• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Foreword
 Preface
 En pleine nature
 Nos Frères farouches
 L'Exemple des civilisés
 Petit vocabulaire congolais
 Table of Contents






Group Title: Moukanda : choix de lectures sur le Congo et quelques regions voisines
Title: Moukanda
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072638/00001
 Material Information
Title: Moukanda choix de lectures sur le Congo et quelques regions voisines
Physical Description: 372 p. : illus. ;
Language: French
Creator: Pâerier, Gaston-Denys, b. 1879
Publisher: Office de Publicitâe
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1924
Edition: 2. âed.
 Subjects
Subject: Indigenous peoples -- Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
History -- Congo (Democratic Republic) -- 1908-1960   ( lcsh )
Description and travel -- Congo (Democratic Republic) -- 1881-1950   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: "Ouvrages du mãeme auteur": p. 2.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072638
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 11835041

Table of Contents
    Half Title
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Foreword
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Preface
        Page 11
        Page 12
    En pleine nature
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
    Nos Frères farouches
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
    L'Exemple des civilisés
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
    Petit vocabulaire congolais
        Page 367
        Page 368
        Page 369
    Table of Contents
        Page 370
        Page 371
        Page 372
Full Text










MOUKANDA





















OUVRAGES DU MEME AUTEUR :



Curiositks Congolaises. (L'Essor Colonial, Anvers.)

Coco-Notes. (Id.)

La Colonisation pittoresque. (L'Edition, Bruxelles.)

Proses A Gilles Luijck. (L'Edition artistique, Verviers.)
(Epuis6.)

Promenades. (Collection Exil, Bruxelles.)

Les Contes, ce sont les Autres. Ouvrage prune par la
province de Brabant. (La Renaissance d'Occident,
Bruxelles.)

Le Rble de la litterature colonial. (Revue Economique
et Coloniale, Bruxelles.)

lets over koloniale letterkunde. (De Vlaamsche Gids.)







GASTON-DENYS PRIER /
Chaigi de course J'icole Cokiniale de Brux.eles





MOUKANDA

Choix de lectures sur le Congo
et quelques regions voisines


D)ElXIiiMlE EDITION


OFFICE DE PUBLICITY,
ANC. ET li'l i.. J. LEItEGI 1. & Cle, EDLTEURS
SSOo~AF OO0PArAT
86, RUE NEUVE, BRUXELLES
1924


MVWiRSTY OF FLOMD UI




/4r; ~~"r&~"


JUSTIFICATION DU TIRAGE :



i9- >e'u
















AVANT-PROPOS

DE LA PREMIERE EDITION



L 'IDEE colonial a pour ainsi dire acquis chez nous
droit de cite scolaire et l'on se prdoccupe beaucoup
d'6veiller attention sur nos mdthodes de colonisation.
Mais on semble surtout s'attacher A faire connaitre
1'organisation de notre colonie, A inculquer aux jeunes
gens qui se destinent aux carrieres d'Afrique, des notions
pratiques imm6diatement en rapport avec leurs functions.
Il y aurait grand profit A leur montrer, en meme temps, le
milieu oh s'exercera leur autorit6 et les gens devant
lesquels ils representeront le pouvoir de l'FItat. Leur
reveler la beauty particuliere de celui-l, la signification
des mceurs et coutumes de ceux-ci, c'est alimenter 1'enthou-
siasme necessaire A rendre leur tache digne, heureuse et
ficonde. Les pages qui suivent, choisies dans les ouvrages
des explorateurs, des missionnaires, des savants, des
voyageurs et des artistes qui ont le mieux pIndtr6 les
charmes divers du Congo et le caractere de ses habitants,
pourraient contribuer a pareil enyeignement.
II faut convenir que la prose de Pierre Loti, de Paul
Claudel, de Lafcadio Hearn ou de Joseph Conrad, et chez
nous, les rdcits de Leopold Courouble, les notes de voyage
d'Edmond Picard ou de James Van Drunen ont fait autant
pour la connaissance des pays d'outre-mer que les meilleurs
manuels de gdographie. Ils ont eveill6 notre admiration,
assigned un but A ces vagues nostalgies don't s'6meut









6 -


souvent la jeunesse et qu'a si bien exprimees Lafcadio
Hearn dans cette lettre A un de ses amis (1) :
( Un autre grand malheur est mon impossibility de
voyager. Je hais la vie de tous les jours qui n'est pas faite
pour un artiste. Je donnerais n'importe quoi pour etre le
Christophe Colomb de la litterature, pour decouvrir
une Am6rique romantique dans quelque region des Antilles,
de l'Afrique du Nord ou de I'Orient, pour decrire en
detail la vie don't on ne parole que dans les gdographies
universelles et les recherches ethnologiques. Ne voulez-
vous pas sympathiser avec moi? Si seulement je pouvais
devenir consul a Bagdad, Ispahan, B6nares, Samarkand,
Nippo, Bangkok, Ninh-Binh, ou quelque autre endroit ou
tout le monde, ou les chritiens ordinaires n'aiment pas A
aller!
VoilA le recoin oi se cache mon romantisme. Mais je
sais que je ne possede ni les qualit6s physiques qui me
rendraient propre A de pareilles recherches, ni la connais-
sance des langues pour que ces recherches prennent une
valeur. Je presume que je vais devoir m'atteler a quelque
tAche horriblement prosaique et dinu6e meme de tout
intir&t philosophique. H6las! que ne puis-je etre un save-
tier ambulant ou un joueur de sambuke? ,
Leurs reves rdalises, de tels pontes ont mis tout leur
amour A chanter les aspects nouveaux des ciels lointains,
la psychologie pittoresque de l'indigene. Voila des guides
sirs et attrayants qu'il convient d'indiquer A la jeunesse
prete A s'expatrier, avant qu'elle porte au delay des mers
une activity irriflichie.
II ne faut point, sous couleur de civilisation, vouloir
remplacer ce qui existe, le d6truire, le mepriser : il imported
bien plus de le comprendre.
Comme le disait excellemment M. Paul Disl6re, presi-

(1) Preface aux Feuilles dparses de litteratures etranges, de Lafcadio
HEARN, traduites de l'anglais par Marc Log6.








-7-


dent de la section honoraire du Conseil d'Itat, a l'ouverture
des course de l'Ecole colonial de Paris :
a Respectez les droits, les coutumes des indigenes, ne
cherchez pas a leur imposer nos iddes, jugez-les d'apr6s
leurs moeurs et leurs usages et non en vous plagant a
notre point de vue europden. Montrez-leur, on l'a dit et
je tiens a le rdp6ter, que la superiority qui nous appartient,
que rien ne doit atteindre, se. justified surtout par notre
maniere de vivre, par notre conduite vis-a-vis d'eux et
vis-a-vis de nous-memes.

Une page, crite avec art decouvre a l'intelligence, le
monde ext6rieur autant qu'elle nous decouvre notre propre
individuality. La lecture assouplit l'esprit, le gagne aux
conceptions gdndreuses, l'affermit et le console.
Quelle action n'exercera-t-elle pas sur le fonctionnaire
colonial, dloign6 de ses chefs, de ses semblables, perdu
souvent dans la brousse, au milieu de peuplades d'une
mentality trbs inferieure, et h qui il faut une volont6
tenace service par une intelligence d'dlite pour dchapper a
1'influence de la solitude et de la sauvagerie?
M. Joseph Conrad, le celebre 6crivain anglais, a depeint
d'une maniere saisissante, dans une nouvelle intitulke
Un avant-poste de la civilisation (1), 1'Ntat d'Ame de deux
hommes, auxquels manquent ces resorts n6cessaires, inca-
pables de prendre le moindre intiret au spectacle grandiose
qui les entoure et les accable. Ce passage de son livre
merite d'etre cited :
a Le plus souvent ces deux pionniers du commerce et
de la civilisation restaient des jours entiers a regarder
dans la cour du post, don't le vide palpitait sous un soleil
de plomb. Le fleuve silencieux brasillait et glissait inlas-
sablement entire ses hautes rives. Au milieu du courant,


(1) Tales of Unrest, by Joseph CONRAD.








-8-

sur les bans de sable, des hippopotames et des alligators
se chauffaient c6te A c6te A la chaleur du ciel. Tandis
qu'autour du miserable coin de terre ddbrouss6 oi0 s'6levait
la factorerie, s'6tendaient A 'infini d'immenses forts,
retraites sombres remplies d'inextricables destinies oi se
cachait une vie fantastique, don't le silence impressionnant
ajoutait A la grandeur du spectacle. Ces deux homes ne
comprenaient rien. Une seule preoccupation hantait leur
cerveau : 1'coulement des jours qui les separaient encore
de l'arrivie du vapeur.
L'uniformit6 de leur vie, le marasme de leur 'pens6e
sont tout A coup bouleverses par la decouverte de quelques
romans depareillis, de vieux journaux relatant les merites
de ceux qui 6migrent pour porter au loin les bienfaits
de la civilisation. Ces recits les 6veillent A la solidarit&
humaine, A l'estime d'eux-memes. ( Ils lisaient, s'exta-
siaient et chacun commen9ait A appricier les qualitis de
son compagnon. Ce ne fut malheureusement qu'une
lueur dans la nuit de leur conscience. Mal prepares, 6claires
trop tard et imparfaitement sur leur role de colonisateurs,
ils retombent A leur ennui, achevent de perdre leur prestige
'un vis-a-vis de l'autre comme vis-a-vis des indigenes et
finissent miserablement.
II leur manquait cette education libhrale qui seule
forme le jugement et le cceur, ouvre 'intelligence aux
iddes gendrales. Sans elle, point de communion avec les
esprits sup6rieurs, point de control sur notre propre
pensee; nous restons emprisonnes dans le cercle 6troit
de l'int&ret personnel of sombre tout ideal. Pareille educa-
tion est une sauvegarde centre nous-memes. Elle confere
aussi cette quality inappreciable, plus utile souvent que
la force ou le courage pour detourner de notre front les
coups astucieux de Pennemi et gagner A nos opinions la
reconnaissance de 1'6tranger : le tact. Comme le gofit, il se
perfectionne par les belles lectures.
N'oublions pas que s'il faut des nerfs d'acier pour








9 -


conqudrir un empire, il faut aussi un toucher ddlicat pour
le conserver. Pour avoir droit A l'obeissance, il faut se
montrer digne de commander, etre ce que les Aiglais
d6signent si bien d'un seul mot, un gentleman. ~ Un vrai
gentleman, dit Taine dans ses notes sur 1'Angleterre, est
un vrai noble, un homme digne de commander, intigre,
ddsint6ressd, capable de s'exposer et meme ae se sacrifier
pour ceux qu'il guide, non seulement homme d'honneur,
mais homme de conscience en qui les instincts g6ndreux
ont td confirms par la reflexion droite et qui, agissant
bien par nature, agit encore mieux par principle. ),
L'exemple de Stanley suffit A nous montrer quelles
grandes choses un gentleman peut rdaliser, meme dans
les circonstances oi la nature et les 8tres concourent pour
mettre obstacle A tous ses desseins. A ce sujet, il n'est
peut'-tre pas superflu de reproduire ce trait, rapport par
Mme Dorothy Stanley. Il nous apprend jusqu'a quel point
le souci de la dignity personnelle preoccupait le cel6bre
explorateur.
* Quelques jours plus tard, lorsqu'il eut recouvrd, avec
la parole, complete conscience, je m'aperqus qu'il ne se
rappelait pas s'6tre ras6. Je raconte ce fait comme un
example typique du sang-froid -et de la resolution de
Stanley. Il m'avait souvent dit que, dans toutes ses exp6-
ditions, il s'etait fait une loi de se raser toujours avec soin.
Dans la Grande Foret, au camp de la Famine, les matins
de bataille, il n'avait jamais ndgligd cette habitude, malgr6
la difficult; il s'etait souvent rase A l'eau froide ou avec
des rasoirs 6moussis, me disait-il, mais a j'ai toujours
D prdsent6 un aspect aussi correct que possible, d'abord
par principle et par dignity, ensuite parce qu'il le fallait
, comme chef (1) ,.
La jolie anecdote racontee par M. Herbert Ward, un des


S(1) Autobiographie de H.-M. Stanley, publide par sa femme
Dorothy Stanley, traduite par Georges Feuilloy.








-- 10


officers qui accompagnaient l'audacieux voyageur lors de
1'expedition entreprise pour retrouver Emin Pacha, atteste
d'une maniere spirituelle la susceptibility de Stanley sur
ce point.
( Pendant ce voyage, dcrit M. Ward, un travail d'impor-
tance capital se prssentait quotidiennement. Pour ali-
menter de combustible la machine, il fallait chaque soir
couper du bois, ce qui obligeait parfois de travailler fort
avant dans la nuit. Et meme, en certaines occasions, on
passait la nuit entire dans la fort A abattre des arbres
et A couper les bfches de la longueur requise.
Une fois, la besogne fut particulierement penible, et
pendant deux jours et deux nuits, cons6cutivement, je
n'eus guere le temps de me reposer. A l'encontre de mon
habitude, je passai ces quarante-huit heures sans me raser.
A la fin d'une conversation que j'eus avec lui, Stanley jeta
un regard sur mon mention et me dit : < Vous savez que le
D) Dr Livingstone ne manquait jamais de se raser chaque
) matin.
La conviction de servir une noble cause, la grandeur de
l'oeuvre qu'il accomplissait lui devaient necessairement
imposer cette dignity, cette maitrise et il d6sirait en
retrouver le reflet chez ses compagnons. Ce n'6taient point
au surplus d-'odicux deserts que Stanley offrait au monde
civilise en explorant 1'Afrique central, mais d'immenses
et riches territoires, don't le decor majestueux lui inspirait
une pure admiration. Et n'est-ce pas un plaisir inattendu
de decouvrir sous l'dcorce rude de cet homme d'action,
un coeur d'une sensibility extreme? Les pages ferventes
et precises qu'il consacra A decrire les beauties naturelles
du Congo respirent l'dmotion la plus 6lev6e.
Un recueil semblable A celui-ci aidera peut-&tre a
repandre ce gofit de la beauty exotique, en montrant que
chez les colonisateurs dignes de ce nom, il s'allie gendrale-
ment A la volont6 et A la probity morale.
GASTON-DENYS PERIER.















PREFACE

DE LA DEUXIAME EDITION



D ANS cette nouvelle edition, modifi6e et mise A jour,
une place plus large a dtd faite a la litterature orale
des Noirs. Rien ne permet mieux de p6n6trer la mentality
des populations indigines d'un pays et du Congo, en parti-
culier, que les contest, les fables ou les maximes traditionnels.
On a pens6 que, dans cet ordre d'id6es, il convenait
egalement de reproduire certaines considerations inspires
aux artistes et aux estheticiens par les arts pretendfiment
a sauvages ,.
Ainsi au course des pages qui suivent, s'exprime l'ame
des Negres a c6t6 de celle des Blancs, pour nous rdv6ler
les beaut6s, les richesses, les aspects instructifs de la terre
africaine et de ses habitants sans le concours desquels
aucune colonisation tropical n'est possible.
Le compilateur ne peut clore cette preface sans remercier
les lecteurs de l'accueil qa'ils ont bien voulu riserver A la
premiere edition de son anthologie.
Parmi ces lecteurs, don't les encouragements out permis
la re6dition de cet ouvrage, se compete Un grand nombre
d'6coliers. C'est A eux surtout que s'adresse Moukanda,
ce message d'Afrique, cette promesse d'aventures, de
decouvertes et de devouements glorieux. Qu'ils en com-
prennent la signification! A 1'6poque oft nous vivons, la
grandeur d'une nation dUpend du progres de ses domaines
coloniaux.























I


-I


En pleine Nature


Quel oharme inconnu et pi puissant pos-
sede done ce continent sauvage pour que,
malgr6 tout, son souvenir persiste A me
sourire encore, a travers les vexations sans
nombre dont j'ai eu tant a sonffrirl
(VTCTOR GIRAUD.)





















En pleine Nature




LA DACOUVERTE ET L'EXPLORATION
DU CONGO

C 'EST en 1485 que Diego Cam, envoy par le rbi
Jean II de Portugal, en expedition sur les c6tes de
1'Afrique occidentale, decouvrit l'embouchure du Congo
ou du Zaire, comme disent les Portugais, sur la rive
gauche duquel il 6rigea une colonne dedide A Saint Georges,
en commemoration- de cet 6venement.
Durant quatre cents ans environ, on ne connut de ce
grand fleuve que sa parties inferieure, A une tres faible
distance de la mer.
Le courses du Congo i travers,le continent africain ne
fut rveyl6 au monde qu'en 1877 par M.-H. Stanley.
Comment se fait il qu'un aussi long space de temps
se soit could entire la d6couverte du fleuve et la determi-
nation de son immense bassin?
La cause premiere de cette lacune, qui a exists pendant
des siecles dans la gdographie de cette parties du monde,
reside dans les obstacles physiques centre lesquels se sont
butt~es les explorations vers l'interieur.










Des cataractes infranchissables barrant le Congo A
environ deux cents kilomAtres de 1'Oc6an, il n'a pas At6
possible de penetrer au coeur du pays par la route fluviale.
Le voyage par terre le long du Congo n'a guere rdussi
davantage, a cause du manque de'bonnes routes, de
l'hostilit6 des indigenes, de 1'insuffisance des porteurs et
des vivres.
Ces difficultis d'acces ne sont pas .seulement propres au
bassin du Congo; elles constituent le trait caract6ristique
de toute l'Afrique interieure qui, contrairement aux autres
continents, ne possede pas des moyens de p6ndtration
directs par les voices fluviales; le pays s'6levant en ter-
rasses les grands course d'eau, le Niger, le Nil, le Zambeze
et d'autres moins important, tels que le Sdn6gal, 1'Ogou6,
l'Orange, sont, tout comme le Congo, fermis A la naviga-
tion en maints endroits par existence de chutes et de
rapides dangereux. A ces conditions physiques particu-
lirres sont venus s'ajouter des faits d'ordre 6conomique
qui expliquent 'isolement dans lequel la terre africaine
s'est trouvie pendant si longtemps.
La d6couverte de l'Am6rique et l'ouverture d'une route
plus facile vers les pays de l'extrmme Orient, attirerent A
la fin du xve siecle tout le coirant commercial daps ces
directions lointaines.
Les riches countries qui fournissaient les spices, le +abac,
le cafe; les beaux marches d'of l'on tirait l'or, les diamants,
les' perles, les 6toffes precieuses, les porcelaines et tous
les objets de luxe de (hine et autres marchandises asia-
tiques, firent negliger les entreprises commercials sur
le littoral de la S&n6gambie, de l'Angola, du Mozambique.
On ne sohgea plus sdrieusement A ces colonies que le jour
oi il fallut des bras pour active la production des denrees
de haut prix, et l'extraction des m6taux precieux dans
le sol frcond de 1'Amnrique.
Les Negres furent les instruments de travail dont on
dota le nouveau monde, et les esclaves, fournis par les
















































Vue des cataractes,de la region du Bas-Congo.







- 18


chefs indigenes 6tablis sur les c6tes, devinrent et demeu-
rerent jusqu'au commencement de ce siecle, l'article prin-
cipal d'exportation de I'Afrique intertropicale.
Si nous sommes h meme de dresser aujourd'hui la carte
presque complete de cette vaste region, ce n'est pas A des
expeditions organisees dans un esprit de lucre, ni a des
entreprises militaires que nous le devons : des honmmes de
courage, mus par l'ardeur scientifique, 1'amour de 'huma-
nit6, le zble religieux, ont accompli cette oeuvre.
Ils nous ont appris que la patrie des Noirs n'est pas la
terre sterile, d6sol6e, sans avenir, don't 1'Europe s'est
detourn6e si longtemps avec indifference. La description
enthousiaste qu'ils ont faite des spaces fertiles Pt admira-
blement arros6s, parcourus par eux, a excite 'int6rit des
nations civilis6es. Et aujourd'hui les gouvernements
europeens se disputent vivement la moindre parcelle du
sol africain.
L'ere des grandes explorations s'est ouverte vers la fin
du siecle dernier, par la foundation de la celebre Association
Africaine de Londres, qui donna aux investigations une
tournure scientifique, tragant, en quelque sorte, aux
voyageurs tout un programme relatif aux renseignements
a recueillir sur les moeurs, les langues, les croyances des
peuples indigenes.
A partir de cette 6poque, les expeditions se suivirent de
prks, et se multipliirent sur tous les points de I'Afrique.

C'est en 1877, comme je le rappelais tout a Pheure, que
le course du Congo fut d6termin6 sur la plus grande parties
de sa longueur. Avant cette date, nombre de voyageurs
s'6taient avanc6s assez loin dans les regions centrales de
I'Afrique. Ils avaient atteint le Congo a differents endroits.
explore avec soin certain de ses affluents, visit les lacs
qui se rattachent a son r6seau sup6rieur et cela sans se
douter que ces rivieres et ces nappes d'eau faisaient
parties d'un unique systeme hydrographique don't les rami-








19 -


fications innombrables finissent par s'unir en une seule et
puissante artere, debouchant dans l'ocean Atlantique,
celle-l meme que Diego Cam avait decouverte quatre
siieles auparavant et baptism du nom de Zaire. Ce fut,
coincidence assez cu-
rieuse, 6galement un
Portugais, Josd de La-
cerda, qui, charge de
reconnaitre lintirieur
du Mozambique, visit
le premier, en 1798, le
Congo pres de ses
sources, oi0 il n'est
qu'une insignifiante
riviere connue sous le
nom de Tshambesi.
En 1857, lorsque les r ;
capitaines Burton et
Speke, de l'arme an-
glaise de l'Inde, allk-
rent par la c6te orien-
tale A la recherche des A
sources du Nil, 1'Afri-
que central figurait
encore sur les cartes
par un space en
blanc, vierge de ]a
moindre indication Femme de I'Angola portugais paree d'ftoffes
p europ6ennes.
gdographique.
Le reste du continent avait dt6 parcouru un peu dans
tous les sens, et le systkme general des eaux en 6tait
connu.
Ce fut au commencement de l'annce 1858 que Burton
et Speke, parties de Zanzibar, d6couvrirent le lac Tanganika.
Disons, en passant, que Speke, poussant vers le nord,
atteignit le premier le lac Victoria-Nyanza, et que, dix ans










apres, Samuel Baker trouva le lac Albert-Nyanza: deux
grands reservoirs oiI le Nil puise ses eaux.
Livingstone, qui depuis 1810 parcourait comme mission-
naire les contr6es situe6s entire le Zambbze et la colonies
du Cap, avait rencontrd, non loin de ses sources, la riviere
Kasai,'un des principaux tributaires du Congo. En 1866,
il partit de Zanzibar et pnd6tra jusqu'aux lacs Moero et
Bangwelo, que relic le Luapula, important course d'eau
dans lequel l'illustre explorateur anglais crut reconnaitre
la branch orientale du Nil et qui, au contraire, est la
ramification superieure du Congo. II toucha le Congo a
Nyangwe.
En 1868, le botaniste allemand Schweinfurth se rendit
de Suakim, sur la mer Rouge, A Karthoum. 11 remonta de
cette derniere locality la vall6e du Nil, determine la line
de faite qui spare les eaux de ce fleuve de celles du Congo
et d6boucha en 1870 sur les rives de l'Uele, qu'il identifia
erron6ment avec le Shari, affluent du lac Tehad.
Peu de temps apres, Junker explore la meme riviere
jusqu'aa 230 12' de longitude de Greenwich; il pensait,
comme Schweinfurth, que 1'Uele portait ses eaux vers le
nord.
Ce fut le capitaine Van Gele qui risolut ce problmme
hydrographique. Junker leva 6galement, en parties, les
course du. Bomokandi et du Nepoko sup6rieur.
De 1873 A 1875, un voyage remarquable fut effectu6 par
le lieutenant de marine anglais Verney-Lowett Cameron.
Parti de la cte orientale, il atteignit le Congo A Nyangwe.
Arret6 en cet endroit par les pretentions des chefs du
pays, il ne voulut pas entreprendre la descent de la
riviere et il tourna vers le sud, toucha au lac Kassali,
pass pros des sources du Zambeze et de celles du Kasai et,
merchant vers l'ouest, il arriva A Katumbela, petit port
au nord de Benguela. II avait parcouru cinq mille cinq
cents kilometres, don't mille neuf cent en pays non explore
avant lui.





































Dans les monts Kundelungu (Katanga).



Dans les months Kundelungu (Katanga).









- 22


Enfin Stanley, qui, cinq ann6es auparavant, avait
retrouv6 an lac Tanganika, Livingstone, que I'on crovait
perdu, partit A son tour de Zanzibar, en septembre 1874,
vers l'interieur.
En 1876, il se trouva au Congo, un peu au delA de
Nyangwe; laissant aller ses embarcations au fil de l'eau,
il traversa de la sorte tout le centre de I'Afrique, au milieu
des dangers incessants que lui presentaient le fleuve et
l'hostilit6 des populations indigenes et apres avoir par-
couru, en deux ans et huit mois, par terre et par eau,
une distance de onze mille cinq cent dix-sept kilometres,
il arriva A l'embouchure du Congo le 12 aoit 1877.
Depuis cette date memorable, une Igion de voyageurs,
la plupart commissionnis par le roi Leopold II, ont acheve
1'exploration du bassin du Congo, en 6tudiant le course du
fleuve dans ses details et en remontant les grands affluents
jusqu'h Icur point extreme de navigability.
HUBERT DROOGMANS.
(Le Congo. Quatre conferences publiques.)




L'ARRIVEE AU CONGO

Nous arrivons! Depuis quelques heures, nous avons
quitt6 la mer cerulienne pour naviguer sur des flots bour-
beux, dans lesquels notre helice trace un sillon jaunAtre.
Des debris de toutes sorts dipouilles d'animaux, plants
en decomposition, troncs d'arbres qui drtssent vers le
ciel leurs branches encore feuillues, mottes de terre gigan-
tesques et fleuries, pareilles a ces lots mouvants du vieil
Hombre flottent eh et lA, paresseusement ballott6s.
La terre est proche! De grands oiseaux blancs appa-
raissent. Lentement, majestueusement, ils tournoient
autour du navire; puis s'elevant en spirales hardies, d'un










- 23 -


coup ils piquent vers la mer don't ils rasent l'eau brunAtre.
Le Congo! Le N'Zadi mysterieux, fils du Kazembe san-
guinaire, le N'Zadi qui prend sa source A des milliers de
kilometres, Ih-bas au pays des rhinoceros et des grands
fetiches, s'avance jusqu'ici. Parties des marriages du Ban-
gouelo, ses flots bourbeux, apres avoir franchi d'un saut


Boma. Le quai du Commerce.


prodigieux la
ternir I'Ocean.


muraille des Monts de Cristal, viennent


Au loin, cependant, indicis, comme derriere un rideau
de gaze bleue, un promontoire se dessine. Le cap Padrao,
1'avancde sud de l'estuaire. A l'aube du premier Avent
de 1484, Diego Cam, pilote de la mer Oceane, y erigea,
voici plus de quatre cents ans, une stele en l'honneur de
Sa Majest6 Tres Fiddle qui l'envoyait chercher la route
des Indes orientales.


~ i
y~-L-
'' '
~.Alt~i-~. vc











Puis successivement, imergeant peu A peu de l'horizon
de cocotiers aux greles silhouettes, une frange de terrain
bas et sablonneux se dessine. Nous sommes h l'embouchure
du grand fleuve, dans lequel nous pen6trons a petite vapeur
a travers un lacis d'iles et d'ilots...
Accrochee A une 6troite langue de sable, voici Banane.
Nous devons y laisser de la cargaison, quelques sacs de
courier, et prendre a bord un pilote. La sirene, avec un
long hurlement, announce notre arrive. Et, aux dernieres
lueurs du jour, nous accostons le wharf. Quelques rayons
de soleil, fugitifs, se jouent entire les troncs bruns des coco-
tiers don't ils dessinent les rugosit6s sur I'orange du ciel.
Au mirador d'une factorerie, sur la colline, une vitre met
un point qui scintille comme un diamant.
Rien a voir h Banane. La plage est d6serte. Quelques fac-
toreries, des huileries aux longues cheminies fumant encore,
les bitiments pu port qui paraissent sommeiller en depit de
l'arriv6e du steamer. Tout le monde est consign, d'ailleurs.
On peut partir d'une heure i l'autre. Ce n'est toutefois
que le lendemain, dans l'aprbs-midi, que nous d6marrons.
Le pilote monte a bord. La navigation compliquee que
nous allons entreprendre exige sa presence. Un coup de
canon don't 1'Ncho se r6percute tout le long des iles et nous
voili en route pour Boma, A cinquante kilometres plus en
amount. Boma, la premiere tape de l'interminable voyage
sur terre!
Longtemps, nous suivons d'assez pros la rive nord,
morne, d6serte et silencieuse. Pas un signe de vie!
Soudain apparaissent, au fond d'une petite anse, les
vestiges d'un appontement, pilots vermoulus, recouverts
d'une mousse verditre, qui se refletent dans l'eau stag-
nante. Et, entire les arbres, on distingue une carcasse
grisitre, des charpentes moisies, qui s'6crouleraient si elles
n'itaient quelque peu soutenues par des lines gigantesques.
Ce fut, autrefois, un barracoon, un de ces hangars pesti-
lentiels et maudits ofi les negriers entassaient leur bois










- 25 -


d'6bbne (1) en attendant le moment propice pour s'en-
gager dans les passes et gagner le large, a la barbe des
patrouilles. Les barracoons sont delabres, le hideux com-
merce ne se pratique plus. Mais ces ruines solitaires, dans
ce paysage sinistre, ont quelque chose de tragique. On
songe A Poe, A cette sombre histoire de la maison Usher.
Que de souffrances, que d'horreurs ont passe 1l!
Effarouch6, un aigle-pecheur, cependant, se detache A

















Matadi et les Monts de Cristal.

grand bruit d'une Hie flottante et, lourdement, prend son
vol vers le continent. Les plumes noires de sa queue jettent
dans l'air un reflet metallique. D4crivant des orbes tou-
jours plus 6tendues, il disparait dans le soir qui tombe.
La nuit s'est faite. Et la tornade attendue prelude au
spectacle par de large et fauves eclairs qui, brusquement,
illuminent l'horizon, projetant sur les rives des ombres
crues et fantastiques. Un buffle, surprise A 1'abreuvoir,
d6tale au galop.


(1) Les convois de Negres captures et vendus, autrefois, come.
esclaves dans les plantations de l'Amerique du Sud notamment.









26 -


Accoud6 a l'avant du navire, le regard perdu dans
I'infini, 1'arrivant scrute 1'horizon que dechire la foudre.
L'dmotion, une vague apprehension 1'6treignent. Quelle
destine l'attend? Que va-t-il trouver dans ce pays strange?
La mort, comme tant d'autres avant lui? La gloire? Le
bonheur? Autant de questions qu'il se pose, plein d'anxidt.
Il court au devant de l'inconnu, de l'impr6vu.
Les senteurs 6picies et farouches, les fades relents que la
chaleur fait monter du fleuve, les rumeurs imprecises, les











--




Un transatlantique devant Matadi.

bruits mysterieux et divers qu'apporte sar ses ailes la
brise, cette ind6finissable saveur d'Afrique, en un mot,
le remplissent de trouble, lui causent une lancinante oppres-
sion, d'une Apre volupt6.
Le charme agit. Il s'y laisse aller. Et quand il aura
goitd au poison subtil, le malheureux v reviendra corune
on revient a l'opium. O hantise enivrante du pays noir,
hantise que subissent tous ceux qui ont touched tes rivages,
hantise croissant en proportion de la souffrance, qui
tentera de t'expliquer ou de te d6finir? Ton charge,
d'ailleurs, n'est-il pas dans son imprecision?











Sous le ciel oft I'aliz6 chasse les nuages, dans la nuit
chaude que traversent des souffles envofitants, le Blanc,
au seuil du long voyage, songe h la patrie, a ces paisibles
soirees d'hiver durant lesquelles, pench6 sur les vieilles
cartes aux noms suggestifs, aux annotations d'une naivete


Matadi. Le Chaudron d'enfer.


parfois touchante, il a parcouru avec Livingstone ou Boula
Matari (1) et sans quitter le coin de son feu, les savanes ou
la fort. Ces savanes, elles sont lh sous ses yeux. Demain
ce sera son tour d'y errer le fusil A l1'paule, la file des por-
teurs derriere lui. Cette fort, il la verra bient6t. II marchera
amaigri et lass6, sous ses vofites verdoyantes, s'6tendant
h I'infini. Il v souffrira de la faim. DWchir6 par les ronces,


(1) Surnom indigene de Stanley.











torture par les moustiques, rongd par les ulchres, il'succom-
bera peut-&tre. Qu'importe, s'il a rdalis6 son rive et vicu,
quelques brefs instants d'une vie intense, la seule qu'il
vaille la peine de vivre!
RENt GorzY.
(Des gorilles, des nains et meme... des hommnes.)





LES HIPPOPOTAMES


Les Bangala (1) dsoeuvrds, incessamment tents par
mon -dep6t de richesses et encourages par mon attitude
toujours pacifique, persistent a concevoir des projects
hostiles. Je cherche une occasion de leur prouver, sans
m'en prendre a eux, que nous n'avons pas froid aux yeux
et de leur rappeler l'efficacitd de nos fusils.
Prdcisiment une famille de trois hippopotames se montre
depuis quelques jours sur un haut fond, a la pointe d'un
ilot qui fait face A la station. Je me decide a essayer d'en
tirer un. Six natifs s'offrent avec leur pirogue; j'y entire
avec Foundi-Saidi et Kisamboula, mes meilleurs tireurs.
Nous approchons doucement du group. Ces b&tes sont du
reste peu effarouchees dans cette region, oh les indigenes
les respectent habituellement, faute d'armes assez efficaces.
A dix metres nous ouvrons le feu. J'atteins le pare au cou,
pros de la mAchoire, et les balles des deux Zanzibarites
le touchent au flane. Ses deux compagnons disparaissent.
mais le blessed, rendu furieux par la douleur, se pr6cipite,
gueule b6ante, sur nous. J'ai & peine le temps de faire virer

(1) Les Bangala qui viennent de la Giri et de l'Ubangi. sont
ktablis sur les deux rives du Congo, principalement sur ]a rive
droite en aval de la Mongala. Grands, forts, bien faits, les Bangala
forment une des plus belles peuplades de la colonie.







- 29 -


la pirogue. Cette fois, le monstre a la machoire troupe
de deux balles. Sa colere redouble; nous continuous A
1'Nviter en tournant autour de lui. En tout, il a bien recu
dix balles dans le corps, quand, vaincu et bless A mort,
il plonge dans Ia parties profonde du fleuve.
C'est la grande difficulty de la chasse a l'hippopotame,


Une hutte bangala.


de retrouver la depouille; tres resistant, l'animal se laisse
cooler et meurt au fond. Si l'on ne peut le suivre au
moment trbs court oi il revient A la surface, les jambes en
Pair, il disparait et ce n'est que six ou douze heures apres
que le corps surnage. Mais entre-temps, A moins de se
heurter h un haut fond, il a 6td entrain6 par le courant a
plusieurs lieues entire deux eaux et est perdu pour le








- 30 -


chasseur. Pour parer A cet inconvenient, les tribus du lae
Tanganika et d'ailleurs se servent d'un harpon muni d'une
ficelle avec un flotteur, lequel permet de suivre la march
du bless. Les Bangala n'ayant pas cet engin, la proie
m'6chappa.
Mais l'effet que je recherchais fut acquis. D&s nos pre-
miers coups de fusil, des pirogues s'etaient detachees de
tous les points de la rive et nous ffimes bientSt entoures
d'une veritable flotte, don't les marines se rdpandaient en
exclamations louangeuses. Ils avaient surtout admire notre
manoeuvre tournante et notre came autour de 1'hippopo-
tame exaspir6.
(Sur le Haut Congo.) CAMILLE COQUILHAT (1).





PASSAGE D'UNE CATARACTE

Ce sont les habitants des villages voisins qui font le
dur metier de passer les rapides; on leur remet les pirogues
vides, en amount; ils vous les rendent en aval. Ayant grand
dans le bruit assourdissant des cataractes, ils connaissent
chaque recif, chaque 6cueil, chaque tourbillon: personnel
mieux qu'eux n'apprecie le danger, n'est plus apte A le
braver; un faux coup de barre, un instant d'hisitation, et
la pirogue, prise par le travers, sera roulde, mise en pieces,
tandis que 1'dquipage, entraind dans le courant, se brisera


(1) Le commandant Coquilhat s'embarqua la premiere fois pour
le Congo en 1882. II alla rejoindre Stanley, qui le choisit comme
adjoint dans sa nouvelle exploration du haut fleuve. C'est au course
de ce voyage que Coquilhat et le lieutenant Van Gele fonderent
la station de l'Equateur a laquelle fut donned plus tard le nom de
Coquilhatville.
Le commandant Coquilhat mourut a Boma le 24 mars 1891 quel-
ques mois apris avoir te6 nomme vice-gouverneur general.







31 -


centre les rochers. Les accidents de ce genre sont nombreux.
A deux reprises, voulant juger par moi-meme de l'impres-
sion que produit le passage des rapides, je reste avec
les pagayears dans la pirogue vide, apres avoir expidi6
mes bagages en toute security par la voie de terre sous la
surveillance de mes homes. Une fois debarrasses du
chargement, les canotiers prennent leurs dispositions pour


'Arr


7<4~_~


Une cataracte.


un bain 6ventuel; enlevant leur pagne, qui pourrait les
gener, ils attachent les quelques objets restants dans la
pirogue et, bien installs, arc-boutis sur leurs pagaies,
qui vont servir de gouvernail, ils se dirigent vers l'endroit
dangereux. La pirogue, grande ou petite, devient a partir
de ce moment un frtu de paille, un jouet, un bouchon.
Impuissants h la conduire, les pagayeurs parviennent a
grand'peine, par des coups de barre vigoureux, A lui









conserve une direction; d'abord indicise, l'embarcation
arrive dans le courant, et des lors sa destine et la n6tre
sont A la merci des elements : les tetes noires des rochers,
la cr&te aigui des 6cueils, passent avec une rapidity
effrayante; les details de la rive apparaissent, grandissent
et s'enfuient; les arbres se poursuivent, pendant que le
grondemefit des chutes couvre les cris des canotiers
comme un tonnerre continu.... Tout a coup I'avant plonge
au milieu d'un flot 6cumant, une masse d'eau retombe et
remplit a moitid l'embarcation, tandis qu'h travers un
rideau d'6claboussares et d'6cume pulv6ris6e, rochers,
veg6taux et terre continent a s'6clipser avec une vitesse
vertigineuse.... Nous venons de franchir une cataracte!....
Personnellement j'ai eprouv6 dans ma pirogue la sensa-
tion disagreable d'une impuissance absolue : des que le
malheureux tronc d'arbre est lance dans ce courant de
vingt nceuds A l'heure, on sent qu'aucune force humaine ne
peut plus intervenir; en raison mime de ce courant, le
gouvernail est presque inerte; on est ballott6, emport6:
tout tourbillonne; la vision rapide des objets qui vous
croisent vous fait turner la tate; on murmure instinctive-
ment : A la grace de Dieu! EDOUARD FoA.
(La traverse de i'Afrique, du Zambeze au Congo irangais.)





MERVEILLES DES TROPIQUES

En fait de paysage tropical, rien de plus beau que les
miles verdoyantes qui parsement le Congo, entire Iboko, sur
la rive droite, et Matembo, sur la rive gauche, et entire
lesquelles un veritable didale de chenaux trace leurs capri-
cieux sillons. Ici, chaque brin de verdure refl&te, en tons
de velours, 1'6clat intense du soleil. Le feuillage touffu des









- 33 -


arbres et les lines qui grimpent, en serpentant, autour des
troncs, offrent en toutes saisons une variet6 de couleurs
absolument indescriptible. C'est partout un debordement
de seve inoui, une vWritable rage d'epanouissement.
Quelques-uns des lots semblent en proie A un incendie,
tant la palette de la nature leur a prodigu6 de nuances


A Kinshasa. Une allee de manguiers.


rouge vif, vermilion et cramoisi. Ailleurs, la pourpre de
1'ipomcea entire en latte contre l'or et l'argent du jasmin et
de la mimeuse, don't les fleurs 6pandent autour d'elles les
plus suaves parfums. I~pargnees par la main brutale et
sacrilege de l'homme, ces miles, charmantes de grace et de
virginity, rdpondent A la plus podtique conception qu'on
puisse se faire de 1'Eden. Enfants gAtees de la Providence,
elles rdunissent toutes les richesses et toutes les beautis;
I'humidit6 de l'atmosphere et la douce chaleur du soleil se
O.-D. PARIER. MOULKANDA. 1924. 3











liguent pour les doter d'une plenitude extraordinaire de
vie vigitale.
Et le pittoresque n'est pas leur unique attrait. Elles sont
encore sans rivals, au point de vue utilitaire. Leurs
palmiers forment d'intarissables fontaines de jus qui, mis
en fermentation, devient un r6gal pour le palais; les noix


Exploitation forestiere dans le Mayumbe.


dories des autres arbres, tres demandees sur la c6te, four-
nissent une farine jaune digne de la cuisine d'un Lucullus.
Avec les luxuriantes tiges des calamus et les lines qui
festonnent les troncs robustes des arbres, on confectionne
des nattes pour les vNrandas et les interieurs des maisons;
des 6crans qui protgeint centre le soleil; des abris, des
hangars, sous lesquels les picheurs placent leurs filets et
leurs provisions; des maisons, meme, et des treillis. Les
fleurs blanches qu'on apercoit 1l-bas appartiennent a la









- 35 -


plante du caoutchouc, don't la valeur commercial est
grande, et que les indigenes d'Iboko et Bolombo recher-
cheront avidement quelque jour. Au commerqant entre-
prenant, le ficus offre ses feuilles vertes don't le tissu,
consistent comme de la chair, peut servir A la confection
du drap et don't la fibre, molle et spongieuse, sera employee
plus tard A la fabrication du paper. Prdparees par les
doigts habiles des Bangala, les fibres de la palme, sup6-
rieures au fil ordinaire comme la soie l'est au coton, pro-
duiront des cordes don't la solidity I'emportera de beau-
coup sur celle du chanvre ou du jute. Et cette mousse
vert-tendre qui envelope comme d'un voile les sommets
des arbres? c'est l'orseille don't on extrait une prdcieuse
teinture.
Les forts paraissent sans fin. Nous brflons chaque jour
des specimens de leur bois. Avant de le mettre au feu, les
chauffeurs ne manquent jamais d'en admirer le colors et
les marbrures, et d'aspirer la senteur de la gomme qui en
ddcoule. En some, nous nous enivrons toute la journde
de parfums et de paysages don't bien peu de personnel
soupconnent m8me I'existence. C'est au point que parfois
la satidtd nous vient et que, comme des enfants jouant
avec des pierres pricieuses sans se douter de leur valeur,
nous finissons par contempler avec indifference les plus
siduisants des panoramas. HENRY-M. STANLEY.
(Cinq annees au Congo. Trad. par G6rard Harry.)




EN BROUSSE

La brousse. Depuis un an que je suis rive par des inter&ts
d'argent A cet emplacement de paradise terrestre, le cadre
m'est devenu familiar; il est devenu un centre. J'ai oubli6
que j'etais retranch6 du reste du monde, que des centaines









- 36 -


de kilometres me s6parent de Dar-es-Salam (1), de la vie
civilisee. C'est Dar-es-Salam qui me semble loin d'ici
et le reste du monde, 6trangement priv6 de la vie qui
rayonne de ma maison.
Soudain, je me rends compete qu'un pas suffit pour"entrer



S


La brousse.


dans l'inconnu. Le mot me grise et je ne puis m'attarder
ce soir, comme les autres soirs, a r&ver dans ma barza, A
savourer, dans ma demeure, le temps qui passe. Vain espoir
d'un genre de vie durable. Ma maison me parait vieillie;


(1) Port sur 1'ocean Indien, tfte de ligne du chemin de fer qui
traverse 1'Afrique orientale, autrefois allemande, pour aboutir a
Kigoma sur le lac Tanganika. Les Belges, le long de cette voie ferr6e,
b6ndficient de reductions de transport et de facilities douanieres.










mes fleurs se fanent au vent de mon desir : ct l'air pese,
immobile sur la rive sereine.... Les horizons sont mornes.
Mais 1A-bas, par delh le mensonge des crates, il y a le
prodige des vallees profondes. Voyageur, qu'attends-tu
pour partir? Les peuples d'ici sont uses et, franchise la
colline d'en face, une autre langue va ravir ton orcille;
la musique suave des choses inattendues va rajeunir ton
orgueil, un code particulier, renouveler le visage de la vie.
Mon enthousiasme est salutaire. Les mirages sont vrais
,que l'on porte en soi-mcme.
J'emmenerai la n6gresse... Elle marchera devant moi,
sans me catcher l'horizon 6troit du sentier ou le danger
embusqu6 aux buissons. Elle porter mon cor de chasse
en bandouliere.
Un peu de romantisme allggera I'allure de ma caravane.
J'ai, pour porter Fatuma, ]'enfant aux pricieuses appa-
rences, un petit &ne au poil presque blanc. Elle prendra
mon singe aboyeur en croupe.... Mais pourquoi diable,
tout cela? Je ne sais pas, pour augmenter le nombre des
existences qui vont s'isoler, et rendre plus diverse la portion
de movement animal qui me sera soumise....
La carte est l, plide sur la table, l'enveloppe contenant
les feuilles de route n'est pas d6cachet6e. Je sais que les
proc6d6s colonisateurs des Allemands ont permits a d'im-
portants groups indigenes de vivre insoumis non loin des
centres europ6ens, que ma mission est plus dangereuse
qu'on ne me l'avouera.
Mais je ne veux pas savoir, ce soir.
(Le Feu dans la brousse.) HERMAN GRGOIRE.








- 38 -


LA RIVIERE DU NIGAUD

II existe A quelques heures du village du chef Kassongo-
Niembo don't administration, par reprisailles, a proscrit
jusqu'au nom, une petite riviere appelke ( Kilubi ).
(( Kilubi! ) c'est le cri narquois don't, chez les Baluba,
l'adroit trompeur salue, en guise d'adieu, sa victim, apres
l'avoir joude.
( Kilubi ) veut dire : nigaud.
La petite riviere est, au contraire, une personnel tres
spirituelle.
Lorsqu'on vient de Kabongo h Kasongo-Niembo, on la
traverse sur un trone d'arbre assez mal 6quilibr6 et 'in-
digene A qui vous en demandez le nom, vous dit : ( lui ya
Kilubi ), la riviere du nigaud.

*
*

Nous avons en Belgique, en Famenne, par example, les
rivieres souterraines.
Ces rivieres, -- ainsi la Lesse, disparaissentf soudain
sous l'arche d'une grotte spacieuse pour reapparaitre apr&s
I'escapade, a quelques kilomitres plus loin.
On disait qu'autrefois ces grottes 6taient habitues par
des (f nutons ) ou gnomes. .

*

Traverse la Kilubi, vous rencontrez, une here apres,
une autre riviere, plus large et plus tapageuse, c'est la
KavuluY. Il est tard ddjh, le soleil vous decoche dans le
dos ses brfilants rayons. De grosses gouttes percent A vos
tempes et vous aspirez A finir 1'Ptape. Encore faut-il pour
cela que vous soyez parti des l'aube.
Et puis voici de nouveau une riviere modest A la fois
























C,


Types Baluba.










et troublante comme une pensionnaire. Ses petits flots
sautillants vous font risette.
Vous vous agenouillez pour boire, vous vous lavez la
face : homage A la fois qu'elle recoit et tribute qu'elle
vous paye. Et lorsque vous demandez A la femme qui y
remplit d'eau sa jarre ou sa calebasse pansue : ( Quelle est
cette riviere? Kilubi, ) vous repond-elle, avec un demi-
sourire. Et vous vous surprenez infailliblement en flagrant
d6lit de colere et de depit.
( Quoi! la Kilubi, mais je l'ai traverse ddjA tout A
l'heure.
Mais oui, pr6cisement. Vous l'avez passe et la
repassez! )
*

D'abord vous vous grattez le front avec anxift6, vous
refl6chissez un peu. Vous n'6tes cependant pas (( toqud ,.
Le soleil est ardent, c'est vrai, mais en fin il est impossible
que l'on rencontre sur la rive droite et sur la rive gauche
d'une m&me riviere, le course capricieux d'une autre.
Quelle est cette farce?
Pourtant, c'est la plus authentique chose qui soit :
c'est la mime Kilubi qui, un peu apres l'avoir depassee,
tout A l'heure, s'est engouffrde dans un creux de rocher,
ouvert un trou dans le sol 6tonn6 pour renaitre a la lumiere,
quelques kilometres plus loin.
Et la farceuse, elle a pass sous le lit de la Kavului, oA
elle se rdpandra, plus loin....
Une riviere sous une riviere, alors?
Mais oui...
*

Mais c'est curieux, cela. C'est extraordinaire! Et.... c'est
recent?... Auparavant, la Kilubi, comme toutes les bonnes
eaux, coulait, de haut en bas, au plus court, vers son
confluent. Mais, ici, il y a ( quelque chose ,.








41 -


Quelque chose qui a pu changer le course de la Kilubi :
un (( mystere ,.
Et voilh le seuil qu'il faut franchir et pas plus que vous
ne trouverez d'indigene qui s'offre spontan6ment h vous
servir de guide on de porte-torche, pour visiter les grottes
de la Kilubi, vous n'en trouverez qui vous fasse franchir
le seuil de ce mystere.
OLIVIER DE BOUVEIGNES.
(Contes de ( l'Etoile du Congo ,.)




LES JOIES DU CHASSEUR EN AFRIQUE

.fe parole de l'Afrique et de ses joies suprimes, joie
d'errer en plein inconnu, joie de combattre les puissances
des vastes solitudes : la ruse, la mffiance, la force brutale.
Dans ces immense territoires de chasse, unique au
monde, il y a des pics neigeux qui resplendissent au soleil
equatorial; des marais don't une chaleur d'6tuve fait
fermenter, bouillonner, s'ulc6rer les vases; des lacs pareils
aux mers; des nu6es qui flambent sur des deserts don't
l'implacable ariditi se dissimule derriere les fallacieuses
promesses du mirage; de large planes aux maigres ruis-
seaux; des fleuves gigantesques venus du coeur du conti-
nent noir et qui s'6chappent par le mar6cage sans fin; des
forts magnifiques of cove la mort.
II est des regions aussi saines que les pays septentrio-
"naux et il en est de perfides et de n6fastes que parent,
avec un luxe inoui de colors, fleurs, oiseaux, papillons, et
oh l'on respire, en meme temps que les pires miasmes,
de delicieux parfums. Sur terre et dans l'eau regnent de
redoutables mangers d'hommes; mais c'est parmi les &tres
inferieurs qu'on trouve ses pires ennemis des ennemis
toujours prfts A divaster les recoltes, A exterminer le









42 -


b6tail et A faucher des centaines et des centaines de mille
de vies humaines.
Les tribus A peau brune, fixes dans ce pays, appar-
tiennent a des races tris diffkrentes. Les unes, nomades
et guerrieres, ne possedent que du betail; les autres
cultivent le sol et habitent des huttes faconnees comme des
ruches; d'autres encore s'adonnent exclusivement A la
p&che; et quelques-unes, qui vivent dans les bois, en 6tat


Les pecheurs Sango.


de complete nudity, ne sont guere superieures aux animaux
don't elles se repaissent. Le gibier abonde. On rencontre les
plus firoces bates de proie comme les ctres les plus inof-
fensifs; les plus grands comme les plus petits mammifires
ongulds; les plus colossales especes terrestres et aquatiques
come les plus chetives bestioles qui cherchent refuge dans
les crevasses ou sur les arbres. On s'6tonne de trouver des
antilopes d'une taille inferieure au liivre et des antilopes
d'une taille sup6rieure au boeuf; de gracieuses creatures et
des monstres fantastiques comparable a ceux qui hantent








- 43 -


nos cauchemars. Les planes pullulent d'6tranges animaux
don't les pareils n'existent nulle part ailleurs, et c'est un
plaisir incessant que de contempler les myriades d'anti-
lopes, quand elles changent de place, reposent aux heures
torrides de la journee, vont en longues files A 1'abreuvoir,
paissent, se battent'ou jouent entire elles.


Au Katanga. Les chutes de la Luflra.


Le chasseur qui opere en ce pays voit des choses inou-
bliables. Ii voit l'6norme hippopotame renaclant et plon-
geant contre son bateau; la girafe le guettant par-dessus
des bouquets d'arbres; l'autruche s'enfuyant devant lui A
une imbattable vitesse; le farouche leopard et le python
enroulk, tous deux d'une beauty differente, mais 6galement
sinistre; le zebre a aboyant a sous la nuit 6toilde, ofi defile








- 44


la caravane soucieuse de quitter une contrde aride. Et,
plus tard, il se rappellera la charge du lion; la prodigieuse
silhouette de l'6liphant, toute proche dans la pinombre
sylvestre; le buffe aux yeux sanglants et aux comes
menacantes; le rhinoceros truculent et stupid, camp au
milieu de la plain grille de soleil.
Tout cela, on peut le decrire. Mais comment degager
l'esprit furtif de la nature vierge, son charge inexpri-
mable, son pesant mystere et toute sa melancolie? La rude
vie d'aventures qu'on y m~ne, rifle au poing, en contact
continue avec les especes dangereuscs, est faite de plaisirs.
On y subit, par surcroit, l'irrdsistible magie du silence,
et des grandes lunes tropicales, et dcs 6toiles nouvelles,
et des glorieux levers et couchers du soleil. Et, si loin
du reste des homes, on a l'inpression de revivre au debut
des siecles, dans un cadre toujours identique a lui-meme.
TnfODORE ROOSEVELT.
(Mes Chasses en Afriqw. Trad. de Norbert Sevestre.)




LES CIMES ORAGEUSES DU RUWENZORI

Apres six jours de march dans la fort de l'Ituri, nous
fumes assez heureux pour voir le dome de verdure s'dclair-
cir et bientot nous pouvions voir les grands plateaux
ondulds qui vont jusqu'au lac Albert-Edouard, coups h
I'est par les months de la Semliki. La, nous entrions dans
une contree des plus remarquables; car c'est celle oi I'on
trouve les months Ruwenzori que les indigenes nomment
N'Zororo, et les volcans du lac Kivu appelds Kirunga.
Ces hauteurs sont les points culminants des fortes arites
montagneuses qui viennent du sud du Tanganika et vont
jusqu'au nord du lac Albert: entire elles se trouve une
vaste depression h laquelle on a donn6 le nom de Graben,








- 45 -


d'apres l'appellation germanique, et dans cette depression
se trouvent plusieurs des grands lacs : le Tanganika, le
Kivu, l'Albert-Edouard et l'Albert.
Les montagnes sont les t6moins des formidable convul-
sions qui, aux Ages prehistoriques, ont bouleverse l'Afrique
central, ces convulsions don't les derniers movements ne


Dans la region des grands lacs.


sont pas encore apais6s; car, parfois, les volcans du Kivu
se rallument et depuis le nord du lac Albert-Edouard jus-
qu'au long du Tanganika, on voit partout des sources
salines, sulfureuses et thermales don't certaines ont une
.temperature de 900 centigrades; presque toutes les eaux
des lacs ont, par suite, une l6gere salure, et en certain
endroits, comme A Katwe, l'exploitation des sources sales
donne lieu A un important traffic indigene. La presence de
ces vastes nappes d'eau logees au pied des montagnes
donne au pays un aspect tout particulier et des souvenirs









- 46 -


de spectacles inoubliables nous en sont rests, souvenirs
venus des soirs et des nuits oi nous avions plant notre
tente sur la plage d'un des lacs. A ces heures vesp6rales,
la fraicheur de I'atmosphere refroidie par 'altitude du
pays, condense en nu6es 6paisses les vapeurs aspirees de
la surface des eaux par le soleil equatorial.
Aut moment o0i le soleil va disparaitre, sa lumiere
decoupie par la cime dentelke des months, s'irradie en tous
sens; r6fractde dans les nuages, elle les teinte des plus
belles couleurs du prisme, allant des tons les plus doux
aux plus vigoureux. On dirait parfois que ce sont de riches
tentures de satin encadries de lames d'or rutilant. La
surface des eaux reflichit cette magie en l'amplifiant;
mais A peine a-t-on le temps d'en emplir ses yeux qu'elle a
/disparu.
Sur la plage bruissent les vagues deferlantes soulevses
par la brise du soir; elle passe dans les papyrus, et les
roseaux font entendre de sourds gemissements, tandis que
de longs vols de cigognes et de pelicans s'abattent dans
les herbes, poussant leur cri, pareil A un appel de trompette.
Ils semblent r6pondre au clairon du camp don't les notes
m6lancoliques disent l'heure du repos; mais longtemps
encore, -on percoit au loin le crissement des milliers d'in-
sectes don't la stridence s'accompagne du coassement en
basse-taille de la grenouille-taureau. Et souvent, leur
silence n'est que precurseur de l'arrivie de l'orage. Le
perpetuel movement des eaux 6vaporees et condensees
s'accompagne au voisinage de l'6quateur d'incessantes
manifestations 6lectriques; des causes encore mysterieuses
en accroissent lh-bas l'intensite et donnent aux tempetes
magn6tiques une ampleur souvent terrible. Dans le silence
nocturne, de longs et sourds roulements rappellent le
lointain passage de convois lourdement charges; des nappes
rougeAtres s'6pandent de temps a autre sur le ciel des6toilk;
les lueurs se pricisent et bient6t l'eclair bleuAtre ne cesse
d'6ventrer 1'atmosphere A tous les points de l'horizon. Les









-- 47 --


roulements lointains du tonnerre, accrus bans cesse, sont
devenus semblables au bruit d'explosion de monstrueuses
pieces d'artillerie; et bient6t c'est le fracas de la foudre,
frappant A tout instant la terre, et accompagnr des hurle-
ments de la tempyte, qui met au coeur de l'homme le senti-
ment de son impuissance devant les colres de la nature.


Chimbeque servant d'atelier de menuiserie.


Peu A peu, celles-ci s'apaisent et seul se fait encore entendre
le grondement d'une cataracte divalant dans une gorge
des montagnes et grossie par les torrents et la pluie d'orage;
un peu de houle murmure encore a la surface du lac qui
s'endormira tout h fait aux heures tardives de la nuit. Telle
est la scene qui, presque chaque nuit, se d6roule dans la
region des lacs, bordee par la chaine immense des months
Ruwenzori. Sur pris de cent kilometres, ce massif s'allonge
dans le sens du meridien et il porte ses sommets A pres









- 48 --


de cinq mille metres de hauteur. Des glaciers et des neiges
eternelles couronnent les pics superieurs et les actions
metioriques resultant de l'existence de cette zone de froid
font de ces montagnes un centre gendrateur de pluies
incessantes, d'orages et de tempftes.
Bien souvent les months Ruwenzori se cachent dans
d'dpais tourbillons de nudes, sans cesse effiloch6es par les
vents; mais quand la violence de l'orage s'est fatigue,
apres avoir nettoy6 toute la vofite du ciel qui 6tincelle et
brille de toute la blanche clart6 lunaire, a certain moments,
la masse gigantesque .des months se profile en noir a l'hori-
zon; sur les sommets, on dirait qu'une armure d'acier
poli a dte disposee, refl6chissant comme un miroir les
rayons pars des astres scintillants. L'homme qui jouit
de ce spectacle le contemple sans se lasser jusqu'au jour;
alors, le retour du soleil, teintant de rose les blancheurs
glacees, rend aux choses leur aspect coutumier et fait
disparaitre le mystere de la fuiguration des sommets.
(Grands Lacs africains et Katanga.)
GCn6ral E. WANGERIME,




LE PAPYRUS

Papyrus! Syllabes magiques, 6voquant des sables clas-
siques, le mirage de l'antique Egypte : le Sphynx, Thbbes
aux cent portes, les Rhamses arraches aux pyramides, le
viol des hieroglyphes chantant Isis et ses mysteres, et,
par un saut immense dans le temps, la pharaonique digue
d'Assouan jugulant le Nil sacr6 et dispersant ses flots
bourbeux par les mille canaux des terres des fellahs!
Dechu des splendeurs de jadis, le papyrus est utilise au
Mayumbe pour la construction des cases; 1'indigene confec-
tionne des panneaux avec les roseaux assembles par des








49 -


liens que sa fantaisie, non ddpourvue d'un certain art, noue
en figures g6om6triques qui attirent attention par leur
regularit6. Un ( chimbeque en papyrus se monte comme
par enchantement : deux panneaux lateraux, deux pan-
neaux-pignons, un double panneau articuld pour le toit,
.quelques pieux de soutien, et la maison est debout. La
16gbret6 de ces habitations, leur construction facile con-
viennent a l'indolence des natifs et n'entravent pas leur
manie de diplacement. Dr ALBERT JULLIEN.
(Par Monts et par Vaux au Maygmbe.)





LE TANGANIKA (1)

Bien qu'il n'y ait guere plus de quarante miles depuis
le pied des montagnes que nous avions quitt6 jusqu' la
rive septentrionale du lac, apres avoir err6 dans la valley
pendant six jours le long de ces sentiers africains qui
zigzaguent h l'aventure, je commengais A croire que le
Tanganika n'etait qu'un mythe.
Mais comme nous arrivions au sommet d'une colline, le
voil qui se montre a moins d'un demi-mille et aussit8t
de me dire a part moi : ( Lago Maggiore! ')
II n'y avait pas de doute. C'6tait, en effet, comme si
nous 6tions descendus de Bellinzona a Locarno : memes
montagnes autour de nous, et de forme et de hauteur;
mmnes groups de villages 6palpills au long de leurs
versants; memes cascades jaillissant au fond de gorges
profondes. A 1'endroit oi devait se trouver Canobbio
s'avangait un sombre promontoire dans l'eau ]a plus bleue


(1) D'aprbs Cameron, le nom Tanganika signifie lieu du melange;
il est d6riv6 du verbe kou-tanganya qui veut dire melanger, confondre.
G.-D. PfiRIEF. MOUKANDA. 1924. 4








- 50 -


que j'ai vue apres celle du lac Majeur, avec gq et IA une
tache empourpree sous le souffle de la brise. Au sud, une
longue ligne noire annongait, non pas le sirocco s'6levant
d'Italie, mais le vent quotidien soufflant de Rhod6sie et
du Nyasaland. Les euphorbes noires remplagaient les
cyprus et, A Uvira que nous atteignimes quelques heures
plus tard, les jardins de citronniers charges de fruits d'or
complktaient P'illusion.
Peu de semaines auparavant, une violent temp&te avait
submerge la plupart des canots disponibles. Comme il
6tait impossible d'en rasscmbler un nombre suffisant pour
nous transporter avec nos bagages sur l'autre rive du lac,
force nous fut de prolonger notre sejour A Uvira. Au fait,
nous usions sans regret de cette circonstance pour flAner
sur ce coin de terre ravissant. Uvira est le chef-lieu du
territoire de la Ruzizi-Kivu, sur la rive ouest, A quelques
miles de la pointe du lac. Entre le rivage uni et sablon-
neux et le pied des montagnes s'dtend encore, sur une
distance d'un mille environ, une plaine decouverte.
A Uvira, la larger du lac ddpasse quinze miles, mais
elle en parait A peine la moiti6 tant I'atmosphbre y est
pure. On aperCoit en effet distinctement sur l'autre rive
les habitations d'Usumbura, situ6 en face d'Uvira.

Une des particularitis les plus frappantes du Tanganika
est 1'etonnante r6gularit6 de ses vents diurnes. Jusque vers
onze heures du main, pas un souffle ne vient froisser sa
surface soyeuse. Mais A ce moment se deroule du sud, en
grondant, une violent temp6te qui transform, tout A
coup, le lac silencieux en une mer menagante, don't les
vagues 6normes se brisent sur la plage. A quatre heures
cependant l'ouragan s'apaise et, au coucher du soleil, le
paysage a repris son came des premieres heures.
Dans les eaux basses, pr&s de la come du lac, les pois-
sons abondent. Les indig&nes les pechent de nuit au moyen
de lances et c'est un spectacle merveilleux de voir, A la









- 51


brune, s'allumer plus de vingt torches scintillantes, don't
l'Mclat s'allonge au-dessus du lac.

Sur la rive ouest du Tanganika, un paysage d'un charme
supreme s'offre a la vue. Le lac lui-mime y ajoute le
divertissement sans fin de ses changeantes humeurs,
melees de tempetes et de soleil. Les quelques soirees que
nous passAmes A souper au bord de ses ondes, sous la clart6
magique de la lune, demeurent parmi mes plus heureux
souvenirs d'Afrique. Aussi bien, je suis enclin a placer le
beau Tanganika en tSte de tous les autres lacs africains,
A l'exception peut-6tre du Naivasha, mes premieres
amours.
Sans doute, le Kivu avec ses rives montagneuses, ses
iles, ses golfes, ses chenaux sinueux, est plein de charme,
mais le Tanganika, dans son immensity, est d'une magni-
ficence supreme et il n'a pas d'dgal au monde pour la
splendeur de ses colorations. A.-F.-R. WOLLASTON (1).
(From Ruwenzori to the Congo, voyage d'un naturaliste
A travers l'Afrique. Extrait traduit par G.-D. P.)




LE ROYAUME DES SINGES

La fort 6quatoriale, en some, content relativement
peu de gibier; celui-ci se tient surtout sur la lisiere, pros
du pays decouvert. L'6l6phant lui-meme, auquel il faut
journellement une quantity considerable de paille ou
d'herbe, ne peut habiter la fort; il s'y promene, mais
pour en ressortir bient6t. Le territoire du Congo en est
assez largement peupl6.

(1) M. Wollaston, A.-F.-R., accompagna come medecin une
des premieres expeditions scientifiques organisees par le British
Museum de Londres, pour explorer les months Ruwenzori. 11 fut









52 -


En revanche, la fort 6quatoriale est I'asile d'une varidt6
infinie de quadrumanes. On peut dire qu'elle est la patrie
du singe : depuis le minuscule ouistiti jusqu'au gigantesque
gorille, toutes les espices d'Afrique s'y trouvent repr6-
senties A foison. Dans certaines regions, tout ce que
l'on peut imagine comme varidtis de pelage et de couleur,
tout ce que 1'on voit de singes divers assembles dans un
jardin zoologique, se rencontre pendant une journee de
march A travers la fort; les uns s'enfuient des qu'ils vous
apercoivent; d'autres, plus courageux et confiants dans la
hauteur des arbres, vous regardent paisiblement passer en
se grattant; des troupes entieres occupies A se promener
a terre grimpent aux plus hauts sommets a votre approche,
tandis qu'au contraire, d'autres qui s'y trouvaient se preci-
pitent dans l'espace, l'air affol, et, s'aidant des lines, se
laissent glisser jusqu'au sol pour mieux s'enfuir.

J'ai remarque que, si nous marchions avec le gros de
l'expedition, le bruit de ce grand nombre d'hommes faisait
le vide devant nous : on ne voyait rien, et tout semblait
mort; etais-je, au contraire, a deux ou trois kilometres en
avant, merchant sans bruit, accompagn6 seulement de mes
porte-fusils, la fort prenait un tout autre aspect : elle
s'animait, c'6tait la vie partout. Bien des fois j'ai fait
cette meme remarque dans la brousse africaine.
On ne commence A connaitre les grands singes que vers
le milieu de la fort, c'est-a-dire vers le Lomami. Dans
cette region et sur l'Itimbiri, on a pu rdpondre a mes
questions sur le gorille en me designant un grand singe, le
soko, qui, d'apres la description des indigenes; doit Utre
le chimpanz6.

charge galement de la formation des collections botaniques et
entomologiques. Son livre a 6t6 6crit, dit-il, (( pour ceux qui se font
une fausse idWe de 1'Afrique (. ( On ne peut resister a son charme,
ajoute-t-il. Celui qui 1'a subi, se sent d6sormais le devoir de defendre
la reputation de la terre africaine. ,









53 --


Mon interprete, vu mes capacit6s assez limities en langue
du Congo (une espece de bangala meld de swahili), a
jug6 que je saisirais mieux le portrait du soko par la
demonstration que par la description, et, apr&s avoir
interrog6 une dizaine d'indigenes assis a c6t'd de nous,
A qui il demandait, en s'interrompant, de nouveaux delair-


Les bananiers.


cissements, voici comment il a rdpondu A mes questions
detailldes sur cet animal. Toute la population du village
4tant assemblee A nous regarder, il commenca :
( La taille?... celle de\ ce petit, A peu pres. Et il me
montre du doigt un enfant de dix ans. Celui-ci, voyant
le geste et s'imaginant sans doute que je me le fais designer
pour le manger roti A mon diner, s'esquive aussit6t.
c Le nez?.... comme cela. > II ddsigne un tout petit









-- 54 --


enfant qui n'en a pas encore. La mere, effrayee, s'enfuit
pricipitamment, serrant son nourrisson centre sa poitrine.
(( La barbe?.... dans ce genre-ci, ) en .faisant voir celle
d'un vieillard qui porte un collier de poils comme les vieux
marines. Le vieux se content de sourire d'un air bon enfant.
(( Le ventre?.... comme cela. ) Et il touche presque
Ta panse d'une vieille femme Pa'ir hydropique qui n'a pas
peur et continue a le regarder d'un air mauvais, comme
pour dire : Eh bien! apris?
( La figure?.... blanche come celle du bouana (maitre).
Et tous les indigines d'cclater de rire h leur tour, enchants
de cette comparison qui me concern. La vieille hydro-
pique trouve cela de son goft, et un gros rire secoue sa
bedaine plissde comme un accordion, tandis que des h6!
hd! hU! convulsifs s'6chappent de sa bouche entr'ouverte
et 6dentee.
Tout le monde est enchants et se retire lI-dessus pour
riflechir a cette dissertation comparative sur le soko,
tandis que, pour fournir un trait de resemblance de plus
entire lui et moi, je mange quelques bananes qu'on m'a
offertes.
(Chasses aux Grands Fauves.) EDOUARD FoA.




LA MORT DU SINGE

Dans la serre vftree oi de rigides plants,
Filles d'une jeune ile et d'un lointain soleil,
Sous un ciel toujours gris, sommeillant sans riveil,
Dressent leurs dards aigus et leurs floraisons lentes,

Lui, tremblant, secoud par la filvre et la toux,
Tordant son triste corps sur des lambeaux de lane,
Entre ses longues dents pousse une rauque haleine
Et sur son sein velu croise ses longs bras roux.











Ses yeux vides de crainte et vides d'espirance
Entre eux et chaque chose ignorent tout lien;
Ils sont empreints, ces yeux qui ne regardent rien,
De la douceur que donne aux brutes la souffrance.

Ses membres presque humans sont bralants et frileux;
Ses levres, en s'ouvrant, d6couvrent les gencives;
Et, comme il va mourir, ses paumes convulsives
Ont cach6 pour jamais ses pouces musculeux.

Mais voici qu'il a vu le soleil disparaitre
Derriere les huniers assembles dans le port;
II l'a vu : son front bas se ride sous l'effort
Qu'il tente brusquement pour rassembler son 6tre.

Songe-t-il que, parmi ses freres forestiers,
Alors qu'un chaud soleil descendait des cieux calmes,
Repu du lait des noix et coucli sur les palmes,
Il s'endormit heureux dans ses frais cocotiers,

Avant qu'un grand navire, allant vers des mers froides,
L'emportat au milieu des clameurs des marines,
Pour qu'un jour, dans le vent qui lui mordit les reins,
La toile, au long des mAts, glacat ses membres roides?
A cause de la fievre aux souvenirs vibrant
Et du jefne qui donne aux Ames l'allegeance,
Grice A cette supreme et brive intelligence
Qui s'allume si claire au cerveau des mourants,

Ce muet hiritier d'une race stupid
D'un rive unique emplit ses esprits exalts :
I] voit les bons soleils de ses jeunes 6t6s,
II abreuve ses yeux de leur flamme limpide.

Puis une vague nuit pese en son crAne 6pais.
Laissant tomber sa nuque et ses lourdes mAchoires,
II rAle. Autour de lui croissent les ombres noires *
Minuit, I'heure oil I'on meurt, lui versera la paix.
(Les Poemes dords.) ANATOLE FRANCE.


- 5"5 -












LA TORNADE


La saison des pluies battait maintenant son plein. Tous
les jours nous 6tions assaillis par des tornades d'une
violence don't on n'a en France aucune idee. La chaleur,
des le matin, devenait 6touffante. Nous sections en nous
un trouble et un malaise indifinissables.
Les oiseaux qui voltigeaient A travers les branches avee
une inquietude visible cessent leurs chants, tout dans la
nature est en proie A ce came significatif pricurseur
d'un orage; pas la moindre brise ne se fait sentir, les
feuilles des arbres conservent une complete immobility.
Depuis quelques instants, on apergoit au plus profound du
ciel, d'un azur dblouissant, de petits nuages cotonneux
qui, descendus vers le fond de 1'horizon, remontent tout
noirs vers le ciel et semblent ouvrir, comme pour le
d6vorer, des gueules monstrueuses.
Tout A coup les feuilles commencent A s'agiter, comme
sous l'impression de l'attente et de l'effroi; et soudain, de
l'insondable profondeur des nuages noirs, un immense
dclair en zigzag raie le ciel d'une ligne de feu courant de
l'orient A l'occident.
Puis tout retombe dans l'immobilit6 de l'attente et
nous-mimes, p6netres de la grandeur de la scene qui se
prepare, l'oeil br61 par le soleil et l'Pclair, nous observons
un silence religieux.
Apres quelques seconds d'anxi6t6, le ciel se brise avee
fracas, un long dichirement semble s6parer les nuages qui
envahissent subitemnent le ciel, voilant la splendeur de
l'astre du jour. La nature se soulive tout entire, il sort
de je ne sais oi, un vent de feu qui s'6pand dans la plaine.-
Les arbres fremissent au-dessus de nos tetes, la brousse
s'anime, l'horizon se retricit, se ferme et semble tourbil-
lonner dans une trombe immense qui accourt vers nous.









-- 57 -

Tout, dans ce pays, prend des proportions fantastiques
et dimesur6es.
Un second eclair dans la trombe, un second dechirement
dans la nue, et puis, comme de grandes larmes tombant du
ciel, de large gouttes de pluie (tildes encore de l'embra-
sement de l'air) sillonnent 1'atmosphere de flamboyantes
etinoelles.
Les vents semblent sortir des quatre coins du ciel, lutter


Des arbres abim6s par la tornade.


entire eux, et danser au-dessus de nos tUtes une sarabande
infernale. Les gouttes de pluie s'unissant forment d'abord
des flaques d'eau, puis des ruisseaux, puis enfin, un vrai
lac qui s'6croule sur nous.
C'est la chute de toutes les cataractes du firmament dans
lesquelles s'engouffre le m6t6ore, ou plutot la valse des
vents qui tournoient en un movement giratoire des plus
pittoresques, leur donnant l'apparence d'une h6lice gigan-
tesque qui pousserait vers les c6lestes spaces un navire
dimesur6.









58 -


Au milieu de toute cette horreur, entire les nuages
disjoints, le soleil darde ses rayons d'or, qui colorent les
gouttes de pluie et les transforment en autant de larmes
de diamant.
Ajoutez A cela le roulement incessant du tonnerre, les
eclairs d6chirant cette masse de nuages et d'eau sans
pouvoir la briser, et peut-ftre aurez-vous une idee du sata-
nique ouragan don't nous itions tous les jours timoins.
On appelle cela une tornade. Heureusement, cette tem-
pete obliquait souvent au sud-est, dans la parties infirieure
de la vallee, et ses tourbillons ne pouvaient nous saisir,
mais ses remous nous atteignaient.
Nous pfimes bient6t nous rendre compete des effects de la
trombe. Des troupeaux de buffles et d'antilopes venant du
sud passaient A nos c6tes dans le torrent du vent et de la
pluie, avec une rapiditi6 vertigineuse.
Les branches des arbres craquaient, leurs troncs ren-
daient des gemissements; les plus 6lev6s, les plus puissants
d'entre ces giants frissonnaient, courbant jusqu'A terre
leur altiere chevelure herissie dans un effrovable disordre.
Nous 6tions, pour mieux resister aux efforts de la temp&te,
obliges de tenir les piquets de nos tentes.
Quelques Negres, fouettis par la pluie tamis6e A travers
les branches, avaient ramen6 sur leur tite, leur tablier de
cuir et offraient A l'ondde et A la tempete leur corps nu,
levant les mains au ciel, decrivant des arcs de cercle du
c6te oh 1'ouragan faisait rage.
Rien de plus curieux que ces fantomes difformes qui,
pour conjurer les dl6ments dichainds, gesticulaient devant
nous, .semblables A des gnomes. Dans cette dcmi-obscu-
rite phosphorescent, la lumineuse pluie retentissante,
effra'ante et fascinatrice tout A la fois, luisait, colored
des plus fantastiques couleurs.
Le centre de la tornade passait vertigineux A quelques
kilomrtres de nous.
A deux heures la pluie -cessait. G6n6ralement, dans









59 -


I'horizon, A l'est, la trombe se brisait A des collins basses,
non sans de nouveaux dclairs et de nouveaux coups
de foudre, dernieres palpitations du monstre expirant.
Le soleil resplendissant sur ce sinistre chaos paraissait
radieux, 6epr6 et rafraichi, inondant de sa chaude lumirre
le th6 tre du sinistre, tandis que de gentilles n6gresses
sdchaient leur corps maigrelct.
RAYMOND COLRAT DE MONTROZIER (1).
(Deuxv ans chez les Anthropophages et les Sultans du
Centre africain.)




DANS LE SANKURU (2)

Tous les jours, des six heures, nous courons A toute
vapeur au milieu d'une riviere don't la moindre larger
est de six cents m6tres et qui en a souvent deux mille et
trois mille. Que sont nos fleuves aupres de ces art&res
gdantes? Pendant plusieurs jours, les rives 6taient nues
on bordees d'arbres rabougris. Le spectacle vient de
changer. Si loin que 'ceil peut voir, il ne decouvre que
des forts : elles talent sur les rives leurs feuillages incom-
parables, un fouillis oi toutes les nuances du vert, depuis


(1) Raymond Colrat de Montrozier, explorateur franais. II a
d6fini d'une image saisissante la valeur iconomique du Congo
belge mis en parallle avec le Congo frangais (1'Afrique 6quatoriale
francaise). a Cherchons, 6crit-il, la similitude et les analogies des
deux contr6es. L'une (le Congo belge) est admirablement organis6e
pour I'exploitation. On ne sa.urait mieux la compare qu'h un
eventail ouvert; le fleuve du Congo formerait la base de cet ventail
et ses affluents en seraient les nervures, c'est-a-dire que la voie
principal de la navigation est reli6e aux points extremes par un
r6seau de rivibres presque toutes navigables.
(2) Le Sankuru est le plus important des affluents du Kasai.
Son course d'environ 1,400 kilomitres atteint parfois une larger
de 3,000 m6tres.











la plus tendre jusqu'A la plus sombre, se trouvent asso-
cides avec tant d'harmonie que jamais l'ceil ne se fatigue
d'admirer le paysage. Au-dessus du d6me de verdure
form par les cimes, des palmiers lai's dressent leurs
gigantesques panaches.
Lorsque le bateau n'est pas trop loin de la rive, nous
pouvons distinguer dans la masse un certain nombre de
formes vexgtales. L'une des plus curieuses et des plus
communes est celle des calamus ou rotangs, des palmiers-
lianes aux longues tiges 6pineuses; ils s'accrochent aux
arbres voisins par de longs stylets crochus qui terminent
leurs feuilles si 6legantes, meme avant qu'elles sortent du
bourgeon. Tout au bord de I'eau, de petits palmiers A
feuilles d6licatement decoupdes forment un tapis des plus
gracieux. Si la rive a 6t6 rong6e par le courant de facon A
mettre A nu le sol primitif, -une terre rouge cinabre, elle
se recourre bient6t de jeunes frondes de Gleichenia dicho-
toma, une fougere des plus repandues dans les regions 6qua-
toriales. Cg et 1a, un Raphia dresse ses longues feuilles,
souvent glauques, mais qui ne peuvent rivaliser avec celles
de l'IlaYs, tres commun aussi dans la fort.
Un arbre bien caracteristique a les branches verticillees
et 6talees comme un sapin, le feuillage d'un vert bleuAtre.
Ce n'est pas un conifere il n'y en a pas dans les forts
congolaises -- mais une espece d'une famille toute diff6-
rente, don't les fleurs, mime avant leur 6panouissement,
sont d'un rouge 6clatant. Tandis que la grande majority
des especes qui composent cette flore exuberante a les
feuilles persistantes, de faeon A toujours etre prates pour
la lutte, un arbre se signal de temps A autre par sa cime
priv6e de feuilles : le faux-cotonnier ou Eriodendron
anfractuosum, cette m&me esp&ce si r6pandue dans le
Bas-Congo, don't les tiges, armies de gros aiguillons dans
leur jeune Age, portent plus tard de large contreforts
appliques verticalement contre la parties inf6rieure du
tronc. Voici une autre particularity de ce colosse : le































/,


Le saucissonnier.









- 62 -


moment oil ses boutons foliaires s'ouvrent, est tres variable;
non seulement on trouve au mime endroit des pieds
garnis de feuilles et d'autres qui sont encore A I'dtat de
repos, mais, sur un meme arbre, il y a des branches qui
presentent la m~me difference. Strange anomalie don't je
ne puis donner une explication satisfaisante.
(Lettres congolaises.) EMI.LE LAURENT.



UN FEU DE BROUSSE

En route, nous avons 4t6 d6passes par un voyageur
autrement rapide que nous : un feu de brousse qui a failli
nous r6tir comme de vulgaires chapons. Depuis le matin,
on Ie devinait sur notre droite, d'ofi le vent nous amenait
un air charge de vapeurs suffocantes et un bruit lointain
de fusillade. Vers dix heures, l'incendie se rapprochait,
s'annoncant par des crpitements formidable et des tour-
billons de fum6e noire. Elle marchait parallelement h
nous. Le spectacle 4tait grandiose; des spaces 6normes
de terrains en flames formaient un oc6an incandescent,
don't les vagues devastatrices bondissaient comme cells
de la mer. Au-dessus du brasier, des lIgions de grands
oiseaux planaient pour s'abattre tout d'un coup sur un
animal fuyant devant l'incendie. La ligne de feu avait de
brusques sauts en avant, coupes d'arrets causes par les
ruisseaux ou les marais. Soudain, 6largissant son front,
elle arriva sur nous, effrayante, avec la vitesse d'un cheval
lanc6 en plein galop. Heureusement que nous venions
d'atteindre une galerie oh nous pfimes nous r6fugier just
au moment oh les flames commeneaient & la 14cher.
Lorsque nous en ressortimes du cot6 oppose, l'el1ment
destructeur 4tait passe, disparaissant ddjA h 1'horizon et
nous nous trouvions merchant dans les cendres encore
chaudes des herbes brfildes. Le pays n'etait plus qu'une









- 63


plaine noire oi de pauvres arbres rabougris achevaient
de se consumer.
Je viens de parler de galerie. Ce mot ne ddsigne nulle-
ment ici l'objet qu'il 6voque gendralement en nous. La
galerie de 1'Afrique central est un petit morceau de fort,


Une galerie de verdure.


d'une larger insignifiante, s'itendant le long des course
d'eau auxquels elle forme un d6me de verdure. Vue du
dehors, on dirait un mur de feuillage. L'enceinte franchise,
on se trouve dans un enchevetrement inoui d'arbres et de
lines aux dimensions gigantesques, sous une triple vofite
de verdure. Le sol n'est qu'une suite de marches formtes
de racines nues et saillantes sortant d'une terre spongieuse
sans resistance au pied. La fraicheur du lieu est exquise,
mille oiseaux y gazouillent. Ces endroits forment dans la
brousse suffocante de vdritables oasis ofi l'on est heureux









64 -


de se reposer un instant. Ils ont de plus l'avantage d'offrir
une barriere infranchissable aux incendies qui les con-
tournent. UN ANCIENT DE LA CAIBRE.
(A travers l'Afrique equatoriale)




DANS LE KASAI (1)

Les deux rives du Kasai se rapprochent. Les bancs de
sable sont moirs nombreux. A droite et A gauche de la
grande rivibre, le terrain est assez accident. La v6g6tation,
plus belle, mieux fournie, offre A certain endroits des
paysages d'une imposante grandeur, d'une merveilleuse
harmonies de couleurs et de lignes. On chercherait vaine-
ment des mots pour exprimer la beauty puissante de ces
coins de fort vierge, oni ces arbres 6normes confondent
leur feuillage avec les hautes fougeres, les herbes et les
lines qui les 6touffent en se ruant h l'assaut de leurs
troncs gris-rose.
Je ne trouve pas ici les aspects de la fort tropical des
rives du fleuve. Est-ce un effet de l'imagination, d'optique
sous un jour special, ou simplement, la saison des pluies
n'avantage-t-elle pas le d6cor qui se diroule devant mes
yeux? Les tonalitis me paraissent plus plantureuses, plus
grasses; mon enthousiasme pour I'incomparable somp-
tuosit6 des tresors naturels de notre colonies monte encore
d'un cran, et les amis des arbres ne trouveront A cela
rien d'inavouable.
Quand je me rappelle mon emballement pour le Mayumbe,
puis pour la grande fort, et que je le rapproche de mon

(1) Le Kasai prend sa source non loin du Zambnze. II arrose
ensuite une superbe et fertile vall6e don't les coteaux atteignent
cinq cents mbtres de hauteur. Ses rives sont bordees de forts oil
se rencontrent en abondance l'6lais et la liane h caoutchouc.









- 65 -


admiration 6mue pour le Kasai et le Sankuru, j'en arrive
A conclure qu'il serait pauril et ridicule de vouloir com-
parer les beautis si differentes de ces regions. La v6rit6
est qu'on vit ici dans une perpetuelle et multiple fierie.
Et le meilleur des hymnes A cette splendeur serait encore
le silence respectueux.

Avec une riviere comme le Sankuru, on ferait en Europe


Indigene r6parant un engin de peche.


un fleuve digne des 6loges grandiloquents du Baedeker.
Sa larger moyenne est d'un kilometre, mais le plus
souvent, des miles verdoyantes emp&chent d'apercevoir en
meme temps les deux rives.
Nous sommes en plein Eden. Les large feuilles des
palmiers morts ont des tons de vieil argent. Les branches
dessech6es des arbres abattus par les tornades se decoupent
en dentelles blanches sur le fond vert bronze que le soleil
G.-D. PtRIER. MOUKANDA. 1924. 5









66 -


parseme d'amithystes et de diamants. Les lines se laissent
pendre au-dessus de l'eau ou bien elles se faufilent dans
les taillis pour 6taler a c6te du feuillage sombre d'un faux
caoutchoutier, leur bouquet de feuilles d'un rouge bru-
natre, semblables A des fleurs. Des oiseaux animent le
paysage. Voici l'aigle-pecheur aux large ailes noires et
blanches, 1'oiseau-serpent au long cou soyeux, A la tate
effilde, le merle m6tallique qu'on croirait 6chapp6 de la
vitrine d'un bijoutier, les martins-p&cheurs alertes et
families, les perroquets, les foliotocoles au somptueux
plumage, les veuves, les 4perviers, les ibex, les h6rons
solennels, les canards sauvages, turbulents et peureux....
On ne voit plus guere d'hippopotames, bien que nombreux
soient, dans les miles, les pieges tendus par les indignnes
pour capture ces pachydermes. En revanche, nous massa-
crons quelques crocodiles de belle taille qui se r6tissaient
le dos au soleil. Enfin, j'ai pu contempler a mon aise un
superbe el1phant, et je vous assure qu'il faisait bien meil-
leure impression dans son cadre sylvestre que sous la toile
d'une menagerie foraine. FRITZ VAN DER LINDEN.
(Le Congo, les Noirs et Nous.)






PROFUSION DE GIBIER


Nous allons l'aventure d'un coude a l'autre (1), sous
des bois superbes qu'embaume le parfum du miel sauvage,
effarouchant des troupeaux de toute sorte, ramassant les
ruches et les champignons, et riveillant de notre fusillade
les 6chos endormis.


(1) Le long du Kalongwezi, a I'est du lac lMoro.











Nulle part, meme au Bangou6lo, je n'ai vu une pareille
profusion de gibier de toute espece et aassi facile a attein-
dre. Un troupeau de zebres me laissa approcher A cinquante
metres. Sous un grand arbre touffu, six ou sept poulains
folAtraient sur I'herbe. C'6taient des sauts, des ruades, des
cabrioles sans fin. Pendant que les uns se vautraient, les
quatre jambes en l'air, d'autres piquaient des temps de
galop, puis tous, se bousculant, ralliaient les grands-parents,
tranquillement occupies A brouter A quelques pas de moi.
Soudain le plus proche releva sa haute tate dans ma direc-
tion en dressant ses oreilles; frapp6 au poitrail, il tomba
come une masse, puis, apres un bond de cte, le troupeau
tout entier, debout, nous faisait face. A ce moment la
ball de Hassani siffla sur la gauche, et un petit poulain
calbuta en ralant, pendant que les autres partaient comme
1'Mclair....
La chasse, ce jour-1, fut la plus belle de mon voyage.
J'en parole au point de vue des provisions, le seul qui
m'interesse A cette heure. Hassani tua deux buffles et un
zebre, moi deux zebres, le tout dans un rayon d'un kilo-
m6tre. Hassani fut charge par les buffles h trois reprises
differentes; mais cet exercise, qui lui 6tait devenu familiar,
n'avait plus de danger pour lui.
Pendant qu'on depecait la viande, j'avais pouss6 tout
seul et plus avant vers un petit vallon ou le gibier, effray6,
s'dtait r6uni en masse : c'dtait bien l le spectacle le plus
strange pour l'oeil d'un Europeen et d'un chasseur. Une
centaine de zebres divises en plusieurs troupes tenaient la
tete en 6clairears, avec des gambades folles et des fouette-
ments de queue; puis venaient des elans gris, s'avanr;ant
en corps de bataille, de leur pas majestueux et grave, puis
des oryx batards et un nombre incalculable d'antilopes
( caf6 au lait Sur les c6t6s, enfin, des centaines de pallahs
et de spriligbocks, bondissant sur leurs resorts d'acier,
compltaient cc defil6 fantastique. Les elans furent les
premiers al se dtbander, puis les zebres; il ne resta bient6t









- 68 --


plus sur les deux lisibres du vallon que quelques spring-
bocks attardes. VICTOR GIRAUD (1).
(Les Lacs de l'Afrique dquatoriale.)





LES CRIQUES MERVEILLEUSES DU CONGO

C'est par troncon quotidien que j'ai savour6 cet archipel,
emigrant d'un point A un autre toujours par les eaux
ramifides en canaux serpentins ainsi qu'une immense
Venise africaine. Les miles, basses, sont d'6normes plateaux
de verdure, qu'on croirait des lambeaux de forts flottantes
amarr6s 1l jusqu'a leur prochain depart pour des destina-
tions magiques A travers les oceans. Pas un hiatus dans
leurs touffes magnificentes 6pandant les beaux feuillages
ornementaux de la veg6tation tropical. Au fur et A measure
du parcours de l'embarcation solitaire, elles ddmasquent
leurs decors charmants et leurs perspectives idWales,
entour6es du cadre des eaux lam6es de l'argent du ciel,
r6pitant en une image renversee la line ondulke de leurs
frondaisons et la mosaique de lears couleurs. C'est le pare
superbe et seduisant d'une Walhalla habitue par des fees!
Tant6t les sinueux contours s'dlargissent en un lac don't
on cherche en vain l'issue parmi les 6paisses bordures de
malachite et d'6meraude; tantat ce n'est plus qu'une
6troite riviere don't la main peut paresseusement toucher
les rives faites des gigantesques et 616gantes palmes du
bambou, pench6es en d'immobiles prosternations au-dessus
du miroir qu'elles effleurent et of elles mouillcnt l'extr&-
mit6 de leurs lamelles effil6es. Quelques-unes, engrisaillees

(1) M. V. Giraud, officer de marine frangais, a explore de 1882
A 1884, a ses frais et au prix de fatigues inouies, la region du lae
Bangwelo, du Luapula et du Haut-Zambeze.









69 -


par la fane, donnent l'illusion de rocs pointant au milieu
,des frondaisons opulentes.
Ailleurs ce sont les paletuviers- tranges; etranges sur-
tout quand ils ont pu croitre aux dimensions des grands
arbres forestiers. Ils se dressent alors au-dessus des eaux
sur des racines qui semblent les pieds de digitigrades
.ant6diluviens essayant de se digager des limons. Et de
leurs cimes pendent en 6cheveaux, detach6s des grosses
branches, les rameaux filiformes descendant pour renouer














Une pirogue passe...

1'hit6roclite vegetal au lit du fleuve par des pousses nou-
velles. Les images abondent dans l'esprit A la singularity
du spectacle : sont-ce les singes qu'on voit bouger dans la
feuillure, qui pcchent A la ligne? Est-ce la chevelure d'une
dryade giante qui trempe dans le courant? Sont-ce des
cordages tendus sur une pave submerge, pour la ramener
A la surface?
Et toujours la solitude! La solitude et le silence, car
nous avons fait taire les psalmodies derangeantes des
pagayeurs, au risque d'amoindrir leur travail, car pour ces
primitifs faire du bruit c'est produire de la force et un
effort muet semble sterile. A de longs intervalles, une
pirogue chitive et furtive, conduite par deux naturels











debout en un 6quilibre difficile, n'ayant amoindri leur
nudity que d'un court pagne effiloqu6, passe ainsi qu'une
decoupure d'ombre chinoise et disparait comme un animal
effarouch6. Le cri bizarre d'un oiseau invisible, pareil A
un sifflement de berger ou de bficheron, par intervalles,
sort des bois, en dnigmatique signal.
Mais dans les profondeurs, la population des crocodiles
continue sa vie carnassiere et terrible. On ne peut s'aban-
donner A la joie de longer dans ces eaux engageantes, d'y
nager dans la douce fraicheur et d'echapper ainsi a la
chaleur persccutrice, elle, aussi, toujours present et tyran-
nisante. L'infernal saurien interromprait sa chasse aux
gros poissons pour se payer le regal d'une jambe ou d'un
bras human. Les Noirs impr6voyants en savent quelque
chose, eux qui fournissent aux monstres un constant tribute
de victims comme les Hindous aux tigres. Ne m'a-t-on
pas dit qu'on en avait tue un enorme don't les cavitis
viscerales recelaient ,vingt-trois des lourds bracelets de
cuivre jaune, don't les negresses jugent i propos d'embellir
leurs charges? Fausset6, sans doute. mais parfait symbol.
Le soir, nous nous arr&tons dans les factoreries, ermi-
tages rares parsemant ce labyrinthe, don't les constructions
a la Robinson surgissent blanches et paisibles au detour de
quelque courbe, pros de la rive, dans un etroit deboisement.
(En Congolie.) EDMOND PICARD.



PARALLEL ENTIRE L'ELEPHANT
ET LE RHINOCEROS

Aucun animal, pas mime le lion, n'intrigue plus l'indi-
gene, le naturaliste et le chasseur que l'dl6phant. A vrai
dire, sa taille gigantesque, ses formes bizarre et ses moeurs
originales, la valeur de ses defenses, son intelligence qui
n'a d'dgale que celle des singes les mieux dou6s et peut-dtre











celle d'une ou deux especes de carnivores, tout en un mot
contribute a faire de lui la plus interessante des creatures
terrestres aprBs l'homme. Les deux esp6ces qui existent
different considdrablement. L'6dlphant d'Afrique est plus
grand et plus beau que son conginere asiatique. De tout
temps, ces colosses ont passionne l'homme. A l'Age de la
pierre, les sculptures des cavernes nous montrent que le
mammoth jouait dans le Nord un r61c identique a celui
que joue aujourd'hui son descendant collateral dans les
pays compris entire le Congo et le Nil. Tout au debut de
l'histoire, les rois de Ninive et de Babylone attachent un
prix considerable A la depouille dji grand quadrupede,
comme en tdmoignent les hidroglyphes des monuments
dgyptiens, et 1'antique civilisation hindoue s'enorgueillit
de sa domestication.
Ce qu'il y a de curieux dans le cas de l'dlephant, c'est
qu'au rebours de ce qui s'est pass chez les autres grands
mammif6res, la croissance physique n'a pas nui au d6ve-
loppement de 1'instinct. Voyez'le rhinoceros. Il en est une.
espcce qui, pour le poids, se classes au second rang des
animaux terrestres. Mais si, A la fin du mioccne ou au
ddbut du pliocene, le rhinoceros et l'6dlphant devaient
Utre a peu pres 6gaux en intelligence, depuis des milliers
de siecles qui nous s6parent de ces lointaines epoques,
I'dcart n'a cess6 de s'accentuer en faveur du second. Alors
que les facultIs de l'un s'atrophiaient au point d'en faire
un des mammiferes les plus stupides, les facult6s de 1'autre
se ddveloppaient si merveilleusement qu'il finit par se
classer tout au premier rang des especes superieures.
Est-ce parce qu'il fut plus tiaqud que le rhinoceros?
Peut-ftre. Cependant, dans certaines regions de l'Afrique,
oi ces deux pachydermes vivaient cote A cote et couraient
les memes dangers, on a pu remarquer, depuis une tren-
taine d'ann6es, que l'6elphant acquerait infiniment plus
d'experience que le rhinoceros. En effet, il s'est peu A peu
retire des planes oit, en general, il ne se hasarde plus que









- 72 -


furtivement, pendant la nuit. II a appris la superiority
6crasante de l'homme, chose que n'a jamais su fair le
rhinoceros, qui se comporte aujourd'hui comme il s'est
toujours comport6 et continue dc friquenter les parages oi
il est menace d'extermination.
Au point de vue des moeurs, l'ecart est aussi conside-
rable. L'plephant est sociable. A part de rares exceptions,
il va en bandes, fortes quelquefois de plusieurs centaines
de totes. Son humeur capricieuse, vagabonde, s'accom-
modant mal d'une existence uniform, il change frequem-
ment de gite, ne craint pas d'aller tenter fortune ailleurs.
Le rhinoceros, au contraire, cherit I'isolement. Quand il ne
vit pas en cenobite, tout ce qu'il peut faire est de se
reunir en petits pelotons qui ne depassent jamais une
douzaine d'individus et qui se r6duisent le plus souvent au
pere, A la mere et A leur rejeton. Et il faut de bien graves
motifs pour que cette bete casaniere s'6loigne de quelques
miles de son domaine de predilection ou change quelque
chose a ses habitudes.
On a subdivis6 r6cemment l'6l6phant d'Afrique en un
certain nombre de varidtis qui different bien peu les unes
des autres. Traqu6 pour son ivoire, le colosse s'est refugi6
tant6t dans les sables du desert, tantot sur les sommets
boises, tantot dans la haute brousse des marecages, et
il s'est adapt au milieu oil sa s6curite l'oblige A vivre,
mais, en some, les caracteristiques de la race n'ont pas
change et partout sa nature reste fonci6rement la mime.
THEODORE ROOSEVELT.
(Mes Chasses en Afrique. Trad. de Norbert Sevestre )









- 73 -


LES ELEPHANTS

Le sable rouge est come une mer sans limited,
Et qui flambe, muette, affaiss6e en son lit.
Une ondulation immobile remplit
L'horizon aux vapeurs de cuivre oti l'homme habite.

Nulle vie et nul bruit. Tous les lions repus
Dorment au fond de l'antre 6loign6 de cent lieues,
Et la girafe boit dans les fontaines bleues,
LA-bas, sous les dattiers des panth&res connus.

Pas un oiseau ne passe en fouettant de son aile
L'air 6pais oi circle un immense soleil.
Parfois quelque boa, chauff6 dans son sommeil,
Fait onduler son dos don't 1'caille 6tincelle.

Tel l'espace enflammn brile sous les cieux clairs.
Mais, tandis que tout dort aux mornes solitudes,
Les 6l6phants rugueux, voyageurs lents et rudes,
Vont au pays natal A travers les deserts.

D'un point de l'horizon, comme des masses brunes,
Ils viennent, soulevant la poussidre, et l'on voit,
Pour ne point d6vier du chemin le plus droit,
Sous leur pied large et stir crouler au loin les dunes.

Celui qui tient la t&te est un vieux chef. Son corps
Est gere6 comme un trone que le temps ronge et mine;
Sa tite est come un roc, et l'arc de son ichine
Se vote puissamment A ses moindres efforts.

Sans ralenltir jamais et sans hater sa march,
Il guide au but certain ses compagnons poudreux;
Et, creusant par derriere un sillon sablonneux,
Les pdlerins massifs suivent leur patriarch.









- 74


L'oreille en ventail, la trompe entire les dents,
Ils cheminent, 1'ceil clos. Leur venture bat et fume,
Et leur sueur dans 1'air embras6 monte en brume;
Et bourdonnent autour mille insects ardents.

Mais qu'importent la soif et la mouche vorace,
Et le soleil cuisant leur dos noir et plisse?
Is rivent en merchant du pays ddlaiss6,
Des forts de figuiers oui s'abrita leur race.

Ils reverront le fleuve 6chapp6 des grands months,
O~ nage en mugissant l'hippopotame 6norme,
Oii, blanchis par la lune et projetant leur forme,
Ils descendaient pour boire en dcrasant les joncs.

Aussi, pleins de courage e,'de lenteur, ils passent
Comme une ligne noire, air sable illimitd;
Et le desert reprend son immobility
Quand les lourds voyageurs A l'horizon s'effacent.
(Poemes barbares.) LECONTE DE LISLE.




LA RECOLTE DU MIEL

Le miel se rencontre partout en Afrique, mais il est
particulibrement abondant dans les grands bois d'acacias,
don't les abeilles recherchent de prdference la fleur. Nous
en recoltons quelquefois de vingt-cinq A trente livres dans
l'apres-midi; mais tous les jours ne se ressemblent pas, et
nous devons nous contenter souvent de quelques maigres
rayons dess6ches.
Les abeilles se fixent un peu partout : quelquefois dans
la terre ou dans un vieux tronc renversd. Le plus souvent
l'essaim s'attache A huit ou dix pieds du sol, h la bifur-
cation d'une grosse branch. Dans tous les cas possibles,










1'ceil le mieux exered ne pourrait le decouvrir sans Poiseau
indicateur, qui pullule partout.
Si l'on entire dans un de ces bois embaum6s que le flair
subtil du sauvage subodore A de grandes distances, on voit
aussitot trois ou quatre de ces oiseaux s'abattre sur la
caravane. L'indicateur est de la grosseur de l'alouette,
qu'il rappelle par son vol saccad6, quand il passe en criant
d'un arbre Pl'autre. L'acharnement qu'il montre A fixer
votre attention tient du prodige, et l'observateur le moins
6veill est tent6 de le suivre, tant il met d'insistance A le
guider dans une direction unique, des qu'il se sent compris.
La poursuite, au surplus, n'est jamais bien longue, et
l'on est rarement men6 par l'oiseau A plus de cinq cents
m6tres. Il faut avoir soin seulement, quand on le perd de
vue, de pousser de petits sifflements, auxquels il r6pond
toujours par de nouveaux cris. Arrive dans les environs
imm6diats des abeilles, il se perche sur une branch et
laisse A la sagacity du Noir, le soin de trouver la ruche, ce
qui n'est jamais bien long. Son role finit 1A. Dans un
mutisme profound, il attend que l'homme ait rempli le sien,
et seul, alors, il s'en donne A coeur joie sur les debris de
cire qui jonchent le sol.
Quant A I'extraction de la ruche elle-meme, il faut &tre
Noir et mourir de faim pour se livrer A ce travail de format.
On coupe une fourche, on l'applique en guise d'dchelle
contre le tronc, et, apres quelques discussions, le plus
brave se decide A monter, en tenant un tison. Cramponn6
des pieds et des mains, il agrandit I'ouverture avec une
hachette, harceld par un tourbillon d'abeilles, que ses
camarades tAchent d'dcarter, en enfumant l'arbre tout
entier. II peut enfin passer la main par 1'Ptroit orifice :
mais, apres dix minutes de ce travail, le malheureux
revient la figure enflde au point de lui former les yeux, et
il est rare que le meme homme puisse cueillir deux ruches
le m6me jour.
Si, du moins, tous les rayons 6taient pleins! Mais beau-











coup sont dess6ches ou trop nouveaux, ou les jeunes
abeilles n'ont pas encore quitt6 leur alv6ole. II arrive aussi
bien souvent que les rayons sont trop profonds pour que la
main puisse y atteindre; il faut alors user d'un pinceau
ajust6 sur une branch que le patient enfonce et retire
jusqu'A ce que ses forces le trahissent. Chaque fois le pin-
ceau passe de bouche en bouche : mais on coneoit la quan-
tit6 infime de miel que l'on rdcolte ainsi. Un proced6 tres
usit6, et don't j'ai fait moi-mime l'experience, consist a se
coucher par terre, car l'abeille rase rarement le sol.
A chaque-ruche nouvelle je suis toujours dtonne de la
facility avec laquelle se fait la distribution du gateau. Alors
que, chaque jour, le moindre morceau de viande donne
lieu A des scenes de disordre, jamais je n'ai rien h dire quand
il s'agit du miel. Les Noirs semblent le considerer come
une manne c6leste A la'quelle tous les honmmes out droit.
(Les Lacs de I'Afrique equatoriale.) VICTOR GIRAUD.




LES SAUTERELLES

En octobre 1900, j'avais remarqud, pr&s de la rive du
lac (1), une grande quantity d'acridiens, qui, par milliers,
fuyaient en sautillant; leurs ailes, trop courts, ne leur
permettant pas encore de prendre le vol. Les insects,
.ayant grand, s'itaient rassembles; puis, en masse com-
pacte, avaient pris leur vol, A la recherche d'une nourri-
ture plus tendre que les herbes sauvages. C'est ainsi qu'un
immense nuage de sauterelles, arrivant en ligne droite du
lac, vint s'abattre dans la region du poste. En moins d'une
heure, toutes les verdures furent couvertes du fleau de
1'Egypte et de l'Alg rie. Le sorgho, le mais, le millet


(1) Le lac Albert, h la frontibre orientale du Congo.











furent, en premier lieu, pris d'assaut. Semblable A un
bruyant bourdonnement, la mastication des cultures se
faisait entendre. Bient6t les criquets furent si nombreux
qu'ils s'enchainerent les uns aux autres pour se maintenir
sur les plants. Un grand nombre, ne trouvant plus de
verdure, couvrirent les chemins.
Ce spectacle, A la fois curieux et p6nible les arbres,
pareils A des fruitiers charges, ployaient sous la masse des
sauterelles -- ne fut pas sans m'6motionner, en songeant
aux consequences d6sastreuses qui en decouleraient. Ayant
rassemblI le personnel et les chefs indigenes des environs,
je prescrivis que, A un signal donn6, tous les homes
arms de fusils ou de bAtons, pousseraient des clameurs
accompagnies de sons de trompe et que, A ce moment, les
uns frapperaient les criquets A coups de bAton, tandis que
les autres tireraient des coups de feu en l'air, afin d'effrayer
la masse et de la faire fuir. L'operation ne reussit nullement,
I'ensemble faisant defaut. DWs que les criquets etaient
chassis d'un c68t, ils trouvaient d'autres endroits non
occupies, pour continue leurs ravages. La chasse n'en
continue pas moins, mais nos efforts resterent impuissants.
La nuit venue, la battue dut Utre interrompue. Le lende-
main matin, je constatai que deja presque tous les arbres
etaient digarnis et que les tiges de sorgho et de millet
etaient d6pourvues de graines. Tous les oiseaux avaient
fui au loin; les ravageurs seuls, precurseurs de la famine,
se remarquaient de tous c6tes. En moins de trois jours,
toutes les cultures furent divasties, sauf la verdure de la
pomme de terre, de la patate douce et du manioc, que les
insects rongeurs d6daignent habituellement. Leur exploit
accompli, les sauterelles se reunirent par petits groups
dans les airs, en tournoyant autour des villages et du poste
en guise de remerciement; puis les groups se rassem-
blerent et la masse disparut tout A coup, en un nuage gris,
dans la direction de 1'Est.
A quelque chose malheur est bon : la sauterelle est un











excellent repas, de N&gre s'entend. Ccrtains indigenes les
embrochent comme des pperlans, puis les fument; d'autres
les r6tissent. Cette ripaille est fort prisde par quelques
tribus, au point que certain villages, qui ne s'occupent pas
de culture, attendent avec impatience le passage du fliau.
Mais une quinzaine de jours suffisent ai puiser la provision
d'insectes et puis commence pour l'indigene la disette
jusqu'A la recolte suivante. D&s lors, la nourriture se
compose exclusivement de tiges de plants potageres, de
detritus, de limaces, chenilles et meme de fruits sauvages.
Si la famine se prolonge, l'6migration en masse vers la
c8te orientale se produit.
Chose digne de remarque, les acridiens arrivent A leur
complete croissance et prennent leur vol l'dpoque de la
grande recolte, soit en octobre.
(Dans la Belgique africaine.) J. FLAMMME.




LE COCOTIER

Je n'ai jamais oubli6 cette phrase qui accouda si souvent
en reverie, sur le pupitre du lycee, ma jeunesse empri-
sonnie et studieuse :
v Le cocotier est un arbre precieux. 11 offre au voyageur
6gard, mourant de faim et de soif, un fruit providentiel;
c'est surtout la noix jeune et verte qui fournit une nourri-
ture rdparatrice en mime temps qu'une boisson aussi ddlec-
table que refraichissante. >
Aujourd'hui, destinde bizarre, voilA que je vis famili-
rement au milieu des cocotiers! Les cocotiers sont mes
amis....
Quels beaux arbres! Quelle grAce majestueuse! Si leurs
palmes lanc6olkes paraissent un peu robustes, un peu trop
vernissees, presque mitalliques, elles forment des panache









- 79 -


drus et somptueux qui savent se courber avec une souplesse
vigoureuse et se rebroussent et se redressent avec des
61egances d'aigrettes dans ]e vent.
Le cocotier est le plus admirable des palmiers; il laisse
loin derribre lui l'6lais. Certes celui-ci a aussi sa grace,
mais, plus flexible, il perd souvent sa jolie silhouette dans
la tornade qui 6bouriffe sa tUte et la ravage en l'6par-
pillant....
Le cocotier p,ousse, un peu au-dessus de l'attache de
ses premieres feuilles, A travers les langes filamenteux -
vraie toile de sac qu'elles abandonnent, un gros 6pi
dore qui s'dpanouit en branches tortillees, les unes folles
et steriles, les autres parees de blanches fleurettes oii bientat
les fruits se nouent.
Au sortir de ]a premiere enfance, la noix de coco a la
grosseur, la forme, la couleur et le luisant d'une superbe
pomme de Calville. Puis elle prend du volume; elle s'allonge,
devient oblongue. Elle a une figure falote qui semble vous
regarder au milieu des ramilles sorties de l'6pi avec elle
et qui pointent a ses c6tes comme des antennes. Elle se
dore, brunit en mfirissant.
J'ai cueilli ou plut6t j'ai abattu l'autre jour dans l'allke
de cocotiers a Boma plantde par FMlix Fuchs (1) le long
de la riviere des crocodiles une noix de coco encore verte
ohu dejh sonnait le lait.
Arm6 d'une machette, j'ai attaqu6 la matibre fibreuse
qui l'entourait. Puis, la noix d6gagde de son brou, non sans
peine, j'ai crev6 un de ses yeux et j'ai titd.
Les r6cits ne mentent pas. Je ne goitai jamais une
liqueur plus savoureuse, si parfumee et si fraiche!
La noix tarie, je l'ai plusieurs fois lance en l'air. Elle
rebondit d'abord sur le sol come un foot-ball, puis elle
finit par se briser en deux morceaux. Mais l'amande collide
aux parois m'a donn6, j'avoue, une ligbre disillusion. La

(1) Ancien Gouverneur g6ndral du Congo belge.









- 80 -


chair etait molle, gilatineuse et la saveur presque nulle.
Apres cela, la noix etait peut-&tre trop jeune; c'etait une
petite noix de lait.
N'importe, la noix de coco est un fruit providentiel. Ah,
le cocotier est un arbre heureux! II a tout pour lui, diraient
nos bonnes femmes. 11 ne se content pas d'etaler sous les
cieux une beauty fine et souveraine, il donne encore un
fruit pittoresque, exquis.
Rien de prestigieux comme une allee de jeunes cocotiers
don't les palmes gigantesques forment des arceaux magni-
fiques. C'est sous cc d6me feuillu oA fuse une admirable
lumiere verte que la negresse qui passe, une amphore sur
la tite, et drape dans les plis d'un beau pagne, prend toute
sa valeur esthbtique et semble une vraie fille de l'ancienne
H ellade! . . .
J'aime le cocotier. Et puis, ne vous souvient-il pas?
C'est l'arbre des singes aux pinemouches don't l'histoire
merveilleuse rejouit si fort les petits enfants....
LEOPOLD COUROUBLE.
(Profils blancs et Frimousses noires.)



QUELQUES FRUITS DELICIEUX

A ce ddbut de notre voyage vers le lointain .ocean, nous
sommes dans la pleine saison de maturity pour les ananas.
On croit connaitre en Europe ce roi des fruits que mfirit le
soleil des tropiques. Mais quelle difference entire l'ananas
poussif de nos series et celui que l'on trouve ici croissant a
l'itat sauvage, sous l'abri des bois! Ce dernier, don't on
sent l'arome A vingt metres de distance, l'emporte meme
sur son conginbre plant par les Negres dans leurs jardins,
A c6te des chemins. 11 en est ainsi de la plupart des fruits
de ces regions : mfiris A l'ombre, ils sont plus succulents et
garden plus longtemps leur saveur.









- 81


L'ananas est une plante vivace et robuste presque
un arbre au Congo --- don't la tige se renfle en un fruit
form d'un grand nombre de carpelles charnues, qui ren-
ferment des graines aplaties, de couleur noire. On conseille
de rejeter soigneusement ces graines : d'apres le docteur
Sims, elles provoquent souvent la dysenterie. On a mame
accuse l'ananas de pr6disposer A la fi&vre. C'est trop dire,
A mon avis, mais il arrive qu'6chauff6 par la march, soit



















Le Jardin botanique d'Eala.

qu'on ait couru longtemps sous bois pour chercher des
ananas, soit qu'on se soit rendu dans le meme but A quelque
march lointain, on mange hitivement an fruit qui plait
A cause de sa fraicheur. I] se peut alors qu'un sue tres froid
introduit brusquement dans un corps enflammd produise
des frissons d'abord, puis la fievre. Mais a qui la faute?
Est-ce le lapin, non, I'ananas, qui a commence?
Les feuilles, tris tenaces, armies sur leurs bords de
formidable pines, atteignent plus d'un metre de lon-
gueur. Les indigenes en retirent des fibres don't ils se
O.-D. PIRIER. MOUKANDA. -- 1924. 6









- 82 -


servent pour fabriquer des ficelles, voire m&me des 6toffes.

L'ananas, de m8me que la plupart des plants alimen-
taires cultivses en Afrique, est d'origine 6tranghre, une
importation que l'on doit aux n6griers americains. C'est
dire que son existence au Congo ne date pas de loin. On le
rencontre pourtant jusqu'au centre du continent, sur les
rives du Tanganika, dans l'Uele, l'Ubangi. Ses buissons
imp6ndtrables, caches sous la fort, ombragds par des
broussailles, sont nombreux surtout aux abords des riviires
et des routes commercials suivies par les caravanes. C'est
que le N gre, generalement trop paresseux pour planter un
fruit qu'il considere seulement comme une friandise, se
content de le cueillir laissant A la nature le soin de le
reproduire. Or, je viens de le dire, nulle plante ne se
propage plus aisement, sans que l'homme doive intervenir,
si ce n'est pour rejeter la couronne et les pousses lat6rales,
Emport6s par les pluies ou le vent, ces d6chets sont arr8tes
par les buissons, se fixent, et leurs fruits mfiris tombant
sur le sol donnent naissance A des fourris don't nul animal
n'ose braver les terrible pines.
La papaye, fruit 6galemeht ddlicieux, et surtout tres
sain, est comme I'ananas, originaire du Bresil. Elle est
moins commune, ce qui prove une importation plus
rdcente. C'est dans le Bas-Congo, sur le bord du fleuve,
pros des stations des Blancs, qu'elle est le plus rdpandue.
Les Negres commencent 6galement A la planter dans leurs
villages. L'arbre qui la porte, haut de cinq A dix metres,
aime A croitre isold, pour recevoir de tous cotes les rayons
du soleil. Le tronc, cylindrique, d'un bois spongieux et
mou, se termine par une touffe de feuilles tres grandes,
don't les petioles ont un metre de longueur. Entre ces
feuilles se dressent des fleurs jaunAtres d'une odeur suave,
et don't le sue attire des quantities d'abeilles, de papillons
et de colibris. Le fruit, attachd-sur le tronc par un pddon-
cule tres court, est de couleur verte ou jaune, de la grosseur









- 83 -


du melon, don't, lorsqu'il est bien mar, il gale la saveur,
tout en 6tant plus abondant en sucre. On peut alors en
manger la pulpe au moyen d'une simple cuillbre, jusqu'a
n'en laisser qu'une mince pellicule. Les graines, trbs nom-
breuses, de la dimension d'un pois chiche, sont noirAtres.
Rcras6es sous la dent, elles ont exactement le goft du
cresson, mais sont, dit-on, trbs malsaines.


Dans l'Uele. Une route carrossable.


Un papayer peut donner du fruit pendant dix ans; mais
A partir de la sixieme annie, ses products percent beaucoup
de leur arome. Les jeunes plants fructifient des la premiere
annie. On a done tout intiret A supprimer les vieux pieds,
don't le tronc, souvent creux, renferme parfois une grande
quantity d'eau.
Independamment des papayes que I'on consomme telles
quelles lorsqu'elles sont bien mires, on utilise ce fruit de
diverse manieres. A 1'6tat vert, moyennant du sucre ou
de la cassonade, on en fait une excellent marmelade. On









-- 84 -


peut encore le faire bouillir, en guise de 1~gume, en pregnant
soin d'en laver les quarters A grande eau, pour les d6bar-
rasser de leur sue laiteux.
Ce sue possede une propridtd singuliere. La viande d'une
bete tuee fraichement, si coriace qu'elle soit, devient
promptement tendre, si on la plonge dans une eau dans
laquelle on a melange quelques gouttes de cc sue. On
obtient le mime resultat, en enveloppant la piece dans des
feuilles de papayer, ou meme en la suspendant dans la
cime de l'arbre.
A c6t6 de l'ananas et de la papaye, un fruit qui ne leur
cede en rien, c'est la barbadine ou maracajou, don't la
grosseur gale parfois celle de la courage. On en mange
les graines, qui sont entour6es d'une chair gelatineuse tres
suave. L'enveloppe elle-m&me fournit une excellent com-
pote, sans qu'il soit necessaire 4e la reliever par du sucre.
A, lire ces descriptions de fruits tropicaux, un grincheux
m'accusera peut-ftre de sensuality. Laissons-le dire! Est-ce
pour L'usage exclusif des perroquets et des singes que la
Providence a cr6d ces bonnes choses?
(Deux ans au Congo.) CONSTANT DE DEKEN.




LA FORTIFIANTE SOLITUDE

L'abandon dans la liberty des elements devient un
rajeunissement, un bain de fraiche nature, une reviviscence
6nergique. L'imagination, absorbant les remarques qui
surgissent et les incidents qui passent, perd 1'impression
premiere de l'6trangetd : elle retrouve, elle reveille de
confuses notions, et comprend que cette nature si neuve,
c'est, pour nous, du passe. Le transformisme a conduit
nos ancetres par des milieux semblables; et cette incursion
explorative nous fait simplement rebrousser chemin sur la








- 85 -


route de l'6volution. Vaguement, nous sommes des voya-
geurs se disant : nous avons traverse cela, quand nous
6tions enfants....
Dans cet esseulement, notre existence de lh-bas, faite
d'un furieux movement d'imprim&s, ne parait plus qu'un


Au bord de 1'Ituri.


trimbalage essouffl6, une surmenante galopade vers les
duperies et les deceptions. On voit mieux, d'ici, comment
le pompeux factice du progres, la cruaut6 du sens pratique
ct l'avortement du bonheur font ce regime complex et
haletant oh, pour emporter une emotion, il faut la voler.
Ici, l'energie positive de la creation, m6prisant les trues
et les falsifications, toute micanique et spontanee, verse
l'ivresse d'un vin de vie. Plus rien d'intellectuel : le retour
Sl'instinct dans le prodige et le mystere du monde.


(ClichN Thivoz.)








- 86 -


L'Europden se familiarise ainsi, par rapprochement, avec
I'Africain incompr6hensif, comme deux esprits conver-
geant, par-dessus les ages et les constructeurs de doc-
trines, et ils reconnaissent leur parents. On comprend la
tentation conduisant en ces planes, des individualites qui
depouillent le formalisme du vieux monde pour revenir au
primitif, sur la terre genereuse et ficonde, pour trouver
une vie isolde et disinteressde dans. un ermitage equatorial.
Ces ventures ont un attrait captivant : bien vite, on
devine la nostalgia qu'elles laissent a nos compatriotes.
Tres loin des contraintes et des flagorneries edremonieuses,
loin de notre progres oiu il est impossible de vivre sans haines,
c'est le bonheur de la lutte et de la victoire, la bataille
centre toutes les forces animals et v6g6tales; c'est la
rentr6e dans 1'6tat de nature, ou I'homme souverain,
affranchi de rglementations et de gendarmeries, dans un
enivrement de liberty, est vraiment roi de la creation.
(Heures africaines.) JAMES VANDRUNEN.



D'UN LION A CRINIERE COURT
QUE NOUS TUAMES

Le sol fauve bless par les griffes mourantes
A bu du sang. L'effroi d'un grand silence pese
Aux sens, 6vocateurs de la chose mauvaise,
La perfidie 6norme et lache, incoherente.
Le lion a mange la terre dans son rAle,
II a rAle sa force lourde en les tenbbres,
Ses yeux clairs ont fixd les inconnus funebres,
Il est mort face A Dieu, face av ciel, le grand mile;
Il est mort en bravoure, au seuil de sa fort;
II a bondi sur le mystere A pleins jarrets
Et sa poitrine ouverte a saliva sa vie;
Il est mort sur le seuil de sa fort ravie.








- 87 -


Et nous avons eu peur, nous, les hommes de proie,
Nous avons craint son regard fier, A cette bete
Longuement il se fixe sur nous; puis la tSte
Retombe sur le sol farouche qu'elle broie.

Mais ddjh s'dlevait un murmure 6loignd,
C'itait au loin, bien loin, les pleurs de la fort.
Son souffle caressa le lion qui mourait;
Et sur le lion mort, le silence a plan.
(Autour des feux dans la brousse.) ROBERT RANDAU.




UNE ERUPTION VOLCANIQUE

Avant d'atteindre le col qui devait nous conduire sur le
versant nord du Kivu, nous longeAmes un bane 6norme
de lave de teinte tres sombre qui s'dtendait vers Pouest,
et que le Tshaninagongo avait divers6 sur la plaine dans
ses jours de colere. La nature est vigilante; aussi une petite
fort couvrait deja ce chaos; de verts massifs se voyaient
en maints endroits. Le chemin, quand il traverse les
anciens bancs de lave, est couvert de terre qui rend la
march plus aisle. Le pays est des plus pittoresques; la
forme des montagnes affectant celle d'6normes c6nes
tronques lui prfte un cachet bizarre. II est difficile d'6tablir
un rapprochement entire cette region tourmentde et cer-
taines de nos regions volcaniques d'Europe. Non seulement
la chaine africaine possede un grand nombre de volcans,
mais elle en compete de dimensions gigantesques, tel le
Karisimbi, qui d6passe, h son sommet, quatre mille cinq
cents metres d'altitude.
Du lac Albert-Edouard, ces volcans, pour la plupart
6teints, semblent se presenter sur une ligne est-ouest;
mais, en rdalit6, ils sont disperses un peu au hasard. Tous
auraient dt6 gravis par des Blancs, sauf le Mikeno, don't








- 88 -


la cime de rochers a pic est presque inaccessible. Peu
apres le col qui donne passage A 2,100 metres vers le Kivu,
nous nous mimes h descendre lentement vers le lac don't
les bords ne tardent pas A s'accuser confusement. De&s
lors, A l'ouest, apparurent distinctement des colonnes de
fumbe qui s'dlevaient vers le ciel en bourdonnant. Nous
approchions de plus en plus de l'eruption.
Apres un apres-midi de repos au bord du lac, nous
gravimes, de nuit, le mont de N'Goma qui surplombe le
lac de deux cent A trois cents mitres; ainsi nous nous
rendimes exactement compete des proportions de cette
gigantesque gerbe de feu qui, A quinze ou vingt kilomntres
de distance, nous 6clairait suffisamment pour nous per-
mettre de lire. Nous distinguions fort bien dans l'obscurite,
du haut du mamelon qui nous servait d'observatoire, les
rives du lac d'un aspect fierique sous ce feu de Bengale
ph6nomenal....
Par measure de prudence, nous decidAmes de nous tenir
A une distance respectable de 1'eruption; du reste, il
n'6tait gubre possible de s'en approcher davantage, car,
quoique le vent ne soufflAt pas dans notre direction, des
bouff6es d'air chaud charges de gaz carbonique et sulfu-
reux nous troublaient la respiration. J'estimais, mais mon
avis ne fut pas partag6, que rous 6tions encore distant
de quatre A cinq kilometres du volcan; j'ai parcouru le
chemin aprbs que l'druption cut pris fin et j'ai pu constater
que je ne m'Dtris pas trompr de beaucoup....
Les eruptions volcaniques ne sont souvent que des
reprises d'activitd d'anciens volcans trompeusement calmms-
Mais celui-ci avait surgi au milieu d'une plaine, crevassant
la crofite terrestre avec fracas. Les habitants 6taient
plut6t rares A 1'endroit mime oi il prit naissance et seul
un village qui y existait eut A diplorer un mort.
A l'endroit oi nous champions, les Negres etaient en
nombre et ne semblaient guere effards devant ce spectacle
inoui. Ils vaquaient A leurs travaux qu'ils n'avaient








- 89


abandonnis que le premier jour de 1'6ruption.pour aller
recueillir sur le lac d'6normes quantities de poissons morts
et flottants, surprise par l'arrivie subite de la lave incan-
descente dans leurs eaux. Celles-ci bouillirent et prirent
une temperature 6levie, A de tres grandes distances. Quel-
ques Noirs furent 6boaillant&s en tombant de leur pirogue
dans" le lac....
Le soir, le spectacle devint f6erique. L'immense colonne
de fumbe se teinta de rose, et quand les t6n6bres furent
opaques, elle se transform en une formidable gerbe de
feu qui, sans discontinue, montait vers le ciel A des hau-
teurs variant entire quinze cent et deux mille mntres. Le
cratere avait un diametre approximatif de mille A douze
cents pieds. De temps a autre, les grondements souterrains
semblaient en active I'6mission. Des blocs formidable de
lave atteignant et depassant probablement en volume
cent metres cubes 6taient projects dans les airs et retom-
baient comme des bolides. Ils eclataient sur les flancs du
cratere et leurs rouges fragments bondissaient vers la
plaine en laissant de longues train6es lumineuses sur leur
passage. Le fleuve de lave se distinguait trbs clairement
i la lunette; on le voyait, en de multiples cascades, courir
vers la rive du Kivu, semblable a un 6norme serpent de
feu rampant sans r6pit, du cratere jusqu'au lac oa il se
noyait dans des flots bouillonnants.
Le pays 6tait inond6 d'une rougeur sanglante. Camps
devant nos tentes, sur une petite terrasse, nous contem-
plions sans nous lasser ce spectacle prestigieux. Nous
ressemblions a trois forgerons au repos, devant le feu
monstrueux d'une forge fantastique. Nous restames jus-
qu'A trois heures du matin A admirer cette scene prodi-
gieuse.dont je garde l'impression profonde et inoubliable.
(A travers 1'Ajrique dquatoriale.) ANDRL PILETTE.









- 90 -


LA CHASSE A L'ELEPHANT

Le roi du pays est incontestablement 1'6l1phant. De
grande taille, avec d'6normes oreilles tombantes, le pachy-
derme du centre de 1'Afrique est de la plus grande espece.
Ses defenses tres droites atteignent des poids considd-
rables, soixante kilos et plus chacune, et sont fort
belles. Sa chasse est le sport favori des chefs et done lieu
A des reunions. Les gens courent la bete pour la viande;
le chef se livre a son sport favori et convoite l'ivoire.
Doli! Doli! ) crient tout A coup vos pagayeurs, tandis
que votre pirogue suit tranquillement le fil de I'eau.
( Doli! doli! bara! rip6tent vos boys. Doli pour les
Sangos; bara pour les Zandes, c'est l'el6phant qui, Il-bas,
derriere les rochers, prend un bain. Presque entierement
enfoui dans 1'eau, la tate seule 6mergeant, sa trompe
barbotant avec sensuality dans 1'onde limpide, 1'6l6phant
gofite I'heure la plus agreable de sa journ6e : celle du bain.
Le bruit des pagaies, qui vivement frappent l'eau pour
pousser en hate 1'embarcation aupres de 1'animal, lui fait
dresser la tate. Ses oreilles 6normes s'6cartent et se dressent.
sa trompe s'agite, son petit ceil vif se tourne du c6te
du bruit, sa quietude est perdue. L'ennemi est la, auda-
cieux et cruel. Il fuit, mais sa corpulence en fait un pietre
nageur, son allure est lente. Enfin, voici la rive, quand
un premier coup de fusil l'atteint sur la nuque. Un frisson
d'oreille indique que le coup a port. Est-ce une mouche
qui l'aurait pique? Ce ne semble pas l'avoir imu davantage.
D'un effort il s'est mis hors de l'eau, sa masse grise gravity
la berge. Sous ses pieds peasants qui s'accrochent on ne
sait comment sur cette pente glissante, les arbustes se
brisent avec le crepitement d'un feu de sarment. Un
deuxieme coup de feu l'atteint sur la croupe; il est hours
du lit de la rivibre. II s'arrfte un instant, va-t-il tomber?








- 91 --


Non, il prend le vent et, tranquille, au petit trot, gagne
la fort voisine, laissant le chasseur ddCu. Les hommes
le sont bien plus encore. Cette viande qui s'en va, que de
festins perdus!
II ne faut pas croire que cette m6saventure est l'issue
de toute chasse. Des Europeens habiles et bien arms
font de nombreuses victims parmi les el6phants. Une
arme de gros calibre, des balles blindies, des douilles de
laiton, charges de poudre de guerre, sont autant d'atouts
entire les mains du chasseur. Si celui-ci connait les points
vulndrables : le defaut de I'6paule, 'ceil, le genou, la bete
court grand danger d'etre sa victim.
Les indigenes chassent l'61phant l'afffit et au moyen
de trous dans lesquels les animaux viennent s'empaler sur-
de gros pieux. La chasse la plus pittoresque est celle faite
par les grands chefs dans les regions oiu les hautes herbes
ont 6t6 conserves. Des rabatteurs y ont dirig6 ou signal
un troupeau : la chasse s'organise, c'est un d6ploiement de
forces comme pour la guerre. De longue date, les femmes
ont pil le mil, pr6pare les jarres d'huile de palme et les
lanieres de viande seche pour la nourriture des chasseurs.
Des guerriers arms de fusils attaquent l'une des faces
d'un immense cercle que forment les paysans arms de
lances. Les el6phants sont dans ce cercle qui, petit A petit,
se resserre. Le chef est sur une butte d'of il dirige la chasse.
De temps A autre, il prend la trompe d'ivoire pendue A sa
ceinture et sonne des ordres. Le cercle s'est resserrd jusque
sur les bates; il ordonne la charge, tous se precipitent.
Dans une melee effroyable, les elphants se debattent au
milieu des gens. Ils sont harceles de coups de lance, de
fleches, de projectiles que les armes A feu, A bout portant,
leur crachent. 1I y a des morts et des blesses, quelquefois
sans proie. Lorsque les elephants sont tu6s, ils sont livres
A la curee. Les defenses appartiennent au chef, la queue
est couple et offerte A l'homme qui a frapp6 le coup
d6cisif. Ses femmes prendront les 6normes poils et lui en








- 92 -


tresseront un bracelet. La viande qui n'est pas mangle
sur place est fumee pour la conserver. Elle est coriace et
il faut avoir des dents de N6gre pour la manger.
Certaines parties pourtant, la trompe surtout, apres une
cuisson de vingt-quatre heures, sont un rigal, meme pour
la table des Blancs.
(Au cCeur de l'Afrique.) Baron E. DE VILLELUME.





SUR LE FLEUVE LUAPULA

Luapula, 3 fevrier.

Toute la matinde nous avons march sous la pluie, au
travers d'un bois sombre, au sortir duquel nous ddbouchons
dans une grande plaine. Un vaste horizon se decouvre a
nos yeux. Un rayon de soleil d6chire les nuages. Les
hautes herbes fremissent sous la caresse de la lumirre et
de la chaleur victorieuses. Elles garden des gouttelettes
tremblantes sur leurs 6troites lames vertes. Les 6pis mfirs
ploient sous la brise, leurs ondes dor6es.... ( Luapula!
Luapula! ) chantent les porteurs.... En effet, le fleuve qui
plus loin s'appelle le Congo est IA, diroulant sous nos
regards ses eaux noires mysterieuses!....

7 fevrier.

La journde est terminde; la brume tombe. Le soleil a
disparu, une bande orange est seule rest6e a l'horizon,
illuminant encore quelque temps de gros nuages blanes
que refletent les eaux obscures et unies du fleuve. Les
arbres touffus qui s'espacent sur les rives A des intervalles
assez grands piennent des formes 6tranges.
A quelques m6tres de ma tente, parmi les roseaux 6pais,
une pirogue s'est faufilde. Elle est si 6troite que e'est h









- 93 -


peine si j'y trouve place, assise au fond, a meme la carene.
Un homme s'embarque seul avec moi. II reste debout, une
longue rame h la main. L'esquif s'en va l6ger et silencieux
tant6t au milieu du fleuve, tant6t le long des bords,
effleurant et deplagant a peine les herbes qui murmurent
imperceptiblement. La paroi est si mince qu'on sent la fuite
de l'eau sous soi A chaque movement du bateau, comme
il en serait des movements d'un cheval montd sans selle.


Le passage du fleuve en pirogue.


Le ciel se fait obscur. Tres loin un orage doit faire rage,
car de grands 6clairs dichirent l'horizon. Un instant le
fleuve et les rives s'illuminent de clartis fugitives, puis
tout rentre dans l'obscurit6. Je ne distingue plus la sil-
houette du pagayeur qui tout h l'heure encore se d6ta-
chait plus noire sur le ciel noir. Un voile d'ombre enve-
loppe; la pirogue semble conduite par une main mysti-
rieuse....










- 94 -


LE RETOUR DU TROUPEAU

Kachikusi, 30 mai. 1,080 metres d'altitude.

Nous cheminons au flanc d'une colline, en bordure d'une
large plaine de l'autre c6td de laquelle, loin, trbs loin,
apparaissent les montagnes du Kivu. Ch et l1 quelques
arbres, des euphorbes candelabres mettent des teaches


Le retour du troupeau.


sombres dans la grande pelouse jaunissante, 6maille de
mauves de toutes teintes.
Nous campons prbs d'un village important. Chaque
famille est renfermie dans une enceinte contenant plusieurs
huttes. Nous visitors celle du chef, un grand homme
mince, aux mains et aux pieds dtonnamment petits, de
forme aristocratique. La hutte est haute, large, et
divisee A 1'int6rieur par des cloisons de bambous. A l'entrie











se trouve la salle de reunion, bien balayde, meubl]e seule-
ment de nattes sur lesquelles sont accroupies les deux
femmes du chef, elles aussi d'un beau type. Une autre
femme, sans.doute une eselave, se tient un peu plus loin.
Un group est formed par des hommes qui boivent du vin
de palme avec une paille. Dans un angle, derriere le


Dans le Ruanda. Un chef Watusi montrant ses richesses.


paravent de bambous, nous trouvons trois petits veaux
installs sur de la paille fraiche. Ailleurs sent les jarres de
lait; dans une autre piece, le lit, le tout dans un ordre parfait.
D'autres huttes, plus petites, servent d'6tables. Elles ont
6dt prdparees pour le retour du troupeau. Une litiere
d'herbe y a 6dt dispose.
Tous les hommes portent A la main une lance tres mince
a petite pointe aiguisee et, pendu au col, un couteau plus
ou moins long don't le manche et le fourreau sont orn6s










- 96 -


de fils de cuivre. Ils se drapent dans un simple pagne
d'6corce de teinte presque noire, et, non contents de leurs
bracelets et des cercles de cuivre qui entourent leurs


Z_ -----

'" *" B "'- ---"


Le retour du troupeau A Faradje (Haut-Uele).

chevilles, ils s'en passent un grand nombre autour de la
taille.
Le brouillard commencait A se lever ce soir au-dessus
de la plaine lorsque dans le sentier qui serpente A travers
les herbes, j'ai vu de loin, de tres loin, revenir le troupeau.
Elles doivent ktre plus de deux cent, ces bhtes aux comes
gigantesques qui s'avancent lentement, d'un pas majes-
tueux. Lorsqu'elles se heurtent l'une l'autre, leurs comes











rendent un bruit creux. Un homme armed de la lance
march en tate de cette fort mouvante. Une grande
genisse noire le suit. Elle s'arrete de temps en temps,
16ve la t&te, regarded a droite et h gauche come defiante,
et tout le troupeau s'arrete avec elle. Sans se retourner, le
conducteur lui parole, la rassure et elle reprend sa march.
D'autres vaches viennent apris elle, des taureaux, de
grands boeufs roux aux comes invraisemblables. Ils passent
envelopp6s du nuage de poussiere fine que soulvent
leurs sabots et ils disparaissent un A un dans l'enceinte
du chef. Quelque temps encore on entend les mugissements
des bhtes qui se poussent, se tournent et se retournent
avant de se caser ddfinitivement pour la nuit. Puis tout
retombe dans le silence....
Princesse HILENE DE FRANCE, duchesse D'AOSTE.
(Voqages en Afrique.)




LA FOReT VIERGE

Un mur de verdure se dresse devant moi. Le soleil qui
monte rase l'extremit6 des branches et cherche A se glisser
A travers les feuilles, mais les jets de lumiere ruissellent
sur leur surface, les 6claboussent de feux et rejaillissent
en flches, renongant h vaincre l'6paisseur de 1'ombre
emprisonnee dans le fond des halliers. Des hautes cimes
agities par le vent, descend un bruissement de cascade
auquel se mele le froissement des herbes fr8les par mes
porteurs; tous les autres bruits habituels h la brousse se
sont 6teints progressivement, chant des cigales, cri aigu
des aigles, vol effarouch6 des tourterclles; on dirait que
les etres vivants s'ecartent de la fort vierge comme d'un
domaine hant6, come d'un lieu maudit.
Un trou noir, un tunnel tres bas, plus semblable a une
(.-D. PJBIER. -- MOUKANDA. 1924. 7








- 98


coulee de bate fauve qu'A un sentier, s'ouvre dans les
flancs de cette masse compact de feuillage. Avec une
sorte de respect religieux, je pinetre sous la vofite, silen-
cieux, courbant involontairement la tote, ainsi que j'entre-
rais dans un temple.
La lumiere affaiblie se transform bient6t en un jour
alangui; a travers une clart6 de rave apparaissent les
fastes fabuleux de cette region si justement nomm6e par
Stanley : ( les tinebres de l'Afrique ,; formidable lance
de vie, fouillis extravagant d'acajous, de palmiers, de
fougeres geantes, de rotins 6pineux; enchevetrement de
lines qui enlacent les troncs, passent d'une branch h
1'autre en guirlandes, en festons, ou retombent verticales,
pareilles a d'6normes serpents suspendus au-dessus d'une
proie. Et ces arbres, ces plants se present, se poussent,
s'6treignent dans la hate de vivre, la volont6 de percer, de
monter vers le jour; les plus forts 6touffent les plus faibles;
les vaincus restent a terre; de leurs debris amonceles
depuis des siecles s'6levent une humidity constant, une
senteur de terreau. Un bourdonnement sourd emplit
l'atmosphbre; sort-il de terre, s'echappe-t-il de cette fron-
daison sans automne qui se renouvelle A measure qu'elle
meutrt? Ce murmure continue, vague, indistinct, est 1'Ame
de la fort; il est un accompagnement au silence, A l'immo-
bilit6 qu'il ne trouble pas.
Au saisissement produit par la grandeur et la nouveaut6
du spectacle, succde une detente du corps et de l'esprit :
la lumiere voilke repose les yeux, l'ombre libere du casque,
la fraicheur permet de respirer.
Peu imported que ]e sentier soit a peine fray6! S'il faut
tant6t ramper, tant6t escalader des arbres tombs en
travers du passage, cette gymnastique ajoute au pitto-
resque. Si de petites lines tendues traitreusement au ras
de terre font tr6bucher a chaque pas, avec patience et
bonne humeur on retire ses jambes de ces pieges naturels,
riant des chutes, excusant les lIgers d6sagr6ments d'une









- 99 -


vie trop intense. Alerte et joyeux, on participe soi-mime A
cette ardeur de vivre sur laquelle se concentre toute
I'attention; on n'a d'yeux que pour les giants de cinquante
on soixante m6tres de haut, don't la tote invisible demeure
noyde dans un flot de verdure.
Peu A peu, cependant, I'enthousiasme se lasse. Cette
richesse de la nature semble exagerde; le chemin qui
serpente au milieu des arbres en mdandres ind6finis nerve
et inqui&te, ainsi qu'un labyrinthe d'oi on ne sortira
jamais; ce rideau, que le regard ne peut trouer. devient
mystirieux et dedj presque redoutable. Au bourdonnement
sourd, entendu le premier jour, s'est ajoute le bruit des
gouttes d'eau coulant d'une feuille sur I'autre, lentement,
r6gulierement, larmes produites par 1'6ternelle humidity
de la fort et que chaque arbre pleure avec un son de glas,
tel le battement monotone et milancolique d'un balancier
charge de computer le temps dans ce pays de l'ombre et
du silence.
Une tristesse, une desolation, envahissent la pens6e;
on crierait pour animer cette morne solitude. On aspire
au chant d'un oiseau, on voudrait voir bondir un animal;
mais les oiseaux ne descendent pas dans ce crpuscule,
les antilopes n'auraient pas, dans cet inextricable fourr6,
un sous-bois pour brouter, les sangliers eux-mimes ne
parviendraient pas A s'y frayer un chemin. Seuls, des
singes agitent parfois le feuillage et le secouent en jetant
une clameur aigue; je les cherche des yeux, je les remercie
d'avoir trouble ce calm de tombeau.... ils sont passes, et
derriere eux le silence est retombn plus pesant.
(A travers l'Afrique.) Lieutenant-colonel BARATIER.













LA CARAVANE

Vers cinq heures le reveil est complete; les chuchote-
ments commencent; c'est un moment critique : les porteurs
avaient promise de partir de grand matin, et de faire
une longue Rtape; mais changeants comme l'onde ou
comme la femme, ils ne ressemblent plus, par cette froide
matinee, aux hommes qui avaient trop chaud la veille;
peut-&tre, d'ailleurs, plus d'un a-t-il la fievre. Puis, dans
toutes les caravanes il y a de ces paresseux A la voix
haute, a l'esprit de travers, don't le- seul plaisir est de
contrecarrer toute chose; s'ils ont risolu de ne pas bouger,
ils restent devant les tisons, A se chauffeur les pieds et les
mains sans detourner la tete, ou en regardant sous cape
le maitre qui enrage.
Si la bande est unanime, vous n'avez plus qu'A rentrer
sous votre tente. Si au contraire il s'v manifeste quelque
division, un stimulant un peu actif mettra tout le monde
en train. Le caquet s'anime, les voix s'6levent et bient6t
les cris violent de toute part : ( Chargeons! chargeons! en
route! en voyage! et les fanfarons d'ajouter : a Je suis
un ane! je suis un bceuf! un chameau! le tout accom-
pagn6 du bruit des tambours, des fliftes, des sifflets et des
cors.

Quand tout le monde est prct, le guide se leave, prend
sa charge qui est l'une des plus lgeres, son drapeau
rouge, lacrd6 par les pines, et ouvre la march, suivi d'un
porter qui frappe sur des timbales en forme de sablier.
Notre guide, on Kirangozi, est splendidement vitu; il
porte une bande de drap dearlate, d'une longueur de deux
metres, fenduc au milieu, pour livrer passage a la tite. et
qui flotte au gr6 du vent. Un bouquet de plumes de hibou,
quelquefois de grue couronn6e, surmonte la depouille d'un




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs