• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Composition du Bureau pour...
 Membres Honoraires et Membres...
 Membres Correspondants
 Sociétés Correspondantes
 Vicaires et comtes d'Afrique (de...
 La Basilique de Damous El-Karita...
 Notes Archéologiques sur Hamman-Meskoutine...
 Notes sur une inscription bilingue...
 Tombeaux creusés dans le roc a...
 Notes sur les Nécropoles phéniciennes...
 Inscriptions diverses de la Numidie...
 Inscriptions de Mila, par M. Ch....
 Notes sur une Monnaie numide inédite,...
 Nécrologie: I. Paul Marchand
 Nécrologie: II. Louis Sergent
 Table of Contents
 Planches
 Back Cover






Group Title: Recueil des notices et memoires de la Societe archeologique du departement de Constantine ...
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072668/00002
 Material Information
Title: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Physical Description: v. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine
Publisher: L. Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1876-1920
 Subjects
Subject: Antiquities -- Africa, North   ( lcsh )
History -- Africa, North   ( lcsh )
Antiquities -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
History -- Constantine (Algeria : Wilåayah)   ( lcsh )
 Notes
Dates or Sequential Designation: 2. sâer., 7. vol. (1875)-2. sâer., 11. vol. (1881); 3. sâer., 1. vol. (1882)- 5 sâer., 9. vol. (1919-1920)
Dates or Sequential Designation: Ceased in 1921.
Numbering Peculiarities: Vols. for 1875-<1895/96> called also: 17.-<52.> volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072668
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08100549
lccn - sn 85022118
 Related Items
Preceded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique, historique et gâeographique de la wilaya de Constantine

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Composition du Bureau pour 1891
        Page iii
    Membres Honoraires et Membres Titulaires
        Page iv
        Page v
        Page vi
    Membres Correspondants
        Page vii
        Page viii
        Page ix
    Sociétés Correspondantes
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Vicaires et comtes d'Afrique (de Dioclétien à l’invasion vandale), par M. Pallu de Lessert
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    La Basilique de Damous El-Karita à Carthage, par le P. A.-L. Delattre
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
    Notes Archéologiques sur Hamman-Meskoutine et ses environs, par MM. J. Marty et L. Rouyer
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 206a
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 210a
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 214a
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 222a
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 228a
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 232a
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 242a
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
    Notes sur une inscription bilingue (latin et lybique), par M. J. Toutain
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
    Tombeaux creusés dans le roc a Téressa, par M. C. Duprat
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
    Notes sur les Nécropoles phéniciennes de Salakta et de Mahdia, par M. le Lieutenant Hannezo
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 302a
        Page 303
        Page 304
    Inscriptions diverses de la Numidie et de la Mauritanie sétifienne, par M. A. Poulle
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
    Inscriptions de Mila, par M. Ch. Vars
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
    Notes sur une Monnaie numide inédite, par M. Prudhomme
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
    Nécrologie: I. Paul Marchand
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
    Nécrologie: II. Louis Sergent
        Page 461
        Page 462
    Table of Contents
        Page 463
        Page 464
    Planches
        Plate 1
        Plate 2
        Plate 3
    Back Cover
        Back Cover
Full Text







RECUEIL
DES

NOTICES ET MEMOIRES,
DE LA
S SOCIT]E ARCHiOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE

5e VOLUME DE LA TROISIME SERIE

VINGT-SIXIEME VOLUME DE LA COLLECTION

1890-1891








f-" C

SCONSTANTINE
S IMPRIMERIE ADOLPHE BRAHAM, RUE DU PALAI'S
S ALGER, PARIS
S- FAIVRE et TEILLARD
S JOURDAN, LIBRAIn-EoiTtEr Librairio africaine t colonial
Place du Gouvernoment 27 et 31, Rue Bonaparte
1892


WJ

















































i







i.





























I










r
















I










RECUEIL
DES

NOTICES ET MEMOIRES
DE LA

SOCITR ARCHEOLOGIQUE
DU
DEPARTMENT DE CONSTANTINE

5e VOLUME DE LA TROISIEME SERIE

VINGT-SIXIEME VOLUME DE LA COLLECTION

4890-1891











CONSTANTINE
IMPRIMERIE ADOLPHE BRAHAM, RUE DU PALAIS
ALGER PARIS
FAIVRE et TEILLARD
JOURDAN, LIBRAIRE.EDITEUR Librairie africaine et coiwiiale
Place du Gouvernement 27 et 31, Rue Bonaparte
1892


Lbilversit) o Florida WHII&AI







/ <062

C'~














LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIETY





PRESIDENTS HONORAIRES

MMA. O'NEILL, C Gin6ral de Division, commandant la Division.
MENGARDUQUE, *, Pr~fet du DBpartement.
CASANOVA, *, A Q, Maire de Constantine.




Composition du Bureau pour 1891


President:
/er Vice-President :
2e Vice-President :
Secrdtaire :
Trdsorier :


M. POULLE.
M. MERCER.
M. PRUDHOMME.
M. VARS.
M. CECCALDI.


Commission des Manuscrits

MM. POULLE.
MERCER.
PRUDHOMrE.
VAnS.
DOMERGUE.













MEMBRES HONORAIRES


1866 MMi. CHABOUILLET, 0 $, I Q, conservateur honoraire
du d6partement des M 6dailles et Antiques A la
Bibliothlque nalionale, vice-president du Comild
das travaux historiques, section d'arch6ologie,
rue Colbert, no 12, Paris.
1885 IIHRON DE VILLEFOSSE, 4, A V, membre del'lns-
tilut, conservateur des Antiquitls grecques et
romaines au musee du Louvre, membre titulaire
du Comit des Iravaux historiques, section d'ar-
chdologie, rue de Grenelle, 80, Paris.
1881 LE BLANT (Edmond), 0 1, I Q, membre de 1'Ins-
tilut, president du Comitl des travaux histori-
ques, section d'archMologie, rue Leroux, 7, Paris.



MEMBBES TITULAIRES


1880 MM. ABADIE (Louis), proprilaire, A Philippeville.
1890 ALEM, docteur-medecin, A Constantine.
1890 AUDE, pharmacien, A Constantine.
1886 BOESWILLWALD, C 4, inspecteur general des mo-
numents historiques, rue Hautelenille, 19, Paris.
1879 BnAHAM, ., imprimeur-libraire, A Constantine.
1876 CAnnONNEL, propril6aire, A Constantine.
1875 CECCALDI, notaire, A Constantine.
1859 CIALLAIEL (A.), libraire-6diteur, A Paris.
1877 COULANGES (DE), inspecteur du CrBdit foncier de
France, en retraite, rue Gustave Courbet, It,
Paris.-











1890 MM. DOMERGUE, geometre principal, A Constantine.
1875 DONNIER, O $, ancien colonel de la Legion 6tran-
gere.
1888 DUPRAT, A 9, receveur des Douanes, h T6bessa.
4891 FEnnAnI, employ, A Constantine.
1877 FoncloLI, deputd du d6parlement de Constantine.
1891 GLORIEUX, professeur an Lycee de Constantine.
1874 GOYT, commissaire-enqueieur, A Constantine.
1891 GSELL, professeur A 1'Ecole sup6rieure des leltres
d'Alger.
1881 GUELPA, docteur en medecine, A Sklif.
1878 HEYMANN, &, chel de balaillon au 4e d'Infanterie,
A Rennes.
1856 JOFFRE, ancien magislral, A Constantine.
4879 JULLIEN, ,' chef de balaillon au 52e d'Infanterie,
A Gap.
4874 LAUDY, attach aux archives nationals de France,
Paris.
1877 LAURICHESSE, conservateur des hypothiques, en
relraite, A Montignac.
1891 LE CLERC, chef du service des Douanes, A Cons-
tantine.
1881 LESUEUR, &, s6nateur du d6parlement de Cons-
tantine, a Paris.
1882 LETOURNEAU, sculpteur, A Paris.
1878 LUCIANI, sous-chef de bureau au Gouvernement
general, A Alger.
1878 MARTIN, architect, A Constantine.
1874 MEISTER, architect diocesain, A Oran.
1891 MEJDOUn KALAFAT, professeur d'arabe au Lyc6e de
Constantine.
1867 MERCIER (E.), 4, A Q, interprkte-traducteur as-
sermentl, A Constantine.











1880 MM. MOLLET (Charles), propridtaire, conseiller g6n6ral,
A Jemmapes.
1881 MONTAUDON, 4, chef d'escadrons au 5e Dragons, A
Compiegne.
1890 MORINAUD, publiciste, conseiller general, 5 Cons-
lantine.
1874 MOUnLAN, O A, general commandant la 360 bri-
gade d'Infanterie, A Angers.
1878 PAPIER, 4, chef du service destabacs, en retraite,
president de I'Acad6mie d'llippone, A B6ne.
1857 PAYEN, O 4, chef de bataillon en retraite, corres-
pondant du Minisltre de l'Inslruction publique;
A Batna.
1878 PLAYFAIR (Sir R. Lambert),lieutenant-colonel, consul
g6n6ral de S. M. Brilanique, A Alger.
1880 POINSSOT, A Q), avocat, rue Nicole, 7, Paris.
1879 POIVRE, avocat, A Alger.
1867 PoNT, O t, lieutenant-colonel, commandant supe-
rieur A Biskra.
1862 POULLE, 4, A 9, directeur des Domaines, en
relraite, correspondent du Ministere de l'Instruc-
tion publique, membre non r6sidant du Comilt
des travaux historiques, A Montauroux (Var).
1891 PREVOST, professeur au Lycde de Constantine.
1881 PRUriHoME, 4, A 0, capitaine en retraite, con-
servateur du MusBe de la ville, correspondent du
Ministlre de l'Instruction publique, Constantine.
4891 PRvooN, professeur au Lyc6e de Constantine.
1869 RAMBERT, 4, A Q, curB de S6tif.
1879 REBATTU, ~,proprietaire, avenue Wagram, 84,Paris.
1884 RECLUS (Onesime), geographe, A Paris.
1887 ROUET (J.), receveur des Posies et Telgraphes, A
Chaudoe (Cochinchine).
1878 SAs, directeur des Exploitations de la Compagnie
algerienne, A Alger.











1879 MM. STEPIIANOPOLI, conservateur des hypotheques, A
Orleansville.
1877 THIERY, 0 4, chef du Genie, A Nimes.
1890 VAns, professeur au Lycfe de Constantine.
1891 VILLA, avocat, a Constantine.


MEMBRES CORRESPONDENTS


1885 MM. ALLOTTE DE LA FOYE, 4, chel de balaillon du Genie,
A Grenoble.
1880 AnnoIs (Firmin d'), ancien magistrate, A Paris.
1891 ARRIPE, administrateur de la commune mixte de
Fedj-M'zala.
1875 BAUDOT, *, chef d'escadron A l'Elat-Major de la
place de Lyon.
1882 BEEDtIAM3, A Kimbolton (Angleterre).
1888 BERGER (Ph.), sous-bibliothicaire de I'lnstitut.
1889 BERNARD, architect, 23, rue Cordeliers, CompiBgne.
1890 BERNELLE, administrateur de la commune mixie de
l'Oued-Cherf.
1891 BERTRAND, conservaleur du Musee de Philippeville.
1890 BIGONNET, conseiller general, A Bordj-bou-ArrBridj.
1874 BOURGOGNE (GESLIN DE), lieutenant-colonel au 2e
Chasseurs, A Pontivy.
1880 CAGNAT, 4, docteur 6s-lettres, professeur an Col-
lge de France, Paris.
1864 CAHEN, 4, grand rabbin, A Paris.
1883 CHARRIER (L.), A Q, commis principal de Pr6fec-
lure, A Constantine.
1883 (CfHED, 0 4, chel de bataillon de Zouaves, en re-
traite, A Aix.
1877 DAEMERS DE CACIIARD, professeur, A nruxelles.
1888 DELATTRE (le R. P.), pretre missionnaire d'Alger,
membre correspondent de l'Institut, conserva-
teur du musee archeologique de Saint-Louis de
Carthage.











1860 MM. DELOCHE, 0 ., membre de 'lnstitut.
1882 DENIZI, ancien magistrate, A Marvejols.
1866 DEWULF, 0 4, g6nPral de brigade, commandant le
G6nie, A Marseille.
1882 DnoUIN, avocat, rue Moncey, 15, A Paris.
1862 DONANT (H.), f, secr6taire de la Soci6t6 de g6o-
graphie de Paris.
1880 DURAND DE LAUn, ancien professeur, rue Nicole, 7,
Paris.
1860 DUVEYRIER (H.), secr6taire de la Soci6t6 de
g6ographie de Paris.
1890 ESPERANDIEU, I 0, capitaine an 61e regiment d'In-
fanterie, correspondent du Ministire de l'Ins-
truction publique, A Ajaccio.
1878 FARGES, 4, capitaine chef du bureau arabe de
Biskra, correspondent du Ministlre de l'lnstruc-
tion publique.
1891 GRnnoT, agr66 pres le Tribunal de tir instance de
Philippeville.
1879 GASNAULT, homme de letlres, au chAteau de Luy-
nes, pres Tours.
1891 GuIN, sous-pr6fet, A S6tif.
1855 HAREMBOURE (DE), 4, inspecteur g6n6ral des pri-
sons, en retraite, a Paris.
1886 HOFFMANN, secr6taire de laSoci6t6 d'anthropologie,
A Washington.
1890 JACQUOT, juge de paix, A Mila.
1873 LAC DE BOSREDON, t, commandant de recrute-
ment, A Agen.
1875 LANCIA (F.),.duc de Brolo, A Palerme.
1882 LARUE, 0 a, colonel commandant le 85" d'lnfan-
terie, A Cosne.
1861 LECLERC (L ), 4, midecin-major, en retraite, A
Ville-sur-Illon (Vosges).
1881 LUnAWSKI (Comte de), A Viazna (Russie).
1857 MAC-CARTHY, ., conservateur de la Bibliothique
et du Mus6e d'Alger.
1862 MAnRCHAL, t, commandant du G6nie, en retraile,
A Versailles.
1879 MAaREOunT (DE), propri6taire, A Vend6me.











1890 MM. MARTY, medecin-major de 2e classes, A I'h6pilal de
Fonlainebleau.
1878 MASQUERAY, 4, direcleur de l'Ecole superieure
des lettres d'Alger, correspondent duMlinisl6re
*de l'Inslruclion publique.
1882 MAURY, mailre de conferences A la Facull des
Letires, A Aix.
1866 AELIX, &, capitaine en retraile, A B6ne.
1879 MEnITENS (DE), ancien adminis!raleur de commune
mixte.
1870 MEULEMIANS, homme de letlres, A Pruxelles.
1888 MIILVOY, archilecle, rue des Trois Cailloux, 3, A
Amiens
1882 MOUGEL, cure de Duvivier.
1888 PALLU DE LESSERT, avocat, rue de Grenelle, Paris.
1880 PEYROT (le docleur), rue Laffile, 18, Paris.
1875 PIILIPPE, administraleur de commune mixte.
1885 REINACII, ancien 6leve de I'Ecole d'Ath6nes, rue de
Berlin, 31, A Paris.
1853 RIMOND, architect du Service des BAlimens civil,
en retraile, A Marseille.
1891 RIBAUCOURT, ingenieur en chef des Pons el Chaus-
sdes, A Philippeville.
1881 ROBERT, administraleur d'Aumale.
1860 ROM3GUERE, homme de lettres, A Toulouse.
1875 RoY, -, Vice-Consul au Kef (Tunisie).
1856 SACuIOT O.), t, avocal, secr6laire de la ridaction
de la Rcvue Brilannique, rue du Dragon, 17, A
Paris.
1875 SAINTE-MARIE (PRICOT DE), consul de France, A Syra.
1885 SALADIN, archilecle, rue de Bellechasse, A Paris.
1880 SoussY, inlerpretejudiciaire.
1862 VAYSSETTES, ancien interprAle-fraducteur asser-
ment6, A Espalion.
1878 WEILL, grand rabbin, A Tlemcen.
1868 ZOTENBERG, 4, biblioth6caire, A la Bibliolhbque
national, a Paris.












SOCIETES CORRESPONDANTES



AGEN. Societl d'agriculture, sciences et arts.
Aix. Acad6mie des sciences, agriculture, arts et belles-
lettres.
ALAIS. Societe scienlifique et littdraire.
ALGER. Socie6t de climatologie algrrienne.
Id. Ecole superieure des Lettres.
AMIENS. Soci6t6 des antiquaires de Picardie.
ANGERS. Societe acad6mique de Maine-et-Loire.
ANGOULEME. Socidt6 archeologique et historique de la Cha-
rente.
AUTUN. Societe iduenne.
AVALLON. Societe d'6tudes.
AVESNE. Societ6 archeologique de l'arrondissement.
AUXERRE. Societd des sciences historiques et naturelles de
l'Yonne.
BAR-LE-DUC. Socit6e des lettres, sciences et arts.
BEAUNE. Societd d'archeologie d'histoire et de littlrature.
BEAUVAIS. Societ6 acad6mique d'archdologie, sciences et arts
du department de l'Oise.
HRZIEns. Socidtb archeologique, scientifique et litteraire.
B6NE. Acad6mie d'Hippone.
BORDEAUX. Societe archeologique.
BORDEAUX. Societe de geographie commercial.
BOURGES. Societ6 historique, litteraire et artistique du Cher.
BREST. Societ6 acad6mique.
CIAMBinnY. SociB~i savoisienne d'histoire et d'archtologie.
Acad6mie des sciences, lettres et arts de Savoie.
DAX. Soci6td de Borda.
DRAGUIGNAN. Socri~i d'6tudes scientifiques et archdlologiqucs.
EPINAL. SociBl6 d'tmnulation des Vosges.
GAP. Soci6t6 d'61udes des Hautes-Alpes.
GRENOBLE. Acad6mie delphinale.











GOuiET. SociHte des sciences naturelles et archdologiques de
la Creuse.
LANGRES. Societl hislorique et archeologique.
LAON. Societe academique.
LIMOGES. Societe archeologique et historique du Limousin.
LYON. Sociele litt6raire, historique et archeologique.
Acad6mie des sciences, belles-lettres et arts.
LE MANS. Societe historique et archeologique du Maine.
MARSEILLE. Societ, de statistique.
MONTAUBAN. Socidte archeologique du Tarn-et-Garonne.
MONTBuLIARD. Socitl d'6mulation.
NANCY. Acad6mie de Stanislas.
Societl d'archeologie lorraine et du musde histori-
que lorrain.
SocietU de geographie de 1'Est.
NANTES. Societe d'archlologie.
NARBONNE. Commission arch6ologique.
NICE. Socilt6 de litterature, sciences et -arts des Alpes-Ma-
ritimes.
NiMES. Academie du Card.
ORAN. Soci6le de geographie et d'archeologie.
ORLEANS. Societe archeologique de I'Orleanais.
PARIS. Institut de France.
Soci6te des antiquaires de France.
Societl d'ethnographie.
Societ, de gdographie.
Soci&tB francaise de numismatique.
Socit6l d'anthropologie.
Association pour I'encouragement des 6tudes grec-
ques.
Soci&Il des 6tudes historiques.
Revue geographique international.
Musie Guimet.
Societe academique indochinoise de France.
Revue des Colonies et des Protectorals.
PERPIGNAN. Societe agricole scientifique et littIraire.
POITIERS. Soci6ti des antiquaires de l'Ouest.








XII


RAMBOUILLET. Societe archdologique.
REIMS. Academie national.
RENNES. Socie&t arch6ologique du department d'llle-et-Vi-
laine.
RODEZ. -.Socieit des lettres, sciences et arts de l'Aveyron.
ROUEN. Commission des antiquitls de la Seine-.nferieure.
SAINT-BRIEUC. Soci6t6 d'miulation des C6tes-du-Nord.
SAINT-DiE. Sociele philomathique.
SAINTES. Societ6 des archives historiques de la Saintonge et
de I'Aunis.
SAINT-OMEn. Soci16t des antiquaires de la Morinie.
SAINT-QLUENTIN.' Socie6t academique des sciences, arts et
belles-leltres.
SEMUR. Societl des sciences historiques et naturelles.
SENS. SociWt6 archeologique.
SoIssoNs. Societ6 archdologique, historique et scientifique.
TOULON. Acad6mie du Var.
TOULOUSE. AcadBmie des sciences, inscriptions et belles-
lettres.
SociAtP d'archeologie du Midi de la France.
Touns. Soci6te d'archeologie de la Touraine.
Suci 16 d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres
du department d'lndre-et-Loire.
Societh de geographie.
VALENCE. Bulletin d'histoire ecclesiastique et d'archeologie
religieuse du diocese de Valence.
VALENCIENNES. SociWt6 d'agriculture, sciences et arts.
VANNES. Societ6 polymathique du Morbihan.
VERVINs. Soci616 arch ologique.













SOCIRTIS RTRANGIJRES


ALSACE-LORRAINE. Socidte d'archeologie et d'hisloire de la
Moselle, A Melz.
Soci616 pour la conservation des monu-
ments historiques de I'Alsace, A Stias-
bourg.
ANGLETERRE. Socieid des antiquaires de Londres.
SociBt6 des antiquaires de Cambridge.
Institut Canadien de Toronto (Canada).
AUTRICHE. Societd imp6riale de g6ographie de Vienne.
BR9SIL. Museu national de Rio-Janeiro.
EGYPTE. Institut 6gyptien, au Caire.
Soci6t1 khedivale de geographie, au Caire.
ETATS-UNIS D'AMERIQUE. Musde Paebody d'archeologie et
d'ethnographie americaine de
Cambridge.
Inslitut Smithsonien, de Washing-
ton.
Commission d'inspection goologi-
que des Etats-Unis (DWparte-
ment de I'lntlrieur), A Washing-
ton.
Socidt6 d'anthropologie, A Washing-
ton.
Acad6mie des sciences naturelles
de Davenport, Iowa.
Association amdricaine pour I'a-
vancement des sciences, A Wa-
shington.
Socidt6 historique du Kansas, A
Topeka.
ITALIE. Institut archoologique d'Allemagne, A Rome.
Archdologie chr6tienne du commander de Rossi, A
Rome.








XIV


ITALIE. Societe africaine d'Italie, a Naples.
A Florence.
Ecole francaise de Rome.
NORWtGE. UniversitB royale, A Christiania.
RussIE. Commission imp6riale archbologique, A Saint-Peters-
bourg.
SUEDE. Academie royale archeologique de Stockholm.
SUISSE. Societ6 d'histoire et d'archeologie de Geneve.
SociL~t de gbographie de Berne.
















VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE

(DE DIOCLITIEN A L'INVASION VANDALE)







INTRODUCTION



Dans le haut empire remain, les gouverneurs des provinces
rel6vent directement, soit du senal, soit de l'empereur, suivant
que la province est imptriale ou senatoriale. De plus, I'autorilA
civil n'est pas s6parbe de I'autorit6 militaire : le praeses exerce
l'une et I'autre.
Au milieu du quatri6me siEcle, sur la fin du rigne de Cons-
tantin, un ordre de choses nouveau a remplac6 I'ancien. -
L'auturit civil est r6partie, sauf deux exceptions pour 1'Asie et
1'Afrique proconsulaire qui rel6vent directement de I'empereur,
entire quatre pr6fels du pretoire ; chaque prefecture est divisde
en dioceses ayant A leur tete un vicaire ; le diocese, A son tour,
se subdivise en provinces. Quant au pouvoir mililaire, il est
confi6 A deux magistri militum I1), I'un commandant l'inlanterie
magisterr peditum), I'autre prCpos A la cavalerie magisterr
equilum), qui sont represents dans les provinces, suivant I'im-
portance de celles-ci, tantOt par des comes, tant6t par des

(1) On compete plus tard jusqu'a luit magistri, militum. Mais je
n'ai pas h entrer ici dans ce detail. Je ne retiens que le principle.









VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


dues. En Afrique, nous relevons dans la Nolilia dignitatum le
comes Africae et le comes Tingitaniae, ainsi que deux dues : ce-
lui de la Maurttanie Csarienne(1) et celui de la Tripolitaine.
Cette organisation n'est pas sortie tout d'une piece de la
pensee du I6gislateur. C'est une des conclusions que nous tire-
rons de I'6tude A laquelle nous allons nous livrer et ofi nous
nous occuperons successivement des vicaires, puis des comes
militaires. Nous y constaterons la plus grande anciennet6 des
premiers. Je traiterai ensuite des litres, du rang, des attri-
butions et particulierement de la juridictioa des uns et des
autres. Je terminerai par une revue du personnel de leurs auxi-
liaires (officium) en insistant surtout sur les points moins con-
nus. Cette observation justifiera certaines disproportions dans
les ddveloppements.


(1) 11 est A remarquer que le gouverneur de la Maur6tanie Cesa-
rienne est i la fois praeses et dux, c'est-a-dire qu'il rdunit dans sa
main les deux autorit6s civil et militaire. Quelques autres provinces
sont dans le mnme cas.








DE DIOCLtTIEN A L'INVASION VANDALE


I. LES VICAIRES D'AFRIQUE

Le plus ancien des vicaires du prffet on plus exactement,
comme nous le verrons, des prefers du pr6toire que menlionne
le Code thlodosien appartient precisement A l'Afrique (I. 1, ad
legem Fabiam, C. Th., ix, 18). Ce texte, adress6 A Domitius
'Celsus, est de 315. Mais en remontant plus haut, on se convainc
que l'institution existait d6ejdepuis longlemps(1). Sous Diocl6-
tien,on trouve C.Caelius Saturninus quilut vicarius praefectorum
(duorum) bis in urbe Roma et per Mysias (C. I. L.,vi, 1704) i2).
Du temps de Maxence, Aurelius Victor cite le tyran Alexandre:
L. Domitius Alexander, apud Poenos pro praefecto gerens (ch.
40). On pourrait aussi s'appuyer sur la suscription de la loi 2
de pedaneis judicibus de 294 (Cod. Just., in, 3), qui porte : im-
peralores- Diocletianus et Maximianus Augusti et Caesares
vicariis; mais cetle lecture est douteuse. Eu revanche, Lac-
tance attribue clairement A Diocl6tien la creation des vicaires
dans ce passage qui resume brievement les reformes adminis-
tratives de ce prince : ... provinciae in frusta concisae, multi
praesides et plura official singulis regionibus ac paene jam
cicitatibus incubare, item rationales multi et magistri et
virariipraefectorum quibus..., etc. (De mortibus persecuto-
rum, vu). Enfin, la liste de VWrone, don't la date se trouve en-
tre 292 et 297, 6numBre les dioceses.
On parait, du reste, aujourd'hui d'accord sur l'origine de cetle
institution. Cf. Duruy, Hist. des Romains, vi, p. 5)5; -
Mommsen, loc. cit.; Desjardins, Gdographie de la raule, In,


(1) On rencontre, il est vrai, dans le haut empire, quelques fonc-
tionnaires agissant oice praefcetorunm practorio ; mais ils n'ont rien
de common avec nos vicaires, qui sont n6s de la creation des dioce-
ses. Cf. Mommsen, Handbuch dcr Ront. Altcrthumn, i, pages 934 et
1066, edition de 1884.
(2) M. Mommsen a fait de cette inscription un commentaire re-
marquable que nous aurons frequemment occasion de citer (Nuoe
Memorie del Instituto di Correspondauza archeologica, I1, 1865,
pages 298 a 332).









VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


p. 468 et suiv.; Bethmann Iollweg : Der civil process, in,
p. 14.


Les litres ports par le vicaire d'Afrique sont tres varies. Vi-
carius Africae on plus simplement vicarious est la forme la plus
usilte par les historians et par le Code thodlosien. C'est aussi
celle qu'on trouve dans l'inscription de Nicornachus Flavianus
qui est reproduite plus loin.
II n'est pas sans interet de grouper les autres d6nomina-
lions (l) dans l'ordre chronologique. On en retirera peut-etre
cette conviction que certaines variantes ont leur raison d'6tre et
r6pondent A des modifications de l'institution.
Constantin, dans sa lettre A Petronius Probianus, en 315, appelle
Verus vicarius praefectorum. A peu pris la mine 6poque, dans
la Purgatio Felicis Aptungilani, Aelins Paulinus (le meme peut-
etre que Verus) est dit : administrans vices praefeclorum. On
lit aussi vicarius praefectorunm dans la loi 6 de diversis officiis
(C. Th vyI, 7), de 351 ; vice praefeclorum cognoscens, loi 16
de appellationibus (G. Th., xi, 30), de 331.
Sous les successeurs de Constantin, le vicaire se rattache A
un pr6let du pr6toire determin : Agens vices praefecti praeto-
rio (Italiae), I. 2 de paganis (C. Th.,xvi, 10), de 341 (2). Pro
praefecto, 1. 15 mnme titre, 399. Cependant, sous Julien, une
inscription appelle encore Claudius Avitianus: comes primi or-
dinis agens pro praefectis.
Agens vicariam praefecturam est une formule moins precise
qui convient A toutes les 6poques : en 320, 1. 3 de famosis li-
bellis (C Th., ix, 34 ; en 330, 1. 3 de sponsalibus, (C. Th.,
in, 5); en 354, 1. 6 de cursu public (C. Th., vri, 5). L'ins-
cription, C. I. L., vin, 7014, qualified Dracontius, en 364, de


(1) Rappelons, h titre de curiosity, quo ]e vicaire d'Orient s'appe-
lait comes Orientis, celui d'lEgypte praefectus Augustalis.
(2) La m6me formule se trouve d6ja, il est vrai, dans une loi de 325:
1. 1 de usuris (C. Th i, 33); mais it ne serait pas impossible que
oette rubrique ait subi quelque retouche.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


vices agens per Africanas provincial. II en est de m6me de
vicarious praefeclurse, 1. 4 de advocate fisci (x, 15!, en 367.
Au cinquieme siecle, enfin, deux variantes meritent d'6tre si-
gnalees : vicarius illustrissimae praefecturae per dioeceses, I. 1
Ne quis in palatiis (C. Th., vii, 10), de 405; vicarius sedis
excelsae, I. uniq. de comitibus qui illustribus agentibus asside-
runt (C. Th., vi, 15), de 413.
Dans la hierarchie nobiliaire, les vicaires ont aussi occupy
des rangs divers. A l'origine, relle function ne confbreque le litre
de vir perfectissimus. C'est la qualification que Constantin donne
A Verus, en 315, dans sa lettre A Petronius Probianus; c'est aussi
celle attribute a C. Attius Alcitnis Felicianus, qui appartient A
la m6me Apoque, A Caecilianus, qui exerVa la m6me charge
(Orelli, 3764)(1', A C. Caelius Salurninus ((. L. L., vi, 1700, a
Q. Aeclanius Ilermias (C. I L., 1, 2203) (2).
Plus tard, le vicaire a rang de clarissimus : en 344, sous
Constance (1. 2 de concussionibus, vmi, 40); en 358 (I. 5 de
vecligalibus, iv, 12); en 364 (C. 1. L., vmI, 7014). Dans les
derniers temps, enfin, il est dit spectabilis (1. 14, de officio vica-
rii, 1, 15, de 395; 1. 17, au mume titre, de 401 ; 1. 61
de appellationibus, xi, 30, de 400, etc.). C'est avec celle quality
qu'il est designed dan., la Notitia dignitatum. Ml. IIumbert (Dict.
des anti. grecq. el rom., vo cursus publicus, 1663) en fail un
illustris. Je crois que c'est une erreur ().


(1) Cf. sur ce personnage, de Vit, Onomasticon, i, p. 12 et 13.
(") II est remarquable que, depuis 320 peut-6tre, et certainement h
partir de 330, ]e gouverneur de Numidie, subordonn6 du vicaire, est
un clarissimus. Cf. dans mes Fastcs de la Numidie sous la domi-
nation romaine, les notices consacreCs h Domitius Zenophilus, M.
Aurelius Valerius.Valentinus et leurs successeurs. Ne peut-on con-
clure de lo que tous les vicaires nommnns dans le texte sont anterieurs
a 320 et que lo rang de clarissimus ful, i partir de cette date, attri-
bu6 regulibrement h ces fonctionnaires ? M. Ldcrivain (Le Sdnat
Ronain, p. 47) a peut-6tre did trop affirmatif quand 1i dit que, sous
Constantin, les vicaires n'ont eu que le perfectissimat.
(3) Les gesta purgationis Felicis Aptungitani donneten n 312 la
qualification de spectabilis. C'est, h mon avis, un argument pour
soutenir que ce texte est sinon apocryphe, du moins interpold. Je re-
viendrai plus loin sur cette question.








VICAIRES ET COMrTES D'AFRIQUE


La gradation est ainsi bien marquee. C'est done A tort que
L'ecking, frapp6 du titre de clarissimus, a dit que ce mot 6lait
pris dans un sens large pour speclabilis. Quoiqu'il cite d'autres
examples qui Meablissent que parfois it embrasse les trois degres
de noblesse (clarissimus, speclabilis, illustris), je pense que
celle expression est usitie ici avec son sens strict.
Les formules de chancellerie offrent aussi des variantes curieu-
ses; elles ne paraissent cependant pas presenter le m6ie inter6t.
Quand t'empereur dcrit A son vicaire, il emploie les expressions
lua sublimilas, en 348 (1. 2 de officio vicarii); probabilis since-
ritas tua, en 364 (1. 9 de exactionibus, xi, 7); sollertia tua,
sincerilas lua, en 366 (1. 13 de annona et tributis, xi, 1); sin-
ceritas tua (1. 6 de officio vicarii, i, 15), en 372 ; (1. 3 de acdo-
ribus el procuratoribus, C. Th., x, 4), en 370 ou 3730() ; lau-
dabilis sinceritas tua, en 380 (1. 17, de pistoribus, C. Th., xiv, 3).
Les domestic et les protectors ont le jus vicarios osculandi,
c'est-a-dire le droit de donner le baiser an vicaire quand ils le
saluent (1. 4 de domesticis, vi, 24).


Carthage alait probablement la residence du vicaire. La plu-
part des constitutions inmpriales qui lui sont adressees sont re-
Vues par lui dans cette ville. Qualre seulement portent l'indica-
tion d'un autre lieu. Pour I'une, c'est Thirngad (Numidie) : 1. 2
de honor. codicillis (C. Th., vi, 22!, adressee A Aconius Catuli-
nus. Dans une second, adressee A Dracontius, c'est Cons-
lantine (Numidie) : 1. 9 de susceploribus (xII, 6). Dans une troi-
sibmre, il s'agit de Tacape (Tripolitaine): 1. 33 de appellationi-
bus kxi, 30), envoyee au mime Dracontius. La quatrinme, enfin,
nous transport A Iladrumble (Byzacbne): 1. 3 de fide el jure
hastae (x, 17), adressee A Magnillus.
La loi 10 de officio vicarii (i, 15) ne doit pas etre comprise
co;mme une interdiction de sejour de la Proconsulaire faite au

(1) C'est a tort, nous le verrons, qu'Haenel indique dubitativement,
il est vrai, la date de 365. Cf. Notice de Crescens.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


vicaire : Vicario Africae adilus provinciae proconsularis inhi-
bendus est; tantum ei consilii gratia in Thebestina civitate
accessus pateat. C'est une defense ou plultt un rappel de la db-
fense d'empidler sur le domaine du proconsul.
Places, comme nous l'avons dejA remarqu6, sous la depen-
dance immediate des prefets du pr6toire et plus tard du prefet
du pretoire d'Italie, les vicaires sont nommes direclement par
l'empereur. Une loi nous rappelle qu'ils ne pouvaient exercer
deux fois cette fonction, 1. 4, ad legem Juliam de ambitu (ix, ~6).
Les anciens vicaires pouvaient ilre appel6s immediatement A
la P'rture, ou aussi oblenir I'honorariat avec rang de prefet du
pretoire (1); 1. 13 et 15 de praetoribus (C. Th., vi, 4). Nous
en voyons qui deviennent proconsuls d'Afrique ; d'autres, apres
avoir passe par un ou deux degres interm6diaires, sont nommes
pr6fets du pr6toire. Un, peut-elre, Gaudentius, a Wte come
d'Afrique aprbs avoir WtB vicaire; mais nous examinerons plus
loin s'il ne s'agit pas de deux personnages portant le m6me nom.
- Nous traiterons plus loin, A propos des comes, la question
de pres'ance entire ces deux fonctionnaires. Le cursus hono-
rum de C. Atlius Alcimus Felicianus nous fournit, enfin, sur
I'avancement administratif conduisant au vicariat, des renseigne-
ments interessanls. C. 1. L., vin, 822. II en sera aussi
question plus loin.



Les attributions des vicaires m6rilent surtout d'arreter notre
attention.
Elles ont dfi varier suivant les 6poques. L'autoriti militaire
n'ayant 6et, suivant (oute apparence, enlev[e definitivement aux
prefers du pr6toire que sous Constantin, il esl vraisemblable que
jusqu'A cette r6forme les vicaires ont e~t investis des deux pou-
voirs. La creation des commandments militaires (les comes


(1) Cf. L6crivain: Le Sd at Ronain, p. 59. Le m6me auteur re-
marque, en comparant plusieurs cursus honorum (p. 49), qu'on ne
mentionne pas toujours la pr6ture.









VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


d'Afrique, dans notre cas), qui n'eut lieu que vers 320, justifie
cette hypothAse. Cela explique aussi la facility avec laquelle
Alexandre usurpa le pouvoir inmprial.
Sous le bendfice de celte observation, nous ne nous occupe-
rons cependant que des attributions civiles.
Le vicaire a sous ses ordres, d'apris la Notice des dignit6s,
les consulares de Byzacene et de Numidie, les praesides de la
Tripolilaine, de la Mauritanie Silifienne et de la Maur6tanie CB-
sarienne. On sail que la Tingitane, dans l'organisation nouvelle,
est rattachee a l'Espagne. Quant A l'Afrique Proconsulaire, elle
relive, comme je I'ai d6jA dit, directement de l'empereur. Le
vicaire n'a rien A y voir, en dehors de la perception de certain
impbts, don't ses agents sont charges. C'est ce que dit la loi 10
officio vicarii, A laquelle j'ai fail allusion plus haul. Ce texte ne
faith d'exception que pour Theveste, oa il l'autorise A singer, mais
seulement consilii causa 1).
La r6ciproque est-elle vraie? Le vicaire est-il absolument in-
d6pendant du proconsul? En principle, oui. Cependant, nous
verrons que,pour la jurisdiction, celui.ci fut, quelquefois tout au
moins,d'aucuns disent d'une maniere pernanente, charge decon-
naitre, aux lieu et place de l'empereur, des appeals supremes du
diocese. 11 semble bien qu'en ce qui concern le cursus publicus,
il eut une vraie suprrnmatie. Ainsi,la loi 7 de cursu public (C.Th.,
vin, 5) le charge de transmettre un ordre aux gouverneurs: ideo-
que, praelata jussione nostra, provinciarum reclores excellentia
lua commoneal. La loi 15, au meme titre, est encore plus for-
melle.
La subordination des simples gouverneurs al vicaire se trouve
encore affirmne plus ou moins explicitement dans maintes cons-
titutions. On consultera d'abord les lois 3 et 4 de officio vicarii
(C. Th., I, 15). Constance 6cril dans l'une d'elles A Mamerlin,
prefet du pr6toire : rectores provinciarum sublimilas tua conve-


II) Thevcste qui appartenait I la Numidie sous le haut empire est
rattachee, depuis Dioclitien, a la Proconsulaire. Cf. Tissot, Gdog.
comparac de la province romaine cl'Afrique, In, p. 44.









DE DIOCLUTIEN A L'INVASION VANDALE


niat, ut cunctis de rebus, quibus ad nos et ad restram scien-
liam crediderint referendum, vicarios esse participandos
sciant. Dans I'autre, qui est de I'annee suivante et qui est adres-
see A Ceionius Italicus (llicus), consulaire de Numidie, I'empe-
reur renouvelle cette prescription : id prius ad vicarium refe-
retur... iut suggestions vel relations per prosecutors ad
comitalum meum suscipiat, et quod faciendum viderit er-
pleat Cette transmission doit 6tre faite sans retard (1. 2 au
m6me titre).
Des textes appellent specialement I'attention du vicaire sur la
protection de ceux qui sont opprimes par les gouverneurs (I.
uniq., si quacunque praelitus polestalt nuptias petal invitae, ii,
S1),- sur I'arrestation des deserteurs, qui devront Atre retenus
jusqu'A ce qu'il en ait WtA refdr6 au prince (1. 16 de re military,
vii, 1), sur la surveillance des palais imperiaux, qu'il doit
protlger tant contre les degradations que centre les usurpations
(1. I ne quis in palatiis maneat, va, 40). II doit aussi veiller au
bon t6at des routes (1. 2 de itinere muniendo, xv, 3). I)n
reste, ces prescriptions visent simultanement le vicaire et les
gouverneurs places sous ses ordres.
Le vicaire est aussi invest d'une part de la jurisdiction. 11 sta-
tue tant6t en premier ressort, tantlt en appel.
En premier resort, sa competence est limitee A un nombre
de cas assez restreints. La loi I de officio vicarii faisant allu-
sion A quelques-uns de ces cas, justified cette restriction par le
d6sir d'6viter A ce magistrate une trop grande surcharge d'affai-
res.-- Quel qu'en soit le motif, la prohibition n'en est pas moins
formelle. Quand Symmaque (Epist., i, 69) prie Celsus Titianus
de juger lui-ir me un proces qui intlresse un de ses amis, il y
met une reserve : si a legibus non discrepal.
Les cas qui relAvent directement du vicaire sont: 10 le deni
de justice par le juge ordinaire de premiere instance (I. 6 de ju-
risdictione, C. Th., i, 1 ; 1. 7 de officio rector. province i,
6 ; Novelle de larcien, i, 3); 2" la suspicion du juge
ordinaire (Ammien-Marcellin, xxvii, 7); 3 la puissance d'un








VICAIIES ET COMTES D'AFIIIQUE


des plaideurs quand elle parail de nature a influence le juge
(1. 4 de officio vicarii); 40 l'imporlance et la difficult de
I'affaire (m6me loi et Novelle de Marcien, I, 2). Enfin, le
vicaire peut Wtre saisi en premiere instance en vertu d'une d6-
ligation sp6ciale soit du prince, soit du pr6fet du pr6loire.
Comme juge d'appel, il connail de toutes les decisions des
gouverneurs. C'est la regle g6nerale, car ii n'y a pas A Rome
comme chez nous de taux d'appel: les jugements des magistrates
inferieurs sont toujours rendus en premier ressort; dans quel-
ques cas exceptionnels, qu'il serail trop long d'examiner ici, le
recours n'est pas possible, mais l'impossibilit6 tient toujours a
des causes autres que la modicit6 de I'intl6rt.
Le vicaire jouit en ces matieres d'une competence propre; il
n'est pas un dlegu6 du prefer du prl6oire : Tu autem vicarius
dixeris et lua privilegia non relinquis, quando propria est
jurisdiction quae a principle datur. Habes enim cum praefec-
tis aliquam portionem (Cassiodore, vi, 15). C'est done du prince
lui-meme que le vicaire client le pouvoir de juger et c'est ce que
confirment plusieurs textes. Dans la loi 7 de officio vicarii, les
empereurs Valens, Gratien et Valentinien dcrivent, en 377: Sa-
crae cognitionis habeat polestatem et jurisdictions nostrae
soleat repraesentare reverenliam. Et Cassiodore (vi, 15) : Vice
sacra sentenliam dicis.
Est-ce A dire qu'il n'y ait aucune difference entire la sentence
rendue par le vicaire et celle du pr6fet du prbtoire? Gardons-
nous bien de le croire. La loi 16 de appellationibus, xi, 30, nous
en pr6vient : a proconsulibus et comitibus et his qui vice prae-
/ectorum cognoscunt, sive ex appellatione, sive ex delegate,
sive ex ordine judicaverint, provocari permittimus. Et plus loin,
le meme lexte ajoute : praefecti praetorio qui sou vice sacra
cognoscere VERE dicendi sunt provocari non sinimus. En cons6-
quence, tandis que l'on ne peut, apres la decision du pr6fet du
pr6toire, qu'adresser une supplicatio a l'empereur, il est tou-
jours loisible d'appeler devant lui du jugement rendu par les ma-
gistrats sus-nomm6s. Mais, qu'on le remarque bien, I'affaire va di-











DE DIOCLITIEN A L'INVASION VANDALE


rectement au prince et ne passe pas devant le pr6fet. Voila
ce que, pour le vicaire, les constitutions imperiales entendent
par les mots juger vice sacra.
Du reste, les empereurs pouvaient dfleguer leur pouvoir de
juge supreme et its le firent de plus en plus. 11s n'eussent pu
suffire A la lAche s'ils avaient dA connailre par eux-mimes de
tous les appeals. Les examples de ces d6elgations sont assez
nombreux. En ce qui concern I'Afrique, il y aurait eu ine de-
legation de cette nature, ayant un caracltre permanent, au pro-
fit du proconsul. MA. Alommsen qui soutient cette opinion (de C.
Caelii Saturnini tilulo, p. 312) reconnail qu'il n'en existe au-
cune preuve bien nette (); on pent seulement, dit-il, tirer des
inductions des lois 3, 21, 62 de appellationibus, xi, 30, et d'une
Novelle de Valentinien III, 18, 12. Sans nier absolument
que le proconsul ait e16 A cerlaines heures invest de cette mis-
sion, je dois dire qu'il m'est difficile de croire A la permanence
de celle-ci. Je suis fort porlt A penser que la delegation imp6-
riale fut donnee parfois aussi au vicaire lui-meme. Je ne puis ex-
pliquer autrement les inscriptions qui ajoutent au cursus hono-
rum de tel ou tel vicaire la mention sp6ciale vice sacra judicans.
Une derni6re particularly A noter, c'est que, quand le pr6fet
du pr6loire est present, on peut s'adresser soil a lui, soit au vi-
caire : conquerendi vocem omnibus aperimus apud comites cunc-
los provinciarum aut apud praefectum praetorio, si magis
fuerit in vicino. L. 7 de officio rector. province i, 16, et Novelle
de Marcien, I, 2. Par ce cbte, le vicaire est vis -.vis du
prefet dans la situation d'un dlilgub. Alais la competence du
dillgant n'est pas exclusive de celle du vicaire: le plaideur a le



(1) Bethmann Hollweg soutenant d'une faqon absolue la compe-
tence supreme du proconsul en s'appuyant sur l'inscription d'Orelli
no 3672 (C. I. L., vi, 1690), M. Mommsen repond: Non hoc dicit
proconsulen Africae cice sacra judicasse per dioecesim Afrtca-
nam, sed proconsulemn Africae tice sacra judicantem codem ternm-
pore jussu principles etraordinenm 'ices fectsse praefectorumn prae-
torio per diocesin Africanam. Voir plus loin la notice de L. Aradius
Valerius Populonius.










VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


choix, ce qui est l'application du principle 6nonct plus haut d'a-
pros Cassiodore.


On a longtemps enseign6 que le pr6fet de I'annone d'Afrique
dependail du vicaire. Boecking a demontr6 que c'6tait une er-
reur (Notitia dignitalum, Ii, p. 150). Le chapitre n de la
Notice le place formellement sous les ordres du pr6fet du pr6-
toire d'Italie, et de nombreux textes confirment ce temoignage (1).
Mais le vicaire avait, en matiere d'annone, certaines attributions
propres, et c'est ce qui a cause la confusion. On salt, en effel,que
les imp6ts en nature Mlaient percus pardesagents spiciaux appeles
susceplores, puis les praepositi pagorum les d6posaient dans des
magasins ofi ils elaient gard6s par les -praeposili horreorum.
Tous ces fonctionnaires tlaient sous la surveillance des gouver-
neurs des provinces qui, A leur tour, se trouvaient, come nous
I'avons vu, subordonn6s aux vicaires. Des products de I'impbt
une part etait remise aux chefs militaires pour les officers et les
troupes: c'6tait l'annona mthil'i ifs A laquelle, du reste, certain
fonctionnaires civils avaient 6galement droit. L'autre part, I'an-
nona civica, dtait livree au pr6fet de l'annone d'Afrique qui la
centralisait et la faisait transporter a Rome.
Le vicaire nous apparait ainsi avec un double rble : come
collecteur suphrieur de I'imp6t alricain et romme depositaire
vis-a-vis de I'administralion de l'annone. On ne s'6tonnera done
pas de voir les empereurs lui demander un 6tal annuel des re-
liquals dus, par example, par les possessores africains qui resi-
dent A Rome, on lui annoncer I'arriv~e des tabularii, envoys
par le pr6fet de l'annone d'Afrique et le pr4fet de I'annone de la
ville de Rome, pour compare, d'apris ses livres, les quantities
remises par lui et celles reellement transportles (quid trans-
missum, quid pervectum). Ces deux dispositions font l'objet de
la loi 13 de annona el tribulis, xi, 1. On ne s'6tonnera pas


(1) De m6me, le pr6fet de I'annone de la ville de Rome est su-
bordonn6 au pr6fet de la ville. Not. dignit., ch. iv.













DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


non plus de voir des textes rigler minulieusement les formes A
observer pour la delivrance de I'annona militaris par le vicaire
au comes Africae: celui-ci devra fournir une demand 6crite oi'
il indiquera les quanlit s qu'il desire, leur destination, el il fau-
dra que le vicaire autorise la delivrance (1. 3 de erogatione mi-
lilum, viI, 4)
Le vicaire n'a 6galenment aucune autorit, sur le praefeclus
fundorum patrimonialium (1) que la Notice place, come liii,
immedialement sous les ordres du prefet du pretoire d'[talie.


Certaines attributions du vicaire d'Afrique touchaient A I'ad-
ministration des postes imperiales (cursus publicus). Mais il y a
IA un point d'aulant plus obscur que les pouvoirs et les obliga-
tions de cet office ont vari6 avec les 6poques ;2). Force est done
de nous en lenir A quelques observations g6nBrales.
On sait que l'usage du cursus ful de tons temps r6serv6 aux
services publics, que les particuliers ne pouvaient jamais en
user et que les fonctionnaires eux-mimes, pour s'en servir, de-
vaient Ltre munis d'un permis special (diploma, eveclio). Tant
que les postes turent sous la haute surveillance du pr6fet du
pr6toire, le vicaire eul le droit et le devoir d'envoyer des agents
pour controler le service et constater les contraventions. Mais
sous le rigne de Constance, A partir de 357, la haute police du
service commenca A passer au magister officiorum, qui seul put
envoyer des inspecteurs.
A un autre point de vue, sous Diocletien, le droit de d6livrer
des permis appartient aux vicaires comme A un grand nombre

(I) Bcecking (Not. dignity it, p. 152) fait observer avec raison qu'il
ie faut pas confondre cette fouction avec celle du comes titulorun
largitionalium, ni avec celle du comes gildonici patrimonii, su-
bordonn6 au comes rerum prieatarum.
(2) Cf. Diet. des antiq grecques et romaines, it, p. 1652 et suiv.,
vo cursus publicus. L'auteur de cet article, M. Humbert, fait meme
observer que certaines provinces avaient, A cet 6gard, des status
particuliers. L'Afrique parait etre du nombre: il est certain que la loi
15 de cursu public (vm, 5) fait allusion a un r6glement du pro-
consul. II parait bien en rssulter que celui-ci eut, ft partir d'une cer-
taine 6poque, la haute direction des posies de toute I'Afrique.












VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


de magistrals superieurs.Julien leur retire ce privilege, qu'il ri-
serve au pr6fet du pr6toire et au magister officiorum (1. 12 de
cursu public; C. Th., viii, 5. Voir aussi la loi 01 au m6me
titre). Enin, ce dernier, A parlir de 395, contresigne m6me les
dipl6mes d6livres au pr6fet du pr6toire. Cependant, la regle
comporte, par la force mnme des choses, des att6nuations que
justifient les necessit6s du service,et I'on donne A ces magistrates
un certain nombre d'autorisations en blanc qui, pour les vicai-
res, parait limit A dix ou douze. (Cf. Bcecking, Not. dignity i,
p. 14). II semble, enfin, que pour le transport des species lar-
gitionales, les vicaires et les gouverneurs aient eu la facultA tde
ddlivrer des permis en dehors des pr6cedentes restrictions(l. 18
et 20 de cursu publico.
Des constitutions accordent I'evectio au vicaire qui se rend
dans son diocese (1. 38 au m6me titre). Ce texte limited le droit
du vicaire d'Asie A 30 Anes et 40 chevaux (veredi). La loi 44,
in fine, ajoute qu'un privilege analogue pourra 6tre accord au
fonctionnaire qui rentre dans ses foyers ; mais it faudra soumet-
Ire le cas a l'empereur. Enfin, la meme faculty semble exister
pour tout magistral appel6 a la cour (1. 22 au mme titre).


Autour du vicaire, comme, du reste, autour de tous les
grands fonctionnaires, se meut un personnel nombreux. C'est
l'officium, que les textes mentionnent fr6quemment. La Notitia
dignilatum nous en indique sommairement la composition.
Mais nous sommes loin d'avoir des notions precises sur les attri-
butions spAciales de chacun de ses membres. Celles-ci ont di
varier fr6quemment. C'est un inconvenient qui est de tous les
temps: ceux qui suivent de nos ours les remaniements dans
l'organisation des bureaux qu'amene, chez nous, le moindre
changement de ministlre, ne s'Atonneront pas des r6sultats contra-
dictoires auxquels le chercheur aboutit souvent et du danger qu'il
y a a vouloir donner des definitions trop absolues. Sans entrer
dans 1'examen minutieux d'une question qui exigerait plusieurs
dissertations, je tracerai quelques grandes lignes. Ceux qui vou-









DE DiOCUTIEN A L'INVASION VANDALE


dront approfondir prendront pour point de depart Bethmann
Ilollweg, der civil process des gemeinen Rechts, in, 142, avec
les lextes du Code Theodosien auxquels je renvoie Ca et 1A et
leur commentaire par Godefroi. On consullera aussi avec fruit,
bien qu'il en traile d'une facon incident, le Scnat Romain de-
puis Dioclelien, de M. C(lh. Lcrivain, p. 24 et suiv.
L'officiumi du vicaire d'Afrique comprend, d'apres la Notice
des dignites:
o1 Un princeps ex scholar agentium in rebus, ducenarius (Cf.
C. Th., de I'" iil''is agentium in rebus, vi, 28. L. 7 de
office. rectoris provincial, i, 16. Nov. de Valentinien, "27, 1).
- Le princeps est le chef de l'officium. II a la haule main sur
tous les services. Rien ne se faith, dit Bethmann Hollweg, sans
son assentiment et sans son intervention. Les parties n'ont l'ac-
ces dui tribunal, les requites ies avocats ne sont rescues, aucune
ordonnance judiciaire, aucune citation n'est expddiee, aucune
execution, aucune affaire quelconque n'est confide A un mem-
bre quelconque tie l'officium sans qu'il le sache et sans qu'il
I'approuve. Tout le personnel est sons sa surveillance; nul ne
peut en faire parties ou n'en est renvoy6 sans sa volont6. Le
princeps de l'officium du vicaire doit sortir de la schola des
agents in rebus t ) et est choisi parmi ceux qui ont rang de
ducenarii(2). On vent que l'auxiliaire soil en meme temps un
surveillant pour ce magistrate.
20 Un cornicularius. Cf. C. Th de cohortalibus, principi-
bus, corniculariis el primipilaribus, viii, 4, et notamment le
commentaire de Godefroi sur la loi 10. Daremberg et Saglio,

(1) C'est, on le salt, un college plac6 sous les ordres du pr6fet du
pr6toire et, plus tard, du magistei- qoiciorum; cf. C. Th., vi, tit.
27, 28, 29. Ses membres talentt employs surtout aux missions
touchant la haute police de 1'Etat. On prenait parmi eux, dit M. Hum-
bert, les inspecteurs des services des postes. Us 6taient charges en
m6me temps de recueillir les bruits qui circulaient dans les stations;
souvent on les employait come courriers du palais pour transmet-
tre les ordres do l'empereur et pour lui rapporter les actes publics et
les d6pdches des magistrats. Dictionnairc des antiquities qgrcques
et romaines, vo agcntes in rebus. Voir aussi Lecrivain, p. 30.
(2) Ce qui implique le rang de i. '* Voir Lecrivain,
p. 30, 31.








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


Dict. des antiq. grecques et romaines, vo Cornicularius. -
Ce nom, comme le precedent et comme plusieurs de ceux qui
suivent, est emprunt6 A l'ancienne organisation militaire, oi le
cornicularius teait un sous-officier exerqant aupres du I1gat les
functions de greffier, nolamment dans les jugements concernant
la justice militaire. Ici encore, il apparait come le chef du
corniculum ou greffe du vicaire. 11 ne parail, dit Bethmann
Hollweg, avoir dans ses attributions aucune branch particulibre
de l'administration, mais il a la surveillance de toutes les affai-
res, ii confirm les ordonnances du magistrate et signe toutes les
decisions judiciaires. Un 6crivain grec du sixieme sikcle, Joan-
nes Lydus, le d6peint comme t6ant, en fail, le veritable chef de
l'officium (De magistratibus, livre in).
3 Deux numerarii C. Th., de numerariis, actuariis, scrina-
riis et exceptoribus, vii, 1. Humbert, Essai sur les finan-
ces, II, p. 122. Crids specialement pour le service des im-
pOts, les numerarii sont, aupr6s du vicaire, charges de la comp-
tabilitb generale du diocese.
4o Un commentariensis: ad commentariensem receptarum
personnarum custodia observatioque pertinent, (1. 5 de custo-
dia reorum, ix, 3). Mais ses attributions ne se bornent pas A
la garde et A la surveillance des personnel arritles. II est l'auxi-
liaire du magistrate dans l'exercice de la justice repressive. C'est
par son ministlre qu'est faite l'inscriptio, ce premier acte de
l'instance criminelle; il procede aux arrestations; les accuses
sont interrogds et mis A la torture sur son ordre; l'ex6cution de
la sentence lui est confide(i).
50 Un ab actis. Bethmann Hollweg parait avoir demontr6 p6-
remploirement, contrairement aux anciens interpr6tes, qu'il
est, pour lajuridiction civil, ce que le commentariensis est
pour la jurisdiction criminelle, c'est-A-dire l'auxiliaire du ma-


(1) Cf. Le Blant. Les acts des martyrs, pages 11, 14, 27, 50, 57,
105. Ce travail est extrait des Mdmoires de 1'Acaddmie des Inscrip-
tiots et Belles-Lettres, tome xxx.










DE Di0CL1ETIEN A L'INVASION VANDALE


gistrat. On ne le rencontre, en effet, dans la Notice des dignitds
qu'a coti des judices civiles.
6 Cura epistolarum. Expression visant Ie fonctionnaire
charge sp6cialement de la redaction des lettres et instructions
d'un magistrate.
7 Un aijutor; 80 un subadjuva. Ces noms signifient litt6-
ralement supplant on auxiliaire et vice-suppldant. En fail,
ils ont souvent ce sens et les textes nous parent de I'adjulor
du princeps, de celni du cornicularius on du commentarien-
sis. Mais, pris avec leur signification absolue, ils designent des
functions pour la determination desquelles Godefroi, dans son
commentaire sur la loi 10 de cohortalibus, a vainement fait ine
d6pense 6lonnante d'6rudition. Mieux inspire, nfethmann Iollweg
a rassembl6 divers textes, emprunt6s notamment A Joannes Lydus
(De magistralibus), desquels il parait rsiilter que l'adjulor et le
subadjuva sont des fonctionnaires charges de designer les agents
qui ex6cuteront les decisions du magistral, puis de surveiller cctte
execution (1. 2 et 4, C. Th., de exsecutoribus vin, 8). Le premier
de ces textes, il est vrai, ne nomme pas I'adjulor, mais il men-
tionne le primiscrinius et Bethmann tlollweg Mtablit la synony-
mie des deux expressions. Ne voulant pas discuter celte question,
je me content de dire que, sur ce dernier point, I'explication du
savant jurisconsulte, si je l'ai bien comprise, me laisse quelques
doutes. Que l'adjutor soit quelquefois d6sign4 sous le litre de pri-
miscrinius, cela me parait indeniable. Mais je crois que cette der-
nirre expression a un sens plus large et embrasse d'autres fonc-
tions. Je crois, en d'autres terms, que si tous les adjutores
sont des primiscrinii, tous les primiscrinii ne sont pas des
adjutores. Ainsi, la Notice (ch. Iv) identified le primiscrinius
avec le numerarius; mais si les deux expressions sont iden-
tiques, on ne voit pas comment dans l'offictun du magister equi-
turm il se trouve un adjutor et un primiscrinius (ch. vi), com-
ment dans celui du proconsul d'Afrique figurent un adjulor, un
subadjuva et un primiscrinius.
Le lien Btroit de subordination qui unissait le subadjuva A










VICAIRES ET C0MTE5 D'AFRIQUE


I'adjutor est affirm par la Notice (chap. vmi), qui nous montre
dans l'officium du maitre des offices un subadjuva adjutoris.
9o Les exceplores sont les simples scribes ou notaires. On en
trouve, sous le haul empire, aupr6s de tons les magistrats, meme
dans les municipes () Au milieu du ive siecle, les plus l6ev6s
des exceptores places aupres des pr6fets du pr6toire formaient,
sous le nom d'Augustales (2), un college de trente membres,
dans lequel le cornicularius, le primiscrinius, le commen-
tariensis et I'ab aclis choisissaient leur adjutor (dans le sens
large du mot). Ce dernier pouvait, A son tour, devenir titulaire
de l'emploi. Celui qui, au lieu de suivre cette voie, reste dans le
college, peut etre nomm6 primicerius. Tel est le nom donn6 au
chef des exceptores. Johannes Lydus l'appelle cependant pri-
miscrinius. II ne parait pas qu'un college analogue aux Au-
gustales ait exist aupres du vicaire.
40o Les singulares ou singularii remplissent l'office de
courriers du magistrate. On les appelle aussi parfois cursores,
mittendarii, etc. II va sans dire qu'ils ne doivent pas etre con-
fondus avec les singulares ou equites singulares que nous pre-
sente l'organisation militaire. Cf. Mommsen et Marquardt,
Handbuch der Rom. Alterth., v. p. 489, note 1 (edition 4884).
On me pardonnera la longueur de ces explications qui m'ont
paru indispensables, A cause de la sobri6t6 des manuels sur ce
point, pour I'intelligence de beaucoup de textes qui seront ana-
lyses dans le course de ce travail. Je n'y ajouterai qu'une obser-
vation, c'est que le vicaire n'est pas libre d'augmenter indefini-
ment le chiffre de son personnel qui ne peut exc6der trois cents
personnel. Tout ce monde est, en effet, une charge pour l'Jtat.
- L. 5 de officio vicarii. C. Th., i, 15.


(1) Ainsi, la loi 151 de decurionibus, xi, I, exige, pour la validity
des acta public, la presence d'un magistrate, de trois principals
et d'un ex.ceptor. Voir aussi Le Blant: Les actes des martyrs, aux
endroits cit6s plus haut, propos du commentariensis.
(2) Ce sens du mot Augustales n'est pas indiqu6 dans le Diction-
naire des antiq. grecq. et rom. de Daremberg et Saglio.











DE DIOCL9TIEN A L'INVASION VANDALE


Bcecking, remarquant que les constitutions adressees aux vi-
caires ne d6passent pas 409, en conclut que celte magistrature
Blait supprimee A l'6poque de I'invasion vandale. Celte affirma-
tion est erron6e, au moins en parties. Apris 409, nous trouve-
rons encore Martinianus, en 415. II serait done t6m6raire de
tirer une conclusion du silence des textes depuis 415 jusqu'a
428.
Apres l'invasion vandale, je serais assez port A croire qu'un
poste de vicaire fut jug6 inutile A la tate de la portion de ses
possessions africaines que Rome conserve encore. Trois novelles
de Valentinien concernent I'Afrique. Toutes trois sont adress6es
au prefet du pr6toire:
Nov. xi, de pecunia Afris tribute, de 443, A Albinus;
Nov. xvII, de tributis fiscalibus, 415, au mme ;
Nov. xxxii, de praediis pistoriis Afris deputandis, 451, A
Firminus.
Quand Justinien reconquit 1'Afrique sur les Vandales et en
reconstilua administration, il ne ful plus question des vicai-
res. Ce rouage n'avait plus la meme utility.











VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


II. LES COMTES D'AFRIQUE


La creation des comtes d'Afrique, et vraisemblablement celle
de tous les grands commandements militaires, est postlrieure
de pres d'un demi-si6cle A la division de I'empire en dioceses et
A l'apparition des vicaires. Ces derniers sont, nous l'avons vu,
la consequence d'une premiere r6forme administrative; on a ima-
ginB les comtes, come les magisiri militum, quand on a en-
levd aux pr6fets du pretoire leurs attributions militaires (1).
La date exacte de cette reforme nous 6chappe encore, mais
on peut la fixer approximalivement entire les annies 315 et 320.
II s'opire alors, en Numidie, une transformation important
qui ne peut Wtre que la consequence de celle-ci. (Cf. mes
Fastes de la Numidie sous la domination romaine). Apres
315, on trouve encore un praeses portant le titre de vir perfec-
tissimus praeses provinciae Numidiae; mais, A partir de 320,
cette denomination est remplac6e par celle de vir clarissimus
consularis provinciae Numidiae et le gouverneur s'6loigne de
LambBse pour fixer son siege A Constantine.



Le comte d'Afrique n'est, en r6alit6, qu'un dux auquel sa
function confere le tire honorifique de come. II n'a peut-ktre
meme portA au debut que la denomination de dux (cC. Ursacius,


(1) 11 ne faut pas confondre cette question avec cello de la creation
des quatre prefectures du pr6toire, que Zozime attribue a Constantin,
mais que les auteurs modernes considdrent gdn6ralement comme
une consequence de 1'organisation de ]a tetrarchie. Cf. Tillemont,
Histoire des Emnpercurs, iv. p. 284. Mommsen, De C. Caelii Sa-
turnini titulo. Naudet, Des changements opdres dans l'adminis-
tration de l'empire remain, n, p. 284 et 348. M. Humbert, Essai
sur les finances romaines, pages 319 et 325, me parait avoir 6mis, 4
cet 6gard, deux opinions contradictoires.









DE DIOCLtTIEN A L'INVASION VANDALE


plus loin) (l). Mais comme ce mot a un sens assez 6tendu qui
embrasse tous les commandements plus ou moins Blevs, il rest
peu A peu reserve A ceux d'ordre inferieur come en Maurkta-
nie, et, ailleurs, la qualification de come pr6valut.
Comes Africae sera done I'expression que nous rencontre-
rons le plus fr6quemment dans les lextes et notamment dans le
Code Theodosien. L'inscription de Flavius Victorianus entiree
375 et 378) nous donne une formule plus complete: vir cla-
rissimus primi ordinis comes Africae. On trouve encore :
comes militaris rei per Africam (1. 3 de erogatione militaris
annonae (C. Th., Yn, 4); (2 comes rei militaris per
transmarinas provincias (I. I de comitibus rei militaris
(C. Th., vi, 14). Mais, dans ce cas, il s'agit moins d'un titre of-
ficiel que d'une appellation qui permit d'embrasser A la fois le
come d'Afrique, le dux de Maurtlanie et celui de la Tripoli-
taine.
Gildon est appel6 comes et magister utriusque militia per
Africam (1. 9 ad legem Juliam de adulteriis, C. Th. ix, 7).
Ce n'est pas une simple variante, mais l'indication, tout au moins,
d'un rang plus 6lev6 dans la hierarchie, puisque ce litre faisait
prendre rang parmi les illustres. Cette qualification Btait-elle, dans
ce cas, purement honorifique, come le pensent Bcecking (Not.
dignity i, p. 208 et 209) et Bethmann Hollweg? Je le croirais
volontiers. Notons, en passant, qu'en Gaule, le come militaire
s'appelle Magister equitum Magister equitum et peditum
sous Constance et sous Julien (Bethmann Iollweg, 435, note 44
in fine. (La Notice lui donne le litre de vir illustris comes et
magister equitum Galliarum Naudet (op. cit.) dit que les
comes mililaires sont appeals quelquefois pro-magistri ; je n'ai
rien trouve de pareil aux endroits qu'il cite.

(t) D'apres M. Mommsen, De C. Caclii Saturnini titulo, c'est
seulement apres Constantin que les mots comes Africae out 6tW em-
ployds pour designer le comte militaire.
(2) Le comes per Africam de la loi 1 quemadmodum munera ci-
vilia (C. Th. xi, 5), de 326, n'a que des functions d'ordre civil. Cf.
la note prec6dente et plus loin la notice d'Annius Tiberianus.








VICAIRES ET COMTES D'AFRJQUE


Ammien Marcellin, parlant du come Flavius Gratianus, p6re
des empereurs Valentinien le et Valens, s'exprime ainsi:
comes praefuit rei castrensi per Africam (xxx, 3). On verra
plus loin que cette expression doit Wtre considered, suivant moi,
come l'quivalent de comes Africae.
La loi 1 de venatione ferarum (C. Th,, xv, 11) donne A
Maurianus, en 414, le titre de vices agens magistri
milituni, Ammien Marcellin parait appliquer A un autre ce-
lui de vicarius : ut ne quid suspicaretur (il s'agit d'Ursicinus,
mailre de la cavalerie en Orient) adversi venturus, vicarius
ejus, dum credit, Prosper missus est comes (xiv, 11).


La Notice des dignitls (ch. xxii) qualified le comte de vir
spectabilis; c'est aussi l'expression employee g6nbralement par
le Code Theodosien. II semble que, dans le principle, il n'ait Wt1,
come le vicaire, que perfectissimus: nec sub eo (l'empereur
Constance) dux quisquam cumr clarissimatu proveclus est.Erant
enim, ut mos quoque meminimus, perfectissimi (Amm. Mar-
cell.,xxi,16). (1) A quelle poque devinrent-ils clarissimi, puis
quand changerent-ils ce titre pour celui de spectabiles ? II est
difficile de se prononcer. Dans la loi 3 de equorum collatione
(C. Th., xi, 17), de 401, on ne les dit encore que clarissimi.
Le cursus honorum du come Flavius Gratianus est interes-
sant en ce qu'il nous donne une idWe de l'avancement dans I'ar-
moe, A cette 6poque. II d6bute dans les protectors, c'est-a-dire
dans la garde impiriale, et devient par la suite tribune de lgion,
come d'Afrique, come de Bretagne. On pourrait citer aussi
Gaudentius qui, d'abord come, fut plus tard vicaire; mais nous
aurons plus loin A nous demander s'il s'agit bien du meme per-
sonnage.

(1) Le timoignage d'Ammien est cependant contredit par la loi 4
de re military don't la rubrique donne, en 350, au comte Cretio, la
qualification de vir clarissimus. 11 me parait, du reste, singulier
qu'un Comte d'Afrique soit un simple perfectissime tandis que le
Consulare de Numidie est clarissime. Notons toutefois que cc serait
moins choquant que s'il s'agissait du vicaire.








DE DIOCLITIEN A L'INVASION VANDALE


En tous cas, il est certain que les vicaires avaient la prs6bance
sur les comes. La loi 7 de officio vicarii (C. Th., I, 15) dit
d'abord que dans les affaires civiles le vicaire l'emporte, mais
que, dans les affaires militaires, le come carte le vicaire. Puis,
visant le cas d'une affaire mixte, le texte affirmela preeminence
de ce dernier : quotiesque societas in judicando contigerit,
priore loco vicarius ponderetur, comes adjunclus accedat ;
si quidem, cum praefecturae meritum ceteris dignitatibus
antestet, vicaria dignitas ipso nominee ejus se trahere indicet
portionem et sacrae cognitionis habeat potestatem et judica-
tionis nostrae soleat repraesentare reverentiam.
Ajoutons, enfin, que parmi les comes, ceux d'Afrique, ou
plus exactement les comites per transmarinas provincias,
paraissent avoir eu une situation plus relevee que les autres.
J'en trouve la preuve dans la loi 1 de comitibus rei militaris
(C. Th., vi, 14), en 372, qui laisse entrevoir que leur mission peut
leur valoir le rang de comes de premiere classes : qui contempla-
tione meritorum, ducto inter provincias transmarinas stre-
nuissime milite, primi ordinis comitivam fuerint consecuti...
La fin de ce texte ne manque pas non plus d'interet, car il y est
dit que cette faveur et ce titre astreignent loujours les comes A la
reverentia envers certaines personnel que la loi designe ainsi:
ea reverentia altissimarun dignitatum viris subjugantur.

On a dit que Carthage 6tait la residence officielle du come
d'Afrique. Je n'y vois pas d'objection sbrieuse. Toutefois, je ne
crois pas que l'argument tire de la loi 15 de decurionibus
(C. Th., xi, 1), et que l'on cite quelquefois, suffise pour tran-
cher la question dans ce sens.

Le come d'Afrique, dit la Notice des dignitls (ch. vi), relive
du maitre de I'infanterie : sub disposition viri illustris ma-
gistri peditum praesentalis (1), comites militum infra script :

(I) On sait que 1'6pith6te praesentalis designe les tonctionnaires
presents h la cour par opposition t ceux dans les provinces.








VICAIRES ET C031TES D'AFRIQUE


a) Italiae, b) Africae, c) Tingitaniae, etc. ; Duces limitum
infrascriptorum decem: a) Mauritaniae Caesariensis; b) Tri-
politani..., etc. On voit par ce texte combien le department
du come difftre de celui du vicaire ('. 11 comprend la Procon-
sulaire, la Numidie propre, la Numidie proconsulaire et la By-
zacene ; mais il exclut la Tripolitaine et la laurlianie Cesarien-
ne. Quant A la Tingitane, on sail qu'elle est rattachee A 1'Espa-
gne. II ne faut pas, au surplus, s'6tonner de la discordance on-
tre les divers resorts; on la retrouve mime dans l'ordre des
divisions eccl6siastiques, oui la repartition des 6veches entire les
provinces offre des particularit6s curieuses qne nous n'avons
pas A indiquer ici.
Voila la conclusion qu'A premiere vue on peut d6duire de la
Notice. Cependant, quand on y regarded de plus pris, on est
port6d croire que les pouvoirs du come d'Afrique 6taient
beaucoup plus otendus. Ainsi, trois des praepositi limitum
que le chapitre xxix met sous les ordres du dux Mauretaniae
se retrouvent knum6res parmi ceux qui dependent du come (2).
Celui-ci parait 6galement avoir A sa disposition (chap. xxii) le
praepositus limits Montensis in castris Leptiwanis et le prae-
positus limits secundae/ornum in castris Tillibarensibus. Je
n'insisle pas sur le premier. Comme on verra plus loin,je croirais
volontiers qu'o dloit lire Neptitanis, au lieu de Leptilanis. Mais
il semble, quoi qu'on en ait dil, difficile de ne pas identifier les
castra Tillibarensia avoc le Tillibari que l'llin6raire d'Antonin


(1) Un texte appelle ce department le diocese militaire d'Afrique :
Equos canonicos militaris dioacescos Africanae. L. 3 de quorum
collatione ; C. Th., xi, 17. La lecon n'cst cependant pas abso-
lument sfire ; quelques manuscripts donnent: equos canoicos mill-
tares... Cf. la note d'HIaenel.
(2) On a trouv6 au nord d'Aumale (Auzia) trois bornes; deux d'cn-
tre dlles portent: Limes pr(ooinciae) Afri(cae), 1'autre: Liimes
Maur(etaniae), cf. C. 1. L., viiI, 9178; IEphem. epig., vii, 492,
493. Ccs bornes, lpiaces en pleine MaiiurCanie, indiquernient, d'a-
pres M. Mommscn, Ja limited extreme du resort du come; 1'espace
entire ces points ct la frontiere vraic de la Numidic scrait le terri-
toire mixte oih s'exercaient simultancment I'action du comte et celle
du cdux et praeses de Maurdtanio.








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


place en Tripolitaine. De plus, si nous examinons le tableau
reproduit plus loin de la repartilion des troupes par provinces
(Nut. dign., vil), nous remarquons que celles indiquses com-
me cantonn6es en Afrique sont placees sous les ordresdu come.
11 n'en est attribud aucune an dux M1auretaniae ni an dux Tri-
policanae. Le chapitre xxx reconnalt, il est vrai, a ce dernier, les
milites fortenses in castris Ieptitanis et les milites munifices
in castris Mladensibus, mais il n'est pas douteux que ces deux
detachements ne constituaient pas A eux seuls le corps d'occu-
pation de cette province, et, d'autre part, it est remarquable
que le dux Maurelaniae apparait come un officer absolument
sans troupes.
Enfin, une autre remarque qui n'a pas non plus encore 616
faite, c'est que le jour oi les habitants de Leptis, en Tripoli-
taine, sont opprimrs par les incursions des Austuriani, ils s'a-
dressent directement au come d'Afrique Romanus pour avoir
des secours. A un moment donn6, il est vrai, leur defense est
confide au dux et praeses de Tripolitairie, Ruricius; mais Am-
mien Marcellin nous presehte cela comme une measure excep-
tionnelle prise sur les instances des d6pules de la Tripolitaine, A
la suite du depart du come et de l'accusation portee contre lui.
Resumons-nous : le comte d'Afrique nous apparalt comme in-
vesti du commandement exclusif des troupes d'Afrique, sauf
deux exceptions pour la Tripolitaine. 11 a sous ses ordres les
praepOsiti militum de la Byzacene et de la Numidie. 11 partage
avec le duc de Mauretanie, dans des conditions qu'il est difficile
d'expliquer, I'autorit6 sur trois praepositi; deux autres prae-
positi de limits, qu'on allribue g6ndralement a la Tripolitaine,
sont ses subordonui(s. Qui ne voit, d6s lors, combien il serait
inexact de se border A dire que le come d'Afrique n'a qne le
commandement mililaire sup6rieur de la Proconsulaire jointe A
la Byzacbne et A la Numidie? II a, en realit6, quelque chose de
plus, et l'on trouvera peut-6tre un jour la notion cxacle de ce
pouvoir. Bornons-nous a conslater aujourd'hui le danger d'une


f,"v'rsit, of









VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


formule que j'ai moi-m6me employee jadis. Cf. Bulletin tri-
mestriel des antiq. afric. (Oran), 1885, p. 79.


J'ai parl6 plus haul des troupes que la Notice des dignitls
(ch. iiv) place en Afrique: cum viro spectabili comite Africae.
En voici la liste (1) :

A. INFANTERIE :

1t Celtae juniores;
20 Armigeri propugnatores seniors
30 Armigeri propugnatores juniores;
4 Secundani Italiani, qui nous font songer h la II ta-
lica ;
5 Cimbriani;
6 Primani, cf. Corpus 1. L,., vmi, 9,248;
70 Secundani;
80 Tertiani ;
90 Constantiniani;
100 Constantiaci ;
110 Tertio Augustani, qui rappellent le souvenir de la 11je
Augusta ;
120 Fortenses.

B. CAVALERIE:

10 Equites Stablesiani Ilaliciani;
20 Scutarii seniors ;


(1) A propos de cette listed, il doit 6tre fait deux observations im-
portantes: ]a premiere, c'est qu'elle ne nous donne que 1'6tat de 1'ar-
m6e d'Afrique dans les premieres ann6cs du 5- sidcle verss 400-404,
date de ]a Notitia dignitatum). 11 faut done fair la part de modifi-
cations diverse qui n'ont pu manquer de se produire avant et apros.
En second lieu, la multiphcit6 des corps no doit pas nous porter a
croire que les troupes lraiont plus nombreuses que dans le haut em-
pire. Au point do vue numcrique, chacun de ces d6tachements diffe re
compldtement de la troisiemne 16gion. Si nous poursuivions cette
6tude, nous montrerions que l'organisation nouvelle n'a plus rion
de commun avec 1'ancienne.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


30 Stablesiani senores ;
40 Marcomanni;
50 Armigeri seniors ;
60 Clibanarii ;
7 -- Parthi sagittarii seniors, C. I. L., vm, 8,490,
Sktif;
80 Cetrati seniors ;
90 primo sagittarii ;
100 secundo sagittarii ;
110 tertio sagittarii ;
120 quarto sagittarii;
130 Parthi sagittarii juniores ;
14 Cetrati juniors ;
150 promote juniores ;
160 Scutarii juniors comitatenses ;
170 Ifonoriani juniores ;
18 Scutarii scholae secundae ;
190 Armigeri juniores.
La Notice nous apprend, en outre, que le comte d'Afrique avait
sous ses ordres, comme nous l'avons vu, des praepositi limitum.
11 ne s'agit pas ici d'une division lerritoriale partageant tout le
pays, mais d'un certain nombre de posies isol6s. Sur ce point,
le doute n'est guere possible. Malheureusement, beaucoup de
ces endroits n'ont pu encore itre identifies avec les localities
modernes. M. Masquera) (1) a cependant fort inghnieusement re-
marqu6 que l'ordre d'6num6ration de la lisle procede en allant
de P'est A l'ouest, ce qui est une indication precieuse pour gui-
der les recherches. II ne faudrait pas, toutefois, la prendre A la
lettre, I'auteur m[me le constate A deux reprises, et nous au-

(I) Dc Aurasio Monte, Paris, Thorin, 1886. Je suis pas h pas
ce travail, le plus complete et lo plus stir de tous ceux qui traitent la
question des limits d6pendant du comte d'Afrique. On peut consul-
ter aussi Bcecking (Not. dignit.), mais il est bien vicilli depuis que
d'mnornbrables d6couvcrtcs 6pigraphiques ct une 6tude plus appro-
fondle de la topographic alg6rienne ont transform la geographic de
ce pays.









VICAIflES ET COMTES D'AFRIQUE


rons A nous demander s'il n'y a pas une derogation plus grave
pour les castra Tillibarensia.
II est, en outre, assez difficile, au premier abord, de deter-
miner d'apres quelle rEgle on a choisi les emplacements des
limits. On ne peut dire qu'ils ont exclusivement pour but de
proteger la line d'occupation romaine contre les incursions du
dehors, puisque le limes Tubusubditanus et le limes Tuggen-
sis, sans parler du Zabensis, sont au centre mnme du terriloire
occupy. A mon avis, I'on a obbi A une double consideration:
d'abord couvrir les frontiires, ensuite assurer dans I'int6rieur
meme du pays la s6curit6 de regions occupies par des popula-
tions moins soumises ou moins civilisees. Le praepositus limi-
lis, dans ce dernier cas, replace le praefeclus gentis du haul
empire.
On remarquera, enfin, et j'y ai faith dbjA allusion, que plu-
sieurs des limits indiqu6s ci-apris comme relevant du come
d'Afrique figurent dans d'autres chapitres come places sous
les ordres du dux Maurelaniae. Mais je ne puis encore que
constater ce faith, don't on n'a donned aucune explication plausible.
Les praepositi limitum Anumnrds par la Nctice come Mtant
sous l'autorilt superieure du comte d'Afrique sont au nombre
de seize:
10 Le I'raepositus limits Thamallensis, qu'on s'accorde A
identifier avec le Turis Tamalleni de l'itin6raire d'Antonin,
sur la route de Tacape (GabBs) A Leplis .Vlagna, A 78 miles de
Tacape. Cet endroit parail correspondre A I'oasis de Tilmin
don't le nom acluel, comme on voit, ne se serait que lIgerement
altlrA. 11 Mlait ainsi en Byzacene, sur la frontiere de la Tripoli-
laine. Cf. C. 1. L., vi, p. 21; Mlorcelli, i, p. 302.
o0 Praepositus limits Montensis in castris Leptitanis.
La plus grande incertitude rigne sur I'emplacement de ce limes.
On a d'abord lieu d'hisiter entire les deux Leplis: I.eptis Magna
(Lebda), en Tripolitaine, et .eptis minus ou Leptiminus(Lemla),
en Byzacene, que Justinien appelle Altera Lepti par opposition








DE DIOCLITIEN A L'INVASION VANDALE 29

A la premiAre. L. 2, 1, de officio praef. praet., I, 27).
II a sembl6 A Boecking qu'il s'agissait de Lepti minus, A raison
de sa situation en Byzacene. MI. Masqueray pense, an contraire,
que les Leptilana Castra sont aupris de Leptis Magna, en Tri-
politaine. On les retrouve mentionn6s, dit-il, au chapitre xxx de
la Notice qni, nanumirant les troupes placees sous les ordres du
dux Tripolitanae, nomme les nilites fortenses in castris
Leptitanis. 11 y aurait done pour ce limes une situation mixte
prdsentant de I'analogie avec celle des trois limits de Maur6-
tanie.
II y a une troisi6me explication, indiquie par AI. Otto Seek
dans son edition de la Notice. Elle consist A lire: in castris
Neptitanis, au lieu de: in castris Leplitanis. Nefta, I'empla-
cement actuel de Nepte (ou Aggarsel) est A 'ouest de Turris
Tamalleni, au nord-ouest du cholt El-Djerid. -- (Nepte;
ethniques: Neptitanus, Neplensis, Nebbitanus ; cf. C. I. L.,
vin, p. 22). Cetle correction du texte, que oM. Masqueray ne
parait pas avoir connue, est quelque peu hardie. Elle concorde
parfaitement, ndanmoins, avec le principle de l'6num6ration de
l'est A l'ouest.
30 Praepositus limits Bazensis. Celte consonnance 6veille
tout d'abord le souvenir de Base que l'ltineraire d'Antonin place
dans la Tripolitaine entire .eptis magna et lacomades Syr-
tae. Morcelli prefere identifier ce limes avec Vazua, la OuaZ&ua
de Ptolemee, en Proconsulaire, entire Thabraca et le Bagrada
(Africa Christ., p. 348). Bcecking (n, p. 521) opte pour Ubaza
Castellum. MI. Masqueray pense qu'il s'agit d'Ad Badias, aujour-
d'hui Bades, au pied meridional de I'AurBs, entire Besseriani et
Biskra. Quant A la transformation de Badiensis en Badensis,, it
fait trbs ing6nieusement remarquer que ce n'est pas in fait
isol6 dans l'onomastique africaine, oA Auzia donne Auza, Au-
ziense, Audiense et ou l'on trouve Azabenicis pour Adiabe-
nicis.
4 Praepositus limitis Gemellensis. Gemellae, aujourd'hui








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


M'lili, au pied de l'AurBs, oi le P. Delattre (Revue de l'Afrique
franchise, 1888, p. 175) et plus r6cemment MM. Audollent et
Letaille ont reconnu des restes d'un camp permanent. Le Cor-
pus, viii, p. 277, admet cette identification. On connait cepen-
dant deux autres localitls du m6me nom : 'une, Vicus Gemel-
lae, sur la route de Tacape A Capsa et A Tttelepte, enlre ces deux
derniers endroits, 1'autre snr la route de Lambese A SBlit, A
Kherbet-Frai'm, d'apres M. Poulle (Rec. de Const., xvi, p. 222
et suiv.; p. 421 et suiv.), A Bel-Haroug, d'apr6s !e Corpus, p.
744 et 973.
50 Praepositus limits Tubunensis, a Tubunae, aujourd'hui
Tobna, C. I. L., vii, 4482 et suiv.
60 Praepositus limits Zabensis. Zabi, don't les ruines
se voient A Beschilga, pres M'sila. C. I. L., vii, p. 750.
7o Praepositus limits Tubusubditani. Tupusuctu,
suivant la forme la plus ancienne, a Tiklat, au sud-ouest de
Bougie. C. I. L., vni, 8834 et suiv.
80 Praepositus limits Thamallomensis. Morcelli Ii, p. 303)
l'identifie avec une locality de ByzacEne sur les frontieres de la
Tripolitaine don't parleVictor deVita,qui la nomme Tamallumensis
civitas (Historia persecutionis Africanae provincial, edition
Petschenig, in, 45). Mais il y a en Maurdtanie un Taman-
nuna municipium, plac6 dans la carte de Peutinger A l'ouest de
S6tif et qu'on suppose avoir 61t situ6 vers Bordj-bou-Arr6ridj ou
tout au moins dans la plaine de la Medjana. Victor de Vita cite
en t6te de la liste des Wveques de la Sitifienne exiles en 484 par
Iluneric: Rufinus Tamallumensis. 11 s'agit tres vraisemblable-
ment de notre limes. M. Masqueray considbre cette hypoth6se
comme tres plausible. Cf. C. I. L., vii, 751 ; Bcecking,
p. 525.
9 Praepositus limitis Balaretani. Les noms connus qui se
rapprochent le plus de celui-ci sont : Vavarita en Byzacene,
Vazarita ou Bazarita en Numidie, Ox6s2 que PtolbmBe
place en Maur6tanie CBsarienne. Le nom de ce dernier endroit








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


offre une certain consonnance avec celui de l'ecclesia Baparensis
de la liste des eveches de cette province. Morcelli, i, p. 97.
M. Masqueray n'est pas Mloign6 de supposer que cette locality,
don't l'emplacement est inconnu, se confond avec le limes Bala-
relanus.
T 0 Praepositus limits Columnalensis. Uneborne milliaire
trouvee dans les environs de Teniet-el-Haad, sur le territoire des
Beni-Lint, indique que Columnata est A 15 miles. (Waille,
Bulletin de Correspondance africaine, 1884, p. 453. Pierre
Gavault, Rev. afric., 1883, p. 231. Mac-Carthy, mnme Re-
vue, 1884, p. 392). On a suppose qu'il fallait placer Columnata
a Ain-Toukria, don't les ruines sont distantes de 22 kilomrtres. A
defaut de determination precise, nous connaissons, comme on
voit, approximativement la position du limes Columnalensis.
11 Praepositus limits Tablatensis. M. Masqueray garde le
silence A son sujet. Je vais essayer de combler la lacune. Les
listes des 6vich6s indiquent par deux fois une locality de Mau-
r6tanie CUsarienne don't l'ethnique est Tablensis. Son emplace-
ment n'est pas connu, mais c'est vraisemblablement de ce c616
qu'il faut chercher. On a propose d'autres endroits : Tabalta
(ethnique, Tasbaltensis, d'apris la lisle des 6vichls), dans la By-
zacbne, entire Sufetula et Tacape ; Mlannert parole de Taba-
lati, silu6 A 156 miles plus loin que Turris Tamallene (Geogr.
des Elals Barbar., p. 157). Becking pense bien qu'il faut
chercher du c6t1 de la MaurBtanie et il incline vers Talilli, sur
la route de Carthage A CUsare,' entire Ad Aras et Auzia, don't le
nom aurait Wte mal copies.
120 Praepositus limits Caput Cellensis. Suivant Bcecking, il
s'agit de Cellae, sur les limits de la Numidie et de la Maureta-
nie (Kherbet-Zerga). M. Masqueray estime, au contraire, qu'il
faut identifier cet endroit avec le Caput Cilani de l'Itineraire
d'Antonin, entire Tiranadi (Berouaghia? C. I. L., vim, 1791) et
Sufasar (Announa): ce qui me parait A peu pros certain.
13 Praepositus limits Secundaeforum in Castris Tilli-
barensibus. Rien dans l'onomastique africaine ne nous fournit








VICAIRES ET COMTES D AFRIQUE


une indication sur le nom de Secundaeforum, que M. Masqueray
consid6re avec beaucoup de vraisemblance come alt6rE par un
copiste. II 6met la mrme opinion an sujet des mots in Cajtris
Tillibarensibus. M. Otto Seek indique, dubilativement, il est
vrai, la lecture Secundanorum, au lieu de Secundaeforum (1),
ce qui, au surplus, n'avance qu'assez peu la solution de la diffi-
cult6. Quant au lieu qui a pour ethnique Tillibarensis, on no
peut le rapprocher que de Tillibari en Tripolitaine, sur la
route de Tacape a Leplis. Or, M. lasqueray repousse cette
identification avec notre limes comme contraire A l'ordre suivi
par I'auteur de la Notice dans son 6numeration, et il faut attcn-
dre, suivant lui, pour Wtre fix6, que le hasard fasse decouvrir un
second Tillibari en Blaur6tanie, A moins que la transcription ne
soil mauvaise, ce qui lui parait plus vraisemblable. Je ne cache
pas, pour ma part, que l'idee d'une mauvaise transcription me
parait I'hypothsse la moins sAre. La forme des mots in castris
Tillibarensibus me parait absolument correct et, pour dire
toute ma pensbe, il m'est plus facile de supposed ine transposi-
tion qu'une alteration des noms. Les erreurs de cette nature ne
sont pas rares dans les manuscripts quand il s'agit d'6numera-
tions. Le copiste qui s'apercoit d'une omission n'efface pas,
mais il r6pare immedialement sa faute en ajoutant A la suite les
noms oubli6s. Je croirais done volontiers au Tillibari de Tri-
politaine. II est vrai qu'un peu plus loin (cl. xxx), nous rencon-
trons un praepositus limits Tillibarensis sous les ordres du
dux Tripolitanae; mais ce fait n'a rien d'anormal, puisqu'il se
presence trois fois en Mauritanie. On remarquera, au surplus,
que notre texte ne donne au come d'Afrique que le limes se-
cundanorum des castra Tillibarensia.
140 Praepositus limits Tangensis. l. Masqueray avec
Bcecking, pense qu'il faut lire Tuggensis et place ce limes A



(1) On a vu plus haut figure les Secutndani parmi los corps de
troupes de l'arm6e d'Afrique.








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


Tucca, A 1'embouchure de l'Ampsagas, qui spare la Maur6tanie
de la Numidie, suivant la Table de Peutinger.
15" Praepositus limitis Bidensis. C'est tres vraisemblable-
ment le Bida municipium place par l'ItinPraire d'Antonin sur la
roule intBrieure de Rusuccuru A Saldae. On suppose assez g6-
neralement que Bida est aujourd'hui Ijema-Saharidj, dans la
grande Kabylie. Le limes Bidensis est aussi, de I'avis g6ndral, le
meme que le limesVidensis place sous les ordres du dux Mau-
relaniae.
160 Praepositus limits Badensis. M. Masqueray incline A
voir IA une r6petition du 30 (Ad Badias, Bades). Les commenta-
teurs qui placent le limes Bazensis A Base, en Tripolitaine,
mettent sans peine le Badensis a Ad Badias. II m'est, pour ma
part, assez difficile de croire qu'il y ait une simple rpedtition du
30: si c'klait vrai, la forme serait la m6me dans les deux cas. Or,
elle differe. Jusqu'a nouvel ordre, j'aime mieux croire A une lo-
calit6 inconnue de Maur6tanie.


Le come d'Afrique, comme, du reste, tous les commandants
militaires, exercait dans son resort une certain jurisdiction.
Plusieurs textes y font allusion. C'est d'abord la loi 7 de officio
vicarii (C. Th., I, 15), don't il a 6t0 dejA question: ....
in militaribus (causis) comites vicariis (convenit) anteponi.
C'est surtout la loi 16 de appellationibus (C. Th., xi, 30) : a
proconsulibus el comitibus et his qui vice praefectorum co-
gnoscunt, sive ex appellatione, sive ex delegate, sive ex or-
dine judicaverint, provocari permittimus.
Mais A quel signed reconnaitra-t-on les affaires relevant du juge
civil et celle don't le juge militaire doit seul connaitre ? La loi 2
de jurisd. (C. Th., n1, 1), qui est de Constance, r6pond par
une distinction: s'il s'agit d'une affaire civil, c'est le rector
provincial qui est competent, alors meme qu'une des parties
serait un militaire ; s'il s'agit d'une affaire criminelle, lejuge
militaire est compleent quand le d6fendeur est un militaire et








VICAIRES ET CO03TES D'AFRTQUE


la qualitI du poursuivant est indiffcrente. Cetle decision est peut-
Wtre celle A laquelle Ammien Marcellin fail allusion quand il dit
de Constance : nec occurebal magistro equitum provincial rec-
tor, ner contingi ab eo civil negolium permittebat (xxi, 16). La
defense de soumclire au juge militaire des affaires civiles est con-
firm6e par la loi 9 au m6me tire de jurisdiction, sous des peines
sdvbres. Cependant, Honorius et Thtodose II paraissent avoir ad-
mis une d6rogation A celte regle en 413 (1. 6 dejurisdicli omnium
judicium, C. Justin., ii 13).Les commandants militaires pourront
connaitre des affaires civiles entire militaires, ou entire militaires
et civils quand le defendeur sera militaire : magisleriae poles-
tati, inter militares viros, vel privatum actorem et reum
militarem, etiam civilium quaestionun audiendi concedimus
facultatem. II est remarquable que cette loi ne figure pas au
Code Theodosien.
Les comes sont, pour I'usage du cursus publicus, soumis A
peu pres aux memes r6gles que les vicaires. Comme eux, ils ont
droit de se servir des postes imptriales pour se rendre au siige
de leur function ; mais ils ne peuvent pr6lendre qu'A quatre che-
vaux et un cheval supplmentaire (parhippus)(l), d'apris la loi
49 de cursu public (vm, 5).


Le come d'Afrique a un officium appelM aussi ormala appa-
rilio comitis Africae dans la loi 31 de episcopis (C. Th., xvi, 2).
Cel officium se compose:
o1 D'un princeps detach6 de l'officium des magistri militum
praesentales. 11 est fourni une ann6e par le magister peditum,
I'autre ann6e par le magister equitum ;
2 Un cornicularius;
3o Un adjutor;
4o Un commentariensis tir6, comme le princeps, de l'officium
des magistri militum et avec la meme alternance;

(1) Le parhippus est un cheval de selle sur lequel on met un
porte-manteau (Daremberg et Saglio, Dict. des antiq. grec. et rom.,
i, p. 1657, col. 1). Voir aussi Audollect: Les Veredarii, dans les
Mdlanges de l'Ecole de Rome, 1889, p. 249 et suiv.








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


5 Deux numerarii. M.me observation que pour le prec6-
dent;
60 Un subadjuva;
70 Un regerendarius prepos6 au service des poses (cursus
publicus), d'aprBs Bethmann Hollweg (Iir, p. 152). Je ne vois,
cependant, pas bien quelles pouvaient Atre ses attributions et
surtout pourquoi l'on ne trouve aucun officials analogue aupris
du vicaire;
80 Des exceplores;
9o Des singulares, etc.
En rdsumU, si l'on compare cet officium a celui du vicaire,
on voit qu'il y manque l'ab actis et le cura epislolarum et qi'on
Irouve en plus le regerendarius.


Si l'existence de vicaires pendant les derniers temps de la
domination romaine en Afrique prdsente quelque incertitude,
il n'en est pas de m6me des comes d'Afrique. C'est m6me par
I'un d'eux, Boniface, que les Vandales furent appelds. II fut le
dernier. Pendant la periode d'agonie, qui s'Atend de 428 A l'aban-
don d6finitif des provinces africaines par les empereurs d'Occi-
dent, I'histoire n'en mentionne plus aucun.
















VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE




L. DOMITIUS ALEXANDER. V. A.
304 (?) 311

L'histoire de s'est gunre occupde de lui qu'a partir du jour oi
il fut fait empereur, et la seule inscription qui nous ait conserve
ses noms ne lui donne que le tire d'Augusse (1). Cependant,
les 6crivains qui racontent cet episode nous rappellent incidem-
ment ce qu'il faisait auparavant en Afrique: apud Poenos pro
praefecto gerens, dit Aurelius Victor (de caesaribus, XL). Zozime
(nI, 12) emploie une formule 6quivalente: 'A)i ,lvs.;... 6,v
7;%EN TOU uTh3zpy.) T^; OqauX7; iv AlpuY;-r Z20aaiyi...
Mlais c'est A peu pres tout ce qu'on sail de la carribre ant6-
rieure d'Alexandre et la date A laquelle il fut nommi vicaire du
prefet du pritoire est inconnue. Les actes du martyre de St-
Mainmaire et de ses compagnons nous fourniraient peut-6tre un
peu de lumiere sur ce point si, come le remarque M. Poulle,
ils offraient quelques garanties d'aulhenticit6. IUs parent, en
effet, d'un comte Alexandre que le proconsul Anulinus aurait
charge d'instruire le cas de Mammarius. Malheureusement, ces
actes ne sont qu'un recit agreement de details invraisemblables
et ridig6 longlemps apres 1'dvenement avec des souvenirs forte-


(1) Je n'insisterai que peu sur cotte p6riode de la vie d'Alexandre.
J'en ai d"ja parl6 dans les Fastes do la Numidie sous la domination
romaine. On consultera avec profit Tillemont, Hist. des Empereurs,
Iv, pages 109 et 628. M Poille a donn6, a propose de 1'inscription
de Domitius Alexander, trouv6e a Constantine. une dissertation d'un
tres grand interet (Recueil de la Socidtd archdologique de Constan-
tine, xvill, p. 463 et suiv.).









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


ment alltrs (1). Le litre de come, par example, donned A
Alexandre est un anachronisme qui nous transport vers la fin
du regne de Constantin et le mot pagani que le narrateur place
dans la bouche du juge pour designer les payens ne se trouve
point pris dans ce sens, d'apris Tillemont, avant 365 (Ducange,
Glossarium). L'historien ajoute emme qu'il n'y a pas d'exemple
que les payens s'en soient servi pour se designer eux-m6mes.
De plus, si cet Alexandre est le vicaire d'Afrique, l'ordre qu'il
recoit du proconsul souleve une double objection : d'abord, il
ne depend que du pr6fet du pr6toire; en outre, les localitis o6
s'exercent les poursuites sont situdes en dehors de la Proconsu-
laire, car se sont Lambese, Thamugas, Tigisi, Vaga et Boseth
Anforaria.
II me semble, pourtant, qu'A travers les invraisemblances de
la 16gende, on pent enlrevoir la v6rit. Ne serail-ce pasAlexandre
qui, de sa propre aulorit, a fail rechercher les chritiens et les
a jug6s, tandis qu'Annlinus restait stranger a I'action 9 Conclu-
sion hardie, je l'avoue, mais qu'on ne pent rejeter d prior
apres la remarque fort curieuse de M. Edmond Le Blant, dans
le m6moire precitl (pages 26 et 27 do tirage A part) et qu'on
me permettra, A cause de son interkt, de citer en entier.
<( Au trouble si considerable que jette dans nos textes la con-
fusion entire les noms des empereurs, s'ajoute la designation
inexacte des magistrals payens. Un m6me nom, celui d'Anuli-
nus, y reparait A chaque instant, que la scene se passe A Luc-
ques, A Milan, A AncBne, sous NMron, sons Val6rien, Gallien,
Naximien, Diocl6tien, et, si l'on ne vent admettre que, par une
rencontre singuliere, tant d'hommes ainsi nommes aient eu A
poursuivre les fiddles, on reconnaitra, dans des pieces si di-
verses, le nom du terrible proconsul Anulinus qui, sous Diocl6-


(1) Telle est la conclusion de M. Edmond Le Blant (Les actes dos
Martyrs, supplement atu acta sincera de Domr Ruinart, public
dans Jes Memoires de l'Acadrmic des Inscriptions et Bcllcs-Lettres,
1882, et tired h part). L'autcur a Mtabli 1'exag6ration de certaines des
critiques de Tillemont (Hist. eccles., v. p. 617 et suiv.). Les actes de
Saint-Mammaire ont 6td publiCs pour la premiere fois, croyons-nous,
par Mabillon, Vctera analecta, edition in-4o, iv, p. 93 et suiv.









VICAIRES ET C03TES D'AFRIQUE


lien, fut le bourreau des marlyrs d'Afrique et qui, pour les
narrateurs de second main, devint le type meme du magistrate
pers6cuteur. >
Faut-il s'donner, des lors, d'une confusion commise dans
l'Afrique meme, apres bien des annies (car le recit du marlyre
de Saint-Mammaire est, nous l'avons montre, bien postirieur au
fait racont6), par le narrateur? Est-il (6mbraire de substituer le
nom du vicaire Alexandre A celui du terrible Anulinus?
On me dira peut-6tre que ce qui est temeraire, c'est de chan-
ger la physionomie du recit en substituant un personnage uni-
que aux deux acleurs qu'il nomme et auxquels il done des r6-
les distincts. Tel est aussi mon avis; aussi, croirais-je volontiers
qu'a c6bl du magistrat qui ordonne les poursuites et qui, fina-
lement, juge les accuses, il y en a un autre qui va A Vaga, a
LambBse, A Thamugas chercher ceux-ci el preparer l'instruc-
tion. SeulemenI, ce second magistrate, c'est le consulaire de Nu-
midie, subordonn4 naturel du vicaire. Chacun est alors dans
son role, opre dans son ressort (1).
Le premier interrogatoire de Saint-Mammaire cut lieu le II
mai 304, sa mort le 40 juin suivant. Si mon raisonnement est
exact, nous pouvons reculer de quelques annees le commence-
ment du vicarial d'Alexandre.
La fin de l'histoire de celui-ci est bien connue. La perstcu-
lion dura deux ans en Afrique, au dire d'Eusebe, ce qui nous
conduit au milieu de l'annie 305, qui voil I'abdication de Dio-

(1) 11 y a d'autres details invraisemblables dans la passion de Saint-
Mammnaire, quelquefois plus diflicilement justifiable ; je rcgrtte que
le plan de ce travail n'c comporte pas 'oexamen. Je no' veux in-
sister que sur un point. 11 est dit qu'Anulinus (nous mettrons Alexan-
dre) niourut pendant I'instance el que son corps fut mange par les
oiseaux. 11 semblerait quo la lJgende ait enjoliv6 le r6cit en y ajou-
tant un fait post6rieur, plus on moins authentique, du rest. Je veux
parler de la mort d'Ursacius, dont il sera question plus loin. Cola me
portrait it penser quo nos actes sont I'oeuvre d'un donatiste. Tille-
mont a, du reste, fait remarquer ce qu'il y a d'6trange dans 'attitude
de Mammarius, qui done au juge les noms des autres chr6tiens
qu'il connait. ( Cela nme donne assez sujet de craindre, dit-il, que
Mammaire ne fut chef de quelque secte d'hUritiques qui faisaient
profession de ne se point cachcr durant la persecution, comme les
Monlanistes ct les Teriulianistes. n II cite a l'alppui le trbs petit nom-
bre de chr6ticns que Manunarius peut designer dans des villes oif il
est vraisemblable qu'ils 6taient plus nombrcux.








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


cl6tien (ier mai) et de Maximien. Constance ineurt le 25 juillet
306 et est remplac6 par Severe. Le 28 octobre suivant, Maxence,
fils de Maximien Hercule, m6conlent de n'avoir que le litre de
CUsar, se faith proclamer Auguste par les troupes. Au mois de
fevrier ou de mars, Severe, trahi, est liv'r et mis A mort.
Son comp6liteur envoie, sur ces entrefailes, ses images en
Afrique. Les soldals refusent de les laisser presenter au people
et le prince outrage songe a aller tui-mime tirer vengeance de
cet affront. Mais il n'est pas str d'Alexandre et il veut commen-
cer par s'assurer un otage ; il dernande an vicaire de lui envoyer
son tils. Alexandre, flairant le riige, oppose uoi refus a l'ordre
qui lui est donn6. Quelque lemps apres, sur le bruit que laxence
a envoyA secretement des 6missaires charges de l'assassiner, il
se fait proclamer empereur. C'est alors que le pr6fet du prd-
toire, Ruflus Volusianus, est envoyS en Afrique avec une arm(e
que dirige Zena, (( homme c6lebre taut par I'experience qu'il
avait de la guerre que par la douceur de son inaurel. ) Alexan-
dre est vaincu et mis A mort. Maxence, devenu compl6tement
maitre de l'Afrique, se venge cruellement par le meurtre et la
spoliation. Le mal qu'il faith est lel, qu'apres la defaite du Pont
Milvius, Constantin fera cooper sa tate et I'enverra aux Africains.
Voila en quelques mots I'histoire resume d'apris Zozime
et Aurelius Victor. Les details, come je !'ai dejA observe, ne
peuvent avoir place ici. On les Irouvera discutes dans le travail
precilt de M. Poulle. Je n'insisterai que sur une question de
(late. Si l'on est d'accord pour placer en 311 la chute d'Alexan-
dre, il y a que!que hesitation sur 1'6poque de son 616vation au
pouvoir supreme. Quelques-uns pensent que ce r6gne fut 6ph6-
mare, que l'ann6e 311 vit son commencement et sa fin. Tel est,
semble-t-il, I'avis d'Echhel (Doctrina nummor. reler,yi n, p. 60)
et de Cohen (vi, p. 45 et suiv.). Mais l'opinion gSnerale est que,
proclaim en 308, Alexandre r6sista jusqu'en 311. Tillemont,
list. des Emper., iv, pages 109 et 6-8 ; Duruy, [list. des Bo-
mains, vi, pages 17-19 ; Clinton, Fasti romani; Poulle, Recueil
de Const., xvii, p. 463 et suiv.; Morcelli.
Les monnaies d'Alexandre presentent douze types diff6rents,









VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


indiquis par Cohen. On lui en a quelquefois attribu6 d'autres
qui, en rdalit6, appartiennent, semble-t-il, A Alexandre Sevire.
Eckhel rapporle que Gullzius a pr6tendu Irouver une serie de
coins se distinguant les uns des autres par les lettres A, B, F, A,
d'of il a conclu A un regne de quatre ans; mais le numismale
allemand soupconne ou une supercherie ou une confusion avec
i'autre Alexandre. C'est cell consideration qui le determine
surtout A lenir le rbgne du nitre come 6phdmBre. Toutes
les monnaies portent le signed P c (percussa Carthagini). Cohen
ajoute qu'on a parl6 d'une pi6ce offrant I'abreviation p TR (per-
cussa Tripoli), mais il declare ne l'avoir jamais vue.




PATRICIUS.V. A. (1)
312-313

Dans une letire 6crile A Cecilien, Wvqque calholique de Car-
thage, Conslartin announce d'abord qu'il a donn6 l'ordre A Ursus,
rationalis Africae, de lui remettre une some de 3,000
folles (2) pour Wtre disiribuie suivant les instructions que lui
transmeltra Hosius (l'Wvqque de Cordoue). L'empereur faith


(1) Ce travail est d6jh en 6preuves quand on me communique les
recentes etudes de M. Otto Seek. N'6tant plus maitre de mon texte,
je me content g6neralement d'indiquer d une facon sommaire les
conclusions du savant professeur allemand qui sont developpdes dans
deux dissertations: 1' Die Zeitfolge der Gesetze Constantins, dans
le Zcitschrift der Savigny-StiJtung f~r Rechtsgeschichte, 1889, pa-
ges 1 et 177. 2' Die Anfange des Donatismus, dans le Zeitschrift
fir Kirchengeschichte, ;889, p. 505. C'est a cette derniere que je me
reflre, sauf indication contraire. Pour 1'instant, je remarque seule-
ment que I'auteur tient pour apocryphes la plupart des documents
don't Ie texte ne nous a 6td conserve que par Saint-Optat. 11 conclut
6gndralement a l'authenticit6 des autres, sous la reserve d'altdrations
de ddlail Les opinions de M. Seek ne paraissent pas devoir etre ac-
cept6es sans contest. D6jh, comme on le verra, M Funk s'est 6lev6
contre certaines d'entre elles. Je crois savoir que d'autres protesta-
tions se pr6parent. Je les indiquerai, s'il y a lieu, I la fin de ce
volume:
(2) Le follis, ou bourse, quand il est pris comme monnaie de
compete (et c'est ici le cas), reprdsentait 125 milliaires, et deux bour-
ses equivalaient A I'ancien scstertium (1,000 sesterces). Dans tout
le Levant, on compete encore par bourse, ct une bourse vaut 115 fr.
(Duruy, Hist. des Romains, vi, p. 585, note 4).









DE DI0CL19TIEN A L'INVASION VANDALE


ensuite allusion aux troubles suscit6s par les donatistes: il a
appris que des homes violent corrompent le people de la
tr6s sainte Eglise catholique par des doctrines fausses ; aussi,
a-t-il envoy au proconsul Anulinus et A Patricius, vicaire des
prefets, ses instructions (1), afin qu'ils donnent A cette question,
entire beaucoup d'autres, un soin tout particulier et qu'ils ne
soient pas tents de d6daigner ou de dissimuler les fails de cette
nature qui pourront se produire.
Ce passage fait allusion A la double competence du proconsul
et du vicaire d'Afrique. On a dijA vu, dans l'introduction, que
ces jurisdictions s'exercent chacune dans un resort propre:
pour le proconsul, la Proconsulaire ; pour le vicaire, le reste de
l'Afrique.
C'est la seule mention que nous ayons du vicaire Patricius.
Elle vise une 6poque post6rieure au 28 octobre 312, date de la
victoire du Pont Milvius sur Maxence. Elle est, d'autre part, an-
tlrieure an rapport que le proconsul Anulinus envoyail, le 15
avril 313, pour accuser reception de la letire mentionnie par la
note pr6cedente et pour annoncer une prolestation que les do-
natistes lui ont remise. ((Euvres de St-Oplat, p. 179 ; St-Augus-
tin, 6p. 88; Migne, n, col. 302). (2)







(1) Pbwvxi p.E Av'UAX(vv &vOuyoh, A)7a puv xaf falpx.t&
T6 OUInap(ttIW T6'9 i7ip7WV 7'apciV w:X6'j72; 'EVTOXa; ;EO'EafiY. ...
(Eusebe, Hist. eccles., x, 6). Le texte original, qui devait Btre en
latin, cst perdu. C'est une version latine de la traduction grecque
d'Eusebe, qui est donn6e h la suite des CEuvres de Saint-Optat, page
177, et a la fin des CEuvres de Saint-Augustin (edition Migne), ix,
cot. 777). Eus6be d onne aussi la traduction d'une lettre adressee au
proconsul Anulinus (CEuvres de Saint-Optat, page 178). 11 va sans
dire qu'on ne confondra pas ce proconsul avec son homonyme
Annius (?) Anullinus, persecuteur des chretiens, proconsul vers 304).
M. O. Seek estime que 1'authenticit6 de ce document n'est pas dou-
teuse.
(2) M. Otto Seek admet encore l'authenticit6 do cette piece qui ne
fut pas contest6e s6rieusement, dit-il, la conference de Carthage de 411.









VICAIRES ET COMITES D'AFRIQUE


AELIUS PAULINUS (VERUS). V. A.
313-314

Le concile de Rome, presid6 par le pape Miltiade, s'ktant, sur
la convocation de Constantin (1), r6uni le 2 octobre 313 (2),
donne gain de cause a Cecilien centre les donalistes. Ceux-ci
ne se tenant pas pour batlus, atlaquent vivement celle decision
ec envoient une d6putalion a l'empereur. Its reprennent la dis-
cussion sous une autre forne, soutenant que Felix, 6v6que
d'Aptonge (ville dans les environs de Zama, mais qui n'a pas W6t
encore identified), ayant livr6 les livres saints pendant la pers6-
cution, n'a pu imposer valablement les mains A Cecilien.
C'est alors que l'empereur decide de faire examiner le cas de
Felix d'Aptonge. Nous n'avons qu'une partie des actes de cette
enquete. Le commencement manque el, pour le surplus, tn co-
pisle maladroit parait avoir commis des interversions ou tout au
moins des coupures de textes an milieu desquelles il est assez
difficile de se reconnailre. (3). Le recit commence brusque-
ment au milieu d'une phrase. II y est question d'une assignation
envoyee A des magistrats d'Aptonge, au nom d'Aelius Paulinus,
qualifi6 vir speclabilis agens vicariam praefecturam. Quelques
lignes plus loin, les mots : si mei in cera possint inveniri inquiry


(1) Eusibe (Hist. eccles., x) nous a conserve la lettre de l'empe-
reur au pape. On en irouve une version a la suite dtes (Eivres de
Saint-Optat, p. 180, et dans l'edition Migne des (Euvres de Saint-
Augustin, ix, col. 77'. Elle est post6rieure au rapport du 15 avril
313, adress6 par le proconsul Anulinus, dount il vient d'Etre question.
M. O. Seek, tout en faisant quelques reserves touchant la suscrip-
tion de cette lettre, la tient cependant pour authentique.
(2) Saint-Augustin, Ad donatistas post collationemc, ch. 33; Mi-
gne, ix, p. 687.
(3) Saint-Optat, page 163 ; Saint-Augustin, ix, p. 780. M. 0. Seek,
p. 520, done une ingenieuse explication des ]acunes que pr6sentent
les Acta Purgationis Felicis. II suppose que le texte qui nous est
parvenu n'est qu'une serie de citations d6tachies des Acta propre-
ment dits. Je I'adlmettrais volontiers, inais je trouve qu'il s'aventure
beaucoup en ajoutant que ces documents out dr i tre falsifirs par les
catholiques. Au moins dcvrait-il ])rouver cc qu'il advance apres
M. W lceer.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


sont le debut d'un second fragment sans lien avec le premier, et,
desormais, la procAdure se pursuit devant le proconsul Aelia-
nus. Le nom de Paulinus revient, mais c'est pour faire allusion
A un fait anterieur et dans des terms qui supposent qu'il n'est
plus en function : nam Paulino hic administrative vices praefec-
lorum, subornatus est quidam homo privatus....
On ne peut gu6re concilier ces passages contradictoires, au
premier abord, qu'en supposant I'enqukte commence par le vi-
caire Aelius Paulinus et continue par le proconsul Aelianus.
Une letire 6crile quelques mois plus lard par Constantin au
proconsul Petronius Probianus faith bien allusion A une interrup-
tion de procedure, mais le vicaire qui aurait connu de l'affaire
avant Aelianus s'appelle Verus. Voici, du reste, ce passage:
Aelianus predecessor tuus, merito dum vir perfectissimus
Verus ricarius praefectorum, tunc per Africam nostram,
incommoda valetudine teneretur, ejusdem partibus funclus,
inter cetera etiam id negotium vel invidiam, quae de Ceci-
liano episcopo ecclesiae catholicae videtur esse commola, ad
examen suum alque jussionem credidit esse revocandam.
((Euvres de St-Optat, p. 185; (Euvres de St-Augustin, dp. 88;
Migne, n, col. 304).
Trois hypotheses sont possibles. On peut supposed une erreur
de copiste, commise dans I'un des deux textes, sans qu'on puisse
dire lequel.C'est I'explication la plus commode, celle a laquelle on
recourt toujours quand on n'en trouve pas d'autre. On peut
encore supposed que deux vicaires se sont, avant le proconsul,suc-
cessivement occupies de I'affaire : Aelius Paulinus, puisVerus. Ce
dernier Mlanl tomb6 nialade, le proconsul Aelianus s'est substitute
A lui (1). 11 faut, loutefois, reconnaitre que nous avons bien peu
de temps pour placer ces deux gouvernements (2). Enfin, on


(1) C'est 1'opinion de M Vcelter. Dcr Ursprutng des Donatismus,
voir notamment p. 175. Dans le inmne sens, cf. M. Otto Seek, p. 520.
(2) M. VOcler cchappe a cotte objection en supposant qu'Aelafius
n'a jamais exist ct que son nom est une transcription fautive de ce-
lui d'Aelius I'aulinus. 11 a ainii 1'intervalle nDcessaire pour intercaler
Verus. Mais cette opinion noe ic parait pas soutenable.









VICAITIES ET COMTES D'AFniQI


peut dire qu'il s'agit d'un seul ct mAme personnage, don't le
nom complete est Aelius Paulinus Verus. Tel est I'avis de Tille-
mont (Hist. eccles., vi, p. 39 et note x sur les donalistes) que
reproduit de Vit (Onomasticon, i, p. l)4).
C'est A cette dernirre opinion que je m'arrAterai en I'appuyant
sur une consideration nouvelle, assez t6dmraire, A la v6rit6,
mais que d'aucuns trouveront peul-6tre vraisemblable.
On remarquera que,dans la Purgatio Felicis, Aelius Paulinus
est dit vir spectabilis, ce qui est un anachronisme, les vicaires
n'6lant alors que viri perfeclissimi et la qualification de viri
speclabiles ne leur ayant 1C donn6e que beaucoup plus lard.
Une fauto a done tel Avidemment commise dans celle transcription
par un copiste de la fin du quatrimme si6cle on du siecle suivant
et je prtsumerais volontiers qu'elle est due A une erreur de lec-
ture qui a eu pour consequence logique une interpolation. Le
texte primitif devail, j'imagine, porter : audi litteras domini mei
Aelini Paulini VERI. Le copiste a lu viri. Mais alors, la phrase
devenail ininlelligible, A moins de supposed une omission dans
l'original et I'idde devait venir tout naturellement que ce qui
avail elt oubli6, c',lait I'Npithete honorifique. Seulement, an
lieu de faire un retour dans le pass pour y prendre celle qui
convenail, le scribe a suppl66 celle en usage de son temps et a
mis viri speclabilis, an lieu de viri peifectissimi. Je dois ce-
pendant A la verit6, qui m'est plus chore que lines systimes, de
reconnailre qu'une objection peut m'Atre faite, c'est que lors-
qu'un homme a plusieurs noms, il est assez normal de le trou-
ver d6sign6 tanlbt par I'n, tanlot par I'aulre : on on les lui
donne lous, ou, si on ne lui en donne qu'un seul, c'est tonjours
le 6mme. Or, dans le course de la Purgalio Felicis, il est fait al-
lusion A un acle (I vicarial d'Aelius Paulinus qu'on d6signe
implement sous ce dernier cognomen (voir plus haul), landis
que Conslanlin, dans sa letire au proconsul Petronius Probia-
nus, I'appelle Verus (3).
(3) Je mentionne pour m6moire l'opinion de Baluze qui suppose
qu'Aelius Paulinus elait peut-6tre ]e vicaire de 303. Cf. CUuvres de
Saint-Optat, p. 165, note. II est facile de voir que dans le texte, il
s'agit de la Purgatio Felicis. De plus, en 303, on 6tait en pleine per-
s6cution et les agents du gouvernement n'avaient que faire a inter-
venir dans ]es disputes entire catholiques.








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


Nous avons vu que la lettre de Constantin A Cecilien, o6 se lit le
nom de Patricius, est du commencement de 313. Le vicarial d'Ae-
lius Paulinus Verus se place done entire celte date et les premiers
mois de 314, 6poque A laquelle nous allons trouver Aelafius. -
D'autre part, la Purgaltio Felicis parail avoir et ordonnue apris
le concile de Rome (2 oct. 313). Saint-Auguslin lui assigned le 15
f6vrier 314 : Volusiano et Anniano consulibus, id est post men-
ses ferme quatuor. (Ad donatistas post collat., ch. 33, Migne,
ix, 781). Les Ada purgationis offrent la date du 19 aofit 314. II
serait possible que la procedure ait commence A la premiere date
et, apres avoir Wte interrompue par la maladie du vicaire, ait 6t(
reprise au mois d'aout suivant.
Cependant, M. Otto Seek ne pense pas que l'enqu6te ait pu
commencer le 15 fevrier 314. La sentence du concile de Rome
ayant bte rendue le 2 octobre 313, il fallut, dit-il, la faire par-
venir en Afrique aux donalistes, donner ceux-ci le temps de se
concerler pour former appel et porter cel appel A Constanlin qui
6tait alors A TrBves. L'empereur dut delib6rer sur leur requ6te
avant d'ordonner 1'enquete. Pendant 1'hiver, ses ordres ne pou-
vaient Oire transmis par mer, mais devaient suivre la voie de
terre, beaucoup plus longue par la Gaule, 1'Espagne, les Mau-
retanies. N'6tait-il pas impossible que tout cela se fit en quatre
mois avec une chancellerie surchargee d'affaires? La seule
date possible est le 15 fevrier 315, d'apres le savant professeur,
qui suppose que la vraie legon du texte de St-Augustin Mtail:
POST consulatum Volusiani et Anniani vv. cc. Et cette formula,
ajoute-t-il, s'explique sans peine. On ignorait encore les noms
des nouveaux consuls, la mer rendant, comme il a 6t4 dit, les
communications difficiles, et I'on continuait A dater les actes
officials d'apres les noms des anciens consuls, anomalie qui se
presente quelquefois. M. Seek tire encore argument de la lettre
par laquelle 1'empereur intime l'ordre de lui envoyer les faux
tmrnoins qui ont depos6 au proces de Felix. II est vraisemblable
que cette lettre a suivi de prbs l'enqnute. Or, elle n'est pas en-
voyee A Aelianus, qui 6tait encore proconsul le 25 fevrier 315,
mais A son successeur. Si l'on suppose que I'enquete a Wte








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


commence et achevee en 314, I'intervention de l'empereur est
bien tardive. Quant a la date du 19 aoit 314, elle est respected,
seulement elle marquerait non la cllture mais le debut de la
procedure. Celle-ci ouverte en 314 se serait termin6e au mois
de f6vrier suivant.
A toute cellte argumentation, je repondrai : t qu'il ne me
parait pas absolument impossible que I'enquele ait commence
le 15 f6vrier 314, c'est-a-dire quatre mois et demi apres la de-
cision du concile de Rome. L'auleur exagere, peut-6tre pour les
besoins de sa cause, les delais et les difficullts. Est-il bien
prouv6, nolamment, que pendant les mois d'hiver, les commu-
nications fussent absolument interrompues entire I'Ilalie et Car-
thage? 2 I1 est dit clairement dans la Purgatio Felicis qu'elle
eut lieu onze ans apr6s la periode de tradition (303), ce qui
nous reporle en 314. 3o La lettre de Constanlin rclamant les
t6moins convaincus de mensonge n'est pas, dans notre svsl me,
anssi tardive qu'on veut bien le dire, si l'on considered que l'en-
qulte, commence le 15 f1vrier 314, a Ml6 inlerrompue et re-
prise au mois d'aoIt suivant et achevie A une 6poque ind6ter-
min6e; 4 II est enfin temraire de faire commencer I'enqu6te
le 19 ao6t 314, quand, dans les acres, cette date est attachee A
la derniere partie de la procedure, celle que preside le pro-
consul.
On ne voit pas bien A quel titre le vicaire Aelius Paulinus
Verus fut saisi de l'enquete. On songe tout naturellement A une
dAlegation sp6ciale de l'empereur. Ce qui est certain, c'est que
quand la maladie 1'arrlte, le proconsul prend la suite sans dele-
gation et comme de plein droit: ad examen suum atquejussionem
credidit esse revocandam. 11 y a IA un point assez obscur.








DE DiOCLTUTIEN A L'INVASION VANDALS


AELAFIUS. V. A.
314

Constantin, lass6 des r.clamalions incessantes des donatistes
centre le concile de Rome qui les avail condamn6s en octobre
313, se decide A d6ferer le litige au concile d'Arles. On a le
texte d'une leltre adress6e par lui au vicaire Aelafius (1), dans
laquelle il le charge de diriger imm6diatement sur cette ville
1'6veque catholique Cecilien avec les personnel choisies par lui
et des ddlggu6s de la Byzacine, de la Tripolitaine, des Numidies
(Proconsulaire et Constantinienne) et des Mauretanies. II leur
accord l'evectio public, c'est-A-dire le droit de se servir des
postes impdriales dans le trajet qui se fera par I'Afrique, la
lauri6anie et l'Espagne. Des avantages semblables sont assures
aux de1lgu6s des donatistes. Les uns et les aulres sont con-
voquis A Aries pour le ler aout 314, ainsi qu'on va le voir; ce
qui suppose que la lettre est, au plus tard, du mois de juin de
cetle ann6e.
On remarquera que la Purgatio Felicis n'Wlait pas encore
achev6e.
Aelafius apparalt comme exerCant depuis quelque temps dPjA
les functions de vicaire, car c'est par lui que 1'empereur, daus sa
lettre, dit avoir 1t6 averti des recriminations des donalisles :sed
quum dictationis tuae scripta legissem quae ad Nicasium et
ceteros super iisdem simulationibus gravitas tua mittenda
crediderat, evidenter agnovi..., etc.
On ne trouve aucune autre trace de ce personnage. Aussi, les
premiers 6diteurs du precedent texle n'ont-ils pas h6sit6 A l'iden-
tifier avec Ablavius, beau-pbre de Constant, prefet du pretoire
en 326, consul en 331. C'est I'opinion de Godefroi, dans son
commentaire sur le Code Thdodosien ; Tillemont (Hist. eccl., vi,
p. 46), I'a accepted, ainsi que tous les 6crivains plus recents,


(1) (Euvres de Saint-Optat, p. 181 ; Saint-Augustin, ix, p. 785.








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


notamment Morcelli (Africa christiana, p. 213). Cependant, le
seul manuscript que nous possedons porte Aelafius, qui, du rest,
est un nomn chr6tien qu'on 6crit parfois Elaphius. La correction
propose me parait done plus que t(meraire; aussi, crois-je,
avec M. l'abbt Duchesne (Bulletin critique, 1886, p. 127), qu'il
fault la rejeter. II parait bien qu'Ablavius 6tait vicaire d'Italie en
mai 315 ; mais cela ne su'fit pas pour qu'on puisse lui attribuer
la meme function en Afrique pendant I'ann6e 314.
Mentionnons pour memoire l'opinion de Baluze, qui pense
qu'on dolt lire Aelianus.
MI. Velter (Der Ursprung des Donatismus, p. 145) estime
qu'Aelafius est une erreur de copiste pour Aelius Paulinus.
M. Otto Seek (p. 557) declare ce document apocryphe. II
trouve strange qu'en plein Wet, I'empereur prescrive de faire
prendre aux 6vdques la route beaucoup plus longue par la Mau-
r6tanie et l'Espagne qu'on ne suivait ordinairement qu'en hi-
ver. Certaines formules de la lettre lui semblent plus que sus-
pectes. Aelafius lui-meme lui parait 6tre un personnage imagi-.
naire, aussi bien que Nicasius, par I'interm6diaire duquel il au-
rait fait parvenir son rapport A 1'empereur. Ces raisons ne
manquent pas de gravity. Cependant si elles me font douter de
l'authenticit6 du texte, elles ne me font pas douter de 1'existence
d'Aelafius. On peut forger une lettre apocryphe, mais on ne se
hasarde pas A lui donner un destinataire imaginaire, surtout
quand ce destinataire n'est autre que le magistral superieur de
cinq provinces.



Je viens de dire que le synode d'Arles avait W6t convoqu, pour
pour le 41r aout 314. Contrairement A cette opinion, g6n6rale-
ment admise jusqu'ici, M. Otto Seek propose le er aofit 316.
(Anfange des Donatismus, dans le Zeitschrift filr Kirchenges-
chichte, p. 505 et suiv.). C'est un point sur lequel il me faul
insister, la fixation exacte de cette date 6tant capital pour la
chronologies des debuts du donalisme. Voici sommairement les








DE DiOCL1TIEN A L'INVASION VANDALE


raisons que donne M. 0. Seek : Eusebe(),parlant de la poli-
tique inaugurke par Constantin apres la d6faite de Maxence,loue
ses efforts pour maintenir I'unit tde I'Eglise. II le montre con-
voquant les synodes oi doivent se rigler les difficulties, inter-
venant m6me personnellement dans ces assemblies pour y faire
pr6valoir des idWes de paix et de conciliation. L'historien chr6-
tien, dit A1. Seek, ne pent viser que le synode d'Arles: c'est
la seule assemble oil l'on puisse supposed que Constantin ail,
A celle 6poque, assist en personnel. 11 en donne pour preuve
I'allusion qu'Eusbbe, quelques lignes plus loin, fail A l'interven-
lion de l'empereur dans les polmriques soulevAes par les Afri-
cains, ct surlout le choix d'Arles, ville 6loignee de I'Afrique,
mais qui avait I'avantage d'6tre situde en Gaule oif Cons-
lanlin r6sidait alors. C'est ainsi que, quelques ann6es plus
tard, install en Orient, il convoquera A Nic6e le premier con-
cile mcum6nique. Ces premisses posies, la reunion no sau-
rait avoir eu lieu en 314. En effect, le 8 octobre 314, Constantin
livrait A Licinius la balaille de Cibales, en Pannonie. Que deux
mois auparavant, il ait Wt1 occupy A presider tranquillement on
synode A Aries, c'esl ce qu'on no peut supposed, car 1,500 kilo-
mAtres s6parent ces deux points et, sur sa route, il rencontrait
deux fois les Alpes qu'il lui fallait franchir avec une armbe
chargee de tout son materiel. lme impossibility en 315,
car on sail qu'au mois d'aofit, l'empereur 6tait A Rome. Reste
316. Or, au commencement de I'annee, il se trouvait A TrAves.
C'est de IA qu'il se dirige ensuite vers 1'Illyrie pour ne plus re-
venir en Gaule.
M. Funck a repondu A MI. Seek (Die Zeit der ersten Synode
von Arles, dans le Theologische quartalschrift, 1890, p. 296):
10 M. Seek a tort de considerer les actes don't L6moigne Eusebe
come se rapportant tons A la period qui suivit imm6diale-
ment la victoire de Constanlin. L'historien parail, en r6alit6,
chercher A caractlriser la nouvelle politique en embrassant tout
le regne dans un seul tableau. C'est ce que trahissent certaines
expressions. Ainsi, il parle, au pluriel, des assemblies que
(1) Vie de Constantin, I, 44-45.








VICAIRES ET COMES D'AFRIQUE


Constantin a convoquies, de celles auxquelles il a assist per-
sonnellement. Or, M. Seek reconnail qu'on ne peut, pour ces
premiers temps, en nommer qu'une seule. OW sont les antres?
II ne s'ensuit done pas qu'Eus6be fasse n6cessairement allusion
A celle d'Ar'es. 20 Quant au choix d'Arles, il ne doit vrai-
semblablement pas 6Ire attribu6 au hasard. Mais qu'on ne s'y
trompe pas: il prouve tout au plus que Constantin a eu I'in-
tention d'assister au concile, sans atablir qu'il y ait effec-
tivement 6te. II est possible qu'entre la convocation et la r6u-
nion, les 6Avnernenls politiques I'aient empechl de rdaliser son
projel. 30 Dans la letire des 6vdques an pape Silvestre, il eft
dtd vraisemblablement fait allusion A la presence de I'empereur
s'il y avail 6td. C'6lait un fail trop important. Or, il n'y a rien.
On pent, A cet 6gard, faire une comparison avec la lettre des
Peres du concile de Nicee A l'6glise d'Alexandrie. 4o M. Seek
se borne A dire qu'il est possible que Constantin se soil trouv6
A Aries en 316, m'is il ne donne aucune preuve positive de
sa presence. 50 On peut peul-etre ajouter qu'il est bien
difficile qu'il y ait WLt. Le 4 d6cembre, on le voit A Sofia, mais
nous savons aussi qu'avant, il a fait un sijour A Rome, puis A
Milan oA il a rendu son jugement sur I'appel des donalistes vers
le 10 novembre. Celle derniere affaire mine pouvait-elle tere
instruite el jug6e dans un si court intervalle ? 6o Parmi les
membres du synode d'Arles, figure Merocles de Milan ; or, il
semble qu'il 6tait dejA mort en 315 (cf. Garns, Series episcopo-
rum, p. 795). En some, conclut I. Finck, avec beaucoup
de raison, suivant rnoi, M. Seek n'a fourni aucune preuve A I'ap-
pui de sa these et il vault mieux s'en tenir A la date tradition-
nelle.


DOMITIUS CELSUS. V. A.
315-316
Plusieurs constitutions imp6rialcs adressees A Domitius Cel-
sus nous fixent sur la date de son vicariat d'Afrique.
La premiere porte: Ad Domitium Celsum vicarium Africae









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


(1. 1, ad legemn fabiam. C. Th., ix, 18 ; I. 16, ad legem fa-
biam de plagiariis. C. Just., ix, 20). Elle frappe de mort celui
qui vole I'enfant d'autrui et est date du Jer aoit 315, quatrinme
consulate de Constantin et de Licinius.
La second (1. 1, de officio judicum, C. Th 1, 22, edition
d'Haenel, ei i, 10, d'apres Godefroi; 1. 1, de officio diversorum
judicum, C. Just., i, 48) defend, sous peine de mort, aux ma-
gistrals, de faire arrbter, chez elle, par leurs officials, line
mater families et de I'amener par force. La date de celie cons-
titution pr6sente une difficulty. D'apres le Code Th6odosien,
elle a 61t donn6e i Trbves, le I1 janvier 316 (111 id. jan. Tre-
Viris, Sabino et Rufino coss); le Code de Justinien announce,
au contraire, le 10 aout (Ill id. aug.). Godefroi et Haenel op-
tent pour la premiere date. C'est aussi en ce sens que se pro-
nonce M. 0. Seek: Zeilschrifl der Savigny Stiflung, 1889,
p. 216.
Elle porte simplement : ad Domilium Celsum vicarium.
Deux lettres se ratlachant A l'histoire du donatisme sont
adressees A Domitius Celsus. Apres le synode d'Arles, qui
eut lieu, comme on I'a vu, au mois d'aoit 314, les donatistes
condamnes en appelant a l'empereur lui-mmoe, en dernier
resort (|1), celui ci site sur le parti i prendre.
II decide d'abord qu'il fera juger la cause en Afrique
par ses repr6sentants; ensuite, il convoque les int6ress6s A
Rome pour le mois d'aout 315. II dit, dans sa lettre aux dona-
tistes (Saint-Optat, (Euvres, p. 185): Hoc nihi placueral ut ad
Africam reverteremini, ut illic omnis causa quae vobis ad-
versus Caecilianium competere videlur ab amicis meis quos

(1) Les donatistes paraissent avoir soulevi devant le synode des
difficulties do procedure auxquelles faith allusion la lettre par laquelle
Constantin invite les 6vEqucs i regagner leurs sieges: ... meun ju-.
dicium postulant qui ipse judicium christi expccto... Rcdite ad
proprias sedes.... Dedi litteras competentes ad eant qui vicariamn
praefecturamn per Africamn tuetur ut quotquot Itujus insaniae si-
miles incenerit, station cos ad meumn comnitatum dirigat.... (Saint-
Optat, (Euvres, p. 184). Peut-6tre arguaient-ils de ce que I'enquete
sur Felix d'Aptonge n'dtait pas encore achevde. Je dois cependant
dire que M. Otto Seek regarded cette lettre de Constantin come
apocryphe (p. 554 et suiv.).









VICAIRES ET COMES D'AFRIQUE


elegissem, cognosceretur, atque fine reciperet. Verum diu
mihi cogitanti et in animo meo non immerito volventi.....
placuit ut Cecilianus juxta prius litleras means mox ad fu-
turuin..... M. 0. Seek tient encore cette letire pour fausse.
Cependant, Cecilien, pour une cause inconnue, n'6tant pas
venu et les representants des donatistes s'dtant enfuis (1), Cons-
tantin announce, dans sa premiere lettre A notre vicaire Celsus,
qu'il ira en personnel en Afrique, et il lui demand, en atten-
dant, d'user de moderation A 1'Hgard des deux parties (2).
Cecilien et les donalistes ayant Bdt convoqu6s A Rome pour le
mois d'aoit 315, celte lettre doit Atre de l'automne suivant. Tel
est l'avis de Tillemont (Hist. eccles., vi, 57) et de Morcelli.
L'autre 6pitre envoyee a Celsus 6mane des pr6fets du pretoire
qui lui annoncent que, sur l'ordre de 1'empereur, ils renvoient
en Afrique les eveques donatisles Lucianus, Capito, Fidentius et
Nasutius, ainsi que le prAtre Mammarius, venus en Gaule au
concile d'Arles et qu'on avait cru bon, jusque-la, de retenir
hors de leur patrie (Saint-Optat, (Euvres, p. 187 ; Saint-Augus-
tin, Migne, ix, p. 790) (3). Cette lettre est dalte du 4 des kalen-
des de mai (28 avril) sans indication de 1'ann6e. Mais si on la
rapproche du passage cit6 plus haut de 1'6pitre imperiale A Celsus
(ante paucos dies..... hoc mihi placuerat ut ad Africam re-
verteremini....), on peut conclure qu'elle est vis6e par ce pas-
sage et a 6t1 6crite au mois d'avril 315.
En r6sume, les documents precites nous donnent les dates
suivantes:
4 des kalendes de mai (28 avril) 315, leltre des pr6fets du
pretoire ;
Entre cette date et le mois d'aoit 315, lettre de Constantin
aux 6veques donatistes;


(1) Saint-Augustin, 6p. 43, ch. 7; Migne, n1, 169.
(2) M. Seek passe aussi condemnation (pages 556-557) sur ce do-
cument qu'on trouve B la suite des (Euvres de Saint-Optat. Cf. edi-
tion Dupin, p. 186.
(3) M. Seek rejette 6galement cette piece (p. 551).








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


Icr aoot 315, constitution imperiale adress6e A Domitius Cel-
sus sur les vols d'enfants;
Automne 315. Letire de 1'empereur A Celsus, lui annonqant
son prochain voyage en Afrique ;
iI janvier 316, coi.stilution defendant de pEn6trer de force
ciez une materfamilias pour I'arr6ter.




EUMALIUS. V. A.
316

Constantin a rendu, i Milan, sa decision dans I'affaire des
donatistes. I 1l'adresse A Eumalius, alors vicaire, le 10 novem-
bre 316 (1). (Saint-Augustin, Ad donatistaspost collationem, ch.
33, Migne, ix, p. 687. Brcviculum collationis dici III, chap.
19, ligne, ix, 646. Contra Cresconiuin, in, 71, Migne, ix,
541).
IU y a, an Code Thlodosien, une constitution (1. 2, de paenis,
ix, 40) reproduile au Code de Justinien (1. 17, de paenis, ix,
47) portant le nom d'Eumalius. Aucune dignilt n'y est mention-
ne. Si j'admets volonlicrs qu'clle vise Ie m me personnage, je
ne puis croire que ce soit eo quality de vicaire d'Alrique. Elle
est, en effet, date du 21 mars 315. Or, a cette 6poque, la fone-
lion 6tait exercee par Domitius Celsus, qui 1'avail encore au
mois de janvier 316. M. Seek, corrigeant a la ate, propose le 21
mars 316.
II semble que la forme r6guliere du nom soil Eumelius, du
grec Eupe),ti. Mais Ious les mauuscrits portent uniformd-
ment Eumalius.

(1) M. Seek reconnait 1'authenticit6 de la letre a Eumalius et ac-
cepte la date du 10 novemlire 316. Elle concorde assez bien, dit-il,
avec celle du concile d'Arles qu'il place, come on a vu, an 1r aofit
(d la mnme annco. 11 me semble, cepcndant, qu'ellcs se trouvent
bien prbs et qu'on pourrait argumenter contre lui de ce bref inter-
valle, evidemment insuflisant pour contenir les incidents auxquels il
a 6td fait allusion plus haut : e depart de Cecilien pour l'Afrique, sa
nouvelle convocation, sa non comparution, l'examen de l'affaire par
l'empereur, etc.








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


LOCRIUS VERINUS. V. A.
318-321

Plusieurs textes, fournis presque Ions par le Code Thdodo-
sien, nous permettent de reconstituer la carriBre de ce Ierson-
nage.
Le plus ancien en date, 30 ianvier 314, est la constitution I
de curatoribus kalendarii (C. Tlh., xii, 11) qu'on retrouve an
Code de Juslinien (1. 2 de debitorib. civitat. xf, 32). La dignity
de Locrius Verinus n'est pas indiqu-e ; mais il est certain qu'il
n'blail pas encore vicaire d'Afrique, don't le litre Blait alors porlt
par Aelius Paulinus Verus. 11 devait dire gouverneur de quel-
que province.
Le 16 novembre 318, une second constitution est adress6e
cetle fois ad Verinum vicarinm Africae. C'est la loi I de parri.
cidiis (ix, 15) qui forme la loi 1 an mime titre (ix, 17) dans le
Code de Justinien. Elle est indiqnue comme ayant 8t8 reque a
Carthage le 14 mars 319.
Le 18 mars 319, )a loi I de falsa moneta (C. Th., ix, 21) arri-
vait 6galement a Carthage, adressee ad Verinum (1). Elle tdicle
centre les faux monnayeurs des peines qui varient avec le rang
du coupable: I'exil perpdtuel, si c'est un decurion on le fils
d'un decurion, la peine pdcuniaire 6tant rCservee A la decision
de I'empereur; la confiscation et la deportation perp6tuelle, s'il
s'agit d'un simple pl6beien ; la mort pour I'esclave.
La loi I de famosis libellis (C. Th., ix, 34) est du 29 mars de
la mime annCe. Elle prescrit de rechercher et de punir les au-
teurs de libelles diffamatoires, et la peine leur est applicable
alors mime qu'ils prouveraient les fails all6gues par eux. Gode-

(1) La formule : data et acc(cpta) XV kal. april. Constantino A.
V et Licinio C. coss pourrait donner a penser que cetle loi a it& pro
mulgune et re(uc ]e nemme jour, ce qui est impossible, Constantin
6tant alors a Sirnium, en Pannonie, et Verinus a Carthage. Mais ii
vaut riieux admettre que ]a date tie ]a promulgation a Wte omise par
un copiste, ou bien que le texte primitif portait: data et proposita.
etc. Haenel indique la restitution suivante : data XV kal apr(ilcs)
et proposita (seu acccpta) idibus aprilibus.









DE DIOCLtTIEN A L'INVASION VANDALE


froi pense, non sans quelque vraisemblance, que cetle disposi-
tion vise sp6cialement les altaques dirigtes par les donatistes
contre les catholiques; il la rapproche aussi de la loi 2 au m6me
titre, qui rappelle au proconsul d'Afrique Aelianus (28 mars
320) que les accusations continues dans un libelle ne peuvent
nuire A celui qu'elles visent, lors m6me que le libelle serait
gard6 dans les archives du proconsul on du vicaire : licet ser-
ventur in officio luo et vicarii, exemplaria libellorum qui in
Africa oblati sunl, tamen cos quorum nomina continent,
metu absolutos securitate perfrui sinas.
La loi I de in officioso leslamento (C. Th., i, 19) reproduite
au Code de Justinien avec quelques modifications (27 au mnme
litre, l, 28) est du 13 avril 319. Elle porte simplement: ad
Lucrium Verinum ; mais il ne peut y avoir de doute ni sur la
quality du destinalaire, ni sur la correction qu'il faut faire subir
A son nom mal orthographiC. Cette loi determine les tlrres
auxquels compete la querela inofficiosi testamenti. 11 faut aussi
sans doute attribuer au mAme la constitution i familiar ercis-
cundae (C. 1 h., n, 24) du 29 aoit 3221. La suscription ne porte,
il est vrai, que les mots ad Verinmn ; mais il existe des textes
d'oi l'on peui initrer qu'il exercait encore les functions de vi-
caire. Je veux parler de ceux qui font allusion A la lettre que
Constantin lui adressa le 5 mai 321 (1).
La condemnation definitive des donatistes, prononcee A Mi-
lan par I'empereur vers le mois de novembre 316 (voir
la notice d'Eumalius), avait WtB suivie de measures rigou-
reuses contre eux. En 321, une politique de tolArance succ6da
A la prec.dente. Le texte mime de la leltre qui prescrit une
autre attitude A Verinus est perdu; mais nous lisons dans le
Breviculum collationis cum donalistis, ch. 22 ((Euvres de St-
Augustin, ix, Migne, 648): ..... recitantes (catholici) Constantini
litteras scribentis ad Verinum vicarium ut libero eos dimittat
arbitrio,se jussisse insinuans ut de exsilio remearent.Au chap. 24

(1) Godefroi, se trompant sur les consulats, place ]a loi pricitee en
324. M. O. Seek pense qu'elle est du 20 mai 321.








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


du m me trails (ix, 650) : Catholici dicebant.... post aliquot etiam
annos Constanlinum scripsisse ad Verinum vicarium, quas
litteras ipsi (donatistae) recitaverunt ubi sibi asserebant libe-
rum arbitrium ab illo imperatore concessum, inquibus litteris
eos tanquam pessimos et Christianae pacis inimicos ostendit. -
Adde Epit., 141, ch. 9, Migne, In, 581. Et ailleurs (Ad donalislas
post collationem. Ch. 33, Migne, ix, p. 687), S'-Augustin dit
encore de celle letire: ad Valerium (seu Verinum) vicarium
de illorum exsilio soluto et eorum furore deo vindici dimit-
lendo litteras dedit Crispo et Constantino iterum consulibus
tertio nonas mains (1).
Une pdriode nouvelle de I'histoire des lultes religieuses en
Afrique va s'ouvrir. Elle durera 25 ans. L'hislorien serait pres-
que en droit de s'en plaindre, puisque la source la plus abon-
dante de documents sur celle 6poque va se tarir.
Verinus 6tait, comme on vient de voir, encore en functions
le 5 mai 321. Nous ignorons A quelle date ii quitta I'Afrique.
Nous savons seulement qu'il fut pr.fet de Rome du 42 septem-
bre 323 au 12 janvier 325. II recoit A ce titre une constitution:
1. uniq. de his qui veniam aetatis (C. Th., ir, 17) du 9 avril 324.
11 semblerait meme qu'il ait Pt6 une second fois invest de
celle charge, car on connait ses deux successeurs imm6dials,
el, le 5 avril 326, on trouve une autre constitution qui ne peut
gubre lui avoir Wt6 adress6e qu'en cette quality: 1. 2 de suariis
(C. Th., xiv, 4). 11 ne figure cependant plus sur la liste du
chronographe de 254. Aussi, pense-t-on g6n6ralement que la
date a Wtl alltr6e.

(1) On rapport quelquefois b la meme epoque une autre lettre de
Constantin envoyde anx 6v6ques de Numidie qui s'taient plaints que
les donatistes leur eussent enlev6 leur basilique. Constantin leur
conseille de se montrer patients ct ordonne de meltre un terrain a
leur disposition pour construire une nouvelle 6glise. (CEuvres de
Saint-Optat, p. 189; QEuvres de Saint-Augustin, Migne, ix, 791).
Je suis assez port a croire que cetle lettre est un peu plus r6cente,
car la spoliation n'a pu avoir lieu qu'apres 1'ex6cution de 1'rdit de
tolerance. En tout cas, la date de 317-318 proposee par 1'edition pre-
cit6e de Saint-Augustin me parait absolument unacceptable, car la
politique de Conslantin a 1'egard des donatistes 6tait alors toute rd-
pressive. Je dois ajouter que M. Otto Seek tient cette piece pour
apocryphe.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


Rappelons, en lerminant, qu'on I'a quelquefois confondu avec
Verus, le vicaire de la lettre de Conslantin A Petronius Probianus,
que nous avons identified plus haul avec Aelius Paulinus.
Enfin, j'ignore si ce Verinus est le meme que celui auquel
Symmaque, le pere, consacre l'Npigramme suivante (Symmachi
epist., i, 2) :
Virtutem, Verine, tuam plus mirer in armis,
Eoos dux Armenios cum caede domares,
An magis eloquium morumn vitaeque leporem
et nisi in officiis, quoliens libi public curae -
Quod vilam innocuis tenuisti laetus in agris?
Nullum ultra esl virtutis opus, nam si esset, haberes.



URSACIUS, DUX PER AFRICAM.
verss 320)
L'auteur anonyme de la passion des martyrs donalisles, Donat
et Advocatus, fixe ainsi la date de cet vb6nement: res apud
Carlhaginei gesta est Caeciliano Eudinepiso tunc inslante,
assentienle Leontio comile, duce Ursacio, Marclellino tunc
tribuno... ((Euvres de St-Optal, p. 191). De ce passage, il
resulte d'abord que Cecilianus Eudinepisus, Leontius, Ursacius,
Marcellinus sont quatre personages differents et de plus con-
temporains, qu'ils sont anlirieurs A 325 ou 326, dale de la mort
de 1'6v0que Cecilien (car c'est i lui que le lexte done ici le
surnom, ironique semble-t-il, d'Eudinepisus). Le fail est m6me,
sans aucun doute, anterieur i 1'ddil de tolerance du 5 mai 321.
Mais j'ai longlemps h6sit, je ne dis pas que je n'hbsite pas
encore un peu, sur les functions respective de Leontius et
d'Ursacius. En dlpit des apparences et malgr6 l'opinion de
Morcelli et de Boocking, j'estime que le commandant militairede
I'Afrique n'est pas Leonlius mais Ursacius (1). Le titre de come
(1) Tillemont (Hist. cccl., vi, p. 107) rapport que Valois (Bolland,
ler mars) le consider come le chef de la milice d'Afrique; et, lui-
meme, il parait accepter cette opinion.









VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


donn6 au premier les a trompes ; mais comme je l'ai fait obser-
ver, d'aprbs M. Mommsen, dans I'introduction, c'cst seulement
sous les successeurs de Constantin, ou tout au moins A la fin du
du rbgne de ce dernier, que le norn de dux fail place A un
aulre plus relev6 (1).
Un autre texte va nous fournir des donn6es plus precises sur
Ursacius. C'est un passage de S'-Augustin (Contra Cresconium,
in, ch. 30, ligne, ix,514). Nundinarius, diacre de l'eglise dona-
tisle de Cirta, ayant accuse Silvanus, son 6v0que, d'6tre un tra-
diteur, nous apprenons que l'affaire fut portne deviant ZUnophilus,
consulaire de la province, et devant Ursacius. S'-Augustin nous
dit qu'il refusa de comparaitre : sed postea, inquis (c'est A Cres-
conius qu'il s'adresse), Ursacio ct Zenophilo persequenlibus cumn
communicate noluisset, aclus est in exsilium. Or, les Gesta apud
Zenophiluin qui renfernment cetle procedure ont i~i conserves
et portent la dale du 13 decembre 320 (cf. Tillemont, Hist. eccl.,
vi, 99 : (Euvres de St-Optal, p. 167). On remarquera, an
surplus, dans ce texte, qu'Ursacius, qui tout A l'heure faisait
acle d'autoritW A Carthage, dans l'affaire de Donat et d'Advoca-
tus, a anssi Cirla, capital de la Numidie, dans son resort. C'est
un nouvel argument pour dire qu'il est bien le commandant mi-
litaire de la region.
S'-Optal, dans son trait centre Parmenion, faith plusieurs fois
allusion au zele d6ployd par Ursacius centre les donalisles: dis-
plicent vobis tempora nescio cujus Leontii, Ursacii, I-,'i,,
et celerorum... fuit primo lempesias sub Ursacio.. secuta



(1) Est-ce h dire qu'il faille voir dans Leontius un fonctionnaire
comparable a Annius Tiberianus qui suit ? Je ne le crois pas : Annius
Tiberianus, avec des apparences extraordinaires, a les attributions
d'un vicaire, tandis que, de 316 it 321, il ne peut 6tre question de
rien de pareil, la place etant occupde par Locrius Verinus. 11 est vrai
qu'll y a une lacune entire 316 et 318. On ne confondrapas Leontius
avec le dux Flavius Leontius qui parait plus ancien et auquel je con-
sacre un article special. En revanche, il parait plus plausible de
I'identilier avec Domitius Leontius, pr6fet du prdtoire en 338 et qui
6tait encore dans ces functions en 344. Cf. de Vit, Onomasticon,
vw Leontius, iv et v.








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


est plivia sub Gregorio (1) post pluviam secuti sunt lapides
sub operariis unitalis (in, 10, p. 67. Voir aussi (Euvres de
St-Augustin, eligne, ix, 802). El ailleurs: querelam per
ordinem deponitis sub Ursacio injturiatos esse quamplurimos,
sub Paulo el Macario aliquos neealos (in, 4, in fine, p. 62).
Les acres du Concile de Carthage de 411, troisieme jour (a la
suite des oeuvres de St-Optat, p. 315. (Envres de St-Augustin,
ligne, ix, 838), contiennent uine rcquite de Januarinus et de
plusieurs aulres e6vques donatistes oi ii est lair allusion A ces
mines kv6nemeuls: Namn el omilttamus quantus sunguis Chris-
tianus effusus sit per Leontium, Ursacium, Mlacarium, Pau-
lum, Taurinum, Homanum, ceterosque executores.
En r6sum6, Ics faits qui prctldent et le coinmandement mili-
taire d'Ursacius ne peuvent se placer qu'entre les anndes 316
et 321. lorcelli et Tille:nont leur assignment 320. C'est done A
tort qu'on les a parfois dat6s de 340. Cf. St-Oplat, edition Dupin,
de Vil, Onomasticon, vo Leontius, iv.
Le duc Ursacius parait avoir eu une fin tragique. C'est ce qui
r6sulte du passage de Petilianus conserve par St-Augustin et
dans lequel sa mort est represented comme un chAtiment tii ciel:
Periit JMacarius, periit Ursaciusque, cunclique comites vestri
dei pariler vindicta perierunt. Ursacium namque barbaric
pugna prostratum, saevis unguibus alites canumque avidi
denies morsibus discerpserunt. (St-Augustin Contra lilleras
Pelilicni, livre i, no 202. Migne, ix, 323,). St-Augustin ne nie
pas les faits, en ce qui concern du moins Ursacius, car
il ajoute : istum aulem Ursacium, si forte bene vixit et vere ita
mortuus est, consolabitur promissio Dei dicentis : sangui-
ner animarum vestrarum exquiram de manibus omnium
bestiarum (p. 328-329).
Quel esl ce combat centre les barbares? On l'ignore. Je suis
assez p)orld A croire qu'il eut lieu en Afrique.

(I) Gregorius, pr6fet du pr6toirc en 336-339, qui parait avoir pris, h
1'cgard des donatistes, ou plnt6t peut-tlrc des circoncellions, certaines
nimcures de rigucur. Cf. S' Optat, im, 4. Ces Iesurcs ont prceddi
1'envoi des operarii unitatis.








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


ANNIUS TIBERIANUS, COMES PER AFRICAM.
(326-327)

Bien que Bcecking (Nolilia dignilat.,ii, p.510), apres Godefroi
et Morcelli, ait fail d'Annius Tiberianus le second come mili-
taire d'Afrique connu (1), il ne fant voir en lui qu'un fonctionnaire
d'ordre civil comme Leontins. C'est ici le lien de rappeler
I'observation de M. Mommsen qui, apres avoir parl des comites
Augusli, don't le litre est tout honorifique, ajoute: Comiles,
quibus adscribitur officium certum, non adscribitur nomen
Augusti, ii.;i',,,i[l.i-r.;, fine imperii Constantini Magni ;
primumque, nisi quod me fugit, inveniuntur comites per
singulas diaeceses constituli ut vice sacra judicarent,
omnino vicariis simillimi. (De C. Caelii iltlo. Cf Bethmann
Hollweg, In, p. 53, note 41).
Les deux constitutions du Code Thdodosien que je vais citer et
qui sont adressees A Annius Tiberianus vont nous montrer qu'il
n'6lait pas seulement invest de la jurisdiction et qu'il avail bien
les attributions administrative d'un vcrilable vicaire.
L. I Quemadmodum munera civilian indicantur (xi, 5). Elle
est datee de Nicom6die, 30 juillet 326 et porte comme ent6te:
Imp. Constantinus A(ugustus) Tiberiano comiti per Africam.
Elle vise les elections municipales et declare les anciens magis-
trals responsables du choix te leurs successeurs, bien qu'en
Afrique l'usage eut consacr6 l'dlection par le suffrage populaire
(Quamvis populi quoque suffragiis nomination in Africa ex
consuetudine celebretur).
L. 15 de decurionibus (xi, 1) du 21 avril 327, adressee ad
Annium Tiberianum comitem. Elle le charge de rappeler aux
gouverneurs des provinces que les fils des v6t6rans sont soumis
aux charges de la curie don't leurs peres Ctaient exempts: bni-
versis provinciarum rectoribus intimate nostram clementiam
statuisse veteranorum filios curialibus muniis ineclendos....
(1) Leontius serait lc premier. Nous avons vu que sur ce point
encore Bcecking s'est tromp6.








DE DI0CL9TIEN A L'INVASION VANDALE


Ce qui caractlrise Annius Tiberianus dans ces deux lextes,
c'est qu'il est I'intermediaire entire le pouvoir central et les gou-
verneurs des provinces africaines, auxquels il est charge de
Iransmeltre les decisions imptriales, C'est le meme fonction-
naire qu'h I'autre extr6milE de I'empire, on appelle comes
Orientis. Seulement, cclui-ci gardera son litre, landis qu'en
Afrique, celui de vicarious prevaudra et le noin de comes Africae
passera aux commandants militaires.
En ce qui concern la personnel meme d'Annius Tiberianus,
nous avons peu de renseignements certain. Godefroi et Doecking,
aussi bien que de Vit, I'identifient avec le destinataire de la cons-
titution 6de servis fugitivis (Code Justin.vi, 1) adressee en 332 :
ad Tiberianum comitem Hispaniarum. Est-ce le meme qu'on
retrouve en 336 avec le litre, equivalentt suivant moi, de Vica -
rius Hispaniarum. L. 6 de sponsalib. et donation, ante nupt.
(C. Th., 1i, 5) et I. 16 de donate. ante nupt. (C. Just., v, 3) ?
N'est-ce pas lui encore qui fut prefet du preloire des Gaules
en 337 ? Anno Constantini30, Tiberianus vir disertuspraefectus
praelorii Gallias regit (Chronique de St-JBrme). Je serais port
a le croire. Cependant, Godefroi est d'opinion contraire. Son
meilleur argument est que certain manuscripts de la Chronique
portent Titianus, au lieu de Tiberianus (Cf. Commentaire de la
loi 5 de sponsalibus).
Dans la loi I de funds limitrophis (C. Just., xi, 59), en 385,
il est question d'une decision qui a 6t4 rendue par un Tibe-
rianus. Nous ne saurions dire si c'est de celui-ci qu'il s'agit.




FLAVIUS GRATIANUS. C. A.
verss 330-340)

C'est le pbre des empereurs Valentinien I el Valens.
Aurelius Victor (Epitome, 45) raconte qu'il 6tait originaire de
Cibale en Pannonie. De naissance obscure, il avait ltb surnomm6
le Cordier (funarius), parce que, avant qu'il n'entrAt dans I'ar-








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


mde, cinq soldals n'avaient pu lui arracher un cAble qu'il allait
vendre. L'historien ajoute qu'il arriva a la prefecture du pr6toire
et que sa popularity dans 1'arm6e valul, plus lard, A son fils,
1'offre de I'empire; mais il n'est pas, dans ce recit, fait allusion
aux fonclions que Gratien exerca en Afrique.
Ammien larcellin est plus explicit. Apres avoir rappel6
I'humble origin de Gratien et I'anecdole de la corde, qui lui
valut le surnom de funarius, il ajoute: Ob ergo validi corporis
robur el peritiam militum more luctandi notior multis post
dignitatem protecloris alque tribune, COMES PRAEFUIT REI CAS-
TIENSI PER AFRICAM, nwde, fartorunm suspicion conlacus
digressusque, multo postea pari potestate britannum rexit
exercilum tandemque honest sacramento solutus revertit ad
larem et agens procul a strepitui multatione bonorum afflictus
est a Constantio hoc nominee quod, civil flagrant discordia,
hospitio dicebatur suscepisse lagnentium per agrum sutum
ad proposita festinantem (xxx, 7).
C'est un veritable cursus honorum que l'auteur nous done
ici; suivons-le, puis essayons de placer quelques dates.
11 ful d'abord protector, pois tribune.
Comes praefuit rei Castrensi per Africam. II n'est pas douteux
qu'il s'agit ici de la dignity de dux per Africam. Le litre de
come d'Afrique n'6tait vraisemblablement pas encore pass en
usage. 11 n'y a A1, au surplus, rien de common avec les anciens
praefecti castrorum. L'Afrique entire est dans son resort (per
Africam). Ce qui doit, au surplus, enlever toute hesitation, cc
sont les terms dont se sert l'liistorien pour raconter qu'il fut
envoy en Brelagne: multo postea, PARI POTESTATE, britanium
rexit exercitum. C'est done le commandement de l'armee d'Afri-
que qu'il exercait dans nos provinces. J'ai cit6 dans l'introduc-
lion on autre passage d'Ammien, qui nous dit d'un magister
equitum, functions qui, dans la Gaule, correspondaient a cells
des corntes d'Afrique (sauf la question de rang) : per illas regio-
nes rem curabat castrensem (xxi, 9).
Sur le titre et les functions du come militaire de Bretague,
Cf. Bcecking (Notitia dignity ii, p. 82 et 580).








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


Flavius Gratianus rentre alors dans ses foyers. Plus tard, il est
frapp6 d'nne nouvelle disgrace et accuse d'avoir recu Magnence
chez lui, ( dans le temps qu'il travaillait A prendre la pourpre >,
dit Tillemont, qui s'appuie sur les mots ad proposita feslinan-
lern. Cela nous reporterait aux annues 348 on 349 (1). Je prB-
fWre aussi cette date A 351, 6poque A laquelle, cependant, Cons-
tance, A la tete de ses troupes, luttait en Pannonie centre l'usur-
pateur.
Backing, qui donne A Flavius Gratianus le num6ro sept par-
mi les comes d'Afrique (2), se content de dire que cette mission
est aniurieure A 375 (Notitia dignit., i, p. 511). Nous venons de
voir qu'elle a prcedd6 I'annie 349. On dolt mAme remonter plus
haut, car Gratien, retire dans ses terres, avait WLt d.ja prefet du
pr6toire et come de Bretagne. Un long space avail encore
precede cette function de son commandement militaire d'Afrique
(mullo postea...). II n'y a done pas t16nrit6 A placer ce dernier
entire les annies 330-340 et plus pres de la premiere date que
de la second.
Si Flavius Gratianus acheva sa vie dans la disgrAce, les hon-
neurs ne lui manquerent pas, ou plut6t ne manquerent pas Asa
memoire, quand ses fils arriverent A l'einpire. Le senat de Cons-
tantinople lui 6leva une statue, en 364 (Themistius, Oratio, vi)
et Constantine lui rendit le m6me hommage, si on en juge d'a-
pres le fragment d'inscription qui suit (C. 1. L., viii, 7014, Re-
nier, 1851) :
lremoria)e felic(issimae viro atq)ue per omn(ia scecula
cel)ebrando Gra(tiano patri) DD Principumque (nostrorum)
Valentiniani et V(alentis no)bilium ac triumfat(orum sem-

(1) On sait que Magnence fut proclam6 empereur le 18 janvier 350.
La mort de Constant fit tomber 1'Afriqne en son pouvoir. En 352,
Constance, apres avoir reconquis I'lalie, envoya en Afrique des trou-
pes qui ramenerent ces provinces sons son autorite. Cctte arm6e fut
exp6diee d'Egypte et d'ltalie. Tillemont, Hist. des emper., Iv, p. 378.
Cf. 1'Empereur Julien. Premier panegyrique de Constance, ch. 35.
Second pancgyrique, ch. 18, in fine.
(2) Voici sa listed : to Leontius ; 2' Tiberianus ; 3 Taurinus ; 40 Sil-
vester; 5" Cretio; 6o Romanus ; 7 Gratianus Major; 8o Gildo ; 9' Gau-
dentius; 10' Bathanarius; 110 Heraclianus; 12' Constans; 130 Mari-
nus; 14, Maurianus ; 150 Bonifacius ; 16' Sigiswultus; 170 Darius.








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


per Au)gustorum juxta C.... statuam dedicar.... Dra-
contius V(ir) C(larissimus, Vices agens p)er Africanas
(prorincias) curante Valerio v(iro) e(gregio) sacerdotale.
On lira plus loin la notice consacree an vicaire Antonius
Dracontius.
Symmaque (Laudatio imperaloris Valentiniani I, 3) fail, sans
le nommer, une allusion flatteuse a Flavius Gratianus.



L. ARADIUS VALERIUS POPULONIUS
verss 335)
L. Aradius est un proconsul d'Afrique, et, A ce seul titre,
nous n'aurions pas A nous occuper de lui ici s'il n'avait pas WtL
charge, pendant son proconsulat, des functions de vicaire. C'est,
ei effet, un de ces examples d'interim auxquels j'ai fait allusion
dans l'introduction de ce m6moire. Je renverrai, pour ce qui
concern l'Mtude plus approfondie de sa carrire, A Morcelli,
aux Fasles de la province romaine d'Afrique, de Tissot, n" 167,
et A M. Mommsen, de C. Caelii Saturnini lilulo. Je ne noterai ici
que ce qui touche au point special qui nous occupe.
Cet interim est mentionn6 dans une longue inscription du
C. I. L., vi, 1690. Orelli, 3672. Voici le passage qui nous
intdresse:
L. Aradio Val. Proculo...... proconsuli provincial
Africae, vice sacra judicanti, eidemque judicio sacro
per provincias proconsularem (1) et Numidiam, Byzacium
ac Tripolim itemque Maurelaniam Sitifensem et Caesa-
riensem perfuncto officio praefecturae praetorio....
C'est sans doute ce qui lui vaut le titre de praefeclus Libyae
dans une autre inscription. C. I. L., vi, 1694 :
Hic bis (2) praefectus patriae praefeclus et idem

(1) J'avoue que je ne vois pas bien pourquoi on mentionne ici ]a
Proconsulaire, oft la prefecture du pr6toire n'avait rien voir.
(2) En 337 et en 350-352.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


Hie Libyae idem Libyae proconsul......
L. Aradius exerga ces fonctions avant 337, date A laquelle
nous le trouvons pr6fet de la ville de Rome. Tissot place son
proconsulat vers 335. On ne sail s'il en rest longlemps invest.
On ignore 6galement la dur6e de l'int6rin de vicaire que men-
tionnent les textes pr6cites.




FABIVS (?) AGO (1) CATULLINUS
PHILOMATIUS. V. A.
337-338 (339?)
Deux personnages du nom d'Aco Catullinus ont exerce de
hautes functions dans l'empire pendant la premiere moiti6 du
quatrieme siAcle. Si, contrairement A l'opinion de Godefroi, qui
les confond, on est d'accord aujourd'hui pour les distinguer et
y voir le pAre et le tils, on est cependant loin de s'entendre
quand il s'agit d'attribuer certain textes a l'un on A l'aulre.
Pour Tissot (Fastes de la province romaine d'Afrique,
no 157), Aco Calullinus I'ancien, consulaire de Byzackne en 314,
proconsul d'Afrique en 315-319, revint dans nos provinces
en 338 come vicaire et fut ensuite pr6fet de Rome de 342
A 344. Son fils, Fabius Aco Catullinus, est le consul coll6gue de
Limenius en 349.
Suivant une autre opinion, la carriere du pere s'arrtle au
proconsulat d'Afrique qu'il exerca, comme on a vu, de 315
& 319. C'est son fils Fabius Aco Calullinus Philomatius qui
fut vicaire d'Afrique en 338-339, pr6fet du preloire en 341,

(1) 11 s'est l1ev6 une curieuse controversy snr la forme exacte de
ce nom. Tandis qu'au Code Thdodosien, on trouve toujours Aconius,
les inscriptions donnent invariablement Ac ; it on est de m6me du
chronographe de 35t. Les inscriptions ne nous 6tant parvenues que
par des copies anciennes, les 6pigraphistes avaient g6neralement pr6-
tir6 la lecon Aconius. Un fragment r6cemment decouvcrt en Tunisie
parait trancher d6finitivemient la dificult6 en faveur de la forme
Aco. Cf. Ren6 Cagnat: Note sur le praefectas urbi qIL'on appelle d
tort Aconius Catullitnus, dans les Mdlanges cle l'Ecole frangaise de
Rome, tome vu, 1887.









VICAIRES ET COMES D'AFRIQUE


prefet de la ville en 342-344, consul en 349 (de Vit, Onomas-
ticon, i, p. 43).
AprBs quelque hesitation, j'opte pour )a second explication.
Je ne vois pas de raison pour preftrer la premiere ; j'en trouve,
au contraire, en faveur de la second. Cette disparition d'Aco
Catullinus en 319 pour reparaitre subitement en 338 est sin-
guliere. De plus, nous le laisserions proconsul d'Afrique pour le
voir revenir dix-neuf ans apres dans la function de vicaire qui
est indubitablement infdrieure. Si nous avons quelques exem-.
ples d'un vicaire devenu proconsul, l'hypothese inverse ne s'est,
je crois, jamais presentee. Enfin, si le vicaire de 338-339 est le
meme que le prefet du pr6toire de 341 et le pr6fet de la ville
de 342-344, il est tout natural de l'identifier avec le consul de
349 (1).
Sans chercher A remonter plus haut que son vicariat d'Afri-
que, nous suivrons notre Aco Catullinus jusqu'en 349.
Le texte qui parait le plus ancien est la loi 2 de honorariis
codicillis (C. Th., vi, 22), adressde par Constance, Aconio vica-
rio Africae. Elle a Lr6 regne a Thamugas (2) par son destina-
taire, le 16 mai 338, sous le consulate d'Ursus et de Polemius,
mais a 616 sign6e le 7 noverbre de l'annde prec6dente, ce qui
permet de faire remonter au mnoins jusqu'en 337 l'entr6e en
functions de Catullinus. Cette loi 6dicle des peines centre ceux


(1) Cc qui pr6ecde 6tait ddja i 1'impression quand j'ai eu connais-
sance de 1'Ytude de M. Cagnat et rien ne pouvait m'6tre plus agr6a-
ble que d'aboutir aux memes conclusions que lui. Cependant, le sa-
vant professeur au College de France me pardonnera, j'cn suis stir,
de mettre le lecteur en garde centre une de ses formules. Quand il
dit que les functions de vicaire et celles de proconsul d'Afrique sont
a peu prbs 6quivalentcs, quand il tire, dans ce but, argument du
rang de spectabilis que ces fonctionnaires occupent I'un et l'autre, il
advance d'au moins un demi-siacle. C'dtait vrai au temps de la No-
tice. Mais il ne faut pas oublier qu'un peu avant 320, le vicaire d'Afri-
que n'6tait encore" que perfectissime, tandis que le proconsul avait
rang de clartssime. Faut-il croire qu'en vingt ans,'les deux functions
soient revenues dquivalentes ? Mon avis est que le proconsul a tou-
jours eu le pas, meme au temps oiA tous les deux 6taient spectabiles.
J'ajouteral qu'en 340, ce derner titre, si je ne me trompe, n'existait
pas encore.
(2) Godefroi fait h tort de Thamugas en Numidie une ville de la
Tingitane.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


qui fuient la curie pour courir apres d'autres dignits : quicun-
que fugientes obsequia curiarum umbras et nomina adfecta-
verint dignitatum... On sait que les curies 6laient revenues
peu A peu une source de charges onAreuses et que ceux qui en
faisaient parties par la naissance usaient de tous les expedients
pour s'y soustraire. Les lois contre ces contuinaces sont nom-
breuses dans le Code theodosien et dans celui de Justinien. II
est permis de supposed, par celle-ci et par d'autres analogues,
que les provinces d'Afrique, oi la constitution municipal 6tait
si forte et si prospAre un siecle auparavant, souffraient particu-
liWrement de la disorganisation.
La constitution 5 de operibus publicis (C. Th., xv, 1), repro-
duite par la loi 1 au Code Justinien au mine titre (vm, 12), du
27 juillet 338, porte cette curieuse suscription: imperatores
Conslantius et Constans Augusti, Have Catulline. Cette consti-
tution interdit aux judices (les gouverneurs des provinces) d'ac-
corder des dispenses de coop6rer aux opera public, la connais-
sance des cas de celte nature etant rPservwe A l'empereur.
L'objet des lois 26 et 24 de decurionibus (xi, 1) est encore
d'empecher la desertion des curies. La premiere est rescue
A Carthage, le ler novembre 338. La loi 24, signee le 12 dB-
cembre de la m6me ann6e, reproduit une parties de la loi 2 de
codicillis don't il a WtA question un peu plus haul.
La constitution 4 quorum appellationes non recipiuntur (C.Th.,
xi, 36) est du 29 aoAt 339. Elle d6nie, dans certain cas, le droit
d'appel A ceux qui ont 6t1 convaincus d'adullere et est adresste
simplement ad Catulinum. Celui-ci 6tait-il encore vicaire d'Afri-
que? Godefroi le pense en s'appuyant sur ce que le nom de
Constant, A qui le gouvernement de I'Afrique 6tail Achu, figure
dans la rubrique de ce texte.
On trouve, enfin, la mention ad Catulinum vicarium en tAte
de la loi 7 au Code de Justinien de excusationibus munerum
(x, 47). Cette loi, non date, est, dans certaines editions, attri-
bube peut-Atre A tort par la rubrique a Constantin. Notons en
passant qu'elle est curieuse, car elle exempte des munera un









VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


certain nombre de professions : negotiantes vestiaros, linleones,
purpurarios et parthicarios qui devotioni nostrae deserviunt,
visum est secundum velerem consueludinem ab omni munere
immunes esse. On remarquera, dans cette enumtration, la men-
tion des purpurarii, industries toute africaine.
II me reste a indiquer sommairement les texles se rapportant
aux functions qu'Aco Catullinus exerca dans la suite :
Comme pr6fet du pretoire: 1. 1 de tabulariis (C. Th., vii, 2),
du 24 juin 341. Elle est reproduite par la loi 31 de decurioni-
bus (C. Th., xu, 1).
Comme pr6fet de la ville (fonclion qu'il occupa du 7 juillet
342 au 11 avril 344) loi 3 de paganis (G. Th., xvi, 10), date
du 23 octobre 342.
Nous avons dit qu'il fut, enfin, consul avec Limenius en 349.
L'inscription suivante parait se rapporter A sa fille (C. I. L.,
vi, 1780; Orelli, 2361 ; Gruler, 309, 31):
Fabiae Aconiae Pauliniae c(larissimae) f(eminae), filiae
Aconii Catullini v(iri) c(larissimi), ex praef(ecti) et con-
sule ord(inario), uxori Vettii Praetextati v(iri) c(larissimi),
praef(ecli) el consulis designali ., etc.
L'inscription an C. 1. L., n1, 2635, qui est paienne, se rap-
porle vraisemblablement A Aco Catullinus le pEre : (ovi),
O(ptimo), ll(aximo) Aco Catullinus, vir consularis, praeses
prov(inciae) Calleciae. Pro salute sua suorumque omnium
posuit (1).




(1) A ne consulter que la rubrique de la loi 28 de dcurionibus
(C. Th., xi, 1), edition de Godefroi, la charge de vicaire d'Afrique
aurait 6tI exerc6e, le 26 novembre 339, par Anatolius. Mais la loi 19
do appellationibus (C. Th x, 30, qui est un fragment de la m6me
constitution, lui donne le titre do vicaire d'Asie. De ces deux all6ga-
tions, la second seule est exacte. Nous poss6dons un cursus hono-
rutn assez complete d'Anatolius (de Vit, Onomasticon, I, p. 285); or,
il n'y est fait mention quo du vicariat d'Asie De plus, nous avons vu
qu'Aco Catullinus Btait encore en functions le 29 aout 339; nous allons
voir que Petronius s'y trouvait le 9 avril 340. Ces deux dates sont
bien rapprochees pour y intercaler Anatolius.








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


PETRONIUS. V. A.
340

II n'est connu que par une constitution date d'Aquilee, du
9 avril 340,dont deux fragments ont tB ins6res au Code Theodo-
sien: 1. 3 de dilationibus (n, 7), reproduite au Code de Justi-
nien; I. 6 an inme litre ilI, 11), et 1. 3 de advocate fisci (x,
15). Cette constitution a trait aux procis entire le fise et les par-
ticuliers. Le premier fragment fixe certain dl6ais de proc6-
dure; le second vise les fraudes et collisions des avocals char-
g6s de d6fendre le fisc.
En t1te de ce dernier, on lit le seul nom de Constance; I'autre
porte celui de Conslantin le jeune et celui de Constant. II y a la
nne double erreur : o dans la loi 3 de dilationibus, Haenel pro-
pose avec raison Constantius el Constans, au lieu de Conslantinus
et Constins, car il est A peu pres certain que Conslantin II fut
tu6 avant le mois d'avril. On remarquera, de plus, que la cons-
tilulion est date d'Aquilde; or, Constance 6tait absent quand
Constantin le jeune fut mis A mort et n'arriva dans cette ville
qu'apr6s I'6vdnement; 2 dans la loi 3 de advocate fisci, le nom
de Constant, dans le lot duquel l'Afrique 6tait placee, doit figu-
rer A c6t6 de celui de Constance. Haenel n'a pas os6 faire celte
addition, mais elle s'iinpose au commentaleur.
II me semble qu'il n'y a pas a se preoccuper, quoique Gode-
froi y insisted, de ce que l'un des textes porte la date du 5, I'au-
tre celle du 6 des ides d'avril; cellte lgbre difference me parail
negligeable et, du reste, clle n'existe que dans certain manus-
crits.


TAURINUS. C. A.
Avant 344

Une note place dans l'Mdition Migne des (Euvres de Saint-
Augustin (Ix, au has de la colonne 801) nous presente le comnte
Taurinus et le comte Sylvester comme ne faisant qu'nne seule
personnel. J'ignore'de qui est I'observation, mais il y a lA une








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


erreur certain et qui tient A ce que le passage de Saint-Optat
(mi, 4) qui nomme ces deux comes n'a pas 6tb bien compris,
car intervention de Taurinus me paralt se rapporter A des fails
qui ont pr6ced6 l'envoi en Afrique des operarii unitalis Paul et
Macaire, don't nous nous occuperons plus tard.
Saint-Optat, racontant leur arrive, nous montre Donat, 1'6v0-
que schismaliqne de Bagai, qui tente de leur opposer une re-
sistance A main armie et faith appel aux circoncellions, contre
lesquels les 6v0ques donatistes eux-mimes avaient auparavant
demand le secours du bras seculier : praecones per vicina loca
et per omnes nundinas misit, circumcelliones agonisticos
nuncupans, ad praedictum locum ut concurrerent, invitavit;
et eorum illo tempore concursus est flagitatus, quorum de-
mentia PAULLO ANTE ab ipsis episcopis impie videbatur esse
succensa. Alors, 1'Wveque catholique explique I'allusion: nam
quum hujus modi hominum genus ANTE UNITATEM per loca
singula vagarentur, quum Axido e, Fasir ab ipsis insanienti-
bus sanctorum duces appellarentur, nulli licuit securum esse
in possessionibus suis.... Le mal avait 1t6 lel, que les donatisles
eux-memes avaient sollicit6 l'intervention du come Taurinus:
unde quum vestrae parties episcopis tune invidia fieret, Taurino
TUNC COMITI scripsisse dicuntur hujus modi homines corrigi
in ecclesia non posse ; mandaverunt, ut a supradicto comite
acciperent disciplinam. Tune Taurinus ad eorum litters,
ire militem jussit armatum per nundinas, ubi circumcellio-
num furor vagari consueverat. In loco Octavensi occisi sunt
plurimi, detruncati sunt multi, quorum corpora usque in
hodiernum per dealbatas aras aut mensas potuerunt nume-
rari (1).
Et voila, reprend Saint-Oplal, oA Donat prit les Bl6ments de
la resistance qu'il opposa A Macaire: sic invenit Donatus Ba-

(1) On sait que c'6tait 1'usage, chez les chrdtiens, d'lever des au-
tels sur la s6pulture des martyrs. Les circoncellions ne manquerent
pas d'honorer comme tels ceux qui tomberent sous les coups du
comte Taurinus.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


gaiensis under contra Macarium furiosam conduceret tur-
bar. II nous ramene ainsi, apr6s cette course digression, aux
operarii unitalis qui, pour se defendre, sont obliges de recou-
rir au come Sylvester.
Le doute n'est done pas possible : Taurinus et Sylvester sont
deux personnages diffirents, je crois l'avoir demontr6. Du me-
me coup, j'ai dit A peu pros tout ce que l'on salt sur le pre-
mier. Son nom revient quelquefois dans les polemiques, mais
nous n'apprenons pas grand'chose de plus. Au commencement
de ce m me livre in, un passage de Saint-Optat pourrait nous
donner A penser que Taurinus travailla avec les operarii uni-
talis. ( A la verit6, dit-il aux donalistes, bien des rigueurs ont
Wte exercees par les artisans de l'unit ; mais pourquoi les im-
putez-vous A Leontius, A Macarius et A Taurinus? Imputez-les
plut6t a vos predkcesseurs. ) Ab operariis unitalis multa
quidem aspere gesta sunt, sed ea quid imputatis Leontio
Macario rcl Taurino ? Imputate majoribus vestris.
II est evident que les mots operarii unitalis sont pris dans un
sens large et ne font pas allusion aux seuls commissaires de
Constant, car Leontius nous est connu : nous I'avons vu A l'ou-
vre, en 320, avec Ursacius et Zenophilus (1).
Le nom de Taurinus figure encore, A cB6t de ceux de Maca-
rius et des 6v6ques Mensurius et Caecilianus, au livre in, chap.
xxv, de la r6ponse de Saint-Augustin A la lettre de Petilien (Mli-
gne, ix, 362). Je pourrais faire une observation analogue.
1Maintenant, est-il possible d'assigner une dale A l'action de
Taurinus centre les circoncellions? aalheureusemnent non. .e


(1) C'est pour n'avoir pas pris garde h cela que tous les historians,
h commencer par Tillemont, ont commis ]cs plus graves confusions.
Je n'en citerai que deux examples : dans le Dictionary of Christian
Biography, de Smith et Place (vo Donatism ), on suppose deux per-
sonnages du nom d'Ursacius. Tillemont (Hist. eccles., vi, p. 107)
hesite, -se demandant si 1'on doit placer Leontius avant Ursacius, ou
s'il faut le rejeter sous Constance. Quant h Taurinus, il le pr6sente
comme post&rieur i Macaire. En reali16, il y a eu deux tentatives
d'unit6 : l'une vers 320, l'autre apris le council tde Sardique, et, quand
il est fait allusion, dans les textes, h ceux qui furent charges de l'o-
pdrer, on les classes plut6t en raison de l'energie d4ploy6e qu'en te-
nant compete des dates.








VICAIRES ET COMES D'AFRIQUE


texte pr&cilt nous apprend seulement que ce fut un peu avant
I'arriv6e de Paul et de Macaire (paullo ante). Quant aux circon-
cellions, il est impossible de dire l'6poque A laquelle ils com-
mencerent a parailre. Alorcelli en parole pour la premiere fois,
sous l'ann6e 317. Tillemont (Hist. eccl., vi, p. 96) pense que
( celle nanie ) a commence sous Constantin. ( II est certain,
par Saint-Augustin, dit-il, que c'etait d6s le temps que les pa-
yens exercaient encore librement et publiquement les c6remo-
nies de leur religion ; ce qu'on sait que Constantin a tent6 d'em-
pecher par diverse lois (1). De plus, Saint-Augustin dit encore
que ce ful par la violence des circoncellions que les donalisles
se conserv6rent leurs 6glises malgr6 les decisions imp6riales qui
les en privaient apres que la cause fut lerminee el qu'ils se fu-
rent sparks de l'Eglise. 11 est visible que Saint-Auguslin entend
en cet endroit les lois que fit Constantin apr6s avoir condamn6
les donalisles et non pas ce qui peut Wtre arrive sous Constant
apres la venue de Macaire, puisqu'il marque ce que les circon-
cellions firent sous Constant comme un nouveau crime posl6-
rieur an premier. ) L'auteur cite A l'appui trois passages de
l'6v6que d'Hippone: Epit. 185, ch. Iv el suiv. Contra Gau-
dentium, I, ch. '28. Contra epislolam Parmeniani, I, ch. 11.
Ni ces arguments, ni ces textes ne me paraissent, je I'avoue,
trbs probants. Saint-Augustin, qui ne fail, en some, qu'une
oeuvre de polemique et n'ecril pas une histoire, se plait, pour
les besoins de la cause, A confondre les circoncellions avec les
donatistes. 11 est certain que, d6s la p6riode de 315 A 320, ceux-
ci usbrent de la violence centre l'exdculion de la decision im-
periale qui les proscrivait et voulail les d~posseder de leur3 ba-
siliques. La secte des circoncellions existait-elle deja? Il est
permis d'en douler.
Pour en revenir a Taurinus, le texte de Saint-Oplat parail

(1) Sur ]a question de savoir si Constantin a rtellement proscrit le
culte payen, voir: Due de Broglie, I'Eglise et I'Empire Romain aut
IV' siOcle, tome !, in fine. Eclaircissement E.- L'auteur pense qu'il
n'y eut pas de proscription gu6nrale, mais qu'en fait, des restrictions
nombreuses furent apportles t 1'exercice du cult ancien. Ainsi s'ac-
corderaient ]es tCmoignagcs contradictoircs des conltcmporains.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


m'autoriser 5 supposed qu'il etait en Afrique vers 340 et pres-
que stirement avant le concile de Sardique qui eut lieu a la
fin de 343 (1). On va voir pourquoi dans la notice du come
Sylvester, un de ses successeurs.


EUBOLIDAS. V. A.
344
Son nom figure en t6te d'une constitution de Constance (et de
Constant, voir la notice de Petronius), date du 29 juin 344, qui
tend a la repression de certain abus. L. 2 de concussionibus ad-
vocalorum (C. Th.,vim, 0), reproduite I. 2 de lucris advocalor.
(Cod. Just., xii, 62). Les empereurs s'y plaignent de ce que les
officials el les scholastic (avocats) exigent gratuitement des
Africains des prestations auxquelles ils n'ont pas droit: multa
a provincialibus afris indignissime postulantur ab officiali-
bus et scholasticis, dum ipsis et animalibus eormndem ali-
moniae sine prelio ministrantur. Les scholastici, ajoute le texte,
se font aussi payer des honoraires exagdres. Aussi, rappellc-t-on
qu'aux judices (les gouverneurs) income le devoir de d6fendre
les inter6ts de leurs administres contre ces exactions.
D'aucuns pensent que la vraie forme du nom de ce vicaire est
Eubulidas on Eubulides.
On remarquera I'en-tite du text : Imp. Conslanlius A(ugus-
tus) Eubolidae vkiro) clarissimo) vicario Africae. Les vicaires
sont monuts d'un degr6 dans la hierarchie. Est-ce une rfforme

(1) On a longtemps plac6 le concile de Sardique en 347 (Tillemont,
Hist. ceclds., vi, p. 108). Mais Maffei a public, en 1742, des fragments
de Saint-Athanase, d'oil il semblait rdsulter que cette date 6tait in-
exactc. Mansi, dans sa collection des conciles, propose d6jh 344. Des
d6couvertes nouvelles faites, au commencement de ce siecle, par le
cardinal Mai, ont r6solu d6finitivement la question en faveur de 343.
En effet, un fragment de chronique plac6 en t6te des Epistulae pas -
chales de Saint-Athanase (Migne, n, 1314) nous apprend que le con-
cile cut lieu sous le consulate de Placidus et Romulus. On sait, d'au-
tre part, qu'il cut lieu i ]a fin de l'annee. Clinton (Fasti roman) n'a
vraisemblablement pas vu ce passage, car il donne encore la date de
346. Morcelli, qui ccrivait avant la d(lcouverte de Mai, propose, comn-
me Tillemnont, 347. Cf. sur cette question le Dictionary of Christian
Biography, de Smith ct Place, vo Athanasius, et Ie due de Broglie,
'Eglise et I'Empire Romain au IVe siicle, il, p. 66, 4e addition.








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


r6cente? Je crois avoir montr6, dans l'introduction, contraire-
ment A l'opinion commune, que cette measure parait remonter A
l'ann6e 320 environ.




SYLVESTER. C. A.

Nous arrivons, enfin, aux operarii unitatis.
L'empereur Constant ayant envoy en Afrique Paul et Macaire
dans le but ostensible de distribuer des aum6nes, mais, en r6a-
litB, pour travailler A la reunion des donatistes aux catholiques,
ses envoys furent arr6tis dans l'accomplissement de leur mis-
sion par la resistance de Donat, 6v0que donaliste de Bagai (1).
Celui-ci ne recula mAme pas devant l'emploi de la force et, ralliant
les circoncellions, barra la route aux arrivants qui durent deman-
der I'appui du comte d'Afrique, qui s'appelait alors Sylvestre:
hoc melu deterriti, qui thesauros ferebant quos pauperibus
erogarent, invenerunt in tanta necessitate consilium ut a
Sylvestro comite armatum militem postularent, non per
quem alicui vim facerent sed ut vim a Donato supra me-
morato episcopo dispositam prohiberent (im, 4).
Une premiere collision eut lieu. L'avant-garde de la troupe
imperiale fut repoussbe. Mais dans une action plus sbrieuse,
plusieurs circoncellions Irouvhrent la rmort. Leur nombre ne se-
rail pas grand, si nous en jugeons par ce mot de St-Optat (mi, 4):
querelam per ordinem deponitis... sub Paulo et Jlacario
ALIQUOS necatos. Quoi qu'il en soil, c'esl A cet incident on A ses
suites que se rapport la mort du prbtre Marculus et de Donat
qui est vraisemblablement 1'Wvbque de Bagai. Le (( martyre ) de
Maximien et d'Isaac est de la meme Apoque, semble-t-il, mais


(1) Ce Donat ne doit pas ctre confondu avec l'ev6quo de Carthage.
Cclui-ci, quand Paul et Macaire se pr6sent6rent, se content de pro-
tester en paroles violentes coutre eux et centre l'immixtion de l'em-
pereur.








DE DIOCL9TIEN A L'INVASION VANDALE


aurait eu Carthage pour theatre (1). De l'aveu du narrateur
donatisle, Macaire n'aurait us6 de violence qu'en Numidie; dans
les autres provinces, il se serait content de recourir A la ruse.
(Passio Marculi. (Euvres de Saint-Oplat, p. 195, col. 1): sed
Macarius.... quum hoc negotium sanguinis in reliquis
provinciis per subtilitatem diu attentasset, in Numidia ta-
men et erga Alarculum gloriosum aperta crudelitatis barba-
rae et inauditae ferilatis indicia publicavit.
Quoi qu'il en soit, le passage precit6 de Saint-Optat a sauv6
de l'oubli le nom du comte Sylvester. Mais nous ne savons ni ce
qu'il avait WtL, ni ce qu'il devint, ni s'il portait un autre nom..
Est-il possible, d'un autre c6t6, d'assigner une date A son
commandement et, par IA-m6me, A la mission de Paul et Ma-
caire? Un point incontestable, c'est que cette mission est ant6-
rieure A la mort de Constant, qui eut lieu en janvier 350; car
le concile de Carthage, qui suivit ( l'ceuvre d'unit6 ), eut
lieu du vivant de ce prince. L'Uveque Gratus, de Car-
thage, qui preside ce concile, s'exprime, en effet, ainsi:
Gratias deo omnipotenti et Christo Jesu qui DEDIT MALIS
SCHISMATIBUS FINEM, et respexit ecclesiam suam, ut in ejus
gremium erigeret universe membra dispersa, qui imperavit
religiosissimo Constanti imperatori ut votum geereret unia-
tis et milteret ministros sancti operis famulos dei Paulum
el Macarium. D'un autre cBtl, il est certain egalement que
cette mission est posterieure au concile de Sardique. L'6pitre 44
de Saint-Augustin le prouve. Le saint y raconte une conference
qu'il eut avecFortunius, v&que de Tubursicum. Celui-ci alleguait

(1) Les catholiques et les donatistes 6taient loin de s'entendre sur
les circonstances de la mort de Donat et de Marculus. 11 y a un r6-
cit donatiste du martyre de Marculus (a la suite des CEuvres de St-
Optat, p. 193). Voir aussi le trait do schismate Donatistarum, du
meme, ii, passim. Saint-Augustin : Contra litteras Pctiliani,
ii, ch. 14 et 20 (Migne, ix, 268 et 274); In Johanlis evangelium trac-
tatus, 11, in fine (i 1483); In Crescentiumn, ii, ch. 49 et 50 (ix,
526 et suiv.). On trouvera egalement, i la suite des (Euvres de St-
Optat, un recit donatiste de la passion de Maximien et Isaac, p. 197.
11 est enfin curieux que, par suite d'une confusion, Donat et Mar-
cule aient 6t6 inscrits sur des martyrologes catholiques. Cf. Tille-
mont, Hist. ecclds., vi, p. 711.








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


que les donatistes 'laient results en communion avec les egli-
ses transmarines jusqu'au jour de la persecution de lacaire.
Respondit tamdiu; transmarinarum partium ecclesias man-
sisse innocentes, donee consensissent in eorum sangui-
nem quos Macarianam persecutionem pertulisse dicebat.
Et, comme son adversaire lui demandail des preuves, il roduisit
des acles du concile de Sardique qui n'6taient, en rdalit6, que
ceux du pseudo-concile tenu par les Ariens apres qu'ils se fu-
rent retires. Tunc prolulit quoddam volume, ubi volebat os-
tendere Sardicense concilium ad episcopos Afros, qui erant
communionis Donati dedisse litleras. Quoi qu'il en soit de cer-
tains dMtails, il r6sulte bien de la discussion qule la persecu-
tion de lacaire est posterieure a la fin de 343, puisqu'clle rom-
pil, au dire de Fortunius, une communion qui existait enore A
cetle dale.
Les historians modernes s'accordent pour dire que l'envoi de
Paul et de Macaire fut d&cidB sur les instances de Gratus, lors
du voyage qu'il fit en se rendant au concile de Sardique en
343 (1). Ce n'est qu'une hypothese, mais une hypothese tres
vraisemblable que confirm l'auteur de la Passio Marculi quand
il pr6senle la persecution ( Macarienne ) come ayant dclalt
subitement : Ecce stbito de Constantis regis tyranniae domo el
de palatii ejus arce pollulum .Macarianae persecutionis
murmur increpuit. (CEuvres de Saint-Oplat, p. 195).
Les acles des martyrs donatistes fouruissent une indication
prIcieuse au point de vue chronologique. 11 est faith mention dans
ceux de Maximien et d'Isaac du xvm des kal. de septembre qui
tombait un samedi. Or, I'ann6e 34i est la seule de cells en-
tre 344 et 350 oai l'on vdie concorder ces deux dates. II en est
de meme pour la Passio Marculi, qui aurait en lieu le in des
kalendes de decembre et un dimanche ; elle nous conduit 6gale-
ment A l'annee 347. 1I est vrai qu'il exisle pour cette derniere
une variance qui parole du vii des kalendes, mais le manuscrit

(1) Ce voyage est attest par Gratus lui-miemc dans le concile pr&-
cit6 de Carthage.









DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


qui la donne est dn xine sibcle, tandis que celui qui indique le
In apparlient an Ixe sickle, ce qui le rend plus digne de foi.




CAESONIANUS. V. A.
348
Le nom de ce vicaire ne se trouve jusqu'ici que dans un seul
texte, la loi 2 de officio vicarii (C. Th., I, 15) du 28 septembre
348, qui recommande de porter rapidement A la connaissance
de l'empereur les rapports des gouverneurs et les questions
qu'ils posent.
En tele de cette constitution, on ne lit que le nom de Cons-
tance. D'aucuns pensent qu'il faut supplier celui de Constant,
auquel le gouvernement de l'Afrique avail it6 d6volu.




CRETIO. C. A.
350-361
Nous avons une constitution de Constance, date du 27 juin
350, adressee Ad Crelionem, virum clarissimum comilem,
prescrivant de reint6grer dans leurs corps respeclifs les soldats
qui out obtenu l'honesta mission avant I'accomplissement du
temps legal et ne sont pas incapables de servir. L. 4 de re mi-
litari (C. Th., vr, 1).
Ammien Marcellin fait allusion an role joun, onze ans plus
tard, par le comte Cretio, lorsque Julien prit le titre d'Auguste
(xxi, 7). Constance, effray6, cherche i circonscrire la revolle.
Pour prevenir une tentative don't l'Afrique serait I'objet, il en-
voie le secritaire d'Elat Gaudentius (notarium misit Gauden-
tium), le meme qui avait Wte charge, dans les Gaules, de sur-
veiller Julien. L'obBissance de cet agent, dit I'historien, lui sem-
blait assure par deux motifs, par les sujets de plainte qu'il avail
donn6s aux partisans de Julienet par I'empressement naturel de








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


se faire bien venir de celui qui avait toutes chances de r6ussir,
car c'lait une conviction g6n6rale que Constance aurait le des-
sus. Gaudentius, aussiltt a'rriv6, se mit A l'euvre. II transmit
par lettres des instructions tant au comte Cretio qu'aux autres
autoritCs et se fit fournir par les deux Maurktanies une cavalerie
ldgere excellence, avec laquelle il prot6gea efficacement tout le
littoral en regard des Gaules et de l'ltalie : qui quum eo venisset,
mandatorum principis memor, per litteras Cretione comite,
quid ageretur, edocto, reliquisque rectoribus lecto, undique
milite fortiore, translatisque ab utraque Mauritania discur-
saloribus expeditis, Aquitaniae et Italiae object littora
tuebatur artissime.
Constance, ajoute Ammien, avait bien choisi son homme, car,
tant que Gaudentius adminislra le pays, pas un soldat ennemi
n'en approcha.
II est encore faith allusion au commandement du come Cretio,
A propos de son fils, en 365 (Ammien Marcellin, xxvi, 5). La
revolte de Procope venait d'Vclater; Valentinien en avail recu
la nouvelle A Paris, le jour des kalendes de novembre. Oblig6
de rester dans cetle parties de l'empire pour tenir tWle aux Alle-
mands qui en menacaient les fronti6res, il se proccupa, comme
autrefois Constance, de dEfendre l'Afrique contre toute tentative
des revollts. II en confia la defense au secr6taire d'Etat Neothe-
rius, depuis consul, et A Masaucion, simple protecleur, il est
vrai, mais qui avait fait sous le comte Cretio, son p6re, une
longue 6tude de la province : sollicitus super Africa ne repente
perrumperetur Neotherium postea consulem tune notarium,
ad eamdem tuendam ire disposuit et Masaucionem domesti-
cu protectorem ear consideration quod diu sub patre Cre-
tione quondam comite educatus, suspect noverat loca...
Nous ignorons I'Npoque exact A laquelle Cretio cessa ses
functions; mais ce fut vraisemblablement quand Julien triom-
pha d6finitivement par la mort de Constance. Nous verrons que
Gaudentius et le vicaire Julianus furent alors envoys au sup-
plice. Il n'est pas faith mention du come d'Afrique, mais s'il ne









DEIDiOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


fut pas frapp6 aussi s6vbrement, du moins dut-il subir la dis-
grace du prince centre lequel il avait defendu sa province.
A quelle date remote l'entree en fonclions de Cretio ? Le
doute nail de ce que la constitution pr6cite de 350 lui donne
seulement le titre de come. Godefroi, qui pose la question,
pense qu'il faut supplier comes rei militaris. Mais l'Ntait-il d6jA
de l'Afrique come en 361 ? Je crois qu'il faut repondre affir-
mativement jusqu'A preuve du contraire et je m'appuie sur le
texte d'Ammien Marcellin parlant de son fils: DIU sub patre
Cretione quondam comite educatus, suspect noverat loca.




Q. CLODIUS HERMOGENIANUS OLYBRIUS
354

Ce n'est pas un vicaire, mais un proconsul d'Afrique qui pa-
rait, quoique j'aie quelques doutes (1), avoir, comme L. Aradius
Valerius Populonius en 335, exerc6 par interim les functions de
vicaire. C'est du moins ce que permettrait de supposed la loi 7
de eursu public (C. Th., viii, 5) du 4 aoit 354, qui le charge
de rappeler aux gouverneurs des provinces que nnl, en dehors
des agents in rebus envoys pour la mise en movement des
troupes, n'a le droit d'exiger des paraveredi (2) sur les routes et
traverses oAi le service n'est pas reguliurement etabli. Praelata
jussione nbstra provinciarum rectores excellentia tua com-
moneat ut, exceptis agentibus in rebus qui ad movendum


(1) II semble, en effet, come je ]e dis, d'ailleurs, qu'h une 6poquc
qui n'est pas nettement d6terminee, le service des postes publiques
de toute 1 Afrique ait 6et centralis6 et confi6 au proconsul.
(2) (( Les requisitions sur les routes lat6rales ou de traverse ofi le
service n'etait pas r6gulierement 6tabli retombaient incontestable-
ment sur les citis don't ces routes traversaient le territoire. Les
chevaux de poste requis dans ce cas s'appelaient paraveredi, par
opposition aux ceredi (chevaux de poste des grandes routes). Darem-
berg et Saglio, vo Cursus, p. 1660, col. 2. Voir aussi Audollent,
Les Veredarii, dans les MAlanges d'archdol. et d'hist. do l'dcole de
Rome, 1889, p. 249 et suiv.








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


mililem (1) consueverunt quisquis alius paraveredum exe-
gerit non ei cedar impune sed nec illi qui dederit.
Pour le surplus, voir Tissot, Fastes de la prove. rom. d'Afri-
que, no 176. Voir aussi ce que j'ai dit dans I'introduction, A
propos du Cursus, ainsi que le commentaire de la loi 15 de
cursu public, plus loin, notice de Claudius Avitianus.



MARTINIANUS. V. A.
358

Le 22 mai 358, Constance, alors A Sirmium, prescrivait A
Martinianus, vicaire d'Afrique, de faire rentrer dans les curies
ceux qui avaient trouv6 le moyen de s'y soustraire par l'obten-
tion du tire de perfeclissime ou de come (1. 44, C. Th., de de-
curionib., xi, 1).
Un mois plus lard, le 22 juin, une autre constitution, adres-
see au meme officer, 6dicte une disposition analogue applica-
ble aux decurions qui se sont r6fugies dans I'armee, y eussent-
its acquis le titre de veteran. L. 45 au meme titre.
Quelques jours apres, nous reirouvons le nom de Martinianus
en (Ale d'une loi dalee de Mursa, 27 juin 358) qui declare que
le titre de sacerdos provinciae n'exempte pas des charges mu-
nicipales. Cette loi, notons-le en passant, est curieuse A un au-
tre point de vue, car elle nous moutre une derniere transforma-
tion du sacerdoce provincial. Le pr6tre n'est plus qu'un fonc-
tionnaire charge de la gestion des temples et de leurs d6pen-
dances; leur election n'est plus faite que par le college des ad-
vocati. Voir ma dissertation sur les Assemblies provineiales
et le Culte provincial dans l'Afrique romaine.
Enfin, la loi 5 de veeligalibus (C. I h., iv, 42), du 14 juillet
358, fait abandon du quart des vectigalia aux provinces et aux
cites africaines : ti ex his moenia public restaurentur vel sar-

R7 (1) D'apres Godefroi, les mots militern mocere font allusion A deux
cas : 1 la levee d'auxiliaires pour le service de l'Etat; 2' la conduite
de troupes pour l'accomplissement d'une mission.


80








DE DIOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


ciendis tectis substantia ministrelur. Elle est adressde ad Mar-
tinianum vicarium Africae et porte come formule finale:
Data epistola ad v(irum) c(larissimum) vicarium....




JULIANUS. V. A.
360-361

II nous est dejA connn. Nous avons vu qu'il 6tail en Afrique
en meme temps que le come Cretio, quand Gaudentius y fut
envoy pour la defendre contre les tentatives de Julien, r6cem-
ment proclam6 empereur A LutAce (Ammien Marcellin, xxi, 7).
Nous avons vu 6galement qu' lad mort de Constance (3 novem-
bre 361), Julien fit mettre A mort Gaudentius et le vicaire Ju-
lianus, don't le seul crime avait WtA d'8tre fiddles au prince 16-
gitime (Ammien Marcellin, xxi, 11).
II est difficile de dire autre chose de certain sur Julianus. A
la v6ri6, on trouve au Code ThBodosien plusieurs personnages
de ce nom qu'on pourrait 6tre tent6 d'identifier avec lui; mais
ce ne serait que pure hypoth6se. Neanmoins, je vais les citer;
le lecteur aura ainsi sous la main toutes les pieces du proc6s et
sera A m6me, le cas 6ch6ant, de les utiliser.
La loi 3 de fide testium (C. Th., xi, 39), 1. 9 au Code Justin.,
de testibus (iv, 20), est adress6e ad Julianum praesidem. La
province don't il 6tait gouverneur n'est pas indiqu6e. Cette cons-
titution est date du 24 aolt 334.
La loi 23 de decurionibus (C. Th., xii, 1), du 11 octobre 338,
est aussi envoy6e A un Julianus. Sa function n'est pas .nonc6e,
mais d'aprbs le contexte, ce devait 6tre un praeses, comme dans
la pr6c6dente constitution. Ce texte vise, en effel, les d6curions
qui ne se pr6sentent pas A la curie apr6s leur nomination.
Enfin, la loi 1 de decuriis urbis Romae (C. Th xiv, 1) a 6ga-
lement pour destinataire un Julianus. Elle est sign6e du 25 f6-
vrier 357 et rescue a Rome le 15 mai. Godefroi, sous ce texte,
pense qu'on eat en presence d'un praefectus urbi et il Lire ar-








VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


gument de I'objet de la constitution, de ce qu'elle est revue A
Rome, de ce que I'empereur appelle Julianus tua sublimitas. 11
est vrai qu'A cette date, nous ne trouvons pas de pr6fet de la
ville portant ce nom. Mais Borghesi ropond A l'objection en pro-
posant de biffer purement et simplement le nom de Julianus
pour y substituer celui de Julius Tertullus (OEuvres, in, p.
477). La solution est un peu hardie, je l'avoue; mais on ne
peut guAre dire autre chose pour la refuter.
Je r6pete qu'il est difficile de soutenir que tous ces textes se
rapportent an meme personnage, car A cette 6poque, le nom de
Julianus est porlt par plusieurs hauls fonctionnaires de I'em-
pire. Tel est, par example, Julianus, consularis Phoeniciae en
362. L. 52 de decurionibus (C. Th., xi, 1).



CLAUDIUS AVITIANUS. V. A.
362-363

Quatre constitutions, ou plut6t quatre fragments d'une m6me
constitution date d'Antioche, le 26 octobre 362, rescue A Car-
thage le 18 mars 363, sent adressbes ad Avitianum vicarium
Africae. Ce sont : 1 la loi 1 de indulgentiis debitorum (C. Th.,
xi, 28) qui porte remise de toutes les dettes envers le fisc, sauf
cellos ayant pour objet de f'or ou de l'argent. La date de ce
fragment est complete et est ainsi exprim6e: Data V11 kal.
nov. Antiochiae. Acc(epta) XV kal. april. Carthagine Ju-
liano A(ugusto) IV et Sallustio cons(ulibus).
20 La loi 15 de cursu public (C. Th., vim, 5) pose le prin-
cipe que la disposition des personnel pr6pos6es au cursus pu-
blicus appartient au proconsul. Mancipium cursus public dis-
positio proconsulis forma teneatur. Elle dMfend, en outre, d'exi-
ger des chevaux ou des transports sur les routes qui ne font pas
-partie du reseau imperial et vise specialement ceux qui seraient
tents de faire transporter les marbres des particuliers avec les
v6hicules des habitants. Ne otiosis aedium cultibus provincia-







DE DiOCLETIEN A L'INVASION VANDALE


lium patrimonia fortunaeque lacerentur. II parait difficile, en
presence de ce texte, de soutenir que I'autorit6 du proconsul
sur le cursus publicus 6tait restreinte A la Proconsulaire. Notre
loi a toute l'apparence d'un rappel aux principles adress6 au vi-
caire qui a commis un empi6tement. Pour le surplus, voir I'in-
troduction et la notice consacr6e A Q. Clodius Hermogenianus
Olybrius.
La date de la loi 15 est tronquie et porte seulement: Data
VII kal. nov. Antiochiae, Juliano A. IV et Sallustio cons
(ulibus) Mais, come l'observe Haenel, la correction ne saurait
faire de difficult quand on compare ce fragment aux trois au-
Ires. De plus, la suscription porte le nom de Julien qui, on le
sait, 6tail deja mort le 7 des kal. de novembre 363. La date
mentionn6e ne peut done dans sa parties finale viser que la recep-
tion de la loi.
3o La loi 2 de itinere muniendo (C. Th., xv, 3) constate que
l'entretien des chemins income parfois aux riverains et qu'A
cet 6gard, il faut se conformer aux anciens usages. La dale est
entire et conforme A celle (la loi 15 de cursu public) sus-
mentionnee.
40 La loi 7 au Code de Justinien deaedificiis privatis (vmI, 10)
est, Ala v&ritW, datee du 27 octobre (6 des kalendes de novembre),
mais il n'est pas douteux que ce chitfre doit encore 6tre rec-
tifi6 et qu'on doit lire 7 des kalendes. Rapproch6 de la consti-
tution 6 au meme titre, ce fragment forme une veritable loi de
conservation des monuments: nemini columns, vel status cu-
juscunque material, ex alia eademque provincia vel auffere
liceal vel movere. Le destinataire est ainsi indiqu6 dans la vul-
gate: ad Vitianum vicarium Africae. Cette erreur, qu'on s'ac-
corde A corriger, ne me parait pas devoir faire admettre l'attri-
bution, par Godefroi, au meme Avitianus, d'un autre texte du
Code Justinien (1. 1 de diversis praediis urbanis, xx, 69). La ru-
brique porte: Imp. Julianus A. Attico, ou, d'apres l'6dition de
Mommsen et Krueger, Alarbino, sans date, ni indication de
dignity. C'est vraiment insuffisant. Cf. de Vil, Onomasticon, vo
Avitianus et Atticus, xi.







VICAIRES ET COMTES D'AFRIQUE


11 me paralt aussi difficile d'identifier notre vicaire avec un
Avitianus don't parole Sulpice Severe (Dialog., i11, 3-8).
En revanche, c'est bien de lui qu'il s'agit dans Ammien Mar-
cellin (xxvii, 7) qui nous dit qu'en 368, il accusa de concussion
Mamertin, pr6fet du pr6toire, et amena sa disgrace: Mamerli-
num praefectum praetorio ab urbe regressum, quo quaedam
perexerat correcturus, Avitianus EX VICAIIO peculatus delule-
rat reum. II semble, d'aprbs ce passage, qu'Avilianus n'ait plus
exerc6 aucune fonclion depuis son depart d'Afrique, puisque
I'historien ne trouve pas d'autre qualification A lui donner que
celle d'ancien vicaire. En tous cas, il ne recueillit pas la succes-
sion de celui qu'il poursuivait, car le successeur de Mamertin
fut Vulcatius Rufinus, I'ancien consulaire de Numidie, don't
nous avons 6tudi la carriere dans les fastes de cette province.
Rien ne nous a jusqu'ici indiqu6 qu'Avitianus portal un au-
tre nom. Mais une inscription trouvee, il y a quelques annees,
en triple exemplaire, A Constantine, a appris qu'il s'appelait
aussi Claudius :
Claudius Avitianus, comes primi ordinis, agens pro pra
(efe)ctis basilica (m Cons)tantinam cum porticibus et tetra-
py(lo con)stituend(am a) solo perfi(ciendam) q(ue c)uravit.
- C. I. L., viu, 7037. Rec. de Const., 1869, p. 677.
Des deux autres exemplaires, I'un est au Corpus, sous le no
7038; I'autre parait n'avoir jamais Wt6 public. Cf. Corpus, vin.
Additamenta, p. 965. Rec. de Const., 1878, p. 313. C'est en
comparant ces exemplaires entire eux qu'on a pu reconstituer le
texte ci-dessus.
On remarquera le titre donn6 au vicaire : Comes primi ordi-
nis, agens pro praefectis.


ROMANUS
363-372
Jovien rignait encore (Joviano tunc imperante), dit Ammien
Marcellin (xxvIII, 6), quand les Austuriani ravagrrent les envi-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs