• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Front Matter
 Liste des membres de la societ...
 Bibliography
 Occupation Romaine de L'Afriqu...
 Colonisation Romaine La Republ...
 Les Cesars
 Les Antonins
 Les Severes
 Le Bas-Empire
 Atelier Mounsterien de El-Oubi...
 Fouilles
 Outillage
 Escargotiere de Mouhaad
 La survie des symboles dans L'Afrique...
 Les Pheniciens et Carthage
 Etudes de palethnologie maghrebine...
 Civilisation S'baikienne
 L'Industrie aterienne
 Decouverte d'une pure industrie...
 Raclior de la station aterienne...
 Note sur la technique mousterienne...
 Note sur la morphologie de la station...
 Decouverte d'une monnaie avec inscription...
 Toponymie Phenicienne - Considerations...
 Jugement porte a l'egard des cavernes...
 Influences exterieures de la necropole...
 Florure du Mancoura
 La legende de la necropole du Mancoura...
 Entailles des excavations...
 Caverne sacrificielle et cavernes...
 Les "arcosolia"
 Absence de sarcophage mobile dans...
 Les cavernes artificielles et eutres...
 Deuxieme groupe de la ligne de...
 Troisieme groupe de la ligne de...
 Le numerotage des cavernes artificielles...
 La banquette en pierres seches...
 Corrections et additions suppl...
 Fouilles executees dans les ruines...
 Nouvelles stations prehistoriques...
 Inscription trouvee a behagle
 Bibliography
 Necrologie
 Table of Contents
 Back Matter






Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique, historique et geographique de la wilaya de Constantine.
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072669/00001
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine
Alternate Title: Majmåu° al-aòhåadåith wa-al-abòhåath bi-Jam°åiyat al-Athåar al-Qusanòtåinåiyah
Physical Description: v. : ill. ; 21 cm.
Language: Arabic
Creator: Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine
Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine
Publisher: Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine
Place of Publication: Constantine
 Subjects
Subject: Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Language: Arabic or French.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072669
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special and Area Studies Collections, George A. Smathers Libraries
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08074845
lccn - 77640593
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Page i
    Front Matter
        Page ii
    Liste des membres de la societe
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
    Bibliography
        Page 1
        Page 2
    Occupation Romaine de L'Afrique
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Colonisation Romaine La Republique
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Les Cesars
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
    Les Antonins
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
    Les Severes
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
    Le Bas-Empire
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    Atelier Mounsterien de El-Oubira
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    Fouilles
        Page 62
        Page 63
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 69
    Outillage
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
    Escargotiere de Mouhaad
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
    La survie des symboles dans L'Afrique du nord
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
    Les Pheniciens et Carthage
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
    Etudes de palethnologie maghrebine (deuxime serie)
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Civilisation S'baikienne
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
    L'Industrie aterienne
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
    Decouverte d'une pure industrie mousterienne a outils pedoncules "ateriens" dans le Tidikelt (Station de l'Oued Asrioual)
        Page 171
        Page 172
    Raclior de la station aterienne du Chabet Kef el Ahmar
        Page 173
        Page 174
    Note sur la technique mousterienne de la station de Chebka el Djediane
        Page 175
    Note sur la morphologie de la station aterienne d'Oum-et-Tine
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 187
        Page 189
        Page 191
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 197
        Page 199
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    Decouverte d'une monnaie avec inscription bilingue Arabo-Libyque
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
    Toponymie Phenicienne - Considerations generales
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
    Jugement porte a l'egard des cavernes sepulcrales et rituelles de la necropole du Mancoura
        Page 219
        Page 220
    Influences exterieures de la necropole du Mancoura
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
    Florure du Mancoura
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
    La legende de la necropole du Mancoura "L'Helix perforant"
        Page 234
        Page 235
    Entailles des excavations artificielles
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
    Caverne sacrificielle et cavernes rituelles le dogme de l'expiation
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
    Les "arcosolia"
        Page 244
        Page 245
        Page 246
    Absence de sarcophage mobile dans la necropole du Mancoura les cavernes a multiples ensevelissements
        Page 247
        Page 248
        Page 249
    Les cavernes artificielles et eutres monuments de la ligne des assises rocheuses superieures ou ligne de crete
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
    Deuxieme groupe de la ligne de crete
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
    Troisieme groupe de la ligne de crete
        Page 278
    Le numerotage des cavernes artificielles du troisieme groupe
        Page 279
    La banquette en pierres seches des cavernes du troisieme groupe les sepultures en cavernes, en cryptes et en boyaux les chambrettes roucheuses
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
    Corrections et additions supplementaires
        Page 295
        Page 296
    Fouilles executees dans les ruines Romaines de lecourbe
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 303
        Page 305
    Nouvelles stations prehistoriques dans les communes de bordj bou arreridj et des Maadid
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
    Inscription trouvee a behagle
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
    Bibliography
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
    Necrologie
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
    Table of Contents
        Page 331
        Page 332
    Back Matter
        Page 333
        Page 334
Full Text



RECUEIL
DES

Notices et Memoires
DE LA
SOCIJETE ARCGHEOLOGIQUE
HISTORIQUE & GEOGRAPHIQUE
DU
DLPARTEMENT DE CONSTANTINE

10" VOLUME DE LA CINQl'ILMIE SERIES

CINQUANTE-TROISIEME VOLiUiTE DE LA i i I.rEi'i :

ANNEES 1921-1922







CONSTANTINE
Imprimerie D. BRAHAM, 21, Rue Caraman

\ 1922 r

*^^3^- ------
S778r
S478 r
V. J3,
l^ zI-Zl *






















UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES


-IILII -- s


-. ----
---I









RECUEIL
DES

Notices et Mdmoires
DE LA
SOCIETY ARCHEOLOGIQUE
HISTORIQUE & GEOGRAPHIQUE
DU
DLPARTEMENT DE CONSTANTINE


10e VOLUME DE LA CINQUIEME SERIES

CINQUANTE-TROISIbME VOLUME DE LA COLLECTION

ANNEES 1921-1922









CONSTANTINE
Imprimerie D. BRAHAM, 21, Rue Caraman

1922


















Avis important





ARTICLE 29 DES STATUTS. ( La Soci6to laisse aux
( autours la responsabilite des faits et deductions histori-
( ques, archeologiques, scientifiques ou autres, exposes
( dans les m6moires imprim6s dans son Recueil. a




Afin d'6viter de trbs gros frais, MM. les Membres de la
Society pourront faire parvenir leurs cotisations au Bureau
des Ch6ques Postaux d'Alger sous le compte-courant
no 27-59.

DEBRUGE, TRRSORIER











LISTED DES MEMBRES DE LA SOCIETY




PRESIDO)NTS D'HONNEURXB

MM. STEEG, Gouverneur Gineral de l'Algerie.

LAMY-BOISROZIERS, A Prefet du DWpartement.
VALENTIN, C. General, commandant la Division
de Constantine.
MORINAUD, O. 0 I Deput6, Maire de Constantine.



Composition du Bureau pour 1922


President :
1or Vice-Prdsident :
20 Vice-President :
Secretaire-Bibliothdcaire :
Tresorier :


M. MORRIS.
M. COUR.
M. BONNELL.
M. TIIPENIER.
M. DEBRUGE.


Commission des Manuscrits

MM. MORRIS, President;
COUR,
Bosco,
DEBRUGE, Membres
BONNELL,
THEPENIER,










MEMBERS HONORAIREX


1904 MM. BABELON, 4, membre de l'Institut, conser-
vateur a la BibliothBque national, rue de
Vermeuil, 30.
1904 BALLU, O O I ', inspecteur des Monuments
historiques de I'Alg6rie, rue Blanche, 80.
1893 CAGNAT (RenE), 0 4, O I,. professeur au
College de France, secretaire perpetuel de
l'Academie des Inscriptionset Belles Lettres,
mrembre du Comite des travaux hisloriques
et scientifiques, 96, Boulevard Montpar-
nasse, Paris.
1900 CARTON (Dr), *, I medecin-major de
Ire classes, en retraite, correspondent de
l'Institut,Villa-Stella, a Khereddine, par La
Goulette (Tunisie).
1919 CHABOT (l'abb6), membre de l'Acad6mie des
Inscriptions et Belles-Lettres, 18, rue Clau-
de-Lorrain, Paris (XVIe).
1888 DELATTIE (le II. P.), 4, 0 I prctre mis-
sionnaire d'Alger, correspondent de l'Insti-
tut, conservateur du Mus6e de St Louis
de Carthage, La Goulette (Tunisie).
1891 GSELL, A, OI 1Q, professeur au College de
France, correspondent de l'lnstitut, 92, rue
de la Tour, Paris.
1896 MERCIER (Gustave), 4, O I I, avocat pros
la Cour d'Appel, correspondent du Ministe-
re, Pare Gatlif, Mustapha sup6rieur, Alger.
1922 MESPL9 (Armand), professeur A la Facult6 des
Lettres d'Alger, president de la Socidte de
Geographie d'Alger et de 1'Afrique du Nord
h Alger.
1904 REINACH (Salomon),4 0 I Q, membre de
l'Institut, conservatear du Mus6e de Saint-
Germain, rue de Traktir, 4, Paris (xvie ar.).
1904 SCHLUMBERGER (Gustave), a, membre de
l'Institut, Avenue d'Antin, 37.
1892 TOUTAIN, 0 I Q, directeur a l'6cole des
hautes 6tudes, 25, rue du Four, Paris.











MEMBBRES TITULAIRESB




Nous prions nos Co//gues, nouve//ement inscrits, de
bien vouloir nous fire connaiire, en cas d'erreur ou
d'oubli, leurs titres ou decorations pour les faire ins6-
rer j la suite de /eur nom.



1921 MM. ARDIZZONE, professeur A la mddersa, Cons-
tantine.
1892 ARRIPE, O *, 0 I Conseiller honoraire
du Gouveernement A Alger.
1916 ARRIPE (Joseph), ... administrateur
principal de commune mixte honoraire, a
Constantine.
1892 AUBRY (Dr), 0, O A ancien s6nateur, S6tif.
1921 ALESSANDRI, avocat, Constantine.
1921 AsSOUN, notaire, Constantine.
1921 ALBERTINI, avocat, Constantine.
1921 ALLIES, 0 A f, professeur adjoint au Lycee,
Constantine.
1921 ALAMANY, 0 A chef de bureau de la Pr6-
ffcture, Conslantine.
1922 ARMAND, avocat, Constantine.
1922 ALESSANDRA (Joseph),O A i,artiste-sculpteur,
Constantine.
1922 AUDRINO, 0 A imprimeur, Constantine.
1921 BARROT (Jules), juge au Tribunal civil, Cons-
tantine.
1917 BASSET (Paul, avocat B la Cour d'Appel, a
Alger.
1917 BERUARD (Chanoine), cur6 h l1'6glise St-Felix,
Constantine.
1917 BESSIkRE (Monseigr), 6veque de Constantine
et d'Hippone.











1920 MM. BLocH, pharmacien, Constantine.
1911 BONNELL, 0 A Q, architect b Constantine.
1916 BoNZOM (Abbe), 0 A vicaire a la Cath6drale
de Constantine.
1911 Bosco (Joseph), O. I. Q, correspondent du
MinistBre de l'Instruction publique, Cons-
tantine, 20, avenue d'Angleterre.
1920 BoUssoN, administrateur, Laverdure.
1921 BOURCERET, :-', avocat, BAtonnier de l'Ordre,
Conseiller General, 2e Adjoint au Maire,
Constantine.
1921 BARKATZ, conseiller municipal, Constantine.
1921 BLOIS, receveur principal des P.-T.-T., Cons-
tantine.
1921 BOBEBRITIIER, professeur b la medersa, Cons-
tantine.
1921 BINEr, pharmacien, Conslantine.
1922 Mme BOET, imprimeur-6diteur, Constantine.
1922 MM. BONNEFOY, O .., d6l6gu6 financier, Cons-
tantine.
1922 BRUN, juge au Tribunal, Constantine.
1922 BENAMOUR, pharmacien, Constantine.
1922 Mile BELLENGER, professeur au Lycee de filles,
Constantine.
1922 MM. BONNRT (Abb.), curB, Saint-Arnaud.
1922 BELLOC,., capitaine de reserve, Constantine.
1922 BOUDOUARD, administrateur, Les Rirha.
1921 BEN BADIS (Mouloud), avocat, Constantine.
1922 BERAUD, 0 A Q, chef de bureau A la Pr6fec-
ture, Constantine.
1895 CAMBUZAT-ROY, propri6taire, Boulevard du
Temple, Auxerre (Yonne).
1876 CARBONNEL, O A g, ancien imprimeur, B6ne.
1883 CHARRIER, 0 I 0, sous-chef de bureau de
Prefecture, en retraite, correspondent du
Ministbre de l'Instruction publique, 69, rue
Rovigo, Alger.
1920 CHALIGNE, O 4, command major, 30 Zouaves,
Constantine.












1920 MM. CARPUAT, administrateur-adjoint, Arris.
1918 CLgMENTI, 0 A ,' commis des Contribu-
tions directed b Constantine.
1921 CERNON, receveur de 1'Enregist, Constantine.
1920 Miss CORBY, charge de missions britanniques, Le
Cairo.
1913 MM. COUR, O I -;. professeur la chair publique
d'arabe a Constantine.
1921 CALLOT, 0 I ',, proviseur du Lyc6e, Constan-
tine.
1921 CHAZERAY,, homee de lettres, Constantine.
1921 CAMPISTROUS, : secr6taire du Syndicat agri-
cole, Constantine.
1921 CASSEGRIN, huissier, Constantine.
1921 CARBONNEL (J.-B.), libraire, Constantine.
1922 CRozEs, docteur, A'n-M'lila.
1922 CROZES, avocat, Constantine.
1922 CARSALADE DU PONT (DE), inspecteur des
Contributions directed, Constantine.
1922 CORRAZE, topography principal, Constantine.
1923 CoRTEs, pharmacien, Saint Arnaud.
1922 Cuacro-MoaosmIN, propri6taire, H6tel Cirta,
Constantine.
1923 Mme CR SPIN (Magali-Boisnard), femme do lettres,
Diskra.
1922 MM. COURCELLES, professeur de dactylographie,
Constantine.
1922 CRUSSARD, 4, mddecin-major de Ire classes,
Constantine.
1902 DEBRUGE, O I ~, contr6leur des Postes, cor-
respondant du Ministbre, Constantine.
1918 DOURNON, O. I. Q, directeur de la meiersa A
Constantine.
1920 DUBECQ, administrateur de la commune mixte
des Bibans.
1921 DELENNE, archipr6tre de la Cath6drale, Cons-
tantine.
1921 Duoe4A, commissaire-enqu6teur, Constantine.










1921 MM. DURIEU-DE-LEYRITZ, avou6, Constantine.
1921 DESSENS, 0 A -, Bazar du Globe, Constan-
tine.
1922 DILPONS, huissier, Ain-Beida.
1922 DELANGE, secretaire-adjoint de commune
mixte, Corneille.
1922 DENOLA, administrateur, Corneille.
1921 ESTADIRU, directeur de l'Jnsiitut Jeanne-d'Arc,
rue Samary, Constantine.
1921 ESCAFFRE, 0 A 9, professeur au Lyc6e, Cons-
tantine,
1921 EMERY, veterinaire, Constantine.
1918 FABRE, vice-pr6sident du Tribunal civil &
Constantine.
1920 FID9LE, sous-pr6fet de Guelma.
1921 FAURE (Louis), conseiller g6n6ral. Redjas.
1921 FERRER, docteur, Constantine.
1921 "FAURE (Ed.), notaire, Constantine.
1921 FERRANDO (Henri), president de la Chambre
de commerce, Constantine.
1922 FILIPPI, huissier, Fedj-M'zala.
1922 FRANCnI, juge au Tribunal, Constantine.
1922 FILIPPI, adjoint technique principal des Ponts
et Chauss6es, Constantine.
1906 GASTU, OI '", avoue honoraire, Constantine.
1907 GAUTHIER, Joseph (l'abb6), secretaire general
de l'Evhch6 a Constantine.
1916 GLENAT (Jean), conservateur du musde, Alger.
1914 GOUSSE, 6, proprietaire a Segernms par Bou-
Ficha (Tunisie).
1921 GUEIr (Ed.), industrial, Constantine.
1921 GUEDJ (Abraham), huissier, Constantine,
1921 GAMBIER. OA 9, @, professeur d'Allemand,
au Lycee, Constantine.
1922 Genon &, president du Patrimoine Coop6ratif,
Constantine.
1922 GELLEZ, capitaine, 3e Zouaves, Constantine.
1922 GOGUILLOT, avocat, Constantine.











1922 M. GORMAND, directeur, assurances, Constantine.
1922 Mme GUeDON (Ilen6e), rue de Brazza, Constantine.
1922 MM. GIRIE, propridtaire du Grand H6tel, Constan-
tine.
1920 HENRY, docteur en mddecine, Constantine.
1922 HUGUNmN, 0 A ', directeur des P. T. T.,
Constantine.
1922 HELLu, ancien avocat, propri6taire, La Sauve-
Majeure (Gironde).
1912 JOLEAUD, -~, docteur 6s sciences, collaborateur
au service de la Carte g6ologique de 1'Alg6-
rie, maitre de conferences a la Sorbonne,
Paris.
1907 JONCHAY (nD), 0 4, general de division, com-
mandant la cavalerie d'Algerie b Alger.
1921 JOLY (Albert), inspecteur-adjoint de l'Enre-
gistrement, Constantine.
1922 KHsPI, notaire, Mila.
1922 KOPP, cure, F.; .- -
1916 LAFFON (Jean- Eugene), juge d'instruction '
Constantine.
1903 LEROY, O -, O' ~I docteur en mddecine,
Constantine.
1874 LAUZOL, directeur de la Maison Centrale,
Lambese.
1918 LAVION, 4, rddacteur principal a la Pr6fecture.
Constantine.
1920 LHBELLE, ingenieur-adjoint des Travaux pu-
blics, Corstantine.
1920 LEMAIRE, inspecteur principal des Forkts, a
Constantine.
1920 LRETRADE CARBONNEL, administrateur de la
commune mixte d'Ain-el-Ksar.
1878 LuCIANI,, I Q, maire d'El-Biar (Alger).
1921 LAVILLAT (Paul), commergant, Constantine.
1921 LIAGRE, docteur, Constantine.
1921 LEGEAS, O t, chef de bataillon honoraire,
Constantine,











1921 MM. LouP (Albert), professeur au Lycee, Constan-
tine.
1921 LAURENT (Georges), assurances, Constantine.
1921 LAUMET (Louis), faubourg de la Petite Vitesse,
Constantine.
1921 LALOUM (Maurice), n6gociant, Constantine.
1922 LAVILLAT, docteur, Constantine.
1922 LABREVOIT, docteur, Constantine.
1922 LEROY, r6dacteur a la Mairie, Constantine.
1922 LAGAUZERB, pharmacies, Constantine.
1922 LEMOINE, -, n6gociant, rue Poull, Constan-
tine.
1922 M11e LEBEUF, directrice du Lycae de jeunes files,
Constantine.
1922 MM. LECARRE, inspecteur, Enseignement indigene,
Constantine.
1922 LouNIssi (Allaoua), conseiller g6n6ral, Cons-
tantine.
1913 MANIQUET (DR), directeur general de la Com-
pagnie des Phosphates de Constantine, A
Tebessa.
1907 MARQAIS, O I Q. professeir A la Facultd des
Lettres d'Alger, directeur du Muse de
Mustapha.
1916 MARCHETTI. huissier a Constantine.
1920 MARIAUD, O I, Q, conservateur de la bibiio-
theque, Constantine.
1914 MASSELOT, &, secr6taire g6ndral de la Pr6-
fecture, Constantine.
1891 MEJDOUB KALAFAT, 4., 0 I Q, professeur d'a-
rabe au Lyc6e, Constantine.
1908 MERLIN, *,conservateur au musAe du Louvre,
5, ville de Villiers, Neuilly (Seine).
1912 MEYER (Edmond), pasteur protestant, A Cons-
tantine.
1920 MEYER, administrateur d6tach6 a la Pr6fec-
ture, Constantine.
1904 MONTAGNON (l'abb6), 0 A 9, A Tamaris-sur-
Mer (Var).











1907 MM. MORRIS, 4, O 1. secr6taire g6n6ral de la
Prefecture, Constantine.
1921 MOMY (Eugene), 4, propri6taire, Constantine.
1921 MARCHAND (Paul), notaire, Constantine.
1921 MASSELor, docteur, Constantine.
1922 MELOU, contr6leur principal des Contributions
directes, Constantine.
1922 MOREL, O -, directeur de La D6peche de
Constantine ", Constantine.
1922 MONS, m6decin de colonisation, Cond6-Smen-
dou.
1922 MARTY, 0 I Q, pharmacien, Constantine.
1922 MALAVAL, O 1 professeur au Lyc6e, Cons-
tanline.
1922 MARIN, v6t6rinaire, Constantine.
1921 MATTEI, vicaire a a Cath6drale, Constantine.
1922 MAIZfiRES, instituteur, Constantine.
1923 M1le MASSON (Andr6e), r6dactrice a la Pr6fecture,
Constantine.
4921 MM. MEUSEa, 0 A Q, propri6taire, Constantine.
1920 Nonvas-EvENOU, inspecteur de l'Assistance
publique, Constantine.
1921 Negroni (Charles), #, avoue, Constantine.
1918 PANISSE, O -, avou6, maire; conseiller g6n6-
ral, Guelma.
1917 PAULETTE (Auguste), directeur de la maison
Braharn, Constantine.
1920 PEacY-SMIrrH, missionnaire 6vang6liste, Cons-
tantine.
1920 PgRIBR DE F6RAL, attach au Cabinet du Mi-
nistbre du commerce, 13, place des Vosges,
Paris (IVe).
1920 PIQUET, 4, docteur en m6decine, Constantine,
1919 POMMERBAU, interprete judiciaire au Tribunal
civil, Constantine.
1920 PRIMARD, propri6taire, Constantine.
1921 PRUD'nHOMME (Charles), t, avocat, Constan-
tine.











1921
1921
1921
1921

1922
1922
1922
1923
1922

1911




1920

1917

1881


1921
1921
1921
1922
1922


SABATIER, ing6nieur des points et chaussees,
Constantine.
SAID, O 4, officer interprfte principal en
retraite, Constantine.
SAINT-CALBBE, 0 I Q, directeur de la M6-
dersa, a Alger,
SALVERT, administrateur, Chateaudun-du-
Rhumel.


Mi" POFILET, institutrice, Auribeau.
MM. POLIGNAC (PRINCE DE), La Bouzar6ah, Alger.
PASTOUR, docteur, Constantine.
PERRUCHOT, directeur du Service agricole,.
Constantine.
PAOLI (Jules), avocat, Constantine.
PLACA, cur6, Batna.
PUJOL. conseiller municipal, Constantine.
POURQuIE, chirurgien dentist, Constantine.
PoUGAT, substitute du Procureur de. la RBpu-
blique, Constantine.
REYGASSE, 0 I Q, administrateur de la com-
mune mixte de Tebessa, membre de l'Insti-
tut international d'antthropologie, corres-
pondant du Ministere de l'Instruction pu-
blique.
RICHARDOT, 4, administrateur de la commune
mixte de l'Edough.
RIGAL, dessinateur au Service Topographique.
A Rabat.
ROBERT, 4,O I 9, administrateur principal en
retraite, correspondent du Ministere, Bordj-
bou-Arr6ridj (Constantine).
Roux (Albert), agriculteur, Constantine.
Ros, docteur, Constantine.
REVEL, (Emile), negociant, Constantine.
ROCHnFORT, magistrate, Constantine.
Ml1e RIVANO, secr6taire au Service des Mines,
Constantine.
MM. RONDENAY, C g, general de brigade, Cons-
tantine.


1922


1920

1921

1907


1920







XIII


1921 MM. SULTAN, avocat, Constantine.
1919 SERGENT (Edmond), directeur de 1'Institut
Pasteur b Alger.
1922 SAUCEROTTE, avocat, Constantine.
1922 SouRYous, huissier, Batna.
1922 SOUBRILLARD, administrateur, Les Eulmas.
1915 THABAUT, directeur des Contributions di-
rectes, a Constantine.
1910 THtPENIER, OI .1_, 4, contr6leur ffons de direc-
teur du Cr6dit municipal conservateur ho-
noraire du Musie, Constantine.
1917 THnPENIER (A.), -, #. lieutenant honoraire,
inspecteur du contr6le de l'Etat sur les
chemins du fer, Constantine.
1911 TOUzE, 0 A Q, receveur des Postes, A Cons-
tantine.
1921 TARABELLA (Albert), archivist a la Pr6fecture,
Constantine.
1921 TOBIANA (Simon), avocat, Constantine.
1921 THOMAS, O A .. directeur d'ecole, Constan-
tine.
1922 THOMAS (Gustave), avou6, B6ne.
1922 THOULET (Emile), inspecteur des Domaines,
Constantine.
1922 TOURISSE, huissier, Guelma.
1922 TORRAS, negociant, Constantine.
1921 VICaRY (Georges), geomttre au Service topo-
graphique, Constantine.
1921 MmB VICREY (Georges), boulevard Pasteur, Cons-
tantine.
1922 MM. VALENTIN, ing6nieur-directeur des mines du
Djebel- Felten, Constantine.
1922 VILLENEUVE (DE), ing6nieur adjoint des travaux
publics, Constantine.
1922 VITIPON, cur6, Biskra.
1922 VIoTTE, sous-directeur du Credit Lyonnais,
Constantine.
1921 WITMANN, commissaire de police, Constantine.







XIV


1921 Mme WITMANN, Constantine.
1922 MM. TVILLIGENS, maire, Ai'n-Beda.
1922 ZANNETACCI, avoue, ConstaBtine.






MEMBRES COBRRSPONDANTS



1921 MM. BARBEAU conservateur de la bibliotheque,
Souk-el-Attarine, Tunis.
1889 BERNARD, architect, 3, rue des Cordeliers,
Compibgne.
1891 BERTRAND (Francois), conservateur- adjoint
du Musie do Philippeville.
1910 CAUSSE, conservateur des Hypotheques en
relraite, Batna.
1903 CHERBONNEAU, 0 A avoue, Alger.
1917 CIIRISTOFLE (Marcel), architect dd Gouver-
nement General. Bould Malakoff, Alger.
1916 COUTIL (LUon), antropologiste, B Saint-Pierre-
de Vauvray (Eure).
1890 ESPERANDIKU, -, OI _, commandant d'In-
fanterie en retraite, membre non resident du
Comit6, correspondent de i'Institut, Saint-
Hippolyte-de-Caton, par Vzenobres (Gard).
1905 FnaNgois (l'abb6), cure b PII; 1.[.. ille.
1908 MAITROT, O I '01 commandant de gen-
darmorie b Ajaccio.
1917 OPPETIT (Gaston), administrateur A Tenes
(Alger).
1916 PARES (Baptiste), n6gociant Bo3uira.
1913 ROLLAND (Edouard), avocat & Biskra.
1902 ROUQUETTE (Dr), A, 0 1 ', medecin-major
chef de service, correspondent du MinistBre,
4, place de la Liberte, Nice.











1908 MM. SOLIGNAC (Marcel), licenci6 6s sciences, ing6-
nieur-geologue du Gouvernement General,
Villa RBv6e, Alger.
1903 VALLET, 4, O A i ancien publiciste, conseil-
ler general, Fedj-M'zala.
1905 VEL, 0 A V, inspecleur de l'assistance pu-
blique, 3, rue Rabelais, Oran.






Communes de plein exercise et communes
mixtes ayant vote ute subvention
A la. "SociUt6 archeologique" en 1922


Ain-el-Ksar.
Ain-Mokra.
Ain-Abessa.
Ain-Beida.
Ain-M'lila.
Akbou.
Aurbs (les).
Bizot.
Belezma.
Biban.
Bordj-bou Arr6ridj.
Chekfa.
CondU-Smendou.
Duzerville
Eulma.
El-Arrouch.
Fedj-M'zala.


Guergour.
Gueltat-bou- Sa.
Jemmapes.
Khenchela.
Meskiana.
Morris.
M~adid.
Ouled Rahmoun.
Oued Marsa.
Oued-Athmdnia.
Penthi6vre.
Sedrata.
Souk-Ahras.
Saint Arnaud.
Taher.
Tebessa.











BOCIEXTS COHRBtSPONDAfNTMS


AGEN. Societd d'agriculture, sciences et arts.
Aix. Acad6mie des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
Soci6t6 d'6tudes provenaales.
BibliothBque de l'Universit6.
ALAIS. Societe scientifique et litteraire.
ALGEa. Ecole sup6rieure des Lettres.
Soci6td de gBographie d'Alger et de I'Afrique du
Nord.
Soci6t6 historique algerienne fRevue africaine).
ALSACE-LORRAINE. Societ6 d'histoire et d'archeologie de
la Lorraine, a '%I. .
-Societ6 pour la conservation des mo-
numents historiques de l'Alsace, a
Strasbourg.
AMIENS. Societe des antiquaires de Picardie.
ANGOULAME. Soci6t6 archlologique et historique de la

Aucm. Societe ,,I,.-.I .._;..i.' du Gers.
AUTUN. Societ 6duenne.
AVALLON. Soci6t6 d'6tudes.
AVIGNON. Acad6mie de Vancluse.
AUXERRE. Soci le des sciences historiques ei naturelles
de l'Yonne.
BAR-LE-DUC. Soci6td des lettres, sciences et arts.
BEAUNE. Societe d'archliologie.
BEAUVAIS. Soci6dt acad6mique d'arch6ologie, sciences
et arts du d6partement de I'Oise.
BgzmIER. Societe archeologique, scientifique et littgraire.
B6NE. Acad6mie d'Hippone.
BORDEAUX. Societe arch6ologique.
Socie6t de g6ographie commercial.
BOURG. Bulletin de la Soci6td de geographie de PAin.
BOURGES. Socit6 historique, litt6raire et artistique du
Cher.











BREST. Societ6 academique.
CHAMBPRY. Soci6t6 savoisienne d'histoire et d'archeo-
logie.
CHARTRES. Soci6t6 archeologique d'Eure-et-Loir.
DAX. -- Soci6et de Borda.
DOUAI. Union geographique du Nord de la France.
EPINAL. Soci6t6 d'6mulation des Vosges.
GAP. Societ6 d'etudes des Hautes-Alpes.
GRENOBLE. Academie delphinale.
GU9RET. Societ6 des sciences naturelles et archeologi-
ques de la Creuse.
LANGRES. Societ6 historique et arch6ologique.
LAON. -- Soci6t6 acad6mique.
LIMOGES. Soci6et archdologique et historique du Li-
Smousin.
LYON. -- Soci6t6 litt6raire, historique et arch6ologique.
Acad6mie des sciences, belles-lettres et arts.
Bulletin historique du diocese de Lyon.
LE MANS. Soci6td historique et arch6ologique du Maine.
MARSEILLE. Societ6 de statistique.
Soci6et archeologique de Provence, 63, bou-
levard Longchamps.
MAROC. Ecole superieure de langues arabes et berberes,
A Rabat.
Bulletin des Archives berberes et de la cores-
respondance africaine, & Rabat.
MONTAUBAN. Soci6to arch6ologique du Tarn-et-Garonne.
MONTBILIARD. Societe d'6mulation.
MONTPELLIER. Soci6te languedocienne de g6ographie.
Soci6t6 arch6ologique.
NANCY. Acad6mie de Stanislas.
Soci6t6 d'archdologie lorraine et du mus6e his-
torique lorrain.
Soci6t6 de g6ographie de l'Est.
NANTES. Soci6et arch6ologique.
NARBONNE. Commission archdologique.
NICE. -- Soci6t6 des lettres, sciences et arts.











NiMES. Acad6mie du Gard.
ORAN. Soci6t6 de g6ographie et d'arch6ologle.
ORLEANS. Soci6t6 arch6ologique et historique de l'Orl6a-
nais.
PARIS. Institut de France.
Comit6 des travaux historiques et scientifiques.
Bulletin de l'Ecole des Chartes.
Soci6t6 des antiquaires de France.
Soci6t6 d'ethnographie.
Soci6t6 de g6ographie.
Soci6t6 d'anthropologie.
Association pour l'encouragement des 6tudes
grecques.
Soci6t6 des 6tudes historiques.
Revue g6ographique international.
Mus6e Guimet.
Revue des Colonies et des Protectorats, ministrre
des Colonies.
R6union d'6tudes alg6riennes, 12, galerie d'Or-
l6ans.
Bulletin de la Soci6t6 des 6tudes coloniales et
maritimes.
PERPIGNAN. Soci6et agricole, scientifique et litt6raire.
PnRTU1S. Athen6e de Pertuis (Vaucluse).
POITIERS. Soci6t6 des antiquaires de l'Ouest.
REIMS. Acad6mie national.
RENNES. Soci6t6 arch6ologique d'llle-et-Vilaine.
ROCHECHOUART. Soci6t6 des Amis des sciences et des arts.
RODEZ. Soci6t6 des lettres, sciences et arts de l'Aveyron.
ROUEN. Commission des antiquit6s de la Seine-Inf6-
rieure.
SAINT-BRIEUC. Soci6t6 d'6mulation des C6tes-du Nord.
SAINT-DIE. Societ6 philomathique.
SAINT-MALO. Soci6t6 historique et arch6ologique.
SAINT-OMER. Societ6 des antiquaires de la Morinie.
SEMUR. Soci6t6 des sciences historiques et naturelles.











SENS. Socildt archeologique.
SoIssoNs. Sociote arch6ologique, historique et scienti-
fique.
SoussE. Bulletin de la Socilt6 archeologique.
TOULON. Acad6mic du Var.
TOULOUSE. Acad6mie des sciences, inscriptions et belles-
lellres.
Bulletin de la Soci6t6 de g6ographie.
Soci6td archeologique du Midi de la France,
OURS Soci6t6 d'archdologic de la Touraine.
Soci6to d'agriculLure, sciences, arts et belles-
lettres du dcparltement d'l dre-et-Loire.
Societe de gdographie.
TUNIS, Instilut de Carthage. -- Association tunisienne
dos lettres, sciences et arts, a Tunis.
VALOGNE. M6moires de la Soci6t6 arch6ologique.
VANNES, Soci6t6 polymathique du Morbihan.
VERVINS, Socit6 archdologique.




SOCIXTES ETRANG kMS



AMtRIQUE DU SUD (LA PLATA). Direction g6n6rale de
statistique de la province de Buenos
Ayres.
ANGLETERRE. Socidet des antiquaires de Londres.
-- Ecosso. Socidt6 des Antiquaires, Edim-
bourg.
-- Socidt6 des antiquaires de Cambridge.
Institut canadien de Toronto (Canada).
Soci6t6 de numismatique el, d'arc4 ologie
de Montr6al.
BELGIQUE. Soci6t6 des Bollandistes, Bruxelles.
Soci6t6 d'archeologie de Bruxelles.
BAEiIL. Mus6e national de Rio-Janeiro.











EGYPTE. Institut 6gyptien, au Caire.
Comit6 de conservation des monuments de l'art
arabe.
Soci6t6 kh6divale de g6ographie, au Caire.
ETATS-UNIS D'AMIRIQUE. Mus6e Peabody d'arch6ologie
et d'ethnographie am6ricai-
nes de Cambridge.
Institut Smithsonien de Wa-
shington.
Commission d'inspection g6o-
logique des Etats-Unis (D6-
partement de 1'Int6rieur), 6
Washington.
Soci6t6 d'anthropologie, A Wa-
shington
Acad6mie des sciences natu-
relies de Davenport, Iowa.
-Universite de Californie, b
Berkeley.
-Mus6e am6ricain d'histoire
naturelle, b New-York.
Association am6ricaine pour
l'avancement des sciences,
A Washington.
ITALIE. Touring chef italien, Milan.
Ecole francaise de Rome.
Soci6t6 africaine d'Italie, A Naples.
Soci6t6 africaine d'Italie, A Florence.
Acad6mie des Lincei, A Rome.
Soci6t6 pi6montaise d'arch6ologie et beaux-arts,
rue Napione. 2, Turin.
NonviGE. Universit6 royale, A Christiana.
PEROU. Bulletin de la SociBt6 de g6ographie de Lima.
SUEDE. Acad6mie royale arch6ologique de Stockholm.
Institut g6ologique de l'Universit6 d'Upsala.
SUISSE. Soci6t6 d'histoire et d'archlologie de Geneve.
Soci6t6 de g6ographie de Berne.
Soci6t6 neuchatelloise de geographie, A Neu-
chatel.


















BZBLIOGRAPHIE


POLYBE............

SALLUS'E ..........




MERCIES. ... .

(GARROT ...........

G. BOISSIER .

CAGNATr ...........

GSELL ..

GSELL ...

MESNAGE..........

JAUBirER (Ch an oine).


Ifistoire.

Guerre de Jugurtha.

De bello Africa,

Essai sur les milices ronaines.

[fistoire de Constantine.

H[istoire gindrale de l'A lgirie.

L'Afrique romaine.

L'Armie romaine d'Afrique.

Atlas archdoloyique.

fistoire anciennu de l'Afrique (ld 2lorJ.

Romanisation de l'Afrique.

Notes d'Hlistoire et d'Arclhdologie.


Collection des Recueils de la Socidet archdologique de Constantine.














OCCUPATION ROMAINE DE L'AFRIQUEI1





C'est au printemps de l'an 608 de Rome (146 avant
J.-C) que fut realise le lugubre delenda Carthago
du vieux Calon.
Apres un siege de trois ans la ville fut prise,
pillee, ]briule, ras6e. Les survivants de la citl de-
truite (50.000 selon Appien) furent vendus sur les
marches d'esclaves, tandis que sur les ruines encore
fumanles, Scipion Emilien faisait prononcer des im-
precations solennelles pour vouer aux dieux infer-
naux ceux qui, dans l'avenir, oseraient Otablir leur
demeure en ce lieu.
Pour expliquer la n6cessit6 d'une tell cruaute,
les auleurs latins ont invo(qu la mauvaise foi puni-
que et la violation d'un trait, qni, depuis la defaite
d'Hannibal a Zama, interdisait l Carthage de com-
battre, mime pour sa defense, sans 1'assentiment de
Rome.
Quand un people en assassine un autre de propos
delibere, il trouve toujours d'excellentes raisons pour
justifier sa conduit.
En reality, Rome a d6truit Carthage parceque celle-
ci l'avait fait trembler pendant de longues ann6es;


(1) Coynrxfence f'aite le 4' jallvier 19V2,







- 4 -


parceque son commerce avait un champ d'action
trop etendu au gr6 des homes d'affaires a toge;
parcequ'enfin elle craignit serieusement de voir son
lidele alli6, Massinissa, roi de Nunidie, s'emparer
un jour de Carthage et rdunir ainsi en ses mains,
trop 6nergiques, presque toute l'Afrique du Nord.
Cependant, lorsque l'arrOt fut execute, les RIomains
s'apercurent qu'il ne suffisait pas d'avoir d6truit la
metropole punique, ni de l'avoir maudite, mais qu'il
leur fallait encore empMcher qu'elle ne se relevat de
ses ruines, ou qu'un autre n'en restaurant la puissance
b son profit.
Aussi, bon gre mal gre. Rome dut se resigner a
s'etablir en Afrique et le Senat prononCa l'annexion
du territoire de Carthage en l'tat ou les empi6te-
ments de Massinissa l'avaient laisse, au debut de la
38 guerre punique; -- le reste ful abandoned aux
Numides.
Avant d'aller plus loin, il est int6ressant, et peut-
etre n6cessaire d'examiner la situation de l'Afrique
du Nord a ce moment.
Situation de l'Afrique du Nord
Au point de vue physique, il devait y avoir peu de
differences avec l'Algerie-Tunisie d'aujourd'hui. Les
pluies y etaient autant irrogulieres et le siroco aussi
dessechant. Toutefois, les forces teaient plus nom-
breuses et plus vastes et le Sahara etait tres proba-
blement plus habitable et plus facilement traversable
que maintenant, ()

(1) Selon I'oplnion de Osell une population ti's nonbreuse y aurait risid(
pendant une pdriode tr1s longue descondantl peul,-8tre jnsqu'h I'6poque
allstoriquc.










Les populations
L'Afrique du Nord Mlail alors habitue par des po-
pulations, don't los origins tres diff6rentes, out frapp6
les auteurs anciens : en particulier IIerodote et le roi
numide IHiempsal, don't le rIcit est reproduit par
Salluste.
Iliempsal a distingu6 des Getules, des Libyens,
d'oi seraient issues les Numides et les Maures et
des Ph6niciens. H.erodote mentionne un quatriBme
group : des Grecs.
Examinons rapidement ces populations.

Les G'lules. Les Getules, appeals Elhiopiens
par Herodole, 6taient apparentes avec d'autres races
du continent noir. Ils avaient tris probablement
occupy a une epoque reculie toute l'Afrique du Nord;
mais, ayant ete refoules par de nouveaux venus, ils
s'etaient fixes la lisiere nord du. Sahara, oi ils
vivaient d'une fagon frusle et d'ofu, tous les 6tes, ils
rernontaient vers les riches regions du Nord pour
chercher leur nourriture et celle de leurs troupeaux.
11s n'avaient jamais 6et soumis a personnel et Rome
eut b lutler sans cesse contre eux.

Les Libyens. Les Libyens, ou, pour me servir
d'une appellation donnee par les conqu6rants arabes
du IVile siecle et aujourd'hui classique: les Berbhres,
occupaient tout le pays compris entire la c6te et le
desert, depuis l'Oc6an jusque et y compris les'Syrtes.
Nous avons tout lieu de croire que ce sont eux
qui avaient refoule les Getules vers le Sud.
Cetle race comprenait deux groupements : des
bruns et des blonds. La parent des premiers a etd










Otablie avec les populations du Sud de 1'Europe
d'une part et du Nord-Est Africain d'autre part.
Les blonds presentent toutes les caractristiques
des races vivant dans le Nord de I'Europe. Ce sont
eux, qui, tres vraisembl0blement, ont construit ces
monuments megalithiques (qui ressemblent 6trange-
ment y compris la position du squelette aux
dolmens d'Irlande, de Bretagne et d'Espagne, datant
du IIP millionaire.
On a 6mis l'hypotlise de arrivee de ce groupement
par les Colonnes d'Hercule et cette opinion se trouve
appuyee du fait que le nombre des Berberes blonds
va en diminuant de I'Ouest a l'Est.
Les Berberes avaient former trois roaunmes, si
Fon peut employer cette expression 6videmment trop
forte: la Numidie Massylienne des Syrtes a
1'Ampsaga, moins 6videmment le territoire de Car-
thage, avec Cirta pour capital et peut-etre aussi
Ekatompyle (T'Ibessa).
La Numidie Massessylienne de I'Ampsaga a la
Muluc!la, ayaln pour capital Siga. Enlin les Maures
de la Mulucha b l'Ocean.
Au moment de la 3 guerre punique, les anciens
royaumes Massyle et Massessyle avaient 0et reu-
nis par l'energique Massinissa, qui, s'inspirant des
methodes cartlhaginoises, s'elait efforce de constituer
un veritable Etat, cr6ant un commencement d'adini-
nistralion et d6velolpant agriculture.
Les Numides avaient entretenu des relations avec
les PhCniciens (depuis l'arrivee de ceux-ci et s'elaient
fortement impregnes de leur civilisation. Leurs


- C6 -








-7-


princes avaient souvent 6te' eev6s a Carthage. Quel-
ques-uns s'y 6taient marines comme : Navarase, qui
obtint une fille d'IIamilcar Barca et Scyphax, 1'8poux
de la belle Sophonisbe, laquelle eut une fin tragique
h Cirta.
Aussi les villes anciennes de Numidie offrent-elles
un cachet nettement punique.(l)
Les Berberes etaient alors ce qu'ils sont encore:
intelligent, courageux, opiniatres, mais gaspillant
trop souvent leur energie, selon l'expression de
Gsell, dans des luttes sans grandeur, d'individus, de
families, de coteries, de villages, de tribus, et man-
quant des sentiments de large solidarity qui consti-
tuent les nations.
Les rois numides n'avaient, en general, exerce
qu'une domination toute passagere et il est certain
que meme les M.i- -. i- -i avaient Wt des souverains
beaucoup moins absolus qu'ils ne le pr6tendaient.
Je note, de suite, que les Romains ne comprirent
rien b l'unit6 de cette race qu'ils affublerent d'une
foule de noms ne correspondent qu'a des regions. (I)





(I1 Cirta ost un inot iphinlrien. 11 n' (tl eependant auilunemenl pro1uv6 ([ue
les Carlhaginois alunt 6id maitailres de l; ville i une 6poque quelconque; la
chose ne parail Inelie pas probable. Ccpendant les vestiges puniques y
aibondent el note collgue Bosco e ei encore r((couvert ricemmnet. 11
oen est de mrme pour Calaina ((Iuelrm) don't I'amclen nom Malaca ailait
t6i lu it lenders par les l[{om ins, Tigisl IAi n-el-Bord.i ,, Thibills (Annou-
na), Aqua; Tlbilbtanan llamiinal l-.eslkoutine), Zaltara (IKf-bou-Zioun), Thu-
hursiculm-Numidarun (Khcmissai, Tipasa i'Ti'ch), ii ... (ll.-Taoura), Na-
rlaggara (Sidi-Youssef CG diaufala (Ksar-Shehi). I,., ...... (Moniesquieu,
Macomades (M1eriob Tlalhla), lilew ( ila), Tubusuptu iTilklat), Thiveste ITe-
hessa. l ancielI rl i i...n,. I. praise par le sullfft Haninn ailrAs la guerre
inexpiable vers .I. r, 1hage orcupla 0 ans. I I I Capsa
(Gafsa), Tiddii s 'l-Krecneog), Sufasar ilolfusville), Succhabar (Illliana), Auzia
(Aumale), Cuicul (Djoe ila) otfin a donn6 des restes puniques ainsi que Tiln-
gad et M1liscula ilien'llicla).












(2)PRINCIPAUX NOMS DONNES PAR LES REMAINS AUX BERBERES


CYRENAIQUEE
et
SYPRTES




Barcites au nord de
la CyrInaiquc.

Nasanmous littoral ct
oasis.

Psylles grande Syrte.

Makes ai: sud des
Precedents.

Troglodytes petite!
Syrte.
Lotophages lie de
Mecninx.


PROCONSULAIRE


Zaouekes en Zeugi-
tane.

Makes.

Ghyzantes et Cini-
thii en Bizacene.


MUMIDIE


Nom g6nerique : Nu-
miles.

Nabates region Nord-
Est.

Musulames de Capsa-
Te1epte au Hodna.

Nicives vers le Hodna.

Nattabutes region de
Guelma.

Kidamousiens au nord
de Cirta.

Zabunii dans le Zab.

Barbares et Sabarbares
dans les montagnes
du littoral.


MAURITANIE SITIFIENNE
et MAURITANIE TINGITANE
CESARIENNE


Nom gdnrique: Maures

Quinquegentiens dans
la grande Kabylie
comprenant :

Isaflenses, Massinissen-
ses, Fraxineuses, Ju-
balenes et Nabates.

Mouzounes a l'ouest des
precedents.

Makruziens littoral d'Al-
ger.

Nakmuziens, Tolates,
Elouliens, region des
hauts plateaux.


Nom generique: Maures

Maziques littoral nord.

Bacuates bassin du Se-
bou.

Makenites, course supe-
rieur du Sebou.

Autolotes et Benioures
bassin de l'Oum-er-
Rebia.

Darathes bassin du Draa.







--9-


Les Pheniciens. Les Pheniciens Mtaient venus
de Tyr et de Sidon vers le XIP ou le Xe sibcle, lan
suite, sans doute, de discordes civiles dans leur pa-
trie on d'un surcroit de population, consequence
possible du refoulement des Cananeens par les 116-
breux.
Ils avaient fond des emporia ou comptoirs le long
des cotes, a la suite d'ententes amiables avec les po-
pulations indigenes, auxquelles ils payBrent pendant
longtemps de lourds tributes.
Ces emporia etaient installees aux endroils propices
6 l'etablissement d'un port; elles etaient fortiliees;
quelques-unes avaient achet6 un petit territoire.
Elles eurent chacune leur vie propre et indepen-
dante et ce n'est que lorsque Carthage eut pris Lne
certain importance que son hIg6monie fut reconnue,
quoi(lue avec mauvaise grace.
C'est ainsi que se constitua ce qu'on a apple
l'Empire Carthaginois, form en some, de la seule
region de Carthage, riche, mais r6duite et d'une
loule de comptoirs echelonnes sur la cete depuis les
Sables de Cyrene jusqu'au-delb des Colonies d'ller-
cule.(1)


(1) Nous connaissons les villes suivantes :
Territoire propri de .. r thage, Thabraca (Tabarca),
Ilippou Acra (Bizerte', i iii, I- .1i usucmon (Porto-Farina),
Utica (Bou-Chateuri Thibiuca (Bir-Magra). Tynes (Tunis M1 galopo-
lis i?), Thendalis Henchir-el-Aouam),Thisiduo ((rich-el-Oued), Uthi-
na iOudna). Nepheris iKhangat-el-II i i, 'I -ua Sidi-Daoud),
Aspis-Clupea ;Kelia), Sigu iKsar-e i 1......, (Nebeuli, tisica
Hlenchir- I i r h nini :Henchir-es-Sour Iladrumetunm .. ..
Huspina '.1. 1 i.:.,- minus iLenta;, Thapsus HRas-Dimas),
Alipota (Salakta), Thysdrus ElIDjem), Acholla (Chelilba, Ruspo'
Il! ... 1. l Usilla |Inchil!a), Taparura e Sfax Thaii na (llen-
Ces villes appartenaient a Carthage au ddbut do la 3" guerre pu-
nique; mais cette enumBratioa ne repr6sente qu'une faible pattie de







- 10 -~


Les Ph6niciens 6taient surtout des marines et des
marchands; mais ils furent aussi des agriculteurs,
come l'atteste Polybe.
Ils surent acquerir une inHuence considerable dans
toute l'Afrique du Nord, moins certainement par
leurs actions militaires, toujours riduites, que par
leur main-mise commercial sur toute la contree.
Par contre, ils furent g6neralement detests, sur-
tout par leurs sujets : nous en avons pour preuve
]a facility avec laquelle les generaux ennemis, les
mecontents, voire meme de simples mercenaires r6-
voltes, trouvOrent des auxiliaires des qu'il s'agissait
dle marcher sur Carthage.
La cite punique, cependant, etait terrible dans ses
vengeance oi' nous la voyons deployer toute la fe-
rocit6 de l'avare qui a craint pour son tresor.

: qui existait dans cette region, puisqu'au dire de Strabon, il y avait
300 villes dans le territoire restant aux Carthaginois.
II convient d'ajouter les villes suivantes que Carthage avait posse-
does plus ou moins longtemps, ou qui, du moins peuvent avoir une
origine punique Bula Regia (Hammam-Darradji), Vaga 1- I. To-
cai-Thugga (Dougga), Sicca (Le Kef), Thubursicu (Teboursouk',
Zama Ml.... Ili; ....D ; i or (Am rr-Dijdolil Th lea (Thala),
M actaris l. I.i 1 I i. I l Capsa,. 1 ...- i .- T6bessa:.
Etablis .s /rs Syrtes. Charay (Medenet-es-
Soltane), Euphrantas (Ksar-Zafrane), Macomaca (Melfa), Neapolis-
Leptis Magna (Lebda), Gaphara (Ras-Djafara), Oea (Tripoli), Sabra-
tha (Sabria), Zita (Zarxis), Gighthi (Bou-Grara). Tipasa el Meninx
dans File de Meninx (ile de Djerba), Tacapas Gabes), Macomades
Minus Ilenchir-el-Gliorib).
Etablisrnwmnts sur la cot mendditerrandenne. Tuniza (La Calle),
Acra-Ilippou- ippo Begius-Hlippone (B6ne), Tacatua P. T 1 u. I,
Thapsus-Rusicade I( I,.i.,,-r i. I .i,' In Collo), '. il
Choba iZiama), Said. .. .. I -:.i (Azzefoun) I-.."" I't "' il .
sebt), Rusuccuru I. 1 -~, Rusubbicari (Mers-el-Hadjedj), Rusgunihm
(Cap Matifou), Icosium (Alger), Tipasa (Tipasa), lol-oesarce (Cesaree-
C.ierchel), Gunugu ,-.... Cartili (Dupleix), Cartennas (Tenes ,
Portus Magnus (prds d'Arzeu), Siga (a 1'embouchure de la Tafna),
Rusaddir Id.i1.1-i Tamuda (Tetouan), Mulelacha (Moulay-bou-Sol-
iam).
Etablis.sements sur V'Ocan. Tingi (Tanger), Zili (Azila), Lixus
(Tchemmich prfs d'El-Arrach), Thymiaterion (Mh6dia), Sala (Sale),
Rusibis (Mazagran), Mysocaras (Safi), Tamousiga (Mogador), Suriga
(Koubia). Hisardir (?).







- 11 -


C'est pourtant ce sentiment, qui, pouss6 au pa-
roxysme, jela ine lueur de beauty sur la lin de
Carthage, don't les habitants prfiererent mourir plu-
tot que d'abandonner leur ville, source de leurs ri-
chesses, ainsi que Rome l'avait tout d'abord exig6.

Les Grecs, Le nombre des Grecs se trouvant
dans l'Afrique du Nord est assez ii l,. i a apprecier.
Pourtant ils ltaient assez nombreux dans les ports
oi ils avaient les m6mes occupations que les PhOni-
ciens, auxquels, snr plus d'un point, ils ressem-
blaient comme des freres. D'ailleurs, selon de point
.de vue remain, fides punica et fides grclca etaient
synonvmes.
Dans les villes de l'interieur, nous trouvons de
petites colonies d'artisans grecs, ge6drailement appe-
les par les princes indignes, comme Scyphax ou
Massinissa; et c'est peut-etre a eux'que.nous devons
ces deux mioiiiments enigmatiques que possede le
d6parte menl de Constantine : la Soiina pris du
Kroubs et le \Il. .1. II entire les Lacs et Batna.(1
En resume, les Romains, en pregnant pied en
Afrique, n'etaieut pas en presence, come on l'a
cru trop solvent, d'un ramassis de peuplades sans
organisation et sans lois. Ils trouvaient, au contraire,
des populations ayant une reelle civilisation, des
villes dotees d'iune organisation municipal, des pro-
vinces avec une administration au moins embryon-


11' Au.\ groupemnernil prin ,dents, 1 conviendrail l'aijouler les Ju ifs, qui,
RaP e [i i'ris de Jruiieslenl eI 320 avarnl J. C. par Poldin(e Soler, fnrent
transporti(s (n Afriq(ue. au nombire de 100,000 solon 1 historlin juil' ositte.
Ce peii ple s']i t'lialil pma le en C(yrinaTque, palrte (.n lilye,. maI ni outl, i 'avonl
aurlln rinse iileniilne t ur lu i it 'i poque oil wOs so)iilli'..






- 12 -


naire, et des exploitations agricoles qui front 'ad-
miration de Salluste.
II faut reconnaitre, toutefois, avec Mercier, qu'en
dehors des plains fertiles oin des villes avaient et6
baties, vivaient des tribus moins policies, qui, refu-
giees dans les parties montagneuses, se targuaient
d'une ind6pendance relative.
Il en sera d'ailleurs de m6me sous la domination
de Rome qui aura a lutter sans cesse centre ces
populations.
Mais il serait profondmment injuste envers la capi-
tale punique detruite, come 6 l'egard des BerbIres
eux-mimes, d'attribuer aux Latins la complete civi-
lisation de ce pays; car, en disparaissant, Carthage
laissait une empreinte profonde que Rome, elle-meme,
en cinq siecles ne put effacer: le souvenir des Dieux
phOniciens. se perpdtua en maints endroits, etl l'6po-
que meme d'e Saint-Augustin, dans cerlaines parties
de la Numidie, on parlait encore le unique, alors
qu'on ne comprenait pas le latin.











COLONISATION ROMAINE
La RWpublique
Obligee de s'installer en Afri(Iue pour s'opposer
aux ambitions numides, Rome le lit d'assez mauviase
grice et ne semble pas s'etre beaucoup souciee de
coloniser le pays.
Son action se borna, au debut, a une simple occu-
pation militaire de l'ancien territoire de Carthage, et,
come pour montrer qu'elle ne voulait pas aller au-
dela, elle lit creuser un fosse b la limited de sa nou-
velle possession.
Utique, ayant abandonne Carthage des le debut de
la 3" guerre punique, devint la capital de cette pro-
vince qui recut le nom pretentieux d'Africa.
Les villes qui s'tlaient 1. ".ii .11,,-iil rallies i RHome
furent Ji, 1i. >,- libres et exemptes d'iinp6ts.0)'
Celles qui avaient pris part a la guerre en four-
nissant a Carthage des vivres, des subsides ou du
matOriel furent rasees. Leurs habitants, il est vrai,
ne furent ni massacres ni d6port6s, mais leur terri-
toire fut incorpore au domaine public et loun aux
fermiers de l'Etal.(2)
Quant aux autres villes et bourgs ils furent expro-
pries en droit. Toutefois, on leur laissa provisoire-
ment leuis champs et meme leurs costumes, sous
condition du payment d'un tries lourd imp6t annuel :
le stipendium, impose aux vaincus, en execution de
la loi Thoria.

j) IHadrumntuin (Sousse), Leptls Minus (Leinta), Thapsus ias-Dlimas),
Achullo (Cllelbb) ;i, Uzalis (El-Alia) el Tileudalls (tHenchlr -ol-Aouai).
(1) Clupea (Kelibia), Neapolis (Nebeul), Nephiris (I K angat-el-lodjadj),
Tyn6s (Tunis).







- 14 -


Les princes numides se virent confirmer la pos-
session des territoires qu'ils avaient enlev6s (Car-
thage et on a voulu voir en eux le d6but du regime
de ces rois asservis, selon l'expression de Tacite,
qui avaient pour mission, en gouvernant au nom de
Rome, de latiniser peu a pen leur pays, afin d'en
preparer l'annexion ulterieure. II est certain que l'on
fail dire bien des choses a I'histoire, mais cette opi-
nion me parait, en l'espece, tout au moins pr6matu-
ree, et Rome n'eut pas toujours ces intentions pro-
fondes qu'on lui a pretees.
En realitO, Rome s'installait dans le territoire de
Carthage d'une fa.on hesitante, avec la crainte que
l'aventure africaine ne 1'entrainat trop loin; et il faut
tenir compete que cet 6tablissement eut, au Senat, des
adversaires tres nombreux : nous en aurons encore
des ecbos sous le r~gne de Trajan.
Aussi le gouvernement remain agit avec la plus
grande prudence et il abandonna a ses allies les ter-
ritoires qu'il n'etait pas en 6tat de garder.
Cependant, les cendres de Carthage 6taient a peine
refroidies, qu'une foule de chevaliers et de citoyens
remains accouraient en Afrique, cherchant leur for-
tune dans l'influence de la ville qui avait 6et le centre
du commerce du monde.
Joints h quelques legionnaires libiers et rests
dans le pays, ils se repandirent non seulement dans
les villes de la province romaine, mais encore en
Numidie, ou, par politique, ils furent fort bien recus.
C'etaient des traliquants de toute espece ou le-
repr6sentants de grades Compagnies financires











don't les veritables directeurs 6taient de tris hauts
personnages.
Banquiers et n6gociants pen6traient partout et sa-
vaient ordinairement se rendre parfaitement odieux;
mais au lendemain de la victoire romaine en Afrique,
la toge Otait une sauvegarde qui couvrail les opera-
tions douteuses.
Or, a cette 6poque, l'Italie connaissail ce qu'on a
appel6 la crise agraire et en l'an 123, c'est-a-dire
23 ans apres la destruction de Carthage, oubliant les
imprecations solennelles de Scipion, Caius Gracchus,
reprenant 1'cwuvre de son frere Tiberius, faisait
conlirmer la loi agraire et l'ann6e suivante, il instal-
lait 6.000 colons italiens ba l'emplacement meme de
la cite d6truite. Le nouvel 6tablissement : la Junio-
nia Colonia, fut plac6 sous la protection de Junon
Celeste qui n'6tait autre, en some, qu'Astart6 Tanit.
Mais les intrigues devaient compromettre le sort
de la jeune colonie. Un an a peine aprBs son 6tablis-
sement, Caius Gracchus, traque, sa tole mise a prix,
etait oblige de se faire donner la mort par un esclave
dans le temple de Diane.
Les travaux de colonisation qu'il avait fail entre-
prendre furent arrotes et une loi fut meme vote
pour abroger celle de 123. Cependant, come on no
pouvait expulser 6.000 citoyens remains, reguliere-
ment installs, la colonies subsist mais fut abandon-
n6e a elle-mrnme.
Pendant ce temps, I'etat voisin de Numidie connais-
sait ces sanglantes rivalites don't la Berberie fut de
tout temps coutumiere.


i 1, -










Des trois fils de \I --;i;-- I qui lui avaient suced6
en 148, Miscipa avait survecu aux deux autres. En
mourant il partageait ses 6tats entire ses deux lils et
son neveu Jugurtha.
Celui-ci fit immediatement assassiner un de ses
cousins, chassa 1'autre et s'installa a sa place b Cirta.
Le prince depossed6 lit appel a Rome, qui, arbi-
trant le different, fit une cote mal taillee des pr6ten-
tions reciproques. Mais les d6put6s ttaient a peine
parties, que Jugurtha vint assieger son parent b Cirta,
le tua quand il vint se rendre et passa au fil de l'6pee
la colonies italienne, qui avait Onergiquement cooper
a la defense de la ville.
Ce fut le motif de la guerre dite de Jugurtha. Les
operations rnilitaires, commencees en 109, durerent
quatre ans; mais quell que u fut la valeur des deux
consuls qui exer.erent le commanaement pendant
les trois dernieres annnes, Metellus, puis Marius,
elles ne devaient prendre fin que par la trahison, Le
roi des Maures, Bocchus, beau-pere et allied de Ju-
gurtha, livra ce dernier h Scylla, lieutenant de Ma-
rius, apr6s s'Otre longtemps demand s'il ne ferait
pas l'inverse.
Rome paya la trahison de Bocchus avec l'ancienne
JM I.--. lie, c'est-h-dire tout le pays compris entire
la Mulucha et le Nasavath (Oued-Sahel).
Cette region, jointe a l'ancien royaume des Maures,
portera ddsormais le nom de Maur6tanie.
Le reste de la Numidie, c'est-a-dire la Massylie,
fut donn6e h Gauda, prince maladif qui avait jusque-
lh v6cu en proscrit dans la province romaine et don't
la faible personnalit6 ne pouvait, en aucune fagon,


- 16 -







- tl -


porter ombrage i Rome. C'est ainsi que nous arri-
vons progressivement au rex inserviens.
Avant de quitter l'Afrique, Marius, rappele en
grand'hllte centre les Gaulois eut a coeur de tenir
les promesses faites aux cornices de l'an 108-107, et,
distribuant des terres a ses veterans, il fonda deux
colonies a la limited de la province romaine : Uchi
Majus (IIenchir-Douames) et Thibaris (Thibar).
Le fait meritait d'etre mentioned : car c'6tait la
deuxibme fois qu'un remain songeait a la colonisa-
tion de 1'Alrique.
Gauda r6gna pen de temps. Ses deux fils Iliemp-
sal II el Yarbas lui succderent. Mais a ce moment,
Rome Otait en proie aux parties qui se disputaient le
pouvoir et qui firent appel aux princes numides.
C'6tait une trop belle occasion pour ceux-ci de vi-
der leurs querelles et satisfaire leurs ambitions per-
sonnelles, Aussi, nous voyons Yarbas, partisan de
Scylla, s'emparer des Etats de Ifiempsal, tenant pour
Marius. Mais l'arrivee de Pompee retourna les choses
et Bocchus se mit du c6t6 le plus fort.
Yarbas, vaincu, pris a Vaga (B6ja), perit dans les
supplies et son frere remonta sur le tr6ne.
Le lils de ce dernier, Juba, lui succeda et se trouva
naturellement I'allie de Pompee contre Cosar; ce qui
constituait un motif sullisant pour que Bocchus et
Bogud, rois des Maures, se rangeassent dans le
parti oppose.
Le concours de ces derniers et I'intervention d'un
aventurier, Sittius, joints a 'action du hasard, qui,
dans tous les temps, a et6 un grand general, furent










des plus utiles A Cesar et lui permirent de reporter
la victoire de Thapsus en 46.
I1 y avait, a ce moment, exactement un sibcle que
Rome etait en Afrique; et malgr6 toute l'admiration
que nous avons pour elle, il faut bien reconnaitre
que son ceuvre, jusqu'alors, etait assez petite.










Les C6sars
C'esl de Cesar que date vraiment la colonisation
romaine de l'Afrique. Bien que l'ceuvre du dictateur
ne lui ail gubre surv6cu, il avait du moins donn6
l'impulsion, avec la rapidite et la siret6 de coup d'ceil
qui lui otaient coutumieres.
Son passage en Afrique n'a, en effet, qu'une dur0e
de moins de six mois,!I y compris le temps des ope-
rations militaires aboutissant a Thapsus; et c'est
dans cette p6riode qu'il transform l'Afrique et inau-
gura une Bre nouvelle.
Au lieu de raser, comme Scipion Emilien, les
villes qui lui avaient etl hostiles, il se content de
les frapper d'amende; (2 puis, sans aucune hesitation,
il annexa la Numidie el en lit l'Africa Nova. L'an-
cienne province, don't les frontieres l'urent probable-
ment rectifiees, reCut alors le nom d'Africa Vetus.
La region douteuse comprise entire l'Ampsaga et
le Nasavath (Oued-Sahel) lut g6n6reusement octroy6e
a Bocchus, qui, d'ailleurs, ne la garda pas long-
temps. ()
Un limes fut en meme temps ordonne pour la
defense des deux provinces romaines.
Ce limes, qui n'englolait que les parties noi'd de
l'Africa Vetus et de la Numidie, (4 comprenait les
parties fertiles de la premiere et les regions de la

(1) Des premiers jours de janvier ia 13 juin 4(6 avant J. C.
it, -. Iadrunlr te, Leptis Minus, les marchands d'Utllllte.
I I .. .' ,I indclig'ne, Arablon, prlelendant descendre des anciens rois
i,, I. I 1 !.. enleva en 44. 11 alltiia minlin Silttius dans ine emlbuscade
olt 11 e tilu. flRptise en 41 par 1e proconsul Settius, celte rg Uton lut
annexie it I'A\rica Nova
(4) Ce liltes J ...... .i'Hadruntite pas sa il par AQIum Itegiea, Suies. T11alt,
Alllnlrldoro a. *.I *.. I '. *, Ad Centlenallln, 'igfis, Turris C inalrts O l gagnalt
tulcut (Djcnl ila) oil un post ful \ Iitsrinmblab lettlient Atabl, i it cotet l i lc e.
Ce 1lle Clait acllu v au ditbut du rin' 'l; d'Auguste.







- 20 -


second, qui, vraisemblablement, avaient 6te, ancien-
nement soumises, d'une faQon permanent, aux rois
numides. Les pays s'etendant au sud de ce limes
devaient, probablement, constituer une sorte de bled
es siba, abandonn6, au moins a certaines epoques,
aux Getules transhumants : c'est, du moins, une opi-
nion que nous pouvons nous faire en considerant les
raisons exposees a Tibere par les envoys de Tac-
farinas. (1
Le gouyernement de l'Africa Nova fut confie B
l'historien Salluste, qui put ainsi, en toute liberty, y
exercer les rapines don't il etait coutumier, en depit
des pages de haute morale qu'il nous a legu6es.
La region de Cirta forma une enclave dans cette
province et fut donnee 6 l'aventurier Sittius et 5 ses
compagnons, pour les r6compenser de leur heureuse
intervention, au moment de la champagne de Cesar.
Cette region comprenait, outre la capital, qui
avait reeu le titre de Colonia Julia Cirta, les villes de
Rusicade, Chullu et Milev, qui ne furent au d6but,
semble-t-il, que municipes. 121 Quant aux Pagi et Cas-
tella, ils furent rattaches directement a Cirta. L'en-
semble porta le nom de Conf6deration Cirthbenne.
Enfin, Gsar, licenciant une parties de ses 16gions,
Otablit des colonies dans 1'aucienne province et releva,
a Carthage, la Junionia Colonia de Caius Gracchus,
laquelle, abandonnee a elle-mime depuis 80 ans, etait
alors devenue plus punique que romaine, mais de

(1) Cos cnvoy6s exposerent qu'ils ne raisaientl pas la guerre pour d6lendre
leur Ind6pendaince, mais qu'ils enleLdaleon seuiement ln pas tIe i .lamais
exclus, par les tornaiins, des plainecs ferltiles ou ils avaient contllil e do reve-
nir chaque O che rcher leur nourril'are tl celle de leurs troullt ealux.
(2) Colonies sous Auguste. -- Nous' aurons alors la Cornf6dration des
IV Colonies.








- 21 -


si pen importancec, que lc continuateur anonyme
des Commentaires ne la mentionne meme pas. (1)
Malhleureusement, ce dehut de colonisation devait
hientot 6tre ruin6. CUsar, en effect, ayant ele assassin
peu apres, une nouvelle periode troublIe allait s'ou-
vrir et Lepide, auquel 1'Afrique Mtait clhue,, trouva
le moyen, en quatre ans,'2) de ruiner les provinces de
son gouvernement. D'abord, il prit quelques measures
de rigueur centre Carthage, don't il aurait eu a se
plaindre des habitants; puis il leva 12 16gions et les
emmena en Sicile rejoindre Octave qui luttait centre
Sextus Pompee.
Il est clair que ces 12 legions devaient comprendre
5 peu pres tout i1'lement latin si peniblement install
en Afrique.
Octave, devenu Auguste, apres sa victoire d'Ac-
tium, r6para cette faute et s'efforca, en Afrique,
comme ailleurs, de restaurer et de continue l'euvre
de son phre adoptif.
Tout d'abord, come il n'avait plus hesoin de cette
immense armee de 76 16gions, de leurs ailes de ca-
valerie et de leurs cohortes auxiliaires, qui avaient
e61 leaves, autant par lui, que par son comp6titeur
Antoine, il en licencia la plus grande parties et envoya
en Afrique, un fort contingent de vNetrans.
Les colonies de Csaor furent ainsi relevees, d'autres
furent reOres, non0 seulement dans l'ancienne pro-
vince, mais aussi en Numidie et en Mauritanie, et,



(1) Le lerr oire de c:artlhagc I'ul alors lendu, croit on, jusqu('i Thugg'a
2i 40-36 av;atl J. C.









, 22 -


enfin, un certain nombre d'anciennes villes puniques
furent 6lev6es au rang de cites romaines. (1)
Auguste jeta, aussi, les yeux sur les pays situes
au-dela de 1'Africa Nova.
D'abord, il remit Juba II, (2) le fils du vaincu de
Thapsus, sur le trone de ses peres. Devons-nous
comprendre, par cette expression de Dion Cassius,
que Juba II regna sur toute la Numidie, (3) ou seule-
ment sur la region comprise entire I'Ampsaga et le
Nasavath (Oned-Sahel), ainsi que le voudraient cer-
tains historians ? 0)
Ce ne fut, du rest, que provisoire; car en 25, c'est-
a-dire quatre ans apres, Auguste lui reprenait ce
gouvernement pour lui donner, en change, la loin-
taine et sauvage Mauretanie, qui, depuis huit ans,
que son dernier roi etait mort, ovait 6te administree,

(1) Colonies d'Augustc ot de Cisar identifi/ie : Carthage (Colonia
Julia Carthago), Assuras (Zanfour), Sicca Veneria (Le Kef), Simitthu
(Chemtou), Thub .. (Menzel el-Gorchi), Thuburbo majus (Ilenchir-
Kashat), Hippo Diarrhytus (Bizerte), Curubi (Courba), N6apolis (Ne-
beul), Maxula (RadDs), Uthina (Oudna).
Etabltssen.. '. .. .. re( 1., ... l. le titre do colonies : Rusicade,
Chullu, Mil I:l.-i. Di .II ldeu (Bougie), Rusazus (Port
Gueydon),Tu l,,.-.rpiu Ilklat), Rusgunlc (Laperousse), Gunugu(Sidi-
Brahim), Cartennas (Tc6ns', Zucchabas (Miliana), Zilis (Arzila), Baba
Julia Campestris (Moulay-abd-es-Selam).
Etablissemenits s';tant vu conr eder Cl'ottonomti : Tunbs (Tunis),
Clupea (Kelibia), Hadrumetum (Sousse). Ruspina (Monastir), Leptis
minus (Lem;a), Thapsus (Ras-Dimas), Achullo (El-Alia), Zama (Si-
Amor.el-Djedidi), Bulla Regia (IIammam-Darradji), Thydrus (El-
Djem).
Droit latin accord a Uzalis (El-Alia).
Etablissemniits aya"nt re'u le titre de municipe : Utica (Bou-Chateur),
Thabraca (Tabarca), Thunusudo iSidi-Meskin), Thuburnica, Si-Ali-
bel-Kassem), Uchi majus (Henchir-DouamBs), Vaga (Beja), Hippo
-;:..:.. (B6ne) et Tingi (Tanger).
prince itva it sept Ins lors de I di 'ille ( l d( i ]ai mort de son p1)ler
11 av ll, orrnl I T lriornphih n ( C6sarl (qu1 l'av;ll, enlisilll f lil ehi\ epr dails sr
maisonl. Augsllg st lli i loIIii o i ml ag'lai e uic i proscrite cornille lli C(;1 oploro
SIl Ine, fille de (1dopiitre el. d'Antioine.
(3A) Marquardt, Mericlr.
(1 1 .J .. I ." o rontlers pour (Cilte opinion do M1esliare, car i l ('lait nior
mal et c *. I aux id(i'es d Auguste de 'ionti r ia ce prince Indli tie e no
ullnc r(g'ion 1 p1(0 i. .'- .ci i 'fie coiilll e ]a Nutllidic. liii s bie: tl p111 liS
sulspo'ct, ii plus i ,in ,., come celui (qill forrnm ra, plus tard, la alaurita-
Tile sitilietlne.







- 23 -


sans Ie moindre succes, par des procurateurs imp6-
riaux.
En meme temps, Auguste, jugeant politique de
deposer les pouvoirs exceptionnels, qu'il avait d6te-
nus jusque-lh, procCdait a une reorganization de
l'empire; et il rendait, au Senat, routes les provinces,
pour les partager immediatement avec lui.
Les provinces paciflies appartinrent au Senat.
Les provinces dites armies, c'est-a-dire celles oft
il etait necessaire d'entretenir des troupes, formerent
le lot de l'empereur.
Par une anomalie ne s'expliquant gubre que par
des considerations politiques du moment, la Numi-
die, quoique non paciliee, fut classee parmi les pro-
vinces senatoriales.
L'Afrique fut done organisee de la facon suivante :
L'ancienne province, aux ordres d'un proconsul
et qui sera appelee desormais : la Proconsulaire.
La Numidie, formant une march de la prkec-
dente et relevant egalement de l'autorit6 du mmee
personnage.
Enfin, la Mauretanie, oft regnait, au nom de
Rome, un souverain indigene, veritable rex inserviens,
celui-la.
Cette conception sera, desormais, celle de tout
l'empire, avec une seule modification, que Caligula
provoquera par le meurtre en Maur6tanie.
Cependant, Juba 11 avait 6et fort mal reCu par les
indigenes et Auguste, oblige de preter main forte a
son protege, dut entreprendre une champagne qui ne
dura pas moins de 30 ans.
Juba II lit sa capital de l'antique 1ol ph6nicienne,








- 24 -


qu'il nomma Cesaree, en 1'honneur de son bienfai-
teur; el, au course d'un regne de 50 ans (25 av. J. C.
a 25), ce prince, qui icrivait en latin, en grec et en
punique, s'appliqua consciencieusement a faire pene
trer la civilisalion romaine en Mauritanie. De plus,
ayant attire des artistes grecs, il fit de Cesaree la
ville la plus belle, peut-0tre, de tout le monde latin.
Entre temps, Auguste, trouvant trop etroites les
limits de la Proconsulaire, les report vers le Sud
et lit, a cet effet, construire la grande voie Tacape
Capsa,Thelepte,Th6veste par la 111 legion Augusta,
qu'il install a Theveste. <
Ces Iravaux etaient presque terminus lorsqu'Au-
guste mourut. Mais ils avaient 6veille l'inquietude
des populations indigenes, et furent un des pretextes
d'un mouverent, qui, non etonuff au debut, prit peu
a peu des proportions considerable.
Ce movement, connu sous le nom de RBvolte de
Tacfarinas, devait occuper tout le regne de I l -,.i.2)
Son successeur Caligula fit cesser l'anomalie qui,
depuis le partage des provinces entire le Senat et
Augusle, avait place la Numidie, c'est-b dire une
province armee, sous l'autorit6 du Senat.
A cet effet, il enleva au 'proconsul le commande-
ment des troupes. Toutelois, et jusqu'h Septime S -
vere, la Numidie ne former pas une province tota-
lement independante, et le proconsul, mome, aura
parfois, en certaines circonstances, I'autorite supe-
rieure sur la IIP legion et ses auxiliaires.

(1) C'e,,t 1i preni ere for,4 que nous voyonis appalaili' ceto liegon II ep-
ccolendant probable quello se Ilrol\'Ilt eII A:\friq c l tifll m du rcfiie
SI I g sllSte.
( C) Cc prince fir ccp ndalnt, colillr cellccl ICs Opi'Iraillo s cnadastrLalcs en
Il'loconb0li 'C1







- 25 -


Non content de cette measure, Caligula en prit une
autre qui pouvait 6tre grosse de consequences :
l'annexion de la Mauretanie.
A cet effet, il manda b Rome Ptolemie, Ills de Ju-
ba II, qui regnail a Cesaree depuis 17 ans et le lit
strangler.
Mais les choses ne se passerent pas routes seules
en Mauretanie et il fallout envover quelques renforts :
c'est ainsi que la IV" 16gion Macedonica fat appel~e
d'Espagne a ce sujet.
Le regne de Claude fut entierement absorb par
ces operations, puis par I'organisation de la Maure-
tanie en Cesarienne, avec Cesarie; et en Tingitane
avec Tingis. Ces deux chefs-lieux reCurent, a cette
occasion, le titre de colonie. Chacune des provinces
sera dorenavant administree par un procurateur, re-
levant directement de l'empereur, et aura son urmee
propre.
Neron avait 1'ime trop basse, selon l'expression
de Suetone, pour s'occupcr de l'Afrique, autrement
que pour faire assassiner les grands proprietaires et
s'emparer de leurs dornaines.
Quant aux competitions sanglantes de Galba,
Olhon, Vitellius et Vespasien, elles n'eurent d'autres
echos, en Afrique, que les rivoltes successives, mais
sans lendemain, d'un legal de la Ill lgion : Clodius
Macer et d'un procurateur de la COsarienne Allinus.
Vespasien, qui resta le maitre, avail e6e, entire 58
et 65, proconsul h Carthage. II estima que I'on pou-
vait, sans danger, appeler les indigienes h l'honneur
de servir sous les aigles romaines; -- ct il forma la
Cohors I Flavia musulamiorum, recrut[e dans la re-








- 26t -


gion Capsa-Thala-Telepte-Theveste; mais il eut soin
de l'envoyer en Mauretanie.(l)
Cette region ctant pacifiee, la presence de la
1 l1gion n'y etait plus n6cessaire. Aussi, ce prince,
ou un de ses fils, la transport a Mascula, apr6s lui
avoir fait construire les grand'routes Thivesle-Hip-
pone et Hippone-Carthage.(2i
Sous Domitien, il ccnvient de signaler deux
expeditions extraordinaires entreprises par l'armee
d'Afrique.
Selon Ptolemee, un general remain, Septimius
Flaccus, parti de Lybie, aurait execute une marcie
de trois mois, au-dela du pays des Garamantes, en
direction de l'Ethiopie.
Ptolem6e estime, d'ailleurs, qu'il doit y avoir une
forte exaggeration dans ce recit.
La sexonde expedition fut conduit par Julius Ma-
ternus, personage consulaire ou 16gat. II partit de
Leptis Magna, poussa jusqu'a Garama, et, op6rant
de concert avec le roi des Garamantes, il parvint,
apres une march de quatre mois, au pays d'Agy-
simbo, que Vivien de Saint-Martin a identified avec
l'oasis d'Asben sur les confins soudanais.
II est probable qu'il y a une certain correlation
entire ces deux expeditions successives; mais tout

(1) Nous r ouuoero is, i'ital'iementl I ip[p'wlaition de co principe poli r I T
ciohorl s Cirlensulln? recrul' oe daiis la region de Clrta (c' ilait peuI, tLre unn
ancienne irollpo inlldgitnc ) ei tl(nt on a trouvi la t'iCe ('i \Itllurtalne CO'-
srl lenne -- pour la coh. II M31iauorun et a Vex:illalo nlilituwlo MAiauti'runi
C(' aes' riceni iuz i qui fali-alentl touIte deux paltiC ie l 'A1 rim(' die Nurntidlo
Mais nolls voyolls allss line e'.xeptnlon pour I'A lu&t V\ a dictt qu I fillr '011-
mand(ie lan 1" ou uin si I.le par tin Ftl'onlo ct (3l i ipprt'elailt it l'ArI'Tn e
dce NallldJc .
Au .j, silCleC, les ra sons n'tlant pins les rrie"nies, les troupes seron, t voion-
tterl's recriittes sur lace. lExeitile : la Yertlation qli/llr Jl M uttl 1irorl 'i 1i
1'.la t exploira/u PonitrieCnsiilm iTeem en) qui appartellaienlttoutes deux
aux troupes de la Cosarillitn c.
(2) 1,a londatioin t'Aqua J F'laviarna date de cette maine (:poque.








- 27 -


en tenant compete de ce que le Sahara etait plus pra-
ticable qu'aujourd'hui, il n'en reste pas moins que
ces expeditions sont assez extraordinaire, et qu'elles
meritent d'6tre revenues, car, peut Otre, en trouverons-
nous des traces unjour.
Ainsi se termine la periode dite des 12 CUsars.
Elle englobe 142 ans (- 46 h +96) pendant lesquels
nous relevons 46 annies de luttes serieuses connues,(/
aII\.,uelles il faut ajouter quelques discordes civiles
et surtout les incessantes expeditions de detail, qui,
pour n'avoir pas ete inscrites sur les monuments,
n'en etaient pas moins penibles et cofuteuses.
C'est I'6poque des grands coups d'6pee et des
expeditions audacieuses, parfois mnme temeraires,
comme ceNe conduite, en 42-43, en plein desert ora-
no-marocain, par Hosidius Geta, qui ne parvint a
sauver sa colonne, que gtice au miracle d'ui orage
providentiel.
Quant a la colonisation, elle netail, en some,
qu'amorcee. Un certain nombre d'elablissements,
souvent isoles, avaient et6 semes i Iravers l'Afrique ;
mais la domination romaine restait prccaire, en
Maurmtanie notamment; aussi, y a-t-il peu de monu-
ments, datant de cette Opoque, autres que des ou-
vrages de defense.
Ce n'est qu'avec les Antonins, qu'un tout sera cons-
titue; et nous allons assister, avec une autre me-
thode, toute de prudence, a la formation leute et
progressive de l'Afrique romaine.

,1) OpDrations en \Mlaui6tanle >ous Auguste : 6 3,) ans
C lampagni e contre Ta l'arinas sous Tihbir : 17 il. 2-4 '/ aill
Op)aatiollns on Maurclanie sous Caligula et Claude : 37 a 45 -= 9 ars
46 arts.







- 28 -


Les Antonins
Nerva 6tendit les possessions romaines a la fois
vers le sud et vers l'ouest.
Tout d'abord vers le sud il lit construire la roule
militaire de Tacape a Leptis magna. Puis, pour pro-
tiger la region de Capsa, il lit lever le Castellum
Tigensium, 6tendant ainsi ses possessions jusqu'au
bord septentrional du Lac Triton.
A l'ouest, pour prot6ger la region de Cirta et l6a-
blir la liaison avec Auzia, il fonda la Colonice Ner-
viana Augusta Martialis Veteranorum Sitifensiumt
(Setif) et mourut a Guelma au retour de cette fon-
dation.
Trajan continue l'couvre de son prideeesseur, et,
sous son regne plus que sous tout autre, nous
voyons la mise en application des prudentes mtlio-
des romaines.
Trajan fit d'abord construire de toutes pieces Tha-
mugadi (Timgad) par la III legion Augusta, qui se
trouvait a Mascula, et y install des veterans, cr6ant
ainsi un vritable poste militaire, a 64 kilometres, a
l'ouest des quarters de la legion.
Il est possible que l'etablissement de Lambiridi ait
6t6 commence dans les mmrnes conditions.
De routes falcons, le poste de Lambse, don't nous
avons eu un echo sous Tibere, devait toujours exis-
ter.
Ayant ainsi assure sa situation, sur la ligne nord
de l'Aures, Trajnn lit construire, au sud du massif,
la ligne des postes fortiliis : Ad Majores (Bessariani)
(se reliant au Cast. Thigensium de Nerva), Ad Me-







- 29 -


dias (Taddert), Ad Badias (Badis), T iF .ill,-, (Thou-
da), Vescera (Biskra), Ad Calceum Herculis (El-
Kantara).
Cette line etant construite, ii transport la region
a Lambese.
Et, irmmnniatement, nous le voyons installer des
colonies de v6lerans b Verecunda (Marcouna), Lam-
hiridi (Kef-Ouled-Arif Tadutti (Oum-el-Asnam),
Casw (EI-Madher), Diana Veleranorum (Ain-Zama)
et son pagus I. 'nli._-;.- Pastelr), Lamasba (Cor-
neille), Tubunoo (Tobna).
Tous ces etablissements 6taient, en r6alite, de ve-
ritables avant-postes, don't les occupants prenaient
les arnes an besoin, come le cas se produisit, et,
offrant une premiere resistance, donnaient ainsi, a la
legion le temps d'arriver.
Ce principle sera generalise au has empire, et, ce
qui n'elait, alors, clue 1'exception deviendra la regle;
mais avec cette difference capital que Trajan ins-
tallait des Latins tandis qu'au bas empire ce sera
des Indigines et mmie des Barbares.
Enfin, pour terminer son oeuvre de ce cte6 et pro-
t6ger ses creations, Trajan lit edifier la forteresse de
Zaral, amorce de l'avance ult6rieure et poste de liai-
son avec Sitifi.
Au nord de cette locality, nous voyons, en meme
temps, aip['pi. oin deux nouvelles villes a constitution
romaine : .l..iii. (Mons) et Cuicul (Djemila) don't les
habitants appartenaient a la tribu Papiria, celle de
Trajan.
I1 est possible, enlin, que Calama (Guelma), qui







- 30 -


avait e6e jusqu'alors cilt peregrine, ait e6l promue, a
ce moment, au rang de municipe.
Cependant, malgr6 cette advance considerable, il
ne semble pas que Trajan ait te6 oblige de tirer
1'epee en Afrique. Mais nous pouvous remarquer
que sa facon d'op6rer 6tait remarquable, aussi auda-
cieuse que prudent; et nons pouvons peut-etre pen-
ser, aussi, avec le P. Mesnage, que le vainqueur
des Daces, des Armeniens, des Parthes et des
Arabes, inspirait sullisamment de terreur aux bar-
bares pour les inciter a rester tranquilles.
D'autre part, ce regne est une des plus belles 6po-
ques de la colonisation romaine, celle ofi des villes
se ereent come par enchantement, celle ou les arcs
de triomplie, aux lines magistrales s'Elvent; et ou
les bases votives nous disent, apres 18 si6cles, toute
la v6enration que les habitants des villes romaines,
de Numidie notamment, avaient pour cet empereur,
un des plus grands de Rome, qui, abstraction faite
de sa vie privee, merita le surnom d'Optimus que
lui decerna le Senat.
Son successeur Hadrien dirigea ses efforts prin-
cipalement sur les Mauretanies.
Son attention y ful. d'autant plus attire, qu'il dut
y faire face a deux revoltes, et qu'il fut m6me, vrai-
semblablement, oblige d'y venir diriger les opera-
tions en personne.J)


(4) Ce fut, sans dome, Ii celle occasion que eel empereur Voyagaeur, qul
mass; sa vie : '''vo ilr ses plrlovinces,vini inspccter ai Laml)6se la IIV l16gion
it QIl 1111 .i ..I I 6elibre hlarangne, pleusement conserve sur la plerre
ce qlti se troulve .I .i i ,,, Loutvre.
A ce propose, i. i*I. 1 *I,, -. les le'rm s mil, es de son hisioriographe,
ule la pluie, qui, depuis cinq ans, avail mranqul. tomin a t son arrlv('e el que,
pour cette ralsonl, ii fut aimi des Afrhiails (;sell.











Depuis Claude, les MaurItanies avaient Wte admi-
nistrbes par des procurateurs imperiaux; mais, res-
tles en dehors de la sollicitude gouvernementale, la
colonisation n'y avait pas requ de nouveaux elements.
Cependant, les huil colonies d'Auguste avaient
essaim6; puisque Ptolem6e, qui Ocrivait sa geogra-
phie centre 125 et 168, c'est-a-dire, sur des documents
se rapportant, ia peu pres, a l'epoque oit nous sommes,
nous indique 20 ports et 41 localities a l'intOrieur de
la COsarienne.
II est certain que tous ces otablissements ne de-
vaient pas avoir une Irbs grande importance (l; leur
nombre prove, cependant, que la colonisation ne
demandait qu'a se developer.
II y avait deux raisons a cet etal quasi-stationnaire:
le d6faut d'impulsion gouvernementale depuis les
regnes de Juha II et de son Ills; mais surlout l'action
devastatri-ce des Barbares depuis les momes dates.
Hadrien comprit qu'il fallait prot6ger les colons et
lit, a cet effet, construire un limes en prolongement
de celui de Trajan.
Ce limes, partant de Tubun;n, ou il se soudait au
precedent, passait par Zaraf suivait les montagnes
au nord de la depression du Ilodna gagnait Auzia
et le Chinalaph (Cheliff), pour suivre, i partir de Ga-
daum Castra, une line -parallele au littoral et a une
quarantine de kilometres jusqu'g la Tafna.(2)

(1) La mioiti ii pelne est idenlifiee,
12; Ge limes passail par Tuiiunit Zarai, Ccllu (Khenguet-Zerga), Iemellef
1Bordj-Redir)), Hquizeum (Iecourbe, Auzia (Aumalel, htapid (Sour-Djouiab),
Thanar (Borroughia), Sulasar (Dolfusxille), Mami-i. i .11 .i i i.iidum
novumu 1n 1 ..... I ..... (I n-
kerman,. I I I. ll I IN. le YI.. .1. 1 11111 1 I Pt, r i-
gaux), T ... i- ,i i', ...... Sig'), Regim (Arbal), Ad Dracones (H.-bou-
Hadjar), Albulo, (Ain-Temouchcnt), Rubro (Sounia;' Calana (,atmouus,










Au Maroc, en partant de l'autre extr6mite, nous
trouvons un limes allant de Tingi, d'une part, et de
Sla d'autre part, i Volubilis.(l)
Ces deux limes se rejoignaient-ils? Nous ne pou-
vons avoir, actaellement, une opinion bien fondue. 11
faut attendre, pour cela, que l'exploration archOolo-
gique du Maroc ait 6t6 entreprise. Toutefois, je si-
gnale, au pied et au sud du Rif, un 6tablissement
don't il ne reste que des murailles d'enceinte impo-
sanles : Fez-el-Bali, (qui pourrait 6tre l'antique Pris-
ciana), et sa forteresse, situee a 4 ou 5 kilometres
au sud, au sommet du Djebel-Mergou.(2) De la Mar-
tiniere est le seul, que je sache, 6 avoir signal cet
etablissement; mais il n'a fait que 1'entrevoir et a
confondu, d'ailleurs, la forteresse avec la ville.
Ces constructions nous permettent, cependant, de
supposed, avec de la Martiniere et Cagnat, que sous
les derniers Antonins, au moins, une voie, passant
par Babba Campestris, Vospiciana, Gilda et Prisciana,
rejoignait la Cesarienne par Fez, Taza et Oujda, of
l'abbe Barges aurait retrouv6 les traces d'un camp
fortified.
Enfin, au sud de la Proconsulaire, Hadrien report
la defense au sud du lac Triton, par la creation du
Cast. Thamalluma, et relia cette forteresse au limes
de Trajan par les castella d'Ad Turres (Tamezza?) et
d'Ad Speculum (Chebika?).
Les successeurs d'Hadrien consoliderent 1'cmuvre
entreprise et la completerent : c'est ainsi qu'en 145,

(1) Tin'i, Ad Mercuri, Ad Tabernas, Opplidum Novum, Tremula: Goutiana,
Volubills, Tocolosida.
(2) P'res de \louilay-bou-Chla.


- 32 -











sous Antonin le Pieux, nous trou erons un d6tache-
ment de la ViP legion Ferrata (la 16gion de Syrie)
occup6e percer une route a travers 1'Aurbs, ce qui
stup6fiero, plus tard, le general do Saint-Arnaud qui
croyait, tout bonnement, etre le premier a avoir ose
lancer une troupe, dans le defile de Khanga.
D'autre part, c'est sous ces princes que se cons-
truisit, en Numidie, le res'au complete des routes; et,
Ca et 1I, nous voyons s'dlever quelques monuments
qui competent parmi les plus c6lebres : c'est, par
example, le plus beau des arcs de Sufetula qui est
d'Antonin le Pieux et le plus beau temple de Thugga
qui date de Marc Aurele.
Mais, c'est aussi sous Commode, le dernier de ces
princes, que nous enregistrons le debut des supplies
inflig6s aux Chretiens, don't le premier martyr ful
Namphamo, un simple esolave de Madaure.t)





(1I Le Christianisme s'61altl rEpandu en Afrclquo dOs le Ia sii le; nals c'est
sililoUi clans la 1 ,3s 1de ino 1111t( d Ite si{clie tqu i pin1litra DpPOt'Oinl en I, 11011
seuleinent dtans Ici villas de i roconsulaire et de Nuniiiclie, inas anussi partial
les Lribus berlbiies et g6eules.
Toul, porle i croire que c'esl dans les cominunaults juives que se recru-
tiront les preinjerg chrelcors e0 que c('est par elles qile la nouvelle religion
se r6pandit.
Io s communatllIts juivci ls i[Iint di1. jiit fort rep nidues en A.[ricue. Leurs
1llcnenls o 'i' .- r"Ov e te d les tluti transporti par Ploli( 1n e Soter 11
320 aiv. J. I' l n** de rla p ise de lirusalein, el, des isol[i ui (1 Oetaienl
venus, par la suite, rejoindre ces premie'Prs mi'gr'.s Enlin, ellcs avalent pD
ltre grossie, par les Juifs de Cyroin, rivollts sous Trajan, lt transportls,
alris Icur d1at le dans les autries provinces rolllnillcs d'Arlrique
To1o.iollrs esIt-1 (Ine noniu I Poiions d s sy nagog'nie it Carthadi', Cirta, S|i-
fis, Anzil. Volblilis, etc. Mats la bonlne entente ne dura pas longtelnps
entire Jaus et i Clieliens, cUI' Tler(lUIc accuse les synagog'ues d'etre des
sources de persclll i onts.
Trajan et Marc Anuile sii'nrienl des roscrits contre les Clll'lions; mtls
cc n'est que sous Commo de qu'on devil les appllquer en Afrique.
Sailln Nampliaiino, 1'archilitiiLSyr, ful supplicli en 180, avc un certain
noillbre de ss collpagilols (ont irols sont connus : Aliggin. ,icilta, Sana0,
ult semnhlent avoir une ol 1110 indlgmile non donltuse. 11s dlaient de Ma-
daure. Quelque i Vr ri "' Ihistoire nlorgistre 1 supplice, ii Car lhage, dos
douze martyrPs om. .- ., i .i 1.i" .int arrlcis hS Scllliul,
en l'P oconsiulaire. Cellt preliiir e i .- ii -It *'* C I durer .IllSlu'en 213,
avee des alternances de toleiance relative.


- 33 -










Les S6v6res
C'est sous les S6veres que les possessions romaines
allaient acquerir leur plus grande extension.
Septime Severe Mtait originaire de Leptis Magna,
et il eut toujours pour l'Afrique, sa patrie, une affec-
tion particulibre, se plaisant la combler de bienfaits.
Aussi, les monuments 6leves en t6moignage de
reconnaissance et les d6dicaces en son honneur,
ainsi qu'en celui de sa femme, Julia Domna, la mere
des camps, sont-ils beaucoup plus nombreux que
pour n'importe quel prince.
Pour assurer la tranquillity dans ses provinces, il
voulut en reculer les frontieres, d'autant plus que
les Barbares 6taient plus entreprenants.
C'est ainsi qu'en Tripolitaine, il 6tablit le fort de
Bondjem, les postes de Gharia el-Garba et de Gha-
dames, en plein desert.
En Numidie, oi la region du lHodna n'etait pas
sfre; et en Mauritanie, oh la situation restait pr6-
caire, malgre le limes d'IIadrien, Septime Severe en
construisit un autre, qui, laissant le Hodna a l'est,
prenait a revers le massif de l'Ouarsenis et les mon-
tagnes de l'Oranie, faisant, en some, pour la chain
des hauts-plateaux, ce que Trajan avait faith pour
l'Aurbs.(')
Enfin, le limes de Tingitane fut, vraisemblable-
ment, achevO s'il ne l'itait pas.


(1) Trace de limes de Septime Sdvre : GemellUa 11ii 1i -a, I .,.I,
Crimidi, Ain-Touta, Usinoat iSanllc g, Boghlar, I I.... .. ,
(Bourbaki Ain-Tissemsil, Tiaret. Atoun-Sbiba, 'I'agremarle, Cohors Blreu-
corum, Ala Miliaria (Benian) Lac' rimsiouine), Cuput Tasucor, i ,
Altva (Lamoriclhre), Pomaria (Tleoicen), Numerus Sy'rou'tm '11 .1
nia).


- 34 -









Cette ceuvre gigantesque n'est evidemment pas
I'ceuvre d'un seul. Tons les princes, jusqu'a Alexandre
Severe et mome les Gordiens, y ont travaill6.
Un d'entre eux semble mime avoir eu l'intention
d'etablir une autre ligne fortifiee, englobant tout le
sud de la Cesarienne, car nous trouvons une s6rie
de posies militaires se detachant du limes, b El-Gara
et se d6veloppant jusqu'a 3J kilomitres au nord-
ouest de Laghouat.(U)
Cette periode des Se6vres marque le plus haut
sommet de la puissance romaine en Afrique. C'est
l'6poque de l'epanouissement complete du regime
municipal.
Une population tres nombreuse occupait ces villes,
don't le nombre et l'etendue nous remplissent d'6ton-
nement; et devant les campagnes desertes et denu-
does, ou gisent aujourd'hui leurs ruines aux tons
d'ocre, nous avons peine a imaginer le nombre
extraordinaire d'habitants qui les peuplait jadis,
I'intensit6 de la vie qui y regnait et la some fabi-
leuse de travail qui y avait e6t d6ployee.
Un texte de Tertullieni2) va nous y aider peut-Otre:
De riants domaines, ecrit le pr6tre de Carthage,
a ont efface les deserts les plus fameux, les champs
cultives ont dompte les forces; les troupeaux ont
, mis en fuite les betes feroces. Preuve certain de
a l'accroissement du germe human. Nous sommes
a a charge au monde. Partout retentit cette plainte :
a la nature va nous manquer. ,

(1) Ce sont les posters de Bodij-Ouled-Chair, Ain-Rich, Ain-Khela, Amoura,
A'n-Bordj, Selmana, Messad, Ksar-Ntsila ct Ksar-el-Fendj, B 30 kilomOtres au
nord-ouest de Lagihouat.
(2) Dc aninia.


- 35 -






- 36 -


II est certain que ce texte est d'une rigoureuse
precision, en ce qui concern le tiord de la Procon-
sulaire et certaines parties de la Numidie, corner la
region de T6bessa, par example, don't l'ensernmle
des ruines denote, selon un de nos devanciers, le
capitaine Moll, un pays people come un de nos
departements de France les plus populeux.
Une sociote brillante, souvent leg're, ovide des
petits honneurs municipaux, qui, cependant, coutlient
fort cher, vivait dans ces ville.s splendides aux co-
lonnes innombrables,
D'invraisemblables prodigalites 6taient faites pour
la construction des monuments publics et des mai-
sons particulieres, avec leurs themes, oui, selon le
t6moignage de Seneque, les murs devaient etinceler
du feu des pierreries, ou1 le marbre d'Egypte'devait
6tre incrust6 de marbre de N miii.i.- et encadr6 de
mosaiques; et ofi, dans des piscines taill6es dans le
marbre de Paros, I'eau devail cooler de robinets
d'argent.
( Que de statues! ajoute S6nique, que de colonies
, qui ne soutiennent rien et qui ne sont qu'un pur
( ornement!.... ',,-.. sornmes arrives ;' un tel ,II
s nement de delicatesse, que nos pieds ne peuvent
( plus fouler que des pierres precieuses.(1 )
Et cependant, malgre ces monuments batis pour
l'Eternite, malgre ces Capitoles, les temps barbares
allaient revenir, come si une limited inexorable etait
fixee par le Destin a la civilisation et a l'expansion
des races.


ti2) SEIn(que. Epistt. 86.







37 -


Septime Severe avait pris une measure tres impor-
tante pour la Numidie : la constitution de celle-ci en
province independante sons le commandement du
legat de la II l1gion Auguste, qui r6unit ainsi
entire ses mains les potivoirs civils, judiciaires et mi-
litaires. Mais, d'autre part, les dix dernieres annees
du r6gne de e prince fuient terriblles pour l'Eglise
d'Afrique et c'est b ce moment qu'il faut situer le
martyre des Sainres Perpetue et Felicit6.
Par un de ces paradoxes come en enregistre
l'histoire, ce ful Caracalla, ) uue brute, qui devait
fire lesser, en 213, cette persecution qui s6vissait
depuis Commode. Kile avait dur6 plus de 30 ans.(2)
Ce meme prince, dans un bnt de i,-, I-, 6t eendit
le droit de cite l tout I'Kmpire. Comme cons6qence
locale de celte mesnre, c'est peut-itre do ce moment
que date le commencement de la dissolution de la
Confederation cirtlhdemie des quatre Colonies. Celte
dissolution etait chose faite vers le milieu, ou, au plus
tard, vers la fin du 3' siecle.
Est-ce a cause de la paix religious, en remercie-
ment du droit de cilo, on simplement b cause du
souvenir de son poe, que ce fou sanguinaire et in-
cestueux se vit dedier tout d'a cs et de monuments?
Toujours est-il que la Numidie ne lui marchanda
pas les louanges. Des arcs de triomphe lui furent
Olev6s 'T1hevesle, i I)jemila et i Cirta meme, oti
un rice indigene, Cecilius Natalis, edile, trm: mvir,
questeur quinquennal et prefet jure dicundo, avait


2) MLarire ( lUre lius Anl, im 8112 siamis, (fi (itCaralla.
, 2) Lit P;IIy X n { Ct~ld cte 2-13 tio








- 38 -


edifie un are sur la voie, encombree de statues, joi-
gnant les deux fora, et I'avait orn6 de trois statues
d'airain d6diees respectivement b la Bont6 Auguste,
a la Vertu de notre Seigneur et a la Securite du
Siecle.
La bont6 et la vertu de Coracalla!! la security du
siecle! Or, a cette mnme epoque, nous voyons des
murailles et des tours de defense s'e'ever lievreuse-
ment dans toute la rIgion de S6tif, oiu de grands
domaines impiriaux avaient et6 constitutes; dans la
region nord-est du Ilodna, pourlant defendue par un
double limes; aux environs mcmes de Cirta, a l'em-
placement actuel de Belfort, c'est-h-dire h 39 kilo-
metres de la capital et a 12 kilometres de Milew,
oih l'intendant de la clarissime Co(lia Maxima faisait
bAtir des tours pour la surveillance et la defense des
propri6tes de sa maitresse.
Enfin, c'est un voltran de la III lIgion, architect
et arpenteur, qui, envoy h Saldat pour la construc-
tion de l'aqueduc, est attaque en route, mlgro son
escorle, et ne parvient, qu'a grand'peine, a tirer sa
peau de l'aventure.
D'autre part, les frontiers allaient bient6t etre
entamees de tous c6tes par les Barbares se ruant
au pillage des 6tablissements remains et c'est a cette
epoque, vers 255, que Saint-Cyprien, I'ap6tre de
Carthage, envoyait aux eeyques du Hodna 100.000
sesterces pour le rachat des prisonniers.
D'autres Barbares allaient suivre, vers 260, sous
la conduite de Faiaxen, qui tail battu pros de Mi-
lew et pros d'Auzia.
En 263, nous en trouvons du cote de la Tripoli-








- 39 -


laine et, pour leur faire face, on construit la forte-
resse de Talalati.
Quelque temps apres c'est dans 1'Aures.

unfin, c'est cette meme epoque qui 6tait choisie
par D[)ce1) et Valrien1'') pour faire reprendre, contre
les (.I,, l; II-,, des persecutions qui sont restees tris-
tement c6lebres.
Je laisse au lecteur le soin d'appr6cier ce qu'6tait
la s6curite du siecle; et c'est par cette 6poque trou-
blOe que nous arrivons au Bas-Empire.





















(1) Edl, de Dice, iel 2 0, suivi d(I'm Irive en 251. A cc moment, la 111 16-
gion Anug'ise eta t licllC iec delils '4i.1 par (Gordten III. Valrien la ritahlira
oien 2) ;.
i 2 10 Edit de Valtdrion en o5 Noillil reux Chti'a s condSmn6s aux mines,
Iplqillees deva nlel hoi' [rolver aux cllmolls de -l'ra iLe Kef, an lieu dic
rgisl se de la Table de Pieutnger etl non i Signs pr'is de Cirta;
SEdit ide Val'ic l (ion ii,' 5S, condamlnal l a lortl, ceux qnl rehlsent
d'ap osltaser. C(;olls, (i .... ls iimartlyrs cd'Utiue : la Masse Blanche;
Ife V septembrci 5t., I sulpplice de StHail-Cypri'ln ii CIarthage, Le 2( janvier
"59, Thl og'iii n s, ivc cl ell I II ..... I ses colnm pagilons. I.e 30 avril 5,1l, les
6(villues Agapius, sani i .i at Secutidinus do Cedias Le 6 mial,
les hainlts Jticque, l ( l, Marten. Ce (ilI. Le t3 inal, 10i e aints Ltcius, Mon-
laills, JUiliailu Vl iriorl iiO le i.', lii LISi, 'lto s (dl la Prc onCO sulaI'r. LO
10 jiiu uint-AIiimll iir'e tL SeS Conil!ii3liOis de la I -,ion de Lalem i'se-
Ti'illad Io 10 sopICioliii)( i- Nemes,NeIll ,l illlS, cViQU do Tul et. el sS cOlm-
paglionsi, eC "les a;ulIs don't Doie coninail les nonis",- scion 'expression
des aiir ens calenlriersi clr Llc lle8.
Gallien mitfin ai cttc Ipersecution par 1'6dit de 260, dll tde tolOrance 10igale.







- 40 -


Le Bas-Emipire

On allribue g6Onralement a Diocletien un ensemble
de measures don't quelques-unes datent, en rOalile,
des princes qui l'ont precede et d'autres de ceux
qui l'ont suivi; mais le fait esl, au fond, sans grande
importance.
C'est a celte Opoque que ful remaui0e Forganisa
tion politique de tout 1'Empire.
En ce qui nous concern, nous avons le diocese
d'Afrique comprenant :
La Tripolitaine, des Subles de Cyrene au lac
Triton, avec Tacape pour chef-lieu;
La Bysacene, du Trilon a Horrea, avec Hadru-
mele;
La Zeugitane ou Proconsulaire, d'llorrea h
Thabraca, avec Carthage pour capital;
La Numidie, de Thabraca b l'Ampsaga, divi-
see elle-meme, au d6but, en Numidie cirteenne, avec
Cirta, et NiiiI Il- militaire, avec Lambese;
La Maurelanie sitifienne, de l'Ampsaga au Na-
savath, avec S0lif;
La Maurdtanie c6sarienne, du Nasavath 0 la
Mulucha, avec Cesaree;
Enfin, la Tingitane fut rattachee au diocese
d'Espagne.
Une sOparation complOte fut faite entire les fonc-
tionnaires civil et militaries; et l'armee subit une
modification radical.
Les legions ne constituOrent plus un corps d'ar-
mee comme an Haut-Empiie, mais un simple rIgi-
ment, sous le commandement d'un tribune.










Le nombre des legions fut done considerablement
augment.
Les troupes forent reparties en doux groups
Les troupes mobiles, tenant garnison a Flinte-
rieur du pays, pretes b se porter aux frontieres en
cas de besoin. ('itaient des troupes regulieres, mais
elles n'etaient composes que de mercenaires; et
ceux-ci se recrulaient parmi les Barbares;
Les limilanei, ou troupes des frontieres, qui
n'6taient, a proprement parler, que des colons-sol-
dots, defendant In terre (q i leur avait ote coniedee,
sous la condition express de I'obligation militaire -
mais ces colons-soldats in'otaient que des Indigiies,
et, quelquefois Inme, des Barbares.
Ces troupes, un peu spciales, etaient reparties en
secteurs, sous le comiandement de praepositi limii-
tum, qui avaient le grade de tribune, de decurion on
de centurion,
D'apres la notice des Dignitis, les sibges de
commandement e1aient en Proconsulaire et Niumi-
die : Thamallna, Castra Neptitana, Badias, Ge-
mello, Tubuii Zabi, Thanmmannuna (Bordj-Med-
jana),'lubusuptu, Tliil,- (h l'embouclh re de l'Amip-
saga).
En C6sarienne, Pida, Auzia, Caput Cillani entiree
Tinarodi et Sutasar), Columnata entiree Teniet l-
Had et Tiarer), Muleci (Ain-Aneb), Fronta (Fremda).
Deux autres sieges de commandement n'ont pr. en-
core itre identifies,- mais, s'elon Cagnal, ces limits
correspondraient a peu pres h l'ancien limes.
En Tingitane, Tumusida, Lixus, Banasa, Sala,
Tabern.o et Frigidio, c'est-a-dire la cote.


- 41 -








- 42


Le simple examen de ces postes de commande-
ment montre le recul qui avait deji 6 el effect sous
la pression des Barbares, qui, des la fin du 3" siecle,
avaient mis 6 feu et a sang la Kabylie, le Hodna, la
petite Syrte et la Tingitane mrme : ar ce n'est pro-
bablement pas de gait6 de eccur que la d6licieuse
Volubilis fut laiss6e sans defense, sinon abandonnie.
Cette fin du 3" sickle avait connn, cependant, une
period de paix religiense, a la suite de l'Edit de
Toleranceede Gallien en 260.
Mais Dioeltien, qui avait d'abord e6t favorable
aux Chr6tiens, finit, en 303, par se faire arracher,
centre eux, des ordres de poursuites. Cette persecu-
tion, la derniere, fut aussi la plus terrible.
Les Chrotiens, et en particulier les prltres, furent
mis en demeure, sous peine de mort, de sacriiier
aux Dieux et de livrer leurs Livres. Mais ils ne firent
pas toujours montre de la vertu hrooique de Saint-
Maximilien et de Sainte-Crispine de I h. I ,- 1)
On donna le nom de traditeurs a ceux qui avaient
failli; mais, apr6s l'Edit pacificateur de Milan, en 313,
par lequel Constantin accordait, dtsormais, la Paix a
l'Fglise, ces defaillances provoquarent 1'eclosion d'un
s hisme : le donatisme, qui faillit entrainer l'lIglise
et qui ensanglanta l'Afrique toute entire, malgr6
l'intervention [ersonnelle des empereurs. (2)
Pourtant cette Paix religieuse permit au Christia-
nisme de s'afTermir et de faire d'irnmenses progres
puisqu'au lieu des 200 6evches que nous connais-

(1) Quo1lque cos olrdrp de poursnljiil ne flusisPnl D iS rlaDp ort(' les persic-
culions ces, (relnt de fait en Aflriquic i' partit de l30d
A(,' Apris I'lEdi, d 313 et par lile reaction Incvitable, les anciens cultes
rolnains el le Judaislne furent inqu titi(S pend(ant 111 certain temnps.







- 43 -


sons sous Diocletien, nous en trouvons plus de 850
au debut du 5e sicele don'tt pres de 500 catholiques,
les autres donalistes). Dans certaines regions, come
celle s'etendant au nord de l'Aures, le Christianisne
connut alors une intensity de vie extraordinaire et
c'est, sans doute, a cette 6poque, que nous devons
placer la construction de la Basilique de Ttbessa.
Mais, pendant ce temps, le Gouvernement sombrait
dans les intrigues de palais et les coups de main
militaires, landis que les Barbares entamaient peu a
peu les frontieres.
Quelques annies plus tard, les provinces romaines,
si riches et si prosperes, scront (l6truites, avec uue
rapidite qui dtconcerte, sous les coups r6unis des
Vandales de Genseric, appeles par le come Boniface,
et des Circumcellions, production du donatisme, de-
truisant tout, au cri de Deo laudes.()
Le fer et nla I.Imn.. seront promenes partout, et,
en certain endroits, il ne restera pas "pierre sur
pierre", selon 1'expression de Saint-Augustin pres
d'expirer a Hippone.
Cette expression meme du grand eveque d'Afrique
sera insuffisante, car bientdt le souvenir meme de
Rome semblera disparu.
La rapidity de celte cliute, compare a la prudence
et a la lenteur de la conqite, 1'eendu e de cet effon-
drement mOritent de retenir notre attention.
Aussi, malgre les ruines considerable qui par-
sement le sol afticain, une question se pose, qui a
deja ete maintes fois agitee : Rome a-t-elle latinis


(1 \Prrlvt'e 1e lGen l.iec en ai2.







- 44 -


sa conqueOe, c'est-a-dire a-t-elle dcnni une mentality
latine au people qu'eile avait soumis?
En considerant ]a "maniire" de 1'element latin
inslalle en Afrique, il semble liien que tons ces
hiommes d'affaires, ces grands proprietaires, ces
colons, ces soldats, n'aient surtl.ut travaille que
pour eux-mmees, sans paraitre sc'tre beaucoup sou-
cies de comprendre la race qu'ils avaient depossedee.
II semble bien qu'ils n'aient eu en vue que' leur
intiert propre et que la gloire d'elever ces monu-
ments, qui cevaient l..... I les siecles, et qui repr6sen-
laienl, a leuis yeux, 1' illn mation de leur force et la
inajest d(e l'Empire.
Aussi, a cate de ces municipes, dout l'ultime am-
lition etait d'imniler Rome, nous voyons toute une
population, qui ne se rapproclait d(e la civilisation
latine, que dans la measure de ses besoins, Iirs res-
Ireints.
Quelques riclies indigd nes seilomeni, par gloriole,
interMt on ambition, avaient pris un Iom lalin. Par-
fois, s'etant instruils dans les lettres, ils vivaient a
la Romaine, avec un luxe qui nous confound, come
ce Pompeianus, lI'Oued-Athmenia, don't nous avons
pu sauver le souvenir de ses themes.
Certains elaient arrives aux honneurs municipaux
et avaient dcdi6 des monuments aux princes, en
leur adressant des hommages, d'une exageration
toute nuinide, come ce Cceilius Natalis 0 Cirla.
D'autres ont brille dans les lettres, comme Apulee
de Madaure, Minucius Felix et Fronton de Cirla,
I'apologiste Lactance et Sulpice Appolinaire de Car-
thage.






- 45 -


Deux sont devenus des docteurs de l'Eglise: Saint-
Cyprien de Carthage et Saint-Augustin de 1 I, i h --.
Deux ont occupy le siege episcopal de Rome et
sont devenus les papes Victor 1'"' et Melchiade.
Enlin, qual.re Africains out lenu le sceptre de
I'Empire : Septime Sv ere de Leptis magna (193);
Macrin de (:esaree, oi il avait 6t6 avocat (217); Phi-
lippe, lit 1'Arabe, ancient chef de brigands, devenu
prefer du preloire et empereur par I'assassinat (.! ii.
Enfin le maure Emilien (253),
Mais, la masse des indig nes, tout 'en sachant
profiler des avantages de la civilisation romaine et
adopter beaucoup de procedes remains, tout en se
ruant aux spectacles du cirque et de 1'amphitheaitre,
le cinema d'alors, 6tait restee, semble-t-il, en dehiors
de toute latinisation.
Jusqun'a la chute te Rome, nous la voyons conser-
ver ses mrcurs et son organisation en tribes; au Bas-
Empire, on nous parlera nirne des rois.
Aussi, tons les savants qui ont traite cette ques-
tion : les Cagnat, les Boissier, les Gsell ot les Mes-
nage eitre autres, ont-ils proclami la taillite complete
de la romanisation, en cette contree, et alfirm6 que si
Rome n'a survecu, nulle part, a elle-meme en
Afrique, c'est que nilie pearl, l'Vme bertbere n'avait ete
latinis(e.
Devrions-nous conclure que los Romains sont
lombes par leur faule et n'ont rien fait dans ce sens?
Assuriment, une telle assertion serait aussi injuste
qu'inexacle.
II y a 1l quelque chose d'inexplicable au premier









abord, mais qu'un regard g6enral sur l'histoire des
Berberes va peut-etre nous aider a comprendre.
Nous avons vu au debut que l'Afrique du Nord,
Sahara mis h part, Otait habitee par des Libyens,
des Pheniciens et des Grecs. Or, a l'epoque impe-
riale, nous ne retrouvons plus cette classification :
Rome ne semble avoir affaire qu'a une seule espece
d'indigenes, don't quelques-uns out mome compt6
parmi les grands de l'Empire.
Pourtant, les elements grecs et surtout puniques,
n'avaient pas quilt l'Afrique b la chute de Carthage.
. Au course d'une domination de cinq siecles, Rome
brilla en Afrique d'un eclat incomparable; et cepen-
dant il n~e semble guere en subsister, a l'epoque van-
dale qu'une lueur de Christianisme, fortement battue
en brbehe, d'ailleurs, par I'anarchie envahissante et
la persecution arienne.
Pourtant, toute la population, vraiment latine,
n'avait pas repasse la mer, a la venue de.Genseric.
Quant aux Vandales, aprbs un siecle de domina-
tion, personnel ne sait ce qu'ils sont devenus.
Tout ce que Font peut dire c'est qu'ils i'ont pas
quitter l'Afrique et que les Indigenes les auraient
certainement renvers6s, si Belisaire et Salomon ne
leur avaient 6pargne cette peine.
Les Byzantins, b leur tour, seront chasses par les
Arabes et rien ne restera d'eux. Cependant leurs
apports sont certain, au course du sickle qu'a dur6
leur regne.
Et quant a la p6riode dite arabe, elle:mome, nous
verrons, avec Mercier, que l'envahisseur se fondit


- 46 --







- 47 -


dans le people indigene, se berberisa mome, selon
l'expression de Marcais, et que les princes des
grande dynasties berberes, depuis le X- siecle, les
Zirides, les Hammadites, les Almoravides, les Al-
mohades, les llafsides, les Abd-el-Ouadites, les Me-
rinides et tant d'autres, une fois bien assis, ne fai-
saient pas mal dans un trone.
Enfin, quand nous viendrons B noire tour dans ce
pays, qu'une sore de fatalile semble empocher d'etre
autre chose qu'une terre vassale, (1 ce seront des
Berberes que nous aurons, a'vec ou centre nous, des
Berberes semblables aux Numides de Naravase et
de Jugurtha.
Voici done une race qui semble s'6tre fort bien
accomodee de toutes les civilisations, avec lesquelles
elle s'est trouvee en contact; mais qui a su rester
fonci6rement elle meme et garder intact, avec son
caractere primitif et sa nature propre, le secret de
sa destinee.
Loin d'avoir e e assimilate par ses conquOrants
successifs, c'est elie qui les a absorbs.
Cette constatation pourrait faire douter de 1'avenir
meme de notre wcuvre en terre d'Afrique, si nous ne
retrouvions chez ce Berbrere des traits ou des cou-
tumes, qui dec6lent une survivance inconsciente de
la Latinit6 perdue;(2) si nous ne trouvions en lui, en
.depit du voile imported de l'slam, quelqu'un de
mime origine ethnique que nous, ayant un raison-
nement et des jeux de physionomie semblables aux
notres.


(1) M l'ran is.
(2) L. IBertrand. Discours li n/aion uf/ricaipe.






- 48 -


Les Libyens, et en particulier les Numides, etaient
sans doute les frires de nos ancetres lointains, ve-
nus de 1'Asie mysterieuse, en marquant chacune de
leurs tapes par les dolmens elev6s a leurs morts.
L'Afrique a 6t6 latine avant d'Otre arabe et encore
n'a-t-elle jamais ete arabe que de nom tandis que
les provinces chretiennes td sud de la France le
seraient peut-etre davantage
Les peres de nos Indigenes musulnans ont 6t6
chretiens. Ils ont price dans les basiliques qui s'6le-
vaient, partout, en Afrique, plus nombreuses cent
fois, et plus belles que les quelques (glises et mos-
quees d'aujourd'hui.
D'autre part, les acles g6n6reux sont rarement per-
dus pour 1'avenir et pour les destinees des peuples;
et ce n'est, sans doute, pas en vain, que le sang des
martyrs a coule jadis en Afrique : car, selon une
parole celebre de Tertullien : Sanguts martyrum
semen christianorum.
Ce sont nos origins communes, c'est notre passe
en parties commun, qu'il nous faut montrer a l'indi-
gene d'aujourd'hui, afin d'entreprendre la conquote
de son mine que Rome, n'a pas tentee peut-etre.
Ce sont les monuments, encore debouts, ou les
ruines, sans nombre, qu'il nous faut lui apprendre b
venerer et i sauver; car ces monuments et ces villes,
sur les ruines desquelles nous ne pouvons pas tou-
jours mettre un nomi, ce sont ses peres et les n6tres
qui les ont construits, et qui y ont note ensemble
leurs fastes triomphaux.
Mais surtout, il fant lui apprendre que les cinq
siceles et demi de latinit6 comptent parmi les plus








- 49 -


glorieux de l'histoire d'Afrique; et devant ses yeux
atlentifs, c'est avec un respect religieux, que nous,
qui avons la pretention d'etre ici, non seulement les
Ills, mais encore les successeurs et les continnateurs
de Rome, nous devons nous efTorcer de sauver les
vestiges de cette gloire, nos veritables titres de pro-
priet6, qui reposent encore sous les moissons dorees
et sous le doum envahissant.


COMMANDANT CHALIGNE,
du 3 Zotuaves,
Membre titluaire de la Soci6t6 arch6ologique.


dUC~-------I-






SOCIETY ARCHEOLOGIQUE deCONSTANTINE tVWRQQUE ____________




Eclielle du 12.750.000







J 0I














-.p~ '9jco7szc~a.
4 NOj7j4~C6zp~ I~


















C~darn ,v -Y Tha-bissemnenl anterieur A la chite de Car'thaqa Limffte cl& miloire as Carl'hage eaii dibtfr de la IIV gaeie purigle
DATE 1E&nq2u ;' Colonie de laiu- -

DE 7faczz~zz 3 la emenl a'dari des C65srS .......Limes d Seg d c nximea'm -,osh-
ZAeve5?& Mies pncpales elr Onefs Ieux =~iES bimio.~ ~pr

FOI\DATION DES VILLES' lsAtm 4........LM5dvl
.5-d es 5$V~rs ..............lime

2zalaZh27 6, d a .LseseLe


0y z4 0 0~-Z"






ojo6







47l



R 1
r-7-- D gC z x'.e6
r~ ~~~~~O~~z Pz'Ue d~_" ",;:fOc. o~o zz


'"'"J"


7. 1 -1-i. z-rn m ,,~lh~













ATELIIR MOUBTERIEN

DE EL-OUBIRA
(pr6s de TMbessa)





Au course de l'annre 1910, aide d'une subvention
du Gouvernement G6neral et de la Societl archdolo-
gique de Constantine, je suis alley tudier et fouiller
dans quelques escargotieres de la region de Tebessa.
Le travail fourni b cette occasion a paru dans le Bulle-
tin de la SocidtN archeologique de Constantine de 1911.
A cette 6poque, inlrigu6 par une industries pr6his-
torique recueillie a la surface du sol, par M. Latapie,
alors e-i. I..ii. I T6bessa, en sa compagnie je me
suis rendu a El-Oubira et j'ai eu 1'occasion de pra-
tiquer une fouille, peu profonde il est vrai, vers le
milieu de la station qui m'etait d6signee et qui a ete
appel6e "El-Oubira" du nom de la douane tuni-
sienne, situee a peu de distance.
Je disais, au course de mon travail, que sous des
apparences neolithiques, l'industrie recueillie res-
semblait singulibrement a notre mousterien, mais
qu'aussi, limits par le temps que je devais consa-
crer a l'etude des escargotieres, ce ne devait 6tre
considered que come une 6bauche, le travail 6tant
B revoir.







- 52 -


Une polemique assez mechante, au sujet re mes
travaux, fut imprim6e et distribute 6 cette ppoque
parmi tous les Membres de la Socidld archeologique
pour laquelle je travaillais, ainsi que dans le monde
savant. J'avais, a cette occasion, a mettre en garden
ma Socito centre de pareils agissements et I'unia-
nimite j'6tais covert pour la Ibone foi absolute qcue
j'apportais toujours dans mes recherches.
Sans avancer d'une faQon positive et dogmatique,
son point de vue relativement h des faits, en prelis-
toire surlout, science encore hisitante, il est bien
permis b un auteur de compare, sans pour celb
cr6er.
Les ev6nements me donnent aujourd'hui raison et
c'est done pour moi la plus grande des satisfactions
d'avoir vu just; mon intention n'est nullement de
polemiquer sur les incidents de cette 6poque, mais
une fois de plus on constatera qu'en prehistoire toutes
les opinions sensees sont respectable.
J'ai reparl6, du reste, un peu evasivement, de 'in-
cident de 1911, dans un recent Bulletin de la Sociteo
prehistorique francaise, et j'ai tenu bien simplement
a etablir que toujours le temps que j'ai pu consacrer
a la science et a mes fouilles, depuis tantot 27 ans
que je remue le sol de 1'Afrique du Nord, c'est aussi
toujours lorsque je disposais de cong6s de repos
reguliers, donnes par non Administration, et cons6-
quemment au grand detriment du repos rui-meme
et de ma famille habitant le Nord de la France.
D'autres que moi sont certainement mieux favori-
ses, je ne les jalouse pas et chacun apporte, come
il peut, sa pierre a l'ediice si enigmatique encore de
notre passe prehistorique. A ce titre, plus que jamais,
I'union doit 6tre egalement la force. On sait que







- 53


l'etranger fait beaucoup, pour cos sortes de recherches
et j'ai recu, a l'occasion de mes industries des escar-
gotieres, des offres allechantes c de divers ct6es;
jamais je n'ai et1 tentd.
Voici, h titre documentaire, ce que publiait, a la
suite des faits qui viennent d'etre rappel6s, M. le doc-
teur Deyrole don't i'erudition ne peut 6tre mise en
doute clans une grande Revue scientifique ):

SA propos des escargotidres de Tdbessa
a A. DEBRUGE, Constantine, 1912

Ce travail int6ressant a plus d'un titre nous done
I opinion du savant consciencicux qu'est M. Debruge, sur
un certain nombre de questions do prdhistoire Nord Afri-
caine. Ces questions sent Blucidees avec une nettet6 d'au-
tant plus remarquable quc l'auteur compare ses types b
ceux des stations classiques de France, se contentant d'un
minimum d'hypolhhses justifies, sans eprouver le besoin
d'innover pour chacune de ses ddcouvertes une terminolo-
gie barbare et p6dantcsque, diquctant un fouillis d'hypo-
Ihlses prinaturdes dans 1'elat actuel des gisements studies
dans le Nord de l'Afrique. C'est une mise au point de
notions embrouillIes a plaisir, pour dc mesquines raisons
personnelles qui n1 ,i -- P.i.il de joter le discredit sur les
recherches pr6historiques de cetto region.
a Nulle encore plus que celle de1 M. Debruge no mdrite
consideration sur cette matibre; on a pu apprecier la
conscience scientliique de ce savant en une foule de travaux
qu'il serait fastidieux de rappeler :
Fouilles des groltes d'A li-Bacha avec note sur I'ori-
gine de la monnaie. Du fort Clauzel, des Salines A

(1) M1inoe de nos (nineitis. -- Inlltdnts 1d la mIhsion scienlil'iqle nlle-
nande, 1914.
(2) Dans line reunion de la Socitleg t ttrC lantint. on jo
ido0n ais licEC t rc d e c ltte cl' l lqu ie 11otr *' ,. , .i i ;
a demandt 1 iiiireSSion dalti note lttll'lint. AM. 1( d(toclni '. I
1' poque charge do mission dans'A\ l'riiqle du N\ord par la
poloyie de Paris.







- 54 -


Bougie.- Grottes des Ours et du Mouflon A Constantine.
- Station quaternaire d'Ali-Bacha. Abris des Ai-
guades.- Station de p6che. Tumulus du Pic des Sin.
ges a Bougie. EscargotiBres de Tdbessa, de Mechta-
el-Arbi, etc.
a Sous la denomination d'escargotieres, il a decrit de
veritables kjoekkenmoeddinger d'une population continen-
tale malacophage un ossement pour 5.000 coquilles
d'helix cc nom est la traduction presque littorale de
l'appellation arabe de ces gisements : Enchir-el-Babouch
(Babouch = coquille de gasteropode terrestre en general).
Ces gisements, trbs nombreux dans la region de Tebessa,
consistent en amas sans stratification de coquilles et de
cendres avec une industries uniform. D'aprBs les indica-
tions fournios sur quelques stations Morsott, abri-
escargoti6re de la route du Kef on pourra peut-6tre les
ranger en deux p6riodes d'habitat. L'industrie lithique
correspond a celle d6signde sous le nom de capsien par
M. de Morgan; elle comprend des lames du type aurigna-
cien, lames droites, mais surtout des lames dites en bec de
porroquet qui forment h peu prbs le tiers des silex taills
ct paraissant Wtre l'instrument le plus familiar aux man-
geurs d'escargots; des points diverse, souvent cassees et
que l'on parait avoir decrit h tort comme un instrument
special : le burin d'angle, des grattoirs et parmi eux un
grattoir a faci6s mousterien et un autre identique au type
pur du grattoir double des gisements magdaleniens; un
type-outil particulier, ecorchoir; des tranchoirs, des bu-
iins le burin classique est rare diverse autres for-
mes de burins de types decrits par le Dr Gobert (1), des
broyeurs, des polissoirs.
( Certaines stations (Ain-el-MouhAad) se distinguent par
une sdrie d'objets divers munis de p6doncules d'emman-
chements tailles comme ceux des fleches, grattoirs, lames,
etc., etc..
< L'industrie dc 1'os poli est 6galement bien representie,


(1) Sociele


. [franraise, 1910.







- 55 -


ainsi que la gravure aux points et traits sur coquille d'oeuf
d'autruche.
( Ce travail, accompagn6 de figures nettes et de sch6-
mas. nous fait souhaiter de voir quelque jour un travail
d'ensemble do AM. Debruge. o
J'ai dit qu'a ma premiere visit b El-Oubira, j'avais
etd fort intrignu par 1'industrie rencontree non seule-
ment i la surface, mais aussi dans une fouille de
reconnaissance hative poussee jusqu'a environ 0m40
de profondeur. Je n'6tais pas all6 1h-bas pour etudier
cette industries, puisque je devais me borner h recueil-
lir des materiaux dans les escargotieres encore im-
parfaitement connues; cependant, la chose en valant
la peine, j'avais voulu attirer attention sur la sin-
guliere erreur que l'on paraissait commettre en attri-
buant aux quelques outils pedonculs recueillis en
surface, une 6poque aussi recent que celle baptisee
de neolithique berbere ().
Au course de mes fouilles de la station quaternaire
Ali-Bacha, a Bougie, et de la grotte des Ours G Cons-
tantine '), j'avais pu deja recueillir et presenter une
industries a facies mousterien, tres diff6rente de ce
qui avail ete signaled jusqu'alors, accompagnee d'une
faune un peu d6concertante : grand beuf, cervus
pachygenis, rhinoceros simus, hyaena spelaea, ursus
Laterti, tres voisin de l'ursus spelaeus, puisque de
l'examen des nombreux restes on lui attribue la taille
d'un cheval. La chose est, pour ainsi dire, passee ina-
perciue.
Deux ans apres, b El-Oubira, je signal une indus-
trie que je trouve un peu 6voluee. A Bougie, et dans
la grotte des Ours, a Constantine, sur la couche atte-
nante au sol ancien, je ne recueille en effet, pour ainsi
(1) \l11. Boudy, Capitan, ;obeil, de Morgan, Fr. Moreau et surtout Pallary.
(2) Bulletin de la Societl archeologique de Constantine 1908. La station
qutlernair Ali-acha a Bougie. Congr6s International d'anthropologie a
Monaco 100G.







- 56 -


dire, que des quartzites, assez grossierement travail-
16s. A El-Oubira, an contraire, les quartzites sont
tres rares et font place h des silex.
Lb, dans une fouille h6tive que j'estime devoir se
poursuivre, en profondeur, puisque je recueille tou-
jours a 0 "40 la mime industries enigmatique, j'ex-
hume du sol un lot fort important d'outils pedon-
cul6s et autres que je pressens mousteriens.
Ce fut presque une heresie scientifique et celh me
valut, dans un certain milieu, une polemique acerbe..,
puis l'oubli.
En 1912, dans le fond du lac superieur du Djebel-
Ouach (1 -- mis A sec par la s6cheresse exception-
nelle de l'annee emputes dans des argiles plasti-
ques, je signal encore une assez grossibre industries
de quartzites avec quelques rares silex. J'y trouve
et je souligne un d6but d'industrie, une parents bien
curieuse avec l'outillage p6doncule d'El-Oubira. De
rares auteurs ont pu 6tre intrigues par ces decou-
vertes reite6res et je crois etre le seul de cette epoque
envisageant le mousterieni". Et c'est ainsi que I'on
me fait presque un grief d'avoir vu un peu plus clair
que d'autres, puisque certain auteur souligue dans
une etude documents 31, que sauf Debruge, personnel
n'a jamais doute de l'age recent de l'outillage isol6-
ment rencontre.
Mais, tandis que toujours cette Onigmatique indus-
trie, basee sur quelques specimens limits a la for-
me fleehes avait 6et recueillie ) la surface du
sol, ou charride par les lorrents, j'avais pu l'Mtudier
dans l'interieur du sol, a des profondeurs diverse
(1) Lt Stalion pi'relielo'lie du ljebel-Oaum ch. I, c. de la Socecle archeo-
ioflique de Cons( an/live, 19!) .
(2) Ouiiils pcleWoncmlm s de It oia iil ci dE l-l oumiii l. C.P.IF.Angou lni, I'll?.
(3) Palethni olotie /linisienime, Tunis 4014, docteur Gobert.







- 57


et dans des milieux diff6rents. De plus, les caracteres
speciaux d'une taille moust6rienne, ne demeuraicnt
pas limits i un seul type, mais a un nombre tres
important et varied.
Bien que je ne me sois pas etendu sur la technique
de l'outillage recueilli a El Oubira lors de ma pre-
miere visit en 1910, il -'ilin i de se reporter aux
deux planches parues sur mon travail de 1911 ainsi
que sur celles de 1912 pour se rendre b l'6vidence.
Des evenements graves surgissent, les annees pas-
sent, la guerre bouleverse tout et arrete beaucoup de
chercheurs. Pris par mon service administratif,
comme tant d'autres, je demeure inactif.
Un Ovenement considerable vient de lever le voile
du passe et de d6masquer l'origine que j'envisageais
en 1911, du moust6rien pur Nord-Africain.
M. Reygasse, adminislrateur i Tebessa, qui se
specialise de plus en plus dans les travaux d'archeo-
logie pr6historique, fort lien place et entibrement
devou6e ces recherches, vient de trouver en strati-
fication, en place et avec faune, industries e identique
et complete, absolument comparable a celle que je
recueillais et signalais en 1911 d'EI-Oubira.
Et il dit : a nous avons dans l'Afrique du Nord,
( une industries moust6rienne qui est, dans tous ses
( details, absolument identique au mousterien fran-
( ,ais (1) 1).
Au Congres recent de Strasbourg, documents a
l'appui, il a pu orienter d'une facon positive les sa-
vants vers cette voie nouvelle. Esprons qu'il rap-
portera de la mission don't il vient d'Otre charge,
dans le Sud, des documents nouveaux et probants,
leequels affirmeront une fois de plus ce que j'ai tou-
(1) Dull. (c la SocidCle urcheoiloUiq, dle coiwinzliine 1920-1921. Reygaase.










jours pens6 et advance. L'homme s'est toujours mul-
tiplie aux pays des chauds rayons du soleil et ses
industries les pins anciennes doivent y avoir leur
origine. D6sireux de faire proliter mes collggues de
la Socite/ prehistorique franchise de la primeur de
cette nouvelle industries Nord Africaine, je me suis
rendu une deuxiome fois ia Il-Oubira, en 1920, afin
d'y recueillir des materiaux. AidO de mon college,
M. Reygasse, lequel avail bien voulu me faciliter
mon voyage dans ce milieu un peu perdu et en de-
hors des communications, j'y ai pass quatre jours,
pratique de nouvelles fouilles et pu rapporter quel-
ques autres series don't j'ai enrichi le Musee de notre
grande soci6te parisienne.
J'avais en cette circonstance 6tudi6 un peu mieux
ce milieu d'l l-Oubira, mais je n'avais pu encore
mener a bien ma tache, limit que je me trouvais
toujours par le temps. Aussi, tout recemment, j'ai
trouv6 le moyen d'utiliser un conge de repos admi-
nistratif de vingt jours, du 10 au 30 octobre, lequel
je suis alley passer lia-as et j'en rapporte, cette fois,
des documents me permetlant de mieux fire connai-
tre cet atelier remarquable.
En premiere ligne, je dois remercier note college
de la Societ6 archeologique de Conslantine, M. de
Maniquet, pour son precieux contours. La line de
chemin de fer de la CGi des phosphates, de Tebessa
au Kouif, don't il est le Directeur, passant a 5 kilo-
mitres de l'endroit of je devais aller fire des fouil-
les, j'avais calcule que ce serait pour moi Ieaucoup
plus pratique d'emprunler cette voie de communi-
cation, mise gracieusement ai ma disposition. J'ai de
plus trouve a la Direction du Kouif le petit outillage
don't j'avais besoin.


- 58 -







- 59 -


En second lieu, je dois egalement remercier la
Direction des Douanes tunisiennes d'avoir bien voulu
permettre au brigadier G61is, prepos6 5 la caserne
d'El-Oubira, de me donner I'hospitalite. Grace a l'ex-
treme gentillesse et 6 l'arnabilit6 du menage perdu
dans ce bled peu hospitalier, j'ai pu trouver tout ce
don't j'avais besoin, gite et covert. A moins de cam-
per v6ritablement, il n'est pas possible de remplir
une mission dans un pareil milieu, puisque le ravi-
taillement ne peut se faire qu'b l'economat du Kouif
(11 kilometres) ou i T6bessa (18 kilometres). A ces
braves gens, au nom de la Societe, merci encore.
Je ne dois pas oublier non plus la Direction de
l'entreprise Dokhan, service autobus de Constantine
h Tebessa avec point de jonction ) A'n-Beida. Lors-
que ces Messieurs ont su que je me rendais en mis-
sion pour le compete de la Societe archeologique de
Constantine, ils m'ont fait remise complete, tant b
l'aller qu'au retour, du prix du voyage.
Afin de permettre de suivre les diverse fouilles
pratiquees b EI-Oubira, j'ai dressed un plan non a
l'6chelle de l'escargotiere et de l'atelier. Ces deux
stations prehistoriques, bien que d'industries et d'e-
poques diff6rentes sont seulement s6parees par un
space d'une vingtaine do mLtrcs.
Un affleurement geologique, constitute par un pou-
dingue veritable de grosses ostrea, se remarque entire
nos deux stations et j'ai pu conslater que dans beau-
coup d'endroits de cette region existed la mime et
forte curieuse nature de terrain. ,
Quelle pouvait done etre aux Opoques d'habitat la
raison capital primant pour se fixer en pareil milieu?
Les points d'eau de la region sont encore excessi-
vement rares, tres eloignes les uns des autres et de







-- 60 -


plus, de par la constitution du sous-sol, saumatres
et le plus souvent impropres a la consommation.
Pendant les 18 jours consacr6s a mes fouilles, plant
sur l'atelier que dans I'escargotibre, j'ai Mte amend
a constaler, que de temps en temps et h tour de
r6le, mes deux ouvriers disparaissaient, toujours
clans la mime direction Comme je ne les voyais
jamais emporter d'eau, -- malgr leur sobri6t6 ils ne
pouvaient travailler ainsi des journees enltires sans
boire je leur demandai la raison de leurs absences
et ils m'indiqu rent ilors une source assez proche
oh ils se rendaient et don't l'eau est excellent.
Au bas du versant montagneux sur lequel est situ6
l'atelier d'El-Oubira, longeant la piste de Tibessa,
existe un ravineau assez prolond trouvant son ecou-
lement par le col de :.1..l!., d. On constate encore,
malgr6 la saison tres avancee, dans le fond torren-
tiel, la presence de porches d'une eau claire et pota-
ble. La source so troupe jusle au col et emerge de
la base d'une cr6te calcaire irnportaute formant cet
endroit une ligne de partage des eaux. 11 est done,
pour ainsi dire, certain que cltte source existait deja
aux Opoques prohistoriques, don't les industries se
rencontrent dans ce milieu. En raison de ce voisi-
nage immediate, nous aurons 1'explication de l'impor-
tance particulitre de l'cscargotiere voisine don't les
proportions d&passent tout ce que je connaissais jus-
qu'a ce jour.
Le plan-guide, pour la comprehension des fouilles
entreprises tant sur I'atelier que dans l'escargotiere,
dressed non l'echelle, va nous donner une idee des
dimensions de ces deux stations prehistoriques
(Fig. 1).




.4rk co


CT 3e7ra 3 _sie~gye /9f e/
5 Ryge ass i///


9 ea e 4' e -itt. '1

i/nec be a e -a e




/~raLrr e24l1Ze


(Fig. 1) Plan non a 'clichelle de latelier de El-Oubira et d. I ....... .. de louhlAad
[)our la comp)riholnsloll des diverse 1 ..I i.







- 62 -


Fouilles

Ainsi que je l'ai dit, au d6but, c'est en 1910 que
j'ai fouill6 pour la premiere fois sur la station aux
outils pedoncul6s d'll-Oubira. A cette epoque, je
pensais 6tre sur un lieu veritable d'habitat, mais les
dernibres fouilles recentes m'ont permis de d6ter-
miner simplement un important atelier.
II sera facile en se reportant au plan (Fig. 1) de
suivre les differences fouilles executees a trois re-
prises sur cet atelier par mes soins.
Lors de ma premiere visit en 1910, vers le has,
une premiere tranchee a ete amorcee; puis plus haut
sur 3 metres de longueur et 1 130 environ de larger.
J'avais choisi deux endroits paraissant favorables et
j'etais descendu jusque 0 40 de profondeur moyenne.
Le temps me manquait pour faire plus et j'ai avanc6,
sur le premier travail product a cette occasion, qu'a
la profondeur atteinte on continuait b recueillir des
silex. Les materiaux obtenus me permettaient cepen-
dant de selectionner deux planches de l'outillage
multiple rencontre. Elles m'ont servi a illustrer mon
travail de la Socidte archologique en 1911, j'en ai
conserve les cliches I et 2. Considerablement re-
duits, les objets ont cependant un cachet typique ne
pouvant echapper aux observateurs. Si quelques spe-
cimens rangee du haut cliche6 1) conservent
assez nettement une analogie frappante avec ce qu'il
est convenu d'appeler fleches, il n'en est pas de
mime pour les autres, parmi lesquels se distinguent
fort bien tout un outillage caracteristique: grattoir
de gauche, grattoir de droite, grattoir en demi-cercle,























































































I








- 65 -


racloir, long javelot, outils d'usage tranchants sur
toute la p6ripherie, lame de couteau. Cette s6rie
d'outils, tous p6doncul6s, se compl6tait par d'autres
non moins suggestifs (cliche 2), parmi lesquels il y a
lieu de faire ressortir la presence d'un disque en
quartzite rouge et de points a taille franchement
moust6rienne. Aussi, b cette 6poque, le caractere de
cette industries ne m'avait-il pas 6chapp6 et tout re-
servo que je demeurais en presence de certain hos-
tilit6 marquee, je m'dtais promise d'y revenir par la
suite.
Dans le compete rendu de mon travail de 1911(1),
je ne me suis pas tres longuement 6tendu sur cette
industries des outils pedoncules; mais dans le texte
perce biei le sens que j'6tais dispose 6 attribuer a
ma trouvaille, puisque je dis a sous une apparence
a n6olithique on sent rudement le mousterien. o,
Celh n'6tait pas de l'avis de tout le monde et chez
moi une discussion scientifique surgissait. Elle au-
rait dli ne jamais franchir le seuil de ma porte; je
suis toutefois dans l'obligation d'y revenir.
Cette industries possedait un tel cachet de parti-
cularit6 que si comme certain j'6tais un cr6ateur
j'aurais pu baptiser l'outillage des p6doncules de
1'endroit et j'insiste parce que je le dis page 76 -
industrie El-Loubirienne. Mais j'ai toujours estim6
que nous avions suffisamment de terms usit6s et
de comparison, sans apporter une confusion de
plus.
Un control de fouilles a Ote fait sur place, fin 1910,

(1) Rlecueil des Aldmoires de la Sociedtd archdologique de Conslanline 1911,
pages 76 & 80.







- 66 -


ialgre ma defense et ma revendication de rester
auteur de la trouvaille jusqu'i la publication de mon
travail et une lettre imprimne a 6et adress6e, dans
le but evident de me causer prejudice, dans tout le
monde savant. Je laisse aujourd hui le procede a
toute l'appreciation qu'il comporle.
Mon collogue et ami M. Reygasse a eu la bonne
fortune do trouver une industries identique a celle
que je pr6voyais moust6rienne, longtemps apres et
dans d'autres milieux; au course de la publication de
ses travaux, il relate les trouvailles d'El-Oubira et il
accompagne mon nom d'un second que j'ignore ab-
solument pour les raisons indiquees ci dessus, car
a l'occasion de ma premiere fouille je n'ai i.i .i- eu
de collaborateur. Le m6rite seul en revient a M. La-
tapie lequel avail recueilli a lleur de sol un lot im-
portant d'outils p6doncul6s. Ils avaient pu eveiller
en moi une tell curiosity, qu'en sa compagnie je
n'avais pas h6sit6 b me rendroe El-Oubira pour y
pratiquer des fouilles.
En principle et a mon avis, l'industrie recueillie
dans l'atelier de El-Oubira est une evolution des in-
dustries de quartzites signalees au course de mes di-
verses fouilles (1.
D'abord, industries pour ainsi dire total de quart-
zites faune tres ancienne de rares silex, puis
progressivement, Oevlution du silox et disparition des
quartzites.
(1) La Station qilin/al 'nt ie h A li atchn R /i iouilie. Congpi's. Inlternattion;l
d'anthropologie i, Monaco, 190((.
La Grolle des Oiurs i Conzsltan/line. Bullelletin (1 la Socil I arcliIologique de
Constantine, 1908
Lit G(rolle d alt a i/lon (a Cona/anliii ne A. 1. A. S Cong'r6s ILllo, 1909.
La Sattion pr'hisoirique du /1.t el-Ourt h. Itulletin de la So1 iLt6I a'rcl(o-
logicue de Constantine, 1012.









A


I':


CL-~~ -' -- --1.-.








- 69 -


Au Djebel-Ouach j'ai signal la presence de quart-
zites avec p6doncules. En se reportant aux planches
de ce travail il est facile de comprendre qu'on se
trouve en presence d'une industries debutante : c'est
encore le tltonnement; b El-Oubira c'est l'epanouis-
sement complete de l'industrie et le quartzite est tout
a fail exceptionnel. Des industries analogues b celles
que je signal ont ete recueillies en Oranie; on ne
paroit pas y avoir apporte beaucoup d'importance et
j'ignore si certaines remarques ont pu 6tre faites en
tant que stratification et contact de faune. J'engage
mes colleagues a ne pas delaisser cette tres int6res-
sante industries des quartzites, elle marque un point
important du dbhut de la prehistoire Nord-Africaine
nous amenant a la belle epoque mousterienne.
En se reportant an plan fig. 1, la grande tranchee
de droite measure 13 metres de longueur avec une
moyenne de Im 80 a 2 metres de larger, il sera
facile de juger du travail accompli et la legende mar-
ginale attribue aux diverse annees une teinte diff6-
rente. Reygasse a di pratiquer des fouilles a quatre
endroits divers, a en juger par les rejets de terre
constatis; je l'envisage seul dans les travaux puis-
qu'il m'a affirms que nul autre que lui n'y avait
portO la pioche apres moi.
On rencontre a peu prs invariablement le sol an-
cien a 0'"80 de profondeur, c'est-b-dire que l'outillage
se recueille jusqu'a cette profondeur. J'ai, cependant,
pousse la fouille important de gauche executee en
1920 et poursuivie en 1921 jusqu' 1' 50 de profon-
deur afin de juger de la nature du sol. On tombe sur
un granul6 argilo sablonneux jaune blanc tres pur.







- 70 -


L'atelier de El-Oubira ne.comporte pas de ma-
tieres organiques, on n'y recueille nucun ossement,
nulle trace de foyer et de carbon; toutefois, j'ai
rencontre deux vari6ets de coquilles paraissant 6tre
de l'epoque, en voie de d6sagregation et d'une 'prande
fragility. :i[a savant college et ani M. Joleaud,
maitre de conferences a la Sorbonne, y a reconnu :
Lucochroa candidissirna Drap. Helix (ponatia)
melanostoma Drap Je le remercie bien vivement.
Chaque parties de cet atelier est pour ainsi dire
specialisee et j'ai remarquc que si en tel endroit on
ne trouve pour ainsi dire lue tel type d'oulil, par
centre, plus loin on ne rencontrera pour ainsi dire
que tel autre. Une exceptionl'-,l-.,'l- est faite pour les
silex pedoncules lesquels repr6sentant a peu pros le
tiers de la totality de l'outillage ont 6t6 rencontres
partout. II semblerait qu'une m6thode particulibre
de taille 6tait en usage parmi les prehistoriques de
1'epoque ainsi que je vais le demontrer plus loin.

Outillage
A EI-Oubira comme pour ainsi dire partout ou
j'ai fouille, dans Ides milieux divers, representant
des epoques i .' .1 differentes,i-' 'suis amren6e
faire une constatation curieuse, 1' ,1-. ,. '.de percu-
teurs. On sait, cependant, que cet outil classique
abonde generalement, dans toutes ls stations pr6-
historiques de l'Europe. Autant dans mes recher-
ches de France, j'avais toujours eu l'occasion d'en
recueillir de nombreux exemplaires, autant an course
de 26 annees de recherches en Algerie, j'ai ete sur-
pris d'en constater la penurie.







- 71


On recueille, il est vrai, a El-Oubira, comme par-
tout, beaucoup de rognons de silex encore revitus
de leur cortex ayant pu remplir l'office de percu-
teurs; j'aurais voulu toutefois y constater la pre-
sence des nombreuses Mtoilures, prcduites au mar-
telage, ainsi qu'il conviendrait en pareil cas.
Dans les stations mousteriennes de France les
marteaux, les picrres a bola ne sont pas exception-
nels. Dans nos milieux lorsqu'ils arrivaient a la
forme arrondie par l'usure des asp6rites, ces m6mes
objets avaient-ils une affectation particuliere? Tou-
jours est-il que le marteau classique de tout premier
ordre fait d6faut.


Fi'. ? Coup de poing oblolng







- 72 -


Les noyaux de nuclei, les pierres de fronde, de
jet, disques sont assez nombreux.
Quelques disques typiques de l'epoque mousto-
rienne, taill6s sur les deux faces, prennent un peu
la forme du coup de poing ovalaire (fig. 2) (1 ou
oblong. Ou t v. :-,' i t:. en effet, sur certain sujets
des retouches successives regulibres, sur toute la
peripherie, de meme qu'une certain ablation de
l'6paisseur, pour la prise en main, intentionnelle.
It est a considerer qu'au course de cette longue pe-
riode, le coup de poing classique si r6pandu aux
6poques precedentes, chelleenne et achleulenne a to-
talement disparu. II est vrai que certaines grosses
et longues points, bien que de taille unilaterale,
ont une tres grande analogie avec les coups de poing
et pouvaient peut-etre doiner les m0mes rssultats.
Une adaptation nouvelle, une transformation de l'ou-
til par excellence du debut s'est certainement pro-
duite; de toute faCon Ia remarque s'impose a El-
Oubira.
Dans cet atelier, les points typiques a l'epoque,
sont assez nombreuses. Parfois la pointe affected,
ainsi que je viens de le dire, la forme d'un coup de
poing (fig. 3, type A ) Taille simple unilateral a
une seule arete longitudinal. Le type reproduit est
totalement patina blanc et cette patine semble mome
se poursuivre dans toute l'epaisseur. De plus, un
dep6t calcaire, epais, le recouvre sur moili6 de la
surface.

(1) Les reproductions par la ii .i.... ..,i. et io dessin coutant toujours
excessivement cher, je Ilmite i 'I I* -. le mon travail au slrict neces-
saire.







































































Fig 3. Pointes mousLtriennes



















U)r







C1


A


0




0 ~ A'
U)


-I,




B









- 79 -.


Souvent, au contraire, la pointe pour en arriver h
sa forme parfaile a subi une retouche admirable sur
presque toute la peripherie (fig. 3, type B). Ce sujet
est en silex jaunmtre, translucide et la patine blanche
commence a teinter cette jolie piece sur une bonne
parties de sa surface. Quelques exemplaires prennent
une forme nettement triangulaire (Fig. 3, C D) avant
d'en arriver b la forme classique, tani de fois repro-
duite, de cette belle 6poque mousterienne. La s6rie
des grattoirs, racloirs, de El Oubira est important;
la figure 4 nous on montre quelques types divers
A, face et profile, grattoir dit a museau; grattoir sur
bout de lame; grattoir de cote; grattoir droil trape-
zoidal.
Pour complete l'outillage de cet important atelier,
les figures 5 et 6 nous donnent quelques remarquables
types de cette si curieuse industries des outils pedon-
culds (lig. 5 A), trois types de grattoirs; B, forte
pointe; C, outil d'usage a retouches unilat6rales a
gauche et trenchant b droite; D, grattoir-tranchoir;
E, face et profile, lame.
(Fig. 6), quatre types divers donnant l'impression
tres nette que l'homme mouslerien de cette epoque
et de ces regions l6ait arrive h la perfection pour le
bien-etre et le conform. On remarquera, en effet, com-
bien il 6tait plus facile de manier ces outils avec leur
system d'emmanchement, que de les manier a la
main. On se demand, m6me, comment cet outillage
n'existe pas partout, tant il parait pratique.
Tous les dessins reproduits sont dus b la plume,
vraiment artistique, de mon colltgue M. Rigal, des-
sinateur au Service Topographique, je ne pense pas







- 80 -


que l'on puisse 6tre plus fiddle, comme reproduction
exacte, et je tiens b le remercier trbs sincerement.
Beaucoup d'autres objets auraient 6galement le m6-
rite d'une description, mais il n'est encore que
l'image et il faut y renoncer.
Je signalerai encore, cependant, un fort volumi-
neux outil en silex blond, translucide sur la parties
mince. II pbse I kilogr. 370 grammes et sa taille
donne l'impression d'un couperet, en biseau tres
prononce, lequel measure 0 m 14 de tranchant. II a
fall un choc d'une rare violence pour detacher un
pareil Oclat du bloc matrice; le conchoide volumi-
neux a ete rabattu et 6 la parties opposee, cortex na-
turel du rognon, existe une depression profonde pou-
vant etre utilis6e pour la prise en main.
J'ai remarqu6 aussi, au course des fouilles, la pre-
sence de nombreux nodules ferrugineux, a base d'h6-
matite, parfois rouge&tre, parfois noiratre, ayant pu
etre utilis6s comme colorants. Certains de ces no-
dules, en effet, comportent des grattages paraissant
conlirmer ce que j'avance. Du reste, la chose a 6te si-
gnal6e i plusieurs reprises en France et il ne semble
plus surprenant, a present, que l'homme moust6rien
ait deja pratique un system de tatouage primitif.
En terminant ce travail, une r6flexion s'impose et
sans acrimonie aucune, il convient cependant de ra-
mener les choses a leur just valeur.
Je n'ai pas eu la faveur de posseder le travail d'un
auteur oranais, don't parole Gobert, (1) et je me con-
tenterai de citer ce qu'il en dit.

(1) instructions pour les recherches .. ,. dans le Nord de
l'A/rique. P. Pallary. Imp. Jourdan, Alge, I ',.







- 81 -


Cet auteur a donn6 le nom d'abord de neo-
lithique herbere a une industrie reconnue, sans con-
teste, comme mousl6rienne; en second lieu, il l'a
d6nomtmre moghrehine; c'est une creation moian
heoureuse encore que le g6tulien, I'ibero-maurusien,
le maurilanien, etc..., mais, ce qu'il y a lieu de rete-
nir par dessus tout, c'est que, contrairement h tout
ce qui a pu 6tre faith et dit jusqu'a ce jour poor les
fouilles de l'Afrique du Nord, cet auteur aurait re-
cueilli, avec cette industries mousterienne, des aches
cylindro-coniques en pierre dure et police et des tes-
sons sans ornenents. Cette conception est tout au
moins singuliere et il est surprenant de trouver une
difference aussi strange dans l'industrie tunisienne,
algerienne, constantinoise et oranaise, pour un outil-
lage de mime technique.
Je desire ne pas aller plus loin dans ma remarque;
des controles de fouilles s'imposeraient, ear, il n'est
pas possible de rencontrer un pareil problem, faus-
sant absolument les echelons de la prehistoire nord-
africaine.
Si des bouleversements geologiques n'ont pas re-
manie le sol oranais, on ne peut concevoir le neoli-
thique 6volu6, a tessons de poterie et hackles polies,
avec ce que nous signalons en Tunisie et dans la pro-
vince de Constantine comme industries mousterienne.
L'Afrique revendiquera, peut-0tre, un jour, d'avoir
6te le berceau de I'humanit6; mais, il n'y aura jamais
lieu de perdre de vue, quoiqu'on fasse, que la France
est la clef chronologique universellement admise,
partout cite, de la prehistoire et que, ses stations








82 -


typiques, ayant servi e6tablir cette chronologie,
doivent demeurer comme les seules directives pour
nous guider.

A. DEBRUGE,
TrBsorier de la Societd archeologique de Constantine.
D616gu6 d6partemental de la Socidt; pr'historiquefraaiiuisc.
Correspondent du Ministere.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs