• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Main
 Introduction
 Ouverture du congres des instituteurs...
 Congres des instituteurs de l'enseignement...
 Cloture
 Cooperative des instituteurs des...
 Projet de transfert














Group Title: Congres des Instituteurs de l'enseignement - rural des Districts du Nord-Est "juillet 1951"
Title: Congráes des Instituteurs de l'enseignement - rural des Districts du Nord-Est "juillet 1951"
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072577/00001
 Material Information
Title: Congráes des Instituteurs de l'enseignement - rural des Districts du Nord-Est "juillet 1951"
Physical Description: 33 p. : ports. ; 22 cm.
Language: French
Conference: Congráes des instituteurs de l'enseignement rural, (1951
Publisher: Impr. "Les presses libres"
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1951
 Subjects
Subject: Education, Rural -- Congresses -- Haiti -- Nord-Est   ( lcsh )
Teachers -- Congresses -- Haiti -- Nord-Est   ( lcsh )
Genre: conference publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: Held in D'osmont, Haiti.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072577
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 77121841

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
    Title Page
        Page 2
    Main
        Page 3
        Page 4
    Introduction
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Ouverture du congres des instituteurs a D'osmond
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Congres des instituteurs de l'enseignement rural a d'osmond
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    Cloture
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
    Cooperative des instituteurs des districts du "nord-est"
        Page 30
        Page 31
    Projet de transfert
        Page 32
        Page 33
Full Text





Congress

des

Instituteurs


Efseignement Rural




D'O RMOND
SI AIT



IMPRIAMERIE
%LES PRESSES IUiRESi
Port-au-Prince
HAITI












Congress

des

Instituteurs de IEnseignement Rural
des Districts du Nord-Est Juillet 1951 "

+:.*:k-:*<^^K*****:+:-:+:*++++++l<

cA chaque fois que la clo-
Kchette tinte et que 1'Institu-
Steur opere, le mystere de la
transformation mental de
l'eduqu6 recommence et le
adestin du Pays se forge!...N
LEDUC B. LAMOTHE
Ecole d'Orientatation de D'Osmond
Haiti

Publication due t la Courtoisie de
la Cooperative des Instituteurs du Nord-Est





Nous savons tous qu'il fant plus (lecoles et siuriontl p
d'ecoles primaiics lrhalies, et rurales pour aholir cet es
vage de I'ignorance' qui pese encore sur les 4/5 de nos po
Iniions et empeche leur evolution politique et morale.
(Adresse au Peuple du 6 Decembre 1950)


S. EX. PAUL E. MAGLOIRE
President de la R6publique d'Haiti









Sous quelque angle que l'on envisage l'Administration pu-
blique actuelle, la confiance populaire se justifie. La preuve
se precise surtout & l'Education Nationale, l'une des bases
principles de 1'6volution d'un pays.

Cette justification devient la pens6e dominant de 1'opi-
nion publique actuelle. La p6riode des promesses judicieu-
ses du Programme Gouvernenjental se termine au fur et &
measure que le President Magloire pose des actes.
Maintenant que l'ex&cution de ce programme se r6alise
allegrement, l'on s'&tonne presque de l'exactitude de cha-
que parties essentielle, selon un plan bien concu don't chaque
point concourt merveilleusement A un ensemble domino par
I'esprit de progress.
Lorsque l'on examine avec soin le plan quinquennal du
Gouvernement, il resort, sans 6quivoque, la clairvoyance
d'une intelligence lucide au service d'un patriotism since-
re. Ce qui explique a nouveau le: Natura non facit saltum>
En effet 1'exp6rience de l'humanit6 l'a prouv6: la nature
ne fait pas de saut. Celui qui veut atteindre un but doit
d'abhlrd se preparer et partir apres avoir tout pr6vu.
C'est ce que l'on constate dans les dispositions heureuses
prises par le Gouvernement de S. Ex. Paul Magloire.

Rural, cette ann6e, -1951- prouve 6loquemment
que Son Excellence Paul E. MAGLOIRE tient a
poser I'armature de la prosperity reelle de Son
Gouvernement sur le developpement rationnel
des resources agricoles du Pays, en commengant
par le bon bout; c'est,--dire la ribrganisation de
l'Enseignement Rural et 1'Extension de la Produc-
tion Agricole, pour assurer la veritable richesse
au plus grand nombre par 1'exploitation mbthodi-
que de la terre et surtout par 1'Education...>








POur' ceux qul savFnt. voir et cormprendre, l'Avenir est le
present qui passe. Or, tout ce qui se fait actuellement avail
e6t prevu au lendemain meme de son avenement au Pou-
voir. Apres un an (18 Ooct. 50-18 Oct. 51) liheureux anni-
versaire renconti-e le Gouvernement au travail pbur la plus
grande gloire de la Nation.

.Tout le monde en voit la beauty et en comprend le m6rite
Space que le sublime est accessible a tous les esprits. Desi-
rer Ia prosp&rit6 d'un Peuple don't l'avenir Vous est confl6
et travailler A la r6aliser impliquent une s6rie d'actions or.
anisatrices saisissables aux plus humbles.

C'est une attitude aussi sublime que cell des preux; par-
c: e qu'elle continue la pens6e des ancetres sur un plan nrou-
veau, reel et since; La sinc6rit4 est le seul moyen de bien
:; : nduire un Pays vers la prosp&rite veritable.

Tous ceux qui croient et esperent dans I'Avenir d'Haiti
sent unaniime:; se r6jouir du mouvenlent actuel du Gou-
vernement et:de l'application progressive de son plan don't
tous les details scientifiquement 6tablis ont rencontr6 i'ap-
: pobation g6enrale.

Le Peuple IHaitien conservera longtemps le souvenir 6-
mouvant de cet &6enrnent memorable otZ pour la premiere
ois,' il a pu se donner directement un Chef rev.tu de son
entire confiance que chaque jour ce Chef justifie avec a-
vantage, par des actes marques au coin de cette grande
.incerite et de ce pur patriotism.

Cooperative des Instituteurs du Nord Est (E.R)


-6-


































S. EX. FELIX DIAMBOIS
Secretaire d'Etat de l'Educdtion Nationale












OVERTURE DU CONGRESS
DES INSTITUTEURS A D'OSMOND

Mesdemoiselles,
Mesdames,
Messieurs,

Mes chers Collaborateurs,

Il nous a sembl6 tout natural que les travaux de ce con-
gres d'intituteurs commencent par un entretien sur un su-
jet p6dagogique central, qui aurait A la fois le double avan-
tage de d6velopper une these et de proposer des directives.
C'est pourquoi, nous nous sommes arret, sur 1'un des
problemes les plus important de I'bducation, c'est-A-dire:
l'attitude de l'6ducateur en face de I'enfant ou de l'adulte.
l:verai le monde>. Malheureusement, 'ce point d'appui n'est
pas decouvert jusqu'& present. Mais, les recherches inces-
santes et les experiences perp6tuellement renouvel6es n'ont
point manqu6 aux infatigables savants qui persistent A d6-
velopper les sciences, au pint que la technique de 1'&duca-
teur, apres mille tAtonnements, constitute, dans la p6dagogie
moderne, le plus puissant moyen de decouvrir l'ame de l'en-
fant; l'irr6sistible levier qui la soul6ve pour la porter gra-
duellement vers l'ideal le plus, l6ev6.
Parlant de technique, nous n'avons nullement I'intention
de passer en revue tous les moyens don't dispose cette scien-
ce pour atteindre ses fins ni faire allusion A l'histoire des
faits et des doctrines pd&agogiques.


-9-






Nous saurons resister a cette tentation malgre ses at-
traits, quoique n'interdit pas d'6clairer la pensee par les examples du pas-
s6.
Mais ce qui convent le mieux, en cette circonstance, c'est
de traiter simplement un aspect de la question: Quel est
le but de l'educateur en se chargeant de la formation de
'enfant? C'est de modeler son ame et son corps sur un
ideal d6termin6. Et deux questions se posent. Quelle est la
nature de l'Ame de l'enfant et sur quel module doit-elle etre
fagonnbe?
La psychologie nous a r6v616, dans tous ses details, les
arcanes de l'esprit de l'enfant :ses manifestations, son mo-
de d'6volution, ses conditions d'6panouissement; et, appli-
qu6e A l'education, la psychologie indique a 1'instituteur les
ioyens de faconner cette Ame; c'est-a-dire, de lui donner
une forme definitive, inchangeable, aussi inmprissable qu'u-
he second nature. Et, I'on pourrait en dire autant du phy-
sique de I'enfant. C'est meme par lI que l'Educateur arrive
A produire scn chef-d'oeuvre! C'est t lui qu'incombe la lour.
de responsabilit6 de former les homes de demain. .rous
ceux qui.auront A occuper une place dans la Cite porteront
le caractere, le sceau de sa ferme volont6 et de son talent.
Cela revient A dire: plus l'6ducateur aura perfectionn6
son travail, sublime entire tous, d'inspirer les nobles senLi-
ments, de susciter les pens6es 6lev6es et de forger des volon-
t6s fortes; en un mot, de former des hommes de valeur au
service de la Patrie; plus il aura d6pens6 d'efforts pour pro-
,voquer i'6panouissement, dans sa sphere d action, du genie
de la Nation et hater le regne de sa civilisation; alors il sera
plus digne de sa mission extraordinaire.
En parlant de 1'6ducateur haitien, en general, nous sou-
lignons, en particulier, le r6le special de ]'Instituteur de
1'Enseignement Rural, principal objet de ce Congres et af-
frmons d'une mianiBre cat6gorique cette v&ritM qui, jusqu'A


- 0to -








present, n'est pas suffisamment reconnue m6me par ceux
qui dvraient la proclamer: C'est sur l'humble table de tra-
vail de l'Instituteur de l'Enseignement Rural que, desor-
miais, s'6crira, chaque jour, 1'histoire vraie de l'6volution de
la masse paysanne haitienne vers la conquete de sa v6rita-
ble place dans la Cit6; parce qu'elle reprBsente la force vi-
ve de la Nation par le nombre, et qu'elle constitute, par
l'6nergie productive, la puissance la plus important de 1'6-
conomie Nationale.
L'Educateur de cette masse, s'il peut etre a la hauteur
de sa tache, doit etre un veritable Createur de l'homiwe de
demain. Perp6tuellement guide par la vision claire deI Fa-
venir, il aura trace virtuellement les traits essentials de la
physionomie des generations futures.
Mais apres avoir vise le but, il imported d'indiquer les
moyens de l'atteindre. Au course de ce Congr6s, les Institv-
teurs trouveront l'occasion de faire de nouvelles exp6rien-
ces, de parfaire leurs techniques et c'est ie moment pour
nous de mettre A leur disposition les nouveiles donn6es pe-
dagogiques. -
II n'y a pas longtemps, les Maitres, les grands pedacogles.
ont l6argi le cadre de l'education. Elle n'a plus, en effeg.
pour objectif de garantir seulement le d6veloppement des
tendances de l'individu. Elle se propose de p6entrer dans
l'intimit6 de I'etre, de d6passer les limits de sa cnnscience
psychologique, d'atteindre le trefond de son omoi> et d'y
op&rer un changement de base dans un sens d6terrriin.
A certain moments, l'instituteur instruisait, enseignait
s'arretait a la pr6paratiOn intellectuelle pure et chargeait
la society de parfaire son oeuvre. 11 se trouve que cette .io-
cialisation de 1'individu n'est pas une ceuvre complete.
II appartient & 1'individu, bien arm6, d'exercer plut6t son
influence sur la society de son milieu: pour cela mes done ramenes, dissent les maitres. i l'etre lui-meme, .
la necessit6 de savoir ce qu'il aspire a devenir.>


--11 --








L'Etude de 1'honmme nous amene done A une philosoplie
de l'homnn)e par consequent i une philosophie de l'6duca-
tion qui sante recomposition de 1'etre human "pour le caract6riser
comme conscience" et lui depend l'empire sur soi-meme,.
C'est par ainsi que 1'on former des homes r6ellement
libles des entraves de leur propre esclavage; des citoyens
conscients, apercevant des la prime jeunesse la heaut6 et la
grandeur de la vie avec ses responsabilites, ses obligations
de toutes sortes, librement consenties et ses droits de toute
nature.
Vpus en aurez fait un affranchi en lui donnant la certitu-
de qu'en definitive, son evolution depend de lui-m6nre, qu'il
lui appartient de la pousser jusqu'A 1'6panouissement le
plus complete, en sachant garder sa propre personnalit6 ef-
ficiente et agissante durant toute sa vie.
Cette liberty de 1'etre, c'est vous, Instituteurs qui l'aurez
r6alis6e en lui apprenant, en I'obligeant A vouloir. Pour re-
Iprenidre la pens6e du Maitre. Nous disons: loir, pour se cr6er soi-mnme.>
Mais, nous le reconnaissons, il n'est pas pbpssibble de r6a-
liser cette oeuvre grande entire toutes. ni exercer cette ac-
tion sur autrui, encore moins lui laisser une empreinte
aussi forte qu'ind616bile, si l'Instituteur, lui-m me, ne pos-
sede uine personnalit6 puissante ornee des plus brillantes
qualit6s de 1'esprit et du coeur; come un example ou un module> en qui l'Uduqu6 recon-
naisse ou tout au moins pressente ses propres aspirations
satisfaites.>
Lorsque 1'Nducation se borne seulement a une mance aux usages ou une dontmunication de connaissan-
ces>, elle est encore incomplete. Elle n'a .te que superfi-
cielle. Elle a laiss6 de c6t6, le principal: C'est-A-dire 1'etre
intime, 1'individu dans ce qu'il a de plus profound en lui-


- 12-







n_ me et se content d'une simple forme extBrieure. II L
produit dans ce cas, un d6doublement de I'individu, de tell
sorte qu'il y a, pour ainsi dire, une duality; deux persolina-
lites diff6rentes dans cet 6tre: l'une, vraie, naturelle, I'autre
fausse, apparent et superficielle lo-L'homme qu'il u'est
pas devenu; 2o-et la bete,, le monstre qu'il est rest.
Et, l'actibn de 1'Instituteur qui aura r6alise ce ph6nomn-
ne enregistre tout simplement une faillite complete, d'au.
tant plus retentissante dans ses consequences les plus loin-
taines que cet horam e bic6phale don't il s'agit, cet 6duqu6,
pour lequel l'Etat aura consent des frais 6normes pour sa
preparation, aura perdu tout contact avec son milieu (son
integration ayant echlu6) en devenant un ; i
aura recu, A la place d'une formation complete, convenable,
rationnelle, -une education 6trange et apparente,- of-
frant une facade hypocrite de politesse et d'honnftet6, tout
en conservant le vieux fond de primitif sauvage, m6chant
6goiste, aveugle et outr6, cherchant en dehors de toute dis-
cipline morale, la satisfaction souvent impossible de ses
passions folles et dechainees; mettant souvent ainsi, en tres
grand peril la s6curit6 social ou familial, si ce n'est, chose
plus grave, la paix du Pays lui-m6me, lorsque ses semblables
se multiplient et se groupent pour une action commune,
pousses par les ntemes aspirations dangereuses, parfois cri-
minelles, en pregnant des decisions erronnees, executant des
projects antipatriotiques avec le plus grand cynisme double
de la plus inconceivable inconscience.
La besogne de 1'Educateur, on le voit aisement, ne t1lere
done point de demi-mesure: elle doit etre un chef-d'euvre
de beauty ou de laideur. Les consequences bonnes ou mau-
vaises en font toute la delicatesse. A chaque fois que .a
clochette tinte et que l'Instituteur opere, le mystere de la
transformation nientale de 1'6duqu6, rccommence et le des-
tin du Pays se forge.
Je souhaite, pour finir que ce Congres vous apportrP A


-13 --








tous -Instituteurs et Institutrices,- la consolante certitu-
Sde d'y rencontrer le reconfort indispensable A vos faibles-
ses et A vous h6sitatipns professionnelles. J'espere que vous
vous empresserez d'y 6tudier, en commun, dans un meme
esprit de progres tous les problernes pbdagogiques et so-
claux rencontres au course de l'annue scolaire. J'estime,
'du'en vous s6parant les uns des autres, vous comprendrez
de mieiux en mieux la valeur de la solidarity qui vous unit
tous et,,surtout, vous retiendrez, enfin, que I''ducation, pour
8tre excellent et humaine doit conimencer par l'Educateur
sur lui-m6me; me et son autonomie spirituelle>; c'est-a-dice sa liberty d'a-
gir dans le bien et son ind6pendance, dans la defense de
cette liberty.,
Leduc B. LAMOTHE
Inspecteur-Instructeur
Ouanaminthe.


-14-
/*










































Leduc B. LAMOTHE
Inspedteur (E.R)












CONGRESS -DES INSTITUTEURS
DE L'ENSEIGNEMENT RURAL A D'OSMOND

(LES DEUX DISTRICTS DU NORD-D'EST)

Les course d'6t6 de 'Enseignenment Rural ont r6uni cette
annie plus de Soixante-dix Instituteurs et Institutrices,
sous la haute direction de Monsieur l'Inspecteur Leduc B.
Lamothe, professionnel de carrikre qui a blanchi sous te
harnais du m6tier, assist de M. l'Inspecteur Fortun6 Au-
date du District de Vallires.
S'il faut nous baser sur les appreciations de plus en plus
6logieuses des observateurs ind6pendants, journalists et
curieux dilettanti, nous sommes obliges de croire que ce
Congres, sous cette nouvelle direction, a revetu un carac.
there particulibrement interessant.
D'abord, A l'ouverture des Cours, les autorit6s civiles, ml-
litaires et religieuses de Ouanaminthe ont rehauss6 l'Cclat
de cette solennit6 par leur prestigieeuse presence, en t6mol-
gnage du grand int6ret qu'elles accordent g l'evolution de
I'Enseignement Rural.
I1 faut noter en passant la maitrise avec laquelle M. l'Ins-
pecteur Lamothe a r6ussi & situer la position privilegi6e et
la responsabilit6 de 1'6ducateur du paysan haitien.
< souligne-t-il, que s'6crira, chaque jour, d6sormais. l'histoire
vraie de 1'evolution de la masse paysanne haitienne vers la
conquete de sa veritable place dans la Cite; parce qu'elle
repr6sente la force vive de la Nation par le nombre, et qu'el-


-17-









-e constitue, par l'6nergie productive, sa plus important
puissance economique.>
SAec un rare bonheur, il 6tablit incontestablement que
c'est a P'Instituteur, que 1'Etat confie
la forma ion de l'homme de domain, reellement affranch:
I de tout esclavage materiel, spiritual et moral, porr en faire
lc citoyen conscient, sans peur et sans reproche, capable
Sde poutsuivre lui-meme, durant toute sa vie, sa propre evo-
lution jusqu'a 1'6panouissement le plus complete.
L'Instituteur enregistre une faillite retentissarie lorsque
son enseignement ne r6ussit pas a transformer i6ellement
la mentality de l'6duqu6 dans le sens du bien et produit, au
:contraiire, un 6tre strange, normal, d6form6 par la prati-
ique constant de l'hypocrisie et de la fausset6 sous routes
ses forces dans ses relations familiales et sociales.
SLa tache de 1'Educateur, dans ce cas, est d'une extreme
d61icatesse; surtout A 1'Enseignement rural ofi la formation
individuelle doit avoir pour principal but la r6int6gration
du paysan dans son milieu par i'attachement a sa terre, par
la perspective d'une prosp6rit6 certain apercue dans une
claire vision de l'avenir.

Aprcs la cer6monie de l'Ouverture, chacun r6p6tait avec
enthousiasme, cette phrase sans doute charge de promes-
4es de succes: 1'Inspecteur op6re, le mystere de la transformation de 1'-
duqu6 recommnence et le destin du Pays se forge!...>
Les course pratiques commencerent dans l'apres-midi du
limdi 9 Juillet 6coul6 et devaient se poursuivre sans arr&t
cdurant 22 jours, deux heures par jour, de 2 heures a 4 heu-
rcs; tandis que le matin de 9 heures a 12 heures, des profes-
spurs et directeurs choisis d'avance dans un programme
progressif partant de la Classe Enfantine au Cours Mbyen
d(uTirrnme ann6e, devaient dispenser des course classiques de
perfectionnement pendant / heure, r6servant aussi Vz heu-


- 18 -









re a la critique de chaque course par tous les autrcs Institu.
teurs et Institutrices.
Ce fut 1'occasion pour chacun, dans l'ordre, de s'expri-
mer d'abondance, en faisant valoir ses m6thcdes et ses pro-
ced6s d'enseignement.
Les observateurs ont 6te unanimes A reconnaitre que cet-
te annie tous les instituteurs ont pris part avec plaisir et
interet a la discussion qui a abandonn, sous la recomman-
cation express de M. 1'Inspecteur, ses formes verbales cou-
tumieres pour ftre plus objective: qu'elle fut appliqu6e aux
course classiques ou aux pratiques agricoles et seciales.
Des problemes pedagogiques cxtr0m,ement important et
des consid6rations gen6rales d'une incontestable port6e pra-
tique ont te6 soigneusement notes.

Mais l'evenement le plus remarquable qui a retenu 1'at-
tention de tous, c'est l'heureuse id6e d'organiser ia pratique
de l'Art manager et 1'Economie 0..lrnICl ue q par ia creation
aes Ecoles de l'Enseignernent Rural. Cette pratique
qui doit revolutionner les moeurs et coutumes pasyannes est
assure dans toutes les 6coles rurales par une. Monitrice
sp6ciale.

Madempiselle Marie Ena Bastien, Moritrice de 1'Ecole
d'Orientation de D'Osmond, aidee, .en la circon't ance, de
Mademoiselle Yvonne Desarmes, Monitrice de V 'li&res, a
assure, chaque midi, pendant 'ingt. deux jours, ces aliirs
pratiques d'Art M6nager par la preparation d'un diner suc-
culent, au menu bien balance, offert h tous eIP Instituteurs
du Congres par la courtoisie de la Direction de l'Enseigne-
ment Rural, sous la Superviston g6n6rale de 1'excellente et
civou6e Mademoiselle Mariette Jean, Inspectrice-Institutri-
ce de 1'Economie domestique.
En dehors des Cours classiques, les activities g6nerales ont
eu pour objectif:


S-19-









1---L'Administration de 1'Ecole;
2--Les matieres de base, trait6es par l'Inspecteur LA-
S OTHE;
: 3--Le travail social;
4-L'Education manuelle;
5-L'Education Agricble;
6-L'Economie domestique.

Une 6tude tres approfondie de la Communaut6, faite par
le Directeur qui s'y trouve, a permis d'envisager les probl&-
r!ies gen6raux de chaque locality: les diverse entreprises
des uns et des autres ont 6t6 tr.s suggestives pour tous.
La Mission de 1'Ecole et son aspect 6ducatif ont fait 1'ob-
jet d'une enqu6te tres pouss6e ou des meilleures dispositions
ont t6 prises pour une comprehension plus profonde, un
contact plus 6troit a r6aliser entire 1'Ecole et la Famille ru-
rale.
Tous les Instituteurs ont W6t invites a fournir des rensei-
gnernents sur les rbsultats positifs ou n6gatifs des entre-
1rises tentees ou realis6es durant l'ann6e 6coul6e; c'est-A..
dire, la manifestation de son action social dans le milieu
ci il exerce son influence, en vue des redressements utiles.
Les r6sultats de cette enquete ont prouv6 que la majority
"des membres du Congres ont rempli leur r6le convenable-
imeht, par un heureux effort patriotique et d6sint6ress6.
Ia culture personnelle (g6nerale ou professionnelle) a Bt6
envisage tres s6rieusement au course de ce Congr'ts. < les soht les 6tudes que vous comptez entreprendre pour d6-
velopper votre culture g6enrale?> Voilh la question qui a
WtB pbs6e! Et, pourly r6pondre, une Cooperative intellectuel-
le des Instituteurs a Wte formee avec tous les Membres pr6-
sents au Congres en vue d'une action commune pour faci-
liter la tache a tous: Comniande de livres de formation gB-
nerale, de pedagogie, de journaux, de revues; conditions de


-20 -







paiement, 6conomie, 6pargne, cooperative de Crelit., etc etc,
et surtout le d6veloppement de la solidarity entire eux.
Plusieurs Comites ont assure les travaux manuels: tissa-
ge, 6b6nisterie, vannerie; la salle de couture a fonctionn6
activement sous la direction de Mademoiselle Simone La-
marre.
Les course pratiques de premiers soins ont 6t6 r6alis6s
deux fois par semaine, par la Clinique du Centre d'Orient-
tation de d'Osmond, sous la direction du Chef de la Mission
d'Hygiene et d'action social, M. Philippe Barthblemy. De
nonibreux m6dicanmnts et piqfires furent distribu6s et ad-
ministres.
Le chef de la Section de Supervision de 1'Enseignement
Rural, M. Raphael Philippe, a supervise les course g6n6raux
de perfectionnement pendant deux jours, avec satisfaction.
II a realis6 des course pratiques d'une grande utility. A son
depart trop pr6cipit6, il a heureusement retenu avec atten-
tion les paroles de felicitations adress6es par le Directeur
Philippe Barthelemy de D'Osmond au nom des deux Districts
r6unis. Dans une r6ponse appropriee le distingue Supervi-
seur, en retenant mal son emotion, a remercie les memnbres
des deux Districts du Nord-Est, en leur promettant d'accor-
der la plus grande attention A leurs besoins respectifs.
M. Gabriel D6joie, agronome de la zone du Nord-Est, a
dispens6, durant les deux dernieres semaines, des course pra-
tiques d'agriculture: pratique des semis, plate-bande, bouil-
lie bordelaise; une intressante, demonstration sur le caffier
et un expos tres d6taille sur I'organisation de Credit.
A la fete de Cloture, le Congres a organism une petite ex-
position avec les travaux manuels ex6cut6s durant les trois
semaines du Congres, A laquelle figurerent beaucoup d'ob;
jets: tfois bans tuteurs, paniers, Ceintures mises etc. etc...; objets en pite, descent de lit, pantoufles,
Bventails, etc.'etc; sous-plats, boites A ouvrages etc. etc...


-21-









; A la reception de fermeture, 1'Inspecteur Lamothe, dans
un 61an d'exaltation patriolique, a retrouv6 les accents con
enables pour rappeler, encore une fois, la lourde responsa-
bilit6 de 1'Instituteur destiny a transformer la gent rurale
par la luminre de la Civilisation.
S Puissions-nous trouver en nous-memes, a-t-il affirm&,
par un sincere effort de volont6 et de conscience, des nou-
velles raisons d'esp6rer; afin de r6ussir pleinement notre
tache de Cr6ateur cle l'Homme de demain>>.
D'ailleurs, attention speciale accord6e a l'Enseignement
Rural, cette ann6e, prouve que Son Excellence Paul E. Ma-.
gloire, tient a poser i'armature de la prosperity reelle de son
Gouvernement sur le d6veloppement rationel des ressources
Sagricoles du Pays, en commencant par le bon but, c'est-A-
dire, la I6organisation de 1'En, sPnernemnt Riural et 1'exten-
sion de la Production Agricole pur assurer la rieliesse v6ri-
table au plus grand nombre par 1'exploitation mrthodique
de la terre et surtout par 1'Education.
D'OSMOND ce 31 Juillet 1951.
Cooperative des Instituteurs
des Districts du Nord-Est.

















S2i2















CLOTURE


Mes chers Collaborateurs,

Voici le moment venu de se separer.
Quels regrets!... Nous 6tions si bien ensemble. Nous avons
v6cu des moments si d6licieux!...
Ce Congres s'achive, en souhaits et voeux de toutes sortes,
apres avoir 6tudi6 en commun les problemes divers et avoir
pris la decision formelle d'orienter nos activitCs scolaires
et sociales vers des directives nouvelles.
Je vous en. f6licite sincirement Messieurs et Mesdames.
Vous avez su, avec la meilleure bonne grace, excusez le
pl6onasme) remplir votre devoir d'6tat
Ici je me dois d'adresser des compliments tout particu-
liers au d6vouement et au savoir-faire des distinguees Mo-
nitrices pr6pos6es a familiariser la paysanne haitienne 8.
1'art manager et A 1'6cononjie domestique.
Malgr6 les vacances, malgr6 la chaleur d'Wte, malgr6 les
trois kilometres A parcourir, deux fois par jour, malgr6 la
discipline indispensable au succs de toute reunion, malgre
les privations de toutes sortes, vous vous 6tes acquitt6s, cha-
cun selon le r6le qui lui a 6t6 assign, avec une conscience
admirable.
Je n'ai pas manqu6 de noter le d6sir de chacun de se
distinguer a bien fair.
A part deux petits incidents insignifiants mais regretta-
bles qui ont ete enregistr6s, ce Congres aurait reussi sans
faute et ce serait un triomphe &clatant dans les annales de
votre vie d'Instituteurs.


-23-










Heureusement, ces incidents ne sont certes que les der-
nieres preuves de notre imperfection dans l'art si difficile
de vivre en society, sans heurt, sans froissement, sans fric-
tion, dans le respect de la personnel humaine et surtout dans
la pratique de la charity, la grande charity que chacun dpit
& son semblable.
Cette charity est la vertu des grands; elle inspire le res-
pect et l'admiration; elle distribue la joie et le bonheur.
Nous souhaitons, Messieurs et Mesdames, qu'd une pro-
chaine occasion vous vous souviendrez de la grande contra-
rie6t suscitke par ces 16gers incidents, et vous voudrez bien
les 6viter pour rendre notre tache plus ais6e et votre satis-
faction plus complete.
Maintenant, que vous allez vous disperser les uns et les
autres, je souhaite, selon les voeux du Bureau Central qui a
voulu donner a ce Congres de perfectionnement plus de du-
r6e et lui garantir les meilleures conditions de confort pos-
sibles, je souhaite que vous en emportiez une abondante
provision de techniques nouvelles.
Les course classiques, les demonstrations pratiques, les ac-
tivites sociales et agricoles que nous avons suivis ensemble
vous permettront d'agir selon des plans nouveaux plus per-
fectionn6s.
Ce que vous retiendrez particulikrement, avec plus d'in-
t&ret, parce que cela vous concern d'une maniere splcia-
Ile; ce sera votre culture personnelle qui doit 6tre entreprise
par vous-meme et pour vous-meme en vue de plus d'effl-
cience: car, nous avons essay de vous d6montrer, que plus
on salt plus on vaut, pour Wtre plusutile a soi et anx autres:
ton salt, plus on vaut, pour etre plus utile 6 sol et aux autres:
ses!
<
VoilA la belle devise de l'homme de bien: le Vir bonus des
anciens.
Qu'elle soit aussi la v6tre!...


-24-









En effet lorsqu'on a r&'ellement traverse cc que l'on ap-
pelle couramment ses humanities classiques, avec cet esprit
curieux, avide de; savoir, qui disTingue d6j- les l16ments de
valeur, on arrive a reconnaitre, au course de cette existence
lerrestre, oft se joue la grande com6die humaine. come:
dit Balzac, on arrive a d6couvrir les types univeirsls, hu-
mains, d6ja rencontr6s au course de ces 6tudes sp6ciaTes pour.,-.'
les compare, Ies peser b la balance de sa propre experience .
et les mieux connaitre; c'est-c-dire les mipux comprtndre;
car souvent, l'hommp est un inconnu pour 1'honimne.

C'est une veritable d6couverte lrrsque 1on faith une heu-:: ..-
it.use trouvaille en psychologie pratique Je ne parole pas- *
bien entendu des regles de psychologie classique que l'on
a.pprend, comme vous le savez, dans la premiere parties de
la philosophies; nmais surtout de la psychologie de la vie que-
Ion 6tudie chaque jour sur le vif avee plus de plaisir, plus.
ck profits dans le grand livre de la mystfrieuse nature, mo-;.: -.
dile inimitable des grands artistes, secret ind6chiftrable du -.*
Sphynx de tous les philosophes.

C'est alors gue I'on comprend l'excellence d'une profonde-
pensee:

cQui sait s9us qu'sl fardeau la pauvre ame succfmbe -
(Victor Hug6)
...

(Rostani)

(Voltaire)
eille sur sa demeure et veut qu'elle prospire!...> .
(Francois Copp6e)


-25-









,Quel Dieu, quel moissonneuC' de I'eternei ete
Cette faucille d'or dans le champ des- 6toiles>
(Victor Hugo)

Des penshes de cette force conditionnent la vie mental
de l'elite. Nous en sommes tous plus ou moins impr6gnes;
el la conduite du civilis6 en est un constant reflect.
L'et ude de -cette humanity criblee de points d'interroga-
Sti.'L ai,.ssi insondables que Pinfini des cieux, procure pour-
tat ceette experience toute petite qui eclaire le pas chance-
: ant des hommes sur notre toute petite planted.
V ila,- Messieurs et Mesdames, la veritable connaissance
qui rend l'homme reellement grand sans fatuite, -le rend
bon sans ostentation, le rend sage par la conscience de sa
propre faiblesse et de son incomparable fragility.
C'est pourquoi, il 6prouve tant de volupt6e a voir, chaque
jrur, un peu plus.clair en lui-meme, a iin mp:enlir et a de-
viner la misere d'autrui.
Malheureusement l'inexperience rend 1'hpmmne sans pi-
ti }ilour lui-mime, malgr6 lui. et pou) les aute.s qui en au-
raient eu tant besoin pour mieux vivre
Mais, Messieurs et Mesdames, descendons 'e ces hauteurs
oi l'on doit annuellement faire p616rinage, corner en tei c
sainte; c'est-a-dire comme 1'on vient, pendat deux ou trois
semaines, se retremper dans ses -i'ifricp- qui vivifient, au
course de ce Congres cue, l'heure venue, 1 -n s'empresse de
quitter pour reprendre ses anciennes ot-c. tpfions, tout en
modifiant ses mauvaises habitudes.
Avant de nous s6parer, Messieure et ,-_dr n-rim'. rappe-
lons encore ne fois la lourde responsabilit6 dt' 'Instituteur
(idestin4 .tranformn--r la gent rurale, par la luiniere de la
Cijvilisation.
A ce pIlopos, nou.s :.ouiifgnonz. la pens6e d'un ulteur .-
-tIbre:

-26-










vantage dans la souffrance et le desarroi parce que les g&-
nerations passees, surtout les deux ou trois dernikres, n'ont
pas su transmettre A celles qui les suivaient, le flambeau
de la verite d6sintress6e et de.1'amour sincere.>
Nous ne vouloirs point m6riter pareil reproche A L:otre
tour. Et, dans 1'exercice de notre devoir d'etat, durant Tan- -
nde scolaire 51-52, grace a nos efforts conjugu6s, Institu-
tenrs, Institutrices et Inspecteurs, ncus tacherons de fair
naitre un peu plus de bonheur autour de nous: c'est-a-dire
inspire de la joie, de la. confiance, de la quietLldc. de la paix
et de la stability dans la famille haitir nn e. orienl er les pe-
tits paysans confi6s a nos soins vers une vie phls same et
plus heureuse, et puiser en nous-mnime par un effort de
volont6 et de conscience, de nouvelles r.'ikons d'esperer: afin
de r6ussir pleinement notre tAche de Criateur dr 1'Homme
d- demain.

-,A ehaque fois que la clochette tinte et que l'Instituteur
opere, le myst&rc.de la transformation mental de 1'6duqu6
recolumence et le destiny du Pays se forge -

D'OSMOND ce 28 Juillet 1951.

'Leduc B. LAMOTHE
Inspecteur-Instructeur
Ouanaminthe





'J '--'' -_ -


-27-









1VOsmond, 29 Juillet 1951
Monsieur Leduc B. Lan-othe
Inspecteur-Instructeur

President du Congris des Instituteurs ruraux

.des Districts de Vallibres et de Ouanaminthe.

Monsieur I'Inspecteur,

Permettez-nous de vous presenter sans flatterie nos plus
chaleureuses f~licitations pour la fagon louable don't le Con-
grEs a (tO mera sous votre intelligence et active direction.
SEtant donne q)i'en aucune epoque prec6dente vous n'avez
e'- :la sirpervision d'un district rural, 1'Inspecteur en chef
qui a bien voulu nous honorer de sa visit ne saurait s'at-
tendre, noftxre humble avis, a trouver chez vous tant de
cm competence apr&s seulement 4 mois dans 1'Enseignement
u. Rural. Aussi fut-il agr6ablement impressionn6 en consta--
'tant l'excellence de votre travail. Nous avons par conse&
quent la certitude qu'il est reparti avec la conviction que
Ses course de Perfectionnement auront tout le succes d6sira..
ble dans notre sphere d'action. De leur c6t6, tous les Insti-
~ituteurs- sontunanimes a reconnaitre votre doigt6 et vbtre
Al6vouement inlassable quand vous rentplissez vos devoirs
d'etat.
Ils se sentent d'autant plus heureux qu'ils n'esp6raient
pas trouver le remplacant de Jacques Abel, en conscience
professionnelle surtout. Ils sont visiblement satisfaits. Nul
choix ne pouv'ait 6tre plus heureux ipur la circonscription
ecolaire rurale de Ouanaminthe.
Puisque le pass est garant de l'avenir, nous pouvons, en
ce'qui vous concern, dire que le depart de
I:. 'Inspecteur Abel ne fera nullement p6ricliter le district.
C'est pourquoi, avant de se separer hier, les Instituteurs



.r .-







ont pris la ferme resolution de faire tout ce qui est en leur
pouvoir pour r6aliser dans leurs Hocalit6s respective, ce qui
a Wt6 d6cid6 au course de cet important Congres.
Nous n'avons pas manqu6 de noter les applaudissements-
r6p6t6s de l'auditoire au course et A la fin de vos discours
d'ouverture et de fermeture du Congres
Encore une fois, compliments.
Veuillez agr6er, Monsieur l'Inspecteur, 1'expression de
mon respectueux d6vouement.

8: E. BARTHELEMY
Cooperative des Instituteurs
Sdu Nord-Est.


-29.-











(COOPERATIVE DES INSTITUTEURS
DES DISTRICTS DU "NORD-EST"' (E. R.)

Nous, soussignes, Instituteurs et Institutrices de l'Ensei-
gnement Rural, des Districts du Nord-Est (Ouanaminthe
et Valli~res, d6clarons Vouloir former et de fait nous for.
mons, par la pr6sente, une Coop6rative dans le but:

:u--d'6tablir entire nous, les membres de cette Associa-
tion, de plus grande relations et une plus effective
solidarity;
2o-de developper I'esprit de Corps dans l'Enseignement
Rural;
3o-de crier un movement intellectual digne de cette
S branch du Corps Enseignant;
4o-de prendre toutes les measures n6cessaires pour attein-
dre ce but; en commengant par organiser un bureau
administration selon les reglements qui seront dic-
tes par la Cooperative; et 6diter un Bulletin MIensuel
de ses Activites;
5o-de constituer une Spar tous les Membres, selon une cotisation mensuel-
le determine et d4posee A la Banque Nationale de la
R6publique d'Haiti, par la Cooperative;
6o-d'etablir un compete special pour chaque d6posant
dans les livres de Comptabilit6 de la Cooperative. La
cotisation minirium est de DIX GOURDES;
7o-de fire des commander d'ouvrages p6dagogiques de
perfectionnement, de culture g6n6rale, de travaux


30.-








manuels, des revues litt6raires et agricoles, des jour
naux strangers et haitiens, des Cours par Correspon-
dance, etc. etc.; selon les r6glements qui seront pre-
vus a cet effect et selon le choix et les disponibilit6s
de chaque d6posant. apres un delai raisonnable, de
six mois au moins;
8o-de payer en common certain frais indispensables t
la bonne organisation de la d0oop6rative3;
9o-de r6aliser la decision prise par tous les Instituteurs
et Institutrices des deux Districts, au course du der-
nier Congrbs, de cr6er, pour le d6veloppemnent intel-
lectuel et nioral des Instituteurs coop6r6s, un orga-
nisme de progres constant;
10-t-Cette Cooperative est d'ores et dejA plhc6e sous la su-
pervision respective des Inspecteurs-Instructeurs des
deux Districts et sous la protection du Bureau Cen-
tral de l'Enseignement Rural & Port-au-Prince aux.
quels seront soumis toutes les activities de cette Coo-
p6rative d6nomm6e:

DU "NORD-EST"> (Enseig Rural)

D'Osmond, le 26 Juillet 1951.
(S) :-Mme Lucienne Philogene, Ant. Fanfan, E. Raphael,
D. Jean, R. H6riveaux, Ign. Codio, Carmen Etienne, Philoc-
t6te, Edith Calixte, Ira Bidon, Odette Manigat, Florvilus
M&c6jour, Melle Yvonne Desarmes, Melle Frangoise Sys-
vain, Mme oFrtun6 Audate, Joseph Saint-Fleur, Francois
Clestin, Ignace Cbdio, Mucius Saint-Fleur, Melle Elmina
M6nard, Paul Dyg6nie Pierre, Antatus Raphael, Mme Elie
Brutus, M1ale Anthony Denis, Philosias Jean, Cl6ophat Elie,
Bernadin Codio.


-31 -









PROJECT DE TRANSFER


INSTITUTEURS
1-Philipjpi- Barthelemy (Dir.)
Sinionne Lamarre
Absalon Chariot (S-Dir)
Raphael M6hu
St6nio Dieudonn6
Gabriel Salvant
Mme Raphael M6hu
Destined Abel
Luce St-Phard
2-Herman Monereau
Louisa Nicolas
Jean Jacob
3-Philoct6te Codio (Dir)
Irna Codio
Melsen Jasmin
: 4--Ducasse Emilien (Dir)
SMme Jerson Alexis
5-Joachim Jasmin (Dir)
Mme Joachim Jasmin
Raphael J6rome
-6-Eberle Berthol (Dir)
S Mme Arsene Lamour
S 7-Santa Isaac
Mme Frangois Jean (Dir)
. 8--Eugene Barth6lemy (Dir)
SMme Eug. BarthBlemy ( )
9-Robinson H6riveaux (Dir)
10-Jasmin Etienne


POSTES ACTUELS
Dosmond
Dosmond
Dosmond
Dosmond
Dosmond
Dosmond
Dosmond
Dosmond
Dosmond
Grand-Bassin
Grand-Bassin
Grand-Bassin
Mont-Organise
Mont-Organis6
Mont-Organis6
Acul Samedi
Acul Samedi
Perches
Perches
Perches
Terrier Rouge
Terrier Rouge
Terrier Rouge
Terrier Rouge
Capotille
Capotille
Acul-des-Pins
-Bayaha


-32-










Jodel Ch. Pieiie (Dir)
11-D. Stephen J. Anton, Dr.
12-Andre DMlice
Marie Enna Bastien
Antony Fanfan
Moneus Moreau
Nedere Williams
13-Mme Nina Cherry
Josephine Bastien (Dir)
Irla Bikon
l4-St6phen Cherenfant (Dir)
Enis Audate
Mme Lucienne Philogene
Odette Manigat-
15-Gabriel Codlo


Dun:ar
Dumas
Ferrier .
Ferrier
Ferrier
Ferrier
Ferrier
Lamine
.Lamine
Savanne-au-laii
Savanne-au-lait
Savanne-au-lait
Savanne-au-lait
Savanne PonOue


L'auteur tient a souligner
que les IntHtuteurs don't les
noms figurcnt ci-dessus ont
igalement signal I'Acte de
Constitution de la Coopera-
tive.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs