• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Title Page
 Liste generale des membres de la...
 Promenade archeologique dans les...
 Constantine avant la conquete...
 Recherches bibliographiques sur...
 Recueil d'inscriptions Lybico-...
 Constantine au xve siecle
 Inscriptions Puniques et Neo-Puniques...
 Lettre de M. A. Papier
 Notice sur une decouverte de statues...
 Silex ou Jaspes tailles descouverts...
 Inscriptions de La Mauritanie Setifienne...
 Les bains de Pompeianus
 Table of Contents
 Plates
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00012
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet,
L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00012
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

recueildesnotice19cons ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Liste generale des membres de la societe
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Promenade archeologique dans les environs de Tebessa
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Constantine avant la conquete Francaise
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Recherches bibliographiques sur Karthage
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 100a
        Page 100b
        Page 100c
        Page 100d
        Page 101
        Page 102
        Page 102a
        Page 102b
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
    Recueil d'inscriptions Lybico-Berberes
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
    Constantine au xve siecle
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
    Inscriptions Puniques et Neo-Puniques de Constantine
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
    Lettre de M. A. Papier
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 288a
        Page 288b
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
    Notice sur une decouverte de statues en marbre
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 304a
        Page 304b
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
    Silex ou Jaspes tailles descouverts au puits de Bir-En-Nsa
        Page 309
        Page 310
        Page 310a
        Page 310b
        Page 311
        Page 312
    Inscriptions de La Mauritanie Setifienne et de la Numidie
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
    Les bains de Pompeianus
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
    Table of Contents
        Page 459
        Page 460
    Plates
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
    Back Cover
        Page 499
        Page 500
Full Text














"Ii"'"


nuii


w.


UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES








/8 5


......... ...



















i*:i NjI~;MOInEs


SOCIETY ARCHOLOGIQUE


l[:il:.\lITI'I, l:T I Cl-: OINSTANTINIE


n()TICVS















































L
,. '* CONSTANTINE. TYPOGRAPIllE L. ARNOLET, AI). IRAllAM, SUCC.


... ^l










RECUEIL
rlES


NOTICES


ET MMOIRES


ii: ..\A


At ICH iOLOG I- I


DPARTEMENT DE CONSTANTINE


!>~ \'<>I~L1i~1E I>E L I)EUNIE~1E


s I.: n I 1-


DIX-NEUVIEME VOLUME DE LA COLLECTION


1878


*il ir~


Imprimerie L.


ONS'TANTIN E
ARNOLET, Ad.


BRAHAM,


ImA. 1:11
Jill:lit)AN, L.i iin iiir-.i ii ii
l'l.iri lih l 11iin .-i\ i'nii' il


succ.


L'A ItI%
.II.\I.L.\.lEI. 'i, l if ii
:. roiii ., i.-'ili


s' ll 1I l'
oc"] ilk





















s-


17 i


f


,, I /P
i.













LISTE GENERAL DES MEMBRES DE LA SOCITE




il II :II:NIS% IIOONlX.'llInI

1MM. l-'im;GEMolI. lE los'rT ui:N.\inl I. .-', DEnrail Je ilivi-
..ion, coiiiiniindan iia Division de Constal nine.
i;. U;t.u\x, pr elt du Dli p rle' c enil .
.\". maire de Consta ntine.



Composition du Bureau pour 1879


sl'ei. nl tll .
Ie I';,'e-Ir",id Ll :

'e 1 i"; -" trsiid.i :"
.S irriure :
. rrelifir -.ldfi.ul :
Ir/* r'iifr :


M. POULLE.
M1. MEnIcElt.
M1. FRIN.
M. .I ULLIEN.
M1. AnGUEI..
M1. ClI.UICI :.


Commission des manuscrits

.'M1 I'OULLE, l'rJsilei
Mi :RIciEi:.
l'ONT.
llP: COULA. E...












MEMI3kERS JIONOBALIRES


1866 M.M.

18tiC


lS6'j.

18i(34


Cll.\IOUILLET, COnserv'ateur (des antiques i la
libliotlliCque national, secrtaire lde a sec-
tion d'arcleologic du Comit des travaux
historiques des Socits savants.
C!iEULY, C ?k, glnerail c d division.
D)EsvAUX, G. 0 g, gnral de division.
)i)LAUimunii (1E.), prolesscur i I'Ecole nalionale
des Langii es orientales.
II'.NIE:]' (.Lon), i cm brc eI l'ins 1 titut,
adn inii straltur d(e la l1illiolIeluic de la
Sorbonne.




MEMBIRES TITULAIES


S1877 131M Ai(UEL, bibiotli cai re le la ville, i Con0 -
lanline.
1879 lUn.AisM (Adolplie;, s, iiiiprinieur-libraire, it
Constantine.
"1872 J)lrNON, O colonel du Gnie, i Molnpellier.
1874 IolissiRi:RE, inspeclteir d'Acadml ie, 1 Nancv.
'18064 C(.X n I., grand rabl)in, h Alger.
1 870 C 1;;ONNE'L, dessinateln, h Constatlinc.
'1875 CECC.\LDI, notaire, h Constantine.


1877


UIIAILLOLJ, Cinuuuussau CiVil CII eI
Orlans.









185I C. Il. .,..m : (A.), liluraire-ediLeur, i l'aris.
1l8 0,I .11m m.I :, inotairle, i Consltantine.
1877 COIJL.NGES (iDE), inspecteur dui Crdit foncier,
;' Consitantine.
187:. I.t.AOLi.LES, nadjoint l'Intendance, au Ilivre.
1 '75 I)oNi :it, l clhef le bataillon .i la Lgion
cirn',I g 're, l'iar't.
1 7. I u.ouI;, ex-lieutenant d'inl'anterie, ;'i Cons-
Li ari nec.
1877 I-oncioi.i, avocat, 'i Constantine.
18,77 FiNi',, iispecCeuir d'Acadmie, i Consiantine.
1,'.I GIII.LOTTE, ., avocat-dfenseur, Constantine.
1878 .uEnnEiiI;, @:-, caipitaine, chef du Bureau suih-
divisioinnaire des an'iaires ind.ig'nces, i
Constantine.
1878 IIH'..NN, lieutenant attach aux afiaires inli-
genes, it I'edj-31ezala.
187.1 IlINGL.LA (U.), principal du Collge mixte de
Constantine.
18.(; .IOFFitE, ;nicie, i na'I istl'ra Con.itanlinC.
187I1 J.I.II:N. lieutenant aun i rgimieni de Tirail-
leurs anigriens, ;i Constantine.
I87.' I,.AU[V, attacl aux Arcliives nationals de
l'ra nce.
I 77 I.A.UticiiESSE, conservaleur des ItypothiljucS,
a Constantine.
i85;' LEIItI:z, *, ingnieur en cihef des Ponts e
Chausses, i Constantine.
187 I.ucl.\I, d idministirnteir de la commune ne mixic
l'Aun-31'Iila.









I1878 il'Iacitct,Cntt
-1 871t. M E1STER, a 'Clil(Oett diOCeSailii, Oal
1807 MinCiFi -- ( E. -., i ntcrprtc- 1 rad ucten r m-si-*r-
inont, il Constanline.
I5; SlM EUIIS, Ii'cliii c Ic cn cIficI, oli L,
Aix.
1858 ou O ,coloniel dii Gnie, ( Constantinc.
1874 MOU.LAN, *.., nie d'escadron d'it-n
AXrras.
1 7- NYE.ViON, Cliv, 'u~-\I ll l
I 878 I'.uiii chef, du Scrvice des lahan. h I tii.
I ,O > clicf o d batlailloii cn eL r:i Le.
correspondent dlitu( Ministre de 1,1n I is[ rc iont
puIbliqueI pour les raaxhistoriques, il
m teill

Subdidvision, il A loceux
1 7 lieoutcnant-colonel cousu il gnralI
(lo S. M. IBri tann ique, I Alger.
I1879 1>oivRE, av'ocal-dlInsourn, h ge.psdn
du Coisci -I niral (lc Conistnaitilne.
867I'oi', ij, capilaino, directeur dk'isiuunaiVc
dles afifiiros indignos, Olficior d'Acadmie.
Constantine.
'lI 8Pou. e, iiinspccteur (les Doniaill, curueScpuui-
pourv les travaux Iustoriqucs, Ol'iiceu d'Aca-
luuic, i Consianli nc.
i 81jf.u .\MiVi'i:n1 cu ti(lc 8-lif.
I 879 RlX'il.irr, p.oliuiiie. 8 'i, avenue ide \Vaguau'









la .01i111uI-





I ~ ~ ''7'' u\ :i Iii: IIE.IUllcm; .I;III ii'o3idcii mli, Ic'l'
I~ mt>Iicii~~ ,IScS i , Constantine











1S7I dit


I Sr:'CI,.: mmEoi.i (Isi'Eat, Ciii les CiJiviiiUqu1m2-
al la il.n )

idu Ii (IACi -L I IISSCs de Iil" I









i87~ l~DuTcaplai'OIeU d' hlAt-nIjOr.

I ~~l'.ll-CUITIIE[:.N\ 'locietr, ~iirec[ci de h I~ ;m:rii'

i l01)os5\Nxior 'le baron)'~i', C d3ai'e -il-
visio n.
I ~ii: :(mNV. C.I1 gneaI di'1Lillmeic.
I:J~GLm;u; ~,SLI PE), CalilJiaflcCIuIIi
fln aw d e Chasseurs LVAi iq.
i ~~ I;uossLUP, ancien prAm:, i [airis.
I ~~(j fJ.iiA.ssi:n, Ju'les gom&tre, ~ Ani-M'iiia.

die l'Islituih pi ICser e'espcial(-
misLaalies or iel[a les vu' il s: I~ Pr--










1877 DAlIMIts lDE CACHAI.;, Iprul'essCe r, I Bruxelles.
1800 I)ELOCIIE, ch, cliei' de bu rtca au Ministre des
travaux publics.
'1866( l)E\uL 0 clief' de balaillon du Gnie.
18(i 2 I)NANTr (Ilenri, lioimiime de lettres, i
Genve.
1861) IuvEYRIE, (llHenri, ,secreaire de la Socilt
dle gogri plic, Paris.
1868 IAiDIiEnlE, C S, gnral de division, sn;ateulr.
1878 FKAInES, lieutenant, adjoint an bIureau des
affaires indignes, Sonk-Alhras.
185; Fl, tixuD (L.-C.), 0 .,, Oflicier de l'instruction
publique, correspondent dtl Ministre de
l'Instruction publique pour les travaux lis-
loriques, consul gnral (le France, a; Tri-
poli.
18(i I8 noci.Eu. ancient conservateCur-aldjoint des
Muses nationaux, il Paris.
S18.s G.ASNAUIl', hiommes de lettres, au clhiteacn dle
Liiuyes, prs de Tours.
1858 GCINS:un;i missionnaire evanglique, Mo-
gador.
187/ Govr (Augustin,, gomtre.
1860U in Eiolis, 0 :, ancient secrtaire du Comit
de sant des armes.
185 IAkI,~Mlnouni., , inspected r gnral des pri-
sons, Paris.
1 I-7i IEI::ON D.: VILLEI'OSS attacl an Muse
du Louvre.
1i ;8 ,Io Enr'r, ,juge, at (Iran,











dIc (:lasscuiuis ul'i\triic, :.licF'
1I S7> LN.. (u' iic ic (le lWolo, I1alercIi.
i X71) I ETOU-Ni~ N *ux i:Osl Ci' la Conur d'appce
'i e Ie\ a -ill ilo ) c.



I S~ I I:c.E:r c I ..,', ii ndccaj,ci e'ic
$ \'l;lie-sr ilion (Vosges).
I .> 5 I TCHi i. il, csivalcT u e( tics torts, cii Ic*-

I S fi!) aI vou, ti OLIU IlIA lill l.
1 87.3 -.NIN.CI ,csilugnr'a 1 maire (le

1 i;2 Ci i.\ i.., !. COIi'nan a u d i Gtncie.
I 7!.1 MI.\ .i u n' i. pi-opri' taiic, i \ngotili
1 S78 1.\ S u I1;.\ v profe o csseur dhliistoire au Ilyce
VAl '.e I Ci
IlNIJ ML ULEM.NS, liCI'iiiii'2dc lettres, a iUUiWIIcllc [
Iuix, 'C)apitaine au 3c rgimen t decl ou-
VeS, Chief dui bumreau (lcs aff'airecs indignesz

1 S79. M i,itiii:Ns >: w., dciii'tc'a n (la l
coinmm mixtedcCtcun--Iiic!
1 ,)7 (J. MAC-(.\ iTM" Y, conerv~atcur, (lc lal)bi-
Ilicthqume L cii iuisuc d'AlgrC'.
I 7:' (i ", (eiii I'listi'ticoii pli-
I'lmjue, iii3decin-inajor au 3~rginiclut du-

1 ~ Ii:'u\, :rcliccic dui Serv~ice des IlMtInlcII[
ctv il, m retraite, ci Marseille.










187)0 IOUSSET, emlplovy dls lont., et Ilhaussees, a
An- Bcd a.
187 I-oY, agent consulaire, ani \cl' (Tuniisie).
1856 SACiIOT (Octave), avocat.
187;, SAINTE-3MAIIE (I ICOT DE cInIlsII !e FrancU.
Uiagusc.
1870 SAURETPi', sons-iiispectciu des l)onainnes, Aix.
1878 SEIGENT, *, administrator (1e la commune
mixte de Mila.
I iC' VA. SSETTES, ancieii iiitlcrpr) e- i;iaducl,~;i ;(s-
scrmen t.
' 18& ^ VIVIEZ, directeiur des iLonuitiaie, i l'ai.
1878 \VEIILL, grand rabbin, Tlleiccen.
180'' VANVILLE (D'), colonel.
1868 ZOTENIERG, attachl la Bibliothj',e IIati.nalt.



SOC E'TES COIl ESPONDANTES

\EN. Socit d'agricuiture, sciences et arts.
.\xI. Acadmie des sciences, agriculture, arts i Iellte-
lettres.
\LI;LI;. Socit liistoriqc e.
Id. Socit de climatologie algrienile.
.\AMIEN, Socit mdicale.
Id. Socit des Antiquaires de Picardie.
Id. Confrence littraire et scientilique (le l'icardie.
.\sNtis. Socit acadmique de Maine-et-Loice.
.\scouim;OUiIE. Socit archologique ct historique 1Ie la
Clharente.
.\i zsnl. Socit Florinoitiane.
.\UTI'N - So0 i t" 'd ( il le.










\\ '.LLO. S- O. i.l d 1" 1luI d .'-.
\\'ESNI';S. Soci -, irciologique de l'r'rondisseineiii.
.\U.EInl:1:. Sociti ~l des science' historiques mt natiiri ,-
0 l' oli ne.
I;I. -LE-l C. -- SciCiI l" Iles IClircs, sciences et aLs.
IF. IN!:. nit," ul':' l '.l,''.'ol,'io Il'histoir e o lit '-
rature.
li',AUJAIS. Socit acadmique d'archologic, science '
et arts di dpartement de l'Oise.
lBIERS. Socit archologique, scientiqule t litt'raire.
IONE. Acadlmic d'llipplone.
BORDEAUX. Sociti archologique.
Id. Socit de gographie commercial.
ioURG;ES. Socit hisiorique, littraire et nar.istiqie d Cher.
LBREST. Socit acadmique.
CAEN. Socit d(es Antiquaires de Normandie.
itANNEs. Socit des sciences naturelles et historiques,
des lettres et des beaux-arts de Cannes ei
de l'arrondissement de Grasse.
CASTRES. Commission des Antiquits dii Tarn e.t de
Castres.
I .\.Mr r::tl -- Soci[l savoisie:.nnl, d'histoire et d'archo-
logie.
Il. .\cadmie des sciences, lettres et arts dle
Sav'oio.
C.i:.TAiU-Tl'.l nrv. Soci6t Iisiorique et archologique.
D.x. Socidil d1, Borda.
DnAGIIGcNAN. Socit d'tudes scientifiques et archo-
logiques.
PINAL. SociI'." d'mulation des Vosges.











GUeET. Socit des sciences naturelles et archolo-
giques de la Creuse.
L,.NGRES. Socit historique et archologique.
L ON. Socit acadmique.
LILLE,. Socit des arts et d'agricnllure.
LIMOGES. -- Socitl arclolo'0iqule t uilistoriique d(11 Il-
mousin.
LYN. Socit lde gographie.
Id. Socit littraire, historique et arclhologique.
Id. Acadmie des sciences, belles-lcttres et arts.
3,\Ns (le). Socit historique et arclhologique lu
Maine.
MARSEILLE. Socit de statistique.
Id. Socit des Amis.des aris.
MIE,UN. Socit d'archologie du dpartement de Seinc-
et-larnc.
MIONTAUIAN. -- Socit archologiquee de Tarn-et-Caronne.
MloNTBLIARD. Socit d'mulation.
NANCy. Acadmic de Stanislas.
d. Socit d'archiologie lorraine ci. du mniso
historique lorrain.
Id. Socit de gographie de l'Est.
NANTES. Socit d'archologie.
NARBoNNE. Commission archologique.
NicI. Socit de littraturc, sciences et. arts des Alpes-
Maritimes.
NIMES. Acadmie du Gard.
OmnLANS. Socit archologique de l'Orlanais.
PAIIS. Institut de France.
Id. Socit arclologique.
1d. Socit national dles Antiquaires de France.










Id. Socit d'eltnogra|ilie orientale et a;n,"ric:iine.
lil. Socit; tle gcograplie.
1ld. Soc iif Irnlinise idi iln Imismntiqne a iI l':ir-
clil ilologic.
Ill. I;,ii mit rl]';ciiclolol ie c inL-riii:iin,*.
Id1. Soci l I i )I)ilotccl iniq i e.
IlI. .Socit il'antlliropologie.
il. Soci,-t')t biblio;,grnii lii( ,,ie.
Idl. I iilicnlciir ;i'arcliologirlui-.
I'Errir.N.\N. Socictc ag: ricole, scientili|lue et li(l '-r;ire.
I'ITIEI;s. Sociil Iis A' ilq ai(lir s I'ONT-A.-.\Mouss'N. Soci'it liilotecl>niq ue.
It.li:OUILI.ET. SoETci't icilliologiqt(le.
IEI.,IS. Aca,'I mic national.
li-:NNEs. S'ocieit ;i, rcli"ologiqc; ue n dii flparlentoenit l'i,--
el-\'ilaine.
fiODi-:z. Socilt es letlrcs, sciences et arts de l'Avevon.
IlouEN.- Coiniission des a ntiquils d le laSeinc-Inf'rienrI.
SAINT-HRIEUC. ocielit,' I cl'iiilnlaion des C,'les-diln- Nor l.
SAINT- -O ElI. Sociclt des .Aniqul aires i : In .la Mrinie.
S.A. T1-QUEr'NT N. Socilt acaIlmique dles sciences. ;aris
et lelles-lettres.
SEN. -: Sociit ai'cl ilologiq ne.
SoissoNs. Socilt arclihologique, liistoriqule et sicnii-
lique.
'ouLON. Socit acatlmique du Var.
TOULOusE. \cadlmie des sciences, inscriptions et liel-
Ics-les-letires.
Id. Socit d'arcliologic du Midi de la France.
Touns. Socit archologique de Touraine.
ll. Socitli' d'agriculture, sciences, arts et belles-
lettres du dliarlement d'Indrc-elt-l oire.











VALENCIENNES. Socit d'agriculture, sciences :tL arts.
VANNES. Scit polymatlhique du Morbihan.



ALSACE-LonI[;A.\IE Socit d'archologie et d'histoire i1,:
la Moselle, i Mleiz.
Id. Socit pour la conservation (les mo-
numents historiques de l'Alsace,
Strasbourg.
.\NGLE'TERE. Socit des Antiquaires de Londres.
AUTRICHE. Socit impriale de gographie de Vienni.
IGYPTE. Institut gyptien, Alexandrie.
Id. Socit klidiviale de gographie du Caire.
KTATS-UNIS D'ANIERIOIJE. Muse Peabody d'archologie
et d'ethnographie amri-
caines de Cambridge.
i1. Institut Smithsonien de Wa-
shington.
I1. Commission d'inspection go-
logique des Etats-Unis (d-
partement de l'Intrieur), i
Washington.
Id. Socit historique de l'Eltat
du Kansas, Topeka.
ITALIE. Institut archologique d'Allemagne, Rome.
Id. Ecole franaise de Rome.
.Nonvii:E. Universit royale de Norvge, Christiania.
Russi:E. Commission impriale archologique, Saint-
Pletrshourg.












PROMENADE ARCHItOLOGIQUE
1R0 M 1 N AI E A1 1. C l'OC

LDANS

LES ENVIRONS DE TBESSA (i)

l'A R

M. le capitaine L. de BOSREDON







La zne qui s'tend au sud lde T'bessa, dans laquelle
i ne rencontre anjourd'llui (ique quelques tentes parses
de rares cultures, tait occupe du temps des Romains
r' uneo population agricole Itrs-dense, ainsi que l'atteste
quantit considerable ,le ruines don't le sol est jonch.
De nombreuses routes sillonnaient cette parties des
auts plateaux, se dirigeant, les unes vers l'Ouest, les
iires ;i travers la Tunisie, d'auties enfin vers le Sud
isque dans le Sahara.
Nons gallons, dans cette second excursion, que nous
vons cu la bonne fortrtne (le laire en majeure parties en
ompagnie de notre confrre et ami M. Iron de Ville-
)sse, les passer successivement en revue. Prenons d'abord
i grande voice stratigique'qui format une immense cCin-
are autour des Aures et reliait Tbessa Lambse en


(1) Voir le Recuell de 1876-1877.










passant par le sud des Zibans. Elle se dveloppait sur
une longueur de 312 miles et descendait dans le Sahara
jusqu'au-dessous de l'oasis de Ngrine. De Besseriani, la
line stratgique se prolongeait vers l'Est jusqu' Gabs,
par Nefta et Telmine. Les commandants de cette frontire
sud avaient leurs quarters gnraux Telmine, Nefta,
Bades, Mlili et Tubna, ainsi que l'indique la Notice des
dignits, dans laquelle ils sont dsigns sous le titre de
Propositi limitanel.
La carte de Peutinger donne les renseignements sui-
vants sur la parties de cette role qui reliait Tlieveste
Badias :
miles kil.


Theveste . . . .
Ubaza Castellum.. ...
Ad Majors . . .
Ad Medias . . . .
1nrli n


59
45
2 8


. . 87k500
S. .66.500
. . 41.500
07 nan


La seule station mentionne entire Theveste et Ad
Majores, c'est--dire sur un parcours de 154 kilomtres,
est Ubaza Castellum, don't l'emplacement est encore in-
connu et don't il serait intressant de rechercher la situa-
tion probable.
La position de ce point par rapport a Thelepte (Fe-
riahna) est indique dans l'itinraire suivant de Peutinger,
allant (le Capsa Ad Majores :


miles
Capsa col . . .
Vico Gemellas ... . . 4
Tlelepte . . ... 20
Ubaza Castellum . 20
Ad Majors. ..... .45


36
. . 30
.. 9.500
. 29.500
. 66.500







C)


Ainsi Ubaza Castellurn se trouvait, d'aprs la Table,
A 871500 de Tbessa, G66500 de Besscriani cl 91500 de
Firialina.
Ces renseignemenis pris, cherchons la direction que
devait suivre la voie romaine. Elle passait certainement
par le col de Tenoucla et de l descendait vers le Sud,
soit par Bir-el-Ater, soit par l'Oued-el-Mechera, les deux
seuls passages qui donnent accs, du ct de l'Est, dans
le Saliara. Nous gallons parcourir d'abord la route la plus
oriental, qui conduit Nefta et don't un embranchement,
partant de Bir-el-Ater, pouvait aboutir Besseriani.
ROUTE DE T'IDESSA. A BESSERINI PAR BIR-EL-ATER
Une voice ferre, trs-apparente son dbut et don't le
trac est indiqu d'une faon certain sur un parcours de
k3 kilomtres, reliait Tclhssa i Bir-Ourn-Ali. Elle avait
son point de dpart, ainsi que la route de Carthage, au
Nord-Est de la ville. Elle tournait brusquement l'Est,
puis insensiblement vers le Sud dans la direction du col
de Tenoucla. Sa chausse, lgrement convexe, av;it une
larger de 3m50; elle tait recouverte d'un pavage form
de moellons non quarris et de grosseurs ingales. En
pntrant dans le col, elle traversait le ravin sur un pont
d'une seule arche qui est encore debout.
A la sortie du col, elle longeait une petite ruine, au
milieu de laquelle nous avons copi, sur un d d'autel,
la ddicace suivante, d'un habitant de Tbessa Mercure :
MERCV IO
AVG SACRVMi
L CORDIVSCFPAP
TilEVESTINVS
V. S. L. A.








- 4-


De Tenoucla, la route continuait sa direction vers le
Sud en passant par les ruines de Zerezia, El-Maz, El-
Gamra, El-Guiz. Elle est en relief sur le sol, prs de
cette dernire ruine, pendant prs de deux kilomtres. .
Entre El-Maz et EI-Gamra se voient, du ct de l'Ouest,
les ruines d'El-Ma-El-Abiod qui couvrent le sommet d'un


mamelon. Nous avons relev
tumulaires don't nous donnons


D. M1.


ANNEV
S FORTV
NATVS F
ECIT TV
MIVLVM
VXORI
SVAED
VLCISSI
MAETIT
OIIM VI
XIT ANNI
S XXXX


D. M. S.


DATI V A
VAN
III M X
CALLIP
PVS FI
LIAE
D VLC
ISSIM
E FEC
11. S. E.


lI plusieurs inscriptions
ci-dessous la copie :


D. M. S.


CREPER
IA ROGATA
PIA MATER
VIX A LII
IIFF
II. S. E.


D. M. S.


PASSINICVS
PIVS ",'VIXIT
ANNIS 7 XXXIII
II. S. E


D. M. S.


AELIA MAIOR
V A XXVIII M V
FL SECVNDVS CO
IVGI KARISSIME
FECIT II. S. E.


D. M3. S.


FILAVIVS D
ONATVS PI
VS PATER V
A LXV Il F F
1II. S. E


(1) Le signed separatlf est un ccur dans l'original (N. de la R.).







-5-


I). M1. S.


M.IELLINA V
A III M1 X FI,
S E C V N D V S
FILIE FEI
II. S. E.
9.
1). M. S.
POSTIMI FELIX
VIXIT ANNIS
I. XXXXI FICE


I). M. S.


IVLIVS EMEBI
TVS VIXIT ANN
SIS LXXXV
II. S. E.


AR VN TIA
SATVININA
V A XXXLV...
VS LELITA
KARI
SIMEP II. S. E.


Toutes ces inscriptions figurent sur des pierres en
forme d'autel. Elles sont assez bien graves, mais les A
ne sont pas bairrs.
Les trois suivantes se trouvent sur des cippes cintrs
dte former commune, en calcaire gris :
II. 12.


DIIS NM. S.


1). M. S.


A.\..........
IVLI.\ V A
LXXXV SEC
VNIDVS FEC'
IVLIAINVS FI
LL 1 ATII k
ARISSIME FE
C ERV NTI O


LV CI VS
ATELLII'S VIX
ANIS LVCI E
.MEIHITS Pl0
. .MO...NI
M. ETVS
....SVSF








-6 -


14.
1). 1. S.


IIIVS PI .........
VS FORT........
ATVS PI.........
VIXIT AN
ST LV II. S. E
FILIP P P F(1)


OCTAVI
VS MAR
TIALIS VIX
AN LXXXV
11. S. E.
OCTAVIA
SAPII. ..
CAPATRI
P .......


Les caractres sont mal dessins, les L prennent sou-
vent la forme du lambda.
Les deux inscriptions qui suivent proviennent de Ilen-
chir-bou-Seba (1) :


D. M. F.


C. IVLI. DONATI
SACERDOS SA
TVRNI. VIX1T ANN
S. LIII. FIICIIRVNT
IlllRIlDIIS iVLI
DONATI ET CONS
.......... M B .


IVLIAE MAIO
RIMATRI KA
RISSIME VA
LXXI IVLI SECV
RVS MIL COli Il
AMIORVM P. M. B.


No 15. Stle en calcaire blanc, leve sur les cendres
d'un prtre de Saturne. Dans la dernire inoiti de l'ins-
cription, les E sont remplacs par deux I.

(1) Les signes sparatifs sont des coeurs (N. de la R.)
(2) Voir le Recueil de 1874, page 67.







-7-


No -16. Nous voyons ici mentionne la deuxime
coliorle dess Aniormi ? qui nous tait encore inconnue (I).
revenons sir la voi n o don nous nous sommes un ins-
lant carti s. En arrivant pres de I'lliclnhiir-EI-Giiz, nous


idcouvrons sur le bord de
li;iires a moitli enterres.
les in'scrilpions qui suivent,


la route quelques bornes mil-
Nois parve'nons a dchiffrcr
bien dtriores par le temps :


......IN .....
...Al......
.. M A X 1 ......
..PIOFEL...

XXI


1IM DN
COS'I'A NTI'l NO
M A CXIMO
VICTORISEM
PEPR AVG
lBiON 0 Pl P N A
l'TO PN
TO


.......... A V I
......... NO
...........N O
.........S S I
......... A R I 1


XXII


Les lettres, de deux centim tres seulement de hauteur,
sont girossiremient grraves; les A ne sont pas barrs.
I.c nombre deI miles est indliqun par des cliiffres de
cinq centimtres de hauteur.
Une seule de ces inscrilpions est comlplte; elle indi-
que que cette voie i lt construite sous le rgne de
Constantin Ier, par consquent au commencement du
ive sicle.

Il) Nous connaissons la colors I Ilaniiornm Sagiiln iorumi, qui avail des
canloninmii cnls en Angleterre. (Orclli-Ilenziin, no 5101).
Il est i reinarquer ique 1 dle losiedoun cli. 11 AMIOI1 VM, sans Il;
est-il hliil sr qlu Il soit suiniioi il d'un Itrait horiz.onital?
La dilTfriKnce d'orlliolgra|ple du nom a, idu rest, enii d'iiiporlance.
(I de la Il.)








- 8-


M. Moll signal en cet endroit une pierre milliaire qui
ferait remonter la construction (le cette route au rgne
de Trajan (1). Nous ne l'avons pas retrouve. Les indica-
tions fournies par les bornes que nous avons dcouvertes
ne nous permettent pas de placer l'tablissement de cette
voie une poque antrieure i Constantin. Elle serait
par consquent postrieure celle don't il est fait mention
dans la Table de Peutinger, rdige, suivant Mannert, vers
l'anne 230.
Les ruines d'lI-Guiz mritent que nous nous y arrtio.ns
un instant. Elles intressent non-seulement par leur
tendue, mais encore par les beaux rests d'difices que
l'on y voit. Sur une pierre en former d'autel, au-dessous
d'un monogramme en relief, nous trouvons l'invocation
suivante :

ADFElrTE DOM3
M \ND'VM SA
CRIFI CIVM
ADFERTE DM
PATRI AE
GENTIVM\

Les lettres, assez profondment graves, ont 0107 de
haiteur.
Dans la ncropole, au milieu d'inscriptions coniple-
ment illisibles, nous copions sur des cippes s ls deux
suivantes :


(I) Mlniohre hislorique el archologlque sur Tbessa, page I1.







-9-


SIBVA Vil FELICISSI M
ERMA NI V 1XIT AN
V I X IT VI11 VENiI lIA
ANI S ALVMNE SV
c X AE P OSVIT
D. M. S.

La premiere indique un centenaire; la second est un
affectueux souvenir d'une nourrice i l'enfant qu'elle avait
autrefois allait.
Nous remarquons encore un puits trs-bien conserv
et plusieurs bassins trs-peu dtriors.
1)'EI-Guiz, la voice se continuait par la valle de Bcrze-
gan, a travers les ruines d'El-Falta, El-Aria, Mergucb-
Tebessi, Soumat-EI-Koneg (1) et une fonle d'tablisse-
ments isols qui, par leur nombre et leur importance,
donnent une liaute ide dle la faon don't les Romains
avaient colonis le pays.
La region qui s'tend le long de la frontire, de Te-
noucla 13ir-Oum-Ali, est couverte de belles forts,
croissant sur des pentes trs-doinces et coupes par
d'troites valles, oit se rencontrent de trs-jolis sites. La
plane est forme d'une paisse couche d'alluvion, qui
serait d'une trs-grande fertilit si elle tait plus arrose.
L'eau cependant ne fait pas absol ment dfaut; elle
existed en quantity considerable dans le sons-sol une
trs-faible profondeur. Les PRomna;ins y avaient creus des
puits nombreux que l'on retrouve en divers endroits,
notamment dans s s ruines Bouaba, EI-Oust, EI-Guiz, Bir-


(I) Voir le lccticil de 1873-187.1, page 54.







- 40 -


Oum-Ali, Sbakia, Bir-El-Ater. Les sources ne sont pas
rares non plus dans la parties boise.
Bin-OUM-ALI. Les ruines d'Oum-Ali sont situes au
point de jonction des valles de Berzegan et de Garet en
Nam, entire les dernires pentes des montagnes de Bou-
Kafer et de Safsaf. Elles occupent une position important
au point de vue stratgique et paraissent tre les restes
d'un tablissement militaire. Nous y avons relev, sur les
dbris d'lgants monuments, deux inscriptions qui ten-
draient prouver que la garde de ce passage tait confie
la premiere cohorte Chalsidensis.
IM P...........
COS II

COII I CHALCID.EQ
C. MIAESIO PICATIANO
LEG.AVGVSTORPR.PR.
Cette inscription doit tre rapproche de celle que
nous avons dj signale au mme endroit et dans laquelle
figure un prfet de la mme cohorte (1). Les lettres de
0'"05, trs-purement graves, suri un bloc rectangulaire
de calcaire blanc, sont encadres par une moulure. La
premiere parties a t martele; on ne distingue plus que
quelques lettres des deux premieres lines. Les lettres 1
et D de CIIALCID sont lies.
CS
Ces deux lettres isoles sont places sur le milieu de
la gorge de la corniche qui ornait sans doute la pierre


(1) Voir le Recueil de 1874, page 64.







- I1 -


lpricdenitc; car nous l'avons trouve ct et nous avons
constat qu'elle s'y adaptait parfaitement.



I ISCI LINE:
M ILITAR
Ce fragment a t relev sur une pierre semblable
la prcdente. La parties suprieure qui manque a t
enleve au ciseau. Les lettres, d'excellente facture, ont
O'm07 de hauteur.
Une inscription trouve Rome (Orelli no 6782) men-
tionne une cohorte Chalcidensis qui servait en Afrique.
L'indication de prima que nous voyons ici prouve qu'il
y en avait plusieurs.
Les ruines d'Oum-Ali sont domines du ct Sud par
un mamelon rocheux, don't la silhouette leve prsente
la forme d'un tronc de pyramid quadrangulaire. La table
suprieure a une longueur de 200 mtres et une larger
moyenne de 80 mtres. Elle est couverte de dbris de
constructions, aUxquels sont mls des fragments de
colonnes et de chapiteaux. Deux citernes, semblables pour
leur forme aux silos des arabes, sont creuses dans le roc.
Ce plateau tait naturellement dispos pour un post de
defense et d'observation.
Nous n'y avons cependant remarqu aucun res.e d'ou-
vrage fortifi.
Les cavits naturelles qui se trouvent entire les diff-
rentes couches de rockers servent d'habitation une
espce de rongeur connu dans le pays sous le nom de
Goundi (au pluriel Guenada). Ce curieux animal, que







- 12 -


Lyon dsigne sous le nom de Kandy, dans son voyage au
Sondan, est dpeint par le voyageur anglais d'une faon
trs-exacte: Le Kandy resemble, dit-il, beaucoup au
cochon d'Inde; sa couleur est d'un brun cendr, son
poil est plus long que celui du ra t et fort soyeux. Il a
les yeux grands, noirs et i fleur de tte. L'orifice de
ses oreilles, aplaties sur le ct de la tte, est gale-
ment noir et n'est pas couvert de poil; sa queue est
court, mais elle est garnie d'une touffe de poils noirs
trs-longs. Il a le corps arrondi, couvert de graisse et
s'largissant vers les paules. Il se cretse un terrier
dans les montagnes. Les Arabes en ailment beaucoup la
chair qui est blanche et grass et semblable i celle du
lapin.
Le puits d'Oum-Ali est remarquable par l'abondance
de son dbit. Ainsi que la plupart des pits remains que
l'on voit dans la contre, il a son orifice carr, form
de trois assises de pierres de taille; l'intrieur est cylin-
drique et a un diamtre de On'90 seulement. L'eau n'est
pas ai plus de lm90 (le profondeur; on rencontre le fond
deux mtres. Ce puits, malgr son peu de capacity,
parait inpuisable. Nous avons vu des caravanes compre-
nant deux ou trois cents animaux y puiser sans inter-
ruption avec des peaux de bouc. L'eau qu'o n n retirait
la fin tait aussi claire et aussi pure que celle qui avait
servi abreuver les premiers arrives. 11 est videmment
aliment par une de ces nappes souterraines qni se ren-
contrent dans le Sahara souvent i une trs-petite pro-
fondeur.
Ces courants taient connus des anciens. Pline on lait







- 13 -


mention en parlant des llamminnientes, qu'il place sur la
cte aprs les Nasamons, i douze journes dle march t
l'Ouest de la grande Syrie.
Sls n'on, dit-il, autour d'eux que des sables. On
creuse cepeinlant assez aisment des puits une pro-
fondeur d'environ deux condes, ch viennent affluer les
eaux de la M auritanie.
Deux auges spulcrales, d'un travail soign et de former
lgantes, servent abreuver les animaux. Elles pro-
viennent sans 4loute des deux mausoles qui avoisinaient
le puits et don't l'un avait t rig par le prfet de
cohort C SVETONIVS sa femme APIRIA. La ncropole
occupait la parties nord de la cit. Un mausole lev
d'un tage y attire l'attention. Il prsente l'aspect d'une
petite tour carre aux trois quarts dmolie; il n'est orn
d'aucune inscription.
L'importance de ces ruines, les plus considrables de
cells qui avoisinent la frontire tunisienne, les restes de
monuments qu'elles renlerment, enfin leur situation a peu
de distance de Ferialma (40 kil. environ) et non loin de
la route de Tbessa B3esso'iani, qui measure par ce point
160 kilomtres, pourraient fire supposed premiere vue
qu'elles correspondaient la station de Ubaza-Castellum,
mais on n'y voit aucune trace d'ancienne forteresse. En
outre, les distances de ces ruines Tbessa et Besseriani
different beaucoup de cells qui sont donnes par la
Table. Il y a 37 kilomtres en moins du ct nord et
30 ki lomtres en plus du c6t sud. Elles sont galement
trop loignes dle .-1 kilomtres de Feriahna.
Nous observons ce propose que la situation de Tlielepte,









par rapport a Ubaza-Castellum indique sur la Table de
Peutinger, doit tre errone. La voie stratgique que nous
cherchons ne pouvait en effet passer l'est de Bir-Oum-
Ali, car alors son dveloppement serait bien suprieur
101 miles ou '149'508. Quelle que soit la position que
l'on assigned Ubaza-Castellum, sur une route trace
l'ouest de Bir-Oum-Ali, cette station ne pourra se trouver
30 kilomtres seulement de Feriahna; elle sera toujours
situe une distance beaucoup plus considerable.
Au del de Bir-Oum-Ali, on ne retrouve plus aucun
vestige de la voie romaine. La route de Ubaza-Castellum
Thelepte devait passer par ce point, qui tait reli en
mme temps Nefta par Bir-El-Ater et Tameghza. 11 y
avait un chemin assez direct entire Tbessa et Guefsa par
Oum-Ali et Feriahna. Il en existait un autre encore plus
court par Foum-Tasmesmida et Feriahna, qui n'est pas
mentionn sur les itinraires et sur lequel nous aurons
occasion de revenir.
BIR-EL-ATER. Bir-El-Ater est un ancien puits remain
bien conserv, parement en grosses pierres de taille,
creus cylindriquement sur up diamtre (le six mtres.
Fortement envas aujourd'hui, il measure encore 6 mtres
(le profondeur. L'eau, d'excellente quality, monte
3 mtres de l'orifice; pendant l't, le niveau baisse sen-
siblement, mais le dbit est toujours abondant.
Ce puits est plac sur la rive droite de l'Oued-El-Frid
(Oued-Tameghza), l'entre d'un petit col de 800
1000 mtres de long, fort troit, born d'un ct par un
mamelon escarp de 30 35 mtres d'lvation, de l'autre
par les derniers contre-forts du Djebel-Ong, qui atteignent







- 15 -


(le suit le e grades hauteurs. Il est situ a l'embranche-
ment des routes de Tbessa Nefta, par le col de
Tamighiza, el Ngrine par la valle de Soukis. Le
premier de ces chemins est trs-frquent par les cara-
vanes venant du Djrid; le second l'est beaucoup moins,
les caravans du Souf et du Zab prfrant monster direc-
tement par l'Oued-Mecliera.
On ne trouve pas de ruines autour du puits, adoss
un rocher dans un bas-fond; mais l'entre et la sortie
du col, surtout du ct sud, on rencontre de nombreux
vestiges de constructions romaines.
Ce puits a conserv jusqu' nos jours son pithte
latine de Ater, que lui a valu l'aspect noirtre et calcin
de la montagne, au pied de laquelle il est creus. Cette
appellation correspond a celle d'El-Asoud, donne fr-
quemment dans le Sud par les Arabes des rochers et
des montagnes qui prsentent la vue une teinte noire.
Pline cite chez les Phazzaniens un Ater-lMois, qui parait
correspondre au mont lMelua courant le long de la
petite Syrte : De leur pays, dit-il, s'tend au loin, vers
l'Ouest, une montagne que les ntres ont nomm Ater,
parce qu'on la dirait noircie par le feu ou par l'action
du soleil (').
Entre Bir-El-Ater et Ngrine, la plaine sablonneuse est
couple par les nombreux ravins qui descendent du Djebel-
Ong. Nous ne pensions pas qu'il y ait eu du temps des
Remains une route rgulirement trace entire ces deux
points. On n'y voit du rest aucune ruine.


(1) Illst. nal. L. V, chap. v.







- '16 -


rTAMEGHZA. Le village arabe de Tameghza est situ
au pied du versant nord du Djebel-En-Negucb, sur le ter-
ritoire tunisien. Les habitations sont groupies sur une
langu e e terre, au confluent de trois rivires : l'Oued-
Monclii au sud, l'Oued-Assem au nord et l'Oued-Frid
l'ouest. L'oasis, comprenant 9,000 palmiers environ,s'tend
du ct de l'ouest. Les crues occasionnes par les pluies
d'orage minent constamment le pied du village et entrai-
nent chaque anne quelques habitations. Les indignes
dplorent les pertes qu'ils prouvent, mais ne cherchent
nullement letter contre l'envahissement des eaux.
Les Romains s'taient tablis beaucoup plus haut, du
ct de l'est, sur des terrains rocailleux, o l'on voit
encore des restes nombreux de constructions. Tameghza
se trouve sur la route directed de Tbessa au Djerid. Le
col d'Oum-En-Nas, qui traverse la chaine de montagnes,
don't le prolongement s'tend jusqu' Ngrine, c'est le
passage presque oblig des caravanes venant de Touzeur
et de Nefta. Aussi ce passage tait-il gard du temps des
Remains par un post fortifi, don't on aperoit les assises
sur les hauteurs qui le dominant l'entre mme du
dfil.
M. Nau de Champlouis place Tameghza la station de
Ad Turres. Cette synonimie nc peut tre admise. La Table
de Peulti~.er nous donne les indications suivantes :
Ad Majores . . . .
Ad Palmans . . ... /8
Alonianum . . . . 91
Cerva... ... . . . 20
Ad Turres. . . . . S
Total .. . 11







- 17 -


11 y avait donc 112 miles ou 167 kilomtres (le Ad
Majores i Ad Tu'resi tandis que la distance entire 13sse-
riani et Taimcghza, en suivant le versant sud de la chain
et passant par le col dl'Oum-En-Nas, peut tlre value aui
plus ii5 5 ou 70 kilomltres.
Nos players plcion plutlct Tameghza la station de Ad
Palinanm.
,A 6 ou 7 kilomtres l'ouest de Tameghlza, nous voyons
le petit village de M ids, pittoresquement assis sur un
rocker isol. Quelques pierres, provenant d'anciennes
constructions, sont plantes dans le sol sur la rive oppo-
sede l'Oued-Dieda.
En suivant la plain, paralllement i la chain (le
montagnes, nous arrivons i hauteur de Ngrine.


liOU'TE DE TIBssA A BESSERIANI PAR L'OUED-IECIIERA

Nous n'avons trouv sur le chemin que nous venons de
parcourir aucun point qui nous parut correspondre la
station de Ubaza Castellum. Nous sommes conduits cher-
cher le trac de la voie stratgique de Theveste t Ad
Majores du ct (le l'Oued-.lechera.
Le clhemin le plus direct pour aller de Tbessa l'Oued-
Meclhra passe par Refana et Tlidjen; mais le dfil du
'rik-EI-Karreta est d'un accs difficile et peu frquent
par les caravanes, qui font habituellement un dtour par
le col de Tenoucla et gagnent ensuite Tlidjen en traver-
sant la plain d'El-Arneb. La voice romaine devait suivre
ce dernier trac. Elle allait probablement de Tenoucla
Bouraoui, construction byzantine au milieu de laquelle








- 18 -


est creus un ancien puits, et de l aux ruines de Tlidjen
et de Zoulra.
Cette dernire, trs-tendue, couvre I'extrmit de la
plaine de Tlidjen, l'entre du dfil de Boua-es-Sed. Ces
ruines n'offrent d'intressant qu'un monument funraire
qui les domine. Ce mausole, lev d'un tage, a une
hauteur de 6 mtres et une larger de 3 mtres sur
chaque face; il est construit en pierres de taille de diff-
rentes dimensions. 11 affected la forme d'une tour carre
que recouvre une toiture a double fronton. L'tage sup-
rieur est dcor, du ct de la faade, de quatre colonnes
torses surmontes de chapiteaux grossirement fouills et
faisant corps avec les fts. Au-dessus de la corniche rgne
un attique simple. Une ouverture de lin45 de haut sur
lm10 de large donne accs dans la chambre du premier
tage. Cette porte est surmonte d'une couronne en relief.
Au milieu de la corniche est sculpte une main vue de
face qui tient une autre couronne. Enfin, au centre du
fronton se voit, dans un cadre circulaire, une tte de
femme voile. A peu de distance de ce mausole s'en
trouve un deuxime du mme genre, mais orn simple-
ment de colonnes et aux trois quarts renvers. Aucune
inscription n'indique en l'honneur de quels personnages
ces monuments ont t rigs.
De Ilenchir-Zouhra, la route suivait le course de la
rivire jusqu' sa sortie des gorges; elle laissait droite
les ruines de Bir-es-Sed, dans lesquelles nous avons d-
couvert, prs d'une fontaine creuse dans le roc, la for-
mule DEO LAVDES, grave avec le monogramme sur un
linteau de porte.








- 19 -


IIENCIIIn-TEPnI:II.\A,\. E longeant la rive droite de
I'Onled-'l'lemein (Oiael- llecher), nous remarquons sur le
sommet d'un mamelon trs-escarp-et faisant parties d'un
contre-fort du I)jel)c-Djerrar, les restes d'une ancienne
tour. Ces ruines sont appeles par les Arabes llenchir-
TerIr':za. C'est Ia que nous croyons devoir placer la
station que nous cherchons, L'baza-Castellum.
Ce point est situ sur la voie que nous suivons envi-
ron 88 kilomtres de Tbessa et 66 kilomtres de Besse-
riani. Il correspond par consquent sur cette ligne aux
distances indiques par la Table. La resemblance des
noms nous parait frappante. Nous voyons dans Terrebaza
une liaison des mots Turris, Ubaza, la denomination de
Turris ayant sans doute t adopte dans les derniers
temps de l'occupation romaine come synonyme de Cas-
tellum. Le mamelon rocheux sur lequel les ruines sont
assises et qui command la route est termin par un pla-
teau de -150 mtres de long sur 60 mtres de large, lev
(le 80 mtres au-dessus du lit de la rivire. Les bords de
ce plateau sont forms de rochers coups pic sur une
hauteur (le 4 10 mtres et servant de base un vri-
table Castellum. Les deux petites faces du fort taient
dfendues par des tours carries de 6 mtres de ct, qui
sont encore en parties debut et montent en certain en-
droits jusqu' 6 mtres au-dessus de la plate-forme. Les
murs de -lmi0 d'paisseur sont en petit apparel, irrgu-
liers et ciments avec de la chaux. La construction en est
soigne, homogne et est certainement antrieure l'po-
que byzantine.
L'entre de la forteresse se trouvait au pied de la tour







- 20 -


mridionale; l'accs en est difficile. Sur le flanc ouest du
mamelon, un niveau infrieur i celui du sol, se voient
les restes d'une vaste citerne, de forme rectangulaire et
couvrant une superficie de 150 mtres carrs. Les murs
extrieurs, soutenus par des contre-forts, ont 2m50 d'pais-
seur et sont en petit apparel. Ils entourent trois bassins
vots, solidement maonns avec des briques et du ciment.
Au pied du mamelon taient groupes les habitations
des gens trangers la defense, le hameau (Canaba) qui se
format habituellement prs des postes militaires. Au mi-
lieu des constructions tait creus un puits, qui s'est con-
serv en trs-bon tat et que les Arabes dsignent aujour-
d'hui sous le nom de Bir-ben-Tataia.
L'entre du dfil, du ct du Sahara, tait garde par
un poste don't les ruines d'EI-Ansel indiquent l'emplace-
ment. L'intrieur tait surveill par des petits postes che-
lonns de distance en distance.
Le passage de l'Oued-Mechera offre un aspect des plus
sauvages et en mme temps des plus curieux. La route,
trace le long des berges de la rivire, va en se repliant
sur elle-mme pendant plusieurs kilomtres, entire aeux
murs de rochers verticaux, excessivement levs et suit
dans ses plus petits dtours le course sinueux du torrent.
Tantt elle pntre dans le flanc du rocher, en dessinant
une lgante corniche, tantt elle passe sur d'immenses
dalles, en ctoyant le prcipice; puis elle redescend au
niveau du lit de la rivire. A chaque instant, l'on se
croirait arrt par l'une des parois de la montagne qui se
prsente de face, comme une immense barrire de granite;
mais l'obstacle disparait measure que l'on advance et la







- C'1 -


march s'cffectue librement, mme dans les passages les
plus resserrs. A la sortie Jle cette gorge, nous sommes
frapps par la couleur vive des mamelons qui descendent
graduellement dans la plane. Ces couleurs sont produites
par des imlanges (le fer oxyd qui forment des ocres
rouges et jaunes. C'est de l que les Nememcha retirent
les matires colorantes (Ounkol,',) qui leur servent teindre
leurs tentes.
A une dizaine de kilomtres avant d'arriver Ngrine,
nous traversons un bouquet de verdure, arros par des
sources lgrement sulfureuses. Les Arabes appellent cet
endroit El-Ilouarine. C'tait jadis une petite oasis qui a
di tre occupe par une fraction de la grande tribu ber-
bir des Ilouara. Nous savons par les chroniques d'Ibn-
Khaldoun que cetei fraction, rpandue dans la Tripoli-
taine, s'ltait avance progressivement vers l'Ouest.
a Il se troupe, dit cet historian, des Ilouara sur les
a plateaux, depuis Tbessa jusqu' Badja. Ils y vivent en
< nomades et sont compts au nombre des Arabes pas-
c teurs de la tribu de Solm, auxquels du reste ils sont
assimils par le language et l'habillement, ainsi que par
l'habitude de vivre sous la tente. Ce passage indique
eu mnme temps que. les Ilouara, ainsi du reste qu'un
grand nombre de Berbres, s'taicnt assimil complte-
ment les moeurs et le language des Arabes avec lesquels ils
s'taient mlangs.
Plus tard, ils devaient changer de nom et former plu-
sieurss es tribus rpandues aujourd'hui dans le pays,
tells que les Ilanenclia, du cercle d'Ain-Beda.
On voit encore prs des sources d'El-llouarine, des
traces de l'occupation romaine.






- 22 -


La voie contournait l'ouest l'oasis de Ngrine pour
arriver Besseriani.
On pouvait aller galement de Tenoucla l'Oued-Me-
chera sans passer par Terrebaza. Un autre chemin con-
tournait le Bou-Djelel et allait rejoindre la voie stratgique
Ilenchir-M\ellagui par Fedj-Groussa et-An-Zerga. On en
retrouve des traces prs de Hlenchir-El-Begueur et Souma-
bent-el-Abri (1). Nous avons parcouru cette route jalonne
par des ruines.
A IIenchir-el-Begueur, notre attention a t attire par
les restes d'une jolie basilique chrtienne qui mriterait
d'tre fouille. Peut-tre y dcouvrirait-on des mosaques.
Cette glise a t videmment copie sur celle de Tbessa.
Beaucoup moins tendue que cette dernire, elle prsente
les mmes dispositions; elle est orne de la mme faon,
avec des vignes garnies de raisins, des livres courant au
milieu d'enroulements, des coquilles et des feuillages d'un
dessin identique. La porte d'entre, encore debout, est
surmonte d'un monogramme (fig. 2) qui parait compos
d'un G, un E ou un F et un S et don't la lecture peut
tre interprte de plusieurs faons.
Pendant que nous dessinions les dtails de l'difice,
M. de Villefosse dcouvrait, quelques centaines de mtres
plus loin, une table d'autel moiti enterre. Cette table,
de forme carre, avait 1 mtre de ct et O'024 d'pais-
seur. Un vide circulaire de On25 de diamtre tait creus
au centre pour contenir les reliques; il tait ferm par
un couvercle carr de On130 de ct et On105 seulement
d'paisseur. Sur le devant de la table tait grav en relief


(Voir le Recueil de 1874, page 55.)







-, 03 -


le monogrammed du Clirist, accost de deux palmes et de
deux cartouches (fig. 3). Le cartouche de droite contenait
la ddicace suivante, assez grossirement grave :
M E M o R I A
V A C T I M
NTANI
Nous avons encore copi dans la mme ruine l'ins-
cription qui suit, grave sur un cippc commun
D. M. S.
T1 IEODOTVS
VIXIT ANN
Il DIEBVS XXIX
FECIT AVGEN
DVS FILIO
Les ruines sont nombreuses sur le versant nord du
Djebel-Fouzi; nous signalerons particulirement celles
d'EI-P essas, o l'on voit de grands bassins circulaires
bien conservs, qui servaient emmagasiner les eaux, et
celle des Ouled-lMahboub, o se trouvent deux puits de
construction romaine.
Le Foum-1Malleg offrait encore un autre passage pour
aller de la plane d'El-Arneb An-Zerga. Ce dfil tait
ga-rd par une petite forteresse rectangulaire, dsigne
aujourd'hui sous le nom de Henchir-Bel-Frous.
Nous avons observe dans ces ruines plusieurs signs
chrtiens, monogrammes ou croix, gravs sur des linteaux
de porce et accompagns de rosaces sculptes. Nous avons
galement remarqu quelques dolmens mls des cippes
funraires sur le llanc de la montagne qui, abritait les







- 24 -


constructions. L'un de ces dolmens a t construit avec
des pierres rgulirement tailles sur certain cts. Cette
particularit nous a paru confirmer l'opinion dj mise
par quelques archologues au sujet de l'antiquit souvent
exagre des monuments mgalithiques. Nous sommes
convaincus aujourd'hui qu'un grand nombre des dolmens
ou tumulus que l'on rencontre en Algrie proximity des
ruines romaines ne sont pas antrieurs aux tablissements
qui les avoisinent. Nous citerons l'appui de cette ide
l'opinion mise par M. Henri Martin dans son Etude sur
l'archologie celtique : a L'usage d'lever de semblables
constructions, dit l'minent historien, s'est conserv
< jusqu'au moyen ge chez les populations de race celti-
que. II existe dans les les Britanniques notamment, de
nombreux menhirs funraires d'une poque bien pos-
trieure l'invasion romaine.
NGRINE. Ngrine est une petite oasis fort pittores-
que, pour la description de laquelle nous ne pouvons
mieux faire que de renvoyer au Recueil de la Socit,
anne 1876.
On retrouve dans cette oasis deux types diffrents : le
type arabe et celui des habitants de l'Oucd-R'ir, form
d'un croisement avec la race ngre. Ce mlange est expli-
qu par l'histoire lgendaire de la localit.
A une poque fort recule, dit la tradition, un voya-
geur d'origine romaine vint s'installer dans le pays entire
Ngrine et Ferkan, o l'on voit les restes d'un ancien
village arabe. Il pousa deux femmes, l'une blanche,
l'autre noire, et eut de chacune d'elles des enfants, don't
les descendants formrent deux fractions distinctes, les







'5 -

Bidan (les blancs) et les Soudan (les noirs). La dsunion
se mit un jour entree les denii groups; des luttes achar-
nes s'engagrent; les habitations furent aux trois quarts
dtruites et une dispersion gnrale s'en suivit. Quelques
Soudan vinrent s'tablir sur 'l'emplacement actuel de
Ngrine.
Ils prirent possession des terrains rests inoccups et
nommrent un des leurs cheikh de la fraction.
Une vingtaine d'annes plus tard, une femme des
Bidan, dans un tat de grossesse avance, arriva seule au
nouveau village. Le cheikh, ne connaissant pas son origine,
I'accueillit et l'pousa. Lorsqu'elle fut assure des sym-
paltlies de son mari, elle avoua son origine et revendiqua
les biens de sa famille. Les habitants du pays donnrent
son fils, devenu grand, le tiers des terres de l'ancien
village et le placrent leur tte comme cheikh. Leurs
descendants forment aujourd'hui une petite fraction d-
signe sous le nom des Ouled-Cheikh. Les Ngriniens
vcurent indpendants jusqu' la fin du xviie sicle. A
cette poque, le cad des Ilanencha voulut les soumettre
son autorit et exigea d'eux un impt. Ils essayrent de
rsister, mais, constraints par la force, ils durent fire
leur soumission. Ils devinrent plus tard les allies des
lianencha et les soutinrent dans leurs luttes contre les
Nememnclia. Ils vcurent ds lors en hostility ouvert avec
les gens de Ferkan, qui s'taient allis avec les Nememcha.
Les habitants de Ngrine firent acte de soumission prs
(les sultans Chabbia. Aprs le dpart de ceux-ci, ils recou-
vrrent leur independence, qu'ils conservrent jusque vers
la fin de la domination des Turcs, auxquels ils ne payrent
que fori rarement l'impt.







- 26 -


La tradition ne fournit aucun renseignement sur l'ori-
gine du nom des Ngriniens; cette appellation remote
l'occupation romaine et indique par sa racine (Niger) que
le type ngre prdominait cette poque dans la popu-
tion de l'oasis. Nous voyons dans la liste des vchs
d'Afrique figure celui des Nigrensium Majorum, qui avait
son sige dans la Byzacne. Ces deux noms se retrouvent
videmmentidans ceux de Ngrine et du Djebel-Majour.
Sur la mme liste figure l'ecclesia Vescerita ou Beccerri-
tana, que Morcelli place dans la Numidie et qui parait
se rapporter Besseriani.

FERKAN. Le village de Ferkan s'lve en amphithtre
sur le7versant sud-est d'un grand mamelon teinte rou-
getre, form d'une agglutination de sables, offrant de
loin l'aspect d'normes rochers en grs des Vosges. Les
palmiers s'tendent au pied du village; ils sont arross
par plusieurs sources, don't la principal merge en bouil-
lonnant du fond d'un vaste entonnoir. C'est une vri-
table source artsienne, don't la temperature est d'environ
20 degrs.
D'aprs la lgende, Ferkan (Ferkan-el-Ylioudi come
l'appelle El-Adouani) devrait son nom un juif nomm
Frank, chaufournier, chez lequel tous les habitants ve-
naient autrefois s'approvisionner. On montre encore au-
jourd'hui l'emplacement sur lequel il avait tabli son four
chaux. Aprs sa mort, cet endroit conserve son nom.
C'tait l, disait-on, que Frank tait Frank kan, d'o est
venu par corruption le mot Ferkan.
La mosque de Sidi-Ali-ben-Abdallah, situe l'entre
du village, est fort ancienne. Elle est construite en briques









cuites et prsente un cachet assez original. Le marabout
don't elle porte le nom tait originaire e la Tunisie. 11
est trs-vnr des habitants, qui ont une grande con-
fiance en sa puissance. Ils racontent, entire autres faits,
qu'aprs un combat sanglant livr aux Nememcha par
frahim-ben-lou-Aziz, aux environs de Ferkan, les Nemem-
cla vaincus vinrent se rfugier dans le village. Brahim
les poursuivit et il s'apprtait i mettre la ville au pillage
lorsque Sidi-Ali-ben-Abdallah lui appart en songe et lui
dfendit d'attaquer les gens placs sous sa protection. Le
sultan des Hanencha s'inclina devant cette injunction et
s'loigna du pays. Les biens des Neemclha leur furent
ainsi conservs.
BESSERIANI ('1). -- L'une des villes les plus consid-
rables que les Romains ont difies du ct du Sahara
est sans contredit Besseriani, don't l'tymologie parat
tre Ben-es-Seriani (le fils du Syrien). Elle tait situe
au pied du Djebel-Madjour, ou Drari-Majour (les enfants
de Majour), comme dissent encore les Arabes. Besseriani
tait un Olpidumi de premier ordre; son enceinte tait
construite, come celles des principles fortresses ro-
maines, avec un double mur en pierres de taille limitant
un massif de moellons noys dans du ciment et formant
une paisseur de Im70. La pierre employee est un gypse
compact se dlitant facilement au contact de lair. Cette
enceinte avait la forme gnrale d'une ellipse, don't le
grand axe mesurait prs de 700 mtres et don't le dve-
loppenient atteignait '1800 mtres. Elle prsentait quatorze
cts d'une larger variant 50 et 900 mtres. Chaque


(voir Ie liecuieiI de 186, palge 1120).







- 28 -


angle tait dfendu par une tour arrondie a l'extrieur et
appuye intrieurement sur un pan coup d'une dizaine
de mtres. Les grands cts taient en outre flanqus
d'une vingtaine de tours intermdiaires.
Dans l'intrieur de la ville, du ct du Sud, s'levait le
Castrium, citadelle rectangulaire, de 100 mtres de large
sur 170 mtres de long, et solidement construite avec des
pierres calcaires de fort apparel. La porte sud tait sur-
monte d'une inscription en trs-beaux caractres. C'tait
une ddicace Trajan, faite par Minicius Natalis, propr-
Leur de la 111e Lgion Auguste ('). Plusieurs autres frag-
ments d'inscriptions gisent de diffrents cts. Ils ont t
dj publis; les restes de monuments que l'on voit
Besseriani ont t galement dcrits.
Nous signalerons seulement la voie romaine que l'on
aperoit la sortie sud de la ville et qui devait conduire
Capsa.
L'OUED-HALLEL. NOUS sjournons 24 heures dans les
oasis de Ngrine et de Ferkan, au milieu de cette belle
vgtation, de ces forts de palmiers don't la fraiche ver-
dure contrast si heureusement avec l'aridit des planes
sahariennes, et nous reprenons le chemin des liauts pla-
teaux.
Nous pntrons dans les gorges de l'Oued-HaIllel, aussi
profondes, aussi resserres et non moins pittoresques que
celles de l'Oued-Mechera. Cette route tait galement trs-
suivie (lu temps des Romains.
Nous rencontrons (le distance en distance. de petits
posters isols, des restes d'habitations. Vers le milieu de


(Voir le Recueil de 1876, page 401).







- (.9 -


la gonge, nous passons au-dessous du petit village arabe
de 1ijeurf (lu lfulli.e), d'un aspect trs-curieux, avec ses
maisons creuses dans le roc et perches, come des nids
d'aigle, sur le Ilanc de la montagne. Quelques cultures
s'tendent ci et li au fond des cirques forms par l'lar-
gissement des berges. Ces terrains, cultivs du temps des
Remains, taient arross au moyen de canaux don't on
retrouve les restes le long des rochers qui bordent la
rivire. Les crates de la montagne qui s'lvent au-dessus
du village sont garnies de tumulus.
A une dizaine de kilomtres au nord (le Djeurf, nous
apercevons une petite ruine appele par les Arabes El-
Mal:brek. Ce sont les dbris d'un ancien mausole. Nous
dcouvrons au milieu des dcombres, sur un linteau (le
porte, l'inscription suivante :

D. M. S.
AELIA MATERNA SEVIVA
MVSVLEVM FECIT VIXIT
ANNIS IISEIIAECEST DO
MVS AET..IAL...ITTITVLI
IIOCERITAT. .ITI...ORIA EPAVSA

Les lettres sont assez bien graves, mais elles sont en
parties effaces par le temps. Le nombre d'annes n'est
pas indiqu, le mausole rig en l'honneur de AELIA
MAlTERNA ayant t fait de son vivant.
A la sortie de la gorge, sur les hauteurs qui dominant
le ct gauche de la route, apparaissent les restes d'un
ancient fortin.
Le chemin que nous venons de suivre allait rejoindre










travers la plaine la voie stratgique hauteur de
Tlidjen. Nous quittons la route El-Mlezcra pour nous
diriger du ct de Zoui, en passant par Guiber et Ienchir-
Adjedj.
A An-Guiber, nous relevons, sur un montant de porte,
une inscription chrtienne :



IN DEO
V I B A S
de l'poque byzantine.
Nous retrouvons au mme endroit l'inscription suivante,
reproduite dans le lRecueil de M. L. Renier sous le
no 3239 :
FIDE IN DEV ET AMBVLA
SI DEVS BRO NOBIS QVIS ADVERSVS NOS

La second parties de cette devise, prise par les pre-
miers chrtiens, fut adopte par Charles VIII. Elle se voit
encore sur la porte du chteau d'Amboise, accompagne
d'une pe flamboyant. Elle est galement grave sur le ca-
rolin, monnaie d'argent sudoise du temps de Charles XII.
IIENCHIR-ADJEDJ. Nous rencontrons dans la plaine
de Gassis une grande ruine que les Arabes dsignent
sous le nom de El-Adjedj (l'ouraian), cause des vents
violent qui rignentsouvent dec ct. Deux puits remains
donnent encore de nos jours, aux nomads camps en cet
endroit, l'eau qui leur est ncessaire. L'un de ces puits
se trouve dans l'intrieur d'un fort don't les murs d'en-
ceinte sont rests debut. Nous avons observe dans cette


- 30 -








- 31 -


construction un systme dle fermeture fort ingnieux, mis
en usage par les Romains clans plusieurs des ouvrages tic
defense qui couvrent cette zne. La figure 4 reprsente
l'entre du fort, dii ct intrieur. Cette entre, assez
troite, est vote cintre extrieurementt e linteau
horizontal l'intrieur. La porte est remplace par une
roue massive en pierre d'un diamtre assez grand pour
pouvoir former compltement l'ouverture. Elle se meut
verticalement dans une large rainure pratique dans
l'paisseur du mur et communiquant par un passage avec
la court intrieure. Pour boucher l'entre, on pntrait
dans ce vestibule et on poussait la roue de droite a gauche.
Pour rendre l'entre libre, un levier tait introduit dans
un trou mnag du ct oppos et la roue tait repousse
de gauche droite. Ce mode de fermeture, trs-simple,
prsentait de bonnes conditions de scurit. L'accs de la
porte tait en mme temps dfendu de chaque ct par
deux corps de btiments faisant saillie l'extrieur.
Nous avons copi, sur quatre pierres tailles en cintre,
les fragments d'une inscription qui devait surmonter la
porte d'une glise. Les lettres, paisses et assez profon-
dment graves, ont Om085 de hauteur.


SVSTIT SIDETOM
NVAEP:A T VDI BVS E
3. L. -
I DEI )OM QVA M
I lTVT IB VSI TO1 RIS

Sur une d d'autel en calcaire blanc, nous avons relev







- '32 -


une ddicace l'empereur Gordien III dit le Pieux, et a
son pouse Sabina :
P CASES
..ANTON
GORDIANO
FEL.AVGE
TRA N QVI L
LAE SABINAE
AVIG EIVS
Nous avons copi l'inscription funraire suivante sur
une stle don't la parties suprieure a t casse :
P DOMITIVS
DONATVS VI
XIT ANNIS LXXII
ET IVLIA DONA
TA VXOR EIVS
V I X IT ANNIS


La fin de l'inscription est efface.
Sur un fragment de pierre, orn du monogramme, se
trouvent les trois lettres suivantes, formant un commen-
cement d'inscription grave avec soin






Zoui. Les ruines de Zoui sont situes a 25 kilo-
mtres environ de Khenclela, au pied du Djebel-Tadinart.







-_ LJ.) -


Le nom dle Zoui (pluriel (le Zaoua) vient probablement
(les Cliabbia, tribu d'origine religieuse, qui occupaient
autrefois cette contre et qui, en faisant de cet endroit le
centre de leur residence, y avaient tabli leurs zaouias.
L'eau s'y trouve en abundance et d'excellente quality. Les
Remains y avaient lev de nombreuses constructions et
y tenaient garnison. Nous avons dcouvert une ddicace
au dieu Mars, dans laquelle tait mentionne la 7e cohorte
des Lusitaniens. Nous donnons ci-dessous la copie de cette
inscription, grave sur un d d'autel :
MARTI AVG
SAC
M. LICINI
\S VALENS
COI VII LV
SITANOR V
VI S.LA
.11rti ..l/gusto sacri'un, ./larcu.s Licinius Ialens, centurio
colhrtis I'll Lusitunorum votunit solit libens animo.
Les lettres A et V de la premiere line et V et M de
la sixime line sont lies.
Sur une autre pierre, de mme forme, nous avons
copi la ddicace suivante :
GENIO QVES,...
CTOSCOLAEB..T
PACONTIVS CAS
TVSBE CONS
LEG III AVGCVM
SVIS EXACTASTIA
V S"







- 34 -


Les trois inscriptions qui suivent ont t graves sur
les faces infrieures (le bases de colonnes. Il ne reste
plus qu'un fragment de la troisime :
MARTI AVG ART AVG ATI A SAC
DIIS DEABQ CANTONIVS
OMNIBVS bERGIANVS
CIVLI GAE PEC. EQVITVS
TVLICVS
...... VAI..
......OSEX
......RORE
.....ICVLARI
........L.A .
Sur l'abaque d'un chapiteau faisant corps avec la colonne,
nous lisons encore :
MARTI AVG
Au milieu de ces ruines, trs-tendues, nous remar-
quons plusieurs pierres ornes de jolies sculptures et
d'emblmes chrtiens et ayant d certainement appartenir
une glise. Nous relevons un charmant petit chapiteau
de style byzantin, don't M. de Villefosse a assur la con-
servation en le plaant au muse du Louvre. Quelques
fragments de statues trEs-dtriors jonchent le sol. Du
ct sud s'lvent encore les restes d'un mausole.
Nous avons cherch plusieurs inscriptions trs-intres-
santes signales en cet endroit par notre confrre,
M. Mlasqueray, et copies fort heureusement par cet
archologue peu de temps avant notre passage. Les pierres
sur lesquelles elles se trouvaient ont t sans doute casses
et employees dans la construction d'une maison que faisait
difier le cad des Ouled-Rechaich.








- 35 -


ROUTE ni: 'l'EnssA BADS PAR LES HAUTS-PLATEAUX. -
11 devait y avoir, Ju temps des Romains, une route con-
duisant dlirectcemct de Tbessa Badias, par Cheria, El-
Adjedj, Fouanis et Taberdga.
Celle route ne figure pas sur les anciens itinraires,
ainsi du reste que bon nombre des chemins que nous
venons de suivre.
De Zoui, nous rtrogradons sur IIenchir-Adjedj pour
aller Chria et rentrer de l Tbessa. Notre attention
est attire, cinq ou six kilomtres avant d'arriver
Chria, par une grande ruine que les Arabes appellent
El-llazcm et qui est domine par les restes d'un fort
byzantine. Un ancien puits maonn fournit l'eau aux
douars camps dans le voisinage.
Parmi des dbris de sculpture, nous retrouvons un mo-
nogramme form simplement de deux P en croix. Au
milieu de colonies moiti enfouies, nous dcouvrons
une borne milliaire, brise malheureusement sa parties
infrieure. Nous y copions l'inscription suivante :
DN FL VAL
CONSTANT
TINO IN
VICTO P F
AVG NO


Iotino i otr. Flovio 'alenwi Constaalino incicto pio
lelici Au.1 usto, ob1iis. tiio .....
Cette dcouverte vient confirmed nos conjectures sur
le trac de la voie que nous cherchions. Cette route allait







- 36 -


rejoindre, au del Clria, celle de Tymphas i l Mascula.
Quant l'inscription, elle devait tre antrieure l'an-
ne 364, poque laquelle Valens fut associ la dignit
impriale par son frre Valentinien.
Nous gallons, pour terminer cette excursion, nous re-
porter du ct de la frontire tunisienne et rechercher les
routes qui conduisaient de Tbessa Thainis, El-D)jcm et
Capsa.

ROUTE DE TBESSA A TrIAINIS ET EL-DJEM

Ces deux voies se confondaient en partant de Tbessa
pendant 30 ou 37 kilomtres. Elles avaient ensuite deux
points communs, Sufetula et Menegesem ou Menegere. Ces
dernires stations sont indiques dans les Itindraires d'An-
tonin avec les distances suivantes :
o1 A Thenis Theveste:
Sufetula . . . . . .
Vegesala. ... .. ... ... 30 miles.
Mlenegesem ....... 20
Tlcveste . . . . .
Soit 70 miles ou 10J3 kil. 670 entire Sufetula et Theveste;
o A Tusdro (El-Djem) Theveste:
Sufetula. ...... .... .
Cilio. . . . . . . 25 m illes.
Menegere. . . . . ... 5
Theveste...... ....... 25
L'tape entire Menegere et Theveste est augmente, sur
cette dernire voie, de 5 miles ou 7k405.
Les stations mentionnes ci-dessus paraissent corres-
pondre aux localits suivantes :








- 37 -


Sufet la. . . . Shitla
Vegesal,. . . . . Iouana
Cilio . . . . . Kasr in
Menegescin et lcneeic . . laema
Ie Irac (ld la rolled entire lT bessa et Ilencii liir-lamema
est facile i retrouver. Elle suivait la grande voie de Car-
tlinge jusqu'an pied du G oura, longeait, les auteurs qui
limitent de i ce c.it i la plain de Tbessa, traversait la
ruine d'ElI-Goiissa et enirait en Tc unisie par le col d'EI-
.Mouallad.
IOUTEI DE TFUESSA A. GULEFSA l.,n FOUM-TAMESMIDA. -
Les caravanes qu i s rendent de Tebessa ii Guefsa passent
invariablement par Tenoutcla, Taga, Foum-Tamesmida et
Feriaiiina. Cette role est la plus directed : elle coupe la
plane d'ElI-M.a-el-\liod et traverse plusieurs groups (le
ruines, parmi lesquelles nous remarquons llenclhir-Rouaba
et Ilenchiri-el-Ouist, o sont creises trois puits remains;
de li, elle s~iit les jolies valles de 'Taga et Chetlabia,
ombrages de pins et de lines verts, et atteint le dfil
de Tamesmida, form par les montagnes boises de Bou-
galer et de Clianabi. Sur son parcours se rencontrent les
foitaines de Taga., El-Atrous et Cliettabia. A clt de cha-
cune de ces sources et tout le long le la valle se dres-
sent les dbris des anciennes maisons d'exploitation. Les
belles forts qui les abritent sont aujourd'hlui peu fr-
quentes; aussi servent-elles de refuge a un grand nombre
de fauves et dle b'tes savages. On y voil des cerfs, des
motions, eles bubbles, les lynx, d es lions, des panthl res,
ces bites froccs qui, ldu temps d'llrodote, peuplaient
la contre montargneuse brmiant le centre de la Libye. 11







- 38 -


ne faudrait pas cependant chercher ici, pas plus qu'
l'entre du dsert, ces serpents signals trs-srieusement
par Iphicrate, au ve sicle avant Jsus-Christ, et plus tard
par Strabon, d'une taille si extraordinaire que l'herbe
leur croissait sur le dos.
Des vestiges de voie empierre se reconnaissent dans le
dfil, trs-facile traverser et domin de chaque ct
par des rochers en amphithtre d'un effect pittoresque.
Ce passage tait dfendu, du ct de l'Est, l'entre de
la plaine de Garet-en-Nani, par une forteresse, don't une
grande parties des murs d'enceinte sont encore debout.
Ceux de la faade ont conserv toute leur hauteur, 4 m-
tres. Ils sont construits en grandes assises poses sans
ciment et en style rustique. Ils entourent un grand rec-
tangle de 95 mtres suri 72m0, dans lequel taient difis
les btiments occups par les troupes. L'entre est d-
fendue par deux tours pentagones, munies chacune d'une
poterne. Des meurtrires sont mnages autour de la for-
teresse qui tait flanque en outre de quatre tours rec-
tangulaires mesurant 5mO sur SI10. La porte cintre
avait mr80 de larger. On remarque dans l'intrieur une
range de pressoirs ou de moulins.
Les restes d'habitations que l'on aperoit dans les envi-
rons sont assez clair-sems. Pour distraire la garnison
qui occupait ce poste isol, les Romains avaient construct
un cirque ou amphithtre, que l'on voit encore, dans un
tat de conservation remarquable, a 500 mtres environ
l'est de la forteresse. Cette construction date de la mme
poque. Ce sont les mmes matriaux, c'est le mme style,
le mme genre de travail. L'arne, creuse dans le sol,







- 39 -


est circulaire ci a un diamire dle5~ mtres. L'entre
du cirque se irouv\ailt ld cti est, au pied d'une tour
carre, de -1 mtres (le cO(, leve d'un tage formant
iriluine. Le portique, ;i plein cinire, measure 3 mtres de
Iiaut sur 2nm30 det large. Celte tour communiquait avec
une plate-forme cdemi-circiulaire lc e 9IS-mO (de large, ou se
trouvaient les places d'honneur; c'tait le podium, lui
n'occupait qu'un des cts dlu cirque et duquel on des-
cendait directement dans l'arne. Un passage tait rserv
pour cela en avant (lu podium. Au-dessus de la corniche
couronnant la trib ne, les miurs (le la tour taient percs
de plusieurs trous servant a fixer des solives transver-
sales sur lesquelles le Velri'iiii tait tendu. Ce voile ne
protgeait que les personnag.es marquants. D'autres toiles
taient sans doute tendues au moyen de cordes attaches
a des mts verticaux dresses autour de l'arne. Celle-ci
dlevait tre entoure galement d'chafaudages en bois, oi
prenait place la foule des spectateurs.
La forme des amphitltres tait habituellement ellip-
tique. Les arnes circulaires ne se rencontrent qu'excep-
tionnellement et dan s les constructions du Bas-Empire.
Ces sorts de cirques ou sales servaient ordinaire-
ment des exercises de lutte, de pugilat, a des jeux
d'athlltes ou des courses d'lommes, divertissements
favors des r'ecs passes en usage clez les Romains. Domi-
tien aimait it prsilder ces jeux, en costume grec, dans le
cirque qu'il avait fait construire au Champ de M.ars.
Les combats dec btes froces ne devaient pas tre en
usage ici, les locaux n'tant pas amnags pour cela. La
seule construction faisant parties, a l'extrieur, de l'amphi-







- 40 -


thtre, est une tour carre isole et entoure de ruines,
don't il serait difficile aujourd'hui de reconnaitre la des-
tination.
Les animaux froces n'taient cependant pas rares dans
la Numidie, et nous pensions qu'une grande parties des
btes fauves qui servaient aux spectacles en Italie tait
fournie par l'Afrique. Il en tait fait une consommation
extraordinaire, car Csar fit, dit-on, paraitre 400 lions
dans une seule fte. Auguste alla plus loin et lana dans
l'arne jusqu' 3,500 animaux.
Ces jeux sanglants du cirque ne furent pas longtemps
en honneur dans la Gaule, aprs la chute de, l'empire
remain. Ils furent adopts au contraire avec enthousiasme
par les Espagnols, qui en ont conserv jusqu' nos jours
une sorte de passion pour les combats de taureaux.
Nous n'avons rencontr Foum-Tamesmida aucune ins-
cription. Nous n'avons pu consacrer l'inspection de ces
ruines intressantes que fort peu de temps, en raison de
leur situation sur la limited de nos possessions, et nous
n'avons fait aucune recherche dans les environs.
Notre excursion s'est termine la. Nous avons ainsi par-
couru non-seulement les routes mentionnes sur les itin-
raires anciens, mais encore les chemins ouverts une
poque postrieure et don't on peut suivre la direction
la line (le mausoles et de ruines qui les bordent. Nous
avons indiqu ces diverse voies de communication sur
une carte au 1/400.000 (lu pays que nous avons explor.
Nous avons marqu sur ces routes les localits qui nous
paraissent correspondre aux anciennes stations, en raison
de leur situation et de l'importance des ruines qu'elles
renferment.








- 4' -


Ces indications sont en grande parties bases sur de
simples probabilits. Elles pourront nanmoins servir de
jalons pour des recherches moins superficielles et aider a
ldterminer d'une faon plus certain, au moyen de nou-
velles dcouvertes, l'emplacement des localits romaines
signales dans les anciens Itinraires.


C tQuZ-4uZu -












CONSTANTINE

AVANT LA CONQUTE FRANAISE





NOTICE
sur cette ville l'poque du dernier bey

Par M. ERNEMT MERCIER





Le 1I: octobre 1837, l'arme franaise pntrait par la
brche dans Constantine, aprs un sige aussi glorieux
que meurtrier pour nos armes. Rien de plus curieux et
de plus caractristique que l'aspect que prsentait alors
la vieille ville de Syphax et de Jugurtha, dj si pitto-
resque par sa position topographique. L'tonnement des
vainqueurs, cette vue, a t parfaitement tradiit par
l'un d'eux, M1. le capitaine de la Tour du Pin, dans sa
Relation de la prise de Constantine : ...... La brche
est escalade, dit-il,...... mais la colonne d'assaut trouve
li quelque chose de plus terrible, de plus sinistreueque la
presence de l'ennemi; une nigme dvorante toute prtle







- 44 -


engloutir quiconque ne la devinerait pas; ce sont des
constructions incomprhlensibles; des enfoncements qui
promettent des passages et qui n'aboutissent pas; des
apparences d'entre qui n'amnent aucune issue; des
rentrants et des saillants embrouills plaisir; des sem-
blants de maisons don't on ne sait prendre le sens ou la
face .......
Tel tait le vieux Constantine, et l'on comprend que des
europens du xlxe sicle, des Franais, venant s'tablir au
milieu de cet amas de bicoques entasses, en dpit (le
toutes les lois de l'art et du bon sens, sur les vestiges
superposs de diverse civilisations, ont d ds l'abord
modifier profondment ce ddale pour en rendre l'habi-
tion possible. On a donn du jour et de l'air, perc, d-
moli, nivel, align, reconstruit les parties occupies en
premier lieu, c'est--dire la Kasba et le haut de la ville.
Les habitations indignes y ont successivement disparu
pour fire place aux maisons europennes; puis l'occu-
pation franaise s'est tendue en descendant sur le pla-
teau; des rues relativement large, pousses jusqu'au
ravin, ont coup, morcel les parties restes arabes, de
sorte que, maintenant, le vieux Constantine n'existe pour
ainsi dire plus que dans le quarter de Bab-el-Djabia et
dans parties de celui d'El-Kantara.
La physionomie de Constantine est donc profondment
change dj et se transform chaque jour : lI oit deux
mulets ne pouvaient circular de front et ne parvenaient
une issue qu'aprs avoir dcrit des mandres sans nombre,
se croisent des voitures lde toute sort; les hotels trois
tages ont remplac les mosques dlabres ; le marchand








- 45r -


arabe quiile la petite chloppe o, en restant assis S son
comploir, loult tait ;i la porte de sa main et dbite main-
lenant sa marchan dise dlans des magasins bien ouverts;
enfin, les indlignes loni reconstruire par des architects
firaneais les maisons qui leur restent et que la vestust
ou dles ncessits de voirie forcent de rdifier. Encore
quelques annes et il ne restera de l'ancienne ville ber-
bre qu'un souvenir s'teignant de jour en jour, measure
que les contemporains disparaitront. Dj ce souvenir est
fort vague parmi les indignes, pour toute la parties, la
premiere francise, comprise entire le bouvelard du Nord
et la rue Danmrmont.
11 y aurait cependant pour nous plus d'un intrt ne
pas le laisser prir lout jamais et il ne serait que temps
de dresser l'inventaire de Constantine en 1837, ne ft-ce
qu'i litr de curiosity arcliologique.
C'est dans cetle pense que j'ai* entrepris le present
travail. A cet effect, j'ai relev le plan dress par l'Etat-
mnajol' aprs la prise, plan malheureusement incomplete et
inexact dans des details, mais qui, dfaut d'autre, pr-
sente, pour les lines principals, des caractres prcieux
d'authenticit. .'y ai ensuite plac tous les noms que j'ai
pu recueillir de la bouche des Indignes, ce qui n'a pas
laiss que de prsenter de relles difficults, en presence
du peu de concordance de tcertains renseignements et
alors que les locaux auxquels s'appliquaient les vocables
ont t entiremient tran'sfoIrms. Pour complter la carte
et aider aux recherches, j'ai dress un index gnral des
noms, don't j'ai donn l'orthographe arabe et, autant que
possible, la signification, en indiquant la situation actuelle
ou la transformation opre.







- 46 -


Loin de moi la prtention d'avoir fait une ouvre abso-
lument complete et exacte : cela, je le rpte, est dj
impossible; mais j'espre que les erreurs n'y sont pas
trop graves ni trop nombreuses, etje l'offre tel quel, per-
suad que plus l'on attendra, et plus la restitution sera
difficile et incertaine.

Constantine, le 10 mars 1878.







1.

Constantine, que les anciens auteurs arabes appellent
l'arienne (Kosantina-t-el-Haoua) ('1), s'tend sur un pla-
teau qui s'abaisse en pente assez rgulire, mais de plus
en plus rapide, du nord-ouest au sud-est, entour de trois
.cts par l'espace, vaste presqu'ile relie la terre par
un isthme troit la rattachant aux croupes du Koudiat-Ati.
Il rsulte de cette situation que la ville ne peut avoir
d'accs direct que sur une face, celle du sud-ouest, au
moyen de l'isthme don't nous avons parl et qu'il n'est
possible de relier les autres cts la terre que par des
points jets sur le ravin qui entoure la cit au sud-ouest
et au nord-est. Deux entrants chancrent le plateau :
l'un assez prononc, au sud, et l'autre, moins grand,
l'est.


(1) Litt. Constantine de l'espace ou du ruavin.








- 4~7 -


Iiin '1837, trois portes existaient sur la face de l'ouest:
10 1I, prte neuve (El-lIb.-l-lijedid), qui se trouvait
au-dessus de la port Vale actuelle, derrire l'emplace-
ment occup inaiinenant par le magasin orge de I'Admi-
tration, cl donnait accs sur le versant nord de l'isthme,
alors beaucoup plus troit, veritable langue de terre don't
nous avons dcuple la-largeur par des remblais;
2o La porte de la rivire (Bab-el-Ouad), au-dessous de
la porte Vale, vis--vis du centre du square. On descen-
dait par li vers le Bardo, d'oi le nom : porte de la rivire;
o3 Et la porte de la citerne (llab-el-Djabia), au-dessous
de la prcdente et desservant la parties basse de la ville,
laquelle a pris le nom de la porte.
A l'oppos, une quatrime porte, celle du pont (IBab-el-
haniara), permneltait de traverser le ravin sur un ancien
pont remain, restaure en 1792 par Salah-Bey, qui avait
charge de ce soin un architect mahonais, don Barto-
lono. On sait que ce point s'est croul le 18 mars 1857
et a t remplac par le beau pont en fer qui existed
inantenant.
Telles taient les seules entries de cette ville, qui
occupe une superlicie de plus de trente hectares, et
encore les deux premires portes faisaient-elles, en ra-
lit, double emploi.
Un mur crnel entourait la ville; mais cette enceinte
tait fort irrgiilire et l'on avait, en maints endroits,
adoss la muraille au rocher, ce qui, sur le plan, est
indiqu par des lacunes qu'on pourrait prendre pour des
entries.

Constantine tait divis en quatre quarters principaux :







- 48 -


La Kasba, au nord-est;
Tabia, au nord-ouest;
El-Kantara, au sud-est;
Bab-el-Djabia, au sud-ouest.
SEntre ces quatre groups occupant les quatre angles,
mais don't les limited n'avaient rien de bien dfini, s'ten-
dait un large space n'ayant pas de designation gnri-
que, mais une foule d'appellations particulires : c'tait
la parties de la ville rserve spcialement au commerce et
aux mtiers et le sige des hauts fonctionnaires de l'admi-
nistration.
Les rues, troites et contournes, coupes d'impasses,
n'avaient gnralement pas de noms particuliers; chaque
impasse tait dsigne par le nom du propritaire de la
principal maison s'y trouvant, Zenket-dar-bou-Khoubza,
par example, ou par celui de la mosque voisine : Zenket-
Sidi-Offane; enfin, l'on rencontrait de petits carrefours
ayant une designation particulire : comme Kouchet-ez-
Ziate, Ech-Chott, El-llara-el-lHam.ra, etc.; des votes (Sa-
bale et Kous), de petites places, comme Rahbet-el-Djemal
ou Souk-el-Acer, de sorte que la mme rue, dans son pro-
longement, rencontrait une foule d'appellations diffrentes.
En ajoutant cela l'absence complete de numros aux
maisons, on avouera qu'il devait tre difficile un tran-
ger de s'y reconnatre dans un pareil fouillis.
La ville tait donc, en ralit divise en une multitude
de petits quarters (Houma).
Quatre artres principles, relies entire elles par un
grand nombre de ruelles, sillonnaient Constantine (le
l'ouest l'est. C'tait, en commenant par le haut :








- /19 -


I10 Une rue partant d'EI-Bab-el-Diedid montait pour
passer devant lar-cl-h'l liali (le Trsor actuel) et condui-
sait i la Kasba, en trouvant sur son parcours : ltdir-bot-
el-ll'araie, point o nous avons perc la rue d'Aumale, et
les mosques de l,,anta-Khelil, Sidi-Yl'hia:-el-l,'ecili et Sidi-
.lloii/'rredj. C'est peu prs le trajet des rues Basse-
Danrimont et Damrmont.
La Kasha, don't l'enceinte n'tait pas dlimite comme
de nos jours, contenait un certain nombre de construc-
tions particulires, appartenant notamment aux families
Ben-llassen et Ben-lioutchouk-Ali; plusieurs mosques :
Djia a-el-Kasha, Sidi-..Ibd-el-Kader, Kobbet-Bechir ; une pri-
son (Ilabs), tablie, dit-on, dans les citernes romaines, sorte
d'in-pface; une runion de mtiers de tisserands (Terbidt-
Iouka), etc. A l'extrmit nord se trouvait le sinistre
emplacement appel h'ehef-Chekoura (le rocher (les sacs),
d'o la tradition prtend que l'on prcipitait dans le ravin
les femmes infidles ou celles don't les beys voulaient se
dliarrasser.
Au-dessus de cette rue, entire la Kasha et le front nord-
ouest, s'tendait le quarter de Tabia, divis lui-mme en
Tubia-el-Kebira (la grandle Tabia) et Tabia-el-lerra'r,a (Tabia
des trangers). Plusieurs mosques s'y trouvaient; l'une
d'elles, celle de Sidil-b6e-.Ilakhlon/l donnait son nom
l'angle de l'ouest, prs de Rorlj-Assous (la tour romaine).
O.I Une e re partait d'El-.llo ukof, prs de l'endroit o se
trouvait le tilastyle de Politus, dmoli lors de la cons-
truction de l'lhtel de Paris, et conduisait Soik-el-Acer
(la place Ngrier). Elle passait devant lar-el-ley, traver-
sait Soiuk-el-lf'ezel (le march de la line file) au-dessous








- 50 -


de la mosque de ce nom (la Cathdrale actuelle) et du
palais (Derb), puis le quarter d'El-hltic, longeait )Djama-
el-Djouza, mosque qui se trouvait l'entre de la rue
Richepanse, sur la plac e de l'Asile, et dbouchait Souk-
el-Acer par la voile (Sabate) de Salali-Bey.
Cette voie, qui tait appele, dans la second parties de
son parcours, Zekak-el-Blute, a reu de nous le nom de
rue Caraman. Elle communiquait avec El-Bab-el-Djedid
par la ruelle nomme maintenant rue du Trsor, et avec
Bab-el-Ouad par l'ancienne entre de la rue Rouaud.
Des rues transversales la reliaient la prcdente. On
parvenait ainsi Rous-ed-Douams (les ttes des souter-
rains), don't l'emplacement parait avoir t vers la rue
actuelle du Palais, aux deux palais (Derb et Dr'iba),
diverse mosques telles que Sidi-Ferghane, Sidi-Bou-
Annaba, etc., au lieu dit IIanmmamn-es-Soultae et au pas-
sage appel El-.l[orr, sous la Kasba.
Au-dessus de Soik-el-Acer se trouvait la mosque de
Salah-Bey, dite de Sidi-el-Kettani, don't nous avons refait
la faade et laquelle est adjointe la Nledraa. Pour y
arriver, on passait devant le petit oratoire d'une femme
morte en odeur de saintet, Seti-Frikha. Au del, on
entrait dans Souk-el-l)jemnda (le march du vendredi),
occup maintenant en parties par le. college. Des ruelles
menaient de l la Kasba en passant par Sour-ed-Derk.
3o Une rue partant de Bab-el-Ouad menait llahbet-es-
Soui (la halle de la linee, don't nous avons fait la place des
Galettes. Elle a form les rues Rouaud, Combes et Vieux.
C'tait la principal artre du commerce et des mtiers,
qui s'y trouvaient groups par categories, formant ainsi








- 51


une suite ice Soiuk ou bazars, come dans la plupart dles
tilles d'Orient.
On trouvait d'abord les droguistes (AItrinnle); puis les
islliers (Serrudjite): pi'iis les teinturiers (Sebbarine). L
la rue se di.visait en deux branches venant dboucher
l'une au sommet et l'autre au bas de Ralibet-es-Souf,
chacune d'clles se terminant par une longue vote. Le
tout ,tait ru ni sous l'appellation gnrique de Souk-et-
T'eddjur (le bazar du commerce).
Dans la branch suprieure se trouvaient la suite
les cord onniers (A errazine), Souk-el-Khelek (le march
populeux), les forgerons (IHaddadine) et Es-Souk-el-Kebir
(le grand hazar).
Dans la branch infrieure venaient successivement
les fabricants de ta iis (ll'erable), les menuisiers (Neddja-
rinm) et les piarcliemineurs (Rekkakime).
Intre ces deux branches et au-dessus d'elles se trou-
vaient encore diverse rues transversales ou parallles,
occupies par d'autres industries, telles que les labricants
de cliaussiires dle femmes (Cliebriine), les passementiers
(Ka:azizine), les bijoutiers (Sar'a), les fabricants de bats
de mulets ('lradilaine), les marchands de lgumes (Khad-
darine), les bouclilrs (nje. zriiiir), les marchands d'arti-
chauts sausages (Kiherachel/Tile), etc.
Au del de laliliet-es-Souf, des ruielles menaient plus
ou moins directemnent, en montant, Souk-cl-Acer;
d'autres conduisaient, sur le mime plan, Chara, le
Glietto, o Salah-Bey avait cantonn les Isralites; enlin,
d'autres faisaient descendre El-liantara, en passant par
Sii-el-I)jelis, mosque don't nous avons fait l'cole arabe-
franaise.









Un grand nombre de mosques, parmi lesquelles celle
de Sidi-L'Aklldar, et plusieurs baiis se trouvaient dans le
p't que nous venons de circonscrire.
Presque l'entre de cette rue, en descendant droite,
on trouvait alihbet-el-Djemal (la halle aux cliameaux), d'o
l'on descendait encore par une rue en pente trs-rapide
et appele Ed-Deroudj (les escaliers, don't nous avons fait
la rue de l'chelle), Bab-el-Djabia.
Au-dessous de Dar-el-Bey (palais et caserne l'poque
turque), aprs avoir pass devant Ras-el-Kherrazine (la
tte des cordonniers), o se trouvait la Zaoua de la fa-
mille de Ben-el-Feggoun, chekhl-el-lslam (actuellement la
mosque de Hammoida), l'on descendait assez directement
sur El-Djam-el-Kebir (la grande mosquee, don't nous
avons reconstruit la faade sur la rue Nationale, l'en-
droit dit El-Batha, carrefour qui a t coup par la rue
National, en face de l'entre de la rue Fontanilhes.
40 Enfin, une rue partait de Bab-el-Djabia, passait a
Souika (le petit march, Zellaika (la glissante) et
Ech-Chott (le board l'angle de la rue Nationale, sur le
board du ravin; de l, elle remontait pour passer devant
la ruelle des Arbain-Cherif, puis Frane Birrou (les fours
chaux de Birrou), puis la mosque de Sidi-Bou-.llaa,
et, enfin, atteignait Bab-el-Kantara.
Cette rue, la seule qui, entrant par une porte, traver-
st directement la ville pour sortir par la porte oppose,
a t nomme par nous rue Perrgaux.
A l'entre de celte voie, des rues descendaient pour
desservir la partic infrieure ldu quarter de Bab-el-Djabia
et venaient aboutir l'extrmit mridionale de la ville,


- 52







- 53 -


i la pointe ile Sidi-laarhcd, if In mosque de Sidi-Bo -
llarda et 'i iIi,'- rl-Mcuhel (le puits des ruchers), nom
ilonni la piI); lie Ibor.lant le ravin. Dans le bas de ce
quaIrlier, la dlclivit Idu terrain est fort grande, et, comme
les rues lescendlnt, gin .alemernt a pic, leur inclinaison
est aileste par les appellations significatives de Zellaka
fla plissante), de Zerzaih'a (la glissade) et de Derdaf (les
petlils pas). Les mnosques ne manquent pas dans cette
parties de l' ville: nidi-.lbd-cl-.llouten, Sidi-Rlached, Sidi-
.Ili-Tandji, etc.
Dans le lias 1d quarter d'El-Kantara, un certain nom-
lire de ruelles conduisaient, en pente plus ou moins ra-
pide, l'extri mit du plateau.

Siir toui le front sud-est, la ville tait garnie, au board
rnmfEie ilu ravin, de tanneries don't la plupart existent
encore. En se plaant l, les tanneurs ont eu videm-
ment pour but d'viter les frais de transport de leurs
dtritus et de leurs eaux qu'ils jettent a mme dans le
ravin, sans, pour ainsi dire, se dranger.
Le ravin lait, du reste, le rceptacle des immondices
de la ville. Au fond de l'chancrure mridionale, prs
l'ich-Cliott, se trove l'emplacement dit El-.Iferina, d'o
l'on prcipitait les fumiers dans le gouffre; l, les nues
de corneilles et de cloucas logs dans les anfractuosits
des rocihers venaient y chercher leur nourriture, et enfin,
les grades crues de l'hiver achevaient ce travail peu co-
teux d'enlvement des issues d'une grande cit.
Tel tait le vieux Constantine ; singulire ville, en v-
rit, et bien capable de force l'tonnement le voyageur
le plus blAs. Un gnral tunisien, aprs avoir en vain






- 54 -


essay de s'en rendre matre par le sige, exhala, dit-on,
son dpit par cette phrase caractristique dans sa cru-
dit: Ailleurs les corbeaux fientent sur les hommes;
ici ce sont les hommes qui fientent sur les corbeaux.


Il.

Aprs avoir pass cette rapide revue de Constantine
avant la conqute, il nous reste examiner, non moins
rapidement, les modifications principles qui y ont t
apportes par l'occupation franaise.
Les deux portes El-Bab-el-Djedid et Bab-el-Ouad ont t
bouches et l'on a perc entire elles la porte Vale, de
sorte que Constantine actuel n'a que trois portes
La porte Vale, nouvelle;
La porte Djabia, laquelle on n'a pas touch;
Et la porte d'El-Kantara, qui a t refaite la mme
place.
Le rempart a t en parties reconstruit, rectifi et pourvu
d'un chemin de ronde.
Le quarter de Tabia a t coup dans toute sa lon-
gueur par la rue Sauzai, partant du rempart, derrire
Sidi-Ali-ben-Mlakhlouf, pour aboutir la Kasba. Les rues
Sittius, Leblanc, Sassi, Desmoy/en et du Rocher ont coup
perpendiculairement la rue Sauzai, entire le boulevard du
Nord et la rue Damrcmont. Il n'est donc rest des anciennes
voies de Tabia que ces ruelles informes qui se nomment
les rues du Lion, du ]Nord ou Salluste.
La Kasba a t entoure d'une enceinte rgulire et
continue. Toutes les constructions qui s'y trouvaient ont






- 55 -


t dmolies pour faire place aux casernes d'infanterie,
l'hpital militaire, la prison et l'artillerie.
La rue qui a reu le nom de rue Damrmont a t,
autant que possible, largie et rgularise; on l'a pousse
en outre jusqu'au ravin. La rue de l'Hpital, celle de la
Fontaine, y ont dlouch perpendiculairement.
La rue d'.liiile a t perce dans l'espace compris
entire Redir-bou-el-R'arate et Djama-el-Djouar.
La rue Cahoreau a t ouverte entire Sidi-Ali-ben-
lakhlouf et Tabia.
La place, devant le Palais, a t rgularise et agrandie.
La rue Caraman a t ouverte entire El-Moukof et la
place 'm,,nours, laquelle a t forme par la demolition des
constructions occupant son primtre.
Souk-el-Acer a t agrandi et est devenu la place Ngrier.
Souk-el-Djemaa a fait place au college.
La rue de France a t ouverte depuis Souk-el-Rezel,
au coude de la rue Caraman, jusqu'au ravin, l'chan-
crure du front nord-est, prs de Sidi-Sebani, donnant
ainsi un accs facile 'Rahbet-es-Souf et au quarter de
Chara.
Les rues des Cigognes et Sidi-L'Akhdar ont t perces.
La place de Rahbet-es-Souf a t rgularise.
La mason d'Ahmed-Bey, que les Franais ont appele
la caserne des janissaires, a t dmolie, ainsi que les
petites mosques et maisons environnantes, pour fair
place au thtre et au march aux lgumes.
Mais, ce qui a port le plus rude coup au vieux Cons-
tantine, c'est videmment la perce de la rue Nationale
faisant communiquer la porte Vale avec celle d'EI-Kan-






- 56 -


tara, la Halle aux grains avec la gare, la route de Philippe-
ville avec celle de Batna.
Cette voie, la plus large de celles de Constantine, est
parties de la place Nemours pour venir directement
Ech-Clott, en traversant la Grande Mosque et le carrefour
d'El-Batha; de l, tournant presque angle droit, elle
s'est dirige sur la porte d'El-Kantara, en se tenant au-
dessous de la rue Perrgaux et en coupant les petites
rues qui descendent au board du ravin.
Telles ont t les principles modifications apportes
par nous au vieux Constantine. Le reste, et spcialement
le quarter de Bab-el-Djabia, grce sa position plus
excentrique, a conserv peu prs sa physionomie. Et
cependant bien des angles ont dj t redresss, bien des
rparations ont t faites par des europens et ont enlev
aux maisons ce caractre de haute fantaisie que pouvaient
seuls donner des maons indignes. Enfin, des numros
ont t placs sur chaque porte.
Si les maisons ont t numrotes, les rues ont reu
des noms. En comblant cette lacune, on a eu la gnreuse
pense de perptuer le souvenir des principaux officers
morts pendant le sige, et leurs noms ont servi baptiser
les rues de la ville qu'ils avaient contribu prendre.
Citons par example les rues

Damrmont,
Caraman,
Perrgaux,
Combes,
Vieux,
llackett,







- 57 -


Srigny,
Desmoyen,
Ieblanc,
L'lluiller,
Potier,
Morland,
Cahoreau,
Rouaud,
Madier,
Grand,
Guignard,
Braud.
D'autres ont reu les noms de certaines troupes ayant
pris part au sige. Ce sont les rues :
des Zouaves,
du 96e de Ligne,
du 23e de Ligne,
du 47e de Ligne,
du 17e Lger,
du 3e Bataillon d'Afrique.
D'autres appellations ont t donnes en 'l'onneur lde
la famille alors rgnante ou en souvenir de la Patrie. Ce
sont :
Les places Nemours et d'Orlans,
Les rues d'Aumale,
de France,
et National.
D'autres ont t prises dans l'histoire ancienne locale.
Ce sont les rues :
de Cirta,
(le Massinissa,







- 58 -


de Karthage,
Sittius,
Blisaire,
Salluste,
Salomon (le gnral byzantin).
Enfin, un certain nombre de denominations ont repro-
duit l'ancienne appellation indigne, soit sous sa forme
arabe, soit par l'quivalent franais.
Pour les premires citons :
Place Rabbet-es-Souf,
Place Sidi-el-Djelis,
Hue Arbain-Cherif,
Rue Sidi-Nemdil,
Rue Abd-Allalr-Bey,
luie Bou-Rarda,
Rue 'Sidi-Abd-el-Hadi.
Et pour les autres :
Place des Chameaux,
Rue des Amandes,
Rue du Moulin,
Rue de l'Arc,
Rue de l'Echelle,
Rue des Mouches,
Rue des Bains,
Rue des Alises,
Rue du Mouton,
Hue des Corneilles,
Rue des Tanneurs,
Ru e de l'curie.











INDEX GENERAL DE CONSTANTINE

au moment de la conqute franaise

1837


AOUN-EL-KASBA....



AKOUAs- (ou Kous)
BEN-NEDJDA. .....



ARBAIN-CHERIF ....




BAB-EL-DJABIA..... .



(El) BAB-EL-DJEDID..
_,._^-r .LJ


(Les fontaines de la Kasba). Au
bout de la rue Damrmont, l'en-
tre de la rue de la Fontaine.
(Les arceaux de Ben-Nedjda). Ce
nom tait donn la parties inf-
rieure de la rue de l'Arc (Bab-cl-
Djabia).
(Voir Djama-Arban-Cherif). Nom
du carrefour situ devant cette mos-
que, rue Perrgaux, au-dessus du
grand escalier de la rue Nationale.
(La porter de la citerne). Est
demeure intact en conservant
son nom.
(La porte neuve). Se trouvait au-
dessus de la porte Vale actuelle,
derrire le Trsor. A t suppri-
me.







- 60 -


BAB-EL-KANTARA ....




BAB-EL-KASBA .....
L.~_,_s!l _iL_,


BAB-EL-OUAD.......





BAINS .... . ..
BAZARS ...........
BIn-EL-M1ENAHIEL ...
^jL-Ai- '-[} -">


(La porte du point A t re-
construite par nous la mme
place, aprs exhaussement du ter-
rain, et port le mme nom.

(La porte de la Kasba). Se trou-
vait peu prs l'emplacement (le
la porte actuelle de la Kasba.

(La porte de la rivire). Se trou-
vait plus bas que la porte Vale,
vis--vis le milieu du square no 1.
A t supprime.

loir Hammam.
Voir Souk.
(Le puits des ruchers), nomm
vulgairement Bine-el.l ei lhel. Ce
nom s'applique au trajet suivant:
Au bas de la rue de l'Arc (Bab-el-
Djabia), on entire dans la rue des
Corneilles, qu'on suit jusqu' la
rencontre de la rue des Tanneurs;
on remote la rue des Tanneurs
jusqu' l'angle de la ruelle qui la
faith communique avec la rue de
l'Arc. Tout cet space porte le nom
de Bir-el-lenahel. La rue appele
par nous EI-Menahel et qui dbou-
che dans la rue des Tanneurs, se
trouve donc pour la plus grande
parties en dehors de ce trajet.







- 61 -


BLATE ............
3BRDJ-AsSOUS....






C.RREFOUR ........
CASERNES .........



CHEK-BADANDJALA...



DAR.... ... .....

DAR-AIIMED-BEY ....
^L: x. i:




DAR-AM INE KJOUDJA.


DAR-BACII-TARZI. ...




DAR-BRA.IA Mi-KOUDJA

-.& .> iJ I


Voir EI-Blte.
(Le fort d'Assous). La tour ro-
maine qui avait donn son inoi a
la rue de la Tour et qui a disparu
dans la rectification du rempart de
l'ouest.
Voir IIouma, 11ara et Mahia.
lVoir Kasba, Dar-Alimed-Bey, Dar-
ben-Baba, Dar-bou-Baaa, Dar-el-
Bey.
(L'aubergine fendue en quatre).
Le croisement des rues Combes et
Srigny.

Maison.

(La mason d'Ahmed-Bey). La
vaste construction que nous appe-
lions caserne des janissaires et qui
a t dmolie pour faire place au
nouveau thtre.
(d'Amine-Khoudja). A t dmo-
lie pour l'tablissement du college.
(de Bach-Tarzi). Rue Arban-
Cherif, son dbouch rue Vieux,
dans l'impasse portant le nom de
la famille Bach-Tarzi.
(de Braham-Klloudja). Au bas de
la rue Madier, l'angle de la place
de l'Asile. A disparu.








- 62 -


DAR-BEN-ABD- EL -
LATIF ..........


DAR-BEN-ASSA .....


DAR-BEN-BBAA......
L) L >


DAR-BEN-DALI .....



DAR-BEN-DOU -EZ-
ZATE ..........


DAR-BEN-EL-BEDJAOUi


DAR-BEN-EL-FEGGOUN
(ou Lefgoun)....



DAR-BEN-EL- OUNIFTI.
DAR-B EN-EL- OUNISSi.
_5 -- iJl C-, )! 1

DAII-BEN-EL- AZALI..

DAR-BEN-I!ljDASBA.

DAR-BEN-K.\D-KIASBA.
A-^-^a-3 J.-;lj Y- I D


(de Ben-Abd-el-Laitif. A l'angle
des rues Dali-Moussa et des Abys-
sins.
(de Ben-Assa). 'lo rue Abd-Allah-
Bey, no 10; -- Go rue Vieux, 88.
(de Ben-Baba). La caserne de la
rue Sidi-Nemdil. A disparu et a
fait place un bain maure.
(de Ben-Dali). Impasse de la rue
Abd-Allah-Bey, au-dessous de la
rue de Cirta.
(de Ben-Doub, le marchand
d'huile). Rue des Tanneurs, 6 (Bab-
el-Djabia).
(de Ben-el-Bedjaoui). Rue des
Zouaves).

(de la famille Ben-Lefgoun ou
Ben-Cliekli). Rue Fontanilhes.

(de Ben-el-loufti). Rue Perr-
gaux, vis--vis Arban-Clerif.
(de Ben-cl-Ounissi). Rue (les
Abeilles (Bab-el-Djabia).
(de Ben-el-Rezali). A donn son
nom la rue. Rue de l'Ecurie, 1)
(Bab-el-Djabia).

(de Ben-Kad-Kasba). Rue Vieux,
75.







- 63 -


I)AB-BEN-1\ENAK. .



ljR ou Drrua1i:\l
KOUTCIOUCI-ALI



DAIl-BEiN-OUAIIETI]




DaRl-BEN-OUDINA.



I)DA-BEN-ROUM .


D)An-BEN-ZEri


DARi-Bou-BIAAA ..





DAB-BOU-CII ETTAIA..
L-B LL: .

DAII-BOU-1KIIOUBZA.


(de B'en-Kenak). Rue Pcrrgaux,
entire la >rue de .Mila et Arbain-
Cheri'.
(de Ben-Kloutclouik-\li). Dans la
Kasba, au fond, vis--vis (le la
porte. Disparu.

(de Ien-Ouareth'. Dans une imn-
passe au sommet de la rue de
l'Echelle, sous la place des Cha-
meaux.
(de Ben-Oudina). Impasse rue de
l'Eclielle, au-dessus lde la rue de
Cirta.
(de Ben-Roum). IRue Damrmont,
en fac e de la Kasa. A disparu.

(de Ben-Zekri,. Iue tlu Tribunal,
dans la parties qui dbouche rue
du 6 l' de Ligne.

(de Pou-1Baaa). Ilue Perrgaux,
no 51. A servi de caserne et de
bain. Le nom de Iammam lui est
aussi appliqu.

(de Boin-Chettaba). Impasse rue
Fontanilles EI-Baltha.

(de Bou-Kiloubza). Dans l'in-
passedede la rue Vieux, laquelle
elle a donn son nom.







- 64 -


DAR-BOU-MEZOURA ..



DAR-ED-DEBAR......


DAR-EL-ABADI .....



DAn-EL-BEY. .......






DAR-EL-BISKRI .....



DAR-EL-BOU-CIIIBI...


DAR-EL-EULDJA ....



DAR-EL-HADJ-BRAIIIMi



DAn-EL-HADJ-SAD ..
?, -,. LJl i


(de Bou-Mezoura). Occupait par-
tie de l'emplacement du vieux
thtre, rue Basse-Damrmont.

(La tannerie). Nom donn aux
tanneries bordant le ravin au sud.

(La maison d'EI-Abadi). Dans
l'impasse de la rue du G26 de Ligne,
au-dessous de la rue du Tribunal.

(La maison du bey). Vaste pt
de constructions ayant servi de
palais aux beys et de casernes,
ayant une faade sur la rue Cara-
man et une sur la rue Rouaud.

(du Biskri). Dans l'impasse de la
rue l'lluillier, en remontant vers le
Conseil de guerre.

(d'El-bou-Chibi). Rue de l'Arc,
4. (Bab-el-Djabia).

(de la rengate). La maison Ben-
Zagouta, ayant servi de college rue
Fontanilhes.

(d'El-Hadj-Biralim). Impasse rue
(lu 26c de Ligne, no 21.

(d'El-lladj-Sad). Rue des Abys-
sins, laquelle elle a donn son
nom, Zenket-el-HIadj-Sad.







- 65 -


DAL-EUL-EALI FA .







-J








n r- 0 U S S B r v..




DA R-SAGLAIl -BEY..

e L
D.Zn-GuN.n........



P.xn-lIous;sEN~-BE~v'..




f).n-l~ELAL........



D.xnr:-S.~L.N-13Ev'...



D~~n-SAn.... ...


(du Khalifa) Il existait deux
maisons tce ce nom : '10 l'une
occupe maintenant par le Trsor,
rue Basse-Damiremont; 2o et l'au-
tre l'angle de la rue Traversire
et de la rue Morland (Bab-el-Dja-
bia).
(d'EI-Kliouacliemi). Impasse de
la rue du 26d de Ligne, plus bas
que celle de Dar-el-Abadi.
(d'Engliz-Bey). Appele mainte-
nant Dar-Salah-Bey, rue d'Isral
la vote.
(de Grina). Rue de Bagdad et
boulevard de l'Ouest (Bab-el-Dja-
bia).
(de IIoussen-Bey). Rue Braud.

(du Cad de l'orge). Prs Ralibet-.
es-Souf.
(des crutches Rue Perrgaux,
entire la rue Nationale et la rue de
Mila. (A disparu).
(de Salaih-Bey). 10 Au bout de la
rue Caranan, sousila volc; 10 rue
d'lsral i Mekad-el-llout.
(de l'orfvre). Rue Damrmont,
en face de la Prison militaire. (A
disparu).







- 66 -


DAR-SEKFALI ....
eJ Lsi-C

DAR-TCHAKEB-BEY .



DiAn-TCHANDE LI-
BRAIIAM .........


[LAR-ZAOUCHE .....



DJAMA......... ..










DJAMA- A' RnN- CIIE -
RIF ............



DJAMA-EL-AKHDAR...


DJAMA-EL-BIAZnI ....
,s j 1 .-1. e


(de Sekfali). Rue
prs d'El-Mouilha.


des Zouaves,


(de Tchaker-Bey). Dans le carre-
four situ au milieu de la rue de
Mila.
(de Tchanderli-Braliam). Sous la
vote de ce nom, rue Vieux.

(de Zaouche ou des moineaux).
Impasse rue Perrgaux, entire la
rue de Mila et Arban-Cherif.
(Mosque). Les difices affects
au culte se divisent, par rang d'im-
portance, en Djamd, Mesdjed et
Zaouia. Ces difices ne sont sou-
vent dsigns que par le nom de
leur patron : Sidi un tel. Dans les
Djam se faisaient la Klioiba (ser-
mon) et la prire au nom du prince
rgnant.
(La mosque des 40 cherifs). Rue
Perrgaux. Occupe maintenant par
la Mahakma du Cadi de la 'Ire cir-
conscription.
(d'EI-Akhdar). Au bas de la rue
Sidi-L'Akhdar).
(de l'picier). Se trouvait rue
Grand, Soiik-el-Djemiaa. (A dis-
paru).














;; s
L











SOUFj.... ...
DJA.I-aEL-KASB. ....
J ./L.

DJAMA-KilELI. . . ..
L.L= <.Lz






ZEL ............

DEn J-BA.\lBE-EL-DJA-
SoI ............
EIA . . . . . .


Ec-Ci.iAnA ........
Lt. i




EciI-Ciu ni:A Li LN ...
.. ._ l


- 67 -

(des femmes). Iue Caraman, an
dblouch de la rue d'Aumalc. (A
disparu).
(du noyer), appele aussi de
Sili-Ahmed-Zerroug. Rue Caraman,
pires le dbouch de la rue Riche-
panse et place de l'Asile. (A dis-
paru).
(de la Kasba). A disparu pour
fire place aux constructions de
l'Hpital militaire.
(de Klielil). Vers le trajet de la
rue Leblanc. (A disparu).
(de Ilahelt-es-Souf). A disparu
pour fire place l'ancien lipital
civil.
(de Souk-el-Rezel). La Cathdrale
actuelle, rue Caraman.

(Les escaliers de Bab-el-Diabia).
Actuellement la rue de l'chelle.

(La rue Marchande). Ce nom
s'appliquait au quarter qui avait
t assign aux Juifs par Salahl-
Bey; il est traverse par les rues
Grand et de Constantine.
(Les fabricants de chaussures de
femme). Voir Souk.






- 68 -


ECII-CnoTT ........



ED-DERBB..........



ED-DnBA ...... .






EL-ATTARINE ......


EL-BATIIA .........



EL-BLATE .........




EL-BBADANIE ......

EL-DJEZZAINE. ....


EL-FAllIIAMINE .....


EL-GUESSAANE ....
.-Ac_ La_._Jl


(Le board Quarter bordant le
ravin l'angle de la rue Nationale,
sous la Poste.
(Le palais). L'ancien palais du
Bey, occup maintenant par le
Gnral de Division.
(Le petit palais). Nom donn aux
dpendances du palais, au-dessus
et au-dessous, et notamment l'an-
cienne subdivision et la parties
voisine de Dar-el-Bey qui a servi
au campement, rue Caraman.
(Les droguistes). Voir Souk.

(L'emplacement uni). La rue
Fontanilhes et la rue Nationale, en
face de la grande Mosque.
(Le pavage en dalles). Le par-
cours (le la rue Caraman, depuis
l'angle derriere l'Eglise jusqu' la
place Ngrier.


(Les fabricants
Souk.
(Les boucliers).


de blts). Voir


Ioir Souk.


(Les charbonniers). Voir Souk.


(Les fabricants de plats en bois).
Voir Souk.







- 69 -


EL-l.\ ns cl Ei.-lLI\ns.\
C--
Ei.-ll. i ,n.\ nINE .....

EL-Il nA-l _.-ll m .




EL-I IAoUCI ........


EL-KANTAr .......
J- -

EL-KASBI ........




EL-KAZZ.\INE......


EL-KllADDARiINE . .


EL-K nAnI ZINE ...


EL-Kous ..........

Cr -j


(La prison). Dans la Kasba,
droite de l'entre.

(Les forgerons). Voir Souk.


(Le quarter rouge). Rue Vieux,
vis--vis du dbouch le la rue du
3e Bataillon-d'Afrique.
(Le parc). Le boulevard de l'Est,
au-dessus de la porte d'El-Kantara.
Le pont). Nom du point et du
quarter situ au-dessus. (V. IIou-
met).
(La Kasba). Runion de cons-
tructions particulires, de mos-
ques et fortifications, etc., don't
nous avons fait la Kasba actuelle.
(Les passementiers). Voir Souk.


(Les marclands de lgumes). Voir
Souk.

(Les cordonniers), Voir Souk.



(L'arceau). Ce nom tait donn
i deux endroits : 1' l'un situ vers
la rue Sittius; o et l'autre au bas
de la rue de l'Arc, appele aussi
Akouas-ben-Nedjda.







- 70 -


EL-MERMA .........





EL-MILNE ........

EL-MOUILHA .......




EL-MOUKOF........








EL-MOUnn ou MRARR.



EL-BERABLNE.....

EN-NEDJARINE .....


En-RECIF ........


(L'endroit o l'on jette). Echan-
crure sur le bord du ravin, au-
dessous du Chott, d'o l'on jetait
les immondices. On l'appelait aussi
l.erma-el-Azbal (des fumiers).
Les Miliens). Voir Zekak.

(La petite (source) sale). Rue
des Zouaves, au-dessous de la rue
Damon, o se trouvait, parait-il,
une source sale.
(Plusieurs tymologies sont pro-
poses au sujet de ce nom, qui pa-
rait vouloir dire : le lieu de reunion,
l'endroit o l'on se tient). Cet em-
placement se trouvait au dbouch
(le la rue Cahoreau dans la rue
National, derrire l'htel de Paris.
(Regt EI-Memarr (Le passage).
Rue Damrmont, l'entre de la
rue du 26e de Ligne.
(Les tamisiers). Voir Souk.

(Les menuisiers). Voir Souk.


(Le tas). Sous le fondouk aux
huiles, entire la rue Rouaud et la
rue Nationale, prs de Sidi-Abd-cr-
Rahmane-el-Menatki.







- 71 -


En-REKIKAKINE .....


Es-SA n'A ..........


Es-SEBBARINE .... .


Es-SERRADJINE .....


FONDOUK........

FONDOUK-BEN- NOUI -
OUA. ...........


FONDOUK-- EL-- IIAFSI
ou Ez-ZITE ......



FONDOUK-KiSSARLI..



FRANE-BARRO ......







HADJERET-EL-BIR...
_-N.J S


(Les parchemineurs). Voir Souk.


(Les bijoutiers). Voir Souk.


(Les teinturiers). Voir Souk.


(Les sellerss. Voir Souk.


(Ecurie publique).


(de Ben-Nouioua). Rue Braud,
derrire le service des Mines.

(d'El-Hafsi ou de l'huile). Dmoli
pour la perce de la rue Nationale,
en face du service des Mines.

(de Kissarli). Son emplacement
est occup en parties par le Tribu-
nal de Ire Instance, place Ngrier.
(Birrou ou Barroum) (les fours
de Birrou). Rue Perrgaux, des
deux cts de la rue Dali-Mloussa.
D'anciens fours chaux ou pltre
se trouvaient, parait-il, en cet en-
droit.
(La pierre du puits). Place
d'Aumale, devant la pharmacie Sca-
paronne).







- 72 -


IIHAMMM .........
L_-_
IIAMMAM-BEN-CIIARIF.

s- -? (* lL--a
ITAMMAM--BEN-- DJEL-
LOUL...........


IIAMMAM-BEN-NAMANE



HAMMAM-BOU-BAAA

'- 7 1


HAMMAM-DEGGOUDJ..



HAMMAM1-EL-HAOUA..


IIAMMAM-KAA-EL -AT-
TARINE .........



HAMMAM-SOUL-EL-RE-
ZEL ............


IIAMMAM-ES-SOULTAN.
L LL-)L L


(Bain, tuve).


(de Ben-Charif). Sous la place
des Chameaux.
(de Ben-Djelloul). Rue Srigny,
sous la rue de France.


(de Ben-Nmane). Dans la ruelle
faisant correspondre la rue des
Zouaves avec la rue Abd-Allah-Bey.
(de Bou-Baaa). A servi aussi de
caserne et est devenu une maison
particulire, portant le no 52 de la
rue Perrgaux.
(de Deggoudj). Rue des Bains,
l'angle de la rue du 30 Bataillon-
d'Afrique.
(du ravin). Au-dessous de Dar-
Kelal au Chott. (Disparu).

(du bas du quarter des dro-
guistes). A disparu dans la perce
de la rue Nationale, sous la rue
Ilouaud.
(de Souk-el-Rezel). Rue du 47e
de Ligne, sous la rue de France.

(lu sultan). Rue Desimo'en,
maison dite de Salah-Bey.








- 7:.> -


E I 1.- 1












I louME IT-BI:B*)EL- i\AN-



.lou.i ..T-C IIAB.\ ...


I I 1Ocu ..E ..-. E.L. .l.



IIOUM.ETr-h\EDDID.1


llOuLIMET-IMESSASSA



ll0uIET -SIDI -BOU-
.. . -. . .


IIOUMET-SOLAIII .


Le petit bain). Occiipait un
anglc miles dpendances de la grande
Mosque, rue Nationale. A disparu)

Qijartiei' .


(de lIab-el-Djabia). S'applique
tout l'espace compris entire le bou-
levard de l'Ouest, la rue Nationale
jusqu' son coude et le ravin.
(de Bab-el-Kantara). L'espace
compris entire le boulevard de l'Est,
la rue de Mila et le ravin.

'Vo'r Cliara.


(de la Kasba). S'applique l'em-
placement occup par la Kasba
actuelle.
(de Keddida). Dans la Kasba, en
face de la porte.

(de Massinissa?). L'entre de la
rue MassiniLsa, rue Basse-Damr-
mont.
(de Sidi-Bou-Maza). *Le bout de
la rue Perrgaux, depuis la rue
Sidi-Bou-3Maza jusqu' El-Kantara.

(des piliers). Rue Desmoyen,
derriere le Palais.









- 74 -


IIOU.NET-TAuIA. .....






IIOU.IET-TOBBALA ...


IMPASSE...........


KAA-ECJI-CIIARA. .



I{AIIOUET-ED-DEBI3BANE





Re'1IIEF-CIIEIoURA







l\I1EEBET-E L-IAAB...



KEIMIJET-TINA .......


(de Tabia). Partie comprise entire
le boulevard du Nord, la rue Dam-
rmont et la rue du Roclher. Se
divisait en Tabia-el-Kebira et Tabia-
el-Berrania.


(des timbaliers). iRue
(Bab-el-Djabia).

Voir Zenka (le mot
Rar'a).


(es Abeilles


propre est


(Le bas de Chara). La rue de
Constantine, au-dessus d'EI-Kan-
tara.
(Le caf des monches). Rue des
Mouches, parties, occupe par les
boutiques de l'tablissement des
Jsuites.

(Le rocher des sacs). Kasba, le
board du rocher dominant les cas-
cades. Selon la tradition, c'est le
l qu'on prcipitait,.sous les Turcs,
les femmes don't les beys voulaient
se dbarrasser.

(La ruine (ou l'curie) des Ara-
bes).' Rue Sidi-Bou-Rar'da, prs de
Sidi-Rached (13ab-cl-Djabia).

(La ruine de Tina?. Partie tou-
cliant le rempart de l'Ouest, a ct
de Klherrara (Blab-el-lDjabia).







- 71-) -


Ko UC I ...........


Ik 0Il cil 111- :s nu. o -
RA . .. .. . .


KOUCIIET-EL-DJEBS M 11


.L-.O. ........
li OUC I EI .l E L M : ECI-I:-




0 U C 11 ET-ES- SE R RADM


R\OUCIIET-E-"X-ZTE .



kiOUs-TI.\I u. .......


Ml.\1SN.............
M'A IlLET-Eri.-A.%. mA it.[L


(L'cgofil,. La depression situe
a,-dlessous (le Bab-cl-D.jabia, bou-
levaird di e I'Ouest.
/Le d (me e Bccllir). A l'angle
dle la rue iid Roclier et de la rue
)Damrinmolt.
(Koucliet). Four et boulangerie.


'Le four dle Ben-Nouara). Au
debloucih de la rue Namoun, rue
Sidi-Nemdil.
(Le four pl.tre). Rue d'Isral,
vers l'entre de la rue Varna.

(Le four ou boulangerie d'El-
Mccebbah). Rue Rabier.


(du sellerr. Rue Abd-Allah-Bey,
au-dessous de la rue dle Cirta.

(du marchand d'huile). Peliie
place au milieu de la rue Morland
(Bab-el-Djabia).
(L'arc de Tabia). Vers la rue
Leblanc. (A disparu;.
l'oir Dar.
(Quartier des Amamra). La p;irtie
infricure de la rue du '6o (le
Ligne.










MARCI ... ......
MEDRAA..........










MEDRACIH ... ...


M.EKAAD-EL-HOUT...
S, -

M EKAAD-EZ-ZOUAOUA.



M1ERMA-EL-AZBAL ..


MESDJED..........




MlESDJED-IAFCA ....



MILA-SHEIR'A. .......
^ * *


I'oir Souk et Rahba.
colee suprieure). Il n'y avait
Constantine que celle de Sidi-el-
Kettani, que nous avons conserve
et don't nous avons refait la faade
sur la place Ngrier, entire le Tri-
bunal et la mosque'de Salali-Bey,
portant aussi le nom de Sidi-el-
Kettani.
(Ecole isralite). Prs de Sidi-el-
Biazri, Souk-el-Djema.
(Le sige du poisonn. Rue
d'lsral, prs la place de Rahliet-
es-Souf.
(Le sige des Zouaoua). Dans la
rue qui monte de la rue de France
la place Ngrier.
Voir Il-Merma.


(Mosque). Ce nom tait donn
aux mosques (le moindre impor-
tance que les Djama. On n'y laisait
que la prire.
(La mosque de (madame) halra).
Rue Abd-Allali-Bey, au-dessus de
la rue de Cira. .
(La petite Mila,. Carrefour au
milieu (le la rue (le Mila, devant
la maison de Tcliaker-Bey.


-- 76 -







- 77 -


Mlos QuI;I:. ..........






OULAD-iW):FT-I'IASSEN



11.% -1is .. . .

POnTE ... .

QuAR'nnIi.. .~..

BAIiBA ..


BtAII3ET- BEN-SAD ..



JL_%









3 ) j-!-'-A


Voir )Djama, Mlesdjed et. Zaouia.
l'oir aussi ai Sidi, l'tablissement
tant souvent dsign par le nom
du saint sous le vocable duqnel il
est plac.

Groupe de bliments portant le
!c nom de cette famille,' dans hl
Kasba. (A disparu).

Voir Ed-Derb et Ed-Dreiba.

Voir Bab.

Ioir llouma, IIara et Malila.

(Rali)et). Halle ou march.


La halle de BIen-Sad,. Ancien
nom de la place des Chameaux.

'La halle des Chameaux). Nous
en avons fait la place des Cha-
nceaux.

'La halle (le la Laine'. Nous en
avons fait la place Rahbet-es-Sonf,
appele vulgairement place (les
Galettes.
'La tite (de la rue) des Cordon-
niers). A l'angle des rues Combes
et Roiaiid, o se trouve la Zaonia
de la famille Ben-cl-leggonn lilani-
imonda .







- 78 -


RAS-SOUK- EL-ACEn..


REDIR-BOU-EL-RARATE





RoUS-ED-DOUAMii S...







RUE ...... ......


SABATE ........ .


SABATE-BEN-EL BoU -
Clum ...........


SABATE-IEN-EL-11AM -
L.\OUI ..........


SABATE-BEN -FELLOUS




SABPATEl BEN CH,\N-
DELLI-BBAHIAM. ...
*i. z. L


(La tte (le Soiik-el-Acer. A
l'entre de la place Ngrier.

(La mare (le l'endroit des caver-
nes). La place d'Orlans et la rue
Damrmont, vis--vis l'entre dela
rue d'Aumale.

(Ls tEtes des souterrains). Hue
du Palais. Les Indignes placent i
cet endroit l'entre des souterrains
qui, d'aprs eux, sillonneraient une
parties de la ville.

loir Zenket, Zekak, Souk et
Chara.

(Vote, passage covertt.


'de Ben-el-Bou-Chibi). Entre de
la rue de 'Arc (Bab-el-Djabia.


(de Ben-el-llamlaoui). Rue de
l'Alma, au-dessus de la rue Sidi-
Bou-W'arda (Bab-el-Djabia .

(de Ben-Fellous). Au bout de la
rue flouaud, derrire la Poste ac-
tuelle. fA disparu).

(de Ben -Tclauderli Braham).
Longue vote au dbouch de la
rue Vieux sur Rahbet-es-Souf.








- 79 -


.~i l . .. .. .




A.\GHA.




AiSSA ..........



SABATE-DAR-EL-jET Y



SABATI lIA R-EL-NiA -
LIFA ....






SAB1ATE-DAR-EL -
lKIIET)II ........


SABATE DAR 1IoUs -
S "IN-B:E.I .......




SA I.N T E- l)BA-ES-S' ED


isauix entire les numros 79 et 04
(Bab-cl-Djabia).

(de la maison du Bacl-Agha,.
Au-dessus de Dar-el-Bey, vers la
rue Combes. (A disparu).

(de la mason de Ben-Assa). [ue
Vieux, l'angle de la rue de
l'Aigle.

(de Dar-el-Bey). La vote don-
nant accs Dar-el-Bey sur la rue
Caraman.
(de la maison du Khalili!a). Prs
de l'htel du Trsor, rue Damr-
mont. A disparu. Il existe une
autre vote du mme nom, rue
Morland, avant d'arriver Kouchet-
ez-Zate (Bab-el-Djabia).

(de la maison d'El-Klietmi). Rue
Cahoreau, derrire l'htel d'Orient.
(A disparu).

(de la maison de IHoussen-Bey).
A l'entre de la rue Abd-Allal-Bey,
rue Braud. On l'appelle galement
du nom suivant.

(de la patte du lion). La mme
que la prcdente.








- 80 -


SABATE- DJAMA-EL-
DJOLZA .........


SABATE-ED-DBA .


SABATE-EL-HANENCIIA
his L-AS L_ 1-
SABATE-EL-KIIALIFA .



SABATE-EL-KIIAMMAR.



SABATE -EL-KIHEROUFI


SABATE-EL-KOURA...



SABATEF-ME KAD-EL-
HIOUT ..........


SABAT E-SOUK -E L-
ACER ...........
.E- -T-xl k- .. L-.--

SETTI-FRIKIlA ......
A- S- k- -


(De la mosque id'E-Djouza,. La
vote rue Caraman entire la rue
des Cigognes et la place d'Asile.
(du petit palais). Derrire l'-
glise. (A disparu).
(Des Ianenclia). Rute du Trsor.
(A disparu).
(du Khalifa). Rue Morland, avant
d'entrer Kouchet-ez-Zate Bab-
el-Djabia).
(du marchand ou'du buveur de
vin). Rue Bagdad (Bab-el-D)jabia).
(A disparu).
(d'EI-Kheroufi). llue du Mouton
(Bab-el-Kantara;.

(du boulet). Longue vote au
dbouch de la rue Combes sur
Ralibet-es-Souf.
(de Mekad-el-Hout), rue d'Isral.



(de Souk-el-Acer). Appele aussi
Sabate-Dar-Salah-Bey. Au bout de
la rue Caraman.

(Oratoire de madame Frikha).
Sous la place Ngrier. Est occup
actuellement par la Sous-Inten-
dance militaire.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs