes :
Le 25-VIII-II : Sang = Tps +; reoit ce jour ognio d'mtique de Na dans
la veine.
Le 26-VIII. i : Sang = Tps o; reoit ce jour oe'io d'mtique de Na dans
la veine.
Le 8-IX-II : Sang = Tps congolense +.
I-.~.~i ..^: A_,, l 7r.~lr\oi runin, lirfiL




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs