• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Présidents Honoraires - Composition...
 Membres Honoraires
 Membres Titulaires
 Membres Correspondants
 Sociétés Correspondantes
 Sociétés Etrangères
 Mosaique romaine de Sila, par M....
 L'âge de pierre dans la région...
 La race berbère, véritable population...
 Le Dar-el-Acheb (Dougga), par M....
 Bougie - Compte rendu des fouilles...
 Quatrième Annuaire d'Epigraphie...
 Thubursicum Numidarum (Khemissa),...
 Monuments et inscriptions libyques...
 Lanterne de bronze provenant du...
 Notes sur quelques vestiges antiques...
 Inscriptions inédites de la province...
 Reference
 Chronique
 Nécrologie
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00005
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00005
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Présidents Honoraires - Composition du Bureau pour 1906 et Commission des manuscrits
        Page iii
    Membres Honoraires
        Page iv
    Membres Titulaires
        Page v
        Page vi
        Page vii
    Membres Correspondants
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Sociétés Correspondantes
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
    Sociétés Etrangères
        Page xiv
        Page xv
    Mosaique romaine de Sila, par M. Stéphane Gsell
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 6a
        Page 7
        Page 8
    L'âge de pierre dans la région de Bordj Menaïel et sur la côte, par M. Camille Viré
        Page 9
        Page 10
        Page 10a
        Page 10b
        Page 10c
        Page 11
        Page 12
        Page 12a
        Page 12b
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 18a
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    La race berbère, véritable population de l'Afrique septentrionale, par M. Ernest Mercier
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
    Le Dar-el-Acheb (Dougga), par M. le docteur Carton
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 64a
        Page 64b
        Page 64c
        Page 64d
        Page 65
        Page 66
    Bougie - Compte rendu des fouilles faites en 1904, par M. A. Debruge
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 74a
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 102a
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Quatrième Annuaire d'Epigraphie africaine (1904-1905), par M. le docteur Carton, médecin de 1re classe
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
    Thubursicum Numidarum (Khemissa), par M. Ch. Al. Joly
        Page 164
        Page 164a
        Page 164b
        Page 165
        Page 166
        Page 166a
        Page 166b
        Page 167
        Page 168
        Page 168a
        Page 169
        Page 170
        Page 170a
        Page 171
        Page 172
        Page 172a
        Page 173
        Page 174
        Page 174a
        Page 174b
        Page 175
        Page 176
        Page 176a
        Page 176b
        Page 177
        Page 178
        Page 178a
        Page 179
        Page 180
        Page 180a
        Page 180b
        Page 181
        Page 182
        Page 182a
        Page 183
        Page 184
        Page 184a
        Page 184b
        Page 184c
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
    Monuments et inscriptions libyques relevés dans les ruines de Tir-Kabbine, situées sur le territoire de la commune mixte d'Aïn-M'lila, par M. Auguste Vel
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 202a
        Page 203
        Page 204
        Page 204a
        Page 204b
        Page 204c
        Page 205
        Page 206
        Page 206a
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 226a
        Page 227
        Page 228
    Lanterne de bronze provenant du cimetière païen d'Aïn-el-Hout, par M. Rouquette
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
    Notes sur quelques vestiges antiques découverts dans la commune mixte des Maâdid, par M. Achille Robert
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
    Inscriptions inédites de la province de Constantine pendant l'année 1905, par M. Ulysse Hinglais
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
    Reference
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
    Chronique
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
    Nécrologie
        Page 269
        Page 270
    Table of Contents
        Page 271
        Page 272
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text






DES

NOTICES ET MEMOIRES
DE LA
SOCIlITI ARCH]OLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTNE

' 8e VOLUME DE LA QUATRIEtIME SERIES

TRENTE-NEUVIPME VOLUME DE LA COLLECTION

1 ANNIE 1905







CONSTANTINE
IMPRIMERIE D. BRAHAM, 2, RUE DU PALAIS, 2
ALGER PARIS
JOURDAN, LeCAIrm-EDITEUR, J. ANDRt et Ci
URDAN, L E-ED Libririe africaine et colonial
Place du Gouvernement 27 et 31, rue Bonaparte



S 7S r
t. 139 --.
fi1 A*
















UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES








,.,



ago

A










RECUEIL
DES

NOTICES ET MEMOIRES
DE LA
SOCIETY ARCHIOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTNE

8e VOLUME DE LA QUATRIEME SERIE

TRENTE-NEUVIBEE VOLUME DE LA COLLECTION

ANNfE 1905


CONSTANTINE
IMPRIMERIE D. BRAHAM, 2, RUE DU PALAIS, 2


ALGER
JOURDAN, LIBRAIRE-EDITEUR
Place du G6uvernement


PARIS
J. ANDRI6 et C'
Librairie africaine et colonial
27 et 31, rue Bonaparte


1906


A







&c ~'S:K













LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIETY




PRSXD)EKNTS D'HONNEUR

MM. JONNART, Gouverneur G6n6ral de 1'Alg6rie.
DE ToncY, G. O. 4, I. Q, G6neral commandant la
Division de Constantine.
PLANTIE, 4, I 0, Pr6fet du D6partement.
MORINAUD, Maire de Constantine.



Composition du Bureau pour 1905


President:
ler Vice-Prdsident :
2e Vice-President :
Secrdtaire :
Trdsorier :
Bibliothdcaire :
Secrdtaire-Adjoint :


M. Ernest MERCER.
M. MAGUELONNE.
M. HINGLAIS.
M. Gustave MERCER.
M. DESJARDINS.
M. WVILLIGENS.
M. VEL.


Commission des Manuscrits

MM. MERCIER (Ernest), Prdsident;
MAGUELONNE,
HINGLAIS, Membres.
MERCIER (Gustave),
CALASSANTI MOTYLINSKI (DE),









MEMBERS HONORAXRES

1904 MM. BABELON, membre de l'Institut,
Conservateur a la BibliothBque national,
rue de Vermeuil, 30.
1904 BARRIER DE MEYNARD, membre de
l'Institut, directeur de 1'Ecole des langues
orientales vivantes, rue de Lille, 2.
1893 BERGER (Philippe), 0 |, I ,, membre de
1'Institut, professeur au College de France,
membre du Comite des travaux historiques
et scientifiques, Paris, Quai Voltaire, 3.
1893 BO1SSIER (Gaston), G. O. *, I Q, professeur
au College de France, secr6taire perp6tuel
de l'Acad6mie francaise, Palais de l'Institut,
Paris.
1894 BREAL (MICHEL), C *, I Q, professeur au
College de France, membre de l'Institut,
70, rue d'Assas, Paris.
1893 CAGNAT (RenB), O 4, I 0, membre de l'Ins-
titut, professeur d'6pigraphie au College de
France, membre du Comit6 des travaux
historiques et scientifiques, rue Stanislas
10, Paris.
1885 HARON DE VILLEFOSSE, O 4, I 0, membre de
l'Institut, conservateur des antiquities grec-
ques et romaines au Mus6e du Louvre,
president du Comit6 des travaux arch6olo-
giques, 16, rue Washington, Paris.
1904 MASPERO, membre de l'Institut,
professeur au Collge de France.
1904 REINACIH (Salomon), 4, O I Q, membre de
de l'Institut, conservatear du Mus6e de
Saint-Germain, rue de Traktir, 4, Paris,
xvie ar.
1904 SAGLIO, (Edmond), membre de l'Institut, di-
recteur des Thermes de Cluny, rue de
Sevres, 85.
1904 SCHLUMBERGER (Gustave), membre
de l'Institut, Avenue d'Antin, 37.
1904 BALLU, O, 0I inspecteur des Monuments
historiques de France, rue Blanche, 80.











MEMBRES TXTUXLAIXRS


1892 MM.

1892
1903

1903

1896

1898



1895

1876
1883

1903

1902
1902

1903

1892

1906


ARRIPE, OI 9, conseiller de Prdfecture, A
Constantine.
AUBRY (Dr), t,O A& ,s6nateur,maire de S6tif.
B9NOS, professeur A 1'6cole primaire sup6-
rieure, Constantine.
BRAHAM (David), 0 A 6, editeur, Constan-
tine.
BUSQUET, 0 I f, proviseur du Lycee, Cons-
tantine.
CALASSANTI MOTYLINSKI (DE), 0 I 1, offi-
cier interpr6te principal, directeur de la
M6dersa, professeur a la Chaire publique
d'arabe, Constantine.
CAMBUZAT-ROY, propri6taire, Boulevard du
Temple, Auxerre (Yonne).
CARBONNEL, 0 A ', imprimeur, Constantine.
CHARRIER, 0 A i, sous-chef de bureau de
Prefecture, en retraite, St-Eugene (Alger).
COLLENSON, propri6taire, conseiller municipal,
Mila.
COUDRAY, professeur au Lycee, Constantine.
DEBRUGE, O Q, employ 6des Postes, corres-
pondant du Ministbre, Bougie.
DESJARDINS, directeur des Contributions di-
verses, en retraite, Constantine.
EscunRn, 0 I directeur de l'ecole primaire
sup6rieure, Constantine.
FLAMAND, *, 0 I Q, charge de course a l'6cole
sup6rieure des sciences d'Alger, directeur-
adjoint de la carte g6ologique, Alger-Mus-
tapha.









1874 GOYT, topographe principal en retraite, 31, rue
Saint Andre, Grenoble.
1891 MM. GSELL, t, 0 I 0, professeur B 1'Ecole sup6-
rieure des Lettres, directeur du Mus6e des
antiquit6s alg6riennes, Alger-Mustapha.
1903 GUIBERT (DE), avocat, Constantine.
1874 HINGLAIS, 0 I l, proviseur en retraite, con-
servateur du Mus6e, biblioth6caire de la
ville, correspondent du MinistBre, Cons-
tantine.
1899 JAUBERT (l'abb6), O 0, chanoine honoraire,
secr6taire g6n6ral de l'6v6ch6, Constantine.
1901 LABORDE (Dr), m6decin colonial.
1904 JOLY, architect, Guelma.
1903 LEROY, 4, 0 I 0, docteur en m6decine,
conseiller municipal, Constantine.
1878 LUCIANI, 0, OI conseiller du Gouverne-
ment, Alger.
1892 MAGUELONNE, O I directeur des Domaines,
Constantine.
1891 MEJDOUB KALAFAT, O I professeur d'arabe
au Lyc6e, Constantine.
1867 MERCIER (Ernest), 4, 0 1 ", interprete-tra-
ducteur asserment6, membre associ6 de
l'Ecole des Lettres d'Alger, correspondent
honoraire du Ministere, A Constantine.
1896 MERCIER (Gustave), avocat au barreau de
Constantine, officer interpreted de reserve,
conseiller g6n6ral de Constantine.
1904 MONTAGNON (l'abb6), A i, cur6 de Z6raia.
1890 MORINAUD (Emile), ancien d6put6, maire de
Constantine, conseiller g6n6ral.
1878 PAPIER, i, 0 I ', chef du Service des tabacs
en retraite, president de 1'Acad6mie d'Hip-
pone, BOne.












1903 PIQUET, 0 A 9, docteur en m6decine, Cons-
tantine.
1891 MM. PRaVOST, 0 A 9, agrege des Lettres, profes-
seur de premiere au Lycee, Constantine.
1903 RIBET, 0 A 9, administrateur de commune
mixte, chef de cabinet du Pr6fet, Constan-
tine.
1881 ROBERT, 0 I 9, administrateur de commune
mixte, correspondent du Ministere, Bordj-
bou-Arr6ridj, (Constantine).
1903 SABATIER, conducteur des Ponts et Chauss6es,
conservateur du Mus6e, T6bessa.
1903 VALLET, publicist, Constantine.
1890 VARS, O I 9, professeur au Lyc6e, Digne.
1905 VEL, sous-inspecteur du service des enfants
assists, Constantine.
1891 VILLA, avocat, batonnier de l'Ordre, Constan-
tine.
1902 WILLIGENS (Dr), 0 6, m6decin principal de
Ire classes en retraite, Constantine.











MEMBRES CORRESPOR DANTS



1900 MM. BARRY, O I inspecteur des fouilles de Tim-
gad, correspondent du Ministere, Timgad,
(Constantine).
1889 BERNARD, architect, 3, rue des Cordeliers,
Compiegne.
1891 BERTRAND (Louis), 0 I ,, conservateur du
Mus6e de Philippeville, correspondent du
Ministere.
1898 BESNIER (Maurice), 0 A 0, ancien membre
de l'Ecole francaise de Rome, charge de
course A l'Universit6, rue Pesmagnie, 14,
Caen (Calvados).
1903 BIGEARD, ., capitaine d'infanterie hors cadres,
commandant superieur, Khenchela.
1903 BRUNACHE, -, OA |, administrateur de com-
mune mixte, Aumale (d6partement d'Alger).
1900 CARTON (Dr), 4, OI -, medecin-major de
1re classes, president de l'Institut de Carthage
et de la Societ6 d'archeologie de Sousse,
membre non resident du Comit6,La Goulette.
1903 CHERBONNEAU, 0 A ), avout, Setif.
1888 DELATTRE (le R. P.), 6, 0 I pretre mis-
sionnaire d'Alger, membre correspondent
de l'Institut, conservateur du Mus6e de
St Louis de Carthage, La Goulette (Tunisie).
1890 DOMERGUE, topographe principal en retraite,
correspondent honoraire du Ministere,
Saint-Genies (Aveyron).
1890 ESPtKANDIEU, &, 0 I capitaine d'Infante-
rie en retraile, membre non resident du Co-
mite, 37, rue de Bellechasse, Paris.
1894 FAGNAN, OI ., professeur h l'Ecole sup6rieure
des Letlres, Alger.










1878 MM. FARGES,O 4, O I commandant en retraite,
correspondent du Ministere, Amplepuis'
(Rhone).
1905 FRANQOIS (l'abb6), cure a Collo.

1894 GAUCKLER, S, 0 I correspondantde l'Ins-
titut, Tunis.
1892 G(ETSCHY, O -, 0 I g6n6ral de brigade,
adjoint au Gouverneur de Nice, comman-
dant la subdivision.

1893 GURINN, 0 A ), sous-directeur des Contri-
butions diverse en retraite, avocat, 4, rue
de Constantine, Alger.
1892 HANNEZO, *, 0 1 commandant au 144e
d'Infanterie, correspondent du Ministere,
Bordeaux.
1890 JACQUOT, O AQ juge au tribunal de Thonon-
les-Bains (Haute-Savoie).
1897 LEROY (Louis), 0 1 Q, explorateur, Biskra.
1901 LOIZILLON, administrateur-adjoint de la com-
mune mixte des Maadid.
1895 MAN6TRET, 0 A 0, administrateur de com-
mune mixte, El-Milia (Constantine).
1888 MILVOY, architect, rue des Trois-Cailloux,
Amiens.
1902 OGER DU ROCHER, juge supplant au Tribunal
civil.
1888 PALLU DE LESSERT, avocat, rue de Tournon,
17, Paris.
1892 PONTA, propri6taire A Mila (Constanline).

1902 ROUQUErTE (Dr), 0 A 0, m6decin militaire,
au 31e d'Artillerie, Le Mans.

1875 RoY, O 4, 0 1 secr6taire general du gou-
vernement tunisien, Tunis.










x

1885 MM. SALADIN, 4, 0 I 0, architect, dipl6m6 par
le Gouvernement, 69bis, boulevard de Cour-
celles, Paris.

1904 SANREY, 4, docteur en m6decine, Batna.

1892 TOUTAIN, 0 I ', professeur a l'Ecole des
Hautes Etudes, 25, rue du Four, Paris.

1893 VIRa (C.), avocat a Bordj-MenaYel (Alger).










SOCXlTKS GORRESPOXDANTEIS


AGEN. Soci6et d'agriculture, sciences et arts.
Aix. Acad6mie des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
Soci6t6 d'etudes provencales.
ALAIS. Soci6t6 scientifique et litt6raire.
ALGER. EIcole sup6rieure des Lettres.
Soci6t6 historique alg6rienne.
Soci6t6 de geographie d'Alger et de 1'Afrique du
Nord.
AMIENS. Soci6t6 des antiquaires de Picardie.
ANGOULEME. Soci6t6 archdologique et historique de la
Charente.
AUTUN. Socidt6 6duenne.
AVALLON. Soci6t6 d'6tudes.
AVIGNON. Acad6mie de Vaucluse.
AUXERRE. Soci6t6 des sciences historiques et naturelles
de l'Yonne.
BAR-LE-DUC. Soci6et des lettres, sciences et arts.
BEAUNE. -- Soci6et d'archeologie, d'histoire et de littera-
ture.
BEAUVAIS. Societ6 acad6mique d'archeologie, sciences
et arts du d6partement de l'Oise.
BZIERs. Soci6t6 arch6ologique, scientifique et litt6raire.
BONE. Acad6mie d'Hippone.
BORDEAUX. Soci6te arch6ologique.
Soci6t6 de gBographie commercial.
BOURG. Bulletin de la Societ6 de g6ographie de l'Ain.
BOURGES. Soci6t6 historique, litt6raire et artistique du
Cher.
BREST. Soci6t6 acad6mique.
CHAMBERY. Societe savoisienne d'histoire et d'archdo-
logie.
DAX. Soci6t6 de Borda.
DOUAI. Union geographique du nord de la France.









EPINAL. Socidte d'6mulation des Vosges.
GAP. Soci6td d'6tudes des Hautes-Alpes.
GRENOBLE. Acad6mie delphinale.
GutRET. Soci6t6 des sciences naturelles et arch6ologi-
ques de la Creuse.
LANGRES. Soci6t6 historique et arch6ologique.
LAON. Soci6t6 acad6mique.
LIMOGES. Soci6t6 arch6ologique et historique du Li-
mousin.
LYON. Soci6t6 litt6raire, historique et arch6ologique.
Acad6mie des sciences, belles-lettres et arts.
Bulletin historique du diocese de Lyon.
LE MANS. Soci6t6 historique et arch6ologique du Maine.
MARSEILLE. Soci6t6 de statistique.
Soci6t6 arch6ologique de Provence.
MONTAUBAN. Soci6t6 arch6ologique du Tarn-et-Garonne.
MONTBLIARD. Soci6t6 d'6mulation.
MONTPELLIER. Soci6t6 languedocienne de g6ographie.
NANCY. Acad6mie de Stanislas.
SociBte d'arch6ologie lorraine et du mus6e his-
torique lorrain.
Soci6t6 de g6ographie de l'Est.
NANTES. Soci6t6 d'arch6ologie.
NARBONNE. Commission arch6ologique.
NiMEs. Acad6mie du Gard.
ORAN. Soci6t6 de g6ographie et d'arch6ologie.
ORLEANS. Soci6t6 archbologique de l'Orldanais.
PARIS. Institut de France.
Comit6 des travaux historiques et scientifiques.
Bulletin de l'Ecole des Chartes.
Soci6t6 des antiquaires de France
Soci6t6 d'ethnographie.
Soci6t6 de g6ographie.
Soci6t6 d'anthropologie.
Association pour l'encouragement des 6tudes
grecques.
Socie6t des 6tudes historiques.










PARIS. Revue geographique international.
Mus6e Guimet.
Soci6t6 acad6mique indo-chinoise de France.
Revue des Colonies et des Protectorats, minister
des Colonies.
Recue de statistique.
Soci6tB d'6tudes alg6riennes, 12, galerie d'Or-
leans.
Journal asidtique.
Bulletin de la Soci6t6 des 6tudes coloniales et
maritimes.
Revue archdologique.
PERPIGNAN. Soci6t6 agricole, scientifique et litt6raire.
POITIERS. Soci6t6 des antiquaires de l'Ouest.
REIMS. Acad6mie national.
ROCHECHOUART. Soci6t6 des Amis des sciences et des
arts.
RODEZ. Societ6 des lettres, sciences et arts de l'Aveyron.
ROUEN. Commission des antiquit6s de la Seine-Inf6-
rieure.
SAINT-BRIEuc. Soci6t6 d'6mulation des C6tes-du-Nord.
SAINT-DIg. Soci6t6 philomathique.
SAINT-OMER. Soci6t6 des antiquaires de la Morinie.
SENS. Soci6t6 arch6ologique.
SoussE. Bulletin de la Soci6t6 archeologique.
TOULON. Acad6mie du Var.
TOULOUSE. Acad6mie des sciences, inscriptions et belles-
lettres.
Bulletin de la SociBt6 de g6ographie.
TOURS. Soci6t6 d'arch6ologie de la Touraine.
Soci6t6 d'agriculture, sciences, arts et belles-
lettres du d6partement d'Indre-et-Loire.
Soci6t6 de g6ographie.
FUNIS. Institut de Carthage. Association tunisienne
des lettres, sciences et arts, A Tunis.
VALOGNE. M6moires de la Soci6t6 arch6ologique.
VANNES. Soci6t6 polymathique du Morbihan.
VERVINS. Soci6t6 arch6ologique.












sOGx0 TYS ETRA.NGatE S



ALSACE-LORRAINE. Soci6t6 d'arch6ologie et d'histoire do
la Moselle, a Metz.
Soci6t6 pour la conservation des mo-
numents historiques de l'Alsace, a
Strasbourg.
AMIRIQUE DU SUD (LA PLATA). Direction g6n6rale de
statistique de la province de Buenos-
Ayres.
ANGLETERRE. Societ6 des antiquaires de Londres.
Ecosse. Soci6t6 des Antiquaires, Edim-
bourg.
Soci6t6 des antiquaires de Cambridge.
Institut canadien de Toronto (Canada).
Soci6t6 de numismatique et d'arch6ologie
de Montr6al.
BELGIQUE. Soci6t6 des Bollandistes, Bruxelles.
Soci6t6 d'arch6ologie de Bruxelles.
BRESIL. Mus6e national de Rio-Janeiro.
EGYPTE. Institut 6gyptien, au Caire.
Comit6 de conservation des monuments de l'art
arabe.
Soci6t6 kh6divale de geographie, au Caire.
ETATS-UNIS D'AMiRIQUE. Mus6e Paebody d'arch6ologie
et d'ethnographie americai-
ne de Cambridge.
Institut Smithsonien de Wa-
shington.
Commission d'inspection gao-
logique des Etats-Unis (D6-
partement de l'Int6rieur), a
Washington.
Soci6t6 d'anthropologie, a Wa-
shington.
Acad6mie des sciences natu-
relles de Davenport, Iowa.













ETATS-UNIS D'AMiRIQUE. Musde americain d'histoire
naturelle.
Association americaine pour
l'avancement des sciences,
A Washington.
ITALIE. Institut arch6ologique d'Allemagne, a Rome.
1cole francaise de Rome.
Soci6t6 africaine d'Italie, A Naples.
Soci6t6 africaine d'Italie, A Florence.
NoRWAGE. Universit6 royale, A Christiana.
PEnou. Bulletin de la SociBtB de geographie de Lima.
SUEDE. Acad6mie royale archdologique de Stockholm.
Institut gBologique de l'Universit6 d'Upsala.
SUISSE. Soci6te d'histoire et d'archdologie de Geneve.











MOSAXQU'E HOMAxINE

DE SIL .A.





La mosaique reproduite sur une des planches de
ce volume (pl. no I), d'apres un dessin de M. Fer-
rand, a Wte trouv6e h Sila par M. Clerc, chef canton-
nier habitant ce lieu. Elle est aujourd'hui place
dans la cour du musde des antiquit6s d'Alger-Mus-
tapha.
On sait que le centre antique de Sila 6tait i
32 kilom6tres Sud-Sud-Est de Constantine et h
10 kilometres Sud-Ouest de Sigus, comme le
prouvent la d6couverte, au milieu de ruines 6ten-
dues, d'une inscription mentionnant la res)(pub(lica)
Silensium(1), et le nom de Fedj-Sila, que porte encore
un col situd a peu de distance au Nord-Est(2).
Sila doit sans doute etre range au nombre des
castella qui d6pendaient de Cirta. Elle 6tait adminis-
tree par un magister, ou magistrates(3), assist d'un
conseil(4), don't les membres portaient le titre de

(1) C. I. L., vii, 19198.
(2) Cherbonneau, Recueil de Constantine, xii, 1868, p. 414. Tissot,
G ographie de laprovince romaine d'Afrique, ii, p. 400.
(3) C. I. L., 19199 : mag(istcr); ibid., 588-: magistratus.
(4) Ibid., 5884 : permisso ordinis.










decurion('). Cette sorte de commune (res public
Silensium(21) avait un territoire assez vaste, au moins
dans la direction du Nord(3). On ignore si, dans le
course du troisieme sickle ou sous le Bas-Empire,
elle fut 6rigee en commune romaine autonome; rien
ne l'indique. Un episcopus Silensis est nomm6 dans la
Notice eccl6siastique de l'annee 484(4).
Les ruines de Sila ont te6 jusqu'h present peu
6tudiees. Cependant, Cherbonneau et Poulle leur
ont consacr6 quelques pages dans le Rerueil de la
Socidt6 de Constantine(5); ces deux savants et Wil-
manns ont public un certain nombre d'inscriptions
de ce lieu (); j'en ai moi-meme copi6 quelques autres,
decouvertes recemment par M. Clerc.
Sila s'elevait sur la pente d'une colline incline
vers le Sud-Est, entire deux ravins. Deux fortes
sources fournissaient aux habitants l'eau n6cessaire.
Des traces d'un rempart se distinguent au Sud et au
Sud-Ouest(7). On ne voit du reste h Sila aucun 6difice
digne d'attention, sauf un fort byzantin quadrangu-
laire, qui measure cinquante metres de c6te, et qui
parait avoir 6te renforc6 par un bastion au milieu
de .chaque face. Les murs, 6pais de lm40-2m10,

(1) C. I. L., 19198 : decreto decur(ionum). Pour cette organisation
communale, conf. l'inscription de Sigus C. I. L., 19135.
(2) Ibid., 10295 et 19198.
(3) Borne de l'annee 220, place par la res)(publica Silensium, proba-
blement sur une voie qui reliait Sila A Cirta, et indiquant une distance
de treize miles kdepuis Sila); elle a &td trouvee A 500 metres au sud
du Kroub: ibid., 10295 (conf. Rec. de Constantine, xii, p. 412).
(4) Numidic, no 92.
(5) Tome xii, 1868, p. 416-424 (Cherbonneau); tome xxvi, 1890-1891,
p. 317-319 (Poulle).
(6) C. I. L., 5884-5926, 19198, 19199, 19208.
(7) Au Sud-Ouest, Poulle signal une tour d'angle.







-3-


sont, suivant 1'usage, h double parement de pierres
de taille, avec des moellons dans l'intervalle; des
materiaux de demolition y ont Wet employs. Les
vestiges de constructions antiques abondent surtout
au Sud .et i l'Ouest de ce fort : on y rencontre
quelques dbris de colonnes(1) et de pierres mou-
luries, des restes de pressoirs, un bloc sur lequel
est sculpt un niveau. Ii y avait des cimetieres au
Midi et i l'Ouest. Poulle mentionne des s6pultures
circulaires, en pierres tant6t brutes, tantot tailles;
I'une d'elles present un couloir.
Parmi les inscriptions, la plus intdressante est
une dedicace au Genius numinis Caput Amsagae(2), d6-
couverte par Cherbonneau a Ain-el-Tsaur, source
situee a l'Ouest et i deux cents pas du fort byzantin;
h c6t6, Cherbonneau a cru reconnaitre les vestiges
d'un sanctuaire de forme circulaire(3). On n'ignore
pas que l'Amsaga 6tait le fleuve qui, sous le nom
d'Oued-el-Kebir, se jette dans la MWditerranee entire
Djidjelli et Collo(4), et qui est form de I'Oued-Endja
et du Rhumel; cette derniere rivibre recoit un peu
en amount de Constantine, l'Oued-bou-Merzoug. II
semble bien que les anciens aient regard l'Oued-
bou-Merzoug comme la branch maitresse de l'Am-
saga(5). L'Ain-bou-Merzoug se trouve b environ dix-
sept kilometres au Nord-Ouest de Sila. Cependant,
ce voisinage ne suffit peut-Otre pas pour justifier la


(1) .Cherbonneau (1. c., p. 419) indique trois chapiteaux a volutes.
(2) C. I. L., 5881.
(3) L. C., p. 423.
(4) Conf. Atlas archolog. de l'Algdrie, feuille 8 (Philippeville), no 5.
(5) Conf. Cherbonneau, 1. c., p. 455-456.








-4--


presence d'une d6dicace au Genius numinis Caput
Amsagae a c6te d'une source situee h Sila meme. 11
est bien possible que cette source d'Ain-el-Tsaur ait
ete consideree, du moins par les gens de Sila, com-
me la veritable tote du fleuve. De lh, part un ruis-
seau, le plus souvent a sec aujourd.hui, qui se dirige
d'abord vers le Nord-Est (Oued-Tedrajine), puis
vers le Nord-Ouest (Oued-el-Keleb), pour rejoindre
l'Oued-bou-Merzoug, pres de la station d'Ouled-
Ramoun.
La mosaique de Sila, qui vient de servir de pr6-
texte a ces observations historiques et archeologi-
ques, format le pavement d'une salle dans des ther-
mes que M. Clerc a en parties deblayes, vers la parties
inferieure des ruines, en contre-bas de ]a route
franchise et b environ deux cents metres au Nord-
Est de la maison cantonniere. Cette salle 6tait le
frigidarium, comme I'indique une piscine de 4 metres
sur 3m75, pave en mosaique blanche, dans laquelle
on descendait par trois marches. Du c6te oppose 6
la piscine, M. Clerc a mis au jour deux petites sales,
destinies ah tre chauffees, don't les suspensurae por-
taient jadis un sol en mosaique ornementale; au
delb, il y avait un fourneau.
Ii manque environ un tiers de notre mosaique,
sans parler des lacunes de la parties conserve. Les
dimensions actuelles sont de 4m65 sur 6m45, y com-
pris le cadre.
Selon une coutume frequente dans les thermes
remains(1), on a repr6sent6 sur ce pavement la mer,

(1) Voir Gauckler, La Mosacque antique, p. 29, no 3 (tirage a part du
Dictionnaire des antlquit&s, s. v. Mustoum opus).







-5-


indiquie par -de petits traits symetriques, et des divi-
nites marines. Quatre Nereides il n'en reste plus
que trois sont assises ou couches sur des mons-
tres marines : deux sur un hippocampe, une autre
sur un animal & tote et cou de cygne. Deux tiennent
un voile, qui se recourbe au-dessus de leur tite. En
avant de ces dresses, un Amour se tient debout
sur un dauphin; dans la main de l'un de ces enfants,
encore bien conserve, on voit un fouet; l'autre
main tient la bride du cheval d'une des N6erides.
Ces diverse figures sont des images fort banales :
il y en a, par example, d'analogues sur des mosai-
ques de TMbessa, d'Hippone, de Philippeville, d'Oued-
Atm6nia, de Setif, de Bougie, de Sousse(1).
La figure qui occupe le centre du tableau est
moins souvent representee. C'est Scylla, personni-
fication, comme on le sait, d'une roche, percee d'une
caverne, du d6troit de Messine, roche dangereuse
pour la navigation antique(2) et situee en face du
gouffre de Charybde.
Scylla apparait ici sous les traits adopts par I'art
hell6nistique et remain3) : une jeune femme aux
cheveux en desordre, don't le corps se termine par

(1) Pour les Ndrd&des, voir Gsell, Mus'de de TVbossa, p. 65 et pl. vml
(Tbhessa); Papier, Lettres sur Hippono, pl. xx (IIippone); planche joint
at Bulletin d(f l'Acaddmie d'Hippone, tome xxix ibidd. ; Delamare;
E7plor. scientifique do l'Alpgrie, A .'-.l-' I p 19 et 20 (Philippe-
ville); planche jointe au tome xix 1I", .hInI Recueil de Constantine
(Oued-Atmenia); RcG. de Constantine, xxvII, 1892, pl. a la p. 244 (prbs
de Sdtif; aujourd'hui au mus6e d'Alger); pl. joint au mbme volume du
Recueil. et ibid., p. 243-241 (Bougie). Pour les Amours, voir Gsell,
Musde de T:bessa, 1. c. ('1 bessa); Reccue de I'AI'rque franfaise, 1887,
pl. I la p. 381 (Sousse).
(2) Conf. Berard, Les Phdniciens et Z'Odyssde, n, p. 350 seq.
(3) Voir, entre autres, Vinet, Annali doll'Instituto, xv, 1843, p. 195
(et Monumenti dell'Instituto, In, pl. LII et LII); Baumeistcr, Denk-
nceler dcs klassischen Altertums, s. v. Skylla.







-6 -


deux queues de poisson(') et don't le venture est en-
toure de chiens ou de loups. Ce n'est pas la des-
cription qu'Homere done de Scylla(2): ((..... un
( monstre malfaisant don't la vue fait peur meme
( aux dieux. Elle a douze pieds difformes, six cous
( d'une longueur d6mesuree et, sur chacun, une
a tote effroyable, avec trois rangees de dents serr6es,
a qui portent la sombre mort. )
Les artistes grecs ne semblent pas avoir voulu
reprisenter un 6tre aussi monstrueux. Mais les
images de Scylla qui nous sont parvenues concor-
dent assez bien avec des vers de Virgile et d'Ovide.
a Elle a, dit Virgile(3) un visage human; sa poitrine
( est celle d'une belle vierge, mais, a partir de la
( ceinture, elle offre le corps hideux d'une baleine;
( son venture, que des loups entourent, s'attachent
( des queues de dauphins(4). ) Et Ovide(5) parole de
Scylla au visage de vierge, don't le venture est en-
toure de chiens f6roces.
Scylla tient sur notre mosaique un gouvernail(6),
qu'elle leve d'un geste menacant. Les autres oeuvres


(1) Sur d'autrcs images, le corps de Scylla se tcrmine par deux ser-
pents ou dragons.
(2) Odyssde, xn, 87 seq.
(3) Endide, in, 426 seq. :
Prima hominis faces et pulchro pcctore cirgo
Pube tens, postrerna inaniat corpore pistrix,
Delph/inurn caudas utero commissa luporum.
(4) Conf. Virgile, Bucoliques, vi, 74-75 : (Scylla)
..... qunamfama secuta est
Candida succinctam latrantibus inguina monstris....
(5) Mdtamorphoses, xmi, 732-3 :
Illa feris atram canibus succingitur alcum,
Virginis ora gerens.....
(6) Je crois, en effet, que c'est un gouvernail, plut6t qu'une rame.

























































MOSAIQUE de MERIKE--TALA
MOSAIQUE de MERIKEB--THALA











qui nous la montrent lui mettent dans les mains
soit un gouvernail, soit une rame, soit une ancre,
soit des pierres ou un quarter de roc, soit des
glaives. C'est avec ces diverse armes qu'elle s'apprete
b attaquer les navigateurs assez imprudents pour
trop s'approcher d'elle.
La mosaique que nous venons de d6crire est d'un
bien mauvais art; le dessin en est incorrect, la tech-
nique grossiere et negligde, la couleur assez terne;
les visages sont sans expression, les details des
corps et des draperies indiques par des lignes raiders
et disgracieuses. Ce morceau doit etre du troisieme
ou du quatrieme siecle. C'est I'ouvrage d'artisans
maladroits, ~ peine digne des thermes du chef-lieu
de canton qu'6tait Sila. Cependant I'image de Scylla,
figuree au milieu de ce pavement(l), lui donne un
certain intirit.

Septembre 1904.



STEPHIANE GSELL.











(1) Pourquoi ce choix? Je l'ignore, car j'aime mieux ne pas croire a un
jel de mots, justifiant la presence de Scylla dans les themes de Sila:
la prononciation des deux mots diffdrait assez.


i -Y











L'AGE DE PIERRE

DANS LA REGION

DE BORDJ-MENAIEL ET SUR LA COTE





Dans ma notice sur l'archeologie du canton de
Bordj-Menaiel, (vol. xxxi de la Socieit arch., 1898),
j'avais signal l'absence i peu pros complete d'outils
en silex dans la region. De silex, je n'avais recueilli
qu'un burin, brun jaunatre, une pointe de fleche
noire, a l'entr6e d'un abri sous roche au lieu dit : La
Cascade, a 15 centimetres de profondeur avec des
debris d'ossements humans et une hache dans un
autre abri. Tout recemment un boulet de meme
matiere (quartz siliceux), ayant 0m23 de circonference,
a Wte trouv6 au mime endroit. Tous les autres outils
Mtaient fagonnes en des matieres qui n'6taient pas le
silex. Ces constatations n'ont M6t infirm6es pour
ainsi dire pas encore, en ce qui concern l'int6rieur
des terres. Mais j'ai acquis la preuve que sur le
bord de la mer, les hommes primitifs avaient taille
le silex en colossale abondance et s'en etaient servi
en guise d'outils et d'armes. Dans la parties de la
c6te qui forme le canton actuel de Bordj-Menaiel, le
point principal de taille a ete vraisemblablement le
point extreme vers la mer de l'etroite langue de chat
8







- 10 -


entouree alors d'eau sur trois c6tes que termine B
c6t6 du cap Djinet, en forme de falaise dominant la
mer, l'enorme masse basaltique du Settara, exacte-
ment a l'angle nord-ouest du reduit de la ville pos-
terieure qui s'appela -b l'epoque romaine Cissi muni-
cipiunm. Et justement parce que sur l'emplacement
mime de cet atelier, ont 6t6 levees depuis des cons-
tructions romaines, elles-mimes faisant suite B un
6tablissement carthagino-berbere, il y a grande
chance pour qu'on n'y puisse jamais recueillir une
quantity nombreuse d'echantillons intacts. Cependant,
sur un secteur d'une trentaine de metres, sur la face
sud-ouest du Settara, le long des rigoles legeres
que tracent les eaux de pluie dans la glaise grise,
parmi l'infini des debris de basalte et des debris de
poteries romaines, j'ai ramass6 plusieurs centaines
de petits eclats de silex noir, parmi lesquels des
pieces manifestement travaill6es et des nuclei, de
tres petits galets de silex m'ont d6montr6 l'existence
d'un atelier de taille i ce point extreme du plateau.
Apres chaque pluie, d'ailleurs, une recherche minu-
tieuse sur les flancs de la montagne permet d'en
decouvrir de nouveaux 6chantillons appartenant tous
a des outils de tres petite dimension (les plus grands
recueillis b ce jour ont 7 centimetres de longueur.

( Voir planche ci-contre )


S'il a exist en cet endroit des outils de grande
ctaille, ils ont disparu dans les remaniements suc-
essifs du plateau qui, non-seulement, a 6t6 occupy
par des constructions priv6es et publiques, mais a
6et le theatre d'une devastation complete.







Id4


x,4 ,! Y
(CoIntrv.a


Fr


Lw3 .
~3~tt3 ~ 3r, 4.


ri. -.-4~~1~-'~'~

















.;j:;



1:~.3- -i. :i








A ~ Ft ft


V


'.L
.*' .' ?
.


I


I f*^*r~:-"*k ", fl -
4 1
44b & LVk
\<-'i' E
i-^'t'A' WB


WtAA'f~. 1,tbazttk6evrL*


I,


I


,A


B~rii






- i1 -


II.
A deux kilometres i l'ouest du cap Djinet, b mi-
chemin entire ce cap et l'embouchure de l'Oued-Isser,
au point extreme des terres cultivables, h peu pres
a la lisiere des dunes et des sables, se trouve un
vignoble dependant de la propriety Bartlelemy. La
route de Bordj-Menaiel coupe ce vignoble en deux
parties. Dans la parties 1'ouest de la route, j'ai
ramass6 une centaine de petits silex taill6s, ainsi
que quatre ou cinq pieces en granit (ce sontles plus
grandes) et une ou deux en quartz blanc.

(Voir planches ci-contre)

Peut-6tre s'en trouvait-il plus loin encore dans la
direction de Port aux Poules, mais l'envahissement
des sables et des dunes rend, pour le moment, toute
recherche bien aleatoire. La physionomie de la cbte
s'est, en effet, profond6ment modifiee depuis une
6poque tres r6cente. II n'y a qu'h examiner la cou-
pure tres nette qui a fait engloutir une bonne parties
des ruines de la ville romaine de Rusubbicari (Port
aux Poules) et a d6truit le port, decrit par El-Bekri,
pour s'en rendre compete.
Quelques paves, rari nantes, ont pu 6chapper. Je
me propose de les rechercher en poussant aussi loin
que possible dans les deux sens et d'essayer de
dresser la carte prehistorique de tout ce littoral.
Vers Alger, on connait dejh les silex de Guyotville,
trouves soit sous abris, soit a I'air libre. On doit en
rencontrer dans la presqu'ile don't le cap Matifou
forme le point extreme. Si les c6tes des baies de
l'Alma et du Corso sont envahies par les dunes et







-- 12 -


les sables, la region situee derriere Sidi-Fredj et
Menerville est a fouiller. Il n'est pas possible que
tout ce littoral entire Alger et l'embouchure de 1'Isser
n'ait pas garden des traces de son occupation par
l'llomme pr6historique, si l'on songe surtout que
ces traces existent en quantities innombrables a
partir de Djinet. Si, entire ce point et l'embouchure
du Sebaou, je n'ai encore recueilli que quelques
echantillons incomplets, mais neanmoins caracteris-
tiques, apres le Sebaou, le Djebel-bou-Kartou au-
dessus de Takdempt, de la mi-c6te au sommet est
riche en silex et en gras siliceux tailles.
Depuis les decouvertes de MM. H. Lacour et
L. Turcat (TROUVAILLES D'OBJETS PREHISTORIQUES
DANS LA ILtGION DE DELLYS Hulletin archdologique,
1900), j'ai recueilli moi-mome pas mal de nouveaux
echantillons, don'tt quelques-uns sont au musee
d'Alger), a Takdempt meme (gres siliceux surtout),
h l'atelier du 130 kilometre (dans la Mizrana) oii les
eclats, en quantities innombrables, forment un talus
d'eboulis au-dessus de la mer, et avant et apres cet
atelier.
Plus loin encore entire Tizzirt et Port-Gueydon,
les travaux de construction de la route cotiere ont
re6vel l'existence de nombreux ateliers et des pieces
fort remarquables, en provenant, sont actuellement
dans les collections de MM. Firbach, sous-prefet de
Tizi-Ouzou, et Ricard, conducteur des Ponts et
Chaussees a Tizi-Ouzou. Entre Port-Gueydon et
Bougie, la c6te est inexploree a ce point de vue,
mais il n'y a aucune raison de supposed qu'elle soit
sans vestiges, puisque autour de Bougie m6me,
M. Debruge a recueilli de nombreux et beaux echan-
tillons.







csitra1ne


4/










'I i '




/i i\



Ii







apicAi
I(61t ia luljt.X 2,


'Al


11 -R.


(~J4e JdiLcaik~'2


/


SI /i


' \ 5


t:

.; b

i
,
i



~: "

,





r
Y'
i







- 13 -


En reliant ces different points h l'aide des chai-
nons interm6diaires, on dresserait ainsi un fragment
assez 6tendu de la carte de l'age de pierre sur les
c6tes du d6partement d'Alger.

III.

Une region qui m6riterait d'etre 6tudi6e au point
de vue archeologique est celle de M6nerville. L'6po-
que romaine y a laiss6 des vestiges de ferme dans
les Issers-el-Ouidan, les ruines de Port aux Poules
(RBisubbicari), qui etait le point d'aboutissement d'une
route venant de Bouira.
( Peu de points ont, je pense, dit Vigneral (Ruincs
romaines de l'Algeric t. I. p. 101), subi une d6vasta-
tion aussi complete que celui-ci. Aux causes habi-
tuelles de ruine, il faut joindre ici les envahissements
de la mer qui, unis aux tremblements de terre don't
parole l'histoire, comme avant fait disparaitre des cites
entieres sur ces rivages, out ravag6 et meme enlev6
jusqu'au sol rocheux, aujourd'hui b fleur d'eau sur
un vaste space, la plus grande parties de la pres-
qu'ile qu'occupait la ville antique. Je ne crois pas
meme ce houleversement ant6rieur au moyen-age,
car, du temps des premiers auteurs arabes, MerCa-d-
Daddjadj 6tait encore un point considerable anquel
venaient aboutir plusieurs routes que El-Bekri fait
connaitre.
Cet auteur donne meme sur la topographic de
ce point quelques details curieux :
( De Hamza (Bouira) 1'on se rend, dit-il, h Belias,
lieu situe sur une grande montagne et de lb on
arrive b Merqa-d-Daddjadj (le Port aux Poules). La
mer environne trois c6t6s de cette derniere locality,









une muraille perce d'une seule porte, s'6tend du
rivage occidendal au rivage oriental et c'est lb que se
trouve l'entree de la ville. Les bazars et la grande
mosquee sont situes en dedans de cette enceinte.
Le port, tres 6troit et pen profound, n'est nullement
siur. La ville possede quelques sources de bonne
eau. Beni-Djenad (Djinet), ville situde a l'orient de
Merca-d-Daddjadj est plus petite que celle-ci.
( Cette derniere indication, ajoute de Vigneral qui
s'applique i Benian Nita (Mers-el-Djinet), suffit pour
affirmer la devastation de Merqa-d-Daddjadj par
quelque grande revolution du sol. En effet, ce der-
nier point embrasse aujourd'hui i peine 7 h 8 hec-
tares et L Djinet les vestiges en couvrent une ving-
taine. La ville arabe a ete plus maltraitee encore
que la cite romaine : bazars et mosques n'ont laisses
aucune trace et les debris divers que l'on rencontre
surtout aux bords de la falaise, angles de maisons,
fragments de murs, belles pierres de taille, mosai-
ques, tous accusent la main-d'aouvre romaine. Les
sources ont completement disparu. Aujourd'hui, il
n'existe plus de traces de port ici, les bas-fonds
semblent s'avancer tres loin dans la mer. Quant a
la muraille qui fermait la p6ninsule, il devrait etre
tres facile d'en retrouver les foundations dans un sol
aujourd'hui entibrement sablonneux et que viennent
effleurer, en plusieurs points, sur le trace probable
de cette fortification, des masses confuses de blo-
cage, de briques et de poteries. )
De Vigneral, 6crivait en 1868 : actuellement plus
rien n'est visible, les dunes de sable ont tout recou-
vert. Elles s'6tendent, gagnant d'ann6e en annee,
plusieurs kilometres i l'interieur des terres,


- 14 -






I ,,




Sur la droite de cette route qui menait de Boui ,:.'.
h Port aux Poules et la dominant, se trouvait le cen- />. _.
tre de Takitount avec son tombeau monumental et
au-dessus de la ferme Herteman et le grand fort de
Souma, en avant de M6nerville.
Takitount a ete completement d6vast6 Ibrs de la
construction de la voie ferr6e de M6nerville h Tizi-
Ouzou, qui passe au pied. J'y ai, n6anmoins, retrouv6
dans les debris deux steles paiennes et d6blay6 le
grand tombeau appele El-Habs par les indigenes :
( I (ce tombeau) pr6sente un grand inter6t, dit
M. Gsell, tant par son architecture g6nerale que par
sa decoration. )
( On y trouve des dispositions qui 6voquent h
l'esprit le vaste mausolee, appeal au jourd'hui le Tom-
beau de la Chr6tienne, c'est la m6me entree sou-
terraine i l'est, la meme plate-forme 6tablie, en
avant de l'edifice, a l'orient le meme system de
portes b coulisses, la meme galerie circulaire 6 l'in-
terieur, le m6me decor de fausses portes et de demi-
colonnes h chapiteaux ioniques, appliquees contre
les parois exterieures.
Il y a pourtant entire le mausol6e de Juba II et
celui de Blad-Guitoun d'importantes differences,
celui-ci se rapproclie beaucoup plus que l'autre des
monuments funeraires greco-romain. Le Tombeau de
la Chr6tienne est une construction indigene, un
tumulus recouvert d'une envelope classique. Le
c6ne a gradins en est la parties essentielle, le cylindre
orn6 de colonnes qui le support ne repr6sente que
la bordure du tumulus. Ici, les parois verticales
prennent une importance beaucoup plus grande et
se composent de deux stages superpos6s. Les de-








- 16 -


gres qui devaient 6tre places au-dessus n'6taient plus
qu'un simple couronnement. La forme arrondie du
tumulus s'est perdue, le plan est devenu octogonal,
a l'int6rieur du tumulus primitif; il n'y a qu'une
simple case de pierre oit est d6pos6 le mort; les
petits caveaux qui occupent le centre du Tombeau
de la Chr6ti6nne et d'un autre mausolee royal, le
Medracen sont sans doute des imitations de cette
case exigue. Ici la chambre funeraire, quoiqu'elle
n'occupe pas tout I'interieur de l'Mdifice, a d'assez
vastes dimensions. Ce n'est plus un reduit, c'est
une veritable demeure.
(...La presence d'un mausolee aussi important i
Blad-Guitoun est encore un fait interessant a cons-
tater sur la c6te de la parties occidentale de la Kabylie;
les Ph6niciens avaient fond6 plusieurs comptoirs et,
b l'6poque romaine, il y eut lh des centres assezimpor-
tants : b Mers-el-Hadjadje, au cap Djinet, b Dellys,
a Tigzirt, a Taksebt. Mais l'interieur 6tait bien peu
romanis6. Entre Menerville et I'Oued-Sebaou, on
n'a trouv6 jusqu'h present que trois inscriptions
latines. L'une d6couverte b Guenana, pros de Bordj-
Menaiel, par M. Vire, est une epitaphe de I'annee 231,
qui 6tait place sur un mausolee; les noms qu'on y
lit prouvent qu'il s'agit d'indigines. Deux autres
recueillies pres d'Haussonvillers, nomment des
princes maures, etablis dans un lieu appel6 Castellum
Tulei; elles accompagnent des representations fort
grossieres, imitations enfantines de motifs greco-
romains. En revanche, deux inscriptions lybiques
ont Mt6 copiees dans cette region. On y rencontre
des ruines assez nombreuses. Ce sont seulement
des fermes, des hameaux, quelques bourgs, des







- 17 -


postes militaires. Rien ne montre que la civilisation
du people conquerant s'y soit serieusement implantee.
I1 n'y a done pas lieu d'attribuer ce grand mausolde
b un riche remain, il est plus vraisemblable qu'il a
et6 elev6 par les soins d'un seigneur indigene qui
aura fait appel pour le construire a un architect, a
des ouvriers de quelque ville du littoral. Nous savons
qu'il y avait i cette 6poque des chefs puissants en
Kabylie. Sans parler des deux principles don't nous
venons de mentionner les 6pitaphes et qui ne pos-
s6daient probablement qu'une autorit6 assez res-
treinte, c'6tait dans ce pays et peut-6tre meme dans
la region de l'Isser que la famille de Firmus com-
mandait h une grande tribu, quand il se revolta en
371 ou 372. I1 se jeta d'abord sur Icosium et les
villes voisines, ce qui indique qu'il n'habitait pas
loin de 1a. Une inscription de l'6poque chr6tienne(),
placOe jadis au-dessus de la porte du fort, a M6ner-
ville, nomme un Firmus, sans que l'on puisse dire,
il est vrai, s'il s'agit bien du personnage historique.
Ce fort de Menerville, de Souma, pour etre plus
exact, Mtait encore intact a l'arrivee des Frangais
dan's le pays. II a 6te detruit, parce qu'on a vu dans
ses murailles une carriere facilement exploitable
pour la construction des immeubles et monuments
publics de Menerville. II presentait la particularity,
assez rare, de la defense fixe d'un col en avant de
ce col.
Anterieur sans doute b l'occupation romaine, peut-
etre contemporain de la periode carthaginoise devait

(1) Le mausolde de Blad-Guitoun est, lui aussi, de l'epoque chritienne.
Une pielre portant un calice flanqud de deux poissons, en fait foi. Les
londations d'une eglise sont d'ailleurs visible a une centaine de m6tres
du mausolde.








- 18 -


6tre le curieux cimetiere trouv6 & 2 kilometres nord-
ouest de Menerville, sur un petit plateau ayant vue
sur la mer. Il meriterait une etude approfondie.
A 40 ou 50 centimeres du sol 6tait un dallage en
pierres plates et brutes, et sous ces pierres etaient
rangees de grandes amphores fermees par des plats
en terre vernissees. Une cinquantaine ont et6 de-
couvertes et cassees par des ouvriers espagnols qui
auraient recueilli,outre des cendres et des ossements,
un certain nombre de bijoux. Il en reste encore en
terre. J'ai pu en sauver une du naufrage. Elle con-
tenait des ossements d'enfant, sans la tete. Elle ne
presentait aucune trace de recoupage. Dans ces
conditions, il a fallu attendre que le cadavre fut reduit
a 1'etat de squelette et le squelette d6sarticule pour
introduire les ossements. Le crane manquait. I1 serait
interessant d'6tudier de pres d'autres echantillons.
Les usages que semblent rev6ler 1'echantillon unique
que j'ai, seraient B rapprocher de ceux constates
dans les s6pultures du Coudiat-Ter h Camp-du-
Marechal.
Menerville, don't la position dans un col avec vue
sur la plaine des Issers et la Kabylie d'un c6t6, sur
la mer de l'autre, est si remarquable, a-t-elle 6t6
occupee h 1'age de pierre ? Des trouvailles faites
par M. Vinsonneau, dans le jardin de la maison
Porte, qu'il habite, sembleraient le d6montrer. Dans
les d6blais de fouilles profondes, faites pour l'instal-
lation de fosses d'aisances, d6blais 6parpill6s au
hasard, il a ramass6 sans chercher et seulement
parce que son ceil a 6et attire par leur forme speciale,
trois outils ou debris d'outils don't deux en silex et
un en granit. (Voir la planche ci-contre).






























I'






(








- 19 -


Le no 1 est en granit de la region. Le travail en
est remarquable h cause de la difficult que pr6sente
la taille regulibre de la matiere. Le no 2 n'est pas
entier : la pointe seule existe. Taill6 b eclats nets,
sans retouches. Le no 4, trouve au meme endroit,
est un os, nettement appoint, mais son 6tat de
conservation me fait un peu douter de son age.
Je dois ajouter qu'h Bordj-Menaiel mime, dans la
vigne du jardin de la maison Pernet, deux points
tres 6paises, en m6me silex brun jaunAtre, taill6es t
eclats sans retouches ont'et6 trouv6es en piochant.
Je les ai malheureusement 6gar6es.



A Cissi municipium

Cissi municipium (Djinet), poste berbbre, empo-
rium carthaginois, cite romaine aurait pu faire,
comme le fort de M6nerville, 1'objet d'une etude
int6ressante vers 1871, lors de la creation du hameau
francais, on a d6moli h tort et a travers, par simple
curiosity, par les necessit6s de la culture, et des
vestiges int6ressants ont disparu irrem6diablement.
Peut-6tre y aurait-il encore int6rit b d6blayer la
plate-forme du Settara, don't la face nord forme la
belle carriere de basalte qu'on exploit depuis 25 ans.
La 6tait le r6duit defensif de la ville romaine.
La falaise basaltique tombait a pic sur la mer. Les
destructeurs de la ville romaine se sont acharn6s
sur ce coin et y ont pousse, pour les pr6cipiter dans
la mer et sur les pentes, des debris de toutes sortes.
L'an passe, un d6gagement de l'extreme bord de la








- 20 -


falaise fait par les carriers, m'a permis de trouver
sous pres de 4 metres de d6blais forms de blocs,
de terre, de morceaux de poteries, les traces d'une
construction de forme sensiblement ronde de 3 me-
tres de diametre int6rieur environ qui, du point
culminant, oi elle 6tait, fut peut-Wtre un signal ou un
phare. Dans l'interieur de cette construction, un
grand vase ovale en plomb ayant Om75 de long sur
0m60 de large avec rebords de 5 centimetres recou-
vert d'un couvercle de m6me metal en parties fondu
et mil6 de terre et de pierrailles que le feu avait
amalgamees h la masse du metal et tout b c6t6,
vingt-cinq pieces d'argent toutes a 1'effigie de Juba II,
mais toutes differenciees par le mill6sime et la frappe
du verso (ces pieces sont aujourd'hui au mus6e
d'Alger). Collection d'un amateur de l'6poque sans
doute.
En dehors de la construction circulaire, entire deux
blocs espac6s de deux metres, un squelette human
6tait engage dans des scores de machefer et de
glaise durcie par le feu. Des debris de vases en
verre et de petits objets en bronze, completement
deformes, l'accompagnaient. Le tout 6tait recouvert
de grandes tuiles plates cass6es par la pression des
terres.
De nombreux clous de bronze de toutes dimen-
sions gisaient dans les terres avec d'innombrables
debris de grands vases et d'amphores portant des
numeros d'ordre, un petit vase rond intact en terre
grossiBre ayant la forme d'un demi-cercle avec deux
legeres saillies b la place des anses, de fabrication
indigene, et enfin le fragment ci-apres d'une ins-







-21 -


cription funeraire avant fait parties d'une stile en
marbre blanc.


Dans 1'int6rieur de la ville, sur la panse de grands
vases, j'ai relev6 les marques suivantes :
OPC
)IC M
CAMILLE VIRE.


C~/Q'G~TNz5~/













LA RACE BERBERE

\Vritablc population de 1'gfrique 6eptentrionale

PAR

M. ERNEST MERCER,
President de la Societd arcehologique




I.

Quelle etait la situation de l'Afrique du Nord, au
point de vue de la population, h une 6poque que l'on
peut faire remonter jusqu'au trentieme ou quarantieme
siecle avant l'ere chr6tienne?
Rien de precis n'existe, en fait de donnees histori-
ques, mais il est certain que l'Afrique etait peupl6e;
il parait meme etabli qu'elle a pris part, durant de
longues annees, b des 6evnements don't 1'Egypte a
dte le theatre. Mais cela est encore vague pour four-
nir h l'histoire des donnees certaines et nous ne
poss6dons en fait de documents, qu'un renseigne-
ment pr6cis ind6niable, la facon don't ces indigenes
enterraient leurs morts.
L'Alg6rie, la Tunisie et les hauts plateaux, le









Maroc sans doute et le Grand Desert, sont converts
de dolmens de toute espece, depuis le plus simple
jusqu'au plus complique; on rencontre Ogalement
des tombeaux de chefs ou de personnages, entoures
de plusieurs cercles de pierres ou forms d'un vaste
terrain empierr6; au centre, se trouve le tombeau,
plus ou moins l6ev6, oi le d6funt repose dans la
position accroupie. Enfin, nous avons de v6ritables
monuments tels que le Tombeau de la Chr6tienne, le
Medracene, les Djedar, etc.
Tous ces travaux s'enchainent et se lient; ils for-
ment une suite oti il serait facile de les classer(l).
Oi retrouvons-nous, en Europe, des tombeaux de
ce genre? En Espagne, dans certaines parties de la
France, dans les iles de la Miditerran6e, eni Italie,
en Irlande et autres lieux, c'est-h-dire dans les pays
assigns 6 l'habitat des Iberes et des Celtes-Iberes.
Or, les objets trouv6s dans ces tombes, en Alg6-
rie et en Tunisie ont corrobor6 les resultats des
fouilles pratiqu6es en Europe : position des sque-
lettes, objets laiss6s auprLs du mort, armes, outils,
tout cela est voisin et pourrait 6tre confondu.
Enfin, nous avons toute une collection de dessins
relev6s sur les fractions de rocs ou dans les caveaux
et reproduisant toujours, et dans bien des cas avec
un veritable talent, des bubales, des chameaux, des
616phants, des bcoufs, etc., avec des hommes peu
vetus les conduisant ou luttant A l'arc. Nous avons
encore des pierres, des os, des coufs d'autruche,
des outils de toutes sortes se pr6tant h des dessins

(1) Voir Citd at Necropoles berbOres de 1'Enfida, par M. le Dr Hamy.
(Bulletin de Geographie descriptice, 1904).


- 24-








divers, 6pousant meme la forme de l'objet qui a,,
servi I le fabriquer(').
Cette population pr6sente done des caracteres
identiques aux IbBres et aux Celtes-Iberes. Etait-
elle n6e en Afrique? Y est-elle venue d'une autre
region ? Il est certain que de vastes terrains, tout le
pays m6me, ont 6et occup6s par elle, depuis une
6poque qu'il est impossible de fixer.
Reste la question du dialecte parl6 par les uns et
par les autres. La grande antiquity des Berberes en
Afrique, leur a donn6 un language qu'ils out apport6
jusqu'" nous, tandis que chez les Iberes et Celtes-
Iberes, il a pu se perdre au milieu des invasions de
toute sorte, se confondre, etc. Mais il a pu aussi se
conseiver en parties et subir des modifications qui
rendent son etude interessante.
Les Arabes ayant bien eu le temps de les voir, les
ont juges tout autrement que les Romains, par
example; ils ont compris qu'ils avaient devant eux
une immense nation, s'6tendant de la Marmarique
b l'Ocean et de la Mediterran6e au Soudan, un
people qui parlait la mime langue, sauf quelques
dialectes. Aussi, ont-ils jug6 necessaire de la nom-
mer. Un chef des anciens temps, le grand Ifricos(2),
ennuy6 de les entendre r6p6ter sans cesse "Ber Ber",
leur a donned ce nom, sous le pr6texte qu'ils parlaient
sans cesse et disaient la meme chose, avec les memes
mots : Qu'elle Berberia est la v6tre?
Il est done 6tabli que ce people occupait, depuis

(1) Voir les recherches si completes, parues dans les derniers volumes
de la Socidet archdologique de Constantine.
(2) Chef pen connu de nous et bien douteux,


-25 -


C~dd CS Tl"'id~ Uh'arr'~








- 26 -


une periode qui ne peut etre compt6e, ce pays, et
y est rest, subissant bien des remous, mais demeu-
rant a peu pres intact. Chaque tribu 6teinte, 6tait
aussit6t remplacee par une autre de la mime race.
En r6alit6, cette nation n'a cess6 d'absorber les
autres peuples; souvent vaincue, mais attendant son
heure et finissant toujours par la prendre et par renai-
tre plus forte1).
C'est ce que nous allons essayer d'6tablir.

II

Nous ne rechercherons pas dans les vieilles 16gen-
des homeriques, des renseignements sur l'Afrique,
nous ne releverons pas davantage, les faits anciens
de l'histoire de l'Egypte, ni les luttes prolong6es de
ses peuples avec les Libyens qu'ils appelaient Tama-
hou. M. Zaborowski a dit i ce sujet : ( L'action
a reciproque de l'Egypte et de l'Afrique, l'une sur
a l'autre, a 6te si longue et si profonde, qu'il est
a impossible de d6emler ce que la premiere a em-
a prunt6 a la second et r6ciproquement(2). a
Nous ne nous attacherons pas davantage aux
dires de l'liistorien Josephe, reproduits par tant d'au-
teurs et d'oii il r6sulte que les Berberes ont 6t6
chassis de laPalestine par les H6breux; que Djaloet
(leur chef) essaya en vain de les d6fendre et se fit
tuer en Afrique(3).
Les allegations du rabbin Maimounide ne sont
guere diff6rentes.

(1) Nous pourrions citer d'autres berbires : en Abyssinie, en Nubie,
en Egypte, etc., cela nous 6loignerait de notre but.
(2) Pduples primitifs de 1'Afrique. (Noulolle Revue, 1883).
(3) Josephe, Histoire ancienne.










Chez les auteurs arabes, il est dit : o Les Berberes
( descendent de Berber, fils de Temla, fils de Ma-
( zigh, fils de Canaan; fils de Cham, fils de Nod. )
II fallait bien trouver le moyen de les faire venir des
plateaux de I'Asie.
Le livre d'Ibn Khaldoun (1) si complete, si precis,
commence par 1'expose de tous les systemes connus,
b l'6gard des origins berberes. Nous y voyons
reparaitre, entire autres Madghis; le m6me nom,
suivi d'El-Abter (lequel signifie, sans queue, en grec);
Bernes Ifrikos, fils du roi Tobba de l'Yemen, envahit
le Magreb et l'Ifrikiya; ayant tu6 le roi El Djirdjir,
il donne son propre nom a l'Ifrikia. Nous avons vu
sous quelle forme il appliqua aux Berberes leur
appelation. Les conditions difficiles i poser sont les
premisses; Ibn Khaldonn ne veut pas proc6der
ainsi :
( Sachez maintenant, dit-il(2), que ces hypotheses
( sont erronees et bien 6loign6es de la v6rit6. ) En
effet, ajoute-t-il, les Berberes seraient les enfants
d'Abraham; or, entire Abraham et Isaac, son fils, et
David, qui tua le fameux Goliath, nous ne retrou-
vons qu'h peu pres dix generations et dans ce court
space de temps, on ne pourrait guere supposed que
les Berberes se fussent multiplies ainsi.
II continue et finit par dire : (( Mais pourquoi
( nous arreter aux sornettes que 1'on a ainsi d6bitees,
( au sujet des origins berberes? Il nous faudrait
( done subir la necessity d'en faire autant ? ) I1
conclut comme suit : ( Les Berberes sont les enfants

(1)Auteur de l'Histoire des Berberes, 4 volumes in-8o, ce qui suit
peut-etre pris h partir de la page 167 du premier volume.
(2) Livre 1, p. 182 et ,uiv.


- 27 -









( de Chanaan, fils de Cham, fils de No6...... Leur
a aieul se nommait Mazigh; leurs freres etaient les
( Gerg6esens (Agrikech); les Philistins, enfants de
( Casluhim, fils de Misraim, fils de Cham, 6taient
( leurs parents, etc. )
Telle est la solution de l'auteur, pris entire la ne-
cessit6 de faire venir les Berberes des plateaux de
1'Asie et la r6alit6 des faits.
Cette facility, grace a laquelle notre immense
Berberie se trouve peupl6e, n'est qu'une histoire
enfantine, car ce n'est pas avec de petites pouss6es
qu'on remplit une telle measure; il lui faut d'autres
masses.
Ibn Khaldoun, voulant h tout prix, donner a nos
Berbbres cette origine, ne pouvait s'en tirer autre-
ment, ni 6viter les consequences de ces deux theses :
faire des Berbbres, les enfants de Dieu et les amener
de l'Asie central. II a bien fallu en passer par l1 et
rien ne dit qu'il n'ait pas saisi la faiblesse de son sys-
time.
Voyons maintenant un autre texte, apport6 par
un autre auteur, Salluste. I1 affirme avoir trouv6
dans les livres du roi Hiempsal, les faits suivants :
( L'hercule Tyrien aurait emmen6 jusqu'au detroit,
des guerriers Perses, Mbdes et Arm6niens et ceux-ci,
abandonn6s dans le pays i la suite de sa mort,
auraient form la souche des Maures et Numides.
Dans tous les cas, il est certain que le pays 6tait
alors tres habit et que l'6migration n'y etait pas
facile(1). Ces fables d'Hercule ou de l'hercule Tyrien
etaient alors tres r6pandues et rien n'empechait de
s'en servir.


(1) Bell. Jugurt. (Partie xvii A xx).


- 28 -








- 29 -


Nous n'avons pas les memes raisons d'agir : que
nous important toutes ces histoires de gens accou-
rant pour occuper ces pays de l'ouest ? Manquaient-
ils alors d'habitants? Cela ne parait pas exact pour
l'Afrique du Nord. N'est-il pas de mieux en mieux
demontre, que certaines populations se sont l6ev6es
dans diverse localit6s, et 'y sont rest6es ?
Les Romains, qui ont gard6, environ cinq sickles,
en pleine puissance, cette mOme Afrique, lui ont-ils
donned un seul jour leur nom? Le pays occupy 6tait
trop peu important, par rapport au reste, pour le
meriter. Il gardait done son nom pour lui.
A c6t6 d'eux, n'en est-il pas venu d'autres? Les
Ph6niciens par example. Ils ont eu aussi, cinq ou six
beaux siecles. Qu'en est-il rested? Rien. Les Vandales,
les Grecs, les Espagnols, les Italiens et, enfin, les
Turcs : tout cela n'a fait que passer.
Seul le Berbere a rdsistd. Il se loge et vit partout,
dans les planes et sur le littoral, dans les montagnes
les'plus abruptes, sur les hauts plateaux, dans les
vallies du desert. Tout lui est bon, partout il pros-
pere; ses luttes seules, l'ont trop souvent perdu.


III

Autant qu'il nous sera possible, nous allons cher-
cher le role de la population berbere vis-a-vis des
strangers et pour cela, nous remonterons pour
peu de temps, jusqu'au xne siecle avant l'ere
chretienne.
C'est 1'6poque oi les Pheniciens ont commence
leurs incursions dans la M6diterran6e. Les ports de








- 30 -


la Tunisie leur allaient fort bien; mais le pays 6tait
garden et ce ne fut pas sans peine qu'ils obtinrent de
rester dans le port, ou au-dela, en attendant qu'ils
aient souscrit des engagements, des obligations de
payer des droits de toute sorte, et en s'engageant A
apporter des marchandises et a enlever les products
indigenes au moins en parties') .
De 16, les Ph6niciens ont gagn6 des stations vers
l'ouest et sont allies conqu6rir le midi de l'Espagne;
puis, ils se sont lances dans l'Oc6an et ont d6pos6
des colonies des deux c6tes de l'ouverture du Golfe.
Carthage fondue, vers le commencement du dixieme
siecle, devint leur ville principle. On sait t quelles
conditions ils l'avaient obtenue(2).
A measure que les siecles s'ecoulaient, ces villes
se d6veloppaient, s'6tendaient, resultat de la civili-
sation apport6e par ces strangers; ils avaient soin
d'entretenir de bonnes relations avec les Berberes et
d'offrir, mime leurs filles, aux rois indigenes, car
ceux-ci avaient de v6ritables rois.
Cependant, des luttes s'6leverent entire eux et leurs
h6tes les Carthaginois. On dit que ceux-ci essayerent
une conqu6te vers Tebessa. Ils avaient dans diverse
contr6es de l'interieur des groups etablis, mais ne
s'occupant que de commerce.

(1) Dans ses Provinces africaincs (T. V.), Mommsen se trompe, en
d6clarant que le transport des Grecs dans la Mdditerrannee, sur la partbe
nord, a dtd cause par la culture phdnicienne drij 6tablie depuis long-
temps en Afrique. Us tenaient du rest I'entree de la Sicile et de 1'Italie
et possedaieot la Cyrdnaique, comme un veritable pays. Cela n'a pas 4dt
la vraie cause Les Pheniciens dtaient pour employer une expression du
temps dans la plus grande pdriode de leur fortune. Ils auraient fait un
rude tott a la Grece. Ce que Mommsen n'a pas connu, c'est qu'apres la
premiere conquete, les Arabes quitierent le pays et les Berberes le gar-
derent en totality de 970 a A 1600 de 1'Are chrltienne.
(2) Les BerbBres leur avaient vendu la larger d'une peau de bmcuf; les
Pheniciens la ddcouperent et obtinrent ainsi une part raisonnable,








- 31 -


On se voyait, en cherchant & se tromper les uns,
les autres. Quand la guerre fut portee de Carthage
en Sicile (ve siecle av. J.-C.), suivie de la champagne
d'Agathocle en Afrique, les rois indigenes adresserent
detoute part, 6 ce dernier, des secours et des hommes.
En 265, Rome rompt avec Carthage. Les indigenes
suivent cette guerre sans s'y meler ostensiblement.
Des Libyens fournissent leur concours et pdrissent
mis6rablement, dans la guerre des Mercenaires.
Les guerres suivantes eurent pour resultat de
faire sortir les Berberes de leur isolement; pregnant
tour a tour parti pour les Carthaginois, ou centre
eux, ils aiderent enfin les Romains i en triompher (146).
La parties de la province gagnee par Rome 6quivalait
A un tiers ou un quart de la Tunisie; c'6tait le terri-
toire de Carthage, rien de plus.
Aussi ces Carthaginois, maitres du littoral et de-
puis si longtemps, furent promptement oubli6s. Ils
se reunirent & Carthage et dans quelques autres villes,
et essayerent en vain, de tenir encore; les uns par-
tirent, d'autres restbrent, mais leur idiome ne tarda
pas 6 s'6teindre et leur culte disparut en meme
temps. On troupe de cette 6poque des pierres aux
inscriptions en langue berbere, ce qui prouve que
les deux langues s'etaient parfaitement conservess(1.
Dejh les Romains avaient eu des renseignements
sur ces indigenes, par leurs grands voyageurs.
H6rodote,un grec, qui 6tait all6 en Egypte, fort loin du
reste,n'avait appris, surla Cyrenaiqueetla Tripolitaine,

(1) Ce fait do la conservation de la langue indigene a ~i tres bien
constat6 par Mommsen. Histoire romaine t. v Trad. Pallu de Lessert
et Walter.







- 32 -


que des details incomplets; il parole aussi de la fron-
tiere orientale de la province d'Afrique. Quoiqu'il en
soit, ce sont ses theories qui seront admises, durant
trois siecles(l).
Diodore ne dit rien de serieux sur ce pays. Stra-
bon, Pline ont pour revelateur Herodote et ce qu'ils
ajoutent, a 6t6 reuni assez habilement. Ce n'est
guere qu'h partir de la fin du premier siecle et en
continuant, que la liste des indigenes s'etend a l'in-
fini. Nous en donnons le tableau suivant :

Cyrena'ique et Tripolitaine

Libyens (Lebathal) (de Procope), Ilaguanten (de
Corrippus) occupent des regions diverse de ces
pays;
Barcites et autres, au nord de la Cyranaique;
Nasamous, littoral tripolitain et oasis;
Psylles, la grande Syrte;
Makes, au-delb de la grande Syrte;
Troglodytes, occupent les montagnes, a l'angle in-
f6rieur de la petite Syrte;
Lotophages, dans File de Djerba(2).

Afiique propre
Zaouekes, Arzugues (de Corrippus) paraissent
avoir donn6 leur nom a la Zeutigane.
Maxyes.
Ghyzantes ou Bizantes, ont denomm6 la Bizacene,
Province de Carthage
Lybo-ph6niciens, peuplades mixtes de la province
de Carthage;
(1) Le Nord de l'Afrique dans l'antiquitd, par M. Vivien ne Saint-
Martin, p. 77, note 1.
(2) On remarquera que bien des noms ne sont pas indigenes.







- 33 -


NuImidie

Numides (nom generique). Elle s'6tendait 6 l'est
dans la Tunisie, jusque vers Sfax ou El-Djem et, a
l'ouest, jusque vers S6tif.
Nabates, region nord-est;
Massessyliens (puis Massiles), remplaces par les
tribus ci-dessous denommees;
Musulames et Zabunii, dans le Hodna et le Zab;
Nattabutes, au sud de Guelma;
Kedamousiens, pres de Constantine, s'dtendent
vers 1'Aures et, A l'ouest, assez loin;
Barbares et Sabarbares, dans les monttgnes, au
nord des precedents.

Mlauirtanie oriental

Nom generique des habitants : Maures(l), on y a
associ6 les Maziques.
Quinquegentiens, divis6s en Isaflenses, Massinis-
sences, Fraxinenses, Jubalenes et Nabates, tout le
massif de la grande Kabylie actuelle(2).
Massiles, puis Massessyliens, a l'ouest du Djer-
djera. Remplaces par les Mouzounes et autres tribus;
Makhourebes et Baniures,. au sud-ouest du Djer-
djera;
Makhrusiens; sur le littoral de la province d'Alger.
Nakmusiens, Tolotes ou Teladousiens, Elouliens,
Musulames; dans la region des hauts plateaux.

(1) C'est a tort que les auteurs du bas-empire appellont Maures les
gens du sud-est, qui n'ont rien du Maure.
(2) Nous ne rappelons pas la tradition par laquelle les Quinquegentiens
auraient en vain cherchn un sijour vers le III* si6cle et seraient arrives
dans la grande Kabilie qu'ils auraient pcuplc hic et mtnc.







- 34 -


Maurnftanic occidentale
Maures, nom gdn6rique.
Mass6ssyliens, dans le bassin de la Mouloula;
Maziques, sur le littoral nord;
Bacuates ou Beregouata, bassin du Sebou;
Makenites, course superieur du Sebou;
Autololes et Banioures, bassin de l'Oum-el-Rebia.
Daradcc, Darathes ou Dares, bassin du Deraa.

Libye dlserte

Occupent tous les deserts de l'Afrique du Nord
G6tulie, Getules;
Garamantes et Gamphazantes, le Garama et la
Phazanie;
Blemves, au sud des precedents;
Perorses, Pharusiens, au midi de l'Ouad-Deraa;
Melano-G6tules, au sud des G6tules.
Tous ces peuples portent le costume'kabyle.
STels sont les noms principaux des tribus indigenes
du nord de l'Afrique; nous les prenons a l'arrivee
des Phlniciens, douze sibcles avant 1'6re chritienne
et nous les amenons a l'invasion arabe, en 646,
apres J -C. Il est certain que si, parmi ces noms,
certain s'eloignent absolument des vocables locaux,
beaucoup peuvent, au contraire, 6tre rapproches
d'eux.
Les latins, qui ont mend leur conquete si lente-
ment, ne se sont pas apercus qu'ils 6taient en face
d'une meme race; ils trouvaient des indigenes
latinises partout; plus loin c'etaient les "Barbares",
don't ils ne cherchaient pas a comprendre le language.
Dans les ports ils entendaient l'idiome punique
ou meme libyque; aussi crurent-ils qu'on parlait le








- 35 -


punique partout. C'est pourquoi Saint Augustin de-
mande A la fin du Iv" siecle, des interpretes puniques
pour aller vers Guelma, soutenir ses principles') Hd-
las! depuis bien longtemps on ne parlait plus le
punique en Afrique et il est facile de s'en rendre
compete en lisant les inscriptions fun6raires de Car-
thage, la plus grande ville, et des lieux oif le
berbere etait parl6 (2).

IV
Examinons, maintenant, de quelle facon les Ber-
beres furent traits par les Romains, durant la
periode qui commence en 126 avant J.-C., pour
finir comme domination, au cinquieme siecle. La
colonisation latine ne s'effectua, en premier lieu, que
par le d6placement successif des princes indigenes,
abandonnant le terrain au people roi.
Lorsqu'un pays de quelque importance etait con-
quis, les terres entourant les villes principals, pas-
saient comme tout le rest, sous l'autorit6 du people
remain; mais cette regle subissait des modifications.
On prelevait, en g6enral, de vastes latifundia, pour
des particuliers ou pour l'Etat, on en reservait pour
d'autres emplois; tout 6tait cultive, mais par les indi-
genes qui recevaient une faible part.
Dans les regions du sud, domain de 1'empereur,
c'6tait l'armoe qui perQevait les fermages; partout
ailleurs, ils 6taient pays par les indigenes au pro-
curator (3).

(1) Mommsen est d'avis qu'A parlir du rbgne de Tibere, on no parla
plus phinicien enAfiique.Noussommes heureux d'trede son avis (t. v.).
(2) La rarctd des inscriptions puniques nous en donne la cerlitu lc.
(3) Cagnat. L'armde romaine d'Afriquo, Passim. Tout est A retcnir
dans cc bel ouvrage.







- 36 -


Aussi, les contr6es voisines des centres furent
employees a des cultures diverse et les indigenes y
jouerent un r61e actif, mais peu remun6rateur. Seule-
ment, les siecles s'ajouterent aux siecles et il se
trouva, que les anciens serfs ou serviteurs avaient
change lentement de position et 6taient devenus des
maitres. C'est surtout apres l'edit de Caracalla, que
rien ne s'opposa plus 6 l'extension de la puissance
de chacun. Du reste, des la' fin du Ier siecle, les
souverains, dans leurs voyages, se plaisaient a con-
ferer le droit de cite aux villes.
Les petites cites et les villages 6taient remplis de
Berberes romanis6s. Il y eut peu d'importations
d'6migrants. Caius Gracchus avait amend 6,000(1)
colons-latins a Carthage, pour executer la loi Ru-
bria, consistent a reliever cette belle ville. Ils le quit-
terent, en g6n6ral, et se r6pandirent de tous les c6t6s,
cherchant des affaires. C6sar envoya des colons;
Auguste essaya d'en faire conduire, pres de Cher-
chel, alors capital de la Maur6tanie. Leur sort fut
assez miserable(2).
TibBre et Claude expedient aussi des v6t6rans,
pour coloniser sur le littoral et dans l'interieur; ainsi
furent fondees des colonies de vieux soldats, en
g6n6ral sur les points les plus exposes. Ces localities
recevaient le droit de cite romaine et de grands
honneurs.
Or, il faut le r6p6ter, les Berberes ont fait la force
et la dur6e de la domination romaine. Ils ont aban-
donn6 leur nom et pris des appelations latines avec
le rattachement & une tribu de Rome(3). Ils ont

(1) D'autres donnent un chiffre inoindre.
(2) La population indigene de l'Afrique, par E. Mercier, p. 28 et suiv.
(3) Voir le Corpus n* 11824 et tant d'autres.










accepted la religion de leurs maitres, se pr6tant A
toutes les adaptations; plus tard, ils sont devenus
chr6tiens, en grande parties.
Mais, au-dela des limits habituelles des centres,
on rencontrait des Berberes encore forms en tribus,
A demi-civilises et en g6enral, ne cherchant qu'& se
rapprocher. On traitait avec eux, 'on recevait leurs
dieux dans l'Olympe, toujours si vaste et on placait
a leur tete un princeps, sorte de contr6leur, de juge,
de chef, avec des pouvoirs 6tendus.
Cependant, ces territoires 6taient eux-memes
limits; au-delh, on trouvait le Berbere pur, avec
lequel on passait des contracts. Le roi signait et la
tribu devenait une gens fcederata. Cela durait jus-
qu'a la prochaine r6volte.
En pregnant possession du pays par lambeau, les
Remains ont compromise leur conquete, bien qu'elle
eut duree de cinq A six sidcles. Ce proceed les a
pouss6s A porter, de plus en plus en avant, leurs
limits, et A les abandonner, plus tard, selon les
necessit6s. Ils ont fait, comme nous, en commen-
qant, des expeditions, d'oi l'on avait le tort de re-
venir, tandis qu'il fallait rester et prendre possession.
La difference de situation que nous venons d'indi-
quer, entire les indigenes, 6tait une cause de rivalites
et de luttes permanentes.
A partir de 1'ann6e 305, l'Afrique avait obtenu la
paix religieuse; beaucoup de Berberes romanis6s,
car ils formaient le grand nombre, avaient ete pour-
suivis, d'autres mis a mort (1). On allait, enfin, jouir

(1) Si 1'on vent avoir une liste complete des dvdchSs d'Afrique, on
peut se reporter au grand tableau dress par de AMac-Latrie et public
dans le Bulletin de correspondence africaine. On trouvera la des
noms de tribu de toute sorte.







- 38 -


du bonheur domestique.... Malheureusement, eclata
le Donatisme, qui divisa les chr6tiens et les lanca
les uns centre les autres. La secte des Circon-
cellions le suivit et, durant tout le IVe siecle,
ces malheureux lutterent ensemble. Il est indubitable
que la plus grande parties de Berberes romanis6s
y succomba (1).
Aussit6t les indigenes voisins s'approchaient et
prenaient la place des pric6dents. En m6me temps,
la pouss6e qui arrivait par derriere, remplissait les
vides par de nouvelles tribus. Toute l'histoire de
l'Afrique r6sulte, pour les indigenes, d'une loi de
p6n6tration et de replacement. Plus tard, nous
verrons ces tribus devenir puissantes; prendre le
commandement, puis tomber dans l'obscurit6 ou
meme disparaitre tout A fait.
En 429 (), Boniface appelle les Vandales. Ils d6-
barquent dans la Tingitane et s'avancent vers l'est.
Boniface, revenue de ses erreurs, essaye de les
arreter, puis leur offre le combat, pres de Guelma.
Il est battu et assi6g6 dans Bdne, ot Saint Augustin
trouve la mort. La province de Constantine est
vaincue; mais bient6t Gl6imer va attaquer Carthage,
la prend et s'y install.
II offre 6 Valentinien III de reprendre le pays
qu'il vient de quitter, et ce prince est effray6 des
rapports que lui font ses agents. La Numidie est rui-
nee Mais laissons les Vandales et arrivons a la

(1) On sait quo le Donatisme 6tait la rdvolte des chritiens ayant souf-
fert, contre les autres chrdtiens qui avaeint subi tout simplement la
persecution en rentrant dans I'ancien cult; le nombre de ces lapci
6tait considerable kVoirHistoire de I'Afrique chrelienne, par M. Mouseau
T. II, p. 50 et suiv.).
(2) Nous savons que ce chiffre est sujet i des contradictions.








- 39 -


conquite de Justinien (535). II fait chasser les Van-
dales, par Belizaire, et bientot, il ne restera rien de
ces envahisseurs. C'est la race berbbre qui reprend
tout.
En effet, on voit arriver de tous c6tes, les Ber-
beres reunis en tribus et avant des rois a leur t6te;
Yabdas, est le grand chef de 1'Aures; Cutzinas, com-
mande les gens de l'est; Orthalas, ceux de 1'ouest;
Massinas ou Mastegas, est le grand chef de la
Maur'tanie; Antalas, celui des Berbires de la Tri-
politaine. Bient6t il sera impossible de resister; les
indigenes accourent; la colonisation est d6truite et
nous n'allons pas tarder i voir disparaitre, avec les
Byzantins, ce qui restait de l'empire.

V

Nous arrivons au VII siecle; maintenant la race
berbere aura, grace aux auteurs arabes, surtout
Ibn Khaldoum(1'), une vAritable histoire. Ainsi que
nous le faisons dans notre Afrique (Berberie), nous
diviserons les anciens Berberes en deux groups :
celui de l'est et celui de l'ouest.
Le group des Zenata, etabli au milieu, est arrive
plus r6cemment; il completera ce tableau.

Ilerbeves de I'Est (2)
Houara. Tres puissante tribu. A laiss6 des
traces dans les regions de l'est. Elle occupe la Tri-
politaine et le Fezzan; avec un group important

(1) Histoire des Berbdres, par Ibn Khaldoum; lire les quatre volumes
(Trad. de Slane); voir aussi tous les auteurs arabes.
(2) Rien n'aurait Wtd plus facile que de donner ici des lists completes
nous prdferons renvoyer A notre l1r volume.







- 40 -


s'avangant, par le Djerid tunisien, vers le centre alg6-
rien.
Les Melila, Ouergha, Mecellata, etc., aux environs de
Constantine. Originaires des Ketama).
Louata, immense tribu; momes traces laiss6es
dans l'est que les Houara. Habitent I'Aoures et les
regions aux environs de Gabbs.
Nefouca. Region montagneuse au sud de Tripoli;
1 se sont reunis les Kharedjites de cette region.
Nefzaoua. Djerid int6rieur et sud de la Tunisie
et de la province de Constantine; ancienne tribu.
Oulhaca et Ourfeddjouma, dependant des Nefzaoua,
(AourBs). Des "Francs" sont rests avec eux de-
puis la conquete, jusque vers 1350.
Aoureba; occupent l'Aourbs anterieur.

Berbc es de I'onest

Ketama; occupent actuellement la province de
Bougie et del laissant la capital au nord, s'itendent
jusqu'A 1'Aourbs. Ils 6taient maitres de Constantine
et de parties des planes A l'ouest et a l'est.
Zouaoua, tout le massif de la grande Kabylie. 11
commence vers le terrain de Bougie, et s'avance
entire les Ketama et les Sanhadja.
Sanhadja, grande tribu a l'ouest des Zouaoua,
jusqu'au Chelif; de la mer, elle rejoint les hauts
plateaux.
Les Sanhadja nous repr6sentent une grande tribu,
maitresse pour un instant du Magreb. Non seulement,
en effet, on retrouve des Zenaga au Maroc et dans








- 41 -


diverse localit6s, mais on voit, en plein sud, les
Messoufa, Guedala, Mendaca, Beni-Ouareth, Beni-
Selit et Mediouna.
Les Telkata (et bien d'autres tribus) sont restees
en Alg6rie, tandis que les Messoufa, Guedala, Chorfa
vivaient dans les planes du sud et portaient le
nom de Sanhadja-au-Litham.
Faten, tres forte tribu occupant le centre et la
region, au-delA des Sanhadja, a l'ouest.
Matmata, Marila, etc., nombreuses tribus venant
de la precedente, repandues un peu partout.
Azdadja (des Darica), aux environs de la future
place d'Oran.
Adljia (des DariCa), au sud des Zouaoua.
Romara (Ghomara), couvrent le pays du Rif (le lit-
toral jusqu'A Tanger).
Mikuapa, Outrandja et Anigma (des Oursettif), region
central du Magreb extreme.
Berg'ouata, aux nombreuses fractions, sur la ligne
de l'Ocean, au nord.
Zanaga, occupant les premiers contreforts de
l'Atlas.
Masmowla, le versant occidental de l'Atlas, les
planes et le littoral, a l'ouest.
Keskoura, les hautes montagnes de l'Atlas.
Guezoula et Lainta, la rive gauche de l'Ouad-Sous
et l'Ouad-Der&a.
Sanhadja-au-Litham, toute la parties meridionale et
occidentale du grand D6sert.








- 42 -


Zcnctes (Zenata) (1)
Zenete, nom patronymique (2)..
Zouar'a et 0,jrpu.i (des Demmer), 6 l'ouest de
Tripoli, vers les montagnes.
Ifrene, regions meridionales de la Tunisie.
Djeraoua, Djebel-Aourbs.
Ifrine et Mi g'raoua (anciens); Hodna-Zab, region
mnridionale de 1'Aurbs.
Ouargla, dans l'Ouad-Rir;
Ouemannou ct Illoumi, A l'ouest du Hodna.
Ouar'nmert, dans le Djebel-Rached.
Ournid, A l'ouest de cette montagne.
Irniane, au sud de Tlemcen.
Ouacine, formant les Mag'raoua de la troisibme
race, s'avancent par la vallee de l'Ouad-Rir'.
Les Zenetes ont donn6 leurs noms a une foule de
tribus A l'est et au sud du Maroc.
Us ont en tite les Abd-el-Ouad, les Beni-Merine,
les Rached, puis la masse des Beni-Badine.
Ces derniers Berberes ne se sont avances que
peu a peu, et ont fini par donner des empires, du
XIII au XVP siccle, a 1'Algerie.

VI

II faudrait maintenant suivre 1'histoire de ce pays;
mais elle est beaucoup trop compliquee. Bornons-nous
a reproduire certain faits se rapportant a notre these.
(1) Parlent un language qui s'dloigne le plus du berbere pur.
(2) I.es Zenetes sont dans tous les pays de dattiers se trouvant au
cceur de l'Afrique. Its en forment la population. Mais on les rencontre
aussi dans les villes, dans les moniagnes, particulierement l'Aoures. En
rdaliti, il< sont partout el par.lissent etre arrives par la vallee de l'Oued-
Rir et avoir traverse et occupy le pays en maitres; puis avoir dte vaincus
et s'dtre fondus, cc qui donnait aux autres la force d'approcher.








- 43 -


Vers 640, les Arabes ayant conquis l'Egypte, com-
mencerent leurs courses dans la Tripolitaine. C'est,
en g6n6ral, des cavaliers venus d'Orient ou d'Egypte
et qui paraissent n'avoir cherch6, d'abord, que du bu-
tin L'id6e de conquOte et d'occupation ne leur vint
qu'ensuite et ne fut achev6e qu'en 705, par Mouca
ben Noceir.
Les Grecs et les Romains habitant le pays 6taient
expulses, vaincus; leurs debris se retirerent et il ne
resta que quelques populations latines payant la
double dime(').
Quant aux Berberes, ils se soumirent 6 l'islamisme;
mais ils 6taient si nombreux, qu'on l6eva sur bien
des points, des ribate (sortes de couvents), oi ils
venaient s'enfermer quelques mois et d'of ils sor-
taient convertis et prets a la lutte.
C'est alors qu'eflt lieu la conquete de l'Espagne,
due & Tarek ben Ziad, un berbrre, qui conduisait
avec quelques cavaliers arabes, 8,000 convertis(2),
sortant -des ribate. On sait que cette entreprise fut
soutenue par un envoi continue de Berberes en
Espagne et aussi par quelques troupes arabes,
venant combattre A leur tate.
Bient6t on traversa les Pyr6enes et I'on se r6pan-
dit en France. La bataille de Poitiers arrita cet essor
et fit entrer des nu6es de Berberes et d'Arabes en
Espagne (733).
Les repr6sentants du Kalife sont 6tablis a Kai-
rouane, avec une petite colonie arabe. Ailleurs, ils

(1) Les lois islainiques autorisaient los clhrtteas a rdsider sur le sol
sacred de I'lslam en payant la double dime Cctte tolerance ne dura pas
longtemps.
(2) Ce chiffre est encore sujet a des discussions nombreuses,







- 44-


d6tiennent des postes et surveillent, avec le plus
grand soin, la guerre d'Espagne. L'affaire semblait
admirable lorsqu'en 740, eclata la rdvolte de Meicera,
pres de Tanger. Les Berberes avaient accueilli des
refugies d'Orient. C'6taient des Kharedjites(1) et ils
leur fournissaient le moyen de resister aux Arabes
tout en demeurant musulmans. A peine Meicera
efit-il ecras6 les troupes venues d'Orient, pour le
combattre, tous les Berberes se d6clarent Kha-
redjites. Ils chassent de partout les Arabes; on
envoie centre eux des armies de 40,000 homes,
pris dans les colonies du Khoracan et de la Syrie.
C'est en vain. Les Kharedjites arrivent a Kairouane,
venant de F'ouest, du sud et de l'est, et s'en emparent.
Cette r6volte devait durer trois sibcles et absorber
le sang berbere et le sang arabe, d'une facon af-
freuse.
L'6migration en Espagne en fut arret6e nette et
1'Europe respira. Cependant, les Berberes d'Afrique
ne sfrent pas tirer de cette revolte ce qu'elle pro-
mettait. Les chefs se disputerent et apres avoir lutt6
contre les Arabes, il fallut lutter entire soi. Aussi, les
musulmans d'Orient reprirent-ils courage et conser-
verent-ils l'Ifrikia; mais ce fut tout. Des dynasties
berberes se partagerent les pays de l'ouest.
A la fin du neuvieme siecle, un Ismailien, Obeid
Allah, refugi6 en Afrique, parvint, lui Arabe, a chasser
les repr6sentants Abassides. II fit reconnaitre a

(1) Le Kharedjisme a pris naissance au moment ou Ali, gendre du
prophete, a subi Farbitrage a lui propose par Moaouia. On appelle
ce schisme la cinquieme secte, car il y en a que quatre orlhodoxes. Nous
ajouterons, a cc sujet. que quand lbn Khaldoun pretend que les Ber-
beres avaient apostasid jusqu'd do ize fois, il n'entend parler que du
retour aux sectes Kharedjites.







- 45 -


El Mehdia, la dynastie Fatimide et s'entoura des
berberes Ketama, qui avaient grandement contribu6
A son succes. Mais, il fut attaqu6 par la revolte de
l'Homme A l'ane (Kharedjite nekkarien) et ce ne fut
qu'en 972, que son arriere-petit-fils, El Moaz, fut en
etat de transporter l'empire en Egypte. II laissait, A
titre de vice-roi, pour le remplacer, un sanhadjien
nomm6 Bologguine, car il avait dfi se passer des
Ketama et employer les Sanhadja, plus fiddles et
moins turbulents.
Cette dynastie, transportee en parties dans la Tu-
nisie ne tarda pas 6 se disjoindre, par la faute de
ses princes, toujours en luttes ou disposes a se com-
battre.
En 1048, les Sanhadja formaient deux royaumes :
l'un, celui des Zirides, rest a El-Mehdia et I'autre,
celui des Hammadites, 6tabli dans la Kalca, au nord
du Hodna.
Avant de reprendre cette date de 1048, voyons
rapidement les modifications qui se sont produites
chez les tribus berberes(1).
Les Louata et Haouara out laiss6 des leurs, en
Tripolitaine, mais A la suite des revoltes Kharedjites,
ils sont venus en grand nombre, dans la Tunisie et
ont occupy les vastes plateaux des deux c6tes de la
frontiere; d'autres, enfin, ont suivi leur prince a
Tiharet et sont rests dans les environs de cette
ville.
Le Djebel-Nefouca, 'ile de Djerba et le pays
des Beni-Mezab sont devenus le refuge des Kha-
redjites.

(1) Nous ne nommerons pas ceux qui n'ont subi aucun changement
important.







- 46 -


La Tunisie obeit toujours aux Zirides, mais la
puissance du prince qui les command est nulle. La
province de Constantine et tout le pays des Sanhadja
sont sous l'autorite du prince hammadite El Kaid,
plus s6rieux que son cousin.
Les Aoureba et Djeraoua ont disparu et leurs de-
bris se rencontrent au Magreb extreme.
Les Rir'a, fraction des Mag'raoua sont au sud de
l'Aurcs, avec les Ouargla.
Les Ouacin ont prononc6 leur movement. Les
Beni-Merine avancent maintenant par le sud, vers
l'ouest; puis viendront les Abd-el-Ouad, qui sortent
b peine de l'Aures. La masse des Beni-Badine,
march en droite ligne, vers le mont Ouarensenis.
Les Sindjas et 1'Aghouat occupent les hauts pla-
teaux. Les Rached ont atteint la montagne a laquelle
ils donneront leur nom.
Les Ketama occupent la region comprise entire
Constantine, Sktif et la Kabilie.
Les Zouaoua n'ont pas boug6.
Les Sanhadja occupent tout le pays du littoral
jusqu'6 Tenes et parties des hauts plateaux.
Les Ouemannou et Illoumi sur les deux rives du
Chelif, repoussent les Beni-Fatbne.
Les Ouadjdidjen et Ouarmert, pros du Hodna, non
loin des Demmer.
Les Ifrene, commandos par les Beni-Yala, regnento
h Tlemcen et ont refoul vers le sud les Ournid et
plus loin, encore, les Irniane.
Les Mag'raoua, Ifrene et Mikuaca se disputent le
pouvoir dans la vall6e jusqu'a Fes.
Tout le reste n'a pas subi de notables changements,






- 47 -


VII
Nous arrivOns maintenant f la deuxieme invasion
arabe, celle de 10i8.
Quel pouvait 6tre le nombre des envahisseurs?
Question assez difficile a resoudre : nous les avons
estimes a un maximum de deux cents mille et nous
pensions 6tre alley loin.
En tite, marchaient les Riah se composant de
quatre tribus principles.
Puis les Zor'ba (cinq tribus).
Puis les Athbedj (cinq tribus).
Puis les Djochem, Acem et Mokaddem (trois
tribus).
Puis les Makil et Adi (deux tribus).
Puis les Soleim (cinq grades tribus).
Ce qui distingue cette emigration des autres, c'est
que ces Arabes emmenaient avec eux leurs families et
tout ce qu'ils possedaient. Venant de la haute
Egypte oi ils avaient 0t6 retenus depuis cinquante
ans, sans pouvoir vivre ni s'6tendre, ils trouv6rent
en Afrique un terrain tries propice, qui leur fournit
l'occasion de repeupler rapidement, en d6pit des
pertes qu'ils supportaient.
Mounfs, chef des Riah, se trouvait au midi de la
Tunisie, lorsque le Ziride el MoOzz, en guerre avec
son cousin, le hammadite El Kaid, vit dans l'arrivie
de ces Arabes, un 6venement tres heureux. 11 fait
venir le chef des Riah et conclut avec lui un trait,
par lequel celui-ci fournirait ses hommes et recevrait
quelques avantages. Mounes signe des deux mains;
et aussit6t les Riah, Zor'ba et Djochem envahissent
la Tunisie et mettent tout au pillage.







- 48 -


Les Athbedj s'avancant A l'ouest, se tiennent sur
la limited des hauts plateaux, touchant I'Aourbs et
les MAkil continent la march, en passant au sud
de cette montagne. Quant aux Soleim, ils s'etablis-
sent dans la Tripolitaine.
El Moozz se voyant perdu, appelle A I'aide El Kaid
et un Mag'raoui de Tripoli; ils accourent et l'on
combat sur le plateau de Haiderane. Les Berbbres
sont vaincus. bien qu'ayant des forces beaucoup plus
nombreuses que les Riah, Zor'ba et Djochem, leurs
ennemis(1).
Les pillages recommencerent; mais une sorte de
partage fut effectu6 entire eux : les Riah et Djochem
conserveront Badja, comme centre avec un vaste
territoire. Les Zor'ba auront pour leur part Gabes
et le terrain allant sur Tripoli. Ce seul fait indique
le petit nombre de ces Arabes.
Les Athbedj ne tarderent pas A se mettre en lutte
contre les Hammadites.
En meme temps, une grande revolution se pre-
parait dans l'extreme sud. Ce sont les Berberes
voilds qui en 6taient les auteurs. Entraines par les
marabouts, qui les soumettent au regime du ribate,
ils en sortent guerriers, prets a la mort; bient6t ils
arrivent des boards du Niger, attaquent les rois du
Mag'reb et de l'Espagne, les d6truisent, ou les am6-
nent i la soumission A leur maitre Abou Tachefine.
Ce sont les Almoravides, marabouts de l'extreme
sud, ill6tres et violent (1062,(2).

(1) ( Trois mille d'enlre les n6tres onl tuW treite mille des leurs, ( a
dit un poEte arbe enllamm6 par sin zBle.
(2) Ainsi, tandis que les Arabes s'avanraient par 1'est, les Zendtes arri-
vaieut par le milieu et les Almoravides par 1'ouest..







- 49 -


Cependant, le roi hammadite subsiste encore, il
sait se faire craindre et passe tout son temps a lutter
centre les Arabes, ou A envahir les regions du nord-
Ouest, d6truites par les guerres les plus terrible.
Moins d'un siecle apres l'avenement des Almora-
vides, une autre tribu du Mag'reb, celle des Mas-
mouda, ob6issant a l'appel d'un marabout (le Mehdi),
fonde une autre dynastie, celle des Almohades,
don't Abd el Moumene prend le commandement.
Rien ne lui r6siste. En 1147 il s'empare du Maroc,
puis conquiert toute l'Afrique et 1'Espagne. L'im-
mensit6 de son empire ne pouvait que nuire i sa
durLe.
En 1198, son petit-fils, El Mansour vint en Tunisie,
appel6 encore une fois par les sottises des Arabes;
apres les avoir durement chaties, il r6unit les Riab
(moins les Daouaouida), les Djochem et les Acem
et les fait partir par 1'extrome sud, sous la conduite
d'un 6mir des Toudjine, qui les amine jusqu'aux
rives de l'Ocean.
Les Djochem et Acem, avec leur fraction des
Mokaddem, furent cantonn6s dans le Tamesna, vaste
plane, entire Sal6 et Maroc; quand aux Riah, ils les
install dans le HAbet, au sud de T6touane(1). Ce fut
ainsi que les Arabes en petit nombre penetrerent
dans les regions du Maroc oil rien ne paraissait les
appeler.
L'empire Almohade ne tarda pas & se dissjudre et
l'Afrique fut divisee entire trois dynasties berberes;
malgre les luttes qui les occupaient sans cesse, elles
devaient resister pres de trois siecles.

(1) lbn (aldoun, BerbOrcs. t. I, p. 55-60, 69 et 71; t. II, p. 95-16Q,








- 50 -


En voici 1''numeration :
Les Almohades-Hafsides, a Tunis (1224).
Les Abd-el-Ouad ou Zeianites, race Zenete, a Tlem-
cen (1240).
Et les Beni-Merin, 6galement des Zenetes de la
troisieme race, a Fes. Ils s'emparent du Maroc en 1269
et mettent fin a l'empire almohade.
Toutes ces dynasties arrivant au pouvoir, apres
avoir lutt6 plus ou moins longtemps, ne savaient
que ce qu'ils avaient pu apprendre en arabe. Ce
n'est que par la pratique de l'autorit6 et la succes-
sion des princes qu'elles se formerent; aussi leur
fabriquait-on des notices les rattachant au Prophete.
Au xvIe sickle, toute l'Afrique, moins le Maroc,
passe sous la domination turque, curieuse histoire,
dans laquelle les indigenes sont rests livres a eux-
mime et sans cesse en r6volte, en l'absence de tout
sentiment national.
Quant au Magreb extreme, il se soumet a la
dynastie des cherifs SAadiens, de l'Ouad-Deria et
plus tard des cherifs de Tafilala, qui y regnent en-
core, non sans peine.

VIII

Dans la longue p6riode que nous venous de par-
courir, que sont devenus les Arabes ?
Les Debbab (des Soleim) sont rests en Tripoli-
taine, oit ils se sont melanges avec les indigenes;
les Mirdas sont dans le pays de Castiliya; les Allak
occupent le centre de la Tunisie, ayant pour chefs
les Kaoub; les Hakim sont entire Souqa et El-Djem.









Ils out fond6 beaucoup de tribus et se sont allies B
d'autres.
Pres de B6ne, nous avons encore des Mirdas et
des tribus de diverse origin.
Les Athbedj ont envahi, pen h peu, toute la pro-
vince de Constantine et se sont allies notamment
avec des berberes Haoura et Louata, don't ils out
pris les habitudes et le language; d'autres tribus
ont agi de meme avec d'autres indigenes(1).
Ainsi, de part et d'autre, l'on se rapprochait. Les
indigenes, don't nous venons de parler, ont pris les
noms nouveaux de Nemamcha, Harakta et Henane-
cha, etc.; un grand nombre d'autres out fait de mime.
Les Daouiouida, des Riah se sont definitivement
cases dans le Zab Chergui.
Tout le group des Zor'ba s'6tend sur les plateaux,
depuis le Dira jusque dans la province d'Oran,
coups irr6gulibrement, au nord et au sud, par les
Berbbres.
Les Makil out gagn6 l'extreme sud marocain et
sont camps sur l'Ouad-Derha, et meme plus bas.
Une de leurs trihus s'est separee d'eux et s'approche
d'Alger (les Thialeba).
Quant aux Arabes, amenes au Maroc par El Man-
sour, ils se sont fondus au milieu d'autres tribus
berberes et portent de nouveaux noms.
Tout le surplus du pays, les montagnes, le lit-


(11 Ibn Khaldoun le constable, en 1375, par ces paroles : a II sP trouve
des IIaouira sur les plaleoux depuis T'bessa jusqu'A Badja, its y cirent
en nomades et sont corn; tei au nombre d-s arab-s pasteu s de la t:ibu
de Solien. aumquels du reste i/s se sont assimil:s par le language et
I'habillement. Its ont oublid leur dia'ecte berbire, pour apprendre
Sd lanque plus dlegante des Arabcs, etc. n T. I p. 278.







- 52 -


toral, le desert, le Maroc, h peu pres enter, est
berbere.
Ces places, que tiennent les Arabes, sont entamees
de divers c6tes; mais leur nom s'est repandu dans
le pays et ils le maintiennent en entrainant des Ber-
beres avec eux.
On parole arabe, en Afrique, sur la ligne mediane
du Nord; on parole arabe dans la plupart des villes;
mais, en reality, le pays n'est pas arabe, il ne l'a
jamais ete, car, depuis le dixieme sickle, aucun chef
arabe n'est arrive au pouvoir, sauf peut-6tre a
Touggourt! Qu'on examine les physionomies, on ne
trouvera que tres rarement le type Arabe, dans des
localities speciales et peu etendues.
La premiere'invasion arabe avait apporte la reli-
gion; la race indigene y est restee fiddle et a ete
encouragee, surtout par cette nude de marabouts,
venus depuis six siBcles, de l'Ouad-Deraa ou du
Maroc et qui ont agi partout, en r6pandant leurs
usages religieux. La langue arabe s'est repandue,
en outre, par les rapports avec eux et les usages
des rois et des course, bien que de race indigene.
Mais il ne faut pas s'y tromper, I'invasion arabe
a manque son but; elle est actuellement fondue
dans la nation et cette race, c'est la race berbere.
Les Arabes, du rest, n'ont conserve aucun rap-
port avec leurs confreres orientaux; ils ne les con-
naissent pas.
Dans le dernier Bulletin de la Socidte de Giographie,
M. Gautier s'exprime come suit : ( On admet
( aujourd'hui que la proportion du sang arabe dans
a l'Afrique Mineure est infinit6simale; elle est habi-
a tee par une race berbere homogene et ceux que









(( nous appelons des Arabes, ne le sont que de
c langue. C'est !a premiere fois que j'entends
6mettre une idee au.si just.
Est-il nicessaire de dire que les Turcs d'Algerie
ont quitter le pays, depuis de lofigues annees. En
Tunisie, il existe encore de pr6tendus Turcs, tres
arabo-berberises et ils ne tiennent plus que par un
fil, confi6 aux soins de notre diplomatic.
Nous avions trouv6, en 1830, une autre race, n~e
du croisement des Turcs avec les indigenes, celle
des Koulour'lis. Elle a resist quelque temps, mais
depuis, elle s'est melee avec les autres indigenes et
on ne la distingue plus. Il n'y a plus de Koulour'lis,
car il n'y a plus de Turcs.
On sait qu' laI fin du xve siecle et a partir sur-
tout du xvie, les Espagnols ont attaqu6 I'Afrique.
Ils ont conquis sucessivement le port de Rachegoun,
Oran avec ses environs, Mostaganem, Bougie, B6ne,
Tunis, divers ports et enfin Tripoli. Avant la fin du
xvie siecle, ils 6taient chassis de partout et il ne leur
restait qu'Oran, qu'ils ont gardee, avec une inter-
ruption, jusqu'en 1792. Attaqu6s avec violence par
les Turcs, ecras6s par un tremblement de terre, ils
ont fui ce pays : il n'y a plus d'Espagnolsa(); c'est
encore un pays auquel l'Afrique a cofite bien du
sang et de l'or.
De meme, les Portugais, maitres au Maghreb, de
la ligne de I'Oc6an, du xvo au xvIe siecle, l'ont com-
pletement perdue et se sont vus forces de l'aban-
donner. Les Espagnols ont su conserver deux places :


(1) Je ne parole pas de ceux qui croient y 6tre revenues naturellemcnt
et se figurent qu'Oran et sa province sont a 1'Espagne.


- M -







- 54 -


Ceuta et Mellila; ils savent aussi ce qu'elles leur
content,
Ainsi, cette Afrique a exerc6 un veritable engoue-
ment chez une foule de nations : vaincues par les
corsaires, exposes sans cesse b leurs descentes, il
6tait natural qu'on cherchAt b les mater.
Les Italiens, les Franqais, les Anglais, les Hol-
landais l'ont essay; jamais on n'avait pu r6ussir et
il avait fallu supporter cette horrible chose : l'es-
clavage organism par les Deys, C'est un grand hon-
neur pour nous, d'avoir mis fin a toutes ces infamies.

IX

Resumons, maintefiant, les faits exposes dans
cette etude et concluons.
Nous avons commence par rapprocher les Ber-
h~res des Iberes et des Celtes-Iberes; nous les
avons trouv6s, vers le xue siecle avant J.-C. et avons
constat6 leurs relations avec les Ph6niciens.
Depuis lors, ils n'ont pas cesse de tenir la scene;
nous en avons vus arriver sans doute du sud et se
remplacer tour h tour, si bien que les Zenata de la
troisieme race, apres des luttes violentes, sont rests
maitres de royaumes important, de 1350 a 1550 de
notre ere. Il y avait done, plus on moins loin, dans
cette vallee de l'Ouad-Rir', une race prate b envahir
le Tell et c'6tait toujours des Berberes.
Apres la chute des Ph6niciens, nous avons exa-
min6 l'attitude des Berberes, vis-h-vis de leurs nou-
veaux maitres. Is acceptent ce qu'on veut bien leur
donner et peu a peu arrivent h g6rer les cultures,
Ils sont meme devenus chr6tiens.








- M5 -


Malheureusement ils en profitent, des la cessation
des persecutions, pour lutter entire eux et arriver B
se d6truire. Aussit6t, les Berberes rests intacts en
arriere, prennent leur place, tandis que d'autres
viennent occuper celle qu'ils ont quitt6e.
En vain les Vandales, puis les Byzantins cher-
chent h s'6tablir en Afrique : elle revient a ses mai-
tres, les Berberes.
Au vnu siecle a lieu la premiere invasion arabe;
apres 60 ann6es de luttes, la vaste region est
conquise et les Berbbres sont soumis h la loi cora-
nique. La guerre d'Espagne, puis la reaction kha-
redjite ecrasent ce mallieureux pays et les derniers
souverains Arabes finissent par disparaitre.
. An xiO siecle a lieu la vraie invasion arabe. Nous
avons indiqu6 sa march et fait comprendre qu'elle
a import sa langue, mais en se fondant dans le
people berbere.
Le pays, soumis de nouveau aux Berberes depuis
le xe siecle, date du depart des Obeidites, continue
a s'administrer lui-mome par les Zirides et les
Hammadites, par les Almoravides, par les Almo-
hades et enfin par les Almohades-Hafsides, les Abd-
el-Ouadites, les Merinides et tant d'autres. Ce sont
des Berberes qui, une fois bien assis, ne font pas
mal dans un tr6ne.
Cela nous amene au xvic siecle oh les Turcs pren-
nent possession, plus ou moins effective de l'Alg6rie,
de la Tunisie et de la Tripolitaine, et ou les Cherifs
du sud s'emparent du Mag'reb-el-Akca.
A-t-on r6fl6chi en lisant ces notes, dans quelles
fantastiques measures le sang human a 6t6 r6pandu
ici, depuis les p6riodes les plus recul6es? A-t-on










fait le compete de ces prises de possession et des
milliers de cadavres qui les ont scellees? Sait-on
combien de gens sont morts dans ces r6voltes? En
verit6 cela fait fremir et 1'on se demand comment
1'Afrique a pu supporter ces massacres?
Mais ce qu'il y a de plus 6tonnant, c'est de voir
cette race antique, [toujours triompher de ses maux
et se representer, faisant pour ainsi dire, peau neuve,
apres avoir absorb les 6elments qu'on lui avait
apportait ?
Essayons de bien comprendre notre situation ici.
Sommes-nous, comme tous les autres, destines i
abandonner pour une cause quelconque, ce pays et
devons-nous servir, en quelque sorte, d'aliments a
nos Berberes? Autrement dit dans un siecle, ou deux,
ou dix, ne verra-t-on en Afrique, que de vastes sil-
lons cultiv6s par des berberes francis6s, venus a nous
et incorpor6s dans notre race?
Ou bien, nous auront-ils chassis, ces gens si
aptes a saisir les circonstances particulieres au peu-
pie qui les domine, mais incapables de se diriger
eux-memes et prOts L retomber sous une autre
domination ?
Verrons-nous encore des empires berblres ?
Grace a nous, grace i nos soins, grace h la paix
profonde qui regne, ces indigenes augmentent en
nombre. Ils sont actuellement plus de quatre mil-
lions en Algerie, dix-huit cents en Tunisie, un ou
deux millions en Tripolitaine et en Cyrenaique.
Au Maroc, on estime h- 5, 6 ou 7 millions le
nombre des habitants. Dans le sud, de cinq cents
mille a un million.


-86 -








- 57 -


Voilh bien des indigenes pour nous, meme en ne
comptant pas le Maroc. Peut-on esperer qu'ils se
rapprocheront ? H6las! il est difficile d'y computer,
car le grand inconvenient descend de la religion. Ils ne
peuvent venir h nous, comme ils sont allis vers les
Remains, car nous sommes des mecreants, des
roumis, des gens vou6s au feu de l'enfer. Ils acceptent
nos inventions, sans chercher a rien a les com-
prendre; ayant reconnu l'excellence de nos charrues
fixes, ils les emploient; ainsi font-ils pour une foule
de choses. Mais c'est pour eux qu'ils travaillent.
En r6alite, aucune liaison n'est possible avec les idees
actuelles, entire ces deux societies. II faudrait revoir
le pays dans cinquante ans.
D'un autre c6te, nous rendons a la terre d'Afrique
sa prosp6rit6 d'autrefois; supposons une attaque?
Saurons-nous defendre le pays et avoir, pour nous,
la masse des indigenes ? Question tres grave que
nous livrons au patriotism de nos concitoyens.
Cependant, nous avons agi tres habilement avec
les indigenes, au moins sur un point. L'acte princi-
pal est la suppression de la tribu constitute et le
replacement du Caid, par les Administrateurs eta-
blis, en general, chez eux. I1 faudrait, maintenant,
une chose don't nos agents, militaires et civils, ne
paraissent pas se soucier; ils doivent s'occuper de
faire venir des colons et de les placer dans leurs
territoires. II faut aussi que l'acquisition des terres
soit rendue plus facile; en un mot, il est a d6sirer
que nos agents nous amenent du people frangais.
D'autre part, nos traversees du Desert, en d6pit
des pertes qu'elles nous ont coattes, ont eu un effet
excellent. L'occupation des postes du sud a Wte par-










faite, parce qu'elle rompt les reunions nombreuses
d'indigenes. Dejh nos officers se sont rencontres a
moiti6 route, entire Tombouktou et le poste d'In-
Salah. Tout cela est bien et ne demand qu'h 6tre
continue.
Nous avons aussi notre S6n6gal et la ligne de
penetration au nord du Soudan jusqu'au Tchad, de
lh, on surveille les Berberes, avec prudence et atten-
tion.
Ainsi, de tous les c6tes, nous entamons la race
indigene, oeuvre immense, qui doit r6clamer tous
nos soins; nous l'entamons, en 1'avertissant qu'elle
ne peut lutter, mais nous ne 1'amenons pas suffi-
samment a nous. Nous avons, en Algerie, des che-
mins de fer et du telegraphe; dans le sud, rien
encore.
Or, voici le Maroc sur lequel un puissant empire
a reconnu notre droit de protection. L'Angleterre
nous l'abandonne, bien qu'elle ne le d6tienne pas.
Ah! ne nous hatons pas et continuous d'y faire
sentir habilement notre action; sinon gare la levee en
masse et la necessity d'y envoyer 200,000 hommes (1).
Je me suis laiss6 entrainer, dans ces dernieres pages,
a indiquer, en peu de mots, ce que nous avons 6
faire. Si nous n'agissons pas en maitres incontestes,
si nous n'augmentons pas la population franco-colo-
niale, si notre nation perd de sa vigueur, qu'on
retire des troupes et qu'on abandonne le sud, il n'y
a pas d'illusions h se faire, notre belle tentative
echouera, car nous croyons avoir d6montr6 la tena-
cite de la race berbere.

(1) Comme on le voit, I'affaire allemande n'avait pas encore paru.


- h -









59 -

En restant dans notre role, en 6vitant les conseils
de gens qui ne connaissent rien au pays, en servant
chacun avec honneur et probity, la R1publique fran-
qaise pourra obtenir ici, de grandes choses, de belles
choses. Mais il ne faut pas manquer son affaire.
Quant a nous, nous avons rendu h la Berberie
le rble qui lui revient, comme nation; c'etait notre
devoir et si, entraines par le sujet, nous sommes
all6s un peu loin, qu'on veuille bien nous excuser;
c'est au nom de notre chBre France que nous avons
parle.


E. MERCIER,
President de la Societe archdologique de Constantine.











DOUGGA


LE DAR-EL-ACHEB



La Socidtd archdologique de Constantine a donn6
dans son recueil de 1898 (1) la description d'un mo-
nument que je venais de degager. Ii s'est trouv6
que, par suite d'un retard dans l'envoi du graveur,
une parties des planches qui devaient accompagner
mon 6tude, n'a pas Wte publi6e alors. Les autres
planches, portant les nos I, II, III et IV, ajouties au
tirage 6 part, n'ont pas encore Wte distributes aux
lecteurs du recueil de notices et memoires de la
Socidte archdologique de Constantine.
M. le President de cette Compagnie, voulant com-
bler cette lacune m'a pri6 de rediger une petite note
pour rappeler ce que signifient ces planches. C'est
ce que je fais bien volontiers.
Voici tout d'abord une rectification h mon premier
travail. Ce n'est pas trois, mais seulement deux
marches qui precedent le palier situ6 en avant de la
porte. Les figures ci-jointes montrent d'ailleurs tres
bien ce detail.


(1) Page 210. Les Fouilles du Dar-el-Acheb.






- 62 -


Depuis l'epoque b laquelle j'ai degag6 la facade du
Dar-el-Acheb mes successeurs y ont entrepris diff6-
rents am6nagements. C'est cet edifice antique qui a
servi de point de depart a tous les travaux executes
b Dougga apres moi.
On esp6rait en effet trouver ici le forum. L'hypo-
these que j'ai 6mise dans ce recueil meme a e6t
adopt6e par mes successeurs, qui 'ont prise pour
base de leurs fouilles jusqu'au jour oiu celles-ci ayant
montr6 que le forum ne se trouvait pas en ce point,
on se mit a dire sans craindre dorenavant de se
tromper qu'il devait 6tre ailleurs. C'est alors seu-
lement, il faut le remarquer, qu'on voulut bien se
rappeler que j'6tais l'auteur de cette hypothese.
Le Dar-el-Acheb me servit longtemps d'habitation.
J'y ai passe les moments les plus emouvants et les
plus paisibles en meme temps des longues campa-
gnes de fouilles que j'ai dirigees a Dougga. Il m'eut
ete bien facile, quelques jours avant mon depart, de
d6molir les murs arabes adoss6s a la facade ou b&tis
sur elle. Je ne l'ai pas fait par ce que je pensais que
mes successeurs, auxquels on avait d6cid6 de confier
d6sormais les fouilles, pourraient y habiter, et aussi
parce que la p6entration dans l'edifice 6tait ainsi
moins facile. On a, depuis, abattu ces murs. Il est h
souhaiter qu'on en ferme la porte par une barriere
different de l'affreuse claie de branchages qu'on y a
mise, remplaqant ainsi quelque chose de disgracieux
par un dispositif non moins laid.
J'avais pris soin d'indiquer, dans la planche I ci-
jointe, ce que serait la facade d6gag6e, de sorte que
cette planche donne a des details insignifiants pres,
une idee tres exacte de ce qu'est actuellement .le







- 63 -


monument. On a, en effet, remis debout la grande
colonne cannel6e que j'ai trouv6e devant la porte.
La seule addition non indiquee dans le dessin est
un chapiteau, trouv6 au course des fouilles, qu'on a
pose sur la colonne cannel6e, et une parties d'un des
pilastres cannel6s du mur qu'on a remise & sa place.
Je dois ajouter, qu'en revanche, des constructions
appliques contre la facade, et que j'ai indiqu6es dans
mes dessins ont e6t d6truites depuis, non pas, je
pense.par ceux qui ont ex6cut6 des fouilles a Dougga
mais par suite de ce manque de surveillance qui
laisse expos aux d6pr6dations tous les edifices de-
gages (1).
Au course de fouilles plus r6centes, on a trouv6
ici, quelques troncons d'entablement appartenant a
l'inscription don't j'avais d6jh public un certain nom-
bre de parties in6dites. Aucun d'eux ne permet d'etre
renseign6 sur la destination du monument.


(1) Je dois signaler notamment qu'au temple de Saturne, toutes les
colounes que j'avais mises debout ont dte renversdes, que le magnifique
euduit en stuc repr6sentant des grappes de raisins et des feuilles de vigne
en un haut relief a Wte complitement euleve. Au theatre, j'avais, a l'aide
d'une tranchle et d'un mur, empdchi completement les indigenes de
passer sur la scene et Ie postscenium. Actuellement, ces deux pieces
sont de v6ritables chemins, sur lesquels vont tous les passants. Les
Arabes enferment dans les couloirs adjacenls leurs animaux don't le sabot
faith sauter les mosaiques. Enfin, on sait que l'Administration a jug, A
propos de transformer en magasin, en le fermant a l'aide de murs, un
des beaux vomitoria de l'ddifice, don't la disposition est ainsi rendue md-
connaissable aux tourists pen expdrimentds en arch6ologie.
Les chambres qu'on a ddtruites au Dar-el-Acheb eussent constitud bien
plus facilement des magasins, et sans ddfigurer l'un des plus gracieux
monuments do Dougga.
J'ajouterai qu'on a, au temple de Celestis et en avant du Capitole,
relev6 et scelld des colonnes. Il eut dtd facile d'en faire autant dans les
deux edifices en question. Ici, colonnes et bases se ftissent ressembldes,
et de profile et de proportion, restauration plus heureuse que celle qui a
fait rudnir, en avant du Capitole, pour figure les colonnes d'un portique,
les elements les plus disparates, en sorte qu'un edifice certainement
remain et de la bonne dpoque, est devenu par ce fait quelque chose d'in-
nomable qui ne peut pas meme Otre pris pour du byzantin.







- 64 -


Voici maintenant 1'explication des planches ci-
jointes :
Planche I. Vue perspective de la facade du Dar-
el-Acheb, completement degagee. Le d6gagement a
6t6 fait plusieurs annees apres la publication de F'ar-
ticle et de la planche. Celle-ci donne neanmoins une
idee tres exacte de l'aspect qu'offre actuellement cet
edifice, un des plus gracieux et des mieux conserves
de Dougga.
Planche II. Elevation et plan de la facade; coupe
passant en avant de la facade.
En A, curieux plan d'edifice trace sans doute sur
une dalle par un architect remain. II semble qu'il
s'agisse d'un hippodrome don't le podium serait indi-
que par une ellipse, et l'oppidum par une serie d'ar-
cades.
Ce que je d6signe, dans cette planche, sous le nom
de pilastre du portique de la cour, "est une pierre
sculptee qui se trouve dans le mur de la maison du
cheikh et qui me semble, en effet, y avoir ete trans-
portee d'ici. On remarquera que la base de la co-
lonne faith corps avec le stylobate, comme pour la
colonne cannelee de la porte du monument.
Le detail G est une pierre situee au has des mon-
tants de cette porte. Il iepresente une petite pierre
destinee a longer les gonds.
Planche III. Details de sculpture de la porte et
des colonnes qui la prec6daient.
Planche IV. Plan du monument. Y et Z sont
des vofites de soutenement don't on voit I'ouverture
au sud de l'edifice, dans le chemin descendant vers
la source d'en has, On voit ici aussi, en plus grand


























Faqade deblayee.








PL.II.


Dar -el- Acheb. Carton.


I ____- i r
~: I

-hrw -tirz I7 ~'~l~l


~c-- ~i

* r- t-


AYtldl/ G.


ilastredtportiauedea ,Cor


. d-r I 4c,?


-- tY~-T
''
--~-


. h..


~p~i~
i











r_ I
i.
I--1_~
i !

L '/ '- p
J----- 0,7 ------------i-


PL. III.
--- o,w I If


'4.
]3Z~st-e


Coupe suivait


Dar- el-


IN


ducplan de 47 fa'Mcde.


Carton.









PL. IV Dar-el-Acheb. Carton.


- ------.. I----


*r-r -
'i<-,
e42,, -.


A;!ririml


i.


Al
-,_ --r-rr-u-m~7~~1 -


'45. -4 _. ._.~.i.; ___, 5


L


Agrandisaement deL-Mt-O duplan d'ensemz le.


Jnun en Iloce.g



Iw--------------------~-----------1



O/p~nd anor-rui


Dessins au trait sur une dal cd Lseuil.









Crw Satt-wani R U A/s/t.


Cffoie du Caniveau.


Phatolithe.rnique Paris.


z -V_ I



r x


Coupe auvent rJ-K du plan d 'ersemrble

clA lse *,... *A ,









- 65 -


le plan A, don't il a Met question a propos de la plan-
che II.
On remarquera, dans le plan g6enral, quatre aires
rectangulaires entourees d'une cloison de pierres,
soutenue de distance en distance par de petits piliers,
et presentant chacune une porte d'entree. Il y avait
ici, t l'interieur du portique entourant la cour, des
separations dans lesquelles on devait enfermer quel-
qu'un ou quelque chose. On pourrait rapprocher ce
detail d'autres details semblables existant notamment
b Dougga, Carthage, Oudena ou Timgad. Mais on
ne peut, ce me semble, qu'emettre des hypotheses
sur ce dispositif.
En some, la destination de l'edifice constitute par
le Dar-el-Acheb n'a pu etre d6terminee. On semble
6tre en presence d'une espece de macellum, c'est
tout ce qu'on peut avancer. Je souhaite que des
fouilles ult6rieures permettent de preciser la nature
de ce joli monument.

Dr CARTON,
President de la Socidtd archUologique de Sousse.
















COMPETE RENDU

DES

FOU1LLES FAITES EN 1904

PAR

M. A. DEBRUGE,
Membre de I'Association frangaise pour I'aoancement des sciences
et de la Socidet Archdologiquc de Constantine



Abri sous roche;

Station de piohe de 1'epoque transistoire
de la pierre aux mr6taux;

Tumulus berbere;

Petite grotte annexe de la station de
pche.













BOUGIE




Dans le compete rendu que nous avons pr6sent6
en 1904 h la Socidtd archdologique de Constantine,
relativement au degagement de divers abris sous
roche, au lieu dit les Aiguades, pros de Bougie,
nous avons donn6 un apercu general de l'endroit;
mais nous devons forc6ment y revenir aujourd'hui,
tant pour les personnel qui n'en auraient pas eu
connaissance, que pour les autres qui, quoique
l'ayant lu, ne l'auraient plus present i la m6moire.
Lorsqu'on arrive par mer dans l'immense golf
de Bougie et, au fur et a measure que se dessinent
les masses rocheuses, les criques profondes d6cou-
pees sur la c6te, puis enfin la coquette petite cite,
on est 6merveill6 de la sauvagerie des sites; c'est
qu'en effet, nous nous trouvons dans un des coins
les plus pittoresques du littoral algerien. Aussi,
toute blanche et construite un peu en amphithlatre,
l'ancienne Saldte, la ville maraboutique, attire-t-elle
chaque ann6e un nombre important de tourists.
Toutefois, I'aspect grandiose perd une bonne
parties de sa valeur, par le charme m6me qu'exerce
la vaste nappe blue sur les strangers et, il est bien
peu de personnel, pouvant 6valuer mime approxi-







- 10 -


mativement la hauteur des sommets que Pon a
devant les yeux, les divers et puissants pics du
Gouraya.
L'impression est toute different si, consentant i
se fatiguer un peu en pregnant une des voies de com-
munication, on parvient a faire l'ascension de l'une
ou l'autre des hauteurs entrevues h l'arrivie.
Reellement alors, on envisagera 'effet d'optique
produit par la transparence de l'atmosphere et par
la distance, h tel point, qu'on sera a se demander
sont-ce bien 1I, les montagnes entrevues? Le sou-
venir emport6 d'une telle promenade sera vivace et
se gravera profond6ment dans la m6moire.
Entre toutes ces promenades adoptees par les
tourists et la population bougiotte, celle du grand
phare Carbon est la plus courue, c'est qu'elle est
aussi la plus pittoresque.

Situation

En sortant de Bougie par la porte est (des caser-
nes), on long le cimetiere catholique et s'Mlevant
graduellement, par un chemin fort accessible et
mime carrossable, on arrive a dominer de plus eu
plus la mer a sa droite, a des distances plus ou
moins variables, selon les lacets de la route. A un
certain endroit, celle-ci se bifurque; devant on
continue vers le cap Bouak, petit phare, tandis que
sur la gauche on gravite dans la direction de Carbon.
Plus on advance, plus la sauvagerie des lieux
augmente et plus elle est imposante. Des rochers
majestueux se succedent continuellement et bient6t
nous nous trouvons 1a la base des crates importan-









tes du Djebel-Gouraya, lesquelles commenCant art
cap Noir, se dirigent vers l'ouest, tant6t assez loin,
tant6t presque h,pic sur les bords de la mer. Lais-
sons le tourist s'engager sous le tunnel trouant
le massif et s'loigner vers le grand phare, et arre-
tons-nous entire le cap Bouak et le cap Noir, c'est
lh que nous allons trouver les traces d'un passe,
lesquelles vont faire l'objet de ce travail.

Abri sous roche. D6gagement

A quelques centaines de metres du Grand Abri,
d6gag6 en 1903C(), apris avoir d6pass6 la hauteur du
petit phare, aussit6t le deuxieme tournant et, en
bordure du chemin se dirigeant vers Carbon, sur la
droite, existait un bel abri qui avait pu echapper
jusque lh b nos investigations.
Une coupe de broussailles pratiqu6e a cet endroit,
dans le courant de l'hiver 1903-1904, l'a demasqu6.
Nous l'avons partiellement d6gage et quelques
jours ont pu nous suffire pour nous assurer que lh,
du moins, il n'y avait rien a faire. Nous avons eu
tout lieu d'en 6tre surprise, car la disposition en
etait merveilleuse.
La couche de surface nous offrait de rares char-
bons, des debris de poterie n'ayant rien de neole-
thique, quelques briques tout comme dans nos
diverse fouilles des Aiguades l'an dernier. D'aprbs
ce caractere particulier, nous pensions trouver en
dessous une couche franchement archeologique.

(1) Recueil des Notices et]Mdmoires de la Socidtd archeologique de
Constantine, 1903, page 146.








- 72 -


A lm50, la nature du terrain offre le mime aspect
et nous tombons sur de v6ritables rockers parais-
sant former le sol; nous n'avons p.as jug6 a propos
de poursuivre.

Station de peche du Pic des Singes.
D6gagement

Immediatement apres Otre passe i la hauteur du
pic des Singes, nom bien m6rit6, car de nos jours
encore on y rencontre de v6ritables bandes de ces
int6ressants animaux, la route fait un coude assez
accentue. A 200 metres environ avant de parvenir
au tunnel et sur la gauche, une disposition acciden-
telle du terrain avait depuis longtemps retenu notre
attention.
Il y a quelque chose comme 34 ans, lorsqu'on
construisit le grand phare de Carbon, il fallut bien,
pour ravitailler les habitants isoles sur ce perchoir
inaccessible par mer, toujours battu par les flots et
i 220 metres au-dessus de leur niveau, 6tablir une
route de communication avec la ville.
A flane de montagne, h cet effet et par places, de
longues bandes de terres furent enlev6es, celh tou-
jours sur la gauche, car h notre droite c'est le vide
qu'h maints endroits on a df remblayer.
A l'emplacement de la station que nous venons
de d6gager, on constatait une echancrure assez
prononee et nous estimons que quelques metres
cubes de deblais avaient 6t6 enlev6s, soit pour le
nivellement, soit pour l'entretien de la route.
Il y avait hl une coupe' de terrain veritable et tres
facile i etudier. Par places, un schiste glaiseux




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs