• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Introduction
 La charte coloniale
 Relations entre la belgique et...
 Le pouvoir législatif de la...
 Le pouvoir exécutif
 De la publication des actes des...
 Le pouvoir judiciaire
 Les droits civils
 Les droits publics
 La liberté individuelle
 Inviolabilite du domicile
 Garantie de la propriete indiv...
 La confiscation des biens et la...
 La mont civile
 Liberté des opinions et des...
 La liberté d'enseignement
 Le droit de petition
 Inviolabilité du secret des...
 Droit de poursuivre les foncti...
 La presse
 La liberte des langues
 La Liberté du travail
 L'Armée coloniale
 Le regime monetaire
 Dispositions diverses et final...
 Back Cover






Title: Le droit public du Congo belge et notions de droit administratif
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072643/00001
 Material Information
Title: Le droit public du Congo belge et notions de droit administratif
Physical Description: 164 leaves : ; 27 cm.
Language: French
Creator: Coppens, Paul
Universitâe catholique de Louvain (1835-1969)
Publisher: Rapid-copy
Place of Publication: Louvain
Publication Date: 1942
 Subjects
Subject: Public law -- Congo (Democratic Republic) -- Kinshasa   ( lcsh )
Constitutional law -- Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072643
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 22555915

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
    Title Page
        Page ii
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
    La charte coloniale
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Relations entre la belgique et le Congo
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Le pouvoir législatif de la colonie
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    Le pouvoir exécutif
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    De la publication des actes des pouvoirs législatif et exécutif
        Page 85
        Page 86
    Le pouvoir judiciaire
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
    Les droits civils
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
    Les droits publics
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
    La liberté individuelle
        Page 126
        Page 127
    Inviolabilite du domicile
        Page 128
        Page 129
    Garantie de la propriete individuelle
        Page 130
        Page 131
        Page 132
    La confiscation des biens et la mort civile
        Page 133
    La mont civile
        Page 133
    Liberté des opinions et des cultes
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
    La liberté d'enseignement
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
    Le droit de petition
        Page 142
    Inviolabilité du secret des lettres
        Page 143
        Page 144
        Page 145
    Droit de poursuivre les fonctionnaires
        Page 146
        Page 147
    La presse
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
    La liberte des langues
        Page 152
        Page 153
        Page 154
    La Liberté du travail
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
    L'Armée coloniale
        Page 159
        Page 160
        Page 161
    Le regime monetaire
        Page 162
    Dispositions diverses et finales
        Page 163
        Page 164
    Back Cover
        Page 165
Full Text


UNIVERSITY CATHOLIQUE
LOUVAIN


Paul COPPENS





Le DROIT PUBLIC
DU

CONGO BELGE

et Notions de Droit Administratif









RAPID-COPY
43, rue I.opold
Louvain


Kfvo)





w---


UNIVERSITY CATHOLIQUE
LOUVAIN


Paul COPPENS


Le DIROIT PUBLIC
DU


C


ONGO BELGE


et Notions de Droit Administratif









RAPID-COPY
43, rue Leopold
Louvain


L7T1K, Y OF FLrs-. ,.'." ""













D ROIT


C O L NI A L.


LE DROIT PUBLIC CONGOLAIS.


I n t r o ductio n.




"Te Congo Belge est r6gi .par .1-; lois particulieres_".

Ce principle, inscrit au premier article de notre Charte Coloniale,
constitute 1 l'eplication etla raison de c e cour.sde.Droit, Coloni al.

Tout come un pays complement autonomy, le Congo Belge a sa 16-
gislation propre. Pas plus que.les lois congolaises n'ont force obli-
gatoire en Belgique, nos lois belges n'ont d'empire au Congo.

La legislation congolaise ne trouve donc A se caser dans aucune des
subdivisions du droit belge, mois comprend elle-meme toutes les branches
d'un droit interne complete.

De meme que dans tout pays civilis6, nous avons, pour le Congo,
le droit public et le droit priv6.

Le droit public comporte:
le droit constitutionnel,
le droit adninistratif,


p









-2 -


le droit p4hal,
les procedures civilis et criminelles.

Le droit priv6 se subdivise en droit pfiv4 common:
le droit civil et en droits particuliers, tels le droit commercial,

le droit maritime, le droit industriel,'etc...

+
+ +

Les pr6sentes notes sont consacr6es au droit public constitution-
nel congolais, avec certain apergus sur le droit administratif.

La constitution :-.ij, lise s'appelle commun6ment la Charte
Coloniale. C'est la Loi du 18 octobre 1908, vote par le Parlement
Belge et plusieurs fois am-n4. par la suite.

Il nest pas possible d'6tudier le droit public congolais sans
avoir constamment sous les yeux le texte de la Charte Coloniale, ni
S'en connattre pour ainsi dire de m6moire les trente huit articles.


+
+ +

Cct exam6n du droit public congolais, est saivi de celui de la
parties g4n4rale du Code p6nal de la Colonie et son organisation judi-
ciaire.

Ces trois branches forment le course de droit colonial A option
dans les Universit6s.

C'est A Louvain un course d'une heure et demie ann6e.

Un second course, de deux heures-annee, s'y donne 6galement. Ii
comporte l'histoire diplomatique et politique du Congo, le droit commer-
cial, la 14gislation social et industrielle, le droit minier et des
complements de legislation financiere. Il est obligatoire pour les 6tu-
diants en licence commercial et colonial, ainsi que pour ceux qui,
titulaires d6ja d'un diplime d'4tudes completes, desirent faire la
licence special en sciences coloniales.

Le programme pr6voit, en outre, un s4minaire de sciences coloniales









-3-

qui se tient deux heures par semaine pendant tout le premier semestre.

Aucun course s'est consacr4 au droit civil au Congo, parce que
les d4crets congolais des 4 mai 1895 (Livre I: des Personnes) et 50
-juillet 1888.(Livre III: des Contrats et des Obligations conventionnel-
les) se sont bornes a reprendre, A de 14egres modifications pros, les
dispositions de notre code civil belge.\Le-r6gime ne diffire .!u'en ma-
tibre de propri6t6 fonciere, le 16gislateur congolais s'6tant inspire
du systhme Torrems, d'origine australienne. Il en sera parld incidemment
Jans les notes relatives au droit public.









-4-






Chapi t re I

LA CHARTER COLONIAL,









Le Congo est dot6 d'une Constitution propre: c'est la loi du
18 octobre 1908, votee par le Parlement belge lors de l'annexion de
1'. -at Ind6pendant par la Belgique.

",++Q l-i r -nli-e, quant a son contenu,...tou.t.ts les conditions.-.

d'une Cqnstitution, l-uisqu'elle organise les trois grands pouvoirs
de tout 6tat d6mocratique, les pouvoirs 14gislatif, ex-cutif et ju-
diciaire et qu'elle consacre les droits des particuliers vis-a-vis
de 'Etat.

.MIai. ell .e a Uvot~e .par. .l.e.arlement, .eni session ordinaire. et
non par une "issembl6e constituante, spl:- i'il:m -rt comQnque.,...cette .fin.
C'est la raiscin pour laquelle, techniquement, elle ne peut $tre appe-
16e une Constitucion,

r.-.nr-tit+n+i:-.n ipr le fond, le e ne 1'Hst pas par la forme et c'est

parce qu'elle tient ainsi le milieu entire une Constitution veritable
et une loi ordinaire quelconque, qu'on lui a donn6, dans l'usage,
ce nom interm6diai-e et bien de chez nous de "Charte". La Charte Co-
loniale du Congo Belge, c'est-h-dire le statut organique de notre Co-
lonie.

Cette Charte, qui ne comprend que 38 articles, constitute la base
fondamentale et la charpente de tout notre regime colonial.

C'est le status don't le 14gislateur belge de 1908 a dot6 notre








-5-


terre d'annexion en un momen, ou il ne se r6signait a son role colo-
nial qu'avec 4normement de mefiance et de restrictions.

Alors que d'autres pays d'Europe, coloniaux depuis des siecles
at tout impr6gn6s de leur vieille doctrine dite du "pacte colonial",
ne songeaient qu'a 's'int6grer aussi 6troitement que possible leurs
domaines d'ouare-mer, la Belgique,' innovant du tout au tout en cette
matiere, si nouvelle pour elle, ob6issait a la preoccupation dominan-
te d'annexer aux moindres frais, d'accepter une 'atelle sans en assu-
mer l'entiere responsabilite p6cuniaire, de lier le .aoins qu'elle le
pouva'.- son sort a celui de l'empire L6opoldieir de l'antreprise a-
fricaine,

On peut dire quIelle nest devenue Puissance Coloniale quTen r6-
chignant, force rt contrainte par les circonstances et plus particu-
lierement par la pression 6trangere, Depuis des ann6es, la menace an-
glaise pesaft sur l'Etc,t Ind6pendant,du Congo, a la suite des campag-
nes Oe *iorel et de Casement,

D6ja on 1904, s'6tait fondue ~ Liverpool la "Congo Reforme Asso-
ciation: qui devait mener centre 1'Etat Ind6pendan' une champagne sans
repit- Le Gouvernement anglais songeait a convoquer une nouvelle Con-
f6rence international Africaine

En 1905, .a Commission d'enquite, que L6opold II dut envoyer
au Congo, revint avoc des conclusions fort pessimistes, d4montrant la
carence du Gouvernement de lEtat Ind4pendant. II 4tait temps que cet-
te entreprise p-iv6e passe la imin & une Puissance Europenmne capable
de mener l'oeuvrc a bonne fine

Au Parlement belge Vander Velde et Hymans interpe-lent le Gou-
vernement et par son crdre du jour, vot6 le 3 n'overnbre 1906, la
Chambre manifeste le desire formel d'etre saisi dans le plus bref d6-
lai de la question de la reprise.

Le Gouvernement Belgo approve 1e trait de cession du 27 Nov.
1907, ainsi que l'acte additionnel du 5 mai 1908. La commission cen-
trale de la chambre active ses travaux, qui aboutissent finalement









-6-


a cette Charte don't le moins qu'on puisse dire est qul',U.glJAe yJ ,a,
acceptation sous ben6fice d'inventaire, prudent et r4signee de la
donation royale.

Telle qu'elle est, nous devons 1'ttudier, dans sa r6daction ac-
tuelle, en examinant tour a tour le statut qu'elle impose au Congo
vis-a-vis de la Belgique, le fonctionnement des pouvoirs, les droits
civil et les droits publics des habitants de l,. Colonie.

Cotte nomenclature indique la suite des titres de cette 6tude.









-7-


Chapi t r e II

LI L..1 IONS JiiJ LA BELGIQUE ET LE CONGO.









D6ja lors de la revision constitutionnelle belge du / septembre
1893 et en provision de 1'annexion du Congo, le texte suivant avait
4t6 ajout6 A 1'article,I de notre constitution:
"Les Colonies, possessions d'outremer ou protectorats que la Bel-
"gique peut acqu6rir, sont r6gis par des Lois particulibres. Les
"Troupes belges cdstinees a leur defense ne peuvent ^tre recrut6es
"que que par des engagements volontaires".

Au moment de 1'annexion, en 1908, le legislateur de la Charte
Coloniale ne peut qu'ob6ir h ce principle en libellant comme suit
le premier article de la loi fondamentale:
"Le Congo Beige a une personnalit4 distinct de celle de la ,Mtro-
"pole
"I1 est r6gi par des Lois particuliBres,
"L'actif et le passif de la Belgique et ae .l Colonie demeurent s6-
"par6s.
"En consequence, le service de la rente congolaise Cdmeure exolu-
"sivement a charge de la Colonie, a moins qu'une loi i'en'd6cide
"autremnnt."

Ce texte, qui temoigne clairement des snntiments- de particulibre
m4fiance avec lesquels la Belgique officielle se resign.it 1'an-
nexion, appelle les brefs commentaires suivants:








- 8 -


10 "Le Congo Bplh-e a 1: ne personnalit4 distinct de celle de
Jli L' i r ,.,_ ?".

Le principle juridique ainsi 4nonce se passe de commentaires.
Dans leurs relations internes, la Colonie et la Belgique constituent,.
deux entit4s, deu: pr..-nn- r orle.adistinctes,, ayant chacune leur
patrimoine prp -e, tout come 1'Etat Beige a une personnalit4 dis-
tincte de celle d'une province-ou d'une commune du Royaumeo

C'est surtout au point de vue patri r.mid.le et en raison de ce
point de vie que le principle a 4t6 d4fini des leq premieres lignes
de la Charteo

Cette separation n'est pourtant pas absolute. Si elle vaut pour
ce qui regarded les rapports entire la IJ6tropole et ?. Congo, elle
n'a plus de sens on ce qui concern les relations de droit interna-
tionai Vis-a-vis de 1'1tranger, la Colonie forme un tout avec sa
M6tropole ej gravite dans l'orbe de la Belgique. Vu sous cet angle,
le Congo n'a pas d'existence propre.

O est la __.ic,',- pcur a.1qucl- c 1 '+ 1 P '_.ni stre belge des
Affairs (tr:ngnres qui doit intervenir pour tout ce qui regarded les
relations du Congo avec les Puissances 4trangeres


20 Le Congo est regi par des lois particulieres, p. .d;. par
consequent, sa 14gislatin propre. _Il sen suit que la legislation
belge nest en aucune manieru applicable au Congo. Et, de fait, 7'
Ordonnance du 14 mai 1886, de I'Adiinisrrateur rkn~ral au C-ngo sur
"les Principes a suivre dans les decisions judiciaires" et form.:..nt
le Prieliminaire du Code Civil Congolais,dispose.
;Quand la ma'iere n'est pas privue par un d4cret, un arret4 ou
"une ordonnance d6ja promulgu6, les contestations qui sont de la
"competence des Tribunaux du Congo seront jug6es d'aprIs les
"coutumes locales, les principles g4ndraux du dro-t et l'?quit6".

Ainsi qu'onlc voit, il nest pas fait, fans ce texte, la moindre
allusion au droit belge, comme droit suppi6tif, en cas de lacune ou








-9-


de silence du droit congolais.

Les Juges, en ce cas, s'en r4f4reront aux principles gen6raux du
droit et L 1'6quit4.

't pourtant, surtout depuis 1'annexion, les Tribunaux Conjoplais
se sont largement inspire s de la Jurisprudence Beige et mrme de la
legislation m4tropolitaine, pour supplier aux lacunes du droit ou
des decisions du Congo.

D'autre part, il n'est pas inutilee de soulignrr que lI 1leisla-
teur colonial 6tant en realit6 un juriste belg:, nos deux droits con-
golais et m6tropolitain ont de solides liens di parent, malgr4 leurs

notables differences.


3 La t i+inctinn de- pitrim-ireconsequence de la dualit4
de personnel juridique- entire le Congo et la Belgique, m6rite surtout
de retenir notre attention.

C'est ici que se retrouve le groc souci du Parlement de 1908
de m ettre l~ ,l ip,-i' !'nbTri le 1':i-entur ar'ricaine,

3n affirmant que l'actif et le passif de la Belgique et de la
Colonie demeurent s6par4s, il affirmait une these qui correspondait
plus A sa vol6nt6 qu'A la r4alit6. En effet, le traits de cession,
qui avait pr6c6d4 la Charte, stipuiait que Leopold II c4dait a la
Belgique, qui acceptait, la couverainet6 des territoires Congo, avec
tous les droits et obligations qui y scnt attaches.

Les orateurs du Gouvernement, e; notammne:t Monsieur J. Renkin,
en tiraient la conclusion, rigoureusement juridiyue, que pour un mo-
ment au moins, il y eut confusion entire le patrimoine du Congo e,t
des dettes de la Colonie existant au moment de cette confusion; que
la separation posterieure des patrimoines n( pouvait avoir effet que
pour les dettes h venir.

(voir Oomment. de la Charte Coloniale pr li. HIalewyck T.I -
sous art. I).








- 10 -


Cette these fut combattue par de Landtsheere et A. Bernaert,
qui, finalement, l'emporterent. La separation total des patrimoines
est rest. e un dogme parlementaire.

Les dettes du Congo sont restees integralement A charge du tr6-
sor Colonial, malgr6 les efforts de certain coloniaux pour en faire
endosser une parties du moins A la M4tropole.

Celle-ci ne s'est pourtant pas abstenue de toute intervention,
toujours.chidement mesuree, en faveur de sa Coloniea

Elle est intervene notamment, par voie de subside, pour la cons-
truction du Chemin de Fer ae Niatadi L6opcidvi le. Depuis 1905, elle
a pris a sa charge les frais europeens du ''inistre des Colonies et
au course de ces dernieres ann6es, en presence du deficit du Budget
Colonial, elle a consent une subvention forfaitaire et non r6cupera-
ble variant entire 165 et 50 millions par an, pour assurer 1'quilibre

budg4taire de sa Colonie.

Il est a noter toutefois, qu'aux terms mames de la Charte, le
principle insolite de la separation d6s patriminnes, n'est pas absolu
au point qu'une simple loi n'en puisse disposer autrement. Cette d6-
rogation au principle a 6t6 sp6cialement prevue et maintes fois r6cla-
mie par les milieux coloniaux, qui voudraient notarament que.la MTtro-
pole support a tout le moins les charges de souverainete de son JEmpire
Colonial.

La question a fait l'objet de multiples controversies et de multi-
ples theories ou solutions se trouvent en presence,








- 11 -


C h a p i t r e III

LE POUVOIR LEGISLATIF DE LA COLONIE.









Section I: L a L o i.






Le pouvoir lgislatif est exerce, pour ce qui regarded le Congo,
par trois autorit6s lgislatives distinctes, hi4rarchiquement sub-
ordonn6es l'une a l'autre, dans 1'6conomie de la Charte Coloniale.

En premier lieu intervient le Parlement Pele, l4gislateur
supreme de la Colonic, auteur de Lois clr'ni- les-

Puis intervient L.-Rici. l1gislateur ordinaire de la Colonie,
assisted du Conseil Colonial, pouvoir dbl6gu6, agissant par voie
de JL 7r-.

.'infin, peut intervenir le pouoir local, ^,ouyne.iir Genr.al et
j-Jis les Gouverneurs de Province, qui, en des cas sp6ciaux, prennent
des :r3L:n:-,,.': 1'i i1~ti.-je de court durge,

Nous examinerons tour A tour, ces trois rouages 14gislatifs
de notre Colonie.

+
+ +

L'article 7 de la Charte Coloniale stipale que la loi nt eryiet..
.L,.7- .r2 iL. te:Ll* e. ..,t..u.te.,,m aniee.re...... .








- 12 -


Il faut ici comprendre les mots: "La loi" en leur sens technique,
comme 6manation du seul Parlement Belge.

Notre Assemblee L6gislative, Chambre et S6nat, s'est ainsi re-
serv6 unecomp6tence nouvelle. Non content de faire des lois au
people belge, don't elle est la mandatair-, elle s'attribue le soir.
d'intervenir comme l6gislateur souverain pour le Congo.

Son pouvoir d'intervention procede d'aill-urs dans ce domaine
'd'un principle different.

Pour la Belgique, le parlementaire, 6lu du people, n'est que le
porte-parole de la Nation, don't 6manent tous los pouvoirs.

Le parlementaire nest pas 1'6lu des administr6s congolais et
ne Deut done tre leur mandataire.

Mais c'est la nation belge toute entire qui a accept la tutelle
de la Colonie et c'est come mandataire de la Nation tutrice qu'inter-
vient le lgislateur belge.

Le Parlement Belge repr6sente, en vertu de ce principle, le pou-
voir l1gislatif supreme de la Colonie.

Cette supr6matie ou preeminence se marque de dsux manieres:

1 D'une part la loi peut intervenir souverainement en toute matiBre;
par pr6efrence aux d6crets et aux ordonnances, avec cette cons6-
quence que, devant les Tribunaux, les textes d'un d4cret ou d'une
ordonnance ne pourraient pr6valoir 3ontre celui d'un, loi, pour tout
objet ou les deux textes seraient incompatible. L'article 7, 5me
alin6a de la Charte, prend d'ailleurs soin de stipuler '"Toute loi
a pour effect, des sa publication, d'abroger de plein droit les dis-
'positions des d6crets qui lui sont contraires"l

Le lIgislateurBelge a eu la discretion, dans la pratique, de
limiterstrictement ses interventions, mai& theoriquement et s'il
lui en prenait fantaisie, il aurait l'incontestabli droit de i6gi-
ferer absolument en toute matiere colonial.







- 15 -


20 Le Parlement- -'. I -'--.-r-,'. dans la Charte, certaines matieres,
les plus importantes, oh il s''est attribu4.l'exclusivit4 d'inter-
vention plus ou moins complete et compete tenu des necessaires ex--
ceptions. Il s'agit des budgets, des comptes, des emprunts et ga-
ranties d'emprunts, des tr--,:: :ur r..-.-.r.iT-=: extraordinaire,
du jugement des iMinistres des Colonies, des Trait6s e' de certai-
nes cessions et concessions




A. BUDGET DES RECETTES ET DES EXPENSES.




L'article 12 de la, Charte stipule que: "Le Bucdget des recettes et
dos d6penses de la Colonie est arret cheque aTnen par la loi. Toute-
fois, la loi budg4taire pout attribuer au budget uane dure de deux ans".

Dans tout pays d6mocra.tique, c'est une prcrog,-tivk essentielle
du people de pouvoir se taxer lui-r-me, par 'entremrise deses manda-
taires publics. Do tous temps, dans nos provinces, la question des
.imp3ts a 6t6 cause de frictions et occasion de marchandages entire
le Prince, quel qu'il fut, et sas sujets.. Ynrmi nos anciennes iibert6s
communales, les plus chirement acquises et les plus jalousement defen-
dues, figurait toujours en premier lieu celle, pour les administr6s,
d'avoir leur mot a dire dans l'4tablissement du. ens.

Actuellement, encore, c'est 4 propos des discussions autour des
Lois budgetaires que le Parlement chez nous exa;rce ou tente d'exercer
son contr6le le plus efficace sur l:s agisseronts de 1'Excutif. Croyant
pouvoir, h sa guise, serrer les cordons de la bourse, il s'imagine
ainsi tenir sous sa tutelle les reprssentants du pouvoir exdcutif.

II 4tait natural, dcs lors, que le 14gislatoer de 1908, tres me-
fiant i l'endroit do l'entreprise africain, so se ot prdoccup6 avant
tout de se r6server le vote do ia loi budgetaire du Congo. D'o' l'art.
12 que nous venons de retranscrire.








- 14 -


+
+ +

Representons-nous bien ce quest un BUDGET dans la vie d'un Etat.

De meme qu'un compete est une photographic du passe, un budget est
uncf provision de l'avenir: une provision minutieuse des recettes et des
dppenses que 1'Etat aura l'autorisation, sinon obligation, idaccomplir
au course de l'exercice budg4taire a venir,

II est de principle constitutionnel absolu que 1'itat re pout se
livrer a aucune depense, ne peut effectuer aucune recette, tant que
1'une et 1'autre n'est pas autorisde par le pouvoir J6gislatif, c'est-
h-dire tant que la Loi budgetaire nest pas vote par lo Parlement.

Tochniquoment, un budget est une loi qui, come toute loi, doit
se vOter, en premiere lecture, article par article, c'ost-a-dire d6-
pense par d6pense, recette par recette.

Tout budget comprend deux panneaux: celui des recettes et celui
des d6penses.

Tout budget doit s'?quilibrer exactement, c'est-a-dir: qu'il faut
prevoir des rocettes pcur un montant au moins equivalent A oelui des
depenses.

On distingun 6galement les budgets ordinaire extraordinaire -
pour ord-ie.

Le premier est celui des recettes et des d8ponises qui se renou-
vellent r6gulibrement tous les ans, pour assurer la vie courant de
l'jtat: impits, douanes, amendes, taxes, etc... au chapitro des recet-'

tes. Payment des fonctionnaires, pensions, subsides, frais d'entre-
tien dos batiments publics, etc... au chapitre des d6penses.

Le Budget extraordinaire comporte, en depenscs, des investisse-
ments exceptionnels et une fois faits, qui donnent de la plus value
au pays, concurrent i son 6quipement industrial ou 5conomique, come
des constructions de routes, de chemins de fer, de canaux, de ports,
etc...








- 15 -


Ii est normal qu'au panneau des recettes ce budget s'alimente
par des emprunts, en ordre.principal. II s'agit, en effect, de couvrir
des d6penses don't de nombreuses generations futures seront a profiter,
et qui devront, par consequent, s'amortir sur un long cycle d'.ann~es
par 1'imp8t q.ue ces g6n4rations successives payeront tous les ans pour
assurer, au budget ordinaire, cc, qu'on ap-elie le service de la Dette
Publique, a savoir le payment des int6rets' et le remboursement pro-
gressif de l'emprunt.

Un pays qui emprunte pc.ur fair face a ses dpu-nses ordinnares
s'appauvrit. Un p-ays qui emprunte pour couvr.r ses depenses jonstruc-
tives s'enrichit.

Le budget pou: ordre, enfin, est ce.ui dc-s som:ncs que 1'Etat
oncaisse et payo pour comptu do tiers. L' tat se trouv; ici Rimple
d4positaire do fonds no lui appartcna-it pas.

C :st a ce budget que figurent la tr6sorerie des comptes de chB-
oues postaux, celui de la Caisso d'ipargne, les comptes de:. Caisses
de pensions pour Veuves et Orphelins, les ca. ,ionnoments des entre-
preneurs de travaux publics, etc...

L''tat dttiont ainsi des milliards, don't il n'a que la disposi-
tion pr6caire, mais don't il use pour ses bosoins journaliors, en sp6-
culant sur l'impossibilit4 on se trouveraient les depositaires de
r6ciamer tous, en mome temps, rerboursement de leur d~.

C'est la dotte flottante, qui constitute la menace constant d'un
"tat don't les finances ne sent pas saines.

+
+ +

Nous avons vu que le budget nest en r6alitA qu'une provision.
C'ust dire quCe si les d6penses pr4vues ne p uvent en aucun cas -tre
d6passees, bien qu'elles ne doivcnt pas toutes tr. n6ceissairement en-
gagees, les recottes prevues ne seront pas toujours at';eintes, d'oiu
deficit budg4taire et obligation pour 1'.,xecutif di douander au Par-
lement le vote de credits supplmentaires.








16 -


C'est tout l'art et toute la sagesse d'un bon 'inistre des Fi-
nances de presenter un project de loi budg6taire que les 6vnnements
ne viennent pas d6mentir.

Ce fut le secret de la resurrection don't Salazar gratifia son
pays.

+
+ +


P..,ur.ce, qui regarded le C.nr n ot oe plus des distinctions que
nous venons de voir, il a lieu de distinguer encore entire le budget
du minister des Colonies et le budget colonial proprmnt dit.

Le Budget du I.T'.i -tr- d- .- :i i t i 1 i,- t i .
come celui do tous les autres ministries belges. C'est, depuis 1908,
la Belgique seule qui en fait les frais tous les ans, .en versant

les subsides n6cessaires pour l'alimenter.

Nous nous truuvons done ici en presence d'une r6elle derogation
au principle de la separation des patrimoines congolais et m6tropoli-
tain, inscrit A lIarticle I de notre Chartec

En parlant du pnu de g4n4rosit4 t6moign6e par la Eelgique a sa
Colonie, nous manquerions de gratitude, voire de justice, en ne signa-
lant pas cette intervention r6guliere du tresor m4tropolitain pour
supporter les frais du Mlinistere des Colonies.

Il s'agit d'ailleurs d'un budget tres r6duit, qui ne d6passait
pas une dizaine de millions, au course de ces toutes dernieres annnes.,

C'est ce budget qui supporteles frais de notre administration
central: traitement ot frais de d6placement du :iinistre des Colonies,
traitements et pensions des fonctionnaires m6tropolitains, frais di-
vers administration, frais, pour une part, du Mus6e Colonial de
Tervueren, propagande colonial, etc..

Ce budget est vot6 suivant la procedure admise pour tous les
autres budgets m6tropolitains.









- 17 -


Avant la guerre, il 6tait question de l'adoption d'un budget

unique, pour r4pondre au W~e de la Commission des Colonies du
Senat. Seule les traitements du Ministre des Colonies et de son cabi-
net resteraient a charge du Tr6sor metropolitain. Cfr: Les Novelles:
Droit Colonial, T. III, Les Finances Publiques, Moeller n9, p.27.
Dans la pratique, les articles inscrits a ce budget ont beaucoup va-
rie d'ann4e en annie.

+
+ +

Qu~ian+ Pu.id-~-t l.nial. i1 r~-r.rti.t ..'.- Ii-. .." *--,- et sous re-
serve de certaines subventions de la Bclgique en ces dernirres ann6es,
dont nous reparlerons, i- ..?itr'.-i.. -.:L.-.Z. tant en recettes qu'en
d6penses,

Nous gallons done l'examiner de plus pris, Une loi du 5 mars 1912,
modifiant la loi du 18 octobre 1908, sur le Gouvernement du Congo Bel-
ge, stipule que "le project de budget colonial doit etre imprim6 et,
au plus tard le 31 octobre de chaque annie, distribu6 aux membres des
Chambres 14gislatives par les soins du ;iini there dels Colonies".

Precedemment, c'4tait quatre mois avant le debut de 1'exercice
que le project du budget devait etre depos6.

Cette prescription ne comporte aucune sanction sp4ciale. Aussi,
en fait et sauf en ces dernieres annees, les .-ini-itres des Colonies
d4posaient-ils toujours leurs projects de lois bulgttaires avec des
retards considerables, parfois meme alors que !'exeroice 4tait d.ja
ontam6.

LIais meme lorsque les budgets ttaient depos4s plus ou moins a
temps, il n'est jamais arrive, pensons-nous, que le Parlement l'ait
vot6 avant le debut de 1'exercice, c'est-h-dire avant le 51 d6cembre.
Le budget bicemal pour 1926/57, d6pos6 au Parlement le 26 mars 1926,
ne fut vot4 que le 21 juillet 1927. Le Budget do 1928 ne fut vot6 que
le 18 mars 1929.

La mrne situation se pr6sente regulibrement pour les different









- 18 -


budgets beiges et le pouvoir ex4cutif s'en tbre fort aisiment enffaisant
voter par les Chambres les "Douzinmes provisoires" des lois qui autori-
sent les recettes et les dep6nses pour un ou plusieurs mois, sans pr4-
juger du vote final de 1'ensemble du budget.

Pour le Congo, il en va tout autrement.

Le 2me alin6a de 1'article 12 de la Charte prevoit que: "Si los
Chambres n'ont pas voti le budget cinq jours avant l'ouverture de
l'exercice, le Roi arrte les recettes, et, de trois muis en trois mois,
jusqu'a la decision des Chambres, ouvre au -inirstere des Colonies les
credits provisoires n4cessaires' .

Cette intervention du Roi a lieu par Arrete Royal, c'est-a-dire
par un acte du pouvoir ex6cutif, alors qu'en Belgique, dans la meme
occurence il faut un acte l6gislatif.

Il est a noter que sur les credits ainsi autorisss, il ne peut
Store effectue que des dlpenses ordinaires. L'arrt64 Royal prondra soin
de le rappeler.

+
+ +

En Belgique, le budget est annuel. ourle-Con~o, nous 1'avons vu,
la loi peut attribuer au budget une dur6e de deux ans. On a voulu ainsi
donner plus d'6lasticit6 au budget colonial, permettre aux autorit6s
locales de disposer de credits plus largos portant sur deux anndes d'ex6-
cution,

En fait, ce nest qu'a deux reprises (1924 es 1926) qu'il a 6t6
use de la faculty de presenter un budget pour deux ann6es. Le Parlement
en a manifesto son mncontntetement, exprimant son d4sir d'avoir tous les
ans l'occasion de s'occuper aes questions coloniales et le Minictere
des Colonies s'Int inclin6. Le budget annual est redevenu la r&gle habi-
tuelle.







- 19 -


Les trois derogations en matiere budg6taire.


Le principle de l'intervention souveraine du Parlement belge pour
le vote des budgets coloniaux 6tant ainsi consacr6, il a fallu se pr4-
occuper d'am6hager la regle de maniere h l'accomoder aux n6cessit6s
sp4ciales d6rivant de la'distance fort grande qui nous spare du Congo
et des Oituations imprnvues qui s'y peuvent presenter et auxquelles
il faut faire face sans avoir toujours le temps de recourir h 1'inter-
vention du Parlement.

D'ot les trois dispositions exceptionne.-les pr6vues aux articles
10 et 12 de la Chartc Coloniale:


lere Disposition.


L'ancien texte de l'article 10 stipulait: "Aucune taxc douaniere
aucun imp8t ni aucune exemption d'impit ne peuvent 8tre 6tablis que
par d6cret. Le d6cret entrera en vigueur en mrae temps que la loi bud-
g6taire qui en fera la premiere application.

C'ttait d6ja, en un certain sens, une atteinte aux prerogatives
du Parlement, puisque normalement les taxes douanieres et imputs doi-
vent faire intgrante de la loi budgetaire.

Ce systmme manquait pourtant encore d'6lasticit6, car d'une part,
il fallait attendre que la loi budg6taire soit votee pour que le d6cret
entire en application et d'autre part, il tait n6cessaire de recourir
au l6gislateur metropolitain du d6cret, quelle que soit l'urgence des
measures qui s'imposaient en Afrique.

Une loi du 12 aout 1923, modifiant, sur ce point, la Charte Colo-
niale, est venu stipuler que: "Aucune taxe douaniere, aucun imp8t,
ni aucune exemption d'impot ne peuvent etre 6tablis que par un acte
16gislatif. Les nouveaux d6crets et ordonnances legislatives qui les
ont 6tablis sont annex6s en copie a 1'Expos4 des ,iotifs du premier pro-
,iet de budget colonial qui p'-rp conis auy 0ihambres ilgislatives".








- 20 -


Comme on le voit, cette reforme de 1925 apporte au regime fiscal
antdrieur deux facilities nouvelles:
a) en cas d'urgence, il no sera plus necessaire de mettre on movement
l'appareil 14gislatif m6tropolitain du d4cret; une simple ordonnan-
ce 14gislative du Gouverneur G4n6ral suffira pour modifier taxes dou-
anieres et imp6ts.
b) La mosure ainsi prise entrera en vigueur imm6diatement. II faud.a

simplement annexer les d4crets ou ordonnances la loi budgetaire
suivante, pour que le Parlement en puisse prendre 'onnaissance.

Grace a cette disposition nouvelle le Gouve'rneur G6neral neut,
sur place, faire face sur i'h'eure A des difficulties impr6vues et lors
de la derniBre devaluation mon6taire en Belgique, au moment de l'avene-
ment du Gouvornement Van Zeeland, le Gouverneur G6ndral P. Ryckmans a
remarquablement us4 de cette faculty en supprimant les droits a 1r entree
(t .en augmentant ceux a la sortie pour r6tablir i' quilbr' (conomique
et la prosperity de la Colonie.


+ +

L'article 10 de la Charte ajohte: "Le Gouvernemont Ge6nral et
les fonctionnaires ou i-.t .- '. 1'..L-inti.-Itri..:n o:,1.-ile dament auto-
rises par lui peuvent, mIme en dehors des cas pr6vus par decret, accor-
der aux indig6nes des exemptions temporaires d'imp6t."
I1
Le produit des douanes et impSts est exclusivemont r6serv6 aux
besoins de la Colonie".

C'est l'ancien texte de 1908.

Le second alinea ne fait quo confirmer le prinoipe constitutionnel
de la separation des patrimoines congolais et m6tropolitain. Le premier
pr4voit les disettes, famines, guerres intestines, cataclysms qui
peuvent survenir dans certaines regions du Congo et mettre les indige-
nes dans l'impnssibilit4 de satisfaire temporairement leurs obliga-
tions fiscales.






- 21 -


2me "Disposition.


Article 12 de 1' Charte: "Le Roi o.u dans la Colonie, le Gouverneur.
General ordonne les virements et, en-cas de besoins urgents, les d4pen-
ses suppl4mentaires n4cessaires. Dans les trois mois, le ministry des
Colonies transmit une expedition de l'Arr t o Royal ou de l'Ordonnance
aux Chambres et depose un project de loi d'approbation".

S'il se produit au course d'un exercise budg4taire des besoins ur-
gents, le Roi et le Gouverneur G4neral dans la Colonie peuvent
ordonner des d6penses supplementaires.

Ii s'agit encore une fois de faire face a des situations inopinees
exigeant une immediate intervention. Ce fut le cas des famines du Ru-
anda en 1928/29.

En fait, les Chambres seront lies, car les d6penses seront faites.
Tout au plus, pourraient-elles v6ter une motion de blame,


5me Disposition.


Nous l'avons vu par le texte reproduit ci-dessus de 1.'article 12:
"Le Roi et le Gouverneur Ge4nral, dans la Colonie, peuvent ordonner
des virements".

Qu'entend-on exactement par un virement en matiere budg4taire? C'
est le fait de passer tout ou parties d'un credit affect a un article ,
du budget A un autre article.

Exemple: "Le subside prevu pour lienseignement d4passant les besoins
une parties de ce subside sera transfer6e a la rubrique de la Force Pu-
blique".

En Belgique les virements sont strictement interdits.

L'article 116 de la Conscitution porte: "La Cour des Comptes veil-
le A ce qu'aucn transfer n'ait lieu",

Ici encore, la Charte permet de d4roger aux principles d;application
en droit public belge,









- 22 -


Mais il faudra que, soit l'Arret4 Royal, soit 1'ordonnance du Gou-
verneur GCn4ral, qui a autoris4 ce transfer, soit transmis dans les
trois mois par le Ministre des Colonies aux Chambres avec un project
de loi approbative.





Le Budget Colonial ordinaire en 1939.


C'est le dernier budget vot6 par le Parlement belge ;.vant la guer-
re. Nous l'examinerons de plus pros parce qu'il nous permettra quelques
incursions dans le droit administratif du Congo Belge.

Mais voici au pr6alable quelques chiffres comparatifs en ce qui
concern les derniers budgets:

1937: Recettes: 601.119.000 Frs
D6penses: 665.487.207 Frs

Deficit: 62.368.207 Frs
h combler par pr41lvement sur le produit de la loteric colonial.
Dans les recettes est comprise, en outre, une some de 78.000.000Frs
h titre de subvention extraordinaire et non _rcuperable de la
Belgiquc,_

1938: Recettes ordinaires et exceptionnelles: 748.216.000 Frs
D6penses: 798.216.C'OO'Frs
Le deficit a comblor par prdelvement sur le produit de la loterie
colonial: 55.681.000 Frs.
Aucune subvention metropolitaine pour 1958.

1939: Recattes: 675.453.000 Frs
DNpenses: 750.579.500 Frs

Deficit: 54.926.500 Frs
a combler par pr4lvement sur le produit de la loterie colonial.
Aucune subvention m6tropolitaine au budget ordinaire.









- 23 -


1940: Projet non vot6 par le Parlement:
Recettes: 747.208.000 Frs
DNpenses: 779.621.500 Frs
Deficit: 32.613.500 Frs
a combler par pr6l vement sur le produit de la loterie colonial.
Aucune subvention metropolitaine.





Budget Ordinaire du Ruanda Urundi pour 1939.


Recettes: 45.165.000 Frs
Depenses: 43.362.400 Frs
Subvention de la Belgique et du Congo Belge: 2.400.000 Frs

+
+ +

Le Budget ordinaire du Congo Belge et du Vice Gouvernement G4n6ral
du Ruanda-Urundi pour l'exercice 1939 a fait 1'objet de la loi du 21
juin 1939.


Voici les principaux articles des recettes et des
Recettes: Impositions personnelles ...............
(sur les 4 bases)
Imp8t indigene ...... .... ...... ...........
(imp-t de capitation)
Impat sur les revenues de .soci6t6s ct sur les
revenues professionnels ...............
Patente de.trafiquants etc ... .........
Droits sur constitution de Societ6s (1,20 o)
Permis de chasse, etc. .................* ..* .
Taxe sur 1'ivoire ..........................
Droils de douanes ...... ...................
Licence pour l'alcool ......................


depenses:
27.377.000


122.837.000




94.571.000
1.048.000
2.500.000
3.657.000
2.002.000
203.6o0.000
1.344.000









- 24 -


Licences pour recherches minieres .........
Taxes de pilotages, etc. ... ........... .
Taxes cotonnieres ................ ...... ...
Taxes sur l essence .... ... .... ............
Recettes domaniales:
permis de r4colte, de coupes de bois,
locations de terres, etc ....... .... ..
Recettes judiciaires ......................
Recettes diverse du service d'hyginne .....
Recettes du service des Travaux publics ....
Recettes du service des voies navigables ...
Recettes d- service de !'agriculture .......
Recettes du service des finances .........
Recettes du service Postes et Telecommun. ..
Recettes de l'Otrace (office d'exploitation
des Transports Coloniaux et des R6gies)
Produits des capitaux et Revenus
(valeurs du portefeuille de la Jolonie,
etc..,)


D6pe snses:Conseil Colonial ...........................
Agence de la Colonie dans la MItropole ......
Office des emballages d'Anvers etc ..........
Voyages .d'tudes e+ missions diverse .......
Office Colonial ........ ...... .... ..........
Office dc Colonisation ....................
Musee du Congo Belge h Torvueren ............
Laboratoire de recherches cliniques et onealo-
giques A Te-vueren ......... ... ......
Ecole Coloniale .....................
Jardin Colonial .................... ....
Pensions at allocations ...................
Dette publique .................... .........


21.000
2,600.000
2.640.000
2.900.000




9.016.000
2.785.000
3.421.000
1.223.000
963.000
1.824.000
53614.000
21.730.000


62.250.000




94.000.000


275,000
2.000.000
131.000
250.000
1.500.000
410.000
644.500


(env)




(env)
(env)


100. 00
5oo.ooo

415.000
115.000
36.000.000
207/000.000 (env)











Au Congo:


3.250.000
5.697.300
..000.000
1.400.000 (eny)


Gouvernement G6neral ........... .........
District Urbain L6opoldville ..............
Frais de procedure, etc .., ...............
Service du budget et du contr6le financier.
Service des Secretaires du Gouvernement
G6n6ral et des Administrations provin-
ciales ....... o... ..... ....... ... .
Services judiciaires: parquets et trib..naux 1
Services des Affaires politiques, aauiinistra-
tives et judiciaires .............. ..
Etat civil et succession ........... ...
Services Territorial, des Affaires indigEnes,
de la main-d'oeuvr= et de la Police Urbal-


(env)
(env)


(env)


ne .................... ...............
Force publique ................... .
Service cartographique .................
Service de l'enseinnement ...... ......
Cultes, missions, bienfaisance et oenvres
sociales ... ...... ... ....,. .
Service de l:HygiBne ... ..... .... ....
Service des Finances et Douanes ............
Service des Affaires Economiques et des
Terres ..... .. .,..... .. .......... ....
Imprimerie de Laopc'dville ....... .....
Service des Travaux publlcs ...........
Service des Postes et T61communicaticns ..
Service des Transports ...............
Service des Voies Navigables ...........
Agriculture et forces .....................
Institute des Parcs Nationaux ............
Institute national pour 1'Etude 'Agronimique
du C,IB, (In6ac) ..... ...........
Fonds d'Immigration t de Colonisation ....
Fonds de crise et de prevoyance ...........


80.000.000
60.500,000
2.000.000
22.000.000


4.800.000
82.000.000
15.000.000
15.ooo.ooo


7.000.000
1.200.000
31.000.000
27.000.000
10,000.000
.7-000.000
25.000.D00
950.000

1]-45o.ooo
11-450.000
1.000.000
m6moire


6.000.000
5.0oo.000


6.000.000
11.900


- 25 -


(env)
(env)
(env)
(env)


(env)
(env)
(env)


(env)
(env)
(env)
(env)
(env)
(env)
(env)
(onv)








- 26 -


Budget pour ordre: Recettes
et Depenses


511.655.675 Frs


+
+ +


Budget extraordinaire: D4penses:

Recettes:


36.423.000 Frs
52.824.926 Frs (emprunth.


D6penses: Otrace: investissements divers: ..

ports r6seau fluvial ......
lines d'nviation ........
force publique .........


7,650.000 Frs
14 500.000
707.200
617.300


Recettes: Dotation forfaitaire d la Ittropole affected h la couverture
de d6penses extraordinaires coloniales: 50.000.000 Frs.





Subvention m6tropolitaine.


Ind6pendamment de 1'aide apportee par la li64tropole en supportant
les frais du Ministere des Colonies et de certain s institutions colo-
niales, la Belgiquf avait pris, en 1921, 1 'engagement d'intervenir,
a concurrence de 15 millions annuellement, pendant 10 ans, dans les
depenses pr6vues pour 1'ex6cution du programme de grands travaux au
Congo. Il s'agissait d'une advance r6cupdrable.

En 1926; toutefois, cette intervention fut supprim6e en raison
des graves difficulties financieres de la Belgique.

Plus tard, en 1935, quand A son tour le Congo se trouva en lour-
des difficulties, une loi beige (8 avril 1935) consacra le principle d'une
intervention nouvelle, cette fois-ci sous forme de: 'Subvention crtr3or-
dinire. forfnitaire et non i iiupTr bl~", de 165 millions pendant trois
ans, c'est-h-,,ire pour les exercices 1935, 1954 et 1955, 'n compensation
des charges supporters par le budget colonial h la c.6charge de la me-
tropole.







- 27 -


Une subvention extraordinaire de 12 millions par an 6tait consen-
tie, dans les mmes conditions, au Ruanda-Urundi. '.lie fut r6duite A
8 millions en 1955.

"L'intervention de la M4tropole-en favour du Congo a 6t6 calcul6e
sur la base des depenses de souverainet6 (entretien de la Force Publi-
que et Administration de la Justice (?) et des d6penses de civilisation
(service de 1'hygiene, subvention h Foreami et curtains subsides au
Parc National, a I'Universit6 Coloniale et A I'Institut Royal Colonial)
que la Belgique consentait a prendre & sa charge, ainsi que des d6pen-
ses d'organismes mntropolitains d'ordre colonial fonctionnant en.Bel-
gique (Conseil Colonial, Agonce G6n6rale de la Colonie, Service de Pro-
pagande et des Informations, Office Colonial, Musee du Congo Belge,
Laboratoire de Tervueren, Ecole Coloniale, Ecolo do Medecine'Tropicale,
Jardin Colonial, Office de Colonisation)'.

"Il ne s'agit pas, disait 1'expose des motifs, de mettre i charge
de la Belgique, sans discrimination, tout ou parties du deficit du bud-
get colonial, I-. ?li ; n.c Tp nd sa P hir- n, I'' d" prince Pr 'ou-
vefrainet et certaines di6enses dites de civilisatipn. Le project ne lais-
so au compete des finances m6tropolitaines que certaines d4penses do na-
ture telle qu'il ne peut y avoir d'h6sitation sur notre devoir de les
supporter aussi longtemps que la Colonie n'est plus en 6tat d'y faire
face". (I'oeller loco citato n0298).

En 1936, la situation des finances coloniales se trouvant encore
embarrassee, la subvention metropolitaine fut maintenue, mais rsduite
a 155 millions et h 4 millions pour le Ruanda-Trundi.

En 1957, elle fut r6duite a 78 millions pour ie Congo et a 2 mill.
lions pour le Ruanda-Urundi.

En 1958, elle fut completement supprimEe, les r.-cettes de la Lote-
rie Coloniale suffisant a combler le deficit.

Comme nous l'avons vu, au budget de 1959, le subside reapparait,
a concurrence de 50 millions, mais au tableau de 1'extraordinaire, sous
forme d'une dotation forfaitaire affectee A la couverture des d6penses
extraordinaires et non plus pour parer L l'insuffisance du budget or-
dinaire,









- 28 -


B, LE COMPTE DE RECETTES ET DE DEPENSES-




Le droit de contrOle du Parlement sur les finances coloniales serait
parfaitement illusoire, si le L6gislateur belge se bornait h intervenir
pour voter la loi budgetaire, sans avoir a connaitre des comptes de la
Colonie.

La Loi d'approbation des comptes est le penlant n6cessaire de la
Lol budg4taire.

Le parlement doit pouvoir v6rifier de quelle maniere 1' Jx6cutit
Colonial t user des autorisations de recettes et de d6penses quiil lui
a consenties.

II 4tait done logique et indispensable que la Charte place le vote
d'approbation des comptes parmi les matieres sp6cialement r6servees a
la Loi.

L'article 15 stipule: "Le compete g6n6ral de la Colonie est arret6
par la Loi apres la verification de la Cour des Compjes",.
"La Cour examine se aucun article des d6penses du budget n'a 6t6
d6pass4 et si les virements et les depenses suppi4mentaires ont 6t6 ap-
prouves par la loi".

"La Cour des Comptes se fait d6liqrer par le Ministere des Colonies
tous 6tats, pieces comptables et donner tous renseignements et 6clair-
cissements n4cessaires au contr6le de la recette et de la d6pense des
deniers"o

"Le compete g6ndral de ia Colonie est communique aux Cnambres avec
les observationss de la Cour des Comptes",

+
+ +
Tant pour les competes belges que'pour le Compte Colonial, il serait
materiallement impossible au Parlement de se liver lui-meme aux in-
vestigations et aux innombrables verifications de pieces que suppose un
examen approfondi des 4critures comptables,










II a, par consequent, cr66 un organisme sp6cialis6 qui fait ce
laborieux travail pour luio

La Cour des Comptes, don't les membres sont nomm6s par ie Parlement
et qui depend directement de lui, est, en quelque sorte son oeil comp-
table.

La Cour des Comptes a pourtant un r6le different suivant qu'il
s'agit de la tr6sorerie beige ou de !a Colonie,

Pour la Beltiqueo la Cour des Comptes a une triple mission:
a) elle exe-ce une jurisdiction sup6rieure sur tous Is omptables de
deniers publics..
b) elle doit donner son visa prialable a certaines dipenses.
c) elle contr6le l's comptes-

Pour le Congo c'est uniquement de cette derniBre mission don't
elle est investie.

Elle se borne done a v6rifier:
1I si les recettes porties en compete sont bi n cells effectuees ,
20 si les d6penses port6es en compete tont 6te effectuees\et sont 'ta-
blies par les pieces justificatives r6gulieres,
30 si los credits n'ont pas 6t6 d6passes,
40 si les virementA ont 6t6 effectu6s, ainsi que les depenses suppl6men-\
taires, conmorm6ment au prescrit de 1'article 12, dernier alinea
de la Charte Coloniale,

L'ensemble de ces regles :e vi sent 4videmmenI que le Compte Colo-
nial proprement dit. Le Compte lu Ministere des Colonies, correspondent
au budget m4tropolitaii, est trait comme tous los autres comptes des
MinistEres belges.

+
+ +

Cette intervention de id. Cour des Comptes en co oui concern les
comptes coloniaux s:est pourtant r6v616, a l'usago, -x'rm.ement lent
et imparfait,

II faut pratiquement piusieurs annies apres la cloture de 1texerci-
ce, pour que toutes les pieces i r6unir dans les .uatre coins du Congo


- .9 -








- 30


parviennent h la Place Royale, que la Cour des Comptes obtienne r4ponse
a ses demands d'explications, quIelle 6tablisse son rapport pour le Par-
lement et que finalement celui--ci, sur le vu de ce rapport, vote la loi
d'approbation( (Le project de loi approuvant leb comptes de 1950 a 4te
d6pos4 le 9 mars 1957. En 1938, les Chambres ont 6t4 saisies des comptes
des exercises 1951, 1952 et 1935).

La discussion de cette loi perd ainsi toute actialit6, le control
n'est plus que fort th6orique, d'autant plus que le Ministere des Colo-
nies responsible a, en general, d6ja pass la main.

.Pour obvier i ces inconv6nients, on avait envisage divers remodes,
notamment l'envoi au Congo de membres de la Cour des Comptes. L'arraet
royal du 26 f6vrier l132 crea le 2..- 2 'i- .I.;h..u.1-: t Di. r n-
tr61e d6finitivement organism par 1'ArrIt6 Royal du 26 octobre 1934,
qui d6finit comme suit les attributions de ce service:

o d6finir la poli-cique budg6taire et en assurer application,
.o contrOler l:ex6cution des budgets tant en recettes qu'en d6penses,
*0 contr61er le, engagements et sauvegarder 'es int(rets financiers du
C Congo Belge et du Ruanda-Urundi.

Les attributions ainsi d6terminees sont exerc6es dens la 1Itropole
par le Service du Contrcle financier et budg6taire, qui porteae nom de
Service du Budget et du Contr8le financier; au Gouvernement G6n6ral de
la Colonie par le Service du Budget et du Contr8le qui relive directement
de 1'autorit6 du Gouverneur G.'n6ral; au Ruanda-Urundi et dans les provin-
ces du Congo Belge, par los contr8liurs du budget accr6dit6s par lo Gou-
verneur G6neral anpres du Vice Gouverneur Gneral idu Ruanda-Urundi et
aupres des commissaires de Province.





C. LES EMPRUNTS ET GAR'ANTILS D'EMPRUNT,




Que dit la Charte?
Article 14. "La Colonie ne pout emprunLer, garantir le capital ou








- 31' -


les interets d'un emprunt ex4cuter des travaux sur resources extra-
ordinaires que si une loi l'y autorise".

Il faut donc, pour chacun de ces trois objets, une intervention
sp4ciale du Parlement Belge, don't nous retrouvons de nouveau ici le
souci primordial d'assurer son control financier sur la Colonie pour
6viter les ventures dangereuses.

Nous examinerons d'abord la question des emprunts et des garanties
d'empuant, pour reserve au littera D. colle des tra-aux sur resources
extraordinaires,




i- Les Emprunts,


t.T.--' .,es,.so,i ,,-p r u ., iale,, soit
I':.1. 1 4'-, 1 -. .t.: ia re .. 0

Avant la reprise, la dette (consolid6e 'd-. 1'Etat Ind4pendant du
Congo s'6levait encore a environ 260 millions de francs, don't le budget
colonial ordinaire doit supporter le service et l'amortissemnt.

Depuis la reprise une serie d1autres emprunts furent contracts
ohaque fois avec l'autorisation du Parlement:

I Emprunt consolid6 de 50 millions a 5t1o (28-11-21),
2 "1 .25 "illio'ns a 6% (20-12-21)
3 255 millions a 8% (6--5-25)
4. Kilomoto 700 millions i 6" (2- .-26)
5. Anglais 3.600,o00 o A 5% (24-5-26)
6- Consolid6 600 millions a 5%o (5-3-52)
7. M~endelssohn 25 millions de florins (50-5-55)

L'emprunt de 25 millions, en 1921, 4tait parties d l'emprunt de
300 millions envisage p'.r la Loi du 21 aoat 1921 pour I'execution des
grands travaur,

L'emprunt de 235 millions est une fraction d'ui. emprunt contract








- 32 -


en Am6rique par 1'Etat Beige et retroc6d6 i la Colonie..

L'emprunt: Kilomoto rentre dans l'ex3cution du programme des grands
travaux.

L'emprunt anglais n'est que la consolidation de la dette contracted
par la Colonie vis-A-vis de 1'Angleterre pendant la grande-guerre. Le
service de cet emprunt a 6td suspend par suite des accords de Lausanne.

Quant 5' l:emprunt 1uendelssohn, il a donn6 lieu a un litige non
encore r6gl entire la Belgique et la Colonie, celle- i- reclamant tou-
jours le ben6fice de 140 millions r6alise en vertu de la loi belge du
50 mars 1955 par le Tresor Belge en s'attribuant exclusivement le b6n6-
fice r6alis4 en francs la suite de la devaluation sur lIor ddtenu par
la Banque Nationale de Belgique et don't le Congo avait dapos6 une quote-
part.

+
+ +

MIais si une Loi est toujours n6cessaire pour les emprunts proprement
dits ou h long terme que desire contractor la Colonie, l'article 14,
paragr. 2, prevoit 1 s.. :.:r-to.in.n.-essaire pour evyolant de tr sorerie
Qu.,det te .A. court. terme:..

"Toutefois, si lo service du TrBsor colonial l'exige, le Roi peut,
sans autorisation pr6alable, cr6er ou renouveler des bons du trdsor
portant int6ret et payables a une 4ch6ance qui ne depassera pas cinq ans.
Les Bons du T'r.' :r en circulation ne pourront pas excdder 70 millions de
francs et leur-produit ne pourra etre affect qL-'au payment de ddpenses
r6gulibrement votess.

Le chiffre primitif de 10 millions, pr6dvu par la Charte de 1908,
a 6t6 port a 70 millions par la Loi budg4taire du 22 juillet 1931.

Le Ministry des Colonies peut ainsi so procurer certaines ressour-
ces, en attendant les recettes fiscales, mais t- trouve bien souvent, de
ce fait, a la merci des puissances financieres.

-La mime attitude, est laissie au Mlinistre des Coloni.s pour le
budget du Ruanda-Urundi, mais A concurrence de 5 millions seulement.









- 33 -


Outre cela, certaines lois sont venues autoriser le Gouvernement
h 6mettre des bons du tr6sor, soit pour combler les insuffisances de
recettes ordinaires, soit pour accorder des avancos aux Soci6t6s d'uti-
lit6 publique jouissant de la garantie de 1'Etat.

+
+ +

Conversion de la dette'congolaise:

Cette conversion a fait l.'objet de 1'Arret6 royal du 27 diceyibre
1935, pris en execution de la Loidu 51 juillet 1954 attribuant au Roi
certain pouvoirs speciaux en vue du redressement 6ccnomique at finan-
cier et de l'abaissement des charges publiques. "L'expos6 des motifs
constate que la conversion de la Dette Belge a alleg6 consid6rablement
les charges du budget m6tropolitain ot que lo mfme _ll6gemrint doit 6tre
assure au budget Colonial, qui, lui aussi, est rcras4 par les charges de
sa Dette, puisque colles-ci, pour 1935, s'elevent a plus de la moiti6
des recettes totals" (Loco citato: Ioellor n022, p.129).

Le but de la conversion (emprunt de 1956).est de ramen.er uniform6-
ment le taux d'int6ret A 4% pour tous les emrprunts consolidss.

Cette operation 6tait encore en course au moment oi 6clata la guerre.

Il a 6t6 crr6, en outre, conform~ment h l'article 6 de la Loi budg6-
taire de 1957, une Caisse d'Amortissement de la Dette Publique du Congo
Belge, dot6e de la personnalit6 civil, et don't les status ont 6t6 ap-.
prouv6s par, l'Arret6 Royal du i1 octobre 1937.




II. Garantie d'Emprunt.


II s'agit ici de la dette indirect de la Colbnie. Celle-ci a ga-
ranti pour certaines soci6t6s d'utilite publique soit an int6rit mini-
mum au capital social, soit les intArets des obligations, soit mSme le
remboursement des dites obligations ou du capital.









- 34 -


Les engagements ainsi contracts par la Colonie portent sur plus
de 2 miliards 400 millions, mais elle ne doit intervenir qu't titre
de caution, dans la measure oh ces societes ne peuvent faire face, par
leurs benefices propres, a leurs obligations, c'est-a-dire pendant les
annees de crise.

Voici le detail de ces engagements:
10 Cie des Chemins de fer du Congo sup6rieur aux Grands Lacs:
a) garantie d'un interet de 4o aux actions de capital (1901)
b) garantie d'un int6ret de 6'0 plus l'amortissem ;nt
aux obligations 4changeables contie des actions do capital,
c) garantie d'un interet de 6o et du remboursement p'ur 260 mil-
lions d'obligatiTns.

20 Cie du chemin de fer du -atanga.
garantie d'un int6drt de 6% et 1'anortissement d'un capital de 100
millions-

30 St6 des Chemins de Fer Vicinaux du Congo (Vicicongo).
a) garantie d'un int6ert de 6,1 et amortissement d'actions privil6-
ki6es pour un total de 267,650.000 Frso
b) garantie d'un interet de 6o plus l'amortissement d'un capital
obligatoire de 50 millions,

4 Ste des Chemins de fer Leopoldville-Klatanga-Dilolo (Leokadi)
garantie d'un int6ret de 7c7 plus l'amortissement d un capital de
1.400.000 frs ainsi qu'une garantie sp6ciale centre le deficit d'
exploitation.

50 Union des Transports fluviaux (Unatra),
Garantie d'un int6ret de 6/7 plus l'amortissement d'-an capital de
60 millions.

60 S.A. de l'Exploitation de la Navigation Adrienne (Sabena)
garantie d'un interet de 6'o et l'amortissemoe-t d'un capital d'obli-
gation de 8.360.000 Frs.

7 Cie des Chemins de fer du Congo.
garantie d'un int6ret de 6;, plus l'amortissement d'un capital de








- 35 -


700.000.000 Frs (1919).

80 St4 das Chemins de Fer du Kivu (Cafaki).
Garantie d'un iLit6ret de ,' plus amortissement des actions de capital
Concurrence de 180 millions. La garantie porte 6galemeniu sur le de-
ficit d'exploitation.
Le Gouvernement cherche aussi a convertir ces taux d'int6rets pour
reduire son intervention a 4:/.





D. TRAVAUX SUR RESOURCES EXTRAORDINAIRES.




Ainsi que nous l'avons vu, c'est 1'article 14 de la Charte qui exige
1'intervention d'une loi pour autoriser les travaux sur -essources extra-
ordinaires.

Si ces travaux sont prevus sur le budget -xtraordinaire, il ne sera
6videmment pas besoin d'une loi distinct, la loi budg6taire en tenant lieu.

Mais si un travail de ce genre parait urgent alors que la loi budg4-
taire ne l'a pas pr6vu ou bien que La loi budg-taire n'est pas encore vo-
tie, il faudra recourir a une loi distinct.

Nous avons, en effect, que le Roi, en vertu de son pouvoir *x4cutif,
ne peut, en cas de retard du vote de la loi budg6taire, autoriser de trois
en trois mois, par Arret6 Royal, que les d4penses ordinaires. 11 ne pour--
rait done intervenir de cette maniere pour ce qui regarded le budget extra-
ordinaire et, a fortiori, pour des travaux qui n'y seraicnt meme pas pr6vus.

Cette regle doit se concilier avec celle de 1'article 12 de la Charte
qui pr6voit que le Roi peut, par Arrit6 Royal, ordonner des d6penses sup-
pl6mentaires n6cessaires en cas de besoins urgents.

Un conflict est n6 A cette occasion avec la Cour des Comptes et il
fut entendu finalement que 1'article 12 ne pourrait jouer que dans des
cas tout a fait exceptionnels, par example, pour 6viter l'arret de travaux









- 56 -


en course et pour des besoins nouveaux et vraiment urgents.





B. JUGEMENT DU MINISTRY DES COLONIES.




L'article 25 de la Charte Colonial stipule qut: "Le LMinistre des-
Colonies est nomm4 et r4voqui par le Roi. Il fait parties du Conseil des
Hinistres. Les articles 86 a 91 de la Constitution belge lui sont appli-
cables.

Nous y reviendrons en parlant plus sp6cialement du l.inistre des Colo-
nies, au Chapitre du pouvoir ex6cutif,

Sn attendant, nous nous bornerons a rappeler les dispositions des
articles 90 et 91 de la Constitution, pr4voyant l'intervention du Parle-
ment:

Art. 90: "La Chambre des Repr4sentants a le droit d'accuser les Ali-
"nistres et de les traduire devant la Cour de Cassation, qui seule a le
"droit de les juger, Chambres reunies, sauf en ce qui sera status par la
"loi quant h l'exercice de l'action civil par la parties 1isBe, et aux
"crimes et d6lits que des .Linistres auraient commis hours l1exercice de
"leurs functions".

"Une loi d6terminera les cas de responsabilit4, les peines infliger
"aux ministres et le mode de procdder contre eux, soit sur 1'accusation
"admise par la Chambre des Repr6sentants, soit sur la poursuite des par-
"ties ls6ees."

Art. 91: "Le Roi ne peut faire grace au Ministre condamne par la
"Cour de Cassation que sur la demand de l'une des deux Chanmbres".









- 57 -


F. LES TRAITS.




Art. 27 de la Charte: "Le Roi fait les traits concernant la Colo-
"nie, les dispositions de 1'article 68 de la Constitution Belge relatives
"aux traits s'appliquent aux traits qui concernent la Colonie".

Art. 68 de la Constitution belge: "Le Roi command les forces de terre
"et de mer, declare la guerre, fait les traits de paix, d'alliance ou
"de commerce, il en donne connaissance aux Chambres aussit6t que l'intc-
"ret et la s4curit6 de l'Etat le permettent, en y joignant les communica-
"tions convenables."

"Les traits de Commerce et ceux qui pourraient grever l'Etat ou lier
"individuellement des Belges n'ont d'effet qu'apres avoir regu l'assen-
"timent des Chambres".

"Niulle cession, nul change, nulle adjonction de territoire rs peut
"avoir lieu qu'en vertu d'une loi. Dans aucun cas, les articles secrets
"d'un trait4'ne peuvent etre destrictifs des articles patents".

La cas s'est pr6sent4 pour le Congo, lors de l'6change de territoire
Ango-Ango. Une loi fut n6cessaire.

Ce sera toujours en cette matiBre, le in i.tre des Affaires Etrang6-
res, et non le Ministre des Colonies, qui contresignera,





G. CESSIONS ET CONCESSIONS.




Intervention du parlement est ici essentiellement negative et il
serait inexact de dire que les "Concessions et cessions" sont mati6re r6-
servee a la Loi.

Il s'agit d'une question assez complex, regl4e a titre provisoire,
par l'article 15 de la Charte Coloniale que nous allonf commencer par re-
produire int6gralement.








- 38 -


Art. 15: "Une loi sp6ciale deterninera lesregles relatives aux con-
"cessions de Chemins de fer et de Mines, aux cessions et aux concessions

"de biens domaniaux".

"En attendant, les cessions et concessions sont r6gies par les regles
Buivantes:
"Toute concession de Chemins de Fer ou de Mines est consentie par
"decret"
"Les cessions et les concessions, pour quelque dur6e que ce soit, de
"biens domaniaux sont consenties ou autorisees pa- d6clet".
a) si les biens, situds hors.du perimetre des circonscriptions d6-
"clarees urbaines par le Gouverneur G6ndral, ont une superficie de plus
"de 500 hectares et sont c6d6d ou conc6d6s a titre onereux aux conditions
"g6n6rales et suivant le tarif pr6vus par les r6glements sur la vente et
"la location des terres;

b) si les biens, dans tous les autres cas, ont une superficie de
"plus de dix hectares."

"Seront deposes, avec toutes les pieces justificatives pendant tren-
"te jours .e session, sur les bureaux des deux Chambles, sous projects de
"d6cret portant:
"a) concession de Chemins de Fer, -inf.es, LiniBres ou Alluvions auriferes;

"b) cession d'immeubles domaniaux d'une superficie exc6dant 10.000 hec-
tares.
c) concession de la jouissance d'imneubles domaniaux, si leur superficie
excde 25,000 hectares et si la concession est consentie pour plus de
30 ans"'

"Pour d4terminer le maximum de superficie prevu "ux alineas qui pr6-
"cedent, il est tenu compete des cessions ou concessions de biens domaniaux
don'tt lic cessionnaire ou l. concessionnaire a b6n6fici4 ant6-i urement. La
"totalisation, toutefois, n'a pas lieu si la rouvelle cession ou conces-
"sion a. pour objet des biens don't la superficie n;exc~.e pas deux hectares
"et si elle est faite a titre on6reux, aux conditions g6n'rales et suivant
"l tarif pr6vus par les rdglements sur la vente et Ia location des terres".

"Tout acted accordant une concession, la l.imitera a un temps d6termind








- 39 -


"renfermera une clause de rachat et mentionnera les cas de d6ch6ance".

+
+ +

La r6daction de ce+ article est peu claire et il faut s'y reprendre
a plusieurs fois pour en saisir touted la port6e.

Aussi sera-t-il utile d'eyposer ici systimatiquement toute la ques-
tion.

Remarquons tout d'abord que la loi sp6ciale devant avoir pour objet
de r6gler la matiere n'est pas encore intervene et que, par consequent,
ce sont toujours les regles provi'soires de articles 15 de la Charte qui
sont en vigueur-

Rappelons 6galement la difference juridique fonaamentale qui existe
entire une cession, comportant transfer depropri6t6, sous quelque forme
que ce soit, et une concession qui n'implique que le transfer de jouis-
sance, plus ou moins 6tendue, plus ou moins prolongee, avec ou sans droits
reels (location, emphyth6ose, usufruit, etc...).

D'aprBs le m6canisme de l'article 15, toutes les cessions et con-
cessions peuvent se ranger en trois categories distinctes suivant la ma-
nitre don't elles peuvent etre accord6es:




I. Premiere categories



Celle des cessions et concessions qui peuvent etre accordies par un
simple acte du pouvoir ex(6utif, en general un arrit6 royal:

a) les cessions et concessions qui ne sont en auuune maniere vis6es par
l'a-ticle 15, c'est-A-dire celles qui ne concernent ni des Chemins de

Fer, des mines ou des terres domaniales.
par example: des Concessions de chutes d'eau, de transports par routes,
de lignes aeriennes, de chasse, etc...

b) les cessions et concessions de terres domaniales don't la superficie n'

excode pas 10 hectares.








- 40 -


Ici il n'y a aucune distinction h faire entire cessions et concessions
a titre on6reux ou h titre gratuit, entire terres urbaines ou rurales..

c) les cessions ou concessions de terrev rurales, c'est-a!-dire situdes
en dehors des centres urbains, don't la superficie n'excede pas 500
hectares, pour autant que'ces terres soient ced6es ou concedes a ti-
tre onereux, au tarif et aux conditions des reglements g6ndraux en
vigueur.
Les centres urbains sont determines par le Gouverneur G6n6ral.




II. DeuxiTne categorie:



Celle des cessions et concessions qui s'accordent par b6cret, sans
aucune intervention du Parlement.

Ce sont uniquement les cessions et concessions de terres domaniales
qui ne peuvent s'accorder par un simple acte du pouvoir executif, mais qui,
d'autre part, n'excedent pas une superficie de 10.000 hectares, s'il s'a-
git de cessions,ni une superficie de 25.000 hectares et pour une dur6e
de plus de 50 ans, s'il s'agit de concessions.

II faut done un decret:
a)'s'il s'agit de plus de 10 ctares des terres urbaines,
b) si la superficie excedant 10 hectares, mais ne d4passant pas 500 hecta-
res, pour les terres rurales, la cession ou Ir concession est consentie
A titre gratuit (aux missions) ou meme'A titre onzreux, mais a un prix
ou a des conditions qui ne sont pas ceux du tarif et du r4glement en vi-
gueur,
c) s'il s'agit, en tout 6tat de cause, de cessions ou concessions depas-
sant 500'hectares.




III. Troisieme categorie:



Celle des cessions et concessions pour -esquellcs le project de d6cret








- 41 -


doit 8tre depos6, pendant trente jours de session parlementaire, sur les
bureaux de la Chambre.et du S6nat:

a) les concessions de Chemins de fer, de Mines, lMinieres et alluvions
auriferes.
b) les cessions de terres domaniales don't la superficie d4passe 10.000
hectares,
c) les concessions de plus de 25.000 hectares, pour une duroe de plus de
50 ans.

Ne devraient done pas etre d6pos6s sur les bureau des Chambres les
projects de d4crets pour des concessions de plus de 25.000 hectares, mais
pour une dur6e inf4reure a 30 ans, ni ceux concernant des concessions de
plus de 30 ans, si la superficie 'n'atteint pas 25.000 hoctares.

Le d6p3t du project de d6cret permit aux Chambres d'interpeller le
Ihinistre des Colonies. Tous les parlementaires regoivent individuellement
copies de tous les documents qui sent depos6s sur les bureau des i ssembl6es
1gislatives.

Si les trente jours de dpS6t s'lcoulent sans protestation, le Roi
peutpromulguer le d6cret.




Dispositions accessoires de l'article 15.


1, Pour emp(cher le pouvoir ex6cutif d'6chapper, par des cessions
ou concessions successives, a intervention 14gislative, il est pr6vu
qu'il faut, pour 4valuer la superficie d'une cession ou d'une concession
tenir compete des cessions et concessions 1dja accord6es art6rieurement
au m^me requ6rant. Il n'y a dispense de calcul, que si le nouvel octroi
ne porte que sur 2 hectares, A titre on6reux, au tarif et conditions en
vigucur.

Au lieu de dire: cessionss ou concessions d6ja accordees", il eut
mieux valu dire: cessionss ou concessions deja d6tenues par le requ6rant".

2. L'article 15 impose une derniere rggle:
Tout acte contonant une concession doit:








- 42 -


a) la limiter a un temps determine,
b) renfermer une clause de rachat,
c) mentionner les cas de d6ch6ance.

C'est, d'une part, 1'interet des indigenes, d'autre part, le souci
de voir valoriser les richesses naturelles de la Colonie, qui ont dict6 ces
trois prescriptions, don't la troisieme 4tait meme inutile, puisqu'elle
est de droit common.

+
+ +

Notons que les dispositions de l'article 15 ne s'appliquent pas aux
attributions de terres faites par 1'Etat aux communautes indigenes.

+
+ +

Reste maintenant A voir, pour 6puiser la question, ce qu'il faut en-
tendre exactement par: "terres domaniales".

Quand les premiers belges arriv6rent au Congo, ils furgnt frappes de
constater le peu de density de la population indigene. De faith, l'immense
6tendues de terres paraissaient completement vacantes et ne faisant 1'ob-
jet d'aucun droit privatif de propriety.

Alors qu'en Belgique, nous avons, en moyenne, trois habitants par
hectare, au Congo, il y a 23 hectares pour un habitant. Le Congo, grand
comme 80 fois la Belgique n'a que onze millions d'habitants, C'est dire com-
bien d'espaces sont inoccupees. LIEtat Ind6pendan+, par un decret du Roi-
Souverain, en date du 1 juillet 1885, se declara proprietaire de toutes
ces terres vacantes et par la suite, en distribua largeme--t par mil-
liers et par centaines de milliers d'hectares aux soci4tes concessionnai-
res qu'il voulait attirer en Afrique.

Ces abondantes concessions de terres domaniales, faites sur le -papier,
au moment de la constitution de ces soci6tes, ne furent pas suivies imme-
diatement de d6limitations sur le terrain. II s'en fallut meme de nombreu-
ses annaes, au course desquelles les entreprises concessionnaires-firent
surtout des affairs commercials avec les i'ndigenes, leur achetant les









- 45 -


products de leur scol, et surtout le caoutchouc, le copal, l1huile de palm.

Quand par la suite, les cocontractants de 1'Etat demanderent le bor-
nage de leurs immense terrains et qu'il fallut & cette fin 4tablir les
proces-verbaux de vacance des terres, apres enquete, on s'apergut que bien
des terres qu'on ne croyait revendiquies par personnel, mais don't, dans
l'entretemps les indigenes avaient appris a apprecier le prix, ne se trou-
vaient plus disponibles, faisant l'objet de droits plus ou moins priva-
tifs des peuplades environnantes.

Car, chose que nos premiers pionniers ignoraient totalement, la terre
n'est jamais au Congo 1'objet d'une propri4t6 individuelle ou qairitaire,
mais essentiellement un bien collectif, 6chappant aux transactions commer-
ciales, propri6te banale d'unecommunaut6.

Celle-ci, obligeammant appuyde par son protecteur natural, le magistrate,
4mit, en bion des endroits des pr6tentions formelles sur toutes les terres
vacantes, tant et si bien que certain theoriciens, negrophiles, en arri-
verent a soutenir la these extreme qu'en r6alit6, il n'y avait pas au Congo
de terres domaniales, c'est-&-dire vacantes, et que ItEtat avait, en fait,
distribu4 a profusion et moyennant contrepartie, une chose lu'il ne posse-
dait pas, parce qu'inexistante.

Il fallait transiger, essayer de s'entendre. De ces tractations na-
quit la formula du contract tripartite, toujours en vigueur, creant une
indivision temporaire entire les droits des indigines, ceux de l'Etat et
ceux des concessionnaires, auxquels est confine, centre redevance aux chef-
feries, 1'exploitation des terres indivises.

Ce n'est 6videmment qu'une solution empirique, qui, si elle sauvegarde
l'avenir, ne tranche pas le principle.


Elle reserve un 4pineux problem pour demain.








- 44 -


NOTE ANNEXE SUR LE DOIAINE DU COMITE SPECIAL DU KATANkA ET SUR CELUI

DU COMITE NATIONAL DU KIVU,





A. LE COMITE SPECIAL.




1. L'origine.


Par une convention (1891) 1'Etat Ind4pendant du Congo a cede a la
Compagnie du Katanga des droits consid4rables:

a) la pleine propri6dt du tiers des terres du domaine de 1'Etat dans le
Katanga.
b) 1'exploitation du sous-sol dans les terrains c6des pour 99 ans.
c) pendant 20 ans le droit de s'assurer la preference de exploitation
des mines que la Cie serait la premiere a faire connaitre dans les deux
tiers du domaine reserves ~ 1'Etat.

Pour delimiter les terres revenant a la Cie il fallait diviser le
domaine en blocs de 6 minutes geographiques de c8te pour en attribuer
un sur trois a la Cie du IEtanga.



II. La realisation pratique de cette convention fut judge impossible.



Aussi une nouvelle convention, en 1900, cr6a-t-elle le Comit6 special
du Katanga, charge pour 99 ans de 1'exploitation de tous les terrains,
appartenant tant & 1'Etat qu't la Compagnie du Katanga, et mis ainsi en
indivision.

Le Comit6 regut les pouvoirs les plus absolus d'ali6nation, de ges-
tion et d'adrinistration, sans exception, ni reserve.

Un d4cret du Roi-Souverain lui donna la personnalit6 civil.








- 45 -


III. L'article 15 de la Charte s'aprlique-t-il au domain du C.S.K.?
---------'------~-~"-'---


a) En droit.


La solution d6penddu point de savoir si le C.S.K. est ou non propri6-
taire du domaine. L'accord n'est pas fait sur ce point. La M2inistre Renkin
soutint que le C.S.Ko est propri6taire, que son domaine est un domaine pri-
v6 et que l'article 15 ne s'y applique done pas, puisque ses dispositions
ne visent que les terres vacantes appartenant a 1'Etat.

Cette these fut combattue a la Chambre (Tibbaut) a just titre,
nous semble-t-il.

On soutint que le Comit4 n'est qu'un grant, mais avec un pouvoir
special d'ali6ner et que le domain du CS.K. est encore domaine public.
La Chambre vota un ordre du jour impliquant cette these.

Actueilement, 1'Administration s'est ralli6e, elle aussi, a ce point
de vuei

En r4alit4, nous nous trouvons ici en presence d' n contract "Sui
generis" de nature hybride, qui ne comporte pas, de la part dev deux par-
ties contractantes un transfer de propri6t6 au profit du nouvel organis-
me cr64, mais un simple droit de disposition pour compete commun des deux
mandants. Le C.S3K. est, en some, un mandataire, mais avec des pouvoirs
exorbitants des rggles habituelles du mandate,

Ce qui prouve, de maniere pF4remptoire, a notre sens, que dans l'es-
prit des parties, il n'a pas 6t4 question d'une alienation de leurs droits
essentials de propriete du sol,c'est qu'el-s ont limited h une du4ee de 99
ans, la mission qu'elles confiaient au Comite S-pcial,

Sauf clause express de remere, la mutation de propri4t4 est tou-
jours faite A titre d6finitif.

Notre maniere de voir se enforce 6galement du fait que le C.S.K. n'
est en r6alit6 qu'unesimple 6manation de 1' tat et de la Cie du Katakga
qui conservent toujours la haute main sur cette institution, don't ils se
partagent tous les b6n6fices et dons ils nommen tous les membres, dans








- 46 -


la proportion de deu: tiers pour 1' tat et d'un tiers pour la Compagnie,
exactement comme se trouvent partagees, theoriquement, les terres du Ka-
tanga,

Assurement, si, avant l'annexion, la C"e du Katanga avait exig6 et
obtenu la delimitation sur le terrain, du tiers les terres domaniales
qui lui 6tait attribu4 par la Convention de 1891, ces terres auraient c'es-
se d'etre domaniales et auraient cchapp4 h application de 1'article 15
de la Charte, mais nous avons vu qu'il n'en a pas 4t4 ainsi et, par conse-
quent, la Cie du Katanga re peut exciper d'aucun droit d'appropriation
privative sur aucune parcelle des terres domaniales de 1'Etat,


b) En fait.


Quand le Ministre soutint la these de la propri6t4 du C.S.K,, il pro-
nit Mnanmoins ou'en fait, .i serait tou.ours fait applicEatin de l'article
15 de ia Charte.

Le Gouvernement nommant la majority du Comit6 pouvait prendre cet en-
gagement, qu. fut d'ailleurs fidilement tenu depuis 1908.




IV,, On applique donor l'article 15 au domain gre6 par le C.S.K. pour

les cessions et concessions de terres.


Pour les mines, la parties encore disponible d. domain a 6t6 ouverte
aux recherches publiques, sous un regime qui a 6t6 f-x6'par une serie
de d4crets (Decret du 17 decembre 1910 d4cret du 16 avr:l 1919 d4cret
du 24 septembre 19,7 consulter A cet 4gard: P. Orban: Droit m1inier du
Congo Beige Bruylant. 1958 et la L6gislation miniere du Congo Belge et
du Ruanda-Urundi, par IIH L6onard, fevrier 1932 Les Novelles Droit Co-
lonial Tome I).

Pour faire des recherches,,il faut un permis gi6nral; celui qui fait
une decoeverte peut obtenir un permis special de recherches exclusives dans








47- /


un cercle de rayon d6termin6 (2 kilometres de c6t6 500 f. pour 2 ans)
Ce permis exclusif donne doilt l'obtention d'un permis d'exploitation,
frapp6 de droits plus 6lev6s sur le rendement.

Le permits special n'est accord par le C.S.K. qu'a titre provisoire
et doit etre confirm par un d6cret, don't le project doit 8tre d6pos6
sur les bureaux des Chambres, par application de 1'article 15 de la Charte
Coloniale.





B. LE COMITE NATIONAL DU KIVU.




En 1927, le Gouvernement Jaspar, constatant la n4cessit6 de preserver
le Kivu des intrusions 6trangeres et ne disposant pas de moyens suffisants
pour l'1quiper assez rapidement, fit appel au capital priv, pour supplier
a son impicuniosit4.

Nous donnons ici un bref apergu des dispositions essentielles du d6-
cret organique du 21 octobre 1927, cr6ant le Comit6 National du Kivu:

Article I: il ser6 cr66, conform6ment aux dispositions ci-apres une asso-
ciation pour assurer le d6veloppement de la region dite du Kivu (delimit4e
a 1'article 2).
Cette association jouira de la personnalit6 juridique.
Le siege principal de 1'Association sera & Bruxelles.

Article 3: L'Association a pour but principal:
a) d'4/tudier et d'am6nager la region dite du Kivu... au point de vue
des voies de transport, et de communications, du d6veloppement de l'agricul-
ture, de la Colonisation agricole, tant europ6enne qu'indigene et des in-
dustries agricoles et diverse.
b) de mettre en valeur, dans la fite region, les terres faisant parties
du domain~priv6 de la Colonie et les mines non encore conc6d6es.

Aux fins de r6aliser cet objet, 1'Association procedera notamment:.








48 -


1. h la creation de routes carrossables,
2. a la creation d'un chemin de fer du Tanganyka au Kivu,
5. a cell d'un service de navigation sur les lacs Kivu et Edouard,
4. & 1'tablissement de circonscriptions urbaines (Simak) bitiments
publics, voieries, distributions d'eau, 4lectricit6, egofts, etc...
5. aux 4tudes geologiques de la region et l'exploitation miniere,
6. a la prospection agricole, aux 6tudes et experiences agricoles,
stations d'essai, d'6levage, d'4tudes forestieres,
7. a la mise en valeur des terres vacantes, a l'exception de celles don't
la Colonie se r6servera l'emploi, la cession ou la concession,
8. h l'amenagement et administration du Pare National Albert,
9 a la construction d'hopitaux, de dispensaires, de laboratoires medicaux,..
10. ... d'6coles rurales, primaires, moyennes, professionnelles.
Un rapport sera soumis annuellement au Ministre.

Article 4: L'association sera compose de la Colonie et des personnel ju-
ridiques qui seront agrees par le Ministre des Colonies.

Article 7: Capital: 100 millions portere h 150 millions) parts 500.C00 F.
rdduit par la suite de moiti4.

La Compagnie des Chemins de fer du Congo Supdrieur aux Grands Lacs
Africains, est agr44e pour faire parties de l'Association.

Article 10: L'association gerera pendant la dur6e pour laquelle elle est
formee, les terres appartenant au domaine prive de la coloni>e et situde
dans la dite region, sous reserve des droits des tiers.

Elle sera substitute i 1'Autorit4 locale pour la cession et la con-
cession, a titre onereux, des terres i concurrence de 10 hectares pour les
terres urbaines et de 500 hectares pour les terres rural.,s, aux condi-
tions d'un reglement qui sera approuv6 par un.arret6 royal.

.. Les cessions ou concessions de terres a titre gratuit, ainsi que
les cessions ou concessions h titre on6reux de puas de 10 hectares, s'il
s'agit de terres urbaines ou de 500 hectares s'il s'agit de terres rurales,
front 1'objet de conventions spiciales, sous reserve d'approbation par le
pouvoir competent, conform6ment aux dispositions de 1'article 15 de la
Charte Coloniale.









- 49 -


Article 14: association est administr4e par un Cons6il de gerance et par
un Comit6 de Direction.

En outre, un college de commissaires aux comptes compose de six mem-
bres.

Article 15: le Conseil de G6rance est compose de 18 membres. La moiti6 des
membres, y compris le Pr6sident, seront nomm6s par le Mvinistre des Colo-
nies. Les autres seront d4sign6s dans la proportion de 1/5 du restant par
la Compagnic des Grands Lacs et 2/3 par les autres associes.

Article 21: ...La Cie des Grands Lacs aura un nombre de voix 6gal i la
moiti6 des voix des autres socidtds.

La Colonie aura un nombre de voix variable qui sera de 2/10 sup4ricur
a 1'ensemble des voix des autres associ6s, y compris les Grands Lacs.

Article 23: Les ben6fices de l'Association seront r.partis:
10 7% au capital vers6 en especes,
20 du solde, une quote part pour le fonds de reserve, jusqu'a concurrence
de 20% du capital,
3 puis: 3/10 pour la Colonie,

3/10 pour les Grands Lacs,
4/10 pour les autres associes.

Article 24: l'association est formne pour une duree qui expirera le 31
decembre 2011.

Article 25: A l'expiration de la 50e annee, puis de 10 en 10 ans, la Co-
lonie, moyennant prdavis de 2 ans, pourra exercer une faculty de rachat,
a prix d'experts.

+
+ +

La crise survint qui r6duisit les espdrances du C.N.K. Il serait pr6-
maturd de se prononcer sur ses rdsultats, mais il convJent de ne pas sous-
estimer ses efforts des premieres annees.


Il cr4a diverse filiales: 7I..J, SAAIK, Ch. fer KIVU.









- 50 -


Section II: L e D e c r e t.






I. DEFINITION.




La d4cret est 1'acte par lequel le Roi exerce le pouvoir l6gislatif
subordonn6, qui lui est d6l6gu6 par la Charte Coloniale.

Article 7 de la Charte: "Le Roi exerce le pouvoir l6gislatif par
"voie de d4crets, sauf quant aux objets qui sont regl4s par la Loi".

Il est a noter que malgr6 cette subordination, c'est dans l'6cconomie
du droit public congolais, le Roi qui est le 16gislateur ordinaire de la
Colonie,





2. RAPPORTS CENTRE LA LOI ET LE DECRET.




Nous avons vwu que la Loi peut intervanir souverainoment en toutes
matieres at que certaines de celles-ci sont r serves a la Loi.

Il s'en suit qu'un d6cret serait abrog4 de ip-ein drc't par une loi
don't les dispositions scraient incompatible avec cells du d4cret et que
les Tribunaux places en presence des deux textes devrai'-nt donner la pre-
ference A celui de la Loi.

Il s'en suit 6galement que li ou une loi e-st d6ja intervene, m me
s'il ne s'agit pas d'une matire necessairement rdservee au Parlement
le d4cret ne pourrait plus intervenir et que mime s'il ne s'agissait que







- 51 -


de compl6ter les dispositions 16gales, il serait pr4f6rable de provoquer
une nouvelle intervention du Parlement.





3. GARANTIE.



L'ex-orcice du pouvoir l1gislatif d416gu6 au Roi est entour4 d'une
double garantie:

a/ le d4cret est pris sur la -roposition du Ministre des Colonies
et sous sa responsibility.

Article 7, paragr. 4: "les d6crets sont rendus sur la proposition du
Iinistre des Colonies".

C'est 1'application par la Loi colonial d'un des principles de notre
droit constitutionnel qui exige pour tout acte du hoi, l'interv~rtion
d'un ministry responsible.

o/ .- Le Roi doit, dans l'exercice du pouvoir 16gislatif delTgu4. etre
assist par le Conseil Colonial.

Article 25: "sauf le cas d'urgence, le Conseil Colonial est consult
sur tous les projots de d6cret. Les projects lui sont soumis par le Roi;
ils sont accompagnes d'un expos des motifs".

La rkgle veut que le Roi ne peut pc-idre un d6cret qu'apres avoir sol-
licit6 l'avis du Conseil Colonial; l'exception, c'est que le Roi, en cas
d'urgence, peut prendre un d4cret sans demander au pr6alable cat avis mais
en tiansmettant pour avis a post4riori, le decret unp fois nris au Conseil





4. LE CONSEIL COLONIAL.


a. caraztere.









- 52 -


Le Conseil Colonial n'est pas une assemble d4lib4rante. C'est un
corps purement consultatip, appel6 uniquement a donner des avis et non
& prendre des decisions obligatoires.

Le Roi peut passer outre aux avis du Conseil Colonial.

Art. 25: "Si le project de d4cret soumis a ia signature du Roi n'est
pas conform h l'avis du Conseil, le Ministre des Colonies y joint un rap-
port motive".




b. Composition.



Art. 24: "I1 est institute un Conseil Colonial compose d'un president
et de 14 conseillers. "Le Ministre des Colonies preside le Conseil. Il y a
"voix deliberative, et, s'il y a partage, pr4pond6rante. :,n cas d'absence
"ou d'empechement, il est remplac4 par un vice-pr6pident choisi par le Roi
"au sein du Conseil Colonial".

"Huit Conseillers sent nommes par le Roio Six sent choisis par les
"chambres 14gislatives: trois par le S6nat et troi; par la Chaimbre des
"repr6sentants; ils sent 6lus au scrutiny secret et a la majority absolute
"des voix".

"Un des Conseillers nommes par le Roi et alternativement un des Con-
"seillers nomm6s par la Chambre ou un des Conseillers nomm6s par le S4nat
"sortent chaque ann6e. Les Conseillors scrtent diapres lour rang d'ancien-
"net '; ils peuvent atre renomm4s. En cas de vacance, avant 1'expiration du
"terme d'un mandate par d6mission, d4ces ou autrement, le nouveau Conseil-
"ler ach've le mandate de celui qu'il replacee.

Il y a, en outre, pros du Conseil Colonial. deux Auditeurs: Ils
sent nomm4s par A.,R.; 1'un d'eux au moins est pris parmi les fonctionnai-
res du Ministre des Colonies.

Leurs functions sent cells de Secr6taires. Le reglement organique
leur accord le droit de prendre part aux discussions; ils ne peuvent
participer aux votes.







- 53 -


+
+ +

L'action du pouvoir ex4cutif au sein du Conseil Colonial est pr6pon-
d6rante: sur 15 membres, il en est huit qui sont nomm6s par le Roi, plus
le Ministry des Colonies: neuf mumbres sur 15 representent done le pou-
voir ex6cutif,

Lors de la discussion de la Charte Coloniale, il avait 6t6 propose
que la moiti4 au moins des membres du Conseil Colonial devaient etre d'
anciens coloniaux, ayant occupy des situations importantes dans l'admini-
stration, la magistrature ou a la tete d'entreprises au Congo. Ce project
ne fut pas adopt et au d6but beaucoup de membres du Conseil n'avaient ja-
mais td6 en Afrique. Depuis 1918, le choix 6tant plus abondant, l'usage
s'est 6tabli de ne designer que des Coloniaux notoires, hauts fonctionnai-
res ou magistrats retrait6s, personnalit6s du monde des Affaires Coloniales.

L'on a adopt 64galement un certain dosage pour tanir compete des opi-
nions politiques en Belgique.




c. Incompatibility:


Ne peuvent faire parties du Conseil Colonial:

1/ les membres de la Chambre et du S6nat.
"Les functions de Conseiller et de meibre de la Chambr? des repr6sentants
"ou du S6nat sont incompatible" art. 24, paragr- 6.

2/ les fonctionnaires de l'Administration Coloniale en activity ae service
(art. 24, paragr. 7).
Cette incompatibility ne vise done pas les fonctionnaires de l'Ai1inis-
tration m6tropolitaine, mais ceux-ci ne sont janais d6sign6s, parce qu'ils
manqueraient d'ind6pendance vis-a-vis du Pr6sident du Conseil, leur Mi-
nistre.

3/ les administrateurs, Commissaires ou D6lgu6s du Couvernement dans les
Soci6t6s par actions, poursuivant au Congo des ntreprires & but lucra-
tif, si ces functions sont r4tribu6es et si 1'Etat est acionnaire de








- 54 -


la Soci6t6 (art. 32, paragr. 3).

La raison dl'tre de cette derniere incompatibility est apparent.
l'Etat ayant, en g4n6ral, voix prepond6rante au sein de ces Societes,
pourrait peser sur le vote du Conseiller Color'al, qui serait ein mme
temps mandataire salaries de celles-ci et pourrait redouter le retrait ou
le non renouvellement de son mandate s'il votait centre le gr6 du Mlinistre.

On a pourtant souvent preconis6 la suppression de cette incompatibility
aui prive, parait-il, le Conseil Colonial d'416ments de tout premier choix.

Il faut d6plorer ici que trop de fonctionnaires du Ministere des Co-
lonies puissent cumuler leurs functions avec des places d'adninistrateurs,
de Commissaires ou de D14lgues du Gouvernement dans des Soci4tes Colonia-
les, oh ils sont imposes par le Ministre, mais r6tribues par ces soci6ets.




d. Renouvellement.



Ainsi que nous 1'avons vu, les Conseillers choisis par le Roi sont
nomm6s pour huit ans; ceux elus par les Chambres le sont pour jix ans.

Le rang d'anciennet6, qui preside A la sortie annuelle, a 4t6 fix6
par un tirage au sort.

Le renouvellement se fait le 15 d6cembre,

Jusqu'en ces dernieres annies, les Jo.'nseillers 4taient toujours re-
nomm6s. Il venait d'ttre d6rog46 cette tradition peu avant la go.erre,
pour r6pondre A des interets de pure politique m6tropolitaine,

Peut-on revoguer un membre du Conseil Colonial? La question ne setrou-
ve pas tranch6e par la Charte. Dlaucuns en d6duisent que la rivocation n'est
pas possible. Nous ne partageons pas cette opinion, car nous nous crouvons
ici en presence d1un mandate et celui-ci est, en principle. revocable ad
nutum.

La question a failli se poser au sujet d'un reprSsentant du monde
des missions qui avait jet6 le froc aux orties. On par-int, finalement, A









- 55 -


le decider A donner sa d6mission, apres l'avoir menace de revocation, sans
trop savoir si celle-ci serait l6gale.




e, Traitement.



Le traitement des Conseillers Coloniaux avait 6te primitivnment fix6
& 5.600 Frs par le r4glement organique.

II fut relev6 jusqu'A environ 12.000 Frs apres la guerre de 1914-18.

Les membres du Conseil bMn6ficient, en outre, du parcours gratuit sur
les Chemins.de Fe- et d'une indemnity de d6placement s'ils habitent a plus
de 5 kilometres de Bruxelles.




f. Procedure.



Le r6glenent organique a laiss4 au Conseil Colonial 1e Poin de fixer
lui-meme son r6glement d'ordre int6rieur.

Les s6ances du Conseil ne sont pas publiques, mais le Conseil publie
le compte-rendu analytique de ses travaux.

Le Conseil Colonial suit, d'une maniere g4nerale, les rggles r6gis-
sant les Assembl4s delib6rantes. Il ne peut valablement dalib6rer que si
la moiti6 de ses membres est pr6sente. II doit statue & la majority ab-
solue.

Il arrive fr6quemment que des fonctionnaires du Ministere des Colonies
assistant aux s6ances, soit amends par le .;inistre, soit a la demand du
Conseil, pour donner des explications sur les questions en discussion.

Le Gouverneur G6enral, de passage & Bruxelles, oud'autres fonction-
naires coloniaux peuvent 6galement etre entendus.

De meme que les deux Auditeurs, ils prennent part aux changes de
vues, mais non, 6videmment, aux votes.







- 56-


g. Attributions du Conseil.



Ces attributions, sont triples:


I. En matiere de projects de d4crets: La regle g4n6rale est que
le Conseil doit etre consult sur tous les projects de d6crets (art. 25
de la Charte).

Le project de d6cret est. soumis au Conseil par un A,R.; le project de
d6cret est accompagn6 d!un expos des motifs sign par le Ministre (art. 25).

Le Lonseil est convoqu6 dans la huitaine de la remise des pieces au
Secretariat et done son avis, par rapport motive, dans le mois de sa
premiere reunion (art. 25 de la Charte, 12 et 13 du R4glement organique).

"Le rapport indique le nombre des opposanits, ainsi que les motifs
de leur opposition", (art. 25). Il e st public en mime temps que le d4cret.

"Si le Conseil ne s'est pas prononc6 dans le delai fix6 par son r6-
glement (c'est-a-dire dans le mois), le d6cret peut etre rendu sur un
rapport motive du Ministre des Colonies" (art. 25)... q i doit 6galement
etre public (art. 25).

Au course des discussions sur le r6glement diordre int4rieur, le
Ministry a promise au Conseil qu'il ne ferait pas usage de ce droit, si
ce n'est en cas d'urgence.

Cette promesse, qui est cans l'esp'-:t de la Loi, a tc-uours 6t6 tenue
jusqu'A present.

Certains projects de d4crets organiques, tels oeux sur les faillites,
le contract d'emploi, sur la 14gislation mini r<; pour ne citjr qc'e les
plus rceifts, ont fait ltobjet des 6tudes du Conseil Colonias1 indait des
mois et des ann6es avant le d6pSt du rapport.

+
+ +

Le Conseil Colonial saisi d'un project de decret peut:
a) 4mettre un avis favorable;
b) 6mettre un avis d4favorable;







- 57 -


c) proposer des amendments.

Si l'avis est favorable, le Roi prendra le d6cret conformement
aux dispositions de la Charte.

Si l'avis est defavorable, le Roi peut retire purement et simplement
le project, ce qui s'est toujours fait jusqu'a present. Il peut aussi pas-
ser outre et prendre le d6cret, malgr4 l'avis d6favorable du Conseil.
Mais, en ce cas, il faut publier non seulement l'avis defavorable, en meme
temps que le d6cret, mais, en plus, un rapport motive du Ministre des
Colonies, exposant les raisons pour lesquels il a 4t4 passe outre h l'avis
du Conseil.

"Si le project de d4cret soumis a la signature du Roi n'est pas con-
forme a l'avis du Conseil, le Mi-nistre des Colonies y joint un rapport
motive" (art, 25, paragr. 4).

Le droit a'amendement du Conseil Colonial ne se trouve pas inscrit
dans la Charte. C'1st l'usage qui l'a introduit. Le r6glement d'ordre in-
t6rieur l'a d'ailleurs prevu.

Ou bien l'amendement sera accept, et le project de d.cret sera modi-
fi6 en consequence, ou bien l'amendement sera consiid6r come unacceptable
par le Ministre et, en ce cas, il appartiendra au Conseil de d6cider si,
malgr4 le rejet de son amendment, il peut aviser favbrablement le project,
ou si, au contraire, il consider l'amendement come dtuno importance
telle qut' d6faut de le voir figure au d6cret, il ne peut que donner un
avis d6favorable a celui-ci, Nous nous retrouvons done, en fait, dans la
situation premiere d6crit6e ci-dessus sub A et B.

+
+ +

En cas d'urgence, le Roi peut prendre an d6cret sans demander au pr6-
alable l'avis du Conseil Colonial.

"Les dcrets rendus en cas d'urgence sont soumis au Conseil dans
"les dix jours de leur date; les causes de l'urgence lui sont indiqu6es.
"Le rapport du Conseil est public au plus tard un mois apres la communi-
"cation du d6cret".

Le Conseil ne peut plus qu'6mettre, a posteriori, un avis favorable








- 58 -


ou d4favorable. Il ne peut plus Stre' question d'amendement, le decret
6tant pris.


II. "Le Conseil Colonial d6libere sur toutes les questions qub
lui soumet le Roi" (art. 25, paragr. 1).

Cette disposition permet de consulter le Conseil en toute maniere.

Le Roi peut ainsi prier le Conseil de r6diger lui-meme un project
de d4cret, de donner son avis, par example, sur les principles g6n6raux
en matiere de cessions et concessions de terres domanicles, ou meme,
en dehors du domain 14gislatif de donner son avis en certaines questions
relevant du pouvoir ex6cutif.

Un ministry des Colonies (MIr P. Crokaert) a ainsi communique, pour
avis, au Conseil Colonial le project de loi Budgetai.e,


II. Le Conseil Colonial peut adresser des voeux (art. 26).

Le r4glement d'ordre interieur porte que le Co.-seil sera convoqu6
a la demand de trois de ses membres: que la demand de convocation de-
vra indiquer, en terms pr6cis, l'objet du voeu A soumettre en Conseil
et que le compte-rendu analytique ins6rera le rapport sur les d4bazs et
sur leurs conclusions (art. I Ordre Int4rieur).

Jusqu'k present, le Conseil Colonial nta assurement pas abus6 de ce
droit d'4mettre des voeux.

Llarticle 26 de la Charte prevoit, 'in outre, que le Conseil Colo-
nial peut demander au Gouvernement tous les renseignements qu'il juge
utiles h ses travaux.








- 59 -


SeptionIII L e s r d o n n a n c e s L 6 g i sla t i ve s.





Les ordonnances legislatives sont les actes par lesquels le Gouver-
nement G4neral et, avant la r4forme administrative de 1936, les vice-
gouverneurs ge4nraux dans les territoires qui 6taient constituss en vice-
gouvernements peuvent faire usage du pouvoir 14gislatif limit et sub-
ordonn4 qui leur est reconnu par la Charte Coloniale.

Cette d4l4gation legislative a 6t6 r6organisee par la Loi du 29 mars
1911, venant modifier 1'article 22-de la Charte.

L'ancien texte stipulait: "La delegation du pouvoir 14gislatif est
"interdite. Toutefois, le Roi peut autoriser le Gouverneur General, s'il
"y a urgence, a suspendre temporairement 1'execution des d6crets et a
"rendre des ordonnances ayant force de loi."

I1 est interessant de rapprocher cet ancien texte de celui dela
loi de 1911: "La d41egation du pouvoir legislatif est interdite. Le gou-
"verneur General, et dans les territoires constituespar le hoi en vice-
"gouvernement g6enral, le vice-Gouverneur G6enral, peuvent, s'il y a ur-
"gence, suspendre temporairement 1'ex6cution des decrets et rendre des
"ordonnances ayant force de loi...

Il est a noter tout d'abord quee le -Gouverneur Ge4nral (ou les vice-
gouverneurs G6enraux) ne peuvent user de leur pouvoir lgislatif sub-
ordonn6 qu'en cas d'urgence. C'est A eux seuls qu'il appartient d'appr6-
cier s'il y a urgence, sous leur propre responsabilit6 et les tribunaux
ne pourraient s'en faire juges.

Le Gouverneur G6enral peut ainsi:
a) suspendre l'ex4cution des d4crets, mais jamais des lois,
b) prendre des measures nouvelles.

L'article 22 de la charte ajoute que: "les ordonnances ayant cet objet
"(14gislatif) cessent d'etre obligatoires apres un d6lai de six mois si
"elles ne sont, avant l'expiration de ce terme approuv4es par d4crets".








- 60 -


A d4faut de d6cret, reprenant le texte del'ordonnance, il est 6videm-
ment toujours loisible au Gouverneur G6n6ral de reprendre avant' le delai
de caducite de son ordonnance, une ordonnance nouvelle identique A la pre-
miere. Il fut oblige de recourir A ce stratageme, au debut de la guerre
1914/18, jusqu'au moment ou l'ordonnance-loi-du 15 septembre 1915, du Roi,
invest de pouvoirs sp6ciaux, vint d6cider: "que les ordonnances 61gisla-
tives resteraient exceptionnellement en vigueur jusqlu'au jour oh elles se-
ront rapperties ou modifiees par une ordonnance, par un d6cret ou par une
loi".

Cette ordonnance-loi du 15 septembre 1915 ne fut rapportee que par 1'
arret6 Royal du 14 janvier 1921, revenant au regime r6gulier pr6vu par la
Charte.

+
'- +



LA GUERRE DE 1940.


Des le 7 septembre 1939, une loi donnant au Roi des pouvoirs sp6ciaux
pour le Congo Belge et le Ruanda-Urundi, stipula:
"Art. 1 Jusqu'au jour fixed par A.R. pour la remise d& 1'arm6e sur pieds
"de paix, dans les cas de n6cessit4 et d'urgence:
1 Le Roi peut, par decret,
a) prendre toute measure qui, en vertu de la loi du 18 octobre 1908 sur
le Gouvernement du Congo Belge, dolt etre port6e prr une loi.
b) disposer que les ordonnances prises en.vertu de 1'alin6a 4 de 1'art. 22
de la loi pr4cit4e du 18 octobre 1908, restent obligatoires jusqu'au
jour oh elles sont rapport6es ou modifies par une ordonnance, par un
d6cret'ou par une loi.

20 Le Roi peut prendre tous decrets sans la consultation du Conseil
Colonial, pr6vu par 1'article 25 de la loi pr6citee du 18 octobre
1908.

eArt. 2 La pr6sente loi est obligatoire le jour de sa publication'au
Moniteur".









- 61 -


Par suite de la capitulation de 1'arm6e le 28 mai 1940, le Roi s'6-
tant constitute prisonnier, ne put user des pouvoirs sp6ciaux lui conf6-
r6s par la loi du 7. septembre.1939. La loi du 10 mai 1940 sur la dBl6ga-
tion des pouvoirs est muette a ce sujet.

Il parait que le 18 juin 1940, les ministres du Roi, se basant sur
1'article 82 de la Constitution, qui prevoit le cas oh le Roi se trouve
dans 1'impossibilit4 de rign r, pri~'ent, en conseil,'un arret4 d6f6rant
S1'Addministrateur G6n6ral de la Colonie, ou a son d6faut, au Gouverneur
G4n4ral du Congo tous les pouvoirs conf6r6s au Roi par la Constitution,
et par la L6gislation belge.

"L'article 2 du dit arrete ajouterait : "L'Administration G4ndrale
de la Colonie, et L son d6faut, le Gouvernement G6n6ral exercent dans
"la Colonie tous les pouvoirs l6gislatifs et ex6cutifs don't les ministres
"reunis en conseil sont revetus.

Cet arret6 4tait inutile, pensons-nous, le Gouverneur G64nral pui-
sant dans 1'article 22 de la Charte tous les pouvoirs necessaires pour
agir de sa propre initiative en temps de guerre.








- 62 -


C h a p i t re IV

LE POUVOIR EXECUTIF.






Section I: No t i o n s G n r a 1 e s s u r 1 e P o uv i

Ex e c u t i f.




La definition precise du pouvoir ex4cutif est malaise a donner, a
cause de la multiplicity et de la diversity de ses attributions.

Si l'on peut dire, par manibre de simplification, que:
le pouvoir 14gislatif .;. fait la loi
le pouvoir judiciaire ... applique la loi
le pouvoir ex6cutif ... 1'ex6cute.

Cette explication est complete et suffisante pour les deux premiers
de ces pouvoirs, mais ne l'est gubre pour le troisibme.

En effet, dans sa mission .gen4rale qui consiste a assurer l'ex4-
cution des lois, le pouvoir ex6cutif.prend des aspects et remplit des rS-
les tres varies.

Qu'on en juge par ces deux definitions, trop descriptives, qu'ont
donnes du pouvoir ex6cutif, deux 4minents juristes belges:

Thonissen: "Le pouvoir ex4cutif est celui qui pourvoit A l'ex4cution des
"lois, i I suret6 de ~.1Etat, au maintien de lrordre public,
"aux diff6rents besoins de la Soci6te".
Giron: "Le pouvoir ex4cutif a pour mission d'executer les volont6s des
"Assembl6es dl4ib6ratives, en fait, les lois et les r4glements
"qu'elles ont d6cret6s en principle .







- 63 -


Note: Remarquons immediatement ici l'impropridt6 des terms:
"les riglements" dans la definition de Giron, le r6glement 6tant,
techniquement, toujours une oeuvre du pouvoir ex6cutif lui-mime,
et non d'une assemble d6liberative, c'est-A-dire une oeuvre du
pouvoir legislatif.

+
+ +

Ne serait-il pas plus simple de proceder par elimination et de dire
"que dans le fonctionnement-de la vie de 1'Etat, le pouvoir ex6cutif
"assure toutes les attributions qui ne sont pas devolues aux deux autres
"pouvoirs dela Nation".

+
.+ +

Quoiqu'il en snit de ces diverse definitions, il n'est peut- etre
pas superflu de se demander quelles sont ces diverse attributions re-
venant au pouvoir executif, puisqu'aussi bien les principles et les ap-
plications sont les memes au Congo qu'en Belgique:


I. Par voice de dispositions g6nerales, obligatoires pour l'en-
semble de la population, le pouvoir executif, doit prendre les measures
de detail n4cessaires pour 1'ex6cution des lois et d6crets.

La loi d6finit s1 principle, impose la regle et abandonne au pouvoir
ex4cutif le soin d'entrer dans les details d'ex6cution par voice d'arre-
t6s ou de r6glements.

Souvent, la loi prevoit, in torminis, en quelqu'article final, ou
antep6nultieme, que l,? Roi, ou une Autorit6 administrative subordonn6e,
prendra toute measure utile d'ex6cution.

Mais meme en cas de silence du texte 16gal, 4 cet 4gard, le pouvoir
ex6cutif reste toujours dans la ligne de ses attributions, quand il dis-
pose pour imposer au public les modalit6s d'ex4cution.

Exemple:
L'article II du d6cret du 6 d6cembre 1933 sur les circonscriptions
indigenes stipule: "Le Gouverneur G6neral d6termine...







64 -

10 le mode suivant lequel s'effectuera le recensement,
20 les formalit6s A accomplir tant pour le recensement que pour les
mutations,
30 le module des pieces & delivrer aux int6ress6s.

Des Ordonnances administrative du Gouverneur G6n6ral sont effecti-
vement intervenues par la suite pour rugler des divers points.

Autre example:
Un d4cret du Roi Souverain, l6gislateur, unique de 1'Etat Ind6pen-
dant, en date du 16 janvier 1886, stipule: "Tous les actes du Gouverne-
"ment qu'il y a int4ret a rendre public seront ins6r6s au Bulletin Offi-
"ciel'.' Sans qu'il en ait 64t sp6cialement charge, par Arret4 Royal du
12 novembre 1908, le Roi, en tant que chef du Pomvoir Executif, arrete
que: "Le Bulletin Officiel destine a la publication des actes du Gouver-
"nement de la Colonie est intitul6 "Bulletin Officiel du Congo Belge:
"Ambtelijk Blad van Belgisch Kongo", que chaque num4ro du Bulletin porte
la date du jour de sa publication; etc...

C'est cet6 function essentielle du pouvoir ex4cutif qu'a envisage
l'article 8 de la Charte Coloniale, en disant que le Roi exerce le pouvoir
ex4cutif: "par voie .de rbglement et d'arret6s".


II. Le Pouvoir Ex6cutif d6tient, en second lieu, des functions
de police.
C'est ainsi qu'il doit intsrvenir pour assurer l'ordre et la secu-
rit4 publique, tant a l'interieur, que vis-a-vis du d-nger extcrieur, la
salubrit6 et l'hygiene publique, la r6partition des products de premiere
n6cessit6, l'ex6cution des decisions de juice, en matieres civiles et
r6pressives.

C'est la tradition, ce sont les usages, dans chaque pays, qui fixent
en cette matiere la limited des attributions de l'ltat.

Au Congo, ce pouvoir est particulibrement 6tendu, i'intervention et
le contr8le 14gislatifs 6tant plus lointains. C'est le pouvoir ex6cutif
Central seul, qui y exerce ce pouvoir, tandis qu'en Belgique, il so trou-
ve r6parti entire l'Administration Centrale et les pouvoirs subordonnes:






- 65 -


provinces et communes, jouissant d'une autonomie assez large.

En Blgique, la gendarmerie et l'Armee, au Congo la Force Publique,
sont organisees et dirigees en vertu de cette function de police de 1'
Executif.


III. Le Pouvoir Ex6cutif assure, enfin, le fonctionnement de tous
les rouages administratifs de 1'Etat. Il cr6e ainsi -t fait vivre, en
Belgique, les divers d4partements minist6riels, pour le Congo tous les
Services ou Directions generales de 1'Administration, nomme et surveille
ses fonctionnaires, assure la perception des contributions directed et
indirectes, s'occupp de l'einseignement, des travaux publics, prend' des
arretes ou ordonnances individuals de nomination, promotion, mise en
disponibilit6, revocation, etc... oxerce son action tut6laire en tous
domaines oh l'initiative priv6e se montre d4faillante.

Cette action avait tendance a se montrer de plus en plus envahi-
sante avant la guerre, et tous les espoirs d'extension de cette acti-
vit6 restent parmis pour l'avenir.




Section 2 L e P o u vo i r E x c u t i f du C o n g o.




I. LE ROI.



L'article 8 de la Charte Coloniale nous enseigne que: "Le pou-
voir ex6cutif appartient au Roi".

Alors qu'en matiere legislative, le Roi n'a qu'un pouvoir d4lgu6, en
matiere executive le pouvoir lui est propre.

Pour ce qui regarded la Belgique, le principle est affirm de maniN-
re moins absolue. Nous le trouvons entour4 d'une double reserve:

Constitution: art. 25: "Tous les pouvoirs 4manent de la Nation".

ar_. 29: "Au Roi appartient le pouvoir ex4cutif, tel qu'il
"est regle par la Constitution".








- 66 -


Ce n'est pas, semble-t-il, au hasard seul de la redaction des tex-
t-s, que sont dues ces differences.

L'origine du pouvoir executif du Roi au Congo et en Belgique n'est
pas la msme Pour la Belgique, c'est, en effet, le people qui a choisi
son Roi, 1'a appel au pouvoir et lui a donn6 des droits. Pour la Colonie,
c'est le Roi, inventeur du Congo, qui l'a donned au people Belge.

Il y a la une nuance, important surtout au point de vue theorique
ou doctrinal.

Comme en Belgique, la personnel du Roi est irresponsible et l'article
9 de la Charte Coloniale reproduit textuellement, pour le Congo, l'arti-
cle 64 de la Constitution belge: "Aucun acte du Roi ne peut avoir d'ef-
fet, s'il n'est contresign6 par un ministry, qui par cela seul, s'en rend
responsible".

+
+ +

Le Roi exerce le pouvoir executif, nous l'avons vu deja, par voie
de reglements et d'arrtV6s (article 8).

On peut se demander la difference qui existe entire un riglement et
un arretE. Theoriquement: "le reglement vise une matiere complaxe, qu'il
est appel6 a r6gir d'une manibre plus ou moins permanent, tandis que
1'Arrete a un caractere plus special et plus temporaire" (Begerem: Rap-
port sur la Lei Coloniale p.28).

C'est en tenant vompte de cette nuance qu'on congoit qu'il soit
question d'un reglement sur la police du roulage et d'un arret6 inter-
disant unemanifestation.

Mais cette distinction, purement th6orique, n'est pas observe, dans
la pratique. C'est ainsi que toute 14olice du roulage a fait l'objet
en Belgique, de l'arr8te royal du I fevrier 1954, et qu'au Congo, le Roi
ne prend que des arretes et jamais de rsglements.

+


+ .







- 67 -


Les actes du pouvoir ex6cutif, m~me du Roi, sont toujours subordon-
n4s au pouvoir l6gislatif, meme du Gouverneur G6neral.

La Charte, en son article 8, paragr. 2 indique cette subordination
en stipulantque: "Les ours et les Tribunaux n'1ppliquent les rbglements
et les arret6s qu'autant qu'ils sont conformes aux loiset aux d6crets".
Il y a lieu d'ajouter: "et aux ordonnances 16gislatives".

L'article 107 de la Constitution belge disait deja: "les Cours et
Tribunaux n'appliqueront les arretes et rEglements, g6nraux, provinciaux
et locaux qu'autant qu'ils seront.conformes aux lois".

C'est exactement le meme principle.

Si un conflict surgissait entire le Roi, comme Chef du pouvoir execu-
tif et agissant par voie d'arret6 royal et le Gouverneur, dans l'exercice
de son action legislative, il y aurait lieu de se demander tout d'abord
si la matiere est de sa nature d'ordre administratif ou d'ordre lgisla-
tif, mais les Tribunaux auraient 6videmment le pas a donner a l'ordon-
nance legislative sur l'Arret6 Royal, quite, pour le Roi, a user, le
cas 6ch6ant, de son pouvoir disciplinaire vis-a-vis du Gouverneur recal-
citrant.



La delegation du pouvoir ex6cutif par le Roi.


L'article 22 de la Charte stipule:
"Le pouvoir executif ne peut d6elguer l'exercice de ses droits qu'aux per-
"sonnes et aux corps constitu6s qui lui sont hierarchiquement subordonn6s".

Le Roi peut done d4l6guer ses pouvoirs, sans aucune restriction, ni
reserve, en totality ou en parties, A la seule condition que les bn6ffi-
ciaires de cette d4elgation soient ou bien des personnel ou bien des corps-
constitu4s lui 4tant hi6rarchiquement subordonn6s.

Ainsi que le fait remarquer M. Halewijck de Heusch (la Charte Colo-,
niale 1-II-no516) cette subordination hi4rarchique ne suppose pas n6-
cessairement que celui qui s'y trouve consacre toute son activity au ser-
vice de l'Etat, soit un fonctionnaire. Il suffit qu'il soit subordonn6








- 68 -


au Chef de l'Ex6cutif dans l'accomplissement d'une mission administra-
tive. C'est le cas, notamment, pour les missionnaires charges de l'en-
seignement, ou revetus des functions d'Officier de l'Etat Civil.

1lais le Chef de l'Etat ne pourrait plus d6l6guer des pouvoirs A
certaines soci4t4s priTves, a but commercial, q i ne sont 4videmment pas
des Corps constitu6s, au sens de la Charte. Avant 1908, des Soci4t4s
avaient obtenus de ces d86lgations (C.S.K.).

Pour ce qui regarded la d6l6gation aux personnel nous examinerons
les roles du ~linistre des Colonies et du Gouverneur G6neral. Pour lad4-
lgation aux corps constitutes, nous aurons a 6tudier l'organisation des
districts urbains.

Et nous terminerons ce chapitre par un apergu sommaire sur les*
cadres administratifs-au Congo.



II. LE MAINISTRE DES COLONIES.




Nous l'avons vu d6ja, aux terms de l'article 9 de la Charte Colo-
niale: "Aucun acte du Roi ne peut avoir d'effet s'il n'est contresigne
par un Ministre, qui, par cela seul, s'en rend responsible".

Cette regle d6coule du principle meme de l'irresponsabilit6 royale -
mais n'implique pas necessairement l'existence d'un Ministre des Colo-
nies. Nous savons, notamment, que pour fies actes du Roi concernant les
relations 6trangeres ce n'est nullement le Ministre des Colonies, mais
bien celui des Affaires EtrangBres qui doit donner son contreseing pr6-
alable.

Seme pour les actes de gestion puremen- int6rieure, le Roi pourrait
recourir au contreseing de n'importe quel autre de ses ministres et le
fait d'ailleurs chaque fois que son ministry des Colonies est absent
ou empeche.

C'est l'article 25, au chapitre IV, de la Charte, qui pr6voit sp6-
cialement existence d'un Ministre des Colonies.








- 69 -


En fait, c'est ce Ministre des Colonies, qui assistera, de fagon
courante et sauf exceptions, le Roi dans les affaires Coloniales et as-
sumera dans ce domain, la responsabilit6 de ses actes.

L'article 25 s'exprime comme suit:

"Le Ministre des Colonies est nomm4 et revoquA par le Roi. Il fait
partiese du Conseil des Ministres".
"Les articles 86 A 91 de la Constitution belge lui sont applicables".

Il en faut d6duire que le Ministre des Colonies fait parties duCon-
seil de la Couronne, se trouve exactement sur le meme pied que tous les au-
tres ministres et se voit revetu d'une double co-ip6tene: m6tropolitaine
et colonial.

Ii assisted h toutes les reunions du Conseil des Ministres et y peut
prendre part & toutes les discussions, meme d'int6ret exclusivement m6-
tropolitain.

I1 est d'ailleurs choisi, en g4n6ral, qon en raison de ses connais-
sances coloniales, mais uniquement pour l'importance qu'il presente sur
1'echiquier politique belge du moment; ce qui est unegrave erreur.

Faisant parties int6grante de 1'6quipe politique an pouvoir, il
sombrera avec elle A la moindre saute d'humeur parlementaire, alors qu'il
venait peut-etre A peine d6 s'initier aux choses de la Colonie.

L'instabilite du chef du DNpartement Colonial, tribulair de tous les
avagars de la politique 6lectoraliste beige, repr6sente une nuisancepour
la bonne administration et la permanence de direction de notre empire
colonial.

On s'en 6tait d4ja, heureusement, rendu compete en ces dernieres annees.

Il est a esp6rer qu'il y sera port remade t l'r.enir.


+ +
+
Que disent les articles 86 a 91 dela Constitution belge, qui sont
applicable au M2inistre des Colonies, comme aux autres ministres belges:

art. 86: Nul ne peut etre ministry s'il n'est belee de naissance ou s'il

n'a regu la grande naturalisation.








- 70 -


art. 87: Aucun membre de la famille royale ne peut etre ministry.
art. 88: Les ministres n'ont voix d6lib6rative dans 1'une ou l'autre
Chambre que s'ils en sont membres.
Ils ont leur entree dans chacune des Chambres et doirent etre
entendus quand ilsle demandent.
Les Chambres peuvent requ6rir la presence des Ministres.
art. 89: En aucun cas, l'ordre verbal ou 6crit du Roi ne peut sous-
traire un ministry A la responsabilit4.
art. 90: Concernant la-mise en accusation des Ministres, que nous avons
et 91: examine d6ja au chapitre III Section I, E. p.36.
Nous n'y reviendrons done pas.

+ +
+

Dans la pratique, c'est le Ministre des Colonies qui a l'initiative
des measures du Roi, en matiere executive, come en matiere legislative.

C'est au Roi qu'appartient le pouvoir executif et le iinistre, come
tel, n'y a pas d'autorit6 personnelle, sauf celle qu'il tire de d414ga-
tions pr6cises donn6es par le L6gislateur ou par le Roi.

En fait, le linistre des Colonies a repris toutes les attributions
d4volues, jadis, au Secr6taire d'ltat ou aux Secr6taires G6enraux de 1'
Etat Ind4pendant du Congo.

Dans ces limits, le Ministre des Colonies peut prendre des Arretes
ministeriels.

Ils ne sont pas fort nombreux. Citons, a titre d'exhmple 1'A.M.
du 25 octobre 1920, pregnant des measures d'execution du d4cret du 3 juin
1906, sur les operations de police et les operations militaires (Code
Louwers, p.1409).

Certaines et rares attributions sont sp6cialement confines par la
Charte au Ministre des Colonies.

L'art. 7: stipule que "Les decrets sont rendus sur la proposition du

1,inistre des Colonies".

L'art. 12:pr6voit que c'dst le Ministre des Colonies qui transmit dans

les trois mois aux Chambres une expedition de l'Arrete royal







- 71 -


L'art. 13:






L'art. 24




L'art. 25:







L'art. 31:






L'art. 37:


on de l'Ordonnance qui a ordonn6s des virements, on en cas
de besoins urgents, des d4penses suppl4mentaires, en y annexant
un project de loi d'approbation.

impose au Ministre des Colonies 1'obligation de fournir a la
Cour des Comptes tous etats, toutes-pieces comptables.et tous
renseignements et 6claircissements n4cessaires au contr8le
de la recette et de la d6pense de deniers.

donne au Ministre des Colonies la pr4sidence du Conseil Colo-
nial, avec voix deliberative, et, le cas 6ch4ant, prepond6-
rante.

oblige le Ministre des Colonies a joindre un rapport motive
aux d4crets qui seraient pris malgr4 l'avis d4iavorable du
Conseil Colonial, ou qui seraient pris parce que le Conseil
Colonial ne se serait pas prononc6 dans le delai fix6 par
son reglement.

replace par le Ministre des Colonie le Ministre des Affaires
Etrangeres pour la, signification des actes judiciaires et ex-
trajudiciaires destines h des personnel domicili4es ou risi-
dant dans la Colonie.

laisse au Ministre des Colonies, qui n'y est pas nom4ment cit4,
le soin de presenter tous les ans, au nom du Roi, aux Chambres,
un rapport sur administration du Congo Belge, contenant tous
les renseignements propres a 4claircir la Repr4sentation na-
tionale sur la situation .politique, 4conomique, financibre et
morale de la Colonie.


Note.


Pour assurer plus de permanence au chef du Miinistere des Colonies,
la tentative a 4t4 faite, voici une dizaine d'annees, de remplacer le
Ministre, personnalit6 politique, par un "Administrateur G6neral des
Colonies", ancien haut fonctionnaire. Ce fut le cas pour Hessieurs Arnold
et Charles.









- 72 -


L'essai ne fut pourtant pas concluant, car si L'Administrateur G4-
n6ral, ainsi nomm6, s'6tait vu doter, pour la circonstance, de la plupart
des prerogatives minist4rielles, en ce qui concernait la conduit de son
d-partement, son inexperience force des routines et arcanes politiques
et son absence d'influence politique, l'empechaient de trailer h 4ga-
lit6 avec les autres membres du Conseil des ivinistres et d'avoir tant
aupres d'eux que sur les milieux parlementaires l'autorit6 et le poids
n4cessaires.

+ +
+

La veritable solution consisterait a placer a la tete du d6parte-
ment colonial un veritable Ministre des Colonies, choisi, notamment,
pour sa competence colonial, mais qui, de tradition, resterait ind4pen-
dant des sautes d'humeur de la politique m4tropolitaine, en maniere tell
que tout en conservant un minimum de solidarity avec 1'4quipe au pouvoir,
il serait n4anmoins maintenu r4gulibrement et fort longtemps dans ses
functions.




III. LE GOUVERNEUR GENERAL.




L'article 21, paragr. I de la Charte s'6xprime en ces termes-
"Le Roi est repr6sent6 dans la Colonie par un Gouverneur G4niral, assist
"d'un ou de plusieurs Vice-Gouverneurs G6n6raux".

C'est done, au Congo, le Gouverneur G4n4ral qui represent, en ver-
tu de la Charte, le Chef du Pouvoir ex6cutif.

Dans quelle measure le repr6sente-t-il?

Une grosse discussion de doctrine est n4e autour du texte de 1'ar-
ticle 22, paragr. 2 de la Charte.

Ce texte m6nage-t-il la possibility de limiter la delegation du
pouvoir ex4cutif au Gouverneur G6n6ral ou impose-t-il, au contraire,
au Roi obligation 14gale de lui d614guer l'entieret6 du pouvoir ex4cu-
tif dans la Colonie?







- 73 -


Voici la disposition discut6e, dans la redaction qui lui a 6t6 don-
n6e par la loi du 29 mars 1941:
"Le Gouverneur General et, dans les territoires constitutes par
"le Roi en vice-gouvernement g4n6ral, le Vice Gouverneur G4enral exer-
"cent par voie d'ordonnances le pouvoir ex4cutif que le Roi leur d6l6gue".

Nous avons soulign6 ces cinq derniers mots, car c'est surtout autour
de leur interpretation que tourne toute l'argumentation.

Faut-il en deduire, come certain le pretendent, que c'est 1'article
22 de la Charte qui d6elgue directement au Gouverneur G6neral et aux Vice-
Gouverneurs G6enraux le pouvoir ex6cutif. Les mots: "que le Roi leur d6-
legue" ne seraient dans ce cas que la simple constatation d'une obliga-
tion 16gale et le Gouverneur General, ou les Vice-Gouverneurs G6n6raux,
une fois nomm6s, il ne pourrait plus etre question pour le Roi de res-
treindre, en quelque measure que ce soit, leur Pouvoir.

Les travaux preparatoires de la Charte ne tranchent pas la question,
mais les tenants de ce systeme invoquent que les deux rapporteurs de la
loi du 29 mars 1911, le Baron Tibbaut, a la Chambre et Mgr Keesen, au
Senat, ont stipule que la d6l4gation du pouvoir ex4cutif au Gouverneur
G6neralet aux Vuce-Gouverneurs G6n6raux sortait de la loi meme et 4tait
sans restriction.

Oserions-nous avouer que l'autorit6 des deux sources ainsi all'gu6es
nous parait un peu faible pour battre en brbche le sens littoral d'un
texte obvie, avec cette consequence redoutable qu'une decision prise par
le Gouverneur G6enral en violation flagrante des instructions de son
Souverain ou en outrepassant manifestement les pouvoirs qui lui ont 4t6
d6l6gu4s, serait n4anmoins parfaitement valuable, puisque le'Gouverneur,
4 la suite de sa nomination, ne tiendrait ses pouvoirs que du seul
statut constitutionnel.

I1 nous parait infiniment plussimple et plus indiqu6 de ne pas
prendre les mots... "que le Roi leur delegue", comma une constatation,
mais bien comme une provision, ne pr6jugeant en rien de 1'1tendue de
la d6lagation et laissant intactes les prerogatives du Roi, seul Chef
du Pouvoir SExcutif.

uotte interpretation, plus respectueuse des attributions royales,








- 74 -


cadre mieux, nous semble-t-il, avec ce que nous savons de l'originalit6
du pouvoir ex4cutif du Roi pour ce qui touche au Congo.

+ +
+

La loi du 29 mars 1M11 s'e-t bbrn4e h ajouter a l'ancien texte
les vice-Gouverneurs g4n6raux.

L'article 22, paragr. 2 de 1908 disait: "Le Gouverneur-G4neral de
"la Colonie exerce par voie d'ordonnance le pouvoir ex6cutif que le Roi
"lui d41egue".

C'est en 1911 que la Colonie fut subdivis6e en quatre Vice-Gouver-
nements g64nraux, dans un d6sir de decentralisation et que les vice-gou-
verneurs de province, furent invests de pouvoirs exscutifs et 16gisla-
tifs.

Ils prirent rapidement un grand ascendant, qui porta ombrage au Gou-
verneur G6neral. Aussi, en 1956, le Gouverneur G6n.ral obtint-il la sup-
pression des Vice-Gouverneurs, Gouverneurs de province, et leur rempla-
cement par de simples commissaires provinciaux, le nombre de provinces
6tant port de quatre a six.

Le motif official de cette r6forme administrative fut tire de la
plus grande facility de communication entire les divers regions congolai-
ses. Les distances s'en trouvant diminu4es, il n'apparaissait plus n6-
cessaire de laisser la meme autonomie aux diff6rents chefs de province.

Cette r6forme eut comme consequence directed de river le Congo de
quelques-uns de ses meilleurs serviteurs.


+ +
+
En fait et avec le prestige en moins, les nouveaux Commissaires
de province ont repris la plupart des anciennes attributions des Gouver-
neurs de province dans le domaine de l'ex6cutif, mais ils n'ont 6videmment
pas pu h6riter de leur competence 14gislative.

La Charte Coloniale ne fait que de bien rares allusions au r6le du
Gouverneur G6neral. Elle en parle, en son article 5, au sujet de la







- 75 -


protection des indigenes.

Art. 5: "Le Gouverneur G'4n6ral veille h la conservation des popula-
"tions indigenes et & l'an16lioration de leurs condi-6lons morales et mate'-
"rielles d'existence, II favorite l'expansion C3 la liberty individuelle,
"1'abandon progressif de la polygamie et le d6veloppement de la propri64t.
"I1 protege et favorise, sans distinction de nationality, ni de cultes,
"toutes les institutions et entreprises religieuses, scientifiques ou
charitablele, cr66s et organisms a'ces fins'ou tendant h instruire les
"indigenes et a leur fire comprendre et appr6cier les avantages de la
civilisationn.

"Les missionnnires chr6tiens, les savants, les explorateurs, leurs
"escortes, avoir et collections sontl'objet d'une protection sp6ciale".

Dans cette mission humanitaire le Gouverneur se trouve assists par
la Commitjsion pour la protection des indigsnes don't le r6le et l'organisa-
tion se trouvent pr6cis6s, comme suit, a liarticle 6 de la Charte:

"I1 est institu6 uno Commission permanent charge de veiller sur
"tout le territoire de la Colonie h la protc-tion des indigenes et b l'a-
"m6lioration de leurs conditions morales et mat6rielles d'existence. Le Roi:

"fixe le nombre des membres de la Commission; il en arrete le reglement
"organique",

La Commission est pr6sid6e par le Procua-er G6n6ral pros le Tribunal
d'Appel de la Capitale. Lee autres membres sont nommes par le Roi parmi
les personnel r4sidant sur le territoire de la Colonie, qui, par la na-
ture de leurs fonctions ou occupations, paraissent sp6cialement qualifies
pour accomplice cette mission protectrice. La Commisson' nomme son secre-
taire dans son seine

E-le se r4unit au moins une fois chaquo ann6e; son pr6sidrnt la con-
voque.

Le Roi peyt diviser la Commission en sous-commissions, don't il arrete
le reglement organique.

Tous les ans, la Commission adresse au Roi un rapport collectif sur
les measures h prendre en faveur des indigenes. Ce rapport est publi4e

Les membres de la Commission d6noncent, mime indibiduollemtnt, aux








- 76 -


officers du Ministere Public, les ahus et les ill6galites don't seraient
victims les indigenes.

En 1925, une Sous-Commission a 6t6 cr64e pour le Katanga.

La Commission, compose principalement de Chefs de missions religieu-
ses et de hauts magistrats, a 6t6 loin do se r6unir tous les ans, come le
lui prescrivait l'article 6. Son role a 6t4 assez peu effectif.

Nous aurons l'occasion d'en reparler au sijet de la press au Congo.

+ +


Le Gouverneur est assisted, dans sa mission administrative, d'un conseil
de Gouvernement; assemcl6e purement consultative, qui se reunit une fois par
an, au siege da gouvernement g4n6ral et comprend, outre de hauts fonction-
naires, des missionnaires et des notabilit6s belges du monde colonial rdsi-
d&n-; au Congo.

C'est deviant cet a6ropage que le Gouverneur Gen4ral prononce, d 'habitu-
de, son grand discours programme annual.

+ +
+

L'article 21, paragro 2 de la charte stipule: "Sauf les personnel qui
"ont administr4 en l'une ou l'autre de ces qualities (Gouverneur ou Vice-
"Gouverneur Gne6ral) le territoire de l'Etat Inddpendant du Congo, nul ne
"peut etre nomm6 aux functions de Gouverneur 36n.ral ou de Vice-Gouverneur
"G6niral s'il n'est belge de naissance ou par grande naturalization".

C'est une politesse qu'en 1908 on a voulu faire aux fcnctionnaires 4tran-
gers peuplant le Congo. Il n'en existed plus aujourd'hui, qui pourrait se
r4clamer de cette exception.


+ +
+

Le Couverneur G4n6ral et les Vice-Gouverneurs-G4n6raux (jadis) peu-
vent d6l4guer le pou-roir executif.

En dessous d'eux, le pcuvoir de d4l1gation cesse; les autres forntion-
naires, quand ils regoivent une d4l6gation ne peuvent subd6e1guer, si le








- 77 -


texte de leur d6l6gation ne les y autorise sp6cialement.



De la sanction des actes du Gouverneur-Gen6ral.
---- -""" "'-" """" -'-7--"
Il existe une double sanction.

Un premier d4cret du 6 aout 1922 autorise le Gouvernmur G6neral (et
les Gouverneurs de Province) a 4tablir des pines ne d6passant pas 2 mois
de servitude penale et 2.000 Frs d'amendes pour punir lea infractions aux
dispositions de leurs ordonnances administrative et de police.

Un second d6cret de m-me date dispose que tous les d6crets, ordonnances
arritss, rrglements d'administration interieur ou de police, non autroment
sanctions, le sont par 2 mois de servitude p6nale et 2.000 Frs d'amende
ou d'une de ces peines seulement.

Done, en l'absence mmem d'une disposition punitive dans le texte de 1'
ordonnance, le Tritl'nal peut d'office en reprimer la transgression par ap-
plication du second d6cret du 6 aout 1922o



IV. LE DISTRICT URBAITL




Nous nous souvenons qUaux terms de l'article 22, paragr. 1:
"Le pouvoir ex6cutif ne peut d6leguer l1'exercice de ses droits qu'aux per-
sonnes et aux corps constitu6s qui lui'sont hierarchiquement subordonn6s".

Avant l'ann6e 1923, il n'existait pas au Congo d- corps constitu6s
subordonn6s auxquels le Roi puisse dSlgguer tout ou parties de ses pouvoirs.

Le decret du i2 janvier 1923, qui a cr66 les districts urbains, les
a pr6vus dans une d6pendance tell de l'ex4cutif, qu'ils r6alibent parfai-
tement les a;~,-ects de Corps constitz.s hi6rarchiauoment subordonn6s en-
visag6s par la. Chr-te.

Nous gallons voir, en r6sumant le d6cret .de 1925, que l.sdistricts
urbains n'ont que de fort lointains rapports av-c nos communes belges, si
fibres de leur autonomic communale.

Et pourtant, A l'origine du d6cret se troupe le disis de cr6er au Congo







- 78 -


des Communes, peupl6es de Blancs, jouissant d'une certain ind6pendance, sur-
tout au point de vue financier.

Ces grands centres, se developpant en villes-champignons, ont, dans le
domain de l'urbanisation, des exigences de confort couteuses, que ne con-
naissent pas encore les autres regions de la Colonie.

Il leur faut des installations de voierie, do canalisation, d'eclairage,
de squares et monuments publics, de marcLjs etc... don't il ne serait pas 4qui-
table: de faire supporter le cout par 1'ensemble des contribuables congolais,
qui, dans leur brousse, leur fort ou leurs postes ruraux n'en retirent au-
cun profit.

Puisque les citadins, gagnant beaucoup d'argent, d4sirentune ville mo-
derne, il parait just de leur en fair supporter, a eux souls les frais.

C'est done surtout dans le but de leur permettre de se taxer eux-memes,
que la possibility a 6t6 envisage de leur donner voix au chapitre.

Malheureusement, le decret s'est montr6 tellerment timide dans l'octroi
de l'autonomie, que les bdndficiaires se sont montr6s peu enthousiastes du
cadeau douteux qui leur 4tait fait..

Les citadins n'ont regu ni droits d'616gibilit6, ni droits d'6lecteurs
?t lc Comit6 Urbain, nomm6 entierement par l'ex6cutif n'est, en some, qu'un
corps purement consultatif, ayant exactement le droit de fair des sugges-
tions et de proposer des taxes,

Lo pouvoir central a estime, sans doute, dangereux d'aller plus avant par

crainte des nombreux strangers qui resident dans les grands centres, mais
sa parcimoni- a eu come consequence que seule jusqu'a present, l'agglom6ra-
tion do LUopoldville-Kinshasa s'est constitute en District Urbain, Meme Eli-
sabethville a refuse jusqu'4 present le bienfait des dieux.

Voyons, ci-apres, l'essentiel du d4cret:

Art. 1: Dans les cas oh il le juge n6cessaire, le Gouverneur G6enral peut
par voice d'ordonnanco, d6tacher de l'administration du district, le
territoire d'une agglomeration urbaine et en former une circonscrip-
tion administrative special sous la d6nominati-on-die district urbain.
Le district urbain a la personnalit6 civil.

Art.II: Le district urbain est administer, conformnment aux lois et regle-







79 -

ments, par un Commissaire de district ubrbain, d6sign6 par le Gou-
vorneur G6neral parmi les fonctionnaires de la.Colonie.

Art. 3: II est institu4 dans chaque district urbain un Comit4 Urbain, com-
pos4 du Commissaire qui le pr6side.et de .trois a huit membres nom-
m6s par le Gouverneur de la province
... Les membres sont choisis parmi les personnel de nationality
blge possedant une residence fixe dans l'agglomeration.
Leurs functions sont gratuites Elles ont une dur4e de deux tns.
La revocation d'un membre ne peut 8tre prorninc6e que par le Gouver-
neur G6n6ral et seulement pour des motifs d'ordre.public et d'int6-
r't g6n4ral.


Art. 5: Le Gouverneur G4neral determine les objets concernant d'une manikre
sp6ciale, les int6erts mat6riels et moraux du district, sur les-
quels le Comit6 Urbain est appel4 k donner son avis et peut 6mettre
des voeux. Le Comit4 urbain ne peut d4lib4rer sur d'autres objets.


Art. 6: sans prejudice aux impots 6tablis par un acte l4gislatif, le Comit6
Urbain peut crier des taxes locales.
Aucun arret6 cr6ant une taxe locale n'entre en vigueur s'il n'est
approuv6 par le Gouverneur de la Province.


Art. 7: Le project de budget du district urbain est'dress6 chaque annie
par le Commissaire et soumis a l'approbation du Comit4.
Le Gouverneur de la province arrete le budget du district apres
avoir pris connaissance de la d6liberation du Comite,
(Les subsides accords au district urb.,in sont pyrtes chaque an-
nee au budget de la Colonie art. 6)
Les .comptes du district sort v6rifi6s conform6ment aux lois et rk-
glements de la Colonie.

Art. 8: Le district urbain peut contractor des -mpr-unts en vue de pourvoir
aux frais d'ex6cution de travaux publics d'interet local.
Les sommes necessaires a '!Iamortissemen-u et au pay.e:ent des in-
ter@ts de ces emprunts sont portees chaque ann6e au budget du






- 80 -


district.
L'arret6 du Comit4 urbain, qui autorise l'emprunt, et en fixe les
conditions, n'entre en vigueur que s'il est approuv4 par le Gou-
verneur General.

+ +
+

Conform6ment aux.pouvoirs que lui accordait ce d6cret et par ordonnan-
ce administrative du 10 aout 1923, compl4t6e par celle du 4 janvier 1929,
le Gouverneur General a 6rig6 le territoire de la circonscription de LMo-
poldville en district urbain. Apres en avoir fix6 les limits, il a prevu
que le Comit6 de L6opoldville serait compose de 6 membres effectifs, avec
un nombre correspondent de membres supplants. I1 organise le fonctionne-
ment du Comit6 urbain, determine les pouvoirs sp6ciaux du Commissaire,
precise les ddpenses qui incumbent au budget du district et finalement pre-
cise, comme l'article 5 du decret lui en faisait uneobligation, les objets
concernant d'une maniere special les int6erts mat6riels et moraux du dis-
trict, sur lesquels le Comit4 Urbain est appel6 a donner son avis et peat
6mettre des voeux, sans qu'il lui soit permis de d6lib6rer sur d'autres
objets.

Voici quels sont ces ob'-ts, d:apres l'article 15 de l'Ordonnance
du Gouverneur G4neral:

1/ L'organisation de la police urbaine, a exclusion toutefois de
l'exercice par le Commissaire de district de son r8le de Chef de police.
2/ L'hygiene, la propret6, la commodity et la s6cuiit4 publiques,
la tranquillity dans les rues, lieux et edifices publics; les autorisa-
tions pour l'installation des etablissements classes.
3/ La circulation des personnel, des animaux, des v6hicules de
tous genres sur la voie publique.
4/ La s4curit6, sa salubrit4 des constructions,
5/ L'organisation des halles, marches publics et abattoirs.
6/ Le d6veloppement de la voirie, des 6gouts, des travaux d'in-
teret urbain.
7/ La fixation des plans d'alignement et les autorisations de bftir.
8/ L'octroi de concessions et l'organisation des r_6ies-









9/ L'assistance social.
10/ Le Gouverneur de la province peut demander l'avis du Comit
Urbain sur les objets suivants:
L'organisation et administration des 6tablissements scolaires.
L'organisation locale du service postal, le developpement du
reseau local des communications,
Les travaux publics d'int6ret general au point de vue de 1'
aspect de la ville et de la commodity des habitants.
Les ali6nations du domaine public au pcint de vue des r6ser-
ves a faire dans 1'interet du centre urbain.

+ + ..


Armoiries de LUopoldville.

Par lettre petente du 20 janvier 1925, le RoL a autoris4 le district
urbain de L4opoldville a faire usage d'armoiries: "d'azur h la fasce ondee
d'argent A la lettre initial L sonmme d'une couronne royale, brochant
sur la fasce et le champ de 1'4cu et accost6e en chef de deux 4toiles a
cinq rais, le tout d'or: Devise: OPES. ADVECTAT. ALUNIS. d'o su.r un listel
d'azur".



V. LES CADRES ADMINISTRATIFS AU CONGO.




Ind6pendamment des regions sous mandat-belge du Ruanda-Urundi, de
1'Ancien Deutsch Ostafrica SchUtzgebiet, le Congo Belge se subdivise, de-
puis la r4forme administrative d' 1956, en six provinces, 15 districts
et 104 territoires.

Avant cette r6forme, nous avions les quatres grandes provinces:
1 du Congo Xasai: chef-lieu: L6opoldville;
2 de 1'Equateur: chef-lieu: -: .oquiinatville;
5 Orientale: chef-lieu: Stanleyville;
40 du Katanga: chef-lieu: Elisabethville,


- (. i._









- 82 -


Par morcellement, de ces deux dernibres provinces et dans le but d'en
amoindrir I'importance, on ajoute:
50 la province du Kivu: chef-lieu: Costeraansville;
60 la province de Lusambo: chef-lieu: Lusambo.

Nos six provinces ne sont plus dirig6es que par un Commissaire de
Province.

A la tete des districts se trouve un Commissaire de district, don't
le r81e s'est singulibrement amenuis6 au profit des territoires et de
la province. Le Commissaire de District est devenu surtout un inspecteur
itinerant.

Les territoires, don't le rl1e s'est beaucoup amplifi4, sont dirig6e
par un Administrateur territorial.

+ +
+

Ln Gouvernement G4enral, don't le siege 4tait jadis a Boma et mainte-
nant h L6opoldville, centralise tous les services de la Colonia.

Independanment du Gouverneur G4enral et des attaches iimmdiats, nous
y trouvons les services suivants:

1/ Service des Secretariats: comprenant le Secr6taire G.4nral de
la Colonie, ls Dirbcteur General, le Directeur d'Administration, le Di-
recteur, sous-Directeur, Chef de Division, Chefs et sous-chefs de bureau,
commis-chefs et commis.
2/ Service administratif de la Justice et agents de l'ordre de ju(
diciaire: directeur de la Justice, etc...

5/- Service de l'hygiene: m4decin en chef, don't dependent les mM-
decins directeurs, m4decins provinciaux, medecins de laboratoire, m4de-
cins hygi4nistes, etc... Pharmaciens en chef, de Ire et de 2me classes,
auxiliaires m4dicaux, infirmieres et agents sanitaires,
4/ Service de la Force Publique: officers et sous-officiers euro-
peens (nous aurons l'occasion d'en reparler).
5/ Service des Trvaux Publics: Directeur des Travaux Publics,
section des batiments civils,
section des Ponts et chauss6es.






- 85 -


6/ Service des Finances = directeur des finances.
section des Finances,
section des Douanes.

7/ Service de l'Agriculture: directeur, inapecteur principal, agro-
nomes.
8/ Service de 1'Industrie et du Commerce affairess economiques).
9/ Service des Postes et communications.
10/ Service des Affaires Indigenes.
11/ Service des 'erres.

+ +
+
Au siege de chaque chef-lieu de province, nous retrouvons les memes
services, mais sur une 4chelle plus r4duite.

En dehors de cas divers services sp6ciaux, une mention distinct doit
etre faite du service territorial qui s'ltend sur l'ensemble du Congo et
en constitute l'armature principale.-C'est le service administratif propre-
ment dit, qui maintient avec l'indigene le contact le plus imm6diat et rem-
plit le r81e 4ducateur par excellence.

Les cadres du service territorial comprennent des agents et des fonc-
tionnaires.

Les agents, assimil6s aux sous-officiers, sont de 5me, 2me ou Ire
classes. Ils doivent avoir achev4 des 6tudes moyennes completes.

Jadis, il 4tait possible moyennant examen, de passer directement du
grade d'agent territorial de Ire classes, h celui d'administrateur terri-
torial de 2me classes, assimil6 aux sous-lieutenants de la F.P.

Entre ces deux categories, vient de s'intercaler cello des candidates
administrateurs de 4e, 5e, et Ire classes, r6serv6e aux diplomas universi-
taires.

Ceux qui n'ont que quatre ann6es d'6tudes universitaires peuvent etre
nommes candidates de 3e classes.

Les docteurs en droit, de mgme que les 4tudiants sortant de l'Uni-
versit4 Coloniale d'Anvers, accident directement a la 2de classes.


Ils sont adjoints A un administrateur, chef de territoire.








84 -

Puis viennent, dans la .hirarchie ascendante, les administrateurs de
2e et de Ire classes, les administrateurs principaux (assimilation de ca-
pitaine), les commissaires de Districts adjoints, les Commissaires de
Districts de 2e et de Ireclasse (majors), los Commissaires G4ndraux, les
Commissaires provinciaux adjoints et, enfin, les Commissaires de province.

I1 y a 4galement, au Congo, des Inspecteurs d'Etat et des Vice-Gou-
verneurs adjoints au Gouverneur G4ndral.







- 85 -


Chapi t e V

DE LA PUBLICATION DES ACTES DES POUVOIRS LEGISLATIF ET EXECUTIF.







Si nul n'est sense ignorer la loi, encore faut-il que chacun ait 1'
occasion d'en prendre connaissance.

En Belgique, la publicity n6cessaire des actes de 1' Autorite se fait
par insertion au Moniteur Belge, don't les journaux prennent soin de repro-
duire A 1lintention de'leurs lecteurs, tout ce qui est de nature a inti-
resser le public.

Pour les actes concernant la Colonie, la publicity a 6galement 4t6
pr4vue at organis6e, mais elle peut s'y faire de deux manieres: par affi-
chage ou par insertion dans une feuille officielle.

La Charte .oloniale content diverse dispositions relatives A la
publication des actes de caractere 14gislatif ou ex6cutif, de par te g4-
n4rale.

L'article 7 parle de la publication des lois dans une phrase incident:
"toute loi a pour effet, des l'instant de sa publication, d'abroger de
plein droit les dispositions des d6crets qui lui sent oontraires."

Le mgme article 7, en ce qui concern les decrets, stipule:
"Aucun decret n'est obligatoire qu'apres avoir 4t6 public, dans les forces
"prescrites par d6cret".

L'article 8 parlant des actes du pouvoir ex4cutif porter
"Aucun r6glement ou arr!t6 n'est obligatoire qu'apres avoir 6t6 public".

Enfin, 1'article 22, traitant des Ordonnances du Gouverneur G6enral
stipule que: "Les Ordonnances ayant force de loi et les Ordonnances d'ad-
"ministration g4n4rale ne seront obligatoires qu'aprs svoir 6t4 publiees
"dans les forms prescrites par d6cret".






- 86 -


+ +
+

Ce sont les d4crets des 16 janvier 1886 et 5 janvier 1899, compl6-
tees par les Ordonnances des 29 septembre 1915; 2" fvrier 1928 et 8 aoGt
1950, qui ont r6gl ce qui concern la publication. (voir: "Actes officials"
aux complements du Code Louwers).

L'affichage se fait pendant 30 jours, dans chaque district, a la por-
te du batiment occupy par le Commissaire de district Sauf stipulation
coitraire, l'acte entire en vigueur, dans tout le district, le dixieme
jour de l'affichage.

L'insertion se fait: soit dans le Bulletin Officiel du Congo Belge -
qui s'imprime h Bruxelles et public les lois, les d4crets, les arr8t6s,
c'est-a-dire, en g6n4ral, tous les actes 6manant de Belgique.

soit dans le Bulletin Administratif du Congo
Belge, qui s'imprime au Congo et public les ordonnances legislatives et
administrative, comme en g4n6ral, fous les acres 6manant du Congo,

soit dans le Bulletin Officiel du Ruanda-Urundi,.
pour.les actes concernant les territoires sous mandate.

En 1915, avait 6t6 institu46 gal-ement 19: "Journal administratif du
Vice Gouverneur G4n6ral du Katanga" qui a 6td supprim4 en 1936. L'effet
de publicity est le meme quelque soit le bulletin dans lequel l'acte est
public.

Le Bulletin Officiel et le Bulletin Administratif comprennent tous
les deux une parties officielle et une parties commercial, come notre
Moniteur. Les status e-t communiques des Soci4tes Coloniales paraissent
dans cette second parties.

Les actes parus dans le Bulletin Officiel deviennent obligatoires
dans les diff-rents districts de la Colonie un certain nombre de jours
aprrs l'arriv6e du Num4ro au Chef-lieu du district. II en va de meme pour
ceux parus au Bulletin administratif.

C'est le Conseiller juridique en Chef de la Colonie, qui, aux terms
de l'article 2 de l'Ordonnance du 8 aoGt 1950, tient un registre special
indiquant les dates de reception A L6opoldville de chacune des numeros
du Bulletin Officiel.







- 87 -


C h a p i t r e VI

LE POUVOIR JUDICIAIRE.







"Dans l'esprit dela Charte, le Pouvoir Judiciaire est une des trois
"branches de la Souverainet6 belge.au Congo, les deux autres 6tant le
"Pouvoir LUgislatif et le Pouvoir Ex4cutif".

(A. Gohr: Le pouvoir Judiciaire -- Les Novelles Droit Colonial -
T. I, p.101 n02)

La Charte ne s'est pourtant pas mise en peine d'organiser la Justice
Congolaise. L'organisation judiciaire, oeuvre notamment des deux important
decrets des 9 juillet 1923 et 15 avril 1926, sur les jurisdictions europe-
ennes et indigenes, fera l'objet d'une 4tude s6par6e, qui ne trouve pas
sa place ici.

La Charte s'est borne a tracer quelques principles glndraux et A
indiquer quelques regles, notamment au sujet des relations entire la jus-
tice congolaise et la justice m6tropolitaine.

Les principles consacr6es par la Charte ont pour but essential d'as-
surer l'ind4pendance aussi grande que possible du pouvoir judiciaire vis-
a-vis du pouvoir ex4cutif, tant en ce qui regarded les Tribun&ux eux-memes
que la magistrature.

Ce sont ces principles et ces regles contenus dans la Charte que nous
gallons rapidement examiner.



Section I: L e s t ri b u n a u x.



A. L'article 17, paragr. I de la Charte 6nonce un premier principle
qui domine toute cette matiere:







- 88 -


"La Justice Civile et la Justice militaire sont organisees par d6cret".

Il imported de saisir toute la portee, le sens tres complete, de cette
phrase,

Elle signifie tout d'abord qu'il est interdit h 1'Ex4cutif de s'immiscer
dans l'organisation judiciaire et dans l'action de la Justice.

Tout ce qui concerned le pouvoir judiciaire ne peut 6tre rigl6 que par
le 16gislatif, c'est-h-dire par des d4crets, expression da l1gislateur or-
dinaire de la Colonieo

Nous verrons pourtant quedans un cas special ce principle comporte une
exception pr4vue par 1'article 19 de la Charte.

D'autre part, en parlant de la Justice Civile et de la Justice Militai-
re, la Charte entend englober tous les Tribunaux dans le sens le plus large.
C'est :"toute la justice rendue par les civiles et par les militaires" qu'on
pourrait dire<

Le texte vise ici toute la competence du pouvoir judiciaire, telle qu'
elle se trouve d4termin6e 'ar les articles 92 et 95 de notre constitution.

Article 92: "Les contestations qui ont pour objet des droits civils
sont exclusivement du resort des tribunaux".

L'artinle 93: "Les contestations qui ont pour objet des droits politiques
sont du resort des tribunaux, sauf les exceptions 6tablies par.la loi".

En realit6, il faut, pour I'application de ces dispositions, assimiler
les droits publics aux droits civils et aux droits politiques et comprendre
que la Justice don't il est question A 1larticle 17 de la Charte comme aux
articles 92 et 95 de la Constitution inclut a-ssi bien les jurisdictions sta-
tuant en matiere civil, que celles statuant en matibre p4nale, en matiere
commercial, en matiere politiqae et mime en matiBre fiscal.

L'article 7, in fine, de la Charte, nous dit d'ailleurs que:
"Les Cours et Tribunaux a'appliquent les d4crets qu'autant qu'ils ne sont
"pas contraires aux lois". Et 1'article 6, paragr. 2, ajoute: "Les Cours
et Tribunaux n'appliquent les reglements et les arret4s qu'autant qu'ils
sont conformes aux lois et aux d6crets".

La Justice Congolaise peut done, et doit, tout comme la justice belge







S89 -

se prononcer en toutes contestations d'ordre priv6 ou .public et mtme sur la
legality des d4crets, des ordonnances lgislatives et des actes'du pouvoir
ex4cutif. Elle n'a pas a juger de leur opportunity, mais de leur lgalit6.

Dans ce plein exercise, de sa competence, la justice congolaise ne
peut etre organis6e que par dcret.

D'aucuns ont pr6tendu qu'il ne faudrait p&s l'intervention d'un decret
pour 6tablir et organiser des jurisdictions de cont-ntieux administratif.

Nous ne pouvons partager cet avis. S'il devait s'agir d'instances
disposant d'un pouvoir juridictionnel et pouvant etre amenees a trancher
des litiges soit entra des particuliers et administration, soit entire
celle-ci et ses agents, pour ce qui regarded leurs droits civils, ces ins-
tances devraient etre organisees par d6cret, par application de 1'article 17
de la Charte.

I1 faut, en effect, considgrer d'avantage dans ce texte l'action de la
justice que son organe.

I1 n'en serait pas de meme s'il ne s'agissait que d'une jurisdiction
administrative, appelee uniquement A donner des avis ou & trancher des
questions d'attribution entire services.

Remarquons pour finir que 1'article 95 de la Constitution. n doit pas
etre retenu.pour ce qui regarded le Congo, puisque les droits politiques
y sont encore inexistants.


EXCEPTIOCI DE L'ARTICLE 19: Suspension de l'action.judiciaire par 1'
Ex4cutif.

L'article 19 stipulait:
"L'autorit4 administrative ne peut empecher, arr-ter ou suspendre 1'
action des Cours et Tribunaux".

"Toutefois, le Roi peut, pour des raisons de suret6 publique, sus-
"pendre, dans un territoire et pour un temps d4termin4s, l'action r6pres-
"sive des Cours et Tribunaux civils et y substituer celle des jurisdictions
"militaires".

Un arret6-loi, toujours en vigueur, du 14 novenbre 1916, est venu
accorder, en cas d'urgence, le m~me pouvoir au Gouvernear-GSn6ral, mais









- 90 -


a condition qu'il prenne au pr4alable l'avis du Procureur G6n6ral ou de
l'Officier du Ministere Public d614gue par le Procureur G6n6ral.

Le cas envisage ici est celui d'un soulevement indigene obligeant les
Autorites a d6cider une operation de police.ou uno operation militaire pour
le r6tablissement de l'ordre. On congoit que les Magistrats civil soient
peu h leur place dans la 8one trouble et qu'il faille laisser la parole
aux Conseils de Guerre.

Pourtant pour que le Roi puisse, en cette occurrence, intervenir dans
l'action de la Justice,.il faut la reunion des cinq conditions suivantes:
1 I1 faut qu'il y ait motif de s4curit6 publiq-c.e,
2 La measure ne peut etre prise que pour une region d4term.n'ee,
5 Et pour une p6riode d6terminee,
4 L'action des Tribunaux ordinaire ne peut etre suspendue qu'en matiere
repressive et non en matiere civil,
50 Cette action repressive doit etre confine a une jurisdiction militaire.

Si la measure est prise par le Gouverneur G6n6ral, il faudra outre les
cinq conditions ci-dessus:
10 L'urgence,
2 L'avis pr6alable du Procureur G6n6ral ou de son d416gu46


B. Stipulations diverse de l'article 20 de la Charte.

Cet article ramasse certaines dispositions assez disparate. Nous
commencerons gae'le reproduire textuellement, pour, ensuite, donner quel-
ques mots de commentaires:
"La justice est rendue et ses decisions sont ex6c.t6es au nom du Roi".
"Les audiences des Tribunaux sont publiques, a moins qaie la publicity
"ne soit dangereuse pour l'ordre et les moeurs, et, dans ce cas, le Tribu-
"nal le declare par un jugement".
"Tout jugement est motive, Il est prononc6 en audience publique".
"Le Roi a le droit de remettre, de r6duire et de commuer les petnes".








- 91 -


I. JUSTICE AU NOM DU RO1.



L'article 30 de la Constitution dit 6galement que: "Les arrets et ju-
gements sont ex6cut6s au nom du Roi", mais non qu'ils sont rendus au nom
du Roi.

D'article 25 de la Constitution precise, au contraire, que: "Tous les
pouvoirs 4manent de la Nation".

Il y a done ici une difference entire la situation en Belgique et au
Congo. Alors qu'en Belgique, la justice est rendue au nom du people belge,
au Congo elle 1'est au nom du Roi.

Il ne faudrait pourtant pas en conclure qu'au Congo le pouvoir judiciaire
fait parties du pouvoir ex4cutif. M. Halewyck dc.montre, par les travaux pr6pa-
ratoires, que ce n'est pas au nom du Roi, a titre depersonnification du pou-
voir ex6cutif que la justice est rendue dans la Colonie, mais que c'est au
nom du Roi, a titre de personification de la Nation Belge dans l'exercice
de sa Souverainete au Congo (A. Gohr loco citato).

Nous avons vu, par ailleurs, en parlant du pouvoir ex4cutif, que l'une
de ses attributions consiste a preter main forte a 1yex4cution des decisions
de justice, tant en matibre civil que r4pressiveo


II. LES AUDIENCES.



Dans le d6veloppement de toute affair devant un tribunal on peut
distinguer deux phases distinctes: d'une part, les d4bats (comprenant les
plaidoiries et en matiBre penale, l'interrogatoire des pr4venus, des t-.
moins, le r6quisitoire) et le prononce du jugement.

Le prononc4 doit toujours avoir lieu en audience public. L'article 20,
paragr. 3 en fait une obligation aux Tribunaux, qui ne souffre aucune ex-
ception.

Quant aux debats, en principle; ils doivent aussi de d6rouler en audience
publique et ce sera la rbgle gen6rale.








- 92 -


Pourtant, exceptionnellement, le huis-clos pourra etre ordonn. quand
il sera h craindre que l'ordre public ou les bonnes moeurs pourraient etre
troubles par la curiosity malsaine'suscit4e par l'audition des debats.

Il faudra un jugement.pour prononcer le huis-clos. Ce jugement sera
d'habitude prononc4 sur les bans et rentre dans'la cat6gorie des Jugements
pr4paratoires.

Il sera rendu sur requisition du Ministbre Public, ou nmme, parfois,
a la demand de la defense.

Les articles 96 et 97 de la Constitution belge d6crtent des regles
identiques, sous ce rapport, a celles de la.Charte qui s'est borne a les
recopier.


III. IA MOTIVATION DES JU(GEi.iLTS.



L'article 97 de la Constitution declare 4galement que les jugements
doivent etre motives, mais tandis qu'en Belgique et en matiBre p6nale,
plusieurs arrets de Cassation ont affirm que la phrase rituelle: "Attendu
que la prevention est 4tablie", constituait une motivation suffisante au
voeu de la Constitution, au Congo l'usage stest introduit de motiver trs-
longuement la moindre decision judiciaire.

Est-ce parce que les magistrats congolais disposent de plus de temps
ou parce qu'ils sentent surtout la n6cessit6 de former une jurisprudence
et de permettre un appel sur pieces? Toujours est-il qu'ils se livrent a
un luxe de motivation qui forme un curieux contrast avec l'extreme laco-
nisme de la tres grosse majority des jugements belges, en matibre r6pres-
sive.

"Trop de laconisme peut-etre en Belgique; exces de considerants au
Congo" disait fort judicieusement notre regrett6 pr4decesseur Monsieur
Denyn.







- 93 -


IV. DROIT DE GRACE.


L'article 75 de la Constitution beige comporte une disposition ana-
logue a celle de 1'article 20 de la Charte. Il s'lnonce come suit: "I1
(le Roi) a le droit de remettre ou de r4duire les peines prononc4es par
les Juges, sauf ce qui est status relativement aux ministres".

Le droit de commutation des peines, c'est-a-dire celui de remplacer
une peine d'une cat4gorie, come 1'emprisonnement, par example, par une
peine d'autre cat4gorie, come l'amende, est sous-entendue dans le texte
constitutionnel. Il n'a d'ailleurs jamais 4t6 en Belgique contest au Roi,
qui en fait fr6quemment usage.

Les sp4cialistes du droit colonial se sont souvent demand si, en prin-
cipe, le Roi pourrait d46lguer son droit de grace.

Certains d'entre eux estiment qu'il serait souhaitable que le Roi d6-
legue, du moins partiellement, ce droit a sonGouverneur general au Congo,
pour renforcer le prestige de ce haut fonctionnaire et acc614rer l'exp6di-
tion des nombreuses demands de grace introduites par les condamn6s con-
golais. Ils s'appuyent pour 6tayer leur these, sur l'article 22 de la
Charte Coloniale qui pr6voit que le pouvoir ex4cutif peut del6guer l'exer-
cice de ses droits pux personnel qui lui sont hierarchiquement subordonn6es
et considerant, par consequent, la faculty de gracier come une attribution
ordinaire et courante de l'Ex4cutif.

Nous ne pouvons les suivre sur ce terrain, ni faire n3tre leur point
de vue. Le droit de grace n'est pas une function quelconoue de 1'Ex6cutif,
mais, comme le dit fort bien le rapport au S6nat sur la Charte: "un attri-
but exclusif du Roi".

Sinon aurait-il fallu un article special de notre Constitution pour
1'admettre? Ne voit-on pas que ce droit restreint, en fait, le pouvoir sou-
verain du juge et qu'en vertu meme du principle de la separation des pouvoirs
auquel il derige, il ne peut etre abandonn6e n'importe quel repr4sentant
de l'Ex6cutif, mais doit etre strictement et jalousement r4serv6e come
un privilege personnel, au seul Chef de 1'Etat (cfr. Pand. belges: Droit
de grace 128 et subvants).








- 94-


D'apres nous, Ie droit de grace est un apanage de la Couronne, une
prerogative loyale, qui ne se d616gue pas.



Section II: L e s l a g i s t r a s



Les garanties organis6es par la Charte Coloniale ne concernent que
les magistrats de carriere proprement dit, et non les nombreux fonction-
naires qui au Congo appel6s, come juges des divers tribunaux territoriaux,
A remplir des functions judiciaires, accessoirement A leurs functions prin-
cipales A la tete des territoires ou des districts, comme Officiers, Me-
decins, etc. .

La carriBre du magistrate se decompose en deux periodes:
un stage, et ensuite, la p6ricde a titre d4finitif.
A ]'issue du stage, qui comporte un terme de sejour, le magistrate
a titre provisoire doit subir, a son retour en Belgique, .-on exaen por-
tant notamment sur la connaissance d'une des langues indigenes et com-
prenant la presentation dt la defense d'un m4moire sur un sujet de droit
special au Congo au choix du candidate

Sont pourtant dispenses de cet examen et peuvent etre nommes direc-
tement par 1e Roi a titre d6finitif:

10 Les docteurs en droit qui pendant quatre ans es moins ont, en quality
de magistrate, exerc6 dans la I.5tropole des functions judiciaires a
titre effectif.
20 Les docteurs en droit qui, pendant quatre ans au moins, ont enseign4
le droit dans une UliversitA
3 Les docteurs en droit qui, pendant quatre ans au moins, ont rempli avec
le grade de Chef de Bureau,.ou un grade superieur,des functions admi-
nistratives dans un des ministries do la LMtropole.
40 Les doctevrs en droit qui, apres avoir obtenu leur diplSme ont, pen-
dant quatre ans au noins, rempli des functions administrative ou
militaires dans la Colonie.
50 Les docteurs en droit, qui, apres 1'accomplissement du stage, ont
suivi le barreau pendant cinq ans au moins,








- 95 -


+ -+
+


Sont 4galement dispenses du stage, mais non de l'examen, les docteurs
en droit qui, apres avoir obtenu leur dipl8me, ont accompli deux ans au
moins de service effectif dansles cadres administratifs ou militaires de
la Colonie. (cfr. art. 7, 8 et 9 du d4cret du 7 juillet 1924 sur le Per-
sonnel Judiciaire).

L'article 18 de la Charte, amended par la Loi du 27 juin 1955, s'
exprime comme suit:
"Apres avoir et6 d6signes provisoirement pour une pdriode de services
"effectifs don't ,la duree ne peut exc6der trois ans, les magistrats de car-
"ribre sont nommns d4finitivement par le Roi pour un temne de 25 ans.
"Toutefois, dans les cas prevus par decret, ils peuvent etre nomm6s dd-
"finitivement par le Roi, sans avoir 6t- d4sign6s a titre provisoire".

"Le terme de 25 ans pour lequel les magistrats sont nornms definitive-
"ment compr-nd le temps de services effectifs accomplish par eux en quality

"de nagistrat & titre provisoire ou dans .tout autre service que la magis-
"trature'.

Ba carrirre du magistrate est done de.25 ann6es d'Afrique, mais les
termes accomplish en d'autres services ou comme stakiaire sont imputes
sur cette dur6e.

L'article 18 ajoute pourtant que: "Les magistrats de carriere qui
"obtiennent leur retraite apres quinze ans au moins de services effec-
"tifs sont admis A la pension. A 1'expiration de la carriere normale de
"23 ans, le magistrate peut,d'autre part, contractor ur nouvel engagement
"pour des terpes successifs de trois ans".

+ +
+

Jadis et jusqu'en ces dernirres annies, les jeunes docteurs en droit,
se destinant A la magistrature congolaise, partaient directement come
magistrates A titre provisoire. Cette pratique fut maintes fois critiquee.
Ces jeunes gens arrivaient, en effet, au Congo, nantis d6ja de pouvoirs







- 96 -


etendus, imbus parfois de leur importance, mais sans le moindre experience
des choses africaines et fort ignorants dei complications de la politique
indigene. Anim6s d'un grand zele, ils intervenaient un peu : tort et a tra-
vers et leur action risquait d'etre souvent n4faste, au grand d4pit des au-
torit6s administrative, qui 4taient pourtant totalerent impuissantes, du
moins jusqu'en 1921, lesmagistrats 4chappant totalement & leur obedience.

Combien de fois ne d6plorait-on pas que tout magistrate n'ait pas6t6
oblige de faire un stage serieux dans le service territorial avant d'etre
invest de functions judiciaires.

Ces dol4ances ont et6 finalement entendues et il venait d'etred6cid4
peu avant la guerre que plus aucun -docteur en drcit ne serait nommT di-
rectement en quality de Substitut du Procureur du Roi, sons avoir fait,
au pr4alable, un sejour dans un autre service de la Colonie.

+ +
+

Au point de vue de la formation juridique proprement dite, ces pe-
riodes passes en d'autres services constituent pourtant une incontestable
perte de temps.

Pour r6soudre la difficult, M. Pierre Ryckmans, l'actuel Gouverneur
G4n6ral du Congo Belgie, avait formula une proposition ingenieuse qui con-
sistait a scinder la magistrature en deux groups nettement s6pars.; Dans
le premier, se trouveraient uniquement les magistrates ayant competence
pour les indigenes et ne traitant que les affaires indigenes tant au civil
qu'au penal. A ces magistrats serait demand avant tout, une connaissance
approfondie de leurs justiciables, de leurs us et coutumes et des situations
locales. Ils seraient recrut4s de preference parmi les anciens fonctionnai-
res torritoriaux, docteurs en droit, plein d'6xperience et d4sireux de
trouver dans la magistrature une fin de carriere des plus interessantes.

Le second group serait r4serv6 aux "Civilistes", c'est-a-dire aux
juristes qui n'auraient a connattre que des contestations entire euro-
peens. Leur carriere serait purement juridique et ils pourraient singer
tour a tour en Belgique et au Congo, grace a une comp6netration plus grande
et plus facile entire nos deux magistratures, sur le module de la comp6ne-
tration r6alisde par l'armie.







- 97 -


Ce prajet-est fort int6ressant, mais demanderait pourtant une cer-
taine mise au point encore pour ce qui regarded les functions sup6rie~ees
du Parquet. Dans quel group conviendrait-il de ranger le Procureur G6ne-
ral, ses Substituts et les Procureurs du Roi. Un troisibme group, un
group mixte, ne devrait-il pas etre envisage?

+ +
+

Qomme en Belgique, la magistrature au Congo se subdivise en Magistrats
debut, du Parquet ou du Ministere Public et en Juges, Magistrats assis ou
siege, avec la distinction fcndamentale dans les attributions et dans les
garanties entire ces deux categories.

+ +
+

Le parquet comporte: les deux Procureurs G6neraux pros des deux Cours
d'Appel, les Substituts du Procureur G6neral, les Procureurs duRoi pres
les Tribunaux de Ire Instance, les Substituts du Procureur du Roi.

Lo titre d'Avocat General n'existe pas au Congo.

Le Siege comprend: Les Pr6sidents des Cours d'Appel, les Conseillers
et les Conseillers supplants des Cours d'appel, les Juges-Pr6sidents et
les Juges de Ire Instance.

Le titre de Juge-Pr6sident n'existe pas en Belgique, celui de Premier-
Pr6sident'de la Cour d'Appel est inconnu au Congo.

+ +
+


A. TRAITEMENTS, CONGES, PENSIONS.


En general, tout ce qui concern la carrirre du magistrate doit etre
oeuvre legislative, doit etre r6gl1 par d6cret.

C'est ainsi que le paragraph final de l'article 18 de la Charte sti-
pule: "Los traitements, conges, pensions, sont fixes par d6cret".






- 98 -


B. NOMINATIONS.


Les magistrats a titre provisoire sont nomm6s par le Ministre des Co-
lonies, nais les magistrates a titre d6finitif sont nomm6s par le Roi.
(art. 5 et 7, du decret du 7 juillet 1924).


C. Il, :O'r0 IBIITE.


L'inamovibilit6 du magistrate fait parties des garanties de son irndpen-
dance. Elle ne pout, 6videmment, concerned que les magistrats assis. Elle
doit, au Congo, subir certain am6nagements dis aux circorstances locales.
Voici ce qu'en dit l'article 18 bis de la Charte:

"Les Presidents, Conseillers et Conseillers supplants des Cours
d'Appel, ainsi que les Presidents et Juges dos Tribunaux de Ire Instance,
definitivement nomm6s, ne peuvent plus 6tre d6plac4s, sans leur consente-
ment, que pour des besoins urgents et par measure provisoire".

"Toutefois, les Juges des Tribunaux de Ire Instance peuvent etre de-
places sans leur consentement dans Is resort du Tribunal de Ire Instance
auquel ils sont attaches; ils peuvent etre deplac6s hors du resort si dos
modifications sont apport6es aux circonscriptions judiciaires deas les-
quelles ils exercent leurs functions".

"Dans tous les cas de d6placements, les presidents, conseillets et
conseillers supplants des Cours d'Appel, ainsi que les Pr6sidents et Juges
des Trib;naux do Ire Instance, dcfinitivement nomm6s regoivent un traite-
ment au moins equivalent & colui qui 6tait attach & leurs anciennes fonc-
tions".


D. MTSE A LA RETRAITE A1NTICIPEE.


Il s'agit ici d'une measure purement administrative qu'il no faut pas
confondre avec la sanction disciplinaire que nous oxaminae&ns au littera
suivant.

Mais dans l'une come dans l'autre hypothsse, la difference est total
entire les magistrats debout et les jugos.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs