• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Liste des membres de la sociét...
 Membres honoraires
 Membres titulaires
 Membres correspondants
 Sociétés correspondantes
 Sociétés étrangéres
 L'Afrique septentrionale au XII...
 Les ruines romaines de la commune...
 Les tombeaux de Mons (étude pour...
 Le souterrain de Kherbet-Abderahim,...
 Trois citadelles romaines de la...
 Excursion archéologique dans le...
 Inscriptions inédites de la province...
 Epitaphe dún palmyrénien, par M....
 A propos du cippe de T. Claudius...
 Numismatique africaine, par M....
 Chronique de lánnée 1899
 Bibliography
 Nécrologie
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00003
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Page A-i
        Page A-ii
    Liste des membres de la société
        Page A-iii
    Membres honoraires
        Page A-iv
    Membres titulaires
        Page A-v
        Page A-vi
        Page A-vii
    Membres correspondants
        Page A-viii
        Page A-ix
        Page A-x
    Sociétés correspondantes
        Page A-xi
        Page A-xii
        Page A-xiii
    Sociétés étrangéres
        Page A-xiv
        Page A-xv
    L'Afrique septentrionale au XII siécle de notre ére, dáprés le Kitab-el-Istibcar, par M. Fagnan
        Page B
        Page B-i
        Page B-ii
        Page B-iii
        Page B-iv
        Page B-v
        Page B-vi
        Page B-vii
        Page B-viii
        Page B-ix
        Page B-x
        Page B-xi
        Page B-xii
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
    Les ruines romaines de la commune mixte de Sédrata, par M. A. Robert
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 240a
        Page 241
        Page 242
        Page 242a
        Page 242b
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 246a
        Page 246b
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 250a
        Page 251
        Page 252
        Page 252a
        Page 253
        Page 254
        Page 254a
        Page 255
        Page 256
        Page 256a
        Page 256b
        Page 257
        Page 258
        Page 258a
        Page 258b
    Les tombeaux de Mons (étude pour servir á un travail sur les sépultures dans la région de Sétif), par M. L. Jacquot
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 262a
        Page 263
        Page 264
        Page 264a
        Page 264b
        Page 265
        Page 266
        Page 266a
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
    Le souterrain de Kherbet-Abderahim, par M. L. Jacquot
        Page 271
        Page 272
        Page 273
    Trois citadelles romaines de la région de Sétif, par M. L. Jacquot
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 278a
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
    Excursion archéologique dans le Hondna et le Sahara, par M. Blanchet
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 288a
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 294a
        Page 294b
        Page 295
        Page 296
        Page 296a
        Page 297
        Page 298
        Page 298a
        Page 298b
        Page 299
        Page 300
        Page 300a
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 304a
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
    Inscriptions inédites de la province de Constantine pour lánnée 1899, par Ch. Vars
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 394a
        Page 395
        Page 396
        Page 396a
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 404a
        Page 405
        Page 406
        Page 406a
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 416a
        Page 417
        Page 418
        Page 418a
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
    Epitaphe dún palmyrénien, par M. R. Cagnat
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
    A propos du cippe de T. Claudius Cilius, par M. Hinglais
        Page 436
        Page 436a
        Page 437
        Page 438
        Page 439
    Numismatique africaine, par M. L. Charrier
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
    Chronique de lánnée 1899
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
    Bibliography
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
    Nécrologie
        Page 469
        Page 470
    Table of Contents
        Page 471
        Page 472
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text






RECUEIL



NOTICES ET MEMOIRES
S Db LA

SOCIETY fIARCHIOLOGIQUE
DU
SDPARTEMENT DE CONSTANTINE
I t, E*I E.

2 VOLUME DE LA QUATRI~EME SERIE

TRENTE-TROISIME VOLUME DEi LA COLLECTION


AN-NEE 1899


:CONSTA N' I N E
lNlPHII\l- r.It b, l. ,.fiH. il 2, RUE DU PALAIS, 2


ALGER
JOURDAN, ianRAIREEDrITnm
Place du Gouvernement


PARIS '
;J. .mN[iif; et C'i
Librairie africaina et colonial
, 7 et 31, rue Bonaparte


S1900


. T,---- I 7% 1 ,- i -I


V.3.r


1


*' .-'*^ :


i












RECUEIL
DES

NOTICES ET MEMOIRES
DE LA

SOCIT]E ARCHEOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE


2e VOLUME DE LA QUATRIEME SERIE
-I-~----
TRENTE-TROISIME VOLUME DE LA COLLECTION

ANNtE 1899








CONSTANTINE
IMPRIMERIE D. BRAHAM, 2, RUE DU PALAIS, 2
ALGER PARIS
JOURDAN, LIBRAIRE-EDITEUR J. ANDRE et Cle
Place du Gouvernement Librairie africaine et colonial
27 et 31, rue Bonaparte
1900


.ri.of nIuri!-















( n ;
















LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIETY

-1--



PaSXIDNCTS D'HRONRUR

MM. TARTRAT, C *, G6neral de Division, commandant la
Division de Constantine.
RAULT, A Q, Pr6fet du D6partement.
E. MERCIER, 4, I Maire de Constantine.
POULLE, 4, A Q, directeur des Domaines en retraite.




Composition du Bureau pour 1899


President :
!er Vice-Prdsident :
2e Vice-Prdsident :
Secrdtaire :
Trdsorier :
Bibliothdcaire :


M. Ernest MERCER.
M. MAGUELONNE.
M. VARS.
M. Gustave MERCER.
M. ESCURRE.
M. HINGLAIS.


Commission des Manuscrits

MM. MERCER (Ernest).
MAGUELONNE.
VARS.













MEMBRES HONORAXBES



1893 MM. BERGER (Philippe), &, I 0, membre de 1'Ins-
titut, professeur au College de France,
membre du Comit6 des travaux historiques
et scientifiques, Paris.

1893 BOIssIER (Gaston), C *, I Q, membre de
1'Institut, administrateur et professeur au
College de France, membre du Comit6 des
travaux historiques et scientifiques, Paris.

1894 BR9AL (MICHEL), C *, I membre de 1'Ins-
titut, professeur au College de France,
Paris, 70, rue d'Assas.

1893 CAGNAT (Ren6), 4, I QJ, professeur d'6pigra-
phie au Coll6ge de France, membre du
Comit6 des travaux historiques et scientifi-
ques, rue Stanislas, Paris.

1885 H RON DE VILLEFOSSE, 1, A -, membre de
1'Institut, conservateur des antiquit6s grec-
ques et romaines au Mus6e du Louvre,
membre titulaire du Comit6 des travaux
historiques, Section d'arch6ologie, 15, rue
Washington, Paris.










MEMBERS TXTULA ES




1892 MM. ARRIPE, I conseiller de Prefecture.
1892 AuBRY, -, docteur, maire de S6tif.
1890 AUDE, pharmacien & Khenchela.
1897 BLANCHET, A Q, professeur agr6eg de 1'Uni-
versit6.
1897 BONNAF9, docteur a El-Milia.
1896 BUSQUET, I .Q, proviseur du Lyc6e de Cons-
tantine.
1898 CALASSANTI MOTYLINSKI (DE), 4, I. ', inter-
pr6te militaire, directeur de la M6dersa,
professeur a la Chaire publique d'arabe,
Constantine.
1895 CAMBUZAT-RoY, propri6taire, Auxerre(Yonne).
1883 CHARRIER (L.), A Q, sous-chef de bureau a
la Prefecture d'Alger.
1898 DESCOnPS,A ), inspecteur des Etablissements
de bienfaisance.
1892 EscURRE, A Q, directeur de 1'6cole primaire
sup6rieure, a Constantine.
1878 FARGES, 4, I commandant, directeur des
Affaires indigenes de la Division, corres-
pondant du MinistBre de 1'Instruction pu-
blique A Constantine.
1877 FoRCIOLI, avocat, ancien d6pute.
1891 GLORIEUX, professeur au Lyc6e d'Alger.
1874 GOYT, geometre principal du Service topogra-
phique (Oran).
1891 GSELL, I Q, professeur a l'Ecole superieure
des Lettres d'Alger.










1874 MM. HINGLAIS, I Q, conservateur du Mus6e de la
Ville de Constantine, proviseur en retraite.
1899 JAUBERT (I'abb6), secr6taire de l'dvech6, histo-
riographe du diocese.
1892 JEAN, ancien directeur de 1'6cole de la rue
Damr6mont, A Constantine.
1877 LAURICIIESSE, conservateur des Hypotheques
en retraite, A Montignac.
1891 LE CLERC, chef du Service des Douanes, Alger.
1881 LESUEUn, 4, ing6nieur, A Paris.
1878 LUCIANI, A 9, chef de bureau au Gouverne-
ment G6neral, A Alger.
1892 MAGUELONNE, A Q, inspecteur des Domaines
A Constantine.
1891 MEJDOUB KALAFAT, A 9, professeur d'arabe
au Lyc6e de Constantine.
1895 MAENTHET, A ', administrateur de la com-
mune mixte d'El-Milia.
1867 MERCIER (E.), A, I ', interprIte-traducteur
asserment6, membre associd de l'Ecole
sup6rieure des Lettres d'Alger, laurdat de
l'lnstitut, correspondent honoraire du Mi-
nistare de l'Instruction publique, maire et
conseiller general de Constantine.
1896 MERCIEn (Gustave), avocat, interpreted mili-
taire de reserve, Constantine.
1890 MORINAUD, d6put6 et conseiller g6ndral du
d6partement de Constantine.
1878 PAPIER, &, I Q,, chef du Service des tabacs
en retraite, president de l'Acad6mie d'Hip-
pone, A B6ne.
1880 PoINssoT, A 9, avocat, rue Nicole, A Paris.
1862 POULLE, 4, A ., directeur des Domaines en
retraite, correspondent de l'Institut, mem-
bre non resident du Comit6 des travaux
historiques, & Montauroux (Var).








VI1

1891 MM. PRiVOST, A Q, professeur de r6thorique au
Lyc6e de Constantine.
1881 PRUD'HOMME, 4, A Q, capitaine en retraite,
correspondent du Ministere de 1'Instruction
publique, A Constantine.
1894 REBUFFEL, conducteur des Ponts et Chauss6es
a Biskra.
1884 RECLUS (On6sime), geographe a Paris.
1894 SARRAZIN, A ', architect 6 Constantine.
1863 SUQUET, I ), inspecteur primaire a Constan-
tine.
1890 VARS, A "), professeur de philosophies, a
Constantine.
1891 VILLA, avocat a Constantine.







VIII


MEXMBBES CORRESPONXDANTS




1885 MM. ALLOTE DE LA FaYE, *, general de brigade.
1891 ARRIPE, administrateur de la commune mixte
de l'Aur6s.
1900 BARRY, administrateur de commune mixte,
TUbessa.
1875 BAUDOT, 4, chef d'escadron d'Etat-Major.
1889 BERNARD, architect, 23, rue des Cordeliers,
A Compiegne.
1891 BERTRAND (Louis), I f, receveur municipal,
conservateur du MusBe a Philippeville.
1898 BESNIER (Maurice), ancien membre de l'Ecole
francaise de Rome, charge de course a
l'Universit6 de Caen.
1890 BIGONNET, propri6taire a Bordj-bou-Arr6ridj.
1895 BLONDEL, juge de paix.
1874 BOURGOGNE (Geslin de), colonel.
1864 CAIIEN, f, grand rabbin a Paris.
1883 CHIuDt, O *, chef de bataillon de Zouaves, en
retraite, A Aix.
1877 DAEMERS DE CACHARD, professeur a Bruxelles.
1892 DAMICIEL, huissier b Sousse (Tunisie).
1888 DILAITRE (le R. P.), I pretre missionnaire
d'Alger, membre correspondent de 'Ins-
titut, conservateur du Mus6e arch6ologique
de Saint-Louis de Carthage.
1882 DENIZI, ancien magistrat, a Marvejols.
1890 DOMERGUE, A ,, g6ometre principal, en re-
traite, correspondent du MinistBre de 1'Ins-
truction publique & Saint-Genies (Lot).









1888 MM. DUPRAT, A 9, receveur des Douanes a la
Guadeloupe.
1882 DROUIN, avocat, rue Moncey, 15, a Paris.
1895 ELDIN, architect a S6tif, correspondent du
Ministere de 1'Instruction publique.
1890 ESPERANDIEU, 4, I 9, capitaine-professeur
a l'Ecole militaire d'Infanterie, a Saint-
Maixent (Deux-S6vres).
1894 FAGNAN, I 9, professeur a 1'Ecole supdrieure
des Lettres d'Alger.
1891 GARROT, publiscite & Alger.
1894 GAUCKLER, A 9, directeur du Service des
Antiquit6s tunisiennes, a Tunis.
1894 GESSARD (Carl), pharmacien en chef de l'H6-
pital de S6tif.
1892 GCETSCHY, O *, colonel du 4e Tirailleurs, a
Sousse.
1892 GONSON, A 9, propri6taire a Lambese.
1893 GURIN, A 9, sous-directeur des Contribu-
tions diverse, a Tizi-Ouzou.
1892 HANNEZO, 4, I 9, capitaine d'infanterie a
Sousse.
1886 HOFFMANN, secr6taire de la Soci6t6 d'anthro-
pologie a Washington.
1890 JACQUOT, juge au tribunal, A Thonon (Haute-
Savoie).
1898 LASKINE (comte Gabriel de), a Soletz, gou-
vernement de Radam (Russie).
1897 LEROY, A 9, explorateur, Biskra.
1881 LUBAWSKI (comte de), a Viazna (Russie).
1888 MARTY,m6decin-major de ire classes A I'Hopital
militaire (Belfort).
1882 MAURY, maitre de conferences a la Facult6
des Lettres, a Aix.










1879 MM.

1888

1892

1888

1880
1892
1885

1893

1891

1875

1885

1892
1862

1893
1878
1868


M9RITENS (de), inspecteur de 1'Assistance pu-
blique, a Alger.
MILVOY, architect rue des Trois-Cailloux, 3,
a Amiens.
MOLINER-VIOLLE, A ", sous-chef de Bureau
au Gouvernement G6ndral.
PALLU DE LESSERT, avocat, rue de Tournon,
17, a Paris.
PEYROT (le docteur), rue Laffite, 18, Paris.
PONTr, maire a Mila.
REINACH, I Q, ancien 616ve de l'Ecole
d'Athenes, rue de Berlin, 31, a Paris.
RESTOUIN, inspecteur primaire & Saint-Af-
frique.
ROBERT, A 0, administrateur de la commune
mixte d'Ain-M'lila.
Roy, 4, I i, secr6taire g6ndral de l'Ouzara,
a Tunis.
SALADIN, f, I Q, architect, rue de Belle-
chasse, A Paris.
TOUTAIN, I f,, professeur.de Facultd.
VAYSETTES, ancien interprbte-traducteur as-
sermente, & Espalion.
Vmin (C.), avocat a Bordj-MenaFel.
WEILL, grand rabbin, a Tlemcen.
ZOTENBERG, 1, biblioth6caire a la Bibliothbque
national, a Paris.












SBOCG TES CORRESPONDANTES


AGEN. Soci6te d'agriculture, sciences et arts.
Aix. Academie des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
ALAIS. Societ6 scientifique et litteraire.
ALGER. Ecole sup6rieure des Lettres.
Societ6 historique algerienne.
Societ6 de geographie.
AMIENS. Soci4t6 des antiquaires de Picardie.
ANGERS. Soci6t6 acad6mique de Maine-et-Loire.
ANGOULtME. Soci6et archeologique et historique de la
Charente.
AUTUN. Societ6e duenne.
AVESNES. Societ6 archdologique de l'arrondissement.
AVIGNON. Academie de Vaucluse.
AUXERRE. Societ6 des sciences historiques et naturelles
de 1'Yonne.
BAR-LE-DUC. Societ6 des lettres, sciences et arts.
BEAUNE. Societ6 d'archeologie, d'histoire et de litt6ra-
ture.
BEAUVAIS. Societ6 acad6mique d'archeologie, sciences
et arts du d6partement de I'Oise.
BEZIERS. Societ6 arch6ologique, scientifique et litt6raire.
BONE. Academie d'Hippone.
BORDEAUX. Societ6 archeologique.
Soci6t6 de geographie commercial.
BOURGES. Soci6t6 historique, litt6raire et artistique du
Cher.
BREST. Soci6t6 academique.
CHAMBERY. Soci6t6 savoisienne d'histoire et d'arch6o-
logie.
Academie des sciences, lettres et arts de
Savoie.
DAX. Soci6t6 de Borda.
DOUAI. Union geographique du nord de la France.
DRAGUIGNAN. Soci6t6 d'6tudes scientifiques et archeolo-
giques.









EPINAL. Soci6t6 d'6mulation des Vosges.
GAP. Soci6t6 d'6tudes des Hautes-Alpes.
GRENOBLE. Acad6mie delphinale.
GUnRET. Soci6t6 des sciences naturelles et arch6ologi-
ques de la Creuse.
LANGRES. Soci6t6 historique et archeologique.
LAON. Soci6t6 acad6mique.
LIMOGES. Soci6t6 arch6ologique et historique du Li-
mousin.
LYON. Soci6t6 litt6raire, historique et arch6ologique.
Acad6mie des sciences, belles-lettres et arts.
LE MANS. Soci6t6 historique et arch6ologique du Maine.
MARSEILLE. Soci6t6 de statistique.
MONTAUBAN. Soci6t6 arch6ologique du Tarn-et-Garonne.
MONTBILIARD. Soci6t6 d'6mulation.
NANCY. Acad6mie de Stanislas.
S- Soci6t6 d'arch6ologie lorraine et du mus6e his-
torique lorrain.
Soci6t6 de g6ographie de l'Est.
NANTES. Sociedt d'arch6ologie.
NARBONNE. Commission arch6ologique.
NICE. Soci6t6 de litt6rature, sciences et arts des Alpes-
Maritimes.
NiMES. Acad6mie du Gard.
ORAN. Soci6t6 de g6ographie et d'arch6ologie.
ORLANS. Soci6t6 arch6ologique de l'Orl6anais.
PARIS. Institut de France.
Journal des Savants.
Comit6 des travaux historiques et scientifiques.
Bulletin de l'Ecole des Chartes.
Soci6t6 des antiquaires de France.
Soci6t6 d'ethnographie.
Soci6t6 de g6ographie.
Soci6t6 d'anthropologie.
Association pour l'encouragement des 6tudes
grecques.
Soci6t6 des 6tudes historiques.
Revue gdographique iniernationale.
Mus6e Guimet.
Soci6t6 acad6mique indo-chinoise de France.








XIII


PARIS. Revue des Colonies et des Protectorats.
Revue de statistique.
PERPIGNAN. Soci6t6 agricole, scientifique et litt6raire.
POITIERS. Soci6t6 des antiquaires de l'Ouest.
RAMBOUILLET. Soci6t6 arch6ologique.
REIMS. Acad6mie national.
RENNES. Soci6t6 arch6ologique du d6partement d'Ille-
et-Vilaine.
ROCHECHOUART. Soci6t6 des Amis des sciences et des
arts.
RODEZ. Soci6t6 des lettres, sciences et arts de 1'Aveyron.
ROUEN. Commission des antiquit6s de la Seine-Inf6-
rieure.
SAINT-BRIEUC. Societ6 d'dmulation des C6tes-du-Nord.
SAINT-DIE. Soci6t6 philomathique.
SAINTES. Soci6t6 des archives historiques de la Sain-
tonge et de I'Aunis.
SAINT-OMER. Soci4t6 des antiquaires de la Morinie.
SAINT-QUENTIN. Soci6t6 acad6mique des sciences, arts
et belles-lettres.
SEMUa. Soci6t6 des sciences historiques et naturelles.
SENS. Soci6t6 arch6ologique.
SoissoNs. Soci6t6 arch6ologique, historique et scienti-
fique.
TOULON. Acad6mie du Var.
TOULOUSE. Acad6mie des sciences, inscriptions et belles-
lettres.
Soci6t6 d"arch6ologie du Midi de la France.
TouRs. Soci6t6 d'arch6ologie de la Touraine.
Soci6t6 d'agriculture, sciences, arts et belles-
lettres du d6partement d'Indre-et-Loire.
.Soci6t6 de g6ographie.
TuNIS. Institut de Carthage. Association tunisienneo
des lettres, sciences et arts, a Tunis.
VALENCE. Bulletin d'histoire ecclesiastique et d'archdo-
loiei religieuse du diocese de Valence.
VALENCIENNES. Soci6t4 d'agriculture, sciences et arts.
VANNES. Soci6t1 polymathique du Morbihan.
VERVINS. -- Soci6tA arch6ologique.












SOCIETIES ETRANGERES




ALSACE-LORRAINE. Soci4t6 d'arch6ologie et d'histoire de
la Moselle, a Metz.
Soci6t6 pour la conservation des mo-
numents historiques de l'Alsace, A
Strasbourg.
ANGLETERRE. Soci6t6 des antiquaires de Londres.
Ecosse. Soci6t6 des Antiquaires, Edim-
bourg.
Soci6t6 des antiquaires de Cambridge.
Institut canadien de Toronto (Canada).
Soci6t6 de numismatique et d'arch6ologie
de Montr6al.
AUTRICHE. Soci6t6 imp6riale de g6ographie de Vienne.
AUTRICHE-HONGRIE. Soci6t6 archeologique create (Za-
greb Agram), mus6e national.
BELGIQUE. Societ6 d'art et d'histoire du diocese de LiBge.
Soci6t6 des Bollandistes, Bruxelles.
Soci6t6 d'arch6ologie de Bruxelles.
BRSIL. Mus6e national de Rio-Janeiro.
EGYPTE. Institut 6gyptien, au Caire.
Comit6 de conservation des monuments de I'art
arabe.
Soci6t6 kh6divale de g6ographie, au Caire.
ETATS-UNIS D'AMERIQUE. Mus6e Paebody d'arch6ologie
et d'ethnographie am6ricai-
ne de Cambridge.
Institut Smithsonien de Wa-
shington.
-Commission d'inspection g6o-
logique des Etats-Unis (D6-
partement de l'Int6rieur), A
Washington.












ETATS-UNIS D'AMiRIQUE. Soci6t6 d'anthropologie, a
Washington.
Acad6mie des sciences natu-
relies de Davenport,Iowa.
Mus6e am6ricain d'histoire
naturelle.
Association am6ricaine pour
l'avancement des sciences,
A Washington.
Soci6t6 historique du Kan-
sas, A Topeka.
ITALIE. Institut arch6ologique d'Allemagne, a Rome.
Nouveau bulletin d'archdologie chretienne, A
Rome.
Ecole frangaise de Rome.
Soci6t6 africaine d'Italie, A Naples.
Soci6t6 africaine d'Italie, a Florence.
NoRWIGE. Universit6 royale, A Christiana.
RUSSIE. Commission imp6riale arch6ologique, A Saint-
P6tersbourg.
SUDDE. Acad6mie royale arch6ologique de Stockholm.
Institut g6ologique de 1'Universit6 d'Upsala.
SUIssE. Soci6t6 d'histoire et d'arch6ologie de Geneve.
SociBte de g6ographie de Berne.
Universit6 de Fribourg.
















L'AFRIQUE

SEPTENTRIONALE

AU XIIe SIECLE DE NOTRE tRE



DESCRIPTION EXTRADITE DU K1TAB EL-ISTIB9AR

ET TRADUITE

E. FAGNAN
E. FAGNAN













INTRODUCTION





En 1852, M. A. von Kremer publia & Vienne, sous le
titre Description de l'Afrique par un gdographe arabe ano-
nyme du sixieme siecle de l'hdgire un extrait d'un ouvrage
arabe intitul6 )La-,A. ,_.-L-0 ^j .a-,,_.-T, dans Ie but
avou6 de mettre entire les mains des d6butants un text
facile et instructif (1). Mais l'6diteur n'ayant eu a sa disposi-
tion qu'un seul manuscrit, d'ailleurs mediocre et incomplete,
et n'ayant pas cru devoir corriger bien des passages sus-
pects, a mis au jour un fragment peu facilement utilisable,
ainsi d'ailleurs que la chose lui fut reprochee par Blau
(Zeits. d. D. M. Ges., t. vII, p. 121). M. von Kremer avait
du reste reconnu la grande resemblance existant entire ce
texte et celui qu'E. Quatrembre, en en donnant une longue
notice avec extraits dans le t. xi des Notices et extraits des
manuscrits, avait avec raison attribu6 au c6lebre Aboa
'Obeyd Bekri; mais il n'avait pas rapproch6 ces deux textes,
ce qui eat Bt6 utile et fructueux, non plus qu'il ne songea,
semble-t-il, a tirer parti d'un autre existant & Paris. Qua-
tremere avait cependant mentionn6 dans les Notices (t. xu,
p. 659) le ms 581 de la BibliothBque national, alors royale,
comme pouvant fournir des rapprochements utiles pour
fixer la lecture de plusieurs noms geographiques, et lui-
m6me y a recouru une quinzaine de fois. Ce volume 6tant
ac6phale, 'illustre 6rudit n'avait pu y reconnaitre la Nokhbat
ed-dahr ou Cosmographie de Chems ed-Din Mohammed
Dimechki, publide depuis par M. Mehren (St-P6tersbourg,
1866; trad.fr. du mnme, Copenhague, 1874; cf. H.Deh6rain,
Quid Schems Eddin Dimashqui geographus de Africa
cognitum habuerit, Paris, 1897) et qui figure actuellement

(1) I1 en a en outre publiW une analyse assez ktendue portant principa-
lement sur les renseignements gdographiques qui completent ou rectifient
la traduction partielle qu'avait faite Quatremere de Bekri (Sitzungsb. d.
Ak. der Wissensch., phil.-hist. Classes, t. vmI, Vienne, 1852, p. 389-428).









- II -


sous le no 2187 du catalogue. Le secours a tirer de cet
ouvrage eat d'ailleurs 6t6 mediocre, car on n'y trouve guere
dans la parties consacr6e a l'Afrique que d'assez seches
6num6rations.
Mais il est un autre volume auquel Quatrembre, toujours
a 1'affat des textes nouveaux, recourut, plus tard probable-
ment et don't il dut sans doute, bien qu'il n'en dise rien,
reconnaitre la grande resemblance avec l'ouvrage de
Bekri : c'est celui don't il cite un passage dans son Histoire
des sultans mamlouks de l'Egypte, t. ii, 2e p., 310 n., et
qu'il d6signe comme 6tant un a trait6 de g6ographie arabe,
don't le manuscrit appartient & M. Delaporte s; et en effet,
nous retrouvons la citation qu'il en fait au f. 65 ro (indiqu6
par lui) du no 2225 actual de Paris. Au surplus, ce dernier
ms, qui a 6t6 achet6 par la Bibliotheque A Delaporte le
4 d6cembre 1850, porte bien les marques (( R. C. n 4796 )
sous lesquelles le d6signe M. de Slane dans sa traduction
de Bekri (p. 191, n. 4) et, ainsi que le dit ce savant, ( on y
reconnait plusieurs passages tires de l'ouvrage d'El-Bekri ).
La chose n'est cependant pas rappel6e dans le Catalogue
des manuscrits arabes de la Bibliotheque national, bien
qu'une note de la main de Reinaud, 6crite sur le feuillet
de garde, affirme que ( c'est le mCme ouvrage don't M. de
Kremer a public une edition tronqu6e A Vienne, en 1842
[lisez 1852], sous le titre de Description de l'Afrique >.
Ce ms est acephale et d6pourvu de titre; la portion man-
quante du commencement est cependant peu considerable,
car elle correspond A quatre-vingt-trois lignes de la copie
d'Alger, don't il sera question tout A l'heure et don't l'6criture
est assez grosse et peu compact, ou h cinquante-quatre du
ms D (voir plus bas). C'est le ms de Paris que j'ai consult
tout d'abord pour le compare avec le texte imprim6; mais
il ne faut pas un long examen pour reconnaitre qu'il est
presque aussi tronqu6 que le ms de Vienne, ainsi qu'on
peut le voir par le tableau public plus bas. Ainsi au f. 66vo,
A la premiere ligne, il complete bravement cette ligne, qui
appartient A P'article consacr6 a Mona, par une portion de
I'article oh il est parl6 de Fez.
De meme d'ailleurs dans le ms d'Alger (voir plus bas),
la description de la Kal'at des Benoa Hammad, interrompue
a Ia ligne 6 du f. 88 ro, est imm6diatement suivie a la ligne 7
par une listed sommaire des souverains Omeyyades, Abba-
sides et Osmanlis jusqu'en 1255 h6g.
Au surplus le meme reproche peut etre adress6 au scribe
du ms de Vienne. Par example a la p. 23, 1. 7, les deux
lignes que l'6diteur a rejet6es dans l'appendice n'appar-
tiennent pas au paragraph relatif A la ville d'Alger, ainsi







- III -


que l'a cru Kremer, mais constituent la fin de celui qui est
consacr6 a Ceuta.
On peut, il est vrai, teacher d'excuser ces scribes, et
notamment celui du ms de Paris, en supposant que l'origi-
nal d'apres lequel il ex6cutait sa copie avait ici des feuillets
manquants, comme il devait y en avoir ailleurs de trans-
pos6s. Cette hypothese est d'autant plus plausible que, plus
loin (au f.99 v), apris avoir transcrit une suscription don't
les terms annoncent clairement que l'auteur achieve son
travail, il a la naive loyaut6 de continue de copier les
chapitres relatifs A Barka, etc., qui auraient da figure au
f. 66 vo, 1. 1, et servir meme A achever cette premiere ligne.
II n'y a d'ailleurs pas b d6fendre les connaissances gram-
maticales de ce copiste, non plus qu'a excuser son inatten-
tion; les fautes abondent, les omissions sont frequentes, les
mots de l'usage le plus commun sont 6trangement d6figur6s.
II faut ajouter encore que le f. 82 a 6t6 d6plac6 par le
relieur et mis avant celui qui est cot6 83, tandis que c'est
I'ordre inverse qui doit 6tre suivi.
J'ai eu aussi recours b une troisieme copie, partielle 6ga-
lement, et non moins incorrect que les deux pr6c6dentes,
port6e sous le no 1560 de mon Catalogue des manuscrits de
la Bibliotheque-Mus6e d'Alger. La pr6c6dente est ac6phale
et sans titre; celle-ci au contraire n'est pas tronqu6e au
d6but et porte, tant comme en-tete que dans la suscription,
le meme titre que celle qui a 6t6 employee par Kremer.
J'avoue que je n'avais pas song, lors de la redaction de
mon catalogue, a la compare avec l'6dition imprim6e, par
cette raison que la listed des empereurs ottomans, qui forme
l'un des chapitres, s'6tend jusqu'a l'ann6e 1255 de l'h6gire
et parait faire corps avec le rest de l'ouvrage, m'avait faith
tout d'abord penser a une compilation toute moderne, ce
que j'ai imprim6. D'autre part je n'avais pas & ma dispo-
sition le catalogue de Krafft (Die arabischen, persischen
und tiirkischen Handschriften der kais. orient. Akademie,
Vienne, 1842), qui m'aurait permis une comparison fruc-
tueuse. Ce n'est que post6rieurement et en examinant ce
volume de plus pres que j'ai reconnu qu'il renfermait au
moins une certain portion plus ou moins d6figur6e de
l'IstibCar. Ceux-lb seuls A qui leurs connaissances per-
mettent I'ardue et ingrate besogne de r6diger un catalogue
de manuscripts, ont le droit de me reprocher mon erreur, et
de ceux-la je doute que j'aie b redouter la s6v6rit6 de p6da-
gogues insuffisants.
Ces trois copies, qui se rdduisent pour de nombreux pas-
sages a une seule, ont 6t6 rapproch6es et compl6t6es a l'aide
du texte et de la traduction de Bekri publi6s par M. de








- IV -


Slane, l'6minent arabisant dent il m'est toujours doux de
rappeler le souvenir et les merites (Description de l'Afrique
septentrionale, par Abou Obeid el-Bekri, text arabe, Alger
1857; trad. fr., Paris, 1859, extrait du Journal asiatique).
En effet l'stibCdr a 6tW compile en 587 de l'hegire (1191 de
J.-C.), date qui est r6p6tee A plusieurs reprises, par un
homme sur le nom de qui l'on n'est pas fix6, qui 6tait pro-
bablement du Maghreb ou du moins qui y a vecu, et qui
parait avoir appartenu A l'entourage du prince Almohade
alors r6gnant, Aboi Yoasof Ya'koab el-Mancoir. II cite
quelquefois Bekri, mais il aurait da le faire bien plus sou-
vent, car la plus grande parties de ses renseignements sont
puis6s chez ce geographe, bien qu'il les ait disposes dans
un autre ordre que son pr6d6cesseur. De cela il ne faut
pas trop s'6tonner, car la notion actuelle de la propriet6 lit-
t6raire n'existait guere alors, et si la defaveur avec laquelle
nous voyons le plagiat n'empeche pas notre 6poque d'en
connaitre de retentissants, d'en murmurer de moins connus,
la litt6rature arabe par centre abonde en examples de ce
genre : (ces sortes d'emprunts ou, pour parler plus exacte-
ment, ces plagiats 6taient fort communs avant la d6couverte
de l'imprimerie. a Au surplus il faut dire que ces proc6d6s,
indignes de piti6 quand ils se pratiquent de nos jours, m6ri-
tent quelque indulgence quand ils remontent A une date
un peu recul6e et que nous leur devons le sauvetage de
portions d'ouvrages originaux don't les manuscrits ont
disparu. Toujours est-il que l'on peut se croire autoris6,
dans une certain measure, A conclure de la r6p6tition en
1191 de J.-C. de renseignements donnes par Bekri en 1068
que ceux-ci continuaient d'avoir leur valeur, puisque l'au-
teur 6crivait dans une region oh il habitat et of il pouvait
etre contr616.
A l'aide de ces mat6riaux d'assez mediocre quality j'avais
tach6 de reconstituer un texte & peu pres intelligible et tra-
duisible, les 112 premieres pages d'une version francaise
6crite depuis longtemps 6taient meme imprim6es, quand,
grace aux recherches de l'un de mes amis indigAnes, j'ai
pu disposer d'un exemplaire A peu pres intact de 1'Istibiar.
C'est un volume d'une bonne main maghr6bine et tres
compact de 1209 h6gire, comprenant 45 feuillets de 34
lignes a la page; la correction en est tres satisfaisante et le
copiste soigneux a meme ajout6 la plupart des voyelles et
des signes de lecture, en se trompant d'ailleurs maintes
fois pour ce qui concern les voyelles indicatrices des in-
flexions terminales. Quant aux lacunes qui le d6parent,
elles consistent en ce que le has des feuillets 1 et 2, corres-
pondant a la plus grande parties tant de la marge que des









cinq lignes inferieures, est rong6; il en -est de meme pour
les feuillets 3 a 12, oii la derniere ligne a partiellement
disparu aux feuillets 3 et 7, les autres n'6tant rong6s qu'd
la marge. Cette copie, que je d6signe par D, est de beaucoup
la meilleure et elle aurait, si l'usage m'en eat Wt6 possible
plus tot, sensiblement facility ma tache. Je n'ai malheureu-
sement pu y recourir que pour la plus faible moiti6 de cette
traduction, et c'est sous forme de corrections que j'ai du
en tenir compete pour la portion d6ej imprim6e.
La date de cette compilation est nettement 6tablie, ainsi
qu'on vient de le voir, et ne peut guere etre r6voqu6e en
doute. Au surplus, l'auteur du Kartds verss 730 h6gire,
1325 de J.-C.) connaissait l'Istibgdr, don't, a propos de
l'6tymologie du nom de la ville de Fez, il invoque l'autorit6
(Kartds, texte ar., p. 24, 1. 3; la traduction Beaumier est,
comme d'habitude, inexacte). Cette citation, il est vrai, ne
figure pas dans notre texte, et l'on en est r6duit a pr6sumer
l'existence d'une lacune dans le chapitre oii il est parl6 de
cette ville.
Quant au compilateur lui-meme, son nom nous rest
inconnu, et l'espoir quo j'avais de le retrouver dans la
pr6face d'un exemplaire plus correct que le ms d'Alger ne
s'est pas r6alis6. Dans son introduction, il appelle les b6n6-
dictions c6lestes sur le Prophete, sur ses descendants et
sur leur continuateur (( notre Seigneur l'6mir el-mouminin
About Ya'kofb ). Apres quelques g6n6ralit6s sur l'utilit6
des chroniques et les connaissances qu'on en retire, le
compilateur d6die au cheykh glorieux...etc., Aboa 'Imran
fils du feu cheykh Aboa Yahya ben Vayfetin, qui est trait
plus loin de Mawla et ne parait etre autre chose qu'un
amateur distingu6, un livre destiny B lui concilier les fa-
veurs de ce Mceone et oi, dans des proportions ni trop
resserr6es ni trop large, il sera question des curiosit6s du
monde, c'est-a-dire de la Mekke et des lieux saints, de
l'Egypte et des pyramids, puis de l'Afrique (cette derniere
parties commence au fo 20). II ne rapportera d'ailleurs,
continue-t-il, que des choses sur la plupart desquelles il y
a unanimity et don't il y a certitude qu'elles ont 6te vues et
entendues. Mais il ne souffle mot des sources qu'il a con-
sult6es, et ne mentionne m6me pas Bekri, mort exactement
nn siecle auparavant, en 487 (1094 de J.-C.), et assez peu
connu au Maghreb, semble-t-il, pour que l'on pOt effron-
t6ment se tailler dans ses d6pouilles un ample v6tement.
II ne fait pas davantage allusion au rapport dans lequel se
trouvent ceux que, dans le course de son oeuvre, il appelle
l'auteur et le rediseur (moallif et ndzir).
Cependant le nom de notre compilateur ou r6dacteur, qui








- VI -


aurait 6chapp6 aussi bien a Quatremere qu'a I'auteur du
Catalogue des mss de Paris, est donn6 comme 6tant El-
'Omari par Amari, qui a public, d'apres le ms 2225 de
Paris, un court extrait de l'stibcdr (voir Biblioteca arabo-
sicula, introd., p. LXXIX, et t. ii, p. 679-680). Mais il n'y a Ia
de la part du savant italien qu'une erreur de lecture, et,
par suite, d'interpr6tation d'un texte incorrect et don't
la graphite est mauvaise; on pourra s'en convaincre en
examinant ce texte que j'ai reproduit p. 211, n. 2 ci-dessous.
On peut, en outre, signaler que, dans une court et insi-
gnifiante notice ajoutee en tete du ms d'Alger et qui est, si
je ne me trompe, de la main de Cherbonneau, il est dit :
( On suppose que l'auteur s'appelait Omar >. Mais ce ren-
seignement qui, autant que je sache, ne figure pas dans le
volume lui-mame, ne doit 6tre accept que sous reserves :
je serais port6 A croire qu'il a 6t6 recueilli de la bouche du
copiste, Isma'il ben Mohammed Khodja, autrefois chaouch
de la Bibliothbque-Musde, don't les connaissances et I'auto-
rit6 sont des plus m6diocres.
L'ouvrage primitif a cependant 6t0 remani6 et compl6td,
ainsi que l'atteste l'emploi assez frequent de l'expression
j)I Ui JL (( voici ce que dit le r6viseur ). J'ignore d'ailleurs
le sens pr6cis qu'il y faut attacher :rien ni dans le corps
de l'ouvrage ni dans introduction analys6e plus haut, ne
peut nous l'apprendre d'une fagon suffisamment nette,
encore que l'on voie par plusieurs passages que le rdoiseur
est bien le contemporain de l'Almohade El-Mancoor.
Le fragment don't je public la traduction constitute la
parties la plus considerable de l'Istibcdr, et aussi la plus
int6ressante, en d6pit et meme, jusqu'& un certain point, a
cause de ses emprunts a un ouvrage connu. Toujours est-il
qu'il m'a paru avoir une valeur suffisante, au point de vue
de la connaissance de l'Afrique septentrionale au moyen-
age, pour :mriter d'etre mis au jour et de s'ajouter aux
documents de ce genre que je tente de mettre a la portee
de tous. On i d'ailleurs vu que j'ai pu ou a peu pros recons-
tituer un text don't une parties seulement a pu 6tre utilisee
par Kremer.
J'ai signal en parties les incorrections et les lacunes
'*nombreuses 'qui d6parent 'les trois fragments qui 6taient
d'abord les seuls connus. Je rappellerai aussi que l'ordre
'dansTlequel se succedent les divers chapitres n'est pas iden-
tique dans chacun d'eux, et j'ai en consequence dress6eun
tableau permettant de se rendre compte'A premiere vue 'et
de cot ordre et des portions existantes (A = Paris, B -
Kremer, C = Alger) etsservant 6galement de table des ma-









- VII -


tires. En outre et afin qu'on puisse au premier coup d'oeil
se rendre compete des differences, omissions ou additions,
entire notre compilation et l'ouvrage de Bekri, j'ai mis entire
deux croix + tous les passages que je n'ai pu retrouver
chez ce dernier auteur, en y comprenant meme les allu-
sions & des faits historiques qui lui sont postdrieurs. II faut
au surplus se rappeler que les deux ouvrages different
entierement quant au plan, et que celui qui a si largement
mis a contribution son pr6d6cesseur ne fait que de la g6o-
graphie descriptive.
Je n'ai relev6 que les variantes les plus importantes, sans
signaler tous les cas oh j'ai rectifi6 des lectures de noms
propres ou fait au text des corrections de detail qui s'impo-
sent et don't la justesse sera, je l'espere, facilement reconnue
par ceux qui, le pouvant, auront la curiosity de les verifier.
C'est de la m6me manirre que, dans les notes, j'ai toujours
vis6 a la concision et a la sobri6t6.
M.W. Hein, A Vienne, m'a tres obligeamment collationn4
plusieurs passages du manuscript de cette ville, et je lui en
adresse tous mes remerciements.
Aux gens reellement comp6tents & appr6cier les imper-
fections, qui auraient pu 6tre moindres, de cette publication.
Ce n'est pas dans le cercle restreint et international des
Brudits, d'hommes qui sont capable de porter un jugement
personnel, qu'il peut 6tre question d'autorit6, cette autorit6
don't un publicist de talent, M. E. Lautier, disait naguere
si joliment : ( Avec de l'autorit6, toutes les sottises qu'on
prof6re, en ce monde, sont tenues pour des merveilles par,
le badaud ou l'ignorant, qui sont juges souverains. Sans
autorit6, on a beau faire des prodiges, si l'on peut: nul no
comprend et la plupart ricanent. ,








- IX -


Table de concordance des trois fragments



A B C
Paris texte Kremer Alger
Sort................. 50 57
Tripoli ............... 50 2 57 vo
Gabs ................ 51 v 3 58 vo
Kayrawan ............ 52 3 59
Cabra ................ 53 6 60 vo
RakkAda.............. do 6 60 vo
Sfax............. .... 53 vo 7 61
Mehdiyya............. do 7 61
Temmadjirt........... 54 8 manque
Djelofla.............. 54 vo 9 62
Sousse............... do 9 62
Tunis.... ........... 55 10 62 vo
Carthage ............. 55 v 11 63
Bizerte............... 57 v 15 65 vo
Tabarka .............. F8 16 66
La Calle.............. 58 16 66
Badja ................ 58 17 66 vo
B6ne................. 58 vo 17 66 v
Collo ................. do 18 67
Djidjelli............... do 18 67
ManoQodrivva.......... 59 19 67 vo
Bougie ............... 59 19 67 vo
Mersa'd-DeddjAdj...... 60 vo 22 69
Alger ................ do 22 69 vo
LaghAniya............ 61 manque 69 vo
Cherchel ............. do 69 vo
TU nes ................ do d 70
Kagr el-folofs ........ 61 vo 70
Oran ................. do 70
Archgoul............. 62 70 vo
Asli ................. do a 71
Fekkln ........ ...... do d 71
Hign Ibn Zina ........ 62 71
Nedroma............. 62 71










A B C
Paris texte Kremer Alger
Ternana .............. 62 manque 71
Melila ................ 62 vo 71 vo
'Adj roifd.............. do 71 vo
Nokofr ............... d 71 vo
TMtouun ............. 63 a 71 vo
Ceuta ................ do 23 72
Tanger............... 63 vo 24 72 vo
Agila ................ 64 vo 25 73
Techofmech.......... do 26 73 vo
Sal6 ................. 65 26 73 vo
El-Mona.............. 66 28 74 vo
Barka................ 89 vo 29 75
AdjdAbiya ............ 90 30 75 vo
Chero s .............. 90 vo 31 76
Ghadames............ 91 32 76 v
Zawila ............... do 32 76 v
DjAwan .............. d 32
Oasis................ 91 vo 33 77
Djerid................ 93 36 78 vo
Hammat des Matmata 93 36 79
Gafga................. do 37 79
Kastiliva ............. 95 41 81 vo
Tawzer .............. a 81 vo
Nefta................. 96 43 82 vo
Tokyous ............. do 43 82 vo
Hanima des B. Behloil. d 43 82 vo
Torra ................ manque 44 83
Bichchara............. a 44 83
Aitemlin .............. 44 83
Derdjin ............... n 46 manque
BAdja ................ 47 a
Sebiba................ 48 84
MeddjAna ............. 48 84
MermAdjenna ......... 49 84
Tebessa .............. 49 84
BAghaya ............. 50 85
Djebel Asraw......... 51 85 vo
Almofls .............. do 85 v
Sicca Veneria......... d do do
Constantine........... 52 86
Mila ................. 53 87







-- XI -


A B C
Paris texte Kremer Alger
Setif..... ........... manque 54 87
El-Ghadir............. 54 do
'Adjisa ............... 5 d 54 d
Kal'at Hammdd ....... 55 87 vo
Achir ................ I ) 58 manque
M ilyina ........ ...... 59
El-Khadra ............ 59
Zfib.......... ....... ,, do
M esila................ 60
Negafio s ............. do
Tobna ............... n do
Biskra ......... ..... 6 61
- Tehofda ............. n 62 ,
BAdis ................ 61 ,
Kaytofin Biyad'a ...... W do
Tlemcen.............. ) 65
Oudjda............... 66
Adjersif ............. do
TAhert ............... d ,
Kal'at Hawwara ...... 67
Figuig ............ ... 68 6
Fez................. 66 v 68
Wa'di Sebou.......... 67 vo 73
Tdz ................. 68 vo 74
FAzhz ................ d 75
Kal'at Mehdi.......... 69 75
Mikinsa.............. 69 76
Djenyira.............. 69 vO 77 0
Kort................. 69 vo do
El-Bagra ............. 70 do
KaQr DenhAdja........ 70 78
Kal'at Ibn Kharrofb... 70 do
WAdi Wargha........ 70 79 ,
Ghomhra ............. 70 vo d
Haimim ben Menn Allah. 71 vo manque 0
Medjkesa............. do
Rakklcda............ do 0 0
Mowaraba ........... 72 0 0
Cafrawi .............. 72 a ,
Idrisides ...... ..... 72 v ,
Berghawita .......... 74 vo









- XII -


A B C
Paris texte Kremer Alger
Sidjilmassa ........... 75 vo manque manque
DA'i et Obeydites...... 76
Makhled (Abot Yezid). 78
Der'a ................ 78 vo
Aghmat .............. 79
Djofiz HertenAna(?).... .
Nefis........... .... ,
Tinmelel .............
MerrAkech............ 79 vo
Feroitdja ............ 81
SoCs Akga ........... 81 vo
Throfdant............ 83
Igli ..................
TAmedelt............. 83 v
Noil Lamta ..........
WAdi Targa..........
O ulil ................. 82
Awdaghast.......... 82 v
Soudan .............. 84 v
Canghana.............
Tekror ..............
Sill ................. 81 v
Kalemboit ............ 58
Terenka ............... .
Afnoof (Zufkot?)....... 85 v
Fedawin........... ..
Gh na ................ 86 0
Ghabarou (Ghiyaro2?) 87
Beresti ............... ,
SAm a ............... .
Enbara............... 87 vo
Koagha.............. ,
ElwakAn ............. 0
Tirga ............... .
TAdemekka........... 88 ,
Wardjlin (Ouargla).... 88 v" ,
Kawkaw............. 89 o
Demdem ............. 89 v0 o
El-Lames ............ ,











L'AFRIQUE SEPTENTRIONALE

AU XIIe SIMCLE DE NOTRE tRE

D'APRES LE KITAB-EL-ISTIBQAR





Villes et centres c6lbres, autan't qu'lls sont connus, depuis
1'Egypte jusqu'A l'extremit6 du Maghreb (1)

Nous en ferons deux divisions : d'une part, les
villes du littoral meme ou qui en sont distantes d'une
tape environ, et d'autre part, les villes qui sont dis-
tantes du Sahara de plus d'une tape environ; en
,outre, nous joindrons i ces dernieres celles qui sont
situ6es dans le desert.
A partir d'Alexandrie, en suivant la c6te, on trouve
de vastes cultures appartenant aux Arabes et aux
tribus berberes qui habitent sur ces rivages jusqu'A
Sort(2).
SORT est une grande et ancienne ville situde sur le
bord m&me de la mer, et don't les habitants, ttres au
caractere le plus vil(), montrent le plus de maUvaise

(1) Les trois alindas qui suivent ne figurent pas dans 1'ddition Kremer;
ils sent tires des manuscrits de Paris (fo 49 et 50) et'd'Alger (f, 57); le
troisieme a 4td rapprochd du texte de Bekri.
(2) Ce nom est dcrit, ici comme plus bas, dans A et C, ( Sorat a.
(3) A et C e, --; Bekri .&'G I








-2-


foi en affaires. Ils n'ach6tent ni ne vendent qu'aux
course pour lesquels ils se sont entendus. Maintes
fois il arrive qu'un bateau charge d'huile y aborde,
alors qu'ils out le plus grand hesoin de cette denrde :
ils prennent alors des outres vides, les gonflent et
les rangent dans leurs boutiques, afin de faire accroire
aux navigateurs que 1'huile abonde chez eux et ne
trouve pas d'acheteurs. L'dquipage a beau attendre,
ils ne lui achetent qu'aux conditions qui leur plaisent.
Aussi les appelle-t-on ( 'Abid Kirilla a(1), ce qui excite
leur colere.

Villes et curiosities d'Ifrikiyya, tant du littoral que de I'in-
t6rieur; souvenirs qu'on y retrouve(2)

[P. 2] La premiere ville du littoral d'Ifrikiyya est
TRIPOLI, ville grande et ancienne situee sur le bord de
la mer, don't les flots viennent battre ses remparts.
Ceux-ci sont forms de gros blocs de pierre et l'ceuvre
des anciens. Tripoli, a ce qu'on dit, signifie ( trois
villes ) ou, selon d'autres, ( ville du ddsespoir )(3).
Elle renferme de beaux marches et des bains(4) nom-
breux; h l'est de la ville se trouvent des jardins qui
produisent des fruits en abondance et beaucoup d'au-
tres rdcoltes. La majority des habitants se livre au
commerce tant par terre que par mer; ils sont accom-


(1) C'est-A-dire mefiants et avares. Sur 1'origine de cette expression,
voir la note de M. de Slane, trad. de Bekri, p. 17. Nos deux textes
ecrivent -J.
(2) Cet en-t&te est encore tired des mss A et C.
(3) II faut, d'apres Bekri que notre auteur a mal compris, entendre que
Tripoli s'appelait ( Ayas ) (EGa;); voir la note de M. de Slane kBekri,
p. 18). Le ms 2225 lit 1 -- l
(4) Ce mot figure dans A et dans Bekri.






-3-


modants dans leurs operations et agissent en traitant
de la maniere la plus louable du monde, au contraire
de ce que font les gens de SortMc. En dedans des
murs se trouve le puits dit Bir Abou'l-Keno.d, don't
l'eau, a ce qu'on pretend, affaiblit intelligence de
celui qui en boit; aussi se sert-on couramment de
ce nom comme terme de comparison en disant a
quelqu'un qui comment un acte reprehensible(2 : ( II
n'y a pas B te blamer, car tu as bu au puits d'Aboc'l-
Kenofid ,.
De Tripoli & Nefousa il y a trois journees(). L'ex-
trdmit6 de la montage ainsi appelde, en saillie sur
la mer, forme le cap Tarf Awthan(4) entire Tripoli et
Alexandrie. Les bateaux, apres l'avoir double, se
consid6rent come sauv6s. Cette ville est regarded
comme faisant parties de l'Ifrikiyya. Nous allons dire
ce qui y arriva.


(1) Qui est dcrit Sordt dans A et B; sur les procedds des habitants de
Sort, voir Bekri, p. 16, et ci-dessus.
(2) Je lis As ** "a (A et B) ~ .~Z; Bekri, p. A, lig. 15 et 16
'~l oJ a ~J .. x; on retrouve la meme lecture du premier de ces
mots dans Yakout, in, p. 522. Kazwini et Ibn el-Wardi parent aussi de
1'effet de ces eaux.
(3) Bekri (p. 25) dit dgalement trois journees; il y en a six d'apres
Edrisi (p. 144).
(4) Le Tarf Awthan ou RAs AwthAn (sur nos cartes modernes cap Razat
ou cap Sem, le Phycos des anciens, forme la pointe du plateau de Barka,
le Djebal AwthAn d'Edrisi. Ce gdographe vante la fertility de cette region,
ainsi que le fait aussi M. Raynaud (La Pentapole cyreddenne et la colo-
nisation, Paris, 1895). La carte d'Edrisi (Schrader, Atlas de gdographie
historique, n0 18, represente le Deren comme se prolongeant en effet
jusque la. Vingt-et-une tapes separent Barka d'Alexandrie. Ce nom de
Awthdn est toujours dcrit sans 'article, qui serait grammaticalement
necessaire pour accepted la traduction cap des idoles de Reinaud. Le Tar/
et-ta'diya d'Edrisi semble bien 6tre, come le croit NM. de Goeje, le
meme cap (voir Edrisi, 73, 74, 163 et 165; Bekri, p. 199; Abulfdda, 34,
83 et 178; KodAma, ap. Jakubi Descriptio, p. d). Il ne faut done pas
confondre ce lieu avec celui ddsign6 sous le nom d'El-AgnAm, qui veut
dire aussi a les idoles ou les colonnes n, et qui se trouve 6galement sur








-4-


(1) Le r6viseur s'exprime ainsi : Il y avait dans cette
ville de Tripoli un Ghozz du nom de Kar&kofich(2)
qui, apres s'6tre montr6 d'abord refractaire et sau-
vage, avoir vu prendre(?) ses amis et ses fils, avoir
prMte assistance a ce s6ducteur et miserable produit
de la mer qui etait venu de F'ile de Mayorque (puisse
Dieu nous la faire conquerir!), chercha appui aupres
de notre auguste Prince don'tt Dieu prolonge le.pou-
voir!), de qui la felicit6 ne fut ddlivree de ces criminelles
entreprises qu'i la mort de ce miserable Mayorquin.
Karakoich alors apporta son repentir a la cohorte
de l'Unitarisme et conquit ensuite Tripoli, d'oi il


cette c6te A quelque distance a 1'ouest. M. de Goeje a identified El-AcnAm
et Mighdach ou Maghmedas, locality que le Baydn place A l'Est de Tri-
poli sur le bord de la mer, KodAma a environ 200 miles de Tripoli,
Bekri a une journde Ouest de Sort, Edrisi a une journde et demie de
navigation a l'Est ou A 45 miles Ouest de Sort Pour confirmer cette
identification, on peut remarquer que Bekri parole des apndm qu'on ren-
contre a Maghmedas (Jakubi Dcscriptio, p. 27; H. des Berb, 1, 309;
Edrisi, 143 et 159; Bekri, 20 et 21; Baydn, I, 60. Cf Fournel, Les Ber-
bers, i, 147 et 357; ce dernier savant propose la correction spdcieuse de
Ghadams en Mighdach dans Bekri, p. 34; mais il ne faut pas oublier,
d'ailleurs, qu'on dit aussi qu'Okba pn6tra jusqu'A Ghadambs).
(1) Tout ce passage est assez corrompu pour que Kremer 'ait rejetd
en appendice a la fin de son addition; je crois cependant avoir pu en
reconstituer le sens ou A peu pres, en m'aidant des donnues historiques
qu'on retrouve ailleurs. Je rdtablis ainsi la suite des dvdnements : en
583. Ya'kofb enl6ve A GabBs les femmes et les enfants de KarAkohch
(Ibn el-Athir, xi, 313) A la suite de la bataille d'El-HAmma, d'od KarA-
kofch lui-meme ne se tire que difficilement (H. des Ber'bOres, ,,
14); ce n'est pas A cette date qu'il se soumet ibidd, n, 95), c'est en
586, a la suite de sa brouille avec Yahya ben Ghaniya, don't le frere etait
mort en 584 (ibid.). Or notre auteur, ainsi qu'il le dit lui-m6me, dcrit
en redjeb 587 et, jusqu'A cette dernidre date au moins, Karkouch vit en
bonne intelligence aveo le prince Almohade, ainsi qu'on le voit encore
par ce qui est dit quelques lignes plus bas.
(2) Deux personnages du nom de Karakouch ont vdcu A cette dpoque;
le plus c6l6bre des deux est l'eunuque BehA ed-Din Karakouch ben Abd
AllAh Asadi NAgiri Qaklabi, qui mourut en 597 et don't M. Casanova a
cerit la biographies (Mdm. de la mission archdologique du Caire, t. vI,
p. 450). Celui don't il est question ici est Cheref ed-Din KarAkodch Armeni
Moz'afferi NAciri, qui fut crucified A WeddAn en 609. II faut done 4viter de
les confondre, ainsi qu'il a WtA fait par example dans les Hist. arabes
des croisades it. In, p. 90, et dans l'index), bien que M. Defrdmery edt
dajA mis en garde centre cette confusion (J. As., 1869, t. I, p. 524).









-5-


expulsa celui qui s'en dtait empar6, Aboa ZebA FArisi
(alias, Felousi)(1) l'insurg6 du ZAb mentionn6 dans les
po6mes (ardjotza). Ez-Z'abbi(2) a dit :
[Basit]. Que les troupes de 1'insurg6 du Zab campent
dans le pays de Sousse, et les gens seront serr6s de bien
pris!
Les savants verses dans la science des pronostics
avaient trouv6 un mot composed d'un b et d'un z, et
ils avaient parld de ( I'insurg6 du Zab vu qu'ils
ne connaissaient que l'endroit ou aurait lieu la rdvolte,
mais non celui qui la susciterait, jusqu'au jour oi
1'auguste Prince envoy Abot ZebA dans le ZAb.
Quand, en 583 (12 mars 1187), le khalife Abot YoCsof
s'avanga pour soumettre l'Ifrikiyya, Abof Zeba de-
manda humblement la paix et son pardon; mais
ensuite il viola ses promesses et s'empara du gou-
vernement de Tripoli. Karakofch, quand il vint A
resipiscence et se fit sincerement Unitaire (almohade),
1'en expulsa et l'envoya enchaine h MerrAkech en I'an-
nde 586 (7 fWvrier 1190). A l'epoque actuelle, en redjeb
587 (juillet-aoit 1191), I'Unitarisme et la vraie direction
regnent sans discontinuity depuis Tripoli jusqu'aux
villes de Ghana et de Kawkaw. +
Le pays, dit-on, fut appeld Ifrikiyya. parce qu'il
6tait habit par des Afarik, descendants de Faroik
ben Migr, des Arabes 'Ariba. On dit encore qu'Ifri-

(1) Je ne retrouve pas ailleurs de traces de cet Aboa ZebA, qui ne
parait d'ailleurs devoir 6tre confondu avec le mamlofk BofizAba, compa-
gnon de Karknfich don't il est fait mention dans Ibn el-Athtr (texte, xI,
pp. 342 et 315; 11. Derenbourg, Vie d'Ousdnma, p. 450).
(2) Variantes, Et-T'ani, Et-T'abbi. Peut-dtre s'agit-il du cadi Abou Bekr
Mohammed ben Khalaf ben EI'ayyAn ed-D'abbi, versd dani 1'histoire et
auteur de nombreux ouvrages, qui mourut en 306 et est connu sous le
nom de Waki, (lbn el-Athir, viii, p. 85; Bibars Mancouri, ms 1572 de
Paris ,f. 186, vo).







-6-


kiyya ou Ibrikiyya a t6I le nom d'une reine qui
gouverna ce pays, lequel par suite fut ainsi nomme.
L'Ifrikiyya s'dtend en longueur depuis Barka & l'est
jusqu'a Tanger h l'ouest, et en larger depuis la mer
jusqu'a la region sablonneuse qui la spare du Pays
des negres et qui est, de l'est a 1'ouest, constitud par
des dunes de sable. C'est lb qu'on chasse le fenek,
animal don't la fourrure est sans pareille.
Une tradition du Prophete est ainsi congue : ( La
guerre sainte cessera partout, mais continuera en
Ifrikiyya; pendant que les n6tres seront en face de
l'ennemi, ils verront les montagnes changer de place;
alors, ils se prosterneront devant Dieu, et ils ne seront
debarrasses de leurs haillons que par les mains des
houris leurs spouses ). On rapporte que le Proph6te
envoya (en Ifrikiyya) un petit corps expdditionnaire,
qui, lorsqu'il revint, se plaignit du froid don't il avait
eu a souffrir; le Prophete rdpondit : Si le froid est
plus vif en Ifrikiyya, la recompense aussi sera plus
grande ) (1).
+ II y a actuellement en Ifrikiyya, tant en fils
qu'en petils-fils de l'ImAm et Khalife, de nobles prin-
ces, h qui Dieu continue son aide! par qui r6gne le
came et fleurit la justice, reserves faites du miserable
Yah'ya ben IshAk, frere de cet autre miserable d'Ali,
qui s'enfonce dans les regions d6sertiques tandis que
Karbkofich lui donne la chasse et se prdcipite apres
lui(2). +


(1, Comparez Bekri, p. 55.
(2' Allusion A la misintelligence survenue vers cette dpoque entire les
dcux allies, A l'dpoque oiu Karakofch conclut un arrangement avec les
Almohades.








-7-


[P. 3] GABes figure aussi parmi les localit6s du
Djerid, et est a huit journ6es de Tripoli. C'est une
grande et ancienne.ville entourde de murailles qui sont
en grosses pierres et de construction antique; elle a
une solide forteresse et de grands faubourgs; on y
trouve des caravans6rails et des chains. Toute la ville
est entourde d'un large foss6 que l'on remplit d'eau en
cas de siege et qu'on rend ainsi infranchissable. Elle
a une riviere qui sert h arroser les jardins, le sol.et
les cultures, et don't la source jaillit(') dans une mon-
tagne situde au sud-ouest; elle se jette dans la mer.
Gabes est b environ trois miles de la mer, et c'est
dans cet space que l'on trouve la plupart des jardins,
qui donnent beaucoup de fruits : la banane notam-
ment y est abondante et ne se trouve en Ifrikiyya que
dans cette seule locality. Les miiriers y sont nom-
breux et servent ha lever les vers a soie; la soie de
Gabes est la meilleure et la plus fine, et cette ville
est la seule en Ifrikiyya ot l'on travaille ce produit.
C'est une ville tout b fait glorieuse, a la fois maritime
et saharienne, car le Sahara en est proche, de sorte
que l'on ne peut, dit-on, trouver que sur la table des
Gabdsiens trois choses don't les provenances respec-
tives s'excluent : le poisson frais, la chair fraiche de
gazelle et les dattes fraichement cueillies. Celte ville
est la capital de la region, le p6le, la vie, le coeur, le
centre autour duquel tourne le cercle qui en dUpend,
sur l'appui duquel repose la region qui lui est subor-
donnde.


(I Ces mots du texte sont devenus un nom propre, l'Ayn Kherdra, dans.
les Voyages dans le sud de l'Algdrie, p. 268. Comp. Bekri, p. 44.








-8-


Kayrawan; sa foundation en 47 de 1'h6gire (1)

+ 'Okba ben NAfi' Korachi, nomm6, par Mo'Awiya
ben Aboa Sofyan, gouverneur de l'Ifrikiyya, conquit
ce pays avec l'aide de dix mille musulmans, le par-
courut 1'6p6e a la main et y an6antit les chr6tiens qui
s'y trouvaient. [P. 4] Apres quoi il parla ainsi : ( Je
remarque qu'en Ifrikiyya, quand un imam y penetre,
les populations embrassent l'islamisme, et que, quand
il en sort, tous ces nouveaux adherents se ddtournent
de la foi divine. Ne pensez-vous pas, 6 musulmans, A
fonder une ville qui soit pour vous une cause de puis-
sance sans fin? On adhera & cette proposition et l'on
tomba d'accord que ceux qui y hibiteraient serviraient
de gardens de fronti6res (mordbit'oftn), de sorte, dit-
on, qu'on devrait 1'etablir proche de la mer, afin que
cette place servit a la fois a faire la guerre sainte et
come ribdt' (couvent-frontiere). Sur 1'observation
d'Okba qu'il y avait b redouter les attaques de I'em-
pereur de Constantinople, I'emplacement fut designed
de commun accord : ( Il y a lieu, dit 'Okba, de le
choisir a proximity de la sebkha, puisque la plus
grande parties de vos b6tes de some consiste en
chameaux, lesquels trouveront ainsi des pAturages
pros de la porte de la ville et b l'abri des attaques
des BerbBres. ) Alors il appela les b6tes fdroces et
les reptiles installs dans le founrr (oft devait s'dlever
la ville) et, sur l'ordre qu'il leur adressa au nom de
Dieu, tous ces animaux en sortirent, sans qu'il en

(1) Les details relatifs A la foundation de cette ville manquent dans la
portion du travail de Bekri qui nous est parvenue (p. 57, n. 1). Voir Hist.
des Berb., 1, 327; Voyages dans le sud, etc., p. 219; Baydn, t. i, p. 12-
13; ma traduction des Annalcs du Maghreb d'lbn el-Athir, p. 18, etc.
La date donnde par les chroniqueurs varie entire 45, 47, 49 et 50.







-9-


restat un seul, sous les yeux des musulmans qui
assistaient a leur depart. Ibn Rak'ik' dit dans sa
chronique qu'apres cela on rest a Kayrawan pendant
quarante ans sans voir ni serpents ni reptiles'11.
Comme on discutait sur l'emplacement de la kibla
de la mosquee principal, 'Okba restait tout soucieux
quand, une certain nuit, ii vit en songe quelqu'un qui
lui disait: ( Prends l'etendard dans ta main, et quand
tu entendras prononcer la formule Dieu est grand
mets-toi en march et ne t'arrete que quand la voix
se taira; plante l'etendard au lieu ofi tu to trouveras,
c'est lb qu'est la kibla ). 'Okba fit ce qui lui 6tait
demand, et ce lieu est encore celui oil se dresse
maintenant le mihrdb de la grande mosquee de Kay-
rawAn. +
Hassan ben en-No'man ddmolit ce temple et le
reconstruisit, h l'exception toutefois du mihrdb, qu'il
laissa subsister. On dit que cet edifice fut ainsi d6moli
et reconstruit A trois reprises, chaque gouverneur de
KayrawAn voulant que ce fut son oeuvre personnelle,
mais en laissant toujours subsister le mihrdb afin de
conserve le merite de l'oeuvre d'Okba.
On raconte qu'en 345 (14 avril 956) Ma'add ben
Isma'il ben 'Obeyd Allah Chi'i, qui voulait changer la
direction de la kibla de la mosque, apprit que les


l) Le sourire que ne manque pas de provoquer la lecture de cette
ldgende no dolt pas nous faire oublier ce qui se passait chez nous a une
dpoque beaucoup plus rdcenle. En 1690, les environs de Pont du Chateau,
en Auvcrgne, dtant ravagds par les chenilles, les cultivateurs s'adress6rent
au vicaire gdndral de 1'evque de o lermont a l'effet de faire constituer un
curateur aux bestioles indiscr6tes et de lui faire tenir injunction par oil les
dites chenilles auraient a vider les lieux incontinent. Le grand vicaire
prdfera prescrire des prieres publiques, mais la population m4contente
s'adressa au bailli; celui-ci nomma un curateur aux chenilles, lesquelles
perdirent leur procks. Soixante ans plus tard, en 1731, la ville de Thonon
ddlibdrait que a la ville se joindra aux paroisses de cette province qui
voudront obtenir de Rome une excommunication centre les insects ).








- 10 -


KayrawAniens se disaient : ( Dieu Tout-Puissant l'en
empkchera bien grace B la priere adressde par le
vertueux 'Okba ben Nafi' lors de la foundation du tem-
ple ,. Cela le mit en colere, et il donna l'ordre d'ou-
vrir le tombeau d'Okba, situ6 en dehors de Tehouda
a l'endroit meme ofi ce chef avait trouv6 le martyre,
et de livrer aux flames les ossements qu'on en
retirerait. [P. 5] Cinq cents hommes, tant cavaliers
que fantassins, furent envoys a cet effect; mais quand,
a ce qu'on rapporte, ils arriv6rent pros du tombeau
et se mirent en devoir de remplir leur mission, un
vent violent s'6leva, des 6clairs aveuglants enflam-
merent le ciel et le tonnerre roula avec fracas, si hien
qu'il penserent perir. Alors ils s'arreterent et ne
poursuivirent pas leur besogne. Mais comme ils
avaient b redouter les suites de la colere de Ma'add,
ils gagnerent les deserts d'Ifrikiyya, d'oiu ils ne sorti-
rent, apr6s avoir regu cet avertissement salutaire, que
quand la mort de ce prince leur permit de rentrer
chez eux.
Vis-a-vis le mihrdb(l) se trouvent les deux colonies
rouges tacheties de jaune qui n'ont nulle part de
superieures ni meme d'6gales en beauty; elles pro-
viennent d'une 6glise des Roitm, d'oia elles furent
tirees par HassAn ben en-No'man et transport6es dans
cette mosque. Elles y font face au mihrdb et suppor-
tent la couple rattachee b ce dernier.
En dehors de la ville se trouvent quinze reservoirs
destines h approvisionner d'eau les habitants; certain
furent construits sous le regne de HichAm ben 'Abd
el-Melik ben Merwfn, d'autres h des 6poques diff6-

(1) Ce mot est une addition de A.








- 11 -


rentes. Le plus grand et le plus monumental(u, qui
est I'ceuvre d'Ahmed ben el-Aghlab, est situd pres
de la Porte de Tunis : il est de forme circulaire et
excessivement grand. Au centre se trouve un mina-
ret octagonal couronne par une couple h quatre
portes(2). L'archer qui se place b la circonfdrence ne
peut, en employant I'arc le plus fort, lancer de trait
qui parvienne au minaret place au centre. Aupres3)
de ce reservoir se trouvait un vaste palais d'une
architecture remarquable et don't les chambres hautes,
curieusement orn6es, le dominaient. Immediatement
au nord'4) du mime reservoir il s'en trouve un autre
plus petit 5) dans lequel se diverse l'eau de la riviere
et qui en amortit le courant(6); le liquid se diverse
ensuite dans le grand reservoir. Cette riviere est
hivernale, c'est-a-dire qu'elle ne coule que pendant
la saison pluvieuse. Les divers reservoirs servent,
quand ils sont pleins, a alimenter d'eau les habitants
de Kayrawbn et leurs bates de some. Le contenu
du grand reservoir ne cesse ainsi d'augmenter jusqu'b
ce que vienne la saison d'etd. L'eau en est fraiche,
douce et agreable, b cause de sa grande quantity.
[P. 6] 'Obeyd Allah le Chi'i disait: a J'ai vu on Ifri-
kiyya deux choses auxquelles il n'y a rien b compare
en Orient: 1'excavation (il parlait du grand reservoir)


(1) A L-aP
(2) A et Bekri ..l.l Aiujl c
(3) A i'occident (Bekri).
(4,) A et Bekri.
,5) a( Nommn el-Feskia Bekri.
k6) A .; '3 Aj.; Bekri sJ1 4.3 iOV d- ',A









- 12 -


qui est!aupres de la Porte de Tunis h KayrawAn, et le
chateau de Rakkada connu sous le nom de Chateau
du lac ,. Dieu est le plus savant.
La ville de (ABRA, qui touche A celle de KayrawAn;
est considerable. Elle fut bAtie par IsmA'il [le troisi6-
me Fatimide], qui 1'appela EL-MANgOURIYYA. On y
prelevait des imp6ts considerables; ainsi l'on dit que
les droits d'entrde pergus quotidiennement a l'une
des portes s'dlevaient a vingt-six mille dirhems. Dieu
est le plus savant('.
RAK'K'ADA, situee i quatre miles de KayrawAn,
est une ville considerable don't le circuit est de vingt-
quatre mille quarante coudees; c'dtait celle qui, en
Ifrikiyya, avait le plus de jardins et produisait le
plus de fruits'2. II n'y en a pas dans ce pays oh I'air
soit plus tempdr6, le zephyr plus doux, le sol plus
fertile. Celui, dit-on, qui entrait dans cette ville, ne
cessait de rire et de se rdjouir sans aucun motif. On
raconte qu'un des princes Aghlabides souffrait d'une
violent insomnie qui 1'empechait de dormir depuis
plusieurs jours. Le mddecin IshAk [ben SoleymAn], qui
le soignait et b qui 1'on doit la thdriaque qui porte
son nom, lui ordonna de sortir pour s'amuser et se
liver a la march. Quand, a ce qu'on pretend, il ar-
riva a l'emplacement de Rak'k'Ada, il s'endormit, et
cette locality, qui prit depuis lors le nom de RakkAda,
devint un lieu de plaisir et d'amusement pour les
princes (de cette dynastie). Le fondateur en fut, dit-
on, IbrAhim ben Ahmed ben Aghlab, qui en fit sa


(1) Bekri, p. 64.
(2) Bekri, p. 68.






- 13 -


capital et y dtablit son s6jour. On raconte qu'il dd-
fendit la vente du vin (nebidh) h KayrawAn et I'autorisa
a Rakkada, a raison du djond et de la garde nggre
(qui y dtaient fixes), ce qui inspira & un pokte les vers
que voici : [P. 7]
[Monsarih]. O seigneur des hommes, 6 fils d'un autre
qui fut leur seigneur, toi vers qui s'inclinent tous les coeurs!
pourquoi d6clarer interdite dans notre ville la boisson qui
est licite dans le territoire de Rakkada ?
C'est dans cette ville, a ce que raconte Ibn-el-
Djezzar dans sa chronique, que fut intronisd 'Obeyd
AllAh le Chi'ite. Dieu est le plus savant.
SFAX est une ville qui remote 6 une haute anti-
quit6 et aupres de laquelle se trouve une grande fort
d'oliviers(). L'huile qu'on y fabrique est meilleure
que toute autre, sauf celle d'Orient; encore y a-t-il
des gens qui la pref6rent B cette derniere. Les habi-
tants de l'Ifrikiyya en font I'exportation (2), et des
bAtiments la transportent en pays chretien. C'est cette
huile, a raison de son abondance et de sa quality,
que consomment les habitants de Sicile, d'Italie, de
Lombardie, de Calabre et de tout le littoral de la
Grande Terre. Ces derniers avaient conquis les regions
du littoral (africain) don't nous parlons et en rest6rent
maitres jusqu'en 555 (11 janvier 1160), oh ils en furent
chassis par le khalife Prince des croyants 'Abd el-
Moumin. Dieu est le plus savant.
MEHDIYYA est une ville considerable don't la fon-


(1) Bekri, p. 49 et 50; la traduction porte (( une belle fort de dattiers a,
mais c'est un lapsus, le texte arabe cmploie le mot .)-j
(2) A @; Bekri)jLZs-







- 14 -


dation par 'Obeyd Allah Chi'i eut lieu quand(1) Abou
'Abd Allah le dA'i (conuut le project de) se soulever
contre lui. C'dtait le dd'i qui avait elev6 et secouru
'Obeyd Allah, qui 6tait all6 le trouver h SidjilmAsa et
I'avait tired de la prison oI le d6tenait Ibn MidrAr.
Mais ensuite il change de sentiments et voulut, avec
1'aide des cheykhs des Ketama, detr6ner 'Obeyd Allah:
( Cet homme, disait-il au people, n'est qu'un juif que
j'ai mis h la place de l'Alide descendant de Fatime
en attendant la venue de ce dernier, pendant que je
le cherchais et jusqu'b ce que je l'eusse trouve. Or
c'est celui-ci qui est le vrai maitre, et son temps est
venu(2) .,. Ce qui concern ces deux hommes est bien
connu.
Mehdiyya, qui se trouve a soixante miles de
KayrawAn, est entourde par la mer de tous les c6tes
sauf A l'ouest, oh se trouve la porte qui y donne
aces. Elle a un vaste faubourg du nom de Zawila,
oh se trouvent les marches. A Mehdiyya meme se
trouvent des marches construits [P. 8] en pierres de
taille. Cette ville est munie de deux portes de fer dans
la construction desquelles il n'est entr6 aucun mor-
ceau de bois; chacune pese mille quintaux et a
trente empans de hauteur; on y a reprdsente divers
animaux, qui sont du plus remarquable travail qui
ait 6t6 fait en pays musulman. On compete b Mehdiyya

(1) A a au lieu de A-J; j'ajoute ( Abou )) qui est ndcessaire. J'ajoute
aussi a congut le project P pour mettre le texte d'accord avec les rensei-
gnements trBs prdcis que nous avons d'autre part. M. de Slane me parait
avoir, dans sa traduction de Bekri (pp. 75-76, p. 30 du texte, trop prdcisd
un passage qui ne comporte pas necessairement le sens qu'il lui a donned.
Le ( prince de Mehdiyya ) est devenu un a chef des Mehdites dans
additionn de Paris des Prairies d'or de Mas'oudi (I, p. 371); d'autres
erreurs de traduction ddnaturent compl6tement le texte de ce passage.
(2) A A-Z-i3 j j







- 15 -


trois cent soixante citernes destinies & recueillir l'eau
de pluie, en outre de l'eau qui y arrive par un conduit
que fit Otablir 'Obeyd Allah et qui part du village de
MECHANES(1) non loin de lb. Elle a un port qui est
une des curiosities du monde, car il est creus6 dans
le roc; il peut recevoir trente bAtiments. Sur chacun
des deux c6t6s de l'entree du port se trouve une
tour(2) oh aboutit une chaine de fer don't on fait un
emploi curieux : quand on veut laisser entrer une
barque ou un batiment, le garden du port lAche la
chalne que l'ou retend ensuite apres le passage du
navire. On se garde ainsi contre une irruption des
bAtiments des chretiens de Sicile et autres, ainsi que
cela eut lieu sous le regne d'El-Hasan [ben Ali Ziride,
en 543], don't l'attaque qu'il eut a subir de la part des
chr6tiens est connue en tous lieux.
De Mehdiyya au chateau de LEDJEM, appeld aussi
chateau de la Kahina, on compete dix-huit miles. On
raconte que la KAhina, assi6gde dans ce chAteau par
ses ennemis, creusa dans le roc un passage souter-
rain(3) qui conduisait, A 18 miles de Il, a la ville de
Sallecta, residence de sa sceur, et par of pouvaient
passer plusieurs hommes(4) de front. C'est par cette
voie que lui 6taient amends des vivres a l'aide de bhtes
de some. Le chateau de Ledjem est remarquable-
ment et solidement construit en pierres longues de
vingt-cinq empans;il a vingt-quatre brasses de hau-


(1) B, Meninech ou MenAkech.
(2) A << pl-'
3) A S"t. ,-
(4) Bekri, ( plusieurs cavaliers a.








- 16 -


teur; tout 1'intdrieur, depuis le bas jusqu'en haut, est
dispose en gradins; les portes sont cintrees et disposes
les unes par dessus les autres. Dieu est le plus savant.
TEMMADJERT(1), ville grande et ancienne oif l'on
trouve des restes d'antiquit6s, est a l'ouest de Meh-
diyya; la riviere coule entire ces deux villes.
[P. 9] DJELOULA, qui remote b une haute antiquity
et est d6fendue par un chateau-fort, a une source
d'eau vive qui jaillit au centre de la ville. Elle a
beaucoup de jardins et d'arbres qui produisent des
fruits en abondance. Les flours et les plants odori-
f6rantes y sont en grande quantity; c'est surtout le
jasmin qui y domine, et les abeilles butinent sur cette
plante un miel don't 1'excellence est passe en proverbe.
C'est de Djeloila que Kayrawan tire la plus grande
parties des fruits qui lui sont ndcessaires.
SOUSSE est une ville tres ancienne qui renferme des
restes d'antiquit6s et qui est situ6e sur le bord de la
mer. On y trouve le mel'ab amphitheatree), vaste edi-
fice don't la construction est des plus remarquables.
II repose sur des vouites don't les cintres sont cons-
truits en pierre ponce, substance qui provient du
volcan de Sicile et qui surnage sur l'eau.
En dedans des murs se trouve un grand temple
nommd par les navigateurs EL-FINT'AS, qui est le
premier objet qu'ils decouvrent en arrivant de Sicile
ou d'ailleurs. BAties sur la pente d'une montagne
Blevie, les maisons de cette ville se voient de la mer
de Sicile. Sousse se distingue particulierernent par

(1) A vocalise ( TemAdjerret. D'aprBs Bekri .p. 73-. Tomadjer est i
une tape environ de Mehdiyya; la riviere que 1'on rencontre entire ces
deux villes est le Wadi el-Melh.








- 17 -


l'abondance des products, 1'excellente quality et le
foulage des v6tements fins, et toutes les pieces d'ha-
billements riches qu'on y brode et decatit. + Nulle
part la fabrication n'en est meilleure, et les vetements
soussiens sont bien connus pour 6tre sans rivaux;
ils sont d'une blancheur si remarquable qu'on ne la
retrouve nulle part ailleurs; on y trouve aussi des
mif~ic) sans pareils. C'est de l qu'on export des
dtoffes precieuses, par example la mousseline a tur-
ban, etc.(2), qui se vend jusqu'b cent dinars et davan-
tage, et que les marchands transportent dans tous
les pays d'Orient et d'Occident. + On y fabrique aussi
un fil qui se vend au poids a raison d'un mithkal
pour deux mithkal d'or. La viande y est meilleure
que partout ailleurs en Ifrikiyya, a cause de la bonne
quality des pAturages.
Non loin de l1 se trouve le mahres (corps de garde)
de MONASTIR, qui est remarquable. II consiste en une
forteresse aux hautes et solides constructions, qu'ha-
bite une troupe d'hommes pieux qui s'y tiennent ren-
ferms et y vivent s4pares de leurs families et de
leurs amis. [P. 10] Ce sont les habitants du pays qui
(subviennent a leurs besoins) en leur apportant des
aum6nes. Dans le voisinage de Monastir on compete
cinq autres mahres ou environ, tous solidement cons-
truits et habits par des hommes pieux.


(1) ), d'apres Dozy cordes ou fils faits d'dtoupe de lin ; diction-
naire de Boyrout, o ficelle ); le ms do Paris dcrit O,4,as

(2) Texte ^^.* (A J; LxJI) Jye@ ,2 J.^; peut-6tre
d ... des dtoffes prdcieuses telles que la mousseline employee pour les
turbans princiers, etc. v.









- 18 -


TUNIS est une ville considerable situde a trois jour-
nees de march de Kayrawan et b environ quatre
miles de la mer. Carthage est 6loign6e de Tunis
d'environ dix miles, et c'est RAdes qui sert de port a
l'une et a l'autre. On dit que c'est dans le lac de Rades
que le proph6te El-Khid'r mit en pieces le navire, et
que le roi qui enlovait de vive force tous les navires
etait le roi de Carthage nommd El-Djelenda(). Tunis
est sdpard de son port par un lac + qui, au dire des
Tunisiens, dtait, il y a une centaine d'ann6es, une terre
couverte de nombreux jardins of l'eau en abondance
favorisait la culture et oit les fruits etaient excellent;
mais ensuite ce territoire fut envahi par l'eau de la
mer. Mainten1nt encore les habitants connaissent les
endroits oui 6taient situdes leurs propri6tes +.
Tunis est de construction ancienne et, en outre d'un
mur d'enceinte important, est entourde d'un fosse.
Son circuit, dit-on, est de vingt-quatre mille coudies.
II s'y trouve une mosque solidement et joliment
construite qui domine la mer et don't 1'ddification, de
meme que celle de 1'arsenal, est due b 'Obeyd(2 Allah
ben el-H'abh'Ab, qui amena la mer jusqu'i ce point.
C'est un des monuments remarquables du monde.
Tunis, batie au pied d'une colline, renferme des cons-
tructions importantes. La plupart des portes des
maisons sont encadrees de marbre blanc : deux mon-
tants sont dresses sur lesquels repose un troisieme
qui forme le linteau. Un proverbe courant d'Ifrikiyya

(1) Sur Tunis, voir Bekri, p. 89 et s.; Edrisi la place A un pcu plus
de deux journdes de march de Kayrawtn et h six miles de la mer,
(p. 130 et 131). L'histoire d'El-lhidr et la 14gende a laquelle il est faith
allusion se retrouvent dans le Koran, xvm, 70 et s.
(2) 'Abd dans A et B; l'orthographe 'Obeyd se rencontre le plus sou-
vent (lbn el-Athir, Annales du Maghreb, p. 60).







- 19 -


est ainsi congu : ( A Tunis les maisons ont des portes
de marbre et un interieur de suie ,. Tunis est un
centre intellectual et le droit y est cultive; mais les
habitants sont connus pour leur esprit de rdvolte
centre leurs chefs. On compete qu'ils se sont souleves
une vingtaine de fois centre eux; [P. 11] + la majeure
parties de la population en effet se compose de petits
marchands et de canaille. Le fait qu'elle a pu 6chapper
au scdlerat Mayorquin est un argument en faveur de
notre auguste prince et ne s'est produit qu'b raison
de la filicitd de notre Seigneur et Maitre le Prince
des croyants.
Non loin de Tunis, a une distance d'une dizaine
de miles, coule une grande riviere nomm(e Bedjerda
(Medjerda), pris de la route qui mine dans les pays
occidentaux. Comme on dit que le coeur de ceux qui
boivent de son eau s'endurcit, la plupart des hommes
dvitent d'en absorber +.
Tunis est la plus glorieuse ville de l'Ifrikiyya et la
plus rice en excellent fruits. On y trouve entire
autres I'amande dite ferik, don't la coque est si mince
qu'elle se brise par la friction des fruits l'un centre
l'autre et sans que la main y touche. De meme la
grenade, le poncire, le coming, la figure et toute espece
de fruits don't on ne peut trouver les pareils. La mer
y fournit aussi des poissons en quantities innombra-
bles.
TARCHICH est le nom ancien de cette ville, qui ne
s'est appelde Tunis qu'a la p6riode musulmane. +
En effet, lors de la conqu6te de l'Ifrikiyya par les
musulmans sur les Rotim et alors que les agresseurs
ravageaient le pays, il y avait non loin de Tarchich
une cellule de moine vis-a-vis de laquelle venaient






- 20 -


camper les bandes de partisans, lesquels s'adoucis-
saient a la voix du moine et disaient : a Cette cellule
apprivoise (tou'nis) ,, si bien que ce nom de Tunis
rest a la locality. Dieu est le plus savant +.
CARTHAGE, qui est b dix milles(1 de Tunis, emploie
le meme port que cette derniere. Elle compete parmi
les villes cedlbres, et l'on y trouve des ruines et des
merveilles de constructions comme nulle part ailleurs
soit en Orient soit en Occident. Si, dit-on, un homme
entrait dans cette ville et y passait touted sa vie b en
regarder les antiquit6s, il y decouvrirait chaque jour
une merveille qu'il n'aurait pas remarquee anterieure-
ment. On raconte que celui qui y habitat dtait un roi
puissant et violent qui dominant sur la plus grande
parties de la terre et s'appelait Annibal; il envahit le
pays des Rofm, qu'il conquit et don't il tua les rois,
si bien qu'il fit parvenir A Carthage les anneaux de
ces princes remplissant trois boisseaux (modd). [P. 12]
II assidgea, continue-t-on, la ville de Rome la grande,
capital du pays de Roim, qu'il serra de pros et don't
il ravagea le territoire. Alors le prince r6gnant en
cette ville donna B l'un de ses g6ndraux, nommd
Scipion, l'ordre de faire des levees et de r6unir des
troupes pour passer en Ifrikiyya et y mettre le si6ge
devant Carthage. Ainsi fit ce g6ndral, et comme Car-
thage ne comptait parmi ses habitants personnel qui
pft lui tenir t6te, on deputa h Annibal pour I'informer
des maux don't le pays avait A souffrir de la part des
Remains et lui demander de venir promptement le
secourir. Annibal trIs surprise s'dcria: ( Je voulais

(1) Douze miles, selon Bekri, qui parole longuement de Carthage, de
meme qu'Edrisi.








- 21 -


faire disparaitre de la terre toute trace des Remains;
mais je pense maintenant que le Dieu du ciel veut
autre chose! Il retourna alors pr6cipitamment dans
son pays, mais le general remain Scipion, merchant
centre lui, le d6fit a plusieurs reprises, finit par le
tuer et par aneantir son armde et pin6tra enfin dans
Carthage, qu'il ruina et livra aux flames. Les mu-
sulmans acheverent de ddtruire ce qui en subsistait
lorsqu'ils conquirent I'Ifrikiyya, ce qui est un faith bien
connu. Ce qui maintenant en est habit se r6duit b un
seul chAteau nommd El-Mo'allak'a (Malka moderne),
don't la construction est tout ce qu'il y a de plus sur-
prenant: c'est un fort considerable, d'une grandeur et
d'une hauteur 6normes; il se compose de diverse
votes cintrdes formant de nombreux stages et domine
la mer.
Dans cette ville se troupe le lieu de divertissement
denomm6 Thiatir (TheAtre) par les habitants : il se
compose de votes cintrees reposant sur des colonnes
de marbre et sur lesquelics reposent quatre autres
series de votes semblables; elles entourent l'ddifice
proprement dit, qui est des plus surprenants dans
sa forme circulaire. 1I y a de nombreuses portes sur
chacune desquelles sont des images d'animaux de
toutes sorts; les parois laissent 6galement voir des
images d'artisans pratiquant tous les mitiers et ayant
leurs outils dans les mains. Ce seul edifice renferme
tant de marbre que tous les habitants de l'Ifrikiyya
se r6uniraient en vain pour arriver h le transporter.
II y avait aussi deux chateaux appelds les Deux
Sceurs (el-okhtdn), ohi le marbre est la seule pierre
employee, + mais pas un bloc de marbre employed








- 22 -


dans l'un n'a son pareil dans l'autreo'. II existe encore
dans cette ville une plaque de marbre longue de trente
empans et large de quinze. [P. 13] On raconte aussi
y avoir trouve une chambre etonnante (2), creusee dans
un seul bloc. + Depuis fort longtemps on a com-
menc6 et ]'on continue encore h tirer du marbre, a
raison de la beauty, de ces deux palais. L'eau y est
amende d'une source situde dans la direction du nord,
mais don't on ignore l'emplacement exact. Le long de
ce courses d'eau) 6taient installds des roues b godet et
des canaux de derivation pour arroser les jardins.
Il y avait aussi un palais considerable dominant la
mer et appeal K'OUMES(3R, qui dtait I'une des choses
les plus remarquables de la ville, car il dtait dlev~
sur des colonies de marbre d'une grandeur et d'une
grosseur encrmes, a ce point que sur le chapiteau de
l'une d'elles douze homes peuvent s'asseoir autour
d'une table pour y manger ou y boire. Ellcs sont
cannelees, blanches come neige, ont trente empans
de circonference + et sont extr6mement hautes.
I'autrcs colonnes posees horizontalement par dessus
soutenaient le palais, form de votftes cintrees posees
les unes par dessus les au'res avec un art et une
solidity extraordinaires. Cet edifice, qui constituait
une forteresse imposante, n'a dte ddtruit que depuis
peu : une troupe de brigands qui ravageaient ces
regions s'y etaient install s et en avaient faith leur
repair, de sorte que les habitants de Tunis dirigerent


(1) Ms 22235 \
(2) Id. /- i .- d Lc-:.c
(3) Bckri, .-9, ofI M. de Slane croit reconnaitre rbt-9 a cirque ,.







- 23 -


une expedition centre eux, les massacrerent puis
ruinerent ce chateau +.
Non loin de lb il y a un lieu oi se trouvent des
votes et des corridors souterrains o I'lon redoute de
pendtrer et renfermant des cadavres ayant conserve
leur forme primitive, mais que leur vdtust6 fait tomber
en poussi're quand on les touche(11. Dans l'interieur
mmme de la ville 6tait le port, ot les vaisseaux en-
traient toutes voiles d6ploydes. II y a de nombreuses
citernes, don't certaines sont appeldes citernes des
demons + parce que, quand on en approche, 1'oreille
y percoit des murmures. Le fait d'y pnedtrer sert
aux hommes de moyen de s'apprecier les uns les
autres(2), et celui qui ose s'v introduire de nuit est
reconnu comme ayant au plus haut degree le cceur
ferme. J'y suis entree de jour aivec des compagnons
et j'y ai assisted un spectacle terrifiant : la moindre
parole qu'on y prononce [P. 14] s'amplifie consid6-
rablement. Ce que j'y ai vu de plus surprenant, c'est
I'eau qui y sejourne encore maintenant, car l'eau de
pluie n'y p6netre pas b raison de la solidity de cons-
truction des plafonds. II y a dix-huit reservoirs com-
muniquant les uns avec les autres, hauts d'environ
deux cents couddes et tres large. L'eau y est haute
d'environ six hauteurs d'homme et l'ou ne sait d'oP
elle provient. +
De la m6me maniere, 'Obeyd Allhh Bekri dit, dans
son livre Des routes et des royaumes, que ce qu'il y a de
plus curieux b Carthage est l'eau continue dans les


(1) Ces mots figurent dans A ct C.
(2) A 0Ij-5









reservoirs connus sous le nom de ( reservoirs des
demons ) et don't on ignore I'6poque).
Une des merveille du monde est constitute par le
canal qui amenait I Carthage l'eau provenant de la
source dite 'AYN-DJOKAR 2) situee b cinq journdes de
lb. + Par cette dnorme conduite, large d'environ huit
empans et o'i l'eau atteint une fois et demie la hauteur
de la stature humaine, arrive une grande quantity de
liquid qui fait turner cinq moulins ou davantage+;
]e canal passe tant6t en souterrain sous les hauteurs
et tant6t, pour franchir des depressions, repose sur
des arcades superposees de fagon b s'6lever jusqu'aux
nuages. Cette construction est du nombre des plus
curieuses qu'il y ait sur la terre.
Au centre de la ville se trouve un grand bassin
autour duquel il subsiste encore actuellement environ
dix-sept cents arcades sans parler de cells qui sont
detruites(3). C'est dans ce bassin que se d6versait l'eau
amende par le canal, laquelle ensuite so repartissait
dans certain des reservoirs indiques plus hauts. +
J'ai vu sur une des bases des arcades une inscription
grave sur pierre et qui, ayant dt6 traduite, signi-
fierait, h ce qu'on dit : a Ce travail est l'ceuvre des
habitants de Samarkand ,. Qu'on pense a l'dtendue
des possessions de ce prince (auteur de cet aqueduc)!
On pretend qu'il fallut quarante ans pour (ces travaux

(1) Ceci ne reproduit pas littdralement le texte de Bekri. Je lis J3gc
avec Ie ms de Paris, au lieu de .&c
(2) Texte OLL.-; j'ai lu Djokdr d'apres Bekri; Edrisi ecrit Choukdr.
Cette source, dit M. de Slane, est A 3 1. S. O. du mont Zaghouan et a
12 1. de Tunis.
(3) On lit dans Bekri, p. 107 : a ... mille sept cents arcades, don't une
parties est rest6e debout jusqu'a nos jours a.


- 2J4 -






- 25 -


destines b) amener l'eau('; mais ii s'agirait de quatre
cents ans que le fait serait encore des plus curieux +.
D'apres ce que raconte le mddecin Aboif Dja'far
Ahmed ben Ibrahim (2 dans son livre intituld Meghdzi
Ifrikiyya, Mofsa ben Nocayr, apris avoir conquis
1'Espagne, demand aux habitants de lui faire voir le
vieillard le plus avanc6 en age qu'il y e6t chez eux.
On lui amena un homme tellement vieux qu'on devait
employer une bandelette pour empecher les sourcils
de lui recouvrir les yeux. Mofisa lui avant demand
d'ou il 6tait, il r6pondit que sa patrie 6tait Carthage
d'Ifrikiyya; [P. 15] Mousa alors voulut savoir qu'est-
ce qui avait mis Carthage en cet 6tat(3) et quelle 6tait
l'histoire de cette ville. Le vieillard lui repondit :
, Cette ville fut bAtie par quelques-uns des 'Adites
qui surv6curent, et qui alors y habiterent le temps
que Dieu voulut. Elle resta ensuite en ruine pendant
un miller d'annees, puis fut rebitie par le roi Armin
fils d'El-Aredt4) fils de Nemrod le tyran; ce prince
y amena l'eau en construisant des arcades par dessus
les valleys et en percent les montagnes, de maniere
b parvenir ainsi jusqu'h Carthage. Le people don't je
suis y habitat ensuite le temps que Dieu voulut,
jusqu'au jour oh un home, en creusant pris des
foundations de ces arcades, trouva dans celles-ci une


(1) A sLl j J Lil 1L:., 1 ,D .\ L\

(2) Cet auteur, plus ccnnu sous le nom d'lbn el-DjezzAr, est auteur
de divers ouvrages et mourut vers 400 hag. (voir la note dans Bekri,
p. 102):.
(3) Kremer ,. _C Jl L3; manque dans A; Behri : U, L
(4) Bekri : Laoudin V)3,Pj


Ii tsir, hf rlri2. JiJrf'lI








- 26 -


pierre avec l'inscription que voici : Cette ville sera
ddtruite lorsque le sel s'y montrera. Or, comme nous
etions un jour assis, plusieurs de mes concitoyens
et moi, du sel se montra fixed & une pierre; cela attira
notre attention et nous vimes qu'il en 6tait de m6me
dans toute la ville. Alors je parties et vins me fixer
ici. ))
Des gens dignes de confiance rapportent qu' 'Abd
er-Rahman ben ZivAd hen An'am(() a racont6 ceci:
a Comme je me rendais avec mon oncle & Carthage
pour y aller examiner les ruines et en contempler les
merveilles, nous vimes un tombeau portant cette
inscription himyarite : ( Je suis le serviteur de Dieu,
I'ap6tre de Dieu Calih; Dieu m'a envoy aux habitants
de cette locality pour les appeler h les connaitre, et
ils m'ont tue. Dieu leur en demandeca compete, car ii
est un excellent mandataire. o C'est la sans doute ce
qui a caus6 la ruine de Carthage. Dieu est le plus
savant.
BIZERTE (Benzert), situde sur la mer et distant
de Tunis d'environ deux journees, renferme des anti-
quit6s et est prot6gde par un ancien mur en pierre.
Il y passe une grande riviere qui se jette dans la mer
et qui est tr6s poissonneuse. Non loin de lA se trouve
un grand lac qui tire son nom de celui de la ville et
qui est en communication avec la mer; il est sale et
renferme des poissons en quantities innombrables.
Dans chacun des mois de l'annde solaire on y peche
un poisson d'une espece particulibre qu'on ne retrouve
plus qu'au mois correspondent de l'annee suivante(2).

(1) Grand kAdi d'Ifrikiyya sous le khalife Abbaside El-Mangofr.
(2) Edrisi (p. 134) donne les noms de ces douze cspeces de poissons.








- 27 -


+ Ce lac fournit un revenue considerable, car le pois-
son qu'on en tire est export dans toute 1'Ifrikiyya, et
h Tunis on n'en mange guere d'autre. Les diverse
especes et varidlts de ces animaux [P. 16] sont atta-
chdes (par paquets) et se conservent ainsi pendant
plusieurs annees, la chair restant toujours saine et
de gott agreable. La piche la plus fructueuse s'opere
entire la mer et ce lac, car le poisson nait dans la mer
mais 6migre, quand il n'est pas plus gros qu'une
amande, dans le lac o0 il achive sa croissance, pour
de lb repasser dans la mer quand il est, soit male
soit femelle, en 6tat de se reproduire +. On le prend
soit au seuil qui spare la mer du lac, soit aussi(') h
l'aide d'une amorce qui n'est autre que la femelle du
poisson appeld bofri (mulet). Le pecheur, apres avoir
fait march avec l'acheteur pour une certain quantity,
attache a la livre du poisson qui lui sert d'appAt un
fil qui passe par une jarre() solide, et le 1clie dans
la mer; lui-mime le suit dans sa barque et armed de
son filet, avec lequel il capture les males attires par
cette femelle; il retire b chaque coup de filet ce que
la destinde lui reserve et continue ainsi jusqu'b ce
qu'il ait r6uni ce qu'il lui faut.
Dans le voisinage de ce lac et dans la direction de
la mer, il y en a deux autres : l'un est d'eau douce
et I'autre d'eau salee, bien que l'eau de la mer ne
penetre pas dans celui-ci. Chacun d'eux se diverse

(1) Kremero (&-K1 3 -aa
A 'iiJLis )Lla L, Avj gJ1 S^j
(2) Kremer ,)-; A /. ;3 j'ai nlu i, mais on pourrait aussi
songer au mot O,. -, tige, bAton,








- '28 -


alternativement dans l'autre pendant six mois cons6-
cutifs, et cela sans que la quality de l'eau d'aucun
des deux soit change, sans que l'eau douce de l'un
devienne sale ou inversement, ce qui constitute un
phdnomrne remarquable').
T'ABARK'A(12, ville ancienne oU 1'on trouve de nom-
breuses ruines anciennes, est situde non loin de la
mer sur une grande riviere par ou les navires arri-
vent jusqu'b la port de la ville. PrOs de lb se trouve
MERSA'L-KHAREZ (La Calle), ville ancienne que ]a mer
entoure de tous c6tes, sauf un passage etroit que la
mer envahit meme souvent pendant I'hiver. Elle est
prot6gde par une muraille ancienne, et c'est lb qu'on
construisait les bateaux destines b attaquer Ie pays
de Rotm. On s'y livre a la pbche du corail, + qui
est de lb export dans le monde entier; il y a lb toute
une population qui possedo des bateaux et des barques
b l'aide desquels elle tire le corail des profondeurs
de la mer, et qui n'a pas d'autre moyen d'existence.
Le corail est une plante en forme d'arbre et qui pousse
des rameaux. Pour 1'extraire de la mer on se sert
d'instruments en bois qui ont la forme de croix et
sont garnish de bourses [P. 17] de lin ou de chanvrel3l.
Des ancres en augmentent le poids, puis ces instru-


(1) Bekri ip 141) parole 6galement do deux lacs voisins de cclui de
Bizerte dent I'un d'eau douce et I'autre d'eau sale, qui se ddversent
alternativcment I'un dans l'autre Mais Edrisi .p 13'n relate ce ph6nomkne
d'alternance entire les deux lacs de Tinidja et de Bizerte, lo premier
transformant son eau douce en eau salkc, et le second, son eau salee en
eau douce.
(2) Cc nom est 6crit correcltment dans A.
(3) Kr. A,. ; A ; j1; je lis .. avec Edrisi jtexte, p. 116). Kremer,
dans sa notice allemande du texte arabe, avait proposed c1. (Sitsungs-
be., p. 400).








- 29 -


ments sont lanc6s dans la mer tandis que les barques
continent d'avancer; le lin tralne dans le fond de la
mer et brise les coraux, qui s'y attachent et oft
ensuite on les recherche. On dit que le corail tant
qu'il est au fond de l'eau est mou et sans resistance,
et qu'il se durcit au contact de I'air. L'extraction
chaque annie monte h plusieurs quintaux; nulle part
la qualitR n'en est meilleure, et c'est celui qui se vend
le plus cher dans l'Inde et en Chine. Dans le d6troit
de Gibraltar, sur le littoral du village nomm6 Belyoif-
nech(') qui depend de Ceuta, on trouve un corail
analogue ou peut-etre sup6rieur; il y en a dgalement
dans la mer d'Espagne et dans certaines miles de la
Mer verte (Atlantique); mais c'est celui don't nous
avons parle qui est le plus precieux(2) +.
+ Non loin de Tabarka, entire cette ville et celle
de BADJA (Beja), se trouve un grand lac don't le cir-
cuit est d'environ quarante miles, et qui tant6t se
diverse dans la mer, tant6t recoit de l'eau de celle-ci.
Son eau, qui n'est ni douce ni salee, nourrit de nom-
breuses esp6ces de poissons +, entire autres un mulet
(boilri) qui n'a pas son pareil au monde : on dit qu'on
en trouve de gros peasant jusqu'h dix livres et davan-
tage. + Les habitants de ces regions en retirent la
graisse pour alimenter leurs lampes(3) +.

(1) Cette orthographe est celle de Kremer, d'Aboulfdda et d'Edrisi
(p. 167 du textol; ms 2223, U b'; on retrouve plus loin l'orthographe
Belyo~2iech.
(2) Edrisi (p. 135) parole aussi de la maniere de pdcher le corail, don't
Bekri ne dit rien.
(3) Prcsque tout ce paragraphe manque dans Bekri, qui ne mentionne
pas le lac don't il est ici question, mais qui cependant dit un mot des
boiri de Badja (p. 439). Pour le dernier mot, au lieu de .&.- L-a.
de Kremer, je lis avec A rg ,4lm,'p







- 30 -


BONE est une ville ancienne don't la construction
remote a l'antiquit6 et qui renferme de nombreuses
ruines. Batie sur une colline qui domine la mer, don't
les flots battent ses murailles, elle est des plus agre-
ables et des plus abondamment fournies en lait, en
viande, en miel et en poisson. Sur le rivage se trouve
un puits creusd dans le roc et don't I'eau est des plus
douces et des plus salutaires; aussi la plupart des
habitants en boivent-ils. A l'ouest de la ville se trouve
une eau courante employee a l'arrosage des jardins
et du sol. Les jardins occupent un emplacement qui
domine la mer et constituent d'agreables lieux de
plaisance. L'EDOUGH, montagne qui s'dtend au dessus
de B6ne, est souvent couverte de neige et tres froide;
mais chose extraordinaire, il s'y trouve une ancienne
mosque sur laquelle la neige ne tombe pas [P. 18]
et qui apparait come un point noir au milieu de la
montagne toute blanche.
A l'ouest de B6ne se trouve un 6tang don't le circuit
est de dix miles environ et qui renferme des poissons
nombreux et recherch6s. La vit un oiseau appele
keykel, qui gite h la surface des eaux et y fait ses
oeufs; quand il s'apercoit qu'un homme ou un animal
songe a le prendre, il enleve a l'aide de ses pattes
son nid et les petits qu'il renferme et le transport
au centre du lac, o, il est en sdcuritd. C'est un bel
oiseau connu en Egypte sous le nom de khawdg(), ek
sa peau, qui est lisse et d'aspect plaisant, y est em-
ployee comme fourrure et se vend tres cher. + Le
port de B6ne s'appelle Mersa'l-Azk'dk' et figure parmi

(1) Hawds dans Bekri (p. 141). Demiri ne parole pas de cet oiseau, qui
parait 6tro le grebe.







- 31-


les ports c6lbres. Quant h B6ne m6me, elle est situde
sur le golfe dit Djoun el-Azkdk, don't la navigation est
difficile et oh ont fait naufrage le bateau d'El-Kayl'ani,
celui d'EI-Fakhri et beaucoup d'autres. Dieu est le
plus savant').
EL-K'OLL (Collo) est une ville ancienne renfermant
de nombreuses antiquitds provenant des Rofim; situ6e
au bord de la mer, elle sert de port h Constantine.
Les fruits, les products de la terre et les raisins y
sont tris abondants; les pommes y sont tres belles.
Cette ville, i la fois terrestre et maritime, command
h un canton important, et les imp6ts qu'on y prelve
sont consid6rables!(2 +.
DJIDJELLI, ville ancienne et situee sur la mer, avait
une muraille de construction ancienne et battue par
les flots de la mer. Elle a dans sa ddpendance un
canton important; on y trouve en abondance des
raisins, des pommes et des fruits, et c'est de lb qu'on
export I Bougie des fruits, des raisins et des si-
rops(3). La ville est domine par la montagne des
Ketfma appel6e DJEBEL BENOU ZELDAWI(4), Oil il y a
de nombreux pSturages et qu'habitent quantity de
tribus berberes. C'est lb que le missionnaire Aboa
'Abd Allh pr6cha sa doctrine.

(1) Le Djoun el-Azkdk ou golfe de B6ne seul est mentionnd par Edrisi
(p. 145). Peut-dtre le Mersa'l-Azkdk doit-il etre identified avec le Mersa
Mani' de Bekri (p. 194).
(2) Bekri (p. 194) se borne A citer le nom de Collo, port auquel Edrisi
accord une court mention (p. 120).
(3) Djidjelli est l'objct de deux braves mentions de Bekri (pp. 153 et
193,; Edrisi en dit un peu plus long (p. 114).
(4) Ce nom est dcrit Zendati dans Edrisi (p. 114); on retrouve l'or-
thographe Zeldawi dans Ibn Khaldofln (Berb., I, 292) et plus has (p. 54
du text arabe). C'est la montagne des Beni-Telilan, entire Collo et Cons-
tantine, d'aprbs M. de Slane (terbbres, Table gdogr.).







--32 -


Entre Djidjelli et Bougie, sur le bord de la mer
[P. 19] se trouve le lieu dit El-Mangotriyya (), que
domine du c6t6 de la terre une montagne considerable,
don't une pointe s'avance semblable A une muraille et
renferme un creux d'ot un jet d'eau d'une grosseur
gale h la pierre quadrangulaire employee pour peser(2)
jaillit b intervalles determines correspondent h chacun
des cinq moments de la journde oui doit se faire la
priere. + Chaque projection est pr6cidde d'un bruit
semblable a celui que fait une meule tournant A vide;
elle a lieu de nuit comme de jour, aux heures de la
priere seulement. Le fait rdsulte du tamoignage de
temoins oculaires qui y ont pass la nuit entire (pour
v6rifier ce qui arrivait) +.
BOUGIE + est une ville considerable dlev6e sur les
bords de la mer, don't les flots battent ses murailles.
La construction, qui en est r6cente, est 1'oeuvre des
princes de Canhd.ja, maitres de la K'AL'AT ABOU
T'AWIL, aujourd'hui denommie K'al'at Hammhd, et
eut lieu dans les circonstances suivantes(3). A la suite
de 1'entree des Arabes en Ifrikiyya et des ravages

(1) On lit Sebfba dans Bekri, mais M. de Slane rema'rque qu'il s'agit
probablement d'El-Mangolriyya (p. 192, n, 4), A une vingtaine de miles
de Bougie (pp. 115 et 119).
(2) A J1J, B f,' ; j'ai rdtabli le texte, qui est corrompu, comme
A a l .
Suit, : z.iA-. ._,j.9 .L1j. I :6_.-- ,... .J. A., ....z., }.. .'

11 est souvent parl de cette source intermittent par les auteurs arabes;
voir p. ex. Ibn el-Wardi, 6d. du Kaire, 1300, p. 102; ms de Paris, no 2323,
f. 109; niss d'Oxford, Uri, no 907, f. 55; no 965, f. 66 v., etc. 11 existe en
Sicile, pris de Scicli, un autre 'Ayn cl-awkat, la Donna lucata actuelle,
oif le m6me ph6nom6ne est signal par Edrisi (ap. Amari, Biblioteca,
trad., I, 75).
(3) Sur la foundation de Bougie, cf. Ibn el-Athir, t. x, p. 31.







- 33 -


qu'ils exercerent tant & Kayrawan que dans la plu-
part des villes de cette region, le prince Canhadjien
qui rignait h Kayrawan dut s'enfuir de cette ville et
se rIfugier b Mehdiyya pour s'y defendre. El-Mangoi.r
ben HammAd, son cousin paternel et prince de la
K'al'a, qui etait plus puissant que lui et disposait de
troupes plus nombreuses, s'avanca pour lui porter
secours a la t6te de forces considdrables(l). Tous les
Arabes rdunis marcherent centre lui et lui livrerent
dans la plain de Sebiba, non loin de Kayrawan,
une grande bataille qui finit par la d6route d'El-Man-
gofr, et ou p6rirent son frere ainsi que la plupart
des Canhadja. Son fr6re, qui etait son ain6, s'dtait
opposed b ce qu'il affrontat les Arabes : ( Reste, lui
avait-il dit, dans ta ville; envoie-leur des messages,
attire-les I toi par des cadeaux et ils viendront b toi
humbles et soumis, ils te resteront obdissants de ton
vivant; tel est I'antique et traditionnel procdd6 des
Arabes si tu ne les attaques pas. ) Lors de cette
bataille et quand El-Mangofr fut mis en deroute, son
frere lui dit : ( Ne t'avais-je pas deconseilld de mar-
cher en personnel au combat? Eh bien! maintenant
remets-moi ton diademe et ton 6tendard pour que
je rest b la t6te des troupes; toi, sauve ta vie. Si je
survis, c'est que Dieu m'aura fait grAce; mais au
moins resteras-tu pour tes sujets, car il n'y a per-
sonne qui puisse te remplacer! Certes voil& bien
ce que peut faire de plus beau un frere pour son
frere, un ami pour son ami! Alors El-Mangoir lui
remit son turban ainsi que son etendard, qui dtait
bien connu, et ce prince, se langant en avant avec les
troupes, fut tud.
(1) Comparcz le rdcit d'Ibn el-Athir, t. x, p. 30.





- 34 -


[P. 20] Les princes Canhtdjiens avaient des turbans
de soie',1 dords d'un tres haut prix, co.tant jusqu'A
cinq et six cents dinars et meme davantage. Ces
coiffures 6taient tres solidement enroul6es, A ce point
qu'on pouvait les prendre pour des tiares2). Il y avait
chez eux des ouvriers qui s'occupaient de cette sp6-
cialit6 et qui, pour l'enroulement du turban, se fai-
saient payer deux dinars et davantage; ils avaient B
cet effet dans leurs boutiques des formes en bois
qu'ils appelaient des ttes.
Quand El-Mango&r se fut refugie dans la K'al'a,
les Arabes installerent leur camp sous les murs de
cette place et la serrerent de pres. Il s'efforga d'abord
de les acheter b prix d'argent, mais le moment vint oi,
impuissant b leur resisterc31, il ne fut mrme plus libre
maitre de cette ville, et alors il chercha un empla-
cement propre b l'Ndification d'une autre ville et qui
ne fut pas en contact immddiat avec les Arabes. On
lui indiqua le lieu of devait s'dlever Bougie, et of ii
se trouve un port. On dit qu'il y existait des ruines
antiques et qu'il s'y 6tait d6jh elev6 une ville autrefois.
Ce fut dans cet endroit qu'El-ManGoAr ddifia la ville
a laquelle il donna le nom d'El-Mango.riyya, et quit-
tant la K'al'a il se transport h Bougie, don't il fit sa
capital. Elle est c quatre journ6es de march de la
K'al'a des Benot HammAd et entourde de hautes
montagnes; la mer l'entoure de trois c6t6s, A l'est, A
l'ouest et au nord. La route qui mane a l'ouest est

(1) '-y, mot qui ne figure que dans A et C, ddsigne une ccrtaine
espece de soie (Dozy, Supp. auc dict.).
(2) A ^Lj .^ i ^_ L
(3) A et C ^ W ,






- 35 -


appelee le D6fild .-y. et suit la rive de la riviere
appel6e El-Wddi 'l-Kebir; la route qui, se dirigeant au
sud, mene & la K'al'a des Benof HammAd, franchit
des montees et des passages difficiles, de meme que
celle qui mBne h l'est. Il n'y a d'autre chemin en
plaine que celui de l'ouest, de sorte que les Arabes
n'avaient pas de voie qui aboutit h la ville, et ceux-lh
seuls parmi eux penitraient dans celle-ci que le prince
faisait chercher pour teacher de s'entendre avec eux &
propos de K'al'a ou de quelque autre lieuM(; encore
n'y entrait-il qu'un ou deux cavaliers a la fois et sans
que des guerriers les suivissent. Le prince de cette
ville resta done un roi puissant et de grande auto-
rited2), semblable h celui qui rigne 6 Migr, puisque le
maitre de Bougie aussi command a un territoire
considerable et est un chef puissant.
La ville est comme accrochie A une montagne du
nom d'AMsIYouL(3), qui est en saillie sur la mer, et
les flots de celle-ci battent une muraille d'enceinte
qui est tres important. Il y a deux arsenaux destinds
au grdement des barques et A la construction des
bateaux. C'est de lA que parent les expeditions diri-
gdes centre les Roim, car la Sicile n'en est eloignee


(1) Jo xLOi l.l.l (A J.-AC, C A-.-1) 0-Jt T,- 2
B..--. 5 x-lJi ~ i Krcmer traduit, avec hesitation : a ... ausser den
der Koenig hinschickte zur Erhaltung der Freundschaft fiir das Gebiet
des Schlosses... (1. 1. p. 403).
(2) A et C yW^ T-, .} A la ligne suivante de 1'imprimd, le mot ,A, est transposed.

(3) Qu'on 6crit aussi Mesyotn, cf. ci-dessous; Edrisi, p. 105. Selon toute
vraisemblance, c'est le meme nom qui est ddligurd en Aminodn dans
'H. des BerbOres, n, 52, 1. 17 comparez aussi Aimiloul, ib. i, 89).






- 36 -


que de trois journdes de navigational. Son vaste port
[P. 21] regoit les bateaux des RoAm arrivant de Syrie
et d'autres regions roimies dloigndes, ainsi que les
bateaux musulmans provenant d'Alexandrie, qui est
situde sur la c6te d'Egypte, du Yemen, de l'Inde, de
la Chine, etc. Bougie abonde en fruits, en vdgitaux
et en vivres de toute sorte. Elle est agreablement
situde sur la hauteur de maniere A dominer la mer
et une banlieue qui, enserrie entire des montagnes, a
un circuit d'environ dix miles, est arrosde par des
sources et des course d'eau et renferme la plupart des
jardins appartenant aux habitants. A deux miles ou
mime moins, se trouve une grande riviBre le long de
laquelle il y a de nombreux jardins arros6s a l'aide
de roues qui tirent l'eau de cette riviere. Il s'y trouve
un grand lieu de plaisance. Il y a h Bougie un endroit
connu sous le nom de Perle (louloua), situ6 sur une
pointe de la montagne, en saillie sur la mer et attenant
B la ville; des palais y out ete 6leves par les princes
canhadjiens, et l'on ne peut rien voir de plus beau
comme construction et de plus agr6able comme em-
placement : les fenetres qui dominant la mer sont
garnies de treillis en m6tal, les portes sont ajourdes
et d6cordes, tandis que les salons B d6coupures ont
du haut en bas des parois de marbre blanc ciseld de
fagon sup6rieure et rehauss6 d'or et de lapis-lazuli;
ces parois sont garnies de jolies inscriptions dor6es
ainsi que de belles peintures. Aussi ces palais
comptent-ils parmi les plus agr6ables et les plus
splendides.
La montagne d'Amsiyohn, au flanc de laquelle est

(1) Au lieu de .j'l- de A et B, on lit dans C )IL







- 37 -


bAtie Bougie, est considerable et ses sommets Blev6s
se dressent vers le ciel, en m6me temps qu'elle est en
saillie sur la mer. Elle renferme des eaux courantes,
de nombreuses sources et des jardins; on y rencontre
beaucoup de singes ainsi que l'animal A ]pines connu
sous le nom de derbI).
Voici ce que dit le r6viseur : La ville 6tant telle qu'elle
vient d'6tre decrite, les descendants de (anhfdja qui
s'y trouvaient par droit hdreditaire() entrerent en
relations avec leurs pareils, des gens odieux en ce
monde comme ils le seront dans l'autre, tels que les
Mayorquins qui s'6taient s6pards [P. 22] de ceux de
leur race pour vivre A Bougie et don't certain domi-
naient dans cette ville(3). Tel dtait 'Ali ben Ishak ben
Hammoi ben GhAniya, qui en etait devenu maitre(4' en
580 (13 avril 1184), au commencement du regne du
Prince des croyants AboOL Yousof don'tt veuille Dieu
aider l'autorit6 et confirmed la faveur!), personnage
qui fit du mal tant I la ville meme qu'aux environs,
qui de lI monta & Constantine et fut chassd de cette
dernirre par les troupes Almohades; apres quoi il
p6ndtra dans les planes du Djerid, qu'il ravagea en

(1) Je ne sais ce qu'est I'animal appeld e ou -)j ou ej3
dent je n'ai retrouvd le nom nulle part; arou:, en kabyle, signifle porc-
epic. On ne peut, semble-t-il, songer ici qu'A l'un ou 1'autre des mots
-._t- ou ~it.)- Kremer a adopted la lecture j, et traduit
c Stachelschwein >.
(2) A et C yS^ jV; 1 3 1
(3) A et C rk SLy CJ-c (C Cf) rylb )L *) :*Y COVA
(4) A 4J-X-J-- ... c; B jj" .J ; C. ... lic.
La prise de Bougie par 'All ben Ishik ben Ghaniya eut lieu en cafar 581,
d'apres Ibn Khaldoun (Berbares, i, 89) ou le 6 cha'bAn 580, d'apres
MorrAkechi (trad. fr., p. 234).







- 38 -


y faisant couler le sang, enlevant les richesses et per-
mettant toutes les horreurs dignes de sa honteuse
origine'l). Le Prince des croyants march alors en
toute hate centre lui et an6antit ce mal rongeur(2).
Un coup de fleche mit fin b l'existence de ce maudit
aupres de Tawzer, postdrieurement a l'annde 584
(ler fdvrier 1188) +.
MERSA'D-DEDDJADJ est une ville ancienne situ6e au
bord de la mer, don't les flots battent ses murailles.
Sa construction remote a une haute antiquity, et I'on
y trouve de remarquables ruines anciennes. + Elle a
des vergers et des jardins et l'on y trouve l'oiseau
appeal somdna (caille), qui arrive en grandes quantities
du c6te de la mer +. Vis-a-vis verss la c6te espagnole]
se trouve l'ile de Mayorque(3).
DJEZA'IR BENOU MEZGHANNA (Alger) est une ville
de construction ancienne situde sur le bord de la
mer, laquelle en baigne les murailfes. Il y existe de
remarquables antiquities qui montrent qu'elle a servi
de capital a quelque people ancien. II s'y trouve un
th66tre (ddr mel'ab) don't 1'interieur est pavd de pierres
de diverse couleurs qui forment une espece de mo-
saique; on y voit des figures de chevaux et d'animaux
tres solidement et tres artistement fagonnes. Adja-
cente b cette ville il y a une grande et vaste banlieue,
nommee Mettidja, qui est d'une grande fertility et qui
est remplie de bourgades et de tribus importantes.+
[P. 23] Des rivieres sillonnent cette plaine, qui a

(1) A et C \ 1.fJy L; L.jj O _"J)) .. a J L' Jx,
(2) B et C, a-..XiI- corrigd par Kremer en ajL-.; A aJL-Yl'
(3) Cf Bekri, pp. 154 et 192; Edrisi, p. 104.







- 39 -


environ deux journdes de larger sur autant de lon-
gueur, et b laquelle les montagnes qui 1'entourent
font comme une couronne. A l'extrdmit6 de cette
banlieue une route franchit la montagne par un pas-
sage difficile appeld H'ALK'WADJID(1) et design par
les habitants sous le nom de Porte du Gharb, car on
ne peut passer que par la pour se rendre dans les
regions occidentales +. Il y avait dans la ville des
Benoti Mezghanna une vaste 6glise don't la construc-
tion prdsentait des caract6res tres remarquables. Il
n'en rest plus maintenant qu'une muraille qui sert
& indiquer la direction legale pour la prire lors des
deux grandes f6tes et qui est couverte de sculptures
et de figures. Le port est stir; 1'on y trouve une
source d'eau douce frdquent6e par les navigateurs et
don't le voisinage occasionne un traffic considerable2).
Sur la c6te d'Espagne et faisant face a ce port, on
trouve le port de Peniscola.
Immddiatement b l'ouest, on rencontre la ville de
LAGHANIYAt(3, qui est important et ancienne mais
n'est plus habitle; elle renferme de nombreuses anti-
quitis et est arrosde par une riviere qui se jette dans
la mer. Le port qui, sur la c6te d'Espagne, lui fait
face est celui de Denia. Le port (de LaghAniya?) est
vaste et constitute un golf dans cette mer.
CHERCHEL est une grande ville qui n'est pas habitde

(1) Dans C, Halk' Wadjir.
(2) Cf. Bekri, 156 et 191. A partir de cet endroit, le ms qui a servi a
1'ddition Kremer offre une lacune assez important, et nous suivons les
mss A, f. 61 et s., et C, f. 69 vo et s.
t3) On retrouve a peu pres ce nom ainsi orthographid dans deux des
mss de Bekri employes par M. de Slane, qui a adopted la iegon Djendbiyya,
recueillie de la bouche de vieillards habitant pres de cet endroit (Bekri,
p. 191).






- 40 -


et ofi l'ou trouve des ruines antiques. + Elle renferme
une construction remarquable appelde Mihrdb de Salo.
mon, qui s'6l6ve & une grande hauteur dans les airs +.
Le port qui lui fait face sur la c6te d'Espagne est
AlicanteM).
TANts, b deux miles de la mer, est une ville garnie
de murailles et dans une forte position. Dans 1'int6-
rieur de la ville il y a un chAteau-fort (kagba) d'acc6s
tres difficile et que le gouverneur, A raison de son
inexpugnabilite, s'est r6serv6 pour y demeurer seul.
Cette ville renferme une mosque principal ainsi
que de nombreux marches. Elle est arrosde par une
riviere du nom de Tendtin, qui vient des montagnes
situ6es au sud, contourne la ville A l'est et au nord,
puis se jette dans la mer. + TUnes produit beaucoup
de cer6ales et la vie y est a tres bon compete. Les
vivres s'y trouvent en tres grande abondance, de
sorte qu'on les export en Espagne, dans la plupart
des territoires de l'Ifrikiyya et dans le Maghreb. Mais
la fievre y regne et (bien peu nombreux) sont ceux
qui p6netrent dans cette ville et qui y dchappent;
cependant ce sont les strangers qui payment A la mort
le tribute le plus 6leve +. C'est a cause de cela qu'un
po6te a dit :
[Ramal] Toi qui m'interroges sur le pays de Tenes, sache
que c'est, je le jure, le pays de 1'avarice et des ordures,
[Fol. 61, vo] pays oh I'eau ne tombe pas, pour les habitants
duquel la g6n6rosit6 est un mot tomb6 en d6su6tude, gens
qui, toujours habiles A dire non, deviennent sourds et muets


(1) A 2.l,-.J .-,; C Ji.A,-- -; dans lekri, j-.
_f .y ( .*>) Alicante est place par Bekri vis-A-vis d'Ocour, A 20 miles
est de TVnes. Ce dernier auteur ne dit que peu de chose de Cherchel,
don't il cst parlM un peu plus longuement par Edrisi, p. 103.







- 41 -


s'il s'agit de dire oui. L'eau participe des mauvaises qualit6s
qui distinguent cette ville : c'est de la bourbe qui coule sur
un sol bourbeux. Si jamais tu as envie de maudire un pays,
lance ta malediction et tes reproches centre Tnes(1).
+ Je tiens d'une personnel digne de foi qu'il y a
dans cette ville d'6normes rats +.
K'AQR EL-FOLOUS est une grande ville qui a un
port frdquent6 par les navires. Les nombreuses ruines
antiques qu'elle renferme prouvent que c'a 6t6 une
capital, mais elle est maintenant en ruines. L'eau y
est amende par des arcades qui sont d'une construc-
tion ancienne et des plus remarquablest(1.
ORAN est une ville situde sur le bord de la mer et
qui fut fondue par des marines andalous a cause du
port qui s'y trouve et de leurs actives relations com-
merciales(13 avec les tribus berbbres du voisinage. Ils
y vecurent avec une de ces tribus, les Benoi Mos-
kin(4 pendant environ sept ans, au bout desquels
plusieurs autres tribus berberes se present.rent pour
exercer centre les Benoi Moskin des represailles a
propos de sang vers6. Mais les Andalous, + don't il
s'y trouvait alors un certain nombre +, refuserent,
et les hostilit6s commenc6rent. Le siege fut pouss6
vigoureusement, et les Benoft Moskin profiterent des
tenebres de la nuit pour s'echapper. Les assi6geants
restant les plus forts, les habitants, Andalous et au-
tres, obtinrent de se retire la vie save; mais tout ce

(1) Ces vers se retrouvent avec de 16geres variantes dans Bekri (p. 149;.
(2) Edrisi n'en parole pas; cf. Bekri, 185 et 189.
(3) A et C, j41-J,; on lit j(i3L~ dans Bekri (p. 165, texte p. 70)
e avec le consentement des tribus... .
(4) -- -- ; Bekri derit ;l.i--. s e les Bcnod Mosguen >.







- 42 -


que renfermait la ville fut pill6 ou livrd aux flames,
de sorte qu'Oran ravage par cet incendie rest ruinde
pendant plusieurs anndes(I). Puis la population s'y
rassembla de nouveau et reconstruisit une ville plus
belle que l'ancienne.
Elle a de nombreux jardins et produit beaucoup
de fruits; elle a de l'eau courante, plusieurs ruisseaux,
des moulins et des sources. Cette ville est important,
et dans le grand canton qui en depend se trouve un
gros village qui renferme des antiquities et don't les
habitants sont renommis pour leur stature colossale
et leur force extraordinaire. On lit dans Aboit 'Obeyd
Bekri : a Je tiens de plusieurs personnel qui sont
allies dans cette locality [Fol. 62] et qui en ont vu
les habitants(2) qu'un home ordinaire bien propor-
tionn6 ne va qu'& 'lpaule des indigenes; que l'un
d'entre eux voulant se construire une demeure coupa
un miller de fdrules qu'il charge sur son dos et
employ B l'installation de son habitation ,.
-t- Oran a un grand port oft les bateaux peuvent
hiverner A l'abri de tous les vents, car il est proteg6
par une haute montagne qui domine la ville +.
ARCHDJOUL (Archgoul) + est une ville d'une haute
antiquity et qui renferme beaucoup de ruines +; elle
est situde sur la TAFNA, grande riviere out penitrent
les navires. Archdjoil est proche de la mer, et les
petits bAtiments peuvent remonter jusque Il; elle

(1) Pendant un an, d'aprbs Bekri, p. 166. On pourrait supposed que,
par suite d'une omission ou de 1'auteur ou des copistes, il s'agit de 1'dtat
d'abandon dans lequcl cette ville resta ( pendant plusieurs anndes ) apres
les devastations qu'y exerga en 343 t6 mai 954) Ya'la ben Mohammed
Ifreni (ib., p. 167).
(2) Ce n'est 1I qu'un rdsum6 du passage de Bekri, p. 167.







- 43 -


constitute le port de Tlemcen, don't elle est s6parde
par la plaine de ZIDOUR, Oi l'on cultive le ble et qui
est bien connue comme favorisde de la b6nediction
divine.
ASLI(1, a 1'est et non loin d'Archgoul, est une ville
ancienne, dans une forte position et protegee par une
muraille en pierre; il y passe une riviere qui sert A
l'urrosage de ses jardins et de ses arbres fruitiers.
FEKKAN est une ville grande et ancienne, renfer-
mant des antiquities consid6rables et situee pros de
la mer. Elle tomba en ruines, puis El-Mangoir ben
Abof 'Amir (Almanzor) y envoya du monde pour la
riedifier et la repeupler(c).
HIQN IBN ZINAM3) est arros6 par une riviere bordie
de nombreux arbres fruitiers et autres. Non loin de
l& se trouve le HIgN EL-FoROUS('1, situ sur une cime
de rocher, aupris de la mer. A proximity de ce der-
nier sont situes le HIWN EL-WARDANIYYA et le HIgN
HONEYN, ce dernier avec un port frequentW et de
nombreux jardins.
NEDROMA, pres del() la montagne de Tbdjra, est
une jolie ville qui produit beaucoup de c6rdales et de
fruits, et oi la vie est A bon march. Des planes
fertiles et de nombreux champs cultivds l'entourent.
Une distance de dix miles environ la spare de la

(1) Orthographi6 Aslcn par Bekri, p. 183.
(2) C'est d'Aslen quo la rd6dification est attribute A El-Mangour par
Bekri, p. 184. FekkAn fut fondeo par Ya'la ben Mohammed (ib., 167 et 185).
(3) J'ai suivi 1'orthographe de Bekri; A Lbp3 c y ; B C-,
(4) MWme remarque; nos texts portent portent X, itl 0y,^-, Hin
cl-'Arous.
(5) C e sur le flanc de ,.







- 44 -


mer; sur le littoral ddbouche la riviere [de MAsin],
don't les bords sont plants de nombreux arbres
fruitiers. La se trouve un port sir et frequent que
domine un beau ribdt (couvent fortified) oF l'on s'attire
la b6endiction divine. On dit que celui qui y comment
un acte ddfendu ne tarde pas a 6tre chAtid. Cela est
hien connu et provient de la saintet6 du lieu et de la
faveur don't Dieu le couvre.
TERNANA, [F. 62, vo] grande ville entourde de mu-
railles et situde sur le littoral, sert de station pour
les vaisseaux et est le lieu d'arrivie des caravanes de
Sedjelmesse et d'ailleurs. Elle est habitee par des
tribus berberes faisant parties des Matghara(t), + les
plus justes des Berb6res qui demeurent de ce c6te.
Ce littoral dtait couvert de nombreuses villes qui
tomberent ensuite en ruines, car autrefois il dtait tres
peuple et avait des campagnes fertiles +. Telle etait
la ville de TAferdjennit, qui sert de port a Djerawa(t.
MELILA est une ville ancienne et cle~bre, entouree
de murailles de pierre et dans l'intdrieur de laquelle
se trouve une forteresse presque inexpugnable. En-
NAgir [l'Omeyyade d'Espagne] y pin6tra en 314 (18
mars 926) et Bleva 1'enceinte.
'ADJROUD est une ville ancienne situde sur la mer;
on y trouve beaucoup d'antiquites et son port est
frequent ().

(1) Par les Benou llofl, fraction des Demmer, d'apris Bekri, p. 197.
(2) Texte -? a aJ.L e' t^ ./ aJ telle dtait
la ville de Tamedjerit, qui sert de port A Oujda o. J'ai corrigd le texte
d'apris Bekri, p. 204. On lit Tafernit sur la carte Renou, T'farguenit
dans Edrisi, p. 205.
(3) a Le mouillage d'Adjroud est situ6 A 1'embouchure du Kis, rivi6re
qui passe aupr6s de 'emplacement de Djeraoua. Cette ville dtait situde
sur la rive droite du Kis et A six mills de la mcr s (Bekri, p. 207, n. 2).







- 45 -


NOKOUR, a une dizaine de millesc(l de la mer, est
une grande ville situde entire des escarpements(2) et
des montagnes. Elle est arrosee par deux rivieres,
don't 1'une, le Nokouir, qui lui a donn6 son nom, a sa
source dans le pays des Kezennaya, 6 la montagne
des Kawinl. De cette montagne aussi sort la riviere
connue sous le nom de WARGHA, qui est considerable
et figure parmi les plus connues du Maghreb. Cette
ville a de nombreux jardins et produit d'excellents
fruits, notamment des poires el des grenades don't
on ne trouve les pareilles nulle part. Elle remote a
une haute antiquity. [Le territoire en] fut conquis [et
elle fut fondue] par Sa'id(4) ben Idris ben CAlih' Hi-
myari, connu sous le nom d'El-'Abd eg-Cdlih' (le
vertueux serviteur), du temps d'El-Welid ben 'Abd
el-Melik ben MerwAn. Ce prince 6tait arrive au
Maghreb lors de la premiere conquite, avant Moisa
ben Nocayr, et ce fut entire ses mains que les Ber-
beres du voisinage, c'est-a-dire les (anhadja et les
Ghomara, embrasserent I'islamisme. Mais ensuite
beaucoup d'entre eux, trouvant trop lourds les de-
voirs que leur imposait cette religion, abjurerent;
puis Dieu les ramena cependant dans la vraie voie.
Quant & Sa'id, on 1'enterra apres sa mort dans le
village d'AKTA(5), au bord de la mer. Ses fils conti-

(1) A cinq miles, selon Bekri, qui, de meme qu'Ibn-Khaldoftn, appelle
Ghis la second rivi6re aupris de laquelle est situd Nokour.
(2) C et Bekri, u. j, lisez q'..J. ; A qu'il faut probable-
ment rattacher A 3:-1, escarpement, pente tr6s rapid (Diet. Beaussier).
(3) Le Djebel Kouin de la carte Renou.
(4) C orthographie A deux reprises Sa'd; on lit Sa'id dans Bekri et dans
lbn Khaldoin (Berbdres, 11, 138).
(5) A J1'; C ) BZ; Bekri








- 46 -


nurrent h gouverner le pays et eurent A soutenir de
nombreuses guerres contre les tribus berbBres; ils
s'6taient apparentes par alliance avec El-Hoseyn, l'un
des princes Idrisides qui regnaient au Maghreb.
Nokodr est proche de la montagne des GhomAra;
plus bas que cette ville, il y a divers ports, entire
autres celui de BADISO), + auprIs duquel habitent de
nombreux Berberes. [Fol. 631 La vie y est a has prix
et les navires en emportent des chargements de
vivres +.
TITOUAN est une ville ancienne, bien fournie en
sources, en fruits et en cer6ales; l'eau y est bonne et
la temperature agreable.
CEUTA est au bord de la mer, c'est-a-dire sur le
d6troit de Gibraltar, dans une pointe que la mer
entoure a l'Est, au Nord et au Sud; elle n'a de com-
munication avec la terre que du c6td de l'Ouest, et
les habitants pourraient a leur gr6 s'isoler entiere-
ment. Elle a de ce c6td deux portes, don't l'une est
r6cente(2); du c6td de la mer il y a aussi de nom-
breuses portes. A l'extrdmitd Est de Ceuta il y a une
montagne d'une grande 6tendue et couverte d'dpaisses
broussailles : c'est le DJEBEL EL-MINA, Oil Moham-
med(3) ben AboA 'Amir avait donn6 l'ordre d'ddifier
une ville oh devaient 6tre transports les habitants

(1) Bekri, Badis (p. 210); Edrisi dcrit aussi BAdis (voir notamment
p. 204).
(2) (C --s' ) .f,-s' LL L ,.) .jl. 1 Bekri en effet parole
seulement de a la porte qui forme 1'entrde de la ville > (p. 236).
(3) A et C portent 'Abd el-Melik. Bekri ne donne pas le nom du
Djebel el-Mina et parole brievement de ce project de construction, sur lequel
Edrisi en dit davantage (p. 200). Ceuta est encore d6crite dans le Baydn,
i, 210.








- 47 -


de Ceuta. Les murailles en dtaient construites quand
il vint A mourir, et son ceuvre rest inachevde. +
Cependant ces murs restent encore debout tout com-
me si leur construction remontait au prince actuel,
et leur blancheur faith qu'on les apergoit de la c6te
d'Espagne. Une particularity qui les signal, c'est qu'il
y en a une portion qui s'dtend en longueur et qui,
garnie de ses bastions, a etd faite avec (du mortier
ddlay6 dans) de l'huile au lieu d'eau. L'intention
d'Ibn 'Amir avait 6td de faire tout le travail dans les
memes conditions, et il ne fut arr&td que par le prix
de revient trop elev6(1), car la construction a l'huile
est plus solide et resiste mieux & l'action des siecles.
Mais la mort l'arreta +.
[P. 23, suite] Ceuta est une ville ancienne qui fut
habitue dans l'antiquitd et ouf se trouvent de nom-
breuses ruines. L'eau y etait amende de la riviere du
village d'AWIYATi2), + B trois miles de 1 +, par un
conduit qui contourne le bord de la mer Meridionale,
appelde par les habitants mer de Besol (3), et arrivait
jusqu'& l'dglise, laquelle est maintenant la mosque
principal. + Le khalife et Prince des croyants Aboil
Ya'koib ordonna en 580 (13 avril 1184) de tirer
l'eau du village de BELYOUNECH(, situe a six miles de
Ceuta, par un conduit souterrain, ainsi que l'avaient

(1) C'est ici que se termine la lacune de I'ddition Kremer, et ce qui suit
immddiatement correspond aux deux lignes qu'il a rejetdes en appendice
A la p. 82 (voir ci-dessus, p. 27), mais qui, contrairement A ce qu'll a cru,
n'appartiennent pas A l'article consacrd a Alger.
(2) Kremer '(. 'j; j'ai suivi la legon de A, de C et de Bekri.
(3) A et B jLj?; C Jy; j'ai lu J),, avec Bekri et Edrisi.
(4) Nous avons vu plus haut le nom de cette locality, don't il est parli
ailleurs (Bekri, 241; Edrisi, 200; Aboulfdda, I, 169).








- 48 -


faith les anciens A Carthage et ailleurs. Le travail fut
en effet commence, mais il survint des incidents qui
en suspendirent l'execution jusqu'a ce que Dieu voulit
le permettre; mais l'espoir en la presente ann6e 587
(28 janvier 1191) nous est permis.
Au-dessus du village de Belyofinech il y a une
vaste montagne oh se trouvent des singes et qui prit
le nom de Mofisa ben Nogayr, parce que celui-ci
s'embarqua au pied de cette montagne pour se rendre
au littoral de Tarifa (&) J.=L). Cette (origine du
nom) est la vraiei(). Sur la hauteur + se trouvait un
chateau que ruinerent les Magmoutda du voisinage, que
r6ddifia plus tard [P. 24] l'Omeyyade En-Nagir 'Abd
er-Rahman et qu'ils ruinerent une second fois(2).
Au pied, s'dtend un territoire fertile oit il se trouve
des eaux potables. De lh (on se rend) au mouillage
de BAB EL-YEMM( 3. Cet endroit est domino par le
village nomm6 KAGR MACMOUDA(4, par oiu passe une
riviere qui se jette dans la mer et don't I'eau est
douce. De lb jusqu'b la Djezirat Tarifa, on sait que le
passage comporte une longueur de dix-huit miles.
Dieu sait mieux la veritd.

(1) Le Djebel Mo~sa, don't Bekri ne parole pas, est aussi mentioned par
Edrisi, qui le place a deux miles de Ceuta (p. 169). A et C lisent

(2) Cf. Bekri, p. 240, qui parole du Mersa Mofisa, arros6 par une riviere
snr le board de laquelle il y avait autrefois un chateau.
(3) Kremer -,j daL ..L .. L --"; A .r .,L- l ) -A
a A.lo_ 3.J; C J, L J ,. J'ai rdtabli le texte
d'apres Bekri, p. 239. II y a, dit Edrisi (p. 201), douze miles de Ceuta a
Kacr Magmoida, qui domine Bab el-Yemm, d'aprAs ce que dit notre
auteur, et de Bab el-Yemm A Tanger, trente miles par terre ou une demi-
journde de navigation (Bekri, p. 239).
(4) Kacr Magmotida ou Alcazar porte aussi le nom de Kacr el-Djawaz,
d'apres une note marginale du ms Kremer et ainsi qu'on le sait d'ailleurs.





- 49 -


TANGER est une grande et ancienne ville oh il y a
de nombreuses antiquitds, des chateaux, des arcades,
etc. + L'eau y 6tait amende par un grand conduit
et (se d6versait dans) des reservoirs. II s'y trouvel)
une source d'eau potable appelee BARK'AL(2) mais qui
rend sot, de sort qu'on parole m6taphoriquement de
1'absorption de cette eau et que l'on y dit de ceux
qui agissent sans reflexion : ( Tu as bu de l'eau de
BarkAl, tu n'as pas d'ailes C'est ainsi que le po6te
a dit :
[WVafir] A Tanger est une source don't 1'eau surgit du
sable comme celle de la Source c6leste; elle est 16gere et
douce, mais transport a cent miles de 1& ceux qui en
boivent(3)+.
Lh se trouvent beaucoup de marbre et de grandes
pierres de taille. + C'est de lb que partait le pont qui
n'avait pas son pareil au monde et qui, franchissant
le d6troit, rejoignait la c6te d'Espagne; c'est ce che-
min que suivaient les caravanes et les armies pour
aller de Tanger sur l'autre rive. Mais deux siecles
environ avant la conqu6te de la Peninsule par les
musulmans, la mer se mit a bouillonner et B monter,
si bien que, se precipitant de l'Ocean dans le detroit,
elle submergea le pont et les localit6s avoisinantes.
I1 avait, dit-on, douze miles de long, tandis que la
larger actuelle sur son emplacement est de trente
miles environ. Les navigateurs apergoivent ce pont,
mais ils l'dvitent. On dit qu'% la fin des temps il se

(1) A : ( en dehors de la ville se trouve... ,; C iy p
(2) C, Mozk'al.
(3) B AJ4u ; A Ltj; C d<.,t; je lis, pour retablir le metre U-&
Il n'est parl6 de cette source ni par YAkout dans le Mo'djem, ni par
Kazwini.





- 50 -


ddcouvrira et que l'on y passera de nouveau, mais
Dieu salt ce qu'il en sera(') +.
Tanger, dit-on, est 1'extreme limited de l'Ifrikiyya du
c6t6 du couchant, et est s6parde de Kayrawan par
une distance de mille miles. [P. 25] Cette ville, bien
connue dans les chroniques sous le nom de Tanger la
blanche, avait, h ce qu'on pretend, un territoire long
d'un mois de march sur autant de larger, et servait
de capital aux rois de Rotm et autres qui ont rdgn6
au Maghreb, ce qui avait pour cause l'existence du
pont et la n6cessit6 de ne pas permettre une irruption
soudaine de I'ennemi A l'une ou h l'autre des deux
extrdmitis; Dieu est le plus savant. En fouillant les
ruines de Tanger on y trouve diverse sortes de
pierres prdcieuses, ce qui prouve qu'elle a servi de
capital aux peuples anciens.
On dit que vis-a-vis Tanger, au milieu de l'Ocdan,
se trouvent les tles FORTENATECH, ce qui veut dire
heureuses, ainsi appeldes parce que le sol y produit
sans labour des c6r6ales et que les forts et bocages
fournissent toutes sortes de fruits remarquablement
bons; les buissons 6pineux y sont remplaces par des
vegitaux aromatiques de diverse espaces. Ces fles
assez rapprochdes les unes des autres sont dissimi-
ndes dans 1'Ocdan, a l'ouest du pays des Berberes.
-+ Tels sont les recits que font les habitants riverains


(1) Kremer traduit : (( Man behauptet es wiirde am Ende der Zeiten
der Antichrist fiber diese Briicke ziehen ). Sur ce pont, cf. Edrisi, p. 198.
Le mdme fait a Wdt rappeld par notre auteur au chapitre d'Alexandrie
ff. 47 de A; 54 de CQ : ( Un si6cle avant la conqudte de l'Egypte par les
musulmans, la mer s'enfla et submergea le pont qui reliait 'Espagne au
littoral de Tanger. C'dtait un pont 6norme et sans pareil au monde, cons-
truit en pierres, servant au passage des chameaux et des bdtes de some,
long de douze miles et tres large. Ii arrive maintes fois aux navigateurs
de I'apercevoir dans les profondeurs de I'eau. ,






- 51-


du Maghreb, et j'ai vu des gens qui out tent de les
decouvrir.
Il y a A Tanger une grande riviere qui se jette dans
la mer et que remontent les navires; elle provient
des montagnes A l'ouest de cette ville et subit de
fortes crues qui enl6vent des maisons. Dieu sait mieux
la vdrit6 +.
AgILA 6tait une grande et ancienne ville, florissante,
populeuse, bien fournie en products de la terre, avec
un port frequentd. Mais elle fut ruin6e par I'attaque
des Madjofs (Normands) qui, en sortant de la Grande
mer, trouverent cette ville en premier lieu et, ddbar-
quant dans le port, y d6truisirent tout ce qu'ils purent.
Les Berb6res alors se reunirent pour les combattre,
et la lutte dura jusqu'% ce qu'il ne restAt rien de la
ville, d'autant plus que les indigenes dtaient en proie
a des luttes intestines. Les Madjois, h ce qu'on
raconte, arriverent en cet endroit une (premiere) fois,
et comme les BerbBres se r6unissaient pour les com-
battre, ils leur tinrent ce language: ( Nous ne sommes
pas venus avec des intentions belliqueuses; mais
nous avons dans votre pays des biens et des tresors
qui nous appartiennent. Ecartez-vous done jusqu'A
ce que nous les ayons ddterrds, et nous les partage-
rons avec vous. Les Berberes souscrivirent a cette
proposition et s'dloign6rent de l'endroit ddsignd. Les
Madjofis y operbrent des fouilles, [P. 26] ouvrirent
des silos remplis de millet et se mirent B l'en tirer.
Les BerbBres, qui voyaient de loin la couleur jaune
de ce grain, crurent que c'6tait de 'or vierge et,
malgr6 l'engagement qu'ils avaient pris, s'empres-
serent d'accourir. Les MadjoAs s'enfuirent vers leurs
navires, et les indigenes, en ne trouvant que du millet,





- 52 -


furent saisis de regret et pri6rent les strangers de
revenir continue leurs recherches : a Non, rdpon-
dirent ceux-ci, car nous avons vu votre manque de
foi, et jamais plus nous n'aurons rien de commun
avec vous ,. Dieu sait mieux la v6rit 1).
TOCHOUMMES~) est une grande et ancienne ville qui
renferme des antiquities; elle a dens sa d6pendance
un vaste canton, et abonde en products de la terre,
en cerdales et en bestiaux. + Cette region resemble
a 1'Espagne. Non loin de l1 se trouve un grand lac
appele EMSNA3, qui pendant sept ans regoit l'eau de
la mer puis la lui renvoie pendant sept autres annees.
Quand I'eau de la mer se retire, on voit surgir des
ties entire lesquelles il y a des dtangs ot l'on peche
des poissons de toute esp6ce. Entre le lac et la mer
il y a une mosque qui est un but de pelerinage; les
alentours sont habits par des anachoretes et des
hommes de bien don't le renom est grand dens ces
regions +.
SELA, (Sald), qui est appel6e en langue etrangere
(adjemi) Chella, est une ville ancienne oiu l'on trouve
des antiquities et bien connue. Situde sur le bord de
la riviere, + elle touche aux constructions levees
par le khalife et imam le Prince des croyants et par
ses glorieux anc6tres. Les 'Acharites (descendants
des dix principaux disciples du Mahdi), qui 6taient
maitres du pays, eux et leurs parents, avaient 6difie
sur la rive oriental une ville appelde aujourd'hui Sela,

(1) Sur cette attaque des Normands, voir notamment le memoire de
Dozy (Recherches, t. ii, p. 252, 3e ed.). Cf. Bekri, 25M; Baydn, I, 240.
(2) Le Tochoummes ou Tussi Mussi de Bekri, p. 259; il en sera encore
question plus bas; le Merdcid fixe 1'orthographe de ce nom.
(3) Je n'ai pas retrouv4 cc nom ailleurs.





- 53 -


oit leurs demeures dtaient installdes dans le quarter
de la mosque principal. De celle-ci il ne subsiste
plus que le minaret, et le toit tout entier a disparu;
mais en 574 (18 juin 1178) les Maghrdbins (sL-,Ji)
s'occup6rent de le reconstruire. Le feu khalife Abof
Ya'kofib donna l'ordre d'elever une grande ville tou-
chant A la Kagba qu'avait fait construire I'imam
Prince des croyants, fort renfermant des palais, une
mosque principal et, vis-a-vis de celle-ci, des reser-
voirs of I'eau dtait amenee d'une distance [P. 27]
d'environ vingt miles. La ville nouvelle renferme un
vaste march covert, des bains, des h6telleries, de
nombreuses maisons, des eaux courantes, des canaux
et autres installations utiles destinies au passage des
troupes (Usl) par cette ville, puisqu'elle est place
dans un lieu qu'elles doivent traverser pour se diriger
vers Merrakech, capital de l'empire. Pour franchir
la riviere il y a un pont form de vingt-trois bateaux
sur lesquels sont placees des traverses en bois; par
dessus celles-ci sont fixes transversalement des
planches et un pavage solid que le sabot du cheval
ne peut entamer. C'est par lb que passent les troupes
aussi bien que les voyageurs. Aux alentours on p6che
diverse sortes de poissons, I'alose entire autres. A
maree haute le pont s'eleve, et les barques peuvent
passer sur la chauss6e recouverte par l'eau; mais les
gros bateaux doivent jeter l'ancre plus bas. L'entrde
et la sortie de la rivirre pr6sentent beaucoup de ris-
ques h cause des difficulties du chenal, et c'est ce que
savent bien les marines expdriment6s. Le port qui lui
fait vis-a-vis sur la c6te d'Espagne est celui du Wddi
Chelb (Silves), distant d'un jour et d'une nuit de
navigation. Dieu est plus savant.






- 54 -


Notre glorieux Prince a honored et glorified cette
ville par les belles constructions et le remarquable
minaret qu'il y a elevds, et a l'dpoque du passage des
camps L elle constitute veritablement un lieu de
plaisance des plus merveilleux du monde, surtout
pendant les ann6es fertiles et aux saisons tempdr6es.
Qu'on songe a un littoral qui, sur une longueur de
deux miles et une larger d'un mille environ, est
couvert de monde, tandis que sur la riviere les em-
barcations emmenent les passagers, que le minaret
s'dleve vers le ciel, que les arbres fruitiers talent
leurs richesses, que l'olive se noue, que la vigne
bourgeonne, que les pavilions d'audience des seyyids,
que Dieu protege! dclatent aux regards, tandis que
d'autre part la kibla de la grande mosquee et la ma-
jeure parties du minaret du chateau princier sont
visible de toute la ville! A ces moments-lb le spec-
tacle d6passe celui qu'offrent les palais de Migr et ce
qu'on raconte du Tigre et de l'Euphrate. Mais nous
sommes voues a la disparition et b la mort! Comme
le poete l'a si bien dit :
[Modjtatth] Les humans sur le lac des temps ressemblent
i des bulles d'eau : I'une se forme, 1'autre s'6teint.

[P. 28] J'ai fini de d6crire les villes du littoral
et aussi, par n6cessit6, celles qui, Kayrawan par
example, n'en sont 6loignees que de deux tapes ou
d'une distance moindre. II y a des gens qui regardent
Tanger comme 6tant la dernirre(1) ville du littoral et
qui sont d'opinion que l'Ocdan ne commence que lb
oh se trouve le-cap Spartel. Mais moi je dis qu'il ne


(1) Au lieu de % I de B, j'ai lu &l avec A et C.








- 55 -


commence qu'au cap...(1), pal delh lequel est le pays
de Noul. Le cap nomm6 Tarf er-rihAna(2 fait face au
[cap Spartel], de sorte que si deux bAtiments partaient
de chacun d'eux avec un vent favorable, I'un et 1'autre
arriveraient directement i destination.
Parlons maintenant des villes du Sahara et de
celles qui en sont 6loigndes d'une journde de march
ou davantage, depuis Alexandrie jusqu' l1'extremit6
du Maghreb +.
EL-MONA, qui est contigu a Alexandrie dans la
direction du Sahara, se compose de trois villes aban-
donnees, mais don't les constructions sont encore
debout. II s'y trouve trois magnitiques chateaux dans
un desert sablonneux oi les Arabes nomades atta-
quent les caravanes; 1'un d'eux est habit par des
moines.
Par delh il y a une eglise(3) d'une construction
remarquable renfermant des figures et des sculptures
tris curieuses; des lampes allumees y brulent nuit
et jour sans qu'on les laisse jamais eteindre. [P. 29]

(1) B et C, J -0 -i-.i j,- ; ce dernier mot, que
nous rctrouverons encore plus loin, est omis par A. II ne peut 6tre ques-
tion du cap Agadir, par delay lequel se trouve le pays de Nofl et qui est
bien trop dloigne; ce nom de Nofl, orthographid Nedil par C, me parait
done une faute ou une erreur. Peut-Otre faut-il chercher IA un T'arf cl-
ghadtr, que d'ailleurs je ne connais pas : Bekri en effet emploie A plu-
sieurs reprises ghadir pour designer v I'extrdmitd de la Mdditerrande qui
touche au d6troit de Gibraltar >.
(2) B porte t-.? 11 t-I 1 t-Lj avec la note ( je crois qu'il
faut lire !Ls- ,. Dans A 2-.4 L L .. et dans C, L.- X t,
ce qui prouve que l'editeur a commis une faute de lecture Je conserve
done la legon ( T'arf er-rih'ana ), qui parait designer la pointe au sud
d'Arzilla, car la carte Renou appelle le territoire avoisinant Fhas er-rehan.
Vis-A-vis Spartel, mais sur la c6te d'Espagne, se trouve Trafalgar, t'arf
el-aghar, ainsi que le dit Bekri (p. 258; Abulfeda, trad. fr., 11, 269;.
(3j Celle d'Aboei Mina (Bekri, p. 5).








- 56 -


On y voit les images des prophites, ainsi que cell
de Marie place sur une colonne de marbre. A 1'extd-
rieur, des figures reprdsentent tous les animaux, les
gens de mdtier et les marchands, et entire autres un
marchand d'esclaves tenant a la main une bourse
don't le fond est perc6, pour montrer que ce genre de
commerce n'enrichit pas. Au milieu de l'dglise il y a
une couple oi huit figures reprdsentent, pretend-on,
des anges. Dans une autre parties de l'eglise il y a une
mosque don't le mihrdb est oriented dans la direction
de la Mekke et oui prient les musulmans.
Non loin de lb se trouve une ville que les Roim
ont ruinde et renfermant des chateaux appelds KogouR
ABOU MA'ADD('); ils sont habits par une vingtaine
de families originaires des Koreych, qui ont pour
clients(2) de nombreuses tribus, tant d'Arabes noma-
des des Benoit Modlidj et autres que de Berbbres. On
raconte que chez eux il arrive frdquemment qu'un
nouveau-nd se transform en demon ou en ogresse
et que, s'il vit, il se jette sur les hommes jusqu'A ce
qu'on lui mette les menottes et qu'on l'enchatne. +
C'est de lh que vient l'expression injurieuse de mebdoel
transformed ) don't se servent les habitants de ces
regions et d'Ifrikiyya +. Des gens stirs affirment la
chose pour l'avoir vuoic3. Dieu sait la veritd.
BARKA est une grande et trbs ancienne ville ou il
y a beaucoup d'antiquitds. Elle est situde dans un

(1) Bekri lit au singulier, Kagr Abouf Ma'add (p. 9).
(2) A et C, a... Koreych, autour de qui se trouvent do nombreuses...
(3) Le ms A, oi ces derniers mots forment le commencement de la
premiere ligne du f. 66 vo, continue sans interruption par un passage
concernant la ville de Fez et correspondent A la p. 71, 1. 3 de I'imprimd.
Ce qui concern Barka se retrouve a l'avant-derniere line du fol. 89 vo,
et continue aux feuillets suivants.








- 57 -


desert of le sol et les constructions sont rouges, de
sorte que les v6tements des habitants et de ceux qui
s'y rendent prennent aussi cette teinte. A six miles
de lb il y a une montagne tres fertile, abondante en
fruits et en eaux courantes. Le sol de Barka est d'un
tres bon rapport; les troupeaux prosperent dans les
pAturages des environs, et la plupart des moutons
employs pour la consommation au Kaire et b Alexan-
drie sont tir6s de Barka, A cause qu'ils ont bon goit
et sont grands et bien en chair.
Le nom grec de Barka est Pentapolis, ce qui veut
dire cinq villes. + On raconte que dans les ruins et
les antiquities existent h Barka il y a une maison
creusee dans la pierre dure et qui, garnie d'une porte
6galement de pierre dure, [P. 30] est tout ce qu'il y
a de plus strange au monde. La poussirre ne peut
penetrer par la jointure ni du poteau ni du seuil de
la porte, laquelle ne s'ouvre que du dehors, de sorte
que celui qui est dedans ne peut sortir que quand un
autre entire, et cependant, ajoute-t-on, quand elle est
ouverte on n'y voit pas de serrure. Je ties d'un de
ceux qui ont passe par lb qu'un homme etant entr6
par curiosity vit en effet une maison creus6e dans la
roche dure et oui il y avait quantity d'ossements
humans. Cela lui donna peur et il voulut se retire;
mais il trouva la porte fermde et tenta en vain de
l'ouvrir. I1 se voyait voud h une mort certain quand
un de ses compagnons, qui s'6tait mis h sa recherche,
arrival b cet endroit et l'entendit crier du dedans qu'on
ouvrit la porte, ce qu'il fit, de sorte que l'autre put
sortir. II y a dans ces ruines nombre de choses mer-
veilleuses pour celui qui veut les examiner. Dieu est
plus savant +.








- 58 -


ADJDABIYA, grande ville situ6e dans un desert don't
le sol est de roche dure, a de bonne eau et un bon
climate. Ii s'y trouve une source d'eau douce creusee
dans le roc'". Elle a des jardins et un petit(2) nombre
de palmiers. Elle renferme une mosque principal
d'une belle architecture, qui eut pour fondateur le
Chiite(3) et don't le minaret octogone est d'une facture
admirable; il y a aussi des bains, de nombreuses
h6telleries et des marches tres frequentds. Les habi-
tants, qui vivent dans 1'aisance, sont pour la plupart
Coptesc(4; mais il y a aussi quelques LawBta de race
pure. Les constructions n'ont pas des toits en bois,
mais des couples en briques crues, h raison des
vents qui y soufflent tres frequemment.
+ On trouve ensuite des tribus de Berberes et
d'Arabes nomades jusqu'au + Djebel Nefoasac5), qui
s'dtend de l'est h 1'ouest sur une longueur de six
journees de march; de lb B Kayrawan, on compete
encore six journees. On y rencontre beaucoup de
villes. + Sur beaucoup de points de cette montagne
on trouve des ruines anciennes remarquables et de
nature b beaucoup interesser celui qui les regarded +.
'Amr ben el-'AMi arriva jusqu'au Djebel Nefofsa, don't
les habitants talentt chrteiens, et le conquit; il en
repartit [P. 31] sur I'ordre ,crit qu'il rebut d"Omar
hen el-Khat't'Ab. Au milieu de cette montagne est une

(1) A et C ajoutent: ( ainsi que le sont aussi les puits ,. Voir sur cette
ville Bekri, p. 14; Edrisi, p. 157.
(2) C,-( un grand nombre 5.
(3) Ou, d'apr6s Bekri (p. 15', Abod'l-K'Asim el-KA'im, le second khalife
fatimide.
(4) Nos textes portent Nabathuens, comme trois des mss de Bekri.
(5) Sur le Djebel Nefoasa, voir Bekri, p. 25; Edrisi, p. 73 et 123.






- 59 -


grande ville, DJADDOU, qui est la capital du Djebel
Nefotsa; les marches en sont tres frdquentds et la
majeure parties de la population est juive.
CHEROUS est une ville ancienne, grande et impor-
tante, oui il y a des antiquitds(1). Ce sont les Khawa-
ridj(2) qui y habitent et I'on n'y trouve pas de mosque
principal, non plus que dans les hourgades d'alen-
tour qui en dependent, et qui sont au nombre de plus
de trois cents : en effet, cette secte ne croit pas
devoir faire la priere en community Dans cette mon-
tagne il y a de nombreuses peuplades qui suivent des
rites divers, mais la plupart sont Khaw~ridj41'+. Ils
n'ont pas non plus d'dmir don't ils reconnaissent l'au-
torite; ils n'ont que des cheykhs et des savants0)
verses dans la connaissance de leurs croyances res-
pectives et h qui ils obeissent. Ces croyances meritent
d'ailleurs un bien grand m6pris. Ainsi je tiens d'un
homme stir le recit que voici : ( Un homme, que
j'ai vu, dtant entree dans leur pays vit un individu
qui, voulant proceder aux ablutions purificatrices,
s'installa a un endroit of il y avait de l'eau, enleva
ses v6tements et se mit b faire les gestes que ndces-
siteraient l'ablution et la lustration, en feignant de se
verser de l'eau sur la t6te et sur le corps. L'dtranger
l'ayant interpelle sur ce qu'il faisait et n'ayant pas

(1) Sur Cherofis (dcrit Serofs dans nos textes), cf. Bekri, p. 25; Edrisi,
p. 123. Dimichki mentionne aussi cette locality, p. 238 et 239.
(2) A et C, a des Ibadites ), y-t lt6
(3) Dans Bekri (p. 26) : ( Ces gens n'ont jamais pu s'accordcr sur le
choix d'un imaim capable de presider a la priere publiquc a.
(4) A et C, a ibAdites s.
(5) s-ljh se trouve dans A et C.






- 60-


obtenu de r6ponse avant que l'autre eft fini, se saisit
de lui et le fit comparaitre par devant le juge de la
locality : J'ai, dit-il, vu cet homme faire tell et tell
chose ,. Et come le juge, apres lui avoir demand
d'of il dtait, apprit qu'il dtait du Maghreb : ( J'en
atteste Dieu, s'dcria-t-il, si tu n'etais stranger, je te
chatierais! Qu'est-ce qui t'a appris que cet homme
n'avait pas quelque excuse (pour agir ainsi)? Dieu
n'a-t-il pas dit: Alldh veut votre aise, il ne veut pas votre
gene (Koran, i, 181) ). .Encore est-ce la ce qu'il y a
de mieux dans leurs croyances, car il en est parmi
eux qui ne croient pas devoir employer du tout I'eau
pour leurs ablutions : quand ce devoir leur income,
ils s'oignent de poussiore et precedent a l'ablution
pulvdrale au lieu de satisfaire a la prescription cano-
nique. II y a dans les regions de 1'Ifrikiyya beaucoup
de gens qui pensent ainsi. Au Djebel Nefofsa, la
religion autorise la prostitution des esclaves; on n'y
trouve pas un homme riche qui n'ait plusieurs filles(l)
qu'il revet de beaux habits et crne de bijoux pour les
offrir sur les routes frdquent6es; il y a a cet effet des
maisons a ce destinies, ce qui est un fait bien connu
et n'est pas regard comme rdpr6hensible +.
Du Djebel Nefofsa h Ghadames il y a sept jours
de march [P. 32] dans le desert (2, + pendant trois
desquels ou meme davantage on trouve de l'eau.
GHADAMES + est un vaste territoire et forme un
canton 6tendu + of il y a beaucoup de palmiers et
d'eau. Les habitants sont des Berbrres musulmans
+ qui se voilent le visage selon l'usage suivi par

(1) Dans A et C tj- avec le pronom au masculin pluriel.
(2) Bekri, p. 396.







- 61 -


les Lamtoina, les Mesoffa et autres Berberes du
Sahara +.
Ghadames est une petite et ancienne ville + qui a
donn6 son nom au cuir nomm6 GhadAmesi +. On y
trouve des souterrains et des cavernes qui servaient
de prisons a la KAhina, 1'ancienne reine d'Ifrikiyya.
+ Ces cavernes ont Wtd edifides par les anciens de la
maniere la plus surprenante, et les vofites A arcades
qu'on y rencontre dans le sous-sol ont de quoi sur-
prendre le spectateur, en m6me temps qu'elles s'an-
noncent comme les traces de princes disparus et de
peuples 6teints et montrent que cette region n'6tait
pas, comme maintenant, un desert, mais un territoire
fertile et florissant +. Les habitants se nourissent
principalement de dates et de truffes. Ces dernieres
y atteignent un d6veloppement tel que les lapins et
les gerboises s'y creusent des terriers. De Ghadames
on pdnetre dans le pays de TADMEKKA et autres
regions du Soudan. Dieu est plus savant.
ZAWILA est une grande et tres ancienne ville situee
dans le Sahara, non loin du pays des Kanemi1',
n6gres qui ont embrasse l'islamisme apres l'an cinq
cent de l'h6gire (c'est-h-dire posterieurement h 1107).
Cette ville sert de rendez-vous aux caravanes, et 1'on
y rassemble les esclaves de toutes provenances pour
ensuite les exporter en Ifrikiyya et ailleurs. Apres
avoir conquis Barka et le Djebel Nefoisa, 'Amr ben
el-'Aci envoya en expedition 'Okba ben Nafi', qui
parvint jusqu'A Zawila et s'en rendit maltre, de sorte
que tout le territoire compris entire Barka et Zawila

(1) Zawila est a quatorze journdes d'AjdAbiyya et a quarante du pays
des Kanem (Bekri, p. 28 et 29).







- 62 -


pass entire les mains des musulmans. Le pays de
Zawila a beaucoup de palmiers et produit des fruits
en quantity.
Dans le voisinage se trouve DJAWAN(l), grand cha-
teau situd au bord du desert, sur le sommet d'une
montagne, et qui resemble a une ville. 'Okba y arrival
apres quinze jours de march, dressa son camp et
entreprit un siege qui dura environ un mois, mais
sans r6sultat. Alors il poussa devant lui et attaqua
les chAteaux des Kouwar, don't il s'empara. [P. 33]
II se rendit maitre du roi et lui coup un doigt :
( Pourquoi, dit ce prince, me trailer ainsi? Afin,
repondit 'Okba, qu'en regardant ta main tu ne songes
plus b combattre les Arabes. I1 leur impose un
tribute de trois cent soixante t6tes et leur demand
s'il y avait encore des habitants au-delJ de leur pays;
sur leur rdponse qu'ils n'en connaissaient point, il
reprit la route du chateau de DjAwAn, mais ne fit pas
de nouvelles tentatives pour s'en emparer. Sans s'y
arreter il continue de marcher pendant trois jours,
de sorte que les habitants de cette place se crurent
en stretd et oublibrent leurs soucis. 'Okba fit halte au
lieu connu aujourd'hui sous le nom de MA EL-FARAS.
Or comme ses soldats n'avaient plus d'eau et dtaient
pres de mourir de soif,'Okba avec les autres Compa-
gnons firent une priere de deux rek'a et invoqu6rent
le Dieu Tout-Puissant. Le cheval d"Okba se mit a
gratter le sol avec ses pieds de devant pour chercher
un point d'eau et mit a decouvert un rocher d'oA
sourdait le liquid. Alors le general, appelant ses
gens, leur fit creuser le sol, et I'on mit au jour une

(2) Nos textes 6crivent Wddjdn; cf. Bekri, 36; Edrisi, 45.







- 63 -


source d'eau limpide; de la ce nom de MA'l-faras.
+ 'Okba etait surnommn l'exaucd parce qu'il ne de-
mandait guere au ciel de lui accorder quelque chose
sans 6tre entendu +. Alors il retourna vers DjAwAn
par une route autre que celle qu'il venait de suivre, et
surprit les habitants pendant la nuit tandis que, ne
se doutant de rien, ils se croyaient en s6curitd. Les
femmes, les enfants et les biens tomberent a la dis-
cr6tion du vainqueur, et les guerriers furent mis h
mort. II retourna ensuite & Zawila, et de Zawila a
GhadAmes apres cinq mois d'absence. De l& il se diri-
gea vers le Maghreb en dvitant le chemin battu, p6ndtra
dans le territoire des MEZATA, grande tribu berbere,
et s'empara de leurs chateaux. Apres quoi il march
sur Gafoa, qu'il conquit, de m6me que le pays de
Kast'iliya, et regagna KayrawAn. + II se rendit en-
suite dans le Maghreb, oh il s'avanca jusqu'au fond
du pays de Sous; il en revint et perit en martyr B
Tehoida, dans le pays de ZAb +.
+ Les OASIS, qui forment un vaste territoire com-
pris dans le Sahara entire 1'Ifrikiyya et 1'Egypte,
constitueraient, si le manque d'eau n'y faisait obstacle,
la route la plus court entire ces deux pays. [P. 34]
On p6netre dans cette region par Awdjela, Zelhac',
etc., qui sont dans le Sahara de Tripoli.
Les oasis, qui out beaucoup de palmiers et produi-
sent beaucoup de dates, renferment de nombreuses
villes, tant avec que sans murailles, don't chacune a
un nom joint au mot oasis (wdh) : ainsi il y a ARICH

(1) A C5--; B C.-,; C .-.J-5-bj; Bekri _,5-j (p. 31);
Edrisi -Jj) (p. 49); < cette ville est situde au N. E. de Temissa, et
porte sur nos cartes le nom de Zella (de Slane).







- 64 -


EL-WAH(1); TENNIS EL-WAH(2), EL-WAH EL-KHARIDJ
(l'oasis exterieure), 1'OASIS DE FABR(3), et toutes ont
des noms de ce genre +. Elles sont habitues par des
musulmans et forment le point extreme des pays
ofi l'on professe l'islAm. Six tapes les sdparent de la
la Nubie. Dans quelques-unes de ces villesc(4 il y a
des tribus de Lawata, mais les habitants ne sont
guere que des Coptes(5).
On pretend que dans la portion la plus reculde des
Oasis se trouve le pays nommd OASIS DE CABR, Oil
ne parvient que tr6s rarement quelque voyageur 6gar6
dans le Sahara; que c'est une vaste region ou abon-
dent tous les products, palmiers, c6drales, fruits de
toutes sortes et mines d'or; que la fertility y est plus
grande que nulle part ailleurs. Un voyageur qui y
parvint, dit-on, y trouva en abondance tous les biens
de la vie; quand les indigenes voulurent le faire partir,
ils lui montrerent la direction de son pays et alors,
emportd par le ddsir de le revoir, il s'en alla comme
il put sans faire de plus long sdjour. Un Arabe des
Benot. K'orra, arrive par hasard dans ce pays, y
demeura quelque temps, puis retourna chez lui et y
raconta combien l'abondance y etait grande et les
habitants opulents; ceux-ci, sans armes ni moyens
de defense, ne savent pas combattre, car ils ne con-
naissent pas l'art de la guerre. Ces renseignements

(1) B Z!y Ly.-; C C7.I .) L 1; manque dans A.
(2) Je ne trouve pas ailleurs ce nom de Tennis ou Tenis.
(3) gobrof dans Bekri (p. 40), Chabroi. dans Edrisi (p. 48).
(4) B et C V ; AjA.'
(5) Voir supra, p. 58, n. 4.






- 65 -


allumerent les desirs(l) de Mokreb ben Mad'i, emir
des BenoI Korra, qui resolut de se rendre chez eux.
II se pourvut d'une grande quantity de vivres et d'eau
et s'engagea dans le desert a la recherche de l'oasis
de Cabr, sous la direction de 1'homme qui y dtait
parvenu. II atteignit I'Oasis exterieure et s'enquit de
1'Oasis de Qabr, mais tout le monde lui r6pondit
ignorer le chemin qui y conduisait, qu'il arrivait tres
rarement qu'un voyageur egard dans le desert par-
venait jusque 18, et que d'ailleurs les renseignements
qu'il avait regus etaient exacts et m6me au-dessous
de la v6rit6. II quitta done 1'Oasis extdrieure pour
poursuivre ses recherches et erra quelque temps dans
le desert sans pouvoir la trouver. En presence de
cette impossibility [P. 35] et craignant d'autre part
d'6puiser ses provisions, il retourna sur ses pas.
Or une nuit qu'il campait sur une colline dans une
region agreable(2 de ce desert, un de ses compagnons
dcdouvrit dans les environs une demeure de cons-
truction ancienne don't on reconnut apres examen que
les matdriaux etaient des briques de cuivre rouge.
Poursuivant les recherches, on trouva encore les
foundations d'un mur antique fait aussi de briques de
cuivre rouge. Apres avoir charge de ces briques
toutes les b6tes de some don't on disposait, ils se
remirent en march et arriverent B I'Oasis extdrieure,
oh ils vendirent tout ce cuivre pour des sommes
considerable. Ils voulurent ensuite retourner A la
colline oh ils avaient fait cette trouvaille, mais ils ne
purent en retrouver le chemin; s'ils y avaient reussi,

(1) Je lis blb avec A et C. Ce recit differe un peu de celui de Bekri.
(2) Je lis 1 3 avec A et C.






- 66 -


ils auraient faith l] un butin qui se serait renouvele
inddfiniment.
Un home de 1'Oasis exterieure alla trouver, dit-
on, Mokreb ben Mad'i(') pour lui raconter que,
s'6tant rendu & sa palmeraie, il s'dtait apergu que
presque toutes ses dattes etaient mangoes et que le
sol portait les traces d'un pied d'homme tellement
grand qu'il ne pouvait appartenir i quelqu'un de
notre race. Alors il se mit avec ses gens a faire le
guet pendant plusieurs nuits, et ils virent enfin arriver
un etre d6passant par sa taille tout ce qu'ils avaient
vu jusqu'alors et qui se mit b manger les dattes; mais
h peine s',taient-ils apercus de sa presence qu'il
disparut a leurs yeux sans qu'ils en pussent savoir
davantage. Mokreb se rendit avec eux sur les lieux
et vit en effet des traces qu'il jugea devoir appartenir
b un Wtre de tres haute taille. II leur fit creuser une
fosse a l'endroit par oui etait entree ce visiteur, la fit
recouvrir d'herbes, et par ses ordres on se tint en
observation pendant plusieurs nuits cons6cutives. On
vit ce g6ant arriver une nuit comme d'habitude, puis
tomber dans la fosse, et tout le monde se precipitant
de ce c6t6, on put, grace a la sup6rioritd du nombre,
se rendre maitre de lui. C'Utait une femme noire
extraordinairement grande et grosse don't on ne
comprenait pas un mot du language qu'elle employait.
Mokreb ben MAd'i, qui la vit, en resta stupefait. Ce
fut en vain qu'on lui adressa la parole dans les
diverse langues du Soudan qui dtaient connues dans


(1) Ce chef des Benox Korra parait bien etre, come le dit M. de Slane
(Bekri, p. 41), celui dent il est parld A plusieurs reprises sous le nom de
Mid'i ben Mokreb dans 'H. des Bcrbres.





- 67 -


ce pays : elle ne r6pondit a aucune d'entre elles, et
elle-meme parlait une langue inintelligible. Ils la gar-
d&rent pendant quelques jours avant d'avoir pris une
decision A son ,gard; puis Mokreb leur dit que son
avis 6tait de la reltcher, tandis qu'eux-m6mes, months
sur leur chevaux de race les plus rapides et leurs
meilleurs dromadairesc(, suivraient ses traces [P. 36]
pour savoir d'ot elle venait et ce qu'elle 6tait. Mais
sit6t qu'elle fut reldchde elle fila comme le vent, lais-
sant chevaux et dromadaires bien loin derriere elle,
et I'on ne put rien savoir sur son compete) .
On rapporte qu'entre le pays des Oasis et le Djerid
d'Ifrikiyya il y a une vaste etendue de sables ot se
trouvent des lieux qu'on appelle LES ILES (el-djezd'ir),
oh il y a quantity de palmiers et de sources, mais
aucune trace de culture ni de la presence de l'homme.
On y entend toujours, ajoute-t-on, le sifflement des
mauvais g6nies, mais il n'y a pas de doute que ces
lieux n'aient etd autrefois habits. Les dattes s'y
amoncellent au pied des arbres sans que personnel
autre que les oiseaux et les betes sauvages y touche.
Ce n'est que pendant les anndes de disette que, pous-
ses par la ncessite, des hommes s'y rendent pour
les ramasser.
+ Le rdviseur dit: Il est bien connu chez nous que
la tribu des Benoi Soleym, qui vivent dissimindsdans
le Sahara de Tripoli, vont recueillir les dattes dans
ces lieux pour s'en nourrir, et que c'est lI qu'ils se
refugient et se mettent B l'abri quand on les tracasse.


(1) Ate dernire phrase ne manue que dans B.
(2) Cette derni~re phrase ne manque que dans B.







- 68 -


C'est une chose que j'avais ouY dire avant d'en avoir
eu connaissance & Mona(1.
Le DJERID d'Ifrikiyya, qui est ainsi appeld b cause
des nombreux palmiers qu'on y trouve, renferme de
nombreuses villes, de vastes cantons, des champs
cultiv6s sans solution de continuity, riches en patu-
rages, en dates, en oliviers, en fruits et en vivres de
toutes sortes(2). Situ6 i l'extremit6 de 1'Ifrikiyya du
c6td du Sahara, il a des eaux courantes, des rivieres
et de nombreuses sources. La premiere locality qu'on
y rencontre du c6te du Sahel est GABES, don't nous
avons parl6 parmi les localities du littoral.
HAMMAT DES MAT'MAT'A(3) est une ville ancienne et
entourde de murailles oti le khalife Aboi.Yofsof, sur
qui Dieu prolonge sa protection! forca b se rdfugier
le miserable Mayorquin, don't il andantit la puissance.
Les Berberes qui 1'habitent sont appel6ds( Mat'mat'a.
[P. 37] Elle produit beaucoup de dates, d'olives et
de fruits. On trouve dans la ville meme une source
considerable et don't I'eau, qui est tres chaude, se
refroidit aussit6t qu'elle est a l'air; elle sert a l'alimen-
tation et a l'arrosage des bosquets et des r6coltes +.
GAFQA, grande et tr6s ancienne ville, avait une
muraille solide en pierres de taille et parfaitement
construite, si bien qu'a la regarder il semblait qu'on


(1) Kremer A^---.; A -- c; C .-5-
(2) Le Djerld ou pays des dattes commence h BAghAya, d'apres Edrisi,
p. 121.
(3) Bekri se borne a citer le nom d'El-IIamma (p. 116), cf. Edrisi, p. 122;
MerrAkechi, p 236 de la trad. fr. 11 faut distinguer la Hamma des Mat-
mata de cello des BenoL Behlofl 'Tidjani, J. As., 1852, Ir, 185; Voyages
dans le sud de l'Algdrie, p. 275).
(4) Legon de A et C.









- 69 -


venait de la terminer. On pretend qu'elle fut dlevde
par ChebAnt1), page de Nemrod ben Kan'An le tyran,
et que son nom 6tait grav- + sur l'une des portes,
lesquelles 6taient au nombre de quatre. L'esprit des
habitants resta toujours agitl et leurs dispositions
toujours incertaines depuis leur soi-disant adoption
des doctrines des Almohades en 555 (11 janv. 1160)(2);
puis ils se revolterent contre les Almohades, firent
couler leur sang et choisiient come chef I'un des
leurs nommd 'Ali ben er-Rend(3, lequel resta h leur
tSte jusqu'en 576 (27 mai 1180). Cet homme en fut
alors chass6 par le khalife Aboi. Ya'koilb, fils de
1'im6m, khalife et Prince des croyants, et nomm6
gouverneur de Sale, oh il mourut. Les habitants se
tinient alors tranquilles jusqu'en 581 (3 avril 1185),
of, ce miserable sdducteur de Mayorquin 6tant venu
h passer de ce c6te, ils lui ouvrirent leurs portes et
le proclamerent leur chef. II y mit une garnison com-
posec de Ghozz de ses partisans, qu'assiegea Abo.
Yoisof. Ces Turcs, desireux de s'affranchir, deman-
derent i devenir les mamlouks du prince Almohade
et livrerent leurs autres compagnons, de sorte que
le khalife leur pardonna et les affranchittl); quant aux


(I) Bokri 6crit Chentiydn; A et C, Cheybdn.
(2) B, ( jusIlu'en 555 a ce qui est en contradiction avec ce que nous
savons par ailleurs. Je n'ai done pas accept cet I qui du rest manque
dans A et C.
(3) B, ben ez-Zobeyr; A et C ont la bonne locon. II s'agit d"Ali ben
el-Mo'izz ben er-Reld, ainsi qu'on le voit ailleurs : cf. Merrdkechi, trad.
fr., p. 218; Hist. des BerbUres. 3'1 et 203; Zerkechi, trad. fr, p 16,
oiu les faits ne sont pas exposds de la mYme mnanire.
(4) Voir les rdcits de Zerkechi, p. 19; de MerrAkcchi, p. 237; d'Ibn
KhaldoAn, Hist. des Berberes, u, 214.







- 70 -


habitants de Gafoa, il les laissa- dans leur villec(),
mais il envoya h la mort les rebelles Mayorquins, 6
cause de leurs ddsordres et de leurs actes d'hostilit6;
ainsi qu'on l'a dit :
[Redjez] Ces vils Almoravides, les voilA' qui, dans la
peine, sont pris du d6sir de revenir A notre prince!
L'hypocrisie, les voltefaces, les hesitations, l'inso-
lence et la duplicity des habitants de cette ville dtant
bien 6tablies, I'imAm et Prince des croyants jugea que,
pour refr6ner leur mechancetd et mettre un terme
I leurs ruses, il n'y avait d'autre moyen que de
demanteler Gafga et de la river de ses fortifications.
II en donna aussit6t l'ordre, [P. 38] et en un clin
d'ceil il n'en rest plus que le souvenirs2t. C'est lb un
des signes qui montrent clairement la grandeur de
ce puissant prince a ceux qui veulent s'enqu6rir des
choses et les bien examiner 3).

(1) Je suis A et C: )-J b---" .-- ^ ? J" jjI.c t ,



(2) Voici le texte de A, ainsi que les variants de C : .- -)-

AI ALLIt T 'i^ J). )LA 1 ?a=J Tls
_ ,JuD (c,i s A ) \dair (c, ) (c, -

ce qui semble vouloir dire : ( alors 1'armde, se mettant h l'ceuvre depuis
le midi d'un jour jusqu'au surlcndemain A "ar, rasa les murailles
jusqu'au sol; ii n'en resta plus que les foundations ainsi qu'un bastion
proche de celui d'lbn RawAh' pour attester I'anciennctd et importance
de cette enceinte ) On lit ailleurs : ( El-Man.ofir ordonna ensuite que
les murailles de Gafta fussent ddmolies. Au bout de deux jours, les troupes
avaient exdcutd cet ordre, et il ne restait plus debout une seule pierre des
remparts de la ville ) (Tidjani, J. Asiat., 1852, 1I, 189; je ne puis me
reporter au texte de cet auteur, que je n'ai pas A ma disposition).
(3) Je rdtablis le texte ainsi a.. 1 L- 4 .-3 .~' .-IJ
^-.'^^




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs