• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Section Iranienne
 Section Berbere
 Chronique et documents
 Errata
 List of Illustrations
 Table of Contents
 Back Cover






Title: Revue du monde musulman
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072664/00001
 Material Information
Title: Revue du monde musulman
Physical Description: v. : ill. ; 25 cm.
Language: French
Creator: Mission scientifique du Maroc
Publisher: Mission scientifique du Maroc
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1906-1926
Frequency: quarterly[1912-]
monthly[ former 1906-1911]
quarterly
regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: Vol. 1, no 1 (nov. 1906)-
Dates or Sequential Designation: Published v. 1 (1906)-v. 66 (1926).
Numbering Peculiarities: Vol. 1-32 also called année 1-9; année 1-5 issued in 12 nos.
General Note: Title from cover.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072664
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 002034050
oclc - 01681243
notis - AKM1763
 Related Items
Succeeded by: Revue des études islamiques

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Half Title
        Page iii
    Title Page
        Page v
    Section Iranienne
        Page 1
        La feodalite Kurde
            Page 1
            Page 2
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Essai de bibliographie persane, par Ali Nô-Rouze
                Page 27
                Page 28
                Page 29
                Page 30
                Page 31
                Page 32
                Page 33
                Page 34
        Registre analytique de la presse persane (depuis la guerre: 318 numéros), par A. N.
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
    Section Berbere
        Page 63-107
        Page 108
        Unnumbered ( 69 )
        Unnumbered ( 70 )
        Unnumbered ( 71 )
        Unnumbered ( 72 )
        Unnumbered ( 73 )
        Unnumbered ( 74 )
        Unnumbered ( 75 )
        Unnumbered ( 76 )
        Unnumbered ( 77 )
        Unnumbered ( 78 )
        Unnumbered ( 79 )
        Unnumbered ( 80 )
        Unnumbered ( 81 )
        Unnumbered ( 82 )
        Unnumbered ( 83 )
        Unnumbered ( 84 )
        Unnumbered ( 85 )
        Unnumbered ( 86 )
        Unnumbered ( 87 )
        Unnumbered ( 88 )
        Unnumbered ( 89 )
        Unnumbered ( 90 )
        Unnumbered ( 91 )
        Unnumbered ( 92 )
        Unnumbered ( 93 )
        Unnumbered ( 94 )
        Unnumbered ( 95 )
        Unnumbered ( 96 )
        Unnumbered ( 97 )
        Unnumbered ( 98 )
        Unnumbered ( 99 )
        Unnumbered ( 100 )
        Unnumbered ( 101 )
        Unnumbered ( 102 )
        Unnumbered ( 103 )
        Unnumbered ( 104 )
        Unnumbered ( 105 )
        Unnumbered ( 106 )
        Unnumbered ( 107 )
        Unnumbered ( 108 )
        Unnumbered ( 109 )
        Unnumbered ( 110 )
        Unnumbered ( 111 )
        Unnumbered ( 112 )
        Unnumbered ( 113 )
        Unnumbered ( 114 )
        Unnumbered ( 115 )
        Unnumbered ( 116 )
        Unnumbered ( 117 )
        Unnumbered ( 118 )
        Unnumbered ( 119 )
        Unnumbered ( 120 )
        Unnumbered ( 121 )
        Unnumbered ( 122 )
        Unnumbered ( 123 )
        Unnumbered ( 124 )
        Unnumbered ( 125 )
        Unnumbered ( 126 )
        Unnumbered ( 127 )
        Unnumbered ( 128 )
        Unnumbered ( 129 )
        Unnumbered ( 130 )
        Unnumbered ( 131 )
        Unnumbered ( 132 )
        Unnumbered ( 133 )
        Unnumbered ( 134 )
        Unnumbered ( 135 )
        Unnumbered ( 136 )
        Unnumbered ( 137 )
        Unnumbered ( 138 )
        Unnumbered ( 139 )
        Unnumbered ( 140 )
        Unnumbered ( 141 )
        Unnumbered ( 142 )
        Unnumbered ( 143 )
        Unnumbered ( 144 )
        Unnumbered ( 145 )
        Unnumbered ( 146 )
        Unnumbered ( 147 )
        Unnumbered ( 148 )
        Unnumbered ( 149 )
        Unnumbered ( 150 )
        Unnumbered ( 151 )
        Unnumbered ( 152 )
        Unnumbered ( 153 )
        Unnumbered ( 154 )
    Chronique et documents
        Page 189
        A propos d'un traite de morale Turc en ecriture ouigoure
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
            Page 223
            Page 224
            Page 225
            Page 226
            Page 227
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
            Page 232
            Page 233
            Page 234
        Bibliographie
            Page 235
            Page 236
            Page 237
    Errata
        Page 238
    List of Illustrations
        Page 239
        Page 240
    Table of Contents
        Page 241
        Page 242
    Back Cover
        Page 243
        Page 244
Full Text





REVUE DU MONDE




MUSULMAN


1923 iSLC.UI) TRIM'EST'TR.


VOLUME LX


SECTION IRANIENNE :


La feodalite kurde . .
Essai de bibliographic persane (i,5 Ivraes . .
Reistre analyti(ue die la press pers'ne (l1 N"'),.


P. N"l k 1-I .
A]t N<)-,mi /v,
A \,


I't I STINApn.


SECTION BERBERE


Poemes chleuhs recueillis au Sois .


SECTION DE L'A. O. F.


Etudes sur I'lslam au Dahomey.


avec sept planchec


CHRONIQUE ET DOCUMENTS
A propos d'un traite de morale turc en ecriture ouigoure iHil'cil i/ haqalq,
d'Y A I . . . J. D .
Bibliographie : /iuK\ .\s a\la rt ux pour l'tud des iaei( v ersa ,.n
russe . VL. IA .


PARIS
EDITIONSS ERNEST LEROUX, 28, RUE BONAPARTE (VIe
ONNEMENT : PARIS, 4 FIR. : DElI'ARTELIMENTS iT COI.ONIES, 47 F R.; STRANGER 5o Ft.
TOUS DROITS RESERVES


1'. M\l'l V. 10 .)









REVUE DU MONDE


MU S U LMA N

Publice par A. LE CHF',TELIER, 61, avenue Victor-Hugo. P.AP:s-XV\
L. MASSIGNON. Directeur, 21, rue Monsieur, Paris-Vll

C3NSEIL TECHNIQUE:
MM. A. CABATON.-M. DELAFOSSE.- C.. HUAPT. P. \l.IPT .
E. MICHAUX-BE -LAIRE. -J. VINSON. -A. VISSIERIE.

Abonnements etvente : Editions Ernest Leroux. 2N, rue Bl1,naparte. 2-.


La publication de Ia Re'-ue du l1ande .lusunman arait etc ra:ertie .:-r ;.
guerre. Le volume XXX.Vf clit cette pdriode. L'annee oi2, comn-pren.i cn.Ci
volumes : le volume XXX Illl pour Ie premier trimestre, et les i'ro!ues XXX \'
a XLII pour 1920.
L'ainne 192 I a repris alec six volumes: un volume tous ics deux ",is.
I la Revue du Monde Musulinan proprement dit., s'ajoute la Colect:on de
la Revue, recueil de ses ti-'ages h part, et des Nmdinires oriinaux troy inm
portants pour trouper place dans la Revue.

REYUE Dli MON'DE MUSULMVAN, 1907-1920.
41 volumes in-8, avec de tres nonbreuses illustrations et cares. La ;oilection
complete (quelques exeit plaires si element . . -. o :r.
Un volume separdment ... . . ...... 5

COLLECTION D LL LA RE VUE DU .MONDE MLUSULLMAX
Environ 40 volumes oi brochures in-S, parus de 1907 a 192), don't:

DELAFOSSE (M.) et GADEN (H.). Chroniques du Fouta S6n6ga-
/ lais, pai Sire-Abbas-Soh. Traduction francaise avec
notes et ;lossaire (cartes) . o r.
DEMORGNY (G.). Les Institutions de la police en Perse 9 fr.
Les Institutions financieres en Perse. 13 r.
GADEN (H.). Le Poular, dialecte peul du Senegal.
Tome 11 : 111. -e~,ique poular-frani ais . 26 r >,
dASSITA (R.). L'Islam a l'ile Maurice lig.l. . .. 2 fr. 5c
HAKKI BEY. De Stamboul a Bagdad. Noties dun home d Etat
turc.. . . . r.
MONTEIL (C.). Les Khassonke. Monographie d'une peuplade du
Soudan frangais. Itn fort vol. avec carte et rig. o ir. *
RABINO (H.-L.). Les Ancians Sports au Guilan (I pl.) 2 ir. 5o
Les Tribus du Louristan. Mlcdailles des QAdjars
(2 p l.) . . . . ftr. 5c
et LAFONT (F.-1.). Notes sur la Perse. Culture de lagourde
a ghalil i, en Guilan et en Mazanderan 2 r. -
Culture de I c lne i ucre en .Mazanderan i p. et fig. 2 i r.
VISSIERE (A.). Etudes sino-mahometanes, 2 \ol avec fig. Chacun fr. 5
CAsT.\GN: (J.). Le Turkestan depuis la Revolution russe
(i9 17-1921) . . . t0 r.
G.UITHIER (L.). Introduction a l'etude de la philosophies mu-
sulmane ... . . .
Enquite sur les Corporations musulmanes d'artisans et de
commergants au Maroc (circuiaire residentielle du i5-xi-i423,
avec des tableaux syno0tiques, une bibliographie sommair- du
travail en Islam, un indeK et Xl planches. . . :
















REVUE DU MONDE

MUSULMAN


TOME SOIXANTItME







REVUE DU MONDE


MUSULMAN





TOME SOIXANTIEME
I92 5 (DEUXIME TRIMESTRE)






PARIS
EDITIONS ERNEST LEROUX
28 RUE BONAPARTE (VI')



















LA FEODALITE KURDE


La pr6sente 6tude, oC sont groups certain faits relatifs h
la vie kurde, considerbe surtout dans ses rapports avec
l'Itatislamique, Etat turc et ttat persan, appelle quel-
ques reserves quant a/son titre. En effet, si l'observation
des rapports entire les Kurdes et le pouvoir central permet,
acertaines poques, de parler de liens flodaux qui rappel-
lent leph6nomene sociologique connu sous ce nom en Occi-
dent, si quelques traits de la vie kurde (chateaux, chasse,
po6sie) se pretent a des rapprochements avec'la vie feodale
europ6enne, le fond meme de la vie social, les concep-
tions qui la r6glementent se basent chez les Kurdes sur le
principle tribal;- et nous ramenent a un stade qui differe de
la feodalite proprement dite. Une des choses qui caractiri-
saient le regime feodal, c'6tait la correlation intime qui
existait entire la condition des terres et la condition des per-
sonnes. On va de la terre a l'homme. Le systeme feo-
dal en Europe contribute a l'l6aboration d'un droit
terrien, raffermit I'idee de la propri6t6 au detriment
des droits de l'individu. La society medievale est hierar-
chisee suivant les categories de terres. Chez les
Kurdes, le centre de gravity est dans la tribu. Un chef
kurde tire toute son importance et toute sa raison d'etre
de sa tribu. On concoit facilement, et il ne s'agit pas seule-
ment des tribus nomades, un chef kurde avec son clan,



















LA FEODALITE KURDE


La pr6sente 6tude, oC sont groups certain faits relatifs h
la vie kurde, considerbe surtout dans ses rapports avec
l'Itatislamique, Etat turc et ttat persan, appelle quel-
ques reserves quant a/son titre. En effet, si l'observation
des rapports entire les Kurdes et le pouvoir central permet,
acertaines poques, de parler de liens flodaux qui rappel-
lent leph6nomene sociologique connu sous ce nom en Occi-
dent, si quelques traits de la vie kurde (chateaux, chasse,
po6sie) se pretent a des rapprochements avec'la vie feodale
europ6enne, le fond meme de la vie social, les concep-
tions qui la r6glementent se basent chez les Kurdes sur le
principle tribal;- et nous ramenent a un stade qui differe de
la feodalite proprement dite. Une des choses qui caractiri-
saient le regime feodal, c'6tait la correlation intime qui
existait entire la condition des terres et la condition des per-
sonnes. On va de la terre a l'homme. Le systeme feo-
dal en Europe contribute a l'l6aboration d'un droit
terrien, raffermit I'idee de la propri6t6 au detriment
des droits de l'individu. La society medievale est hierar-
chisee suivant les categories de terres. Chez les
Kurdes, le centre de gravity est dans la tribu. Un chef
kurde tire toute son importance et toute sa raison d'etre
de sa tribu. On concoit facilement, et il ne s'agit pas seule-
ment des tribus nomades, un chef kurde avec son clan,












REVUE DU MONDE MUSULMAN

sans aucune propriete immobiliere. Cela ne l'empechera
nullement de continue une lignee noble (i). Tout le droit
coutumier kurde a pour base la tribu et ses inter&ts collec-
tifs. Les notions de propri6et ne viennent s'ajouter qu'apres.
Certes, en 6tudiant l'histoire kurde en Turquie et en Perse
on constate le morcellement de la souverainet6 qui carac-
terise si bien la periode feodale partout ailleurs. Quant
i la confusion entire le droit public et le droit prive, autre
caracteristique de la feodalit6, on sait bien que cette distinc-
tion ne saurait &tre invoqube quand on est dans le domaine
islamique. En ce qui concern les Kurdes, il faudrait plu-
t6t rechercher dans leur mentality le dosage des notions
musulmanes (chariat) et du droit ancestral de tribu (adat).
Enfin, pour ce qui est de la hierarchie, il y a lieu de noter
que dans la vie intkrieure de tribu 1'6tat de servage est in-
connu. Deux classes cependant semblent y exister : celle
de chefs (mir, agha, malkho, pachmir, etc.) avec leur
suite armee (houlAm), et celle de laboureurs, la redevance
etant d'un tiers de la recolte systeme de < se-kouit >) (2) dans
les regions qui me sont connues (limitrophes de la fron-
tiere turco-persane, entire Mossoul et Ourmiah, et a Saoudj-
Boulag). Dans certain cas, cette classes tant soit peu assu-
jettie est meme d'uneautre origine ethnique. Ainsi, parmi les
autretribus de Bilbas, il existe une race depaysans etdeservi-
teurs que l'on considere comme une caste inferieure et qui
n'ont aucunement voix dans les affaires publiques. On les
appelle heldw-spy, < bonnets blancs >>, ou bien gourdn, ce
dernier nom 6tant en meme temps celui d'une tribu. Ne
seraient-ce point li les anciens indigenes de cette contree de

(1) Cf. Abdoulfah Bek Sadyk oul Achair, Bekzad6 de Benar, quej'ai connu
en Perse.
(2) Ce system fiscal semble remonter A une tres haute antiquity. Cf.
L'Ancien droit des Perses, par R. DARESTE, de l'lnstitut, P. 1886, p. i3:
c La terre etait assujettie A un imp6t direct qui fut longtemps pergu sous
la forme d'un partage de fruits .en nature, L'Etat prenait le tiers ou le
quart. >











LA FEODALITE KURDE 3

Senneh ? On peut mentionner aussi une couche de popula-
tion primitivement non kurde chez les Chekkaks de SomaY-
Baradost. Un peu plus au Nord les Kurressiny laissent voir
encore nettement leur origine turque, etc. II n'entre pas
dans nos intentions d'6tudier ici le statute des raya arm6-
niens et nestoriens vis-a-vis de leurs aghas kurdes. Ii est
pourtant curieux de noter en passant que : i les tribus
nestoriennes du Haut Grand Zab (Djilou, Tiari, Tkhouma,
Baz, etc.) s'alliaient quelquefois A leurs voisins kurdes en
vue de razzier soit leurs coreligionnaires, soit une tribu
kurde ; 2 les cas ne sont pas rares oi les chretiens &chap-
paient aux persecutions en se laissant adopter par un agha.
Ces observations ne font d'ailleurs que corroborer la pre-
dominance de Ia notion de tribu chez les Kurdes.
Le noyau primordial de la tribu est la famille, le clan,
mdl(c'est-A-dire< en kurde; videsuprd mAlkh6 >
chef). Le clan porte le nom de l'ancktre, par example :
MAla Mikail Agha, MAla Mir, etc. Le Kurde est tres fier de
la lignre de ses ascendants et il en 6numere facilement une
dizaine de generations. La m6moire en est gardbe dans le
clan pour Ia plupart par la tradition seule. Trait feodal
en meme temps, si I'on veut, le droit d'ainesse, etc. Nous
avons donn6 quelques examples de la g6n6alogie kurde
dans nos prce6dentes 6tudes (i). 11 convient de remarquer
que, tres souvent, dans les g6nealogies kurdes, une ascen-
dance arabe est signal6e. On sait d'ailleurs que selon les
historians orientaux l'origine m6me de ce people remote
a des tribus arabes; hypothese que les faits philologiques
ne peuvent que combattre.
D'une fagon general, les clans dirigeants chez les Kur-
des se divisent en cinq categories, don't deux temporelles
les Bekadjs (BAdyr KhAn Begul de Hakkari ; Miri

(r) Bull. of the School of Orient. Studies, London Instit. The Tale of
Suto and Tato, vol. III, p. i, 1923 ; I'Asie frangaise, mai 1925, les Kurdes
racontds par euxtmmrnes.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


Soran de Rawandouz ; Miri Sevdinan d'Amadia; Pachas
.Bbd de Soul6ymanieh ; Baba Miri de Saoudj Boulag,
Moukri, etc.),; les Agha-Zadj; -et trois ecclesiastiques :
les Cheik Zad ; les Molla Zadd (Heideri a Erbil ; KilAni
Z. a Rawandouz) ; les Zgdvdar gardenss de sanctuaires).
A c6t6 de l'importance de la genealogie, on ne mecon-
naitra pointun autre trait caracteristique de la vie en tribu:
c'est la vengeance de sang, told. Comme il arrive dans
les autres communaut6s isol6es (soit dans les montagnes,
soit sur une ile) vivant sous ce regime, la vengeance de
sang apparait comme une supreme sanction d'ordre tribal.
Elle est toujours accompagn6e du bannissement de la tribu
(kiriya der) pour un certain delai. Si nous ajoutons que
la notion de huestdn (montagne, pays montagneux) rem-
place pour le Kurde 1'idee de la patrie, car pour lui tout ce
qui est decht (plaine) ne peut 6tre habit que par les etran-
gers, nous aurons referm6 le cercle tres restreint des idWes
sociales et politiques kurdes. Vers elles convergent neces-
sairement tous les autres details de la structure social
kurde. 11 nous a paru obligatoire de faire prec&der les faits
de la vie feodale kurde par ce tres rapide r6sum6 de leur
vie tribal: qui evolue entire mdl, told, huesidn.



Nos connaissances sur la vie kurde, sur 1'histoire de ce
people, sont encore tres imparfaites. Certes, on peut enu-
m6rer deja un nombre imposant d'ouvrages, soit consacres
directement a la kurdologie, soit nous fournissant inci-
demment certaines indications. Mais il n'existe pas
aujourd'hui d'histoire kurde dans laquelle on trouverait
1'expos& des destinies de ce people depuis ses origins
jusqu'a nos jours. Un grand connaisseur des Kurdes,
E. B. Soane, trop t6t enlev6 h la kurdologie, constatant
les lacunes de nos connaissances, faisait comprendre l'6nor-











LA FEODALITi KURDE 5

mite de la tAche a assumer par celui qui voudrait com-
poser cette histoire kurde.S'il y a un people kurde, entity
ethnographique, il n'y a pas de nation kurde, entity poli
tique et morale. II s'agit de reunir les traditions d'une
multitude de tribus 6parpillees de l'Ararat a Khaneqine et
d'Alep a Kermanchah de trier et de compulser toute cette
documentation et puis de la faire entrer dans les cadres
chronologiques. Quelques premiers pas sont faits seule-
ment dans cette voie. Ils furent rendus possibles par les
6tudes linguistiques, qui nous ouvrirent l'acces aux tresors
de la litt6rature populaire kurde.
Dans l'6tat de choses actuel nous devons nous contenter
du < Cheref-NAmeh > ou << Fastes de la Nation kurde >,
par Ch&ref-ou'ddine, Prince de Bidlis: traduits du persan et
comments par Francois-Bernard Charmoy (i). Cette cbro-
nique kurde fut achevee en 1599 par son auteur. Elle fut
publiee en Russie, d'abord sQn texte (par Veliaminov-
Zernov) ensuite la traduction. C'est sans contest le livre de
chevet de tout kurdisant, mais la formule suivant laquelle
l'ouvrage fut ex6cut6 en rend la consultation fort difficile.
Cependant depuiscette publication nous ne poss6dons aucun.
autre ouvrage d'ensemble de la m&me valeur oi seraient
compulsees toutes les donnees des historians orientaux et
europ6ens et o6 une tres large place fit accord6e aux com-
mentaires geographiques, indispensables quand on penetre
dans les regions kurdes si peu connues.
Voici la liste de quelques ouvrages qui peuvent 6tre con-
sultes par celui qui voudrait se renseigner sur les Kurdes.
a) Ouvrages relatifs d la langue :
Oskar Mann : Kurdisch-Persische Forschungen: Abtei-
lung IV, Kurdische Dialekte ; plusieurs volumes publiCs a
Berlin.apres deux voyages entrepris par ce savant au Kur-

(i) En quatre volumes, publids par l'Acaddmie Imp6riale des sciences A
Saint-Pktersbourg. Le premier volume parut en 1868.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


distan, de 1901 a 1903 et de 1906 1907. L'autorit6 de O.
Mann n'est pas discut6e dans le domaine de la philologie
kurde. It est mort pendant la guerre sans avoir eu la pos-
sibilit6 de publier tous ses materiaux.
A mentionner aussi : les travaux de M. Jaba, eleve de
M. Charmoy, Consul de Russie a Erzeroum: Recueil de No-
tices et Rdcits Kourdes, Saint-P6tersbourg, i860 ; Diction-
naire Kurde-Frangais, Saint-P6tersbourg, 1879; de Justi,
Kurdische Grammatik, Saint-P6tersbourg, 1880; de Hou-
tum-Schindler, Beitrage Zum Kurdische Wortschat.e
(Z D M G), Bd XXXVIII et XLII ; de EB. Soane, Gram-
mar of the Kurmanji or Kurdish Language, London, 1913
(on trouve dans << Introductory notice > l'6numeration de
tous les principaux travaux sur le Kurde).
La parties kurde du V vol. des travaux de la Mission
scientifique en Perse, public par M. de Morgan est fort
critigu6e par 0. Mann.
Les relations de voyages qui contiennent des renseigne-
ments sur les Kurdes sont tres nombreuses. Une biblio-
graphie critique reste encore a faire. M. Lerche dans son
travail Recherches sur les Kurdes, Saint-P6tersbourg (1856)
donne une excellent bibliographie qui attend d'etre com-
pl6tee. Parmi ces explorateurs retenons les noms de C. I.
Rich (Narration of a residence in Koordistan, L., 1836),
H. Rawlinson (Notes on a march from Zohal to Kerman-
shah, 1839, JRGS) ; A. Layard (Discoveries in the ruins
of Nineveh, L., 1853) ;H. Binder (A u Kurdistan, en Meso-
potamie et.en Perse, P., 1887); Blau (Die Stamm des Nor-
dostl Kurdistan ZDMG, XII, XVI); M. Sykes, The hurdish
Tribes of the Ottoman Empire, J. R. Anthrop. Soc.
1908, Hartmann (Bohtan, << Mitteil. d. Vorderas. Ges. >>
XXX VIII, 1896, Heft2); Capt. B. Dickson, Maj. Maunsell,
MaJ. Kenneth (JRGS, respectivement avril 19o1, aoit 19o0,
d6cembre 1919); Rever. A. Wigram (Cradle of Man-
kind L., I915) ; EB. Soane (To Mesopotamia and Kur-












LA FEODALITE KURDE


distan in disguise, L., 1912). J'en passe et des meilleurs.
Les auteurs russes contribuerent aussi h nos connaissances
(Baron Bode, Tchirikofl, Khanykoff, Maievski, Tomilov,
Smirnov, Maxsimovitch Vassilkovski, Averianov, etc., etc.)



Les origins de la feodalit6 kurde remontent tres loin.
M. Charmoy nous apprend, en effet, quece fut sous le regne
d'Apas, qui succ6da h son frere Ashod II, en 928, que les
2Imirs arabes et kurdes qui gouvernaient au nom des
khalifes a Towin, a Guendjeh, h KhelAth (i) et h-Ardjiche,
ainsi que dans le Diarbekir et l'AzerbaidjAn, se rendirent
compl&tement ind6pendants. Nouspassons sous silencetoute
la longue p6riode pric&dente pendant laquelle le sort des
principautes kurdes futintimement li6h l'histoiredel'Arme-
nie. Notons seulement que sous les dynasties arabes le nord du
Kurdistan futgouvern6 par leurs vassaux, nomm6s Princes
Ardzrouniens. Ce pays fut gouvern6 ensuite par une dy-
nastie kurde, les MervAnides, de 990 a 1096. C'est la
tribu de Houme'idy (2) qui a donn6 Ia naissance aux princes
MervAnides qui enleverent aux princes arabes de la mai-
son de HamdAn ia souverainete de Diarb6kir et. des villes
d'Amid, de Mei'afAreqin, de Hisn Ke'fa et de plusieurs
autres. Apres la mort du dernier des MervAnides, il rest
encore quelques petits princes de cette race dans les envi-
rons d'Amide D'autre part, comme le pretend une chro-
nique de la famille d'ArdelAn (3) ses ancitres seraient issues
de cette dynastie. Les MervAnides cederent done leur place
qui fut occupbe par lesTurcs, Ortoqides (o185-1408). Une
autre dynastie kurde, les Hosneweihies, a gouvern6 (de 959 A
(1) Cf. HAMMER, Gesch. d. Ilchane, v. II, p. 174. Sur la defaite des Kurdes
Hakkari, qui vivent a Achlath >>, en 1228, par Houlagou.
(2) La bourgade kurde Aqra au N. de Mossoul avait le nom de Aqar-al-
Houmeidiye.
(3) Cf. le resume que j'en ai fait dans la RMM. vol. XLIX.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


ioi5) a Deinewer et G Chehrizor. En'fin, lesCheddadides h
Ani, ont gouvern& du Xe au XIV s.
La p6riode des Croisades nous fait connaitre beaucoup
de chevaliers kurdes, des chAteaux, etc. Est-il besoin de
mentionner le nom de Saladin, kurde de la tribu de Ra-
wddi, sur l'Araxes et sa fortune prodigieuse? Voici des sei-
gneurs de moindre importance. A la prise d'Acre, le
14 septembre 1189, on mentionne, parmi les autres chefs,
Hossam-ed-Din Aboul-Heydja, < P, qui est
kurde de la tribu de Hakamy, originaire d'Erbil (Hawler,
en kurde).
Un autre chef kurde, Mechtouib, << le Balafre >, appar-
tient a la c6elbre tribu des Hakkari, qui existe encore sous
le mnme nom. Ce < balafr >> mourut 4 ans avant Salah-
ed-Din. Un de ses descendants,'Ibn-al-Mechtoub, etait au
debut du XIIIC sicle le plus puissant Emir de 1'Egypte.
< Tous les Emirs lui obeissaient et lui etaient soumis,
principalement les kurdes. > Parmi les chateaux kurdes de
cette 6poque lointaine, la forteresse de Fenek (Pinaca
des geographes classiques) m6rite une mention. Elle
est situee dans le voisinage et au N.-O. de Djeziret-Ibn-
Omar et, encore de nos jours, appartient aux Kurdes de la
Stribu Bechnawiya. Ils disent la tenir depuis plus de
30o ans. < C'est un chAteau extr&mement fort, raconte
un historien arabe qui domine le Tigre et qui com-
munique par un passage souterrain, avec une source
d'eau don't rien ne peut interdire l'acces aux habitants.
L'an 540 de l'H6gire (1145-46) 1'Atabek de Mossoul
donna l'ordre a Zein-ed-Din d'en former le siege ; ... la
garnison continue h resister malgrB qu'on coupAt les vivres.
Le siege fut finalement level, A cause de la mort de 1'Ata-
bek >. Et combien d'auties fibres demeures seigneuriales,
que nous aurons a mentionner encore a leur place (i).
(i) Chez HAMMER, op. cit.: nous trouvons un certain nonbre d'indications
relatives aux Kurdes durant la periode mongole de P'histoire persane. Le












LA FEODALITE KURDE
ii


Ces braves indications nous permettent de constater que
les Kurdes, avant l'Ftablissement d'un fort pouvoir poli-
tique en Asie Ant6rieure, ont toujours joui d'une ind6-
pendance plus ou moins complete suivant les circons-
tances historiques. Une certain tradition a pu se crier
dans les families nobles kurdes, et il nous a semble utile
d'en faire entrevoir le fondement historique. D'autre part,
affirme M. Charmoy, ces princes kurdes, i'tant constam-
ment en guerre les uns avec les autres, ont toujours re-
cherche la protection et l'appui de quelque pouvoir fort,
qu'ils payaient de retour en pretant foi et hommage au
souverain qui les leur accordait. Ils s'incorporerent ainsi
au systeme feodal turc. Souvent aussi ils payaient un tri-
but ou fournissaient des troupes auxiliaires en temps de
guerre. Nous n'avons pas de details concernant o la foi et
l'hommage >,.acte si important sous le regime feodal, mais
nous voyons que les consequences en sont les memes
qu'en Occident oi les obligations materielles consistaient
pour le vassal dans le service d'ost ou de guerre et le ser-
vice d'aides. Par centre, il ne semble pas que les vassaux
kurdes soient tenus au service de cour ou de plaid, don't
le < pr6sente peut-ktre quelques analogies.
On sait, d'autre part, et !'analogie avec < les lettres de
fief > (qui consacrent la mise en possession du fief) est
6vidente, qu'il existait en Turquie des tezkireh. On appelle
tezkireh un certificate d6livr6 par le pacha au fils d'un
feudataire et constatant : Io qu'il est reellement fils d'un
Sipahy; 2 quel a ete le revenue de son pare; 30 quand
celui-ci est d6c6d6..Sur la presentation de ce certificate, le

Kurdistan fut conquis sous Houlagou par un Emir du nom de Melik fils
de Turam Behadi. L'Emir avait pris en captivitI la fille du seigneur du
Kurdistan qui a joud un certain r6le dans I'histoire sous le nom de Nas
Khatoun (v. II, p. 289). PIus tard,.sous Arghoun, en 1286, les kurdes
Hakkari s'insurgent, et Nourinaga Djelaire fut envoy pour les mettre A la
liaison (v. I, p. 374). Enfin, en 1338, nous apprenons que le Kurdistan avec
Khousiztan avait dchu aux fils de l'Emir Ekrasch (v. II. p. 318).











REVUE DU MONDE MUSULh)AN


fils du possesseur d6funt est muni d'un brevet (berdt) de
la Porte que le gouverneur fait aussit6t enregistrer.
Cela dit, passons a la description des difflrentes cate-
gories de fiefs que le regime feodal avait connues en Tur-
quie. On nomme timdr tout fief qui produit moins de
20.000 aspres (aqtch6) ou 166 2/3 piastres turcs et gi'dmet
ceux don't le revenue excide cette some. Le feudataire est
tenu de fournir un cuirassier (djebbehlou) pour chaque
some de 3.ooo aspaes de revenue et cette quotit6 se
nomme kylydj ou sabre. D'autre part, on distingue les
fiefs tNqkirdli, c'est-a-dire munis du certificate don't il vient
d'etre question, de ceux de moindre valeur que le pacha
peut confirer de son chef et qui, pour cette raison, sont
appeals tehkirdsy., sans certificate. Plus specialement, en
ce qui concern les Kurdes, il y a lieu de mentionner les
domaines patrimoniaux (odjdqliq ou be'ilik), les princi-
pautes her6ditaires (houkoumet).
Voici comment se presentaient par consequent les rap-
ports kurdo-turcs sous le regime de la feodalit6 dans les
diff6rents iAlets.
Dans l'6yAlet de Diarbekir il y avait huit sandjaqs pos-
s6d6s a titre de domaines patrimoniaux par des kebs
kurdes inamovibles, selon la formule 'al on nasb qaboul
etme. Ces fiefs odjaqliqs ou akrdd be'Yliguy ont done des
chefs h6irditaires qui fournissent lorsqu'ils en sont requis,
un certain nombre de troupes ou de coureurs A la Porte.
Cinq autres cantons ou principautes, akrdd houkoftmet-,
de la meme province ont des chefs 6lectifs, et le contingent
qu'ils mettent sur pied est A la solde de l'Etat.
L'6yAlet de Van renfermait i3 sandjaqs et une princi-
paut6 apanagie (houkoumet).
KhochAb (i), qui est une locality situee entire Bachkala
et Van, etait un domain patrimonial (odjaqliq) et la r6si-


(1) Cf. BINDER, op. cit., p. 123 et seq.











LA FfODALITE KURDE


dence des princes nomm6s Mahmoudy. En ce qui con-
cerne l'yavlet de Van, la souverainet6 du Sultan n'6tait
que purement nominale. II nommait, de coutume, au
pachaliq de Van (i); les Kurdes, de leur c6t,proposaientau
gouvernement turc la nomination de leurs pachas et de.
leurs becks.
Quant a l'eyAlet d'Erzeroum, on y mentionnait 15 chi-
teaux. Il y avait dans cet eyAlet une espece de timar que
1'on appelle nevbetlou timdr. 11 consiste en fiefs possedes
en commun, par 3 ou 4 socibtaires, qui entrent alternati-
vement en champagne. I1 ne s'en trouve point dans les
autres eyalets. On peut indiquer que le chAteau et livA de
BaYezid 6taient possid6s a titre d'apanage h6erditaire.
On ne peut pas laisser cette parties du Kurdistan sans
s'arr&ter un peu plus longuement sur la region de Hakkari
et la principaut6 de Bitlis. En ce qui concern cette der-
nitre, une description complete se trouve dans le < Cheref
Nameh >, nous n'en donnons ici qu'un aperqu, en nous
servant des renseignements fournis par E. B. Soane et
Linch (Armenia).
Apres la conquete de Diarbekir par Timour Leng au
xive siecle, un certain 6mir Qara Ousman (2) fut nomm6
gouverneur de la region Hakkari. Ce chef se rendit tres
bien compete de l'impossibilit6 de pen6trer de haute lutte
dans ce pays d'acces tellement difficile et il chercha de
s'y laisser accepter par d'autres proc6des plus subtils.
Pour ce faire, il prit femme dans la noble famille kurde de
Hakkari, que nous avons vue mentionner sous les Croi-
sades. On connatt aussi un prince Hakkari Izzoud Din

(1) Cf. G.-B. MARGAROLI, Diriondrio geoCrafico storico del Impero Otto-
mano, Milano, 1829 (v. II, p. 291) : Van, citta che fa frontier verso la
Persia all'jmpero Ottomano; 6 poco conosciuta, ma vi risiede un Bascia a
tre code che la governa. >
(2) Je n'ai pas pu verifier cette indication donnee par E. B. Soane. Cepen-
dant, &tant donned les renseignements que je reproduis plus haut d'apres.
Hammer, on peut se fier A l'exactitude de cette tradition.












REVUE DU MONDE MUSULMAN


Chir Bek du,temps de Hassan Bek de la dynastie de Mou-
ton Blanc, pour la lutte qu'il eut a soutenir a Amadia,
assi6g6 par le g6enral turcoman Pijen Oglou Souleiman
Bek. Grace .ces liens de parents, apres que l'autorit6 de
Timour Leng se fut affaiblie dans ces parages, Qara Ous-
man put rester au pouvoir. II 6pousa la cause kurde, et
ses descendants donnerent un 6clat nouveau a la vieille
noblesse Hakkari (i). Ils prirent le titre de princes et 6tabli-
rent leur residence a Bitlis d'ol ils gouvernerent sur une
grande 6tendue de territoire jusqu'au xxxe siecle. Ces
princes de Bitlis avaient le titre de Sarasbeks. Ils avaient
h Bitlis un veritable chAteau feodal et pouvaient four-
nir de 20 a 25.000 cavaliers. Ils 6taient 6galement adults
et par le Sultan et le Chah, A cause de la situation stra-
tegique de Bitlis sur. la route allant d'Alep vers Tauris.
Ils se contentaient, pour la forme, A partir de la fin du
xvri siecle, d'offrir, A leur avenement, un cadeau a la
Porte, prix d'investiture tacite.
Dans les commentaires communiques par Charmoy,
nous apprenons qu'apres la conquete d'Erivan par le sul-
tan Mourad IV (1045 de l'H6gire, i635 A. D.) le Khan de
Bitlis se soumit A ce monarque qui lui assigna les revenues
de la plaine de Mouch, et le confirm dans sa dignity de
Khan qu'il declara h6rditaire dans safamille,en se reservant
toutefois le droit de le destituer et de nommer A sa place
un de ses parents. C'est en vertu de cette reserve que le
gouverneur de Van, Melik Ahmed Pacha, qu'accompagnait
le c6l6bre voyageur turc Ewlia Effendi, battit en io65
de H. (1654) le Khan Abdal qu'il fit mettre a mort et rem-
plaqa par le neveu dece Khan. Pour ce qui 6tait de l'admi-

(i) Cf. Chdref Nameh, t. II, part. I, p. 67 : les princes Hakkary, qui des-
cendent de Chems ud Din, sont nommes Chemmo. c Cela explique peut-
&tre 1'apparente confusion chez MARGAROLI, Op. cit., t. II, p. II, oi, en
parlant de Djoulamerk, il dit: <( i suoi abitanti chiamansi Sciambo, second
altri hanno anche il nome d'Hakiari, che e forse quello della famiglia prin-
cipesca ivi regnante P.











LA FiODALITE KVURDE


nistration, certaines functions etaient revenues par le Sul-
tan, d'autres abandonnees aux princes de Bitfis. Les offf-
ciers et fonctionrraires publics a fa nomination du sultan,
sont : le commandant des janissaires, cefui des sipAhis et
le percepteur de la capitation. Les autres sont nomm-s par
le Khan, savoir : le Qady, le Moufty du rite Chafi'ite, le
chef des tmirs, le commandant dtr chateau (Dizdar), fe
receveur de la douane on du page (Badjdar), le garde-
magasin (Qapandar) et I'inspecteur des marches (Mouhtes-
sib). L'exemple de Bitlis est fort curieux et nous montre
encore une modality de rapports kurdo-turcs oi l'autonomie
locale sermb-le assez bien concili6e avec les intersts du
pouvoir central. Cet example nous fait longer aussi h la
feodalite occidental oui l'on rencontre souvent cette delimi-
tation minutieuse de jurisdictions diverse.
Les princes de Bitlis 6taient si puissants et avaient con-
clu des accords si avantageux avec d'autres tribus kurdes
que, a Djeziret-Ibn-Omar, a Amadia (r), a Djoulamerk et
Rawandouz, les beks et les gouvernants etaient de la fa-
mille de Hakkari et gouvernaient en complete ind6pendance
sans se soucier des pretentions que la Perse ou 'a Tiurquie
auraient pu avoir I'~ gard de leurs provinces. Avant
d'tre erige en eyl'et, VAn appartenait aussi, avec Vostan,
a la famille Hakkari. Les souverains de la famille de Sefi,
dit Charmoy, et Fes monarques Ottomans convertirent
posterieurement ce territoire de Van-en eyAlet et accor-
d&rent A ces princes une parties de feur pays. La residence
desprinces Hakkari se trouvait h DjoulAmerk, une qacba
avec un chateau sur le grand Zab (2).
(i) Nommd ainsi dhu nom d'Emad oud Din Zengui, fils d'Aq Sonqor, qui
Favait fondue sur 1'emplacement de la forteresse kurde rasee.
Cf. chez MARGAROLI, op. cit., t. II (sub voce Amadia): fortezza nel Kur-
gestan capolhogo del distritto occidentale abitato dai Curdi Bardinam, e
posto fra Mossul e Betlis. > Comp. Ch. Kameh, t. 11, part. I, p. 67 : < ... Ceux
d'Amadia, qui appartiennent a la race de Behauddin sont appeIls Behdin
(Badinan).
(2) Vide supra, note, i, p. i2, et BINDER, op. cit., p. 167.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


En compulsant les divers renseignements sur la famille
de Hakkari (convertie a l'Islam par un certain A'iaz, fils de
Ganeme, qui adressa dans ce but au prince de l'6poque
une lettre), on est amen6 a conclure qu'elle avait plusieurs
branches don't la principal a Bitlis, et les autres dans
presque tout le Kurdistan Central. L'influence de cette fa-
mille s'explique, d'un c6t6, par le caractere inaccessible
du pays montagneux oh elle gouvernait, et, de l'autre, par
le caractere litigieux de ces m6mes contrees, situdes entire
la Turquie et la Perse, comme une espece de < no man's
land >.
En ouvrant une parenthese, A titre de renseignement
sur le mode d'61ection employ, dit-on, dans certaines
parties de Hakkari, on retiendra que le chef de tribu lectif
est notified de sa destitution au moyen d'une paire de sou-
liers qu'on place devant lui lors de la reunion de rd6n-spi
(vieillards).
II convient de mentionner ici que Idrissi, le brilliant vizir
du sultan Selim II, 6tait aussi un kurde de Hakkari (i).
I1 contribua d'une faqon remarquable a l'expansion des
Kurdes de sa race en Armenie. On sait, en effet, qu'apres
la d6faite subie par la Perse dans la plaine de TchaldyrAn,
en 1514, les Kurdes Heideranlou et quelques autres clans
allies furent envoys et s'6tablirent le long de la nouvelle
frontiere turco-persane et jusqu'a Erzeroum. Ils 6taient
exempts de taxes h condition de garder la frontiere. Voici,
par consequent, encore une nouvelle formule parmi tant
d'autres qui sont d6jt mentionnees dans cette etude. A

(1) Idrissi a pris une part active dans la preparation de la champagne de
Selim (de 1514-1515) contre la Perse. C'est son fils Aboul-Fazl Mohammed
ibn Idris qui nous en conte tous les details et fait voir le rble joue par son
pare dans les rapports avec les chefs kurdes. En recompense de ces services
Idrissi n'a pas seulement requ de riches cadeaux etun firman (Chewal921,=
nov. 1515), mais aussi des dipl6mes en blanc nichanlou beia; Kehatler pour
la repartition, A sa guise, de 18 sandjaks conquis apres la victoire de Tchal-
dyran parmi les chefs kurdes. (Cf. HAMMER, Gesch. d. Osm. Reiches, v. II,
p. 457, et A. KRImsir, Hist. de Turquie, Kiev, 1924, en ukrainien, p. 124).











LA FEODALITE KURDE


remarquer, d'ailleurs, que pendant les guerres avec la
Russie, en 1829, 1854, et 1877, ces Kurdes, colons mili-
taires, ne justifierent pas les espoirs qu'on fondait sur eux
et eurent plut6t une attitude equivoque.
Pour en revenir aux princes de Bitlis, il est a noter que;
durant le's xvie, xvii et xvIII siecles, ils etaient au sommet
de leur puissance. Les liens de suzerainet6 A l'6gard de la
Sublime-Porte 6taient bien faibles, et ils savaient d'ailleurs
tres bien manceuvrer entire la Perse et la Turquie. Le der-
nier prince ind6pendant de cette famille, Cherif Bek, op-
posa au d6but du xIxe siecle une resistance farouche aux
Turcs, et ce n'est qu'en 1849 qu'il fut enfin fait prisonnier
et emmene A Constantinople, alors qu'un gouverneur turc
fut nomme a Bitlis.
En parlant des feodaux kurdes de cette parties du Kur-
distan, mention doit 6tre faite d'Ibrahim Pacha, chef de la
tribu Milli, au Sud de Diarbekir. Encore au commencement
de notre siecle, il a pu garder une attitude de vassal tout
au plus A !'6gard des autorit6s turques. II avait meme
soumis quelques tribus arabes, percevait des imp6ts
(khouwa) et 6tait maitre de la situation. Apres la revolution
turque en 1908, Ibrahim Pacha souleva une revolte, s'en-
fuit dans les montagnes Abdoul-Aziz-Daguy et fut tue I1 (i).
Nous avons ainsi passe en revue les differehts systemes
qui r6glaient les rapports entire les Kurdes et le pouvoir ture
dans les parties septentrionales et occidentales du Kurdistan
turc. Quelques indications ont 6et donn6es aussi concer-
nant le Kurdistan Central, notamment A Hakkari.
Des mat&riaux personnel nous permettent d'ajoutercer-
taines precisions concernant le cceur meme du Kurdistan
Central, encore si peu ftudie. Nous avons nomme les r6-
gions d'Oramar et de ShemdinAn (ou Naw Tchiya) qui che-
vauchent A la frontiere des eyAlets de VAn et de Mossoul.
S() Cf. V. MINORSKv, les Kurdes (en russe), P.Grad, 19t5. Sur les Milli
depuis 1914, voir ici, vol. LIX, 35o.












REVUE DU MONDE MUSULMAN


Sous les Sefevides, Shemdinan, ainsi que d'autres regions
kurdes le long de la frontiere turco-persane, fut sous la sou-
verainet6 persane. On peut en voir encore le souvenir dans
ce fait que jusqu'a present, pour la correspondence entire
les chefs kurdes, les documents sont r6diges en persan.
Sous le regne du sultan Selim, vainqueur de TchaldyrAn,
les Turcs occup6rent une parties de 1'Azerbaidjan et du Kur-
distan Central. Nadir Chah, a son tour, reprit ces regions,
avec Bagdad, Erbil et Kerkouk. en plus. Depuis tette
6poque, les regions kurdes limitrophes en Perse et en
Turquie, telles que ShemdinAn, Merguever, Terguever,
Baradost-SomaY, Ouchnou et LahidjAn passaient des Per-
sans aux Turcs et < vice-versa>>. De 1l le nom qui leur fut
donn6 par les Turcs moutenaaa'oun fihi (litigieux). Cette
denomination faisant ressortir la legitimit6 des reclama-
tions persanes fut d'ailleurs abandonn6e et remplacee par
navahiye charqiye (districts orientaux).
Jusqu'a la r6volte du Cheikh Obeidoullah de la c6l6bre
famille des Sadate Nehri, soit r883, l'autorite turque ne
s'exercait guere dans cette region. Une some modique
6tait verse annuellement au Val de VAn. Apres cette date,
un qA'imaqam fut nomm6 a Nehri et un mudir A Betkar.
Parmi les nobles families kurdes qui ont gouvern6 a Shem-
dinAn pendant des siecles, la premiere place revient aux
Bekzad6 AbbAst qui revendiquaient l'6ponyme des Khalifes
Abbasides pour ancktre. C'est un certain Emir arabe,
Shems-ed-Din (i), qui se serait 6tabli le premier dans
la region, qui lui doit aussi son nom. Une longue li-
gn6e des Mirs de cette famille qui avait sa residence A
Nehri gouverna la region jusqu'a l'avenement du Cheikh
Obeidoullah. Depuis cette 6poque, le r61e pr6pond6rant

(i) Comp. avec la tradition qui attribue aux princes Hakkary le nom de
Chemmo d'apres le meme eponyme? Suivant une tradition, reproduite
dans le Chiref Nameh, les grandes tribus Rojeki et Hakkari descendent'de'
celle de Baban.











LA FEODALITE KURDE


SShemdinan passa entire les mains des Sadat6 Nehri.
De nombreux r6cits nous font connattre des exploits et
les vertus des Mirs de Shemdinan. Mentionnons l'aven-
ture de < lMir AbdAl et du voleur de Gar >>. Sous l'admi-
nistration de ce Mir, le vol avait 6t6 oubli6 a Shemdinan.
Les cl6tures furent abandonnees. < Mon autorit6 les rem-
place >, disait Mir Abdal. Et voici qu'une mauvaise tCte,
un certain Younous de Garevola un mouton. Diverses pu-
nitions etaient prkconisees lorsqu'on jugea le coupable au
diwAn de Mir. << Comme le vol et le d6sordre etaient
choses inouies sous mon gouvernement- d6cida le Mir, -
ainsi la peine doit ktre inouie. > Et il fit 6masculer You-
nous. Voici un example de jugement chez les Kurdes dans
leurpropre milieu, sans aucune autorit e6trangere. 11 est
certain que par des moyens quelquefois barbares, la so-
ciet6 kurde sait sauvegarder l'ordre public. Des voyageurs,
qui savent observer, le confirment.
Nous avons donn6 ailleurs un apercu de la vie kurde A
OramAr. Nous nous permettons d'y renvoyer le lecteur (i).




Le Kurdistan meridional, c'est-a-dire la parties monta-
gneuse des eyAlets de Mossoul et de Bagdad, jusqu'h
Khaneqine, tout le long du Zagros, connut plus tard le
pouvoir turc. Depuis son annexion sous le regne de Mou-
rad IV (2), le Kurdistan meridional fut administr6 d'abord
par des beks kurdes h6r6ditaires que la Sublime Porte
investissait; puis, au d6but du xviii siecle, cette region qui
a requ le nom de l'iAlet de Chehrizor, fut transferee sous
administration directed du gouverneur general de l'Iraq

() Suto and Tato. Bull. of the Sch. of or. St., v. III, 1923,
(2) La puissante tribu de Badjolan vint faire sa soumission A Mossoul
en 163o.













REVUE DU MONDE MUSULMAN


qui nommait les beks kurdes dans les 6 sandjaqs, savoir:
Kerkouk, Erbil, KoY'-Sandjaq, KaratcholAn, Rawandouz
et Harir(i). Ces beks recevaient de la Porte le titre de Miri-
man et meme celui de Pacha a une queue (bountchouk).
Ils 6taient tenus d'accorder l'aide militaire aux Turcs et
de fournir aux troupes turques de la province les denr6es
alimentaires et le fourrage et en change, ils etaient
exempts de tous imp6ts.
De cette faqon, dans la province de Mossoul les Kurdes
avaient leurs propres chefs, mais ils ne possedaient point
de houkoumet ou principautes h6r6ditaires. Quant aux
Yezidis du mont Sindjar, ils ne payaient absolument rien
et se regardaient toujours comme entierement ind6pen-
dants. Des principautes h6r6ditaires kurdes se conser-
verent assez longtemps : A ZAkh6, oh le prince avait le
rang de pacha A deux queues et d6pendait de celui de
Bagdad, bien que ZAkh6 fOt plus proche de Mossoul; une
autre principaut6e tait celle de KaratcholAn, au pied et a
l'entour du mont Qaradja.
Parmi les grandes families f6odales de cette parties du
Kurdistan se trouve au premier rang la famille de Soran,
qui descendait, d'apris la tradition, d'un jeune arabe de
bonne famille nomm6 Kelous (2). Cette famille, jadis la plus

(1) Suivant MARGAROLI, op. cit., sub voce, Kurgestan, v. II : c ... Second
Garzoni... comprende 5 grand principati, cio6 quello di Betilis o Bidlis ;
quella di Giulamenk; quello dei Curdi Baldinano (c'est-a-dire Amadia),
quello di Gezira, i cui abitanti chiamansi Bottani, il quinto e quello di Kara
Dgiolan che il piu grande. v Et plus loin, t. II, p. I33, concernant Kara-
tcholan : < ... la tribu che l'abita, second Garzoni, chiamasi Sorani; ma
second Niebuhr questo nome non e che quello della famiglia principesca.
Questo stato, che comprende tutto il Kurgestan meridionale, puo mettere
in piedi 15 m. fucilieri, gli altri quatro principi non possono Coarne che
o1 o 12 m. per ciascheduno. >
(2) Cf. Cheref Nameh, t. II, parties I, pp. 127 et sq. Kolous, Arabe de
Bagdad, aurait eu trois fils : Isa, Ibrahim et Cheikh Oweis. Leurs possessions
s'etendaient d'abord sur la region de Balikan entiree Rawandouz et la fron-
tiere actuelle avec la Perse, sur la rive droite du Rawandouz Tchai) et le
chAteau AwAn. Puis, apres une guerre heureuse centre Pir Boudaq Bebbe,
un des SorAn, Mir 'Aly, s'empara d'Erbil, de Mossoul et de kerkouk.
Cependant Erbil fut plus tard attribu6 aux Das6ni (c'est-a-dire Yezidis)












LA FEODALITE KURDE


puissante, avait pour capital Harri dans le pachaliq de
Souleymaniyeh oi subsistent encore beaucoup de monu-
ments de l'&poque de sa grandeur, dans lesquels on recon-
natt un style d'architecture infiniment superieur a ce
qu'offre partout ailleurs le Kurdistan. La famille des Soran
est 6teinte, mais c'est sur ses ruines que s'est.6lev6e celle
des Bibbe et quelques autres. Sous les Sorans, les B6bb6
n'6taient que des seigneurs f6odaux.de Pichder, leur capi-
tale 6tait alors Darischmana qui n'est plus qu'un mis6-
rable hameau. Rich donne dans son ouvrage la liste des
Pachas B6bb6, qui ont gouvern6 h Souleymanieh, jusqu'.
1228 H. (i813 AD). Les B6bbe portent ce nom d'apres
leur 6ponyme Baba Souleyman qui avait rendu de grands
services aux Turcs dans leur guerre avec la Perse aux
environs de 1678. Un des beks de cette famille, Ibrahim
Pacha, fonda en 1786 h la place de la bourgade de Melik
Hindi une ville qu'il nomma en honneur du vice-roi de
l'Iraq, Beyouk Souleyman, Souleymanieh et qui devint
residence des Pachas B6bb6 (i).
On trouve chez le docteur M. Bittner (2) quelques pas-
sages d'une chronique persane sur Rawandouz et son
celebre pacha Mahmoud, de la famille B6bb6 ou BabAn,
qui meritent d'etre cit6s ici, car ils ont une empreinte
f6odale tres caracteristique.

Le seigneur de Rawandouz est un homme sage, brave et g6nereux. II

par le Sultan Soleiman. Un prince Soran, Seif oud Din, a pu chasser les
Das6ni d'Erbil mais pas pour longtemps et la ddchdance des Soran date
de cette 6poque. On mentionne encore Souleiman Bek SorAn a cause de
son incursion chez les Zarra d'Ouchnou. A la suite de cette expedition il
envoya de riches cadeaux au Sultan Murad. En 994 de H. il infligea une
defaite A son cousin Kobad Bek et devint tr6s puissant. A cette 6poque
(xvi' siecle) cela parait d'ailleurs un cas individual, les SorAn ayant ddej
perdu de leur importance. Pour ce qui est de B6bb6 Pir Boudaq je ne
sais pas s'il y a lieu d'identifier le nom de son chAteau fort MarAn, avec
celui d'une colline, entire Kala, Pasveh et Nagada regionn d'Ouchnou), oh se
trouvent quelques vestiges de ruines.
(1) Cf. Iraq Arabi par Adamov (en russe).
(2) Kurdengau Uschnuje, etc., Wien, 1895.













REVUE DU MONDE MUSULMAN


poss6de des richesses sans nombre. II est entour6 d'une nombreuse suite
d'hommes d'armes et de valets. Sa tate ne s'abaisse devant personnel.
Il est plut6t imbu de sa grandeur et agit A sa guise. Au moment meme
ot moi, conteur humble, je revenais de ces contr6es, ce seigneur
n'itait-il pas occupy A fondre des canons et A elever.des tours forti-
fikes,? C'est ce qu'on mn'a dit et la responsabilit6 en income a celui
don't je tiens ces paroles. Entre les autres revenues de ce seigneur, le
droit de paturage (i) (qu'il pergoit en hiver sur les tribus nomades atti-
rees par la bonne herbe et l'abondance d'eau dans ses domaines) est
des plus important, car on lui verse une roupie par tete de bitail. II
arrive aussi que ce seigneur, habitant du c6te turc, < dirige la main
de spoliation au delay de la frontiere. Mais ce qui contribute le plus a
son prestige, on s'en rend compete par le fait suivant que m'avait rap-
port uin marchand arrive de Mossoul. II y a un an, me dit-il, en
allant de Mossoul A Ouchnou, j'ai perdu ma sacoche. Quel n'a pas e6t
mon ktonnement de la voir A mon retour suspendue A un arbre, A la
place de Rawandouz, par l'ordre du seigneur. Elle y resta avec tout
son contenu pendant un an, et nul n'osa la prendre avec la main de
concupiscence, ni pr6tendre qu'elle lui appartenait tant que je ne fus
pas rentr6 en sa possession.
Quant au site meme de Rawandouz on en raconte des choses invrai-
semblables don't la pens6e reste fig6e. Son aces est tres difficile aussi
bien au cavalier qu'au piston. Les pistons ne peuvent y passer qu'A la
file. Le chAteau est entoure de trois c6tes par un torrent qui coule
dans l'abtme. De l'autre c6t6 s'616ve un mont don't s'6tonneraient Sara-
land et Schend et seraient jaloux Elvend et Demavend. Les habitations
dans le chateau sont superposees et on n'ose m6me pas tirer la main
d'une maison sup6rieure A celle d'au-dessous de peur qu'une pierre ne
vous frappe, en tombant, comme une balle. Quand les hommes oules
caravanes entrent au chAteau, la garde A la porte les d6sarme pour leur
rendre les armes A la sortie. On traverse le torrent au moyen d'un pont
jet6 par dessus l'abime, A l'endroit leplus 6troit. Les acc6s en sont gardes
par deux tours solides places A chaque extr6mit6 et retenant le pont.
Cependant, ce chAteau est mal organism pour les sieges. II dolt 4tre
approvisionn6 d'avance car rien ne pousse sur le sol rocailleux ob ii
s'616ve. Toujours est-il que sans ruse on aurait difficilement raison de
cette place forte (2). Autant dire qu'entreprendre son sige serait de la


(1) Haqq-Oul-Merte'.
(2) Les troupes russes commandoes par mon ami, le general cosaque
A. G. Rybaltchenko; avaient pris Rawandouz en juillet 1916. Le chef arm6-
nien bien connu, Kery, y trouva la mort en menant sa 16gion a l'attaque-












LA VEODALITi KURDE


peine perdue, tout comme si I'on pouvait cultiver la terre :saline. a La
terre saline.ne laissera pas .pousser la jacinthe, ne perds pas les se-
mences et le labeur. Y

Le nom de Rawandouz, d'apres certain, trouverait son
explication dans le nom de la tribu Rewend qui fr6quente
ces parages. Or, Rewend, Erwend, ne serait pas autre
chose qu'Oronte, tribu que Pline mentionne dans le m&me
endroit. Une autre hypothese explique Rawandouz par
Rouin-dyz, forteresse solide (i).





Quoi qu'il en soit, nous voici, apres avoir parcouru dans
tous les sens le Kurdistan turc, arrive au Kurdistan per-
san. II :serait peut-6tre fastidieux de reprendre a nouveau
ici l'analyse des rapports kurdo-persans. Il suffira d'en
degager les grandes lignes.
Tout d'abord, comme on vient de le voir, une zone liti-
gieuse de Kurdistan a dti 6tre 6tudiee quand nous parlions
de ce < no man's land > aux confins turco-persans don't la
population kurde relevait a tour de r6le des autorites per-
sanes et des autorites turques de telle sorte que tres sou-
vent elle 6chappait a l'emprise de tous les deux pouvoirs.
Dehhdlet, tel 6tait toujours le terme qui dans ces regions
signifiait << la soumission > et qui, si l'on veut, 6quivaut
S<< l'option > de la nationality dans notre language juri-
dique. Option, d'ailleurs, qui ne s'ensuivait pas d'une

(i) Sur Rawandouz, cf. Dict. gdogr. de la Perse, par BARBIER DE MEYNARI)
s. 7. 4 Roui-diz (t. II, p. 358); HAMMER, Gesch. d. Ilchan, v. II, p. 337, ainsi
que Cheref Nameh,vol. II, parties I, p. 5o5 : ... les freres d'Aibeh Soulthan
firent sortir Soulthan Mourad, fils d'laqoubbig du chateau de Rouyindiz
(chateau d'airain), oh il avait dte incarcerd par ordre d'Aibeh S.
(904 H. = 1498/99). Cf. aussi mon resume de l'histoire des valis d'Ardelan
(RMM., vol. XLIX) a qui Rawandouz appartint pendant quelque temps.












REVUE DU MONDE MUSULMAN


clause de traits, mais qui 6tait provoquie par une propa-
gande habile, accompagn6e quelquefois de menaces.
Cette anticipation, car l'Ftat de choses d6crit durait
encore il y a une quinzaine d'annees depuis Dilman et
jusqu'h Ouchnou, nous a 6t6 n&cessaire pour indiquer
sous quel aspect se present pour la Perse le problem des
rapports avec les Kurdes. Ces derniers ont trop souvent
6t6 les instruments commodes de la penetration turque
qui 6tait facilitie par le rite sunnite embrass6 par les
Kurdes.
Nous voyons, par consequent, que la Perse, en pour-
suivant sa defensive dans ces regions, essaya d'y renforcer
les 6elments chiites, tout comme la Turquie fit en Arm6-
nie apres TchaldyrAn. Sous le Chah'Abbas le Grand
notamment, les Afchars, tribu turque, du nombre de
celles qu'on nomme Chahseven, vinrent s'installer aux
abords du lac d'Ourmiah et repousserent les Kurdes. C'est
a l'exemple des Afchars qu'on pourrait le mieux 6tudier
a f6odalit6 en Perse. Jusqu'au commencement du
xixe siecle, Ourmiah est, en effet, administre par des Begler-
beguy de cette tribu. J'espere pouvoir un jour montrer
comment se pr6sentent ces rapports A la lumiere d'une
chronique locale (i). On arrive A cette conviction que les
rapports entire la Perse et une grande parties des Kurdes

(i) Les Afchars n'6taient pas les seuls a proteger I'Azerbaldjan : les Don-
boli, les Mokaddem, les Tchdr Ahnak, et, plus tard, les Kara Papakhs ont
joud le meme rl6e.
En ce qui concern les Donbcli ou Doumbely il y aurait lieu d'&claircir,
si possible, leur origine. Cf. CherefNameh, t. 11, parties I, p. 169: : ... d'ori-
gine arabe de la Syrie ou de Djeziret-i-Omeriye. Les anciens sultans leur
octroyerent A titre d'apanage, odjaqlyq, le canton de Sokman Abad de
Khol. Ils 6taient Yezidy ce qu'ils abjurerent plus tard. Leurs princes etaient
devenus celebres sous le nom d'lza Begui. Une autre version : les tribus
Donboli proviennent du pays de Bokhty (c'est-a-dire Djezire). Un des
descendants de Isa Beg, Cheikh Ahmed Big, parvint A un poste eminent
sous la domination des Turkomans Aq Koyounlou et conquit le chAteau
fort de Bai et une parties du pays Hakkary, Qotour Deresy, Ovadjik,
Tchaldyran >.- En tout cas, le nom de Donboli est lie intimement celui
de Khoi.












LA FHODALITi KURDE


de la zone fronti&re sont trop souvent exerc6s a main
armee.
L'exemple de l'Emir khan, don't le nom est pieusement
conserve dans la po6sie pique Kurde ne saurait 6tre passe
sous silence. Ce prince des Kurdes de Baradost, aussit6t
apres la mort du ChahTahmasp (1576), quand les districts
de frontiere passerent sous l'autorit6 du sultan Ottoman,
se declara contre le sultan et fut soutenu en ceci par les
autorites persanes de Tauris. Le Chah Abbas le nomma h
la t&te des districts de Baradost, Terguever, Merguever,
lui accord le titre de khan et lui conc6da Ourmiah et
Ouchnou qui, auparavant, etaient toujours sous un gou-
verneur < qyzylbach >. Emir Khan sut ravir a l'influence
turque la plus grande parties des districts qui lui furent
confines et parvint h avoir un grand prestige parmi les
kurdes. Tant et si bien que finalement il eut l'id6e de se
rendre completement ind6pendant. Les peripities de la
lutte soutenue contre les troupes persanes, le siege du
chateau de Dymdym, aux environs d'Ourmiah, sa chute
enfin (1610), tel est le sujet du poeme pique que Jaba et
Mann nous permettent d'appr6cier.
A c6t6 de ces incidents guerriers relates en grand
nombre par l'histoire locale, des noms sont cites qui nous
prouvent qu'a de certain moments il y avait des tribus
qui reconnaissaient la suzerainet6 des souverains persans,
tels les Pagouky, les Hakkari, en parties les Moukris. Un
emir Hakkary, Moustafa, au d6but du xixe siecle, se fai-
sait fort de fournir 40.000 fantassins chretiens (les < achi-
rets > des hautes vallies du Grand Zab). Un des Bek Zade
Abbasi de ShemdinAn, Mir Emad-ed-Din, apres une
querelle avec son pare, le quitta et s'en alla a Ourmiah. Le
gouverneur Afchar lui accord en fief Berdessour (dans le
Decht, entire Merguever et Terguever), oci les ruines d'un
chAteau fort sont visible encore de nos jours.
Les destinies des Moukris ne sont pas sans nous pr6-












REVUE DU MONDE MUSULMAN


senter une grande diversity. Cette grande tribu, apparentbe
aux B6bb6 de Chehrizour, apparut dans la region de
Saoudj-Boulaq en xv* sicle, sous le commandement d'un
certain Seif-oud-Din, et occupa certaines regions au Sud et
au Sud-Est du lac d'Ourmiah: les ayant prises A des tribus
turques (Deriass). Dans la quatrieme generation apres
Seif-oud-Din, un nomm6 EmireBekrequt, en i583, du sul-
tan Mourad III le gouvernement d'un territoire tres 6tendu
qui comprenait Mossoul, Chehrizour et jusqu'a Maraga, a
PEst du lac d'Ourmiah (i). Sous son fils, He'ider Khan, les
Moukris poss6daient encore des districts persans. Leur ca-
pitale etait Saoudj Boulag. Les Serdars Moukris gagnerent
-une renommee de puissance et de bravoure(2). Les Chahs
de Perse, Abbas, Nadir et Feth Ali, eurent recours A cette
tribu lors des guerres qu'ils avaient entreprises. On indique.
entire autres, que le Chah Abbas remporta en 1624 une
grande victoire sur les Turcs, grace aux Moukris, qui for-
maient le noyau de son armee. Les Moukris se tenaient
toujours sur la breche A cause du voisinage des BilbAs,
ceux-ci toujours hostiles A la Perse et connus pour leurs
incursions et d6pr6dations.
L'histoire d'ArdelAn a deja 6t6 trait6e ici meme (3) et les
lecteurs peuvent la consulter pour avoir une id6e d'un
autre proc6ed de la politique persane envers les Kurdes.
Proc6ed d'une grande souplesse qui savait menagerhabile-

(1) << Emireh Bek Moukry... attaqua au cceur de l'hiver du c6td d'Ourmy
conjointement avec Mouhammed Pacha, Mir-i-Miran de Van, Bektach
Qouly Big Oustadjlou, gouverneur de Maragha qui... prit la fuite. La
province de Maragha lui avait dtd conferee par le Sultan (9gg H. = 1533). >
Cheref Nameh, v. II, parties I, p. 148. En 912 (1506/7) Chah Ismall
envoya une expedition centre Sarym Moukri ibidd., p. 517). Cf. aussi sous
le regne du meme Chah, Gazy QyrAn, prince de Baradoste, qui requt les
cantons de Terguever, de SomaY et de Doul... et le dipl6me d'investiture A
titre d'IiAl~t ibidd., p. i53). Gazy Qyran se distingua dans la champagne de
Sultan Solei'man en Azerbeidjan.
(2) Cf. chez de Morgan, vol. II, des travaux de la Mission, consacrd a la
gdographie de ces regions.
(3) R.M.M. vol. XLIX, 70 sq.











LA FiODAL1Ti KURDE


ment les int6rets de l'ttat persan et ceux de la famille gou-
vernante des VAls.




Quelles sont'les conclusions que rious permet de faire
cette 6tude trop succincte qui avait pour but de fournir
quelques renseignements sur la feodalite kurde? Elle nous
a fait montrer avant tout que ce terme, applique a la vie
historique des Kurdes en Turquie et en Perse, embrasse
des ph6nomenes fort diff6rents, allant du service-militaire
obligatoire d'une tribu comme garde frontiere A l'indepen-
dance presque complete d'un prince de Bitlis ou d'un
VAli d'ArdelAn. I1 est, d'autre part, curieux de constater
comment cette feodaliti kurde cadre souvent tres bien avec
la vie de l'tat turc, lui-meme sortant A peine du stade
tribal, lui-meme gardant encore un souvenir recent de son
droit coutumier <> oppose au niqdm musulman,
ayant encore beaucoup d'un campement militaire, et rela-
tivement peu de tradition politique. Tout autre est la si-
tuation en Perse. Ce n'est pas seulement la difference des
rites qui imported en occurrence. L'id6e politique en Perse
a un grand passe historique, mais elle manque de moyens
pour sa realisation. De la les brusques carts, dans la po-
litique kurde, le recours A la force et A c6t6, les proc6d6s
de conciliation. Caprices d'histoire L'Iran se defendant
centre le Touran en employant des Touraniens Iranises,
alors que les Turcs se servent des Aryens. En r6sume,
ce que nous avons nomm6, avec des reserves, la f6oda-
lit6 kurde, recoit un d6veloppement plus harmonieux et
complete en Turquie et manque de ces caract6ristiques en
Perse ot nous voyons, cependant, s'l6aborer les liens feo-
daux entire le pouvoir central et les autres l16ments eth-
niques.












26 REVUE DU MONDE MUSULMAN

II y aurait lieu d'6tudier, a une autre occasion, le pro-
cessus de la suppression des liberties feodales en Turqyie
quand cet ttat commenqa a se moderniser, ainsi que les
retours offensifs du s6paratisme kurde en Perse.

B. NIKITINE.
















ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE PERSANE
(1o5 oUVRAGES)



Voici une liste d'ouvrages persans parus en Perse pen-
dant ces dernieres annies. Naturellement elle est loin
d'etre complete. Mais peut-&tre pas si loin qu'on le pour-
rait supposed. De tous temps on a fort peu imprim6 en
Perse, et apres la guerre encore moins qu'auparavant. Le
journal y a dvor6 le livre. Nous voyons, en effet, que le ra-
pide et considerable developpement de la press persane se
montre en proportion inverse de la production du livre.
Comme la plupart des 6diteurs et des libraires persans
n'ont point de catalogue, ce n'est pas sans peine que cette
liste, si ch6tive fit-elle, a pu &tre dressee. D'autre part,
mon propre 6loignement de la Perse a 6galement augment&
les difficulties d'investigation. Je dois remnercier ici M. Mati-
ned-Dauleh Daftari, du Ministare persan des Affaires Etran-
g&res, a qui je dois la presque totality de mes informations.
Cette liste done est incomplete, mais elle pr6sente encore
d'autres d6fauts: les renseignements sur la date et le lieu
de l'impression,ainsi que sur le nom des 6diteurs 6tant trop
impr6cis ont du etre totalement 6limines. La p6riode ap-
proximative sur laquelle s'6tend l'impression de ces ou-
vrages doit &tre de 1919-1923..II faut ajouter encore que
cette liste content exousivement les livres parus en persan,
ceux imprim6s dans d'autres langues (arm6nien, h6-
breu, etc.) n'y 6tant pas compris, non plus que les ou-
vrages persans imprimes en dehors de Perse et don't nous
essayerons de donner une liste prochainement.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


La traduction exacte de certain titres m'ayant paru trop
difficile, je me suis content parfois d'en donner la trans-
cription. Comme il est probable que des lecteurs s'interes-
sant A. une bibliographie persane savent le persan, ou tout
au moins I'arabe, et comme, suivant la vieille coutume, la
plupart des titres des ouvrages persans sont en arabe, ces
lecteurs les comprendront en recourant directement A la
transcription.
Quant au systeme de transcription, j'en ai suivi un pure-
ment phonetique et s'appliquant A la prononciation du
frangais. Je ne crois pas que la transcription savante ortho-
graphique don't usent les orientalistes pour les terms
arabes puisse convenir au persan, cardans cette langue, la
plupart des lettres arabes ont une autre prononciation. II y
a pourtant de savants orientalistes qui ont applique ce sys-
teme 6galement au' persan et au turc, et avec aussi peu de
bonheur dans l'une que dans I'autre de ces deux langues,
car ils ont cr66 de terrible confusions de prononciation.
Ce systeme-la peut rendre des services A des linguistes qui
s'attachent surtout au c6te orthographique qui n'est
peut-&tre pas toujours le c6t6 vivant -- d'une langue. Et,
par example, des iranisants occidentaux pourraient lire
et comprendre un texte persan transcrit suivant cette m6-
thode. Mais mettez le meme texte devant un Persan que
mes doctes lecteurs me' passent 1'expression le Persan
n'y verra que du feu. C'est pourquoi, malgr6 ses d6fauts
evidents, j'ai pref6re la transcription vulgaire a la savante
- en attendant d'en avoir une qui soit en meme temps
savante... et logique.
AL N6-ROUZE.
Le Caire; janvier 1925.

















I. Seyd Hossein Khan Edalat. Le sommeil et la pen-
see (khdb-o-khiydl).
2. Nasseh-ol-MamAlek. Conseils aux enfants (nasdyeh-
ol-atfdl).
3. Cheikh Mohammad Broudjerdi. *Les rggles de
l'arabe (qavd'edd'arabi).
4. NAzem-ol-Eslam. Les signed de l'apparition
('aldyem&-ohour).
5. Cheikh Mohammad Ali T6hrani. Djamd Ahmadi.
6. Mirza Azizollah Khan.- Monchadt Mesbah.
7. Seyd Reza. Histoire g6nerale (tdrikhd-'omoumi).
8. Dabir-ol-Molk. Dictionnaire franqais-persan (lo-
ghatd-frdnsa befdrsi).
9. Ziaeddin. Ziyaos-sarf dar sarj.
Io. Mohammad Djaafar Mirza.- Dialogue de la Sagesse
et de l'Amour (mond8aratd-'aql-b-'ichq).
12. Cheikh Sadoiq. (Trad. del'arabe) Men la Yah~a-
rol-faqih. (Jurisprudence musulmane.)
12. Sadiq-Hazrat. -Comptabilite (daftarddri).
13. Cheik Rza Mahzoun-ez-Zakerin. Moayed-ol-ve-
dad.
14. Cheik Ali ChirAzi. Correspondance et comptabi-
lit6 (djdme-'ol-mordsaldt val-mohdsabdt).,
15. Motardjem-HomAyodn.-Geographie < Rahnamd
(djoghrdfiydye rahnamd).
16. Sardar Kabir.- Histoireg6nerale (tdrikhh-'-omoumi).
17. Cheikh Abdol-Khaleq. Histoire des Prophetes
(tdrikh6-anbiyd).

Les ouvrages marques d'une asterisque sont destines particulierement
aux ecoles.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


18. BadAyN'N6gAr. Badaye'-ol-Asrar dar hekma(d
Kaldm.
19. [Quelques savants]. Des Sciences de 1'Apparition
(ketdbd djdme 'dar 'oloumd-ohour).
20. Mirza Hachem Khan Tarbyat. Cours de g6ome-
trie et de cartographie (yek ddr6 henddse va naqch6 bar-
ddri).
21. Mirza Mohammad Taqi ChirAzi. Interpretation
des Makdteb > (charh bar makdteb).
22. A. Mohammad Taqi, n6gociant de HamadAn. -
Resdlay6 Nouchiy6.
23. Hadji Modir. Les principles des doctrines (osoule-
'aqdyed).
24. MoAven-NzAm. *Cours 6lementaire de Physique,
Sciences Naturelles et Hygiene (d6reyd-mnoqaddamdtifipik-
o-tabi'i-o-hUf-ossehha).
25. A. Cheikh Nazar-Ali. La lumiere des Innocents
({iyd-ol ma'soumin).
26. Seyd Habibollah Khan. Histoire des poktes (mor-
ceaux choisis) (tdrikh-och cho'ard).
27. Mirza Morteza Khan HouvamAn. Histoire du
people d'Israel (tdrikhd-bani esrd'il).
28. Mirza Abolqassem Khan. Arithmetique (ketdbd-
hesdb).
29. (Traduit du franqais par Mirza Mort6za Khan). -
Histoire du people d'Israel (tdrikhd-bani esrd'il).
30. Cheikh Ali Tchal6meydani. L'obeissance a la fa-
mille de Mahomet (dtd'atd-dld-mohammad).
31. Mirza Mohammad Ali Khan. L'histoire du servi-
teur infidele (sargoracht6-ndhard-bi-vafd).
31 bis. Mirza Mohammad Ali Khan. Les sentences
de Salomon et le livre de Daniel (amsdld-soleymdn nabi
va-ketdbd-ddnydl).
32. Docteur Soleyman Ghazale. La civilisation et la
religion (attamaddon vaddin).










ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE PERSANE


33. MoAven-Nz&Am. Morale<< Djamchzdi > (ahldq6-
djamchidi).
34. Hadji Molla Mohammad All Qazvini. La mine des
mysteres (ma'danol-asrdr).
35. Cheikh Ebrahim ZandjAnt. -* La voie de l'exis-
tence (rdhd~-endegdni).
36. Saheb NassAg. Histoire des peuples anciens (td-
rikhh-melalM-qadim).
37. Hossein-Ali Khan. Le miroir du corps (merdt-
ol-badan).
38. Hadji Mirza Yahya. Le course de la vie (d6reyd-
endegdni).
39. Chams-ol-AfAzel. Syntaxe arabe 616mentaire
(nahv.-'arabi moqaddamdti).
40. Abdol-Azim Khan Djalil-ol-Molk. Les 4 op6ra-
tions fondamentales (hesdbe-tchahdrd-'amalM-asli).
41. Mirza Mohsen Khan Dabir-Moayyed. Histoire r6-
sum6e de la Revolution frangaise (tarikhd-mokhtasar chou-
rechd-frdnsd).
42. Mirza Abou-Taleb KhAn. Histoire de la Perse
(tdrikh6-irdn).
43. Cheikh Mbussa HamadAni. Tdrikht Gheirat.
(roman).
44. Mirza Seyd Ali Khan. *Legons de choses ('elm-
ol-achyd).
45. Mirza Sattar Khan Tchehr6-Qali. Erchad-ol-moss
lemin.
46. Mortiza Khan Be'itar (le Vfterinaire). Hygiene
des oiseaux (hefj-ossehhayg-toyour).
47. Cheikh Ahmad Modjtahed Chahroudi. -Haqq-ol-
mobin.
48. Mirza Nourollah Kalimi (l'Isra6lite). Le livre de
Job et les psaumes de David (Ketabe-ayoub-o-maTdmird-
ddvoud).










REVUE DU MONDE MUSULMAN


49. Cheikh Nazar-Ali. Les mysteres de la VWrit6 (as-
rdr ndmayd-haqiqat).
50. Cheikh Ali Cheikh-ol-'Eraqein. Table des ma-
tieres du < Djavaher-ol-Kaldm ? (fehrest6-djavdher-ol-
kaldm).
51. Manoutchehr Khan Nour. Vocabulaire francais
(farhangud manoutcheri frdnsg).
52. Fakhr-e-Tadj Khanom, Directrice d'6cole. Taa-
dibol-hasandt.
53. Abol-Qassem Khan. Geographie(djoghrdfiyd).
54. Mataous Khan.-* Lectures primaires (nokhostndma).
55. Mirza Ahmad Saadat. Morceaux choisis du < Jar-
din des Roses (montakhabd-golestdn).
56. Mirza Abol-Qassem Khan. -* Cours d'histoire-na-
turelle (?) (d6rey)--Ktdb6-tabi'i).
57. Abol-Hassan Khan. -Morale (akhldq).
58. Djalal-ed-Din Roumi. Fih ma fih (r6edition).
59. Mokhber-es-Saltaneh. Favayed6-tardjomdn.
60. A. Seyd Assadollah KharaqAni. Juridiction et t6-
moignage (ketdb6-qa.d-o-chahddat).
61. Mohandes-HomAyo6n. Chimie (chimi).
62. Seyd Mohammad Birdjandi. Arithmitique (he-
sdb).
63. (Traduit par Mirza Madjid Khan Ahi). Histoire du
jeune roi (hekdyat6-chdh6-djavdn).
64. Chams-ol-AfAzel. Drouss Nasstriyeh (?).
65. Docteur GhazAleh. De l'lconomiepolitique (resd-
layd-'arabi dar siydsate-eqtesdd).
66. Hadji Cheikh-or-RaYss. Nafe'-ol-Afhdm.
67. A. Seyd Mohammad. -* Les Perles de la grammaire
(la'dlinnahv).
68. Prince Moayyed-ol-V6zareh. L'6ducation de
l'homme (ta'lim-or-redjdl).
69. Choa'-os-Saltaneh. Les sciences naturelles ('olou-
mi-tabi'i).











ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE PERSANE


70. Hadji ZeYnelabedin Khan KermAni. D6monstra-
tion de 1'erreur (igdh-ol-echtebdh).
71. (Traduit du francais par Zia'-Hozodr). Histoire des
hommes cel6bres du monde (tdrikhd-machdhird-'dlam).
72. Hadji Mirza R6za DAmghAni. Pour le reveil de
l'Islam (entebdh ndmdyd esldmi).
73. < Un Chr6tien >. Questions et reponses (resdlayd-
so'dl-o-djavdb).
74. Oveissi. Annuaire commercial (sdlndmlyd :tedjd-
rati).
75. Kamal-ol-V6zareh. L'histoire de Hadji Rial Khan
(resdldyd- hddji-riya' i-Khan).
76. Kamal-ol-Vezareh. L'histoire de Louti Hares et
du pauvre diable (resdlyd-louti hdres va ndtavdn).
77. Kamal-ol-V6zareh. L'histoire de Maitre N6-Rouze
et du savetier (resdULy6-ostdde norous va pinddou{).
78. Kamal-ol-V6zareh. Cosmographie nouvelle, inti-
tule SetareydMahmoudi (hayatd-djadid mousoum be
setdreyd-mahmoudi).
79. Mirza Ali Khan. Dastour ta 'limdt.
80. Mirza Madjdeddin *Nouvelles lectures primaires (ebta
ddyd-djadid).
81. Mirza Madjdeddin. *Hygiene (hef.-os-sehha).
82. Mirza Madjdeddin. *Manuel l66mentaire d'his-
toire (tdrikhd-moqaddamdti).
83. Mirza Madjdeddin. Morale (akhldq).
84. Mirza Madjdeddin. *Leqons de choses ('elm-ol-
achyd).
85. Mirza Ebrahim Nadjafi. Sabil-or-richad, refuta-
tion de la religion juive (sabil-or-rechdd).
86. A. Seyd Assadollah KharaqAni. Morale (akhldq).
87. Mirza Habibollah Khan AmouzegAr. Grammaire
Amou.egar (dastourd dmourgdr).
88. Mirza Hohammad Ali Khan. Hygiene (hefT-os-
sehha).










REVUE DU MONDE MUSULMAN


89. Nosrat-ol-Vezareh. Les 16gendes anciennes (dds-
tdn-&-bdstdn).
9o. Cheikh-ol-Eslam. La clef de la langue (kelidg-
,abdn (naseri).
91. Mirza Mostafa Khan Khattr. *G6om6trie Khatir
(hendesayd-khatir).
92. Sadr-ol-Meali. R6chan-ndmeh.
93. Ebrahim-ZadU. Comptabilit6 (daftarnegdri).
-94. (Traduit par Zia'-Hozour). Le Chevalier de Maison-
Rouge (chovdlyd do md{oun rouj).
95. Bahman Mirza Che'da'. *L'esperanto (espe-
rdnto).
96. Mirza Ahmad. *Dictipnnaire franqais-persan (lo-
ghatd-frdnsd bevfdrsi).
97. Paparian. Hygiene (heft-os-sehha yd 'elm-ol-
abddn).
98. A. Seyd Hassan Modjtahed, de Qom. -Nehayatol-
mamoul dar Charh Kefayatol Ossoul.
99. Docteur Ahya-ed-Dauleh.-- L'Hygiene d'aujourd'hui
et celle d'autrefois (moqdydseye-vagiydt6 sehhiyg emrou'
va sdbeq).
Ioo. (Traduit par Mirza Taghi Khan). Rggles du jeu
de foot-ball (qavdnin6-bdgiy6 fout bdl).
ioi. Adibol-Mamalek Farahnt. Dictionnaire persan
(farhangud-pdrsi).
102. Mort6za Mochfeq Kaz6mi. T&ehran le terrible
(roman) (tdhrdnd makhouf).
io3. KhAn6-Malek. -Vision persane (poemes) (binichd-
irdni).
104. Hassan Moghaddam. Djaafar Khan est revenue
d'Occident (comedie) (dja'far khdn a frang dmadeh).



























REGISTRE ANALYTIQUE ANNOTE

DE LA PRESS PERSANE

(DEPUIS LA GUERRE) (1)

(3 18 NUMIROS)















(i) Pour la pdriode antbrieure, voir ici mtme la liste de 243 numdros
rdunie par H. L. RABINO, R.M.M., g193, XXII. p. 287-315). De nombreux
numeros de la prdsente liste s'y retrouvent.
A. A. ROMASKEVITCH a fait paraitre en 1924, a Leningrad, d'interessants
extraits de press persane, avec un glossaire. (N. d. 1. R.)
























REMARQUES


a) La lettre (R) place apres le titre du periodique indique qu'il
s'agit d'une Revue.

b) Lorsqu'un titre de periodique apparatt deux ou trois fois dans la
liste, cela indique g6n6ralement que le periodique n'ayant pu paraitre
dans le d6lai r6glementaire, I'autorisation pour la publication a dfI etre
renouvelee. (C'est ce qu'indiquent les remarques en italique).

c) Le calendrier employee pour les dates d'autorisation est le calen-
drier solaire. Cependant, jusqu'au no 90 de la liste (ann6e i336 H.),
c'est le mill6sime de l'annee lunaire arabe qui a e6t employ. A partir
du n '91, c'est le millesime solaire (annie 1298 H.).

d) Cette liste comprend tous les p6riodiques pour lesquels il a &et
accord une autorisation de parattre sur le territoire persan depuis le
i5 aqrab 1339 H. lunaire (7 nov. 1919) jusqu'au 'r saur 1302 H. solaire
(21 avril 1923).

e) Les observations ont 6te r6dig6es en avril 1923.

f) Le nom qui suit la date d'autorisation du p&riodique est celui du
directeur (i).

(i) La documentation persanne de cet article est due, comme pour le
pr6c6dent, A M. Ali N6 Rouge. L'urgence du bon A tirer n'a pas permis
A Ia Revue de demander A notre savant collaborateur la mise au point d'une
traduction francaise don't on voudra bien excuser, qa et 1A, les gaucheries de
rddaction et les hetdrogeneit6s de transcription. (N. d. 1. R.)




















i. Dastour-okhowat, 15 Aghrab 1329. Mirza Sadegh Brou-
djerdi, Tehdran.
2. Eghtessade (l'Economie), 24 Saur i33o. M. Bazil,
Teheran. Hebdomadaire : i.ooo; 6conomique, commer-
cial, agricole.
3. K6kabd-Eghbal, i Saratan 133o. Cheikh Mohammed
Bagher, Teheran. Quotidien : 2.ooo. N'a pas paru.
4. An nofr ol sdte' (R), 24 Djady i33i. Chamsol-Afazel;
Cheikh Abdol-Ali Nadjafi. Teheran Bi-mensuelle: 500o;
politique, religieuse, litteraire. N'a pas paru.
5. Eslam (R), 4 Assad 1331. Cheikh Abdol-Ali Mazen-
drAni, Teh6ran. Mensuelle : I.ooo; scientifique, morale,
politique, en persan et en franqais. Au commencement,
c'6tait 1'organe de la mission belge; pendant la guerre,
dirig6e par M. Hadjian; elle fit champagne pour les Allies;
suspendue, le 14 Chawal 133i, elle a reparu sous le nom
d'Ettelaat; mais, depuis la guerre, elle ne parait plus.
6. Bitaraf (l'Impartial), 21 Sonboleh 1331. M. Hossein
khan loussef Zadeh, Teheran. Hebdomadaire.
7. Mohakemat (R), 31 Assad i331. Naghib-Zadeh, T&-
h6ran.
8. Haftd (la Semaine), 22 Sonbo'leh 1331. Mohsen khan
Kamaled-Dowlet, Teheran. Hebdomadaire; politique,
moral. N'a plus paru apres la mort de son fondateur.
9. Erchad, 28 MizAn 1331. Feu Moayed-ol Mamalek;
Djawad khan, Teheran. 2 ou 3 fois par semaine : I.ooo.
Ne parait plus.
io. Akhlagh (la Morale), 28 MizAn i331. Mirza Fakhr-
ed-Dine. Ne parait plus.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


11. Khorchid (le Soleil), 3o MizAn 1331. Docteur Ha-
kim-Aazam. Ne parait plus.
12. Faryad watan (le cri de la Patrie). N'a pas paru.
13. Toufan, 2 Aghrab I33i. Cheikh Mohamed Ali
Tehrani.
14. Djdssous, 3 Aghrab 1331. Seyed Hossein Tadjrichi.
15. Bdddni, 6 Aghrab 133i. Mataouss khan. Teh&ran.
N'a pas paru.
r6. Hoghough (le Droit), devenu ensuite Ensaniyat
(l'Humanit6), 21 Aghrab r33r. Adlol-Molk. T6heran.
17. Ch6ra (le Conseil), 27 Djady 1332. Nasserol-Eslam-
Guilani. Teheran. 3 fois par semaine : i.ooo; politique,
organe du parti Eetedal (liberal). Son fondateur partit pour
l'Allemagne en 1915; il ne parait plus, ayant Wte suspend.
18. Irdn-Emrou (la Perse d'aujourd'hui), 27 Djady
1332. Modabberol Molk, T6heran. 2 fois par semaine: i.obo.
19. Machaverat (la Consultation), ii Saratan 1332.
Cheikh Iahya Kachani. II ne parait plus.
20. Etiehad (l'Union), 25 Assad 1332. Seyed Mohamed
loussef. Hamadan.
21. Tanbihe-Darakhchan, 7 Sonboleh 1332. Motazedol-
Atebba, Teheran. Hebdomadaire: 3.ooo; politique, illustr6.
Depuis longtemps il ne parait plus.
22. Otared, 17 Sonboleh 1332. Khan Malek. Teh&ran.
Hebdomadaire : 5oo; defense des int6rets de l'Orient. N'a
pas paru.
23. Assrd-Djadid (lre nouvelle), 17 Sonbole i332.
Abdol-Hamid Khan Matinos Saltaneh. Teheran. D'abord
hebdomadaire, puis 3 fois par semaine : i.ooo. Pendant
la guerre c'etait I'organe de la 16gation d'Angleterre. Son
fondateur fut tu6 par le comit6 < Modjazat > en 1917; de-
puis, il ne parait plus.
24. Watan (la Patrie), 23 MizAn I332. Malekol Mowar-
rekhine. T&heran. 3 fois par semaine.










REGISTRE ANALTTIQUE DE LA PRESS PERSANE


25. Adi (la Justice), 27 Sonboleh 1332. Eetezadel-Eslam.
T6h6ran. Organe du parti < Eetedal >. N'a pas paru.
26. Setardy6 Irdn (l'ttoile de la Perse), 28 Mizan 1332.
Hossein khan Saba, Teheran. Quotidien : 2.000; politique.
II 6tait l'organe du parti d6mocrate (zede Tachkili); main-
tenant il n'est lii a aucun parti.
27. Bahlul, i Aghrab 0332. Cheikh Hassan khan MAe-
mar. The6ran; hebdomadaire: i.ooo. Suspendu aprbs le
deuxieme numiro.
28. Chahabd-Sagheb, 16 Aghrab 1332. Mirza Ahmed
Kachani, Teheran. 2 fois par semaine : 1.5oo; politique.
A peu pros d6mocrate; il ne parait plus.
29. Madjelleh Elmi (R): (la Revue scientifique),
i4Aghrab 1332. Nosret-ed-Dowlet, Mossaddeghos Saltaneh,
Salare Moazzam, Etemaded Dowlet, Zokaed Dowlet, Hech-
mates Saltaneh. Tkhhran. Mensuelle: i.ooo; juridique,
6conomique, historique, litt6raire. Elle a paru seulement
pendant une annee.
30. Hokumate melli (le Gouvernement national),
20 Aghrab 1332. Fatali khan Amir Hozur, T6heran. 2 fois
par semaine. N'a pas paru.
31. Nassim Chemal (la Brise du Nord), 23 Aghrab 1332.
Achrafed Din-ol Hosseini, Teh6ran. Hebdomadaire : i.ooo;
humoristique, litt6raire, populaire. II parait de nouveau.
32. Parvine, 20 Moharem 1333. Seyed Abdol Rahim
Khalkhali, Teheran. Mensuel: 75o; scientifique, litteraire,
moral. Ii ne parait plus. (Voir le no 167.)
33. Haghighat (la VWrit6), i6 Ghoss i333. Asadollah
khan Kordestani, The6ran. Hebdomadaire : I.opo; pour
la defense de la liberty. II ne paraft plus.
34. Charghd Iran (l'Orient de la Perse), 21 Ghoss 1333.
Rafat Tolieh, Meshed. 3oo; politique locale du Khorassan.
Pendant la guerre, c'6tait l'organe de l'ambassade de Tur-
quie; il d6fendait la politique des pays centraux d'Europe
et propageait l'id6e d'une union Islamique; maintenant ii










REVUE DU MONDE MUSULMAN


parait sous le nom de Bamdad, mais il a perdu son pres-
tige.
35. Bamddd r6chan, 28 Djad 1333. Mirza Mohamed Ali
khan Khorassani, Teheran. 3 fois par' semaine : i.ooo.
36. Asrd Enghelab (l'Are de la Revolution), 18 Djad
1333. Mirza Agha khan Hamedani, Teheran. Hebdoma-
daire : 5oo; politique, litteraire. II ne parait plus; il a paru
de nouveau quelques jours au lieu de Schafaghd-Sorkh.
37. Schalem, 12 Dalw i333. Mirza Ebrahim Chalem,
Teh6ran. Hebdomadaire: 600; en ecritureh6bra'fque pour
la defense des Israelites.
38. Kargar (le Travailleur), 25 Hout i333. Seyed Moha-
med Taghi, Teheran. Hebdomadaire : 5oo; pour d6fendre
la cause ouvriere et pour propager l'industrie national. I1
ne parait plus.
39. Monir, 25 Hout 1333. Nassrolah Sadrol-Modarres-
sine, Meshed. Hebdomadaire : 500; litt6raire, politique.
40. Ahdd-Taraghi (R): (l'Epoque du Progres), 28 Hout
i333. Hassan khan Rahim Zadeh, Teheran. Bi-mensuelle:
I.ooo ; litteraire, impartiale. Ne paratt plus.
41. Ekbatane, 22 Hamal 1333. Abolghassem khan Es-
mail Zadeh, Hamedan. Hebdomadaire: 5oo; litt6raire,
moral, 6conomique, islamique.
42. Kankach, 30 Hamal 1333. Taghi khan Tafrechi,
Teh6ran. 2 fois par semaine : i.ooo; avec une tendance d6-
mocratique. II a paru quelque temps seulement pendant
la guerre.
43. Farvardine, I Saur 333. Seyed laghubChirazi; Mirza
Asadolah Karbelai, T6h6ran. 2 fois parsemaine: i.ooo; pour
la defense de l'ind6pendance de la Perse. II ne parait plus.
44. Tchaman, 25 Saur 1333. Mirza Ali Chamsol-Maali,
Meshed. 2 fois par semaine : I.ooo; islamique.
45. Ahde Enghelab (1'Ere de la Revolution), 23 Djaza
1333. Agha-khan Hamedani, Teheran. Litt6raire, politique,
moral. II ne parait plus.











REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


46. Rahi nedjat (la Voie du Salut), 5 Sonbol6 1333.
Mirza Ibrahim, Ispahan. Hebdomadaire ; Politique, litt6-
raire, scientifique.
47. Rastakhi. (la Resurrection) (R.); 21 Ghoss 1333.
Pourdad Zardochti, Hadji Mohamed Taghi Jazdi, Kirman-
chah. Hebdomadaire.
48. Beitari (R); (Revue veterinaire), 25 Djad 1333. Mor-
teza khan, Teheran. 2 fois par semaine: 500oo; revue vete-
rinaire.
49. AhdeDjadid (l'1re nouvelle), 9 Dalw 1333. Matinos-
Saltaneh. T&heran. i.ooo; litt6raire, moral, historique,
scientifique. I1 ne parait plus.
50. Khorchid (le Soleil), i3 Dalw i333. Mirza Mohamed
khan, Teh6ran. Mensuel: 1.oo0-950; litteraire, scientifique,
moral, social.
51. Etelaat Darol- Wehaleh, 27 Hamal 1334. Agha Cheikh
Issa, Teheran. Hebdomadaire; renseignements juridiques.
Ne parait plus.
52. Pars, 21 Saur 1334. Mirza Abol Ghassem Azad,
Teheran. Bi-mensuel: .ooo ; litt&raire, social. En persan
pur, maintenant.
53. Iran, 12 Aghrab 1333. Seyed Hossein Ardebili, Teh6-
ran. Quotidien : 5oo ; organe du gouvernement. II est di-
rig6 par Rahnema. (Voir n"s 70, 94.)
54. Sedayeh Iran (la Voix de la Perse), 20 Aghrab 1335.
Nayeros-Soltan, Teheran. 3 fois par semaine: 5oo0; d6mo-
crate. I1 ne parait plus.
55. Madjelleh Danech (R), 20 Ghoss ,335. Mirza Moha-
med Danech, Meshed. Mensuelle; 5oo; litteraire, morale.
56. Tolt', 22 Ghoss 1335. Ebrahim khan Gharagoslu,
Taghi khan Tafrechi, T&heran. Bi-mensuel : 12oo; pour
la neutrality et l'ind6pendance de la Perse. (Suspendu.)
57. Soruchi Iran (R), 27 Djad 1335. Seyed Reza Amir
Rezwani. T6ehran. Hebdomadaire: 500; scientifique, litt6-










REVUE DU MONDE MUSULMAN


raire. Elle a change de forme en Hout i3oo et est devenue
unjournal qui s'appelle Golchan (ici n0 82).
58. Ferdoss (R), 2 Hout I335. Said khan Nafissi, Thefran.
Mensuelle: i.ooo; litt6raire, scientifique. Elle ne parait plus.
59. Bahar (le Printemps), 3 Hout 1335. Cheikh Ahmed,
Meshed. 1200oo.
60. Nawid, 22 Saur i335. Docteur Hosseingholi khan,
T&heran. Organe du parti Eetedal. I1 ne parait plus.
61. Khorchid (le Soleil), 30 Saur 1335. Mostaanel Molk,
Teheran. Hebdomadaire, au commencement, puis 2 ou
3 fois par semaine; organe des d6mocrates. II ne parait plus.
62. Asre Saadat (l'Fre du Bonheur), 3o Djosa 1335.
Seyed Said, Ghilan.
63. Machregh (l'Orient), 16 Djosa 1335. Mirza loussef,
Tabriz.
64. Tebbd Mossawar (la Medecine illustr6e) (R), 24 Djosa
1335. Docteur Mozayenos Soltan, Tehiran.
65. KokabH Iran, Io Saratan 1335. Seyed Khalil Roknel-
Islam, Tiheran. 3 fois par semaine: 1.200. Le SetardIran
ayant 6t6 suspend, iI a paru en le remplacant, puis il est
devenu I'organe de Nosratel Dowleh et Sardar Moazzem,
tous les deux conservateurs. I1 ne parait plus depuis que son
fondateur a etd tu6 a Tedhran.
66. Zaban A.ad(la libre Parole), 19 Saratan 1333. Moa-
wenos Saltaneh, Seyed Hachem, Teheran. 3 fois par se-
maine: i.ooo. Avec des id6es r6volutionnaires, il 6tait For-
gane du parti d6mocrate (Tachkili).
67. Watan (la Patrie), 24 Saratan 1335, Mirza Hachem
khan, Teheran. Quotidien: i.ooo ; pour la defense de l'in-
dependance de Perse. II 6tait soutenu par Sepahsalare
Aazam.
68. Sobh (le Matin) 9 Saratan i335. M. Petrossian,
Teh&ran. Hebdomadaire : 5oo. En 6criture arm6nienne.
69. Talieh Saadat, 19 Assad 1335. Mirza Bagher Agha,
Teheran.










REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


70. Madjellet Rahnema (R.), 20 Djad 1336. Cheikh-
Zeinol-Abedin Rahnema, Tehdran. Bimensuelle : 800-900oo
litteraire, scientifique.
71. Parwine, 3 Dalw 1336. Mirza Reza khan. Teheran
3 fois par semaine : i.ooo; organe du parti social-d6mocrate.
72. Pojuhech, 24 Dalw 1336, Mirza Abolghassem Mah-
moud Zadeh. Teheran ooo1000; il &tait d'abord I'organe du
parti Etefagh-Taraghi (Union et Progres); il parut de nou-
- veau dernierement, mais son r6dacteur ayant Wte excom-
muni6 par les Mollah, il fut suspend.
73. Madjellet Adabi (R) (la Revue litt6raire), 21 Dalw
i336.'Sa'dol-Molk, Theiran. Mensuelle : litteraire, social.
Elle ne parait plus.
74. Ghiam Chargh, 27 Dalw i336. Docteur Ehyaos-
Saltaneh, Seyed Modjtaba Tabatabai, Teheran. 3 fois par
semaine: i.ooo; organe du partijeune persan. I1 ne parait
plus.
75. Madjelletaladab (R), 27 Dalw i336. Mirza Mohamed
khan, The6ran. 4 fois par an : 5oo ; litteraire, scientifique.
Apres son changement de nom, Ferdosse, elle eut la colla-
boration des 6tudiants du college am6ricain.
76. Danech Kadeh (R), 27 Dalw i336. Malekochchoara,
Tehtran. Mensuelle: 1,000ooo; litteraire. Elle ne paralt plus.
77. Madjelleh Elmi (R) (la Revue scientifique), 22 Hamal
i336. Mirz Sadegh Brudjerdi, Tehiran. Bimensuelle : 50oo;
litt6raire, scientifique. Elle ne parait plus.
78. Farhang (R), 2 Radjab i336. Tardjomanel Mamalek,
Teheran. Bimensuelle: I.ooo;.litteraire, scientifique. Elle
neparait plus.
79. Amuzegar (R), 24 Hamal 1336. Mirza Sadegh khan,
Ispahan. Mensuelle : 400; scientifique.
80. Armaghan (R), 6 Saratan i336. Mirza Hassan, Is-
pahan. Hebdomadaire : i.ooo; littiraire.
81. Akhtar-danech (R), i~r Assad i336. Mirza Mohamed











REVUE DU MONDE MUSULMAN


Tahmasbi, Hamedan. Hebdomadaire : 500 ; litteraire,
scientifique.
82. Golchan (R), Ier Assad 1336. Amir Rezwani, Tehe-
ran. Hebdomadaire: 1oo; litteraire, scientifique (Voir 197.)
Elle fut suspendue et reparut apres cela comme journal.
83. GolMard (R), 16 Djoza 1336. Reihan, T&ehran.
Hebdomadaire;'5oo; humoristique et litteraire.
84. Irand-now (la Perse Nouvelle), ii Sonboleh i336. Ma-
lekochoara, Teheran. Quotidien : 1.200; organe des d6mo-
crates. II n'a pas paru.
85. Eghbal (R), 16 Sonboleh 1336. Mohamed Bagher,
Teh&ran. Bimensuelle : 500 ; scientifique, litteraire.
86. Madjelleh-Fanni (R) (la Revue technique), 22 Dalw
1336. Idare Fanni; Abu Taleb-Khan, Teh&ran. Mensuelle:
1.00ooo-700 ; agricole, commercial. Elle ne parait plus.
87. A.adat, 23 Dalw 1339. M. Bazil, T&heran. Hebdo-
madaire. Information.
88. Maarefat(R), 25 Hout i836. Seid Kamaleddin, Ispa-
han. Bimensuelle: 400 ; scientifique, litt6raire, economique.
89. Salamat, 25 Hout 1336. Mirza Zad6, Meshad. 2 fois
par semaine: .ooo ; organe du parti Eetedal.
90. Hayatd djavid (la vie eternelle), 25 Hout 1336. Seid
Mirza Falsafi, Teheran. Mensuel: 700; litt6raire, moral,
politique.
9g. Badrol-monir (R), 16 Hamal 1298. Djalalal Vaezin,
Enzeli, Hebdomadaire : 500-200 ; scientifique, litteraire.
92. Eghtessad6 Iran (l'Economie de la Perse), 18 Hamal
1298.. Mostacharol Mamalek, Teheran. Hebdomadaire :
15oo; commercial, 6conomique. Le Haghighat, organe de
la 16gation bolchevique ayant kt suspend, il le remplaCa.
II fut suspend pour les memes raisons.
93. Armaghan (R), ier Saur 1298, Wahid Dasteghard,
Ispahan. Mensuelle : i.ooo; litteraire. Elle parait actuelle-
ment a The6ran oti elle est 1'organe de 1'Association Iran >>.











REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


94. Rahnema (le Guide), ii Saur 1298. Z. Rahnema,
Teh6ran. 3 fois par semaine : I.ooo; politique, social. II
a 6te suspend au moment du coup d'ttat, et son r6dacteur
dirige actuellement le journal Iran.
95. Djdrtchi Mellat (le crieur de la Nation), ier Thaur
1298. Mirza Ali Khan Hosein Zadeh, Teh6ran. 2 fois par
semaine: i.5oo; gouvernemental.
96. Karn-e Bistom (vingtinme siecle (R), 13 Thaur I298.
M. Bazil. Teh6ran. Hebdomadaire: i.ooo; litt6raire, &cono-
mique.
97. Zaban-e Zandn (la Voix de la femme), 28 Thaur
1298. Seddikeh Khanom Daulat-Abadi, Ispahan. Bimen-
suel; ioo: f6ministe.
98. Khorasan,28-Saratan 1298. Mirza Mohammad Khan
Danesh, Meshed. 3 fois par semaine : i.ooo; scientifique,
social, moral.
99. Mihan (la Patrie), 15 Assad 1298. Mirza Abou Taleb
Khan Bananes Saltan, Ispahan. Hebdomadaire: 3oo; scien-
tifique et politique. Paralt actuellement A Tehdran sous
deux formes: quotidien et hebdomadaire.
Ioo. Berdjis (R), 19 Assad 1298. Mosaveres Soltan,.
Tabriz. Mensuelle : 400 litteraire, artistique, illustree.
Ioi. Adab (R), i5 Assad 1298. Mohasebal Mamalek
Rouhi, Kerman. Mensuelle : 700; litt6raire, scientifique et
social.
102. Golestan, 8 Sonboleh 1298, Cheikh Moh. Taki Ma-
lekol Mohakkekin, Chiraz. Hebdomadaire : 45o ; social,
litteraire et politique.
io3. Estakhre, Cheikh Moh. Hosein Bavanati, Chiraz.
2 fois par semaine: 400; social et politique.
104. Beharestdn, Now-Bakhte, Chiraz. Hebdomadaire :
250; scientifique, litteraire, politique et humoristique Pa-
rait actuellement a Teheran. (Voir le n 215.)
io5. Fdrss, Mirza Fazlollah Khan Banan, Chiraz Hebdo-
madaire : I.ooo; politique. Organe du Prince Farman











REVUE DU MONDE MUSULMAN


Farma et du consulate d'Angleterre, lorsque le Prince etait
gouverneur du FArs.
o16. Bisotoun, 15 Sonboleh 1298. Sadik Daftar, Kerman
chah. 2 fois par semaine : 500; politique. Actuellement, il
ne parait plus.
107. Hallddj (le Cardeur), I8 Sonboleh 1298. Mahdi
Hassan Halladj, T6ehran. Hebdomadaire : i.ooo; politique
et social. Le directeur du journal etait un ancien cardeur.
io8. Saadat (le Bonheur), 25 Sonboleh 1298. Saadol
Molk MAfi, Tehhran. Hebdomadaire : i.ooo ; politique.
Suspendu peu de temps apres son apparition.
og9. Farhang (R) 5 Akrab 1298. Mirza Moh. Khan
Sheibani, Rechte. Mensuelle : 300 ; scientifique, litt6raire.
Sto. Seda 'i Teheran (la Voix de Teheran, 6 Akrab 1298,
Seid Mohammed Tadayyon, Teheran. 2 fois par semaine :
i.ooo; tendance d6mocratique. Fut suspend apres la chute
du cabinet Wothouked-Daulet.
IIi. Tahrib (R) io Akrab 1298. Mirza Soleiman Khan
Kosravi, Teheran. Hebdomadaire : I.ooo; litteraire et
social. 'Transformie en quotidien. (C'est la meme que
le no 219.)
i12. Guildn, 12 Akrah 1298. Mirza Sa'id Khan Asafi,
Rechte. Quotidien :1 .ooo ; gouvernemental.
113. Biddri (le Reveil), Mirza Hosein Khan Djaudat.
Recht. 3 fois par semaine : 480 ; politique 'et 6conomique.
114. Abrdral-Insdr (R), 26 Akrab 1298. Hadj Mirza
Hassan Insari, Ispahan. Mensuelle : 240 ; litteraire, poli-
tique et religieuse.
115. Asdyesh, 7 Kauss 1298. Hadj Mirza Abol Kasim
Khan Azad, Teheran. 2 fois par semaine : I.ooo ; feuilles
d'avis. A cesse de parattre peu de temps apres.
116. Alliance Frangaise (R), 3 Djady 1298. Comit6 de
l'Alliance Francaise, Teheran. Publie les conferences de
l'Alliance Franqaise. En franqais.











REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


117. Bouboukh, 16 Djady 1298. Arm6nak Almasian,
Teh6ran. Bimensuel : 5oo; humoristique et caricatures.
i18. Irdn-e-Tdgeh (la Perse Nouvelle), 24 Djady 1298.
Borhanal-Motakallemine, Hamad.n. 2 fois par semaine :
i.o0o ; litt6raire, scientifique et moral.
19 Maghareh, Arakel Hartouniantz, Tabriz. Hebdo-
madaire : agricole, litt&raire et social.
120. Zank, Alexandre Marvartanian, Tabriz. Hebdo-
madaire : 400; socialist.
121. Soheil, Miza Baker Khan Modabberol Molk, Hama-
dan. Hebdomadaire: 400 ; economique, litt6raire et moral.
122. Akhtar-e Masoud, Mirza Abdolwahhab Golshan,
Ispahan. Hebdomadaire : 25o ; politique, economique et
litteraire.
123. Tabriz, 25Dalw 1298. Hosein Feshangtchi, Tabriz. 3.
fois par semaine : i.ooo ; politique. Ce journal avait 6te fond6
par Wothouked-Daulet et Seid Ziaed Dine pour combattre
le parti de Khiabani et triompher aux elections en Azar-
bai'djan. Ne parait plus.
124. Ra'd Ka(wine, 4 Hout 1298. SeidAli Sadrol Odaba,
Kazwine. Hebdomadaire : 700; politique.
125. Iran, 27 Dalw 1298. Malekosh-ShoarA, Teheran.
Quotidien : i.ooo ; politique. Partisan de Wothouk-ed-
Daulet.
126. Tageh-Behdr, 27 Hout 1298. Mirza Moh-Khan Ma-
lekzadeh, Meshed. 2 fois par par semaine : I.ooo; politique.
127. << Horigon >, 17 Hamal 1299. Hagob Avanessian,
Teheran. Hebdomadaire : 5oo; humoristique. PubliC en
armenien.
128. NMdjdt ('R) (le Salut), 27 Thaur 1299. Mirza Mo-
hamed N6djat. Teheran. Hebdomadaire : i.ooo; politique
litteraire et social. (C'est la innme que les no0 159 et 228.)
129. Amourdh, I Djauza 1299. Seid Abol Kasem Khan,
Recht. Hebdomadaire: i.ooo ; pour r6pandre l'instruction et
favoriser le commerce et-l'agriculture.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


130. Alam-e-Neswdn (R), (le Monde des Femmes),
6 Djauza 1299. Nawabeh Khanom Safawi, Teheran. Men-
suelle f6ministe et litt&raire. Avec la collaboration des
jeunes filles diplom6es de l'Acole americaine de Teheran.
13 Nameh Banowdn (le Journal des Dames), 23 Djauza
1299. Shahnaz Khanom Azad, Tabriz.
132. Mehr-e-Monir, 5 Saratan 1299. Agha Mohammed
Ismail Monir, Meched.
133. Akhgar, 15 Saratan 1299. Miza Fathallah Khan
Vazir zadeh, Ispahan.
134. Al-Kamal (R), Fazlollah Baday6' N6gar, Meched.
135. Agdhi, 15 Sonboleh 1299. Mirza Abdol. Hosein
Molla-Bachi, Meched.
136. Irani ashni Dawer, 7 Mizan 1299. Wahan Mas-
roussian, Teheran.
137. Elm wa Tarbiat (R) (Science et educationn, Mirza
Hosein Khan Partow, Chiraz.
138. Khawar (R) (l'Orient), Mirza Mahmoud Erfan,
Chiraz.
139. Gole-Sarkh (R) (la Rose Rouge), 8 Mizan 1299.
Malekol-Mohakkekine, Chiraz. Po6tique et humoristique.
140. Ma'rdfat (R), 8 Mizan 1299. Seid Kamaled-Dine.
141. Donyayd Iran (R) (le Monde persan), Now-Bakht,
Chiraz.
142. Djahan-e Zanan (le Monde des Femmes), 4 Akrab
1299. Batoul Khanum Fakhr-e afak, Teh6ran. F6ministe-
A la suite de la publication d'un article centre le voile,
la Revue fut suspendue par ordre des Olamas, et la direc-
trice d6port&e en province.
143. Tebbd Kanouni (R) (la Medecine moderne),
Docteur Fathali Khan Massihes Saltaneh, Meched.
144. Maaref (R) (l'Instruction), 5 Akrab 1299. Sheikh
Moh-Ali Behdjatol-Olama, Teheran. Organe de 1' And-
jouman6 Maaref ParwarAn >> (Soci&et des Amis de l'Instruc-
tion).










REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


145. Sabdh,25 Akrab 1299. Motamedet-Todjdjar.T6heran.
146. Asrd Azadi (1'Afre de la Libert6), 28 Akrab 1299.
Mirza Moh. Djawad Modirzadeh, Chiraz.
147. Stdday Djonoub (la Voix du Sud). Sheikh Mo-
hammed Aminol Wa6zine Yazdi, Chiraz.
148. Zonbour (R) (la Guepe), 5 Kauss 1299. Mirza Seid
Ali Sharafol Molk, The6ran. Caricatures. (C'est le meme
que le no 194.)
149. Heg-youla (sic) (R.) 1o Kauss 1299. Mirza Azizallah
Khan Naim.
15o. Djannat (R) (le Paradis), 16 Kauss 1299. Hosein
Kasral, Tbheran.
151. Asia (R) (l'Asie), 17 Kauss 1299. Ziaal-Wadzine.
152. Forough-e Tarbiat (R), 17 Kauss 1299. Mirza
Abol Hassan Khan Foroughi, Teh6ran.
153. Sdddyd Espahdn (la Voix d'Ispahan), i Djady 1299.
Mirza Moh. Ali Mokarram, Ispahan.
154. Sharkdwosta (l'Asie Centrale), 2 Djady 1299. Sheikh
Hosein Guivehtchi, Teh&ran. N'a pas paru.
155. Mellat (la Nation). Mirza Hosein Khan Partow,
Chiraz. Organe du consulate d'Angleterre A Chiraz.
i56. Nameh-i Melli (R) (le journal du Peuple). Agha
MirzaAli Hamadani, Teheran. Hebdomadaire: 5oo; revue
historique, litteraire et social.
157. Khorasan. Agha Seid Mohammed TabatabaY', Me-
ched. Hebdomadaire : 1.ooo; politique, scientifique et
morale.
158. Now-Rou{, 19 Kauss 1299. Mirza Yahya Khan
Reihan, Teheran. Hebdomadaire: 2.ooo ; litteraire et social.
159. AI-Nddjat (R) (le Salut). Mirza Mohammed N6djat,
Teheran. (Voir les no, 128 et 220.)
160. Gold Ateshi (R) (la Fleur de Feu), 2 Djady 1299.
Now-Bakht, Chiraz, litteraire, social et morale. (C'est la
meme que le no 214.)
161. Zaban-e Iran (R) (la-Voix de la Perse), 7 Djady










REVUE DU MONDE MUSULMAN


1299. Mirza abol Hassan Ma'dantchi, Teheran. Hebdoma-
daire; litteraire.
162. Soheil, 8 Djady 1299. Mirzay6 Soheili, Torbat-
Heidari; commercial, 6conomique et politique.
163. Elm wa Ahhlak (R) (Science et Morale). Mirza Ha-
bibollah Khan Amouz-gar, T&ehran. Mensuelle; litteraire,
scientifique, morale et p6dagogique.
164 Mino-t (R), 12 Djady 1299. Mirza Nasrollat Sadred-
Dine, Tehhran. Hebdomadaire : 750; nationalist, litte-
raire et politique.
165. Tabiat (R.) (la Nature), !5 Djady 1299. Mirza Ali
Khan Gimnastiki, T6heran. Mensuelle: 500; sciences natu-
relles et morales. Publiee par la Socit6 << Elm wa akhlak >>
(Science et Morale).
166. Barid-e Shgmdl. Agha Mir Mehdi Makoui, KhoT:
litt6raire et moral.
167. Parwin (R). Seid Abdorrahim Khalkhali, Teheran.
(C'est la m&me que le no 32.)
168. Mah-e Now (R) (le Mois nouveau), 28 Djady 1299.
Mirza Ali Kafi, Teh6ran. Hebdomadaire: 800; scienti-
fique et litteraire (C'est la m6me que le no 207.)
169. Badr (R). Hasan Ali Khan Sabok-Peima, Teheran.
Hebdomadaire : 700; national, morale et litteraire.
170. Akhlak (R) (Morale), 5 Dalw 1299. Mirza Fakhred
Din Khan, Meched.
171. Hokouk (R) (Droit), 9 Dalw 1299. Hosein ali Khan
Nakibzadeh, Teheran. Mensuelle : 500; questions de droit.
172. Sobh-e Omid (l'Aube de l'Esp6rance), io Dalw
1299. Mirza Moh. Taki Khorasani, Ispahan.
173. Safineh N6djat, 17 Dalw 1299. Mirza Moh. Sadek,
Yezd. Hebdomadaire: 800; scientifique, litteraire, econo-
mique et politique.
174. Asrar-e Djalali, lo Hamal 1.3oo. Nazemosh-Shari6
Djalali, Hamadan. Hebdomadaire : 400; panislamiste.
175. Takamol, i HIamal i.3oo. Seid Ali Akbar Sarradj,










REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


Tabriz. Hebdomadaire : 600 ; pour favoriser l'instruction.
176. Ghorresh. Sheikh Moh. Baker Touserkani, Ispahan.
Hebd. 5oo; politique, philosophique et national.
177. Eddlat (l'Pquit6). Mirza Abdollah Khan Zarrabi,
Chiraz. Hebdomadaire : 3oo ; scientifique, litteraire et
historique.
178. Nddjdt-e Iran (le Salut de la Perse). Mirza Ebrahime
Khan, Ispahan. Hebdomadaire : 200; d6mocrate.
179. Ndhid, 23 Hamal 13oo. Mirza Ebrahime Khan
Nahid, Teheran. Hebdomadaire ; politique, morale, carica-
ture.
i8o. Karn Bistom (le Vingtieme Si&cle), 3 Thaur i3oo.
Seid R6za Mirza zadeh Eshki, Teheran. Hebdomadaire:
I.ooo; social, politique, moral, litt&raire, scientifique
(illustr6).
181. Behdr (R)(le Printemps), 8 Thaur i3oo. Mirza Abol-
kasem Khan Etesamol Molk, Teheran; social et litteraire.
182. Cyrus, 24 Thaur I3oo. Mirza Mahmoud Khan
Erfan, Chiraz. Hebdomadaire: 5oo; politique, social, litt6-
raire et historique.
183. Raushand'i (R) (la Clart6), 5 Djauza i3oo. Mirza
Seid Ali Sharefol Molk, Teheran. Hebdomadaire: i.ooo;
historique, litteraire, artistique (illustree).
184. Mihan (la Patrie), 7 Saratan i3oo. Aboutaleb Khan
Bananes Saltan, Teheran. 2 fois par semaine : 1.ooo; poli-
tique, litteraire et social.
185. Djarideh-e Astaneh-e Ragawi, 14 Saratan i3o0.
Moayedol-W6zareh, Meched. Bi-Hebdomadaire: 5oo; pour
tout ce qui concern 1' < Astaneh > (C'est le m6me que le
no 294.)
S186. Sidsat (la Politique), 21 Saratan i3oo. Abbas Mirza
Eskandari, Teheran. Quotidien : 880; litteraire, politique,
social et conomique.
187. Ettdhdd (1'Union), 22 Saratan i3oo. Seid Kazem











REVUE DU MONDE MUSULMAN


Khan Sarkeshikzadeh, Teheran; quotidien : I.ooo; poli-
tique, litteraire et social.
188. Toufdn (le Deluge). Farrokhi, Teheran. 2 fois par
semaine: liberal.
189. Maaref (R) (1'Instruction). Behdjatol-Olamd, Teh&-
ran. Mensuelle: I.ooo; litteraire, scientifique, morale et
historique.
190. Kanoun (la Loi). Hoseinzadeh Rasa, Teheran.
Quotidien : i.ooo; politique, litteraire, -moral et social.
191. Djahan-e Zandn (R) (le Monde des Femmes),
19 Assad i3oo. Batoul Khanum Fakhr-e af~k, Teheran et
Meched. Mensuelle : 500; f6ministe.
192. Irdn A~ad (la Perse libre). 12 Sonboleh i300. Ziaol-
Waezin, Teheran. Quotidien: I.ooo; Social, politique, moral
et litteraire.
193. Ettehad-Eslam (l'Union de 1'Islam), 14 Sonboleh
13oo. Teheran : quotidien. Sheikh Hosein Singarani:
I.ooo; panislamiste. (C'est le m&me que le n 264.)
194. Zanbour (la .Guepe). Mirza Seid Ali Sharol-Molk,
Teh6ran. Quotidien: 500; politique, social, humoristique
et litteraire.
195. Sdkeh, 15 Sonboleh 13oo. Mirza Hosein Khan
Montaser-e Homayoun, Teheran. Hebdomadaire: 500;
constitutionnel.
196. Atesh-Fishdn (le Volcan). Seid Mahmoud Modjt6-
hedzadeh,. Tehran. Quotidien : 600; politique, historique,
,artistique et social.
197. Golshan, 16 Sonboleh 13oo. Seid Reza Rezwdni,
Teh&ran. 3 fois par semaine : i.ooo; politique, social et
litt6raire. (C'est le m&me que le no 82.)
198. Kerddr. Mirza Hosein Yazdizadeh, Teh6ran. 2 fois
par semaine : i.ooo; politique, &conomique, litteraire.
199. Assudrus. Abolfazl Khan Karib, Teh6ran. Hebdo-
madaire : 200; politique et morale.
200oo. Khalk (le Peuple), 26 Sonboleh i3oo. Mirza Mehdi
$










REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


Alawizadeh Tabrizi, Teheran. Quotidien: 2.000; politique,
social et economique.
201. Nehgat-e Shark, 27 Sonboleh 1300. Mirza Hasan
Khan RWdja', Teheran; quotidien: i.ooo; litteraire, scien-
tifique et politique.
202. Fardd (Demain), 29 Sonboleh I3oo. Mirza Ali
Akbar Khan Dehkhoda, Teheran. Hebdomadaire : 2.000;
politique, social et historique.
203. Toghydn. Amanollah Khan Ziaes Soltan, Teh6-
ran. Hebdomadaire : t.ood; progressiste et &conomique.
204. NJddy-e Dehkan (la Voix du Paysan).- Mirza
Ahmad Khan Parwiz, T6h6ran. 2 fois par semaine : 400;
scientifique, litteraire et agricole.
205 Shafak-Sorkh, 28 Sonboleh i3oo. Sheikh ali Dashti,
Teheran. Hebdomadaire : i.ooo; politique.
206. Seihd-Asdmani, 29 Sonboleh 13oo. Mirza Moha-
med Djenabzadeh, Teh6ran. Hebdomadaire :700; poli-
tique, social et humoristique.
207. Mah-Now (R) (le Mois nouveau). Mirza ali Kafi, T&-
heran. Hebdomadaiire: 5oo; nationalist, liberale. (Voir le
n0 168).
208. Hakihat (la VWrit6), 25 Saratan i3oo. Mirza Abdol
Karim Khan Fard Behbahani, Teh6ran. Quotidien. Poli-
tique, litteraire et moral.
209. Sdtareh-e Shark (l'ltoile de l'Orient), 8 Mizan I3oo.
Mirza Hosein Khan Saba, Teh6ran. Quotidien: 2.ooo000; po-
litique.
210. Zaban-e Iran (la Voix de la Perse), 18 Mizan i3oo.
Mirza Abol Hasan Khan Ma'dantchi, Teheran. Hebdoma-
daire: i.ooo; scientifique, litteraire et moral (cfr. no 161).
211. Irdn (la Perse), 3o Mizan i3oo. Mirza Zeinal Abe-
din Rahnema, Teheran. Quotidien : 2.000; politique.
212. Ferdossi (R), II Akrab I3oo. Mirza Moh. Khan
Wafadar, Teheran. Mensuelle : 700; scientifique, litteraire
et morale.










REVUE DU MONDE MUSULMAN


213. Asrd-Djadid (l'fre Nouvelle), i Kauss i3oo. Mirza
Ismail Khan Thakafi Sehhated Daulet, Teheran. Hebdo-
madaire; politique et litteraire.
214. Gol-Ateshi (la Fleur de Feu) (R), 5 Kauss i3oo. Now-
Bakht, T&h6ran. Bimensuelle : i.5oo; litt6raire, scienti-
fique et humoristique.
214/I. Nour Kiang, io Dalw i3oo. St6pan Khan
Babayan, Teheran. 2 fois par semaine: i.ooo; scientifique,
litt6raire, social.
215. Behdrestdn, 5 Kauss 13oo. Now-Bakht, Teheran.
Hebdomadaire : I.ooo; politique, social et litt&raire.
215/1. Sepideh-dam (R), 2 Dalw 13oo. Lotfali Khan.
Chiraz, Mensuelle : i.ooo.
216. Ekddm (1'Action), 22 Kauss i3oo. Mirza Abbas
Khalili; Teheran. Quotidien : i.ooo; nationalist.
217. Djannat (le Paradis), 29 Kauss i3oo. Mirza Hosein
Khan Kasra', Teheran. Hebdomadaire : 900; politique,
social et historique.
218. NMdjat-Irdn (le Salut de la Perse). Mirza Zeinal-
Ab6din, Teheran. Hebdomadaire: 5oo; politique, social et
litteraire.
219. Tahrib, 7 Djady 13oo. Mirza Soleiman Khan Khos-
rawi, Teh6ran. Hebdomadaire: i.ooo; politique et humo-
ristique. (Voir le no I I.)
220. NCdjdt (le Salut), Mirza Mohamed N6djat, Tehe-
ran. 3 fois par semaine : I.ooo; politique, information et
morale.
,221. Ilaydt (la Vie). Seid Mirza Agha Falsafi, Tiheran.
Hebdomadaire : 1.ooo (cfr. no 90).
222. Tohfatol-Odaba (R), 8 Dalw 13oo. Mirza Abdol
Hossein Khan Bananzadeh, Ispahan. Bimensuelle : 5oo.
223. Deh.adn (R) (le Paysan), 12 Djady 13oo. Mokawe-
mal-Molk, T6heran. Hebdomadaire : i.ooo; scientifique,
morale et agricole.
224. Shhdhb, 9 Dalw 13oo. DocteurAli Khan MalekAfza-










REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


li, T6heran. 2 fois par semaine : 500; scientifique, moral et
historique.
225. Zar6' (le Cultivateur). Mousawi Zadeh, Yezd. Heb-
domadaire : 700oo; scientifique, social et economique.
226. Ofoh-Raushan (l'Horizon clair), 30 Haut i3oo.
Aka Bozorg Khan Kauthari, Teh&ran. Hebdomadaire:
i.ooo; scientifique, social et moral.
227. NMdai-Guildn (la Voix du Guilan), 20 Dalw 13oo.
Seid Mahmoud Modjt6hedzadeh, Recht. Quotidien : 60oo;
politique, historique et artistique.
228. Ashkharang, 21 Dalw i3oo. Waghinak Sarkissian,
Teheran. Hebdomadaire : I.ooo; social, litteraire et scien-
tifique.
229. Afkar (les Opinions), 19 Dalw 13oo. Mahmoud
Zadeh. Teh6ran. Quotidien : .ooo; social, politique et
moral.
230. Parwaneh (le Papillon), 25 Dalw i3oo. Mirza Ali
Mohamed Khan Mostashar Zadeh, Tdheran. Hebdoma-
daire : i.ooo; litteraire, moral et scientifique.
231. Fekr-Agdd (la Pensee libre). Mirza Ahmed Khan
Dehkan, Meched. Hebdomadaire; nationalist.
232. Soroush-e Iran, 11 Hout 13oo. Seid R6za, Teh&ran.
Hebdomadaire: i.ooo; politique, litteraire et scientifique.
233. Partow (R). Mirza Mohammed Ali Waleh, Th&6-
ran. Hebdomadaire : 5o0; litteraire, social et morale.
234. Asr-Hadid (R) (l'Ire du Fer), 14 Hout 13oo. Ne-
zamed-Din Nouri, The6ran. Hebdomadaire: i.5oo; artis-
tique, economique et social.
235. Yagdndgui (R), 29 Hout i3oo. Mirza Ahmed Khan
Khadem Shirazi, Teheran. Mensuelle : 500; morale, scien-
tifique,
236. Seiheh (R), 25 "Hamal 301o. Hassan Ali Khan Badr,
Teh6ran. Hebdomadaire : 700; morale, litt6raire et humo-
ristique.
237. Agar (R), 29 Hamal 13oi. Ziaed Din Maulana,










REVUE DU MONDE MUSULMAN


Teh6ran. Mensuelle: 500; litt6raire, morale et humori-
stique.
238. Spdhadn (R.). Mirza Mohammed ali Mokarram, Ispa-
han. Hebdomadaire : 750, morale, litt6raire; caricatures.
239. Khorshid (R) (le Soleil), 3o Hamal 13oi. Mirza
Ali Khan Nda'i, Teheran. Mensuelle : 5oo; litt6raire,
morale, illustr6e.
240. Donya'i EmrouT (R) (le Monde d'Aujourd'hui),
Baeril (arm6nien), Th&6ran. Hebdomadaire: I.ooo; 6co-
nomique, scientifique et litt6raire.
241. Haydt-Irdn (la Vie de la Perse), 4 Thaur 13oi.
Naser Seif, T6h6ran. Hebdomadaire: 80oo; social, litt6raire
et historique.
242. Meratol-Melleh (R) (le Miroir du Peuple), 5 Thaur
i3or. Seid Issa Guilani, Recht. Hebdomadaire. Litteraire,
morale et historique.
243. Shir-Kouh. Sheikh Ahmad Modir Yazdi, Yazd. Heb-
domadaire. Politique, litteraire et moral.
244. Yaghma (R), ii Djady 13oi. Habib Yaghmal,
T6hdran. Bi-mensuelle : 700; litteraire et morale.
245. Forough-e Khawar (R), o1 Thaur i3oi. Mirza
Khoda Rahm Parsi. Th&6ran. Hebdomadaire: 500; scien-
tifique, litteraire et social.
246. Djamie Eslami (R), 14 Thaur 13oi. Mirza Seid
Baker Khan Hashemi, Teh6ran. Hebdomadaire: i.ooo;
religieuse, historique et litt6raire.
247. Hahim (R), 2 Djauza i3or. Morteza Khan No'-
man, Teh6ran. Hebdomadaire: 2.ooo; morale, social et
historique. En persan et h6breu.
248. Mesbal~ (R) (la Lampe), 7 Djauza I3oi. Mirza
Yadollah Nayeb Touserkani, Teh6ran. Mensuelle : .ooo;
morale, litt6raire et scientifique.
249. Taaianeh Ebrat (R), 7 Djauza 13oi. Mirza Yahva
Khan Mochaverol Vezareh Mahmoudi, Teh6ran. Hebdo-
madaire : r.coo; morale, litteraire et scientifique.










REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESSE PERSANE


250. Shams (R) (le Soleil), 16 Djauza 13o0. Soleiman
Khan Khosrowi. Teheran. Hebdomadaire: i.ooo; scien-
tifique, litteraire et social.
251. Fal (R), 13 Djauza 13oi. Gholam Ali Khan Mo-
hammadi, Teheran. Hebdomadaire. 8conomique, scien-
tifique et litteraire.
252. Taswir Akhlak (R), 17 Djauza i3oi. Hasanali Khan
Badr, Teh6ran. Hebdomadaire: 700; morale, litteraire et
humoristique.
253. Nour (R) (la Lumiere). Abol Hasan Khan Nouri,
Teh&ran. Hebdomadaire: i.ooo; litteraire, scientifique et
morale.
254. Dabestan (R) (l'Pcole), 20 Djauza 13oi. Seid Has-
san Tebbi, Meched.
255. Irdn Mostakell (R) (la Perse independante),
18 Djauza i3oi, Seid Abdol Hosein Khan Saltani, Teh&-
ran. Hebdomadaire : 5oo; scientifique, morale et social.
256. Kdrgar (R) (le Travailleur), 23 Djauza i3oi. Seid
Mohammed Dehkan, Teheran. Hebdomadaire : I.ooo; so-
ciale et litt6raire.
257. Madjelleh Ma (R) (Notre Revue), 23 Djauza i3oi.
Mirza Aboutaleb Khan, Teheran. Hebdomadaire : i.ooo;
social, juridique et morale.
258. 'Alam Tebb (R)(Le Monde medical), 27 Saratan i3oi.
Mirza Moham. Khan, Teheran. Mensuelle; scientifique,
m6dicale et hygienique.
259. Asia (L'Asie), 28 Saratan i3oi. Mirza Asadollah
Khan Farouh6ri, Teheran. Hebdomadaire: 5oo; litteraire,
social, artistique.
260. Tagkereh (R), 12 Asad i3oi. Mirza Hosein Khan
Zadeh, Teh6ran. Hebdomadaire : religieuse, morale et
litteraire.
261. Aadi (R) (LaLibert6), 15Asad 13oi.Mirza Mahmoud
Khan Azad, T6h6ran. Hebdomadaire : pour propager la
science et l'instruction.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


262. Asia Markagi (R) (L'Asie Centrale), 3I Asad
13oi. Mirza Asadollah Khan, Teheran. Hebdomadaire:
5oo; litt6raire et social.
263. Falat, 28 Asad i3oi. Hasan Alikhan Badr, Tehe-
ran. Hebdomadaire : 700; litteraire, moral et humoris-
tique.
264. Ettehad Eslan (L'Union de l'Islam), I Asad z3oi.
Sheikh Hossein Langarani (Voir le n 193.)
265. Bdrdn (R), 15 Sonboleh i3oi. Mirza Seid Hassan
Khan Shokouhi, T6hdran. Bi-mensuelle : 700; litteraire,
historique et morale.
266. Kalam Pdk (K) (La Plume pure),24 Sonboleh i3o1.
Hassan Koli Khan Badr Ferdossi, Teheran. Hebdoma-
daire : 700; morale, litteraire et humoristique.
267. Hesdr-e Adl(R), 22 Sonboleh 13oi. Mirza Hossein
Khan Kasrai, Teheran. Hebdomadaire : 5oo; scientifique,
litt6raire et social.
268. Merdt (Le Miroir), 26 Mizan i3o Meratez Zakerin,
Teheran. Hebdomadaire : politique et 6conomique.
269. Eslami, 29 Mizan i3oi. Ziaed-Din Maulana, Teh6-
ran. Quotidien : 5oo; religieux, social et politique.
270. Siasat-e Eslami (La Politique musulmane), 29 Mi-
zan i3oi. Sheikh Djawad Eetemadol-Eslam, Teheran.
Hebdomadaire : 500; pour repandre l'islamisme.
271. 'Amal, 29 Mizan 13oi. Mhd-Riza Hashtroudi, Te-
heran. 2 fois par semaine : 5oo ; socialist, politique et
litt6raire.
272. Koushsish (L'Effort), 29 Sonboleh i3o0. Mirza Sho-
krollah Khan Safawi, T&h6ran. Hebdomadaire : i.ooo;
independent.
273. Kidm, 22 Sonboleh i3oi. Seid Mehdi Tafrishi,
Teheran. Hebdomadaire : i.ooo; politique, social et litte-
raire.
274. Ofok-e Irdn (L'Horizon de la Perse), 29 Sonboleh










REGISTRY ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


i3oi. Dr Seid Abdallah Khln, Tehbran. Hebdomadaire :
I.ooo; social, moral et litteraire.
275. Peikar, 22 Sonboleh i3oi. Mousawizadeh, Teheran.
i.ooo; social, moral et litteraire.
276. Nehrat-e-Esldnm, 26 Mizan 13oi. Mirza Asadollah
Khan, Teh6ran. Hebdomadaire : 5oo; religieux et litt6-
raire.
277. Bahr-Khd~ir (La Mer Caspienne), 31 Sonboleh
i3oI. Mirza Ahmed Khan, Recht. 500oo ; economique,
social et litteraire.
278. Kdr (Le Travail), 29 Sonboleh i3oi. Sheikh Abol-
fazl LUsani, Teh6ran. Hebdomadaire : 750; partisan des
ouvriers.
279. Asia-i wosta (R) (L'Asie Centrale), 3 Akrab 13oi.
Rahim Zadeh Safawi, Teheran. Hebdomadaire : i.ooo;
pour r6pandre l'instruction.
280. Paydm (Le Message), 29 Mizan i3oi. Mirza Ebrahim
Khan Fakhra'i, Recht. Hebdomadaire : 50o; social.
281. Gaftdr Rdst (La Franche Parole), 30 Mizan i3oi.
Seid Noured Din Khan, Chiraz. Hebdomadaire : 250;
d6mocrate.
282. Sdhhat Iran (R), 18 Saratan 130i. Dr Abol
Kasem Khan Rast6gar, Chiraz. Hebdomadaire : 500;
m6dicale.
283. Sedai Eslam (La Voix de l'Islam), 5 Djadi I3oi,
Mirza Moh. Baker Eftekharol Olama, Chiraz, 3 fois par
semaine : I.ooo; economique, litteraire et morale.
'284. Saadat-e Djonoub (Le Bonheur au Sud), 5 Djadi
13oi. Sheikh Moh. Hosein, Chiraz. 800; pour d6fendre
les interets de l'Iran.
285. Biddr (R6veill6), 29 Djadi 13oi. Seid Ali Moham-
med Rad, Teheran, 3 fois par semaine : i.5oo; partisan
des principles de l'Islam.
286. En'dkdss (L'Echo). Dr Bahrimi, Teheran. i.ooo;
politique, social et moral.










REVUE DU MONDE MUSULMAN


287. Kidmat (La Resurrection), 3 Dalw i3oi. Ziaid-Din
Nouri, Teh6ran. Quotidien : politique et scientifique.
288. Dimokrasi. Mirza Abdol Hosein Khan, The6ran.
Quotidien : i.ooo; politique et social.
289. Kiam beHakk, 4Dalw 13oi. HadjMirzaM. Ali Khan
Auhadi, Teh6ran. Hebdomadaire : i.ooo; religieux, moral
et 6conomique.
290. Farrehi Dahr, 3 Dalw i3oi. Khoda Rahm Parsi,
T&hdran. Hebdomadaire : 500; politique, commercial et
d'information.
291. Asr Tamaddon (L'tre de la Civilisation), 4 Dalw
13oi. Mirza Mehdi Khan Sa'', T&heran. Hebdomadaire:
700; social.
292. NMda' Iran (La Voix de la Perse), 3 Dalw 13oi.
Mirza Seid Mohammed, T&ehran.. Hebdomadaire : I.ooo;
politique, litteraire et moral.
293. Namehg Djawanan (Le Journal des Jeunes), Mirza
Ibrahim Khan Khadje Nouri, Tehdran. Hebdomadaire :
500.
294. Rouznamehi Astand Raaawi, 4 Dalw i3o Moaya-
dal-Wezareh, Meched. Hebdomadaire : 700; concernant
les affaires de 1' < Astaneh >>.
295. Al-Ha.k. Mirza Hasan Khan Hashemi, Teheran.
Hebdomadaire : 700.
296. Sha'leh (La Flamme), 4 Dalw. MirzaYadollah Tehe-
ranizadeh, Teheran. 3 fois par semaine : 750; social,
politique et moral.
297. Asr-Now (L'tre Nouvelle), 3 Dalw i3oi. Mirza
Abol Fazl, Teheran. Hebdomadaire : 5oo; social, poli-
tique et litteraire.
298. Asemdn (Le Ciel), 3 Dalw 13oi. Mirza Mahmoud
Khan Erfan Chirazi, Teheran. 2 fois par semaine : 2.000;
politique et litteraire.
299. Peikdn, 3 Dalw 13oi. Mirza Mahmoud Khan Wo-











REGISTRE ANALYTIQUE DE LA PRESS PERSANE


thouk Homayoun, T6heran'. 3, fois par semaine : 2.ooo00;
politique, litteraire et social:.
300. Asaydsh, 5 Dalw13o i. Mir Mousa Khan Mobashsher
Khakan, TIheran. Hebdomadaire : 250; moral et litte-
raire.
301. Waja (R) (La Fidelit6), 5 DjadY i3oi. Mirza:Neza-
med Din Khan Wafa, Teheran.
3b2. Asr-e Nehz at, 22 DjadiY 3o Mirza AliKhan Mozaf-
faret Mamalek, Teheran. Hebdomadaire : 5oo; politique,
litt&raire et moral.
303. Iran-Now (La Perse Nouvelle), i5 Hout i3oi.
Sheikh Zeinel Ab6din Rahn6ma, Teheran. Quotidien:
2.000; politique et social.
304. Etdsadd i (L'fconomie), Mirza Asadollah Tadjer,
Teh6ran. Hebdomadaire : i.ooo; politique, social et' 6co-
nomique.
305. Kalam-Aadd (La Plume libre), 20o Hout 13oi.
Hossein Hatefi, Teh6ran. Hebdomadaire : 5oo; politique,
social et litteraire.
306. Ent.kdd (La Critique). H6dayatallah Khan Davari,
Thheran. 2 fois par semaine : 700; politique et social.
307. Kdrgar (Le Travailleur). Moh. Riza Khan Mahinal-
Molk, Tehfran. 3 fois par semaine : politique et social.
308. Nasim-e Saba (R) (La Brise du Matin), 29 Hout
i3oI. Mirza Hossein Khan Kouhi, Teh6ran. Hebdoma-
daire : I.ooo; litt6raire, humoristique et social.
309. Tddjarat (R) (Le Commerce), 8 Hamal 13o2. Mirza
Mohammed Ramezani, T6heran. Hebdomadaire : i.ooo;
commercial et economique.
3Io. Golrdr (R), ii Hamal 1302. Seid Abdorrahman
Eraki, Teh6ran. Mensuelle : 5oo; scientifique, litteraire et
morale.
311. Iran-Kohan (La Vieille Perse), 17 Hamal 13o2.
Nasrollah Khan Gharbi, Teh6ran. 3 fois par semaine :
5oo; social, moral et litteraire.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


312. Nehiatd Iran, 17 Hamal 1302. Mirza Moh. Ali Khan
Sanandedji, Teheran. 3 fois par semaine : 250 ; preche la
discretion et la retenue dans le journalism.
313. Slda'i Asia (La Voix de l'Asie), 20 Hout 13oi. Seid
Sadek Eftekhar Nouri, Teheran. Social, politique et littl-
raire.
314. NMdjatd Watan (Le Salut de la Patrie), 25 Hamal
1302. Seid Hossein Madani, Teheran. Hebdomadaire : 600;
social, politique et litteraire.
315. Beinon-Nahrein (La MIsopotamie). Seid Hassan
Sabt-osh-sheikh Nadjafi, Teheran. i.ooo; politique et
social.
316. Paydm (Le Message). Mirza Seid Hassan Shokouhi
Yazdi, Teheran. 2 fois par semaine :700;o politique,
social et litteraire.
317. Soheil,,28 Hamal 1302. Seid Abdol Ali Dja'fari,
Teh6ran : 3 fois par semaine : 700; moral et social.
318. Afldk, i Thaur i302. Seid Nadjmed Din Taba-
taba'i, Theran. Hebdomadaire : 700; religieux, historique
et litt6raire.






Pages
63-107
Missing
From
Original


















HAU TE


F Ca n Co/,r-,n









Pam,,







n---
ToIP- b" a






AIATITE



N aw-a

S Die Gando DE
p *J.
n,.


Parataoq



Ta.souvou




Bismarckbo r4


0


LEGEND

Limite des Colones Etranyfres
Franrf,r.1s


VOLTA


Matia>ou~ a


Konkob, 7 A


M

4 AfI
an&





o ACO
akou


/ 0


0 L



J GO To
1kr or

DandJq a0 si


SAY



/ ^l TE HIT IRE



DER



a / arimima.


/ 3






I



anknv fa


Cue : 4

; //


Gofnba


I0-
4,


Sura B/,
Y E N R.++


-C,


4-


.G m bl E a



A Dal, ebo kk .*
0 U













L `: ,, ,


S/L 4


\ f SILA
S Bedg haouro
4o mol /
+oounoo E LE .

Caboleo


+ CE E
IBako


S \Pess? 'i 0 V i
+ +L


3T2 o 'O'41 :
Doufr; 0 u


+ +4l D

+C EED Meko

4fadofoue C
0 50'1 Z NANA ID
Rob, B ao,


de Cercles da o
O Che/hle de Cere/e J
o Res,dence Paraho roa
Routes rofodo d
Chem ,n de fer en oxp/otaUon. / Ct D
S Aoformee I okossa. '"
...-.projets. A
sur route 'ONOA
SLne telefraphque Athi l DA
Routes A nutomob:IS Atiem 13 Pa
3o D,stance V/ometrigue Lac t-'' os

20_ ToG O -
o 2o 40 60 o .ioo,M. Aoe, F
"*LfiS,- mi) u 0^


~' KW


z ER

D ///ache

0 TiT01OV0



o, U B
A m0,


o Bofho



OTchaki



Ofbomocho


Isey in Oyo


adan
SYouo







Abeookouta ideub0d0
1dJe6cu,,0di'


SAGOS



N / N


PL. I. CARTE DU DAHOMEY, communique par..... (reduction phot.).


D V/anfa


1t7


II -


____________


K


I a'


i I


I


!


n vr


.L


OSa



^i,


....


+.


ls,


1 2 .


~~~


--------- -- ----


P


Tm


- ~


./


''


I P1 1


-I


I


1


,


- -------


I


















ETUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY






LIVRE PREMIER

LE BAS DAHOMEY




CHAPITRE PREMIER

Le milieu.


I. GROUPEMENTS ETHNIQUES.

Le bas Dahomey est ethnographiquement le Dahomey
tout court.. C'est l'autorit6 franqaise qui, en cr6ant l'ac-
tuelle colonie de ce nom (d6cret du 22 juin 1894), y a com-
pris administrativement tous les territoires qui s'6tendaient
au Nord du royaume du Dahomey jusqu'au course du
moyen Niger. De ce jour-la, il y a eu un haut et un bas
Dahomey.
Le Dahomey primitif signifiait donc: a) le palais d'Abo-
mey (Agbom6); b) par extension, tout le territoire que
commandait le souverain d'Abomey ; c) latissimo sensu,











REVUE DU MONDE MUSULMAN


les deux anciens royaumes c6tiers d'Abomey et de Porto-
Novo (Hogbonou), peupl6s par les rameaux Fon, de la
race Ehou6.

Io Fon. Les Fon constituent le principal rameau de
la grande race Ehou6. Ils s'apparentent aux Adja, leurs
pr6d6cesseurs dans la supr&matie politique du pays. On
retrouve ces Adja encore ethniquement bien conserves
dans certain groupements de la fort, et notamment dans
la parties occidentale de la colonie, a Athiem6, sur les rives
du Mono et la frontiere du Togo. Ce sont des peuplades
tres ind6pendantes, fort sauvages et livrees, comme tous
les habitants de la zone sylvestre, a l'anarchie social.
Les Fon se trouvaient groups, a la p6riode historique,
en trois royaumes : Allada, Abomey et Porto-Novo, les
deux derniers 6tant issues du premier et Abomey ayant
fini par absorber Allada, mais non point Porto-Novo.
Les Dahomeens d'Abomey, qui ont eu h lutter centre
de puissants voisins, notamment les Yorouba-Nago du Ni-
geria, et qui devaient chercher dans la guerre des res-
sources, que le sol ne pouvait leur donner, sont devenus
au xviin siecle un people exclusivement militaire. La n&-
cessit6 leur fit un caractere 6nergique et des guerres heu-
reuses leur. permirent de faire de nombreuses captives,
don't les plus parfaites au point de vue physique, au lieu
d'etre vendues, 6taient gardees comme spouses. La g6enra-
tion que nous avons trouv6e 6tait done le resultat d'une
selection et la superiority des Dahomeens d'Abomey ne
saurait encore, a l'heure actuelle, 6tre mise en doute.
Le royaume d'Abomey, situ6 dans la region la moins
fortunee, 6prouva rapidement l'envie et la n&cessit6 d'6tendre
sa domination sur ses voisins plus riches. Entre 1720 et
1730, Agadja le Conquerant pritAllada (Ardres), d'ofi 6taient
venus ses ancktres, et substitua sa puissance a celle des
Alladiens, sur la c6te, dans les royaumes du Juda (Ouidah)












ETUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


et de Jacquin (Diakin). Les Dahomeens (Abomey) tente-
rent aussi de soumettre les Adja. Ils auraient sans aucun
doute pris le royaume de Porto-Novo et constitute ainsi
une sorte d'unit6 national, si notre intervention n'avait
an6anti leurs tentatives.
Les Fon d'Allada 6taient plut6t par temperament cultiva-
teurs et commerCants que guerriers. Ils habitent un pays
fertile, h proximity de la c6te, dans la zone d'action du com-
merce europeen.
Les Fon de Porto-Novo (Hogbonou, en langue fon;
Adjach&, en yerouba) sont plus 6loignis encore du caractere
primitif de leurs ancetres. Ils 6taientdjh des guerriers fort
m6diocres ; le travail de laterre et le commerce les attirent
uniquement. Leur royaume est ne, il y a deux sicles, de
dissensions a la cour d'Allada.
Les Fon constituent la plus grande branch de la race
Ehoue, qui couvre les moyen et bas Dahomey et le bas
Togo, entire les grandes races Yorouba l'est en Nig6ria, et
Achanti a I'ouest, en Gold Coast. Ils se nomment eux-
memes les Fon, et leur langue est le fongb&. Les Yorouba,
ou Nago, les appellent les Djedje ou Egoun.
Travailleurs, disciplines, adonnes aux travaux agricoles
mais s'adaptant assez facilement aux chantiers maritimes,
ferroviaires, ou autres, les Dahomeens constituentun people
interessant entire tous, et sur lequel ii est permis de fonder
de beaux espoirs.
On estime leur chiffre total a 400.000 environ, en'tris
grande majority f6tichiste. Des catholiques y sont au
nombre d'une dizaine de mille, les protestants au nombre
d'un miller. L'islam commence A peine a y faire son appa-
rition : A peine pourrait-on citer quelques personnalites fon
islamisees a Porto-Novo, SakWt&, Pob&, Zagnanado. Pour
donner unchiffre, disons 200a 3oo au total.

2. Mahi. Au nord du royaume d'Abomey, inclus dans


III











REVUE DU MONDE MUSULMAN


les Nago a l'est et a l'ouest, et d&ej aux approaches des
Bariba du nord, c'est-a-dire dans le moyen Dahomey,
s'6tend le people Mahi, qu'on rattache quelquefois aux
Yorouba-Nago, et plus souvent aux Fon-Dahom6ens. C'est
A cette derniere souche qu'il faut certainement les lier ; de
leur propre aveu, ils constituent un rameau dahom6en, a
qui son isolement, sa sauvagerie, et ses luttes avec les dy-
nastes d'Abomey ont donn6 une certain autonomie. Les
alliances matrimoniales avec les Nago voisins, dits Tchab6
ne sont pas rares d'ailleurs.
Le coeur meme de leur agglomeration est la region com-
prise entire Paouignan, Save et Ouess6. Cesont d'excellents
agriculteurs : leurs cultures de coton sont particulierement
renomm6es.
Inclus dans les cercles de Sav6 et de Savalou, les Mahi.
sont au maximum une dizaine de mille, tous animistes.
Leur f6tichisme trbs arri6r& ne parait pas devoir 6tre pro-
chainement entam6 par I'islam ; et leur caractere tres ferme
constitute un obstacle invincible A ses missionnaires.

3. Houdda. Ausud du royaume du Dahomey, dans
le cercle actuel de Ouidah, et dans celui du Mono, vit une
population, apparent6e a la grande souche Ehou6, et qui se
donne le nom de Houeda ou Hou6danou. Les Fon les appel-
lent P6da, nom que les vieux auteurs ont d6form6 quelque-
fois en Qu6da. Les premiers cartographes en avaient fait
Juda, et nous-m6mes Ouidah; les Anglais Whydah.
Ce groupement ethnique a exist a l'etat ind6pendant,
avec Sah6 commecapitale(Savi6, Sahib, Xavier, de nos peres)
jusqu'entre 1720 et 1730, 6poque de la conquete du pays par
les Dahomeens d'Abomey. Nous avons, par la relation du
chevalier Des Marchais, un excellent ouvrage sur l'histoire,
les mceurs, la religion, le commerce int6rieur et exterieur
de ce pays, dans les dernieres annees de son independence.
Un chapitre, intitul << D'un people appele Malais > est a


112












iTUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


citer presque en entier. On y saisit sur le vif l'apparition
des premiers musulmans sur la c6te dahomeenne et les re-
lations commercials qui s'6tablirent par la suite entire les
sujets des royaumes d'Ardres, de Jaquin et de Juda, et ces
trafiquants musulmans (Mal6) Haoussa, ou metis de Tri-
politains, de Touareg, de Bella et de Haoussa, qui arrivent
incontestablement du Sokoto, de Kano, de Zinder, et du
Bornou. II faut faire, bien entendu, la part de l'exageration
ou de l'ignorance du chevalier Des Marchais, ou plut6t de
son chroniqueur le Pare Labat..
< On ne sait pas au just d'ofi sont originaires les peuples
don't je vais parler, quoiqu'il y ait un grand nombre d'an nes
qu'ils trafiquent au royaume d'Ardres, pas un n6gre de ce
pa'is n'a eu la curiosity ou le courage d'aller avec eux pour
les mieux connoitre.
< Ce fut en 1704, qu'il en parut pour la premiere fois a
Juda. Ils n'6toient que deux, grands, bien faits, de bonne
mine; l'un 6toit blanc, c'est-h-dire bazann6, l'autre 6toit
noir. L'un et I'autre sgavoiente6crire, et 6crivoient exacte-
ment tout ce qu'ils voyoient, et surtout le prix des marchan-
dises don't ils s'informoient exactement, aussi bien que des
mceurs et des coutumes des peuples. Cette curiosity et cette
exactitude h tout remarquer let h tout ecrire, leur fut fu-
neste. On les mit en prison, apres avoir renvoyb I'interprete
qu'ils avoient pris h Jaquin, et les serviteurs qu'ils avoient
amenez du meme endroit, parce qu'on ne voulut pas de-
plaire au Roi d'Ardres, don't ils 6toient sujets.
< Mais pour les Malais, qu'on prit pour des espions en-
voyis par leur Roi, dans le dessein de venir conquirir le
pal's, apres qu'ils en auroient bien reconnu la situation et
les forces ; on s'en d6fit sans bruit et on n'en a plus en-
tendu parler.
< Les Negres de Juda, qui vont trafiquer hors de leur
pais, ont eu depuis ce tems-la des occasions de connottre
ces peuples dans le royaume d'Ardres et dans les pa'is qui












REVUE DU MONDE MUSULMAN


soat situ6s au nord-est. Ils ont reconnu que c'6toient
d'honnites gens, paisibles, de bon commerce, avec lesquels
il y a des profits considerables a faire, attend qu'ils am&-
nent avec eux de bons esclaves, charg6z de diverse sorts
de marchandises, d'un d6bit avantageux, dans le pa's. Les
bonnes relations, qu'ils en ont faites, ont oblige le Roi et
les Grands du royaume a les faire assurer qu'ils seroient
bien recus a Juda, qu'il y feroient leur commerce en toute
stret6 ; ce qu'on leur a confirm& par les sermens les plus
solennels, au nom du grand Serpent. Ces assurances en ont
attirez quelqu'uns A Xavier, et c'est h Jaquin que le Che-
valier des M... en a vu, et qu'il amarque dans son Journal
et dans ses memoires ce que j'en vais reporter.
< langue. Ils sont pleins d'esprit, habiles dans le commerce
et de bonne foi. Ils sontbrives, curieux, industrieux. Pour
leur religion, je n'en puis rien dire, mes m6moires ne m'en
instruisent pas assez ; il y a pourtant bien de l'apparence
qu'ils sont Mahometans. Ils ne vont point a pied comme
les Negres de Juda, ils ont des chevaux de la taille et de la
force des chevaux de carosse, don't on se sert en France ;
ils n'ont pas l'usage de les firer, et cela seroit inutile, car
ces animaux ont tous la come tres noire et tres dure, quoi-
qu'ils soicnt de diff6rens polls.
< Ils employment trois Lunes, c'est-h-dire,quatre vingt-dix
joursh venir de leur paYs A Ardres: a computer ces journees
h dix lieues par jour, ce seroit neuf censlieies, mais comme
on ne fait guerres de si longues marches sans se reposer
au moins de trois jours l'un, et que ces marchands con-
duisent avec eux des esclaves tres-chargis de vivres et de
marchandises ; je crois qu'on peut computer qu'ils ne sont
eloign6z d'Ardres que d'environ six cens lieies (i).

(1) 200 A Soo lieues environ. Le Pare Labat ne sait pas que les caravanes
font des stations de 8, 15 et meme 30 jours dans certain villages de leur
route et pour des raisons diverse.











ETUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


Autre reflexion. << Ils ont des toiles de coton, des mousse-
lines, des Indiennes de Perse et des Indes. Ils ne les tirent
pas des Europeens qu'ils ne connoissent seulement pas ; il
faut done qu'ils les tirent des Indiens ou des Arabes ; ils
sont par consequent des environs de la Mer Rouge et des
frontieres de l'Etiopie (i). Les Sqavans corrigeront ma con-
jecture, comme ils le jugeront A propos.
< Ces gens sont vktus de longues robes amples et pliss6es,
qui leurtombent jusqu'aux talons, avecdesmanches longues
et large, rien ne resemble mieux aux coules de nos B1n&-
dictins : un capuchon assez large et point est attache A
cette robe ; ils s'en couvrent la t&te, quand ils le jugent A
propos. Ces robes sont de laine ou de toile de coton, bleues
ou blanches; ils ne portent point d'autres couleurs. Ils ont
sous cette robe des chemises blanches de toile de coton et
sous ces chemises des calqons de la m6me toile et de la
m6me couleur, don't le fond va plus d'a demie jambes et les
bouts jusqu'a sur leurs pieds, comme les portent les Le-
vantins. Ils ont A leurs pieds des sandales de cuir. Ils ont
des ceintures assez large de toile, ou de mousseline, de
grands mouchoirs pendans A leurs ceintures, et des sacs
qui leur servent de poches sur leur sein au-dessus de leurs
ceintures. Ils retroussent leurs robes A l'aide de ces cein-
tures, quand ils sont a cheval. Ils portent tous la t&te rasee,
mais ils ont un soin extreme de nourrir leur barbe, et plus
elle est longue et fournie, plus ils s'en croyent honorez. Ils
n'ont pas d'armes dans leurs voyages, qu'un grand couteau
aguaine passe dans leur ceinture et un sabre de trois pieds
et demi de longueur, y compris la poign6e. Ce sabre est
fait comme nos battoirs de longue paume ; la palette est
tranchante des deux c6tez, le manche est plat et la poignie
ronde. Ils tirent ce fer de leur pa's, le fabriquent et le trem-

(i) Erreur manifeste. Ils viennent du pays Haoussa, entire Niger et Tchad.
II est vrai que certain d'entre eux etaient originaires de Tripolitaine ou de
Tunisie.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


pent eux-memes ; ce fer est si doux, et la trempe qu'ils
lui donnent est telle qu'il roulent comme un carton le
manche autour de la palete et le portent sous leur bras
gauche comme un livre. Cette arme seroit inutile, s'ils
frapoient du plat, elle plieroit, mais en frappant du taillant,
le manche qui ne plie pas sur la larger, mais seulement
sur son 6paisseur, demeurere roide et porte de terrible
coups.
< On en voit a Ardres qui ont des fusils ; ils les font
dans leur pa'is, ils sont plus courts que les n6tres, ce sont
a proprement parler des mousquetons de gros calibres qui
portent des balles de huit A la livre. Leur poudre est infe-
rieure a la n6tre, cependant ils ne se mettent guerre en
peine d'en acheter, peut-etre ont-ils 6prouv6 que leurs fu-
sils ne pouvoient resister a son effort. I1 est 6tonnant que
des gens si sages n'ayent pas compris qu'il n'y avoit qu'a
en diminuer la quantity, pour la proportionner a la force
de leur armes.
< Ceux qui ont-v6 leurs fusils disent qu'il sont fort
justes, et que la culasse etla batterie sonth peu pres comme
les n6tres, quoique travaillez moins d6licatement.
< Leur pais renferme quantity de metaux, comme or,
argent, plomb, cuivre, 6tain et fer.
< Leur cuivre rouge est d'une espece tris-particuliere. Ils
en font des anneaux assez large, qu'ils portent a I'index
de la main droite. Ces anneaux sont des phosphores qui
6tant exposez sur une table ou a terre, dans un lieu obscur,
rendent autant de lumiere que deux bougies allumees en
pourroient rendre. Aussi assurent-ils, qu'ils ne se servent
pas d'autre lumiere pendant la nuit...
< Ces peuples ne se vendent pas les uns les autres. Les
esciaves don't ils se servent dans leurs paYs et ceux qu'ils
conduisent a Ardres et a Juda, sont des strangers qu'ils
achetent sur leur route et aux environs de leur paYs. On es-
time beaucoup ces esclaves, ils sont forts et de bonne vo-












fTUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


lont ; ils les conduisent toujours charge de marchandises,
comme ivoire, toiles de coton, fabriquees dans leurs pais
et.aux Indes.
< Ils ne prennent en change quede l'eau de vie en ancres
de vingt-cinq pots et des bouges (i). Depuis quelques
ann6es, ils prennent aussi quelques curiosities d'Europe.
Ils sont habiles dans le commerce, examinent beaucoup ce
qu'on leur pr6sente, et ne sont pas faciles a se laisser
tromper, du reste pleins-de droiture et de bonne foi.
On ne sCait pas au just, de quelle Religion ils sont,
on pretend avoir decouvert qu'ils sont circoncis. Cette
marque ne peut pas d6cider sur la Religion qu'ils profes-
sent, s'ils sont Juifs ou Mahometans ou IdolAtres, parce
que la circoncision se pratique presque dans toute l'Afrique.
On voit des esclaves qui viennent du centre de ce vaste
pa'is qui sont circoncis, sans avoir aucune teinture du Ju-
daisme, ni du Mahom6tisme.
< Ce qui pourroit faire penser qu'ils sont juifs, c'est qu'ils
ne mangent pas de toutes sortes de viandes, ils choisissent
les animaux terrestres qu'ils veulent manger, les tuent
eux-memes et les accommodent; mais ce choix des viandes
et leur delicatesse A ne se servir que de celles qu'ils ont
accommodees eux-m&mes, est un usage parmi les Maho-
m6tans. D'ailleurs ils boivent tous de l'eau de vie et m6me
des liqueurs et du vin, ce qui ne convient point aux Ma-
hometans rigides. (2).
< Ils parent le pur arabe, prient Dieu plusieurs fois le
jour, ils n'ont ni f6tiches, ni gris gris, et ne se lavent point
avant de faire leur priire. Ils lisent et 6crivent fort bien
Sleur langue.

(x) Paquets de cauris, coquillages-monnaie.
(2) Ces marchands etaient incontestablement musulmans. L'usage des li-
queurs alcooliques ne saurait le faire mettre en doute. Comme on le verra
plus loin, I'islam noir permet de nombreuses tolerances A ses fiddles. Disons,
comme le Chevalier Des Marchais, que ce ne sont point des a Mahomdtans
'rigides ,.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


< On a remarqu6 a Juda et a Jaquin, qu'ils t6moignent
plus d'amitib et plus d'inclination pour les Franqois, que
pour les autres Europ6ens qu'ils voyent dans ces villes. Cela
auroit d6 inviter ies Directeurs de notre commerce A en-
voyer quelqu'uns de leurs commis avec eux, afin de me-
nager un 6tablissement'de commerce avec eux, quine peut
&tre que tres-avantageux a la Compagnie. 11 faudroit pour
reussir danscette entreprise, que celui ou ceux qu'on enver-
roit A cette d6couverte, squssent la langue arabe, qu'ils
scussent prendre les hauteurs et mesurer la distance des
lieux o6 ils passeroient, et sur tout que ce fussent des gens
sages, de bonnes mceurs, d'une sante forte et vigoureuse,
et que l'esp6rance d'une recompense, proportionn6e A la
grandeur du travail et aux risques qu'il y a dans un si
long voiage, les excitAt A l'entreprendre et A faire avec la der-
niere -exactitude toutes les remarques necessaires pourcon-
nottre le pa'is des Malais, et, s'il se pouvoit, de leurs voisins.
< Le Chevalier des M... a de bonnes raisons pour croire
que ces peuples sont voisins de la Mer Rouge, ou des c6tes
orientales d'Afrique; et il m'a assure plusieurs fois, que s'il
eut pi quitter le vaisseau qu'il commandoit, il auroit
accompagn6 ces marchands Malais dans leur voyage. >
Les populations Houeda habitaient surtout les rives des
lagunes et du lac Ah6mi, o6 elles se livraient A la fois aux
cultures et a la piche. C'est IA qu'on retrouve aujourd'hui
leurs descendants les plus purs,
A l'6poque de la conquete dahomeenne, certain de ces
indigenes furent d6poss6d6s de leurs biens par les vain-
queurs. D'autres au contraire surent s'attirer la confiance
des rois d'Abomey, acheterent des esclaves et les placerent
sur les terrains qu'ils occupaient primitivement. Ils devin-
rent ainsi un des 616ments les plus riches et les plus in-
fluents de la contree. Aujourd'hui encore ces autochtones,
tres fiers de s'appeler Houedanou, forment la base respec-
tive des principles families de Ouidah. Generalement hon-












ETUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


n6tes et demeures attaches a leur sol, les Houeda consti-
tuent un groupement fort interessant. II n'a et6 nullement
p6n6tr6 par l'islam, bien que, depuis trois quarts de siecle,
des commerqants nago et haoussa fussent 6tablis, comme
on le verra, dans son sein. II s'ouvre en revanche, avecune
facility, qui ne fera que croitre, a l'influence des missions
chritiennes.

4. Kpla. Les Kpla sont avec les Fon, les Mahi, et les
Houeda un des rameaux de la race ihou. Ils couvraient
jadis le cordon littoral du bas Dahomey, de la frontiere du
Togo A la lagune de Lagos. Is avaient fond6 le royaume
de Djaquin, don't la capital, Offra, est a peu pres impos-
sible a retrouver aujourd'hui, ayant vraisemblablement 6t6
enfouie dans le d6placement des lagunes, mais qui devait
se trouver non loin d'Abomey-Calavi.
Le royaume de Diaquin, ou de Djaquin (ou Jaquin),
comme disaient nos pares, eut une histoire florissante au
xvn siecle. II disparutcommecelui des Houeda de'Juda, lors
de la conqu&te dahom6enne d'Abomey (1725). Les habi-
tants se sont fondus parmi les envahisseurs, sauf un cer-
tain nombre, qui se trouvaient ou qui se r6fugierent sur
les bords du lac Ahi6m et qui furent les ancetres des Kpla
actuels, dans le cercle du Mono.
Ils n'avaient pas &t6 touches par l'islam au temps de leur
ind6pendance, et ils ne le furent pas davantage par la suite,
sous la domination dahomeenne, encore que; dans les
deux cas, ils aient vu passer chez eux les captifs musul-
mans du Nord qui allaient s'embarquer h Ouidah pour le
Bresil ou les Antilles.

(1) La conquete dahomdenne (Abomey) de Ouidah, entire 1720 et 1730, a eu
en eflet pour resultat de supprimer completement les relations directed des
commerqants << Mald avec la mer. Ddsormais les musulmans des pays
Haoussa durent s'arr&ter au Nord et au Nord-Est du royaume d'Abomey,
et passer par l'intermediaire des gens d'Abomey pour leur traffic avec la
c8te. Ce n'est que vers 1840 qu'ils commencent A reapparattre sur la plage.












REVUE DU MONDE MUSULMAN


Depuis notre occupation, le proselytisme des marabouts
ne les a pas encore atteints.
En r6sum6, la race 6hou6 occupe avec ses divers peuples,
partiellement ou totalement suivant les lieux, tout le bas
Dahomey, c'est-a-dire tous les cercles c6tiers (Porto-Novo,
Cotonou, Ouidah, Mono), plus les cercles d'Allada, d'Abo-
mey et de Zagnanado, et une parties des cercles de Save et de
Savalou. Elle y comprend les peuples Fon (Alladiens, Daho-
meens, Fon de Porto-Novo), Adja, Mahi, Hou6daet Kpla.
Ils ont toutefois 6te p6n&tr6s par les Nago sur la frontiere
orientale, et par les Agaia ou Mina sur la frontiere occiden-
tale.

5. Again (Mina). Les Mina, assez r6cemment im-
migres de Gold Coast, s'apparentent a une race ind6ter-
min6e, qui a 6t6 chasse par les invasions achanti vers
la mer, le long de laquelle ils se sont effiloch6s vers
1'est, jusqu'a Cotonou, comme les Apolloniens (Zema) le
faisaient vers l'ouest. Ils se nomment eux-memes Again. Le
nom de Mina qu'on leur donne generalement est d'origine
portugaise. Il tire sans doute son origine d'Elmina (Gold
Coast), oi on les retrouve. On leur donne aussi et bien a
tort, celui de Popo, qui est le nom de deux localit6s c6-
tibres; Petit Popo ou An6cho; (Togo) et Grand Popo ou
Kpla (Dahomey), oui ils ne sont d'ailleurs qu'une minority.
Ce nom vient des navigateurs portugais : ce fut celui d'un
chef Adja du Mono.
A l'interieur, les Again ou Mina se livrent a la culture
agricole, mais sans grand effort. Sur la c6te, ils sont gen6-
ralement passeurs de barre, piroguiers et pagayeurs. Ils
rendent ici a la navigation les services, qu'en d'autres
lieux rendent les Kroumen.
Les Mina, surtout ceux de la c6te; An&che, Agou6, Grand
Popo, ont 6t6 p6n6tres par l'influence des missions chr&-
tiennes, catholiques et protestantes; frangaises, anglaises et


120











ETUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


allemandes. Ils 6voluent tous vers le christianisme, et ne
se laissent nullement entamer par l'islam. Les jeunes gens
instruits essaiment comme fonctionnaires et commercants
dans tout le bas-Dahomey.

6. Nago. L'Est et le nord-Est du bas Dahomey sont
peupl6s de groupements et de sous-groupements du grand
people Yorouba de la Nigeria. On les frouve au sortir
meme de Cotonou et de Porto-Novo; ils s'6chelonnent le'
long de la frontiere de la Nig6ria par Sak&t, Pob6, la bor-
dure orientale du cercle de Zagnanado, et enfin dans les
-cercles de Save et de Savalou (moyen Dahomey), oa ils
.s'6panouissent.
On trouve meme quelques-unes de leurs points dans le
Sud du cercle de Djougou, soit autour de Bassila, soit a
Aledjo. Dans ces regions du Nord, on les appelle << Tchab6 >,
du nom de la tribu locale. Le nom de Nago est d'ailleurs
d'origine dahom6enne et signifie < les court-vetus >. Eux-
memes ont gard6 celui de Yorouba.
A part quelques centaines de Haoussa commerqants, ce
sont les Nago qui fournissent tout l'6elment musulman du
bas et du moyen Dahomeen, soit chez eux, soit dans les
*cerclet oh ils ont immigr6. De l'autre c6t6 de la fron-
tiere anglaise, les Yorouba, puissants et nombreux, peu-
plentla region d'Abeokouta. C'est de la queviennent ceux du
Dahomey.
Les Nago sont des agriculteurs avises, qui mettent en
valeur par des cultures intensive, soit constantes, soit
couples de jacheres tous les territoires qu'ils occupent, de
la < banlieue > de Porto-Novo a Carnot-Ville. Ce sont aussi
,des commerqants habiles, rapaces, et pas toujours tris scru-
puleux. On les considere un peu dans le bas Dahomey
comme les dioulas du pays.
SLes Nago ont des coutumes qui different sensiblement
de ce qu'on voit dans les autres soci6ets noires; leur soci&6t











REVUE DU MONDE MUSULMAN


se distingue par l'l6asticit6 du bien familial, par la liberty
conjugale de la femme, par l'ind6pendance pr6maturee et
l'6mancipation pr&coce des enfants, par l'insoumission
chronique aux chefs traditionnels, en un mot par une sorte
d'anarchie social, qui ne se retrouve que dans les popula-
tions sylvestres.
Les Nago ont 6t& p6netris pacifiquement ; ils sont donc,
comme tous les peuples qui se trouvent dans le meme cas
en A. O. F., d'une administration extrimement difficile.
I1 est manifeste que la dure leqon militaire du debut leur
a fait defaut. Les operations de police, qu'on est oblige de
renouveler de temps en temps chez eux (Holli, Kktou), ne
valent pas le droit et. le fait d'une conquite bien 6tablie.
De plus, l'absence ou la faiblesse des cadres politiques et
sociaux rend fort p6nible le contact administratif. On ne
saurait croire combien dans ce domaine une bonne suc-
cession facility les choses. On a pu le dire pour le Dahomey
proprement dit. II y avait l, A Abomey, une dynastie forte
et respectee. Une organisation politique, serieuse et fort
bien comprise, avait discipline les populations. Nous avons
eu qu'g nous substituer au Gouvernement central, gardant
pricieusement toute l'armature, et laissent en place les chefs
locaux. Les populations, continuant A avoir affaire A leurs
chefs traditionnels, sont restees dans le cadre seculaire de
leurs'disciplines. Un ordre parfait regne dans le royaume
d'Abomey, et I'avance de l'islam en est retard6e ind6fini-
ment. Il n'y a pas de place a prendre ici.
F6tichistes encore en totality, il y a un demi-sikcle,
les Nago ont &et le champ d'action des missions catholi-
ques et protestantes du Dahomey et de la Nigeria. Aussi
un grand nombre d'entre eux se sont-ils convertis au chris-
tianisme. Les neo-catholiques demeurent surtout au
Dahomey, et les neo-protestants en Nigeria. L'islam a
6galement b6n6fici6 de ce movement de transformation
spirituelle, qui d'ailleurs avait commence a son profit,











iTUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


bien anterieurement, par effort ou plut6t par l'exemple des
marabouts. On compete actuellement sur les Ioo.ooo Nago
du Dahomey, pres de io.ooo catholiques, 2.500 protestants,
25.000 musulmans et 62.000 f6tichistes.
Tres travaill6s par les missions protestantes anglaises de
Nig6ria, les Yorouba des villes ont considerablement 'vo-
lu6 depuis un quart de siecle. A c6ti de la mission-mere
qui est wesl6yenne m6thodiste, il s'est fond6 une 6glise
dissidente qui est purement noire avec rituel anglican et
pratiques mormonnes (polygamie). Ces convertis ont adopted
a leur langue le system des caracteres latins, et voici que
par l'effort des pasteurs, avocats et commerqants de cette
race intelligence, on volt surgir en Nigeria toute une litt&-
rature yorouba. Les imprimeries du Lagos mettent a jour
des brochures religieuses, historiques, ethniques ; elles
d6bordent chez les Nago du Dahomey, et y font i'objet de
commentaires ardents. C'est le pendant de ce qui se passe
chez les Haoussa pour les caracteres arabes.

7. Haoussa. Les Haoussa, dits ici Gambari, sont ori-
ginaires de la Nigeria. Etablis depuis un nombre variable
de g6ndrations, ils ont fini par se fixer dans les grandes
villes de la, c6te : Porto-Noyo, Cotonou-Ouidah, Grand-
Popo, et m&me de l'interieur : Abomey, Allada, ouf les atta-
chaient leurs int&erts, surtout commerciaux, mais ils con-
tinuent A former de petites colonies, toutes musulmanes,
et tres fermees, partant tres independantes vis-a-vis des
pouvoirs locaux, qui sont fetichistes.
Jadis, 6videmment, leur mppris ou leur insolence res-
taient dissimul6s : le bourreau local aurait eu vite fait d'y
mettre bon ordre. Aujourd'hui ces 616ments strangers cons-
tituent souvent des fauteurs d'indiscipline, et il est fAcheux
de constater que les autochtones nago, qui se convertissent
A l'islam, se croient tenus de les suivre dans cette voie, et
naturellement de les d6passer. Un clan musulman, celui












REVUE DU MONDE MUSULMAN


qui 6tait jadis dirig6 par Bakari, chapelain musulman du
roi Toffa, et que command aujourd'hui S6riki Djiffa, est
rest toutefois fiddle A sa tradition ded6vouement et d'ob6is-
sance A l'autoriti locale, A Porto-Novo.
Ces Gambari, ne d6passent pas le chiffre de 2.000 ; ils
s'adonnent uniquement au commerce et ne possedent pas
de terre; on signal pourtant, depuis quelques annees, une
certain tendance, chez nombre d'entre eux, A devenir
propri6taires urbains. Leur costume differe sensiblement
de celui des autochtones. Ils ont import les large chemises
et amples boubous de leurpays haoussa (Northern Nig6ria),
et ce costume national est devenu en quelque sorte le vkte-
ment classique des musulmans, quelle que soit leur ori-
gine. Ils mettent des chaussures et arborent des parapluies,
pr6tentions qui sont entrees dans les mceurs aujourd'hui,
mais qui jadis auraient donn6 lieu a une se&vre repression
de la part du roi et des grands dignitaires de la couronne,
qui seuls avaient droit A ces insignes aristocratiques.

8. Crdoles. On rencontre dans les grandes villes c6-
tieres : Porto-Novo, Cotonou, Ouidah, Godomey, Grand-
Popo, Agou&, et m&me a Allada et A Abomey un e61ment
social,tris 6volu6, relativement a la masse indigene et qu'on
appelle g6naralement < creoles portugais > ou plus exacte-
tement << croles br6siliens >.
II faut entendre ici << croles ;> dans le sens o il est pris
g6neralement sur la c6te d'Afrique, c'est-A-dire metis ou
mulAtres, n6s dans le pays, et non dans son acception
propre.
De ces < cr6oles > une parties seulement m6rite ce titre:
ce sont des families d'origine brasilo-portugaise, don't les
ancetres sont venus s'6tablir, au course des trois derniers
siecles, sur les c6tes du golfe du B6nin, et qui ont fait
souche ici, en s'alliant A des femmes indigenes. Au sang
indien que certain avaient deja dans les veines est venu











ETUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


s'ajouter a profusion le sang noir, de sorte qu'il faut sou-
vent de la bonne volont6 pour voir, a 1'ceil nu, que ces
creoles ont eu des ascendants europ6ens.
Ils portent au surplus les plus grands noms de I'aristo-
cratie portugaise : d'Almeida, Albuquerque, da Costa, da
Souza, da Silva, Oliveira, Campos, Sacramento, et en con-
coivent une vanity exageree, encore que les attaches de
beaucoup d'entre eux avec ces grandes families lusitaniennes
n'aient Wte incontestablement, a l'origine, que des liens
de servility.
La deuxieme categorie de << crroles > ne merite A aucun
titre ce nom. Ce sont les descendants d'ancienscaptifs noirs
transports par les n6griers en Amerique, surtout au Br6sil,
au debut du xIxe siecle, et qui, librd6s par rachat indivi-
duels ou par les traits internationaux et les revolutions
locales, ont pu regagner la c6te d'Afrique. Leur ancienne
servitude n'a pas abaiss6 leur condition actuel, car c'&taient
la plupart du temps des gens libres ou meme des nobles
et des princes qui, faits prisonniers a la guerre ou dans
des razzias par les rois d'Abomey, 6taient vendus par leurs
reprBsentants de Ouidah aux negriers europkens. Au sur-
plus, ce genre de captivity chez les blancs n'avait pas le
caractere d6shonorant que l'etat de servitude entraine chez
les noirs.
Si la premiere cat6gorid des creoles est tout entire catho-
lique, la second au contraire a fourni beaucoup de musul-
mans A la C6te des Esclaves. En effet, nombredes premiers
ascendants etaient des Yorouba ou des Haoussa, d'origine
nettement musulmane. Ce n'est pas le bapt&me sommaire
et contraint, que les Padres br6siliens leur donn&rent avec
une deplorable facility, qui put leur fire abandonner la
religion de leurs peres, au moins pour les plus ag6s d'entre
eux.
DNjA, en 1866, ils disaient A l'abb6 Pierre Bouche, mis-
sionnaire : <











REVUE DU MONDE AIUSULLMAN


au pouvoir de mon maitre: mon mattre voulut que je fusse
baptism ; je me laissai faire. > Revenus chez eux et au con-
tact d'autres musulmans de leur race, ils sont rentres
naturellement dans le giron de l'islam. On ne saurait les
traiter de renigats catholiques. Les Peres des Missions
Africaines en conviennent eux-memes. Plusieurs d'ailleurs
reviennent, mais, h bon escient cette fois, au catholicisme,
sans doute par le desir secret de se rapprocher de la civi-
lisation europ6enne, que representent les creoles catho-
liques. C'est pourquoi 1'on voit dans une meme famille des
branches catholiques et des branches musulmanes. Et a
l'intrieur d'une m&me famille, on consLate que sans rai-
son apparent, lesenfants evoluent tantdt vers l'une, tant6t
vers l'autre de ces religions.
Voici les noms des principles families < creoles > mu-
sulmanes. Ce n'est qu'exceptionnellement que celles-lhont
du sang blanc dans les veines. Ellesontsimplement garden
les noms des families, auxquelles elles 6taient incorpories.
Elles continent d'ailleurs a vivre d'une vie a moitie euro-
pe'nne.
Famille Paraiso;
Marcos ;
Adrian Da Gloria;
E-mmanuel;
Lopez ;,
--- Do Regg Laureano;
.-- Da j.lya;
Pereira Franpisco Ignacio;
Fra~ci.sco Antonjo ;
Cols ;
Mqreira;
Manuel Daouda.

Ces cr6oles des deux categories, don't plusieurs, comme
conseillers des rois du Dahomey, nous ont fait jadis une











ETUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


vive opposition, sont aujourd'hui tres devou6s a l'autorit6
francaise, qui les emploient dans administration ou le
commerce. Plusieurs ont fait des fortunes considerables.
Les creoles musulmans en particulier repr6sentent l'l66-
ment discipline de la communaute musulmane du bas-
Dahomey, par opposition aux Gambari-Haoussa, et surtout
aux Nago, qui affectent de mepriser l'autorite locale, parce
qu'elle est f6tichiste.
Quelques Nago, Haoussa et S6n6galaistendent Ase rap-
procher, a Porto-Novo, des creoles musulmans. Ils for-
ment h eux tous une petite soci6et relativement Bvolude, et
qui se fait de l'islam une conception moderne, tout h fait
curieuse, que le reste de la communaut6, fiddle hila tradi-
tion et aux conceptions noires, repousse obstin6men t.



II. Croyances et rites fdtichistes.

Le bas-Dahomey est, aux yeux de l'Islam, la terre de
< l'infidelit >> par excellence. Le fetichisme, au sens propre
du mot I'idolatrie, y fleurit partout. 11 n'entre pas 6videm-
ment dans le cadre de cet ouvrage de d6crire le f6tichisme
dahomeen. II n'est pas inutile toutefois d'en tracer les prin-
cipales lignes, autant pour faire connaltre le milieu, ofr
vivent p6niblement les petites communautes musulmanes
locales, que pour comprendre les obstacles presque invin-
cibles que I'islam trouve ici A son d6sir d'extension.
11 imported tout d'abord de poser un principle, qui n'a pas
suffisamment ete d&gag6 jusqu'A present. C'est que ce feti-
chisme, tant des Fon que des Yorouba, est essentiellement
monoth6iste et comporte dans sonprincipe une dose incon-
testable de spiritualisme. Un seul Dieu: Mahou, en fongb ;
El6mi en yorouba. Entre le cr6ateur et les creatures, une
multitude de genies (f6tiches, du portugais feitiqao) aux-











REVUE DU MONDE MUSULMAN


quels, d'apres la tradition, la race noire plus specialement,
a &et confide et don't I'intervention regit tous les actes de
l'existence. En principle done, et certainement aux yeux
des pretres f6ticheurs et des sages de la nation, les figu-
rations plastiques ne sont que des images de ces 6tres sur-
humains.
Le f6tiche (Vodoun en fongb,, Oricha en yorouba), n'est
plus ici, comme generalement dans l'Afrique noire, un
objet quelconque, debris informed de n'importe quel corps,
animal, veg6tal ou mineral. Le fetiche est g6neralement,
dans le bas-Dahomey, une representation scupturale, A forme
humaine ou animal, quelquefoisun animal mime; etbien
entendu pour la foule, ce culte des f6tiches va la plupart du
temps jusqu'a l'anthropolAtrie ; et les adorations et hom-
mages semblent bien s'adresser alors A ces affreuses statues
de bois, A ces horribles et informes magots de terre de
barre, oi des coquilles d'oeufs remplacent les yeux, oi les
traits et les membres sont dessin6s en lignes grimacantes,
ou obscenes. Bien rares sont les figurations, o0 I'art et l'hu-
manit6 reprennent quelques droits. Et encore semble-t-il
qu'on puisse avancer hardiment que cette quasi-regularit6,
qu'on trouve parfois dans certain traits du visage ou dans
certaines lignes du corps, est sans aucun doute un eflet de
l'influence europ6enne, qui se fait sentir sur les c6tes du
golfe de Benin depuis plusieurs si6cles.
Tous ces f6tiches ne paraissent pas' 6tre la representation
de la divinity, mais simplement la divinisation des forces
naturelles. Les Dahomeens du sud : Fon, Houeda, Mina,
etc., font tres bien la difference, et reconnaissent en Mahou,
l'ftre supreme, cr6ateur et r6gulateur de l'univers. Mais
Mahou se d6sint6resse de sa creation, et ce sont les Vodoun
qui pratiquement interviennent dans la marchedes affaires
humaines ou naturelles. C'est done A eux que doivent
s'adresser les hommages.
Les f6tiches comprennent notamment : o To-Vodoun,












iTUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


esprits des lieux, habitent les pierres, les buissons, les
arbres, c'est le < genius loci ; 20Ako-Vodoun, esprits pro-
tecteurs des families; 3o Honnou-Vodoun, genies protec-
teurs des groups sociaux ou politiques, etc.
La couleuvre est 1'objet d'une v6neration ge6nrale dans
tout le bas Dahomey. De la region c6tiere, elle est monte
i Allada et h Abomey. Il ne s'agit d'ailleurs que du python,
appel vulgairement boa, espece inoffensive. C'est le bon
serpent, le .
La croyance a l'existence post-mortelle est ici univer-
selle. L'homme revit apres la mort, dans un monde voisin
et bien entendu mal d6fini, avec les memes besoins et les
m6mes plaisirs. Cette croyance qui ne se rapproche qu'a
demi de celle de l'islam, a engendr&, dans la pratique, des
conclusions bien diffirentes, au point de vue du culte des
morts. On les verra plus loin. Le type le plus curieux de
cette divinisation est celui de Kpate, a Ouidah, qui par ses
signaux de paix attira a terre les premiers navigateurs eu-
ropeens.
Le f6tiche du tonnerre. < Hebiosso > ou << Chango ,, est
fort redout6, partant tres honor. Les manifestations de sa
colere sont les indices certain de la condemnation divine.
Aussi la mort par la foudre est-elle une preuve de culpabi-
lit6 et d'infamie.
Hou, I'Ocean, ou plus exactement la barre, I'6ternelle et
dangereuse barre de la c6te d'Afrique, est un f6tiche fort en
honneur chez les populations maritimes.
Sakpata, la variole, est honoree.partout. Elle a ses autels
dans les carrefours.
Le f6tiche < Logba > est la personnification de I'espritdu
sol et du lieu. C'est le protecteur du terroir, du foyer, etc.
Les missionnaires ont jadis contribute h le faire prendre
pour le diable a cause de ses comes et de son volumineux
genitoire. II n'en est rien. Le ,< logba >, si courant au
Dahomey et v6ener meme des musulmans, resemble a s'y











REVUE DU MONDE MUSULMAN


miprendre, aux dieux lares des remains, a leurs penates
familiales et locales.
Dans la region d'Oiiidah, on honore aussi le dieu du feu:
Zo. Ni Zo, ni meme les emblbmes, oh il.est contenu ou qui
le repr6sente, ne doivent jamais sortir de la case sacree, oh
ils sont enfermes. Le grand feticheur du feu, le < Zonon >
y veille attentivement. 11 est vrai que dans certaines cir-
constances exceptionnelles, le Zo est sorti, et alors de toutes
parts les incendies ont 6clates dans la region. Mais l'Admi-
nistration franqaise n'a pas admis cette justice secrete, et le
Zonon, incontestablement coupable, a 6t& puni. En 1912
encore, le Zonon de Ouidah etait interned pour une duree de
5 ans hors du Dahomey.
II imported, en effet, de veiller a ce que les divers prktres et
feticheurs, pour prouver la force de leur Dieu, ne se livrent
pas sur le public h de dangereuses experiences.



Le f6tichisme dahomeen comporte des rites sacres, don't le
sacrifice human format jadis la base universelle.
Bouche a decrit tout au long ces affreuses holocaustes,
qui accompagnaient les d6ecs des rois ou des grands chefs,
et ou les totes tombaient par centaines. II important, en effet,
que le roi ne partit pas seul pour l'autre monde. Certains
animaux d'ailleurs : singes, biches, vautours, lies aux vic-
times et bAillonnees comme elles, les accompagnaient dans
leur triste sort. Les mulAtres et creoles portugais eux-
m&mes en 6taient a suivre l'exemple et offraient au prince
leur don personnel, victims qu'il joignait aussit6t aux
autres. Une parties des femmes du detunt le suivait aussi
dans la tombe, en s'empoisonnant a l'issue des funerailles.
On les y aidait d'ailleurs, quand elles temoignaient de
quelque mauvaise volont&.
Le meme c6r6monial 6tait suivi pour les simples notables











ETUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


ou chefs de famille ; les sacrifices 6tant r6duits a un ou
deux captifs.
Aujourd'hui, c'est sur les animaux domestiques: chevres,
cabris, chiens, poulets, qu'a dBvi6 cette tendance a la com-
munion mystique avec l'au-deli ; et toute fete religieuse,
tout d6ces de quelque importance provoque une h4catombe
de victims sacrificielles.
A l'Est, chez les Nago de Pob6 et de Zagnanado, on pra-
tique, au course des tam-tams fetiches de nuit, des orgies
sans nom. On d6terre les cadavres des < victims du f6
tiche >, on les souille, on les fait cuire, etenfin on les mange
avant le lever du soleil. L'interdiction de continue ces hi-
deuses coutumes a et& pour beaucoup dans l'hostilit6 sour-
noise et souvent meurtriere, que nous ont temoignee ces
populations, d6s le d6but, et dans la r6volte qui les agita
en 1915-1916, et qui amena une repression fort p6nible..
(Holli-K6tou.)
Le couleuvre est aussi l'objet de rites sacres qu'il serait
trop long d'exposer ici et, qu'au surplus, on trouvera decrit
dans l'abb6 Pierre Bouche, encore que cet ouvrage excel-
lent soit incompletement document sur le fetichisme. On
retiendra que cette couleuvre jouit un peu partout de la
m&me liberty& qu'un animal domestique, qu'elle se glisse
dans les cases, les rues et les champs, sans qu'on puisselui
faire le moindre mal et qu'elle reqoit les hommages et les
offrandes des visiteurs. Certaines de cescouleuvres, specia-
lement f&tiches, vivent et sont entretenues dans des cases
sacrees par des feticheuses sp&ciales, sortes de vestales at-
tach6es A leur service. II en est ainsi par example a Grand-
Popo et a Ouidah.
Le feu est dans les memes conditions l'objet d'un culte
special dans les regions de Ouidah, d'Allada, et m6me par-
tiellement d'Abomey et Zagnanado.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


Des sortes de a rogations processions de f6ticheuses
pour demander la pluie ou le soleil, pour conjurer les effects
d'une 6pid6mie, d'une 6pizootie, des maladies agricoles, de
la foudre, etc., sont tres en honneur chez ces populations-
Elles se rapprochent- assez de celles que font les musul-
mans voisins. Mais chez les fetichistes la mise en scene est
beaucoup plus th6Atrale: les rythmes, la cadence, les g6nu-
flexions se milent aux chants et meme A des tintements de
clochettes.
Les f6tes saisonnieres sont I'objet de ceremonies sp&cia-
les oi la magie, et meme chez les Yorouba et les Mina, le
libertinage entremelent leurs rites. Les f6ticheuses, sortes
de bacchantes en furie, et en folie, y jouent le principal
r6le par leurs danses echevelees, leurs processions et le
reste. Ce sont surtout chez les Mina (Ouidah, Agoui), que
cespratiques sont en honneur, sous les yeux attristes des
marabouts strangers, mais avec la participation secrete de
nombre de neo-musulmans, plus fiddles a leurs traditions
qu'a leurs nouvelles croyances.
La commemoration des d6funts, issue de la croyance A
l'existence post mortem, resemble fort ici au culte des
morts, en usage dans l'antiquit6 classique, ou encore en
Chine A l'heure actuelle. Les ancetres sont devenus, dans
l'esprit de la foule, les fetiches protecteurs de la famille.
Leurs crAnes sont rassembl6es dans une petite chapelle
mortuaire, don't le chef de famille a 1'entretien. II leur fait
des offrandes, balaie le sol devant eux, prie et sonne de la
clochette A leurs pieds. Une fete annuelle, fort solennelle,
rassemble tous les membres de la famille autourde ces ves-
tiges des ancetres et par des sacrifices divers, on affirme la
solidarity des temps et des g6n&rations. Nous sommes loin
de l'islam classique. Aujourd'hui, bien entendu, les sacri-











iTUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


fices humans ont disparu des fetes familiales, comme des
fetes de villages ou des fetes de groupements de villages, de
cantons, ou meme d'lttats.
Tous ces f6tiches, nationaux ou particuliers, collectifs,
familiaux ou individuals, sont toujours l'objet d'une meme
v6neration. Les rejouissances publiques ou priv6es, les of-
frandes, les danses, les tam-tams, les festins, beuveries et
orgies rassemblent en des fetes tres courues, les hommages
de'foules souvent consid6rables. Pour le reste, chacun en-
tretient sa devotion par des pratiques personnelles, et qui
varient fort, suivant le temperament r6aliste ou mystique de
l'individu; suivant son education, et souvent aussi, sui-
vant ses fr6quentations d'indigenes christianises ou isla-
mis6s.
Les fetiches officials ou de groupements ont leurs mi-
nistres respectifs, qu'il faut au moins signaler d'un mot :
les f&ticheurs et f6ticheuses (Vodounou). Pretres du fetiche,
ils vivent a l'6cart de la foule, forment une soci6et sp6ciale,
se reproduisent par l'endogamie, et utilisent une langue
conventionnelle et secrete. Ils sont souvent unis par les
liens d'associations, soit secretes, sont a demi-patentes, telles
que les colleges de feticheurs ou f6ticheuses, attaches A un
temple. Ils ne forment pas une society completement
fermee, puisque certain enfants strangers, soit ravis par
eux, soit offers par les parents, soit incorpores parfois dans
leurs rangs, apres une education appropriee dans des sortes
de s6minaires. A leurs qualities et fonctions sacerdotales, ils
joignent, la plupart dutemps, encore qu'ils s'en d6fendent,
soit celles de sorciers ou magiciens (Bokonou), au sens of
on l'entend d'ordinaire dans les soci&tes noires, c'est-h-dire
d'agents de mal et de desordre, soit celles de contre-sorciers,
medecins de sorciers, maitres-mires, devins, c'est-A-dire
d'agents de bien et de gu6risons. En some, ils sont les
agentsdes communications surhumaines entire les creatures
et les g6nies (f6tiches).











REVUE DU MONDE MUSULMAN


Le f6tiche joue un r61e important dans la vie judiciaire
des indigenes. C'est a lui qu'on a recours 'chaque fois que
la procedure est infructueuse, et souvent avant toute pro-
c6dure. C'est lui qui est 1'agent ordinaire des ordalies: poi-
sons d'6preuves, boissons diverse, immersions dans la la-
gune, etc. ; qui les ordonne et qui les interprete. C'est lui,
qui, par son intermediaire, le feticheur, indique I'auteur du
d6lit inconnu, de l'accident fAcheux, de la maladie incom-
prehensible. C'est encore lui qui fait proc6der Ala condam-
nation et l'execution des victims. 11 est vrai que, sousle
regime franqais, ces meurtres, A la fois judiciaires et rituels
deviennent de plus en plus rares et que ce sont maintenant
les animaux domestiques qui font les frais de ces expia-
tions.
En tout cas, il est hors de doute que le f6tiche, meme
r6duit a un r6le plus modest, est encore aujourd'hui, sauf
exception, un auxiliaire de la justice, etun agent de l'ordre
public.


La distance qui spare ici le f6tichisme de l'islam est
incommensurable, et c'est sans doute la raison pour la-
quelle la religion du prophite a si peu progress& dans le
bas Dahomey. Ces peuples animistes, vigoureusement cons-
titues par une armature tres solide de croyances, de tradi-
tions et de droit coutumier, fortement encadres par des
dynasties et des chefs h6reditaires, solidement d6fendus par
des socii6ts de f6ticheurs et f6ticheuses, qui font la plus
vive opposition A l'islam, comme d'ailleurs A nos institu-
tions franCaises, ces peuples, dis-je, ne sont pas mOrs en-
core pour la conversion islamique.
Sous ce revetement de croyances et de rites f6tichistes,












ITUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


le sentiment que beaucoup d'entre eux ont de Mahou,
< la divinity par excellence, l'ltre supreme >, pourra-t-il
un jour se purifier et se rapprocher de la notion unitaire
d'Allah ? Les missionnaires europeens, qui sont mieux places
que quiconque pour analyser les croyances f6t6chistes,
assurent avoir < d6couvert- sous l'exterieur grossier et
repoussant du f6tichisme, un enchainement de doctrines,
tout un system religieux, oi le spiritualisme tient la plus
grande place. < Dans ce cas, la distance qui spare ces
animistes noirs des religions islamique ou chr6tienne se-
rait moins grande qu'elle ne parait, mais il n'en reste pas
moins que le culte si profound, si invet6ri des fetiches sera
toujours un obstacle extremement serieux a toute conver-
sion. Et si la rigueur, certaines adaptations sont possibles
dans les confessions chr6tiennes, ii n'en va pas de meme
pour l'islam. Pour celui-ci, rebelle A toute figuration
humaine de la divinity, et de son cortege d'anges, de bien-
heureux, ou de saints, cet obstacle devient quasi-infran-
chissable.





















CHAPITRE II
8


La communaut6 islamique.




I. PHYSIONOMIE DE L'ISLAM.


L'islam bas dahomben est, au point de vuc mystique,
une derivation des confreries de la Nigeria. C'est par Lagos
que I'islam et son inseparable compagne, la << voie > ou
confr6rie, s'est introduite sur la c6te des Esclaves. Mais,
derriere Lagos, on retrouve les Zaouia d'Abeo-Kouta,
d'Ibadan et surtout d'llorin (616ment Yorouba) et de Kano
et de Sokoto (616ment Haoussa).
En derniere analyse les deux seules voies, suivies ici, et
qui sont les voies Qadria et Tidiania, ont pris naissance,
au moins dans leur forme noire, en territoire franqais. Les
Qadria d6rivant tous des pontifes de l'empire poullo
d'Othman dan Fodio, a Sokoto (fin du xvine siecle et debut
du xixe siecle). Or celui-ci emanait des royaumes peul du
Macina, fils spirituels des grands Kounta de Tombouctou.
Quant aux Tidiania, ils sont d'une poque beaucoup plus
r¢e. 11 ne semble pas que cet ouird ait et6 connu jusqu't
la fin du xixo sicle, date oi apparaissent les dernieres
bandes d'Ahmadou, fils d'al-hadj Omar, qui, chassees de
S6gou et de Bandiagara, viennentechouer en Northern Ni-







































PL. 11, a. PORTo-Novo: Mosquie du quarter Zebou (Alfa Saroukou).


PL. II, b. PORTo-Novo : Mosqude du quarter Hassou-Kome (imam Laouani).











ETUDES SUR L'ISLAM AU DAHOMEY


,geria. Elles y laisserent, au milieu de beaucoup de troubles,
un certain nombre de moqaddem de leur ordre qui ont attri-
bu6 avec ardeur des affiliations qui tout de suite ont
fait prime.
Ces origins mystiques sont d'ailleurs parfaitement in-
connues aux marabouts du bas Dahomey et nous n'avons,
dans la pratique, qu'h retenir, comme eux, que c'est aux
Zaouia nigeriennes anglaises qu'ils se rattachent. C'est
done de ce c6t6-lh que doit se porter l'attention.
11 faut ajouter que les liens entire fils spirituels et Zaouia-
mares ne sont pas du tout rompus. De temps en temps, on
voit apparaitre des marabouts Haoussa du Nord, ou Ktapa
et Yorouba du Sud, qui, arrivant par Lagos, p6netrent h
Porto-Novo, et de lh se r&pandent par tout le pays ; ils
passent, leur bAton A la main, ardents, infatigables, inat-
tendus, disparaissant A l'improviste, rarement surprise ; ils
r6pandent partout la bonne parole, rechauffent la ferveur,
recueillent des cadeaux. Ce n'est pas la, A vrai dire, une
propaganda bien dangereuse, puisqu'elle reste dans le do-
maine spiritual, mais en. d'autres circonstances, et dirigee
par des intentions perfides, elle pourrait le devenir consi-
d6rablement.


Ces groupements musulmans de la cote sont circonscrits
aux seuls peuples Nago (Yorouba) et Haoussa. Ils ne se si-
Sgnalent pas par un pros6lytisme bien ardent. Est-ce en rai-
son de leur ignorance religieuse ? de leur foi, bien minime
souvent ? des dissensions intestines qui les travaillent ?
Pour toutes ces raisons sans doute. En tout cas, les con-
versions des f6tichistes, soit Dahomeens, soit Houeda, Popo,
Kpla, etc., n'apparaissent pas encore. Tout au plus pourrait-
on signaler deux ou trois families fon de Porto-Novo,
don't les chefs commencent a faire la priere, derriere les
marabouts Nago ou Haoussa.











REVUE DU MONDE MUSULMAN


La reaction du f6tichisme est extremement faible. Un chef
f6ticheur du Holli K6tou (nago), a qui je le faisais remar
quer, ne crut pouvoir me faire une meilleure reponse qu'en
m'apportant un masque Yorouba, representant une figure
de < Mal6 > ou musulman, sur le front de qui s'est noue
un serpent sacr6. Peut-&tre pensait-il que cette image, re-
presentation de la puissance superieure du f6tiche et de la
d6faite de l'islam, et consecutive sans doute A des ceremonies
secretes, suffirait h terrasser la religion envahissante et a
maintenir les croyances traditionnelles.
I1 se trompait certainement. I1 faut remarquer avec force
que les Dahom6ens sont au seuil d'une crise religieuse,
don't on sent deji les prodromes. Leur f6tichisme inconsis-
tant disparaitra au souffle des doctrines spiritualistes du
christianisme et de l'islam. Ils iront tout naturellement.
quand l'heure sonnera, et elle ne parait pas eloignee au
delh d'une g6ndration, au moins pour les milieux urbains,
h l'une ou h l'autre de ces deux religions, suivant les cir-
constances, suivant l'action des missionnaires, et suivant
notre propre politique. 11 faut souligner fortement, qu'ici
comme ailleurs, la neutrality confessionnelle de notre part
advantage consid6rablement le proselytisme islamique.



On a vu, pendant la guerre, certain groupements isla-
miques, notamment J'un de ceux de Porto-Novo, arborer
des drapeaux anglais et venir faire sur la grande place des
manifestations plus ou moins correctes, sous le couvert
d'une anglophilie d6placee, et certainement tout exterieure.
I1 ne faut pas juger d'apres les apparences.
D'une facon g6n&rale, routes ces communautis sont
anim6es d'un excellent esprit de loyalisme. Composees de
commerqants quelquefois frondeurs, mais qui, malgre tout,
sont trop intelligent pour ne pas comprendre que les pos-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs