• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Frontispiece
 Title Page
 Preface
 Introduction
 En reconnaissance
 De Zanzibar au Taveta
 Quinze jours en foret
 Au seuil de la massaie
 Nouveaux perparatifs
 En marche de nouveau
 Du Kimanguelia au Kikouyou
 Le lac naivacha
 Au lac baringo par le mont...
 La massaie et les massai
 Au Nyanza par le Kavirondo
 Au lac baringo par l'elgon
 Nos chasses au baringo - le retour...
 Note
 Table of Contents
 Carte du pays des Massai
 Advertising
 Back Cover














Group Title: Au pays des Massaèi; : voyage d'exploration áa travers les montagnes neigeuses et volcaniques et les tribus Étranges de l'Afrique Équatoriale.
Title: Au pays des Massaèi
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00073390/00001
 Material Information
Title: Au pays des Massaèi voyage d'exploration áa travers les montagnes neigeuses et volcaniques et les tribus âetranges de l'Afrique âequatoriale
Physical Description: vi, 387 p. : illus., fold. map. ; 19 cm.
Language: French
Creator: Thomson, Joseph, 1858-1895
Publisher: Hachette
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1886
 Subjects
Subject: Scientific expeditions   ( lcsh )
Description and travel -- Masai (Kenya)   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: Traduit de l'anglais avec l'autorisation de l'auteur par Frâedâeric Bernard.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00073390
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 25954268

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
    Half Title
        Page ii
    Frontispiece
        Page iii
    Title Page
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
    En reconnaissance
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    De Zanzibar au Taveta
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Quinze jours en foret
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
    Au seuil de la massaie
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    Nouveaux perparatifs
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
    En marche de nouveau
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Du Kimanguelia au Kikouyou
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
    Le lac naivacha
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
    Au lac baringo par le mont kenia
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
    La massaie et les massai
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
    Au Nyanza par le Kavirondo
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
    Au lac baringo par l'elgon
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
    Nos chasses au baringo - le retour a la cote
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
    Note
        Page 385
        Page 386
        Page 387
    Table of Contents
        Page 388
    Carte du pays des Massai
        Page 389
    Advertising
        Advertising 1
        Advertising 2
        Advertising 3
        Advertising 4
    Back Cover
        Back Cover
Full Text













JPSEPH


THOMSON


AU PAYS


DES


MASSAI


I'r


--~-











AU PAYS
DES MASSAI



































































MassO en costume de guerre.







JOSEPH THOMSON


AU PAYS


DES MASSAI

VOYAGE D'EXPLORATION
A TRAVEI1S LES IONTAGNES NEIGEUSES ET VOLCANIQUES
ET LES TRIBES ETRANGES

DE L'AFRIQUE EtQUATORIALE

TRADUIT DE LANGLAIS AVEC L'AUTORISATION DE L'AUTECH

PAR
FREDERIC BERNARD



OUVRAGE
contenant 54 gravures et une carte




PARIS '
LIBRAIRIE HACHETTE ET C'i
79, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 79

1886
Lroait de pIroprit6 et do tradluction rtserh6s


UnIVERsITY F LORIDA LJBRA















PREFACE DE L'AUTEUR


II n'est pas besoin de longues excuses pour
presenter ce livre au public : ma mission n'avait
point un caractere priv6 et j'ai di soumettre un
rapport A la Socidtd don't j'6tais le mandataire; je
me suis content d'en recouvrir le squelette de
muscles et de peau. tcrire pour 6crire n'a jamais
eu d'attraits pour moi, et si je suis heureux
d'offrir cet ouvrage au lecteur, c'est surtout parce
que j'en ai fini avec ma tache.
Je ne viens point implorer la bienveillance de
mes juges : un homme qui, a vingt-six ans, en
est A sa troisieme expedition a l'int6rieur de
l'Afrique n'a guere eu l'occasion d'acquerir un
style 6lIgant et de rechercher les graces de la lit-
tdrature. Ce r6cit sort tout brOlant de la forge :
je n'ai ni pes6 mes mots, ni relu mes phrases,
satisfait d'exprimer simplement ma pens6e.
Comme pour mon premier livre, Aux lacs de
l'A/rique central, mon frere, le R6vd J.-B. Thom-







VI PREFACE
son, de Greenock, a bien voulu se charger de la
fastidieuse besogne de reviser mes pages et de
surveiller l'impression de ce volume.
La plupart des gravures du livre proviennent
de photographies que j'ai prises moi-meme au
course de l'expddition; pour celles qui se rap-
portent au Oua-Teita et au Oua-Nyika, le Revd
A.-D. Shaw, de Rabal, a mis a ma disposition
sa collection tout entire, augmentant encore la
dette de gratitude que j'ai contractee en-vers lui.
Quelques chapitres manquent A cet ouvrage :
de courts 6tudes sur le c6td commercial de
l'expddition, sur la faune de l'Est africain et la
gdologie du pays des Alassa'; je les renvoie A une
autre edition, si le besoin de celle-ci se fait sentir
dans la suite. La carte place A la fin du volume
donnera quelque idde de la region au point de
vue g6ologique. Quant aux plants rapport6es de
la-bas, Sir Joseph Hooker en a fait le sujet d'un
travail qu'il a lu devant la Societe Linndenne.









AU PAYS


DES MASSAI






INTRODUCTION


Le pays des Massai occupe une bande diagonal de
terrain que circonscrivent, d'une part, le premier degr6 de
latitude nord et le cinqui~me de latitude sud; de l'autre,
les trente-troisieme et trenle-neuvieme degr6s de longi-
tude est.
L'hisloire des decouvertes sur les rivages orientaux de
l'Afrique cenlrale s'ouvre avec Vasco de Gama : apres avoir
double le Cap, le navigateur portugais toucha terre A
Malindi; plus tard, et par suite de la perfidie du pilot,
son navire manqua se briser sur les recifs de Mombaz.
Mais quant aux mysterieuses countries de l'int6rieur, de
longs siecles s'kcoulbrent ofi nul Europ6en n'en osa tenter
l'exploration : de vagues renseignements tirds des r6eits
informes des naturels parvenaient seuls jusqu'A la cOle.
( A l'ouest de ce port (Mombiz), dit un ouvrage portugais
de 1530, on voit une montagne fort 6lev6e, l'Olympe de
l'Ethiopie, et, au delay, les months de la Lune, o se trouvent
les sources du Nil. > L'Olympe en question est sans doute
le Kilima-Ndjaro; pour les (( months de la Lune ), iI serait
moins ais6 de leur assigner une place : comme les sources
du Nil, ils se sont mortr6s ( reviches et de difficile abord ).







2 AU PAYS DES MASSAI
L'annde 1842 vit commencer l'Nre nouvelle. Le Rev.
Dr Krapf, expuls6 par les Gallas d'Abyssinie, regut le
mandate de parcourir l'est de l'Afrique a la recherche d'une
(c porte ) ouverte au christianisme, et crut l'avoir trouvee i
MombAz. Son colligue Rebmann entreprit en 1847 la pre-
miere de ses courses aventureuses a l'ouest de cette ville.
Avec huit hommes d'escorte il pin6tra dans les terres cul-
tivees qui s'6tendent le long de la c6te, franchit une zone
deserte et rv6la au monde les curieuses montagnes isolces
et les chaines pittoresques du Teita.
L'ann6e suivante, < arm6 de son parapluie et suivi
de neuf indigenes, il repartait pour un voyage qui devait
arracher nos gBographes a leur indifference et jeter au
milieu d'eux un brandon de discorde, un objet de con-
testations passionn6es. Traversant le pays du Teita, puis
la lisiere sterile qui lui fait suite, ii gagna le Tchagga
et les riches cultures diployees autour des pentes inf6-
rieures du Kilima-Ndjaro : pour la premiere fois, un
Europeen contemplait ces neiges Bternelles de l'Afrique
central, don't nombre -de savants s'obstin6rent pourtant h
nier l'existence.
A la fin de la meme annie, encore sur la route du
Tchagga, nous retrouvons Rebmann, dvidemment en proie
L la fievre des decouvertes : aujourd'hui sa caravane se
compose de quinze porteurs; ii parait avoir perdu sa con-
fiance premiere dans la vertu ~c toute-suffisante de son
parapluie; la prudence humaine ne lui semble plus incom-
patible avec une foi sincere dans la protection divine: ses
hommes sont arms de fusils, d'arcs et de flNches. II franchit
la majeure parties du versant mdridional du Kilima-Ndjaro
et s'arr6ta dans le Matchamd, alors le plus vaste et le plus
important des petits Etats du Tchagga.
Aiguillonnd par le succ6s de ces t6emraires expeditions,
Rebmann en entreprit une quatrieme, plus lointaine encore:
on lui avait parle du pays des Oua-Nyamou6zi et d'un im-
mense lac situs dans les memes parages; il les choisit pour
but de sa nouvelle tentative, et, accompagne de trente







INTRODUCTION 3
hommes, il se mit en chemin le 6 avril 1849. La route pro-
jelee passait par le Kilima-Ndjaro, l'Ou-Nyamouezi Blant, il
le pensait, a l'ouest de la grande montagne. Pour mieux
accentuer le contrast entire l'dquipage que croit indispen-
sable notre epoque degEndr6e et le modest attirail du mis-
sionnaire, disons que la place d'honneur y dtait encore
occup~e par Ie legendaire riflard. ( Presque toutes les
nuits, ecrit le Reverend, les averses se succedaient du soir
au martin; moi-meme et mes gens nous couchions sur la
terre, sans autre abri que mon seul parapluie. ,
Le sort si souvent r6serv6 aux explorations africaines
terminal brusquement celle-ci au moment oi Rebmann fran-
chissait le seuil de la nouvelle region. Le chef du Matcham6
le depouilla sans merci; la retraite devenait inevitable. Nul
ne s'6tonnera de voir le courageux pionnier affect jus-
qu'aux larmes par ce cruel desappointement : son Energie
et sa sante succomberent ensemble, et i grand'peine il re-
gagna la c6te.
Son manteau retomba sur les 6paules de Krapf. En 1849
cc missionnaire partait pour l'Ou-Kambani, espirant (( ja-
lonner une voie la march du christianisme, chercher
une route pour l'Ou-NyamouBzi, d6couvrir les sources
du Nil, enfin, ajoute-t-il, retrouver ces residus chrdtiens
don't on m'avait parl dans le Choa et qu'on disait se
maintenir encore vers l'Tquateur ,.
Prenant un peu plus au nord que Rebmann, Krapf tra-
versa le Teita par les months Maungou et N'dara, puis l'ex-
tr6mit6 septentrionale de la chaine des Boura. Obliquant
davantage vers le nord, il franchit le Tzavo, qui se jette dans
le Sabaki, et, par le Kikoumbouliou, le district meridional
de l'Ou-Kambani, il gagna le Kitou', oh r6gnait alors le
chef Kivo'.
Dans cette audacieuse champagne, enlreprise avec onze
hommes seulement, Krapf put confirmer de tous points la
description donnee par Rebmann de la cime neigeuse du
Kilima-Ndjaro. Pourtant, pour M. Cooley, le tdmoignage
du missionnaire ne fut encore qu'une < recognition mental,








4 ,AU PAYS DES MASSAi
des plus encourageantes assur6ment, mais point du tout
base sur l'dvidence des sens ,.
Une vraie decouverte de Krapf ne pr6sente pas moins
d'intdrkt : en quittant le village de Kivo' pour retourner a
la c6te, il aperqut le blanc sommet d'une autre grande
monlagne, le K6nia des Oua-Kamba. I1 est situ6, dit-il,
a six journees de march de la bourgade de KivoY, au nord-
ouest du Kilima-Ndjaro, et resemble A deux 6normes comes
ou piliers. ) A l'exemple de M. Cooley, je serais tent de
qualifier ces assertions de ( recognition mental ,, le K6nia se
trouvant au nord-ouest et non au nord du Kilima-Ndjaro,
et ne rappelant nullement une double corne, puisqu'il so
termine en pain de sucre. Rien de plus ais6 a commettre
qu'une erreur dans la position grographique d'un lieu,
mais je m'explique moins la second m6prise.
Deux ans plus tard (1851), Krapf repartait pour l'Oua-
Kambani avec l'intention express de fonder une station
missionnaire dans le district de Yata. II n'y put reussir et
revint a Mombaz apres une longue s6rie de souffrances et
d'incidents extraordinaires oif, chose curieuse, un parapluie
figure encore au premier rang des marines d6fensives. La
petite troupe fut attaquee par des brigands : une d6charge
de mousqueterie ne les d6cida point a montrer les talons,
mais le gamp, ouvert brusquement, produisit I'effet d6sird 1
Krapf s'Rtait avance jusqu'au flcuve Dana.
Cet checkc mit un terme aux efforts des missionnaires
.pour agrandir leur champ do travail, et ils reprirent la
routine journaliere de leur oeuvre parmi les Oua-Nyika.
Honneur aux deux homes simples et braves qui, par ces
6tonnants voyages, donnerent aux ddcouverles une impul-
sion trop facilement oublide et firent face i des dangers
devant lesquels pAlissent les ventures d'explorateurs de-
venus bien autrement c6l6bres!
On ne s'occupa plus gu6re de ces regions jusqu'en 1862,

1. Dans son livre de la Campagne romaine, Charles Didier raconte
avoir mis ainsi des molosses en fuite. (Trad.)








INTRODUCTION b
oi le baron yon der Decken, accompagn6 du jeune g6ologue
Thornton, visit le lac Djip6 et le Kilima-Ndjaro : une carte
paraissait enfin, ayant quelque pr6tention A l'exactilude
scientifique. Une second exploration, entreprise avec l'aide
du Dr Kersten, entama les contr6es plus au sud et permit
de rectifier nombre d'erreur. Les voyageurs gravirent le
Kilima-Ndjaro jusqu'h une altitude de 4400 mitres et ex6-
cut6rent la triangulation du mont Merou, mais ils ne purent
atteindre le pays des Massai, but principal de leurs efforts:
A la fronti6re mCme, des milliers de guerriers les assaillirent
et les forcerent 6 regagner la c6te. Pour la premiere fois, le
chef de leur caravan, un certain Sadi ben Ahedi, se prd-
sentait devant Ic public geographique. J'ai toute raison do
croire que l'insucces de cette expedition est di en grande
parties aux machinations dudit personnage : nous le retrou-
verons bient6t.
Le missionnaire New, escort de Sadi, fit A son tour
l'ascension du Kilima-Ndjaro et, le premier dans l'histoire,
put atteindre h la line des neiges. A la base de la monta-
gne il d6couvrit le merveilleux petit lac-cratere de Tchala.
Quelques ann6es plus tard, accompagn6 du m6me inter-
prete, New retourna au Tchagga, et, n'ayant pas rdpondu A
routes les exigences do Malndara, chef du district des Mo-
schi, il fut pill6 compl6tement, grace encore aux instigations
de Sadi. Bris6 de corps et d'esprit, il quitta le Tchagga
et mourut en chemin. Mandara assure que son truche-
ment 1'empoisonna : cola, je ne le crois guire; quel profit
en eit-il tire? Le chef lui-mWme il me l'a dit dans
un de ses jours d'6panchement confidential avait un
moment pens6 A fire assassiner New, mais sa mere l'en
ddtourna.
La listed des voyageurs de cetle pdriode se clot sur le
naturaliste Hildebrandt. II ne depassa pas le district de
Kitou' dans l'Ou-Kambani et n'enrichit la geographie que
de bonnes series d'observations d'altitude.
Quant aux regions situ6es au delA du Kilima-Ndjaro et
do l'Ou-Kambani, les g6ographes durent se contenter long-








6 AU PAYS DES MASSAI
temps des itindraires des trafiquants indigenes, de celui de
Sadi entire autres, transcrit par Wakefield.
Les r6cits des traitants promettaient une riche moisson
de d6couvertes a I'homme qui oserait regarder en face les
terrible Massai et reussirait a s'ouvrir leur pays. Mais
pendant plusieurs annees la noix sembla trop dure, le
danger trop certain, 1'entreprise trop hasard6e et trop coi-
teuse.
En 1877 une motion A ce sujet fut enfin present6e et
discut6e, avec quelques autres. par le Comilt africain de la
Societ6 royale de gdographie A Londres. Elle trouva un
d6fenseur enthousiaste dans la personnel de Keith Johnson,
qui esp6rait se saisir de cette occasion pour pdndtrer chez
les Massai : le Comit6 en d6cida autrement et le dirigea sur
le Nyassa; mais, des Ie debut meme, il mourut de la dysen-
terie, me 1lguant la continuation de sa tache. Les renseigne-
ments que je recueillis alors me donnerent I'ardent d6sir
d'essayer un jour de gagner le Victoria Nyanza par le pays
des Massai.
L'ann6e qui suivit mon retour en Angleterre, je fus
rappel6 a Zanzibar afin d'examiner, pour le compete du
sultan de cette ile, la pr6tendue region houillere du bassin
de la Rovouma. Je ne reussis ni A decouvrir ni a crier le
precieux combustible, et mon haut et puissant patron et
son (( gologue extraordinaire ) prirent conger l'un de l'autre
a leur mutuelle satisfaction : le sultan, persuade que, ayant
trouv6 du carbon, je me gardais de le dire, et moi, fort
scandalise de la facon don't il avait accueilli mon rapport.
En revenant de Zanzibar (janvier 1882), aprcs ce nau-
frage des esperances de Sa Hautesse, j'eus le tres vif plaisir
d'etre charged par la Societe royale de geographie de lui
presenter un travail sur la possibility de faire passer une
caravane par le pays des Massa'. Le devis de mon project
montait a 4000 livres (100 000 francs) : d'apres une motion
accueillie l'annee pr6c6dente par l'Association britannique,
je pensais qt'un naturaliste accompagnerait la mission;
mais on finit par se rabaltre sur une expedition purement








INTRODUCTION 7
gdographique. J'en fus nomm6 le chef, A ma fort grande
joie. La SociAt6 m'assignait un viatique de 2000 livres,
augment plus tard de 600, puis de 400, ce dernier subside
obtenu apr6s les reclamations qu'il me fallout faire, une fois
rendu A Zanzibar. 1000 livres de plus ne m'auraient certes
pas gen6.
Ainsi que le portaient mes instructions, je devais m'as-
surer s'il existait une route praticable aux voyageurs
europ6ens et par laquelle, en traversant le pays des Massa',
on put aller directement de lun des ports de la c6te au
Victoria Nyanza, examiner le mont K6nia, recueillir des
documents pour 6tablir une carte aussi exacte que pos-
sible, et faire toutes observations en mon pouvoir sur la
m6t6orologie, la geologie, l'histoire naturelle, l'ethnologie
des regions parcourues.
Dans les pages suivantes, et avec la simplicity qui con-
vient i un homme moins expert h manier la plume que
le fusil, je dirai la facon don't j'ai execute mon mandate,
le quand et le pourquoi, le terrain de mes courses; en un
mot, comme l'6conome de la Bible, je (( rendrai compete de
mon administration ,.















CHAPITRE PREMIER


EN RECONNAISSANCE

Le 13 decembre 1882, je m'embarquais pour l'Orient
sur le Navarino, vapeur de cette entreprenante companies
anglo-italienne don't la g6nerositW m'octroyait un passage
gratuit. Je quittai le navire A Suez et me permis une pointe
rapide sur le Caire. J'assistai au diner d'adieu offer par les
membres de la Societ6 de geographie au general Stone,
qui retournait dans son pays; le lieutenant Weissmann,
en route pour l'Europe, retrempait dans le delicieux climate
d'Egypte ses forces epuisdes par la brillante champagne ou
il avait traverse de l'ouest A l'est le continent africain;
Schweinfurlh, le calcbre explorateur, me temoigna le plus
hienveillant intdret.
Je repris la mer apr6s cet agreable intermede; comme de
coutume, nous touchames A Aden, le plus pittoresquement
strange des ports orientaux; puis une iraversie heureuse
et prompted nous amena bientot (26 janvier 1883) tout
pris de 'ile Zanzibar, ddjA si familiere A mes yeux!
De mime que par le passe, j'essayais de saisir au tra-
vers de la brume les premiers contours de la terre, mais
combien mes sentiments differaient de ccux qui me
remuaient le ceur cinq annees auparavant! Alors, presque
un enfant encore, j'attendais, bouillant d'impatience,
l'apparition de l'ile verdoyante :j'allais voir enfin cette
vegetation tropical tant rev6e, et ces myriades de mer-
veilles sur lesquelles mon imagination jetait un eclat,








EN RECONNAISSANCE 9
bien vile obscurci par de cruelles experiences! Aujour-
d'hui, les palmiers se balaneant avec leur riche fardeau,
les plantations de girofle aux senteurs penetrantes, les
massifs de mangoustans A l'ombre g6nireuse, aux fruits
doux comme le miel, ne dissent plus rien a ma curiosity;


Sayyid Bargash, sullan dc Zanzibar.

pourtant Zanzibar et le continent s'illuminent encore des
teintes dorees de la fantaisie. C'est toujours la terre pro-
mise, offrant scs tresors A l'audacieux qui les voudra con-
querir.
Quelques moments apris, le vapeur Oriental, capitaine
Lewnes, jetait I'ancre devant la ville. Un Zanzibarien bien
connu, Pira, l'actif et remuant Michel Morin du sultan
Sayyid Bargash, s'6lancait sur le pont, en sa double quality








10 AUl PAYS DES MASSA'
de maitre de port de Sa Hautesse et son pourvoyeur de
cancans. Je descendis A lerre, d6butant, comme il convenait,
par une visit au colonel S.-B. Miles, don't les geographcs
n'ont pas oublii les explorations dans le pays des Somalis.
I11 faisait I'interim de consul general en l'absence de sir
John Kirk, qui jouissait alors d'un cong4 achet6 au prix de
bien des labeurs. Mine Miles m'accueillit en hote attend
et m'installa dans un appartement que j'avais dejh occupy
bien des fois : il me semblait rctrouver un foyer veri-
table.
Je fus vite au courant des nouvelles locales, soul sujet de
conversation dans un lieu si 6loign6 de l'arene bruyante oh
se d6battent les politicians de l'Europe. L'evWque Steere,
je l'appris A regret, avait suivi ( le chemin de toute la
terre ,. En sa quality de chef de la Mission des Univer-
sites dans l'Afrique oriental, il avait accompli des travaux
herculdens et singulirrement varies qui perp6tueront so
mImoire mieux que tout monument funeraire. Depuis sa
mort, les membres plus jeunes ou plus ardents de la Mis-
sion ont rompu leurs entraves pour s'adonner a l'innocent
ascelisme que font fleurir chez nous les tendances de la
Haule-Eglise. Leurs pratiques de menue devotion sont une
aubaine excellent pour la colonies Btrangere. Quoique jouis-
sant le plus possible de toutes les bonnes choses qu'on
parvient A se procurer IA-bas, celle-ci est miserablement
battue en briche par l'ennui et thche d'oublier la mono-
lonie de son existence en glosant a perte de vue sur les
dehors puerils de la pidte ritualiste. On 6prouve une vive
compassion a la pensee que ces missionnaires, pour la plu-
part d'une education accomplie, brflant de zele et devoues
A une grande oeuvre, font ainsi, sans n6cessit6 aucune, tout
ce qui est en leur pouvoir pour servir de risee aux esprits
frivoles, et aider un climate mortel a les frapper de mala-
dies primaturees!
Unautre depart, cependant, me touchaitde plus pres que
celui du Dr Steere : mon fiddle Choumah, auquel j'assignais
d'avance le poste de chef de ma caravane, ltait mort apres








EN RECONNAISSANCE 11
une vie court, mais mouvementee, oft il avait, A sa ma-
nibre, beaucoup travailld pour ouvrir 1'Afrique A la science
et au commerce.
Le capilaine Luxmore, C. B. 1, commandait maintenant
le navire London; son pr6dteesseur, le capitaine Brownrigg,
avait Ret tud, dans des circonstances particulierement atroces,
par des marchands d'esclaves au large de Pemba. Une nou-
velle commission remplacait celle oft je comptais autrefois
tant d'amis; mais j'avais encore parmi les n6gociants d'ai-
mables relations, qui me recurent avec leur coutumibre
hospitality.
Le minister m'avait recommand6 aux bons offices du
sultan. Je craignais que, en souvenir de mon insucc6s dans
l'affaire des mines de carbon et de nos adieux assez froids,
il n'usAt, pour contrecarrer mes projects, d'une influence qui
n'est cerles point a dedaigner.
Le soir, une visit aux mails de tennis et de polo du club
Gymkhana me rappela ces heures oft je me fondais en
eau en me livrant a des exercices tres hygidniques assu-
r6ment, mais qu'on pourrait sans dommage reserver A des
regions plus temper6es. Une flAnerie devant le (( palais,,
et l'audition du tres cuivreux orchestra de Sa Hautesse
compl6terent ma premiere journ6e dans la ( grand'ville ,
de l'Afrique orientale. L'aspect g6ndral des lieux n'avait
guere change : quelques maisons de plus tombaient en
ruines; quelques autres, A moiti6 conslruites, dtaient d6ja
delaissees : au port, A la douane, au palais, on avait fait les
reparations indispensables. La grande tour du sultan tenait
toujours debout; au sommet, la lumiere 6lectrique brillait
encore, mais avec une irresolution navranle.
L'dglise de la Mission des Universit6s vivotait p6nible-
ment, vou&e, de toute certitude, A une mort prochaine. Le
fort, un des points de repere les plus remarquables de la
ville et qu'on croit avoir Wet bAti par les Portugais apres la
prise de Zanzibar, venait d'etre d6moli en parties, pour cause


1. Chevalier du Bain. (Trad.)







12 AU PAYS DES MASSAI
do certain travaux; I'antiquaire sera seul a le regretter.
Le hasard avait fait d6couvrir que ses sombres donjons ser-
vaient encore de theatre a des injustices et A des horreurs
presque sans parall6le, mWme dans l'histoire de l'indifference
et de 1'incurie orientales. Sir John Kirk se hata d'extirper
radicalement ces repairs; des hommes, nos frWres, ne
seront plus condamn6s A y mourir d'une mort inenarrable.
Lorsque s'ouvrit la porte de ce cloaque infAme, sir John
et le docteur furent positivement repouss6s en arriere par
la puanteur de l'air qui s'en echappait.
Les nouvelles de l'int6rieur n'offraient aucun int6rRt
particulier : les missionnaires travaillaient avec autant de
zile que jamais, et, s'ils ne faisaient pas de nombreux n6o-
phytes, du moins maintenaient-ils ouvertes les portes du
pays. La branch belge de 1'Association africaine interna-
tionale venait de renoncer A ses tentatives de d6passer le
lac Tanganyika et se contentait d'occuper Karema. Plu-
sieurs des explorateurs avaient succomb6, et les espdranees
grandioses do la Soci6td no paraissaient guere en voie de
rdalisation. Ounyanyembi meme 6tait abandonn6, malgr6
sa situation exceptionnelle comme base d'opArations pour
les pionniers de la civilisation et du christianisme. Les
Allemands, plus actifs et proc6dant d'une facon plus
scientifique, travaillaient utilement, sinon avec des succAs
remarquables. Presque A mon debarquer, on apprit que
l'astronome de cette expedition avait gagn6 le lac L6opold,
mais seulement pour y mourir.
Les faits et gestes d'un autre voyageur germanique, le
naturaliste Fischer, me preoccupaient surtout. Le docteur
avait pass plusieurs annies sur la c6te avant de recevoir
de la Soci6t6 gdographique de Hambourg le mandate de
p6n6trer dans les regions mimes sur lesquelles je complais
me diriger. Ses projects 6taient entour6s du plus 6pais mys-
tere : il travaillait depuis plusieurs mois a ses pr6paratifs,
ne confiant A personnel ni son plan ni son hut. D'apres les
conjectures les plus plausibles, il se proposait de visitor le
mont KAnia et le lac Baringo, puis de gagner, si possible,








































M. Thomson et son Btat-major.


1.
. -



I





~F~l~h~ !~J ~
'!d ii
~
c
''







EN RECONNAISSANCE 10
cc qu'on croyait ktre alors le pays des Gallas : je me voyais
dejA l'herbe couple sous le pied!
En some, pourtant, le champ etait assez vaste : je pris
langue avec mes amis, rehouai connaissance avec 'ile,
groupai les bruits provenant de l'interieur, notai les points
du continent noir sur lesquels commencait a briller la lu-
mibre et me remis prestement A la besogne. Mon premier
soin fut de chercher des chefs de caravane, ces personnages
desquels depend, A un si haut degr6, le succs d'une expe-
dition africaine. .A ma grande satisfaction, je retrouvai
Makaloubou, mon sous-chef lors de mes deux precedents
voyages. Comme puissance de travail, vigueur, energie,
intelligence ouverte, je ne lui connais pas de rival parmi
les Oua-Souah6li, ses compatriotes. Malheureusement jamais
il n'a su tenir ses subordonnus en main; je dus le rel6guer
dans son ancien poste de second, et placer les bagages sons
sa jurisdiction spe6iale.
Un chef! mais voici precisement Mouinyi-Sera, ou Ma-
noua-S6ra,celui qui accompagnait Stanley dans son fameux
voyage A travers le continent Get hommee aura sans
doute un peu du nerf de son 6nergique maitre! HBlas!
il devait se montrer le plus faineant, le plus improfitable
des serviteurs, quoique intelligent, honnote, et n'essayant
jamais de me resister. Sa place devint purement honori-
fique, et il s'en content raison d'Age, sans doute.
Katch6tch6, 6 son tour, le detective don't se loue telle-
ment Stanley, ne se distingua guere dans ses functions do
maitre de police. Mais il se r6v6la le plus habile des d6pen-
siers. Personne comme lui ne s'entendait A acheter les
vivres, a les repartir entire les homes. I1 etait aussi fertile
en chinoiseries que le plus Chinois des Fils de Han et se
tirait a merveille de toute sorte de besogne; je le mis a la
tlte du commissariat et du d6partement des 6claireurs.
Venait ensuite Brahim ou Ali-Ngomb6 (Ali le Taureau).
La chose 6tait quelque peu risquee de donner a cet homme


1. Le Tour du Monde, vol. XXXVI.







16 AU PAYS DES BIASSAi
la dignity de chef. Dans mon premier voyage, je l'avais ou
pour porteur, et quoique, et de beaucoup, le plus solid
travailleur de la bande, il fut toujours une pine A mon
pied et le boute-en-train de toutes les 6chauffour6es.
C'est lui qui, dans l'Ouheh6, fomenta la r6volte A la suite
de laquelle mes gens desert6rent jusqu'au dernier. Puis-
samment charpent6, la physionomie effrayante de fdrocite
au moindre bouillonnement de colere, Brahim 6tait le beau
ideal du sauvage, le matamore de la caravane, I'idole de
ses compagnons. II me part que si je l'elevais au-dessus
d'eux, si je l'en separais par une position superieure, toutes
ses qualit6s, bones ou mauvaises, pourraient turner a
mon profit. Le succ6s justifia de tous points celte id6e un
peu aventureuse : le Ngomb6, qui, jusqu'alors, trouvail
ses delices A attiser les haines et les mutineries, devint la
terreur des mecontents. DWs qu'il paraissait avec son gour-
din, les roues de notre machine s'huilaient, les engrenages
marchaient come par magie. Brahim fut mon aide de
camp, mon ordonnance, mon compagnon de chasse, le plus
indispensable de mes serviteurs; je ne l'eusse pas 6chang-
contre les dix meilleurs porteurs de la caravane.
Enfin Mzi-Ouledi, homme fort adroit de ses mains,
sachant coudre et taller les ktoffes, expert dans l'art d'ar-
rimer les ballots, et qui fut le bras droit de Makatoubou.
Somme toute, je ne pouvais faire un meilleur choix; el,
je dois le dire bien haut, le zele, I'honnktetW, le courage
de mes chefs de caravane ont puissamment aide au succ6s
de ma mission.
11 me rest A presenter au lecteur la plus precieuse de
mes recrues, James Martin, matelot maltais. Je m'6tais bien
promise de n'admettre aucun blanc dans ma troupe; mais,
des mon arrive A Zanzibar, Martin vint me trouver avec
d'excellents certificates. II avait pass plus de six ans au
service de la Soci6td missionnaire anglicane de Momb:,z,
connaissait le dialecte ki-souahlli et savait pratiquer a
fond les naturels; il se d6clarait pret a accepter n'imporle
quels gages : je me laissai persuader et n'ai pas eu A m'en








EN RECONNAISSANCE 17
repentir un instant. Lire ou 6crire, il ne fallait pas le lui
demander, mais il parlait une dizaine de langues avec la
cranerie du marin, et ses manibres, son costume, sa facon
de s'exprimer le mettaient bien au-dessus de la moyenne
des matelots : des la premiere heure je n'eprouvai pas]le


James Martin.

moindre scrupule A le trailer plutot en camarade qu'en
infirieur. II n'en abusa jamais et se conduisit avec un tact
surprenant, n'ayant pas d'opinion A lui sur ce que j'avais A
faire ou ne pas faire, toujours empress6e porter mes ordres
et toujours trouvant A s'occuper.-Enfin, chose peut-6tre
sans precedent dans les annales des voyageurs africains,
jamais le moindre nuage ne s'est Blev6 entire nous.
Cette affaire important terminde, je dus me rendre A
Pangani et h Mombaz, afin de recueillir des renseignements
sur les routes du pays des Massai et sur les objets de traite
ayant course parmi les diverse tribus de la region. J'avais a
voir en outre s'il valait mieux engager mes porteurs dans







18 AU PAYS DES MASSAI
les villes de la c6te oi se forment d'ordinaire les caravanes
de trafiquants, on les louer A Zanzibar meme; les naturels
de cette ile ne connaissent point la contree A traverser et
sont regards de trus mauvais ceil par les peuplades de
l'interieur.
Done, le 41 f6vrier au soir, cinq jours apres mon arrive,
je montai sur une m6chante daou avoc Martin et mes autres
chefs; 1'aurore du lendemain nous trouva courant des bor-
dses prbs de la pointe septentrionale de I'ile, cherchant
en vain A mettre le cap sur le nord. Vers midi, une meil-
leure brise se leva, et, apris l'in6vitable crise de mal de mer
sur les vagues tourmenties du canal, nous entrnmes dans
le fleuve Pangani. Au d6barquer, je gagnai la case of
logent les agents de la Mission des Universit6s quand ils se
rendent de Zanzibar A leur station de Magila, au pied des
months de l'Ou-Zambara. Le ouali (gouverneur), pour
lequel j'avais une lettre, n'6tait point a Pangani, mais j'eus
la chance de rencontrer le chef de caravan de Fischer :
cc personnage se montra fort communicatif et me conta
une lamentable histoire de mois de d6lais forces et de
contrariitts en nombre suffisant pour faire perdre l'esprit
au plus patient des hommes. Malgr6 assistance express
du ouali, tenu en haleine par les ordres pdremptoires du
sultan, les porteurs avaient d6sert6 en masse; une cin-
quantaine, qu'on venait de rattraper, 6taient aux fers dans
la prison; la majeure parties d'une annDe s'6tait ainsi
consume : je ne m'en decidai que mieux A organiser ma
caravane partout ailleurs qu'A Pangani.
Je passai ma soiree chez des ndgociants hindous. Des le
lendemain martin, nous 6tions en route pour Mombaz, par
terre cette fois. Notre chemin suivait la plus base des
plages exhaussies qui bordent ici les rives de l'ocean
Indien : la c6te est A peine cultivee; presque partout on
ne voit que halliers, palmiers nains a dventail, palmiers
doms ou doums. Six heures de march rapid dans le moins
vari6 des paysages nous amenerent A la petite bourgade de
Tangata. Martin et cette decouverte ne me fut nullement








EN RECONNAISSANCE 1)
agrrable est un fort mauvais pi6ton; dejA ses talons
s'excoriaient. Nous couchAmes au village apr6s nous dtre
restaur6s par un bain dans la crique.
A l'aube nous primes un cannot et traversimes la baie
pour atterrir dans une autre bourgade; le retour de plu-
sieurs des porteurs d'une caravane qui revenait de chez les
lassai m'interessa vivement.
Au bout de quelques heures nous 6tions A Tanga, ville
citibre imporlante, niche sous des bosquets de cocotiers
et admirablement assise sur la plus haute des plages suc-
cessivement ddlaissdes par la mer : un joli goulet pndetrant
dans les terres lui fait un assez vaste port.
Par compassion pour les pieds de Martin, je me decide :
prendre ici une daou, une daou de l'Afrique orientale, le
plus atroce de tous les moyens de transport. Justement ii
s'en rencontre, me dit-on, une prtle a partir sur l'lieure;
je conclus le march. A la nuit tombante, nous descendons
sur la'plage, mais pour avoir le plaisir de trouver notre
daou encore A see sur le sable; ni rames, ni voiles, ni mari-
niers! Personne n'6tant li pour nous donner l'explication
du (( prote ) de tantit, j'eus i renfoncer ma colre : a
minuit, du moins, la mare aurait la bont6 de remettre la
barque A flot! Mlais a minuit on vient nous dire que la
brise ne se levera pas avant trois heures. A trois heures
je m'dlance de ma couchette : partons-nous, enfin? Le
propri6taire dit carr6ment que sa daou ne quittera point le
port : il voulait m'extorquer une some plus forte; mais
je tins A lui montrer que de semblables proced6s ne sont
point de mise avec un"Icossais de bonne souche, tolu
comme n'importe lequel de ses compatriots, et, sans plus
d'ambagcs, je m'emparai de lui et le trainai devant le ouali,
qui, incontinent, le fit charger de chaines. Le capitaine,
alors, promit, sous sa propre responsibility, de m'emme-
ner le lendemain; mais il n'en avait cure, de mIme que
son maitre, et me le fit bien voir. Tous ces atermoiements
commencaient h m'6chauffer la bile et j'allais reprendre
la route de lerre, quand apparut un autre Arabe, jurant








20 AU PAYS DES MASSAI
que, moyennant tel prix, nous partirions tout de suite, sa
daou Rtant bien ( prete : la correction infligde A son col-
ligue avait du l'iclairer sur la valeur du mot; l'offre fut
accept6e. Cette fois, nous allons partir ? Je redescends
sur la plage : la daou est lI, en effet, avec ses matelols et
ses voiles, mais aussi avec l'ancienne cargaison tout entire
qu'il faut encore d6barquer; restera a remplir la cale de
lest, avant que nous puissions d6marrer.
Dans mon exasperation j'ex6cute une sorte de gigue
guerriere qui 6pouvante absolument l'Arabe : pregnant pos-
session de la barque, et tenant mon propri6taire en respect
sous le canon de mon revolver, je le force A s'asseoir,
tandis que, d'une voix tonnante, j'interdis A l'6quipage de
quitter les lieux. Puis je mets chacun a l'ceuvre; la car-
gaison, jetie sur le sable, est remplacie par du lest; A
midi tout est pret, mais le vent souffle de la mer avec
violence, impossible d'appareiller; il faut attendre jusqu'au
soir, monlant la garde autour du patron, des matelots et
do la daou, en depit de la faim, en d6pit du cuisant soleil.
A onze heures precises je d6barque mon Arabe et nous
levons l'ancre, le cap sur le large.
Certes je ne suis point difficile; le sens de l'odorat n'est
point anormalement d6veloppe chez moi; mes pr6c6dentes
ventures en Afrique ne me donnaient pas le droit de me
montrer d6licat, mais cette fois, je I'avoue, j'ai 6td entirle-
ment d6bord6. Qu'on s'imagine un bateau do forme bizarre,
jaugeant une trentaine de tonneaux et ponli a I'avant;
tres haut A la poupe et tres bas h la proue, il suggere A
toute personnel nerveuse l'id6e qu'il est atteint de la.manie
du suicide et se prepare A longer sous chaque lame qu'on
rencontre. Un mat, haut de cinq ou six mitres, soutient
une lourde voile latine aux dimensions 6normes en compa-
raison de cells de la daou, et retenue par des cordes en
fibres de coco A moiti6 pourries. De temps i autre heu-
reux encore quand ce n'est pas plus grave elles font
tressauter passages et dquipage, en cassant brusquement
pour laisser leur fardeau choir i grand bruit sur le pont.








EN RECONNAISSANCE 21
L'eau fillre de tous c6t6s; plusieurs des mariners n'ont
d'autre ouvrage que d'ecoper sans cesse ni trove du matin
au soir et du soir au martin. De l'arribre A l'Nlrave s'61vent
des odeurs don't le melange est quelque chose d'absolu-
ment naus6eux : le bois pourri avee son badigeonnage
d'huile de coco rancie, la graisse et la crasse accumuldes
depuis nombre d'annees, l'eau de la cale, le contenu de la
cargaison, les effluves cutands de ces n6gres.... Vous avez
.enfin liH connaissance avec la daou; acceptant 1'inevitable,
vous descendez vous blottir sous le pont dans l'espoir que
le sommeil endormira vos douleurs!---la presence vous est
aussilit notifice d'une classes d'insectes qui hanlent d'ordi-
naire les endroils vou6s A la salet6 et a l'incurie : I'lomme
que ces alertes creatures ne r6ussissent pas a tenir en 6veil
doit 6tre un miracle d'impassibiliti! Toutes ces habitucs
des teguments coriaces du negre accourent i l'envi, enchan-
16es de ddcouvrir un sujet A peau fine. Les rats, autre
abomination! (( Enserr6, encag6, emmur6 ), j'6tais A leur
merci, et ils uscrent de leurs advantages sans la moindre
vergogne.
Telle fut ma premiere nuit A bord d'une daou de Tanga.
Au martin et par une tres faible brise, nous sortions a peine
de la baie. Je comptais longer la c6te a I'interieur de la
chaine bordiere de recifs, of la mer est relativement pai-
sible, mais, pour avancer, il fallut gagner le large. Alors,
seulement, nous touchAmes le fond des miseres humaines.
Ballott6 par la houle, abandonn6 A toutes les angoisses du
mal de mer, expose sans defense A l'ardeur implacable du
soleil tropical, je finis, heureusement, par perdre la notion
de mon existence. Le soir nous trouva toujours dans les
parages de lile Pemba. J'etais revenue A moi pour maudire
ma sottise d'avoir quitt6 le plancher des vaches. Aprbs le
coucher du soleil, notre situation parut encore plus lugu-
bre. Le vent soufflait en tempete, les t6n6bres nous envi-
ronnaient, d6chir6es de temps A autre par d'6blouissants
eclairs. 11 pleuvait, et dans l'obscurit6, et par ce tangage
horrible, nous embarquions des lames jusqu'A menace de








02 AU PAYS DES MASSA'
sombrer. I1 fallut prendre des ris, puis, litteralement, tout
remettre A la Providence : sans phare, sans boussole, of
et comment gouverner? Mais ce que nous savions de science
cerlaine, c'6tait la proximity redoutable des rdcifs de corail,
et plus d'une fois la panique s'empara de nous au bruit
lointain du tonnerre, qu'on prenait pour celui de la mer
brisant sur les 6cueils.
Apres cette terrible nuit, l'apparition de l'aube nous
causa une vive satisfaction : nous n'avions pas ddpass6
Guasi; le vent, quoique moins fort, 6tait d6favorable. Ne
voulant point mettre en panne, nous courimes des bor-
d6es jusqu'A midi, sur une mer tres dure et tous horrible-
ment malades.
Puis le vent augmenta, la houle devenait de plus en plus
menagante : sous peine de couler, il fallait virer de bord
et, risquant le tout pour le tout, essayer de franchir la
line des r6cifs. Or nul des mariners n'y connaissait de
coupure. C6toyant de tr6s pres le ressac 6cumeux, ct
courant devant le vent, nous finissons par distinguer dans
la create des 6cueils une breche 6troite et irr6gulikre.
Martin, qui toute la nuit avait tenu la barre, reprend main-
tenant son poste, les dents serrees : il veut passer ou
mourir. Nous approchons des brisants; a chaque lame suc-
cessive nous restons sans movement, sans souffle, les
yeux fix6s sur ces eaux tonnantes; la barque donne tite
baissee au milieu des recifs : des plongeons sauvages, des
rugissements terrible, des trepidations, puis une secousse
violence qui nous darde dans tout le corps comme une
ddcharge dlectrique.... nous avons fr6il la roche; mais -
et quel soupir de soulagement! la barque a repris son
6quilibre; nous sommes en sfiret6 dans le canal interieur
Martin d6clara que pendant six ans, oi tous les mois il
traversait ces parages, il n'avait jamais vu la mort de si
pres.
Nouveau probleme : la mer, bien moins mauvaise qu'au
large, teait encore trop houleuse pour permettre A la daou
de nous debarquer sur la plage; nous n'avions pas de yole.








EN RECONNAISSANCE 3
Mais j'ktais decide, cokte que cole, A quitter cet affreux
sabot. On signal, au loin, sur la rive, un petit cannot de
peche. Brahim se devoue, atteint la c6te par des brassees
herculkennes et nous le ramine bientot.
Cette embarcation, il est vrai, ne payait pas de mine:
sa forme rappelait celle de la jambe post6rieure d'un chien;
dlle faisait eau de toutes parts, et, en d6pit de notre
assiduit6 i 1'Acope, elle fut toujours A moili6 pleine; mais,
comme un home en train de se noyer, je me serais
accroch6 A n'importe quoi : je me precipite dans la yole
avec enthousiasme; je m'y assieds dans I'eau jusqu'A la
ccinture. Apres avoir zigzagu6 d'une facon effroyable, nous
approchons enfin de la berge, tres escarp6e, et sur laquelle
le ressac brisait furieusement; une lame nous porte presque
A toucher le bord ; le cannot s'6l1ve sur sa crete, puis relombe
lourdement dans le creux; au moment oh il disparaissait
sous l'eau, je parviens A sauter ~ terre, mais pour en Rtre
aussit6t balay6 par le retrait de la vague. J'eus beau me
d6mener et lutter de toutes mes forces, elle me roulait
ddjA vers le large, quand le fiddle Brahim, Brahim le tou-
jours prat, s'l6anca A la rescousse et m'arracha A la ( tombe
humide n, moulu, brise, covert de sable, mais heureux
d'en avoir fini aveec la daou et ses deconforts. Nul danger,
sur cette cite solitaire, d'8tre surprise par quelque nymphe,
blanche ou noire, dans le plus primitif des costumes :
j'6tendis mes nippes sur les buissons, je me baignai dans
1'onde pure d'une anse bien abritee, puis me couchai sous
un arbre.
Les ombres s'allongeaient et m'avertirent bientOt que les
songes d'Arcadie n'6taient point de mise en ce lieu; je
repris mes hardes, seches maintenant, et, suivant les us et
costumes de tous les naufrag6s, m'occupai A chercher nour-
riture et abri. Un bosquet de cocotiers verdoyait A quelque
distance et promettait l'un et l'autre : nous y trouvames
des Oua-Digo qui se mirent incontinent en devoir de d6ta-
cher de belles noix presque mores. Nofis en bhmes le lait
rafraichissant; on fit bouillir des caufs; un poulet dodu








24 AU PAYS DES MASSA'
lanqait au-dessus du feu de petites fuses de graisse. La
nuit commencait A tomber; 1' ( homme int6rieur a une fois
satisfait, nous disposhmes des couches d'herbe sous les cor-
niches des huttes, et, berces par les soupirs des grands
palmiers, le gresillement de myriades de sauterelles, le
tonnerre lointain des brisants, nous nous endormimes pour
r8ver de mers aux flots paisibles, de mers ofi l'on ne con-
nait pas les daous et leurs appartenances.
Je me levai de bon matin, et, apres avoir rdmundrB nos
hbtes, nous nous lancAmcs allegrement a travers une region
presque inhabitee pour arriver enfin au bras mdridioual do
la petite crique qui baigne l'ile et la fameuse place de
Mombhz. En attendant un cannot pour passer sur l'autre
rive, je dirai quelques mots de I'histoire du lieu.
Les annales, singulierement mouvementies, de Mombiz
ou Movita (ainsi l'appellent les Oua-Souaheli) s'ouvrent
en 1331, oui un auteur arabe en parole comme d'un endroit
important, florissant et fertile. Moins de deux cents ans
apres, Vasco de Gama, dans le memorable voyage of il
double le Cap et aborda dans l'Inde, fut pousse sur la barre
qui se trouve au large du port. En quelques lignes pitto-
Sresques, le Camoens, dans ses Lusiades, decrit magistrale-
ment cette ile et parole des ( nobles edifices aux superbes con-
tours qui couronnaient le ( front de la rive oc6anienne ).
Is renfermaient, sans doute, de quoi tenter la cupidity des
dcumeurs de mer, car en 1500 des flibustiers portugais
s'emparerent de Mombiz, pour la perdre presque aussiltt,
la reprendre au bout de cinq ans, puis en atre chassis par
les naturels. En 1529 elle retomba dans les mains des
Europdens, et passa en 1586 dans celles du sultan de Stam-
boul. Reconquise par les Portugais, elle devint bient6t la
proie d'une tribu sauvage qui arrivait du sud et se donnait
le nom de Zimbas. Les Portugais s'en rendirent maitres une
cinquieme fois, et en 1594 b5tirent la forteresse que nous
y voyons encore. Mombaz regagna son ind6pendance en
1630, mais pour rentrer sous la domination des Euro-
peens apres une resistance ddsesp6rde. Les Portugais ne











































Momb'z.








EN RECONNAISSANCE 27
surent pas la garder longtemps. En 1660 l'imam d'Oman
r6ussit A s'emparer de la forteresse qu'il assidgeait depuis
cinq ann6es, mais en 1698 seulement son fils put chasser
les strangers de la ville et y 6tablir un gouverneur arabe.
Jusqu'A 1822 Mombhz jouit d'une demi-libertd sous des
chefs appartenant au noble clan des Mazroui. Menaces par
Sayyid Sa'd, souverain de Mascate et de Zanzibar, les
habitants se placerent sous le protectorat britannique; le
capitaine Vidal, de la marine royale, arbora le pavilion de
Saint-George. Mais son gouvernement ne ratifia point cette
prise de possession. En cinq annies, Sayyid Said fit cinq
tentatives; les quatre premieres avorterent; la derniere
aboutit, grace A la trahison.
A partir de ce moment, l'histoire de Mombiz n'offre plus
guire d'intlret, si nous en exceptions l'dtablissement de la
Mission et sa transformation ulterieure en une colonies
d'esclaves libdrCs, Frere-Town (Frere-Ville), ainsi nomm6e
en l'honneur de sir Bartle Frere, et que dirigent les agents
de la SociWtc missionnaire de l'Eglise anglicane. Le fort a
Wte autrefois bombard6 par une canonniere anglaise; plus
rdcemment le gouvernement du Khedive, qui aurait voulu
ouvrir une route nouvelle et plus court pour communi-
quer avec les territoires du Haut-Nil, a tche de s'en rendre
maitre, mais y a rcnonc6 par suite de l'intervention de sir
John Kirk.
Peu a peu Mombaz diminuait en importance et en super-
ficie; elle n'occupe plus qu'un rang tres secondaire parmi
les villes de la c6te. MAme comme tete de line pour les
caravanes qui vont au pays des Massai ou plus loin, elle est
tomb6e au-dessous de Pangani, de Tanga et de Vanga. La
cause en est due A une longue succession de disastres:
les trois derni6res expEditions qui s'aventurrrent dans
le Kavirondo virent perir chacune plus d'une centaine
d'lommes : une panique s'ensuivit parmi les porteurs et
leurs maitres; en 1882 et 1883 aucun traitant n'a os6
organiser de troupe l Mombaz.
L'ile de Mombaz occupy une anse pittoresque don't la







28 AU PAYS DES MASSAI
pointe entaille profond6ment les terres jusqu'A la base des
months Rabai; elle a la forme d'un ovale irr6gulier don't la
majeure parties est couverte de fourr6s 6pais; les alentours
de la ville sont seuls quelque peu cultiv6s; on ne voit d'au-
tres arbres que de petits groups de cocotiers, de man-
goustans et de baobabs.
La ville, come aux jours de Vasco de Gama, ( cou-
ronne encore la rive oc6anienne ,,, mais le fort et quelques
puits rappellent seuls l'occupation portugaise. Partout des
ruines de mosques et de maisons parent de grandeur
d6chue; l'audace, 1'6nergie, I'esprit d'entreprise sont avec
les choses du passe; des huttes de boue remplacent les belles
constructions de la piriode mazroui; les Arabes abandon-
nent MombBz comme les rats un navire qui va sombrer.
Le bras septentrional de la crique forme un port splen-
dide, prot6g6 de la houle de la mousson nord-est par la
barriere de coraux sur laquelle faillirent sombrer Vasco de
Gama et sa fortune. Par centre, et pour peu que le vent
ne soit pas favorable, elle rend tres difficile le passage des
navires en partance.
Notre cannot arrive, il franchit le chenal. Apr6s avoir tra-
verse 1'ile, nous circulons, avec des precautions infinies,
dans l'Ftrange labyrinth qui, A Mombaz, tient lieu de rues.
et faisons halte devant la baraza du liouali. Ouahabite
de la plus stride cole, ce dignitaire a toujours 6te une
dcharde en la chair des missionnaires de Frere-Town; il
faut dire, du reste, que ces messieurs n'ont guere essay
de se concilier 1'616ment arabe et de montrer quelque tact
dans leur lutte centre le fanatisme musulman.
Son Excellence dormait, nous dirent les esclaves; ils
n'oseraient la deranger. Sans vouloir entendre A celte
excuse, je leur ordonnai d'informer sur l'heure le liouali
de ma presence : j'eus bient6t la satisfaction do voir appa-
raitre le haut personnage tout 6panoui de sourires, pro-
digue d'offres hospitalieres, d'attentions quasi paternelles.
11 me prit par la main, me conduisit A un siBge, m'accabla
de questions sur ma sante, ma famille, etc., comme s'il








EN RECONNAISSANCE' 2Y
m'eit connu intimement depuis longues ann6es. Pendant
que nous buvions A petites gorgees le caf6 el le sorbet -
complement indispensable de toute entrevue de cc genre, -
je lui appris l'objet de ma visit: (( Comment done! mais
il 6tait tout A mon service! Je n'avais qu'A parler, je serais
obdi! Je r6pondis sur le meme ton et pris cong6 du gou-
verneur.
Frere-Town, la cit6 des enclaves libres. est situee de
l'autre c6td de la crique. L'aspect de cette station est vrai-
ment enchanteur, de la rive mombAzienne du golfe minus-
cule profond6ment serti dans les terres; au milieu d'un
bosquet de mangoustans magnifiques, une maison au toit
de fer, aux murs blancs comme neige se d6tache en vigueur
sur la puissante verdure. Une autre habitation, surmont~e
d'une terrasse, s'abrite sous de grands arbres au feuillage
dilie et de palmiers balancant leur panache A la brise;
nombre de bAtisses moins grandes t6moignent de la pros-
perit6 de l'edahlissement.
Le cannot du liouali etait A mes ordrcs; peu de minutes
aprds, je d6barquais sur la plage; les anciens esclaves
accoururent en foule : d'un comique achevd, ces negres,
les dames surtout, avec leur defroque europeenne. Une
tempete de salutations varies Iclatait a mes oreilles :
(( Bonjour! (< Borlsoir! ((( Yamboul ) (( Sabalkheirl })
je secouais les mains tendues, je posais les questions accou-
tumees. Chez M. H.-W. Lane, le surintendant laique de la
Mission, toute la maisonnee 6tait en 6moi, par suite d'un
6v6nement intlressant, corollaire du marriage. Je m'em-
pressai d'offrir mes felicitations A l'heureux pere et de
regagner au plus t6t la ville sous la conduite du Rev.
W.-E. Taylor, qui cumule les functions de m6deein et de
directeur des ecoles. Dans le but d'6tudier A fond 1'arabe
et le souah6li, il n'habite pas Frere-Town, mais Mombhz,
od tous les soirs sa demeure est ouverte aux naturels et
aux trafiquants Mtrangers. Sa maison vaut la peine d'8tre
visitee : pros du seuil se trouve un ancien puits portugais
avec une inscription. A c6td, une porte mene a un escalier








30. AU PAYS DES MASSA1
vootit de facon a former une sorte de tunnel et datant tie
la court p6riode de l'occupation anglaise; la bAtisse qui le
surmonte dtait la residence du gouverneur; elle fut occu-
pee par le Dr Krapf dans les premiers jours de son arrive
A MombAz, et, lors de mon passage, apparlenait encore A la
Mission; depuis, le pavilion de Saint-George y flotte de
nouveau. J'oubliais de dire que Burton et Speke y ont logd
pendant leur court excursion sur ces cites : bref, elle a
quelque droit ah Ore compt6e parmi les monuments histo-
riques.
Le soir, le gouverneur vient me presenter ses civilils :
lui ferai-je la tris grande joie de passer au moins uno
journ6e chez lui? Je lui exprime tous mes regrets, mais ne
puis accepted.
Le lendemain martin, son embarkation me conduit i
Jomvou, station dirigie par le R6v. T. Wakefield. Enfilant
un chenal tortueux et pittoresque, nous doublons le pro-
montoire oft est situee Frere-Town, pour d6boucher A
l'ouest de F'ile et nous engager dans des eaux bourbeuses
an milieu d'un labyrinthe de pal6tuviers; le cannot aborde
cnfin a Jomvou, au pied des months Rabai. Jetant les yeux
sur ce vast et morne marecage, je pensais au triste destin
du missionnaire condamn6 par son zele a habiter ces lieux
of tout vous parole malaria, fitvres et marasmo; je me pr6-
parais i voir en M3. Wakefield un home 6puis6, bl0mi,
lass6, ne d6sirant plus que partir pour une patrie meilleure.
Prenant ma physionomie la plus lugubre, je m'avancai
vers la station pour saluer avec toute la solennitd desi-
rable le patriarch des missions de l'Afrique orientale, car
M3. Wakefield a v6cu presque entierement sur la cite depuis
4862, oh l'Union des Eglises libres wesleyennes le dirigea
sur cc champ de travail.
Mais, en approchant de la maison, un long eclat de rire
me faith tressaillir : j'entre, me ( pr6sentant moi-m8me;
ma main est 6treinte par des doigts de fer; toute ma com-
passion est bousculde par un bruyant accueil qui ne pro-
vient point de poumons affaiblis. Je cherehe en vain la peau








EN RECONNAISSANCE 01
terreuse, l'humeur irritable qui trahissent les maladies de
foie, le visage dmaci6, les traits inquiets qui parent de
fiUvre palud6enne. Tout au contraire, et certes avec bonheur,
je trouve un charmant camarade, d6bordant de gaiety,
aimant A rire, A fair des calembours, A center des histoires
- le prince des bons enfants! A ce temperament meme, je
n'en saurais douter, est d6 tout le succes de la lutte du
missionnaire centre le mauvais genie de 1'Afrique. ( Le
coeur joyeux vaut hien des m6decines ,; comme le bon
Mark Tapley, sachez d6couvrir le cCt6 ((jovial ) de toutes
les chooses de ce monde, et vous pourrez alors narguer les
maladies. M. Wakefield n'est pas pricisdment tres riche
quant au nombre de ses neophytes; il a pourtant accompli
des travaux de grande importance et merite le premier rang
parmi les (( ouvriers de la moisson n africaine. Je passai
une bonne journ6e avec lui et son aimable compagne, et
regagnai MombAz, fort encourage dans mes projects.
Une daou devait repartir pour Zanzibar le lendemain
matin : inutile de dire qu'elle ne fut pas prete; j'utili-
sai ce retard en m'abouehant avec les marchands et les
hommes habitues A trafiquer avec le haut pays : les rensei-
gnements recueillis ne furent pas couleur de rose. En
relournant a Frere-Town, je parcourus le vieux cimeti6re
arabe avec ses intdressants monuments de la periode
mazroui. Le liouali me donna la permission de visiter le
fort, qui me parut tres curieux. Le jour suivant, muni d'une
bonne provision de victuailles, cadeau de Son Excellence, je
pris place A bord de la daou. MEmes senteurs abominables;
mais beau temps, belle mer; traverse de moins de vingt-
quatre heures el retour a Zanzibar apris une absence de
onze jours.
Tout bien pesd et soupes6, j'arrivais aux conclusions
suivantes :
10 Pangani 6tait ray6 de la liste, le D' Fischer l'ayant
choisi avant moi; Mombiz devenait ma tete de line, d'au-
tant que les missionnaires m'avaient promise leur assistance.
20 A parity de circonstances, les porteurs de la cite sont








32 AU PAYS DES MASSAi
cerles bien prdf6rables : ils connaissent le pays, la langue,
les mmurs et les coutumes des peuplades qui l'habitent.
Ils sont accoutumis A une nourriture animal, A carrier
de lourds fardeaux, A des marches qui dpouvanteraient
les indolents Zanzibariens : par contre, ils ne m6ritent
pas la moindre confiance et ne sont pas du tout faits
aux Europ6ens et A leur maniere de voyager; essayer de
composer ma caravane d'hommes exclusivement choisis
parmi eux serait m'assurer des mois de dlais, d'ennuis et
de d6sagr6ments de tout genre : temoin les deboires actuels
du Dr Fischer. Je me d6cidai done A prendre A Zanzibar le
gros de la troupe, sauf A y adjoindre une poign6e de gens
de la c6te. Si les Zanzibariens sont de tristes portefaix, si
les tribus qu'ils fr6quentent n'ont aucune resemblance
avec les lMassaY et ne parent pas la mame langue, du moins
ils sont habitues i nos maniOres, ils savent conclude un
march et Etre prOts au jour dit, fit-ce le lendemain. Je
les avais assez pratiquds pour les savoir h fond et en tirer,
par consequent, tout le parti possible. Apr0s experience,
je vois que je n'eusse pu faire mieux; mais si, dans l'ave-
nir, j'avais A recommencer le voyage, je prendrais des
gens de la c6le, car routes leurs rubriques me sont main-
tenant connues.
3 Pas une journde A perdre si je voulais gagner le haut
pays avant la saison des pluies, saison don't j'avais tant
souffert en 1879, lors de mon expedition au lac Nyassa.
40 Le Comit6 africain avait d'abord jug6 que je devrais
emmener le moins de porteurs possible. Curtains de ses
membres soutenaient meme qu'il est plus prudent de
voyager sans armes, mais tous mes renseignements s'accor-
daient sur un point : compose d'aulant d'hommes que le
permettaient les circonstances et chacun de ces homes
muni de son fusil ou de sa carabine, ma troupe serait
encore d6plorablement rdduite, eu 6gard A la contrde si dan-
gereuse que nous avions A traverser.
Ces iddes une fois formulees, je m'oceupai sur l'heure A
les traduire en faits : le surlendemain de mon retour A








EN RECONNAISSANCE
Zanzibar, marchandises et vivres 6taient achetes et, trois
jours apres, r6partis en ballots; les fils do fer, de laiton et
de cuivre coups et d6vid6s au poids et A la longueur
necessaires; les perles de verre places dans leurs sacs de
toile; les 6toffes roulees en longs ballots cylindriques; puis
chaque colis fut emball6 dans des nattes.
Restait A clioisir les hommes; pour cela, je tombais fort
mal : 1'Association international africaine du Congo avait \
drain la ville de ses meilleurs porteurs; de grandes cara-
vanes missionnaires on commercials venaient de partir
pour l'interieur; on en organisait deux autres, la premiere
pour le Victoria Nyanza, la second pour Karema. L'id6e
seule d'entrer chez ces terrible Massai coupait la respi-
ration a ceux que j'essayais de seduire : je promets un
dollar de haute paye par mois i ceux don't je serai satis-
fait; bien pen se laissent tenter. Enifi, j'ai l'idee triom-
phante de fair r6pandre le bruit que le nouveau voyageur
ne sera pas trop difficile : point de questions indiscrites;
nulle demand de certificate medical ou autres. Alors, r
et.seulement alors, un flot de vagabonds vient s'arriter A
ma porte, le borgne et le boiteux, toute la bass pegre
zanzibarienne, voleurs et assassins, cumeurs de plage,
esclaves marrons, la plupart litteralement pourris par une
vie de d6bauche. Profondement humilid i la vue de tous ces
malandrins, je me jurai solennellement d'en faire d'autres
hommes an moral et au physique, si du moins je reussissais
A les conduire un peu loin de la ville. Nul besoin d'etre
prophbte pour prevoir que cette truandaille decuplerait les
dangers de ma hasardeuse entreprise.
Je ne fatiguerai pas le lecteur du recit de toutes les dif-
ficultes que j'eus 4 rassembler mon personnel et i teacher
de l'organiser. Grace aide tris effective de Martin et de
mes chefs de caravane, vivres et provisions furent arrimes
en moins de quinze jours, cent dix hommes prits A partir,
trois Anes de Mascate achet6s pour I'ambulance, et les innom
brables objets necessaires A une pareille expedition dfment
passes en revue.








34 AU PAYS DES MASSAi
Le 2 mars, juste cinq semainesapres mon arrive d'Eu-
rope, j'eus l'indicible satisfaction de voir ( la mission au
Victoria Nyanza et au mont KMnia ), tout entire, sauf son
chef, monter sur une daou que j'avais louse, et, pouss~e par
une fraiche brise, gagner le large sous la conduite de
Martin. Je restais en arriire afin d'essaycr de r6cuperer
neuf ou dix de mes gibiers de potence qui avaient manqu6
a l'appel et d'cnr6ler quelques porteurs de la c le.
















CHAPITRE II


DE ZANZIBAR AU TAVETA

Le 6 mars, n'ayant pu ni raltraper mes fugitifs ni em-
baucher les gens de la c6te, levain sur lequel je comptais
pour modifier la pate ignoble qui composait ma caravane,
j'etais pret A embarquer a mon tour. Sur la requite du
colonel Miles, le capitaine Luxmore, du London, voulut
bien me priter le Suez, le remorqueur on plut6t cuveau
A lessive no 11 de Sa Majest6 Britannique. Le colonel
lui-meme m'accompagnait a MombAz, bravant la mousson
et cette terrible mer, afin de veiller 5 ce qu'aucune diffi-
cultN ne s'6levat lh-bas au moment du depart.
Je pris conger de mon-aimable hotesse, et, come je des-
cendais sur la plage, les voeux des amis que je quitlais me
furent manifests ( a la mode de chez nous n, par nombre
de vieux souliers lanc6s sur les pas de celui qui s'dloi-
gnait, bizarre coutume que je ne m'altendais guere A voir
remettre en honneur dans ce cadre tout oriental: du moins
servit-elle A me distraire de la trislesse des adieux.
J'ai parl6 plus haut de la daou africaine, ce comble du
dcdonfort. Certes, au moment oi j'en savourais les d1lices,
je ne pensais gubre avoir A la compare plus tard, et pas
toujours A son d6savantage, avec le remorqueur no 11. Ce
reprdsenlant de notre celebre marine ne se comporta pas
avee le respect di i l'auguste personnel du (( consul g6ndral
et agent politique pour I'Afrique oriental n, qui, je suis
forc6 de le dire, ne conservait plus le inoindre prestige a la








36 AU PAYS DES MASSAl
fin de la traverse. La houle fut si dure, ce petit vapeur est
manoeuvr6 par de si puissantes machines, qu'h la leltre il
se trouait un passage dans chacune des lames. Presque tous
A bord, y compris le commandant et plusieurs matelots,
furent affreusemcnt malades par suite de l'abominable tan-
gage. Pour moi, suivant mon habitude, je faisais tous mes
efforts pour 6tre (( terriblement jovial dans les intervalles
de mes tete-a-tlte avec la mer, pench6 par-dessus les bas-
tingages, ou de mes plongeons dans les vagues qui embar-
quaient sur le pont. J'avais beau me r6conforter par la
pens6e de mon (( int6rieur ramona du haut en has, de
l'appareil biliaire remis en ordre parfait, ces considerations
m6dicales ne diminuaient en rien mon ardent d6sir d'arriver
A Mombaz.
Ces miseres,pourtant,prirent fin au bout de vingt-quatre
heures: le 7, nous entrions au port, oif nous f6mes recus
A bras ouverts par M. Lane, familiarises maintenant avec
ses emotions paternelles. Je m'installai dans sa maison
apr6s avoir conslat6 que Martin et sa bande avaient fait bon
voyage et m'occupai de compll6er mon 6quipe au moyen de
porteurs choisis dans la Mission. MM. Lane et Taylor me.
furent en grand secours. Le R6v. M. Binns, qui le mois
pr6c6dent etait A N'dara, dans le Teita, ou il fondait une
station, me donna de pricieux renseignements sur la route
A suivre jusque-l.
Les bons offices de M. Wakefield m'assur6rent les services
de Mouhinna-guide et interprbte,-le fonctionnaire le plus
important d'une caravane. Ce personnage avait trafiqud en
ivoire dans les hautes terres et p6n6trd une trentaine de
fois chez les Massal; il connaissait tous les sentiers de leur
pays et en parlait A fond le language, ainsi que nombre
d'autres dialectes, celui de l'Ou-Kambani notamment. Sous
tons ces rapports, personnel A Mombaz n'ttait mieux qua-
lifid. M. Wakefield croyait son prot6g6 digne de toute con-
.fiance : nous verrons si cette opinion ful justified. Quoi
qu'il en soit, je n'eusse pu sans lui m'6loigner de la c6te
A plus de six journdes de march, avec mon ramassis








DE ZANZIBAR AU TAVETA 37
d'hommes absolument ignorants d'une region oi les mceurs
et les usages different du tout au tout de ceux des contr6es
plus m6ridionales. Done, je me congratulai fort.
Trois jours apres mon arrive, je d6pechai porteurs et
ballots i la pointe du petit golfe, les premiers par terre,
les seconds par les canots de la station. Puis le colonel
Miles, le lieutenant Target, du Suez, et les missionnaires
m'accompagnerent sur la plage : on change force poignies
de main et veux de toute sorte. Je monte dans 1'embarca-
lion de M. Wakefield, et nous filons devant la brise au bruit
d'acclamations prolong6es, reprises par les matelots a bord
du remorqueur. En doublant le promontoire, je salue d'un
dernier coup de chapeau, et, mes'gens assis en bon ordre,
je dis adieu A Mlombiz pour me turner vers (< un monde
moins vieux ,. Au d6barcaddre, je donne un coup d'oeil A
l'arrangement des bagages et regagne Jomvou pour y passer
la nuit.
Le lendemain dimance, j'allai voir Mine Shaw, la char-
mante femme du missionnaire de Raba'i;'celui-ci 6tait A
N'dara, pros de son collogue M. Wray, malade en ce mo-
ment. Je grimpe le versant escarp6 des months Raba'i par un
large sentier ouvert sous la direction des missionnaires et
qui montre de tres bonnes coupes des roches sous-jacentes.
D'en haut on apercoit un paysage agr6able et varied, par-
seme de bosquets de cocotiers aux tetes bercees par le vent;
des massifs de broussailles vert sombre, des clairieres her-
Iues de coloration plus gaie; parlout des signes de culture;
le village et les constructions missionnaires se cachent A
demi sous l'ombre des mangoustans. La vue est magnifique
A l'ouest sur les lointaines collins du Dourouma; i l'est,
et i nos pieds, la crique argentee don't les ramifications
nombreuses pniltrent les marais de palttuviers et dessi-
nent les contours de File; au nord, les trois collins qui for-
ment (( la Couronne de Mombiz ,; et la-bas, i l'horizon,
la mer immense sur laquelle on distingue la blanche ligne
des brisants don't les sourdes rumeurs parvenaient encore
a mes oreilles.







38. AU PAYS DES MASSA1
Tout en reprenant haleine, j'admirai ce panorama splen-
dide, puis je continual ma route jusqu'A la Mission. C'6tait
l'heure do service, conduit par M. Jones, le cat6chiste indi-
gene; j'entrai doucement, afin de ne pas trouble la congre-
gation : 1'6glise tait bien remplie; je fus 6merveill6 du
recueillement de l'auditoire vdtu A la derniere mode de
Rabai et de la parole aisle du prddicatcur. Le chant, dirige
par celui- ci et accompagn6 sur l'harmonium par la femme
du missionnaire, 6tait assez agr6able, (( i plein cceur ,,
comme g6neralement chez les negres. Le culte terming,
Mme Shaw m'accueillit gracieusement et m'introduisit dans
sa demeure, autrefois construite et occupee par Rebmann.
C'est un charmant cottage, tapiss6 de plants grimpantes
et qui command une vue superb, t travers un vallon
ouvert dans les collins.
Le jour suivant, je dus retourner A Momhaz : Mouhinna
commencait A faire des siennes; je r6ussis enfin A effrayer
A salut mon interprete, et, le lendemain, hommes et mar-
chandises 6taien't d6barqu6s sans encombre a Rabai, que je
regardai dUsormais comme ma vraie ttte de ligne. Nous
passames une autre journ6e a tout organiser pour la march
et i louer quelques porteurs dans le village et A Jomvou.
De petites promenades dans les environs me familiari-
sent avec les Oua-Nyika; mais autour de Rabai ils ont trop
change au contact des missionnaires pour etre consid&res
comme de bons types de la race. Leurs huttes, sauf la tres
petite porle A un bout, different de toutes celles par moi ren-
contries jusqu'alors : elles sont oblongues, sans murs et
en forme de meules de foin. Les hommes sont maigres et
friles; leur visage bistro est have, comme si la lutte pour
l'existence centre leurs semblables et contre la nature 6tait
ici tres ardue. Leur dBfroque est un simple pagne; pour
principals armes offensives et d6fensives ils ont i'are et les
flMches, le simS, 6pBe de forme spatul6e, large au sommet
et se retrecissant peu A peu jusqu'au manche. Le vetement
des femmes rappelle le jupon de nos highlanders d'lcosse;
leur parure favorite est une facon de has compose de verro-







DE ZANZIBAR AU TAVETA 39
series et moulant exactement la jambe, et de nombreux
cordons peu serr6s autour du cou et des bras.
Avant de prendre d6finitivement congd de la civilisation


Un village oua-nyikn.

et de me lancer dans l'inconnu, il est bon de passer en
revue le personnel de mon expedition.
Et d'abord, le premier en rang, James Martin, mon cama-
rade. Les membres 6courtes, le torse trapu, il a la d6gaine
peu gracieuse du marin. Ses cheveux noirs, son teint ha-
sane disent clairement qu'il appartient aux races m6diter-
raneennes.
Vient ensuite Mouhinna, du plus on moins d'honnetetl
duquel peut d6pendre tout le succ6s de mon entreprise :







40 AU PAYS DES MASSA1
sa physionomie matoise ne prdvient point en sa faveur.
Voici Mouinyi-Sera, petit et d'hge plus quo mfir; Maka-
touhou, 61ance, bien muscle; KatchktchM, le policies : taille
au-dessous de la moyenne, expression cauteleuse, comme
de quelqu'un ( don't les voies ne sont pas droites ,.
Puis Brahim, le (( Taureau ,, fiddle comme le boule-
dogue et qui en a presque l'aspect r6barbatif. A l'arriere-
garde des chefs, Mzi-Ouledi, flegmatique et solid, don't la
barbe abondante et la forme des traits disent le sang arabe
qui coule dans ses veines.
AprBs eux, Bedou6 (le R1deur), un geant fort, hardi,
fain6ant A l'exces, le capitaine de mes dix askari ou sol-
dats. Ceux-ci sont les hommes d'61ite de la caravane: senti-
nelles, police, chasseurs, chefs en sous-ordre. Je n'en avais
point a mon premier voyage : mais comment m'en passer
cette fois! Incessantes seront les precautions a prendre pour
empecher les desertions; ils auront A monster la garde touted
la nuit, sans computer le bivouac a kLablir et A lever, travail
suppl6mentaire que je ne saurais exiger des porleurs.
Le cuisinier, un jeune Nassick, nomm6 Mark Wellington,
honnte et bien intcntionn6, mais lent et stupid et qui m'a
gach6 des repas!...
Songoro, don't ma plume ne saurait d6crire les precieuses
qualitds : une vraie perfection, un (( valet de chambre ,
iddal pour le haut pays.
Enlin, la plebe, la canaille innommie de mes engages
(pagazi), cent treize en tout : vingt-neuf portent les perles;
trente-cinq, les rouleaux de fer, de laiton ou de cuivre;
quatorze, les cotonnades; neuf, les v6tements, bottes et
livres; cinq, les munitions; six, les instruments scientifi-
ques, l'appareil photographique ; quinze, divers objets a
mon usage; dix, les tentes, la batterie de cuisine.' Deux
garcons, le porte-fusil et l'Anier, competent notre listed.
Comme on ne pourra se ravitailler avant N'dara, dans
le Teita, il me faut un certain nombre d'hommes pour le
transport des provisions: j'ai la chance de trouver une tren-
taine de Oua-Teita, descendus A la c6te dans l'espoir de se








DE ZANZIBAR AU TAVETA 41
louer A quelque caravan en route pour le haut pays. Ces
gens chargent le riz, chacun par boucaut de dix-huit kilo-
grammes a peine, soutenu par une sangle passant autour
du front, le fardeau reposant sur l'echine : c'est le mode
habituel de toutes les tribus qu'on rencontre sur les routes


La Mission L Rabai.


commercials des Massal, A 'exception des Oua-Kavirondo.
Les Oua-Souah6li et les peuplades 6chelonnees le long du
chemin de l'Ou-Nyamouezi portent leurs ballots sur la tote
ou l'epaule.
Mon'train d'ambulance se compose de deux superbes
anes de Mascate et d'un demi-sang noir, sous la conduite
de Mabrouki, un diminutif de gamin. Dans mes heures
d'enthousiasme et de po6sie, et pour symboliser l'id6al de







42 AU PAYS DES MASSAI
mon expedition, je gratifiais les deux coursiers au poil
blano des noms ambitieux de ( Nil desperandum et
tl'c Excelsior ,; pour les prosa'ques ne6essit6s journalieres,
les trois bourriquets n'dtaient plus que Jack, Dick et Billy.
Le 15 mars 1883, l'(( Expedition de la Socidtd royale de
g6ographie ,, en partance pour une des contrees les moins
connues de l'Afrique, Rtait reunie au centre des baMiments
de la Mission et, sous le hale ardent de midi, attendait
l'ordre de s'dbranler.
Le signal est donn6 : chacun s'Blance vers la tate de la
caravane; tous s'epoumonent A crier: (( En avant! ho! Un
feu roulant d'adieux s'6change; et, precedBe du pavilion
anglais, la longue file d'hommes traverse le village de Rabai;
elle tourne le dos aux tertres couronnes de cocotiers, aux
pentes cultivies, aux chainons verdoyants et entire dans le
Nyika (desert). Le dernier de mes gens a passe; je serre la
main A ma gracieuse h6tesse, souleve mon chapeau et
m'achemine dans la direction du soleil couchant.
En moins d'un quart d'heure, nous tombons brusque-
ment dans une solitude disolee; les plants, seches et jau-
nies, se r6duisent en poussiere sous nos pieds; on ne voit
plus un coin vert dans le paysage, sauf des mimosas et
des acacias, des palmiers nains a ventail et des euphorbes
arborescents semblables h des cactus. Au bout d'une heure
et demie nous avions franchi les sables rouges des collins
de la c6te pour entrer dans une region moins infertile. QA
et 1A des massifs 6pais d'arbres A feuilles persislantes, en-
guirland6s ou plutot enchevetrds de lines, parsemis de
clairieres herbues et Bgayes par de superbes orchidies. Un
group de pallah animent la scene.... Mais nous sommes
A 1'epoque qui precede immediatement les pluies; le soleil,
presque vertical sur nos teles, darde ses rayons A travers
l'atmosphere saturde d'humidit&; on geint, on gemit, on
sue, on suffoque sous cette atroce chaleur; on se sent tout
le corps comme cribld de piqfres. Mes porteurs, affaiblis
par la vie de debauches et de faindantise qu'ils menaient
sur la plage, m'exaspercnt au delay de toute expression. Au







DE ZANZIBAR AU TAVETA 43
bout de quelques pas ils jettent leur charge A terre et
eux-memes a cit6, reclamant de 1'eau A grands cris,
essayant en un mot de voir de quel bois je suis fait. Mais
je connais mon monde : pour le quart d'heure, j'empoche
mes griefs et renvoie A plus tard les meilleurs de tous mes
arguments. De mon ton le plus came, je raisonne avec
ces paresseux, ces 6nervds plut6t, je les conjure d'avancer
s'ils veulent le soir mime arriver au bivouac. Certes, je
croyais savoir A fond ma tourbe zanzibarienne; mais je ne
me serais jamais attend au nonchaloir et A l'incapacit6 don't
mes pagazi firent preuve pendant cette premiere march;
le niveau de mon enthousiasme en fut notablement abaissd.
Au coucher du soleil, nous campions A KoualB. Ce dis-
trict est occupy par des Oua-Kamba agriculteurs et pas-
teurs qui ont construit leur village au milieu d'une jungle
presque imp6netrable; ils y peuvent en paix narguer les
Massai, que leurs bceufs, brebis et ch6vres induisent en
tentation perp6tuelle. Une fort d6sagr6able nouvelle nous
attendait : un parti de guerriers avait paru dans le voisi-
nage; les Oua-Kamba restaient sur la defensive et n'osaient
meme pas aller A leurs plantations.
Mes gros soucis commencaient avec notre premier cam-
pement : je savais tres bien que mes hommes entraient a
mon service dans le but de toucher les trois mois de solde
pays d'avance et de s'6clipser ensuite aussi prestement
que possible. A Zanzibar, d6ja, j'en avais perdu dix; A
MombAz, un; pourtant ils y couraient le risque d'etre repris;
les plus avis6s renvoy6rent l'aventure A la premiere ou A la
second tape dans le haut pays. Done, je ne manquai pas
d'asseoir mon camp dans un lieu decouvert, nettoy6 de
buissons ou de jungle, de facon que personnel ne pft s'6loi-
gner sans Wtre vu. J'eus soin de donner aux sentinelles,
mon public l'entendant, les ordres les plus sanguinaires,
leur commandant de tirer sans avertissement pr6alable sur
quiconque tenterait de sortir. Les chefs, chacun A son tour,
devaient fire leur ronde et, toutes les deux heures, se prd-
senter devant Martin.







44 AU PAYS DES MASSA1
GrAce A ces precautions, la nuit se passa sans incident,
et, le lendemain, je n'oubliai pas d'echelonner le long de
la caravane askari et lieutenants, qui ne permettaient A
aucun des porteurs, sans l'escorter eux-memes, de quitter
le sentier pour quelque raison que ce fat, et leur tenaient
compagnic s'ils demandaient A se reposer. Toute mauvaise
qu'6tait ma troupe, je n'eusse point song A prendre ces
measures sans l'effroi que causait A mes gens la seule idde de
mettre le pied sur un territoire de si funeste renom : leur
terreur des Massai me fut une source continuelle d'anxidt6s
jusqu'au jour ofi son exc6s mme me donna l'assurance
qu'aucun de mes porleurs n'oserait plus s'enfuir.
Le lendemain, la march fut presque toujours oriented
vers l'ouest-nord-ouest, sur une riche contr6e qui, peu i
peu, devenait moins fertile et tout embroussaill6e d'6pines.
Nous traversAmes deux bourgs de Oua-Kamba qui pleu-
raient la perte de leur betail, enleve par les Massai; puis le
lieu d'une bataille en r6gle entire ceux-ci et les Oua-Nyika;
les assailants avaient td ddfaits apr&s une lutte sanglante
qui cofita trois cents homes aux vainqueurs : sur un
space assez considerable, le terrain elait, A la lettre, par-
sem6 de cranes blanchis. Nous campAmes A Makouti, mise-
rable village m'kamba. En donnant les ordres pour la
nuit, Katchtch harangua ma petite troupe : leurs femmes
etaient restees la-has, car la carabine doit Wtre, dans le
dLsert, la seule compagne d'un homme; cette compagne,
qu'il la surveille avec le mAme soin qu'il ferait d'une
spouse! Enfin (peroraison que je lui soufflai) : ( Ser-
rons-nous les uns contre les autres, prets A combattre; les
Massai rodent dans les alentours, ne demandant qu'A 6gor-
ger les trainards pour se tenir en haleine. )
En d6pit de ce beau discours et detoutes nos prdeautions,
deux hommes manquirent A l'appel du martin; il eat Wte
absurde de courir apres eux, et nous repartimes, redou-
blant de vigilance; du reste, les recits que j'avais soin de
mettre en circulation sur la fArociti des guerriers massai
eurent bient6t plus d'effet que des boisseaux de menaces.








IE ZANZIBAR AU TAVETA 48
Nous sommes maintenant dans le Dourouma, district
occupy par une sous-tribu d'Oua-Nyika qui y trainent une
miserable existence, sans cesse exposes a mourir par la
famine ou, ce qu'ils redoutent encore plus, par les lances
des Massai.
La brousse du Dourouma est un musde de monstruosit6s
v6-gtales : arbrisseaux oi de longues pines remplacent le
vert feuillage; euphorbes d'especes varies; aloes ot des
aiguillons r6barbatifs et solidement implants repr6sentent
les frondaisons absentes; cycad6es; plants par centaines
don't je ne connais point le rang dans la flore. Arbres et
arbustes se distinguent surtout par le plus petit nombre de
feuilles qui soit compatible avec 1'existence, et la trWs grande
profusion de rameaux difformes, tortus, noueux, affreux,
qui luttent les uns contre les autres sur ce terrible champ
de bataille. Chose curieuse, des cycadees splendides, avec
leur tOle superbe, semblable a celle des palmiers, s'616vent
dans toutes les directions et defendent viclorieusement
leur couronne-contre les atteinles de leurs formidable
rivaux. La jungle est ici tout a faith impenetrable, grace a
des lines dnormes qu'on dirait absolument dUpourvues de
feuilles; elles montent, elles descendent, elles rampent et
se tortillent sur le sol, et, comme des couleuvres gigantes-
ques, entourent et present arbres et arbrisseaux dans leur
dtreinte de fer; leurs noeuds et leurs entrelacs ferment un
enchevetrement qu'il serait non moins difficile de decrire
que de d6meler,mais qui a aussi son r6le : du milieu d'un
de ces fourrts, le Oua-Dourouma peut faire la nique aux
Massai; on s'y introduit par un veritable tunnel 6troit et
tortueux, dans lequel nul batteur d'estrade soucieux de sa
peau n'oserait se risquer.
La quatriime Blape nous amine sur le vaste desert qui
s'dtend vers le Teita; le pays s'616ve de plus en plus. Les
broussis, les halliers alternent avec des lambeaux de fort
basse et parsemee de clairieres. Le gras affleure partout.
Enfin la caravane arrive a I'aiguade de Taro, ou, comme on
l'appelle quelquefois, au Zioua (trous d'eau) d'Ariangoulo.








46 AU PAYS DES MASSA1
Les roches de ce district presentent des caracteres remar-
quables. De grain tres grossier et de couleur grise, elles
n'offrent presque pas de trace de stratification, mais deux
syst6mes de fissures perpendiculaires les unes aux autres
les divisent en blocs de plusieurs m6tres cubes. L'eau se
loge dans ces fentes; les substances v6g6tales y pourrissent
ct, sans doute, agissent chimiquement sur les parois :
celles-ci s'erodent petit a petit, et la ligne de fracture origi-
nelle finit par devenir une tranch6e profonde, large de 45 L
60 centimetres, et tellement rdgulire qu'on la croirait taillde
de main d'homme. Ces fosses s'emplissent a la saison des
pluies et forment des citernes naturelles, seule resource
de tout le Dourouma; sans ces aiguades, il serait impos-
sible a une caravane charge d'atteindre le Teita.
Mais ce n'est point dans ces fissures seules que la nature
a place ses reserves d'eau. Les gres paraissent avoir ici unc
tendance particulibre A se forer de trous borgnes de toute
grandeur qui rappellent A s'y m6prendre ces (( marmites ,)
des torrents de montagne, of des remous et 'des tourbillons
en miniature font tournoyer sur la roche solide une pierre
don't le travail constant finit par y creuser de petits puits.
Dans le cas actuel, ee mode d'origine ne semble point de
mise; je croirais plutot que ces excavations sont dues A l'ac-
tion commune de la nature et de I'homme : la premiere a
form sur la roche de 16g)res depressions oi I'eau s'amasse
et fait pousser des plants; celles-ci, en se decomposant,
d6gagent des acides par lesquels l'eau agit sur la pierre, en
libere les parties composantes par la dissolution du ciment
qui les unit, du calcaire, probablement. Le second, A la
recherche du fluide si pr6cieux dans ces regions strriles,
decouvre ces creux et, les trouvant pleins de sable, s'em-
presse d'en oter celui-ci. Ainsi, d'annue en ann6e, le pro-
cessus continue; des cuvettes se forment, don't plusieurs
mesurent de 5O L 60 centimetres de diametre sur une pro-
fondeur de 2m,40; elles sont g6neralement cylindriques
et l'axe en est vertical; les naturels les nomment Oungou-
roungas.








DE ZANZIBAR AU TAVETA 4'i
A Taro, pour la premiere fois depuis quatre jours, je me
donnai le luxe extreme d'une ablution complete. Jusqu'a
present nous n'avions trouv6 que de l'eau caracteris6e par
un tel ( corps ,, par un < bouquet si pdn6trant, que
les angoisses de la soif seules avaient pu me d6cider a
l'avaler, meme apr6s l'avoir bouillie et passee a travers, du
linge et des bouchons d'herbe, nos filtres de poche 6tant
absolument inutiles devant cette fange couleur encre de
Chine on lavures du chemin. Je buvais cette decoction,
mais l'idee d'y longer mes pieds m'eftt sembl6 une plai-
santerie. Je la prenais intus et bient6t la suais extra, ma
transpiration 6tant assez copieuse pour emptcher, A l'aide
de mon mouchoir de poche, mes t6guments de se laisser
incruster par trop.
L'dtape du lendemain devait Otre longue, difficile et sans
aiguade. Partant des 1'aurore, nous travershmes d'abord un
terrain ondul6 revitu d'une fort clairsemee a l'ombre de
laquelle s'6tend un riche tapis de fin gazon. Cinq heures
d'assez bonne march nous am6nent inopin6ment A un tout
petit creux rempli d'eau fetide. Ce liquid dego6tant est
la plus precieuse des aubaines pour nombre de mes por-
teurs, qui, avec l'imprevoyance caract6ristique du nbgre,
s'6taient hat6s d'dpuiser toute la provision don't ils avaient
di se munir pour deux Mtapes. Chacun cut sa gorgee; on
vide la crapaudirre jusqu'A la boue, allais-je dire, come
s'il y avait eu autre chose; puis nous reprenons le harnais.
II se fait ici meme un brusque changement dans la gdo-
logie et la flore du pays. Nous avions trouve jusqu'A prd-
sent les argiles schisteuses, le gres tendre, le terrain
compact et m6l6 de gravier qui, sur une bande dtroite,
s'Atendent du cap de Bonne-Esp6rance aux environs de
1'Equateur. Nous arrivons aujourd'hui A cos roches m6-
tamorphiques affleurant presque partout dans le continent.
Schistes et gneiss, grauwacke et hornblende deviennent
les roches prodminentes; elles contiennent beaucoup de
mineral et sont riches en fer; le sol form par leur decom-
position est remarquablement pauvre en principles fertili-








48 AU PAYS DES MASSA'
sants et d'un rouge dur, tres pinible A I'ceil. Le rythme
charmant des coteaux et des vallons fait place h une plaine
vaste, uniform, altere comme si jamais une ondee de pluie
viviliante n'eut'rafraichi ce sol pave de fer. La jungle plan-
tureuse, les clairieres herbues, les bosquets fleuris ont
disparu : une fort de squelettes, ou plut6t un squelette
de fort s'dtend au loin dans ces solitudes. Fantastiques et
moroses, ces arbres et ces arbustes grisitres aux branches
presque entiirement nues, ot nulle ramure verdoyante ne
se balance au vent, ou nulle feuillie ne tressaille aux plaintes
de la brise! Immobiles, austeres, ils allongent leurs bras
rigides ou dressent leurs aiguillons formidable comme
pour defier la secheresse et orange Des trones morts
et A moitid pourris, vaincus dans la lutte pour l'existence,
mais encore debout, assombrissent une scene d6jh si lu-
gubre.
A peine si quelque tache verte attire le regard fatigue; a
peine si ch et IA on apercoit quelque touffe de graminee;
nous sommes pourlant dans la saison des pluies; un morne
silence plane sur le desert : pas un grdsillement d'insecte,
pas une envolke d'oiseau, pas un bruissement d'herbe;
aucune ramie qui soupire ou frappe sur la branch comme
une averse sur le toit. Le vent froid de l'Oc6an passe sur
la fort spectrale avec un sifflement m6lancolique et des
craquements sinistres.
Notre caravane chemine sur cette terre de mort et de
desolation : le porteur, ddja lass6 d'une longue march, la
gorge dessech&e, se traine abanant et suant sous la terrible
chaleur, rendue encore plus epouvantable par la r6verbe-
ration du sol rouge et ardent, qui rfllchit les rayons du
soleil comme's'ils sortaient d'une bouche (le fournaise. II
cherche en vain quelque ombrage, puis il jette brutalement
son fardeau et se double sur ses genoux, la title dans les
mains, ou s'6tend de tout son long sur la terre brilante :
pour l'obliger a se reliever, il faut quelquefois plus que la
persuasion morale. II advance, alors, de tout cc qui peut lui
rester d'energie, et faible, ses membres tremblant sous cet







DE ZANZIBAR AU TAVETA 49
effort inusit6, il vacille, il chancelle, tant6t se courbant pour
passer sous une branch raide et nue, tant6t arrachant aux
pines d'une brousse effrontee des lambeaux de sa mince
d6froque et son pauvre corps sillonn6 de dAchirures pro-
fondes; le sang coule le long de ses jambes et se male aux
ruisselets de sueur. Telle fut notre premiere march dans
le vrai (( Nyika ) de l'Afrique orientale.
Nous campons A six heures pour attendre la lune et
laisser souffler les hommes. Dans l'espoir de d6couvrir
quelque mare oublide par le soleil, je me lance avec Brahim
A travers les halliers. Apres avoir longuement err6 g et
la, cherchant en vain cette eau prAcieuse, nous essayons
de regagner le bivouac : la nuit est tres noire; je tourne,
je vire, je ne sais plus of j'en suis. Brahim et moi diffi-
rons d'avis sur la direction A prendre, nos coups de cara-
bine n'Aveillent aucun echo; la peur commence A nous
tenir, chaque fourre nous semble recAler un lion; au sur-
plus, un rugissement lointain nous avertit bientot que Sa
Majest6 est en train de courir le guilledou. Les plaintes du
vent dans les branches, le craquement du bois mort, la
silhouette indecise de chaque objet, la certitude que les
puissants fauves rOdent dans les alentours, exaltent l'ima-
gination et portent terriblement sur le systeme nerveux.
Les pieds en sang, mes habits en loques, ma peau doulou-
reusement 6corch6e par les piquants des broussailles sur
lesquelles nous trbbuchons au milieu des tenebres, je
m'abandonne A mon sort et me couche sur la terre. Tout
A coup un bruit vibre A nos oreilles; nous sautons sur nos
pieds, en d6pit de nos souffrances. ( Boundouki o! (un
fusil!) crie Brahim. Je tire notre derniere cartouche :nous
restons exposes sans defense A tous les pdrils de la fort.
Mais on nous a entendus, une detonation nous repond
et nous permet de comprendre de quel cot6 arrive le
secours. Oubliant nos pieds en compote et nos membres
fourbus, insensibles aux pines qui enlevent le residu de
nos guenilles, nous coupons au plus court et rejoignons
enfin Makatoubou et les autres qui nous cherchaient:







50 AU PAYS DES MASSA'
j'dtais restW dix heures sur mes jambes, et n'ayant avale
que quelques gorges d'eau.
L'Utape projetee pour la nuit fut forcement remise A
quatre heures du martin : mes pieds se trouverent encore
en si mauvais 6tat, que, pour la premiere fois dans mes
voyages d'Afrique, je fus force d'enfourcher un bourriquet.
Et quel labeur pour pousser la caravan A l'aiguade
suivante, Maungou, dans le Teita Mes hommes avaient
consomme toute leur eau, et la plus terrible parties de la
route etait encore A faire. Pendant huit heures je me livrai
aux plus p6nibles efforts pour les porter en avant; A midi
les askari et les chefs avaient d6 6pauler les fardeaux de
ceux qui tombaient sur la voie : coite que coite, il nous
fallait de l'eau. Je pris un ou deux des lieutenants, une
poignbe de Oua-Teita, et, charges de toutes les calebasses
possibles, nous poursuivimes notre tape. A deux heures
nous etions au Maungou, ce mont singulier A cime 6vidde
en selle; les malheureux durent en faire l'ascension avant
d'arriver a l'aiguade, puis regagner immediatement la
queue de la caravan pour porter secours aux trainards.
A quatre heures, I'avant-garde nous rejoignait, mis6rable-
ment 6grene ; les derniers de la bande ne parurent qu'au
coucher du soleil; un terrible orage de tonnerre et de pluie
mit le comble A nos infortunes : moiti6 morts de froid,
mes porteurs s'asseyaient sur le sol, transis et grelottant
come sous un aces de fievre. Mais je me sentais heureux
et fier : le plus dur 6tait fait de cette traverse du Nyika;
plus de desertion A craindre : nous avions les Massai devant,
derriere, autour, partout. De la passe du Maungou on
voyait se dresser la pittoresque montagne du N'dara, et au
bout du d6fil6 j'apergus un instant la chaine de Boura,
plus superbe encore.
Le Maungou fait parties de la range de mornes et pitons
isol6s qui court presque du nord au sud et, dans cette der-
nitre direction, se termine par le month Kisigau, un des
traits les plus grandiose de toute la contree.
Les aversus nous retiennent de longues heures au








DE ZANZIBAR AU TAVETA 51
bivouac, puis nous descendons dans la plaine couverte de
brousse epineuse qui nous spare du mont N'dara. Les
hommes, extdnu6s par les deux marches pricedentes,
avaneent A tres grand loisir; mais la certitude d'arriver
enfin A une station de ravitaillement me permet de les
laisser cheminer A leur guise. Au bout de cinq heures,
nous quittons soudain la jungle et ses piquants acerds pour
entrer dans les plantations magnifiques qui couvrent la
base tout entire de la montagne. Les mdnageres oua-
teitanes y travaillaient en grand nombre : i la vue de la
caravane, elles quitlent leur pioche, et nous monlons le
talus parmi les dicharges d'artillerie, les cris d'admiration
des femmes et des jeunes filles courant a nos c6tes, nous
regardant de tous leurs yeux et riant bruyamment, leurs
seins allongis leur battant la poitrine comme des bouteilles
de cuir A moilid vides. Les cultures traverses, nous cam-
pons sous la grande ombre d'un sycomore, huvant A longs
traits l'eau claire et pure du torrent qui bondit et se brise
sur la pente escarpee du N'dara, et nous invite par sa
chanson joyeuse aux dMlices du bain. Je n'ose m'y jeter
sur l'heure; non que ces dames en dussent etre trop effa-
rouchees, mais je ne suis pas encore suffisamment aguerri
pour m'exhiber A tous les yeux in puris naturalibus.
Enfin, les ombres du soir descendent; les Oua-Teitanes
regagnent leurs foyers des hauts lieux, et je m'6bats en
liberty sous les cascatelles dcumantes; la fraiche brise des
sommets m'accueille h ma sortie de l'eau; la lune se 18ve
sur le pie, jetant sur le paysage son voile aux reflels ar-
gents ; elle illumine les cimes des roches et faith seintiller
sur les arbres les feuilles charges de rose.
Pour remettre mes porteurs des terrible tapes du
Nyika, on ne leve point le camp le lendemain; je me dd-
cide a escalader la montagne pour rendre visit A MI. Wray,
agent de la Socikt6 des Missions anglicanes et recemment
install 1a-haut. Martin se charge de faire faire A la cara-
vane le demi-circuit n6cessaire pour passer de l'autre c6te
du versant, et je commence mon ascension, escort de







52 AU PAYS DES MASSA1
Brahim et de deux guides du Teita. Nous nous escrimons
de notre mieux sur les roches et sur les grands blocs de
gneiss qui garden sur ces flancs escarp6s un 6quilibre des
plus instables. Partout ofl peut tenir un peu de terre,.par-
tout ou filtrent quelques gouttes d'eau, on cultive les
bananes, les patates douces, le manioc, la canne a sucre;
ca et 15, sur ia surface des roches, les ruisselets courent
dans des rigoles, passant de l'une A l'autre par de minus-
cules aqueducs de stipes de bananier. A partir de trois
cents metres au-dessus de la plaine, toute la montagne est
babitee, a l'exception du pie trop humide et trop froid. Les
chambas ou plantations, sauf cells dnum&rses plus haut,
occupent la base entire du N'dara et sont l'affaire des
femmes, qui, a cerlaines saisons, y descendent tous les jours.
A ce travail, sans doute, elles doivent le developpement
harmonieux du corps et cet air de sant6 qui contrast avce
la mine ch6tive des hommes, maigres et mal muscles. Les
huttes, A parois tris basses, ressemblent A des ruches
d'abeilles; la lumiere du jour en est entierement exelue,
grace A une palissade qui contourne en spirale 'int6rieur
de la case pour former un corridor 6troit, partant de la
porte et empechant le courant d'air de frapper directement
sur le foyer; celui-ci, qui brille nuit et jour, est leur scul
luminaire. On empile dans le vestibule le bois de chauf-
fage, qu'il faut monter des plantations. Les provisions
d'hiver sont appendues aux solives dans de nombreuses
calebasses, un des products les plus recherchds du Teita.
Poules, ch6vres, brebis se choisissent des coins A leur con-
venance et, fraternisant avec les maitres, rendent le logis
plus comfortable et plus intime.
Trois heures de rude labeur nous aminent sur le sommet
du N'dara, le Mroumounyi, et, tout en reprenant haleine
et en faisant bouillir le thermom6tre pour constater I'alti-
tude, je tAche de fixer dans mon esprit les traits princi-
paux de la vaste contr6e qui se deroule sous mes yeux. Je
suis debout sur une arete 6troite et longue, qui court a
peu pres du nord an sud et rappelle le faite d'une maison.








DE ZANZIBAR AU TAVETA 53
Le versant oriental descend presque A pic sur une pro-
fondeur de 1550 metres. A l'ouest, une depression pro-
fonde et irrgguliere incise la moiti6 supdrieure du mont
et forme une sorte de banquette basse le long de laquelle
coule un pelit torrent qui, arrive au bout, s'elance sur la


I


Huttes de Oua-Teita.
pente escarpde, of il bondit en cascatelles. De nombreux
villages de Oua-Teita s'y abritent contre la furie des mous-
sons; leurs petits troupeaux de b6tail parcourent en paix
les pAtis sup6rieurs. Partout des plantations de canne A
sucre, les teaches vertes des cultures de patates douces, des
bouquets de bananiers. Sur le rebord de la plate-forme,
on apergoit la Mission, niche dans un petit bois. Tout
ceci, presque sous nos pieds; plus loin, un panorama splen-
dide: au nord et faisant suite au N'dara, une ligne de







i4, AU PAYS DES MASSA1
mornes isoles va se perdre dans les profondeurs de l'ho-
rizon, chez les Oua-Kambani; au nord-est, la plaine im-
mense et d'un vert clair uniform s'6tend vers l'Oc6an et
disparait peu A pen dans la bruime. La riviere Voi y dessine
son course sinueux par la nuance plus sombre des arbres
que d6salterent ses eaux. A l'est, la cime kchancrde du
laungou, puis une chaine de collins basses et de petits
pitons emporte l'oeil au sud-est, ou se dressed la masse
cylindrique et grandiose et le c6ne tronqu6 du Kadiaro
(Kisigau). Plus loin encore, les montagnes de I'Ou-Sam-
bara, du Pard, de l'Ougono. Je me tourne vers l'ouest, et
la superbe chaine de Boura surgit h mes regards avec ses
contours dechirds et ses trois grands massifs, le Kibomou,
le Soungouloulou, le Mbololo. Le Mattil couple A l'extr6-
mit6 sud; le Vo'i merge d'entre le Mbololo et le Soun-
gouloulou, traverse la petite plaine intermddiaire, double
la base septentrionale du N'dara et se dirige en serpentant
vers la mer. L'aspect general du haut pays de Teita rap-
pelle singuli rement celui d'un archipel d'ilots s'61evant A
pic sur des lots vert grishtre la more Rtendue don't
j'ai parl6 et qui l'enserre de routes parts. Les quelques
chainons peu 6lev6s, les pitons qui font saillie ca et la, ont,
comparativement, aussi peu d'importance que des bas-
fonds ou des 6cueils.
Mes observations d'altitude terminies, je d6valai surMtera,
demeure de M. Wray, le pionnier de ce coin sauvage du
noir continent; il m'installa dans sa case, d'ofi la vue tombe
presque verticalement sur la base de la montagne A une
profondeur de plus de 600 metres. J'y passai une nuit
(( l'europ6enne ),.respirant avec d6lices 1'air fortifiant
des sommets.
Des I'aube je mis le nez A la fenEtre; sur les flancs du
Boura, les nudes s'enroulaient en volutes 6normes; le
soleil levant embrasail les crimes d'une chaude lucur et
illuminait chacune des anfractuosites de la montage.
Apres le d6jeuner on signal ma caravane : elle se diri-
geait sur une petite riviere pros de laquelle mes gens dres-








DE ZANZIBAR AU TAVETA 00
s6rent les tenles et oi je m'empressai de les rejoindre.
Le lendemain, M. Wray descendit A son tour et put se
donner le luxe d'une belle et bonne alerfe, la premiere de
ses experiences en ce genre. Les Oua-Teita que j'avais
engages i la cote pour porter nos vivres, moyennant une









"' -2- -_ -
-"-











Village oua-teita du N'dara.

certain quantity de cotonnade, refusaient mordicus celle
que je leur offrais et s'obstinaient a exiger une quality
superieure. Je n'y voulus point entendre; la colere les
gagna; eux et leurs amis commenc6rent a s'exciter h qui
mieux mieux par leurs hurlemcnts et leurs vociferations.
Un d'entre eux, compl6tement hors de lui, tire son 6pde
et se met A danser et h sauter, tout comme un Malais en
train de courir I'amock. I1 gambade, il tourne, il vire;








56 AU PAYS DES MASSAt
dans ces evolutions insensees il finit par piquer son arme
A travers la tente qui renfermait les marchandises et blesse
grievement un de mes hommes : en un clin d'oeil tous les
miens sont debut, carabines en main. Les Oua-Teita sai-
sissent leurs mousquets ou bandent leurs arcs, tout en
battant en retraite vers les abords du camp, oft ils s'abri-
tent derriere les arbres et les roches, hurlant fr6n6tique-
ment et nous defiant au combat. Les femmes, accourues en
foule pour nous vendre des vivres, s'enfuient en braillant
A tue-tate. Le cri de guerre monte de la fort sur les pentes
de la montagne, plus haut, toujours plus haut, jusqu'A ce
que les nuages eux-memes semblent nous renvoyer des
6chos surnaturels. Pendant quelques instants la situation
fut critique : le plus ldger incident, un coup de feu par
example, aurait ddtermind une lutte : pour mon compete,
je ne la craignais nullement, mais le missionnaire eit 616
plac6 dans une position fort pinible. Je me jette sans
armes entire les deux parties, et, m'adressant aux Oua-
Teita : ( Je veux la paix, leur dis-je par la bouche de
mon truchement, mais je n'ai point peur de la guerre : si
vous voulez la paix, vous aussi, commence par meltre lin
A cet abominable tapage, puis envoyez-moi vos anciens,
avec lesquels je t5cherai de m'entendre! Celle harangue
eut le plus grand succes; on se fit des concessions mu-
tuelles, et la difficult fut tranchie au grand soulagement
de A. Wray, qui s'en 6tait fort exag6r6 I'importance. Les
Oua-Teita voulaient seulement nous intimider par cette
petite bravade; mais, moi absent, rien n'eit empiche mes
hommes de faire parler la poudre.
L'affaire terminde, les femmes reparurent; les transac-
tions recommencerent, bruyantes et animbes; les porteurs
courtisaient veh6mentement les jeunes filles, ou, A grand
renfort d'exclamations, marchandaient les vivres offers.
Pour moi, dans le but de prendre leurs photographies,
j'essayais de m'insinuer dans les bonnes graces des Oua-
Teitanes; mais j'avais beau arborer mon plus aimable sou-
rire, montrer les plus jolis de mes fils de perles, je ne








DE ZANZIBAR AU TAVETA Di
reussissais pas a vaincre leurs terreurs. Mes caressantes
paroles, une pincee amicale, un chatouillement sons le
mention les amadouaient bien jusqu'A les faire se tenir


M'Teita du N'dara.


debout; mais, quand je d6voilais l'appareil, elles d6talaient
a toutes jambes vers les bois. Je voulus leur expliquer mon
buit, leur montrer des photographies, ce fut bien pire encore:
le magicien blanc voulait s'emparer de leurs ames et les tenir
A sa merci : j'y gAtai plusieurs negatifs et abandonnai 1'en-
treprise; graces el verroteries avaient Wte exhibdes en vain.








58 AU PAYS DES MASSA'
Done je me contenterai de d6crire ces Oua-Teita. Les
hommes, ici comme ailleurs, n'ont pas droit A de longues
phrases.De taille un peu au-dessous dela moyenne, maigres,
les membres greles, ils supportent pourtant des fatigues
consid6rables. Leurs traits paraissent tenir le milieu entire
les lin6aments at peine bbauches du vrai negre et ceux des
Gallas ou des Somalis; la mAchoire est quelque peu pro-
gnathe, le crane 6troit. Ils n'ont d'autre v~tement qu'une
cotonnade 6court6e, noude au hasard autour des reins ou
attache a une 6paule et flotlant A la brise. Au cou et aux
bras, quelques joyaux de laiton, des verroteries, des chai-
nettes fabriquees dans le pays. Pour armes, un couteau,
une 6p6e longue et spatulde, un are et des fleches, mais
tout cela mal travaille, mal fini ct ne denotant pas que le
guerrier mette le moindre orgueil A son 6quipement. Em-
busquIs dans leurs montagnes esearpees et couples de
precipices, ils lancent leurs fleches de derriere les roches.
Les Massai, charges de lourdes piques et habitues aux
planes, ne se hasardent guBre prbs des villages du haul
pays.
Et maintenant, aimable lectrice, je vous invite a assisted
avec moi A la toilette d'une M'Teita du bon ton. Vous
h6sitez d'abord, une rougeur charmante vient colorer vos
joues : ne la regrettez pas, elle vous va si bien! Pour calmer
vos scrupules, imagine seulement que la personnel en ques-
tion est deji rev6tue d'une < cuirasse ou d'un (( 6tui en
peau de Subde brun rouge et taill par la meilleure faiseuse.
Quant A la belle elle-meme, aucune de vos inqui6tudes ne
l'effleure; elle sourit avec non moins de gaiety et de co-
quetterie que la plus charmante des Europdennes : quels
myslbres aurait-elle A cacher? Nul besoin de ( tournure ,;
la ouate lui est inutile. Entrons dans la hulle circulaire et
basse; asseyons-nous sur n'imporle quel objet qui puisse
servir de sibge : malgrd la chaleur suffocante et la fumde
qui vous prend A la gorge, vous finirez bien par distinguer,
a la lueur du feu, notre gracieuse amie. Peu A peu nos
yeux s'accoutument a l'obscurit6; la jeune personnel est de







DE ZANZIBAR AU TAVETA 59
- taille fort petite, visage rond, comme la plupart de ses
compagnes; un soupcon de prognathisme a l'angle facial.
Le galbe, pas trop mal pour une n6gresse, n'offre pas
cependant A la ceinlure cette ligne sinueuse qui s'accorde
davantage avec nos idles sur la beauty feminine. Les mem-
bres sont admirablement dicoupls; le corps est agile et
souple comme celui d'une couleuvre; son ceil lance des
feux; on voit h son sourire qu'elle n'a pas un doute sur lc
pouvoir de ses charmes.
La damoiselle a d6ja revklu, ou, pour mieux dire, ello
n'avait pas quittd (( le simple appareil, d'une beauty
m'teitane. C'est un 6pais badigeon de noir de fumee et
d'huile de ricin, aux parfums que la galanterie nous oblige
a d6clarer s6duisants, mais qu'entre nous je confesse etre
horrible. Elle y ajoute une couche nouvelle pour les con-
qultes de la journee, puis, aux flames incertaines du
foyer, elle reluit comme un escargot sortant de sa coquille,
pimpant et frais, en route pour la promenade du soir. Rien
d'hygidnique comme ce vernissage, qui protege seul les
montagnardes du N'dara contre les chaleurs extremes du
jour et le froid de la nuit. I1 carte les rhumes et prdvient
une transpiration excessive. Avant de recevoir ses visi-
teurs, notre h6tesse s'ktait paree de son tablier, un petit
carr6 de peau de la grandeur d'un mouchoir de poche de
dame et en enlier covert de perles; derriere on dirait
.qu'elle porte les pans de l'habit du missionnaire, mais un
peu allong6s et tout brod6s de verroteries formant des des-
sins varies; les deux lourdes basques frappent les jambes
d'une facon sans doute agr6able quand il fait chaud; cette
mode, du rest, n'est pas absolument rigoureuse, et d'au-
tres M'Teitanes se contentent de la moiti6 post6rieure d'un
minuscule jupon. La chevelure est ras6e tout autour des
tempes; on en garde sur le sommet une couronne de dix
ou douze centimitres de diam6tre. A grand labeur on la
sOpare en meches, on la roule en cordons trLs serr6s et
tres nombreux, qui donnent a la atte l'aspeet d'un plumeau
de lisieres: Sur chacune des torsades on fixe des fils de








60 AU PAYS DES MASSAi
perles de diverse couleurs; autour de la parties ras6e on
attache un bandeau de verroterie large de cinq centimetres,
de chaque c6t6 duquel trois longs cordons tombent en
liberty jusqu'au-dessous des 6paules. L'oreille, toute perc6e
de trous, chargee de gros anneaux de verre et distendue
par le poids, devient un objet sans forme, hideux A con-
templer. Les paupibres ont t6C soigneusement d6pouill6es
de leurs cils. La belle n'a plus A present qu'a donner,
au moyen d'une lime, une pointe plus aiguii A ses longues
dents de crocodile : sa tAte est faite et parfaite.
Elle retire alors, d'une cheville avoisinante, une trentaine
de grands colliers qu'elle passe par-dessus 1'paule droite
et par-dessous I'aisselle gauche; ils pendent jusqu'A la cein-
ture, se croisant, au milieu d'une poitrine pleine et bien
forme, avec une autre sdrie de colliers partant de l'6paule
oppose. Au cou, cent cinquante a deux cents rangs de
perles servent de base a un carcan monumental compose
d'une solide masse de verroteries, haute de huit A dix centi-
mitres et qu'on fixe de manibre A reliever le mention et a
remplir toute la depression du dessous. Au torse, main-
tenant! et, avec une admiration profonde pour la vigueur
physique qu'il lui faut pour suivre la mode A tout prix,
nous la voyons prcndre successivement deux ou trois cents
autres fils de perles, des ceintures, des bandeaux, toujours
brod6s de grains de verre, et en bastionner la region autour
de laquelle, en nos pays, le valseur arrondit son bras.
La plus grande parlie de la rassade y a passe! II ne
reste plus qu'a emmailloter bras et jambes de bandes trbs
serrdes. Ayant ainsi charge sa personnel d'un poids de
douze A quinze kilogrammes, la dame se retourne complai-
samment pour recevoir un tribute de lounges que nous ne
lui marchandons point, puis s'accroupit sur le sol, afin de
se remettre d'une si dure corv6e. Nous d6posons nos
offrandes a ses pieds et prenons cong6 (kouaheri), baign6s
de sueur et noircis de fumee.
Ainsi armee en guerre, notre M'Teitane remplit son sac
de ma'is et descend au campement pour y exciter l'admi-








DE ZANZIBAR AU TAVETA 01
ration gen6rale et se livrer A l'occupation si chore au cceur
de toutes les femmes..., debattre A outrance le prix de ses
denrees.
Les mceurs des Oua-Teila me semblent diffdrer A peine
de celles que d4crivent les voyageurs A d'autres regions de
l'Est africain, sauf peut-6tre pour les marriages, oft se


Matrone oua-tcitane.


retrouvent des traces de I'ancienne coutume de capture
les femmes. Quand un M'Teita s'est choisi une spouse, il
doit d'abord r6gler les prdliminaires avec le pere et, sui-
vant les us dtablis chez les negres, payer sa menagare de
trois ou quatre vaches. Le march conclu, la jeune fille
prend la fuite et va se cacher le plus loin possible, dans la
case de quelque parent, jusqu'A ce que le fiance d6couvre
sa retraite et s'empare de sa promise. Ses amis d'accourir;
deux la tenant par les bras et deux par les jambes 1'en-
16vent A la hauteur des 6paules et la transportent dans sa
future butte, au milieu des chants et des danses. Arrives








62 AU PAYS DES MASSAI
A leur demeure, les nouveaux marines y sont renfcrmis trois
jours sans nourriture aucune; puis la femme est passee A
l'huile de pied en cap, paree do perles et aulres joyaux;
une troupe de jeunes filles la ramene chez le pare, au
milieu des chants et des danses; au bout de quelque temps,
elle r6integre son domicile, et la fete est termin6e.
Il y a ici une disproportion tris grande entire les sexes,
le f6minin predominant de beaucoup; les jeunes gens so
marient peu, le nombre de vaches requises d6passant sou-
vent leurs moyens. Quelques unions entire freres et soeurs
en sont la consequence, mais, en g6ndral, cette pratique
est hautement r6prouv6e.
Certains rites religieux aussi offriraient quelque dissem-
blance avec ceux des negres plus au sud. Sur les months du
Teita, oi les d6frichements et le froid qui oblige i se
chauffer ont amen6 une deforestation presque complete,
on voit encore ch et lA des bouquets d'arbres auxquels per-
sonne n'oserait toucher. On y enterre les morts; et, dans
le secret des fourres, le M'Teita se retire pour invoquer
1'ftre supreme ou les ombres de ses parents ddfunts.
Mes hommes se trouvant un peu defatigu6s, je fais mcs
adieux A M. Wray, et la petite troupe reprend sa route vers
l'ouest. Apres une march tres longue et tres p6nible, oui
nous traversons une range de collins basses par un
sentier trou6 dans le sous-bois en facon de tunnel, nous
descendons sur la riviere MatL6t, prbs de l'extremitl sud
de la chaine des Boura, dans le district de Javia, ainsi
nomm6 de l'ancien qui le gouverne. La caravane campe au
milieu de riches plantations; on se donne le luxe de sucer
de jeunes 6pis de mais.
Le lendemain nous contournons le Boura par le vrai
casse-cou qui en franchit les pentes. Nous avons ici de
nombreuses occasions de fire connaissance avec le fingo
(ailleurs on dit le hongo), system de douane qui a cri et
embelli, et atteint des proportions gigantesques. L'ancien
de chaque village des environs venait lever son tribute avec
une hardiesse et une arrogance insupporlables : pouss6 a








DE ZANZIBAR AU TAVETA 6J
bout, enfin, jc marchai sur Pun de ces brigands d'un air
si d6termin6 que, dans son 6pouvante, il faillit piquer une
ltte dans le precipice beant au has de la montagne.
Apres une tape tr6s dure, nous nous trouvons dans une
charmante petite combe, qui entaille profond6ment la mon-
tagne, just a la base du majestueux cane du Kilima-
Kibomou. Nous y passons deux jours A acheter des vivres
pour notre march vers le Taveta par la plaine d6serte.
Une tentative d'escalade du pie Kibouma ne put aboutir :
le guide prit un mauvais sentier et finit par nous conduire
au fond d'un precipice don't les parois montent verticale-
ment a plus de 30'0 metres. Pour la premiere fois, je vis
des bananiers sauvages; ils croissaient plantureusement
dans un sol cribl6 de sources et A une altitude de 1800 me-
tres; puis une 6tonnante profusion de fougeres arbores-
centes, d'adiantles, de lycopodes, d'orchidees; des bruyeres
et nombre d'autres plants A physionomie familibre h un
Europden. Des lichens A barbe grise pendant aux branches
de tous les arbres leur donnaient l'apparence de vieux et
v6ndrables patriarches.
Nos provisions 6taient rassembl6es; j'avais solennelle-
ment 6chang6 le titre de (< frere avee le principal ancien
du district : nous pouvions prendre cong6. Mais ce ne fut
pas sans une nouvelle alerte: certain Oua-Teita essay6rent
de profiter de la confusion des preparatifs pour faire main
basse sur deux fusils, au milieu meme du campement,et se
sauver dans la brousse. Avant que j'en fusse inform, pif!
paf! les carabines parent, mes homes jettent leurs bal-
lots, les Oua-Teita d6talent en hurlant; par bonheur, la
premiere dicharge n'avait bless personnel, et je r6ussis A
relablir la paix : en some, il aurait mieux value qu'un de
ces larrons eft recu son compete, car la tribu commence A
devenir fameuse pour son penchant au pillage. Le bruit
des coups de feu avait 6veillb l'altention; le cri de guerre
faisait descendre de la montagne les Oua-Teita par cen-
taines, et nous eimes A marcher avec des precautions infi-
nies; mais nous avions l'air si f6roces, nous 6tions si bien








64 AU PAYS DES MASSAI
arms, que nous prmes atteindre sans encombre le campe-
ment de Mikome-ni.
Ce nom est, A tort, porter sur la carte comme celui d'un
district : en souaheli il designe simplement un camp, un
lieu qu'abritent les arbres qu'on appelle mikomen.
J'avais compt6 partir a deux heures du matin pour une
march force A travers la zone sans eau qui s'elendait
devant nous; mais, pendant la nuit, les Oua-Teita s'amas-
serent en grand nombre et tenterent un coup de main sur
les bagages : je dus renoncer A lever le camp. La march
une fois commencee, et A la faveur des tenebres, ils eussent
certainement occasionn6 une panique parmi les porteurs.
Pendant 1'dtape du jour j'abats, et non sans quelque
fiert6, deux hartebeest (Bubalis caama), une girafe, un
z6bre; mes hommes, en grande liesse, se gorgent de viande
autour des feux du bivouac.
A trois heures du matin, nous reprenions notre peleri-
nage, afin de profiter de la fraicheur : de temps A autre,
des troupeaux de zebres galopaient A travers le sentier, en
poussant leur strange cri. Parfois, dans le clair-obscur,
r6sonnait la basse profonde des lions disant leur b6nidicit.
BientOt l'aube part, et, malgrd la chaleur suffocante, il
fallut poursuivre notre march, car je voulais, le jour mime,
arriver au Tavela. A six heures du soir seulement, le gros
de la caravane quittait les solitudes affreuses et le hale
meurtrier du Nyika pour entrer sous les frais ombrages et
boire les eaux limpides d'une des plus charmantes regions
forestieres de 1'Est africain.
















CHAPITRE III


QUINZE JOURS EN FORT

Impossible de d6crire le soulagement avec lequel, dans
la soiree du 31 mars, nous 6changehmes brusquement la
chaleur ardente du desert pour les labyrinthes feuillus et
les paysages bocagers de la petite Arcadie du Taveta. Apres
avoir chemind sous bois par une sorte de troupe 6troite et
sinueuse, perc6e dans l'impE6ntrable fort et la brousse
enchevutr6e, nous enlrons par une porte minuscule dans
l'enceinte des retranchements. Ici nous donnons la parole
A nos carabines; 1'6cho en r6plte au loin les detonations;
elles disent aux naturels, en un language compris de tous,
qu'une caravane fatigue vient leur demander I'hospitalite.
Nous avangons au milieu de plantureuses bananeraies; de
nombreuses d6charges de poudre nous rdpondcnt d'un
accueil cordial; les arbres memes semblent nous renvoyer
des salaams; de tous coits on entend partir des coups de
fusil: nous nous trouvons au milieu d'un lacis de canaux,
de rigoles artificielles; chacun 6tanche sa soif dans l'eau
claire et fraiche. Les naturels commencent A paraitre, con-
firmant leurs salves de bienvenue par des Yambol Yambo!
rdp6tis. Des trafiquants souaheli les suivent et, beaucoup
plus d6monstratifs, saisissent et baisent mes mains, en me
saluant de leur Sabalkheir; ils sont tout surprise A la
vue d'un homme blanc et de sa caravane, don't personnel
ne leur avait parlM. Accompagnes du tonnerre des mous-
quets, qui dans les profondeurs de la fort rdsonnaient
5








66 AU PAYS DES MASSA1
comme le canon, nous marchons A la file le long des plan-
tations pour aboutir enfin A une vaste clairiere, le quar-
tier gednral des traitants souaheli, pr6sid6 par un certain
Dougoumbi, cdl6bre mkouginzi et mganga (sorcier). Ils
s'y Btaient construit nombre de cases, analogues A celles
de la cote. Mes porteurs, extinu6s, jetaient has leurs far-
deaux et, faisant taire leurs estomacs vides, ne deman-
daient qu'a s'6tendre dans le premier coin venu; mais, A
force de crier et de m'6poumoner, je r6ussis A organiser
le bivouac; on placa les marchandises dans les tentes, et je
me procurai assez de vivres pour apaiser la faim de tous.
Repos complete le lendemain. Pour me garanlir du bruit
et du tapage, des odeurs, des divers spectacles qu'offre un
campement nOgre, je transport mon domicile A quelque
distance, dans la plus charmante des retraites, laissant mes
hommes sous la garde de Martin.
Il me fallait maintenant mettre mes gens A une besogne
tres minutieuse et des plus impr6vues : enfiler toutes nos
verroteries en cordons de la dimension requise au pays des
Massai; sans quoi, elles me resteraient certainement pour
compete : 60 000 longueurs, je dis soixante mille! En outre,
lesdits personnages n'acceptent la colonnade que dAjA con-
fectionn6e en un vetement de guerre, le naibdrd : deux
metres d'etoffe, traversee dans le sens de la longueur par
une bande rouge ou A damiers don't on effile les bouts pour
former une frange; nous avons A en parfaire trois cents; je
me resigne done A une halte assez prolongee.
Apr6s avoir r6gl6 avec les anciens et les jeunes hommes
la question du tribute ou hongo, apres avoir offert des prd-
sents A Dougoumbi et au chef d'une caravane qui arrivait
de chez les Massa', diminuee d'une centaine de porteurs
par suite de maladies, je m'affairai sur I'heure aux pres-
sants travaux 6numBrBs ci-dessus. Les couseurs 6merites
furent mis en tete-A-tkte avec les manteaux de guerre; le
reste s'attela aux perles, sauf quelques hommes que j'em-
ployai a la cueillette des feuilles du palmier mouald raphiaa),
qui servent ici de cordons. Afin de faire la part du (( cou-








QUINZE JOURS EN FORGET 67
large ) aussi petite que possible, nous mesurAmes la quantil6
de perles confiBe A chacun; les chefs servaient de surveil-
lants; j'edictai contre le vol les peines les plus severes; je
promise des recompenses au zile et A la probity; le tout fut
couronn6 par de terrible froncements de sourcil A l'adresse


.-:. -


Quarter de mes homes au Taveta.

des futurs delinquants, par des sourires approbateurs pour
les travailleurs vertueux. A la brune, quand on me
remit l'ouvrage, je tombai dans des abimes de d6sespoir.
Je m'6tais fait la douce idWe que la r6gen6ration morale de
ma troupe avait un peu progress depuis notre depart de la
cote: quel d6sappointement! pas un seul de mes hommes
ne rapportait la quantity de perles qui lui avait 6te confide.
Sur quatre ballots distribu6s, tout au plus m'en rendait-on
trois! Impossible de faire fonctionner le balon sur les
epaules de la caravane entire : je prends deux hommes







68 AU PAYS DES IASSAl
par khambi (mess) et charge Brahim de leur administer une
vol6e bien sentie; je supprime les rations du soir. La journde
s'acheve sur des protestations 6perdues d'innocence, sur
des menaces de desertion. Mais j'6tais hien r6solu A ne pas
ceder: il fallait,ou jamais,m'assurer l'obeissance de mes gens.
Je repris tous les fusils des porteurs, distribuai partout
des sentinelles munies des ordres les plus sanguinaires; je
chargeai avec ostentation ma meilleure carabine; puis, quel-
ques-uns des hommes I'entendant, il fut convenu avec James
Martin que nous nous partagerions le quart toute la nuit.
Le lendemain, les choses s'amendaient deji; mais, A la
fin, sur trente ballots de verroterie, deux A peu pris me
furent subtilis6s pendant l'enfilage, en d6pit des corrections
nombreuses infligees aux larrons.
Le lecteur le comprend, j'espere, je ne parole pas ici du
fouet si connu de tous ceux qui ont fait leurs delices de la
litt6rature anti-esclavagiste. Jamais le supplice n'a ddpass6
quelques coups de trique en travers des 6paules. Certes,
c'est ddjh trop; mais les punitions corporelles sont de
stricte obligation si le voyageur veut rester maitre de sa
caravane et n'6tre pas regard par elle comme un couard
n'osant pas recourir aux measures extremes. Aucun explo-
rateur de l'Afrique central n'a tenu plus que moi ses
hommes sous sa main; pourtant ils ont fini par m'aimer
encore plus qu'ils ne me craignaient. Lors de ma premiere
expddition,avec une des meilleures troupes de porteurs qui
aient jamais quitt6 la c6te, je vis tous mes projects risquer
de naufrager tant que je n'essayai que de la persuasion
morale. Sur ma caravan actuelle, suffisamment decrite
plus haut, j'ai presque d&s l'abord obtenu un ascendant tres
reel, non seulement par l'usage judicieux du baton et la
promptitude avec laquelle le chatiment tombait sur l'epaule
coupable, mais aussi parce que je m'occupais de mes gens
et cherchais A les comprendre A fond. Aussi le gourdin
de Brahim devint-il bient6t presque inutile; mes ordres
Btaient obWis avec une celerite don't on voit peu d'exemples
en dehors de l'arm6e.








QUINZE JOURS EN FORT 69
Ma vie au Taveta, j'ai hate de le dire, fut souvent autre
chose que ( travail et tourment ,. De charmantes prome-
nades A la fraicheur du soir me remettaient agrdablement
des grands ou petits levers oi je recevais les naturels et
des seances oi, en quality de magician du Nord, j'6veillais
une admiration profonde par ma batterie galvanique, 6vo-
quant des cris de terreur ou des eelats de rire suivant que
les curieux dtaient (( sujets ou simples spectaleurs des
tortures des autres. Poisson, volailles, cufs, moutons ou
chivres, tomatoes, ignames, patates douces, cassave, mais
en lait, cannes A sucre, bananes dories, nombre de 16gumes
paraissaient sur notre table avec une profusion don't je n'ai
pas vu d'autre example en Afrique.

Maintenant que chez nous la besogne marehe plus
r6guliirement, que petit A petit quelque idee de la disci-
pline et d'une morality plus haute s'infiltre dans ma cara-
vane, nous pouvons ddrider notre front sourcilleux, re-
prendre notre physionomie des bons jours et commencer
l'exploration de la fort. J'invite les lecteurs a m'y aecom-
pagner.
Nous nous levons avec I'aurore d'une fraiche matinee
d'avril; le ddjeuner disparait sous notre app6tit devorant.
Chacun boucle sa ceinture, sangle son havresac, prend
son couteau de chasse et son fusil; un nombre suffisant de
piqueurs nous escorted. On traverse le camp; nous laissons
derriere nous la laideur et les ordures d'un village souaheli
pour nous longer au milieu d'un de ces labyrinthes de
verdoyante ramie don't l'imagination populaire aime a
peupler les regions 6quatoriales, mais qui, si rarement en
Afrique, s'ouvrent devant le voyageur fatigue.
La petite troupe s'engage gaiement sur la senate bocagere
et se perd en admiration devant les superbes massifs de
verdure que nous rencontrons a chaque pas. Des arbres
superbes dressent leurs f6ts A vingt-cinq ou trente mbtres
avant que les branches apparaissent et s'6tendent en un
dais splendid; leurs rameaux s'entrclacent avec ceux des








70 AU PAYS DES MASSAI
arbres voisins; la lumiere ne passe plus qu'adoucie, tami-
see, pour vibrer et trembloter au-dessous en feux follets
innombrables. Mais les hautes colonnes qui s'6levent de
toutes parts ne rappellent en rien la fort de mats d'un port
bond de navires : des lines flexibles, ployant sous leur
parure de feuilles, so balancent d'un arbre A l'autre ou
retombent en guirlandes vert sombre sur les robustes
troncs. De beaux palmiers le raphia et l'hyphene ou dat-
tier sauvage, des arbrisseaux en fleur, une profusion de
fougeres et, ac et la, quelque plante dtoilee de brillantes
corolles viennent combler les intervalles : 'ceil se lasse A
contempler cette richesse, cette prodigality exub6rante. Les
singes animent la sc6ne, forcant attention par leurs mou-
vements rapids et leurs incessants eclats de voix. Des
bandes de calaos violent d'arbre en arbre, blessant 1'oreille
de leur cri 6trangement faux. Les 6cureuils, tant6t dispa-
raissent derriere les branches avec une merveilleuse pres-
tesse, tant6t vous regardent tout surprise, suivant que l'em-
porte la frayeur ou la curiosity. De nombreuses empreintes
nous parent des hyenes tapies dans le sous-bois jusqu'A cc
que les ombres de la nuit leur permettent de commencer
leurs rondes de goules. Enfin l'aimable gazouillis de l'eau
courant parmi les rochers nous guide vers un joli petit
fleuve, le Loumi, form par les neiges du Kimaouenzi, une
des cimes du puissant Kilima-Ndjaro; il descend, par un
canal souterrain, du haut sommet qui boit les nudes, et
coule vers le sud, en route pour le lac Djip6; ses eaux,
filtrant partout sous le sol, abreuvent la superbe fort du
Taveta et, d'une saison A I'autre, en entretiennent la frai-
cheur. Les rives du Loumi se parent des frondes delicates
de l'adianthe et de guirlandes de lines; les arbres majes-
tueux, don't les rameaux se rejoignent par-dessus le cou-
rant, nous invitent A nous asseoir sous leur ombre, et,
comme si nous eussions golt6 du lotus divin, en nous tout
s'apaise et s'oublie, notre esprit s'66lve bien au-dessus de
ce monde pour s'envoler vers le pays du r&ve, la terre idyl-
lique de l'eternel printemps.







QUINZE'JOURS EN FORT 71
TentBs par l'admirable limpidit6 des eaux, nous nous
plongeons dans leurs profondeurs cristallines. Le bruit de
branches 6eart6es attire notre attention : voyez-vous ces
yeux noirs fix6s sur les strangers? Un Nani oudoud? (Qui
va la?) un peu vif fait tressauter les belles Tavetanes.
Elles prennent la fuite comme des biches dpeur6es; nous
remettons A loisir nos habits, nous demandant si quelque
jour un pokte de la fort chantera dans ses vers na'fs com-
ment les brunes filles errant sur les bords heureux du
Loumi manquerent Wtre changDes en pierre la vue des
Mzoungou faisant ruisseler des perles liquides sur leur
corps d'un blanc de neige.
A la suite de cette venture, la gaiet6 se ranime, les plai-
santeries vont leur train; nous reprenons notre march;
des scenes nouvelles et variees appellent partout les regards.
Un petit chemin en zigzag nous conduit A une sorte de
redoute cache sous des massifs inextricables de verdure;
on y p6netre par un sentier trbs dtroit et une porte tr6s
solide, plus 6troite encore, derriere laquelle les naturels se
rient des attaques des Massai. Ceux-ci, une ou deux fois,
se sont avanc6s dans l'int6rieur de la fort : A peine si
quelques guerriers ont pu battre en retraite pour dire le
sort de leurs frbres. Derriere ce retranchement on trouve
deux ou trois cases en forme de ruche et recouvertes de
feuilles de bananier; donnons un coup d'ceil h l'interieur :
deux vaches y habitent, belles, grasses et qui ne sortent
jamais; on leur porte 1'herbe necessaire; presque A les
toucher, des pieux soutiennent une peau de bceuf bien
tendue. C'est le lit de la dame du lieu et de son seigneur
quand il lui prend fantaisie de coucher dans sa villa, car,
possedant d'autres huttes et d'autres spouses, chacune
avec ses g6nisses, il measure la longueur de son sejour au
plus ou moins d'affection que lui inspire la menagere.
Presque rien dans la demeure, sauf la sirie ordinaire
d'ustensiles de cuisine: pots A biWre et a eau; calebasses pour
le lait; petits cylindres de bois creux pour le miel; corbeilles
contenant diverse sortes de grains. Dans les coins, des







72 AU PAYS DES MASSAi
cachettes pour les perles et la cotonnade. On cuisine dehors,
au milieu des gambades des chevres et des chevreaux; la gent
moutonni6re, plus paisible, rumine un peu plus loin. Les
coqs s'etablissent sur la toiture; les poules, moins aventu-
reuses, caquettent avec leur piaillante prog6niture a de plus
modestes hauteurs.
AprBs une petite causerie, nous prenons cong6 des habi-
tants du lieu. Que voyons-nous li-bas? Voici done com-
ment les Tavetans disposent de leurs morts! Le cadavre est
d'abord enterr6 assis, un bras reposant sur le genou et la
tote sur la main gauche pour les hommes, sur la main
droite pour les femmes. Quand toutes les chairs sont con-
sumdes, on enl6ve les cranes du chef de famille et de sa
principal spouse, puis on les place dans des vases pro-
fonds et de former ovale, qu'on couche sur le c6td, au milieu
de la plantation des dCfunts et toujours sous des dracanas.
Devenus les bons genies du lieu, ils veilleront sur les
r6coltes. Rien de plus lugubre que la vue de ces cranes
grimagants A l'ouverture de poteries aux sombres couleurs.
Nos regards sont distraits de cet strange spectacle par
le son argentin de petites clochettes et un bruit m6tallique
comme d'anneaux de fer frappant 1'un contre I'autre. Une
vieille n6gresse, d'aspect r6barbalif, sort lentement d'une
bananeraie, merchant d'un pas mesurd et brandissant une
baguette destine A tenir en respect les gamins malicieux.
Derriere cette ruine vendrable march, en se dandinant sur
ses hanches. une jeune femme, grasse et rondelette, d'une
vingtaine d'annees au plus. Autour de son front, un ban-
deau de cuir orn6 de cauris soutient un (( voile ) de jaseron
de fer qui couvre presque completement le visage et des-
cend sur la poitrine. Sur le cou, sur le buste, des perles et
des chainettes de mdtal a rendre jalouses les dames les plus
cossues du Teita. Sa robe de peau est soigneusement cha-
moisee; ses bras et ses jambes disparaissent sous des fils
de fer et de laiton aussi gros que celui des tlS6graphes;
toute sa personnel est charge de verroteries et de ferrailles;
autour de ses chevilles, des masses de grands anneaux







QUINZE JOURS EN FORIlT 73
annoncent de loin son approche. Saluant la hideuse duegne
avec toute la d6f6rence qui lui est due, nous adressons a
sa compagne un aimable sourire; elles continent leur
route, avancant avec la meme precaution que si elles tra-
versaient une brousse .6pineuse. Qu'est-ce done? L'Es-
pagne a-t-elle export en Afrique son systmme d'espionnage
f6minin?
La jeune dame est dans un 6tat int6ressant: voilA le
grand secret; elle chemine a pas compt6s, faisant tinter ses
sonnettes, dans tout I'orgueil permis A sa situation,
enchantde d'annoncer ( ses joyeuses attentes ) au monde
on general, et peut-6tre A quelque rival on particulier; on
l'engraisse, on la gave comme une poularde pour le march.
La belle ne fait cuvre de ses dix doigts, et, qluand elle va
querir les felicitations de ses amis, un chaperon d'"ge mfir
la pr6e6de et veille i ce que rien sur la route ne vienne
I'effrayer ou l'incommoder. Pour ces occasions solennelles,
la future matrone accumule sur elle tons les ornaments
possibles: le voile de chainettes et les petites cloches sont
un privilege distinctif, mais pour le premier-ne seulement;
l'annonce d'un second bambin n'excite plus le moindre
int6ret.
Le marriage, chez les Oua-Taveta, est une question de
plus on moins de richesse en b6tail. Quand un jeune
homme s'6prend de quelque jeune fille, il cause avec le
pere et convient de donner pour elle un certain nombre de
bouvillons. S'il peut payer stance tenante, c'est bien : il
emmene sa femme; mais, d'ordinaire, il ne lui est possible
que de livrer une parties du prix; la demoiselle est d6sor-
mais engagee, ( scellee ), comme dissent les Mormons; elle
ne sort plus la nuit tomb6e et n'a pas la permission de
causer avec un homme, fuit-ce avec son future mari. Ces
flancailles durent des ann6es quand l'amoureux est pauvre
et jusqu'a ce que le dernier bceuf soit vers6; mais, le ma-
riage accompli, 1'Hpouse n'est plus tenue A grand'chose, et
le relAchement des moeurs est ici ph6nom6nal; la fid61it6
conjugale n'exisle pas, ou, du moins, on l'exige aussi peu







74 AU PAYS DES MASSA1
d'un c6te que de l'autre; ce sont presque les unions libres.
Nous continuous notre route par des clairieres char-
mantes, de riches plantations of 1'eau couple dans des
rigoles. Tant6t, dans ce petit paradise, des arbres isoles
s'6l6vent de toute leur majestueuse hauteur; tantot un BId-
gant massif so d6tache sur le gazon vert, offrant ses
ombrages au passant; de belles recolles de mais dor6 ou
de millet gris ondulent sous la brise; les lourds regimes
de bananes font courber les stipes celluleux et mous. Le
paysage change comme les figures d'un kaleidoscope. L'oeil
se lasserait A noter toutes ces combinaisons de forme et de
couleur, toutes ces alternances du grand et du gracieux.
Je voudrais seulement plus de ces beaux papillons aux
teintes irises, plus de libellules, plus d'oiseaux aux cou-
leurs 6clatantes, plus d'insectes aux formes 6tranges.
Je m'arrete, lecteur: aussi bien pourriez-vous me trouver
aussi prodigue de mes phrases que l'est de sa ramie cette
admirable fort. Reposons-nous sous l'arbre A palabres des
naturels, et parlons du district et de ses habitants.
Le Taveta, situd a une altitude de plus de 700 me-
tres, occupe en entier une depression peu profonde au
pied du versant sud-est du Kilima-Ndjaro, le mont A tite
chenue. L'inexpugnable fort, longue de onze kilometres
et large A pine de deux, a la forme d'un triangle don't le
sommet se dirige vers le nord et don't la base est sous-
tendue par le lac Djip6. La ligne de demarcation est absolue
entire la zone plantureuse et la sterilit6 du desert : d'un
pas a l'autre la scene change brusquement. La fort re-
couvre une aire A peu pres plane de grasses alluvions, des-
cendues des hautes terres avec les eaux p6rennes du Loumi
qui la traverse pour se jeter dans le lac et a, probable-
ment, combl6 de ses apports une des babies de celui-ci. Cette
riviere, du reste, n'est pas confine dans son lit actuel; elle
s'epand au loin par un r6seau de veines souterraines :
presque partout, au Taveta, on trouve l'eau A un ou deux
pieds de profondeur; de l cette merveilleuse fecondit6.
Quand le terrain se relieve, le fleuve, naturellement, ne








QUINZE JOURS EN FORT 75
change pas de niveau; et, comme il tombe trWs peu de
pluie, les planes seules qui poussent dans le sol le plus
aride reussissent a v6guter. Le Loumi marque le point de
contact entire deux formations gdologiques tres differentes :
les laves du Kilima-Ndjaro, et les schistes et gneiss, roches
m6tamorphiques.
Les habitants sont un melange des races bantoues de
l'Afrique central et m6ridionale, et des tribus chamites
du Nil et du nord du continent, les Bantous Rtant reprd-
sent6s par les Oua-Taveta proprement dits, proches cousins
des Oua-Tchagga et des Oua-Teita, les Chamites par un
clan de la grande nation massa'i, connu des Oua-Souaheli
sous le nom de Oua-Kouafi. Ceux-ci, apres une longue suite
de desastres, furent chassis des planes qu'ils occupaient
autour du Teila, du Djip6, de l'Ou-Sambara, et disperses
sur toute la region. Quelques-unes de leurs families, mena-
cees de mourir de faim par suite de la perte de leurs bes-
tiaux, ont delaiss6 leurs prejugbs s6culaires contre la cul-
ture du sol pour adopter la mani6re de vivre des Tavetans:
peu A peu elles se sont si bien assimil6 les mceurs et les
idGes de leurs h6tes, qu'au premier abord on confondrait
les deux peuplades.
Les Oua-Kouafi, cependant, sont caract6ris6s par un
galbe plus correct et digne parfois de l'attention d'un sta-
tuaire, une physionomie plus vive, des pommettes plus
saillantes, une tendance aux yeux obliques du Mongol. Les
jeunes gens aiment A se montrer sous le costume de leurs
ancitres. Sauf pour la circoncision, toujours pratiquee sui-
vant le mode particulier aux Massa', ils ont adopt tous les
usages des Tavetans. Sous le rapport moral, la transfor-
mation est bien autrement admirable : sans rien perdre de
leur bravoure originelle, ces naturels, naguere les bri-
gands les plus audacieux de toute l'Afrique,ont oubli* leur
soif de verser le sang. Rdduits A une poignee d'hommes,
mais occupant un poste impossible A forcer, ils laissent
r6der autour de la fort les grandes hordes massai et se
rient de Mandara meme, le fin matois, le.rus6 chef du







76 AU PAYS DES MASSA'
Tchagga, qui regarded d'un ceil de convoitise les nombreuses
forteresses silvaines d'oa il pourrait commander la route
des caravanes. Dans aucun de mes s6jours en Afrique, je
n'avais vu d'indighnes d'un plus agrdable commerce : la
sincere amiti6 que je liai avec eux restera un de mes meil-
leurs souvenirs. Et si, a mon entire au Taveta, ses paysages
charmants m'avaient paru une Arcadie, certes les habitants
de la fort ne refroidirent pas mon enthousiasme, tant je
les trouvai hospitaliers, amis de la paix, nobles et virils et
d'une probity surprenante.
Le Taveta a toujours W6t d'une grande importance pour
les traitants de la c6te. Situ6 aux portes memes du pays
des Massa'i et offrant une parfaite s6curit6, recommande en
outre par l'abondance des vivres et le caractere des natu-
rels, il est bient6t devenu la station de repos et de ravilail-
lement pour les caravanes d'aller et de retour. Elles y pas-
sent de quinze jours A deux mois sous un prdtexte ou sous
un autre, et, comme la plupart de leurs membres y sont
h6berg6s et d6frayds presque entierement par les nombreux
amis qu'ils ont su se faire, c'est une facon non moins
agreable qu'6conomique de se mettre au vert.
Reprenons, cher lecteur, notre bWtoi de voyage, et fran-
chissons les quelques kilometres qui nous separent du lac
Djipe.
A l'orme de la fort nous sommes saisis brusquement
par le plus grandiose des spectacles : depuis les longues
journees que nous contournions la base du Kilima-Ndjaro,
pas une seule fois nous n'avions entrevu les sommets de
la puissante montagne. A mon tour je me demandais si
j'allais Atre r6duit A cette < recognition mental a don't on
accusait Rebmann. Mais la voici enfin! L'< Olympe a de
1'Afrique orientale apparait dans toute sa gloire, les grands
arbres du premier plan servant de cadre au tableau. Voici
l'immense dome on craltre du Kibo, coiffG de neige, 6tin-
celant comme de l'argent bruni sous les rayons du soleil de
la vpree : au-dessus du flanc Est, et formant avec lui un
saisissant contrast, se dressed Ic pic anfractueux du Kima-








QUINZE JOURS EN FORGET 77
ouenzi. Quels mots pourraient rendre cette sc6ne de ma-
jest6 sublime et de divine paix! Mais le voile, lev6 un
instant, s'abaisse de nouveau; d'immenses cumulus, blancs
comme des toisons, roulent et se pr&cipitent sur les flancs
de la grande montagne : bient6t sa cime sombre et sa cou-
ronne 6blouissante se projettent seules au milieu de l'azur et
comme suspendues entire ciel et terre; le rideau de nudes
monte, monte toujours... en quelques seconds tout s'est
dvanoui comme (a le reseau adrien d'une vision ,, et nos
regards ne rencontrent plus que l'immensit6 morne et grise.
Nous d6tournant avec regret, nous marchons i la hate,
comme si apres cet auguste spectacle rien ne devait plus
retenir notre attention. Nous traversons un paysage sem-
blable i un pare anglais et franchissons, non sans peine,
une sorte de barriore exterieure pour nous trouver dans la
jungle herbue qui s'6tend au nord du lac. Le gibier abonde:
on abat, pour les marmites du soir, deux pallahs et un
waterbock (Kobus ellipsiprymnus), et, pendant que nos
piqueurs en decoupent les meilleurs morceaux, nous attei-
gnons enfin le but de notre course.
Le Djip6 est une nappe d'eau assez peu profonde, bai-
gnant le pied des months Ougono, qui s'dl6vent presque
abruptement en une chaine pittoresque et imposante,
quoique les lines de contour en soient tres simples et les
cimes aplaties. Elle n'a guere plus de 2100 metres d'alti-
tude; partout des colonnes de fume parent de nombreux
habitants don't les mceurs doivent 6tre analogues a celles
des Oua-Teita. Le lac lui-meme, situ6 h une hauteur d'en-
viron 700 metres, measure seize kilometres et demi du
nord au sud, sur une larger de cinq seulement; il n'est,
A vrai dire, qu'une expansion du Loumi sur un affaisse-
ment du sol provenant sans doute du retrait des matieres
vomies par le Kilima-Ndjaro dans ses jours d'activit6 volca-
nique. Des bandes d'hippopotames, quelques crocodiles le
parcourent en paix : on y trouve des quantities d'excellents
poissons qui remontent aussi le Loumi : au point mime
oi celui-ci entire dans le Djip6, un 6missaire en sort, qui








78 AU PAYS DES MASSA1
emporte vers l'ouest le surplus des eaux et les verse dans
le Roufou ou fleuve Pangani.
Mais les ombres s'allongent, la nuit va tomber; il faut
partir, et vite! Une heure de march rapide nous ramine
aux plantations : le Kilima-Ndjaro a daign- reparaitre;
nous avons revu plusieurs fois les bords enchanteurs du
sinueux Loumi.
Eicoutez des voix sonores et bien timbres s'dl6vent des
profondeurs de la fort; les arbres en r6petent A l'infini les
echos! Ce sont les cris, les chants une mode massai -
qui (( dirigent les pas et gouvernent la danse des natu-
rels. Ni le tambour bruyant, ni la clarinette aigu6 des n6-
gres ne marque ici le rythme ou n'accentue les movements.
Des ho-ho! oh-oh, moins entrainants mais bien plus m6lo-
dieux, vibrent et resonnent au loin. Un group de jeunes
gens et de jeunes filles dansent dans cette jolie clairiere.
Voyez ces athletes aux proportions splendides, la chevelure
roulde en torsades minces et serrees qui h6rissent leur tite,
un carr6 de peau de chevreau jetd sur l'paule ou batlant
sur les hanches : ils sont, et de pied en cap, triomphale-
ment badigeonnes de graisse ou d'argile; les danseuses, uno
ceinture autour des reins, chargees de perles, verniss6es A
neuf, ajoutent au piquant de la scene. Ils s'arrelent a notre
approche pour reprendre bientOt leur chor6graphie avec
un enthousiasme nouveau. Un des jeunes hommes se pr6-
sente, une baguette en main, les bras coll6s le long du
corps; il s'avance en sautillant comme un oiseau; arrived
au centre de la pelouse, il commence une sdrie de sauts en
hauteur, sans plier les jambes ou remuer les bras; de
temps A autre, et par saccades, il lance la tIte en avant, de
maniere que les longs tortillons qui couvrent I'occiput
retombent sur son visage. Apr6s- une douzaine de ces
figures, il recule en sautant toujours; un autre prend sa
place, et ainsi de suite, jusqu'h ce que chacun y ait passed.
Puis, d'un movement encore plus anim6, tous ensemble
se trdmoussent A la ronde avec des evolutions varies; la
danse se lermine, pour recommencer presque aussiltt et








QUINZE JOURS EN FORT 7U
de meme facon. Essayez-en, s'il vous plait, et vous me
direz si ce n'est pas une corv6e des plus laborieuses!
Nous regagnons nos quarters just au moment oh le
soleil disparait au-dessous de l'horizon. Je trouve devant ma
tente un certain nombre de v6ndrables anciens, assis patiem-
ment, attendant mon retour. Je demand ma chaise, une
tasse de the, je m'installe a loisir : ils 6changent quelques
mots A demi-voix; un des principaux se leve et me rend
compete de leur mandate: la saison vient de s'ouvrir oi les
Massai se livrent a leurs razzias de b6tail dans la direction
du levant. Leurs routes prennent par les deux cotes de
la fort, oi leurs continues passages, aller et retour, ont
form( j'ai pu le voir de trWs large sentiers. Ces
bandes guerrieres font le tourment des Oua-Taveta par leurs
tentatives incessantes pour s'emparer de leurs retranche-
ments. Le voyageur blanc est un fameux mganga (sor-
cier); rien n'est plus certain. Pourquoi ne leur donnerait-
il pas les charmes ou m6decines necessaires pour carter
les Massai? J'ecoute gravement la harangue du vieillard,
puis essaye de leur faire comprendre que pas plus qu'eux
je n'ai le pouvoir de chasser l'ennemi; ils recoivent cette
assertion avee une incr6dulit4 visible. I1 serait imprudent
de les laisser sous cette impression fAcheuse et je finis par
promettre d'agir de mon mieux; toutefois je les prie de
reprendre la ch6vre.qu'ils m'amenaient en cadeau. Ce refus
les consterne : le grand mganga ne se soucie point de
les assister! Done, afin de rentrer dans leurs bonnes graces,
je prepare un siphon de (( sels d'Eno a : ils approchent
et, avec crainte et tremblement, goOtent a la liqueur ma-
gique; l'eau mousse et siffle sous leurs 16vres; ils me for-
cent a garden leur present et se retirent heureux. Demain
je couronnerai le grand oeuvre en allant en cer6monie pho-
tographier les diff6rentes poternes.
Les t6nebres descendent; la beauty d'une nuit des tro-
piques se d6voile par degrees : je me rem6more ces vers de
George Eliot, qui pourraient servir d'6pigraphe i ce recit
d'une journde sous les ombrages du Taveta :







80 AU PAYS DES MASSA'
(( Ainsi les generations florissaient dans le plus doux
nonchaloir; A quoi bon poursuivre la proie ou lutter frere
contre frere? Partout gazouillaient les ruisseaux clairs; par-
tout les courges pendaient aux tiges enroulees autour des
troncs; les fruits mOrs, attendant la main, faisaient ployer
les rameaux sons leurs tr6sors embaumes; les herbes et les
large feuilles offraient leur richesse infinie A qui cherchait
un toit ou des habits. Ils travaillaient A loisir comme
une jeune fille qui s'amuse A natter sa chevelure et s'arrite
souvent pour caresser de ses doigts les tresses soyeuses. ,
Le cr6puscule s'evanouit, avee ses riches teintes'et sa
mollesse exquise : chacun s'est fait son lit d'herbage ou
de ramie et cherche l'oubli dans le sommeil, laissant les
feux s'affaisser et mourir : la sentinelle, muette comme un
fant6me, veille sur les corps vetus de blanco 6tendus tout
autour. Retirds dans notre asile silvain, nous essayons, un
livre de po6sie sous les yeux, de m6diter les pensees de
quelque auteur favori.... ( Des sons qui plaisent l'oreille
et ne la blessent pas traversent l'air de la nuit, et, comme
Caliban dans l'ile enchant6e, nous nous abandonnons aux
douces influences de l'heure. Notre tente entr'ouverte nous
laisse voir le ciel, avec ses mille constellations, rayonnant
d'une splendeur incomparable dans le firmament clair. Les
vents soupirent dans la fort et r6veillent les esprits fantas-
magoriques de l'ombre melodie A peine perceptible au mi-
lieu du chcur joyeux qui s'6l6ve, grandit et emplit bient6t
l'atmosphlre de sa puissante harmonies. Entendez-vous
tinter ces grelots? Titania tiendrait-elle sa cour dans la
clairiere voisine? Des myriades de cigales milent leurs
notes eclatantes aux murmures de la feuillbe et A la voix du
Loumi. Pendant les pauses, voyez-vous s'allumer, sous la
sombreur de la fort, des millions de lampes de f6e? Les
lignes 6blouissantes que tracent ces lucioles, volant d'un
buisson A l'autre avec la rapidity de l'Mclair, contrastent
avec les lueurs douces et bleues don't les vers luisants
6toilent le gazon. Une hyene, je la reconnais a cet horrible
rire, vient de d6couvrir quelque immonde charogne! Tout








QUINZE JOURS EN FORtT 81
d'un coup roule dans les airs un majestueux et formidable
rogissement : le lion fait sa ronde nocturne; un frisson
parcourt nos veines; nous fr6missons au plus profound de
notre etre; le charme de la nuit a disparu. Fermant la por-
tiere de la tente, nous nous tendons sur notre couche,
rafraichi par les brises qui ont passe sur les cimes neigeuses
de la grande montagne et nous portent le sommeil, tout en
chassant bien loin les moustiques maudits.

Mes conversations avec Dougoumbi et les autres trafi-
quants me donnrrent une plus just idWe des difficulties
h combattre : pour la premiere fois je compris combien les
conditions de voyage allaient diffirer de celles des regions
plus au nord. Certes je n'avais pas eu tort de croire ma
troupe trop petite! Aucun traitant, disent-ils, n'ose entrer
chez les Massai avec moins de trois cents hommes. Ces
tribus vivent h l'6tat nomade : elles n'ont ni village ni
sentier permanent; les aiguades sont rares et fort espa-
6ees; ce serait appeler la mort que de partir avec un seul
guide, fit-il digne de toute confiance. Les Massai sont aussi
fameux discoureurs que terrible guerriers : les plus sim-
ples transactions exigent des interpr6tes qui bornent leurs
functions a palabrer sans cesse,..... toutes informations
tres fAcheuses, et qui eussent suffi pour faire perdre A un
homme tant soit peu timide l'espoir de franchir le seuil
redoutl de la Massaie ou, du moins, d'y avancer au delA
de quelques journ6es. Pourtant je gardai ma confiance :
d'un c6t6, il est vrai, mille raisons de tout craindre; mais,
de l'autre, la foi en mon 6toile et ma determination de
forcer la destinee a etre ce que je la voulais.
Impossible d'augmenter le nombre de mes gens: la
Sociedt de geographie m'avait clairement fail entendre que,
sous aucun pr6texte, je n'aurais A outrepasser la some
allouee. Une tentative d'ajouter trois ballots de fil metal-
lique h ma provision un peu restreinte de ce pricieux
article ne m'encouragea point a continue; mais je pris
la trBs important decision d'engager un autre guide et








82 AU PAYS DES MASSA'
interpr6te dans la personnel de Sadi :j'ai ddja parl6 de
cet individu, A l'occasion du baron von der Decken et du
missionnaire New; des voyages pour son propre compete
ne lui avaient pas mieux rdussi que ses ruses et ses trahi-
sons; endett6 de tres fortes sommes chez les marchands
hindous de la c6te, ne trouvant plus ni patron ni credit,
il s'6tait sauv6 au Taveta pour 6viter la geole et y vivait
d'aum6nes, nourri par ces bons indigenes et extorquant
quelque cadeau de cotonnade aux trafiquants do la cote. Tel
fut l'homme qu'apres nombre de ndgociations 6pineuses
j'engageai A raison de 75 fr. par mois (15 dollars). II a
une fort belle prestance, un aspect v6n6rable, avantages
fort prisds en lassa'ie; il poss6de la langue du pays mieux
que n'importe lequel des habitants de la cote; les Massai
eux-memes, ces orateurs-n6s, avouent qu'en mati6re de
palabre aucun d'entre eux ne lui saurait tenir tite. Je n'ai
jamais vu creature humaine plus expert A manier (( le
chiffon rouge )).
Pendant mon s6jour dans la fort j'entrai, pour la pre-
mi6re fois, en communication avee Mandara. Un message
envoy par ce chef puissant me remit une chevre et un
tout jeune bceuf avec force compliments, salaams, et requAte
de I'aller voir dans le haut pays: il se declarait entibrement
a mes ordres; mais le bouvillon, fort petit, me mit cn
defiance; la coutume, je le savais, est d'en fair un ballon
d'essai quand on est dans le doute sur les intentions du
destinataire : l'aceptation du cadeau par celui-ci signifle
qu'il a des projects belliqueux. Il se trouva, du reste, que,
dans le cas present, le commissionnaire s'6tait permis de
troquer centre l'animal en question la belle g6nisse que
le chef m'adressait en signe d'amiti6. La vache m'ayant
6t1 diment restitude, je pris un fusil, un sabre d'ordon-
nance, une piece de calicot, deux morceaux de colonnade
de couleur, deux poires pleines de poudre A tirer et les
exp6diai a Mandara avec l'expression de mon profound
regret : le manque de temps me privait du plaisir de me
d6tourner de la route ct de monter le saluer.








QUINZE JOURS EN FORfT 83
Le jour meme de mon entree dans le Taveta, j'avais
appris que, 1'avant-veille seulement, le D' Fischer, venant
de Pangani, gagnait Arousha-oua-Chini. Sans la besogne
force qui me retint dans la fort, je l'aurais preced6 en
Massaie, ou, pour le moins, j'y serais entr6 en meme
temps. Mais il y avait place pour deux : le pays est assez
vaste el on peut s'y sentir les coudes. Mon intention Rtait
alors de filer droit par Ngourouma-ni jusqu'au Kavi-
rondo, sur les rives du Victoria Nyanza; Fischer, d'apr&s
les renseignements obtenus de son agent ou de ses chefs
de caravane, devait croiser ma route presque a angle droit
et se diriger vers le nord pour gagner le mont K6nia et
le lac Baringo.
Done me voici A la porte meme des Massai, avec une
caravane des deux tiers plus faible qu'il ne l'eft fallu, et
composee, A quelques exceptions pres, de gens de sac et de
corde. Pour guides et interpretes, j'ai deux individus d'assez
mechant renom, au lieu de la demi-douzaine requise de
truchements experiments dans les devoirs de leur charge.
Ma provision de fil de fer (senenge) est fort au-dessous
de mes besoins; comment en emporter davantage, tant
d'hommes 6tant dejA employes A charroyer les mille et un
impedimenta d'un voyageur europ6en. Et je vais me lancer
au milieu d'une peuplade don'tt le nom seul dveille la ter-
reur dans l'Ame de tous ceux qui la connaissent, et chez
laquelle ont Wte andanties de nombreuses caravanes! Mais
je ne reculerai point devant la tache : j'en sais les perils,
j'en vois clairement les difficulties; je n'en suis que plus
resolu A les combattre!
Outre l'exploration de la fort et ma visit au Djipd, je
profitai de mon s6jour au Taveta pour faire plusieurs excur-
sions a la base du Kilima-Njaro, examiner les nombreux
petits cones, les events surgis au pied du volcan et recon-
naltre le charmant petit lac de Tchala et l'ancien cratmre
qu'il emplit. J'en parlerai plus au long dans le chapitre
plus specialement consacr6 a la grande montagne.
















CHAPITRE IV


AU SEUIL DE LA MASSAGE


Nous Blions prets, enfin! Et si la plupart des hommes de
la caravane tournament vers la cote de longs regards de
regret, les yeux de son chef se portaient avec un immense
desir du cot6 oppose, du c6te de l'inconnu. Les perles 6taient
enfildes, les manteaux de guerre cousus, les vivres amasses
pour la march sur le desert qui s'6tend au delA du Kilima-
Ndjaro. La revue g6nerale des pagazi et des ballots me
fit mettre A la rdforme trois des premiers, absolument hours
de service. A Boura nous en avons laiss6 deux don't un suc-
comba depuis; dcux autres avaient pris la clef des champs;
un des jeunes gens emmenes de la Mission 6tait mort de
quelque maladie ddpassant mon faible savoir: notre lisle
diminuait diej de huit noms.
Le soir du 17 avril, j'ajoutais A mes letires le dernier
paragraphe, le paragraphe des (( adieux ). Apres une nuit
passee A surveiller etroitement mes hommes, je me laissai
aller au sommeil pendant quelques minutes, puis sautai de
ma couche pour me longer fiUvreusement dans tons les
tracas d'une caravane au depart : luttes acharnees pour la
possession des petits colis; resistance obstinee A charger
une caisse ou un lourd paquet; application de la trique
sur l'epaule de plus d'un recalcitrant. Mais tout a une fin,
et la rosee n'etait pas encore dvanouie que nous quitlions
les Tavetans au milieu d'unanimes expressions de regret.
La file des porleurs se glisse de nouveau A travers la







AU SEUIL DE LA MASSAGE 88
poterne 6troite et s'insinue dans le tunnel de verdure pour
merger sur la lisi6re occidentale de la fort. Nous passons
le Loumi, puis je donne l'ordre de camper, tous les pr6-
paratifs pour la march n'ayant pu 8tre terminus le matin.
Afin de me detendre un peu, je long les bords de la
riviere, la carabine sur 1'6paule; mais le pays est trop
d6couvert, le gibier trop farouche. Un boushbock (antilope
des brousses), une compagnie de hartebeest, un phaco-
chore (sanglier a verrues), ne veulent point se laisser
approcher. J'apergois enfin, a quelque distance, un animal
qui, sous l'ombre grandissante, me parait etre un rhino-
ceros. J'avance A pas de loup, en merchant avec soin sous
le vent de la bOte. Apres avoir ramp6 tout mon content,
me glissant d'un fourrd a un autre, non sans 6gratignures,
j'arrive pros du gibier, tenu en haleine a la fois par la prO-
vision du p6ril et l'esperance de la victoire. Soudain un
formidable hi-han! 6veille les echos : mon rhinoceros pr6-
tendu n'est que le plus vulgaire des bourriquets! C'est
moi qui maudis A plein cceur le venerable animal! Et lui,
sans se soucier de mcs imprecations, saluait amicalement
ma presence, redressant les oreilles, enflant les cotes et
faisant retentir Fair de son braiement le plus sonore! Un
peu sot, je retourne au camp pour entendre les eclats de
rire de mes hommes, parmi lesquels l'histoire avait bien
vite circuld.
Le soir, je convoque en conseil Martin et les chefs de
caravane : il s'agit des measures a prendre pour empecher
les desertions. (( Maintenant ou jamais! doit etre cette
nuit la devise des porteurs : clez nos amis de la fort
ils ont entendu center tant de choses sur la f6rocit6 des
Massai, qu'ils sont satur6s de terreur, comme l'est d'dlec-
tricit6 une pile galvanique. II suffirait d'un meneur, voire
meme du plus 16ger des incidents, pour determiner une
d6handade gen6rale. Pendant la premiere parties du voyage,
grace aux r6cits ayant course sur les troupes perpetuelle-
ment en maraude, grace encore a la confiscation des fusils
et a une surveillance sans cesse ni trove, deux hommes







86 AU PAYS DES MASSAI
seulement nous avaient 6chapp6 : ici tout est A craindre
tant que nous n'aurons pas mis une certain distance entire
le Taveta et la caravane.
Nous primes done les memes precautions qu'au depart
de Rabal. Apris une nuit d'anxidt6s continuelles, un seul
des porteurs ne r6pondit pas A l'appel du matin, mais la
bouderie et la mauvaise humeur resterent A l'ordre du jour :
nos gens n'avaient pas encore pris leur parti de me sentir
plus fort qu'eux.
Pour moi, debordant de riants espoirs et de joyeuses
attentes, je cheminais A grands pas dans les hautes herbes
charges de rosBe; puis nous enfilhmes le sentier qui con-
duit au Tchagga et de lA au pays des Massai, en contournant
le versant sud du Kilima-Ndjaro.
En approchant de la montagne, nous passons entire deux
petites collins de roches m6tamorphiques qui emergent
de dessous plusieurs states de cendres de volean. Les
hommes marchent avec une lenteur excessive et A tout
instant mettent ma patience A l'6preuve. Huit heures
pour une tape qui en demanderait cinq! A la fin des fins,
on arrive sur les bords du Habali, i l'endroit of ce torrent
forme une jolie cascade d6terminde par la presence d'une
coulee de lave fort dure, au-dessus d'un conglom6rat volca-
nique grossier et facilement d6sagr6g6 par les intemp6ries.
Nous campons dans la petite gorge que le torrent s'est
creusee en usant le rocher sous l'effort de ses eaux.
La journbe, commencee si paisiblement, ne devait pas so
terminer de meme. Un des interpretes vint m'apprendre
qu'un parti de Massai, deux mille hommes, assurait-il, se
trouvait A peu de distance, precisement sur la route A suivre.
Que faire? Battre en retraite? Ce serait ihviter mes
gens A deserter en masse. Continuer notre route? Ce
serait courir A une defaite certain : cette arm6e nous dis-
perserait comme des liMvres ou nous egorgerait jusqu'au
dernier. La seule chance qui me rest est d'essayer de lier
amitid avec Mandara, le grand chef : entire plusieurs maux,
j'essaye de choisir le moindre.







AU SEUIL DE LA MASSAGE 87
Pas une minute A perdre pour mettre le campement en
6tat de defense. Chacun saisit sa hache, et bient6t les coups
sourds frappes sur les troncs, le sifflement des arbres qui
tombent, les appeals dchang6s A demi-voix entire les travail-
leurs, montrent qu'il n'est plus besoin d'aiguillonner ceux-
ci. En moins d'une heure le bivouac est entour& d'une
boma, solide estacade de rameaux 6pineux, derriere laquelle
nous pouvons ddfier des hordes d'assaillants, et A travers
ou par-dessus laquelle nul de nos homes ne r6ussirait A
s'evader dans les ten6bres de la nuit.
Le lendemain martin, les plus braves de mes chefs nous
pr6c6dent en 6claireurs avee l'ordre, s'ils apercoivent les
guerriers, de se replier sur la caravan, pour qu'elle puisse
se r6fugier dans lajungle. Nous arrivons d'assez bonne heure
sur le bord du Himou, a un endroit ofi cette belle rivire
se creuse un lit profound dans d'6normes blocs vomis par le
volcan. Nous passons ensuite le Mto-Kilema, plus dtroit et
pros duquel on remarque trois pelits c6nes parasites. A dix
heures trente, nous sommes sur les rives du Kiroua, oi
nous rejoignent nos espions: nul signed encore de la pre-
sence des Massai. On franchit une fort couple de tres
grades clairieres, puis nous gagnons le Tchora, le qua-
trimme course d'eau de la journde. 11 est midi : je choisis un
terrain 5 quelque distance du sentier, et, apris avoir fait
clever une tres forte boma, je me decide A rendre visit h
Mandara.
Escort de Mouhinna et de Brahim, je pars, sans me
charger du moindre present. Apres une tres p6nible march
de quatre heures A travers la brousse 6paisse, of nous per-
dons le sentier, nous entrons dans des cultures et on nous
remet sur la bonne voice. Pres de l'appentis d'un forgeron,
nous tirons les trois coups de fusil qui annoncent un arri-
vant de la c6te, puis nous attendons que le chef soit prot a
nous recevoir. Bient6t il me fait appeler. Nous traversons
une riche hananeraie, puis une prairie of paissaient plu-
sieurs vaches, et on nous amone devant un group de Oua-
Tchagga A tournure 616gante et aristocratique. Ils etaient







88 AU PAYS DES MASSAI
assis sous un hangar, vitus de longues pieces de colon-
nade teinte en jaune d'ocre. Personne ne m'adressa la
parole, personnel ne se leva pour me tendre la main; je
fis une salutation g6n6rale et, sans y etre invite, je pris
place sur un tronc d'arbre. Pour me remettre de ce glacial
debut, je demand lequel d'entre eux est Mandara : on
me montre un homme A puissante carrure, A mine vrai-
ment royale. Sur son visage, intelligent pour un n6gre et
capable de rdfl6chir toutes les emotions, 6tincelle un ceil
d'aigle un seulement, I'autre est 6teint pour toujours.
D'un rapide regard je note tous ces traits et me lance
dans mon discours. Je dis d'of je viens et ofi je vais : les
incursions des Massai me forcent A camper le soir sur le
territoire du grand chef; au surplus, j'avais fort entendu
vanter ses exploits, son noble caracltre, son plaisir a rece-
voir les strangers, et ne pouvais passer si pres sans lui
presenter mes hommages.
Au milieu de mon eloquente harangue je suis quelque
peu d6confit de voir faiblir l'attention du prince; son oil
se fixe sur un de mes pieds; sa bouche se fronce, .et
bientit ses l6vres royales 6mettent le bruit bien connu par
lequel nos gamins experiment la surprise ou l'incridulitW :
bref, Mandara sifflait. Redoutant le voisinage de quelque
serpent, je me hhte de retire le pied; je relive les yeux :
nous partons A la fois d'un long eclat de rire. Pourquoi,
je.n'en sais rien, mais la glace Rtait rompue. Mandara
m'accabla de questions sur mes bottles, les objets 6ton-
nants qui lui avaient arrachb ce tbmoignage de surprise.
Notre entrevue, devenue tres amicale, fut agrementee de
sa part par une incessante projection de salive, pointe
d'entre ses dents avec adresse et entretenue au moyen de
nombreuses rasades de biWre. Cette audience, qui me
donna une fort haute id6e des facultis intellectuelles du
chef, ne se terminal qu'apres le coucher du soleil; puis on
nous abandonna le hangar, nous ayant, au prialable, munis
de routes les bonnes choses que produit le Moschi.
La residence de Mandara se compose d'un certain nombre








AU SEUIL DE LA MASSAGE 89
de huttes coniques oi logent ses spouses, au nombre de
cinquante et plus. Sa demeure priv6e est un bAtiment qua-
drangulaire dans le style des habitations souahbli, et revetu
d'un torchis de house et d'argile. Ii y recoit ses h6tes


*I -. r


3;

-L~


Guerriers de Mandara.


favorisds et y conserve ses (( valeurs ). Ces cabanes, avec
les toils A chevres et A brebis, les basses-cours pour les
poules don'tt cependant on ne mange sous aucun pretexte),
sont ceintes d'une triple et tres forte palissade de troncs
d'arbres; en dehors logent huit jeunes femmes, que le chef
tient sous sa main pour les vendre aux marchands d'es-
claves ou les octroyer A ses soldats en recompense de leurs
fails de guerre. Quand la lune brille au ciel et que Mandara
se sent l'esprit libre et le coeur gai, ces damoiselles dansent







90 AU PAYS DES MASSA'
devant lui sur l'herbe humide de rosde, 6veillant les achos
des valleys par leurs cris pergants et 6tranges : on dirait
des magiciennes, aux lueurs vermeilles des feux de joie. La
nuit, une centaine de soldats montent la garde autour du
retranchement, toujours prets a courir sus aux gens trop
curieux.
Le village occupe le sommet d'un 6troit promontoire
flanqu6 de deux combes profondes. Les petits ruisseaux
qui descendent de la montagne sont captes avec art pour
former le lacis de nombreuses rigoles qui arrosent le pla-
teau. Le riche tapis de gazon est interrompu de temps i
autre par les bananeraies et les champs de f6ves, millet,
ma's, ignames, palates douces. QA et l1 se dressent des
groups d'arbres de haute futaie. Les berges des canaux
d'irrigation se recouvrent de delicats aspl6niums et d'autres
fougeres A physionomie bien connue. Autour des huttes, le
b6tail rumine nonchalamment on se plonge jusqu'au genou
dans les succulents herbages. Les chivres bondissent sur
les talus et courent tote baissde l'une sur I'autre, dans
leurs duels simules. Des moutons don't la queue d6mesu-
r6ment grass se balance lourdement a leur arriere-train
semblent rassasies de la vie et prets a accueillir le cou-
teau. L'ceil plane au loin sur le sud, 1'est et l'ouest; au
nord se dresse la cime neigeuse du Kibo, souveraine,
majestucuse, auguste dans son repos supreme. On n'est
pas en prison comme dans le Taveta; le sang parcourt
librement les veines, stimuli par l'air fortifiant des som-
mets; on voudrait crier a Excelsior! et monter vers le
ciel plus haut, toujours plus haut! Le doux nonchaloir des
mangeurs de lotus ne vient plus me bercer comme aux
rives ombreuses du Loumi : pourtant la brise du soir
apporte sur ses ailes le murmure lointain des cascades et
les soupirs reveurs du torrent perdu au fond de la vall.e.
AprBs avoir prite l'oreille 6 ce ddlicieux orchestra de la
nature, Atudions le spectacle grandiose derould devant nous
autour de la plate-forme du Tchagga.
A l'est, le regard parcourt la fort du Taveta, la plain








































Notre campement chez Mandara.








AU SEUIL DE LA MASSAGE 93
jaune et brilee, pour s'arriter sur la chaine de Boura et le
pic de Kadiaro, qui se 16vent A l'horizon comme de sombres
ecueils sur une mer de boue. Au sud-est, sur le premier
plan, le sol est d6coup6 en vallons, en collins par des tor-
rents bruyants et nombreux : ici un ruisseau se cache tout
enter sous des ogives de verdure; la un plateau se revet
de halliers; partout des clairieres verdoyantes, des parcs
magnifiques, des colonnes de fumee, des plantations aux
cultures bigarries. Dans la meme direction, mais au delay
des racines de la grande montagne, une vaste 6tendue de
fort et de jungle est sem6e de singuliers pitons en pain de
sucre et d'origine volcanique. Au pied de la chaine d'Ou-
gono l'attention se concentre sur la nappe argentine et
miroitante du Djip6, et, presque perdues dans la distance,
se dessinent vaguement les montagnes du Pare et de l'Ou-
Sambara. Au sud la vue embrasse la depression riche-
ment arrosee du district de Kah6, born par les curieux
months Sogono'. Sauf la forest du Tavela, la region tout
entire, une des plus fertiles de l'Afrique, est presque
inhabitde, par suite du voisinage des Massa'. A l'ouest la
scene est encore plus pilloresque et plus variee : au delay
du Matcham6 se decoupent les lignes pures des pentes
soleillees du Kilima-Ndjaro; le Chira appuie centre lui son
Epaule Apre et d6chiquetee, ses roches d'un vert sombre et
ses gorges 6troites contrastant avec l'aspect riant du Ma-
tcham6 Mlendu A ses pieds. Derriere, le profile superbe et
simple de l'admirable cOne volcanique du MArou; il monte
de la plaine environnante h plus de 2700 metres et se
dresse dans la majesty froide et s6evre d'une pyramid
cyclopeenne. Mais le c6t6 du nord, je ne saurais tenter
de le decrire : of trouver des paroles pour dire l'impres-
sion que produisent le Kibo et le Kimaouenzi? Au milieu
du grand silence de la nuit, 6tendu sous mon hangar et
chaudement enveloppi dans ma couverture, je conlemple
le Kibo clair et brilliant sous la molle lumiere de la pleine
lune. Certes je ne suis point surprise que le sauvage, en
lutte continuelle avec la nature et toujours porter vers le








94 AU PAYS DES MASSAI
culte des Esprits de la Terre, voie dans cette montagne
autre chose que des roches amoncel6es et la reconnaisse
comme le sejour de 1'tre supreme!
Le lendemain matin, a mon retour au camp, je retrouve
tout en bon ordre, et nous gagnons les frontieres du Moschi.
Je fais soigneusement enclore le bivouac et me prepare A
consacrer une journee entire au Kilima-Ndjaro : escort
de nos meilleurs marcheurs, je retourne done chez Man-
dara, qui nous loge dans un de ses hangars a citrouilles
et a meme attention de nous faire allumer un feu
6norme : les nuits ne sont pas chaudes sur la mon-
tagne. Au matin, sous la conduite d'un M'Tich.'1 nous
partons d'un pas relev6, pour arriver, en une couple
d'heures, aux limits des plantations. On traverse un petit
ruisseau barr6 par plusieurs digues qui dirigent les eaux
sur les pentes superieures des vallkes; puis on entire dans
la region des forts ou plut6t des lines enchev6-
trees, emm6les, exasperantes. Les arbres n'y sont plus
que leurs supports : du haut en has ils se recouvrent de
mousses, de fougeres, d'orchidees, de parasites de toutes
sortes. Sans cette profusion, cette luxuriance de vie, j'au-
rais pu me croire en Europe, A la vue de tant de ronces, de
fougeres males, de fougeres femelles, d'aspl6niums, de
diverse espbces de scolopendres, d'adianthes, de polypodes
de montagne.
A neuf heurcs du matin, et par une altitude de moins
de 1600 metres, il faut s'escrimer, tant6t horizontalement,
tant6t en ligne presque vertical, sur un vaste bastion
A la cime duquel je m'arrete pour reprendre haleine. Mes
hommes trainent tristement la jambe et commencent a
perdre le souffle : nous sommes sur un 6paulement form
d'un c6te par les gorges profondes du Kiroua, de l'autre
par celles de l'Ourou, et d'oi I'on domine A merveille le pi6-
destal de la montagne, la grande plate-forme du Tchagga.
A neuf heures et demie un tres rude effort amine la petite
troupe, maintenant r6duite A cinq, sur un plateau 6troit;
une bande de guerriers oua-kouafi d'Arousha-oua-Jouou




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs