• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Title Page
 Liste des membres de la societ...
 Archeologie du canton de Bordj...
 Sur quelques points fortifies de...
 Rapport sur les travaux executes...
 L'Edough
 Les fouilles du Dar-El-Acheb
 Fouilles de Dougga
 Pioches Romaines decouvertes a...
 Biar-Haddada
 Notes sur quelques fortresses antiques...
 Les temples paiens de la Tunis...
 La propriete indigene en Mag'r...
 Inscriptions inedites de la province...
 Chronique
 Bibliography
 Table of Contents
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00020
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet,
L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00020
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

recueildesnotice32cons ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Liste des membres de la societe
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Archeologie du canton de Bordj-Menaiel
        Page 1
        Page 2
        Page 2a
        Page 3
        Page 4
        Page 4a
        Page 4b
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 10a
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 36a
        Page 37
        Page 38
        Page 38a
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 48a
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 66a
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Sur quelques points fortifies de la frontiere Saharienne de l'Empire Romain
        Page 71
        Page 72
        Page 72a
        Page 73
        Page 74
        Page 74a
        Page 75
        Page 76
        Page 76a
        Page 77
        Page 78
        Page 78a
        Page 78b
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 94a
        Page 94b
        Page 94c
        Page 95
        Page 96
        Page 96a
        Page 96b
    Rapport sur les travaux executes a la Kalaa des Beni-Hammad
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 116a
    L'Edough
        Page 117
        Page 118
        Page 118a
        Page 119
        Page 120
        Page 120a
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 128a
        Page 129
        Page 130
        Page 130a
        Page 130b
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 134a
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 138a
        Page 139
        Page 140
        Page 140a
        Page 141
        Page 142
        Page 142a
        Page 143
        Page 144
        Page 144a
        Page 144b
        Page 145
        Page 146
        Page 146a
        Page 147
        Page 148
        Page 148a
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 154a
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 160a
        Page 161
        Page 162
        Page 162a
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 172a
        Page 173
        Page 174
        Page 174a
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 178a
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 182a
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 196a
        Page 196b
        Page 196c
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 202a
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
    Les fouilles du Dar-El-Acheb
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
    Fouilles de Dougga
        Page 227
        Page 228
        Page 228a
        Page 229
        Page 230
        Page 230a
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 238a
        Page 239
        Page 240
        Page 241
    Pioches Romaines decouvertes a Bouhira
        Page 242
        Page 243
        Page 244
    Biar-Haddada
        Page 245
        Page 246
        Page 246a
        Page 247
        Page 248
    Notes sur quelques fortresses antiques du departement de Constantine
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
    Les temples paiens de la Tunisie
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
    La propriete indigene en Mag'reb
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
    Inscriptions inedites de la province de Constantine pour les annees 1897 et 1898
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
    Chronique
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
    Bibliography
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
    Table of Contents
        Page 413
        Page 414
    Back Cover
        Page 415
        Page 416
Full Text













UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES








RECUEIL
DES

NOTICES ET MMOIRES
DE LA


SOCIT


ARCHOLOGIQUE


DPARTEMENT DE CONSTANTINE


VOLUME


DE LA QUATRIME


TRENTE-DEUXIME VOLUME DE LA COLLECTION


ANNE


1898


CON STANTINE
IMPRIMERIE D. BRAHlAM, 2, RUE DU PALAIS, 2


ALGER
JOURDAN, LIBRAinC-EDITEUR
Place du Gouvernement


PARIS
J. ANDR et C"-
Librairie africaine et colonial
27 et 31, rue Bonaparte


1899


UIiversit) of Florij; Librir..


1 er


SRIE














LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIT

4-



PRESXDENTS D'HONNEUR

lMM. TARTRAT, C. G, Ginral de Division, commandant
la Division de Const l line.
DuFoIX, d., 1 lPrftl du Dpoirlement.
E. MERCIEn, ,, A i, Mai-ir de Consantine.
POULLE, A ~i- Directeurdes Doiiimines,en retraile.




Composition du Bureau pour 1898


President :
1er Vice-Prsident
20 Vice- Prsiden(
Secrtaire :
Trsorier :
Bibliothcaire :


M.
NI.
M.
M.
M.
M.


Ernest MERCIER.
MIAGUELONNE.
VARS.
Gustave MERCIER.
EscuaR.
PRUD'IIO.MM E.


Commission des Manuscrits

NMM. MERCIER (Ernest).
PRUD'IO.IM ME.
VARS.














1893 MM. BERGER (Philippe), 1', membrede l'Institut,
professeur au Collge de France, membre
du Comit des travaux historiques et scien-
tifiques, Paris.

1893 BOISSIER (Gasion), C ., I V. membre de
l'instilut, administrateur et professeur au
College de France, membre du Comit des
Iravaux historiques et scientifiques, Paris.

1894 BRAL (Miclel), C ., I ', membre de l'Ins-
titut, prol-esselr au Coll-ge de France,
lPais, 70, rue. d'Assas.

1893 CAGNar (Ren). 1, i ', professeur d'pi-
graplie au Collge. de France, memnbre du
Comiite des travaux historiques et scienli-
fiques, rue Stanislas, Paris.

1866 CIIAHOUILLET, 0 ( I1 ". conservateur hono-
raire du Dlpartement des Medailles el An-
tiques la 13ibliotllh que national, vice-pr-
sidlenlt de la Section di'archIologie du Comit
des travaux hiistoriclues et scientifiques,
boulevard IMleslerbes, G6, Paris.

1885 I-ILtlON DE \ILLEFOSSE, A ',i ,nmembre de
l'Institut, conservateur deals onI qi uits grec-
queLes el romaines au MNuseu du Louvre,
mIeembre titulaire du Comit ldes travaux
historiques, Section d'arclheologie, 15. rue
\\'ashington, Paris.


3MEMBRES MS 3ONO)SAtX)SES33~E














MEiMBRlESS TXTULAX$ES


1892 MM, A:\n iE, I ., coineiller de Prfecture.
1892 AunRn, docteur, maire de Stif.
1890 AUDE, pliharmacien ii Constantine.
1897 BL.NCIIET, A 0., professeur agrg do l'Uni-
vers i .
1897 BONN\FI, docteur il EI-Nilia.
189G BusCuEr, I Qi, proviseur du Lyce de iCons-
La i iii n .

1898 C.\AL\S'.NTI MNOTYLINSKI (or.), I. , inter-
pr.le inilii lire, lirecIeur de l;ia M dersa,
professe'ur 'i la Chairu' puhliqln, d'arabe,
LOnslant ine.
1893 CA \. u 1u/. Z -1T, IrV opri-"iltir.e, Seignelay
(Yo:,iine).
1873 C r.IiuoNNs L, propri0laire t' Consta line.
1871.> CECCALDI, nolCtire ' Phlililqp'villc.
188:3 Cii.\Iniin (L.), A '.. sous-clief de bureau fi
la Prfectur de Conslanti ne.
1898 lD)sconi's.-A ), inspecicur des Ealblissemenits
de bienfaisance, C on-iianltine.

1890 DO.MEIGUE, A k, p' m'ltre princilpl. en re-
traite. corresipo)ilant du NMiiisl'.r e de l'Ins
trIction publique i Saint-iGeni,s (Lot).
1888 I)UPHT. A\ recevouir d.s Douanes fi l
G ia odeloii ,.,

1892 IScuIPE, A "., direcleur de l'cole primaire
supi'ietii'C il Constlantline.







1878 lMM. FAncEs., I J, commandant, directeur des
AfMaires indignes de la Division, corres-
pondant dlu Mlinistlro de l'Instruction pu-
blique Constlanine.
1893 FONT-R .\U.\ (DE), sous-prfel.
1877 FoncioLi, avocat, ancient dput.
1891 GLOIniEUX. professeur au Lyce d'Alger.
1874 GCYT, goniL-lre, principal du Service topo-
graphique (Oran).

1891 GSEru.i, 1 professeur l'cole suprieure
des Lcttres dl'Alger.
1802 JE.\N. dlireceur de l'cole de la rue Damr-
mont, Constantine.
1877 LAUL:lCIIESSE, conservateur des l-lvpoli'.ques,
en retraite, n MNontignac.
1891 LE CLElHC, clhef du Service des Douanes, Alger.
1881 LESUEUn, ., ingnieur, i, Paris.
1878 Luci.\,N., A ,. chef dle bureau au Gouverne-
ment Ginral, Alger.
1892 IMA'-UELONNE, inspecteur des Domaines
Consla nti le.
1891 IE.iDoun I I.\,AFAT, A 1 professeur d'arabe
au Lyce 'ul Constantlilne.
18903 NI[NETRET, A _'. administrateur de la comi-
mune mixte d'll-.Milia.
18(37 lr.iiciEn (F.), (- A '. inlterpri le Iraducteur
asserine t. nmem bre associe de lcole su-
priei l e ,t dles Lettres ,l'Alger, laurat de
l'institut, correspondent du Ministire de
l'Instructioi n il bliq ue, maire et cinseiller
gnr, l 'le Consman tine.
18G0(1 MI :CIEl (Gusltal'), avo a l, inlerp'iteO mili-
lairue (e r'serve, Colslantline.
1880 MNOL.lEr (Charles), propritaire a Juinmainpes.
180 MouIN.\Aur)n, dpil li et conseiller gnral du dd-
parlement do Constlanine.








1878 MM. PAPIER, es, I Q, chef du Service des tabacs,
en retraite, president de l'Acadmie d'Ilip-
ponte 13B:ine.

1880 POINSSOT, A , vocal, rue Nicole Paris.
182 l'OULLE, f-, A V, direcleur des Domaines, en
retraile, correspondani du Ministre de
l'instruclion publique, membre non rsi-
dant du Comit de-s travaux historiques,
a Montauroux (\Val).
1891 PItV\OST, A r, professeur de rhtorique au
Lyce de Conslantine.
1881 I>RnUD'IIOMME, A Q capilaine en relraite,
conservateur du Muse'de la Ville, corres-
pondant du MinisiLre de l'Instruction pu-
blique Conslanline.
1S9.- REBUFFEL. conducteur des Ponts et Chausses
Conslantine.
1884- RECLUS, (Onsime), gographe Paris.
189-' S.\nIt.\ZIN, A architect Constanline.
1879 STIIHANOPOLI, conservaleur des 1-lypolli'ques
Ci Bne.
1863 SUUEr, I ', inspector primaire Conslan-
tine.
1890 V, ns, professeur du philosophies au
Lyce, adjoint au maire de Constantine.


VILLA, avoca1t L Conslantine.


1891










MEMBRES CORRESPONDENTS




1885 MM. AI.OTE DE LA FIllvE. *&, gnral de brigade.
1880 Annois f Firmin d'), ancien miagisltrl, Paris.
1891 AnRIE,. administrateur de la commune mixte
de l'Auris.
1875 BAUDOT, 4, clief d'escadron d'Etit-Mlajor.
1882 BEEDIIAM, i l\iml:iollon (A ngleterre).
1889 BErN.HD,. arcliic-cle', 22, rue des Cordeliers
Comi'iuigne.
1891 BEi'TRANn ( Louis), I ) receveur iilunicipal,
cofnser voleur du Musee Philiippeville.
1898 BESNIER (laurice), ancien membre de l'Ecole
frana;ois du Home, clarg de course
l'Luniversilt" de Caein.
1S90 131oNNET, proprilaire I3 Bord-jbou-A\rrridj.
1895 13LONDEL, juge de paix.
1874 BouIoosE. (C(Gslin de), colonel.
1864 C( IIEN, grand r(Ibbiln Paris.
1883 C(ll:nr. O ':, cl':f de balaillon de Zouaves, en
retraile, i, Aix.
1877 I).\MEIlS nE CAClI.RD, irofesseur ,1 Bruxelles.
1892 ]).\.[CIlEL, Iluissier i Sousse (Tuni ie).
1888 DEiLATTriiE (l R. 1.). 1 'J pril.re li issionin ire
d'A\lger, uembr,'r, lilul, conservail' ur u M1 useu are 1liologique
lde Saint Louis de Carhllage.
1860 )DEI.OCl O ., iuliem re le l'l islillt.
1882 DENIzi, ancient magisiral, i Nlarivejols.









1882 DIOUIN, avocat, rue MonIcey, 15, 9 Paris.
1895 ELDIN, architecle a Stif, correspondanl du
Ministre de l'Instructi:,on publique.
1890 EsPI'IIANDIEU capilaine au Gl6 rgiment
d'infanterie, correspondent du Ministire de
]'Instruction publique.
1894 FAGNAN, I professeur t l'Ecole suprieure
Lettres d'Alger.
1891 GAIHOT, publicist Alger.
1894 GaUCKLF-n, A 9, directeur du Service des
Antiquits tunisiennes Tunis
1891 GESSARD (CRL), pharmacien en chef de 1l'll-
pital de Slif.
1892 GoTSCIc, O 4:-, colonel du 4'- Tirailleurs,
Sousse.
1892 GONSON, A i, propritaire i Lanmbse.
189:3 GUiIN, A "J, sous-directeur des Contribu-
lions diverse i T'izi-Ouzou.
189'2 IANNEZO, p, I i capitaine d'infanterie
Bergerac.
1886 HIOVVMANN, secrtaire de la Socit d'anthro-
pologie \Washington.
1890 JACOUOT, substitute Saint Jean-de-Maurienne.
1898 LASKINE (COmte Gabriel de), SoleIz. gou-
verien-ient de Radam ( Russie).
1897 LEROY,, A Q, explorateur, Biskra.
1881 LunA\w\sKI comee de), i Viazna (Russie).
188 qiMArTY, mdecin-major.
1882 MU,\unR, maitre de conferences la Facult
des Lettres, ai Aix.
1879 MlRITENS (nD) inspecteur de '.'Assistance pu-
bliquu Alger.
1888 MILVOY, architect, rue des Trois Cailloux, 3,
Amiens.








1892 MM. MNOLINER-\IOLLE, A j, sous-chef de Bureau
au Gouvernement Gnral.
1888 P.LLU DE LEsSEw'r, avocat, rue de Tournon,
17, Paris.
1880 PEYI OT (le docteur), rue LalTite, 18, Paris.
1892 PONTr, maire ,i Mila.
1885 R INACII. I ancient el.ve de l'Ecole
d'Alt'h enos, rue e Berlin 3, 31, Pa l ris.
1893 REST'OUIN, inspecteur' primaire Saint Af-
frique.
1t91 RoBEIT, A E, aAdmi ni.straeu de de t la cominiune
mix t d'An-M'lila.
187 lovy, ~:1 J, secrtaire gniral de I'Ouzara
i 'u n nis.
188.5 SAL.DIN,. I "0., a trcliiecte, rue de Belle-
chisse, Paris.
18s2 TOUTr.IN, I professeur de Focill .
18G2 V', SErr is, ancient interprte-traducteur as-
se'rment in Esp lion.
1893 \i iiL (C.), vocal i Bordj-.I nai el.
1878 \\'CEIL, grand rabbin Ci T'lemctui.
18(8 ZocI.*:N, i.:,iG. i, bibliolticoiie i, la Bibliothl,que
national 'I Piris.










SOCIETIES CORRESPONDENTS



AGEN. Socilt d'agriculture, sciences et arts.
Aix. Academie des sciences, agriculture, arts et belles
lettres.
AL.IS. Socit scientilique et lille'raire.
ALGER. Ecole supirieure des LuLtres.
Socitl liistoriqii ue ailgrienne.
A\ ic.ss. Socillt des antilluaires de Picardie.
A NGEpS. Socidl acadmi LIuo d, Main-olt- Loire.
ANGOULULME. Socit arcIologique et historique de la
Cha rente.
AUTUN. Socild duenne.
A\V'SNE. Socialt FIacli,'ologiiqui de l'orrondissement.
A\ids.N. Acadmini, de Vnaicluse.
AUXERREE.' Socit les sciLnces liist;lori(iliques et naturelles
dJe l'Yone.
B.i-LE-DUC. Socit des letres, sciences et arts.
BEA1 UNE. Socii.lt d'arcli oli:ite, (l'iiisloi e et de lilltra-
lure.
BEAU,\AIS. Socilt acadnmiinue d'aI'clhologie, sciences
et arts du dpartement du I'(Hise.
BEzitns. Socilt a'rchl ologi,[ue, scientiliqlue et lilttraire.
Bs:. Acadmie d'llipipone.
BonnErux. Socii. oa rclologi( ie.
SocitL de g,ograpli ie comn merciol '.
BouitnEs. Socii hlistorique, lilltt ire et artistique du
Clher.
BiEST. Socit acadmrniqe.
CA..Sinnv. S- Sociat savoisienlne d'hlistoire et d'archo-
logie.
Acadmie dles sciences, lettres et arts de
Sa voio.
D,\x. Socit de Borda.
DUAGUIGNAN. Socit d' tudes scientifiques et a'rcholo-
gi PINAL. Socit d'mulation (les \'osges.
CGA. Socit, d'tudes des Hlautes-Alpes.









GRENOBLE. Acadmie delphinale.
GURET. SOcieLcs sciCcs natu )1l les t arh':dOgi-
(j Il]es de la Ces~
LANGRES.. Sciite. Iiis'i LAON. SOCi acadmiqe.
LIMOGES. .'10cet h co'iiju ilistoriqjue du Li-

LYON. Socite ii tuii iist:i Acadt'!mi des s'lw'%, b.A s Ie(tu'es ci airs.
LE MANS. iil lii t n ~n u are l ',g fin NIa me.
IVIARSEiLLE. -So:I de f Sta)tLiS f.
MONTAUBiAN. a Sciciciligie ciu Tarn-e one.
M1\ONTBILIAI n. Sfc i t 'I *'9 nu u lai
NANCY. ACafliie Stanislas.
nTicE. SJij[:! fta1' t',~< el':,vrin.
-~ ~ o'ced ~ou lie de l'Est.
NANTES Soc.it di iul'pl:.'cie.
NARBONNE. ini is i :.;n a'clc:.'l':.'Lliq ne.
NICE. Socit_: d itunw.Sine : aris (les A lpts
lMa-i1 ti mi s.
N~mEs. -Ac-adiuie dui Cjaid.l
nAN. S c i 01 I d e gl :.'g rap il e e i d I i
ORLANS. i'lC clieoI'ii lCleui
PARis. I- uiii Fi ni 'leiiiFce.cc.

C:,i, filus I ravaiix slc5I)reiil et ntIilnCqs.
l3nlLcki d l. cl des ChalaIes.

oeee'I*d us duzr pli je.
Scmei9

As','.cuil:u lx:ur ci. iuvgnei des (2I un <2s

Soci 'les liir historiqn

S''uit'ie I
l>l:1PPGNAN. -~ :.caic.l.si2hI1u 'tlittrauire..









POITIERS. Socil des anliquaires de l'Ouest.
R,\MBOUILLET. Socit arcllologique.
REIMS. Acadmie national.
RENNES. SociC arclhologique du dparlement d'llle-
et-Vilaine.
RociilE.oumi\nr. Socil des Amis des sciences et des
ariLs.
RODEZ. Socil des luitres, sciences et arts de l'A.\vyron.
ROUEN. CoillnlissioIi des anliq uilts d I la SCine Innf-
rieuur.
SAINT-B3RIEUC. Socil t', d'anulatlionl dos Ctues-du Nord.
SaINT- Dl-[) Socite )liilomin llii ue.
SAINTES. --S Cidil des archives liislorijques de la Sain-
longe et de l'Aunis.
S,.I, -OMER. -- Societ, de-, antliquaires de la Morinie.
S.\Nr-QuENriN. Sociltd aeadd iiiiqlue des sciences, arts
el belles le 'I es
SEM.UR. Socit SENS. Socit arcliologi|Uie.
SolssoNS. Socit arcloloi, lUe, llistoriquie et scienti-
liique.
ToULON. Acadmie du Var.
TOULOUSE. Acadmie de''s sciences, inisriptions et belles-
lelires.
Socielt d'arclhologie du Mlidi de la France.
TouRs. Sociel d'arccllologie de la Touraine.
Socilt d'agriculture, sciences, arts et belles-
lettres du dpa rleielietl d'Indre Loi e.
-- Socit de gographie.
TuNis. Institut de Cartlloge. As.ocialion tunisionne
deus letres, sciences arts, 'i 'l'unis.
VA.\LENCE. Bulletin I'It/isoii'i cCPlCsiatliluue el d'Ci rcI'C o-
logic rili/e ,ce du diioc.'is: dle V'alnce.
VALENCIENNES. Socit d'agriculture, sciences et arts.
VANNES. Socild polymatllii.qu du Morbilian.
VERVINS. Socit archologique.












SOCIETIES ETRANGRES




ALSACE- LO-RAINE. Socit d'arcologie et d'histoire .de
la hMoselle, i MIetz.
SSo ci pour la conservation des mo-
numents historiques de l'Alsace, t
Strasbourg.
ANGLETERRE. Socit des a ntiquaire-s de Londres.
Ecosse. Socit des Antiquaires, Edim-
bourg.
Socit des antiqi.ituires de Coai bridge .
Institut canadien de Toronto (Canada).
Socit de numisinatique et d'archologie
de 1\ontral.
AUTRICHlE. Socit inprialel de gographlie 'le Vienne.
AUTRICIIE-IItNGRIE. -- S cit arclologique cCroate (Za-
greb Agrain), mus.e national.
BELGIQUE. Socit'l d'art et d'histoire lu diocese de Lige.
BRSIL. Muse national dle iio Janero.
EGYPTE. Institut gyptien, au Caire.
Comit de conservation arabe.
Socit klidivale de gographie, au Caire.
TATS-UNIS D'AMRniQUE. Iuse l ebody d'archologie
et d'eth;nographie amricai-
n (e Cambridge.
Institute Smnitlhsonien de \Va-
shington.
-Cormmission d'inspection go-
logique des Etats-Unis (D-
parlemrent de I'Inltrieur).
Washington.
Socit d'anthiropologie, u a a-
shington.
Acadmie dos sciences natu-
relles de Davenport, Iowa.










TATS-UNIS D'AIMRIQUE. Muse amricain d'histoire
naturelle.
Association amrricaine pour
l'avalnceC ent des sciences,
a Washington.
-- Socit historique du Kansas,
t ''opeka.
ITALIE. Institlit a'rclieologiijilt d'Allemagne, , flomc.
Nourceau bulletin d'arch/oloqice chrtienne,
Rome.
colle franchise de Rome.
Sociel africaine d'Italie, i Naples.
Socitu africaine d'Italie, i, Florence.
No[r '\' E. U'niv\cr'sit royale, Chriistiarna.
RUSSIE. CoLnll mission i plll rLialUc aocliologique, ' Saint-
PIit ersbourg.
SUDE. Acaduinie ,o' a al,. arclolo igilue d StockhlolIn.
Institut glologique de l'Universit d'Upsala.
SUISSE. Socilt d'listoire et ld'erli dologie de Genve.
Socite lu gograplie de 13erno.






NI







ARCHOLOGIE

[lu
DU


CANTON DE BORDJ-MENAIEL

PAR

CAMILLE VIR
--->x~'---



PREMIERE PARTIES


PR E I-UISTOIRE

Le pays qui constitute le canton actual de Bordj-
M enael a la forme d'une figure pentagoaleo irrgu-
lire, dlimit au nord pnr la mer Mlditerrande, de
l'embouchure do l'Oued-Isser i celle de l'Oued-cl-
Arba, l'est par le course de l'lsser jusqu'au ch. ta
Kessari et par la line de faite des lauteurs spa-
rant, le bassin de l'isser proprement dit de celui do
son allluent, I'Oued-Diemai:I, au sud p r une ligne
irrgulire suivant les crates secondaires de Ia chiaine
des Flissas, enfin, l'est, d'anlord traversant l'Oued-
Bougdoura, par la limited administrative du douar
Beni-Arit jusqu'i Mirnbeau, puis par le course de
I'Oued-Sebaou jusqu' Rebeval, de I) par une line






--


convexe, frontire du douar Ouled-Assa et du
douar Bouberak, aboutissan t i l'embouchure de
l'Oued-bou-Sada, affluent de l'Oued-el-Arba, enfin,
par ce dernier course d'eau jusqu' la mer. Le pays,
ainsi dlimit, d'une profondeur idale d'env'iron 40
kilomtres sur une larger d'environ 50 kilomtres,
se compose de deux parties: d'une part, la chain
des Flissas et le massif ruptif de Djinet, terrains
de formation ancienne; d'autre part, les valles
proprement dites de l'Isser et du Sebaou et les ma-
melons intermdiaires, terrains en gnral de for-
mation ou d'mergence plus rcenles.
Laissant de ct le massif ruptif de Djinet, ilot
particulier jadis battu par la grande mer, c'est en-
tre 400 et 500 mtres, mi-hauteur de la chaine des
Flissas, que se trouve l'ancien cordon littoral, carac-
tris par des dpts de fossiles nombreux.
Les valles proprement dites des deux fleuves,
l'Isser et le Sebaou, sont composes de terrains d'al-
luvion trs riches, mais n'offrant rien de particulier.
Quant aux mamelons intermdiaires, forms d'argile
grise, brune ou jaunttre, ils sont des plus curieux,
avec leurs formes plisses ou contournes. Ils cons-
tituent les fonds rests intacts de l'ancienne grande
mer. Aujourd'hui, nus ou couverts de palmiers
nains, ils portrent, l'poque romaine, d'paisses
forts d'oliviers, don't de rares vestiges subsistent
encore l'tat sauvage, notamment sur les flancs de
la valle du Bougdoura, o des bois implortants de
l'arbre cher . Minerve verdoient encore.
Tel qu'il est aujourd'hui, ce pays est trs riche,
complant d'orangers, cultiv en bl, orge, vignes et








I. PI'' <


i SI


c C-

1-~~- t


,~,.. .~.







-3-


surtout on tabac dans les parties de plane, en orge
et sorgho dans les parties mamelonneuses et portant
des vergers d'oliviers, de liguiers et d'arbres fruitiers
dans les parties leves.
Ce pays, ouvert sur deux valles relies par des
plateaux d'altitude mdiocre, de parcours facile, a d
tre habit de trs bonne here. De fait, les vestiges
de. l'poque prhistorique se prsentent sous trois
former :
10 Outils de pierre giant la surface du sol;
2 Abris naturels sous roches renfermant des os-
sements humans, des ossements d'animaux, des ou-
tils de pierre, des os taills, et abris artiliciels
creuss dans le rocher, soit chambres d'lhabitation,
soit simples postes de surveillance;
3 Spultures.



CHAPITRE PREMIER

Outils de pierre gisantl i la surfatc du sol

D'une manire gnrale, les pierres tailles Irou-
ves la surface du sol l'ont t sur des plateaux.
Quelques chantillons ont t rencontrs sur les pen-
tes ou dans les valles, mais ils avaient t entrains
par les eaux. La pierre taille dans la region de
Bordj-1Menael est gnralement d'une matire autre
que le silex qui est trs rare. Ce sont des varits de
roches ruptives qui existent ci allleurements nom-
breux dans la zone littorale (liparite, calcite), parfois
du grs nummulitique, rarement du silex.







-4- -


A. PRISON
Dans les environs lde la prison civil, entire les co-
tes 60 et 69, j'ai ramass cinq specimens de l'ge (le
pierre (fig. 1, 2, :, 4 et 5). Le dernier, qui est un
coup-do-poing acheulcn don't les angles ont t ar-
rondis par l'eau, a d, d'ailleurs, itre apport dais
un dpt de mrtri:aux pierreux destin recharger
le chemin. Sa provenance n'est donc pas certain.
B. DRA-ZEBOUDJT
Le plateau des oliviers Dra-Zeboudij , (impro-
prement appel i Dra azib boLjet sur la carte au
1/50,000me), I 1.500 mtres de Bordj-M enael, m'a
fourni un assez grand nombre de pieces curieuses.
Pas de silex, du granite ou du grs nummulitique.
Sur ce plateau assez tendu, j'ai ramass, l'est
des vestiges d'une bourgade libyco-romaine, une s-
rie d'outils en granite et grs nurmmulitique (lui tran-
chent par leurs forces avec les types connus. Il y a
l des outils en forme de hoyaux, pioches, houes qui
rappellent les types d'outils de l'ancienne Egypte et
ceux en silex encore en usage chez les sauvages de
l'Ocanie (Planche n0 i).
C. PENTES DU DRA-ZEG-ET-TER
Un fait digne de remarque dans ce pays, c'est que
la plupart des points occulps ii l'ilpoque romaine
l'ont t galement i la priode prhistorique et vrai-
semblablement aussi i la pri ode intermdiaire ber-
bre.
Sur la face nord du Dra-Zeg-et-Ter, dans la paroi
de l'norme falaise rocheuse qui forme de ce ct un
rempart natural au plateau, se voient de nombreux
abris ayant seulement quleques mtres carrs de su-





('p-c-Jo., c~cen-Cr~~


t)


- i~;y, i -


- R;,.z'.


t.'
Ltcilc.il


//'t {Q
'' iHl
1 i (:
i i
I -

i / /'
i"


' :'
I^


,'


't Il
A
{1,'*I
't--
2 -

'k



1*
- I
-t..
x
N

'

J;


-I /'L 5


u 1 i .
} )


i %\ % I





i't











il;ll~illIe 1.


H46p ',.ft-q'.


1>1;iii(1i( 11.









perficie. J'ai trouv au niveau du plateau quelques
gros outils doe pierre, lnotnmmment une massue peasant
2 kilogrammes et demi (lig. I, 2, 3 dle Li la clin il 2).
D. ATELIER DE TAILLE DE l A,\UCII-IBN-CIIABAN
Sur un petit plateau en pente, vers la limited des
douars El-Racha et Ouled-Smir, d'assez nombreux
chantillons de roche granitique taille gisent sui le
sol suivant un axe de 200 i 300 mtres de dvelop-
pement. En raison de l'abondance des clats ou
pierres entires, je vois la le sige d'un atelier de
taille analogue ceux qu'on a rencontrs sur d'au-
tres points de l'Algrie et dans l'Europe occidental.

E. COTE 101
Les plateau des Ouled-Smir et des Oule.d-Assa
paraissent avoir t un terrain do chasse l'poque
prhistorique.
De ci, de l, on y ramasse sur le sol des spci-
mens d'instrunments cn granite taills gnralement en
forme de poiites, tel que celui ci-dessous trouv la
cote 101, au-dessus de l'Oued-bou-M'zar.


Grandeur naturelle.







-6-


F. OUENOUGHIA
Prs du cimetire libyque d'Ouenougha, ou mieux
tout autour de ce cimetire, on trouve la surface
du sol quelques grands clats de granite taill.



CHAPITRE II

Grottes et abri os sos roche e postes-vigies

A. ABRIS SOUS ROCHE DE LA CASCADE
(Gorge de l'Oued-Menaiel)

A 4 kilomtres au sud-est du village de Bordj-
Menael, l'Oued-Menael, descend de la chain des
Flissas, rencontre venant de l'est la ligne des colli-
nes rocheuses de Bou-Ifri parties de la rive gauche
de l'Oued-Chender et arrivant de l'ouest, la line des
hauteurs de Baghla, nes la rive droite de l'Oued-
Djem.a ou Dra-Zeg-et-Ter. Elle se fraie, en sautant
de roches en roches et en formant d;uns le granite ces
trous circulaires appels dans certain pays mar-
mites de gants , un troit passage de 5 i G mtres
de larger.
Le point culminant de la gorge est sur la rive
gauche, au cimetire de Sidi-Tadjne, 228 mtres
au-dessus du niveau de la mer, loigno en line
droite de 12 kilomtres environ, et sur la rive droite,
i 188 mtres seulement.
Le point, culminant de la rive droite forme un pla-
teau circulaire de moins (le 100 mtres de diamtre.
A peu prs au milieu, prs d'un rocher qui se dressed,









vaguement semblable un dolmen et (lui parait avoir
t dgrossi de main d'homme, se trouvent des amas
de pierres et les vestiges d'un mur en gros blocs.
Sur le sol, on remarque quelques dbris de poteries
et de briques de la priode romaine.
De ce plateau, une pente rapid mne, dans la di-
rection de l'oued, sur un deuxime plateau plus
troit. A cet endroit, une line de rochers tombe
pic du ct du sud. Du ct du sud-ouest, face la
rivire, deux abris sous roche. Le premier se com-
pose d'une petite caverne de 5 mtres de long sur
2 mtres de large et lmi-5 de hauteur. Dans la paroi
nord, un conduit de Om80 de larger et de Om30 de
hauteur l'entre s'enfonce 0O75 du sol dans la di-
rection de l'est. Je n'ai pu en dterminer la profon-
deur. Une tranche ouverte l'entre, dans le sens
de la larger de l'abri, dcouvre sous une couche de
O'OS d'humnis et de fumier une glaise jaune, mle
de pierrailles, non remanie. A Omia de profondeur
dans la glaise, apparaissent un fragment de maxil-
laire human infrieur dans lequel est encore encas-
tre une molaire ; deux ou trois centimtres plus
bas, le milieu de la mme mchoire don't toutes les
dents manquent, puis des os longs engagds dans
une terre brune, moelleuse, trs friable, mlange de
cendre. Quelques os sont noircis par le feu ; avec
ces os, sont plusieurs instruments en silex, en gra-
nit ou en pierre dure, notamment un burin triangu-
laire bien fini, en beau silex brun jauni'tre, ayant
0m03 de longueur, OOO5 de larger et autant do
hauteur ; une pointe de flche en silex noir don't la
pointe est casse et don't les dimensions sont de






-8-


Om025 eni longueur et Om015 dans sa plus grande
larger ; une autre pointe en pierre dure, i grain
trs fin, galement casse, de OrnO2 de longueur sur
m0O12 de larger; une troisime, intacte, ayant Om04
de longueur et 0"022 de larger i la base ; une boule
en silex brun clair ayant subi l'action du feu, cla-
te en plusieurs endroits et oyant 0"'03 de diomtre;
une autre boule en granite ayant OmOS de diamtre;
un tranchet en pierre dure de 0m042 de longueur,
0m041 de larger la base et 0"026 de larger ou
sommet. Parmi ces instruments, se trouvaient deux
minuscules fragments de poer'ie noire, trs gros-
sire, et un os taill sur les deux cLs et aminci en
biseau une extrmit, avant 0"036 de longueur,
0m002 de larger et autant d'paisseur.
En avant de cet abri, un chemin trac dans le ro-
cher conduit une plate-forme de 17 mtres de lon-
gueur sur 9 mtres de larger, ferme par un demi-
cercle d'normes blocs placs avec symtrie. Un
troisime abri est situ 5 mtres en contrebas.
A 25 ou 30 mtres encore plus bas, un rocher est
vid circulairement en forme de puits. L'videment
du rocher determine les trois quarts d'un cercle don't
le quatrime quart est form par une sorte de mu-
raille en pierres sches s'levant en retrait, de ma-
nire formoi les degrs d'un escalier. La longueur
de l'ouverture au ras du sol est de 1m50 et sa lar-
geur de 1 40. Une terre noire, grasse au toucher,
trs lgre nanmoins et trs meuble remplissait
l'orifice jusqu' O"50 du sol. A im20 de profondeur,
se dessiiie l'ouverture cintre d'une galerie s'ienfoii-
ant au sud. Cette galerie n'a pas t dblaye.






- 9-


A 2m30 de ce puits et 1"50 en contrebas, un ro-
cher plat de G mtres de longueur est engag dans
la terre ; du ct de la hauteur de la montaagne et du
ct de la penle, il est barr par une muraille demi-
circulaire en gros blocs bruts. Quelques blocs enle-
vs me montrrent un abri rempli de terre jusqu'i
0"20 du sommet. Une tranchde mepermit de'cons-
tater que l'entre primitive tait au sud-est. La terre
qui remplissait l'abri tait compact, remanie par
les eaux. Il ne semblait pas v avoir de couches d-
termines par suite du remaniement des eaux. La
terre, a partir de 'Orn0 de profondeur, contenait de
nombreux ossements briss don't beaucoup avaient
subi l'action du feu, des fragments de carbon, des
iiistruments en pierre ruptive, notalmllent une nor-
me massue peasant 2 kilogr. 600, des haches un
seul Iranichlant, une belle hache rappelant la former
des hiacles nolithiqlues, de rares fragments de pote-
rie trs fruste et de nombreux os taills. Mlais l'ob-
jet le plus curieux est un petit hameon on fer trs
oxyd, de 0'"025 de longueur. Cet hameon de fer,
trouv plus d'un m litre de profondeur pormi des
outils de pierre fort grossiers, droute au premier
aboard. -On a tendance, en effect, considrer le bronze
come le premier mtal connu. Faudrait-il admeltre
avec le docteur L. Faure (1) que le fer est rellement
le premier mtal connu et que si on n'en retrou've
que rarement des restes, c'est l sa prompted oxyda-
tion qu'on ie doit ? Aucune trace de bronze n'existe
la Cascade. D'autre part, l'imperfection des outils

(1) Recc/erches I/istorico -ini'tallurgiqucs tendant prourcer que
l fer stI le piremicir dci.s frn frlc i connus et utt l[ s's par l'lr/rnme.







- 10 -


de pierre semblerait donner une haute antiquit aux
abris de la Cascade. Pourtant, je les crois relative-
ment peu anciens, contemporains de peuples dj ci-
viliss. L'homme civilis et le sauvage coexistent en-
core aujourd'hui ; a plus forte raison ont-ils coexist
jadis et ce n'est pas toujours sans reason que les
Grecs et les Romains ont appels Barbares tout ce
qui vivait en dehors d'eux. L'hameon de la Cascade
pourrait tre le produit d'un change ou d'une trou-
vaille.
D'autres abris voisins sont encore inexplors. Un
dernier est une grotte naturelle avec plate-forme pro-
tge. Un simple puits de Om'30 de diamtre, for
dans un angle, me permit de juger de la richesse de
l'abri s'il tait fouill compltement. Ici, il n'y a pas
eu de remaniement par l'eau. Les porcs-pics seuls
ont peut-tre amen quelque drangement dans les
couches. Jusqu' mO2 de profondeur, la couche est
kabyle et romaine, offrant quelques rondelles de
bronze et des fragments de grande poterie romaine.
Au-dessous, une srie de foyers, des ossements
noircis, des outils en pierre ruptive, des os taills,
un os estomp, une raie horizontal, des rties per-
pendiculaires.
Aucun des abris n'ayant t fouill compltement,
je ne les tudierai pas avec plus de details pour le
moment. Je reproduis seulement ci-dessous quel-
ques-uns des types de pierres tailles qui, en som-
me, se rapprochent du type acheulen franiais.


(Plaiiche no0 3)











PbI;,iii t. Ill.


IiAi
iimi


Ilialielle IV.







- 11 -


Et ci-contre les principaux os taills.
(Planche no 4)

Les ossements recueillis sont ceux du petit boeuf
d'Afrique, de la chvre, du porc-pic, du chacal, d'un
quid de grande taille, d'hommes de petite taille.
Aucun vase enter, des fragments en terre rouge-
tre, brune ou noire. Un seul prsente des traces d'or-
nementation faites avec l'ongle.





V //





B. GROTTES DU CIIENDER
L'ued-Cliender, en quittant les ravins des Plis-
sos, passe dans des gorges o il forme plusieurs
grottes. L'une a t retaille l'poque romaine. Les
autres offriront vraisemnblalement, lorsqu'on les
fouillera, des vestiges prhistoriques. J'ai romass
dans l'une d'elles le spcimen ci-dessous:






- 12 -


C. GROTTE D'AFIR
A Afir, dans les Beni-Chenacha, une grotte am-
nage aussi de main d'homme devra donner gale-
ment des rsultats intressants.
D. ABRIS DE KARA-AHMED
Entre Bordj-Menael et la mer, non loin de l'Isser
et de la route du Cap Djinet, s'lve sur un plateau
dominant la mer et le course infrieur de l'Isser le
village indigne de Kara-Ahmed.
A 50 mtres au sud du village, est un gros rocher
isol. Une sorte de sentier trac par un frequent pas-
sage permet de monster le long de ce rocher jusqu'au
sommet, lequel forme une double plate-forme avec
double abri de 1m30 de profondeur.
A 100 mtres au sud-est, un autre rocher isol
prsente sur sa face nord-est une excavation de 2"'50
environ de hauteur sur 3 mtres de larger et 2"'50
de profondeur avec plateforme extrieure de 5 mtres
de long sur 4 mtres de large, O80 en contrebas.
Des bancs taills dans le rocher existent tout autour
et l'intrieur; il y a, diffrentes hauteurs, de pe-
Lites niches. Dans le fond de l'excavation mime, a
2 mtres du plancher, une lunette circulaire de O"n25
de hauteur sur 0"35 de larger communique avec
une plateforme en arrire dlimitant un post cou-
vert de guetteur. Le guetteur devait se tenir assis, la
hauteur de son poste n'tant que de un mtre sur
une larger de 2 mtres et une profondeur de 1'"50.
Un peu en arrire, une autre masse rocheuse pr-
sente cinq tages d'abris avec escaliers dans le roc et
sur le sommet un bassin de 50 mtres carrs envi-
ron destin recueillir les eaux pluviales.








- 13 -


Les indignes utilisent encore ces abris pendant
l't cause do la brise de mer qui !es rafraichit
alors.
Une pinteforme defensive avec poulement prot-
geait ces abris du cod de la montagne.
Non loin de lu, se dresse la masse de Sidi-Zerzor,
norme bloc rocheux (lui monte a 261 mtres au-
dessus du niveau de la mer. L'accs en est relative-
ment facile. Son sommet est une plateforme de 25
30 mtres carrs avec lpulement de im30 de hau-
teur du ct du sud.
Au pied occidental de Sidi-Zerzor, se voientl les
restes de trois habitations circulaires en pierres bru-
les, ayantl 5 mtres de diamtre. Je ne saurais me
prononcer sur l'uge de ces constructions.
Les abris de Kara-Ahmed, en raison de leur na-
ture et de leur facility d'accs, n'ont conserv aucun
mobilier.


CHAPITRE III

Spulitures et tumuluis

A. LES TOMBES DE KARA-AIIMED
En avant et au sud-ouest de Kara-Alhmed, se
dressed un monument que les indignes appellent
Qbar-el-Djahiel (le tombeau de l'idoltre). C'est un
amoncellement de blocs plus longs que large, rudi-
mentairement, faonns. On reconnait un cercle de
cromlechs de 2 mtres de larger et intrieurement,
ce cercle une masse de monolithes obliquement,







- 14 -


dresss et convergeant vers une masse central lon-
gue de 2 mtres et large de im50. Une sorte d'allde
de 2 mtres de larger sur 2m50 de longueur mne
cette parties central. Peut-tre faut-il voir dans ce
monument un dolmen avec alle couverte don't les
tables de recouvrement ont disparu.
Derrire ce tombeau, s'en trouvent deux autres
forms d'un simple cercle continue de cromlechs d'as-
sez grande dimension et non quarris. Au milieu du
premier et sur le sol, j'ai ramass une jolie pointe
en pierre ruptive brune, de mme forme que celle
trouve au-dessus de l'Oued-bou-M'zar, la cote
101, d'ailleurs pas trs loigne de Kara-Alimed.












En arrire des abris, existait un outre Qbar-el-
Djahel. Ce Qbar a t dtruit au printemps de 1895
par les khliamms du propritaire du champ KIhiali
Ahmed, de la famille des Ben Grich. A en juger p.r
les matriaux gisant sur le sol, il devait avoir un
caractre dolmenique. Au dire des indignres, il se
serait compos d'un cercle de pierres et, au milieu,
de blocs dresss supportant un couvercle. Ce cou-
vercle que j'ai vu avait 0"35 d'paisseur, 1"20 de







- 15 -


longueur ce 1"'05 de larger. Il tait lgrement or-
riodi i l'un de ses bouts. La destruction de ce tom-
beau est d'autant plus regrettable qu'il tait le der-
nier type de spulture franchement dolmnique en-
coro intact dans la region. Les spultures dolmni-
ques du cimetire infrieur de Bridj, dans la valle
du Sebaou et dans lesquelles les morts sont couchs
sur le ct droit et replis sur eux-mmes, dans la
position du foitus dans le venture de sa mre, sont,
ci ellet, recouvertes de terre et non pas plus leves
que le sol.

B. TUMULUS DU COUDIAT-TER
Lorsqu'on va de Mnerville Tizi-Ouzou par la
route dpartementale, on aperoit en avant du village
alsacien de Camp-du-larchal, droite de la route,
i 3 kilomtres environ du Sebaou et sur la rive gau-
che, un monticule trs rgulier et don't le sommet
nettement dcoup semble travaill de main d'hom-
me. En effect, si l'on monte les pentes de ce mame-
lon, on remarque qu' 15 mtres environ du som-
met, la nature du terrain change tout d'un coup. Au
lieu de la terre argileuse de couleur jauntre qui
forme le sol natural, c'est une sorte de gravier de ri-
vire de couleur plus brune. On se troupe en pr-
sence d'un tumulus artificial de 15 mtres environ de
hauteur dress sur une butte naturelle d'un peu
moins de 80 rmtres d'lvation, le tout tant cot
93 mtres sur la carte au 1/50,000"e. Sa longueur
d'uii bout l'autre de la plateforme qui est lgre-
ment convexe est de 60 mtres, sa larger de 5 m-
tres environ.








- 16 -


Orient nord-sud, ce tumulus est parallle aux
buttes en forme de tumuli du Djebel-Faraouiii et du
bordj turc du Sebaou. Son nom arabe est Coudial-
Ter (butte de l'pervier).
Le Coudiat-Ter est-il analogue aux tumulus de
Bretagne tels que le Kairin de la fort de Carnot,
fouill en 1843 par Ml. Peyron, la butte de Tumiac,
le lan Bras de la presqu'ile d'Arzon, fouill en
1853 par la Socit polymathique du Nlorbihan, le
Man Nlikel, le month Saint- lichel de la plane de
Kermario, prs de Plou Carnac, au centre duquel
M. Galles, sous-intendant militaire, a trouv une
chambre spulcrale analogue aux chambres spul-
crales des Pyramides d'Egypte? Il est permis de le
supposed.
En attendant des fouilles compltes, quelques fouil-
les superlicielles m'ont fourni les constatations sui-
vantes :
Il m'a paru qu'il y avait eu jadis une line ellip-
sodale de spultures autour de la plateforme. Les
dbris de ces spultures sont visible encore du ct
de l'est (vigne Knecht). Du ct sud, dans la direc-
tion de la voie ferre, et du cot ouest, direction
d'I-Iaussonvillers, aucune trace apparent ne epermet
plus de dterminer la line des tombeaux; mais de
ces cts, il v a eu dfrichement et descent des ter-
res le long de la pente. Du cot nord seulement, j'ai
entrepris des fouilles i un mtre environ du sommet
sur une longueur d'environ six mtres. A l'endroit
o nM. Eininger, maire de Camp--du-larchal et pro-
prilaire du sol, m'avait dit avoir remarqu en la-
bourant de large pierres plates, est apparu a O'40"







- 17 -


de profondeur, enfoui dans le gravier de rivire, un
crine human couch sur le ct droit. Tout auprs
taient les os de la parties suprieure du corps allon-
gs sur des Ipietres plates, poses elles-mmes sur
des cailloux rounds ciments avec de la glaise verte,
le tout formant une sorte de banquette de Om55 de
long sur ('"20 de large, soutenue d'un ct par une
dalle de 0"'25 d'paisseur au pied de laquelle, i O0n30
au-dessous de la premiere, se trouvait une second
banquette supportant les os infrieurs du mme ii-
dividu. Il y avait eu vraisemblablement enfouisse-
ment aprs dsarticulation du squelette, come cela
se pratique encore chez certaines tribus sauvages.
Le crne, qui est celui d'une femme, ne rappelle
que de trs loin, d'aprs Mh. le docteur 'erneau, as-
sistant de la chaire d'nnthroplologie au MNluseuin d'his-
toire naturelle de Paris, les types connus de l'Afri-
que du Nord. Il fail penser certaines pices des
dolmens de Roknia. Son indice cpluilique horizon n-
tal n'atteint que 70,27 environ. Le front est beau,
bien dvelopp dans tous les sons. La course antro-
postrieure, rgulire en avant, s'inllchit i partir du
tiers postrieur des paritaux, par suite d'un mplat
assez marqu qui se prolonge jusque sur la parties
suprieure de l'caille occipitale. La base est un peu
aplatie.
Tous ces caractres se rencontrent, Roknia sur
les individus qui rentrent dans le type de Cro-Ma-
gnon, mais les bosses paritales du cr;ne du Cou-
diat-Ter sont leu marques et c'est li surtout le
trait qui le diffrencie le plus des cr;'ines typiques.
L'orbite est un peu lev (indice 84,02), mais la face
est en mme temps basse et large (indice 66,66).








- 18 -


En some, cette ltte, avec son crne dolicho-
cphale et sa face course, est dysharmonique unl
haut degr. Par d'autres caractres, elle se rappro-
che aussi des cranes fminins de Cro-~\agnon, mais
tous ces caractres sont quelque peu attnus. Ils ne
le sont pas plus, d'ailleurs, que sur la trs grande
majority des tles ex raises des dolmens de Roknia
qui renfermaient, cone o11 sail, des types fort di-
vers (T).
....... Au pi:ed de la second banquette don't j'ai
parl plus haut, la i|iioche mit au jour une autre tombe
sensiblement pIerlpendiculaire la premiere. Mais
alors que celle-ci tait oriente est-ouest, celle-ll
tail dispose sud-nord. Cettlle deuxime tlombe, qui
auail enviroln O"n'5 de long, tlil nellement dlimite
po.r des lines de pierres p1l.tes jointes de glaise
brune et formont une sort de caisse. Au milieu, unl
crne lpos plat el autour du crne un certain nom-
bre d'os disposes rgulirement. Une troisime tombe
analogue fut trouve a ct de la premiere, mais les
ossements contnus dans cette dernire tant ceux
d'un toul jeune home, se brisrent ds qu'on les
sortit.
Il est probable que le tumulus du Coudiat-Ter ne
m'a pas livr tous ses secrets. Cette butte artificielle
de 15 imtres de liauteur n'a pas di servir qu' en-
sevelir O0'50 ou 1 mtre de son sommet quelques
corps humains.

Polissor. Aux deux tiers de la pente sud-est
du Coudilt., une paisse pierre de grs i demi en-

(1) A liridj, vale dlu Scbaou et canilon de Dellys, .dess spultilres
doliiniiques m'ont doin tun criine court qui ne parait pas se ratta-
cher une race connue. 11 sera l'objet d'une tude spciale.







- 19 -


terre dans le sol prsente sur une faible parties de
sa surface un creux de 0"'OG5 de profondeur, 0'n3- de
longueur et 0"'OG de larger d'un ct et On"'l de
l'autre. Ce creux, product par un frottement rpt,
avait acquis le poli du marbre. Il est possible que ce
soit un polissoir analogue ceux de France. Une
petite source aujourd'hui tarie, mais don't les traces
se voient encore i 200 ou 300 mtres de lIi, permet-
tait de prendre l'eau n-cessaire au polissage des
outils.
















C. TUMULUS DE LA COTE. Sa

A la cote 83, sur la rive gauche du Chender, entire
Bordj-Mlenael et HIaussonvillers, prs de la route,
une butte de mme lorme que le Coudiat-Ter, mais
oriente est-ouest, est peut-tre aussi un tumulus ar-
tificiel. Je ne l'affirme pas, l'ayant trs sommaire-
ment examine.








- 20 -


CHAPITRE IV


Spul 'ures et monumnii ils erbi res

La prhistoire de '1Algrie s'tend presque encore
jusqu' l'ail lppari ion des Romains dans I'Alrique du
Nord. Cependant, ds avant l'potque romaine, des
groups de population de el'Algrie actuelle avaient
une certain civilis;alion. Ils dgros ssiss ient la pierre,
connaissaient les miltoux,, levaicuit de grades cons-
tructions, savaient crire. L'usage a prvalu gnra-
lement jusqu'l p:rsent, aulte de dnomination plus
prcise, d'appeler libylues ou libyco-berbres les ves-
tiges qu'ont laisss ces lpoplulations voluant dj
vers la civilisation.
Peul-'Itre les abris ou postes-vigies rencontrs
dans les rochers, i Iaro-Ahmed notammient, sont-
ils de la priode lilbco-berb, re. Quoi qu'il en soit, je
dsigiierai sous le nom de libyco-berbres les cons-
tructions en pierres ou les tombeaux symtriques
avec cromrlechs taills, dans lesquels le mortier ou
le ciment no me iaoraissent avoir t que peu ou
point eniplo.s.
SECTION I''
Ciietll'I s et s'ptlltl'l s
El-.liroub-el-.hinhar (le clhamip rouge). Entre Bou-
leiidjos et Beclihla, i quelque distance du poste-vigie
ou tombeau lromain appel Qbar-Roumia , au mi-
lieu des terres d'argile rouge couvlertes do pierres
calcoireis, iu lieu dit Argoub-el-Alhmor, un peli. tu-
mlulIs est entour d'un cercle de pierres tailles.
Sidil-MIansour. 11 ci existed un autre, mois en ma-








triaux moins bien )prpars, prs de Sidi-.Nansour
(douar OCled-Assa), sur le chemin. Ce dernier est,
d'ailleurs, cIn partic enfoui sous des moellons kaby-
les et des broussailles.

Cimetire prs de lach-..s.s. Au-dessous de
Bach-Asss (douar Ouled-Assa), le long du chemin
allant i Bois-Sacr (ancienne voice romaine), au nord-
ouest de c cchemin. un petit monticule est couvert
d'un grand nombre de ton lbes entoures d'un ou de
plusieurs cercles de pierres. 11 y a element n ce
lieu quelques tombs aabes anciennes. La plus re-
marqluable des lombes ;avec cromnleclis se troupe sous
un olivier millnaire qlui a pouss quatre gros troncs.
Cette tomlbo est eitoure de deux cercles forts nets,
le Iplus grand tant i 0"'30 en dehors du plus petit,
lequiel est lui minme d'un diamitre de deux mtres
environ. Le diamtre du plus grand est, par suite,
de 2m"0 environ. Les deux circles forment un mur
continue et quel'iues-unes des pierres qui les complo-
sent sont tailles. Avant commence i fire dlblaver
l'intrieur du petit cercle, je me trouvai en presence
de pierres plates s ehets recouvran t des briques
grossires. Ces briques, qui out O'n"22 de longueur,
Om10 de larger et 0n'0J d'paisseur, sont formes
d'argile grise ii pine iattue et mle de gravier. La
cuisson est trs implarifite. Une sort de mortier ex-
trmemernt friable joignirr ces Iriques entire e!les. Les
couclis dle briqiues et de pierrCs pI)ltes se poursui-
vaient jusqu' On"'50 de prolondCur. A celte profon-
deur, les pierres cess:iie t( et un vritable mur de
briques s'enfonl;nit sous les r.',cinles de l'olivier. A
I"'20 de pro'u ideur, ni'taint pis encore i la base du


21









mur et les racines de l'olivier rendant le travail diffi-
cile, il fut interrompu.
A 5 mtres de li, dans la direction du sud-est, je
fis ouvrir une fosse au centre d'un cercle simple de
2 mtres de diamtre. Une couche de terre vgtale
de On'05 ayant t enleve, apparut un dallage de
Om95 de longueur sur 0"'30 de larger. A Oml5 au-
dessous de ce dallage, dans une terre jauntre, des
ossements gisaient ple-mle, et Om10 encore plus
bas, plusieurs crnes se voyaient ct les uns des
autres, mais tous clats et crass, soit par la pres-
sion des terres, soit par toute autre cause. Aucun-
objet, aucun imobilier funraire. Orientation : sud-
ouest, nord-est, les ttes au sud-ouest.
Une deuxime tombe prsente le mme enchev-
trement d'ossements appartenant a plusieurs indivi-
dus adults.
Peut-tre se trouve-t-on en presence d'un enseve-
lissement fait aprs un combat.

Cimetire d'Ouenougha. Sur le versant nord de la
chane des Flissas, regardant la mer, entire 350 et
400 mtres d'altitude, prs de vagues restes d'un che-
min remain, au lieu dit Tarikt-Idghaghen (la selle
de pierre), une vaste ncropole libvque couvre ap-
proximativement un space de 400 mtres de long
sur 200 mtres de large. Les tombes sont nomlbreu-
ses, dlimites les unes par un seul cercle de pier-
res, les autres, et c'est le plus grand nombre, par
une double line de cromlechs. Les dimensions des
tombes sont variables. Les unes ont la forme d'un
cercle parfait, les autres d'une ellipse. Les cromlecls
sont gnralement de dimension rgulire.


_ 0








Mlesure d'une tombe avec double cercle :
Cercle intrieur, 1"')0 -le long sur 1"'n40 de large;
cromlechls de 0"'-i0 sur Om."r) environ, espaces de n010
les uns dees utres; cercle extrieur, 3 mtres de
diamtre ; cromlechs plus volumineux, grossirement
till s.
Measure d'une tombe avec cercle simple :
2n50 de longueur sur 1"'50 de larger.

Ilestes d'un rI elire entire Iio,'tl-.Ilenaiel et la Fontaine
ro,,0aine. Sur le clienin qui de Bordj-Mlenael mne
A; la Fontaine romaine, dans le col que domine de
ses 320 mtres la collie e Sidi-Nlohamed-el-Agrib,
se voient encore quelques tombes en cercle. La plus
caractristillue est nu milieu mime du chemin (lui
em 'prulnte peu prs le trac d'un ancient chemin
remain.
Comme on le voit, les cimetires libyques existent
aussi bien dans la plane que dans la montagne. La
plupart sont dans le voisinage de chemins anciens.

SECTION Il
Refuges et posters Jorti/is

Plateau de la Cascade. Sur le plateau au-dessus
des abris de la Cascade, rive gauche de l'Oued-Me-
nael, existentL des vestiges de murs faisantt le tour
du plateau. Ces murs sont en blocs bruts non ci-
ments. Ils dominent d'un ct El-Ksar-Tala-ou-
Roumi, bourg remain, et fonit face, de l'autre, aux
collins d'EI-l~acla.

'Tour briue au lieu dit Saf-Saf T'aiclba. Sur le pro-
longement oriental du plateau de la Cascade, en ar-






- 2i -


riprte de la grott e e Bou-lfri, mais sur le versant
vnrd, prs de la proprit d'Amar ou el IIadj, restes
d'une tour en matriaux bruts, au-dessus de la val-
le du Chender, de Bordj-Meinael t Haussonvillers,
presque en face de Castellum Tule. Probablement
dernier poste de surveillance des Isaflenses sur la
plaine.

Sidi-Brahim. Sidi-Brahim, point culminant au-
dessus de l'Isser et dernier contrefort des hauteurs
de la ive dre die de l'Oued-Chender, offre son som-
met dominant le village actuel d'El-Racha et un an-
cien petit centre remain des resles cde murs en pier-
res bruWes. Il y a sur ce sommet de Sidi-Brahlim,
qui a vue par la gorge de l'Uued-lenael sur El-
KIsor-Tala-ou- Rouimi, un parpillement considerable
de pieces. C'a t plus qu'un simple poste-vigie. Les
vestiges de Sidi-BBrahim remontent, ii coup sur,
une haute antiquit. Ils sont contemi porains proba-
,lemen't du refuge qui existait sur le versant nord
des hauteurs don't Sidi-Brallim est le point extreme
vers l'ouest, co temporains du fort de Sidi-Argoub,
antrieurs peut-trce i la tour de Sal'-Saf-Tatell b qlui
est en face, antrieurs certainement la1 venue des
Romnains. Comme les autres points que je viens de
nomnmer, ils voien t la mer. Au reste, dans ce pays,
ava nt la; conqute romaine, la nmer parait avoir t la
grande preoccupation des habitants. Trafiquants s-
mites ou pirates divers, c'tait de la mer, da ns cette
valle de pntraltion facile, que venait le danger im-
prvu. A ces ges de frocit native, qui pouvait se
croire jamais en si'ret ?

EInceiict au pied nord des collins d'EIl-Ilaicha. Les









collins sur la croupe desquolles sont bitis les villa-
ges d'El-Roclha et d'EI-Guenana tombent sur la
plane du ct du nord en falaises rocheuses. Dans
ces falaises ont exist jadis des abris aujourd'hui
crouls, la pierre calcaire dans laquelle ils tltiient
fors s'effritant i la longue au contact des pluies.
Entre les deux villages prcits, du pied nord de la
falaise part pour v revenir un mur rectangulaire en
pierres brutes ayant environ 100 mtres de longueur
sur 50 de larger, raos au sol. Ce mur a du for-
mer un abri ou un enclos destin enfermer des
habitants de la falaise.

Sidi-.-Argoub. Au-dessous etl ou nord de Guenana,
sur le prolongement de l'enceinte don't je viens de
parler, est un tertre appel Sidi-Argoub par les indi-
gnes. Sur les lIancs de ce ternre, il y avait un ci-
melire, lahour aujourd'hui, indices de son antiquit
et preuve que ce n'tait pas un cimetire musulman.
Couronnant ce tertre et en serrant la bordure, on
distingue au ras du sol une construction elliptique
en gros matriaux bruts, ayant 6 mtres de longueur
et 5 de larger. La porte tail 9 l'est, et mesurait
in 50 de larger. De cet endroit, la vue s'icnd im-
mense, surveillant l'est, en arrire, la descent des
plateaux des Ouled-Assa, ayant au nord une chap-
pe sur la mer, au sud-est dominant la plaine des
Issers etl l'ouest surveillant la cote de la baie de
Djinet Alger.

Fort ou tumulus de Kara-.lin cd. Prs de Sidi-
Zerzor, au lieu dit An-Chegga, est une sore de tu-
mulus de 15 itres sur 12, de deux mtres d'lva-


1, "Ivertit c CI 'i' i'-ri






- 26 -


tion du cot de la pente, de plain pied avec le sol du
ct de la monte. Des pierres brutes en font le tour.
Amas de pierres sur la pente du ct de l'ouest.
Dans l'intrieur, appr:aissent des sortes de murs de
refend. Y a-t-il la un lumulus ou les restes d'un pe-
tit fort avec chambres intrieures ? Je pencherais
plutt pour la dernire hypothse.

SECTION II1

Inscriptions
Inscription libyque aux Ouled-.loussa. Voir cette
inscription et la magistrale tude qu'en a faite
M. Mercier dans le Bulletin de la Socit archolo-
gique de Constantine (volume trentime de la collec-
tion, annes 1895-1890, pages 124 302).




II' PARTIES



VESTIGES CARTIITAGINOIS

Au cap Djinet lut un emporium ca;irthnginois. Mlme
les piei res d taille des constructions romaines y
sont faonines a la mode carthaginoise, dernire sur-
vivance des usages puniques; mais quelle fut, a
Djinet l'ceuvre des Carthaginois et quelle fut l'oeuvre
des Romains? Une lude patient et prolonge per-
mettrait seule de le dterminer, tude difficile en pr-
sence du bouleversement des ruines et de la destruc-
tion (lui se fait actuellement des derniers vestiges.









Cette tude mriterait d'tre tente mais serait co-
teuse.
Faut-il voir les restes d'un march carthaginois
dans les singuliers vestiges qui existent sur le Kou-
diat-Zouidia. Le Koudiat-Zouidia est un mamelon
d'une cinquanttaine de mtres, spar par un petit col
d'un pitoii un peu plus lev. Il est situ en arrire
du cap Djinet, entire le cap et Dra-Zeboudjt avec une
vue sur la mer loigne de 6 kilomtres environ. Une
enceinte de 12 mtres sur 10, rase au sol et forme
de gros nmollons est visible au milieu. Dans l'int-
rieur de cette enceinte se trouvent une srie de cer-
cles en pierres ayant 1 mtre ou 1n'20 de diamtre.
L'intrieur de ces circles forme une petite depression
et est rempli de fragments de poteries fines, bien
cuites, forces lgantes. 11 v a notgamment des d-
bris de pots ventrus double oreillon qui ont un ailr
de parents avec la poterie de Carthage.
L'influence unique s'est galement fait sentir
Dra-Zeboudjt. Il y a sur le sol des pierres tailles i
la mode unique.
Les marchands de Carthage tablis u Djinet ont
certainement remont la valle de l'Isser dans un but
commercial. Jusqu'o ont-ils pntr ? Je ne sais,
mais ils ont d tablir des marchs rguliers dans
les bourgades numides ou dans des lieux choisis, sans
pourtant trop perdre de vue la mer.






28 -



III" PARTIES



PERIOD ROMAINE

De la mer jusqu' 400 ou 500 mtres d'altitude,
sur le revers nord de la chain cles Flissas, la mon-
tagne des nnciens Isantenses, des Ilissen actuels,
l'influence romaine dans le canton de Bordj-Mlennel
s'est forlement fait sentir. Les ruin-es sont nombreu-
ses, mais loin de ressembler aux merveilleuses cits
de Tunisie el du dlprtemenlt de Conslntiile. 11 n'appla-
raiit plus sur le sol cque les Romanins aien t occupy la
crte de la clhaine des Flissas; sans doute, raison
de la densit de la population Ikabvle, les vestiges
ont disparu. Il y a bien une srie de chemins iaral-
lles entire euix qui, panrtanlt du pied de la montagne,
gravissent jusclu'i mii-i-ete, puis disparaissent, mais
il semble que ces chemins, grossiremenL parvs,
aient t des chemins d'exp:loitation forestire (ex-
ploitation forestire proprement dite ou exploitation
de l'olivier).
Quant la parties occupe (versant nord des Flis-
sas, valles de l'Isser et du Sebaou, iDlateatnc d'EI-
Racha, des Ouled-Smir et des Oulel-Assn, il est
probable que la romanisationi du ipas s'est faite par
assimilation des indignes. L'iniscription i dito de
Guenann, les deux inscriptionIs voisines de Cnstellum
Tule qui sont au muse d'Alger, la premiere, la
plus ancienne, date de l'anne lwrovinciOle 192, sont
des inscriptions funraires paennes de Berbres loti-







- 29 -


niss. Elles dmontrent queI la Kabylie tait plus ou
moins romanise avant la pntration du chrlistia-
nisme. Mais cott- population romanise In surface
est reste, au fond, toujours berbre. LUu preuve en
est dans l'alppui que les clIefs le rvolles ont toujours
trouv dans ce I.ays contre les Roma1ins. Nous sonm-
mes dans le ipas de Firmus cl j. ne serais pas loi-
gre de croira qu'il ne faille cherchler le famieux Fuin-
(lus petreCiis, le fief de la famille des Firmus, o
fut toultie, en :372, la Iremire insurrection, sur les
i)lateautl des Ouled-Arsa, du clet des Ouled-Ameur
ou (le Bkkouclie.
La romanisation apparent du ipas a d sa fire,
d'ailleurs assez facilement. Il n'y avait pas, come
il yu anjourd'llui entire coqurs connquran c uis, dif-
ftence al:-solue de deux religions jalouses l'une de
l'autre de la suprimatie (christianisme et islainisme).
Les populations idolitres de l'Afrique n'avaient rie n
il craindre, au point de vue religieux, du vainqueur
idoltre come elles et tout dispose adopter, com-
me complement de ses dieux nationiux, les dieux
locaux.
En outre, la difference tait mince entire le genre
de vie et le vetement des deux races. Les lRomains
taient i peu prs vtus de la mme laton l que les
Africains, don't le costume n'i gure varied depuis
l'poque romaine. Quanti. la nourriture elle n'avait
mme pas de difference marque. La galette indigne,
arrose d'huile, devait tre peu de close pris, la
galette arrose d'huile des basses classes romaines.
Les olives, les ligues se retrouvaient dans l'alimen-
tation des deux peuples. Juiqu': la manire de cul-
tiver la terre qui ne devait gure diffrer. Le soc de







- 30 -


charrue romaine que j'ai trouv dans les foundations
d'une main au Dra-Zeg-et-Ter est analogue, sauf un
commencement de versoir que l'iidigne e ne connit
pas, la charrue encore actuellement en usage dans
le pays.
Fraction de la Maurltnie csarienne, province ro-
maine depuis l'an iO0 de notre re, le pays entire le
Serbetis (Isser) et le Sebiou. don't le nom ancient
n'est pas connu, tait habits par les Isqilcenses, les
montagnards flissas, don't le nom actuel est en kabyle
Iflissen. Contrairement. a l'opinion du Berbrugger, je
ne ne crois pas que Castellunu Tulei (Diar Mami, ait
t la residence du chef des Isaflenses. Costellum
Tule n'est pas dans le pays des Isaflenses, qui ne
comprend que la montagne entire l'Oued-Djem'ia et
l'Oued-Bougdoura, mais dans celui des gens des pla-
teaux et de la volle, race diffrente. Loin d'tre une
forteresse isaflensienne, Castellum Tule a d .ire au
contraire un post destin surveiller les Fl issas.
Une des inscriptions de Castellum Tule parle des
Nababes (Nababo). Le princeps de ce castellum tait
un Nababe. Fiut-il conclude de ce fait que les gens
autour de Castellum Tule, c'est--dire ceux de la
region actuelle d'EI-Racha et des Ouled-Assa taient
des Nababes? Je n'oserais l'afifrmer. Au contraire, le
fait de rappeler, dans l'une des inscriptions, que le
princeps mort h Castellum Tule tait un Nobabe p:eut
indiquer lque ce lonctionnaire tait tranger au pays.
Dans l'autre inscription, lu nationalit du princeps
n'est pas mentionne.
On peut dire, d'aillours, en sens oppose que l'indi-
cation de la nationality a pu tro grave pour rappe-
ler l'honneur que Rome avait fait la nation nababe







- 31 -


on confiant im un de ses membres, dans son pays
mnme, les functions de princeps. Mais il mon avis,
les Nabales hlbitaielent sur la rive droite du Sehnou
et ne dpassaient pas celle rivire. Cette derniii re opi-
nion peut se rclnmer de l'autorit de In Table de
Peutinger, qui place les Nababes entire Rusuccurum
(Dellys) et Saldae (Bougie).
Quant aux Tulinses, citls par Ptolme, je ne sois
trop s'il faut voir dans le nom de Castellum Tule ln
preuve qlue ce Castellum tait situ dans leur pays.
Si l'on adopted l'alfirmatli\ e, il Faut alors placer les
Tulinses entire les cieux rivires, I'lsser ct le Sebaou,
et les Nababes sur la rive droite du Sebaou, dans les
montagines entire Dellys et Bougie. Sur le littoral
mme, l'embouchure du Serbelts (Isser) et le pays
entire Rusulbbcicari (Port aux poules) et Cissi muiiici-
pium (Djinet), taient occups )pur les Icampenses
(Table de Peutinger).
Ainsi les douars actuels du canton de Bordj-
le nael taient occups jadis : douars Tala-Imdran,
Beni-Nlckla, Rouafla, Clcndler jusqu' Itiaussonvillers,
Beni-Chenachi et Sidi-Ali-bou-Nab par les Isallen-
ses, Ouled-Smir par les Icampenses, El-Guious,
Bordj-Nlenael, nord du Cliender. EI-Rlacl, Ouled-
Assa et Kouanin par les Tulinses, Beni-Arif par ??
Les Beni-Arif sur la rive droite du Bougdoura ne
sont pas des Iflissen d'origine.







- 32 -


CHAPITRE PREMIER


Villes, villages, forts et fermes


SECTION I
Le Dra-Zeg-et-Ter et ses ilanquemeuts (Ould-Said, Aklou, Lalla-
Touila. Camp du Menazi:cl.

Le poste central de la valle du bas Isser, la posi-
tion militaire de la rgion fut l'poque romaine au
Dra-Zeg-et-Ter entire Boridj-Men:.el et Isserville. Quel
fut le nom de cet Lblissemnnt important, puisque
ses ruines couvrent 20 hectares de superficie? Aucun
indice, aucune inscription sur place ne permettent de
le dterminer. La position est admirable. Le Dra-Zeg-
et-Ter, rameau isol et dernier des collins de Baghla,
s'tend en forme de langue de chat, don't la base est"
au col de Makhlouga et la pointe au-dessus de la
vieille route des Issers Dra-el-Mizan, laquelle fut
construite, en 1859, par les troupes de la division
d'Alger.
Du ct du Sud, le Dro-Zeg-et-Ter, est sur toute
sa longueur, bord par une longue arte rocheuse qui
tombe pic sur la valle de l'Cued-Cheragas, affluent
de l'Oued-Djema. Il se troupe, par suite, naturelle-
ment fortifi du ct do la montage, toujours turbu-
lente. Les Romains avaient encore aid la nature
en dcoupant le sommet des rockers et en amna-
geant, de la valle au plateau, un chemin covert
montant l'abri de la muraille rocheuse.
Piesse, dans son Routier a'rch/ologique indique,
d'aprs le baron Aucapitaiine, uni oppidum romaini,
Vasara, sur l'emplacement occup aujourd'hui par la









prison civil do Bo:dj-Mlenael, laquelle est elle-mme
un nncien bordj turc. Mac-Carlhy, d'alprs Ptolmc,
(O,72:-,x ,~ O :r',2, par 18020 de longitude et 310.10 de
latitude), done l'ethnique de Vasana pour Bordj-
i~enael et ci fait come la tl'te d'une route du Bas-
Isser au centre de la Grande Kaiylie. De Vigneral
( Ruines romaines dle l'Algie), p. 187, place Va-
sana prs de Bordj-Menael, excitement EI-Ksor
Ml'ta Imrourassen (la fontaine romaine), car il no
connait pas les ruines du Dra-Zeg-et-Ter et faith par
suitc passer la route signale par Nlac-Carthy, au pied
mme des Flissas. Or, ni le fort turc du Menael, ni
El-Ksar il'ta lmrnourassen n'ont t des oppida. Pour
le bordj turc, en particulier, sa position sur les colli-
nees bOsses de la rive le uche d l'Oued-ilenael n'oflre
qu'une trs minime importance stratgique, et les
rares pierres (lui gisent, deci del, sur le sol sont
tout au plus les preuves de l'existence de quelques
fermes isoles. L'oppidum don't on parole, ce n'est ni
au Bordj-,lenael ni la Fontaine-Romaine qu'il faut
en chercher l'emplacement, mais sur le Dra-Zeg-et-
Ter. S'appelait-il Vasana? C'est une autre question.
Position stratgique de premier ordre, le Dra-Zeg-
et-Ter surveillait le dblouche de la Ka;bylie, et par
Dra-el-Mlizan et par Tizi-Ouzou. De son sommet, la
vue planait sur une tendue immense de pays, conm-
muniquant avec le fort du col des Beni-Aiha, le bourg
de Sidi-Fredj, Alkbou, Lalla-Toula, la mer, EI-.Ru-
clha, Guenana, les centres de Beklouche et des Ouled-
Ameur, Dra-Zeboudjt, le camp du hlenael, Costellum
Tule, la station de la cote 83 dans la valle du Chender,
Tala-Isly, l'HI- ussonvillers actuel.
Forteresse l'origine, come le prouve la dcou-
pure du plateau i son point culminant, autour de
cette forteresse se sont bties des maisons, s'est
groupe une population vivant en parties de la culture










de l'olivier. Les nomilbeux pressoirs, avec cuve de
reception lui existein encore, le dmonltrent su'ralon-
dacmment. L'espace lant nmsur, on a dci serrer les
constructions. Les rues. don't quelques-unes so nt
encore recoiinaissables, taient furt' troites.
Les constructions restLantes sont eni marjeure parties
en moellons ciments, relis de distance en distance
par' des chains verticales de pierres de taille. Quelques
autres sont en simples moillons h peine ciments.
Dans les fonda ions d'une des premieres j'ai trouv
une la mpe commune, sans imairque :particulire, des
dbris de vases en verre et un soc de charrue en fer
avec pain et commencement (de versoir qui la diff-
rencie de la charrue arabe actuelle.


- 31 -









Dans u'ne des seconds, un chlpiteau grossier et
ine agrafe cn bronze.











Ce qui reste, .i hlieuire actulle, de la ville du Dra-
Zeg-et-Ter, c'est un ppillent de pierres tailles,
dessinant des alignments et des corrs de maisons
avec des ipans de murs encore en place, et deci deli,
des assises puissantes de gros monuments. La ca-
ractristique de ces ruines tout il fait dgrades est
la grandeur des pierres de taille.
La falaise, qui format le rempart natural de la
ville du ct du sud, avait t amnage et rendue
inattaquable. A l'angle sud-est, un bastion artificial
avec lunette de surveillance, protgeait le dbouch
du chemin couvert extrieur montant de la valle.
De place en place, des mortaises sur le sommet de
la falaise, laquelle est de 1"'50 i\ 3 mtres plus leve
que le sol du plateau, dmontrent un travail complete
d'amna gement dfensif. Des murs en maonnerie
aidaient i la defense des points faibles. Des bastions
flanquaient les angles rentrants.
Le long et sur la falaise mme, se voient de nom-
breux grands pressoirs huile et dans une sort de
cave, j'ai trouv un beau mortier en granite avec
oreillons.


-- 35 --







3G -

Le faubourg des tailleurs de pierre. Vers la parties
occidentale de la league de chat, aprs les deux n-
cropoles don't je parlerai plus loin, les constructions
deviennent rares et grossires : nous sommes dans
le faubourg des tailleurs de pierre. Le travail a cess
brusquement sur ce point. Des blocs sont sur le sol,
Sl'tlt brut, pein auh, peie a clj dgrossis, pres-
que achevs. On saisit sur le vif le procd de la
taille, le dgrossissement des blocs bruts, puis leur
clatement au moyen de trous rguliers dans les-
quels on enfonait des coins ce bois que l'on faisait
gonfler ;l l'eau bouillante.
Les dera.r niropoles. La parties la plus curieuse
des ruines du Dra-Zeg-et-Ter est la ncropole, ou
plutt les deux ncropoles. Elles sont, toutes deux,
creuses dans le roc. Il y a plusieurs former de lom-
beaux, tombeaux simple, doubles, caveaux de fa-
mille. Les uns sont en forme de simples cercueils
ce pierre, les autres en forme ce caissons ou en
forme de groves. Il y en a, cle ces derniers, aussi
grands qu'une chambre d'habitation. La ncropole
suprieure cComplte une trentaine de tolmbes rparties
sur une longueur d'une soixantaine de mtres. La
ncropole infrieure en compete un peu plus. Entre
les deux s'tendaient d'abord des constructions en
grand nombre, puis une vaste place en pente douce
sur laquelle s'levaient deux mausoles.
Le premier, bien conserv, est en forme de caisson.




. ... ...................... .................. ..... ........

-- Ji-J ,(:I
2r~l-_\r ,~;Bi 1 i~-f~ ~ iJ~


L i?c 1 -


mI L ,|







- 27 -


Le soubassement a 3m72 de longueur et 3m22 de
larger. Sa hauteur, non comiipris la portie enterre,
est de 1"'90. L'ouverture de la port, qui est cii 'orme
de porte de four, a 0'G66 de hauteur et 0"G5 de lar-
geur. La construction e est en mo.llons ciments, sauf
les encoignures, le seuil, le linteau et les supports
de la porte, qui sont en pierres de taille. Les mol-
lons taient revtus extrieurement d'un placage de
cimen t blanc. Le svstm e construction intrieure
est le mme. Le plancher n'existe plus. La hauteur
de la vote, au-dessus du sol actuel form de mat-
riaux de demolition, est de 2"-i0, la longueur de la
chambre spulcrale de 2"'55, sa larger de 2 mtres.
La porte est toturne vers l'est.
A 80 nitres i l'est de ce tolmbeau, s'en trouve un
second de construction dilffrente. 11 se compose
d'une premiere chrambre fo'me d'assises rgulires
de blocs taills. La longueur de cette chambre est
de 2"' a ,4, sa larger de 2"'O. Ellle semble avoir t
couverte par de longues dalles (3"23 de losing 0"'74
de large et "25 d'lpisseur) (lui gisent sur le sol.
Dans les dblais intrieurs se voIIcen les debris d'ul
sarcoplhage cii calcaire ordinaire, avec des ossements
de fenrmme. iotamment des frag~irents de i(l axillaire
don't les deii ws le dc d vant, fort petites, avaieit t
rgulirement limes on biseau. [L'ouverture tait au
nord.
En arrire est accole une deuxime chambre s-
pulcrale e1n mo11lonls cinme ts, avant 1"'SO de large
et 2m30 de longueuir. L'ouviertu re, de 0"';3 de larger
et 0"'G6 de hauteur, f;is:it face ti l'est.
C'est au nord de ces deux t lnil inux ique -e trouve
la ncropole infrieure don't les tombes sont creuses






- 38 -


dans le roc. Extrieurement plusieurs des caveaux
de famille, il a it amnage ces siges hospitaliers
que le mort offre aux vivants come pour leur con-
seiller le repos ... ..bocs, en hmicycle disposs ex-
prs en formne de schlolo: pour que les passants y
vinssent se reposer, cause et se dispute C'est une
pense aimable du mort qui offre L, ces survivants
une minute agrable 1e, par-dessus tout, ce bon
conseil de goter les joies de la vie, sans s'imaginer
qu'elles dureront, tou rs. (Renan).
Comment cet oppidum, assez vaste en some,
s'alimentait-il en eau? Il n'y a aucune trace d'aque-
duc amenant l'eau du dehors. L'approvisionnement
devait se fire : 1 d'abord par des citernes. J'en ai
retrouv une intacte, en forme de carafe debout;








2 ensuite et surtout par un certain nombre de
sources, don't quelques-unes sont varies mais visible
encore, et qui coulaient sur la pente nord;
3 enfin par la rivire (Oued-Djema) laquelle
menait le chemin couvert.

Les flanqiil iiien tis u l)r;i~ -Z.e -et-'l''r
P10 Ouled-Said. Le Dra-Zeg-el-Ter tait flanqu
des quatre cts par des ouvrages militaires impor-
tants. Au sud, grande distance, se trouvait eni
pleine montagne, environ 5 >00 mtres d'altitude, le

















N$ 4


t1 _








--.4.---






- .39 -


poste des Ouled-Sad. Une voie bien construite y me-
nait. Il rest de cette voie un tronon en b, on ta qui
aboutit i l'une des faices du village actuel, lequel oc-
cupe l'emplacement mnme du poste romaini. Les trois
autres faces sont presque inacces-illes. Le poste des
Ouled-Sad domine de son escarpemen, le croisement
de plusieurs lies profondes, dbouch de la region
de Dra-el-Mlizan. Le mur d'enceinte qui avait lT70
d'paisseur est en blocage avec cliaines verticales de
pierres de taille. Il a encore une hauteur de plus de
2 mtres du ct du sud-ouest. La longueur du fort
tait de SO mtres et sa larger de 75 mtres. Il v a
dans l'intrieur du mur quantit de belles pierres de
taille ornementes gnralementi ainsi








Plusieurs chambres de const ru'tlion romainc servent
d'habitations aux KIabyles. Les murs init.'rieurs de
ces chambres, rev\tus de ciment blanc, simulent de
fausses briques


__-- __ > J' l -


DIe generall voit daC ns les Ouled-S qid qu'il appelle
Talksebt des At-.leklai, I'Auxlim is des Iti rair'es.









Adiatl-Rouimi
Au nord-ouest des Ouled-Sad, prs de la mason
du president des Beni-iMekla, Aoni-Amar, la fon-
taine dite Adrart-Roumi a fait l'objet d'un amina-
gement b l'poque romaine. Les restes de la chambre de
prise montrent que, jadis, la source sortait de terre
a une dizainie de mtres de l'endroit d'o elle sort
aujourd'hui. La chambre central de la prise romaine
availt "'5 de longueur sur 1 mtre de larger.
A 150 mtres l'ouest cle celle fontaine, restes d'une
construction form111at cintre avec muraille de 1 mtre
d'lp:isseur. Des murs de refend de 0(jinj0 d'paisseur
dlimitent plusieurs compartments. Dans l'un de ces
compartments qui a 2m50 carrs, 0m10 ou-dessus
du niveau du sol actual, beaucoup plus lev que le
sol primitif, se voient trois niches avant respective-
ment 0m30, 0m25 et O020 de profondeur.
Cette construction don't je ne m'explique pas la
destination (citerne, prison ou monument funtraire?),
est en mollons avec pierre de taille aux encoignures.

2 Fort d'Akbou. Si les Ouled-Sid formaient
flanquement en arrire et protgeaient le Dra-Zeg-et-
Tor centre une attlque des Isallenses ; le fort d'Ak-
bou, dans le douar Ei-Guious, le Ilai ,quait gauche
et surveillait les gorges de Palestro et les montagnes
des Bcni-Khalfoun. Point culmilnant de la line spla-
rative do l'Oucd-Djcni;i, d'avec l'Oueid-l ser, du ma-
melon conique de -*1nI mtres de li:.iuteur sur lequel
il s'levait, le fort d'Akblou dominiait toute li mer (lde
Rusubbicari (Port aux Poules), : Cissi (D.ji net) et
toute la plane du li;s-Isser. Il comimuni quii ait avec
les Ouled-Sad, le fort de Souiiin: (Mhlderville), le


- 10 -






- .l -


bourg de Sidi-Fredj et son mausole chrtien, Racha,
Guenana.
Au sud-est, le Djurdjura estompait sa masse jus-
qu'aux nuages. C'tait un fbrt carr de 30 mtres de
ct. L'enceinte qui a encore de 1"I50 2 mnites de
hauteur sur une paisseur de 0"'50, l forme de
moellons ciments avec harpes de pierres de taille do
2m50 en 2n"50.
Des lines de blocs, presque enterrs, marquent
les compartiments intrieurs. Au centre, une dpres-
sion du sol semble indiquer une court.
Un sondage fait -4 mtres de l'angle nord-ouest,
rencontre, i 1"'0 au-dessous du sol actuel, le plancher
d'une chambre constitu Ipar un lit de mortier suppor-
tant des pierres plates et lpar dessus celle-ci, un par-
quet de madriers. I.e bois carbonis forme une couche
rgulire de dprs de 0'30 d'eisseur.

:)O I'ort de Lalla-Toutla. FIlanquement nord du Dra-
Zeg-et-Ter ct flanquement est de la route de Port aux
Poules, ce fort bti sur un mamelon isol tant situ
sur le territoire du canton de Nlnerville, je nle le
dcrirai pas.

.i Camp de la rice droite dul .llenatel. Ce camp pro-
tgeait non seulement le Ilaiic droit du Dra-Zeg-et-Ter
et les fcermes de sa banlieue, mais aussi Ksar-''ala-
ou-lRoumi, le bourg de la Font:line romaine surveil-
l;it les villages de la valle du Cheiider. Situ sur
l'exti-ime frontire des Isatlenses, il s'levait sur la
rive droite de l'Oueil-Ml na'el entire, d'une part, la col-
line qui est au sud de la route de Tizi-Ouzou et qui
porte plusieurs tombes antiques analogues a celles du
cimetire est de Dra-Zeboudjt et, d'autre part, la line






- 41- -


des hauteurs de Bou-Ifri. A 200 mtres, ou sud, un
aulre ouvrage en terre est de conslruclion franaise.
L'ouvrage remain semble avoir t un camp fixe,
carslra static; sa forme est celle d'un terre-plein
d'un relief de 5 mtres environ au-dessus du sol.
Longueur du front, 120 mtres ; larger, 50 mtres
environ. Bastion aux quatre angles ayant 5 mtres
de petit ct et 19 mtres de grand ct.

f0 a





5 '




La porte, avec rampe d'accs sur la face nord,
est trs bien conserve, ainsi que la face ouest.
Fragments de poterie dans l'intrieur et aux alen-
tours. J'y ai ramass une balle de fronde en terre
cuite et la moiti d'une hache d'un bronze extrime-
ment dur.

SEcTION III
Le coisinage du D'ra-ZcI-et-7cer

To Tala-Ouran i. Du Dra-Zeg-et-Ter, un chemin
contournant le pied sud des montagnes de Baghla
menait au bourg de la Fontaine romaine. Il laissait
en dehors 7ala-Oir'anll ( la fontaine des roseaux).
Les ruines de Tala-Ouranim situes entire le Dra-
Zeg-et-Ter el les Ouled-Sad, mi-cte des hauteurs






- 43 -


rocheuses au-dessus de I'Oued-Djemoa, montrent plu-
sieurs restes de constructions isoles et une srie de
pans de mu s presque enterrs et allant, dans des
directions divergentes. 'l'la-Ou'ranimi prsente iaon-
moins un certain in trit cause d'une construction
singulire, hi 200 mtres au-dessous de deux petites
sources, don't le dbit a beaucoup baiss depuis la
conqlute franwaise, au dire des habitants du pays.
Celle construction rev\tue d'un ciment blanc imitant.
de fausses briques est en mollons, coups, il d(istan-
ces irrgulires, de chaines de pierres de taille. Elle
offre une srie de murs pais ( Om70, OmSO et. plus)
paraissant. former entire eux des angles aigus. Le
plus long fragment. a 35 mtres de dveloppement. A
trois ou quatre mtres en arrire, sur un plan plus
lev, se voient. deux citernes i ciel ouvert oavant 3m"
de long sur 2m20 de large et 0G60 d'paisseur de
muraille.
Je crois que cel.te construction norme a servi de
borroge-rdservoir vec chateau d'eau pour l'emma-
gasinement des eaux des sources qui se trouvent.
plus haut.
A T,'la-Ouranim, come au Drn-Zeg-et-Ter, on
exploitait. l'olivier. J'y ai trouv deux mortiers, l'un
tronconique, l'autre rectaln gulaire. J'y ai ramass
galement. unc grande tuile analogue nos tuiles de
Mlarseille avec double crochet. Sa hauteur est de
0"'-1, sa larger de On'36, son paisseur de 0"02. La
hauteur des crochets est de OmrO-i.
























y' Ksar-Tala-ou-Ioumi. -- Lorsqu'on fait le tour
des hauteurs de Baghla par la route romaine qui
suivait la valle de l'Oued-Cheragas, laquelle tait
elle-mme protge sur son flanc droit par le fortin
de Takorabt-Fira et jalonne de fermes, notamment
son point de dpart entire les anciennes proprits
Bruat et Ferrandi, o existent les vestiges d'une
construction en grands matriaux, on se trouve au
pied est de l'Azerou-Khelil aprs avoir dcrit peu
prs un demi-cercle. On est alors presque sur le
prolongement et environ 5 kilomtres en line
droite du Dra-Zeg-et-Ter. Le paysage cet endroit
n'est pas beau. La vue, sauf une chappe par les
gorges du Menael sur le petit centre de Racha, est
de toutes parts borne par des hauteurs : a l'ouest,
l'Azerou-Khelil; au iiord, les hauleurs de Bou-lfri ;
l'est, au premier plan, les renfle cents glaiseux qui
sparent l'Oued-Men;icl du Chender ; au sud, les
premiers contrefort.s do la chain c des llissas. Des
rochers de l'Azerou-lKlielil sort une source d'une
grande puret et d'une remarquable abundance. Soln


__ 1









trop-plein va grossir l'Oued-Mlenael. Cette source a
dtermin l'tablissement d'unt centre relativement
important don't il rest las mal de vestiges.
La source elle-mme ;ivait t capte et conduit
dans deux reservoirs. Le reservoir infrieur sert en-
core de cambre d'enu pourl l'alimentation du \illo g
de Bordj-Meinael, distant de G kilomtres, derrire
les auteurs de Sidi-lohamed-el-Agrib. En avant
des deux rservoirs, un barrage permettait d'lever
le niveau de l'eau et d'entretenir des themes assez
tendus qui paraissent remonter au Ile sicle (cons-
truction en blockage coup de rangs de briques avec
pierres de taille aux angles). Sur la face nord de ces
themes, huit ou neuf petites consoles faisant saillie
en plan incli sont les amorces d'un planclher mon-
tant de ce ct en pente douce.
Un peu plus loin, restes d'une glise chrtienne
du V" sicle (pierres sculptes, chapitaux et fts de
colonies don't quelques-uns en place).
Adosss cette glise, sont deux bassins bien
conservs, et, i une centaine de mtres plus bas,
une grande construction rectangulaire en mollons
avec harpes de pierres de taille, se faith remorquer par
l'paisseur de ses murs. Trois cts sont enterrs.
Je crois qu'il faut voir l des reservoirs d'eau. A
part les chambres de prise d'eau, les themes, les
bassins, l'glise, les reservoirs, aucun monument
n'est debut. II n'y a plus que des enceintes de mai-
sons marques par des alignments nombreux de
gros blocs.
Le nom ancient de cette localit est tout fi fait in-
connu.


- 1.5 -







- 46 -


30 Fermes de la banlieue du lira-Zeg-et-Ter. Les
fermes et habitations isoles oit t nombreuses au-
tour cu Dra-Zeg-et-Ter. Il v en avait dans la valle
de l'Oued-Cheragas, le long de la voie conduisant
la Fontaine romaine, prs de l'ancienne ferme Bruat,
autour du fortin de Takorabt-Fira, o il y a pIeut-
tre mmne en un petit hameau dlpendant de la Fon-
taine romaine. Prs de li, prs de la tontaine des
AL-Ahmed (Tala-N'at-Ahmed), dans le ravin, se
trouve un gros rocher dcoup en gradins. Ce rocher,
de forme carre, a 10 mrntres de longueur sur 5 de
larger et G de hauteur. Tout auprs est un parplil-
lement de pierres de taille sur les boards du ruis-
seau. Il y avait encore des fermes dans la valle
de l'Oued-Djema, entire le Dra-Zeg-et-Ter et le fort
d'Akbou, dans la plane des Issers, sur le revers
nord des collins de Baghla, depuis lu ferme Ville-
neuve jusqu' la prison civil de Bordj-Menael, en
passant par la source du Figuier. Il y en avait donc
non seulement dans la parties aujourd'hui colonise
par nous, mais aussi et en grand nombre, dans la
parties laisse aux indignes. Dans cette dernire par-
tie, on devait cultiver l'olivier et se liver u l'levage.


SECTION IV
La valle du Chender, de Bordj-Menael
Haussonoillers

0o Dra-Zeboudjt. Le plateau des oliviers (Dra-
Zcboudjt) est peut-tre, archologirquement parlant,
le point le plus intressant de toute la region de
Bordj-Menael, non pas qu'on y trouve des ruines
tendues, il ne reste plus rien qui soit visible










premiere inspection, mais parce qu'il a li ru-
nion ou superposition lde tous les 'ges et de routes
les civilisatioi s. Outils d(le pierre du prhistorique,
monnnie numide, styles ou se sent I'ilnflueince puni-
que, bijoux remains, mounaies du haut et du bas
empire indiquentc une continuity d'habitation de ce
lieu pendain une longue suite de sicles.
Dra-Zebouidjt constitute u: renllement de terrain
entire l'Oued-Chender 1 l'est et l'Oued-( ienael au
sud et li l'ouest. C'e.-t une presqu'ile i 1,500 mtres
de Bordli- eniael, au pied nord-ouest des collins
d'EI-Raicha. Son altitude maxima est de 38 mtres
au-dessus du niveau de la mer. C'est le point le plus
bas habit jadis autrement que par des habitants iso-
ls. Mais l'escarpement des boards du plateau au-
dessus des deux rivires, les marais qui l'entouraient,
des quatre cts dans les temps anciens en faisaient
un lieu de facile defense.
De ruines proprement dites, il n'en rest pas, sauf
quelques substructions sur le milieu du plateau. Ces
substructions ne sont pas romaines. Le ciment qlui
lie les murs est blanc et trs friable. Il y avait la
une bourgade peuple de natifs qui se sont plus ou
moins civiliss, mais qui n'ont eu que des rapports
administratifs avec leurs vainqueurs. Cette bourgade
a eu deux ncropoles, l'une au nord-ouest, l'autre
au sud-est. Ces deux ncropoles ne sont ni de la
mme poque, ni de la mime civilisation. Celle du
nord-ouest est la plus ancienne. Dans les deux n-
cropoles, les lombes sont orientes di l'est. Elles ont
d tre surmontes de stles dans celles du nord-
ouest.











Deux entires (fig. 1 et 2) gisaient sur le sol avec


les fragments de deux outres. Ces styles an1pigraplies
et fort grossires, sont sculptcs sur grs tendre. La


? +1


' \I

































-*. 7

/;;;q r* -,


___ __ ___ __ ___'7 1
-rn -


-I/


r.


f -


-I I /


j;*<. R.






- 49 -


hauteur de la stle no 1, la scule bien conserve, est
de 0"'OS, sa larger de OnS. La hauteur des person-
nages est de 0"'50 pour l'homme et de 0"'.iS pour la
femme.
Ayant fouill l'emplacement d'une tombe, je trou-
vai dans la couche superficielle du sol trois fragments
cte i cte (fig. 3, 4 et 5). Le fragment 3, sculpt i
plat, reprsentait un cne, surmont d'une ICte radie,
reminiscence possible des religions phniciennes. Di-
mensions, de la base au sommet des rayons, 0m1l.
(Voir planche no .1)

Les fragments 4 et 5 sont sculpt.s en relief. -lau-
teur des figures Omll, larger au crne 0'08, relief
(jm02.
Au fond du tombeau, i ct des dbris d'un sque-
lette, une stle (fig. no 6) tait couche sur le ct
dormant un morceau d'une des parois de la tombe.
Hauteur de la stle, 01177. Hauteur de l'homme,
0"'48 ; de la femme, 0"'50.
Aucun mobilier funraire.
La ncropole du sud-est est contemporaine de la
priode romaine. Les tombes ne sont pas apparentes.
Sous une paisseur variable de terre, une large
dalle les recouvre gnralement. J'ai fouill un tom-
beau d'adulte et un tombeau d'enfant.
Le premier tait ferm par deux dalles de grs pla-
ces bout a bout, ayant chacune O',30 d'paisseur,
1"'10 le larger et 0"'95 de longueur.
Elles reposaient sur une double line de pierres
carres de 0"'50 de liauteur et On(-60 d'paisseur, join-
tes par ldes pierres plus petites determinant une
fosse de 0"'63 de larger et 2ml0 de longueur. Cette









fosse contenait d'abord des pierre es places sans or-
dre, puis une gliise brune miI.l'e de gravier et fIrte-
ment tasse. Au fond, O'^95 au-dessous du sol su-
perficiel, des ossements trs fortement engages dans
la glaise et bruises. Le mobilier funirire se compo-
sait d'un vase de fabrication romaine a col etroit et
large panse ronde, engage sous une sort de niche
l'angle sud-est du tombeau, d'un plat en terre rouge
vernisse de fabrication romaine galement, plac au-
dessous du mention du mort, de grains de verrote-
rie sur la poitrine, de fragments de verre, de clous
de fer engags dans la terre de chaque ct de la poi-
trine et le long du vase large panse.
Tout ct, un tombeau d'enfant renfermait un
vase embouchure large, col retrci et panse troite
et une sorte de bol en terre brune analogue aux bols
kabyles, mais Jait au tour.
D'une tombe de Dra-Zeboudjt vient galement la
curieuse agrafe en bronze double palette formant
resort, reproduite ci-dessous











En sommne, Dra-Zeboudit a d tre un centre ana-
logue a ceux que Masqueray, dans sa chronique
d'Abou-Zakaria, dcrivait ainsi: Parques dans de
grands villages don't nous surprenons encore les


- n0 -







- 51 -


maigres vetiges, les populations indignes n'avaient
point accs dans les villes monumentales de leurs
ima ires, sinon les jours o ils venaieni y porter, come
des tributes, leurs huiles et leurs lines.

') Le.s /deur tablissemnents du ChendCr (Castellumn Ttle
[f[)air-.lai mi] cl village gue coule de 10 kilomtres (lui va de Bordj-MNonael
Ilaussonvillers, deux stations i l'poque romaine,
l'une sur la rive droite, l'autre sur la rive gauche,
assuraient la tra ver.'e de l'Oued-Cliender. L, pas-
snit une voie important, si '1on on ijuge par les
sulJstructions coInsidralles dlu Ipot ,lue les 1o-
mains avaient cru devoir jeter sur un simple torrent.
Cette voie se dirigeait au sortir du pont, par D)ia;r-
lMami, le col des Uuled-.loussa, les plateaux des
Ouled-Assa, sur le Sebaou.
A l'endroiit o la route etnjambait le pont remain,
l'Oued-Clicender vient de soirir de gorges troites.
Au-dessus du point, gauche, entire les cotes 80 et
139, un village ou post militaire, donti les matd-
riaux ont t employs a la construction de la voie
ferre, surveillait le delouche des gorges et prot-
geait le ct droit de la route. Ce village taoit sur
l'extrsme frontire des Isaflenses.
Sur la rive droite, la route commenait 800 m-
tres au nord-est du iCpot l'escalade (les mamelons, et
a 193 mtres d'altitude. traversait un petit col autour
duquel se dressait CastI'llhut, '"lil ayai t vue ,pon-
geante et dl'eililade sur les Bibalns dle l'Oued-Cliender.
Ce Castellum se composait de deux parties : un
village le long de la route et un ouvrage firtili cn
dehors et l'ouest du village. Cet ou\vrge, d'aprs







- 52 -


les assises de tours en normes blocs de grs su-
perposs, fut de construction berbre.
La s'ynonymie (le ce lieu a t donne par deux
inscriptions lunraires qui sont aujourd'hui au Mlu-
se d'Alger. Voici ce qu'en dit Berbrugger (Epoques
militaires le la Grande Kabylie, page 273)
Le Muse d'Alger possde deux pitaphes de
chefs berbres (lui avaient leur mason de comman-
dement au Castellum Tule, don't les ruines sont si-
tues a 2 kilomtres et demi du fondouk de l'Azib
Zamoun, dans la direction O. 1/4 N., en face de la
gorge de l'Oued-Chender et sur la rive droite de ce
ruisseau. De nombreuses pierres tailles existent
dans cette ruine d'un tablissement militaire qui se
divisait en deux parties bien distinctes spares par
une valle profonde. L'endroit s'appelle aujourd'hui
Diar-iIami, les maisons de ilami. C'tait peut-tre
jadis la residence des chefs des Isatienses, don't les
descendants, sous le nom de Flissas, en kabyle
Iflissen, habitent encore le mme canton (1).
La premiere des pitaphes don't nous venons de
parler a t recueillie h Tala-Isli (la fontaine du
fianc, en kabyle) par NI. le gnral Pat. Les gens
du pays l'avaient apporte des ruines voisines avec
d'autres matriaux antiques pour couvrir la fontaine.
Elle est ainsi conue (2) :

DIS.MANIB% S TABVL A VMAT
SINL[.AMDIEVNIA BFN ABABO EX
CASTELLO. TVLE[.PRINCEP VIXIT ANNIS LXVIII


(I) Castellum Tulec n'est pas situ dans le pays des Iflissen qui ne
ppassien pas l'Ouid-Cliciiler. 'itait, au contraire, uu post de sur-
veillance contre les Isaflenses.
(2) Je done non la lecture de Berbrugger, mais le teste du Cor-
pus. De mme pour la second pitaphe.







S- 53 -


Aux dieux mines. Tableau d'Aumatsineus (Cor-
pus, i"l 9,000), fils d'Amdicuma, Nababe, princess
de Castellumr Tulei. Il a vcu GS ans.
La second inscription a t trouve sur l'em-
placement mme des ruines du fort de Tuleus par
M;. Rnoul, adjoint de 1'" classes i l'Intendance mili-
taire, qui en a fait cadeau au Mluse. ,
En voici le texte (no 0,005 du Corpus) :
D.IANIBVS TABLA MILCINMIOIEnDIN/////
RINCIPIS EX CASTELLO TVLEI VIXIT ANIS LXXI AN CCXX///
ETY
Aux dieux nimnes. Tableau de Mlilcinmioiedin,
princeps de Castellum Tule. Il a vcu 71 ans. An-
ne 225.
Ces deux inscriptions sont accompagnes de
bas-reliefs grossiers qui constituent un itype que
nous n'avons rencontr jusqu'ici que dans la Grande
Kabylie.
Le tableau annonc par l'pitaphe se compose de
deux parties, l'une place au-dessus et l'autre au-
dessous de l'inscription.
La premiere reprsente le hros dmans la force de
l'luge et la plnitude de la vie; il galope au milieu de
ses serviteurs don't l'artiste a rendu l'inlriorit de
condition sensible I'Ceil eni ne leur accordant que
des proportions mioili moindres qu'au chef. Les
chevaux mnme n'ont pas chapp i cette manire de
rendre les ingalits sociales, et leur taille est pro-
portionnie au rang des cavaliers. Autour de ce
group, plane une aigle ploye tenant la foudre
d~ins les series. Le tableau infrieur, la contre-lpartie
de celui-ci, se divise en trois comlprtiments. Au
centre, tendu sur un lit, on voit l'homme arrive au







5.. -

erme dle la \'ie; pour l'acquit de sa conscience, un
mide(ciin ten id ce moribond un vase renferiim ni it
quelque polion. Derrire le mdecin, se tient debut
un hormm-e i1 longue chevelure boucle qui rappelle
d'autant mieux notre tabellion traditionnel qu'il tient
precismenit un rouleau la main. Un enfant est de-
\ant le lit sous lequel on a figure au trait un chin
semblible, de lous points, ceux que l'on renconilre
encore aujourd'hui dans ce pays. A gauche du lit,
quatre personages debout semblent mditer sur le
nant des choses humaines; ce sont sans doute des
parents qui attendant l'ouverture de la succession :
La date de notre second inscription, 225, nous
reporterait l'anne 265 de J.-C.
Cette position de Castellum Tule est voisine de
celle de Guenana, o j'ai trouv une inscription an-
trieure.
Au sortir de Castellumi Tule, la route plongeait
dans un ravin et remontait vers la fontaine de Dje-
nan-Kara, amnage par les Romains, mais enterre
aujourd'hui, par suite du glissement des terres, tra-
versait le col des Ouled-Mloussa, o des restes de
pavage existent encore, contournait en tranche la
butte des Ouled-Moussa, puis filait par Bled-Ayadi
(ruines), dans la direction du Sebaou (ferme Bonnet).
Le col d'Haussonvillers, o passe la route actuelle
de Tizi-Ouzou, ne semble pas avoir 6t occup
l'poque romaine. Il n'est mme pas certain que la
fontaine de Tala-Isli ait fait l'objet d'un amnagement
domain.
SECTION V
Le piecd des Illissei
10 Akbou des leni-Chenacha. Snns in avoir jus-









qu'li present la p'ruve albsoluc, je crois qu'une route
romaine circulait l p ralllemcnt ii la cliaine des Iflis-
seoi et au pied de cette cli:eiiii Part;ant de In route de
Busulibicari, elle reliait le Dra-Zeg-et-Ter i Ti;l-cl-
Ksur pnr la vaille de 'Uued-Clierg gs ('ce tron,;on
est certain) e De, eleT dn-cl-Kr (levail remon ter le
sentier kaci le actual. p.aser derriere Inausso ivillers,
suivre les mouvemeCts 'le terrain des Clicecha du
ct de la voie ferre actuelle, passer nu pied de l'Ak-
b)ou des Beni-Chenachn, anprs avoir laiss au sud le
petit inblissement de Tal-Allcl, et finir sur le Boug-
doura i la ionction d'une e vcni antl du sud. De ce
chemin, des ramifications montl:ient dans la montin-
gne, ramifications (doni on troulu\e les traces sur les
deux versants, mais doiit aucun vestige n'existe llus
sur les crates, soit flue co s rrmilic.atio s se soieiit
arrtes i mi-cte, soit plutlt que les tra'ces en aient
dispalru sur les sommets.
L'Akbou des 3Bei i-C.lenncla est hi i nviron 2 kilo-
mtres sud-ouest de ( rmp-du-ManrclilI. Il v avait
lui, sur uni l peit pintenu, un insemilc lde construc-
lions soignes, parties cin moellons, iprties ein pierres
de taille de grandiles dimensions. Les restes de ces
construcliolls t t d truits ir le iprupritanie ac-
tuel, '. l~~F d, de sorte que I',n ne peut plus gure
se ipro no cer sur la die.-sti ; tin lprimi ilit c de l''l lis-
semeii t. I-':iit-ce un ii oste militaire ? .- le e le crois
pas, la posiLionl, ei effect, d1omin'-c (le oIutes pa1,rts ai
polite dil-taiire, nle commnaande i rViei el. n' de vue
qu'au sud-ouet sur un C cin i lu Scinou. l'eu--tre yv
n-t-il cu li i mie villa ;aive'; gr.i e formie ;rtiliec ex-
ploit;i t l'olivier et lecvant le bliail. l'eui.- ire v a-t-il
eu aussi un temple, car 1M. Vlund a tire des ruines










plusieurs colonies et chpliteaux de marbre blanc
qu'il a mis dans le mur de sa maison du Camp-du-
Marchal. Les chapiteaux, de bon style, semblent
tre du IIe sicle.

2 Tala-Allel. L'Akbou des Beni-Chenacha d-
pend gographiquement du bassin du Sebaou. De
celui de l'Isser depend Tala-Allel, au pied galement
des Flissas, mais l'ouest d'Akbou et au sud
d'Haussonvillers.
Il y a l une fontaine amnage l'poque romaine
tombant dans une chambre cimente et des restes de
murs hauts de 4 5 mtres et longs de 10 mtres,
en blockage, ainsi que quelques pierres de taille, le
tout au fond de gorges rocheuses et pittoresques.
Une grotte au-dessus de la rivire a t retaille
mme le roc probablement la mme poque.

SECTION VI
Les Racha, les Ouled-Assa et les Ouled-Smir,
(fraction est)

Les Racha, les Ouled-Assa et la parties oriental
des Ouled-Smir forment une region de plateau for-
tement onduls avec des pics d'mergence, depuis la
line des hauteurs de la rive droite du Chender
l'ouest, jusqu'au Sebaou l'cst. Dans cette region les
traces romaines sont nombreuses.
Prs d'El-Rachl, nu-dessus de la muison des
Belounis, ct dle la Seguin du Cid, sur un
petit plateau dominant In ipl:iiie des Issers, rests
compltement dgradds d'uin Ihaicoau agricole. I)es
fragments de poteric, des pieces de taille, (les inocl-


- 50 -







0)7 -

Ions sonlt parpills sur le sol, imis plus rien n'est
debout.
Si d e ce point on suit dutis In direction de l'est la
crte des collides, on i e tuarde ps airriver au
l)ra-1ltn-Selhrat, en anvant du village actual d'l-
Guen na. 1l y n li, toute uLne ntcropole creuse le roc et anl.logue celle du Dra-Zeg-et -''er. .e ne
m'y arrterai pias. Seule, uLie to) mbe de 3 mntres de
hautleiur, oi former de coffre, dresse sur gradins
taills i mime le rocher et iprsenUtaint ein son mi-
lieu un


M

de grande dimension, offre (quel(iue intlrtl.
Au-dessus de la ncropole, i l'ouest, sur le point
culminant de la; colline, post opltilue am;i na: sur
un rocker et communiquant avec le DrI-ZegCet-'I'er.
Des marches tlillLdes dans le l'loc rochulx iinnicet
au sommet. (lui est lon, i et creus. 11 y a de ;i sorte,
tout aulour, unt piarapeet natlu)rel avec -orinises de
distance en distance, dans lequelles t:.iient pe it-tre
fixs des supports de toiture.
Au-dessus de la mme ncropole, l'eI'c, villiec
iar.lec d'lII-Guenau'lnn, sur l'extrme ar lte du lInn, ro-
chieux. Position splen die avec vue sur "ort-Naiio-
aiil d'uin cut, Alger de l'autre. Quelques pans (le
murs, un gratniid pressoir L huiiile taille eon plein ro-
cher, de nomblreux morceIux de poterie, un puits
tr.-s profound in liquentt un centre i,,ult-tre lortifi dle
l'poq ue romaine. Le cilieti,re Inusuliimtn, dont les
tonimbes sont moIument ta !es, est sur l'cmnilacemnen t






- .58 -


de vestiges antiques. En creusant une tombe, les in-
dignes ont mis jour une inscription grave sur
une pierre calcaire de( J io5 de hauteur, (-umi8 de lar-
geur et u'"27 d'paisseur. Cette inscription lail scel-
le dons la Im:r;aonnerie d'un mausole aujourd'hui
dtruit.
nI. S. Gsell, l'minent professeur de l'cole d'Ai-
ger, la lit ainsi


A EN/V 5- ELE / 5 A LCA/vtAR I

SA/CA !MAR AV(VEI FI
SjV/ MATE RCELU IA D VL

CI AVSNVF-AE V/X SIT
AN IS XV FTECFRV/NTFVNDA
.$ rE D V // ///// F I L E T V E -rT V^/
, ,, A ,v PR. C Xx x

Le 11mo MIENSI.LEV doit tlrc lu mausoleum.
l lausol'.e dle Salcamnr. Salc ir r, fils d'Auli-
velus ; sa mre fut la douce Gellin, fille d'Ausnufa. Il
n \cu C5 ains. Ses fils Fundanus et l us et sa
fille \'ertm ii ,' oni lev ce monument. A~nne pro-
\inciale 1J02. ,
Celle inscription fundraire est remarqu:.'le 'i deux
points de *vue : 1' parce qu'elle co:lirme l'opinion
qtue les Iaul.itaints des villages romainis ctaient des
13erblcres d'originie (Salniar) ; 20 que, d(C, le com-
mencement du 11" sicle (l'< 1ila)lle est de l'anne







J9 -

2:32 dle notre re), ces Rerlh-res parlnient tant bien
que mal la laingue romaine et qu'ils taient suffsam-
ment assimnils pour employer, r mlnme dans leur pi-
tnlap es 'funirnires, In lallgue de leurs vainqueurs.
Gueilnnan tait reli 1pnr un chemin ,i u voie se
dirigeant sur le Selaou, le long lde laquelle, en face
Becla la, sue voielt su'r U lin letil monticulo les rests
de deux chuirn i'res. Les imtIus eCl moillons et pierres
cde laille, ont In'90 d'daisseur. Les dimensions de la
prenmire de ces clianriles oiit dle 3nSSO sur 3m50;
cells de la seiOonde re 5 iiitres de chaque ct. Les
indiignes appelleni cette ruine Ql.ari-Roumia ou Bc-
niiln-N'sa.r. Elle a vue Stur la mer par une troite
*coul de Ide ;i iontiagie. He nian-N'sara est prolbaile-
ient le toiil.eau de nfamille des propritanires d'une
V-ill1 situe dans la \alle et cdoni il reste cluelques
lhapliteaux corinthiens ein Pierre calcaire.
Ln \-v ie du Selbou par les Oule,-Assa se conti-
lnue 'i tranverss es ruins importanites d'El-Senadek,
en fqice des Oulerl-Amour, laissant on dehlors celles
d'An-Tertera (Ouled-Gu esmi) et de Bekkouch.

El-.S cnwilk. En face les Uilel-Amour et i partir
du crol' mi:iure tendue do terrain ju-qu'a lli'Uu l-l-Arba est cou-
verte d'utiln pii rpilleine t de pierres dr e construction,
moellon l, pierres dle nille, pieries de vote, cor-
deaux, etc. Dans l: parnlie iioi'l est un tombeau dou-
ble creus', dan l1e 1 et lrienl' nord-sud. Ce tom-
beau ldoublle dott leles leclout disparu a donn
so i.n um a touted li ruine ( l-Senadek: les caisses).
Ce vaiste lallissement remain, situ sur les plateaux
mamelonnis entire El-Hlaclia et les Ouled-Assa et







- 60 -


que la colonisation franaise a eu le tort de ne pas
occuper, communiquait optiquement avec le Dra-
Zeg-et-Ter. En face, s'apercevait In mer. Indpen-
damment des crales qui poussent bien dans les
terres noires des mamelons, l'olivier recouvrait les
pentes aujourd'hui dnudes des Ouled-Ameur et de
Becliala, oi des vestiges de l'arbre cher a linerve
se reconnaissent encore.
El-Senadek, centre de nombreuses fermes isoles,
dans le dtail desquelles je ne saurais entrer, a pro-
babilemeit t fortifi. En tous cas, des fortins isols
jalonnaient la route et, dfelnda.ient le passage de
l'Oued-el-Arba. Faut-il voir El-Senadek le post
de Rapidca Castra, mentionn dans l'Itinraire d'An-
tonin ? Rap ,ida Castra tait sur la route de Calarna
Rusuccurum a 16 miles de cette dernire ville.
C'est peu prs la distance qu'il y a entire El-Sena-
dek et Dellys et il est certain qu'une voice imnportante
venant de Dellys passait EI-Senadek.

Ouled-Guesmiia et .-lin-Tertera. Pierres de taille
l arpilles dans des jardins de figuiers. Deux sour-
ces amna ges. A 500 mtres au-dessus du village
d'Ouled-Guesmia, le cimetire arabe de Sidi-Larbi
occupy l'empliacenment d'un )poste remain. Il y a d vestiges de murs avec pierres de aile taille au ras du sol.
Le tombeaul du marabout Sidi-arbi est entour
d'un cercle continiu de pierres de taille elmpruntes
aux ruins romaines.

Mausol le Ilekkouclhe. A 2 kilomtres environ
l'est des Ouled-Giismia, uLn plateau dnud port le
nom caractristiqlue de Mlo lt lRomain Aucun vestige
anlti(lue n'a pparait plus: des lines de fosss indi-







- 61 -


quent un travail de destruction compete. Les indig-
nes du pays racontent, en effect, lue les villages voi-
sins ont t rIebtis, 'aps l'occupation franaise et
aprs l'insurrection de 1871, avec les matriaux tirs
des ruines antiques du plateau.
Le versant qui regarded le Sebaou porte encore un
mausole lev sur trois gradins, ayant environ G
mtres de hauteur, bti en pierres de taille. La forme


. ,- .
t-











extrieure de la toiture est celle d'un caisson impar-
fait. L'intrieur forme une couple avec traves cin-
tres. De fausses portes sont simules sur les trois
faces sud, nord et ouest. L'entre, situe l'est, tait
forme d'une porte de 1 mtre de hauteur roulant
sur gonds creuss dans la pierre. Cette porte ouvrait
a l'intrieur. Les murs n'ont que l'paisseur de la
pierre de taille. Les cintres s'appuvaient sur une
corniche qui reposait elle-mime sur des piiiers au-
jourd'hui disparus. Le plancher tait btonn.
Ce tombeau, on grands matriaux, doit dater de la
fin du IV" sicle ou du commencement du V' sicle.







- c2 -


De mme (lue du mausole qlue j'ai fouill prs de
Mlnerville, (lu mausole de Bekkouch la viue tait
trs tendue, des crimes clu Djurdcjur: au Dra-Zeg-et-
Ter en passanl t par Fort-Na tionl, Tizi-Ouzou, Haus-
sonvillers, etc.
Le village voisinl des Ouled-Debbou p asse chez les
inidignes pour tre habit par des descendants de
Remains.
EI-Senadek, les Oulei-Guesmia, An-Tertera, Bek-
koucli sonti situs dans le voisinage des sources le
l'Oued-el-Arba. C'est peut- itre dans cette region qu'il
faut cihercler FuIl.dus Pctrcusis, oi le come T'iio-
dose battit Firmus Cnl 37-2.
Un chemin s'amor;ant vers la ferme Bonnet (Se-
baou) :.u clemin venant .du Cliender ipar Castellum
Tule lemoionte vers le village indiigi ne de DjerabeL et
parait avoir suivi le course de l'Oued-el-Arba. La rive
gauche de cette rivire, limited '.es cantons de Bordj-
Menael et ce Dellys, prsente les points intressants
de Bou-leicdjias, o la fermne Brot es Ltblic sur l'em-
placcment d'unei grande ferme romaine avec lombeau
remain depuis peu dtlruit. L'im[ortanl mobilier fu-
nraire trouv dans ce tombeau par M. Brot a t
dispers.

Ifaouch-el-Oudjani. Vers le milieu i peu prs du
course de i'Oued-el-Arba, prs du Haouch-el-Oudjani,
dans lu proprit Scluiallio, sur un mamelon es-
carp, ruines d'un grand lort d'arrt rectangulaire,
point d'appui des nombreuses l'ermies de la rgioni.
Un autre fort existait sur le soummet d'un piton,
G kilomtres de li en revenanit vers l'ouest. Ce der-
nier, (qui surveilloit le course du bus Isser et sparait







- (;3 -


les Icalmpenses res gens des plateaux, probablement
les Tulinses, proltgeait en mlme temlps le cl
ouest d'iune route iqui passait eCn face des Ouled-
Stiti el allait peuLt-tre Cissi (D)jinet), m is plus
probablement sur I Uued-el-Arbia.

SECTION V l[
Les Ouled-Smir fractionn ouest)

Cissi .1lunicipium (Dlinel). Fermes de l'Isser. Dji-
iiet, l'ancien Cissi lIunicilpium, m rile mieu x qu'une
description sommaire. Mlais en l'lal actual de ses
ruines, comipltemen t bouleverses depuisI l'ilnsalla-
ticon du lianeau franais du Cap, il faudrail une
tude patience pour dmeler sur le sol les traces de
l'emporium carthaginois, de la ville romaine et pro-
Ibabilement( d'uiine reconisitrulion bI zan ine.
La ville romaine a vcu en partie de l'ex)ploitationl
du basalte. Les deux normes rockers basaltiques
qui dominant, la iaie ont occup, L l'poque romaine
come Il'poque actuelle, tout une population (lui
exportait dans les villes de la cote du basalte pour
les constructions. Ce basalte se chargeait dans un
port don't les traces se voient encore prs de la
pointe mme du Djinct sous la forme d'une jele en
bton s'avanant a fleur d'eau dans la mer.
La ville elle-mme parait s'Ctre compose l'po-
que romaine de deux parties : a l'ouest de la route et
des maisons fran.aises, au-dessus du bloc balsati-
que, une forteresse; a l'est, autour et au-dessus du
marabout de Sidi-bou-Zid, la cit prolprement dite.
Un mur pais don't les foundations sont encore ncittes
descendait jusqu' la mer et dtachait une tour vers
le Cap nmme.









Une glise du IVe ou du V" sicle don't la dvas-
tation va cheque jour se compltant tait encore fa-
cilenent reconstituable il y a peu d'annes.
Des tombeaux en grand nombre, chose bizarre
premiere vue, mais qui s'explique peut-itre par la
superposition d'une ville romaine un emporium
carthaginois et d'un rduit byzantin une ville ro-
iaine, existent de chaque ct du gros mur qui
descend vers la mer et semble avoir t un mur
d'enceinte.
Si Djinet est Cissi Municipium, il est b:ien dchu,
car Cissi llunicipium fut un vch et Djinet n'est
mme plus une paroisse. (Un Flavosus, episcopus
cissitanus, donatiste, pairut la conference de Car-
tag en 411, n 4 et un Reparatus Cissitanus figure sous
le In': 107 dans la Notice des vques de la Maurita-
nie Csarienne qui rpondirent en 484 la1 convoca-
tion d'Hunric.)
Cetle decadence de Djinet s'est, d'ailleurs, faite
progressivement. Au moyen-ge, il y avait encore
une grosse bourgade indigne l o il n'y a plus
qu'un hameau franaois. lMarlmol parle, en effect, de
Beni-Abdallah, prs de l'embouchure de l'Huet-Icer
(Oued-Isser) et qui, autrefois, dit-il, se nommait
Sisli (1 ).
Il a t plusieurs fois question d'installer Djinet
un village de pcheurs. Il serait a souhaiter que ce
project puisse se raliser.
On devait galement installer un village agricole
entire Bordj-Mleiincl et la mer. A l'poque romaine
il v avait un petit centre prs de Dar-Mleindil. Quel-

(1) Il est jpos-ihlc que I3ciii-Ablallab de Marmol ait LtI situ
l'ouest de Djluet, prs de Dar-Mendil.


- (;i -







- 65 -


ques pierres, plusieurs fontaines amnages on sont
les seules traces.
Un autre )eti ccintre existaiit prs dle aoucl ben
Ouali sur les premiers iplateaux des Ouled-Serir, et
doans la plain des fermes prs Je Haouch-Allel et h
An-Amrah. La tranche de la route de Bordj-lce-
nael i Djinel avait mime mis b dcouvert un tom-
beau grossier sans mobilier funraire.



CHAPITRE II

Hydraulique agricole. Amiinagement
(les e.aux


10 SOURCES
L'amnagement, remain de bon nombre de sources
subsist encore. Les princilales de ces sources ro-
maines, sont :
Dans la montage, chez les Ilissen, la fontaine dite
Ad'rart-Rouni (chambre voltce et bassin cimente);
A mi-cte, derrire le Dra-Zeg-el-Ter, 7ala Oura-
nini o peut-0tre fut un b)rroge-rservoi ;
Sur le pied nord des Illissen, El-Ksar- Tala-ou-
Roumi (la l'ontaine romaine). Reservoir supirieuri
dans le ravin, chateau d'eau servant encore a 'ali-
mentation de Bordj-.~enael, Tala Allcl dans les
gorges du Chender;
Au col d'Hlaussonvillers, Tala Isly ;
Entre Iloussonvillers et Bordj-.Ilenael, A ln-Djnen
Iara, derriere Castellum Tulei, construction enter-
re par glissement des terres;







- 66 -


Sur les plateaux des Ouled-Assa, les deux sources
d'A in- Tertera;
Plusieurs sources dans les Ouled-Smir, notamment
deux sources prs du bas Isser, la p1remire prsen-
tant une chambre vote Dar Mlenclil, la second
formant bassin carr prs des Jardins du Cad.

-o BARRAGES

A part le petit barrage e la source d'El-Ksar
(Fontaine romaine) et le grand bc rage-rservoir de
Tala-Ouranim, je ne connais qu'un seul autre vestige
de barrage. 11 est situ sur l'Oued-Guettar, sous-
affluent du Chender, entire Guenana et Bechala. Cons-
truit en pierres sches, ayent 4 mtres de hauteur,
10 mtres d'paisseur la rive droite et 7 mtres a
la rive gauche, il lermait en biais le ravin don't la
pente est trs forte. Ce barrage a d tre construct
par les propritaires d'une villa voisine.

30 CANAUX DE DSSCHEMlENT
La plaine des Issers, entire l'Isser, l'Oued-Djema
et l'Oued-Chender, est couple par une srie de ca-
naux de desschement les uns a moiti combls, les
autres presque intacts, remontant a la priode ro-
maine. La plain des Issers, cette plane d'alluvion
d'une trs grande fertility serait, en effect, inhabitable
et incultivable sans canaux de dsschement. Elle ne
serait qu'un vaste marais. Les Romains avaient pIar
des canaux relis les course d'eau entire eux et drains
l'eau stagnant l'Isser. Les arabes, puis les Turcs
avaient laiss ces canaux s'engorger. Plusieurs oit
t curs et rtablis depuis (ue les Franais sont dans
le pays.







'I -iii







,I





r/I I*- N







- 07 -


Le rseau de la calanisation de In plaine du bas
Isser demanderait unti tude spciale. (i:ttc tulc, je
me propose de l'entreprendre.


CHAPITRE [Il

Les routes
Le canton de Bordj-Mleniael a t un point de
traverse, non d'arrive des routes. Les voices qui
l'ont sillonn l'poque romaine venaicent presque
toutes du delors. Seules les voies secondaires de
localit localit voisine, nos chemins vicin:ux,
(cie publicce vicinales quCe de public's clicertuint
in agros, hX? nmniintur per pagos), peuvent tre
continues toutes enlires dans le canton. Dans ce cas
sont quelques voies strati.giques, telles que celle du
pied des Iflissen. Y taient contends galement les
chemins ruraux, vice agraric, clhemins de simple
exploitation agricole.
En plaine, il ne rest gure de vestiges de voies
antiques. Les substructions du point du Cliender, le
long de la route actuelle de Tizi-Ouzou, indiquent
seules le passage d'une grande voie en cet endroit.
La direction gnrale des grades routes traversant
le canton est la mer, sauf peut-ctre pour la voie.du
Bougdoura (lui a du s'inflchir vers l'est, par les
Beni-Khelifa et les Beni-Zemzer pour se diriger vers
Bougie.
Sur le Bas-Sebaou et probablement sur Dellys
conver'gentL
(a. La route qui traverse Castellum Tu!ei et don't
le trac est net jusqu' la ferme Bonnet, prs de Rebe-







- 68 -


val. Peut-tre cette route a-t-elle traverse le Sebaou
pour aller Taourga;
b. L;i route, don't deux tronons se rejoignent der-
rire Guenina et qui par Beni;ln-N'sara, El-Senadek,
file au-dessous de Bach-Asss et se continue vers
Bois-Sucr. Cette voie important est jalonne de for-
tins vers les sources de l'Oued-el-Arba. C'est vraisem-
blablement la voie mentionne dans l'itinraire sous
le nom de route de Calmnia Rusuccurum.
Une voie divergente se dtachait vers la ferme Bon-
net de la route de Castellum Tule et remontant au
nord-ouest parait avloir coulp la route de 'Calama i
Rusuccurum vers BiIch-Asss pour descendre ensuite
le course de l'Oued-el-Arbl.
Prs du march du Tleta (valle de l'Oued-Boug-
doura', on rencontre une voie venant du sud, laquelle
descendait le Bouougoura jusqu' la voie du Sebaou ou
plut6t s'inflcliissait vers l'est et pntrait dans la gran-
de Kabylie pnr un trac incertain, probabllement par
les mnaroelons des Benii-Ihelifa et des Beni-Zemzer.
A cette route du Bougdoura porait s'tre appuye
la route stratgique du pied des Iflissen, par Akbou,
des Beni-Cheiacha et la Fontaine romaine. Le point.
de dpart de cette route aurait t au Dra-Zeg-et-Ter
i l'arrive d'une voie du sud descendant des Ouled-
Sad aprs avoir pass i Dra-el-iliziin et aboutissant
a Rusulbbicari (Port aux Poules). Ainsi la chaine des
Flissas si bien dlimite g-ographiluement par deux
rivires, l'Oued-Djemia et l'Oued-Iougdoura aurait
t a l'ipoque romaine longe a l'oues t et l'est par
une double voie, eirmettant de la surveiller par les
deux bouts et cette double voie tait elle-mmne relie
par une voie t'ransversale.







- 69 -


VOICES SECONDAIRES
Voice reliant Dro-Zeg-cL-Ter la Fontaine romaine
par le pied sud des liauteurs de Baglila. On peut,
d'ailleurs, voir dans cette voie le premier tronon de
la route strati giquel du pied des Illissen.
TVoie montant de la Fontaine romaine dans la di-
rection de Timzrit, point culminant de la chain.
Voie parltant de Tala-Allel, se biifurquant en deux
branches, l'une allant vers le nord probablemenlt re-
joinidre la route sLtragique du pied de la monltagne,
l'autre ddcrivant un rc de circle et escaladant la
montagne par Beni-Aimram et M eglianin. Les vesti-
'ges cessent i mi-cte.
Tronion allant d'Afir (Beni-Chenaccia) sur Camp
du ilarchal ou mieux sur Akbou.
Tronon semblable de Tachadin dans la mnme
direction.
Ces deux troniionis traversaient probablement la
montagine et se reliaielnt sur le revers oriental des
Flissas, i deux voices de G mitres de larger, l'une
allant des Ouled-.laamar au TIta, l'autre descendant
par les Ouled-Saada l la reicontlre de la voice du
Bougdou ra.
Sur la rive droite (lu Bougdoura, voie montant
dals les Beni-Aril, du cltd de Berlana.
lEnfin1 voie de Cis>i Nlunicilpium (Djinlet) i Ia plaine
de 'issecr par Ila montagnge.
En rsurmi, le rseau des voies romaillnes (u can-
toL tait le suivant:
1 1 'outc tenant de la direction de Dra-el-Ilizn an t
dlimilant la fromli t re occi piassait par les Ouled-Sad (A.l .riis)i le pied du







- 70 -


Dra-Zeg-et-Ter, et devait envoyer une branch sur
Rusubbicari (Port aux Poules), une sur Cissi Muni-
cipiuum (Djinet) et deux sur Rusuccurum (Dellys).
Une de ces derniires n'tlit qu'un tronon de la
route de Calarna (route n0 -) ;
2' Route venant de la direction de Boghni et dli-
mitant la fronlire orientale des mmes isaflenses.
Elle descendait la valle du Bougdoura probablement
j usqu' A in-Faci 1et de la lilai sur la grande Kt-
bylie par les mamelons des Beni-Ihelifu et des Beni-
Zemzer ou sont des ruines, au sud de la route ac-
tuelle d'Alger ii Tizi-Ouzou ;
3'' Route stratgique du vers:,nt nord des Isalen-
ses, depuis Dra-Zeg-et-Ter jusqu'au Bougdourn, d-
t:uchanlt divers rarneaux dans la montagne qu'ils
devaient traverser
40 Route double sur le Sebaou, allant probablement
Dellvs, passant routes deux par Dra-Ze-et-Ter,
l'une continuant piar Dra-Zeboudj, El-Guenana, Be-
nian-N'Sara, Il-Senadek, l'autre allant traverser le
Clhender sur un point et ipar Dia:r-Mlami se dirigeant
sur IK:iuonin (Ferme 3Bonel) et de la, peuit-ctre, sur
Taourga, rice droite du Sibaco u.
Je n'indique ici que les tIrai'es certain do tii j'ai
relev des directions sur le sol. -le laisse de ct les
Iracs l |ol.otll.i.iques, tels que celui de la grande Ka-
bylie par Nlnerville et Tizi-Ouzou, c'est-a-dire sui-
vant le trac de la role acituelle. Hien nie permet d'en
allirmer l'existence.
CAMILLE VIR.


v'e I. le.'ts, iais il y :t de':s \'-e, ger pldus an .- i il l',imI it oit l.t voie
romaine debcnd de llghlil ou MNeh dou pour tra\erser le Bougloura.















SUR QUELQUES POINTS FORTIFIS

DE LA FRONTIIRE SAHARIENNE

DE L'EMPIRE REMAIN

PAR

M. BLANCHET,
$LGRG D'HISTOIRE,
'-1EI.MBRE TITULAIRE DE LA OC1T







J'ai ipu, ou course de ma mission de 1S95, tudier,
dans la region comprise entree Gabs, les Chotts et
la Trip)olitaine, un certain nomnl.bre de postes fortitis
don't les uns avaient dcja t signals pIar M'" Tis-
sot (1), Curton (2) et Lecoy de la Marche (3) et don't
les autres n'avaient pas encore t relevs (-i). Leur
coinnaissa ce permettra peut-tre de serrer la vrit


(1) Iri Oini-El-rI-llincul. TsoIl, C-1'.>lraiu le;" compare :I dl la Pro-
01It,'''-' runi /ti'i'.' rtl'.\/' llO II, I I.| S'J,.
I;l.a;l- ,',-mi.. Ti'sul, (::';.i rap/alc,.' ,omipa re d la Pirotric.' id'.\frt-
qu .', Il, I'- l'l.
(2i Ilr .MadIjei. C:irl..>n, /'..t sui r '.:s traomu.r /iy lrau qlitus des
Ron ttus dIties b': d ,, l't',.'t ':' r d: T!' unitst. Itull l -in t i loyi-
qt du Con ti', dj '.- T' I cul.j lh Ptur '.u' I.il88. n f, i. 'i 1 .
',3) Ir' Skilrla ( ,n : I m n d, : ld.r i;ge l l Oie -li.l-I-lch hi ..
Leco\ d.1- li Mlai lie. flul. rc /,. IS'.l, -2, p. :'Ji- .
(i) Ksar-DjLyaLcha, Ksar--Tarcine, Ksar-Benia des Ouled-Madhi.







72 -

d'un peu plus prs, dons ce problme de la frontire
saharienne de l'Empire, que l'on a pos nouveau il
y a quelques mois (1).



Que fut d'abord cette frontire ?
Elle cdut comporter, come dans le rest de l'Em-
pire, des posters avancs, une line continue de d-
fense et de solides points d'appui.
Les points avancs de la frontire saharienne, nous
les connaissons : c'est Ksar-lRhelane ('2i; c'est Gha-
dams (3); c'est Gharia-EI-Glarbia (-i); c'est Bond-
jem (5). L'tude de Henchir-Oum-El-Bagueul, de
Ialaat-Benia et de Henchir-Skiffa nous permettra
peut-tre de nous fire une ide des defenses conti-
nues du sud tunisien; celle de Isar-Benia des Ouled-
Mahdi nous mettra, je le crois, en presence d'un des
points d'appui de la frontire.



Henchir-Oum-El-Bagueul et Kalaat-Benia se trou-
vent quarante kilomtres au sud-ouest du IIamma
des Beni-Zid, entire le Nefzaoua et l'Arad ; IIenchir-
Skiffa, dans le systme de l'Oued-Bel--Recheb, spare
les montagnes de Douiret des plai~nes dos Ouderna.
M. Tissot signal le premier de ces ouvrages, mais

(1) Toutain, Notes sur qu'-lquei:s roi ro'iineis consulaire. eAliandees d'Ar.A'l, Lo0i, : l et i'll r oiri : dt" l'j.'cle (Ie
Roie; octobre 18'J,5. Les lomain ai .t lc '. Sahaira. Ibid. JaI 'ier-
avril 1'1)96.
(2j Cagnal, L'armue r main:: <'.u/'riqu,, p. 5i0.
(3, Cagnat, d'a.il:'s Di<'\c ric' ; ,/i. cit. j'. [c." .
(4 ) 1l. d'ili 'i ,; p /. i. I '. .
.5) Id. d'al'' Dutc( ri>r; op. cit. I 5u.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs