• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Title Page
 Copyright
 Avant-propos: But et objet...
 Introduction
 Notions preliminaires sur la colonisation...
 La politique coloniale pratiquee...
 La politique coloniale pratiquee...
 La politique coloniale pratiquee...
 Coup d'oeil sur l'oeuvre realisee...
 Bibliography
 Table of Contents














Group Title: Zaire 1. Serie 3.
Title: La politique coloniale belge
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072588/00001
 Material Information
Title: La politique coloniale belge
Series Title: Zaèire
Physical Description: 238 p. : ; 19 cm.
Language: French
Creator: Kerken, Georges van der, 1888-1953
Publisher: âEditions Zaèire
Place of Publication: Anvers
Publication Date: 1943
 Subjects
Subject: Politics and government -- Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: "Bibliographie sommaire": p. 229-235.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072588
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 02939964
lccn - 49040066

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Front Matter
        Page 3
        Page 4
    Title Page
        Page 5
    Copyright
        Page 6
    Avant-propos: But et objet de l'ouvrage
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Introduction
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Notions preliminaires sur la colonisation en general
        Page 19
        Le phenomene de la colonisation et ses consequences
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
        Du droit des peuples colonisateurs de coloniser
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
        Les divers types de colonies et les buts poursuivis par les metropoles dans la colonisation
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
        Objet de la politique coloniale
            Page 38
            Page 39
            Page 40
        Les grands problemes coloniaux
            Page 41
            Page 42
    La politique coloniale pratiquee par l'etat independant du Congo
        Page 43
        Considerations preliminaires
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
        Caracteres de l'etat independant - Pouvoirs de Leopold II - Pouvoir legislatif - Pouvoir executif - Pouvoir judiciaire - Conseil superieur du Congo -Gouvernement central - Gouvernement local - Langue officielle de l'etat - L'armef
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
        La politique indigene
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
        La politique economique
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
        La politique fonciere et miniere
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
        La politique des transports et des communications
            Page 67
        La politique en matiere d'hygiene et d'assistance medicale
            Page 68
        La politique a l'egard des missions
            Page 69
        La politique financiere
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
        Attitude adoptee par l'etat independant vis-a-vis des sciences
            Page 74
        Accomplissement par l'etat de ses obligations internationales
            Page 75
        Coup d'aeil sure la tache realisee par l'etat independant
            Page 75
            Page 76
    La politique coloniale pratiquee par la Belgique au Congo Belge
        Page 77
        L'annexion du Congo par la belgique
            Page 77
            Page 78
            Page 79
        Les ideals et les programmes dont la realisation est poursuivie au Congo par la Belgique
            Page 80
            Page 81
            Page 82
        Facteurs ayant influence les principes les methodes de la politique coloniale Belge
            Page 83
            Page 84
            Page 85
        Principes fondamentaux du gouvernement et de l'administration du Congo Belge
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
        La politique indigene
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
        La politique economique
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
        La politique fonciere et miniere
            Page 172
            Page 173
            Page 174
            Page 175
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
        La politique des transports et des communications
            Page 180
        La politique en matiere d'hygiene et d'assistance medicale
            Page 181
            Page 182
        La politique a l'egard des missions
            Page 183
            Page 184
            Page 185
            Page 186
        La politique de l'enseignement
            Page 187
            Page 188
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
        La politique de la main d'oeuvre
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
        La politique vis-a-vis du colonat Europeen
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
        La politique de l'urbanisme
            Page 207
        Maintien de l'ordre et defense de la colonie
            Page 208
            Page 209
        La politique financiere
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
        Monnaies et billets de banque - banque du Congo Belge
            Page 217
        Attitude adoptee vis-a-vis des sciences
            Page 218
            Page 219
    La politique coloniale pratiquee par la Belgique au Ruanda-Urundi
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
    Coup d'oeil sur l'oeuvre realisee par la Belgique en Afrique
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
    Bibliography
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
    Table of Contents
        Page 236
        Page 237
        Page 238
Full Text






It

p e 4
"Ai
LA POLITIQUE
OLONIALE:
BELGE.





G. WANDERR


51








(iJ


LA POLITIQUE
COLONIAL BELGE

















Dans la Collection

ZAIRE

1~re Serie (1943) :

J. J. DE CONINCK : Le Manuel du Voyageur et du Resident
(6puis6).
CHR. MONHEIM : Belgische kolonisatieplannen naar wijd
en zijd.
N. DE CLEENE: Inleiding tot de Congoleesche Volkenkunde
(sous presse.


2Ume Serie (en preparation) :

H. KERMANS : Esquisse d'histoire congolaise.
O. ENGELS: Congoleesche Ekonomie.
R. DELVAUX: L'Organisation administrative du Congo.
E. POLINARD : Physische Aardrijkskunde.
















Du mtme auteur :


Les Societes Bantoues du Congo Belge et les problkmes
de la Politique Indigene, Bruxelles, Bruylant, 1920,
80, carte, VIII-462 pages.
Le Marriage Indigene au Congo Belge et attitude adoptee
A son 6gard par le Gouvernement de la Colonie, Bru-
xelles, Institut Colonial International, 1925.
La politique des transports par eau au Congo Belge:
1'Unatra. Bruxelles, Essorial, 1928, 160, 23 pages.
La crise 6conomique en Afrique Belge,
Bruxelles, Bruylant, 1931, 80, XII-109 pages.
Notes sur les Mangbetu. Anvers, Veritas, 1932.
Le M6solithique et le N6olithique dans le bassin de 1'Uele.
Memoire de 1'Institut Royal Colonial Belge, Sciences
Morales et Politiques, Coll. 80, Tome X, fascicule 4.
Bruxelles, Falk, 1942, 80, fig, 118 p.
En collaboration avec Th. Heyse et H. Leonard:
Le droit foncier des indigenes et le regime legal des terres
et des mines au Congo Beige, Bruxelles, Institut Colo-
nial International, 1925, 60, cartes, 206 pages.
*
*
Sous press :
L'Ethnie Mongo.
Vol. I : Histoire, groupements, sous-groupements et
origins.
Vol. II et III: Visions, Representations et Explications
du monde.
Memoires de 1'Institut Royal Colonial Belge, Section des
Sciences morales et politiques, Bruxelles, Falk.







LA POLITIQUE

COLONIAL

BELGE
PAR
G. VAN DER KERKEN,
AVOCAT A LA COUR D'APPEL DE BRUXELLES
PROFESSEUR A LA FACULTt DE DROIT
ET A L'8COLE DES SCIENCES POLITIQUES, ADMINISTRATIVE
ET SOCIALES
DE L'UNIVERSITP DE GAND
ET A L'UNIVERSIT] COLONIAL DE BELGIQUE
MEMBRE TITULAIRE DE L'INSTITUT ROYAL COLONIAL
BELGE










1943
Editions ZAIRE
V. VAN DIEREN & Co, ANVERS.













ACHEV] D'IMPRIMER SUR PAPER DE GUERRE,
LE 15 SEPTEMBRE 1943 PAR V. VAN DIEREN & Co
CE LIVRE CONSTITUTE LE TROISItME DE LA
SEPRIE ZAIRE 1943.


,'> # 1



Copyright by a Les Editions Zaire
Tous droits de traduction, reproduction "et adaptation
r6serv6s pour tous pays.

























AVANT-PROPOS

BUT ET OBJET DE L'OUVRAGE


A aucune 6poque, l'opinion publique belge n'a aussi
bien compris I'importance qu'onm pour I'Europe et les
Europdens les colonies et, en particulier, les colonies
africaines.
Bien rares sont, auj6urd'hui, en Belgique les families
qui n'ont pas, en Afrique, un des leurs au service de l'P-tat,
du commerce, de l'industrie, de l'agriculture, des Missions,
ou parmi les colons ou les particuliers installs a leur
propre compete.
Depuis la foundation de l'ltat Ind6pendant du Congo,
les masses belges ne se sont jamais autant int6ress6es au
Congo qu'aujourd'hui, aussi bien en pays flamand qu'en
pays wallon et dans le pays bilingue, constitu6 par 1'agglo-
m6ration bruxelloise.
Les course de preparation colonial n'ont jamais eu,

7








en Belgique, autant de succbs qu'aujourd'hui, malgre
les difficulties du moment.
De nombreux prisonniers de guerre demandent, in-
stamment, de leurs camps, des livres sur le Congo
Belge et I'Afiique Noire.

*

Le present ouvrage, apres avoir dit quelques mots
de la colonisation en gindral, expose la politique colo-
niale pratiquee par l'Etat Inddpendant du Congo et celle
mise en ceuvre par la Belgique au Congo Belge et au
Ruanda-Urundi, jusqu'd la veille de la guerre actuelle.
II donne des notions sommaires sur les principaux
probldmes que la politique coloniale belge a eu a r6soudre
et sur les solutions qu'elle a adopt6es.
II permettra au lecteur d'acqu6rir une vue d'ensemble,
donnde de facon succinte, dans le cadre d'un petit volume,
sur la politique colonial belge et de se rendre compete, tant
de I'immensitd que de la diversity et de la complexity des
tdches assumees par les Europeens en Afrique Noire.
II s'adresse, en ordre principal, au grand public et aux
futurs coloniaux. 11 s'efforce de donner les notions indis-
pensables au sujet de la politique colonial pratiqute au
Congo par les Belges et des principles qui se trouvent A la
base de leur oeuvre colonial.

*

La conquite a fait, pour un temps assez long, des
Europeens, les maitres de l'Afrique Noire et a plac6 entire
leurs mains le sort et 1'avenir de ce pays ainsi que de ses
populations.
Ils ont, de ce fait, vis-d-vis d'eux-memes el vis-d-vis
de l'humanitg tout entire, de lourdes tdches et d'imperieux
devoirs, dans le domaine humanitaire, dans le domaine
politique et dans le domaine 6conomique.







Ces tAches et ces devoirs ne peuvent 6tre ignores, en
Europe, ni par les elites, ni par les masses.
La connaissance scientifique des realitds africaines et
des problemes africains peut seule permettre aux Europeens
de realiser, en Afrique, une ceuvre grande et durable, fruit
d'une politique colonial reflichie et avisde.
Les representations illusoires, inexactes. fausses ou
mensongbres des realitbs et des problemes a risoudre, -
resultantes de l'ignorance, de la paresse intellectuelle,'
d'explications faciles et superfficielles, de pr6jug6s, de
passions ou d'int6rtts 6goYstes et mal compris, ne
peuvent aboutir qu'a des erreurs, A des insucces, A des
fautes, a de retentissants 6checs, A d'ambres et colteuses
d6sillusions et, 6ventuellement, a de tardifs et st6riles
regrets.

*

Bien des probl6mes coloniaux se pr6senteront, peut-8tre,
aprbs-guerre, ou dans les ann6es qui suivront 1'aprbs-
guerre, sous un aspect nouveau, dans un monde nouveau,
r6gi par une nouvelle morale international et une nou-
velle 6conomie. Peut-Utre, dans un avenir plus ou moins
rapproch6, le gouvernement des pays colonists par les
pays colonisateurs s'exercera-t-il, partout dans le monde,
en ordre principal, conform6ment a la sagesse, non plus
dans l'int6rUt dominant des pays colonisateurs, mais
dans l'int6ret dominant des pays colonists et de l'humanit6
entire.
Les problUmes de l'Afrique Noire de demain et de celle
d'aprds-demain seront function des problemes qui se poseront
dans le monde d'apres-guerre et devront Rtre r6solus en
tenant compete de ces derniers facteurs.
I1 est cependant certain que maints principles de politique
colonial, fruits de l'experience des divers pays coloni-
sateurs, s'y imposeront remain et apres-demain, comme
ils s'y sont imposCs hier.







II est done utile, nonobstant I'absence de renseignements
sur la situation actuelle, quel que soit I'aspect politique
ou 6conomique des problemes coloniaux qui se poseront
au Congo Beige et au Ruanda-Urundi apres la guerre,
d'examiner comment ils se sont pos6s, et comment ils
ont 6t6 r6solus, en Afrique Belge, avant 1'actuel conflict
mondial.
























INTRODUCTION

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES
SUR LE CONGO BELGE ET LE RUANDA-
URUNDI, SUR LEURS HABITANTS ET SUR
LEURS RESOURCES ICONOMIQUES

Avant d'aborder I'expos6 de la politique colonial
belge, et des principles qui sont A sa base, il est indispen-
sable de donner quelques braves indications sur le Congo
Belge et sur le Ruanda-Urundi, sur leurs habitants et sur
leurs resources economiques.



Le Congo Belge a une superficie de 2.385.120 Km2,
atteignant prbs de cinq fois celle de la France a la veille
de la guerre de 1939.
Ii jouit d'un climqt equatorial ou tropical, quelque peu
temper6 sur les hauts plateaux.

11








Les indiglnes congolais sont des sulets belges, mais non
des citoyens belges. Ils vivent sur un territoire beige, distinct
du territoire mdtropolitain, et r6gi par des lois particulieres.
La population indigene recensde s'l6evait, au 31 d6cem-
bre 1938, A 10.304.084 indi-idus (3. 036.269 hommes;
3.226.519 femmes et 4.041.296 enfants), ce qui permet
de I'estimer un certain nombre d'individus, surtout
parmi les femmes et les enfants, 6chappant au recense-
ment A environ 12.000.000 d'habitants.
Elle est constitute 10) par des Bantous, c'est-a-dire par
des populations parlant des langues bantoues, dans la
plus grande parties du territoire (populations originaires
du N. E.); 20) par des Soudanais, c'est-A-dire par des
populations parlant des langues soudanaises (populations
originaires du N.) habitant les regions du Nord ; 30) par
des Nilotiques, c'est-a-dire par des populations parlant
des langues nilotiques, dans la region du Nord-Est (ces
populations sont originaires du N. ou du N.-E.) ; 40) par
des Semi-Bantous, c'est-A-dire par des populations parlant
des langues semi-bantoues (mi-soudanaises et mi-ban-
toues) dans quelques regions des districts du Bas-Congo,
du Lac Leopold II et du Kwango (populations originaires
de I'O. ou du N.-O.).
Les langues parles originairement par les Semi-Ban-
tous ont subi au course des derniers siecles l'influence
des langues parl6es par les envahisseurs bantous ult6rieurs.
Les Semi-Bantous, les Bantous, les Soudanais et les
Nilotiques sont des envahisseurs plus ou moins recents du
bassin du Congo. Ils y ont vraisemblablement p6n6tr6
alors qu'ils 6taient A 1'Age du fer. Is y ont assujetti et
assimil6 d'anciennes populations, 6tablies ant6rieurement
dans le pays.
Le bassin du Congo a 6t6 probablement habit, comme
les autres territoires de l'Afrique Noire d'aujourd'hui,
au temps du Paleolithique ancien, par des Anthropiens
(plus ou moins analogues A l'Africanthrope de l'Afrique
Orientale, au Sinanthrope de Chine et au Pith6canthrope








de Malaisie), aux temps du Paldolithique moyen, par des
Hominiens (plus ou moins analogues a 1'Hominien de la
Rhodesie du N., a celui du Maroc et aux divers Hominiens
d'Europe, d'Asie Mineure et de Malaisie) et aux temps
du Paldolithique recent, par 1'Homo Sapiens, auquel a
succ6d6 plus tard l'Homo Recens (1).
Le bassin du Congo 6tait, sans aucun doute, habit
aux temps misolithiques et aux temps neolithiques, comm
maintes autres regions de 1'Afrique Noire actuelle, par des
Humains pratiquant la chasse,la cueillette et l'agriculture(2).
II y a au'Congo environ 150.000 Pygmies, Pygmoldes
et Pygmiformes, pr6sentant des caractbres physiques
divers (dolichoc6phales, mesatic6phales, brachyc6phales,
de stature mediocre, petite ou tres petite, a peau jaunftre
ou noiritre, etc...). Plus de 100.000, assujettis aux Mongo
(Bantous), vivent dans les districts de la Tshuapa et du
Lac Leopold II, surtout chez les' Nkundu et chez les
Ekonda. 30.000 environ vivent dans les districts de l'Uele
et de 1'Ituri, oh ils sont assujettis a des Soudanais ou a
des Bantous.
Humains du type Homo Recens s, succedant au type
cHomo Sapiens ils repr6sentent des vari6t6s de Nbgres
ou de N6groides de taille mediocre et nullement des
vestiges d'une humanity primitive de petite taille, comme
l'ont imagine quelques ethnologues, il y a un certain
nombre d'ann6es (3).
(1) Voir au sujet de 1'existence des Anthropiens, des Hominiens et des
Humains en Afrique :
WEINERT H. Enstehung der Menschenrassen, Stuttgart, 1938
WEINERT H. L'Homme pr6historique, Paris, Payot, 1940
(2) G. VAN DER KERKEN, Le MAsolitique et le Neolithique dans le
bassin de 1'Uele, Bruxelles, Falk, 1942.
BBQUAERT, M. Jongere steentijdperken in Belgisch Kongo. (In Natuur-
wetenschappelijk Tijdschrift, 24' Jaargang, N' 1, 1942, blz. 9-14).
BEQUAERT, M. Bijdrage tot de studied van de Voorgeschiedenis in
Ruanda-Urundi ibidemm, N' 6-7, 1942, blz. 177-185).
(3) Voir A ce sujet :
WEINERT, H. ouvrages cites.
VALLOIS, H. V. Les PygmBes et l'origine de 1'Homme, (dans Revue
Scientifique 1938, 76' annde, p. 227-236).








Partout, ils sont assujettis, depuis des sikcles, A des
suzerains bantous ou soudanais, sur les terres desquels
ils chassent, pfchent, font la cueillette et, 6ventuellement,
6tablissent des cultures.
Ils ont partout les croyances des peuples bantous ou
soudanais don't ils possedent la culture et don't ils parent
la langue. II n'y a, au Congo Belge, ni culture, ni langue,
ni croyances pygm6es originales.
Toutes les populations congolaises, y compris les Pyg-
m6es, Pygmoides et Pygmiformes, appartiennent d la
race Noire.
La presque. totality de la population indigene vit dans
les circonscriptions indigenes (chefferies et secteurs). Au
31 d6cembre 1938, 132.362 individus vivaient dans les
centres extracoutumiers.
La population de race blanche comptait, au 31 d6cembre
1938, au Congo Belge, 25.209' individus (13.448 hommes,
7.347 femmes, 4.414 ei.fants). Elle comprenait 17.536
Belges (69.56 %) et 7.673 strangers (30.44 %).
Elle comptait, parmi les adults, 2.205 fonctionnaires
(1.655 marines et 550 c6libataires) 3.662 missionnaires
(2.825 catholiques, don't 1.540 hommes et 1.285 femmes;
837 protestants don't 363 hommes et 474 femmes) ; 6.944
agents de soci6te et de commerce (4.201 marines et 2.743
c6libataires) ; 2.396 particuliers, colons et commercants
6tablis a leur compete (1.135 mari6s et 1,261 c6libataires)
et 5.588 femmes (autres que les religieuses ou les mission-
naires) don't 5.209 marines et 379 c6libataires.
La population de race blanche du Congo a augmentI
considerablement depuis 1890. Elle comptait, au ler
janvier de cette ann6e, 430 individus. Elle en comptait
1.076 en 1895, 1.958 en 1900, 2.511 en 1905, 3.399 en
1910, 5.289 en 1915, 6.991 en 1920, 12.795 en 1925, 25.679
en 1930 et 17.845 en 1935.
Le nombre des fonctionnaires et agents de la Colonie,
representant en Afrique l'influence de l'Elat, n'a pas du
tout augmerit6 en proportion 'du chiffre de la population









blanche, du developpement 6conomique du pays et de
I'augmentation des resources de l'ltat. Au nombre
de 1.937 en 1910, de 1.941 en 1920, de 2.164 en 1925, de
3.036 en 1928, ils 6taient 2.205 au 31 d6cembre 1938.
Leur nombre, n'ayant guere augment de plus de 10 %
au course des trente dernieres ann6es, ne repr6sentait a
cette date ni les deux tiers de'celui des missionnaires,
ni le tiers de celui des agents des soci6tes de commerce
et 6tait inf6rieur a celui des particuliers et des colons,
6tablis A leur compete.
**

Le Ruanda-Urundi est un Territoire -d Mandat, admi-
nistr6 par la Belgique. Ses habitants sont des protdggs
belges, mais non des sujets belges.
Le nombre des hommes adults et valides recenses s'y
Blevait, au 31 d6cembre 1938, A 816.810 individus (406.112
au Ruanda et 410.698 dans 1'Ururdi). Sur ces bases, la
population indigene total du pays peut etre estimde A
4.000.000 d'habitants au minimum et A 5.000.000 au
maximum.
Les indigdnes du Ruanda-Urundi sont des Bantous.
Les derniers envahisseurs du Ruanda (lesWatutsi),
pasteurs venus du Nord, parlant actuellement la langue
bantoue du pays, semblent d'origine nilotique. I! y a
peut-6tre lieu de les rattacher au group des Shilluk, don't
certain representants, les Alurs, vivent dans le N.-E.
du Congo Belge. C'est erron6ment qu'on les a consid6r6s
jadis comme des Hamites.
La population de race blanche comptait, au 31 d6cembre
1938, 1.227 individus : 788 Belges, 28 Allemands, 37
AmBricains, 59 Anglais, 5 Canadiens, 7 Danois, 1 Finlan-
dais, 73 Frangais, 57 Grecs, 38 Hollandais, 1 Hongrois,
32 Italiens, 16 Luxembourgeois, 24 Portugais, 14 Russes,
21 Suisses, 14 SuBdois et 12 autres.
La population &trang&re de couleur ou asiatique comptait
au Ruanda-Urundi, A la meme date, 957 individus, don't









435 Arabes, 310 Hindous, 18 BMloutches, 20 S6n6galais,
1 Abyssin, 1 Afghan, etc...

*

Les populations indigdnes actuelles du Congo Belge et
du Ruanda-Urundi ne sont ni des populations primitives
- c'est-A-dire des populations datant des debuts de
1'humanit6 et ayant conserve une culture de cette 6poque
- ni des populations sauvages c'est-a-dire des popu-
lations sans liens familiaux, sociaux, politiques ou dcono-
miques. Elles ont derriere elles une histoire aussi longue
et aussi complex que les populations de 1'Europe ou
de l'Asie. Leurs visions, leurs representations et leurs
explications du monde, leurs cultures, leurs langues,
leurs institutions, leur droit, leur Bconomie, leurs tech-
niques, leurs arts sont, chez eux, comme chez les peuples
de l'Europe et de l'Asie, I'aboutissement d'une tongue
evolution.

**

Le Congo Belge et le Ruanda-Urundi offrent des possi-
bilitis economiques importantes d'ordre mineral, v6g6tal
ou animal.
Le Congo Belge 6tait, A la veille de la guerre mondiale,
un grand producteur de matieres premieres et de products
alimentaires. En 1938, il a fourni 15.814 Kgs. d'or brut,
123.943 To. de cuivre, 804.005 carats de diamant de
joaillerie et 6.401.332 carats de diamants industries,
12.308 To. de cassit6rite correspondentt h 9.100 To.
d'6tain); 41.270 To: de carbon, 5.031 To. d'alliage
conmbaltifbre, 17. 625 To. de mineral de plomb, 7.725 To.
de mineral de manganese, 2.607 To. de mineral de fer,
11.251 To. de concentr6s de zinc.
II a export, durant cette meme ann6e 1938, 23.754
To. de mals, 42.036 To. de coton, 19.103 To. de cafe,









3.630 To. de farine de manioc, 70.255 To. d'huile de
palme, 88.668 To. de noix palmistes, 15.114 To. de copal,
121 To. d'ivoire, 55.006 To. de bois, 7.639 To. d'arachides,
2.875 To. de jute et d'Urena, 1.682 To. de fruits divers,
1.505 To. de riz, 688 To. d'huile de coton, 558 To. de fbves
et de haricots, 1.380 To. de cacao, 12.508 To. de sucre
de canne, 1.018 To. de sesame, 1.082 To. de caoutchouc
de plantation, 71 To. de caoutchouc indigene, 45 To.
de tabac, 196 To. de sisal, 258 To. de peaux, 172 To.
de raphia.
Les exportations se sont 6lev6es, au total, en 1938, A
544.962 To. repr6sentant une valeur de 1.897.154.000
francs.
Les importations (commerce g6ndral) ont atteint la
meme ann6e 332.328 To, repr6sentant une valeur de
1.126.536.321 fr.
Les importations (commerce special) ont atteint la
meme ann6e 312.446 To., valant 1.022.636.930 francs.
Au Ruanda-Urundi, les populations indigenes cul-
tivent le coton, le cafe et, dans les regions basses, le
palmier a huile.
En 1938, la r6colte du coton a atteint 2.724 To. de
coton brut et celle de caf6 3.200 To.
II a Wte export, la meme ann6e, 288 To. de peaux
de bovid6s, provenant du b6tail indigene.
Les mines ont product 1.499 To. de cassit6rite, 600
Kgs. d'or, 5.522 Kgs. de wolfram, 2.365 Kgs. de colombite
et 14 Kgs. d'argent.
Les usines d'egrenage de cotorl ont trait, en 1938,
3.673 To. de coton, ayant donn6 1.103 To. de cotton
6gren&. Les usines de/ caf6, ayant achet6 les fruits en
parche, ont fourni 2.000 To. de cafe marchand.

**

La main d'ceuvre au service des Europeens comptait,
au 31 d6cembre 1938, au Congo Belge, sur un total de








3.036.259 hommes, 528.527 travailleurs, don't 218.233
prestant leurs services dans leur milieu coutumier (tra-
vailleurs sur place) et 3f0.294 prestant leurs services
en dehors du milieu coutumier (travailleurs a petite et
A grande distance).
Cette main d'oeuvre comptait, A ce moment, au Ruanda-
Urundi, sur un total de 816.810 hommes adults valides
recens6s, 39.596 travailleurs utilis6s sur place, 12.657
utilis6s a petite distance et 55.339 utilis6s A grande dis-
tance, soit 107.592 au total. De ce nombre, 56.430 tra-
vailleurs 6taient utilis6s au Congo Belge et dans les terri-
toires britanniques voisins.

**

Les budgets ordinaires des recetles et des dipenses du
Congo attestent 'evolution gconomique et financiere de ce
pays, depuis son occupation par les Europ6ens.
Le premier budget de l'ltlat Inddpendant du Congo,
celui de 1886, pr6voyait des d6penses pour 2.100.000
francs et aucune recette.
En 1895, le budget pr6voyait des recettes de 6.004.764
francs et des d6penses de 7.370.939 francs.
Celles-ci s'Blevirent respectivement A 26.256.500 francs
et a 27.731.254 francs, en 1900; A 29.936.650 francs et
a 29.936.650 francs en 1905.
Le budget du Congo Belge, de 1910, pr6voyait 40.145.305
francs de recettes et 40.679.814 francs de d6penses ; celui
de 1920, 61.686.674 francs de recettes et 67.544.874
francs de d6penses ; celui de 1930 690.810.000 francs de
recettes et 690.383.121 francs de d6penses ; celui de
1938, enfin, 748.216.000 francs de recettes et 798.216.000
francs de d6penses.























PREMIERE PARTIES

NOTIONS PRELIMINAIRES SUR LA
COLONISATION EN GENERAL



CHAPITRE I

LE PHINOMENE DE LA COLONISATION
ET SES CONSEQUENCES

La colonisation est un faith. Elle a exist dans I'antiquit6,
au Moyen-Age et dans les temps modernes. Elle existed
dans les temps contemporains.
Le phenomene de l'expansion se constate dans la nature
entire, chez les humans, les animaux et les v6g6taux.
Les anciens Egyptiens, les Ph6niciens, les Carthaginois,
les anciens Grecs, les anciens Romains, les Arabes, de
nombreux peuples europeens ont poss6d6 des colonies.

19























PREMIERE PARTIES

NOTIONS PRELIMINAIRES SUR LA
COLONISATION EN GENERAL



CHAPITRE I

LE PHINOMENE DE LA COLONISATION
ET SES CONSEQUENCES

La colonisation est un faith. Elle a exist dans I'antiquit6,
au Moyen-Age et dans les temps modernes. Elle existed
dans les temps contemporains.
Le phenomene de l'expansion se constate dans la nature
entire, chez les humans, les animaux et les v6g6taux.
Les anciens Egyptiens, les Ph6niciens, les Carthaginois,
les anciens Grecs, les anciens Romains, les Arabes, de
nombreux peuples europeens ont poss6d6 des colonies.

19









La Grande Bretagne, la France, les Pays-Bas, la Belgique,
1'Italie, .1'Espagne, le Portugal, ila Russie, le Japon, les
]Etats-Unis, 1'Australie et la Nouvelle Z6lande poss6daient
des colonies A la veille de la guerre actuelle. L'Allemagne
poss6dait des colonies avant la guerre mondiale de 1914-
1918.
La colonisation est an phinomdne complex, impliquant la
conqutle,l'administration et I'exploitation du pays colonist.
Il y a lieu de distinguer : colonisation, invasion, migra-
tion, refoulement et conque6e.
L'agrandissement des frontieres d'un 6tat ne constitute
pas un ph6nomene de colonisation.
I1 en est de mime de !a X colonisation int6rieure ,
c'est-a-dire du ddfrichement d'une region non. cultiv6e
et non habitue, se trouvant dans les limits d'un JItat.
Les agglomerations ou les groupements de Belges, de
Britanniques, d'Allemands, de Francais ou d'Italiens
sur le territoire d'un 6tat stranger, aux IEtats-Unis par
example, ou au Br6sil n'rttestent pas non plus un ph6no-
mene de colonisation.
L'existence d'une colonie implique :
10) P'existence d'une M6tropole;
20) la creation d'un nouveau groupement, en dehors des
frontieres de la M6tropole, souvent s6par6 de celle-ci par
le mer, constituent un organisme distinct de la M6tropole
et ayant plus ou moins I'aspect d'un nouvel I&tat ;
30) la permanence de rapports entire la M6tropole et le
nouvel Itat.
Le phinomne de l'expansion colonial se prdsente sous
divers aspects.
Parfois une parties de la population d'un pays 6migre
a la suite du surpeuplement, de la misere ou de la famine.
On peut citer, A titre d'exemple, I'emigration des
Irlandais en Am6rique du Nord, ou celle des Italiens en
Am6rique du Sud.
Malgr6 la misere, la famine, le surpeuplement, des
popultions tres pauvres demeurent dans leur patrie :








c'est le cas des populations les plus mis6rables de l'Inde
Britannique et de 1'Indo-Chine.
Parfois les persecutions forcent, dans un IEtat certain
6elments ((non conformistes a 6 6migrer et a chercher
ailleurs une nouvelle patrie : ce fut le cas, A diverse
6poques, dans 1'antiquit6 et A 1'6poque moderne, lors des
guerres de religion.
Parfois des marchands installment des comptoirs sur les
c6tes 6trangBres ou exploitent des industries dans des
pays lointains. Ainsi, des commergants ph6niciens, car-
thaginois, grecs, arabes, portugais, etc., se sont installs
dans divers pays du monde.
Parfois, enfin, sous l'impulsion de facteurs d'ordre
politique ou 6coromique, des particuliers, ou des soci6t6s
- souvent avec le soutien direct, ou indirect de la Mere-
Patrie font la conquete de nouveaux territoires.
Rappelons 1'histoire de la conquete ,de 1'Ambrique,
de l'Inde britannique, de l'Indo-Chine, de maintes regions
de 1'Afrique Noire et de l'Oc6anie.
La colonisation implique la conquete prealable des pays
colonists et la permanence de la souverainetM du conqugrant
sur le pays colonist.

*

Actuellement, une grande parties du monde appartient d
des puissances coloniales.
A la veille de la guerre mondiale actuelle, la situation
se pr6sentait comme suit :
La plus grande parties de 1'Asie appartenait, en fait,
A des puissances coloniales (Russie, Grande Bretagne,
France, Portugal, Pays-Bas, Etats-Unis, Japon).
L'Afrique 6tait presque entierement r6partie entire la
Grande Bretagne, 1'Empire britannique, la France, la
Belgique, le Portugal, 1'Italie et 1'Espagne.
L'Oceanie 6tait partag6e entire les Britanniques, les
Hollandais, les Franqais, les Japonais et les Am6ricains.








En Amerique, la Grande Bretagne, les Etats-Unis, la
SFrance et la Hollande possedaient des domaines coloniaux.
Les territoires polaires 6taient r6partis entire 1'Empire
Britannique, la Grande Bretagne, la Russie, le Danemark,
la Norvige, la France, le Canada, les Etats-Unis, 1'Austra-
lie, la Nouvelle Z6lande et 1'Argentine.
**


La colonisation a transform de nombreux pays colonists.
Elle a dess6ch6 des marais et! irrigu6 des territoires. Elle
a exploit des sols non cultives auparavant, en utilisant
des mBthodes appropri6es. Elle a d6bois6 et rebois6. Elle
a introduit, en maints pays, de nouveaux v6g6taux
(arachides, card, palmier a huile, coton, cacao, caoutchouc,
etc...) et de nouveaux animaux (chevaux, gros b6tail,
moutons, etc...).
Elle a modified la demographie de ces pays. Quelques
peuples indigenes colonists oit disparu, entibrement ou
a pen prbs (maintes populations de l'Oc6anie, de nombreux
groupements, de Peaux-Rouges en Amerique, etc...).
D'autres peuples indigenes colonists ont vu leur popu-
lation augmenter en nombre (Indes britanniques, Indes
hollandaises, Alg6rie, Soudan Anglo-Egyptien, Basuto-
land, etc...).
Des populations jadis nomades ou semi-nomades sont
revenues sedentaires.
De petits groupements familiaux ont 6et, en maintes
regions, regroups en groupements plus important.
Ailleurs, a la suite de la colonisation du pays, certain
groupements indigenes ont 6te parqu6s dans des reserves.
La colonisation a souvent favoris6 la vie urbaine et
suscit6 la creation de grandes villes coloniales (Dakar,
Casablanca, Cape-Town, Singapore, etc...). Elle a favoris6
les voyages et facility les explorations. De nombreux
coloniaux voyagent entire les m6tropoles et les colonies.
Elle a d6velopp6 les migrations et les immigrations.









Des coolies chinois ou hindous sont parties travailler dans
diverse regions du monde; des Kabyles se sont engages
dans des fabriques frangaises, etc...
De nombreux Europ6ens se sont installs dans les colo-
nies de peuplement, en Am6rique, en Afrique, en Oc6anie
ou en Asie.
La colonisation a souvent about au melange des races :
en Amerique du Nord, en Am6rique Centrale et en Am&-
rique du Sud, en Oc6anie, en Asie, en Afrique et, parfois,
en Europe.
Elle a suscit6 l'existence de nouveaux peuples : les
Americains des IEtats-Unis, les Canadiens, les Mexicains,
les 'Argentins, les Br6siliens, les Australiens, les Neo-
ZMlandais, les Sud-Africains, etc...
Certains m8mes de ceux-ci ont, a leur tour, acquis des
colonies: les Americeins, les Australiens, les N6o-ZMlandais,
etc...
La colonisation a suscitd un veritable renouveau 6cono-
mique et une economic mondiale.
Elle a augment consid6rablement la production et la
variet6 des aliments et des matibres,premieres. Elle a
ouvert des d6bouches nouveaux aux industries m6tropoli-
taines.
Elle a organism et dbvelopp6 les communications entire
des terres lointaines, au moyen de bateaux, de chemins
de fer, d'avions, d'autos, de la poste, du t616graphe,
du t6elphone, de la radio.
. En maints pays, de nombreuses soci6tes ont exploit
les richesses des colonies et ont enrichi les capitalistes
europ6ens, les entreprises europeennes, les colons europ6ens
et les Indigbnes.
En certaines regions, de nombreux Indigenes ont
appris les techniques europ6ennes et sont devenus les
concurrents des Europ6ens.
Si la colonisation a souvent donn lieu a des abus, a
des troubles, A des desastres, elle a cependant, dans l'en-
semble, ameliord les conditions morales et maltrielles d'exis-









tence des Indigenes, et elle contribuera A les am6liorer
encore dans I'avenir.
Les Indigenes des terres lointaines sont devenus, comme
les Europ6ens eux-memes, des e citoyens du monde ,
subissant les repercussions favorables ou d6favorables
de tous les 6vBnements de celui-ci.
La colonisation a modified, dans les pays colonists, les
conditions de vie, en ce qui concern l'alimentation,
1'habillement, I'habitation, l'hygiene, les moyens de
transport, les amusements, etc... Elle y a d]jd modified, et
y modifiera encore les visions, les representations et les
explications du monde.
Elle a supprim6, en maintes regions, nombre de cou-
tumes barbares et a adouci les: meurs. Les indigines ont
souvent subi les influences des orientations de 1'esprit et
du cceur des Europ6ens. Ils ont ressenti les effets du grand
commerce, du grand capitalism, de la grande industries
des conceptions d6mocratiques ou -autoritaires, des
sciences et des techniques europ6ennes, du christianisme,
de I'enseignement des UniversitBs, de 1'individualisme
europ6en ou ambricain.
Les prol6taires, la plebe et les esclaves des pays colonis6s
se sont trouv6s en face de problemes nouveaux. La colo-
nisation a modified 9galemeni les conditions de vie dans les
Metropoles et dans les autres pays du monde. La production,
dans les colonies, de grandes masses de products alimen-
taires et de matieres premieres A un prix de revient rela-
tivement bas, et 1'6tablissement dans les M6tropoles
d'une grande industries travaillant pour des d6bouch6s
nouveaux ont permis un mode de vie et de confort inconnus
des temps antgrieurs et l'utilisation, sur une grande 6chelle
et A bon march, de products, auparavant souvent,
inconnus ou fort rares et cofteux. A la veille de la guerre,
I'ouvrier jouissait g6neralement, au XXe sikcle, dans les
pays industries de 1'Europe, d'un confort qu'un membre
du Tiers Etat en France n'eft os6 rover, au XVIIIe siecle.
La colonisation a souvent modified les langues et leurs







aires d'extension. Certaines langues m6tropolitaines ou
6trangeres sont actuellement parl6es sur de vastes terri-
toires en dehors de leur aire d'extension ant6rieure. Ii
en est ainsi de l'Anglais, de 1'Espagnol, du Portugais,
du Kiswahili, etc... Maintes colonies possedent actuelle-
ment une press indigene ; des savants indigenes, forms
par les Europ6ens, 6crivent sur l'histoire, l'ethnographie,
etc...
La colonisation a glargi les horizons et les conceptions
des Europdens et favorisd et facility l'Utude scientifique du
monde.
Cependant, malgre des contacts souvent d'assez tongue
duree,. les Europdens ne comprennent pas toujours les
indigenes, et inversement.
Les visions, les representations et les explications du
monde des Europdens et celles des Indig&nes ne sont gend-
ralement pas les memes. II en est de meme des orientations
de 1'esprit et du cceir des uns et des autres. II en rdsulle
beaucoup d'incomprdhension reciproque et de frequents
malentendus.
L'Europ6en considere souvent, A tort, les Indigenes
demandant des r6formes comme des s6paratistes ou des
r6volutionnaires.
La p6entration dans les pays colonists des religions
chretiennes, des conceptions et des sentiments europ6ennes,
et surtout de la science et des techniques europ6ens,
modifient lentement les conceptions, les sentiments,
les visions, les representations et les explications du monde
des Indigenes,, ainsi que leurs orientations de l'esprit et
du cceur, malgr6 les influences du milieu et des traditions.

*

Les colonies evoluent. Leur evolution depend de leur
nature et des eMvnements politiques et 6conomiques. Elles
peuvent progresser ou regresser ou cesser d'exister.
Les colonies sont parfois attaquies et conquises, a la








suite de conflicts entire les M6tropoles (1'Espagne a perdu
les Antilles espagnoles et les Philippines, A la suite de la
guerre hispano-am6ricaine ; 1'Allemagne a perdu ses
colonies, apris la guerre de 1914-1918). Elles sont parfois
echangees contre d'autres advantages (la France a c6d6,
jadis, une parties de 1'Afrique Equatoriale Frangaise A
l'Allemagne, contre certain avantages au Maroc).
Elles peuvent devenir independantes. Les colonies de
peuplement cr66es en Am6rique par les Britanniques,
les Espagnols et les Portugais sont revenues des pays
ind6pendants. Les ((Dominions ) britanniques sont en
r6alitU des pays ind6pendants, mais faisant parties du
((British Commonwealth of Nations ,.
Il n'est nullement exclu que des colonies de do nination
ou d'exploitation deviennent, dans l'avenir, des pays
semi-independants ou des pays ind6pendants, tout en
conservant des liens politiques avec leur ancienne M6tro-
pole ou tout en entrant avec celle-ci en qualit6demembres,
dans une f6d6ration d'Etats.
La colonisation du monde par les Europeens n'a pas
encore realisd toules les tdches qu'elle a assumes ni product
routes ses consequences.
Elle a soumis le monde entier aux influences des peuples
europdens ou d'origine europdenne. Elle a suscit6, dans le
monde, une resolution, comme il n'en avait jamais connue
auparavant.
Elle a mis fin a l'isolement des races, des peuples,
des Itats.
La colonisation du mofide par les EuropBens ne s'avbre
plus, actuellement, dans les conceptions des gouvernements
coloniaux, comme l'exercice d'une force aveugle et brutale.
Elle s'affirme un devoir de solidarifi humaine, ou une
charge de frdre aind.
Les grandes ldches accomplies, dans leur ensemble, avec
succes dans le monde, par les peuples europdens ou d'origine
europeenne, ne permellent de croire ni a la prochaine ddcadence
de la race blanche ni au prochain crepuscule de son rHgne.


26








A la suite d'une longue experience colonial, il est
universellement admis, commc un principle fundamental
dvident de la politique colonial, par les gouvernements
coloniaux 6clair6s des pays colonisateurs, en cas d'opposi-
tion ou de conflict entire les interets de la colonie,ou ceux des
Indigenes de la colonies, d'une part, et les inlfrets de la
MItropole, ou ceux des Europdens, d'autre part, que le
gouvernement colonial doit defendre et prot6ger lesint6erts
de la colonies ou des Indigenes de la colonies centre ceux
de la M6tropole ou des Europ6ens, et ceci dans l'interet
bien entendu du pays colonisateur lui-meme.
LIes pays colonisateurs, qui n'ont pas observe ce devoir
616mentaire ou adopt cette sage attitude soit en
favorisant les int6rets de la Metropole centre ceux des
Colonies, soit en favorisant les int6rets des Europ6ens
contre ceux des Indigenes ou bien ont g6nbralement
perdu leurs colonies, lorsqu'il s'agissait de colonies de
peuplement ou d'enracinement, ou bien ont eu, t6t ou tard,
A faireface a des difficulties tris s6rieuses, parfois insur-
montables, ayant souvent compromise la r6alisation ou la
permanence des avantages, cherch6s par eux dans la
colonisation, lorsqu'il s'agissait de colonies d'exploitation,
de production, de domination ou d'encadrement.

CHAPITRE II

DU DROIT DES PEUPLES COLONISATEURS
DE COLONISER

D'une facon g6n6rale, jusqu'au XIXe siccle, les Etats
colonisateurs ne se sont guere souci6s de justifier leurs
droits sur les colonies.Des kconomistes, des juristes, des
sociologues, des philosophes, des thbologiens et des hommes
d'Etat se sont efforc6s de justifier la colonisation (colonies
de peuplement, colonies de domination ou d'exploitation)
par des considerations diverse, tandis que d'autres l'ont
d6clar6e ind6fendable.








Divers auteurs ont critiquS la colonisation. J. J. Rousseau
a 6difiB la doctrine du bon sauvage corrompu par la
civilisation Cobden, J. B. Say, de Molinari, de Laveleye
et d'autres ont combattu la colonisation au XIXe siecle.
Maints auteurs justifient la colonisation par le droit
qu'ils reconnaissent A l'humani!i de disposer des richesses
du monde, lorsque celles-ci sont soustraites A l'usage de
l'humanit6 ou ne sont pas exploities rationnellement.
Selon ces conceptions, un people n'existe pas seulement
pour lui-meme mais 6galement pour les autres. Ces auteurs
considerent que, lorsqu'un people irop peu, volub possede
un pays, recelant des matieres premieres qu'il n'exploite
pas ou susceptible de produire des matieres premieres
qu'il ne produit pas, ce people s1se l'humanit6 et qu'il
y a lieu de le soumettre A la tutelle d'un people plus
evolue, capable de les exploiter ou de les produire.
Ils considerent que, de meme que, dans un pays, les
classes sup6rieures, les plus intelligents, les meilleurs ou
les plus aptes ont pour devoir d'am6liorer les conditions
morales et materielles d'existence des classes inf6rieures,
des moins intelligent, des moins bons ou des moins
aptes, dans le monde, les tlats les plus avances en civili-
sation ont pour devoir d'am6liorer les conditions morales
et mat6rielles des populations moins gvoluees.
Ils estiment que lorsqu'un group de l'humanit6 a fait
les efforts voulus pour amdliorer la situation morale et
materielle d'un pays trop peu BvoluB, mal gouvern6 ou
mal administr6, et pour mettre en circulation au profit
de l'humanite les richesses que ce pays peu 6volu6 d6tenait
sans advantage pour lui-meme et pour les autres, ce group
a certain droits et certain devoirs vis-a-vis des autres
groups de l'humanit6 et vis-a-vis des habitants de ce pays.
Cette fagon de justifier la colonisation implique, en
quelque sorte, dans le chef de 1'ensemble des habitants
du monde ou d'une parties du monde, des droits et des
devoirs 6minents vis-A-vis des diverse soci6tes humaines
du monde ou de'cette parties du monde et des droits et des








devoirs eminents de contrdle sur leur facon de se gouverner
et d'exploiter les richesses de leur pays (1).
Pour Louis Franck, qui fut un des meilleurs et des plus
avertis de nos ministres des colonies, les droits du pays
colonisateur sur le pays colonis6 sont les droits de l'ouvrier
sur le produit de son travail (2).
Avant l'arriv6e des Europ6ens, la plupart des terres
colonistes par eux ne produisaient gubre de richesses.
Les populations y vivaient souvent dans des conditions
morales et materielles assez mis6rables et 6taient livr6es
A l'arbitraire des chefs ou d'une aristocratic de conqu6-
rants, se souciant souvent peu de la vie, du bien etre et
du bonheur des individus. Les Europ6ens y ont apport6
les resources de leur g6nie, de leur science, de leur art,
de leur industries et de leurs capitaux et ont fait des pays
colonists par eux cc qu'ils sont maintenant. Ce sont les
Europ6ens qui ont Wtc les cr6ateurs des richesses nouvelles
dans les pays colonists par eux et, en toute justice, ils
ont droit, en compensation, a en retire certain profits.
L'6quitM oblige en retour les Europ6ens A ameliorer les
conditions morales et mat6rielles des Indigenes et a amener
ces derniers A collaborer, pour le profit des Europ6ens
et pour le leur, a la mise en valeur des pays colonists et
i les aider a 6voluer vers le progres.
Des auteurs d6fendent aussi la colonisation, en se
basant sur I'intlret general de l'humanit&. Avant la coloni-
sation, des peuples nombreux et prolifiques, ayant atteint
un haut degr6 de civilisation, s'entassaient et 6touffaient
sur des spaces restreints alors que quelques peuplades
clairsem6es et ignorantes occupaient des spaces immense
qu'elles n'exploitaient guere. Le territoire des Etats-Unis

(1) Bornons-nous a citer :
MULLER, A. Principes chrdtiens de colonisation, Bruxelles, 1927.
DELLICOUR, F. Un regard sur le problme de la colonisation (Bulletin
des Sdances de l'Institut Royal Colonial Belge, 1942, Tome XIII, fasc.
3, p. 419-436).
(2) FRANCK, Louis. Congo, Land en Volk, Brugge, 1926.








d'Amerique, habit actuellement par plus de 120 millions
d'habitants, ne nourissait auparavant qu'un bon million
d'Indiens.
Eut-il 6t6,raisonnable et equitable de condamner les
Europ6ens A s'entasser et a 6touffer sur un territoile
exigu pour r6server jalousement les immense territoires
americains a quelques populations 6parses ? (1)
Que la colonisation puisse etre justifl6e ou nor;, elle
constitute un faith.
L'histoire de la colonisation nous montre les colonisa-
teurs agissant souvent dans des buts dgolstes et utilitaires
et quelquefois dans des buts allruistes ou humanitaires.
Dans les colonies de peuplement ou dans les colonies
de domination ou d'exploitation quels que soient les
autres noms qu'on leur donne : colonies d'enracinement,
colonies d'encadrement, colonies commercials, colonies
de position, colonies de liaison I'Etat colonisateur a
assez ginnralement, poursuivi beaucoup plus l'acquisitios,
d'avantages utilitaires que I'accomplissement de devoirn
humanitaires.
Les soucis d'ordre humanitaire ont souvent apparu
assez tard, chez les colonisateurs. Is ont apparu surtout
la oft le bien etre des populations indigenes facilitait la
r6alisation des programmes de l'Itat colonisateur. Ce
fut assez souvent le cas dans les colonies de domination
ou d'exploitation, lorsqu'on se rendit compete que les
interets bien entendus de l'l~tat colonisateur se confon-
daient souvent avec les interets bien entendus des peuples
colonists. Ce fut moins souvent le cas, dans les colonies
de peuplement, ofi les interets des colonisateurs et ceux
des colonists 6taient assez souvent opposes.
Il suffit de rappeler, a ce suje*, lo destruction des Indiens
en maintes regions de l'Am6rique, des Tasmaniens, des
Australiens, des Polynesiens, des Bochimans ct des
Hottentots, etc., ainsi que la traite des esclaves, pratiqu6e

(1) DELLICOUR, F. etude cite.









longtemps par des Europ6ens, avec l'appui de gouverne-
ments europ6ens, en vue d'assurer une main d'ceuvre
abondante et gratuite aux plantations, etc.
Actuellement, les Itats Colonisateurs ont une vue plus
claire de leurs inftrets bien entendus et une conscience
plus sdre de leurs devoirs humanitaires vis-d-vis des peuples
colonists et se font, a cet 6gard, une haute idWe de leurs
obligations morales.
II est devenu evident, aux yeux des gouvernements colo-
niaux 6claires, que, dans les colonies de domination ou
d'exploitation, la collaboration confiante et cordiale des
Indigdnes est indispensable d la realisation des buts utili-
taires, cherchds par les Europeens dans la colonisation, et
que cette collaboration ne peut Otre obtenue el conserve
qu'd la condition de trailer les Indigenes d'une certain
facon, respectant leur manidre de concevoir et d'aimer la
vie et leurs interets respectable e, legitimes.

*

II y a un abime entire les methodes coloniales de jadis et
celles d'aujourd'hui.
Ds.ns l'Afrique Noire d'aujourd'hui, toutes les 16gisla-
tions proclament I'obligation de respecter les droits, les
institutions, les cadres et les coutumes indigenes.
Partout les Africains s'administrent eux-mames dans
leurs chefferies et sont jug6s par leurs propres tribunaux.
La Colonisation du monde par les Europeens, considdr6e
dans son ensemble, a eu pour resultat d'ameliorer les condi-
tions de vie des peuples colonisateurs et des peuples colonists
et cells de l'humanite tout entire, en ddpit d'abus qui ont
pu exister dans le temps et dans l'espace.
Si de nombreux products industries et alimentaires
6taient accessible avant guerre aux masses europ6ennes,
en grandes quantit6s et A des prix fort bas, elles le devaient
A la'colonisation du monde par les Europ6ens.
C'est A tort qu'on imagine souvent que les profits des








entreprises coloniales prospdres vont exclusivement A
quelques privil6gi6s.
S'il y a sans aucun doute des privil6gi6s, on ne peut
oublier que la plupart des entreprises coloniales ont la
forme de societes par actions et que les titres de celles-ci
sont tris souvent r6partis entire un tris grand nombre
de d6tenteurs.
Avant la guerre, les socit6s 'coloniales du Congo Belge
payaient enBclgique un demi milliard de dividends par an.
Les colonies ne -se bornent pas & produire et A exporter
des matieres premieres. Elles achetent 6gelement des
products fabriqu6s et du materiel, commands aux m6tro-
poles.
Ces commander atteignent plusieurs milliards.
Pendant la p6riode ayant priced6 la crise 6conomique
de 1930, un certain nombre de soci6t6s coloniales du
Congo Belge ont command6 en Belgique pour plus de
deux milliards de francs.
On value A 400.000 le nombre des ouvriers, occup6s
avant la guerre en Belgique par la fabrication du materiel
pour le Congo Belge et par le traitement des products
qui en sont exports.
Le gouvernement du Congo Belge utilise des milliers
de fonctionnaires et d'agents et les entreprises coloniales
du mime pays des milliers d'employ6s, d'agents et d'ou-
vriers, au Congo et en Belgiquie.

CHAPITRE III

LES DIVERS TYPES DE COLONIES ET LES
BUTS POURSUIVIS PAR LES MITROPOLES
DANS LA COLONISATION

Il existe deux espkces de colonies : des colonies de
peuplement et des colonies de domination ou d'exploitation.
A moins qu'il ne s'agisse de terres inhabit6es, les unes
et les autres impliquent la conquole.








Une colonie de peuplement est une colonies dans laquelle
les habitants de la M6tropole peuvent se reproduire dans
des conditions favorables.
Les colonies de peuplement n'existent, pour la race
blanche, que dans les regions temp6rdes et que la ou les
populations indigenes sont assez clairsem6cs.
Une colonies de domination ou d'exploitation est une
colonies dans laquelle les habitants de la M6tropole ne
peuvent fire que de courts sejours, sans pouvoir se
reproduire dans des conditions favorables, soit A cause
du climate, soit A cause de la density de la population.
Ce sont g6ndralement des regions, situ6es en dehors
des pays tempir6s, soit trop froides, soit trop chaudes
(pays tropicaux et 6quatoriaux).,
On pourrait donner a ces colonies le nom de colonies
de production, les titats les colonisant s'efforcant surtout
d'y obtenir des vivres ou des matidres premieres.
On distingue encore, 5arfois, parmi les colonies :
lo) des colonies de peuplement ou d'enracinement, se
pr6sentant sous des aspects divers, dans lesquelles des
elements provenant du people de la M6tropole se substi-
tuent aux populations indigbnes (Canada, ntats-Unis
d'AmBrique, Australie, Tasmanie, Nouvelle ZWlande),
s'installent a cot6 de celles-ci (Afrique du Sud, Alg6rie),
s'associent a celles-ci pour exploiter le pays (Maroc,
Tunisie), asservissent celles-ci et se melangent avec elles,
pour former une race nouvelle (Am6rique espagnole et
portugaise).
Ccs colonies sont en r6alit6 des colonies de peuplement.
20) des colonies d'encadrement, dans lesquelles des
individus de la M6tropole encadrent les populations
indigenes en vue d'assurer, avec la collaboration de celles-
ci, la mise en valeur de leurs richesses naturelles (Afrique
Noire, Malaisie, M6lanEsic, etc.).
Ccs colonies sont en realit6 des colonies de domination
ou d'exploitation.
30) des colonies commercials (Hong-Kong), de position








(Gibraltar, Malte, etc.) ou de liaison (Sahara, reliant le
Sen6gal au Maroc et A l'Algfrie)J
Ces colonies sont, en r6alit6, des colonies de domination
et d'exploitation.
La possession de ces colonies assure au conqudrant
des advantages d'ordre dconomique, d'ordre militaire ou
d'ordre administratif.
Beaucoup de colonies sont mixes, 6tant A la fois des
colonies de peuplement et des colonies de domination
ou d'exploitation.
Bornons-nous a citer, A titre d'exemples, 1'Alg6rie,
l'Afrique du Sud, la Rhod6sie du Sud, le Kenya, en Afrique.
Le Congo Belge et le Ruanda- Urundi sont presque
totalement, si pas totalement, des colonies de domination
ou d'exploitation.
Seuls quelques hauts plateaux du Kivu, de 1'Ituri,
du Ruanda-Urundi jouissent d'un climate, convenant,
peut-6tre, i un 6tablissement :d'assez longue dur6e de
colons europ6ens.
Dans ces regions, les Indigenes sont relativement
nombreux (plus d'un million sur les plateaux du Kivu
et de 1'Ituri, pres de cinq millions au Ruanda-Urundi)
et occupent une tres grande parties des terres, tant pour
eux-memes que pour leur b6tail, situation peu favorable
au peuplement europ6en.
II n'est nullement d6montr6, aujourd'hui, que des
groupements europ6ens important y aient des chances
certaines d'avenir, analogues, par example, A celles offertes
jadis aux colons europ6ens, en AmErique du Nord, en
Afrique du Sud, en Australie du Sud-Ouest ou en Nouvelle
Z61ande.
Dans les colonies de peuplement, 1'ltat colorisateur
europ6en pursuit la creation, la permanence et le d6-
veloppement d'une soci6t6 europ6enne analogue A la
sienne, de pr6f6rence constitute par ses nationaux, appeals
A s'y reproduire.
On peut citer comme examples d'anciennes colonies de








peuplement : le Canala, les Itats-Unis, certain Etats
du Sud du Bresil, 1'Argentine, le Chili, l'Australie du
Sud-Est, la Nouvelle Zl6ande, colonies revenues plus ou
moiris r6cemment des pays ind6pendants.
Dans les colonies de domination ou d'exploilation, au
contraire de ce qui se passe dans les calories de peuple-
ment, le nombre des Europeens est appelI6 demeurer
une infime fraction de celui des Indigenes. Ce seront des
fonctionnaires, des magistrats, des officers, des mission-
naires, des industries, des planteurs, des commercants,
etc....
La politique colonial pursuit, de nos jours, inelucta-
blement, de par la force des choses, dans une colonies
de domination ou d'exploitation, la r6alisation de deux
ideals: un ideal utilitaire et un ideal humanitaire, don't
I'un ne peul guere 6tre realism sans I'autre.
Du point de vue utilitaire, la politique colonial y a
pour but, non pas d'y assurer de d6veloppement d'une
nombreuse soci6t6 europ6enne, qui ne pourrait vivre
dans la colonies, mais d'y obtenir des malibres premieres
(min6rales, v6g6tales, animals) et la main d'ceuvre n6ces-
saire a la production de ces matifres premieres, d'y vendre
des produits fabriques, d'y fair fructifier les capitaux et
d'y acqudrir une augmentation de puissance d'ordre politique,
economique ou militaire.
Du point oe vue humanitaire, la politique colonial
pursuit, chez Ics Indigenes des colonies de domination
ou d'exploitation, la suppression d'abus manifestes et de
coutumes cruelles, le d6veloppement du commerce et
de 1'industrie et 1'am6lioratioi de leurs conditions mat6-
rielles et morales d'existence.
On peut citer comme examples de colonies de domina-
tion ou d'exploitation : les Indcs, les pays de l'Afrique
Equatoriale et Tropicale, la Malaisie, les miles de la M61ane-
sie, de la Micron6sie et de la Polyn6sie, etc...

*








Depuis les temps du Palkolithique recent, 6poque oh
I'homo sapiens a apparu sur la surface de la terre, des
groups humans, obdissant A' des n6cessit6s diverse,
don't ils subissaient le joug, out 6migr6 sur les terres
occupies par d'autres groups; humans, en vue de s'y
installer ct d'y faire souche on aux fins d'y exploiter
les richesses du pays.
Grace a un extraordinaire concours de circonstances
favorables, au course de la second moiti6 du dernier
millionaire, les Europdens ont emigr6 dans le monde, en
Asie, en Afrique, en Amdrique et en Oc6anie et ont rcussi
a etablir leur domination sur la presque totality du globe,
tandis que leur civilisetion exercait une influence sur
les terres les plus lointaines.
On peut affirmer sans exagerer que la colonisation des
derniers sitcles a about d I'expansion des peuples europeens
et de I'esprit europeen sur toute la surface du monde.
Les decouvertes et les conquetes de terres nouvelles
ont Wt, en ordre principal, la rnsultante d'efforts entrepris
dans des buts utilitaires.
La colonisation et l'industrialisation du monde ont cr6e,
pour les ttats et les individus, de nouvelles conditions de
vie, totalement inconnues des siecles precedents.

**

La colonisation du monde par les Europeens a engendr6,
sans aucun doute, de nombreux et regrettables abus :
brutalit6s de la conquete, destruction violent d'tItats,
de civilisations et de vies humaines, traite des noirs, etc...
Malgr6 ces abus, la colonisation a eu pour r6sultat
final d'enrichir consid6rablement 1'humanite et d'aug-
menter dans de tres grandest proportions son bien. tre,
tant dans les colonies que dans les M6tropoles et dans les
diverse regions du monde, d(e 'habituer a ce bien-8tre
nouveau et de faire de ce deriier un besoin impdrieux.








Que serait actuellement le monde si la colonisation
du monde pPr les Europ6ens n'avait pas en lieu ?
La civilisation contemporaine, base sur une politique
de grande industrialisation et de grande production -
exigeant des masses consid6rables de matieres premieres
et de grands d6bouch6s n'a pu nettre et se d6velopper
que grace A la colonisation du monde par les EuropBens.
Pendant longtemps, les pays colonisateurs ont Wt6 les
seuls pays industries du monde. Depuis un certain nombre
d'ann6es, les anciennes colonies sont revenues des pays
industries & leur tour. Nombre de colonies deviennent
egalement aujouid'hui des pays industries. Cet 6tat de
choses cr6e des probl&mes Jconomiques nouveaux,
non encore resolus.
I1 appartiendra, au XXe sikcle de leur trouver une
solution.


I1 y a, dans une colonies, des liens forces, resultant de
la nature meme des choses, entire sa mise en valeur, la
prosp6rit6 des entreprises europ6ennes, celle des popula-
tions indigenes et celle de la colonies elle-meme.
L'amBlioration des conditions morales et mat6riclles
d'existence des populations indigenes dans une colonies
est forcment en relations etroites avec la prosp6rit6
Bconorique de la colonies elle-m&me.
Actuellement il est admis par la morale international
et par la morale des peuples colonisateurs que ceux-ri
doivent se preoccuper de la prosperity et du bien-6tre des
populations indigenes.
Cet 6tat de choses n'empfche pas que certain abus
continent & exister, en fait, mais ils sont unanimement
condamn6s et d6plor6s. Ceux qui s'en rendent encore
coupables, aujourd'hui, s'efforcent de les cacher, de les
dissimuler ou de les nier, mais n'oseraient les d6fendre
devant l'opinion publique, ni dans les pays coloniaux ni
en dehors des pays coloniaux.








Dans les Colonies elles-memes et dans les M6tropoles,
les meilleurs esprits sont absolument convaincus que ces
abus vont A l'encontre des int6rets bien entendus de la
Colonie et de la M6tropole et qu'il y a lieu de ne rien
n6gliger pour y mettre radicalement fin.

CHAPITRE IV

OBJET DE LA POLITIQUE COLONIAL.
COMMENT LES PROBLEMS DE LA POLITI-
QUE COLONIAL DOIVENT ETRE STUDIES
ET RESOLUS. POINTi DE VUE IMPERIAL.
INTERDEPENDANCE DES PROBLtMES
COLONIAUX. PROGRAMME DE POLITIQUE
COLONIAL

La Politique colonial a pour objet la recherche et l'adop-,
tion, par un gouvernement colonisateur, du comportement
de nature A assurer le plus iapidement, avec le maximum
d'efficience, en tenant compete de tous les facteurs en jeu,
la r6alisation, dans la colonie, de son programma utilitaire
et de son. programme humanitaire, avec le minimum
d'efforts pour la Mefropole et le minimum de souffrances,
de heurts et de maux, pour les populations indigenes.
Elle implique un ensemble de dispositions d'ordres
lgislatif, exzculif et judiciaire.
L'orientation de la Politique Coloniale est n6cesspirement
en relations 6troites avec les buts poursuivis par les peuples
colonisateurs dans la colonisation et avec les programmes
.qu'ils veulent y r6aliser.
Quelle que soit l'orientation qui lui soit donn6e, la
Politique colonial devra toujours tenir compete des
mceurs, des coutumes et des institutions des peuples
indigenes, ainsi que de leur milieu et de leur psychologie,
si elle ne veut faire courir les plus grands dangers A la
colonisation europ6enne et aux populations indigenes.
Dans 1'6tude des solutions & donner aux problemes A








r6soudre, la Politique colonial est amen6e a compare
entire elles les diverse solutions possibles ainsi que leurs
repercussions possibles ou probables et a pr6coniser la
solution vraisemblablement la meilleure.
Elle doit, a ces fins, tenir compete de routes les circon-
stances de fait et de tous les facteurs, notamment des
facteurs d'ordre psychologique, sociologique, politique et
dconomique.
La Politique colonial, qui est a la fois une science et
un art, relive de la science de l'homme d'PStat et de l'art de
gouverner les peuples.
Les probl6mes de la Politique colonial int6ressant
1' empire de la M6tropole doivent etre 6tudi6s du
point de vue ( imperial ,, en faisant abstraction, autant
qu'il est possible de le faire, des divergences d'id6es ou
de sentiments, pouvant diviser les citoyens de la M6tropole
sur des questions d'ordre m6tropolitain.
II faut, avant tout, regarder concretement les fails, sans
iddes priconcues, et examiner, en tenant compete ae ces
faits, ce qui peut etre r6alis6 des d6sid6rate de la M6tropole,
tant dans le domaine utilitaire que dans le domaine
humanitaire. Il faut rechercher, ensuite, toujours en
tenant compete des faits, comment il est le plus facile de
r6aliser ces d6sid6rata.
SCes problemes ne peuvent etre 6tudi6s ni resolus,
comme il convient, si l'on se borne a ne consid6rer que
le present, sans songer A l'avenir.
Dans les relations avec les Indigenes, comme on ne
colonise pas un pays pour quelques jours, mais pour une
longue pdriode de temps, il est absolument n6cessaire
d'avoir l'avenir devant les yeux, si l'on ne veut rendre la
r6alisation de la tache de demain impossible, en semant
aujourd'hui, sans le vouloir, sans doute, et sans y songer
souvent,le d6sordre,l'anarchie,la misere, le d6couragement,
la haine et la revolte.
I1 en est de meme, en ce qui concern la politique econo-
mique : il faut voir loin, dans I'avenir.









II y a des rapports forces entire la r6alisation du program-
me humanitaire et celle du programme economique, entire
la production et les resources| de la Colonie.
La Politique colonial est un ensemble de politiques
particulieres, en correlation etroite les unes avec les autres,
se rapportant d la realisation des programmes utilitaire et
humanitaire, dans la colonies.
Parmi ces politiques particulieres, mentionnons : la
politique des relations de la M6tropole et de la Colonie,
la politique du gouvernement et de administration de
la Colonie, la politique indig~ne, la politique 6conomique,
(politique ayant pour but d'assurer la production, la cir-
culation et la consommation des richesses; politique
agricole, politique de 1'6levage, politique miniere, politique
commercial, politique des transports, etc...), la politique
de l'hygiene, la politique militaire, la politique de la
colonisation blanche, la politique & 1'6gard des missions,
la politique financiere, etc...
Chaque politique particulijre doit etre 6tudi6e et d6cid6e
en function de I'ensemble.
Telle reforme peut etre excellent du point de vue exclusif
de telle politique particuli&re, mais tout a faith mauvaise,
eu 6gard aux repercussions :qu'elle ne peut manquer
d'avoir, dans tels autres domaines, don't ne se preoccupe
pas la politique particuliere envisage, mais dont se
soucie un gouvernement, ayant la responsabilite de I'en-
semble de la politique colonial d'un pays.
En vue de tenir compete de l'avenir, dans orientation
de la Politique Coloniale et du caractbre complex de
cette dernibre, il est n6cessaire d'avoir un programme de
Politique Coloniale. Le fai~, pour un gouvenrement colo-
nial, de ne pas avoir de programme, en cette matibre,
oblige la Colonie A vivre au jour le jour, sans souci du
lendemain, sans savoir oii elle va, au hasard de toutes les
ventures.








CHAPITRE V


LES GRANDS PROBLEMS COLONIAUX

AprBs qu'une M6tropole s'est assure la possession d'une
colonies, six grands probldmes doivent retenir son attention:
10) La Colonie est-elle une colonies de peuplement ou
une colonies d'exploitation, de production ou de domination ?
20) Quels seront les rapports entire la Metropole et la
Colonie ?
La Colonie sera-t-elle consid6rde comme une parties
int6grante ou comme un territoire s6par6 du pays m6tro-
politain ?
La Colonie sera-t-elle totalement d6pendante ou plus
ou moins ind6pendante de la Metropole ?
30) Quel comportement la M6tropole adoptera-t-elle
vis-a-vis des populations indigenes, vivant dans la colonies ?
En d'autres terms, quelle sera sa politique indigane ?
40) Quelle sera la politique iconomique de la M6tropole
dans la colonies et comment entendra-t-elle la r6aliser ?
50) Quel comportement la M6tropole adoptera-t-elle
vis-a-vis des terres et des mines ? Efi c'autres terms
quelle sera sa politique fonciere et minidre ?
60) Comment 1'Itat colonisateur se procurera-t-il les
resources n6cessaires pour r6aliser sa politique indig&ne
et sa politique 6conomique ? En d'autres terms, quelle
sera sa politique financiAre ?
Dans une colonies, constituent une colonies d'exploitation,
de production ou de domination ou constituant en ordre
principal ou presqu'exclusif une colonie de ce genre -
comme le Congo Belge ou le Ruanda-Urundi le probl&me
de la politique indigene et le probldme de la polilique econo-
mique dominant tous les autres.
De la solution, donnee d ces deux problemes fondamentaux,
depend la solution de tous les autres, lesquels sont d peu
pris rHsolus, des que ces derniers le sont.
I1 en est ainsi notamment des probl&mes suivants : celui








de la politique fonciere et miniere; celui de la politique
de l'instruction indigene, celui de la politique des trans-
ports, celui de la politique agricole, industrielle et com-
merciale, celui de la politique douaniere, celui de la poli-
tique a adopter vis-A-vis'du recrutement et du traitement
de la main d'oeuvre indigene, celui de la politique A adopter
vis-a-vis du colonat europ6en, celui de la politique A
adopter vis-A-vis des missions, celui de la politique de la
defense de la colonies, etc....























DEUXIME PARTIES

LA POLITIQUE COLONIAL
PRATIQUEE PAR L'ETAT
INDEPENDENT DU CONGO



CHAPITRE I

CONSIDERATIONS PRIELIMINAIRES

On ne peut exposer la politique colonial pratiqu6e
par la Belgique au Congo Belge (de 1908 & nos jours) el
au Ruanda-Urundi (depuis la conquete du pays durant
la guerre de 1914-1918) sans fair connattre,au pr6alable,
la politique colonial de l'6tat Indtpendant du Congo
(1885-1908).
Si cet IRtat a Wte, et est rest un Ptat etranger,pour la
Belgique, sa creation, son gouvernement, son administra-

43























DEUXIME PARTIES

LA POLITIQUE COLONIAL
PRATIQUEE PAR L'ETAT
INDEPENDENT DU CONGO



CHAPITRE I

CONSIDERATIONS PRIELIMINAIRES

On ne peut exposer la politique colonial pratiqu6e
par la Belgique au Congo Belge (de 1908 & nos jours) el
au Ruanda-Urundi (depuis la conquete du pays durant
la guerre de 1914-1918) sans fair connattre,au pr6alable,
la politique colonial de l'6tat Indtpendant du Congo
(1885-1908).
Si cet IRtat a Wte, et est rest un Ptat etranger,pour la
Belgique, sa creation, son gouvernement, son administra-

43








tion et sa mise en valeur ont Wtd, en ordre principal,
I'auvre de Belges. Ses traditions, ses m6thodes n'ont pas
disparu au Congo, par un coup de baguette magique, le
jour oui ce pays est devenu une colonie belge.
Diverses attitudes adoptees par la politique colonial
de la Belgique, continent des attitudes inaugur6es par
I'1tat Independant, ou s'expliquent par une reaction
contre le comportement de cet Etat. D'assez nombreux
textes 16gislatifs de cet Etat sont demeures longtemps
en vigueur au Congo Belge et n'6taient pas' abrog6s h la
veille de la guerre mondiale actuelle. Le personnel de
cet Etat est, assez g6ndralemcnt rest au service de la
colonies beige.
L'atat Independant du Congo succide, en 1885, A l'Asso-
ciation Internationale du Congo (1883-1885) ; celle-ci au
Comitl d'PEudes du Haut-Congo (1878-1883)' et celui-ci
A I'Association Internationale Africaine (1877-1878), cr66e
A la suite de la Conference Geographique, r6unie A Bruxelles,
A I'initiative du Roi Leopold, le 12 septembre 1876.
La creation de 1'Ptat Independant du Congo est dfe au
g6nie de Ldopold II. Si ce grand Roi n'avait pas v6cu,
il n'y aurait eu ni Etat Ind6pendant du Congo, ni Congo
Belge.
L'Etat Ind6pendant exista de facto, d&s que sa souve-
rainet6 fut 6tablie en Afrique Centrale. Il exista de jure,
des qu'il cut Wtd reconnu par les Itats-Unis d'Am6rique
(le 22 avril 1884), par l'Empire Allemand (le 8 novembre
1884) et par les autres puissances.
La Chambre des Repr6sentantsiet le S6nat de Belgique
autoriscrent Ldopold II, conform6ment A 1'article 62 de
la Constitution, respectivement le 28 et le 30 avril 1885,
i etre le chef de l'Etat fond6 en Afrique par I'Association
International du Congo ,.
Leopold II cumula des lors, grace & l'assentiment des
Chambres, avec le titre de Roi des Belges, celui de Sou-
verain de l'Itat Ind6pendant du Congo. Nonobstant cc
fait, 1'Itat Ind6pendant demeura pour la Belgique un








.Ptat stranger, don't les actes judiciaires ou autres ne
pouvaient Utre ex6cut6s en Belgique qu'en vertu de
l'ex6quatur.
*

En Belgique, le Roi Leopold II fut aide dans l'admini-
stration de 1'Etat Ind6pendant, par Camille Janssen,
Albert Thys, le colonel Strauch, Van Neuss, Galczot,
Pochez, van Eetvelde, de Grelle-Rogier, Droogmans,
de Cuvelier et Liebrechts.
II obtint le concours d'officiers, de fonctionnaires, de
magistrates, de m6decins, d'ing6nieurs, d'agents divers
qui servirent en Afrique, moyennant des avantages
souvent fort modestes. Le premier gouverneur g6n6ral
du Congo fut Camille Janssen, docteur en droit, qui
rendit au jeune IEtat les plus grands services.
Parmi les pionniers des temps hMroiqucs de l'explora-
tion, de l'occupation et de la pacification du pays, ainsi
que des guerres centre les Arabes et les Madhistes, et
parmi leurs auxiliaires indigenes, nombreux furent ceux
qui tomberent, sur la terre africaine, victims du climate,
des privations, des maladies ou des operations militaires.
A titre d'exemple, 1'exp6dition Bia-Francqui, charge
de reconnaitre certaines regions du Katanga, parties en
1892, avec 600 hommes, revint, quatorze mois plus tard,
apres avoir parcouru 6.300 km., dans un pays oii s6vissait
la famine et qui 6tait ravage par la dysentcrie et la variole,
ayant perdu son chef (Bia) et 350 hommes.

**

L'Ptat Independant poursuivit la r6alisation, en Afrique
Central, tout a la fois d'un programme humanitaire et
d'un programme dconomique.
La n6cessit6 de r6aliser simultanement ces deux program-
mes a 6t6 rappel6e, maintes fois, par LBopold II.
Dans les instructions que ce grand roi, Souverain de








l'ttat Ind6pendant du Congo, adressait de sa main au
personnel de cet ~Etat, le 16 juin 1897, il disait notamment,
comme le signalait, dansson magistral discours au Senat,
le 25 juillet 1933, S.A.R. Mgr le Prince Leopold, Due de
Brabant :
a C'est A assurer le libre 6paiouissement de la popula-
tion native que doivent concourir nos premiers efforts...
Notre programme a tous, c'est le travail de r6g6n6ration
mat6rielle et morale qu'il s'agit d'operer parmi les popu-
lations... Chaque pas en avant fait par les notres doit
marquer une amelioration dans la situation des indigenes.'
Les programmes de Leopold II n'ont pas toujours 6t6
r6alis6s comme il le souhaitait.
Les besoins du jeune etat talentt immense et ses
resources modestes.,
Le personnel don't il disposait, tant en Belgique qu'au
Congo, tout en 6tant d6vou6 et de bonne volont6, manquait
souvent d'exp6rience et de preparation coloniales.
II en 6tait de meme du personnel des socit6es commer-
ciales, travaillant au Congo et des premiers missionnaires.
L'administration de l'Itat Ind6pendant, tres centralisee,
faite de Bruxelles, manquait souvent de souplesse et
tenait insuffisamment compete des contingencies locales
et de maintes r6alit6s africaines.
A peine constitu6, le jeune !Itat eut a surmonter de
grandes difficultls : en dehors de l'occupation. et de la
pacification du pays, il dut vaincre les Arabes et les
Madhistes. Les campagnes' centre les Arabes durerent
de 1890 b 1894 et cells centre les Madhistes de 1893 A 1898.
Cet 6tat de choses explique les errements et les abus,
constates lors de administration des territoires du Congo
par 1'ttat Ind6pendant.

**

Nous exposerons sommairement, ci-aprbs :
10) les grandes lignes de l'organisation politique, admini-







strative, judiciaire et militaire de l'Itat Ind6pendant
du Congo;
20) la politique indigene;
30) la politique 6conomique;
40) la politique fonciere et miniere;
5o) la politique des transports et des communications;
60) la politique en matiere d'hygiene et d'assistance
social ;
70) la politique h 1l'gard des missions;
80) la politique financibre.
Nous dirons ensuite quelques mots de l'attitude adopted
par l'IFtat Ind6pendant du Congo vis-A-vis des sciences
et de l'accomplissement par lui de ses obligations intcr-
nationales.
Nous terminerons en jetant un coup d'ceil d'ensemble
sur la tfche accomplice par lui en Afrique.

CHAPITRE II

CARACTERES DE L'ETAT INDEPENDENT
- POUVOIRS DE LtEOPOLD II POUVOIR
LEGISLATIF POUVOIR EXICUTIF -
POUVOIR JUDICIAIRE CONSEIL SUPE-
RIEUR DU CONGO GOUVERNEMENT
CENTRAL GOUVERNEMENT LOCAL -
LANGUE OFFICIELLE DE L'ETAT L'AR-
MEfE CONGOLAISE ET LE MAINTIEN DE
L'ORDRE

L'Itat Ind6pendant du Congo 6tait un ljtat souverain,
dans les limits lui imposes par 1'Acte .de Berlin, les
conventions internationales et le Droit des gens.
LUopold II poss6dait, dans cet Ittat, qui 6tait une
acmonarchie absolute ,, la plInitude de la souverainetd,
cumulant tous les pouvoirs (16gislatif, ex6cutif et judiciaire).
Depuis 1885, les d6crets et autres actes officials de
Leopold II, concernant le Congo, d6butaient par ces mots :








, Nous, Leopold II, Roi des Belges, Souverain de l'Itat
Ind6pendant du Congo ,.
Le Roi-Souverain cxerait le Pouvoir Legislatif par
voie de d6crets, contresign6s par! un Secr6taire d'Itat
(d6cret du 1 septembre 1894).
Lc d6cret du 16 avril 1887 avait accord une delegation
fort 6tendue du Pouvoir Legislatif au Gouverneur Gendral
ou A celui qui le remplagait. Ses ordonnances avaient force
de loi. Elles cessaient leurs ellets, si, A I'expiration d'un
d6lai de six mois, elles n'avaient pas 6t6 approuv6es par
le Roi Souverain.
Le Gouverneur General pouvait, en cas d'urgence,
suspendre, par Ordonnance, l'ex6cution d'un D6cret du
Roi-Souverain.
Le Roi-Souverain exercait le Pouvoir Exdcutif par voie
de Decrets. I1 en avait 6galement d616gu6 une parties fort
6tendue au Gouverneur Gendral.
Ii avait d6lgu6 le Pouvoir Judiciaire A des corps ad hoc.
II existait un Conseil Superieur du Congo, que le Roi-
Souverain pouvait consulter sur les questions 16gislatives
et administrative (D1cret du 16 avril 1889, art. 6).
II d6liberait comme Conseil d'Itat, a titre consultatif,
sur toutes les questions qui lui 6taient soumises (D6cret
du 8 octobre 1890, art. 18 et suivants).
Ii sigeait, en matiere civil et commercial, comme
Cour d'Appel et comme Cour de Cassation.
Les corps ad hoc, auxquels le Roi-Souverain avait
d6l6gu6 le Pouvoir Judiciaire 6taient composes d'un Juge,
d'un Procureur d'ltat et d'un Greffier.
Il y avait cinq tribunaux de premiere instance: A Boma,
a LUopoldville, h Coquilhatville, A Stanleyville, A Niangara
(decrets organiques, codifies par 1'Arrete du Secr6taire
d'1tat du 22 avril 1896 et d6crets du 3 juin ct du 23
octobre 1906). uIs avaient la plenitude d'attribution, en
matibre civil, commercial ct p6nale, sauf les exceptions
pr6vues par la loi.
Ii existait aussi des tribunaux territoriaux, don't les








membres 6taient souvent recrutes dans le personnel
judiciaire supplant, fourni par les fonctionnaires.
I1 y avait un Tribunal d'Appel, a Boma. I1 6tait constitu6
par un Pr6sident, deux Juges, un Procureur General et
un Greffier.
Un Conseil Supirieur si6geait A Bruxelles comme
Tribunal Superieur et comme Cour de Cassation.
Il y avait 6galement des Conseils de Guerre et un Conseil
de Guerre d'Appel. Ce dernier sigeait A Boma.
I1 existait enfin des Tribunaux Indigenes, jugeant
selon la Coutume.
Le Gouvernement Central, A la tete duquel se trouvait
le Roi-Souverain, avait son si6ge a Bruxelles.
I1 comportait un Secrdtaire d'ilat, assist de trois
secretaires gndaraux, un tresorier, etc... (D6cret du 1
septembre 1894, Arrat6 du Secr6taire d'etat du 10 octobre
1894 codifiant les d6crets organiques du Gouvernement
Central).
Un Gouvernement Local, a la tete duquel se trouvait
le Gouverneur Gindral, avait son siege A Boma (ArrWt6
du Secr6taire d'ttat du 10 octobre 1894, codifiant les
d6crets organiques du Gouvernement Local).
Le Gouverneur Gendral repr6sentait au Congo le Roi-
Souverain. I1 administrait le territoire, y assurait l'ex6-
cution des actes du Gouvernement Central et y dirigeait
les services administratifs et militaires.
I1 6dictait des riglements de police et d'administration
publique, sanctionn6s par des peines (D1cret organique,
art. 7).
II poss6dait, en plus d'une delegation du Pouvoir Exz-
cutif, une delegation du Pouvoir Legislatif.
I1 pouvait, en cas d'urgence, edicter des ordonnances
agant force de loi et suspendre les decrets du Roi-Souverain.
I1 6tait assist par un Haut Commissaire, des Inspec-
teurs d' Etat, un Secrtiaire Gendral et des Directeurs (D6cret
du 3 juin 1906).
I1 existait divers Services : Justice, Transports, Marine








et Travaux Publics, Intendance, Agriculture et Industrie,
Travaux de Defense, Force Publique, Finances (Arret6
organique et Rgglement G6neral du 15 septembre 1896,
D6cret du 18 avril 1907).
Les actes du Gouvernement du Congo etaient publiCs
au Bulletin Officiel, paraissant A Bruxelles, et affiches aux
Commissariats des Districts (D6crets du 16 janvier 1886
et du 5 janvier 1899. Arret6 du Gouverneur G6enral
du 13 f6vrier 1899).
Le territoire 6tait divis4 en Districts (Arret6 du 10 octobre
1894, art. 3) ayant & leur tete des Commissaires nommbs
par le Roi-Souverain. Les districts pouvaient Utre divis6s
en zones, ayant h leur tete des chefs de zone. Districts et
zones pouvaient et 6taient souvent divis6s en Secteurs,
sous l'autorit6 des Chefs de Secteurs, et en Postes, com-
mand6s par des chefs de Poste.
Une vertu d'une tradition, la langue officielle de I'Etat
Ind6pendant du Congo 6tait le Francais. C'est en cette
langue qu'6taient publics les Decrets, les Ordonnances,
les Arretes, les reglements et les instructions. La corres-
pondance officielle se faisait en cette langue (1).
L'armee congolaise (la Force Publique) 6tait recrutee
parmi les Indigenes et 6tait conimand&e par des officers
et des sous-officiers blancs.
En 1907, l'effectif de l'armie comptait 14.000 hommes
et le cadre europ6en 441 hommes.
Le Gouverneur General pouvait proclamer temporaire-
ment l'dtat de siege, appel6 regime militaire special, si la

(1) Avant avril 1886, 6poque ou Camille Janssen devint Administra-
teur G6n6ral du Congo, l'Anglais 6tait, en quelque sorte la langue officielle.
La haute administration d'Afrique 6tait compose de fonctionnaires
anglais choisis par Stanley.
Sous I'administration de Stanley, du major Parminter et de Sir Francis
de Winton, les agents de nationalitM anglaise formaient le poyau du per-
sonnel. Les documents administratifs etaient traduits en Anglais. La
correspondence se faisait en Anglais. Les contracts etaient r6dig6s dans
cette langue. Des notions d'Anglais 6taient exigses des Belges d6sirant
servir au Congo.








s6curit6 publique 1'exigeait (D1cret du 22 d6cembre 1888
art. 25 A 28).
En vue d'assurer le maintien de l'ordre et de la tranquility
publique, tout agent de 1'Ftat, exercant un commandement
territorial, pouvait proc6der A I'arrestation et A la d6ten-
tion preventive des indigenes troublant ou menacant de
trouble l'ordre ou la tranquility (Decret du 3 juin 1906).
Un 'd6cret du 3 juin 1906 r6glementait les operations
de police et les operations militaires.
En vue d'assurer l'ex6cution de grands travaux, 1'Etat
levait, A c6t6 d'un contingent de soldats, un contingent de
travailleurs. Les deux contingents faisaient parties de la
force armee (d6cret du 3 juin 1906). En 1907, le nombre
de ces travailleurs s'l6evait A 2.550 hommes.

CHAPITRE III

LA POLITIQUE INDIGENE

Aux debuts, 1'Etat IndBpendant ne se faisait qu'une
idWe assez vague et assez confuse del'organisation fami-
liale, social et politique des populations du bassin du
Congo. Il s'en fit une representation plus rapproch6e
des r6alit6s, au course de ses dernieres ann6es.
Les populations indigdnes des districts, des zones, des
secteurs et des postes furent bient6t r6parties en chefferies
& la tUte desquelles se trouvaient des chefs indigenes.
Le decret du 30 avril 1889 cr6e une m6daille pour les
indigenes qui front preuve de loyaut6 et de devouement
l 1'6gard de 1'Etat.
Le decret du 6 octobre 1891 prevoit la creation de chef-
feries. Dans les regions dCtermin6es par le Gouverneur
General, les chefferies seront reconnues comme telles,
si les chefs sont confirms, par le Gouverneur G6enral ou
en son nom, dans I'autorite qui leur est attribute par ld
coutume (article 1).







Lors de l'investiture, il doit etre dress un tableau
indiquant le nom du village et sa situation exacte, les
noms des notables, le nombre des cases, le chiffre de la
population et les prestations a fournir en products (articles
3 et 4).
Les chefs indigines exercent leur autorit6 conformement
d la coutume, pourvu qu'elle ne soil pas contraire d l'ordre
public. Ils l'exercent conform6ment aux lois de I'ltat.
Ils sont places sous la surveillance et la direction des
commissaires de district. II appartient au Gouverneur
G6n6ral de r6gler, lorsqu'il y a lieu, les rapports des chefs
entire eux, ceux des chefs avec les indigines places sous
leur autorit6 et ceux du chef avec les autorit6s de 1'Iltat
(article 6).
Le decret du 29 janvier 1892 cr6a un service des residents.
Ces fonctionnaires representaient l'autorite de l'ttat
aupres des chefs indigenes et exergaient leurs attributions
dans les limits du territoire sur lequel s'6tendait l'autorit6
ou l'action du chef indigene (article 2). Ils 6taient nommes
par le Roi (article 2). I1 y avait des residents g6n6raux,
des residents de le, 2e et de 3e classes, assimil6s en grade
au Secr6taire G6enral et aux commissaires de le, 20 et
3e classes (article 5).
Les residents disparurent petit b petit, lorsque le pouvoir
des grands chefs eut Wt6 bris6.
D6jh, A cette 6poque, la politique indigene de 1'E5tat
Ind6pendant reconnaissait l'existence de diff6rentes soci6-
tds indigenes.
L'Arretg du 10 nooembre 1894 donna des instructions
g6ndrales en vue de l'ex6cution du d6cret du 6 octobre
1891 sur les chefferies indigenes.
Le Rapport de la Commission d'Enquete (Bulletin official,
1905) signal la situation constatie sur place et critique
les errements et les abus (voir Bulletin official, p. 203 A 205).
Le decret du 3 juin 1906 sur les chefferies imposa a tous
les indigenes du Congo de faire parties d'une chefferie
(article 1). La chefferie se composait d'un village ou de

52







plusieurs villages, places sous 1'autorit6 sup6rieure d'un
chef unique (article 2). Aucun membre d'une chefferie
ne pouvait sans l'autorisation express de son chef,
s'eloigner librement de la chefferie pour se fixer sur le
territoire d'une autre chefferie (article 5). Le chef exercait
son autorit6 conformdment d la coulume indigene, pourvu
qu'elle ne fut pas contraire d l'ordre public universal ni d
certaines lois europdennes (article 8).
Le chef 6tait responsible devant le commissaire de
district de la bonne conduite gen6rale de la chefferie, de
certaines notifications A son chef territorial, de la trans-
mission des ordres de l'autorit6 europeenne A ses gens,
etc. (1 article 4).
Des messagers, d6sign6s par 1'ttat servaient d'inter-
m6diaires entire les chefs indigenes et les fonctionnaires..
Un arrWtd du 16 aoilt 1906 et une circulaire de la m8me
date du gouverneur general donn6rent des directives en
vue de l'ex6cution du d6cret.
La circulaire r6vble les conceptions de 1'6poque sur les
soci6ets indigenes et la politique indigene.
, AprBs avoir critique la politique indigene deplorable
suivie souvent, en fait, en maintes regions, par de nombreux
fonctionnaires et principalement par les chefs de poste
et I'insuffisance des 6tudes faites au sujet des coutumes
et de 1'organisation politique indigene, consequences
inevitables du manque de preparation colonial s6rieuse
du personnel territorial et de l'absence A cette 6poque -
des connaissances scientifiques indispensables sur les
populations indigenes de l'Afrique Noire, elle dit notam-
ment :
c Le d6cret consacre done d6finitivement l'existence,
A c6t6 du droit 6crit, d'un droit coulumier indigene.
SL'importance qu'il lui accord donne un int6ret
nouveau a la connaissance de la coutume et 1'6tude de
celle-ci doit continue A se poursuivre avec plus d'activit6
que pr6c6demment.
SIi n'est pas A m6connaltre, en effet, que jusqu'A








present cette 6tude, qui est d'ailleurs tres ardue et
tres complex, n'a pas produit tous les r6sultats qu'on
aurait pu attendre d'une collaboration g6ndrale en cette
matiere de tous les fonctionnaires de l'itat.
Il imported que chacune de ces autorites s'emploie
A determiner les coutumes des diff6rentes tribus disse-
min6es dans les territoires oi s'exerce leur action. Si
chacune d'elles, dans la sphere sp6ciale de ses connais-
sances, dirige son 6tude vers l'organisation de la tribu,
il n'est pas douteux que ce travail produira des r6sultats
f6conds. )
L'RItat Ind6pendant du Congo 6tait arrive, en 1906,
a la conclusion qu'il fallait administer les societds indigenes
sur le plan de la tribu, par I'interindiaire des gouvernants
indigenes traditionnels, conformement au droit coutumier
indigene, dans les limits oi ce droit n'6tait contraire ni
a l'ordre public congolais ni a certaines dispositions 16gales.
L'Itat 6tait incontestablement, a cette 6poque, partisan
d'une politique d'administration indirecte, respectueuse
du droit coutumier indigene.
Sa politique indigene, tout en reconnaissant, d'une part,
la n6cessit6 d'organiser et d'administrer les chefferies
indigenes sur la base de la coutume, c6dait, d'autre part,
A l'illusion de 1'assimilation rapide et facile des populations
indigenes.
La 16gislation de 1'Itat Ind6pendant avait divis6 les
indigenes du Congo en deux categories : les indigenes
non immatriculds, r6gis par leurs coutumes, pour autant
que celles-ci n'&taient contraires ni & l'ordre public con-
golais ni aux lois les concernant et les indigtnes immatri-
cules, inscrits dans des registres sp6ciaux, tenus dans les
bureaux d'6tat civil, r6gis par le droit civil congolais.
Ces measures n'avaient toutefois guere WtB appliques
et existaient plus sur le paper que dans le monde des
r6alit6s.
Les immatricul6s pouvaient adopter un nouveau nom.
Is 6taient census avoir abandonn6, en ce qui concern








la vie de famille, les coutumes indigines et avoir adopt
un genre de vie, en conformity avec les principles du droit
civil congolais, l6abor6 par les juristes de l'Itat, sur la
base des principles du Code Napoleon (code civil, liv. I,
art. 34 & 41 et arrWt6 du gouverneur g6n6ral du 18 mai 1900).

*

Il existait, du temps de l'Itat Ind6pendant, des tri-
bunaux indigdnes, jugeant selon la coutume.

**

Nous donnerons quelques indications sur I'attitude
adopt6e par I'ttat vis-a-vis des terres indigenes, en parlant
de sa politique dconomique et de sa politique fonciere.
L'Itat entendait respecter et prot6ger les terres indigenes
(ordonnance de 1'Administrateur G6n6ral du Congo du
1 juillet 1885, art. 2).
Ces terres 6taient r6gies par les coutumes et les usages
locaux (d6crets du 22 aofit 1885, du 14 septembre 1886,
du 17 d6cembre 1886 et du 5 d6cembre 1892).
Le decret du 3 juin 1906 et les instructions du 8 sep-
tembre 1906 d6terminaient ce qu'il fallait entendre par
terres occupies par les indigenes.
Ces terres 6taient celles que les indigenes, vivant sous
l'autorit6 de leurs chefs, habitaient, cultivaient ou exploi-
talent d'une maniere quelconque.
Pour 1'Ptat Ind6pendant qui avait estim6 necessaire
de 16gif6rer avant d'avoir pu 6tudier la situation sur place
il existait au Congo de vastes superficies de terres
vacantes (appartenant Ah 1'tat) et de plus petites super-
ficies de terres indigines (appartenant aux groupements
indigenes.)
**

La 16gislation de 1'1tat, comme celle de tous les pays
coloniaux de 1'6poque, prot6geait et r6glementait le travail








des Indigenes au service des non-indigenes, en vue de
prevenir des abus de la part des eniployeurs et de d6ter-
miner les obligations des engages.
Le contract de travail entire Indigenes et Inon-ndigenes
6tait r6gi par le d6cret du 8 novembre 1888. En vue de
sauvegarder les droits des Indighnes, des fonctionnaires
devaient intervenir dans la r6daction des contracts ou y
apposer leur visa (Arrat6 du 1 novembre 1898).
Les Indigenes ne pouvaient s'engager qu'a temps ou
pour une entreprise d6termin6e (Code Civil Congolais,
live III, art. 428) : au maximum Ipour sept ans pour les
adults (D6cret de 1888, art. 3) et au maximum pour
deux ou trois ans pour les enfants de moins de quatorze
ans (Decret du 3 juin 1906). Le salaire pouvait etre stipul6
en nature.
Des p6nalit6s sanctionnaient les obligations des deux
parties. Le contract pouvait etre r6sili6 par les tribunaux,
si les indighnes 6taient l'objet de mauvais traitements.
En vue d'assurer une protection efficace des Indigenes,
les officers du Ministere public (Procureur G6n6ral,
Procureurs d'Etat, Substituts), pouvaient agir, par voie
d'action en justice, au nom et dans l'int6ert des Indigenes.
Un contr6le Ctait organism sur le recrutement des porteurs
et des travailleurs par des capital (d6crets du 12 mars et
du 19 novembre 1889; arrWt6 du 1 janvier 1890).

*

L'Etat Ind6pendant avait cr66 des colonies d'enfants,
ofi talent recueillies les victims de la traite des esclaves,
lib6rees par les fonctionnaires de l'Etat, les orphelins et
les enfants abandonn6s, nombreux apres les expeditions
de traite, les expeditions punitives ou les guerres inter-
tribales (D6cret du 12 juillet 1890). Us y recevaientune
preparation militaire, agricole 'et professionnelle. On s'effor-
gait d'en faire des soldats ou des travailleurs libres (RBgle-
ment du Gouverneur G6n6ral du 23 avril 1898).








Les enfants de ces Colonies restaient sous la tutelle de
l'9tat, c'est-A-dire a son service, jusqu'A 21 ans (d6crets
du 12 juillet 1890 et du 3 juin 1906 ; Arret6 du 24 novem-
bre 1906).
Lors de la foundation de 1'Ittat, un certain nombre de
missionnaires protestants 6taient d6jA 6tablis au Congo.
Les missionnaires catholiques s'y installerent dans la suite.
L'dducation des enfants indigenes 6tait confide aux
missions religieuses, catholiques et protestantes (d&cret du
4 mars 1892). Les colonies agricoles et professionnelles
d'enfants, organises par elles, 6taient soumises a l'inspec-
tion de l'Etat (Arrete du 3 aofit 1892). Les missions exer-
caient la tutelle sur les enfants (gargons et filles), recueillis
par elles, jusqu'A 21 ans (Rapport de la Commission
d'enquete du 30 octobre 1905, Bulletin official, 1905, p.
245 et suiv. ; Rapport pour 1907, Bulletin official p. 238-
239 ; Cattier : Itude sur la situation de l'Itat Ind6pen-
dant du Congo, Bruxelles-Paris, 1906, p. 277 et suiv.)
A la suite d'une convention conclue entire l'Etat et le Saint
Sidge, en 1906, les missions devaient assurer l'enseignement,
moyennant certaines concessions de terres, leur accord6es
par 1'lTtat, (d6cret du 26 mai 1906).

**

La politique indigene 6tait en relations forces avec la
politique 6conomique, la politique fonciere et la politique
financidre.
La politique 6conomique et la politique financiere de
l'ttat aboutirent a des prestations en travail ou en nature,
imposes aux populations indigenes, d tilre de paiement
de l'imp6t, qui donnerent lieu A de nombreux abus.
La politique fonciere, inspire par des considerations
6conomiques et financibres, l'amena A augmenter l'esti-
mation des superficies des terres vacantes, et A restreindre
celle des superficies des terres indigenes.








CHAPITRE IV

LA POLITIQUE tCONOMIQUE

L'exploration, 1'occupation, la pacification et 1'organi-
sation d'un pays aussi 6tendu que celui de 1'I tat Ind6pen-
dant du Congo exigeaient des depenses importantes.
Le premier budget de 1'Etat, celui de 1886, privoyait
des depenses se montant a 2.100.000 francs, mais n'indi-
quait aucune recette.
Jusqu'en 1890, le Roi LUopold paya les d6penses au
moyen de sa caisse privee. Ses resources apparurent
bient6t insuffisantes pour achever 1'oeuvre commence.
Le Roi, qui avait fait connaltre publiquement, le 5
aofit 1889, qu'il transmettait, par testament, le Congo
A la Belgique, s'adressa & cette dernibre, en vue d'en
'obtenir une aide financiere pour le nouvel ttat. La Bel-
gique consentit, le 3 juillet 1890, a 1'Etat Ind6pendant,
un pret de 25.000.000 de francs, don't 5.000.000 6taient
payables imm6diatement et 2.000.000 devaient Utre pays
annuellement durant dix ans (loi belge du 4 aofit 1890).
Mais les besoins du nouvel tat augmenterent rapide-
ment, notamment lors des guerres contre les Arabes et
les Madhistes et lors des expeditions vers le Nil.
On n'avait guere-confiance, en Belgique, A cette 6poque,
dans le Congo et le monde financier, industrial ou commer-
cant n'osait guere s'y int6resser.
Cette situation amena. le Gouvernement de 1'itat
Ind6pendant A& laborer une nouvelle politique dconomique,
susceptible de lui procurer, A breve 6ch6ance, les recettes
don't il manquait et don't il avait un besoin urgent.
Elle aboutit a 1'imposition aux indigines d'impdts
payables en nature caoutchoucc), ou en travail. La conse-
quence en fut 1'exploltalion direct par l'tlat, sur de vastes
regions, de terres considerees comme vacantes, et dbs
lors comme lui appartenant et la cession, ou la concession
de tastes territoires d un petit nombre de socrites commer-








ciales, ou d'organismes comme le Comit6 du Sp6cial du
Katanga dans lesquels l'6tat se reservait une participa-
tion importance.
Une trbs grande parties du Congo fut soustraite au
commerce libre, soit qu'elle appartint au domaine national
(domaine priv6 sensu stricto, soit qu'elle fut provisoire-
ment reserve.
L'Etat obtint, grace a une exploitation en rigie, tous
les products caoutchoucc, ivoire, etc...) du domaine
national.
Les populations indigenes, au lieu de payer un imp6t
en argent, ce qui eut Wt6 impossible A cette 6poque,
faute de revenues en argent chez celles-ci, 6taient
astreintes A fournir du travail ou des prestations en nature
(surtout du caoutchouc).
Cette politique semble avoir 6tb inspire plus ou moins
par le systeme des cultures des colonies hollandaises et
par la politique applique en Amerique du Nord (Etats-
Unis et Canada) consistent a favoriser la construction
de chemins de fer en c6dant ou en conc6dant de vastes
territoires.
Int6ressant en quelque sorte chacun des Europ6ens
se trouvant au Congo, a la production du caoutchouc,
par l'attribution de primes, de recompenses ou d'une
promotion, elle devait n6cessairement aboutir a 1'exploi-
tation des populations indigenes, au b6nefice de 1'Etat
et de quelques soci6t6s ou organismes concessionnaires.
Elle suscita, non seulement en Belgique mais aussi A
1'6tranger, une violent champagne centre l'Etat Indi-
pendant.
Partout oh une semblable politique a 6t6 adopt6e par
les Etats colonisateurs, elle a about aux mbmes regret-
tables abus.
Un gouvernement colonial ne peut efficacement proteger
les populations indigenes et defendre leurs droits et Ieurs
interits, s'il est directement intdresse d l'exploitation dcono-
mique et s'il y associe ses fonctionnaires. C'est la conclusion








qui se degage de l'etude de la politique des divers 6tats
colonisateurs.
La politique 6conomique de l'Etat Ind6pendant du
Congo souleva de violentes critiques dans le monde des
affaires de 1'6poque. Albert Thys, qui fut officer d'ordon-
nance du Roi Ldopold II et un de ses meilleurs collabora-
teurs d6fendit toujours la decentralisation et la liberty
commercial. I1 demeura jusqu'au bout adversaire des
monopoles, du travail force et des prestations en nature.
L'Etat Ind6pendant a facility et favoris6 l'6tablissement
de lignes de chemin de fer et de maintes entreprises. C'est
du temps de 'PEtat Ind6pendant que l'on cr6a le chemin
de fer de Matadi a LUopoldville, les chemins de fer des
Grands Lacs, les chemins de fer du Katanga au Bas-Congo.
C'est 6galement au temps de l'Etat Ind6pendant que I'on
constitua la Compagnie du Congo pour le Commerce
et l'Industrie, la Societ& Anonyme Belge pour le Commerce
du Haut Congo, la Compagnie des: Produits du Congo,
la Compagnie du Lomami, la Compagnie du Katanga,
le Comit6 Special du Katanga, la R1gie des Mines de
Kilo-Moto, 1'Union MiniBre du Haut Katanga, la For-
miniere, la Citas et l'Intertropical Anglo-Belgian Trading
Cy.
L']etat Ind6pendant s'int6ressa a 1'6tude du sol, du
sous-sol, des eaux, de la faune, et de la flore. II fit proc6der
A des essais dans le domaine de agriculture et dans celui
de 1'6levage.
Si, en 1889, les exportations du Congo 6taient peu im-
portantes, elles augmenterent, dans la suite consid6rable-
ment.
En 1890, on exportait du Congo 6.629 To. de noix
palmistes, 2.303 To. d'huile de palme, 1.716 Kg. de copal,
123 To. de caoutchouc, 46 To. de caf6, 23 To. de sesame,
180 To. d'ivoire.
On en exportait, en 1905, 5.046 To. de noix palmistes,
1.922 To. d'huile de palme, 845 To. de copal, 4.861 To.
de caoutchouc, 267 To. de coton, 194 To. de cacao, 107








To. de cafe, 33 To. de riz, 8 To. de minerals d'6tain, 146
Kg. d'or, 1 To. de peaux, 210 To. d'ivoire.
L'Ptat Inddpendant et les Societes coloniales gagn6rent
assez bien d'argent, au course des dernieres annees, grace
a la mise en valeur du pays.
Le budget ordinaire de 1'ITtat pr6voyait, pour 1895,
6.004.764 fr. de recettes.et 7.370.939 fr. de d6penses.
Celui de 1900 pr&voyait 26.256.500 fr. de recettes et
27.731.254 fr. de d6penses.
Celui de 1905 pr6voyait 29.936.650 fr. de recettes et
29.936.650 fr. de d6penses.
Pour donner une idWe des affaires r6alisees par les
companies coloniales,inous donnons, ci-dessous, quelques
chiffres se rapportant a la Compagnie du Congo pour le
Commerce et 1'Industrie, la plus ancienne des sociBt6s
coloniales, fondue par Albert Thys, le 27 d6cembre 1886,
au capital de 1 million de francs, r6uni par deux cent
quatre-vingts souscripteurs, don't les participation va-
riaient de 15.000 fr. a 500 fr.
Selon les declarations du g6n6ral'Thys, faites le 18
d6cembre 1911 (trois annees environ apres la reprise du
Congo par la Belgique), a l'occasion du XXVe anniver-
saire de cette compagnie, pour un capital qui n'avait
jamais d6pass6 42.500.000 fr. rembours6 par des pr6-
l6vements sur les b6ndfices a concurrence de 6.205.000:
fr. le capital demeurant invest a cette date repr6sen-
tant 37.500.000 fr., (capital appartenant a la Compagnie
ou a ses filiales), il avait Wte constitu6, des debuts A cette
date, des reserves 16gales ou sp6ciales de 9.462.090 fr.
II avait Wte distribu6 aux actionnaires, sous forme d'int6-
rats et de dividends 94.072.000 fr. et consacr6 a des
entreprises utiles pour le personnel blanc ou noir, ou a
des oeuvres philanthropiques ou de propaganda 2.210.000
fr.
Depuis leur constitution, ces soci6t6s avaient passe
des commander, presque toutes a l'industrie belge, pour
plus de 60.000.000 fr., pay6 a leur personnel de direction








et de gestion, tant en Europe 'qu'en Afrique, plus de
50.000.000 fr., pay6 A des companies belges de navigation
ou d'assurances plus de 25.000.000 fr., vendu sur le march
d'Anvers des products africains d'une valeur de plus de
60.000.000 fr. et pay6 & leur personnel noir d'Afrique des
salaires consid6rables, s'61evant pour la seule Compagnie
du chemin de fer du Congo, A plus de 28.000.000 fr.

*

L'exploitation des richesses du Congo se faisail soil par
I' lat lui-meme, soil par de grande socitbds concessionnaires,
pourvues de privileges el de monopoles dans lesquelles
l'Ptat detail souvent intlress6.
Ce syst6me assurant A l'Etat une participation
important dans l'exploitation 6conomique du pays -
subordonnant en quelque sorte toutes les activities de
1'Etat au rendement Bconomique,sauvegardait ses interels
financiers, mais tenait insuffisamment compete des pres-
criptions de l'Acte de Berlin sur la liberal du commerce
dans le bassin du Congo.
II rendait difficiles et malais6es la sauvegarde et la protec-
tion des droils et des inlfrels l gitimes des indighnes et
l'ainmlioration de leurs conditions morales et materielles
d'existence (1).
II 6tait de nature a susciter, et a suscit6, de nombreux
errements et de nombreux abus.





(1) Voir :
CATTIEn, F. Etude sur la situation de I'itat Ind6pendant du Congo,
Paris-Bruxelles, 1906.
NYs. Les Droits de l'8tat Ind6pendant du Congo dans Revue de
Droit International, 1903.
ROLIN. La Question Coloniale, dans Revue de 1'Universit6, 1905-1906.









CHAPITRE V

LA POLITIQUE FONCIERE ET MINIERE

Exposons,en quelques mots, le regime des terres et des
mines de l'ltat Ind6pendant du Congo.
Nul n'avait le droit d'occuper, sans titre, les terres
vacantes, ni de d6posseder les Indigenes des terres qu'ils
occupaient. Les terres vacantes appartenaient a 1'Etat
(ordonnance de 1'Administrateur G6n6ral du Congo du
1 juillet 1885, art. 2).
Les terres occupies par les Indigenes, sous l'autorite de
leurs chefs, 6taient r6gies par les coutumes et les usages
locaux (D6crets du 22 aofit 1885, du 14 septembre 1886,
art. 2, du 17 d6cembre 1886 et du 5 d6cembre 1892).
Etaient r6put6es occupies par les Indigenes, les terres
que ceux-ci habitaient, cultivaient ou exploitaient d'une
maniere quelconque (d6cret du 3 juin 1906, instructions
du Gouverneur G6n6ral du 8 septembre 1906). Le gouver-
nement local pouvait attribuer A chaque village une
superficie de terres triple de celle des habitations et des
cultures (d6cret du 3 juin 1906).
L'EItat avait acquis, sur tout le territoire delimit6 par
l'Acte de Berlin et par les conventions avec les puissances
poss6dant les colonies voisines, en plus de la souverainet6,
la propridtI de toutes les terres, en dehors de celles appar-
tenant aux Indigenes et aux non Indigbnes.
Si la situation semblait claire, en droit, elle donnait
lieu, dans la pratique h de nombreuses controversies, car
il 6tait souvent difficile de determiner si une terre 6tait
occup6e non-vacante et non propriWtt de l']tat ou si elle
6tait inoccupde, vacant et proprietd de 1'Etat.
Si, dans les conceptions de 1'tat, quelques terres
seulement 6taient des terres indigenes, dans les conceptions
des Indigenes, toutes les terres de leurs chefferies (terres
de culture, de chasse ou de recolte) etaient des terres
indigenes.









Le problIme des terres pr6sentait, du point de vue
6conomique et commercial, un int6ret considerable : les
products, tels que le caoutchouc ou l'ivoire, constituent
les principles richesses du Congo A cette 6poque, appar-
tenaient h 1'tat et ne pouvaient etre vendus par les
Indigenes aux soci6t6s commercials, s'ils provenaient
des terres vacantes ; ils appartenaient aux Indigenes et
pouvaient 8tre vendus par eux aux soci6t6s commercials,
s'ils provenaient des terres indigenes. Les intersts en jeu
incitaient l'itat A 6tendre la superficie des terres vacantes
et a restreindre celle des terres indigenes, et les societ6s A
restreindre la superficie des terres vacantes et ha tendre
celle des terres indigenes.
L'Itat Ind6pendant poss6dait un domaine public,
constitu6 par les fleuves, les rivibres, les routes, les
bitiments affects aux services publics (d6cret du 9 aout
1893, art. 17, etc.). I1 pouvait y 6tablir des pages et des
taxes de transport.
I1 poss6dait 6galement un domain privo. On distinguait
le domaine privd sensu lato, le domaine prive sensu strict
(le domaine national) et le domaine de la Couronne.
Le domaine privd sensu lato comprenait toutes les terres
vacantes le 1 juillet 1885 et non c6d6es ou concedes
ulterieurement, conform6ment a I'ordonnance de 1'Ad-
ministrateur G6n6ral du 1 juillet 1885.
L'E tat r6serva, au d6but, au commerce libre I'exploi-
tation du caoutchouc, sur certaines terres du domaine
priv6, ou en conc6da la jouissance moyennant certaines
conditions (d6crets du 17 octobre 1889 et du 30 octobre
1892).
II donna certaines autres parties du domaine priv6
d bail, pour un terme plus ou moins long (terres A usage
philanthropique, agricole ou commercial) (d6crets du
9 aofit 1893, du 2 f6vrier 1898 ; ArrWte du 3 f6vrier 1898).
11 conceda enfin d'autres parties du domaine priv6,
pour l'exploitation du caoutchouc, A des societes commer-
ciales.









Dans les premiers temps, 1'Etat autorisait les societ6s
A acheter sur place le caoutchouc i tous les indigenes pour
le revendre A Anvers.
Dans la suite, l'ltat se r6serva la r6colte du caoutchouc
et de l'ivoire, sur certain territoires (decret du 21 sep-
tembre 1891).
Un grave 'onflit 6clata entire l'tat et les socidtds com-
merciales.
II se terminal par une transaction (d6cret du 30 octobre
1892).
A partir de cette 6poque, on peut distinguer, au Congo,
trois zones : une premiere zone est reservee au commerce
libre ; une deuxieme zone est provisoirement reserve ;
une troisieme zone constitute un domain national (domaine
priv6 sensu stricto.
L'Etat s'6tait r6serv6, pour une exploitation en regie,
tous les products caoutchoucc, ivoire, etc...) du domaine
national (d6crets du 20 octobre 1892, du 5 d6cembre
1902 et du 3 juin 1906).
Le domaine national 6tait g6r6 par un conseil de 6
membres, nomm6s pour dix ans, par le Chef de 1'~Etat.
Les products de ce domaine 6taient r6colt6s, au moyen
de corvges, imposes aux indigenes, d titre de pavement
de l'impdt.
Les corv6es ne pouvaient imposer aux indigenes des
travaux don't la dur6e d6passait 40 heures par mois.
Elles devaient 8tre r6mun6r6es au taux des salaires locaux
La commission d'enquete de 1905 a r6v616 ce que le
systbme 6tait souvent en pratique. Le revenue net du
domaine national 6tait vers6 au budget ordinaire de 1'tat,
aux fins de combler le deficit. En cas d'exc6dent, celui-ci
6tait partag6 de la facon suivante : un cinquieme 6tait
affect a rembourser les avances consenties par la Belgique
au Congo ; un deuxieme cinquieme 6tait affect a con-
stituer un fonds de reserve ; les trois autres cinquiemes
6taient affects a des buts d'utilit6 publique defensee








national, enseignement, hygiene, formation du personnel
colonial, etc...) (d6cret du 3 juin 1906).
Aucune alienation du domaine 'national ne pouvait
se faire que dans l'interet g6n6ral et que moyennant
compensation. Toute alienation exigeait I'autorisation
du conseil du domaine national.
Le domaine de la Couronne, constitu6 par les d6crets
du 8 mars 1896 et du 23 decembre 1901, comprenait les
terres vacantes de vastes territoires, des mines non encore
expioitees, des biens et des valeurs, qu'il pouvait acqu6rir
A titre gratuit ou on6reux.
II possCdait la personnalit6 civil.
II 6tait administr6 par un comit6 de trois membres.
Ceux-ci 6taient d6sign6s par le Roi-Souverain. Is devaient
se recruter, dans l'avenir, par cooptation (d6cret du 22
juillet 1904).
En dehors d'alienations importantes, faites A des com-
pagnies cessionnaires ou conedssionnaires de terres, par
des conventions particulidres, toute cession de terres 6tait
soumise A certaines formalites.
Celles-ci exigeaient 1'intervention d'une commission
des terres (d6cret du 2 f6vrier 1898). Cette commission
examinait si les terres demand6es Btaient disponibles,
s'il n'existait sur elles aucun droit d'exploitation ou autre
au profit de tiers et si elles ne devaient, pas Utre r6serv6es,
soit pour des besoins d'utilit6 publique, soit en vue de
permettre le dUveloppement des cultures indigenes.
Le gouvernement central statuait, par d6cret, sur avis
de la commission des terres et du Gouverneur G6n6ral.
Les actes d'acquisition ou de transfer 6taient enregistres
dans un livre foncier, conserve par un fonctionnaire
public (d6cret du 14 septembre 1886, arrWt6 du 8 novembre
1886), selon les principles de l'acl Torrens, principles adopts
dans maintes colonies.
Le territoire 6tait divis6 en treize circonscriptions
foncidres.
**









La propriety des mines appartenait & 1'Etat.
L'Etat pouvait soit les exploiter lui-meme soit les
conceder.
Toute concession de mines 6tait limited A 99 ans et
soumise A des conditions et A des redevances.
En r6mun6ration de la concession, l'Etat recevait
souvent une participation liberde dans le capital de la
socided concessionnaire. Celle-ci repr6sentait soit un tiers soit
la moitid du capital.
**

L'Etat Ind6pendant ne s'est jamais montr6 tres favo-
rable A la colonisation libre ni A l'installation de colons.
Ii se rendait compete que le Congo n'6tait pas une colonic
de peuplement et que les colons n'y avaient que des
perspectives d'avenir assez limitees. II voulait, sans doute
aussi carter des champs de ses propres exploitations et
de ceux des societ6s concessionnaires d'6ventuels .con-
currents.

CHAPITRE VI

LA POLITIQUE DES TRANSPORTS ET DES
COMMUNICATIONS

L'Itat Ind6pendant 6tait convaincu, des les debuts
de la n6cessit6 d'am6liorer, au Congo, les transports et
les communications tant du point de vue iconomique
que du point de vue politique. A ces fins, il se preoccupa
de la construction d'un chemin de fer entire Matadi et le
Stanley Pool, de celle d'un chemin de fer au Mayumbe
et de celle de chemins de fer dans le Haut Congo. Il organisa
des transports automobiles dans le Haut Congo.
Un service de transports par bateaux belges fut assure,
a partir de 1895, entire Matadi et Anvers.
Les ports de Banana, de Boma et de Matadi furent
am6nag6s.








L'Etat institua des commissaires inaritimes. II organisa
un service de pilotage et une Marine d'ltat.La navigation
s'dtendit sur plus de 15.000 km. Elle utilisait des bateaux
de tonnages divers et des pirogues. Des measures de police
assuraient la r6gularit6 et la s6curit6 de la navigation,
A 'entr6e du fleuve et sur les parties principles de son
course (d6crets et arret6s des 26 avril et 7 d6cembre 1887,
du 5 aodt 1888, du 26 novembre 1891, du 1 mai 1892, du
14 janvier 1893, du 2 janvier 1894, du 20 avril 1899, etc...).
L'Etat Ind6pendant organisa un Service des Posies,
par d6cret du 16 septembre 1885.
Un riseau tdligraphique et un' rseau teliphonique furent
6tablis, au Congo, dis 1893.
L'Etat Ind6pendant n'ignorait pas que seuls des trans-
ports a bon march pourraient assurer un avenir 6cono-
mique au pays.
Mais, pour organiser ces transports, il fallait des capi-
taux qu'il ne poss6dait pas, et il dut leur offrir des avan-
tages au prorata des risques de 1'6poque.

CHAPITRE VII

LA POLITIQUE EN MATIERE D'HYGIENE
ET D'ASSISTANCE MEDICAL

LUopold II se pr6occupait beaucoup des questions
d'hygiene et de mddecine tropical.
Un des premiers budgets de I'Etat Ind6pendant, celui
pour 1893, approuv6 par le d6cret du 3 d6cembre 1892,
pr6voyait d6ja des d6penses pour le service de l'hygiene.
La Croix Rouge africaine et des institutions hospita-
lieres et philanthropiques accueillaient les malades revenant
du Congo et 6tudiaient la pathologies des regions 6quato-
riales et tropicales, en vue de combattre les maladies et
les 6pid6mies (notamment la maladie du sommeil).
Des medecins, installs dans les centre europ6ens et
dans certain postes de l'int6rieur, soignaient, au Congo,
les malades europeens et les malades indigenes.







CHAPITRE VIII


LA POLITIQUE A L'EGARD DES MISSIONS

Lors de la foundation de l'Etat Ind6pendant du Congo,
un certain nombre de missionnaires protestants(anglais
et scandinaves) 6taient d6eja tablis sur les rives du Congo.
C'est au missionnaire protestant, le docteur David
Livingstone, que l'on doit, en 1854, la d6couverte du lac
Dilolo, du Haut Kasai et du Haut Kwango et en 1870
celle des rives du Lualaba ou Haut Congo, a Nyangwe
(district du Maniema). II explore les lacs Tanganyka,
Moero et Bangwelo (1868) et signal les gisements miniers
du Katanga.
Georges Grenfell, naviguant a bord de son petit vapeur
Peace lanc6 sur le Stanley-Pool en 1884, d6couvrit
l'Ubangi, explore 1'Ikelemba, la Mongala, le Rubi, le
Lomami, le Kasai et le Kwango.
Le docteur Sims, accompagnant au Congo en 1882 la
SLivingstone Inland Mission a r6sida a LUopoldville et
a Matadi et se d6voua pendant quarante ans au service
des Europ6ens et des Indigenes.
En septembre 1880, le Saint Siege cr6a les Missions
du Haut-Congo Septentrional et Meridional.
En 1886, deux missions catholiques de religieux fran-
cais sont 6tablies au confluent du Congo et du Kasai;
sur la rive droite, des Peres Blancs ; sur la rive gauche
des Peres du Saint Esprit.
Leopold II demand aux congregations religieuses
tlablies en Belgique de collaborer a 1'evangelisation du
Congo et a l'education et a 1'instruction des enfants indigenes.
Diverses congregations, installkes en Belgique, ne tar-
d6rent pas A s'installer au Congo : Peres Blancs (Mission-
naires d'Afrique), Peres de Scheut (1888), Sceurs de
Charity de Gand (1892), Peres J6suites (1893), Peres
Trappistes, Soeurs Franciscaines, missionnaires de Marie









(1896), Pretres du Sacr6 Cceur (1898), Sceurs du Saint
Sang (1898), Peres de Mill Hill (1906), etc...
L'dducation des enfants indigdnes fut confine par l'itat
aux missions religieuses, catholiques el protestantes (d6cret
du 4 mars 1892). Les missions exercaient la tutelle sur les
enfants recueillis dans les colonies d'enfants.
En vertu d'une convention, conclue entire l'ltat et le
Saint Siege, en 1906, les missions :s'engageaient a donner
un enseignement aux enfants indigenes, moyennant cer-
taines concessions de terres, accord6es par l'Etat (decret
du 26 mai 1906).
Le Rapport de l'Etat de 1907 (Bulletin official 1907,
p. 230 et suiv.) done la liste des congregations 6tablies
et 6numbre leurs 6tablissements religieux, agricoles,hospi-
taliers et d'enseignement.
Les Missions catholiques belges publiaient, A cette
6poque, un journal :,' Le Mouvement des Missions Catho-
liques au Congo .
L'Etat Ind6pendant du Congo entendait, dBs les debuts,
favoriser et faciliter 1'6vangl6isation chr6tienne et orga-
niser l'instruction des Indigenes avec l'assistance des
missions.
Leopold 6tait le Roi d'un pays don't la grande majority
des habitants 6tait de religion chr6tienne et il 6tait lui
meme chretien pratiquant.

CHAPITRE IX

LA POLITIQUE FINANCIERE

Comme il a Wt6 signal ci-dessus, dans le chapitre
consacr6 & la politique 6conomique, 1'Etat Ind6pendant
avait A faire face a de grandes dipenses, sans avoir de
recettes importantes.
Les d6penses des premieres ann6es, n6cessaires A 1'ex-
ploration, a la pacification et a l'occupation du pays
furent supporters par la caisse privee de Leopold II.








Les d6penses de l'Etat augmentant sans cesse, aprBs
l'emprunt de 25.000.000 fr. obtenu par lui de la Belgique,
le 3 juillet 1890, notamment a 1'6poque des guerres
contre les Arabes et centre les Madhistes, sans qu'il fut
possible de trouver des resources nouvelles, l'administra-
tion central de 1'Etat, A Bruxelles, l6abora le plan d'une
nouvelle politique financi&re, susceptible d'assurer, d br~ve
echdance, des recettes nouvelles au Tresor Congolais. *
Elle impliquait 1'imposition de prestations en travail
ou en nature aux populations indigenes, l'exploitation
par l'Etat, en r6gie de vastes regions et la concession
d'immenses territoires a des soci6t6s ou a des organismes
cessionnaires de terres, dans lesquels l'ttat se r6servait
une participation important.
Les recettes pr6vues aux budgets, pratiquement inexis-
tantes en 1886, monterent successivement, de 5.440.681
fr. en 1893, a 6.004.746 fr. en 1895, a 26.256.500 fr. en
1900 et & 29.936.650 fr. en 1905.
**
Les budgets de 1'Etat Ind6pendant 6taient arretes et
approuv6s par Decret et publiCs tous les ans au Bulletin
Officiel.
Les receltes ordinaires de 1'ttat provenaient de la vente
et de la location de terres, de la concession de certaines
exploitations et de participation dans d'autres, des
douanes, des impositions directed et personnelles frappant
les particuliers et les societ6s, de l'imp6t indigene, de
certain droits d'enregistrement, de patente, de chancel-
lerie, de licence, de recettes judiciaires, de taxes postales
et de transport, etc...
Les depenses ordinaires comprenaient les traitements
du personnel central et local, les d6penses de la Force
Publique et de la Marine, du Service Sanitaire, des Tra-
vaux Publics, des Missions et des Etablissements d'in-
struction, de l'Agriculture, de la Dette Publique, des
Postes, de la Navigation, de la Justice, des Cultes.








Les plus fortes recettes provenaient de l'exploitation du
domaine de l'ftat et des impdts pays en nature par les
Indigenes.
Dans le budget de 1908, ces recettes atteignaient
16.100.000 fr., les douanes 6.750.000 fr., les transports
et les participation diverse de i'Itat 6.200.000 fr. et le
product du portefeuille 4.300.000 fr. (Bulletin Officiel, 1908).
sur un total de recettes d'environ 35.000.000 fr.

**
L'impot indigene variait de 6 a 24 fr. par an, par Indigene
adulte et valide (d6cret du 8 novembre 1903, d6cret du
3 juin 1906). II 6tait payable en travail et en products, vu
l'absence de num6raire. Les travaux et les products, par
lesquels les Indigenes devaient s'acquitter de l'imp6t,
6taient d6termin6s par les commissaires de district. Le
temps de travail, correspondent a 1'impot, ne pouvait
d6passer 40 heures par mois. Le recouvrement de l'impdt
6tait assure par intervention des agents de l'1tat ou celle
des chefs indigenes.
A la suite des nombreux abus, signals par la commission
d'enquete, ayant'examin6 la situation sur place de sep-
tembre 1904 a mars 1905, il fut d6fendu aux socidtis
commercials, A certain agents noirs, A des capitas ou A
des sentinelles armies de participer A la perception des
impdts (d6cret du 3 juin 1906).
L'imp6t pouvait etre fix6 par individu ou par group.
L'imp6t individual devait cependant, dans les conceptions
de 1'Itat, se substituer partout A l'impdt collectif, ce
dernier 6tant appel6 a disparaltre, au fur et a measure de
I'6tablissement de r6les individuals, sur la base des recen-
sements (d6cret du 3 juin 1906 et Instructions du 8
septembre 1906).
Les Indigbnes recevaient une rdmuneration en change
de leurs products ou de leur travail. Is pouvaient A ces
fins choisir des marchandises dans les magasins de 1'P~tat
(decret du 3 juin 1906).









L'Etat esp6rait fair naltre ainsi chez les indigenes le
Sgott du travail >).
En cas de non pavement de I'impot par les Indigenes,
I'Etat pouvait soit poursuivre le recouvrement de l'imp6t
sur leurs biens moyen tout A fait illusoire soit exercer
la contrainte. Celle-ci consistait en une detention, avec
travail force : la legislation r6glait la duroe du travail,
le lieu de detention, etc... (d6cret du 3 juin 1906). Des
peines 6taient prevues centre les chefs indigenes, qui
refusaient ou n6gligeaient d'assurer l'exCcution des pres-
tations et d'en remettre le produit aux autorites. Ils
pouvaient etre interns. Des sanctions, impliquant la
ddtention et le travail force, pouvaient etre prises vis-A-vis
des villages, refusant de fournir les prestations imposees
(d6cret du 3 juin 1906).

*

La politique financi&re de 1'Ytat eut des repercussions
sur sa politique indigene (elle aboutit en maintes regions
A la constitution de achefferies de prestataires;,, d6nom-
m6es chefferies caoutchoutiUres ,, places sous les ordres
de bons capitas, recolteurs de products), sur sa politique
6conomique (elle aboutit a la suppression en maintes
regions de la liberty du commerce et a l'exploitation
economique du pays et des populations au profit exclusif
de 1'Etat et de quelques soci6t6s ou organismes, cession-
naires ou concessionnaires de terres, dans lesquels il poss'-
dait une participation) et sur sa politique fonciere et mi-
niere (constitution d'une zone r6serv6e au commerce
libre, d'une zone provisoirement r6serv6e, du domaine
national et du domaine de la couronne).
De 1887 A 1906, l'Etat Ind6pendant conclut divers
emprunts. Ils lui permirent, d'une part,;de devenir action-
naire important des soci6t6s ou des organismes exploitant
le Congo et d'autre part, d'effectuer au Congo des travaux
d'utilit6 publique, d'y d6velopper l'outillage 6conomique,









d'y amerer la construction de chemins de fer et d'y donner
une impulsion plus grande a la mise en valeur du pays.


Le systdme monetaire 6tait analogue & celui existant
en Belgique (d6cret du 27 juillet 1887).
La monnaie 6tait rare.
En pratique, on avait souvent recours au troc.
Dans les transactions avec les indigenes, on utilisait
surtout les pieces de nickel ou de cuivre de 20, 10, 5, 2 et
1 centimes (d6cret du 3 juin et du 27 aofit 1906).
Le decret du 7 fevrier 1896 avait autoris6 une circulation
fiduciaire de billets de banque, 6mis par l'1tat.

CHAPITRE X

ATTITUDE ADOPTEE PAR L'ETAT INDE-
PENDANT VIS-A-VIS iDES SCIENCES

L'tEtat Ind6pendant organisa diverse missions scienti-
fiques : il encourage et facility leurs travaux.
Le Roi-Souverain crda le Musge du Congo Belge, a
Tervuren pour y recueillir les collections constitutes par
les missions scientifiques. I1 publiait des Annales.
Leopold II avait l'intention d'ouvrir, a Tervuren, une
Jcole Coloniale, charge de former les futurs fonctionnaires
de l' tat. (Rapport de l'Etat pour 1907, Bulletin Officiel,
1907, p. 233 a 236).
En attendant la constitution del'.cole Coloniale projet6e,
une Commission permanent d'eludes avait Wt6 cr66e, aux
fins d'6tudier les nombreux probl6mes nouveaux de
geologie, de mineralogie, de botanique, de zoologie,
d'anthropologie, d'ethnographie, de commerce et d'expor-
tation que suscitaient les d6couvertes faites au Congo.
Un Office Colonial, donnant des renseignements sur les
products et sur les marches du Congo, fut 6tabli a Bruxelles
(d6cret du 2 juillet 1907).








CHAPITRE XI


ACCOMPLISSEMENT PAR L'ETAT DE SES
OBLIGATIONS INTERNATIONALES

L'Etat Ind6pendant du Congo avait pris divers engage-
ments en signant l'Acte de Berlin.
En vue d'abolir la Traite des Noirs et l'esclavage dans
le bassin du Congo, il interdit le traffic des armes d feu, de
la poudre et d'autres matieres explosives, ainsi que toute
atteinte d la liberal individuelle des Noirs et tout engagement
d vie. II interdit egalement, ou r6glementa, aux memes
fins, le traffic des spiritueux.
Il lutta avec 6nergie, par les armes, contre les marchands
d'esclaves. Il mit fin a la domination arabe qui avait r6ussi
a s'6tablir en certaines regions, et combattit les Madhistes.
Sa politique 6conomique, sa politique fonci6re et sa
politique financibre donn6rent lieu, ainsi que nous l'avons
vu plus haut, A des abus et furent critiquees.

CHAPITRE XII

COUP D'CEIL SUR LA fACHE REALISEE PAR
L'ETAT INDEPENDENT

L'ltat Independant du Congo, cr66 pour des fins humani-
taires et 6conomiques par le g6nie d'un grand Roi, a
explore, conquis et pacific le bassin du Congo. Il y a organism
le premier gouvernement et la premiere administration
du pays, selon des conceptions europ6ennes.
Bien que ne disposant, dans les debuts, que de resources
financieres restreintes et que d'un personnel de fortune,
manquant souvent d'exp6rience colonial et insuffisam-
ment pr6par6 a sa tache, l'Etat Ind6pendant sut 6difier
des plans n'ayant manqu6 ni de grandeur ni d'envergure.
Le Roi-Souverain avait le souci de l'aspect scientifique








CHAPITRE XI


ACCOMPLISSEMENT PAR L'ETAT DE SES
OBLIGATIONS INTERNATIONALES

L'Etat Ind6pendant du Congo avait pris divers engage-
ments en signant l'Acte de Berlin.
En vue d'abolir la Traite des Noirs et l'esclavage dans
le bassin du Congo, il interdit le traffic des armes d feu, de
la poudre et d'autres matieres explosives, ainsi que toute
atteinte d la liberal individuelle des Noirs et tout engagement
d vie. II interdit egalement, ou r6glementa, aux memes
fins, le traffic des spiritueux.
Il lutta avec 6nergie, par les armes, contre les marchands
d'esclaves. Il mit fin a la domination arabe qui avait r6ussi
a s'6tablir en certaines regions, et combattit les Madhistes.
Sa politique 6conomique, sa politique fonci6re et sa
politique financibre donn6rent lieu, ainsi que nous l'avons
vu plus haut, A des abus et furent critiquees.

CHAPITRE XII

COUP D'CEIL SUR LA fACHE REALISEE PAR
L'ETAT INDEPENDENT

L'ltat Independant du Congo, cr66 pour des fins humani-
taires et 6conomiques par le g6nie d'un grand Roi, a
explore, conquis et pacific le bassin du Congo. Il y a organism
le premier gouvernement et la premiere administration
du pays, selon des conceptions europ6ennes.
Bien que ne disposant, dans les debuts, que de resources
financieres restreintes et que d'un personnel de fortune,
manquant souvent d'exp6rience colonial et insuffisam-
ment pr6par6 a sa tache, l'Etat Ind6pendant sut 6difier
des plans n'ayant manqu6 ni de grandeur ni d'envergure.
Le Roi-Souverain avait le souci de l'aspect scientifique









des problems coloniaux et mit tout en oeuvre pour en
faciliter 1'6tude.
Malgr6 certain errements et certain abus, l'ttat Ind6-
pendant sut r6aliser en fort peu d'ann6es (un peu plus de
vingt : de 1885 A 1908) dans une Afrique Centrale encore
inconnue et sauvage, une trWs grande euvre tant dans le
domaine humanitaire que dans le domaine economique.
II serait peu equitable de sousestimer cette tAche.
Sa politique colonial a exerc6 sur la politique colonial
du Congo Belge une tres grande'influence, qui n'avait pas
cess6 d'exister, A la veille de la guerre actuelle.
Sa politique indigdne, d'abord quelque peu h6sitante,
s'orienta finalement, r6solument et sagement, dans 1'ad-
ministration des chefferies, vers administration des
Indigbnes sur le plan de la coutume, par l'interm6diaire
de leurs chefs traditionnels, bien qu'elle conservAt, jusqu'A
la fin, dans certaines des dispositions de son code civil -
distinguant des Congolais immatricules et des Congolais
non immatricul6s l'illusion de pouvoir assimiler rapide-
ment et facilement certaines categories d'Indigenes.
Sa politique economique fut l'objet de vives critiques,
don't beaucoup n'6taient pas sans fondement. 11 en fut
de meme de sa politique foncidre et de sa politique financiere,
en relations 6troites avec sa politique economique.
Les strangers jouissaient, sur son territoire, de la pl6ni-
tude des droits civils. Ils 6taient prot6g6s, dans leur
personnel et dans leurs biens, au mime titre que;les na-
tionaux (decret du 20 f6vrier 1891; Code Civil Congolais,
Liv. I, art. 7 a 15).
Les regles adopt6es par l'9tat tnd6pendant du Congo
vis-a-vis des strangers -oeuvre de juristes belges 6minents,
particulierement bien au courant ;du droit international
priv6 et de ses tendances 6taient inspirees par l'esprit
le plus liberal et le plus g6n6reux (1).
(1) VAN DER KERKEN, G. La situation des strangers au Congo
Belge. dans : Revue de 1'lnstitut Belge de Droit Compare, XXV ann6e,
N 2, avril-juin 1939, p. 49-56.
























TROISIEME PARTIES

LA POLITIQUE COLONIAL PRATI-
QUEE PAR LA BELGIQUE AU CONGO
BELGE


CHAPITRE I

L'ANNEXION DU CONGO PAR LA BELGIQUE

Nous avons expos, dans la deuxijme parties, en quelques
pages, la politique colonial de I'Ptat Indipendant du Congo.
Lorsqu'il 6tait encore due de Brabant, L6pold II tait
d6jA hant6 par le d6sir de donner A la Belgique une colonie.
Revenant d'un voyage lointain, il remit a FrBre Orban,
A cette 6poque ministry liberal tres influent, une pierre
provenant du Parth6non d'Athenes, sur laquelle il avait
fait graver ces mots : a La Belgique a besoin de colonies ,.

77
























TROISIEME PARTIES

LA POLITIQUE COLONIAL PRATI-
QUEE PAR LA BELGIQUE AU CONGO
BELGE


CHAPITRE I

L'ANNEXION DU CONGO PAR LA BELGIQUE

Nous avons expos, dans la deuxijme parties, en quelques
pages, la politique colonial de I'Ptat Indipendant du Congo.
Lorsqu'il 6tait encore due de Brabant, L6pold II tait
d6jA hant6 par le d6sir de donner A la Belgique une colonie.
Revenant d'un voyage lointain, il remit a FrBre Orban,
A cette 6poque ministry liberal tres influent, une pierre
provenant du Parth6non d'Athenes, sur laquelle il avait
fait graver ces mots : a La Belgique a besoin de colonies ,.

77








Lorsque la chance se pr6senta pour Ldopold II d'acqu6-
rir des territoires en Afrique, il s'en rendit maltre, grace
A son g6nie, a son 6nergie et A son habilet6, aux fins de
pouvoir en faire cadeau, plus tard, A la Belgique, lorsque
le moment en serait venu.
II pers6v6ra toujours dans ces intentions, malgr6
l'incompr6hension qu'il rencontra souvent dans son pays
et malgr6 les hesitations de ce dernier A intervenir large-
ment, comme il l'eut fallu aux heures difficiles, pour
permettre au jeune tEtat de se d6velopper.
Faute de resources suffisantes pour pouvoir vivre,
l'Etat Inddpendant finit par adopter une politique econo-
mique et financiere que nous avons esquiss6e pr6c6demment.
Du point de vue 6conomique, du point de vue financier
et du point de vue des Indigenes, la nouvelle politique
6tait erronee et devait aboutir A des abus.
L'annexion duCongo par laBelgiquefut envisage en 1895.
Elle fut prop6s6e par Beernaert, au Parlement, en 1901,
mais sans succes. L'annexion ne devait aboutir qu'en 1908.
L'E1tat Inddpendant accomplit en Afrique une oeuvre
de giant, don't le spectacle fit 6crire au c61bre missionnaire
protestant anglais Grenfell, qui avait particip6 A l'explo-
ration du bassin du Congo : ( Jamais et nulle part, un
pays aussi 6tendu et aussi difficile A organiser n'a 6t6 mis,
en un laps de temps aussi court, sous unc administration
r6gulibre et ordonn6e. ,
Nous avons expos comment les errements et les abus
de la politique colonial de l'Itat Ind6pendant aboutirent
A susciter des campagnes de press. Elles eurent lieu en
Angleterre et ult6rieurement en Allemagne, en Italic et
aux IEtats-Unis. En Belgique, Vandervelde, Lorand et
Hymans porterent les critiques, adress6es A la politique
colonial de 1'Etat Ind6pendant A la tribune du Parlement.
F61icien Cattier, alors professeur a l'Universit6 de Bruxelles
et le Pere Vermeersch, de l'ordre des J6suites, professeur








Sl'UniversitM de Louvain, les exposerent dans des ouvrages
qui eurent un grand retentissement (1).
Le 20 mai 1903, le gouvernement anglais accept une
motion, pr6sent6e A la Chambre des Communes, r6clamant
Sl'examen par les puissances signataires de 1'Acte de
Berlin, de measures destinies A mettre un terme aux abus
r6gnant dans 1'IAtat du Congo ,.
Bien que l'itat Ind6pendant se fut d6fendu avcc
habilet6 et avec 6nergie, il dut se resigner A accepter, ?
l'intervention du gouvernement anglais, l'enqu8te reclamie
depuis des annies par les Comitis de defense des Indigdnes.
L'enquete, organisee par le decret du 23 juillet 1904,
confie a une Commission, cut lieu d'octobre 1904 a
f6vrier 1905. Son Rapport fut public le 31 octobre 1905.
II 6tait severe pour 1'1tat Ind6pendant, la facon don't il
administrait et exploitait le pays et les abus du regime.
S'il n'6tablissait nullement que le Roi avait voulu,
autoris6, approuv6 ou covert les abus constates, ceux-ci
apparaissaient comme les r6sultats pour ainsi dire in6vi-
tables d'une politique 6conomique et d'une politique
financirre erronees, conduites sans suffisamment de
prudence, de circonspection et de contr6le.
Le rapport fut comment par la press, en Belgique et
A 1'6tranger. I1 donna lieu, le 6 f6vrier 1906, A une inter-
pellation d'EImile Vandervelde, A la Chambre, a l'issue
de laquelle celle-ci vota une proposition de reprise, 6manant
de Beernaert, ouvrant la question de l'annexion du Congo.
Une parties de 1'opinion publique belge craignait, A ce
moment, de voir la Belgique perdre le Congo, A la suite de la
champagne men6e centre les abus du regime install en
Afrique par l'ttat Independant.
A la suite d'une nouvelle interpellation (celle de Hymans-
Vandervelde de novembre 1906) relative A la n6cessit6
d'annexer le Congo sans delai, le gouvernement accept
(1) CATTIER, F. tItude Sur la situation de 1'itat Ind6pendant du
Congo, Bruxelles, 1906.
VERMEERSCH, A. La question Congolaise, Bruxelles, 1906.








un ordre du jour, invitant la section central d hdler I'etude
du project de loi sur le Gouvernernent du Congo, don't elle
6tait saisie depuis 1901, et promit, peu apris, de preparer
le project de transfer du Congo d la Belgique.
Le section central, constitute peu apres, en Commission
special du Congo, augmenta le nombre de ses membres
et examine le premier project d6pos6 en 1901 par le gou-
vernement. Celui-ci n'accordait au Parlement presqu'aucun
pouvoir sur le gouvernement du Congo. A la demand
de la Commission, il fut corrig, par le gouvernement et
repr6sent6 par ce dernier, le 3 d6cembre 1907. Amend6
par la commission, le second projel fut soumis A la Chambre
le 11 mars 1908.
Le traird de cession du Congo d la Belgique, conclu entire
la Belgique et 1'Itat Ind6pendant du Congo, sign le
28 d6cembre 1907, modifi6 par un acte additionnel, et le
project de loi sur le Gouvernemem du Congo Belge, votes
par la Chambre le 20 aofit et par le Senat le 9 septembre
1908, regurent I'approbation royale le 18 octobre suivant.
La transmission des pouvoirs fut r6alis6e le 15 novembre,
jour de la fate patronale du Roi, et la souverainet6 de
la Belgique proclam6e au Congo.
Les Chambres avaient exig6 la suppression de la Fon-
dation de la Couronne et 1'attribution A l'Etat Belge des
biens poss6d6s par elle en Belgique. Elles avaient accord
au Roi, en compensation, sur les resources de la Colonie,
une some de 50 millions, payee en quinze annuit6s et
qui devait ttre affect6e par lui a des oeuvres d'interat
colonial.
CHAPITRE II

LES IDEALS ET LES PROGRAMMES DON'T
LA REALISATION EST POURSUIVIE AU
CONGO PAR LA BELGIQUE

Comme jadis l'Etat Independant et comme les autres
Etats colonisateurs, dans les colonies d'exploitation, de








production, de domination ou d'encadrement dans
lesquelles le nombre des Europ6ens est appel6 A demeurer
une infime fraction de celui des Indigenes la Belgique
pursuit au Congo, in6luctablement de par la force des
choses, la realisation de deux ideals, celle d'un ideal huma-
nitaire et celle d'un ideal utilitaire, don't 1'un ne peut
guere etre r6alise sans 1'autre.
Du point de vue humanitaire, elle y pursuit, chez les
Indigenes, la suppression d'abus manifestes et de coutumes
cruelles, le d6veloppement du commerce et de l'industrie
et l'amnlioration de leurs conditions mat6rielles et morales
d'existence.
Du point de vue utilitaire, elle s'efforce d'y obtenir des
matieres premieres (minerales, y6g6tales et animals) et
d'autres products utiles ainsi que la main d'oeuvre n6ces-
saire A leur production, A leur preparation ou a leur
traitement industrial, d'y vendre des products fabriques,
d'y faire fructifier des capitaux, d'y recruter des troupes
destiniess a assurer la s6curit6 int6rieure et exterieure
du Congo) et d'y acquerir une augmentation de puissance
dans le domaine 6conomique et 6ventuellement dans le
domaine militaire.
L'ideal utilitaire, poursuivi par la Belgique au Congo,
est pour ainsi dire pratiquement et utilement un ideal
economique. I1 se resume en ces mots : faire produire,
faire consommer et fire transporter ce qui a 8t6 produit
et ce qui doit etre consomme.
La Belgique n'a jamais cherch6, comme d'autres IEtats
colonisateurs dans leurs' colonies, a obtenir du Congo
Beige, soit un tribute en argent destinB a enrichir le Tr6sor
de la M6tropole, soit des armies coloniales nombreuses,
destinies A augmenter sa puissance militaire, en Europe
ou dans d'autres regions du monde.
La r6alisation, au Congo Belge, de ces deux ideals,
exigeant celle de deux programmes fondamentaux (un
programme humanitaire et un programme economique)
implique en outre celle de nombreux programmes, ideolo-








giquement secondaires, mais tout aussi indispensables.
Parmi ceux-ci, bornons-nous a~citer : un programme de
gouvernement et d'administration de la colonie; un
programme foncier et minier ; un programme de transports
et de communications ; un programme en matiere d'hy-
giene et d'assistance m6dicale; un programme a 1'6gard
des missions; un programme en matiere d'instruction
publique; un programme vis-a-vis du colonat europ6en,
un programme financier, etc...
Le programme colonial de la Belgique au Congo est
constitute par l'ensemble de ces programmes fondamentaux
et secondaires.
La conception, I'elaboration et la realisation methodique
du programme colonial impliquent une Politique colonial.
Celle-ci comporte des politiqu:es fondamen(ales, corres-
pondant aux programmes fondamentaux et des politiques
secondaires, 6galement ideologiquement secondaires,
mais tout aussi indispensables,'- correspondent aux pro-
grammes secondaires.

*

II y a, au Congo, des Europeens et des Indigenes. De
toute evidence, ils ne sont pas au meme stade intellectual,
moral, politique, 6conomique eti scientifique. Ils ont des
cultures diff6rentes, parent des langues diff6rentes et ont,
en outre des interits et des besoins diff6rents.
La politique colonial ne peut faire abstraction, en
Afrique, ni de l'existence des Indigenes, ni de celle des
Europ6ens, ni du fait qu'ils ne sont pas les mrmes, des
diff6rents points de vue consid6r5s ci-dessus. Aussi a-t-elle,
6t0 amenee, sur la base de ces divers 616ments, A reglemen-
ter le comportement des uns et des autres et leurs rapports
reciproques.
Les Europeens et les Indigenes, actuellement profond6-
ment differents les uns des autres, sont appel6s a jouer
tous deux un r61e dans le monde et A collaborer, aujourd'hui








et demain, d la mise en valeur du Continent Noir, dans
'int6ret et pour le profit des uns comme des autres et
dans l'int6rRt et pour le profit de 1'humanit6 entire.
II est equitable et juste'qu'ils soient 9galement satisfaits.
Le Congo n'est pas une colonie de peuplement.
Les Belges ne vont pas au Congo, comme ils allaient
jadis au Canada, aux fItats-Unis ou en Argentine, pour
s'y 6tablir d6finitivement et y faire souche. Ils ne vont
pas au Congo pour y travailler et y vivre comme en
Belgique.
Ils y vont, pour y obtenir des malibres premieres et pour
y chercher des marches.
Ils ne peuvent acqudrir ni les unes ni les autres, par leurs
seuls efforts. Le concours des Indigenes leur est absolument
indispensable.
Pour obtenir et conserver ce concours, il faut adopter un
comportement adequate vis-d-vis des Indigenes.
II ne peut y avoir, des lors, au Congo une bonne politique
economique sans une bonne politique indigene.

CHAPITRE III

FACTEURS AYANT INFLUENCE LES PRIN-
CIPES ET LES MITHODES DE LA POLITIQUE
COLONIAL BELGE

Les principles et les methodes de la politique colonial
adoptee par la Belgique, au Congo, sont la r6sultante :
1o) des principles et des m6thodes r6gissant en Belgique
l'organisation de l'Iftat (Monarchie constitutionnelle
et parlementaire) au moment de la reprise du Congo;
20) des reactions provoqu6es en Belgique, au moment de
la reprise, dans l'opinion publique par la r6v6lation des
errements et des abus de la politique de 1'~tat Ind6pen-
dant ;
30) des principles et des m6thodes en vigueur dans le
gouvernement et administration de 1'~tat Ind6pendant;








40) de 1'6tude des principles et des m6thodes en politi-
que colonial compare ;
50) des lemons de l'observation, de 1'exp6rience et de
1'6tude scientifique et objective des problmes a r6soudre
et de leurs solutions.
Au course des premieres ann6es qui suivirent la reprise
du Congo, la politique colonial de la Belgique subit
surtout l'influence des trois premiers facteurs ; au course
des ann6es suivantes, elle subit ;davantage celle des deux
derniers facteurs.
I1 est probable que l'influence de ceux-ci, et surtout
celle du dernier, ira en augmentant, dans les ann6es a
venir, au fur et a measure que la Belgique sera plus sore
de ses principles, de ses m6thodes, de ses observations, de
ses experiences et de ses realisations.
La politique colonial belge, telle qu'elle se pr6sentait
a la veille de la guerre actuelle, 6tait le fruit de nombreuses
observations, de patients recherches et de s6rieuses 6tudes.
Elle avait souvent dt titonner et avait parfois donn6
lieu a des errements, comme les politiques coloniales de
tous les pays colonisateurs. Mais elle 6tait assez g6nerale-
ment fort appr6ci6e par les pays coloniaux strangers.
Elle r6pondait, dans ses grandes lignes, aux orientations
pr6conisees, au course des dernieres ann6es, en politique
colonial, dans les divers pays coloniaux, tant par les
coloniaux les plus exp6rimentes que par les sociologues,
les ethnologues et les 6conomistes les plus distingu6s.
On ne peut faire abstraction, dans les orientations de la
politique colonial belge, des influences provenant, du point
de vue national, des 6tudes et des recherches du Bureau
Permanent du Congres Colonial Beige et des Congrrs
Coloniaux Belges, de l'Association des Intirfts Coloniaux
Belges, et de 'Institut Royal Colonial Belge, ni de celles
provenant, du point de vue international, des 6tudes et
des recherches de l'Institut Colonial International et de
l'Institut International des Langues et Civilisations afri-
caines.







On ne peut oublier non plus, dans ces mnmes orienta-
tions, les influences exercees, dans une certain measure,
par le monde des affaires et par les missions religieuses.
On ne peut perdre de vue, enfin, l'influence de l'opinion
publique belge, imposant le respect, au Congo, devenu
colonie belge, de quelques trbs grands principles.
Elle ne tol6rerait ni l'extermination des Indigenes, ni
leur mise en esclavage, ni leur oppression, ni leur d6pouille-
ment, ni leur exploitation systematique. Elle a toujours
exig6 qu'on respect les droits et les intirdts des Indigenes
et qu'on se preoccupe d'amiliorer leur sort.
Elle n'admettrait pas que le Congo devienne le fief de
quelques uns, s'y 6tant fixes les premiers ou y ayant
invest des capitaux.
Elle a toujours consid6r6 que le Congo atait la chose de
la Belgique tout entire et qu'il doit le rester, tout en res-
pectant les obligations internationales du Congo. Elle a
toujours voulu conserver sur le Congo le haul contrdle
de la mitropole, qui est selon elle, la meilleure sauvegarde
d'une bonne administration de la colonies.
Elle n'ignore pas que l'histoire de la colonisation a trbs
souvent 6t6 une longue suite de luttes entire les metropoles.
et les colons, les premieres voulant souvent r6aliser une
politique humanitaire et les seconds pratiquant souvent
une dictature inhumaine, aux seules fins d'executer leurs
programmes utilitaires, sans souci parfois ni de la vie des
IndigBnes, ni de l'avenir de la colonies.
Aussi a-t-elle toujours entendu rester maitresse, et
seule maltresse, des grandes lignes de la politique colonial
A suivre au Congo Belge, comme l'attestent les discussions
auxquelles celle-ci donnait lieu, avant la guerre actuelle,
dans la press quotidienne, dans les revues, les congrbs,
et au Parlement, sans vouloir n6anmoins s'immiscer dans
les details de administration colonial et abandonnant
la discussion de ceux-ci aux coloniaux.








CHAPITRE IV


PRINCIPLES FONDAMENTAUX DU GOUVER-
NEMENT ET DE L'ADMINISTRATION DU
CONGO BELGE

1. CARACTERES DE LA LEGISLATION RtGISSANT LE
GOUVERNEMENT ET L'ADMINISTRATION DU CONGO BELGE.

Le Gouvernement et I'administration du Congo Belge
sont r6gis, dans leurs grandes lignes, par la Constitution
Belge (article 1, quatrieme alin6a) et par la loi sur le
gouvernement du Congo Belge, du 18 octobre 1908, d6sign6e
encore sous le nom de Charte Coloniale.
En vertu de l'article pr6citB de la Constitution, le
Congo Belge doit etre r6gi par des lois particulires. La
loi organique du Congo Belge, ou Charte colonial joue,
dans la 16gislation colonial, le r61e de la Constitution dans
la 1~gislation belge.
Comme cette derniire, elle formule les principles fonda-
mentaux servant de base d I'exercice des Pouvoirs Lggislatif,
Exdcutif et Judiciaire et garantit les droits publics ou
a libert6s des habitants du pays.
La loi sur le gouvernement du Congo Belge peut etre
modifie par une autre loi. Sa modification n'exige pas,
comme celle de la Constitution belge, une majority sp6ciale.
Le 1Cgislateur belge, a l'exemple des 16gislateurs d'autres
pays coloniaux, n'a pas cru utile; de r6gler le gouvernement
des colonies par des dispositions constitutionnelles.
On ne peut bien comprendre la loi sur le gouvernement
du Congo Belge si on ne la site pas daris l'atmosphere
dans laquelle elle a 6te vot6e.i L'annexion du Congo et
l'Plaboration de cette loi auraient dcu se faire dans l'en-
thousiasme et la confiance. Elles se firent dans une atmos-
phere de defiance, A la suite des conditions dans lesquelles
se fit la reprise au lendemain des r6v6lations de la Com-
mission d'enquete.








Quelques dispositions de la loi sur le gouvernement du
Congo ont Wt6 inspires par des principles de colonisation
condamnes par la science colonial et abandonn6s par la
16gislation colonial dans tous les Itats colonisateurs
exp6rimentes. Elles ne s'expliquent qu'en tant que measures
de reaction contre la politique de 1'Etat Ind6pendant du
Congo. I1 en est ainsi de l'organisation du Pouvoir Ldgis-
latif. Apres avoir confi6 le Pouvoir Legislatif souverain
au Pouvoir Legislatif de Belgique, les dispositions de la
Charte Coloniale ont fait du Roi assist6 par le Ministre
des Colonies et d'un Conseil Colonial) le lCgislateur ordinaire
de la colonies, refusant tout pouivoir lgislatif au Gouver-
neur G6n6ral, 6tabli dans la colonies, si ce n'est en cas
d'urgence et pour un temps limit (art. 22).
Se defiant du Gouverneur G6n6ral, la Charte Coloniale
reserve a des autoritis rdsidant dans la metropole le droit
de 16giferer pour le Congo. Ces dispositions 6taient encore
en vigueur A la veille de la guerre actuelle.
Au d6but, le Gouverneur General n'6tait m8me pas
consult par le Ministre des colonies sur les projects de
d6cret soumis au Conseil Colonial. On pouvait done, a
ce moment, 16gif6rer pour le Congo, en Belgique, sans
meme connaitre, sur les projects de decrets, l'avis du
Gouverneur Gen6ral et de ses services, cependant souvent
seuls au courant de la situation en Afrique.
L'exp6rience des itats colonisateurs demontre, mime
en ce qui concern l'Afrique Noire, que le legislateur
ordinaire d'une colonies doit se trouver, non pas dans la
metropole, mais dans la colonies, la m6tropole conservant
un droit de haute direction, un droit de contr6le et un
droit de veto ainsi que le droit de 16gif6rer sur les questions
les plus importantes (organisation de la colonie, etc...).
Il en 6tait ainsi 6galement de certaines dispositions se
rapportant A l'organisation judiciaire, qui furent ult6rieu-
rement modifies. Elles soustrayaient les officers du
Minisltre Public A 1'autorit6 du Gouverneur G6n6ral et
les placaient sous la haute autorit6 du Ministre des Colo-








nies, reprCsent6 dans la colonies par un Procureur General
(art. 17 dernier-alin6a).
L'experience des Etats colonisateurs d6montre, que
dans les colonies il est indispensable de maintenir l'unite
d'autorilt et de confier au repr6sentant du chef de 1'6tat
toutes les attributions du pouvoir executif que cc chef
ne se reserve pas.
Apres qu'une loi interprdeative du 13 mai 1912 eut
encore augment les attributions du Pouvoir Ex6cutif,
d6elgu6es dans la colonie au Procureur General en matibre
d'organisation judiciaire, la M6tropole adopta des con-
ceptions plus rationnelles, par la loi du 10 aolt 1921 (modi-
fiant l'art. 17, second alin6a).

*.

Ii n'y avait pas au Congo Belge, avant la guerre actuelle,
'organisation existant A cette epoque, dans d'autres
colonies africaines plus ou moins analogues et accordant
au Gouverneur General 1'initiative en matirre 16gislative
et administrative, au Roi ou au chef de 1'Etat par
I'intermCdiaire du Ministre des Colonies la haute
direction et le haut contr6le, et r6servant au Parlement
le droit de fixer les grandes lignes de la politique colonial
et de surveiller la realisation de celle-ci ainsi que le droit
souverain d'intervention et d'evocation.
En vertu des dispositions de la Charte Coloniale et des
principles du droit constitutionnel beige, la Polilique
Coloniale est, en fait, entire les mains du Ministre des
Colonies, responsible devant les Chambres.
On ne peut oublier, en effet, que si les textes de la
Charte Coloniale font du Roi le legislateur ordinaire de la
colonie et le chef du Pouvoir Executif, ces pouvoirs appar-
tiennent, en r6alit6, en vertu des principles du droit consti-
tutionnel beige, au Ministre responsible devant les Chambres,
aucun acte du Roi ne pouvant avoir d'effet s'il n'est
contresign6 par un Ministre (art. 9 de la Charte Coloniale).








2. CARACTERE OBLIGATOIRE AU CONGO BELGE DE LA
LEGISLATION DE L'nTAT IND#PENDANT DU CONGO.

En vertu de l'article 36 de la Charte Coloniale, les
decrets, rHglements et autres actes, en vigueur dans I'12tat
Inddpendant, au moment de la reprise, conservent leur
force obligatoire dans la colonies du Congo Belge, sauf les
dispositions contraires a celles de cette Charte, lesquelles
sont abrogees.

3. SITUATION JURIDIQUE DU CONGO BELGE.

L'article 1 de la loi du 18 octobre 1908 a regl. la situa-
tion juridique du Congo Belge.
II a une personnaliti distincte de celle de la mdtropole
(la Belgique).
I1 est r6gi par des lois particuliUres.
L'actif et le passif de la Belgique et du Congo demeurent
s6par6s. Le service de la rente congolaise est exclusivement
A charge de la colonies.
Si, du point de vue international, le territoire du Congo
est un territoire belge, il ne fait pas parties du territoire
belge, du point de vue du droit public belge.
La separation des patrimoines, entrainant celle des
budgets et des competes, 6tait, jadia, inconnue des pays
colonisateurs. Ceux-ci, exploitant souvent leurs colonies
comme un domaine, profitaient des b6n&fices et suppor-
taient les charges.
Actuellement, la separation des patrimoines, en droit
ou en fait, existe dans la plupart des colonies, conform6-
ment aux doctrines coloniales contemporaines, qui con-
damnert l'exploitation des colonies au profit delaM6tropole.
L'art. 1 n'interdit nullement, A la M6tropole, d'accorder
des pr&ts ou des subsides A la Colonie, ou de garantir les
Emprunts de cette derniere, mais l'oblige A maintenir
la distinction entire les deux patrimoines et les charges
grevant ceux-ci.
Nonobstant le texte de l'art. 1 la Belgique serait tenue







du service de la rente congolaise, si la Colonie ne pouvait
y faire face, en vertu du trait de cession du 28 novembre
1907, stipulant que ((la cession comprend tout le passif
et tous les engagements financiers de l'I~tat Ind6pendait
(art. 3).
4. DES DROITS DES BELGES, DES STRANGERS ET DES
INDIG~NES.
Les art. 2, 3, 4, 5 et 6 d6terminent quels sont, au Congo
Belge, les droits des Belges, des Pfrangers et des Indigenes.
De nombreux droits publics, reconnus par la Constitu-
tion belge, sont garantis A tous les habitants de la Colonie,
non pas en vertu de la Constitution, qui n'est pas en vi-
gueur au Congo Belge, mais en vertu de l'art. 2 de la loi
sur le Gouvernement du Congo.
L'art. 2, troisieme alinba, stipule que nul ne peut etre
contraint de travailler pour le compete ou pour le profit de
particuliers ou de societes, ce qui n'exclut pas l'obligation
6ventuelle de travailler, soit d son propre profit soit au
profit de l'tlat.
Sont applicables, au Congo Belge, d tous les habitants,
les dispositions constitutionnelles suivantes :
La liberty inoividuelle est garantie. Nul ne peut etre
poursuivi que dans les cas prevus par les lois particulieres
ou les d6crets et dans la forme iqu'ils prescrivent.
Nul ne peut etre distrait, centre son gr6, du juge que
les lois particulibres ou les d6crets lui assignment.
Nulle peine ne peut etre 6tablie ni applique qu'en
vertu de lois particulibres ou de d6crets.
Le domicile est inviolable ; aucune visit domiciliaire
ne peut avoir lieu que dans les cas prbvus par les lois
particulieres ou les d6crets et dans les formes qu'ils pres-
crivent.
Nul ne peut etre priv6 de sa propri6tU que pour cause
d'utilit6 publique, dans les cas et de la manirre 6tablis
par les lois particulieres ou les d6crets et moyennant une
just et pr6alable indemnity.








La peine de la confiscation des biens ne peut-Utre 6tablie.
La mort civil est abolie ; elle ne peut 6tre r6tablie.
'La liberty des cultes, celle de leur exercise public,
ainsi que la liberty de manifester ses opinions en toute
matiere sont garanties, sauf la repression des d6lits commis
a l'occasion de I'usage de ces libert6s.
Nul ne peut etre contraint de concourir d'une maniere
quelconque aux actes et aux ceremonies d'un culte, ni
d'en observer les jours de repos.
L'Rtat n'a le droit d'intervenir ni dans la nomination
ni dans l'installation des ministres d'un culte quelconque,
ni de d6fendre a ceux-ci de correspondre avec leurs sup6-
rieurs, et de publier leurs actes, sauf, en ce dernier cas,
la responsabilit6 ordinaire en matiere de press et de
publication.
L'enseignement est libre ; toute measure preventive
est interdite ; la repression des delits n'est regl6e que par
les lois particulifres ou les d6crets.
Chacun a le droit d'adresser aux autorit6s publiques
des petitions sign6es par une ou plusieurs personnel. Les
autorit6s constitutes ont seules le droit d'adresser des
petitions en nom collectif.
Le secret des lettres est inviolable. Les lois particuliires
ou les d6crets d6terminent quels sont les agents respon-
sables de la violation du secret des lettres, confiBes a la
poste. I
Nulle autorisation prealable n'est ncessaire pour
exercer des poursuites contre les fonctionnaires publics,
sauf ce qui est statue a 1'6gard des ministres.
La liberty de la press n'est pas garantie, mais aucune
measure ne peut etre prise en matiere de press que con-
form6ment aux lois et d6crets qui la r6gissent (art. 3,
deuxieme alinda).
11 n'existe guere de colonies, en Afrique Noire, dans
lesquelles les droits publics, don't jouissent les citoyens
de la M6tropole, ont 6t6 octroyes aux indigenes aussi
solennellement et aussi g6nereusement qu'au Congo Belge.








Certaines libert6s existant en Belgique, en vertu de la
Constitution, n'existent pas au Congo Beige : la liberty
de la press, la liberty d'association, la liberty de reunion.
La loi penale protege les liberties et les droits publics,
garantis aux habitants du Congo Belge.
Les Parquets poursuivent la repression des infractions
commises.
L'art. 3 regle 1'emploi des langues au Congo Beige.
L'emploi des langues est facultatif.
II sera r6gle par des d6crets, de maniere A garantir les
droits des Beiges et des Congolais, et seulement pour les
actes de 1'autorit6 publique et pour les affaires judiciaires.
Les Belges jouisserit, au Congo Beige, en cette matiere,
de garanties semblables A cells qui leur sont accordees
en Belgique.
La loi de 1908 prevoyait que des d6crets seraient pro-
mulgu6s A cet effet, dans les cinq ans au plus tard, mais
ceux-ci n'6taient pas encore promulgu6s a la veille de la
guerre actuelle.
Les lois, les d6crets et les riglements ayant un caractbre
general sont r6dig6s et publiCs en langue francaise et en
langue n6erlandaise (art. 3) ; les deux textes sont officials
(art. 3). Le Frangais et le N6erlandais sont I'un et 1'autre,
au Congo Belge, des langues officielles, places sur le
meme pied.
Peut-6tre, dans 1'avenir, des d6crets r6glementeront-ils
1'emploi des langues indigenes, de facon A garantir les
droits des Congolais dans les actes de l'autorit6 publique
et dans les affaires judiciaires, A 1'exemple de ce qu'ont
fait les Hollandais en Malaisie.
Les course et les tribunaux, dans les affaires civiles et
p6nales, peuvent, suivant les n6cessites, prononcer en
Frangais ou en N6erlandais.
En vertu de l'art. 4, il existe dans la colonies, des Congo-
lais immalriculds, r6gis dans de nombreux domaines par
le Code Civil Congolais, et des Congolais non immatriculs,









regis par leur droit coutumier, dans les limits de I'ordre
public et de la legislation les concernant.

*

En vertu de la Charte Coloniale, pour les Congolais
non immatriculds, le droit coutumier reste obligatoire, au
meme titre que la loi, a moins qu'il ne soit contraire A
l'ordre public. Les Congolais 'immatricules sont peu nom-
breux. Au 31 d6cembre 1938, la population total des
centres extracoutumiers s'6levait A 132.362 habitants,
parmi lesquels un petite minoritM 6tait represent6e par des
Congolais immatriculds. Parmi les Congolais immatricules,
il y a eu, en 1938, au total et pour toute la Colonie, 927
actes de 1'6tat civil don't 547 actes de naissance, 154 actes
de d6c6s, 158 actes de marriage (138 pour la Province de
LUopoldville, 3 pour celle de Coquilhatville, 0 pour celle
de Stanleyville, 2 pour celle de Costermansville, 11 pour
celle d'Elisabethville et 4 pour la Province de Lusambo).
Les Congolais non immatriculds constituent la grande
masse des populations. Les Congolais sont, depuis l'an-
nexion du Congo par la Belgique, des sujets belges du Congo.
On distingue, au Congo, des Congolais non indigenes
(des enfants nes sur le territoire congolais de parents
apatrides, etc.) et des Congolais indigenes (nes sur le
territoire congolais de parents congolais, etc.). La 16gis-
lation congolaise distingue encore : les gens de race euro-
peenne, les gens de race indigene et les gens de couleur.
L'art. 5 impose au Gouverneur General le devoir de
veiller B la conservation des populations indigenes et a
l'amilioration de leurs conditions morales et matirielles
d'existence. Il dolt favoriser expansion de la liberty
individuelle, l'abandon progresgif de la polygamie et le
d6veloppement de la propriedt. I1 a l'obligation de prot6ger
et de favoriser, sans distinction de nationality ou de culte,
routes les institutions et entreprises religieuses, scientifiques
ou charitable cr6es a ces fins ou tendant A instruire les








Indigenes et A leur fair comprendre et appr&cier les
advantages de la civilisation.
L'art. 6 institute une Commission pour la protection
aies Indigenes, charge de veiller, sur tout le territoire
de la Colonie, A la protection des Indigenes et a I'ambliora-
tion de leurs conditions morales et materielles d'existence.
La Commission est pr6sid6e par le Procureur G6n6ral
pres la Cour d'Appel de Ldopoldville.
Elle doit se r6unir chaque ann6e et adresser un rapport
au Roi sur les measures a prendre en faveur des Indigenes.
Ce rapport est publiM dans le Bulletin Officiel du Congo
Belge.
Le Roi peut diviser la Commission en sous-commissions.
Les rapports de la Commission sont de valeur fort
in6gale. Certains de ceux-ci attestent une tres grande
comprehension des problemes coloniaux et des vues
levees; d'autres attestent une comprehension beaucoup
moins grande, des vues beaucoup moins levees et sem-
blent avoir subi un peu trop l'influence des pr6jug6s et
des int6rets locaux.
5. DE L'EXERCICE DES PoUVOIRS.
Le Congo Belge est un pays soumis, en tant que posses-
sion, a la souverainete de la Belgique.
Au Congo Beige, les pouvoirs n'6manent pas de la
nation congolaise, qui n'existe pas, mais de la nation
belge, souveraine des territoires et des populations y habitant.
Le gouvernement du Congo est responsible de son admi-
nistration devant le Parlement belge et l'opinion publique
beige, mais non pas devant l'opinion publique congolaise
(celle des Indigenes ou celle des colons).
En Belgique, la Constitution place sur le meme pied
les Pouvoirs Lggislatif, Execulif. et Judiciaire. Il en est
de meme au Congo.
La loi de 1908 a adopt, pour la Colonie, l'organisation
politique en vigueur dans la M6tropole : celle de 'inter-
dependance des pouvoirs.








Les Pouvoirs 16gislatif, ex6cutif et judiciaire sont
ind6pendants l'un de l'autre, tout en se limitant et en se
contr61ant Fun l'autre dans une certain measure.

A. LE POUVOIR LAGISLATIF.

I1 est exerc6 :
10) par les Chambres et le Roi, par voie de lois;
20) par le Roi (ce qui veut dire en droit, constitutionnel
belge par le Ministre, responsible devant les Chambres)
par voie de decrets et
30) par le Gouverneur G6neral, par voie d'ordonnances
ayant force de loi.
La loi intervient souverainement en toute matiere(art.7).
Bien que, dans la plupart des colonies, le 16gislateur
ordinaire soit le gouvernement local, les Chambres, A la
suite des abus constat6s par la Commission d'Enquete
au Congo, n'ont pas voulu faire du Gouverneur General
le 16gislateur ordinaire de la colonies. Elles ont fait du
Roi, assist par le Ministre des Colonies et le Conseil
Colonial, le ldgislateur ordinaire de la colonies, adoptant
un systeme condamn6 par 1'exp6rience colonial.
Certaines matieres sont r6serv6es au Parlement et sont
r6gl6es par la loi. Celle-ci seule arrete le budget des recettes
et des depenses ainsi que le compete general de la Colonie
(art. 12 et 13). Toutefois, si les Chambres n'ont pas vot6
le budget cinq jours avant l'ouverture de l'exercice,
le Roi arrete les ddpenses et, de trois mois en trois mois,
jusqu'A la decision des Chambres, ouvre au Ministre les
credits provisoires necessaires.
La loi seule autorise les emprunts contracts par la
Colonie, la garantie par la Colonie d'un capital ou des
intidrts d'un emprunt, I'exdculion de travaux sur resources
extraordinaires (art. 14). Elle seule peut autoriser une
cession, un change ou une adjonction de territoire (art. 27
de la Charte Coloniale et art. 68 de la Constitution belge).








Elle seule peut approuver un TraiMd (art. 27 de la Charte
et art. 68 de la Constitution). i
Toute loi a pour eflet, d&s sa publication, d'abroger de
plein droit les dispositions des d6crets qui lui sont con-
traires (art. 7, troisimme alinea).
La loi n'intervient qu'exceptionnellement dans la
legislation colonial, en vue de r6gler les questions impor-
lantes.
Les d6crets, pris par le Roi, sur la proposition du Ministre
des Colonies, sont signs par le Roi et contresignes par
le Ministre.
Les decrels ne sont appliques par les Cours et les Tribu-
naux que s'ils ne sont pas contraires aux lois (art. 7, sixi-
me alinea).
Le Pouvoir ldgislatif du Roi, s'exercant par voie de
deciet, est done subordonnd au Pouvoir Legislatif des
Chambres et du Roi, s'exercant par voie de lois.
Le Gouverneur Gendral est un lIgislateur extraordinaire
intervenant par voie d'ordonnances, ayant force de loi
dans les seuls cas d'urgence (art. 22).
Ses ordonnances cessent d'etre obligatoires apres un
delai de six mois, si elles ne sont, avant l'expiration de ce
terme, approuv6es par d6cret (art. 22).
Le Gouverneur General peut suspendre temporairement
l'ex6cution des decrels (art. 22), mais non pas celle des
lois (art. 7).
Le mCme Pouvoir Legislatif, limit aux cas d'urgence,
appartient aux vice-gouverneurs gendraux, dans les terri-
toires constitu6s par le Roi en Vice-gouvernements GMnd-
raux (art. 22).
Ce Pouvoir Legislatif a appartenu, jadis, aux Vice-
gouverneurs Gdneraux, Gouverneurs des quatre anciennes
provinces du Congo Belge (Katanga, Province Orientale,
Province de 1'equateur, Province du Congo-Kasai),
L'existence de Vice-gouvernements G6neraux est toujours
privue par I'art. 22, mais il n'en existed plus, en fait.
Les Commissaires de province, chefs des six provinces




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs