• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Title Page
 Liste generale des membres de la...
 Excursions archeologiques dans...
 Une excursion au Djebel-Sgao
 Additions au memoire precedent
 Du Mont Pappua
 Supplement au catalogue du musee...
 Medailles faisant partie de la...
 Naraggara
 Sur deux briques Romaines
 Excursions archeologiques dans...
 Simples reflexions au sujet de...
 Lettre de M. Farges au preside...
 Le centenarium d'aqua-frigida et...
 Errata
 Table of Contents
 Back Matter
 Plates
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00013
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet,
L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00013
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

recueildesnotice20cons ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
        Front Cover 3
        Front Cover 4
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Liste generale des membres de la societe
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
    Excursions archeologiques dans les environs de Milah et de Constantine (1878-1870)
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    Une excursion au Djebel-Sgao
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
    Additions au memoire precedent
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Du Mont Pappua
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    Supplement au catalogue du musee archeologique de Constantine
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Medailles faisant partie de la collection de M. J. Carbonnel
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
    Naraggara
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
    Sur deux briques Romaines
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
    Excursions archeologiques dans les environs de Milah & de Constantine 1878-1879
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
    Simples reflexions au sujet de la decouverte
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
    Lettre de M. Farges au president
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
    Le centenarium d'aqua-frigida et le proeses T. Aurelius Litua
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
    Errata
        Page 267
        Page 268
    Table of Contents
        Page 269
        Page 270
    Back Matter
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
    Plates
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
    Back Cover
        Page 335
        Page 336
Full Text













-EIL

Des Uotices et ,r:rnoiies de 19. Societe
archeolorique ,Ju d-epart'-nen t Id cDnst.t itirie












UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES

!*


I



















UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES























RECUEIL
DES

NOTICES ET MMOIRES
DE LA


SOCITE ARCHOLOGIQUE
DU

DPARTEMENT DE CONSTANTINE








































CONSTANTINE. TYPOGRAPIIIE L. ARNOLET, AD. BRAHAM, SUCC.









RECUEIL


NOTICES


SOCIT


10"


DES

ET


MMOIRES


DE LA

ARCHOLOGIQUE
DU


DPARTEMENT DE CONSTANTINE

JOLUMIE DE LA DEUXIEME SRIE

VINGTIME VOLUME DE LA COLLECTION


1879-1880


CONSTANTIN E
Imprimerie L. ARNOLET, Ad. BRAHAM, Succ.


A fAi; E a
JOURDAN, LiBIin IIEEDiT.uiR
PlacLe du Gu"jvi.*iiinieiit


CH %LLANIEL, AiNE, EuIrhun
5,rile J3 .>l


1881


V















jr i s .











c61Si


/ / 1












LISTE GENRALE DES MEMBRES DE LA SOCIETY




PIISEIDE'NTS IIONOl.I IILES

MM. ForiGr.:OL DE [LOSTLIUENAiD, C ^, 2n,,rai l de divi-
sion, Ii-.o iiilnniiaiil la iiviL ion dl e CoisLanLine.
Do L IN, prflul du [hDi)partiL' 'nl.
CIIE'ALIEI;, *t, imaire de Coniislii iii e.



Composition du Bureau pour 1881


/I' I ie-'jsedenC:l~;1 1
h L ic- I>r~[)l~IdeqI


M. POULLE.
M. REBooUD.
M. MERCIER.
Ml. JULLIEN.
M. N".
M. LAURICHIESSE.


Commission des manuscrits 1880-1881

MMl. POLLLE, Prlsiedet.
JULLIEN, Secretaire.
PONT.
DUFOUR.
MERCIER.











MEMBRES HONORAIRES


'1866 MM. CiiAIOUILLET, *, conservateur du cabinet des
nidailles et antiques de la Bibliothl que
national, vice-prsident de la Commission
de publication des travaux de la section
d'listoire, d'archologie et dle phlilulugie du
Corit des travaux historiques, Paris.
1881 CIHEUBONNEAU (Auguste), correspondent
de l'lnstitut, professeur a l'cule national
des langues orientales vivantes, Paris.
186J4 DESVAUX, G. 0 ., gnral de division en
retraite, Paris.
1864 DuLAUrilIER (E.), membre de l'Institut, pro-
fesseur l'Ecole national des langues
orientales vivantes, Paris.
181i LE BLANT (Edinon)l), .W memi.bre de l'Instilul.
1,5-2 [ENIER iLui), C membre e de l'Instiul,
professeur au Collge de France, admninis-
traieur dle la Bibliothql e dle l'Universil,
president honoraire li Comit des travaux
his:oriques et scientilfiques.
1881 110oBUIT iClarle ), C. inerlre de l'institut,
intendant gnral dans le cadre de reserve.



MEMBRES TITULAIRES
S1880 MMI. ABADIE, membre lu Conseil gnral, pharma-
cien, Constantine.
S1879 BI.AM (Adolplihe>, @, imprimeur-libraire,
Constantine.










*1872 MM. DiUNOlN, C It, grnral de brigade, Quinlper.
18,0 CA, NAT, docteur s-lettres, prolesseur, a r': ris.
-1876 CARBONNEL, pri',iri' aire, a Constanl[ine.
'1875 CECC.\LUI, notaire, C,:i.nstanlitne.
1877 CiHAILLOU, coiniissaire civil en retraiie, I
iOlains.
1859 CIIALLAMEL (A.', libr.iire-ciliteur, Paris.
'1877 COULANGES (DE., inspecteur du Ci' tlil foncier
ile France, Alger.
1873 V[AFROLLES, ..i., adljuinl de Ir: classes i l'inten-
dancel, a IlLivre.
'1875 DONNrIF.I, ., chef de bataillon la Li, ion
c ralngt Sili-lil A, :il:is.
1878 D IF'OUI:, ex-lictil',nalr t l'li[fa it.rie, propri-
laii'r ai C inslai inlle.
'1877 FOi;CIOLI, avocat, C.Ustanltine.
1~77 Fi;iN, inspecteuir d' ,.Acil'.. ii 5' Conslanline.
1859 GILLoITT, @, ofllicir d'Acadlminie, a\ocal-
ill lnsell Con ista1iliine.
1878 GUERniE, ., iapitaine Iiors cadlres, dlachl h
la direction des .filaires indlignes, Cons-
ta tmi ne.
'1878 IHEYANN, capitaine hours cadres, clief du
BurLeau arabe dle SIuk-Aliras.
1856 .o FF: E, aici,:.n mnagistal, Ctnstanline.
1879 JULILIEN, lieilenanl aun ,- rgiiLm nl e de Tirail-
leurs algriiens, a Constantine.
*1874 LAUDn, attach aux Archives nationals de
Fl"rance.
'1877 LAURICIIESSE, conservateur des hypothques,
Constantine.










1855 MiM. LEDIEZ, n, ingnieur en clhef des Ponis et
Chausses, it Consantine.
1878 LUCIANI, administrateur dle la coImmune mixte
de Batna.
*1878 MA\nTIN, arch'itcte, Constantine.
1874- M.EI SI E arclii:l e e diocsain, ,i Oran
1867 ici;i.: Er E. inlcrp lte-liriduceurassermenic,
i Constantiiine.
1853 .MEuI:s, , architecte en clief en retraite,
Aix.
1858 MULL, C c, colonel directeur du Gnie,
Conslanline.
1880 MOLLET ( airlines), propritaire, a Jemmapes.
1881 MlomAurDON), lieutenant au 3e Classeurs d'Afri-
(|qui, l Consianline.
1874 MOUIL.,N, O @, lieutenant-colonel d'Infante-
rie, Iiors cadres.
i1872 NEN\noN, cure, a Oued-Almnia.
1878 PAPIi:r, clihe du service des Taibacs, Bne.
18.77 PAYEN, O @ cliel de li alailon en retraite,
correspond anl( du Miinisre (le l'Instruction
publique pour les travaux hlistoriques,
Selif.
1880 Pi LA nh cormiiissaire enquI l teur, i Pli lippe ville.
1878 PLAYF.MII, lieu eani-.olonel, consul gnral
de S. M. Briiannique, Alger.
1880 POINssoT, avocat, a PICris.
1879 PoivrE, avocat-dlenseur, i Alger.
1867 PuNr, @, chef de balaillon hours cadres,
directeur des ;,ffaires indignes de la pro-
vince de Conslantine.










1862 MM. POULLE, directeur ,les Domaines, correspon-
dant du Ministre de l'lnsriictiion publique
pour les travaux historiques, officer d'Aca-
dmie, i Constantine.
1869 RAMBERT, cur de Stl'.
1879 REBATTU, proprilcir'e, 8, Avenue de \Vgram,
Paris.
*1873 REBOUD, O *, Officier de l'instruction publi-
que, mdecin-major de Ire case en re-
Iraile, Constantine.
1878 SAs, directeur des Exploitations de la Com-
pagnie algrienne, Constantine.
1879 SAUTTEII Di: B.UREGArID, president du Conseil
d'administralion de la Compagnie genevoise
des colonies Suisses de Siti, Genve.
1879 STPHANOPOLI, coniservaleur des liypulliques,
Stif.
1 881 TIssoT, *, ambassadeur de France, Cons-
tantinople.
1877 TIIIErY, capitaine du Gniie hours cadres.
1875 VASSEUII, inspecteur d'Acadmie, Niort.


MEMBRES CORRESPONDENTS
1880 MM. AnrBOs (Firmn i'1, aniien magislral, i Paris.
1866 BAlINOND, directeuir de la Maisin central,
la Maison-Carre: prs d'Alger.
'1875 BAUDOT, capitaine de cavalerie hors cadres,
Lyon.
1869 BERTIIE-AND (docleur), directeur de la Gazette
,ndlicale de l'Algerie.










1857 MM1. BOISSONNET (le baron), G. O a, gnral de
division.
17, nnS i r1cGOGNE (GESLIN DE), capitaine commnan-
dant an 15"* Dragons, Libourne.
S18529 FrOSELAn[D, ancient prfet, Paris.
1 b64 Ci. EN, grand rabbin, Paris.
1864 CIIABASSiB E (JUIPs), gonirL[e, An-M'lila.
"1852 CIuEUZAT, cur le La Calle.
S1877 [I.EMES DE CAcrHABD, professeur i Bruxelles.
1860 DELOCIIE, 0 ., miernbre l del' Institut, direc-
leur au r minislre de l'Agriculture et du
Commerce.
1866 DE\VULF, O *., lieulenant-colonel du Gnie,
h'i rP>iyonne.
*18G6 LD.Um.\i enri), i~., secrtaire de la Socit
de Gcog'ralilic, Paris.
1880 )DUnA.ND DE L.\Ui, ancient professeur, rue du
V\'al-de-Grce, 18, Paris.
S1860 DUVEvn i E I ll 'ri), ,. secrlaire de la Socit
de Gograpilie, Paris.
1808 Fl mii lERBIE, G. C L., gnral de division,
irand clhancelier de la 1gion d'lIonneur.
1878 FIAncrE, lieutenant, adjoini du Bureau arabe
de Tbessa.
S1856 Fn,\un (L.-C.), O i officer de 1'insiLrclion
pulbliquie, correspiondant du riniisire de
l'instruction publique pour les travaux iis-
ioriques, consul gnral de France, Tri-
poli.
1879 GASNAULT, home de lettres, au chateau de
Luynes, prs Tours.











'1858 MM. GINSBUnG, nissionnaire vanglique, Mo-
gador.
'1874 GOVT, gomtre, Constantine.
'1855 H.RAMBOURE, *, inspcctuer gnral des pri-
sons, Pa'ris.
1874 HEiON DE VILLEFOSSE, e, premier atlach
aux Antiques du I.ouvre, membre du Co-
mit des travaux historiques et scientifiques.
'1868 JOBERT, juge, Oran.
1873 LAC DE BOSREDON,, capitaine, commanant
suprieur, La Calle.
1 75 LANCIA iFrtdlric), duc de Brolo, Palerme.
1870 LETOUIINEUX, 0 4 conseiller la Cour d'appel
d'Alexandrie (Egypte).
1861 LECLEnc (L.), 4 nilecin-mnajor en retraite,
Ville-sur-llon (\'oges>.
1855 LITCHLIN, ., conservateur des Forts en
retraite.
1869 LI.ony, avou, D[ijon.
1881 LuxB.wsx\VSI Comne lde, Viazna (Russie).
18602 MAIRCHAL, -4,, collmmanidant du Gnie.
18'79 MABECOUT (dle), propritaire, Vendme.
*1878 MASQUEBAY (E), directeur de l'cole sup-
rieure des lettres, Alger.
1870 M1EULEM NS, honmme du lettres, Bruxelles.
1 Sf6 MLIX, ft, capitaine hours cades, chef du
Bureau arabe subliviionnair e e Batna.
1879 M RITENS (de), administrateur de la commune
iiixte de Khenchela.
1857 M1AC-CAriTiY (0.), 4 conservateur de la bi-
bliothque et du muse d'Alger.










1880 MM. PEYROT (le docteur), rue Lafite, 18, Paris.
1875 PHIlLIPPE, admini straleiir de la comniiii e mixte
de Berouaguia.
1853 RMOND, architecte du Service des Btiments
civils, en retraite, Marseille.
1860 ROMEGUrEE, Ihomme de lettres, Touloutie.
1881 ROUET, capitaine au 3e regiment de Zouaves,
Consiantine.
1875 RoY, e, agent consulaire, au Kef (Tunisie).
1856 SACIIOT (Ocave), avocat, secrtaire de la
rdaction de la Ilecae britannique, Paris.
*1875 SAINTE-M \iNIE (PrICOT DE), consul de France,
laguse.
1876 SAURET, inspecteur des Domaines, Tarbes.
1878 SERGENT, 1, adlministrateur de la commune
mixte de Cheraa (Constanline).
1880 Soussy, interprte judiciaire, Tbessa.
'1862 \AYSSETTES, ancient interprite-traducleur as-
sermenlt.
1853 VIVIEZ, direcleur des bomaines, Pau.
1878 WEILL, grand ralibin, Tlemcen.
b6i9 YANVILLE (D'), colonel de cavalerie.
1808 ZOTENBERG, attaclh la Bibliothlque national.


SOCITS COIHESPONDANTES
AGEN. Socit il'agricuilture, sciences et arts.
Aix. Acadinic des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
ALGER. Socit historique.
Id. Socit de climatologie algrienne.









XIII


AMIENS. Socit mdicale.
Id. Socit des Antiquaires de Picardie.
ld. Conl r'enCte littraire et scientifique de Picardie.
ANGERS. Socit acadrnique de Maine-et-Luire.
ANGOULEM : Socit archologique tL historique de la
Charente.
ANNECY. -- Socit Florinioniane.
AUTUN. Socilt luenne.
AVALLON. Socit d'tnles.
AVESNES. Socit arcilologique e l'arrondissemenrt.
Auxt:RE. Socit dets sciences historiques et naturelles
de l'Yonne.
B.An-LE-DUC. --. Socit d s leitres, sciences et arts.
BEAUNE. Socit d'aicl,ologie, d'histoire el le litt-
raltui e.
BEAUVAIS. Socit acadlniique di'arhologie, sciences
et arts du idpirleinent de l'Oise.
BZIEnS. Socit iarll ologiquu, scientiliqueet litiraire.
BNE. AcailImie il'llippone.
BOi;DEAUx. Socit archologique.
Id. Socit dle Go(. irn liie coninirciale.
BOUPnGES. Socit historique, lillraire et artistique du
Cher.
BREST. Socit .icadmiqlie.
CAEN. Sucit dles AnIiqua ires de Norinandie.
CANNES. Socit dles sciences naliirelies et listoriques,
dles lettres et dles le;iau\-arls de C;annes et
dui. l'arrondiss'.nient de( Grasse.
CASTRES. Coinission des Antiquitls du Tarn et de
Castres.
CIA.MBnII.--Socit savoisienne d'histoire et dl'arclologie.










CIA ~m iIn .- Acadmie ils sciences, lettres et arts deSavoie.
CHATEAU-TI IIERRY. Socit historiqule eO arcliilogique.
lx,\. Socie le Boirla.
DRAGUlGNAN. Socit d'tudes scientifiques et archo-
logiqies.
EPINAL. Socitl d'muilation des Vosges.
GURET. Socil[ dles sciences naturelles et arcliolo-
giques de la Creuse.
LANGRES. Socit hisIoriq'le el artcleologique.
LAON. Socit a;cta;lmique.
LILLE. Socilt de aIrts et d'ag ricuIlture.
LI.tMOGES. SocitI archliologique et historique du Li-
mousin.
LYON. Socitl le gographie.
I. Societ littraire, Ihistorique et arcleologique.
Id. Acaltamie 'les sciencos, belles-lettires et arts.
Id. Muse Guimi Lt.
Ml..Ns (le). Socit hisilorique et arclologique du M1aine.
MARSEILLE. Sucite Id. Socit des Amiis les Arts.
MELUN. Socit l'arcliologie du dpartement de Seine-
el-Marne.
ONTAUBAN. Socit archologique de Tarn-et-G lonie.
MONBLIAu,. -- Sucit d'emulation.
MlONTLIMAR. Hulletin e,'igrali/'que dle lu Gaule, public
par M. Florian Vallentin.
NANCv. Acadmiie de Stanislas.
Id. Socit d'archologie lorraine et du muse
historique lorrain.
Id. Socit de gographii de l'Est.
NANTES. Socit d'archologie.











NARBONNE. Commission archologique.
NICE. Socit le littraiture, sciences et arts des Alpes-
M1aritimes.
NIM ES. Acadmie du Gard.
OliLANS. Socit archologique de l'Orlanais.
PAtis. Institut de France.
Id. Socit national des Antiquaires de France.
Id. Socit d'etnograiplii de France.
Id. Socit de ogirapliie.
Id. Socit franaise de numismaticiue et d'ar-
chologie.
Id. Socit aniricaine de France.
Id. Socit pliiloteclliique.
Id. -- Socit dl'antlllrool,.Jgie.
Id. Socit biibliograplhique.
Id. Indicateur archolgique.
PEliP.r N N. Socit a.ricole, scientiliqie et liitraire.
POITIERS. Socit des An(iquaires de l'Ouest.
PON'r-A-Ml oussoN. -- Socil 'philoteclinique.
IAMBOUILLET. Socil airchlologiquie.
REIMS. Acalcimie nation:,le.
RENNES. Sociel arclhologique du dpartement d'Ille-
el-Vilaine.
RODEZ. Socit des lelires, sciences el arts de l'Aveyron.
RouEN. Coninission des anliqiils dle la Seine-Inirieure.
S.INT-BrItEUC. Socit d'imulation des Ctes-du-Nord.
SAINT-OMIER. Socit des Antiquaires dle la Morinie.
SAiNT-QUENfIN. Socit acadmique des sciences, arts
el belles-leltre.
SEMun. Socit des sciences historiques et naturelles.
SENS. Socit archologique.










SoIssoNs.- Socit archologique, historiqueetscientilique.
TOULON. Socit acalmique du \ar.
TOULOUSE. Acadmie des sciences, inscriptions et bel-
les-letti es.
Id. Socit l'ar'cliologie du Midi de la France.
Touns. Soci t d'archologie de Touraine.
Id. Socit d'agricult re, sciences, arts et belles-
leltres du dij:ii't menti dl'liiire-el-Loire.
VALENCIENNES. Socit d',iOriciilture, sciences et arts.
\'ANES. Socil polylmatlique du Morbihan.

STRANGER

ALSACE-LORRAINE. -- Socit d'archologie et d'histoire de
la Moselle, Metz.
Id. Socit pour la conservation des mo-
numents historiques de l'Alsace,
Strasbourg.
ANGLETERRE. Socit des Antiquaires de Londres.
AUTRICHE. Socit impriale de gographie de Vienne.
BRSIL. Mluseu national de io-Janieiio.
EGYPTE. Institut gyptien, au Cai'e.
Id. Socit khdiviale (le gographie du Caire.
TATS-UNIS D'AMRIQUE. M use Peabody d'archologie
et d'ethnographie anricai-
nes de Cambridge.
Id. Institut Smithsonien de WVa-
shington.
Id. Commission d'inspection go-
logique des tats-Unis (d-
parlement de l'intrieur),
Washington.









XVII

ETATS-UNIS D'AMRIQUE. Socitl hIistorique de l'tat
d:l Kansas, Topeka.
ITALIE. Inslitut arcilt ologiqiie il'AllII,agne, ;i Roime.
Id cole francaist, (le lHome.
NOuvGE. Universitl royale de Norv'ge-, i Clirisliana.
RUSSIE. t.:olrnilissio I iipriall arcllologiqui e, ai Saint-
Pleerslourg.
SUISSE. Soilit d'histoire ci d'archologie de Genve.
Id. Instiitu l ograplique international Je Berne.













































































ai














EXCURSIONS ARCHOLOGIQUES

D).\NS LES EN\\ ONS

DE MILAH ET DE CONSTANTINE

(1'8 8-1870)

PAR

le Dr V. REBOUD et A. GOYT
M F.M1URF ', CR RI.El'ONDANTI,

avec carte et planches





Ce travail a pour butl de runi r dans un cadre resiruint
le rcit de nos excursions autour dle Milali et de Cons-
tantinei, la description dles ruines expIlor'tes i t les inscrip-
tions tumulaires el autres, en grande parties dcoiuveres
par M. Sergent, administraleur il la cominui.ne mixlti de
Milali.
.\fin qu e le lecteur puisse nuius suivre plus facilement,
nous croyons devoir presenter sous formie de tnlilean les
noms des localits visites et leur position respective.
10 .lAu sud dlu Ijebe!-L4kal : EI-.1lalal, EI-lihadra-ou-
el-llamra, Oudjel Bab-Troucli Sidi-k aliif Felj-el-
l ladjeiur-es-Souassi.











Dams lesSerni.ui I Il:il ll-ornui-cil-

les uiileil-Silai .
ejg i,. e i lii, -ie WIai ii i hi L1 o i 1% a ii u n a cli e I

lhin. le' l'rtdjifw<: Akldaen.
.1iiio/ljus (i e 1Iiih a-ii\I'jci c',,, Sjvlj i .

SIine' I/rira: i un q 1j
Cl]/,juli (fil o)li iu.'i i E\lr'ieiilil o c lei] ta ,
dudsss~e etel~l 2 'l'unuin 1'tlies, i dCu(l Sid-lal

titelin, [li'.ll, el-So'iirj. I _r,.aw u; :~' pl~Iatea d'El-

J l rt- : l 1- \'i:' v ;I, [I;i iiill- i3;rm, .i iJ <1.1 l' ,( I1i IiT In:'iesj l Ierf, cI; i ~Ii. i
dte- Gua1~ IIl,(fZL21111,(-l.sii ielaat-
l-\laza, sur V ed-Sbikra Mleclla d112 rahocasc I c kiio-
mres roules! de1iierdou, IHanimi dles idlouds.

ZhueeUd lernie Launi'2sleld I'eroinihi lIcII
II3LiedI-lilori, miojulinIf 11uillicWr'n ?, sur la 1 i\ (ltIhaill edi





Le 15~ mars 1 878, nous lweno ns la direct ion dE ilu
village situ prs t lklun o nous avons donne reii, c-vu MI. Sergfen t.
Fuyant les voe Ie)ibatues, nousi sAwvns le sentier* qui
firaneliit, ali del de lUelMlIle, conrel'i I dlu kai kar,
cii g rande partiie 10 rIl de d lp de2 g ypse macch a rod e
blanc, cote fort qui v'ient mnourir en v~enlail sur les











bord du Rlhoumel, i la hauleur de S;lali-Be et du poni
d(l'A umiale.
Des pentes rocailleuses, gayes ;i' el lii de bouquels
d'arlires qlii albiilent une pa1vre nmeclila, on em[lbrasse
d'un regard la Iasle dC pression auix lbel~rg escarpes l' il
l'on extrail le plilre employ ii Cnsianline. Les planta-
lions l'essmences diverse, remontallt jusqu'alu inaianellii
de In rive giauchel, mll;isliient dj'i les elnlr.inmenis du
sol aux teinles varies et cacheronl ieonlit'l les pl:'rilires
ielles-mci]m es.
Parvenull suir' la ligne de r al1, on (lomine les ravins ,
pic du N.-E; l'un deux olfre uin iiissif dei andsail rbris,
qi 1( le luin iOl iifus Iio r les oliviers c l;ii'e
bien raires au'uloir idc Cu'.onilanline.
April's dleux IllrOs de il arcll e ie i'r\ci's 1ii'raoa cl
chiaiips illiv'lis, noiius pilrenlo s ii un illstill~ il de rLepos ;i
pieuls des esciirplients diii l ark d iiii' t on aiiper-'ioi dI -
Consiainline les gr'alins !aills ,ldans le roc pair l; naitur',
et qIue doiini la kAwl ona ( ) de Sidi-MIaliloil, le saint
mrf'alrabout dispeinsaieuIr de la pluie aux Mclisulaliss tlii
ca nton.
Le sentier traverse nll cimeliere antique silu i l'ainile
nord ldu l\arkar, au-dessus de la lerine de M1. de Dan-
court; il est reconnaissable quelques pierres urnmilaires
qui onilt saillie aiu miill li de f'ra .ienis m'o/'i'.s re .ii' li.ill 1n.
A lai Ibase de lai Iionilagne, on ne irouve l e dlies ltiirnuili,
cil grande parlie diruil.-, c, dans les arilrailuosiles, dle
modestes gou'bis qui m lenli leur liinle gris ilr1i ; c'elle
(de la rochie elle-ii r ine.


i Lion lk Ir le it u . .\itirul 'l de 1.1 I i m








- 1


On long ensuite le Ilanc occidental du Karlkar, lapiss
de touffes de diss et de irbinlle, laissant i Jdroite d'inl-
menses cultures qui descedednt jusque sur les birds de
l'Oued-el-lebir.
Plus loin, au del d'un vieux bordj, dl bonne apparence
encore et appartenant la famille duli cleik Aiimied-ez-
Zoluaoui, le chemiin se perd dans une vaste fissure, pro-
flondenient creuse dans des imarnes argileuses; il reparait
bientlt au sommet de la ri\e gauche, entire deux Zvaroir'.
orni's de chilonis iiulllicolo-es. .

DENI-ZIED. Enlin, on pnlCtre dans la parties sup-
rieure des jardinses(s Benii-Zied, domins par la pointe
extrime diu lijebel-Zouaoui, oui s'el, ent les ruines du
Castellum Mastarense, prs de la source abondante quii,
de Iuir temps, a vi'ifi le pays.
C'est i Mll. Il. Fournel, ingnieur en chef des mines, que
l'on doit la premiere mention des iuines des Beni-Zied,
qui ne fit-ureiil point encore dans la care du Dpt de
la guerre de 181 S (1). AprIs trois lieures de march i
clie\al, ai partir de Constantine, dit-il, je suis arriv i une
espce d'oasis, remplie d'arbres fruiliers, qu'arrose une
source extririeient abondante. Or, la Table de Peutinger
indique i 0 miles de Ciria une station i laquelle elle
donne le nom d't aiiiiiirtli', station qui ie se Ltrouve pas
dans l'Ji tinfrireui d'Anlonin et don't aucun autre auteur ine
lail mention. ,Je ne doute pas que les ruines que j'ai

(1') l ('i ... uni>: ,d 1j d & !i: k t' .t l '., riLre,:oIii ,:ic."o (''hir ii it histx-
rifine.. p ol r; phiiies iir cell ipairtic de lE '.\friine septenitrionale, .Iar
1-. Fi.uriiel, iiillicur cn ciief d., M ineilS. peidai:iit l'- n niines 18.13- IG
,'lvco planILe ci ,:'irles. Pari. Inpirimieric national, 181. Page-
2>.6- " planlhle xill, fi_. -1.











visites, au pied du Djcibel-Zouaoui, ne soient cells
(Ii'.i'Irtill:.. On y voit de grandes murailles et des cons-
(ruclions romainles encore debout; le sol est jonch de
fragments de luiles ci dle briques romaines d'une blan-
clieii remarqualble. On Irouve c et l de nombreuses
pierres tuimulaires don't les inscriptions sont d'une rare
ncttol.. Sanis aucun doute, il y avait l un grand tablis-
sement Plus lard, le colonel iGreo;ly visit ces ruines. Les vingt-
trois iii uipltions rele\i'es i'a r lui figurent dans le Rlecueil
de M. L. lenier, sous la rubrique d'Iquartillc. 11 est
vrai que le savant pigrapliiste a fait suivre ce nom d'un
point de doute.
En 1857, M. Clierbonneau, pendant une exploration
de l'azel des Beni-Zied, dcouvrit, i l'entr e d'un gourbi
appel Dar-el-Rachi et situa sur la rape difficile qui mne
la, mosque, une pierre portant une ddicace Caracalla,
au bas de laquelle il put lire : RESPVBLICA CASTELLI
IMASTAR (-).
Cette dcouverte, qui nous faisait connatre le nom des
ruines des Beni-Zied, fut plus tard confirme par un autre
texte public par M. Poulie, texte qui concern le rta-
Illisseient d'un march au chateau de Mastar (3).
Dans la prairie situe en amount des ruines, Cos:.. a
relevS un grand nombre d'inscriptions tumulaires que
l'on trouve dans les mmoires de la Socit (4).

(1) On ig norc encore l'emplacement des stations d'Aquartille,et de Nu-
nituriaiia et la direction suivie par la voie romaine de Cirta a Milcv.
(2) nl ut. rc de 1858-59, pages 209-210.
(0) R'eoil; d(e 1876, pages 357 et 358.
i IR ec,'.d







- Il -


La Notice inous apprend que; Mathilr i MasIar) tait un
_v'chi, et nous donne les noms de dieux saintls person-
nages qui en occuprein le sige.
llonoral us assist, en 41 I au concile de Carilhage; i
l'appel de son nomn, il rt!pondit : Me voici, mais aucun
v'que n'est nion anlagoniste.
Flix est le 37e sur la listed des \ques de Numidie
qui, en .i-4, se pisenltrent l'assemblde Carilage.
Exil par IluinTric, il mouriut loin de Mlastar.
Noire passage aux i ines des Beni-Zied n'ajoule aucune
inscription a cells dj:' connues. Ce nest pas que les
pieires lissent ilfaul, mais I'talt du sol, les ronces et
les hlaues ierbes rendaient loule reclerche impossible.
Nonis recommandons iL nos confrres le talus de la rive
gauche dii ruisseau, qui posslde encore des jardins om-
Ijrags.
L''glise de l ioi ilacli est place entire le Castelluimi et
le village. lEn passant devant ce n IJi'.l es te tlrmple, nous ne
piou'ons rsister au lsir de \oir i 1e. nos propres yeux
la pierre, dj clbre, les martyrs de Milali, trouvee ai
lj500 metres au N.-E. le Roulffacli et Jont I'inscription a
t commente par MM. de [Lossi (i1 et Poulle (0.

Oi-ED-EL-IBEGR.\T. En aval dle [Roul'cich, la route de
Constanline .t Milali lh aiitl I'Oiued-el-Leglral sur un point
nieun. Celle t oie dcril d'irnmenses lacets sur les Ilancs de
ollines )rivl'es d'arbres ci ,,uvertes de cultLures. A l'un
les premllers touInants. nous .jel[ons un regard en arrire
sur l'enseimble du Cliettaba, doni on voit bien distinciement

il) J.,'/r'*. ,/,. ,'k' ,, ,',,i$r,., ri n lage 1, ,'., 5t. 5 -'~~l..c: 59.
i0 Pe--2 l(** i1< .1 ; 19 8, l.riue 50i.1-50.'i'.







--7


'ls deux plies lex e incipall les, le Karkar et le Chettaba
p.ropremQent "lii, spares par un large col, au-dessus des
ruines dles [eni-Zil.'I. Ce que 'on nomme Djebel-Zouaoui
n'est qiue la poinle' nord de I';artel du Chettaba, qui offre,
;' son autre ext'r ilit', I, ,ifrol attiu.r inscriptions (les colons
,I I',d lu l'hii .ii,,, au1oui ld'llui An-Foua ou cliateau
G;i .I','d i It).

Z\OUi.\ DE Sil[i-[-:Z.-/ZOu.\,LI, --- Le Djebel-Zouaoni tire
son0 noi011 du ltoinolieau du clieik Alnned-ez-Zouaoui, clbre
i'ar ses noriiilrux ni\ iacles. La Zaoutia et ses dpendances
remplissent umn ,itroil vallon crous par les eaux sur le
IHlne de la Iniontagne, ;iu I,~id des escarpements,
-!lH> nilires au-ldessu, de la pjlaine et l'ouest des ruines
de OMastir. (On les v-,it tIrs-lieun (le la route.
A\prs avoir louilli! les environs d'une mechita construite
dans un immense ceil:' de gros rochers isols, nous
atleig.nons le col d'EIl-M.lali, domin par un pic le
I ,1UIS itres, e-t nous passons (lu bassin de l'Oued-el-
[eg'rat dans celui iid Il'-itiel-llon.

EL-M.\L.\II. Le village est ai prs d'un kilomtre du
col. Ses masons sonlt ,i'rses le long dlu chemin; toutes
ont t lit.ies av'cc dles piei res dle taille tires du sol. Les
penles situes nII aial de la route en renferment encore
iie gianldes qu.ianlsil. 'Pendlant leur extraction, un pro-
pritaire a recueilli ,les mronnaies d'une certain valeur
qu'il dit avoir cdes Ml. l'rat, conseiller it la Cour
l'Alger, don't on connail la riclhe collection.

I i ]lICt I, iu tl-ilcl"t .i Ar:i.:cal, Au- Kerna et Ferkatadjine se
Iruiit- ]i la,.d. ir 1-- \cr-,iUt i..>ril-, nlitre le Rhoumel et la chain du
Chelial ,i,







- S-


Dans un mur extrieur clde l'auberge priincip;ile, on
remarque un grossier bas relief, au-dessus duquel on lit
avec diflicult :
N' 1.
MiERCVRIO AVG SAC
POiNTIVS"- CTVS V- S- L- M
La feI ine Bchac, place suir la rive droite de l'Oued-
Kton, nmalgr sa position au milieu d'un vaste. tablisse-
menit agricole, i deiimi-enfoui dans les teires venues (les
collins su prieures, ne peut nous fournir i u'une seule
pierre tumulaire :


Au tour du village
tllerma'le sortant d'un
che de l'Oued-Kl on,
l'pitaplie suivante :


LICINIA A-
FIL MITVA- V-
A LXV II- S
d'Ain-Tine, non loin de la so urce
gros rocher isol, sur la rive g'iu-
M:. le capitaine Mercier a relev


1i 1 S
C- SEIVS N
INVS V- A-
XX\V- H- S-
Di. retoulr l'aulberge, nous avons la satisfaction de
recevoir IMM. Seerent et M ercier, du 3e Tirailleurs, don't
nous gallons tre le compagnon de roule.

IFERME [DBOUll-iT. NOUS C01mmllelntlS l'exploration des
coteaux qu i ,d'minent le village d'El-Malali, par une








- -


visile a la ferme Droulol, entoure de belles plantations
de vines. Elle est proche d'El- Khadra-ou-el-Hamra,
vallon fertile, orient E.-O. et abrit par de hautes fa-
laises contre les vents du sud ; il forme un vaste domaine
appartenant a la famille des Ben-Ganal, de Biskra, qui,
en t, y conduisent leurs chameaux. Les azeliers ou ser-
vileurs qui, (le pre en lils, en cultivent la terre, ha-
bitent une grande meclia assist aux pieds des berges,
prs les sources limpides. Au-dessous s'lvent trois
maisons de maitre dominant de grands jardins remplis
d'arbres fruitiers.
An premier aspect, le vallon d'EI-Khadra-ou-el-Hamra
nous a sembl possder des restes libyques. En soulevant
des pierres plates, perdues au milieu dles champs, un frag-
ment d'inscription est entlin venu nous rcompenser de
nos recherches. Il en existed d'autres, sans aucun doute,
sans parler de la ncropole que renferme le lot rural du
colon Chaumerot, situ sur la limited d'El-Khadra-ou-el-
Ilarra et du territoire de Sidi-Khalifa.

OUDJEL. Des crates mamelonnes sparent le vallon
d'El-Khadra-el-ou-Hamra d'Oudjel, situ plus au nord. Du
sommet, on dcouvre le demi-cirque couvert par les ruines
de l'ancien Uzelis, et, plus bas, les vastes champs culti-
vs, disposs en gradins, qui atteignent la rive droite de
l'Oied-Klton.
An bas des escarpements, nous trouvons, prs d'une
fontaine, l'inscription suivante, en lettres franaises :

ESSERLI ALI
TURC,
Capitaiuc dc Spahi;








-. Ifi --


iless:i h AH, au id'hu i ;m-.\hi, ameniu ii 'In'n: ul'' I
leewqoAMI"schirMilsuviu u Uvde il
; '1 i c I taii nei d.1e spa:ili*s, l;ap'ai1 Ainlim iln O lS IIitI< i ne par IICIWI de< ;irniSo il y Ili il
111 Slll'lli'ilil de (i 1~3~5 1)illl) lisIlle lui c1o 1IL're1I1 leS
hI;ihiii1i s de<: la< ville, ii e sou m ir dIe qjelquoi l ,illois
ailts di' iiiiesc.lans lesqluels il s'tait iLicl an!


cMesse n<>ms. aiy; is






<11111<2 les .111 einiii,iS I 1 1< h;th'i; I I
'uAictl C'l Il IiIY --I-Il[ Ille -ais au Ili e u



Lu bcdj -Il- vase consiiielii de lonix
detiII moi ne <:~ ~~ son:'~ wa.1o dc.c slols Fes. cei exipli-<<

queles. Mentl



d 2itir a ji p ia d le iis i i leixiiicdIocheva' ux. d'eIi laidIi eII iiiei

clos<: ,le ')io<.dns de :,cla v i<' IlI< jkl ,,'..,i i'

ie buid 1.*iderme Licu Ii e ilo sdu r tlitr








- !11


La partlie inflrieure de la maison des lites,. construite
en matriaux de mnoye'n nap pareil, est d'oriine romaine.
l;estaure el exhauss' dl'un Itage elle se.l aujourd'hui, de
silos et de logement aux Ipassaei s le distinction. Sa posi-
lion sur le board (lu plateau suprieur, son isolement et la
iilanclieur de ses murs la lonl d cuL\rir Je loin. Elle est
un excellent point de rep're pour les arclhologues qui,
venant du nord ou de l'ouesi, se rendent sans guide aux
ruines dl'Oudiljel.
.\A-dessous ,le celt. base de mais on romaine, s'tend
Un deuxime plateau ou L, radin de l. ;i .7>00 mlres de
dimitre, d-pourv' dle vg laalion, mais liriss de lpierres
blanchltres, calcin-es par le soleil. Ce sei l les restes
de la ville d'lI /i;.. Les azeliers dJe M isses li-Ali en ont
tir les malriaux ncessaires i la construction de leurs
gourbis et des parcs o, la nuit, ils enferment leurs trou-
peaux.
Apr:s avoir fouill les murs et demand aux habitants
s'ils ne connaissent aucune pierre crite, nous gallons re-
joindre M. Sei, ent, qui nous attend, assis sur un frag-
ment dle colonne, l'angle du plateau suprieur et
quelhlues pas dles gourbis. Grande est notre surprise en
voyant devant inous un bloc de marbre blanc de lnO. de
haut sur nU d' e lare largest portant sa face suprieure,
,-cl:iire par le soleil, une inscription de 14 lignes, entire
et d'une lecture facile, malgr les petits trous don't la
pierre est crible.
L'pigriaphie d'Oudjel nous tait assez lamilire pour
savoir que celle inscription ne se trouve ni dans le lecuieil
de M1. Lon lIenier ni dans la srie des .Imi tini' de la










Socitl. Comment a-t-elle pu Iclapler ;u.x reclerclies dle
M. Cherbonneau, qui a consacrc plusieurs jours l'explo-
ration de ces ruines?


10VI OPTIMO MAXI
IO GENIO AREA FR\V
MENTARIAE AVG SAC
P- MARCIVS- PFIL-Q-CIIES
SCENSMAG F STATVAMI
OVAM ()OB IIONORIEM MA
GISTRATVS SVI DIE 111 NO
NAR,\ R IANVAR IA R VMK
IN CAPITOLIO PROMISIT
INLATIS RP SVMMIS 110
NOFRARIIS DECV\RIONAT\VS
ET MAG SP F ET EODEM A N
NO DIE XVI N OCTOBER
DEDICAVIT. L. D. D. D.
(Sergent i.
.lo<,i O(ipti/lio :It.rinmo, t;enivu tiIf(: frimientlinir ./I/i.s/o
sifln'rlll.
I'. )lardcj Il'U0,li /ilii.' QIuir' ia i ribui), Cre.scens nm giqs-
leir s.aii ,mii iu i h o/I l0on ll' MnI,./islratinis sui d(ie 1i' lri'
.tiarin jni nii l iarum l(i iln C1ifIit.olio i'roiiisi(.t, i .llfis Ileffit-
tli't SUH miD s hlionorariis Iecti r io llits el ,iIiilfrn lts, Su.tt
i,ecunia ec(il et coiden ainno die se.rladlcima kalenitarn, nc-
iotriuni dediicar'i. Loci.s daots decreto decurion an.
Ce monument pigraphique, trouv dans un simple
p;agis, ne dJitllre en rien de ceux que l'on voil encore an
Square no -2, Constantine, le chef-lieu adminiiistratif des


- I ) -








- 1 -


quatre colonies. Comme beaucoup d'autres personnages,
P. Margins Crescens, aprs avoir dpos dans *les caisses
de la Rpublique les sommes payer pour ses nouvelles
functions de magistrate et de dcurion, fit lever ses frais
la statue qu'il avait promise le 3 des nones de janvier,
dans une runion tenue au Capitole. La seule difference
constater entire notre monument et ceux de l'ancienne
Cirta consiste en ce que, d'un ct, nous lisons : ob hono-
remi triumniratus, etc., etc., et, de l'autre, ob honorem
magistratus et decurionatus. Que pouvaient tre ces fonc-
tions de Magister dans un pagus don't les vritables admi-
nistrateurs rsidaient Cirta?
On est surprise de voir P. Marcius Crescens choisir comme
gnie protecteur de l'Area Fruimentaria, Jupiter, trs-bon
et trs-grand. Quoique ce puissant dieu de l'Olympe com-
mande la nature entire, la foudre, aux clairs, la
pluie, si ncessaire en Afrique, il nous semble empiter
sur les attributions de Saturne, le dieu de l'agriculture,
don't les autels sont si nombreux en Algrie que l'on en
trouve sept dans la seule ruine d'An-Madjouba (Novalicia?
Poulle). Faut-il croire, d'aprs les inscriptions de Khen-
cliela, publies par M. A. Goyt, que Saturne tait surtout
invoqu pour la conservation des troupeaux (de pecoribus)?
Mais on ne peut tre tonn de ce que P. larcius
Crescens fait lever ses frais un monument consacr au
Gnie protecteur de l'Area Frumentaria, si l'on connait la
fertilit actuelle des terres du canton d'Oudjel, situes
une assez grande altitude et exposes au nord et aux in-
Iluences de la mer.
C'est cause de cette fertility que, de tout temps, des








- 14. -


faniilles considralbles voulurent y possder des terres de
culture. C'est dans le territoire d'Lzelis que se trouvaient
les dlomaines (p(rdia; ,le Caelia Ma\ilna, femme clarissime;
dle nos jours, ce sont les [en-Zekri,, les El-llaonssine, les.
Messerli-Ali, les Ben-Ganali qui possad.enlt les plus riches
parties du s'Il labourahle.
Notre inscriipion nous montre donc qu'Uzelis lait in
cenlr'e agricole et ifluc e blelles rcoltes venaniiit rcom-
penser les travaux des lmabitants. l est problable que c'est
lans une circonstance pareille que P. Marcius Crescens
dlia une statue .luiiler, come liiiinnge de recon-
naIissance.
L'inscriiption d'An-Tine dcoiierle pa:r Coslt et coin-
inienle P''r Al. [Piille, inous Iioit. i croire l:ue l'espace
cllli\ ' lail lioins as1te aitIrelois qu'ai. ijouird'h ui. En
eli'f l, il y est question dle ianl oi is ou Lois i p lu-
ra ., pour la conservation desqu.I:s l'esclave Numilius,
actuarius ou rc!..isseur, se vil odlli-. e laire construire
des tours (I).
( Les Uzelitains n'laient pas seulement des culliva-
leurs; ils se livraient dgalemient fi la falrication des ou-
vrages en terre cuite. Une partie dles conduites d'eau de
Ciila tait construile en tuyaum\ de cette plrovennce; ils
portent imiprimis en reliel la marque Uzelit ou celle de
Uzelitan, qui sont des abrviations d'Uzelilani (1). ,
Les beiges de l'Oued-Klon renlermnent encore de puis-
sanles couelles de terre 'i polier.
Le clt oriental de l'oasis possde le seul monument

(1) 7.,'.,. il de 1 7i-';7 l,age 51i 4-518.
( ,'1 liiri.i' *': il: C i"' ''i ii, 'in 1l .'i -! 1..*l 'i s' .











lqui puisi.< nous Il,.nner ine ide de l'architecture des
Uz liit;in .. *.',sl l'.,rc:au, e:n pierres dle grand appareil,
d!'une lIaite pl:i,'e qui, aii jo rd'hui, se dresse chancelante
au mniliu i!e ip ti- carni d, piments et dle pastiques;
;' la p i artlie s.) ie e i'ls pierres se disjoignent, et,
dlanis (ili,.ii s rll i-is .l1 tl-iiri'i.', CO vieux monument dispa-
laitra coirnli ;11 .l[ a.'atlll< '.
Nous cherchons en vain les traces de la voie qui devait
y aboutir.
A la lhanter de la porte commence la colline qui
form e ct oriental du cirque, ouvert au nord, dans
lequel est assist la ville hiaute d'Oudjel. On la reconnait
des lambeaux (le roches plates, gristres, dchiquetes,
de 2 3 mtres de liaut sur autant de large. Malgr les
lichens et les hachures multiplies don't la pluie a stri
ces roches inclines de l'ouest l'est, il est facile d'obser-
ser sur chacune d'elles une srie d'inscriptions surmon-
tes d'un croissant. Notre temps est trop prcieux pour
le consacrer i la lecture de ces texts demi-effacs.
Nous prfrons continue les fouilles de iM1r Robert,
vque de Constantine, la base d'un gros bloc de rocher,
o nous parvenons reliever six pitaphes, don't quatre
appartiennent une famille de Lollius.

No .5. NO 6(. No 7.
)D M D M D 31
IVLlVS Q" IVLIVS L- LOLLIVS
N .\ 1M I'A M 1 ANVARIV IVNI
IV.'-.\ LX-I- S- V- A- LXI VS V- A XX
S-E-0- O -I 11- S- E- V II" S- E-











D M)
M- LOLLIVS
FAVSTVS
V-ANN-LXXXV
H- S- 0- B.-


D Ml
Q- LOLLIVS FE
LIX V A. XV
II- S- E-


No lii.
D. M
M. LOLLIVS F
AVSTVS FIL
IVS V-A-XXXX
11I S- E-


Le long 1d sentier qui conduit i EI-Malah, on trouve
d'autres pitaphes rupesires dj signales par M. Cler-
bonneau (1;. Malgr la violence du vent, nous retrouvons
les inscriptions releves par l'ancien Secrtaire de la
Socit et quelques autres, donI trois porlent le nom de
Quintillia.


N" II.
D N1
TA NG I
NIVS MA E
TIA LI
VIX ANN LXIII
11- S- E-
N" 1N1.


SV I 1 L L
QVINTILL
1A- V- A-
XXX
S P


No 12.
D MI
Q" FANNIVS
SEVEN VS

LXI- II S"

N" 15i.
D \I
TANGINIA
oVINTILL
IA- V- A- XV.


N- 1;:.
D M1
CLODA[)?
I1OGATA
V- ANNIS
XXVI
II S- E-
No I;.
D NI
FANNIA
QVINTILL
IA- V- ANN
IS LI


On nous affirmed qu'il existed des roches inscriptions
jusqu'au-dessous du pilon qui domine la ferme Drouhot.


I ) ~ de 1X51. pa~e~, I ]~


- .16 -








- *-!


La Notice place en Nurnidlie l'dvcl d'Ullas (Ululi-
lani), qui n, peiut ltre que notre Uzelis, don't le nom s'est
altrd. Aussi, rapporlons-nous -' colle dernire localit
les deux ,vques inenltionnis par la Notice elle-mme :
Ireneus, qui assist en I55 au Concile de Carthage, et
Qiuolvulldeus, exil p- ir liluifric, en .'Si.
[l.\r;-Tr:oLc.. En Iranchissatil les coloea x couverts de
jeunes inoissons qui sparent Oudjeli de al i-Troucl, nous
copions le fragment suivant :
N" i;.
1I)S MANI
1VS CELIA
MAT l 0 N


pendant que le garde-ciamnptre de Sili-IKhalifa nous
apporte un petlit texte lil.byqle tr,:,nqu, il est vrai, mais
intressant cause die la station o il m t-l dcouvert.
Oni done le nom ie lid!i- i Tro,,li quelqueS fermes
isoles possdant un sol fertile et des eaux abondantes,
qui arrosent des jardins plants d'arbres fruitiers, renom-
ms dans le pays pour le volume et la saveur de leurs
fruits. On y retrouve des restes de villas romaines; les
indignes recueillentl parfois des mnonnaies plus ou moins
frustes. Ml. Sergeni a relev dernircinent deux inscrip-
tions, une latino et une lilque e:ltire .lt bien conserve.
N' 1IS.
D M
G A E T A N V
S VIX- ANN
IS XXII
II- S. E-








- .18 -


SiIri-iiEl..ir.\. Aii l d i' li-Trol e on I' i
S0 uel-l\lon iji ii ne la )base ill Djeluil-Le I nl "et, Siu sa
I'l 'u ,l-'lIcle ll fii (io 0il l. lia l i. [ I l,,'-I .ol ill_. ., il cl 'il l' .1 ;I
rive gLauclhie, la route doe Mlali l'(i.ed-Alninia. Les mnai-
sons dil village de Sidi-Illelila sdnt iparses siir une imme.ie
line ial piel ,le la montgll nig e eI s!'pai'Les i.l a I in l'iilr
ipar la 'utlle et les jiardins.
L.ors de la cri'-alion <1e Sili-lI li'a, on literrn bon
noinl.0r1e e i pie leS lil.y li iqes, :;iuij'iin.'i 11 i p r.iillue Il en
exislailt egilei ent suir une1 r 'le-li, '1, ul.rlilninli le ~illlia e,
o le service lde Ponllts e Cll isseII'l a I;i l lune plantation
iire iui'elles soii enlitr'ei. ti ins les ii u r lli d s lonlatli. s.
FJe1 COiiji tii'n ] 'ii"[.i,:,i'l;nce ,le ce-- vieux ii-luJiut ;t:silf, le's c2 olonl
S'lile present 11 e lui : 1 n:C1ler' l 'u s i onivaill'ls. (', st a:insi
('iin a ;i sauvier liiuillies liOerrei- etl i ll-spose) r nu
nius,e N u s '',ons co1,i,!', a ills a miriai.on ll iliert, l',i pillpli
(lii "~uil :

S EL-' -
VIX1T AN
NIS LXV
11- S -

el, anris la inaison Verdi n, ii beaui i 'gileni lil'(que.
En reinonluln la rivi'.re, on laisse droite, au-ilessouis
le glianl.s i oc!iers, la Za:oui Iu.l irinr l:'iit ''idi-el-liaouis-
Sille, don't la In I;:ille possdte les terres imimnlenses et dlu
imeilleur cloi:. lienl5t on f'rancliil e 1 oul d'EI-llalijur-
es-SQnassi, lanit la ncropole lilij ie nous a Ollllne Ilne









- 19 -


srie de granules cl Iiell s inscriptions, et l'on passe du
liassin Ie l'Oueld-llon dans celui d'un afflU ent secondaire
du flhouinel. Ce lorrent traverse une valle fertile don't
le territoire comprend celui de Bled-Yussef, village de
rcente creation. Elle prsente i sa parties suprieure deux
grand' l a) sis en bion ne inaionnierie qui recueillaient
sanis doute, autrelfois, des eau.x venues de la montagne;
n:ous avons eu l'occasion de les visitor en allant Bordj-
Be la.

BOnr.i-BEIDA. Le Clihik dle cette localit s'empresse
de nous rnontrer les restes antiques qui ont chapp aux
fouilles dle l'enli epreneuir du bordj. Ce sont : quelques
pierres dle grand appalrel, une vote en blocage couverte
a sa parties su~iiprieure d'un pav en opus reticulatian, et
la moiti.' d mun pressoir Iuile, le seul que nous ayons
re .ncont.i dans icelle parties de notre excursion.

KIIO I 'IT-A i>[-L .-l- ;,:L\AILl. La Klhorba d'Amdi-el-
l\l);alI couvre une i1ninence, situe au milieu d'une
plane, 3 kilomntres de L, rdi eda. On y voit les pi-
tapies ld'un centenaire et d'unie femme indigne portant
touLs les deux un lu'rn unique.
N- 'I. NO 21.
1M.ATTON IVLIA
(V.) A. C- GIDA
Il. S. E- VIXIT
ANNIS
LXXV
La pierre de cette dernire inscription offre au som-
imet t ; la IJase tl'autrs letres qui n'ont rieln de coin-











iuln a\'e l e texte, eL quii, .l'ailleuis, sont d'une Ic tl'ere
dloull tlSe.

MEClITA-ESF,\ (OULED-S.\L\II). -- PluL loin eI tuoiotirs
ilans la direclion de l'ouesl une lil.,yqe enliIre, paslsa-
ile-2 ient gra;ive sur une piei o lie e noi it're, io(Is ai'rrIl ]jen-
dlt il inl s dl'heIlre, sur' l Ie l.iu l .l'ii, Clielnicin, aiil-Ilessoit
dle la inedlta l-nsla del la tribu l. s Oulei-Salall. La silie,
trliteO et I1n11i1 e li ,t I.ril-etiloitie Il11a s I ls iniairnes de
la l.erge. Elle est nuii 'ir.l'l l i ;iu Ii L 'i e tie Milal.

IESSAR\IA. De la Mecllta fiasia, on se rendi, apr,s dle
nonmlileux dltours, li essaria, erine ,de l'ancieni cadi
iligoiLIra-Ien-Aeliour, pair,,ent de l!,ii-Alkas. [le hautes itI1i-
railles, len iierres laiillies de ltuluss les dili tensions,
s'l,\enl aiiu rili liie d'uine planie legriel'n meti i:n line ver.s
le Fihount el, t l'olileni.tL IIil dreua Nord uai Sud. Apiles 111 ex\amict ,tm, enti dle cdiaque ll.oe,
noirr: cliasse lpigrap-,liitle se 1o'rne ;1 une pi lalip e 1le
Stil il; Ceeliteinaire.
N 22.
[' M
IV LIA V\l[DA
NA V- A- :-

]iItOriP.ET-EL-[Di (IOiilei-Sialili. PIenlaint que l nls
eierchlions le Iir-MeOial;iLoilaun, lprlis dilioiil inos d~evons
itjeullner, ns guides apljorlenll de kllotibel-1DI-I tldeux ltl-
iniulalires qu( i ol'litlcn un \.eilila.I inLrtl3 C'est la pre-
iire I'ii qufie Ilnlus lencollnOiris les liorriiiles suivanties :
O/Iitlim rel' lidit, chI il mmi naurII rdlidiit.


-- o -










N: 2.,. No 23.
1) M1 S S- RVSTICVS
L- A L I OBITVM
V I NI V IIEDD VlXIT -
S ( B' N ANNIS CXXV
A- IEI1) VI
\ ANNIS
LXXV
L.a : lielu deI li isti,-s ,s L trs-irrgulire dans son
piirlo :iur; les letlres, jquii que d'une forine nglige, se
lisent liiacileneiill. (Qiilan ail nom rll)e CXXV, il a t cons-
lIl parl chacliun Jde nmls, au grand tonnement (les indi-
gnes. .
Is.\l,- IlEDI.\OU.N.\. -- Le. sar-Me(djaliouLna est un tom-
beau ilui, miialgr son ,l 'i ,lc dlabrement, conserve en-
cor,e in as.ile; linlhllll l- il:., rcliaulss par la teinte sombre
le1 ses inaldriiu\ et le 'I aline profond (le la plane qu'il
,lomlii-, luin (le touti-e 11111i imporlante. Ses dimensions,
Cpen illi, ni: d |le ia jsenti gnre trois mtres de haut sur
dIeux mitrces '-inqlanle Il long et (leux de large. L'int-
ri'eur et les abordls sonit encombrs (le monolithes'prove-
niant d>es coirnicll es suinl''rieures et de la flade inridio-
nal,. Il est possible, e eiic l'iu n d'eux porte une inscription
i sa s lface tournle vers le sol, mais leur poids est trop
considerable pour que|i nos forces runies puissent les
I'C 10 il't ii '.
lPendan( que n ,,us I'dijeunons, des indignes nous ap-
ortielni une iierre Irnie d(u monogramme du Christ.

S:n i.\tu.T. La region oit s'lve le 1Ksar-Mcdjalouna
lait parlie les .S'friIain. On appelle ainsi la parties sup-


- L\ _









rieure i80( m. d'aill. des liants plateaux qui s .-parent le
liassin de l'Oued-En-N.ija de' elui lu Rholmrnel, et des-
cen,.lent vers celle rivire ;i la lauteur de l'O ied-Atlnlia.
Ils s'eudi nient, de l'est fi l'ouesi, entire l'extrniit du
Cliellnah; i pi o remnent ilit et le terrimtire des luled-lielb eli.
C'est iine 'riiillre relalivemient fl'oide oC l tilt ide:, et ipalr
cela inlt'ine proplre Si la culture Ides crailes et lI l'levage
dIs ljioitls. l.n pilrtie (quie n110iou lt vri se l iprl'Selie qitlis
la for1 0 e de peti s l ile 1 p ini 's auil\ onlours irrgtuliers, bor-
des par dies ri'nellinents du soi q se diriell danIIIs Iou.s
les sens. 1n y renicontre peu de iiiec llilts, si ce n'est prs
dtes lonitines, o01 elles sont adosses contre un ltilus, dains
une dl'pression du sol, d a nisilaie de plnt illions le caclius
S'l delii-ljroi .ii l s.
'Vers midi, ni-'isi q ttillons les Sai r';isaoua pour la valle
dle l'Oted-ln.Nl j l. Arri' Sil' r lerritoire des Ill uriund-
ricin, dlpei11;ina e du posise mnililtair de l ed lj-M.zlla nous
suivons un ch.lieiiii qui doit nous condill re i' I Tel da. Mil-
gr la roidet r de la penle et le nomlr. dles lacels lqui
sillonnent la I er. ii'.ridionale (l e lu iall:e comprise
entire .Mii et le Ferdl.iotin, nous pouvons conolempler i
nolre aise le vaste pianorial' qui Se tdroule i nu's y'1iix,
des 1aliaor liux Tournielles.
TEM.. Terndl esl in villipe kalil, de dli i, 0
,po.ilii's a-ssez propii eineni tenus, situi' t I l kil. d1e Milili,
nil\ pieds I es escarl'pell enlll superielrs eit i la naissance
td'une valle encaiss.e',, don't la parltie inlo'Oiille est l.-oI'1e
de mialrnes gys.euses counten;lnt du sel gemmi en pelile
qu:nill ill LiA sOurl e (qlUi l'alimenlLe \ ient- uidr .re ail

(I') F'r-ir.in Op. cit. pfc. l 23.








-3 -

rni!iein d'nfrancitositc roclieuses li'un acc, s ditii: ile. En
ilitill a s ui c'reusi e dans la pierre, elle forme un1111
\'v rital.le i'llisea lunee eati limpiJl e cl I linne iqualit,
illii, lians l: lu ns de Iln v;alle, fail loiv'oir de nos:,nbreux
lioulins. Rliunlii ; 'auti reil.ir s illi on m oi n l lS iiiiiili 'Ore il
lo\ill'nt I'l)iodilr edjn ~ el vn sc: jieter dans l'O)I l-En-Ndja.

li!li' i i: n ITEML.\. ln11 11ll 11 'en 1 l l s11r' i la riv
iloilc i1e ;i a ;lli., t d il II l( l l e i lI ('n les liaincs nord
C1 OIIlu soln! encii0c so'i'1tenu1 s tp;1 i s '1murs en I 'iorre.;
Inilles. line i airlic l' des I ells esl descenli. soil dansl les
.;irilns, soil da1 ns la ril'i'r Une 1-1inlnce -11 .iblnclitre, o[
i lll 'ii':inl cs slilstlli'illc ions e: qliii reilln'eiln:e jieul-ill'
l;inls s 1 lanc l zc. Il' tes l n'i 11 idliCe r millil l, COilul'e 11une
palrtlie dl CettellO il e-lori '.
O'>)n voil nco11 ii'i: i1's 1l ie mu1Irsl sur un niini1 1 c n ? 1 ill
Iliani'les iri 'Oes, 'p eL15 q.e, (|j111, lun oe lo s.'ntlior de i lilali 'i
'l'lind;.
Iillti'r1 I pl;il; ll :ii i iii.iilli.I- cil ij i llc l' li II l ;iiili e
l'cnviiron 5)( Jl i-il'i 'C '.111 li':ilve iii gran'ill no111 I1 Ji de
lirilie es im ,il 'ires, cilipeOs suiv- ent rc nIarlii lil' l ies pair les
ornementris ide lii'r sommiet, la Icau.nll e1 S l e'ls 1ee Ie la fur-
mniI /ififilt/lI .' ,iii r i i'iiirii.;is. i,,: i!I'. I I nt I il p i rpi '.--s SIli l II 1le'-
rI ill iInclinl, in lii Ii l'es, I;llit'l I i 1e1. i-i ?llouis l t allil li-
I'int le sol. iiuelques'I -iil Oeirn iilnlis dlan les j.iililns, sont
Onllres cOrm eil m;ilriaix l li dn les uiiil's deO Cli i.il'C.
L.es iliniels dt lei ln a ne no11 1) ii olll ol iefti e Iis-
li i, n i r il : i ) il une ,Idic,ice ; ai C;i I iii, ill; de
l'an -t)l.












IMI'E
A E SA Il1S 1, SEPI1
SE VE R1 PH FI PERTIN
V (i A fABAL ADI A B p A
AN X11 L DIV P M ) A N T(
NI [111 GER- SARL NEP>
['IVI A\NT(ffINI [111 [,[I
VI IIADFIIA


1-1T 1) 1VI N E i AD NE
.\VBELI AN'i' LICI AVI; P


SVPERI i) PFIIN



lusefei ;.d ~ ~~ sa"e ,unoioi llair s

li;il.' r I > iir,ii (1f01v S.e ilu /Il 1. Su il 1;(






C;iiu.s .'...
di i pi;




po lis d i SI. LdL SI u IirII3 otii
surI soJNixa tC e diii( c lr-t'LiI ; les lettres ont si.\ celi-
tinli'S de hiauteuir. Il est regrt'Ii-[l'ie qu'un ltaitL













le. ni(Ii de la locailit quLi l'ai pour\' I)I ; a nt: de~ii


lniige le lanlic occide tai -hia i du jl;[a.
Les ilI.po Sii:ii HioI aunioIIi ' de nIJ, I t <2112
-r1~3 13 1;1i ilcili i ., IIiI1iini


ILMS


RINA SPLEI\
I HI ISSIMAE %',E


V A- I1 11- Il.
S. (). I g>


1:OCOIAE
'.i \'1EI




V A 1L, \ N
Il S- E '

.11111 i , t i u t. ri


N. 3


11 E 1 E 'N 1
lE11.1iCI.\


IIV 1* V:


b M
I \ HL\SSI


C.\ STI ",S V -


EV Vu \-S
SI S SE\TIl V

\r S \1 A
L\ \ 111















OM.INII;VS

f'\'VNCT'VS
V A,\ I.XXII
0- T- B- f-


N :;?.


1.- i S\1

S ILSI IL
\VS v. A.
LXXII
II S- E


SM S
- I V 1 S
VICTOR

V- A\ LXV
II- S- L


'r' -c i i iii t h-
:. r.iii~i I.Li I Ii h ti r r~.s 1' ir r"`


N :': I
11 M s
SIX ,1\il

VS lCL\VDIA
NVS VIX\ A.
t lit
I11 S E
I.. T [ I -,




T" f:' 0
>11' -1 S'
T-' PON
TI \'$
ISIlOIiV$
\V- A- L.I
II-S- E-

,- .l" r; i l'l l; l,.r
," li,,,, |i u ,'


S EX 1(uN'tiVS

V. \LxiI' Ili S








-S i LA N \'
S' IX A LX V


F. 1M S
AMNIVS CL
AVDIANVS
A\ V\ 1tTA N

VIT A\N
NIS LXII
11 I E.'-




1itS M- S
SE Il'T )
ILVS V-
A\"- LX \\


I









- l7 -


N I II.

:il S
1. IAL. UVS
1 A,1;. 1TVS v.

.1W- S- L
.... g I,I.S -




N. I::.
f 1. Ii N E


TION.\ VIN
IT A \NXXX




1' M S
S V 1 1I .
S'LI'ICIA '
',l.\ITlO I A \
\- A L. V


N" Il.
l .,1 S
C- .\VICV:S- C" I'
( ill P {O CESS.I
\NVS V- A- NVII
II -S -E "- !- T`i - '' i





II M S
SITTIA .\ T \'





N I T.




.\AIS i\\\

O-T-HI -


li M S
S T A,\ I. 1



1' I I ,, I : i I l ; i .'-.
rl' I I ....'anLic, cI Ln'n
.- r,' \ ,'c-.

N" 1.T
.. S
il o s
IV L 1 A
I_ \ATIC A
V.. A L\
Il. S. E


N 1.


5 \ I i. 1 1 1
.\O;A'A S\
1 IT lT .\ I I1 1
'. \ i. V
Il S I,


n U,;iii:,:iii ll d, ItlII.J ,Iii n' -iS Sdel< !ie.'s; I'S t I LE die
.s:uis <' ,I S.': rI \n Ii\I L, ciit s dle 1'i 5il.iiili., lains 1une
q teutl e ul I'.ll' .lliJ
iN:,is il,', s i: la; sni i uI':s insf1 i rIi. iro s il' TeI ltildl,
,l'; ,-s ii S _'r | ll i:nis I r.,vIII'I- IIil> Ii lt, I l lils Si lI-iis IIal, s

(Ii ic S rI ll l IIOiis I iS; i.):ifllllltll it|.l'eC:.










~. Il.


ID M S
M\A I II.-


V s 1
A N .1-'L1 N VS

c-Iloz lo


)S'I1'' \I1 VS \ f,

A. LXA EjT 1IN
lu PIl Lii 'q D1 .\ N



PI'1() FV'TV rIl VS I. D
1 1-\l; 111C Ms o

I~
11 s E


I>I~N [' V V~ VS




A\NNI.S NN\ ET 1ET POS

N () S Xk NI1 I 1\ M~ 1 Lk

\'I SCik (> kI ItV









- ^'.9 -


)D NI SAC
NAMP1VIVS IET VRBANA
CAIVVS ET CRESCENS
PA IRE'NTES V' S- L- A-

Siir '.in ai llel lportan iit 1n lbas-relief au-dessus de 'ins-
:ription. .1 I,- e,. e l:dans le FIrdjioua. Copie de M. le
c;;pitiincle karllhi, Icn 1:,.'. delo Ligne, communique palr
.l. Ser :eni.
Le Ci ioemin de TeIl iln i i l il:li est trs-frquenti. Quoi-
q :'ue I nc- en g ni. a i i ni-c':ie, il descend plus d'une fois
dlans le land des vanil'e s:econdlaires pour gravir ensuile
t d s lenie; r:,c aillei :es. l'endlant 1 trajet, ton rencontre
dles mneclias piopuleuses, :lnoures de jardins; le Ilanm-
inanim d s lk.u-llalloiir, ,l int l'au chlaude (+ 40), lgre-
Ienii t suillli reuse ei ,'llil hr dans le pays, sort des roches
il la l ive Idril- ci, ic ptill un .ib sin anique? (Hl. Fournel);
la I>.lenija di, Lella-Mlel.jalj,, qui domine un piton isol;
des ;a glmJ,'Talions die piel res de laille qui, jusqu'ici,
n'on il 1ni r: au:un ti l te lain ou o libyque.
O3n apenjii,'ollx iis l ou moins distinctement dans le fond
dle la lanen, les villages de liedias (1), de Bou-Foua (2),
dle lioualed ,..1i cl.i., nouveaux centres de population
.lablis pils dle ruines romaines.

l.\s-.\l.nclu:ii. I.a colline dsigne sous le nom de
Ilas-.Marchliou est un co:'tir'-efrl du Djiebel-Lekal, situ

1' YNorne 1iilliairc, Recueil 1876-77. Stles libyques (GOYTr.
(' S ide liiyquec, 1Recucil 1879, no 307.
(3) 1Dlioiac " Juno Coelcstis, Recueil 1876-77, pages 523-524.











a~l aI '112 id l c. N 1ii se, -il

d'enIIL1 C I
iln i1i Iiill~ III c~I1~ llllli) 'i)III surJ I llic.pierr (V3 I lu11r3.
de< luong oui, UiI)quaIie centhrIu

M V1 \II10I IHII COL . . .
(:.I. ,CLIILEVITAN:\ .
IVLI\'S VFI L- IVI[. ..
AG .\f1;1iVS A I\VS .
liA l' SS1DIA E A I.
1.)e Ra~s-\Iliarch: venti I mentIi at'.i :iion Ii: Iul;u cii et ilu dic ;iri..si<: ii I'<:'rsus.
Elles donnentl %ing. litres la semble, ..ni Ltris sont
I? avr rissiSS<2 ll~tisquii co:nh:Iiou entlIes jaildils lUne l'est, l'autre
l'oues~t, pourl se~ rcii2jidreI ensuite< e2n aval du111%i~l.
Pe<2 hauteurs e !tas-blarin: ON1 VOL sa drouiler lui
paysage des plus vari2s; <:' tonie Voa.is et la ville,
assises sur uin plateau o:'iIil<', (lui Semble gIissem' dans la
P'l:* du Ilho:uniel, entire dIes collins Ormle2s dle [eres,
marneuses de ci:' leium' roiuge bi112
OASIS D sE M ILA I. ia es1 ide1 la Conilena nce (le
I OU h ec ta res ; de g ra nds arbre cS Iemsences varies li bri -
lent contre lo~s rwc pice aux cultures. C'esti a cette raison sans fauti attribliuer l'taitFln' lIlJiiitlu<2 aux jardins. A
pujic.i< dl2couI\rc.tI:it et l 2Ichlues lictls carrs Soi-


S.3 --









3 -

yi oI d1 jliiin iln., Les clU Onl i,.i S le Milali, qui jouis-
seI t ,l' n 'e11 C l'll: 1 11 il;ll'in, So11 t 111ilics dans l;a ville
i niin,. ~,in ,:o111 l ,1. 1.3 jailis i ii.l;|riii ;ll L 5 pieds d'ar-
bLres l 111 L -'y' (llll i( ).
Un pil :;i\tll a d .rrI'\.. i li prl'l, de la Kasbali, on
'(Icouvre:, i lroile, sur ntill g aile il,_inlte, les murs de
l'enceinle I)zanilienl. Cll Ie i' i ripel'ullc tout le pass (le
Milah. *
MILAII (Historique). L'hlisLoire nous apprend qu'avant
l'anne 40, Manasss, alli de Jiba et pre d'Arabion,
rgnait sur les territoires dle Cirta et de Silifis; qu'en
cette mime anne, Csar prit les meilleures terres de ce
monarque et les donna, en rcompense de ses services,
P. Sittius Nuicerinus, qui les distribua ses soldats. C'est
ainsi que Cirta, Climll, llusicade et Milev (Sarn-1iilev,
Milevum, lileuin, Milon), formrent les quatre colonies
Sittiennes ou Cirtennes. Quoique laisant partie de la
Numidie, ces colonies constituaient une confdration qui
rn'ata l qu'llln corps (de maigistrature et laient administres
i 1Crla Uiar (les Triumvirs annuels (~ Les liabitants
,laient pie-qque tous inscrits sur les rles (le la tribu
uirina;, cimme le prouvent nos pitaphes.
Le gou"ernement de Rome, volant donner aux quatre
coloniies des garanties contre les abus du pouvoir central,
les autrisia ;I se placer sous la protection d'un person-

(li Le c:ain. appartiennent 60 propritaires qui se partagent les henies
l'liii iati,.)i ct don't le tour revient chaque semaine. Renseignements
i'iii 1(:, par Ie ,Lpitaine Godon, du '3 Tirailleurs.
( 2) Ti niI: ,ri praficti Colonlis et Triumviri JEdilcs. Boissire : Esquisse
.1 iii-, li.-t,:ii 'le la; conqucte et de l'Adiiiinistration romaine dans le nord
dh I'.\lr U, ,t ].- i..nli>' rini, it dLnis la 1.,'c ii ,:' ,1, Numidie, page 259.












nag1 illIuien, lqi iorIilale Ilire dle p TrlINVS i\' 11i (C/,-
ifc\~ r i' i. i.,liqriie colonies l iO.Ill ii' l ;i'iiir Ii illlrl'Oillsi, cilalifr
de Si:s inltrts ip i Li.. lier'.
l, LIO ioM e Mile'v n I 'ti)Irlnit poitr lia prefi'ii1i'T I 1'i. ld ns
l'ii-'loir' qu'en 12.56'., aui co ncile ie inl sainli Cprien ;'i
CatliMage, le I' SL'ep nl)ihre, e1 aiuquel assistia Polianus h',
firt'o. E In .0i 111 l11us yons ilI council i lr. e illi l'ii'r)ii-
l inI, cel cv\I.'q i e I ioinicile} (qili s$ u lo i'lie ;ailla ,i i senieitlll
l'a;voir igorgi'. les oieux lils d sa S-io'iI' dlans. l prison dl
ililo in t.n ir c r' I il/, L .'illiustr saint Oi llt lliiilt l'v qi e
il Mi lv li.rs'iti'il 'icrivil, vers l'an Ji70, ses sepi lives
contrllle Ial'iic'nin, vq'ielO dunalilise d1l Carili'ge l SUC-
cesseuilr dil linlnel\x Donat (i). Il ill ..sans .ltile iolir' sulC-
cesseuri lin ceriini lIIonoihls (lonil saiil .\diinilili pi'le
10 1i2anier'e ;'i liair cioire' qu'il lui dlipo.ssil. C'es l'opi-
nilon llii sri\inl Mi lcelli. Ce qui\ ets certaiii, c'st (quie,
les .9i-l, Svrei (lie sainl Augiitin .lailaitil si lenIiireinetni,
(|ini:i'il ait ei a ec lui Iiiiu pelit dill'ieni ori:upail le
siege piscop;al Le 27 aoit -il2, l'i. lenu lanis cettlle ille 1111 concile
qui est l'un dles concileS !g-nirautix p)i'i.le i .p r ,\i ie, el lil' dii e Ql u iO ivulli,.eu C n(. -
riensis y ifui tUi'il,!,e. A la conIlrence de Carthage, en 1i I,

i) L, ' r it; 'e >.it O li.t lino)i l:)ariii--,c.it l in tale c i c:l.,)r iniil
flld le I, l ;-- .1 1.1' p .r-,'; tii :i q i!, ,: U i. :I i .'.l i'i. :i n l.iit. l, I N Litli-
(te et li l'rc i: i lan ir,.. S .i ti, :.ii lgi .:ce e-t c Ati rii ; ljir l' i.' ci' i: text':
dJe l'i,-cript.i:i tr:,i\.': |.r'-i Ill..-' l :"mitl.ih. Cie t'xt' sIu'- r eo, 'r in,
queL,'. :i leg ,; .:ii' nrrine Lt ,l' "'.l,'o ,i'o llu:'r<. il 'l ;i;. i i ." t llOptat
. lili, iii L I l' el e I, l'-:r ciit lilr le C l'ilri l-, le -~-r\ tlesi iiiirt'r- i', o l, i 'l:; i-
l e.'-. P- ii.' il1.: l. :-il if.!f, 1 [ ]: ';',t,.. l', ,I ,D/. ., 1: ic i. t',',t/,.,i l |
(I) ii ',,e1 tili II | :, l, i.i I Il:.< Ii,' l : .l;es, l',l,.{iteilltis e luorl'ieiuull ;ls, Ile' 1"-
llrut '.' li .,I. I', lll ', ji II l h l" i l e li, i .i 1.1 S, l.hI. |'l,.*l. ",~ i .I l ,l il.' i .









- 30 -


dleoudalus ,1) Mlilevilanus 'fu uin des sept cliampions que
leesDonaliis oppl)sereni ;i catholiques, qui devaient
souvenir la discussion. Quant i Svre, il parait qu'une
infirmit l'empplia d'assister aux sances. Vers la fin
d'octobre 416, l'Eglise d'Afrique tint )pour la second fois
a Milev un concile gnral don't l'hrsie de Plage fut
le principal objet. Saint Augustin nous a conserve la
lettre synodale de ce concile, lettre souvent rappele dans
ses oeuvres. Aprs au moins 30 ans d'piscopal, au com-
mencement de l'anne AG6, Svre mourut; et il ne peuti
pas y avoir.de doute sur cette date, car dans l'acte du(
2S septembre 426, par lequel saint Augustin dsigne lid-
raclius pour son sucesseur, on lit : qu'il est all, depuis
peu, Milcv, la prire des frres qui craignaient que
la mort de Svre devint l'occasion de quelque dsordre,
et il se flicite d'avoir install paisiblement celui ique
Svre avait choisi pour son successeur. Le nom lu nou-
vel vqu e de Milv ne nous est pas connu (e), et il se
trouve une longue lacune jusqu'en 484, oit la Notice
nomme Benenatus Milevitanus ic 1140 des vques de Nu-
midie qui rpondirent la convocation d'llunric. Enfin,
on voit assisted au concile de Constantinople, en 553, Res-
tilulus, episcopus ecclesice catholice ciiitatis jileon,, prolvin-
ciei Numidioe, et, depuis lors, pour plusieurs sicles, Milev
disparail de la scne (3).
Bien avant 553, de graves vnements s'taient passes

(1) Pii.ldnti la conference, une discussion des plus violentes s'leva
entree Adc.aditu; et Sevriaius, vque catholilque de Ccramnzda-ls-Milcv.
Ceramiiiu ..i .-t un point trouver.
i( i O ,pti.t s, I I.
(:;) l"our,,,:,, Op. ,'it l ., pige_- 2.''0- l.








t -


;' Mlilev; la ville avait tc lieruite ans doute par les
miures tribus qui, ln '259-00, dlvaslerent ses caimpagnes
et fl'reni ensuite battues par le legal propr leulr, C. .11a-
crinus I)ecimils (I:.
Vers l'an 539, Salomnon, clarg, pour la second lois,
de la direction des alfaires, utilisa ses dbris pour la
construction l'une forte esse capable de rsister aux alla-
ques dles Maures, ,'est-fi-dire l'enceinte actuelle.
Milah parait n'avuir joull aui uniii i'i e iiiiportant pen-
dant la e lto, ,Iut: l'it eus Sti de l'AIrii e par les Arabes.
Elle est i peine mientionni e deux fI.is dans l'histoire des
rvolles des l, elan;a contre le iu\'"ir i;liabli C ialouan.
Vers Van 902 l'apire Chliale, Aboui-Aldllahll lieuite-
niant du M.Iedli, vint s'tl;i( r iii milieu des moninagnies
des lIeLria, dans un lien appel, Guiildjel, non loin lde
S3lif. Apre avoir rpandu les nouvelles doctrines, il entra
etn canipagne ul, la tlee do nom)bruilx berbres runis
i Tazerout, il vint allaquiler Milali. La ville fut prise par
la ashison dl'un de ses liabitants et le gouverneur Moussa-
ben-Aiescli mis n i rinori (i).
Plus ltrd, pendlant la second rvolle des lietani, sus-
cile par A\bou-l'Fherin, agent politique dles Falirnites, El-
Mansoiir, lils de eologuine, entra dans leur pays et sac-
cagea Milah ei louis les villages kelarniens qu'il trouva sur
son passage (1..
Millli fliit par se reliever. Elle est cile par lIn-
laoulal au. x-' sicle. Eii 1004, EI-Dek i la dcrit telle

(1) 1,- 1ii,1 [ 1.11
'i I iin- K h;il..ii, n. v.\.l. II. i-..a c .1.;.
l.;) Il.n-l Ih:Ildoiin. v-.:l. il. ).a;-c 1-1. .:.te.










- ,'


qu'elle existail de son temps. El1l est entoure, dit-il,
d'une mnuraille de pierres autour de laquelle existe un
fauoung; elle renleime une rnosqu,'e, des bains, des
marchs,.et lout son territoire est arros d'eaux vives.
Elle a pour habitants des Arabes, des homes de la milice
et des gens de races mlanges. Elle a une porte appele
Bab-el-Rous, qui regarded l'Orient et tout prs de laquelle
est la mosque lDjami, o est la mason du gouverneur.
La porte du nord porte le nom de Bab-es-Safli. Tout
auprs, dans l'inlrieur de la ville, est une fontaine ap-
pele Abou-l'Siba, qui est amene par un canal souterrain
de la montagne des llenou-Serott,. le faubourg de Milalh
renferme plusieurs bains, etc., etc.
Edrisi, en '1I5l4, aprs avoir avanc que cette ville
n'est loigne de Constantine que (le '18 miles, ajoute
qu'elle tait autrefois soumise au pouvoir du prince de
Bougie, lahia-len-EI-Azis (dernier des 1iamnimadites, dpos-
sd par Abd-el-Mouminn'.
A partir du xi' sicle, on Irouiie une inouvelle lacune
dans l'lisloire de Milali, qui fui, selon les apparenii'e lie
celle le Constantine- ('ournell.

Lun l'Africain, en parlant de J.el/a (Mlilal), dit : Cet
oppiduni, plac 1l mi-illes de Conslanine, est entour
tde mirailles iripi enabes il a jadis renlcrmi ,0l.l. la-
milles; par le 1.li de la guerre, les Inaisons sont plus
rares. On y voit un grand norrlire d'oulvriels qui labri-
quent des lollfs dioni on fait des couvC tures 'de lit
(Lodiccs). l ointaine qui couple sur le foruni est liiplide.
Iiant aux liabitants, ils sont udes net grossiers, mais
Irs-vigoulreix. Les riiilts abondent ainsi que leu criales









- 3. -


et les troupeaux. Le prince qui rgne a Constantine a
l'habitude d'en 'voyer, chaque anne, un oflicier pour r,'ii-
dre la justice et percevoir les impts; or, il arrive quelque-
fois que le juge est mis mort r par le people.
Pendant la domination turque, Nlilal continue i rece-
voir une garrison fJrime de soldals de la milice. Ces
derniers, en pousant (les feiniies (lu pays, out dolnne
naissance Ide nombre uses laiiilles dle lioulouglis qui
existenI encore aujoIIrd'Ilui, et que l'on reconnait leurs
1noms lUIrs.
C'est dans les environs de MilIah qu'est n le fameux
Zebouculi, mokadem de l'ordre de Sidi-Abd-er-ellamai.
il fit avec le chrif Den-El-Arcli, en I,' le sige de
Conslantine et prit une grande part la dlaite du bey
Osman, dans un combat li'vr en aval d'El- ilia.
En '1837, lors de l'arrive des Fran'ais, le cad de
Mlilali adilniislirait les tribuss des louas et Haroun. La ville payait 1,000 boudjous d'impt. Les in-
dignes qui labouraient dlans la banlieue et les jardins
taient soumis l'acliour el versaient en plus deux cliarges
de paille; les droits du rnarchl appartenaient au cad (11.
Milali a toujours t la base d'op,ration des colonies
qui ont ex>ditionn dans la Kabylie orientale. Pn-
darit l'insurrection de l71, la garnison de Milah, com-
pose d'une compagnie d'infanterie et d'un dtachement
du 3e Tirailleurs, a t vigoureusement atlaque par les
Kabyles des montagnes voisines. Quelques. assailants,
months sur les arbres qui dominent la iasbali, ont bless


(1) Etibliis-ereiut de Fraiin:ai. en .\lg'rie. 1$1..









- 3)7 -


plusieurs soldat s el tii le l sergent francais don't la tombe
se tlrouve dans iune cour.

EP1Gn.'PlliE. .\prs avoir long dails lotit son dve-
loppenient l'enceinte byzantine qui forme un pentagon
irrgulier, avec entrants et saillants, nous pntrons
dans la ville. On n'y voit aucun monument encore en
place, mais on rencontre de tout ct, des entablements,
des chapiteaux, des colonnes, etc., etc., encastrs dans les
murs ou soutenant des galleries intrieures. On peut ce-
pendant trouver quelque in:rt visitor la Kasbah, son
ancienne mosque orne de colonnes, son minaret de style


mauresque tombant en ruine, la grande fontaine citc
par Bekri et Jean Lon. Deux monuments d'origine ro-
maine, une arche de pont, et la fontaine des Bouchers,
sont situs hors de la ville (1).
Nous cherchons ensuite les inscriptions publies soit
dans le Recueil de 31. L. Renier, soit dans les Annuaires
de la Socit; beaucoup d'entre elles ont disparu; nous
ne pouvons retrouver que les suivantes :
Casbah : prs de la porte de la cuisine, no 2,311.
Id. colonnes de la mosque, nos 9,300, 2,312.
Il. Jardin, Si Genitor (2).
Id. Sommet d'un mur, face nord, no 9,303.
Id. Mur, no 2,306.
Ville : Place principle. Mur, no 2,304.
Zaouia des Bou-Azous, no 2,313.


Fondouk europen. 20 tage,


i I A.rch.olc-gc' de De la Mare, planches 108, 111.
2) IS' "'Vol ildu Recucil, page 521.
(3) Id. id. pages 519-20.


.liIr n Deim (3).


3

t










Pierre servani de Ilne.. RFie, l".rt .iiein s i l p.
I.e secrelair: indipene de hila Mairie veutil ien nous con-
ilili'e l il;ar lI i L o(ril le i ?;i iii; l ii nous: i ii itO lnir' unII
r'agientl remarqIuaIle par la limetl ule> lelires eLi ser-
\vaIlt le seuil id: porle :


.\ E SI, 1 F 1 V .\ E
ILIT S ET SIB 1 POST1
jians le iiur i lr dce l'enceiiile, nous n'aiivoi s i
citer que le li c,n .)S, euicasire dans le clet occidental.
La Z,iouia de Sidi-lou-la!in, silii,.e en aval le Milali,
au Inili eu d'un ald niraliAic liolsquiel ,le granlds arblres, ar-
ros palr tune cl:iire l onl;imie, Ir-ilerminil Ieliix beaux Irag-
nients indils, aiujourd'uI i dipos i s ilans le jardin de
l'Administraleur.
N- ) ', N ;.


. . . ... .."
....... 1)Y S --


S. -) ( A ...
S.... IC F1' "'
* AIAN -....


L'inscriplion : Ife'mor;i I ef'i'r't C. I Vi' rie Sua.Tri,,i 1)
se Irouvie grave sur 'nii cippe qui .lit i)Irlije du pilier de
votle l.1 I1:1 Dieina.
En quitlant la /Zaoui0i. noUS suivons un iniligi'e, Ihe"l-
reux de noLus monnlreru la. pierre critle qj'il conserve pr-
cieusement ldans soni jardil. l 'inscri' sc lioin esl grav''e sur
lai lace suprieure, dans un cartioucli queue d'aironde


(< .I'.'1t ( dle 18.. i,.., J 1' .I a.,,' LI t aiume.ln ,. ec M le A1litiiic
\ ,lltc l. ,l| II,',i ,a ,.,..iiini ,iiitiii en mI i e terii -.', t l'aI trec i-icr 'tol. uII de
.lY i l. ,Il. l ;t 1: l _iii iic a.'ge,


Jb b










N .>'.
0- GRANIVS MA
RTI A LIS L A T 1 A
R1 VS XXV C F

Iu-r gagner le quarter europen, on Ir'incltil sur une
passerelle primitive le ravin l)pro:ondl qui sertl de dfense
iau ct occidental de l'oasis. Sur la rive gaucle steid
un vaste plani iteau, n;i g~ii're covert i:l moissons, que? l'Ail-
iniiii tranion0 a cloisi pour I'?nipl:icoiient .le la nr 'uvell
cit. Sur dle r'nil2es a\eniues et auitoi.i' lunee place rec-
la;in iilniiro jiitii e lde jiiinis ;irli'es, ii \'voit s.'levr\'i des
ni;isns c nlslabls nr l les0 l' ntl es.
l.e jardin qui entoure.i i' c, i arti3 l'lnel ite l'Atiniilis-
(I'llIti r est i 'venoiui le niis i? ;rll'hl olog iqlu 11 renll inme
idj;i pils Ile lOi.i ii nonuiil-ii lilibyques ou romianiiis, re-
cueillis avec un soin r li,-_Iieux dansii. le tI rri'l iro e i.I l;l
comuniiiillci mixte. La partii liibyq;ue constitute le l'nd le
jilus rihel de la collection; en u eillors dle la lorne qui
sia;) ai' t I'a';rr' t.,'r/f us des cile\iltains d.le I'./r i/ 'licUs.
deos Cirtl'ens, et 1de L;i dl icac- Jliinon Cl.este., iu ini
Co'lS i, troiuve fi Ioaliclied, onl ne compete (que des
pierre's liiirnil;iires. Elles provienneniIl t e oenii liii-i niime. qui. slis ioule, est l'eii place neiit de li
nccropole antiqilie. QuellOes-uneiis prsententlll Iormie du
Cipie somme iiiii orineiiment ; dt'ail ell ne solit jque jili:rres inltes a\'vec cl'soisail et rosaces. Une Ou .di-u1
pierres du I)jelbel-Sgan portent 'l es :pitaplies don't qleii-l-
' l es Illtres ne peuveilt se r:ilpil'c.lier d'aulcuii tc'il i tel'r
nlain.


I- ,) -








- .40 -


11V G ELl V. A
X X x


No ia;-.


C- I VILI VS
lI- u\ TV S
V- A ILX





IVLIA L. FIL
M A Ft TA V- A
C1V 11-S-E-1 -T
I (i
N"- i; .


A PILU.N1\
S FE IX
\- .- X X II


No ;1,.
1) M

SAT VRB A
p- F"- QVI RI-V
A- LX II


C- IVLIVS
MA IT1 ALIS
V. A- LXXXI
11- >- E
0- T- B3- 4


Il MANIBVS
A- PETIE IA
V- A: XXV
II S- E


SI M


P 1 N V S

V\ A- LXX
l S E
o0 T- B. .


N D 1l1.
D MA
SEX (T V S)
i\ A MI


PA M ..
V- A- XXI


DIS MANIP1VS

\IXIT ANNIS
L X X X X V
1.) E F
No i;.
D M
ARISIA SEX- FIL
CLARA V .A- XX
11- S- E


I) MAl

I. FIL- J \ II-
A VIT'VS
v\ LXXX


N' 1.
IVLIVS SEX- FIL
* SATI\VNINVS
A XXX V II


VA 1l' 1 I

V>r*(


sLXI'\T S


Ne C';.








41 -


Il resiiu'lle dles ricclerclesl a quelles nous venons (le
ilOis liver, que l'pigraphlie Milevitaine compete peine
SO ltextl:s, al an grand, e \alour hIisloriquie, en rien compa-
'ables aux gr'andes ,idlicaces de Tiddi, d'Oudjel et d'An-
Plioua, petites r.publiques dl'un rang infrieur celui
de Milev.
PlacII' sur In roule de Cirina Cuiculumi, dans une con-
l ce I;',rtil, u au milieu d.,e i m'i ruilru pagus, notre cit a
,lIi ,Ire une ville assi.z in ui l tani: cut riche en monuments
il'lis, .il des empereurs, soit dles magistrates qui,
par leur quit et leur bienveillance, avaient gagn
l'amour des populations. Cependant, quant ces derniers,
Ilui s ne possilons que la pierre leve son pre, en-
l'tiii de \lilev, d:iiint le nom rest inconnu, par Turania
Cassin Ci. !iimodlia;na. C'est ri peine si l'tat de l'inscription
nouCs laisse enirvloir le cursus htonorumn de ce Triumvir
'Pr vl.'c.t- s l ori.s dlicundo, qui rendit la justice Ruscicade
et pirobabllement aussi ci Milev.
latiitre pari, nous savons que celle ville ne fut pas
toujours consilr e come un centre assez honorable pour
clever siir ses places les tmoignages de reconnaissance
qu'elle olfrait i .es bienlaiceurs. C'est ainsi que la statue
de son patron C(ionius Italiens, personnage' clarissime et
consulaire, lui place par son Ordo ou Conseil municipal
sur le ,l'orum dle Constantine (1). On avait dj lev sur
une place de cllte ville le bige ou char deux chevaux que
dcernrilent, par souscription, les habitants de Mlilev et de
lluscicade :i i a M. Fabius Fronto ob munificentias ejus (-).

il) I u., i ..i. ,lc I l- gl, page 137. Square 1o 2.
U() 1.1. idl. page 14.1.










Il est ~ vrai que, dlans le premier neas, l'ci eciion dle l.i .Illlle
ivaill en lieu pail ordre des empereuiI 'rs ConlsiancO ct ,Julien
etl avec le consenienenl (dles haihila.nis de la Nulmnidie, et
qlle:, dains le secondi, Milev agissait de cnceeil avec l.lusci-
c.iled, o Ie clitef des Aigres ava,'"il fait larigesses, coimmerie nous l' Ilppriellllnn ll. les in's l10 .l
, ,167 du lileIntli de M. L. lienier.
'Lest 1 Conslf ilailine seulo iitiI iq e l'un peutl Irotvel'
nc'11o1'L flIuel ue.s IIIonLiliionlS levs par ils' l.n. Iagisti'lls ut
lIiinfil conilaill o leiir' ar. 's honorn, Aiasi5 que Ius sornl-
IIies (ltpenlses Oli flonioreim Tir'iin rij l.is, (J oni arcs i'de trioniple, -licules, sl;iltes, etl., Stins conipler
les s immita hoo,', ri .le,/fit, ver'ss pour ic hatile empuloi.

i[l-.hl;'OULI.\.'. Le? cole;itix dle Sidi- ioroiiai., sitlui s
;i 9' kil. de Milahl, ;ii-dessus ldu conlliient le l'Oiiel-ln-
.Nil,;i etl di [llloii.in'l, sont liien connull dalns les Annales
inililaires de 1'Alp rie. A chliaqe rvolle des Ka.byles et
unl pairlicilier 'es Zoiiaghii, ldminisirs' pl'r les Lien-
A\zzeiline, Sidi-Merouan devenailt un post d'olbse. vialion
occiip pair uln h ilollon 'infantllerie.
Pena;int l'inUlle.lion de 171, inous y mnons r";inip
noire lour, non loin ld'nl nitiur en pierre de laille et d'une
ourti'o Svl\';t Pls. 'Iliis l;ir terres et jardins ont lu COncl 'ls i
dles laimilles gree( ies rI'llodl .xes (lii, april's avoir ail)Lil-
i.dnnl 1Ii Coi'., Se sutii elill ies ln Alg.erie.
N,\.iis5 pensiOIls que les tIav';lil de consli'ieltion du l il-
llite ii'nilei- ?ielnt la de,,ou\'verle de queilques inscriptlions
illl c essafnites ; i'ais IIo ll ls n Ovn i li I o pllet enI. dil,
quaind, a noire passage, )lon nous a montre d'eux ragilenits








, ib


fiita ial i es l ii ciiiQI i. laC01 iiu orlcntllu d c;'ii l li j I
prtre efflalriiesegn <.IS Il!(..' moderneiII ita.'iumm enfats d
village., iI e~ t


C VA- V- il S 1' 1 A 1EC 1LIVS4
P A) T B 0 I

SIM(I)Il. S I'
F>.\ 'I'

Dles lhauteurs de Sidi-lIerouan, nos rgdsse portenrt
su- la vaste et Ie iogu valley dle led-Si -)in ,il, 1 c'lI
M&a dles lieuix-P>ontiitsouvre lageineut de Fest ii l'oussi
b'orne au noiti parla d :imic diu Sgio et, vers le su d-es t,
I-' les coteaux d'El-.\Aia, dle TI'iddi le.s escarpemients si-
Mieux du IElialleg 'l'oi eli pci les l'aux .111 Blitiniel,
et les belies de couleur roule~ Iniqu:e de I'Oued-kton, etc.

(>NFLLi lDE LA P'DU P.11:I fii ine~i la traverse, apjio:s avoir loi enC'I ioieiient le

hauteur du2WiiI~iai et tiflit Iliieillot suP COUrs Celui
de lJ(?lIL-\ilesd?~centhlL des muontlagnes de la lbaLle,

Leuripii.nlt dle joinc'.tiOli [i>;icienC elsiii siLi sabl'onneux,
Cot'uvet au pintemphIs dfuie richie ertat'i aatrse
par. -les ios I elis dile VIIC. aix ls cH rs bleu es
l-sngage ennuie dans une gorge troite,
aux berges escaripes, deririees pentes. dlu Zotiaglui el du








44 -

L.e sentiier de Milalh EI-.Milia long lantt la rive gan-
clie, anttla l rive drsiile. Aprs (lde nombi'eux contours,
il nous conduiit dans un cul-e-sac, oil la valle esl barre
piar le prolongement octcilenlal dnu Msid-el-Acia, qui
laisse aui passage des eaux un troil canal dle quelques
mlres dJe large.

l.,A.\RR.AGE IrE L'OUED L-l\rEIf l anil on diesClt'J dIans
la rivire, on a devant soi dleux hautes el piissales inn-
railles an soninel arrondi el ile couleur bllanch'ltre, ,lui
sont dislinclemeni visible dle Milali.

Il MMM.\ DES PENI-HAnuUN. Celle e e lii-ile se dressed
i la hauteur dle 150. metires ; elle olire i sa ba.e uine
excavation que reiimplissenl les eaux idu llanmman des Dieni-
llaroun. C'est le Guielaatel-eITouinm les indlig nes qui ler-
mine en ralil, la cimaine duii M id-el-.\iclia et pirsene,
sur son \re.ant oriental, on col dle Sidi-lahia, dles ruines
elendlues.
1.a riii aille le gauiclie lorme n ii ion isol an milieu
.le la aile el se relief au\ collins di Zoiagiha par
une terrasse naturelle Je o50 imitres de long, constiuanti
la plus glnila e r iartie dilu b arra e.

I: ENC ;iiI-EL-ABIUIOD. Celle lerrasse on col esi une
excellenle position mililaire pour la defense de l'Oued-el-
Kehir. Les Riomains ne imanquirent pal s de l'occuper.
Come Iraces de leur sour, nous citerons le mur en
pierres de laille qui soutient la plae-lorne dii nor, o
reposent, sous de grand pistaclhiers de l'Atlas i letoum),
les results dle Sili-el-Abiod, qui a iIonn son nom la:
ruined : lenchir-el-AbioI.











On peii ciler encore une saillie rocichuse en forme cle
pyranii.e qliila rarngulaire que I'on voil au milieu du col;
des dlegrs, laills dans la pierre, permettent d'atteindre
lacilement la parlie suprieure, lroit observatoire, d'o
le regard s'lend sur ltile la valle.
I a
la ville proprement dlile devait couvrir la colline du
Zouangha iqi domine le liarrage. On y trouve des restes
d'iabilations el, plus haut. les suhstructions d'une espce
de orlin, aul|:el se reliait sans doute un mur d'enceinte.
M. Seigent a relev, dlans s; premiere exploration de
l'llenchir-el-A\i iol, ule grande inscription admirablement
grave sur une pierre noirtire de 1 mtre de long sur
0Om70 (le large.


I \'LIAE AVG
MATRI
CASTROlVM
E T
AVGVSTI
[i Vi

Ie.s letire de C'i.trir,, ont Om09 de hauteur; T et R
sont lie. La pierre se trouve sur le versant mridional
dlu col, ai lluelhjeiii l's as du sentier, non loin du soubasse-
ment qui la porlait.
L'absence de lout autre ruine romaine constate pen-
dant nos excursions dans la parties suprieure de la val-
le en aval du counliient, la distance de 20 kil. environ
qui spare I'llencllir de Milah, l'importance de sa posi-
tion militaire, qui garden le passage, et l'tude des auteurs
et lees Itinraires anciens nous donnent la certitude que


- 45 -










- 46 -


la ruine (le Sidi-el-Abiod occupe l'enlplacerment de Tucca.
Ce miinicipe spara dl'abd,1r. les rovya mes ,le Mass-
syl(ie (Signa et de Massylic Zma); puis il fut considler
come le point tle separation ,le l'Afrique et (le la Mau-
ilanlie, (i .es .l/ri.i et .l uriii niii ni:: plis lard, il conlinuii
a servir (le limites entire la Numiidie et la Mauritanie (1).
ITcca, d'aprs la Tabhl de Peulinger, est -i miles
l'iilgili. bureauu d(e la Malle la place a 9,000i toises de
Milali, au nord diu coniluent; il ajouth' un septime pour
les desi la route (-).
1-'apr's la Notice, Tucca est un oppidum ,le la pro-
vince slilienne, situ sur la frontire de la Numnidie.
L'.lfrirca e'hrisiiiiiti mentionne deux de ses v.ques :
Ilonoralus, qui assist au council e e Carthiage, en ii ,.
et Uzulus, le 37e l es \e~ques dle la M lauritanie srtilienne
pri'sents l'assemlble' e Carth age, qui lurent. exiles par
Ilunrie, en -i.S' (:3..
Il restait I dcouvrir un lexle pigr;;pliique a l'appui
de notre manire de voir sur l'emplacement de T'uca.
M1. Sergent, dans une rcente %isile i I'llencii r-el-Abio l,
a it' assez Iieureux pour trouver Ldeux inscriptions, dont
une l\e tous nos doutes.

i l L'Onedl-e.l-Kei lir (A lulI,.gi) ne -'l.jara h: lerritoire ide la Ni' n ii c
.le :eli ill (le 1 i M ai irri.ni, que ( i l iir ; 1 ], ' -i i'r,; r, ei,. t ,,np 'ri, r Jr.' ri"
. n rio rii ii're t i l'. t l j,,dI in NdjS l 1. /I, a','. La N ini idie. ien ri ii,(-t dle 'e
, i..,, l l. 'n iin il is l'>. i tr i i'ijiie M oin li ai i v. i. il t
(N.,,iiidi.r' ,>/p;drna M a i:c 'ir.i,' iilei .:.) \i', ai que Gceiell..-, Zara .,
Di.1-1a Mla..artilia. Irin,- le sud. la l pyile de b,parato fw.u al p ia i Ue1 dec
Mla..r, (.'ell-, C'o t.,:'llan, (Negarc,:.i ilui d-p.e:ndaie'nt de la Mairiianiie Sti-
i Ile ie.
il I, ? Iiiteii.i'' ,'r "I piro',i;i de,: C,,i,'ta rtiu'-, ,'pi' 2'i.
i:-) ft i cn r il :i ,aI n a. i vOl, 1 I. J) P. 1;I.
( ir ifici chr vl ia a. 1" 1' %Li. P. -.j'l .









II -

N- :; .
A CLL
NI AVG
il . T-

lpoll.ii i, us pi niai l municipl;i ilt.cean iS.
A Apolloni '.\igusle, g:lnic Iii iniunicipe le lTIcca.

Co1e dl-ldicace i Apollon est au pied tlu col, sur le
ve\i alnt iiiFriilionial, enilr lai ri\ i:' re et la pierre de lilia
)Doi1il Elle 1 e i gIa\'' suiir un dll d'aut l di. l i'in mil re ( le
hiau siir Oi'5- l e laire; les leires onl huitl cenlimn ires.
A 100 nllres iau-lessoLs 1e Ila ddicace i .Julia Domna,
MI. Sei,_.ent a rel'e le lexe suivant :


1 I V l, l l
111.1 SOFIALI
l VIII OVAEST
11 Vi rF ,LAM P-l'-
.- IVLIVS SODA
LIS ET L- IVIIVS
CIIESC ENS
AVO ME[IENTI

[Ju; l 'lu I"r[..-I-\niA,. Les Romains, non contents
dl'oec-|ier la rive gauche tle l'Ampsaga lablirent un
pose stur le levers orienllial de GICuelail-1t-Toulil, au oi.l
dle Sidi-lalia, que Iraverse le cliemin allant de Milahli i'
El-Milia, par la rive droile.
Les ruins qu'on y trouve auijourd'iui niurs, substrLc-
lions, pieines ailles, etc., ouvlrent loute l'tendue i








- 48 -


col et descendent, au nord et au sud de la ligne dle laitLe,
dans les vallons de Beilsi et l'An-lielira.

BEDSI. Au-dessus des jardins marcageux d ie iedsi
don't les eaux font mouvoir quelques mniolins primilifs,
nous avons relev deux inscriptions.


MODIA L FIL1
ABVDA Il S-E-
V- A LXXXI

La pierre tait encastre dans un mn ur de gourlIi en
ruine, au milieu d'un champ cultiv.


S 1 M A L, A S


Ce nom indigne remplit de ses grades lettres un
cartouchle queue d'aronde; la pierre gisait dans un
ravin, au-dessous d'un mamelon couronn par Is restes
d'un grand tomlbeau qui disparaissent au milieu dle liautes
touffes de diss.
La route stratgique de .Mila l El-1iM lia passe i quel-
ques mntres au-dessus de ce monument.

NIECOPOLE D'AIN-1EBIF.I. Le chemin qui va du col
la meclhta d'Ail-Kebira traverse, au-dessous des crtes,
la ncropole o nous avons dterr 17 pierres lumulairies
portant des piaplies. I.a plup.art d'entre elles sont gros-
sirement tailles, mais on remarque deux ou trois cippes
qui, par leurs dimensions et leurs vives artes, se distin-
guentl des autres. Les ornaments consistent en rosaces et









- 49 -


en croissants ; les pitap, les se lisent sans peine, les let-
tres tant graves avec assez dle r',guilarit et de prolon-
lecur. Elles ne dillcIrent en rien le celles que l'on observe
(laS les l ncropoles voisines.
Les haliltants de ce post, ilont le nom noLus est in-
coCnnu, appartiennent i la I ril QOuirina.


N. Si.~I
DIS IMANIBYS
IVLIA (i. V



N XV( 1 >





M. V. A
INXXX IIS.
il- T.l 1 (1


-N s',;.
G RACI LIA
L- FI SI .\VA
NA V.-A XIll
11- S- E
0- T- B. 0-

C'il.pc de: 1"'l0.


No 82.
D- M. A"
IVLIA M- FIL
LV LLLOSA
V-A LV11
11S- E
0- T- D- 0'


SI T TI' A
P\'- Fil.
V. .\-
Il. S. E*
0- Ti- l I -



DIS MANIVS
n- COlINEL
Q . C i( .. N E ,l
I VS-0- FIL-QVI
R IN- A.MI A
N NVS V
A- XXXXV
11- S- E-
o. 'T'. B 0


N 83.
DIS MANIBVS
E- 0 MACEL
I.S V- A XLX
II- S- E



N S13).

DIS MANIBVS
M- ANIC1 VS- I.-
F VI MAIA
TIALIS V- A XXII
l S-E- 0-T.-B-P


N.' ..q'.
D- M-
1M IVLIVS
C- Fil.- QVII-
PACATVS
V-A LXXXV ll-S-E
0-T- B-









- 50 -


T"N 90.
DIS MAN-
ANICIA SEX-
FIL- VIBANA
V- A LXV
Il- S- E
0- T- B- Q-
No I .B.
D M S

SEX LII- DONA
TVS V- A- XIX
S- E-


N" 01.
1VL1 VS- L- F
MARCELLVS
V- A LXII
II-S-E- O-T-'-'-



N" 91.
SITTIVS P- F-
QVIR- CAS
TVS V- A- LV
II-S-E- 0-T-B--Q


N, 92.
DIS MA
I SITTIVS L- F
QVIRINA
Vl RDANVS
V- A- LXXV
II- S- 0- T- B--
N" 95
D MA :NIB
S- OCTAVIA
SI.- F- V' A LXI
II-S-E- 0-T-D -


M!' IVLIVS
MI' FIL- VI~
D1ICCAU V
A NXXXV Il'S'E'


N. .
1) MANIBVS
0- POPILIVS C-
FIL- QVI R- MA A
TI.\LIS V- A LXXXI
11-S-E U-T-B-0-


Nous venons de colmmencer Bedsi, ai Fedj de Sidi-
laiia et it la ncropole d'An-Kebira, l'exploration arclio-
logique de la clitine du Sgao, que l'on \'it dans loule
son Lendue des boulevards de Constaniine, a l'ouest de la
\ille. Il nous reste visitor sur les deux versants les
ruines dcouverles par M. Sergent, chez les Beni-Tlilen,
El-.la-el-Abiod et sur l'Oued-Sbikra, l'ouest de Smen-
(if) U.
dou.
Nous laissons t noire excellent confrre et ami, nI. A.
Goyt, le soin de rendre compete de notre excursion dans
cette colltre, si intressante tous s s points ld vue.
V. REBOUD.















UNE EXCUR-SION AU DJEBEL-SGAO






On done le nom de Djebel-Sgao ou, plus impriolre-
mentil, celui de montagne des Moua la chain que, (les
iauteurs (le Consla ntine, on dcouvre, ,u nurd-ouesl,
dans toute sa longueur et don't chacun connail les trois
reliefs impiortaliii :t
Kef Sidi-Dlris ai l'est IH'70 metres d'ailt.).
Kef Soumra au milieu il( m ices).
lM id-Sidi-Achia, l'ouest il 4'8 mtres).
Cette longue arte, qui s'telind d'EI-iantour l'Oued-
el-Kebir, n'a jamnis it e\,plore au poini de vue archlo-
logique. C'est peine si A. ' iiiiud, dans so; article :
I'Oued-el- i ;ir et C,( llo : i ), cite quelques ruin -si iimpor-
tantes don't il nle ft iil u rest connaitre aucune inscrip-
tion. Aussi avons-nous cru devoir n faire le sujet d'une
tude particulire.
Parti de Milah le 026 novenmbre dernier par un soleil
splendid, avec 1. Sergent, ui connailt dans ses moin-
dres details l'iminense terriloil e qu'il administre, et M. le
docteur lteboud, amateur passionn de recherchlies archlio-
logiques, nous remonlons l'Oued-el-l{ebir ju.squ'i Zilounet-

(1) .tcvue ,1f, 'i,in,, no 1. Fvrier 1859, p. 199 et suivantes.








- -2 -


el-Bidi, au confluent de l'Oued.Klon, o nous faisons
notre premiere station. M. i.aimesfeld ya btii une imai-
50son ur l'emplacement d'une \illa ion-maine, dan s les rui-
nes de laquelle on a Irouvi un cofllet en agent cisel
d'une grande \aleur ailislique, qiuare ou cinq pierres
lumulaires et une borne milliaire de l'poque diocltienne
N- 9b.
DD NN C- VALERI
( DIOCLETIA
NO INVICT O
1 F AVG.....

-*AV(G ETDDN
IM.PEIR -......


VI


Loigueur dle la pierre l' -lU; 'da-
iiCt re imi1.).


N-' 9.
D M S
Q- MVNNENIO
-. FIL-; -" AVGVS
T'ALI V A LXXX
IISE


N- 1lui).
D M
C L A V D A
C V-A LXXVSP N
V.A LXXV


No 1111.
P SAEN
;- F- 0- RO
M VL VS
V- A XL
0 T B 0


La partie 6uprieure a
t brisc.








- 53 -


Nous tant remis un march, nous traversons ia rivire
ie nous Inous ain ons, sur la rive droite, au moulin
Prulhonmme const.lruit avec les pierres (l'une ancienne n-
cropole. Sur quelques lragments, places en parement sur
le in1i' ext,riceur, nous relevons 'es lambeaux d'pilaplies.
N 1N2. N' 103. N 1I01.
MA CELIA MAf TIA G A I[
V- A,\ XXXV pu) T 1I I ATE[
Il-S E-) T-B 13iLiN L SSI MO 11 CAl
N lai.. N ili ,.
(i S II C., A E
E S 1 F I A
V .\ XVII
LIa in it est procle ; il noini l1'Ltl pirenul'e, i travers
months et %alles, la direction de la mason forestire des
Moiia o nous soimmes attends.
Le chemin, -quiquiie res-accident, n'ofire rien d'int-
ressant au point de vuie archologique. Cependant on nolis
montre un moulin t huile dles plus primilif. : c'est. un
quar'lier dle rouher sur la surface duq'uel oi a crense deux
bassins l'un au-dessous de l'autre; il est plac prs d'une
jolie mecllta, sur la lisire dle la fori' et dlins un endroit
d'o l'olivier a disparu depl: is des sicles.
La mason fol'estire est. une habitation relativement
confortable ; siiuie a environ l ,00)O mtres d'allitlde, sui
le versant suild dlu [jlel -Sgao, alu imili eu d'une prairie
entour de g l'rands bois, elle rl'emiplave avaltageusemnent
les pauvres gourbis o des families (le gardes ont autre-
fois pass de longs rivers au milieu de la neige. Du pre-
mielr tage. on jouii d'unne vue splendid; le soir, on dis-
tingue la line de feux qui claire Constantine.








- 54 -


Au-dessous de lai maison, s'tend la valle dle l'Oued-
Lindjassa (rivire des poires., clbre dans le pays par la
belle source iliermale apple le llammam ,les Moua.
Une ruine assez inliporltainl dotInin nla source ; nous y
avons copie l'inscriplion tuimulaire sjivanie :
No 1D.C.
D M
S VI 1 V S
CECILIVS
VALENTI
NVS V -
La forc dles Mouin est le seul pelplei, en, t dle la clhaine;
elle s'telnd sur u(ne durina e 7 )0 li.-eclares ses essences
sont le cline-zen et le cli.ne-lige. .Les jeunes al res
n'ont que seize ans et 'r-seileinl ldj un b.ean dveloppe-
i ne ni t.
Le lenJenain, i i l'atnulb nous explorons le plateau
d'El-Ma-el-AIbiod'. Ce plateau est incline l an sud-onest et
lorm Ie la tle de l'Oted-Mell:li. Il est travers. par la route
de Cunstantine El-.\lilia qui I lone droite, vers le lies
suiprieur, une pelile minience counverle dle pierres de
grand apparel, et plus iaul, gauclhe, (lquelqiues pierres
tumulaires don't une port cell inscription :



M VSTE o
IVS SATVII
NINVS V-A.
LXX
Il S 0 T
B Q








- 55 -


Dans la prairie qui s'tend au-dessous, i 150 on 200
mItres dle la role, on trouve (les pierres Iltumu laires qui
sont remarquables par leurs former massive et surlouti
par la pyramid quadrangulaire qui les ermine.

e 1I) N 1I 1.
D M ........
NIVA:llS l P11E
AVl ATIS G EN T IS
NF. SALAS
LXXXI V.A LXX
S-O-T--0

La journe est en parties consacre l'exploration ilu
versant nord dl u Msid-Sidi-.\cla, contre des plus acci-
denles et des plus inlit,'ressanies par ses jardi ns pli lantle
de grants arbres. Ces jardins occupent loLule une srie dle
vallon.s Iont les llialwegs ont inclines d'au nmoin .:'S10.
Le plus riclhe d'entr'eux esi, -ans contredit, celui dles Beni-
lzzar; son accs est difficile, mais il est arrose par de
belles sources. La, de grands ormes remplacent les frnes
si rpandus dans les jardins de la Kabylic.
Des Beni-lzzar Guelaine, on ne rencontre ; et l,
que quelques blocs isols sur deIs plaie-formnes troites,
qui rompent, lar intervalles, la pente toujours lrs-rapidle
du versant. Mais voici Guelaine ou M. Serrgent a dcou-
vert u ne ncropole romaine. En arrivant au-dessus du
village, notre atlen.ion est frappe par les dimensions et
les ma triaux du lombieau de Sidi-Ahmed-Zarroich : c'est
une grande chambre de 8 mtres de long sur environ,
6 de large, en pierres de grand appareil ajustes avec








- 56 -


tant de precision que nous la prenons pour une construc-
lion romaine, don't la parltie suprieure a t refaite.
On nous signal, prs de l, i la porte de la djamina,
simple gourbi covert de diss, une piere lumulaire por-
tant l'epiltiple suivanle :
No 111.
fi il
1-SA LCIDI VS
(,,nrATOIIS FIL
( V I I NA
ARA T0 [I
V- ...

L.a ncrop|ile devait tre pioclhe; nous arrivons en effet
sur un petit plateau cultiv iqu'eilourent dles tains rocail-
leux et des rockers isols. EntL ces ldeniers, nous
conslitons la prisence dtic rois dolmnls, fouills dlepuis
longtemps, nmais ayant encore leurs dalles slp'llri:urles
qui sont de moyenne grande r. Ces inon mienis nous
indiquernt une Irs-anciliene ncropole et les colons
remains y pilacrent leur citiecti're, car, c'est l que
1M. Sergent a trouv des pierres tuinilaires. Avec le
secours de quelques indignes, nous plarenons en peu
de teips dterrer dix in. riiilpions gravees s ur dles
cippes don't l'n cel ii de 0. AECILIVS, est orni de
belles moulures et se termine par uiii pisme iriangulaire
plac entire deux quarts de cy'indre Iformant rebiurds suir
les deux faces laitrales; en a;vant et en iarire, le prisme,
coup droil, prsente un double frononon; sur celui de la
face antrieure, les moulures de la corniclie se relvent
en volutes 'i la rencontre des records latraux; dans le









- 57 -


Iympan, on viti, entre (IcliX iosiccs, miH cSuiii suirimont
dui cv'os;ia[.


N 112.


N- 11m3.


No 114.


D M1
C 0 S C 0
NI VS T- '
FIL' QVIII
NO V AT VS S
V. A LXV
S. 0 T- -u.


Q NONIVS

T \7 R VSc \S1
\'A XXXVII


N' 1.


i .M1
VOL SI A N
A\ IVLIA' V-A
NNIS XX


N., 11. .


31- CLO
VS- 31 F
S E V E I
V A LX
11. S .-


N'. l s.


D M1
i- I FILIVS
AVENTIVS
,\ V EIR N T S
NTOSI VIX
IT AN' LV


N' 1 1'*,.

LII M1 CLODI
<' VS- M-F-"
VS CLODIANVS
V V- A XXV
II S- E

No 119.


T- ION Il .\
TV A V S

V-\ LXI
IIS- S E-


, \ 1 IlI N .\
IV, I M V S
V\ A LXXV
II S I


\E CAN -S
('- F' Q- VIC
TORINVS
V- A- LXV
I1I- S- E-


Nc iI.
1 l M


I V LI V S-
V-. A XXVI


















1'NLIT\' 1L: M '
VS- P- 1I1IL Ci V Il [
NI I i 'lC1 ) I1ii

c IE >T C) P AT[ fl 1 S
Il A UI1S SI1MI
PA Il VI T ET' ME'SO0
LE VMC VM TRF 1 B
~'INAL ET A IlALII}VS
Il E l FECI1T V\A- L\T1 lIS
E

A\ l r t etour, apri3s avcoir retravers les lardins des
LBeniilzzar. au lieu dle passer par~ Vedj-el-Alnieur, icoinli]'
lei maltin, ii'OUslI route q le uI)li l penIIre sur le terrioire dles OIed-Einbalk


Ces.t dlans celle EiirnI'Ii-c tribu, 'l'sillit-linibel,
.3~ ~~1 deLt e < la linais.-ii forestire, qu~e M. le Capitaine,

dans -oitrienje qui occulpait le mitiieti d'un champ labour.
les l'vagnieits dlune .tazte eni bronze, donns par le -
tiral Glevter ali inusc de Constantine VYoir pli. 1).
('s Iarpiients sont au i citl"rel de' s111t:
il Moin 1lrui1e denii Iei-11ncee p rartie hil poign,,1et1-
' ijude i1roit et p)artie~ de l'avanlt-b)ras;
:31.l,l, 1lpriellte de. la cuisse;
De i ten-ja tuli i e


- *- -









- 50 -


50, g:, 7m Parties dle la unique; la plus remarquable
porle une longue frange i loriades.
L.a lce i n lri urc e de li janbii est prolgeI dans Ioule
son iendue Ipu une jamnbire remonlanl jusqu'an-dessous
du genou et lombant sur le cou de pied; des courroies
pa.ses six anneaux, trois de chaque cl, et s'entre-
croisant par derriere en Irois po inis di l 'rents, la I ixe l
solidement. On voil par les proportions de ces divers
iragnienls, cl niola;iient par la grosseur du poignel et
de l'avant-bras, qu'ils appl)artenaient une statue de deux
mietres de liauleur.
Sur quelques points. nla surfTice in l;allique est Iurin:e
de plaquelles relIangulaires ayant i rinillimne es de lon-
gueur ci 7 die larg.iiir; leur comply position dil'rie de celle
de la masse et elles sembiilentI avoir t aippllIueu- apres
0 11 I).
M. Tissul, Ingnieur en cliel' des Mines, a blien \oulu
laire analiser une parlie de clina un des Irag;. ieils : l'ol-
ri liuin aile palr M. l'oiicule, chlimiisle l service des
MinOes, a dtin, putui la COinlioSiliun cd.i il;lil, le. rsuil-
lais sii\anlls ;
C uivire . . . . . . . . . . ..,1 't
Eltain.......................
Plo nb ..... . ................ ., S
l'eri es ....................... 2
Tol;. .............. 11I. I, lCi

LII reniiilanit vers le cul d'ul-M. -ell-Aljod t le I Kel-
Sounia, M. Sel unl nous indique, entire l ruiole et la
uLiel;ia des leni-Iilelin, li iosilion de Liandilo, Id'o il lit
tranispoiler El-Mlilia, en 1I 71, lursqu'il cominandait ce









- c0 -


Ipusie, un bis-relief .enr!oir dl'une ddicace Saturne.
M.. Poulile, mal reniseiglii sur la pirovenan. de la pierre,
;a public celle ldlicare e In la donnlant corrinle tule des
nrares inscriptlions tr'ji'ues idns la valle dIe l'Oudl-el-
Kl jir ( 1,.
Le milieun cie la Ipiei re est oclpi par tunll nicili, dans
Iacquelle est L n ii persorin iae deboutl; il est v'tin d'iune
unique locllanle, lintl le lan main droite tin blier el,
(le I' bionls snit runis Cl cross, emibline Inysitrieuix somIent
rep)rs-oni su r les molurnenis iiie1 tdi.'/-iniG-e (i) .
Nous reprodisons ici le text quce M. de Villefosse a
lpubli dans les J ii, oirc:s ce I I So.'ij"( I'i.'rc', 'aliris un dessin de M. du i rl;iray, capitaine
i:alpil;ine Crlonzetl est un leu lil'lrenitl.

N I,'1



.A GVV
,\ c',

VI ; IVS
.M1-A HITI
NA S111
I S

I A

Inli! itOt .l t i/ i;St .sileP 'itiI.
1 il ittus .1/u tidi/ flis ro t ri /.i4 lliliens IItiuiio.

ili /I.'',,',l ,/, .r! M page 375. A ir'e 1S75.

3i Mi i,,,,, :.. l d lt l& i t,: ." iq'iii ires / Fran,'c Anll.e 1376,
page b-.









- 61 -


A notre droite et au-dessoius il'un grand bois de zen
et de fernane, qui coulire le sommet du klef-Soumna du
ct du nord, s'lendent plusi-urs ':liamnps c ltivLs au
milieu desquels gisail, il y a trois mois, u e pierre tIum-l-
laire noiralre i grain lin dolnt I'pitaplie continent ldes
caractres d'une forime inu.sitlec. Ctlle pierre a t Irans-
portie i Milali.
N- 1:3.
D NV
M1- G OV I N E S?
V- A XXV- 1l
E SEPSVS

Le M1 de .Ianibus ,.st renversi, et, a la dernire line,
un single bizarre, ayant la loirme d'uin 8 o011've'r on bas,
replace VLT (le se.,l us.
I! faisait nuit, depuis longtemps, lorsque nous sommes
rentrs la mason forestire, aprs avoir relev,
El-Ma-el-Abiod, l'inscriptlion d'une pierre que les indi-
genes aaient dcichaussee pienlant notre exciirl'ioin a
G uelane.
Sous l'inl'luence du sirocco, l'atiiospliere s'tait remplie
(le vapeurs chaudes qui l'obscurc.issaient, et nous prenions
pour les lumires de Constanline des feux de diss allumis
sur les flancs du Dielecl-Oiuacli.
Pendant note absence, M. lDuckller, l'un des gardes-
forestiers, avait dcouv'i et, a inli kilomtre au sud-est de
la maison, une pierre libyque entire et hien conserve.
Il y aurait la, il Dar-Karrel, sur le territoire des Ouled-
Alhmed, fraction des Moua, une ncropole indite.
M. Sergent recommande aux gardens de la fouiller et









- (i~ -


d'envoyer au muse de Mlilali le rsultat de leurs reclier-
clles.
Le lendemain, nous remiontons do grand martin le vallon
l'Ain-Zena q-iu'omi.agent deux immeilses l-ihines, restes
imp-osans de l'ancienne fort ; noire but est le lef de
Sidi-Driss. A sa junction avec le chemin stratgique des
ci tes, le sentier que nous suivons lasse nu milieu de
luiiulus ou tic Nza; un peu plus loin, ;iu col de SalahiBey,
quelques dolmrens attirent note attention.
Les cols de Salad-Cevy et de Dar-el-Teldj sont les passa-
ges pi; tiiq s par les liaiiantls de la iriblu des Beni-
Ouall.ban lorsqu'ils \oil:, au prinlen ips, porter i C.ons-
tlinli le Ic l.eurre qu'ils I r5 oduis en et e granli e quantlilt.
Pl'ai ; te s la liAnlit.iur il'iI, relvemAel'l dle la> croupe,
rele\eilenlt que lon speiroit de ConslUntine, nous voyous
la c.laini e s' lnfelhlir v rs le nord-esI avant de se d,il ilnler
'i Felj-el-Henei .
Ce col est une vaste oelle gazoni ice quie doinlent au
nord-est les eiearplei ICts roclieunx et dnudLes de Sidi-
iriss.
l.e K e de Sidli-Driss, qui termine la chaine des Mouian,
fri me i son emxi1niil'. 111une espce de cirque ouvert au
nord-es. e ce e t, sur les premlires pennies, un vielux
I'ne, ciouvert de Iloiisse, ' ve encol au milieu de
l'espace vide, pirs d'une source tarie. Les crevasses et
les aLiiimes du versn nt sud ii'ulTreiln, come v'g station
ai L.orescente, que des ioulles de laurier, trs-abondant
dans tou1. la chaine. AuL poinAt de vue arc lologiline, ce
mnassi terIiini ai in prscile aiucui n intrlt.
M. le docteur HeLouil se content de dresser le cata-











logne des plants don't il trouve quelques dbris on quel-
ques lceurs prcoces.
Nous dC.jenons sur le soinmet dii Kef, prs du signal
godsique, 1 ,170I mntres d'altitude. Nol:s avons 'ce
tous c( 11s m1 vaste 10orizon; n 'trc' vuec s'tenld les mon-
tagnes le la fruntire (unisiInne aux montlagnes de la
region de Slif, et de l'Aurs anx boards brumeux de la
Mllditerrane. Aprs un n-monienlt de contemplation, nous
descendons les pentes rapids qui conduisent la zaouia
de Sidi-Driss, clbre marabout, qui a donn son nom au
Kef. Cette cole est sitiitue au I);id du cirque, siur le board
d'un ruisseau encaisse et an piel d'un rchlier a pic d'oiu
sort une assez belle source: La construction, oeuvre de
mains kabyles, est couveil te en tuiles et entretenue avec
soin par l'aulurit militaire. Le marabout et les tolba
nous introduisent dlans l'unique pice qui est la fois:
temple, grenier, salle d'cole et dortoir. La cacliette f
grains, don't le marabiut garde la clef, s'ouvre en face
de l'entre. Le sol est tapiss de nattes ; :a et l, penleni,
accrochs centre les mus ou suspendus aux traverses
du toit, parmi les planchettes qui servent l'enseigne-
mient, (les peaux dle bouc pleines dle beurre et de nom-
breux paniers de jonc contenant des provisions.
Les Tollia ne peuvent nous lfaire l'histoire du lonlateur
de l'ablissement ; ils ne savent rien de ces hauls lails,
rien de ses miracles et ne connaissent ni l'poque ni les
circonstances de sa mort. Mais ils competent Sidi-Okha au
nombre des saints personnages qui sont enterrs dans la
zaouia. Est ce ignorance, ou voudraient-ils dtourner
leur profit une parties des plerins s 1t cl rieux qui vont
Ious les jours visitor le tombeau de Sidi-Okba dans la


- (33 -









- 64 -


cllbre mosquiie des Zibans? Marabout et tolba paraissent
mcontenlts; la flui diminue, diseni-ils; les arabes fr-
quentent de moins en moins l'cole; les cadeaux devien-
nent (le plus en plus rares; c'est ;i pine s'ils leur
suillsent pour \ivre. Peut-tre voudraient-ils voir revenir
le temps o leur zaouia, come celle de Sidi-Slimane
ldans le Cliettaba et tant d'autres, ne recevaient come
disciples qiue les coupeurs dle routes, gaillards solides et
vigoureix, don't les profondles balafres prouvaient les
nombreux coups dle main. Un allirine qu'i' une poquc
peu recule, la zaouina le Sitli-Driss recevait en dput tous
les objets vols dans les cantons \oisins (1).
Il fault deux bones heures pour descendre de la zaouia
le Sidi-DL)iss lieerbe:tl-Ez-Zemmouri su'r l'Ouied-Sbikra,
affluent de l'Oued-llaouima qui se jette dans l'Oued-
Smendu ii ien en aval des Deux-Ponts.
Nous arrivons sur la rive droite it la nmechla de Chabet-
Sad don't les gourbis, bLtis au milieu dles ruines avec des
pierres. le grand appareil, occupent mie partic Je la
lierhet-Ez-Zemrnouri. Ces restes souti ceux d'un predium
remain ; le plateau oiu il tait situ est tout sillonn de
substructions et, sur les bords s des lus, on voit encore
le nombreux pans d s de murs en briques, on blockage et ci
pierres tailles.
M. Sergent, plropritaire (ldu domaine ide Cabet-Said,
n'y a trouv jusqu'ici qu'une pierre tumulaire; l'pitaplie
est en Lbelles majuscules grecques ; mallheureusement, la
pierre a t brise; 011 en a trouv successivement cinq

l,) Fraud, a/I'c a t'i'ain Aune 185. Io 110, page 103.









- t5 -


ou six fragments; certaines parties manquent, ce qui en
rend In leclire dilficile ( 1. (Voir pl. 11).
A cinq ou six cents mitres plus bas, on voit sur la
rive gauche les beaux jardins d'Oum-el Assaib don't les
lihabilants sont. dcimns par la livre ; cependlanl, l'poque
romaine, C. .llita(iiis iE.r:ir.'atas y alleignit l'age de
S'2 ans (2).
A piartir d'Ouni-el-,\ssai, les boards de l'Oued-Shbikra
se reiserreit graduelleni,.il, le vallon ldvient une gorge
lroile, spice de d,3lil ' pe'uI pris imnpralicable dans
lequel nIous nous enaiageouns, rralgr les inslances de nos
guidles; le passage s'Jecltue sans accident ; mais non
sans dilllitullt'.
Lus eucar'leireints de la rive droile de la gorge sont
(lo0 iirii s ui;iar n li ai t llcau ;i|ipeli, le j lie iltl-'l-.\lza ; la
sni l'io dii sol y es[t ci.n erlie dle pierres lailles de Ioiles
dliliel.-ii ulis ; sur tille dle'elle Iliio. a\ivoul Cou l'iil.cri'p-
lion suiviinte
:,; 1 ].
1 V L I A MA'Ij'
0'N .\ V .\ .
XXXV HIC S.E-
Du ,-t, 3 di nori olnest, le pil;.11 'ial se lernl inel p;'Ir un
taluls, [ iile ailr, lis 1>;[1 li iiniur liiil Is pierlres int
ro0il5 jI.:lui';i>i lis de la lie, le uiI elle. lo ilrent d.le vri-
labLle ;iall;is. d'S.st le l (qi ie noulS av\' is relir, ave\'
l';iJe des ilidig elles quiielqi ,es i gilUlellts ill.i'yqules et les
epiltaples que lions duonliiils ici:

I(1) Jl ncUil d.As V. ; M. 188. 1,'c 5.'.
('2. lb. il. 530.








- 60 -


Nl 12i5M.N I-. N 127.
D M D M D s S
IVl\i VS l \I L VS SITTIA SATV
uALICVS NIVALIS 11 NIA VX
IT' NNO LX
.. l XXV O [* Q.
XIT AN LXXI
0- T B 0- -

,\prs avoir i, nous no11 11u a.icli llinoiiil v.rs le,- 'j i lii l. de Ili~iic-1 t ile
nouls apIercelvons, t ,. -till 011 .2, lll i :'re .- d li:.-l n e,
sur les pirelilirii s pei tes id I; \'lli''e i. l' :edll-Siililli.
Le paysa. e,' ici, II'a plius Ij C;ICliel l';'llrel c qiile liln'i s l ii
avons lti o v liil s li;iiil ; le S i !ii'l iiV' o.i ntsilS ii I nir; ii -onil
adoucis, el ild simiJ'les onli ll lolls r'e llpl;icent les Cesar-
pements roclieux et les cre-s d'lcliilil ei'- e>.
Sur la lisire des jirlins, du ctI siirieur, une
fontaine abondante dlite l'eu: nlees;ire aux il riallions.
Un acq ueduc, donl on \'oit de dislainc. en di lance des
trononi s parfaileinent conservs, colnduisail aniirefois les
eaux vers un point sur lequel nous avons reinarq|u des
substruelions considrables. I.es jarlins sont dlu reste
encombrs de chapiteaux, de fragmenis, de co'onnes et
de belles piierres aux riclis moulures; il y avait L'videm-
ment l une luxueuse villa.
Parmi les gourbis de la meclia, on voit. une mason
romaine que les habitants onti appropriie a leur u lage
en y ajoutant une couverture en diss.
A l'est de Taihocasl, le dllil de lO iled-Slikra s'ouvre
dans une petite plane couverte d'anagyre oi bolis puant,









- 67 -


le !%j- Ed1-!)jIl, jles rle. Le palmniel' nain croit, a et l,
51F les s 1CIt t I ).: Iltcs tlu F IItL 2 s nmon ta'' lies






VLi O I SI Il eI~1
l. ;I>vn~r\nous1' nouI:~sprn 1Il. loe doceteur
ull i 5<: i*< iii H : S i''i'ii 'IMII %")li. le- Iures illill;iros






~-Ii'' <1II; IJiIi i1:~ ; 1 r ~1iI, ;ii-l:. les I)cK-l'111 i,is el luS
Il; I; (:\z;:i ; <:III loIiI;, 111 I ,:sI I II *o.j' ~;1i*;1 l
I ;ijili pub l:- i IIc etiir I.11 1 1i S hlih-ulii:. f avo'iri i(jS

12;iiii ilr~ .I' so:i ;iii, l;i IIi :. s IDell l-oiils eltdit










d ';loii il. u I ;:' li ciii Si i nIous rci' 11112 CIIU IIIQ4 M.I'iI l la ilroct[ioiil d u. lon
f~ Nffll pI*wile ar la 'a 1c.L de1Oe-cJu




Ens nll:i leu Ehin': cumin unelt I n snus ailn -les
Liiicl1 i le I ftCS ciuil do n iint clnstirin ti les

tien is niia: A ix LA une w rcii ri.r e, un leu Illus~l'




VuI eSiiflp'iait': triLC iIl.in'21'IiIIr~+3CC 'l'd.P~il'l~l FIIU l
110115 ;ire<)I s51. aun laied~ co'li d'o lon eu




descei'lr2 au de niild luaIlde la gorii suant un couir qul i,
t 'udcses I i s la \alles die L'Ie tom
E la ut l l'un al e l'aure est i nous [latisson rb dontr
gtles pi urre l)resi haleus quiitalonies ainles. rnc () e
Entireile- do e e jIte;u, le o sLecmb
Niblus ani(lles et,1v sur len plateuge, col (oit en'of]eu

descendr atr i l Firfni! (je lit grgho el suivant' our ce oulomm ir qtl'ui,
rvrslsrcudo C ufiues e b ibau.tll)








- 08 -


une porte d.lebut soutenue par une miiraille qui a t
restaure. Pi s de celle masse de rnannerie, qui a
rsist au temps, gisent de.1 Iron;ons dle colonies, des
chapiteaux, des morceaux de cornichles, orneimenis imu-
lils d'une place publique (!1 .
Ces ruines occupent l'empilacement de Calda don't le
nom a t trouv par M. Clierbonneau: (jeuio mt.tieiii
Caldeisi nii.
Cei exiplorateur a pass sous silence les ruines quli
couvrent le prolonuimeieit lerminial lu plateau; elles ne
manquent cependant pas d.l'intiii', ne serail-ce que par
leurs norlmbreux dolmens et par les ai hres sacrs qu'en-
tourentes cenaine des ce e de pots '5 pIl funMs. C'est la pointed
finale de ce prolo:lgeienlt, que la source tierimale sort du
roclher par Lrois ou q;llire ouvei\lures difllreiies, dans le
lit .le la iivire et au niveau des basses e;ux.
Pendant le travel du tiinbeau des Lollius la Meclila
Neliar, nous avons vainement cil-rclh les traces de la
voie romaine que M. ClierJ(onineiau a suivie jusque dans
la ncropole de Tildi, au nord de la ville; \oie qui,
d'aprs cet auteur, ne serail lpas plus de 1,:300 i mtres
de Calda 1.2). Oh allait celle voie?
Nous ne nous loignerons pas du lhaneg sans en dire
un mol, et sans parler ide la rencontre des deux rivires,
particularit la plus remarquable dui lieu. La valle de
l'Oued-Smend.t, large et assez rgulire, est aborde
oblliquement sur la rive ggauclie par un bou'rrelet mointa-
gneux qui vienti s'y teI iilineer. C'est l quest le con lli ent.

(1) Re,.c i; de X.. c. M1. 1863. I"'ouilles du K aneii---Tiddi, (Calda).
(2., J.,,.Nil d es .V. t! i1. 103. Fouilles duL KIhauc- cto, pages 173
et 183.









- C)9 -


En ce points, le Rlioumel, don't rien, ni de loin ni de prs,
ne dcle la presence, dbouche (ouit i coup entire deux
laingucs lie terre (lui le conduisent aI contre-sens de la
valle jusqu' l'Olued-Smendlou. La jonction des eaux,
rsulltanlt le I ( rvencon tre Ilcs deux courants opposs, a
un asi*cct si aiinriinal que liii croirait avoir devanl soi
une l.'i'ir cal ion dfe 'Oued-Smiendiou plutl que le confluent
dle Ceille i irc aiec l'OueI-RPlou:ne!.
V\'e du conillutrii, le Riouinel seuible sourdre au pied
des culeailx, llais nil le re ontanii t dei 1 qtuj elqie ,s cenltlines
de in on lui vil tire ul n Cicoiude Ibru'sque vers la
gauoiiile oi il se trouve de plus en plus encaiss il par dles
escarplemenls lonlt la liiati(cur 'a eroissanl. Si on le
re'inoile ncore, n linlit, i dans le hi in-;i. c,
enl i' les p:.ar is 'verlicaleC s d' t lle lir' liclc< ltr ile, o'l1uctlus5 ,
gig:linle quti (lli se p ulli silt 'i ciel oiI\l I'r i l'Ia\ers le
co3lur de la inoll agilne, jilsiqini l'ouvertl're oli (. Op se.
l.'l)ii?,l-.'_inelu doit i i'l lt'Oiu --illOU iiel aru pll r ir nnenti le
1Oil dl'On:,d-,'l-I\ei ir ; tiel s le pi,a :o. is ass-'z en aval du
conHilu.lenl pOU' prundre, sur la rivC aucll ie, le Cliel itin de
Milah.
Die loin en loin, quelques pierres roimiaines, quelques
ruiilleS attirent encore noiro atiltention ; Illis il pleult et
nlOuS nle pouv'ons nous ariroler. Nous revovonls 101eflois
en plassall, au-deli de l'VOued- K'lon, i parlir de lia borne
inillliaire diocllienno don't nIOus avons parl, des pieires
d'accoleiment, dj entire ues lors die noire passage ; elles
se suivent sans intleriluptioi sur une assez grande longueur,
conservant entire leur double line un rest de chatusse.
Ces traces, qui sont celles d'une voie romaine, dispa-









- 70 -


raissent aux abords de la valle de l'Oued-Milah, dans
laquelle on a trouv autrelois une borne milliaire don't
l'inscription est donne par MI. Lon Renier sous le
n0 2300 des Inscriptions llomaines dle I'.Alldrie.
Celle borne, qui porte le chilfre 1111, lixe le parcours
de la voie entire Milal et le conflcnlt de l'Oied-li'i on.
Les anciens itinraircs ne mentionnent, come passant
i Milali, que la grande voie de Constanline i Slil' et
donnent 15 miles pour la distance de Consiantine Milah.
Le chiffre VII de la borne de l'Oned-lK'on indiquant
exaclement la distance laquelle celle borne se Irouve
dle Milali, on peul prendi're le point qui il marque comnme
un repre certain. Si on relranclie 7 miles de la ,lislancc
lotale t5 miles, il resie 1- milles soit 27 kiloni res
pour la parlie comprise entire l'Oneid l-'lon et Conslanline.
Or, l'loignemenlt le ces deux points, mesur' ani compas
sur la care, tant ide YO kilomtres, si on n'eva:i'ue qu'
1 kilomire l'augmenlalin de l.e proven l inl dli ,lve-
loippeni.nt de la voie, on retroive le clilTre le '7 k-ilon,-
tres qui est exaclunienit cclii de laldislanlc, uIi dlil resler
d'aprs li'~n,'raie (I). Nons siiiiiiiLs idoniic pI I cri'ire
que la borne miilli;.ire le l'OI e.til ;il li, clie de l'i)ii d-
k1'ton et les restsis il d; cihaiss.'e qui ex l, nillt eill'te ces
deui x l'oints, ai,'pl rlenaielit la gl'iald,; vuie qui allait de
Consl.tlilii-C Selif en p:is;inl ipar M.ilali.
A oioIre 'etloer ,a Coil.;inilille, nnliIS l.l;lu enquis alpi -s
d( .MI. D )ii li s, i uinlii e d iislis din lelilps ci ;Ire', i1ies
itrav;aux dle coliilisa-iliii i d; sis la coilre, les V'.li'l (.qu'il
pouvait a\oir rllInai'

(1) UljUraire d'an







- 71


il nous assura qu'il existait, entire Ain-lerma et I'enm-
bouciire de I'Oued-Kl'on, sur plusieurs points dilTrents,
ldes traces certaines I l'une ancienne voie. .ellte assertion,
lqui venait ainsi lorlifier nuire hypothse, nous rendit
ldsireuix de vrifier le parcours que nous pouvions ds
lrs supposed i la voie romaine. Dans ce but, nous avons
fait dernirement le trajet de Constantine Milal eon
passant par Aii-Keriima, la ri\e auchlie (le l'Ouel-el-lKebir,
Ziloiunet-ul-l i~ i et I'OiuedJ- ililali, et voici ce que nous avons
rei iir qu i sur noire cleinii :
De Coins.laiine 'i Salilalbey, les Iraces de In voie s-onit
ceriaines sur une suite de points situs droile de la
route i ielle. Eire S;illi-bey ct 'Oned-el-Il-grat, on
voit, par ci plir li, enire la rolile e l le hlioumel, des
imoutvemnic is de terrain qui >onl peut-tre les resales d'une
ancienne ch.li;a ise.
Vers le I I ilomtre de la route de Miillli, la lhai-
leur d'.. la lmail ii t.Inl nii'i.e, il exisLe des ruins sur
une lulMn ii: cule iu aii.ei-,;-ile, qui s'rleiiil des bLords du
lllummin :mil jil'q aI.l s .. s de ai roule, o ,.I le se raccorde
aul\ l1 ics 1u Il liellalia.
A Iquelqules c il:iilies de i l il'es plus loin, on arrive
Fi'Oiited-el-.L l tll Ciilg l.I rive d nilclie, dpaitine, l iar nni
plil;i il;i |ir,.'. :iilte i e.ca lileui siiur lequel la \oie
r''iii;ii'ii a ; iilS e iiiile li.ce (lui cInsistll e en uin could ~
biiii iii;iri'ile (liie l'ni vuil suii r l:i ,l'ile i e la iroule d'Ain-
I aliial ;ipre iivoir ull'u ial le pullil. Un chemliin araile trs-
fr'iiliii'lli iq e noire Iiiilu liier, un iili,lne de Milah,
:lpille le I reic.,i l i/ 'lr ik i mlonte Ilci ce couloir et, con-
tinuaMit dans su directiuoi N-0, cCloiesu:cces.iveinLen le pied










de deux mamelons don't la surface est toute parseme de
pierres romaines. Le premier de ces mamelons est
13 kilomtres de Constantine vol d'oiseau ; le second
est 1,500 mntlies plus loin ; d'An-l erma on les aper-
oil 1 .000 mtres de distance du cte du N. et du N-E;
ils sont. figurs sur la carte au ,,,, de l'Etai-Major.
L'ltiiia ir ire' dl'.,An ,l in n'inlilqule aucune station entire
Cirta et Mi\l'iiim, iais la Table ,le Pl'nctinger en ,linne deux
don't ..lqaritll qu'elle place a miles (1 ;3,:)00 mtres)
de Cirla.
Des Irois iiine les que ri,- \'vi'l'ns de signanlr q, que',lle
est Celle qui ma iiji l'ei.nIlae lei 'ti d I aquI.aril 'lt ?
Lii p)i.illr. lii\' ; Ii l l' ni e 1:*i .e 1in. iisc rI' i iinll'll 1s lanill
(les resls I v. i ; 'es dle cl'III.-.-'e, la.I iil des ir '.'.s lplus



Ia[li-sament i -ol.
NuIs ; 'rrivons? ainsi, au confliini d~1e l'OI led- K'on, la
borne milliair e de Ziliunc-i.I1-Lli. C'e.st Ia:irlir de ce
point qu'il flaut reclreclier I':m[l>liace.'ment de Au'nitutriana,
la seconie des stalions inleriidiaires, que la Table /e
I'c tingii er placc 6I miles de :lilali.
La borne de Zilounet-el-'idi indiquant le. VIIl mille,
nous de\lions timber Il ou 1 ,50ll mitres ai-del sur
l'emplacement cliercli. .Mais la voie, don't les traces sont
Irs-.pparenles, s'infllcliit plus loin t delscendl, aprs
un parcours die ou 800 intres, dans l'estuaire de
'Ouel-l-le-Kebir oi loule trace disparait. La voice ne quillail
probablementi le board de la rivire que 'pour reinoniter la
v'alle de l'Oued-Milali.


- 72 -








- 73 -


A l'endroit o le lcemnin arabe, qui en suit le parcours,
quille la berge p Iour disparailre, celle-ci prsenite a droite
une minence couronlne par Lun vieux beiollnl et coulverle
le pierres romaiines grossirement lailles. En lace, bol-
dint le cl gaucle ilut chlemin, est un amas de gros eail-
loux lqui semibilent p'rovenir ,l'anciennles coistructionis.
L'i'll''ir a'atilC e ine nous11 perimlI't pas (e descenl're
jilsql' l'e ( nl ',111 iilr'.l i i l'Onii l-\lilail, m ais no ius cons-
I;llolns la jir.iei C i1 dl riliies. s lirOu l'tisit's suir l somimellll
dles liianlllnsl qui l doiinoileti la rivei' lroile lde ce course
il'eaul p's de son conillu:inl ,v,-c l'Ou ed-el-I'-llir.
Si 1nious n tiilsionis iriii dil.iis celle parie qu'u ne
seul le ruine dl e ql< l I e iIlIii'lir nce, ni1)us 11 rions i i la
p>'-renidre pl iir l'.,i|llir.mLntl ,le uitmii.rialna ; nu lieu
d111ie, 1 11il)ni S enii [Irii no s vlI,' ;iilSi si isii. iiiailles les unes
que les auuIt il s: de i l'iIncci'ili lde dians la(ii?,:lle nous
rc'..'is au sujet -le cdl etIui'd -l:einientl.
La pri'-s'.nci d ,e bornes nilliaires, les traces de voie,
la Coilli'tllialionl (111 sol et l': il. dllle (les r illneS SOlnl
autlant d'indices piosiil'ir doni lI'en se iblc quivaut, selon
1no1 s a u1 n pretlile natrielle. Et, bien que leS rsuliats
de notire dernire excursion ne soient. pas en tout point
saeisliisants, nous ne ,paitageons 1as inins l'opinion du
colonel Lapie qui, avec quelque raison sans doute, place
A'ulitiuriitua sur l'Oued-el-kelir. Consquetinient, n ius
croyonis lqe la 'voie romaine contol rnait au nord le pt
ilontoiagneux qu i spare Colsltanliine de Millh viltant
ainsi, sans grand dtour les urol'ondes dcoupures ou
coulenit l'Oiiedel-legral, l'Oucd-Iseb:; et l'Otied-l 'ton.
A. GOYT.













ADDITIONS AU MEMOIRE PRECEDENT






N 13S.
Dom;iine d(lu Val 'Or, ; l'Oio!-Alm'nia, rond-point
100 mtres du li;iln iii en dle Poi npianil s.
Estaripage dle M. I'abb N.,yron.
D M
P O M P EI1 A
MA TI' L LA
V- A- LXXX
II- S- E
N* 120.
Le BD irlierm-, au -23' kilo:nltr dle la route de Cons-
l;>n l inl ,. ; i '.
E.i;uniiia de M. I'abh. Neyron.
D M
h V CR
E T li

NVA- A
N :\A A
N VIX
LXXX
La lettre L de Lucre'ia laI lr'mc du Lambda.









75 -

No 130.
Fragment dIlcoivert par M. Sergent autour du Bordj-
Beidl. .Mu~de de Mil;.
......IS M ANIBVS
...... ANILIO- L- F- QVIR
...... MPER TRAO T
No 131.
Mila -- Copie de M. Soissi, interprte judiciaire.
I V L I A A N D A
NIA V A- LXXX
II- S- E-
N' 132.
Mila. Copie de M. Sirgenl.
SA LLVSTIA
1 A\ N \ A l 1 A
VIX- A" VI
11- S- E-
N' 133.
Iorne cylindriq'ue en caleire i r;1ilre. F'rme Peri i-
gll.I rivne g;iiclio I d- l'Oid-igrr t, au l e kil. dJi la
route Je Cuonrita; iic li .Mila.
............. D
VI SI".VEP Pli
F )i I\.\NTO
1 ) 1 1 A .. N T

......... SEVE
I V S ...........
P IVs ........
. ..... 0. ,


xilii (')









r- 76

Inin;rator (?osir dic S~everi nepos, dir~i .11flonini i nagn i
(ili/s, .Ilarcas .Alure1iu. Se~cr,. (A1lexandU.er) pins /?lix

pater palir nu.
1 a imibribus et rL us tale con!aps2m t conm powiib us

XIIII'

Sur la partie iflhiTtii' dc celle inscription qui est
enli'riierit mai ! on liagnus dc lcttres
guossueu'a~s duinc leumuriie dilIioi:iic.
No 1.31.
[',,int cylIindriq.ue cri calc2aire gristre, brisie son
tmeus s'mj,rieumr. -Fim Perru'ig'e, rive -gaumcIme (le
l'Owcd-b'c3m 'al, au 1'c kil. de la m nIc dle Consiantinc
M 1 a.
IM P C E [1)
VI M AI, NI1 ANTO
NINI FPil Fi LIVES I)i1
MI SVREVI VSE[>OS


['lyS... MAXIMVS
TfPBII3 fli-O)TEST'r Ci)...
SIG NA TVS -- P --
FE LICISSI' .
1 IN D VL ...........
INiiiVLii





iIi Voir Reoueil de Lon Renier, Lie 4409 et d410, Lrouvs Smendou
et El-Aroubh.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs