• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Président Honoraires - Composition...
 Membres Honoraires
 Membres Titulaires
 Membres Correspondants
 Sociétés Correspondantes
 Sociétés Etrangères
 Quelques additions aux fastes de...
 Ruines et vestiges anciens relevés...
 Theveste - Etude militaire de l'antique...
 Note sur le mithriacisme à Cirta...
 Autour du Bou-Thaleb - M....
 Notice sur trois inscriptions tumulaires...
 Notes sur les fouilles pratiquées...
 Inscription romaine inédite d'Haussonvillers...
 Survivance du culte phallique chez...
 Notice sur les vestiges préhistoriques...
 Coutumes kabyles - E. Choisnet
 Découverte préhistorique dans le...
 Sources et puits (communes mixtes...
 A propos des escargotières de la...
 Une visite à Djmila - M. Gustave...
 Découverte d'un tombeau romain...
 Inscriptions inédites - M....
 Chronique - M. J. Maguelonne
 Nécrologie - Philippe Berger, membre...
 Table of Contents
 Back Matter
 Back Cover






Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00007
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00007
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Président Honoraires - Composition du Bureau pour 1911 et Commission des manuscrits
        Page iii
    Membres Honoraires
        Page iv
    Membres Titulaires
        Page v
        Page vi
        Page vii
    Membres Correspondants
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Sociétés Correspondantes
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Sociétés Etrangères
        Page xv
        Page xvi
    Quelques additions aux fastes de la province romaine de Numidie - M. R. Lantier
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Ruines et vestiges anciens relevés dans la province de Constantine - MM. A. Joly et L. Joleaud
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Theveste - Etude militaire de l'antique Theveste (70 à 705) - M. le capitaine Maitrot
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 44a
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 56a
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 64a
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 72a
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 96a
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 104a
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 136a
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 152a
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 184a
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 196a
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 240a
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 256a
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
    Note sur le mithriacisme à Cirta - E. Lévi
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
    Autour du Bou-Thaleb - M. L. Jacquet
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
    Notice sur trois inscriptions tumulaires sémitiques inédites de Constantine - M. J. Bosco
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
    Notes sur les fouilles pratiquées aux nouveaux thermes situés près de l'Arc de Septime Sévère et sur les nouvelles acquisitions du Musée de Lambèse - M. Touze
        Page 297
        Page 298
        Page 298a
        Page 299
        Page 300
        Page 300a
        Page 301
        Page 302
        Page 302a
        Page 303
        Page 304
        Page 304a
        Page 304b
        Page 304c
        Page 304d
        Page 304e
    Inscription romaine inédite d'Haussonvillers - M. C. Viré
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
    Survivance du culte phallique chez les Indigènes de l'Algerie - M. C. Viré
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
    Notice sur les vestiges préhistoriques de la commune du Khroub - MM. J. Bosco et Marcel Solignac
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 324a
        Page 325
        Page 326
        Page 326a
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 330a
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 336a
        Page 336b
        Page 337
        Page 338
        Page 338a
        Page 339
        Page 340
        Page 340a
        Page 340b
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
    Coutumes kabyles - E. Choisnet
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
    Découverte préhistorique dans le Cercle de Tébessa - MM. Maurice Reygasse et Latapie
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
    Sources et puits (communes mixtes d'Ain-Melila et Maadid ) - M. A. Robert
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
    A propos des escargotières de la région de Tébessa - M. A. Debruge
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 380a
        Page 381
        Page 382
        Page 382b
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 388a
        Page 388b
        Page 389
        Page 390
        Page 390a
        Page 391
        Page 392
        Page 392a
    Une visite à Djmila - M. Gustave Mercier
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
    Découverte d'un tombeau romain dans la rue Saint-Antoine (Constantine) - M. Thépenier
        Page 405
        Page 406
    Inscriptions inédites - M. J. Bosco
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
    Chronique - M. J. Maguelonne
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 416a
        Page 416b
        Page 416c
        Page 417
        Page 418
    Nécrologie - Philippe Berger, membre de l'Institut - M. Gustave Mercier
        Page 419
        Page 420
    Table of Contents
        Page 421
        Page 422
    Back Matter
        Page 423
        Page 424
    Back Cover
        Back Cover
Full Text





RECUEIL -
DES

tices et Memoires
DE LA

SOCIETY ARCHIOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE

VOLUME DE LA CINQUIIME SERIE

,UARANTE-CINQUIEME VOLUME DE LA COLLECTION

ANNEE 1911











CONSTANTINE
iPRIIERIE D. BRAHAM, 21, RUE CARAMAN, 21
ALGER PARIS
ERENB TOGER
JRDAN, LIBRAIRn-EDITEUR Librairie a O R
Place du Gouvernement
191'







I{ECUEiL
DES

Notices et Memoires

DE LA

SOCIETe ARCHIOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE

2e VOLUME DE LA CINQUIEME SERIE


QUARANTE-CINQUIEME VOLUME DE LA COLLECTION


ANNEE 1911


CONSTANTINE
IMPRIMERIE D. BRAHAM, 21, RUE CARAMAN, 21


ALGER
JOURDAN, LIBRAIRE-EDITEUR
Place du Gouvernement


PARIS
RENA ROGER
Librairie africaine et colonial
38, rue de Fleurus


1912


l."~.'l tt{ of Florida Librmri l









/ i -7















Avis important



ARTICLE 29 DES STATUTS. ( La Soci&t6 laisse aux
a auteurs la responsabilit6 des faits et deductions histori-
( ques, arch6ologiques, scientifiques ou autres, exposes
a dans les m6moires imprim6s dans son Recueil. )











LISTED DES MEMBRES DE LA SOCI tTi




PRESIDENTS D'HO~NNEi

MM. LUTAUD, Gouverneur G6n6ral de 1'Alg6rie.
SEIGNOURET, O. -, Pr6fet du D6partement.
MORINAUD, A, Maire de Constantine.




Composition du Bureau pour 1911

President : M. MAGUELONNE.
ler Vice-Prdsident : M. HINGLAIS.
2e Vice-Prdsident: M. Gustave MERIER.
Secretaire : M. TH aPENIER.


Trdsorier :


M. DEBRUGE.


Commission des Manuscrits


MM. MAGUELONNE, President;
HINGLAIS,
MERCIER (Gustave),
DEBRUGE,
CHOISNET,
JAUBERT,


Bibliothecaire : M. JAUBERT.


Membres









MEMBERS HONORAIxRE


1904 MM. BABELON, membre de l'Institut, conser-
vateur A la BibliothBque national, rue de
Vermeuil, 30.
1904 BALLU, O ,OI Q, inspecteur des Monuments
historiques de France, rue Blanche, 80.
1894 BRhAL (MICIIEL), C 4, I -, professeur au
College de France, membre de l'lnstitut,
70, rue d'Assas, Paris.
1893 CAGNAT (RenB), O 4, I Q, membre de l'Ins-
titut, professeur d'6pigraphie au College de
France, membre du Comit6 des travaux
historiques et scientifiques, 96, Boulevard
Montparnasse, Paris.
1891 GSELL, 4, 0 I Q, professeur au College de
France.
1885 HARON DE VILLEFOSSE, O &, I 0, membre de
l'Institut, conservateur des antiquit6s grec-
ques et romaines au Mus6e du Louvre,
president du Comit6 des travaux arch6olo-
giques, 16, rue Washington, Paris.
1904 MASPERO, 4, membre de l'Institut, professeur
au College de France.
1904 REINACH (Salomon), &, 0 I Q, membre de
de l'Institut, conservateur du Musde de
Saint-Germain, rue de Traktir, 4, Paris,
(xvIe ar.).
1904 SAGLIO (Edmond), 4, membre de l'Institut,
directeur des Thermes de Cluny, rue de
Sevres, 85.
1904 SCHLUMBERGER (Gustave), m, membre de
1'Institut, Avenue d'Antin, 37.











ME MBBES TXTULAXIHS




1892 MM. ARRIPE, 0I secr6taire G6neral de la Pr6-
fecture, b Constantine.
1892 AUBRY (Dr), 4, 0 A Q, s6nateur.
1909 BARRAUD (A.), docteur, 1, rue Casanova,
Constantine.
1903 B9Nos, professeur a l'6cole' primaire sup6-
rieure, Constantine.
1911 BONNELL, 0 A Q, architect & Constantine.
1911 Bosco (Joseph), correspondent du Ministere
de l'Instruction publique, Constantine.
1903 BRAHAM (David), 0I 6diteur, Constan-
tine.
1907 BRAHAM (Marius), 0 A Q, diteur, Constan-
tine.
1895 CAMBUZAT-ROY, propri6taire, Boulevard du
Temple, Auxerre (Yonne).
1876 CARBONNEL, 0 A ', imprimeur, Constantine.
1883 CHARRIER, 0 A I, sous-chef de bureau de
Prdfecture, en retraite, correspondent du
Ministere de l'Instruclion publique, Mas-
queray, par Aumale (Algdrie).
1907 CHOISNET, 0 I Q, Pr6fet honoraire, directeur
du Month de Piet6, b Constantine.
1902 DEBRUGE, 0 I 1, commis principal des Postes,
correspondent du MinistBre, Constantine.
1892 EsCURRn, 0 I 9, directeur de l'6cole primaire
sup6rieure en retraite, Toulouse, rue Neuve
des Chalets, 6.
1912 FERREZ, chef de la SiretO, a Constantine.
1906 GASTU, 0 A ,, avoud & Constantine,









1874 MM. HINGLAIS, 0 I Q, proviseur en retraite, con-
servateur du MusBe, biblioth6caire de la
ville, correspondent du Ministere,- Cons-
tantine.
1899 JAUBERT (l'abbe), 0 I Q, chanoine honoraire,
secretaire g6n6ral de 1'6yech6, Constantine.
1912 JOLEAUD, g 0ologue, a Conslantine.
1904 JOLY, 6, architect, d6legu6 financier, a
Guelma,-correspondant du MinistBre.
1908 JOLY, professeur A la Chaire d'arabe, G Cons-
tantine.
1907 JONCHAY (Du), 4, chef d'escadrons au 3e Chas-
seurs d'Afrique, a Constantine.
1910 LATOURNERIE (Maurice), 0 A Q, imprimeur,
Constantine.
1910 LECOCQ, professeur au college de Tlemcen.
1903 LEROY, 6, 0 I Q, docteur en m6decine,
conseiller g6n6ral, Constantine.
1878 LUCIANI; 0 I Q, conseiller du Gouverne-
ment, Alger.
1892 MAGUELONNE, 0 I Q, directeur des Domaines,
Constantine, Membre non r6sidant du Co-
mit6 des travaux historiques et scientifiques.
1907 MAR:AIS, professeur Ala M6dersa, Constantine.
1891 MEJDOUB KALAFAT, 0 I Q, professeur d'arabe
au Lyc6e, Constantine.
1896 MERCIER (Gustave), 0 A Q, avocat au barreau
de Constantine, officer interpretede reserve,
correspondent du Ministere.
1908 MERLIN, 4, directeur des Antiquit6s, a Tunis.
1912 MEYER (Edmond), pasteur protestant, A Cons-
tantine.
1904 MONTAGNON (l'abb6), 0 A Q, a Khenchela.
1890 MORINAUD (Emile), *, ancien d6put6, maire
de Constantine, Pr6sident du Conseil G6n6-
Fal, d6legu6 financier.













1911 MOUFFOK (Omar ben), commis de Pr6fecture,
Constantine.
1908 NARBONI (Elie), a Constantine.
1903 RIBET, 0 A Q, administrateur de la commune
mixte d'Oum-el-Bouaghi (Canrobert), cor-
respondant du Ministere.
1881 .ROBERT, 0I 0, administrateur principal en
retraite, correspondent du Ministbre, Bordj-
bou-Arr6ridj (Constantine).
1903 SABATIER, ing6nieur des Ponts et Chauss6es,
a Sktif.
1907 SAINT-CALBRE, 0 A Q, directeur de la M6-
dersa, a Constantine.
1910 THEPENIER, 0 A Q, contr6leur au Mont-de-
Pi6t6, Constantine.
1912 TROUT, professeur d'histoire au lyc6e de Cons-
tantine.
1906 VIGNON, 0 A Q, surveillant g6ndral au Lycfe
de Constantine.
1912 VILLA, avocat A Constantine.












MEMBBES GORRESPPONDANTS



1900 MM. BARRY, 0 I inspecteurdesfouillesde Tim-
gad, correspondent du Ministere, Timgad,
(Constantine).
1889 BERNARD, architect, 3, rue des Cordeliers,
CompiBgne.
1891 BERTRAND (Louis), 0 I ), conservateur du
Mus6e de Philippeville, correspondent du
Ministere.
1900 CARTON (Dr), *, O I m6decin-major de
1re classes, en retraite, president de la Soci6t6
d'archdologie de Sousse, correspondent de
l'Institut,Villa-Stella, b Khereddine, par La
Goulette (Tunisie).
1910 CAUSSE, conservateurdes Hypothbques, Batna.
1903 CHERBONNEAU, 0 A 0, avou6, S6tif.
1888 DELATTRE (le R. P.), 4, 0 I V, pretre mis-
sionnaire d'Alger, correspondent de l'Insti-
tut, conservateur du Mus6e de St.Louis
de Carthage, La Goulette (Tunisie).
1890 DOMERGUE, topographe principal en retraite,
correspondent honoraire du Ministere,
Saint-Genies (Aveyron).
1911 DUPRAT, contr6leur principal des Douanes, a
B6ne.
1890 ESPgRANDIEU, 4, OI commandant d'In-
fanterie en retraite, membre non resident du
Comit6, 37, rue de Bellechasse, Paris.
1878 FARGES,0-, 0 I commandant en retraite,
correspondent du MinistBre, Amplepuis
(RhOne).


1912


FAUVELLE, receveur de l'Enregistrement, &
Batna.









1906 MM. FLAMAND, -, O I Q, charge du course a la
Faculty des sciences d'Alger, -directeur-
adjoint de la carte gdologique, Alger-Mus-
tapha.
1905 FRANCOIS (l'abb6), cur6e Constantine.
1907 GAUTHIER, Joseph (l'abbe), cur6 a Tocqueville.
1892 GCETSCHY, O 4, OI g6ndral de division,
Nancy.
1874 GOYT, topographe principal en retraite, 31, rue
Saint Andr6, Grenoble.
1893 GUARIN, 0 A ,, sous-directeur des Contri-
butions diverse en retraite, avocat, 4, rue
de Constantine, Alger.
1892 HANNEZO, -, 0 I commandant, corres-
pondant du Ministere, Macon.
1909 HOVART, capitaine, affaires indigenes, a Khen-
chela.
1890 JACQUOT,O I ,,jugehonoraire,6,rue Fantin-
Latour, Grenoble.
1911 LATAPIE, gendarme en retraite, T6bessa.
1912 LEVY-PROVENQAL (Evariste), 6tudiant A la Fa-
cult6 des Lettres d'Alger.
1901 LOIZILLON, administrateur de la commune
mixte des Bibans (Bordj-Medjana).
1888 MILVOY, architect, rue Dijon, 1, Amiens.
1907 MonRls, 0 A Q, administrateur de la com-
mune mixte de La Meskiana (Constantine).
1908 MAITROT, 0 A 0,. capitaine de gendarmerie
d'Afrique, A B6ne.
1908 NICLOUX, lieutenant aux Affaires indigenes, a
Biskra.
1888 PALLU DE LESSERT, avocat, rue de Tournon,
17, Paris.
1910 PIQUET, architect, Ain-BeJda.
1910 REBUFFEL,conducteur des Ponts et Chaussees,
A Batna.
1911 RENAULT (Jules), architect, correspondent
du Ministere, place Sidi-el-Bahri, Tunis.
1911 REYGASSE, administrateur-adjoint, T6bessa.









1902 MM. ROUQUETTE (Dr), 6, 0 1 Q, m6decin-major
chef de service, correspondent du MinistBre,
4, place de la Libert6, Nice.
1875 Roy, O 0 I j, ministry pl6nipotentiaire,
secrdtaire g6ndral du gouvernement tuni-
sien, Tunis.
1885 SALADIN, 0, O I 0, architect, dipl6m6 par
le Gouvernement, 69bis, boulevard de Cour-
celles, Paris.
1904 SANREY, -t, docteur en m6decine, Batna.
1910 SIMON, capitaine des affaires indigbnes, d6ta-
ch6 a Casablanca.
1908 SOLIGNAC (Marcel), r6p6iteur au lyc6e de Cons-
tantine.
1892 TOUTAIN, OI I, professeur a l'6cole des
Hautes Etudes, 25, rue du Four, Paris.
1911 TOUZE, O A Q, receveur des Posies, a Lambbse.
1903 VALLET, 0 A Q, ancien publicist, conseiller
general, Fedj-M'zala.
1905 VEL, directeur de'l'Hopital, b M6nerville.
1893 VIRu (C.), avocat a Bordj-MenaYel (Alger).



Communes mixtes et divers venant en aide .l a Socidtd


Akbou.
Ain-Touta.
Ain-el-Ksar.
Aures.
Ain-M'lila.
Belezma.
Bibans.
Collo.
Chateaudun-du-Rhumel.
Djidjelli.
El-Milia.


Eulmas.
Guergour.
Jemmapes.
Khenchela.
Morsott.
Meskiana.
Soummam.
Souk-Ahras.
Taher.
Lyc~e de Constantine.


Admis j I'dchange :

SCHUTTER, professeur d'histoire A l'Universit6
d'Erlangen (Baviere).


1907











SOCIxTES CORRESPONDANTESS




AGEN. Soci6et d'agriculture, sciences et arts.
Aix. Acad6mie des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
Socidte d'6tudes provencales.
BibliothBque de l'Universit6.
ALAIS. Soci6t6 scientifique et litt6raire.
ALGER. Ecole sup6rieure des Lettres.
Soci6td historique alg6rienne.
Soci6td de gdographie d'Alger et de I'Afrique du
Nord.
AMIENS. Soci6t6 des antiquaires de Picardie.
ANGOULEME. Soci6et archdologique et historique de la
Charente.
AUCH. Soci6te arch6ologique du Gers.
AUTUN. Societ6 6duenne.
AVALLON. Socidt6 d'6tudes.
AVIGNON. Acad6mie de Vaucluse.
AUXERRE. Socidt6 des sciences historiques et naturelles
de 1'Yonne.
BAR-LE-DUC. Soci6td des lettres, sciences et arts.
BEAUNE. Soci6td d'archdologie.
BEAUVAIS. Socidt6 acad6mique d'archdologie, sciences
et arts du d6partement de l'Oise.
BAZIERS. Soci6et archdologique, scientifique et litt6raire.
B6NE. Acad6mie d'Hippone.
BORDEAUX. Sociedt arch6ologique.
Soci6t6 de gdographie commercial.
BOURG. Bulletin de la Soci6te de g6ographie de I'Ain.
BOURGES. Soci6t6 historique, litt6raire et artistique du
Cher.
PREST. Societd academique.









CHAMBERY. Societe savoisienne d'histoire et d'archdo-
logie.
CHARTRES. Societe arch6ologique d'Eure-et-Loir.
DAX. Societe de Borda.
DOUAI. Union geographique du Nord de la France.
EPINAL. Soci6t6 d'emulation des Vosges.
GAP. Soci6te d'6tudes des Hautes-Alpes.
GRENOBLE. Academie delphinale.
GUERET. Soci6t6 des sciences naturelles et arch6ologi-
ques de la Creuse.
LANGRES. Soci6t6 historique et arch6ologique.
LAON. Soci6t6 acad6mique.
LIMOGES. Soci6t6 arch6ologique et historique du Li-
mousin.
LYON. Societe litt6raire, historique et archeologique.
Academie des sciences, belles-lettres et arts.
Bulletin historique du diocese de Lyon.
LE MANS. Soci6t6 historique et archlologique du Maine.
MARSEILLE. Soci6t6 de statistique.
Soci6t6 arch6ologique de Provence, 63, bou-
levard Longchamps.
MONTAUBAN. Soci6dt arch6ologique du Tarn-et-Garonne.
MONTBILIARD. Soci6te d'6mulation.
MONTPELLIER. Soci6et languedocienne de geographie.
SociIt6 archeologique.
NANCY. Acad6mie de Stanislas.
Soci6te d'archeologie lorraine et du mus6e his-
torique lorrain.
Soci6t6 de gdographie de l'Est.
NANTES. Soci6t6 arch6ologique.
NARBONNE. Commission archeologique.
NICE. Soci6t6 des lettres, sciences et arts.
NiMES. Acad6mie du Gard.
ORAN. Soci6t6 de g6ographie et d'archeologie.
ORLEANS. Societe archeologique et historique de l'Orl-a-
nais,










PARIS. Institut de France.
Comit6 des travaux historiques et scientifiques.
Bulletin de l'Ecole des Chartes.
Soci6t6 des antiquaires de France.
Soci6t6 d'ethnographie.
Societ6 de g6ographie.
Soci6t6 d'anthropologie.
Association pour l'encouragement des 6tudes
grecques.
Soci6t6 des 6tudes historiques.
Revue geographique international.
Mus6e Guimet.
SociB6t acad6mique indo-chinoise de France.
.Revue des Colonies et des Protectorats, minister
des Colonies.
Revue de statistique.
R6union d'6tudes alg6riennes, 12, galerie d'Or-
16ans.
Journal asiatique.
Bulletin de la Soci6t6 des 6tudes coloniales et
maritimes.
Revue archdologique.
Revue des diudes historiques.
PERPIGNAN. Soci6t6 agricole, scientifique et litteraire.
POITIERs. Soci6t6 des antiquaires de l'Ouest.
REIMS. Acad6mie national.
RENNES. Societ6 arch6ologique d'llle-et-Vilaine.
ROCHECHOUART. Soci6t6 des Amis des sciences et des
arts.
RODEZ. Soci6t6 des lettres, sciences et arts de l'Aveyron.
ROUEN. Commission des antiquit6s de la Seine-Inf6-
rieure.
SAINT-BRIEUC. Soci6t6 d'6mulation des C6tes-du-
Nord.
SAINT-DIg. Soci6et philomathique.
SAINT-MALO. Soci6t6 historique et arch6ologique.












SAINT-OMER. Soci6t6 des antiquaires de la Morinie.
SEMUR. Soci6t6 des sciences historiques et naturelles.
SENS. Societ6 arch6ologique.
SOISSONS. Societ6 arch6ologique, historique et scienti-
fique.
Sousss. Bulletin de la Soci6t6 arch6ologique.
TOULON. Acad6mie du Var.
TOULOUSE. Acad6mie des sciences, inscriptions et belles-
lettres.
Bulletin de la Soci6t6 de geographie.
Soci6t6 arch6ologique du Midi de la France.
TouRs. Soci6t6 d'arch6ologie de la Touraine.
Soci6t6 d'agriculture, sciences, arts et belles-
lettres du d6partement d'Indre-et-Loire.
Soci6t6 de g6ographie.
TUNIS. Institut de Carthage. Association tunisienne
des lettres, sciences et arts, A Tunis.
VALOGNE. M6moires de la SociB6t arch6ologique.
VANNES. Soci6t6 polymathique du Morbihan.
VERVINS. Soci6t6 archdologique.











SOcJxIATS )aTRaANgG kas


ALLEMAGNE. Societe d'anthropologie de Berlin.
ALSACE-LORRAINE. Societ6 d'histoire et d'arch6ologie de
la Lorraine, A Metz.
Soci6t6 pourla conservation des mo-
numents historiques de l'Alsace, a
Strasbourg.
AM9RIQUE DU SUD (LA PLATA). Direction g6n6rale de
statistique de la province de Buenos-
Ayres.
ANGLETERRE. Soci6t6 des antiquaires de Londres.
Ecosso. Soci6t6 des Antiquaires, Edim-
bourg.
Soci6t6 des antiquaires de Cambridge.
Institut canadien de Toronto (Canada).
Soci6t6 de numismatique et d'arch6ologie
de Montr6al.
BELGIQUE. Soci6t6 des Bollandistes, Bruxelles.
Soci6t6 d'arch6ologie de Bruxelles.
BRasIL. Mus6e national de Rio-Janeiro.
EGYPTE. Institut 6gyptien, au Caire.
Comit6 de conservation des monuments de I'art
arabe.
Soci6t6 kh6divale de g6ographie, au Caire.
ETATS-UNIS D'AMIRIQUE. Mus6e Paebody d'arch6ologie-
et d'ethnographie am6ricai-
ne de Cambridge.
Institut Smithsonien de Wa-
shington.
Commission d'inspection g6o-
logique des Etats-Unis (D6-
partement de l'Int6rieur), a
Washington.
Soci6t6 d'anthropologie, a Wa-
shington
Acad6mie des sciences natu-
relles de Davenport, Iowa.










ETATS-UNIS D'AMERIQUE. Universit6 de Californie, a
Berkeley.
Mus6e ambricain d'histoire
naturelle, a New-York.
Association americaine pour
I'avancement des sciences,
a Washington.
ITALIE. Institut arch6ologique d'Allemagne, a Rome.
Ecole frangaise de Rome.
Soci6t6 africaine d'Italie, a Naples.
Societ6 africaine d'Italie, a Florence.
Academie des Lineei, A Rome.
NORVEGE. Universit6 royale, a Christiana.
PgROU. Bulletin de la Soci6t6 de g6ographie de Lima.
SUEDE. Acad6mie royale archdologique de Stockholm.
-. Institute goologique de l'Universit6 d'Upsala.
SUISSE. Soci6t6 d'histoire et d'arch6ologie de Geneve.
Soci6t6 de geographie de Berne.















Quelques Additions

AUX FASTES

DE LA PROVINCE ROMAINE DE NUMIDIE
-- ->,<<---



Au course des fouilles arch6ologiques, ex6cut6es
en Alg6rie et en Tunisie depuis dix ans (1901-1910),
on a d6couvert de nombreux documents 6pigraphi-
ques relatifs au gouvernement de 1'Afrique du Nord
sous la domination romaine. Parmi eux, certain se
rapportent aux 16gats de la Numidie et permettent
d'apporter quelques precisions i la chronologie de
ces fonctionnaires.
Pour le rbgne de Domitien (81-96), elle est encore
tres vague et c'est b peine si nous pouvons men-
tionner le nom de six gouverneurs pour cette p6riode.
Nous ne possedons d'indications pr6cises que pour
C. Octavius Tidius Tossianus L. Javolenus Priscus,
le jurisconsulte bien connu, qui fut 16gat en 83-84 ('m,
et Flaccus, pr6teur de la Numidie (N:.,';.. apZrcz
AXizxz.y) en 86, lors du soulbvement des Nasamons (2).

(1) Pallu de Lessert, Fastes des provinces romaines d'Afrique,
I, p. 331.
(2) Zonaras, Ann., Xl, 9.







EInfin, sans pouvoir leur attribuer une date bien cer-
taine, rappelons les 1egations d'A. Annius Camars et
de Cn. Suellius Flaccus, que M. Pallu de Lessert (1)
place entire 84 et 86, et, pour la fin du regne, celles
de Septimius Flaccus et de Julius Maternus (2'.
L'inscription suivante, decouverte h T6bessa, vient
ajouter un nouveau personnage ~ cette liste.
Sex(tus) Sulpicius, Sex(ti) f(itius), Quir(ina tribu),
Senilis, miles) leg(ionii) IlI Aug(ustae), centuria Caesoni,
bene/(iciarius) Tetti Juliani et Javoleni Prisci, leg(atorum)
Aug(usti), v(ixit) a(nnis) XXV, mi(litavit) ann(is) VI,
H(tc) s(itus) e(st). Aurelius Canlidus centurio leg(ionis) III
Aug(ustae) heres ejus posuit (3).
Cette stele fun6raire, fort bien gravee, est sur-
mont6e d'un fronton triangulaire, encadrant une cou-
ronne de laurier d'ot pendent des rubans. Au-dessus,
une tote, d'un travail un peu fruste, a la mode du
ler sibcle, entibrement ras6e, les cheveux ramenes
en bourrelet sur le front.
Ce Sextus Sulpicius fut attache en quality de b6ne-
ficiaire 6 la personnel de deux 16gats de Numidie,
Javolenus Priscus et Tettius Julianus. Quelques ren-
seignements sur la carriere de ce dernier magistrat
nous sont donn6s par Tacite (4). Lgat de legion en
Mesie, il combattit contre les Sarmates et recut
d'Othon les ornements consulaires. Pr6teur en 70,
consul en 83 avec Terentius Strabo Erucius Ho-
mullus 5', on ignorait les functions qu'il avait rem-

(1) Pallu de Lessert, op. cit., I, p. 331-334.
(2i Ib., I, p. 337-339.
(3) A. Piganiol, Note sur une inscription inddite de Tebessa, dans
les Melanges d'arch. et d'hist. de l'Ecole fr. de Rome, 1908, p 341-344.
- Annee opigraphique, 1909, n* 37.
(4) Tacite, Hist., I, 79; II, 85; 11I, 39-40.
(5) C I L, Il, supp. p. 1962.






-3-


plies dans l'intervalle. Ce texte nous apprend qu'il a
6et legat de Numidie, mais a quelle date ?
En regle g6enrale, au course du Ior siecle, la 1lga-
tion de Numidie Mtant la derniere charge exercee
avant le consulate (1), Tettius Julianus devait 6tre en
Afrique en 81-82. Or, A cette date, entire Q. Egnatius
Catus, legat en 76, et Javolenus Priscus, legat en 83,
la liste est vide, ce qui nous permet d'intercaler le
gouvernement de Julianus entire celui de ces deux per-
sonnages. R6gulibrement, il aurait dfi quitter ses fonc-
tions le Jer juillet 82, mais comme l'a faith remarquer
M. Gsell (2), il semble bien qu'en cette annee 83,
de meme que sous Titus, la duree des consulate
n'ait 6te que de deux mois. Tettius Julianus, consul
le 9 juin, faisait parties du troisiAme group et a pu
fort bien prolonger son sejour en Afrique et ne ren-
trer a Rome qu'entre le mois de juillet 82 et le mois
de mai 83.
Les fastes de la province sont a peu pres complete
pour les huit premieres annees du rbgne de Tra-
jan (97-105) (3). Mais a partir de 106, date h laquelle
se termine la ligation de L. Minicius Natalis, jusqu'a
la mort de l'empereur (117), il y a une periode de
onze ans pour laquelle M. Pallu de Lessert ne trouve
a citer qu'un seul nom, L. Acilius Stra[bo...] ellius


(1) R. Cagnat, L'Armie romaine d'Afrique, p. 117; Pallu de Lessert,
op. cit., I, p. 143. Cc fut le cas au ler sicle pour Valerius Flaccus
(ib., I, p. 323) et Domitius Curvius Tullus (ib., p. 148).
i2) Gsell, Essai sur le rOgne de Domilien, p. 58.
(3) Pallu de Lessert (op. cit., 1. p. 339-312), done pour cette pdriode
les noms de trois personnages ayant rempli la charge de Ihgats de Numi-
die : Q. Fabius Barbarus Valerius Magnus Julianus (97-99;, L. Muna-
tius Gallus (100-103), L. Minicius Natalis (104-105).





-4-


Numm[us] ('), d'apres un texte 6pigraphique decou-
vert au Djebel-M'daourouch (2).
[Ex auctoriIate]Imp(eratoris) Nervae Traiani Caes(aris),
Aug(usti), Germ(anici), Dacici, co(n)s(ulis)... p(atris),
[p(awriae)]. L(ucius) Acilius Str[abo G]ellius Numm[u]s
leg(atus) Aug(usti) pr(o) pr(aetore) inter Musul(amios) et
Madaurenses.
En 1906, a Ain-Kamellel, non .loin de T6bessa, on
a trouv6 une borne de delimitation au nom du mime
personnage (3).
Ex aucl[o]r[itate] imp(eratoris) Neneri[ae Traiani]
Caes(aris), Aug(usli) D[ac(ici), Part(hici)], co[n]s(ulis) VI,
imp(era toris) XIII, L(ucius) Acilius Strabo Clodius Nummus
leg(atus) Auig(usti) pr(o) pr(aetore) inter Aug(ustum) et
Musul(amios).
D'apres ce dernier texte, I'empereur Trajan n'avait
pas encore regu du S&nat le titre de Parthicus, lors
de l'erection de ce monument. Cette qualification lui
ayant 0t6 decernee vers le milieu de l'annee 116, nous
devons done admettre que ce document est ant6rieur
b cette date et que L. Acilius Strabo etait 16gat de
Numidie, au moins depuis le mois de juillet 115. En
meme temps qu'il prit le surnom de Parthicus,Trajan
fut saluB imperator pour la xiII fois; I'inscription
d'Ain-Kamellel nous fournit done la preuve que L.
Acilius Strabo etait 16gat de Numidie posterieure-
ment au milieu de l'ann6e 116 et avant juillet 117,
date b laquelle, comme le prouve la borne que nous

(1) Pallu de Lesseit (op. cit., I, p. 547'.
(2) Bull. archeol. du Comitd, 1896, p. 27ti, no 203. Cf. Annee dpigr.,
1898, no 39.
(3) C. R. de l'Acad. des Inscr,, 1906, no 479. Cf. Annde dpigr., 1907,
n* 20.





-5--


reproduisons ci-dessous, il eut pour successeur T. Sa-
binius Barbarus ().
Ex auctoritate Imp(eratoris) Caesaris,. divi Nervae
f(ilius), Nervae Traiani, Optimi, Aug(usti), Germ(anici),
Dac(ici), [P]artici fines adsignati gen[ti] Suburburum
pe[r T.] Sabinium Barba[rum], leg(atum) Aug(usti) pr(o)
pr(aetore).
Comme l'a tres justement demontr6 M. R. Mas-
sigli (2), l'important est d'4tablir avec precision la date
B laquelle Trajan recut sa xine salutation, avant le
8 septembre (3), ou avant le ler juillet? Dans le pre-
mier cas, le gouverneur de la Numidie pour 1'an-
nee 116-117 est bien L. Acilius Strabo; dans le second,
nous ne savons pas qui etait alors a la tete de la
province, et nous n'avons aucune raison de choisir
entire L. Acilius Strabo, T. Sabinius Barbarus ou
tout autre personnage.
D'apres la dissertation de M. Massigli sur la chro-
nologie de la guerre parthique pour I'annie 116, il
semble bien resulter que Trajan fut salue imperator
pour la douzieme fois et requt le titre de :Parthicus
a la suite de la prise de l'Adiabene et de la reddition
de Ct6siphon, la capital des Parthes, 6evnements
qu'il faut placer entire la fin de mai et le milieu de
juin 116 (4). De lh, l'empereur occupa la M6shne et
poussa jusqu'au golf Persique; c'est alors qu'il regut
sa xiie salutation imperiale (fin de juillet ou premiers
jours d'aofit, (51.

(1) R. Cagnat, Sabinius et non Licinius Barbarus, dans les Mdlan-
ges Boissier, p. 99-102. Cf. Annce 6pigr., 1904, n- 144.
(2) R. Massigli, L. Acilius Strabo et T. Sabinius farbarus, Idgats de
Numidie et la campaign Parthique pour l'anLde 116. Vienne, 1909, 8o,
12 pages.
(3) De la Berge, Essai sur le rmgne de l'empereur Trajan, p. 180.
(4) R. Massigli, op. cit., p. 6-9.
(5) Ib., p. 9-11.





-6-


L'inscription d'Ain-Kamellel, datee par la xmi sa-
lutation imperiale de Trajan est done post6rieure au
1fr juillet 116, et L. Acilius Strabo, 16gat de Numidie
pour I'ann6e 115-116, gouvernait encore la province
en 116-117.
Ii eut pour successeur T. Sabinius Barbarus (1),
consul en 118, avec L. Pomponius Bassus qui, sui-
vant I'usage courant au IIo sickle, dut prendre pos-
session de sa charge le for juillet 117. Consul lors de
I'entree a Rome d'Hadrien (7 ou 8 aotLt 118) (2), il
dut abandonner son gouvernement de Numidie vers
le milieu de l'ann6e 118, en juillet probablement, date
h laquelle il rentra i Rome prendre possession de
ses nouvelles functions.
II faut done 6tablir ainsi la liste des 16gats de Nu-
midie pour les dernibres ann6es du regne de Trajan :
115-116)
116-117 L. Acilius Strabo Clodius Gellius Nummus.
117-118 I T. Sabinius Barbarus.
Malheureusement, ces heureuses decouvertes ne
se poursuivant pas, nous devons attendre les pre-
mieres annees du IIIo siecle avant de pouvoir com-
pleter a nouveau les fastes de la province.
Mentionnons toutefois les deux inscriptions sui-
vantes, relatives i deux legats bien connus du regne
de Marc-Aurble :
Oivo Antonino C(aius) SaIricus, C(aii) f(ilius), Fab(ia
tribu), Crescens loma eq(uo) publ(ico) ex trecenario p(rimo)
p(ilo) leg(ionis) III Aug(ustae), dedicanle. D(ecimo) Fonteio
Frontiniano, leg(ato) Augustor(um) pro praet(ore) (3).

(1) Annde epigr., 1904, no 144.
(2) Goyau, Chron. de l'Emp. rom., p. 190.
(3) Bull. archdol. du Comite, 1907, p. 254 Cf. Annde epigr., 1908,
n 10.





-7-


Cette d6dicace, d6couverte B Lambese, en 1'hon-
neur de la divinity d'Hadrien, a 6et grave en 163,
la derniere annee de la 16gation de D. Fonteius
Frontinianus L. Stertinius Rufinus, qui command
la inm legion Auguste, de 160 h 163 (1).
Le second document, trouv6 a Khenchela,-et don't
nous n'avons qu'un fragment, est au nom du 1~gat
M. zEmilius Macer Saturninus, gouverneur de Nu-
midie entire les ann6es 172-174 (2).
Nous le reproduisons ci-dessous :
Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) 'Aurelio A[ntonino]......
M(arco) IEmilio Jlacro Sat[urnino].... T(iberius) IEmilius
Capitolinus.... (3).
Les fouilles, faites h Djemila en 1910, nous ont
rendu une inscription qui, sans apporter un nom
nouveau h la liste de ces fonctionnaires, permet ce-
pendant de complete la carriere de 1'un d'eux, Su-
batianus Proculus, l1gat en 208 (4). Le texte que nous
donnons ici d'apres la publication de M. A. Ballu,
a 6te decouvert dans un gourbi, situ b l1'Est du Capi-
tole de la ville antique (5).









(1) Pallu de Lessert, op. cit., 1, p. 370-374.
(2) Ib., I, p. 384-388.
(3) Bull. archdol. du Comitd, 1901, p- 309, no 4. Cf. Annde dpigr.,
1901, no 11U.
(4) Pallu de Lessert, op. cit., I, p. 421.
(5) Bull. arch6ol. du Comitd, 1911, p. 117-118, no 23.





- 8 -


TI CL- SVBATIANAE AQVILI
NAE ET TI.V CL DIGNAE SVBATI
AE SATVRNINAE C C P P FILIA
BVS TI CL SVBATIANI PRO
5. CVLI LEG AVGGG PR PR. PROV
SPLEND NVMID C V COS DE
SIG LEG LEG Vi FERRATAE
FIDELIS CONSTANTIS CVRATORIS
ATHENIENSIVM ET PATRENSIVM
10. PRAETORIS VRBANI CANDIDATE TRI
BVN1 CANDIDATE Q VRBANI SVB
PRAEFECTI CLASSICS PRAETORI
AE MISENATIVM PRAEFECTI ALAE
CONSTANTIVM TRIBVNI COH
15. VT CIVIVM ROMANORUM PHAEF
COHORTIS Iil ALPINORVM
RESPVBLICA CVICVLITANO
RVM HOMINIS BONI PRAESI
DIS CLEMENTISSIMI OB INSIG
20. NEM EIVS IN PATRIAM SVAM
PRAESTANTIAM
D D P P
Tib(eriae) Cl(auliae) Subatianae Aquilinae et Tib(eriae)
Cl(audiae) Dignae Subatiae Saturninae, c(larissimis)
p(uellis), filiabus Ti(berii) Cl(audii) Subatiani Proculi
leg(ati) Aug(ustorum) pr(o) pr(aetore) prov(inciae)
splend(idissimae) Numil(iae), c(larissimi) v(iri), co(n)s(ulis)
desig(nati), leg(ati) leg ionis) VI FerrataeFidelis Constantis,
curatoris Atheniensium et Patrensium, praetoris urbani
candidate, tribune candidate, q(uaestoris) urbani, subprae-
fecti classics praetoriae Misenatium, praefecti alae Conslan-
tium, tribuni coh(ortis) VI civium romanorum, praef(ecli)
coh(ortis) III Alpinorum, respublica Cuiculitanorum ho-
minis boni praesidis clementissimi ob insiguem ejus in
patriam suam praeslantiam. D(ecreto) d(ecurionum),
p(ecunia) p(ublica).

Ce document, don't la lecture ne present aucune
difficult, a 6et grave sur 1'ordre des decurions de
Cuicul, en l'honneur de Tib. Claudia Subatiana Aqui-
lina et de Claudia Digna Subatia Saturnina, toutes
les deux filles de Subatianus Proculus.
Ce texte, tout d'abord, fixe d'une maniere d6fini-





-9-


tive le nom de ce personnage, qu'il faut lire Tiberius
Clodius Subatianus Proculus.
D'origine 6questre, il remplit tout d'abord quel-
ques-unes des charges dites militia equestres et fut
successivement prefet de la ini cohorte des Alpins,
tribune de la vie cohorte des citoyens remains, puis
pr6fet de l'aile de cavalerie des Constantes. II com-
manda en second la flotte de Misene, function exclu-
sivement reservee aux chevaliers (). La s'arrete la
premiere parties de sa carriere. Ainsi qu'il arrive fre-
quemment, I'ordre equestre etant appeal & fournir
de nouveaux membres au Senat, Subatianus Pro-
culus, par faveur imp6riale, fut admis au rang des
candidates a la questure urbaine, puis au tribunal et,
par lh, entra dans l'ordre senatorial. Preteur urbain,
curateur d'Athenes et de Patras, il commandait en
Syrie la m1" legion Ferrata, lorsqu'il fut d6signe pour
le gouvernement de la Numidie (208). L'ann6e sui-
vante, il 6tait nomm6 consul suffectus.
Il eut pour successeur h la t6te de la province
M. Aurelius Cominius Cassianus (208-211) (2). Une
interessante contribution a l'histoire de la Numidie
pendant cette periode nous est fournie par l'inscrip-
tion suivante, d6couverte en 1910 i Djemila (3) :




(1) Cette inscription p'rte A trois le nombre des sous-prdfets connus
de la flotte de Misene. C. Annius Flavianus (Eph. epigr.,V, no 699, Tib.
Fulcinus-Vergilius; Not. degli scaci, 1890, p. 173 et enfin Tib. Clodius
Subatianus Proculus).
(2) Pallu de Lessert, op. cit., I, p. 421-424. II avait eu pour pr6dd-
cesseurs C. Julius Lepidus entiree juin 193 et 195), ib. I, p. 401-406,
Q. Anicius Faustus (196-201), ib. I, p. 406-417, Sextus Varius Mar-
cellus entiree 201-208), ib., p. 417-420.
(3) Bull. arch. du Comitd, 1911, p. 110, no 3.





- 10 -


L TITINIO CLODI
ANO E V MIL IIII
A COMM. PRAEFF
PRAET PRAESIDI
ET PROC. PROV
EPIRI ITEM ET
PROC QVADRAGES
PORTVS ASIAE ET
BITINIAE PROC
PROV MAES1AE IN
FERIOR PROC
PROV NVMIDIAE
PARTIES PRAES
AGENT
C. POMPONIVS SA
TVRNINVS ACTV
ARIVS AL PANNO
L(ucio) Titinio Clodiano, e(gregio) v(iro), mil(itiarum)
quattuor, a commentariis praef(ecti) praet(orio), praesidi
et proc(uratori) prov(inciae) Epiri item et proc(uratori)
quadrages(imae) portus Asiae et Bithyniae, proc(uratori)
prov(inciae) Maesiae inferior(is), proc(uratori) prov(inciae)
Numidiae parties prae(sidis) agent, C(aius) Pomponius
Saturninus actuartus al(ae) Panno(niorum).
L. Titinius Clodianus nous est d6jh connu par
deux autres inscriptions, provenant 6galement de
Djemila (); aussi est-il facile de r6tablir dans les
grandes lignes le cursus honorum de ce personnage.
Apres avoir exerce les quattuor militia, prelude
necessaire de toute carrier equestre, Claudianus fut
attach au pr6fet du pr6toire en quality de commis
a commentariis. Procurateur de la province des
Alpes-Maritimes (P), il remplit les m6mes functions en
Mesie, en Numidie et en Epire, don't il fut gouver-
neur par la suite. Dans l'intervalle de ces procura-

(1) C. I. L., VIII, no' 8328, 8329. Cf Dessau, Prosoprogr. imp. rom.,
p. 327, no 100.
(2) C. I. L., VIII, no 8328.





- 11 -


telles, il fut charge de la perception de l'imp6t du
quarantieme en Asie et en Bithynie. C'est au course
de son passage en Numidie qu'il fut appel6 & sup-
pleer le legat avec le titre de ( parties praesidis agens ).
Cet ev6nement de la carriere administrative de Clau-
dianus se place sous le regne simultan6 de Caracalla
et de G6ta, c'est-a-dire entire le fer fevrier 211 et
le 27 (?) f6vrier 212. Cette date nous est fournie par
l'une des inscriptions pr6ecdemment d6couvertes i
Djemila, au nom de ce personnage et sur laquelle la
mention de l'un des deux empereurs a 6t6 martel6e (l).
Nous savons 6galement que M. Aurelius Cominius
Cassianus 6tait alors 16gat de la province et qu'il dut
quitter son poste le Ieo juillet 211, puisque son suc-
cesseur, C. Pomponius Magnus, prit possession de
ses nouvelles functions du vivant meme de G6ta (2).
Pour que Titinius Clodius ait pu faire l'int6rim de la
province, il faut admettre ou bien que Cassianus est
rentr6 avant le for juillet 211, ou qu'h cette date son
successeur n'6tait pas encore d6sign6. Une seule
chose reste cependant certain, c'est que L. Titinius
Clodianus 6tait procurateur en Numidie entire le
14 fevrier 211 et le 27 (?) f6vrier 212.
Il ne nous reste plus & citer pour le III" siecle qu'un
document 6pigraphique, d6couvert A Ain-Kerma (3),
au nom d'Aurelius Diogenes, l1gat de Numidie sous le
regne de Diocletien (4). Le texte que nous transcrivons

(1) C. I. L., vin, no 8329.
(2) C. I. L., viii, no 2748.
(3) Bull. archdol. du Comitd, 1903, p. xx. Cf. Annde (pigr., 1903,
p. 243.
(4) Pallu de Lessert, (op. cit., ii, p. 309-310. Les 16gats de Numidie,
pour le r6gne de Diocletien, sont les suivants : Flavius Flavianus (285-
286), Aurelius Maximianus entiree 289 et 293), M. Aurelius Diogenes (?),
Concordius (295), Valerius Florus (303), P. Valerius Antoninus (305-306).
Cf. Ib., II, p. 306-316.




- 12 -


ici, ne nous apporte aucun renseignement nouveau
sur la carribre de Diogenes :
Ex rescripto dei Probi, postulante Mun(atio) Flaviano
nundinas Emadaucapens(es) immun[e]s V kal(endarum)
et III i uum celebrandas v(ir) p(erfectissimus) p(raeses)
IV(umidiae), Aurelius Diogenes, beneficium datum sup-
p[l]ere dignatus e[st].
Beaucoup plus interessante est l'inscription sui-
vante, decouverte h Djemila (1) :
Probati Flavio Aelio Victorino p(erfectissimo) v(iro),
praesidi provinciae Numidiae, splendidissimus ordo co-
l(oniae) Cuiculitanorum patrono, d(ecreto) d(ecurionum).
Jusqu'i ce jour on ne connaissait qu'un seul legat
nomm6 par l'usurpateur Domitius Alexander (308-
311). Au nom de Scironius Pasicrates, il faut dd-
sormais ajouter celui de Probatus Flavius Aelius
Victorinus.
Rappelons pour memoire un fragment d'inscription
trouv6e Timgad(2) au nom de Severinus Apronia-
nus, qui fut legat de Numidie sous Constantin, un
peu avant 320 (3).
...Severino Aproniano i. p... conlapsa Dorn[iti]us
Secund[us]... p. p. r(ei)p(ublicae) Bos(eth ?) restituit.
Les derniers documents 6pigraphiques que nous
ayons h mentionner au course de cette etude se rappor-
tent les uns au regne de Julien, les autres a ceux de
Valens et de Valentinien. Ils contribuent dans une
large measure a apporter quelque clart6 dans la chro-
nologie encore tres indecise de la Numidie. h cette
6poque.

(1) Recueil des Not. et Mem. de la Soc. arch. de Constantine, XII,
1907, p. 244. Cf. Annde dpigr., 1908, no 210.
S(2) Recueil des Not. et Mdm. de la Soc. arch. de Constantine, 1909,
p. 260. Cf. Annde dpigr., 19.0, no 117.
(3) Pallu de Lessert, op cit., 11, p. 321.





- 13 -


Deux inscriptions decouvertes h Khamissa, a quel-
ques ann6es d'intervalle, faisaient connaitre un nou-
veau 1egat Theodotus et placaient son gouvernement
sous le proconsulat d'un certain Hermogenianus. Le
premier de ces textes est en vers (1) :
Tlortaris in vitam miscens adversa sicu[n]dis,
Clodius Hermogena proconsulatu salubri
Theodoti cura legati dedicat arcem.
Hos ego Januarius versus formare curavi.

[Feli]ci[t]a[t]i Augusti d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia)
p(ublica).
Le deuxieme texte n'est pas beaucoup plus expli-
cite (2) :
Pro beatitudin[e] temporum signum Traiani de ruinis
ablatum proconsulatu Clodi(i) Hermogeniani amplissimi
et c(larissimi) v(iri). Atilius Theodo[tus] v(ir) c(larissimus)
legatus e[jus] in forum novum transferred curavit.
II 6tait presque impossible de dater ces documents,
deux personnages du nom d'Hermogenes ayant 6t6
i la t6te de la province d'Afrique, 1'un en 361-363,
1'autre en 365, lorsqu'une inscription d6couverte h
Bulla-Regia est venue dissiper nos doutes a ce
sujet (3).
[... .bealissi]mis temporibus [d(omini) n(ostri) Fl(avii)
Claudi(i) Juli]ani pii, felicis victories ac[triumphato]ris
semper Aug(usti) Clodio Hermo[geniano Olybr]io amplis-
simo et c(larissimo) viro) proconsule p(rovinciae) A(fricae)
Atilius T]heodotus, v(ir) c(larissimus) legatus Numidiae,
tabularium vetus[tate et sordibus deformatum] cum omni
cult[u et omnibus ornamentis pu]blice perfecit.

(1) Bull. de la Soc. nat. des Ant. de Fr., 1901, p. 209. Cf. Annie
dpigr., 1902, no 49.
(2) Bull. de la Soc. nat. des Ant. de Fr., 1903, p. 249-251. Cf. Annde
dpigr., 1901, n* 4.
(3) Bull. arch, du Comite, 1906, p. XIX. Cf. Annde epigr., 1907,
n' 11.




- 14 -


Nous ne pouvons plus h6siter et il faut placer la
legation d'Atilius Theodotus sous le proconsulat de
Clodius Hermogenianus Olybrius. Deux textes litte-
raires permettent de preciser la date de son gou-
vernement. D'apres un passage du code Theodo-
sien (I), Olybrius ne dut entrer en functions qu'apres
le 3 aoft 361, son pr6edcesseur Flavianus dtant
encore en Afrique b cette date. Il y resta jusqu'en
363 et fAt alors remplac6 par Clodius Octavianus (2).
Jusqu'b la decouverte de cette inscription, on ne
connaissait qu'un seul legat de Numidie, nomm6 par
Julien,Ulpius Mariscianus (3),qui, d'apres Mommsen(4)
aurait et le premier consulaire de Numidie, cr6e par
cet empereur. M. Pallu de Lessert pr6fere expliquer
le ( consularis sexfascalis, promoti primo.... > par
une allusion h ce titre que Mariscianus aurait pris
pour la premiere fois (5). En effet, a partir de cette
6poque, dans les inscriptions, le 16gat de Numidie est
toujours designed ainsi.
P. Atilius Theodotus, legatus Numidiae, d'aprbs le
monument de Bulla-Regia, sous le proconsulat
d'Olybrius, c'est-b-dire entire la fin de l'annee 361 et
les premiers jours de 363 a pu preceder Ulpius Ma-
riscianus dans le gouvernement de la province, mais
ce n'est lb qu'une hypothese.
A ces deux personnages, don't la chronologie reste
malgre tout encore bien incertaine, succeda Publius


(1) II, 19, 4; 20, 1. Cf. Pallu de Lessert, op. cit., II, p. 64.
(2) Ammien Marcellin, XXXII, 1, 4.
(3) C. I. L., VIII, n's 4771-17896. Palla de Lessert, op. cit., II, p. 326-7.
(4) Mommsen, Eph. epigr., V, p. 629.
(5) C. I, L., VIII, n' 17896. Pallo de Lessert, op. cit., II, p. 327.





- 15 -


Ceionius Caecina Decius Albinus, que les inscriptions
nous montrent comme s'6tant occupy tres activement
du relevement de la Numidie (1). Un texte de Cons-
tantine, mentionnant sa legation, rappelle encore un
de ces grands travaux d'utilit6 publique, entrepris
sous sa direction (2).
[.... aqua....] maiori fi[stula adducta? et] dedicate
salvis d(ominorum) n(osiroium) trium peperluis invictis-
simisqu[e] principibus v(ir) c(larissimus) Caecina De[c]ius
Albinus, consulari[s] sexf'ascalis provincia[e N]umidiae
Con[st]anti[na]e, [c]urante Caecilio Cromatio Ecd[icio]
Triumph[ale v(iro) p(erfeclessimo) sacerdo] tale pr[ovin-
ciae] tu...
A Tasbent on a retrouv6 le texte suivant, 6gale-
ment au nom d'Albinus (3):
[Ce]ionius Ceci[n]a Albinus v(ir) c(larissimus) consu-
laris sex fasca[lis].
M. Pallu de Lessert(4) place la l6gation de ce
personnage entire 364 et 367. Une inscription de
M'daourouch que nous reproduisons ci-dessous per-
met de pr6ciser la chronologie du gouvernement
d'Albinus (5) :
... pro tanta felicetate te[m]po[rum inoictissi]morum
principum d(ominorum) n(ostrorum) per[p(etuorum) Au-
g(ustorum) Valenti]niani et Valentis piscinalem istam i..
et soliarem cellam lacuniis densis ita foed... menti mons-
trarent atque ita retention... berent compellente religions
sancta ep... norum civium exquisitis diversorum co...

(1) C. I. L. VIII, n"o 2388, 7975-19852, 2242, 18229, 6975, 20156. Cf.
Pallu de Lessert, op. cit., II, p. 327-328.
(2) Jahreshef/t des oest. Archaelog. Institutes in Wien, Beiblatt,
1902, p. 46. Cf. Ann. dpigr. 1902, n' 166.
(3) Nouvclles arch. des Missions, XVII, 1909, p. 115. Cf. Annde dpigr.,
1909, n, 220.
(4) Pallu de Lessert, op. cit., II, p. 327.
(5) Recuell des Not. et Mdm. de la Soe. archdol. de Constantine, X
1906, p. 422, no 408. Cf. Annde dpigr., 1907, n' 237.





- 16 -


artificibus quoque peregrinis adductis el... denies novoque
omnino opere tessellatas pr... Fabio Fabiano v(iro) c(la-
rissimo) et inlustre legato Numidi[ae].. .reipublicae inter
cetera in quibus jandu[dum].... cur ordine splendid et
universe popul [o] felicit[er].
Le legat Fabius Fabianus que mentionne notre ins-
cription exerca ses functions sous le proconsulat de
Julius Festus (366-367) (). Son predecesseur Albinus
a dI lui ceder la place dans le courant de l'annee
366. Quant b Fabianus, il ne semble pas Otre rested
plus d'une annie en charge, puisqu'en 367, un cer-
tain Annius...nus 2) le remplacait a la tote de la
Numidie. II faut done Otablir ainsi la liste des legats
de la province sous Valentinien et Valens : Publius
Caeionius Caecina Decius Albinus (363-366), Fabius
Fabianus (366-367), Annius...us entiree 367 et 375),
etc., etc.
Le resultat de ces d6couvertes n'a pas ete seule-
ment d'ajouter quelques noms aux fastes de la pro-
vince et de pr6ciser quelques dates, elles ont encore
apport6 de precieux renseignements sur l'organisa-
tion interieure de la Numidie a l'6poque des Antonins.
Sous le regne de Trajan, la limited m6ridionale de
la Numidie fut reportee en avant. La ligne frontiere
s'arreta au sud de I'Aurs 3). II fut alors necessaire
d'entreprendre une d6limitation g6n6rale des terri-
toires recemment incorpor6s h I'empire et de r6gler
par un arpentage official la situation des terres
laissdes aux indigenes. Les inscriptions montrent
que ce fut l'oeuvre des legats imp6riaux.
(1) Pallu de Lessert, op. cit., II, p. 71, cite deux inscriptions (C. I. L.
VIII, no 7782, 5336), dans lesquelles on rencontre le nom de Fabius Fa-
bianus, mais aucune mention de sa ligation en Numidie.
(2) Ib., II, p. 329.
(3) R. Cagnat. L'Armde romaine c'Afrique, (2e 4dit). p. 44.






- 17 -


Deux bornes de delimitation, d6couvertes i 400 me-
tres du Djebel-Asker, dans la plaine au sud, mar-
quaient jadis les limits de la cite des Nybgenii. En
voici le texte :
t1 Imp(erator) C[aes(ar) divi] Ne[rvae f(ilius) Ner]va
[Traianus] Aug(ustus) [Germ(anicus), Da]cicus, pont(ifex)
max(imus) [trib(unicia)] pot(estate) IX, imp(erator) IIII,
co[n]s(ul) V, p(ater) p(atriae). L(ucio) Minicio Nata[li],
leg (ato) Aug (usto) propr (aetore) civitas Nybgeniorum
XXIX (1).
2 Le texte est identique pour la second borne,
1'indication de la distance seule a vari6 (2).
D'apres ces deux inscriptions, le-16gat L. Minicius
Natalis proceda, en 104-105, a l'6tablissement du
cadastre de la cite des Nybgenii, don't le territoire
confinait ( a 1'ouest celui de Gafsa, i l'est celui de
Gabes et s'etendait de ce c6t6 jusqu'au Djebel-Stiah,
qui le limitait sans doute au nord et jusqu'i 1'Hen-
chir-Chenah, au-delh duquel on entrait sur le terri-
toire de Tacapas(3))). Au nord-ouest, la ligne de de-
marcation, bien moins nette, pouvait s'6tendre jus-
qu'au col de I'Asker.
Ce meme Minicius Natalis eut L proc6der au trace
de la frontiere entire les domaines imp6riaux et les
peuplades des Musulames, puis entire ces derniers
et les Tisibennenses, jusqu'ici encore inconnus. Ces
renseignements nous sont fournis par les deux
bornes ci-dessous, decouvertes la premiere i Ain-
Kamellel, situ6 b une cinquantaine de kilometres de
T6bessa vers I'ouest-sud-ouest, la second a Ksar-

(1) Annie dpigr., 1910, n- 20.
(2) Ib. n- 21.
(3) R. Cagnat. Les Nuy'jvo de Ptolmde, dans les C. R. de l'Acad.
des Inscr., 1909, p. 568-579.




- 18 -


el-Boum, h une quinzaine de kilometres de Tebessa,
toujours dans la m6me direction.
[E]z auctor[itate] imp(eraioris) Nervae Traiani Caes(aris),
Aug(usti), Germ(anici), Dacici, L(ucius) Minicius Natalis,
leg(atus) Aug(uste) propr(aetore), inter Auq(ustum) et
AMusul(amios) xxx- P(lus) m(inus) p(edes) 11 DCC (1.
[E]x auctor[itate ilmp(eratoris) Nerv(ae) Tra[iani] Cae-
s(aris), Aug(usti), Germ(anici) D[acici], L(ucius) Minicius
Na[talis], leq(atus) Aug(usti) propraet(ore) [inter] Musul-
(amios) et Tisiben[ne]nses. II A 1I. CCCCLXXIIk2>.
Dix ans apres, en 116, L. Acilius Strabo eut encore
a s'occuper des Musulames pour rectifier les limits
de leurs possessions vers les domaines de 1'Empe-
reur (). L'annee suivante, Sabinius Barbarus arreta
les frontieres de la cite des Suburbures, qui tres pro-
bablement s'arr6tait au Chott-el-Beida (4).
Enfin, les inscriptions nous fournissent un der-
nier renseignement sur l'histoire interieure de la
Numidie dans la second moitie du IVO siecle. Sous
le regne de Valentinien et de Valens, les provinces
d'Afrique traversent une veritable p6riode de releve-
ment, et, pour la Numidie, le legat Ceionius Caecina
Albinus semble avoir 6et I'un des principaux arti-
sans de cette resurrection (5).

R. LANTIER.




(1) C. R. de l'Acad. des Inscr,, 1906, p. 479. Cf. Annde epigr., 1907,
no 9.
(2) C. R. Acad. Inscr. 1906, p. 479. Cf. Ann&e 6pigr. 1907, n- 21.
(3 C. R. Acad. Inscr. 1906, p. 479. Cf. Annoe dpigr. 1907, n- 20.
(4) Annde dpigr, 1901, n- 144.
(5) Annde ipigr., 1902, n- 166.










ELU I 1N E S


ET


VESTIGES ANCIENS
RELEVES

DANS LA PROVINCE DE CONSTANTINE




1. BOu-Taleb (Feuille au 1/200.000,)

10 Bou HaddWfe (un peu au sud-est du lieu dit)
petite colline dite Tkatherth Ouarlel (c'est-h-dire, en
chaouiya, la colline des escargots), escargotiere et
ruines; au pied, du c6te du sud-est, traces d'une
route romaine qui parait avoir 6t6 longee, de chaque
c6te, par des murs doubles en dalles et bloquage,
(murs de proprietes, sans doute); cependant un
mur analogue dessine, sur une butte, imm6diate-
ment a l'est de la route, une enceinte semi-circu-
Slaire de 50 metres de rayon (la corde en est le che-
min, avec restes de tours circulaires au bord du
chemin, au centre du cercle, et d'une autre tour
pareille au sommet de l'arc (10 metres de diametre),
a 100 metres environ de Tkatherth ; est-ce une trace
de poste de page ou de surveillance? Vestiges,
enfin, d'autres murs, courbes ou droits, aux pieds
sud et nord-ouest de la colline.




- 20 -


2 Du point precedent a Bou-Haddef, au sud du
sentier arabe probablement 6tabli a l'emplacement
d'une voie romaine, et & Tkatherth n. Thkhaleth
(colline de l'argile), vestiges d'une enceinte composer
de murs drbits ou courbes, longeant la cr6te de la
butte et descendant les pentes a chaque bout de la
colline (poste?).
30 De Bou-Haddef d BeFda-borj, sur le flane
nord du Djebel-Freda; une trace de route romaine
assez nette part de Bou-Haddef, vers l'ouest, et long
le flanc de la montagne (Cf. Atlas arch. nos 58 et 64);
a quelque distance de Bou-Haddef, une autre voie
analogue se branch sur la premiere et se dirige
vers le sud pour p6entrer dans la montagne. L'une
et I'autre paraissent avoir 6te accompagnees sur
leurs deux rives par des murs doubles comme en
font encore aujourd'hui les indigenes de certaines
regions pour limiter leurs jardins ou leurs vergers.
De loin en loin, sur le bord, tertres de terre et pierres
ou tas de pierres, peut-Otre vestiges de tombeaux.
Des chemins pareils, mais plus petits, branches sur
la voie principal, conduisent h des hameaux indi-
genes, peut-etre 6lev6s a la place de tres anciennes
agglomerations, dans ce pays si peu change. -
Sur tout ce flanc de montage, traces de murs de
terrasses delimitant des plateformes de grandeur
variable (1 h 3 hectares); les foundations, assez soi-
gn6es, quoique sans mortier, sont visible; les indi-
genes d'aujourd'hui continent & y jeter les cailloux
trop encombrants qu'ils ramassent dans leurs
champs.
4 A mi-chemin, entire les nos de l'Atlas 64 (Bou-
Haddef) et 65 (Bir-Ounlten la carte dit Younken),





- 21 -


vestiges d'une agglomeration en mcellons et cailloux
avec foundations plus soignees (sur 3 a 400 metres
de longueur et autant de large).
50 Gorges de Talkhemt (montagnes des Ouled-
Sellem); a l'entree des gorges qui s'ouvrent sur la
vall6e de l'Oued-Chair, petite R.R.; dans les gorges,
au lieu dit Chaabet-ben-Jeltl, restes d'un village
indigene.
60 Pres de Negaous, a Echchihate, chemin de
Negaous h Tinibaouine, une inscription romaine
fruste, que je n'ai pas eu le temps de dechiffrer,
forme, sur la rive ouest de la route, le couronne-
ment d'un ponceau; face tournee vers le ciel, au
niveau de la plateforme de la route.

II. Fenllle Batna (au 1/200,000.)

1o Daklat-Oum-Elojoul. Inscription romaine sur
un morceau de carapace calcaire, mal dquarri, bris6
aux angles; illisible.
De 1, en allant sur Oum-Elojoul, a 3 kilometres de
celle-ci, traces d'une enceinte carree de 100 metres
de c6t6; puis, en arrivant h 500 metres d'Oum-
Elojoul, traces de bAtiment de 40x40 avec divisions
interieures, traces de puits (?), pierres de taille,
fragments de colonne, trace d'une inscription illisible,
presque effac6e. (1)
2" Elguaceriya, voisinage du Djebel-Messaouda,
R.R. disparue depuis peu (en 1903). (2)

(i) Ces points sont dans l'angle nord-ouest de la feuille, sur la
limited des feuilles Bou-Taleb, S6tif et Constantine. Oum-Elojoul est
une petite colline dans 1'angle nord-est de la feuille Bou-Taleb.
(2) Le Djebel-Messaouda ferme au nord-est le Bellezma; le point
don't il s'agit est entire cette montage et Oum-Elojonl.





- 22 -


3 Djebel-Annouda (ain--,), au nord du chott
Tinecht (c'est la montagne appel6e Sobra par la
carte) ; glaci du pied sud, bazinas de toutes tailles
6parses dans des champs d'armoise.
4 Guedmem. Mammelon 6paulant le premier
sommet i l'est de Souk-Naamene; au pied, murs de
jardins; presque au sommet, vestiges d'une grande
bazina.
5 A msed. A la crete, plusieurs bazinas, don't une
support le signal topographique.
60 Tattoubet (,.:L- ), a l'est de la sebkha
Ezzemoul, grande R.R. Un pistachier sauvage tres
beau la signal de loin et a Wt6 respect jusqu'ici par
europ6ens et indigenes.
70 Erremada, au pied sud-est des collins d'El-
Morniete; grande escargotiere formant mammelon
de 3 a 4 metres de haut.
8 Un peu & l'est d'Elmenachir, a la deuxibme
barre rocheuse, compt6e h partir de l'est, qui appa-
rait dans la plaine : une dalle rocheuse naturelle-
ment en surplomb, est aplanie; un sillon circulaire
de Om06 de c6t6 et autant de profondeur entoure un
space de 1 metre de diametre; un bec de 0m0 sur
tous les sens servait h l'Ncoulement d'un liquid
contenu dans la rigole circulaire.
Cette dalle devait servir de meule dormante dans
un pressoir a huile don't la meule courante pouvait
Otre une autre dalle choisie de dimensions conve-
nables. Ceci prouverait que l'on faisait de 1'huile
dans la region h une 6poque reculde, et bien que cela
n'implique pas forc6ment l'existence d'oliviers a
proximity, cela la rend tres probable ; la presence






- 23 -


Mr '.







de noms de lieux comme Chaab-Ezzitoun, Djebel-
Ezzitoun (ravin, montagne des oliviers, etc.) corro-
bore cette supposition. Aujourd'hui on ne trouve
plus dans le pays que quatre h cinq oliviers seculaires
que les Arabes ont respects seulement parce qu'ils
Icur accordentun caracteresacr6 (arbres marabouts);
ils viennent chaque ann6e c6elbrer des fetes h leur
alentour, a epoque fixe.
8 bis. Sur toutes les collins d'Elmenachir, vestiges
plus ou moins nets de bazinas en blocs de pierre.
9 Sur les collins d'Elmorniyete, entire Elmor-
niyete et Oum-Ettyour (que la carte appelle Kef-
Lahda) rocher sis b l'est de la ferme Boutinelli,
vestiges plus ou moins nets de bazinas en cailloux.

III. Feuille Ain-Fakonune
(au 1/50,000. feuille Constantine de l'Atlas archeologique)

1 Henchir-Elguenadziya est mal marquee sur la
carte; elle se trouve h la place de Henchir-Rariba
qui est inconnue dans le pays; hameau ou grande
ferme.
2 Koudiat Sidi Hajeres et collins voisines; ves-
tiges de bazinas frustes, en cailloux.

IV. Feuille Saint-Donat
(au 1/50,000c, feuille Constantine de 1'Atlas archdologique)

Region de Tafrent
t1 A 2 kilometres sud-est de Elgar~c (angle sud-
est de la feuille), borne de grande dimension portant
une inscription mal publi6e et don't j'ai repris l'estam-
page en 1903 pour le fournir b M. Gsell; mais l'em-


- A -





- 25 -


placement de la borne n'est pas indiqu6 par l'Atlas
archdologique.
2 Addition au no 380 de l'Atlas. Ce bourg avait
une enceinte avec tours don't on voit les restes; les
foundations d'une tour se trouvent just sur le sentier.

V. Fenille A'in-Melila
(au 1/50,000')
A. Guelaat Ouled-Sellem et Gnelaat Ouled-Elhadj et adords
1 Vallee de Bir-Khabbaya, flanc sud-ouest;
quelques vestiges de bazinas en amount de Elhaci
jusqu'aux abords du col menant a Bled-Tikhribine.
Silex taill6s 6pars dans la vall6e. Au mamelon 1051,
h c6t de Demnel-Beni-Abbas, bazina monumental
au sommet de 1'6paulement, l oi la carte indique
Mzara.
2 Pied sud de la Guelaat-Ouled-Sellem entire
Demnet Beni Abbas et Erragouba, murs de jardins
et de champs en terrasses, etc., don't la disposition
s'est conserve souvent jusqu'6 nos jours, notam-
ment dans le Josr-Ezzitoun; lI une terre noire,
riche en humus, a 6t6 preserve par les murs en
question, malgr6 leur ruine, centre le ruissellement.
Cette couche artificiellement produite rend seule
possible la culture, car le sol natural est un conglo-
merat tres dur et sterile.
3 Sommet double de Tadreten; sommet ouest,
vestiges d'un monument carr6 en pierres de taille,
de gros appareil de 2m50 de c6t6; sommet est, grosse
bazina. Au pied sud de la colline, vestiges de bazinas
jusque pres de la mechta Elfreda.
4 Guelaat Oued-El-Hadj, pied sud-ouest, vesti-


UOilrnrl e Fllfl' ITOrri "




- 6 -


ges de bazinas; au sommet terminal du sud, au
bord ouest d'une grande cassure, restes d'un monu-
ment carre en pierres de taille de petit appareil, de
trois metres de c6te, oriented sud-ouest-nord-est. Au-
tour, vestiges de murs en moellons paraissant avoir
ferm6 une cour. Est-ce le reste d'un poste de garde
entour6 d'une petite enceinte ou la cella d'une bazina
monumental d6truite?
5 Puits de Teniet-bir-Elarais; dans une mar-
gelle, pierre de calcaire marmoreen blanc, tres us6e
par les cordes, avec inscription m6connaissable; on
y lit cependant un Q; ce serait done une inscription
grecque.
60 Teniet-Elarafs; dans tout le col, vestiges de
bazinas parfois grandes.
La R.R. de 1'entree sud du col est double; il y a
deux ruines a 200 metres l'une de l'autre (Cf. notre
article de 1909); vers la sortie nord du col, i 100
metres est du chemin environ, vestiges d'un petit
edifice carrd, orient nord-ouest-sud-est, de deux
metres de c6t; deux fragments de corniche a moulu-
res a cote.
7 Djebel-Ettolba. Vestiges frustes de bazinas
epars; une grande bazina au col 1124, a 1'est du
sentier, 1 o0i la carte indique Mzara.
8 Bled-Chergui. Vestiges frustes de bazinas.
Koudiat-Elberouague. Vestiges frustes de bazi-
nas.
9' Oued-Kef-Merzouga. Vestiges frustes de ba-
zinas dans la vallee.
100 Azel-Ttfker. La R.R. occupe au moins deux
fois plus d'espace que la carte ne l'indique.





27 -

110 Bled-Tikhribine. Au nord du sentier de Bir-
Teniet Elarais a Bir-Bekikya, vestiges de murs de
jardins et de bazinas ou de tumulus.
120 Cirque de Bekikya. Bazinas et tumulus un
peu partout; une bazina monumental ruinee, a
l'eutree du cirque par le chemin de Tikhribine, et
escargotibre un peu plus a l'est; un peu plus a
l'ouest verss le point cot6 993), petite R.R.; -
bazinas tres belles, mais ruinees, au col allant du cir-
que a Chaabet-Essid, au pied sud-est de Oum-Eljebs;
l'une d'elles est monumental; vestiges de murs
de jardins partout dans le cirque; la R.R. indiquee
par la carte, au point cote 955, occupe bien dix fois
l'espace marque; elle s'6tend sur un kilometre de
longueur, depuis le mamelon 987 au sud de la Jema,
jusque tres au nord, sur les deux bords du ravin.
- Au mamelon 987, mur d'enceinte bien, net, un
peu degag6, tres bien fait; chemins d'acces large,
les uns 6troits, les autres, en lacets sur les flancs;
nombreux fragments de corniches h moulures; on
dit qu'il y a une inscription enterrde; la Jema Sidi
Ammar est une construction byzantine elev6e sur
des foundations romaines et faite en pierres de taille
romaines de grand appareil, prises aux ruines d'alen-
tour. Le batiment est en parties ecrouln et don't les
breches ont ete reparees par les Arabes avec des
moellons et du mortier de terre; les indigenes ont
aussi pose un toit.

B. Montagnes entire Bekikya et Mechira
10 Mechta Demnet Ettine, a la fin ouest de
Ragouba; hameau arabe, ruined, mais aussi vieux
murs plus anciens en gros blocs; A la ( mzara ),





- 28 -


bazina ruinee; la cella est en gros blocs 6quarris,
presque en pierre de taille, grande de 2mxlm50
environ.
2 Pied sud de Ragouba et de Rar-Rouggad,
quantity de murs de jardins ou de champs en ter-
rasses bien visible ; vestiges epars de bazinas.
30 Pied ouest de Rar-Rouggade, dans l'oued,
vestiges frustes de bazinas.
40 Bled-Tafrent, vestiges de bazinas un peu par-
tout, 6pars; une tres belle accolee a une enceinte
de murs doubles, carree, de 50mX30m environ, axe
nord-sud, au col entire les points 1007 et 1075 du
Drea-Ellouz; petite R.R. assez 6tendue a c6t6 du
hameau indigene, sous les points 1152 et 1163 de
Chefer-Tafrent; corniches, phallus, etc.
50 Chefer-Tafrent (Le Fahham de la carte) et
butte 1085, h l'extremite est, vestiges de bazinas.
6 Le long du chemin allant a Mzara-Srira, en
partant de Coudiat-Ellouz (col entire 1007 et 1075).
Vestiges de bazinas ou de tumulus; de m6me au
pied de la montagne, entire Mzara-Kebira et Oued-
Kaam (C-.-5).
70 Oued-Kaam; vestiges de bazinas, quelquefois
assez grandes, un peu partout, jusqu' la tote; restes
bien nets de barrages 6tag6s sur les ravins, comme
en font encore les habitants du sud-est tunisien.
8o Pourtour de Erragouba (point cote 1104) et de
Koudiat-Emezara (point cote 1166), puis chemin de
Bekikya & Bir-Elhenchir, vestiges de bazinas; murs
de jardins, barrages sur les ravins, d6combres mar-
quant la place de group d'habitations.
90 A la R.R. de Bir-Elhenchir, au sud, necro-





- 29 -


pole de bazinas assez belle, entouree d'un mur
d'enceinte formant un carr6; parmi les pierres de
la R.R. plusieurs portent des dessins, ornements,
cercles, rosaces, comme ceux qu'on trouve habi-
tuellement dans les ruines chr6tiennes de la basse
6poque.
100 Gabel-Eljemai, pied oust et nord, vestiges de
bazinas assez frustes, de murs de jardins ou bar-
rages, etc.
11o Bled Tikhribine et Feid ben Sellem; vestiges
de bazinas, murs de barrages sur 1'oued, 6tages
bien nets.
C. Plaine du nord et montagnes qui 1'accidentent
t1 Vestiges tres frustes de bazinas en cailloux sur
les collins de Hajar-Merekkeb sur le flanc ouest;
de meme, sur Drda ben Hannachi.
20 Restes de terrasses multiples, tres amples, au
pied sud de Teyouelt, jusqu'b l'oued de Bir-Drimil
et de Bir-Elhallouf.
3 Au sud-est du Meimel (---,), h gauche
et h droite du chemin allant A mechta Elmredsa
(Lai,), restes d'une dizaine de bazinas de tailles
diverse, en blocs prismatiques poses a plat; assises
concentriques multiples, bien 'formees; a l'est du
chemin une grande bazina, et une autre, trbs grande
(70 metres de diametre, cella de 7 h 8 metres de
c6t6) avec couloirs assez compliques dessinant un
labyrinthe autour de la cella; la plus grande des
bazinas est en blocs 6normes, prismatiques, tout au
moins bien 6quarris sinon tailles.
40 Vestiges de petites bazinas en cailloux sur les
collins dominant Ain-Naim, au nord.




- 30 -


5 Vestiges frustes de petites bazinas en cailloux
au flanc nord-ouest du Meimel ; vestiges de bazinas
plus grandes et en pierres prismatiqnes au flanc sud-
ouest.
D. Plaine de Forchi et collins de Morniyete
1" Drda-Elguellel; piton 779 (dit par la carte
Henchir-Abdallah ben Elhadj), R.R. assez 6tendue,
pierres de taille, poterie, tuiles blanches; grosse
ferme probablement.
20 Au sud d'Ain-Elforchi, quelques pierres taill6es
eparses (restes d'une construction?)
30 Mechta Lebta ; de mime.
4o Henchir ben Jenen; R.R. assez important
(village?)
5 Koudiat-Sa/ra, corne sud-ouest, restes d'une
grande bazina bien construite, en blocs assez bien
equarris.
6 Collines entire Oum-Ettyour (le Kifane Lahda
de la carte) et Elmorniygte, vestiges de bazinas en
cailloux un peu partout.

VI. Feiille Elaria
(au 1/50,000e, feuille Constantine de 1'Atlas archdologique)
10 Route de Constantine a la p6piniere du Djebel-
Ouahche; tertre arrondi, en parties artificial, au sud
immediat de la route vers le kil. 4+500; traces de
murs circulaires forms de gros blocs de gres appor-
t6s de la montagne (il n'y a pas de gres alentour du
tertre); ces murs ont eu pour objet evident de retenir
les pentes du tertre; au sommet, esplanade elliptique,
allongee est-ouest, de 30 metres de long, entire le
centre et l'extremit6 ouest, pierres de taille indiquant







l'emplacement d'un petit monument rectangulaire de
3 & 4 metres de long, en calcaire apport6 du rocher
de Constantine, orient sud-est-nord-ouest; a l'extre-
mit6 est de l'esplanade, monument en moellons
allong6 est-ouest, termin6 a l'ouest par un h6micy-
cle, le reste dispose suivant les c6t6s d'un rectangle
long de 6 metres, avec pres de 2 metres d'6paisseur
(Un ruisseau coule a tres peu de distance a l'est de
cet ensemble).
20 A 1'est dudit ruisseau, autre tertre semblable:
sur les flancs, surtout au sud-ouest, vestiges de murs
de retenue courbes ou droits; vestiges de petits
tumulus; au sommet, dans I'ouest, vestiges d'une
bazina monumental en moellons; h quelques pas
plus vers l'est, restes de pierres de taille en cal-
caires du rocher de Constantine, don't un fragment
de corniche i moulures frustes; ca et lh, vestiges
de petits tumulus ronds.
3 A 150 metres plus au nord-est, dominant le
flane sud-ouest d'un autre ravin (celui dit Chaabet-
Elberda, h peu de distance au sud de la route, butte
artificielle du genre des pr6ecdentes, mais allongee
nord-sud et haute de 2 A 3 metres, longue de
50 metres; vestiges comme ci-dessus; blocs 6normes
apportes et plants de champ; sur le sommet, traces
de monuments circulaires ou rectangulaires (tom-
beaux?) en gros blocs ou en moellons; au flanc sud,
esplanade un peu en contre-bas, avec restes d'une
agglomeration en moellons.

4 Bord est du petit ruisseau issu de la maison
du garde de la p6piniere, au sud de la route, tertre
circulaire avec rangees concentriques de gros blocs


-k -





- 32 -


de gres (bazina monumentale; au centre, a l'empla-
cement que devait occuper la cella, excavation faite
assez recemment pour se procurer des pierres; le
monument a done servi de carriere. Diametre :
20 metres.
5 La butte du cimetiere arabe, a 100 metres
environ plus au sud, parait artificielle et le cimetiere
actuel doit occuper la place d'une necropole ancienne
avec tombes en blocs de gres.
6 De lh vers l'est sur 200 metres environ, jusqu'b
un petit col dans une crete rocheuse dirig6e nord-
sud, vestiges de petits monuments circulaires en
moellons (tombes anciennes ?,.

VII. Ienuille Constantine
(au 1/50,000 )

70 L'Atlas archdologique (no 126, page 19), indique
une villa et barrage remains, i 1,500 metres sud de
Constantine, centre la rive gauche du Rumel.
L'indication est un peu vague et permet difficilement
de retrouver l'endroit. Renseignements pris, il s'agit
de vestiges que l'on voit entire la route des Arcades
romaines et le Rumel, un peu i l'aval de la propri6et
autrefois marquee sur les plans ( Ferme des Chas-
seurs ); c'est au dernier coude de la route avant le
pont, et un peu a l'amont du moulin. Il y a encore
lahdes restes d'une citerne ou d'un chAteau d'eau et
divers autres vestiges. Plus a l'amont, en se rappro-
chant du barrage actuel, vestiges, dans les berges
gauches, des attaches de deux barrages en briques
et mortier tres 6pais, a quelques centaines de metres
l'un de I'autre et du point sus-indiqu6. A l'amont







de la briqueterie du Rumel et a 800 metres environ
de celle-ci, entire la berge gauche du fleuve et un
canal d'irrigation, monument rectangulaire oriented
dans le sens du course d'eau; dimensions 19m x6m;
6paisseur des murs, enduit compris, 1'00; vofit6 en
plein cintre; hauteur sous clef 4m00; divis6 en deux
chambres gales par une cloison interieure 6paisse de
l00 et perc6 vers le bas d'une ouverture de OmSO de
large sur 1i00 de haut; le quart sud-est de l'edifice
est effondr6; appareil en moellons. (opus incertum ou
cementicia incerta) avec chains de briques aux angles;
bon mortier de chaux ; enduit int6rieur 6pais de Oml0;
les angles interieurs sont soigneusement arrondis au
moyen d'6paisseurs convenables de ce mortier. L'edi-
fice a 6ete ventre apres coup sur son mur ouest et en
deux autres endroits sur ses parois laterales. C'est pro-
bablement un reste de chateau d'eau antique. Le sol
natural, dans les chambres, 6tait probablement plus
bas que le sol actuel. A l'angle nord-est (tOte aval
du mur contigu au canal) h la hauteur de la nais-
sance de la vofite, portion cylindrique en porte-i
faux, profonde d'un peu plus de 1m00, large d'autant,
et munie du cot6 amount d'une petite ouverture qua-
drangulaire, comme on pourrait en avoir fait une
pour laisser entrer l'eau en admettant que le plan
d'eau du canal soit relev6 de pres de 4m00. Pas de
communication entire cette parties cylindrique, qui,
pour moi, demeure 6nigmatique, et l'interieur.

VIII. Fenille Philippeville
(au 1/50,000e, feuille Philippeville de I'Atlas archdologique)

1t Addition au n0 190, de l'Atlas archdologique,
feuille Philippeville; outre les citernes et l'6tablis-


-33 -







segment unique situ6 a l'int6rieur don't parole l'Atlas,
on verrait tout au bord de la mer, dans la brous-
saille, sur un petit plateau de sables consolid6s, les
restes d'un group de maisons antiques (de 10 b 12).
2" Jema-Sidi-Ettahar, au-dessus et a I'est de
l'Oued-Bibi, i 2 kilometres de la mer environ et h
3 kilom6tres sud-ouest du 190 precite, sur le flanc
ouest du promontoire dit Ras-Elkelaa; toutes les
pierres de base de la mosque sont romaines.

IX. Fevlle Sai nt-Charles
(au 1/50,000', feuille Philippeville de l'Atlas archdologique)

1 Chemin vicinal allant de la ferme Saoudi & la
route de Jemmapes (dans l'angle nord-est de la
feuille, au sud du Chaabet-Mta-Mellareh (d6nomi-
nation prise sur la carte et non garantie), R.R.
groupe de fermes) des deux c6tds du chemin;
celui-ci aurait-il 6t6 une petite voie romaine d'inter6t
local ? (Les coordonn6es du point sont 4 kilombtres
sud du bord nord et 5 kilometres ouest du bord est);
2 Entre ce mime chemin (a son ouest par cons6-
quent; et la berge droite escarpee du Safsaf, un peu
plus au nord (coordonnees : 1 kil. 500 du bord nord
et 4 kil. 500 du bord Est de la carte) en contre-bas
d'un marabout, au point cot6 46, pierres de taille
romaines; quelques autres dans le ravin au-dessous
du marabout.

X. Fenile Awn-Keclhra
(au 1/50,000*)
10 Beni-Rasdoun (9 kilometres du board Est et
5 kilometres du board sud de la feuille); travaux ro-
mains, remblais, haldes dans une mine.


- 8i -






- 35 -


20 Sidi-Ramber, pres du sommet de la montagne
(3 kilometres du bord Est et 11 kilometres du bord
sud de la feuille), de mome.
30 Ain-Merj des Ouled-Rabah (ancienne tribu),
(9 kilometres du bord Est et 2 kilometres du board
sud de la feuille); travaux remains dans une mine;
plaques de plomb recouvrant 1'ouverture de puits;
lampes, outils de fer, jarres, boisages anciens, pieces
de monnaie a l'effigie de Constantin, cimetibre ro-
main.

XI. Fenille ChAteaudun
(au 1/50,00.*)
A la tombe (Jema) de Sidi Messaoud, au Djebel-
Eddis (dans l'ouest de la feuille), on trouve, d6posOes
anciennement, comme ex-voto sans doute, des
spheres de pierre de 0m15 a 0m20 de diametre; les
indigenes pretendent que ce sont des boulets et ils ont
6chafaud6 a ce propos une 16gende qu'il n'y a pas
lieu de rapporter ici. Des ex-voto de ce genre, ou
d'autres composes de haches polies, ont et6 signals
dans les mmnes conditions par MM. de Vialar (), et
Doumergue (2), dans les provinces d'Alger et d'Oran.

XII. Feuille Anucs
(au 1/200000')
Djebel-Ich-m-Oul, a 40 kilometres au sud-est de
Batna, anciens travaux remains dans une mine de
plomb et cuivre (Dussert, Notice mineralogique de
l'Alg4rie, Alger 1904, p. 48). C'est un peu au nord-
ouest du n0 49 de 1'Atlas archdologique.

(1) DE VIALAR, Lea Beni-Messaoud, Bulletin Soc. geogr. Alg.,
3e trimestre 1909, p. 313 et note infrapag6nal; boulets.
(2) DouMR anE, Contribution au prdhistorique de la province d'Oran,
Bulletin Soc. geogr. et arch. d'Oran, xxx, Cxxiv, 19 Io (page 14 du
tire a part) boulets en pierres, haches police.





- 36 -


XIII. Fenille Thala
(au 1/200,000e)
Addition au no 30, de l'Atlas. Outre les mines de
fer signaldes par 1'Atlas, des mines de cuivre et
plomb de Bou-Jaber, portent aussi des traces de
travaux remains (Dussert, op. cit., p. 70).

XIV. Feuille Elkef
(au 1/200,000e)
Travaux remains dans la mine de plomb du
Koudiat-Repac, a 37 kilometres sud, 310 Est de Souk-
Ahras (Dussert, op. cit., p. 68).
XV. Feulle Philippeville
(au 1/200,000 )
Travaux remains (traces d'exploitation de cuivre)
chez les Beni-Tlilen, i 19 kilometres nord, 290 Est
de Mila (Dussert, op. cit., p. 68).
Le meme auteur signal deux exploitations de
galene par les anciens au Djebel-Guendou, au nord-
ouest du Djebel-Ouled-Sellem (mais lequel, nous ne
savons encore au just, car il y en a beaucoup);
poteries romaines (Dussert, Ann. Mines, xvi, f6vrier
1910, page 81).

ADDENDA ET ERRATA
AUX ARTICLES DES ANN2ES PRIECIDENTES

Ksantina-Guedima, citee dans notre article de
l'an dernier (feuille B6ne, no 5), serait probablement
une petite R.R. pres de Gastu, feuille Jemmapes
au 1/50,0000, bord Est.
Feuille B6ne, no 3 (article de 1910). Ajouter a la
bibliographie : Coquand, op. cit., p. 35; et au no 5,
la grotte (non la fontaine), est signalee par Coquand,
op. cit., p. 69 et non 83.
A. JOLY ET JOLEAUD.









TI-I[EEESTE




ETUDE MILITAIRE

D'UNE CITE ROMANO-BYZANTINE
70 A 705





CHAPITRE PREMIER

Historique sommaire et rapide de Theveste

Les opinions sont tres divis6es sur 1'origine et
surtout sur 1'6poque de la foundation de Theveste.
I1 est certain qu'aucun historien n'en parole avant
le regne de Vespasien (69 L 79 avant J.-C.).
M. Girol, garde general des forces a Tebessa, a
ecrit en 1866 des Notes archdologiques sur Theveste
et sur ses environs, notes qui ont paru dans le Recueil
de la Societd archdologique de Constantine de 1867.
M. Girol croit voir dans 1'Histoire de la Numidie
des donnees qui permettent d'eclairer la question.
II d6duit tres savarnment que Theveste a dU exister





- 38 -


avant Vespasien, mais il est oblige d'avouer que ce
ne sont lb qu'hypotheses. Massinissa (203-149 avant
J.-C.), un des rois esclaves de Tacite, Reges inser-
vientes, a dO creer des centres agricoles et fonder
des postes militaires destin6s & appuyer le mouve-
ment des armies romaines et a servir de bases d'op6-
rations pour la conquOte de la Byzacene et de la
Proconsulaire.
Theveste, de par sa position, devait 6tre une de
ces bases et M. Girol fixe, d'apres ces donn6es, la
foundation de Theveste h l'an 160 avant notre ere.
Apres ]a soumission de Jugurtha et la transfor-
mation de la Numidie en province romaine, en 44
avant notre ere, Theveste devint, sous le nom de
Castra Hiberna, un des postes de la IIIe 16gion 1), qui
fournissait les garnisons de la province avec ses 15
a 20.000 hommes, tant 16gionnaires qu'auxiliaires.
Sous le regne de Tibere, lors de la r6volte de
Taefarinas, Th6veste fut encore le centre des op6ra-
tions. Elle avait et6, depuis l'an 14, par les soins du
proconsul Asprenas, r6unie A Gafsa par une piste
strategique longue de 94 miles (137 kilometres).
Mais le nom de Th6veste n'est pas cit6 une seule fois
avant le deuxieme siecle, au moment ou Septime
Severe l'61eva au rang de colonie.
Le capitaine Moll, dans ses Memoires historiques
et archeologiques sur TRbessa et ses environs parus

(1) Cette legion, crede par CUsar on Auguste, d'o, son nom, ne doit pas
dtre confondue avec les quatre autres legions qui portaient le meme
numero :
La III, Gallica. crde par Plaucus, du parti d'Antoine;
La lit' Cyrenaica, crd e par Lepide;
La IIIP Italica, crede par Marc-Aurele;
La IlI Parthica, creee par Septime Sdvere.






- 39 -


dans le Recueil de la Soci6te de Constantine, fait
remarquer que Theveste figure pour la premiere
fois dans la G6ographie de Ptolemee, puis, avec le
titre de Colonia, dans l'itineraire d'Antonin.
II fixe l'6poque de la foundation vers 70 apres J.-C.
C'6tait alors le premier camp permanent de la
IlI 16gion Augusta, le precurseur par consequent
de celui de Lambese.
L'inscription trouv6e sur le course Carnot actuel
(Le Forum, d'apres le capitaine Moll) a Mt6 d6chiffr6,
class6e et date par M. L. Renier dans son Recueil
des Inscriptions romaines de l'Algerie.
C'est la suivante :
...NO AVG...
....PP COSV...
...AVG .........
Imperalori Caesari Vespasiano Augusto, pontifici
maximo, tribuniciae potestatis V, imperatori XI, patri
patriae, consuli V, designate VI, Tito Caesari Vespasiani
Augustifilio, pontifici, tribuniciae potestatis...
Le cinquieme consulate de Vespasien est de l'an-
nee 77.
Le Capitaine ajoute que, comme le forum et le
cirque etaient les premiers monuments d'une ville
naissante, cette inscription ne doit pas etre de beau -
coup post6rieure 6 la foundation de la ville. Comme
on le voit, les opinions sont tres diff6rentes et peuvent.
etre exactes routes les deux, en ce sens que la ville
a pu etre fondue vers 70, mais a pu 6galement n'6tre
qu'un simple poste bien avant, sans toutefois
remonter A 106 avant J.-C., ce qui fait 180 ans de
difference et en ferait un poste numide. Le poste
peut tres bien avoir et6 cr6e apres l'annexion de la





- 40 -


Numidie ou au moment de la revolte de Tacfarinas,
ce qui ne lui donnerait que 100 ans d'existence avant
la creation de la ville,
Celle-ci se developpa lentement sous le regne de
Titus et sous celui des Antonins qui l'eleverent au
rang de Colonia vers le milieu du IIo siecle.
A cette epoque, Theveste avait pris une telle im-
portance qu'elle 6tait devenue le nceud de huit
grandes routes.
Ce fut vers 211 qu'elle arriva B son d6veloppement
complete. De cette 6poque datent 1'Arc de triomphe
de Caracalla, le Capitole et les Thermes. La richesse
de ces monuments, le fini des sculptures, la purete
de architecture dissent assez quelles devaient 6tre
l'importance et I'opulence de la ville.
Le christianisme, qui commencait h s'introduire en
Afrique, fit rapidement de nombreux adeptes &
Theveste et, dis 255, on voit un 6veque de la ville,
Luscius, assister a un concile h Carthage. Mais en
211, la lutte etait dejh engagee entire le christianisme
naissant et le paganisme mourant. En effet, on verra
qu'b cette epoque Caius Cornelius Egrilianus, un des
Thevestiens les plus important du moment, pres-
crivit dans son testament l'6rection de deux statues,
I'une au divin Severe, 1'autre a la deesse Minerve, et
si I'on veut bien reflichir que les Romains n'6taient
plus paiens que de nom et que le culte materiel avait
disparu pour faire place a la religion toute d'idees
philosophiques des neo-platoniciens, on est tout 6tonne
de 1'erection de ces statues, si l'on ne veut pas y
voir une protestation du marbre et du bronze palens
contre le bois et 'or de la croix et des icbnes chre-
tiennes.





- 41 -


Deux autres 6v6ques, Romulus et Urbicus, assis-
tWrent egalement a Carthage a des conciles diriges
contre les donatistes, I'un en 349, I'autre en 411.
Mais tout ne se passa pas d'une facon aussi paci-
fique en discussions et en discours. Theveste fut
ensanglantee par la derniere persecution dite "Ere
des martyrs", par la guerre contre les usurpateurs
Alexandre et Maxence, par les querelles entire dona-
tistes et orthodoxes, enfin par la revolte des deux
freres Firmus et Gildon.
Ces 6poques furent marquees par les faits suivants:
En 304, fut martyrisee sainte Crispine, qui devint
la patronne de la basilique et de la ville.
En 350, un concile donatiste est tenu A Theveste.
En 398, Gildon, revolt6 contre l'empereur Hono-
rius, est battu completement par son frere, le maure
Mascezil, entire Theveste et Ammedera. 8.000 legion-
naires de la IIP legion battent complttement 70.000
rebelles, maures, donatistes et circoncellions.
On arrive ainsi au V" siecle, Theveste va changer
de maitres.
Je n'entreprendrai pas de refaire l'histoire des Do-
tistes racontee tout au long par saint Optat.
Qu'il nous suffise de rappeler rapidement qu'en
428, le comte Boniface, patrice d'Afrique et favori de
l'imperatrice Placidie, se brouilla avec cette derniere
a la suite d'intrigues de cour et appela en Afrique les
Vandales. Ceux-ci arriverent d'Espagne au nombre
de 80.000. Les Donatistes, trop heureux de se venger
de l'Empire, leur servirent de guides dans leur
march envahissante et les amenerent sous les murs
d'Hippone oil residait le comte Boniface. Entre temps,
grace 6 l'intervention du comte Darius, envoy ex-





- 42 -


traordinaire, le Patrice s'6tait reconcilie avec l'imp6-
ratrice et aurait tent6 l'impossible pour arreter les
Vandales. Mais il etait trop tard. Mis en haleine par
la richesse des contrees traverses, pousses par les
Donatistes qui trouvaient ainsi une occasion de se
venger de l'Empire et de Saint Augustin, 6veque
d'Hippone et leur ennemi mortel, les Vandales n'a-
bandonnbrent pas la parties. Le siege d'Hippone dure
14 mois, saint Augustin meurt, Boniface, battu A
deux reprises, malgr6 les secours venus d'Europe
sous les ordres du comte Aspar, est oblig6 de
signer une paix onereuse. Par le trait d'Hippone,
en 435, les Vandales acquierent les trois Mauritanies
et la Numidie jusqu'au fleuve Ampsaga.
Pour la comprehension de ces clauses, qu'il me
soit permis de rappeler que 1'Algerie se divisait en
deux Mauritanies (provinces d'Alger et d'Oran) et en
deux Numidies : la Sitifienne ou occidentale, capital
Sitifis, et l'orientale, capitals Cirta et Hippo-Regius.
La Tunisie format la Proconsulaire au nord et la
Bizacene au sud. Le fleuve Ampsaga, don't il est
parl plus haut, est l'Oued-el-Kebir ou Rummel.
Theveste restait done romaine.
Le roi Genseric, des Vandales, n'arr6te pas lh ses
succes, il envahit la Proconsulaire et, en 439, il
s'empare de Carthage, oft il signe un nouveau traits
avec l'empereur Valentinien, en 443.
Par ce traits, il est fait un change complete des
possessions des deux peuples : les Mauritanies et
la Numidie occidentales redeviennent romaines et la
Numidie orientale, la Bizacene et la Proconsulaire
deviennent vandales.
La Numidie orientale comprenait l'Abaritane, la








43 -

ville principal de cette contree etait Abbir-Majeur
ou Abbir-Germaniciana ou, d'apris la table de Peu-
tinger (CCX), Ad Germani, situde A 35 miles a
l'ouest de Theveste, sur la route de Lambbse. Done
il n'y a pas de doute possible. Theveste devint bien
vandale, mais sans avoir trop eu t souffrir de ce
changement de maitres. Les Vandales ne sont que
trop connus par leurs instincts destructeurs, c'est &
croire que deux pierres places l'une sur I'autre leur
causaient une gene ou une souffrance physiques.
Malgr6 cela, a Theveste, devenue incontestablement
leur propriety, on ne voit pas de traces de leur
passage et pourtant l'Arc de triomphe, le Capitole et
la Basilique eussent 6t6 de bien beaux monuments a
demolir.
L'explication est la suivante :
Genseric, moins barbare et plus intelligent qu'on
n'aurait pu le croire, divisa son domaine en deux
parties bien distinctes: le domaine priv6 et le domaine
royal.
Le domaine priv6 qui 6tait form des terres les
moins riches etait laisse aux propri6taires frappes
d'une taxe invraisembable.
Le domaine royal se subdivisait lui-mome en deux
parties : la premiere, d6nommee heritage des Van-
dales, comprenait la Proconsulaire; la second,
appelee reserve du prince, comprenait la Numidie
don'tt Theveste), la Getulie et la Bizacene. La ville
fut done respectee. Les Vandales se contenterent
seulement d'en abattre les remparts, qu'il est presque
impossible de retrouver, de facon que les habitants,
en cas de r6volte, n'y trouvassent pas un abri et un
appui centre leurs dominateurs. C'est alors que se








- 44 -


passa un fait qui pendant longtemps d6routa les
conceptions militaires de notre epoque. Les habitants
en butte aux incursions continuelles de leurs peu
commodes voisins, les Maures, Numides ou Ber-
beres et n'ayant pas le droit de construire des rem-
parts, r6unirent leurs maisons par pilots et l6ev6rent
des tours aux angles, apres avoir cr66 des commu-
nications int6rieures et mur6, sauf une ou deux,
les portes exterieures. C'est li l'explication de ces
tours sem6es sans ordre dans les jardins. J'ai eu le
bonheur d'en reliever 59 formant dix systems s6pa-
res, et il en manque beaucoup d'autres, de m6me
que pas mal de celles que je signal et don't je puis
affirmer l'authenticit6 et l'existence, ont sans doute
disparu, depuis mon passage, sous la pioche des
Arabes.
Vers cette epoque, les persecutions recommen-
cerent contre les chretiens. En 482 ou 483, quatre
mille fiddles, eccl6siastiques ou laiques, furent rel6-
gu6s, par ordre du roi Hun6ric, dans le pays des
Maures et traverserent Theveste, se rendant & Capsa
(Gafsa).
En 484, le roi r6unit un concile A Carthage afin de
chercher un terrain de conciliation avec les 6veques
catholiques.
L'6v6que Felix, de Theveste, figure i ce concile
avec le num6ro 75. L'entente ne put se faire et le roi
fit paraitre un edit exilant tous les prl6ats qui
n'avaient pas encore pris la fuite; les uns furent
envoys en Corse, les autres en Byzacene. Felix
traversa son diocese, se rendant en exil; il 6tait
accompagn6 de son ami Palladius, e6vque d'ldicra,
pros de Cirta, qui mourut en chemin et fut enterr6 B




frtiftidms cd77}mgye
/a / i 6.
i{C^\\
(V^\^-





- 45 -


Theveste, dans la Basilique. J'aurai l'occasion d'en
reparler.
Puis le silence se fit sur Theveste pendant 50 ans.
Au course de cette p6riode, le byzantin Belisaire,
illustr6 par la 16gende, avait d6barqu6 en Afrique,
avait chass6 les Vandales et soumis les Maures qui
avaient acquis une certain ind6pendance apres la
mort du roi Gens6ric, survenue en 477. Ce monarque
avait r6ussi a entretenir la bonne intelligence entire
les indigenes et les barbares en faisant participer ces
derniers au butin et aux avantages de ses campagnes
comme A leurs dangers. Son successeur, Hun6ric
(477-484), fut moins heureux. II perdit les 6veches
de Lambese, Novempetra, Diana et Gemellse. Gunda-
munde (484-496) perdit h son tour Mascula, l'Aures
et Presidium, a 30 kilometres au sud de Gafsa. Les
Vandales se trouvaient done enferm6s entire, d'une
part, la mer et, d'autre part, les Maures qui formaient
un demi-cercle don't Carthage eut 6t6 le centre. C'est
ce qui explique comment exiles 6 Gafsa, les chr6tiens
allaient au pays des Maures.
Theveste, on le voit, se trouvait exactement a la
p6riph6rie du domaine vandale, devenu par la
conquOte de Belisaire, tributaire de Byzance.
En 536, apres avoir reconquis toute l'Afrique
romaine, Belisaire s'embarquait a Hippone avec ses
gardes et l'elite de ses troupes, en emmenant les
Vandales en internement, lorsque les Maures, remis
en confiance par ce depart, reprirent les armes.
Iabdas, roi de l'AurBs, envahit la Numidie a la tote
de 30,000 combatants. Les soldats byzantins, trop
peu nombreux, ne purent les arreter; toutes les
villes de la Byzacene et de la Numidie furent pill6es





- 46 -


et incendi6es, les hommes furent massacres, les
femmes et les enfants furent emmenes en esclavage.
Belisaire ne pouvait retarder son depart, il laissa
le commandement a son meilleur lieutenant, 'eu-
nuque Solomon et lui confia ses plus braves officers
et la plus grande parties de ses gardes.
Theveste fut ruin6e de fond en comble B cette
6poque.
Solomon arrival la tite de ses troupes, refit la
ville en deux ans et construisit I'enceinte actuelle
sur une parties de l'emplacement occupy par la pre-
miere ville romaine, la basilique restant en dehors.
A ce propos, on ne comprend pas que la basilique,
de meme que l'Arc de triomphe et le Capitole aient
echapp6 a la destruction indiscutable de la ville ; c'est
un mystere qu'il serait tres int6ressant d'elucider et
qui restera, je le crains, toujours ferm6 h nos yeux.
Solomon fit ensuite la conquote de toute l'Alg6rie,
realisant la prediction de la conquete de l'Afrique
par un homme sans barbe. Mais il ne jouit pas
longtemps de son triomphe. En 545, la region de
Theveste fut envahie par les Maures d'Antalas.
Solomon march b leur rencontre, accompagn6 des
fils de son frere Bacchus.
Un jour, il rencontra un d6tachement ennemi
charge d'un riche butin; il le battit, le d6pouilla et
repondit a ses soldats qui se plaignaient de n'6tre
pas admis au partage de cette prise, qu'il fallait
attendre la fin de la guerre et que chacun serait alors
recompens6 selon ses services.
Le lendemain, les Maures vinrent presenter la
bataille avec toutes leurs forces, une parties des
Bizantins refusa de combattre, les autres ne s'y





- 47 -


resolurent qu'& contre-coeur et apres beaucoup d'he-
sitation. La bataille fut d'abord indecise, mais le
nombre des Maures finit par I'emporter. Solomon
tenta de resister avec un petit group de ses gardes;
mais oblige de ceder le terrain, il prit le galop
jusqu'au bord du torrent, appel6 actuellement Oued-
Zarour. La, son cheval s'abattit et lui-meme roula a
terre. Relev6 et remis en selle, il tenta de regagner
la ville, mais les blessures qu'il avait rescues dans sa
chute le mettaient hors d'6tat de conduire sa mon-
ture; il fut au pont de fer du march arabe (pont de
I'aqueduc d'Ain-el-Bled) rejoint et massacre par les
Berberes avec une parties de ses gardes qui n'avaient
pas voulu 1'abandonner.
Apres la mort de Solomon et les exploits guerriers
de Jean Troglita, tout rentra dans l'ordre et la paix
regna sur le pays. Remis en confiance, les habitants
vinrent se grouper sous les murs de la ville, trop
petite pour les recevoir tous. Afin de mettre tous ces
gens a l'abri des incursions des montagnards, on
construisit une enceinte beaucoup plus legere, des-
tin6e a resister a un premier coup de main et a leur
donner le temps de se r6fugier en ville, si le besoin
s'en faisait sentir. Cette enceinte, form6e de tours et
de courtines, partait du coin de l'6glise actuelle,
contournait les jardins et finissait au coin du march
arabe, apres avoir englob6 la source d'Ain-Chela et
long le cirque. J'ai relev6 32 tours. Les parties A B
et C D, form6es chacune de trois tours, sont encore
debout. Cette enceinte doit remonter aux incursions
du roi maure Gasmul (574-579).
Le silence s'6tend sur Theveste jusqu'A I'invasion
des Arabes. On salt que ceux-ci firent une pointe





- 48 -


en Alg6rie vers 647, puis se retirerent en Tunisie oft
ils s'6tablirent a Kairouan, vers 669. C'est vers cette
6poque qu'ils d6truisirent Theveste, mais sans s'y
arreter. En 675, Sidi Okba disgraci6 fut rappel6 par
le calife Moawia; les Berbbres en profiterent pour
an6antir sa residence. Rentr6 en grace, en 682, aupris
de Yezid, fils de Moawia, Sidi Okba releva les murs
de Kairouan et pr6para une nouvelle champagne en
Alg6rie. En 683 et 684, il r6apparut dans nos
contrees et alla se faire tuer dans les Zibans en 686
mais ses successeurs s'emparerent d6finitivement du
pays en 705.
On trouve done une p6riode v6g6tative de 647 t 705
pendant laquelle Theveste byzantine sommeille sur
ses ruines pour se r6veiller musulmane.
M. Cherbonneau a public dans la Revue de
l'Orient et de I'Algirie, en 1869, un article sur la
prise de Theveste par Sidi Okba, d'apres un manus-
crit arabe intitul6 Conqudte de 'I/rikia. Ce n'est
qu'un r6cit legendaire tres int6ressant, mais ayant
peu de valeur historique; c'est une 16gende tire des
rapsodies kairouanaises.
Theveste, en devenant arabe, prit le nom de
Tebessa. Elle devint turque apres la prise de Tunis
par Sinan Pacha, en 1573. Une garnison de janis-
saires de Constantine occupait la casbah situee a
l'emplacement de l'6glise actuelle (I).

(I) a C'est une ancienne ville bAtie par les Romains sur la frontiere
de la Numidie, au dedans du pays, A cinquante-cinq lieues de la mer,
et ferm4e de hauts murs qui sont faits de grandes pierres semblables
A celles du Colis6e de Rome; ce qui fait voir que c'est une grande
colonies des Romains. Pres de la ville passe une riviere qui descend de
la montagne et, apres plusieurs tours, entire par un c6t6 dans la place.
Outre cela, il y a dans T6bessa de belles grandes sources d'eau vive,





- 49 -


Enfin, en 1842, T6bessa change une derniere fois
de maitres. Les 30 et 31 mai, les FranQais, sous les
ordres du g6n6ral Randon, entrerent dans la ville
sans coup f6rir, mais l'occupation definitive n'eut
lieu que le 9 mars 1851.





























de belles antiquit6s et des statues de marbre avec des inscriptions
latines comme celles que l'on voit A Rome et en plusieuPs lieux de
l'Europe. >)
L'Afrique par MARMOL,
de la traduction de Nicolas PERROT, sieur d'Ablancourt,
A Paris,
chez Thomas IOLLY, en la petite salle du Palais,
i la Palme et aux armes de Hollande.
MDCLXVII















LIVRE JER






THEVEST)E' ROMCAINE

70 A 536











CHAPITRE II


Les routes

On a vu dans le chapitre precedent que Theveste
6tait, vers le IPI siccle, devenue le nceud de huit
grandes routes. C'6taient:
10 La route de Carthage A Theveste;
20 La route de Theveste a Cirta.
Ces deux routes figurent dans l'itineraire d'Antonin,
sous le no III A, leur titre est : Iter a Cartagine Cirta.
Cette route, en deux tronCons, a Wt6 construite
sous l'empereur Hadrien, en 122, par P. Metellus
Secundus, et empierree, en 123, par la IIPe 16gion,
commandee par le meme officer.

IMP. CAESAR
DIVI TRAIANI
PARTHICI F DIVI
NERVAE NEPOS
TRAIANVS
HADRIANVS AVG
PONTIF MAX TRIB
POT VII COS ITl VIAM
A CARTHAGINE THE
VESTEM MIL P CXCI
DCXXXX STRAVIT
P METELLO
SECVNDO LEG
AVG PRO PR
COS DESIG
PER LEG III AVG





- 54 -


Cette inscription 6tait debout sur son socle a l'em-
placement de la mosquee actuelle.
Elle est actuellement dans l'annexe militaire.
La route passait sous l'Arc de Caracalla, devant
la basilique, puis sur un pont situe a deux kilo-
metres et demi de la ville, point mis a jour, en 1901,
par M. Barry, administrateur de la commune mixte
de Morsott.
La route, que je ne prendrai pas a son depart de
Carthage, traversait, dans les environs de Theveste,
les localitfs suivantes, d'apres la table de Peutinger :
Musti Lares;
Ammedera;
Ad Medera;
Ad Mercurium (XIV);
Theveste (XI).
Ad Mercurium (Gourai) 6tait ainsi appel6 parce
qu'& cet endroit s'l6evait un temple a Mercure, dieu
protecteur des routes.
La chauss6e, qui avait sept metres de larger,
etait bord6e de calcaires durs bien aligns.
Le statumen etait form d'un lit de pierres places
de champ et inclinees les unes sur les autres.
Le rudus 6tait de pierces concassees.
Enfin le rev6tement, legerement bomb en dos
d'ane, 6tait pave avec des pierres calcaires reposant
sur un lit de mortier.
On lit h propos de cette route dans l'Africa Chris-
tiana de Morcelli :
a Inter Ammederam et Altabam ab ea Carthaginem
usque via ducebat quam Hadrianus Aug. sternendam
curaverat anno CXXII per P. Metelium Secundum
legatum ejus funds ibidem fuisse qui ad patrimonium
Trajani Aug. spectabant; vetus Epitaphium indicate.







Apres avoir traverse la ville et etre sorti par l'Arc
de Constantine, qui sera etudi6 plus loin, la route
continuait sur Cirta; elle passait i Ain-Chabro,
s'inclinait vers le nord, longeait le Bel-Kfif (Altaba),
passait entire Halloufa et Mezouzia, au Foum-el-
Khechiena, aux ruines d'El-Bouma, franchissait sur
un pont le Semmar-el-Aoud, traversait l'Henchir-
Cheragrag (Justi) et arrivait & Sigus.
3 A Hippone. On pouvait prendre deux routes;
ni l'une ni l'autre n'6taient absolument directed : la
premiere empruntait la route de Carthage par
Ammedera, Altiburos, Laribus Colonia et Musti,
puis de Musti gagnait Hippo-Regius par Sicca,
Veneria (Le Kef), Narragarra et Thagaste.
Une autre, un peu plus directed, passait par Kissa
(Movus Gounifida), Morsott (Varampus Aouinet-ed-
Diab (Clairfontaine ou Flavia Marci), M'daourouch
l'ancienne (Madura); de 16, elle se bifurquait en deux
et allait d'un c6t6 sur Thagaste (Souk-Ahras) et
Hippo-Regius (Hippone); de l'autre, sur Tipasa
(Tiffech, et Cirta (Constantine).
De cette route, se d6tachait, a Morsott, un chemin
de petite communication (via vicinalis) sur Gastal et
El-Meridj par Henchir-Fouara et le col de Zitouna.
La table de Peutinger relieve ainsi la route de
Thagaste entire Theveste et Flavia Marci, en arabe
Aouinet-ed-Diab, en francais Clairfontaine
Theveste...... Tebessa.
Movu......... XV Kissa ou Boulhafs.
Vasampus.... XII Morsott.
Flavia Marci.. XX Clairfontaine.
47 miles
(69 kilometres 500)


- 55 -






- 56 -


4 De Theveste a Lambese, par le versant nord de
1'Aures :
Elle figure dans l'itineraire d'Antonin sous le
n IV c et sous le titre : A Theveste per Lambesem
Setifi.
L'itineraire indique comme premier point apris
Theveste, Thymphas, distant de 22 miles. Or, deux
chemins de meme longueur peuvent conduire a
Thymphas, en dehors du defil6 d'Ain-el-Lamba qui
est beaucoup trop difficile a franchir.
Ces chemins sont : 'un par Ain-Chabro; 1'autre
par Refana, Trik-el-Carreta, Ain-Sahridj, Henchir-
Goussa, le col d'Ain-Saboun et Tasbent.
Ce dernier chemin est suivi par une conduite
venant d'un bassin de 2 metres de profondeur sur
4 metres de c6t6 et situ6 i Ain-Sahridj; cette
conduite finissait & Tebessa-Khelia.
Ce que les Arabes appellent Trick-el-Carreta est
un chemin trac6 dans le roc au col de Refana et sur
lequel les chars remains ont laiss6 1'empreinte de
de leurs roues. L'ecartement de la voie est de 1"30,
les ornieres sont de 0m07 de large, mais vont jusqu'A
0"'09 et 01m0 aux endroits of il y a eu glissement.
Ces empreintes se retrouvent par intermittence,
sur 1,800 metres de longueur. Les chars qui ont
laiss6 ces traces devaient 6tre pesamment charges
et venaient des carribres de pierres ou de marbre,
tres nombreuses dans ces parages, ou servaient a
l'exploitation des forts.
De Thymphas, la route, d'apris l'itineraire d'An-
tonin, gagnait Khenchela (Mascula) par Vegesala et
le col de Tazougart.






















L-2L
&Lutjc
~At-mo63,L
jed00 V




tooN'.




AasOrgs..:
A' 9rs















so; el 4
fit




weJ





- 57 -


Theveste.
Thymphas....... XXII
Vegasala........ XX
Mascula......... XVIII
60 miles
(88 kilometres 500)
C'6tait la route la plus directed, car, A vol d'oiseau,
il y a, de T6bessa h Khenchela, 87 kilombtres.
On pouvait encore gagner Khenchela en faisant un
detour par Ch6ria.
5 De Theveste A Lambese, par le versant nord de
l'Aures, portee sur la table de Peutinger sous les
numeros CCX, de Theveste h Vico Aureli et CCXI
de Vico Aureli i Lambbse.
Elle passait par Ain-Chabro, Ad Aquas Cmsari
(Youks), Ad Mercurium, Ain-Bouche, Kifa, Ad Ger-
mani et Mascula;
Elle n'est pas portee sur l'itineraire d'Antonin,
car elle a Wte construite posterieurement h ce docu-
ment, pour eviter les d6files que traversait la premiere
vers Lambese (4e).
60 De Theveste a LambBse, par le versant sud de
l'Aures. Elle empruntait la route de Tacape (ou
Gabes) jusqu'h Ad Majores et porte le n' CC xn, de
la table de Peutinger. Elle mesurait 312 miles. Pour
gagner Ad Majores, il y avait quatre chemins apres
le col de Tenoukla, I'un est port sur la table de
Peutinger.
Theveste
Ubaza Castellum... LIX 87 kil. 500
Ad Majores....... XLV 66 kil. 500
Ad Medias........ XXVIII 41 kil. 500
Badias............ XXV 37 kil. 500






- 58 -


Un autre passait par Ain-Zerga et Henchir-
Mellagui et rejoignait le premier en cet endroit.
Un troisieme passait par Djeurf et Ferkan.
Un quatrieme, large de 3m50 et en dos d'Ane,
form de moellons non 6quarris, passait par Bir-el-
Ater oi se trouve un puits remain qui a d'ailleurs,
conserve son nom (Ater=-noir). Cette route est
jalonnee de puits remains a Rouaba, El-Oust, El-
Guiz, Bir-oum-Ali, Sbaikia, Bir-el-Ater.
A Tameghsa ou Ad Palmam, cette route en em-
pruntait une autre pour aller vers Ad Majores, c'est
celle d6signee dans la table de la fagon suivante :
Ad Majores.
Ad Palmam....... XLVIII
Alomanum......... XXIX
Cerva.............. XX
Ad Turres........ XIII
A Ad Majores, un embranchement se dirigeait sur
Gafsa en empruntant la route pr6ecdente ou en re-
montant au nord sous le no CCXIV.
Capsa Colonia ...... XXIX
Vico Gemellas......... XX
Telepte ................ XX
Ubaza Castellum.... .. XLV
Ad Majores.
De Ad Majores, la route s'inclinait a l'ouest,
longeait le sud de l'Aures, traversait les Zibans et
arrivait a Lambbse par El-Outaia, El-Kantara et la
plaine de Ksour.
7 De Theveste & Tacape (Gabes) par Capsa (Gafsa).
Cette route empruntait, jusqu'A Tenoukla, la voie
de la pr6c6dente.
Comme je l'ai dit, elle avait 3m50 de larger et








6tait former de moellons non 6quarris et de gros-
seurs in6gales, elle traversait le ravin de Tenoukla
sur un pont a une arche encore debout. Elle passait
a Zerezia, El-Maiz, El-Gamra, El-Guiz (oft se trouve
une inscription indiquant que la route a ete faite
sous Constantin Ier), El-Falta, El-Aria, Merguet-
Tebessi, Soumat-el-Koueg, Bir-oum-Ali et Feriana
(Telepte).
On pouvait y aller aussi directement par Tenoukla,
Foum-Tamezmida et Feriana (Telepte). Cette dernibre
6tait probablement la piste strategique du proconsul
Asprenas.
De Telepte, oif passait un embranchement venant
de Ad Majores, on trouve une route sur l'itin6-
raire d'Antonin, portant le titre: A Telepte Tacapas.
Gemellas.............. XXII
Gremellas............. XXV
Capsa.................. XXIV
Thasarte............... XXXV
Aquas Tacapitanas...... XVIII
Tacapas............... XVIII
80 De Theveste a Thainis et El-Djem (Thenae et
Thusdrum), il y avait trois routes passant toutes par
Menegerre ou Menegeses, distant de Theveste de
25 miles ou 40 kilometres.
La premiere route porte sur l'itineraire d'Antonin
le no XI.
Elle va directement & Thene.
Sufetula.............. Sbitla.
Vesegala............ XXX Foucana.
Menegesem.......... XX Hameiria.
Theveste............. XX


- 59 -






- 60 -


Les autres portent les nol XVI A et XVI B et pas-
sept par Thusdrum.
Sufetula .............. Sbitla
Cilio................. XXV Kasrine
Meneger............. XXV Hameiria
Theveste.............. XX
En resume, on trouve huit routes :
10 de Carthage h Theveste.. Antonin III
20 de Theveste B Cirta.....
30 de Theveste A Hippone, par Tipasa Peutinger
CCIX, ou indirectement par Sicca Veneria, Antonin
III A et X E.
40 de Theveste h LambBse par le versant nord de
I'Aures, par Tymphas, le Trik-el-Carreta ou Ain-
Chabro Antonin IV c;
50 de Theveste A Lambese, par le versant nord de
I'Aures par Ain-Chabro : Peutinger CCX et CCXI.
6 de Theveste h Lambese par le versant sud de
1'Aures Peutinger CCXXII.
7" de Theveste A Tacape et Capsa : Antonin;
ou, indirectement par Ad Majores : Peutinger
CCXII et CCXIV.
8 de Theveste 6 Thence et Thusdrum : Antonin X1
XVI A et XVI B.









CHAPITRE III


Le Forum et les Cirques

Du Forum, il reste I'inscription que j'ai d6ja cit6e
et sur laquelle le capitaine Moll s'est appuye pour
en d6duire la date de la foundation de Theveste. Je la
repete de nouveau.
...NO AVG...
....PP COSV...
...AVG .........
Imperatori Caesari Vespasiano Augusto, pontifici
maximo, tribuniciae potestatis V, imperatori XI, patri
patriae, consul V, designato VI, Tito Caesari Vespasiani
Augustifilio, pontifici, tribuniciae potestatis...

M. Regnier lui a donn6 la date de 77 apres J.-C.
11 restait de plus, a proximity du forum, dans les
sous-sols des batiments de la caserne d'infanterie,
des attachements sans grande importance desquels
il est difficile de d6duire quoi que ce soit.
En tous cas, le forum place, dit-on, sur le course
Carnot, a donn6 lieu a une tres interessante contro-
verse, si on peut appeler ainsi le contre-pied des
opinions du capitaine Moll, pris dix ans plus tard
par M. Girol.
Le Capitaine s'etait appuy6 sur le forum pour fixer
la date de la foundation de la ville. M. Girol s'appuie
sur le forum pour reculer cette date. II pretend voir









un second forum a Theveste. II invoque un texte de
E. Breton (Pompeia):
a Les villes romaines comptaient. en g6n6ral deux fora
au moins: l'un, forum civil ou judiciaire affect aux r6u-
nions politiques et aux tribunaux; le second, forum venale,
d'une architecture assez simple. Ce n'6tait qu'une enceinte
entour6e de portiques, sous lesquels s'ouvraient de pom-
breuses boutiques. Le forum civil, au contraire, enrichi de
toutes les merveilles de 1'art, M1ait environn6 d'6difices
somptueux et c'6tait 1 que, suivant Vitruve, devaient se
trouver r6unis les basiliques, 1'oerarium, la curie et les
prisons. )
M. Girol indique done le forum venale come
devant se trouver au course Carnot, car on n'y voit,
dit-il, ni traces de marbre, ni traces de colonnes ou
chapiteaux. C'est une erreur qui a 6t6 rectifiee
depuis, tout au moins au point de vue des vestiges
et il ne faut pas oublier que, situ6 dans l'int6rieur
de l'enceinte byzantine, dans le cas oi le forum
n'eut pas 6et ruin6 par les Maures en 536, il I'aurait
6t6 en 538 par les Byzantins qui y auraient trouv6
des pierres toutes pretes et a pied-d'ceuvre pour la
construction de leur enceinte.
M. Girol place le forum civil a la Basilique. La
place B colonnades, d'apres lui, forme le forum pro-
prement dit; s6par6 de lui par une salle de vingt
metres, de fagon h 6tre a l'abri des discussions
populaires, s'elevait le pr6toire (la basilique) auquel
6tait annex6e la curie (chapelle trffl6e) et d'ailleurs,
toujours d'apres cet auteur, les dessins du forum de
Pompei ressemblent assez exactement au plan de la
Basilique.
Plus tard, lorsque le forme venale eut 6te occupy
par la ville bizantine, Solomon transport les bou-


- 62 -








tiques autour du pr6toire; ce sont les cellules
construites avec des pierres de toutes provenances
et certainement de travail byzantin; et les tours de
l'enceinte, en saillant interieur, 6taient destinies. A
surveiller le public les jours de march.
Imbu de ces id6es, M. Girol va m6me si loin qu'il
nelivre la Basilique au culte chr6tien qu'extremement
tard, car il pretend que les Romains etaient beau-
coup trop attaches a leur forum civil pour le cdder
a un culte non encore dominant.
Je m'efforcerai de dlmontrer. dans le livre III,
chapitre XIII, que la Basilique a toujours ete chre-
tienne, telle qu'elle existe du moins, que la place
n'est pas de la m6me 6poque que l'Eglise (chapitre
XIV), que les cellules trop 6troites et trop peu
ouvertes au public les jours de vente avaient une
tout autre destination (chapitre XV), que les tours
ensaillant interieur etaient toutes militaires (cha-
pitre XVI), que si l'on veut transporter les Mtals dans
la salle ouest, qui semblerait mieux dispose a cet
effet, on se heurte encore b d'autres difficulties
(chapitre XVI).
Toutefois il est certain qu'il y a eu, a l'empla-
cement de la Basilique, des monuments anterieurs
et paiens comme le prouveraient la superbe inscrip-
tion trouvee dans le Narthex et la mosaique qui
regne a 1m20 au-dessous du sol actuel et de la
mosaique chretienne. Mais on remarquera 6galement
que ces batiments ont pu appartenir B des parti-
culiers habitant ou le faubourg ou la banlieue; car
ces edifices sont bien excentriques par rapport a la
ville et meme ils le sont beaucoup trop pour avoir
6te le centre des affaires, c'est-i-dire le forum eivile.


- 63 -






- 4 -


Ils sont de plus trop eloignes du centre des plaisirs,
thermes et cirques.
Le capitaine Moll fixe la construction du grand
cirque b la mime date que celle du forum (Cours
Carnot). II en reste si peu de choses actuellement et
ces choses sont tellement noy6es dans une v6g6ta-
tion peu hospitalibre de cactus que l'on est oblige de
s'en rapporter a l'6tude magistrate qui en a et6 faite
par cet officer.
Le cirque 6tait situ6 sur la rive gauche de l'Oued-
Zarour. L'arene circulaire, de 45 b 50 metres de
diametre, 6tait entouree de 15 ou 16 rangees de
gradins, de 070 de base et de 0m50 de hauteur, les
uns en pierre de taille finement bouchardde, les autres,
ceux du has, en tuf tres grossibrement taille. Ce qui
semble indiquer un agrandissement du monument
par surelevation des gradins, par suite de l'augmen-
tation de la population de la ville. Tel qu'il est, le
cirque pouvait contenir 7,000 spectateurs.
Des escaliers, come c'etait I'usage, conduisaient
aux places distinctes suivant les classes des citoyens.
Deux entrees, places aux extremit6s d'un meme
diametre, permettaient F'accBs de l'arene. L'une devait
Otre reserve aux betes f6roces, l'autre aux gladia-
teurs ou aux victims. Elles 6taient formees de deux
vofites en tuf, juxtaposes et termin6es, du c6t6 de
l'arene, par une double porte en pierre de taille.
A proximity, se trouvaient des cellules qui devaient
former le bellarium. La date de la construction de ce
cirque peut Wtre fixee entire 75 et 80.
L'hypothese du capitaine Moll, au sujet des combats
de gladiateurs est confirmee par une lampe trou-
vee, il y a quelques ann6es. Cette lampe, signee





o
a 0 8.


S........... ---
r n 4 3 ye
A^BM^^^


I.pI,


Ml q t\ .*








MVNTRIVS, porte un gladiateur mirmillo. Le fini
du dessin, la precision des details, prouvent que
l'artiste, meme s'il a vecu en Europe, ne peut avoir
fait ce modelage de souvenir et a du repr6senter
ce qu'il voyait tous les jours; ce qui suppose qu'il
y avait & Theveste des combats de Mirmillones
contre des Thraces ou des Retiarii.
Apris les etudes du capitaine Moll, j'ai eu, au
course de l'ann6e 1903, le bonheur de d6couvrir un
petit cirque ou plus exactement un petit amphi-
theatre dans les foundations de la tour no 8, de l'en-
ceinte byzantine.
Dans les attachements de la tour no 8, se trouvent
noy6s des murs remains. Ces murs se pr6sentent
sous la forme de trois portions de cercles concen-
triques et l'on voit l'amorce d'un quatribme dans
l'angle nord-est. Ces quatre cercles sont coups,
suivant des rayons, par quatre autres murs. A l'angle
nord se remarque une interruption dans le cercle
qui se trouve A cet endroit.
Dans l'angle sud, un des murs s'elargit jusqu'&
atteindre le double de 1'6paisseur des autres. Enfin,
ext6rieurement la tour, sur le c6t6 nord-est, se
trouve un puits de 4 metres de profondeur.
La construction g6om6trique des cercles don't sont
releyves les amorces, a donn6 trois murs concen-
triques de 21"50, 29m60 et 3'"40 de diametre, coups
d'autres murs en rayons et une limited d'arene de
16 metres de diametre.
A I'angle nord, se serait trouv6e une all6e au
milieu de laquelle est compris le puits ext6rieur et
enfin, a l'angle sud, un mur beaucoup plus large.
J'en ai conclu que je me trouvais en presence d'un


-6s









amphitheatre de tres petites dimensions; les murs
circulaires et leurs traverses servaient 6 supporter
des gradins, et a l'angle sud, sur le mur plus large,
se trouvait la loge du president des jeux ou des
combats.
L'allee et le puits restaient des mystbres quand,
quelques jours plus tard et par hasard, j'ai appris
l'existence d'un puits remain k 24 metres de l'angle
sud de la tour no 8.
J'ai trouv6 en cet endroit un puits de 25 metres
de profondeur, contenant 13 metres d'eau et mesu-
rant 80 centimetres de diametre avec une margelle
de 40 centimetres d'6paisseur. A 3"30 au-dessous
du sol actuel, se trouve, dans la paroi nord de ce
puits, une ouverture de 0"40 de hauteur sur 0'"65 de
larger. Cette fenetre donne dans une piece de 2"00
de larger sur 3m00 de profondeur et don't le sol est i
1i00 en contre-bas de la fenetre. Cette salle de 2"30
de hauteur est supported par des votes en plein
cintre et est construite en grand appareil de 01"51.
Au fond de cette piece, s'ouvre une porte de 0'80 de
larger sur "m50 de hauteur, conduisant dans une
second piece semblable. Je n'ai pu p6entrer plus
loin. La boussole m'a indiqu6 comme orientation de
ces sales, lesquelles devaient vraisemblablement
former une galerie,-la direction exacte du puits de
l'arene.
Le bord de la fenetre est us6 par le passage d'une
corde.
J'avais d'abord cru que le cirque servait aux
combats d'animaux de petite taille, loups, sangliers;
chiens..., soit entire eux, soit avec des bestarii. Les
corps des animaux morts 6taient jets dans le puits


- 66 -






- 67 -


de l'arene, trains dans la galerie et precipites dans
le grand puits qui devenait un charnier.
Des fenitres que l'on m'a dit avoir Wte vues au fond
du puits, perches dans les parois verticales, auraient
servi & entrainer les corps dans les egouts. Mais
comment expliquer le passage de la corde?
J'ai appris depuis qu'il avait ete vu autrefois des
galleries perpendiculaires aux sales d6jh cities. Dans
ce cas, ces galleries auraient pu servir de belluaria
et le puits aurait servi i l'abreuvage des animaux
enfermes a proximity.
Les deux hypotheses sont admissibles, mome
simultandment, car 1'eau du puits ne pouvait pas Otre
corrompue par les corps qu'on y aurait jets, car
ceux-ci n'auraient fait qu'y passer, entraines qu'ils
auraient Wet par la chasse d'eau qui amenait conti-
nuellement un liquid sain et potable, surtout pour
des animaux.
II y eut peut-6tre un troisibme cirque pour les
courses de.chars et qui n'aurait pas 6tW un des pre-
cedents, car ce genre de cirques 6tait elliptique. Mais
outre qu'il n'en reste rien, je ne me base que sur
une inscription fundraire qui se trouvait autrefois
dans le jardin des Spahis. Cette inscription avait
rapport a un C. Julius Camma(rinus!) dompteur
de chevaux et conducteur de chars. II aurait vers6
contre la borne du tournant et se serait tue, d'apres
M. Schmidt qui lit :
Melae quod fruit optabile mori sum cornuo labsus.
Tandis que M. Gsell le croit mort d'un coup de
come de taureau dans une venatio:
Metae quod /uit optabile morti sum cornuo labsus.






88 -

Mais, dans ce cas, ( labsus ) serait impropre.
Quoi qu'il en soit, cette inscription, contest6e elle-
meme, n'est pas suffisante pour baser une hypothese,
mais n'est nullement en contradiction, tout :au
contraire, avec la supposition d'un cirque d'animaux
sous la tour n" 8.









CHAPITRE. IV


Le Capitole
dit temple de Minerve"

Les diff6rents monuments qui vont 6tre Otudi6s
sont de style corinthien.
Le Capitole s'61eve B proximity de l'Arc de
triomphe de Caracalla, il fut connu pendant tres
longtemps sous le nom de temple de Minerve.
Ce temple est de l'art nouveau du commencement
du IIIe siecle, en ce sens que les pilastres, au lieu
d'etre parall1lipip6diques, sont des troncs de pyra-
mide don't la larger est gale au diametre des
colonnes du meme monument pris 6 la meme
hauteur.
Le temple est de l'esphce (( prostyle pseudo-perip-
tere ), mais a pilastres et non A colonnes engages.
Je m'explique.
Un monument est prostyle, des deux mots grecs
7,- (avant), a:.,?V (colonne), quand il n'a de colonnes
qu' l]a parties ant6rieure; il est pseudo-p6riptere
lorsqu'il est entour6 d'un pseudo-p6ristyle don't les
colonnes sont engagees dans le mur.
Au moment de l'occupation frangaise, I'int6rieur
etait rempli de huttes arabes. Les murs de ces huttes
avaient fait croire que l'on 6tait en presence d'un
monument unique au monde, a deux rangs de quatre






- 70 -


pilastres carr6s se continuant, sous le pronaos, par
des colonnes formant trois nefs, la cella 6tait ouverte
et non s6paree du pronaos. Cette erreur avait 6te
commise a la suite d'une notice de M. Letronne sur
Theveste (notice 6crite a la suite d'une reconnaissance
militaire faite tres rapidement) :
a C'est un joli temple prostyle analogue A tant d'autres,
tels que la Maison Carr6e de Nimes, les temples d'Hercule
a Cora, d'Auguste b Pola, d'Antonin et Faustine & Rome...
il est de l'espece dite prostyle pseudo periptere, except
qu'au lieu de colonnes engages comme aux temples de la
Sybille A Tivoli, celui de la Fortune Virile A Rome et a la
Maison Carr6e de Nimes, ce sont des pilastres qui soutien-
nent le mur ext6rieur de la cella comme au temple d'Hercule
a Cora et au temple d'Ostie.
Un trait distinctif qui ne se montre nulle part ailleurs,
c'est que la cella est divisee, dans sa longueur, par deux
rangs de quatre pilastres carries qui se continent sous le
pronaos, disposition qui divise la cella en trois nefs et en
outre que la cella est entierement ouverte au lieu de n'avoir
qu'une porte mitoyenne. ))
Les pilastres int6rieurs Mtaient les pieds-droits des
huttes arabes construites dans l'interieur du temple;
d'ailleurs ces pieds-droits, de formes et d'alignement
tres irr6guliers, reposaient i mime sur le sol, sans
aucune foundation; par centre, entire la cella et le
pronaos, se trouvaient les vestiges d'un mur remain
de 0"'80 d'6paisseur.
II faut dire, puisque j'en suis sur ce sujet, que ces
huttes arabes encombraient completement, non
seulement le temple, mais ses abords et ses d6pen-
dances; aussi ce n'est que plus tard que l'on d6couvrit
le portique d'entree don't il rest debout, et bien
conservee, une longueur de 8 h 10 metres. Ce portique
sert actuellement d'entr6e & un marabout sis dans
la rue Caracalla.






- 71 -


D'autres huttes avaient 6t6 construites autour du
temple sur le sol exhauss6 et avaient ete couvertes
en appentis par des perches fixes dans le mur; on
en voit encore les trous, en particulier, sur le c6te
droit, b 4 metres du sol actuel.
Du reste, ce temple, outre qu'il a servi de lieu de
campement aux indigenes, a eu des affectations extre-
mement varies avant de devenir un mus6e : 6glise
sous les Byzantins, on trouve des tombes chr6tiennes
derriere, elle fut, sous l'occupation francaise, fabrique
de savon, bureau du G6nie, logement d'officier,
tribunal musulman, cantine, cercle militaire, prison
et enfin 6glise catholique. Les transformations n6ces-
sitees par cette derniere affectation furent assez
malheureuses; la toiture en terrasse devint une
couple tres oriental et d'assez mauvais goft, la
cella fut s6paree du pronaos par une facade d'6glise
de petit village d'Europe; cet amalgam bizarre de
style greco-romain, d'orientalisme et de villageois
eut du faire bondir des gens aussi artistes et d'aussi
bon goft que le capitaine Moll. Toutefois, il faut
reconnaitre que les moyens 6taient assez restreints
a cette 6poque, je parle de 1851, mais ce que je ne
comprends pas, c'est que l'on ait laiss6 persister cet.
6tat de choses jusqu'en 1870.
A l'entr6e du temple, ai-je d6ja dit, se trouvait un
portique qui 6tait situ6 un peu en arriere de l'aligne-
ment de l'Arc de Caracalla et devait former un des
c6t6s de la place au milieu de laquelle s'elevait ce
monument. Ce portique, large de 44 metres, se
composait d'une colonnade de dix pilastres corin-
thiens de module 22, de hauteur 4m10, poses sur un
soubassement de 1 metre. La corniche d'entablement






- 72 -


mesurait 0m20 de hauteur, ce qui donne un total de
5m30. Cette colonnade 6tait percee de trois portes:
une porte central, large de 4 metres, accost6e dans
les angles du portique, de deux autres plus petites.
Au-dessus de 1'entr6e principal, se dressait un
6tage, form de quatre pilastres, large de 9 metres
et haut de 5m30.
On entrait par ce portique dans une cour de
21 metres de larger sur 54 metres de profondeur.
Au milieu de cette cour et a 16 metres de l'entr6e,
se dressait un escalier de vingt marches conduisant
a un pronaos l6ev6 de 4 metres au-dessus du sol. Ce
pronaos mesurait 4'40 de profondeur sur 10 metres
de larger et 6tait ferm6 en avant par quatre colonnes
espacees de 2"50. C'est un peu plus que l'6cartement
prescrit par Vitruve, cela tient A ce que l'entablement
est remplac6 par une corniche architrave de dimen-
sions inf6rieures a celles d'un entablement ordinaire
et par consequent plus allong6e pour ne pas Otre
6crasee entire les colonnes et I'attique.
Les petits c6t6s 6taient ferm6s par une colonne
comprise entire les colonnes d'angle, d'une part, et
le premier pilastre du naos ou de la cella, d'autre
pact. On p6n6trait par une porte mitoyenne dans la
cella de 7"20 de larger sur 8m55 de profondeur.
L'ext6rieur de cette parties du temple portait sur cha-
que face'et encastr6s dans le mur, quatre pilastres
en troncs de pyramid.
Le pi6destal, 1lev6, comme je l'ai dit, de 4 metres
au-dessus du sol, 6tait perc6 de trois galleries aujour-
d'hui comblees. Ces galleries de 3m50 sous vofite
servaient soit & d6poser les tresors et les v6tements
sacerdotaux, soit a l'execution des mysteres du
culte.




















e


p 16?j


r; ~g
u,

b
L _Qk~p~~ ~~


i 'A


- U Uil






- 73 -


Les colonnes du pronaos, de 34 de module, mesu-
rent 6m40 de hauteur, au lieu des 6m46 imposes par
Vitruve, la hauteur en modules est done de 18m82
au lieu de 19, l'ecartement est de 2m50, soit 7 mo-
dules 10 au lieu d'etre de 6. J'ai expliqu6 pourquoi.
Ces colonnes sont en marbre blanc vein6 de bleu,
elles sont en tronc de c6ne au lieu d'6tre form6es
d'un cylindre surmont6 d'un tronc de c6ne, elles sont
lisses de facon A forcer attention b se porter sur les
richesses de I'architrave et de l'attique; mais elles
semblent, de ce fait, un peu greles et 6cras6es par
les sculptures du dessus. On peut leur reprocher
de plus, d'avoir 6t6 taill6es obliquement par rapport
au lit de carriere, ce qui a diminue leur resistance
et les a fait eclater obliquement par rapport a leur
axe, alors que si elles avaient 6et taillees normale-
ment, 1'Mclatement perpendiculaire a cet axe, n'aurait
diminu6 en rien la solidity du monument.
Le pi6destal, haut de 4 metres, soit 11 modules 75,
a 6td 6lev6 de facon h d6gager le temple et en lui
faisant dominer le portique, lui permettre d'6tre
aperqu de loin.
En effet, la base des colonnes ne se trouvant qu'A
1"50 au-dessous du plan de l'entablement du porti-
que, I'attique domine ce dernier de 7m35 et est en-
core surl6ev6e de 2m05 au-dessus du plan passant
par le sommet de l'Mtage du portique.
Dans l'entablement, on a supprim6 la frise et em-
ploye un system appel6 corniche architrave, de
1m26 de hauteur, le tout est surmont6 d'une attique
de I metre de hauteur. L'entrecolonnement est form
par des monolithes r6unis aux angles par des ajus-
tages en queue d'aronde. Les pilastres pyramidaux,






- 74 -


ainsi que je I'ai expliqu6, sont espac6s de 2"'93 -
un peu plus que ne le sont les colonnes et ont un
relief de 0"12 sur le mur.
La corniche architrave comporte deux sortes de
caissons : les uns, rectangulaires, couches, forment
l'entrecolonnement; lesautres, rectangulaires debout,
se trouvent au-dessus de chaque colonne.
L'attique pr6sente la meme division.
Les caissons couches de l'architrave portent tous
un oiseau aux ailes 6ployees tenant dans ses series
deux serpents enroulds autour de branches d'olivier.
Les uns ont cru voir dans 1'oiseau une chouette, les
autres un aigle. Je laisserai cette question extre-
mement delicate, car la sculpture, quoique tres bien
conservee, ne permet pas de se prononcer, sauf
peut-6tre en ce que la chouette ne fut jamais, dans
la sculpture antique, represented les ailes ouvertes.
En tous cas, les serpents et l'olivier sont des
symbols de Minerve. Les caissons debout portent
tous des tetes de taureau avec bandelettes; le taureau
6tait I'animal consacre a Jupiter.
Les caissons de l'attique sont presque tous diff6-
rents :






- 75 -


CAISSONS VERTICAUX CAISSONS COUCHES ATTRIBUTES
DE


Une cuirasse ...
Un casque......
Quatre boucliers.
Deux lances....


Un trophee ......... .


.......................... Mars.


Deux comes d'abondance ..
Un caduc6e.... ..........
Un casque, un bouclier et
une lance appuy6s & une co-
lonne....... ............
... ... ...................
Deux comes d'abondance ..
Deux masques de M6duse
suspendus & des feuilles de
vigne ..... ...............


Un home b genou
tenant une boule sur
sa t6te............ ............... ............
Trois guirlandes de fleurs ..
Deux masques de M6duse
avec feuilles de vigne.....


Un trophee.. .......



Un homnfe A genou..


Trois guirlandes de fleurs..
Cinq masques de M6duse
avec feuilles de vigne .....

Trois guirlandes de fleurs...
Trois guirlandes de fleurs. .


Cre&s.
Esculape.


Mars.
Mars.
Cerbs.
Minerve.

Bacchus.


Atlas.
Pomone.
Minerve.
Bacchus.
Mars.
Pomone.
Minerve.
Bacchus.
Atlas.
Pomone.
* iAr -_ -


Un trophde. ... .... .............. ............ M ars.


Un home nu appuy6
sur une m assue ..... ...........................
Deux guirlandes de fleurs.
Un troph6e ......... ................... ........
Deux guirlandes de fleurs.
U n troph e ........ .. ........ .. ............


Un home nu appuy6
sur une massue...


Deux guirlandes de fleurs.


Hercule.
Pomone.
Mars.
Pomone.
Mars.
Pomone.


... .......,...... .....I Hercule,













S Semblable au c6t6 droit, sauf que le premier caisson n'a pas
d'armes, elles sont remplac6es par des ceps de vigne.

E Une femme appuyde
Z sur une lance....... ........... .. .. ..... Minerve.
Inscription disparue.
Un homme aile (assez
AQ vague) ............ .. ..................... Mercure.

En resume, on trouve les attributes de dix dieux
ou demi-dieux.
II faut remarquer que les attributes de Jupiter et de
Minerve sont repetes plus souvent parce que Fun
etait la divinity tutelaire de la ville et I'autre jouissait
a Theveste d'une v6enration toute particuliere,
comme on le verra plus loin.
Done ce n'est ni le temple de Minerve ni celui de
Jupiter, quelle que soit la signification des oiseaux
mais bien le temple oh se reunissaient tous les
cultes: LeCapitole; c'est d'ailleurs le terme employee
et ecrit sur l'are de Caracalla : AD KAPITOL.
Le plafond des entrecolonnements ou soffites por-
tait des fleurs et des fruits.
I1 est a remarquer que la richesse des ornements
de la parties sup6rieure devait 6craser la nudity des
colonnes; mais ce defaut est corrig6 si l'on suppose
des statues placees au-dessus de chaque colonne et
pilastre, statues qui, par leur sveltesse, soulevaient
tout le monument. Rien ne s'y oppose, car l'arbte


- 76 -











77 -

de I'attique au lieu d'etre amortie comme elle l'est
toujours, est laiss6e vive comme ne couronnant pas
l'Mdifice.
Toutefois, on peut admettre que le portique ,gale-
ment surcharge de sculptures, en se profilant sur le
Temple, corrigeait le d6faut de ce dernier. En tout
cas, quel que ait 6te le couronnement du Capitole, il
n'y avait certainement pas de fronton, car I'entable-
ment est de m6me larger partout, alors qu'en cas
contraire, il eut 0te plus large par devant pour pou-
voir supporter le poids du fronton et pour ne pas
paraitre 6cras6 par lui.










CHAPITRE V


Arc de triomphe

Au IIPI siecle de notre ere, vivait a Theveste une
famille extremement puissante et excessivement
riche, la Domus Cornelia Egriliana. Cette famille se
composait, entire autres personnel, de trois freres,
Fortunatus, Quinta et Caius Egriliani. Les deux
premiers habitaient Theveste, le troisieme 6tait
praefectus de la XIVe lgion Gemina et residait en
Pannonie (Illyrie). Le pr6fet mourut en activity de
service (praefectus et non ex-praefectus), vers 211 et
par son testament, fit diff6rents legs a sa ville natale.
Ce testament a et6 transcrit tout entier sur 1'int6rieur
du pied droit de gauche, face nord de 1'Arc de
triomphe.
........ AMENTO C CORNELI EGRILIANI
PRAEF LEG XIIII GEMINAE QVO TESTAMEN
T EXHS CCL MIL N ARCVM CVM STATVIS
**. IN TETRASTYLIS DVOBVS CVM STATVIS
... T MINERVAE QVAE IN FORO FIER1 PRAE
E TER ALIA HS CCL MIL N QVAE REI P ITAVT
...MNASIA POPVLO PVBLICE INTHERMIS PRAE
...D KAP1TOL. ARG. LIB. CLXX ID EST LANCES III
...RI LIB X11II ID EST PIHAL III SCPHOS II
...OM.. M SEGVNDVM VOLVNTATEM EIVS IN CON
.. CORNELI FORTVNATVS ET QVINIA FRATRES ET
...S SIGNAVERVNT ET OPVS PERFECERVNT









Ex teslamento Caii Corneli Egriliani praefecti legio-
nis XIIII Geminae quo testamento ex sestertium ducentis et
quinquagenta millibus nummum arcum cum status Augus-
torum in tetrastylis duobus, cum status divi Severi et
Minercae, quake in forofieri praecepit, praeler alia sester-
tium ducenta et quinquagenta millia nummum, quake reipu-
blicae ita ut gymnasia populo public in thermis praebe-
rentur.... ad kapitolium argenti libras centum et septua-
genta id est lances quatuor... et aeri libras quatordecim id
est pihalas tres scyphos duo... secundum voluntatem ejus in
con.. Cornelii Fortunatus et Quinta fratres et heredes ejus...
signaoerunt et opus per/ecerunt.

On voit que ce testament comprend trois clauses :
I. 250,000 sesterces seront consacrees a l'6rection
d'un Arc de triomphe surmont6 de deux t6trastyles
abritant les statues des deux empereurs. On erigera
de plus, dans le forum, deux statues, Fune au divin
Severe, 1'autre a la deesse Minerve.
L'Arc eleven est celui qui est etudie ici, il est de
l'espece quadrifrons, c'est-h-dire a quatre faces sem-
blables, il en est connu tres peu de semblables; on
peut citer, par example, celui de Janus & Rome.
Le monument repose sur quatre pieds-droits de
3m17 de c6te. Ces pieds-droits sont reunis deux a
deux par des arceaux de 4m60 de portee et de 8"50
de hauteur sous clef; le monument a done 10"94 de
c6te.
Chaque pied-droit est prec6d6 de deux colonnes
corinthiennes, colonnes precedant elles-memes deux
pilastres en tronc de pyramid, en saillie de 012 et
formant un system bind. On a done seize colonnes
et seize pilastres de module 30 et de hauteur 5m73.
Le rapport est de 19 modules 10, un peu plus que
ce que demand Vitruve. Le gros cart des regles
fixees se fait surtout sentir dans le rapport des dia-
metres inf6rieur et sup6rieur, il est vrai que les


- 19 -




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs