• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Title Page
 Liste des membres de la societ...
 Les principales voies Romaines...
 A propos des origines de Const...
 La tour Hassan
 Une vielle Kasbah
 Toponymie Phenicienne
 Premiere partie
 Notice sur deux curieuses pierres...
 Une statue de l'empereur Const...
 Une nouvelle inscription Libyque...
 La religion Musulmane a Alger
 L'escargotiere de Cheria
 Observations sur les techniques...
 Note
 Etude sur deux pieces Byzantin...
 Chronique archeologique
 Necrologie
 Table of Contents
 Back Matter
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00029
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet,
L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00029
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

recueildesnotice51cons ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Liste des membres de la societe
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Les principales voies Romaines de la region de Tebessa
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    A propos des origines de Constantine
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    La tour Hassan
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Une vielle Kasbah
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 74a
        Page 74b
        Page 74c
        Page 74d
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Toponymie Phenicienne
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Premiere partie
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 190a
        Page 190b
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    Notice sur deux curieuses pierres a cupules
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
    Une statue de l'empereur Constantin
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
    Une nouvelle inscription Libyque de la Mahouna
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
    La religion Musulmane a Alger
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
    L'escargotiere de Cheria
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 266a
        Page 266b
        Page 266c
        Page 266d
        Page 266e
        Page 266f
        Page 266g
        Page 266h
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 270a
        Page 270b
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
    Observations sur les techniques Paleolithiques du Nord Africain
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 278a
        Page 278b
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
    Note
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
    Etude sur deux pieces Byzantines
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
    Chronique archeologique
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
    Necrologie
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
    Table of Contents
        Page 331
        Page 332
    Back Matter
        Page 333
        Page 334
    Back Cover
        Page 335
        Page 336
Full Text





























































































4w


















UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES


i F










RECUEIL
DES

Notices et Mmoires
DE LA


SOCIITE


ARCHIO L OGIQ U I
-')( '. -


DEPARTMENT DE CONSTANTINE


VO I. UM E


DIE LA CIN QUI EME


CINQUANTE-ET-UNIME VOLUME DE LA COLLECTION


ANNE


19117-191 8


CONSTA NTI N I
Inmprimerie V' I). IIIIAIIAMi, 21, rue Cnraniani


ALGER
JOURD.\N, l.in. lini:-I.: ir; EIrn
Pl] ce ,hl GoII\'v'i 'i'n nl[


PARIS
R E N: rI U E r
Librairie africain:' et colonii lc
.rS, rue dle Elurus


1919


*i.riti t Flfi

Ji


SE I *




























Avis important






ARTICLE 29 DES STATUTS. ( La Scci-' laisse aux

auleurs la resp:onsabili dles fails el idductions listo'ri

ques, archologiques, scientifiques ou autres, exposs

cl dans les mmoires imprims planss son Recueil.


, 1


- C













LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIETY




PRE SIDX NTS D'HONN UR

NINI. ABEL, Gouverneiu Gnral de l'A\lglrie.
DUVERNOV, Prfet du D.partlument.
DE BON.,NbVAL, C. *I, Giin'-ral, commianaadanlt :l Divi-
sion dt Constantine.
MIORINAUD, 0. ', O. VU, (Mairie de Consla nlitn.




Composition du Bureau pour 1918

Pretidenl : MI. MAGUELONNE.
1r 'ice'-P,*,idet : ~I. CGustave MIEncIErn
?d Vice IPrsident : I. CIIOISNET.
Secrtaire-B ibliotlhicaire : TI'IIPNIEt.
Trsorier : I. DI)E ItuoE.




Commission des Manuscrits

I MM. MAGUELONNE, President;
MnEI, CIE[ (_ iUsl ),,
DrlnRUGE, ,
CiHOISNET,
TIILIPENIER, s








IV



MEIMBRES HONORAIRES




1904 MM. BABELON, 4 membre de l'Institut, conser-
vateur a la Bibliothl que national, rue de
Vermeuil, 30.

1904 BALLU,O I ,OI i, i nspecteur des Monuments
historiques de l'Algrie, rue Blanche, 80.

1893 CAGNAT ( Ren ), O 0, O 1 O, professeur au
College de France, secrlaire perptuel de
I'Acadmie de I nscriptionsel Belles Lettres,
membre du Comit des travaux historiques
et scientifiques, 96, Boulevard Montpar-
nasse, Paris.

1919 CHABOT Il'(bb lmembre de !'Acadmie des
Inscriptions et Belles-Letires, 18, rue Clau-
de-Lorrain, Paris (XVII).

1891 GSELL, L O I "', professeur au Collge de
France, correspondent de l'Institut. 92, rue
de la Tour, Paris

190-4 REINACH (Salomon, O, 0 1 membre de
l'Institut, conservatear du Muse de Saint-
Germain, rue dleTraktir, 4-, Paris (xvIe ar.).

1904 SciiLUMBERNi; ,En. (Ci uive, membre de
l'Institut. Avenue d'Antin, 37.

1892 T'OUrAIN, 1 0 l 0, directeur l'cole des
hautes tudes. 25, rue du Four, Paris.
















.....................I ..














MEMBERS TITULAXEES




1892 MNN. ARRIPE. O ~.0 1 0. secrtaire Gnral de
la Prfecltre, Conslanline.
1916 ARnnIPE (Jos.epli), O I 1 adminisiraleur prin-
cipal de commune mixte honoraire, Cons-
lanline.
1892 Au-nBR (Dr), O A _, sJnat:lur, Slif.
1909 B..\R .\un (A.), 0 \ i}. dlocieur en mdecine,
1, rue Casdiiov a, Constantiine.
1917 BASSET (lotil), avocol la Cour d'Appel,

1916 BEn.,.\trh ( i' i'.'ne) 0 1 lpopr it aire, ;i
Conslanline.
1917 BE UAHD (ChliI ioine), cure l'glise St-FIlix,
Conslanline.
1917 BESSIElE (1lor eigr', vrque de Constantine
et d'lliip)one.
1919 BEssoN, sous-coinome au Lyce de Constan-
line.
1911 BONNELL, C' A :\ ;ircliiecte ( Constantil e.
1916 3BON/O N (Abb,:'), vicoire la Cathdrale de.
Consi lo ntiii:.
1911 13osco (Joseph), 0. A. A. correspondent du
Minislr,., de l'instru i iiion piblique, Cons-
lanline. 20. avenue l'Anglierre.
1913 C.o-3ON, -, cominaindanil, Villa Mora, Alger.
18~9 CAM.IILU.AT- 11 propriLtaire, Boulevard du
Temple, Auxerre (Yonrne.
187G CA\nnONNEL, O A ., imprimeur, Conistoiniiie.
18N3 Ci.nn:n, OA 0 sois-chef de bur'euui de
IPr' ecluro en retraite, correspond( nti dlu
Ministre de l'l nstriiclioi, publiique, 09, rue
Rovigo, A Iger.












1907 MNI. Cnoisxr-T, 0 I ., prfet honoraire, directeur
du Mont de Piete, Constantine.
1018 -CAHCOPINO, insp:eceur-adjoint des antiquits,
Alger.
1918 CLMENTI, O A rmedaille militaire, commis
des contributions directed Conslantine.
1913 Courn, professeur la chair publique d'arabe
Constanline.
1902 DE I.L'I.E, , coimnris principal des Postes,
correslponidari t du Mlinistre, Constanline.
1918 DOURNo., O I. '., direcleur de la mtersa a
Constantine.
1918 F.,AD E, vice-pr-ident du Tribunal civil
Coii.lanline.
1912 FAUVELLE, O. A. receveur de l'Enregis-
trement, Alger.
190( GASTU, 0 1 , avoud Constantine.
1907 GAULTHIE. Joseph I l'abb), seciiaire gnral
de l'Evcli Consiait.ine.
1916 GLNAT (Jean 1, conservateur du muse, Alger.
1914- GousSE, mdaill militaire propritaire Be-
karia, par Tbessa.
1919 IEHL, professeur l'cole primaire suprieure
Conslantine.
1912 JOLEAUD, I,docteur s sciences, co:llaboraleur
au service dcl la Carte gologique de l'Alg-
rie, maitlr de cuiifeurences a la Sorbonne,
l'aris.
1901 JOLI, 0. 0 1 Q archilecte. dlgu financier,
maire de Guelma, correspondent du Minis-
tre.
1907 JONCHA, (DU), $, gnral commandant la
place dl Bizerte.
1917 .Iou.\rNE. docteur en mdecine, Guelma.
1916 L. lFON (Jean-Eugne), juge d'instruction
Constanline.
1910 LAIOURNERE (Maurice), C A ,, imprimeur,
Constanline.
1903 i.rnoY, 6, 0 I Q. docteur en mdecine,
conseiller gnral, Constantine.


aiiii












1878 MnM. LucCI.NI, ., 0 1 Q, conseiller du Gouverne-
ment, Alger.
1892 MAGUELONNE, O 1 O, directeur honorairu de
l'Eiregisirement et des Domaines, Mem-
bre non rsidant du Comit des travaux
historiques et scienlifiques, b Constantine.
1918 MALAVAI professeur au Lyce, Constantine.
1913 MANIQUET (DE). directeur gnral de la Com-
pagnie des Plhcsphates de Constantine,
Tbessa.
1907 NIAnAIS, O A '., villa Sints, village d'Isly,
Alger.
1916 IARCHETTI. huissier Constantine.
1891 I EJoOURB K.\LAFAT, 0 1 CS, professeur d'arabe
au Lyce. Conslantine.
186G MERCIER (Gustave), ,., OCA \ avocat prs
la Cour d'Appel correspondent du Mlinist-
re, Parc Gatlif, Mustapha suprieur. Alger.
1908 MEIRLIN, directeur des Antiquits, ( Tunis.
1912 MEYER (Edmondi, pasteur protestant, Cons-
tanline.
190-4 NIoNTAGNON (l'abb), 0 A 0, Tamaris-sur-
Mer (Var).
1890 M~ORIN.UD (Emile). O dput, maire de
Constanline, president du Conseil Gnral.
1907 MoiURs, , O A }, secriaire gnral de la
Prefecture, Constantine.
191:3 IMounoT (Eugne), 0 A ~j, professeur
l'Ecole normal, Constantine.
1908 NAnnoNi (Elie), president du Consistoire isra-
lile, Constantine.
1918 ONESTA-TAVOLTA, notaire Constantine.
1918 IPANISSE, ~, avou. conseiller gnral, Guelma.
1917 IAULETTE (Auguste), directeur de la mason
Brahamn, Constantine.
1871 POLI, OA Q, professeur au Lyce, Constan-
line.
1919 POMMEnBAU, interprte judiciaire au Tl'ribunal
civil, Constantine.








VIIt


1911 lMM RENAULT(.I Ues), archilecte, correspondent du
Ministre, place Sidi-el Baliri, Tunis.
1916 RICHIER (Gasion) pharmacien a Chteaudun-
du-Rhumel.
1917 RIGAL dessinateur an Service Topographique,
Conslantine.
1881 ROiBERT. 0 1 ', admninistrateur principal en
retraite, correspondani du Ministi re, Bordj-
bou- A r rrid Ij ( Consi a n ti n e).
1907 SAINT CALBRE. O I directeur de la M-
dersa, Alger,
1918 SAL.-E. directeur des mines d'An-Barbar,
deparlement de Conslanline.
1919 SERGENT (Edmond). directeur de l'nstitut
l'asteur a Alger.
1915 TIHAR'T- direcleur des Contributions di-
recites, Conslt nlinte.
1910 Tn ':NiEn, 0 A ', contr'leuir du Mont-de-
Pil, conserv\atr ur du Muse, Conslanline.
1912 'I'l N, professeur d'histoire au Lyce de Cons-
i;.ntine.
1911 T'OUZE, 0 \A 0 _, receveur des Posies. a Cons-
taliline.
1919 V'ALLAT, professeur agrg d'arabe au Lyce
dle Constantline.





MEMBR:ES CORRESPONDENTS



1889 NINI. BEnNA\in. archliecte, 3, rue des Cordeliers,
C o*in pigne.
1891 Bi iu rn.Nu ( Frannois ), conservaleur- adjoint
du Muse de Philippeville.
!900 CA.TON (DQ, ,, O 1 d'e, cmdecin- major de
1'" classes. ni retraite, correspiondant de
l'Iislitui t.V\illt-Stell;i, Klitereddine, par La
Gouletlle lTunisi).












1910 lMMl. CAUSSE conservaleurdes Hypo:thques, Batna.
1903 CIIEnBONNE\A, 0 A avou, Alger.
1916 COUTIL (Lon), antropologisle, ;'i Saint-lPierre-
de Vauvray ( Eure).
1917 CIIRISTOFLE (Marcel). architecle du Gouver-
nement Gnral. Boul' Malakolf, Alger.
1888 DELATTRE (le R. P.), O I ', pr-,tre mis-
sionnaire d'(Alger, coirespo(ndant de I'fnsti-
tut. conservaleur du Muse de St Louis
de Catihage, La Goutlette 1l'unisie'.
1917 DESHAYES (Eug-n,), artiste peintre, 2 Boui'1
Laferrire, Algar.
1890 ESpiAND:IEU, com, 0 1 :., commandant d'In-
fanterie en retraile, mI'i ibr'e non rsidant du
Colitl, correspondent de l'l ii ilut, Saint-
l lippolvyl-de-Caton, parV ,,nobres (Gard).
1912 IFEHu z, 1 .O i ,coin" inissaire. clef dela S i' ir t,
Ora n.
1919 iFoirs Yrs m-ajor de la S'Iciete Rloyale de
Londres, La Vilella Torriglia, province dt
Gnes (Illal'l .
190') FIANOIS (l'abb), cur 'ii hilippda ille.
1016 GAUDk. capilaine. chef de 'A\nniexd des Ouled-
rij-.llal (Biskra, Constantiilu ).
1892 Gu:-rsc i), ( 1 ) I gnral de division
en retraile, villa Carolie, iue Thodore l 1de
Banville, Nice (Alpes lMaritinmcs).
)191 GORDON Ilo0ME, capilaine de l'a'me brian ii-
Ique Londres, \\'arwick Squar~ -13,
Gloucest-r Sireet.
1892 IlAssNNE O ', 0 1 liei lcna n -olonel,
Saint Clmenl, Maicoin.
.1917 L,\YNA n (Mgr), arclievq[ie d'Alger.
1912 L v.-i-PnovEN. AL \tEvarisl,:), profe.sseur d'arabe
l'cole siip rieuri e il'arabe et de dialecles
berbres, i Riabat.
19-01 I.O I/ILLCON aliniii isli'ate.iu (lu i ; cOlilli ullei
ilixle des 13ibans (1Bordj-Medjana).
1914 MASSELOT. ~ adiiiiiiistrateur de lii Olininiune
mixte de T'6ns.









x


1888 MMI. MIL'ov. architect, rue Dijon, 1, Amiens
1908 IMAITROT, O 0. O A com, comrnandantl de gen-
darmerie Ajaccio.
1917 OPPETIT (Gasion), adminislrateur Bou-
Saada.
1916 I.,PARES (Baplisle), ngociant a Bonira.
1911 IEVGASSE, administrateur, Tbessa.
1913 Roi LAND (Edouard), avocat Bis.kro.
1902 RouLQLErrE (D'), 4, 0 1 mdecin-major
chef de service, correspondent du Nlinis,re,
4, place de la Liberte, Nice.
1903 SABATIER (Jules), ingnieur des Ponts et
Chausses, Batna.
1910 Si NMN (Henri, colonel, commandant la region
Fez ilaroc).

1908 SOLIGNAC (Marceli, licenci s sciences, go-
logue, charge de mission, 4, rue d'Angle-
terre. T unis.
1917 THEPENIER (Adolphe), croix (le guerre,
lieutenant honoraire, adjoint technique des
Points et Chausses. villa des Thuyas,
liammam-Lif (Tunisie).
1903 V.ALLEr, O A ancient publicist, conseiller
gnral, Fedj-M'zala.
1905 VEL, O A ', inspecteur de l'assistance pu-
blique. 3, rue Rabelais, Oran.














SOCXE~T,S CORR BSPON)JKNTEM


AGE:N. Socilt dlagriciillire. sciences et arts.
Aix. Acadmie des sciences, agriculture, ails et belles-
lettres.
Socit d'tudes provenales.
Bibliotlhque de l'Universil.
A LAIS. Socit sci-ntilique et liLtraire.
ALGERn. lcole suprieuve des Lettres.
Socit de gographie d'Alger et de l'Afrique du
Nord.
Socil historique algrienne IRecue naricaine).
A.\miF-Ns. SociaL des anliquaitis de Picardie.
ANGOULME. Societ arcliologique et historiiile de la
Clih renle.
Auciu. Socit archologique du Gers.
Aur'sx. Socil duenne.
AV.\LLON. Socit d'tudes.
\AVGNON. Acadmie de \'nucluse.
Aux.:IRn Socit des sciences lhistoriques ci naourlles
de l'Yonne.
B.\II-L.--Duc. Socit des lettres, sciences et arts.
13BE.Nu.v. Socit d'archologiie.
BEAuv.I\S. Socit acadminq iie d'arcdllologie, sciences
et arts du daportem' ent die l'iise.
Bi:zii-': Socit archl ologique, scientifique ci litlri' ire.
BINE. Acadmie d'lliiponc.
13ORDEAUX. Soci archologi([Ce.
Socil de gographie commercial.
BouinG. Bulletin de la Socit de gographie de l'Ain.
Bouini.:s. Socild historiilque, litllir'ie l e atrlis.liqi du
Cher.
BREST. Socit acadmique.









XII


CH.AMBRY.. Socit savoisienne d'histoire et d'archo-
logie.
CHAHTHES. Societ archologique d'Eure-et-Loir.
DA.. Socit de Borda.
Dou.AI. Union gographique du Nord de la France.
PINAL. Socit d'mulation des Vosges.
G.\P. Socit d'tudes debs Hau es Alpes.
GRENOBLE. Acadlemie delphinale.
Gu ET. -Socit des sciences iinaturlles et archliologi-
quecs de la Creuse.
LANGHES. Socit historique et archologique.
LAON. Socit acadlmiquii e.
LiMOGtE. Socit aOrchologique et historique du Li-
I I .sI .
LyoN. Socit littraire. historique et archologique.
Acadmie des sciences, belleis-ltires et arts.
Bullelin hislorique du diocese de Lyon.
LE IANS. Socit isltorique el aurchologiqite dlu Maine.
MIARSEILLE. Socit de statistique.
Socit archologique de 'rovence, 63, bou-
levard Longchanmps.
MAnoc. Ecole suprieure de langues arabes el berb'res,
A Rabat.
Bullelin des Archi ves berbres et de la cores-
responndance africaine. Rabat.
l:,NTA.UtAN. Socit a rchologique du 'l'arnet-Garonne.
MIONT BELI Al ,. Soilt d'mu lation.
MOcNTPELLIER Socit languedocienne de gographie.
Suciel archologique.
N.ANCY. Acadimie de Stani-las.
Socite d'ercholoLgi lorraine et (lu musee his-
lorique lorrain.
Socit de gographie de l'Est.
NANTES. Socit archologique.
NA.RuB NNE. Co.mijlnission archologique.
NICE. Socit de-, lettres, sciences et arts.









XIII


NiMES. Acadmie '.lu Cia'd.
ORC.\. Socile de gographlie et d'archologie.
ORLEANS. Socit Uicleologi'lue el historique de V'Orla-
110ais.
P.lais. Iisliti t de France.
Co'mil des tr'valix list riques et scienltifiques.
Bulletin de l'lcole des Charles.
S.ciel des nIiquil.ires de FIratice.
Socitl ,.l'tllh inograi li e.
Socitl de gographie.
Socit d'a nthropolo.gie.
A,\ssii;ei litc |>Iui r l'(;ii cou. gQi e illent ,I,, eltude~

S:ci le luIi e es IiisIi.'i liu..-s.
Revue g-igraaphiilqi. e inteiil r,- ionaOle.
I use Guiiioel.
Revue del nie l s troteciorols, ininist-re
des Colonies.
Runi'n d'tluules algriennes, 12, galerie i l'Or-
ltins.
Bullelin de la Socit des ludes coloniales et
mari lim ies.
P'EIRPI'GNAN. Soceit igricolu, scientilliue e lillr.lire.
IPERTUls. AIltne de Perlui.- ;\'auclise).
IPoi T.InES. Socit 1 EIMS. AC\ ilrlie iatiliiole.
RENNES. Socild ircl ologi'lue d' llIo-et-Vil aine.
RoCilECIIOUA IuT. Socit des .\ilmis lues Sciences ul des

llODE/.. Su'ci31 ldus lettres, sciences et ai't. de I.'.A\L; Iron.
ROUEN. Conlinission des illiquils d.l la Su ie lif-
'uiIre.
SAINT- IJiEUC. Socit d'dinulation des C'tes-du -
Nord.
SA .NT-DIE. Socit phliilomatnlique.
SAINT-NM.ALO. Societ hliIsoriqut et archiologiinte.
S.INT-0-.\EER. Socit dus ao titUai..ires du la Mol[rinie.











SE.MUR. Socit des sciences historiques et naturelles.
SENS. Socit archologique.
SoissoNs. Socit archologique, historique et scienti-
fique.
SouSSE. Bulletin de la Socit archologique.
TOULON. Acadmie du Var.
'I'OULOUSE. Acadmie des sciences, inscri'ption-i et belles-
lettres.
Bulletin de la Socit de gographie.
Socile archologique du Midi de la France.
Touns Socit d'urcheologie de la Tou raine.
Socit d'agriculture, sciences, arts et' belles-
lettres du dparterient d'Indre et-Loire.
Socit de gographie.
TUNIS Institut de Carthage. Association tunisienne
des lettres, sciences et arts, Tunis.
VALOGNE. IMmoires de la Socit archologique.
V.'N E.E. Scit polyymathiique du Miorbiha n.
\VERV.NS. Socit archologique.













SOCXIT)ES EiTRA.NGERESS



ALSACE-LORRAINE. Socit d'hisloire et d'arclhologie du
la Lo irii ne, i Met/..
-- Socit4 pour la coier'vation des 11mo-
numentiils hiistori:lues de l'A\lsaoc, l
Strasbourg.
AM.RIQUE DU SUD (LA ILATA). Direction gnrale de
statisti:que de la province de Buenos-
Ayres.


ANi







BEI

Bi
EG


LT,


GLETERRE. Socidt des antiquaires de Londres.
FLcossu. Socit des Antiquaires, Edim
bourg.
Soci.t des antiquaires de Cambridge.
Institut canadien de Toronto (Caondo).
Socidl de nunii.smatique et d'archoljgie
de Mlonitral.
LGIQUE. Socit des Bollandistes, Bruxelles.
Socit d'ardchologie de Bruxelles.
ESIL. Muse national de Rio-Janeiro.
YPrE. I1nstitut gyptien, au Caire.
- Comit de conservation des monuments de l'art
arabe.
- Socit kIhdivale de gographie, au Caire.
ATS-UNIS D'AMRIQUE. Muse Peabody d'arc~ ologie
et d'etlhnographlie amricai-
nes de Cambridge.
Institute Smitlisonien de \Va-
shington.
-Conmmission d'inspection go-
logique des Etats Unis ( D-
pa rtenient de l'IntrieuLr),
W\aslhington.
Socit d'a nthropologie, \Va-
shlington
-Acadmie des sciences'natu-
relles de Davenport, lo\vo.









xVI


ETATS-UNIS D'AM'iQUE. Universit de Californie,
Berkeley.
Nluste amricain d'histoire
naturelle, Newv-York.
-- Associalion amricaine pour
l'avancemnent des sciences.
i \\'ashlington.
ITALIE. Ecole fracn;aie de R:mne.
Socit africaine d'Italie. in Naples.
Si:cit africaine d'Italie. ;i Florence.
Acadmie des Lineei, Rome.
Socit pimontaise d'archologie et beaux-arts,
rue Naplone. 2, Turin.
NonviciE. Univei'Silt roy'tle, i Cl( ristin:ai,.
lFiou Bulletin de la Socit de gographie de Limna.
SUDE. Acaldli]_ie i',VoOle arcltlogiqne de Stockhol .
Institut gologique dle l'UnLiversit d'ULpsala.
SUISSE. SociLt ld'lisl:ireL et dil'c ologie 'e Socit de g,graplie dle Bei ne.
Socite nieuiclhiitellois 1 de ge:grapliie, a Nei-
clih lel.


~ ~-;:~;'


I
-r r

















LES PIHINCIPALES VOICES ROMAINES

DE LA REGION DE TEB'ESSA







Les renseignements que nous pul.lions ci-apris.
sur les principles voies romaines cle la region le
Teessa, sont puiss dans un travail fourni par NI. le
Chef de Bataillon Gunin, lors(qu'il tait Commnaindalit
du Cercle de Tlessa.
Il eit t regrettable, i, noire avis, que ces rensei-
gneinents ne fussent pas livrs ( la publicity el que
les judicieuses reclherches laites i cet gard pIa
MI. Gunin euiseiii t laites en pure perle.



Quatre rules principles parlaient le Tliveslo :
1" de Tliveste Tleple ;
S2 de Tlivesle ai Timgadl et Lamnbise
30 cle Tlivesle I M scula. lhenchiel et Stiliis;
4" de Thiveste ii Ald Majores, 1Dalis, elc.













Ioiitc le Thicvcese il Telpctc

Deux routes partant cle Tbessa aboutissaient
Feriana. Aucune d'elles nte ligurie sur les itineraires
anciens.
La premire iassait par Beccaria, Ain-Djediet,
1ir-Salem, IIenchir-Touati. Les traces en sont mani-
lestes au pied du Djebel-Taga. De ce point, la route
s'intlnchissait vers le Sudl, traversait vraisemblable-
ment la gorge de Tra mesmila (Tunisie), passait pres
dle l'importante ruin e e e nom et se dirigreai! en-
suite droit sur Telepte, travers l'immense plane
:qui s'tend au Nord de cette ville. La chausse est
apliparenite pendant plusieuirs kilomtres au sudl de
Tramesmnid ; aucune borne milliaire n'a t retrou-
ve le long de cette route.
La leuxieme voie semble v\oir t la plus impor-
tante; elle daterait du regn e e Trajan, en juger
par linsci option d'Enclir-el-Nlaiz Elle suivait ( peu
Iprs le trac de la route moderne de Telessa par
Bir-oum-Ali et Tnouklla. Au col dle ce nom, un point
remain en pierres de taille bien conserv subsiste
encore Les points (lui jalonnent la roule antique
sont : Draa:-er-Rahel, Gar.et-Djelioucl e, Henchir-el-
laiz, EI-Gamria, EI-Giiz, Busgam, El-henigue,
Drao-TelJessi, IIenclir-Decrirat et Oci.n-Ali.. La chlaus-
se est trs visible sur une grande parties dl parcours;
les milliaires v sont nombilreux. Le Comnmanildant
Gurin les a relevs api s NI. le Capitaine Douan,
Commandant superieur de lebili, qui les a reconnus
en 1905.








- -3


Les mnilliaires de celle route sont gnralement
cd'nori nes colonies, cdont le diamtre atlein parfois
55 centinmtres et la longueur 2"1110. La colonne et
son embase taient la plupart du temps d'une seule
pice. Quelquefois la parties inlfrieure du milliaire
ltil encastre dclns un1 e grosse pierre vide a cet
ellel.

Les inscriptions releves sont les suivantes
9. mille. AIn dbouch Sud du col de Tnoukla se
trouvent deux colonies; l'une d'elles est brise en
deux morceaux rle utn mltre environ chlacun.

DN
M A GN O
D E C 1- N T I
O NOBIIL
I S SIMO
CA
V I lli
Caractres mal faits, nml graves.

A cjt lde la premiere existait un e aultre colonne.
aujourd'hui brise, don't les fragments ont disparu
a l'exception d'un seul (cuii porte le reste d'inscrip-
tion ci-alpr :

,/ ,'/ ,, / !' // ",
I N NNOM A X 1
So ES/ll/I


10" mille. Au 10' mille, cleix norimes colonies
aver- leur base cubilue faiisiiit corps avec elles; pas
d'iniscrilption. .








- 4 -


11 mille. Borne de la mme forme que les prc-
denles.
D ) [) N N N
FLA VIO A LE
SIO CONSTANT
TINO GERMANI
SA RMATICO
ET F V A L R IO
/ /,11,',1,// Ii' /i l'
'i i .*/ ii '









nes; inscriptions disparues.

13- mnille. A l'Est d'Hiienchir-el-Iiaiz, prs de la
ruine dLun group de fermes, deux bornes cylindri-
tlUes. L'inscription de Fuune d'elles est efface. Sur
la deuxiem\e, q ui est en deux morceaux., nous lisons
1 i PC A ES
D"1 VI N E'R VA E
N EL VA T R A I A
N V S A \ (3 G E R
E /T G / Ll./,// ,",,










SA N 1 C VGS












XI11
Le 1. mille n'A pias retrouve La voie romaine,
Spartir dLu col de Tnouk la, est constamment ae l'st
lde la roux e actuellen elle s'emn cauxe de llus en
.lus, dle mani ie agnDer le col it Fedlj-Zammit.
l.lu:s, de marine ie ga cner le col dit Fedj'-Zammit.








- r


150 mille. Le 15e mille est Diaa-Zenad. Deux
colonnes l'indiquent ; 'une de 2"50 de long sur 0'"-10
de diamtre, est encore debut; les caractres en
sont peu prs ellocs, mais on y lit le nom de
Conslanlin et la distance

D D N ////
//,// N///
INO////////
N AV
A V G
XV

Sur la deuxime colonne, galement mal conser-
ve, nous ralevons les noms de Constance et de
Constantin :
DDNNCON/,/'//
TIOA VGE//I////
CONSTA NTIN ///
O BI L I///////////


Le 16" nmille manque.
Le -17" mille se trouve dans le col de Fedj-Zanm-
mit; il est en quaire morceaux, il polite l'inscription
ci-aprs :
I.IPNCON
STA N'T NOM A
X I.I O VICTO ,/
S EM PiER AVCVST//
IO N 0O El V/////
G; N A'TV
X VII

Les IS et 19" mille i'ont pas t retrouv's.








-6-


20 mille. En face de la ruine d'Henchiv el-Gamra,
sept colonnes sont runies; quatre d'entre elles pr-
sentent (les restes l' inseri l)lins ; su tr les trois autres,
ou Ibien les caractres ont t ellacs. ou bien ils
n'ont jamais exist.
1'" colonne : 2' cde long, 0'155 de diamtre, carac-
teres O'"10 :
// N'///



2" colonne : 2n cle long, 0"1130 de diamtre, lettres
dpe 0"' 04-

/" / N ',/
//,'i N ////


3' colonne brise : sur un tronon de Ir'"0 le
long, ldiamtre On,40, lettres dle 0'-07, on lit :
L D) N NN.
."//,.' VA L E RIO
CONS TA NTIOPIO
FELIC E IN VICTO
////////////7////',' 7'//
partiese rmartele)

4" colonne : 2"' de long, 0'"30 cle diamtre ins-
cription trs mal grave :
I M P
coNs '////'

V I C ,,

1 I P i,///,//
XX









-7


21" mille. Group cle quatre lbornes; les inscrip-
tions sont illisibles, sauf l'une d'elles (:lui porte :

IMI PCA I, S
i AX // //,////
M1 A X E NTIO
P I O F I-: 1. I //
XXI


22' nuille. A l'entre (le la ruine d'IIenchiei-el-Guiz,
six bones.








1 NI1 P D 1
FI.A VO V A LI. Ei 1 I
CO N S T A NTI 0
P1- I LI-' LICI-:INVICTU'


Ipar ti') ianrele)

2 l.orne :








3" borne 2'" (le long, 0'".10 de dliarntre

I.M I D N
C ON & T A N T I N 0
S1 ICTO 1 I S ENI
I'1..R \ V G +/,,/.
IJON. li .I I' FA
oi 0 N o i i. i 1 .N A
T O
XXII


Les autres Iborne. sont illi.sibles.













2:3 mille. Deux bornes, l'une porte une inscription
efface, sur le troneon (le l'autre on lit :
SM P D N
C O N S TA N T I
N 0 M A C N I
M 0 V 1 C T 0 R 1
,!/ P>ER

2 i et 25" mille. Non retrouvs.
26e mille. Une borne sons inscription.
27" mille. En face de l'Ienchir-Khenigue, colonne
brise le 0',60 cle diametre; sur un tron o on de 1"'50
de long, on retrouve le fragment d'inscriltion sui-
vant trs apparemment grav sur une autre qui a
t grossirement martele

ll 'l I I l
0 I 1F. 1
PV BLICE
N ATVS
XX VII

A 1,500 mtres plus loin, on reimarquLe une pierre
plate et un d d'autel don't les inscriptions ont dis-
paru. Sur un deuxieme d, de 1"' 10 de hauteur et
0"'55 de ct, existe le texte votil ci-aprs, en belles
lettres de 0-07 :
G EIN IO
DDDDNNNN
E 1 0 C ,L E T1 iA N 1 I: T
DIOCLFTIANIT
M A X II 1 A N 1I
AG E T CON
STA NTI E'TM A X
IMININUBI I.C A I
S., TV-S F A V A
N V S VP P VA L










-9-


29~' mile. Une colonne brise, inscription efface.

30' mille. Quatre ou cinq colonnes brises; ins-
cripltions disparues Sur un tronon le L'"', a t re-
lev le reste d'inscription sulivante, trs mal grave,
caractres de O"'"3 :

/////////]//////
M A XI M 0
VICTO R I SE .i
P E R A VG
/,// r rP
N ATO
IIIIIIIIIIliillll

31' mille. A linuteur .le Draa-Tlessi, quatre co-
Ionnes; inscriptions dlisparues, sauf sur I 'une d'ellcs
o nous lisons les mots ci-anprs, graves t0rs gros-
sirement et su perliciellement, come avec la pinte
d'un couteau :
DN
CON S T A N///!/
SA X 1 M 0
S M PI: \R
A V C;
BONOR N ATO

32" mille. Cinll bornes, don't .leux Salns inscriltion ;
sur les trois-, uitres, il n t relev les inscriptions
ci des:sous:
IJN I. DN 1 LA
GR ATIA ///// VAL N V u) OCLE /////
S LA V G S I A V TA NTIO N//'/
NIGVS GVSTVS 1 BIL ISSI MO
(let lres dle 0'1" Inscription -uir A C 13 E AT 1- S S
tr',- mnal grava e.I une
autre rartele M OC A ES A 1 L1









- 10 -


33' mille. En face de l'Henliir-Deriral, cinq bor-
nes tres dtriores; inscriptions disparues. Sur un
fragment, on relve les deux lettres
M P

Sur une immense colonne, don'tt la parties sup-
rieure manque, nous dchilirons difficilement le texte
ci-aprs, qui rappelle une rfection de la route et des
points

PON TESV // ///i /
D I L A P SOS E T I T E R / //' '//I
// V RI A COR P VS //// / //
T VERV N T E T P R 0 /// ,'//',,
///T 1 G A BI L 1 PRO V ID/ '.',
///," R, V [ V M C / / i I',/,',II
i E D D 1 D E R V N T

A partir de Bir-oum-Ali, la route s'engage sur le
territoire tun isien, ou elle demeure trs visible jus-
qu' Thlepte.


11.

loute de The TiismgniSi et L.anihese

Thevesie Ad G(ermani X mn
Ad Aqcas Ciesaris 1V I m etc...
Ad Mercurium Xi' m Lamibafudi
Rul lata IX "' Tab,le del Pe'ctiqer.

La voie romaine se tient i l'Ouest de la route ac-
tuelle de Constantine, entire celle-ci et la montage;
les traces en sont apparentes aux environs d'An-







- 11 -


Chabro. Entre e point et Youks, la route antique
suit a peu prs la traverse acluelle; au-del de
Youks, la piste dl'Ai-Gaga. Elle passe aux ruines
d' ll-HaLnaclho, traverse les rockers du Djebel-Sne
sur lesquels on retrouve des ornires itrs profondes
creuses par les roues dles cars anciens, franchit
avec une pente trs raide le col (le Guiguia, et rest
a la sortie du col un peu l'Est de la route actuelle
qu'elle coupe auprl)'s de Bir-Derroudj ou Bir-bou-
Yayia; de l, elle chemine parallelement la piste
moderne, a deux ou tiois kilomtres en moyenne
au nord de celle-ci, jusqu'aux envisions (le Delaa;
elle passe ensuite par Draa-Faiza, Draa-el-Feldjani,
un peu au-dessous de Bou-Chekifa, Bir-el-Abiod,
unI peu u Nord cld'enclhir-Naga a Bas-Dalaa, Hen-
chir-el-Kell, Ferdj-Boukalhil, Dagl'a Les vestiges en
sont trs apparent dans le cercle de Tbessa. On
ne la perd de vue que durant quelques kilomtres.
La voie est constilue par un Iblocage entire deux
deux murs en pierres sches et fa leur de terre. Elle
a 6"'50 environ de larger.
Prs (le Bon-Sollaine, au passage d'un bas-fond
marcageux, elle est pave de grosses dalles paisses
sur un )parcours de quelques mtres.
Les routes Thlveste-Lambse et Thiveste-Cirta
paraissent avoir eu un tronI-on commune jusqu'au-
del d'An-Chalbro.
Les milliaires releves sur celle voie sont les sui-
V'anis :
2 mille (., Colonne brise, sur laquelle on lit
DN
CONSTA N
T 1 N O
////////////








- 12 -


5e mille. Prs d'A'n-Chlabro; les
lions suivantes se trouvent sur deux
du milliaire
D LN N
F LA \'VALLN
TIN I ANOETVA
L E N TI A VG
I I11 1
DN
FLG RATIANO
S E M i\E R A VG


cieux inscrip-
faces opposes


DN
F LAVIO
C L A V D 1 f
DN
b A G NO
DECENT 1
NOBCAES
MII


Ces milliaires n'ont pas t retrouvs.

Le 6e mille manque.

Le 7' mille, trouv prs d'Ain-Cllbro, en 1858, par
M. le Capitaine du Gnie Moll, porte le nom de
Constantin.

Le 8" mille manque.

Le 9' mille est 800 mtres environ de la mason
cantonnire, 50 mtres gauche de la route mo-
derne. Deux colonnes y sont enfonces dans le sol :
l'une d'elle n'a pas d'inscription lisible; sur la
deuxime, don't la partie suprieure a disparu, on lit:

,'/lil/ l h/ /ll
NOBI
LISSI1MO
CAESA I
V III I

Cette distance de 9 miles, soit 13'-500, correspond
excitement i celle qui spare aujourd'hui Tliessa
de ce point.
Aquae-Ciwsaris serail donc la ruine qui est auprs








- 13 -


(le l'Ain-Cial)ro, moins qlue la Table (le Peulinger
ne soit errone, et que. come plusieurs a'rclolo-
gues le Ijen,.ent, il ne faille voir A luae-C;isaris
Youk s.

10-' o iille, non reirouv.
11' mille c?), colonne portant l'inscription .suivante :
DN
/////// oc C
/./ CIOCON
/////N T 1
/.1* '10 F' 11 C E
A VG

Les milliaires suivants manlquent jusqu'au IG6mille.
Celui ci est ni pied dlu Djel)el-Sne; son emplace-
ment et indiqu par Liiuatile embases et deux tron-
;ons (le cilon nes, sur l'un desquels ne sublsistent
que les mot et nombre ci-aprs :
A VG
N VI


Au mme enJlroit, existaient
ci-dessous qui ont disparu
1M I' P A I':
S A -i. A AV
R E LI \'SS E v\'
R V S ////./////' ////I
// ,// r v I.- I-: I
A VI; DI VI.NI A
[I 1 V ISE V E: I\ I
A NTON NI/' 1
/,'/// .11A,/// I/
'I I I li'OTC
l'I" l -: TITVIT
X VI


les deux milliaires


/////,/ J///,'
ICTO RI
0 F:' L IC 1S
INI PA V G
X VI








- 14 -


Le 17 mille tait Henchir-Gaga (1i

Le 1nrilliaire c-ipurs, letlouiv aut fond d'un profound
ravin, tait le 19~ mille. Il est bris et plusieurs tron-
'OISl malnquent.

1er tronon partiese supiieure) 2, trcnon
1 N'- I
BO lM I N//,//
C 0 L V C 1 0 L//
A LCXA N.//I
OHIOFECl
1 A V G


Les 18S et 20" mnille n'ont pas t retrouvs.

Le 21' mille est Bir-bou-Yaylia. C'est une colonne
de .50 de long sur 01'33 (le diamtre. L'inscription
en est igrossirement grave en lettres de 0"'10 :

DDNN
F L VA
LE NTIN
I A NO E T
VA LENT
PP AVG
XXI

22~ mnille. Colonn e e 2'"50 cle hauteur, diam-
Ire 0,"-10, caroctres de OeOil. Cette colonne est par-
tage ien deux dans sa long eur, la deuxielme moitie
manqi|ue; on y lit I'inscription suivante



(1) Masqueray, lRevue africaine, 1877.









- 15


pI r ETV //,'/
I M P C E'A //.
C VA 1. : 0 iO//'
C E.T I A N 0 0/
CL.TIANO//
v 1c CTo ///////
AV PON //. //
MI A XT R I B //
PCo TVI *.:/.:///,'
PP P PI I
.M XXII

Le 23": mnlle est Draa-Faiza;a hiauteu.r de la mine
imlportuante de Ksar-13elkacem il existe un trcnon de
colonne avec le chiffre
x xII
Celle distance est celle liaquelle la Table de Peu-
linger place Ad-,leicurium, aujourd'llui lsar-'Bel-
kucein.
A parlir ques debris de borines et quelques embases ; i'lus
d'inscriptiions.
L'tape suivante, Ruglat , tait situe 9 miles
de lKsar-Belkacem; celle distance, se trouve lien-
clir-Naga, ruine assez tendue et situe, come
A\d-Mercirium, un peu au Sud de la roule romaine.
C'est, semble-t-il, La lIenchir-Nago qu'il convient de
placer Rugluta, et lIenchiir-el-lell, Ad-Gernnani :
dans ces dernires ruines, oin a t'rouv, il y a quel-
.liues annes, une colo llne milliaire avec l'inscription
ci-oprs :
) N
Gi A 11- I 1 0
V A E IO
.M A NO
(1) UH 'cl cil tr',. >/'.r o;iqu, /', C'en tailntine, vol. XX, p. '21'.









- 16 -


La route atteint ensuite le pied du Tafrent. lu'elle
long jusqu'au col dit : Fedj-Boukahil; elle se pour-
suit ensuite dans la direction de Isar-Bagha. Un
emibianchement s'en dtachait probablement vers
l'extrmit de Chekai et rejoignait Mlascula (Khen-
chela).

III.

Route dle Tliveste i il:scuiln
Kliencelil ;. et Silifis (Slif)

Thlevtest? Mascula XVI \'
Tinfl'adi X XII i n, :,', .'.\u,.toi,,,.
\'egesala XX

Les opinions mises sur le trac de celle route
sont trs diverse en ce q.ui concern sa premiere
partie. Les uns estiment ique la voie romaine passait
par Air-Lamba, d'autres par Ain-Saboun.
L'emplacement dle l'iinlis est upplos correspondre
I Henchir-MNetlkids Tasbenti, d'aplrs un fragment
d'inscription trouv\' en 185 dans cette ruine par
NI. le Capitarne du Gnie Moll, mais les distances ine
concordaient gure avec celles qu'indique I'ltin-
ri ire.
\egesala est gniraleinent plac a Isar-bou Sad.
Ur, cette ruinie est a -i kilometres de Tasbent, soit
30 milles, alors que l'Itinraire d'Antonin n'en inci-
que que 20.
La voie romaine est visible ,au so tir de Tbessa,
le long du champ de tir; on la retrouve Fplus loin,
prs de R.elana. Entre le moulin de Rafana et An-







- 17 -


Saliaridj, les traces en sont manilestes sur les ro-
cheis o les cars antiques ont laiss de prolondes
empreinles.
A An-Salaridj, deux bornes milliaires avec leurs
embases indiquent encore la presence de la route;
a partir de l, les traces se percent. Peut-tre la
voie romaine se dirigeait-elle alors sur IKsar-Te'inet,
franchissait le Douklhan au col d'Ain Saboun, pour
aiteindre Melkids, Thlymplias. De la, jusqu' Bir-
el-Alizem, son Ilinraire est incertain; tant donn
que dans cette region il ne se prsente aucune dilli-
cult de terrain, il est a supposed que le trac en
tail peu prs en line droite.
A Bir-el-Alzem une borne milliaire indique le
36-: mille, distance correspondante celle qui spare
ce point de Tlessa.
Pendant huit kilomtres, la voie romaine est ja-
lonne de colonies milliaires, treize sont runies en
un seul point, puis plus de traces.
Deux milliaires sont retrouves bien au Sud, dans
la plane de Garet, prs de Ksai-el-Glioula (cercle de
Ihenchela). Nous ne sommes dontc plus en cet en-
droit sur la route de Khencliela. La voie romaine
s'est bifurquie. Si l'embranclhement est Allouchet
oi treize bornes sont runies. les chemins antiques
se dirigeaient de ce point, d'un ct vers IIencliri -
el-Abiod et Ksar-Ouled, Zid, Djelbria, Tazougart,
IIascula, de l'autre, very's Henchir -Goutatl, dans la
plane de Garielet en suite \vers leSaliara, A, d 3B dias i..'
ou plult Ad Medias.
L'ltinraire d'Antonin place Vegesala a 20 miles








- 18 -


cde Thymnphas. Ce serait donc clans l'importante r'uine
d'El-Abiod cqlu'il laudrail voir l'emplacement del Vege-
sala.
Dans le col de Djebria et Aouin-Bedljene. la voie
est parfaitement apparent sur plusieurs kilomtres.
Les milliaires, reconnus sur la route dle Thveste-
Mlascula par Thymphlas, sont nu mrs ci-aprs :
.A nl-.S'aharil. Deux homes section rectangu-
laiie, auii.irs d'elles gisent les pierres dans lesquelles
elles taient encastIres; pas d'insci iptions.
Bir-el-Ahieini. Sur un ft'agmelnt de borne trouv
en 1878 par MI. le Caopitailne de Bosredon, et revu
avec soin, on0 lit
N ,\ F L A I.
C U N l I'A N
T I N OPF

A \ N OB1

Sur une colonne entire bien conserve
sA C I- ATI S l MO AT
OV EVI.1I N VIC I i -IM NI
I LVA LCO '-, \ N I I
S : i \ I.
L A 1- .-I




A 1,500 mtres plus l'Ouest, deux colonnees sons
inscriptiols inmarc lient le :37i /mille.
Au\ centre ce la ruine d' Henclilr-el-Abiod, deux
milliaires porteit les textes ci-aprs :









- 19 -


/,'//// IM i P0 N
Hl I S ///i/ M A Vi l I- L
C A I-' S .1////'// 10CLA \'
I': MN D 1 0 P F
X X V III A V G P. -P
./I\. PIC A
F N \' i II

38 miles reprsentent li d instance exacte de Tle-
veste a Vegesala (leiichir-el-Aiiocl), si co-imme le
pensent MNIl. Tissot et R-einacli, le nomlbre -22 miles,
indique pin l'llin raiiie (l'Antoiiin, e-nlre Tlieveste et
Tlivmphas, est erron et doit lre remplac par celui
cle 18.
A 800 mitres plus loin, hauteur de Bir-Allou-
chet, [treize bl.ornes. don't Iplusieurs avec leurs em-
bases, indiquent le 38- mille.


DN NI A V H i:
1. 1 O VA 1. L lH 1O
M A X : N TIO
N O BI L I I. 1
MO C A .I
A 1<
2" colonne

.A V' N 0 III 1 I


N NS N\ I 1 I

3 colonne :
1 )N 1 M Pi. A ES

-- N V /, //,' ///
//' V S









- 20 -


4e colonne






M I L



5" colonne
FLAVIOVA L
ER 1OSE VE
HOETG A LE
R 10 VALE
RIOIM A XI
NI A NO/I//
ECA ESS


6e colonne :
IOVICIVNI
ORESACRATI
SSIMOATQV E
V ELNVICTIS
SIMOCVA LE
RIONIAX IM
I AV NO CA ES
MIL XXX (


70 colonne, trs mutile

A E S
////////o110
I///I////B
///////o/00
A VG
XX' II (


peut-tre XXXX)


peut-ire XXXVIII













8" colonne :
SACRAT
,SSIM
I S A51 Q
IS.'I'A T n
VEL N
VICT [S

CA I: S 1 T
VA LCONS
TA NTI VS
Il E k C \' I. V S
ETCVAL////
N IXIIANVS
///I vSsA

9' colonne, troncon de moindre cliamtre
que les prcdenles



-P F

O D !c-C

L D T 1 A 1vo
LETI A NO

I N VICT O

P FpoVc co





Cette inscription est peut-i'tre votive et nion celle
d'un rnilliaire. Les quatre autres colonies ne portent
pas 'inscriptions.









22 -


Eliilmbr;ai le ient de in roule pi r<'cdeneii se diriiiiQiant
vers Ieiicliii'-Cou' ;t t et Ad-B;ldi; s r?

A Bir-Allouchet, une route se dtache de la voie
Thveste- Thymlhas-Vegesala-Ilascula et s'intlchit
vers le Sud. Elle passe Henchir-Briglitta, auprs
duquel on remarque ceux milliaires avec leur socle.
Ces bornes sont section trapzodale; elles corres-
pondent au 40- mile. La voie du Sud n'est pas visi.
ble, elle passait vraisemblablement par Henchir-Gaba,
Hernchir-elI-Hadjelje, Ije Ksi r-Ghoula.
Sur ce dernier ipint. elle est indlique par deux
bornes qui marquent le 54e mille
L'n d:es milliaires l'EI-Ghoula porte deux ins-
criptions :


1r" botine


D DN/////,
VA LENT ,1;'//
IA NOET VA
L E N T I A V G GV
STISV' ICTO
/////11 /'' I/
N / ,'/ ///,'S

PS
LII II


2' borne
,/, .. .*//// I
/ // /// / / /
VA L -N/.//
INIAN
0 1I V N
ORI//1// /7
I///////',////


// / ////,,
"'/.'COS/ /

Mc
C T I A VG N
/.' Ss/.'i D/,
./'/PT I"'"

//.LP/'/ //
//' ///I


SrV.


BIoiulc (le TCl'btn3 :i Ail %1l;i3i'Pfq Rm

'l'h veste
IIiza Cas[elluim, 59 m


'Ui


Nous n'avons sur cette voie que (les donnes trs








- 23 -


vague es. L'emplacement d'Ubaza Castellum a t
dtermin par M le Capitaine de Bosredon II se
trouverait l'endiroil appele Terrihza, oui existent
dles re le ii e l'ie enceinle b)ltie sii' un rocher for-
m nil une forleresse lfaltuelle pir la lispositlion de
ses parois verticales.
'l'erriibza esl 70 kilom ltres de Tlhessa, si l'on
passe pa r e Trik-el-Ilrelo, R.laes Tilidjne, Bou-
Aced La distance en estl ip)rle 1 86 8 kilointres, si
l'on fail le ditour Tnoukila, Bouoani, Telidjne.
Aucune arace de l la rOile n'ai lt reitrouve paIrtir
de Sulolidj pour le premier ilinraire, il partir Ide
'l'enoukla po)ur le second d.
Des vestiges (le la voie romaine sont olpparents
auon Nord die Telidjene llenclir-'l'Toua el au Sud aux
environs d'Ain-Regada, d'[Iencllir-Zoura, Bou-Aeed
el jusqu'i Ras-el-E iucli o1 la roule s'engageait dans
la valle troile de l'O ed- Mechera, qu'elle suivait
jusqu'i son deboucli dans la plane.
Une autre voie romaine ohieminail parallelemenit a
la precedente On en constate la i)rsence del)uis
l'l [enclir'el-Anted jusIIu':i Habs-Sp ha i par -Iencliir-
Litima, Ronadji, Belfronts, Raclii, ElI-Herane, Re-
tein. Elle allail vraisemblablement rejoinmdre la pre-
mire nu Sud de Ras-el-EIuch, en suivaIIn le course de
l'Oued-Zerga. Il n'a pas ', trouv de milliairessur ces
routes. Ce n'est qu' partir de Iesseriani qlu'on les
rencontre Cela nous indiquerait que la voie Thl-
v-este-Ad-Maljores 'tait qu'un chemrin die raccord
que qui reliait l[ezar-Filia (Tolga, et Ad-Piscinom
(13iskra) if Tozeur et Nefla.







- 24 -


Les nombres de miles inscrits sur les bornes re-
trouves le .long de cette voie dmontrent, en effect,
que le numrotage des milliaires ne prenait pas son
origine Thveste.
Les milliaires reconnus par la mission topogra-
phique de M. le Capitaine Guneau, en 1906, sont
les suivants :
-1 A Henchlir-Bekeiret : trois bornes mutiles; une
quatrime est complete, mais ne porte pas d'inscrip-
tion
////////,////I MP PC A ES ,'/// M////
DIVIMACA A/////// SE ///// M 1///
NIPIIFELICI VERO///,/' /////PH///
.,,/////, ,DIV IS //,,7/7////// /,////I M///
P 11 F L C / ////////// ///// F E////
I//1/ / /1////11 MIL IA //../ A ,//,//
XV 11 11 ,',// P //I'/
l///// M ////'


2 A Henchir-Ouled-Taounchi : bornes bries :
i M Pc A 1///'/ / P//.//// PC A CES
IVLIOPHLI ,////// 11 MI /'///. EV
//1 CTOPIOFELIC ANNO /////
//VGPONT N XI AAG PI
TR. PPP /,//////


DI v I/////
RIA NISASEV. //

///A NTON I NI
A A G N IPlI
/////.'/ c ///111/////
rl/I/ I!,,'!l'l,/lI








- 25 -


3" A G kilomtres l'Est lde Ber-Djali, deux mil-
liaires sont debut; l'un d'eux est sur son enml., e,
le second est plant en terre, la tte en Ias

Sur le premier Sur le deuxime :
1 I LIA /' /'//M',,/ / 'I
I i/x L/. ,'/ i L /




LEGA VG PR
XIll.




Certaines des inscriptions (lui prcdent sont
connues; nous avons cru devoir les donner quand
mme pace qul'elles font parties d'un travail d'ensem-
ble intressant et qui aurait t incomplete si elles
avaient t supprimes

J. MAGUILONNI.


Ik*u'st? t oHonda LibrarW
















A PROPOS DES ORIGINS

DE CONSTANTINE







Tout essai de rattacher la prlistoire l'hisloire
est digne d'intrt. Les premires donnes de nos
coinaissnnces liistorliques sont come renouveles
lo'rslqu'on les conironte cette source de dcouverles
rcentes jaillies de l'olservation et (le l'tude lu sol,
qui sont les etudes prl istoriques.
i. .Joleaudl, dj connu par d'intressants travaux
gologues sur les months de la region de Constan-
tine, vient de fire une tentative de ce genre dans
son article public par la Socit de Gographie d'AI-
ger sure [es Origines dei Conslalitme (1).
Au course de ces dernires annes, des vestiges
Iprllistoriqlues ont t mis au jour dans les environs
de cette ville et dans la valle du Ilaut-Rlihumel (2).
L'industrie dui palolithique suprieur v est res

(1) lHulle'tn le l Socf.'t' lle G.:nrrlj ,hi:' ,l'.-l:l;r, 101S, p. 1.
,2j Voir notre artlicle l ur L.,i Sition [i', hi s(rique d Ci;i',iit-
tdui -tt lu-l/ltu .'l, Iecucll dle la Soci.,ti? ;ircli >i -g,'iu-.: dle L'un-,t n-
tine, 1907. A. Dcbruge, La Stiation ,pri/i.isorqu' I).0 1 el-.v./h,
iiid.. 1912. .\l ercier et A. Debrug.:. I.a tatiii i r'hist)riqu
die lec/hti -C ile'u ( iii'itu iluil, 19,,J. DUelruge, L. a Gr rottr ,l'- '. 0es ur. ,
1bidi., 1I01O 1.0 m inme, I-juill,.< de lu l'vtt' u .ll( oudon. Assoc.
[run. Av. Se., 190'., etc.








- 28 -


largement reprsente par des types assez caract-
ristiques pour qu'on ait pu les grouper sous une
denomination nouvelle, celle de gelllien., qui offre
l'avantage de n'impliq'luer aucun synchronisme avec
les types correspondants dcouverts en Europe et
dnomms mousl rien, aurig',zcien, nagdablen'fen. A
ces types, succdent ceux plus volus du nolithi-
que anrcien el recent, don't des stations ont te mises
au jour par M. Robert, Am-M'lila i, par MN. De-
bruge dans les Grottes de Coin-stantinie.
NI. .oleaud constate que ces grottes prsentent,
indpendamment des vestiges nolithiques, une in-
dustrie lot-alise dans la couche intrieure du rem-
plissage et qu'il qualifie de imonstrienne. La region
de Constantine tait donc habite par l'homme, il
n'en faut pas douter, ds une poque recule, remon-
tant a l'age palolithique. Mais il nous parait liasar-
deux (le dater du mime temps la foundation d'une
agglonmration impnortante sur le rocher lui-mme.
Autre chose est I'habitat intermittent de certaines
grottes par des races de troglodytes et l'etablissement
d'une cit, aussi fruste et rudimentaire qu'elle puisse
tre, impliquant une organisation commune de d-
fense, une accumulation de rserves. 11 ne semble
pas douteux que les advantages naturels, ol'erts par
la plate-formne du rocher dle Constantine, ont dl tenter
les homes depuis le jour o ils ont eu le souci
raisonn de leur scurit en commun, ce qui ne veut
pas dire depuis toujours. J'ai montr ailleurs 12) que

(1) A. Riliert, La Gr'ott dc Bou-Zabauotiu, Soc. arch. de Cons-
tantine, 1902.
(2| L'lHommie d.-: .Mlechit-Ch tileaiuitn, in SociIt prlhistorique fran-
i;aise, 1914.








29 -


les races p alolithiques cle l ecl a-Clilteari d n n'en-
terranient pas les morts; elles les laissaient pourrilr a
l'air libre, pile-m ale, avec des debris de lout genre.
Il est mrn e pI.rolbable que ces races taient antlhro-
pophlages. La horde humaine vivait en plein air, se
nourrissait d'lieirbes, le tubercules et de limaces,
exceltionnelleimr ent Lie la clair (les animaux sauva-
ges et n'avait d'autire organisation que celle dcou-
lant de l'autorit d'un mile vigoutreux, sur les tres
plus laibles (le son enl outrage.
Cette horde habitat la o elle mangeait ; elle n'a
pas eu le souci de s'tablir sur un rocher strile,
loin (le ses terrains de chl'sse ou (le parcours, ce qui
et impliqu dlji toute une organisation don't elle
tait incapable.
Nous pensions, par contre, avec NI Joleaud, que
la plate-lirme du rocher a pu tre habite ds l'po-
Ique nolithique, au course de laquelle l'agglomra-
lion a dl se constituer, avec, conmme 1no\'au, une
gu elaa, forte.rese-mangasin don't dl ontI la tradition s'est
conse\ve jusiqu' nos jours, dans lous les pays ber-
bres de l'Airique du Nord. Il faut esprer que l'ex-
ploration melhodiique du rocker, dlins ses lissures,
ses cavernes intrieures, de mme quee l'examen cle
la couche archiologiq i e. ~ la ,ase des constructions
dilies sa surface, nous alpporterontl surl ce point
lquel'lue lumnire. La chr'onologie I-,prhistorique en est
encore a se constlitier: elle ic le plourra mme, dle
fa0:ol toutle I eltilie, lqule p;r une foue le d'1obser'vatiols
s'tendla t I I l lele vertes actuelles sonti encore t rop peu nombl)re ises,
tirop isoles pour rel)' se ller autle close lue des
jalons provisoires.








- 30 -


Il faut se garder, en attendant, de gnralisations
htives, bases soit sur des tradiitions controuv'res
ou inconsistantes, soit sur des tymologies errones.
Une semblable mthode ne pourrait qu'accrditer
des erreurs ou perptuer des malentendus. En s'im-
plananant dans la science, ils en rendent plus tard les
progrs difliciles ou impossible. Il imported de les
signaler au passage pour les empcher d'acquerir
l'autoriit que confrent par la suite la rptition,
l'habitude, l'i ignorance rle ceux qui acceptent les
explications les plus hasardeuses sur la foi d'un au-
teur. Cela importe d'autant plus que le sujet intresse
passionnment notre socit qcli, pierre pierre.
accumule depuis bientt trois quarts de sicle des
matriaux, authentiques ceux-l, relatifs i l'antiquit
et a l'histoire de Constantine (1).
NI. Joleaud croit l'existence de forts de chnes-
liges dans les environs de Constantine, parce qu'une
montagne Il'Ouest du Djebel-Ouach porte le nom
de TaJrent. Il nous dclare que Tlalrent, en Ierb)re,
veut dire chene-lige. Il y a l une confusion prove-
nant de ce que chnl-e-lige en berb lre-arabe se dit
fernane , Or, l'idenlit de ce mot avec le ber-
bre n'est pas dmontre. L'tymologie de Tafrent
nous parait devoir tre cherche dans la racine
FR N qui exprime l'ide de choisir : lzah aifren,
choisis (2.


(1) Le Rrriil enlier les Mi n ires de la Socit serait citer.
On rn permell ra s iniplernen i le reiiv.'yer le lecteur. pour la pariie
prliistorique, L''Histol re c/le t'.'',. f.tcu nt... d' Ernest i ircier, edite
s-us les auspices de la Soci(lC (Consltiline, 1903).
2) ('!. Basset La Zi.'iiin n diu Mlob, p. '2i'S. Paris, Laoiusse.








- 31 -


Il existed des T7afr'e1 un peu idans toute l'Afrique
lu Nord. J'en connais plusieurs dons I'Aurs, en
des points oi, soit en raison de l'altitude (1,500 m-
Ires el pIlus) soit en raison le In constitution du sol,
le chlne-lige ne saurait croite. Tafrenf dsigne une
terre de choix fertile, situee sur le versant d'une mon-
tagne. Quanl an cline-lige, son aire dl'hao i tat t s
restreinte, se trouve troitement limite par des
conditions physiques : sol siliceux, acide, terre de
fougre, climax chaud et humide, conlilions qlui ne
se trouvent runies qiue dans la zone litllorale. Celle
(les hauts p.lateaux, avec son sol calcaire, son climate
sec el cle templ)eratures extremes, n'a jamais I)p lui
convenir. Les Tafr'nt pioui tant y abonident.
lNais ce n'est la qu'un ellail i signaler en passant.
Ce lqui e-l lus important c'est que MI. .oleaud
r(dile, en paraissant y attacker crance, celle
fnlble des auleurs lrales, cle bien dangereux ty-






par Hrodote pour designer la diiniilt du Triton.
De semblables rapprochemenis, il n'y a vien la tlier
que des confusions ou des erieurs. A quand donc
remonerait cettlle prtendue e. antique tradition ?
A une poque anlrieure Cirla, la domina ion
unique? Il serait bien lrange qu'aucun aulteuir an-
cien n'en ait jamais parl et que la Tradilion ait som-
meill penda. l vingt sicles pour se revele r au cre-
dule outeuri du Kilab el A 'ouani. NAais nous voyons,








32 -


i l'admet tre, une objection capital : c'est que le
nom de Constanline vient tout simplement de Cons-
tantin. Que les Arabes l'aient dl'orm lgrement
en Qmienilni, ce n'est pas fait pour surprendre, si
l'on songe qu'ils ne voyellent pas la premiere syllabe
et qu'il y a ds lors dilticult relle a prononcer
Qseilina. En tout cas la syllabe Qsen avec un sin
et un zoun ii n'a-t-elle rien de common avec le mot
Qcar avec un ad z et un a Quant la pr-
tendue reine Tina, nous attendrons, pour la rap-
procher d'Athna, qu'on nous dmontre autrement
son existence, d'abord, et ensuite sa parent.
Nous n'avons pas plus de got pour l'autre tymo-
logie propose, toujours d'aprs le Kitab el Adonani,
qui explique (S entina par Ksar Tinua, le chli'teau du
liguier. Ce clileau ador par les Nc7ara, o M. Jo-
leaudi voit une survivanc e de 'influence exerce
par les Egens en Afrique Mineure , n'intervient
dons la cause que pour les besoins d'une tniyologie
lallocieuse. Nous n'a\ons rien gagner a celle accu-
mulation d'explications contradictoires mais gale-
ment inoprantes.
Ceci dit sans prejudice de l'action trs relle que
les Egens ont pu avoir sur la civilisation africaine
antrieure Carthage. NI. Joleaud rappelle opportu-
nment ce propose les travaux de I. Van Genep,
sur l'ornementation ldes poteries kabyles, o cet au-
teur voit (q des ressemblances happantes avec les
dessins relevs sur les vases proventant des miles de
la Mditerrane el datant (le l'ige du bronze; il pense
que la technique, alors en usage a Chypre, a t












introduite dons l'Africque du Nord ds le IIP mill-
naire avant J. C.
Nous signalerons en passant, ( dans le mme ordlre
l'ides, le dcor des tapis et des ventures erbleres,
kablyles ou mozabiles. Toandlis que les tpiis arales
aflleciionnent t les lines courbles, rinceaux, leurs et
feuillages, les tapis berberes sont uniquement dco-
rs de clievrons. Il faut voit un tapis de Gliardaa
pour comprendre l'effet dcoralil qui peut ti.e tir,
la couleur aidant, de simples lines bises, motil
ingrate s'il en fut. L'origine de ce lissage remote
une anliquil fabuleuse. Il n'y a pas de preuve plus
frappalnte du conservatism de la race Ierbere. La
tradition de ce dcor drive des anciennes civilisa-
tions de la ldlileerrane orienlale. On la retrouve
chez les EtrIusques, dans la priode antrieure l'in-
Iluence grecqu( e. Peut-tre ces Irs anciens allies de
Cartllage ont-ils contribu la rpandre en Ahique.
Mais nous voil loin dles origins (le Conslanline.
Aprs avoi rappel d(les Iradilions arabes que nous
avons inle it laisser oi elles sont. NI. Joleaond
s'occupe d'une prtendiie tradition grecqu e relative,
non plus la reine Tina, mais l'origine de Cirla,
qui driverait lout simplement de la desse Ceilli,
femmne d'llaii cls. Or, liracls n'est untre i que
Baal lamiiiiimon Cerll devieint d''s lors 'Tanil Pen
Baal, c'esl-a-dire luno ('aelis'is, et, come cellte
ldernire, aprs la prise (le Cirla, elle s'est iroi-ve
nominalement substisituie Tanit Tina, lirsque
Ciirla est leve.inue li Si tllti oruin Colonit .!
Nous soiiiiies lanis le domiaine dle la fainilai*ie puie.
Nous renonons franchement L y suivre NI. .oleaud.


- 33 -









- 34 -


Le nom de Cil la ou Qiria oUn ( lDr,. tel qu'il figure
cdans sa lgende puniqu e sur les anti(u ies monnaies de
la ville et que nous l'ont transmis les auftle rs anciens,
a dj t expliqu; cdeluis Gesenlius '1, par la racine
phnicienne Qard/ vi7, ville. Nous nous tiendrons
celle explication, tant (que d'autres raisons que celles
tires de traditions aussi incertaines nie nous v front
pas renoncer.


Il semblerait en aborduint le troisime chapitre de
l'tudee Me. Joleaudt, Rle hsl/orique de Constanline,
que nous en avons 1ini avec Tina, don't l'imaginaire
existence ne saurait rsister au plein jour, ni mme
aux dei-miclarts de l'lisltoi e. 11 n'en est nmalheureu-
sement rien. Nous gallons levenir celle fabuleuse
personnel par les d tours les moins prvus.
C'est F-minaqille, gnral syracusaire, qui, bien
son insu, lnous condcluit elle.
Au diie de Diodore, rapport par M Joleaiid,
im-)aq ue s'avaOlln;, v\ers 3 ava\'nt J.-C., c aur-del
des cits d'Hippo et d'Acra (Bne)> , jusqu' lh ville
de Miillin. Notons en passant qlu'Hilppl et Acra
( l .: y/. ) ne dsignent lqu'une seule et mnime
localit, probalblement situe entire Dlne et HIerbil-
lon <2 dans les pai ages du C(ap de Garde. Mais arri-
vons a Millin ( Ce nom semble compos, dit
l. .Joleaud, d(oi moIt il, qui se ietlrouve dans les ap-

Il) Et m mr e bien avaiit lui iar I ochliait V'. G-ell, Atla.- 17, 126,
il 9, col. 1.
'21 Gsell Atlas. F. . n" 2. Un aulte Hippone Acra existait au Cap
Blainc, pr.s .le Pizerte.








- 35 -


pellalions de deux hours de la region Mila et El-
1Milia, issue peul-tre l'une et l'autre lui mme voca-
ble phnicien significant citadelle, come l'hbreu
Millov; du mot Tiu, pour 'T, i (?). .Nliltin pourlrit
donc lre le Isar Tina dles lgendes arabes iul-
rieures, c'esl-ci-dire Conslantine.
Voila une i.aduclion nouvelle el assez inalen due
du nom logie ne sanuaicent s'accomoder de sembilaoles fanlai-
sies. Celle-ci lpasse tellement la measure (qu'on peul
se demander s'il n'est pas ncessaire de la reliever.
Elle nous fouirira cependant l'occasion d'une re-
marque intressant la toponymie dlu pays. NI. .Jolenud
attribue arbitrairement la syllabe nil une origin
phnicienne avec la signification de ,. Citadelle ou
, '.Jai Disons d'aboid qu'El-Milia est tout sim-
plement un diminiiif arabe de Mila. Form selon les
rigles de la grammaire la plus rgulire. EI-Milia
signifie la petile Mila. Quaint I celle dernire, il
\vaudlrait miieux avouer [ranchemenl (qulie soln Vftli o-
logie n'est pas connue, pi1'1il que d(e l'api:parenter i
nln hlbren fort suspect lui-m me. S'il nous fallait
lout prix l'explicluer, nous aimerions mieux y relrou-
ver le radical herbcro-lybien IMLL lqui indiqcue l'ide
(le blancheur et clii a form tant dle topiques anciens
et modernes : An-AI'ila, Ai'n-Townella, Mlelili,
.,A-lilellotl parmi les modernes el parmi les anciens:
Tainall/la, la Respuiilica '7 malluilensium. Mila se-
rail, dails celle l y ottle Ie la blanclhe au menl e
litl'e qll'A 'lila ou Ai-Tonl mella On ipeut objected
que les latins criviaieni Miler iavec un r nInal. Miis
il n'est pas dmontr qule ce Y ou U lassenlt bien








- 36 -


parties du radical Saint-Augustin disait l'accusalif
AiIleuni, Saint-Oplat emploie Milei au gnilif. Saint-
Cyprien AM ileo l'ablatif les Grecs disaient I..;.::.'i
L't yrologie heilrb. re s'applique galement a Miltin,
qui pourrait trs bien tre un p:luriel fminin de la
mme raciie, clu mot libyen correspondent 7Tamnel-
lall, la blanche, ou dle ce mot lui-mme. Bien des
terms de la toponymie ancienne s'laireront d'un
jour nouveau, quand on les examiner la lumire
des progrs raliss depuis vingt ans dans les ludes
IerbI res.
C'est peut-tre d'ailleurs ce que M. Joleaud a voulu
faire, et il laut lui savoir gr de l'intention, tout en
regiellani qu'il n'ail pas cru devoir contrler les
sources de sa documentation linguistique avec la
mme rigueur qu'il apporte dans ses recherches go-
logiques ou d'histoire naturelle. Il et vit certaines
ilprises, certaines g-nralisations hasardeuses.. Par-
lant de Thoulg-a )(Dougga), capital des Nlassyles, il
rapproche t jusle litre ce xnom de Tucea, sur !'Am-
saga, de Tuggia lerleben/ina et rle Tuccabora, en Tu-
nisie, et conclut de l qu'il v avait (' pour les Ierb-
rophonnies de l'poque romaine, le pays des Tuccas
(berbre Tucca, piturage). C'est beaucoup dire;
lque htois ou qualre topiques drivent d' ne mme
racine dans un pays s'tendant dle Carthage a la
Csarienne, il ne s'ensuit pas que celle racine puisse
cai ailriser le pays, mme si on lui done arbilrai-
iniie la signification de pIturage. Nous disons i
dessein arbiLrairemnien, car ce mot n existede 1dans


(1 l3seil, .Ilct.s, F. 17, n<- 59.








- 37 -


aucun e .les dialectes actuels, et l'on est en droit cle
demander -i NI. JoleaIld ses sources. L't mologie
de Tucca nouus parnit toute dilfrente. Abstroctioni
faite du T initial. prlixe berbi e des topique.s, il
rest une racine K K qui a form de nombreux topi-
quies : le Ros Takkouk, Koukou, en Kabylie, Tak-
koucli (Ilerbillon), T'koui.t (en .erbere TkoukIlh) dans
l'Aures et sans doute Koukai au Soiudnn et qui dsi-
gne un village, uni cliteau-fort, bitis sur une col-
line. C'est, proprement, le vocaible berbre dsignant
ce que les Arabes ont appel gielaa L. 3. L'antiiiue
'Tacal./i (aujourd'hul i Ta kkouch-I-Ierbillon), s'est
form sur le mot libien absolument come nous
avons tir note moderne T'kout (lu berbre Tkouktli.
Il n'en reste pas moins, dlu travail dle MI. Joleaiud
et malgr ses erreurs, un enseignernent tirer. Les
auteurs anciens, lus, relus et conments par tant
de gnrations, nous ont lourni des renseignements
prcieux, mais incomplete, et qui ne peuvent mal-
heureusement pas s'accroitre par eux-mmes. Inter-
rog-eons le sol lui-imme et la nature. Aidons-nous
de ces sciences nouvelles, la linguistique, la prlis-
toire, routes tieux imparii lites, fragmentaires, en voie
de constitution, mais ipour lesquelles la source de
documentation, loin d'tre tarie, est grande ouverte
devant nous, peine elfleure.


GuslAr \VE N1LR.CI 1EII,















LA TOUR HASSAN

------ *--------




Au board du B1ou-Reg'reg, dominant toute la plane
qui s'tend, presque sans aucune ondulation, jusqu'
Settat, surveillant la fort cle la Mlanora et gardant
les dceux villes de R'l)at et de Sla, tapies a ses
pieds, se dresse, hautaine et impassible, une norme
Tour carre, drape dans une dentelle de pierres,
qu 'un coup de foudre malencontreux a dchire cans
l'angle Sud, il y a de cela environ dceux sicles.
On la voit de Ipartout : en venant de Casablanca,
on l'aperoit mergeant de poiriers et d'abricotiers
en ileurs et mettant une tache rousse au-dessus de
la neige des vergers. De Sal, le Ileuve se tord a
ses pieds, en un long ruban d'argent, et, au milieu de
ce dcor a'rchiaque, les \alpeurs modernes, entrepre-
nants pygmes, jettent une note discordant, celpen-
dant que les fumes noir.es ou blanchles craches par
leurs machines diaboliques, font une aurole de
gloire l'antique gant de pierres. De la mer, R'bal
et Sla, toutes blanclhes, semb lent deux petites clhien-
nes lidles, leves craintivement aux pieds cdu guer'-
rier terrible qui veille au salut du pays du M.aglirel.
De la terre, c'est le phare qui appelle les vdyag,:irs








- 40 -


venus du fond des montagnes, goter les dlices
charnels de la ville maghzen ou les clhaiimes spirituels
de la cit religieuse.
C'est la Tour Hassan.
Tout honteux de note moderne costume de tou-
riste, pratique, mais combien ridicule au miilieu de
tout cet .-Orient occidental, di igeons-nous vers le
monument, sans nous laisser distraire par d'autres
contingences de moindre importance.
Voici la tour, haute de 50 mtres exactement.
Elle se prsente sous la forne d'un poralllilpi pde
de 16 mtres de cot. Sa base est nue, lourde et mas-
sive. florme qu'elle est de pierres de gland appareil,
tailles rgulirement et disposees avec un art par-
lait; on se croirait en presence d'un monument de
la belle poque romaine. ne seraient les trous que
l'on aper;'oit de place en place, pIercs rgulierement"
il y en a une trentaine, cle la base au sommet. le
long cdu bandeau de pierre, qui forme les angles sur
une larger de deux mtres. Dans ces trous on voit'
encore merger, de place en place, (les restes de
poutres qui ont d sel vir l'dt ication des chafau-
dages de construction ou qui, beaucoup plus proba-
bilement, suivant la coutume berbre, forment chail-
nage ou colosse de pierre.
La lourdeuLr de la tour est corrige partir de la
hauteur dce 16 mtres ; je ne m'arrterai pas sur le
cube parfait ainsi form, c'est la technique particu-
lire tous les beaux monuments antiques, remains,
byzantins, Iberbres ou arabes, par une srie de
sculptures de grand aspect. C'est d'abord sur la lace
Nord-Ouest. regardant Rabahl, une slie de trois








- 41 -


ogives, hautes .le 5 mtres. Ce n'est pas du golthiqul e,
ce n'est pas de l'arabe. C'est cet art mitig. )articu-
lier au Maroc, cr par les lines svres de l'art
erbero-lysa ntin, corriges par les mivreries pr-
cieuses de l'art hispano-maulresque. C'est cet art si
dlicat, fait d'ogives polylobes, don't les arcs, pour
certaines, dessinent sur l'archivolte une double bor-
dure pendant que les tymrpans sont converts de
i inceaux don't l'emploi deviendra traditionnel. Elles
sont plaques sur un fond nu et en retrait et sont
soutenues par de lgres colonies, engages, de
coin, dans le accord avec le plan gnral d'aligne-
ment du monument. Les deux ogives d'extrmit
sont perces d'une fentre, celle du centre est aveu-
gle. Le mme dispositif se retrouve sur les faces
Nord-Est et Sud-Ouest, mais il n'y a qu'une ogive
sur l'angle adjacent la face Nord-Ouest.
A 23 mtres, n immense dessin de mme style
occlupe toul le tableau compris entire les deux ba n-
deaux de coin...II measure 10 mtres cle hauteur et
se compose d'un tableau plein dans lequ.el est dlecoi-
pe une ogive stalactites, puis, en retrait sur elle,
dans son segment, se trouve, en plus petit, le dispo-
sitif prcdent : deux fentres claires et une aveu-
gle ; surmont d'une fentre arc outrepass don't
la grande ogive forme elle-m me l'archivolte. Le
tymlan est dcor de deux fentres ouitrepasses.
II est remarquer que tot tes ces baies ne sont
pas, commune dans les mn uments du Caire. datant
du XlV'" sicle, entoures d'une 1mo10lure en relief,
mais sont simplement souliignies d'un trait grav
trs prolond ment.







- 42 -


Un bandeau horizontal, puis urn imagnifiitque motif
jqui chappe toute descripltioni et qui measure 15 m--
tres de hauteur. C'est une rsille grandiose jele
sur toute la larger du tableau de la Tour.
En Msopotamie et en Perse, o il est fait emploi
de petits matriaux, ce mode de dcoration a pour
but de consolider la muraille, sans en alourdir l'as-
pect. Ce n'est pas le cas Rabat, sur un pavement
de grand apparel. Il ne faut y voir qu'un but orne-
mentatif. Ces i-briications, en relief et en creux,
dessinent des feuilles simplifies de l'arbre de Jude,
trs voisines de la croix ove ou du trfle
Le relief en mplat est superb, c'est de la dentelle
colossale et delicate en meme temps et. toujours, au-
dessous, ine parlie nue qui faith r mieux ressortir la
beaul de la sculptlure et qui est spare dle la rsille
par trois ogives polylobes sans colonnes-supports,
se terminant par des pendenlifs en larmes. Les pe-
tiles colonies ont disparu, disent certaines person-
nes; rien ne prove qu'elles existaient.
Puis la Tour ne se finit pas, des pierres se dressent
sans aucun alignment. Telle la tour de Babel, la
Tour Hassan brave le ciel, mais, comm e elle, arrte
l brusquement son dfi jet la Divinit.
Si l'on s'ei rapport ce que l'on voit la Kou-
lotbia et la Giralda, ses deux scours du Sud et du
Nord. il est prolalble lqu'il devait y avoir une bordure
d'arcalures aveugles, puis une rangee de merlons;
enlin, sur la plate-forme, le lanterneau traditionnel
du Maroc avec lpi de bronze ou de fer dor.
A droite et gauche du monument, se troupe un
parapet en pis trs compact, de 6 mtres d'lvation











et (le Gi mtrres de llongueur. Les angles externes
sont revtus d'u parement de pierres dle 7'"') dle
longueur, suivant le mode que les Berbres ont
emprunt, en mme temps, aux Clialdens et aux
Syriens. C'est, d'ailleurs, un sicle a peine avant la
construction de la Tour, que les Egyptiens, pour
la prernirle fois en Afriq:ue, employrent, de la m rme
source, ce mode de construction pour les deux en-
ceintes du Caire 1000).
Sur le parapet, est assis solidement un mur d'en-
ceinte, en pis galement, de 1 "'30 de larger et
d'Fine dizaine de mtres de hauteur. Ce m1ur est en
retrait de-i rn 50 et prend appui sur le ct interne
ld'uni paunlement massif formant contrefort la 'Tour
e t haut de 10 mtres, large de -i '" 20 et long de 3 m-
tres. Sur l'extrieur, on voit une nervure de section
rectangulaire, de 0'"50 de larger et de 0'"30 de
saillie, place 0 -'90 dui board de l'paulement et
don't on nee s'ex li pas h's Iien la ncessit et le
rle, moins d'y voir simplement un souvenir de
I'architect i e msopotalmienne, remi..e en honnieur
danis l'Afrique du Nord, la tour du ci ir, ide la
Kalaa des Beni IIa-mmad (XIe sicle).
Le parapet-terrasse est perc de chaque ct de la
Tour de deux canaux enduits (le tectoriurn remain,
ou, tout au moins, d'une composition seimblable
celui-ci, faite de chaux et de tiileaux piles assez fine-
ment, leur larger esi de 0 65 ; leur hauteur varie
1n1 peu de l'un l'autre ; elle est voisine de I mire;
leur profon deur est insonidable aujourd'hui. Au Nord-
Est. ils se trouvei, le premier, a 20 mtres de la
Tour, il est en vote de briques ei di ites; le second,
a 7"'50 (lu premier, est en votee (le pis enduite.


- 4I3







- 44 -


Au Sud-Ouest, le premier, en couverture plate, est
S'10 "' 50 e la Tour ; le second, est a 11 mtres plus
loin, il esl couvert en vote de pis enduite. Leur
sol, autant qu'on peul le dduire actuellement, serait
au niveau du sol normal.
Jetons un coup d'oeil sur l'angle Nord-Est ; le mur
d'enceinte, perlpendiculait e au parapet, se devine en-
core, mais, il n'en exisle plus que la base interrompue
de place en place. A un certain e]ndroit, se trouve,
couche terre, une colonne schisteuse, couple en
plusieurs tronons cyliindriques rguliers de 0 '"80
de diamtre et de '" 30 0 6(0 de hauteur.
Le ct Sud-Ouest est mieux conserve. A 14 m-
tres de l'arngle, on troupe un contrelort de coupe
vertical tridiil ulo-rectanguleire, de S mtres de lon-
gueui, sur 0 '" G0 d'paisseur, de hauteur imal dinie,
mais voisin e e 4 mntres.
Puis on t ouve les mmes disposilils distant, les
uns des autres, de 11, 14, 11, 17, 11, 14 et Il n-
tres: leur hliuteur va en dirninuant. Le dernier est
piesque au ras du sol. Le parapet-terrasse disparait
alors et il reste seulement le mur d'enceinte qui
repose directement sur le sol natural. En un mot, le
imonumnent que dominiait la TouI tait form d'uine
parties plae et d'une parties n I remblai, d'une hauteur
maxima de 6 mtres et taye par des contreforts.
Nous nous prselltous devant la Tour. La face
Sud-Ouest, la seule que nous n'ayons pas vue en-
core, est semblable aux autres, sauf que les motifs
dcoratifs ne sont qu'au nombre de deux : les fen-
tres isoles ou par trois n'existent pas et l'ogive des
autres tableaux est rempilace par un pleir-cintre,









- .15 -


-lcor, i 'ailletrs, (le la m mn e facon el circonscriva ni
une portion (le rsille. Le troisim're lage est sem-
Ilable celui des nutres faces.
Celle lqui no us occupe est perce d 'mne porte ile
1 '" 50 (le larger el de 3 mtres de hauleur, cle style
arabe ordlinaire. L'paisseur du mur, (lc(oupl par
elle, est de 2"'5 .
De l'autre c(l d'un couloir de I "' 90 le largeiir et
de 5 mtres de hauteur environ, se v\oil lune seconle
porle rectangulaire, ouverte dans un mur d(le n'60
dl'laisseiur. (-it pnlre, par elle, dans ine chambre
carre de 3"-50 de c(t et de 6'" 50 de lauileur, cou-
verte en ar-les. Le couloir (ouii ne angle droit au
Nord, i l droile dlu visileur,; i l'angle Est. sa couver-
lure, (lui lait en herceau, devient tout naturellement
en arte pour redevienir ensuite en beiceau dans les
palcours reclilignes, exaclement come ; la Tonii
(lu Mnair et cell Beni HI-Limma i. Soni sol va en monitlani sui\vant uLne
pentdeimie de/7'. Sur la quatrime face
Sud-Ouesl, le sol n'exisle plus, il a t remplac
momenlanment par des fears a T, sur l-'s< uels on a
jet des planches. A prs avoir tourn cinq fois, on
arrive : la porte d'une nouvelle cliambre, on est
alors sur la face Nord-Esl.O n (rouvern ainsi six cham-
bl es au lolal, laciiiie di'elles s'oivrant sur une face
dlillrente de la pr'cdellie, o l reculant ch qu e fois
l'une dans le >.ens porte (le la cinquime est au-dessus cle celle de la
preni,',e, celle (le In si.xime au-dessus de celle de
la de xime. Ce couloir i ( igles, tournant u iltoii
d'une clhamiire central, est iinettement lerbie et a











l emprunt la Msopotamie. Plus tord, la cham-
bre, dans des minarets moins grandioses, a t
remplace par un pilier massif central et cela jus-
qu'au moment o les Turcs ont introduit, dans
l'Afrique du Nord, le minaret round ou octogonal.
Ce mode d'ascension, dans la Tour Hassan, expli-
que que les fentres perces dans les parois ne soient
pas a la mme hauteur sur toutes les faces.
Il impolre de signaler la quatrime chambre, face
Sud-Ouest, qui est couverte en couple forme
d'cailles imbriques ou plul t de stalactites drives,
reposant sur une architrave octogonale dcore de
l'toile ovide six branches, dite sceau de Salomon,
et qui est, en quelque sorte, I'emblme national du
Maghrel). En effect, les monuments berbres, contem-
porains de la Tour, portent, dans le rest de l'Afriqiue
Mlineure, l'toile a huit branches, don't I'assemblage
done des croix en creux, ce qui a fait, un peu la
lgre, conclude a un atavisme chrtien.
Ce couloir a 29 pans, est clair par des feritres,
celles que nous avons vues dcoupes dans les motifs
ornementaux extrieurs et don't certaines ont les
dimensions d'une vritable salle; plusieurs personnel
s'y trou'veraient trs a l'aise, abstraction ftite idu
vei tige et du courant d'air. Les portes des chambres
corres pondent aux fenlries du couloir, soui pour la
cinquime qui serait prive de lumire, si un crneau
n'lait pas perc dans le mur Nord-Est.
Des brisures, des drutures et des croulements
permettent de se lendre compete de la faon don't est
construit ce chemin ascendant, qui pourrait tre
monte cheval, sans la disparition (le la quatrime
face Sud-Ouest.


- .46 -









- 47


La voite, faite de briqu es, est recotuverte d'un che-
min en tuIf qui forme le sol dle la face immi lialemeint
suprieure. Les ipoutres dle thuy a de cihaia ge sont
visible (le place en place, surtout dans les angles
iu'elles traversent compltement jusqlu' s'engagier
dans les murs des chambres centrales. Les votiles
soiit assises suri des paulemients creuss dans le
parement inlriu ilnteu mur et dans le pavement ex-
trienr i les char mbres, sui'va lt 1ne line continue e.
Cela est trs visible au sommet de la Tour, sur la
vingt-hluitime face (Sud-Ouest). C'est une innovation,
car, aux Beini IIammad, la voiite repose sur une
mirette plaquie contre le mur.
La vingt-ntu vimle face n'existe plus qu' moiti.
Il faut, a cet endroit, se hisser, par un rtablissement
savant, sur le dessus du mur hliat de 2 mtres. Il
serait a dsirer que la Direction des Monuments
Historiques dii Piolectoral lit la i ltite ldpense n
cessaire )pour dIilier un modelste escalier de briques
iqui permit aux dames et aunx personnes ges dle
jouir du miagnilue spectacle qui se dlcouvre du
liaut (le la vieille Toinur i1
Montons, en faisant appel L toutes nos connais-
sances en gymnsastiquie, sur la plate-forme dle 2"' 50
de larger lqui constitute le dessus du mur.
Cette plate-forme est l'aile, commnte to mt le monmi-
ment, de mollasse marine, autremelt (lit de gros
colquillier; le grain dle la pierre est extrmemenrt nel.
[n aisant cette constatatlion, on comprend tl s bien
co mei nt e le Iravail, l d'a pp ar '.n ce, dle la

(1 Peut clre cel n-L-il tl' fI l thlipuii qu'e j'ni ccrit e to i tiiilc.








48 -


consiruction de la Tour, s'est, some toute, rduit ti
l'ajustage des pierres lgres tailles au pied et mon-
tes sans effort le long des iampes diiees au fuir ei
measure de l'avancemnent diu iravail.
Sur la dernire assise, la pluie a creuse des trous
nettement circulaires dans lesquels poussent des fleu-
reltes venues l, sous forces cle grains, un jour de
grand venI, moins qu'un oiseau ne les y ait ou-
blies.
Moins poliques, les arabes sont venus eux aussi
et. dans la mme pierre, ils onrl dcoup les petits
creux qui constituent le jeu d cldames des cld-cuvres.
la kerbeta.
MNais arrachons nous ces considerations dle
moindre ii-mportance et levons les yeux.
Voici, devant nous, l'i rizo!n, lu masse verle et
argente en nmme temps dle la lort de la Mlanora,
l'ancien epaire ce dissidents, que cle hardis chas-
seurs parcourent aujourd'hui la recherche d'un
gibier abondant. D'uiileurs, que craindre sous ces
frais ombriiges lorsqu'ton aper:coit sorlant de dessotis
les chnes-liges, le serpent minuscule cu'esl le
chemiin de fer dle Knitra, de NMekns et de Fez. La
luime bla.nche de ses locomotives Decau-ille met in
panache au faite des arbres et accroche aux arceaux des vieux 1monumeniis dmanteles pars
dans la champagne, pendant que la Maison de Conva-
lescence les regarded passer avec toute la bienveil-
lance de ses grades baies ouvei les. Ne sont-elles
pas, elles et elle, les enlants derniers ns (le la nou-
velle civilisation, au milieu le e '"e aysage arclia'icuie
et arcadique.









- 49 -


Anu premier plan., les vapeurs don't j'ai dj parl,
se lbnlanceni lentemenl. Plus prs encore, ce sont des
salines couve-res des heroes g ra-ses d 'n vert som-
bre qule l'on Ironive dans les :llhol du Sc alara.
Puis. vers le Nord.-O est, c'est l'embouchure lIdu
Ilenuve avec sa perptluelle barre cumante, laq:uelle
triomphe, sans grande diflicull. de la force d'inerlie
des calmes eaux d-Ii bled marocain. Blanche est l'-
cume qui la conuronne, blanches aussi sont les deux
villes jumelles; Sla se prsente a l'extrmit d'une
plage qui mronle lenterent jusqu' ses murs blancs,
surmonts de cubes blancs piqus de points noirs,
qui sont des portes et des fentres. Est-ce une ville
ou mi jeu de dominoos? O2n Iisitemait se prononcer,
si ce n'tail la lache de verdure que dcoulpent les
jardins, ail milieu de toule celle blancheur.
lR'b l est plus vivante. La vieille ville, elle aussi.
est d'une couleur que I'on croirail de loin immacule;
mais celle uniformit est relevee pari' les m ninrels
des mosques na liant desquels Iolle l'tendard
vert d1i ProphOle : puis, en avant, tout au board de
la mer. couvirant l'entre du Ileuve, c'est la Casbali
des Ondalia, la Casbali maghzeii la Cashalh histo-
rique, se dcoupant en roe i Il ambl, i: et li, sur le
bleu glaniilq e de l'Ocan.
Ava -.ons tonjours. c'est encore la vieille ville
poignairde au cii.ur du minii et d'un pgis svire dc'.
Moilav-el-lekki (rue Sidi-F'alh, puis plus I;in
qualre gros cubes blhics, les dnts-majos le la
Place. domiinan la pente sui laquelle s'l i ,eIl. les
tombes aux emblmes phiniciens des Mlesl.h de la












Region I,'; encore plus loin, entire les deux enceintes,
le camp Garnier avec ses boralues de bois couverles
de tles on(ules et son cercle install dans le Ha-
rem des Circassiennes': puis, a ct de lui, le plus
beau product que l'on ait jamais vu de la camelote
allemiandle : le fort Rolembourg, avec ses deux
longs carons, longs (le vole, sinon dle porte ; ce
fort qui ne fit jamais de victims que lorsqu':in vou-
lut le dJgarnir dle ses poudres. Le capitaine GO rnieL
y trouva ine mort glorieuse, a porter ii l'actif on ai
passif, suivant la faoon (le comlprendre la vengeance
dee otl enneini l'Outre-Rhin.
Encore un pas, voici le palais du Sullan et la
caserne de sa garden, la mosque de la Loi Sainte oi.
le \endieli. il va faire la prire en observant idlele-
ment les rites que lui impose le plus svre (les
prolocoles.
Iiiiis, le camp des Touarga plein d'olliciers aux
fondres lincelants, les vergers plus pacifiq ues, la
Residence avec ses clalets vernis come (les cabi-
ries e Transat, la Cou'r d'Alpp-el et son escalier
monumental en marbre blanco, la maison (le MI. Le-
riche, l'ancien consul de France Rabat, les trois
nig.uiers ou s'lveront plus tard les b tliments dlfi-
nitifs cle la Rsidence.
Mais, nos pieds, quest ceci? une srie de cel-
lules ou plutt de stalles gigantesques creuses dans
le sol. On m'a dit que c'naient des arnes. J'en res-
tais un peu estomaqu ; que l'on me pardonne l'ex-


(1) A. Nl.iirot, I.a Su. 'Lic v /ie .- Symbole. elii.u, .I ons l'.AI i, iiw


- 50 -








- 51


pression, c'est la seule exacle, car on m'airait dlcro-
cli un direct l'pigastre clle je n'auirais l surprise
davan tage
On m'explilque alors que ce fui l m ine grrnnd-le fosse
dans Inlaquelle on plaait l'homme liv ,iaux bles ; le
lion entrait par un endroit (ue l'on me dsigna et la
poursuite e se faisait de stalle en slalle ; mais on ne
put certilier si c'lait en commenant par la droite
ou par la gauclhe. Cela a son importance!!!
Mais, outre come aurait dit Tarlarin, ce devait
tire un grand prince que celui qui s'est fit f dilier
une loge de 50 milres de lhai ter.
De.rrire la fosse se devinent un premier renile-
ment parallle ii son grand axe, p)uis un rectangle
coup en dei x par une cloison et recoup ensuiile par
une secondle line de foaon i former deux petites
sales et une trs grande. Suir les dleux cts on
aperi:oil un alignment dle belles et gradnles colonies.
C'est le forum m'a-t-on galeme nt dit.
.1'avais cru, jusqu'h ce moment, que le forum tait
une plao e enito re de b tlimnenls d'ulilit ipublliqrlue.
Il parait qlu' Rabat. c'est l'inverse.
Puis, nous retro vonis, enliin, l'aliigement des
murs que nolis avions ViUs (lu I as. Ils forment un
immense rectangle et sui la fac. laL plus eloigiluie.
ils _oint appuys de loui s reclanugulai, es.
.lMais descelndons; ce forum arenes mrite d't re
examine de prs.
A S'"50.) environ de la ipoll e le la Tour, se irouve
ui ini l e 3"'J50 d'plaisseur, eln isi dle ten e, dle
chliux et de gal e i cle rivire. Ce imii forme la limited
N.-O. (le la famoeuse ar ne.








52


Celle-ci est forme d'une immense salle de 68 m-
tres de lon e r., su r 28 minlres de large r et 4 m-
tres de profondeur.
Elle est parlage par des murs de 1 "'40 ld'pais-
seut en solins de I '90 de hautepir, sm months d'un
mur de O0'")0 d'paisseur.
Ce: miirs ont des longueurs diffrentes. Les ciia-
tre premiers vers le S -0. et les trois derniers vers
le N.-E. ont 13:I mtres: les trois autres ont 15"' 10.
Ils loi ment onze chanmbres, les deux extremes int
3' 90 de larger, les autres mesurent 5 mrtres,
except celle du milieu qui a 6 n'70.
Les murs de separation, come ceux du pour-
tour, sont recouverts d'un enduit semblable ceux
des canaux cdu parapet-terrasse. Ces canaix sem-
blent avoir about dans cette salle aux angles N. et O.,
leur direction l'indique di i moins. Cet ensemble
constituerait donc une immense cilerne avec quatre
orifi'res de sortie ou de distribution.
C'est le dispositif en chambres rectl ngulaires
lroiles et de dimensions variables, que lon trouve
au palais particulier des Emirs, la Kalaa des Beni
Hammad, I le dispositil en tuyaux (d'orgue ,, dit le
Gnral de Beyli.
Et la Tour et la citerne sembleraient, dcs mainte-
nant indiquer tune iiimmense mosque don't les toits
dveloppl s auraoient te l'inmplu\'imii gigantesque.
C'est, d'ailleurs, confoirn me i la coutume de l'Afrique
du Nord.
Au pied de la Tour, .1 '190 d(e son angle E., on
remnaiqie, noys dans le sol. deux, minns de On-80
d'paisseur et de 5n"'40 d'cartement. Ils correspon-








- 53 -


dent excitement aux murs de 1 q(u alrime chamblre
a partir de l'angle E'sl.
Sur l'aligiiement du mur S.-O. cle la citerne et
a ppuy'e Iperpendiiclicul-Iireii menet t l'eenceinte, se dcou-
vre iuie trace de mur.
A 10 mintres au S -l7. de la citerne ci parallele-
inent ( elle, inie haie de figuiers de Barbarie semble
reposer sur u111 mur'; puis, 20 mtres plus loin, c'est
un rectangle de G00 mtres sur 58 intrieurement,
limil par des talus rieur, deux autres talus formentt trois cla mblre.,
l'une N.-O.-S.-I. de 60 mtres sur 35, les deux
autres de m'mne direction, mais l'une derrire l'autre
de 28"'50 sur 20 mtres.
Les talus sont forms dle morceaunx de briquies et
de tuileaux assez petits; aucune pierre dle dimen-
sions plus fortes ne s'y ren'.:o, lre.
L'int,rieur des sales, ainsi limites, est co'ivert
de troncs de colonies couches, leurs imorceau.x
cy lindriq ues sont :presiliue jointifs ilue l'on me par-
donne l'expression, elle semnlle. seule, lixer l'image;
on dirait de gigantesques rondelles le saucisson
d.lcoupes si-l' le mnarbile diun charcutier.
Mais examinous les colonies emo de olelout. Llles
soiit nl calcaire schisleux, de 0l "J de mi odule et
SOunt foin es de troi Oiis cy)'lllldi l' iues d.le liauteur
non lixe Elles sont, elle.s-mi me-, cylindriques de
liautt eni bas. Ellles semblent reposer sui' le sol sans
l'ilterm dliaire d'aueuil cavet telre, boudc ou base.
Elles mesurenii t 6 mtres t le hlauteur et sout coilTes,
toujol'urs saiin iintermdliaire, dl'un abaquei carr







r',
- .j4 -


dle 0'"20 cle auteur et dle 0"'75 dle ci,i, reposant sur
uIn tronc de ene de 0"'10.
L'intervalle de colonne colonne est de G;'"30 dl'axe
J axe.
11 y a 3-i melres cle la haie de figuiers au mur
d'enceinte et 7 "'80 le la premiere iriongie de colonies
au mme mur. D'aprs ces measures et les vestiges
des colonnes debout. dcapiles ou couches qui
existent encore, on peut deduire cu'il y avaiit cinq
ranges de colonies dais ces 31 mtres; la pre-
mire, couclhee aciuellement, a 2"'51 computer dle
l'axe.
Il faut remain quer, de plus, que les colonies cde
l'inti ieur des sales sont galement ti 6'" 30 les unles
des duties, cque les talus occupent lous l'emr l.lace-
ment dfs liignes dle colonies, quelqcies tron ons y
sont mnme visibles.
II n'yt uiait donc pas eu de sales mais une im-
mense colonne dcLl e 441 colonies (G'"30 x G "'30)
forman par group de quatre, dies cubes parfaits.
([11auleur '":_.30)l. 11 est a rmcfa i-l er que, dans l'art
afiicoin les ttes dle colonies sont relies par des
tirants de bois ouvr, le cube a dlonc une grosse
Silm i)pori a ice.
Comme il sera vu plus loin, il convient de retire
lu chiffre 4-il de.s colonies, la premiere range, ce
qui donne 420, cliiff'e a rapllproclei' des 112 colonies
du Palais de la Pei le (Qasi el Lout'loua i Bougie,
consiruit en 1100, par El Mnanour Ibn en Nacer, et
transform en mosque par ce prince D'a mtre pat, les
dimensions gnrales sont assez voisines : 130 mtres
a Fabat, 22 x 150 coudes (115,44 x 78 mtres)











a 1Bougie, 20 galleries couvertes a Rabal, li Bou-
gie, dimensio's sensi element 4g o les s I o n considre
(JlLe, ldans In second ville, la larger est dl'uln quart
infrieure a la longueur.
Les colonies taient-elles couverles elles mmes
par de vastes berceaux orients Sud- Es Nord -Oieslt?
ou formnient elles une srie Il est aisez diillicile de conclude; la nLalure des nalt-
riaui x qui lorment les talus ne semblent pas sulli-
sanle Iponr asseoir une opinion. liais on sail que si
la Iultil)lication des couples i emplit blien le rle
d'un i jnplluiviutn, elle est une innovatiorl Iirql e. Or,
les janlissaires tn', ient pias encore venuis aiu logreb
i I'po'que qui nous occupe et mme plus larld, ils
ne rsidrent l.as suliisainnme l ot lon temps io ir
ilu'ils aient eu le temp.,s de laire cole. Tandis que le
berceau, dj si clier aux Rominis, est, pour les ,mu-
sulimans, unee tradition sacre venue des alctres
simites de la Clialde. Malgr cela, les debris sont
encore trop li eu nombreux tc il laul s'en tenit r la
couverture enl I plafond de bois.
Ces dbris ont t ras.sembl.s iv suitvl les lines
rgulires de .faon dblayer le sol ilui a d tre
Itrnsformn en jardins, limils par des liaies de cac-
tus, ou bien ils se trouvent a leur ..,lace et provien-
draient de cltures legres.
Il nous restee a examiner l'enceiinte. Suir le cl
Nor.l-l'.st, les vestiges sont peu considrables. Sur
lu face Sud-lEst, au contraire, le relpart est presq|ue
i tact .
Il est forin d'ut mur en pis de 1 "'30 d'paisseur
et de 10 a 12 imntres de hauteuri, contr'ee le(lue1l sonlt


- 7), -







- 56 -


plaqus des tours de mme liauteur et pleines. Elles
ne sont ajourees que sur leur dessus, o leur para-
pet ieclan tgulaire, trois faces, fail suite a celui de
la courline. Elles mesurent 2'"1.0 de saillie et 3"'90 de
larger: la courtine a S"'-0 de longueur. .a is il n'y
a pas de tours d'angle; la premiere est distant, du
coin de enceintee, le 5"'-0; on aperoit a la mme
distance sur la face Nord-Est, trace d'une lour sem-
blable.
Les tours sont en rev-tement de maconnerie Ius-
qu'a 2'";30 de hautletr: le reste est en pis mlang
de briques plates de 0"'20 x 01'"11 x 0O'"0i. Vers
le milieu de la hauteur, on remarque sur chacune
d'elles, un tranglement qui est tout simplemneit
l'emplacement de la poutre de thuya de chainage.
Tout cela est du pur berbre. .ais il faut signa-
leir l'atavisme bysantin, du fait que les tours ne
sont pas jointes au mur. mais y sont accoles. Ce
dispositif, commune le prcdent, avait pour but de
ditfuser le choc des bliers et de ne pas entrainer la
chute du mur avec celui possible de la tour.
Dans le mur d'enceinte. otn iemarque, des inter-
valles verticaux rguliers ,le 2 mtres environ, des
trous dans lesquels furent engags les boulins q:ui
servaient lixer les coffrages (le bois destins a la
compression du pis.
Sur la face S.-O., le mur existed, plus ou moins
bien conserve, jusqu' liauteur du dernier dles conitre-
forts que j'ai dj signals. Les tours n'existent plus.
On remarque seulement les vagues attachments de
que!ques-unes, vagues d'aprs ce qui vient d'tre dit
de leur accolement.








- 57


Sur l'alignement de.s deuxime et troisime ran-
ges de colonies, dans la portie situe au S.-O. de
la cilerne, on voit enlin deux tronons de murs.
Il n'est nulle part trace de porte d'entre Dans
les environs de la colonnade, il ne saurait en tre
question, les murs sont, d'ailleurs, presque entiers
sur deux faces; la porte semblerait plutt avoir t
ouverte entire les deux contreforts distant de 15 m-
tres, c'est-a dire vers le milieu de la citerne.
Qu'il me soit permits, avant dc'aller plus loin. de
dire quelle est ma laon dle voir sur l'origine et la
destination de ce gigantes.qe monument.
L'emploi des briques de grades dimensions,
alternant avec les pierres et le pise indique, avant
toute aulre close, que nous nous trouvons en pr-
sence d'un monument lerbre (h. La conception de
la fortilication touris-bastions (le mme liauteur qlue
la courtine et disposes rgulirement dans les lines
droiles el planes seulement (' la forme des colonies
cylindriques ein plusieurs tronons (Il semblent confi -
mer cette opinion. Il n'est pas, jusqu'au style, rsille
excel)te, cle la 'Tour lqui ne rponde aux donnes
de l'art berbre islamis si bien dcrit et fix par le
regrett Gnral de Beyli:().
On a alors, come lui et come M.. A. Robert ',
Lendlance prendre celle Tour pour un plitare, pour
un poste signlaux., t ifenar ou In mienai'. Pas sei-
lemeint un phiare imaritimne, mais un de ces pihares

(1) A. Mailrol, Lc "ortl .'r ttiuls b.'b.'*res .' .tl. ldurin-Ztoui.
(2i .. .Maitrol, Truit e il' l -urt/icato n oiird-.A'riu' itc.
P3i Gnral de Ieylii, La A'ila( d I'. : i! i-llai n lad.
'-;) A. Roberl, L. h Au tua et TO/aihiv,-, m e.








- 58 -


terrestres (qui servaient de moyens lde communica-
tion avec les Itribus de la montagne.
Le vaste rectangle couvert en colonies aurait pu
tre un rmarch, un lieu de runion. C'est une im-
pression :qui saute i l'espr'it; en tout cas, ce lut cer-
tainement un imrlluvium par multil)lication des sur-
faces, destine ai remplir la citerne charge elle-mr me
de distribuei l'eau par ses quatre canaux de sortie.
Le monument s'appelle Tour Hassan, des fonda-
teurs( de la dynastie Hassanite et non de. Mbulay
Hassan, come le prilendent certain-s indignes Ce
prince, pre du Sultan actual, aurait, d'aprs la
croyance populaire des R'bati, lait difier l une
mosque, mais la mort serait venue le surprendre
avant que le minaret ne fut achev et il a t enterr
sous celui-ci. Il est invraisemblable que de pareilles
lgendes puissent prendre naissance, surtou.t quand
on songe que Moulay Hassan est mort il y a vingt
ans. Son tombleau se trouve au palais du Sultan,
gauche de la porte d'entre.
L'opinion la plus gneralement admise et qui est
celle de l'Histoire, est lque la construction fut faite
par Youssel X acoub el Miant.our, au XII' sicle, plus
excitement de 1178 i 1197 (574-594 hgirei. C'esi ce
Sultan qui cra Rabat au sud du piroiontoire de
l-Ul' t el Falh, en souvenir du comba-:t d'Alaicos.
L'arch itecte de la Tour auatit t un Svillois
nomim Goe\\er, .lequel aurait, d'ailleurs, construct
la Giralda, de Seville et la Koutoubia, de Mairra-
kech.I1. Le Sultan aurait voulu laire plus beau qu'a


(1) Louis Botte, Ait rl>.u' du Iuc.









- 59


Sville et c'est pour raliser ce dsir que l'on nvai
laii le chemin en plan incli , lequel permellail nix
miles dli mo lntr les matriaux, samn ellort, des
hautleurs jusque-lt inaccessibles.
Le monuiiment aurail t dtruit par Sidi Iolinri-
mel, lors (le la prise de Raob t i).
L'origine commune des trois tours semble assez
justliier que l'on attribue leur coiicception i Goewer
ou Aboul' LM illi el Seqluilli (le Sicilien .
I.es points commurins sont nombreiix, en del(ors dles
pOques tres voisines .le leur construction.
l.a Giralda est le miniarel le la mosque de Sville.
elle fut Wilie de 1171 1172 (A6t-7oS) 2 pr ordre
d'Yacoulb el oncnour. La dL'coration devient (le plus.
en plus riclie au [uL et i mnesuree qu l'on I O 'lve.
Au second tiers, au lieu de la rsille coilitiui e qui
couvre la l'ouir [assan come une robe (le delItelles,
cette rsille nie se compose qune deux Ibandes don't
le millieu est occupy par quatre angcs d'ogive s ralp-
pela t, en plus petit, la grande baie ii second tage
de sa scour marocaine. Comme la KNouloC)ila, elle est
couronnie d'lun epi i l)ommes i'or; mais celle orne-
menltation, come toute ln parties suprieure, dole de
la Ir enaissance. Il convent de reinarquei' Iie. o Intrai-
reinent ses smnurs, lalies etn lelles pierres, la
Giralda est en briques. Il fnut voir lit. une des ni-
cessit.-s imlnloses Ipr les ressouircs tdu pays. C'est
la tran-isfo motion des piliers dle briques de la Per.se
(qli sotnt devenus des piliers en pierres en lgc~ I.Ie.
ou les cari ieres tlient p)lus nombreuses.
l.0 Kouloubiia 118i-S1) est d'aospict Ilu.is svi're


(Il Docteur Malurani, be j,,,,r ,,,,ci








- 60 -


que ses soeurs. Elle rappelle, dans ses grades li-
gnes, les monuments romans de l'Europe; mais
fault, malgr tout, y remarquer une baie ogivale- il
stalactites, ouverte le deux fentres outrepasses en
retrait sur un tableau rectangulaire et deux autres
fenitres de plein cintre, au milieu du tympan, qui
ressemblent singulirement certain dispositit, aveu-
gle, il est vrai, de la Tour HIassan ; plus hout, un
plein cintre rappelle celui qui est au-dessus (le la
porte cde celle dle R1.abat La rsille, enfin. se trouve
sur le lanterneau.
Il faut, ces trois tours, donner come proche
parent, celle de IMansourali (133i) de Tlem- en.
Elle est couverte d'une rsille dans sa parties sup-
rieure, au-dessous d'une srie d'arcatures aveugles.
Elle porte, au-dessus lde la port n tableau renfer-
mant Lune ogive dcou:pe et plaque tout come les
tours m augrebines.
Mais, il est a remarquer que la Giralda, la Iontou-
Iia et la MIansourah taient implement cles nminarets
de mosque et que la dernire servait de porte d'en-
tre.
La Tour Hassan serait certainement de destination
semblable. Mais la mosque maugrelbie tait tou-
jours rectangulaire ou carrie, l'oppos (les mos-
ques syriennes gnlralement cruciformes, cause
des quattre riles malkite, chatile, Itianbalite et han-
lite qui construisaient leuis niedrasss iauour de la
court central. Au Magreb, il n'y a qlu'un rite, le
malkite, donc pas dle plan cruciforme.
Dans l'Occident musulman, on trouvegnralement
une court central carre (saln) avec une fontaine et







- 61


(les portiques (liouan). Celui cle l'Es t est souvent plus
profound et surtout plus large, car le miirai) qlui se
trouve dans le mur oriental, soui\:ent laons une tour,
indique la direction dons laquelle se doiv'enti placer
les fidles derri,,re l'iman. Aussi, les nefs sont-elles
fort nombreuses, places cte (i cte dans l'orieInta-
tion Est- Oest. Quelquefois, il v a une imlksouia ou
chlcur, d'origine berbre, certain dissent clirtieniie.
A la Tour Ilassan, il n'existe rien dle tout cekl. La
citerne classique est visible, le minaret est cair en
souvenir du phare d'Alexandrie, le miraib a pu se
Strouver ld ns une tour -qui ci dis-piau mais c'est
tout; le salin ourail p i se Irouver iii milieu des talus
exit.ant actuellement, mais que viennent faire, dans
ce cas, les colonies v e istiint.
11 faut alors chercher plus loin, dans le Moyen-
Age.
Le plan de nl Tour Ilassan est i rapprocler de
celui de la mos': e dle la Kialaa des Beni -Iammad,
son aine (le cent ans presqiue exactement. L'entre,
ou plutt les entres, se trou\vent cle clihalue ct de
la Tour leve sur la cilerne et eloure d'uln porti-
que. Le minaret carr est au fond (le cette court. La
mosque forme u n immense rectangle de 56 3G6 m-
Ires. avec Si colonnees. Le mii al se troupe dans une
tour carre, mais est orienl plein Sud; dlevant, se
troupe unle maksoura (1011 il resle unle ccloinne cylin-
(lricue et lisse, eii marl.ire blianc. 'reposnnt sur une
Iase enii lliIanO eli e. Les matl irnii x (le couveituire
sont peu 1noml) eux et le CGnral de lieyli conclut ~i
une coniverture en Iois. Le miiinarel est semblable
en plus pelit la Tour Ilissan, il measure 25 mtres







- 62 -


sur 6"'50 le ct; les votese, ascendantes en carr.
mais avec escaliers, sont en berceaux; mais la lace
dle la mosque seule est dcore.
C'est bien le plan de la Tour Hassan. On a trouv
une colonne dans l'angle Nord-Est. il en existe une
iange au board de la citerne; enfin, derrie-e celte
range se trouve un talus. On peut en conclude qu'il
y a\ait l une colonnade-,portique et que la ilelxime
range de colonnes etait engage dans une nmurette
qlui sparait le saln de la mosque. L'entre se lai-
sait par le ct entire deux contrelorts. peut-tre y
en avaitlil unee utre de l'autre ct.
Les talus intrieurs, peu volumineux, sont peut-
tre les restes de la barrire de la makloura ; s'il y
a des briques, c'est lque c'trit un claustrum dans
le genre (le celui des fentes s ieessrietes J' minaret
de la KIulaa des 13eni Ilammad. Le mirial se serait
trouv contre le mur du lond, son orientation aurait
t plus orthodox encore que celui des Beni Ham-
mad. lMais, me dira-t-on, pourquoi cinq traves entire
le lirai) et la maksoura : pour placer. come
Kairouian. la nosque de Sidi-Okba, le miilnbari
ichaire pr lcler) et les dikka ichaires ou on lit le
Coran).
Que viennent fire enflin, les tours rbarbatives ?
ne faudriait-il pas voir l n ni le ces ribat ou couvents
foilrii-s don't I'exemple avait t donn par les ordres
militloies religie des Latins oui plutt par les mo-
nasieria des Bysaintins si ifr qlen s en Ali Iiq e ().
Des fouilles rIlhodiqlues portant sur l'emplacement

(1) Maitrot, T/.'Lcs,,








- 63 -


exact (.les colonies, sur les attacliements ie la porte
nmotnumentale, sur les ccom- uites de la loinlaine cen-
trale, sur les traces du mirai fixe, ilors que le
miinlar et le dikka ont pu ll'e mobiles), sur les cel-
lles es rs eligieux et dles disciples, pouirrotl seules
lixer les ides sur la destination premiere de ce
grandiose monument.
Miais il conviendra de n'agir qu'a vec !a plus grande
prudenIce, ca, se conlo rmanlt ia la couIume Clial-
(enne, l'orientation se lait par les singles; cela
trouble Lun peu, come je l'ai dit, les rg'les litlur-
,gi-iues musulmanes et les points de repre devien-
nent plus dilliciles i dcouvri'r.


C..\l>ITAINE MAITR.i)T.

















UNE VIEILLE KASBAH

_-_ -1- -





C'est le plein bled. A gauche, une montee rude,
rocheuse, malaise ique des chameaoux gravissent rle
leur long pas Irainaunt, en projetant lourdement leur
col en avant, pendant que leur ipied mou s'crase
sur le sol avec le son sourd d'une vieille semelle ique
l'on trainerait pniblement.
A iroile, cles lies sches l'aspl-hodl les, piques de
chardons bleus, s'tendent en large nappes j.uisqL u'au x
pentes qule domriine un poste oplique, point noir rni-
nuscule sur le ciel azur immense.
Tout a coup, a 'l'orizon, surgissent de longues
files de silhouettes. Sont-ce des cibles lprpares
pour un tir monstrueux? Sont-ce des lines de
lirailleurs i la reclerchle d'un ennemi ou d'iune soii ce'
l.e soleil qui rutile, en tombant d'aplomb sur nos
tles, donnerail plus dc vraisemblnce la secondle
hypollit se. lMais les sillouelles reslenl indlinimeii nt
immobiles. .eu rs former -e assent, se geometri-
lient. Ce sont les dents d'une giganles(i ue m.'icloire;
l les molaires carries bien arases en leur tabllalmre







- 66 -


rectiligne, ici les canines pointues come les crocs
d'un chien de douar. Aucun video dans cetlle range
formidable. Mais les 7gencives g-iandissent au fur et
a measure que l'on approche, leur Ihaeur depasse
cel!e des denis, elle devient deux fois, tiois fois,
vingt l'ois plus grande, et du liaut d'un dernier pli de
terra.ill. oi se trou\ve. tout coup, en face dlune
kasahli rlbarblative, come celles que lon dcouvre,
a clhaq ue pas. au Ilagieb IMais une kashlah entire,
complete, sans Ibriche, sa-is tou r ldcouroinn e, sans
court line abattue.
C'est Mldiouna.
La forleresse se comose cle eparties Iien dis-
tinctes. La premiere, la plus proche de la route, est
toute blanche, ses tours son.t la haIuleur de la mu-
raille, presqule aussi large que hates, ce sont plutt
des bastions. Leur parapet est nu, sans Imerlons.
La second, plus serieuse, est plus lance, plus
lgante, malgr sa teinte terne. C'est elle qui est
hrisse (le mierlons, prismatiques aux courtines,
:'pyramidaux aux tours. Bien que celles-ci soient
exactement cle la hauteur de la muraille, les points
des melons les allgent et les lont parailre plus
lau tes.
L'intrieur de la kashah est occup actuellement
pai les trouples franchises, mais les traces nombreu-
ses des antiques murailles et les souvenirs assez
plrcis (les vieux indignes de la region, recueillis
avec un soin mticuleux el prcieux par le capitaine
Bidlo, du il i terilorial, permeltent de reconstituer
les anciens habitacles et de se fire une ide assez
exact de ce qu'tail une kasbah, dans la Chaouia.







- 67


Que moni cher camarade receive ici mes remercie-
menls chllleluren x poulr le concourse prcieux qlu'il a
bien voulu me ireler.
L.n kasbah primitive, eb;'tie vers 1700 de notre re,
auiitiit que l'on peut prciser, se composait d'un
quadrilalo re. trs proche du carr., le 100 mties sur
95, comFpllement isole de tout lien d'habitation. On
se demanderaitl ; quoi pouvnit bien servir cet apparel
guie ier, si on ne savnit que les cads d'antan, agents
fort peu accrdites auprs (les populations, avaientl
se dfen dre (le leurs enniemis et (le leurs administrs,
lesquels taient souveint mmes personnel.
Clincune (les faces du fortin, faites d'un mur le
moellons assez rgulirement taills et large de 2'"50,
est garnie e quatre tours, deux dangle et deux de
milieu (le courtines, distantes dle 25 30 mtres et
disposes d'une faon absolument rgulire C'est le
retour auNx premires mthodes romaines en Afrique.
qui voulaient que les tours ne fus-enlt distances que
de 20 mires envi on, de facon i se commander
l'une l'autre. C'est, dl'illeurs la seule communlll ault
(le conception que les deux systmes aient entire eix.
Car, au lieu de domiller les courtines ou d'encadrer
les poles, les oui s commune il a t dit, sont de plein
pied avec la premiere Elles ne sont mme pas les
tours a proprement parler, c'est--dire des chambres
superposes, en deux tages et surmontes d'une
plte-lorme pour machines lde guerre; ce soni plus
implement des saillants de la muraille sans ferme-
ture la gorge. Le chein de ronde (de la coui lie,
large le I mtre et comprise dlans l'piaisseur du mnuri.
suit les angles des saillanis et In plate-forme n'existe







- 68 -


que lorsque l'appareil guerrier a t transform en
appareil conomique : pour servir ld'habilations ou
cle magasin, come c'est le cas pour les tours
logement des g"arldiens des animaux; logement (les
mogiazeni; logement des gardens de crales; loge-
ment cl'un corps de garde l'tage et prison au rez-
le-chausse ; magasin ; logement au rez-de-chaus-
se et l'tage. Les autres tours sont des bastions
berl:res qui auraient deux mtres environ de saillie,
sur cinq sept mtres de larger et une dizaine de
mties de hauteur. Elles sont rectangulaires de sec-
tion, sauf cells des angles qui, pour prendre l'ali-
gnement (les autres, sont Ibarlongues.
La tour 1 renferme la porte d'entre. Celle-ci,
contrairement ce qui existed actuellement, et conlor-
im ment la coulume antique. lait en alf, c'est--
dire angle droit, de faon rompre l'lan de
l'ennemi et-a pemi ettre un commandment direct
par la chambre qui formait le fond( di premier cou-
loir. Au point de vue architectural, il Laut remarquer
une sr-ie de irois arcs qui se profilent I'un sur l'au-
tre. tout en tant compllement lilients. Le pre-
mier est oial et otepasse; le second est ogival
suivant le mode altin; le troisime est proche de l'nrc
gyptien. Le gnie militaire Irancais a redress le
couloir, assez incommode ipour le passage des \'oi-
lures et par une conception hardie, a construit un
quatrime arc, en plein cintre, qui termine la pers-
pective e fd' ae i(o ton extriiimeient heureuse.
Ic'art, d'entre est accost des deux colonnettes
griles qui sont (le mode ou Mlagreb, qui reposent,
d'une part, sur des piliers engags et sont coifles,








- 69 -


d'aoutre part, d'une console. Les clinpiteaux des dieux
colonnettes et les deux consoles sonl runis par
une corniclie oei dloucine (lui, dans les conceptions
primitives, servail I placer un mu chicolis mobile
en bois. Mlis il est peu probable lque ce dispositif
exisiil i ",Mdiounia, parce que lu porte n'est pas,
come Cliella et Meleliediva. accoste de deux
louIs dolli les faces adjacentes servaient assuier
la position de l'appareil descend Il'ailleurs, de leur
plateforine au momnenl t de l'assna t. L'() construction dle la lorleresse est [postrieure i I'aeni-
.lo(i (le ces dispositifs et bien qu'une console plus
petite qlue les deux aintres se trouve place au.
dessus (e le l ef (le votile, come pour aider au
soutien dlu plancle, l'eiilraosture dle canon qui cle
coupe, i mm(diatement uu-essus, so b aie trilobee
en fait un anaclironisme lin iagrai Il faut, simple-
ment, voir, dons celle coriiclie, un souvenir des
dispositions anciennes, certainement i plus i st place
sur une porte fortilie, qu'il ne l'est au portail d.l'une
mosque ou au iporclie (1e quel(que demeure Ibo) u
geoise. I.'eil)iasiire est encalre pIar deux lalleaux
unis, surmonts en mplat I-duL e ogive stoalclites,
assez applatie et pirocle du person.
Le pIa lapet, iesltil coiuvrir la pi ce (le c non,
faith quie l porte s Ieest peu pliis hliiile qule l1 coiilr-
linle et que les (lui il'e melons pyrlmiouiu', lqui le
coutronnenit, sont11 implement decorulilf ils onlt,
d'ailleluLs, tull c01artmenil t exagr', 0nonr seuleimen t .ii
point (le vue militaire, Inais mme au point de vue
enviisag (lig. 11 .
Au\ nord L lu couloir, suos la voote, se troupe uie








70 -


salle ob)longue, qui dut tre un corps Lie goarde, bien
potique, car son porche en arc po lylobe trIs sur-
baiss (cach par une Ioiserie rapporlte est sur-
mont d'une c'orbeille de Hleurs ou l de i uits, loans
le got italien, et as aobsoluiment irrprocilable
(ig. F. ).

La vote de la porte est en trois parties. La pre-
miere, en entrant, est en berceau, les deux aultres
sont en arites Ce displositil est extrmen eni t rare
dons les lines Idroites et s'il s'explique, pour le der-
nier intervalle. oil se trouvait le -oude (le 'ail ; il ne se
COimprend pas, saui par s y trie, dcans le 'pl'i lert.
L'emp loi des ai tes dans s les tournants, s'il est assez
irlquent doans l'arc'litecture lierbre, n'est cependant
pas d'ne r'ele albsolue. .Te connais, meme a Casa-
Jlanc1a, plusieurs maisons dans le quarter ci \'ieux
port, oi' des cages d'escaliers sont votes de deux
berceoaus- en angle droit se rocacordant par un pan
coup s upport par une trompe en demi-\' vote
d'artes, qui, elle, est nettement berbre.
Un escalier plac au Sud du couloir et ci delux
jpentes oliposes pir'mellait d'atteindre i la platelorme
du canon.
Les escaliers, confornment la mthode aIri-
caine, qu'il s'agisse des Roinainis, des Bysantins ou
des Berbres. ne sont pas trs nombreux et se
trouvent i proximity dles portes. Un second est
plac l'angle Noi ,l-Ouest, centre 1l tour G Au pied
de cette tour, est perce e u e etite potetne don't le
role devait tre double. Ou bien c'tait un clhappa-
toire en cas d'enlvement de l'enceinte; son rle,








- 71 -


dans e cas, dle'vait tre bien prcaire, car un assig,
rduit ta cette extrmit. tait bien plaindre, le pavs
envirolnnant n'olfrant absolument aueun refuge ; il
ne faut pas parler srieusemenlt des pentes douces
et dlinules d.u I Mercliieli. Mais b:eaucoup plus cer-
toine meitl, elle devait servir d'entre au harein tout
'iprccle, coii-i-ie il seri vu, 01-1 dle sortie pour se rein-
dre la mosI u e- mnul a kma situe en di elors dle
l'enceinte. Cette hly otIse expli.ilt1 rail l'existence
du petit rIduitl lui lui est adjacent et qui n'a obs-
lumenlt rien de militaire; il ne commrnique rmme
pas avec l'enceinte, et ressenble singuli remi ent i la
loge d'.iin pacilique concierge, alors que le corps d.le
garde, tabli au premier tage de la tour G et desservi
pot' un escalier sp:cial, avait un rle plus guerrier.
Au-dessous le r.nette pice, au rei.-de-cliausse dle la
tour, se trouve un rduit qu'on pretend avoir el une
prison, celle miles femmes peut-tre, puis.que les liiii-
mes avaient un autre grand local, moins que ce
fut le bit el nma, les latrines, qu'on ne troupe nulle
autre lart. Celles-ci ouraient eu une fosse commune
avec cells le a i s e qlui dle\vienft vraisermbla-
bleienitt se trouver dans le local al.teunant au imur
Est de cel tablissement.
CoiLmme toute demieurie ind igne, ki lasballi, lui
etait entirement allecte au service di cad, se di-
visait en dIeux parties. Les appartements prives et
les b.'itiments d'illtrl g'nli ral. Comml e dI? coutume
galement,, les erniers ne'olrl'aientl aucun car'actei
architectural, tandis que les autres taient, dans le
cas plsentt, dcors avec une sobrit du meilleur
gofit, leqluel en fait un vritable bijou, qu'il y inll.-








- 72 -


rt iimajeur conserve et fair connaitre au grand
public.
Les aoppartenents se trouvaient rel gus contle
la face Est, la Iplus loigne (le l'etre. La parties
Nordcl tait parliculire au cad. li parlie Sud elait
destine a sa famille et au\ notables passa'gers.
Celle dernire parlie n'offre rien de trs particulier.
Le quarter des parents commmni:quait per une porlte
assez Iasse avee celui (lu cail. I'autre tail conipl-
lement isol. Chacun des quarters tait, suivant les
usages, desservi pir un iuits.
Le cad logeait (lans un bIitiment un tale, ou-
\vanil eIn m ile temlips, sur la court glnrale et sur
le jardin particulier.
Sur l, court, se trouvait une (double porte assez
jolie don't la pal lie basse des lobes et des 'stalactites
est iremplace par des volutes plus ou m1oins dri\ves,
des enroulements des( cornes de Baal, traces d'ata-
vismie phenicien exltrfme rent frnentes au Ia-
roc 1). Celle pole ouv\ril sur une grande salle
allonge couple en deux par un portique -nimple, de
mme dessin cque le p rcdent. La parlie Iiaule a
l'intrieur de ses slalactites creuse en lobes plus
ou moins rguliers, suivant la teclinii.lue berbre.
En arrire, par dcrochement, se trouvait une
salle obscure aux i 1murs noi mnes destlines supporter
l'tage el un escalier conluisant ce dernier. L, se
voyaient deux sales spares par une porte outre-
passe et polylobe, alors iu'iune double porte-fe-
ntre couple en deux par une colonne cylindriue,

(1) A. Ml.iitrol, La Surve 11.' Sy Iii .- rc, i,'-u. i.n, l'.-lInqui.
du A\ rid.












prsen ait des pleins cintires rpetant celui de la
porte du rez-de-chausse sur le jardiin. Toutes les
colonies sont coilfes (le chapiteaux don't l'lpnne-
lage, unP peu loud, Ust driv dlu composite, avec
des motifs eni mplat dliv\s du lotus cher aux
Phniciens.
Les fentres, au contraire, sont d'une innovation
n peIu hardie qui doit son origin a une influence
turque lque l'on s'expllique peu, a moins pue les
Hadji ne l'aient subie al course de leur plerinage aux
Lieux Saints.
Dans ,n cadre rectangulaire, moulures, come
le serit un cadre dle glace de bazar, se trou 'ent
deux stalacites, don't l'ogive d'encadiremeni a corm-
pltement disparu, les stalactites se prsentant elles-
mmes simplement enl profil, come cela se trouve
a la mosque du Sultan Bayesid, Conlstantinople
(877 (le l'hgire) (ig. 1).
D'une faon gnrale, la maison est entouie de
gra nds han deau x de pierres inues, qui sont nette-
ment de style herbre, avant que celui-ci ait subi les
mivreries dprimantes de l'art lispano-m auresque.
C'est, d'ailleurs, la caractristique gnrale de la
Kasbah toute entire et ce qu i lait son grand charge
et son principal intrt.
A proximity de la maison du Cad, se trouvaient
quellues clambres qui devaient fre occupies par
ses parents les plus procles.
1. a tour 7 et une salle adjacent servaient de ma-
'gsins a x vivres et de cave (9).
fnflin, dans le milieu du mur 'nord d luatlier, se


- 7. -







- 74 -


trouvait le hammam cheval sur la separation du
quarter du cad et celui du harem.
Il se composait d'une salle de chauffe (3), d'un
vestiaire (4), d'une salle pour les femmes (6), don't
il rest encore une amorce de vole et d'un trs beau
lain de vapeur. C'est une sorte dle Koubba qui runit
les deux styles berbre et turc don't nous avons,
jusqu' present, vu les manifestations spares. La
couple est former 'e me e multitude de cannelures
en ctes creuses, suivant la technique du Turbi de
Mohammed 1 Tchelebi et du Turb \'ert ou Yechil
Turb de Brousse; l'ciairage et la sortie de vapeur
se font par In vote, come la salle (le piscine des
bains d'Yeni Kaplidja, Brousse (1513-1566); tandis
que le accord de la couple octogonale avec le cube
de base se faith par des demi- votles d'artes, come
la Kalaa bei bre des Beni Hamnmad.
Le quartieir du harem est dispose autour d'une
court central ayant son puits come les autres
quarliers. Dans l'angle N.-E. se trouvait la cuisine.
On pouvait pntrer dans ce quarter par deux
portes.
Le cad y entrait par une porte rectangulaire, en-
cadre de deux colonnettes engages sur piliers,
avec la corniche d'usage. Le linteau format tableau
de bois; il tait surmont chacun de s ales angles
l'inscription couflique reversible en l'honneur le
Sidiia Mohammedl, que l'on trouve un peu partout
au Maroc. Au-dessus de la porte, se dcoupe une
fentre assez semblable a celle dj dcrite (fig. M).
Cette fentre clairait une salle d'tage laquelle on
accdait par un escalier adjacent et intrieur.


-,u- leu





c3ad4


S?
C)
o0


Io e & I


~A*t J ~iLu.


/7 OL;n


a ra r s ( rai


~t ~d
-~-----


















., r
13 G










J:(" "


(c4 >oweS deas a
a a A
a ur-h 'ed OK^ /
Jswie & k/tt
'y, ZC y ^L,


I I-
J) X


yv








- 75 -


Les femmes et les serviteurs entraient par la po-
terne de l'enceinte, suivaienl t in couloir encore exis-
tant et aboultissiient i une pole en plein cintre
(lig. K). sur pilastres nus, surmonte (l'une rose
phlnicienne en hait relief.
Les diffrentes ponies du harem taieint en arcs
oiurelpasses simples, mais il faut signaler que l'clai-
rage se faisail par une tiinit de petits crneaux
coiffs soit d'un hiangle ifig. L), soit d'un outre-
pass appoinl (fig. E). Ces pieces taient fermes
par (les portes disparues ouvrant sur l'extrieur.
don't on voit encore les lanternes de gonds trs sim-
ples de dessin (fig. 1).
Les quarters d'intrt gnral taient au nombre
de cinq.
Coiitre le harem, se trouvail un moulin compre-
nant uni magasin grains, covert en arcades, un
moulin circulaire'i un four, une pannelerie et un
puits.
A proximity, un dar-diaf, avec des petites cham-
bres spares, recevait les seigneurs de moindre
importance, qui n'avaient pas droit l'hospilalit
directed du cd.l; il comportait un puits.
Deux chambres el une tour taient affectes la
demeure des mokliazeni.
Une court enclose recevait les mulets el les che-
vaux; elle contenait un puits et la tour 3 servait de
logement au gardiei.
Entini une prison, avec une salle pour le gelier,
lait proche de la porte d'entre.

i ) A M aitro l. I,'li ,:ii.; l (' d, .lI citEi..


.................







- 76 -


A la tour 1, est attenante une petite enceinte qui
n'a rien de militaire et cque l'on prIete'd avoir t la
demeure du IKhalifa. Cette assertion n'est videm-
ment pas rejeter de parti pris; mais elle est au
moins extraordinaire. En dehors de ce e que le Kha-
lifa est fort souvent un parent du cad et, par suite,
devail longer dans un des quarliers intrieurs, la dis-
position de l'iimmeuble n'est pas celle des maisons
particulires.
Au ct Sud-Ouest d'une court quadrilatrale irr-
gulire est adjaceate une construction un tage
et une terrasse, complortant une grande salle cha-
cun de ces tages.
Celle du rez-de-chausse, divise en deux pI:1r un
miur longitudinal resemble assez ce que nous
)pourrions alpeler une cham-bre coucher de rcelp-
lion. ou plutt une chambre de repos, d'usage trs
frequent au Maroc, avec des matelas et des tapis
dans les bouts. Mais que vient fire, dans le fond,
un mnirab assez mal orient, d'ailleurs, bien que cette
erreur cardinal ne soit pas une exceltionc au pays
des Chorfa. De plus, ce inirab se troupe dans une
espce de tourelle carre qui est trs visible l'ext-
rieur du bL;timent; c'est bien l le mode maugrebin,
don't le plus bel exeimple se trouve au Chella i11
Au premier, la salle est semblable, saul qiue le
mirab est remplac par une large fenitre, sans carac-
tre l'intrieur, mais trs intressante l'extrieur
(lig. A).
Ne serait le croissant qui la surmonte, et encore
ce n'est pas une caractristique, on dirait une fen-

1) A. Maitrot, Le 'l./w.l .




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs