• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Président Honoraires - Composition...
 Membres Honoraires
 Membres Titulaires
 Membres Correspondants
 Sociétés Correspondantes
 Sociétés Etrangères
 Nouveau document relatif à A. Larcius...
 Notice archéologique sur Henchir...
 Pièces d'or de l'époque berbère...
 Notice sur un tombeau à Bougie...
 Les Voies Romaines de la Région...
 La Station préhistorique de Chàteaudun-du-Rhumel...
 Découverte à Sétif d'un château-d'eau...
 Etude palethnologiques dans la...
 Mosaïque tombale de Chabersas -...
 Vestiges antigues découverts dans...
 Découverte d'une basilique chrétienne...
 Tombeau phénicien à Rouffach (près...
 Inscription inédites recueillies...
 Chronique archéologique - M. J....
 Nécrologie (M. de Calassanti-M...
 Nécrologie (M. Ernest Mercier)
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00006
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00006
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Président Honoraires - Composition du Bureau pour 1907 et Commission des manuscrits
        Page iii
    Membres Honoraires
        Page iv
    Membres Titulaires
        Page v
        Page vi
        Page vii
    Membres Correspondants
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Sociétés Correspondantes
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Sociétés Etrangères
        Page xv
        Page xvi
        Page 1
        Page 2
    Nouveau document relatif à A. Larcius Priscus - M. René Cagnat
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Notice archéologique sur Henchir - Oumkif (Cercle de Khenchela). - M. Andrés Bigeard
        Page 13
        Page 14
        Page 14a
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Pièces d'or de l'époque berbère trouvées à Bougie - M.J. Maguelonne
        Page 21
        Page 22
        Page 22a
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Notice sur un tombeau à Bougie (Algérie) - M.A. Debruge
        Page 29
        Page 30
        Page 30a
        Page 31
        Page 32
    Les Voies Romaines de la Région de Sétif - M. L. Jacquot
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 156a
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
    La Station préhistorique de Chàteaudun-du-Rhumel - M. Gustave Mercier
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 178a
        Page 178b
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 182a
        Page 182b
    Découverte à Sétif d'un château-d'eau et de citernes remontant à l'époque romaine - M. J. Maguelonne
        Page 183
        Page 184
    Etude palethnologiques dans la commune mixte des Maadid - M. A. Robert
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 194a
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 200a
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
    Mosaïque tombale de Chabersas - M. U. Hinglais
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
    Vestiges antigues découverts dans la commune mixte des Maadid - M. A. Robert
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
    Découverte d'une basilique chrétienne à Tocqueville. - M. Joseph Gauthier
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
    Tombeau phénicien à Rouffach (près de Constantine). - M.A. Debruge
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
    Inscription inédites recueillies pendant l'année 1907 - M. Auguste Vel
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
    Chronique archéologique - M. J. Maguelonne
        Page 263a
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
    Nécrologie (M. de Calassanti-Motylinski)
        Page B-1
        Page B-2
        Page B-3
        Page B-4
        Page B-5
        Page B-6
        Page B-7
        Page B-8
        Page B-9
        Page B-10
        Page B-11
        Page B-12
        Page B-13
        Page B-14
    Nécrologie (M. Ernest Mercier)
        Page B-15
        Page B-16
        Page B-17
        Page B-18
        Page B-19
        Page B-20
        Page B-21
        Page B-22
        Page B-23
        Page B-24
        Page B-25
        Page B-26
        Page B-27
        Page B-28
        Page B-29
        Page B-30
    Table of Contents
        Page B-31
        Page B-32
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text



i -


. RECUEIL
DES


NoiCEES E MEMOIIRES
7DC LA

SSOCETE ARCHEr..LOTUE -


D .. DPARTEMENT DE CONSTANTINE

:1'0 \OIUME DE- LA QUX TiJ L E IE S E il E

QUAPANTE ET UNIERMIE VOLUME DE LA .OLLE,'TI)ON


,ANN^ iiE 190'7.


N NS TA N YlIN 1
I:1rlP[ %IM F.11 11. 1.. u I iihix m. 2, RUIj- bI1 F[. \[LAI>

ALGER I PARIS

Mice du 3s, lU dI Fi-lero-


1908


4.-'-
I -- -


'/41
I~j


.7T


iiI


I z l















UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES






THIS VOLUME .HAS BEEt -.
REVIEWED
FOR PRESERVATION.
Date: L Z- ,









RECUEIL
DE3

NOTICES ET MEMOIRES
DE LA

SOCIETY ARCHIOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE

10e VOLUME DE LA QUATRIEME SIRIE

QUARANTE ET UNItME VOLUME DE LA COLLECTION


ANNEE 1907


CONSTANTINE
IMPRIMERIE D. BRAHAM, 2, RUE
ALGER
JOURDAN, LIBRAInE-EDITEUR Librairi
Place du Gouvernement 3
1908


DU PALAIS, 2


PARIS
REN6 ROGER
e africaine et colonial
3, rue de Fleurus


(2-?"-r cf Florid: Librarl "





























Avis important

ARTICLE 29 DES STATUTS. ( La Societe laisse aux
( auteurs la responsabilit6 des faits et deductions histori-
( ques, arch6ologiques, scientifiques ou autres, expos6s
( dans les m6moires imprimes dans son Recueil. )











LISTED OES MEMBRES DE LA SOCIETY




PRBSXDDENTS D'HOXYNNE

MM. JONNART, Gouverneur G6n6ral de l'Alg6rie.
VERGE, 4, Pr6fet du D6partement.
MORINAUD, Maire de Constantine.




Composition du Bureau pour 1908


President:
ler Vice-Prdsident :
28 Vice-Prdsident :
Secretaire :
Trdsorier :
Bibliothdcaire :
Secrdtaire-Adjoint:
Trdsorier-Adjoint :


M. MAGUELONNE.
M. HINGLAIS.
M. Gustave MERCIER.
M. VEL.
M. DEBnUGE.
M. BUSQUET.
M. CoUDRAY.
M. DE GUIBERT.


Commission des Manuscrits


MM. MAGUELONNE, President;
HINGLAIS,
MERCIER (Gustave),
DEBRUGE.
VEL.


Membres











MEKMBRES XHONORAIHES


1904 MM. BABELON, A, membre de l'Institut, Conser-
vateur a la Bibliothuque national, rue de
Vermeuil, 30.
1904 BARBIER DE MEEYNARD, $, membre de l'Ins-
titut,directeurde l'Ecole des langues orien-
tales vivantes, rue de Lille, 2.
1893 BERGER (Philippe), O -, I Q, membre de
l'Institut, professeur au Collage de France,
membre du Comit6 des travaux historiques
et scientifiques, Paris, Quai Voltaire, 3.
1893 BOISSIER (Gaston), G. O. *, I professeur
au College de France, secr6taire perpetuel
de l'Acad6mie frangaise, Palais de 1'Institut,
Paris.
1894 BREAL (MICHEL), C *, I Q, professeur au
College de France, membre de I'Institut,
70, rue d'Assas, Paris.
1893 CAGNAT (Ren6), O -, I Q, membre de l'Ins-
titut, professeur d'6pigraphie au Coll6ge de
France, membre du Comit6 des travaux
historiques et scientifiques, rue Stanislas
10, Paris.
1885 HERON DE VILLEFOSSE, O &, I membre de
1'Institut, conservateur des antiquities grec-
ques et romaines au Mus6e du Louvre,
president du Comit6 des travaux arch6olo-
giques, 16, rue Washington, Paris.
1904 MASPERO, 4, membre de l'Institut, professeur
au College de France.
1904 REINACII (Salomon), 4, 0 I Q, membre de
de l'Institut, conservatear du Mus6e de
Saint-Germain, rue de Traktir, 4, Paris,
(xvie ar.).
1904 SAGLIO (Edmond), 4, membre de l'Institut,
directeur des Thermes de Cluny, rue de
Sbvres, 85.
1904 SCULUMBERGEn (Gustave), 4, membre de
l'Institut, Avenue d'Antin, 37.
1904 BALLU,O ,O I Q,inspecteur des Monuments
historiques de France, rue Blanche, 80.









MEMBERS TITULAIRBES



1892 MM. ARRIPE, 0 I vice-pr6sident du Conseil de
Pr6fecture, 6 Constantine.
1892 AuBRY (Dr), ,OAQ, sdnateur,mairedeS6tif.
1903 B9NOS, professeur b l'6cole primaire sup6-
rieure, Constantine.
1903 BRAIIAM (David), 0 A 0, 6diteur, Constan-
tine.
1907 BRAIIAM (Marius), 0 A Q, editeur & Constan-
tine.
1896 BUSQUET, 0 I i, proviseur du Lycee, Cons-
tantine.
1895 CAMBUZAT-ROY, propridtaire, Boulevard du
Temple, Auxerre (Yonne).
1876 CARBONNEL, 0 A 9, imprimeur, Constantine.
1883 CHARRIE, 0 A 1, sous-chef de bureau de
Prefecture, en retraite, correspondent du
Ministere de l'Instruclion publique, 58, rue
Michelet, Alger-Mustapha.
1903 COLLENSON, propri6taire, conseiller municipal,
Mila.
1907 DALBIEZ, 4, colonel, commandant le 3e regi-
ment de Zouaves, A Constantine.
1902 COUDRAY, professeur au Lyc6e, Constantine.
1902 DEBRUGE,O A commis principal des Postes,
correspondent du MinistBre, Constantine.
1903 DESJARDINS, 4, OA '.directeur des Contribu-
tions diverse, en retraite, Constantine.
1892 EscunnR, 0 I Q, directeur de l'ecole primaire
sup6rieure en retraite, Constantine.
1906 GASTU, 0 A Q, avou6 & Constantine.









1891 MM. GSELL, -, O I Q, professeur B l'Ecole sup6-
rieure des Lettres, inspecteur des Antiquit6s
algdriennes, Alger-Mustapha.
1903 GUIBERT (DE), avocat, Constantine.
1874 HINGLAIS, O I Q, proviseur en retraite, con-
servaleur du Musde, bibliothocaire de la
ville, correspondent du Ministere, Cons-
tantine.
1899 JAUBERT (l'abbd), 0 A Q, chanoine honoraire,
secrdlaire general de l'&.vch6, Constantine.
1904 JOLY, architect, d6lgu6 financier, Guelma.
1907 JONCHAY (DU), 4, chef d'escadron, comman-
dant les Etablissements.hippiques h Cons-
tanline.
1901 LABOnDE (Dr), medecin colonial.
1903 LEROY, 4, 0 I Q, docteur en m6decine,
conseiller municipal, Constantine.
1878 LUCIANI, 4, 0 I Q, conseiller du Gouverne-
ment, Alger.
1892 MAGUELONNE, 0 I Q, directeur des Domaines,
Constantine.
1907 MARnAIS, professeur la Mdersa,Constantine.
1891 MEJDOUB KALAFAT, 0 I Q, professeur d'arabe
au Lyc6e, Constantine.
1896 MERCIER (Gustave), 0 A Q, avocat au barreau
de Constantine, officer interpreted reserve,
conseiller general de Constantine, corres-
pondant du Ministere.
1904 MONTAGNON (I'abb6), 0 A Q, cur6 de Z6raia.
1890 MORINAUD (Emile), ancien d6putd, maire de
Constantine, conseiller g6ndral, d616gu6
financier.
1878 PAPIER, 4, 0 I Q, chef du Service des tabacs
en retraite, president de l'Acad6mie d'Hip-
pone, Bone.
1903 PIQUET, 0 I I, docteur en mndecine, Cons-
tanline,








VII

1903 MM. RIBET, 0 A Qa, administrateur de la commune
mixte d'Oum-el-Bouaghi (Canrobert), cor-
respondant du Ministere.
1881 ROBERT, OI administrateur de commune
mixte, correspondent du Ministere, Bordj-
bou-Arreridj (Constantine).
1903 SABATIER, conducteur des Ponts et ChaussBes,
a B6ne.
1907 SAINT-CALBRE, 0 A Q, directeur de la M6-
dersa, a Constantine.
1905 VEL," sous-inspecteur du service des enfants
assists, Constantine.
1906 VIGNON, Lyc6e de Constantine.
1891 VILLA, avocat, ancien batonnier de l'Ordre,
Constantine.
1902 WILLIGENS (Dr), O t, 0 A Q, m6decin prin-
cipal de ire classes en retraite, Versailles.







VIII


MEMBERS GORRESPONDIANTS


1900 MM. BARRY, 0 I i, inspecteurdesfouillesde Tim-
gad, correspondent du Ministere, Timgad,
(Constantine).
1889 BERNARD, architect, 3, rue des Cordeliers,
Compiegne.
1891 BERTRAND (Louis), 0 I Q, conservateur du
Mus6e de Philippeville, correspondent du
Ministere.
1898 BESNIFn (Maurice), 0 A ancien membre
de l'Ecole francaise de -Rome, charge de
course b l'Universit6, rue Pesmagnie, 14,
Caen (Calvados).
1903 BIGEARD, -, commandant d'infanterie hours
cadres, commandant sup6rieur, Khenchela.
1903 BRUNACHE, -, OA Q, administrateur de com-
mune mixte, Aumale (d6partement d'Alger).
1900 CARTON .(Dr), 6, 0 I 0, m6decin-major de
Ire clas.e, president de l'Institut de Carthage
et de la Soci6t6 d'archeologie de Sousse,
membre non resident du Comit6,La Goulette.
1903 CHERDONNEAU, 0 A Q, avou6, S6tif.
1907 CIIOISNET, 0 A '. sous-Pr6fet b Bougie.
1888 DELATTRE (le R. P.), A, 0 I t, pr6tre mis-
sionnaire d'Alger, membre correspondent
de l'Institut, conservateur du Mus6e de
St-Louis de Carthage, La Goulette (Tunisie.
1890 DOMERGUE, topographe principal en retraite,
correspondent honoraire du Ministare,
Saint-GeniBs (Aveyron).
1890 ESPiHANDIEU, *, 0 I I commandant d'In-
fanterie en retraite, membre non resident du
Comite, 37, rue de Bellechasse, Paris.
1894 FAGNAN, 0I 1, professeur A l'Ecole supdrieure
des Letires, Alger.










1878 MM. FARGES, O t, OI ), commandant en retraite,
correspondent du Ministere, Amplepuis
(Rhone).
1906 FLAMAND, t, 01 I, charge du course & l'ecole
superieuse des sciences d'Alger, dirtcteur-
adjoint de la carte geologique, Alger-Mus-
tapha.
1905 FRANCOIS (l'abbW), cur6 b Collo.
1894 GAUCKLER, 4, O I correspondent de l'Ins-
titut, Tunis.
1907 GAUTHIEn, Joseph (l'abb6), curde Tocqueville.
1892 GCETSCHY, O 4, I 1 g6n@ral de brigade,
adjoint au Gouverneur de Nice, comman-
dant la subdivision.
1874 GOYT, topographe principal en retraite, 31, rue
Saint Andre, Grenoble.
1893 GUmRIN, 0 A Q, sous-directeur des Contri-
butions diverse en retraite, avocat, 4, rue
de Constantine, Alger.
1892 HANNEzo, 0, 01 ', commandant aux Ti-
railleurs, correspondent du Ministare,
Bizerte.
1890 JACQUOT, O A~3,avocat, 6, rue Fantin-Latour,
Grenoble.
1897 LEnOY (Louis), 0 1 Q, explorateur, Biskra.
1901 LOIZILLON, administrateur & Mascara.
1895 M9N'rTBET, 0 A 0, administrateur de com-
mune mixte, El-Milia (Constantine).
1888 MILVOY, architect, rue Dijon, 1, Amiens.
1907 Monrus, 0 A Q, administrateur de la com-
mune mixte de La Meskiana (Constantine).
1902 OGER DU ROCHER, juge au Tribunal de S6tif.
1888 PALLU DE LESSERT, avocat, rue de Tournon,
17, Paris.
1892 PoNTi, proprietaire A Mila (Constantine).












1902 MM. RouQUETrE (Dr), 0 A 9, m6decin-major au
13e Balaillon d'Artillerie a pied, Nice.
1875 BoY, O 4, 0 1 i, ministry pl6nipotentiaire,
secretaire g6n6ral du gouvernement tuni-
sien, Tunis.
1885 SALADIN, 6, 0 I 9, architect, dipl6mB par
le Gouvernement, 69bis, boulevard de Cour-
celles, Paris.
1904 SANREY, 4, docteur en m6decine, maire,
Batna.
1892 TOUTAIN, 0 I 9, professeur b l'Ecole des
Hautes Etudes, 25, rue du Four, Paris.
1903 VALLET, OA Q, ancien publicist, Fedj-M'zala.
1893 Ving (C.), avocat A Bordj-MenaYel (Alger).


Admis I/'dchange :

1907 SCIUTTER, professeur d'histoire a 1'Universilt
d'Erlangen (Baviere).









SOGXCETE CORRESPONHIANTES



AGeN. Soci6t6 d'agriculture, sciences et arts.
Aix. Academie des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
Soci6td d'6tudes provengales.
Annales des facult6s de droit et de lettres.
ALAIS. Soci6t6 scientifique et litteraire.
ALGER. Ecole sup6rieure des Lettres.
Socidtd historique alg6rienne.
Sociedt de gdographie d'Alger et de l'Afrique du
Nord.
AMIeNS. Soci6t6 des antiquaires de Picardie.
ANGOULtME. Sociedt archdologique et historique de la
Charente.
AUTUN. Soci6t6 6duenne.
AVALLON. Societd d'6tudes.
AVIGNON. Acad6mie de Vaucluse.
AuxtRRE. Soci6t6 des sciences historiques et naturelles
de l'Yonne.
BAR-LE-Duc. Soci6et des lettres, sciences et arts.
BEAUNE. Soci6t6 d'archdologie.
BEAUVAIS. Socidtd acad6mique d'archdologie, sciences
et arts du d6partement de l'Oise.
BiZIERS. Socidt6 arch6ologique, scientifique et litt6raire.
BONE. Acad6mie d'Hippone.
BORDEAUX. Soci6t6 arch6ologique.
Soci6t6 de g6ographie commercial.
BOURG. Bulletin de la Soci6t6 de g6ographie de l'Ain.
BOURGES. Societ6 historique, litteraire et artistique du
Cher.
BREST. Soci6td acad6mique.
CHAMB9RY. Societd savoisienne d'histoire et d'arch6o-
logie.
CHARTRE-. Societ6 archdologique d'Eure-et-Loir.










DAX. Societe de Borda.
DoUAI. Union g6ographique du nord de la France.
EPINAL. Soci6t6 d'6mulation des Vosges.
GAP. Soci6te d'6tudes des IIautes Alpes.
GRENOBLE. Acad6mie delphinale.
GUERET. Soci6t6 des sciences naturelles et archeologi-
ques de la Creuse.
LANGRES. Soci6te historique et arch6ologique.
LAON. Soci6t6 acad6mique.
LIMOGES. Soci6t6 arch6ologique et historique du Li-
mousin.
LYON. Soci6t6 littiraire, historique et archeologique.
Acad6mie des sciences, belles-lettres et arts.
Bulletin historique du diocese de Lyon.
LE MANS. Soci6t6 historique et archeologique du Maine.
MARSEILLE. Soci6et de statistique.
Soci6t6 archdologique de Provence.
MONTAUBAN. Soci6t6 arch6ologique du Tarn-et-Garonne.
MONTBBLIARD. Soci6t6 d'dmulation.
MONTPELLIER. Soci0et languedocienne de geographie.
NANCY. Acad6mie de Stanislas.
Societd d'archeologie lorraine et du mus6e his-
torique lorrain.
Soci616 de geographie de l'Est.
NANTES. Soci6t6 arch6ologique.
NARBONNE. Commission archeologique.
NICE. Scct6t6 des lettres, sciences et arts.
NiMES. Acad6mie du Gard.
ORAN. Soci6t6 de geographie et d'archeologie.
ORLEANS. Soci6t6 archeologique et historique de l'Orl6a-
nais.
PARIS. Institut de France.
Comit6 des travaux historiques et scientifiques.
Bulletin de 1'Ecole des Chartes.
Soci6t6 des antiquaires de France
Soci6tB d'ethnographie.
Societ6 do geographie.







PARIS. Societe d'anthropologie.
Association pour l'encouragement des 6tudes
grecques.
Soci6t6 des 6tudes historiques.
Revue gdographique international.
Mus6e Guimet.
Soci6t6 acad6mique indo-chinoise de France.
Revue des Colonies et des Protectorats, minist6re
des Colonies.
Recue de statistique.
: Runion d'tudes algeriennes, 12, galerie d'Or-
16ans.
Journal asiatique.
Bulletin de la Socidt6 des 6tudes coloniales et
marilimes.
Reoue archdologique.
Revue des diudes historiques.
PERP1GNAN. Societ6 agricole, scientifique et littdraire..
POITIERS. Soci6t6 des antiquaires de l'Ouest.
REIis. -- Acad6mie national.
RENNES. Soci6t6 arch6ologique d'llle-et-Vilaine.
ROCHECUOUART. -Soci6t6 des Amis des sciences et des
arts.
RODEZ. Soci6t6 des lettres, sciences et arts de l'Aveyron.
ROUEN. Commission des antiquit6s de la Seine-Inf6-
rieure.
SAINT-BRIEUC. Soci6t6 d'6mulation des C6tes-du-
Nord.
SAINr-DIg. Soci6t6 philomathique.
SAINT MALO. Societ6 historique et archdologique.
SAINT-OMER. Soci6t6 des antiquaires de la Morinie.
SEMUR. Soci6t6 des sciences historiques et naturelles.
SENS. Soci6td arch6ologique.
SOISSONS. Soci6t6 arch6ologique, historique et scienti
fique.
SoussE. Bulletin de la Societ6 arch6ologique.
TOULON. Acad6mie du Var.












TOULOUSE. Academie des sciences, inscriptions et belles-
lettres.
Bulletin de la Soci6te de g6ographie.
Soci6te archeologique du Midi de la France.
ToRas. Socidt6 d'arch6ologie de la Touraine.
Soci6td d'agriculture, sciences, arts et belles-
lettres du d6partement d'Indre et-Loire.
Socidt6 de gdographie.
TuNIS. Institut de Carthage. Association tunisienne
des lettres, sciences et arts, a Tunis.
VALOGNE. M1moires de Ia Soci6et arch6ologique.
VANNES. Soci6te polymathique du Morbihan.
VERVINS. Socidt6 arch6ologique.









socx~tvs YTHANGkaRj


ALLEMAGNE. Societ6 d'anthropologie de Berlin.
ALSACE-LORRAINE. Societ6 d'histoire et d'archologie de
la Lorraine, a Metz.
Soci6t6 pour la conservation des mo-
numents historiques de 1'Alsace, a
Strasbourg.
AMIRIQUE DU SUD (LA PLATA). Direction g6n6rale de
statistique de la province de Buenos-
Ayres.
ANGLETERRE. Socitel des antiquaires de Londres.
Ecosso. Socidt6 des Antiquaires, Edim-
bourg.
Soci6t6 des antiquaires de Cambridge.
Institut canadien de Toronto (Canada).
Soci61t de numismatique et d'arch6ologie
de Montr6al.
BELGIQUE. Soci6t6 des Bollandistes, Bruxelles.
Soci6t6 d'archdologie de Bruxelles.
BRaSIL. Musee national de Rio-Janeiro.
EGYPrE. Institut 6gyptien, au Caire.
Comit6 de conservation des monuments de l'art
arabe.
Soci6td kh6divale de g6ographie, au Caire.
ETATS-UNIS D'AMgRIQUE. Musee Paebody d'archdologie
et d'ethnographie americai-
ne de Cambridge.
Institut Smithsonien de Wa-
shington.
Commission d'inspection gao-
logique des Etats-Unis (D6-
partement de l'Int6rieur), A
Washington.
Soci6t6 d'anthropologie, b Wa-
shington
Acad6mie des sciences natu-
relies de Davenport, Iowa.









XVI

'TATS-UNIS D'AMN1hIQUE. Universit6 de Californie, A
Berkeley.
Mus6e am6ricain d'histoire
naturelle, b New-York.
Association americaine pour
l'avancement des sciences,
h Washington.
ITALIE. Institut arch6ologique d'Allemagne, a Rome.
Ecole frangaise de Rome.
Soci6t6 africaine d'Italie, A Naples.
Soci6t6 africaine d'Italie, A Florence.
Acad6mie des Lineei, a Rome.
NORVhGE. Universit6 royale, a Christiana.
Panou. Bulletin de la Societ6 de g6ographie de Lima.
SUEDE. Acad6mie royale arch6ologique de Stockholm.
Institut g6ologique de l'Universit6 d'Upsala.
SUIssE. Soci6t6 d'histoire et d'archdologie de Geneve.
Socidt6 de gdographie de Berne.
























NOUVEAU DOCUMENT

relatif L

A.- L-A. ROITS PRISCOTS
LiGAT DE NUMIDIE


Je d6die cette note A la
m6moire de notre regrett6 pre-
sident et ami, Ernest MERCIER.
R. C.











NOUVEAU DOCUMENT
RELATIF
A

A. LARCIUS PRISCUS





Au course des fouilles de Timgad, on d6couvrit,
en 1880, parmi ,les bases honorifiques qui ornaient
jadis le forum de Thamugadi(l), une grande inscrip-
tion oh se lisait le nom d'A. Larcius Priscus, 16gat
de Numidie, suivi de 1'6num6ration de ses differentes
functions. L'inscription fut commentee b cette 6poque
par M. Poulle, avec cette erudition si sire et si
mesuree don't il Otait coutumier(2); d'autres en out
ensuite par6l, moi, d'abord(3), puis M. H6ron de
Villefosse (4.
M. Mommsen, au Corpus (), M. Dessau dans ses
Inscriptiones select (6) et dans la Prosopographie (7) ont
fait aussi, au sujet de ce texte, quelques observations.
Enfin M. Pallu de Lessert lui a consacr6 une notice
sp6ciale dans ses Fastes(8).
11 ne sera pas inutile, pour la clart6 de ce qui va
(1) R. Cagnat et A. Ballu, Timgad, p. 72 et suiv.
(2) Rec. de la Soc. arch. de Constantin', xxi (1882) p. 356 et suiv.
(3) Bull. piggr. de la Gaule, 1884, p. 12 et suiv.
(4) Ibid., p. 158.
(5) C. I. L., VIII, 17891.
(6) Insc. sel., 1055.
(7) Prosop. imp. rom., II, p. 264.
(8) Fastes des provinces africaines, I, p. 457 et suiv.







-4-


suivre, de transcrire encore une fois ici le texte de
Timgad :
A. LARCIO. A. FILIO. QVIRINA PRISCO. VI VIR FQVITVM
ROMANOR X VIR STLITIB IVDICAND QVAKSTOR
PROVINCIAL ASIAE.LEG AVG LEG. LI G. I- CY'TdCAE
PED LEG. CONSVLARE PROVINCIAL SYRIAE TRIB PLEB
PRAETORI .PHAEF.FRVMENTI DANDI EX S.C. LEG PRO
VINCIAE BAETICAE HISPANIAE PROCOS PROVIN
CIAE GALLIAE NARBON LEG. AVG LEG [ AVG LEG -
AVG PR PR EXERCITVS PROVINCIAL AFRIC VII VIR
EPVLONV\ COS DESIGN PATHONO COL D D. P. P.
II result de ce texte qu'A. Larcius Priscus, apres
avoir g6r6 les functions inf6rieures i la questure,
except cependant celle de tribune e1gionnaire, a Met
envoy comme questeur en Asie, que lh il fut appele,
toujours comme questeur et contrairement aux usages
6tablis, b commander la legion surnommee Scythique
et comme tel, ensuite, au gouvernement int6rimaire
de la Syrie; qu'il devint alors tribune de la plebe et
pr6teur; qu'il fut charge des distributions de blW, du
gouvernement de la Betique, puis de la Narbonaise,
du commandement de la legion IIe Auguste et
enfin de celui de l'arm~e d'Afrique, poste qu'il
occupait lorsqu'il fut ddsign6 pour le consulate et
choisi comme patron par la colonies de Thamugadi.
La grande difficult est de dater exactement ces
diff6rentes functions, aucune d'entre elles n'6tant
caracteristique d'une 6poque. N6anmoins, A consi-
derer certain details et surtout le titre de legatus
Aug. pro prcetore exercitus provincial Af4icae, on peut
attribuer avec quelque probability a cette carrier
les environs du rbgne de l'empereur Hadrien (I).
1, C. I. L. VIII, 17891 : a Quod in hoc titulo legauts \umidiae
appellatus leg. Aug.prl plratore emcrcitus pr'ointiae Africae. id quod
demonst atuin est pertinere ad ae'atem Hal riani. a M. Pallu de Lessert
(loc. cit.) ne croit pas que 1'on puisse ktre aussi prdcis.







-5-


Or, cette ann6e, M. Arripe, administrateur de la
commune mixte de 1'Aures, auquel les antiquities
africaines sont dejh redevables de plus d'une de-
couverte, a fait une nouvelle trouvaille qui interesse
notre personnage. A 1'endroit appel6 Foum-Meriel,
a mi-route entire Timgad et Lambese, sur l'ancienne
voie qui unissait les deux points, il a mis la main sur
un autel de pierre assez elegant : celui-ci reposait
sur le rocher m6me, depos6 sur une petite plate-
forme oi il s'encastrait; une autre plateforme sem-
blable, m6nagee A c6te, portait peut-6tre jadis une
base analogue; mais elle n'existe plus. La parties
superieure de l'autel, seule, 6mergeait de terre;
apres avoir d6blaye la place, on apercut sur la face
ant6rieure du monument une longue inscription par-
faitement conserve; sur les faces laterales se voient
sculpts d'un c6t6 un urceus, de I'autre une patere.
La pierre est aujqurd'hui au mus6e de Lambese.
J'ai eu copie du texte par l'aimable initiative de
M. Arripe, vice-pr6sident du Conseil de Pr6fecture,
a Constantine; j'ai moi-mime contr61l cette copie
sur l'original. On y lit sans aucune hesitation.
Sur le de
I. O. MA. LARCIVS. A. F QVIR PRISCVS. SEVIRVM
DECEMVIRVM STLITIB IVDICANDIS.
QVAESTOR PROVINCIAE ASIAE
LEGATVS AVGVSTI LEG IIII SCYTH1CAE
PRO LEGATO CONSVLARE PROVING SYRIAE
TRIBVNVS PLEBEI PRAETOR
LEG PROVINCIAE HISPANIAE BAETICAE
PRAEFECTVS FRVMENTI DANDI
LEGATVS AVGVS. LEGIONS. T. AVG
/
LEGATVS. AVG. PROPR.EXERCITVS.AFRICAE
V- S L
Sur la plinthe
//IMMIVS VALENS. 7. LEG. III. AVG






-6--


J(ovi) O(ptimo) M(aximo) A. Larcius A. f(ilius)
Quir(ina tribu) Priscus sevirum, decemvirum stlitib(us)
judicandis, quaestor provinciae Asiae, legatus Augusti
leg(ionis) IIIIScythicae, prolegato consulate provinci(ae)
Syriae, tribunus plebei, praetor, leg(atus) provincial
Hispaniae Bacticae, praefectus frumenti dandi, legatus
Augus(ti) legionis II Aug(ustae), legatus Aug(usti) pro
pr(aetore) exercitus Africae vo(tum) s(olvit) l(ibens).
,..emmius Valens c(enturio) leg(ionis) III Aug(ustae).
C'est done lb un ex-voto l6ev6 & Jupiter par
A. Larcius Priscus, le m6me que le 16gat don't la
base honorifique ornait le forum de Timgad; on y
lit, comme sur cette base, les diff6rentes functions
don't il fut rev6tu. On notera seulement que sur le
texte de Timgad, il est dit qu'il fut successivement
aprbs sa pr6ture :
praefectus frumenti dandi;
legatus provinciae Baeticae;
proconsul provinciae Galliae Narbonensis.
tandis qu'ici la legation de Bretagne suit immediate-
ment la mention de la pr6ture, le proconsulat de
Narbonnaise etant omis; ce sont 1& autant d'erreurs
attribuables au graveur. De m6me on lit h la pre-
miere ligne sevirum au lieu de sevir et a la deuxieme
decemvirum au lieu de decemvir.
Par centre, le lapicide de Foum-MWriel n'a pas
commis la faute de son college de Timgad relative-
ment b ]a 16gion Scythique, il a bien ecrit : leg. IIII
Scythica et non III Scythica, ladite legion portant,
en effet, le numero quatre sur les contr6les de
I'arm6e. De m6me, a la ligne 4, il a correctement
grave PRO LEGATO, alors que le texte de Timgad
porte PED LEGATO. Cette derniere lecon n'avait
pas 6et sans embarrasser quelques-uns; on admet-
tait pourtant, en general, qu'il n'y avait 16 qu'une
b6vue de lapicide. La chose est maintenant assure.







-7-


Ii n'est point difficile, d'ailleurs, de voir comment la
faute s'est produite. On sait que l'on avait coutume
de remettre a l'artisan charge de graver une inscrip-
tion, un module, trac6 naturellement en ecriture
courante, celle qui etait usitee dans la vie journa-
liere. Or, en ecriture courante PRO s'ecrit ainsi :




et PED s'ecrit de la sorte :




Qu'on suppose dans ce dernier group de lettres
la deuxieme barre de 1'E un peu plus haute que la
premiere et la deuxieme courbe du D r6duite en
hauteur, et les deux mots PRO et PED deviennent
identiques. Un transcripteur peu intelligent peut
ais6ment les confondre; c'est ce qui est advenu.
Les deux textes sont A peu pres contemporains.
Pourtaqt il manque dans celui de Foum-Meriel la
mention du septemvirat des epulons et du consulate
design; ce qui nous indique qu'il fut grave un an
ou deux avant celui de Timgad, alors que Larcius
Priscus 6tait au debut de sa legation de Numidie.
Ult6rieurement celui-ci fut d6signe consul et choisi
comme patron par la colonie de Timgad.
Malheureusement la nouvelle inscription ne per-
met pas de preciser davantage l'epoque exacte de
l'existence du personnage. Deux particularit6s sont
b noter a cet 6gard.
Tout d'abord le V du mot exercitus porte uri apex.
Or, l'emploi de ce signe orthographique n'est pas







-8 -


tellement limit dans le -temps qu'il puisse 6tre un
indice chronologiqne s6rieux. L'apex apparait a la
fin de la R6publique ') et est usit6 sous l'empire
jusqu'au IIP siecle; il convient bien a l'6poque d'Ha-
drien, mais il conviendrait aussi bien a une p6riode
ant6rieure.
En second lieu on remarquera que la plinthe porte
grav6 le nom d'un centurion charge 6videmment de
surveiller l'6rection du monument : [M]emmius ou
[R]emmius Valens. Par malheur ce centurion n'est
pas connu, que je sache, et cette mention ne peut
nous etre d'aucun secours. II faut s'en tenir, pour
Larcius Priscus, aux conclusions quelque peu va-
gues, admises jusqu'ici.
Deux mots, pour terminer, sur I'identit6 du per-
sonnage.
M.Dessau advance qu'il 6tait fils d'A. Larcius Lepi-
dus, 16gat de Vespasien, connu par une inscription
de Nettuno (2). C'6tait d6jb la pens6e de M. Poulle.
J'ai fait remarquer que cette inscription de Net-
tuno qui est l'6pitaphe de Lepidus avait 6t6 grave
par les soins de sa femme et de sa fille, et qu'il n'y
est nullement fait mention d'un fils, ce qui aurait
dfi ~tre, s'il en avait eu un(3). M. Dessau repond :
, Quod in A. Larcii Lepidi titulo sepulcrali non
memoratur, potest factum esse ex qualicumque causa
nobis ignota (4). Est-ce bien lM un raisonnement
convaincant? Et est-il sage de supplier ainsi au
silence d'un texte pr6cis par une conjecture toute
gratuite?

(1) R. Cagnat, Cours d'eoigraphie latine, 3' addition, p. 28.
(2) 0. I. L, X, 6659.
(3) Bull. (pigr., 1884, p. 16.
(4) Prosop. imp. rom., II, p. 264.









9 -

Je ne le pense pas et je continue a refuser a
A. Larcius Priscus de Timgad et de Foum-M6riel
la quality de fils d'A. Larcius Lepidus; ou, du moins,
j'attends, pour la lui reconnaitre, autre chose qu'un
document negatif.

R. CAGNAT.













NOTICE ARCHIOLOGIQUE

SUR

HENGHICXR OUMYXKI
(Cercle de Khenchela)





A 17 kilometres au sud-est de Khenchela, par la
route de Tazougart, sur une pente legerement incli-
nee nord-ouest sud-est, on trouve des ruines impor-
tantes indiquant I'ancienne ville de Cedias. Elles ont
6t6 reconnues et identifiees, en 1877, par Masqueray
(Revue africaine, xxII, 1878, p. 456-57).
Une exploration, faite le 22 mars 1905, nous a
permis de completer les indications de ce savant.
A la parties superieure des ruines, lh oii Masqueray
croit que se trouvait l'eglise chretienne, on remarque
de nombreuses pierres tombales provenant de fouil-
les ant6rieures; elles ont la forme de caissons demi-
cylindriques b pans coups suivant une section droite,
sur l'un desquels se lit une inscription. Quatre de
ces inscriptions ont 6t6 publiees au Corpus, sous les
nOs 17658, 17662, 17663, 17664.
Des fouilles poursuivies sur cet emplacement ame-
neraient, probablement, la decouverte de nombreuses
inscriptions de meme nature.
A quelques metres plus bas, on aperooit une grotte








- 12 -


formant deux pieces qui ont servi et servent encore
d'6table aux indigenes; elles ont 6t creusees dans
un bane de cailloux roules, agglom6ers dans une
gangue calcaire; la voute epaisse de quelques centi-
metres seulement est form6e par du tuf calcaire
couvrant toute la superficie du mamelon.
On retrouve, encore plus bas, d'autres excavations
de m6me forme et ayant reQu la m6me destination.
Un examen attentif des parois permet d'y discerner
des affouillements horizontaux correspondent aux
dimensions du corps human. Nous avons rencontr6
des dispositions identiques au course de fouilles faites
anterieurement dans les catacombes situdes sur le
versant est du Djaafa, a 9 kilometres nord-ouest
de Cedias, et dans lesquelles ont 6t6 decouverts de
nombreux cadavres encastres horizontalement dans
la muraille (1).
11 est done probable que les chambres remarquees
sont d'anciennes catacombes; il existait entire elles
des couloirs de communication, aujourd'hui obstrues,
mais don't l'orifice est encore visible.
Les indigenes affirment, d'ailleurs, qu'en allumant
du feu pres d'une de ces galleries, la fumee gagne
l'autre piece souterraine, distant de trente metres.
Il serait int6ressant de d6gager un de ces couloirs
et de rechercher si les corps ensevelis n'ont pas et6
deplaces comme certaines constatations, developp6es
plus loin, ont permis de le supposed.
En continuant a descendre la c6te, on apercoit au
milieu d'une fosse de 5 a 6 metres carries, en deblai

(1) Voir dans le 32e volume de la collection du Rccueil et Notices de
la Socidtd archdologique de Constantine, 1898,-le compete rendu des
travaux de Vars sur les catacombes sus-indiquees, p. 362 et suivantes.







- 13 -


de pres de 2 metres, l'ouverture d'un vaste silo
ferm6, a sa parties sup6rieure, par une dalle fixde
sur un anneau en pierre de 0"60 de diametre. Le
goulot du silo, d'un diametre d'un metre, est cons-
titue par une muraille maconni e de 1"50 de hauteur
don't les assises reposent sur un bane de tuf. Une
ouverture circulaire, perc6e dans le tuf, donne aces
au silo qu'un indigene a transform en magasin a
paille. Suivant ses dires, ce magasin, d'une dizaine
de metres de circonf6rence, communiquait, jadis,
avec l'ext6rieur par une galerie ascendante aujour-
d'hui eboulee.
Cette communication avec l'exterieur et les dimen-
sions du local permettent de croire qu'il n'a pas
toujours eu sa destination actuelle.
En inclinant plus au sud, vers la forteresse byzan-
tine, le sol est jonch6 de pierres, don't quelques-unes
de grand appareil, disposees arbitrairement et qui
temoignent des bouleversements apportes par les
occupations successives.
Le fort byzantin, don't nous donnons la photogra-
phie ilVoir figure 1), est constitute par un reduit de
15 metres de c6te, construit avec de gros blocs rec-
tangulaires. Des soubassements de 2 metres de hau-
teur et un angle de muraille a demi-6croul6 sont
tout ce que treize siecles ont laisse subsister de cet
edifice.
A l'interieur, devait se trouver une grande exca-
vation en parties recouverte par les 6boulements; on
distingue encore parmi les murailles, des pierres
tailldes, des colonnes, des socles orn6s et jusqu'A
des pierres tumulaires.
Une deuxieme enceinte parallele, mais de bien
moindre hauteur, entourait le reduit i 5 metres de






- 14 -


distance. Enfin, au niveau du sol, on distingue les
traces d'une muraille formant un carrd de 25 metres
de c6te, sur la face ouest de la forteresse. On peut
admettre que cette enceinte servait de pare A bes-
tiaux ou de terrain de campement.
Les ruines, tres clairsem6es 6 l'ouest de la for-
teresse, cessent completement a une centaine de
metres, c'est a l'extr6mite de ce terrain d6nud6 que
nous avons remarqu6 quatre colonnes 6mergeant du
sol et disposes selon deux files 6loign6es 1'une de
l'autre de sept metres. Aux environs, de nombreuses
colonnes renvers6es forment I'enceinte d'un pare B
bestiaux.
Les fits de colonnes 6taient 16gerement 6vid6s A
leur parties sup6rieure termin6e par un cordon, les
chapiteaux avaient disparu : l'un d'eux a 6t6 trouve
sur le sol, un second fut d6couvert au course des
fouilles que nous avons entreprises.
Le pied des colonnes reposait sur des socles orn6s
de moulures qui 6taient eux-memes soutenus par
des pierres rectangulaires formant base. Pas la
moindre trace de foundations ni m6me de carrelage.
Au-dessous on rencontre des dalles formant en-
semble un rectangle de 2 metres sur 0"60; elles
constituaient le couvercle d'un sacrophage contenant
des ossements intacts a demi-noyes dans du lait de
chaux. II y avait, dans cette auge en pierres, cinq
squelettes homese, femmes, enfants), trois lampes
fun6raires, don't l'une orn6e du monogramme du
Christ.
C6te a c6te avec ce premier sarcophage, s'en trou-
vait un second renfermant trois corps; pendant qu'on
le d6blayait, de nouveaux sarcophages apparaissaient
































FIG. 1. FORT BYZANTIN


FIG. II. EGLISE DE CEDIAS






- 15 -


et c'est ainsi qu'en une journ6e de travail neuf
sarcophages etaient mis a jour; ils renfermaient
tous plusieurs squelettes (de 3 a 6).
Les dalles portent des traces d'entailles et de
mortaises, soigneusement houchees a la chaux, qui
doivent provenir des ruines, ce qui 6tablit que la
necropole est posterieure a l'6poque paienne.
La presence de plusieurs squelettes dans une
tombe mesurant lm90 de longueur, 0m45 6 Om50 de
larger et 0"35 seulement de profondeur, souleve
un problem interessant. Est-on en presence de
tombeaux de famille ofi on ensevelissait au fur et a
measure des d6ecs? Ne doit-on pas plut6t admettre
que les sacrophages ont servi d'ossuaires pour
recueillir des cadavres exhumes?
La premiere hypothese est peu vraisemblable. Un
tombeau de famille comporterait une inscription,
tout au moins une marque particulibre; les corps y
seraient places dans une position identique alors que
nous avons vu souvent des cranes aux deux extr6-
mites et mime au centre d'un sarcophage. Il serait
repugnant d'admettre qu'on ait pu ouvrir ces tom-
beaux a chaque nouveau deces et entasser le cadavre
sur des corps en decomposition plus ou moins
avancee. Il est plus natural d'admettre notre deuxieme
supposition.

De nouvelles recherches effectuees en mai 1906,
nous permettent d'attester, en toute certitude, que le
monument oiu se trouvent les sarcophages repr6sente
l'ancienne 6glise chr6tienne de Cedias.
La nef principal, don't les quatre colonnes debout
repr6sentent l'extr6mit6 nord-est, etait comprise






- 16 -


entire deux ranges de douze colonnes chaque, dis-
tantes de sept metres; tous les socles sont encore
en place, dans chaque alignement la colonne d'appui
est demi-cylindrique.
Le front de l'abside est delimit6 par une muraille,
en pierres de taille, flanqu6e 6 droite et a gauche de
trois marches d'escalier qui permettaient d'acc6der
A cette abside 6tablie a un niveau sup6rieur, ainsi
que dans toutes les 6glises de la region. Les bas-
c6bts, don't l'emplacement est d6termin6 par de
grosses pierres rectangulaires, mesurent trois me-
tres de larger. En dehors de l'abside, les d6blais
n'ont mis 6 jour ni tuiles, ni briques, permettant de
supposed que l'6glise ait t6e couverte.
Toute la superficie da ce vaisseau, de 27 metres
de long sur 13 de large, est couverte de sarcophages
places c6te A c6te et en certain endroits sur deux
stages superposes. Nous en avons mis h jour une
cinquantaine, la plupart renfermaient de nombreux
squelettes; nous avons cependant trouv6 pres du
chceur des tombes individuelles.
Les tombes affleurent presque le sol, recouvert
autrefois d'une couche de b6ton; mais a la longue, il
s'est trouv6 constitu6 par les dalles des sarcophages
places jusque dans les bas-c6t6s & des niveaux
variables.
Les colonnes, d'ordre toscan, les bases et la
muraille du fond sont d'un style sobre, mais de belle
facture, tandis que les escaliers adoss6s A l'abside
semblent y avoir et6 places par des ouvriers mal-
habiles.
Au sud-ouest de l'6glise, on remarque, de distance
en distance, de grosses pierres taill6es, quelques








17 -

fragments d'architecture, derniers vestiges d'ancien-
nes constructions submergees par les terres. Les
d6blais, effectues a 150 metres de I'Fglise, ont mis a
jour une maison romaine don't les murs sont intacts
et dans laquelle abondent les tuiles et les petits tubes
en poterie don't on se servait pour all6ger les vofites.
Les fouilles ont 6te poussees a 2m50 de profondeur,
jusqu'au sol bhtonn6; elles n'ont amene la d6couverte
que de quelques debris de fer oxyd6 et d'un lion en
pierre, assez grossierement sculpt, mesurant en-
viron Om90.
Les cendres abondantes laissent supposed que
cette demeure a e6t d6truite par l'incendie.
Un peu plus loin, toujours vers le sud-ouest,
nous avons remarqu6 parmi un tas de pierres, un
fragment de statue, don't il ne reste malheureusemeni
que les pieds.
Nous avons relev6 aussi quelques inscriptions
funeraires, savoir :
1. 2.
D M S D M S
TERTIA GEM VICTOR MA
INIA V[XIT NILI VIXIT
ANNIS LXXX ANIS. L. MAX
AVRELIVS FE IMA.IVLI*DO...
LIX. P.F F ATICONIVG
FIVS IM PF
3.
D M S
DMS
AVG. N. DONA
TVS VER V. A.
LXXVII P. P. VE
NVST ET LC.TR.
S. PF. F,
Ces trois inscriptions ont ete recueillies au sommet
du mamelon.








- 18 -


4.
D ... **.
AP... tN...VSSA
TVRNI MINVS
VIX AN IV VHt
F B B


Lecture difficile sur une
pierre trouv6e pres de
1'Elise.


5.
M S
/XIII ATEN
1VNA VA LXX
VIII MORIV
NATA MATR1 PI
ISSIME FECIT
H. S. E
Sur une pierre tombale, A
300 metres sud-ouest de
1'6glise.


Aur[elia] Jlon[umen]tum sec[iva].


Pierre brisee don't les deux fragments ont 6et
rassembles pres du fort byzantin.
Non loin de l se trouve un fragment'de l'inscrip-
tion C. I. L., 17655 don't nous donnons une nouvelle
lecture apres un minutieux collationnement.
On lit a la premiere ligne A I10 et non ATIO; la
deuxieme ligne doit 6tre r6tablie comme il suit :
IIVIRO ,ET 'E PIRLELIP les quatre lettres poin-
tillees sont douteuses
au lieu de IIVIREM....AELLIP








- 19 -


Au moment d'interrompre les fouilles, les ouvriers
ont mis b jour une pierre, recouvrant un sarcophage,
sur laquelle se d6tache I'inscription suivante :


ECfA C I I PA TE TAVLA 5AI TI S
'REDIEN FA BRE FACTVMPARV1 S
B VS VDE BIOPV5 n M PATE R
VN DVS OPE A MINAVAMITSIOVI
TVFAC(ILE PVTARIT../IPOT15ESTME


[H]aec facilis patet aula sanctis
In]grediens fabre factum parvis
[Sum]p[t]ibus(?) vilebus opus. Nam pater
[Se]cundus opera natavit si qui[s]
[op] [s]? facile putarit [si?j potis est, meli[usj faxitl
Dedidace d'une eglise ou d'une chapelle de saints,
faite par les soins d'un dveque, Secundus (Lecture
de M. Gsell) ( Voir figure 2).
Cette inscription a 6te transportee au bordj du
Commandant sup6rieur.

ANDR9 BIGEARD,
Chef de Bataillon,
Commanant Supdricur du Cercle de Khenchela.


t1-










PIECES D'OR DE L'EPOQUE BERBIRE

trouv6es a BOUGIE






Au mois d'octobre 1901, le Domaine de 'Etat ven-
dit a M. Gotusso, architect A Bougie, un terrain
domanial escarp6, d'une superficie de 536 metres
carries, situ6 dans la ville de Bougie, entire le chemin
de l'h6pital militaire et celui de Sidi-Yahia.
Aussit6t en possession de ce terrain, M. Cotusso
fit commencer les travaux de 'construction d'une
maison, et, au course de ces travaux, un ouvrier ter-
rassier mit a jour un vase en poterie contenant deux
bracelets de pied en or, et 327 pieces de monnaie
arabe, dgalement en or, en parfait Mtat de conserva-
tion. Certaines de ces pieces ont 21 millimetres de
diametre (voir figure I), et les autres 19 millimetres
(voir figure 2); les unes et les autres portent les m6-
mes inscriptions, sauf une legere difference don't il
sera parl6 plus loin.
Elles sont rondes, mais dans la circonf6rence de
chacune d'elles est inscrit un carr6 et dans ce carr6
figurent des inscriptions; d'autres inscriptions exis-
tent aussi dans les arcs de cercle forms par chaque
cotM du carre.







- 22 -


Les pieces de 21 millimetres portent (voir figure 1):
D'un c6te :
( Celui qui tient la main A l'execution des ordres de Dieu,
( le khalife Abou Mohamed Abd-el-Moumen ben Ali, prince
a des Croyants. a
Dans les arcs de cercle forms par le carre :
( Abou Abdallah Mohamed ben Ali, le prince eminent,
( le prince des Croyants. a
De l'autre c6te :
( Au nom de Dieu, le clement, le mis6ricordieux. Ii n'y
a a de Dieu que Dieu. Mohamed est l'envoye de Dieu. El-
( Madhi, pontife du people. )
Dans les arcs de cercle :
a II est votre Dieu, il est clement et mis6ricordieux; il
( n'y a de Dieu que lui; Dieu est unique. )
Dans le carr6 des pieces de 19 millimetres (voir
figure 2), on lit :
Sur une face :
a El Madhi, pontife du people, celui qui tient la main A
a P'ex6cution des ordres de Dieu. )
Et dans les arcs de cercle de cette face :
a Abou Mohamed Abd-el-Moumen ben Alia, prince des
( Croyants, louange A Dieu, maitre de 1'Univers. )
Sur l'autre face :
a Il n'y a de Dieu que Dieu; Mohamed est son prophbte. a
Et dans les arcs de cercle :
( Au nom de Dieu, le clement, le mis6ricordieux; que
( Dieu accord la b6nddiction et le salut & Mohamed, a sa
( sainte famille purifie. ))
Ces monnaies sont int6ressantes en ce qu'elles
nous rappellent une civilisation qui ne fut pas sans
quelque clat et parce qu'elles nous donnent le nom
d'un des princes Almoades qui ont regn6 a ((Bougie ))
alors capital de royaume.

























vom dfe Xeu ,e

clement /en rekrdr
W/ dO uco v ue
deU. /VAAmnd est

71/ /o/,*



7/ an n4ra op 0 eI


FIGURE 1


FIGURE I
(traduction)


FIGURE 2


FIGURE 2
(traduction)


(el/" gui teit
A m .m A /"/e -
ct^/on o'ea o/-<^vu
T~cufib fdff ^vf^/








- 23 -


Construite vers 1067 sur les ruines de l'ancienne
a Saldc ) par le prince hammadite En Nacer que
l'invasion arabe obligea d'abandonner la kalaa sa
capital, Bougie acquit sous ce prince et surtout sous
son successeur ( El Mansour ,, une veritable splen-
deur et une importance considerable, tant au point
de vue du commerce que comme entrep6t de pre-
mier ordre.
( El Mansour ) mourut en 1104; il fut remplac6
par son fils ( Badis n, qui ne r6gna qu'un an, et eut
lui-mime pour successeur son frere El Aziz. Ce
prince 6claire apporta tous ses soins b l'embellisse-
ment de sa capital; sa cour brilla du plus vif eclat,
et, nous dit E. Mercier dans son Histoire de l'A rique
septentrionale(1), il sut y attirer les savants de l'Afri-
que et ceux de l'Espagne.
Vers cette 6poque (2) vint & Bougie, apres avoir
prech6 sa doctrine h Tripoli, a El-Madhia et dans
plusieurs autres villes, un jeune berbere A l'imagina-
tion ardente, Mohamed ben Abdallah, plus connu
sous le nom d' ((Ibn Toumert 0, originaire de la tribu
de Hergha, fraction de Masmouda, du Grand Atlas,
qui, ayant perfectionn6 son instruction religieuse
dans les principles villes du Mag'hreb, puis h Cor-
doue, b Alexandrie, la Mekke et & M6dine, se crut
appel6e ramener la religion musulmane a sa purete
primitive et a fonder une nouvelle dynastie.
A Bougie, il s'eleva, comme il I'avait fait ailleurs,
a Tripoli notamment, centre les mceurs qu'il disait
entach6es d'idolAtrie, et osa critiquer les actes du


(1) Tome II, p. 58.
(2) 511 de 1'bhgire.









khalife El Aziz. Aussi celui-ci, fatigue de l'agitation
produite par ce fanatique qu'on d6signait sous le
nom de r 1giste de Sous, ) ordonna-t-il qu'il fut
arret6, malgr6 son caractere religieux; mais Ibn
Toumert, pr6venu a temps, prit la fuite.
A quelque distance de Bougie, a Mellala, petite
locality de la tribu Sanadjienne des Beni-Ouragol, il
il fut rejoint par un envoy des 6tudiants de Tlem-
cen, le nomm6 ( Abd-el-Moumen ben Ali el Koumi ,
qui l'invita b venir professor & Tlemcen. Trait6 d'here-
tique par les docteurs de cette ville, il continue son
chemin vers FBs, Meknes et Maroc (aujourd'hui
0 Merakesch ,); dans cette derniere ville, il adressa
de s6v6res reproches au khalife Almoravide qui pre-
sidait en personnel la priere.
Son renom devenant de jour en jour plus grand,
il prit le titre d'Iman ou chef de la religion et, un
peu plus tard, vers 1122 (1), celui d'El-Madhi. Ses
adherents se d6signerent sous le nom d'El-Mouha-
doun (2) ou (( A Imoades c'est-h-dire disciples de la
doctrine de l'unit6 de Dieu.
De nombreuses tribus de l'ouest s'6tant ranges
a sa cause, il se crut assez fort pour s'attaquer aux
princes Almoravides, mais il fut battu non loin de
Maroc (en 1127 ou 1128) par le khalife Ali ben
Youssef, malgr6 les prodiges de valeur de son dis-
ciple Abd-el-Moumen ben Ali. II ne put supporter
un pareil revers et il mourut quatre ans apres,
apres avoir d6sign6 pour lui succ6der Abd-el-Mou-
men ben Ali, son disciple favori.

(1) 515 de 'hegire.
(2) Ce nom est form de la mdme racine que celui d'un do sos ouvra-
ges, Mourchida (E. Mercier, Hist. de l'Afrique sept., tome 11, p. 69.


- 24 -






- 25 -


Celui-ci, d'une habilet6 et d'une prudence qui ne
se dementirent jamais au course des important
6v6nements de sa vie, donna un tel eclat a la
dynastie des "Almoades", qu'il peut en 6tre consi-
der6 comme le veritable fondateur. Plusieurs expe-
ditions qu'il entreprit au debut furent couronn6es de
succes et donnerent h son avbnement 1'aurdole de
la victoire; aussi, ses partisans devinrent-ils de jour
en jour plus nombreux et son nom fut-il accept com-
me celui du Maitre de I'avenir.
Apres avoir soumis les tribus des regions de
l'Atlas, Abd-el-Moumen se porta vers Tlemcen et
infligea une d6faite au Gouverneur de cette ville.
Peu apres, il s'empare de Maroc (1147) et soumit A
son autorite toutes les populations de l'ouest. A la
t6te d'une grande armee, il se dirigea alors vers
I'est, prit Alger et march sur Bougie oi regnait
Yahia, fils d'El Aziz, battit l'arm6e hammadite a
Oum-el-Halou, sur le versant meridional du Djur-
djura et s'empara de Bougie.
De 16, il envoya son fils Abdallah soumettre les
tribus de l'interieur; c'est au course de cette champagne
que "La Kalaa", emportde d'assaut, fut detruite par
les flames, ceux de ses habitants qui echapperent
b la mort furent disperses et une Colonie chretienne,
qui avait pu se maintenir jusque lA dans cette ville,
disparut a ce moment.
En apprenant la nouvelle de la prise de "La Kalaa",
Yahia fit sa soumission i Abd-el-Moumen qui l'ac-
cueillit avec bienveillance, le traita avec honneur et
l'interna i Maroc.
Ainsi finit le royaume hammadite, si puissant
encore quelques ann6es auparavant.


Unr4t>sb of Flaridn Librrir7







- 26 -


Satisfait des magnifiques r6sultats qu'il avait
obtenus, Abd-el-Moumen, qui porta b son apogee la
puissance berbere, rentra i Maroc vers la fin de
1152 () apres avoir ajoute A ses Etats tous les terri-
toires conquis. Son empire s'6tendait de 1'Atlantique
jusqu'h 1'Egypte; il le divisa en plusieurs grands
commandments qu'il confia b ses fils. Dans ce par-
tage, Bougie echut h Sid Abou Mohamed.
Abd-el-Moumen mourut en 1163. (2) Les historians
de 1'epoque nous apprennent qu'il avait adopt pour
sa monnaie la forme carrie afin de la distinguer de
celle des Almoravides qui 6tait ronde. On a trouv6
et on trouve encore, en effet, dans la region de
Bougie notamment, des pieces de monnaie carries
portant la suscription du Madhi.
Les pieces de monnaie qui nous occupent sont de
son fils Mohamed h qui avait W6t donn6 le royaume
de Bougie; ce prince, sans abandonner la distinction
6tablie par son pere, revint a la forme ronde; il re-
pr6senta seulement un carr6 sur ces pieces.
Nous voyons, par l'inscription mise sur ces mon-
naies, que Abd el-Moumen avait ajoute a son titre de
Madhi, celui d'Iman ou pontife du people et celui de
Prince des Croyants, auquel, d'apres les historians
de 1'6poque, il n'avait pas droit, ce titre ne devant et
ne pouvant 6tre port que par les khalifes d'Orient,
successeurs spirituels du prophbte Mahomet (3).

(1) 547 de l'hDgire.
(2) 558 de l'hdgire.
(3) C.s kalifes se divisent seulement en quatre categories : 1 les quatre
kalifes dits Rachedine (orthodoxes) contemporains du Proph6te; 2 ]es
kalifes de la dynastie des Omniades, fondue par Mosvia; 30 les kalifes de
la dynastie des Abassides, fondue par Abbas, cousin du Proph6te; 40 les
kalifes de la dynasties des Osmanlis (Tures), fondue par Otsman Seldjan-
cide, don't le sultan actuel de Constantinople est le successeur spiritual
et d6tient, en cette quality, le Drapeau vert du Proph6te.











27 -

Ii est h remarquer que les plus grandes de ces
pieces portent, dans 1'arc de cercle de gauche, en
outre du nom de Mohamed, celui d'Abou Abdallah.
D'apres les dires de musulmans 6rudits, Abou
Abdallah est un surnom honorifique qui s'ajoute
souvent a celui de Mohamed; ces deux noms ne
designent, par suite, qu'une seule et meme personnel.
L'empire Almoade, fractionn6 et d6sagrege apris
la mort d'Ab-el-Moumen, se maintint cependant pen-
dant pros d'un siecle, mais sa puissance ne cessa
pas de decroitre et Bougie, qui n'6tait plus capital
de royaume, perdit peu a peu de son importance.


J. MAGUELONNE.












N OTI EE


SUR

UN TOMBEAU
a BOUGIE (Alg6rie)

PAR
A. DEBRUGE,
Correspondent du Ministire e l'Instruction publique






En 1904, nous avons donned dans le Bulletin de la
Socidtd archdologique de Sousse (1), la description d'un
curieux tombeau presum6 phdnicien, que nous avions
decouvert dans les environs de Bougie, non loin du
fort Clauzel. Depuis, dans nos autres recherches,
nous avons eu l'occasion de rencontrer un second
tombeau, lequel, malgr6 sa plus grande simplicity,
pourrait bien 6tre rapport I la meme epoque d'occu-
pation du littoral de l'Afrique du Nord.
Lorsqu'on sort de Bougie par la porte de Sidi-
Touati, pregnant le chemin etabli par le Genie pour
desservir les diff6rents fortins du nord-ouest, un peu
plus loin que le ravin profound traversant le cime-
tiere indigene et descendant vers le Camp-Inferieur,

(1) Annde 1904, deuxieme annie, deuxieme semestre, no 4.







- 30 -
n


et & un kilometre tout au plus de la porte de sortie
de la ville, on trouve un raccourci, lequel evite la
longue courbe de la route; tournant presque imme-
diatement a droite, on prend un sentier conduisant
au marabout de Sidi-Abderrahman. Apres avoir
pass le marabout et A une cinquantaine de metres
plus loin, existe un 6norme rocher de calcaire bleu,
ne paraissant pas 6tre un affleurement le sol na-
turel est le schiste en disagr6gation mais bien un
6boulement descendu de plus haut, des massifs du
Gourraya, lors des convulsions geologiques du sol.
Ce rocher, qui measure 3 metres de facade et 4m50
environ dans sa plus 'grande larger, s'enfonce,
semble-t il, vers la droite, assez profond6ment en
terre. Un emplacement longitudinal a tout d'abord
et6 soigneusement choisi et aplani, puis sur la sur-
face horizontal obtenue, on a creus6 dans le roc
meme un veritable sarcophage.
La forme rectangulaire allongee aux coins arron-
dis lui donne un certain cachet d'6elgance longtemps
adopt et la regularity en est pour ainsi dire parfaite.
On s'est, semble-t-il, pr6occup6 de ne goner en au-
cune facon le corps & y d6poser, car les dimensions
sont assez spacieuses, et il measure exactement 2m10
de longueur, 0m50 du c6t6 de la tete et seulement
Om45 aux pieds.
Ayant du quitter Bougie ihopinement, nous n'avions
pas eu le temps d'en faire prendre de photographies,
mais grace au concours devou6 d'un obligeant ami
que nous remercions, nous pouvons offrir deux vues
de ce curieux tombeau; la chose, toutefois, n'a pas
6te des plus facile, vu le manque de point d'appui
par suite de la declivit6 du sol.


































FIG. I. TOMBEAU VU DE COTE


FIG. II. TOMBEAU VU DE FACE ET MONTRANT L'ENTAILLE
DESTINEE A RECEVOIR UN COUVERCLE.







- 31


L'orientation est franchement la tete a l'est et les
pieds 6 l'ouest.
La parties droite du roc a 6et entaill6e assez pro-
fond6ment, de facon h pouvoir y enclaver un cou-
vercle paraissant avoir eu une quinzaine de centime-
tres d'6paisseur. Sur la p6riph6rie de l'ouverture du
s6pulcre, on constate encore une amorce de repos,
et il devait suffire de placer le couvercle, c6t6 des
pieds, sur le plan horizontal, puis de le pousser vers
l'enclave de la tite. A gauche, cot6 du vide, on re-
marque une petite mortaise, laquelle pourrait bien
avoir servi & recevoir une bride de fermeture, car
presque en regard et h l'oppos6, on en trouve une
second, tres allong6e, de 0'"10 de creux et parais-
sant avoir beaucoup d'affinit6 avec la premiere.
Le travail a 6t6 effectu6 a la pointe, taille paral-
lele; tandis que sur la surface, par suite du ruissel-
lement des eaux pluviales, on relieve a peine les traces
de I'outil don't on s'est servi, a l'interieur du sarco-
phage elles sont encore tres apparentes. Il existe 1&
une tres grande analogie avec le system adopt et
signaled au course de notre notice sur le tombeau
pr6sum6 ph6nicien de Clauzel.
Nous avons soigneuserent explore tous les alen-
tours de ce monument, esp6rant en rencontrer d'au-
tres, mais Ca 6te en vain. Interrog6s sur ce tombeau,
situ6 tres a proximity d'un cimetiere musulman et
d'un marabout, des indigenes nous ont simplement
r6pondu : (a, c'est le bassin! et de suite nous
en avons pu conclure que, de s6pulture qu'elle etait,
notre cavity, devant conserver assez longtemps l'eau
de pluie, servait comme affectation pr6sente, aux
pelerins du marabout pour leurs ablutions.










32 -

Quoiqu'il en soit, nous avons cru, bien que sor-
tant de nos attributions de prehistorien, faire chose
utile en signalant cet int6ressant vestige du passe,
rencontr6 au course de nos recherches.












LES OXIES ROMAINEIS

DE LA REGION DE 1STIF







AVANT-PROPOS



Sitifis 6taitcomme le pivot central de la Maur6tanie Siti-
fienne, autour duquel rayonnaient en grand nombre les
routes et les chemins plus ou moins important des-
tin6s, celles-lk A relier la grande cit6 avec les capitals et
les principles villes des provinces voisines, ceux-ci 6 la
mettre facilement en contact avec les diff6rentes agglom6-
rations soumises & son administration immediate. D'autres
voies unissaient, en outre, ces centres secondaires entire eux
et ceux-ci soit aux postes fortifies construits sur la frontiere
m6me ou aux points strat6giques de l'int6rieur, soit aux
exploitations rurales 6parses sur toute l'6tendue du territoire.
Nous ne saurions mieux compare ce r6seau considerable
de voies de communication qu'b un immense filet aux
mailles serr6es ou, mieux encore, a une gigantesque toile
d'araign6e aux multiples fils, les uns partant d'un centre'
unique, les autres se d6roulant en spirale pour recouper les
premiers de distance en distance.
On s'imagine trop souvent que toutes les voices romaines
6taient, comme la Voie Appienne, de belles routes parfai-
tement traces, rectilignes et bien dall6es, ou tout au moins








- 34 -


empierr6es. C'est l unc exag6ration don't il faut 6videmment
rabattre; les Romains ont g6n6ralement utilis6 le terrain
tel qu'ils le rencontraient. Voyons a ce propos comment,
par example, M. Alfred Maury, dans la Revue des Deux
Mondes, de 1866, s'exprimait au sujet de leurs chemins
publics :
a La plupart des voices, expliquait-il, avait une desti-
nation aVant tout strat6gique; elles facilitaient la march
des armies et le transport des approvisionnements...
a ... Toutes n'avaient pas une gale importance; et de
meme qu'aujourd'hui on distingue plusieurs classes de
routes, il y avait chez les Romains, outre des voies princi-
pales, des embranchements menant B des voies secondaires
(diverticula), des voies de traverse (compendium) qui per-
mettaient d'abr6ger la route, presque toujours un peu plus
longue par les grandes voies, ktablies originairement dans
les parties les plus ouvertes et les plus accessibles... )
L'iter 6tait le chemin natural a demeur6 en usage aprbs
l'etablissement des voies soit pour l'exploitation des champs
soit pour le service des petites localit6s sans grande impor-
tance et sans grand commerce. Ces iter, fort analogues a ce
qu'ont 6t6 longtemps nos chemins vicinaux, servaient b
la fois de route et de frontibre entire les territoires des diverse
tribus. Beaucoup n'avaient t6e & l'origine que de simples
passages (actus) qui, a force d'6tre battus et suivis, prirent
l'aspect de v6ritables chemins-
Enfin, les investigations de M. Matty de Latour prou-
vent que les Romains n'avaient pas, a beaucoup pres,
6t6 aussi esclaves de la ligne droite qu'on 6tait enclin a le
supposed. L'ing6nieur franeais a reconnu, dans les voies
de la Gaule, des deviations d6fectueuses et des courbes qu'il
eut 6t6 facile d'6viter.
Nous pensions, en r6sum6, que le genre de vie et les
conditions d'existence des populations africaines de l'6poque
romaine 6tant vraisemblablement les m6mes que ceux des








- 35 -


indigenes alg6riens de nos jours, on peut hardiment compa-
rer 'lter au simple trik arabe, le compendium aux che-
mins muletiers et aux pistes des colons, le diverliculum
aux chemins du G6nie" et A nos chemins ruraux, la via
et la strata au trik el beylik ", c'est-A-dire respectivement
A nos chemins vicinaux et A nos routes d6partemnentales et
nationals.
Ayant longuement et attentivement battu toute la region
de SBtif, nous croyons 6tre A m6me, aujourd'hui, de pouvoir
indiquer les tracks des principaux itin6raires partant de
l'ancienne Sitifis ou sillonnant son territoire.
Afin d'obtenir un travail complete, sans cependant par trop
surcharger le texte, nous nous contenterons de nommer les
localit6s et d'indiquer sommairement les ruines, bornes ou
documents quelconques deja signals qui jalonnent ces iti-
n6raires, en renvoyant pour les details le lecteur, au moyen
de notes, aux diff6rents volumes du Recueil des Notices et
' Memoires de la Socidtd archdologique de Constantine.
Nous commencerons notre 6tude par la route national
de Setif A Constantine afin qu'on puisse nous suivre plus
facilement.
Nous pensions, pour le dire tout de suite, que les chemins
du G6nie doivent 6tre le plus souvent les anciennes voices
romaines. En effet, quand nos troupes ont commence a par-
courir le pays, elles ont do songer a emprunter aux indi-
genes les chemins en usage; or, les Turcs aussi bien que
les Arabes 6taient trop paresseux et trop maladroits pour
avoir cr66 autre chose que des sentiers: ils avaient trouv6,
en s'implantant dans le pays, les voies qu'y avaient autrefois
construites les Romains et don't la plupart subsistaient en-
core, bien dtderiordes il est vrai, car les Vandales, durant
leur occupation, n'avaient eu cure de les entretenir et avaient
do se contenter de les maintenir A peu prbs praticables. -
Cela est si vrai que la plus grande parties des bornes retrou-
v6es jalonnent les chemins du G6nie ou les routes turques
qui, d'ailleurs, se confondent presque toujours.









- 36 -


Nous avonsltenu & faire cette remarque au d6but afin
d'attirer plus particulierement attention sur ces chemins
si interessants au point de vue de l'histoire de l'Alg6rie.



Nous avons divis6 notre travail en quatre parties, aux-
quelles nous avons donn6 les noms de :
10 Secteur du nord est, compris entire la route national
de S6tif a Constantine et la route d6partementale de S6tif
a Sillegue;
20 Secteur du nord, compris entire cette route et celle
d'Ain Abessa et comprenant la route de Bougie;
30 Secteur du nord-ouest, compris entire cette derniere
route et la route national de Sdtif b Alger (no 5);
40 Sectour du sud, comprenant tout le territoire au sud de
la route national.
Les trois premiers secteurs embrassant une region monta-
gneuse tres accident6e, l'6tude de chacun d'eux nous a
donn6 plus de mal quo celle du secteur no 4.
Grace aux points de repere fournis par les grandes artrres
modernes il sera facile, avec notre division, de retrouver
sur la carte les diff6rents itineraires quo nous d6crirons
successivement.
Quant aux itindraires de recoupement, on congoit que
leur description nous entrainerait trop loin. Nous les sup
primerors done, engageant le lecteur a les tudier au moyen
de la carte et des tracks d6crits dans les quatre parties de
notre travail. Nous ne les suivrons que tres exceptionnel
element et quand il y aura n6cessit6 de le faire.










SEOTEUR NORD-EST


ixR ITINtRAIRE
Route national de Setif a Constantine (no 5)





A la ( porte de Constantine ), et a quelques metres
en dehors du mur d'enceinte, des travaux avaient mis
a d6couvert, peu de temps avant notre arrive, un
caisson fun6raire de grande dimension que nous
avons fait transporter au jardin d'Orl6ans et que nous
avons signal dans le volume xxxiv (page 275) du
Recueil de notre Soci6te.
Un peu plus loin, dans le cimetiere chr6tien (que
les Arabes d6signent sous le nom de El-Esnam, les
Idoles ,, ou encore : mekmen soua'hba, a lieu o1 on
cache les colonnes (1) a), les fossoyeurs ont d6t6r6
plusieurs sarcophages monolithes don't nous avons
reproduit quelques types dans le vol. xxxv (p. 118).
Des sarcophages ont 6galement e6t trouves au Fau-
bourg de la gare et nous avons pu nous assurer, en
fouillant 'un d'eux encore en place, qu'ils contenaient
des squelettes humans (meme vol., p. 115).
Il y avait done de ce c6td une vaste n6cropole qui
occupait toute cette parties du faubourg extBrieur de

(I) Parce que c'est li que les Romains, obliges de fuir devant les enva-
hisseurs, avaieut enfoui leurs plus belles colonnes.






- 38 -


Sitifis; et comme l'usage, dans l'antiquit6, etait de
placer les cimetieres auprbs des grandes routes, nous
pouvons en conclure que, pros de la Porte de Constan-
tine, devait partir une grande voie se dirigeant a l'est
et suivant a peu pres le trace de la route national
actuelle, du moins b ses debuts.
A 6 kil. 1/2, en ligne droite de Setif et & 1 kil. nord
de la route, est la ruine de Bir-en-Nsa, don't nous
reparlerons plus tard.
A 8 kil. est la Fontaine Romaine, au pied du c6teau
d'Ain-Temouchent ou du Tlegraphe. Nous y re-
marquons une citerne restaur6e par le Genie et les
ruines d'un grand 6tablissement. Il y a ete trouv :
1t une borne milliaire (vol. xvi, p. 386), no 28, qui nous
confirm dans l'opinion par nous d6jb avanc6e que
nous sommes bien sur le trac6 d'une voie; 2 une
inscription (decrite par Renier, p. 397, n" 3327) ; un
sarcophage monolithe, un d6 d'autel, une colonne
hexagonale portant le monogramme chretien, une
base de colonne avec moulures, une colonne engagee,
une autre colonne assez grossiere (ces trois pieces en
calcaire gris bleute), deux pierres portant un christme
et que nous n'avons pas retrouvees, un cippe a trois
tableaux (vol. xxx, p. 233).
Quelques centaines de metres plus loin, et au sud
de la route, il y a la ruine assez interessante de Bir-
Babouche oui nous signalerons une s6rie de pierres
de taille en forme d'arceaux bas et 6pais.
Apris le t&lographe d'Arair (cote 1050) vient la
ferme Cruchon, au bord d'un petit course d'eau appel6
Oued-Safia et a l'entree de la plaine des Eulmas ou
de Saint-Arnaud. Ici, devait finir le territoire de Sitifis
et commencer celui de Cirta, s6pares par 1'Oued-Berda







- 39 -


et par l'Oued-Deheb au nord et par l'Oued-Sarek ou
Ourair (Arair) au sud.
La ferme est au kil. 109, soit a 8 kilometres de Saint-
Arnaud. Nous y avons vu un sarcophage monolithe
apporte par les indigenes d'une petite ruine voisine.
M. Cruchon nous a dit qu'il contenait encore des
ossements quand il lui fut amene, qu'il etait alors
pourvu de son couvercle et qu'il 6tait perc6 d'un trou
vers le milieu, au fond (vol. xxxv, p. 118). Dans le
jardin, nous avons encore vu deux pommes de pin en
pierre et, dans l'interieur de l'habitation, plusieurs
inscriptions (Renier, p. 415, no 349i ; notre Recueil,
vol. xxxiv, p. 271 et suiv.).
A partir de Saint-Arnaud, nous avons cesse de
suivre la voie, cette parties etant hors de notre zone.
A 700 metres au nord du pont, qui se trouve
a peu pres au kilometre 6 de la route de Setif a
Constantine, est un puits a debit tres variable, connu
sous le nom de o Bir-en-Nessa ) (puits des femmes),
appartenant a la Compagnie Genevoise et qui parait
recevoir ses eaux d'Ain-Regada,-- situe dans le pro-
longement du rnme vallonnement et la tete de
la depression de terrain qui donne naissance h ce
ruisseau.
En 1876, M. Bosquillon de Frencheville, alors
directeur de la Compagnie Genevoise, faisait executer
des travaux afin de d6couvrir la source qu'il suppo-
sait avoir autrefois alimente cette parties de ses ter-
rains. Ses ouvriers rencontrerent bient6t toute une
serie de constructions romaines, qu'ils furent dans
la necessity de detruire pour pratiquer leur canal
d'ecoulement; sous la mosaique, en cubes grossiers,
qui format le plancher des chambres, ils trouverent







- 40 -


alors une couche de terre meuble qui 6tait melee de
cendre, de coquilles d'escargots et de milliers d'6clats
de silex noir.
M. de Frencheville, aussit6t avise, recueillit en tres
peu de temps une grande quantity d'outils en silex
don't nous n'avons pu savoir la fin. Mais nous devons
reconnaitre qu'il songea immediatement a signaler
sa decouverte 6 la Societd archeologique de Constantine,
laquelle la mentionna dans son xvmin vol. (1878),
p. 569, et publia un article sign Westerveller dans
le vol. xix, p. 309.
Personnellement, nous avons reuni une assez belle
collection des silex de Bir-en-Nessa, don't plusieurs
types ont Mt6 reproduits dans le vol. xxxv (1901),
p. 103 a 105.
Nous pouvons 6galement signaler la petite ruine
romaine qui occupe un leger monticule ) l'ouest du
puits et ofi nous avons rencontree une base de co-
lonne engagee et un chapiteau de mediocre facture.


2" ITINERAIRE
Route turque par Ain-Agram

Cet itineraire emprunte le trace precedent jusqu'aux
environs de Bir-el-Babouche (kil. 10 + 200 le quite
au moment oi il va s'inflechir legerement au sud et
incline au contraire un peu vers le nord pour couper
d'abord la pointe montagneuse des Ouled-Sabor, puis
la plaine des Eulmas dans la parties oh elle s'enfonce
comme un coin dans la montagne. II laisse ensuite
au nord le chemin de grande communication d'Ain-
el-Bey a Ain-Tolba et court desormais franchement








- 41 -


a l'est, oi on peut facilement le suivre, jalonne qu'il
est par de nombreuses ruines romaines.
Ce chemin suivait une depression facile form6e
entire deux lignes de collins de faible altitude et il
ne rencontrait aucun accident de terrain n6cessitant
des travaux d'art. En outre, il coupait de nombreux
ruisseaux don't les course alimentaient les 6tablisse-
ments sis en aval et don't les sources 6taient utilisees
par ceux bAtis dans leur voisinage, alors que la route
national no 5 est completement d6pourvue d'eau. On
comprend done pourquoi les Turcs I'avaient conserve
et aussi pourquoi on y relive beaucoup plus de rui-
nes que tout le long de l'itin6raire no 1.
A 800 metres de l'embranchement, c'est d'abord
une construction du type dit berbere c'est-h-dire
en blocs non jointoyds a 50 metres en avant d'un
dos d'ane, et i 400 metres au nord (dans l'int6rieur
des terres); puis une autre du m6me genre, et enfin
une troisieme B 300 metres encore plus loin.
A llkilometres '/s de Setif (6 800 metres du premier
dos d'ane) est un second relief ofi passait assure-
ment la voie romaine I'iter, si on veut car on
y voit encore trois troncons d'un milliaire cylindrique
don't I'inscription est fruste, sans doute le viie, et
une mortaise destinee a asseoir cette borne.
Tout aupris, deux tombeaux du type dit herbere
(vol. xxxiv, p. 126, tableau II).
La voie descend alors dans une large et fertile
vallee, longue de 2"800, et formant un vaste demi-
cercle ferm6 au sud par le Draa-Requina. Au pied
des dernieres ondulations de ce draa ou colline, et
gardant un point d'eau, trois tombes berberes sur la
route (mime reference) : c'est Bir-bou-Cherb.







- 42 -


Sur le sommet du Draa-Requina, traces de trois
tombes berberes, de l'emplacement desquelles onpeut
voir Djebel-Youssef. A 1 kilometre plus 6 I'est, sur
une autre colline, traces de constructions berberes
don't les pierres ont servi &a difier une modest
m'zara a Sidi-Hamla.
La vall6e traversee, la voie s'6levait en pente douce
et rencontrait un poste avanc6, puis atteignait, 500
metres plus loin, I'importante bourgade d'Ain-Agram
(aussi appel6e Kherbet-Gharem).
Celle-ci se composait de quatre agglomerations
distinctes, reparties sur le flanc des hauteurs qui
entourent la tete de la rivibre et les jardins que celle-ci
arrose. Trois de ces groups occupaient les d6bou-
ch6s de trois vallons, tandis que le quatrieme s'eta-
geait sur le flanc de la colline dominant la source, a
gauche du chemin. Tous ces faubourgs ou quarters
se surveillaient et se flanquaient mutuellement et
etaient r6unis par quelques constructions isoldes.
Une sorte de fort defendait le quarter le plus rmri-
dional : il avait 50 & 55 metres de c6t6 et poss6dait
une porte ouverte b l'est de 3m10 d'ouverture (5m60
d'apres les donnees du cheikh).
Au-delh d'Ain-Agram, la voie s'engageait dans un
massif de plus en plus tourment6 et suivait une gorge
oi il eut 6t6 difficile de cr6er des cultures et de batir.
A Ain-Somra (600 metres d'Ain-Agram), la route
turque franchit un reste de mur que domine, sur un
mamelon voisin, une sorte de vedette surveillant la
vallee de Ben Zerer.
A partir de lh, la route se confond avec celle de
l'itin6raire n0 3, que nous allons parcourir.








- 43 -


A l'6poque romaine, il est probable que la voie, au
lieu de remonter par Ain-Somra, s'inclinait au sud-
est pour passer par Sidi-Abderrhaim, oif sont des
ruines importantes passablement conserves.
C'est l que se trouvent les souterrains que nous
avons decrits dans le vol. xxxim (1899) et que fut
trouvde l'inscription BVITA, n' 3494 de Renier,
p 415. M Giraud, proprietaire des ruines, y a aussi
trouve un petit vase en terre que nous avons vu a
Setif et que nous croons 6tre une lampe.
Cette ruine romaine est h 1,500 metres au nord de
la ferme Cruchon et sur le bord de I'Oued-Abder-
rhaim qui arrose de petits jardins. Elle occupe un
petit plateau et deux mamelons formant les trois
points d'un triangle a b x :
a) est la ruine la plus important et semble avoir
ot6 une sorte de redoute bastionnee recoupde par un
grand mur et ayant renferm6 de petits batiments.
C'est au sud que s'ouvrait le souterrain, profound de
4 a 5 metres.
A 1 kilomitre h l'ouest de Kherbet-Abderrhaim et
i 1 kilometre de la ferme Cruchon, nous mentionne-
rons une carri6re romaine abandonn6e en pleine
exploitation. On y volt des blocs de pierre detaches
d'une state geologique, disparue pour ce motif sur
une longueur d'environ 15 metres et qu'on avait
commence a faconner sur place. Il y a notamment
une colonne et des blocs de grand appareil.
Ce group est interessant tant par son emplacement
agricole bien choisi que par sa situation entire la
plaine et la montagne et par sa position i cheval sur
plusieurs chemins venant du sud au nord et de l'est
a l'ouest. 11 avait une vue 6tendue sur le Brao, le






- 44 -


Djebel-Youssef, les lacs, les montagnes de Batna, le
massif de Djemila, le territoire des Ouled-ben-Nacer
et celui des Ouled-Sabor.
b) sur un mamelon, a 60 metres au nord de a,
se trouvent un angle de mur et des pierres de
taille 6parses sur une surface de 200 metres carries
don'tt un seuil et une auge brisee).
x) a 200 metres est, nord-est de a, monte un grand
mur long de 75 pas et qui parait avoir appartenu A
une enceinte ayant entourd tout le mamelon.


ITINtRAIRES 3, 4 ET 5
(Ces trois itindraires sont communs jusqu'a Ain-Regada)
Chemin du Genie par Ain-Mouss

SCe chemin traverse le champ de manceuvre devant
le Pare B fourrages, passe au pied des vignobles de
la ferme Pradeille, rejoint la route de SillBgue et
pique droit a I'est a travers les terres, b partir d'Ain-
Mouss (3"700 de la ville en ligne directed, 4'500 par la
route).
Aupres d'Ain-Mouss, sur un tertre, 6tait une
construction don't il ne reste plus que quelques
pierres.
Apres avoir depass6 d'environ 400 metres les ba-
raques dites des Deux Maltais ), on voit, h une
trentaine de metres au nord de la piste, les mortaises
de trois milliaires en parties engagees dans les labours.
Leur encastrement a Wt6 fait pour des colonnes cylin-
driques, don't deux d'entre elles, du reste, renferment
encore des troncons. Leurs measures nous ont donn6:
diametre exterieur, 0m94, 0m95'; diametre int6rieur,
0m41, 0m58; hauteur, Om50, 0m49.






- 45 -


A Ain-Regada, les ruines romaines abondent. Elles
constituent deux groupements distincts don't nous
allons parler successivement.
Le premier est celui qui entoure le bordj de la
Compagnie Genevoise et que traverse le chemin du
Genie. II comprend, d'abord, sur le talus qui domine
la piste a l'ouest de la ferme, les vestiges de trois
tombeaux en pierres de taille ras6s jusqu'A terre et
que nous d6signerons par les lettres A, B et C.
Le tombeau A, orient nord nord-est, sud-sud-
ouest, et de 6m75 de cot6; renfermait un sarcophage
en pierre don't les deux morceaux gisent aupres du
chemin.
Le tombeau B, a 40 metres plus a l'est que le pre-
cedent faisait face au nord-est et 6tait & 25 ou 30
metres de la piste.
Le tombeau C, du cot6 oppose de la route, est sur
un 6peron; il 6tait orient nord-sud, est-ouest. Les
dimensions de B, C 6taient a peu pres les mimes que
celles de A.
Puisque nous en sommes aux tombes, disons tout
de suite qu'il existe entire les s6pultures monumen-
tales A, B, C et la ruine III don't nous allons parler,
dans une butte avoisinant le chemin, une ligne de
sarcophages en pierres reposant, au dire des indi-
genes, sur des tuiles, tous orients est-ouest et
enfermes dans une enceinte en pierres de taille. Ces
sarcophages monolithes ont 6t6 pour la plupart
d6gag6s et transports aupres du puits pour y servir
d'auge a abreuver les bestiaux. Nous avons pu nous
assurer, cependant, qu'il y en avait d'autres encore
en place (entendu Ferhat ben Said).






- 46 -


Passons maintenant aux ruines proprement dites:
4er group, ruine romaine no 1. Elle occupe, a
200 metres du bordj, le sommet de la hauteur limi-
tant le col du c6t6 sud et s'4tend sur le versant sud-
est jusque proche la ferme de Ferhat, plus haut
nomm6. Sa superficie est d'environ 1 hectare et demi,
mais elle est sans interit.
Ruine romaine no 2. A 250 metres de la prec6-
dente et B 150 metres du bordj; elle occupe la parties
orientale de la hauteur formant le nord du col. Sa
surface est d'un demi-hectare et elle a Mt6 exploited
par la Compagnie qui en a extrait beaucoup de pierres.
Ruine romaine no 3. C'est la moins mal conser-
vee et les pierres de taille y sont nombreuses. Elle
occupe le milieu du col, sur le versant est, borde le
chemin et s'6tend jusqu'auqres du bordj. Sa forme
est celle d'un paralllogramme de 70 metres sur 55,
qui en renferme un autre plus petit. A l'exterieur,
un mur maqonne tres oblique coupe la piste et dis-
parait dans une butte au-dessous de la ruine ro-
maine no 2.
Ruine romaine no 4. Celle-ci est exactement
derriere le bordj. Tres d6vastee aussi, elle comprend
cependant beaucoup de pierres de grand appareil
formant encore des alignements.
Dans aucune de ces quatre ruines nous n'avons
trouv6 ni colonne, ni inscription, ni sculpture.
Ruirre romaine n' 5. En parties sur la pente sud-
ouest de la colline dominant le bordj du nord-est, a
300 metres de distance; elle occupe un demi-hectare
et comprend une grande quantity de pierre de taille,
don't deux en biseau. On.jouit, de cette ruine, d'une






- 47 -


vue plus 6tendue que des quatre autres, notamment
sur le Brao, le Tl16graphe et le Djebel-Youssef.
Milliaires. Nous avons vu deux mortaises de
bornes cylindriques i 20 metres au nord de la piste,
au-dessous du tombeau III. L'une d'elles s'est cassee
sur place quand les indigenes ont voulu l'enlever;
I'autre a roul6 sur le chemin et s'y est bris6e. Elles
mesuraient: diametre ext6rieur, 0"91 et Om92; dia-
metre int6rieur : m049 et 0m45; hauteur: 0m60 et 0"36;
sauf pour les hauteurs, ces chiffres se rapprochent
de ceux que nous ont donn6 les mortaises d'Ain-
Mouss.
La distance de Setif A l'emplacement of 6laient
ces bornes 6tant de 6 kilometres et la distance du
point de gisement des mortaises d'Ain-Mouss de
1,500 metres environ, nous pouvons deduire que
nous avons lb les restes des bornes du IVe mille.
Or, nous trouvons dans le vol. x de la Soci6te,
p. 88-S9, n 105, la lecture d'une borne milliaire
trouv6e b l'Oued-Deb, a 5k925 de Setif, sur la route
de cette ville B Constantine et portant le chiffre IIII. II
s'agit bien de la borne de nos mortaises, 6rig6e lb
sous le regne de Julien l'Apostat.
Non loin du bordj est un puits d'origine romaine
au fond duquel, d'apres la tradition, on aurait trouv6
une petite jarre renfermant plusieurs poigndes de
menue monnaie tres oxyd6e et une dalle perc6e d'un
trou par lequel sourdait une source. Disons en pas-
sant que la traduction du nom Ain-Regada est litte-
ralement Source qui dort ", c'est-6-dire source
intermittent.
Dans la ruine romaine no 4 a te6 trouv6 un moyen






- 48 -


bronze en tres bel etat, a l'effigie de Crispina Augusta
et qui figure dans notre medailler.

Inscriptions Nous n'en avons trouv6 qu'une,
portant les lettres INTAFN et publiee dans le vol. xxx,
p. 232.
2e group. A 900 ou 1,000 metres h l'est du bordj
de la Compagnie et & 100 ou 150 metres au sud de
la piste est un group de trois ruines romaines.
Ruine romaine no 6. C'est une sorte de blockhaus
en pierres de taille, aujourd'hui ras6, qui occupe
l'extr6mit6 nord d'un mamelon isole. II a une dizaine
de pas sur chaque face et est orient nord-nord-est
sud-sud-ouest.
Ruine romaine no 7. A quelque 100 ou 125 mb-
tres sud de la ruine romaine no 6 et sur le meme
mamelon est une agglomeration 6tendue pr6sentant
de nombreux alignements, des traces de murs et des
milliers de pierres de grand appareil et oii abondent
les tessons et les debris de tuiles. Nous n'y avons
cependant trouv6 ni colonne, ni pierre sculptee. Elle
occupe environ 2 hectares.
Ruine romaine no 8. Celle-ci est la plus impor-
tante Nous l'avons decrite dans le vol. xxxii (1899),
p. 282. II y avait l1 autre chose qu'une simple exploi-
tation rurale; c'6tait ce que nous pourrions appeler
un bordj, c'est-h-dire un point de resistance oii ve-
naient se grouper les colons en cas d'insurrection,
ou un burg qu'occupaient les services de la colonisa-
tion romaine. Ce reduit measure 92m sur 25.
A l'exterieur de la ruine romaine 8 existaient plu-
sieurs petits edifices qui reliaient en quelque sorte







- 49 -


la forteresse avec le bourg. Dans l'un d'eux, nous
avons trouv6 une colonne engagee. Entre les ruines
romaines 6 et 7, le sol est jonch6 de pierres.
A environ 1,000 metres du bordj de la Compagnie
et apres l'Oued-bou-Chama et un autre ravin, A 150
metres au sud de la piste, on remarque un tertre
isole au milieu des labours. Ce monticule porte un
mur circulaire de 9 metres de diametre qui semble
avoir eu deux assises au moins et qui est rempli de
pierres amoncel6es a l'interieur : ce doit 6tre ce qui
reste d'un grand tombeau berbere du genre Medracen.
Quelques blocs disperses sur la pente nord du tertre
feraient penser h une all6e de dolmen. 11 y aurait lieu
de sender le soubassement de cette ruine; il renferme
peut-6tre une s6pulture int6ressante.
De cette eminence, on peut voir le Bou-Thaleb et
le Djebel-Youssef et communiquer avec le marabout
de Si-Hammoud.
A partir d'Ain-Regada, on peut suivre trois itine-
raires que nous allons decrire successivement.

Itin6raire par Guelt-Zerga

Tout de suite, apres le bordj de la Compagnie Gene-
voise, un chemin arabe se d6tache 6 droite de la
route du Genie, traverse l'Oued-bou-Chama, laisse 6
gauche le second itineraire par Bou-Djemeline, fran-
chit l'Oued-bou-Guezine et s'inflechit tres legerement
vers l'est-sud-est. C'est, en quelque sorte, la conti-
nuation du trace col de Takouka (chemin de grande
communication), Kef-el-Guelil, piste de Sidi-Lhassen,
mechta Ech-Chiahia, avec prolongement sur Saint-
Arnaud.







- 50 -


Nous noterons, tout d'abord, les ruines de type
berbere de la. mechta Souissi, non figure sur la
carte d'Etat-Major au 1/50,000" et que nous plagons
h 1 kil. '/2 sud-est d'Ain-Regada don'tt nous les
consid6rons comme une d6pendance). Elles sont en
aval du trik Ain-Regada-Ouled-Sabor et des ruines
romaines de la mechta Dellali, sans que nous puis-
sions en pr6ciser davantage l'emplacement, la carte
pr6citee n'6tant pas encore levee quand nous les
avons reconnues.
Ces ruines occupent les deux pentes d'un ravin en
pleine montagne et qui 6tait aliment6 par les eaux
d'une source sourdant au pied d'un arbre bien connu
des bergers. Tant qu'il y eut de l'eau, les indigenes
occuperent les deux mechtas (Souissi et Dellali);
quand elle eut tari ou qu'elle se fut perdue, ils aban-
donnerent leurs graba, don't les murettes sont encore
reconnaissables, plut6t que d'essayer de la rechercher.
Nous trouvons l1 une s6rie de parcs grossierement
dessines et tous tangents par leur c6t6 ouest b une
arite rocheuse faisant saillie hors du sol. Ces cons-
tructions s'6tendent sur environ 200 metres de lon-
gueur et sont en blocs non tailles, d'un petit volume,
arrach6s aux stratifications voisines. A 30 ou 40 pas
plus has est une second ligne de constructions tres
endommagees et r6partie sur une centaine de metres.
On y remarque des murs moins grossiers que sur la
ligne pr6c6dente. Nous appellerons I'attention sur
une enceinte isolee, de 8 pas sur 6, et partag6e en
deux par un mur int6rieur; ce n'6tait sfirement pas
une habitation.
En passant le ravin et en le descendant un peu, on
trouve, a 200 metres sud-est de l'extremit6 de la







- 51 -


deuxieme ligne, une troisieme serie de constructions.
C'est d'abord un mur en pierres seches peu eloign6
du thalwey et les vestiges de vieilles habitations, don't
il ne reste rien; puis, 150 metres plus haut, des rui-
nes mieux conserves, avec des murs mieux dtablis,
couvrant 3,500 metres carr6s de terrain. Les cons-
tructeurs de ce centre avaient, lh aussi, adoss6 leurs
habitations aux states g6ologiques don't ils s'6taient
servi comme murs de fond.
Chose curieuse, on ne trouve pas un debris de
poterie sur toute l'etendue des ruines ce qui don-
nerait a supposed que les habitants en avaient peu
et que celle don't ils usaient 6tait de tres mauvaise
quality, puisqu'elle s'est 6miett6e. Les indigenes de
la region ont fait eux-memes cette remarque et m'en
ont fait part spontanement.
Le chemin passe ensuite, a 6 kilometres d'Ain-
Regada, aupres d'une ruine romaine juchee sur le
flanc sud d'un contrefort d6tachM du Koudiat-bou-
Djemeline et a 1,500 metres environ de ce sommet.
A 800 metres b l'est de cette ruine, et dans la
gorge que forment les hauteurs, la route rencontre
la source d'Ain-Smara, au point de croisement d'un
chemin venant du nord et descendant sur Ain-Tolba.
C'est cette source qui avait sans doute motive l'6ta-
blissement du centre don't nous venous de parler.
Sous le signal geod6sique, elev6 i la cote 1152,
existe une petite construction carree : vedette ou
tombeau.
Avant de continue, il nous faut signaler, au sud
de notre troisieme itineraire, les ruines jalonnant la
gorge d'Ain-Smara a Bir-bou-Cherb.
Cette gorge est sur le trac6 de la grande voie indi-








gene P6rigotville-Ain-Chirhoum-Bled-Kherba-Ain-
Smara-Bir-bou-Cherb-le sud.
Les ruines don't nous parlons comprennent, en
allant du nord au sud :
1o Deux restes de petits tombeaux m6galithiques,
sous un rocher;
20 Deux grands tombeaux m6galithiques avec cons-
tructions adjacentes tres frustres, & 500 metres des
premiers;
3 Une agglomeration b 700 metres des tombeaux
migalithiques no 2.
Les tombeaux paraissent post6rieurs aux cons-
tructions et avoir 6t6 edifi6s avec les mat6riaux arra-
ch6s aux habitations. Deux renferment encore les
tombes en dallage brut qu'ils prot6geaient. (Voir
vol. xxxiv, pl.)
Cette region est d6nomm6e Kherbet-Djidr-el-Kef.
Le chemin p6netre dans une nouvelle gorge et
passe, i 1 kilombtre d'Ain-Smara, sous une nouvelle
ruine romaine assez considerable, puis s'infl6chit a
l'est-sud-est pour gagner Ain-Zerer, of1 nous trou-
vons de nouveau des ruines romaines.
Ces ruines sont coupes en deux parties in6gales
par un ravin qui forme un petit course d'eau pendant
la saison des pluies. Les indigenes ont capt6 la source
en faisant un puits et le vallon parait tries fertile.
Ils donnent le nom de Bou-Arnoug a la ruine de
la rive gauche, qui est la plus grande et r6servent
celui de Ben-Zerer a celle plus petite de la rive droite.
Dans la premiere, qui a approximativement 100 me-
tres sur 40 mbtres et qui occupe une sorte de ter-
rasse adoss6e au rocher, on retrouve seulement
quelques alignements de harpes, quelques pans de







- 53 -


murs en magonnerie, les debris d'une porte, une
pierre perc6e pres de l'une de:ses ar6tes, une auge,
et, enfin, une belle inscription de 1m17 de long que
nous avons publi6e dans le vol. xxxiv (1900), p. 273,
n 44.
Plus a l'est est la ruine romaine d'El-Hamri.
Au-dessus d'El-Hamri est la mzara de Ben-Bahoun,
oh nous avons trouv6 :
1t Un mur;
2 Un tombeau megalithique ovale ouest-nord-
ouest-est-sud-est, de 13 pas de long, form de deux
rangs serres de pierres formant l'enceinte ext6rieure
don'tt 1'6paisseur est de Im15) et d'un troisieme rang
interieur a 1m50 des premiers;
30 Un tombeau m6galithique circulaire, tres frus-
tre, p6netrant dans le precedent.
Plus loin est une petite ruine romaine pres de la fer-
me Zermati. PAturages, carrieres, mais pas de vue.
Ain-Zerer est sur une voie h peu pres droite qui
vient du sud (t~elgraphe d'Arair), passe par Ain-
Agram et Kherbet-Si-Toumi, et gagne Mons, au nord,
par le Djebel-Merouane.
La piste descend le long de l'Oued-Zerer et sort
de la montagne a trois kilometres plus loin, a Guelt-
Zerga (ou mechta Ben-Djeddou).
Guelt-Zerga, qui est une mechta adoss6e au flane
sud du piton de la cote 1062 (signal geodesique),
possede plusieurs groups de vestiges anciens:
1t C'est d'abord, aupres du signal geodesique, une
pyramid de pierrailles boulevers6e par les ouvriers
de la brigade topographique (qui lui ont emprunt6
les materiaux de la (guemira) et don't la base pou-
vait avoir 10 metres de diametre;







- 54 -


20 Sur la pente du mime piton, un tas de pierres
de teinte rose, de forme ovale et mesurant 4 pas
sur 2 : 6videmment une s6pulture.
Entre les nos 1 et 2, vestiges de constructions
berberes;
3 Sur le piton faisant face a la guemira, au sud-
ouest, les vestiges d'un tombeau m6galithique cir-
culaire don't le cercle, form de deux rangs de pierres
et 6pais de 1 metre, a presque disparu et mesurait
14 metres de diametre;
40 Au pied de la pente est de ce piton, sur le che-
min, un seuil de porte romaine;
50 A 1 kilometre ouest de la mechta et sur le che-
min de Kerakra, un tombeau m6galithique circulaire
de 6m50 de diametre en pierres brutes, plein de pier-
raille et plat, pr6ecd6 d'une sorte d'all6e de 18 pas
de long sur 4 de large, form6e de deux bandes ro-
cheuses orientees naturellement nord-sud;
60 Sur la rive gauche de l'Oued-Zerer, une ruine
romaine assez considerable mais don't il ne reste plus
que des pierres sans alignement (Draa-Teniet-ech-
Chebli);
7 Au-dessus de cette ruine, deux tombeaux me-
galithiques (Vol. xxxiv, n'S 124 et 125);
80 Plus loin, au nord, une s6rie de ruines romaines
et de ruines m6galithiques que nous n'avons pas
visitees;
9 A 1,000 ou 1,500 metres sud de Guelt-Zerga et
a mi-chemin de Kherbet-Abderrahaim, sur un piton
surveillant la vallee de l'Oued-Berda et la plaine de
Saint-Arnaud, deux constructions romaines; celle
de l'ouest est un rectangle en maqonnerie orient
nord-nord-est-sud-sud-ouest (comme le fort de Kher-






- 55 -


bet-Abderrhaim) et mesurant 13 metres sur Am50;
nous y avons remarqu6 une pierre de taille portant
une rainure et deux encoches et qui a dfi servir a
une porte, une grosse pierre pourvue d'une queue
d'aronde et qui Otait sans doute utilisde dans un
pressoir, une pierre d'angle (est-sud-est) creus~e
d'une rainure. La second construction n'est plus
qu'un amas informed de pierres de 8 metres de c6te.
Apres Guelt-Zerga, la piste se bifurque; une bran-
che se dirige sur Saint-Arnaud et I'autre continue
droit b l'est, pour rejoindre au-deli de la plaine, a
Ain-el-Bey, la route de Djemila.
A cet itineraire, nous rattachons une petite ruine
romaine, sise au nord-ouest du Draa-Teniet-ech-
Chebli, au fond d'une gorge oii coule l'Oued-Berda.
Cette ruine n'a aucune importance archeologique.
Sur le m6me course d'eau, la carte d'Etat-Major
signal une autre ruine romaine a la sortie de la
gorge; nous ne l'avons pas visitee, car nous en
ignorions alors l'existence.

Itin6raire par Bou-Djemeline

Ce trac6 est le meme que le precedent jusqu'h
I kilometre apres Ain-Regada. Aussit6t 1'Oued-bou-
Chama traverse, il se spare de la voie Guelt-Zerga
et franchit l'Oued-bou-Guezinen, puis court b travers
la champagne jusqu'a la mecita Drardja, au pied du
m'zara El-Helali.
La, il y rencontre une premiere ruine romaine sans
interet et arrive a la mechta Bou-Djemeline a flanc
de c6teau. Celle-ci d6passee, il suit le Koudiat-bou-
Djemeline, que couronne un signal geodesique (alti-







- 56 -


tude 1259 metres) et of existe une m'zara, pres de
ruines berberes.
Aux abords de cette m'zara, nous avons examine
deux tombeaux m6galithiques du type dit berbere :
I'un, a la forme d'un demi-cercle form d'un seul
rang de pierres brutes; I'autre, circulaire, a deux
rangs de ces memes pierres ranges concentrique-
ment et est a cheval sur deux states geologiques.
Nous rattacherons au meme groupement un troi-
sieme tombeau m6galithique de forme demi-circulaire,
rencontr6 au sud-est des deux autres, entire la mechta
et le piton de la cote 1230. Il est en dalles non tail-
Ides, don't quelques-unes assez large, et adoss6 a
une arete ruiniforme qui grimpe jusqu'& une ruine
berbere. Ses dimensions sont 3m30 de larger et
2m75 de profondeur; son orientation est de ouest-
nord-ouest-est-sud-est. Le dessin en a paru dans le
vol. xxxiv, pl. A la suite de la p. 126.
Un autre groupement existe entire la cote 1230 et
le col appel6 Ben-N'zaouet. II se compose de :
10 Un tombeau m6galithique ovale, long de 5 me-
tres et large de 3m70, orient nord-sud (10-1900);
20 Un autre tombeau megalithique ovale, tangent
au precedent, long de 4"50, large de 2m50 et orient
nord-nord-ouest-sud-sud-ouest;
3 Un mur en moellons bruts, long de 23 pas et
orient nord-sud, qui coupe dans le sens du plus
grand axe;
4 Un troisieme tombeau m6galithique ovale, de
45 pas de tour, don't tout le c6t6 ouest a disparu;
5" Plusieurs murs orients est-ouest et 6pais de
0O'85.







- 57 -


Apres la mechta Bou-Djemeline, le trik se detourne
pour 6viter une hauteur appelee Sidi-Thoumi et il se
partage en deux bras qui se rejoignent h l'est de la
dite colline. A peu pros au coude est la ruine romaine
de Kherbet-Guezi ou ferme Menouar don't il ne reste
que deux angles de gros mur en pierres de taille.
Vue sur le sud: telegraphe de Ksar-Temouchent,
lac de Melloul et le Bou-Thaleb.
Deux auges aupres du plits.
Dans les environs du bordj de Si-Menouat se
trouvent les ruines romaines de Mahmoud-ben-Ma-
goul, sur la pente sud d'un mamelon et b proximity
d'une source les s6parant du bordj. Pas de vue, mais
bonnes terres.
Celle-ci, cependant, est franchise du nord au sud
par une voie venant directement de Mons par le
Djebel-Merouane, continuant sur Ain-Agram et qui
rencontre, sur la colline de Sidi-Thoumi, un certain
nombre de tombeaux m6galithiques (Vol. xxxiv, ta-
bleaux). Il y en a cinq, peut-6tre six, si l'on admet
qu'il y en ait eu sous le m'zara de Sidi-Thoumi.
Le plateau, ou plut6t le col oi est cette m'zara,
est connu sous le nom de M'zara-ben-M'zaouet.
Au pied de cette colline, au sud et h mi-chemin
entire le m'zara Sidi-Thoumi et l'Ain-Zerer, sont des
ruines romaines oi1 nous avons trouve un cercle en
pierres, tres frustre, de 3 metres de diametre. On
appelle ce lieu Ain-Kelba.
Aussit6t apres que les deux traces de la piste se
sont rejoints, on trouve une nouvelle ruine romaine
pres de la mechta Rih. Celle-ci est sur le bord oriental
d'un ravin encaisse, d'un passage difficile. La exis-
tait un poste destiny sans doute a assurer le passage;







- 58 -


c'est une construction en magonnerie de 9 pas sur
17, orientee nord-est-sud-ouest, et don't les murs
ont Om95 d'6paisseur.
A Kherbet-er-Rih passe aussi le chemin arabe de
Mons h Saint-Arnaud.
Apres Kherbet-er-Rih, nous ne rencontrons plus
qu'une ruine romaine et seulement une ruine megali-
thique (pas vue par nous)jusqu'au confluent de l'Oued-
Berda avec le Chabet-el-Melah. La ruine romaine
est celle de la mechta Klaoui (Voir Itindraire 8).
Cet itineraire est plus accident que les precedents
et ne devait guere 6tre pratique que pour les besoins
locaux.

Itin6ralre d'Ain-Regada a l'Oued-Deheb
l0 Par Ain-Mcrdja
Deux chemins arabes conduisent d'Ain-Regada h
l'Oued-Deheb : l'un, qui suit les fonds et qui n'est
pratiquable qu'en 6et et I'autre qui long les crates.
A l'Oued-Deheb, ils se reunissent et continent en-
semble dans la direction de Collo.
Le second est plus court de 2 kilometres et moins
difficile que le premier; mais les exploitations creees
sur celui-ci sont plus productive que celles creees
sur celui l1, qui ne dispose pas d'autre eau que celle
du ciel. Aussi, rencontre-t-on des ruines romaines
sur le premier et seulement des ruines berbbres sur
le second.
La route se reconnait, a bien des endroits, a des
tranchees artificielles et b des accotements qui la
bordent Ca et 16. Les indigenes nous en ont sponta-
ment indiqu6, i plusieurs reprises, le trace.
Suivons done d'abord l'itineraire des fonds.






- 59 -


Le chemin quittaitla route deMons vers le vie mille,
se dirigeait A l'est 6 travers une contree particu-
lierement rocheuse et atteignait, 6 1,500 metres de la
bifurcation, une important agglomeration qui figure
sur la carte a la cote 1236, sous le nom de Bled-
Kherba. C'est le point de croisement d'une.longue
voie indigene, toute droite, qui vient du nord-ouest
(Ouled-Adouan) et se dirige vers le sud-est par Ain-
Agram, 6vitant ainsi un detour sur S6tif.
Les indigenes appellent ce lieu Kherbet-er-Rih'ba.
C'est une belle ruine, bien conserve et offrant des
details int6ressants. Elle comprend, outre les cons-
tructions isolees, trois fortins qui occupent les som-
mets d'un grand triangle recoup par les itineraires
Sitifis-Cuichul, Mons-Castellum Dianense et Satafis-
la plane. Comme on le voit la position, au point de
vue strat6gique, avait 6tW fort heureusement trouvee.
La ruine principal est un grand rectangle en pier-
res de taille, mi-partie en harpe et mi-partie en grand
appareil, qui measure 44 metres h l'est et a l'ouest, et
25 metres du nord au sud. Une porte 6tait perc6e
a l'est, large de 065, et une autre a l'ouest, large
de 0m96. A l'angle sud-ouest existait un bastion de
7m50 et 8 mitres de c6t6s exterieurement, 6m50 et
7 metres interieurement, faisant saillie. A l'angle
nord-est, on voit encore deux pressoirs bien conser-
ves: une des pierres mortaisees measure 1m94 de
longueur. Le long d'une des faces court interieure-
ment une double range de pierres do taille qui font
pense- qu'il y avait lh une suite de bAtiments. Der-
riere la porte ouest etait peut-6tre un corps de garde,
ferm6 lui-meme par une autre porte plus etroite. Au
milieu de la face nord, la presence d'un socle, d'une







- 60'-


colonne et d'une corniche permettent de croire qu'il
y eut l1 un petit temple ou un logis de grand pro-
pri6taire ou de chef.
Pas d'eau, pas de vue autrement que sur le d6bou-
ch6 venant de l'Oued-bou-Guezine, presque pas de
lessons.
Le second group, a 425 metres du premier, 6tait
sur une eminence et d6fendait la sortie du col en
mime temps qu'il commandait le chemin des crates
de Mons au t6l1graphe d'Arair. C'est un grand qua-
drilatere irregulier avec dependances, mi-partie en
harpe et mi-partie en grand appareil, don't le grand
c6t6 est nord-nord-est-sud-sud-ouest; il content
egalement deux pressoirs 6 huile don't les bassins
sont encore en bon etat (a l'angle sud-est). Ni tessons
ni briques. Les indigenes nous ont declare qu'ils
avaient connaissance d'un puits vertical ayant exist
& l'ext6rieur de la construction, au -dessous des pres-
soirs. Ils nous ont 6galement montr6 B 60 metres
plus bas que le puits, vers le sud-est, l'emplacement
d'une fontaine b laquelle une seguia romaine amenait
l'eau du susdit puits. Aujourd'hui puits, seguia et
fontaine sont invisibles.
Ces deux constructions, avec leurs pressoirs, nous
font penser aux haciendas du Mexique, a la fois ex-
ploitations agricoles, demeures bourgeoises et forte-
resses, selon les moments.
La troisieme ruine est au sud-sud-ouest de la pre-
cedente et 100 metres de distance. Elle 6tait bien
placee, a l'intersection de plusieurs chemins fre-
quentes; il n'en reste que quelques pierres, ce qui
fait supposed qu'il n'y avait lh qu'un poste de sur-
veillance.









Notre trace decrit une courbe au nord pour suivre
l'oued, oblige de contourner le Djebel-Ain-Beguia
et s'engage dans un defil6 qui ne tarde pas A s'l6ar-
gir pour faire place i une terrasse oh se trouvent les
ruines romaines d'Ain-Merdja, L 1,500 metres de
Kerbet-er-Rih'ba.
Celles-ci sont a flanc de montagne, au milieu de
bonnes terres de labours et a proximity de I'eau,
mais sans vue. Elles ne se composent que d'une
enceinte en pierres de taille de 44 pas sur 34 (orien-
tee 145-325), renfermant des constructions appuy6es
au mur de defense et d'autres reparties a l'int6rieur.
A l'exterieur, restes d'habitations mais informes.
Aucune pierre sculptee et rien que des tessons de
poterie commune.
500 metres plus loin, le chemin est coup du nord
au sud par une piste descendant de Mons sur Ai'n-
Agram et se bifurquant pour envoyer une branch
sur Fontaine-Romaine.
Dans les environs de ce croisement, mais sur I'au-
tre bord de la valley, est la ruine romaine de Kher-
bet-Dra-el-Attia, au pied nord de la hauteur qui porte
les ruines berberes de Sidi-Thoumi (1,500 metres de
distance). Nous y avons vu deux pierres de porte.
La construction est du type en harpe.
A gale distance de Ain-Merdja, mais h I'est-nord-
est et formant le troisieme sommet d'un triangle
avec les deux precedentes, est une troisieme ruine
romaine B cheval sur la bifurcation de la piste de
Mons qui pique sur Saint-Arnaud en 6vitant Sidi-
Thoumi; comme on le voit, tous ces emplacements
avaient 6et choisis par les Romains avec un 'souci
constant des necessities de la defense et de la police
rurale.







- 62 -


Comme a partir de lh l'itin6raire court parallelement
a celui des crates et ne rencontre plus de ruines, nous
allons 1'abandonner pour suivre l'embranchement don't
nous venons de parler.
L'Ain-Dabba 6tait commandee par le troisibme
poste remain precite, construit 6 la pointe sud-ouest
d'un 6peron venant du nord-est. Il y eut li une forte
agglomeration, quelque chose comme un gros village,
don't il reste plusieurs murs en pierres de grand ap-
pareil, des pressoirs, des auges et des pierres de
portes. La moisson, qui 6tait mfre quand nous som-
mes venu sur place, nous a emp6ch6 de faire d'autres
constatations materielles.
A 2 kil. '/2 au sud-est, on trouve les ruines ro-
maines de la mechta Er-Rih, deja decrites. La carte
au 1/50,000e figure deux groups de ruines : nous
n'en avons visit qu'un. Ces ruines commandaient
un ravin d6bouchant du nord.
A partir de 1a, nous n'avons plus rien a signaler.
Si nous avions continue au nord-est au lieu de
prendre au sud-est, nous aurions rencontr6 les ruines
romaines de Chabet-el-Baroul, au pied de la hauteur.
C'est une enceinte de pierres de grand appareil me-
surant environ 30 metres de c6tO avec, a l'int6rieur,
des bitiments don't il ne reste rien de reconnaissable.
Elle a df servir surtout a assurer la communication
dans ce passage difficile.
I kilometre plus loin, le chemin du has rejoint le
chemin des crates.
2* Par les Crates

Depuis Ain-Regada, le chemin du Genie oblique
au nord-est et il est bon jusqu'A Bir-el-Mer. Un peu







- 63 -


apres cet endroit, il prend au nord et d6tache au
nord-est le chemin des crates, que nous allons suivre.
Celui-ci passait au nord de Bled-Kerba et rencon-
trait une premiere ruine romaine a la cote 1236; 16,
il commencait b s'elever en pente tres douce pour
gagner l'arite horizontal du Djebel-Soura et 6vitait
ainsi les crues d'eau, les 6boulements et I'inconv6-
nient d'etre domino. Sur la crete, il passait entire
deux states g6ologiques, don't les arites lui faisaient
un trace bien visible tout en assurant sa solidity.
Sur ce chemin, on trouve quelques ruines berberes
sans int6ret et un nombre considerable de tombeaux
m6galithiques que nous avons rep6ers avec soin.
Nous en avons compt6 26, don't 23 circulaires et 3 en
forme de demi-cercle et tous places de facon a 6tre
apercus de partout (Voir vol. xxxiv). Le dernier,
Moul-ech-Chedjera, qui est un c6ne de 4 metres de
haut et qui measure 50 metres de circonf6rence au pied,
devrait 6tre fouill6 operation d6ja tent6e, du reste,
par les indigenes, qui y ont cr6e une m'zara : est-ce
en souvenir de quelque tradition (moul, le maitre en
arabe) ou a cause de l'arbre (chediera, en arabe) qui
a pouss6 au milieu des pierres? Sur la carte d'Etat-
Major en couleur, ce point est nomm6 Sedjera-bel-
Ouifi.
Au pied de la montagne, les deux chemins du haut
et du has se confondent et le trace commun se dirige
droit au nord-est, sur l'Oued-Deheb (3k500 a 4 kilo-
metres de Moul-ech-Chedjera) en coupant, au-dessus
de l'Ain-el-Rhaba, une ruine romaine don't nous
n'avons pas conserve le souvenir.








6' ITINtRAIRE
Chemin du G6nie d'Ain-Mous A Mons

Nous avons dejh pris cette route jusqu'a Ain-
Regada; nous allons maintenant la suivre jusqu'au
bout.
Disons tout de suite qu'elle est carrossable sur
tout son parcours, mais seulement pour des voitures
16gbres ou pour des fourgons tres solides. C'est,
croyons-nous, celle que suivit le due d'Orleans en
1839, lors de son expedition des Portes-de-Fer. Ce
fut, dans tous les cas, une des principles voies de
Occupation romaine, car elle est jalonn6e de bornes
milliaires, et comme telle elle merite toute attention.
Peutinger seul nous donne le nom de la ville de
Mons et indique 12 miles comme distance de ce
centre a Sitifis, soit un peu moins de 18 kilometres,
qui est la distance reelle entire Mons et Setif par la
route du Genie. Cette constatation suffirait dejh, a
elle seule, pour nous autoriser h affirmer que nous
tenons 1I le veritable itin6raire. Mais il y a d'autres
preuves plus convaincantes encore.
Le massif des Ouled-Sabor, comme nous l'avons vu
en parcourant les quatre derniers itineraires, n'offre
dans la parties sud que des chemins muletiers impra-
ticables aux chars et a des corps de troupe tant soit
peu nombreux; nous ne pouvons done considerer
ces traces que comme des chemins n6cessaires a
l'agriculture et aux operations de police, mais non
comme des voies commercials ou strategiques, II
fallait aux armies romaines des routes plus commodes
de distance 6 distance : celle de Mons en fut une. En
tracant plus au nord la route d6partementale de S6-


- 6A -










tif A Sillegue, le service des Ponts et Chaussees a
commis une erreur et cette voie est rest6e fort peu
fr6quent6e; il lui eut suffit d'am6liorer l'ancienne route
romaine pour abr6ger l'itin6raire et desservir plus
utilement la contr6e; les finances des contribuables
en eussent 6t6 m6nagees, ainsi que leurs animaux
de trait.
La route du Genie, passant i Ain-Mouss et a Ain-
Regada, suit une direction est-nord-est constant
depuis S6tif et ne force son inclinaison au nord qu'6
partir de Bou-Tsledja.
Apres Ain-Regada, la voie passait aupres d'une
petite exploitation don't les mat6riaux ont 6t6 utilises
pour la mechta Ouled-Mansour et pour le puits d'Ain-
Titest : c'est le point de croisement de l'itin6raire
Ouled-Adouan (P6rigotville) h Fontaine-Romaine.
Plus loin, part a gauche le chemin du bordj Bou-
Chama permettant aussi de se rendre a Mons par
un autre trace plus accident.
Aussit6t apres avoir d6pass6 le tombeau m6gali-
thique signal dans l'itin6raire 3 in-fine, on franchit
l'Oued-bou-Chama et on s'engage dans le d6fil6 de
l'Oued-bou-Guezine, long de 2,500 mitres. On coupe
le chemin de Takoka a Ain-Agram et h Ain-Zerer
don'tt la bifurcation se fait 1t) et on rencontre, sur la
gauche, une colonne milliaire isolee et fruste qui
doit 6tre le VI mille (91250 i vol d'oiseau depuis
S6tif). Puis, le defil6 franchi, la vall6e s'elargit et on
se trouve a Bir-el-Mer, c le puits amer i, voisin de
la ferme Bou-Guezine. C'est certainement a cet endroit
que le due d'Orl6ans fit faire la grand'halte apres
avoir pass le col, car nous lisons que c'est (( auprbs


- 6S -










d'une source minerale don't I'eau exhalait une forte
odeur de bitume. )
Pres de 1a sont les ruines d'un hameau et de deux
postes remains destin6s a garder cette sortie du de-
fil. Le duc d'Orl6ans les mentionne encore: (( La
sortie (du col), dit-il, est gardee par deux postes. )
A 800 ou 900 metres de ces ruines et sur la pente
nord d'un monticule bordant la route, A 1'embran-
chement de la piste de Kherbet-Rih'ba, nous avons
relev6 une ruine berbere en pierres brutes, mesurant
57 pas sur 38 et avec des murs de 1m02 et 0m62, non
maconn6s.
A 600 ou 700 metres plus A I'est, traces d'un tom-
beau m6galithique ayant comme dimensions 14 me-
tres de tour et 5 metres de diametre, avec un cercle
form de trois rangees de pierres accol6es.
Ces deux ruines sont plut6t sur l'itin6raire pr6-
c6dent.
En continuant a suivre la route du Genie, nous
atteignons le mamelon d'Ouled-Allala, au sommet
duquel nous croyons avoir reconnu des restes de
constructions anciennes. De ce point, on communique
tres ais6ment avec le Bou-Djemeline au sud et Sidi-
Hammoud au nord.
Au pied de la meme colline et b 50 pas de la route,
il y avait deux milliaires que nous avons fait d6terrer :
l'une porte le chiffre VII, inscrit dans un panneau
depourvu de toute autre inscription; I'autre est frus-
te. La circonf6rence de ces deux pierres est respec-
tivement de 1"10 et 1m31, la hauteur de la premiere
2m31 et son diametre 0m38; elle est en gres jaunatre.
A 150 metres plus a l'est et pres du chemin, h
gauche, vestiges d'une tres petite construction carr6e


- 66 -







- 67 -


de 6 pas de c6te, juchee sur un tertre. Sans doute,
un tombeau ?
Sur la rive droite de la riviere, appelee Oued-Rherib
sur la carte au 1/50,0000, nous avons reconnu une
petite ruine romaine au-dessus de jardins et de quel-
ques gourbis : c'est Ain-ta-Moudjer, aux dires des
habitants. Les constructions s'etendaient sur 100 me-
tres dans un sens et 50 dans l'autre; il n'en reste
plus que des harpes, des murs a fleur de terre, un
angle de muraille tres aigu et un puits en pierres de
taille. C'est de cette ruine que viendrait, d'apres les
indigenes, le milliaire don't nous parlerons plus bas.
Ce doit Otre une erreur, ou alors cette borne a 6t6
transported lb apres l'6poque romaine car elle n'avait
que faire en ce lieu priv6 de chemin; au contraire,
elle est bien h sa place vis-a-vis, sur la route.
Pendant A peu pres 4 kilometres depuis Bou-Gue-
zine, 3 kilomeres depuis le col de Bou-Tseldja (col
de la neige), la route n'offre plus aucune ruine ni
romaine ni berbere. II faut arriver AMn-HIammama
(15 kilometres de Sktif, 9 kilometres d'Ain-Regada,
3k500 de Oulad-Allala, au curvimetre) pour rencon-
trer quelques pierres de taille parses dans les jardins
ou employees dans les gourbis. Le 31 janvier 1897,
nous y avons d6couvert, dans l'habitation de Bachir
ben Bouzid, le milliaire VIIII don'tt la colonne est
tronquee), public dans le vol. xxxiv, p. 274, no 46.
A Ain-Hammama aboutit une gorge descendant
du col de Krarmoud; de 16, la n6cessit6 d'un poste
en cet endroit, lequel surveillait en mome temps la
source.
A 1 kilometre d'Ain-Hammama on retrouve tres
distinctement la voie romaine qui passait, de la facon










la plus audacieuse, a mi-hauteur de l'6peron suppor-
tant la n6cropole de Mons, au-dessus de I'Oued-
Rherib (Voir notre 6tude vol. xxxim, 1899, p. 259).
Le chemin muletier de Teniet-el-Krarmoud rejoint
la route du Genie a la necropole m6me et celle-ci,
assez mauvaise durant un certain parcours, atteint
enfin les belles ruines romaines de Mons sur I'Oued-
Oulad-Guiess.
Comme Mons est archi-connu, nous renvoyons
aux ouvrages qui en parent : Expddition des Portes de
Fer (pages 204 et 205, Renier, Delamarre, etc.)
Nous signalerons aussi une mosaique qui se trouve
dans l'6cole du thaleb arabe et qui est purement
ornementale.

7" ITINtRAIRE
Par Bou-Chama

Ce trace emprunte l'ancienne route qui contourne
le pare a fourrages et qui passe au nord des vigno-
bles Pradeille, I'abandonne a la ferme Ben Chennouf
(6k200 environ de S6tif), suit pendant t peu pres
1 kilombtre la route de Sillegue et prend ensuite a
droite une piste arabe qui va le conduire au bordj
Bou-Chama (environ 10 k200 de Setif). A la ferme
Ben Chennouf, il coupe l'itineraire col de Takoka;
Kherbet-el-Guelil, Ben-Chennouf, Bou-Djemeline,
Guelt-Zerga, Saint-Arnaud et h Bou-Chama, il coupe
l'itineraire Ain-Chirhoum, Bou-Chama, Fontaine-
Romaine. Sur le premier de ces deux traces, a un
peu moins de 2 kilometres sud-ouest de Bou-Chama
est une ruine romaine 'cote 1161) gardant le croise-
ment des chemins.


- 68 -







- 69 -


A Bou-Chama, nous avons vu deux colonnes mil-
liaires et des pierres de taille, ainsi qu'une seguia i
ciel ouvert d'origine romaine et restaur6e par la
Compagnie Genevoise. Les milliaires 6taient frustes
et provenaient, m'a-t-il 6t6 dit, d'Ain-Titest (6e iti-
neraire). Quant aux pierres de taille, elles 6taient en
petit nombre.
Apres Bou-Chama, le chemin se d6tournait pour
6viter une hauteur et allait rejoindre la route de Mons
au col de Bou-Tseldja.
Entre Bou-Chama, Ain-Regada et Ben-Chennouf
existe une tres belle ruine du type hacienda ou bordj,
a cheval sur le trac6 Takoka-Guelt-Zerga. Ce point
est appel6 Meguebel (Voir vol. xxxm : Trois cita-
delles'.

8s ITINIRAIRE
De Setif a Mons par Teniet-el-Krarmoud

Comme le pr6ecdent, ce trac6 quittait S6tif par le
Champ-de-Manoouvre (qui devait 6tre un vaste car-
refour), puis il suivait pendant quelques kilometres
l'itin6raire. 7, le quittait pour descendre h l'Ain-Fer-
matou, remontait plus loin (a l'Ain-Zinedaoua), cou-
pait la route de Sillbgue, i 2 kilometres au-dessus
de la ferme Ben Chennouf et p6n6trait dans les terres
entire le territoire des Ouled-Sabor et celui des Ouled-
Nasseur.
C'etait une voie suivie par les Turcs, au dire des
indigbnes, et elle 6tait un peu moins longue que la
route du G6nie; mais elle 6tait moins praticable aussi.
Le premier mille a et6 retrouv6 aur abords de la
premiere ferme Pradeille, dans une petite ruine ro-







- 70 -


maine (vol. xvn, 1875, p. 336). Le deuxieme etait en
face de la second ferme Pradeille, au pied d'une
petite ruine romaine, don't les materiaux' ont servi A
lever la ferme Milhau ; les mortaises sont encore
en place (1897, et la colonne sert de montant a la
porte d'un gourbi (Voir vol. xvr, p. 383). Nous avons
dit que la premiere ruine renfermait des pieces sou-
terraines, que nous n'avons pas vues, et qu'elle avait
donn6 un fragment de roue ou de meule. La second
a donn6 un sarcophage monolithe et des tessons
rouges verniss6s (1).
A "Ain-Mouss d'en haut", la voie descendait par
une pente tres rapide sur Ain-Fermatou, ou il y a
des ruines romaines. La troisieme borne milliaire fut
trouvee sur la rampe (Goyt, vol. xvir, 1876, p. 317),
et nous y avons vu nous-meme la mortaise, laissee-lb.
Apres le bordj Ben-Chennouf, la route d6bouchait
dans la fertile plaine de Bir-el-Gabia oii 6tait un
6tablissement don't il ne reste que les pierres et qui
a pu mesurer 50 metres sur 40.
Un kilomrtre plus loin, on arrive A Ben-En-Nya;
lh sont de belles ruines, reparties en deux groups.
Le premier comprend deux enceintes en grand appa-
reil, l'une de 25 metres sur 22 et l'autre de 35 metres
sur 25 et une troisieme formant potence avec les
deux premieres. A l'interieur des enceintes, on voit
des murs de refend et des harpes. A 6 metres exte-
rieurement est un rectangle de 17 metres sur 10. Le
deuxieme group, qui touche presque le premier,
comporte un grand parall6logramme de 50 metres


(1) A _Ia cole 1171, ruines romaine.







- 71 -


sur 25 avec harpes int6rieures. 11 y a aussi des ves-
tiges de construction aupres du marabout.
Avant de poursuivre notre chemin, nous gagne-
rons, h 1 kilometre h l'est, une ruine romaine isolee
et qui n'est pas sur un grand trac6 : c'est Kherbet-
Salem. Il semble qu'elle format, avec Bir-Gabia et
Bir-Slatnia, un systbme de defenses avanc6es pour
la protection de Sidi-En-Nya. Nous n'y avons rien
decouvert de particulier et il n'en reste plus que des
alignements et quelques pans de murs.
Bir-Slatnia ne nous a donn6 que quelques pierres
de taille.
La ruine qui vient ensuite est celle de Bir-ta-
Karouete (Ain-oum-Remoum, sur la carte), au pied
de la montee du col de Khrarmoud. C'est un puits
remain avec quelques metres plus haut sur la pente
voisine, un amoncellement de pierrailles repandues
sur une surface de 30 6 40 metres qui ne nous a
fourni qu'une pierre a encoche et un tesson de belle
poterie rouge.
A 500 metres ouest, petite ruine romaine insi-
gnifiante.
Sur le chemin, une clef de vote.
Nous voici, enfin, au col de Khramoud; sur le ver-
sant nord sourdent deux sources que semble garder
un petit edifice ruined. Sur une terrasse naturelle en
avant, un pan de mur pouvait servir a defendre le
passage. N'oublions pas, en effet, que ce col, comme
celui de Bou-Tsedja, donnaient aces sur la gorge
de Mons.
Sa defense devait Mtre complete par une vigie
placee sur le piton oh est 'ctuellement le marabout






- 72 -


d'Ain-Kassem et don't le r6le 6tait surtout de sur-
veiller le versant donnant sur Oued-el-Hammam.
A 3 kilom6tres de 16, on atteint la necropole puis
la ville de Mons.
Ce septieme trace est l'itin6raire pr6efr6 par les
muletiers arabes.

9E ITINgRAIRE
Chemin frontiere de Sillegue au sud

La Maur6tanie setifienne se terminant, selon nous,
A la ligne formde par le course de l'Oued-Deheb au
nord, la plaine des Eulmas a 1'est et une s6rie de
points encore ind6termines au sud, il avait Ute cr6,
comme une sorte de chemin de ronde, une voie
essentiellement strat6gique, qui suivait de tres pres
la frontibre et don't le but 6tait de permettre aux
troupes de couverture de se transporter facilement
aux points menac6s par 1'ennemi.
Cette route militaire se reconnait facilement sur la
carte d'Etat-Major au 1/50,000". Ses points princi-
paux sont Sillegue, Oued-Deheb, Guelt-Zerga, Kher-
bet-Abderrhaim, etc.
Dans sa premiere parties (sud du Djebel-Medjounes),
qui est tres tourment6e, on n'a reconnu aucun 6ta-
blissement. Cependant, il devait y en avoir a I'Oued-
Deheb, oi on ne nous en a pas signal davantage.
Sur la rive droite de l'Oued-Krati, nous rencon-
trons un tombeau m6galithique, i la cote 916.
Rien non plus pendant les 6 kilometres suivants,
jusqu'6 la mechta Klaoui (cote 1008) oii un poste
gardait le passage de I'Oued-el-Ahmar. De cet endroit,
on aperqoit l'Oued-Deheb et Sillegu6,ou du moins leur







- 73 -


voisinage imm6diat. C'est le point de croisement de la
piste Ain-Regada, Bou-Djemeline, mechta Rih', Klaoui
et confluent de l'Oued-Berda qui se poursuivait vers
Djemila.
A 1,000 ou 1,200 metres ouest de mechta Klaoui et
a 1,500 metres au nord-ouest de Kberba-ta-Garoudjai,
h 1,500 ou 2,000 metres de la route turque, autre
ruine romaine sise au nceud qui termine le vallon de
Draa-Teniet-ech-Chebli. Elle gardait un passage sur
l'Oued-Deheb, Mtait voisine de la riviere et avait de
bonnes terres de culture. Elle comprend deux grou-
pes : au nord (rive gauche), un poste de 13 metres
sur 10, en harpes, construit b 100 metres de l'oued
avec vue sur Klaoui et Garoudjia; au sud, sur un
plateau, un ou deux dtablissements, type en harpe.
C'est Ain-Lasnab.
Apres avoir gravi une nouvelle montagne, on des-
cend sur l'Oued-Berda, qui coule ici de l'ouest a l'est,
et on trouve deux ruines romaines : l'ouest, au
fond du ravin, c'est Kherbet-ta-Garoudjia; b l'est,
sur le flanc sud de la hauteur, c'est la ruine romaine
que nous avons signalee dans l'itineraire 4, come
n'ayant pas 6te visitee.
Kherbet-ta-Garoudjia est en assez bon etat. C'6tait
une hacienda avec enceinte en pierres de taille, cons-
tructions interieures et faubourg exterieur. Nous y
avons note un seuil de porte, deux pressoirs et trois
"pierres 6 6coulement". Un angle de l'enceinte a
dI 6tre remanie a une 6poque difficile, car on y a
place une pierre de pressoir.
La ruine suivante est celle d'Ain-Setta ou Bou-
Setta. Ce n'est qu'un poste ou un tombeau, au pied







- 74 -


du Draa-Teniet-ech-Chebli. II gardait sans doute le
passage teniaa).
I1 reste un mur en pierres de taille large, serrees,
avec mortaises, don't deux assises-sont encore en
place sur une longueur de 70 metres. Vers le milieu
de ce mur etait une porte ouvrant sur un reduit de
6 metres sur 4, don't la face sud s'appuie sur un
autre parallelogramme de 16 metres sur 13, don't
1'assemblage parait moins ancient.
Pres de lh est Kherbet-Sidi-Attia, carr6 de pierres
de taille de quelques pas sur chaque face avec, de
l'autre c6t6 de l'eau, des vestiges d'habitation.
A 200 ou 250 metres de Kherbet-Sidi-Attia une
butte parait avoir 6te occup6e.
On laisse 6 l'est Guelt-Zerga (la mare bluee, deux
pitons avec tombeau megalithique, le group de
Kherbet-Abderrhaim don't on c6toie presque les
ruines la ferme Cruchon et on atteint Kherbet-el-
Arair, qui fait parties du secteur sud, quatrieme parties
de notre travail.

o10 ITINERAIRE
Route de Sillegue par Ain-Chirhoum

Une voie tres frequentee et tres important des-
servait, au nord, la region de Sitifis, venant de
Takoka et du Hammam-Guergour et allant b Sillgue
ou & Mons pour ensuite se continue a l'est vers
Djemila.
A partir d'Ain-Chirhoum et d'Ain-Braouig, oi nous
allons la prendre, elle est en deux parties, suivant
1'une, la rive gauche et l'autre la rive droite de
I'Oued-Berda.






- 75 -


Route de Medjounes ou de la rive gauche
La premiere ruine apres le col est celle d'Ain-
Negaria, a 21 kilometres de S6tif et a 3k300 du
col d'Ain-Chirhoum par la traverse arabe. Elle garde
le passage b l'est, comme la ruine romaine d'Ain-
Braouig le gardait a l'ouest et 6 Ain-Chirhoum au
sud, et elle est a 7CO metres a l'est du seuil s6pa-
rant le versant de l'Oued-Berda du versant de l'Oued-
Salem, au pied mime du Djebel-Medjounes, monta-
gne escarpee et inculte.
Le fond du ravin oh coule l'Oued-Berda est assez
fertile. Sur le col mime (1209 metres d'altitude), les
indigenes nous ont assure avoir vu 2 metres de neige!
Mais Negaria est adossee 6 la montagne et, par l,
plus abritee; elle est aussi plus bas que le col et
moins ventile.
Dans le lit de l'oued est une source que les Ro-
mains avaient am6nag6e; c'est lb que se trouvent les
principles ruines consistent en murs. construits en
pierres de taille et maconnerie. Nous avons vu trois
sarcophages monolithes don'tt un de 2m13 de long et
un tres petit, en forme d'auge) que les indigenes ont
transports aupres des deux fontaines pour y abreu-
ver leur betail.
Les ruines de la route n'ont plus aucune forme.
Nous y avons cependant reconnu un voussoir, un
bloc de 2m45 de long sur m066-de haut et 0-51 de
large et des dalles.
11 y a aussi des vestiges de constructions de l'au-
tre c6te de la riviere, au pied de la montagne, A la
naissance d'un sentier montaot aux ruines romaines
de la rive droite.







- 76 -


La mechta Hamria ou Ameria, & 2 kilometres plus
A l'est, et encore au pied du Medjounes, nous a
fourni une ruine romaine de 200 m6tres dans tous
les sens, 6 cheval sur la route. De plus, la presence
d'un grand nombre de blocs bruts 6 proximity de la
mechta nous ferait penser que lo etait une carriere ou
une exploitation de pierres servant i la region. Dans
le ravin, deux sources (appelees Saf-Saf, c'est-&-dire
le tremble) procuraient une eau abondante et saine.
La vue communiquait avec Negaria, Abderrhamam
et Ain-Hammam.
11 y eut 16 autre chose qu'un village car nous avons
relev6 :
1 Une s6pulture double creus6e dans un bloc de
rocher, en contre-bas de la route (Vol. xxxiv, pl. des
sepultures, no 1; 1)
2 Une jolie base de colonne en grbs jaunAtre;
diametre en hauteur : 0m36;
3" Une pierre b simple moulure, dans le haut,
pres d'un alignement;
40 Restes de pressoirs;
50 Cippe b personnages en bas-relief, debout, sur
deux tableaux superposes 2 et 3, trbs frustes. Entre
les deux tableaux, inscription (Vol. xxxiv, p. 275,
no 47) trouvee pres de la source, mauvaise facture;
6 Alignements et mur perpendiculaire 6 la mon-
tagne;
70 Restes d'un petit fortin.
Aupres des ruines romaines, ruines berberes.
L'ensemble des ruines romaines et berberes a 500 pas
sur 300.

(1) Chose curicuse : une des lombes contenait une pointe de javelot en
silex.







- 77 -


A la mechta Said-ben-Koreichi, compose de deux
gourbis, vestiges d'un 6tablissement don't il ne reste
plus que quelques pierres et un fragment de colonne
en calcaire blanc (diametre : OmO4).
Plus has encore et au d6bouch6 de la coupure
donnant sur Sillegue, ruine romaine de la mechta
Ben-Gharb, don't il ne reste que des pierres eparses
au milieu des cultures. Il n'y avait 16 qu'un hameau.

hi ITINERAIRE
Route du Djebel-Oued-Gueiss ou de la rive
droite

Cet itindraire allait b Mons, d'oh il se dirigeait au
nord vers Djemila, au sud sur Saint-Arnaud.
II suivait la rive droite de l'Oued-Berda, A mi-flanc
de la montagne et passait dans le ravin de Chabet-
el-Hamra, aupres de Haoud-el-Ouesfane.
Les ruines observees par nous sont :
10 En face de Negaria, Ain-Nouadeur : carre de
30 & 40 metres de c6t6 don't il ne reste que des ali-
gnements et 6 l'int6rieur duquel se trouve un cime-
tiere musulman (de Sidi-Abderrhaman.)
Ce poste gardait la tote de l'Oued-Krenga et la
traverse d'Ain-Arnat-Fermatou-Ain-Goussinet-Ain-
Nouadeur-Djebel-Medjounes (ou Mons). Belles cul-
tures, altitude de 1280 metres environ; pays trbs
accident et vent6, communication optique avec la
ruine romaine sise A 1 kilometre a I'est, et, peut-
6tre,avec Ain-Ziba;
2" Mentana, au croisement des sentiers Ain-Nega-
ria-Ain-Mekhrizna-Ain-Nouadeur-Ain-Mekhrizna et
Djebel-Medjounes (mechta Daala).









SCe n'6tait qu'un poste sur un mamelon d6tach6,
aupres de sources abandonn6es depuis. Nous y avons
vu un seuil de porte a rainure et quelques pierres
de taille;
3 Mekhrizna, i 3 kilometres plus loin, gardait un
sentier montant de l'Oued-Berda et comprenait d'a-
bord un group d'habitation sur un petit plateau B
pic au nord, en pente rapide au sud et a l'est, acces-
sible seulement a l'ouest; ensuite, un autre group
plus a l'ouest, au pied d'un piton d'oi l'on a une
certain vue.
Le group II n'est plus indiqu6 que par des aligne-
ments (50 metres sur 35); le group I est mieux
conserve;
4 Un peu plus loin, sur l'Haoud-el-Ouesfane,
ruines que nous n'avons pas vues.
De Mekhrizna a Mons : 2 kilometres a vol d'oiseau.
Apres Mons, et b 3k500 b l'est, ruine romaine au
point 933 (pas visit6e) et & Ain-el-Rhaba, a 3 kilo-
metres (pas visit6e), sur la ligne Sedjera-el-Ouifi-
Oued-Deheb.


SILLEGUE (N....)

Bien que le centre de Sillegue sorte du rayon de
notre travail qui s'arr6te au pied sud du Med-
jounes je placerai ici les documents que j'y ai vus
de 1895 a 1898, faute de savoir oi1 les donner ailleurs.
. Maison des Ponts et Chaussees, dans la cour,
cinq dalles divis6es chacune en trois panneaux su-
perpos6s, celui du haut repr6sentant un buste, celui
du milieu deux personnages tenant dans la main


- 78 -












gauche une sorte de boite, et debout de chaque c6te
d'un autel, le panneau inf6rieur, repr6sentant un tau-
reau h gauche, le dos recouvert d'une draperie fran-
gee. Les sculptures varient dans les details. Entre
les deux panneaux superieurs, inscription :

1 2


SAT.AVG.SAC
LCARCILIVS FELIX SA
VOTVM.SOLVI T. L
ANIMO.DEC.VILKALIVAI.V.PC

3

SATVIINO AVG SAC
M POMPEIVS FELIX
SAC.VO'IVM.SOLVIT
L A.DED.T.DNOVPR CLXXXVIII


SATVRNOAVG SACR
Q. C %EL1VS FELIX SACEIlDVS LA


( SATVRNO AVG.SAC
L LICINIVS DONATVS SACER
DOS VOTVM SOL. LIB. A
NIM1VFEC.ET.DI/IIKALIANP CLXXXIII


SATVRNO ( AVC SACRVM (
Q CALIENIVS
FABVLIVS ( SAC,

Dans la meme court, une pierre en calcaire bleuatre,
taill6e a pans coups et brisee.


6

Sur la face superieure :


ARCADE
VTERIN
CRISTO (



7


Sur la face verticale :
Un christme dans une une couronne.


- 19 -




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs