• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Preface
 La médecine des indigénes...
 Médecine genérale
 Maladies veneriennes
 Maladies infantiles
 Fécondite - stérilité impuissa...
 Maladies des femmes
 Recettes matrimoniales
 Recettes de beauté
 Recettes contre diverses calam...
 Table of Contents
 Index alphabétique






Group Title: Pratiques des harems marocains : sorcellerie, mÉdicine, beautÉ
Title: Pratiques des harems marocains
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072595/00001
 Material Information
Title: Pratiques des harems marocains sorcellerie, mâedicine, beautâe
Physical Description: xvi, 95 p. : ; 23 cm.
Language: French
Creator: Lens, A. R. de
Publisher: P. Geuthner
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1925
 Subjects
Subject: Traditional medicine -- Morocco   ( lcsh )
Medicine, Magic, mystic, and spagiric   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: A.-R. de Lens ; avec une prâeface par les docteurs Speder et Lepinay.
General Note: Includes index.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072595
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 02326004

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Half Title
        Page iii
        Page iv
    Title Page
        Page v
        Page vi
    Preface
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    La médecine des indigénes Marocains
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Médecine genérale
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Maladies veneriennes
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    Maladies infantiles
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Fécondite - stérilité impuissance
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Maladies des femmes
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Recettes matrimoniales
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Recettes de beauté
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Recettes contre diverses calamités
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Table of Contents
        Page 91
    Index alphabétique
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
Full Text
A.-R. DE LENS



PRATIQUES

DES


HAREMS MAROCAINS


SORCELLERIE
MEDICINE
BEAUTY
AVEC UNE PREFACE PAR LES DOCTEURS SPEDER ET LEPINAY





LIBRAIRIE ORIENTALISTE
PAUL GEUTHNER
13. RUE JACOB, 13, PARIS
1925












PRATIQUES
DES HAREMS MAROCAINS






A.-R. DE LENS



PRATIQUES

DES


HAREMS MAROCAINS


SORCELLERIE
MEDICINE
BEAUTY
AVEC UNE PREFACE PAR LES DOCTEURS SPEDER ET LEPINAY




LIBRAIRIE ORIENTALISTE
PAUL GEUTHNER
13, RUE JACOB, 13, PARIS
1925














PREFACE





Le Maroc Medical, journal de la mddecine et des mddecins du Maroc,
a eu la bonne fortune de publier, des ses premiers numdros, une documenta-
tion abondante, et de premiere main, sur la mddecine, telle que la com-
prennent et la pratiquent les indigenes marocains.
Sachant que les remedes, dans toutes les anciennes civilisations, sont
le secret des vieilles, -- chez nous, encore, ne croit-on pas souvent aux
remedes de bonnes femmes plus qu'auxformules complexes des chimistes ? -
nous nous &tions adresses a Mme A.-R. de Lens, qui est, incontestablement,
I'ecrivain le mieux renseigne sur ce qui se passe dans les harems. Petite
fille et fille de medecins parisiens,- son arriere-grand-pere, A. de Lens,fut
Inspecteur general des faculties de midecine, et membre de l'Acadimie,
et son pare, E. de Lens, itait professeur agregd de chirurgie et chirurgien
des hopitaux -, Mime A.-R. de Lens ne pouvait manquer de s'interesser
a l'art de la mddecine.
Avant les recherches completes qu'elle entreprit, a notre instigation,
elle s'etait ddja documentee sur la question, pour la preparation de ses
ouvrages sur les momurs du pays. Admise dans routes les families marocaines,
grace a sa connaissance de la langue et des coutumes arabes, grace aussi
aux sympathies qu'elle a acquises aupres des indigenes, et a la confiance
qu'elle leur inspire, Mme A.-R. de Lens sut (( faire parler les vieilles ),
et ce sont leurs secrets, recueillis en grand mystrre et souvent avec mille
diflicultes, qu'elle livra, durant pres d'une annee, aux lecteurs du Maroc
Medical.
L'interet suscite par ce travail, et de pressantes sollicitations, l'ont
engagee a reunir, en un volume, les recettes publides, augmentees de cer-








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


taines recettes encore inedites. Nul doute qu'il ne forme, au point de vue
ethnographique, un monument important sur des moeurs et un itat de civili-
sation qui se transforment dija devant nos yeux.
Pour nous, mddecins, s'il n'apporte point de revelation scientifique,
(et la decadence genedrale des Maures marocains n'en pouvait laisser aucune
illusion), il offre cependant le grand interet de nous faire connattre ef
comprendre la mentality' des indigenes que nous sommes appelds a soigner.
D'abord, sachant combien les femmes nous sont hostiles et front pres-
sion, sur le malade, pour le ditourner de nos ordonnances et lui presenter le
remade consacre de la matrone, fiel de grenouille ou terre de cimetiere, -
nous serons mieux a meme de le protiger contre son entourage.
Avertis, nous pourrons aussi lui faire relater le traitement auquel il
se sera soumis avant de nous appeler, et qui, souvent, aura ted la vraie cause
du mal ou de son aggravation.
Enfin ces recettes nous sont precieuses parce qu'elles nous familia-
risent avec la terminologie medical des indigenes, la confiance du malade
tenant beaucoup a la maniere don't on lui prsente les remedes.
Nous saurons la favon don't il convient de presenter les n6tres; medi-
calement, c'est la le premier interet de ce travail.
Qu'on nous permette d'ajouter qu'il en presence certain autres :
L'arabisant gouitera la saveur tries marocaine du style; I'erudit y
recherchera des pratiques de sorccllerie qui rappellent celles de notre moyen-
dge ; les femmes trouveront peut-6tre, parmi les recettes de beauty, celles
qui font paraftre si noirs les yeux des Marocaines, ou si blanches, leurs
dents.
Tous, enfin, ne pourront manquer de se divertir de la prodigieuse
imagination demoniaque, --- et parfois de haut goat don't font preuve,
dans leurs prescriptions, les matrones marocaines.


Docteur LEPINAY.


Docteur SPEDER.












PRATIQUES DES HAREMS

MAROCAINS

PAR
A.-R. DE LENS














La Medecine des Indigenes Marocains



0 regret de ce qui passa !
Contentement et joie !
Le temps s'est 6coul6,
Avec lui les instants de quietude.
Ah separation des demeures andalouses
Puiss6-je t'oublier,

chantent encore les musicians maures, dans toutes les villes du Moghreb,
de Marrakech a Tlemcen.
Car les Marocains garden toujours, precieux, vivace et lancinant
- le souvenir des temps oui leurs ancetres dominaient I'Europe et transmet-
taient, aux Barbares du Nord, le glorieux heritage de science et d'art qu'ils
avaient recueilli de tout le monde antique : Persans, Byzantins, savants
d'Alexandrie et de Carthage.
En quittant l'Espagne, les maitres artisans emporterent avec eux
I'art des bijoux, des enluminures, des mosaiques, desfers niellis et de la pein-
ture a l'ceuf. Les docteurs en droit canon que forme, a Fds, I'Univer-
site de Qaraouiine sont aussi doctes et subtils que les illustres juris-
consultes de Cordoue, les Ibn Acem et les Sidi Khelil. Les musicians ont
gardd le rebec et le luth, qu'ils enseignerent aux troubadours d'Espagne,
de France et d'Italie.
Mais oui sont les disciples des savants qui rivdlrent a notre Moyen-Age
les doctrines des Grecs et les secrets de I'Orient ?
...Des lettrds citent quelques vieux noms : Aristotldes, Aflatoun, Hippo-
crates ? (1) Ceux-ci furent les sages auxquels Allah dispensa la Virite,


(1) Aristote, Platon, Hippocrate.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


avant de revdler, en son Coran parfait, l'essentiel et le suffisant. C'est a peu
pres tout ce qu'ils en savent.
Ou sont les mathematiciens qui inventerent I'algebre, qui imposerent
a l'Europe les chiffres arabes, vraiment scientifiques, en replacement des
vieux chiffres remains, bases sur la representation des doigts et de la main ?...
Les astronomers, qui initierent nos ancelres a la science des astres, et fabri-
querent, pour les rois de la Chritiente, ces dtonnants astrolabes ou sont
indiques les movements des plandtes, la hauteur du soleil suivant les saisons,
les calculs a faire selon la latitude ?... Et les alchimistes qui, dans leurs
alambics, distill&rent les essences, qui nommerent I'alcool et l'alcali?...
Oiu sont les medecins qui nous firent connaitre, en la deoeloppant, la
methode d'Hippocrate ?... Alors, dans toutes les course de l'Europe, les
princes etaient soignes par des docteurs arabes ou juifs. Les papes avaient
appeld, dans leur cedlbre faculty de Montpellier, des medecins maures
don't les etudiants chritiens recherchaient l'enseignement. Et le costume
bizarre, conserve par nos praticiens jusqu'au XVIIe siecle, etait peut-etre le
temoin des levites et des coiffures portees par ces maitres orientaux.
Aujourd'hui, dans le Maroc entier, on chercherait vainement un mathe-
maticien, un astronome, un alchimiste, un mddecin.
Rares sont les lettres qui possident assez les rigles des fractions pour
partager un patrimoine entire des h'ritiers. Les meilleurs mouaqqit, les
(( sachant le temps >, peuvent tout just, avec un quart de cercle, calculer
l'heure des cinq prieres.
Dans les alambics, les Musulmans ne distillent plus que l'eau de roses
et les Juifs, que l'enivrante mahia de figures.
Les grands medecins andalous sont remplaces par des apothicaires,
des ecrivains publics (Tolba) quivendent, aux naifs bdouins, des amulettes
et des recettes magiques. Dans leurs boutiques, les barriers pratiquent des
saignees, arrachent les dents et propagent la teigne ; quelques-uns, tant
bien que mal, reboutent un membre casse'.
A travers les maisons, partout obi gemit un malade et se lamentent les
parents, s'imposent les vieilles don't I'imagination redoutable va chercher,
- pour en composer leurs mixtures les simples, les excrements et les
poudres de mitaux.


*
* *








LA MEDECINE DES INDIGiNES MAROCAINS


Les vieilles En toute socidte primitive, elles passent pour connaftre
les choses secretes. Leurs bouches identees dispensent les sorts et les guerisons,
leurs robes sentent la magic...
Ce sont les Sybille et Pythie des Anciens, les sorcieres du Moyen-Age,
les matrones des pays d'Orient.
Une legende r'oele, au Maroc, I'origine de ce pouvoir mystdrieux :

En l'antiquite du temps et le passe des ages, des vieilles voulurent
s'emparer du diable.
Que ferons-nous pour l'attirer ? se demanderent-elles.
Le diable arrive toujours dans une dispute; les vieilles se mirent
,a s'mjurier.
Vint le diable. Alors les cris se changerent en gemissements.
Qu'avez-vous ? dit le diable.
C'est, repondirent les vieilles, que le diable est mort.
Mensonge et rien de plus Je suis le diable.
I1 est mort, te disons-nous. Toi, nous ne te connaissons pas.
J'ai dit vrai!
Entre dans cette amphore et nous te croirons.
II entra et les femmes, vite, fermerent l'amphore.
Ouvrez-moi cria-t-il en s'agitant.
Par le feu nous ne te libererons pas.
Chiennes !... Chamelles !... Prostitutes !..
Toi le borgne Possesssur d'un seul cheveu !
0 mes filles delivrez-moi et je vous rendrai le bien!
Comment ferais-tu le bien, toi, PNre du Mal ?
Je vous apprendrai le moyen de l'emporter sur les hommes.
Les vieilles consentirent, et il leur enseigna la sorcellerie, ainsi que
1 'art de guerir tous les maux.

*

Certes la resignation devient facile au ( fils d'Adam lorsqu'il est
,assure d'avoir les soins de ces savantes vieilles. S'il geint, sans discontinuer,
.c'est moins par impatience et douleur que pour se conformer aux usages.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Car la ( caidat (1) dirige imperieusement la conduite du malade et de ceux
qui lentourent.
Des qu'un Marocain se sent atteint, de fidore, de toux, de douleurs
ou de maladie contagieuse, il se rend au hammam et s'y purifie.
Mais il nest pas rare, malgrd les bienfaits du hammam, qu'a son retour
il ne puisse plus se reliever. Etendu sur ses matelas, il soupire, tandis qu'une
affluence d'amis l'entourent, I'interrogent sur son atat et s'exclament :
Nous sommes dans la main d'Allah!
Lui seul accord la guerison !
Ils citent d'autres cas de maladies semblables et conseillent des remedes
qui re'ussirent etonnamment.
Et le patient, tout en geignant et en se retournant sur sa couche, scande
poliment d' (( Allah les paroles de ses visiteurs ; prononce les formulas
seantes qui iloigneront d'eux l'afliction ; raconte a tous les moindres details
de ses maux. Cela, jusqu'a ce que la fidvre ou la souffrance trouble son enten-
dement.
Les mddecins chritiens blament ces visits. Cependant, le Marocain
ne saurait s'en passer. N'est-ce pas dans l'dpreuve qu'il dinombre ses ve'ri-
tables amis ? Laisse seul avec les siens, il aurait l'impression facheuse
que ddja ce bas monde le fuit...
Des que les visiteurs s'loignent, les femmes de la maison prennent
leur place et recommencent les memes questions. La matrone la toubiba -
qu'elles envoydrent querir, interroge le malade et promulgue son ordonnance.
Elle donne de minutieuses explications sur la maniere de preparer les remedes,
sur les soins a prendre et les paroles a proferer. Elle-meme compose certaines
mixtures ddicates. Dans les families riches, elle s'installe a demeure durant
Ie temps de la maladie ; elle y est entretenue, nourrie, et ses honoraires
s'dldvent a un demi-rdal (2) par jour, plus un caftan difratchi, une sebenia
usagee ou toute autre gratification qu'il convient d'ajouter, lorsque le malade
a gudri par ses soins.
II faut tel remede, fait de telle et telle chose, a dit la vieille.
Aussitot une esclave s'en va au souk des apothicaires. Ils sont 1l, dix
ou quinze boutiquiers, en leurs offcines minuscules, emplies pareillement


(1) Coutume. tradition.
(2) Le demi-real vaut deux francs cinquante.


XIV








LA MEDICINE DES INDIGENES MAROCAINS


d'herbes diverse, de poudres, de graines, de serpents et de corbeaux desseches,
de pattes de herissons, de cranes de vautours. Ce sont eux qui procureront le
< scorpion tue un jeudi ', le cameldon vivant ou ( l'eau provenant de la
neige que l'on recueille sur les montagnes si personnel, dans I'entourage
du malade, n'a pris la precaution de s'approvisionner de ces choses neces-
saires, lorsque l'occasion s'en presentait.
La matrone et les femmes dosent les ingredients et font cuire le remede
selon les regles, puis on l'administre au malade, il gemit chacune lui
dispense encouragements et consolations.
Tu gueriras bient6t, si Allah le veut...
Lorsqu'enfin le malade entire en convalescence et que les mauvais
esprits ont dte chassis de son corps, il imported de le purifier.
Les pauvres se contentent du hammam voisin. Ceux qui le peuvent
vont a Moulay Yacoub.
La cdldbre source sulfureuse doit son efficacite aux vertus du saint qui
la fit jaillir du rocher. Elle voit defiler les memes etres dolents, lamentables
et ravages, pleins de foi et d'exaltation, que les grottes de Lourdes. Ce sont
teigneux, galeux, gens couverts de plaies, d'ulcares et de pustules.
Tous ensemble, ils se plongent dans les bassins et s'en vont r'confortes :
Moulay Yacoub, maitre du chaud et du froid, les guerira.
Par prudence, il n'est pas inutile non plus d'exorciser les demons, qui
Idcherent leur proie, mais pourraient bien revenir. Contre eux, fort heureu-
sement, existent de tries anciennes pratiques don't l'effet est infaillible :
Porter, sous le turban, ou suspendues aux vetements, des amulettes oul
s'inscrivent les noms de tous les esprits.
Appeler les Gnaoua dans sa maison et leur faire conjurer les sept
demons principaux les Soudanais ont commerce habituel avec eux.
Egorger un bouc noir aux genies des sources voisines.
Et telles autres pratiques don't les (( tolba qui sidgent sur les places
publiques, indiquent les regles pour trois a cinq pesetas, suivant leur science
et la fortune du consultant. Connaisseurs de pareils arcanes, ces guerisseurs
sont modestes dans leurs exigences. II est vrai que le client, rendu a la sante',
leur marquera sa reconnaissance par I'octroi d'une tchamir ou d'une
ferajia de cotonnade.
Les simples d'esprit et les superstitieux recourent volontiers a eux,








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


car plus encore que celles des matrones -- leurs prescriptions fraternisent'
avec la magie.
Neanmoins, il est avere' que, seules, les vieilles possadent le savoir
et les secrets efjicaces.
*

Les innombrables conseils des matrones, des tolba, des apothicaires et
des amis ont ceci de consolant que, par leur multitude, ils laissent toujours
place a l'esperance. Tour a tour si la guerison tarde, le malade entendra
banter trente traitements, tous etonnnants, tous divers.
Il y a pourtant un point sur lequel s'accorde son entourage : C'est le
grand danger de recourir aux mddecins europeens. Chacun cite des anecdotes
concluantes : le malheureux auquel un toubib ne permit que des pommes
de terre et qui mourut d'inanition, lui don't la faiblesse aurait ndcessite
de fortes nourritures Ceux don't les chirurgiens ouvrent le venture Les
femmes qu'ils accouchent avec des instruments en acier !...
Cependant le malade, s'il est instruit, s'il a frequent des Europeens,
rdclame l'assistance de ces strangers qui ont dtudie dans les livres et don't
quelques-uns vantent la science et la perspicacite. Les femmes ne cedent
a son ddsir qu'a la derniere extremite, malgrd elles, parce qu'il touche a la
mort, ou qu'il a su les faire taire et imposer sa volonte.
Et. lorsque le mddecin est venu, toutes les resistances s'opposent a ses
prescriptions. Les mddicaments, passe encore les indigenes aiment fort
les remedes mais les soins, I'hygiene, les regimes ne sont jamais observes.
D'ailleurs, a moins que la potion nefasse un effect immidiat, I'entourage
du malade lui persuade que ce mddecin ne connait pas le mal qui le tient.
Que parle-t-il de diete et de managements a celui qui souffre de dysen-
terie, alors que la matrone declare qu'il s'agit d' <( un froid et qu'il sufit
de lui rechauffer le venture, avec des aliments appropries ?
Le malade hesite. II prend la mixture prdparde par la vieille en meme
temps que les cachets du mddecin.
L'un ou l'autre agira pense-t-il en son ame.
S'il guerit, il preconisera les remedes de la matrone, et, s'il meurt,
c'etait 'crit sur son destin.
Allah seul est durable !
C'est a Lui que nous retournerons.....














MEDICINE GENERAL








MEDICINE GENERAL


REMEDES POUR CELUI (( A QUI VIENT CONSTAMMENT LE SOMMEIL )

Apporter de la terre prise a une fourmiliere de fourmis rouges
La delayer avec de I'eau et l'avaler.

*

Laisser du couscous dans sa marmite jusqu'a ce que chante le
muezzin du soir.
A ce moment, on renversera la marmite a la tete du malade en
disant :
Nous avons renverse ce couscous pour que s'en aille de toi le
sommeil.


REMEDE POUR CELUI QUI, (( AYANT LA FIEVRE, A PRIS FROID M

Quelqu'un des siens ira dans le bled. II y cherchera les os d'un animal
mort: chameau, ane ou vache.
I1 faudra les faire bouillir et en recueillir la vapeur dans un cous-
cous que mangera le malade.
Le couvrir beaucoup, afin qu'il transpire.


REMEDES CONTRE LES FIEVRES PALUDEENNES

Une femme, de la mason du malade, doit aller a la fontaine et
recueillir un peu de la boue depos6e par l'eau, en disant :
Je te salue 8 fontaine, et tu ne me rends pas le salut Un tel,
- ou une telle, est malade de la fievre.
Puis elle rapportera la boue et en deposera au-dessus de la tete
et en dessous des pieds du malade.
A l'aube suivante, elle prendra cette boue et la rapportera a la
fontaine, en silence pendant tout le chemin.
I1 ne faut pas qu'elle ait prononce une parole depuis son lever.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Arrivee a la fontaine, elle dira:
Un tel a repose cette nuit. (M8me si cela n'est pas.)
Et le malade guerira.


Piler des clous de girofle.
Au moyen de bandages, on maintiendra cette poudre autour d'un
pouce et du gros ortell correspondent du malade.
Le couvrir beaucoup, afin qu'il transpire.

*
*

Piler du benjoin blanc, du persil, de la coriandre.
En enduire tout le corps du malade et lui en faire avaler en disant :
Nous transpirons avec le froid et le chaud. Maintenant la sueur
froide est en toi jusqu'au ( Dohor (1) de demain.

*

II faut que sept vierges donnent un peu d'argent avec lequel on
achetera du henne.
En teindre les pieds et les mains du malade.
Lui attacher, aux poignets et aux chevilles, des liens faits avec la
lane don't on coud les bats des anes.
Le lendemain, enfumer le malade avec les rognons d'un mouton
tue a I'Aid el Kebir.

REMEDE CONTRE LES DOULEURS INTERCOSTALES

Amener, chez le malade, des sceurs de meme pere et de m6me mere.
Elles poseront, a I'endroit douloureux, la poignee d'une meule a main,
qu'elles front turner come si elles voulaient moudre, en disant :
Nous t'avons repasse avec la meule. Tu ne reviendras plus,
jusqu'au moment du cimetiere.


(I) Pribre du muezzin au moment oi le soleil est a son point culminant.








MEDICINE GENERAL


REMEDE CONTRE LES INSOMNIES
Piler de la coriandre verte et en boire le jus.
Mettre quelques brins de coriandre sous l'oreiller de son lit.
Se lever de tres bonne heure, avant que sortent les humans et les
premiers troupeaux de vaches.
Emporter la coriandre, sur laquelle on a dormi, et ia jeter dans une
fontaine.

REMEDE PREVENTIF CONTRE TOUTES LES MALADIES
Le jour de la ,( grande fate ), les Musulmans ont coutume de distri-
buer du grain aux mendiants. Si I'on veut eviter d'atre malade pendant
l'annee, il faut mesurer autant de poignees de grains qu'il y a de maladies
possibles, en disant chaque fois:
Ceci est pour preserver mon ceil droit.
Ceci est pour preserver mon ceil gauche.
Ceci, pour preserver ma tate.
Ceci, centre le ( Pere des pustules rouges )) (la rougeole), etc.,
sans omettre de sauvegarder aucun doigt de chaque main et de
chaque pied, ni aucune parties du corps. Malheureusement, il arrive
toujours qu'on en oublie quelqu'une, en sorte qu'il est presque impossible
d'eviter tous les maux auxquels le serviteur d'Allah est sujet.

REMEDE CONTRE TOUTES SORTES DE MAUX
Se placer devant un ane qui pete et se frotter les doigts, phalanges
centre phalanges, en disant:
Aie Aie sur le Pare du Mal!
Aie Aie sur le Pere du Mal!
sans se lesser, jusqu a ce que I'ane ait fini de peter.

REMEDE (( POUR TOUTES LES MALADIES QUI SE PROLONGENT )
Sept personnel, de sept families differentes, iront, chacune de son
c6te, chez sept autres chez qui elles n'ont jamais mange. Celles-ci leur
donneront un peu de farine avec laquelle on petrira un pain, le vendredi.









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Pendant que le malade mangera ce pain, on I'enfumera avec le brufle-
parfums dans lequel on aura mis de I'alun, du faux fenouil et sept 6clats
de bois pris aux portes de sept maisons.


REMEDES CONTRE ((LES EMPOISONNEMENTS LENTS ET LES SORTS QUI FONT
DEPERIR ))

Faire cuire une dizaine d'ecrevisses dans du beurre conserve tres
rance, jusqu'a ce qu'elles deviennent rouges. Les piler et les m6langer
a de la farine. Dans le reste du beurre, faire cuire de l'anis, de la gomme
sandaraque et du sesame.
Une cuilleree le matin et une, 1'apres-midi.

*

Faire macerer, pendant toute la nuit, des feuilles de thym, dans du
leben (lait aigre). En prendre le matin durant trois jours.

**

Cuire longuement du cumin, du vinaigre et de I'huile. En boire le
matin et la nuit.

S*

Faire infuser de la sarghine dans de I'huile. En avaler une cuilleree,
ce qui provoque des vomissements.

*

Piler des fleurs de rue et les meler a du miel. Chaque jour, on en
prend une cuiller6e et I'on boit ensuite une eau dans laquelle ont bouilli
des carroubes piles.









MEDICINE GENERAL


REMEDES CONTRE LA JAUNISSE

Tous les matins, manger des radis avec du sucre.

*

S'asseoir au milieu de l'herbe et la regarder longuement.
*
*

La toubiba pose, a la cheville du malade, un morceau de soufre
sur lequel elle appuie un fer rouge, jusqu'a ce qu'il penetre profondement
dans la chair.
*
*

Laisser du levain jusqu'a ce qu'il devienne excessivement acide.
Le cuire avec de l'huile, dans un plat a griller, puis le longer dans du
vinaigre. Le malade en mangera durant trois jours.

REMEDES CONTRE LA ROUGEOLE

Faire prendre au malade, pendant sept jours, un melange de miel
et de cumin. L'enfumer avec la sciure du bois don't on fait les rouets,
et des comes de chevre. Lui faire boire du marrube blanc et des raisins
sees, cults dans de l'eau.
*
*

Prendre des poils au pubis d'une negresse, les maler a du beurre
conserve et en enduire le malade. Puis l'emmener au hammam et le laver.


REMEDES CONTRE LES BRULURES

Enduire la brilure de savon noir, de cendre et de chaux prepares
pour la lessive.









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


*

Laver la brflure avec 1'eau provenant des neiges que I'on trouve
sur les montagnes. (Les voyageurs ne manquent jamais d'en recueillir
et de la conserver pour ces occasions.)

*

M8ler a de la graisse du pouliot pile. En enduire la brfilure.

S*

Carboniser des os de poulets, les piler, les melanger a de la graisse
don't on enduit la brflure.

*

Enduire la brilure de beurre conserve; saupoudrer de minium.

*

Enduire la brulure de graisse dans laquelle on a fait cuire de la
, ghiata (verbena nodiflora).


REMEDES CONTRE LES ECORCHURES, COUPURES, etc...

Mettre des toiles d'araignke sur la plaie.

De la caux.
De la chaux.


Du tabac.


Du cumin.


*
* *









MEDICINE GENERAL


REMEDES CONTRE LES PANARIS

Mastiquer du cresson; le cracher dans de I'huile; en faire un cata-
plasme que l'on posera sur le doigt.

*

Piler des feuilles de guimauve et les cuire dans la graisse d'un
ragoft. En faire un cataplasme.

*
*

Plonger le doigt malade dans l'oreille d'un chat.

*
*

M6langer de la farine, de la cendre et de 1'huile. En faire un cata-
plasme.
*

Lorsque le panaris est mur, 1'ouvrir avec une aiguille. Mastiquer
du thym et le poser sur le mal. Enduire le doigt avec du beurre rance
dans lequel on a cuit des feuilles de capucines.


REMEDE CONTRE L INFLAMMATION DES GLANDES

Le premier jour, manger, alors qu'elle est brilante, de la semoule
de ble, cuite avec beaucoup de poivre; le lendemain, du vermicelle au
lait. Le surlendemain, la matrone apporte un brin de palmier et en frotte
la langue du malade.

REMEDE < POUR CELUI QUI NE PEUT FAIRE VOLER SON EAU SANS DOULEUR )

Prendre du paper bleu; l'enduire de savon; en faire un suppc-
sitoire.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


REMEDES CONTRE LA PARALYSIE DES BRAS OU DES JAMBES )

Faire griller sur le feu une feuille de figuier de Barbarie. La couper
en deux, dans son epaisseur, et l'appliquer par un bandage autour du
membre paralys6.

*

Se procurer une marmite neuve et y faire cure, avec de I'eau, de
l'addad (Atractylis gummifera), qui est un poison. Etendre au-dessus
de la vapeur le membre paralyse. Boire ensuite, matin et soir, durant
sept jours, une decoction de clous de girofle.

*

Une parent ou une esclave du malade se rend chez une sorciere
et lui donne trois reaux pour qu'elle achete un poulet au plumage d'une
seule couleur. C'est le negre de la sorciere qui tue le poulet ; puis la sorciere
le fait cure, avec du benjoin blanc et du benjoin noir, sans le saler,
ni prononcer une seule parole.
Celle qui emporte la poule ne doit point parler durant le chemin,
ni laisser le plat a decouvert, car si le silence etait rompu, ou si le poulet
cuit apercevait le ciel, la paralysie augmenterait.
Le malade mange un peu de ce poulet ; puis, au moment de la nuit
profonde, alors que plus un 6tre ne bouge ni ne parle, quelqu'un de ses
proches repand le jus du poulet dans toutes les pieces de la maison,
dans le puits et dans C la chambre de l'eau >. 11 doit avoir soin de couvrir
la conduite des eaux sales avec le turban du malade, ou son foulard
de tate, si c'est une femme, afin que les demons qui lient ses membres
l'abandonnent.
Durant sept jours, le malade ne peut sortir de son lit, ni saler ses
aliments, ni toucher a de l'eau, nii approcher son conjoint. Et, pendant
ce temps, tous les 6tres de sa maison doivent rester paisibles et chastes,
parler bas et ne pas se quereller.
Au bout de la semaine, si le malade est gueri, il se live. S'il ne l'est
pas, il cherche un autre remede.








MEDICINE GENERAL


REMEDE CONTRE LES DOULEURS DE JAMBES

Le taleb cauterise le malade A la hanche, au genou et A la cheville.
I1 prend la measure de sa jambe, de la hanche aux orteils, avec une corde
en filaments de palmier. II roule cette corde et la remet au malade, en
lui recommandant de 1'enfoncer dans la fosse'preparee pour un mort,
afin que la maladie soit enterree en meme temps que le cadavre.


REMEDES CONTRE LES (( MAUX DE POITRINE ))

Faire bouillir du miel, en retire 1'ecume. Ajouter une once de poivre
et une once de gingembre pulverises. Former quatorze boulettes. Durant
sept jours, le malade prendra une boulette le matin et une le soir.

*

La matrone melange un oeuf, de la farine de premiere quality, de
la resine de pistachier et de la gomme sandaraque. Elle tale ce melange
sur deux feuilles de paper. Chaque morceau est place sur la poitrine du
malade, l'un A droite, I'autre A gauche. Au bout de trois jours, la matrone
les enleve et cauterise la poitrine avec un fer rouge.


REMEDE CONTRE LES MALADIES DU C(EUR

Prendre le ceur d'un mouton noir, le passer dans du goudron, le
fire r6tir, le saupoudrer de sandaraque pilee et le manger. Recom-
mencer trois jours de suite.


REMEDE (( QUAND LE C(EUR FAIT MAL AU REVEIL )

Boire de l'eau chaude, ou l'on a fait dissoudre du sel gemme.








PRATIQUE DES HAREMS MAROCAINS


REMEDE CONTRE LES MALADIES DU FOIE

Le taleb prend une lame de couteau rougie au feu ; il pose son doigt
dessus, et, avec ce doigt devenu brfilant, il rechauffe la chair A la place
du foie. Puis il ordonne au malade d'aller au hammam, d'y faire un trou
dans de la cendre et d'y laisser un oignon, jusqu'A ce qu'il soit cuit.
Le malade prend un peu de cet oignon, roule dans de I'alun, chaque
matin, durant trois jours, ainsi qu'une pincie de poivre et une de sel
gemme. II achete un foie et un rognon de mouton, se les pose A la ceinture
et les transperce avec une brochette de fer rougie au feu. II place son
pied sur une feuille de figuier de Barbarie, la decoupe A la grandeur de
sa semelle, la lacere A coups de couteaux, et la suspend au soleil, sur la
terrasse, avec le foie et le rognon de mouton. Lorsque le tout est sec,
les douleurs du foie sont guries.


REMEDES CONTRE LES ETOURDISSEMENTS

Celui don't le (( Pre du tournoiement ) s'est empare, doit ecraser
des punaises, en respirer longuement l'odeur; mettre de 1'eau sur son
front;' faire broiler du sucre dans le brfle-parfums et s'en embaumer.
Puis il ira se placer devant un ane et le saluera sept fois en disant:
0 Allah, le plus grand !
Est tombe Pare du lournoiement!
II est parti dans l'ane.

*

Denuder la parties inferieure de son corps, s'accroupir au-dessus d'un
miroir et y regarder en disant :

Vois, 6 miroir!
Vois cette chose !...
C'est par la que va fuir.
Pere du tournoiemenl.









MEDICINE GENERAL


REMEDES CONTRE LES MAUX DE TaTE

Se coller, avec du levain, des petits morceaux de paper sur les tempes.

*
*

Mettre des feuilles de thuya dans de l'eau de roses, puis les poser
sur un linge don't on entoure la tate.


*

Enfermer du sel gemme et de la lavande dans un chiffon. Le longer
dans de l'huile boaillante et en oindre la tate.
Aller au hammam, et, apres s'8tre lave convenablement, se tracer
une croix sur le crane, avec de la poudre de clous de girofle. Envelopper
la tate dans un mouchoir.



REMEDES CONTRE LES MAUX D'OREILLE

Masser le derriere de l'oreille avec de la graisse de poule. Plier la
derniere phalange du pouce, l'introduire ainsi entire les machoires, jusqu'a
ce que l'effort fasse 6clater quelque chose dans l'oreille.
Le patient souffre a en mourir, mais ensuite il guerit, s'il plait
a Dieu !

*

La matrone place de la mie de pain rassis impregnee d'huile, derriere
les lobes des oreilles. Elle bande la tate du malade, qui doit rester ainsi
durant trois jours. Au bout de ce temps, la matrone lui introduit un petit
bout de bois crochu et secoue vigoureusement l'oreille.









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


REMEDES CONTRE LA SURDITE

Recueillir les vers qui pullulent dans la vase des oueds. Les brfiler
et melanger leurs cendres B du beurre conserve. Introduire ce remade
dans les oreilles.
*

Piler des grains de sesame et les faire cure dans de l'huile. La filtrer,
la faire couler darts les oreilles et tamponner le crane avec les residus
que l'on enferme dans un linge.

REMEDES CONTRE LES MAUX DE DENTS

Faire macerer du thym et du sel gemme dans du vinaigre et s'en
rincer la bouche.
*
*

Frotter les dents avec de 1'ail.

*

Si la dent est creuse, 1'emplir de poivre ou de camphre.

*

Quand la dent s'est effritee, laissant une racine douloureuse, y poser
une pommade composee de beurre conserve, de chaux, de tabac et de
goudron, ( qui la mange jusqu'a ce qu'elle meure ".

REMEDES CONTRE LES MAUX D'YEUX

Lorsque l'ceil devient rouge, il faut appeler une esclave noire de
preference une hartania qui a une fille a la mamelle. Elle fera tomber
quelques gouttes de son lait sur l'ceil malade.









M9DECINE GMNERALE


Melanger de I'alun, du henne, de l'eau de rose. Passer le liquid et
le verser sur les yeux.

*

Maintenir les paupieres ouvertes et frotter 'oeil avec une gousse
d'ail piquee au bout d'une aiguille. Arroser 1'oeil de sulfate de cuivre,
former les paupieres et les luter avec du beurre conserve. Mettre un
bandeau sur les yeux.


*
* *


Faire bouillir du miel et de I'oignon. Enlever 1'6cume blanche qui
se forme et mettre le remede sur les yeux.

*

La matrone pose du beurre rance sur la lame d'un couteau rougi
au feu. Elle recueille, dans une cuillere, ce beurre qui tombe fondu, et
le verse sur les yeux.

*

Allumer une corde et en priser la cendre.

*
*

Pour remedier aux maux d'yeux, on fait une cigarette avec du paper
bleu et du thym. On I'enduit de goudron et on la fume, avec le nez.
Cela, si le malade a le sang chaud.
S'il a le sang froid, il doit remplacer le thym par du pouliot.


*
* *








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


En vidant la theiere, il faut garder les residus de the et de menthe
verte qui ont infuse dans l'eau et le sucre. Poses sur les yeux, ils sont un
excellent remede.
*

Faire tomber sur les yeux, trois fois"par jour, quelques gouttes d'eau
de rose en laquelle on a mis du henne et de l'alun.

*

Le basilic est plaisant a regarder, parce qu'il est vert. Aussi les
femmes en cultivent-elles, en des pots, sur leurs terrasses ou dans leurs
patios. Et ce feuillage ne sert pas seulement a l'agrement des yeux, mais
aussi a leur guerison lorsqu'ils sont malades. I1 faut alors le piler, et le
garder, toute une nuit, applique sur les paupieres par un bandage.

*

Lorsque les yeux sont rouges et douloureux, on les frotte avec des
feuilles de figuier, puis on les lave avec de I'eau de rose dans laquelle on a
fait macerer des amandes ameres pilees.


REMEDE POUR LES MEMBRES CASSiS
Le barber pose, sur du paper fort, une pate faite de farine de pre-
miere quality et de blancs d'ceufs. I1 en entoure le membre casse.
Jusqu'a guerison, le malade ne doit pas manger de ble ; il se contentera
de pain d'orge.

REMEDE CONTRE LES COLIQUES
Dans le (( canoun ) allume, mettre une grosse pierre et une toute
petite. Lorsqu'elles sont brulantes, les passer dans de la menthe verte.
S'introduire la petite pierre dans le rectum et se poser la grosse sur le
venture.









MEDECINE GENERAL


REMEDE CONTRE LES INDIGESTIONS

Une soupe fate avec de l'eau, du levain, du citron, du thym, de
la gomme sandaraque et de la rraine de carvi.

REMEDES CONTRE LA CONSTIPATION

Prendre, pendant sept jours, des infusions de lavande.

*

Faire des boulettes avec des raisins sees et du c tirirecht ( (plante
saponifere) pile. En prendre durant sept jours.

*
*

Pendant toute une nuit, faire bouillir, dans de l'eau, de la cannelle,
de I'anis et des roses seches du Tafilalelt.
Au matin, absorber le remede et boire ensuite une th6iere Ide the
au basilic.
REMEDE CONTRE LA DIARRHIE
Piler du tan et l'avaler avec de l'eau, pendant trois jours, le matin.

REMEDE CONTRE LES VOMISSEMENTS

Le malade emplit sa bouche d'eau et se suspend, par les mains, a une
sorte de trapeze, que la matrone fait osciller trois fois. Puis elle lui masse
l'estomac et alors seulement il peut rejeter I'eau.

REMEDES CONTRE LES HEMORRO'DES

Faire macerer des feuilles de tabac dans de 1'eau-de-vie de figures.
En impregner une meche de lane que l'on introduit dans I'anus.

*r









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Carboniser un scorpion qui a dd tue' le jeudi. Le piler et saupoudrer
les hemorroides avec ses cendres.

*
*

Faire cuire de la lavande dans du beurre conserve. En enduire
les hemorroides
*

Cuire de l'oignon dans de la graisse. En endure les hemorroides.

*
**

La matrone gratte les hemorroides, jusqu'au sang, avec un couteau.
Puis elle les recouvre de camphre.

REMEDE CONTRE LES BRULURES D'ESTOMAC

Manger sept feves et boire le jus d'un citron, auquel on a ajoute
un peu de sucre et de cendre.

REMEDE CONTRE LES VERS INTESTINAUX

Acheter de l'armoise blanche. Lorsqu'on I'apportera dans la maison,
le malade se bouchera le nez, car celui qui en mange ne doit pas la sentir.
La lui faire avaler, une fois pilee, en lui pincant les narines. Quand le
malade ira < A la chambre de I'eau >, les vers tomberont.

*

Faire bouillir des violettes, du persil et du celeri dans de I'eau.
En prendre le matin.
*

Faire bouillir, dans de I'eau, sept feuilles de sept plants differentes.
En boire le matin.















MALADIES VENERIENNES








MALADIES VENERIENNES


MOYEN DE RECONNAITRE SI L'RUPTION EST OU NON SYPHILITIQUE

Mastiquer de l'ecorce de noyer; la cracher dans du henne et en
passer sur les boutons.
S'ils dessechent, ce.n'est pas la syphilis.
S'ils suppurent, c'est la syphilis,
..... Et il faut se hater de prendre les remedes appropries.


REMEDES POUR LA SYPHILIS

Lorsque les boutons apparaissent, il faut aller au hammam et les
montrer aux gens qui s'y trouvent en disant:
Regarde ce qui me sort!
Au retour, teacher de rencontrer dans la rue un Juif et lui montrer
les boutons en disant:
Regarde J'ai le Sultan (euphemisme employee pour designer
la syphilis).
Puis aller se placer devant la montagne d'ordures de Bab Siba et
proclamer :
O Chretiens 6 Juifs 6 Musulmans chez moi, un tel, fils d'une
telle, il y a le Sultan Allah le protege !
Enfin, se rendre au marabout de Sidi Ali Mansour et se laver a la
source en disant:
Froide et chaude 8 Sidi Ali Mansour !

*
*

Prendre des pierres, les nouer dans un linge, les charger sur son
dos et se rendre dans un endroit eloigne, afin de transpirer abondamment.

*

Chercher dans la rue une poule morte, que les gens ont jetee; la
cure avec du couscous et de la salsepareille; la manger.








22 PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS

*

Aller au hammam.
Apres s'6tre lave, endure les boutons avec de la graisse dans laquelle
on a mel6 de la poudre de cuivre.

*

Chercher une tortue, I'egorger, la cure dans le couscous et la manger.
Le lendemain matin, se noircir les yeux au kohol et la bouche, A 1'ecorce
de noyer. Faire cela sur la terrasse, si l'on est femme, et hors la ville
si l'on est homme.

*

Tuer une cigogne, la couper en deux. On en fera cuire une moitie
dans la marmite avec du miel, de I'oignon, des raisins secs, de l'huile
et les sept spices appelees (( teces de la boutique .
Le malade en mangera chaque matin durant sept jours.
L'autre moitie de la cigogne sera cuite avec de l'ail et de lasalse-
pareille.
Le malade en consommera apres avoir ete au hammam; puis il
se couchera pour transpirer.
*

Faire macerer des clous de girofle dans de I'huile et s'en enduire
la tate, chaque martin, jusqu'a guerison.
*

Nouer, dans un chiffon, du sel gemme et de 1' ( addad ,, (atractylis
gummifera).
Frotter les boutons avec ce tampon.









MALADIES VENERIENNES


Aller au hammam.
Au retour, cure du sel gemme, du natron et du soufre dans de
I'huile.
S'en endure.

REMEDE ( LORSQUE LES REMEDES PRECEDENTS N'ONT PAS REUSSI ))
I1 faut aller a Moulay Yacoub, (source sulfureuse pres de Fes), et se
hbaigner en disant:
Froide et chaude! 8 Moulay Yacoub!
Puis, boire trois gorges de I'eau, pleine de saletes, ou se sont laves
tous les gens.
Prendre de l'eau pure a la source, l'emporter chez soi.
En boire et s'en laver jusqu'a guerison.

REMEDES POUR COMPLtTER LA GUERISON ET RENDRE DES FORCES
Une once de gingembre et une once de clous de girofle sont incor'
porees du miel et a de l'huile.
Prendre une cuilleree du remede chaque matin, jusqu'a guerison.

*

Piler une demi-livre de cumin.
En prendre, chaque matin, durant quatorze jours, la measure d'une
'demi-coquille d'oeuf.
*

Faire cuire du cresson dans du lait; en boire, chaque matin et

REMEDE POUR QU UNE FEMME SYPHILITIQUE, SI ELLE EST ENCEINTE,
NE PASSE PAS LA MALADIE A SON ENFANT
Macher de l'ecorce de noyer et la cracher dans du mercury.
Y faire tremper des fils de laine.
La femme les nouera autour de ses chevilles et de ses poignets.









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Elle ne doit pas mettre de henne, durant sept mois, ni en approcher
ni en sentir.
Car, autrement, 1'enfant heriterait de la maladie.


REMEDE LORSQUE LES POIGNETS ET LES JAMBES ( DEVIENNENT DOULOUREUX
PAR LA SYPHILIS )

Acheter un corbeau mort chez un apothicaire du Souq el Ghezel.
Le cuire sans eau, jusqu'a ce qu'il se carbonise; le piler
Tamiser la poudre et en prendre un peu chaque matin.


REMEDE CONTRE LES BOUTONS

Couper une feuille de paper bleu en morceaux, les imbiber de
salive et les coller sur chaque bouton.

*

Cuire de la guimauve dans de I'huile jusqu'a ce qu'elle devienne
savonneuse. En enduire les boutons.

*

Piler des oignong, les melanger A du beurre conserve. En enduire
les boutons.
*

Tuer un milan, le faire cuire dans une marmite qui n'a jamais
servi. En manger durant trois jours.


REMEDE POUR QUE LES BOUTONS NE REVIENNENT PLUS

Porter, suspendues a son caftan, des noix de galle et des cauries.









MALADIES VENERIENNES 25

REMEDE (( CONTRE LES BOUTONS QUI RESSEMBLENT A CEUX DE LA SYPHILIS,
SANS EN ETRE )

Couper les poils d'un ane mort. Les broiler, mettre les cendres
dans du beurre.
Enduire les boutons de cette pommade.















MALADIES INFANTILES








MALADIES INFANTILES


REMEDE CONTRE LA TOUX

Faire bouillir, dans une petite marmite neuve, de 1'eau, de I'huile,
du pouliot, de la graine de carotte, de la lavande, du cumin, du pavot
de Marrakech, et un morceau de cameleon.
Filtrer le melange a travers un chiffon de lane.
On en fait avaler a l'enfant, qui vomit, et on lui tamponne le corps
avec les residus enfermes dans un lainage que I'on a fait chauffer.
La matrone le cauterise au bras, au poignet et A la t8te avec un
petit bois de rue, et on le couvre beaucoup, afin qu'il transpire.
Le lendemain matin, la mere doit uriner dans sa main, et repandre
le liquid en disant:
J'ai rejete la maladie!
Elle urine egalement dans un verre en disant:
J'ai trouv6 le remede !
Elle y ajoute du cumin, et le laisse passer toute la nuit dehors.
Durant les trois jours suivants, elle en fera boire A l'enfant.


REMEDES CONTRE LES MAUX DE VENTURE

La matrone fait un cataplasme d'argile, le met sur une serviette
et en ceint l'enfant.
Puis elle prend I'enfant malade par les pieds et l'agite ainsi, la tete
en bas.
Apres quoi, elle lui fait avaler une mixture de pouliot, pile avec de
la gomme sandaraque.

*

Cuire, dans la marmite a couscous, les feuilles d'un chou monte
en graines.
En faire un cataplasme et le mettre sur le venture de I'enfant malade.
Piler au mortier de 1'anis, de la cannelle, de la racine de reglisse;
passer la poudre dans un tamis et 1'incorporer a du beurre frais.
Faire absorber ce remede a l'enfant.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


REMEDE CONTRE LA TEIGNE

Badigeonner la tate de l'enfant avec de l'huile dans laquelle on a
fait infuser des graines de harmel (paganum harmola).


REMEDE CONTRE LA MALADIE QUI VIENT AUX ENFANTS A L'EPOQUE
DES FLEURS

Au printemps, lorsque les enfants ont respire l'odeur des fleurs,
il leur vient une maladie de fievre, d'abattement et de sommeil.
Une matrone emmene le petit malade au hammam. La, elle lui
incise le corps du haut en bas, avec un couteau, et l'enduit d'ail et de
verveine piles et meles h de l'huile.
Elle verse de l'eau bouillante sur de la rue, trempe une chemise
neuve dans cette eau et en revet l'enfant qu'elle attache sur son dos
avec une serviette.
Elle se place ainsi dans l'endroit le plus chaud du hammam et
elle y reste plusieurs heures.
De retour a la mason, elle egoutte, dans la bouche de 1'enfant, I'eau
d'une ( tebiha ) enferm6e dans un chiffon.
La ( tebiha ) est un compose de : pavot, cumin, clous de girofle,
armoise blanche, pouliot, ail, cameleon et intestins de porc-epic, cuts
avec de l'huile et de l'eau.
Les r6sidus sont poses sur la tete de l'enfant et maintenus par un
bandage jusqu'au lendemain.

*


La matrone fait deux incisions derriere I'oreille droite de l'enfant
et les frotte avec du goudron. Elle enduit egalement de goudron l'interieur
de la bouche et du nez. Puis elle tue un serpent, lui coupe la t8te, enferme
celle-ci dans un petit roseau creux, don't elle bouche les extremites a la
resine, et qu'elle suspend au caftan du petit malade.








MALADIES INFANTILES


REMEDES CONTRE L'INFLAMMATION DES AMYGDALES

La matrone mouille son doigt, le passe sur du sel et en touche les
amygdales.
Elle delaye, avec un peu d'eau, le sang d'un mouton tue A l'Aid
el Kebir (on a soin de conserver ce sang en le faisant dessecher avec du
sel), et elle y ajoute du bois de Comari.
La mere enduit ses seins avec cette mixture, pour que l'enfant en
avale lorsqu'il tette. La matrone mastique des feves et pose la pate sur la
fontanelle de l'enfant.
*

Si, malgre le traitement de la matrone, 1'enfant ne guerit pas, on
le porte chez le barbier qui lui coupe les amygdales avec une espece
de rasoir.
Afin de cicatriser la plaie, on met dans la bouche de l'enfant une
pate de sucre et d'&corce de noyer.


REMEDE (CONTRE UN OS QUI FAIT MAL DANS LA POITRINE D'UN ENFANT )

La matrone enduit la poitrine du be6b avec de I'huile, la couvre de
cheveux tombs, place un peigne par-dessus, croise les bras de l'enfant
sur ce cataplasme et maintient le tout par un bandage.
Le lendemain, elle impregne d'huile un peu de laine cardee, met
du benjoin sur le feu et en recueille la fumee sur cette laine.
Ce nouveau cataplasme replace le precedent. II faut le renou-
veler trois jours de suite.


REMEDE (( POUR EXPULSER LES MAUVAIS ESPRITS QU'UN ENFANT A DANS
LE VENTURE AU MOMENT DE SA NAISSANCE ))

II faut, A l'avance, mettre un vieux sou dans de I'huile.
Quand il s'est couvert de vert de gris, on le frotte avec une datte
et I'on fait tomber dans l'huile cette pate verte.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Apres la naissance de 1'enfant, on lui met un peu de cette huile
dans la bouche.
Aussit5t il vomit, expulsant ainsi les mauvais esprits qu'il a dans
le venture.
Ce remade est egalement excellent pour la mere, si elle souffre
apres ses couches.

REMEDE (( LORSQU UN ENFANT A ETE FRAPPt PAR UN MAUVAIS AIR QUI
LUI FAIT ENFLER LE CRANE ET LE FAIT TOUSSER )

Envoyer un sou, ou un peu de lane, A quelqu'un possedant un
jardin.
II donnera en change des feuilles de giroflees violettes.
Les macher et en faire prendre le jus A I'enfant.

REMEDE POUR LES ENFANTS RACHITIQUES QUI NE PEUVENT SE TENIR DEBOUT

II1 faut aller demander un peu d'argent dans sept maisons oil le
mari et la femme n'ont jamais ete marines qu'ensemble.
Avec cet argent on achete une couffe neuve dans laquelle on pose
l'enfant. Puis on va chercher sept petites filles qui portent la couffe
jusqu'a la mosquee Ez Zitouna. Elles remettent au garden de la mosque
un balai neuf, achete par la mere de 1'enfant. Alors le garden sort le
petit de sa couffe, le prend sous les bras et le balance trois fois, en disant:
Les gens sont parties au souk,
Et toi tu restes !
II remet 1'enfant dans la couffe que les fillettes emportent en
chantant:
Qu'Allah libere ce prisonnier !
A la maison,elles trouvent la mire qui les attend et a ouvert son
caftan. Elle fait passer son enfant par l'ouverture du haut et le fait
sortir sous ses jupes. La meme c6remonie est rep6t6e trois vendredis
de suite. Chaque fois les petites filles donnent un balai au garden de la
mosque. La troisieme fois, elles y ajoutent un cierge et du benjoin.








MALADIES INFANTILES


REMEDE CONTRE LES OREILLONS

Faire cuire, dans de I'huile, du sel, du benjoin blanc, du tabac, un
piment rouge et du crottin de cheval. Passer au tamis et verser tide
dans les oreilles.


REMEDES CONTRE LA PETITE VEROLE

Dis qu'apparait la petite verole, il faut nouer un linge a I'anneau
du heurtoir et supprimer de la mason tout ce qui est aigre ou acide,
ou qui exhale une odeur quelconque.

*
Frotter les boutons avec des feuilles de jujubier. Faire prendre A
l'enfant, durant sept jours, du cumin pile que l'on a melange avec du
miel. Tenir le malade au-dessus d'un couscous brflant, afin qu'il soit
enveloppe par la vapeur, puis le porter au-dessus du brfle-parfums
dans lequel on a mis de I'addad (atractylis gummifera), du thym et de
la sciure du bois don't on fait les rouets. Ensuite, I'emmener au hammam
et l'enduire d'argile que l'on a petrie avec une infusion de feves grillees
et de thym. Au bout d'une demi-heure, le laver et le revatir de vetements
neufs. Le coucher au retour, en le couvrant beaucoup, pour qu'il transpire.

*
Quand la petite verole attaque les yeux, les frotter de kohol et de
coriandre.

REMEDE CONTRE LA CALVITIE DES ENFANTS

Appliquer des limaces vivantes sur le crane et les y maintenir
par un bandage.














FECONDITE


- STERILITY


IMPUISSANCE








FECONDITE STERILITE IMPUISSANCE


REMEDE POUR RECONNAITRE SI LA STERILITE EST DUE AU MARI OU A LA
FEMME

Faire deux petits tas de son. Verser, sur un des tas, un peu de l'urine
de la femme, et, sur I'autre, de celle du maria. Au bout de sept jours,
le tas dans lequel se sont mis les vers indique celui des epoux qui peut
enfanter. Si les deux tas en ont pareillement, c'est que l'un comme
l'autre sont capable d'avoir des enfants, mais que leurs entrailles
sont froides. I1 s'agit alors de les leur rechauffer par les remedes appro-
pries.

REMEDES CONTRE L IMPUISSANCE VIRILE

L'homme ira au hammam se purifier. A son retour, il absorbera
un melange de gingembre, clous de girofle, noix de muscade, noix du
Sahara, aristoloche et lavande sauvage, cuts ensemble.
Le lendemain matin, la matrone lui tailladera le bas des reins, et
appliquera, sur cet endroit, une ventouse faite avec une petite marmite,
afin de soutirer le mauvais sang.
Puis elle donnera au malade du persil bouilli dans de l'eau, et il
en entourera soigneusement ce qui doit 8tre entourd, en I'appliquant
bien par un bandage. Il renouvellera ce cataplasme pendant trois jours,
et il boira le remade.
*
*

L'homme devra prendre un melange d'eau de rose, de sucre et
d'amandes pilees, et, aussit6t apres ( agir avec une anesse comme avec
une femme "). I1 ira se purifier au hammam et en sortira bien portant.

REMEDES POUR AVOIR DES ENFANTS

La femme cherchera une souris qui vient de mettre bas et lui prendra
sept petits. Elle les roulera dans de la farine et les avalera, tout vivants,
avec de l'eau.
Les gens disent qu'ensuite elle enfantera sept males.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


*
*

La femme doit s'introduire une meche de laine non soufree,
trempee dans le jus d'ecorce de noyer qu'elle a machee.
Elle moud, a la meule, de la racine de guimauve et l'ajoute au cous-
cous, ainsi qu'une demi-livre de poivre, de I'ail, de la salsepareille. La
viande de ce couscous est remplacee par des morceaux de (( schkoua
(outre en peau de bouc, dans laquelle les Berberes font aigrir le lait),
qui a un gouft tres fort.
Ce couscous procure une sorte d'ivresse. (( Apres en avoir mange,
la femme devient jaune, jaune Elle tombe, elle ne dit plus une parole
et ne reconnait personnel. ,)
II lui en faut prendre durant sept jours. Apres quoi, elle va au
hammam.
En rentrant, elle mache de la menthe, imbibe de la lane avec le jus
qui en sort, et se l'introduit dans l'anus.
Elle doit alors s'asseoir dans (( un mkeb ) (couvercle conique don't
on couvre les plats), et quelqu'un appuie sur ses epaules ( afin que son
fond entire le plus avant possible dans le mkeb ).Ensuite elle vase coucher.
Le lendemain, la matrone vient lui masser le venture. Pour ce massage,
la femme doit lui 6tre present6e la tate en bas et les jambes tenues en
I'air par des parents ou des esclaves. Puis on la couvre beaucoup afin
qu'elle transpire.

*

Mettre dans de l'eau d'oued un petit bois de sarghine et I'y faire
tremper. Puis, la femme, qui desire enfanter, I'attache au bout d'un long
fil et se l'introduit le plus loin possible. Elle le garde ainsi trois jours
et l'enleve ensuite en tirant le fil.

*

Rouler une mache de laine dans de la poudre de cuivre et se l'intro-
duire. (( Une femme, ayant essay ce remede, toute sa chair fut rongue
et elle devint tris vaste, mais n'enfanta point. )








FfCONDIT9 ST9RILIT -- IMPUISSANCE


*

La femme qui desire enfanter doit prendre, durant sept jours, un
remide compose de miel et d'huile, auxquels sont incorpor'es :de la
racine de jujubier et de la rue, qu'elle a pilees.
Elle s'introduit une meche de laine impregnee de tirirecht (plante
saponifere), ( cela provoque des douleurs epouvantables, le venture gonfle
et il semble que la mort va venir ,. Il faut garder cette meche durant
trois jours. Puis la matrone vient elle-meme soigner la patient. Elle lui
introduit un roseau creux, long d'une douzaine de centimetres et la
cauterise interieurement au moyen d'une brochette de fer rougie au feu,
qu'elle passe A travers le roseau, de maniere que l'extremite seule de
l'instrument touche ce qu'elle dolt toucher.

**

La femme sterile qui veut enfanter se couche, et la matrone lui
introduit un petit roseau creux, A l'extremite duquel, de toute sa force,
elle souffle, afin de dilater le venture de la patient.
Puis elle la fait etendre A plat venture, et lui enfonce, dans I'anus,
de la menthe enveloppee d'un line. Enfin, saisissant dans ses mains
les jambes de la patient, elle lui meurtrit les fesses A coups de pieds.
Une femme ayant subi ce traitement en est restee malade pendant
fort longtemps, mais n'a pas enfante. ,

*

Prendre sept gousses d'ail, les faire cuire, les tremper dans de l'huile.
Chaque jour s'en introduire une. Aussit6t apres, la matrone rechauffe
le venture de la femme, avec une pole A frire qu'elle a fait rougir sur le
feu et qu'elle approche A petite distance de la peau, sans la toucher.
Puis elle la frictionne avec de l'huile, lui recouvre le venture de menthe
verte et la ceint d'une etoffe de laine.


*
* *








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Mettre du safran pile dans de I'huile, y longer des morceaux de
sel gemme que l'on a fait chauffer sur des braises. Enfermer ce sel dans
un chiffon et se l'introduire. Le garder trois jours et aller au hammam.
En revenant, piler du sel gemme, du benjoin blanc et du benjoin noir
et les mettre dans de l'huile, ainsi que du goudron. Enfermer le tout
dans un chiffon, se l'introduire et le garder trois jours encore.

*

Mettre un porc-6pic vivant dans le feu et l'y laisser jusqu'A ce
qu'il se carbonise. M'langer la plus grande parties de ses cendres avec
du miel don't on mangera durant sept jours. Ajouter, au reste des cendres,
de la muscade du Sahara et de I'huile; les enfermer dans un chiffon
qu'on s'introduit et garde pendant sept jours.

*

Prendre des tripes de beuf, ne pas les laver, les remplir de
faux-fenouil, les coudre et les faire cuire A la vapeur, au-dessus d'un
couscous dans lequel on a mis d'autres tripes, emplies d'ambre. Manger
le tout. Apres trois jours, aller au hammam.

*

Faire tremper de l'orge et de la racine de jujubier pendant sept
jours. Mettre l'orge A secher au soleil, la moudre ainsi que du benjoin
blanc. Avaler, de cette poudre, la measure d'une coquille d'oeuf durant
sept jours.

REMEDES POUR NE PLUS AVOIR D'ENFANT

Si la femme ne veut plus enfanter A nouveau, ses parents la font
asseoir, tout de suite apres son accouchement, sur un ballot de petits
charbons encore chauds, qui viennent de tomber du feu.
I









FgCONDITt STRILITEI IMPUISSANCE


Lorsque la femme vient d'accoucher, elle laisse tomber, dans le
placenta, autant de grains d'orge qu'elle veut rester d'annees sans enfanter,
afin que ces grains soient enterr6s en meme temps que le placenta.

S*

Emplir, du sang de l'accouchement, sept cauries et les serrer dans un
coffre oi personnel ne peut les voir.
Quand la femme desire enfanter a nouveau, elle ouvre le coffre et
regarded ces coquillages.
*

Ouvrir des figures seches et les emplir du sang de l'accouchement.
Les enterrer dans un endroit oh la femme ne passe jamais. Elle n'en-
fantera plus desormais.


REMEDE POUR NE PAS AVOIR D'ENFANT

La femme qui ne veut pas avoir d'enfant devra piler du camphre
et de l'alun. Elle les enveloppera d'un chiffon de lane et se les intro-
duira. 11 faut qu'elle les garde trois jours, durant lesquels elle avalera
du camphre dans de l'eau.


REMEDES POUR (< FAIRE TOMBER LE FILS D'ADAM )) (avortemenl)

Faire mac6rer des feuilles de palmier nain dans de l'huile avec du
tabac A priser. La femme se les introduira. ( II y a peu de temps, une
femme ayant employee ce remede, son sang se mit A cooler jusqu'A ce
qu'elle fft morte.

*

Faire macerer des piments rouges dans du vinaigre. La femme en
prend chaque matin. Si (( le fils d'Adarn ) est encore petit, i] ne peut
supporter ce remede violent et il tombe.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


*

Faire griller du faux-fenouil come du cafe. Le piler, le melanger
a du vinaigre. Tout de suite apres avoir bu ce remede, la femme devra
faire trois culbutes.


REMEDE (( POUR QUE LE FILS D'ADAM NE TOMBE PAS "

Si la femme enceinte sent des douleurs prematurees, elle prendra
du carbon pile, incorpore A du miel. Puis de l'ecorce d'orange amere
cuite dans du jus de viande. Apres ce remede, elle avalera de la poudre
de cuivre amalgamee A un jaune d'oeuf. L'effet en est purgatif. Enfin,
elle boira de l'eau dans laquelle est delayee un peu d'argile.


REMEDE (( LORSQUE LE FILS D'ADAM S'EST ENDORMI DANS LE SEIN DE
SA MERE )

La matrone prend un morceau de glaise ( A une jarre non cuite ,
et elle en petrit un petit (( canoun )>. Elle y met des charbons allumes
et de la lavande, et dispose, au-dessus, un pot A couscous renverse, don't
elle a bouche tous les trous avec de la pate A pain, A l'exception de celui
du milieu. La femme s'accroupit sur ce pot, de facon A ce que la fumbe
la penetre; ensuite, elle va se coucher et on la couvre beaucoup pour
qu'elle transpire. Le lendemain matin, on lui apporte de l'eau de puits
tres froide, dans un bol qu'elle place sur son venture. Au bout de trois
jours de ce traitement, le (( fils d'Adam se reveille et se retourne.















MALADIES DES FEMMES








MALADIES DES FEMMES


REMEDES CONTRE LES REGLES HEMORRAGIQUES

La matrone pile des oeillets sees et les petrit en y ajoutant de la
pisse d'une chienne qui vient de mettre bas. Elle enferme le tout en deux
lines, que la malade s'introduit dans (( les deux endroits >.

*
*

Mettre de la graine de lin, de la cannelle douce, du celeri et du
minium a infuser dans de l'eau-de-vie de figures; y faire tremper deux
meches tressees avec des poils de chevre noire, ou, ce qui est prefe-
rable, avec des cheveux d'esclave. La malade (( s'en introduit une
dans chaque endroit.

*

Emplir de pouliot la poche a fiel d'un mouton tue a l'Aid el Kebir.
La faire secher au soleil, puis la piler avec de I'ceillet, de la cannelle
et de la salsepareille. Ajouter de I'huile et faire cuire le melange; le filtrer
a travers un linge, dans un recipient que l'on depose, un soir, au pied
d'un minaret.
Au matin, des parents ou des esclaves, devant lesquelles la malade
( n'a point honte ), placent celle-ci contre une muraille, tate en bas,
jambes en I'air, et lui introduisent un roseau creux dans lequel elles
versent une parties du remede. La malade en boit le reste. Ce traitement
doif 6tre repete trois jours de suite.

**

Faire cuire, dans de l'eau, un vieux sou et sept morceaux du vote-
ment d'un homme chaste. Placer cette eau, toute une nuit, au bas d'un
minaret. En boire durant sept jours, le matin.


* *








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Faire cuire, dans de l'eau, une plante de cimetiere et un mitqal
(monnaie de cuivre), le temps qu'il faut pour de la viande de bceuf ou
de chameau. Boire de cette eau durant quarante jours, le matin.
Ce remede est tres dur et peut empoisonner.


*

Hacher de l'ail, des violettes et des orties. Les faire cuire dans une
marmite a couscous, que la femme introduit, brilante, sons ses caftans.
Elle reste accroupie au-dessus, de maniere a ce que la vapeur monte et
la penetre, jusqu'a ce que ce soit refroidi.
Pendant ce temps, une parent ou une esclave lui fait avaler des
boulettes de harmel (paganum harmola) et d'orties. Puis on la couche
et on la couvre beaucoup pour qu'elle transpire.
Ajouter a l'ail et aux violettes, qui ont cuit, des clous de girofle,
du fenugrec, du gingembre, du miel et remettre sur le feu jusqu'a 6bulli-
tion. La malade en prend une cuilleree le matin et une le soir.

**

La femme enferme de la resine dans un chiffon de laine, et elle
monte sur sa terrasse, un vendredi, au moment de la priere. Elle se
deshabille entierement et s'accroupit sous la kebrata (sorte de d6me
en osier sur lequel on fait soufrer les caftans). Elle y fait braler du
benjoin blanc et du benjoin noir en disant:

Les gens t'appellent Kebrata.
Moi, ie te nomme Lella Rnata.
Partage le sang qui me vient entire trois.

Puis elle s'introduit le lainage enfermant la resine et elle reste
sous la kebrata jusqu'a ce que toutes les prieres soient fines dans la
ville.








MALADIES DES FEMMES


REMEDES POUR SUPPRIMER LES RIGLES
La femme devra monter sur, sa terrasse le premier jour du mois,
et, tout en regardant le premier croissant de lune, elle avalera, un par
un, trente grains de poivre.
*
*. *

La femme fera acheter une toison. Elle en coupera quelques brins
et les trempera dans le sang menstruel. Puis elle les dissimulera dans la
toison qu'elle fera revendre au souk.

*
*

I1 faut envoyer la matrone, ou une esclave, boucher, avec de la pate
a pain, les yeux, les narines, les oreilles et la bouche d'un mort tries mise-
rable, d'un mort A qui personnel ne tient. Le lendemain on reprendra
cette pate, avant que soit lave le cadavre. La femme, qui veut supprimer
ses regles, la fera secher sur sa terrasse, la pilera et en prendra chaque
matin durant sept jours.
*
*

Prendre des tripes de vache ou de mouton. Les vider, mais ne pas
les laver. Y introduire du faux-fenouil cueilli dans un cimetiere et les
faire cuire dans la marmite A couscous. La femme devra les manger.

**

Passer dans du miel un oignon coupe finement et le fair griller.
La femme en prendra un peu, chaque matin, durant sept jours.

REMEDES POUR LA FEMME QUI SOUFFRE AU MOMENT DE SES RkGLES
Lorsqu'une femme a des regles douloureuses, la raison en est gene-
ralement qu'une souris a mange le premier linge don't elle s'etait service
en devenant nubile. Les douleurs cesseront lorsqu'elle aura ecrase la
tate d'une souris avec son talon droit.









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


*

Piler du carbon, le passer, le melanger ai du miel. En prendre
chaque matin durant sept jours.

*
n

Mettre au soleil une livre de lavande. Lorsqu'elle est bien seche, la
piler, la passer au tamis et, I'humectant d'huile, en former des boulettes,
Le residu laisse sur le tamis sera cult dans de I'eau, et, avec cette eau
clarifiee, la femme avalera une boulette le matin et une le soir.

*
**

Faire bouillir dans de l'eau, de la ( gortoufa blanche )). Puis la femme
se couchera et introduira sous elle une tasse pleine de cette infusion qui
doit la rechauffer extr8mement. Au matin, elle boira de I'eau dans
laquelle aura macere du henn6. Repeter le traitement durant trois jours.

*
*

La femme machera du thym, l'enveloppera d'un chiffon de laine
et se l'introduira. Elle devra le garder trois jours.

*
*

Lorsqu'une femme est afflig&e de douleurs tres violentes il lui est
recommande de faire le remade suivant, apres lequel, si Allah a ecrit la
guerison, elle sera delivree de ses souffrances.
Elle se procure une vieille outre en peau de bouc, dans laquelle les
Berberes conservent le lait aigre. Elle la fait tremper durant huit jours,
la coupe en lanieres, et les met A macerer dans de l'huile avec du pouliot,
de la thapsia, de la salsepareille, de la lavande, de I'ambre, de la cannelle,
et une grosse botte d'ail.
Au bout de quatre jours, elle y ajoute de la semoule et fait cuire le
tout, comme un couscous.








MALADIES DES FEMMES


Avant de manger ce couscous, la femme reste a jeun, afin que I'appetit
lui permette d'en absorber une quantity considerable. Ce qui reste du
couscous, elle l'enterre de facon a ce que ni bates, ni gens, n'en puissent
manger. Elle ne doit rien boire, de tout le jour.
(( Apres avoir pris de ce remede, mon venture a enfl6 considerablement,
et j'ai eu peur, mais au matin, je me suis reveille avec le bien.


REMEDES (( POUR LA FEMME QUI SOUFFRE D'UN FROID DANS LE VENTURE )

Cette femme prend un remede compose de clous de girofle, de
gingembre et de racine de galanga cuts ensemble. Puis elle s'introduit
une meche de laine trempde dans du jus de lavande.
Au bout de deux jours, elle change cette meche, se masse le venture
avec de I'huile et se pose sur le venture des ventouses faites avec de
petites marmites.
Le troisieme jour, elle fait cuire un pigeonneau farci des sept spices
que l'on nomme (( ttes de la boutique ,. Elle suspend ce pigeonneau
par un fil, au-dessus d'un couscous, de facon qu'il ne touche pas a la
sauce.
La femme se rend au hammam, tend sur les dalles, dans un endroit
tries chaud, une mixture de menthe verte et de lavande, et elle s'accroupit
au-dessus. Ensuite elle se lave et va s'asseoir sur un seau plein d'eau
bouillante. Elle y doit rester (( jusqu'a ce qu'elle soit tres rechauff&e du
fond ). Alors il lui faut uriner dans le seau et s'introduire de la pommade
de ( ghalia ).
Rentr6e chez elle, la femme mange, toute seule, le couscous et le
pigeonneau, et elle va se coucher.
Le lendemain, elle fait cuire de la farine, de l'huile, de I'ail et de la
salsepareille, don't elle mange. Elle delaye de I'ambre et un peu d'argile
dans du lait qu'il lui faut avaler en trois fois, la tate basse prise entire ses
jambes. Enfin, durant trois jours, elle prendra un melange de miel et de
sarghine cuit dans la marmite.

*








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Cuire de l'huile et des dattes. En melanger le jus avec du gros couscous
don't la femme mangera durant trois jours. Pendant ce temps, elle ne
doit rien prendre d'acide, ni d'amer, ni manger de viande de chamelle,
ni se quereller.

*

Melanger de l'eau, de la farine et de la thapsia. Ne pas mettre de
sel. Avaler le remede en trois fois, la tete basse et prise entire les jambes.

*

Faire cuire, a grand feu, des epluchures d'ail. Les verser bouillantes
dans un pot sur lequel la femme restera accroupie, jusqu'a ce que le
tout soit refroidi.

*

I1 faut creuser dans le sol un trou et y allumer du carbon. La
femme doit s'asseoir sur le trou brilant et y rester 24 heures. Pendant
ce temps elle se nourrit avec du couscous et une poulette encore vierge,
farcie d'ail et de muscade.


REMEDES POUR LES ACCOUCHEMENTS DIFFICILES

On pose, au c6te droit de la patient, une page du Coran ecrite par
un lettre, et on I'enfume avec de la gomme sandaraque, du faux fenouil,
un millet, que le lettre a remis en meme temps que la feuille benie.

*

Faire boire a la patient l'eau dans laquelle on lui a lave le gros
orteil droit.








MALADIES DES FEMMES


Ecraser, dans de l'eau, sept c((nes de ma grand'mere ) (cloportes)
et les faire avaler a la patient, afin que le fils d'Adam agisse comme
les cloportes qui sortent rapidement de leur trou.

*

Une verge, premiere nee de sa mere, ouvre sa ceinture et en frappe
la patient en disant:
Enfante ou bien c'est moi qui enfanterai!
Puis elle se sauve et rentre en courant jusqu a sa maison.

*
S*

Le maria entire, avec un fusil, dans la chambre de sa femme, couche
le fusil sur la patient et le demonte entierement.

*

Cuire de la salsepareille avec de la farine, du fenugrec et de I'huile.
En faire prendre a la patient.

*

Quelqu'un de la mason se rend au cimetiere et ramasse une couffe
don't s'est servi le fossoyeur en creusant une tombe. Si la couffe est tres
grande, on y fait entrer la patient. Si elle est petite, on en coiffe sa tate.
On prend de l'eau a sept puits creuses au bas d'un minaret, et on
fait chauffer cette eau sur un feu, dans lequel on brfile la couffe. On desha-
bille la patient et on la lave avec cette eau, dans une cuve, au fond
de laquelle on a pris soin d'immerger sept cles de sept portes differentes.
Ensuite on va vider l'eau a la porte de la grande mosquee et l'on enfume
la patient avec ( l'encens puant ) qui se compose de : ecaille de tortue,
peau de serpent, piquants de herisson, bois de mserser, feuilles de
thuya, etc.
Et 1'enfant nait, s'il plait a Dieu!








52 PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS

*

Quelqu'un de la mason sort dans la champagne. Lorsqu'il voit un
porteur de doum qui a depose sa charge a terre, il s'approche et, des
que 1'autre est reparti, il ramasse une pierre qui se trouvait sous le
doum.
Cette pierre est mise sur le feu jusqu'a ce qu'elle devienne brfilante.
On la jette alors dans un petrin neuf rempli d'eau. Apres y avoir lave
la patient, on l'enfume avec du soufre. Puis on met de l'opium sur des
braises et on en recueille la fumee dans un bol que l'on emplit d'eau.
En faire boire a la patient.















RECETTES MATRIMONIALES








RECETTES MATRIMONIALES


REMEDES CONTRE LE CtLIBAT (1)

La fille ou la femme qui desire se marier taillera, dans sa chemise,
une laniere d'etoffe a sa grandeur, de la tete aux pieds. Elle la coupera
en sept morceaux et enfermera dans chacun un peu de la poudre des
sept ( spices males )) piles ensemble.
La nuit, lorsque plus personnel ne passe dans la rue, elle disposera
les sept meches d'etoffe dans une veilleuse allumee au seuil de sa porte,
et, sept fois de suite, elle rep6tera:

0 mon dpoux !
Viens chez moi.

En sorte qu'elle ne tardera point a 8tre demandee en marriage.

*
*

Prendre une vieille corde de moulin et la broiler un vendredi. A l'heure
oi chante le muezzin, la celibataire, pressee de se marier, se passe un
peu des cendres de la corde, au milieu du mention et du front, en disant:

Allah est le plus grand!
Le cdlibat tombe...
Quelqu'un est venu a la porte. (Le maria )

Elle ripete cela trois fois, sur sa terrasse, y reste debout jusqu'a
ce qu'un homme de sa maison, pere ou frere, rentre de la mosquee,
Alors elle lui demand:
As-tu price ?
Selon la coutume, il repond:
Nous avons price. Allah completera.

(1) Les Marocains ne font pas de difference entire les remades de ce genre et les remedes centre les
maladies.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Mais, en son ame, elle dit tout bas:
C'est celui qui vient qui completera...
Et elle va se laver le visage.

*

La celibataire va au hammam, y prend un petit eclat de bois, le met
dans un brfile-parfums et s'en enfume.

*

La celibataire enferme du henn6 dans un chiffon et le fait porter
dans une ruche, un mercredi. Le lendemain, quand on le lui rapporte,
elle passe ce henne sur sa tote, et elle fait vider au souk des Anes -
qui se tient le jeudi, I'eau dans laquelle ses cheveux ont ete rinces.

**

REMEDES A L'USAGE DES MARINES ET DES EPOUSES

REMEDE POUR (( RENDRE A UNE MARINE DEFLORtE AVANT SES NOCES
L'APPARENCE DE LA VIRGINITE ))

Piler de la noix de galle, de l'alun et la ( bouche d'une grenade ,.
La matrone en saupoudre la marine, ou il convent.
Ce remade ne reussit que si elle est encore toute jeunette. Pour celles
qui sont nubiles, il n'y a pas de remade. ( Heureusement, car s'il en
existait un, aucune fille n'arriverait vierge a son marriage. ,>


REMEDE (( LORSQUE LA MARINE tTANT TRIS ANEMIQUE, ON CRAINT QUE
SES PREUVES N'APPARAISSENT PAS SUFFISAMMENT )

Piler et passer de I'alun, que la marine s'introduit avant de partir
pour la mason nuptiale.








RECETTES MATRIMONIALES


REMEDES POUR S ASSURER LA SUPREMATIE DANS LA MAISON

Lorsque la marine monte sur la mule, une de ses parents endult les
semelles de ses babouches avec du < hani el bra >, que l'on retire avant
qu'elle ne descende, et l'on suspend a son caftan un petit morceau de
peau de lion, achete au souk des apothicaires.
Au moment de franchir le seuil conjugal, la marine dit:

Hani el bra !
Que cette femme ne rest pas avec moi
Je suis entree ici avec de la peau de lion,
Soyez tous devant moi,
Comme la hydne devant le lion!

*

La marine met, dans < l'eau de son maria ,, une tote de pain de
sucre et du coton achetC dans une boutique faisant face a la mosquee,
Puis elle les enferme dans un sachet qu'elle suspend a son caftan en
disant :
Ce n'est pas ton eau que j'ai prise,
C'est ton entendement !

**

Au matin de la nuit nuptiale, la marine urine dans sa main et en
verse, sept fois de suite, le contenu dans un bol. Lorsqu'on fait le the
pour son maria, elle vide ce bol dans la the6ire en disant:

Je t'ai faith prendre de mon eau,
Afin que tu ne voies plus que par mes yeux,
Que tu n'entendes plus que par mes oreilles,
Que tu ne parles plus qu'avec mes paroles !

*








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


La marine crache dans la theiere en disant:

Je te donne ma alive
Pour adoucir ton cour,
Pour que tu oublies tout,
Meme ton frere de pere et de mere!

*
*

Le jour de la ceinture (septieme jour apres le marriage une femme,
proche de la marine, pile un lizard dans le zenzar et araki ) destine
aux tatouages et elle le mdle subrepticement a celui don't la premiere
spouse se fait des arkous (oinements de visages). Celle-ci desormais
ne brillera pas plus qu'un lizard aux yeux du mari commun

*

Le dernier jour des noces, la co-epouse entire chez la nouvelle marine.
Chacune s'efforce d'embrasser l'autre sur le dessus de la tate et de poser
son pied sur celui de sa rivale. Celle qui y parvient sera la plus forte
dans la mason.


REMEDES POUR QUE LE MARI RESTE FIDELE A SA FEMME
(dgalement eficaces pour rabonnir les maris violent)

Lorsque son epoux est endormi, la femme lui pose sur les levres une
meche de soie verte. Le lendemain, elle fait enterrer cette meche dans
un vieux tombeau d'inconnu.

*
*

Mesurer le maria, pendant son sommeil, avec le fil d'un rouet. Ense-
velir ce fil dans une cotonnade neuve, ainsi qu'on ferait d'un mort, et
l'enterrer.








RECETTES MATRIMONIALES


*

M8ler, a la nourriture du mari, des ossements humans piles et de
l'eau qui a servi A laver un cadavre.

*

Aller au cimetiere, la nuit, y deterrer un cadavre recemment inhume,
l'asseoir sur ses genoux et, lui pregnant les mains, lui faire p6trir un pain.
Dis que le maria aura mang6 ce pain, il deviendra, entire les bras de
sa femme, aussi docile que le mort.

*

Acheter un couteau neuf, sans le marchander. Le poser, des I'aube,
sur le pas de la porte. Au moment oi son mari va sortir,la femme retire
le canif en appelant l'homme par son nom
0 Si un tel!
A sa demand:
Qu'y a-t-il ?
Elle ne repond rien, mais elle dit tout bas, en fermant le canif :

Arrete-toi !
Qu'aucune autre que moi
Ne soit femme pour toi

*
*

L'epouse demand un peu d'argent a sept maris et femmes qui
n'ont jamais ete maris qu'ensemble. Elle achite des figures, les porte
au cimetibre et les distribue aux pauvres. Elle enleve un clou a une
tombe et le porte sur elle jusqu a ce que son epoux aille ( faire voler son
eau ). Alors, aussit6t, elle penitre dans la ( chambre des ablutions
et plante le clou au milieu de ( l'eau ).








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


REMEDES POUR GUERIR UN MARI DE LA MAUVAISE HABITUDE
DE BATTRE SA FEMME

Un envoy de la femme va au Mellah quarterr des Juifs) acheter A
un rabbin, maitre d'ecole talmudique, la baguette don't il frappe ses
'lIves. Puis il d6robe le baton d'un Juif aveugle, et se sauve...
L'epouse place le baton sous le matelas de son maria, et, tandis qu'il
dort, elle le frappe legirement, sept fois, avec la baguette.
Elle devra recommencer sept nuits de suite, et agir avec precaution,
afin que son maria ne s'eveille pas.

*
S**

L'epouse maltraitee peut, egalement se procurer des moustaches de
hyenes. Elle les fera bruler, et en malera les cendres au cafe de son mari.
Le remede est plus actif si elle lui fait prendre de la cervelle de hyene,
dans la'harira (soupe tres epic6e) qu'il prend chaque soir.
Quand 1'6poux a subi ce traitement durant trois jours, A son insu, il
devient facile et patient.


REMEDES POUR FAIRE REVENIR UN MARI ABSENT

A l'heure ou tout le monde dort, l'epouse fait brfiler du benjoin noir
et du benjoin blanc.
Elle s'accroupit au-dessus du ( canoun ), de facon a ce que la fumee
la penbtre, et elle dit:

Les gens t'appellent ( ma chose >.
Moi, je te nomme : ( Madame la folle .
Attire un tel, fils d'une telle,
Fiut-il en pays inconnu.


*
* *








RECETTES MATRIMONIALES


La femme depose son (( canoun ) sur le pas de sa porte et y fait
brfiler de, la 'carraouia (carvi). Les voisines, en passant, ne manquent
pas de dire:
0 carraouia!

A quoi 1'6pouse repond :

0 ma petite mere. 0 ma cherie!
Fais revenir mon dpoux,
Tout de suite Tout de suite.

Et le maria revient dans les quarante jours.
*

Elle peut remplacer la (( carraouia ) par du thuya et dire:

0 thuya !
0 Pare de la vigueur!
Toi qui tannes ta chamelle
Et les peaux,
Ramdne vers moi mon dpoux,
Serait-il egare dans le pays des Juifs !
*
*

L'epouse prend un linge don't son mar s'6tait servi apres avoir
accompli sa chose habituelle.
En sept meches egales, elle le coupe, puis elle les emplit de tabac, les
dispose tout autour de sa chambre et les allume pendant la nuit.

*

La femme, don't le mari est absent depuis bien des ours, melange
une livre de thym, une de pouliot, une de lavande et une de giroflee.
Elle en fait sept parts et, durant une semaine, a 1'heure oi le muezzin








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


announce le Moghreb, elle fait brfiler une de ces parts sur le septieme d'une
livre de carbon.
Pendant l'operation elle dit :

0 Pouliot !
Trouble sa tite!

0 Thym !
Donne-lui l'impatience !

0 Lavande!
Amene-le de toute faeon !

0 Giroflde !
Fouette-le, par n'importe quel vent!

Au bout de sept jours, son maria revient, si Allah le permet.

*

Quand un maria part en voyage, sa femme, qui est pressee de le revoir,
doit dire, au moment oh il franchit la porte :

Que le ciel soit, sur ta tete, celui brAlant de l'Inde!
Que le sol soit, sous tes pieds, come le foie d'un chien !
Afin que tu reviennes vite, vite !
Jusqu'a mon cher petit endroit.


REMEDES (( POUR AUGMENTER L'ARDEUR D'UN MARI ))

Chaque soir, durant sept jours, la femme s'introduit une datte
qu'elle garde toute la nuit. Au matin, elle la retire et s'arrange pour la
faire manger A son maria, sans qu'il se doute de la chose.


*
** *f








RECETTES MATRIMONIALES


En l'absence de son mari, l'epouse prend un petit morceau de viande
qu'elle s'introduit. Ensuite, elle le retire et le suspend au mur. Des que
rentre son mari, elle fait griller cette viande et la male a celle don't il
mangera.
*

La femme s'ecorche legerement, avec un couteau, en sept parties
de son corps : derri&re I'oreille, a la joue, au bras, au pied, a la cuisse,
au sein droit, et... Puis elle petrit un peu de pate et y recueille du sang
aux sept endroits ecorches. Elle y ajoute du miel et fait fire dans du
beurre un gateau qu'elle servira a son epoux.

*

< Apres avoir fait sa chose avec son mari ), la femme imbibe la tete
d'un pain de sucre. Puis, elle I'enferme avec les sept spices males dans
un sachet qu'elle suspend a son caftan.
(La tate du pain de sucre etant employee par les femmes en maintes
pratiques analogues, certain maris musulmans ont la sage precaution
de toujours faire decapiter devant eux les pains de sucre et d'en prendre
la tete.)
*

Au moment oiu parait la premiere lune du mois, 1'epouse monte a sa
terrasse, avec une parent ou une amie qui lui est tres chere.
Elles disposent deux plats, I'un plein d'eau, I'autre vide, ainsi que
la peau d'un mouton tue a 1'Aid el Kebir. La femme remplit ses deux
mains de farine qu'elle verse sur cette peau. Puis, caftans trousses, elle
s'accroupit successivement dans le plat d'eau, dans la farine et au-dessus
du plat vide. L'amie, armee d'un petit balai, y fait tomber la farine qui
s'est college A son fond.
L'6pouse continue ce manage jusqu'A ce qu'elle ait ainsi transported
toute la farine, dans le plat vide. Le lendemain elle en petrira un pain
pour son maria.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


*

L'epouse prend le line ( don't son maria s'est servi, apres avoir fait
sa chose avec elle, un mercredi. )
Elle le met tremper toute la nuit dans de l'eau d'oued (l'eau des
puts ne convent pas). Le lendemain matin, elle exprime cette eau dans
de la farine et petrit un pain qu'elle fait manger a un chien.

*
.*

L'epouse prend le linge (( don't son mari s'est servi un dimanche. >
Elle le fait tremper et en exprime l'eau sur du grain qu'elle jette aux
pigeons.
*


L''pouse prend ( le linge du mardi ". Apres l'avoir fait tremper,
dans de l'eau d'oued, avec quatre onces de faux-fenouil. elle laisse pourrir
le tout jusqu'A ce que les vers s'y mettent. Puis, elle le vide sur la peau
d'un mouton egorg6 a l'Aid el Kebir, et elle remue le melange au soleil,
avec une cuillere, jusqu'a ce qu'il se desseche.
Chaque fois que son maria veut embaumer ses vetements, elle ajoute
subrepticement, dans le brfle-parfums, un peu de ce remade.

*

L'epouse met ( le line du jeudi dans une petite marmite de terre
toute neuve, avec du thym, de la lavande sauvage, du safran, de la resine,
de la menthe, de l'eau-de-vie de figures, de la graisse de rognons d'un
mouton tue a l'Aid el Kebir, une plante pouss6e dans un cimetiere et
de l'eau d'oued.
Elle fait cure le tout jusqu'a ce que m8me la marmite se carbonise.
Et elle repete :








RECETTES MATRIMONIALES


0 marmile !
Brule bruile!
Afin que je sois pour lui
Comme le sultan pour son vizir.

Elle recueille les cendres et les male i ,la nourriture d'un chien.

*

L'epouse coupe un petit morceau du ( linge du dimanche >. Elle
'introduit dans la coquille d'un oeuf vide, avec des feuilles de basilic.
Elle enterre cet ceuf sous les cendres du canoun et allume le feu au-dessus.
Le canoun doit rester ardent pendant sept jours, dans la chambre
de la femme, sans que personnel le voie et sans qu'elle donne de feu a
personnel.
Au bout de ce temps, le mari sera devenu, pour sa femme, aussi
brfilant que le feu.

S*

Prendre un oignon pousse dans un cimetiere, le vider, y introduire
< le linge d'un jour de souk ,, avec du benjoin et de la lavande.
Recouvrir l'oignon d'une couche d'argile, le mettre dans le canoun et
allumer le feu.
*

L'epouse coupe, en sept morceaux, (( le linge du mardi,. Elle emplit
chaque morceau avec les sept spices males, du benjoin et du faux fenouil
pilds ensemble et en fait sept meches qu'elle roule sur sa cuisse droite,
;tandis qu'elle repete:

J'ai role ce qui est a toi,
Afin que tu oublies ta mere,
Afin que tu oublies ta sceur,
Et que, meme les prostitutes,
Tu ne les regardes plus.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


Puis, elle dispose les meches dans un tesson de poterie, plein d'huile,
qu'elle a derobe au hammam. Elle humecte de l'argile avec de l'eau de
rose, en p6trit un petit bonhomme, a la resemblance de son mari, le
campe devant la veilleuse et repand autour de lui du benjoin blanc et
noir.
Tout cela doit 8tre accompli dans un lieu trbs secret, oh nul ne le
decouvre.
Le lendemain, la femme recueille les cendres de la veilleuse et les
mele a la nourriture d'un chien.

*

L'epouse, a qui son mari n'accorde pas ( ce qui est son droit ,, s'en
va chez le marchand de totes de moutons.
Elle demand :
Combien la tate ?
C'est tant, repond le marchand.
Elle se tait, mais murmure en elle-meme :
Qu'ai-je a faire de cette t&te-la ? C'est ton appreciable chose que
je nomme ansi.....
Et elle s'en va.
Lorsque son mari rentre chez lui, elle dit:
J'ai envie d'une tete de mouton !..... I1 faut absolument que tu
m'apportes une tete de mouton !
Et, comme les maris savent qu'il n'est pas bon de contrarier les
desirs de leurs'femmes, celui-ci va au souk et achete, pour son spouse,
une belle tate de mouton. Elle en enlive soigneusement les comes et la
nettoie dans une eau qu'elle emporte a la ( chambre aux ablutions ".
Avec cette eau, elle se lave la ou elle doit se laver, en disant :

M'etant lave avec cette eau de tete
Ta ( tete doit venir jusqu'a moi.

Puis elle fait cuire la tate de mouton dans un couscous, et, devant les
femmes qui mangent avec elle parentss ou esclaves) elle fait comme si








RECETTES MATRIMONIALES


elle etait prise de folie, elle se precipite sur le plat, avant qu'aucune autre
y ait touched et arrache un ceil qu'elle avale, en disant:
J'ai mange 'ceil !
Une oreille en disant :
J'ai mange l'oreille !
Et ainsi de suite, pour les differentes parties de la tate.
Ce sont ces paroles-la que les autres entendent, mais, a chaque fois,
la femme prononce en son ame :
C'est ton appreciable chose, 6 mon epoux, que je mange !


REMEDE ( POUR DIMINUER L'ARDEUR D'UN MARIA QUI USE TROP SOUVENT
DE SON SPOUSE )

La femme doit recueillir, au hammam, un peu de l'eau sale qui
s'ecoule dans le conduit. Elle en pdtrit un (( kerchel ) (petit gateau fait
de farine, de levain, d'anis, de sucre et de gomme sandaraque), qu'elle
fait manger a son maria, sans qu'il se doute de laparticularit6 decegaiteau

REMEDES A L'USAGE DES CO-EPOUSES

REMEDES POUR RAVIR LA VIRGINITY DE LA NOUVELLE MARIEE
QUE L'EPOUX AMENE EN SA MAISON

La premiere spouse fait derober, dans la mason de sa rivale, la jeune
marine, un os d'un mouton tue pendant les f&tes du marriage. Elle en
retire la moelle, et, au moment ou la jeune fille arrive au domicile
conjugal, elle souffle de toutes ses forces dans le creux de l'os. Aussit6t
la virginity de la marine est rompue, en sorte que le mari, dequ, fait un
grand scandal et renvoie honteusement sa nouvelle spouse.
*
*

II faut qu'une femme, esclave, parent ou amie de la premiere spouse,
S(introduise son doigt dans la chose de la mule > qui transport la marie








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


au logis nuptial, et revienne aussitot enfoncer son doigt dans un citron,
plein de poivre soudanais, que la co-epouse a soin de tenir dans sa main,.
derriere la porte de sa maison.
Aussit6t la virginity de la marine est brisee.
Ce moyen est tres difficile a employer, parce que, dans sa crainte,
deux femmes de la mason de la jeune fille ont toujours !a precaution
d'envelopper la mule d'un drap blanc et de tenir celui-ci bien appuye
sur l'arriere-train de la bate, tout le long du chemin.

*
*

La co-6pouse prend quelques grains de semoule dans le couscous.
Elle les fait remettre a un homme qui les melange, dans son fusil, avec de
la poudre, et s'en va tirer un coup de feu hors de la ville. A ce moment
precis, la nouvelle marine est d6floree avant d'avoir connu l'6poux.


REMEDES POUR ATTIRER LE MALHEUR SUR UNE NOUVELLE MARINE

La premiere spouse envoie acheter, chez le barber, une dent qu'il a.
arrachee un samedi. Elle la cache sous le lit prepare pour les nouveaux
epoux. Elle enduit le seuil de la mason avec du goudron liquid, dans
lequel ont macere du poivre soudanais et sept tetes d'allumettes. Derriere
la porte de la mason nuptiale, que la marine va franchir, elle place un
chaudron renverse et se tient elle-meme vetue d'un caftan noir et le
visage orn6 d'arkous (sortes de tatouages) noirs, afin que la jeune spouse
ne voie pas autre chose que du noir, en pen6trant dans la maison de
son epoux.
*

Prendre le fiel d'une grenouille vivant dans le doum (palmier
nain). En endure le seuil de la mason. Mettre des polls recueillis au
venture d'une chienne, sous le lit nuptial. <( Ainsi, la jeune spouse ne
sera pas autre chose qu'une chienne aux yeux de son mari. )


*
***








RECETTES MATRIMONIALES


Au moment oi la marine entire dans la mason conjugale, la co-epouse
se rend A la (( chambre de l'eau ) et retrousse ses caftans. Une de ses
proches lui arrose le derriere, avec de l'eau glacee, afin que (( ce qui
va se passer pour la marine, se passe mal...


REMEDES A L'USAGE DES MARINES POUR DiJOUER LES PRIECDENTS

Les parents de la marine ont soin de se procurer un peu de 1'orge
qu'un Ane a laisske au fond du sac oi l'on met sa pitance. Elles y malent
des grains d'anis et placent le tout sous le lit nuptial. Puis elles enfument
la chambre avec ( l'encens puant et la come tombee du sabot d'un
ane, au moment oi on le ferre.



Des parents proches de la marine tuent un chien, et I'emportent,
au cceur de la nuit, jusqu'a un carrefour. Ils lui coupent la tate, en
arrachent les canines et les teignent au safran. Puis ils vont en enterrer
la tate devant le seuil de la mason nuptiale, ainsi qu'une livre de
soufre et une livre de carbon. Ils enfument la porte avec les canines
qu'ils font broiler dans le brile-parfums.



REMEDES A L'USAGE DES BELLES-MERES

REMEDES POUR DETACHER LEUR FILS, NOUVEAU MARI9, D'UNE SPOUSE
TROP AIMEE

La belle-mere prend c( un linge de sa bru. Elle le lave et en exprime
I'eau dans la nourriture de son fils.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


La belle-mere lave le fil qui noue un collier de la nouvelle spouse.
Elle en verse l'eau dans la nourriture de son fils, en disant :

Je t'ai donned la salete de sa nuque,
Tu ne la regarderas plus jamais,
Tes yeux seraient-ils places
Derriere ton crane!

*

La belle-mere prend la tete d'une allumette, la tete d'un piment
rouge et du goudron. Elle les enferme avec du zenzar el araki bleuu)
dans ( le line don't son fils s'est servi un samedi. Elle fait cuire le
tout en disant:

J'ai inis le zenzar el araki,
Pour qu.il vous spare a jamais!

Avec le melange, elle enduit la semelle d'une babouche droite de
l'epoux et celle d'une babouche gauche de la jeune femme. Elle en
enduit egalement leur couche et le seuil de leur porte.















RECETTES. DE BEAUTE








RECETTES DE BEAUTE


CONSEILS POUR LE HAMMAM

En entrant dans l'etuve, la femme fait tres soigneusement ses
ablutions en disant:

0 Seigneur !
Je me purifie de cette impurete !

Puis elle va s'asseoir avec les autres femmes. Elle se frotte et se
savonne, ou se laisse frotter par son esclave qui lui verse del'eau.chaude
-sur le corps, lui d'noue les cheveux, les enduit de rassoul (sorte de
terre savonneuse que l'on trouve aux environs de Fes) a l'eau de rose,
ou de fleur d'oranger. Elle passe plusieurs heures dans l'etuve et se rince
avec beaucoup d'eau chaude, puis elle se rhabille et rentre dans sa
mason. La, elle se farde, se parfume, se noircit les yeux, et chacun lui
La sante sur toi!
Beni soit ton hammam!



REMEDES POUR EMPECHER DE VIEILLIR

Faire ses ablutions, pour les pribres, avec de l'eau extr8mement
!froide.

*

Piler du gingembre, des clous de girofle, de la muscade du Sahara,
,et de la racine de galanga. Y ajouter de l'huile ou du miel. En prendre
deux cuillerees chaque matin et chaque soir.
( Mon grand-pere (1) n'a jamais manque de prendre ce remede,

(1) Les phrases entire guillemets sont toujours les paroles textuelles de la femme arabe qui a indiqud
le remede.









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


depuis sa jeunesse, et maintenant qu'il est extremement vieux et charge
d'annies, il est rested solide et vif comme un jeune homme. I1 s'occupe
de ses affaires, il voyage, il a plusieurs femmes, et elles enfantent tous
les ans.

REMEDES POUR S'EPILER

Mettre, dans de l'eau, des cendres, du savon, de la chaux; fair
bouillir et ajouter ensuite du rasoul jaune. Poser tide sur 1'endroit
a 6piler, puis laver avec de l'eau chaude.

*

Si l'on veut s'epiler de maniere a ce que les polls ne repoussent
jamais, il faut les arracher un a un, avec les doigts, et recouvrir l'endroit
epil6 avec un melange de limaille et de cervelle de bouc.


REMEDES POUR ENGRAISSER

Rouler une livre de lavande avec une livre de farine, et faire cuire
comme du couscous. Mettre a secher au soleil et en manger durant
quarante jours.
*
*

Mettre de la viande de chameau, dans un plat, avec de la salse-
pareille. La laisser ainsi toute la nuit. Au matin, ajouter du pouliot
roule avec de la farine, comme du couscous, et fire cuire. II faut manger
ce mets, au lit, en 6tant tres couvert, pour transpirer.
*
*

Durant huit jours, mettre 1 /8e de livre de sesame dans 1/3 de litre
de lait que l'on absorbe.









RECETTES DE BEAUTY


*

Faire venir une Juive-barbier qui entaille, au rasoir, les avant-bras.
Recouvrir les entailles avec de 1'anthemis pilee.




Faire tremper, pendant sept jours, de la racine de ferule et du ble.
Mettre a s6cher au soleil puis moudre et ajouter de I'anis. Absorber
de ce melange chaque matin, durant 40 jours.

*

Faire cuire des figues-males encore vertes dans la marmite a couscous.
Puis y ajouter du miel et du gingembre. En prendre chaque matin.

S*

Meler a du lait de 1'ambre-femelle (l'ambre de bonne quality etant
appelle ambre-mile). D6poser le remede au pied d'un minaret et I'y
laisser toute la nuit. En prendre chaque matin.

*

Egorger une jeune poulette sur le point de pondre son premier
aeuf. La farcir avec les sept spices <( tktes de la boutique ). La faire cuire
a la vapeur. Aller au hammam, et manger toute la poule au retour.


*

Piler du cumin et de l'ail. En former des boulettes que l'on avale
chaque matin, durant sept jours.









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


REMEDES POUR BLANCHIR LE VISAGE

Macher des amandes d'abricot, en etendre la pate sur le visage
et passer ainsi toute la nuit. Se laver au martin A grande eau.

*
*

Macher du ble, le melanger avec du levain tres sur, de quatre ou cinq;
jours. Enduire le visage avec cette pate et le laver au matin.

S*

Etendre sur le visage une pate faite avec du fenugrec pile et de
1'eau.
*

Piler un coquillage vierge (on nomme ainsi ceux qui n'ont pas.
d'ouverture) et le melanger A 1'urine d'un jeune gargon impubere. Etendre
sur le visage.
*
*

Piler des ( coquillages vierges les meler A du lait. S'en laver le
visage.
*

Au moment oui l'on recolte I'orge nouvelle, les femmes en machent
des grains, qu'elles etendent ensuite sur leur peau, afin de la rendre
douce et blanche,
*


Piler du safran, de la cannelle et une grosse datte. Y ajouter de la-
pommade de ( ghalia ) don't on s'enduit le visage, durant sept jours.


*








RECETTES DE BEAUTY


La femme qui veut s'embellir doit se procurer 1'urine d'un jeune
gargon sur le point de devenir pubere. Elle en delaye de la farine de feves,
et va, furtivement, un soir, deposer Ie melange au pied d'un minaret.
Le lendemain matin, elle verse la preparation sur un plateau neuf,
n'ayant jamais servi, et 1'expose au soleil. Lorsque la pate est dessechee,
elle la pile au mortier et s'en poudre le visage, chaque nuit.

*

Piler de la gomme sandaraque, la delayer avec du sang de porc-epic ;
'tendre ce remade sur le visage, durant sept jours.

*

Une excellent pate de beauty est faite avec de la cervelle de bouc, de
la limaille de forgeron et une dent de negresse que I'on reduit en poudre.
Pour se procurer cette dent, il suffit d'aller chez le barbier qui a sou-
vent occasion d'en arracher.
Les femmes etendent cette pate sur leur visage, chaque matin, durant
sept ]ours.
*

Piler une coquille d'oeuf, un morceau d'une poterie d'argile cass6e
avant sa cuisson, et sept grains males : clou de girofle, lavande, benjoin
noir, thuya, coriandre, harmel, pavot.
Lier la pate avec du jus de citron, et I'etendre sur le visage.

*

Le jour de l'Aid el Kebir, il faut avoir soin d'exposer au soleil le
gros intestine, plein d'excrements, d'un des moutons egorges pour la fete.
Lorsqu'il est completement desseche, les femmes le pilent avec du
henne, y ajoutent de l'eau, et s'en enduisent entierement le visage. Puis
elles vont au hammam et se lavent A grande eau. C'est ainsi que leur
peau devient fine et plaisante au toucher.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


*8

Se frotter le visage avec de 1'huile dans laquelle des clous de girofle
et du safran ont macere.

*

Lorsqu'un celibataire se marie, les femmes coquettes tachent de se
procurer la poussibre attache aux semelles de ses babouches.
Elles la font cuire avec des coings, dans la marmite A couscous, et
elles couvrent leur visage avec ce melange, encore chaud, don't l'effet est
surprenant.
S*

Quand 1'epoux est sorti de la chambre nuptiale, la neggafa (maitresse
des ceremonies) s'empare du pantalon de la marie, et le present aux
femmes assemblies pour les noces. Celles-ci se rejouissent, poussent des
yous-yous, et se bousculent autour de la neggafa, pour frotter des lines
sur le sang nuptial. Ces lines portent bonheur et servent A guerir toutes
sortes de maux. On peut egalement en faire macerer dans de l'eau de rose,
avec laquelle on delaye un morceau de porcelaine blanche reduite en
poudre. Cette preparation, etendue sur le visage, en avive la beauty.

*

Piler des lentilles, ajouter du jus de citron. Etendre sur le visage.

*

Certaines femmes sont blanches et brillantes comme des lunes.
C'est parce qu'elles s'enduisent, chaque jour, le visage avec du beurre
auquel elles ont ajoute le foie d'un chevreau mort-ne et des intestins de
porc-epic, desseches et reduits en poudre.


*
* *!









RECETTES DE BEAUTY


Des grains de chanvre et du levain d'orge, desseches, moulus et
ddlayes avec l'urine d'un jeune negre impubere, forment une pate excel-
lente pour la peau. Les femmes s'en enduisent le visage, chaque soir, puis
elles le lavent a grande eau, le matin.

*

Piler des grains de genievre, y ajouter un blanc d'ceuf, et s'en enduire
le visage.
*

Avant d'entrer au hammam, il est bon d'etendre, sur son visage, une
pommade composee de savon, jus de citron, fleur de cendre et carmin.

**

La femme qui veut depasser toutes les autres, quant a la beauty,
fait carboniser le ( linge don't un nigre et une negresse se sont serves,
apres avoir accompli leur chose. habituelle >. Elle mele du henne a ces
cendres, et les delaye avec un peu d'eau. II en resulte une pate qui rendra
son visage eclatant.
A defaut du linge de negres, elle peut employer celui d'une prostitute.
Mais dans l'un et I'autre cas, le line doit avoir ete vole, pour que le
remade soit efficace.


FARD POUR RENDRE LE VISAGE IBLOUISSANT

Faire fondre du beurre, y ajouter de la ceruse, du carmin, du benjoin
blanc et du bois de Comari piles.

*

II faut, a l'epoque des citrons, en eplucher, soi-meme, une certain
quantity.









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


On fait secher, sur la terrasse, les epluchures que I'on pile ensuite, au
mortier, avec du cafe vert. Puis on y ajoute des blancs d'oeufs, Ce fard,
etendu sur le visage, lui donne un eclat etonnant.

*
*

MWler du carmin, du fenugrec et un jaune d'aeuf. En oindre le visage
avant d'aller au hammam.


REMEDES POUR EMBELLIR LES YEUX

Piler de l'alun et y maler le jus d'un citron acide. En frotter les
yeux, puis mettre le kohol. Ce remede est extremement cuisant, mais
il donne beaucoup d'eclat au regard.

*

Nettoyer les yeux avec un chiffon de laine et du savon. Faire brfler
du bois de Comari dans le brule-parfums et en recevoir toute la fumbe
dans les yeux. Puis les noircir au kohol.

*

Faire cuire du miel avec des pelures d'oignon, et verser chaud sur les
yeux, qui deviendront plus brillants.

**

Soulever les paupieres et frotter les yeux avec des epluchures de radis.

*

Si l'on peut recueillir de la pisse de chat, on y ajoute de I'alun grille et
pild, et l'on y trempe un line don't on se bande les yeux. Ce remade leur
donne un eclat insoutenable.









RECETTES DE BEAUTY


**

Macher du pouliot, le cracher sur un linge avec beaucoup de salive
et s'en frotter les yeux.

*

Carboniser un crapaud, le piler, et s'en noircir les yeux.


PREPARATION DU KOHOL POUR LES YEUX

Le kohol que les femmes preparent dans leur mason est le meilleur.
I1 se compose de : clous de girofle, corail, noyaux d'olives noires, un grain
de poivre et pierres de kohol (antimoine). Le tout doit 8tre pile par
sept petites filles pas encore nubiles, ou par une femme don't l'heure
est passee ). Tamiser la poudre, h travers un mouchoir, et l'etendre
sur les cils et les sourcils.

*

Le kohol vendu dans les souks est fait avec de l'antimoine, du
poivre soudanais et des noyaux d'olives noires. Les marchands n'ont pas
la precaution de le faire piler par sept petites filles ou par une femme
mfire, aussi ce kohol ne vaut-il pas grand'chose.

*

Un kohol de derniere quality est fait encore avec un chiffon de
line .tremp6 dans de l'huile et carbonis6.


BEAUTY DES SOURCILS

Les sourcils que l'on noircit avec des amandes ameres carbonis6es,
deviennent tres longs et tres beaux.









PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


*

Des cheveux de negresse carbonises, et la suie du chaudron poses
sur les sourcils, un vendredi, a l'heure de la priere.



POUR LA BEAUTY DES LEVRES

Les femmes qui ont soin d'etendre, sur leurs levres, le cerumen
qu'elles ont extrait de leurs oreilles, ont une bouche douce et lisse, aux
livres semblables a de la soie.

*
*.*

Poser de la cendre et du savon mou sur un couteau, et s'en frotter
les 16vres qui deviennent noires et luisantes.

*

Les Marocaines coquettes noircissent leur levre inferieure avec des
ecorces de noyer. Ainsi les dents paraissent plus eclatantes.



REMIDES POUR BLANCHIR LES DENTS

Piler de la noix de galle, des feuilles de chene-liege et de I'alun.
Faire chauffer un petit morceau de viande de bceuf, le rouler dans cette
poudre et s'en frotter les dents.

S

Passer du souak (ecorce de noyer) sur les gencives et les dents.








RECETTES DE BEAUTY


Piler du carbon de bois avec du sucre et en frotter les dents.

*

Mettre du sable et de la cendre dans un chiffon de lane avec lequel
on se frotte les dents.

S*

Faire bouillir de l'addad (atractylis gummifera), se rincer les dents
avec cette eau et la cracher ensuite, car ce remade est un poison.



BEAUTY DES DENTS

Le barbier entaille le dessous du mention et tire un peu de sang avec
une ventouse de cuivre. Ainsi les dents deviennent plus luisantes.
Pour les femmes, il y a des Juives-barbiers qui vont de harem en
harem. Elles savent pratiquer les saignees, arracher les dents, et elles ont
beaucoup plus de malice que les barbiers-males..

*

S'emplir la bouche de thym pile, et la garder, durant une ou deux
heures, bien fermee par un bandage, de maniere A ce que le souffle ne s'en
echappe pas.


POUR EMPECHER LA CHUTE DES DENTS

On fait cuire de la viande de bceuf jusqu'au moment oh le sang com-
mence A sortir. On prend un petit morceau de la viande que l'on trempe
dans le sang, puis dans une poudre faite d'orties sechees, de noix de galle,
d'alun, et l'on s'en frotte vigoureusement les gencives et les dents.








PRATIQUES DES HAREMS MAROCAINS


**

Piler de la resine et du benjoin blanc. Y ajouter le jaune d'un ceuf
pondu le jeudi, et s'en frotter les dents.


REMEDES POUR REDUIRE LA GROSSEUR DES SEINS

Se lever de bon matin; frotter les seins avec du sel que l'on jette
ensuite dans le puits. A measure que le sel fondra, les seins diminueront.

*

Couper la baguette d'un fusil a la measure du sein, et I'enterrer
dans un endroit oh l'on ne passera plus jamais.

*

Se frapper sept fois la poitrine avec les babouches d'un jeune homme
ce1ibataire.

REMEDES POUR AUGMENTER LA GROSSEUR DES SEINS

Frotter les seins avec des feves, que l'on jette ensuite dans un
puits en disant:

0 feves, quand vous enflerez,
Eux aussi enfleront...


POUR NOIRCIR LES CHEVEUX BLANCS

Faire infuser, dans de l'eau, des ecorces de grenade, du henne et du
salpetre. Passer le remide sur les cheveux.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs