• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Title Page
 Membres honoraires
 Membres titulaires
 Membres correspondants
 Societes correspondantes
 Societes etrangeres
 Monographie de Tobna (Thubunae...
 Les constructions pelasgiques
 Silex tailles d'Algerie
 Tessons a figures et a emblemes...
 Baignoire naturelle Romaine aux...
 Sarcophages monolithes de la region...
 Les ruines de Bordj R'dir
 Dessins rupestres de Tiout
 Communication
 Monuments en forme de caissons
 Auzia
 Releve des antiquites de la commune...
 Ruine a La Barbinais
 Notes sur les fouilles faites a...
 La Grottedu Chettaba
 Une inscription Arabe de Bougi...
 Poids de bronze antiques du Musee...
 Une cachette de monnaies
 Fouilles a El-Haria et Mahidji...
 Inscriptions decouvertes a timgad...
 Inscriptions inedites adressees...
 Note sur deux bracelets Touare...
 Lemelli
 Chronique
 Necrologie
 Table of Contents
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00021
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet,
L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00021
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

recueildesnotice35cons ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
    Membres honoraires
        Page iv
    Membres titulaires
        Page v
        Page vi
        Page vii
    Membres correspondants
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Societes correspondantes
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
    Societes etrangeres
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Monographie de Tobna (Thubunae)
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 14a
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 24a
        Page 25
        Page 26
        Page 26a
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 36a
        Page 37
        Page 38
        Page 38a
        Page 39
        Page 40
        Page 40a
        Page 40b
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 44a
        Page 45
        Page 46
        Page 46a
        Page 46b
        Page 47
        Page 48
        Page 48a
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 66a
        Page 66b
        Page 67
        Page 68
        Page 68a
        Page 68b
        Page 69
        Page 70
        Page 70a
        Page 71
        Page 72
        Page 72a
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 84a
        Page 85
        Page 86
        Page 86a
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 90a
        Page 91
        Page 92
        Page 92a
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 98a
    Les constructions pelasgiques
        Page 99
        Page 100
        Page 100a
        Page 101
        Page 102
        Page 102a
    Silex tailles d'Algerie
        Page 103
        Page 104
        Page 104a
        Page 105
        Page 106
        Page 106a
    Tessons a figures et a emblemes de la region de Setif
        Page 107
        Page 108
        Page 108a
        Page 109
        Page 110
        Page 110a
        Page 111
        Page 112
        Page 113
    Baignoire naturelle Romaine aux Ouled-Zerara
        Page 114
        Page 114a
    Sarcophages monolithes de la region de Setif
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 118a
    Les ruines de Bordj R'dir
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 122a
        Page 123
        Page 124
        Page 124a
        Page 125
        Page 126
        Page 126a
        Page 126b
    Dessins rupestres de Tiout
        Page 127
        Page 128
        Page 128a
        Page 129
        Page 130
        Page 130a
        Page 131
    Communication
        Page 132
        Page 133
    Monuments en forme de caissons
        Page 134
        Page 134a
        Page 134b
    Auzia
        Page 135
        Page 136
        Page 136a
        Page 137
        Page 138
        Page 138a
        Page 138b
        Page 139
        Page 140
        Page 140a
    Releve des antiquites de la commune mixte d'Ain-Melila
        Page 141
        Page 142
        Page 142a
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
    Ruine a La Barbinais
        Page 148
        Page 148a
        Page 149
        Page 150
        Page 150a
    Notes sur les fouilles faites a Tehouda (Cercle de Biskra)
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
    La Grottedu Chettaba
        Page 156
        Page 156a
        Page 157
        Page 158
        Page 158a
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
    Une inscription Arabe de Bougie
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
    Poids de bronze antiques du Musee Lavigerie
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
    Une cachette de monnaies
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
    Fouilles a El-Haria et Mahidjiba
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 194a
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 202a
        Page 202b
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
    Inscriptions decouvertes a timgad pendant l'annee 1901
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
    Inscriptions inedites adressees a la Societte au cours de l'annee 1901
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 304a
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
    Note sur deux bracelets Touareg
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
    Lemelli
        Page 324
        Page 325
        Page 325a
        Page 326
    Chronique
        Page 327
        Page 328
        Page 328a
        Page 328b
        Page 329
        Page 330
        Page 330a
    Necrologie
        Page 331
        Page 332
    Table of Contents
        Page 333
        Page 334
    Back Cover
        Page 335
        Page 336
Full Text










DEU~
M1EN LDE ON


iMENT DE CONS'


:- :-E" LA .UAT

"TRENTE WCNQUIME VOLUME DE L

N:I&AE 1l90





i. i


TWICEE
,MH|r/. -


~p i
C''NiSTA"N.TTN E;
* BIlinY.I i2, [rUE DU UALA L, A2

I'tbni. me afiicmne ci rafl'cik
T"t Mle2t 3I, rue Ur l,;cyjj I
9021 i
k~ ~~~~


MOIRES




TANTIENE

Ti .E 1 I ME S l1 E

.A COLLECTION



i *'*


tdIER [Il D












UNIVER SITY
OF FLORIDA
LIBRARIES






RECUEIL
DES


NOTICES ET MMOIRES
DE LA

SOCIT ARCHOLOGIQUE
DU
DPARTEMENT DE CONSTANTINE


!4e VOLUME DE LA QUATRIME SRIE
--s-
TRENTE-CINQUIME VOLUME DE LA COLLECTION


ANNE 1901











CONSTANTINE
IMPRIMERIE D. BRAHAM, 2, RUE DU PALAIS, 2
ALGER PARIS
JOURDAN, LIBRAIRE-EDITEUR J. ANDR et Cie
Librairie africaine et colonial
Place du Gouvernement 27 et 31, rue Bonaparte
1902


tL'ii* Lt Plat (a irbjti








MEM)BiRE;S HOUO2AE$IC-S




1893 M M BEFi. RI hi'i.i.il. ,. -i. 1 I "' ..-r.. *br I Inu.
til u i ...- .u i ,, I-...1I.: * ,1. *" a: ,.',:,
nf .. t-lu u i: *Ju I ..i..i .. .1 i. rs~ '. i j h; :-l., ;.. .
el i]- -. I

1893 Boi- in (vi, i .ii .. .i : I irnt.-r .1i
t i*l'lllr ljl. .J i l..i.- i l. I l l L .I p .l .lr:I i *
C ..l :11 e 1 i 11 ... I.i .:' l.I : .. u I .. 1. .i


1894 BRE L I.]i...l i .l. i. .-r I J iii..i .r. .1,r in,-
tilul .'fi '' .-'-, I1 I ..I .' -J I i' n -.
P -i':. 1 I1 I U- -. ii

1893 CAGN .T IR.:..I I. ,. ,,. t.i. J- I iB-iu_.i
pi .l ,--uji .1' i.. [ .u[.' .. .u I I...I- _- .J.-
F r nr ..'. IIi. n bi- 'lu i i. i l .ii U _- i~ i l .i
hi .]i. .1 ,- -1 *-.l uiu;l'..-ju'_, r1,i- 'I .:ul'l.,-
iJ. l' i,.

1885 H Lr,.: ii .ILL .'-- :. 1 .1


niiu- -r ill uri ,*i- i ,i: u [ I.-' I 'iii'.
i -l l :.iii ,, l .ir . .-I l[.[ -*.,i ..il ., 1.' Iii :.

W 'i _liirgr...,n i',ri .








MEMBRES TITULAIRES



1892 MMl. AnmRPE, I 9, conseiller de Prfecture.
1892 AuBRY, 4~, A 9, dput, maire de Stif.
1890 AUDE, pharmacien Khenchela.
1897 BONNAF, docteur El-Milia.
1896 BUsQuET, I 9, proviseur du Lyce de Cons-
tantine.
1898 CALASSANTI MOTYLINSKI (DE), -, I. 9, officer
interprte principal, directeur de la Mdersa,
professeur la Chaire publique d'arabe,
Constantine.
1895 CAMBUZAT-ROY, propritaire,Auxerre (Yonne).
1883 CHARRIER (L.), A 9, sous-chef de bureau
la Prfecture d'Alger.
1898 DESCORPS, A 9, inspecteur des enfants assists
Mont-de-Marsan.
1892 EscunR, A 9, directeur de l'cole primaire
suprieure, Constantine.
1878 FARGES, *, I commandant, directeur des
Affaires indignes de la Division, corres-
pondant du Ministre de l'Instruction pu-
blique, Constantine.
1874 GOYT, gomtre principal du Service topogra-
phique (Oran).
1891 GSELL, 1 9, professeur l'Ecole suprieure
des Lettres d'Alger, directeur du Muse des
antiquits algriennes, Mustapha.
1874 HINGLAIS, I ~, conservateur du Muse de la
Ville de Constantine, proviseur en retraite.
1899 JAUBERT (l'abb), secrtaire de l'vch, histo-
riographe du diocese.




VI

1901 aul l L Bn.:,r.E. .ii* cl r .i r in.l .i:; au IKhrjub
(C.ini;i iii iris.

1891 Le CLERC, .-ripl:.je ,p..ri.ur Ei r ie r ii,.

1881 LEi.-i i.iR. r, ,ri,-..-ur a Pal,..

1878 Li.:: :Nu... L. d.irec~i-i r J ar: afiire; indig..ne:
nu G.:.uv.-rr'.u...rnl Gi i ,ail. .. \lIg.r.

1892 r ,-,.EL.. NE. A *,ir.cI..iJr *I- rl. iin.s
8 i. .r...I fijriin .


,ILn k -.-I Cl .r nI'I nn.-.
1891 '.lr p .L..iT r.' r ,'r


1895 .IFrE-TRLT . .'. ,.]rii.ii l ru ..ur le. l I ...r.i.
ilu i,. ri \li: EIl-, ,,l:a

1867 '.lNir.ic IE. . I 1 ini.r.l.ri -irerlii:i.jr

Ulsl..ri.-rr, ..:; L -llr:- l *1'A I,g.=r l3ijr,:e [ el.s
I'l ri iiii. M,:rr.. r.n.rniriiI l n--,r.:i r- *u ,Ii
u l-,.r 1 !r [] ir...? i...ri ,ub'l, i, ur. .:.:.n .-.illr
z'r,..rjl '.- C?,,rulArui.ue-

1896 ri-cIrr (i u i,.'.l av.-..,al. *il:i. r rnl.r.r.*.
*, r-:. r'-. C,:'n fiIrI n-.

1890 .'. sRI. i~Lo. riejire de I':ri arilaninr ,i..:-.n .Iler
z. r., rdl.

1878 I r|R I . :l ,u,' ,ri. l. df i b .

r...r,. B ..hi

1862 F:.,LLE ; I ir.--'i.-i r .1- i: n3 ain- -n
r,:lr i .. ..rrtr p...r.rJ3ril dr i' i iill u lni ni
*FCr. i"',ri r,-ii rJi i ,Ju IC :.riiii lJ.-: ir-v.1l\
Iu-l.,rni u.. a d .I..1r. 13ir..I :\r. I'. rl.

1891 P r :,:r. a ',. ir.f.-, '-nr ,-i rlIu-..,r,'.i_ au
L -. J.' ',...1 .Ijlr i,-.
1881 Il'., .iML. -,. \ l. r ..iliD ..n r.traile,
ce:-rr .: n..n-lanl i] ii i .ir : r l'l _-ilr uIr :h l'-n
prubliqu, i ..n: inin r.




Vil

1894 MM. REBUFFEL, conducteur des Ponts et Chausses
Biskra.

1884 RECLUS (Onsime), gographe Paris.

1881 ROuERT, A 0, administrateur de la commune
mixte des Madid, membre correspondent
du Ministre de l'Instruction publique,
Bordj-bou-Arrridj.

1894 SARRAZIN, A 9, architect.

1890 VARs, A J9, directeur de travaux archolo-
gique, Constantine.

1891 VILLA, avocat Conslantine.

1901 ZEBEU, avocat Bougie, btonnier de l'ordre.








MEMBRME C3OBEESPC'ND.AITS



1900 MM. BARRY, A 0, administrateur de ....rmmnujii
mixte, Tbessa.
1889 BERNARD, architect, 23, rue des C.:.i.Jl;-i ,.
Compigne.
1891 BERTRAND (Louis), I~ receveur riiiri.:l-.'.l.
conservateur du Muse Philipp.: tii-.
1898 BESNIER (Maurice), I ancient ir-n r.: 1J..
l'Ecole franaise de Rome, charg- i- ',:..ur.
la Facult de Caen.
1895 BLONDEL, juge de paix.
1900 Docteur CARTON, A 9, mdecin-m.j..i ..
Sousse.
1888 DELATTRE (le R. P.), .,I prtre mi......un..;re
d'Alger, membre correspondent .I.- l'Ini
titut, conservateurdu Muse arcb.-l..i.gu.:
de Saint-Louis de Carthage.
1890 DOMERGUE, A 9, gomtre princip.sl i r-r.
traite, correspondent du Ministr.. I Ir.
truction publique Saint-Genis ( u -..r).
1888 DUPRAT, A 9, receveur des Dou ii-- '
Guadeloupe.
1882 DaouiN, avocat, rue Moncey, 15, I'u.
1895 ELDIN, architect, correspondent du .1.ntri.. .
de l'Instruction publique.
1890 ESPRANDIEU, 4, I 9, capitaine d'lrfintriii-
correspondant de l'Institut, 37, ru. J- B. II.:
chasse, Paris, VIle.
1894 FAGNAN, I Q, professeur l'Ecole uip-i i':ui.
des Lettres d'Alger.
1894 GAUCKLER, ,, A 9, directeur du S.-i i:.- .J1
Antiquits tunisiennes, Tunis.




IX

1894 MM. GESSARD (Karl), O pharmacien en chef
de l'Hpital de Lille.
1892 GoTSCHY, O *, gnral commandant la sub-
division Auxerre (Yonne).
1901 GRANGE, -, lieutenant au 4e rgiment de Ti-
railleurs, Zaghouan ('lunisie).
1893 GURIN, A 9, sous-directeur hors cadres,
4, rue de Constantine, Alger.
1892 IIANNEZO, L, A Q, capitaine au 4e Tirailleurs,
Bizerte.
1886 HOFFMANN, secrtaire de la Socit d'anthro-
pologie Washington.
1890 JACQUOr, juge au tribunal, Thonon (Haute-
Savoie).
1898 LASKINE (comte Gabriel de), Soletz, gou-
vernement de Radam (Russie).
1897 LEROY, A 9, explorateur, Argentan (Orne).
1901 LOIZILLON, administrateur-adjoint de la com-
mune mixte des Madid (Bordj-bou-
Arrridj).
1888 MARTY,mdecin-major de Ire classes l'Ilpital
militaire.
1888 MILvov, architect, rue des Trois-Cailloux, 3,
Amiens.
1892 MOLINER-VIOLLE, A 9, sous-chef de Bureau
au Gouvernement Gnral.
1902 OGER DU ROCHER, juge supplant au Tribunal
civil, Bne.
1888 PALLU DE LESSERT, avocat, rue de Tournon,
17, Paris.
1880 PEYROT (le docteur), rue Laffite, 18, Paris.
1892 PONT, propritaire Mila.
1885 REINACH, I Q, ancien lve de l'Ecole
d'Athnes, rue de Berlin, 31, Paris.
1902 ROUQUETTE (Dr), mdecin militaire, Batna.





x

jQ;i M1M. u.. 4. I L,. ....r-a;r.r ~uerali du c.:.uer-
'jIr D i lurfii--n. j TiJ 1 ,,
1856 S. o.:ii,:.r| Ii:.ai. 1 10., ru. d HRenrn; ..Pari..

1885 SNL.ALIN, A. I .i. ar .li. [: dJpi.n., p r I-
lj...u'" rnr eilI. I. t:,' b,',Jir'. d 9 1 Cok ur
c,'ll- Pare.

1901 S ..'i:.1 LLF, I Lt. ,-T'r,-iair. ': Ib *.:.'ii~"
?rCl. .'.] ', iu.r, *l' 1Iiluj IJ .- 1 Il.-'r i e
*l N, 'Irr c'.rrrf.[ 'iab l *lu I. lil,.r. ,

1892 Ti. T s I Y. p.l:.f, i -~ ll
1893 VmE IC.). ~..:.- t E.:.rij-l a.i-l
1868 Z.:TEr -.BR' .. sr .. i .i*....h iir-,, lI Bi,, i,:,ll.b .]u.
r. ail-.:.r ,i I'.ri-








SOCXIETS CORRESPONDANTES


AGEN. Socit d'agriculture, sciences et arts.
Arx. Acadmie des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
ALAIS. Socit scientifique et littraire.
ALGEu. cole suprieure des Lettres.
Socit historique algrienne.
Socit de gographie d'Alger et de l'Afrique du
Nord.
AMIENS. Socit des antiquaires de Picardie.
ANGOULEME. Socit archologique et historique de la
Charente.
AUTUN. Socit duenne.
AVESNES. Socit archologique de l'arrondissement.
AVIGNON. Acadmie de Vaucluse.
AUXERRE. Socit des sciences historiques et naturelles
de l'Yonne.
BAR-LE-Duc. Socit des lettres, sciences et arts.
BEAUNE.- Socit d'archologie, d'histoire et de littrature.
BEAUVAIS. Socit acadmique d'archologie, sciences
et arts du dpartement de l'Oise.
BEZIERS. Socit archologique, scientifique et littraire.
BONE. Acadmie d'Hippone.
BORDEAUX. Socit archologique.
Socit de gographie commercial.
BOURGES. Socit historique, littraire et artistique du
Cher.
BREST. Socit acadmique.
CHAMBERY. Socit savoisienne d'histoire et d'archo-
logie.
Acadmie des sciences, lettres et arts de
Savoie.
CHARTRES. Socit archologique d'Eure-et-Loire.
DAx. Socit de Borda.
DOUAI. Union gographique du nord de la France.
DRAGUIGNAN. Socit d'tudes scientifiques et archolo-
giques.
PINAL. Socit d'mulation des Vosges.






GAP. Socit d'tudes des Hautes-Alp--
GRENOBLE. Acadmie delphinale.
GURET. Socit des sciences naturelles et .i.-h;..I..i.
ques de la Creuse.
LANGRES. Socit historique et archologique.
LAON. Socit acadmique.
LIMOGES.- Socit archologique et historic.'j. -.ju L.-
mousin.
LYON. Socit littraire, historique et archo...... .-
Acadmie des sciences, belles-lettres e 1 1:.
Bulletin historique du diocese de Lyon.
LE MANS. Socit historique et archologique .Ji '.1 .r...
MARSEILLE. Socit de statistique.
MONTAUBAN. Socit archologique du Tarn-el i.'i..'ri.:
MONTBLIARD. Socit d'mulation.
NANCY. Acadmie de Stanislas.
Socit d'archologie lorraine et du muse his-
torique lorrain.
Socit de gographie de l'Est.
NANTES. Socit d'archologie.
NARBONNE. Commission archologique.
NICE. Socit de littrature, sciences et arts des Alpes-
Maritimes.
NiMEs. Acadmie du Gard.
ORAN. Socit de gographie et d'archologie.
ORLANS. Socit archologique de l'Orlanais.
PARIs. Institut de France.
Journal des Savants.
Comit des travaux historiques et scientifiques.
Bulletin de l'Ecole des Chartes.
Socit des antiquaires de France.
Socit d'ethnographie.
Socit de gographie.
Socit d'anthropologie.
Association pour l'encouragement des til-.
grecques.
Socit des tudes historiques.
Revue gographique international.
Muse Guimet.
Socit acadmique indo-chinoise de France.






PARIS. Recue des Colonies et des Protectorats.
Revue de statistique.
Socit d'tudes algriennes.
PERPIGNAN. Socit agricole, scientifique et littraire.
POITIERS. Socit des antiquaires de l'Ouest.
RAMBOUILLET. Socit archologique.
REIMS. Acadmie national.
RENNES. Socit archologique du dpartement d'lle-
et-Vilaine.
ROCHECHOUART. Socit des Amis des sciences et des
arts.
RODEZ. Socit des lettres, sciences et arts de l'Aveyron.
RouEN. Commission des antiquits de la Seine-Inf-
rieure.
SAINT-BRIEUC. Socit d'mulation des Cotes-du-Nord.
SAINT-DI. Socit philomathique.
SAINTES. Socit des archives historiques de la Sain-
tonge et de l'Aunis.
SAINT-O.IER. Socit des antiquaires de la Morinie.
SAINT-QUENTIN. Socit acadmique des sciences, arts
et belles-lettres.
SEMUR. Socit des sciences historiques et naturelles.
SENS. Socit archologique.
SoissoNs. Socit archologique, historique et scienti-
fique.
ToULON. Acadmie du Var.
TOULOUSE. Acadmie des sciences, inscriptions et belles-
lettres.
Socit d'archologie du Midi de la France.
TouRs. Socit d'archologie de la Touraine.
Socit d'agriculture, sciences, arts et belles-
lettres du dpartement d'Indre-et-Loire.
Socit de gographie.
TUNIS. Institut de Carthage. Association tunisienne
des lettres, sciences et arts, Tunis.
VALENCE. Bulletin d'histoire ecclsiastique et d'archo-
logie religieuse du diocse de Valence.
VALENCIENNES. Socit d'agriculture, sciences et arts.
VANNES. Socit polymathique du Morbihan.
VERVINs. Socit archologique.











si.IHE' FF-. ETRAN'ZERE~,





ALSACE-LORani :E. *.*:ii *l r. h-, .l...... .. u.i 'h1 t..r- .j

... iru,( r .. i i.:ll i.i.ir .1 I' ii : i- r, j..


ANGLETERRE. **'",:** .J.. 1. i ,ii ii ..i 1 .. n.li -:
Ei.'.-,- Si,.iil. *J-, '-rii.|l','ir'-. E.lui.,
b:.ur-.

lir l... l ,. . n 'li,: r, ': T',:,',:,i_ :, I'- l:il.

N.u. ,,-1.- i, rJlJii uruiajl ij: ,-l iJ'. ,.h.,rl':r '\l i-
,I- l,.r.i r- Il
AUTRICHE. *.,le .,I |-r 1i.- *l- --_.* ..pli \ -'r-.
AUTRICHE-] I,:*.N:IIE -.. '*, -l 31,h ..-l 'l iJ- r,, I ._ i -

BELGIQUE. ,'".i~l'. J'an I *l'ii-i-i r 'lij .-- i' i-:-.
*...:1..: .. :. --ll:.['r -.r--. Brr r<:II .
'.,,. -.u- .Iar'h-.',,l...-': J.- Biru ~-iL -
BRSIL. '.Iu .,:- ri.,ll.:.!i 1 "l1 l"1. l n'ilri.'
EGYPTE. I ri- ui~ .i-r,. i I.. ir
Cl,. '-. ,'- I -'n -ri a ..-l-r, .t.- ,rr'''''i,'ri. l ,J l'J Ir




I.1 ar.,~ur, .'.




lI..,-,. s t r -. l i n I [l-
.hii'."rg-.

\\'...,l;nEt,:i.+.







TATS-UNIS D'AMRIQUE. Socit d'anthropologie,
Washington.
Acadmie des sciences natu-
relles de Davenport,lowa.
Muse amricain d'histoire
naturelle.
Association amricaine pour
l'avancement des sciences,
Washington.
Socit historique du Kan-
sas, Topeka.
ITALIE. Institut archologique d'Allemagne, Rome.
Nouveau bulletin d'archologie chrtienne,
Rome.
cole franaise de Rome.
Socit africaine d'Italie, Naples.
Socit africaine d'Italie, Florence.
NORWGE. Universit royale, Christiana.
RusSIE. Commission impriale archologique, Saint-
Ptersbourg.
SuDE. Acadmie royale archologique de Stockholm.
Institut gologique de l'Universit d'Upsala.
SuissE. Socit d'histoire et d'archologie de Genve.
Socit de gographie de Berne.
Universit de Fribourg.






















m 0'IT O G- ID 1-11 JE

DE~


TOBNA
(Thubunae)

PAR

RAOUL GRANGE,
LIEUTENANT AU 9S 'fGMENT DE TIRAILLEURS )LGRIENS













INTRODUCTION


L.. .:. ,..' urqui quite, An-Touta (Mac-Mahon), la ligne
f..rr.. '.iu:tantine-Biskra, pour prendre la route qui se
.1;ii', .. l'ouest, c'est--dire sur Barika, ne tarde pas
u, r.,.j :' ii d'arriver au bordj de Seggana,situ 28 kilo-
riilr-: m. p-.itrer dans la parties orientale de la vaste plaine
diJ Il..dlr.., situe aux confins des provinces d'Alger et de
I.:.rii.ir.nii., environ 150 kilomtres au sud du littora
,.. .;I .,: r .. en .
Ci.-iii imiinense cuvette presque dserte et aride de nos
j,:.,ur j.'.r-que des pluies inespres ne la fertilisent pas. est
;r.'-;l- .ij nord, par les months du Hodna; l'est, par les
pr.,.'.r -r, :.ntreforts des months de Batna et de l'Aurs; dans
1 i ~,..i quelques reliefs secondaires des montagnes du
-.b. -' ul-ouest, par les derniers plissements des mon-
-t,i.' -.1.. ')ulad-Nayl et l'ouest, par les months ovivent
I,. -I-.il ijd- idi-Brahim .
lC' i-rrni.ire, long de 140 kilomtres de l'est l'ouest, et
i;r: .J-: 1.1 kilomtres du nord au sud, est parcouru par
iuj-l,,u'.. ..ueds le plus souvent desschs pendant l't et,
q.irli .:--.njs, mme pendant l'hiver.
.\ .'i, .irmit orientale, un grand course d'eau descend
.1.j il,. t..l-rougourt (2,100 mtres d'altitude), non loin de
B.,tr[,:. '-i traverse le Belezma o il reoit divers affluents
d..:... nr inil. comme lui, des Ouled-Sellem et Ouled-Ali-ben-
i..t.:i *, *'uche, et des Ouled-Sulthan, droite. Aprs un
pr.:r.:.,.- i.3 plus de 80 kilomtres, il arrose la commune
ri;liri.ir: ,-i Barika laquelle il donne son nom, puis con-







tinue sa course vers l'ouest, laissani ',i -'.J *Jr ....-r, Iit i.
4 kilomtres sud-ouest du bordj d.. [;.i i. i. ri ..r,. .in
Tobna ou Tubunensium, d'aprs le nur,,.:i.. Ili.." .1- ri.-
criptions romaines recueillies par L... ri [r-r:r
Sous la domination romaine, ce i,. r.,:.,rr.- 1i ur'
nombreuse population agricole. D.- ....nit.r.' r. ir.ir,- 1j.
constructions en sont le tmoignag-
Des ruines de villages, de portes, -..: '. t,.' I...rl;.ri d.1.
tronons de routes, des fragments !.- i-..:. ,. -; -i....:....
constatent qu'une civilisation avanc i' li 'Ir :' .-" r .I-
plusieurs sicles.
De plus, la trace indestructible c u,,n ;ni1 i i,....,i niui Ir
solidement tablie sur tous les poin .1u ii .., i .. .pirii .1-
noncer que l'agriculture y a t enj lr:.nrir:u ...' ,-. .rrI
effet, en juger par la multiplicit d .: -'- 1.: ,- i .ii :'.li,\
et d'habitations isoles, probablem-r.i .1., i.. ... . .-,
exploitations agricoles, prs desqu..iI.., .:.-u ..... .,:.iii : :...-
vent, soit un puits ensabl, soit une '.'t:i.i .. :. lt.'ii :.i r- J:-
auges en pierre de taille.
On remarque encore, au point o I.". -r[ ,i.1-- il.-: .lI
bouchent dans le Hodna, des vestig.., .....:..-i.i ,.'ii..... i.-
drauliques que l'on retrouve aussi, [.lu- t- r-l... .I
terres et des ruines romaines, vestig-.- '1"; :'W.' ;,,':.-. ni
des barrages, des bassins de retenu ..1 .,. I. r.ri,; r .. m.
des canaux, des aqueducs e i .-- ... i:i. -! 'i. i.-
deuxime.
Les uns et les autres ont t exc u-i : J r, .!. .i-
triaux trouvs sur place, soit du .;rr,,. i -i : ii.....
rouls composant des blocs de bton. i.ii,...i.. i. -:'1.1: 'lj':
la pioche ne peut y faire des brche.;
A l'poque romaine, les villes y t *..:ri '-.: r in..i r.i..
les villages nombreux. Parmi ces d-! ni,: r. r ..i [....j ...,
citer trois centres d'importance moi ..1ir .1u. I lU..ut-. i- -l'j
tait une grande cit : l'un, sur l'Oi.-.1 i. r ...u ... :.. I. i.
mtres au nord-ouest de Barika; i ., i i-n.- lil-..; -
22 kilomtres au nord-nord ouesi I ir,:,..,.,-,e .n]i. I
plaine de Daya, 30 kilomtres au s, u-.. :i
Au nord de Tobna, environ 30 k.l. .:ir..-, i.... ii-.u







vons dans Kherbet-Zerga, les ruines de Cellae et, plus
l'est, le village encore florissant de N'gaous; 25 miles
romaines l'ouest de Kherbet Zerga, Magra, l'antique
Macri.
A 21 miles vers le sud, court la route de M'doukal, ja-
lonne encore de bornes milliaires. A 800 mtres au nord
de M'doukal se voient les restes d'un chateau remain ; plus
encore, au sud : Bir-Sadouri et Doucen.
Au contraire, les vestiges de fermes et d'habitations iso-
les se rencontrent chaque pas. Souvent un monticule
cache une ruine. Sa surface dpouille de toute vgtation
est recouverte de dbris de poteries grossires; quelques
pierres mergent et l. Si on ouvre une tranche de seu-
lement Om30 de profondeur, des restes de maonneries en
pierres de rivires, des auges, des moulins mains, des
margelles de puits apparaissent.
Le nombre de ces constructions accuse la nombreuse po-
pulation qui, sous la domination romaine, non seulement
vivait des products du sol, mais encore en faisait le com-
merce.
Aujourd'hui, ce mme sol si riche jadis est souvent in-
capable de subvenir aux besoins des misrables families
arabes qui s'accrochent dsesprment lui.
On est tent d'attribuer la difference, entire la fertilit
prsente et celle des poques romaines et byzantines, un
changement considerable dans les conditions climatriques.
Les montagnes, ayant t peut- tre, plus boises qu'elles
ne le sont aujourd'hui, provoquaient des pluies un psu
plus abondantes et rgularisaient l'coulement des eaux
sur le sol.
Pourtant, le boisement (d'aprs les anciens (1), n'y a jamais
t bien tendu. Aussi, ne devait-il pas tre la seule cause
de la richesse de cette plaine qui, aujourd'hui encore, lors-
qu'exceptionnellement les pluies sont frquentes, est une
des plus fertiles de l'Algrie.
Le principal agent de la fertilit devait tre surtout l'uti-


(1) Salluste, Strabon.







lisation et la sage distribution de toutes les eaux l i,,il-
et fluviales.
Lorsque les pluiestombenten abondance, les c.iJ-lj. 'rlo-
sis, roulent des eaux furieuses que les barrage- iidi,..',
ne peuvent retenir et empecher de se perdre dEi, I,- ci...i
Hodna, sans profit pour l'agriculture.
Les vritables causes de la ruine de ces contr-. i.-ni .1-
guerres incessantes et cruelles qui les ont dsic.i-; ;i -..,-
vent, flaux accompagns de l'invitable dest..ii..:. In .. i
cultures, des ouvrages hydrauliques, des habi. iin:.' .J.
institutions, des peuples mme, et aussi de l'aba.l..,'!
Prs de Barika, comme prs de M'sila, le [Fi....-.ii.
avaient donc une cit prospre, Thubune (i), dor 1- i ..-
considrables situes 460 mtres d'altitude su: I.- Ipli" -
quaternaire qui sparel'Oued-Barikadel'Oued-bii.i, ii'u...
Bou-Mazouzh infrieur) tmoignent de l'exist-:.. J'.urn
grande ville.
Au temps des premires invasions arabes et, d qpr ; I.-
anciens auteurs de ce people, ses alentours et i.'...- r.-i
le Hodna, taient couverts d'oliviers et de diffrt'-: i- r.r.'-
fruitiers, de palmiers et de cotonniers.
A Tobna, il reste encore quelques pierres deb.i i, rn.:.;-
gnant de la splendeur de l'tablissement remain. rn, I ,...
localit n'offre l'eil qu'une solitude dsole ,.. I': ur,
arbre n'abrite le voyageur contre les ardeurs du ..:l-i ,l'.i-.
Les ruines, recouvertes de terre apporte pai 1 '.-i, i,
forment un monticule marqu sur le plan du s-, :',-',''...
sulte de la commune de Barika, sous le nom deI .b...
Les documents historiques que l'on possde ur r. ii. I.-
calit se rduisent en gnral, la mention d. i:."u u....n
dans les annales, au sujet de quelques faits hisi'..,tr: ,,i
elle a jou un rle quelconque.
Aussi, la moisson de documents que nous ave 1.i r, ii: ,:i
particu irement restreinte. Nous avons eu, surtc.,i r:'...:a it
la magnifique Histoire de l'Afrique septent, Js...! ,1:

(1) Voir plan-relief archologique adress au Ministre de i...
et dress par l'auteur.







M. Mercier, maire de Constantine, pour jeter un peu de
clart sur la vie de l'antique et mystrieuse Thubunae.
D'autres auteurs comptents ont t galement mis con-
tribution : MM. Gsell, Tissot, Ed. Cat et Boissier, entire
autres.
Aux documents que nous avons glans dans leurs ou-
vrages, nous avons ajout nos bien modestes d6couvertes
Tobna : inscriptions et monuments; les quelques renseigne-
ments concernant l'hydraulique des anciens t que M. le
capitaine Desgnes, chef de l'annexe de Barika, a bien
voulu mettre notre disposition, et ceux recueillis, par
nous, l'aide des vestiges qui existent encore dans le pays(2).
Enfin, nous avons essay de faire un tout bien homogne
en coordonnant les faits d'aprs leur situation chronologi-
que.




















(1) Travail de 1MM. les lieutenants Touchard et Sold.
(2) Nous tenons aussi remercier ici, M. le Commandant Farges, chef
de la Section des affaires indignes de la province de Constantine, qui a
bien voulu fire mettre notre disposition du matriel Decauville appar-
tenant la commune indigne de Barika. Mais toute notre reconnais-
sance va la Socit archologique de Conlstantine qui a bien voulu
nous prter, la premiere, son concours et noun aider des prcieux conseils
de son honorable president, M. Mercier; enfin, M. Gsell qui nous a fait
obtenir du Ministre de l'Instruction publique, les fonds ncessaires a la
continuation des fouilles.











CHAPITRE PREMIER


Temps primitifs





On ne sait rien sur les temps primitifs de l'histoire
de la Berbrie.
La Bible parle peine de cette contre. Homre,
dans ses rcits lgendaires, la cite vaguement. Les
auteurs les plus anciens paraissent avoir compris la
plupart des Berbres dans la denomination de Ly-
biens, les Lebous des textes gyptiens.
Nous savons, par diverse inscriptions hiroghly-
phiques, que les Pharaons furent en rapports fr-
quents avec les Lybiens, qui faisaient souvent des
razzias dans la valle du Nil; en d'autres temps ils y
venaient comme mercenaires. Au quatorzime et trei-
zime sicles avant Jsus-Christ, ils faillirent con-
qurir l'Egypte.
Les Pharaons appelaient, peuples de la mer, les
Achens, les Bardaniens, les Lyciens, les Tyrrh-
niens, tablis sur la cte de la mer Ege et aussi les
Crtois. Tous ces peuples entretinrent des relations






- ii, -


, i.',: i,., L ', l,,:IJ-. \ er I .', -l .]i.in il. il]lr. il. ;, Ie.\
p i. r ,.,. l l i L-_ 1 ..



l.ii ni- i.- I A i ic.. i.1 N i.d ..:i]i i * u *. r- ij e-.
ll ..Iij, il I,-, l| i-iil .. -I I ul,- l' 1'.l l,- l . -] -

j1iadis-lin I Ii w: j du i i l
F ri.'<... e .:ri i [.i. i ast le l e celles


I, , ,l l- ,I I l l ll, j .. , 'I ,- . ', I.. . r:.'.1 | 1 ,1.1

li' e .l 'i l l.: I I 'I e l I i-.i *,ii A, .*i .:.i.e -

i lj iIll i z ilI..,- i' I.1 je1 u -., *J i .p.'p.:.i l i I.-: l rlii-


tI ir, I, ir. '.Ii i', .i J 'iir ui i d.' Ai' e r *l[ i., l. 11
- ir. C.l d^e sui i .% 1. 1 *u .i .1 i l t e |..:.j ij fl .-li-.
e. d : i, : s d, i : .: I. t ,I\, ':s ;r il...il s, r'.. d
,ii i ,'e I. | i, rl : [ ,. L i Ui.-, .e._il.. .- '. -.-.,
i i.:.iu t i klin :Cn lr.:.u\*:e' I*c dP suitl, d'A-EMidj
C 1 d A" .- '; il l. l l l ,j 11 er.. Alr -.\ d l:. lli-- : i j-,.
..l'fr- t le] i i. nles a lies: ei I. i I e .,.u i l .
L s ;iilruiwle iii. jen e ii ii s. so s. rvi les
ell eir. .j ii i1 re i .'-.. iiil. i? l, l i.ll. i il, Z l'.i
q le e'.:'1 l lh jl J ri - ille.- '. i ii. i, .. d :ieu-
1 ri-..ll i e ''i. 'i.**1Ie i~r ur le Nil. Le- ,gr.:.ie
. 'i-', e1 ?i 1,1:e [I ,'I 1, .s.'-" e' l' ,': J'.i: ,-i, C,'ll. t
e **.'-* ..'| l ,-.ui I. el I, .I : e-. i, ii'. vltIu. illi- .jlJ ) -i,.1
ld e E. 1 i -.. *1 ;IL' L'[,U '...e I''" i -l.r.%li ir I
I ] -\ -i\ 'll+ ,*+I+ } ,Z':, w:.: ,], C :,+]-t,,'u e






- 11 -


Nous mmesiti, 20 kilomtres au sud-est de
Tobna, avons dcouvert dans une caverne situe sur
un des sommets principaux du Djebel-Amar (versant
nord) et 2 ou 3 kilomtres l'est de la piste de
Barika-Biskra, trois silex taills en forme de fer de
lance'(2. Ils ont l trouvs au pied d'un monticule
form par les eaux suintant de la vote et qui avaient
amass, en cet endroit, une vritable leve de terre
noire, humide et gluante.
Sur les votes de calcaire crtac de cette caverne
don't la disposition est peu prs la suivante :








N


Nous avons cherch, mais'en
d'criture ou de gravure rupestre.
Il est vrai, que le temps et les
d'clairage nous ont fait dfaut.


vain, des traces

moyens suffisants


(1) Rapport M. le Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-
Arts (Janvier 1901).
(2) Envoys par M. Grange, au Ministre des Beaux-Arts.








Peut-tre qu'en se Iur.Jn .!, dJ :.l jiii-iig3 ,ii ,n.- plu
srieuses, parviendrait-.:i ... en re[r'.:.u'er J':- '..-tiges.
La caverne en qIei i.:ii ni c-i I.,i I.J -:ul .1Iiii
existe en cet endroit, .: .ir .ile i,'.1' i]i'u .u le: :iii.
qui enserrent le somimel .i ... ii .iii .r.I.-.I .iji 11i?
est la plus vaste et la plur-i- ur:u;'. |i.r r.,j e._i
presque gomtrique eli l. .:ui is.- -i i.a ti u ll.'- ,1 j'lle
content.
Nous avons pu non', riii lr, ..:.lrriiiii.ie ue r:'- i.i1, ii-
communiquaient entire e1ii-~ i) r .li i -,I-I :. i'.:.: I ii-.ll
Le couloir qui doii. ...:, ii- d .an il.: .ui lJ ,u-
occupe commence par u, *:.r..ii Il ...'ii .ljii- lI.liel ,:.i.
ne peut avancer qu.e ,'._urr. .\1'. 1Jie ii Jine Je
m tres de parcours :', ir..u, e., i'r.:.il': u .,: i:iiiiii l'r
presque circulaire de 5 nl I.:ii d.. i i. ... ti ir.:.i, ie'''.
le couloir va toujours hii -'.i -' 1 1 iil ei, .. -i de.i:..ii
que l'on pntre dan- Ij :1 ,ul.o l.ri' ..[.. il. 'lui iul
avoir une dizaine de& ii.i'- 'Je lu fui -ul u.i iili .le
rayon.
Presque droit au sud. ii .:..ui.:.ir i' ]ii e .: :,:iiiiiliue
de l'autre ct de la il.iiiilr '? *: -ur uii ? l1' i. ue:.il' '1:
150 200 mtres av.: . i .tr,-e- ,le l.rsle. 'i ,Ini
brusquement sans rtilr.:,-:-.emet.
De la cham bre ci-d.:.- -ui p,- i.:il %-.r- l' -i ,:1 .'.l.,-
deux corridors doni 1j, IeuI im'.:ur-:r -i0n iin.-uli
de long. Vers le sud-.:.ueil i 41il,,i: uii tiii e C':'ul.:i[r
moins long que les 1'i-lI:ii -.
Dans toutes ses I ri'e-., le -.1 ,le c'iie -'r.ri? i z t
couvert d'une terre ii.,r., Iiuiiir... l "Ia iiio i.:.'. eli
d'ossements de touie ii.iiure i' i- l.- n iu i.:.ii, on
rencontre un puits icie:u-,r iii,- ? -le r. '. I','.i i iiin-
bant de la vote depuis des i- le.. Cet. ati iju d 'le


- 1." -






13 -

l'un de ces puits qu'ont t trouvs trois silex de la
forme suivante :







Sommes-nous en face dans ces grottes du Djebel-
Amar d'une ancienne exploitation minire ou bien
d'un sanctuaire consacr quelque divinit paenne,
quelque gnie de la religion mazdenne? (';
Cette dernire version ne serait pas invraisemblable,
car on sait que les mithriatiques se runissaient
dans des antres, comme les premiers chrtiens, plus
tard, dans les catacombes.
Quoiqu'il en soit, il nous parat utile que des re-
cherches srieuses soient faites dans ces cavernes que
l'on peut assimiler, croyons-nous, aux souterrains de
Biar-Haddada et de Sidi-ben-Yahia, Mila.
De cet ge de pierre don't quelques hommes ont
peut-tre habit les souterrains du Djebel-Amar -
nous ne possdons aucun fait historique et l'histoire
de l'Afrique septentrionale ne commence gure pour
nous qu'avec les incursions des Phniciens dans ce
pays.
Leurs tablissements, en Afrique, paraissent tre
antrieurs au XII, sicle, mais ils ne durent jamais
pntrer dans le cour du pays. Carthage, cependant,
organisa au IIIe sicle une expedition contre Tbessa
qu'elle possda pendant cinquante ans.

(1) Minockired, Bible du Mazdisme.






- 1- -


Fll s'elfor.,a de tenir le.s rinces ind-ig.nes sous sa
dil.end'ance. Le plus illuisre. T-if--irissa., fut clev\ i
'rin'jge. Elle re, rul. l les Nunide: et <- Maures
p,:,ur sn iarrntie ,' le V si,'le ".
L.:i lii ue ...ll ;.'lll e: igde r.i ii 'ig. s l ii e lui le unique
eL ii.iii le l.er.L'eI 11 ':id..r: ,eiri t u'i i l'1; i 'i' lh'iii l-
c ienr-le. l. 'n d:e ie C -' e l ie. Souu' l' iii.,;re r.:.in:iiii, in
d'eu I':1',I le iini l iniT e e- lt i l'l C [il l i. i :'il'
B Ui'iir le i jliIe ui -- l~ l J i e J;l ii, m 3 e
au ,-I -'le ,..' .-i :*iiiii, et Je ,jiielnj.
[euri; \.: hie:. i.t ln,'i r.? u ,, ,'-'.,. |, ir e- : l.i- ,.*.l de,
pri',ot hIullu.i e:, ,I- eI'r., e,,, l' 'r dJe ['; i'j[, el 1.1
,cUn'.u ,'\.i de I.,:', -I .|,Ii Ue. :'.iiI d iiil: '-,' li, ,lure
lI ,,i r'e:. .e c t. -, i;que.
T ite-Li'e. P...il-he, i' 11l,,:,,, P.:. l,/..'; ,.'. M Tl.j, I' lne
de-iSiiiiit le- .-l'riifr I'1- .,,- .i r.i M ,Ul,2 i.,ie ei de
l.a Nuiiii ie -.:,us le r'i ,n u M -- ;. le- ei ':J' rMl : i-



p.-.il i J- de .ril -Us hei l-- e-. -i*.i le iiiii de -.J UIU- ,
G.'Lul,?' et Nunii :i.


l I .. Il,I I 4 i, 1.i .I .









I-

-
I -I
S -



.-'- -s' _^ ^ r -













CHAPITRE DEUXIME


[liiionIIs (I"-o.i rapliquies ladoptes

Ip)r I~. anciens





Les .ii ,.ri;s di, ij;,:ii t l'Algrie septentrionale, ou
Lll bn: ,it GrIe';-, c: *Jeu, divisions principles: (1)
1 Reg:,ii d iii u ir,:il qui se subdivise en:
C .:jI'|l'ltI.ue. Trip.olitaine, Numidie, Maurtanie
Ci i,'iiille t M uri a.jii ijccidentale ou Tingitane.
-tiegiii 'le I ini.reiur, se subdivisant en:
r> LI .ie de,,l e, ,:,mnl.renant la Phazanie (Fezzan)
Ju -ud J.: b, Ti'pllit iiiie et de la Cyrnaque;
b i (iGtulie,.: u s'-J ,J I.j Numidie et des Maurtanies
-LJr le- li.ul- ,l.jiIt'u\ et dans le dsert;
,:) Eihb ie, .iiiinreiiJiit la Troglodytique, au sud
deS deu\x pr.~icdlite- .
Nou- n'i..:rn pi ii irtention d'crire l'histoire
de ie diej-.e Ije-Ji.:iis : ntre ambition, plus modest,
Se tborne i:utl sniiiili:mi, comme nous l'avons dit

I T....,I .I rr.. -I i i. .- 'i.storique des suivants ont t emprun-
i- ..h. . p . i.;r..i.l.t.- histoire del'Afrique septentrionale
,s, 1 i' ti, .li.







- lil -


dan, ,:ir.re iila r,:,,i'un l,:,n, d'e -- : e" ti I' de deI l, u;llel
1ij? niU lj' u iu- e\ '.cul. ;s T,.,I..I.I CL iii- ,.,U ...
les plu_ r.:."?iI- p'ul i r lent de l'hisi tire 'ek people.
3a ] l it I .jl.il I'Al'i i']ue epelltric.rale, de, jeter un rieu
,JL ,.'h r ..ur i ,. l:i ,,i inn s 'lu [i- i.|ii '. .u iIair'e,
riiui-l' 1i. rmiuri'; Iantque Tlijhbuie;rii,. la T ltiij
Jdesi. raidbe.u
N,usii iu'i.u ,le',rl.- '1.:-ih'' pie la G< lt.uli, ,:,u ris
d,. G; ijl.' iuiJu ,:i] r i.e. r:iorin ,que Il I.lIip-rt
.l]e .jU leur-I rIt. i uiiiie t I. .T ;.-:, 'IJ?'' -Li tIC.iii,?
lI IrII i d .' lijul [.1 el dl\ I ) l 'I'r i' lrilt '-
nale dlu dJa ort, 'e-t sur I lIh qui. s: -pe le- pre-
nii:- 'l u .e', id pi.. Tiiuluiiii e lui l:ld.e uni
e[,aU qi uLI rie ipei .lte *iee, iiii h e ep..j':terel ,l, t.iuIe
'de d,. qiiiiielii -iet-ii-l..
Biel eiteri.i* l li' it..'re .e- M .I l si .-G : Liule i L .Iul-
nri,- i uu -dl des ir'.-denl- er :ee .1,' Per:. d.es,,
I Pli 'ril-ieii l, ur 1-. 'i-, .c li: du [lir t tLllu ,-
Dera) ne peut trouver place dans le cadre que nous
nous sommes trac.
Le sens du mot Gtules est difficile dfinir.
Sur la region du sud, sur ce qu'il appelle vague-
ment le pays des Gtules, au nord duquel tait le
pays des Lybiens, Salluste n'a, non plus, que de forts
pauvres renseignements; il sait seulement, par ou
dire, qu'au-del de la Numidie et, de l'autre ct de
l'Atlas, habitaient les Gtules en parties sdentaires
sous leurs huttes agrestes, disons le mot, sous leurs
gourbis; en parties nomades, sous la tente, et plus
sauvages encore(l) .
Le Capitaine Ragot constate que la separation mar-

(1) G. BOSSIER.






- 17 -


quc par Salluste, entire les Lybiens et les Glules,
ne s'est pas encore efface de nos jours; elle existed
encore l'heure qu'il est, et Ragot va jusqu' dire
qu'elle indique pour nous la limited de la colonisation
srieuse et des tentatives raisonnables d'assimilation
possible.
Ce que les anciens appelaient proprement la Nu-
midie s'arrtait, ajoute-t-il avec precision, la chatne
des Monts Aurs. Au-dessous, in/ram Numidiam,
tait le pays des Glules. Dans la table de
Peutinger (segments 1, II, III) de la belle dition
Desjardins, le nom de Gtulie embrasse le M'zab, la
region de l'Aurs et celle du Djerid. La limited tait
ncessairement un peu vague et elle a d varier avec
]es tentatives progressives de refoulement. Le Hodna
est un pays Gtule. En some, qu'est-ce que ces
Gtules? Est-ce une autre race? N'est-ce pas plutt
une confdration plus belliqueuse don't le caractre
plus remuant et plus indomptable s'expliquerait par
le climate plus violent, par la situation plus lointaine?
Ce qui est sr, c'est que la Gtulie a servi en tout
temps de refuge aux vaincus et aux proscrits du Tell;
t comme l'asile de l'indpendance africaine i1) .
M. Tissot s'exprime ainsi sur les origins des G-
tules: Descendants directs de ces aborignes don't
les silex taills du Sahara nous ont rvl l'existence
aux poques historiques les plus recules, les Gtules
forment une catgorie distinct dans l'ethnographie
africaine. Tandis que les Lybiens de la zone maritime
sont plus ou moins pntrs par les lments tran-
gers, ibres, indo-europens ou smitiques qui s'ta-

(1) G. BOISSIER, l'Algrie romaine.







j. -

blissent successivement e n .A'iii.i e, l G l.iite., p.Ir
leur position gographique-. ct.li qif.nt :es 'i lu.dii .;:
extrieures et ne se croi:seiil ilj.r lu: l .jU les' r.iie
saliariennes.
D'aprs M. Cat, de l'E l. .* le .i- Letriii ,. A .I-. .e
point de vue est dveloppe ,ir' l'auteur j,..: Ie u.:,JU .u:i
de savoir et d'esprit, mai- Ij ''l i~ie.: n 1i L..t [i eu
prs insoluble.
Notre faible compten:: ii e i .:l,, : it p.ji: de'
discuter les nombreuses lipol;hoae laitLe par lea
savants sur ce sujet.
Nous nous bornerons donc rappeler, ceux qui
liront ces lignes, que des silex taills semblables
ceux don't parle M. Tissot, se retrouvent aussi dans
le Hodna oriental, tmoins ceux que nous avons
ramasss dans les cavernes du Djebel-Amar.














CHAPITRE TROISIME


Premiers sicles avant Jsus-Christ





(IIII sicle)

Lorsque les Romains, 256 ans avant Jsus-Christ,
mirent le pied pour la premiere fois en Afrique, un
peu l'est de Carthage premieree guerre punique) ils
trouvrent les anciens Phniciens solidement tablis
dans le pays.
Aprs avoir lanc dans l'intrieur quelques expdi-
tions, ils durent rentrer en Italie aprs leur dfaite
Tuns (Tunis) en l'an 255.
Si Thubunae fut cre par les Romains ce n'est
donc pas cette poque que cette ville naquit, car il
est impossible qu'une de leurs expeditions ait pu
s'avancer jusque dans le Hodna et ait eu le temps de
crer une cit quelconque.
Pendant la deuxime guerre punique, Gula, roi des
Massyliens, prte son concours aux Carthaginois.
Massinissa, son fils, march sur Syphax, chef des
Massssyliens et le bat en plusieurs rencontres (212).







20 -

Mais en 207, Scipion sut dtacher Massinissa de la
cause carthaginoise. Vaincu, en 204, par Syphax,
Massinissa qui avait conquis son trne de Numidie
se retira dans le pays des Garamantes.
En 204, les Romains, avec Scipion, mettent la
deuxime fois le pied sur le sol africain prs d'Utique
o Massinissa vint les rejoindre. En 203, Syphax et
ses Berbres furent vaincus en plusieurs rencontres
par Scipion et Massinissa. Syphax est fait prisonnier
et Carthage traite avec Rome aprs la bataille de
Zama (201).
Pendant ces guerres, les tribus dsignes sous le
nom de Gtules (Zente et Sanhadja) continurent
errer dans les grands plateaux et le dsert, ne perdant
aucune occasion de faire des incursions dans le Tell.
Mais les Gtules, cette poque, ne formrent pas,
proprement parler, un royaume.
Sous la main ferme de Massinissa les Berbres
de l'est seuls, commencrent former une vritable
nation.
(Il- sicle)

En 149, Carthage ayant dclar la guerre Massi-
nissa qui la spoliait continuellement, Rome arma
son tour pour dfendre le roi berbre et assigea
Carthage avec l'aide de ce dernier qui mourut en 149.
La vieille capital phnicienne capitula en 146. La
colonisation phnicienne fait place la colonisation
latine.
Micipsa, successeur et fils de Massinissa, meurt
en 129 lguant son royaume de Numidie intact ses
fils. Leur cousin, Jugurtha, les bat, s'empare du trne
et s'assure ensuite l'appui de Rome.
Mais en pregnant Cirtha que tenait encore Adherbal,





21 -

un des fils de Micipsa, il ordonne le massacre de tous
les habitants, mime des Italiens, et Rome cette
nouvelle se tourne contre lui.
Metellus dirigea contre Jugurthn deux champagnes,
puis Marius prend la direction des operations et enlve
Capsa, quarter gnral de Jugurtha.
M. Marcus, dans une tude fort intressante sur la
guerre contre ce prince indigne, pense qu'aprs la
destruction de Capsa (Gafsa), ce dernier se retira vers
l'ouest par le sud de la Tunisie; que de Capsa,
Marius pntra dans le Zah ou dans la parties occi-
dentale de la Gtulie numide, poursuivit Jugurtha
jusqu'au fleuve El-Abiod et au lac Melgig et le rejeta
sur les boards du marais El-Chott (Salinae Nubo-
nenses) par les terrains de Biscarah (Presidium) et
de Thubuna (Tobna).
La trahison mit fin cette guerre et Jugurtha fut
train Rome au triomphe de Marius.
La Numidie fut divise en trois et chacune de ses
parties fut gouverne par un roi berbre vassal de
Rome.
Des traits furent conclus avec les tribus gtules
indpendantes qui furent comptes au nombre des
allis libres de Rome, premier pas vers la soumis-
sion i).
( 1* sicle avant Jsus-Christ,
Dans la lutte entire Csar et Pompe, les Berbres
prirent parties pour l'un et pour l'autre. Le plus puis-
sant de leurs chefs, Juba Ier, aprs la bataille de
Thapsus (Ras-Dimas, au sud du golfe de IIammamet)
erra en proscrit dans son royaume et finit en se sui-
cidant.


(1) M. MERCIER, Histoire de l'Afrique septentrionale.





- 2-2 -


La parties orieiiiale de .:.i r.:., juiie lui rdluiie ,rn
province remain,: .ii e: jiii ite :.i3 [le a..:t lI lin.
de proconsul.
En 46, la NLurnulie ,erlrJe 1-I rhlle u.J-_ ei'
province romaine ci lJ CIllilh e r llihi 'i 1'-1 i\ u-
rtanie orientale.
A cette poque. le'- .:i,; I:irler- i-ll r[ti' ciaii riiii
les uns pour Oci je. le- .lui'v- I.:.ui Aii.:.i r,?.
Octave rend Juli'j Il ui,: ii ,'arli, ie~ l. I.:' .le -. .
pre. Ce prince s eu.iit'.,, .i. l:, :'., :,'. *i, -.je-La r, e'
l'honneur d'Octae-Aun -ie qu i l ; I'. i i .'l .l:r 5
Rome.
Sous A uguste. I',.: .t.ii i.:.i ii i ii 'l '.l :i..l -.1 : re -
treinte. De Tbess-., le' ll.:,m..,is ,:,:urr.ja e l ,, .:.: leur
arme permanent. : I.: lrr;i.:.i ~l.i Ci:ri.j i I1J T ,iiii-i
ou province dite: i,.i..::nii-ulhie.
Une lgion, la li .-\i' -j~l. :, .:.'ur lj L' i;in.i.
de leur occupation *-i;.1ii p.-l -er Ij li-,,ir: -'.pi.it -
trionale de l'Auir. t.i i. r le F.:. i. Tii'jlie.l c: -c
dirigeait ensuite *:r- i ,.:i '.ii- t iii '. iil.iL .:enii:
de Thubunae plu- au uAd.











CHAPITRE QUATRIME


Occupation romaine
(Ijr sicle aprs Jsus-Christ)




Le fils de Juba II, Ptolme, fut trangl Rome
par ordre de Caligula qu'il clipsait par son luxe et
la Maurtanie fut annexe et divise en Tingitane
(Maroc) et Csarienne (dpartements d'Oran et d'Alger
et ouest de la province de Constantine) 40 ans aprs
Jsus-Christ.
Cette dernire avait pour capital Caesura, d'aprs
M. Ed. Cat; elle avait pour limits l'est, l'Ampsaga
(Oued-Kebir); l'Oued-Endja, puis son affluent l'Oued-
hou-Salah; elle passait ensuite dans la depression
du chott Fram, contournait la parties orientale du
Bou-Thaleb et aboutissait l'Oued-Barika quelle lon-
geait jusqu'au point o cette rivire finit dans le
IIodna. Le chott devait former la parties mridionale
des provinces de la Maurtanie et de la Numidie.
Au-del de ces provinces vivaient, dans les massifs
montagneux de l'Aurs et les steppes du Hodna, des
indignes encore barbares qui piaient les occasions
de se jeter sur les terres de culture et sur les villes
pour les piller. II fallut les combattre, venger leurs








razzias par d'autre- r.a. .:.:, .cul:..]iIra I uii? ,i'jtle
d'entre eux, former :.: [-. :.i g.3: *ILH .*:.i,' Ie,'i I' ,.:i
du Tell.
Thubunae dut tre 'in.ii ? .'e ie.ir ..:..-ue cl, -. iu;e
de son importance siri.l lle u:l it .ir Ire 2.i n de
soldats bien avant que les I-. .:ii: :'eii',; ?'i i l li Ij1 jn
l'Aurs, c'est--dire .:, \ii 1 .1i '..
Nous la connaisso:i-, 1 ,-%.I: .l','qu.: ,;..iunni .'hli-
lieu d'un limes, ma in i l..c i ii.: l, .i -i.n-e lu-
particulirem ent i.:,i jili.-'nii .:ii 'l ue I. :l ci' ,.hl :l-
lieu de lim es ou que i .'[ 1 au'e i l.j:'' i' .:ii ..'.
Il est probable, en 'c-ut *i q'lu I i ,i' !u l .' l i -e
par les Romains qt n .-.:,iiire.i I'i i- 11lci- du 1- lle1 l-
M ettili les pierres n :..: -- , I i ,.,Jl '.::, ...
Cette montagne, e.i lII''., -:e 1l iiiii I'*tu':l i.i
un peron calcaire. C--.i le -, e i i'..,' ; I e I 11l
carrire de M oktar-eil-l.lll. a '. l*l*:*ll':" .uli'-l-; l', i
les Romains et don't on retrouve l'eiplacemeni dix
kilomtres au sud-est de Tobna.
La carrire a t ouverte sur le flanc sud du Djebel-
Mettili, sur un dveloppement de 350 mtres de long
et une hauteur vertical variable de 2 12 mtres.
Les Romains avaient profit des escarpements naturels
prsents par les trenches des couches, pour abattre
plus facilement la pierre. On voit partout la trace des
coups de pic parallles et trs rapprochs qui ont
servi dtacher la roche. Celle-ci a t enleve par
banquettes d'une hauteur de O"60 0"70 centimtres.
Certaines parties de la carrire sont en encorbellement
la plupart sont, au contraire, parfaitement verticales.
En gnral, la pierre est dure, blanc jauntre dans
la assure rcente, jauntre l'extrieur, par suite de
l'oxydation du carbonate de fer qu'elle content; le






































) "~I. Z


1-


TRACES IDE COUI'S DE PIC DANS LE ROC


UN COIN lDS CARRILRES






- 25 -


plus souvent elle a trs bien rsist aux rosions
tmosphriques mais certnines parties se sont corro-
des de manire simuler de capricieuses arabesques.
La carrire est, en definitive, trs belle, et l'on en
tirerait encore un excellent parti si c'tait utile.
Les Romains durent y prendre aussi les matriaux
icessaires aux constructions hydrauliques don't ils
",ouvrirent le pays, car la pierre est la mme que celle
'lui servit aux monuments et maisons de Thubunae.
(Voir les photographies des pages suivantes).
Dans le chapitre suivant nous allons tudier ces
travaux hydrauliques destins fournir l'eau potable
aux habitants de Thubunae ainsi que celle ncessaire
l'arrosage de ses jardins et l'irrigation des terrains
d'alentour.


'iniSl&. at' SFlrlL Lihrari'













C"IAPITRIE 'CINi'TUIE MIE


IJl.Irauliilule ilhI( :min4ieI- aul iilnr (i liii-s
la ville



N .:.ll .:g. .:.n I ]lle, p:l] les I-SC*( Pu 14.' L=Ies
d'.fippi, ..u': l. I lue 'i :',':-i. i- i ,.,l"z .j'r.Ii -.j. I
I A iri.'i, it N.;.r.,. d .:.i. I._u;i ;u ;i [.i njer r, i" ,- i -elle
J lr.:i'. il|\ b ;,, l .di 1.l.]i.r l .- .'ir: -.
L -_ p.r.:. e .: r:n. iir.e .i'Alri.ue, Il. N .imr'rli. de
M.J u]i l.'?, ,l di t ,1 iriail.ll ...._ i .ll, i l,;: d, ? .: ll_*...
*']u i *'rni.' .. r[ullu _lil II -. .i- t:I li,'l,'l *1', ','i.\ '..Lir iil '-,
'lui i:Ur .j 'iiI. [,'rl i l _e .. l p.l.u il.%iir..i ui:.rn-
1.1 11.] ,1- d' lh[ t- ll i' I' ,l.gf4 r ''- ,. [.u[Ti.ii .'ll I d, ,:LlliUI'tre
rir',t rill ,,.:.' I iI i .r '.i.-'_ ui.l. r'.:.r u'. t-I. "- r ulli -
d- rllrirUnl i~l i'.
1.1 I .'1 [,. i ,- .1'i' i-I r li1 I'rfil rf.. ,r.n i,.lue,
', '11 ..' s.; ,-'li.,,i, r i. lqi. e. l'ue l' ..-'- ii ei it:"
re .hlIei l d u tei ,ri.r Ip. 'l,: ,il'o ,t1 .: l pr.,._s r,. .. ai.:,. i ]e
de .'.- ,:',,. ii',.,:-'-, |.]'.l.spn i-'. ,iLe. i ,b ', .u r.f?,?' I,:,. i Li-
lieI d li-,_Lrui t i.'r I,:- -I.,tir.'l tl,, el *. ... l lI.-: '.-l]_,'?

p-eu .r, -. r,'el,'.-'' c rl,:,'-.e ,;uil..uru1'huL. I,,iu ,r l.1
'd.:.niii li.. u l t a.n.] ir. : de- A .nIl.: el I.i ? 'llr ,ilnpl'-
cable du lemp,.

















'.0.. s




tI kjr


11111-


]r:



i, ..: I~--.
iii ' ~i*
-, LY~
I' k





- 27 -


C'est ce relev que nous avons cherch faire dans
un cercle d'investigations bien limit, puisqu'il n'em-
brasse que quelques kilomtres carrs de terrain, mais
il est suffisant, croyons-nous, tant donn la simili-
lude des moyens employs par les Romains dans
I Afrique du Nord, pour donner un aperu sur leur
hydraulique en ce pays.
lo Ouvrages sur l'Oued-Barika(1). A 5 kilo-
nimtres nord-est environ du village de Barika, prs
du confluent de l'Oued-Barika et du Khelidj-Sakhri,
*.-\istaient des ouvrages don't les restes, peine appa-
ients, ne peuvent nous indiquer l'importance.
a) Sur le Khelidj-Sakhri on remarque encore un
bloc de maonnerie C (fig. 1.) informed, en majeure
partie encastr dans la rive gauche. Il a une hauteur
,le 1 mtre 1i"20 au-dessus du fond de l'oued et
une paisseur de 2m50.
Ce sont l, croyons-nous, les restes d'un petit
barrage, don't la longueur devait tre de 15 mtres
environ et qui devait servir irriguer la parties du
terrain comprise entire la rive gauche du Khelidj, celle
de l'Oued-Barika et le pied du Djebel-Asfeur jusque
vers Tobna.
A 500 mtres plus en amount de ce barrage, et sur
l'Oued-Barika, mergent du milieu des sables du lit
de la rivire, deux blocs de maonnerie A et B (fig. 1.)
provenant d'un mme ouvrage.
L'axe de la rivire qui, primitivement, tait en a b,
a t dplac; les eaux ont contourn l'ouvrage, l'ont
rong et dtruit; mais pendant:que ce travail de lon-

()l Archives du Bureau arabe de Barika : travail de NM. le lieutenant
Touchard; quelques chiffres ont t rectifis par l'auteur,








gue destruction s'.::I.4ij'ai le eJ ',. l i;ii r.?i.:1..::
vers la rive gauche :-i ii.ti il' -...,I l Je .:ii qu
dans lequel, aujouri' .i.n ii .. i e. le- elu e .ru:-
provoquent de frquei .l ..uleu .er.ti- .e Iii.ri: ci .1.,
rochers.






""i'








I/ -









Les blocs A B C I r1.' ir e :.ill.:.'. ,1. ri' ~le.
runis entire eux I*' .1e Il : .hau. 'L .; J ...iuL- I
duret de la pierre.
Nous ne croyon -'. I,.c-'l'i- t. qU'l. w ue ~ il-
tion ait jamais exisi4 en e I ..I.' A ep I',: el,' -
C, ces ouvrages t ltL -_.:l, -r fn l e .ne.. i. ,,:heuii
d'une hauteur d'ern ,'i 7 iii .
Le barrage AE lc a l 'ryuel' .l..Iu la riEe
droite de l'Oued-Bai.a e t I.:.u .siii i-.i 'e i e les i-j i i-


- 2' -







c7l,,tdit e

c ofJ t


i~~~~ ~ j ***


.' . .






./c



* ,. q 2rq -
r:r ',;", .-. ..... .., .. ,
.. .. .... .'. !,,. ~...


.. .. .. ',.. .:'

iK I' I


t.r


.I -~ ~"
--C~i~LIiY-
111I1~I1-~-r
)L




30 -

de long sans que l'on puisse bien prciser.
























s










Des fouilles ont t faites dans le lit de la rivire,
au pied du barrage remain et ont t pousses jusqu'
4 mtres au-dessous du fond actuel. Ce terrain est
compost de cailloux rouls trs serrs les uns col ie
les autres et don't les dimensions deviennent de plus
en plus grandes measure que l'on s'enfonce dans le




31 -
sol. A 4 mtres, il a t rencontr d'normes pierres
rondes don't le grand axe atteignait parfois 1 mtre.


L~q







32 -

A la paliie S lu l.iir',: sui '.'anii 1 dii T..ii :.i r, ':,
on remarque uil illli dek ..i.i, llienl ;,i pe eu I'..-
com pltenm ei. ll:.I ,.:.iU' les ble_; l, ].,i i.: luue
l'on a pu rn-tlite i.:.ur i enrihi .e ii.lil]Ui'r 'i, le '.) iur,.
construit en .-r.:.--e- ier'' .. l i lj le, dj it u''e l -.n j --
seur de 0O 0.
Contre co niiir d\ jii -'j',ple I .:ji.le d'eau.
Auprs du I:ii':,e :i.n ne ii.:.u e i s tiri': e c e. i e:.:ii
conduit, iii:,i .Jirc'...il.:.ii. *r .: '. niiei -..'i .i.:.i -
en sont d'a, 1ill u- ,t: .' ..t- l.ji les d1l..i- .le i'.,' :.:.'--
nerie subsi! :ti uiL uU, i l 1.1 ,i *. e ? 'i. :1 u lji'r i ,
ravin que li *-'':i dile. J'c: u 1J'3jl Ir'.' li , ii l . i .
Sur ce ri', ., cii l , j '] i ,i-- i.,t le-. I b i '.:'ii-
d'un ouvrige,1. l i ,.i e r ,le ,e l: ,.i i.:.,i,. 'rie
perpendicull i .i Ic j a dire.ri n dl.e' l r:.u e-t
de 3 mtre:.. sui'..'lt l''.te du ii i.i, led l.:d,,Ijir:iS
sont inlerrni.u u- 'u i .lie loi-ueuu de 7 r. ire .
E n b, ctlle rii.?;:,ciie' 'ie ','lhl.:'r, :e d, ,jj le_ Iel ,. ,
sans prseii te i i, d.' rIii it ..il .lt le- i.:.uiilc-, 'ci
cet endroit, .:.iii lai de.:.:. iri le- d-l.. s de I. *:.:. i .duite
(fig. 5 ci-alrt:.i :





33 -
















............




















Comme le bord extrieur, A B, de la conduite ainsi
mise dcouvert est exactement sur le prolongement
du bord nord des foundations que l'on voit dans le
ravin, nous avons t amen conclure qu la lar-
geur de la conduite, compte d'un board extrieur
l'autre, tait la mme que celle des foundations, soit
3 mtres, et que sa larger compte entire ses bords
interieurs tait par consquent de 2 mtres. 3
\-


\'00




-Ax




























intrieurs tait par consquent de 2 mtres.






- 4 -


Ce qui prcde ,:,u I.i'irim ie i e.-. :iii;luer y e,
quelque vraisemli Irn.: l',i I c' -e 1;1 ,lulI 'l JI i
tre sous la domi]tu .:. ..m 'l. ..i
















il
i-







.













*,'

'"'






- 35 -


Nous ne doutons pas qu'en faisant avancer dans
le- terres, suivant b a, une tranche plus profonde,
:nii ne mette dcouvert quelque parties parfaitement
c:.nserve du canal amenant les eaux du barrage dans
Iez terres de labour.
Sur le mme ravin o nous avons relev les traces
du canal que nous venons de dcrire, au lieu marqu
-ur le plan : c d, on aperoit les vestiges d'un autre
ouvrage en maonnerie; l, les foundations sont conti-
nues, leur larger est de 3 mtres galement.
Aux extrmits encastres dans les terres, cette
maonnerie, aprs tre entre environ de 3 mtres
dans chacune des berges du ravin, se terminait brus-
quement.
Ce ne sont point l les restes d'un canal, mais
plutt ceux d'un petit barrage de 15 mtres de long,
destin probablement retenir les eaux que le ravin
pouvait amener l'poque des pluies; c'tait sans nul
doute un ouvrage protecteur de l'aqueduc a b.
Il nous reste dire quelques mots de la conduite
qui, du grand barrage remain de Barika, amenait les
eaux dans les citernes de Thubunae.
Sur la rive gauche de l'Oued-Barika, entire la route
de Tobna et celle de M'doukal, les restes d'une con-
duite d'eau don't les foundations subsistent presque
exclusivement, peuvent tre suivis sur une longueur
de 1,500 mtres, 400 mtres avant d'arriver au rem-
part nord de Tobna. La direction gnrale de cette
conduite est une ligne droite qui, prolonge, serait
perpendiculaire au front nord de la citadelle bizantine.
Mille mtres environ avant d'atteindre l'Oued-
Barika, cette ligne se retourne vers le nord-est, for-







- 36 -


I .ljit : j l li nt i.u .'e-..e .. LIII 3111 n ." d t1. eL se
,J .; ',:1i I.: -Ij l I.i I 1- .. 1 m ll.
I u.- iu i i e: d : .:. .J L| [*.en















[ ',;, l' I ,. -. ','.. ,," ,,' .,.+. .I. ; 'lir i'. .'. ,' .,'.
f ,i,,' ,, I, jl,. ,q' ,


Sr 1







kt 1


Ci T


E n .. : J . e u T .:'!,_'i'rI'j,'


l ..II .II li I i ille I : .i I' 'ii .ui ..
.IIJu u. r"- li'-- c[I' I'II I 'l il II t j.ur*. Il-.
i. uer l.:'i 1 I *: u i '. I i '" ur3

I ,-I. .F n ,i u t,.u i ',, W I, u I..I r i r.~~E u..i. i i lt.:u. .
l li, ,j + ,l.' F L, l n l ,]n l'.lt lli ': U l,, r. II ,

,C-l+ I+Inl NI I I M ( Z. n ,l r e ';],e- ,, l u +











CO,< la t


" 1

_L





.'.
. i _
L:


J r







- 37 -


*mits afin de pouvoir communique entire elles.
laue cuve avait environ 2 mtres de longueur sur
i 060GO de larger et 0"06 0"'09 d'paisseur.
A. et B.)
:- cuves reposaient sur un lit de maonnerie de
'iie de large et m'50 de foundations. Cette maon-
e tait forme de gros cailloux de rivire agglo-
e- par de la chaux.
e tout fut bris et enlev par des travailleurs
..s. Dans la plaine, en certain points o, fran-
-jnt les ondulations du terrain, la conduit devait
'er au-dessus du sol natural, on remarque les
e- de contreforts espacs de 10 en 10 mtres.
'.:.uvrage que nous venons de dcrire et qui prenait
,origine dans l'ouvrage plus important (fig. 6)
sii, croyons-nous, non seulement alimenter les
riis du chateau byzantine et le reservoir don't
.nit les historians arabes, mais encore irriguer
ijrdins et les terres situs autour de la ville.
elle opinion est base sur ce qu'en diffrents points
j sguia qui nous occupe, il est facile de reliever
ir'ces d'embranchements secondaires don't la lar-
r n'excde jamais 5 ou 6 mtres.
ui. points de jonction de la conduite principal et
embranchements secondaires, ou bien l'extr-
. le ces mmes embranchements devaient exister
I.gres vannes don't il ne reste aucune trace.

Ouvrages sur l'Oued-Bitam(l). Sur la rive
le de l'Oued-Bitam, 200 mtres du point o il


s -chives du Bureau arabe de Barika : travail de MM. les lieute-
i.i: rouchard et Soul.








ren' :.:nlie le plus ,,riilil 'les deux ch i. ,de Bar;il.
.1 Bi::r,, l i I I r e :. -l e uli une ,,'hi..i],l ure pre de
.:,lJ eII, u e.r : .u un u ,lelI'lU-. p;iere d i jille.




tence de a conduit d'eau n'est r .vle sur tout son
parcoursi en dehors du lit de la riviire, que par unel
rgire .survation du sol le long de laquelle o ren-.




contre, de loin en loin, des fragments de pierres de
taille.
L ?-_ in'..,I ; L,,,u.:i Mi'iif. |UiI ],j',J 2 l; ,l:.ii-,ire- cii





d Aprges un trac siinueux qui s'adapte aux formes-
terrai, touted trace de conduit d'eau nest rvle sur tout 1,son
parcoures eviron dehors du lit de la rivire, qu par unet
lgre sur ot vation du sol le long de laquelle on ren-
contre, de loin en la suite des fragments onde pierres de
taille.



A pr s un trac sinueux qui s'adapte aux former
du teraine les dimensions de lconduite disparate ne se trouve,200
mtres environ de Tobna, les vestiges qui pouvaient
rester ont t emports par les eaux coulant dans
l'Oued-Saheli, la suite de pluies abondantes.
Il n'est pas possible de dterminer d'une faon
certain les dimensions de la conduite qui ne se trouve
nulle part l'tat primitif; toutefois, les fragments de
pierres qui se trouvent sur son parcours permettent
de supposed qu'elle avait au moins 1 mtre de large
et que les parois avaient une paisseur de 0"20. Ces
pierres de taille taient vraisemblablement noyes dans
un bton de chaux don't l'existence se reconnat aux
agglomrations de cailloux visible l'chancrure de
la berge cite plus haut.
Donc, Thubunae tait pourvu d'eau grce Il]ue-
duc partant de l'Oued-Bitam et celui veniitl de
]'Oued-Barika.


















Ci/cillne


o j i


t; ~U~ .,i.,lP. (i~4<.~ oJ..<4C

,~ ~<9L i LC~1~IL~~-~dI;-
.(~, iRJ.~Y






39 -

L'un et l'autre aboutissaient dos citernes et
d'immenses reservoirs que les occupations arabe et
berbre ont connus.
C'est en cherchant ces citernes que nous fmes
amens en trouver une devant appartenir probable-
ment quelque particulier, car ses dimensions res-
treintes ne peuvent la designer come un des vastes
reservoirs cits par les anciens.
Voici, dans quelles circonstances nous vnmes la
dcouvrir.
Le raisonnement nous avait conduit conclure que
nous avions des chances de retrouver le, ou les r-
servoirs, au point le plus bas de la ville, puisqu'ils
taient, disent les histories du temps, au milieu des
jardins. Le contraire et t tonnant, car leurs cons-
tructeurs en choisissant tout autre point plus lev
que le niveau de l'Oued-Barika (qui est le course d'eau
le plus prs) auraient augment considrablement
leurs travaux et leur peine, en se trouvant obligs,
soit de creuser un canal trs profound, soit d'lever
l'eau jusqu' la citerne par de nombreuses cluses.
Ce raisonnement et le hasard nous firent dcouvrir
un jour, au point le plus bas de la cit, une petite
cavit de la grosseur de la tte d'un homme. Nous
limes aussitt (ne sachant ce que nous allions trouver)
dblayer ce trou et nous ne tardmes pas nous
trouver en face d'une citerne pleine de terre jusqu'
sa vote, seule parties abme par le temps ou les
hommes, car il s'y trouve une dchirure de 3m65 de
long sur, environ, 1 mtre l'endroit le plus large.
De cette citerne, sort une sguia ciel ouvert, trs
bien conserve sur une longueur de 4m70 mais, aprs,






- 40-


l'on n'en trouve plus les vestiges; cependant elle
devait turner ensuite l'est pour venir s'embrancher
sur l'aqueduc principal don't il a t question plu-
haut (fig. 7.) Nous en avons, du reste, retrouv des
vestiges dans cette direction (fig. A et B).
Le reservoir mis au jour (fig. 8, 9 et 10) consisted
en une chambre de 6'55 de long sur 2m60 de large
et 5m10 de hauteur, la clef de la vote. Cette vote
est supporte l'intrieur du reservoir par deux piliers
surmonts de cintres. Ces piliers font corps avec les
murs, mais non les cintres.
Le sol est en ciment trs bien conserv, sans une
seule entaille et dur comme du fer. Toutes ces parties
sont lgrement en pente vers le centre o se trouve
une sorte de bassin de I mtre de diamtre sur O-70
de profondeur (fig. 8) et galement bien ciment.
Le volume de cette construction est donc environ
de 87 mtres cubes ce qui constitute celui d'une petite
citerne.
Du reste, ce reservoir n'est curieux qu'au point de
vue de sa forme rectangulaire et aussi cause du
petit bassin circulaire qu'il content et qui ne se
retrouve dans aucun type trouv jusqu' present. Ce
bassin, situ au point le plus bas de la citerne, devait
probablement servir recueillir les impurets de l'eau
descendues l par la pente donne au sol ciment.
Juste au-dessus de ce bassin, et dans la vote de la
citerne, est un videment circulaire don't quelques
pierres subsistent encore. Il tait destin, croyons-
nous, laisser passer les recipients descendus
l'intrieur pour y puiser de l'eau, l'aide d'un bras
de mange (fig. 9.)








r i 1 A I 1r rl t l ?j'tc


ic, le 4 ,eie ,tec f, ,r/.



cet

~cy~i -





tITI.R i R \ ROMINE


,-- *-f


PI,htraplue de 1 Abbc Meli'


ENTRL DE LA CITERNE F \CE OUST,


3"~i~5ii~Y;







41 -

)ntre la sguia qui sort de la citerne viennent
r des murs (fig. 8) que nous avons fait dgager
u' leurs foundations et qui semblent tre les
ses des maisons difies tout autour (>.
utre les ouvrages hydrauliques, particuliers ou
lies, que l'on peut trouver dans la ville, les Ro-
is amnagrent des sources aux alentours: An-
bbeb, M'doukal, Bir-Sadouri, chaque maison,
lue ferme eut sa citerne, des puits furent creuss.
e l'tude bien restreinte des ouvrages hydrauliques
les Romains tablirent tout autour de Thubunae
plans les environs et, d'aprs les observations que
a pu reliever dans la province de Constantine
;i bien qu'en Tunisie, nous croyons pouvoir
aire que, d'une manire gnrale, dans les pays
ont reu autrefois un amnagement complete, les
ns des montagnes ou des collins prsentent les
es de barrages en pierres sches, assez peu loi-
s les uns des autres, et qui craient une srie de
lins, de paliers tags, d'une tendue variable.
ans les vallons o ces ravins confluent, d'autres
rages plus important se rencontrent presque
ours.
ans la valle principal, l'oued collecteur de tous
ruisseaux, ou torrents, tait parfois pourvu de
'ages commandant des canaux destins l'irri-
on, crant soit des reservoirs, soit des arrts
r retarder les crues.
nfin, au dbouch en plaine, il y avait le plus
vent un dernier barrage considerable, ou tout
'e travail analogue, servant la distribution rgu-


Nous sommes persuade que d'autres citernes existent a ct de
-ci, du moins, au sud.






i2 -

Celle-ci se fjljit j ,r d.- i,: ni.i ini le- lit, et
quelquefois le iii.:.-.ii-n e, .:ii I.ii, de i5 ] :e- \,i-
bles.
Cet amna-euiii '.e. :.i[.. i -,[ i i tii ,..-. lii n" j
videmment paj- c reriJui 'ar.iii, -:.i
application plus ,u r.i-, :i li., .j j,-n J- .r..:.:r-
tions qui vo!ii .lu ~.,:iiid iii iiiiiu.:ule., *:.;ii.iii e
prcism ent 1,: .:-.iri:i'.;r lii, .: Jo I il' i,..: tlj a ll
excut par les anciens pour la mise en valeur des
campagnes africaines.
Il y a l une constatation qui peut tre d'un intrt
capital pour le present et l'avenir de l'Afrique du
Nord franaise.













QHAPITRE SIXIME


La ville de Thubunae
pendant l'occupation romaine




La carrire de Moktar-el-Hadjar ne fournit pas
seulement aux Romains les pierres ncessaires la
construction de leurs travaux hydrauliques autour
et dans Thubunae, mais, ils en tirrent encore les
matriaux des remparts et des portes de la ville ainsi
que ceux ncessaires l'dification des monuments
et des maisons particulires de la cit.
Jusqu' present, le tourist ou le voyageur n'avait
vu dans Tobna qu'un amas informed de ruines peine
visibles sans y reconnatre des contours bien dter-
mins.
En juin 1900, nous fmes amen, en considrant
avec attention le terrain de l'ancienne cit, y dcou-
vrir une et mme deux enceintes.
La dcouverte d'une porte (porte marque no 1
sur le plan de la ville) dmolie malheureusement
aujourd'hui (', et celle que nous fimes d'une autre
(fig. 12) mise au jour present et diamtralement


(1) Mai 190J.









oppose la premiere, nous fit penser que ces deux
monuments devaient tre relis, jadis, par une voie
et, en examinant mieux le sol sur l'espace compris
entire ces portes, nous fmes amen constater, en
effect, l'existence certain d'une rue borde de colonnes,
don't les fts sortent encore du sol.
Cette dcouverte nous donna l'ide de dterminer
l'enceinte ou les enceintes de la ville. Ayant trouv
deux des entres de la cit et la voie qui les reliait
nous avions aussi trouver, vers le centre de cette
dernire, le point de croisement angle droit d'une
autre voie, comme cela existe dans la plupart des
villes romaines.
Enfin, le forum devait se trouver ce croisement
et aussi les difices principaux, les inscriptions admi-
nistratives et les ddicaces aux empereurs.
La premiere porte, dmolie present, tait large
environ de quatre mtres et devait se former au moyen
d'une pice de bois glissant dans une rainure en
pierre (fig. 11.) Cette pierre avait 6 mtres de long








sur 1 mtre de large et a t trouve sa place
gauche en entrant. Elle se terminait par un buttoir
qui devait empcher la barre de reculer trop loin. Sur
deux pierres qui se trouvaient dans le mur de la
porte, on a dcouvert l'inscription ci-aprs :




RPc?/l et crocu6 c/es ies/e
e [t.a or/e ./' 2
rie , 'a-t r-ll






,r 1 L -_. I.1 .'C e,_-
I ]. I -.L .., L._ __J_ r-.J- l7, . -_ ... .


k" 5lrV~r,0~d;>jlr&ncLr,drc
L~ rnanucSa id/n/


r*l

rrr<


o 1 f ~o


*

-. *.r'







- 45 -


Inscription, en deux morceaux, troucde dans une porte
de Thubunae (rempart E) en mai 1900
1 2
-- -- ------------ --

C.IVLIVS. C. F. PAPIRIA VIC NVS.AMILIT.FL.PPt
MVNICIPII.THVB.SEVIVO jSIBI.AELIAE T.F.EME
RITAE QVONDAM CONI I VG.C.FEMINAEtET 1VLIIS


Largeur: Om 05. Longueur: 1ICO. Lettres de 0"07
Ces pierres n'taient pas ensemble. L'une, tait
dans le mur de droite, l'autre dans le mur de gauche
et elles ne se faisaient pas exactement face, ce qui
prouve que cette porte, comme bien d'autres parties
de la cit, a d tre rebtie par les byzantins avec des
matriaux pris un peu partout et, parmi lesquels,
elles s'taient trouves.
La deuxime porte opposee celle que nous venons
de dcrire) est bien moins conserve qu'elle. Cepen-
dant, ses murs, y compris les foundations, ont encore
3 mtres de haut. De chaque ct de l'entre se trouve
une chambre des dimensions portes sur le plan ci-
contre (fig. 12.)
Des restes de dallage se reconnaissent encore
l'emplacement de la chausse et l'entre de la porte
a t barre avec des moellons runis dans du mor-
tier, par les derniers occupants qui eurent, probable-
ment la dfendre contre des assailants venus du
dehors. Par sa construction, il semble que cette porte
date de l'occupation romaine et non byzantine comme
c'est le cas pour celle don't il est question plus haut.

(1i Une seule photographie a t prise de la porte, elle a l envoye
aux Beaux-Arts, par l'auteur.
Le fragment n' 2 a t perdu par le bureau arabe de Barika, dans
l'oued qui passe au sud de cette localit.






- 4') -


Deux F.:'rlrt et a1. \oie le- reli triit nt itr,.uve.r ,
nou- IL'JiLC:. .s le j ,:!,. :,:,, r-r I;,. rem r rl-
s'ar[-u Jiii eIll et. ii uv_.' ii, l'cl a .lii...n l le tirl'e
qui iic-.u,'I ,;ei rerii..rt. i,.l .'b.in lien ,.sl:,le i .:ur
l'obl er'. teur. i :u- j 3rri.',inie dr erminer les eim-
placement- s dJ., i\ juir l l i.:rtes.
A I'en'mi l.I:ic en iie.?ii l 1 c -. in:Iliuii n'. ., i I1gin h.:.nitbe
de i'lvaliou de lerre s'abalbse presque jusqu'au sol
de l'intrieur de la ville et, en grattant ce dernier
cet endroit, on trouve les matriaux leur ayant appar-
tenu.
Nous fmes ainsi amen trouver les traces de
huit entres se faisant face, deux deux, et places
toutes, exactement, distances gales des angles des
remparts.
Il nous fut ensuite facile de dterminer les voies
reliant ces portes, car des fts de colonnes sortant
de terre, ou la jonchant, les jalonnent d'un bout
l'autre (Voir le plan de la ville.)
De cette enceinte ainsi dtermine nous apermes
au nord et l'ouest de la ville et 190 mtres exac-
tement, une autre bande de terrain, plus leve que le
sol environnant et constamment parallle la pre-
mire enceinte.
En la fouillant, nous dcouvrmes un autre rempart
form, sa base, de pierres de taille.
Le temps et les travailleurs nous ayant fait dfaut,
nous n'avons pu mettre au jour les deux enceintes,
mais les indications recueillies nous suffisent pour
dterminer, sans erreur, leur forme et leurs dimen-
sions.
Les remparts sont en parties dmolis, parfois mme
ils manquent totalement sur plusieurs mtres de long,







a.'dc Id ville ce&


~Ij

r



' 1
i
L I


~7Z~/a -






































e ...


a.... ..






- 47 -


.:u l.rii, il a sont plus reprsents que par quelques
iiii... i in''es: pierres tailles ou cailloux rouls,
celii- p..]r ni mortier qui s'effrite facilement.
I.eur Ii-uiur a d tre environ de 5 ou 6 mtres,
et l:ur Iiurgeur de 2 mtres 2'30.
L'e.ti.ieur des remparts est en pierres de taille,
i',ii,.,:.,ii ,:si rempli de cailloux de rivire assembls
I.,'r iiu ni.:i lier et qui sont solidement maintenus par
de-s pf;ii're d*3 taille don't quelques-unes sont places
el. l i** '9;.
Thutuiiii: tait sillonn de seguias, car on en re-
tir:.ii'te chi'lue pas les traces; il existe mme, en
dehorsj de la ille, 180 mtres environ droit au midi
du reni.-rt 5 et 150 mtres du chateau byzantin,
-].:, lhtirni 'ssez bien conservs que nous avons fait
d.:t.ll .r rii uillet 1900 et mai 1901 (fig. 14.)
I .1: ,.:.iiilosent d'une piscine circulaire commu-
rii"l.I 'ir l in canal troit don't le fond est garni de
I..ii,:- pl.,'ii et trs longues, avec un des aqueducs
,ie liii.tiiW i if e A ct de cette piscine se trouvent des
chambres de chauffe, en briques de dimensions plus
.UcU;tes, poses les unes sur les autres. Ces chambres
i.:.mmuniquent entire elles par des ouvertures de 0'70
de hauteur et formes aussi de briques de mme na-
ture que celles des chambres. Le sol est recouvert
d'une sorte de bton, mais nous n'avons pas trouv
de mosaques. (Voir les photographies.)
La superficie de la ville sans computer les faubourgs
eti de 48 hectares 64 ares. Si on ajoute ce chiffre
lD superficie comprise entire les deux enceintes, on
,.l.,eent 88 hectares 92 ares.
iJuant celle des faubourgs elle peut tre value
a nviron 4 kilomtres carrs. Ils s'tendent surtout











ci le ~Ud le :ud'-:.,ie~;. 're-que U leur ex[rrn-
.u.J, '.' tir.u\e urn '.in ell-I, i e i -1. iI) ire~ .le l.i,l;g
ur l.1i.i1 inl Ii '. de l.'rge I eiii ,l I -'.tu 'lr dc;E' ir i.:.pl i _'e.:
LriL-[ i .e deIL:..]uCl' u liij.u- lI Lr..u\ l'ii'ur r .i.l
Sui 31l :i
r *'

I .1.1 P i L d lli
\ i iT ,A :


[JL-r i 1\ I '

.. J~., I- d ... ..u1 I: ..I i.l
A -.:..:, .; t ,l n....re I.: : i.e' d'une dJ ..ule a ,-
id:e i:hi'eleine ,ui ,i'l': .' :i 1'.u [.[u ':r i uic, ab-sde
_.rill.: ipiile ,'l,:'i I,',.u [ri',, . u l trou'.er le.: Il ,'e .


Le ruine- dJe. I;ubourg ,:.ni L 'au.':.up plu, de
re il ]uble .ell' i de I. :[' iut.' i- in?. hlle, d':'i'u r? l :ohiLehir
d'.ip'i.uri.ll.ij In:i]umdn'jc l dcr' l pa in'ai dl 'i'rres
.nie, e ti lir-':,re dlu :,l.
fri,.' rip i **L,:'v i"u rii:r : ./.tJ"' ,!r f/"l'CPu,!.,- r .u i p[ r ,, .il


'L l '. i.
M- XC in '.-
\e .\N: \.
I i I M Ri
Ti


- 4'z -








r,

i-r-i-1 ?-
r.r~.....

c~..i..r,.~i.i... ..













CHAPITRE SEPTIME


Suite de l'occupation romaine jusqu'd la
premiere destruction de Thubunae par les
Vandales.




De Thubunae, vers le nord-est, une route condui-
sait dans la plaine du Bellezma, en suivant la valle
de l'Oued-Barika. Cette route, l'endroit o la troue
de la rivire offrait un chemin d'invasion facile, tait
jalonne, de fortins nombreux jusqu' N'gaous. A
l'endroit o, dans cette direction, la plaine se rtrcit,
on rencontre 12 kilomtres, le rduit de Bir-el-
Msora, fortin carr de 10 mtres de c6t, don't les
murs ont 1m40 d'paisseur; un peu plus loin, la
sortie de la plaine, une autre redoute carre s'lve
sur la rive droite de la rivire. De tous ces points on
aperoit la masse du Ksar-Bellezma, avec lequel les
communications demeuraient faciles et qui format
en arrire de ces postes avancs une citadelle de pre-
mier ordre, dominant la plaine tout entire, surveillant
toutes les routes qui y dbouchaient et barrant rso-
lument les passages ouverts vers le nord (1.

(1) DIELR, Missions archologiques.









- :0 -


C.( It r,_juli &d N'_; i.u .j fuli.'Lie ..\ t .J' I I 'j'..:,-
que romaine, une grande importance stratgique. A
ce moment, ses deux points terminus taient solide-
ment occups.
L'inscription suivante y a t trouve par M. Gsell,
et nous, sur une borne milliaire 22 kilomtres de
Tobna; elle ne devait pas y tre seule, car on trouve,
ct, les dbris de trois autres bornes :

DN
IMP M. IVLIO
PHILIPPO IN
VICTO PIO Lettres de Om07.
FELICE AVG
MIL P
vx

Un mille plus loin, nous avons trouv, en juin 1901,
la borne du XIIII" mille qui porte: (Elle est croyons-
nous, dj connue).

IMP CASES M.
AVRELIO SEVERO
ANTONINO PIO
FELICE AVG-PAR
THICO MAX .
BRITT. MAX
GER MAX
PONTIF.MAX
TRIB POP XVII
IMP III COS
IIII PP PROCOS
XIIII

Lettres de 0"07. Dimensions de la borme : 1-40 -+ 030 + 0m07.







- 51 -


XIIIe mille (t)

)DOMI N0 /

NOSTRO

MOT 0- C

5IMON1 IMP

CA E S LMA4iM

Div vi'Ro/


V[cr PNO

CL A vc No





VIIIe mille VIe mille



VIVIII



A ct de cette borne se trouve les vestiges d'un
temple chrtien qui occupait un monticule. Ses dimen-
sions taient de 8 mtres sur les quatre faces. Nous
(1) Le Comit ne rpond en rien des textes ci-dessous.








r2
2--

disons un temple chrtie l '-.u-e JI Ir.agiicn d'ins-
cription ci-dessous qui p..rlei le iii.:.i ,r..










Au point terminus de cette route, N'gaous mme,
est l'inscription qui suit:
IMP. CAES
MAX. AVRELIO
RI [-
INVICTO
PIO FELI
CE AVG
Lettres de 0m05. Dimensions de la borne: 1-20 sur 0m35 sur 0b40.

La route de N'gaous-Thubunae se continuait vers
le sud pour desservir probablement le fortin de
M'doukal et celui de Bir-Sadouri commandant les
troues par o venaient toujours les invasions des
populations du sud.
Nous avons trouv l'inscription suivante sur cette
autre route, 2 kilomtres sud-ouest de Tobna:
IMP CAESA
[ 1
[ ] INViCTO
PIO. FELICI
AVG


M. P. I
Dimensions de la borne : 1-10 sur 0m35 sur 0m40.







53 -

Peu aprs l'anne 100, la frontire fut porte au sud
de l'Aurs que l'on entoura d'un cercle de forts et
qui ne fut cependant compltement pacific que vers
l'an 150.
La lgion vint s'tablir Lambse situe l'extr-
mit du longidfil qui mne des Ziban la region de
Batna.
Thubunae devait tre aussi reli Lambse, car
nous avons trouv l'inscription suivante sur une
borne milliaire couche sur la piste actuelle de Barika-
An-Touta, 2 kilomtres environ et l'est de la pre-
mire de ces localits:

PERPETVO ET INDVL
GENTISSIMO IMPERA
TORI DIOCLETIANO INVIC
TO PIO FELICI AVG
IIII

Enfin, une quatrime route, celle de Biskra, existait
aussi car nous avons relev les inscriptions qui sui-
vent sur les bornes milliaires des IV, VIII et IX
miles.
IV, mille

R SRV
RC MAX
/ NICO / MEVR
I \ ONNFI N VER
I GER.MAX. TREDO XVOVO
T.ESTAtf XVI DI
IMP. CAESA 11
I1II PP PROCON
REG. BlIFTi_









- 54 -


VIIIe mille 'il


v1 borne
IMP. CAES SAI
OM ESSIOO
VI NT OTRAI
NO DEGIO
FELICE AVG
VIII

3- borne



VARE IMM.P
R PIO. .; i'li
ANOILEO.AVG.
II. PI. CV
VIII


5j borne

[ 1
[- 1
[ ]
[ ]
[ ]

1 VITR PX--
Dj)CS-PP-DC--
M.ANTONN PII GER
MANCI SARMAtCI
[] DIVI. PI [1] DIVI
HADRIAN" A ]
D1VITI AI'


IllF. CA.. [.1
.N TTONI)O
1,OR .1.\N
INVI,'"-TO PI,>
IE.LICI. A\G
iil'

4' borne
[ ]
I S-- ] NOBI
LISIMO. CAES. AVG
PIPNNCIP PI VENT
v TISIMO [ ]
[- ]] AVG [
P FILI P
VIII

6' borne
IMP. DD. NN. VAL
[_]ENTINI. AN [-]
[-] DE1VA LEN
[ :::] TE. VICTO
RIBVS. SEM
PER. AVG
VIII


(1) Le Comit ne garantit pas ces lectures don't les estampages ne leur
ont pas t communiqus. Il regrette aussi de ne pas possder des lettres
doubles et triples.







55 -

IX" mille
AVG

A vn lettres de 0m05


Quant la route nous l'avons retrouve aussi in-
tacte en parties, et nous l'avons suivie pendant 26 ki-
lomtres, c'est--dire jusqu'au centre de la plaine de
Daya. Tant qu'elle suit le pied des montagnes, elle
reste parfaitement conserve. Elle est forme de pierres
plates revenues sur les accotements par des blocs de
rochers qui dpassent parfois le sol de la route.
Sa larger est de 2"15; mais, ds qu'elle descend
dans la plaine, surtout dans celle qui environne Tobna
elle n'est plus accuse que par une lvation de terre
plus ou moins apparent et qui cesse parfois, aux
endroits o les eaux suivant imptueusement la pente
du terrain, ont emport des tronons de cette voie.
A chaque emplacement de bornes milliaires, on re-
trouve sur la route mme, les foundations d'une petite
construction de 4 mtres de ct environ. Peut-tre,
est-ce l l'emplacement des petits postes destins
protger et la route et les bornes la jalonnant (Voir
la carte).
Au sujet de cette dernire route, M. G. Boissier
s'exprime'ainsi : Un peu au-del d'El-Kantara est le
castellum (fortin) de Loth-Bordj qui date de Caracalla
(212-217). On a dcouvert quelques kilomtres plus
loin, une inscription mentionnant la construction d'un
petit fort semblable, lev sous le rgne de Commode
en l'anne 188, par les soins d'un certain Gardianus,
lgat propreteur, qui figure sur un monument d'EI-
Kantara comme ayant fait rparer le pont. L'inscrip-







-- "4; --


i.:.i iiili.il.le ii. : ii-etilenieritl le buti Je re : iii i.,:':ite
m ilii jir,. J,: l!,! "j: -ur i'r -tir 1,l- d,.. u i',.,il.- I -
:u ',e ,i-- ',.,:>-i^ i'_. A q,:l ,- ;il, { : 4I effi, Z.1 lI,-
lurlur iii li ile i .:ii ai : d'ulie .arl. -ul Bi.lira, de
I':ulire sur T.:.b ii. ,
L'iatuire laiL entr\il'e\i le.S mtil, qui ilt pu dioi-
der Commode prescrire le percement de ces routes
stratgiques et la construction de ces postes fortifis.
Capitolin nous montre, cette poque, les Gtules
poussant leurs incursions au-del de la frontire du
Tell; en 188, l'empereur pense venir lui-mme en
Afrique, il n'y vient pas, mais il envoie en 190 un
gnral qui y trouve beaucoup faire.
Le capitaine W. Ragot, dans son Sahara de la
province de Constantine, s'exprime ainsi au sujet
des voies reliant Thubunae d'autres localits :
De Lamasle (Merouana) partaient quatre routes.
Une cinquime route se dirigeant vers le sud, est
indique dans l'itinraire d'Antonin. Elle conduisait
Capsum-Juliani, Oenlum-Marini positions qui
correspondent, croit-on, aux ruines d'An-Guigba et de
N'gaous. De l, elle allait Vaccis, endroit indter-
min d'o partait un embranchement sur Tubonis
(Tobna).
Nous ne discuterons pas ces divers emplacements
qui, sauf pour Tubonis (Tobna), sont encore probl-
matiques.
L'itinraire d'Antonin se prolonge jusqu' u [ijerid
dans l'est, il s'arrte, dans la Numidie, au parallle
de Thubunae Zabi; c'est d'une faon trs vague
qu'il signal 50 mille, au sud, un endroit appel
Roesidium, c'est--dire une sorte d'avant-poste mili-
taire.







57 -

A cette poque, la zone frontire fut partage en un
certain nombre de districts, la tte desquels on plaa
des commandants, appels prcepositi limitum.
Thubunensium (Tobna) fut un de ces districts.
Au-del de ces frontires, l'empereur tendait sa
suzerainet sur les tribus indignes aux chefs des-
quelles il donnait le manteau d'investiture et des sub-
sides condition de couvrir la frontire.
Au dbut du IIIe sicle, les Ziban faisaient parties
de l'empire. La ligne militaire touchait l'Oued-Djedi,
au sud-ouest de Biskra; puis elle se repliait vers le
nord-ouest, traversait les months du Zab, coupait
l'Oued-Char EI-Gara; passait sans doute vers Bou-
Sada; protgeait le Hodna du ct de l'occident,
arrivait Grimidi, neuf lieues au sud d'Aumale et
ds lors couvrait le Tell algrois et oranais. Un foss
marquait la limited et une voie reliait les postes, forts
et camps permanent chelonns.
Au-del de cette frontire, les Romains occuprent
des points stratgiques et l : ainsi ils occuprent
une srie de postes au sud du Hodna dans la valle
de l'Oued-Char.
C'est au commencement de ce sicle que la prdi-
cation vanglique pntra chez les Gtules et chez les
Maures.
Tubuna ou Thubunae tait cette belle poque ro-
maine un poste militaire et un centre de colonisation.
Il est mentionn comme tel dans les itinraires, mais
sans dtails prcis. Svre dut l'embellir, car nous y
avons trouv l'inscription suivante qui le glorifie; elle
servait de dalle dans un hammam de l'poque ber-
bre :






- ." -


IMP CAES.F.I L. SFPT..i.i .. ~C' F;i FI.:, rl .\' ET 1M i
CAE MAR AV..,,'. <1.,li"O .A FC T i i-,- l ic: .,.l FiLtIC:
ET IVLIAE DC,'.IN ,if ,\, .\TRi A\u1 | LT C:. TRoI, '_1 C .i,
VICTORIA ANT :NI:,I

Ayant . - ,liindre de !'leil i eI l ir....., .. :
d'Europe. S ..i-e e.,i l de l'Alin.ue i iiri 'J iin.
syrienne, 1.iii. DEi.ni h'i, dir.i e. ii:lur lIl,: iniclc i : -i r-
occupatichi- cl -1- lI\curs r- I. ,I l'i.- .:1 \,- r le
de sa femrnme
Les ins i. [ .-.i d A ti, mu.., Iri,.' .:.iii.-.r. ji..:.l. 'iii-
m ent et l- '. i r .,.ii ,'ii I I Iii e .:;II r .:I I i...;-. h[ii i;--
sante affe : .l d rl : li:. l .i. l 1. *1 l -i i i.:. .i, ,-. le-
v ux adi-::t- .au ci, 1 1 1.il1 *I?1 I.*,I r 1i ,-
mille.
En 258, .I 1'., de Tliul.uj e ilj ill.. J. :\ :dni
alors 61e'. i- .11 r de lii l I .: -il. '.:H..;le
de Carth e., .: :r i .'. r c:i |i,:.r -wi I l.i Ii:e des
vques d. i l :ii i u:.
On crc i que --I t'er- I i 2 l, :. form e adln ihl-iri -. .Je l'.i.. l ,ii *pi- le i --.il1- dfi
l'adm inis i ii i -J.. J I dl ni i i 'iiii ir. i- .I I, i iu-
rtanie C '. : ir. ?, '- c del -i .. L.i i.i r-ii, i |., t. .
garda le i.r de M' i urr ,ili. I.?- ,ri' e .,.-, C :'e, i'.
pour cap.i le, I'.liiii e. 1lU i. i,- i.?, i ii i .-i-1.1l-..,u
devint la M ..iur, :- ,ii _..mI n.I el :-n .i i .: :.riI .: -
pitale.
< Cette '. ir i..i h 'e .3 r:! i -.:- i.: r : j l..:. d,
dit M C ji, Ii,..- ,--.:...,u-e : le.- Ir.:.u.,.' .Je: de,,
provinces 'I jii'l i.': nil2- I'.n ii I I I '. l.'ier e, ir .,;
aussi il n' : ..: i --" dfi l 1 ', + C]u ul :.,, -
verneur. .







- 59 -


Thubunae pass donc cette poque, d'aprs les
limits que l'on peut supposed, dans la nouvelle pro-
vince et elle fut capital du Zab.
Comme Lambse, Thubunae parait aussi avoir
servi bien plus a surveiller les nomades du sud qu'
contenir les sdentaires de l'Aurs.
En effet, aprs avoir occup le littoral, les Romains
avaient pris possession de toute la contre qu'on ap-
pelle le Tell, puis vers le milieu du I"' sicle de notre
re, ils avaient abord celle des Hauts-Plateaux. Par-
tout les tribus avaient t soumises, des routes et des
forts avaient assur les communications entire les
extrmits les plus loignes, des villes florissantes
comme Stifi et Auzia avaient remplac les misrables
bourgades des indignes.
( Au II sicle, l'extrme-ouest mme tait gagn
par la colonisation romaine. A cette poque, on peut
dire que tout le pays berbre du Tell et des Hauts-
Plateaux tait soumis aux maitres du monde et qu'a-
lors, dans leur movement rgulier d'occupation du
nord au sud, ils taient parvenus la limited, qu'ils
devaient atteindre pour assurer la scurit de leurs
possessions et qu'ils ne cherchrent pas dpasser.
Nous allons essayer, au moyen de documents anciens
et de ruines, de marquer cette limited extreme vers le
sud, vers le Sahara.
Nous remarquons d'abord que les Romains con-
nurent d'assez bonne heure le bassin du Hodna, voi-
sin de la Numidie. La region des lacs, don't parle
Strabon et par o les Pharusi habitantss du Maroc
mridionnal) venaient Cirta, ne peut-tre que le
Hodna. C'est aussi cette grande cuvette, en parties
remplie d'eau sale, que la carte de Peutinger marque









.s.u, la nll:t iie i'jlint-i NtL...'en,- .u m iiLIUX SI.jl-
Ii jcli-T.iul,,i l,-, '. i, *.:.,m [rll':h1 ,l'dilk ur- ,lue d.-- iIl: -,
it ZL I.,i I 'le Tl ,Ului.i. *' e- **Li.[ e ,le I.,In. e ,tlire
Par leu, i II'i|. ,i le- l- : iiiii iiii i':,t .:. i ll "-ie
C tC f.r.jii'': ..-.a'.e- *]nt -V"I.leil a .u I lj' i *u Li-










vers le rgn. de Trajaii, aiprs que Thubunae eut reu
Ile ,?,..llil e [,:,. 'le I .3- ',i:r 'd h i ll i i.: ,, l'e ii.i i. .:,l.] jltl.
( 1- 'Jl..:.hid -.sil,:', ,.' i i I :.llh ."1 de _,, t, : i.'l,: L'- :.:
-|it l II :.L ,it i, l ,J~ .i d ,d .3j; |-t |' ,. i .
L ','I,,:,,.|I.| :,* I le r,:,ji ,]i [ -',i : ,i h rilln ,d ,Ii : l :,,l l.i
li..:. '|. l i l |..u ;:l. r ,*:Lre lii.i.| ee il' hr iI jl ,il:. e i1 -

l'avons dit dans un chapitre prcdent, que ce fut
vers le rgne de Trajan, aprs que Thubunae eut reu
une colonie ou du moins un group de citoyens ro-
mains.
En tout cas, on est amen penser que lorsque
Hadrien tablissait une cohorte Zarai, lorsqu'il fai-
sait construire une route travers les montagnes de
l'Aurs, en 145, il ne dut pas ngliger la region du
Hodna, qui tait d'un accs plus facile et offrait de
plus amples resources. Une route qui la parcourait
dans le sens de l'est l'ouest, de Stif Aumale, y
fut construite de bonne heure; elle est trs exactement
indique dans l'itinraire d'Antonin.
La premiere station qui se trouve mentionne en
venant de l'est et celle de Cellae. Le mot a peut-tre
un sens analogue celui de Horrea; dans cette r-
gion, il est vraisemblable qu'il dsignait un ensemble
de silos important. Outre les donnes de l'Itinraire
qui permettent de placer trs exactement la station de

(1) E. CAT, La Maurtanie Csarienne.


- t'0 -







- 61 -


Cellae, nous avons encore pour assurer l'identification
de ce point l'inscription suivante trouve Kherbet-
Zerga au nord de Thubunae :
PRO. SALVTE ET INCOLV
Mi TATE- DOM'N' NOsTR' IMPCAes
M-AN'ON' -GORDIAN' -INVICT'- PII*FE
LICIS AVG TOTIVSQVE DOMVS
DIViNAE- EIVS- MVRVs CONST'TV
TVS -A- SOLO- ACOLONIS- EIVS- CAS
TELLI CELLENSIS DICATISSI
ME DEVOTI NVMINI EIVS
FECERVNt. A-P- CCCLXXXXIIII an 23 ap. Jsus-Christ.
Ainsi les ruines peu explores de Kherbet-Zerga
o M. Payen a cru toutefois reconnatre entire autres
vestiges, ceux d'un temple, sont celles de l'antique
Cellae. Il me parat aussi ressortir de cette inscription
qu'un castellum, le castellum Cellense, avait t bti
d'abord pour dfendre la bourgade don't les principaux
habitants taient des colons d'une familiar imperatoris;
ils y taient sans doute tablis ds la fin du premier
sicle. Sous Gordien, la ville elle-mme fut entoure
d'une enceinte continue, car c'est ainsi je crois qu'il
faut interpreter les mots murus constitus. Peut-tre
cette precaution devenait-elle ncessaire, parce que
la IIIe lgion Augusta, licencie en 238, ne couvrait
plus le pays contre les incursions des nomades.
A XXV miles l'ouest de Cellae, l'itinraire
d'Antonin indique la station de Macri; cette distance
prise sur la route romaine, encore suivie aujourd'hui
partir de Kherbet-Zerga, nous mne sur les bords
de l'Oued-Magra; le nom antique s'est donc conserve.
La ville eut sans doute quelque importance.









i. T.:.ule la z. :- e Ji ili er-i j...u liul.II..:- U lui 'iend
r,.ar d:i1es:j 1 '- jai l E lie .' dl oji de S-i i~



_i ,: m s lim. 'e, I ai -.?e I t-..rait su\ alen .:ur dle
quljiue, l*en i hi- al,:, lit; di:-il. le n.:tm i lue il.:.us
Lb'.,' e, i:,Ijce hi, i.1- 'i r", la d, M ''J.n !:.l .*' i .

M 'I.l.:.ull exi-ltait un eiLt ih..ler' u i .:. rin l. le i.i-
[e.i: i, ,:,l I,:. ru lfl,.: ;** i :' ,' ill il. ,i jll+ I I}I'I ju.le -
,:\ ~: ii e1tie et o ,: ..i M lM.i,.|uer ,.'*:*pie Uie iii>ri[.i-
li. .li r, iI e ,l ,iJ, 11;:01 I'J',1l; : .iI U | '_ 1,, 1\ Ue'
quelques foundations ensevelies sous des rochers des-
cendus de la montagne. Il tait situ environ
800 mtres de l'oasis actuelle et tait construit sur un
mamelon la dominant d'environ 40 mtres. Plus au
sud, l'endroit appel Bir-Sadouri, sont des vestiges
beaucoup mieux conservs; on y reconnat un fort
rectangulaire de 80 mtres environ sur 45. Il y avait
des constructions intrieures et, notamment en face
de la porte principal, une tour circulaire de 10 mtres
de diamtre. Une inscription, date du temps des Phi-
lippe, a t retrouve parmi ces ruines.
A Doucen, fort remain et source amnage par
les remains. Par M'doukal, Sadouri et Doucen les
Romains tenaient tous les passages entire le Hodna et
les rgions sahariennes de l'est et pouvaient agir cons-
tamment sur les nomades <2).
Au IVe sicle, le christianisme, o s'tait dj gliss

(1) E. CAT, La Maurtanie Csarienne.
(2) Id.


-- ,!.2 -







- 63 -


le donatisme, tait solidement tabli dans le IIodna et
y comptait plusieurs siges piscopaux don't les posi-
tions topographiques exactement reconnues de nos
jours, figurent sur les Annuaires archologiques de
la province de Constantine 1856 1862.
Ce sicle est encore une priode de prosprit pour
Thubunae, cependant, durant les luttes religieuses
don't les indignes des montagnes et du sud ont pro-
fit pour envahir les pays coloniss et se substituer
aux anciennes populations romanises, Thubunae a
d subir les plus grades vicissitudes.
En 422, Honorius nomma Boniface, comte d'Afri-
que. Ce dernier s'tait distingu dans une longue car-
rire militaire don't une parties passe en Maurtanie
comme prpos des limits Thubunensis.
En 417, il n'tait que simple tribune et commandait
cette poque le poste-frontire de Thubunensis (pre-
positus limits Thubuniensis); il avait t, aussi, char-
g de surveiller le Hodna, qui tait occup comme les
pays environnants, par les populations gtules, tou-
jours en tal d'insurrection. Il sut repousser les incur-
sions des nomades et rendre les assailants tributaires
de Rome. Dans plusieurs lettres, Saint Augustin, qui
vint le visiter Thubunae, rappelle les succs qu'il a
obtenus avec une poigne d'hommes.
En 423, la mort de Honorius, son neveu Valen-
tinien III monta sur le trne, mais comme il tait
trop jeune, sa mre, la docte Placidie et la rgence.
Elle et le tort d'couter le gnral Aetius, rival
jaloux des succs de Boniface, en Afrique, et ce der-
nier pour chapper un jugement partial entra en
rebellion. 11 avait pous une princess arienne et ci-
menta cette union en s'adressant alors au roi des








- 6i -


\'and'il es auquel il .- ergagea' i d.::r les trois Mau-
rian ies.
Les Va\idales eni'.Ii;ieiin l'Afrique eni mai 429 et d-
lrq'1u.reIIi ldan ls Tiniglni. C'e.l probahl-nemeun
dani. I: .*':ural Jd: l'ain.i 3 :Ui\aiiite qu'ils erin ahireit
le Zabh. pu l'Aur. -l e'ut eli l Numidie.
Fni .i le- p-:.puliois te-rbl res d:]e 1'Auris el du
Hodna se rvoltrent contre les atrocits des Vandales
et ce fut alors dans ces malheureux pays une suite
ininterrompue de courses et de razzias.
Cependant, le pays gtule tail encore riche cette
poque tourmente. La ville de Cellae l'est de Tobna,
comme les autres de la mme region, parait tre de-
meure prospre, car nous trouvons mentionn dans
la liste de 484, l'piscopat Cellensis.
A la mme poque, nous constatons l'existence d'un
piscopus Macrensis sigeant parmi les vques de la
Maurtanie Stifienne.
La destruction de Thubunae, par les Vandales, est
en tout cas, postrieure 484, date laquelle un de
ses vques sige la runion de Carthage avec ceux
de Macri et de Cellae ().


(1) Nutitia AfricoS Numbdie, n 72. edition Hahn.













CHAPITRE HUITIME


Occupation byzantine




En 534 a lieu la restauration byzantine et les van-
dales sont expulss du pays par les Grecs.
Procope, le pangyriste de Blisaire, rapporte qu'au
del du month Aurs (Aurasius Mons), vers l'occident,
s'tend l'immense plaine du Hodna, don't la fertilit
tait grande au moment o les Vandales la quittrent.
Ce qui prouve que ces conqurants ne lui firent pas
tant de mal que l'on est tent de le croire.
Comme au point de vue stratgique, Thubunae
occupait une position admirable entire l'Oued-Barika
et l'Oued-Bitam, sur le versant occidental d'un plateau
d'o l'on domine, vers l'est, tout le Hodna oriental,
vers le sud toute la plaine dcouverte qui s'tend dans
la direction de M'doukal, qu'il tait aussi le point de
passage ncessaire de tous les envahisseurs venant
du sud, obligs de contourner les chotts du Hodna et
de passer, soit entire les deux chotts, soit entire le
petit chott et la montagne (c'est, du reste, aujourd'hui
encore le passage le plus frquent par les nomades
du sud pour se rendre Stif), les Byzantins l'occu-
prent de bonne heure et, il est possible de fixer,
5








- t.'.; -


a crI ,: i'l; .ie. i] date ''. ]aj i,.inJj '.ii tI l iJ l.;.l i.*L r.s,e
le.? T I ,Il .i ,je
E h ,'- l |-lr...: 5I- +,:,uo ii .] ,,i *,:,- 1 l',\ u r .: 1. li '-i,:c
*, 1.,:. ,, ,.i:I ,- ..l,. .e-1it- = ,.,. I A [., I E l i,;,- i ,JC

Z -I, . il .au-- il..i. il I.rt' le -..:i ,I pl.:.L..,.[ p.jr
,le' i .I- I o l 1i, I tI ,:, ',] r'i-..,nu. f i, -. Ii..- 1 i .
[ :JL I- l1l ,'.,:h ,:, ,,.''.,i,',: ;l ], j ['.,:: ]i ['...+ ],xe. I: e '.I 1 ': -.lI ,
pjour -ur. ll r ii.l Jl' I.L.-l U. a-xi-T ti. .l l \i.} r ii i I.:.i.1
i I l'l i l-.'I .u -J .i:li jI ,l'e :I I 1 :L ,I l I. ,l .
lii jnl i. lIl']. I:, ,'L ;:,.lj l';i l I Ir,=U ., l .i _:1

le ,l ,,? l *, ll tI '.',\ I jl. ,;n iii i? I i .ll in ., h. iLn,. I ..?-
p-, ; s ._ ,.lu H ...JI, ..r.e.l -l' .\ .:,- l1- l. ,r :| ]
\ullie ,l.] i.PI, -e. n- .l:jur,? ru; t' la r, ] .IIu V -1i:-

ei' i..... 13 ,].; l; .: e |.. :. iii .t 1.. .l uiii ,.i

e l',.: U| 'l|l' ii i iI li hjire d i iJ lj r'-.,'. du iiii -.,u' .L
,I, l' ,-\Ir,...u I., r .:n ft,+.
Le i .l 1 Jl l i... .r,:c.- lI.,,n u riii ,: ,.I: T.'.i.', d.,ir1
le: dip.r.-_ n- r.',.ir.l, ?lleiiir ts- e- 'u lI--,,ar-Bele-mi etl
dle i' l 'iJ. eI t-. l (,i.. .] ldu :,]dl jill, 'l i,.J I'.'
.ill lei l ..i4 ll 5 I.,, |,l,, : : ]'.-\l ,,." . ,_'.0 1 U n .
e'l ,t:,'-lll r,'"'?l .j l rl|] r I|l: u ,]',- u' l e l ,.,d r j ,:h l],[ I:l
de .:, i, 1 .. pi .'. .il ii-. .r i i t.:. -ur le M ilieu
dr >~ l'ju ttiU ,i ilii ?,. ,l a i, L ut l l'u:i u l:u' i,>:i ', ,*i' ?
(huit Ii.-i i.:,l, pi r e .le ,'n .l i l.'. tl +
I....|liaire'ii ,? il 'r .: *|LIu ,.iI M] [ Ii lI. i, .E'iC ,'... -
tl ii'L .:i e-.I. -l.,i hi ',*;, :> i '.'- rt dt u i Ci,. i l. It .
,. I.:li, .l.:,tue i' i 1- .:,. il --- i. *,r.mIl] .i -e: ri.ii.r- d'.-
r.:,..*'e 'le lt I e e l i 1k r'.,,-,.i l lt iil 'i i TiS[T i-
-iii- *lu il d.iii .: de- uil'?-: *.l e.1'0- -ni. z1i
-t- *i.i l'j-i,lelli lrl liilhl -ee". 'I-I ulhL I-'.C IJ,'iie. r .i 1-
d, : U ..m ,- ,l I rt.il.ii:', ,.:lle zI. duh.,*l'd Jq; .;* ,l., C lliI : '























,J, , ,-... ,
Ild war lnnl




oi .








































I)OUBIL PORTER FAISANT OOM\IUNIQUER LE BATEAU AVEI LA VILLE (FACE NORD)


FOUILLES DALNS LA TCUR CENTRAL DE LA COURTINE EST


'iPhotograplhies lI Id eur )Iahau


CIJATEAL MZANTIN DE T(WNA








- 67 -


elle a d tre bien plus considerable. A l'intrieur de
la citadelle, d'pais amas de terre sont accumuls, il
est vrai si bien qu'il no reste plus gure, en cet en-
droit, comme au Bellezma, qu'une norme plateforme
peuple de tombes arabes, dominant la plaine et les
difices dtruits de la ville qui dort aux pieds des
murailles (Voir les photographies).
Nos fouilles, en 1901, nous ont permis de retrouver
les huit tours et les murailles de la citadelle et de d-
terminer exactement leurs dimensions. A l'intrieur,
la citadelle measure 61"90 sur 80m50 (I'. Les dimen-
sions extrieures des tours places aux quatre angles
sont de 7110 sur 7 mtres (2). La tour du centre de
la courtine nord a 8"30 sur 610, celle au centre de
la courtine sud : 6m70 sur 4m70 et celles des autres
faces : 5"30 sur 6m75 (3). Ces dimensions sont des
moyennes, car la pousse des terres a tellement tra-
vaill les murs que ces derniers se sont ou largis ou
rtrcis. Pour la mme raison, l'paisseur des murail-
les du chteau et des huit tours varie entire lm90 et
2"05, aussi avons-nous adopt dans nos plans une
moyenne de 2 mtres. Ils sont forms d'un double
revtement en pierres de taille de grand appareil en-
tre lesquels s'intercale une masse de blocage compos
de gros cailloux de rivire noys dans de la chaux;
des blocs poss debout forment boutisses et renforcent
la fortification. Les assises, assez rgulirement dis-
poses, sont solidement jointes par des lits de mor-
tier. Les tours sont bties de la mme facon (fig. 18
et 19).

(1) 51'00 sur 7200 : M. DIEHL (Missions archologiquesl.
(2) 10-50 sur 9m10 M. DIELH id.
(3) 7-50 sur 7-50 : M. DIELII id.











Le u mur- du c.l', u 'i .,rs le..urs u.:.lie iun l 'le
Ij.- ItIr ,it' 1.i' ,: l i [ r ,I I i, ,i.r. ,:.:il, 'i,, e. ,


If u Ij> l. ,i ,ii..ii -i_, L' l Su11.11 l r 'I l. : '. l 'le 1 u,'.tir l t.


I. l l,i.- *i, l 'i i lu iiI i -, ,.'i ,'i.i e-i '. I':-
e -' ni '. l1 i. ii I|ui i u. sii ii 1:, .ir I. [i T hul ure -
li ,tnii .' 1 I lle. i l r -i- ei. i' ..i. llM l..il





et le i ul' iuI:.] ui]ii l., Ii.;.-- ir.-.I ;, l 1.l .* l i ; '', -. l.j
Ij.l. i ll. il : |.. ; I" i l i. ,ul' i .:; u l I.e, l i .....jl l e '
.nu, i, '.1111 ..i '.,j ,Lt i t .' e ill ie i' 1 -l 1 -t r ,,.I' ,'' ;

fil, I' ), ,,II', r' e IA ns le 1' IIIII Il .U il. i,, 1 ,.1 ;.I
eMcl_:lI ,I.-Il lII i ', lI J li T ,. l l :.,ui e-
. -i. Il e-l i .- i1 '1': Il ul le j, I r' .i u il I l,,-. i l,.i i t
et e In lII' l ,i i illl ,"- l.. ['i:'1-,i ,',I n I.3 ,.,:, I Il1l, ,


d Lt .:.II Il '-.' l l UI- irh ?li- I l' _l ,'lii ,:i .'il ,'U I'.-



L'.. eIi,. l -i, l',.'.ir l II '\I- j i e luu, "1 11 -1 ,l ui'I J'u -"






e'' .n Il .i I'tl'i '~ lli i.''ih'.- 'I-| L? I iL , ,- .t r ]: l',', iu n'-'ll,':'ri
IIe I:.l' *, I,-- Il eIt a, ll .u- slll' i l ,en .* l la .|U i l.-


pru..i illei 't l.I d r'i .1 i *i:..iii i iti



a .N d.- ll iS ir.i l e .l'jii, i I I' et' : lil'i l .ii 1.3l es' ]
A l', l, l ) .:IrII i l[. 1. u- lt .1 v : m..Ilu is



,t ,,i l I,:+I ,].,:,.,m lLe uh II liv.' . I






NCIIii .J.*1 Psie=dan A0 de.mliaes di, c.is5 U


- G.Q -


























r-.- i









-- 3


I l

AI, i I


1'i


'-di n t 2 4 .<


,'




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs