• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Présidents honoraires - Composition...
 Membres honoraires
 Membres titulaires
 Membres correspondants
 Sociétés correspondantes
 Sociétés étrangéres
 La Dynastie marocaine des Beni...
 Conclusion
 Toponymie phénicienne - Sur le...
 Curieuse Tombe romaine de...
 Etude sur les serments des Indigénes...
 Industries préhistoriques...
 Etudes de palethnologie maghre...
 Note sur une inscription arabe...
 Voeu
 Nécrologie
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00010
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00010
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Présidents honoraires - Composition du Bureau pour 1919 et Commission des manuscrits
        Page iii
    Membres honoraires
        Page iv
    Membres titulaires
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Membres correspondants
        Page ix
        Page x
    Sociétés correspondantes
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Sociétés étrangéres
        Page xv
        Page xvi
    La Dynastie marocaine des Beni Wattâs - Auguste Cour
        Page 1
        Page 2
        Préface
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
        Introduction
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
        Anarchie et rivalités dans la famille Mérinide á la veille de la régence des Beni Wattâs
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
        La régence des Beni Wattâs et le régne d'Abd el Haqq, le dernier Mérinide
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
        Régue de Mohammed ech-Cheikh, fondateur de la dynastie des Beni Wattâs
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
        Etat politique, économique et religieux du Maroc, á la mort de Mohammed ech-Cheikh
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
        Régne de Mohammed al Bortgali
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
        Régne d'Abou 'l 'Abbas Ahmed, jusqu'á sa premiére captivité
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
            Page 172
            Page 173
            Page 174
            Page 175
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
        Interrégne d'An-Naçir al Qaçri
            Page 184
            Page 185
            Page 186
            Page 187
            Page 188
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
            Page 210
        Régne de Abou 'l Hasan 'Ali, dit Bou Hassoun, le dernier Sultan Wattâside
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
            Page 223
            Page 224
            Page 225
            Page 226
    Conclusion
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Index des noms de personnages et de tribus cités
            Page 235
            Page 236
            Page 237
        Erratum
            Page 238
            Page 239
        Table des matiéres
            Page 240
            Page 240a
    Toponymie phénicienne - Sur le préfixe GI, LAM, RVS et SVB de certaines localités de l'Afrique du Nord
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 244a
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 262a
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 278a
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 288a
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 296a
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 304a
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 314a
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 350a
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 356a
        Page 357
        Page 358
        Page 358a
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 446a
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
    Curieuse Tombe romaine de Aïn Barbar
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
    Etude sur les serments des Indigénes d'Algérie
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
    Industries préhistoriques sahariennes
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
    Etudes de palethnologie maghrebine
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 518a
        Page 518b
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 524a
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 530b
        Page 531
        Page 532
        Page 532a
        Page 532b
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 542a
        Page 542b
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 546a
        Page 547
        Page 548
        Page 548a
        Page 549
        Page 550
        Page 550a
        Page 550b
        Page 551
        Page 552
        Page 552a
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 558a
        Page 558b
        Page 559
        Page 560
        Page 560a
        Page 561
        Page 562
        Page 562a
        Page 562b
        Page 563
        Page 564
        Page 564a
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 570a
    Note sur une inscription arabe de la "Kasbah"
        Page 571
        Page 572
        Page 573
        Page 574
    Voeu
        Page 575
        Page 576
    Nécrologie
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
        Page 581
        Page 582
    Table of Contents
        Page 583
        Page 584
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text


__~ ~ ~ ~~ __ ____ __ i


RE CUEIL


V


Notices et Memoires
DE LA
SOCl) T I AL CHIOLOGIQUI
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE

9 v, VOLUME DE LA CINQUII IE. SI T IE

CINQiANTE [DEUitliME XOll.i lE DE LA COLLE1 1.I I.N

ANNEES 1)19-1920


CONSTANTINE
Im l,'imie*s i., Vvo D. BI, 1 ifl %\, 21, rue Caraman


ALGER
JOURDAN, LIBRAJRE-EDITEUR'
Place du Gouvernement


PARIS
RENE- ROGER
LiUprairie africaine et coloniale
38, 'rue de Fleurus
2'1 .


-- --------t


\5.


4


I^




















UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES


111- -e --- ------ -----


I
-- ~ ,, I










RECUEIL
DES

Notices et Memoires
DE LA
SOCIETY ARCHEOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE

9e VOLUME DE LA CINQUIIME SERIES

CINQUANTE-DEUXIIME VOLUME DE LA COLLECTION

ANNIES 1919-1920









CONSTANTINE
Imprimerie Vve D. BRAHAM, 21, rue Garaman
ALGER PARIS
JOURDAN, LIBRAIRE-EDITEUR RE Nj ROGER
Librairie africaine et colonial
Place du Gouvernement 38, rue de Fleurus
1924


















Avis important




ARTICLE 29 DES STATUTS. ( La Soci'te laisse aux
( auteurs la responsabilit6 des faits et deductions histori-
a ques, archeologiques, scientifiques ou autres, exposes
a dans les m6moires imprim6s dans son Recueil. a












LISTED DES MEMBERS DE LA SOCIETf

-f-


PBESIDENTS D'HONNRETT

MM. ABEL, Gouverneur G6riral de 1'Alg6rie.

LAMY-BOISROZIER, ? Pr6fet du D6partement.
VALENTIN, C. *, G6n6ral, commandant la Division
de Constantine.
MORINAUD, O. -, O IQ, D6put, Maire de Constantine.




Composition du Bureau pour 1919


President :
I'r Vice-President :
2e Vice-Prdsident :
Secretaire-Bibliothecaire :
Tresorier :


M. MORRIS.
M. COURT.
M. BONNELL.
M. 'THEPENIER.
M. DEBRUGE.


Commission des Manuscrits

MM. MoRRIS, Prdsident;
COURT,
Bosco,
DEBRUGE, Membres
BONNELL,
THAPENIER,











WEIMB3RES )ROXOHRAXHIS




1904 MM. BABELON, *, membre de l'Institut, conser-
vateur b la Bibliothbque national, rue de
Vermeuil, 30.

1904 BALLU, O ,O I Q, inspecteur des Monuments
historiques de l'Algerie, rue Blanche, 80.

1893 CAGNAT (RenB), 0 4, OI Q, professeur au
College de France, secr6taire perpetuel de
l'Acad6mie des I nscriptionset Belles-Lettres,
membre du Comit6 des travaux historiques
et scientifiques, 96, Boulevard Montpar-
nasse, Paris.

1919 CHABOT (l'abbe), membre de l'Acad6mie des
Inscriptions et Belles- Lettres, 18, rue Clau-
de-Lorrain, Paris (XVIe).

1891 GSELL, A, OI Q, professeur au Collbge de
France, correspondent de l'lnstitut, 92, rue
de la Tour, Paris.

1904 REINACH (Salomon),-$, 0I Q, membre de
l'Institut, conservatear du Mus6e de Saint-
Germain, rue de Traktir, 4, Paris (xvie ar.).

1904 SCHLUMBERGER (Gustave), A, membre de
l'Institut, Avenue d'Antin, 37.

1892 TOUTAIN, A 0 I Q, directeur i l'6cole des
hautes 6tudes, 25, rue du Four, Paris.











MEMBERS TXIXTU&XflR


1921 MM. ARDIZZONNE, professeur a la m6dersa, Cons-
tantine.
1892 ARRIPE, O -., 0 I Q, Conseiller du Gouver-
nement b Alger.
1916 ARRIPE (Joseph), 0 I Q, administrateur prin-
cipal de commune mixte honoraire, a Cons-
tantine.
1892 AuBRY (Dr), OA ~, ancien s6nateur, S6tif.
1909 BARRAUD (A.), 0 A '~, locleur en medecine,
1, rue Casanova, Constantine.
1921 BARROT (Jules), juge au Tribunal civil, Cons-
tantine.
1917 BASSET (Paul), avocat A la Cour d'Appel, a
Alger.
1916 BERNARD (Eugene), 0 1 Q, propri6taire, a
a Constantine.
1917 BERUARD (Chanoine), cure k l'6glise St-FMlix,
a Constantine.
1917 BESSIERE (MonSeigr), 6veque de Constantine
et d'Hippone.
1920 BLOCH, pharmacien, Constantine.
1911 BONNELL, 0 A Q, architect & Constantine.
1916 BONZOM (Abb6), vicaire b la Cath6drale de
Constantine.
1911 Bosco (Joseph), 0. A. Q, correspondent du
Ministere de l'Instruction publique, Cons-
tantine, 20. avenue d'Angleterre.
1920 BoussoN, adminisirateur, Laverdure.
1895 CAMBUZAT-ROY, propri6taire, Boulevard du
Temple, Auxerre (Yonne).
1876 CARBONNEL, 0 A imprimeur, Constantine.
1883 CHARRIER, 0 A s, sous-chef de bureau de
Prefecture, en retraite, correspondent du
MinistBre de l'Instruction publique, 69, rue
Rovigo, Alger.









1920 MM. CHALIGNE, 6, commanrdant-major, 3e Zouaves,
Constantine,
1920 CARPUAT,administrateur-adjoint, Fedj M'zala.
1918 CLuMENTI, 0 A 0, m6daille militaire, commis
des Contributions directed a Constantine.
1921 CERNON, receveur de l'Enregistrement, Cons-
tantine.
1920 Miss CORBY, charge de missions britanniques, Le
Caire.
1913 MM. COUR, 0 I Q, professeur a la chair publique
d'arabe & Constantine.
1902 DEBRUGE, 0 I Q, contr6leur des Posies, cor-
respondant du MinistBre, Constantine.
1918 DOURNON, O. I. Q, directeur de la mrnersa a
Constantine.
1920 DUBECQ, administrateur de la commune mixte
des Bibans.
1920 EvENou-Nonvts, inspecteur de l'Assistance
publique, Constantine.
1918 FABRE, vice-president du Tribunal civil A
Constantine.
1912 FAUVELLE, O. A. 0, receveur de l'Enregis-
trement, A Alger.
1920 FIDtLE, sous-pr6fet de Guelma.
1906 GASTU, 0 I Q, avou6 honoraire, Constantine.
1907 GAUTHIER, Joseph (l'abb6), secr6taire general
de I'Ev6ch6 B Constantine.
1916 GL9NAT (Jean), conservateur du musee, Alger.
1914 GoussE, m6daille militaire. propri6taire A Se-
gernms par Bou-Ficha (Tunisie).
1920 HINRY, docleur en m6decine, Conslantine.
1919 IEHL, professeur b l'Ncole primaire sup6rieure
& Constantine.
1912 JOLEAUD, docteur 6s sciences, collaborateur
au service de la Carte geologique de l'Alg6-
rie, maitre de conferences a la Sorbonne,
Paris.
1907 JONCHAY (DU), 0 4, g6ndral commandant la
place de Bizerte.










1916 MM. LAFFON (Jean-Eugene), juge d'instruction A
Constantine.
1910 LATOURNERIE (Maurice), 0 A Q, imprimeur,
Constantine.
1903 LEROY, O *, 0 I Q, docteur en m6decine,
Constantine.
1920 KAYSER, missionnaire 6vangelique, Constan-
tine.
1874 LAUZOL, directeur de la Maison Centrale,
Lambbse.
1918 LAVION, *, redacteur principal a la Pr6fecture
Constantine.
1920 LEBELLE, ingenieur-adjoint des Travaux pu-
blics, Constantine.
1920 LEMAIRE, inspecteur principal des For6ts, a
Constantine.
1920 LBETRADE CARBONNEL, administraleur de la
commune mixte d'Ain-el-Ksar.
1878 LUCIANI, t, 0 1 Q, maire d'El-Biar (Alger).
1913 MANIQUET (DE), directeur g6enral de la Com-
pagnie des Phosphates de Constantine, a
Tebessa.
1907 MARCAIS, 0 1 Q, professeur b la Facult6 des
Lettres d'Alger, directeur du Mus6e de
Mustapha.
1916 MARCHETTI. huissier a Constantine.
1920 MARIAUD, O I, Q, conservateur de la bibiio-
th6que, Conslantine.
1914 MASSELOT, 4, secr6taire g6enral de la Pr6-
fecture, Constantine.
1891 MEJDOUB KALAFAT, 4, 0 1 Q, professeur d'a-
rabe au Lyc6e, Constantine.
1896 MERCIER (Gustave), 6, 0 I Q, avocat pres
la Cour d'Appel correspondent du Ministe-
re, Pare Gatlif, Mustaphi superieur, Alger.
1908 MERLIN, 4, professeur a la Facult6, 118, rue
Isly, Lille.
1912 MEYER (Edmond), pasteur protestant, A Cons-
tantine.
1920 MEYER, administrateur de la commune mixte
de Jemmapes.






VII ,


1904 MM. MONTAGNON (l'abb6), OA Q, a Tamaris-sur-
Mer (Var).
1907 MORRIS, 4, OA 0, secr6taire g6n6ral de la
Prefecture, Constantine.
1913 MOUROT (Eugene), 0 A Q, professeur 6
l'Ecole normal, Constantine.
1908 NARBONI(Elie), *,conseiller municipal, Cons-
tantine.
1918 PANISSE, avou6, conseiller general, Guelma.
1917 PAULETTE (Auguste), directeur de la maison
Braham, Constantine.
1920 PERCY-SMIi H, missionnaire evang6liste, Cons-
tantine.
1920 PERIER DE FERAL, attache au Cabinet du Mi-
nislire du commerce, 13, place des Vosges,
Paris (IVe).
1920 PIQUET, 4, docleur en m6decine, Constantine,
1919 POMMEREAU, interprtte judiciaire au Tribunal
civil, Constantine.
1920 PRIMARD, propri6taire, Constantine.
1911 RENAULT (Jules), architect, correspondent du
Ministbre, place Sidi-el Bahri, Tunis.
1911 REYGASSE, 0 I Q, administrateur de la com-
mune mixte de Tebessa, membre de l'Insti-
tut international d'anthropologie, corres-
pondant du Ministere de l'Instruction pu-
blique.
1920 RICHARDOT, administrateur de la commune
mixte de l'Edough.
1917 RIGAL, dessinateur au Service Topographique,
a Constantine.
1881 ROBERT, O I administrateur principal en
retraite, correspondent du Ministere, Bordj
bou-Arreridj (Constantine).
1920 SABATIER, ing6nieur des points et chauss6es,
Constantine.
1921 SAiD, O 4, officer interpreted principal a la
division de Constantine.
1907 SAINT CALBRE, O I directeur de la M6-
dersa, a Alger,










1918 MM. SAIZE, directeur des mines d'Ain Barbar,
department de Constantine.
1920 SALVERT, administrateur, Chateaudun-du-
Rhumel.
1921 SULTAN, avocat, Constanline.
1919 SERGENT (Edmond). directeur de l'Institut
Pasteur & Alger.
1915 THABAUT, -A, directeur des Contributions di-
rectes, b Constantine.
1910 THFPENIER, 0 A ,, contr6leur ffons de direc-
teur du Credit municipal conservateur ho-
noraire du Musde, Constantine.
1911 TOUZE, 0 A Q, receveur des Postes, A Cons-
tantine.
1919 VALLAT. croix de guerre, professeur agr6g6
d'arabe au Lyc6e de Constantine.
11221 VAN DER HEYDEN, professeur A la modersa de
Constantine.



MEMBERS CBORRESPONDANTS



1921 MM. BARBEAU conservateur de la bibliotheque,
Soukl-el-Atlaiine, Tunis.
1889 BERNARD, architect, 3, rue des Cordeliers,
CompiBgne.
1891 BERTRAND (Francois), conservateur- adjoint
du Mus6e de Philippeville.
1900 CARTON (Dr), *, 0 I 0, m6decin-major de
Ire classes, en retraite, correspondent de
l'Institut,Villa-Stella, b Khereddine, par La
Goulette (Tunisie).
1910 CAUSSE, conservateur des HypothBques en
relraile, Batna.
1903 CHERBONNEAU, 0 A ', avou6, Alger.
1917 CHRISTOFLE (Marcel), architecle du Gouver-
nement G6ndral, Bould Malakoff, Alger.










1916 MM. COUTIL (LBon), antropologiste, a Saint-Pierre-
de Vauvray (Eure).
1888 DELATTRE (le R. P.), 4, 0 I ', pr6tre mis-
sionnaire d'Alger, correspondent de 1'Insti-
tut, conservateur du Mus6e de St-Louis
de Carthage, La Goulette (TunisieW.
1890 ESPEHANDIEU, *, 0 I ', commandant d'In-
fanterie en retraite, membre non r6sidant du
Comit6, correspondent de l'Institut, Saint-
Hippolyte-de-Caton, parV6zenobres (Gard).
1912 FERREZ, 0 I Q, commissaire de police, Alger.
1905 FRANCOIS (l'abb6), cur6e Philippeville.
1874 GOYT (A), Cours Saint-Andr6, 19, Urenoble.
1892 HANNEZO, 0 t, 0 I ', lieutenant-colonel,
Saint-Clement, Macon.
1917 LAYNAUD (Mgr), archev6que d'Alger.
1901 LOIZILLON, t, administrateur principal en re-
traite, Miramar Pointe Pescade (Alger).
1908 MAITROT, 0 4, 0 I ', commandant de gen-
darmerie a Ajaccio.
1917 OPPETIT (Gaston), administrateur a TI'nes
(Alger).
1916 PARES (Baptiste), n6gociant a Bouira.
1913 ROLLAND (Edouard), avocat B Biskra.
1902 ROUQUETTE (Dr), *, 0 1 ', m6decin-major
chef de service, correspondent du Ministbre,
4, place de la Libert6, Nice.
1908 SOLIGNAC (Marcel), licenci6 6s sciences, g0o-
logue, charge de mission, 4, rue d'Angle-
terre, Tunis.
1917 THEPEN1ER (Adolphe), 4, croix de guerre,
lieutenant honoraire, adjoint technique des
Points et Chaussees, villa des Thuyas,
Hammam-Lif (Tunisie).
1903 VALLET, #, O A Q, ancien publiciste, conseil-
ler g6n6ral, Fedj-M'zala.
1905 VEL, 0 A 0, inspecteur de l'assistance pu-
blique, 3, rue Rabelais, Oran.










LXSTE DES COMMUNES
du Department de Constantine qui pretent leur
appui & la ( Societe ,


Ain-M'lila (mixte).
Ain-Mokra (mixte).
Ain-el- Ksar (mixte).
Ain-Bteda (pl. ex.).
Ain-Tinn (pl. ex.'.
Ain-Abessa (pl. ex.)
Bordj-b. Arr6ridj (pl. ex.).
Djidjelli (pl. ex.).
El-Milia (mixle).
Fedj-M'zala (mixte).


Le Hamma (pl. ex.).
Guergour (inixte).
Grarem (pl. ex.).
Khenchela (mixte).
Les MAadid (mixte).
La Meskiana (mixte).
Rouffach (pl. ex.).
La Soummam (mixte).
Souk-Ahras (mixte).
Tebessa (mixte).


SOCXITES CORRESPONDANTES



AGEN. Soci6t6 d'agriculture, sciences et arts.
Aix. Acad6mie des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
Societe d'6tudes provenCales.
Bibliothbque de 1'Universit6.
ALAIS. Soci6t6 scientifique et litt6raire.
ALGER. Ecole sup6rieure des Lettres.
Soci6te de g6ographie d'Alger et de l'Afrique du
Nord.
Socie16 historique alg6rienne (Revue a/ricaine).
ALSACE-LORRAINE. Soci6t6 d'histoire et d'arch6ologie de
la Lorraine, a Metz.
Societ6 pour la conservation des mo-
numents historiques de 1'Alsace, a
Strasbourg.











AMIENS. Societe des antiquaires de Picardie.
ANGOULEME. Socit6e arch6ologique et historique de la
Charente.
AUcH. Societ6 arch6ologique du Gers.
AUTUN. Soci6tde duenne.
AVALLON. Societe d'6tudes.,
AVIGNON. Acad6mie de Vaucluse.
AUXERRE. Soci6te des sciences historiques ei naturelles
de I'Yonne.
BAR-LE-Duc. Socie6t des lettres, sciences et arts.
BEAUNE. Soci6t6 d'archeologie.
BEAUVAIS. Societe acad6mique d'arch6ologie, sciences
et arts du department de l'Oise.
BEZIERS. Soci6td arch6ologique, scientifique et litt6raire.
B6NE. Acad6mie d'Hippone.
BORDEAUX. Soci6et archeologique.
Soci6t6 de g6ographie commercial.
BOURG. Bulletin de la Societe de g6ographie de l'Ain.
BOURGES. Soci6te historique, litteraire et artistique du
Cher.
BREST. Societ6 acad6mique.
CHAMB9RY. Soci6t6 savoisienne d'histoire et d'archeo-
logie.
CHARTRES. Societ6 archeologique d'Eure-et-Loir.
DAX. Societ6 de Borda.
DouAI. Union geographique du Nord de la France.
EPINAL. Soci6te d'6mulation des Vosges.
GAP. Soci6te d'6tudes des Hautes Alpes.
GRENOBLE. Acad6mie delphinale.
GUiRET. SociL6t des sciences naturelles et archeologi-
ques de la Creuse.
LANGRES. Soci6t6 historique et archeologique.
LAON. Soci6te acad6mique.
LIMOGES. Societ6 archeologique et historique du Li-
mousin.
LYON. Societ6 litteraire, historique et archdologique.











LYou. Academie des sciences, belles-lettres et arts.
Bulletin historique du diocese de Lyon.
LE MANS. Soci6t6 historique et arch6ologique du Maine.
MARSEILLE. Soci6t6 de statistique.
Soci6t0 archeologique de Provence, 63, bou-
levard Longchamps.
MAROC. Ecole superieure de langues arabes et berberes,
A Rabat.
Bulletin des Archives berberes et de la cores-
respondance africaine, A Rabat.
MONTAUBAN. Socidt6 "6 1 l,'': ;.juii du Tarn-et-Garonne.
MONTBALIARD. Societ6 d'6mulation.
MIONTPELLIER. Societ6 languedocienne de geographie.
Soci6(6 archoologique.
NANCY. Acad6mie de Stanislas.
Soci6t6 d'arch6ologie lorraine et du mus6e his-
torique lorrain.
Soci6t6 de geographie de 1'Est.
NANTES. Soci6t6 arch6ologique.
NARBONNE. Commission archBologique.
NICE. Socite6 des lettres, sciences et arts.
NiMES. Acad6mie du Gard.
ORAN. Soci6t6 de g6ographie et d'arch6ologie.
ORLEANS. Societ6 arch6ologique et historique de l'Orl6a-
nais.
PARIS. Institut de France.
Comit6 des travaux historiques et scientifiques.
'Bulletin de l'Ecole des Chartes.
Societe des antiquaires de France.
Socite6 d'ethnographie.
Soci6te de g6ographie.
Soci6t6 d'anthropologie.
Association pour l'encouragement des etudes
grecques.
Soci6te des 6tudes historiques.











PARIS. Revue g6ographique international.
Mus6e Guimet.
Revue des Colonies et des Protectorats, minister
des Colonies.
R6union d'6tudes alg6riennes, 12, galerie d'Or-
16ans.
Bulletin de la Soci6t6 des 6tudes colonials et
maritimes.
PERPIGNAN. -- Soci6et agricole, scientifique et litteraire.
PERTUlS. Ath6nde de Pertuis (Vaucluse).
POITIERS. Soci6t6 des antiquaires de l'Ouest.
REIMS. Acad6mie national.
RENNES. Soci6t6 archeologique d'llle-et-Vilaine.
ROCHECHOUART. Soci6t6 des Amis des sciences et des
arts.
RODEZ. Soci6t6 des lettres, sciences et arts de l'Aveyron.
ROUEN. Commission des antiquit6s de la Seine-Inf6-
rieure.
SAINT-BRIEUC. Soci4t6 d'6mulation des C6tes-du
Nord.
SAINT-DIE. SocietB philomathique.
SAINT MALO. Soci6t6 historique et arohiologique.
SAINT-OMER. Soci6t6 des antiquaires de la Morinie.
SEMUR. Societe des sciences historiques et naturelles.
SENS. Soci6t archoologique.
SoissoNs. SociBtW arch6ologique, historique et scienti-
fique.
SoussE. Bulletin de la Soci6et archeologique.
TOULON. Acad6mie du Var.
TOULOUSE. Academie des sciences, inscriptions et belles-
lettres.
Bulletin de la Societ6 de geographie.
Societ6 archBologique du Midi de la France.
Touas Soci6t6 d'arch6ologie de la Touraine.
Sdci6t6 d'agriculture, sciences, arts et belles-
lettres du d6partement d'Indre-et-Loire.
Societ6 de geographie.











TUNIS. Institut de Carthage. Association tunisienne
des lettres, sciences et arts, a Tunis.
VALOGNE. Memoires de la Soci6t6 arch6ologique.
VANNES. Soci6t6 polymathique du Morbihan.
VERVINS, Soci6t6 archeologique.




SOCX~TES ETRAANGARES



AM9RIQUE DU SUD (LA PLATA). Direction g6ndrale de
statistique de la province de Buenos-
Ayres.
ANGLETERRE. Soci6et des antiquaires de Londres.
Ecosse. Soci6t6 des Antiquaires, Edim-
bourg.
Soci6t6 des antiquaires de Cambridge.
Institut canadien de Toronto (Canada).
Soci6t6 de numismatique et d'arch6ologie
de Montr6al.
BELGIQUE. Soci6t6 des Bollandistes, Bruxelles.
Societ6 d'arch6ologie de Bruxelles.
BRasIL. Mus6e national de Rio-Janeiro.
EGYPrE. Institut 6gyptien, au Caire.
Comit6 de conservation des monuments de I'art
arabe.
Soci6td kh6divale de g6ographie, au Caire.
ETATS-UNIs D'AMERIQUE. Musee Peabody d'archeologie
et d'ethnographie americai-
nes de Cambridge.
Institut Smithsonien de Wa-
shington.
-Commission d'inspection g6o-
logique des Etats-Unis (DD-
partement de l'Interieur), A
Washington.











ETATS-UNIS D'AMAmIQUE. -


Soci6t6 d'anthropologie, & Wa-
shington,
Acad6mie des sciences natu-
relles de Davenport, Iowa.
University de Californie, A
Berkeley.
Musee ambricain d'histoire
naturelle, b New-York.
Association am6ricaine pour
l'avancement des sciences,
b Washington.


ITALIE. Ecole frangaise de Rome.
Socidt6 africaine d'Italie, Naples.
Soci6t6 africaine d'Italie, a Florence.
Academie des Lineei, A Rome.
SociWet pi6montaise d'archeologie et beaux-arts,
rue Napione. 2, Turin.
NORViGE. Universit6 royale, a Christiana.
PEaou. Bulletin de la SociB6t de g6ographie de Lima.
SUIDE. Academie royale archdologique de Stockholm.
Institut goologique de l'Universit6 d'Upsala.
SUISSE. Societ6 d'histoire et d'archgologie de Geneve.
Soci6tL de geographie de Berne.
Soci6te neuchatelloise de g6ographie, A Neu
chatel.
s
























LA DYNASTIE MAROCAINE

DES


Beni Wattas

(1420-1554)

PAII
AUGUSTE COUR,
Piofesseuv de la Chaire publique d'Arabe
de Constantine














PREFACE







Cette 6tude sur la dynastie des Beni Wattas part de la
mort du sultan m6rinide Abou Said, en 1420 (823 de l'he-
gire). C'est la date que les auteurs musulmans assignment A
la prise de possession de la r6gence du royaume par Abou
Zakariya al Wattasi, sous le dernier m6rinide 'Abd el Haqq.
Nous ne croyons pas qu'il eit 6t6 possible de commencer
notre r6cit seulement avec le premier sultan fourni par
cette dynastie. Comprendrait-on, par example, I'histoire de
la dynastie carolingienne sans la connaissance de ce que
furent les Maires du Palais? 11 y a, ici, plus qu'une ana-
logie lointaine.
II est, pour le choix de cette date, une autre raison tres
important. C'est sous la r6gence des Beni Wattas que
prend naissance, par l'action envahissante des chr6tiens,
le grand movement d'action religieuse et militaire centre
ces derniers, movement qui aboutit au d6veloppement
des confr6ries religieuses musulmanes, si puissantes plus
tard.
Notre travail s'6tendra done de l'ann6a 1420 a l'ann6e 1554
(823 A 961 de l'h6gire), date de la disparition de la dynastie
des Wattasides, soit une periode de cent quarante ans.
Durant cette p6riode les Beni Wattas ont port le titre sou-
verain pendant les quatre-vingt-dix dernibres annies, et
ont fourni au Maroc cinq sultans,






-4-


Au course de cette 6tude, nous avons suivi de pr6ference,
pour l'exposition des fails, 1'ordre chronologique. Nous
avons 6vit6, autant que possible, de les grouper dans un
ordre syst6matique. Nous donnons, apres chaque date mise
en marge, tous les faits qui se sont passes sous cette date,
laissant au lecteur le soin de se faire, d'apres ces m6mes
fails, son opinion personnelle.



Ce travail a kt6 compose d'apr6s les sources arabes -
histoires, chroniques ou obituaires. C'est dans le livre
d'As-SALAOUI (Ahmed ben Khaled An-Naseri) : Kitdb al
Istiqga(1) que nous avons puis6 surtout. Ce livre n'est
qu'une compilation; mais elle est assoz consciencieuse et a
le grand advantage d'avoir 6te faite d'apres les principles
sources arabes connues. Nous avons d'ailleurs contr616
l'IstiqQa d'apres ces nmmes sources qui sont (pour la parties
qui nous int6resse) :
IBN GHAZI (Moh. ben Moh.-al 'Othmani) : Ar-Raoidh
al 'Otoun fi alkhbar Miknasat az-Zaitoun (2) ;
IBN 'ASKER (Moh. ben 'Ali ben... ben Misbah) : Daouhat
an-Ndchir (3) ;
AL FASI (Moh. ben Ahmed ben Abi '1 Mahasin Yousof):
Momti' al Asma' () ;
IBN AL QADI (Ahmod ben Mob. ben... Al 'Afia) : jed-
zouat al Iqtibds (5) ;

(1) 4 vol. in-8o, Le Caire, 1312.
(2) Trad. par Houdas, Journ. asiat.; mars 1885.
(3) In-4, Fez, 1309; Diet, biog. des principaux personnages reli-
gieux du X' s. de i'hdgire.
(4) In-4o, Fez, 1305, Biog. des principaux cheikhs de la confr6rie
d'Al Djazouli.
(5) In-40, Fez, 1309; Diet. biog. dos illastres personages ddc0dds
a Fez.












In AL QADI (Ahmed ben Mob. ben... Al 'Afia), Dorrat
al Hidjdl fi Asmd ar-Ridjal (1);
AL OUFRANI (Moh. as Sghir ben 'Abdallah) Nozhat al
Ilddi (2) ;
AL QADIRI (Moh. ben At Taieb ben 'Abdesselam) Nachr
al Mathdni(3);
II ne faudrait point croire qu'As-SalAoui se soit borne &
poiser dans ces seuls auteurs. Sa situation ...i,. i.-l.- (iletait
un des hauts dignitaires du Makhzen, directeur des douanes
a Sale) lui a permis de consulter les archives de son pays et
il n'a pas manque d'en donner des extraits. Nous avons
utilis6 i'un d'eux.
Trois auteurs sont A ajouter, pour leur importance, b
ceux qui precedent :
J. LION AFRICAIN, Historiale description de l'Afrique,
trad. Temporal, 1 vol. in 80, Anvers, 1556.
DIEGO DE TORmis, Iistoire des Chdrifs, trad. du duc
d'Angouleme, 1 vol. in-4o, Paris, 1650.
MARMOL CARAVAJAL, Description gendrale de l'Afrique.
trad. Perrot d'Ablancourt, 3 vol. in-40, Paris, 1667.
Ces trois auteurs nous ont permis de complete les ren-
seignements fournis par les sources arabes mentionnees ci-
dessus. Leon I'Africain a fait parties du makhzen du 20 sul-
tan Wattaside, Mohamed al Bortqali; Marmol, captif du
cherif sa'adien Mohammed al Mahdi,v6cut dans l'entourage
de ce dernier; Diego de Torres sejourna au Maroc, aupres
de ce m6me cherif, comme racheteur d'esclaves chretiens
et envoy officieusement par le roi d'Espagne. Ces trois

(1) Manuscrit de la Biblioth. Universitaire d'Alger; n' 2004.
(2) Hist. du Maroc. de 1511 a 1670. Ed. Iloudas, texte et trad'
2 vol. in 8 Paris, 188).
(3) Diet. biog. des principaux personnages decades au Maroc,
avec chronique annuelle intercalee du X' au XII si6cle de l'h1gire.
2 vol. in-4', Fez, 1309.








-6-


auleurs sont, d'ailleurs, suffisamment connus pour que
nous insistions davantage sur leur personnalit6.
Un contrOle general et un complement des auteurs pr6-
cedents nous a et6 donn6 par les chroniques officielles sur
les rois, ou sur les grands personnages du Portugal ayant
jou6 un r6le au Maghreb. Telles, les chroniques de :
GARCIA DE RESENDE, Chronica del rey D. Jodo II, 1 vol.
in-40, Lisb6a, 1622.
DON A. MANUEL VASCONCELLOS, Don Duarte de Menezes,
tercero conde de Viana, 1 vol. in 18, Lisb6a, 1627.
Cronicas del rey D. Joam e as dos reys D. Duarte et
D. Affonso V, I vol. in-40, Lisb6a, 1643.
HIERONYMI OsoRI LUSITANI, De rebus Emanuelis regis
libri duodecim, in-8o, Colonia A.-. il.].i 1674.
J. SOARES DA SYLVA, Memorias para a historic de Por-
tugal que comprehendem o governor del rey D. Jodo I, 3 vol.
in-4, Lisb6a, 1732.
J. CORREA DA SERRA, Colleccdo de livros ineditos de his-
toria portugueza dos reinados de D. Jodo, D. Duarte,
D. Affonso V, D. Jodo II, publicados per ordem de Aca-
demia real, 5 vol. in-40, Lisb6a, 1790.
DAMIAO DE GOES, Chronica del rey D. Emanuel, 2 vol.
in-4o, Coimbra, 1790.
GOMEZ EANNES DE AZURARA, Chronica de el rey D. Jodo I,
3 vol. in-12 (Bibl. de classics Portuguezes), Lisb6a, 1900.
RAMOS, Vie du Saint Infant, d'apres la chronique de
Jean Alvarez, in Acta Sanctorum, juin 1443, t. I. pp. 560
et suiv.
Un certain nombre de details important ont 6t6 relev6s
dans des Recueils do documents diplomatiques ou histori-
ques se rapporlant A notre dynastie ou & d'autres. Voici la
liste de ces Recueils :
FR. JOAO DE SODSA, Documentos arabicos para a historic
portugueza, 1 vol. in-4o, Lisbao, 1790.








-7-


CHARRiARE, Negociations de la France dans le Levant,
4 vol. in-4, Paris, 1850.
CAT, Mission bibliographique en Espagne, 1 vol. in-80,
Paris, 1891.
ELIE DE LA PRIMAUDAIE, Les villes maritimes du Maroc,
in Rev. africaine, annees 1872 et suiv., tome XVI et suiv.
Alguns documents do Archivo national do Torre do
Tombo, 1 vol. in-80, Lisb6a, imprenza national, 1 '7.
DE CASTRIES, Sources inddites de l'Histoire du Maroc,
Archives et Bibliotheques de France, tome I et suiv., in-80,
Paris, 1905 et suiv.
Archives marocaines, publication de la Mission scientifi-
que du Maroc, annees 1905 et suiv., articles de MM. Mi-
chaux-Bellaire, Salmon, Joly, etc., in-83, Paris, Leroux.
R. HAKLUYT'S, Principal navigations voyages (Recueil
de recits de .i.-.-. et de relations d'ambassadeurs), en
course de reimpression, t. VI, Glasgow, 1905, in-80.
Pour quelques faits, ayant eu lieu avant ou pendant la
p6riode don't nous nous occupons, nous avons renvoyd a
A des lives d'histoire gendrale ou regional, a des mono-
graphies, etc., don't les auteurs ou les sources d'information
pr6sentent de suffisantes garanties. Voici le titre de ces
ouvrages:
MENEZES (Don Fernando de), Historia de Tangere, 1 vol.
in 40, Lisb6a, 1732.
DE ROTALIER, Histoire de la Rogence d'Alger et de la
piraterie des Turcs dans la Mdditerrande, 2 vol. in-80,
Paris, 1841.
PERRON, Prdecis dejurisprudence musulmane (trad. fran-
caise du trait de Khalil), 7 vol. in-40, Paris, 1848-1854.
IBN KHALDOUN, Histoire des Berberes, (trad. de Slane),
4 vol. in-80, Alger, 1852-1856.
TENESSI (Moh. ben 'Abdaldjelil), Histoire des Beni Zei-








-8-


yan, 1 vol. in-12, Paris, 1852; trad. par Barges d'un cha-
pitre du grand ouvrage de cet imam.
L'abb6 Barges a donn6 un Compldment a l'Histoire des
Beni Zeiyan (1 vol. in-80, Paris 1887), d'apres la Bighyat
ar-Rouddh de Yahia ben Khaldoun et le Bostan (diction.
biographique) d'Ibn Meriem.
GODART, Histoire du Maroc, 2 vol. in-8, Paris, 1860.
IBN AI ZER' ('Ali ben 'Abdallah al Fasi), Al Anis al
Motrib ou Raoudh al Qirids, traduit par Beaumier, sous le
titre Histoire des Souverains du Maghreb, 1 vol. in-8,
Paris, 1860. (Texte arabe, Fez, 1 vol. in-80, 1303 de
I'h6gire).
IBN KHALDOUN, Proldgomenes (trad. de Slane), dans la
collection de Notices et Extraits des Manuscrits de la
Bibliotheque Imp6riale, tomes XIX, XX et XXI, Paris,
1862-1867.
MULLER (M.-J.), Die Letzlen Zeiten von Granada, ..liI-lh:.
allemande,,d'une histoire anonyme des Beni '1 Ahmar de
Grenade, 1 vol. in-80, Manchen, 1863.
JORDAO (L.-M.), Memorias para a historic da praca de
Mazagdo, 1 vol. in-40, Lisb6a, 1864.
HAEDO (Fray Diego de), Epitome de los reges de Argel,
trad. de Grammont, 1 vol. in 8, Alger, 1876.
AL QADIRI (AbdesselAm), Ed-Dorres-Sani, trait genea-
logique des cherifs du Maroc an XVIIC siecle de notre ere,
1 vol. in-4o, Fez, 1303 de 1'hegire (1885 de J.-C.).
MERCIER, Histoire de l'Afrique septentrionale, 3 vol.
in-80, Paris, 1888.
MAC MURDO, The history of Portugal, 2 vol. in-80, Lon-
don 1889.
AL-'ALAOUX (Idris ben Ahmed), Ed-Dorar el Bahiya,
recueil des .u4ij :, :- des families I. n II n I-lIwi :du Maroc,
2 vol. in-40, Fez, 1312 de i'h6gire (1894 de J.-C.).









- 9-


AZ-ZARKECHI, Chroniques des Almohades et des Ha/sides,
trad. Fagnan, 1 vol. in-8, Constantine, 1895. Texte
arabe, Tunis, 1 vol. in-8, 1289 de l'h6gire.
VANDEN BERG, Principes de Droit musulman, trad. De
France de Tiersant, 1 vol. in-80, Alger 1896.
AL KITTANI (Moh. ben Dja'afar ben Idris), Salouat al
An/ds, diet. biog. des saints ensevelis a Fez, 3 vol. in-4",
Fez, 1316 de l'h6gire (1898 de J.-C.).
BASSET (Ren6), Nedromah et les Trara, 1 vol. in-8,
Paris, 1901.
BEL, Les Benou Ghanya et leur lutte contre I'empire
almohade, I vol. in-80, Paris, 1903.
CouR (Aug.), L'etablissement des dynasties des Chdri/s,
1 vol. in-8o, Paris, 1904.
MASSIGNON, Le Maroc dans les premieres anndes du
XVIJ siecle, 1 vol. in-80, Alger, 1906.
DESTAING, Etude sur le dialecte berbere des Beni Snous,
2 vol. in-80, 1907.
Encyclopedie de l'Islam, diet. g6ographique, ethnogra-
phique et biographique des peuples musulmans, in 80,
Leyde et Paris, 1908. (En course de publication).
GAILLARD (H.), L'administration au Maroc : le Maghzen,
in Bull. de la Soc. de g6og. d'Alger, ann6e 1909, 1 vol.
in-80, Alger.
MARCAIS G.), Les Arabes en Berberie, du XIP au XIVe
siecle, 1 vol. in 80, Constantine, 1913.
LAMMENS (R.P. H. S.J.), Le berceau de l'Islam, 1 vol.
in-80, Rome, 1914.
MAWERDI (Abou '1 Hasan 'Ali), Les status gouvernemen-
taux, trad. Fagnan, 1 vol. in-80, Alger, 1915. Texte
arabe, Caire, 1 vol. in-8, 1327 de l'h6gire.
YVER (G.), articles Azemmour, Dar al Beida, Fas, dans
l'Encyclopddie de l'Islam.








- 10 -


Nous ne saurions terminer la listed des ouvrages ou des
travaux don't nous nous sommes servis sans mentionner les
trois volumes de PLAYFAIR (Bibliographie de 1'Algerie, de
la Tripolitaine, du Maroc), si justement r6putes. Nous de-
vons signaler aussi l'aide precieuse, au point de vue biblio-
graphique, que nous avons trouvee dans les deux ouvrages
suivants :
BASSET (R.), Recherches bibliographiques sur les sources
de la Salouat el Anfas, 1 broch. in-80, Alger, 1905.
MOHAMMED BEN CHENEB, Elude sur les personnages men-
tionnes dans I'Idjdza du cheikh 'Abd el Qddir el Fasy,
1 vol. in-80, Alger, 1907.

*


Les auteurs don't la liste precede seront mentionn6s par
leur abr6viation chaque fois qu'ils seront mis & contribu-
tion. Nous n'avons laiss6, autant que possible, aucun para-
graphe sans r6f6rences.


Pour la transcription des noms propres, surtout des noms
tres connus comme Maghreb, Djebel, etc., nous avons
suivi I'usage admis communDment. En g6neral, nous ren-
dons :
! par A j
par par
th (le th anglais du) .

dj t


kh gh
ch w et of
Q et c i, y, i.








11 -


Nous transcrivons les autres lettres par leurs equivalents
frangais. Dans les textes cit6s, nous avons conserve la trans-
cription adopt6e par leurs auteurs.
Nous employons I'abr6viation b. pour ben, beni ou benou
filss ou enfants de). Exemple : Les B. WattAs pour les
Benoi Wattas; les B. 'Asker, pour les Benot 'Asker;
Mohammed b. Ahmed, pour Mohammed ben Ahmed.














INTRODUCTION


Les B. Wattas d'apres la 16gende et I'histoire
avant le XV siele

Les origins de la famille des B. \attAs remontent
jusqu'aux temps l1gendaires de la p6riode qui suivit
la premiere invasion musulmane dans 1'Afrique du
Nord. Cette famille 6tait un rameau de la branch
des Zenata, branch don't les deux grands groups
de tribus, B. WaCin et Maghrawa, couvraient les
Hauts Plateaux et la bordure du Sahara de l'Afrique
du Nord-Ouest entire Ghadames, le Djerid et le
Sous (1).
Les Maghrawa fonderent les dynasties de Taqdemt
(B. Rostem), de Tlemcen (B. Offran), de Sidjilmasa
(B. Midrar). Les WaQin ne devaient les imiter que
plus tard dans la foundation de royaumes. A cette
6poque, des tribus de ce dernier group, tels les B.
Merin, nomadisaient entire les Hauts Plateaux de
l'Algdrie actuelle et le desert; d'autres tribus du m6me
group comme les Ofrtadjin, les B. Watts, les 'Abd


(1) Ibn Kha., Hist. des BerbNres, t. III, pp. 180 et 303.








el Wad, les Toudjin, habitaient les bourgades des
environs de GhadamBs ou celles du pays de Qachti-
liya (Djerid Tunisien); d'autres enfin, par example
les Mzab, occupaient des bourgades plus occidentales
du Nord du Sahara (1).
Les B. Watts et les Ortadjin, qui paraissent
avoir 6t prochement apparent6s, auraient eux-m6mes
fonde GhadamBs et se seraient partag6 la possession
de son territoire (2).
La masse des tribus de Wagin fut en parties refou-
16e vers l'Occident par la domination des Berberes
Ketama et Sanhadja, soutiens des Fatimides. Cette
masse de tribus se rompit; les tribus, assez souvent,
se fractionnerent et se r6pandirent suivant les hasards
de leur destine a travers les plateaux du Maghreb
central depuis le Zab jusqu'a la MoulouIya. En vain
les Zenata-Wacin s'6taient allies aux ZenAta-Ma-
ghrawa de Tiaret (Tahert) ou de Tlemcen pour r6sis-
ter aux Fatimides.
Les Arabes de la deuxieme invasion vinrent aussi
active le refoulement de ces tribus en soutenant les
B. IJamm&d de la Qala'a, 6mirs des Sanhadja. Une
grande bataille oh le general en chef des Maghrawa
Abou So'da Khalifa Al Oafrani, trouva la mort,
acheva de briser la resistance des tribus Zenita. Les
Maghrawa d6finitivement chassis des planes du
Tell allerent camper entire le territoire des Mzab, les
months Rached et la haute Moulouiya (3).

(1) Ibn Kha., Ibid., IIl, p. 303. Ce passage a Wte reproduit par As-
Salaoui, Kitab al Istiqga, t. II, p. 2.
(2) Ibn Kha., Ibid,., III, p. 303.
(3) Ibn Kha., Hist. des Betb-res, t. II, pp. 141, 155, 156 et 301, 304-
305 & 308. Voir aussi Ldon l'Africain, 6d. Sohefer, t. I, p. 75,


- i4 -









Deja les B. Ourtadjin avaient fond6 El Hamma dans
le Djerid; 6 c6t6 d'eux, a Tozeur, se trouvait une
famille de B. Watts don't les membres figuraient
dans le grand conseil de la ville. Cette famille etait
considered comme une des branches des B. Imlol,
seigneurs de Tozeur; elle fournissait aux souverains
soit des ambassadeurs, soit des percepteurs des im-
p6ts. Cette derniere tradition devait se continue sous
la dynastie des Almoravides lorsque les B. Watts
eurent passe a leur service. Mais Ourtadjin et B.
Watts s'6taient rompus comme les autres groups
Maghrawa. En 333 de l'hegire (944-945 de J.-C.) il
y avait des Oirtadjin a Tozeur et a El Hamma dans
le Djerid; il y en avait en meme temps dans la vall6e
de la haute Mouloufya (1). Nous voyons aussi, en 307
de l'hegire (919-920 de J.-C.) un amghar Wattas-
traverser l'Atlas pour aller surprendre Aghmat (2)
Tandis que les tribus des Zenata-Maghrawa 6taient
disloquees, refoulees par les emirs Fatimides, la tribu
nomade des B. Merin (ZenAta-Wacin) devenait la
plus nombreuse de ce dernier group. Cette tribu en
absorba presque toutes les fractions notamment les
B. Watts et les Ourtadjin (3). Nous ne savons guere
comment cela se produisit. Les renseignements don-
nes par Ibn Khaldoun a ce sujet, quoique precis, sont
trop sommaires pour faire un historique complete de
la march des B. Watts vers l'Ouest. Ils concordent
cependant avec les traditions populaires : encore de

(1) Ibn Kha., Ibid.
(2) Iba Kha., II, p. 71. Le mot berb6re anmghar correspond au mot
arabe cheikh.
(3) lbn Kha., Ill, pp. 301 et ss.


- 5 -





- 16 -


nos jours la legende conserve le souvenir de ces po-
pulations, du passage des B. Wat;ts a Tiaret, des
famines qui causerent leur migration hors de ce
pays (i). L'ensemble des tribus M6rinides ou agr6g6es
aux M6rinides n'entra d6finitivement dans l'histoire
qu'avec les luttes sans merci engagees par les B. Gha
nia centre les Almohades. C'est ainsi qu'en 605 (1209
de J.-C.) ces tribus, groupies dans le parti des des-
cendants des Almoravides, contribuerent a l'6crase-
ment du general almohade Abou Imran MouCa lors
du sac de Tahert (2).
L'6mir Almohade An-Nacir reussit cependant a
pacifier le Maghreb du Centre et de l'Est. II en pro-
fita pour appeler les contingents arabes et berberes
a la guerre sainte centre les chr6tiens. Les groups
merinides repondirent a son appel et envoyerent leurs
guerriers sous la conduite de leur chef Mahioi. Cette
expedition se terminal en 609 (1213 de J.-C.) par la
d6faite desastreuse des musulmans a El 'Oqab (las
Navas). Les Almohades furent lailles en pieces ; la
plupart de leurs chefs furent tu6s ou p6rirent de la
peste qui s'otait mise dans leurs rangs. Les survi-,
vants porterent l'epid6mie en Maghreb occidental oh
elle fit de si nombreuses victims que, disent les
auteurs musulmans, le pays sembla se vider. L'emir
almohade An-Nacir en mourut lui-m6me en 610
(1214 de J.-C.) (9).

(1) Destaing, Etude sur le dialecte berblre des B. Snous, 11, 226,
mentionne cette 16gende.
(2) Bel, L's B. Ghanya, pp. 148 et ss. IEncyclopedic de l'Islam, art.
'Abd el Haqq et les sources cities.
(3) Ibn Ali Zar', Raoudh el Qirtds (Fez, 1303), pp. 160 et ss. ; trad.
Beaumier, pp. 309 et ss.
lia Kha., 'Ibar (HIst. des Berbc res), II, pp. 242 et ss.






- 17 -


Le fils et successeur d'An-Nacir, Yousof al Mos-
tancir, trop jeune pour r6gner, laissa ses principaux
officers se dispute la preeminence et mettre partout
la confusion, la dissension, l'anarchie. Les guerres
intestines achev6rent ce que les calamities naturelles
avaient epargn6 (1). A ce moment, profitant des vides
faits dans le pays par les guerres ou les epid6mies,
les Merinides firent irruption en masse sur le Maghreb
occidental. Un petit-fils de Mahiof, 'Abd el H.aqq, a
la t6te de leurs tribus envahit le Maroc par l'Est et
le Nord. II fut tu6 en combattant les arabes Rial) qui
lui barraient la route de Fez ( 614 h. -1217 de J.-C.).
Son fils 'Othman b. 'Abd el Haqq, vengea sa mort
par la destruction du groupement des Riah. Tous les
groups Merinides, meme les B.'Asker, qui s'etaient
d6tach6s d' 'Abd el Haqq par jalousie, reconnurent
'Othman pour chef. Celui-ci resta a leur t6te pendant
plus de vingt-trois ans ne cessant de harceler le
Maghreb occidental (2).
Cependant les Merinides 6taient livr6s parfois aux
rivalites de coffs. C'est ainsi qu'une de leurs tribus,
celle des B. Hamama, agissant pour son propre
compete, avait soumis au tribute annuel les berberes
Mikntisa. Une autre tribu m6rinide jalouse, les B.
'Asker, ravagea le territoire de ces mOmes Miknasa
et d6truisit leurs r6coltes. Les B. Watts, de leur
c6te, se tenaient i l'6cart, favorisant parfois, suivant


(1) As-Salaoui, Kitab al Istiqga, I, p. 210 donne la liste des calami-
tes qui s'abattirent sur le Maroo entire 610 et 635 de l'h4gire (1213 a
1237 de J.-C.) : Peste en 610 ; sauterelles, famine, etc. en 617 ; saute-
relies, famine, en 624 ; id. en 630 et en 635.
(2) Ibn Kha., II, p. 243.






- 18 -


leurs inter6ts, le souverain Almohade centre 1'6mir
m6rinide. Le successeur d"Othm6n a la tote des
tribus merinides, son frere A.bou Bekr Yahia, crut
faire cesser ces divisions en partageant entire les
tribus une parties des territoires nouvellement conquis.
Dans ce partage les B. Watts eurent Tazofita et le
Riff (1).
D'apres 1'auteur de l'Istiqca, il n'en fut pas tout A
faith ainsi. a Les B. Watts, dit-il, sont une fraction
de la tribu des B. Merin, fraction diff6rente de celle
des B. 'Abd el Haqq. Lors de l'entree au Maghreb
des B. Merin et du partage des provinces de ce pays
entire eux, ces B. Watts possedaient deja le Riff.
Les regions basses (de ce dernier pays) leur servaient
de campement; ses divers territoires et ses habitants
leur payaient tribute. Parmi les B. WattAs la famille
des Beni '1 Ouzir (2) avait la preeminence et le com-
mandement, et son plus ardent d6sir etait d'expulser
les B. 'Abd el Haqq (du Maghreb). Les Beni '1 Ouzir
s'y essayerent a plusieurs reprises, mais ils finirent
par accepter d'ob6ir a leurs rivaux et d'entrer a leur
service. Les B. 'Abd el Haqq les employerent comme
gouverneurs de provinces ou de pays proteges et
s'aiderent de leur assistance pour le reglement des
affaires de leur dynastie. La conduite des B. WattAs
a l'6gard de cette derniere fut pleine de noblesse et
ils lui fournirent de nombreux vizirs (3). a

(1) Sur le partage du Maroc entire les tribus mdrinides, cf. Qirtds,
Ed. de Fez, p. 209 et Beaumier, trad. du Qi/tds, p. 416; LUon I'Afri-
cain (ed. Schefer) II, p. 326 ; As-Salaoui, Kitab at Istiqya, II, 35, etc.
(2) Ibn Kha., IV, p. 134; Leon l'Africaia e6d. Schefer), I, p. 26.;
As-Salaoui, Kitab al Istiqga, II, p. 35.
(3) As-Salaoui, loc. cit., II, p. 7.







- 19 -


Malgr6 les affirmations de l'auteur de l'Istiqca, don't
les sources ne sont pas suffisamment indiqu6es, nous
pouvons ne pas adopter purement et simplement son
avis, different de celui d'autres historians.
Quoiqu'il en soit '6mrir merinide Abou Bekr Yahia
ayant voulu s'emparer de Miknisa-az-Zitoin (la Mek-
nes de nos jours) fut oblige de fuir devant I'offensive
des troupes almohades. II se r6fugia a Tazotta, chez
les B. Watts, y convoqua tous les Merinides ; puis,
la fidelity des tribus merinides, surtout celle des
Watts, lui paraissant douteuse, ii envoya de la sa
soumission i I'6mir almohade Sa'id. Parmi ces
Watts la principal famille, celle qui commandait a
tout le group, les Beni '1 Ouzir, pr6tendait provenir
de la lign6e d"Ali ben Yousof ben Tachfin l'almora-
vide (1). Les descendants de ce sultan s'6taient agr6-
g6s aux B. WVattAs comme ces derniers s'6taient
eux-memes agreges aux Merinides, par des alliances
matrimoniales, au point de se confondre avec eux.
Le sang des Beni '1 Ouzir ne cessa point de se meler
parmi leurs troupes tandis que par point d'honneur
la dignity de chef leur 6tait r6serv6e. Ceux-ci, tiers
de leur origine et jaloux de leur ind6pendance etaient
Ires disposes b passer au service des adversaires
d'Abou Bekr Yahia; ils prirent parti centre lui en
faveur du sultan almohade Sa''d (646 h. 1248 de
J.-C.) (2).
L'6mir almohade Sa'id agr6a la soumission d'Abou
Bekr; il prit de lui des otages et un contingent de


(I) As-Salaoui, loc. cit., II, 35.
(2) Ibn Kha., II, p. 243.







- 20 -


cinq cents lances qu'il emmena avec son arm6e com-
battre la r6volte du Gouverneur de Tlemcen Yaghmo-
rasen ben Ziyan. Celui-ci s'6tait fortifi6 sur les bords
de l'Oued Isly, au sud-ouest d'Oudjda, a Tamzezdekt.
Sa'id vint 1'y assi6ger, mais ce souverain fut tu6 avant
la fin du siege (1).
Abou Bekr Yahia, durant ce temps, s'etait refugi6
chez les B. Snassen, du cMt6 d'Ain-Sfa d'ou ii guet-
tait les 6v6nements. A la mort de Sa'id il recouvra
toute son autorit6 sur le Maghreb du nord-ouest; les
tribus merinides lui firent leur soumission g6n6rale.
A partir de ce moment le nord-ouest marocain resta
delinitivement aux 6mirs m6rinides qui firent de Fez
leur capital (2).
Mais Abou Bekr n'abandonna pas Tazofta aux
anciens suzerains de cette ville. Cette locality lui servit
a tenir en respect, dans leur propre territoire, les
B. WattAs. Ce fut un d6p6t d'armes, une forteresse,
oi l'on concentrait le produit des imp6ts de la re-
gion (3). II arriva qu'un successeur de 1'4mir Abou
Bekr, le sultan Abou Ya'qoub Yousof, confia la place
de Tazo0ta a son neveu M.'ii.:.i ben Abi Malek. A
ce moment, les chefs des Wattas 6taient deuxjeunes
gens fort entreprenants, 'Omar et 'Amr, fils de Yahia
ben El Ouzir. En chaofial 691 de l'h6gire (septembre-
octobre 1292) ils resolurent de se rendre maitres chez
eux et tenterent un coup de main contre Tazouta.
'Omar surprit la forteresse, tua tous les defenseurs,


(1) As-Salaoui, loc. cit, II, p. 7; Ibn. Kha,, IV, p. 134.
(2) Id. Ibid.
(3) Ibn Kha., IV, pp. 135 et ss.







- 21 -


expulsa le gouverneur Mancour et s'empara de l'ar-
gent des imp6ts qui s'y trouvait. II y install ensuite
une garnison tandis que Moii..:i.or 6tait alley, pour
s'etre laiss6 surprendre, mourir de honte a Taza chez
le sultan merinide de Fez (i).
Le sultan Abou Ya'qoub vint assieger Tazofita aveo
une grande arrme. 'Amr pi .." iitt une mauvaise
issue a l'affaire pass au sultan avec ses gens 'Omar
ne put, en effet, resister aux troupes du souverain
et chercha b faire intervenir, auprbs de ce dernier,
son fre 'Amr pour se tirer d'embarras. 'Amr obtint
du sultan une trove et I'autorisation d'aller traiter
avec 'Omar dans la forteresse. A peine y 6tait-il entree
que celui-ci, profitant de la tr6ve, rassembla ses ri-
chesses, laissa son frere dans la forteresse, et s'en-
fuit b Tlemcen aupres des B. Ziyan, adversaires de
la dynastie merinide (2).
'Amr, rest dans la place apres la fuite d"Omar
comprit qu'il avait tout h redouter du courroux du
sultan. II jugea que le mieux 6tait de continue la
resistance en attendant une occasion favorable. Cette
occasion ne tarda pas a se produire. Des ambassa-
deurs de l'emir d'Andalousie avaient d6barquo dans
le port de Ghasasa et se dirigeaient aupres du sultan
merinide. 'Amr profit de leur passage pour les faire
intervenir et solliciter son pardon. Le sultan consentit
a pardonner a condition que 'Amr passerait en 'Es-
pagne et s'y fixerait. 'Amr fit serblant de se squ-
mettre b cette decision; il envoya uue ,partie ,le ses

(1) Ibn Kha., IV, pp. 135 et ss.; Qirtds, 6d. de Fez, pp. 275 et ss.;
Beaumier, loc. cit., p. 538; As-Salaoui, loc. cit., II, p. 35.
(2) Id .,. / ., \ .I, t ,., t H, ,\ .6 ,i M I .






- 22 --


gens s'embarquer mais lui, profitant de la nuit, s'en-
fuit a Tlemcen.
Les ambassadeurs andalous risquaient, par ce
manque de parole de leur prot6g6, de se brouiller
avec le sultan de Fez. Furieux d'etre pris pour dupes,
ils livrerent b Abou Ya'qoub les gens d"Amr, don't
son fils. Le sultan fit mettre a mort ces derniers ainsi
que tous les membres de la famille d"Amr qu'il prit
dans Tazouta. Puis, apres avoir reinstalled une gar-
nison dans la forteresse, ainsi que les agents du fise,
il repartit pour Fez ().
Mais les Wattis avaient une importance telle, soit
par le nombre et la valeur de leurs contribules, soil
par leur valeur propre, que les sultans 6taient obliges
de les manager. Ils etaient n6cessaires pour maintenir
l'equilibre entire les diverse tribus m6rinides ou ara-
bes sur la force desquelles les B. 'Abd el Haqq avaient
fond6 leur puissance, necessaires aussi pour contenir
les populations berberes don't ils etaient les suzerains
et les contraindre a l'obeissance. Les Merinides, en
effet, obliges comme les Almohades, les Almoravides,
de maintenir leur pouvoir les armes a la main centre
les revoltes de tribus, les competitions de famille,
versaient leur sang sur de nombreux champs de
bataille. Ils ne pouvaient impunement supprimer les
grande families qu'ils contenaient l'une par I'autre.
Ils les favorisaient tour a tour ou sirnultanement,
suivant les necessites de leur politique, appelant
quelques membres de ces families auprbs d'eux com-
me ministries ou g6neraux. C'est ainsi que nous

(1) Ibn Kha. Ibid.; Qirtd s, Ibid.; Beaumier, Ibid.; As-Salaoui, Ibid.







- 23 -


voyons graviter autour d'eux, b leur court, nous di-
rions aujourd'hui dans leur mnakhzen, des Beni '1 KBs
(Ourtadjin), des Beni '1 Ouzir, des Beni 'Arif (arabes
SoOaid), des Beni Hachim (arabes Riih\, etc., etc.
II n'est pas jusqu'aux families juives influentes qui
n'aient servi a soutenir l'autorite de ces souverains :
les Beni Roqqisa, notamment, leur fournirent des
tresoriers et des ambassadeurs (1).
Pour imposer leur volonte entire leurs feudataires
souvent turbulent et dangereux les Merinides eurent
trois gardes Mtrangeres, sans attaches dans le pays :
une garde chretienne, une garde kurde, un embryon
de garde negre. Mais ces corps de reguliers ne sor-
taient pas de la capital ou n'en sortaient (ju'avec le
souverain pour servir de liaison militaire entire les
contingents indigenes amenes par les grands chefs ().
Pour toutes ces raisons il ne faut point s'etonner
de voir revenir les B. Watts a la cour merinide.
En 703 de 1'hlgire (1303-1304 de J.-C.), dix-sept ans
apres la revolte d'Omar et d"Amr ben Yahia, nous
voyons aupres du sultan merinide Abou Rabi'a Sli-
man, le Walttside 'Abderralihmn h. Ya'qoub b. El
Ouzir come ministry et son frere Tachfin b. Ya'qoub
comme chef des troupes. Ce dernier prit Ceuta d'assaut
sur Abou '1 'Ala, I'adversaire du sultan '3).
Mais ces B. Watts, grands personnages, se con-
sideraient bien eux-m6mes comme tels. Un reforma-

(1) Massignon, pp. 158 et 176 et los sources cities.
(2) Massignon, pp. 172 et ss.; Ldon l'Africain, II, pp. 179 et ss.
(3) lbn Kha., IV, p. 186; Qirtds 6d de Fez, pp. 289 et ss.; Beau-
rier, trad. du Qirt(s, pp. 554 et ss.; As Salaoul, Kiiab alt stiqra, II,
p. 49.







- 24 -


teur religieux, Abou '1 Hasan As-Saghir, qadi de
Fez, et plusieurs fois ambassadeur du sultan aupres
des course Ntrangeres, menait avec l'appui du souve-
rain une double champagne. II1 luttait, d'une part,
contre les mystiques, prOtendus reformateurs reli-
gieux, qui tendaient a introduire dans le dogme mu-
sulman les pratiques 6nervantes des extatiques orien-
taux, les danses sacrees, etc. Ces pratiques exaltaient
les chefs religieux, affirmaient leur puissance au
moyen de pr6tendus miracles, au detriment des au-
torit6s regulibres d6pendant directement du pouvoir
central. 11 ne pouvait combattre les piotistes mysti-
ques sans combattre, d'autre part, ceux qui, en d6pit
du Coran, se livraient a la boisson, fait alors tres
repandu. II fit poursuivre les gens en 6tat d'ivresse
ou accuses de boire du vin. II fit un jour, pour ce
motif, batonner les gens d'un ambassadeur du roi
de Grenade. Cet ambassadeur porta plainte aupres
du ministry 'Abderrahman ben Ya'qoub. Celui-ci
voulut faire punir le qadi et ne fut pas soutenu, au
contraire, par le sutlan. Le Watt.side consid6ra la
chose comme une injure a lui faite dans la personnel
de ses proteges. Des lors il se retire de la cour m6-
rinide et complota avec le chef des B. 'Asker (autre
tribu m6rinide) et le commandant de la milice chr6-
tienne, Gonzalo, de d6tr6ner le sultan. En 710 de
l'li..gii. (1310-1311 de J.-C.), il fomenta une revolte
centre Abou Rabi'a et essaya de faire proclamer sul-
tan 'Abd el Haqq, arrisre petit-fils d"Abd el Haqq,
le fondateur de la dynastie merinide, et 1'Mtablit 6
Taza. Le sultan Abou Rabi'a Sliman mareha sur
Taza don't il s'empara; les r6voltes ne l'avaient point








- 25 -


attend. Gonzalo 6tait passe en Espagne; 'Abder-
rahman ben Ya'qoub avait fui d'abord a Tlemcen,
puis en Espagne ou il mourut bient6t; le chef des
B. 'Asker s'6tait retire dans sa tribu et le sultan
trouva plus sage de lui pardonner (1).
En 742 de l'h6gire (juin 1341 h juin 1342 de J.-C.)
sous le regne d'Abou '1 Hasan, son fils r6volt6 a
come ministry ZiyAn ben 'Omar al Wattasi. Le
revolt 6tant mort, ZiyAn se refugia a la cour hafCide
de Tunis. Sur ces entrefaites un imposteur berbere,
Ibn Haidour, se fit passer pour le fils du sultan et
souleva les populations. Ziyan ben 'Omar al Wattasi
fut charge d'aller verifier son identity et de d6voiler
l'imposture. Apris cette mission, Ziyan fut pardonn6
et rentra en grace (2).
En 753 de l'hegire (1352 de J.-C.) les 16gendes qui
couraient sur l'origine almoravide des Beni '1 Ouzir
valurent a ces derniers un regain d'influence h la
cour merinide. Le sultan Abou 'Inan, s'etant empar6
de Bougie, d6poss6da le souverain hafcide de cette
ville Abou 'Abdallah Mohammed et nomma le
Watt.side 'Omar ben 'Ali ben al Ouzir, gouverneur
de Bougie. Les Sanhadja de Bougie, disent les au-
teurs musulmans, etant de la meme race que les
Almoravides, cette nomination etait faite pour conci-
lier au nouveau pouvoir les populations de cette r6-
gion. Mais les int6r6ts des fonctionnaires lf, ii.ile-
6vinces ne s'accordbrent pas avec les projects du sultan
merinide. Des que ce dernier fut rentr6 dans ses

(1) Id. Ibid.; El Kittani, Scaouai at AtVnds, III, p. 147.
(2) Ibn Kha., IV, p. 227; As-Salaoui, loc. cit., II, pp. 64 et ss.





- 26 -


Mats un complot fut foment par les chefs Sanhadja
locaux. Ils entrerent dans la citadelle de Bougie, ou
se trouvait le gouverneur 'Omar ben 'Ali et, sous
pr6texte de lui parler h l'oreille, un des conjures,
Mancour ben El Hadj, se pencha aupres de lui et lui
plant son poignard dans le corps. Les autres conju-
res l'acheverent. Cette revolte, a la suite de laquelle
on avait proclam6 sultan Mo]hammed ben Abou Zeid,
seigneur hafQide de Constantine, fut noyee dans le
sang par Abou 'Inn, tandis que les principaux con-
jur6s s'etaient enfuis a Tunis (1).
A partir de ce moment, la famille des B. Watts
prend a la court m6rinide une importance croissante.
S Sous le premier rBgne du sultan Abou '1 'Abbas
Ahtmed, fils d'Abou Salem, ad moment of le royaume
de Marrokech et ses diverse provinces tomba aux
mains de son cousin l'6mir 'AbderrahmAn ben Abou
Ifelousen, ZiyAn fils d"Omar ben 'Ali al Wlti(i-;.
ci-dessus nommn6, fut de ceux qui se retirerent au-
pres de 1'6mir et firent parties de sa suite. Ce Ziyan
acquit sous ce dernier prince une situation conside-
rable et un rang l6eve. Puis, lorsque la m6sintelli-
gence se mit entire le sultan Abou '1 Abbas et l'6mir
'Abderralhmani, Ziyan ben 'Omar al WattAsi fut de
ceux qui prirent le parti du sultan. II le rejoignit,
figure parmi ses partisans jusqu'h 1'Opoque du siege
de la qasba de Marrakech o 1'6mir 'AbderralmAn
se trouvait alors enferme. Dans ce siege ZiyAn ben
'Omar al WVattsi combattit en brave et figure parmi
ceux qui prirent part au meurtre des deux fii- de

(1) Ibn Kha III, pp. 47 et 48, et IV, pp. 295 ot ss.; As-Salaoui, loc.
1it., II, p. 90.







- 27 -


l'emir 'AbderralumnAn, Combien longtemps, ajoute
Ibn Khaldofin, ce Ziyan fut-il combl6 des g6enrosit6s
de ces princes, au milieu de leur cour qu'il fr6quen-
tait fierement II etait, d'ailleurs, devenu proverbial
pour son ingratitude a 1'6gard des bienfaits et la
m6chancet6 de sa conduite; mais Dieu ne fait point
tort (a celui qu'il retribue) du poids d'un at6me (1) I)
Ceci se passait en 784 de 1'hegire (1382 de J.-C.).
Plus tard, Abou ZakariX Yahia, fils de ce Ziyan
succ6da aux charges de son pere et devint meme,
comme nous allons le voir, regent du royaume de
Fez


(1) Ibu Kha. IV, p. 423.; As-Salaoui, loc. cit., II, p. 135.













CHAPITRE PREMIER


Anarchie et rivalites dans la famille m6rinide
a la veille de la Regence des Beni Wattas







11 y avait toujours eu, sous la dynastie merinide,
comme sous les autres dynasties musulmanes, des
rivalites de princes ou de pretendants prits a s'em-
parer de l'autorit6 supreme les armes a la main.
Mais vers le dernier quart du XIV\ siecle, ces riva-
lit6s et ces luttes prirent une plus grande intensity,
due surtout aux intrigues andalouses. Les 6mirs de
Grenade recherchaient toutes les occasions de s'im-
miscer dans les affaires marocaines, soit pour se
defendre contre leurs competiteurs de Fez, soit pour
leur enlever leurs possessions d'Espagne. Les Benoi
'1 Ahmar, jadis simples gouverneurs de l'Espagne
musulmane pour les MWrinides, maintenant emirs,
mais vassaux (ou h peu pres) des sultans de Fez,
aspiraient i leur ind6pendance complete et meme a






- '29


la suprematie sur les autres emirs de l'Afrique du
Nord (1).
La mime politique que celle des 6mirs de Grenade
6tait pratiquee dans un but analogue, soit dans la
vall6e de la Moulouiya, soit dans l'Est du Maghreb,
par les emirs de Tlemcen ou ceux de Tunis.
Les sultans de Fez, de leur c6te, cherchaient, tan.
t6t du c6te de Tlemcen et tant6t du c6t6 de l'Espa-
gue, l'occasion d'occuper et d'entretenir leurs armies
ainsi que des resources financieres nouvelles 2).
Un peu avant la periode qui nous occupe, dans le
dernier quart du XIVe siecle de J.-C Abou '1
'Abbas Ahmed, fils du sultan merinide Abou Salem,
avait ete proclame sultan une premiere fois a Tanger
le 1"' moharrem 775 (23 juin 1373), puis a Fez quatre
ans plus tard. Mais ii fut renverse a Er-Rokn en
787 de l'h6gire (1385 J.-C.) en faveur d'Abou Fares
Mousa, fils du sultan Abou 'Inan. Cet Abou Fares,
empoisonn6 en 788 (1386 J.-C.), un an apres sa pro-
clamation, eut pour successeur Mohammed ben
Almed, son neveu. Celui-ci d6pos6e son tour dans
la meme ann6e, se vit pref6rer un de ses oncles,
Mohammed, fils d'Abou 'l FadC, fils d'Abou 'Inan.
Abou '1 'Abbas Alhmed, le sultan renvers6 h Er-
Rokn, parvint b ressaisir le pouvoir apres cette pe-


(1) Les sultans de Fez se consideraient comme les suzerains des
6mirs de Grenade. Des places fortes andalouses, parmi lesquelles
6taient Algerisas et Gibraltar dependaient des premiers directement.
Ces villes formaient une sorte de tOte de pont pour les souverains
marocains. Sur la politique et l'histoire des Benou '1 Ahmar, of.
Gaudefroy-Demombynes : Histoire des B. El Ahmar, in-Jour. Asiat.
t. XII, 9 s6rie, pp. 309 et ss. Voir aussi Mercier, Hist. de V'Afrique
septentrionale, t. II, pp. 390 et ss.
(2) Cf. Mercier, Hist. de l'Afrique septentrionale, t. II, pp. 390 et ss.






- 30 -


riode de luttes intestines 'dans la famille m6rinide.
Son comp6titeur fut tue a Tanger et lui-m6me fut
proclame6 nouveau en 789 (1387 J.-C.), grace a
l'appui de l'6mir de Grenade. Pendant son deuxieme
regne, peu long, du reste, Abou 'Abbas Ahmed
sut assujettir sous son autorit6 toute l'Afrique du
Nord-Ouest.
A peine 6tait-il monte sur le tr6ne pour la deuxie-
me fois qu'il recut un appel d'Abofi Tachefin, le
zeyanide r6volte contre son pere, 1'6mir de Tlemcen,
Abou Hamou ben Yousof. Ce dernier, profitant des
troubles qui avaient pr6ec6d dans le Maghreb le
deuxieme regne d'Abou '1 'AbbAs, avait r6pudi6 la
supr6matie des M6rinides et s'6tait proclam6 sultan
de Tlemcen. Le fils d'Abou Hamou s'empara du
pouvoir avec l'aide des Merinides, tua son pere,
envoya sa tate couple en hommage au sultan de Fez,
puis rentra b Tlemcen comme 6mir en 790 (1388 J.-C.).
Il mourut a son tour en 795 (1392 J.-C.). Son fils,
Abou ThAbit lui succda.
Mais un autre fils d'Abou Hamou ben Yousof,
Abou 'l Hadjdjadj, empoisonna son neveu, allied des
M6rinides, s'empara de Tlemcen oh il se fit procla-
mer souverain et refusa de reconnaitre la supr6matie
du sultan de Fez. Abou '1 'Abbas ne manqua pas
l'occasion d'affirmer son autorit6. L'Ouest marocain
6tait tranquille; en Espagne, les souverains de Gre-
nade, ses allies, etaient au fort de leur lutte avec la
Castille. II alla s'6tablir B Taza avec toute son arm6e.
De 18, il pouvait surveiller le Rif, Fez et le Nord-
Ouest marocain, diriger la champagne contre Tlemcen.
II envoya contre cette ville pour la mettre definitive-









ment sous l'autorit6 m6rinide, son fils 'Abdel'aziz
avec un fort contingent. L'emir Abou '1 I;Iadjdjadj
defait, traqu6, poursuivi par ses ennemis, alla cher-
cher un refuge au milieu de la tribu arabe des Beni
'Amer. 'Abdel'aziz s'6tablit a Tiemcen pour y orga-
niser le gouvernement au nom de son pere. Tout a
coup on apprit qu'Abou I 'Abbas etait tomb6 ma-
lade b Taza et venait de mourir (7 moharrem 796,
novembre 1393). Son corps fut transported a Fez,
puis enseveli dans le tombeau des MNrinides.
Abou '1 'Abbas laissait plusieurs fils. L'entourage
du sultan, les hauts dignitaires de la court, etablis
avec lui b Taza, avaient, des la maladie du souve-
rain, rappel6 'Adel'aziz de Tlemcen. A son arrivee,
deux jours apres la mort d'Abou '1 'Abbis, ils le
proclamrrent sultan. 'Abdel'aziz prit le surnom d'Al
MostanQir b. 'Illah, puis vint s'6tablir & Fez. Des son
retour dans la capital du Maghreb, il relAcha Abou
Zeiyan, fils de l'emir de Tlemcen, Abou Hammou
ben Yousof. Abou '1 'Abbas avait autrefois reCu en
otage ce prince qui, depuis lors, 6tait rest prison-
nier a Fez. 'Abdel'aziz lui fit pr6ter serment de sou-
mission et d'obeissance et le nomma emir de Tlemcen.
L'6mir de Grenade, Yousof II, i.fi:'itfani de la mort
d'Abbou '1 Abbbs, avait soulev6 le Nord du Maroc
par ses intrigues et essays de s'emparer des posses-
sions m6rinides d'Espagne. 'Abdel'azizapaisa d'abord
les troubles de son territoire africain. En mome
temps, apres entente avec un fils de Yousof II, nomm6
aussi Yousof, il envoya une ambassade apporter des
cadeaux et des felicitations a l'6mir de Grenade.
Deux jours apres l'arrivee de ces ambassadeurs, ce


~ 31 -





- 32 -


dernier mourait empoisonn6. Yousof III, fils de
Yousof II, avait offert de reconnaitre la suzerainete
des Merinides en change de leur appui. Mais Mo-
hammed II, deuxieme fils de Yousof II, s'empara du
tr6ne, empoisonna son frere, puis traita avec les
chretiens de Castille pour avoir les mains libres du
c6t6 de Fez 798 (h., 1395 J.-C.) (1).
'Abdel'aziz n'ignorait sans doute pas les difficulties
existant entire les souverains de Castille et du Por-
tugal. II conclut un accord avec les Portugais en
raison de 1'accord de son adversaire avec les souve-
rains de Castille. Mais il n'eut pas le temps de pou-
voir reduire son ennemi du Nord h l'impuissance.
Il mourut le 8 safar 799 (12 novembre 1396), apres
un regne de trois ans(2).
Son frere, Abou 'Amir 'Abdallah lui succdda et
fut proclame sultan le jour meme de la mort d"Ab-
del'aziz. II prit, come ce dernier, le surnom d'Al
Mostancir b. 'Illah. Les chroniques ne nous appren-
nent rien de particulier sur ce regne qui fut tres
court. Il ne dura que seize mois. Le sultan mourut le
30 djoumada II de l'an 800 de l'h6gire (19 mars 1398) (3).
Ce fut alors Abou Sa'id 'Othman, troisieme fils
d'Abou '1 'Abbhs Ahmed, qui monta sur le tr6ne.
Les principaux personnages de la Cour le proclamn-
rent sultan le jour mrme de la mort de son frere (4).
Abou Sa'id n'avait que seize ans. Comme ses fre-

(I) Ibn Kha., Histoire des BerbEres, t. III, pp. 489-49) et t. IV, pp.
486 et ss.; As-Salaoui, Kitab al Istiqga, t. II, pp. 141 et ss.
(2) Id. Ibid.; Djadzouat al Iqtibds, p. 268.
(3) Djadzouat al Iqtibds, p. 234.
(4) Djadzouat al Iqtibds, p. 289 ; Kitab al Istiqya, II, p. 144.










res, il 6tait le fils d'une chretienne espagnole nom-
mee Djoiher. II 6tait tres porter au plaisir et d6lais-
sait volontiers les affaires s6rieuses. Mais, pendant
les premieres ann6es de son regne, rien ne trouble
particulierement la security int6rieure du Maroc.
Le gouvernement, en raison de la jeunesse du nou-
veau sultan, resta confi6 a de vieux serviteurs 6prou-
ves qui avaient deja rempli les m6mes functions sous
ses freres et son pere. Depuis trois regnes, ce sont
les memes noms de vizirs : Calal ben Hamou el
Yabani (1), Yahia ben 'Allal (2); ce dernier avait accom-
pagn6 'Abdel'aziz comme caid 6 la conquete de Tlem-
cen. Ce sont aussi les memes noms de chambellans :
Ahmed ben 'Ali al Qabaili'3), Farah ben Mahdi (4).
C'est encore le m6me qadi : 'Abderrahim ben Ibra-
him el IznaQeni (5). La famille d'Al Qabaili avait fourni
des chambellans de pere en fils aux sultans Merini-
des depuis l'avynement de cette dynastie. Faral ben
Mahdi 6tait un affranchi d'Abou '1 'AbbAs. Nous di-
rions aujourd'hui de tous ces personnages : c'est
toujours le meme makhzen.
Pendant la premiere ann6e du regne d'Abou Sa'id,
la region de Tlemcen fut trouble. L'6mir de cette
ville (celui-la mime qu"Abdel'aziz avait install) avait
repudi6 la supr6matie m6rinide, escomptant peut-Otre
la jeunesse du souverain de Fez. Une arm6e m6ri-
nide vint r6tablir le prestige de son souverain et ins-

(1) Djadzotat al Iqtibds, p. 233 ; D)rrat at Hidjal, p. 159 recto.
(2) Kitab al IstiqgC, II, p. 140.
(3) D:, : -.. .' al [qtibds, p. 301; Dorrat at Hidjal, p. 213.
(4) Djadsouat al [qtibds, p. 316; Kitab al Istiqgd, II, p. 146.
(5) Djadsouat at lqtibds, p. 268.


- 33 --






- 34 -


taller sur le tr6ne de Tlemcen le prince Abou Mo-
hammed 'Abdallah, frere de l'6mir Abou Zeiy~n (1).
Dans la capital du Maghreb, cependant, le jeune
sultan 6tait d6ja victim d'intrigues de palais. A la
suite d'un complot de cour, oi il se laissa tromper,
il donna l'ordre de faire perir le vieux chambellan
Al Qabaili et toute sa famille (802 h., 1399 J.-C).
Faralh ben Mahdi qui remplaQa Al Qabaili au gou-
vernement, maintint, malgr6 son grand age, encore
pendant quelques annees, le prestige de la dynastie
merinide. Mais l'autorite du sultan ne s'imposait
deja plus avec la m6me fermete, n'etait plus aussi
obeie.
Quelques annees auparavant, le sultan 'Abdel'aziz
avait trouv6 aupres des corsaires musulmans une
aide efficace contre l'emir de Grenade Yousof II et
ses successeurs. Ces corsaires avaient harcel sans
repit les c6tes des allies chretiens de l'6mir andalou
et fait la chasse a leurs bateaux de commerce. Ces
corsaires, surtout ceux de Tetouan, appuy6s par la
forteresse m6rinide de Gibraltar, continuaient a ecu-
mer le detroit, genaient les convois commerciaux
maritime des chretiens sans distinction de nationa-
lit6, au risque d'attirer des repr6sailles. Le sultan
de Fez ne pouvait plus faire respecter par eux ses
volontis.
En mOme temps, l'6mir de Tlemcen devenait de
plus en plus puissant, portait ombrage a la cour de
Fez. Faralh ben Malhdi dirigea sur Tlemcen une
grande expedition. Il renversa l'emir Abou Molam-

(1) Tenessi, Hist. des B. Zeiyan, (trad. Barges), p. 102.






- 35 -


med 'Abdallah et le remplaca par un frere de ce
dernier l'6mir Abou 'Abdallah Mohammed (804 h.,
1401 J.-C) (1).
Mais, au plus fort de cette champagne, le roi
Henri III de Castille, profitant de l'absence'des ar-
mees marocaines, vint chatier les insultes des cor-
saires musulmans en d6truisant la ville de Tetouan.
II voulut faire un grand example. Parmi les habi-
tants de la ville, tout ce qui ne fut pas passe au fil
de l'epee, soit la moitie des habitants environ, fut
emmen6 en esclavage en Espagne. La ville de Te-
touan resta ruin6e pendant plus d'un demi sickle.
Cette expedition espagnole et le proeced qu'elle em-
ploya, par l'emoi dans lequel ils jetbrent le monde
religieux musulman de 1'Afrique du Nord-Ouest,
eurent de tres graves consequences. Au lieu de de-
truire la piraterie, ils ne firent que la servir. II ne
faut pas oublier que les musulmans ne peuvent Otre
r6duits en esclavage (2 : le devoir imperieux du chef
de la communaut6 musulmane est de les dl6ivrer.
Cependant les souverains marocains, li6s par des
trails, ne pouvaient s'occuper des ranGons sans
laisser croire a une solidarity inavouee avec les cor-
saires. Pour donner satisfaction au people musulman
sans trop se compromettre, les souverains se laisse-
rent remplacer par les cheikhs, personnages religieux
qu'ils subventionnaient.
Ces cheikhs 6taient des sectateurs plus ou moins

(1) Id. Tbid., p. 10'. Sur *. *.; .i de Ia course voir Et blise.n .
des Chd',,fs, p. 24 et r6f6rences cities.
(2) Sur cette question de l'esclavage on pout consulter : Van dea
Berg, pp. 166 et ss.; Perron, P/dcis do Jurispradenrwe mnsvadrnae,
t. II, pp. 302-303.






- 36 -


reguliers de la confrerie des Soufis d'Abou '1 IHasen
ach-Chadeli. Cette confrerie s'6tait ramifi6e dans
1'Islam et particulibrement dans le Nord-Ouest afri-
cain, surtout pendant le dernier quart du Moyen-Age.
Son but etait la reforme des moeurs et la purifica-
tion de 1'Islam. Les descendants des Idrisides, en
leur quality de cherifs, issues de la famille du Pro-
phete Mobammed, se trouvaient au premier rang des
fanatiques du parti religieux et avaient accapar6 la
direction des groupements des Soufis. Un de leurs
saints, 'Abdesselam ben Mechich, cherif du Djebel
'Alam, avait 6le le p6le de la confrerie. Par lui, la
'Baraka (U fut Iransmise a Cha(leli et a in lign6e des
cherifs.
Les M6rinides s'etaient servis des e16ments reli-
gieux pour lutter centre les Almohades; plus tard,
ils avaient dO tolerer l'organisation des ch6rifs en
une sorte de caste officielle avec un syndic (naqib) (2).
Ces cherifs grandirent en prestige aupres des popu-
lations relativement primitives du Maroc, par I'exploi-
tation des vieux rites, des vieilles coutumes, en par-
ticulier le culte des morts (ziara, pelerinage aux tom-
beaux). Leur importance crit au milieu des embarras
de toute sorte qui assaillirent le declin de la dynastie
merinide. Le sultan Abou 'InAn qui avait donn6 aux


(1) La Baraka est la grace sanctifiante accorded par Dieu au chef
d'une confrerie et que ce dernier transmet mystiquement a son
successeur.
(2) Le Naqib, sort de president ou do syndic des Chdrifs, rbgle
les diffdrends qui s'elevent entire eux, control les registres g6n6a-
logiques de leurs families; a la fois leur juge et leur chef, il leur
sert encore d'interm6diaire aveo le pouvoir central. Sur le Naqib et
ses functions on peut consulter Etabllssvin. des Cherifs, p. 18, n. 4
et les sources cities. Voir aussi Mawerdi pp. 199 a 207, oi I'on trou-
vera toute la jurisprudence concernant ces fonotions.







- 37 -


cherifs un naqib official pour les mieux tenir, enleva
aux cheikhs l'enseignement official pour le transporter
dans les medersas, sortes de colleges faciles a contr6-
ler par les pouvoirs publics. Ces medersas furent
multipliees, mais en vain, car les sultans, au milieu
de leurs preoccupations, ne parent les preserver de
la contagion du fanatisme. Ils se trouverent, au mo-
ment qui nous occupe, dans l'obligation de subir les
injunctions du part religieux tout puissant et, dans
ce cas, de se solidariser avec les corsaires et les
partisans de la guerra sainte, ou d'abandonner les
fiddles musulmans entire les mains des chretiens II
n'y avait pas a tergiverser avec des reformateurs reli-
gieux (ou soit-disant tels) qui poussaient aux dernieres
consequences, et dans le sens le plus rigoriste de la
loi, les doctrines de l'imam Malek. La premiere alter-
native devait fatalement amener des represailles, la
second devait faire naitre la disaffection entire la
dynastie et le parti religieux intransigeant.
Faral; ben Mal'di semble n'avoir su quel part
prendre. Des ce moment, les personnages religieux
parcourent le pays pour quoter, ramasser les aumo-
nes destinies au rachat des captifs. Le chambellan
d'Abou Sa'id, pour 6viter toute nouvelle expedition
dans le genre de celle d'Henri de Castille, detruisit
les criques qui pouvaient donner abri, sur les cotes
du Rif, aux embarcations des corsaires.
Farali ben Mahdi mourut le 12 rabi' I de 'an 806
de l'hegire (30 septembre 1403 Ce fut Abou Mol.am-
med 'Abdallah At-Trifi, le caid don't les intrigues
avaient amene la mort d'Al-Qabaili et de ses fils,
qui lui succoda. Nous n'avons trouv6 que peu de







- 38 -


renseignements sur ce dernier personnage. II batit
la mosquee de Sofq-el-Kebir, a Fez-Djedid, y mit
comme habous quantity de livres. On ignore la date
de sa mort (i).
Nous ne savons pas davantage a quelle epoque
Abou Sa'id prit lui-mime en mains les renes du
pouvoir. En tout cas, la disparition de ses vieux ser-
viteurs est marquee par un changement de fortune
dans les destinies de son empire, aussi bien i l'in-
terieur qu'A l'exterieur.
En 810 de l'hegire (1407 de J.-C.), la m6sintelli-
gence 6clata entire les sultans de Tunis et de Fez. 11
y avait, dans cette derniere ville, un ancien preten-
dant au trone de Tunis, cousin du sultan hafcide,
auquel il avait dispute jadis le pouvoir. Battu, ce
pretendant, Mohammed ben Abou Zakaria, s'enfuit
h Fez, implora le secours du sultan merinide 'Abd-
el'aziz. Mais ce dernier, tout en le traitant bien, le
retint en otage. C'Mtait une garantie et une menace
dans le cas oi le sultan hafcide aurait voulu inqui6-
ter le royaume de Tlemcen. Le pr6tendant tunisien
fut plus heureux avec Abou Said. Des arabes So-
leim revoltes centre le sultan de Tunis vinrent b Fez
solliciter l'intervention du sultan m6rinide. Celui-ci
se laissa convaincre. 11 renvoya le pretendant Moltam-
med dans son pays avec une forte armee qui avait
ordre de ne revenir que lorsqu'elle aurait place le
pritendant sur le trdne. Mais les choses ne se pas-
serent point ainsi. Mohammed fut battu par le sul

(1) Cf. Etablissem. des Che'rifs, paragraphes III et IV de 1'Intro-
duction et les references cities; Massignon, Le Maroc au XVIs ..,
p. 124; l(ttab at lstiqpd, II, p. 146.







- 39 -


tan hafqide. On le fit prisonnier; il eut la tete tran-
chee. Le sultan de Tunis envoya cette tote au sultan
de Fez, par derision 1).
ParallBlement aux difficulties qui venaient de surgir
pour Abou Sa'id, du c6te de 1'Est, d'aussi graves
survinrent dans le Maghreb meme. L'emir de Gre-
nade, profitant des embarras du sultan de Fez, essaya
de s'emparer des villes des M6rinides en Espagne,
notamment de Gibraltar. Les habitants de cette for-
teresse appelerent Abou Sa'id a leur aide. Celui-ci
leur envoya son oncle Abou '1 Hasen 'Ali, dit Bou
Hassoun (le Muley AGoo, des chroniqueurs portu-
gais), dont il croyait avoir a redouter la presence au
Maghreb. En m6me temps, il pr6venait secrbtement
1'6mir de Grenade, le priant de le d6barrasser de son
comp6titeur. L'6mir de Grenade trouva plus d'inter6t
a livrer le message a Abou Hassoun; il lui fournit,
en outre, les moyens de lutter centre Abou Sa'id.
Abou Hassoun revint au Maghreb. Une lutte ter-
rible s'engagea entire les deux adversaires. Toute la
region comprise entire Sadl et Fez, entire le Bou.
Regreg et Qsar el Kebir, fut devast6e. Pres de dix
villes disparurent totalement, plus de douze mille
villages furent completement ruins et ras6s. Les
populations furent chass6es. Abou Sa'id pour repeu-
pler le pays, y install des tribus d'arabes chaofia (2).
En mome temps, la region de Tlemcen se mettait
en revolte. Abou Sa'id dut y envoyer, en 814 de 'lh.
(1411 de J.-C.), une arm6e pour installer l'rnir Abou

(1) Zarkechi, teate, p. 108 ; trad. p. 199.
(2) Marmol, I, p. 406 ; II, pp. 153-156; LUon, II, pp. 40 a 56 et 149;
Raoldh at H'atoun (Journal asiatique mars 1885) trad. Houdas,
p. 144.







- 40 -


Malik 'Abd el Watlid, fils de 1'ancien emir de Tlem-
cen, Abou Hammou Mousa II (1).
Celui-ci, a peine install, agit en souverain ind6-
pendant. Dans le Nord du Maroc, Abou Hassoun
tenait toujours la champagne. Les gouverneurs des
provinces, d'origine merinide, 6taient plut6t de grands
vassaux entire lesquels le Maroc 6tait partag6. Ils
6taient absolument ind6pendants et luttaient entire
eux pour ou centre le sultan, lui-mime en lutte avec
les membres de sa famille (2).
Profitant de tous ces embarras, les corsaires maro-
cains s'etaient remis a faire la course centre les na-
vires chretiens et genaient particulierement le com-
merce des Portugais (3). La maison d'Aviz, qui re-
gnait sur le Portugal, avait imprim6 rau commerce
de ce petit pays une vive impulsion. Les Portugais
sillonnaient les rivages de l'Afrique du Nord et de
l'Ouest et preludaient aux belles decouvertes qui de-
vaient les amener au Cap de Bonne-Esperance et aux
Indes. Le roi de Portugal, Jean Ier, inform par des
negociants de l'etat d'anarchie du Maroc, entraine
peut-Otre par la popularity qu'une guerre contre les
Maures pouvait trouver aupres des commercants de
son royaume, resolut d'attaquer Ceuta. A ce moment
il voulait armer ses fils chevaliers; il les produisait
dans de nombreux tournois pour leur donner l'occa-
sion de se distinguer. Des courtisans persuaderent

(1) Tenessi, Hist. des B. Zeiyan, trad. Barges, p. 112.
(2) Etablissem. des Chdrifs, p. 29, note 1 et references cities.
(3) Chronicae d'el rey D. Joam, p. 374; Colleccgo de liores inedi-
tos, t. I, pp. 150 et ss.; t. II, pp. 397-414-494; Acta sanetorum, juin
1443, t I, p. 561 ; Azurara, Chronicas d'el rey D. Joao I, t. III, p. 5;
Da Sylva, Memorias, t. I, p. 385.







- 41 -


aux jeunes princes don'tt 6tait le celebre infant Don
Henri le Navigateur) de solliciter du roi la faveur
de se faire armer chevaliers dans la croisade centre
les Maures africains. L'id6e de croisade centre les
Musulmans, propag6e par le pape dans toute la chre-
tient6, n'6tait peut-6tre, en effect, nulle part aussi po-
pulaire qu'en Portugal. La nation porlugaise s'6tait
fondue au milieu des luttes centre les Maures en
conqu6rant sur eux la majeure parties de son terri-
toire, lambeau par lambeau. Le people portugais
6tait encore tout fremissant de ces luttes. Cependant,
le roi Jean r6sista d'abord a ses ils; il venait de
reporter de grands succes sur le roi de Castille, il
craignait de perdre ou de ternir sous les citadelles
maures les lauriers conquis h Aljubarola Il).
Mais les princes insisterent. La Castille, voisine,
grandissait, fusionnee avec I'Aragon, dominant sur
les Maures d'Espagne. Le Portugal diminuait par le
fait m6me de cet agrandissement. La reine, le pape
intervinrent a leur tour. Le roi se laissa gagner,
l'expedition de Ceuta fut delinitivement resolue (2).
Sur ces entrefaites, des ambassadeurs portugais
allerent aupres du roi de Sicile negocier une alliance
matrimonale avec la court de Portugal. Ils avaient
mission d'etudier, en passant, la c6te et les abords
de Ceuta. Le gouverneur de cette place, Calalh ben
Calll, allech6 par des cadeaux, les autorisa a faire

(1) Aljubarota, locality ou( le roi Jean o1r de Portugal ddfit coinm-
pltement le roi Jean 1'P de Caslille le 14 aout 1385, et ou, en sou-
venir de sa victoire, il construisit le monastore de Santa Maria da
Bathala.
(5) Mac-Murdo, The history of the PI' I 1rl II, pp 352 et s..
p. 453; flakleuyt, The principal narigations, VI, p. 121; Ktablisscm,
des i,. ,..- p. 28, et notes 1, 2, 3; Colleedo, I, pp. 15 a 23.








- 42 -


escale avec leurs navires. Ils en profiterent pour ltu-
dier les remparts et les fortifications de la ville (1).
Jean I1 montra beaucoup de prudence et de r6so-
lution dans les preparatifs de cette champagne. Mais
il ne put tenir ces preparatifs tellement secrets qu'ils
ne parussent i~nen.., .it, pour ses voisins de Castille
ou de Grenade. 11 feignit une expedition centre les
corsaires hollandaise qui inqui6taient ses navires de
commerce. Le roi de Castille et d'Aragon, celui de
Grenade, se calmerent. A la veille du depart de la
flolte portugaise, avait lieu un accord entire le comte
de Hollande et les ambassadeurs portugais d6putes
aupres de lui. Le roi Jean eut encore la tranquillity
assuree de ce dernier co6l 2).
La lotte portugaise, que l'on croyait dirig6e vers
le Nord, part tout a coup devant Ceuta. Le sultan
de Fez, Abou Sa'id epiait les movements de son
rival Abou Hasoun, toujours maitre de Mequinez,
ceux de l'emir de Tlemcen, I1 resta a Fez; il comp -
tait d'aillenrs, pour d6fendre la ville de Ceuta, sur
les forces qui y etaient accumulees. Mais le gouver-
neur de la place, Calafh ben C-i11.I s'ktait laiss6 sur-
prendre; la ville tomba au pouvoir des Portugais
(15-21 aoit 1415; 7-13 djoumada II, 818 de l'hegire).
On ne saurait d6peindre combien, b la suite de
cette perte, furent grandes la colere et l'indignation
des Musulmans au Maghreb et en Espagne. En ad-
metlant meme que les lamentations des Maures rap-
port6es dans les recits des auteurs portugais ne

(1) Collecgdo (Pisano), 1, pp. 17 et 18.
(2) Id. Ibid., pp. 24 8 31.








- 43 -


soient qu'oouvre de littirature, on peut bien croire
que les souverains de Grenade ont vu dans la prise
de Ceuta un 6evnement fort dangereux pour leur
domination. Jusqu'ici, l'Afrique du Nord-Ouest avait
6t6 Ie grand reservoir d'hommes pour la guerre
sainte centre les chretiens de la PNninsule. On pou-
vait pr6voir que ces excellent auxiliaires allaient
d6laisser l'Espagne pour batailler sans trove ni merci
autour de Ceuta. En meme temps, la Castille adop-
tait une attitude nettement i-l:i'- centre l'mirat
de Grenade. Les Musulmans andalous, dit un chro-
niqueur portugais, purent penser que leur domina-
tion en Espagne venait de recevoir un coup mortel (1).
Les grands vassaux d'Abou Sa'id, les gouverneurs
a peu pres independants de M-Ii.N.i, An. .i. etc., vin-
rent en vain avec des troupes pour lui proter main-
forte. Mais le pays 6tait si insoumis que, de l'aveu
m6me des Maures, prisonniers des Portugais, pour
venir jusqu'6 Fez, ces gouverneqrs 6taient obliges
de fuir les montagnes et de suivre la c6te par Azem-
mour, Anfa, SalI. Ainsi ,1...-, comme r6cemment
avant l'occupation franCaise, la region de Tedla, les
ramifications de I'Atlas vers 1'Oclan, 6taient pays
insoumis, bled es-siba (2).
La guerre civil vint encore augmenter l'anarchie
jusque dans Fez meme. Les partisans du pr6tendant
et ceux du -1l.i,,i luttaient avec un acharnement tel
que plusieurs membres de la famille mnrinide pref6-
rerent se soumettre aux Portugais ou fuir a Grenade,
plut6t que d'ob6ir a Abou Sa'id (3).

(1) Collecrdo, II, pp. 248 et ss.; p. 40;1.
(2) '. .- II, pp. 369 et 407.
2 "'i .. -.... II,Jpp.[377 et:418.







- 44 -


Cependant, les masses populaires paraissent avoir
ete indifferentes aux querelles des grands (1); la lutle
contre le Chretien semble seule les avoir intiressees.
Les Musulmans de tout I'Ouest coururent sus aux
iilI.i. ; il en vint en foule de partout, du Sud
extreme, du Sous qui, depuis longtemps, avail
6chapp6 aux MI. r l;i,- Toute chance n'aurait done
pas et6 perdue, pour recouvrer Ceuta, si les divi-
sions intestines de la famille souveraine de Fez
n'avaient donnc aux Portugais le temps de se forti-
fier. Ce fut en vain qu'Abou Sa'id lanqa sur Ceuta
un de ses caids, le fils d"Abdallah At-Triil, avec une
armie formidable. Cette armee fut 6cras6e par les
Chr6tiens; ceux-ci 6taient d6finitivement maitres de
la place et de ses abords. Leurs vaisseaux croisaient
dans Ie detroit, donnaient la chasse a tous les navires
de commerce musulmans. Les chroniques portu-
gaises lui racontent ces riches prises ressemblent a
de verilables e)iopees (2.
Cependant, la situation devenait intenable plus
peut-etre pour les Maures d'Espagne que pour ceux
du Maghreb. L'emir de Grenade voyait avec peine
les pertes des navires musulmans don'tt le nombre
diminuait), les pertes d'hommes et de toutes sortes,
11 ne cessait d'envoyer chez les Oemirs du N\I lshieb,
ambassadeurs sur ambassadeurs, pour leur recom-
mander une entente contre l'ennemi common; mais
tout 6tait inutile 3). Enfin, la mort d'Abou Hasoun

(1) Les gens du people donnaient facileinent des informations
contre le roi de Fez. Collec(cOo, 11, pp. 341 et 355.
(2) Collocydo, II, pp. 362, 377, 379, 486, 498 el 550.
(3) Colleccdo, 11, pp. 418 et ss.







-- 45 -


lui permit de proposer une alliance h Abou Sa'id
en vue d'arracher Ceuta aux Chr6tiens. II r6ussit h
r6concilier les grands vassaux, qui avaient pris part
pour I'un ou pour I'autre comp6titeur, avec le roi de
Fez, et cela dans le but d'engager une action com-
mune centre les Portugais. Puis ils marcherent tous
ensemble centre Ceuta, aides par les contingents et
les navires du roi de Grenade (822 h., 1419 J.-C.).
\1l -, malgr6 tous leurs efforts, le gouverneur de
Ceuta, Don Pedro de Menezes, rdussit a les re-
pousser (1).
Le roi de Grenade ne perdit point courage. Sans
doute, en raison du caractere faible et peu s6rieux
de son allied Abou Sa'id, ne cessa-t-il de lui envoyer
ambassade sur ambassade pour I'encourager dans
la guerre sainte, le djihad, alors pr6ch6 par tous
les religieux musulmans. Au moment ofi les exhor-
tations de l'emir andalou allaient ruissir, une revo-
lution de palais fit disparaitre Abou Sa'id. Celui-ci
avail essay de suborner la femme de son chambellan
Abou Fares 'Abdel'aziz al Lobabi. Ce chambellan,
pour se venger, p6netra de nuit dans la parties du
palais des souverains, occup~e par le sultan Abou
Said, le tua, tua 6galement les freres de ce sultan
et six de ses enfants (823 h., 1420 J.-C.) (2.






(1) Da Sylva, II, p. 380; Cronicas de D. Joam, pp. 374-375.
(2) Colleepdo, II, p. 479; Djadlzotat al Iqtibds, p. 269; ,stiqga, II,
p. 148; Leon, II, p. 253; Marmol, I, p. 407.














CHAPITRE II


La Regence des Beni Wattfs et le regne
d'Abd el Haqq le dernier MWrinide






A la mort d'Abou Sa'id, la guerre civil eclata
dans le royaume de Fez, plus intense que jamais.
Les pr6tendants a ce tr6ne surgirent de tous c6t6s.
Les tribus arabes, 6tablies depuis plusieurs siecles
dans le Maroc occidental et astreintes a fournir aux
sultans des contingents militaires, ne furent plus
tenues en bride par les souverains et en profiterent
pour s'6tendre et piller les populations berberes se-
dentaires. Les chefs arabes, toujours disposes h
appuyer les pretendants, allaient a celui qui promet-
tait les plus grands b6nefices. Les Portugais profi-
terent du r6pit relatif que leur laissaient ces troubles
pour se fortifier a Ceuta. Nous disons r6pit relatif,
car la guerre sainte ne cessa point autour de cette
ville, guerre de partisans, guerre faite par des fana-
tiques isol6s ou groups au hasard des circonstances.
La plupart de ceux-ci venaient de contr6es isol6es,






- 47 -


souvent de l'Extreme-Sud, pour sauver leur Ame en
luttant contre les Chr6tiens (1).
L'6mir de Tlemcen ne manqua pas de jouer son
r6le dans les troubles qui d6solaient le Maghreb.
Un pr6tendant, Mohammed, fils d'Abou Molhammed
ben Abou Tarik ben Abou 'Inan, r6fugi6 d'abord en
Espagne, vint a Tlemcen solliciter l'appui de l'6mir
du Maghreb central. Ce dernier, dit Et-Tenessi,
vengea sa dynastie des humiliations qu'elle avait re-
cues de la part des sultans de l'Occident; il alla les
attaquer dans leurs propres foyers; il envoya contre
eux des armies qui fouillerent l'int6rieur de leur
palais et se reposerent de la fatigue a l'ombre de
leur toit (2) ). Mais le pretendant Mohammed, ins-
tall6 par les troupes de Tlemcen, ne r6gna point pai-
siblement a Fez. C'est ici que nous voyons inter-
venir d6finitivement la branch m6rinide des Beni
WattAs. Le principal representant de cette famille,
Abou Zakaria Yahia al Wattasi, d6tenait la ville
de Sal6, don't il 6tait gouverneur. II fit proclamer le
seul fils qui restait d'Abou Sa'i'd et qui se nommait
'Abd el Haqq. Puis Abou Zakaria prit le pouvoir au
nom du nouveau souverain (3).
Celui-ci 6tait le fils d'une ren6gate espagnole parties
pour Tunis au moment de la mort d'Abou Sa'id.
Son fils n'6tait ag6 que d'un an lorsqu'il fut proclam6
et qu'Abou Zakaria al Wattasi r6sista, en son nom,
dans Sale, aux partisans de Mol.ammed. La guerre

(1) Voir Collecgdo, II, p. 493 et suiv.
(2) Tenessi, Hist. des BRni Zei:y ti (trad. B -,, .' P p. 115 et suiv.;
Kitab at Istiqsd, II, pp. 149 et 150; Dorrat .. fol. 188 et suiv.
(3) Collecgdo, II, p. 494; Acta Santorum, juin, t. I, p. 564.







- 48 -


civil dura quatre ans. Pendant ces quatre ann6es
1'intensit6 des discordes laissa aux Portugais la tran-
quillit6 relative don't ils avaient besoin du c6t6 de
l'int6rieur marocain. Ils en profiterent pour purger
le d6troit de Gibraltar des nombreux corsaires qui
l'infestaient et qui, Gonois, Castillans ou Maures,
Musulmans ou ren6gats, n'6taient pas moins dange-
reux les uns que les autres pour le commerce. Ceux
de Tanger avaient mome construit des navires d'un
genre special, mieux adapts a la course, pouvant
se cacher dans les moindres criques (1).
Le roi de Grenade, au milieu de toutes ces divi-
sions continuait b tenir son r6le et projetait de s'6ten-
dre sur une parties de l'Afrique. Parmi les grands
chefs marocains, Calah ben Qalal, I'ancien gouver-
neur musulman de Ceuta, 6tait seul b resister aux
Portugais. 11 traita avec l'6mir andalou. II fit hom-
mage de vassalit6 en faveur de ce dernier, lui paya
le tribute paye jusque-1a aux souverains de Fez, puis,
avec quelques officers maures, s'installa a Tanger
et occupa, au nom de son nouveau souverain, la
region comprise entire cette ville et Qqar el Kebir.
Tout r6ussissait a l'6mir de Grenade, lorsque la mort
vint le surprendre h Malaga, d'oi1 il s'appretait a
passer en Afrique ( les voiles pleines d'esp6rance e,
dit le chroniqueur portugais. Alors Qalah ben Galah
se rendit totalement ind6pendant dans ses territoires.
II ne parait pas qu'il ait trop inquiet6 les Portugais a
partir de cette 6poque. D'ailleurs lui-meme fut assi6g6
par le sultan de Fez et secouru par les Portugais (2).
(1) Collecgdo, II, pp. 494, 515, 516, 555; Kitdb al Istiqsd, loc. laud.
(2) Collecfdo, II, pp. 503, 555; Da Sylva, Memorias, II, p. 839,






- 49 -


De son c6te, le sultan de Tunis, Abou Fares
'Abdel'aziz le hafQide, avait pris ombrage de la pro-
pondorance subite du royaume de Tlemcen. Des fe-
vrier 1425, le bruit s'etait repandu dans la colonie
portugaise de Ceuta, qu'en raison de l'alliance qui
existait entire les souverains des deux Berb6rie
(orientale et occidentale), le roi de Tunis se pr6parait
A venir a Ceuta pour en faire le siege. Ce bruit,
d'ailleurs, se reproduisait p6riodiquement et assez
frequemment. Une flotte tunisienne vint bien croiser
dans le d6troit. Mais le sultan de Tunis ne partit de
sa capital qu' la fin de 1425 (:2.' h.). Deux grades
expeditions, a trois ans d'intervalle l'une de l'autre,
lui permirent de renverser d'abord les sultans de
Tlemcen, puis de mettre sur le tr6ne de cette ville,
pour la troisieme fois en moins de sept ans, un nou-
veau pretendant (1).
L'abaissement des souverains de Tlemcen permit 828h.
a Abou Zakaria Al Wattasi de chasser l'6mir Mo- (142 J.-c.)
Ihammed de Fez et de retablir, au moins en parties,
I'autorilt Mdrinide. Des 1425, il avail r6ussi a s'atta-
cher de gre ou de force, apparemment sinon roelle-,
ment, le maitre de Tanger, Galal ben (alal.. Ce der-
nier 6tait allied avec un certain Abou 'Ali, chef de
quelques bandes qui guerroyaient autour des posses-
sions portugaises. Cet Abou 'Ali s'6tait fait cons-
truire une forteresse dans le Djebel Habib; sa fa-
mille y r6sidait; lui, faisait la guerre sainte, pillait,
ranconnait les berbbres voisins des Portugais, ber-
beres coupables i ses yeux de commerce avec les
chr6tiens.
(1) It, pp. j25-539; Mercier, llist. de l'Afriqae septenttio-
nI ale, :. 399.






- 50 -


Les deux allies, Abou 'Ali et Qalal. ben Calal ne
cessaient d'appeler b leur aide le sultan de Tunis.
Celui-ci, d6jh maitre de Tlemcen, avait poursuivi sa
march vers l'ouest, pris Taza et n'etait plus qu'a trois
jours de Fez. Les habitants de cette ville voyaient
avec terreur cette invasion. La situation, exploited
par les amis d'Abou Zakaria al Wat'asi, obligea la
ville a faire sa soumission au sultan de Tunis avant
I'arrivee de ce dernier et a lui payer une forte rancon.
Le sultan Mohammed, vassal de Tlemcen, 6tait d6jh
destitu6. Le repr6sentant d' 'Abd el Iaqq, Abou Za-
karia, fit, au norn de son souverain, hommage de
vassalite au sultan de Tunis. 'Abd el Haqq lui-mmem
renouvela cet hommage lorsqu'il sortit de tutelle et
prit personnellement le pouvoir au mois de safar 862
de l'h6gire (fin decembre 1457)(1).
830 h D'apres LUon 1'Africain et Marmol, 'Abd el Haqq
(1426 J.-C.)
ne serait entr6 a Fez que sept ans environ apres la
mort d'Abou Sa'id, c'est-a-dire apres l'exp6dition
du sultan de Tunis 'Abdel'aziz, vers l'an 830 de l'h6-
gire (1426 de J.-C.) (2).
Quoiqu'il en soit, au moment qui nous occupe, le
sultan de Tunis ne jugea pas a propos d'aller guer-
royer sous Ceuta. II se content d'envoyer, h ceux
qui l'appelaient, un lieutenant avec sept cents cava-
liers et de l'argent. Peu apres, une lotte tunisienne,
commander par Abou 'Abdallah Molhammed Es-
querdo vint aider au siege de Ceuta, fait en commun
par Abou Zakaria al Wattasi, Galah ben Galal.,

(1) Collecfdo, II, p. 552; Zarkechi, texte p. 110, trad. p. 203; Id.,
Ibid., p. 134, trad. p. 246; Tenessi, loc. cit., p. 117.
12) Marmol, I, p. 408.






- 51 -


Abou' Ali, des contingents du Dra'a, etc. Ce siege
ne devait pas avoir plus de succes que les prec6-
dents (1).
Les chroniqueurs indigenes nous ont laisse d'Abou
Zakaria al Waltasi un portrait plut6t flatteur. Son
temps, disent-ils, fut en quelque sorte l'age d'or de la
religion a cause de sa grande pi6te; c'etait un home
modest, tres attentif aux besoins du royaume; il
6tait remarquable par sa bont6 et sa bienveillance 6
l'egard de ses administr6s, par son 6quit6. Il ne pa-
rait cependant pas avoir essay d'6teindre l'anarchie
qui d6solait le Maroc. II consacra tous ses efforts a
lutter contre les Portugais; il fut second par le
parti religieux, et, grace a cet appui, tous les 61e-
ments turbulents du Maroc, porterent leur effort vers
la guerre sainte, autour de Ceuta. Cet effort pour la
guerre sainte amena une sorte de detente. La ville
de Mequinez, jusque-la insoumise, fut heureuse, dit
un chroniqueur musulman, de recevoir Abou Za-
karia et de se soumettre b lui. Elle venait, d'ailleurs,
d'6tre ballott6e durant trente ans entire les caids
d'Abou IHassoun ou ceux d'Abou Sa'id, et de voir
son territoire livr6 a tous les ravages des guerres
civiles. Abou Zakaria y supprima les charges vexa-
toires, r6para la grande mosque, l'agrandit; recons-
truisit une parties de la ville ruin6e pendant les guer-
res precedentes. 11 agissait en veritable souverain,
ayant pour vizir un de ses cousins, Abou '1 Hasen
'Ali ben Yousof al Wattasi, qui devait lui succeder


(1) Collecgdo, II, pp. 539, 550, 565.







- 52 -


plus tard comme regent du royaume et tuteur
d'Abd el Haqq (1).
A l'appel d'Abou Zakari6, les personnages reli-
gieux, partisans de la guerre sainte, essayerent,
dans les parages de Ceuta, I'emploi de leur influence.
Ils voulurent empecher les populations de nouer des
relations, memes commercials, avec les Portugais,
pillerent les refractaires a leurs conseils ou a leurs
ordres (2).
Nous avons d6ja dit que Ceuta, depuis le d6but de
l'occupation portugaise, avait subi plusieurs sieges
en regle. On peut meme avancer, sans exagiration,
que la guerre sainte autour de ses murs constituait
une sorte de siege sans tin. Le sultan de Tunis,
suzerain du Maghreb, avait fait plusieurs tentatives
centre cette ville au moyen de ses corsaires ou de
ses flottes. Ces tentatives, sans succes jusqu'alors,
pouvaient cependant reussir un jour e6tablir un
blocus par mer. On comprendra done tout l'interot
qu'avait le Portugal a poss6der un point d'appui
proche de Ceuta. Le gouvernement portugais h6sitait
a choisir entire Qcar (ghir et Tanger. Le choix de
cette dernire ville, plus proche des cotes du Portu-
gal, plus propice 6 la defense, l'emporta; on se de-

(1) Raoddh al Ilotoun, trad. Houdas, p. 144; Diadzouat al Iqtibds,
p. 336; Momti 'al Asmd', passim. Les chroniqueurs Portugais nous
ont laiss6 d'Abou Zakaria el Ouattasi un portrait fort different de
celui des auteurs musulmans. D'apres eux, c'teait une sorte de
bandit de grand chemin qui, avant de s'clever au pouvoir, avait
commence par soumettre h ses ordres toute sa famille. Une fois
vizir, il pilla les riches, chassa de leurs emplois les descendants des
vieilles families, nomma a leur place ses propres creatures. 11 aurait
fait mourir deux fils d'Abou Said, plus iags qu"Abdel Haqq, pour
reserver le trone a celui-ci (Cf. Ramos, in Acta Sanctorum, juin,
t. I, p. 564.
(2) Colleccdo, III, p. 95.







- 53 -


cida i la conquote de Tanger. Cette expedition, an-
nonede d'avance (le Pape l'avait sanctifiee par une
bulle), ne fut point populaire; elle 6tait mal vue par
le roi Don Duarte, dkconseill6e par I'infant Don
Pedro. Seuls, la reine et l'infant Don Henrique 1'en-
courageaient : ils voulaient procurer au jeune infant
Ferdinand l'occasion de se couvrir de gloire. On de-
manda quinze mille hommas pour les envoyer a
Tanger. On en trouva huit mille. Mais, apres la b6ne-
diction du Pape, on n'osa pas reculer; l'expedition
eut lieu (1).
Abou Zakaria, le regent, projetait alors une expe-
dition dans la region de Tlemcen. I1 tlait deja parli
de Fez simulant un depart pour le Tafilelt qu'il pr6-
tendait vouloir soumeltre. II 6tait b trois jours de
march de sa capital lorsque des 6missaires vin-
rent le pr6venir de l'arrivee prochaine des Portugais
sous les remparts de Tanger. II fit aussit6t demi
tour et, sans s'arriter a Fez, march sur Tanger
avec toutes ses forces (2).
Les musulmans de Tanger, avertis h temps, avaient
mis leur ville en 6tat de formidable defense. Les
personnages religieux avaient lance l'appel pour la
guerre sainte, avaient oblige les petits potentats inde-
pendants b faire la paix entire eux pour venir d6fendre
Tanger. II vint des troupes du Rif, de l'Atlas, du
Talilelt, du Sous, du Dra'a le plus extreme. Presque
d&s les debuts de l'expedition les Portugais perdirent
le contact avec leur flotte. Les Musulmans, plus de

(1) Menezes, Hist. de Ta/ ger, p. 1-25; F. Denis, Portugal, p. 59;
Collecpdo, I, pp. 211 & 450 passim.
(2) Collecpdo, 11I, p. 95.







- 54 -


dix fois sup6rieurs en nombre, les 6crasbrent et les
obligerent, malgr6 leurs prodiges de valeur, a signer
une desastreuse capitulation. Les Portugais devaient
rendre Ceuta et laisser en otage l'infant Ferdinand,
le plus jeune frere du roi de Pertugal, jusqu'b I'ap-
probation, par ce souverain, de la capitulation signee
Malgre cette capitulation, les soldats musulmans
poursuivirent les Portugais qui ne purent atteindre
leur flotte qu'6 grand'peine. La capitulation venait
(843 hC.) d'6tre violee par les Musulmans eux-m6mes (841 h.,
1437 J.-C.)(i).
La liste des signataires de cette capitulation mon-
tre combien 6tait deja grande la confusion des pou-
voirs et I'anarchie dans l'empire du Maroc. Des
noms de cheikhs de confreries religieuses, de simples
faqihs y figurerent a c6te de signatures de ministres,
de grands vassaux, et au meme titre qu'elles (2).
D'apres cette convention, Calab ben Galali devait
recouvrer Ceuta et payer une forte indemnity au re-
gent Al Watt.si. Mais l'infant Ferdinand ecrivit
lui-meme en Portugal pour s'opposer a la reddition


(1) Menezes, loc. cit pp. 1-25; Denis, Portugal, p. 59; Arta
Sanraorum, juin, I, pp 552 t 582. Sur la guerre saint et son orga-
nisation cf. .. .. de l'Islain, sous le vocable r/jihad.
(2) ( l'orro videns Zalabonzala, infantem Joannem cum navibus
recossisse, venit ad Ferdiinadum, ferens instrumentum contracts
super reddilione sept ex part Christianorum, signatum ab utroque
inuante, comnite Arrayolensi, Episcopo Eborensi, nec non per Mares-
clalchum regni, capitaneum majorem, aliosque Proceres; ex parte
vero Maurorum a Lazaraquio regis Fezzensis major capitanco;
Manzo Benzia fratre ejusdem, Bellezii domino; Zalabenzala, Tingis
et Arsiliw domino; Zaene, Maquinezii et Calleji domino; nee non per
Zallos et Faquios, Abedella, Abeducio ac Mahomete, aliosque e.
A(ta Sanwrorum, juin, t. I, p 561.
Le mot cheikh a ici le sens de clhe' de confrtrie. Un faqih est un
lettri6 musulman, g6nnralement professeur, a la fois li,.'...-._. n ct
jurisconsulte. Sur ce dernier mot cf. Encyclopddie d I .. v
Fikh.







- 55 -


de Ceuta; la plupart des conseillers du roi, le pape,
intervinrent dans le mime sens. La convention ne
fut pas ratifi6e. Calali, fatigue d'attendre, et pressed
par le regent de Fez, lui envoya son royal otage. On
sait, par la chronique de Jean Alvarez, comment le
regent de Fez tortura, martyrisa le jeune prince
chritien, esperant I'obliger a solliciter un rachat au
prix des plus grands sacrifices pour sa patrie; com-
ment il finit par le faire mourir au milieu des plus
atroces souffrances (1).
Les Portugais furent attristds par cet 6chec, mais
non docourages. Aux attaques incessantes centre
Ceuta, ils repondirent par des tentatives repetees
centre Tanger ou le port de Qcar Cghir. Les grands
vassaux du Sud finirent par se lasser les premiers
de leur assistance a la guerre sainte dans le Nord
du Maroc. Les chroniques portugaises, qui ont soin
de donner les noms des grands chefs venus combattre
les Clhrtiens, ne mentionneront plus pendant quel-
ques ann6es que les grands caids du Gharb ou les
hauts dignitaires de la cour de Fez. Nous y verrons
les noms de Muley Yaliia ben Faris, caid de M6-
quinez et neveu d'Abou Zakari6 al Wattasi; de
Muley El Hadj, seigneur de Belez (Badis); de Muley
'Abdallal, seigneur du Rif; de Muley Mohammed
ben 'Amar, caid d'Acila; d'Ibrahim ben 'Amar, caid
de Q(ar al Kebir; de Nacir, caid de Fez et de sa pro-


(1) Diego de Torrbs, pp. 338 et ss.; Acta Sanctorum, Id. Ibid., pp.
552 et ss. passirr. I pip. 137 & 184. Apres la mort du
Saint Infant, le I ,, ii .. .* son cadavre aux creneaux de Fez
Djedid. Au bout de trois jours on l'ensevelit pres du Mellah. Al-
phonse V, en 1471, apres la prise d'Acila echangea ces s centre une
femme et une fille du sultan de Fez,







- 56 ---


vince. Nous n'y verrons pas figure le caid de Taza;
sans doute restait-il a son poste pour surveiller la
region orientale du c6t6 de Tlemcen. Dans les grands
combats autour de Qgar Cghir et Tanger, outre les
caids du Gharb, Abou Zakaria avait avec lui un fort
contingent d'archers de Grenade; mais dans son
entourage, les grands chefs du Sud n'6taient pas re-
presentes (1).
Ce faith ne peut manquer de rapper l'esprit, lors-
qu'on sait combien, b cette epoque, les personnages
religieux 6taient puissants sur les foules et combien
ils 6taient partisans de la guerre sainte. On ne peut
pas supposed que le regent de Fez se les soit aliens,
car nous savons que son gouvernement fut pour eux
( l'8ge d'or de la religion ) (2). Peut-on supposed que
le parti religieux, dans le Sud, se soit d'ores et deja
recueilli en vue d'une action politique particuliere
pour affirmer son influence pr6ponderante? Les
cheikhs des confr6ries paraissent bien, en eflet, les
seules autoritis morales suivies, au milieu des
guerres civiles entire les vassaux merinides, entire
les revoltes des tribus. Peut-6tre aussi les foules
6taient-elles lasses d'une guerre sainte sans r6sultats
tangibles, et epuisant les resources du pays. Peut-
6tre encore les passages du Sud au Nord n'6taient-
ils point libres : les tribus arabes non revenues par
les autorites continuaient leur movement d'enva-
hissement des hautes planes sur les Berberes. Ces

(1) I)ans I, pp 104, 109 et II, p. 81 lo Makhzen t ..i
mneinionn6; Pour lc parag. ci-dessus of. Cullecs(do, III, pp. 11-I I '
'2) 1 Mawasini ud-din ) disont les chroniqueurs indigines. Cf.
I)jadzouat al Iqtibdas p. 336.







- 57 -


derniers, pressures, se revoltaient; et les villes de
1'interieur, non d6fendues contre cette insecurity, se
rendaient ind6pendantes sous des chefs choisis par
elles ou d'audacieux aventuriers.
Les grands vassaux, a leur tour, obeirent moins 843 h.
au regent. En 843 de l-SiI .- (1440 de J.-C.), mourut (14J.-c.)
Call) ben Cala.i. Son frere Abou Bekr prit sa suc-
cession et lutta contre Abou Zakaria qui entendail
se fire ob6ir. Celui-ci battit Abou Bekr, 1'assiggea
dans Agila don't il s'empara et qu'il conserve comme
un fief de sa famille. Pendant ce temps, I'infant Fer-
dinand, prisonnier b Fez, mourait, enlevant ainsi i
Abou ZakariL tout espoir de ranqon. La liberty de
movement des Portugais s'en trouva de beaucoup
accrue.
Presque au meme moment, le regent de Fez fut
contraint h une expedition centre les arabes Angad.
Ces derniers avaient fini par entrer dans les hautes
vall6es de l'Oued Innaouen et de l'Oued Ziz, au Sud-
Est de Fez. Is 6taient ainsi iin e des passages
conduisant de Fez r Tlemcen ou de Fez au Talilelt,
et, b cause de leur insoumission, constiluaient un
danger pressant pour le gouvernement marocain.
Abou Zakaria alla les combattre, mais il fut tun6
Kerselouin. Son corps fut transport i Fez et ense-
veli dans le tombeau des M6rinides (852 de l'higire, 852h.
1448 de J.-C.) (). (1448 J.-C.)
Le sultan 'Abd el .Iaqq, que le r6gent Abou Za-
karia avait fait proclamer, ne s'occupait pas encore
des affaires du royaurne. II tait cependant sullisam-

(' *. I, p. 345; Da Sylva, M nmorias, I, pp. 485 8 514; Kitab
al l p. 149.







- 5.11 -


ment age : si les dates donnres par les chroniqueurs
marocains sont exactes, il avait alors vingt-neuf ans.
Mais, a l'exemple de son frere Abou Sa'id et peut-
Otre encourage par le regent Al Wattasi qui y trou-
vait sa liberty d'action, il restait plong6 dans la dd-
bauche. La regence fut prise par 'Ali ben Yousof al
Wattalsi, vizir et neveu d'Abou Zakaria.
'Ali ben Yousof out a comprimer les memes re-
voltes que son once. Pendant plus de dix ans il lutta
contre les Arabes, les Portugais et les grands vas-
862 h. saux m6rinides. En '62 de l'h. (1458 J.-C.), les Por-
(i158J.-C.) tugais vengerent leurs insucLcs de Tanger et la mort
de l'infant Ferdinand par la prise de Qcar Cghir.
La guerre sainte reprit plus fort sous les murs
de cette ville, tandi:s que les chr6tiens recommen-
caient b menacer '.iJ,,i (i). Un fait cit6 par les au-
teurs portugais de l'epoque montre combien 6tait
devenu grand l';lilli- I ii.' : de l'autorit6 merinide.
Le cheikh El 'Arousi, chef de la famille feodale qui
commandait a Qgar el Kebir, eut son fils fait prison-
nier dans un coml.at sous les murs de Qgar Cghir.
Ce fut en vein qu'El 'Arousi demand le rachat de
son fils au gouverlement de Fez; ce rachat contra-
riait les projects politiques du regent, qui repondit
evasivement. El 'Arousi fut oblige de trailer direc-
tement avec les Portugais. Ceux-ci comprirent l'inte-
rit qu'ils avaient i m6rnager un tel personnage et re-
I cherent son fils. El 'Arousi voulut se venger et
rappeler son importance. au regent de Fez. Ce dernier

(1) Kitab at lstiq<:a, II, pp 149-150; Vasconcellos, Vila do Dorn
Duar/t de Menezes, p. 102; Ai,'unls Docltmentos, p. 25; ...., I,
pp. 458 et ss. et 467.







- 59 -


envoyait une forte expedition avec un convoi sur
M6quinez. El 'Arousi tomba sur le convoi et I'en-
leva en parties. L'6moi fut grand a la cour merinide,
qui reprocha aux Portugais d'avoir trait sans son
intermediaire (1).
Mais 'Ali ben Yousof n'eut pas le temps de punir
l'insubordination du caid de Qcar al Kebir. II 6tait
all reprimer une r6volte d'arabes Chaouia dans le
Tamesna. II fut tu6 d'un coup de lance (863 h.,
1458 J.-C.). Son corps, ramen6 a Fez, fut enseveli, 863 h.
comme celui de son oncle, dans le tombeau des Me- 1458(J.-C.)
rinides 2).
Le sultan 'Abd el Haqq prit comme vizir Yahia,
le fils d'Abou ZakariA al Wattasi. Ce fut ce Yabia,
disent les auteurs musulmans, qui commenca b faire
pericliter les affaires du royaume. II destitua les an-
ciens fonctionnaires de 1'arm6e ou du royaume, ainsi
que le qa(li de Fez, au profit de ses creatures; il
tourna administration centre son propre souverain.
Des murmures en parvinrent a ce dernier. Celui-ci,
d6ja Ag6, eut peur de la mauvaise tournure que pre-
naient les affaires de son gouvernement; les Beni
Watts semblaient regner pour eux et non pour lui,
II resolut de se debarrasser de cette famille.
Un jour ofi les Beni WVa;tts 6taient reunis a Fez,
le sultan donna l'ordre de les massacrer. Yalia fut
tu6, apres soixante-dix jours de gouvernement, ainsi
que plusieurs de ses freres, son oncle Faris ben
Ziyan, son cousin Mohammed, fils d'Ali ben Yousof.

(1) Collec(do, III, pp. 161 et ss.; 218 t 223.
(2) Djadzouat al Iqtibds, p. 292.







- 60 -


On chercha, pour les tuer, deux autres freres de
Yal.iia, Mohlammed ech-Cheikh et Mohammed el
Halou Par hasard, ils 6taient parties pour la chasse.
Ces derniers, pr6venus de ce qui s'6lail pass,
s'enfuirent. Ils allerent, sans doute pour d6pister les
6missaires du sultan, tant6t du c6t6 du Sahara, tan-
tot du c6t6 du HIIbt. Ech-Cheikh trouva le moyen de
rentrer dans Acila par surprise et s'y etablit. Ce fut
en vain qu''Abd el HIaqq lui envoya, 6 diverse re-
prises, de hauts personages merinides pour lui
offrir la paix et le ramener avec eux. Ech-Cheikh
n'accepta point les (.Il. du sultan et se cantonna
dans sa forteresse d'A ;l.i, oi il devint puissant,
D'ailleurs, les notables de Fez et les hauts person-
nages de la cour d"Abd el Haqq tournament leurs
regards de son c6t6. Ils lui 6crivaient, cherchant a
se mettre secretement en credit auprbs de lui. Fr6-
quemment ils lui demandaient de s'avancer sur Fez,
desirant, disaient-ils, lui montrer leur devouement
et leur disposition b lui ob6ir, ou leur appui, a son
grO. Ces fails se passaient en dhou '1 qa'ada 863 de
l'h. (septembre 1458 de J.-C.) (1).
Le sultan merinide 'Abd el Haqq gouverna done,
des lors, par lui-m6me, se servant, come vizir,
d'un juif nomm6 IHaroun. Lorsqu'il faisait des expe-
ditions a la tete de son armee, il laissait, pour son
replacement durant ses absences, ce juif Haroun.
Celui-ci administrait Fez et avait b connaitre des
affaires des Musulmans. C'6tait une cause d'humi-
liation pour les pieux sectateurs de l'Islam.

(4) Aitab al Istiq'a, II, p. 160; Dorrat al Hidjal, fol. 188 et ss.








- 61 -


Malgr6 l'activit6 du sultan, I'anarchie, les discordes
entire vassaux, les r6voltes s'6tendaient de plus en
plus. La I,:-- I! l-...-I des populations pour la dynastie
etait 6vidente, les personnages religieux donnaient
l'exemple.
Dans les regions peu soumises, Tedla, Moyen-
Atlas, Chaouia, Sud-Ouest du Maroc, les cheikhs
organisms en confrerie, ob6issaient au mot d'ordre
de leur chef plut6t qu'aux injonctions du souverain (1)
Un ch6rif du Sous, Abou 'Abdallah \l..l:.lii..l ben
Sliman al Djazouii, le deuxieme grand r6organisateur
de la confrerie des Soufis, prit la direction de sa
confr6rie, jusque-la cantonn6e surtout dans les villes
de Fez ou '!., 1 l-..-I et le N;..-1 du Maroc, autour
du tombeau de Sidi 'Abdelsselam ben Mechich. Dja-
zouli cr6a dans le Gharb, le Tedla, la region de Mar-
rakech, une dizaine de zaouias ,ulii' .- a sa zaouia
principal d'Afoughal; il en cr6a a Sal6, devenu le
port des corsaires marocains depuis la prise ou la
destruction, par les chr6tiens, de leurs ports ou re-
fuges du Nord du Maroc; il en cr6a b Tlemcen, a
Fez, au DiU l1. Zerhoun, a ;\IM1 i. fl, AnmaT, a
Azraq, a Marrakech, a Bou Romman, A Massa, a
Akka. Ces zaouYa, habilement r6parties dans le pays,
permettaient de le surveiller 6troitement par I'inter-

(1) ( Les chefs religieux, les cheikhs, personnages places la toLte
de la oonfr6ric, avaient des .. -.1 I- dishab, sing. shitb) charges
do diriger les zaouIa de leur..I.. ir...... s .e.... ... .... .les cheikhs,
aids des khouan ifreres) formaient i'arm dans
'action politique ou religious de leurs chefs. Au-dessous de tout
ce monde, les khoddam (sing. i i, .i.... artisans ou fellahs, sorvi-
teurs : -. de la oonfrerie, tormalent la masse aveugle qui
',i', .iIl .le ses contributions volontaires et Ide son nombre Pin-
:I .- I..! marabout ou du saint religieux qu'elle v6ndrait. ) Eta-
blissement des Ghdrifs, p. 33.






- 62 -


m6diaire des personnages religieux et de le tenir
sous l'influence de la confrerie. Au moment de sa
mort, Djazouli avait, disent les auteurs musulmans,
douze mille six cent soixante-cinq khouAns. On
comprend qu'une pareille armee de fanatiques ait pu
Oveiller les mefiances de ceux qui avaient inter6t au
maintien de l'ordre de choses 6tabli. La croyance
populaire elle-m6me semblait voir dans Djazouli un
reformateur politique, peut-6tre un chef. Quelques
heures avant sa mort, ses disciples lui disaient :
a Maitre, les gens dissent que l'Ftablissement de ton
pouvoir resemble b l'avenement du Fatimide at-
tendu a. Le saint leur repondit : ( Les gens ne
croient que ceux qui leur coupent le cou. Dieu leur
cnverra quelqu'un qui leur coupera le cou a. On
voulut voir dans ces paroles une proph6tie (i).
Ainsi done, A c6t6 des r6voltes de tribus, de l'anar-
chi,, des luttes entire grands vassaux, le sultan sen-
tait se former un pouvoir nouveau, mal d6fini, pres-
que )cculte et tres puissant. Les ch6rifs 6taient
entries en masse dans cette confr6rie don't l'un d'eux,
ou prelendu tel, avait la direction; on l'appelait,
d'ailleurs, commun6ment, la Confrrie des Chdrifs (2).
Des enneinis de Djazouli, des tolba non infeodes aux
confr6ries religieuses qui leur enlevaient les revenues
des habots ou des foundations pieuses, peut-6tre
encore ponsses par des personnages politiques, em-
poisonnerent Djazouli. Le sultan fut d6barrass6 de
ce personnage, mais sans profit, car l'irritation des

(1) Le Fatimide attend c.-a-d. le Mahdi. Cf. Momti 'al Asma',
p. 13.
() IMo'nt 'a Aniawz p. 8. D'ap6s cet auteur Djazouli 6tait oherif







- 63 -


adeptes de la confrarie fut 6norme. On attribua nmme
le crime a Faction des agents du gouvernement. Le
sultan craignit V'agitation des zacuia; b Fez, il les
fit vider afin de d6nombrer et de connaitre les
khouAns. Ceux-ci consid6r6rent ct acte comme une
vexation 6 leur egard.
Au milieu de routes ces difficullfs, le sultan 6tait
oblige d'aliment.r son tresor epui6e. II comprit que
sans r6forme iinanciere, ii n'arriverait i.irn.ii,
asseoir solidemont son autorit6. De's juifs lui avaient
avanc6 de l'argent. Peut-6tre est-ce cette advance qui
avait pousse 'Abd el IHIaqq a se servir de Haroun
comme intendant et a lui laisser ine aussi grande
influence dans le conseil du sou,erain. Le sultan
avait charge co juif de percevoir I'imp6t. Haroun
s'adjoignit un autre juif nomme Chawil. Ils r6parti-
rent les imp6ts sur les gros personnages comme sur
les petits, sans tenir compete des prescriptions cora-
niques ou des vieilles coutumes; tout le monde dut
payer. Ils supprimerent dans la dja-ia 1t la part qui
revenait aux cherifs et aux morabouts. On les accusa
de l'avoir distribute aux juifs pauvres.
Le m6contentement, entretenu par ceux qui avaient
profit des abus, couvait de plus en plus dans la
population. La nouvelle de Ia prise de Gibraltar, pos-
session m6rinide, par les chr6tiens de Castille, vint
encore surchauffer les esprits. Tout b coup des trou-
bles eclaterent 6 Taza a l'instigation, dit-on, des Beni
Watts. En mOme temps, les Portugais redoubl6rent
leurs attaques sur les contins du territoire de Ceuta,

(1) Sur la Djazid ou capitation, imp6t religieux, sa repartition et
son emploi, cf. Van Den I.: ,-, Priicipes de Droit Musulman, p. 232.







- 64 -


appuyes par quelques groups berberes qui avaient
fini par s'entendre avec eux. Le sultan voulut aller
en personnel reprimer tous ces troubles. II comment
par la region de Ceuta. Son intendant Haroun, rest
b Fez, devait surveiller administration en l'absence
du souverain. Mais une imprudence des collecteurs
d'imp6ts poussa le people de la capital du Maroc
a la r6volte.
Ces collecteurs malmenerent un jour une femme
appartenant a une famille de cherifs. Plus elle invo-
quait sa quality, plus elle invoquait le prophbte, plus
ils la frappaient. L .ili.-,i :. fut colportee de bouche en
bouche et d6natur6e. Les principaux personnages de
Fez, excites et conduits par Abou Faris 'Abdel'aziz
al Ouriaghli, membre de la confr6rie de Djazouli et
predicateur de la mosque de Qarouin, resolurent
de proclamer comme souverain le ,.:..7' (1) des ch6-
rifs de Fez. Al Ouriaghli appela le people a la rIvolte,
le conduisit au pillage des juifs. Pendant ce mouve-
ment, les cherifs et les gens des confr6ries religieu-
ses s'emparerent de la ville et proclambrent le : ;':' .
Abou 'Abdallah Mohammed ben 'Ali ben 'Imran al
Di.. ; comme chef du pouvoir. Celui-ci accept et
prit le titre d'Imdm se rattachant ainsi b la tradition
de son ancetre Idris et des autres descendants d'Ali.
A cette nouvelle, 'Abd el tlaqq revint sur ses pas.
II songeait aux moyens d'apaiser cette dangereuse
rdvolte, tandis que ses troupes, pr6venues par la
rumeur publique, se d6bandaient par groups et se
retiraient. Lorsqu'il arriva vers Fez, Haroun vint a

(1) Sur le mob ~aqib, titre du president de la corporation des
Cherifs, voir ci-dessus et Etablisscm. des Chdrifs, p. 18.






- 65 -


son devant, lui rapporta ce qui s'6tait passe et I'en-
gagea a ne pas rentrer en ville a cause de la vio-
lence de la rebellion. II lui conseillait d'aller h M6-
quinez qui etait pour le souverain une place sire, de
s'y fortifier en attendant le retablissement du calme
a Fez. Mais le juif avait a peine fini de parler qu'un
officer de l'entourage d"Abd el Haqq frappa Haroun
de sa lance en disant : ( Jusques h quand serons-
nous done soumis A un juif? ) Les autres l'imiterent
et Haroun expira sous les coups. Ils entrainerent
ensuite 'Abd el Haqq avec eux jusqu'a Fez. L'arme
arriva en d6bandade 6 'Ain al Qouadis, hors des
portes de la capital. Le fils du cherif elu souverain
(jeune homme qui servait d'ailleurs de vizir au naqib)
vint au devant d'Abd el Haqq avec un group de
cavaliers. On retire au sultan dechu le sceau royal,
on fit monter le prince mrrinide sur un mulet avec
un simple bat. L'ex-souverain fut introduit en ville
dans cet equipage; la foule hurlante l'accompagna
jusque dans une mosquee de Fez. La, on le tua en
l'abattant comme on abat rituellement les animaux.
Le cheikh 'Abdel'aziz el Ouriaghli, inspirateur de
ce meurtre, 6tait imam de la mosquee. On dit que
le cheikh Almed Zerrouq, qui figure parmi les chefs
de la confrerie de Sidi 'Abdelqader el Djilani, d6sap-
prouva hautement cet acte et refusal d'assister desor-
mais a la priere, a la suite de l'imam El Ouriaghli.
Le saint personnage qu'6tait Zerrouq ne pouvait ad-
mettre l'attitude de la foule a l'6gard de la dynastie
m6rinide.
Ces faits se passaient dans les dix derniers jours 889h.
du mois de Ramadan 869 h. (16-26 mai 1465 J.-C.). (1465 J.-c.)







- 66 -


'Abd el .Iaqq fut enseveli dans cette mosquee; un
an plus tard on transport son corps dans le tom-
beau des M6rinides (1).
Telle fut la fin du dernier souverain de cette dy-
nastie.



































(1) Dorrat al Hidjal, loc. cit. ; Al Kettani, Caloudt al Anfas, II,
p. 80; Kitab al Istigqd, II, pp. 151 et 158. Nous verrons plus tard les
adeptes de Zerrouq observer la m6me attitude a l'6gard des B.Watta s
contre les Sa'adiens.














CHAPITRE III


R6gne de Mohammed ech-Cheikh, fondateur
de la dynastie des Beni Wattts






Nous avons d6ej dit qu'h la suite du massacre des
Beni WattAs par ordre d'Abd el Haqq, deux mem-
bres de cette famille, Mohammed ech-Cheikh et
Molhammed el Halou, tous deux fils de l'ancien regent
Abou ZakariA, avaient r6ussi a s'6chapper. Nous
avons dit aussi que Molhammed ech-Cheikh avait pu
s'emparer d'Acila, s'y fortifier, et que 1l il recevait
les avances de ses partisans de Fez. Mais il ne sem-
bla pas decide par ces offres, si pressantes qu'elles
fussent, i marcher de suite contre 'Abd el Haqq.
Cependant, lorsqu'il apprit le meurtre du sultan et
la proclamation come souverain par le parti reli-
gieux de Fez, du naqib des ch6rifs, Ech-Cheikh fit
connaitre ses pr6tentions au tr6ne et chercha a les
realiser. II y fut d'autant plus incit6 qu'elles sem-
blaient justifies par le peu d'entente des gens en
faveur du cherif. Les tribus arabes du Nord-Ouest






- 68 -


du Maroc, Khlot et Sofian, suivirent sa fortune, lui
assurerent des contingents solides qui marcherent
sous ses ordres contre Fez. Le ch6rif n'attendit point
son adversaire dans cette ville, il alla au devant
d'Ech-Cheikh et le rencontra I l'Ouest de Fez, en
face de M6quinez. Un grand combat eut lieu et la
870 h. chance des armes tourna contre Ech-Cheikh (870 h.),
(1465 J.-C.)
1465 J.-C.). Celui-ci se retira aussit6t et, sans perdre
de temps, leva une autre arm6e, fit une nouvelle
expedition centre Fez, vint I'assieger et, pendant
pres de deux ans, tint le cherif et ses partisans 6troi-
tement bloques. La ville neuve, celle des Merinides,
finit par se rendre, mais le vieux Fez resista a ou-
trance (1).
Le siege durait, tandis que le Maroc entier 6tait
livre a l'anarchie, sans qu'un pouvoir central pfit
s'imposer. Les revoltes qui avaient ensanglant6 la
Chaouia sous la regence des Beni Wattas, dans la
premiere parties du regne d"Abd el Haqq, se pro-
longeaient et s'etendaient. Anf&, le principal port de
cette region, etait un repair de pirates. Les Portu-
gais, a qui ces pirates avaient fait beaucoup de mal,
d6truisirent cette ville; les murailles, seules, reste-
rent debout (2).
Comme le siege de Fez trainait en longueur, les
Portugais, pr6venus par leurs espions, r6solurent
d'en profiter et preparerent une grande expedition.

(1) Kitab al Istiqfd, II, p. 158. Sur la division de la ville de Fez
en Fez ball ou vieille ville et Fez djedid, ou ville neuve, of. article
de G. Yver dans l'Encyclopedie de l'lslam sous V' Fez et les sour-
ces oites.
(2) Kitab al Istiqrd, II, p. 159; Ldon 'Africain, II, pp. 9 et ss.,
donne la date de 1468 (872 de Ph.)







- 69 -


Leur roi r6unit a Lisbonne une flotte de 477 voiles
portant trente mille hommes. Le but avoue du chef
de la flotte 6tait une expedition contre les Anglais
don't les navires faisaient la course contre les bateaux
marchands portugais. Les Anglais, effrayes, deman-
derent imm6diatement la paix. Cependant, le jour de
l'Assomption, l'exp6dition 6tait pr6te A mettre a la
voile. Le roi entendit la messe et, apres son oraison,
revela aux officers son project d'expedition sur Acila.
Les navires d6filerent aussit6t sur le Tage, au mi-
lieu de l'enthousiasme general. Des contingents des
places africaines, des officers rompus dans la connais-
sance des indigenes marocains, tels que le due de
Guimaraes, gouverneur de Ceuta, et le comte de
Valence, gouverneur de QCar-Qghir, avaient rejoint
la flotte avant son depart (1).
Cette flotte fut en vue d'Acila le 20 aofMt 1471. Le 876 h.
d6barquement fut p6rilleux, mais les arquebuses et (1471J.-c.)
la canonnade eloignerent les Maures en les effrayant.
Les murailles ne purent resister au bombardment.
Le 24 ao0t, le caid d'AQila, comprenant toute resis-
tance inutile, offrit la reddition de la place. Mais
avant meme que le roi de Portugal eut donn6 sa
r6ponse, les troupes portugaises envahirent la ville
de toutes parts, massacrant les Maures. Ceux-ci,
poursuivis, se r6fugierent dans les mosques ou
dans la citadelle et essayerent de resister. Les mos-
quees furent prises, les troupes marcherent aussit6t
contre la citadelle. Ces combats dans les rues furent
tres meurtriers des deux c6t6s; toute la population


(1) Colleccdo, I, pp. 522 & 531.







- 70 -


musulmane fut faite prisonniere; ii y eut deux mille
morts et cinq mille captifs. Parmi ces derniers, il y
avait la femme, le fils et les files de Mohammed ech-
Cheikh, tous pris en m6me temps que son tr6sor.
Le roi transform la grande mosquee en chapelle.
II lui donna le nom de Sainte-Marie de l'Assomption
en souvenir du jour de son depart de Lisbonne.
La nouvelle du d6barquement des Portugais et de
l'attaque d'A(ila etait arrive a Ech-Cheikh sous les
murs du vieux Fez. II laissa & son cousin Abou
'1 Hadjdjadj Yousof ben Mancour al Wattasi le
soin de poursuivre le siege de la vieille ville, et a sa
propre scour Zohour la surveillance de l'administra-
tion de la ville de Fez la neuve. Puis il partit en
hate. Mais b Qar el Kebir, il apprit ce qui s'etait
passe; il continue quand mime sa route avec trois
cents cavaliers. Arrive & portee de canon de la ville
d'Acila, il s'arr6ta et demand a traiter. Le roi de
Portugal y consentit moyennant une trove de vingt
ans. II lui rendit sa femme et ses files ainsi que son
tresor. Mais son fils Mohammed fut retenu en otage
et amene en Portugal ().
Le roi de Portugal fit d'Aqila la capital de la pro-
vince. On apprit bient6t que la ville de Tanger, sur-
prise par les Ov6nements, etait toute desemparee.
Le roi de Grenade, a qui Tanger s'6tait donn6e, 6tait
trop occupy chez lui par les dissensions de son
royaume; il ne pouvait envoyer de secours. Les
principaux personnages de Tanger s'empresserent

(1) Kitab al IstiqCd, loc. cit.; Collecdo, I, pp. 526 & 530; Ldon, II,
p. 239, ajoute une sour de Mohammed ech-Cheikh parni les prison-
nieres rendues par le roi de Portugal.







- 71 -


d'enlever leurs richesses et de fuir a Fez pour avoir
plus de sirete. Le 28 aout, le roi de Portugal or-
donna la march sur Tanger : deux colonnes, l'une
partant d'AQila, l'autre de Qcar es-Gghir, devaient
se rencontrer sous les murs de la ville convoitee.
Celle-ci fut enlev6e sans coup ferir. Le roi de Portu-
gal y nomma un gouverneur et un 6voque; puis il
rentra en Portugal, emmenant avec lui le jeune fils
de Mohammed ech-Cheikh (1).
La trove de vingt ans signee par Mol.ammed ech-
Cheikh avec les Portugais, confirmait leurs prises;
rnais, du moins, avait-il les mains libres du c6te de
Fez. Sa soeur Zohour, aidee par le caid Es-Sadjiri,
avait habilement maintenu dans Fez la neuve les
positions dejh conquises; son cousin, Abou '1 'Hadj-
djadj Yousof ben Mancour reussit a s'emparer du
vieux Fez et b en expulser le cherif. Ce dernier
essaya, en vain, une diversion dans le Nord du
Maroc oi les cherifs de sa famille etaient nombreux
et influents; il dut fuir. II finit par chercher un asile
a Tunis. Pendant ce temps, Mol.ammed ech-Cheikh
avait ete reconnu sultan a Fez; il s'occupait mainte-
tenant d'en pacifier et soumettre les environs (2).
Cependant, la suppression de la dynasties meriuide
avait encourage les tendances i l'independance de
nombreux chefs de tribus ou de partisans. Elle avait
ouvert un champ vaste aux ambitieux qui n'avaient
plus devant eux le contrepoids d'une autorite cen-
trale suffisamment solid.


(1) LOon, II, p. 243; CollecCdo, I, pp. 531 et ss.
(2) iitab al Istilqd, II, pp.'158-159.






- 72 -


Dans le Nord du Maroc, au moment meme ou le
naqib de Fez fuyait, un autre ch6rif du group du
Djebel 'Alam se proclamait 6mir, chef de la guerre
sainte. Ce cherif, Abou '1 Hasan 'Ali ben Abou Mo-
hiammed, surnomm6 Bou Djema'a al 'Alami, fonda,
disent les choniqueurs de l'6poque, la ville de Chef-
chaoun dans le but de procurer aux musulmans une
forteresse contre les chr6tiens de Ceuta. Ceux-ci
cherchaient a s'6tendre en englobant les villages du
pays de Ghomara. II jeta d'abord les premieres fon-
dations de sa ville dans la parties du pays connue
sous le nom de 'adoua (rivage) de l'oued Chefchaoun.
Mais il mourut, avant d'avoir termine son ceuvre,
victim des chretiens et d'un group berbbre, leur
alli6, les gens du village de Kharroub. II Otait venu
chez ces derniers pour y organiser la guerre sainte.
Tandis qu'il dormait dans une mosquee, les habi-
tants de Kharroub y mirent le feu; il mourut dans
cet incendie. Ce fut son cousin Abou '1 Hasan 'Ali
ben Mousa ben Rachid qui lui succeda comme emir
et dans la conduite de la guerre sainte. II construisit
la ville actuelle de Chefchaoun sur la rive oppose,
bitit la forteresse de cette ville, 1'entoura de murailles
et la peupla avec sa tamille et ses compagnons. Les
gens y vinrent en foule et y construisirent des mai-
sons. Cette locality compta, depuis, au nombre des
villes du Maghreb (1).
Dans le Sud du Maroc, un soulevement s'6tait

(1) Nachr al Mathdaii, 1, p. 131; Kitab al 1 1 ...... II, p. 161. Abou
'1 Hasan Ali ben Mousa pr6tendait descendre des Idrisides; I'auteur
de l'ltiqcddonne sa g6n6alogie, t. II, p. 161 On peut consulter aussi
pour cette g6n6alogie, Etablissem. des Chdr fs, tableau no 1, p. 16
his.








- 73 -


produit i l'instigation d'un disciple d'Al Djazouli (1).
Ce disciple, 'Amr ben Solaiman ech-Chaiyadmi al
Moghiti, connu sous le nom d'As-Saiyaf, surnomme
aussi Al Mouridi 2), avait suivi le cheikh Abou
'Abdallah Mohammed ben Solaiman al Djazouli, et
Favait fr6quent6 et servi assidfiment. 11 lui aurait
meme pr6sente un jour des tablettes sur lesquelles
etait ecrit un long discours attribute & Al Khidr (3).
Le cheikh ne dit rien & ce sujet, mais il fit a de nom-
breuses reprises l'eloge d' 'Amr. Lorsque Al Djazouli
fut mort, sur la fin du regne d"Abd el I:Iaqq, 'Amr
se revolta centre les autorites, affectant de vouloir
venger le cheikh sur ses empoisonneurs. II pour-
suivit ceux-ci jusqu'b ce qu'il les eut tu6s.
Puis 'Amr appela les masses populaires a sa suite.
II combattit les recalcitrants sous le pretexte de res-
taurer la priere et la religion. II triompha; sa renom-
mee se r6pandit; etant le plus fort, il fnt en grande
consideration. Les gens en vinrent b lui adresser a
lui-meme leurs prieres. Quant h lui, il tuait ceux
qui niaient son pouvoir, le pouvoir de ses disciples
ou celui de son cheikh Al Djazouli. II avait donned A

(1) Voir ei-dossus, p. 61, ce que nous avons dit sur co personnage.
(2) Son surnom est 6orit tant6t a_.Jt et tant6t tZ parj par
les chroniqueurs indiglnes. Le sens usuel du premier mot est bien
connu; o'est hI'tommc qui a l'habitlde de porter le sabre, ou de fa-
brtquer des sabres, c'est aussi le bourreau. Le deuxieme mot est
employed surtout dans le language des membres des confr6ries reli-
gieuses; iI *1.';.,i. le personnage charge, clurant I'te, d'oti son
nom de vi1,i, i I. serviteurs religieux du chef d'une confrdrie et
de percevoir leurs offrandes pour le compete de ce chef ou cheikh.
La mot mourid signifie cel ui quest abreued aua sources spiri-
tuelles.
(3) Les musunlans appellent ainsi le prophete Elie ou, quelque-
fois, un personnage mysterieux qui aurait trouvd la fontaine de la
vie, bu de ses eaux et acquis ainsi I'immortalitd.







- 74 -


ses di-.-iph-, le nom de mouridin (aspirants a l'abreu-
voir spiritual); ceux qui lui faisaient de l'opposition,
il les appelait djahidin (les souffrants). Il en vint, au
bout de quelque temps, a s'aboucher avec les femmes
dont le mari 6tait absent du pays, pr6tendant etre
autoris6 6 cet acte par la loi musulmane. II pr6tendit
aussi etre prophete.
Le parti religieux s'6mut de la conduite de 'Amr
a J'avais appris, dit le cheikh Zerrouq, que notre
cheikh, le jurisconsulte Abou 'Abdallah al Gouri
avait reeu une question au sujet d' 'Amr ben Solai-
man as-SaiyAf. Je me hatai aupres de lui afin de
voir sa reponse. II me dit : ( Je ne l'ai dejb plus
en mains ). Je lui r6pondis : ( Que dit-elle dans
ses conclusions ? ( Elle conclut, repondit-il, que
les Paroles du Livre () et de la Souna ont disparu:
il ne rest que les inspirations d"Amr ,. Cet 'Amr,
ajoute le cheikh Zerrouq, pretendait que des dictons
anciens se rapportaient specialement b lui, en parti-
culier dans l'histoire d'Al Khidr avec Mousa (2); il
pr6tendait aussi qu'Al Khidr etait toujours en vie et
prophete envoy par Dieu; il pr6tendait encore ren-
contrer Al Khidr et en recevoir les ordres divins;
mieux enfin, il pr6tendait Otre un disciple direct de
ce dernier ).
Le parti religieux, ou plutOt les gens de la confr6-
rie des Soufis qui le formaient presque exclusive-
ment, n'etaient ni politiquement, ni moralement assez
puissants sur les foules pour pouvoir excommunier

(1) C.-a-d. du Coran.
(2) Au sujet do cette 16gende, of. Coran XVIII, versets 60 A 80.







- 75 -


'Amr. Ils s'en tirerent en disant que les troubles
suscit6s par ce fanatique etaient les marques de la
veracite des predications du cheikh Al Djazouli, et
de ses predictions. ( Les disciples de ce cheikh, don't
le cheikh At-Tobba, ajoute l'auteur de '1Istiqca, ont
rapport le fait suivant : ( Al Djazouli, le jour de sa
mort vint vers ses disciples, sur la fin de la nuit,
avant I'aurore, c'est-b-dire avant l'heure ofi il devait
6tre tue. Ses disciples lui dirent : ( Maitre, on pre-
tend que tu es le Fatimida attend ). Al Djazouli
repondit : ( Les gens ne recherchent et ne suivent
que ceux qui leur coupent le cou; Dieu leur don-
nera comme chef quelqu'un qui leur coupera le cou ).
II repeta ces mots a plusieurs reprises. On vit la
realisation de cette prediction dans l'affaire d"Amr
as-Saiyef. Dieu est le plus savant 0
Les chroniques musulmanes rapportent aussi que
cet 'Amr avait sorti du tombeau la depouille mor-
telle du cheikh Al Djazouli, I'avait placee dans un
cercueil, et la faisait porter devant lui quand il allait
en expedition. Grace a la protection obtenue par ce
cercueil, il triompha de ses adversaires. On dit aussi
qu'il n'avait pas eu a deterrer le cheikh, qu'il avait
pris le corps apres le deces, I'avait place dans le
cercueil. Au retour de ses expeditions, 'Amr placait
ce cercueil dans un pare qu'il possedait et qu'il appe-
lait le Ribit (1). Des que la nuit devenait noire, des
gardens faisaient le tour du pare pour garder le
cercueil centre les voleurs. Chaque soir, pres du
cenotaphe, on allumait une immense torche, sem-

(1) Ribat, campement fortifi6 et clos; relais pour caravanes, etc.







- 76 -


blable a une piece d'6toffe de la grandeur d'un vete-
ment et enroulde; on l'avait prealablement tremp6e
dans environ deux modds (1) d'huile pour intensifier
la lumiere. Celle-ci s'6tendait au loin et permettait de
decouvrir quiconque venait par les chemins. 'Amr
agissait ainsi craignant de se voir enlever le cadavre
(du cheikh), grace auquel il 6tait parvenu b la puis-
sance. Les troubles suscites par cet 'Amr durbrent
environ vingt ans.
890h. 'Amr fut tue en 890 de l'h. (1485 J.-C ) par ses
(1485 J.-c.) femmes. Les circonstances du meurtre ne sont pas
identiquement racontoes par les choniqueurs indi-
genes. Voici la version la plus g6n6rale. "Amr avait
6pouse la veuve d'Al Djazouli ainsi que sa fille. Ces
deux femmes, dit-on, voulurent venger l'Islam de
l'hOresie et des desordres suscites centre la religion
par leur 6poux malgr6 elles. Elles l'immolerent
comme une victim expiatoire. Elles l'avaient guett6
attentivement, puis, profitant de son sommeil, elles
se precipiterent sur lui et le tuerent. Des repr6sailles
6taient a craindre de la part des disciples d"Amr.
La fille d'Al Djazouli sauta par une petite fenktre,
hors de la demeure et s'echappa saine et save; la
femme d'Al Djazouli, rest6e a l'interieur, fut tuee a
son tour 2).
Les chroniqueurs ne disent point que la mort
d"Amr facility aux B. Watts la conquOte du Maroc
du Sud. 'Amr eut des successeurs parmi ses disci-

(1) Le mnodd valait de 800 gr. A 1 kilo; cl. Massignon, pp. 104 et ss.
(2) Pour 'histoire d'Amr as-SaiyMf on peut consulter, outre le
Kitab al Istiqga, 11, pp. 161 et ss., le Momti 'al Asma', passim, et
Leon l'Africain, I, p. 154.






- 77 -


ples. Les B. Watts semblent s'6tre contents de la
soumission nominale des grands chefs, ind6pendants
en fait. C'est autour de Fez que Ech-Cheikh concen-
tra ses forces et voulut asseoir solidement son in-
fluence, La tr6ve avec les Portugais, qui allait pren-
dre fin, necessitait de sa part une surveillance de
plus en plus active sur ses confins du Nord-Ouest.
Il essaya aussi de s'entourer des personnages remar-
quables par leur science et leur origine. En 891 de 891 h.
1'h6gire (1486 de J.-C.), il fit venir de M6quinez B (86-C)
Fez l'imam Abou 'Abdallah ben Ghazi (1). Issu d'une
illustre lign6e de savants, ce personnage avait com-
pos6 une monographie de sa ville natale, monogra-
phie dans laquelle il avait fait 1'Mloge de la rogence
et du gouvernement d'Abou Zakarii al Wattasi,
pere d'Ech-Cheikh. Ibn Ghazi fut d'abord charge du
prone a la mosquee principal de Fez la neuve; il
fut ensuite nomme imam et charge du pr6ne A la
mosque de Qarouin, au vieux Fez. Plus tard, il fut
nomm6 cheikh de la drnema'a ou conseil des notables
de Fez. Ibn Ghazi habitat cette ville jusqu'A sa mort (2).
En 892 de l'h6gire (1487 de J.-C.), les progrOs des 892 h.
Castillans en Andalousie firent pressentir aux musul- 1487(J.-c.)
mans intelligent de l'Afrique du Nord-Ouest, tout
comme a ceux d'Espagne, les malheurs qui mena-
caient leur 6tablissement de 1'autre cote du d6troit.
Nombre de musulmans andalous s'enfuirent au Ma-

(1) Sur ce personnage, of. Ben Cheneb, Etude sur les personnages
mentionnds dans I'Idjaza du cheikh 'Abd el Qddir el Fdsy, pp. 102-
103 et les sources cities.
(2) Le personage charged du pr6ne dans une mosquee est le pr6-
dicateur official ou khatib. Avec ces fonctions,il cumule quelquefois
celles d'imdm ou president de la priere. Le cheikh de la Djemad est
le president du conseil des notables, sorte d'assemblee municipal.







- 78 -


ghreb; les uns debarquerent a Sale, les autres au
Mertil, pres de Tetouan. Mais ces derniers ne se
livrerent a aucune entreprise avant d'avoir envoy
en leur norm une delegation au sultan de Fez. Celui-
ci leur souhaita la bienvenue, les f6licita de leur
arrivee dans ses 6tats. II leur conceda T6touan, ville
ruinee depuis quatre-vingt-dix ans. Dans ce lieu, ils
furent en siret6 centre les berberes du Rif et eurent
un asile pour leurs families centre les chretiens. Le
sultan leur donna, comme gouverneur, leur propre
president, Abou '1 Hasan 'Ali al Mandari, qui avait
6t6 jadis l'un des principaux personnages de l'armee
de l'emir de Grenade. Al Mandari, apros de vail-
lantes campagnes, voyant I'inutilit6 de ses efforts,
s'etait refugi6 au Maroc pour faire la course et la
guerre sainte contre les chretiens. II n'aurait pu agir
ainsi en Espagne; '6emir de Grenade, lie par des
traits avec ses voisins chretiens, ne l'aurait point
tolere. Lorsque Ech-Cheikh al W.:,!!,^-i eut traits
avec lui, au nom des autres emigres grenadins, cet
Abou '1 JIasan revint avec ces derniers a Tetouan,
et commenqa 6 consolider les anciens remparts de
la ville ou i les rebatir. I1 edifia la mosque princi-
pale, habitat cette locality avec tous ces compagnons.
Puis ils livrerent des combats de partisans contre
les Portugais de Ceuta ou des environs. Ils firent
aux chretiens, disent les chroniqueurs indigenes,
trois mille prisonniers qu'ils employerent a terminer
la construction de Tetouan. Des lors, 1'etat de guerre
exista definitivement entire Portugais de Ceuta et
Tetouanais, come il devait exister plus tard en-






- 79 -


tre les gens d'Azemmour et les Portugais de Dje-
deida (1).
Les gens de T6touan pr6tendent qu'Al Mandari
fut aide dans la construction de sa ville par l'6mir
'Ali ben Rachid de Chefchaoun don't nous avons
dejh parl6. La communaut6 de T6touan, soumise
nominalement au sultan de Fez, fut, comme sa voi-
sine, la communaut6 de Chefchaoun, a peu pres
ind6pendante en fait. Son chef ne fut ni plus ni
moins qu'un feudataire de plus pour le royaume de
Fez (2).
En 895 de l'h6gire (1490 de J.-C.), le sultan Mo- 895 h.
jammedd ech-Cheikh fit une expedition du cote de (140 J.-c.)
Debdou. Cette ville, jadis sur les frontibres des
royaumes de Tlemcen et de Fez, 6tait 6chue aux
Beni Ourtadjin lors du partage effectu6 par le fonda-
teur de la dynastie m6rinide entire les tribus qui
avaient suivi sa fortune. Ces Beni Ourtadjin, avec
l'aide des Ma'aqil du pays d"Angad, au nord de
Debdou (Souid, Ahlaf, Sedj'a, etc.), couvraient le
royaume de Fez centre les entreprises des 6mirs de
Tlemcen. La chute des M6rinides, I'avenement des
Beni Wattas amena un retirement chez les arabes
du pays d'Anghd qui passerent au service de la dy-
nastie de Tlemcen. Des luttes s'en suivirent entire

(1) Kitab al Istigqa, II, p. 162. La ville de T6touan avait 6t6 d6-
truite en 1400 par Henri de Castille (Mercier, Hist. de I'Afrique sep-
tentrionale, II, pp. 393 et ss.). Voir aussi Archives Marocaincs, t. V,
pp. 188 et ss., 200 et ss.; L6on, II, p. 254; Marmol, II, pp. 242-244;
Elie de la Primaudaie, Les oilles maritirnes du Maroc, (Rev. Afric.
t. XVI, p. 128).
(2) Kitab al Istiqra, loc. cit.; Ruy de Pina (Collccgdo, II, pp. 76 A
80) signal diverse tentatives des Portugais en 1487-1488 sur Anfa,
QCar el Kebir, etc. Ces affaires, malgr6 le nombre et la quality des
prisonniers, furent sans lendemain.






- 80 -


les M6rinides Ourtadjin de Debdou et les Arabes.
Ces derniers assi6egrent la ville; le chef m6rinide
Ibn Rahlou trait avec eux, puis s'installa A Debdou
oii il fonda, vers 1430 (834 de 'h.) une principaut6e
peu pres ind6pendante. Son fils Ahmed lui siccoda,
v6cut en paix avec les Arabes et consolida sa situa-
tion. Mais son deuxibme successeur, Mohammed,
fils d'Ahmed, d'humeur plus martial, 6tendit son ter-
ritoire vers le Sud et s'empara des villes de la haute
Moulouiya. II fit reconstruirela forteresse de Debdou,
batir la mosque et son haut minaret, regut dans sa
ville une foule d'6trangers, surtout des juifs anda-
lous chassis de leur pays par la conqu6te espagnole.
La renommee de ce petit etat s'Otendait jusque dans
les contr6es etrangeres. Les Beni Wattas craigni-
rent-ils cette principaut6 naissante? Quoi qu'il en
soit, ce fut sous l'6mir Mohammed, dit la tradition
populaire, qu'ils furent obliges de reconnaitre la
quasi ind6pendance des 6mirs de Debdou. Le sultan
de Fez 6tait trop occupy b l'Ouest et au Nord de son
territoire pour contraindre les descendants d'Ibn
Rahou a une soumission difficile (1).
Ce fut aussi en 895 de l'hegire que mourut Moham-
ined el Halou, frere du sultan, et qui avait 6chappe,
comme celui-ci, au massacre des Beni Wattas par
'Abd el Haqq (2).
897 h. En 897 de l'hegire (1492 de J.-C.), les Espagnols
1492 J.-c.) occuperent Grenade et I'Alhambra, palais des 6mirs


(1) L6on l'Africain, II, pp. 330 et ss.; Nehlil, Notice sur les tribus
de la region de Debdoa (Bull. Soc. G6og. Alger, ler trim. 1911, pp.
40 8 67); Aitab al Istqgga, II, p. 162.
(2) Kitab al Istiqga, II, p. 162.






- 81 -


Benou '1 'Ahmar. La conqu6te espagnole avait 6et
facilitee par l'impossibilit6 ofi s'6taient trouv6s les
Marocains d'envoyer des secours aux Musulmans
d'Andalousie, mais surtout par les guerres civiles et
les rivalit6s intestines entire les pr6tendants au trone
de Grenade. L'un d'eux, Abou 'Abdallah Mol)am-
med, traita avec Ferdinand-le-Catholique, obtint
d'etre embarque pour le Maghreb. On le transporla
a Melilla qui, d6jh, appartenait a 1'Espagne. De 16,
il ecrivit au sultan de Fez (1) pour lui demander asile.
Le sultan Mohammed ech-Cheikh accueillit sa de-
mande, 1'autorisa b r6sider a Fez. L'ex-6mir de Gre-
nade y construisit une vaste demeure sur le chemin
du quarter des Andalous. II y habitat jusqu'a sa
mort (2).
La tr6ve conclue entire Mohammed ech-Cheikh et
le roi de Portugal Alphonse V, lors de la prise
d'Aila, avait pris fin. Le successeur d'Alphonse V,
le roi Joao II, d6jt age et malade, ne voulant pas
compromettre dans des ventures les resultats de
sa politique marocaine, avait eu soin de renouveler
cette trOve. Mais il laissait deviner, aux precautions
prises par lui, aux quantities de munitions don't il
avait dot6 les places, aux troupes d'infanterie, d'ar-
tillerie ou de cavalerie don't il les avait pourvues, il
laissait deviner son peu de confiance en la trove.
D'autres raisons, tirees de 1'6tat politique de la p6 -

(1) Le texte de cette lettre est donn6 par le Kitab al 7- ,, .. p. 163
du t. II. L'historien marocain n'indique pas ses sources. -i I chute
de l'6mirat de Grenade on peut consulter le Kitab AkhbaW r al 'Apr
ft itill'i do d B. NVii,, 6dit par M. J. \Iller dans Di, L'ttez n
Zeiten vorn Gratada, Munich, 1863, in-8', pp. 1 t 53 et 102 A 159.
(2) Kilab at Istiq(d, II, p. 168.






- 82 -


ninsule mome et de celui du Maroc, pouvaient ren-
forcer ses provisions (1).
899 h. Les Espagnols, maitres de Grenade, voulaient ven-
1494 J.-C.)
ger en Afrique les attaques des corsaires musulmans
centre leur commerce et leurs c6tes, attaques de plus
en plus fr6quentes depuis la chute de l'6mirat d'An-
dalousie. Isabelle-la-Catholique etait resolue a faire
aux MN-iu1Iin II-; une guerre sans merci. De plus, les
succes des Portugais grandissaient leur pays et
promettaient de lui donner une influence pr6ponde-
rante dans la region du Detroit. Une rivalit6, encore
latente, pouvait en rssulter et devenir dangereuse
pour les (.C:l.-Ii nj-; en face de leur ennemi seculaire.
Sur les conseils du Pape, Isabelle avait provoque,
en 1494, entire l'Espagne et le Portugal, les confe-
rences de Tordesillas. L'accord qui en 6tait result,
avait d6lini la sphere d'influence de chacun des deux
royaumes sur les ctes de la Berberie. Le royaume
de Fez etait dans la zone d'influence portugaise, celui
de Tlemcen dans la zone espagnole (2).
Parallelement a ces faits, 1'anarchie continuait a
se d6velopper au Nord du Maroc, oh l'emir de
Chelchaoun, Ben Rachid et le rais de Tktouan, Al
Mantlari, n'observaient point la trOve sign6e entire
les rois de Portugal et de Fez. A ce dernier, d'ail-
leurs, ils n'obeissaient guere. (3).
(ILes habitants des territoires d'AMila et de T.,,_.I.
commercaient avec les Portugais auxquels, I'interet
aidant, ils avaient fini par se soumettre. Avant de

(1) Damiao de Goes, I, p. 20.
(2) Damiao de Goes, I, p. 20; Etablissem. drls Che'ifs p. 42 ct
note 2 ; BargO s, Compoldnelts, pp. 405-406.
(3) Dariao de Goes, I, p. 21,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs