• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Introduction
 Libreville
 Kabinda et banana
 Boma
 Matadi
 Une première au Congo
 Brazzaville
 Vue d'ensemble
 Table of Contents






Group Title: Au Congo (1898) : impressions d'un touriste
Title: Au Congo (1898)
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072663/00001
 Material Information
Title: Au Congo (1898) impressions d'un touriste
Physical Description: 299 p., 17 leaves of plates : ill., map ; 19 cm.
Language: French
Creator: Mandat-Grancey, E ( Edmond ), 1842-1911
Publisher: Plon-Nourrit
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1900
 Subjects
Subject: Description and travel -- Congo (Democratic Republic) -- 1881-1950   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: E. de Mandat-Grancey.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072663
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 07188664

Table of Contents
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Libreville
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 48a
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Kabinda et banana
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 74a
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 80a
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
    Boma
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 92a
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 96a
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 100a
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 112a
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
    Matadi
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 128a
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Une première au Congo
        Page 153
        Page 154
        Page 154a
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 164a
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 192a
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
    Brazzaville
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 208a
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 212a
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 216a
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 240a
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
    Vue d'ensemble
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 288a
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
    Table of Contents
        Page 300
        Table of Contents 2
Full Text





AU CONGO


(I-i












L'auteur et les 6diteurs d6clarent r6server leurs droits de repro-
duction et de traduction en France et dans tous les pays strangers,
y compris la Suede et la NorvBge.


Ce volume a 6t6 depos6 au minister de I'IntBrieur (section de
la librairie) en mai 1900.





DU MAME AUTEUR, A LA MAME LIBRAIRIE


Dans les montagnes Rocheuses. 30 edition. Un vol. in-18, avec
dessins de Crafty et carte sp6ciale. Prix. . .... .4 fr.
Quelques exemplaires sur paper de Hollande. Prix. 8 fr.
(Ouvrage couronng far l'Acadimie frangaise, rix Montyon.)
En visit chez l'oncle Sam. New-York et Chicago. 20 edition. Un
vol. in-i8 avec gravures. Prix. .. ...... . 4 fr.
Chez Paddy. Ouvrage accompagn6 de 12 gravures. Dessins de
L. MOULIGNIf. 4e edition. Un vol. in-i8. Prix.. .... .4 fr.
La Brbehe aux buffles. Un ranch franvais dans le Dakota.
2' edOtion. Un vol. in-iS. Dessins de R.-J. de BOISVRAY. Prix 4 fr.
Quelques exemplaires sur paper de Hollande. Prix. . 8 fr.
Souvenirs de la cte d'Afrique. Madagascar. -Saint-Barnabe.
Ouvrage orn6 de huit gravures. Illustrations de Riou. Un vol. in-i8.
Prix ... : .................. ... 4 fr.
Chez John Bull. journal d'un rural. 20 edition. Un vol. in-8S.
Prix ...... .. .. ... .. .. 3 fr. 50


PARIS. TYP, PLON-NOURRIT ET Ci, 8, RUE GARANCIERE. 1049.






Bon E. DE MANDAT-GRANCEY


AU


CONGO
(1898)


IMPRESSIONS D'UN TOURIST


OrnS de gravures d'aprbs des photographies
ET D'UNE CARTE


PARIS
LIBRAIRIE PLON
PLON-NOURRIT ET Ce, IMPRIMEURS-EDITEURS
RUE GARANCIERE, 8
19oo
Tous droits reservs








AU CONGO
(1898)

IMPRESSIONS D'UN TOURIST







INTRODUCTION


Je me fais vieux, et je croyais bien en avoir fini
avec les voyages! Mais je me suis laiss6 tenter le prin-
temps dernier : et j'en ai fait encore un! Ce qui m'a
s6duit, c'est d'abord qu'il ne devait pas 6tre long, et
puis, qu'ensuite, le programme n'en 6tait vraiment pas
banal. II est certain, en tous cas, que mes compa-
gnons et moi, nous avons bien employ notre temps.
Car, parties d'Anvers le I juin 1898, a bord du paque-
bot-yacht I'Albertville, nous d6barquions au Havre le
4 aout suivant, apres avoir parcouru plus de 12,o00
miles en mer : ce qui fait deja une jolie moyenne par
journ6e! Et, de plus, nous nous sommes enfonces de
plus de 700 kilometres dans l'int6rieur de l'Afrique,
en plein Congo, dans un pays oi0 pas un blanc n'avait
pen6tr6 avant Stanley qui le traversa pour la pre-
miere fois en 1877, et qui est par consequent encore
plein de couleur locale. Ainsi, par example, l'anthro-
pophagie y est une institution florissante. La viande
humaine s'y d6bite couramment, en plein march,, A
l'6tal de bouchers sp6ciaux. Je dois m6me dire que






2 AU CONGO
plusieurs de mes compagnons de voyage se flattaient
que nous aurions l'occasion de savourer un civet de
n6gresse! II parait que le civet de negresse est une
chose succulente, quand la n6gresse est jeune et bien
en chair! Du moins on nous l'a affirm. J'ai hate
d'ajouter que cet espoir a 6t6 d9cu. Nous n'avons pas
mang6 de n6gresse! Mais en revanche, nous avons
mang6 de la trompe d'616phant en daube, des filets
d'hippopotame sauce madere et des entrec6tes de
buffle a la b6arnaise, ce qui est dejh bien joli pour des
gens qui ne sont pas des explorateurs professionnels.
Et puis, nous pouvons nous dire que cette excur-
sion s'est faite dans des conditions presque unique.
Elle signal un tournant de I'histoire des voyages en
Afrique! Jusqu'. present, on n'aurait jamais pu faire
un pareil trajet en aussi peu de jours, puisque, rien
que pour aller de la c6te au point que nous avons
atteint, il en fallait au moins trente ou quarante : et,
dans l'avenir, on pourra sirement le faire encore plus
vite, mais alors, le voyage aura bien moins d'int6r6t,
parce que la physionomie du pays sera certainement
modifiee du tout au tout. Ainsi dans une dizaine d'an-
n6es, quand M. Cook aminera des bandes de tourists
au Stanley Pool, pourra-t-il leur faire voir des 616-
phants, des hippopotames et des anthropophages?
Cela n'est guere probable. II pourra encore leur mon-
trer des anthropophages. Autrefois, quand un bel
anthropophage bien muscle s'achetait dans ce pays-ci
pour Ioo francs et se revendait 3,000 francs au Br6sil,
on en exportait beaucoup et l'espece aurait peut-etre
fini par disparaitre a la longue : mais maintenant les
anthropophages exports n'ayant plus aucune valeur
marchande, on les laisse chez eux. Aussi l'anthropo-
phagie, en tant qu'institution, a encore de beaux jours;
tandis que les hippopotames sont bien menac6s, parce
qu'ils fournissent des beefsteaks savoureux; et les 616-






INTRODUCTION 3
phants le sont encore plus, car leurs defenses servent
a faire des billes de billard.

Ce qui a permis au petit group de diplomats, d'of-
ficiers et de simples tourists comme moi, sans parler
des quatre dames qui 6taient de la parties (car nous
avions a bord quatre dames don't trois jeunes filles), ce
qui, dis-je, a fourni a tout ce monde occasion de visi-
ter ainsi un pays don't l'acces 6tait jusqu'A present
aussi difficile, c'est l'inauguration du chemin de fer du
Congo : c6r6monie qui a eu lieu le i juillet dernier et
a laquelle nos voisins les Belges tenaient a donner le
plus d'6clat possible; car ils sont tris fiers et tres 16gi-
timement fiers de la r6ussite de cette grosse entre-
prise. Nous 6tions tous les invites de la Compagnie,
don't l'administrateur g6n6ral, M. le colonel Thys (pro-
noncez Tais!), qui est en meme temps aide de camp de
S. M. le roi L6opold, nous servait de mentor.
Ce qui donnait d'ailleurs une signification toute par-
ticulinre a cette inauguration, c'est que les coloniaux
du monde entier se rendaient parfaitement compete
que de l'achevement de ce chemin de fer depend en
r6alit6 le succes de l'ceuvre de colonisation tent6e au
Congo par le roi des Belges. II 6tait tres certain, en
effet, que, sans lui, la r6ussite 6tait impossible. Du
reste Stanley l'a toujours dit. Le Congo abonde en
resources naturelles : il fera la fortune de ceux qui
sauront l'exploiter : mais tant qu'on n'y aura pas
construit un chemin de fer, on n'en tirera pas un
shilling. Voila la these qu'il a toujours soutenue. II
exag6rait peut-6tre un peu la richesse du pays. Mais
au fond, ce qu'il disait 6tait absolument vrai. II n'est
pas tres certain que le Congo soit un pays aussi riche
qu'il le dit, ni qu'il soit jamais appel6 au merveilleux
avenir qu'on lui pr6dit. Mais ce qui est tres certain
c'est que, sans ce chemin de fer que nous sommes






4 AU CONGO
all6s inaugurer, le Congo 6tait inexploitable parce que
la nature a rendu son aces tellement difficile aux
blancs qu'elle semble avoir eu pour but de faire de ce
pays un immense jardin zoologique r6serv6 uniquement
aux 6bats des negres, des singes et des e16phants,
depuis le commencement du monde jusqu'a la consom-
mation des siecles.

Quand, en effet, on aborde le continent africain du
c6t6 de l'est, a cette hauteur, on trouve bien, il est
vrai, une voie de communication relativement facile
pour p6n6trer dans l'interieur, puisqu'on peut remon-
ter le fleuve du Congo jusqu'a une distance de 160 ki-
lometres de son embouchure. Mais quand on arrive a
l'endroit oi s'61lve maintenant la ville de Matadi, on
se trouve tout d'un coup en presence d'une s6rie de
rapides qui transforment son course en une cascade per-
p6tuelle sur une longueur de 400 kilometres, c'est-A-
dire pendant toute la traverse des Monts de Cristal
qui courent paralllement a la c6te, du nord au sud.
La navigation en devient done absolument impossible.
Et si, renongant a la voie fluviale, on cherche A s'en-
gager dans ces montagnes, on s'apergoit qu'elles se
composent d'une serie de plateaux rocheux et steriles
coups par de v6ritables precipices servant de lits a
des ruisseaux que la moindre pluie transform en tor-
rents. Aussi l'acces de cette region est tellement dif-
ficile que les Portugais, qui cependant ont fait leurs
preuves comme explorateurs, ne sont jamais parvenus
A y p6netrer ou du moins a la franchir, bien qu'ils
aient occupy et colonis6 la c6te pendant plus de deux
cents ans. De sorte qu'ils ne se sont jamais dout6s que
derriere ces montagnes, il existait une immense region,
grande comme cinq ou six fois la France, qui elle, au
contraire, 6tait d'un parcours relativement tres facile,
puisque, 6tant A peu pres plane, elle 6tait sillonn6e par






INTRODUCTION 5
une foule de rivibres, affluents du Congo, toutes navi-
gables, tant bien que mal, constituent ainsi, avec le
fleuve principal, un r6seau de 18,ooo kilometres au
moins de routes naturelles. Ce fut Stanley qui fit cette
decouverte. Et il ne put la faire que parce qu'il avait
pris ce pays a revers, venant de l'est.
Comment se fait-il que ce fleuve d'aspect si d6bon-
naire pendant sa traversee de l'interieur de 1'Afrique
et transform tout d'un coup, de L6opoldville a Ma-
tadi en un torrent furieux? C'est ce qu'on salt mainte-
nant tres bien, grace aux g6ologues. Les geologues
sont des historians : et des historians bien plus v6ri-
diques que les autres, puisqu'ils 6tudient l'histoire sur
des documents qui sont imp6rissables. L'aspect des
roches et la constitution des terrains leur ont prouv6
de la maniere la plus claire qu'autrefois le centre de
1'Afrique 6quatoriale actuelle 6tait occupy par une
immense mer d'eau douce. Ce qui, par parenthese,
tiendrait a prouver que le grand architect de l'univers,
comme disent MM. les francs-magons, a construit tous
les continents sur un plan unique, car la meme disposi-
tion se retrouvait en Asie et dans les deux Am6riques.
Ainsi dans l'Am6rique du Nord tous les grands lacs qui
aboutissent au Saint-Laurent sont eux aussi, comme le
Tanganika en Afrique, les restes d'une mer int6rieure
qui s'est vid6e a measure que le seuil du Niagara s'est
us6 sous le frottement des eaux. Au Congo, les choses
se sont passees un peu diff6remment. II parait prouv6
que le dess6chement s'est fait brusquement, sous l'in-
fluence d'une commotion volcanique quelconque. Cette
commotion a pratiqu6 une breche dans les Montagnes
de Cristal qui constituaient le rebord de la cuvette; et
ce sont les eaux de cette mer qui en s'6coulant vers
la mer ont creus6 le lit du fleuve actuel du Congo. Seu-
lement le fond de cette cuvette 6tant a 300 mitres
au-dessus du niveau de la mer, et Matadi A 26, on






6 AU CONGO
comprend que le courant soit foudroyant entire L6o-
poldville et Matadi.
De la region qui constitute l'Etat du Congo, la na-
ture avait done fait une veritable impasse! Les com-
munications avec le monde ext6rieur 6taient, sinon
absolument impossible, du moins industriellement im-
possibles puisque, pour aller de Matadi oi se termine la
navigation maritime, jusqu'a L6opoldville oi aboutit
le r6seau fluvial, on 6tait oblig6 de faire 400 kilometres
A travers un pays horriblement difficile d'acces, horri-
blement malsain et oh le portage a dos d'hommes 6tait
le seul moyen de transport connu. Car le negre est la
seule bate de some qui y existe! On n'a jamais pu y
faire vivre ni les chevaux, ni les chameaux, ni les mu-
lets. Or les porteurs mettent de vingt-cinq A trente
jours en moyenne A faire ce trajet, ils ne peuvent
guere porter que trente kilogrammes et on ne les a
jamais pays moins de trente francs. A la fin, on les
payait m6me soixante-cinq francs! parce qu'on n'en
trouvait plus, tant il en 6tait mort. Car il parait que
ces malheureux mouraient litt6ralement comme des
mouches. Tous ceux qui ont parcouru l'ancienne route
des caravanes sont d'accord sur ce point. Ils disent
que, A certain endroits, le sentier est litt6ralement
bord6 d'une double haie de squelettes. Quand un des
porteurs tombait ext6nu6, on r6partissait sa charge sur
le dos des autres et on continuait sans s'occuper da-
vantage de lui. On dit m6me tout bas, en citant des
noms, que certain Europ6ens ont 6t6 abandonnes par
leurs camarades, sans plus de c6r6monie. Le parfait
explorateur est le plus souvent un assez triste person-
nage! En vingt-quatre heures, paralt-il, les os de ces
cadavres 6taient complktement nettoy6s : d'abord par
les hyenes, et puis par les fourmis blanches. Mais
il est A remarquer que hyenes et fourmis respectent
toujours la peau des pieds des negres! Le cuir en est si





INTRODUCTION 7
6pais et si dur que les dents et les mandibules s'y
6moussent! De sorte que tous ces squelettes ont 1'air
d'etre chauss6s de sandales!
Avant d'aller plus loin, je voudrais consigner ici une
reflexion qui m'est sugg6r6e par tous ces details que
j'ai recueillis de la bouche d'une foule de gens ayant
habit longtemps le pays. Ils sont tous d'accord sur ce
point, que la mortality a 6te effrayante, et qu'il 6tait
grand temps que le chemin de fer fft termin6 parce
que le portage allait devenir impossible faute de por-
teurs. J'ai une certain experience personnelle du por-
tage. Je l'ai beau coup pratiqu6 B Madagascar et un
peu sur la c6te est d'Afrique. Or, deux choses me
frappent. A Madagascar, on considere deux caisses de
champagne comme constituent la charge type! Une
bouteille de champagne pesant environ i,800 grammes,
une caisse de 12 bouteilles repr6sente a peu pros, avec
l'outillage, un poids de 24 kilogr. Les porteurs mal-
gaches portent done couramment 48 kilos, et je n'en ai
jamais vu un seul mourir en course de route, quelles
que fussent les difficulties du chemin et la raret6 des
vivres. Les porteurs chinois du Yun-Nan et du Kouang-
Tong sont encore plus r6sistants. Ils portent jusqu'I
60 kilos. Si la mortality a 6t6 aussi grande au Congo,
oi les charges n'ont jamais d6pass6 30 kilos, il faut
d'abord admettre que la race y est bien faible, et puis
il faut aussi que les noirs aient 6t6 bien maltraites.
Du reste, ce qui semblerait le prouver, c'est qu'il
parait acquis que beaucoup de petites tribus de cette
region ont 6migr6 dans les possessions portugaises
pour 6viter les corv6es. Elles aiment encore mieux
l'esclavage J'ai toujours soutenu que la race negre
qui a r6sist6e trois cents ans de traite, serait d6-
truite par cinquante ans de philanthropic! Si cette
migration volontaire des tribus congolaises vers la
terre oui fleurit l'esclavage pour fuir la liberty est bien





8 .AU CONGO
prouv6e, cela constituera un bien bel argument en
faveur de ma thtse! Mais je reviendrai plus tard sur
cette question. Pour le moment, je retourne A celle
que je traitais.
Je disais que cette s6rie de rapides qui obstruent le
'fleuve entire Matadi et Stanley-Pool avait fait jus-
qu'A present du Congo un pays absolument isol du
reste du monde, du moins au point de vue commercial.
Une tonne de marchandises, don't le fret d'Anvers b
Matadi ne coutait guere que 25 ou 30 francs, ne pou-
vant 6tre transported de Matadi A Leopoldville qu'A un
prix variant de 1,000 h 2,500 francs, et inversement,
it n'y avait guere que des products d'une tres grosse
valeur, comme l'ivoire, qui pouvaient supporter de
pareils frais. La construction d'un chemin de fer 6tait
par consequent indispensable, si on voulait donner
une certain ampleur au commerce. Aussi, a partir
du moment oiI le roi des Belges s'est fait investor
par le Congres de Berlin de la dignity de souverain
d(I Congo, il s'est attel6 A la tAche de la mise en
valeur de ce pays et n'a plus eu qu'une id6e, c'est la
creation de cette voie de communication appel6e a com-
bier la lacune qui existait entire la navigation maritime
et la navigation fluviale. Stanley, qui 6tait son con-
seiller, estimait la d6pense A 25 millions. Le colonel
Thys, qui n'6tait alors que le capitaine Thys, aide de
camp du roi, fut charge par lui de s'occuper des voices
et moyens. C'6tait au mois de septembre 1885. II nous
a racont6 lui-meme A bord, avec la verve qui le carac-
tdrise, l'histoire de cette grosse entreprise.
( A ce moment, ici je copie le compte-rendu, tres
exact et tres documents, que M. Mille a donn6 dans
le Temps de la conference du colonel Thys, les cara-
vanes du Congo amenaient a la c6te 200 tonnes d'ivoire
ct remontaient au Stanley-Pool, c'est-a-dire A Leopold-
ville, 18oo tonnes de products europ6ens. Le transport





INTRODUCTION 9
revenait 1,i000 ou 1,200 francs la tonne. On tabla
l-dessus. La compagnie assurerait le traffic d'une facon
beaucoup plus rapid et moins aleatoire et percevrait
i,ooo francs, total 2 millions de recettes brutes par an.
Avec cela on pourrait marcher. Et il n'6tait pas encore
question du caoutchouc qui, en 1890, d6ji, fournissait
pros de 1,200 tonnes de fret compl6mentaire.
a GrAce a l'action personnelle du roi sur les Chambres,
cependant assez mal disposes, car le Congo n'6tait
rien moins que populaire en Belgique A cette 6poque,
on obtint que le gouvernement belge consentit A pren-
dre pour 10 millions d'actions, qu'on appela actions de
capital et qui ne devaient jamais lui rapporter qu'un
revenue de 3 1/2 p. ioo, sans participer aux chances
favorables de l'entreprise. Mais on lui assura un peu
plus tard 1,8oo parts de fondateurs sur les 4,800 qui
furent cr66es par la Soci6t6 et qui doivent toucher
40 p. o00 de b6n6fice net, les d6penses d'exploitation
et le reste du capital une fois pays.
Restaient done 15 millions A trouver. Pour attirer
les capitaux, on eut recours au moyen qui a reussi a
M. de Lesseps pour l'isthme de Suez et qui ne lui a pas
r6ussi pour Panama. On promit de payer, sur le capital,
7 p. o00 aux porteurs de titres pendant tout le temps
de la construction. Et puis, pour avoir ce capital, on
alla s'adresser aux Allemands, car on 6tait bien per-
suad6 que les Belges ne souscriraient pas. Les finan-
ciers allemands se firent un peu tirer l'oreille. Mais,
finalement, la ( Disconto Gesellschaft a et M. Bleich-
rceder se laisserent s6duire par la voix d'or du capitaine
Thys, et s'engag&rent pour 4 millions. Une fois l'l6an
donn6, les autres titres furent lestement enlev6s. Et la
compagnie put enfin fonctionner !
Seulement on d6couvrit bien vite qu'on s'6tait lour-
dement tromp6 dans l'6valuation des d6penses, ce qui
d'ailleurs 6tait A pr6voir. Quand on construit un che-





Io AU CONGO
min de fer en Europe, les devis des ing6nieurs sont
presque toujours fortement d6pass6s. II euit 6t6 bien
extraordinaire qu'il n'en fAt pas de m6me dans un pays
comme le Congo, oi ils op6raient en plein inconnu. Du
reste, lorsqu'en janvier 1890, on attaqua simultan6-
ment les travaux du port de Matadi et ceux de la gare,
on s'aperqut d&s les premiers coups de pioche que la
p6riode des d6senchantements allait commencer. On
ne trouvait rien dans le pays. II ne fournissait que de
l'eau et des rochers; des rochers d'un quartz blanc
comme du cristal, dans lequel on crut d'abord qu'on
allait trouver de l'or, mais qui n'en contenait pas une
seule paillette. C'est peut-6tre un bonheur pour le
Congo! Quant a l'eau, elle n'6tait m6me pas buvable,
du moins pour les Europ6ens. II fallait donner A chaque
employee deux bouteilles par jour d'eau de table qu'on
faisait venir de Belgique.
Meme au point de vue du travail, il fallut bien re-
connattre aussi que les resources locales 6taient nulles.
Au moyen de requisitions savamment combines, on
parvenait, il est vrai, a r6unir quelques milliers de
negres qui savaient porter des fardeaux sur leurs t&tes.
Mais c'6tait tout ce qu'on pouvait leur demander. Et
le service des caravanes en absorbait de plus en plus
a measure que les relations avec l'int6rieur se d6velop-
paient. Et on avait de plus en plus de peine a les
recruter, parce que, comme je l'ai d6ji dit, tous ceux
qui le pouvaient se sauvaient sur le territoire portu-
gais, oi l'esclavage existe, il est vrai, mais oi on
les laisse vivre dans cette douce oisivet6 qui constitute
le supreme bonheur pour les negres. II faut bien recon-
naitre d'ailleurs que ceux qui se sauvaient n'avaient
pas tort, puisque presque tous les adults qui sont res-
tes sont morts a la peine. A la fin, les chefs ne pou-
vaient plus fournir que des enfants de 14 ou 15 ans,
et il a fallu reduire A 15 kilos le poids des charges.





INTRODUCTION 1I
La n6cessit6 de faire venir des travailleurs strangers
s'imposait done. On envoya des recruteurs a peu pres
dans tous les pays tropicaux du globe. On fit venir no-
tamment 500 Chinois de Macao. Au bout de trois mois,
il n'en restait plus que 16o! Tous les autres 6taient
morts car le climate 6tait d6cid6ment 6pouvantable. Et
puis les conditions du travail ne l'6taient pas moins.
Dans les tranch6es creus6es a travers ces bancs de
quartz don't je parlais tout a l'heure, les rayons du
soleil d6veloppaient une chaleur telle que, a l'endroit
ou se trouve actuellement la gare de Matadi, le major
Cambier affirme avoir vu le thermometre monter a
95! Les noirs des Barbades, ceux de la Jamaique,
qui avaient cependant bien resist6 a Panama, mou-
raient comme des mouches. II n'y avait gubre que
ceux de la cote d'Afrique, d'Accra, de Kabinda, de
Sierra Leone, mais surtout les S6n6galais, qui ren-
dissent de bons services. Les S6n6galais sauv6rent la
situation. Ce sont des terrassiers hors ligne. Les ing6-
nieurs qui les ont employs nous disent qu'ils ont un
(( jet de pelle de six mbtres D, ce qui, parait-il, est
un r6sultat que seuls peuvent atteindre les meilleurs
terrassiers de chemin de fer connus.
Seulement le recrutement de ces S6n6galais 6tait
difficile. II 6tait d'ailleurs gen6 par l'administration de
notre colonie, qui craignait le rench6rissement de la
main-d'oeuvre. Et puis ils coftaient horriblement cher.
Un terrassier s6n6galais gagnait jusqu'h 10 francs par
jour, et par-dessus le march on le nourrissait! Bref,
au bout de trois ans, les 25 millions souscrits etaient a
peu prbs d6pensds, et on avait fait sept kilometres!
Ce fut une p6riode tres critique. Heureusement le
roi parvint a d6cider le gouvernement belge a faire de
nouveaux sacrifices. L'Etat vint encore au secours
de la Compagnie en d6tresse! 11 porta sa souscription
de Io a 15 millions et garantit une mission d'obliga-





12 AU CONGO
tions de 10 autres millions. En m6me temps qu'on
cr6ait ainsi de nouvelles resources, on change la
direction. Jusqu'alors, la direction des travaux avait
6t6 confine a un seul ing6nieur, qui ne s'6tait peut-6tre
pas montr6 complatement a la hauteur de sa tAche.
On le remercia et on en prit deux A sa place, pour
qu'ils pussent se relayer. II fut convenu que chacun
ne passerait que douze mois de suite en Afrique. On
avait reconnu qu'un Europ6en ne pouvait guere r6sis-
ter plus longtemps aux influences d6bilitantes d'un
pareil climate. C'6tait cependant un parti bien dange-
reux A prendre. Car il y avait gros A parier que chacun
de ces deux ing6nieurs consacrerait les trois premiers
mois de sa gestion A d6faire tout ce qu'avait fait
l'autre. On eut la chance extraordinaire de tomber sur
deux hommes exceptionnels. Le premier, M. Goffin,
ing6nieur des chemins de fer de lEtat belge, est un
petit Flamand froid, calme, r6fl6chi, homme de bureau
avant tout. L'autre, M. Espanet, Franaais, 61ve de
l'Ecole polytechnique, entr6 dans la marine d'oi il est
sorti comme enseigne pour aller faire son apprentis-
sage d'ing6nieur au canal de Panama, est, au con-
traire, un colosse m6ridional d'un temperament exu-
b6rant, et qu'on ne peut pas connaitre sans &tre
pris de sympathie pour lui. Impossible de r&ver deux
natures plus opposes. Mais il faut croire que les
d6fauts de l'un neutralisaient ceux de l'autre et que
leurs qualit6s se compl6taient. Toujours est-il que
l'unit6 de direction, qui avait absolument fait d6faut
sous l'ancienne organisation, fut absolue sous la nou-
velle, et que, A partir du moment ofi elle entra en
function, les choses changerent tout de suite d'aspect.
On prit le parti de bien payer le personnel blanc qui
jusque-la avait requ des salaires d6risoires. II arrivait
souvent qu'un conducteur de travaux 6tait moins bien
pay6 ou A peine plus pay6 qu'un terrassier s6n6galais.






INTRODUCTION 13
Aussi n'avait-on que le rebut des chantiers de chemins
de fer europ6ens. Un d6sordre inou' regnait dans
l'administration. Les magasins 6taient au pillage. Tout
cela prit fin en un clin d'oeil. Aussi les r6sultats ne se
firent pas attendre. On avait mis trois ans a faire les
sept premiers kilometres. En deux ans on en fit 135.
En 1897, on arrivait au kilometre 264. Enfin, en jan-
vier 1898, les hippopotames du Stanley-Pool entendi-
rent pour la premiere fois le sifflet d'une locomotive.
Entre temps, on avait 6t6 oblige d'6mettre encore
pour 15 millions d'obligations, ce qui portait la d6pense
total a 65 millions, et le prix de revient du kilometre,
que Stanley avait estim6 a 60,000 francs, qui, au
d6but, avait mont6 a 240,000 francs pour tomber a la
fin 100,000o, fut en r6alit6 de 155,000. Mais la parties
6tait gagn6e; le public ne doutait plus de la r6ussite et
la souscription se fit cette fois en Belgique et sans
aucune difficulty. Ce qui d'ailleurs justifiait la confiance
des souscripteurs c'est que le chemin de fer rapportait
d6jh. Car on utilisait la ligne au fur et a measure de son
advancement, afin de diminuer d'autant le portage a dos
d'hommes. Et meme avant son achievement, le rende-
ment kilom6trique a atteint le chiffre de 21,000 francs!
Le succes 6tait done certain, et les r6sultats, quand la
ligne eut atteint Ldopoldville, n'ont fait que confirmer
ces provisions. Au mois de juin, les recettes ont 6t6 de
740,000 francs.
Le Congo est done maintenant ouvert au commerce
et aux communications. Une tonne de marchandises
emport6e d'Anvers par un bateau A vapeur arrive au
Stanley-Pool dans un wagon remorqu6 par une locomo-
tive. Mais it ne faut pas cependant se figure que ce
chemin de fer constitute une voie de communication
aussi parfaite que celles auxquelles nous sommes habi-
tues en Europe. Si on avait voulu construire un chemin
de fer pareil aux n6tres, en comblant les vall6es et en






14 AU CONGO
pergant les montagnes pour 6viter les courbes trop
accentu6es et les pentes par trop raiders, il aurait peut-
6tre fallu d6penser 200 millions et sacrifier vingt mille
vies humaines. Du moins, on l'a cru : et, le croyant,
on a fait les choses modestement. On s'est content
d'un chemin de fer a voie 6troite. Peut-etre meme
a-t-on un peu d6pass6 la note. Car bien des ingenieurs
m'ont dit que sans augmenter 6norm6ment la d6pense,
on aurait pu lui donner une larger d'un metre, tandis
que les rails n'ont que o'75 d'6cartement. Rails et
traverses sont d'ailleurs du module le plus resistant.
On avait d'abord essay d'employer des traverses en
bois inject. Mais les fourmis blanches ont des esto-
macs comparable a celui de Mithridate qui, d'apres
1'histoire, avalait tous les poisons connus sans en 6tre
incommode. Les sulfates de-cuivre, les sels de mer-
cure qui empoisonnent tout de suite les vers et les
tarets europ6ens, constituent pour elles un condiment
qui ne fait qu'augmenter leur app6tit. Et la traverse
en bois la mieux inject6e ne leur a jamais r6sist6 plus
de trois semaines. Pour eviter les ouvrages d'art, on
a adopt des pentes et des courbes qui, en Europe, ne
sont pratiqu6es que sur les montagnes russes, II y a
des pentes de quatre centimetres par metre, et des
courbes de 55 metres de rayon. On escalade les mon-
tagnes et on les redescend par tout un systeme de
lacets si rapproch6s, qu'A certain endroits deux trains
qui se suivent ont l'air de passer l'un sur I'autre en
merchant en sens inverse, et que, a la rigueur, le m6-
canicien d'une des machines pourrait allumer sa pipe A
la chemin6e de 1'autre! Aussi, sur une pareille voie,
on ne peut pas songer A lancer des trains comme ceux
qu'on vient d'inaugurer en Am6rique, qui present trois
mille tonnes! Une locomotive pesant trente tonneaux
arrive t remorquer trois wagons portant chacun dix
tonneaux de marchandises, et c'est tout ce qu'on peut






INTRODUCTION 15
lui demander. I1 est bien evident qu'une compagnie
qui serait oblige d'exploiter une ligne pareille avec les
tarifs d'Europe, marcherait tout droit a la faillite. Mais
il faut se rappeler que nous sommes en Afrique oi la
seule concurrence possible 6tant celle des porteurs,
on est bien a son aise pour 6tablir les tarifs. C'est
ce qui a permis de fixer a 500 francs le prix du billet
pour un voyageur qui veut aller de Matadi au Stanley-
Pool. II y a un peu moins de 400 kilometres Je viens
de consulter l'indicateur du P.-L.-M., et j'ai constat6
que pour aller de Paris a Sennecey-le-Grand, en pre-
miere classes, c'est-a-dire pour faire 399 kilomitres, il
en coite 44 fr. 70! Les tarifs du Congo pour les
voyageurs sont done a peu pres onze fois plus 6lev6s
que les n6tres! Et 'ceux des marchandises ont 6t6 &ta-
blis h peu pres sur les memes bases. La tonne coute
I,ooo francs! Mais c'est encore une grosse economie
pour le commerce de payer ces prix fantastiques :
dconomie de temps d'abord, puisqu'on ne met plus que
deux jours au lieu de vingt-cinq ou trente pour faire le
trajet, et puis meme 6conomie d'argent, car, je l'ai d6jh
dit, le transport d'une tonne de marchandises a dos
d'hommes n'a jamais cout6 moins de 1,000 francs et en
coitait 2,000, et meme plus, dans les derniers temps,
par suite de la disparition des porteurs.
Le succes financier de I'entreprise paralt done assure.
Du moins telle est l'opinion du public car, bien que les
actions n'aient encore rien rapport, elles atteignent
un prix formidable. Emises a 500 francs, elles sont
tomb6es un instant a 300. Mais depuis qu'on salt le
chemin de fer termin6, elles montent constamment.
Ainsi, au moment de notre depart d'Anvers, elles va-
laient 1,200. Quand nous sommes revenues, nous les
avons trouv6es A 1,250, et maintenant elles sont cot6es
2,500 francs. Ce qui est peut-6tre un peu cher, soit
dit entire parentheses.






16 AU CONGO
C'est en premier lieu au Roi que revient l'honneur
d'avoir men6 h bien cette entreprise! Le chemin de fer
est son oeuvre. I a doncle droit d'6tre tres fier, comme
aussi les administrateurs qui l'ont second et les ing6-
nieurs qui ont dirig6 les travaux. Quant aux por-
teurs d'actions, ils sont dans la jubilation, puisque
leur capital est d6jh quintuple. Cette inauguration a
laquelle nous sommes convi6s fait done la joie de tout
le monde. Je ne suis ni actionnaire, ni administra-
teur de la Compagnie, ni int6ress6 en quoi que ce soit
aux affaires du Congo! Je ne m'associe done a cette
joie que d'une fagon tout A fait platonique et A cause
seulement des nombreux liens de famille qui m'unissent
a la Belgique, et je dois avouer que si j'ai accepted l'in-
vitation qui m'a 6t6 faite de venir au Congo, c'est
moins a cause du chemin de fer que pour 6tudier sur
place l'essai de colonisation qui s'y fait. Les hasards
de ma carriere maritime m'ont fait visiter un tres
grand nombre de colonies : j'ai meme 6t6 employed
activement a l'organisation administrative de la Co-
chinchine. Les questions coloniales ont done un grand
int6ret pour moi. De plus, j'ai 6t6 dans ma jeunesse
embarqu6 pendant trois ans, non pas sur un n6grier
comme le bruit en avait couru un instant A bord de
l'Albertville, mais sur un croiseur charge au con-
traire de la repression de la traite, et par consequent
de la protection des negres. Mes functions m'ont
mis souvent en contact avec la race noire et m'ont
permis de l'appr6cier a sa just valeur. Aussi, lorsque
j'ai su, il y a quelques ann6es de cela, que le Roi des
Belges s'6tait fait conf6rer par le Congres de Berlin le
titre de souverain du Congo et avait assume la mis-
sion de civiliser et de moraliser tous les negres qui
pouvaient se trouver dans un pays grand comme cinq
ou six fois la France, je me suis demand quels
moyens il comptait employer pour y arriver. Je n'ai






INTRODUCTION 17
jamais entendu parler de negres vertueux et civilis6s
que dans les romans de Madame Henriette Beecher-
Stowe. Ceux-la, si tant est qu'ils aient jamais exist,
6taient des negres que des n6griers 6taient allies cher-
cher en Afrique et auxquels on avait inculqu6 a grands
coups de fouet ces principles qui r6jouissent si fort
l'ame des abolitionnistes. Et encore avait-il fallu con-
tinuer ce regime pendant quatre ou cinq g6n6rations
pour arriver a produire un oncle Tom! Tous les voya-
geurs sont d'ailleurs d'accord pour constater cette
influence moralisatrice du fouet sur les races inf6-
rieures! Ainsi, Paul Marcoy raconte qu'ayant parcouru
tout le haut Amazone, il n'y avait jamais rencontr6
que des sauvages plus ou moins anthropophages, et
tellement d6grad6s qu'il 6tait tout honteux de penser
qu'ils descendaient d'Adam comme lui, lorsqu'il trouva
sur les bords de 1'Ucayali, une tribu don't les mceurs
offraient un tel contrast avec celles des autres, que
son Ame en fut tout attendrie! Sous la direction d'un
moine espagnol, le R. P. Miguel Plaza, les instincts
de ces sauvages semblaient s'6tre modifies. Quand leurs
parents devenaient vieux, ils ne les mangeaient plus,
ce qui se faisait toujours autrefois; au contraire, ils
les entouraient de respect et d'affection; ils cultivaient
la terre, ils pratiquaient toutes les vertus, enfin ce
pays constituait une petite Arcadie. Naturellement, il
demand au P. Plaza quels moyens il avait employs
pour arriver a ce r6sultat si consolant! celui-ci lui
montra un 6norme nerf de lamantin pendu au mur de
sa cellule et lui avoua qu'il ne l'avait obtenu que par
l'usage m6thodique, frequent, r6pet6, et surtout impi-
toyable, de cet instrument de propaganda! Mais le
R. P. Miguel Plaza avait su border ses ambitions. I1
s'6tait adress6 h un petit group de mille ou douze
cents sauvages, sans s'occuper de la r6gin6ration des
autres. Or, le Roi des Belges entreprenait celle de






I8 AU CONGO
tous les negres du Congo! et il y en a beaucoup! Car
le Congo est grand comme cinq ou six fois la France et
les negres y pullulent! Certains voyageurs pr6tendent
qu'il y en a 40 millions. D'autres, il est vrai, disent
qu'il n'y en a que 16 millions. Mais enfin, le Roi des
Belges, qui est d'ailleurs un monarque d'allures douces
et pacifiques, ne peut pas avoir la pretention de
fouailler lui-meme ou de faire fouailler par ses dl66-
gu6s 16 millions de negres! D'autant plus que ces ne-
gres sont bien aussi sauvages que les habitants du
haut Amazone, mais ne sont pas du tout comme eux
de mceurs relativement pacifiques : bien au contraire.
Et puis, ils se d6fient 6norm6ment des blancs, ce qui
d'ailleurs prouve qu'ils ne sont pas totalement d6nu6s
d'intelligence. Et Stanley, qui le premier p6n6tra dans
leur pays, n'a pu le traverser qu'en leur livrant cin-
quante-trois combats acharn6s. I1 constate qu'il fut
recu h coups de fusil partout oi il y avait des fusils,
et a coups de fleches empoisonn6es, dans les autres.
Prendre contact avec eux n'6tait done pas facile. Et
ce qui compliquait encore les choses, ce sont les condi-
tions particulibres dans lesquelles se constituait la
colonies du Congo. D'ordinaire, les colonies sont fon-
d6es par une nation qui commence par s'emparer d'un
coin du pays, s'y fortifie, y accumule des reserves de
toute nature et puis rayonne dans l'int6rieur. Cette
nation dispose de soldats. Elle emploie bien des forces
indigenes. II est m6me reconnu que la conquete ne
peut 6tre achev6e que par l'emploi de ces forces indi-
genes. Mais elles ne sont jamais qu'un appoint. On
les fait toujours soutenir et encadrer par des soldats de
la nation colonisatrice. Et quand des insurrections
graves se produisent, et elles se produisent toujours
t6t ou tard, on les r6prime en faisant venir de nou-
velles troupes de la m6tropole. C'est I'histoire de
toutes les colonisations connues, Les Espagnols, les






INTRODUCTION 19
Anglais, les Franqais, les Hollandais, n'ont jamais pro-
c6d6 autrement.
Or, cette m6thode 6tait absolument impraticable au
Congo, puisque ce n'est pas la nation belge qui en a
entrepris la colonisation. C'est le roi Leopold agissant
uniquement en son nom personnel. Le Congris de
Berlin a nettement stipule, en effet, la neutrality de
l'ttat ind6pendant. Le Roi n'a pas le droit d'y envoyer
une seule compagnie d'infanterie de I'arm6e belge,
quand meme le pays serait a feu et a sang. D'ailleurs,
le voudrait-il qu'il ne le pourrait pas. La colonisation
au Congo commence bien h& tre assez populaire dans
certaines classes de la population belge. Les manufac-
turiers qui y envoient leurs products; les militaires,
parce que ceux d'entre eux qui y vont procurent de
l'avancement aux autres; et les financiers qui y gagnent
de l'argent, sont tous devenus des coloniaux enthou-
siastes. Mais les couches profondes de la population
sont toujours aussi hostiles qu'au premier jour : et
ce n'est pas peu dire. Si le roi a obtenu le concours
financier de la nation, A un certain moment, c'est A
force de n6gociations d'abord et puis parce que les choses
ont promptement pris une bonne tournure. Mais, au
d6but, il n'a pas pu se faire la moindre illusion.
Ses id6es 6taient absolument antipathiques A la na-
tion belge. Ilne pouvait computer que sur ses ressour-
ces personnelles : c'est-a-dire sur sa fortune privee.
I1 lui 6tait done interdit d'avoir recours aux seuls
moyens connus jusqu'h present, c'est-a-dire A la force
pour 6tablir son autorit6 sur tous ces rois negres qu'il
avait la pr6tention de gouverner, eux et leurs sujets.
Voil ce qui donnait a son entreprise un intr6~t tres
grand, pour moi surtout qui ai beaucoup fr6quent6 les
rois negres et qui sais par experience quel triste &chan-
tillon de l'humanit6 est le negre en g6n6ral et le roi
negre en particulier. L'histoire ancienne nous apprend






20 AU CONGO
qu'Orph6e a pu civiliser les sauvages de je ne sais quel
pays en leur faisant de la musique. Le roi negre est
assez accessible a ce genre de seduction. Ilm'est arrive
h moi-m6me de constater que le son d'un orgue de
Barbarie peut quelquefois les adoucir singuliirement.
Mais je ne leur demandais jamais grand'chose en
change : quelques vivres ou la concession d'un terrain
qui leur paraissait de nulle valeur; et puis je ne leur
parlais jamais qu'ayant derriere moi deux ou trois dou-
zaines de matelots bien arms et en leur laissant en-
tendre que s'ils ne nous donnaient pas de bonne grace
ce que nous leur demandions, nous nous ferions un
plaisir et un devoir de mettre le feu a leur palais et
d'ex6cuter quelques feux de salve sur leurs sujets.
Or, ces arguments que comprennent les rois negres,
le roi des Belges ne pouvait pas les employer! Et
cependant il a trouv6 moyen de s'6tablir chez eux, de
leur faire reconnaitre son autorit6, de lever des soldats
parmi eux, en assez grand nombre pour constituer une
veritable arm6e, et, chose plus 6tonnante encore, il
les a forces a travailler, puisqu'il tire du pays des im-
p6ts consid6rables! Comment a-t-il pu ex6cuter de
pareils tours de force? Voila ce que je me demandais.
Et la chose me semblait d'autant plus extraordinaire
que, nous autres Francais, nous avons, nous aussi, un
domaine colonial limitrophe du sien, identique au point
de vue de la population, comme sous le rapport des
products; que, a l'exploitation de ce domaine, nous
avons voulu appliquer les m6mes principles, et que
nous ne sommes arrives absolument qu'A des r6sultats
n6gatifs, bien que nous y ayons consacr6 infiniment
plus d'argent. Si la m6thode 6tait bonne, pourquoi,
applique par nous, n'avait-elle pas r6ussi? On voit
tout l'int6ret de la petite enqu6te a laquelle je comp-
tais me livrer. On m'objectera que, cette enqu6te, je
ne pouvais guere avoir la pr6tention de la faire bien






INTRODUCTION 21
serieuse, puisque nous ne devions passer qu'une quin-
zaine de jours au Congo. Mais, en quinze jours, quand
on veut s'en donner la peine, on a le temps de voir
bien des choses et surtout de faire causer bien des
gens. Et d'ailleurs, le temps de la traverse n'apas 6dt
perdu. Nous avions pour compagnons de voyage bien
des gens tres int6ressants a consulter. Le Roi consi-
dere un peu cette inauguration du chemin de fer comme
I'apoth6ose qui cl6t le premier acte de l'ceuvre entre-
prise le 21 juin 1877, quand il a accept, il serait peut-
&tre plus just de dire quand il s'est fait donner la
pr6sidence de 1'Association international africaine
d'oi est sortie l'idde de l'Etat ind6pendant. Ce senti-
ment est si vif chez lui, qu'il a 6t6 sur le point de venir
lui-m&me pour la pr6sider. II ne l'a pas fait. Il s'est
content de se faire repr6senter par un general de
l'arm6e belge, le g6n6ral Daelmann, auquel, par paren-
these, la terre d'Afrique qu'il va visiter a d6jh cout6
bien cher : car deux de ses fils y sont enterrs Mais
si Elle n'a pas pu venir Elle-m6me, Sa Majest6 a voulu
du moins que le plus grand nombre possible de ceux
qui ont collabord a cette oeuvre fussent presents. La
mort en a terriblement fauch6. Cependant nous avons
a bord le major Cambier qui a jou6 un rble tres impor-
tant. C'estlui qui a fond en 1879 la premiere station,
celle de Kar6ma, sur la c6te du Tanganika. Dans ce
temps-la on voulait border le Congo par Zanzibar :
c'est la route qu'avait suivie l'invasion arabe. Seulement,
les quinze premiers officers qu'on envoya moururent
en chemin. Le capitaine Cambier, qui 6tait le seizieme,
parvint seul h destination. II fut suivi par le major
Storms, du regiment des grenadiers, que nous avons
6galement a bord et qui, en 1885, traversa le lac et
fonda sur sa rive ouest, presque en face de Kar6ma, la
station de M'Pala. Et puis nous avons egalement un
savant allemand, le docteur von Danckelman qui, arrive






22 AU CONGO
en 1881, a pass plusieurs ann6es a Tivi et dans la
region des cataractes pour l'6tudier au point de vue
scientifique : le capitaine Weyns, un grand chasseur
devant l'Eternel, qui a tu6 et empaill6 a peu pros tous
les animaux de la creation et a fourni la collection zoo-
logique du mus6e de Tervueren. I1 retourne main-
tenant au Congo pour y reciueillir les 6elments d'une
nouvelle collection destinee a figure a notre Exposi-
tion de 1900 : les docteurs Cantineau et Jullien, qui
6taient a la tete du service medical de la compagnie du
chemin de fer; l'abb6 Buysse, le type du cur6 de cam-
pagne flamand, qui a 6t6 cinq ans cur6 de Matadi;
l'intendant Van den Plas, inspecteur des services
administratifs de 1'tat ind6pendant; M. Delcommune,
l'explorateur du Katanga; et puis une demi-douzaine
d'officiers qui reviennent de cong6 et qui nous par-
lent des expeditions qu'ils ont faites avant de partir et
de celles qu'ils vont entreprendre. Depuis notre depart
d'Anvers, nous avons done v6cu au milieu de gens pou-
vant nous donner tous les renseignements possibles
surle Congo.
Je viens de faire allusion aux officers congolais que
nous avions A bord! Je veux dire tout de suite combien
ils m'ont fait une bonne impression. Si l'arm6e belge,
d'oi ils sortent, en compete beaucoup comme ceux que
j'ai vus h bord de l'Alberiville et au Congo, elle a un
corps d'officiers bien remarquable. Mais ils entrent
dans l'arm6e congolaise dans de bien singulieres con-
ditions. Pour conserver le principle de neutrality, on
y a bien admis quelques officers et sous-officiers an-
glais, danois ou italiens : mais, en r6alit6, presque tous
lui sont fournis par l'armee belge. Seulement il n'est
tenu aucun compete des grades qu'ils peuvent avoir
dans cette arm6e! Quand un sous-lieutenant, un lieu-
tenant ou un capitaine belge demand a servir au
Congo et que sa demand est agree, il est d6tach6 de






INTRODUCTION 23
son corps et compete a un Institut de Bruxelles, oi sa
solde s'accumule pendant tout le temps de son absence
et lui est remise h son retour. Mais il n'y paratt jamais.
En quittant son corps, il est tout de suite nomm6
sous-lieutenant de l'Etat ind6pendant et entire en
solde a partir du jour de son d6part. Cette solde est
celle de sous-lieutenant en Belgique; mais il reooit en
outre des frais de table. L'engagement est de trois ans.
C'est ce qu'on appelle un terme. Les morts sont si fr&-
quentes que l'avancement est rapide, bien qu'il se fasse
toujours A l'anciennet6. Le plus souvent, on est capi-
taine avant la fin de son premier terme. Quand il est
expire, on a droit a un cong6 apres lequel on en recom-
mence un second, ou bien on rentre dans son regiment.
Mais, je le r6pete, les services rendus au Congo sont
compt6s absolument pour rien en Belgique. Ainsi un
officer rentrant avec une blessure provenant d'un
coup de feu requ au course d'une expedition de guerre
a 6t6 mis en r6forme parce qu'il ne pouvait plus faire de
service dans son regiment, sans pension, parce qu'il a
6t6 consid6r6 comme n'ayant pas 6t6 bless en service
command. Et les grades ne competent pas davantage.
Un capitaine de l'Etat ind6pendant peut tres bien, a
la rigueur, avoir sous ses ordres comme sous-lieutenant
son ancien capitaine venu au Congo apres lui, et se
retrouver de nouveau sous les siens trois ans plus
tard, quand ils sont rentr6s tous les deux dans leur
regiment. On me dit que le cas s'est pr6sent6.
Il est bien evident qu'un 6tat de choses qui amine
des situations aussi incoh6rentes que celle-lh ne pourra
pas durer. II faudra bien faire un jour ou l'autre des
reglements plus compliqu6s mais mieux 6tudi6s. J'aurai
du reste l'occasion de revenir sur ce sujet. Je ne 1'ai
abord6 qu'incidemment, et uniquement parce que ce
petit detail donne une id6e de la maniere de proc6der
des Belges. N'ayant jamais eu a s'occuper de colonisa-





24 AU CONGO
tion, puisqu'ils n'avaient pas de colonies, ils n'avaient
aucune id6e des diff6rents problmes qu'elle comporte.
Alors, des que l'un d'eux se pose, ils lui donnent la
solution qui leur semble de nature a donner les meil-
leurs r6sultats imm6diats; sans beaucoup se docu-
menter par 1'6tude des precedents et sans trop se sou-
cier des consequences. Ils vont au plus press. C'est
ainsi d'ailleurs que, dans un autre ordre d'id6es, a op6r6
le colonel Thys, quand il s'est agi de determiner le
point de depart du chemin de fer. On ne savait pas si
les grands navires pourraient remonter jusqu'I Matadi,
car l'hydrographie de la rivibre n'6tait pas faite. II sem-
blait done tout indiqu6 de commencer par la faire. Mais
cela aurait pris du temps. Alors le colonel, qui ne
doute de rien, eut recours a un autre proc6d6. 11 y avait
justement a Banana un grand navire anglais qui calait
environ cinq metres. II alla trouver le capitaine et lui
proposal de le conduire & Matadi, en lui promettant,
a lui personnellement, une forte some, s'il faisait le
voyage sans encombre, et s'engageant au nom de la
Compagnie du chemin de fer a indemniser les arma-
teurs si le bateau restait accroch6 en route. Le capi-
taine accept, joua de bonheur, et r6ussit a faire le
voyage sans encombre. Et c'est sur cette simple donn6e
qu'on adopta le trac6 aboutissant A Matadi. Depuis
cette Epoque, on a constate que le lit de la riviere
6tait sem6 d'une foule de bancs et de cailloux parce que
de temps en temps, les bateaux qui montent ou qui
descendent en d6couvrent en se jetant dessus. Mais
leurs coques servent de bou6e. Et c'est comme cela
que l'hydrographie s'est faite petit a petit, aux frais
des Compagnies d'assurance.
C'est 6videmment en agissant de la sorte qu'on peut
faire vite! Et dans les affaires coloniales come dans
toutes les autres, ceux qui font vite ont souvent un
grand advantage sur les autres. Les Am6ricains operent





INTRODUCTION 25
volontiers de cette facon. Et cela leur r6ussit! II y a
des gens qui s'6tonnent de voir aux Belges une aussi
grande vivacity d'allures. Ceux-lh ne les connaissent
pas. Depuis une soixantaine d'ann6es, de par leur
neutrality, les Belges sont affranchis de toutes les pr&-
occupations de defense national qui hantent plus ou
moins l'imagination de tous les autres peuples. Cela
aurait pu crier chez eux un 6tat d'esprit peu propre
au d6veloppement des qualit6s que j'appellerai agres-
sives: c'est-a-dire de celles qui disposent a la lutte
soit centre les hommes, soit contre la mati&re, et leur
donner au contraire un gout exag6r6 du bien-6tre. Cela
aurait pu notamment faire completement disparaitre le
gout de la carriere militaire. De fait, il en a bien 6t6
ainsi dans une certain measure. Dans certaines classes
ces effects se manifestent d'une facon incontestable et
d6sastreuse. Mais dans d'autres au contraire, notam-
ment chez beaucoup d'officiers, ce regime a produit
une accumulation de forces vives qui, n'ayant aucun
exutoire ordinaire et r6gulier, se font jour a l'occasion
par des manifestations qui surprennent. Ainsi, si la
moiti6 des histoires que j'entends chuchoter autour de
moi sont vraies, ces officers de l'arm6e congolaise sont
presque tous des hommes on ne peut plus remarquables
sous le rapport du courage et des qualit6s militaires :
mais ils ont la main tres lourdel Et ils se laisseraient
parfois aller a commettre des actes d'une barbarie d6-
concertante. II faut rappeler que les anciens Flamands
n'6taient pas tendres! Si, ce qu'a Dieu ne plaise, leurs
descendants s'avisaient quelque jour de recommencer
a faire des revolutions, on pourrait bien assister A des
scenes encore plus 6pouvantables que celles qui ont
signal les n6tres, car lorsqu'ils s'en milent, ils ne
font pas les choses a demi!
Si je parle des allures quelque peu violentes qu'a
tort ou A raison on attribue aux officers que Sa






26 AU CONGO
Majest6 le roi des Belges a pris pour collaborateurs de
l'ceuvre qu'il pursuit au Congo, c'est qu'elles sont de
nature a amuser ceux qui prennent plaisir a constater
l'ironie qui se d6gage souvent des choses de ce monde!
L'id6e de constituer un Etat ind6pendant en Afrique
est n6e de l'indignation cause en Europe par les
r6cits de certain voyageurs parlant de la maniere don't
les negres 6taient traits par les conqu6rants arabes,
venant de Zanzibar. Ils d6vastaient des contr6es en-
tieres, tuant tous ceux qui leur r6sistaient et faisant
des autres des esclaves. On a voulu mettre fin A cet
6tat de choses. Et c'est au roi des Belges qu'a 6t6
confine la mission d'aller supprimer l'esclavage en
Afrique. Or quand on est arrive en Afrique et qu'on
est all6 voir ce qui se passait dans ces royaumes que
les Arabes avaient fond6s, on a 6t6 oblig6 de recon-
nattre que les negres qui les peuplaient n'6taient pas
en some trop m6contents de leur sort, car ils se
sont battus pendant pres de trois ans centre les
Belges qui venaient les ddlivrer, et d'apres le D' Hind,
qui a 6t6 l'historien de cette champagne, il a fallu en
tuer A peu pres soixante-dix mille pour venir a bout
de d6cider les autres A s6parer leur cause de celle des
Arabes! On a souvent des surprises de ce genre, quand
on se mele des affaires des autres! Je me souviens
qu'un soir, je me promenais a cheval, dans une rue de
Cho-lon, en Cochinchine, quand j'entendis tout d'un
coup des cris 6pouvantables qui sortaient d'une maison
devant laquelle je me trouvais. Je descendis de cheval
et sans lAcher la bride, j'ouvris la porte pour savoir ce
qui se passait. C'6tait un vieux Chinois qui s'expliquait
avec sa femme. Elle dtait 6tendue par terre : il avait
enroul ses cheveux dans sa main gauche et de la
droite, qui 6tait arm6e d'un fort rotin, il caressait les
c6tes de sa douce moiti6. Quand il me vit apparaitre
sur le pas de la porte, il s'arreta tout 6tonn6. Je lui






INTRODUCTION 27
expliquai la raison de ma presence en lui envoyant un
fort coup de poing, sur la racine du nez, qui le ren-
versa par terre. Mais alors la femme profit de ce qu'il
l'avait lach6e pour se jeter sur moi comme une furie, et
comme je ne pouvais pas me d6fendre parce que mon
cheval, effray6, s'6tait mis a tirer au renard, elle se
mit a me labourer la figure avec ses ongles en appelant
h l'aide toutes les femmes du voisinage. Si bien que
je fus tout heureux et tout aise de pouvoir d6taler en
distribuant des coups de cravache aux m6gres qui
commencaient a s'attrouper et que je me jurai bien que
je ne prendrais plus la defense des opprim6s qu'h bon.
escient. Je raconte cette petite venture de ma jeu-
nesse, parce qu'elle me revient toujours a l'id6e quand
on me parle de la n6cessit6 d'aller intervenir dans les
affaires des nrgres!
D'ailleurs, quand on se place A ce point de vue sp6-
cial, quand on aime a constater l'ironie des situations,
ce n'est pas seulement I'histoire de la conquete blan-
che en Afrique, c'est toute l'histoire de la colonisation
moderne qui est bien amusante a 6tudier! Autrefois
quand, en Angleterre et en France par example, il y
avait des classes auxquelles le contract social recon-
naissait certain droits sur le produit du travail des
autres; quand, en un mot, l'in6galit6 des hommes 6tait
un principle universellement et formellement admis, ii
6tait tout natural que la collectivit6 compose de l'en-
semble de ces classes allat chercher en Am6rique ou
ailleurs une nouvelle cat6gorie de gens pour les faire
travailler a son profit. On ajoutait ainsi au bas de
l'Hchelle social un echelon qui relevait d'autant ceux
qui occupaient les autres!
Mais la situation est tout autre maintenant, depuis
que les Am6ricains se sont avis6s, il y a un peu plus
de cent ans, de lancer leur fameuse declaration d'ind6-
pendance, don't le premier paragraphe est ainsi conqu :





28 AU CONGO
Nous tenons pour vrai que tous les hommes sont
n6s 6gaux! Qu'ils ont 6t6 dots par le Cr6ateur de cer-
tains droits ind6niables, droits qui sont : l'existence, la
liberty et la recherche du bonheur; que, pour assurer
ces droits, les hommes ont institu6 des gouvernements
qui tiennent leurs pouvoirs du consentement des gou-
vernes...
C'6tait une simple arme de guerre. Les Am6ricains
avaient envie de se s6parer de I'Angleterre, pour ne
pas payer d'impots. Ils voulaient donner une couleur
de philosophies a ce d6sir assez natural, pour obeir aux
gouts du jour. Mais ils ne pensaient pas un mot de ce
qu'ils disaient, puisque les deux tiers ou les trois quarts
de ceux qui ont signC ce factum 6taient des propri&-
taires d'esclaves qui ne reconnaissaient a leurs noirs le
droit a l'existence qu'h une condition, c'est que cette
existence fut consacr6e exclusivement a la culture du
coton a leur profit, et qui les chassaient avec des
gros chiens quand ils s'avisaient de se sauver pour
aller chercher le bonheur ailleurs que sur leurs plan-
tations. D'ailleurs les noirs pouvaient se consid6rer
comme favoris6s puisqu'on leur permettait de vivre,
tandis qu'on d6truisait purement et simplement les
Indiens;
Je serais assez tent6 de croire que les r6dacteurs de
notre Dcclaration des droits de l'homme, qui n'est en
some que la reproduction de l'acte d'ind6pendance
des Am&ricains, 6taient de bonne foi quand ils l'ont
sign6e. Ils ont certainement tres vite perdu leurs
illusions, et d&s qu'ils ont eu le pouvoir, ils ont gou-
vern6 sans plus se soucier de la liberty et de 1'6galit6
que ne s'en souciaient les anciens empereurs remains.
Et puisqu'ils colonisent, il faut bien admettre que leurs
successeurs partagent complhtement leur second ma-
nitre de voir, tout en se r6clamant toujours de la pre-
miere. Car enfin il est bien evident que lorsqu'ils nous






INTRODUCTION 29
font aller chez les negres, ce n'est pas pour assurer h
ces estimables moricauds la liberty et la recherche du
bonheur! On y va pour leur imposer c un gouverne-
ment a qui ne tient nullement ses pouvoirs de leur
consentement et qui est absolument contraire a tous
leurs int6rets, puisque leur bonheur est de ne rien
faire, et que nous avons la pr6tention de les faire tra-
vailler a notre profit.
C'est cette impossibility ofi l'on est de concilier
l'id6e de colonisation avec les theories 6galitaires qui
rend si dr6les a entendre les raisonnements que fait
un bon liberal europeen, quand il est en m&me temps
un colonial, pour mettre d'accord ses deux opinions.
Justement nous avions a bord de l'Albertville des re-
pr6sentants tres distingues du parti liberal belge. Ils
6taient meme en grosse majority. Car il est bon de re-
marquer que le parti catholique belge a kt6, jusqu'A
present du moins, tres hostile au Congo, et n'a par-
ticip6 que dans une measure fort restreinte aux emis-
sions de valeurs congolaises. Et il 6tait savoureux
d'entendre, a quelques minutes d'intervalle un journa-
liste liberal qui venait de nous dire que M. Vanden-
peereboom 4tait le dernier des mis6rables, parce qu'il
n'6tait pas partisan du suffrage universal, protester en-
suite 6nergiquement contre toute id6e de cession du
Congo a la Belgique, parce que, disait-il ing6nuement,
cette cession serait le signal de l'ingerence parlemen-
taire et qu'il n'y a pas moyen de gouverner un pays
quand les parlementaires s'en melent! J'ai aussi en-
tendu des antiesclavagistes convaincus qui s'indignaient
que l'Europe tol6rAt les traces d'esclavage subsistant
encore dans les colonies portugaises, et qui, la minute
d'apres, discutaient sur les measures a prendre pour
forcer les nrgres du Congo a mettre un peu plus d'ac-
tivit6 h recolter le caoutchouc, et insistaient sur ce fait,
incontestable d'ailleurs, qu'il fallait bien les forcer h






30 AU CONGO
travailler puisqu'ils ne voulaient pas, le plus souvent
travailler de bonne volont6!
Naturellement, on discutait longuement le pour ei
le centre de toutes ces graves questions, a bord d(
'A lberiville, pendant que ce brave bateau nous con.
duisait des bords de l'Escaut a ceux du Congo, en pas.
sant par Lisbonne, Madbre et Dakar, car, que faire er
un bateau h moins que l'on n'y discute, comme aurail
pu le dire M. de La Fontaine? Et ces discussions ne
changeaient l'opinion de personnel, ce qui est le propre
de la plupart des discussions. Mais je dois constatel
qu'elles n'aigrissaient nullement les relations, et que lI
bonne humeur la plus parfaite n'a jamais cess6 de r6-
gner a bord. Ce que j'attribue a plusieurs raisons.
D'abord a la bonhomie courtoise qui est la note carac-
teristique des Belges : et puis ensuite, on nous nour-
rissait et on nous abreuvait si bien, qu'il aurait fallu
avoir vraiment un bien deplorable caractere, pour pou-
voir tenir rancune a qui que ce fit, en sortant des
repas que nous pr6parait le cuisinier, un Frangais!
est-il besoin de le dire? garcon d'un veritable m6rite,
que le colonel Thys avait enlev6 h prix d'or h un grand
h6tel d'Ostende, qui aura sfrement eu quelque peine a
le remplacer. Quant a la cave, elle avait 6t6 garnie par
un certain major belge, ami du colonel, don't le nom
m'6chappe, mais qui, lui aussi, est un homme bien
remarquable dans son genre. II m'est revenue que la
seule provision de champagne que cet excellent major
avait cru devoir embarquer pour notre usage 6tait de
4,000 bouteilles! Pour une soixantaine de convives
que nous 6tions, ce chiffre peut paraitre exag6r6. II
faut dire d'ailleurs que pendant les relAches, les invites
6taient nombreux. En tous cas, je me suis laiss6 dire
qu'il n'en restait que 800 quand l'Albertville est rentr6
a Anvers! Le voyage aura done profit dans une large
measure a une industries franqaise par excellence. Les






INTRODUCTION 3r
Belges ont vraiment un gout d6sordonn6 pour le cham-
pagne. Je ne le leur pardonne qu'en faveur de celui
qu'ils ont pour le bourgogne.
Je me suis laiss6 aller a donner ces details gastro-
nomiques, parceque les anciens voyageurs parent tou-
jours des souffrances qu'ils ressentaient pendant leurs
traverses, et pour constater combien les temps sont
changes. Autrefois, pour les explorateurs, c'6tait la
famine qui 6tait a craindre, non seulement sur mer,
mais meme sur terre. C'est aussi de la famine qu'ont
eu h souffrir ceux qui nous ont pr6c6des au Congo, et
notamment Stanley. Mais, c'est plut6t la pl6thore qui
est a craindre dans les voyages modernes. Je dois dire
qu'ayant pratiqu6 les deux manieres de voyager, je
prefere infiniment la second, tout en reconnaissant
qu'A l'heure actuelle, elle fait peut-6tre plus de vic-
times que l'autre n'en a jamais fait. Mais, de cela, je
parlerai plus longuement h l'occasion. Et je termine
cette trop longue preface pour commencer a transcrire
mes notes de voyage proprement dites, en n6gligeant
toutefois celles qui concernent nos premieres escales,
lesquelles n'offriraient vraiment aucun int6ret.














CHAPITRE PREMIER


LIBREVILLE


Au depart d'Anvers, on nous avait naturellement
communique le programme des fetes auxquelles nous
6tions convi6s. Et ce programme indiquait, pour le
i" juillet, I'arriv6e A Boma, qui est la capital provi-
soire de l'Etat Ind6pendant. C'est lA que se trouvent
centralis6es toutes les administrations et que reside le
gouverneur general. Ce n'6tait autrefois qu'une simple
factorerie portugaise situee a soixante miles environ
de l'embouchure du fleuve en un point qu'on consi-
d6rait comme 6tant A peu pres la limited de la naviga-
tion maritime. Car pendant bien longtemps, on a con-
sid6r6 comme un tour de force de faire remonter un
grand navire jusqu'h Matadi, A cause de la violence du
courant.
Les Belges ont d'ailleurs toujours consid6r6 cet 6ta-
blissement de Boma comme provisoire, du moins en
tant que capital. Ils ont toujours dit que des que la
construction du chemin de fer serait termin6e, ils comp-
taient centraliser tous leurs services A Lpopoldville,
sur le Stanley-Pool. Seulement, il est bien possible
qu'on renonce A ce project. II paraft prouv6 maintenant
que Stanley n'a pas eu une id6e heureuse en choisis-
sant 1'emplacement oai est situee Leopoldville. De sorte
qu'il est tras-probable que la capital de l'Etat ne sera






34 AU CONGO
jamais Lopoldville. On fera un nouvel 6tablissement
quelque part ailleurs, mais toujours sur les bords du
Stanley-Pool. C'est une id6e qui parait d'ailleurs tres
raisonnable. L'avenir de la colonies n'est 6videmment
pas dans la region du bas Congo, oi les Belges ne
possedent qu'un territoire tres restreint par les pos-
sessions franqaises et portugaises. Ii est dans l'int6-
rieur. II est done natural de reporter la capital au
point o doit aboutir tout le traffic du bassin du Congo.
La journ6e de notre arrive devait etre tres charge.
Nous devions d'abord entendre un Te Deum solennel,
puis etre recus par le gouverneur general, M. Fuchs :
et enfin le general Daelmann, en sa quality de repr6-
sentant de Sa Majest6 le Roi, devait passer en revue
de nombreux d6tachements de troupes r6unies a cette
intention. Malheureusement ce programme a d6ja subi
un accroc. Le lendemain de notre depart de Gor6e, oi
nous nous sommes arr&t6s pour prendre le capitaine
Arthur, consul de Sa Majest6 Britannique et d6C1gu6
par son gouvernement pour le repr6senter a l'inaugu-
ration du chemin de fer, un pauvre diable de matelot
de l'Albertville s'est laiss6 tomber A la mer! C'6tait un
Allemand. Je n'ai, du reste, jamais vu un 6quipage aussi
cosmopolite que celui de ce navire. II bat pavilion belge
a la corner et arbore toujours le pavilion congolais au
beaupr6. Son capitaine, le lieutenant Blake, et tous
ses officers, moins un, sont Anglais : le personnel de
la machine est 6cossais ou gallois, et les matelots
appartiennent a toutes les nationalit6s imaginables.
Nous avons meme a bord une douzaine d'anciens
guerriers de Behanzin, des Dahom6ens! Ils sont plus
sp6cialement attaches au service de la cuisine, et le
soir nous les entendons chanter leurs vieux chants
de guerre, tout en plant des pommes de terre, don't
nous avons pris une provision 6norme a Madere.
Toujours est-il que nous n'avons pas retrouv6 notre






LIBREVILLE 35
pauvre matelot allemand. II aura probablement 6t6
coup en deux par l'he1ice. Et le temps perdu A le re-
chercher faisant qu'il devenait impossible d'arriver au
Gabon le 28 juin d'assez bonne heure pour y entrer
avant la nuit, le capitaine Blake a pris le parti de nous
faire passer quelques heures au mouillage de l'ile por-
tugaise de San Thomas, de maniere a nous trouver
seulement le lendemain matin devant les passes du
Gabon, o6, faute d'6clairage, on ne peut pas donner
pendant la nuit. Si bien qu'en definitive, nous sommes
en retard d'une journee.
Cela consternait le pauvre colonel Thys : car, en
sa quality d'organisateur de la caravane, il avait son
amour-propre en jeu. Mais il n'y avait pas moyen de
brfler l'escale de Libreville, parce que nous avions a y
prendre M. de Lamothe, que notre gouvernement a d6-
sign6 pour le repr6senter aux fetes de l'inauguration.
II 6tait tout indiqu6 puisqu'il est commissaire gn&eral
du Congo franqais. Mais on ne sait pas pourquoi ayant
A gouverner le Congo on le fait r6sider h Libreville,
car il n'existe aucune communication directed entire sa
residence et le Congo francais, auquel on ne peut
arriver que par deux voies. L'une tres compliquee,
celle de Loango, un petit port de la c6te A quelques
centaines de miles dans le sud, qui a une barre oi I'on
est toujours en perdition et oi aboutit un sentier de
six cents miles de longueur qui mine Brazzaville
en traversant des forts pleines d'anthropophages;
l'autre, celle que nous allons prendre, qui est beau-
coup plus facile puisqu'on profit de la rivi&re du
Congo et du chemin de fer pour gagner le Stanley-
Pool, qu'on n'a plus qu'A traverser pour 6tre a Brazza-
ville, mais qui a l'inconv6nient grave de nous mettre
completement a la merci des Belges. L'exp6dition Mar-
chand, qui a pris le chemin de Loango, a tu6 pas mal
d'anthropophages le long de sa route, de sorte qu'il y






36 AU CONGO
en a un peu moins dans ce moment-ci. Mais il y en a
encore trop pour qu'on puisse demander a ce pauvre
M. de Lamothe, qui justement est assez bien en chair,
d'aller, de gaiet6 de cceur, s'exposer a leurs marmites;
et comme d'ailleurs le colonel Thys a 6t6 avis6 que
cet infortun6 gouverneur n'a pas h sa disposition le
moindre bateau qui puisse le transporter h Boma, ii
faut bien aller le chercher a Libreville. II 6tait done
entendu que nous le prendrions a bord de I'A lberiville
avec son secr6taire g6n6ral, M. Superville, et son
aide de camp, un jeune capitaine de chasseurs a pied,
le fils de son pare, qui a retrouv6 h bord sa femme
venue avec nous d'Anvers, pour le rejoindre. Mme de
Lamothe a meme eu bien de la chance que le colonel
Thys, apprenant qu'elle 6tait sur le point de partir au
moment oi nous allions nous-mtmes nous mettre en
route, lui ait propose de faire le voyage avec nous.
Car nous avons appris, en passant a Dakar, que le
Tayg&te, des Chargeurs R6unis, sur lequel sa cabine
6tait d6jh retenue, vient de se perdre, je ne sais oi, a
Konakry, je crois. Les passagers ainsi que l'Hquipage
ont pu se sauver. Mais l'6v6nement s'6tant produit
pendant la nuit, il paraft qu'ils sont tous arrives A terre
nus comme des saints Jean! Etant donn6s la temp6ra-
ture, d'une part, et, de l'autre, les mceurs du pays,
c'est un 6v6nement moins d6sagr6able a la c6te d'Afri-
que que partout ailleurs, mais on est toujours bien aise
d'avoir 6vit6 une m6saventure de ce genre.
Nous n'avons pass que cinq ou six heures h Libre-
ville. Je dois dire que j'ai conserve un souvenir atten-
dri de cette relAche, parce que, des que j'ai entendu
causer tous les officers et fonctionnaires qui arrivaient
a bord, je me suis senti rajeuni de trente ans, ce qui
est toujours une sensation agr6able. II me semblait me
retrouver dans une de ces bonnes colonies, comme
Sainte-Marie de Madagascar, Nossi-b6, ou Mah6, oi






LIBREVILLE 37
j'ai passe de si bonds moments quand j'6tais aspirant!
Les coloniaux actuels parent avec un profound m6pris
de toutes ces petites colonies qui constituaient dans
ce temps-la tout notre empire colonial et qui occu-
paient sur la carte une place infiniment moindre que les
barres bleues avec lesquelles on les d6signait, sur les
atlas, a l'attention de la jeunesse studieuse. Ils disent
qu'elles n'ont jamais rien rapport et qu'elles ne pou-
vaient rien rapporter. Ce qui est d'ailleurs absolument
vrai. Mais elles ne codtaient presque rien. Tandis que
les colonies actuelles, qui ne rapportent rien non plus,
nous ont d6ji cofit plus de deux milliards a prendre
et content bien pros de cent millions par an a entre-
tenir! Consideration qui a bien sa valeur pour les con-
tribuables! Et puis, pour les amateurs de pittoresque,
don't je suis, ces petites colonies du temps jadis 6taient
vraiment des pays enchanteurs. Quand on avait le
gout de l'observation, on ne s'y ennuyait jamais, parce
que c'6tait autant de petits duch6s de Gerolstein, oi
on vivait en pleine atmosphere d'operette. A chaque
instant, il s'y produisait des ventures auxquelles il ne
manquait que la musique d'Offenbach pour 6tre dignes
du th6Atre des Vari6t6s. Et ce qui me plait dans cette
colonie-ci, c'est que, sous ce rapport, elle a conserve
les saines traditions de ses devancieres. Ainsi, des
notre arrive, nous avons appris qu'une crise terrible
venait de se produire h Libreville, crise heureusement
d6nouee depuis trois ou quatre jours, moins, peut-6tre,
grace a la sagesse des gouvernants, don't l'attitude en
cette circonstance 6tait l'objet de commentaires pas-
sionn6s, que par le savoir-faire d'un humble fonction-
naire, don't l'dloge au contraire 6tait dans toutes les
bouches. Cette crise avait 6t6 provoqu6e par une
gr&ve. Mais pas par une de ces groves banales comme
celles que nous voyons se produire en Europe. II
s'agissait d'une greve de femmes, comme celle qui se






38 AU CONGO
produisit jadis A Athenes, d'apres Aristophane, du
temps de Lysistrata, et qui a fourni h M. Maurice
Donnay d'abord, un sujet de piece, et puis l'occasion
de nous faire voir au Vaudeville tant de petites femmes
si peu v6tues.
Elle a produit une si profonde motion que tout le
monde nous en parole : on ne parole meme que de cela !
Et tout ce qu'on en dit est empreint d'une saveur
colonial intense qui me ravit! II faut savoir que les
negres de ce pays-ci appartiennent a la tribu des
M'Pongw6s. Ils ressemblent a tous les autres negres
de la region 6quatoriale en ce sens qu'ils sont prodi-
gieusement vicieux et fain6ants. Mais ils en different
en un point : ils ne sont pas anthropophages. Or comme
toutes les autres tribus du voisinage qui appartiennent
a la race pahouine sont au contraire des anthropo-
phages convaincus et pratiquants qui ne manquent
jamais de manger du M'Pofigw6 quand ils peuvent en
attraper un, ceux-ci nous sont tres d6vou6s : car 6tant
tres laches, ils sont bien convaincus que le lendemain
du jour oi nous 6vacuerions leur pays, ils seraient in-
failliblement mang6s. Aussi les relations entire eux et
nous ont-elles 6t6 toujours tres bonnes. Elles avaient
d'ailleurs 6t6 mises sur un tres bon pied d&s les pre-
miers jours de notre occupation, il y a de cela une
soixantaine d'ann6es, par le v6nerable roi Denys, qui
dans ce temps-lk pr6sidait a la destine des M'Pon-
gw6s. Sachant que la femme est'un 616ment de discorde,
il avait vou!u r6gler une fois pour toutes la question
feminine. II avait done d6cid6 que toutes les fois qu'un
officer ou un fonctionnaire se sentirait du vague dans
l'Ame et d6sirerait une compagne, il n'aurait qu'a la
choisir parmi ses femmes ou ses filles, qui seraient
constamment A sa disposition, tandis que les matelots
et les soldats ne pourraient pr6tendre qu'a celles de
ses sujets Et tous les int6ress6s se sont si bien





LIBREVILLE 39

trouv6s de ces lois, conservatrices a la fois de la disci-
pline militaire et de la hierarchie civil, qu'elles sont
encore observes de nos jours. Les reines et princesses
d6sign6es passent toutes leurs journees au palais : et
puis le soir, on les voit arriver sur la place de Libre-
ville par groups qui se disloquent pour se reformer le
lendemain matin quand le moment de rentrer dans
leurs p6nates est venu. C'est m6me grace a ces cou-
tumes que le bon roi Denys pouvait se vanter d'avoir
6tI le beau-pare de plus de la moiti6 des amiraux ou
capitaines de vaisseau qui figurent sur l'annuaire et
que son fils, le roi actuel, pourra sans doute quelque
jour trouver autant de gendres dans la marine et Fad-
ministration r6publicaines que son v6n6rable pere en
avait dans celles de 1'Empire.
Une paix profonde r6gnait done dans cette petite
Cythere africaine quand dernierement les quatre ou
cinq cabaretiers qui s'intitulent les repr6sentants du
haut commerce Libreville s'aviserent de se coaliser
et de fonder un c trust ,. Il s'agissait d'l6ever de cin-
quante centimes le prix de la bouteille d'alougou. On
appelle c alougou a I'eau-de-vie de traite qu'on vend
aux noirs. C'est meme a peu pres la seule chose qu'on
leur vende. Quand cette nouvelle fut connue, toas les
M'Pongw6s furent atterr6s! Mais aucun ne le fut
plus que le roi, qui en consomme a peu pres r6gulibre-
ment une bouteille par jour. Or sa liste civil 6tant
modest, un trou de quinze francs par mois 6tait diffi-
cile a combler. Aussi, n'6coutant que son indignation,
il entra resolument dans la voie des reprisailles, et
usant des seules armes qui fussent A sa disposition,
interdit absolument aux reines et aux princesses
l'acces de la ville. A partir de six heures, il leur fut
interdit de sortir du village indigene!
On comprend 1'6motion profonde que produisit une
pareille measure! D'abord on pensa que la defense ne





40 AU CONGO
serait pas observe. Chaque soir on se r6unissait apres
le diner, a l'heure de la. cigarette, sur la place; les
yeux fix6s sur l'avenue qui mene au village indigene!
On se disait que parmi tant de Juliettes, il y en aurait
bien quelques-unes qui viendraient rejoindre leurs
Rom6os. Mais la consigne 6tait rigoureusement obser-
v6e, car elle avait pour sanction une 6norme cravache
en peau d'hippopotame don't s'6tait arm6 le Roi! Aussi,
personnel ne vint. Et au bout de quelques jours, 'in-
dignation monta a un tel point, les plaintes furent si
vives et si unanimes, que le conseil colonial dut se
rdunir pour statuer sur la situation. Mais quelle me-
sure prendre? quels principles invoquer? Comment
libeller l'arrLt6 qui devait rem6dier au mal? Plusieurs
seances furent consacr6es, dit-on, a 1'6tude de ces
graves questions, et on ne trouvait rien!
Ce fut le commissaire de police qui imagine la solu-
tion. Il eut une id6e g6niale. Ces dames, pour occu-
per les loisirs que leur cr6ait la politique, organisaient
chaque soir, sur la place du village, de formidable
bamboulas qui se prolongeaient bien avant dans la
nuit. Le commissaire de police eut l'ing6nieuse id6e
d'y envoyer deux gendarmes avec ordre de verbaliser
contre le roi, responsible de l'ordre public et coupable
d'avoir tol6r6 du tapage nocturne. Ceux-ci, pour mieux
lui faire comprendre la gravity de son cas, I'empoigne-
rent au milieu de ses sujets constern6s et le rameni-
rent, les menottes aux poignets, a Libreville, oi il
acheva sa nuit au violon. Cet acte de vigueur a eu un
effet merveilleux. L'infortun6 monarque a compris la
legon et a vu qu'il fallait ceder. II a promise que le soir
meme les femmes reprendraient leurs functions extra-
conjugales, ce qui fut fait : et le d6sordre 6tant main-
tenant r6tabli dans cette heureuse colonie, les esprits
se sont calnmis. Mais on parlera encore longtemps de
cet incident!






LIBREVILLE 41
Aussi, il faut bien le dire, on se demand de quoi
on pourrait bien parler dans un pays comme celui-ci.
M. Franck-Chauveau, dans son rapport au S6nat,
constate que nous avons dans nos possessions congo-
laises 90 colons et 254 fonctionnaires. Je ne sais pas
o0 il est all6 chercher ses 90 colons. D'apres les ren-
seignements que j'ai recueillis, il y en a six a Brazza-
ville et lieux circonvoisins, don't deux pirates ton-
kinois qui y sont arrives par suite d'une erreur d'un
scribe de administration et qui y sont d6tenus tout a
fait ill6galement depuis plusieurs ann6es. Mais comme
il se trouve que ce sont des jardiniers et que, sans eux,
on ne mangerait jamais de 16gumes frais a Brazzaville,
on les y laisse. Les 84 autres colons doivent done 6tre
a Libreville. Or on me parole bien d'une ou deux dou-
zaines de blancs qui y exercent presque tous la profes-
sion de cabaretier ou qui vivent plut6t mal que bien en
vendant des 6toffes aux noirs et en leur achetant du
caoutchouc: mais personnel n'a pu me dire oi M. Franck-
Chauveauavait bien putrouver les autres. Pour grossir
sa liste, il y a probablement fait figure les quelques
mulAtres ou negres qui font preuve de civilisation en
mettant quelquefois des souliers le dimanche. Mais tout
ce monde-la n'offre pas de bien grandes resources au
point de vue des relations. Sous ce rapport les mal-
heureux fonctionnaires que nous envoyons lh-bas ne
peuvent done guere computer que sur eux-mimes, et
comme ils ne reqoivent de nouvelles d'Europe qu'une
fois par mois, on comprend l'importance que prennent
des ventures du genre de celle don't je viens d'6tre
1'historien fiddle : car ce sont les seuls 6v6nements qui
viennent rompre la monotonie de leur existence.
C'est la r6flexion que je me faisais en m'en allant
a terre dans la baleiniere d'un de mes jeunes cama-
rades de la marine qui 6tait venu tres aimablement
me chercher pour me faire les honneurs de la colonie






43 AU CONGO
oi il exerce les functions de commandant de la ma-
rine. I1 a commence par me faire admirer deux statues
colossales de bois qu'il a fait disposer de chaque cot'
du petit wharf oih nous avons accost6. Ce sont les
figures de proue de deux vieilles frigates qui sont
venues finir leur carriere ici comme pontons. J'ai
meme ressenti une certain motion en reconnaissant
l'une d'elles : celle de la pauvre vieille Guerriere
sur le r6le de laquelle j'ai eu l'honneur de figure
comme enseigne, pendant quelques jours, en l'an de
grace 1868, quand le guidon du commandant de la sta-
tion du Japon flottait a son artimon. Cela ne date pas
d'hier! L'autre rappelle des souvenirs a peu pros aussi
lointains. Ce pays-ci est le cimetiere des vieux bateaux.
L'aviso la Cigogne qui compose a lui tout seul toute
la station locale, a, du reste, tous les droits pos-
sibles d'y figure. Son commandant me raconte que
ses t6les sont dans un tel 6tat que l'autre jour le bri-
gadier de la baleiniere en a perc6 une avec sa gaffe,
en voulant deborder. Et celles du fond ne sont pas
plus solides. A chaque instant on y d6couvre des
trous, qu'on bouche en y 6talant une couche de
ciment. On est venu h bout, jusqu'h present, de la
maintenir a flot : mais quant h la faire naviguer, il n'y
faut pas songer. Quelle singuliere id6e d'envoyer en
station des bateaux comme celui-lh! A quoi peuvent-
ils servir? D'ailleurs l'6quipage est en aussi mauvais
6tat que le bateau.
-- J'ai d6jh perdu seize hommes sur quatre-vingts!
me dit le commandant. Et tous les autres ont plus ou
moins la fievre. Si bien que, chaque matin, il faut
attendre la visit pour savoir si je pourrai seulement
avoir de quoi armer une baleiniere. Et cependant Dieu
sait si on les drogue! Je suis sur que la quinine que
mon chirurgien a fait avaler a mon 6quipage depuis que
nous sommes ici repr6sente la r4colte de toute une






LIBREVILLE 43
futaie de cinchonas. D'ailleurs, nous sommes tous au
regime de la quinine a haute dose. Tout le monde
avale deux verres de vin de quinquina par jour, comme
measure de precaution. Et puis, des qu'on se sent mal A
son aise, on vous fait prendre de cinquante A soixante-
quinze centigrammes de sulfate de quinine.
Mais, observai-je, de mon temps, a la c6te
d'Afrique, c'6tait quand on avait un gros aces de
fievre qu'on nous donnait soixante-quinze centigrammes
de quinine. Et quand on en donnait un gramme, il
fallait qu'on fut a peu pros perdu.
Oh! les m6decins ont change tout cela! Mainte-
nant ils commencent par deux ou trois grammes. Et
puis ils arrivent a quatre, sans computer les injections.
J'ai connu, en Normandie, un marchand de grains
qui a kt6 poursuivi pour avoir vendu de la graine de
betterave additionn6e de deux tiers de petits cailloux,
tout pareils a la graine. II en faisait venir des wagons
entiers d'Italie, ou ii y en a, parait-il, des carrimres. 11
a soutenu devant le tribunal que ce qu'il en faisait,
c'6tait pour rendre service aux cultivateurs, qui met-
tent toujours trop de semence! Peut-etre que les phar-
maciens font de m&me. Voyant les m6decins forcer les
doses, ils ajoutent de la craie a leur quinine, de peur
qu'ils ne tuent leurs malades.
C'est bien possible! Mais cependant, je dois dire
qu'on meurt peut-etre un peu moins qu'autrefois de la
fievre, depuis qu'on sature les gens de quinine. Ainsi,
vous qui avez 6t6 longtemps h Madagascar, vous devez
vous en souvenir. Assez souvent on entendait parler
d'acces pernicieux qui enlevaient leur homme en quatre
ou cinq heures. Quand on 6tait pris, on ne s'en tirait
guere. Maintenant cela n'arrive plus guere. La fievre
ordinaire ne fait plus beaucoup de victims. Ce don't on
ne se tire pas, c'est de la fievre h6maturique bilieuse.
Jee rapport toute cette conversation parce qu'elle a






44 AU CONGO
6t6 le point de depart, pour moi, d'une champagne d'in-
terviews au course de laquelle je me suis bien amus6.
Nous avions a bord une bibliotheque colonial fort bien
monte. En la consultant, je constatai qu'effectivement
une tres grosse proportion, 30 pour 1oo environ, des
d6ces d'Europ6ens dans les pays tropicaux est main-
tenant attribute a cette fievre h6maturique bilieuse.
Or comme, de mon temps, personnel ne mourait jamais
de cette fiivre-l, ou du moins que les chirurgiens
n'en parlaient jamais, j'ai voulu avoir des renseigne-
ments sur son compete. Nous avions justement A bord
deux m6decins tres savants qui ont longtemps exerc6
dans les pays chauds. Naturellement je me suis adress6
a eux : et puis, apris mon retour en Europe, j'en ai en-
core consult d'autres. Enfin, par-dessus le march, j'ai
lu une foule de livres parlant des fievres des tropiques.
J'ai appris comme cela des choses extraordinaires. II
parait d'abord prouv6, ou du moins ce sont ces mes-
sieurs qui le disent, que lorsqu'on a la fievre, on estle
th6Atre d'un drame qui se passe dans le sang. J'avais
toujours cru que le sang est un liquid rouge qui cir-
cule dans les veines sauf a en sortir lorsqu'on reooit
un coup de poing sur le nez, ou qu'avec un instrument
perforant on fait un trou dans l'enveloppe des conduites
oi il se promene. Mais je me trompais. II parait que le
sang est un liquid incolore qui s'appelle le plasma. Ce
qui lui donne de la couleur, ce sont de petites betes
qui sont rouges, qu'on appelle des globules, et. qui
nagent dans nos veines, comme des poissons dans un
bocal. Et ces globules rouges ne sont pas les seules
petites betes qui vivent dans notre sang. I1 y a aussi
des globules blancs. Et tous ces globules se mangen
les uns les autres. II faut qu'ils soient dans une cer-
taine proportion pour que nous nous portions bien.
Quand dix mille globules blancs ont 6t6 mang6s par
les globules rouges, il faut que dix mille globules rouges






LIBREVILLE


soient a leur tour mangos par les globules blancs. Sans
cela le propri6taire de l'aquarium oai se passe le mas-
sacre est malade.
Tous ceux qui se sont occup6s de pisciculture savent
que, lorsqu'un 6tang est envahi par les herbes, cer-
taines de ces herbes conviennent a certain poissons,
mais nuisent aux autres. Or, il parait qu'un s6jour
dans les pays chauds fait pousser dans les veines des
algues!!! lesquelles algues ont la propri6t6 de rendre
les globules blancs tout fr6tillants, mais au contraire
ont une influence d6sastreuse sur les globules rouges.
De sorte que, lorsqu'il y en a trop, ces pauvres petites
betes, ne se sentant plus en force, finissent par 6tre
tellement d6moralis6es qu'un beau jour elles prennent
le parti de s'en aller. C'est ainsi qu'agissent quelque-
fois les hirondelles quand elles trouvent qu'il y a trop
d'6perviers dans un canton. Et les ph6nomenes qui
caract6risent la fievre h6maturique, ces evacuations de
sang effrayantes, sont simplement dus a cette 6migra-
tion en masse des globules rouges qui se sauvent par
la seule voie qui leur soit ouverte. Le patient s'en va
dans l'autre monde parce qu'il ne peut pas vivre dans
celui-ci sans globules rouges. D'ailleurs il ne tarderait
pas a n'avoir plus de globules blancs non plus, parce
que ceux-ci, n'ayant plus rien a se mettre sous la
dent, ne pourraient plus vivre; de sorte qu'il ne lui
resterait plus dans les veines qu'un plasma inhabit.
Voila les belles choses qu'on m'a racont6es. Depuis
quelques ann6es, les m6decins ont invent des choses
si extraordinaires que celles-lh ne semblent pas beau-
coup plus surprenantes que les autres. Seulement, il
paraft qu'ils ne m'avaient pas tout dit. Car, vers le
mois de mars dernier, il m'est tomb6 entire les mains
une communication que l'illustre docteur Koch, ce
m6decin allemand qui a invent la ( Kochine D, un
liquid merveilleux qui, inject dans le sang des






46 AU CONGO
vaches, apprend si elles sont tuberculeuses, venait de
faire A un congres medical. Or, s'il faut 1'en croire, la
fievre h6maturique est bien caract6ris6e par une emi-
gration des globules rouges : mais cette migration
n'est pas du tout provoqu6e par la presence des algues
don't le paludisme encombre les veines. Ils r6sistent
tres bien aux algues. Ce qui les force a s'en aller
c'est la quinine, qui les tue aussisurement que l'eau de
chaux tue les poissons dans les 6tangs. Elle les rend
peut-6tre sourds et aveugles. Cela ne serait pas bien
6tonnant, puisqu'elle produit cet effet-lh aux humans.
DMs que le corps est satur6 de quinine, elle p6netre
dans le sang, et c'est alors que les globules rouges s'en
vont. Voila la th6orie de M. Koch! Je ne sais pas si
elle est vraie. Mais cela est bien possible, parce qu'elle
explique deux choses : d'abord que la fievre h6matu-
rique ait 6t6 inconnue au temps oi l'on ne donnait
la quinine qu'A petites doses; ensuite qu'elle ne se
declare jamais qu'apres un an ou deux de s6jour,
alors que l'organisme commence a ktre satur6. D'oi il
faudrait conclure que la fievre h6maturique est une de
ces tres nombreuses maladies qui ont 6t6 cr66es de
toutes pieces par les m6decins, comme probablement
la n6vrose et l'appendicite, don't personnel n'avait jamais
entendu parler autrefois et qu'on nous donne en vou-
lant nous gu6rir d'autres maladies.
Mais j'en reviens a ma promenade A Libreville avec
le commandant de la Cigogne. En l'entendant me
dire que son bateau ne pouvait plus naviguer et que
presque tout son 6quipage 6tait sur le flanc, je lui de-
mande A quoi il occupe ses loisirs. II me r6pond qu'il a
achet6 une petite montagne qu'il me montre de loin et
sur laquelle il a plant quelques pieds de cacao. L'agri-
culture a souvent beaucoup d'attraits pour les marines :
j'en suis la preuve! Et puis il aime la chasse. I1 y a
des masses de perroquets dans les lies de la rade. Hier,






LIBREVILLE


il en a massacre cent cinquante dans son apres-midi.
Dans une de ces chasses il a pris un singe charmant
qu'il me pr6sente. En remontant la riviire, on trouve-
rait aussi des hippopotames. Mais il n'est pas prudent
d'aller a leur recherche. Autrefois, quand il y avait ici
en garnison une compagnie de tirailleurs s6n6galais,
les Pahouins de l'intirieur, auxquels ils inspiraient une
salutaire terreur, avaient soin de se tenir a une dis-
tance respectueuse de la c6te. Mais maintenant qu'on
l'a retire pour des motifs d'6conomie, les Pahouins en
prennent a leur aise. Ils se sont tant rapproch6s que
nos pauvres prot6g6s, les M'Pongw6s, n'osent plus
aller a dix kilometres dans l'int6rieur, parce que,
lorsque cela leur arrive, ils sont surs d'etre mang6s. Et
pareille m6saventure pourrait tres bien arriver aux
blancs. Ce qu'il y a de plus dr6le, c'est que ces
Pahouins, qui mangent tous ceux qui vont chez eux,
viennent assez volontiers chez nous, ou du moins ils y
envoient leurs femmes : non pas pour le m6me motif
que le roi des M'Pongw6s : les dames pahouines ont,
au contraire des autres, une conduite exemplaire. Du
reste, elles ont de bonnes raisons pour 6tre vertueuses,
car leurs maris n'entendent pas la plaisanterie sur ce
chapitre : ils mangent incontinent la femme coupable
ou simplement soupconn6e. Mais ils les envoient chez
nous quand leur amour pour la faineantise a c6d6 a
leur gout pour I'alcool et qu'ils se sont r6sign6s h re-
cueillir un peu de caoutchouc afin de pouvoir 1'6chan-
ger contre quelques bouteilles d' c alougou ). J'ai juste-
ment rencontr6 une de ces dames au course de ma pro-
menade. J'avais demand h visiter le march. Quand
je visit un pays nouveau, je ne manque jamais d'aller
au march. On y voit toujours desscenes de moeurs
pleines d'int6r&t, Nous 6tions tout pros du hangar en
fer o il se tient a Libreville, lorsque je remarquai une
grande fille prodigieusement laide qui en sortait. Elle






48 AU CONGO
avait les jambes, depuis la cheville jusqu'au:genou,
garnies :d'une multitude d'anneaux de, laiton gros
comme le petit doigt et venait de notre c6t6 pliie en
deux sous le poids d'une espece de hotte maintenue
sur ses reins par une courroie qui passait sur sa tote.
Je m'arr&tai pour la regarder.
Ah! me dit mon compagnon, voilh une Pahouine !
Quand elles sont chez elles, elle se prominent toujours
toutes nues. Mais il y a dans chaque tribu un pagne
qu'elles mettent a tour de r6le quand elles vont dans
le monde. D'ailleurs elles sont bien faciles a recon-
nattre. Vous allez voir!
Et, sans dire gare, il lui prit d6licatement le nez
entire le pouce et l'index de la main gauche; puis,
faisant de meme du mention avec sa main droite, il lui
ouvrit une bouche 6norme :
Regarded! me dit-il. Elles ont, toutes, les dents
limes en pointe. Et chaque tribu a son tatouage dis-
tinctif.
La-dessus, lachant le nez, il d6noua le pagne, qui
tomba par terre, et me fit remarquer une s6rie de
tatouages sym6triques qui lui couvraient la poitrine et
le venture. En outre, la malheureuse avait le dos cou-
vert d'autres cicatrices. Mais celles-lh 6taient irr6gu-
libres. C'ktaient des marques de coups de baton, et
elles t6moignaient simplement des efforts qu'avait faits
son mari, ou ses parents, pour lui donner une brillante
education.
La Pahouine s'6tait pret6e A cet examen sans faire
l'ombre de resistance. Quand elle vit qu'il 6tait ter-
mine, elle ramassa son pagne, sans mot dire, le renoua,
reprit sa hotte, 1'assujettit d'un coup d'6paule sur son
dos, et continue son chemin, .pench6e en avant, ses
deux seins pendant devant elle, comme deux sacs A
moiti6 gonfles. Je la regardais s'eloigner en me disant
que vraiment ce ne sont' pas les Ames qu'il veut favoriser






TYPES CONGOI.AIS





iA16C^


L.
:A~.cr k:
r I'



~ I ~scip;rr.~


GV'ERRIER ET FEIMMEI BAPOTOS
Ceinture en perle, de verre, ,banes et bracelets
en laitnn,
tatouages sur le front et la poitrine.


(; I RRIE R ET FEMME S NGOUi MBES
Ceinture en fil de laiton, collier en perles de verre,
tatouages.


Photo. lo M. Muorels.
JEi NE FIILLE BANGHALA
allant au march,
tatouages en cr&te de dindon.






LIBREVILLE 49
que l'ange qui preside lh-haut an service de leur r6par-
tition envoie habiter des corps de Pahouines : et j'6tais
assez dispose a m'apitoyer sur le sort de celle-l, mais
je reflechis que si cette m&me femme me rencontrait
malade ou bless seulement a dix ou douze kilometres
de la, elle se ferait un plaisir et un devoir de me d6-
tailler pour me manger avec une sauce a l'huile de
palmier et au piment, et, a cette pens6e, je sentis
toutes mes vell6it6s d'attendrissement se dissiper. On
est vraiment bien excusable de traiter sans beaucoup
d'6gards des gens qui ont de pareilles habitudes.
Cette maniere de voir paraissait d'ailleurs etre abso-
lument celle de toutes les dames M'pongw6s qui se
trouvaient r6unies au march, soit comme acheteuses,
soit comme vendeuses. Je remarquai, en effet, qu'elles
avaient contempl6 cette petite scene sans t6moigner la
moindre sympathie a la Pahouine mise en cause. Bien
au contraire. Car elles s'6taient attroup6es autour d'elle
pendant que nous la regardions et ne lui avaient m6nag6
ni les quolibets ni m&me les injures. C'6taient toutes de
grandes filles don't les pagnes de couleurs voyantes
faisaient ressortir la peau tres noire et les formes tres
vigoureusement accentubes. Elles avaient vraiment
tres bonne tournure. Quelques-unes 6taient m&me tres
belles. Et cependant Pahouins et M'Pongw6s sont a
peu pres de la m&me race. Mais il parait certain que,
du moins au point de vue physique, les seconds ont
6norm6ment gagn6 a notre 6tablissement chez eux. Ne
tirons nul orgueil de cette constatation! Ce n'est pas
nous qui avons am6lior6 leur race! Car je ne crois pas
avoir vu un seul mulAtre. Et on me dit qu'effectivement
ils sont tres rares, ce qui tient, paratt-il, a ce que, lors-
qu'une M'Pongw6 se croit enceinte des ceuvres d'un
blanc, elle se fait presque toujours avorter. Ce n'est
done pas a nous que revient l'honneur de cette trans-
formation du type. C'est aux tirailleurs se6ngalais.






5o AU CONGO
Comme tous les noirs de la Guinee, ces S6negalais ont
beaucoup de sang arabe dans les veines. Or il est im-
possible d'avoir un peu circul6 en Afrique sans etre
frapp6 par la prodigieuse transformation que la moindre
infusion du sang arabe fait subir aux races indigenes.
Si celle du negre de l'Equateur est susceptible d'am6-
lioration, elle ne l'est certainement que par des croi-
sements d'Arabes. Tandis que les croisements euro-
p6ens sont d6sastreux! Sous ce rapport, I'exp6rience
est faite: et elle est concluante. Ainsi, les Portugais
ont tout du long de la c6te une foule de colonies qu'ils
occupent depuis deux ou trois cents ans et oi leurs
m6tis pullulent a ce point que dans certaines d'entre
elles on a souvent bien de la peine a trouver un noir
de type pur. Or ces m6tis constituent partout la race
la plus d6grad6e qui se puisse imaginer. Tous les
voyageurs sont d'accord sur ce point. Physiquement,
ils sont affreux, et au point de vue moral, ils sont
pires, ayant soigneusement conserve tous les vices des
nbgres pour y ajouter ceux des blancs : notamment
I'ivrognerie, qui n'est cependant pas bien commune
chez les Portugais. Ces populations de m6tis ne sont
bonnes absolument h rien. C'est un fait qui n'est ni6
par personnel et qu'il est bon de constater parce qu'il
y a une cole qui a soutenu que le but de la colonisa-
tion devait 6tre la fusion des races. Napoleon, notam-
ment, avait cette id6e. Du moins, il l'a 6mise a Sainte-
H6lene. Il n'est pas de doctrine plus fausse et plus
dangereuse. II faut bien se convaincre que le m6tis a
toujours et partout 6t6 l'ennemi n6 de la race a laquelle
il tient par son pere. Les Espagnols en savent quelque
chose! Dans leurs colonies, les m6tis 6taient toujours
tres nombreux : et ils arrivaient tout de suite A consti-
tuer une classes sp6ciale, parce que leurs pares s'occu-
paient d'eux, leur faisaient donner de l'instruction, les
laissaient meme prendre leurs noms. On les faisait en-






LIBREVILLE 51
trer en masse dans Padministration et dans l'armbe
locale. Et il n'y a qu'a lire l'histoire de l'affranchisse-
ment du Sud-Am6rique, au commencement de ce siecle,
et les journaux de la Havane et des Philippines de
l'ann6e derniere, pour se convaincre que ces m6tis ont
toujours 6t6 les ennemis irr6conciliables des Espagnols,
qui ont trouv6 chez eux bien plus d'hostilit6 que chez
les indigenes de race pure. Ce sont eux qui ont 6t6 les
instruments de la destruction de la puissance colo-
niale espagnole. Et le m6me ph6nomene s'est produit
a Saint-Domingue oii ce sont les mulAtres qui ont 6td
nos ennemis les plus acharn6s. Aussi, les Anglais et
les Hollandais, qui sont des mattres en matiere de colo-
nisation, n'ont jamais cherch6 h s'assimiler les races
conquises. Bien au contraire! Ils paraissent tenir a ce
que le foss6 qui spare les deux races soit toujours aussi
profound que possible. Et comme ils comprennent que
le metissage est un danger puisqu'il tend a rapprocher
les races et a combler ce foss6, ils font tout ce qu'ils
peuvent pour l'att6nuer en 6vitant de faire des m6tis
une classes sp6ciale. Aussi se gardent-ils bien d'imiter
les Portugais, qui laissent les enfants prendre le nom
de leurs pares. Leurs enfants sont completement aban-
donn6s a leurs meres indigenes, qui les 61lvent'en leur
donnant leurs propres usages, et ne leur apprennent
pas d'autre langue que la leur. Dans les bazars de l'Inde
on rencontre souvent de ces m6tis qu'on appelle Eura-
siens. On les reconnait a leur peau, qui est plus blan-
che que celle des autres natifs, mais ils vivent abso-
lument comme eux sous tous les rapports. De sorte
qu'au bout d'une ou deux g6ndrations, leur origine est
oubli6e et ils disparaissent dans la masse des indigenes
sans laisser de trace, tandis qu'a Goa, par example,
on trouve a chaque pas des gens qui se font appeler
d'Albuquerque ou de Souza sous le pr6texte qu'une de
leurs ascendantes a eu des bont6s pour un officer por-






52 AU CONGO
tugais qui s'appelait d'Albuquerque ou de Souza, et qui
constituent une classes sp6ciale, m6prisant absolument
les indigenes a cause du sang de blanc qu'ils ont dans
les veines, mais cependant cherchant toujours a les
exciter contre les blancs, auxquels ils ne pardonnent
pas leur sup6riorit6. On me dira qu'il est abominable
d'abandonner ainsi des enfants qu'on a mis au monde
et que la conduite des Portugais est singulibrement
plus humaine que celle des Anglais. Cela est absolu-
ment vrai. Mais comme toute colonisation est immo-
rale, puisqu'elle a pour but l'asservissement d'une race
par une autre, ii faut bien en prendre son parti et se
pr6occuper seulement, quand on l'entreprend, des
moyens de la mener a bien et des dangers A 6viter. Or
l'assimilation de la race conquise est toujours un dan-
ger, surtout quand la race conqu6rante a des institu-
tions 6galitaires, parce que, malgr6 tout, par la force
m&me des choses, elle se trouve moralement force t6t
ou tard d'appliquer ses theories aux indigenes de ses
colonies et d'en faire des 6lecteurs. C'est ce qui nous
est arrive notamment en 1848. Nous avons donn6 le
droit de vote aux noirs en les affranchissant. L'Empire
l'asupprim6. Mais il a 6t6 r6tabli en 1870 et 6tendu aux
S6n6galais et aux juifs d'Alg6rie. II est certain que dans
un avenir prochain il faudra bien aussi l'accorder aux
Annamites puis, un peu plus tard, aux Congolais : de
sorte qu'il arrivera un moment oi nos sujets coloniaux
6tant plus nombreux que leurs conquerants, ce sont eux
qui seront reellement les conqu6rants, puisque ce sont
eux qui front les lois. C'est d'ailleurs ce qui s'est pro-
duit aux Etats-Unis, dans un certain nombre d'Etats
du Sud, oh les anciens esclaves lib6r6s 6tant en majority
ont pendant quelque temps fait r6gner la terreur. Seule-
ment les Am6ricains ont au plus haut degr6 le talent
de resoudre pratiquement des situations qui semblent
insolubles en thdorie. Dans tous les comtes oi le






LIBREVILLE 53
p6ril noir est menacant, c'est-h-dire quand les negres
auraient quelque chance de faire passer leur candidate
ou du moins d'influencer le vote des blancs, ceux-ci
r6unissent quelques fonds avant chaque election et on
s'entend avec les cabaretiers pour qu'ils acceptent en
payment, pendant la durie de la semaine qui pr6cede
les elections, les cartes electorales des noirs. On les
indemnise ensuite convenablement. De cette facon on
arrive a supprimer le vote des negres, et seuls les
parties blancs restent en presence. Ce n'est 6videmment
pas bien conforme a l'esprit de la Constitution ameri-
caine et ce n'6tait pas la peine de d6livrer les negres,
pour leur retire d'une main ce qu'on leur a donn6 de
l'autre! Mais quand on fait cette reflexion aux Am6ri-
cains, ils r6pondent comme des Normands a qu'il vaut
encore mieux se d6dire que de se d6truire n, et qu'ils
se d6truiraient sutrement s'ils se laissaient gouverner
par des negres. Ce qui est absolume'nt vrai. Quand on
voit ce qui se passe actuellement aux Antilles, oui les
noirs incendient les immeubles des blancs sans que la
justice intervienne, parce que tous les fonctionnaires
sont plus ou moins negres, on se dit que nos cr6oles
devraient bien faire comme les Am6ricains. Mais nos
creoles sont des Frangais! Et des Franqais ne parvien-
nent jamais A s'entendre.
C'est 1a un sujet sur lequel il y aurait trop a dire!
Celui que je traitais 6tait moins s6rieux : j'en 6tais a
parler de l'heureuse influence qu'ont eue, au point de
vue de la beauty physique, sur la race des M'Pongw6s,
les S6n6galais que nous amenons au Congo. II parait
d'ailleurs que cette influence s'est fait 6galement sentir
chez leurs voisins, les Pahouins. Cela tient a ce qu'il
arrive assez souvent que quelques-uns de ces S6ne-
galais d6sertent, avec armes et bagages, pour aller
s'6tablir chez eux. Les Pahouins ne sont g6neralement
pas hospitaliers. Habituellement ils mangent tout.de





54 AU CONGO
suite les strangers qui viennent chez eux. Mais ces
giants noirs ont des manieres de faire qui les d6con-
certent. Des qu'ils arrivent dans un village pahouin,
ils commencent par affirmer leur sup6riorit6 en s'ins-
tallant chez le chef, qu'ils mettent a la porte de chez
lui, en gardant ses femmes. Apres quoi, ils se font
nourrir et h6berger par la population du village. Is
finissent toujours par 6tre mang6s, mais ils inspirent
une tell terreur que souvent cet 6tat de choses se
prolonge pendant des mois et m6me des ann6es.
Malheureusement il est a craindre que, malgr6 la
bonne volont6 des S6n6galais, ces essais d'am6lioration
de la race pahouine ne donnent pas de r6sultats bien
sensibles, car on vient de supprimer la compagnie de
tirailleurs qui tenait garnison A Libreville. Du reste ici,
chaque ann6e, on supprime quelque chose. Et il faut
reconnaitre qu'on a parfaitement raison. Notre 6tablis-
sement dans ce pays avait sa raison d'6tre quand la
traite des noirs florissait. Les n6cessit6s de la politique
et les criailleries des philanthropes nous obligeant A
entretenir sur la c6te une station assez nombreuse pour
la r6primer, il fallait bien un point d'attache a cette
station : et Libreville, situde au fond d'une assez belle
rade, au centre meme des parages fr6quent6s par les
n6griers, r6pondait parfaitement a cet objet. Mais
maintenant que la traite a pris fin et que ce n'est plus
une simple station militaire que nous voulons avoir
dans cette parties de l'Afrique, mais un grand empire
colonial que nous nous proposons de cr6er dans Pin-
t6rieur des terres, nous avons besoin d'un port qui
puisse lui servir de d6bouch6, et il est manifesto que
Libreville ne peut pas jouer ce role. Libreville pourrait
tout au plus servir de port a la region c6tiere. Mais
tout du long de cette c6te, la zone comprise entire la
mer et les Monts de Cristal arros6e par des petites
rivieres, g6n6ralement pas navigables et formant une





LIBREVILLE 55

s6rie de petits bassins, entire lesquels les communica-
tions sont tres difficiles, n'a qu'une tres mediocre
valeur. Elle peut m6me ktre consid6r6e comme une
quantity n6gligeable, a cause de son insalubrit6 d'abord,
ensuite, parce qu'elle est completement isolde de 'in-
t6rieur par cette chaine de montagnes que les Belges
n'ont pas h6sit6 a faire traverser par un chemin de
fer a quelques degr6s plus bas dans le sud, le bas
Congo leur offrant a cet endroit une voie navigable
qui supprimait la moiti6 de la distance a parcourir,
puisqu'elle les conduisait jusqu'aux premiers contre-
forts des montagnes en question. Mais c'est le seul
point de la c6te oi la bienveillante nature se soit mise
ainsi en frais. Partout ailleurs, et notamment A Libre-
ville, un chemin de fer de p6n6tration aurait A tra-
verser non seulement la zone des montagnes, mais
encore tout I'espace qui les spare de la mer. Ainsi
on a parl6 d'en construire un qui irait de l'Oghou6,
qu'on peut cependant remonter a une certain dis-
tance, jusqu'a l'Oubanghi. Mais m6me ce trac6-la
a encore une longueur de six ou sept cents kilome-
tres, tandis que celui des Belges n'en a que quatre
cents. Puis celui des Belges d6bouche sur le Stanley-
Pool, oi convergent tous les affluents du fleuve et ou,
par consequent, se centralisent naturellement toutes
les marchandises venant de l'int6rieur ou y allant. II
est bien evident 'qu'aucun autre trac6 n'offrirait de
pareils avantages. Se lancer dans la construction d'un
second chemin de fer, pour faire concurrence a celui qui
existe maintenant, surtout si on le faisait partir de Li-
breville, serait done une folie. Comme je le disais plus
haut, Libreville n'a plus ainsi aucune raison d'etre.
Non seulement cet 6tablissement est inutile au d6-
veloppement commercial du Congo francais, sur lequel
nous devons concentrer tous nos efforts si nous voulons
en faire quelque chose, mais il ne peut que lui 6tre tres





56 AU CONGO
nuisible tant que le gouverneur y r6sidera. En effet, il
n'est pas dans nos habitudes de laisser a nos colonies
une bien grande initiative. Elles sont places sous la
tutelle du ministry des Colonies, comme nos communes
de France sont sous celle du ministry de l'Int6rieur.
On ne peut rien y faire sans l'avis de la m6tropole. Ainsi
je rencontrais ces jours derniers un de mes vieux cama-
rades de la marine, qui fait parties de la commission des
bAtiments coloniaux. Il me racontait qu'A leur derniere
stance, on leur avait soumis les plans et les devis d'un
corps de garde que le gouverneur de la Guyane veut
faire construire A Cayenne! II ne peut pas commencer
les travaux sans leur approbation. On blame beaucoup
ce system. Je ne dis pas qu'on ait tort. Mais, d'un
autre c6t6, 6tant donn6 le recrutement de nos gouver-
neurs et celui de nos colons dans les rares colonies oh
il y en a, je me dis qu'il se passerait des choses bien
extraordinaires si on laissait A tout ce monde la bride
sur le col. Ainsi, que deviendraient les indigenes? En
Cochinchine, on a voulu se livrer a un timide essai de
decentralisation colonial. II a fallu tout de suite faire
machine en arriere. Les colons se partageaient le
budget, puis comblaient le deficit en 6crasant d'imp6ts
les infortun6s Annamites, si bien qu'on marchait tout
droit a une r6volte. Le remade pourrait done bien 6tre
pire que le mal. D'un autre c6t6, il faut reconnaitre
que ce systeme n'est possible qu'autant que les com-
munications entire la colonies et la m6tropole sont aussi
faciles et aussi rapides que possible. Or la residence
du gouverneur dans un cul-de-sac comme Libreville
constitute une g6ne de tous les instants. Ainsi tous nos
postes 6chelonn6s sur I'Oubanghi ne peuvent commu-
niquer avec la France que par Brazzaville, qui est si-
tu6 sur le Stanley-Pool, et d'oi les lettres parent par
la voie belge. 11 y a six departs par mois, et elles arri-
vent en Europe en quatre semaines en moyenne. Mais






LIBREVILLE


il n'y a que les lettres particulieres qui puissent pren
dre cette voie. I1 faut bien que les d6p&ches officielles
passent par Libreville pour etre soumises au gouver-
neur. Seulement, comme il n'y a qu'un courier par
mois a Libreville, oi le service est assure par un bateau
qui fait escale tout du long de la c6te et qui, au retour,
n'y relAche que quelques heures, en arrivant du Congo
belge, ces depcches subissent forc6ment un retard
6norme, qui doit 6tre g6ndralement aumoins d'un mois :
car si le gouverneur veut seulement les lire avant de
les r6exp6dier, elles ne peuvent 6videmment pas re-
partir par le bateau qui les a apportees. II faut qu'elles
attendent le suivant! Comment veut-on qu'une admi-
nistration fonctionne dans de pareilles conditions?
La premiere chose A faire serait done d'envoyer le
gouverneur, ou le commissaire g6n6ral, car on parait
tenir, je ne sais pas pourquoi, A ce que le gouverneur
du Congo ait le titre de commissaire g6n6ral, la pre-
miere chose A faire serait d'envoyer ce fonctionnaire
resider dans le pays qu'il a A administer, c'est-A-dire
a Brazzaville. On ne l'a pas fait jusqu'a present, Cvi-
demment parce qu'il se trouve tres bien A Libreville,
oi il a a sa disposition un gouvernement tres confor-
table, bAti au milieu d'un grand jardin l'anglaise,
plant de tres beaux palmiers, tandis qu'a Brazzaville
il lui faudrait loger sous une abominable paillotte.
Puis on a, sans doute, recul6 devant les frais qu'en-
trainera l'installation de tous les services dans un pays
ol tout sera a creer A la fois, Mais il faut bien se dire
qu'on sera toujours oblige d'en venir lA un jour ou l'au-
tre, et que tout l'argent qu'on d6pense, en attendant,
A Libreville est de l'argent sinon absolument perdu, du
moins qui pourrait etre employee infiniment plus utile-
ment ailleurs. Ainsi, on y a cre6, A grands frais, un
tres beau jardin d'essai oi on se livre A des experiences
de culture tres int6ressantes. J'y ai vu notamment des






58 AU CONGO
treilles de vanille mexicaine en plein rapport, et des
plantations de cacao et de caf6 de diff6rentes varidt6s
qui toutes semblent tres bien r6ussir. Par le fait, il
semble possible d'acclimater ici a.peu pris tous les
fruits tropicaux. Un jardin de ce genre serait assur6-
ment tres utile dans un pays oh l'on voudrait attirer
des colons. Mais ce n'est pas le cas ici, puisqu'il est
reconnu que cette region est tellement malsaine que
les blancs ne peuvent pas y vivre d'une maniere per-
manente, et que d'ailleurs on a supprim6 la garnison
qui seule tenait les Pahouins en respect, si bien qu'un
infortun6 colon qui s'aviserait de vouloir venir s'y
installer serait str d'etre mang6 par eux! Le jardin
n'est et ne peut done 6tre qu'un simple potager destiny
A fournir de fruits et de legumes, les tables de M. le
gouverneur et de :MM. les fonctionnaires. 11 ne cotte
me dit-on, qu'une vingtaine de mille francs d'entretien
par an. Ce n'est 6videmment pas rnorme, mais je le r6-
pete, c'est de l'argent absolument perdu. Tandis que
si on en cr6ait un du m&me genre quelque part a l'in-
terieur, a Brazzaville, par example, celui-l pourrait
rendre des services, puisque l'exemple des Belges
semble prouver que si toutes les tribus sont anthropo-
phages, il y en a cependant parmi elles qui sont moins
irrdductibles que les Pahouins et parmi lesquelles des
colons pourraient trouver des travailleurs et pour-
raient, par consequent, peut-etre, faire quelque chose
de serieux, car lh, au moins, le climate est moins mau-
vais.
Cependant, on peut dire que ces fruits et ces legumes
qu'on a acclimat6s h Libreville, il est bien probable
qu'on pourra les faire pousser ailleurs en employant
les memes m6thodes. En se placant A ce point de vue,
il est meme permis de croire que l'argent qu'on a d6-
pens6 n'est pas completement perdu. II en restera tou-
jours quelque chose! Tandis que je me demand si on






LIBREVILLE


en peut dire autant des efforts que font les pauvres
missionnaires du Saint-Esprit depuis pros de soixante
ans, pour rendre chr6tiens les M'Pongw6s. L'exp6-
rience qui se pursuit ici a un grand int6r6t, parce
qu'elle souleve une foule de questions. La race negre
est-elle perfectible? Si elle l'est, a quel genre d'in-
fluence est-elle accessible? Le christianisme est-il du
nombre? Les noirs sont-ils capable de concevoir l'id6al
de Dieu qui fait le fond de ses doctrines? Voilh 6vi-
demment de grands problimes! Ils sont pos6s depuis
bien longtemps. Bien des solutions ont 4t6 donn6es,
mais aucune, en some, n'est d6finitivement acquise.
Elles sont toutes plus ou moins contest6es. I1 est done
toujours bon d'enregistrer tous les faits qui peuvent
jeter du jour sur la question. Et il est bien evident que
ce qui se passe au Gabon a un grand int6r&t A ce point
de vue. Ailleurs, en effet, on trouve bien des chr6tiens
groups de loin en loin. Mais ils sont rests en con-
tact avec les paiens qui les entourent. I1 est done
bien natural que leur changement de religion ne pro-
duise pas tous ses effects. Tandis que les M'Pongw6s se
sont convertis en masse et depuis longtemps. Ils ne
sont plus en contact direct avec leurs voisins, puisque
ceux-ci les mangent quand ils peuvent les attraper.
Au contraire, etant constamment en rapport avec les
blancs, ils ont pu s'impr6gner completement de civili-
sation. On peut done se faire une id6e, par leur
example, de l'influence que peuvent avoir le christia-
nisme et la civilisation sur les nigres.
J'ai beaucoup connu dans ma jeunesse un person-
nage qui avait des opinions tres arret6es sur la
question si controvers6e de l'am6lioration morale de la
race noire. C'6tait un vieux capitaine marseillais nomm6
Dupont, que j'ai rencontr6 sur la c6te d'Afrique ou il
avait pass toute sa vie au milieu des negres. II avait
la reputation de les connaitre admirablement, surtout






60 AU CONGO
au point de vue physique, h cause de la nature sp6ciale
de l'industrie qu'il exercait, car je dois avouer que
cette industries 6tait la traite, ou, comme on disait par
euph6misme, le commerce de bois d'6bene. Mais.il
connaissait 6galement bien l'Ame negre, car pas un roi
du pays n'a jamais pu se vanter de l'avoir roul6 en
affaire. L'opinion de ce bon capitaine Dupont sur cette
question est done au moins aussi interessante que celle
d'une foule de braves gens qui nous parent des negres
sans en avoir jamais vu d'autres que celui de la porte
Saint-Denis. Or, justement, quand nous nous rencon-
trions h Tamatave, chez la bonne princess Juliette,
don't la case hospitalibre constituait une sorte de terrain
neutre, ou les n6griers et les officers des croiseurs fra-
ternisaient volontiers en se racontant les bons tours
qu'ils s'6taient jou6s mutuellement, j'ai bien souvent
entendu cet excellent capitaine border cette question
qui lui tenait au coeur.
Voyez-vous! disait-il, quand on en venait A parler
de la traite des noirs et que l'un de nous, pour le ta-
quiner, le traitait de vil n6grier, qualification don't il
ne s'offensait pas, car il comprenait tres bien la plai-
santerie, voyez-vous! on a une foule d'id6es fausses
sur les negres! II y a des gens, comme les n6grophiles
anglais, par example, qui soutiennent que les negres
sont tout aussi susceptibles de perfectionnement que
les blancs; et puis d'autres qui pr6tendent qu'il n'y a
rien a en faire! Les deux opinions se valent! L'une
n'est pas plus vraie que l'autre! Les negres sont
comme les radis qu'on plante dans ce pays-ci. Si apres
les avoir semis on ne s'en occupe pas, ils poussent tout
en hauteur; au bout de quinze jours, on a un taillis de
petits arbres qui ont un metre, mais qui ne donnent
rien a manger et qui ne sont bons qu'A 6tre jets au
feu. Tandis que si on les surveille, si on se donne la
peine,Ides qu'on voit les premieres feuilles sortir de






LIBREVILLE 01
terre, de tendre au-dessus de la couche une natte qui
gene leur croissance, on a des petits radis roses excel-
lents. Eh bien! il en est de m&me des negres! Tant
qu'ils restent chez eux et qu'ils poussent en liberty,
vous aurez beau vous donner un mal 6norme pour les
am6liorer, ils ne seront jamais bons a rien. Mais quand
on les transport dans un autre pays ou ils se sentent
bien isol6s, et qu'on se donne la peine de faire leur
education sans 6conomiser les rotins, qui en sont 1'l66-
ment essential, on finit, en y mettant le temps, par
obtenir des r6sultats 6tonnants. Ainsi les abolition-
nistes am6ricains citaient une foule d'anciens esclaves,
comme Douglas, par example, qui paraissent avoir 6t6
r6ellement des hommes tres remarquables! Mais puis-
qu'on n'a jamais vu des hommes comme ceux-l en
Afrique, il est bien evident que s'ils ont autant de
valeur, ils la doivent d'abord au n6grier qui a amen6
leur grand-pere ou leurs aeux de la c6te, ensuite aux
commanders auxquels on les a confi6s et qui leur ont
enlev6 toutes leurs mauvaises habitudes en leur tan-
nant le cuir a coups de fouet. Donc, plus on trouvera
de qualities a tous ces negres-lh, et plus il sera prouv6
que les n6griers sont les agents les plus actifs de la
r6g6neration de leur race, et qu'ils lui ont rendu bien
plus de services que les negrophiles et les philan-
thropes ne lui en rendront jamais! Seulement, si les
Am6ricains s'imaginent qu'ils ont modifi6 la race d'une
maniere permanent, ils sont dans l'erreur. Les resul-
tats qu'ils ont obtenus sont dus uniquement a un dres-
sage, et ils dureront tant que durera le dressage. Or,
maintenant qu'ils ont lib6r6 les negres, ils ne pour-
ront plus leur appliquer les proc6d6s qui avaient si
bien r6ussi! Et, dans quelques annres, ils auront de
l'agr6ment avec leurs negres! Vous m'en direz des
nouvelles!
Ainsi parlait le bon capitaine Dupont, avec son bel






62 AU CONGO
accent marseillais et en faisant rouler ses r d'une fagon
si terrible, que le palais de la princess Juliette en
tremblait. II faut dire que ce palais 6tait une simple
paillotte. Nous l'6coutions tout en savourant un cer-
tain punch a 1'ananas, don't cette bonne princess sa-
vait la recette, qui 6tait excellent par lui-m6me et qui
nous semblait d'autant meilleur qu'il nous 6tait servi
par ses deux jolies nieces, les princesses Ra-Tou et
Ra-Soua. Elles ne d6daignaient m6me pas d'en vider
quelques verres avec nous. Et je dois dire que lorsque
je lis dans les journaux l'6num6ration de tous les m6-
faits don't les Am6ricains accusent, a tort ou a raison,
les negres, qu'ils ont lib6r6s voila bient6t quarante ans,
les sages paroles de ce vieux navigateur me reviennent
a la m6moire! La liberation des noirs est une opera-
tion qui a couit a ces bons Am6ricains une trentaine
de milliards, au bas mot, et quatre ou cinq cent mille
vies de blancs, et elle ne semble pas leur procurer beau-
coup plus d'agr6ments que celle A laquelle ils viennent
de se livrer en affranchissant les Tagals de Manille,
qui paraissent les d6tester encore plus que les Espa-
gnols. Du moins en ce qui concern les negres, je crois
que si cela 6tait a recommencer, ils s'abstiendraient.
D'autant plus qu'il est surabondamment prouv6 main-
tenant que les theories d'assimilation de la race noire,
qui 6taient en faveur au moment de la guerre de S6ces-
sion, sont absolument irr6alisables. Voila pros de qua-
rante ans que tous les negres du Sud ont 6t6 affranchis.
Leurs enfants ont recu absolument la meme education
que les blancs : ils ont fr6quent6 les m6mes 6coles : ils
jouissent des m6mes droits politiques : et cependant,
bien loin de se rapprocher de la civilisation, ils s'en
6loignent. Maitres de leurs propres destinies, ils sont
en train de retourner doucement a un 6tat social qui
se rapproche de plus en plus de celui de leurs anc6tres,
qu'on 6tait all6 chercher A la c6te d'Afrique. Ainsi ces






LIBREVILLE 63
bons negres, si pieux, de Mme Beecher-Stowe, qui
avaient toujours la Bible a la main, reviennent au feti-
chisme! C'est d'ailleurs le ph6nomene qui s'est produit
A Haiti, oI le culte du Vaudoux, qui comporte l'adora-
tion du serpent, des ceremonies au course desquelles
tous les assistants dansent tout nus, et des sacrifices
humans, suivis de repas dans lesquels on mange le
corps de la victim, commence a avoir de nombreux
adeptes. Chassez le natural, il revient au galop!
Cela prouve done que les theories du capitaine Du-
pont sur la perfectibility de la race noire ne sont peut-
6tre pas aussi paradoxales qu'elles en ont l'air. L'Utat
de l'Europe actuelle ne semble pas prouver d'une ma-
nitre concluante que la race blanche soit tres ameliorde,
au point de vue moral, par la liberty. Quand on voit
notamment chez nous les progres de l'alcoolisme, il est
bien permis d'en douter. Mais, en tout cas, le contraire
semble absolument d6montr6 par l'exp6rience, en ce
qui concern la race noire. On peut m6me se demander
si le christianisme, qui est incontestablement un bien-
fait pour les races inferieures, a la condition qu'elles
soient maintenues par une autre dans un 6tat sinon
d'esclavage, du moins de tutelle, ne leur est pas plus
nuisible qu'utile, du moins au point de vue temporel,
quand elles jouissent de leur pleine ind6pendance!
II y a bien des faits qui tendraient a justifier cette
opinion. Ainsi le Pere de Smet, un j6suite belge,
qui avait fond des missions dans l'Or6gon et dans la
Colombie, il y a une soixantaine d'annees, 6tait par-
venu h convertir completement cinq ou six des tribus
de cette region, notamment les Pends-d'Oreilles et
les Nez-Perc6s. Il en avait fait des chr6tiens d'une
ferveur extraordinaire. Or, il est arrive que ces tribus
qui, avant leur conversion, comptaient parmi les plus
puissantes du pays, ont 6t6 d6truites en tres peu de
temps par leurs ennemis h6r6ditaires, les Pieds-Noirs






64 AU CONGO
qui, jusque-la, n'avaient jamais pu les entamer. Et
la chose se comprend parfaitement. Tant que les Nez-
Perc6s ont scalp6 consciencieusement tous les pri-
sonniers Pieds-Noirs, de m6me que les Pieds-Noirs
scalpaient tous les Nez-Perc6s qui leur tombaient sous
la main, l'6quilibre a pu se maintenir. Mais apris leur
conversion, les Nez-Perc6s ne scalpant plus les Pieds-
Noirs, et les Pieds-Noirs, au contraire, scalpant plus
que jamais les infortun6s Nez-Perc6s, ceux-ci devaient
forc6ment finir par succomber sous le nombre et dispa-
rattre. Du reste, c'est l'histoire des Vend6ens qui, au
debut de leur soulevement, avaient la naivet6 de rela-
cher tous leurs prisonniers, tandis que tous ceux des
leurs qui 6taient pris 6taient imm6diatement fusill6s,
noy6s ou guillotines. Ce qui prouve que certaines ver-
tus sont dangereuses & pratiquer quand on a affaire a
des sauvages. D'oV il faut conclure que, du moins au
point de vue purement human, c'est un service con-
testable qu'on rend a des gens appeles A vivre au mi-
lieu des sauvages, que de leur enseigner une religion
qui leur apprend h pratiquer lesdites vertus.
Or, c'est le cas de ces malheureux M'Pongwes. Je
ne me figure pas qu'ils aient jamais value grand'chose.
Je ne crois pas notamment qu'ils aient jamais 6t6 des
foudres de guerre. Mais enfin, avant de nous connaitre,
ils valaient bien les Pahouins, puisque dans ce temps-
lh ils pouvaient se d6fendre contre eux, ce qui parait
prouv6, car sirement les Pahouins les auraient mang6s
s'ils l'avaient pu. Or maintenant, apres soixante ans de
civilisation, quand ils sont tous convertis et qu'ils
savent tous lire et 6crire, il est admis par tout le monde
que si nous nous en allions, ils seraient mang6s tout
de suite! Et si encore cet abAtardissement trop evident
6tait compens6 par des qualit6s morales! Mais, sous le
rapport de la morality, ils sont encore plus bas que les
Pahouins, puisque les dames pahouines sont remar-






LIBREVILLE 65
quablement fiddles a leurs 6poux, qui sont cependant
laids comme des gorilles, tandis que les M'Pongwes
criblent de coups de canifs les contracts, pourtant tres
en rigle, qui les unissent a des 6poux beaucoup mieux
dou6s sous le rapport physique! Et par-dessus le mar-
ch6, elles pratiquent l'infanticide a ce point que la po-
pulation diminue a vue d'ceil! Les pauvres mission-
naires sont d'ailleurs les premiers a constater cette
absence de sens moral chez leurs ouailles. II parait que
lorsqu'on les interroge, les plus optimistes disent qu'il
faudra encore au moins cinq ou six generations avant
qu'on puisse esp6rer voir une amelioration sensible.
Mais puisque, meme si nous restons dans le pays, la race
M'Pongw6, du train don't vont les choses, aura dis-
paru avant que le moment fix6 pour cette amelioration
soit venu, autant dire qu'ils d6sesperent de leur ceuvre!
L'exp6rience tent6e h Libreville n'est done pas bien
encourageante. Elle est au contraire de nature a con-
firmer I'opinion des gens qui soutiennent que, quoi que
nous fassions, notre contact est toujours funeste au
negre. On ne peut pas dire qu'ils manquent d'id6al et
qu'ils soient tout A fait r6fractaires au progres. Mais
leur id6al est totalement different du n6tre, et quand
nous voulons leur imposer le n6tre, leur esprit ne peut
pas le comprendre et nous n'en faisons que des singes
savants comme Soulouque : tandis qu'abandonn6s h
eux-m6mes, ils peuvent poursuivre leur propre id6al
et alors ils produisent des homes qui ont reellement
une valeur, comme Samory, Behanzin, ou Ketche-
wayo, qui, si on les avait laiss6 faire, auraient peut-
'tre cr66 des centres oh se serait d6velopp6e une civi-
lisation inf6rieure a la n6tre, mais qui, 6tant conforme
au g6nie de la race noire, l'aurait assur6ment l6ev6e
au-dessus de son niveau actuel. Mais nous avons
d6truit l'un apres l'autre tous ces royaumes negres oh
auraient pu se cr6er des foyers de civilisation indigene,





AU CONGO


et il est bien evident qu'ils ne pourront plus se reformer.
Notre arrive dans leur pays 6quivaut done a la con-
damnation definitive de la race noire, qui disparattra
probablement sur beaucoup de points, et ailleurs me-
nera une vie de paria.
Comme il y a l1 une situation g6nErale qui domine
les volont6s particulibres, il est bien evident que
nous n'y pouvons rien. Nous ne pouvons pas ne
pas aller nous 6tablir chez les negres, puisque tout le
monde y va! Seulement nous devrions bien n'aller
faire des 6tablissements chez eux qu'autant que l'exis-
tence de ces 6tablissements peut etre avantageuse
pour nous. Or, en se plagant a ce point de vue, je
me demand ce que nous faisons h Libreville. Le sol y
est tres mediocre; les productions naturelles, a peu
pros nulles; la population indigene n'est bonne a rien
et la presence du gouverneur sur ce point ne peut que
g&ner tres s6rieusement le d6veloppement du Congo.
Il semblerait done indiqu6 sinon de l'6vacuer, du moins
de transporter ailleurs tous les services et, en tout cas,
de n'y plus faire aucune d6pense! Telle n'est pas ce-
pendant, parait-il, l'opinion qui pr6vaut en haut lieu!
Car au moment oui je mets ces notes au net, j'entends
dire qu'il est question, au contraire, d'y faire de tres
gros frais! On va y construire trois ou quatre bastions
qu'on armera de gros canons, afin de d6fendre la rade :
je me demand a qui pourrait bien venir l'id6e de
l'attaquer !














CHAPITRE II

KABINDA ET BANANA


M. le colonel Thys parait s' tre jur6 qu'il ferait as-
sister a I'inauguration de son chemin de fer tous les
gouverneurs de la c6te, et pour 6tre plus sur qu'ils y
viendront, il va les chercher A domicile. Nous avons
pris h Libreville M. de Lamothe, gouverneur du Congo
frangais, et son 6tat-major. 11 nous emmene a Kabinda
pour y chercher le gouverneur du Congo portugais.
Nous avons eu quelque peine a trouver ce port de
mer. Le lendemain matin de notre depart de Libreville,
I'estime nous plaqait bien en face de cette locality,
mais toutes les lorgnettes du bord avaient beau fouiller
la c6te, on ne voyait qu'une ligne non interrompue de
pal6tuviers. Heureusement nous avons trouv6 une go6-
lette au mouillage, don't le capitaine, un negre peu
vetu, qui prenait le frais sur son gaillard d'arriere, nous
a mis en bonne route, de sorte que vers neuf heures
nous contournions la pointe bois6e qui ferme la rade, et
peu apres nous laissions tomber notre ancre en face du
palais du gouverneur, une maison sans pretention a
architecture, qui se dresse au sommet d'une colline,
abrit6e par quelques beaux arbres. Sous le rapport de
l'animation, la rade de Kabinda rappelle celle de Libre-
ville. La marine de guerre est repr6sent6e par un aviso
portugais, que je soupqonne d'etre le contemporain de






68 AU CONGO
la pauvre vieille Cigogne, qui pourrit a Libreville, et
celle du commerce par un infortun6 trois-mats qui s'est
jet6 a la c6te il y a quelques mois et qui est rest& cou-
ch6 sur la plage, la quille en l'air. II faut croire qu'il
ne vaut pas la peine d'en etre tire, car personnel n'a
l'air de s'en occuper. Nous restons a Libreville afin de
ne pas etre obliges de bAtir ailleurs une maison pour le
gouverneur du Congo. C'est le protocole qui retient les
Portugais au rivage de Kabinda! Autrefois, ils poss6-
daient, au moins nominalement, tout le littoral, y
compris les deux rives du Congo. Au temps oi 1l'Afrique
6tait avant tout une reserve d'esclaves, cette posses-
sion avait bien sa valeur, car justement cette region
6tait passablement peupl6e. Mais depuis que le negre
a cess6 d'etre un article d'exportation, elle avait perdu
A peu pros toute sa valeur. Aussi, quand 1'Europe a eu
d6cid6 la creation de l'Etat libre du Congo et qu'il a
bien fall donner A cet Etat un port ou du moins l'acces
A la mer, les diplomats du congres r6uni a Berlin
n'ont vu aucun inconvenient A enlever aux Portugais,
pour la donner au roi des Belges, toute la rive droite
du fleuve A partir de la cote jusqu'a Manyenga, point
oi elle redevient frangaise, et puis A leur prendre la
rive gauche, en descendant du Stanley-Pool jusqu'a
Nioki, un petit village en aval de Matadi, sauf A leur
laisser la continuation de cette rive jusqu'a l'embou-
chure. Combinaison qui, par parenthbse, donne sur les
atlas, A cette parties de la carte d'Afrique, I'apparence
d'un habit d'arlequin, tant les possessions belges, fran-
caises etportugaises setrouvent emme16es. Lespauvres
Portugais ont bien 6t6 obliges de se laisser d6pouiller,
car toute l'Europe 6tait contre eux. Seulement, parmi
les innombrables titres, souvenirs d'une grandeur,
h6las! bien compromise, que prennent les rois de Por-
tugal au moment de leur couronnement, se trouve,
paratt-il, celui de roi de Kabinda! Sur certaines vieilles






KABINDA ET BANANA 69
cartes, les g6ographes du temps se sont m6me amus6s
a diviser ce royaume, qui n'a jamais exist, bien en-
tendu, que dans leur imagination, en une foule de
comt6s et de marquisats se prolongeant ind6finiment
A lint6rieur. Et il a paru si dur a Sa Majest6 Trbs
Fiddle de renoncer A ce titre, qu'elle a fait demander
en grAce qu'on lui laissAt au moins le village servant
de siege A ce titre; avec une enclave, si petite qu'elle
ftt! L'Europe s'est laiss6 attendrir et a bien voulu se
pr&ter A cette combinaison. En quoi elle fit bien, car il
est toujours beau d'6tre g6n6reux. Et puis, dans 1'es-
pece, la g6n6rosit6 6tait facile, puisque, A proprement
parler, elle consistait, non pas A donner quelque chose
au roi de Portugal, mais simplement A ne pas lui
prendre tout ce qu'on comptait d'abord lui enlever!
D'ailleurs, on a bien fait les choses. On a donn6 A
l'enclave de Kabinda des dimensions tout A fait res-
pectables : une soixantaine de miles sur la c6te, et
trente ou quarante en profondeur.
Le gouverneur de ce royaume d'op6ra-comique est
tres d6coratif. C'est un capitaine de vaisseau de la ma-
rine portugaise, qui r6pond au nom un peu compliqu6
de Don Luiz Leitao Xavier. II nous est arrive A bord de
I'Alberiville, dans un beau cannot peint en blanc, tres
bien tenu et arm6 de dix-huit negres, ayant 6galement
fort bon air, quoiqu'ils soient bien singulibrement ha-
bill6s. Ils ont le torse recouvert de la chemise blanche
A col bleu, en usage dans presque toutes les marines.
Mais A partir de la ceinture, ils sont rev6tus d'un grand
jupon en calicot blanc. Cela fait un singulier effet.
J'avais vu des soldats en jupon, les highlanders, mais
je n'avais jamais vu des matelots dans ce costume. La
tenue de l'aide de camp qui accompagne le gouverneur
produit 6galement une vive sensation. C'est un gros
homme qui est habill6 en lancier! 11 porte une petite
veste A basques, boutonn6e jusqu'au mention, dans






70 AU CONGO
laquelle il a l'air d'avoir bien chaud; puis il a, sur la
tete, ce chapeau extraordinaire, carr6 par le haut,
rond par le bas et 6trangl6 au milieu, qui constituait
le couvre-chef des soldats du brave Poniatowski.
Le sien est orn6 d'une superbe aigrette de crins blancs
qui retombent gracieusement sur sa figure. L'impres-
sion g6n6rale est que cet ornement doit avoir certaine-
ment quelque utility dans un pays oui les moustiques
abondent A certaines 6poques, mais que, jusqu'1 preuve
du contraire, le casque en liege doit pourtant 6tre
mieux adapt au climate.
Le porteur de cette triomphante aigrette n'a fait
que paraitre a bord et est retourn6 tout de suite a terre,
en nous laissant son chef. Et nous, de notre c6t6, nous
avons imm6diatement relev6 notre ancre et repris notre
course vers le sud. Au moment oiu nous contournions
la pointe qui forme la rade foraine, au fond de laquelle
s'61eve le modest palais du senior governador do
Congo! des petits nuages de fum6e apparaissent au-
dessus des arbres qui l'entourent, bient6t suivis de mi-
nuscules detonations. C'est un salut que nous envoie
l'artillerie de Kabinda. Nous n'y r6pondons pas. Une
l6gende bourguignonne raconte que lorsque le bon roi
Henry IV fit son entr6e a Fontaine-Frangaise, apres
avoir battu les ligueurs commands par le due de
Mayenne, le maire, qui 6tait venu haranguer le vain-
queur a l'entr6e de la ville, s'excusa de ne pas faire
tirer le canon en son honneur, disant que cette absten-
tion se justifiait par quatorze raisons, don't il commenga
l'6num6ration. Mais quand le roi eut entendu la pre-
miere, qui 6tait que la ville ne poss6dait pas de canons,
il interrompit le maire en lui disant qu'ille tenait quite
des treize autres. Comme nous avons la meme excuse h
invoquer, ainsi qu'el senhor governador a pu s'en rendre
compete, j'espere que le gouvernement portugais ne se
sera pas donn6 la peine d'envoyer une note a ce sujet






KABINDA ET BANANA


aux ministres du roi L6opold pour demander des expli-
cations.
Quelques heures apres avoir quitt6 la capital de
l'ancien royaume de Kabinda, nous d6couvrons enfin,
par notre travers, les hautes falaises rouges et arides
qui constituent la rive droite du Congo. D'ailleurs, de-
puis le matin, le voisinage du fleuve nous 6tait signal
par le changement de couleur des eaux. Au lieu de
naviguer sur la belle mer bleue et limpide des tro-
piques, comme nous le faisions depuis huit jours, notre
6trave fendait une nappe bourbeuse sillonn6e de lon-
gues train6es d'une 6cume roussAtre. J'emploie a des-
sein ce mot de nappe qui est tout a fait exact, car les
eaux douces du fleuve recouvrent seulement celles
de la mer sans se meler h elles. Nous en avons eu la
preuve dans la journ6e, quand il a fallu manceuvrer
pour prendre le mouillage. A un certain moment, on a
d'abord stopp6, puis fait machine en arriere. Et alors
la couche sup6rieure ayant 6t6 refoul6e par le remous
de l'h6lice, nous nous sommes trouv6s tout d'un coup
au milieu d'un petit lac du plus pur azur. Cela faisait
meme un tres singulier effet.
Au pied des hautes falaises rouges don't j'ai parlI
tout a l'heure, se trouve une pointe de sable tris longue
et tres 6troite qui les prolonge et s'avance dans le sud
normalement a la rive du fleuve, don't elle retrecit d'au-
tant l'embouchure. C'est sur cette pointe de sable, qui
a au moins quatre ou cinq cents metres de longueur,
sinon plus, que sont construites les sept ou huit facto-
reries qui, avec quelques cases d'indigenes, consti-
tuent la ville de Banana. Elle eut autrefois un moment
de grande prosp6rit6. C'6tait au beau temps de la traite,
quand les n6griers y venaient prendre leur cargaison
de bois d'6bene. Je me souviens que le brave capitaine
Dupont parlait toujours avec attendrissement de ses
relaches a Banana. Les gens des factoreries avaient,






S72 AU CONGO
parait-il, des guetteurs en permanence sur la falaise
d'oW ils surveillaient les croisieres, de sorte que lors-
qu'un n6grier se pr6sentait a la tomb6e du jour, il sa-
vait tout de suite a quoi s'en tenir. Si on lui signalait
un croiseur en vue, il prenait la bord6e du large et dis-
paraissait a la faveur de la nuit. Dans le cas contraire,
il donnait tout de suite dans les passes; on le remor-
quait de maniere i le faire entrer dans le d6dale d'ilots
bois6s qui encombrent la rive droite du fleuve. Et il
s'amarrait centre l'un d'eux. Les perroquets qui auraient
pu 6tre vus de loin 6taient d6pass6s, et, a partir de ce
moment, on pouvait dormir sur ses deux oreilles. Une
fois cependant, en 1845 ou 1846, cinq ou six croiseurs
anglais se trouvant en force, firent fouiller ce labyrinth
par leurs embarcations armies en guerre et parvinrent,
aprbs un combat acharn6, h capture plusieurs navires
negriers. Mais cela n'est arrive qu'une fois. Et au con-
traire, il parait que, tres souvent, des capitaines de
croiseurs ont s6journ6 plusieurs jours dans la petite
rade form6e par la pointe de sable, sans se douter que
des n6griers 6taient en train de faire leur chargement
A deux ou trois miles de l1, attendant leur depart pour
reprendre eux-m6mes la mer. Le pEre Dupont ne taris-
sait pas quand nous lui faisions raconter tous les bons
tours qu'il avait jou6s aux Anglais dans ce temps-l.
( C'6tait le bon temps! concluait-il toujours. Nous
achetions nos noirs Ioo francs et nous les revendions
2,000! Aussi, quand nous leur sauvions un navire sur
cinq, nos armateurs 6taient en gain!
A cette 6poque, on menait la grande vie a Banana.
Le champagne y coulait a flots. A present, il n'en est
plus de meme. Depuis qu'il est prouv6 qu'on peut re-
monter la rivibre jusqu'a Matadi, personnel ne s'arrete
plus a Banana, don't la pauvre petite rade est presque
toujours d6serte. Nous devions nous-memes passer
sans nous y arr6ter que pour y prendre le pilote de la






KABINDA ET BANANA 73
riviEre, mais quand ce personnage a appris que nous
calions dix-sept pieds, il a d6clar6 qu'il ne voulait pas
prendre la responsabilit6 de nous laisser monter, tant
que nous n'aurions pas diminu6 notre tirant d'eau d'un
pied ou deux au moins, car les eaux sont basses, et il
parait qu'il n'y a que dix-sept pieds, bien just, sur un
banc de sable qui se trouve a une douzaine de miles
d'ici. Alors il a bien fallu que le capitaine Blake se d6-
cidat a aller mouiller pros de la pointe pour mettre a
terre cent ou cent cinquante tonneaux de carbon :
operation qui va prendre toute la nuit, car on a plut6t
fait de faire entrer mille tonneaux de carbon dans la
soute d'un navire que d'en retire cent!
Nous y avons gagn6 de pouvoir enfin mettre le pied
sur le sol congolais. II se presente A nous sous un
aspect des plus riants. Mais il faut reconnaltre qu'ici la
main de l'homme a singulibrement embelli la nature.
Cette pointe de sable sur laquelle est construite Ba-
nana, si 6troite, que les jours de tempete la mer y
causait souvent des breches, 6tait autrefois, parait-il,
d6pourvue de toute v6g6tation. Ce sont les gens des
factoreries qui ont eu 1'id6e d'y planter des cocotiers.
II a fallu les faire venir de l'Inde, car les cocotiers
6taient inconnus dans ce pays-ci. Ils ont admirablement
r6ussi. Le sable vaseux o0t ils poussent constitute, en
effet, leur sol de predilection. Les cocotiers ne viennent
jamais si bien que dans le sable sale des plages. Aux
Seychelles et h Ceylan, c'est toujours IA qu'on les plante.
Aussi toute lapresqu'lle est main tenant couverte d'une
fort d'arbres magnifiques, a l'ombre desquels les habi-
tants des factoreries peuvent se promener le soir pour
tAcher de respirer un peu d'air frais. Les malheureux
en ont bien besoin, car il fait chaud A Banana! II
parait qu'en 1890, on y a compt6 cent soixante-cinq
jours ayant donn6 une temperature maximum gale ou
sup6rieure a 30 degr6s.






74 AU CONGO
Cette verdure a done un peu aml6ior6 le sort des
infortun6s que leur mauvaise 6toile envoie vivre h Ba-
nana. On se demand ce que devait etre la vie de leurs
pr6d6cesseurs, qui passaient des mois et des ann6es
sur une langue de sable guere plus grande que le pont
d'un navire, sans pouvoir trouver de l'ombre en dehors
de leurs maisons. Elles sont d'ailleurs assez confor-
tables, du moins celles oi0 habitent les deux ou trois
commis qui composent le personnel europ6en de chaque
factorerie. Les autres sont des magasins en bois oui
s'entassent les barils d'huile de palme et les ballots
de caoutchouc qui viennent de l'int6rieur. Puis, au-
tour de chaque factorerie, les piroguiers indigenes,
attaches a l'6tablissement, vivent avec leurs families
dans des paillottes. Ces noirs appartiennent presque
tous A la tribu des Bakongos, qui occupe presque tout
le littoral jusques et y compris la region montagneuse.
Ceux que j'ai vus constituent vraiment un bien triste
6chantillon del'espece humaine. J'ai fait cette r6flexion
a peine d6barqu6, en contemplant un group de ces
Bakongos qui se disposaient a diner en famille. Celui
qui paraissait etre le pere attira d'abord mon attention,
parce que je remarquai qu'il avait au beau milieu du
venture quelque chose qui ressemblait h une 6norme
come. C'6tait une hernie ombilicale faisant une saillie
d'au moins dix ou douze centimitres.' J'avais vu
bien des ntgres afflig6s de hernies de ce genre, mais
jamais de cette dimension-lh! Cinq ou six effroyables
n6grillons, tout nus, avec des ventures 6normes, 6taient
vautr6s sur le sable autour d'un petit feu, sur lequel,
dans un plat de fer battu, support par un tr6pied,
grillaient des arachides. Une grosse n6gresse, la mere
des n6grillons, assise sur ses talons, surveillait cette
operation. Elle 6tait v6tue sommairement d'un pagne
crasseux, serr6 au-dessous de ses seins qui retombaient
doucement sur ses jambes. Mais quand elle se penchait








TYPES CONGOLAIS


1 ANIIIT Fr D NTHIRIQP'OPlGES
BE LI', BEG


Pb~oh. rl II. Mrnci1s.
E CiI," LIER B NGHALA
ET SA FEIIAEr






KABINDA ET BANANA 75
en avant, pour retourner les arachides avec un petit
baton afin de les faire griller sur toutes leurs faces,
comme font les marchands de marrons, a Paris, elle
avait toujours le soin de les prendre avec sa main
gauche et de les faire passer sous son bras droit, pour
6viter qu'ils n'allassent se promener dans le plat de fer
battu oi ils se seraient brul6s. Cette mere pr6parant le
repas de la famille, sous ces beaux arbres, au bord de
la mer, tout cela aurait pu ktre po6tique, mais ce geste
gatait tout! Tous ces gens sont vraiment trop laids!
Si encore ils se contentaient de rester tels que le bon
Dieu les a faits. Mais ils font tout ce qu'ils peuvent
pour s'enlaidir encore. Ils se rasent les sourcils et
les cils, et presque tous s'arrachent les dents de de-
vant. Il y en a aussi beaucoup qui n'ont pas leurs
doigts de pieds au complete, mais cela n'est pas leur
faute. La chique en est la cause. C'est une petite bete
.que les savants ont d6nomm6ePulex fenetrans, et qui
vit, habituellement, dans le sable. Mais quand les
femelles sont pleines, elles s'accrochent au premier
pied qu'elles rencontrent, pied de blanc on de negre,
cela leur est 6gal, cherchent un endroit oi la peau soit
tendre, entire les doigts, par example, et s'y enfoncent
sous la peau. Elles sont si petites que le patient ne
s'apercoit g6n6ralement pas de l'op6ration! C'est tout
au plus s'il ressent une tres lgere d6mangeaison au
moment de la piqure. Seulement, si on les laisse faire,
elles commencent par devenir de la grosseur d'un pois,
puis elles d6posent dans la chair une foule de petites
larves qui d6terminent des abces, et ce sont ces abces
qui provoquent la chute des orteils de ceux qui ne
prennent pas des precautions a temps. Pour se preserver
de ces accidents, surtout dans la saison seche qui est
celle de la ponte, il est indispensable de se faire visiter
les pieds, presque tous les soirs, par un praticien qui
enleve l'animal avec une 6pingle ou simplement avec






76 AU CONGO
une pine. Seulement il faut avoir soin de prendre un
abonnement et ne pas proceder comme un de mes com-
pagnons qui, croyant bien faire, avait promise dix sous
A une n6gresse pour chaque chique qu'elle trouverait.
Elle lui en a tout de suite trouv6 une douzaine! Les
nigres et surtout les negresses font ces operations avec
beaucoup d'adresse. II1 est bon aussi de caut6riser
chaque fois la petite plaie qui se produit avec de la tein-
ture d'iode ou du nitrate d'argent. II y a des gens qui
ont eu le t6tanos pour avoir n6glig6 cette precaution.
Ii convient de noter que ce charmant animal 6tait
absolument inconnu en Afrique il y a seulement trente
ans. II vient d'Amerique. C'est aussi d'Am6rique que
nous est venu le phylloxera qui a d6truit nos vignes, le
colorado-bug qui s'acharne apres nos pommes de terre,
et le san-iago-bug qui fait ce qu'il peut pour emprcher
les pommiers de donner des pommes. Vraiment, les
Am6ricains devraient bien mieux garder leurs insects
et ne pas nous les envoyer. Malheureusement, ii faut
s'attendre A en recevoir de nouveaux. Ainsi, depuis
quelque temps, voilh qu'on parole du ( kissing-bug n,
une petite b6te que les Am6ricaines ont sur les l1vres et
qui faith enfler la figure de ceux qui les embrassent. Le
New- York Herald lui a m6me consacr6, depuis mon
retour, de nombreux articles et a public son portrait
agrandi. I1 resemble beaucoup au cancrelat. Celui-lh
n'a pas encore p6n6tr6 chez nous, mais avec tous ces
marriages americains qui se font, il ne peut pas tarder A
nous arriver. Dernibrement on a racont6 que les femmes
de Cadix s'6taient mises un beau matin A lapider la
statue de Christophe Colomb. Elles 6taient furieuses
qu'il eft d6couvert 1'Amerique. II est de fait qu'il
aurait peut-6tre mieux fait de se tenir tranquille.
Quoi qu'il en soit de cette grosse question, ce qu'il
y a de certain, c'est que c'est aux blancs que les negres
doivent I'introduction de la chique dans leur pays.






KABINDA ET BANANA 77
C'est le don de joyeux avenement que leur a fait la
civilisation en venant s'implanter chez eux. On sait
d'ailleurs tres bien comment les choses se sont passees.
C'est un navire anglais qui a apport6 les premieres
chiques a Ambriz en 1872. II venait du Bresil, oh il y
en a beaucoup, et oi il avait pris comme lest du sable
don't il se d6barrassa h l'arriv6e, en le jetant sur la
plage. Elles commencerent par y pulluler au grand
dommage des pieds des negres du pays, qui ne com-
prenaient rien a ce qui leur arrivait : puis, elles ne tar-
derent pas a se propager sur tout le littoral. Ensuite,
elles se mirent a faire le voyage de Stanley, a re-
bours. Ainsi, en 1885, on signalait leur apparition
a Stanley-Pool; en 1892, au lac Victoria; en 1897, a
Bagamoyo, sur la cote est, et enfin, l'ann6e derniere,
on constatait leur presence a Zanzibar. Elles avaient
fait la traverse de l'Afrique en moins de trente ans! On
s'attend a les voir arriver dans l'Inde au premier jour.
Continuant ma promenade, j'arrive a la premiere
factorerie. Les deux commis europ6ens, un vieux qui
doit etre- Hollandais, et un tout jeune Portugais, sont
en train de prendre le frais sous leur varangue. Je me
mets a causer avec eux. Et tout en les 6coutant, je me
dis qu'il faut un temperament particulier pour aimer
cette vie-lh! Ce personnel des factoreries n'est plus
du tout ce qu'il etait autrefois, et meme encore dans
ma jeunesse. Dans ce temps-la, tous ces facteurs de
la c6te 6taient des aventuriers qui op6raient pour leur
compete personnel. Ils arrivaient dans le pays avec une
pacotille quelconque, se mettaient sous la protection
d'un roi negre qu'ils tAchaient de maintenir en joie en
lui donnant de l'eau-de-vie et de vieux uniforms, lib6-
ralites grace auxquelles il les laissait exploiter ses
sujets, et si leur protecteur ne leur cassait pas la t&te
un jour d'ivresse, ou bien s'ils ne mouraient pas d'ivro-
gnerie ou de fievre, ce qui arrivait souvent, il n'y avait





78 AU CONGO
pas de raison pour qu'au bout de quelques ann4es ils
n'eussent pas amass6 une fortune g6n6ralement mal-
honnete, mais suffisante pour leur permettre de revenir
en Europe et d'y 4tonner leurs compatriotes par leur
luxe et par le r6cit plus ou moins v6ridique de leurs
ventures. A faire ce m6tier, si on courait de tres
grands risques, on pouvait du moins esp6rer faire un
gros coup.
Mais ces beaux jours ne sont plus! II s'est pass,
a la c6te, un ph6nomene analogue A celui don't nous
sommes t6moins h Paris, oh les gros magasins sont en
train de ruinerles petits. Deux ou trois grandes maisons
de commerce anglaises et hollandaises sont arrives
a monopoliser presque tout le commerce d'cchange don't
vivaient les petites factoreries. I1 y a telle de ces mai-
sons qui a quatre-vingts comptoirs, et qui les fait admi-
nistrer par des commis ayant des appointments fixes,
assez maigres, et une commission sur les op6ra-
tions qu'ils font, commission qui n'est pas non plus
6tablie d'une fagon bien g6nereuse! Car on me dit
que lorsque l'un de ces commis arrive h se -faire dix
mille francs par an, tout compris, il doit se consid6rer
comme tres favoris6. Vraiment, pour dix mille francs,
ce n'est pas la peine d'aller passer sa vie dans un
pays o0i tous les soirs il faut faire visiter ses pieds
pour savoir si une colonies de chiques ne s'y est pas
6tablie, et oh, tous les matins, on peut se reveiller
avec un bon aces de fievre qui vous enleve en deux
ou trois heures. On comprend bien qu'un officer le
fasse, ne fut-ce que par gout pour les ventures. Mais
venir a Banana ou dans un autre trou de la c6te, uni-
quement avec la perspective de vendre, du matin au
soir, de l'eau-de-vie de traite a des nbgres, sans avoir
la chance de faire fortune a un metier aussi abrutissant,
voilk ce que je ne comprendrai jamais.
Je crois, du reste, qu'au fond les deux commis





KABINDA ET BANANA 79

avec lesquels j'ai caus6 sont un peu de mon avis
et regrettent d'etre venus. Ils semblent tr&s peu
satisfaits de leur sort. Ils me disent d'ailleurs que leur
commerce devient de jour en jour moins florissant.
Comme la plupart des products qu'ils achetent aux in-
dig&nes, l'ivoire, I'huile de palme et le caoutchouc,
viennent de fort loin dans l'int6rieur, on s'6tait imagine
qu'il y aurait un grand advantage a aller les acheter le
plus pris possible du lieu de production. Et on a cr66
des factoreries tout le long de la riviere, jusqu'au
Stanley-Pool. Mais on n'a pas tard6 h s'apercevoir que
l'id6e 6tait absolument fausse. On n'avait pas tenu
compete des habitudes des negres, pour lesquels le
temps ne compete absolument pas. Cela est tout a fait
6gal h un noir qui arrive dans une factorerie du haut de
la riviere avec une charge de trente kilos de caoutchouc
sur son dos, de la porter encore quinze jours pour aller
a un autre comptoir voir si on ne lui en donnera pas
une brasse d'6toffe de plus. II faut done payer les mar-
chandises partout le meme prix. Les nouveaux 6ta-
blissements ont eu pour seul r6sultat d'augmenter les
frais g6n6raux des blancs et d'6conomiser le temps
des negres! On l'a meme si bien reconnu que certain
d'entre eux ont 6t6 abandonn6s.
Ce vieil Hollandais me parait, heureusement, avoir
de la philosophies. N'ayant pas d'ambition, il occupe
ses loisirs en perfectionnant l'6ducation d'un manage
de chimpanz6s, qu'il a achet6s dans le voisinage, oh
il y en a beaucoup, parait-il, dans les forts de la c6te.
Ils sont tous deux bien laids, mais ils ont une laideur
plus sympathique que celle des negres qui nous en-
tourent. Justement, dans cette factorerie-ci, ils recru-
tent leur personnel dans plusieurs tribus, de sorte que
je vois des types diff6rents. On me montre deux ou
trois Banghalas. Ce sont des noirs de l'Equateur qui,
lors du premier passage de Stanley dans leur pays, ont





80 AU CONGO
fait tout ce qu'ils ont pu pour manger le personnel de
son expedition, car ils sont encore plus anthropophages
que les autres, si cela est possible; mais les regrettables
malentendus qui avaient envenim6 les relations pendant
les premiers jours sont oubli6s. Les Belges font'main-
tenant au contraire grand cas des Banghalas parce qu'ils
leur rendent de bons services comme soldats et surtout
comme matelots. Les equipages des bateaux A vapeur
sont presque uniquement recrutes parmi eux. Ils sont
mieux muscles que les Bakongos et paraissent moins
abrutis, mais, comme eux, ils ont le grand tort de ne
pas se contenter de leur laideur naturelle et, pour se
distinguer des autres, ils se font, a partir de la racine
des cheveux jusqu'au bout du nez, une suite de petites
incisions dans lesquelles ils introduisent le-suc de je ne
sais quelle plante qui a pour effet de faire pousser la
chair en saillie. Si bien que ceux qui ont beaucoup de
patience et veulent bien recommencer souvent l'op6-
ration finissent par avoir une sorte de crete de dindon
qui a quelquefois jusqu'd deux centimetres de relief. Les
hommes s'en tiennent 1. Mais les femmes trouvent que
cela n'est pas assez sacrifier aux grAces! D'abord elles
se rasent non seulement les cils et les sourcils, comme
cela se fait dans les autres tribus, mais elles tondent
aussi d'une main infatigable toute la laine qui pousse
sur leur crAne, ne se d6clarant satisfaites que lorsqu'il
a l'apparence d'un potiron pass au noir de fum6e. Et
puis il ne leur suffit pas d'embellir comme leurs maris
leur profild'une ligne de tatouages en relief imitant une
crete de dindon, elles s'en font d'autres tres compliqu6s
sur les tempes et sur la poitrine. Si encore ils 6taient
jolis! Je dois avouer que j'ai un faible pour les ta-
touages. D'ailleurs c'est un gbot qui se r6pand beau-
coup, surtout en'Angleterre, oh il est tout a fait A la
mode maintenant'de se fair tatouer'ses armes sur le
mollet ou une araign6e sur le poignet. Beaucoup de





TYPES CONGOLAIS


Pho[o. d, M. Morcels.

Boch7w.o, FEMME NMIOGO 'feno, FEMME DF- TA RAEIVH MOIONBOGO
Tatouages sur ia poitrine ct sur les cuisses. 1atouages du dos.
Chaque tribu a tn tatouage different.






KABINDA ET BANANA 81
dames se font aussi orner le col de pied et le bas de la
jambe d'une fine dentelle imitant un bas de soie. Cela
ne coute que trois livres sterling, et 1'economie de bas et
de blanchissage qui en r6sulte fait qu'on rentre tout de
suite dans son argent! J'ai meme requ dernierement
le prospectus d'un certain M. Mc Donald, qui s'intitule
professeur et directeur du college royal de tatouage
de Londres. I1 me proposait ses services. M. Mc Do-
nald est, paratt-il, 1'61eve d'un artiste japonais, qui a
eu l'honneur de tatouer un dragon sur le bras gauche
de Sa Majest6 l'Empereur actuel de toutes les Russies,
quand il 6tait c6sar6vitch, et des cigognes sur 1'esto-
mac des ducs de Clarence et d'York. Mais il ajoute
qu'il a fait faire des progres immense A son art. Autre-
fois, on ne pouvait employer que deux couleurs : le
rouge et le bleu. II s'est cr66 une palette complete!
Ildispose maintenant de sept couleurs. Aussi aborde-
t-il des sujets que ses prid6cesseurs n'auraient jamais
os6 traiter. Ainsi il public la photographic du dos
d'une dame am6ricaine tres distingu6e, Mme Emma de
Burgh, qui s'est fait tatouer par lui, sur les 6paules,
la Cane de L6onard de Vinci. Jesus-Christ est sur
l'6pine dorsale, et les ap6tres s'6talent sur les omo-
plates. Seulement ce qu'il ne dit pas dans son pros-
pectus, et ce que j'ai appris par une autre voie, c'est
que cette pauvre dame, qui 6tait tres grosse quand
elle s'est confine A lui, ayant beaucoup maigri dans
ces dernieres ann6es, le portrait de J6sus-Christ n'a
pas boug6, mais ceux des ap6tres sont devenus macon-
naissables. Ils font tous des grimaces 6pouvantables.
C'est un d6sagr6ment qui n'arrive pas aux artistes
ordinaires, parce que les toiles sur lesquelles ils pei-
gnent restent toujours bien tendues. M. Mc Donald
aurait bien du penser qu'il n'en serait pas de meme du
satin que Mme de Burgh mettait a sa disposition.
Et puis le tatouage peut avoir aussi son c6t6 utili-






82 AU CONGO
taire. Du moins M. McDonald le laisse entendre. Ainsi
1, parait que les chauves souffrent un veritable martyre
dans les pays ou il y a beaucoup de mouches et de
moustiques, parce que ces feroces dipteres sont attirds
par la blancheur du crane et arrivent de tous les points
de l'horizon pour en perforer la peau de leur trompe ou
pour la d6shonorer de leurs d6jections. Or il parait que
rien n'est plus facile que d'6viter ces inconv6nients. 11
suffit de se faire tatouer sur le crane, par M. McDo-
nald, un 16zard la gueule ouverte. Cela ne cofte que
trois livres sterling, comme les bas, et cela vous dis-
pense, votre vie durant, d'avoir recours a des mousti-
quaires, parce que les 16zards mangeant les mouches et
les moustiques, il n'y a pas un seul de ces animaux qui
ose, s'approcher de vous, tant ce bon M. McDonald
leur donne une attitude menagante.
Voilh les r6sultats auxquels peut pr6tendre le ta-
touage, quand on a affaire a des gens intelligent et
progressistes comme M. McDonald. Au Japon et en
Birmanie, on en trouve aussi ayant un veritable talent.
M&me a Madagascar, j'ai vu des petits sujets traits
d'une maniere fort agr6able, tandis que tout ce que je
vois dans ce genre ici est hideux! Et, par-dessus le
march, il parait que les proc6d6s grace auxquels ces
femmes banghalas obtiennent ces reliefs de chair si
d6plaisants a voir sont tres douloureux. Vraiment on
ne comprend pas que ces pauvres creatures se don-
nent tant de mal pour plaire A leurs maris: car on me
dit que ceux-ci ont l'habitude de les manger toujours
quand elles approchent de la quarantine: ce qui est
d'ailleurs assez rare, car sauf quelques exceptions les
negres de ce pays-ci meurent tres jeunes. Mais, d'un
autre c6te, il faut convenir que les maris sont un peu ex-
cusables : car vraiment ces femmes-li sont trop laides.
Je me hate d'ajouter cependant que, de temps en
temps, dans les maisons habitues par des blancs, on






KABINDA ET BANANA 83
voit des femmes envelopp6es de longues draperies
blanches ne laissant d6couverts qu'une 6paule et un bras
g6neralement charge de gros bracelets d'argent, qui
offrent h I'ceil un spectacle assur6ment moins affligeant.
II y en a meme dans le nbmbre qui sont superbes, au
moins comme formes. Mais ces dames, quirepr6sentent
le demi-monde congolais, sont toutes des 6trangeres.
C'est un article d'importation! II en est venu un peu
de partout. D'abord, en 1892, dans le moment d'affo-
lement qui s'est produit quand les administrateurs du
chemin de fer voyaient mourir comme des mouches
tous les travailleurs imports et qu'on ne savait oi
donner de la t&te pour en trouver d'autres, il est venu
A quelqu'un I'id6e au moins extraordinaire que, peut-
etre, serait-il possible d'utiliser les amazones du roi
Behanzin qui venaient justement d'etre rendues h la
vie civil par suite du licenciement de son armee don't
elles faisaient le plus bel ornement. Dans leur pays, ce
sont les femmes qui font tous les gros travaux. Elles
portent notamment sur leur t&te des fardeaux 6normes,
car elles sont prodigieusement muscles. Au canal de
Suez, on a souvent employ des femmes aux travaux
de terrassement. On s'est imagine qu'on pourrait em-
ployer celui-l de la meme faqon, et on en a fait venir
quatre ou cinq cents. Mais ces dames, une fois arri-
v6es au Congo, se sont refuses A toute espEce de
travail avec une telle 6nergie, qu'on a pris le parti de
les laisser tranquilles. II parait que du temps qu'elles
servaient dans les armies du roi Behanzin, elles avaient
des mceurs extraordinairement pures! D'ailleurs toutes
celles qui essayaient d'en avoir d'autres avaient tout
de suite le col coup. Mais au Congo et depuis qu'elles
sont rendues A la vie civil, l'or pur s'est change en un
plomb vil! Elles se sont toutes enrol4es dans le bataillon
de Cythere, comme on disait il y a quelque cent ans.
Elles ont pris pour sp6cialit6 l'exploitation des ouvriers






84 AU CONGO
s6n6galais du chemin de fer, pour lesquels leur attitude
martial et leurs dimensions colossales ont, paratt-
il, une seduction extraordinaire, car on me dit que plu-
sieurs de ces dames sont d6jh reparties pour leur pays,
important de gros sacs pleins de souverains a l'effigie
de S. M. la reine Victoria.
Beaucoup d'autres femmes sont venues de Sierra-
Leone, du Gabon et de Kabinda. Mais celles-lh ve-
naient pour les blancs. Presque tous les employs ou
fonctionnaires europ6ens en ont une chez eux. Quel-
ques-uns en ont plusieurs. Tous ces details me sont
donnas par des residents que je rencontre A terre.
D'ailleurs ils ne m'6tonnent pas. Car ce qui se passe
ici se passe a peu pros dans toutes les colonies. Com-
ment pourrait-il en etre autrement? Mais, meme en ne
se plaqant pas au point de vue de la religion et de la
morale, on ne dira jamais assez tout le mal qui r6sulte
de ces habitudes. Les unions temporaires d'Europ6ens
et de femmes indigenes ont des effects lamentables.
Nous nous figurons que la civilisation nous a transforms
radicalement. Mais c'est une id6e absolument fausse.
Nos ancetres de l'age de pierre 6taient aussi barbares,
aussi cruels, aussi d6moralis6s que tous ces rois negres
avec lesquels nous prenons contact, et ils nous ont
transmis par atavisme leurs instincts qui ne font que
sommeiller, mais qui, surtout chez certaines natures,
peuvent toujours revenir a la surface. Et cette trans-
formation de l'homme civilis6 en un barbare est encore
un des dangers de la colonisation, principalement pour
les races latines, plus impressionnables et plus accessi-
bles que les autres aux influences ext6rieures. Or, rien
n'est plus propre que les unions de ce genre a faire repa-
raitre ces instincts. Car ce n'est jamais l'homme qui
6lve la femme a son niveau intellectual et moral, c'est
la femme qui tend toujours a faire descendre l'homme au
sien. Cette lutte entire les deux influences fait le fonds





KABINDA ET BANANA 85
des romans de Loti. Et leur int6ret reside pr6cis6ment
dans la facility merveilleuse avec laquelle un civilis6 se
transform sous I'influence d'une femme indigene.
Dans le Roman d'un Spahi, notamment, ii montre ce
que devient un pauvre diable de paysan frangais que
le service militaire a amen6 en Afrique et qui y tombe
entire les mains d'une Fatou-Gaye quelconque. Mais
ce drame, il se reproduit tous les jours. Je pourrais
citer, en cherchant bien, dans mes souvenirs, peut-
6tre une centaine de malheureux jeunes gens don't la
carriere a 6t6 bris6e par ces liaisons avec des femmes
indigenes. Et ce n'6tait pas seulement des soldats sans
education, c'6tait des garqons bien l6ev6s, appartenant
a de bonnes families. Il y a une dizaine d'ann6es, j'ai
rencontr6 au milieu de la grande reserve indienne du
Dakota, dans 1'Am6rique du Nord, un blanc qui vivait
depuis une douzaine d'ann6es avec deux squaws de la
tribu des Deux-Chaudrons! C'6tait un ing6nieur belge,
appartenant h une famille des plus honorables, ayant
une certain fortune; il n'avait aucune tare, rien ne
s'opposait A ce qu'il revint en Europe. II avait 6t6 pris
au piage de la vie sauvage, il ne pouvait plus s'en tirer.
Encore dernierement, j'ai retrouv6 un officer que
j'avais connu en Chine, il y a bien des ann6es de cela,
car j'6tais enseigne et il 6tait mon 61eve de quart. 11
m'a racont6 sa vie depuis que nous nous 6tions perdus
de vue. Le hasard l'avait amen6 un beau jour A Ta'ti.
Comme Loti, il y avait retrouv6 une fille kanake don't
il 6tait devenu 1'amant. Seulement il n'avait pas su se
reprendre. Moins discrete que Rarahu, elle n'6tait pas
morte de la poitrine! Alors ii arriva que lorsque le na-
vire sur lequel il 6tait embarqu6 fut rappel6 en France,
il permuta pour rester dans la station. Puis il se fit
donner un poste A terre. Les ann6es s'6coulerent, et
quand je le vis, il m'avoua n'6tre revenue en France
que pour r6aliser son avoir et dire un adieu d6finitif A






86 AU CONGO
sa famille. II 6tait bien d6cid6 h aller finir ses jours la-
bas. Effectivement, j'ai su depuis qu'il y 6tait retourn6
et qu'iI 6tait mort peu de temps apres. Je l'avais fait
causer. J'avais 6t6 stup6fait de voir ce qu'6tait de-
venu ce gargon que j'avais connu plein d'intelligence
et d'entrain, tres instruit, ayant un esprit tres cul.
tiv6. II m'avouait qu'il n'ouvrait plus jamais un livre.
II me d&crivit sa vie quand il 6tait a Taiti. II de-
meurait avec sa Kanake dans une case indigene:
s'habiller a l'europ6enne 6tait devenu un supplice pour
lui. II me raconta le plus s6rieusement du monde que
le roi lui avait accordI le titre de a T6ritoria ,, ce
qui lui donnait le droit de porter un pagne jaune! Et
on sentait tris bien, en l'6coutant, qu'il 6tait tout fier
d'avoir le droit de se promener sous des cocotiers, tout
nu, avec un pagne jaune! En Cochinchine, A Mada-
gascar, j'ai vu de meme une foule d'Europ6ens qui
6taient devenus Annamites ou Malgaches! La trans-
formation se fait souvent avec une rapidity stup6fiante.
Et au Congo il dolt en 6tre de m&me. Ainsi, un magis-
trat vient de me raconter qu'il avait eu dernierement
A juger un resident qui, s'6tant apercu un beau matin
que l'une des femmes indigenes avec lesquelles il vi-
vait, le trompait au profit de son boy, ce qu'elles font
toutes d'ailleurs, avait commence par lui appliquer une
cinquantaine de coups de cravache en peau d'hippopo-
tame qui lui avaient mis le dos a vif. Ensuite il lui
fit enduire de miel les jambes et la fit attacher, pieds
et poings li6s, en plein soleil, a un piquet, au beau mi-
lieu de la place du village, oi les fourmis blanches
vinrent la manger vive. Elle mit deux jours a mourir.
Sa maison 6tait en face. II la regardait se d6battre et
semblait y prendre un plaisir extreme! Est-ce qu'une
id6e pareille lui aurait jamais traverse la cervelle un an
ou deux auparavant, quand il 6tait probablement com-
mis dans une maison de commerce quelconque de






KABINDA ET BANANA 87
Bruxelles ou d'Anvers, et qu'il allait tous les soirs
.boire du Iambic a la brasserie avec des camarades et
leurs connaissances? Si, dans ce temps-la, la sienne
l'avait tromp6, il lui aurait probablement donn6 une
paire de gifles, apres quoi il se serait remis a boire du
Iambic en se trouvant tres suffisamment veng6. Mais
il a suffi de faire vivre ce brave gargon, probablement
tres doux, pendant un an ou deux dans la compagnie
de rois negres qui sont des betes f&roces, pour qu'il
devienne lui-m&me une bate f6roce. II a &t6 condamn6
a deux ans de prison. C'est trop ou trop peu.
Je me faisais ces r6flexions en regagnant le wharf.
Au moment ou j'y arrivals, je vis le g6nral Daelmann,
suivi de quatre ou cinq matelots de l'Albertville, qui
portaient sur un brancard un objet qui semblait tres
lourd. J'allais lui adresser laparole quand, en m'appro-
chant, je vis que ce qu'ils portaient 6tait une de ces
grosses dalles de marbre qu'on met sur les tombes. Et
je me'souvins qu'a bord il m'avait dit que deux de ses
fils, tous deux officers, sont morts au Congo. L'un est
enterr6 a Matadi, l'autre a Banana. Cette plaque, il
1'avait apport6e d'Anvers et il allait la porter sur la
tombe. Un instant, j'eus l'id6e de me joindre au cor-
tege pour aller prier avec lui pour le repos de l'Ame de
ce pauvre garcon mort si jeune et si loin des siens! Je
ne l'ai pas fait parce que j'ai eu peur d'etre indiscret.
II me semblait que dans un moment pareil la presence
d'un stranger comme moi pourrait 6tre une gene pour
ce pauvre phre don't je ne comprenais que trop bien la
douleur. Du moins il peut se dire que ses fils sont
tombs glorieusement en faisant leur devoir d'officiers.
Mais s'ils 6taient morts comme ceux don't je parlais
tout a l'heure, victims de la barbaric ambiante, com-
bien je l'aurais plaint davantage! Et je connais tant de
families qui sont dans ce cas-li! Heureusement, la
plupart ne s'en doutent pas.














CHAPITRE III


BOMA.


Des la pointe du jour, nous avons quitt6 notre
mouillage de Banana pour remonter la rivibre. Les pre-
mibres heures de notre voyage se sont faites a travers
un paysage merveilleux. Dans toute la parties inf6rieure
de son course, le Congo a une tres grande larger: dix-
huit ou vingt kilometres en moyenne. Mais il est
obstru6 par une foule d'iles et d'ilots marecageux,
couverts d'une admirable v6g6tation. La rive gauche,
celle qui appartient encore au Portugal, est dans le
mbme cas. Elle est tres basse, tandis que l'autre au
contraire est fort 6lev6e et a peu pres aride. Mais
partout ailleurs d'immenses fromagers, auxquels leurs
troncs blancs et l1anc6s donnent tout A fait l'appa-
rence des h6tres de nos forts, dominant un taillis
form de palmiers de vingt especes diff6rentes et de
plants a large feuilles toutes plus decoratives l'une
que l'autre. Nous pouvons jouir a notre aise de cette
verdure qui se reflete dans les eaux rouges du fleuve,
car, presque tout le temps, nous rangeons la rive
portugaise a quelques metres a peine. C'est la que se
trouve le chenal : du moins dans ce moment-lk. Mais il
se forme constamment de nouvelles alluvions qui le
changent souvent. Cette rive parait presque absolu-
ment d6serte. Nous ne voyons pas de villages et c'est





BOMA 89
a peine si nous rencontrons une ou deux pirogues de
pecheurs. Le pays est par trop malsain, m&me pour
les noirs. Cependant, de distance en distance, nous
apercevons, au milieu des arbres, les toits blancs de
cinq ou six factoreries. Ce sont encore des souvenirs
du temps de la traite. C'est dans des barracons
attenant a des 6tablissements de ce genre qu'on
gardait les esclaves, de maniere a pouvoir les fair
filer dans l'int6rieur, quand un croiseur s'avisait d'en-
voyer des embarcations dans la riviere, ou h les faire
descendre jusqu'a Banana, quand la cote 6tait libre et
que les negriers 6taient pr&ts & recevoir leur cargaison
de bois d'6bene. Maintenant leurs propri6taires vivo-
tent en achetant du caoutchouc, des arachides, et
meme un peu d'ivoire. Car il y a encore quelques l66-
phants dans le pays. On en a tir6 un dernierement tout
pros d'ici, dans une des iles de la riviere.
I1 y a des gens qui disent que le commerce de ces
factoreries va peut-6tre redevenir tres prospere, parce
que ce pays-ci pourrait produire beaucoup d'arachides
et que l'arachide est tres demand6e en ce moment.
Aussi, au S6n6gal, d'oi il s'en export d6jh pas loin de
cent mille tonnes par an, on emploie tous les moyens
possibles pour persuader aux negres de se servir de
charrues pour leur culture, parce que cela fait monter
la production de 1,400 h 5,000 kilogrammes par hec-
tare. Il parait que ce qui explique cette grande de-
mande d'arachides, c'est que des chimistes ing6nieux
ont d6couvert le moyen d'en tirer une huile de table
que des preparations savantes rendent tellement sem-
blable a l'huile d'olive, qu'un grand exportateur de
Saint-Louis a d6clar6 dernierement, au moment du
voyage au S6n6gal du ministry M. Lebon, que main-
tenant il n'y avait plus. que les qualit6s inf6rieures
d'huile d'olive qui se fissent avec des olives : et que
l'huile vierge 6tait toujours faite avec des arachides!






90 AU CONGO
Cela doit faire bien plaisir aux propri6taires d'olivettes
de Provence, d'apprendre que, si on leur prend leur
argent pour fonder des colonies, c'est afin de permettre
aux negres de fournir a leur clientele le moyen d'assai-
sonner la salade sans s'adresser h eux!
Je dois dire toutefois que, du moins jusqu'h present,
ce commerce ne semble pas avoir pris une bien grande
extension dans le pays que nous' traversons. En tout
cas, il n'a pas enrichi les factoreries que nous voyons.
Car la plupart ont une apparence assez miserable, et
leurs directeurs ont, me dit-on, bien de la peine a join-
dre les deux bouts. On m'en montre meme une qui est
abandonn6e, bien qu'elle soit toute neuve. Elle n'a
jamais 6t6 habit6e. Elle a du cependant couter tres cher
A construire, car elle est vraiment tout a fait jolie a
voir, et c'est le bon type d'une habitation colonial.
La maison tres grande, a un 6tage, est situ6e a
I'ombre de beaux arbres, et a c6t6 d'une petite riviere
affluent du fleuve, sur laquelle on a jet6 un pont rus-
tique du plus heureux effet. Mais une fois toutes ces
d6penses faites, le propri6taire a sans doute reconnu
qu'il ne ferait pas ses frais! En tout cas, il n'a jamais
habit son immeuble. Un misanthrope aimant la belle
nature aurait la une superbe occasion de se loger
pour un tres petit loyer. Seulement il faudrait qu'il
fut a l'6preuve de la fievre. Et puis il devrait, je
crois, 6viter soigneusement de prendre le frais devant
sa porte apres le coucher du soleil, car justement la
maison donne sur une petite plage de vase oui tous les
crocodiles des environs doivent se donner rendez-vous.
Et il y en a 6norm6ment.
Le pilote avait bien raison de ne pas vouloir nous
laisser remonter la riviere sans diminuer notre tirant
d'eau. Nous l'avons diminu6 de deux ou trois pieds
d'abord en d6barqihant h Banana cent cinquante ton-
neaux de carbon, puis en d6plagant du poids, a






SBOMA 91
bord, de maniere A faire tomber le navire sur I'avant;
de sorte que nous ne calons plus que quinze pieds : et
cependant, nous avons touch deux fois sur le bane
don't il avait parle, sans nous faire le moindre mal
d'ailleurs, car ce bane est de vase molle, et nous
n'avons touch que tres 1lgirement. Mais d'apres ce
que j'entends dire de cette riviere, je pr6vois qu'elle
causera de nombreux ennuis aux Belges. Le colonel
Thys a eu un jour un mot bien just en parlant du
Congo. II a dit que c'6tait un fleuve en vole de forma-
tion. Dans sa partic haute, au-dessus du Stanley-Pool,
il n'a pas encore finide se creuser son lit, et toutes les
terres qu'il d6place dans ce louable effort, il les amine
a son embouchure, oi il les d6pose au petit bonheur. II
en r6sulte que dans la parties que nous traversons,il se
forme constamment de nouveaux bans, parce que, le
fleuve 6tant tres large, le courant est faible et les fonds
s'616vent toujours; un peu plus haut, au contraire,
avant d'arriver a Matadi, nous passerons par des en-
droits oi la riviere n'a plus que sept on huit cents me-
tres de larger, parce qu'elle est encaiss6e. La, elle a
bien plus d'eau qu'il n'en faut. On a constat6 des fonds
de trois cents mitres. Mais cette 6norme masse ainsi
resserrie s'6coule avec une rapidity vertigineuse. On
me dit que par moments le courant est de dix et meme
de douze noeuds! De sorte que, pour cette navigation,
il faut des navires relativement plats et cependant
capable de fournir une tres grande vitesse, sans quoi
ils ne pourraient pas remonter. Et ce sont deux qua-
lit6s qu'il n'est pas trts facile de r6unir.
Nous passons pros de l'lle de Mat6ba, une des plus
grandes du fleuve, car elle a une superficie de quatorze
mille hectares, oi se pursuit une experience int6res-
sante. Elle a 6t6 donn6e en concession, en 1887, a une
compagnie anversoise, le syndicate de Mat6ba, a la-
quelle le roi a fait des conditions tres avantageuses






92 AU CONGO
afin qu'elle s'y livrat a l'levage des bestiaux. Le be-
soin s'en faisait vivement sentir. Car le Congo est cer-
tainement, du moins je le crois, le pays du monde le
plus mal trait par la nature, au point de vue des res-
sources alimentaires. Du reste, quand on lit les r6cits
de Stanley et des autres explorateurs, on voit que c'est
toujours le manque de vivres qui les arretait. Ils 6taient
tres rares meme dans les pays les plus peupl6s. Les
indigenes n'avaient jamais de reserves. Ils vivaient au
jour le jour : ce qui fait qu'ils redoutaient la venue des
strangers, quand bien meme ils n'avaient pas d'hos-
tilit6 bien caract6ris6e contre eux, mais ils n'avaient
pas de quoi les nourrir. Et, en y r6fl6chissant, on se
demand meme de quoi ils pouvaient bien vivre eux-
m&mes autrefois! Car tous les legumes, fruits, racines
ou cereales, qui forment actuellement la base de leur
nourriture, sont d'importation relativement r6cente.
Ainsi le manioc, don't ils font une espece de pain abo-
minable qu'ils appellent la < shikwanga ,, a 6t6 intro-
duit en Afrique il n'y a pas plus de deux siecles. II est
originaire d'Am6rique, comme la chique! La patate
douce et le bananier viennent de l'Inde. Le millet, tres
commun au S6n6gal, est tres rare au Congo. Le sorgho
y est assez commun, mais il a 6te imports tout recem-
ment par les Arabes. L'ananas lui-meme, qui pousse
partout comme du chiendent, vient de l'Inde. Les v&-
g6taux comestibles faisaient done presque complete-
ment d6faut. Et cependant les indigenes n'ont que tres
peu d'animaux domestiques : des poules grosses comme
des pigeons, quelques cochons qui sont toujours ladres,
mais qu'ils mangent tout de meme; un certain nombre
de chevres et de tres rares moutons. Le gibier, il est
vrai, aurait pu fournir des resources! Les buffles et
les bceufs sauvages sont tres abondants, dans certaines
regions : mais les noirs n'en tuent que tres rarement.
Ils ne sont pas chasseurs. Nulle part, except dans











































L' E.LEVAGE Ai. CONGO

BCEUFS DE SELL ET PORTE.lRS PATURANT DANS UNE SA.VANE


PhoTo,. l 1d'se M ier.

1 NE CA\RA\ANE OE PORTEURS XERIN\ANT A TA ITALTE


c*






BOMA 93
deux ou trois tribus du nord et du sud, on ne paratt
avoir essay de les domestiquer. On a dit que c'est A
cause de la mouche tsets6, cette terrible mouche afri-
caine, don't la piqure, inoffensive pour les hommes et
pour le gibier, tue au contraire presque tous les ani-
maux domestiques, et notamment les chevaux, les
boeufs et les chiens. Mais ce n'est pas la vraie raison.
Car la mouche ts6ts6, tres commune dans le bassin du
Zambize, est, au contraire, tres rare dans celui du
Congo. II y a m&me des savants qui soutiennent qu'elle
n'y existe pas. La vraie raison doit 6tre celle que m'a
donn6e le major Storms. II dit que toutes les fois que,
pour une raison ou une autre, une tribu s'est trouv6e
A la t&te d'une reserve de vivres un peu important,
repr6sent6e soit par des cultures, soit par des trou-
peaux, il lui est toujours arrive malheur, parce que ses
voisins s'alliaient entire eux pour la piller. II a vu la
chose se produire nombre de fois pendant qu'il com-
mandait la station de Karema. C'est d'ailleurs ce qui
s'est passe chez nous au commencement de la R6vo-
lution, quand on pillait le bl6 dans les fermes, et qu'on
guillotinait les fermiers comme accapareurs. Les em-
blavures ont tout de suite tomb6 de pros de moiti6. Et
la meme chose arrivera quand messieurs les socialists
seront au pouvoir. A quoi bon travailler, si on ne
travaille que pour les autres!
Toujours est-il que les premiers Europ6ens qui sont
arrives dans ce pays-ci ont eu beaucoup a souffrir de
cette disette de viande. Encore a l'heure actuelle, dans
tous les postes de l'int6rieur, la viande de boucherie
est absolument inconnue. Quand on veut mettre le pot-
au-feu, ou manger un beefsteak, ce qu'on a de mieux a
faire, c'est d'aller tuer un hippopotame dans la riviere,
oi du reste ils pullulent partout h un point don't on ne
se fait pas d'id6e. Nous avons A bord M. Delcommune,
grand chasseur devant l'Eternel, qui m'a montr6 une




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs