• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Présidents honoraires - Composition...
 Membres honoraires
 Membres titulaires
 Membres correspondants
 Sociétés correspondantes
 Sociétés étrangéres
 Anciens évéchés et ruines chrétiennes...
 La station préhistorique du...
 La stéle punique de Bellevue
 Inscriptions sémitiques inédit...
 Note sur une ruine romaine située...
 Inscriptions latines inédites de...
 La Grotte Dar-D'lam ou maison de...
 Stéle romaine recueillie par M....
 Inscription trouvée á Aïn-Aziz...
 Congrés de Tunis
 Notice sur une inscription romaine...
 La station préhistorique de...
 Note sur l'ossuaire de Mechta-...
 Inscriptions romaines
 Les inscriptions du Musée épigraphique...
 Chronique archéologique départ...
 Bibliography
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00008
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00008
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Présidents honoraires - Composition du bureau pour 1912 et commission des manuscrits
        Page iii
    Membres honoraires
        Page iv
    Membres titulaires
        Page v
        Page vi
        Page vii
    Membres correspondants
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Sociétés correspondantes
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Sociétés étrangéres
        Page xv
        Page xvi
    Anciens évéchés et ruines chrétiennes de la Numidie et de la Sitifienne
        Page i-a
        Page i-b
        Page i-c
        Page ii-a
        Page iii-a
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 60a
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 72a
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 84a
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 98a
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 140a
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 144a
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 196a
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 212a
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
    La station préhistorique du Djebel-Ouach
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 224a
        Page 224b
        Page 224c
        Page 224d
        Page 224e
        Page 225
        Page 226
        Page 226a
        Page 227
        Page 228
        Page 228a
        Page 229
        Page 230
    La stéle punique de Bellevue
        Page 231
        Page 232
        Page 232a
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
    Inscriptions sémitiques inédites
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 242a
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 248a
    Note sur une ruine romaine située á Aïn-Derbala
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
    Inscriptions latines inédites de Constantine et des environs
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 258a
        Page 258b
        Page 258c
        Page 259
        Page 260
    La Grotte Dar-D'lam ou maison de lóbscurité
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
    Stéle romaine recueillie par M. Villas
        Page 268
        Page 268a
        Page 269
        Page 270
    Inscription trouvée á Aïn-Aziz-ben-Tellis
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 274a
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
    Congrés de Tunis
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
    Notice sur une inscription romaine et sur quelques vestiges romains trouvés dans la région de Canrobert et d'Aïn-Beïda
        Page 283
        Page 284
        Page 284a
        Page 284b
        Page 285
        Page 286
    La station préhistorique de Mechta-Cháteaudun
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 290a
        Page 291
        Page 292
        Page 292a
        Page 292b
        Page 292c
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 298a
        Page 299
        Page 300
        Page 300a
        Page 300b
        Page 301
        Page 302
        Page 302a
        Page 302b
        Page 302c
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
    Note sur l'ossuaire de Mechta-Cháteaudun
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 316a
        Page 317
        Page 318
        Page 318a
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
    Inscriptions romaines
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
    Les inscriptions du Musée épigraphique de Sigus
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
    Chronique archéologique départementale
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
    Bibliography
        Page 349
        Page 350
    Table of Contents
        Page 351
        Page 352
        Page 353
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text








RECUEIL
DES

Notices et M moires
DE LA

SOCIETY ARCHEOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE


3e VOLUME DE LA CINQUIEME SERIE


QUARANTE-SIXIEME VOLUME DE LA COLLECTION


ANNtE 1912


CONSTANTINE
IMPRIMERIE D. BRAHAM, 21, RUE CARAMAN, 21


ALGER
JOURDAN, LIBRAIRE-EDITEUR
Place du Gouvernement


PARIS
RENB ROGER
Librairie africaine et colonial
38, rue de Fleurus


1913


/ a ./.


, -, ',








RECUEIL
DES

Notices et Memoires
DE LA

SOCIE]TE ARCHEOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE

30 VOLUME DE LA CINQUIEME SERIES

QUARANTE-SIXIEME VOLUME DE LA COLLECTION

ANNEE 1912










CONSTANTINE
IMPRIMERIE D. BRAIIAM, 21, RUE CARAMAN, 21
ALGER PARIS
JOURDAN, LiBARE-EDn ENT ROGER
JOURDAN, LIBRAIRE-EDITEUn Librairie africaine et colonial
Place du Gouvernement 38, rue de Fleurus
1913






















Avis important



AITICLE 29 DES STATUTS. n La Societ laisse aux
(( auteurs la responsabilit6 dos faits et deductions histori-
s quest, arclhologiquos, scientifiques ou autres, exposes
( dans les nicinoires imprimios dans son Recueil. s








LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIETY




PRkSXXDNTS D'HONNEUHR

MM. LUTAUD, Gouvernour G6ndral de l'Alg6rie.
SEIGNOURET, O. 4, Pr6fet du D6partement.
LEGUAY, C. *, 0. "', GBneral, commandant la Divi-
sion de Constantine.
MORINAUD, -, Maire de Constantine.



Composition du Bureau pour 1913


President :
1er Vice-President :
2e Vice-Prdsident :
Secrdtaire :
Trdsorier :
Bibliothecaire :


M. MAGUELONNE.
M. IIINGLAIS.
M. Gustave MERCER.
1W. THtPENIER.
M. DEBRUGE.
M. JAUBERT.


Commission des Manuscrits


MM. MAGUELONNE, President;
HIINGLAIS,
MERGIER (Gustavo),
DEBRUGE,
CHOISNET,
JAUBERT,


SMembres

)











MYMBREBIS XONORAIBRES




1904 MM. BABELON, membre de l'Institut, conser-
vateur a la Bibliothlque nalionale, rue de
Vermeuil, 30.
1904 BALLU, O 4,01 ',,inspecteur des Monuments
historiques de 1'Alg6rie, rue Blanche, 80.
1894 BREAL (MlICHEL), C -.'; I professeur au
College de France, membre de I'Institut,
70, rue d'Assas, Paris.
1893 CAGNAT (Rens), O *, I membre de l'Ins-
titut, professeur d'dpigraphie au CollBge de
France, membre du Comit6 des travaux
historiques et scientifiques, 96, Boulevard
Montparnasso, Paris.
1891 GSELL, 4, 0 I Q, professeur au Collbge de
France.
1885 IIERON DE VILLEFOSSE, O I ', membre de
l'Institut, conservateur des antiquit6s grec-
ques et romaines au Mus6e du Louvre,
president du Comit6 des travaux archeolo-
giques, 16, rue Washington, Paris.
1904 MASPfnO, membre de 1'Institut, professeur
au College de France.
1904 ItEINACI (Salomon), A, O Q,, membre de
de l'Institut, conservatear du MusSe de
Saint-Germain, rue de Traktir, 4, Paris,
(xvio ar.).
1904 SAGLIO (Edmond), 4, membre de l'Institut,
directeur des Thermes de Cluny, rue de
Sevres. 85.


SCHLUMBERGER (Gustave), membre de
l'Institut, Avenue d'Antin, 37.


1904











iM MBBRE TITULAIRES




1892 VMM. ARRIPE, 0 1 secretaire G6ndral de la Pr&-
fecture, a Constantine.
1892 AuBRY (Dr), OA s6nateur.
1909 BARRAUD (A.), 0 A :', docleur, 1, rue Casa-
nova, Constantine.
1903 BINOS, professeur "a l'cole primaire sup6-
rieure, Constantine.
1911 BONNELL, 0 A Q, architect a Constantine.
1911 Bosco (Joseph), correspondent du Minist6re
de 1'Instruction publique, Constantine.
1903 BRAIIAM (David), 0 I ". 6diteur, Constan-
tine.
1907 BRAHAM (Marius), O A 6diteur, Constan-
tine.
1913 CABON, 4, capilaine, chef de bureau des
Atlaires indigenes a la Division de Cons-
tantine.
1895 CAMBUZAT-ROY, propri6taire, Boulevard du
Temple, Auxerre (Yonne).
1876 CARBONNEL, O A .., imprimeur, Constantine.
1883 CIIARRIER, 0 A sous-chef de bureau de
Pr6fecture, en retraite, correspondent du
il1in1. i.- de l'Instruclion publique, Mas-
quoray, par Aumale (Algerie).
1907 CHOISNET, OI 'I, Prfuet honoraire, directlur
du Mont de Piete, a Constantine.
1902 DEBRUGE, 0 I commis principal des Postes,
correspondent du Ministbre, Constantine.
1892 EscUIIR, 0 I directeur de l'6cole primaire
sup6rieure en retraite, Toulouse, rue Neuve
des Chalets, 6.











1912 MM. FERREZ, O :" chef do la Soret6, Constantine.
1906 GASTU, 0 1 ., avoU6 a Constantine.
1874 IIINGLAIS, O .. proviseur en retraite, con-
servateur du Musde, biblioth6caire de la
ville, correspondent du Ministere, Cons-
tantine.
1899 JAUBERT (l'abb6), OI ". chanoine honoraire
secr6taire g6ndral de l'6vech6, Constantine.
1912 JOLEAUD, g6ologue, g Conslantine.
1904 JoLy, architect, d~6lgu6 financier, maire
de Guelma, correspondent du Ministere.
1907 JONCHAY (DU), -4, lieetenant- colonel, directeur
du Dep6t des Remontes b Alger.
1910 LATOURNERIE (Maurice), 0 A i, imprimeur,
Constantine.
1903 LEROY, A 0 I docteur en medicine,
conseiller g6n6ral, Constantine.
1878 LUCIANI, 4, O 1 conseiller du Gouverne-
ment, Alger.
1892 MAGUELONNE, OI directeur des Domaines,
Constantine, Membre non rdsidant du Co-
mite des travaux historiques et scientifiques.
1907 MARCAIS, 0 A professeur a la M6dersa,
Constantine.
1891 MEJDOUB KALAFAT, 0 I Q, professeur d'arabe
au Lyede, Constantine.
1896 MERCIER (Gustave), O A avocat au barreau
de Constantine, officer interpr6ee de reserve,
correspondent du Ministlre.
1908 MERLIN, 4, directeur des Antiquit6s, a Tunis.
1912 MEYER (Edmond), pastour protestant, a Cons-
tantine.
1904 MONTAGNON (l'abbd), OA I' & Ollioules, villa
la Sirbne (Var).











1890 MM. MORINAUD (Emile), 4, ancien d6put6, maire
de Constantine, president du Conseil GenB-
ral, d616gu6 financier.
1911 MOUFFOK (Omar ben), commis de Prdfecture,
Constantine.
1913 MounoT (Eugbne), 0 A '., professenr a
l'Ecole normal, Constantine.
1908 NARBONI (Elie), president du Consistoire israe-
lile, Constantine.
1911 RFNAULT (Jules), architecte, correspondent du
Ministere, place Sidi-el Bahri, Tunis.
1903 RIBET, O A ... adrinistrateur principal de la
commune mixte d'Oum-el-Bouaghi (Canro-
bert), correspondent du Ministare.
1881 ROBERT, OI administrateur principal en
retraite, correspondent du Ministere, Bordj-
bou-Arr6ridj (Conslantine).
1903 SABATIER, OI ing6nieur des Ponts et
Chauss6es, directeur des Exploitations de
Phosphates, au Kouif, prOs T6bessa.
1907 SAINT-CALBHE, 0 1 ,, directeur de la Me-
dersa, a Constantine.
1910 THIPENIER, 0 A "" contr6leur du Mont-de-
Pi6te, Constantine.
1912 TRONT, professeur d'histoire au Lycoe de Cons-
tantine.
1906 VIGNON, O A .. surveillant g6ndral au Lycde
de Constantine.


VILLA, juge au Tribunal civil, Constantine.


1912













MEMBI ES COaEHSPONDANTS




1900 MM. BARRY, 0 I inspecteurdes fouilles de Tim-
gad, correspondent du Ministere, Timgad,
(Constantine).
1889 BERNARD, architect, 3, rue des Cordeliers,
Compiogne.
1891 BERrRAND (Louis), O I conservateur du
Mus6e de Philippeville, correspondent du
Ministre.
1900 CARTON (Dr), ., O 1 ', medecin-major de
Ire classes, en retraite, president de la Soci6t6
d'archeologie de Sousse, correspondent de
l'Institut,Villa-Stella, 6 Khereddine, par La
Goulette (Tunisie).
1910 CAUSSE, conservateurdes lypothbques, Batna.
1913 CHENIN, capitaine, chef de l'annexe de Biskra.
1903 CHERBONNEAU, 0 A avoud, S6tif.
1888 DELATTRE (le R. P.), 0 I '1, pretre mis-
sionnaire d'Alger, correspondent de l'Insti-
tut, conservateur du MusBe de St Louis
de Carthage, La Goulette (Tunisie).
1911 DUPRAT, controleur principal des Douanes, A
B6ne.
1890 ESPE1ANDIEU, 0, O I i', commandant d'ln-
fanterie en retraite, membre non resident du
Comit6, correspondent de l'Institut, Saint-
Hippolyte-de-Caton, par V6zenobes (Gard).
1878 FARGES,O I commandant en retraite,
correspondent du Ministbre, Amplepuis
(Rhone).
1912 FAUVELLE, receveur de 1'Enregistrement, A
Batna.











1906 MM. FLAMAND, -, 0 I Q, charge du course a la
Faculty des sciences d'Alger, directeur-
adjoint de la carte gBologique, Alger-Mus-
tapha.
1905 FRANCols (l'abb6), cur6 b Philippeville.
1907 GAUTHIEn, Joseph (I'abb6), cur6 A Djidjelli.
1892 GCTscIIY, O 4, 0 I Q, general de division,
Nancy.
1874 GOYT, topographe principal en retraite, 31, rue
Saint AndrB, Grenoble.
1893 GUERIN, 0 A 0, sous-directeur des Contri-
butions diverse en retraite, avocat, 4, rue
de Constantine, Alger.
1892 HANNEZO, 0 A, 0 1 'i lieutenant colonel,
32 bis, quai du Nord, Macon.
1909 HOVART, capitaine, affaires indigenes, A Khen-
chela.
1890 JACQUOT,0 1 'j ,jugehonoraire,6, rue Fantin-
Latour, Grenoble.
1911 LATAPIE, gendarme en retraite, Tobessa.
1912 LEvY-PROVENQAL (Evariste), etudiant A la Fa-
cult6 des Lettres d'Alger.
1901 LOIZILLON, administrateur de la commune
mixte des Bibans (Bordj-Medjana).
1888 MILVOY, architecte, rue Dijon, 1, Amiens.
1913 MOLLANDIN, capitaine du Train, S6tif.
1907 MORRIs, 0 A administrateur de la com-
mune mixte d'AYn M'lila (Constantine).
1908 MAITROT, O A '., capitaine de gendarmerie
d'Afrique, b B6ne.
1908 NICLoux, lieutenant aux All ir- indigOnes, A
Biskra.
1888 PALLU DE LESSERT, avocat, rue de Tournon,
17, Paris.
1910 PIQUET, 0 A I, architect, Ain-Beida.
1913 POURQUET-NOBBERT, administrateur de com-
mune mixte, Perigotville.
1910 REBUFFEL, conducteur des Ponts et Chauss6es,
A Batna.
1911 REYGASSE, administrateur-adjoint, T'bessa.











1902 MM. ROUQUETTE (Dr), ., 0 I Q, m6decin-major
chef de service, correspondent du MinistBre,
4, place de la Liberte, Nice.
1875 RBo, O -0, 0 1 ., ministry pl6nipotentiaire,
secretaire g6ndral du gouvernement tuni-
sien, Tunis.
1885 SALADIN, A, OI 1 architect, dipl6m6 par
le Gouvernement, 69bis, boulevard de Cour-
celles, Paris.
1910 SIMON, capilaine des :.ll I,. indigenes, d6ta-
ch6 a Casablanca.
1908 SOLIGNAC (Marcel), pr6parateur, cole sup6-
rieure des sciences, Alger.
1892 TOUTAIN, 0 I ', professeur h 1'tcole des
Haules Etudes, 25, rue du Four, Paris.
1911 TOUZE, O A Q, receveur des Postes, A Lambbse.
1903 VALLET, O A ancien publiciste, conseiller
general, Fedj-M'zala.
1905 VEL, directeur de l'H6pital, A Mdnerville.
1893 VIRn (C.), avocat a Bordj-MenaYel (Alger).



Communes mixtes et divers venant en aide i la Socidtd


Akbou.
Ain Touta.
Ain-el-Ksar.
Aures.
Ai'n-M'lila.
Barika.
Be!ezma.
Bibans.
Collo.
Chateaudun-du-Rhumel.
Djidjelli.
El-Milia.
Eulmas.


Guergour.
Fedj-M'zala.
Jernmapes.
Khenchela.
Morsott.
Meskiana.
M'sila.
Rhira.
Soumimam.
Souk-Ahras.
Taller.
Takitount.
Lycee de Constantine.


(i-'' i Admis a I'echange : ,.
SCHUTTEI, professeur d'histoire a l'Universit6
d'Erlangen (Baviere). _


1907












SOXCIT)S CORRESPONDANTES





AGEN. Sociltd d'agriculture, sciences et arts.
Aix. -- Acad6mie des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
Soci6t6 d'6tudes provengales.
Bibliotlhque de 1'Universit6.
ALAIS. Soci6t6 scientifique et litt6raire.
ALGER. Ecole sup6rieure des Lettres.
Societ6 historique alg6rienne.
Socidt6 de geographie d'Alger et de 1'Afrique du
Nord.
AhIENS. Societ6 des antiquaires de Picardie.
ANGOULEME. Socie6t arch6ologique et historique de la
Charente.
AucH. Societd arch6ologique du Gers.
AUTUN. Socidt6 dduenne.
AVALLON. Societd d'6tudes.
AVIGNON. Acad6mie de Vaucluse.
AUXERRE. Societe des sciences historiques et naturelles
de 1'Yonne.
BAR-LE-Duc. Soci6td des lettres, sciences et arts.
13EAUNE. Societe d'arch6ologie.
BEAUVAIS. Societo acad6mique d'archiologic, sciences
et arts du ddpartement de l'Oiso.
BdZIERS. Societe arhedologique, scientifique ot litt6raire.
BONE. -- Acad6mie d'lippone.
BORDEAUX. Socidlt archdologique.
Soci6t do geographie commercial.
Boui. Bulletin de la Societ6 de g6ographie de 1'Ain.
BOURGEs. Socit6 historique, litt6raire et artistique du
Cher.
BREST. Soci6et acad6mique.











CHAMBrRY. Soci6te savoisienne d'histoire ct d'archdo-
logie.
CHARTRES. Societ6 archologique d'Eure-et-Loir.
DAx. Societ6 de Borda.
DOuAI. Union g6ographique du Nord de la France.
EPINAL. Socidt6 d'emulation des Vosges.
GAP. Societe d'6tudes des Hautes-Alpes.
GRENOBLE. Academie delphinale.
GUiLET. Soci6t6 des sciences naturelles et arch6ologi-
ques de la Creuse.
LANGRES. Soci6td historique et archdologique.
LAON. Soci6te acad6mique.
LIMOGES. Societ6 archeologique et historique du Li-
mousin.
LYON. Societ6 litt6raire, historique et archeologique.
Acad6mie des sciences, I. II. I.ies et arts.
Bulletin historique du diocese de Lyon.
LE MANS. Socit61 historique et archdologique du Maine.
MARSEILLE. Soci6t6 de statistique.
Socidte archdologique de Provence, 63, bou-
levard Longchamps.
MONTAUBAN. -- Societe arch6ologique du Tarn-et-Garonne.
MONTBILIARD. Socit6 d'6mulation.
MONTPELLIER. Soci6t6 languedocienne de geographie.
Socie6l archoologique.
NANCY. Academic de Stanislas.
Soci6te d'archeologie lorraine ot du musde his-
torique lorrain.
Societi de g6ographio de 1'Est.
NANTES. Soci6t6 archeologique.
NARBONNE. Commission archeologique.
NICE. Soci6~e des lettres, sciences et arts.
NiMES. Acad6mie du Gard.
ORAN. Soci6te do g6ographie et d'arch6ologie.
ORLAANS. Soci6t6 archeologique et historique de 1'Orl6a-
nais.










PARIS. Institut de France.
Comit6 des travaux historiques et -,. ,,;!',','- .
Bulletin de l'Ecole des Chartes.
Soci6t6 des antiquairos de France.
Soci6t6 d'ethnographie.
Soci6t6 de geographic.
Societ6 d'aiithropologie.
Association pour l'encouragement des 6tudes
grecques.
Soci6te des etudes historiques.
Rcoue..,.' *.,' .'/*.' international.
Muske Guimet.
Soci6t6 acad6mique indo-chinoise de France.
Revue des Colonies el des Protectorats, ministare
des Colonies.
Reoue de statistique.
R6union d'6tudes alg6riennes, 12, galerie d'Or-
16ans.
Journal asiatique.
Bulletin de la Societ6 des 6tudes coloniales et
maritimes.
Revue I, .'' .
Revue des etudes historiques.
PERPIGNAN. Societ6 agricole, scientilique et litt6raire.
POITIERS. -- Soci6t6 des antiquaires de l'Ouest.
REIMS. Acad6mie national.
RENNES. Soci6t6 archeologique d'llle-et-Vilaine.
ROCIIECHOUART. Soci6t6 des Amis des sciences et des
arts.
RODEZ. -- Soci6t dos lettres, sciences et arts de l'Aveyron.
ROUEN. Commission des antiquit6s do la Seine-Infe-
rieure.
SAINT-BRIEUc. Soci6t6 d'6mulation des COtes-du-
Nord.
SAINT-DIg. Soci6td philomathique.
SAINT-MALO. Socid6t historique et arch6ologique.









SAINT-OMER. Socitle des antiquaires de la Morinie.
SEMUR. Societe des sciences historiques et naturelles.
SENS. Soci6t6 archdologique.
SoissoNs. Socidet arch6ologique, historique et scienti-
fique.
SoussE. Bulletin de la Soci6td archeologique.
TOULON. Acad6mie du Var.
TOULOUSE. Acad6mie des sciences, inscriptions et belles-
lettres.
Bulletin de la Socidt6 de g6ographie.
Societd archoologique du Midi de la France.
ToURS. Societd d'archdologie de la Touraine.
Soci6t d'agriculture, sciences, arts et belles-
lettres du d6partement d'Indre-et-Loire.
Soci6t do gdographie.
TUNIS, Institut de Carthage. Association tunisienne
des lettres, sciences et arts, h Tunis.
VALOGNE. M6moires de la Soci6te arch6ologique.
VANNES. Soci6t6 polymathique du Morbihan.
VERVINS, Soci6t6 archdologique.









.ocx0 TM E)9TRANGa ERS


ALLEMAGNE. Soci6et d'anthropologie de Berlin,
ALSACE-LOItRAINE. Soci6t6 d'histoire et d'arch6ologie de
la Lorraine, A Motz.
Soci6t6 pour la conservation des mo-
numents historiques do I'Alsace, a
Strasbourg.
AMERIQUE DU SUD (LA PLATA). Direction g6nerale de
statistique de la province de Buenos-
Ayres.
ANGLETERRE. Socidet des antiquaires de Londres.
Ecosso. Socidt6 des Antiquaires, Edim-
bourg.
Soci6t6 dos antiquaires de Cambridge.
Institut canadien de Toronto (Canada).
Societ6 de numismatique et d'arch6ologie
de Montr6al.
BELGIQUE. Societe des Bollandistes, Bruxelles.
Soci616 d'archdologie de Bruxelles.
BRI-ISIL. Mus6e national de Rio-Janeiro.
EGYPTE. Institut 6gyptien, au Cairo.
Comit6 de conservation des monuments de l'art
arabe.
Societd kh6divale de geographie, au Caire.
ETATS-UNIS D'AMdRIQUE. Mus6e Paebody d'archdologie
et d'ethnographie am6ricai-
ne de Cambridge.
Institut Smithsonien de Wa-
shington.
Commission d'inspection gdo-
logique des Etats-Unis (D6-
partement de l'Int6rieur), a
Washington.
Socidtd d'anthropologie, a Wa-
shington
Acad6mie des sciences natu~
relies de'Davenport, Iowa-










ETATS-UNIS D'AMERIQUE. Universitd de Californie, ,
Berkeley.
Mus6e amiricain d ll.h.i-,
naturelle, b New-York.
Association am6ricaine pour
l'avancemenl des sciences,
A Washington.
ITALIE. Inslitut archdologique d'Allemagno, a Rome.
Ecole francaise de Rome.
Societ6 africaine d'Italie, A Naples.
Socidte africaine d'Italie, a Florence.
Acad6mie des Lineei, a Rome.
NORVPGE. UniversitO royale, a Chrisliana.
PIRou. Bulletin de la SociWtd de geographie de Lima.
SUEDE. Acaddmie royale archdologique de Stockholm.
Institut geologique de l'Universit6 d'Upsala.
SUISSE. Soci6t6 d'hisloire et d'archdologie de Geneve.
Soci6t6 de geographie de Berne.







I \ .- ,j. .\















ANCIENS EVECHES


ET IUINES COHR~TIXENNES


DE LA NUMIDIE & DE LA SITIFIENNE

PAR

M. LE CIIANOINE JAUBERT, 0. I.






















PRINCIPLES ABR8VIATIONS


- Corpus inscriptionum latinarumn, v1.

= Recueil de la Socidet archeol. de Constantine.

= Revue Africaine.

= Bulletin archdologique du Comite des Travaux historiques.

= Recherches archeologiques, Gsell.

= Inventaire des Hosai'ques, De Pachtere pour l'Algerie,
Gauckler pour la Tunisie.

= l onuments antiques de l'Algerie, Gsell, 2 vol.

= Morcelli.

= Toulotte.

= Notes d'JHstoire et d'Archdologie.


Corp.

R. C.

Rev. Afr.

B. A. C.

R. A.

I. M.


M. A.

Morc.

Toul.

Notes.


















AVANT-PROPO S









Le present travail est le complement des Notes d'Histoire
et d'Archeologie que j'ai r6cemment publides. J'ai pense
qu'il ne serait pas sans interft de mettre sous les yeux du
lecteur une liste des anciens 6v6ch6s de la Numidie et de la
Sitifienne (diocese actuel de Constantine) et d'acconpa-
gner cette liste de quelques notes sommaires d'histoire et
d'arch6ologie locales. A la liste de ces 6vech6s, et des 6ve-
ques en ayant occupy les sieges, j'ai joint les renseigne-
ments que l'archeologie nous fournit, dans mainte locality,
sur le pass chretien de notre region. On verra que ces
ruines meritaient cette mention, car plusieurs ont une v6ri-
table importance, et on pourra constater que le sol de la
region de Constantine est jonch6 de restes du christianisme
que l'on rencontre pour ainsi dire a chaque pas.
Pour la premiere liste, j'ai conserve les noms anciens et
j'ai class& les 6vech6s par ordre alphab6tique, en ayant soin
de donner, autant que possible, le nom actuel de l'ancienne
locality. Je dis, autant que possible, car on n'a pu encore
identifier sirement tous ces anciens si6ges &piscopaux.
Cirta et S6tif, capitals de la Numidie et de la Sitifienne,
ont leur place d6sign~e tout naturellement en tete de la
liste des 6vech6s de leur province. Pour ce qui concern les
autres ruines chretiennes de la region, j'ai adopted les noms











nodernes (g6neralement arabes) qui les dcsignent actuelle-
ment et je les ai classes 6galement par ordre alphabetique.
Quant aux sources ofi j'ai puise, comment les 6numerer
toutes ici ? Ce sont les metes que celles de mes Notes. Per-
sonne n'ignore qu'aux listes des conciles africains, aux
ecrits des Peres, comme S. Cyprien, S. Optat, S. Augustin,
S. Gregoire le Grand, viennent se joindre, aux VIIIe et
IXe siecles, la liste du Thronos Alexandrinos, celle publide
par Beveregius dans son Pandects Canonum, t. II, p. 142,
annotat. et celle de Ldon le Sage, en 883. Dans nos temps
modernes, I'Africa. Christiana de Morcelli, les quatre volu-
mes si pr6cieux de Msr Toulotte sur la Gdographie de I'Afrt-
que Chretienne, l'incomparable Atlas archlologique de l'Al-
gdrie, par M. Stdphane Gsell, les Monuments antiques de
l'Algdrie et les Recherches archlolo.giques du mnme auteur,
enfin les innombrables d6couvertes et les nombreux tra-
vaux des archeologues depuis 80 ans contribuent puissam-
ment a guider nos pas clans une route encore herissde
d'obstacles et environnee de tenbbres sur plusieurs points.
Ce travail 6tait termind quand le R. P. Mesnage des
Peres Blancs a public, sous les auspices du Ministare de
1'Tnstruction publique, son remarquable volume intitul6 :
L'Afrique Chretienne, dvhchs et ruines antiques. Je lui ai
emprunt6 quelques corrections, parfois j'ai cra pouvoir
conserve mon opinion, mais j'ai pense, et le R. P. a bien
voulu me dire, que n'ayant ni le meme plan nile m6me but
que lui, mon etude ne ferait pas double emploi avec la
sienne. Le R. P. Mesnage a 6crit pour faciliter les recher-
ches des travailleurs, moi je m'applique a r6unir et A placer
sous les yeux du lecteur les faits et les documents les plus
important et je cherche A me meltre A la port du public
qui ne peut pas toujours recourir aux documents qu'on lui
signal. Aussi me contenterai-je d'indiquer sommairement
mes sources principles et le plus souvent au bas des pages,
afin de ne pas embarrasser mon texte et pour en rendre la
lecture moins penible.







- III -


Si parfois je n'adopte pas l'opinion de mes predecesseurs,
je tacherai de justifier la mienne. Entre nous, m''crivait
aimablement le R. P. Mesnage en janvier 1912, la critique
ne peut avoir, j.'. i'... que ,; reux restltals. C'est bien
ainsi que je le comprends, mais j'ai hate d'ajouter que ma
critique n'aura guere a s'exercer que sur des details.


H. JAUBERT.


------11-0




















EVECHES DE LA NUMIDIE





1. CIRTA (Constantine). Antique m6tropole de la Numidie.
Apr6s sa prise par Sittius elle prit le nom de: Colonia Julia Juve-
nalis honors el Virtutis Cirta ( Corp. 7041) ot aussi: Colonia
Cirta Sitlianorum cognomine (Pline, v, 3, 2), h cause des nom-
breux 1lgionnaires de Sitlius qu'on y etablit pour les rkcompen-
sor de lours services pendant la guerre d'Afrique entreprise par
Jules Cesar. Les rois numides, Micipsa en particulier, y attirerent
des Grees et des Italiens; c'6tait le centre d'un commerce impor-
tant. Apres l'occupation romaine ce fut lc chef-lieu de la conf6-
ddration dite des 4 colonies ou des 5 colonies : Cirta, Milev,
Chullu et Rusicade, puis Cuicul. Sous Constantin, qui la releva
de ses ruines apres la guerre de Maxenco, elle prit et garda d6sor-
mais le nom de Felix Colonia Constantina ou Constantina Cirten-
sium. On trouvo aussi l'orthographo Cirilha.
Cirta poss6dait parait-il do superbes ddifices. On peut en juger
par ceux donton a retrouv6 les traces, et les auteurs arabes Edrisi
et Abderi en font memoire.
11 v avait a Constantine une area martyrum dans laquelle il
parait y avoir ou deux chapelles, common l'indique l'oxpression
in Casa major employee en 305 lors de la reunion pour l'61ection
de 1'6veque Silvanus.
En outre, en 303, il est fait mention d'une domus in qua chris-
tiani conveniebant, lors de la persecution de Diocl6tien. C'est lb
probabloment la basilique urbaine de Cirta et non simplement la
demeure episcopale, car S. Optat nous fait observer que si, en







-2-


305, on s'tlait r6uni chez un particulier et aussi dans l'area pour
61ire un 6v6que, c'est que les basiliques n'acaient pas encore etI
resiitudes. On sait d'autre part que pr6cis6ment cette domus in
qua christiani conveniebant fut spolite et confisquie en 303, et les
Acta Munali Felicis nous montrent les nombreuses d6pendan-
ces de cette basilique (bibliotheque, salle A manger, vestiaire, etc.)
en meme temps qu'ils nous donnent un curieux inventairo du mo-
bilier de cette basilique et de ses attenances(l).
On ignore l'emplacement de l'area de Cirta, ainsi que celui de
cette basilique urbaine qui existait strement au 1110 si6cle.
Constantin ordonna de construire A Cirta une basilique, a ses
frais pour les chr6tiens, nous apprend S. Optat. (Append. p. 215).
C'est sans doute de celle-la qu'il est question dans les Gesta quand
on parle de la cath6dralo de Constantine. Cette premiere basi-
lique ayant 6te enlev6e aux catholiques par les donaslistes,
ni r6clamations des 6veques, ni sentences des magistrats, ni let-
tres impiriales ne parent la faire restituer. Pour le bien de la paix,
et sur la demand des ev6ques de Numidie, Constantin ordonna
la construction d'une nouvelle basilique, aux frais du fisc, pour
les catholiques de Cirta; en attendant l'empereur offrait une mai-
son, avec tous ses droits, au domaine de l'Eglise. On ignore l'en-
placement de ces deux basiliqucs(2).
L'empereur Constance II fit, b son tour, construire, A Constan-
tine, une basilique dent on a retrouv6 les ruines A intersection
des rues Nationalo, Rouaud et Cahoreau(3).
On a retrouv6e la Kasbal, sur l'emplacement du capitol de
Cirta, les ruines d'une autre basilique clirtienne quo Mgr Dupuch
et Ravoisid crovaient sans motif mtre celle de Constantin. J'ai dit
que cet empureur n'a certaineinent pas d6truit le grand temple du
Capitole de Constantina Cirtensium. M. Gsoll pense que ce mo-
nument est byzantin, b cause do la forme de la croix grecque qui
d6corait une de ses portes et de la barbaric de la construction.
Celte basilique mesurait 36m80 X 23m30; elle avait une aside et

(1) Vid. Acta Munati Felicis, Gosta apud Zenophilum cdit. Ziwsa. -
S. Optat, De Schism. Donat. I, 14; Id. Append. Cdit. Ziwsa, p. 193-196. -
Gsell, M. A., II, p. 192. Jaubert, Notes d'Hist., p. 203 ot 238.
(2) Notes, p. 225.
(3) Poullo, 1R. C. XIII, p. 678. Notes, p. 239-41. Vars, Hist. de
Constantine, p. 40-43. --B. C. XIX, p. 315.








-3-


trois nefs separ6es par des colonnes ou des piliors. Elle dtait flan-
qu6e de deux sacristies et d'un secretarium situ6 au N. b gauche
de la facade. On en dOtruisit les restes en 1844(1).
Au Bardo, entire le Koudiat-Aty et la porte Djebia, on d6cou-
vrit en 1860, une belle mosaique de style byzantine, on y lisait
dans un cartouche cette sentence tire de S. Paul : Justus sibi lex
est. Cette mosaique decorail probablement une chapelle\2'.
Citons encore une basilique A trois nefs et avec abside a Sidi-
Mabrouk qui parait 6tre, d'apr6s (_ I ,1 .... 1,, le faubourg de
Muguas oh furent arret6s les SS. Jacques et Marien (Vid. Sidi-
Mabrouck).
C'est 6 Cirta que semblent avoir 616 immiols los 6v6ques
Agapius el Sccundinus, tandis que Jacques, Marion, 1e chevalier
remain /Emilien, les vierges Tertulla et A ntoniaetleurs nombreux
compagnons p6rirent h LambBse, bien qu'ils aient 6t tourmontls
d'abord k Cirta, ce qui explique l'inscription du Vi I siecle sur le
Rocher de Mr ,,,', au bord du Rhummol. Le martyre des uns
et des autres eut lieu en mai
Voici l'inscription grave sur le rochor appeld Le rocher des
marlyrs :
*i" 1111 NON SEPT- PASSION MARTVR
ORVMI IIO'RTENSIVM MAIIIAN1 'ET
IACOBI DATI IAPIN RVSTICI CRISI'I
TAT1 METTVNI BIC'TORIIS SILBANI EGIP
TI1 SC(1 DI MEMOlIIAM1NI IN CONSPEC ITV DNI
CVORVM NOMINA sciTi3 QVI FECIT IND XV
+

Quarto Non(as) Sept(embres) Passione Mariurorum, Iorten-
sium Mariani et Jacobi, Dati, Japin, Rustici, Crispi, Tati(Dati)
Mettuni, Bicloris(Victoris), Silbani(Silvani) Egqptii, S(an)c(t)i
D(e)i memoramini in conspectu D(omi)ni cuorum (quorum) no-
mina scit is qui /ecit Ind(ictione) quintadecima.

(1) Notes, p. 240-41. M. A. 11, p. 192-93 et 1, p. 267, i1g. 80, etc.
(2) Notes, p. 241. M. A. Ibid. R. C. 1860-61, p. 153 1862, p. 55-56, pl. xi.
(3) Notes, p. 87-88. Cf. MIonoceux, llis Af lit. Afr. chrdt, II, p. 154.
Corp., -t921. I. C. 18E3, pl. 17. Ruinart, A/la sincilrna, Passio Jacobi,
p. 223. 1, rol. roman. 30 ip. --- .. Aug. serin. 28i. Kul. Carth..
11Nonl I Usoll, I. C. 1895-96, pp. 212-17.








-4-


On a recueilli A Constantine bien des vestiges du christianisme
des premiers sidcles et quelques inscriptions chr6tiennes latines,
voire mrme grecques. Citons entr'autres :
IJne Memoria des Martyrs Crementia? Successeanus? (Corp.,
19648. MAusde de Constantine, par Doublet. Monceaux, En-
qudte, no 296).
11 s'agit d'une stele en pierre, haute de OeS0, 6paisse et large de
0m18. Elle avait la form d'un prisme tris allong6; la base, 16g6-
rement 6videe, avait do 6tre enfoncee en terre. Trois des faces de
cette stile 6taient sculptdes. La face principal repr6senlait une
porte ou fen6tre entr'ouverte; au-dessous un arceau en plein Cin-
tre, dessin6 au trait; dans cet arceau, mal graves, les trois lignes :

SVC
ESSSEI
GAH G ITV

Sur la paroi gauche de la stIle et sur la face postdrieure dtait
figure un arbre ..nii, don't les branches soulenaient un cube de
pierre on se lisaient, en caract'res assez rdguliers, et sur quatre
lignes, les mots suivants :

CO RPORV
SVCC S SEAN I
LT C(REME
N TIAI

e Ce monument singulier parait 6tre uno pierre tombale, dit
Monceaux, op. cil.; mais on pent se demander s'il no couvrait pas
une tombe conlenpnt des reliquesil). Les re presentations figu-
roes s'expliqueraient assez bien dans cette hypothbse. La porte
entr'ouverte, souvenir profane de la port d'lladds, donnerait
aces A l'autre monde; 1'arbre, come sur beaucoup de fresques,
de mosaiques et tde dalles tumulaires, symboliserait le paradise 2);
le cube en pierre, suspend a I'arbre et portant l'inscription
corporu(m) etc., serait un coffret h reliques ).
En ellet, la formula corporum, do corporibus, de corpore, est


(1) Usageo assez r6rquonL chez los prerniers chrdtiens.
(2) Coest IPcbree v ie.










une formule usit6e, dis les premiers ages, pour indiquer, authen-
tiquer les reliques. Le nom de Crementia se rotrouve sur plusieurs
6pilaphes chr6tiennes d'Afrique : a Carthage, f Utique, a Tingi
sur la tombe d'une religieuse.

SUCCESSEANUS est un noin inconnu; on troupe Successaneus
parmi les noms profanes, et beaucoup de Successus parmi los
noms de Saints au Martyrologe 7..'.'. ... '.. Quant a Sucesssei
de l'inscription grave dans le cintre, on a voulu peut-etre repro-
duire Successeanus ou peut-0tre mettre Successi ou meme reello-
ment Suc(c)essci.
Si au lieu de Gargi/u que Monceaux lit, dit-il, sur une photo-
graphie, on lit comme les auteurs du Corpus : Largitu, on peut
interpreter que le monument fut 6levd par los largesses de Suc-
cesseus ou de Successus.
Pr/s la porte de Balna, pierre avec chrisme (Rev. Afr. XIX,
p. 77). Epitaphe avec le monogr. (Corp., 6960). Epitaphe grecque
d'uno Constance do Byzance (A.C. I' i 55, p. 98). Une inscription
grecque portant sur une tablette d'ardoise 2ps~cs XS!:~. L'pi-
tapho d'un clore du nom de Donalus. (Monceaux, [ev. Arch.,
1903.- R.C. 1882, p. 288,-- Corp., 6938). Dos quantities do lampes
chr6tiennes avec symbols varies. Des plombs avec los images du
Christ de la Ste Vierge, de S. Georges, de S. Jean. Des poterios
avec emblemes chr6tiens, entr'autres un Conds de pathre ornd de
deux croix et de doux agneaux, une poign6e avec uno croix
accost6e de deux anges. Des anneaux chrtliens et donatisles
avec le : In Deo Vivas et le : Deo laudes. Un stylet en argent
trouv6 dans le Rhummel, avec l'inscription : Flavia in Deo Vivat!
Des carreaux chretiens histories. Des cachets en plomb avec
monogramme, etc. ('.
11 faut citer encore une stele en forme de caisson trouvoe
dans les travaux du Coudiat et portant en lettres du Ve siecle :
Mem(ori/w) M(arci) Aureli(i) M(arci) F(ilii), Victoris. V(ixit)
an(nis)... Plusiours ont pense que ce monument 6tait chr6tien, soit
a cause de l'absence du D. M. S., soil a cause de la formula


(1) Vid. R. C. 185555, p. 98. Muse de Constaltin par D)oubloL el,
Gaucklor; Collectionl i ... ., palr Iesnier ot Illanchet. Ie 1 osi, Bull,-
tino, 1882, p. 99. R. C. 1898, p. 352, etc., etc.


- 5 -







-6--


MEM(orice). soit surtout b cause des sculptures que content la
stele sur Fun de ses petits c6tes. On y voit, en effet, un person-
nage debout tenant un agneau sur I'epaule, 6 ses pieds, b gau-
che, un ehien merchant dans cette direction de gauche. Aurelius
Victor pourrait 6tre un chr6tien ot l'image celle du Bon-Pas-
teur. Toutefois, cette interpretation a 6t6 contestee et on a voulu
voir ia le Dieu Pan(W)?
Dans une grotto, pres des jardins de Salluste, M. Bosco a
trouv6, en 1911, une inscription grave sur le roe portant
MENSA MARTVRVM et plus loin une -*I et un puis D. (2).
Parmi les lampes curiouses recueillies h Constantine, il faut en
citer une repr6sentant un des Dioseuros, le dieu pilealus, don't le
bonnet est orn6 d'une croix, ce qui rappelle une allusion de
S. Augustin, dans son trattd sur S. Jean, VII, 6, oh le saint doc-
tour rapport une parole que les pr6lres do ce dieu avaient cou-
tume do rpeetor pour tromper les chretions : Le dieu coilfd (le
Dioscure) lui-mnme est chr6tion, et ipse Pileatus christianus est.
En 305, il y out A Constantine une reunion d'dvhques au nombre
de onze, apris la persecution do Diocletion, on l'a improproment
appelee concile do Cirta (3).
Vers 396, so tint dans cette ville un concile donatisto(l).
Enfin, un concilo do Numidie, tenu en 402, ordonna d'y conser-
ver les archives ecclsiastiques de la province. La correspon-
dance do S. Augustin et do S. Fortunat, 6v6que de Constantine,
re6vle la presence d'un monastre dans cette ville.
Cf. Morcolli, CLXXXIV. Toulotte, Numidie, I. Atlas
Arehdol. f. 17, Constantine, 126.

Evgques connus de Cirta :
CRESCENS, present au concile de Carthage, en 256 (5).
AGAPIUS, don't il est fait mention dans la passion des SS. Jacques
et Marien, est attribu6 & Cirta par Toulotte, surtout & cause de

(1) Vid. R. C. 1899, p. 350. Mesnage, Afr. chret., p. 278.
(2) 13. A. C. janvior 1912. M. Bosco lit : DEO BA.
(3) S. Aug. Broeic. Collat. 11t, 17, 33. Epist. LIII. 4. Contra
Cre'sco III, 27-30. S. OptaL De Schism. I)ooat. 1, 13-14.
(4) S. Aug. Epist. XXXIV, 5. Gontra Crescon. tll, 27,
(5) Sentent. Episcop. 8, apud Op. S. Cypriani.











ces mots des Actes : Agapium nostrum, mais on ne saurait rien
affirmer de positif.

PAULUS, etait 6veque de Cirta, en 303, lors de la persecution de
Diocl6tien et livra le mobilier de 1'6glise (1).

S1LVANUS, sous-diacre de Paulus, ful son successeur, en 305,
malgr6 opposition des clercs ot des notables (Scniores). On
connait cette election singuliere et cette non moins singulioro
ordination par Secundus de Tigisi et les prelats du pseudo
concile de Cirta (2).

ZEuzIUs, occupait, en 330, le siege de la vicille mctropole nu-
mide. Cost g lui quo Constantin adressa, ainsi qu'a dix outres
6veques de Numidie, la lettre dans laquelle il loue leur mansu6-
tude et ordonne de fair construiro, a Constantine, une autre ba-
silique pour remplacer cello que les donalistes avaient prise aux
catholiques (3).

GENEnOSUS, connu par uno lettre que S. Augustin lui adressa
avant 400 (Ep. 53) pour le soutenir centre les donatistes et r~ru-
ter leurs allegations. Le P. Mesnago dit qu'il n'est pas prouv6
que Generosus fut dv que, surtout de Constantino, attend que
Profuturus 1'6tait ddej vers 395 t IorNunalus vers 397 (4).

PROFUTURUs, don't S. Augustin fait mention dans son livre sur
l'Unitd da Bapteme, XVI, 30. L'dvequo d'Iippone parole de la
purete de la vie de Pro/utturus, comme do cell do son successeur
Fortunatus. Mais on peut se demander si S. Augustin parlant de
ce dernier comme du successeur de Profuturrus, entond qu'il fut
son successeur immediat, et si entire Profuturus el Fortunatus,
Generous n'a pas pa Stre un an 6evque do IC.... Ii I I .

FORTUNATUS. Ce saint vOqque tut un des sept pr6lats choisis
par leurs confreres pour defendre la cause catholique a la confe-

(1) Acta Munati Felicis. Notes, p. 203.
(2) S. Aug. Breoic. Collat. 111, 17, 33; Contr. litt. Petil, III, 58, ol[. -
S. OpLat De Schism., 1, 13, 14. Notes, p. 209-11.
(3) Notes, p. 225.
(4) Addil. et correct, do I'Afr. chrdt., p. X.
(5) Profuturus ct Fortunatus furent moines du monastiro episcopal do
S. Augustin & Hippone.


- I -








- 8 -


rence de Carthage, on 411. C'est son comp6titeur donatiste quo
r6futa S. Augustin. Ce competiteur est :

PETILIANUS, de Cirta. (S. Aug. Contr. liUt. Petiliani, vers 402;
de unico Baptismo, contr. Petilianum, vers 410).
Fortunatus assistant, en 410, au concile de Mila et signa la
lettre adress6e par ce concile au P'ape Innocent. (Hard. Collect.
council I, p. 1221).

DELPHINUS fut le coadjutuur de Forlunatus, on plus probable-
ment eveque d'un des Pagi ou Castella d6pendants de Constan-
tine, comme on le voit par les Actes de la conference de 411.
S. Augustin parole de lui dans sa lettre 89e.

HONORATUS ANrONINUS 6tait oveque de Constantine sous le roi
Vandale Geisdric ou Gens6ric. C'est lui qui 6crivit au martyr
Arcadius la belle lettre don't on a donn6 de longs extraits dans les
Notes, pp. 313-16. Gennade en fait 1'61oge dans son De Viris
illustrious, c. 95 (Vid. Ruinart, Hist. de la persecut. Vandale,
II, 4. Patrol. lat. 6dit. Migno, pp. 567-70).

VIcTOR occupait le siege de la m6tropole de Numidie vers la
fin du Ve siecle. II fut au nombre des 6veques appel6s A Carthage
par le roi IIun6ric, on 481, puis exilds par ce prince. II mourut
dans son exil, loin de son sibge, come le montre l'annotation
prbt (probatus) jointe s son nom sur la Notice. C'est done un
confesseur de la foi qui m6rite notre v6n6ration.
Constantine est encore citOe comme ev&cho dans los trois lists
6piscopales des VIIIe et IXo sielos,' clle du Trhonos Alexanlri-
nos entreee 695 et 703), cell do Beveregius, et cell de LBon le
Sage, on 883, sous les noms de KpyO et Kwator2vtu().


2. AJURA ou AZURA, pout-etre AUZURA. Region de Thi-
libus et Rotaria (Renter).

VICTOR parait B la conference de 411. En repondant a son com-
p6titeur donatiste, il .i1l;, iiI qu'il a une 6glise a Rolaria, ce qui


(1) Vid. Mcsnage, Afr. chrdt. Append. II, p. 531-34. Notes d'hist.
pp. 365-68.








-9-


nous indique la region d'Azura. Des poteries, tuyaux de conduite
d'eau, retrouvies B Constantine portent le nom des Auzurenses.

LEPORIUS Auzurensis parait, en ;(, coinme un des pr6lats
convoqu6s et exiles par Hun6ric.
More., no XXV. Toul., 1 et VIII. Ce dernier attribue
Leporius b Augurus. MltSnago qui le place ici semble avoir
raison.

3. AMBURA, ANBURA ou AMPORA. On en ignore la
situation

DONATUS, qui assistant A la conference de Carthage, en 411,
avait come comp6tileur donatisto.
SEFRVATUS Arnphorensis, ce qui porte A croire qu'Ambura,
Ampora et Amphora sont les noms divers d'une nmem cited, peut-
6tre la Boscth amphoraria de S. Mammairo ot de ses compa-
gnons entire Lambbse ot Bagai?
CRESCONIUS d'Ampora, convoque6 Carthage, en 484, fut au
nombre des 6v6ques condamn6s A 1'exil par Hlunric.
More., XXXIII, Toul., III.

4. AQU/E 6tait un nom fort r6pandu en Numidie. On
trouve : Aqua nooc, Aquc Thibilitane, Aqua? Herculis, Aquw
Ccesaris, Aquae Flaoian e, Aquc Megarmelitance, etc., stations
thermales africaines formant souvont des centres distincts des
villes voisines auxquelles, dens plus d'un cas, elles empruntaient
leur norn. II est done Iliil.. de dire exactement si c'est d'une
ville d'Aqucc tout court, come le portent les Actes de la conf6-
rence de 411, ou de quelle Aquac etait 6v6que le donatiste :
CRESCONIUs Aquensis, qui parait a cette conference et declare
ne pas avoir chez lui de traditeur, c'est-a-dire de catholique,
comme eveque. Toutefois, par la r6ponse d'Aurelius, ve6que
catholique de Macomades on pent croire qu'il s'agit ici d'une
Aquce dans le voisinage plus ou moins rapprochb de cette der-
nibre cit6. Nous avons la un prdtre, dit, en effet, Aurelius, car ii
y a eu aussi un evdque, mais il oient de mourir et on n'en a pas
encore ordonnd un autre pour le remplacer. Peut-etre s'agit-il ici
d'Aquce Casaris, d'Aquce Megarmelitance ou plutot d'4 quce Fla-







_- io -


fiance pres Mascula, la moderne Khenchela, comme le P. Mes-
nage est port A le penser. A cette station, El--Hamma, oh sont
des eaux chaudes et de belles piscines, restaurees sous Septime
S6vere, par un d6tachement de la IIle Legion, on a trouv6 les
restes d'une 6glise, enlr'autres un pilier avec un cep de vigne
sorlant d'un calice et surmont6 d'une couronne d'olivier a l'int6-
rieur de laquelle est un chrisme, avec une R de former latine
accost6 de l'a et del'(,). Au-dessus de la couronne on lit : Spes in
Deo. ( .... ... 1893, p. 517). Mesnage, op. cit., pp. 305 et 402.
Morcel., XLV. Toul., IV.

5. AQU/E NOV/E. Sa situation est aussi inconnue jusqu'5
ce jour. Toulotte donne a ce sibge :

FELICIANUS Aquwnocensis, donatiste. Le P. Mesnage l'attri-
bue g Aqua' novce de Proconsulaire, parce qu'a la conference de
411 il signed aprSs l'6veque de Sicca,

ANATrASIUS figure sur la listed des S6vques convoques par
Huniric, en 484, puis exiles.
Morcel., XLI. Toul., V. Mesnage, op. cit. p. 402.

6. AQUE3 THI IBILITANIE (IHammnam-Meshoutine)

MARINUS est le premier 6veque de cette ville qui nous soil
connu. C'6tait un des traditeurs mentionn6s par S. Optat. Il en
fut convaincu a l'assemblee de Cirta, en 305.
PROJECTUS fut 6vSque de cette ville au commencement du
Ve siecle. S. Auguslin le nominee lorsqu'il rapporte les miracles
op6rds par les reliques du proto-martyr S. Etienne, dans son
ouvrage De la Cite de Dieu, XXII, VIII, 8. Voici cc qu'il en dit:
( Aux Eaux de Thibilis 1'6evquo Projectus portait les reliques do
tres glorieux Martyr Etienne, don't la Memoria attirait un grand
concours de people. Une femme aveugle demand a otre conduit
aupres de l'6veque charge du fardeau sacred, gage des faveurs du
ciel; elle donna des lleurs qu'elle apporlait (afin qu'on les fit tou-
cher au reliquaire); quand on les lui eut rendues elle les appro-
cha de ses yeux et aussit6t elle recouvra la vue. A la stupefac-
tion des spectateurs, elle se mit a prSc6der le cortege, merchant








- 11 -


avec assurance sur la route sans avoir desormais besoin d'un
guide pour conduire ses pas. )
On voit par ce r6cit, qu'il y avait aux Eaux de Thibilis une
Memoria avec des reliques de S. Etienue.
Aquw Thibiit:ituo' figure encore comme 6vach6 au co:nmen-
cement du VIIle siicle, sur la listed du Thronos Alexandrinos.
More., XLII. Toul., VI. Atl. Arch., f. 9, B6ne, 144,

7. ARSACAL, (IEl-Goulia, au S.-O. du Chettaba) non loin
de Cirta, 6tait un castrum fort ancien. On n'en connait qu'un
6v6que:
SERvus Arsacarilanus menlionnd le 57e parmi les pr6lats
convoqu6s b Carthage en 481, puis exilds par Hundric.
On a retrouv6 A El-Goulia des chapitaux, restes d'une 6glise, et
quelques objets chr6tiens, entr'autres des cippes an6pigraphes
avec palme et colombe. Cherbonneau, qui 1o premier a identifi6
Arsacal avec El-Goulia, signal aupres de ce lieu un rocher
appeal Kef-en-Nsara (la roche des chretiens).
More., LIII. Toul. VI. Atl. Arch. f. 17, Constantine, 111.
- Cherbonneau, R. C. II, 79; V, 246; VI, 76.

8. AUGURUS. Probablement au S.-O. de Constantine. On
a trouvi dans les ruines de Sidi-Tahar et de Sidi-Embarok un
milliairo portant : .1 '.;), )]tenses.
MONTANUS 6tait, on 411, 6veque catholique de l'6glise Augtri-
tance, et cela sans conmptiteur donatiste, fait rare en Numidie.
More., LX, Toul. VIII. Atl. Arch. I. 17, Constantine,
356. Mesnage, p. 403.

9. AUSUCCURU ou AUSUCCURA. C'est probablement
Ascours, A 2 kil. au S.-E. de Nochmeya. II y a eu l1 un gros
bourg remain don't los ruines font foi. On ne connait quo :
DONATUS quo la Notice nomme le quinzibme parmi les iveques
convoqu6s, puis exiles en 484.
More., LXIV. Toul., IX.

10. AUZUGRABA. On ignore mnme si co centre appartient
a notre province. C'est seulement parce que
CRESCONIUS, son 6evque, parait en 411 come donatiste, que








- 12 -


Mar Toulotte le place en Numidie, centre de ce schism.
More., LXV. Toul., X.

11. BABRAou BABAR? Ville situde peutl-treau I.- des
Babari transtagnenses dans le Hodna, region dos lacs do Tobna.
La region sup6rieure de l'Oued-el-Arab, on pays de Babar est
couverte do ruines parmi lesquelles cells de quelques 6glises
chr6tiennes. Cependant, au S. de Khenchela, il y a aussi une
region, dite Babar, oh on a constaLt bien des ruines romaines. On
ya retrouv6 aussi quelques vestiges du christianisme. Lo seul
6veque connu de Babra est:
VICTORINUS, exile par Hun6ric, en 484, et d6sign6 par la Notice
comme mort en exil, probatus.
More., LXX. Toul., XI.

12. BADIAS, BADIS ou BADIS, dans le Sahara au S. de
1'Aurbs. Mgr Toulotle dit que le Ksar Romana de Badis 6tait,
d'apres les traditions herberes et arabes, un convent de moinos,
aussi bien que les autres KIsours de cette region. Peut-6tre,
ajoute-t-il, il y a la un souvenir des monastbros fortifids que fit
construire Justinien.
DATIVUS a Badis, present au concile de 256, est le premier v&e-
que connu de Badbs. II fut confesseur de la foi on 257 et condamn6
aux mines. C'est probablement un des Daticus que mentionne Ie
Martyrol. hier., aux V kal. Febr. ot XIII kal. Mart., ainsi que
le .11,.', ...' rom., aux 27 janvier ot 10 septembre.
PANCRATIUS, donatiste sans comp6titeur catholique, assist g la
conference de 411. Peut-etre estce lui qui, en 393, 6tait au con-
cile de Carbasussi parmi les Maximianites; it est design sous le
nom de Pancratius a Baliana. Cost l'avis de Ms'1 Toulotte.
Badias est citee encore come m6vich sur les listes des VIIIl
et IXo siecles.
Cf. More., LXXII. Toul., XII. Mosnage, p. 253.


13. BAGAI (BAGHAI ou KSAR-BAGIIAI)

Les ruines de Bagai' se voient encore sur un mamelon, ontre le
lac Tarf et le pied de 1'Aur6s, a l'est de I'Oued-Baghai, I'ancien






- 13 -


Abigas; elles couvrent environ 6 hectares. On connait le r6le
jou6 par lo municipium Bagai dans l'histoire du donatisme. La
fameuse lutte de Donat, son 6vrque, centre Paul ct Macairo en-
voy6s de l'emperour pour meltre tin an schisme, la fin tragique
de ce prelat et autres episodes du donatisme 5 Bagai sont presents
& tous les esprits. En ': i, il se rdunit b Bagai un concile dona-
tiste de 310 6evques qui condlamna Maximianus et ses partisans,
schismatiques du part. (S. Aug. Contr. Cresc. III, 19, 22, 53,
59; IV, 4, 5, 6, 7, 8. Contr. Gaudent. II, 7).
Plusieurs auteurs out pensd, non sans raison, que Bagai n'est
autre que la Vaga des Actos de S. Mammairo. (10 juin).
El Bekri, auteur arabe du XIe siicle, parle des jardins qui
ornaient les faubourgs de cotte ville, alors rolevke de ses ruines
ct redevenuu une ville important. En effect, Sidi Okba, le grand
conqu6rant du VIle si'cle, avait battu, sous les murs de Bagai,
les chretiens berbires et remains qui se refugierent dans la for-
teresse, grand quadrilatere don't l'enccinte so dessine encore sur
le mamelon sem6 de ruines, du reste assez peu caract6ristiques.
La Kahena, reine des Berbires en expulsa les Romains ot la
ruina, comme Macomades et d'autres places de l'Aurts, afin
qu'Hassan ne pot pas s'y fortifier.
Bien que Baga' ait cu au moins deux basiliques, une donatiste
ot une catholique, on n'a retrouv6 les ruines positives d'aucune.
La mosque don't parlait do son temps El Bekri semble s'elever
sur 1'omplacement d'une basilique, elle affocte la forme d'une
eglise. Peut-etre mime 6tait ce une ancienne 6glise, car on salt
que les arabos convertirent plusieurs basiliques en mosque apres
la conqubte de 1'Afrique romaine. Un chapiteau, trouv6 hors de
l'enceinte de la ville, porte la formula catholique Deo Gratias
oppose au cri do ralliement des donatistes Deo Laude ; il doit
provenir d'une dglise catholique. On a trouv6 encore dans les
ruines de Bagai des voussoirs qui ont do appartenir, d'aprbs
M. Gsell, & l'are de t6te d'une aside. L'un d'oux est orna d'une
croix grecque avec l'a ct I' ; sur los autres sent sculpt6s des ceps
de vigne. Ces debris datent de 1'6poque byzantine. Plusiours
lamps chritiennes proviennent de Bagai; la plus curieuse, en
terre cuite come les rares lamps de ces ruins, repr6sente le
Christ vainqueur foulant aux pieds l'aspic et le basilic, symbols
du demon. Cette lampe est byzantine,







- 1/ -


Saint Augustin mentionne une basilique voisine de I3agaY, sur
un domaine appel6 /undus calvianensis. iEli fut ensanglantde par
les donatistes qui y assommreent un pretro en se servant meme
du bois de l'autcl mis en pieces. La basiliquo catholiquc de Bagai
fut aussi incendide par les schismatiques et les Livres Saints jets
par eux au feu. S. Maximien, 6v6que catholique de Bagai fut
aussi cruellement tourmentd par les donatistes qui le laisserent
pour mort. On l'honore le 3 octobre au Martyrologe ().
Voici les 6veques connus de Bagai municipiurm :
FELIX present au concile de Carthage, en 256 (2).
DONATUS un des principaux chefs du parti donatisto, organisa-
teur descirconcellions et de lalutte centre Paul et Macaire, envoys
de l'empereur. II mourut vers 348, lors de la prise de la ville par
les soldats des deilguds impdriaux. Les donatistes en firent un
Martyr, les catholiques aflirmaient que Donat s'6tait jet6 dans un
puits en voyant entrer les troupes a Baga'.
MAXIMIANUS, convert du donatisme au catlolicisme. I1 eut
beaucoup a souffrir des dunatistos et faillit p6rir de leurs mains
en 404. Pour Ie bien de la paix, et sur un voou du concile de Mi-
lev, en 402, il donna sa demission, mais, soit que son frere 61u
6 sa place eat refuse, soit qu'il mourMl peu aprbs, on retrouve le
m6me Maximianus en 404 et apris cotte date, comme 6v6que do
Bagai (S. Aug. Epist. LXIX.; CLXXXV, 26 '27; CLXXXVIII
7).
CASTORIUS, Irere du precedent, fut au moins elue dcque de
Bagai, en 402. D'apres la lettre que S. Augustin et S. Alype lui
ecrivirent pour I'engag-r b accepted I'dpiscopat, il semble avoir
refuse et son frbre avoir conserve le sibge episcopal. (Ep. LXIX, 2).
DONATIANUS fnt present a la conference de 411 come dona-
tiste sans comp6titeur catholique. 11 semble done que Maximia-
nus, ou Cyprianus ci-dessous, d6c6dd depuis peu, n'eit pas e6t
encore replace.
CYPRIANUS parait 6tre, d'aprss Toulotte, Ie diacre dont se servit
S. Augustin pour correspondre avec S. Jerome. La lettre que vous

(1) S. Aug., Contr. Crescon., 3, 47. Drecic, Collat., Xl 23. Ap. 185,
no 27.
(21 Sentnt, episcop., no 12.







- 15 -


m'avez envoyde, 6crit, en effel, Augustin h Jdrome, vers 404, par
... re de notr' frore, le diacre C .. maintenant mon
colldgue dans l'dpiscopat, etc. Epist. LXXI, LXXIIl). Or, une
inscription trouvde A B,.....' mentionne precis6ment un Cyprion
6vique do cette ville et elle parail du Ve sibcle. Cipriano epis(copo)
Bagaliensi (Corp., 2291). 11 faudrait croire alors que Cyprien
succ6da h Maximien mais mourut avant 411.
Bagai figure sur la liste du VIIle siecle donn6e par Beveregius
Castra Bagai XaX .X;:.: o sur colle de Ldon le Sage, en 883,

More., LXXIII. Toul., XII. Atl. Arch. f. 20, An-
BeYda, 68.

14. BAIA, VAIA, BAJANA, VAJANA

Probabloment 1'Enchir-Seltara au S. d'Announa (Thibilis).
Ii est certain que la Table de Peutinger place ad lapidem Balumr
pr6cis6ment sur la route de Thibilis a Gadiaujala (Ksar-Sbehi).
FELIX parait avoir Mt6 primat de Numidie lors du concile de
Carthage (.: i, i:1).
BEIANUS, 6v,'que donatiste de Ba'a, fut un des conserateurs
de Maximien (393), que condamna leconcilo 6galement donatiste
de Bagai, en 394.
VALENTIUS, catholique, 6tait en 402 au concile de Milev, en
411 b la conference de Carthage, oN il avait come compdtiteur
donatiste Quintasius. On retrouve Valentius en 412, au concile do
Zorta ct, en 419, au concile de Carthage, ii 6tait primal do Nu-
midie.
ASCLEPIUS, Afer, 6tait 6v0quo d'un bourg peu important sur lo
territoire de Bafa, vers 460, quand il ecrivit ses ouvrages fort
apprcids, dit Gennado (Do Vir. ill. c. 73), centre los arions et les
donatistls. Cependant le P. Mesnage (op. cit.) croit devoir attri-
buer Asclepius a Vaga (Bcja do Tunisie). En effect, Gennade dit:
in terrilorio Vagensi.
Baia ou Vai'a semi:le figure sur los listes p)iscopalos des
Ville et IXN siicles.
More., LXXIV. Toul., XIV.







- 16 -


15. BAMACCORA. Baccaras, Baccura, Bamacures et Va-
macures tribus de Pline? Peut-6tre encore: Baccarus de la Table
entire Sigus et .
FELIX present au concile de 256. (Sent. episc. 33).
CASSIANUS, episc. plebis Vamaccorensis, on 411. D'abord pri-
tre donatisle, il fut ordonn6 6v6que apres son retour A l'union.
Aussi 6tait-il appel6 Absalon par
DONATUS, son comp6titeur donatisto a la conference.
DUUMVIRALIS, exil6 par Huneric, en 484, mourut confesseur de
la foi, Probatus, dit la Notice.
Morc., LXXVII. Toul., XV.

16. BANZARA? On ignore m6me A quelle province appar-
tenait cet 6vAch6 que Toulotte n'attribue a la Numidie que parce
qu'elle ful. le centre du donatisme. On n'en connait que :
CRESCONIUS, donatiste, en 411, sans comp6iiteur catholique.
More., LXXIX, Toul., XVI.

17. BARICA ou de BARICIS. C'est la ville de Bariha, dans
le Hodna, au N. de Tobna (Tubunaoj.
QuIETus, dp BR auch ? en 256. (Sent. episc. 27).
PETUS, de Bauricis ou do Baricis S. Grbgoire-le Grand lui
erivit, en 593, pour lui recommander un prctre nomma Valeria-
nus qui se rendait en Afrique pour racheter les captifs (Ep. XVI).
More., LXX. Toul., XVII. Atl. Arch. f. 37, El-Kan-
tara, 8).

18. BELESASA. Peut-stre Belesadais prAs Tobna. On n'en
connait qu'un 6v6que :
SERVUs, convoqu6 par Hundric, puis exile en 481.
More., LXXXV. Toul., XIX.

19. BETAGBARA ou BETAGRABA? Cet 6vech6 semble
situe pris Lamselliet Gemellw. C'ost, du moins, entire les dveques
de ces deux sibges que signe en 411,
JANUARIUS, ev6que donatiste Beiagbarensis.
More., XCII. Toul., XX.








- 17 -


20. BUCCONIA ou BOCCONIA? On n'a pas identified cet
evoche. On n'en connait que
)ONATUS, donatiste on 411.
VITALIANUS, exi1l en 484.
More., XCVIII. Toul., XXI.

21. BUFFADA? Toutotte se demand si Buffada, don't on
no connait que
CRESCENS, exil6 on 484 et mort en exil, probatus, ne serait pas
une corruption de Rusicada, dont il n'est pas fait mention en
484, co qui ost surprenant,
More., CV. Toul. XXII.

22. BURCA, BURZA, BURGUS. (Burcensis, Burgensis).
Les burgi on tours de surveillance furent nombreux. On ignore
encore la situation exact de Burca. II y a El-Bordj, prbs de
Tolga dans le Zab occidental. 11 y a aussi le Burgum speculato-
rum, prvs do I'oasis d'El-Kantara et, a peu de distance, le Bur-
gum Commodianum speculatorium, etc. (Corp., ii.-:I,). On no
connail, common 6v6que de Burca, que
LEONTIUS, exil6 en 484.
More., CXIII. Toul. XXIII.

23. C/ELIANA. Probablement Ain-Tinn (Belfort), entire
Mastar et Mileo. Les Celii Mlaximi y poss6daient un domaine (1.
L'devch6 do Crliana a pu emprunter son nom A cette famille qui
du cost fut chrelionn (2).
On a trouvo a Ain-Tinn la curieuse inscription de Seius Gal-
licus, avoc un croissant accost6 de deux croix dans un cercle.
(Corp., 8209 et I1' ..
QUODVULDEUS, oxile en 484.
More., CXXII. Toul., XXVII. Atl. Arch. f. 17, Cons-
tantine, 66. Mesnago, op. cit. p. 259.

(1) Corp., 8209, 19328.
(2) On a (licouvcrl dans 1I cimotiore oslricn, sur la voie Nomentane, pres
Rome, 1l'pitapho : Lmuia JalI aria C. F. CIelio FPllissin5 o (Bull. arch.
crist. 1880, p,. 106).








- 18 -


24. CzESAREA ou C/ESARIA. Mgr Toulotte propose, non
sans raison, d'identifier cet 6veche avec Youks-les-Bains, ad
aquas Cacsaris (Henchir El-Hammam). Dans les Actes de S.
Maximilien de ThIveste on nommeVal"sianus pr positus Cw'a-
riensis. Or, Youks est A quelques kilomritres de T6bessa.
Mesnage se demand si cet evOch6 n'est pas le mime que Vicus
Ccesaris (1).
On a trouv6e Youks, un fort byzantin dans lequel sont entrees
quatre pierces orn6es chacune du monogramme constantinien
flanqud de 1'a et de 'to(2 II y a encore a Youks plusieurs 6pita-
phes chr6tiennes (3 Enfin la Memoria de S. Calendio que Mon-
ceaux regarded comme antdrieure h I'an i',.) ; la voici :



NOMEN MAR T V
RIS CALENDIONI
S AIVTES QVI BOT
VM CONPLLBEUVN
T


Nomen Martyris Calendionis. Adjuves qui Votum compleoerunt.

L'inscription est grave dans un cercle. (Corp., 16742), Le
Martyrol.hidr., mentionne un saint du m6mo norn A Cartlage
le XV kal. dec. et un autre IHippone, XVII kal. dec. Si Youks
est Vicus Ccsaris il faut lui attribuer :
JANUARIUS a Vico Casaris, on 256. (Sentent. epise. 23). En
tout cas l'6v6ch6 de Ccsarea eut, en 484, pour 6v6que
DOMNICUS mort en exil, Probatus.
More., CXXIV. Toul., XXVI. Mesnago, pp. 392-93 ot
406-407.


(1) I1 faut observer qu'il y a eu do nombroux KoAaria, Guosseria, etc.,
ce qui laisse un doute sur identificationn cerLaine do C(wsariw.
(2) Gsell, R. C. 1898, p. 292. Poullo, I. C. XV, 1871-72. Do Bosre-
don, ibid., XVIII, 1876-77, p. 408. Atl. arch. 1. 28, Ain-Beida, 253.
(3) B. A. C. 1896, p. 172-73.
(4) Monceaux, Hist. lilt. Afl. chlrt., III, p. 185. Enqudie Epigi. chret.
afr. 1907, IV, p. 52.








- 19 -


25. C/ESARIANA. Probablement l'Hlenchir-Kessaria, au
N.-O. d'Oued-Athmenia, On n'en connait que
CRESCONIUs, donatiste, accus, do cruaut6s a l'6gard des catho-
liques, par Novatus de Sktif, en 411.
Cet 6vochl est cit6 dans une inscription d'Arsacal (El-Goulia),
ainsi que dans le proces-verbal des perquisitions de 303, et quum
ventum fuisset ad domur Euticii Cccsarianensis. (Gesta apud
Zenophilum).
More., CXXIV. Toul., XXVII. Atl. Arch. f. 17, Cons-
tantine, 244.

26. CALAMA (Guelmna), I'antique Malaca punique, colonies
romaine ensuite.
Son 6vechl remote au moins & la second parties du III sihcle,
puisque nous connaissons son 6veque en 303.
S. Augustin parole de la basilique catholique de Guelma que les
paiens assaillirent et tentrrent d'incendier dans une 6meute, en
408. (Ep. 91, 8).
Mesnage (p. 297) mentionne uno 6glise ou chapelle trouv6e par
Ravoisi6 entire l'anciun theatre et I'dglise actuelle. Elle avait
17mx 11. (Explor. II, p. 28). Ravoisie en explora une autre au
N.-E. de la ville antique, vers le :niii-. de la rue allant aujour-
d'hui & la gare. Cette basilique mesurait 33m50 X 15 et avait
une abside (Gseli, M. A. II, p. 201). Papier a signal les rests
d'une autre eglise A 150 mbtres du Tribunal. (Acad. Hipp. 1893,
p. XLI). En 1910, M. Joly a faith des fouilles dans la Casbah,
l'ancienne citadelle, b 60 metres environ au N. dos themes. II y
a decouvert une mosaique qui formal certainement le pavage
d'une basilique; il ne pourra reprendre ses fouilles, qu'il a do
recouvrir, qu'apr6s autorisation du Ministre de la Guerre, mais
deja, par les photographies qu'il a prises, on peut juger qua la
mosaique date de la fin du IVe si&cle on tout au plus des pre-
mieres ann6es du V", car elle porte un beau chrisme constan-
tinien avec y et o. Ceci nous ramine a l'6poque do Possidius
et d'Augustin. La basilique, pillee en 408, 6tait pr6cis6ment dans
la ville haute. En outre, la mosaique d'encadrement porte les
noms des bienfaiteurs qui contribubrent a corner le sol de l'6gli-
se : Seoer(us) subdi(aconus) cum... tesel(laverunt) .... ....








- 20 -


conserva et infantes eorum ob desiderium animi sui tesellaverunt.
_... parentum tesellaoit de bone suo et suorum, etc. (R. C. 1909,
p. 298. -- B A. C. avril 1910.- de PachtBre, [In. Mos. no 03). Ces
fouilles nous r6servent, semble-t-il, d'agr6ables surprises.
On a ddcouvert a Guelma deux pierres sur lesquelles sont gra-
vees des inscriptions byzantines se rapportant I'une et I'autre a
des reliques d6pos6es sous ou dans des autels. L'une d'elles men-
tionne m6me la nappe de l'autel. -It Sub hec sacros(an)c(t)o
belamine altaris sunt .I ..11 .; ite s(an)c(t)or(um) masse candid
s(an)c(t)i Hesidori s(an)c(t)or(um) trium puerorum s(an)c(t)i
Martini s(an)c(t)i Romani i'(). Ces pierres proviennent 6videm-
ment de sanctuaires chretiens, mais on ignore quels sont ces edi-
fices.
11 y avait a Guelma une I/ ..... ,, de S. Elienne dans laquelle
on conservait des reliques du proto-martyr apport6es par S. Pos-
sidius. Dans son ouvrage De civitate Dei (XXII, 8, 12, 20) S. Au-
gustin mentionne de nombreux miracles op6r6s a cette Memoria,
il y parle des fleurs qui ornaient I'aulel.
Une cuve de plomb, haute de OmGO et d'un diametre de Om80,
portait le mot eccles(ia). (Corp., 5494).
Sur une pierre carr6e de 0"35 de cotes on lisait : Hic Memo-
ria pristini altaris. (R.C. 1882, p. 48).
Un sarcophage chrtien, reproduit par Delarnare (pl. 179, 15),
est conserve au jardin public, la face principle est decor6e d'un
grand calice d'o s'cehappent, en vrilles, des tiges de vigne; c'est
le calice eucharislique. 11 faut signaler encore avec M. de Pachtlre
(Musec de Guelma), un fragment de bas-relief, appartenant peut-
6tre B un sarcophage; il repr6sente le cerf an calico. Comme le
sarcophage precedent, ce fragment est probablement du IV, ou
du Ve sibcle.
Quelques lampes chr6tiennos A sujets varies et quelques 6pita-
phes du cimetiere chr6tion de Calama m6rilent encore une men-
tion. Ainsi l'dpitaphe de Petrus innocens fidelis in XPO (Christoe,
qui mourut b huit ans (Corp., 5492); cell d'un i. I,.-ii Dei
Serious (comme le Sep6ouo Xpirou de Constantine). -I- In hoc loco
Donatianus Dei Serb(us) = Serous D(e)p(ositus) in pace D(ie)

(1) Corp., 17580. Do Rossi, La Capsctla argentea, p. 32. Bull, anti,
de France, 1893, p. 238-241.







- 21 -


X k(a)l(endis) Januari(i)s ind(ictione) XI. (i. (Corp., 5489); cell
enfin oie on lit ces mots : Adeodatus miserabilis corpus) et in
XPO fidelis (Ibid. 5488).
Une 6pitaple de Calama porte la croix et le croissant n6o-pu-
nique (R.C. I--', p. 45), etc. Vid. Corp. 5488-549..
Les lampes chr6tiennes trouveos dans la region de Guelma sont
nombreuses. On en citora specialement une belle on bronze,
conserve au musie, olle ost a doux becs et orn6e de croix mono-
grammatiqucs de chaque c6t6 de i'orifice par oh on versait
l'huile. On en a trouve de semblables a Souk-Ahras, Timgad,
douar-Bellba pros Saint Arnaud, etc.
On n'a pas 6 parler ic; de la basilique civil restaur6e a Guelma
sous Honorius et Th6odose, ni des transformations op6r6es et de
l'enceinte forliiide l6ev6e par le patrice Solomon. Rappelons seu
element que le premier de ces edifices contenait un hospice pour
les strangers, usage chr(tien essontiellement, et quo le patrice
Solomon et le Comte Paul placerent la ville et ses remparts sous
la protection des saints Martyrs C16ment et Vincent, come en
t6moigne l'inscription connue, grave au-dessus d'une poterne,
et so terminantpar ces mots: Defensio Martyr (um) tuet(ur) pos-
ticius ipse, Clemens et Vincentius _l/.,rtir(es) custod(iunt) in(t)
roitum ipsu(m). Corp., 5352. Vid. Notes d'hist. et d'arch. p. 345.
Ces Saints Clement et Vincent sent peut-Mtre des Saints Afri-
cains. Cf., Kal. Carth. IX kal. dec.; Acta Saturnini, 2.
S. Possidius fonda, a Calama, un monastreo oh il y avait une
cole et une h6tellerie pour les strangers (Voir la correspondence
d'Augustin et do Possidius).
J'ajoute, grace l'ouvrage recent de M. Gsell, Texte explicatif
des planches de Delamare, Leroux, 1912, pl. 180 :
No 1. Une arcade double, qui devait etre port6e par des colon-
nettos. Image do deux oiseaux. Ce morceau, come le suivant,
est certainement chretien.
NO 2. Arcade avec l'image d'un lion. La decoration de l'archi-
volte est presque identique a cell du no 1. Los deux debris ont
do fire parties du mmeo ensemble.
Nos 4 et 5. Deux faces d'un chapiteau byzantin orn6 d'uno croix
grecque. Ravoisid a reproduit le m6me chapiteau trouv6 pris la







- 22 -


basilique mentionn6e ci-dessus, mais son dessin figure une croix
monogrammalique (avec une boucle A droite), et non une croix
grecque.
No 10. Fragment d'un pilastre chr6tion : cep de vigne, mono-
gramme cons'antinien avec a et w.
N s 11 et 12. Deux autres fragments de pilastres chr6tiens.
PI. 182 :
No 4 Croix latine patt6e, en bronze, munie d'anneaux en haut
et en bas, Om18. Elle devait Ntre suspended, peut-6tre au-dessus
d'un aulel et quelqu'autre objet devait pendre au-dossous d'elle.
Cf. Rohault-do Fleury, La Messe, V, p. 120.
N3 7. Chandelier en bronze trouv6 pris de cette croix, Cf.
Leclerc, Manuel d'archdol. chrt., II, p. 570, fig. 380, un chan-
delier analogue trouv6 en Fgypte. A Tebessa on a trouv6 une
certain quantity de chandeliers en terre cuite. R. C. XXIII,
p. 141.
No 11. Fragment d'un plat, en terre cuite, probablement byzan-
tin. Buste flanqud de deux colonies torses. Pour ces sorts de
plats, cf. Leclercq, op cit., p. 530 et seq.
P1. 183, no 10. Pierre ornde d'un monogramme chrdtien
enferm6 dans un cercle. Une autre pierre de ce genre est repro-
duite par Delamare, come trouveo b Guelma, 6 la pl. 171, no 8(1).
Dans un autre sanctuaire, 5 3 kil. N.-O. de Guelma, une Me-
moria, don't I'inscriplion fut envoyee au Louvre en 1899, a W6t
d6couverte par M. Lejeune. Voici le texte de cetle inscription
IIIC RELIQVIAE -I-
BEATI PETRI APOST(O)L(i)
ET SCORVM FELICIS
ET VINCENTI MARTYR
IIc reliquice beati Petri Apost(o)l(i) el s(an)c(i)orum Felicis
et Vincenti Martyr(uml. Cf. Gsell. B. A. C., 1899. M. A. II,
p. 202. Monceaux, Enqukte, 1907, p. 64. Acad. Hipp. 1896,
p. XIII. Heron de Villefosse, Insc. et Belles-Lettres, 1896,
p. 191.

(1) Pour cos divers objots, croix, chandeliers, eCL., voir aussi Grollois.
Eludes arch. sur G/elma, et les lem. Acad. de MAet, NXXIII, 18i12,
p. 28 ct p. 42, pl. V, fig. 1.







- 23 -


Les Saints Felix abondent en Afrique.
A c616 de la plaque a inscription se trouvait le coffre reliques.
Ce coffre est en marbre et de forme cylindrique. De nombreux
coffres & reliques ont dtL ainsi trouv6s en Afrique. Dans notre
province on aura a en citer, a Biar-Haddda (Castellum B...
region de Setif) ; 6 A in-Zirara; a HIenchir-A khrib pres N'gaous,
etc., etc.
Quant aux reliques et Memoria? des SS.Ap6iros Pierre et Paul,
ont sait qu'on en a relrouv6 un grand nombre en Afrique. Dans
le diocese soul de Conslantine on en verra & Djaffa, Ain-Ghorab,
El-Hassi, Iienchir-Mogroun, Oum-el-Adham ou Tixter, HIen-
chir-Zirara, etc. (Cf. Notes d'hist. et d'arch. pp. 13-16).
A 3 kilometres de Guelma,sur la route deMillesimo, M. Reboud
a trouv6 en 1882, i la ferme Cheymol, un ancien four a potier ro-
main qui pourrait Itre le funds F. '. '. '- ou S. Possidius, en
tourn6e pastorale, fut attaqu6 par los donatistes. Le saint dOvque
se r6fugia dans une ferme voisine, le funds Olivetensis. (A. C.
1882, p. 49-50. Atl. Arch. f, 9, B6ne, 174. S. Aug. Contr.
Cresc. III. 46, 50. Possidius, Vita S. Aug. 12).
Voici les 6veques connus de Calama :
DONATUS, qui, en 303, livra des on vrages de m6decine au lieu
des SS. Livres, ainsi qu'il le reconnut b Cirta, en 305. (S. Aug.
Contr. Cresc. 111,26.27, 29, 30. S. Optat, de Schism. I, 13, 14).
MEGALIUs, ddej eveque en 395, date A laquelle il sacra S. Au-
gustin. Il mourut deux ans apres, en 397. (S. Aug., Epist. 38).
POSSIDIUs, ami de S. Augustin, succ6da, d6s 397, A Megalius.
On connait les luttes qu'il cut h soutenir centre les paoens, surtout
en 408, et centre les donalistes. A plusieurs reprises, les uns et
les aulres faillirent l'aseommer. II fut un des sept mandataires
des catholiques B la conference de 411 et surv6cut b S. Augustin
don't il derivit la vie. On I'honore le 16 mai. Ses reliques sont v6-
n6r6es A Mirandole, en Italie, oi il mourut exile par Gensdric,
done apres 437.
CnISPINUS 6tait le comp6titeur donatiste de Possidius. S. Au-
gustin lui ecrivil sa lettre 66e. II mourut avant 411.
QUODVUInDEUS appel6d Carthage par Ilun6ric, fut exil6 en 484.
Calama, ]K s, j. est citee dans la lisle de LBon le Sage, en 883,







- 24 -


et peut etre aussi dens celle du Thronos, au commencement du
VIIIo siecle'ou & la fin du VIIo, Ka.poI p~ .
More., CXXV.- Toul., XXVIII.- Atl. Arch. f. 9, BOne, 146.

27. CAPSUS ou CAPSA NUMIDIA. C'est probablement
Ain-Guigba que Tissot a identifi6 avec Ad CapsumJuliani, entire
les routes d Setif et de Zarai. a l'embranchement qui se dirige
ensuile sur Tobna. C'est la region oh, b l'entr6e du d-sert, Hund-
ric rel6gua des milliers de chretiens en 479. Victor de Vite nous
dit que ce meme roi exile les saints Martyrs Martinien, Saturien
et leurs deux germains dans le desert occupy par le roi maure dit
Capsur ou peut-6tre de Capsus. (I., 2).
Le seul 6v6que connu de Capsus est le donatisto :
DONATIANUS sans comp6titeur calholique, en 411, ce qui n'6tait
que trop frequent en Numidie, a celte date.
More., CXXXIII. -- Toul., XXIX. Atl. Arch. f. 26, Bou-
Taleb, 78).

28. CASPE, Municipe. Serait-ce CAS.E BASTALA]? On sait
qu'ily a, en Numidie, plusieurs localities du nom de Casce. La
plus connue, parmi les ruines portant ce nor, est celle d'El-
Madher (Ain-Kerma), non loin du Medracen, mais, pas plus
aux Casco d'El-Madher qu'aux autres, on ne saurait attribuer
surement aucun qualificatif en permettant avec certitude l'iden-
tificalion. Les ruines considerables d'El-Madher ont beaucoup
souffert de la construction du village francais. Des inscriptions
y parent du president Florus qui mena la persecution sous
Diocletien et de Julien I'Apostat appeld : Restifutori romana-
rum religionum (). Sur un linteau de porle avec dans le
fort byzantin, on lit : Ar(g)entius diacon(us). Cette porte est
byzantine, elle ouvrail probablement sur une basilique. Le per-
sonnage est peut-eire le m6me que 1'6v6que Argentius de La-
miggiga (Pasteur), de la fin du VIe siecle. Lamiggiga etait pou
eloign6e de Caso3 et le diacre Argentius a pu en devenir 6veque(2).


(1) Corp., 4322-4326[ef Rri/nes Romraines au A'. re I'Aue 's, no 1l0.
(2) Monouments antiques de l'Ahl)(:rie, 11, p. 388. -- .. de Rlome,
1890, Audollcnt et etlaille. 1893-0t, Gsoll et Graillot.








- 25 -


Attribuons-lui l'6veque :
BENENATrs, donntiste sans comp6titeur en 411, car la presence
d'un diacre, alors ministry ordinaire de I'6vWque, premet de croire
a un evchie en ce lieu, d'autre part les autres Casic pgraissent A
peu prbs identifies, ce qui permit de supposed qu'El-Madher
serait Casac Bastalnc.
More., CXLIII. Toul. XXX. Atl. Arch. f. 27, Balna,
141.

29. CASE CALAN/E. Au sud de la Numidie, d'apr(s la
Notice. Un des bourgs de Tacarata, dans le territoire duquel las
donatistes so plaignaient quc les catholiques eussent 6rigd quatre
6evches : Case Calance, L Ressiana et Tacarata. Ces 6v6ch6s
so trouvaient au S. de l'Auri's entire Theoeste et Thabuda. Casmc
Calano, out come 6v6ques connus :
FORUNATUS, 6veque catliolique de Casre Calance, present A
Carthage en 411.
OPTANTIUS, qui fut convoqu(e el exile par lluneric en 484.
More., CXLIV. Toul., XXXI.


30. CAS-'E FABENSES ou FAVENSES. Peut-6tre est ce
Ksar-Tek/ouk, cntre Ciria et Thibilis, oue on a cru retrouver le
Castellum Fabatianum, mais c'est encore fort douteux, I n'est
m6me pas certain que eel 6evch6 fLt en Numidie. On ne connait
que :
SERVANDUS, donaliste sans compotiteur catholiqua en 411,
More., CXXXIX. Toul., XXXII.


31. CAS/E MEDIAN/E. Les uns voulent voir Casce Me-
dianca dans les ruines de Medjana ou Medjenat, pr6u des mines
de l'Ouenza(l), d'autres la croient dans le S. a Ad Medias (Tad-
dert), entire Bades et Besseriani (Ad Majores) (2).
JANUARIUs avait centre lui en 411, le donaliste :
ZEMILIANUS, ep. cas. Med.

(1) Vid. Moesnage, op. cit., pp. 328 ct 408. Atl. Arch., i. 19, Thala,
175-76.
(2) Toul., Numid., p. 88.










VILLATICUS, exil6 en 484, fut un des quatre 6veques catholi-
ques qui presonflrent l flun6ric, au norn de leurs collguiies, la
profession de foi que Victor, 6veque de Vile, nous a conserve
dans son 30 livre de la tPersecution vandale.
More., CXLII. Toul., XXXIII.

32. CASAl NIGH E. Probablemont dans l'oasis de Nd-
grine, A Ndgrine meme. L'oasis se compose de deux groups de
ruines, situns a 5 kilometres l'un de I'aulre. Celui du S., Besse-
riani, l'ancien Ad Majores doit Otre l'6vech6 de Nigrwc Majores
et le group du N. Nigrr minors ou Cas(e Nigrce. On y a retrouv6
quelques pierres orn6es du chrisme. Une inscription trouv6e b
Henchir-Touta, sur I'Oued-Tilidjen, au N. de N6grine, fait pr6-
cisement mention de eel evech6 (B. A. C., 1908, p. CCXLVI II).
DONATUS des Cases Noires fut un des coryph6es du schism
donatiste. Cependant il semble av6r6 que le parti regut son nom
de donaiisme, pars Donati, moins encore de ce Donat que de
Donat dit le Grand, successeur de Majorin comme 6v6que intrus
de Carthage. Donat des Cases Noires 6tait 6veque das 311 au
moins. (Vid. S. Aug. passim).
JANUARIUS etait primate des schismatiques en 411.
FELIX fut convoqu6d Carthage par Hun6ric, puis exil6 en 484.
Ce diocese est encore mentionnO au VIIIe si6ole, dans la list
du Thronos Alex.
More., CXL. Toul., XXXIV. Corp., pp. 276, 953.

33. CASE SILVAN/E. Peut-etre non loin de Verecunda
regionn entire Lambbse ot S6tif).
BENENATUS, donaliste, present & Carthage en 411.
More., CXLI. Toul., XXXV.

34. CASTELLUM Nwmidice. Le meme doute existed pour
les Castelium, comme pour les Casce et pour les emoes causes.
On propose, avec quelque fondement, Castal A i'E. de T6bessa.
11 y a la des ruines romaines importantes.
HONORATUS, exile an 484.
More., CXLVII. --'oul., XXXVI. Atl. Arch. f. 29, Thala,
56.


- 26 -







- 27 -


35. CASTELLUM SINITI ou SIMITHU. Non loin de
Frtssala d'une part et de Simithu (Chemtou), prbs la frontibre
de la Proconsulaire. S. Augustin s'y rendit et y parla souvent.
Dans son ouvrage De cioitate Dei (XXII, 8, 12), il nous apprcnd
qu'il y avait la une cealbre Memoria de Saint-Etienne.
MAXIMINUS, 6veque donatiste, en 392, eat avac S. Augustin,
alors simple pr6tre, une conference dogmatiqae. La lettre 105 de
1'6veque d'Hippone nous apprend quo Mlaximinus se convertit.
11 parait 6tre mort avant 411, bien qu'Augustin raconte de lui,
vers 420, un fait paraissant du rest ancient. Toujours est-il qu'A
la conference de Carthage il n'est mentionn6 aucun conmptiteur
catholique centre :
CRESCONIUS, donatisto.
LuCILLus parait avoir 6e6 6v6que Castclli Sinitensis apr6s 411
et au moins jusqu'en 427, car, en 426, S. Augustin parole do, lui
dans sa Cild de Dieu qu'il achevait alors (XX[[, 8, 12). C'est lui
qui fut gu6ri d'une fistule en portant le reliquaire de S. Etienne.
STEPHANUS fut exil6 en 484:
La listed de 883, edition Migne, mentionne un Castellum par-
mi les 6voch6s du IXe si6cle, en Numidie.
More., CLII. 'oul., XXXVII.


36. CASTELLUM TITUL1. Deux inscriptions parent
d'une source de Ttiltus ot d'un aquodue en conduisant lus eaux
& Lamb6se. (Corp., 261-G6). Ce lieu de Titulus, situ6 an S.-O.
de la ville de Lambmsis, est peut-6tro l'6v6ch6 dit Castellum
Tituli (Ain-bou-Benana on Ai'n-Nemeur alias A'n-Merdja). On a
trouv6 pr6s cotte derni6ro des ruines assoz importantes.
Cf. Atl. Arch. f. 27, Batna, 228-29.
On ne connait comme 6v6que do Tituli que
VICTORINUS de Castellu Titulianu, exild en 484.
More., CLIV. Toul., XXXVIII.


37. CASTRA GALB.E, Plusieurs villes d'Afrique ont
recu leur nom du camp d'un g6ndral remain. Torrentius croit
que celle-ci reCut le sien du proconsul tCalba qui dovint plus tard







- 28 -


empereur(i). Galba tint, en ellet, le gouvernement de 1'Afrique
pendant deux ans et, au t6moignage do Su6tone, il administra
avec beaucoup de s6v6rit6 et de justice, on sorte que cette ville
aurait pu etre fon lde ou restaurde pour perpetuer sa m6moi-
re. (2)
Le nom do Ksar-Galaba est la traduction arabe de Castra
Galbce. Ces ruines so voient au N. d'Ain-Yagout.
MM. Gsell et Graillot ont identified Ksar-Galaba, avec Gibba,
A cause des deux inscriptions du Corpus nos 4363 4364, qui par-
lent des Gibbenses (3). 11 faut observer que ces inscriptions pro-
viennent de l'lIenchir-Dibba don't le norn rappelle Gibba et qui
est a 8 kil. a l'E.-S.-E. de Ksar-Galaba. II semble donc'qu'il faille
plut6t chercher Gibba 6 Henchir-Dibba et Castra Galbo A
Ksar-Galaba.
11 est difficile d'admettro l'opinion de M;' Toulotto qui voudrait
quo Galba ful devenu Gibba, car les inscriptions precitees datent
de Septime S6vere, 193 211.
Lucius a Castro Galbow est le seul 6veque connu de ce lieu.
I1 6tait au concile de 256 (Sent. epis.). S. Aug. en parole (Contr.
donat., VI, 14).
More., CLV. Toul., XXXIX.

38. CATAQUAS. Toulotte le placerait volontiers a l'Ad
Aqtas de l'Itindraire, 6 5 milles de Sinwthu et 75 d'lippone.
Ce sent les eaux thermales dites Hlammam des Ouled-Ali. Bien
que quelques objections geographiques laissent un doute, il faut
observer que les signatures on citations de deux 6v6ques do Cata-
quas, en 411 et 484 sont rapproch6es de cells de Cast. Siniti qui
est dans cette region. Les deux 6vech6s semblent done avoir dtd
voisins.
PAULUS, contemporain de S. Augustin, qui lui reprocha ses
prodigalit6s et ses dettes envers le fisc. (Ep. 85, 96, 97). II mourut
en 407 ou 408, car cette ann6e 408
BONIFACIUS 6tait sur le sige6 de Cataquas (4). 11 ut de frdquen -

(1) Suet. In Galba, 7, 4.
(2) Toul. Nutnidie, no 39.
(3) Ruines romnaines au N. de I'Aurds, pp. 73, 74 et 84, dans les Mdlanges,
1893.
(4) Paul et Boniface furent tous deux moines a IIippono, sous S. Au-
gustin.








- 29 -


tes relations avec l'evsque d'lippone (Ep. 96, 97), et assist a la
conference do 411 oh il out pour comp6titeur
SPERATUS, donatiste averd.
PASCENTIUS flUt xil eon 484.
More., CLIX. Toul., XL.

39. CEDIAS (Oun-Kif au S.-E. de Khenchela = Mascula).
Cedias 6tait un municipe. Cf. Corp., pp. 256, 950, 1675, nos 10728,
17655.
Les traces du christianisme sont nombreuses et curieuses A
Oum-Kif. En 1887 on y a trouv6 deux colonnes avec le mono -
gramme constantinion et une pierre avec 1'acclamation donatiste
Deo Laudes (1). En 1889 on a d6couvert une belle pierre ornde de
symbols chrl6iens : un calico avec deux cerfs et un oiseau (2).
En 1906, le commandant Bigeard a rdtrouv6 la basilique a trois
nefs d'ou doivent provenir ces pierres. Dans cette basilique il y
.avait de nombreux sarcophagos contenant chacun plusicurs
corps. Sur uno pierre recouvrant un sarcophage, on lisait la de-
dicace d'une 6glise ou chapelle de Saints, par 1'eveque Secundus,
que M. Moncaux croit etre donatiste. Enfin, on a retrouve A
Cedias des catacombes avec loculi dans le genre de cellos du
Djaaffa (3).
Voici la curieuse inscription ci-dessus mentionne :
(H)aw facilis patet aula Sanctis
(In) i,. 7.' ,.. fabrefactum parois
(O)pibOs videbi(s) opus, piam pater
(Se)cundus opera navnoit, si qui(s)
(Fa)ctu facile putarit (si) pots est (pour potest) meli(us) faxit I

Voici les 6voques connus de Cedias :
SECUNDINUS present au concile do 256, puis mort martyr, a
Constantine, avec l'6vuque Agapius, on 259. (Sent. episc. 11. -
Acta SS. Jacobi et Mariani).


(1) Corp., 2223. B. A. C. 1887, p. 80.
(2) Acad. Hipp. 1889, p. 18.
(3) R. C. 1907, pp. 1-20. B. A. C. 1907, p. CLXXXVI. Notes d'hist. et
d'arch., p. 29. Revue Philol. 1909, p. 129.







- 36 -


FORTIS, donatiste sans comp6titeur catholique, en 411.
SECUNDUS sus-mentionne.
Ajoutons qu'une inscription de Sefel-el-Delda, assez 6loigneo
de Cedias, inentionne des chr6tiens de cette dorni6re ville comme
ayant particip6 a I'6rection d'une basilique ou chapollo: In(no-
mine) Palri(s) Domini Dei qui est Sermonis Donatus et Nvigius
jecerunt Cedienses peckatores. (Corp. 10727).
Cf. More., CLXIII. Toul., XL. Ail. Arch., f. 39, Che-
ria, 43 et supplement.

40. CELERINA. C'est peut-rtre Guebeur-bou-Aoun, dans
la region de BOne. On y a ddcouvert, en 1866, une villa et des
statues de Celerini. Cette famille a pu so convertir et fonder un
6vch6 dans son prcedium. On no connait quo :
DONATUS, parmiles donatistes, en 411, sans comp6titeur catho-
lique.
More., CLXV. Toul., XLII. Ail. Arch. f. 9, BOne, 193.

41. CEMERINIANA. Cet 6vech6 6tail situe dans la rOgion
de Cirta, come le montre la rdponse de S. Fortunat, 6veque de
Constantine, en 411, b l1'veque donatiste de Cemeriniana, Celui-
ci :
MONTANUS se disait sans comp6titeur catholique, alors Fortunat
r6pondit : ( Nous avons 10 une 6glise et Ie prdtre Terentius. ) Ce
dernier 6tait peut-etre du clergy de Constantine.
Curtains ont voulu lire Numiturianus et voir notro 6velh6, soit
a Zitounet-el-BiditI soit b la Mechta el-Khenaza (2), soit plus au
sud du c616 d'Ai'n-Tinn(3).
Cf. More., CLXIX. Toul., XLIII.

42. CENTENARIA probablement Ad Centenarium. Hen-
chir-el-Harmel pour Gsell, IHenchir-Cheddi pour Tissot, loujours
dans la region entire Zarai et Diana. Vid. Tissot, Giog. II,
p. 485. Atl. Arch., f. Bou-Taleb, no 150 et f. Batna, no 93.

(1) Poulle, R. C. XXV, 1888-89, p. 417. -- Atl. Arch., f. 8, Philippeville
no 136.
(2) Jacquot, R. C. XXVII, 1892, p. 184. Atl Arch., ibid. no 135.
(3) Tissot, Gdograph. II, p. 406. Mercier, B. A. C. 1885, p. 564.







- 31 -


CRESCONIUS, On 411.
FLORENTIUS exil6 en 484.
M. Gsell signal, a lIenchir Iarmel, les restes d'une basili-
quo (1).
More., CLXXII. Toul., XLIV.

43. CEN FURIUE. (Ain-Hadjar-Allah) serait pour Tissot
ad centenarium II, r6giou de Tigisi. Toussaint le place ba 'E. A
Fedj-Deriasse(2)
QUODVULDEUS etait, en 402, au concile de Milev et, en 411, a
Carthage. Son comp6titeur donatiste 6tait un
CRESCON1US.
JANUARIUS fut exile en 484.
More., CLXXIII. Toul. XLV.

44. CENTURIONES. Probablement (El-Kentour), pris
Condd-Smendou. (Atl. Arch., f. 8, Philippeville, p. 227).
NABOR, un des trois qui seuls ne furent pas accuses, en 305, a
Cirta, d'avoir livr6 les SS. Livres et les objets sacrds, en 303,
pendant la persecution de Diocldlien.
JANUARIUS, donatiste en 411.
FIRMIANUS, exile en 434 et mort en exil, probatus.
More., CLXXIV. Toul., XLVI.

45. CERAMUSSA. On a voulu identifier cet 6vech6 avoc
Guerammoussa au N.-O. de Collo. Gsell 61eve justemont un
doute a ce sujet a cause de 1'eloignement do Mila (3. En effect,
1'dvoque donatiste de Miluv dit en 411: a Coramussa se Irouve dans
mon diocese de Milev. ) Toulefois les deux dioceses 6tant voisins,
l'dveque de Mila pouvait parler ainsi s'il voulait accaparer le
siege de son voisin. Or, celui-ci
SEVERIANUS, present a Carthage, affirma que tout son people
etait catholique etr6p6ta A trois reprises que le donatiste Adeodal

(1) Rcuherches archeol., p. 123.
(2) Tissot, Geogi. II, pp. 419, 830. All. Arch., 1. 18, Souk-Ahras, 170
et 180.
(3) Atl. Arch., f. 1, Cap Dougaroun, 5.







- 32 -


mentait. Comme pour lui opposer un defi, il signa : Severianus
Ceramunensis, in plebe Milevitana.
More., CLXXV. Toul., XLVII.

46. CUICUL (Djenila) 6tait une des cinq colonies don't
Cirta etait la tote.
Corp., pp. 708, S68, 979, 1797, nos 8318, 8319, 8322, 8326,
8329, 20144. All. Arch. I. 16, S6lif, -"':, R. C. XLI p. 244.
Les ruins de Djemila sont remarquables A l'instar do cells
de Timgad, Lambbse, Khemissa et autres, mais elles sont plus
riches en monuments paiens, qu'en monuments chretiens. Ce-
pendant cette colonies romaine connut l'Evangile, elle avait un
6veque dGs 256 et probablement avant, car il n'est pas men-
tionn6 dans les Sententice come premier 6vCque du lieu, il dit
simplement qu'il est nouvellement promu A l'6piscopat.
A l'extrnmitd S.-E. de la ville antique Ravoisi6 a fouille, il y a
72 ans, une basilique -1.'I' trbs ruinee. Elle avait ,.' -' i X 16 mb-
tres. On en distingue a peine quelques maigres vestiges. Elle est
rectangulaire, a trois nefs, le chceur sur6lev6 et entour6 d'une
cloture; elle n'avait pas d'abside inais elle etait 'I ....... au S. et
au S.-O. de plusieurs batiments, peut-etro un monastore (Lenoir,
Archit. monast., I, p. 245-7). Les condres et los charbons trouv6s
en abondance dans les dicombres atteslent qu'elle a 6t6 d6truite
par le feu. Gsell la croit du IVe siecle (I.
( Une belle mosaiquc couvrait le sol des bas-c6t6s et de la nof,
en avant du cheur; ii n'en reste plus que quelques cubes. Des
motifs ornementaux enfermaient des mIdaillons quo remplis-
saient des animaux divers, entr'autres uno colombe tenant dans
son bee un rameau d'olivier. Cinq de ces m6daillons ktaient
occup6s par des inscriptions nommant des personnages qui, a la
suite de vmux, se cotiserent pour fair ex6cuter ce pavement (2) .
On a recueilli, a Djemila ou Cuicul, des fragments sculpts
ayant appartenu au rebord plat d'une grande vasque de marbre;
on y voit Daniel entire les lions, deux scenes du deluge et un pas-
teur gardant son troupeau.

(1) M. A., 1II, 116, nolo.
(2) Gsell, op. cil., II, p. 196. Corp., 8344-48. Les -.-r .i'.n es sonl qua-
lifids de flanien sacordotalis, ce tribuno, e principe. I I L. Rtossi, Bull.
1878, p. 31-36.- Pallu de Lessert, Bull. des anuti. afr., II, 1884, p. 333 el scq.







- 33 -


Enfin on a d6couvert, dans les ruines de Cuicul, deux chapi-
teaux chretiens et quelques lamps chr6tiennes. Un de ces cha-
piteaux porte l'inscription : Natale Domni Ciru (... pr)idi(e)
kal(endas) (oc)tohres. 11 faut restitucr avoc Gsell: Ciru(lli) ou
Ciru(aci) pour C(Irilli on Cyriaci, ou mrnme un Cirul e inconnu,
ajoute Monceaux, mais on aucun cas on ne peut admettre la ver-
sion de Rossi qui a voulu voir 1l une dedicace au fameux 6vtque
arien Cirula, persecutcur des catholiques au Ve si(cle. Natale
est I'anniversaire d'un Saint ou d'un Martyr. (Cf. Gsell. Op. cit.
p. 197, note. -- Enqudte... de Monceaux, no 299. R. C. 1878,
p. 393. Delamare, Reo. Archdol. VI, 1849, pp. 195-97; Explo-
rat., pl. 105, etc.).
Voici les 6vCoques connus de Cuicul:
PUDENTIANUS, present au concile de 256, nouvelleient promu
& i'episcopat. (Sent. Episc. 71).
ELPIDEPHOnUS, present au concile de Carthage, en 348.
CRESCONIUS, present b la conference de 411.
VicrOR, exild en 484.
CRESCENS, present au concile de Constantinople do 553, of il
souscrit : Crescent, par la grice de Dieu, revque de la sainte
Eglise catholique de Cuicul, de la province de Numidie. Ce concile
est lo 5e oecumhnique.
Hard, III, p. 204.
Une pierre porte la dedicace d'une basilica vestiaria, a Cuicul,
sous Valentinien et Valens. (B. A. C. 1887, p. 311).
More., CXCIV. Toul. XLVIII. -Atl. Arch. f. 16, Sktif, 233.

47. CULLU ou Colonia Minerva i1,ni, (Collo)
Une des colonies cirthdonnes, sous Trajan; elle 6tait oppidum
b l'epoque de Pline, qui nous parole de sos pourpres c61~bres et
nous dit qu'elle 6tait alors, apris Cirta, la second ville de Nu-
midie. Ce cel6bre comptoir phenicien est appel6 Ksi,,;:,1 ,xyZr
par Ptolmdee, en opposition avec KJ,)&,c p.,ps, probablement le
Cullucitanis, pr6s le Cap do For, a l'ouost.
Cf. Corp., 7069, pp. 700, 979, 1883, nO 6710, 6711, 7095, etc.
- Plino, II. N., V, 21. A l. A rch., I. 8, Philippeville, 29 et f. 2,
Herbillon, 2.







- 34 -


A 1,500 metres environ au N. 0. de Collo, a peu pris au point
marqu6 par eI n" 105 sur la carte d'Etat-Major, fut d6couvert,
en 1856, un magnifique sarcophage en marbre blanco qui parait
etre le plus ancient sarcopbage chr6lien do Numidie. On yvoyait
sculpties diverses scenes Jonas rejet6 par le monstre marin,
puis couches h l'ombre do la plante biblique; le Pon Pasteur et
1'Eglise ; le miracle de Cana; Daniel entire les lions. Le Bon Pas-
teur est reproduit deux fois ; chaque scene est encadr6e de pal-
miers de style egyptien. Ce pr6cieux monument chr6tien a mal-
heureusement disparu ; il mesurait 2-m10X0m46 et Om45 de pro-
fondeur (1).
En 1907, M. 1'abb6 Francois, alors cure de Collo, a fait des
fouilles sur un monticule voisin du point oh fut jadis trouv6 ce
sarcophage, il y a d6couvert les fondements d'un edifice en forme
de parall6logramme mesurant 2im X 12 mitres, avec narthex et
abside, colonnes et chapiteaux. Peut-Stre est-ce une chapelle
chr6tienne, on ne peut rien affirmer do positif, les chapiteaux
sont corinthiens et aucun signed certain de chrislianisme n'a 6et
relev6 dans ces fouilles. (R. C. 1: ,", pp. 23-27).
En 1911 et 1912, quclques lampes chr6tiennes furent trouv6es
au course de travaux ox6cutes dans la presqu'llo du vieux Collo,
oh l'on a aussi trouv6 des objets remains et des monnaics ro-
maines.
Au sud de Cullucitanis cit6 plus haut (Sidi-bou-M6rouane),
Fil/ila, se trouve une pointe o l sont dos ruines que les Arabes
appollent : Les ruines saints. 11 y a pout-ktro ou 16 un petit
centre chritien et une chapelle ou Memoria.
Voici les 6vqques connus de Collo :
VICTOR, episc. Cullitanus, en 411, avait pour comp6titeur
F'IDENTIUS, donatiste, episc. civitalis supradiciu'.
QUODVUL)EUS, exild en 484. (Ullitanus probablement pour
(C)ullitanus).
More., CXCVI. Toul., XLIX.


1) I. C., II, pl. 10. ANotos d'l/dst. et d'arcldol., pp. 124-127.







- 35 -


48. DIANA (Ilenchir-Zana). Appel6e Diana Veteranorum
parcel qu'elle avait 6td fondue par des v6t6rans, elle fut drigeo on
Municipe sous Trajan et conserve de manifiques ruines franche-
mont romaines de la bonne epoque.
La seule 6glise rctrouv&e 5 Diana est byzantine, elle fut cons-
truite sur le forum mrme, et on utilisa des debris de monuments
anciens pour l'edifier. Cette 6glise avait trois nefs et mesurait
33m X 17 '10. On a retrouv6 la pierre qui servait de soubasso-
ment a I'autel, c'est une pierre a moulures ayant servi 3 un autro
monument; elle tient presque louto la larger de la nef princi-
pale; on en a d6cor6 lo centre par une grande croix grecque d'of
pend un poisson, symbol du Christ. Cette ville, tres romaine,
parait avoir 6t6 moins accessible an christianisme que les autres
centres plus berberes de l'Aurus. Toutefois, on y a rencontre cB
et lb quelques fragments qui out pu appartenir b des edifices
chr6tiens d'une 6poque antrrieure b 1'5poquo byzantine (1). Diana
avait, du reste, un 6ve(que en 411, et probablement au IVO siccle,
si ce n'est dbs le III,. En offet, la 34e lettre de S. Cyprien parole
d'un certain Gaio Didensi, Dianensi (selon un miscr.), co qui
pormet de penser b notre municipe.
(Atl. Arch. f. 27, Batna, 62. -- Mlanges, 1894, p. 542. -
M. A. II, p, 339. Tissot, Geogr. 11, p. .-:.. Diehl, lExplo-
rations, 1892-93, p. 18).
Un grand fort et un fortin montront i i....I....i ... qu'avait
encore Zana ou Diana sous les Byzantins. Au VI l siMcle, lors do
1'expedition de Sidi Okha, elle dtait, au dire d'auteurs arabes, la
cit6 la plus grande et la plus forte do touted la conlree. Elle avait
un prince, dit Moula-Ahmed, chef des chefs des chretiens du
pays du Zab, pays qui comptait 360 bourgades .rl. chacune
son dmir. Elle no ful ddtruite qu'o 935, par le gouverneur du
Zab, pour rebellion envers la dynasties Fatimite.
Cf. Hagot, R. C. XVI, 1873-74, p. 226-27.
On no connait common 6v6ques de Diana que :
GAIUS dianensis an milieu du IIPI sidcle, encore reste-t-il un
doute pour le sibge do ce Gaius, puisqu'un mscr. porte Dianensi
et un autre Didensi.

(1) Par oxemple : dos bases antiques a solo 1lovd. Cf. Gsell et Graillol,
Melanygcs 1894.







- 36 -


Cf. Dida et Vazari Didda, en Tunisie. Mesnage, op. cit.
pp. 394 et 193 puis 234.
FIDENTIUS Dianensis, donatiste a la conference de 411.
More., CC. Toul., L.

49. FATA? On n'a pu encore : K!oI. II et on ne connait
que :
HONORATUS, exile par llun6ric en 484.
More. CCXVII. Toul. LII.

50. FESSEI? Comme le pr6cedent.
ADEODATUS, aussi exil6 en 484 et mort en exil, probatus.
Morc., CCXXII. Toul., LIlI.

51. FORMA I. Deux 6vechds ont pore ce norn. 11 semble
bien que l'un des deux, celui dont parle S. Optat, ful voisin
d'Idicra (Aziz-ben Tellis), entire Mila et Cuicul. A ce Forma
appartionnent :
UIBANUS, le donatiste dent le saint 6vquee do Mila rapporte
les violence centre les catholiquos sous Julien l'Apostat. C'est
I'auteur de la secte des Urbanistos. (Optat, De schism. II, 14-19).
Jusrus, donatisle en 411, oi Martilias d'Idicra sign pour lui.
PONTICANUS, exild en 484 et mort en exil, probatus.
More., CCXXX. Toul., LIV.

52. FORMA 11. Evch6 certainement different du precedent.
On n'en connait quo :
MEssoR qui, exil on 484, rcntra plus tard dans son Eglise.
En .'-. il 6tait primat de Numidie ot seule son extreme vieillesse
i'empecha de so rendre au concile de Carthage convoqu6 alors
par Boniface. I1 ecrivit a cette occasion une longue et important
lettre au.primat d'Afrique. (Hard. Collect. cone. II, p. 1072).
More., CCXXXI. Toul., LV.

Kherbet-FI, 6tant un nom b former de duel, certain ont
cru pouvoir rapprocher cette locality, dent les ruines importantes
sont elles-meimes entourees de plusieurs centres antiques, des
deux 6vech6s du nom de Forma, Mais on a vu qu'un de ces Bve-







- 37 -


ch6s doit 6tro plac6 pros d'Idicra. En outre, Poulle place Gemellce
a Kherbet-Fraim, comme on le verra. (Cf. I'Atl. Arch., f. 26,
Bou-Taleb, 51), Mais l'avis de M. Poullo lui-meme est fort dis-
cutable.

53. FUSSALA 6tait un bourg sur les confins du territoire
d'Hippone non loin du Castellum Similhu. S. Augustin nous
raconte, dans sa letlre 209, comment le people de Fussala revint
a l'unilt apres mille difficulties, les pr6lres qu'il y avail envoys
ayant 6td d6pouill6s, baltus, estropids, aveugl6s, certain mbme
tu6s. 11 ajouto quo Fussala 6tant 6loign6 d'Hippone de 40 miles,
il ne pouvait I'adminislrer h son gr6 et y fit ordonner un 6veque.
C'est A Zubcdi, sur le territoire de Fussala, que 1'6veque d'Ilip-
pone et celui du Cast. Siniti didi6rent un sanctuaire oO fut d6-
posse de la Terre Sainte du tombeau du Christ. Augustin rap-
porte A ce sujet la guerison d'un Ip .1, II ; ... dans cette chapelle.
Ceci rappelle la terre promise, ot naquit le Christ, mentionnde
dans l'inscriplion de Tixter. (Notes d'hist., p. 119).
A cause de co funds Zubedi, on a voulu voir Fussala 6 Hen-
chir-Zebda, mais la resemblance des noms ne sullit pas. L'Illen-
clir-Zebda doit avoir apparlenu A Guelma ; le funds du tribune
HIesperius etait prbs de Fussala et de Castellum Siniti qui tous
deux se trouvaiont vers la frontiere tunisienne actuelle, pas tres
loin de Chemtou.
On connait comme 6v&ques de Fussala :
ANTONIUS, qui en fut le premier 6veque; il assist, en 416, au
concile de Mila ; plus tard on Ie priva de sa jurisdiction et Augus-
tin administra le diocese avec celui d'Hippone don't Fussala avait
t61 d6tache. (Epist., CCIX et CCXXIV).
MuLIOR, exile par Huundric, en 481.
Au commencement du VIIIO siScle, la listed du Thronos men-
tionne encore Fussala come 6vecho de Numidie.
More., CCXXVII. Toul, LVI. All. Arch. f. 9, Bone,
no 179.

54. GADIAUFALA. C'est Ksar-Sbchi, enlre Sigus et
Ti/cch ('ipasa de Numidie). On y a deconvert les ruines d'une
eglise b trois nefs de 25 m X 12". La nef 6tait s6paree des bas-







- 38 -


c6t1s par deux rangees de piliers carr6s, que surmontaient des
coussinets impostes en forme de trone de pyramid renvers6.
Sur l'un de ces coussinets est grav6 un monogramme constanti-
nien avec l'a et I'u. I1 y a une abside et il a do y avoir deux sa-
cristies.
Une curieuse inscription chr6lienne, en forme d'autel aux
Dieux manes, monument anterieur a la paix de 1'Eglise, oh la
foi ne s'affirme pas sous une formula claire, est a rapprocher
d'une semblable 6pitaphe de T6bessa. (Corp., 16589). La voici
d'apres Mgr Toulotte, Numidie, p. 136. Corp., 4807.
Memories Corinthiadi Theodorce Chiniti filiorum dulcissi-
mor(um) Fidelis et Thallusa parents.

SALVIANUS, present au concile de 256. Ii est parfois appel6
Martyr sous le nom de Salvius, frequent aux martyrologes afri-
cains.

AUGENTIUS, exil6 en 484 et mort en exil, probatus.
More., CCXLIV. Toul., LVII. Atl. Arch., f. 18, Souk-
Ahras, 159. M. A. II, p. 217. R. C. 1898, p. 267-70.
Une inscription byzantine, precede de la croix avec x et o men
tionne I'6rection, a Gadioufala, d'une forteresse sous 10 second
gouvernement du patrice Solomon. M. Gsell observe qu'une
second croix monogrammatique terminant l'inscription dddica-
toire, on ne saurait lire 6 la fin B(ur) G(um), comme avait lu
Wilmanns. (R. C. ut supra).

GADIAUFALA est d6sign6e dans les msscr. par Gazaufala.


55. GARBA. Probablement Ain-Garb, pas loin d'Idicra,
aux sources de l'Oued Gareb. Gsell le place un pen plus haut,
sur l'Oued ben Chareb. A l. Arch. f. 17, Constantino, 219, 24 et
44).
VICTOR, present A Cirta en 305. Plus tard envoy6d Rome par
les donatistes. (S. Optat, II, 4).
FELIX, donatiste en 411.
FELIX, catholique, exil6 en 484.
More., CCXXXIX. Toul., LVIII.







- 39 -


56. GAUDIABA?

VIcTOR, exile en 484.
More., CCXLII. Toul., LIX.

57. GAURIANA, probablement un dos doux Henchir Gou-
rai du d6partement de Constantine.
Cf. Atl. Arch., f. 27, Batna, 304; f. 29, Thala, 105. Cette dor-
nibre localit6 semble plutot represonter Gauriana.
JANUARIUS, exild en 484 te mort en exil, probatus.
More., CCXLIII. Toul., LX.

58. GAZABIANA? Mesnage at Morcelli fondent cet 6vech6
avec Gaudiaba ci-dessus, Toulotte en fait un 6vech6 distinct.
SATURNINUS, donatiste en 411.
More., CCXLII. Toul., LXI. Mesnage, p. 414.

59. GEMELL/E (1liti) sur l'Ouod Djedi, dans le Zab occi-
dental, A 28 kilometres do Biskra, d'aprus Ragot et Tissoti).
Dans un voyage avec l'abb6 Delapard, lo IR. P. Delattre y a
trouv6 un clapiteau orna d'un symbol chr6tiea (2). C'est le Limes
Gemellensis de la Notice des D'. .'." de I'Empire et il semble
plus rationnel de lui attribuor les 6voques Genzllenses pluttl qu'a
I'autre Gemellw de Numidia place par Poulle A Kerbet-Frafm et
par Gsell, avec hesitation, a Bier Oulad-Atmnan 3), ou m6mo qu'a
Sidi-Aich, la Gemellar de Byzacine (4).
L'Itineraire d('Antonin place uno Gemrllos entree Lambese et
Setif. C'ost peul-Otre de celle-ci que provionnent les tuyaux en
poteries trouves b Constantine et portant : Auzureases, Gemol-
lenses, Milevitani, Tiditani, Uzelitani. (Corp., 23,476).
LITTEUS, en 256 (Sent. episc.).
BURCATON, donatiste sans comp6titeur catholique, an 411.
More., CCXLVI. Toul., LXII.

(1) GeoUraph., II, pp. 523-25.
(2) R. C. X XV, 1888, p. 263.
(3) R. C. XVI, p. 422. R. A., p. 20G, n' 81. Atl. Arch., i. 16, SOif,
460, 468, 469.
(4) Mosnage, pp. 23, 250, 336.







- 40 -


60. GERMANIA. Ad Germani, Ksar-Gerbania, plut6t que
Ksar-el-Kelb, come le voudraient de Bosredon et Tissot (l).
Cf. Atl. Arch,, f. 28, Ain-I3eida, 165.
On a retrouv6 & Germania les vestiges d'une 6glise avec I'ins-
cription : Fabrica chatolicarumn ecclesiarum (2).
INNOCENTIUS, catholique sans comp6titeur, en 411.
CRESCENTIANUS, convoqu6 par IIunric en 482 et exile ensuite
avec ses confrbres en 484.
More., CCXLVIII. Toul., LXII1.

61. GIBBA. D'apres Gsell et Graillot, I'ancienne Gibba se-
raith Ksar-Kalaba, au N. d'Ain-Yagout. I1 y avait l1 une ruined
important pill6e et saccag6e pour fair la route et Ie chemin de
de for de Conslantine-Batna. J'ai fait observer a l'article Castra
Galba que les inscriptions sur lesquelles s'appuient ces Messieurs
pour cette identification, proviennont de l'Henchir-Dibba situ6 a
8 kil. a I'E--S.-E. de Ksar-Kalaba et que, pour cela, je serais
port a voir Gibba dans 1'llenchir Dibba. On y a trouv6 de nom-
breux fragments architecturaux ayant tres probablement appar-
tenu a une chapelle chrdtienne. (1'.'.,.,. 1893-91, p. 73-74).
On n'en connait serement que :
VICTOR, donatiste en 411.
Quant a FELIX et DONAT, qualifies de Gibbenses par la Notice
de 482, on ne saurait affirmer si I'un d'eux fut 6veque de cette
ville. Peut-Otre, d'aprSs M. Gsell, faudrait-il reunir en un soul
les trois 6vch6s que Mgr Toulotte donne sous les noms de Gibba.
Gilba I et Gilba II. 11 n'y aurait qu. l'6v6ch6 de Gibba fort pro-
bablement. Toutefois, Felix ou Donat ne pourraient alors que
s'6tre rapidement succ6d sur le mIme sibge episcopal.
More., CCXLIX.-Toul., LXIV, LXV, LXVI. Atl. Arch.
f. 27, Batna, 149, 166.

62. GIRU. D'aprbs la souscription de l'6veque Lucianus qui,
en 411, sign aprbs l'6veque do Cuicul, et la place qu'occupe dans


(1) R. C. 1876-77, pp. 394-95. Gdograph., II, p. 480.
(2) R. C. 1867, p. 219; 1876-77, p. 395. Bull. Corresp. afric. 1882, p. 285.
- Acad, Hipp., no 19, p. 191. Corp., 7311 et p. 951.







- 41 -


la Notice de 482 Martialis (imm6diatement avant l'6veque de
Cuicul), on peut croire que Giru 6tait dans la region de Djemila.
E En Afrique, dit fort bien le P. Mesnage, les Gour sont des sor-
tes de forteresses naturelles dans lesquelles les nomades du Sa-
hara amassent leurs provisions et se retirent en cas de danger.
Ce sont les KalAa ou GuelAa arabes. C'est dans une de ces forte-
resses naturelles que Jabdas avait cache ses tr6sors, lors de l'ex-
p6dition 'de Solomon dans l'Aurbs (539-540). On sait, du resale,
que la plupart des villages de nos berberes sont perches, common
des nids d'aigles, sur les crimes les plus escarp6es de leurs mon-
tagnes. Les 6vch6s appel6s Gira, on dans lesquels entire ce mot,
ne sont peut-Otro que quelques uns de ces centres ;i. ..I. it indi-
genes (1b. ))
LUCIANUS, epice. cccl. Cuirensis, en .11; il 6talt catholiquo
sans coin p6ileurddonalisle.
MARTIALIS, lC 9e sue la lisle des evuques exiles on 484.
M"r Toulotte faith doux 6vWches de Guiru on Gaira et de Giru.
Mesnage n'en fait qu'un et j'adopli son opinion qui semble la
plus probable.
More., CCLIV. Toul., LXVII, LXX. Mesnage, p. 415.

63. GIRU MARCELLI? On en ignore la position exact.
FRUCTUOSUS, exild en 484.
More., CCLV. Toul., LXVIII. Mesnage, p. 415-16.

64. GIRU TARASI. Au sommet du Djebel-Tameniat, A
12 kilomitres au S. do I'Henchir-Tarsa, peut-6tre l'ancienne
Tarasa, se trouvait un Gour indigene de 800 metres carr0s, don't
les environs sent converts de ruines romaine. L'encointo de ce
Gour, en pierres a pine quarries, en montre l'origine berbere.
Peut-etre est-cela le Giru ou Girus Tarasi. On ne connait comme
6veque de Giru Tarasi que :
FELICIANUS, exil6 en 484.
More., CCLVII. Toul., LXIX. Mesnage, p. 416. Atl.
Arch., f. 17, Constantine, 462.

(1) Mesnage, op cit,, p. 415.







- 42 -


65. GUZABETA. Au N. de Timgad, A 1,300 mbtres de
l'Henchir-Zerdian, on a tronv les eastes d'une 6glise dans laquelle
un cippe indiquait la part prise, par les habitants de la region, b
la construction de ce sanctuaire chr6tien. On y voit que les
Venusianenses commencrent les travaux, que les Mucrionenses
donnerent cinq colonnes, les Guzabefenses en donnerent six et
ornerent la basilique, participant en outre avec tous los autres au
pavage de l'abside de cotte basilique qui fut construite par les
soins du pr6tre Rogalusetdu diacre iEmilius. (Guzabeta devait done
etre dans cette region, mais Gsell et Graillot p'acent, A l'Ilenchir
Zerdan m6me, la cit. des Venusianenses qui commenebrent los
travaux probablement sur lour propre terriloire. Le cippe, qui de-
vait 6tre place A 1'entr6e de l'6glise, est du IVe siocle. Gsell et
Graillot, Melang., 1894 Ruines Romaines au N. de l'Aures, p. 88.
- Notes p. 245. Atl. Arch. f. 27, Batna, 278.
La cit6 des Venusianenses ne serait-elle pas l'6v6ch6 de Ven-
sana, dent on ignore la situation exact ?
INNOCENlIUS, donaliste sans comp6titeur, en 411, ce qui est
frequent en Numidie et surtout dans la region de l'Aurbs.
More., CCLXVIII. Toul., LXXI.

66. HIPPO-REGIUS. Hippone la royale ainsi appel6e
parce que les anciens rois de Numidie y firont de frequents se-
jours. Municipe sous Auguste, cite et colonies romaine, elle fut
une des premieres villes de Numidie, mome au temps des vieilles
dynasties indigenes. Elle doil surLout son renom h S. Augustin.
La vieille Iippo s'dlevait a 2 kil. au sud de la B6ne moderne,
entire la Bou-Djimd et la .. ', '. --. I'Uhus des Romains, don't le
lit aujourd'hui ddplac6 etait plus en arriore, puisqu'A mille mbtres
environ de l'embouchure actuelle de celle rivibre, au pied de la
colline Gharf, on a retrouv6 des restes do quais remains. Le point
actuel do la Bou-Djimd est encore remain. La ville antique cou-
vrait une superfcie d'au moins 45 hectares, d'autres disent 60,
en comptant sans doute les faubourgs.
Au Vo siecle, Hippone fut un des boulevards de l'Afrique ; elle
no fut prise qu'apris un sibge de 18 mois, en aonit 431. Toutefois
elle ne fut ni ddtruite, ni demantelde, ou si ses remparts furent
plus ou moins ruins ils furent r6tablis par les Vandales eux-








- 43 -


mimes, car, en 534, Procope on parole come d'une ville tr6s
forte. (Bell. Vand., II, 4).
En 393, un concile fut tenu. & Hippone, dans le secretarium de
la basilique de la Paix; S. Augustin, encore pratre, y prononga
son beau discourse sur la Foi et lc Symbole. (Retract. I, 17). En
427, un autre concile fut tenu aussi, A Hippone, dans la Basilica
Leontiana. (Mansi, Collect. Concil. Ill, pp. 732, 850, 909-17; IV,
p. 359. Atl. Arch., f. 9, BOne, 59 et p. 7).
Les ruines d'Hippone n'ont encore permits l'identification d'au-
cun monument chretien, pas plus cells de la villa Chevillot que
les autres. Quelques inscriptions et quelques lampes chrltien-
nes ainsi que quelques ampoules de S. Mennas sont tout ce qui
m6rite d'6tre signal. L'6pitaphe du sous-diacre vient de Verdier,
A 11 kil. de Bone. La plus important des opitaphes chrdtiennes
est cello d'un sdnateur(l). On pout citer encore celle d'un soldat du
numerous d'Hippone, cells d'un Marcellus, d'uno Aprilia, d'une
Reparata.
D'apres la Gazette de France, au XVIIe siecle, on a trouv6 a
Hippone les restes d'une basilique avec deux corps sous l'autel.
(An 1642, no 122, p. 701).
Je me content d'enumerer ici les basiliques d'Hippone, djhA
indiquces dans mes Notes d'Hist p. 242 :
10 La basilica Major on Paces. (Concile de 393);
20 La chapelle de S. Etienne, attlnante a la basilica .l,., ',r,
Elle poss6dait des reliques du proto-martyr, ful consacrbe en ; i,
et conserve 67 ans Ie corps de S. Augustin qui y fut euseveli
en 130;
30 La basilica Leontiana fondee par Leontius, 6v6que-martyr
d'Hippone, avant 303;
40 La basilique des huit Martyrs construite par S. Augustin;
50 La chapelle des Vingt Mar:-, on Memoria Viginti Marty.
rum ;
60 La chapelle ou Memoria de S. T,.... q.', 6vLque et M ,-ii,
d'Hippone, en 259;

(1) Midlanr. de Rome, 1903, p. 3041 L'ttOs dc Papier, p. 57. Acad.
Hippone, no 18, p. 64; no 21, p. 96; 1895, pp. XV el XXIII. Gsell, M. A.
II, pp. 212-14. Corp., 5263-64; 18840, etc. De Rossi, Bulletino, 1894,
p. 56. Miohon, Mrnm. Soc. Antiq, Fr., LVIII, p. 302. Gsoll, B. A. C.
1893, etc.










70 La basilique des donatistes.
En outre, on sail par S. Augustin qu'aux environs d'Hippone
il y avait :
10 Une Memoria Marlyrum sur un domain privd, dans la
banlieue de la ville;
20 Une chapelle de S. Gervais et de S. Protais, e6ev6e aussi
dans une propriedt priv6e, la Villa Victoriana, a 30 miles d'Hip-
pone ;
30 Un oratoire, orationum locus, contenant de la terre du St
Sepulcre, a Fussala, sur le domaiue prive de Zubedi ;
40 Une basilique, don't les donatistes detruisirent l'autel, a
Hasna;
5' Uno 6glise, ecclesia, contenant les reliquos de S. Etienne,
sur le domain d'Audurus ;
6 Enfin, S. Augustin parole dans sa lettre 139, c. 2, de divorses
basiliques construites dans la region d'Hippone, sur des domaines
priv6s (1).
D'apris les osuvres do S. Augustin et de S. Possidius, on peut
tln ..in. *, 1'existence a Hlippond d'au moins deux monastbros de
femmes et de trois rnonasteres d'hommes, outre colui de la mai-
son 6piscopale qui fut 1,l n. do celui ohf Augustin v6cut sim-
ple protre. A ce rin astyre episcopal 6tait annex un hospice,
common celui quo le pretre Loporius avait 6tabli avec les restes
de sa fortune. Le quatribme monastre d'homines fut fondd dans
une villa, pres Hippone, par un certain Eleusinus. On sail que
le monastere episcopal 6tait come un sminaire of les clercs
d'Hippone vivaiont en common ot d'oh sortiront de nombturix ot
saints 6veques pour I'Afrique (2).
Hippone est colibre par ses Martyrs : S. Thdogene, 6veque et
Martyr et ses compagnons, sous Varlirien, on 259; S. Leontius,
6veque et Martyr sous Diocldlien; ls Vingl Martyrs A la t6te
desquols l'6vequc Fidrenius, la vierge Valeriane et la sainte
fennno Victoria, sous DioclItion; les Huit Martyrs, aussi sous
Docltien (3).

(1) Cf. Gsell, M. A. II, pp. 212-214.
(2) Dom Besse, Los Moines doI l'Afriqw romai S. Aug., Sen,,., 355.
356, 103, etc. S. Possidius, Vita Au/ust., XI, XXVII, XXXI, XXXII,
Notes, pp. 288-298.
(3) Cf. Notes, p. 158 ot suiv.







- 45 -


Voici les 6v6ques connus d'Hippone :
THEOGENES, present au concile de 256. Martyr en 259, avec
36 compagnons, d'apres certain autdurs. (Ruinart, Acta sine.,
pp. 224-225).
LEONTIUS, Martyr vers 303 ou 304 et fondateur de la basilica
Leontiana.
FIENTIUS, le chef des Vingt Martyrs, tous morfs pour avoir
refuse do sacrifier, done en 304 (1).
FAUSTINUS, donatiste sous les empereurs Constance et Julien,
6tait un adversairo acharn6 des rares catholiques alors A Hip-
pone, allant jusqu'o d6feedre de cuire du pain pour eux. (Aug.,
Contra litt. Pelil., II, 83.
VALERIUs, d'origine grecque, homrne pieue et craignant Dieu,
nous dit Possidius. ( Vit. Aug. c. 2). En 390, il 6tait d6ej depuis
longtemps 6voque d'Hippone quand il fit ordonner pr2ire S. Au-
gustin, car il se plaignait du poids do sa charge et de son grand
age. 11 fit ensuite sacrer Augustin come son coadjuteur et suc-
cesseur. 11 mourut vers 396, I eut pour compdliteur donatiste :
PROCULEIANUS, que S. Augustin eut encore come adversaire
au concilo do Carthage, en 403.
AUGusrINUS, sacred l'approche de Nool (395).On connait son Opis-
copat, s sainte vie ot ses 6crits. 11 mourut 0 76 ans, Ic 28 aolt 430,
pendant le siege d'Hippone par les Vandales ct fut ensoveli dans
la chapolle de S. Etienne adjacent & sa cath6drale, ofi il reposa
jusqu'en 497, 6poque a laquelle les 6veques exiles par Trasamund
omport6ront son corps en Sardaigne. S. Possidius, son disciple
et ami, a Ocrit la vie de ce grand docteur.
HIERACLIUS choisi, prbtre encore, par Augustin pour lui succd-
dor. II lut pout-6tre sacr6 par los 6veques prosonts, de suite apres
la mort d'Augustin.
Non ddtruite sous les Vandales, ainsi qu'on l'a dit, Hippone
out strremont, sous les Byzantins, des 6voques dont I'histoire ne
nous a pas conserve les noms.
Au commencement du VIII si6cle, ct m6mo a la fin du VIIe,

(1) Moncoaux, Hist. ltt. III, p. 152- 153.







- 46 -


la liste du Thrones mentionne, parmi les evBchls de Numidie
Inv, que nous retrouvons, en 883, sur la listed do L6on lo Sago.
Quant a Seroandus, on a vu dans les Notes p. 370, que S.
Gr6goiroVII 1e sacra, en 1076, 6dvque de Bougie et non de Bdne.
More., CCLXXIV. Toul., LXXII. Atl. Arch. f. 9,
B6ne, 59. Mesnage, art. Bdne.

67. HIZIRZADA? On ne connait que :
VIGILIUS, exild on 481 et mort en exil, probatus.
More., CCLXXVI. Toul., LXXIII.

68. IIOSPITA. Cette ville 6tait peut-6tre dans la region de
Mastar, prbs de Rouffach. 11 est permis de croire, dit Toulotte,
que les Hospitii, don't on retrouve souvent le nom dans des ins-
criptions do ce lieu, avaient un Vicus ou un funds pros Mastara
et y fond6rent un 6v6ch6; ce que firent plusieurs grandos families.
On connait :
BENENATUS, present a la conference de 411.
LUCULLUS, son comp6titeur donatiste.
GEDALIUS, exild en 484.
More., CCLXXXII. Toul., LXXIV.

69. IDASSA. Dans le voisinage de Macomades (Mrakeb-
Talha)-
ROGATIANUS, donatiste en 411. Comme il se disait sans comp6-
titeur catholique, Aurelius, 6veque de Macomades, protest en
distant : ( J'ai dans cetto Eglise ie pr6tre Florentin ; elle a eu trois
dv&ques catholiques, ils sont morts et nous n'avons pu encore en
faire ordonner un autre. ) C'est de cette intervention quo l'on
conclut au voisinage de Macomades et d'[dassa.
ADEODATUS, exil6 par Hunhric, en 484.
More., CCLXXXV. Toul., LXXV.

70. IDICRA. (Ain-Aziz-ben-Tellis), sur la route de Milev a
Cuiculum, a 25 miles de chacune de ces villes, sur l'Oued
Dekri(l).

(1) Itin. Ant., p. 11. F6raud, R. C. 1861, p. 285. Poulle, ibid. 1876-77,
p. 526. Ibid. 1868, p. 397. IZo. Afr'., IV, 1859-60, p. 72. Corp., p. 705.
- Atl. Arch., f. 17, Constantine, 214.








- 47 -


On a trouvd 6 Aziz-ben-Tellis quelques objets chr6tiens, lam-
pes crucifres, etc.
FELIX, donatiste acharn6 sous les empereurs Constance et
Julien. S. Optat nous en a parl6 dans son ouvrage De Schism.
Donat, II, 18, 19.
MARCIANUS, catholique en 411: il avait pour comp6titeur dona-
tiste
MARTIALIS, qui souscrivit pour Felix de Garba et Justus de
Forma.
PALLAD1US, exild en 484 ct mort en exil, probatus.
Morc., CCLXXXVII. Toul., LXXI.

71. J UCUNDIANA. On en ignore l'emplacement exact ct
le faith quo lo seul 6v6que connu
SECUNDINUS fut Maximianiste et assist au concile de Carba-
sussi, en 393, peut le fair aussi bien attribuer a la Byzacbne.
More., CCXCIII. Toul. LXXVII.

72. IZIRIANA?
FELIX, present en 411, come catholiquc. 11 eut common com-
p6titeur Il donatiste
SATURUS.
Toul., LXXVIII,

73. LAMASBA. (Ilenchir-Merouana), au sud du Bellezma.
(Atl. Arch., f. 27, Batna, 8().
Municipe important oh abordaient cinq voices romaines. D'aprBs
un milliaire voisin, (Corp., 10403), c'etait une colonies des Anto-
nins. On y a trouv6 une curieuse table do distribution des eaux
de la ville aux habitants. Un dessus de fenetre, provenant pro-
bablmenl, d'une basilique, porte le monogrammed constantinicn
simple avec la boucle du P a gauche. Los Byzantins en out
pill6 les ruines pour 6levor une forteresse au Ksar-Bellezma, a
six kilomitres au N. (1).

(1) Masqueray, Ejphemeris Eif1., VIII, 250-53. La table des eaux csl au
Musec archeol. d'Alger. Gsell, Rtchcrc,. arcl dol., p. 83. Corp., 4440,
4253, 22433, 22460. Atl. Arch., loo. cit.







- 48 -


PUSILLUS, present au concile de 256.
AVITUS, en 411, b Carthage, oh il a pour comp6titeur o1 dona-
tisto
JANUARIUS.
SECUNDINUS, exil6 en 484.
More., CCXCIX. Toul., LXXX.

74. LAMB/ESIS (Lambbse). Municipe, puis Colonie, sibge
du L6gat de la Numidie et de la IIeI L6gion Auguste dent le
camp format une ville militaire considerable au N.-E. de la ville
civil. (Corp.: 2528, 2598, 2600, 2776, 18227, etc. Atl. Arch., f. 27,
Batna, 224).
Los monuments civils, mililaires ou du culte pa'en y abondent.
Monument dit Prawtorium dans le camp, arcs de triompho au
nombre de trois, amphithd tre de pros de quatre cents metres
de long, palais du Legal, thermes, mosaiques, statues, inscrip-
tions, temple et quarter d'Esculape, temples de Jupiter Capitolin
et de Neptune, forum, forteresse byzantine, etc.
Apris Constantin, LambThse cessa d'ktre la residence du L6gat
et commonca a ddcliner. Encore place forte lors de l'invasion
arabe, elle s'6teignit avec la domination de ce people.
En 259, les SS. Jacques, Marion ot leurs compagnons arre-
t6s a M 1 r,. faubourg de Cirta, d'abord jug6s et tortures dans
cette ville, vinrent consommer leur glorieux martyre b Lam-
bacsis (1).
Le Martyrol hidr. mentionne encore A Lambese, le VII des
calendes de mars (23 f6vrier), les SS. Lucien, F61ix et trente-six
compagnons.
N'oublions pas quo c'est au camp de Lambaosis que se passa la
scene du soldat chr6tien jetant sa couronne et refusant de parti-
ciper au Donativum en l'honneur des emperours, en 211. Co qui
inspira le trait De Corona do Tertullien. (Notes, pp. 42-43).
Rappelons que les SS. Mammaire et compagnons ont aussi
illustre Lambese, plusieurs sont originaires de cette ville, tous y
comparaissent, le lieu dit ad centum arbores parait etre dans la

(1) Ruinart, Acta, p. 231. Gsell, R. C. XXX, p. 213-15. Melang.
1898, p. 129. Vid. Notes, p. 79-90.







- 49 -


region. (Notes, pp. 91-92. Mabillon, Vel. Analecta, p. 178,
10 juin 259).
Les souvenirs chr6tiens sont pou nombreux a Lambh(se. On y
a cepondant retrouv6 : une basilique chrttienne b trois nefs avec
ses colonies presqu'entieres (1. A. C. 1902, p. CXL); un bap-
tistere et autres d6pendances au N. de cetto basilique. (B. A. C.
1903, CLXXIII).
Au pied du capilole, la seule inscription chr6tienne de LambBse;
elle mentionne la dedicace d'un sanctuaire, par suite d'un voeu et
se termine par I'acelamation : In Cristo vicas ui in me(lius
crescas). Fragments de linteaux ornds du monogramme conssan
tinien don't deux accost6s de colombes ().
Citons encore un grand chrismo constanlinien simple, gravO a
la pointe au revers d'une belle brique romaine; une base de co-
lonne avec quatre + et surlout le sarcoplage avec une cou-
ronne de laurier, un calice et l'image du Bon-Pasteur represented
a mi-corps, portant sur ses epaules un 6normo b6lier de race afri-
caine et tenant dans sa droito Ie vase de lit, muletra (2).
A 1,500 mltres l'E. du camp dans un cimetitre, on a trouv6
uno chapelle de 20m > 11 in75. C'est probablement la Memoria
de deux Martyrs. En effet, dans l'absido, ot, sous l'autel de cette
chapello, se trouvaient deux tombeaux en briques contenant
chacuun n squelette d'homme, la tete tourn6e a l'est. A d6faut
d'inscription on no saurait rin preciser, mais la place de ces
deux tombes contigues ne laissant gucre de doute sur la nature
et la quality de ces corps, los ossements ont WtS transf6rds et
conserves avec respect & la sacristie de Lambbse, on 1898. Dans
le Nuoco Bulletino di Archeologia Cristiana, anno IV, 1898,
nOs 3 et 4, Mgr Toulotte croit reconnaltro los SS. Lucien et Felix,
ci-dessus mentionnus, honors le 23 fovrior, come Ii 1I, I ;-.'
a Lambese, avec trente-six compagnons. IIy avait bien, en effet,
outre les deux tombeaux construits sous l'autel, de nombreuses
s6pultures dans la chapelle, mais plusieurs paraisseit ant6rieures
a 1' .i il.i: et 6taient accompagn6es de lampos fundraires paiennes.
On ne saurait done rien aflirmer. (Gsell, M. A. II, p. 221. -
Melang. 1899, p. 28).

(1) Corp., 18488. R. C. 1882, p 400; 1903, p. 101. Cagnat, Mus5' de
Lanmbd'sc, pp. 36, 78.
(2) Musde de Lambese, p. 79, pl. VII, n 6. Notes., p. 130.







- 50 -


N'oublions pas de mentionner, b 500 metres 6 1'E. de la ville,
une area rectangulaire, de 60m x 50m, close par des murs, pleine
de tombes sur trois stages. L'absence de mddailles et de lampes,
la presence de sarcophages b strigiles, le mode de s6pulture,
I'absence d'inscriptions, lout fait croire a un cimetiere chretien
primitif ou area. On n'y a pas trouv6 de ruines de Cella. (Gsell,
M. A. II, p. 400. R. C. 1856-57, Cap. Moll. Notes, p. 25).
J'ai signal A la p. 342 de mes Notes d'Hist. et d'Arch. la cu-
rieuse lampe chretienne trouvee & Larmbse, en 1862, et represen-
tant un personnage nimb6, v!tu de la chasuble, casula antique.
(Cherbonneau, R. C. 1862). Un anneau chr6tien en bronze
porte : VIVAS IN DEO. (Collect. chan. Jaubert).
Voici les eveques connus de Lambese :
PRIVATUS, condamn6 ot depos6 come h6retique, vers 240, par
un concile, probablement tenu b Carthage et improprement ap-
pel6 de Lambsse. (S. Cypr., Epist. LIX; Monceaux, Hist. litt.
afr. chrdt., I, p. 5).
JANUAHIUS qui lui succeda et assist au concile de 256.
Aucun autre nom d'dveque de Lambbse ne nous est parvenu.
Cette ville, centre essentiellement remain, parait du reste, 6tre
demeur6e plus paienne que chr6tienno.
More., CCC. Toul., LXXXI.

75. LAMBAFUNDI (Ilenchir-Touchine), a 5 miles sur la
voie de Timgad. (Atl. Arch., f. 27, Batna. 247). Wilmans l'a
cru evichC (Corp., 270). Toulotte lui attribute un 6veque du norm
de Fl6ix qui 'appartient & Lambia, la Modeah de Maur6tanie Ce-
sarienne. ('oul., LXXXII; Mesnage, op. cit., pp. 3S)0 ot 460).
Rappelons ici que Lam est un prdfixe berbtre auquel s'ajoutait
le nom caractristique de l'agglomdration A designer. Lamasba,
Lanbcesis, Lambia, Lamba/undi, L.. i '....,, Lambiridi, Lam-
phua, Lamsorta, Lamsella, etc.

76. LAMBIRIDI. (Kherbet-Ouled-Arif). Sur la line
ferr6e de Batna A Biskra, une station porte encore le nom de
Lambiridi, non loin des ruines romaines de cet ancien municipe.
On a retrouv6, dans ces ruines, les restes d'une grande basili-
que a trois nefs de -i;'- .:-, 19n 30 et prcedde d'un portique pro-







- 51 -


fond de 2"70. Deux sacristies flanquaient l'abside de cette belle
6glise dent les nefs 6taient s6parees par une double colonnade (1).
CRESCENTILIANUS 6tait 6veque donatiste de ce lieu a la conf6-
rence de 411; ayant d6clar6 qu'il n'avait chez lui aucun traditeur,
c'est-b-dire aucun catholique, l'intr6pide AurBle, 6v6que de Ma-
comades rdpondit : C'est une declaration ... I' .- car il y a eu la
un eveque qui est decedd recemment et un autre y sera ordonnd.
Les noms de ces 6veques ne nous sent point parvenus.
BENENATUS, convoqud6 Carthage par le roi vandale Hundric,
en 482, fut exild par lui, en 484, avec ses colleagues.
More., CCCI. Toul., LXXXIII.

77. LAMIGGIGA. (Seriana-Pasteiw). Vers le centre des
ruins importantes de Seriana, aujourd'hui Pasteur, s'elevait un
ensemble d'ddifices chretiens. II y avait l' trois dglises voisines
et parallbles, on n'en a fouill6 que deux. Toutes deux avaient
trois nefs sdparees par des colonnades et dans chacune on a re-
trouve sous l'autil le coffre a reliques. Chacune se terminait par
une aside.
La premiere, celle de l'O., mesurait 19m50, sans l'absidc, sur
14"'60. La facade devait avoir trois portes; un monogramme
constantinien, avec 1'a ot 'o, d6corait un des montants. Le
choeur, surdlev6, 6tait profound de 6m80, ce qui donnait a l'6glise
une longueur total de 26m60.
La second, distant de 7 metres de la pr6c6dente, avait 6 pou
prds les memes dimensions, sauf qu'elle 6tait plus large de 11150.
Derribre l'autel, I'abside pr6sentait une inscription sur mosaique,
m6nag6e dans une couronne de feuillage : Dignis digna Patri
argentio coronam Benenatus tes(s)cl(l)avit. Place on ce lieu
d'honneur, cette inscription sur mosaique, qui doit se rapporter
6 l'6v6que Argentius de la fin du VIe sitcle, semble bien indiquer
que cet 6vique sortit indemne du process que deux de ses diacres
lui intenterent aupres de S. Gr6goire-le-Grand.


(1) Poulle, R. C. 1869, p. 667. Gsell, M. A. II, p. 244. Poullo avait cru
voir cinq nefs dans cette g'lise, mais Gsell a conslatl quo o'dlait uno
erreur. Cf. op. cit. et Atl. Arch., f. 27, Batna, 120. Rev. a/rie. /frai,.,
1886, p. 12. Corp., pp. 443, 956, 1775, n"' 4413.4420.







- 52 -


La troisieme basilique, situ6e I1'E. de la second, n'a pas W6t
fouill6c (1).
Sous Septime Sedvre Lnamifggia devait 6tre une Respublica
dependent de Diana. (Corp. 4376).
INNOCENTIUS, qui etait lan conference de 411, oit il avait
come competitcur
JUNIANUS, donatisto.
MAxIMUS, exild par Hun6ric. en 484.
AHGENTIUS, fin du VI" siecle; accuse, par deux de ses diacres,
aupris do S. (Grgoire le-Grand. Dans une lettre a Hilarus, admi-
nistraleur du patrimoino pontifical de Germaniciana, ce pape de
manda la convocation d'un concile pour juger cette affaire. La
tombo d'Argentius, retrouv6e en un lieu d'honneur, permet de
croire qu'il se justifia et mourut sur son sibge.
More., CCCIII, Toul., LXXXIV.


78.- LAMIGGIGA II. Probablement dans la region d'ARn-
De'da, non loin do Macomados. C'est ce qui semble resulter des
Actes de la conference do 411.
RECARGENTIUS, donatiste sans comp4titeur, en 411. Peut-6tre
s'appllait-il simplement A rgentius, et le Rec qui pr6cede son nom
signiioe il la formula usile : Rec(itavit) Argentius. Cf. Mon-
ceaux, C. R. Acad. inscr. 1908, pp. 308 9. Mesnage, op. cit.,
p. 349.
C/ RDELUS, exiled en 484.
On attribuo cc dernier a .. II, comme Maximus au
premier I .'. '.. .. sans rien pouvoir preciser, si ce n'est que,
d'aprbs la Notice do 482, come d'apres les Actes de la conf6-
rence de 411, il y avail deux villes de ce nom, I'une la Seriana
sus-mentionnoe, l'autre qui parait avoir 6t6 non loin de Maco-
mades.
More. CCCIV. Toul., LXXXV.


(1) Atl. Arch., f. 27, Batna, 73. B. C. 1892, p. 154; 1895, p. 99.-
Gsell ot Graillol, M31:lan. 1894, p. 221, Rutins /otinainies au A. de Batla.
- M. A. II, p. 25'1. Re. A/l. 1891, p. 221. Do Pachtgro, Inc. Mos.,
n, 206.







- 53 -


79. LAMPHUA. (Ain-Photua), sur le versant occidental
du Cheltaba, le Ciddaba sacred, don't parle S. Augustin, et que fr6-
quentaient encore les demi-chr6liens de son temps. Ain-Phoua
est done a 1'O. de Constantine, 6 environ 25 kilometres.
Respublica Phuensium des 200, 205 et 213 (Cf. Corp., pp. 587,
965, 1840, nS 6306, 6303, 6307. Ail. Arch., f. 17, Constantine,
102).
Lam phua peoplee de phua), d'apres Tissot qui donne b Lam la
signification de people, ainsi que Toulotte.
SAFARGIUS, en 411. I1 avait un comp6titeur
CARTHERIUS, primat des donatistes, senex.
MAXIMUS, exil6 en 484 et mort en exil, probatus.
PONTIUS, present au concile de Carthage, sous Hilddric, en
525. (Hard. Coll. council. 11, p. 1082).
More., CCCII. Toul., LXXXVI.

80. LAMSORTA ou LAMSORTI. (Bernelle = Henchir-
Mdfouna). Respublica qui d6pendait peut-etre de Lamasba (Cor-
neille) Cf. Corp., p. 445, n0s 4436-37, 18595-96.
L'Henchir-AMdfouna est une ruine considerable. On y a trouv6,
en ouest, une grande basilique mosurant :'."--' de long, avec
une abside de 7m90, et 14m65 de large. (R. A., p. 103).
Une Memoria de Martyrs y a aussi Wtr retrouv6e. (B. A. C.,
1888, p. 137).
ANTONIANUS, Lamsortensis ou Lamfortensis, suivant les ma-
nuscrits. Donatiste sans comp6titeur catholique, g la conference
de 411.
FELIX, exild en 484.
FLORENTIUS, present au concile de 525.
More., CCCV. Toul., LXXXVII. Atl. Arch., f. 27, Batna,
108.

81. LAMZELLA. C'est tres probablement Lampsili, 'IIen-
chir-Resdis, a 1'E. de la Sebkha de Dj. 1l;.
Cf. Tissot, Gdogr., II, p. 483. Atl. Arch., f. 27, Batna, 155.
On y a retrouv6 une basilique de trois nefs, mesurant 23m70








- 54 -


sur 13 metres, avec abside, diaconicum et prothesis(l). A la conf6-
rence de 411, Aurele de Macomades dit: Lamzelli, in basilicd
nostrd positus est Gildo. Ce qui indique que le fameux Gildon fut
enseveli a Lamzelli et non quo ce Gildon, don't parole Aurble, fut
un 6veque de cette villo, come l'a cru M.-I .. Ii.
RuFUS, 6vfque catholique vers 398, mort avant 411.
DONATIANUS, donatiste, qui se disait sans concurrent catholi-
que, en 411, mais a qui 1'intr6pide Aurele de Macomades rappelle
que, si Rufus est mort, on va prochainement elire un 6v6que
catholique pour le remplacer.
More., CCCVI. Toul., LXXXVIII.

82. LEGES. D'apris la correspondence de S. Augustin, la
ville de Leges parait avoir Wte situ6e au N. de la Numidie, entire
Mileve et lHippone. En effet, la lettre 270, adress6e par un in-
ccnnu au saint docteur, porte : a J'ai 6t6 bien afflig6, a mon recent
passage dans la ville de Leges, do ne pas vous y trouver tout en-
tier. J'y ai cependant rencontr6 la moili6 de vons-mrme, et pour
ainsi dire, une parties de vore rnme, c'est-a-dire le Wtrs cher frbre
Sevbre. ) 11 s'agit ici de l'6evque de Milive, saint personnage,
compatriote d'Augustin et comme lui mine A Hippone. Le style
du correspondent indique aussi un moine : Le tres cherfrrre
Sdevre.
DATIANUS, catholique, en 411.
JANUARIUS, exile en 48- et mort en. exil, probatus.
More., CCCX. Toul., LXXXIX.

83. LEGIA. P'robablement la ville de Ledja mentionnea,
d'aprbs Toulotte, par les auteurs arabes, an S.-O. de Tobessa.
CnESCONIUS, donatiste en 411.
VICTORINUS, exile en 484.
More., CCCXI. Toul., XC.

84. LEGIS VOLUME ou VOLUMNI?
Vicion, present au concile d'Arles, en 314. Hard. collect.
Council. 1, p. 2;'.
More., CCCXII. Toul., XCI.

(1) Ruinees romaines au N."de I'Aur&r, p. 9. M. II, p. 251.







- 55 -


85. LIBERALIA. Probablement dans la rAgion de Thabu-
da'os (Thouda), car, en 411, il donna mandate A l'devque de cette
ville pour signer A sa place, L'emplacement de Liberalia parait
etre l'oasis de Liouah qui est A peu de distance au S-0. de Bis-
kra. On y a trouv6 une basilique avec abside et sacristies, sepul-
tures dans des jarres ouvertes et rejointes pour enfermor les corps,
sanctuaire ferm6 par un cancel et, sous l'autel, une pierre evidde
servant A contenir un reliquaire. Ce reliquaire, vase en argile, bou-
ch6 avec une pierre et du mortier, contenait une vertlbre bride
et un fragment de cOte (1).
Mesnage croit A une contraction de Liberalia en Liouah. (Op.
cit., p. 419).
GORGONIUS, en 411. II avait pour competiteur
VICTOR, donastiste.
More., CCCXVIII. Toul., XCII.

86. LIMATA. ROgion de Mila, a ce qu'il semble.
PURPURius, un des traditeurs de 303, present A Cirta en 305.
Opt. de Schism., I, 13-14; Gesta apud Zenoph., p. 1(7.
More., CCCXX. Toul., XCIII.

87. LUGURA. Peut-etre Ain-Laoura, Il'E. d'Ain-Beida;
encore une contraction. On y a trouv6 un sarcophage chrdtien.
DONATUS, mort probatus en exil, o4 I'envoya le roi lHun6ric,
en i i.
More., CCCXXIII. Toul., XCIV.

88. MACOMADES. Peut-6tre Mlralhb-Talha ou Merheb-
Talhia, pr6s Canrobert. Ancien municipe. (Corp., I ..; .. -
Atl. Arch., f. 28, Ain-Beida, 3).
On a trouv6 dans ces ruines les restes d'une belle basilique a
trois nefs, avec abside, de 30 mAtres de long. Sous I'abside
6taient des tombes en briques et des ossements. A l'entour de cette
crypte r6gnait une enceinte de tombes doubles empilles les unes

(1) R. C. 1882, pp. 406-412. Lettre de M. Massic, pharmaoion du cercle
do 13iskra, au Commandant superieur. Dans lo vol. XXV, du mime
R. C. 1888-1889, p. 271, le P. Delattro monLionno simplomonl Lioua on cinq
lignes. Cuique suum.







- 56 -


sur les autres. (Poulle, Rec. de Const. XIX, 1878, p. 345). Y au-
rait-il eu des catacombes a cet endroit? des galories inexplor6es
permettent de se le demander. On a trouv6 dans les fouilles, des
lampes et des symbols chr6tiens.
CAssIUs, present au concile de 256.
Donatus. que S. Augustin cite come un de ceux qui, conver-
tis du donalisme au catholicisme, mnenerent une vie fort edifianto
et vecurent pleins de m6rites jusqu'a la vieillesse. II v6cut au
moins jusqu'en 406.
AURKLIUS, grand d6fenseur des catholiques, en 411.
Il eut pour competiteur donatiste
SALLUSTIUS, Magomaziensis civit. episc.
I'ARDALIUS, exil6 on 484 ; present au concile convoqu6 a Rome
par le Pape F6lix, en 487, probablement comme d6elgu6 de la
Numidie. (Hard., Coll. cone. II, p. 877).
More., CCCXXV. Toul., XCV.

89. MACOMADES RUSTICIANA. C'est probablement
Oum-el-Baouighi (Canroborl), region rurale de Macomades oI le
P. Mesnage pense quo la fille de Symmaque, Rusticiana, devait
posseder quclque domain. Rusticiana 6tait femma de Boice et
sotur de StO Galla. Cf. article Rusticiana. On croit avoir trouv6
une chapelleo Oum el-B ..1. '; sur un are de porte on lisait:
Protege nomen gloriosum, mais Gsell fait observer que cet are a
pu fire parties d'un fort byzantin (1). Shaw y a vu les ruines d'un
edifice chrtien (2).
PROFICENTIUS, donatiste en 411.
More., CCCXXVI. Toul., XCVI.

90. MADAURUS. Madaure, M'daourouch (Montesquieu
non loin de 1l). Colonie datant au moins de Nerva avec co titre.
(Corp., 16873).
Connue par S. Augustin et par le fameux grammairien Maximo.
C'est la patrie d'Apulde. A Madaurt appartiennont les premiers
Martyrs africains connus, appelds pour cola : archi-martyrs, cc
sont : S. Namphamo, esclave, et ses compagnons, Miggin, Lu-

(1) Renier, Arch. des Miss., II, 1854, pp. 334-36. Gsell, M. A. II, p. 246.
(2) Voyage cn Barbarie, 1. p. 155.










cita et Sanad, don't les noms indiquent I'origine punique (5 d6-
combre 180). Madaure 6tait encore tres paienne au temps de
S. Augustin.
Au N.-O. des ruines de Madaure, on a d6blay6 une basilique
entourde de tombs, elle avail trois nefs et mesurait 28mn50 sur
12'95; elle etait priced6e d'un porche prolond de 4m30. Peut-6tre
est-ce colle dont parole S. Augustin, en effot, parmi cos tombes et
Mens(e chr6tionnos, plusieurs sent prdcisdment du IV siecle.
J'ai cit6, dans moe Notes d'Hist., p. 188, cell qui porte : 1 per
christum ad Martyres ou a Meliora, solon les versions.
Parmi les inscriptions chritiennes de Madaure, plusiuurs por-
tent le chrisme constantinien avoc a et to. Les deux plus ancien-
nes sont les nos 4763 du Corpus et 627 de Gsell, R. A. Une des
plus curieuses est cell trouve4 dans les thermes; on y voit un m6-
lange do formulas et de symbols chritions et pa'ens : D(is) M(a-
nibus) S(acrum). Juli Meggenti in pace fidelis, Vixit annis LXVI,
1(ic) S(itus) E(st]; elle est ornde de deux monogrammes cons-
tantiniens avec x et o), d'une couronne, dd deux plots, d'une ro-
sace, d'une ampoule, de fleurs.
Cf. R. C. 1907, p. 247 et 1908, p. 288. B. A. C., 1 'I, p. 79.
- Corp., 4762-63, 16872, 16907 B. A. C., 1893, p. 178; 1908,
p. 223.
II faut mentionner encore une d6dicace bilingue, orn6e de deux
croix grocques, se rapportant i la construction de la citadelle par
Solomon, vers 5;9.
Cf. Corp ,:7 = 16869. Une aulre similaire : Acad. Hipp.,
1902.
Les restes de cete citadelle sent imposants; on y trouve,
comme toujours, nombre de mat6riaux anterieurs ple-omnle.
ANTIGONCS, present au concile do 348 49. [1 plane un doute sur
l'attribution certaine de cet 6veque 4 Madauro, A cause des va-
riantes do mascr. Mesnage op. cit., 338.
PLACENTIUS, pr6smnt au concilo de Carthago, on 407, come d6-
16gud do Numidie, et a la conference de 411, oil il out pour com-
pdtiteur lo donatiste
DONATUS.
PUDENTIUS. exile on 484.
More., CCCXXXI. Toul., XCVII. AUl. Arch. f. 18, Souk-
Ahras, 432.









91. MADES (UI.i.':) sur les confines du Sahara, le limes
MadensisVid. Cagnat, Armee rom. d'Afr., p.749. B.A.C. 1904,
p. 136.
PETRUS, exile en 484.
More., CCCXXXII. Toul,, XCVIII.

92. MAGARMEL ou AQU/E MAGARMELITAN/E (Ain-
h.,ii,.I.1)? pres Sigus. Son WvBque, Julius, est cit6 en 484, entire
ceux de Garba et de Forma, dans la region de Mila.
SECUNDUS, en 411. Son comp6titeur donatisto 6tait
FELIX.
JULIUS, exild en 484.
L'6dit. Migne de la listed des dvoches, en 883, cite Vagarne-
lita.
More., CCCLXXXIII. -- Toul., XCIX.

93. MASCULA (Khenchela). Siege de la IIIo l1gion Au-
guste, quand elle quitta Theveste, avant de se fixer A LambBse;
probablement 6rig6e en commune romaine par Trajan.
On trouve a Khenchela de nombreux vestiges du christia-
nisme, beaucoup proviennent des environs et ont un caractrre
donatiste. II y en a dans des maisons privees,'dans un local dd-
pendant do la Mairie, au Cercle militaire, au bordj du Comman-
dant superieur. Jo ne citerai ici que l'6pitaphe chrldienne de
Leontia don't j'ai parl6 p. 115 de mes Notes d'Hlist.; on la croit
du IVe si6cle, elle est sans chrisme; une inscription mentionnant
la rastauration et la d6dicace d'un sanctuaire chr6tien par un
certain Innocentius, avec un beau chrisme constantinien portant
Set (,) en caracthres byzantins (R. C. 1898, p. 381); une arcade
avec signes chr6tiens, probablemont un couronnement de porte ;
une dalle votive avec palme et monogramme constantinien ; di-
vers pilastres avec symbols chrotiens, chrismes, colombes, pal-
mes, rosaccs, l'inscription Deo laudes, etc. Un pilastre porte une
formula qui semble un rapprochement des donalistes et des ca-
tholiques : Deus tibi laudes et gratias. On citera en leur lieu les
Memorial apostolorum et autres inscriptions transporltes, des
environs, dans le bordj ou ailleurs.










11 faut signaler, comma curieuse, une inscription qui parait
6tre la d6dicace d'une chapelle montaniste. Sur une grande
pierre, haute de 0'mn2 et large de 0Om96, conservee au Cercle mi-
litaire : un grand chrisme flanqu6 de l'a et l' et de deux rosaces;
entire l'encadrement double et le sommet du chrisme, cette ins-
cription qui semble des debuts du V siecle :
Flabius Abus (Flavius aous) domesticus, I(n) nominee Patris et
Filii (et) do(ri)ni Muntani, quod promisit complevit.
Le nom de Muntanus, substitu6 au Saint-Esprit, fait penser au
fondateur du Montanisme, don't la secte existait encore au temps
de S. Augustin. Prdcisement Montan disait que 1'Esprit-Saint
s'6tait manifesto en lui. (S. Aug. Ep. 237). L'interpretation est de
Gsell et de Monceaux. Ce dernier lit aussi Do(minus) M(untanu)s,
come se rapportant au mnme personnage, sur une autre pierre
de Khenchela avec le monogramme :Do. Ms. 11 y aurait done eu &
Mascula, des Montanistes ayant leur chapelie(l). Monceaux ob-
serve, avec Gsell, qu'il ne saurail etre question ici de S. Mun-
tanus de Carthage, la place du nom du Saint au lieu de celui du
Saint-Esprit 6tant inusilee dans l'Eglise catholique. Quant au
titre de domesticus, on lc trouve portn, au bas-empire, par diffe-
rents dignitaires civils ou eccl6siastiques, notamment par des
sous-diacros. Peut-otre correspond-t-il A un titre honorifique
comme : De la mason de l'empereur, chambellan, majordome.
Mentionnons encore deux sarcophages probablement chr6tiens,
surtout celui portant des dauphins et des rosaces, ainsi que nom-
bre de lampes chrdtiennes. Cf. Notes, p. 131. RappeloVrs enfin
l'inscription nous apprenant que Tibdre II, appela Mascula : Tibe-
ria et la fortifia, vers 580, par les soins du prdfet Thomas. (Notes,
p. 352).
Mentionnons encore la ferme Durili, aa S.-S.-E., pris Khen.
chela, la memorial S. Martiris Juliani, des lampes chr6tiennes,
des portes ornees de chrismes constantiniens, etc. (R. C. 1909,
pp. 29i 97).
Enfin, on a signal l'erreur qui donne Mascula pour patrie A
un Saint Archimime, alors que 'auteur que Fon invoque, Victor

(1) B. A. C. 1901, p.310. H11ro do Villcfosse, Arch. Miss, sc., 3 s., II,
p. 458. Corp., 2272, add. p. 950; 2274, add. it. i. ..... '. n, o 270, 271.


- 9 -










de Vite, parole d'un martyr nommr Masculan, chef d'une troupe
de com6diens & Carthage, on dans la region de Carthage, Archi
mimus. Quemdam Archimimum nominee Masculan. (Edit. Ilalm
et Petschenig)(i). Notes, p. 318.
CLARUS, present au concile de 256. Des manuscripts lui don-
nent le litre de confesseur de la foi. (Toulotte, p. 211).
Donatus, present au concile de Cirta, en 305.
MALCHUS, catholique, A la conference de 411. II y eut comme
comp6titeur donatiste un certain Vitalis don't on a peut-e6re re-
trouv6 le nom sur un debris de cintre, a Henchir-Tagafght, pres
Mascula : ( Vita)lis Epi(scopus). Cf. Corpus, 17716.
JANUARIANUS, exil6 en 484.
JANUARIUS, qui assist au concile de Carthage, en 525, come
delegue de Numidie, mais ne put signer a cause de son grand
age. Janvier de Vegesela, son voisin, signa pour lui.
More., CCCXLIV. Toul., C.

94. MASTAR. (Henchir-Zian), pres Rouffach. Centre tres
ancien qui avait une foire romaine en 212. C'6tait un Castellum,
comme le Castellum elephantum voisin (Rouffach), oh l'on a
trouv6 la fameuse inscription parlant des Martyrs de Milev sous
le president Florus. Corp., pp. 6356, 6357, 6700. (Voir Rouffach).
Toutefois, Mesnage faith observer que le vrai nom do 1'6vech6,
dans les msscr, est Matharensis; I'identilication avec le Mas-
tar ci-dessus est done douteuso. Corp., pp. 591, 965, 1842. -
Atl. Arch., f. 17, Constantine, 94. Tissot, Gdogr. II, p. 398.
Voici les 6v6ques connus de Mathara :
HONORATUS, catholique sans comp6titeur, en 411.
FEL1X, mort en exil oh le roi Hun6ric 1'envoya avee ses collS-
gues en 484.
More., CCCXLVIII. Toul., CI.


(1) Vid. Gsell et Graillot, Ruines romaines au N. de 'Aurns, dans los
Mdlanges de Rome, 1893-94, p. 497 et suiv. Corp. cl supply. 2272-74, p. 950,
etc. Rcc. de Constantion, XXIX et XXXII', etc. Masqueray, De
Aurosio monte. Farges, Bullet. acad. d'Hipp. XVIll, XX, XXI, XXII,
XXXII, XXXIV. Recue archdol., XXXI. Bullet. antiquaires de
France, 1877, pp. 72-74, etc. -- Atl. Arch., f. 28, AIn-Beida, 138.


- 60 -










PI. J.


Lampe d'El-Outaia (Mezatfelta).







- 61 -


95. MAXIMIANA. (M.,... ;) pres de Medjez-Sfa, trEs
probablement. All. Arch f. 9, B6ne, 225. On y a retrouv6 les
restes d'une basilique avec baptist6re, par consequent 6piscopale.
(R. C. 1882, p 100. Abbe Mougel, Acad d'Hipp., XIX, 1883,
p. 188-89).
DONATUS, exil en 484.
More., CCCLIII. Toul., CII.

96. MAZACES. Au S. de l'Aurbs il y avait des peuplades
Mazicum, les Imazighen, les libres. Peut-6tre faut-il chercher Is
cet viechU.
APRONIANUS, donatiste en 411.
BENENATUS, mort loin de son siege, apris avoir 6tW exile par
Huniric en 484.
More., CCCLVII. -Toul., CIII.

97. MESARFELTA. Peut-6tre El-Outafa. Gsell et Wil-
manns l'admettent avec hesitation.
Cf. Corp., pp. 278, 953, 1720. Atl. Arch., f. 37, El-Kantara,
64, 70.
Une inscription nous apprend qu'en 'an 176 de notre ere on
refit l'amphith6atre de la ville romaine dent les ruines sont dans
la plaine d'El-Outaia l). Amphitheatrumr vetustate corruptum a
solo restituerunt. (Corp., 2488 et p. 953).
Dans ces dernieres ann6es, on a trouv6, dans la plaine d'El-
Outaia, deux lampes chretiennes, en terre d'un rouge vif. Bien
que bris6es elles m6ritent d'etre signalees. L'une porte un beau
chrisme constantinien, I'autre repr6sente les deux hebreux qui
rapportent sur leurs 6paules la grappe de raisin cueillie dans la
terre promise ot suspendue a une branch, mais pour bien mar-
quer la signification chrdtionne de ce symbol, un chrisme cons-
tantinien simple, dans un cercle, domine lo sujet vers le haut de
la lampe.
Je reproduis ici cette curieuse lampe, quo je possbde dans ma
collection personnelle, grace A Ia ginerosit6 de M. I'abb6 M6tivet.

(1) Gsell pense que cet n...i.I i d6tait peut-etre en Lorrc.







- 62 -


cure de Biskra, lors de la decouverte de ces objets chr6tiens a
El- Outaia.
LUCIANUS, mort avant 411, car Benenalus, eveque donatiste de
Mesarielta, ayant prdlendu ne pas avoir de compotiteur catholi-
que, Aurele de Macomades, grand champion des catholiques
dans cette conference, lui repondit : Vous en aoez; cos violence
ont prererti plusieurs habitants, Lucien y a dte evdque et on va en
ordonner un autre.
More., CCCLXVII. Toul., CIV.

98. META. C'est probablemont ad Medias non loin de l'oued
Mila, entire ad Majores et Badias, dit Toulotte il y a l1 de gran-
des ruines romaines. Co pourrait etre aussi Midas, dans le Sud
6galement, ouf un grand village berbiro a succd6 a un gros
bourg remain.
GRATIANUS, en 411. Son comp6titeur donatiste btait
FORTUNATIANUS.
JELICIANUS, exile on 484.
More., CCCLXVIII. Toul., CV.

99. MIDILA. Mdila, Mdili, pris ad Majores, au N.-O. de
Negrine, sur l'Oued-IIolal.
A 3C0 mbtres au S.-O. de la ville, on croit avoir retrouvi les
chapiteaux d'une basilique et la statue d'un 6veque ou autre per-
sonnage religieux. (B. A. C., 1907, p. 330).
IADER, present au concile de 256, condamn6 aux mines on 257.
I.e P. Mosnage 1'atlribue -1/../ do Proconsulairo (IIenchir-
Menkoub), parcel que, dit-il, il est peu probable quo cetto petite
locality ait old d6ja Oevclie en 256. L'argument me semble insuf-
fisant. Le texto de 250 porte lader a Midila. Ensuite lador est
condamn6 aux mines aveo huit antres dvtques, tous de Numnidie.
Sa r6ponse S St Cyprion, 6crite dos metalla, est rddigee de concert
avee Felix do Bagai et Polianus de Mila, il signed centre ces deux
eveques. Tout le place en Numidie. C'est du rest I'avis de
M. Gsell qui le place 6 notre Midili et non en Proconsulaire. Cf.
son travail sur le Metallum S' dans lo Bull. de la Soc.
Arch. de Sousse, I, pp. 135-139. Moreolli et Toulotte le mettaient
aussi en Proconsulaire,







- 63 -


JULIANUS, donatiste on 411.
FLORENTIANUS, exild en 484.
More., CCCLXXI. Toul., CVI.

100. -- MILEVUM. (Mila). Colonial Sarnensis Mileoitana.
Corp., 6710. Uno des cinq cits de la confid6ration cirthdonne,
fond6e par Sittius. Ce dlrnier tail originire de Nucdrio siir le
Sarnus en Italie, ce qui expliquo lo nom de Colonia Sarnensis
donn6 & Milecum, centre d'origine plus ancionne que les Romains.
On so souvient des Martyrs de Mila, sous Florus, ainsi que des
conciles de 402 el 416, tonus dans cette ville. On n'a rien trouv6
des quatre basiliques cities en 411.
Mila n'a fourni que quelques lampes chretiennes et un chapi-
teau ionique chr6tien ropr6sentant, par dovant et par derriere,
une colombe pose sur un panier et flanquee, semble-t-il, de
deux grappes de raisin. Ce chapiteau se trouve encore a l'entree
de la Casba. Cf. Gsell, Texte explicatif des planches de Dela-
mare, pl. 112, n 11, Leroux, 1912.
POLLIANUS, present au concilo de 256, confesseur de la foi,
condamn6 aux mines en 257.
S. OPTAT, cdlebre ddfonseur do la foi contre les Donatistes an
IVe sikcle. Son ouvrago fut cerit probablmeont avant 375. On
I'honore le 4 juin. On voit dans la catacombe do S. Callixte, A
Rome, des fresques repr sontant, avec les SS. Corneillo et Sixto,
papes, S. Cyprien de Carthage at un Saint Optat, 6veque : sls
OPTATUS EPISCOPUS, mais M. de Rossi croit qu'il s'agit ici do
S. Optat de Biskra et non du saint 6xvque de Mila. (Roma Soit.
I, pp. 178 et 303, II, pp. 48 et 222).
HoNORIUS, vors la fin du IVe sidcle. II fut d6pos6, d'aprbs S.
Augustin. (Contr. litt. Petil., III, 38).
SLVERUS, compatriot et ami de S. Augustin. Moine come
lui, il introduisit a Mila la vie monastique. (S. Aug., Ep.
XXXVIII, 3). 11 fut en correspondance avec le saint vCTOque
d'Hippone et inourut vers i.'. (Ep. CCXIII, 1).
ADonATrus, donatiste on 411; accuse d'avoir d6truit quatre
basiliques en un seul lieu, Mldec probablemeut.
BENENATUS, exil6 en 484.







- 64 -


RESTITUTUS, present au concile de Constantinople, en 553.
La liste de Beveregius donne Mila parmi les Bvechbs africains
du milieu du VIIle siecle et celle de Ldon-le-Sage, en 883, par-
mi coux de la fin du IXe.
II s'est tenu B Mila plisieurs conciles, un donaliste vers 397,
les autres catholiques, en 402 et 416(1).
On a vu que Severus fonda un monastbre & Mila.
More., CCCLXXIV. Toul., CVII.

101. MONS ou MONTE de Numidie. (Montana, 6 1 kil. au
nord de Mdila). C'est le Limes Montensis entire le Limes Tha-
malleni et Badias. (Corp., 2786).
11 y avait une autre Monte en Sitifienne. Toulotte les fond dans
la Monte Sitilienne et Morcelli attribue les deux 6v6ques a celle
de Numidie.
Conime Mesnage, j'ai placb Donatianus de 411 en Numidie,
tout en faisant observer qu'il pourrait bien appartenir a la Siti-
fienne, Btant simplement qualify de Montensis. Quant 6
VALENTIANUS, exile n 484 et mort en exil; d'aprbs la Notice
de 482, il appartient sans contest a la Numidie.
More., CCCLXXXI. Toul., XXIX.

102. MOXORI. Toulotte propose avec hesitation Mova indi-
quae par la Table de Peutinger entire Tibessa et Vasampus,
(Morsott).
On ne connait que
DOMNINUS, exild et condamn6 aux mines par le roi vandale
Huneric, en 484.
More., CCCLXXXIII. Toul., C1X.

103. MULIA. Peut-6tre Miliaou EI-Milia. Une inscription
locale prove qu'il y eut l un fundus(2).
On ne connait que l'6v6que
PEREGRINUS, exil6 en 484.
More., CCCLXXXV. Toul., CX.

(1 S. Aug., Epist. 34-5. Mansi, Collect. Colnil., IV, pp. 326 ot 494 --
S. Aug., EpI(t. 176-78, 182-86. Mansi, op. cit., IV, p. 325.
(2) B. A. C. 1907, p. CCXVIII.








- 'p


104. -- MUNICIPIUM ou MUNIC1PA?
VICTOR, exile par Hun6ric en 484.
More., CCCLXXXVIII. Toul., CXI.

105. -- MUTUGENNA. Villa & 'est d'lippone, d'apres S.
Augustin, et pas tris 61oigneo de cette ville. car le saint 6v;que
s'y rendit plusieurs fois et Valere, 6v6que d'llippone, reprit le
diacre Rusticien de venir trop souvent & Hippone et d'y Stre plus
qu'A Mutugenna(l); or, eelui-ci lui r6pondit qu'il n'6tail pas fait
pour la solitude. 11 semble n'y avoir eu d'evsque dans ce centre
que pour en opposer un au donatiste. Une inscription porte &
voir l ,,i,.,..'... aux ruines d'Arn-Tella, a I'E. d'Hippone et au
N.-E. de Roum-es-Souk. (Eph. E,'/..*'. VII, 422).
ANTONIUS en 411. 11 eut pour comp6titeur
SPLENDONIUS, donatiste.
More., CCCXCVI. Toul., CXII,

106. NARACCATA. Region des HIarractas ?
FORTUNATIANUS, exile en 484.
COLUMBUS, present au concile do Carthage, en 525. Cf. Hard.
Coll. Council. II, p. 1082.
More. CCCC. Toul., CXIII.

107. -- NAZAI ou VAZAIVI. (Ain-Zoui). Cf. Atl. Arch.,
f. 39, Chdria, 49.
On a retrouv d'importants vestiges du christianisme A Vazaivi.
M. Farges y a i..,il.. une eglise; il croit que e'etail l'ancienne
basilique civil adapted au culte chr6tien. Masqueray y a vu une
abside en 1878. On y a trouvi une belle pierre .!iS ,,i des sculp-
tures en relief plat et un monogramme constantinien simple de la
bonne epoque, 1Ve siecle, ainsi qu'une table d'autel avec loculus
pour los reliques et une inscription mentionnant les noins des
Saints don't les reliquos y sont enform6es.
Voici les noms des martyrs don't l'inscription mentionne los
reliques dans la basilique de Vazaivi : Silcani, Primi, Donati,


(1) S. Aug., Epist. 23 te 174. Serim. de Rusticiano diac., an 4.








- 66 -


Tunnini, Felicis, Lucatis ot ,ahinis. (Lucatis a ete Iu : Luccas) ().
On a trouve des tombes dans le sous sol.
Au sud des ruines, autre basilique et une vasque en pierre ou
bassin lustral (2.
LIBERALIS, donatiste, en 411.
More., CCCCIII. Toul., CXIV.

108. NEBBI. Region do Tobita et Mnacri. En effect, on lit
dans la Chronique de Victor de Tonnone, que, i'an 479, Ilun6ric
exila nombre de catholiques Tubunis, Macri et Nippis, aliisque
eremi partibus.
QUODVULDEUS, donaliste, en 411.
PAULUS, exil6 en 48. et inort probatus.
More., CCCCVIII, CCCCIX, Toul., CXV.

109. NICIBA. (N'gaous). L'ancienne Nihaous dos g(ogra-
phes arabes. (Atl. Arch., f. 26, Bou-Taleb, 161). Outre la 2Mc-
moria don't on va parlor plus bas, on a trouv6 a N'gaous mnme,
une bague de bronze portant : Viaat in Deo (Corp., 4473); c'est
dans la region que furent decouverts les reliquaires d'Henchir-
Akirib. Cf. I'article concernant Henchir-Akhrib.
Citons encore 6 N'gaous, un linteau de porte avec une croix
au centre et une inscription incomnplite a gaucho, la droite du
linteau manquanl. (Corp., no 1673).
JusTus, donatiste, en 411.
PAULUs? Voir ci-dessous.
COLUMBUS, arni et quasi-16gal de S. Gr6goire-le-Grand en Nu-
midie, de 592 a 602. Cf. Epis. Greg. magni, II, 46; III, 47-48;
VII, 2; VIII, 14, 15; XII, 8, 28.
C'est ce Columbus qui posa et scella, en 581 ou 582, los reli-
ques places sous l'autel d'llenchir-Alhrib, comme 1 lqo ,i.
l'inscription byzantine don't on done ici Io texte. 11 sera parl6

(1) Masqueray, Rro. Afr. XXII, 1878, p. 453 et notes inddilts aanut servi
SGsell, M. A., II, 341. Farges, Acad. Hipp., 1884, pp. 133-39, pl. II.
Ab)6 Mougel, ibul., pp. 156-61. Corp., 17653. Audollent et Letaillo,
.. 1. do Rome, X, p. 537.
(2) Atl. Arch., loc. cit. Gscll, Atti del o' Colgrcsso di arch. crist.,
Roma, p. 217. -- Musde do Tdbessa, p. 51.








- ;61 -


des reliquaires et de la chapelle a l'article concernant cette loca-
lit6, come on l'a dit plus haut.

+ IN NOMINEE PATRI ET FILI SPSCI POSITE SVNT MEMO
RIE SCI IVLIANI ET LAVRENTI CVM SOCIIS SVIS
PER MANVS BEAT COLVMBI EPSI SC ECLSE NICI
VENSI IsTIVS PLEBI PER INSTANTIA DONATI PRB
INPR TIBERIO ANNO V IND XIIII SBD PHD
NNS OCTOBRES

In nominee Patri(s) et Fili(i) el sp(iritus) S(an)c(t)i posite sunt
memories s(an)c(t)i Juliani et Laurenti(i) cum sociis suis per
manus Beati Columbi ep(i)s(cop)i sancte ecclesie Niiriensi(s)
istius plebi(s) per instantia(m) Donati pr(es)b(yteri imp(erante)
Tiberio anno V indlictionc) XIIII s(u)b d(ie) pr(i)d(ie) n(o)n(a)s
octobres.
Ainsi que le remarque M. Gsell, il doit y avoir une error do
date sur lo pierre, les deux dates ne concordant pas. Pout-6tre
est-ce l'ann6e IV de 'Tibero Constantin, ce prince ayant rvgn6 de
578 & fin 582 (1).
Dans son travail sur la chapolle d'Henchir-Akhrib, M Gsell
pense qu'il faut peut-i8re lire dans la Notice de 482, a propos do
Paul pr6cit6 6 Nebbi : Paulus Ni(ci)bensis, au lieu de Nibensis,
et attribuer cet 6veque a Nicica ou Niciba, N'gaous. (Op. cit.,
p. 13, Note 2).
Le m6me, 0 la Note 3, ajoute: o Un autre B6vque du mOnme
lieu figure peut-Otre sur une inscription tres mutil6e trouv6e a
N'gaous m6me, le texte commence par ces mots : Memoria
Rede(mti? e)p(is)c(opi) (Ni)civensis? ?
More., CCCCX. Toul., CXVI.

110. NIGR/E MAJORES. (Ad Majores, Besseriani). C'est
lo nom du group Sud de ruines de l'oasis de N6grine, don't le
group Nord est Casme Nigrenses. Trajan fonda ce centre, en 104.
Cf. Corp., pp. 276, 1716. Tissot, Geogr. 11, 530.

(1) Vid. Sell, Bull, arch. da Comitd, 1902, p. 526. Chapelle chrdt.
rl'Henchir-Akhrib, dans les MIlangles, T. XXIII, 1903. Chron. d'arch.
afric., ibid. 1904. -Chan. Jaubort, Rapport l Mir Gazaniol, Echo d'Hip-
pone, juin 1903. R. C. 1903, Reliquaires d'Henchir-Akhrib ct Mosai'que
d'Aln-Touta.







- 68 -


LucRus, 6veque catholique plebis Nigrensium Majorum, en 411.
More., CCCCXI. Toul., CXVII.

111. NOVA BARBARA. (Beni-Barbar), trbs probablement.
Cf. Corp., pp. 272, 952, 1713. Ail. Arch., f. 39, Ch6ria, 71.
La zaouia des Beni-Barbar a 6t6 un centre antique important.
L'inscription du Corp., 2463 qu'on y a trouv6e, est probablement
chrl6ienne, Quod Voca...
ADEODATUS, exil6 en 484.
More., CCCCXIII. Toul., CXX.

112. NOVA CESARIS ? II en est de Nova et de Ccesaris,
Ccwsaria... come d'Aquce, de Caslellum, etc. Les identifica-
tions sont fort difficiles.
VICTORINUS, exile en 484.
More., omisit. Toul., CXIX.

113. NOVA GERMANIA. Appelco aussi Nova Germani.
La cit6, siege de cet 6v6ch6, 6tait certainement dans le voisinage
de Thubursicum Numidarum (Khemissa), puisque en 407, ses
seniors ou fabriciens, porterent plainte au concile de Carthage,
centre l'6voque de Thubursicum, Maurentius, et qu'une commis-
sion se rendit dans cette ville pour rSgler l'affaire sur place. (Hard.
Coll. Cone. I, 919). Peut-6tre faut-il voir Nova Germania dans
les ruines de Bou-Atfan?
FLORENTIUS, Nobagermaniensis, exild en 484.
More., CCCCIV. Toul., CXX.

114. NOVA SINNA. Peut-etre Kallat-Sennan, entire Nar-
ragara et Theveste, dit Toulotte.
RESTITUTUS, catholique en 411.
FELIX, son comp6titeur donatiste.
CANDIDUS, exile en 484 et mort en exil.
More., CCCCXVII. Toul., CXXI.

115. NOVA PETRA. (Henchir-Encedda ou Henchir-el-
Atesch).
C'est Hfenchir-Encedda, dit Gsell, que plusieurs archeolo-







- 69 -


gues placent Nova Petra. On sait que ce lieu 6tait c(lebre par le
tombeau du martyr donatiste, Marculus, devenu un centre do
pelerinage, Le Castellum de Nova Petra dtait ainsi appel6 parce
qu'il 6tait voisin d'une montagne abrupte du haut de laquelle fut
pr6cipit6 Marculus, en 348, disont les Actes de co martyr dona-
tiste. Le mons arduus dos Actes sorait alors le Djebel Agmerouel
au pied duquel est situ6e la ruine d'Henchir-Encedda, dans la-
quelle Gsoll signal des fragments d'architecture ayant pu appar-
tenir A une 6glise.
Bien qu'Henchir-Encedda soit une ruine peu important,
ajoute cet auteur, c'est peut-etre avec raison qu'on l'identifie
avec Nova Petra : la distance entire cc lieu et Ain-Zana (Diana),
est b peu pr6s cell qui est indiquno sur l'itindraire d'Antonin
(14 milles)(1). On pourrait cependant penser & Henchir-el-Atesch,
oh se trouvent les ruins d'un 6difice chr6tion important.
Cet edifice est uno basilique, avec abside sur6lev6e, mesurant
32 metres X 14m20. On a trouv6 au N.-E. de cette basilique
une chapelle de 19 mtres X 12rn20 (2.
)ATIVUS, donatiste en 411. 11 se vante de n'avoir pas de com-
p6titeur catholique et d'etre le garden des reliques de Marculus.
More., CCCCXXI Toul., CXX11.

116. NOVA SPARSA. C'est probablemont, selon Gsell et
Graillot, I'Henchir-bou-Takrematene(3). On ya reconnu les vesti-
ges de trois edifices chr6tiens :
1o Au S.-E. de la ville antique, sur une colline, une basilique
de 17m30 X 9m60, avoc trois nefs, abside, sacristie et d6pendan-
ces. Devant la facade s'6tendait un portique 6 colonnade;
20 A 1'O. une autre basilique de 22'50 X 12m30. Elle a trois
nefs et deux sacristies qui flanquent le choeur rectangulaire
tenant lieu d'abside et profound de 6m40. Uno grande construction
de 40 mttres X 20 metres, avec cour & quatre portiques, voisine
de l'6glise, parait avoir 6t6 un monast6re;

(1) Ragol, 1. C. XVI, 1873, p. 228. Tissot, Gdog., II, p. 509. Gsell,
R. A., p. 209. Atl. arch., f. 27, Batna, 3 cl 62.
(2) M. A. 11, pp. 170-73. R. A., p. 201. R. C. 1864, p. 292.
(3) 'i ..' Ruines rornaines au N. do Batna, pp. 7981. M. A. II,
p. 186. -- .,' arch., i, 17, Constantine, 387.







- 70 -


30 Enfin, dans la mechta, on a retrouv6 les restes d'une 6glise
plus petite, orientee a l'O.-N.-O, et terminee par une abside. Elle
avait aussi trois nefs s6parees par des colonnes. Gsell n'en parle
que dans les Ruines rom. au N. de Batna.
FELIX, exile en 484 et mort en exil.
More., CCCCXVI. Toul., CXXIII.

117. NOVA?
ROGATIANUS, en 256.
FELIX en 411.
More., CCCCXVIII. Toul., CXXIV, dit que c'est peut-6tre
Mova pres Morsott(l).

118. OCTAVA. Probablement dans la region de l'Aur6s, Co
lieu est el6hbre par la fameuse repression du come Taurinus
qui, dans une fire oi ils fomentaient des troubles, fit tuer un
grand nombre de circoncellions, vers 345. Cf. S. Optat, De
Schism., III.
VICTOR, present au concile de 256.
PASCENTIUS, exil6 en 484.
More., CCCCXXVII. Toul., CXXV.

119. PAUZERA?

FLAVIANUS, donatiste, en 411.
More., CCCCXLI. Toul., CXXI.

120. PUDENTIANA. On en ignore l'emplacemont. Une
branches de la gens des Pudentii a dft dtablir un devch6 sur
un de ses domaines. On connait la conversion du s6nateur
Pudens qui donna, l'Eglise de Rome, son palais du Viminal, et
dent le ils Pudens et les 1i1i-, Sainte Pudentienne et Sainte
Prax.de furent chritiens, ainsi que le parent Manius Acilius
Glabrio, consul en 91, et mis a mort pour la foi par Domitien.
Un Pudens, gouverneur de C6sarienne, se montra trbs mod6rd
a l'dgard des chr6tiens pendant la persecution de Septime S6vBre.
(Tert. Ad Scap., 4).

(1) Vid. Moxori,







- 71 -


Enfin, diverse inscriptions de Calama, Cuicul et Thamugadi
mentionnent des personnages du nom de Pudens et Pudentianus.
Cf. Corp., '2 '. i, 2372, etc. Vid. Mesnago, op., ctt. pp. ,-:-29.
MEMMIANUS I.
MEMMIANUS II. Tous deux do la fin du IVe sieclo et du com-
mencement du Ve, avant 411.
En effet, Ie donatiste Cresconius ayant dit B cetto conference:
Je n'ai pas de traditeur dans mon people, ni dans mon diocese,
c'est-A-dire de catholique, A urle de Macomades, grand cham-
pion des catholiques, lui r6pondit : Nous actions la l'dveque Mam-
mianus, home tres vdndrable; puis nous y avons ordonne un se-
cond Memmianus. Tous deux sont morts; nous allons en ordon-
ner un autre. Alors Addodat de Milev reprit au norm des dona-
tistes : Pour qui? Et Aurnle : Cc n'cst pas pour voos iue nous
l'ordonnons, car les vdtres ont ddiruit les basiliques, oni enleod les
ornements de l'delise et celui qui ient de parler a rencersd qua-
tre basiliques dans une seule locality. Pudentiana 6tait, semble-il,
pas tres loin de Macomades.
CRESCONIUS, donatiste susmentionne.
PEREGRINUS, exil6 en 484 et mort en exil, probatus.
MAXIMIANUS accuse par ses diacros de s'etre laiss6 corrompre
par los donatistes, on 591. Saint Grdgoire-lo Grand ordonna B
Columbus, de Niciba (N'paous) de convoquer un coneile pour
juger Maximianus. (Lib. II, epist. 48).
More., CCCCLIII. Toul, CXXVIII.

121. PUTIA. Probablemont dans le Sud. A Henchir-Touta,
une inscription parole des Casce N' et de Puteos. Cf. B.A.C.
1898, p. CCXLVIII.
FELIX, donatiste en 411.
GAUDENTIUS, exild en 484.
More., CCCCLVI. Toul., CXXIX.

122. PUTIZIA? Pas soroment en Numidie.
FLORIANUS, donatiste en 411.
More., CCCCLVII. Toul., Numid. CXXX, B.. '.,. CI.







72 -

123. REGIANA, Probablement Ilenchir-Tahouch ou Taou-
houch oh Tissot place Ad Lacum Regium. (Gdogr. II, p. 511).
Gsell y signal, dans ses M. A. II, p. 264, une 6glise de 21m55
sur 13 mitres. L'abside, qui faisait une saillie courbe 6 1'ext6rieur
et don't I'are de tote s'l .i.~ sur deux demi colonnes, 6tait
flanqu6e de deux sacristies.
FORTUNIUS, exile en 484 et mort en exil.
More., CCCCLX. Toul., CXXXI.

124. RESPECT?
QcoDVULDEUS, exi1i en 484.
Morc., CCCCLXIII. Toul., CXXXII.

125. RESSIANA. Comme Legs dans la region de Tacarata,
centre Milev et Hippone. Voir Leges.
OCTAVIANUS, en 411.
VIuILIUS, exile en 484 et mort on exil.
More., CCCCLXIV. Toul., CXXXIII.

126. ROTARIA. (llenchir-Temlouha ou Ilenchir-Loulou),
region de Renier sorement. On voit par les Acles de la Conference
de 411 que Rotaria est procho do Jhibilis et d'Azura. A Tem-
louka on a trouv6 une borne milliaire avec chrisme. R. C. 1867,
p. 235. Corp., 4824, 22272. All. Arch., f. 18, Souk-Ahras,
132, 135, 148, 149).
FELIX, un des traditeurs de 303, a Cirta en 305.
VITron. donatisle en 411. 11 prit la parole et dit : Je n'ai pas de
compdtiteur. Mais l'inlr6pido Aurble de Macomades expliqua
pourquoi. Nous avions la un dodque, lui r6pondit-il, vous l'aoez
tua et vous aces pris sa place. Sur ce, Addodat, mandataire des
donatistes, reprit : II dit que cet ecdque a eto tue; qu'il accuse le
coupable et le fasse connaitre et poursuivre. Aurble alors : Ils ont
rebaptise cet dedque qui est un vieillard de 90 ans. I1 montrait
en m6me temps Simplicius de Thibilis (Announa). Alors Victor
d'Ajura ou Azura reprit : II dit n'avoir point de compdtiteur; j'ai
la une eglise, vous le save bien.
More., CCCCLXVI. Toul., CXXXIV.

127. RUSICADE, (Ihilipperille). Colonia Veneria Rusi-
cade. Genio Colonia Veneriw Rusicadis. Oppidum a l'6poque de






P1. II.


Piliers de 1'Area de Rusicade.










Pline, elle devint une des colonice cirthenses(i).
Nombreux sent les souvenirs chr6tiens de l'ancienne Rusi-
cade.
Dans la propri6t6 Lesueur c'ost l'antique area chr6tienne avec
sa Cella, son horlus, son enceinte mur6e, la casa major, les s6pul-
tures nombreuses autour de I'area mur6e ct la casa minor. L'en-
ceinte murde contenait trente-et-une s6pultures on briques autour
de la Cella. Celle-ci qui, d'aprbs M. Cagnal, date de la fin du
11i sibcle ou du commencement du IIIe, 6tait voatte et pav6e en
mosa'que. Elle a contenu des sarcophages on marbre, dent on a
retrouv6 des debris; ses murs 6taient revOtus de stuck, on y a vu
des graffites & la pointe et au fusain, bateaux, croix, 10ANNES, etc.
Enfin deux piliers, avec chacun un chrisme constantinien simple,
ornaient l'entrde do l'area muro cincta, a laquelle on parvenait
par un escalior, car le terrain de la collins est trIs en pente A cot
ondroit.
La casa minor'situde un peu au-dessous do cot escalier, come
l'amdnagement de l'ontree do l'area avec les piliers susdits, datent
des commencements du IVO siecle(2). On y a retrouv6 une petite
auge en marbro qui parait un reliquaire.
Rappelons la basilique construite au IVo siylel par l'6v6quo
Navigius, en I'honneur de la martyre Digna. On en a retrouvd
des traces et la d6dicace m6triquo dans le square situ6 devant
1'dglise actuello (un coin de l'ancien forum). Les ossements trou-
vds dans la tombo voisine, aver quatre grands clous, sont coux
d'une femme Agde de 35 a 40 ans. Une mosaique recouvrait ]e
s6pulcre. Je crois utile de donner encore ici la d6dicace de cette
basilique :

MAGNA QVOD ADSVRGVNT SACRIS
FASTIGIA TECTIS
QVAE DEDIT OFFICIIS SOLLICITVDO PIIS
MARTYRIS ECCLIESAM VETERAN
DO NOMINEE DIGNAE
NOBILIS ANTIS 0 TES PERPETVV(S)
QVE PATER
NAVIGIVS POSV1T CRISTI LE
GISQVE MINISTER
SVSPICIANT CVNCTI RELIGIONS OPVS

(1) Corp., 7960, 6710, 6711, 7094-98, 7123, etc., pp. 681, 967-79, 1879. -
Atl. Arch., f. 8, Philippeville, 196.
(2) B. A. C. 1903, pp. 530-33. -- Notes, pp. 22-25,


- b3 -








- 74 -


L'original est au Louvre; le mus6e de Philippeville on possede,
grace & M. L. Bertrand, une fiddle reproduction (1).
Uno croix byzantine en marbre blanc, trouvdo en 1911, en
construisant uno maison A la rue Nationale, en dessous du
theatre, parait provenir d'une basilique chrdtienne. On la conserve
au Musbe.
D'aprbs la correspondence do S. Augustin (Epist. CCXII), une
Memoria en l'honneur de S. Etienne fut probablement 61evee a
Rusicade, vers 425, pour y conserve des reliques du proto-mar-
tyr confines, par l'eveque d'llippone, A une matrone du nom do
Galla et a sa fille Simpliciola, vierge consacree 5 Diou. Augustin
los recommande un 6veque nomlnm Quintilianus, lui disant:
Portant secum rclic/uias beatissimi et gloriosissimi martyris
Stephani; or, la famille des Galli etait, on le voit par les inscrip-
tions(2), une des plus importantes de Rusicade. On peut done croire
sans tbm6rit6 quo Quintilianus 6tait 6v6que do Rusicade et quo
Galla et sa fille 6rigbrent une Memoria, dans la cit6 ou & sa porte,
pour conserver ct honorer les prdcieuses reliques que leur avait
confines le saint docteur. Peut-tre, s'agit-il ici de Ste Galla, la
lille du fameux Symmaque.
II faut mentionner le sarcophagi de Vandia Procula, dit du
Bon-Pasteur, parce qu'il porte repr6sentoe, sur sa face principal,
l'image du Bon-Pasteur entire deux vases charges de fruits (3).
Un couvercle de sarcophagi chretien, repr6sentant une parlie
deo l'histoire de Jonas, est aussi au mus6e de Philippeville, sous le
no 294.
Deux ou trois aulres sarcophages a strigiles ou avec la port
do 1'IIades pourraient etre chrStiens, mais on ne saurait rien
affirmer b ce sujet.
Parmi les inscriptions chr6tiennes, citons cell de Marinianus que
l'on croit du IIo siecle. Bono ispirito Mariniani Deus defrigeret.
(Corp., 8191). Elle provient de Stora, port remain de Rusicade.

(1) Gouilly, Bull. Corresp. af'. 1885, p. 529. Le Blant, B. A. C. 1886.-
p. 371. Papier, Acad. Hipp. 1886, p. 128. De Rossi, Bull. arch. crist.
1886, p. 26. Corp. 19913. Poullc, It. C., XXIV, p. 183-6. Gsell, M. A.
II, p. 248. Monceaux, Eniqaute, lfas. VII, pp. 6-7. Gsell et Bertrand,
Musee de Philuppeoille, p. 69, n' 6. Notes, p. 173.
(2) Corp., 7986, 7987, etc.
(3) Musee, no 293.









- 95 -


il faut signaler aussi 1'6pitaphe d'une Femme Clarissime, c'est-a-
dire de rang senatorial, dent le norn est illisible (19914). Citons en-
core une dalle portant une croix monogrammatique dans une cou-
ronno. Cette croix est accost6e do l'a et l't. Au-dessous de la
couronno, 1'6pitaphe de Fl(aoia) Amanda. Corp., 8190 = 19866.
(Trouv6e en faisant la caserne du train des pares, au S.-E. de
Philippeville). Cf. Atl. Arch., f. 8, no 196. Musee de Philippe-
ville, Gsell et Bertrand, p. 32. Texte explicatif des planches de
Delamare, par Gsell, p. 34, pl. 33, no 6. Leroux, 1912.
Un fragment d'arc, en marbre blanc, parait 6tre le ciborium
d'un petit autel. On y voit sculpt, A relief pou accuse, un enrou-
lement qui s'6chappe d'une sorte de calice. (Musde n0 299).
Un sarcophage en plomb provenant de la n6cropole chr6tienne
entourant l'area, dans la parties des propri6t6s Losueur et Ville-
neuvo, figure au Muse sur le sarcophage no 310.
Trois briques de rev6tement, repr6sentant uc lion, une rosace
et un cerf paraissent chr6tiennes, n0 780 .
Sous los nos 703 et 703 c on peut voir aussi : un carreau d6-
coratif, en terre cuite blanche, offrant un calice -1 .'"'' de deux
colombes (byzantin) et un dessus de plat, de la mome 6poque,
avec le Christ nimb6 et le poisson. Ce dessus dd plat provient de
Collo.
Citons encore: une croix dans un circle, B. A. C. 1887, p. 170;
un plomb byzantin avec deux croix latines, C. I. G., 8990; un
poisson en marbre, colori6, no 786 du Mus6e, et plusieurs lampes
chr6tiennes A chrisme ou symbols divers (5e vitrino).
D'autros belles lampes chritiennes, trouv6es en ville, sont
conserves dans des collections particulibres.
Un monument fun6raire on gr6s, sans inscription, provenant de
la colline derriere Saint-Antoine, pourrait 6tre chrdtien ; no 49 du
Mus6e.
On reproduit ici les piliers de l'area, avec chrisme a relief plat
dans un circle.
VERULUs, present au concile de 256. Usuard le montionne au
21 f6vrier avec la note : Martyr de schismaticis.
VICTOR un des traditeurs de 303, present & Cirta en 305. (Optat,
De schism., I1, 13, 14).








- M6 -


NAVIGIUS qui 6leva, au IVe siecle, la basilique en l'honneur de
la Martyre Digna.
FAUSrINIANUS, en 411. 11 eut pour competiteur
JUNIoR, donatiste.
QUINTILIANUS, don't on a parlor a propos de S. Augustin tl de
Galla, vers 425.
EusEBIUs, Suricaziensis, probablement pour Rusicadiensis, exild
en 484. Pr6cisement Rusicade ne figure pas sur la Notice de 482-
84.
Entre Philippeville et Stora, tombe chr6tienne; MIlanges, 1904,
p. 366. Monument de Remmia C, ...,;,r ,,-n< D(e) P(osita). Vars,
Rusicade, p. 178, Notes, p. 129.
More., CCCCLXXII. Toul., CXXXV.

128. RUSTICIANA. (Bir-bou-Aouch), region de Madaure
probablement, la mome que Rustici, on mieux, cvch6 fond6 sur
une de ses terres par Rusticiana, fille de Symmaque, femme de
Boece et sceur do Ste Galla.
Atl. Arch., f. 18, Souk-Ahras, 462. R. C. 1892, p. 98.
LEONTIUS, donatiste en 411.
DONATUS, exile on 484.
More., CCCCLXXV. Toul., CXXXVI.

129. SELEUCIANA?

TERENTIUS, catholique en 411.
MESSIANUS ou MESCIANUS. (MNesnage, p. 430).
PROFICIUS, exil6 en 484 et mort en exil, probatus.
More. CCCCXCIII. Toul., CXXXVII.

130. SIGUS. (Bordj-ben-Zehri), encore appel6 Sigus.
Le Castellum S, '/ .. .. 6tait un pagus de Cirta. (Cf. Corp.,
pp. 552, 964, 979, 1826; n0o 5693-94-99, 5701, 5705, 10860 19121,
19130 35, etc. Atl. Arch., f. 17, Constantine, 335, etc.).
Delamare y a retrouv6 les restes d'une petite chapelle et quel-
ques pierres ornoes de -.-. ,1..1.. chr6tiens. Explor. pl. 54, 59. -
Dans la region, curieuse inscription contenant la formule : Glo-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs