• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Hommage á S. E. Monsieur Gérard...
 La delegation Haitienne a la conference...
 Liste des ouvrages du gnral...
 Etats de services du général...
 Prelude
 Hommage au president Roosevelt
 Sous le signe de la paix
 La ville de San Francisco
 La republique d'Haiti dans l'organisation...
 L'Ethiopie à la conference
 La charte des nations unies
 Instructions presidentielles
 Caracteres generaux de la...
 Premiere conference mondiale tenue...
 Principes et buts de la charte
 Les amendements
 Proposition lescot
 Amendements intellectuels...
 La haute portee de la proposition...
 Principaux organes de la chart...
 Assemblée générale. Considérée...
 Assemblée générale. Considérée...
 Conseil de Securite. Considéré...
 Conseil de Securite. Considéré...
 Les accords regionaux. Considéré...
 Cooperation economique et sociale...
 Conseil economique et social
 Regime international de tutelle....
 Cour internationale de justice
 Secretariat general
 Les blocs de nations en presence...
 Quelques opinions autorisees concernant...
 Efforts des nations democratiques...
 Activites feminines
 L'entr'aide un des principaux caracteres...
 Epilogue
 Table of Contents














Group Title: La charte des Nations unies : etude comparative de la charte avec : les propositions de Dumbarton Oaks, le covenant de la Societe des nations, les conventions de la Haye, les propositions et doctrines inter Americaines
Title: La charte des Nations unies
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072576/00001
 Material Information
Title: La charte des Nations unies âetude comparative de la charte avec: les propositions de Dumbarton Oaks, le covenant de la Sociâetâe des nations, les conventions de la Haye, les propositions et doctrines inter amâericaines
Physical Description: xv, 17-188 p., 1 l. : ; 21 cm.
Language: French
Creator: Nemours, Alfred, 1883-
Publisher: H Deschamps
Place of Publication: Port-au-Prince Haèiti
Publication Date: 1945
 Subjects
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: "Liste des ouvrages du gâenâeral Nemours": p. viii-x.
General Note: At head of title: Gâenâeral Nemours.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072576
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 14078672
lccn - 46022436

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Hommage á S. E. Monsieur Gérard Lescot
        Page v
        Page vi
    La delegation Haitienne a la conference de San Francisco
        Page vii
    Liste des ouvrages du gnral nemours
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Etats de services du général nemours
        Page xi
        Page xii
    Prelude
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Hommage au president Roosevelt
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Sous le signe de la paix
        Page 21
    La ville de San Francisco
        Page 22
    La republique d'Haiti dans l'organisation nouvelle "les nations unies"
        Page 23
        Page 24
    L'Ethiopie à la conference
        Page 25
        Page 26
        Page 27
    La charte des nations unies
        Page 28
        Page 29
    Instructions presidentielles
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Caracteres generaux de la charte
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
    Premiere conference mondiale tenue en Amerique. San Francisco. 1945
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    Principes et buts de la charte
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Les amendements
        Page 47
        Page 48
        Page 49
    Proposition lescot
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
    Amendements intellectuels Haitiens
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    La haute portee de la proposition Lescot
        Page 65
        Page 66
        Page 67
    Principaux organes de la charte
        Page 68
        Page 69
    Assemblée générale. Considérée au point de vue des propositions de dumbarton oaks et du covenant de la S.D.N.
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Assemblée générale. Considérée au point de la charte des nations unies
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
    Conseil de Securite. Considéré au point de vue des propositions de dumbarton oaks et du covenant de la societe des nations, etc.
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
    Conseil de Securite. Considéré au point de vue de la charte des nations unies, etc.
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
    Les accords regionaux. Considéré au point de vue du covenant de la S.D.N., de la charte des nations unies, et des pactes inter-americains
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
    Cooperation economique et sociale internationale
        Page 140
        Page 141
        Page 142
    Conseil economique et social
        Page 143
        Page 144
        Page 145
    Regime international de tutelle. Considéré au point de vue du covenant et de la charte
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Cour internationale de justice
        Page 153
        Page 154
        Page 155
    Secretariat general
        Page 156
        Page 157
        Page 158
    Les blocs de nations en presence a San Francisco
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
    Quelques opinions autorisees concernant la charte des nations unies
        Page 164
        Page 165
        Page 166
    Efforts des nations democratiques en faveur de la paix de 1935 a 1940
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
    Activites feminines
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
    L'entr'aide un des principaux caracteres originaux de la charte
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    Epilogue
        Page 185
        Page 186
    Table of Contents
        Page 187
        Page 188
        Page 189
Full Text








A
AU,
U










...... ....




4 1
DES














'A*TE










GENERAL NEMOURS.

Ancien Gouverneur Militad/ 4. Arrondissements de
la Grand'Anse et du Cap-Haitien
Ancien Premier Conservateur du Musde National
Ancien E.E. et Ministre Plenipotentiaire d'Haiti en France
Ancien Secretaire d'Etat de'l'Int6rieur
Ancien Vice-President de 1'Assembl6e de la
Society des Nations
Ancien Pr6sident du Conseil d'Etat






LA CHARTE

DES NATIONS UNIES





Etude Comparative de la Charte avec:
Les Propositions de Dumbarton Oaks
Le Covenant de la Societe des Nations
Les Conventions de la Haye
Les Propositionset Doctrines Inter Americaines.


'EDITIONS:
HENRI DESCHAMPS
PORT-AU-PRINCE. HAITI.
1945.














EN HOMMAGE PARTICULIER D'ESTIME

A SON EXCELLENCE

MONSIEUR GERARD LESCOT

SECRETAIRE D'ETAT DES RELATIONS

EXTERIEURES

!PRESIDENT DE LA DELEGATION HAITIENNE

A LA CONFERENCE DE SAN FRANCISCO

AUTEUR DE LA PROPOSITION LESCOT

DE NON-DISCRIMINATION

RACIAL ET RELIGIEUSE


GtN2RAL NEMOURS












LA 'DELEGATION HAITIENNE A LA CONFERENCE
DE SAN FRANCISCO.

A -la Conference Internationale de San Francisco, oh fut
lance par S.E. Monsieur G6rard LESCOT, Secr6taire d'E-
tat des Relations Ext6rieures, Pr.sident de la Delegation
Haitienne, le fameux Amendement sur la Non-Discrimi-
nation Raciale et Religieuse, que j'appelle la <(Proposition
LESCOT,, la Delegation Haitienne 6tait ainsi comiposee:
President: S.E. Monsieur G6rard LESCOT, Premier D6-
16gu& Pl6nipotentiaire.
Deldguds Pldnipotentiaires:
M. Vl1y Th6baud, Secr6taire d'Etat de TInterieur, de
la Justice et de la Defense Nationale.
M. le G6enral Neniours, President du Senat.
M. Andre Liautaud, Ambassadeur a Washington.

D~l6gues:
M. Pierre Chauvet, Sous-Secr6taire d'Etat 1'Econb-
mie Nationale.
M. Antoine Bervin, Charge d'Affaires 9 la Havane.
M. le Major A. Levelt, Commandant 1'Ecole Milltaire.
M. Louis Moravia, Chef de la Correspondance GenB-
rale au D6partement des Relations Exterieures.
M. Joseph Nadal, President de la Chambre de Com-
merce.
M. Louis Gardere, Secr6taire du Pr6sident de la D61-
gation.
Mme Ren6e Mangonss, Stenographe.
Attaches de Presse:
M. G6rard de Catalogne, Directeur de
M. Roussan Camille, R6dacteur .a Haiti-Journal.










LISTE DES OUVRAGES DU GENERAL NEMOURS.

I.-HISTOIRE DE TOUSSAINT LOUVERTURE.
Ouvrages Parus:
1.-Histoire du Gouvernement de Toussaint Louverture
et de sa Guerre centre Leclerc, dans 1',Histoire Mili-
taire de la Guerre de 1'Ind6pendance de Saint-Do-
minguev. Avec toute la Correspondance Secrete du
General Leclerc. 2 vol.
Berger-Levrault. Paris. 1925-1928.
2.--Histoire de la Captivit6 et de la Mort de Toussaint
L6uverture,. -Notre P6lerinage au Fort de Joux>.
Berger-Levrault. Paris. 1929.
3.-Quelques Jugements sur Toussaint Louverture6.
SV. Valcin. Port-au-Prince. 1938.
4.-eHistoire de la Famille et de la Descendance de
Toussaint Louverture,.
Imprimerie de 1'Etat. Port-au-Prince. 1941.
5.-Histoire des Relations Internati6nal'es de Toussamt
Louvertures.
Imprimerte du College VertiBres. Port-au-Prince. 1945.
6.- Toussaint Louverture fonde la Libert6 et 1'Egalit6
a Saint-Domingue.
Imprimerie du College Verti&res. Port-au-Prince. 1945
A Paradtre:
1.- ture,.
II.-HISTOIRE MILITAIRE DWHAITI.

Ouvrages Parus:
1.-- Imprimerio .La Conscience,. Cap-Haitien. 1909. Eluis6,
2.-Toussaint Louverture -organise la Nation Haitienne
et inaugure la Guerre de l'Ind6pendance. (

VIII










Militaire de la Guerre d'Ind6pendancw de Saint Do-
mingue,).
2 vol. 1799-1801-1802.
Berger-Levrault. Paris. 1925-1928.
A Paraitre:
.1.-Organisation Militaire de Saint Domingue: les trou-
pes Europ6ennes Blanches, les troupes Indig&nes
Noires. 1707 a 1792-1801.
2.-Les Expeditions ExtBrieures en Amrrique du Sud et
du Nord des Troupes Europ6ennes et Indigenes.
Carthagene. Savannah. 1697-1779.
3.-.Contribution de Saint Domingue A la Guerre de
1'Ind6pendance des Etats-UtZis de 1'Am6rique du
Nord.
Pensacola. Yorktown. 1781.
4.-Toussaint Louverture organise les Forces Militaires
et Sociales, pursuit et achieve victorieusement les
Guerres de la Libert6 et de 1'Egalit6. 1791-1798.
5.-Dessalines pursuit et ach&ve victorieusement la
Guerre de 1'Ind6pendance. 1802-1803.
6.-L'Organisation Militaire du Roi Christophe. 1810 &
1820.
III.-HISTOIRE POLITIQUE
ET SOCIAL D'HAITI.
Ouvrages Parus:

1.--Les Borno dans 1'Histoire d'Haiti,. Imprimerie de
I'Etat Port-au-Prince. 1926. Epuise.
2.--Les Premiers Citoyens et les Premiers D6put6s
Noirs et de Couleur'.
Imprimerie de 1'Etat. Port-au-Prince. 1941.
A Paraitre:
l.--Les Premiers H6ros et les Premiers Martyrs de la.
Liberty et de 1'Egalit6 A Saint Domingued.
2.-<-Saint Domingue et la Politique Coloniale de la Re-
volution Frangaise.
IX










IV.-DROIT INTERNATIONAL PUBLIC.
Ouvrages Parus:
1.--Craignons d'etre un Jour 1'Ethiopie de Quelqu'un>.
Conflit Italo-Ethiopien 1935.
Imprimerie du Collage Vertieres. Port-au-Prince. 1945.
2.--La Charte des Nations Unies.
Editions Henri Deschamps-Haiti. 1945.

SV.-DIVERS.
1.-Ma Canipagne Frangaise>. Crepin. Port-au-Prince.
1919. Epuis6.
2.-,Princesses "Creoles>. Avec une Preface de Claude
Farrere, d, 1'Acad6mie Frangaise. Berger-Levrault.
Paris. 1927.
3.--Bi3,liotheque du Docteur et du General Nemours>.
V: Valcin.. Port-au-Prince. 1938.














ETATS DE SERVICES DU GENERAL NEMOURS
Bachelier Es-Lettres Philosophie et Licenci6 en Droit,
apres avoir fait toutes ses etudes h Paris.

I.-CARRIERE MILITAIRE.
Elve a 1'Ecole Speciale Militaire de Saint-Cyr 1902-1904
Lieutenant ................................ 1904
Capitaine ....................... ........... 1905
Com m andant ................................. 190.8
Colonel ................. ...................... 1909
Adjudant-G&neral ............................. 1910
General, Gouverneur Militaire de la Commune
du Trou ....... .......................... 1910-1912
General, Gouverneur Militaire des Arrondissements:
de la Grand'Anse, du Cap-Haitien ... 1914-1915

II.-CARRIERE POLITIQUE.
Conseiller d'Etat ......... ........... 1918
Secrtaire du Conseil d'Etat............ ,1922
President du Conseil d'Etat ............ 1922 et 1926
President de 1'Assembl6e Nationale .... 1922, 1926, 1941
Conseiller d'Etat ....................... 1925-1926 et 1930
Conservateur du Musbe National ...... 1937
S6nateur de la R6publique ............. 1938
President du Comit6 des Relations Ex-
terieures ............................ 1939
S Secr6taire, d'Etat de 1'Interieur ......... 1940
President du S&nat, depuis ............. 1941.

III.-CARRIERE DIPLOMATIQUE.
Membre de la Mission Militaire envoyee aux
Etats-Unis a 1'Exposition de Jamestown .... 1908
Charge d'Affaires d'Haiti en Hollande ........ 1922-1925


1 XI












E.E. et Ministre Plenipotentiaire d'Haiti en
France .............. .................. 1926-1930
Premier De16guB d'Haiti A la Soci6te des Na-
tions ..................... ... .. ...... 1926
Membre de la Commission de l'Ordre du Jour 1926.
Vice-Pr6sident de la Vie Commission de la
S.D.N. ................. .................... 1926
Membre de la Commission du Contr6le de la
S.D.N. ...................................... 1927
Vice-Pr&sident de 1'Assemblee de la Soci6t6 des
N nations ........ .. ............ ............ 1927
D616gu6 permanent d'Haiti aupr&s de la S.D.N.,
depuis .................. ....... ... 1929
Representant d'Haiti A la Tribune Internationale 1934
President de la Delegation Haitienne a la XVIe
Session de 1'Assembl6e de la S.D.N. (Diffe-
rend Italo-Ethiopien) .................. 1935
D6legu6 Pl~nipotentiaire d'HaYti A la Conf6ren-
Sce de San Francisco ........ ............. 1945


. XII













PROLOGUE


Ces Pages, commences a San Francisco, sur les
boids du Pacifique, qui leur donnera, je l'espere,
son ampleur et sa serenit6, ont dt6 achevies dans
une petite locality des montagnes d'Haiti, Kenskoff-
la-Fraiche. -Le paysage rappelait celui de la Suisse,
aux abords du lac des Quatre Cantons. On se serait
cru & Locarno. Ce nom reveille en moi le souvenir
d'Aristide Briand, I'infatigable et courageux apotre
de la Paix, le ndgociateur des Pactes d'Assistance
Mutuelle Briand-Kellog et de Locarno. J'accepte
cette rencontre comme une pricieuse indication du
Destin. Que le grand example de Briand m'inspire!
Que mes simples pages soient imprggndes de I'ar-
dent desir de Paix de celui qui proclamait qu'il ne
ddclarerait jamais la guerre.

Ce n'est pas seulement dans La reality physique
que sur les sommets 'on voit tout, l'on consider
tout de haut et de loin, dans une magnifique vue
d'ensemble, une apaisante synt4hse. Les petites
difficulties, les mille details disparaissent pour ne
plus permettre de voir que l'ensemble. Plus on
s'eleve, plus cet ensemble des montagnes, des
vallees, des champs, des villes, des pens6es et des
actions humaines se degage, s'amplifie, parait


XIII










harmonieux et plein de majeste. Travail de syn-
these qui ne peut s'operer que dans le came et la
sdrdnitd. On ne les rencontre, de m&me qu'on ne
respire 'air pur, que sur les hauts sommets rd-
vdlation divine. Les vilenies, les petits calculs, les
bassesses ont disparu. Et nedemeure que la Penske
directrice qui a inspired I'Action.
SC'est amsi que, grdce a mes deux observatoires,
- San Francisco, au bord de l'Ocdan, Kenskoff ju-
chd 'sur les montagnes j'ai 6tudid et compared
sous leurs diff6rents aspects, leurs causes, leurs ef-
fets, les Trois Instruments Diplomatiques, les Trois
Pactes Internationaux: le, Covenant de la Socidtd
des Nations, les Propositions de Dumbarton Oaks,
la Charte des Nations iUnies.

Que ces reflexions d'un homme de bonne volonte,
qui cherche la vdritd dans tous les domaines, parmi
les hommes comme parmi les dieux, arretent 1n -
instant la pensde du Lecteur sur ce grand probl6-
me: le maintien de la Paix.
Et le temps que j'ai passe & m*diter n'aura pas
dtg tout a fait inutile.

Pour resoudre toutes les questions, il faut les do-
miner. Pour les dominer il faut les connaitre a
fond. Et il faut trois qualities de l'Esprit: il faut
qu'il soit puissant et souple et que, nourri fortement
du pass, sans perdre'contact avec la reality pr-.
sente, il envisage toujours I'avenir.


XIV










Qualitis qui semblent contradictoires: dispositions
intellectuelles rarpment r6unies dans le mime in-
dividu. Mais qualitis et dispositions indispensables
pour comprendre, pour agir, pour bdtir.











CHAPITRE I


HOMMAGE AU PRESIDENT ROOSEVELT

Au d6but de ces pages, je voudrais rendre un hom-
mage particulier au Pr6sident Franklin Delano
ROOSEVELT. Sa m6moire demeure v6n6r6e pour
nous, Haitiens. Nous lui devons un tribute particulier
de respect et de reconnaissance, et le regret de sa
brusque disparition nous est plus sensible qu'a au-
cune autre Nation. Lui, qui a d6clar6 au Pr6sident
LESCOT, qu'il honorait d'une amiti6 et d'une estime
particulibres: d'Haiti sera inscrit dans mon coeur car... je me suis
beaucoup int6ress6 au d6veloppement de cette R6-
publique>.
C'est en Haiti que le Pr6sident ROOSEVELT a
inaugur6 cette politique de Bon Voisinage, qui devait
grouper, en un faisceau solide, toutes les Republiques
Ambricaines. C'est en Haiti qu'il en a fait la premiere
application.
Sans consulter qui que ce soit, que son immense
d6sir d'Egalite et de Justice, le President ROOSE-
VELT, le Chef respect de la plus Grande et de la
plus Puissante Nation du Nouveau Monde, peu de
temps apres son accession au Pouvoir, est venu ren-
dre visit au Pr6sident St6nio VINCENT, Chef d'Etat
de l'une des Nations don't le territoire est le plus res-
treint, si son Histoire est l'une des plus magnifiques.


-17-










LA CHARTER, DES NATIONS UNIES

Et le President ROOSEVELT, a d6cid6 de lever im-
m6diatement une occupation militaire, qui se prolon-
geait, sans objet, depuis plusieurs annles.
Mieux que cela. Dans toutes les questions qui se
pr6sentaient, dans lesquelles 6taient en jeu des init&
r&ts ambricains et haitiens, d'un coeur g6inreux, il
a souvert fait pencher la balance en faveur des in-
te'rts haitier,3, leur accordant des avantages que la
grandeur d'Ame am6ricaine acceptait d'un esprit fa-
vorable.
Aussi, dans la ville oi eut lieu la rencontre des
deux Chefs d'Etat, des lettres d'or, graves sur une
plaque de marbre, rappellent l'entrevue historique.
Mais pour conserver le souvenir de cette 6mouvante
visit, nous avons mieux, m&me que des lettres do-
rees gravees sur une plaque de marbre. Car c'est
dans le ccur de chaque Haitien qu'est grav6 le nom
respect du President Franklin Delaho ROOSE-
VELT.
En ce qui me concern sp6cialement, ce n'est pas
sans une immense douleur que je songe au malheur
qui a priv6 le Monde de l'esprit clairvoyant, du cceur
gen6reuk du Pr6sident ROOSEVELT. Je n'ai pas
attend aujourd'hui pour lui manifester mon admi-
ration. Membre du S6nat, avant meme d'avoir I'hon-
neur d'en pr6sider les d6bats, j'avais d6pos6 A la
S6ance du S6nat, le 20 Avril 1939 une motion tendant
A accorder au .President ROOSEVELT le titre de Ci-


-18-










LA CARTE DES, NATIONS UNIES

toyen des Trois Ambriques. Et comme je pensais que
c'6tait un veritable devoir d'associer a cet hommage
l'admirable Compagne du President, j'avais pr6sent6
les respectueuses et enthousiastes felicitations du S&-
nat Haitien A la grande Dame, raussi courageuse que
chretienne, qui, sensible aux grandes id6es levees,
faisant de tous les Hommes une seule Famille, avait
ouvert les salons de la Maison Blanche a la fameuse
Cantatrice Noire, Maria Anderson.
Afin de mieux marquer son enthousiaste appro-
bation, le Senat Ha'tien, tous ses Membres debout,
confondant dans une meme admiration le President
et Madame ROOSEVELT, leur adressa ses plus cha-
leureuses et respectueuses felicitations.
President du S6nat de la Republique d'Haiti, a la
nouvelle de la mort du President ROOSEVELT, j'ai
adress8, le 13 Avril 1945, au nom du S6nat Haitien,
un t6elgramme au President du Senat de la R6pu-
blique des Etats-Unis. Et, avant de lever' la Seance,
en signe de deuil, je pronongais un Discours, saluant
la grande m6moire du President Franklin Delano
ROOSEVELT, un Homme qui faisait honneur h 1'Hu-
manit6.
C'est afin de renouveler au President et h Madame
ROOSEVELT, mes respectueux hommages, que j'ai
tenu ecrire leurs noms honors au d6but de ces
Lettres 6crites sur les groves dorees du Pacifique
immense.


-19 -










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

J'ai rappel6 le nom v6n6re du President ROOSE-
VELT parce que c'est son esprit qui :a domino toutes
les discussions de la Conference; son Esprit d'Equit6,
de Justice et de Pr6voyance. C'est sous sa haute ins-
piration qu'a 6t6 fix6p cette Charte de l'Humanit6.,
Franklin Delano ROOSEVELT demeure,: pour tous,
un grand example. II a r6alis6 ce que sa mere sou-
haitait: droit et bon, honorable et juste. Il a r6alis6 davan-
tage. Madame Franklin r6sumait ces qualit6s qu'elle
voulait trouver en son fils par ces trois mots: Am6ricain exemplaire>>. Franklin Delano ROOSE-
VELT a te6 cet: .
Mais il nous a prouve que pour &tre aussi un Hom-
me exemplaire, il fallait poss6der ces qualities. Il a
airisi elev6 et g6n6ralis6 le souhait g6n6reux de sa
mere.
En tragant la figure de l'Americain exemplaire,
Madame Roosevelt mere, a ainsi trac6 la figure de
1'Homme Exemplaire. Son fils devait r6aliser. son
g6nereux desir et faire de ce souhait magnifique une
magnifique r6alit6.
Franklin Delano ROOSEVELT nous a prouve que
celui qui voudrait etre l'Homme exemplaire, devait
poss6der les qualit6s de 1'Americain exemplaire.


-20-














CHAPITRE II


SOUS LE SIGNE DE LA PAIX.

Devant cette immensity bleue, si came, si recueil-
lie, si apaisante, comment la moisson g6nereuse des
Idees de Justice et de Fraternit6,' ne leverait-elle pas
en nous? Et devant cette mer si unie, qu'on la dirait
d'un immense bloc 6tincelant, sans une asperite, com-
ment ne comprendrait-on pas la beauty simple et forte
de 1'Union et de l'Egalit6?
Justice, Fraternite, Union, Egalite, tels sont les
sentiments qui montent du coeur, les mots qui affleu-
rent a nos levres, lorsque 1'on m6dite devant cet Oc6an
immobile et tranquille, infini et puissant, don't I'apai-
sant symbol est une vertu de cette magnifique Con-
tr6e.
C'est sous le signe reconfortant de la Paix et du
Bonheur, qui sont n6s de la divine reunion de la
Justice, de la Fraternit6, de 1'Union et de 1'Egalit6,
que j'ecris ces pages, composes en face du Pacifique,
inspires par l'Oc6an Pacifique.
Que la majesty de Neptune le Pacifique, le dieu
firre de Jupiter l'Olympien, donne a ma pens6e la
S6r6nit6, cherch6e ailleurs en vain, et trouvee sur
ses bords.


w.-21-













CHAPITRE III


LA VILLE DE SAN FRANCISCO.

II faut remercier le Destin qui a voulu que la Con-
f6rence Internationale, de laquelle devait sortir une
meilleure Organisation du Monde, se r6unisse A San
Francisco, aux bords du Pacifique. La ville de Saint
Frangois, 1'homme de bont6, qui aimait la Vie dans
toutes ses manifestations, qui adoucissait les fauves
et les hommes et enlevait au feu meme sa malfaisance.
Dans 1'atmosphere lumineuse de cette Ville, aux
monuments d'une architecture imposante et ordon-
nee, aux buildings 6lanc6s, aux jeunes filles 61lgantes,
soeurs d'Apollon et compagnes de Diane, toutes les
controversies s'apaisent, toutes les questions s'6clai-
rent.
Les buts humanitaires sont proposes aux D6ligu6s
de 46 Nations, buts d'un id6alisme elev6 et d'un r6a-
lisme assure.
II faut faire entrer dans les rapports entire les Na-
tions, entire les Peuples, entire les Hommes, ces senti-
ments de Justice, de Fraternit6, d'Egalit6, de Dou-
ceur, qui composent le climate moral de la Californie,
contr6e divine. II faut en faire de solides et fruc-
tueuses r6alit6s.
Soyons les bons ouvriers de I'Humanit6, dans cette
contrie divine, nous a qui le Destin a r6serv6 de re-
construire le Monde.

22--











CHAPITRE IV


LA REPUBLIQUE D'HAITI DANS
L'ORGANISATION NOUVELLE
(.

Haiti, dans le concert des Nations et des Peuples,
occupe une place a part,, car Haiti est un Symbole.
Haiti, veut dire: Liberte, Egalit6, comme le bonnet
phrygien plant au bout d'une pique, signifiait l'aboli-
tion des privileges. Haiti est l'affirmation du principle
de 1'Egalit6 des Races Humaines. La est la significa-
tion profonde de la place d'Haiti, sa raison d'etre dans
le concert des Nations. La est son r6le. Pour le bien
remplir il faut que ses repr6sentants en soient bien
persuades. Pour qu'ils le soient, il faut qu'ils connais-
sent exactement ses luttes pour la Libert6, pour 1'E-
galit pour 1'Ind4pendance. Et il faut que, malgr6 les
sarcasmes, ils aient le courage de rappeler ses lon-
gues et douloureuses luttes, ses 6clatantes-victoires.
Au seuil de l'Organisation du Monde Nouveau, pour
expliquer quelle sera son attitude dans la nouvelle
reunion des Nations qui se forment dans un but de
loyaut6, voila ce qu'il faut qu'Haiti declare: La R6pu-
blique d'Haiti-Membre de l'Organisation Internatio-
nale portant le nom de <>,,dont l'un
des buts principaux est de < merit de relations amicales entire les Nations... et de
realiser la cooperation international dans la solution


-23-










LA CHARTER DES NATIONS UNIES

des problemes humanitaires internationaux d'ordre...
social ou autre>,-la R6publique d'Haiti, symbol de
Liberty et d'Egalit6, proclame que le moyen le plus
certain de parvenir a ces buts 6lev6s, est de d6clarer
que les bases slides sur lesquelles s'appuie l'Organi-
sation Internationale, appel6e ,
sont, entire autres: l'Egalite Juridique des Etats et
'Egalit6 des Races Humaines. L'on ne peut dissocier
ces deux principles, car 1'on ne peut pas plus 6tablir
de discrimination entire les Etats au point 'de vue:
Droit, que l'on ne peu.t en 6tablir entire les Hommes
au point de vue: Race.
Tous, Hommes et Nations, quelque soit le stade de
civilisationn auquel ils soient parvenus, qu'ils fassent
ou :iinh pai-tie de 1'Orgariisation Internationale, les
Nations Unies, ont droit a la meme Justice, aux nm-
mes traitements.
La march plus ou moins rapide dans le Progres,
ne peut determiner le traitement plus ou moing ri-
goureux a infliger A un Homme ou a une Nation. Le
traitement doit 6tre le meme pour tous. II doit 6tre
determine par la seule Justice. Les Nations Unies
font de la Justice la cause et la raison d'etre de leur
groupement. Appel6e par elles toutes, la voilA, la Jus-
tice, qui s'avance, portant en ses, mains: la Force au
service de l'Egalit6.
J'6nonce le But Supreme: dans des Nations libres
et 6gales, doivent vivre des Hommes libres et 6gaux.

-24 -












CHAPTRE V


L'ETHIOPIE A LA CONFERENCE.

J'ai 6t6 tres inu de revoir et d'entendre le Del6gu6
de 1'Ethiopie. Moi qui n'avais pas craint, en Septem-
bre et en Octobre 1935, lors de 1'evocation du Diff6-
rend Italo-Ethiopien, devant la Soci6t6 des Nations,
de monter a la Tribune pour fl6trir l'agresseur et pr6-
senter la defense de ce petit Peuple noir d6sarme.
J'ai 6t6 d'autant plus heureux de revoir et d'applau-
dir Blatta Ephrem Twelde Medhen, aujourd'hui Mi-
listre de l'Ethiopie a Washington, qui m'avait bien
connu a Geneve, ot il faisait parties de la D6legation
Ethiopienne. Depuis 1935, depuis une dizaine d'an-
nees, les D616gu6s des autres Nations n'avaient plus
vu le D616gu6 de 1'Ethiopie a une tribune internatio-
nale. Depuis une dizaine d'ann6es ils he l'y 'avaient
plus entendu.
Depuis qu'avait tonn6 h Geneve la voix de 1'Empe-
reur Haile Slassi6 qui, marqu6 par le Destin, pour
un moment avait 6t6 la Conscience de 1'Humanit6.
11 n'y a que les 6tres marquis ainsi par le Destin et
qui sont n6s pour de grandes choses, qui peuvent r6-
sumer en eux et representer et exprimer l'Opinion
Universelle.
Antigone l'avait 6t6 lorsqu'elle r6clamait la pree-
minence des lois non 6crites, sur celles que pouvait


-25-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES.

avoir 6dictes un tyran. Elle l'avait W6t encore lors-
qu'elle avait declar6 que son ceur 6tait fait pour
l'amour et non pour la haine et qu'elle portait en
elle, une foi indestructible en la Justice. C'est elle
qui m'a donn6 cette assurance.
L'Empereur d'Ethiopie avait prouv6 que de pareils
sentiments d'Humanit6 et de Justice vivaient en lui,
dirigeaient sa conduite et etaient les raisons deter-
minantes de tous ses actes.
Lorsque je vis le D616gu6 de 1'Ethiopie, dress6e la
Tribune, nouvelle Statue de la Justice invincible,
quels battements de coeur je ressentis! J'entendis de
nouveau, comme ei 1935, la voix du D616gu6 Ethio-
pien, Tecl6 Hawariate, me remercier, en terms 6mou-
vants, de ma double intervention.
Des applaudissements saluerent le nom respect de
son auguste Souverain, symbol du Droit, non encore
apaise.
SDepuis 1935, depuis les massacres en Ethiopie, il y a
eu- tant d'injustices commises, tant de larmes verses,
tant d'innocentes victims sacrifies! Et elle s'est r6a-
lis6e si completement la proph6tie que j'avais faite
A Geneve en 1935! Presque toutes les Nations ont 6t6,
chacune a son tour et toutes douloureusement, I'E-
thiopie d'une plus forte. Et malgr6 tout, la PitiB ne
s'est pas 6mouss6e. Les sentiments de Justice exis-
tent toujours au coeur de 1'Homme. D'avoir tant souf-


- 26 -










LA CHARTER DES NATIONS UNIES

fert laisse dans 1'Ame de tous, la ferme volont6 de tout
faire pour 6viter le retour d'une si terrible 6preuve.
Si les souffrances endures peuvent convaincre les
Peuples et les Nations a s'entr'aider, ces souffrances
n'auront pas 6t6 subies en vain.
Antigone, merchant au supplice, s'indignait de
l'indiff6rence de ses. compatriotes. II n'y a eu que de
l'empressement a San Francisco pour r6parer une an-
cienne injustice. Les id6es d'assistance et d'humanit6
ont progress dans le monde.
L'Ethiopie, enfin triomphante, a trouv6 pour l'ac-
cueillir, non 1'indiff6rence des autres Nations, qui
avaient subi le m6me martyre, mais leur came et me-
suree rejouissance et letur unanime et forte resolution
d'organiser une Paix Juste qu'il ne serait plus possible
de violer impun6ment.
Cette froide resolution fut richauff6e par les bra-
vos de tous les D6lguBs. Les malheurs communs ont
scell6 l'amour commun des Nations et des Peuples.


--27-













CHAPITRE VI


LA CHARTE DES NATIONS UNIES.

Afin que mes lecteurs puissent mieux se rendre
compete des progress 'ralis6s dans la Charte des Na-
tions Unies, aux multiples points de vue du maintien
de la Paix et de la Pr6vention de 1'Agression, de 1'A-
milioration des Rapports centre les Peuples et les Na-
tions et les Individus, don't les Conditions Nationales,
Internationales et Sociales sont relev6es; il me sem-
ble indispensable de leur presenter une 6tude com-
par6e des Trois Pactes Internationaux: Covenant de
la Societ6 des Nations, sigh6 en 1919; Propositions
de Dumbarton Oaks, sign6es en 1944; Charte des Na-
tions Unies, sign6e en 1945. J'examinerai tous les
articles de ces Instruments Diplomatiques. Je com-
parerai entire eux tous leurs organes. Je consacrerai
une 6tude special aux Judicieuses Instructions du
President Elie LESCOT qui ont d6termin6 la position
de la Delgation Haitienne; ainsi qu'au < Security qui est le principal organe de la Nouvelle
Organisation... auquel income la tAche d'assurer la
Securit6 Internationale>.
J'exposerai amplement "la ,
appel6e a un grand retentissement, et les Amende-
ments Haitiens qui ont 6et d6poses; puis quelques


-28-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES


Considerations, d6coulant des Delib6rations des D6-
l1gues, qui me paraissent dignes de retenir l'atten-
tion des Lecteurs, ainsi que les IdWes maitresses de
cette irouvelle Charte.
A travers ces Trois Pactes Internationaux, le Lec-
teur suivra ainsi la march lente, mais sire, vers une
Organisation plus rationnelle et plus humaine, pour
'regler, dans un Esprit de Paix, tous les diff6rends;
6tablir solidement la Paix, une Paix de Justice et de
Liberty; assurer a tous les 6tres humans les droits
essentiels don't doivent jouir tous les etres humans.
Les lecteurs se convaincront ainsi que la Charte
6laboree A San Francisco-plus prevoyante, plus hu-
maine, plus just que les pr6c6dentes-merite d'etre'
ratifi6e.
J'apporte, ici, un t6moignage v6cu, puisque j'ai eu
l'honneur, comme D6elgu6 Plnipotentiaire, d'etre
Membre de la D616gation que Monsieur le Secr6taire
d'Etat des Relations Exterieures, Gerard LESCOT,
a pr6sid6e avec autant de tact que de dignity et de
competence.


- 29-













CHAPITRE VII


INSTRUCTIONS PRESIDENTIELLES.

Avant d'entreprendre 1'6tude de la Charte des Na-.
fions Unies, 6labor6e a la Conf6rence Internationale,
tenue A San Francisco, il est indispensable de connai-
tre les Instructions qui furent donn6es par Son Ex-
cellence Monsieur ELIE LESCOT, Pr6sident de la'
R6publique, a la Dl16gation Haitienne, envoy6e a
cette Conf6rence Internationale. Ces Instructions, qui
ont d6termin6 la position et les votes de la D616gation
Haitienne, s'inspiraierit d'une just comprehension de
la situation: Situation Mondiale, Situation du Conti-
nent Am6ricain, Situation Particulibre de la R6pu-
blique d'Haiti. Le Chef de 1'Etat s'6tait parfaitement
rendu compete dans quel esprit allaient se derouler
les travaux de la Conf6rence. Avec pr6voyance, Il
avait compris quel devait 6tre le role des D6l6gu6s
Haitiens et, avec tact, II 1'avait expose.
Le Document suivant, apprenait la position que
comptait prendre le Gouvernement Haitien. II fut
public par le Secr6tariat G6n6ral de la Conference,
sous la Rubrique < 1945. Le voici en son entier:
(

-30-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES
I
< < venir dans une tr6s large measure tous actes d'agres-
Csion.
< >, tell qu'elle est envisage, aura, dans
<
Ce Document s'6clairait des explications tres nettes
et pleines d'h propos, donnees par le Chef de 1'Etat.
Instructions Pr6sidentielles, marques au coin de la
sagesse .t qui t6moignaient d'une exacte compr6hen-
sion de la Situation g6nerale et parliculiie et d'uh
haut souci des int6rets de notre Nation.


-31-










LA-GHARTE DES NATIONS UNIES

Le Chef de 1'Etat voyait just et loin.
L'Organisation envisage est dot6e, en effet, de tolus
les < qui lui permettent de ,respecter ses decisions... en vue du maintien de la
Paix et de la prevention de lPagression...>
Les Instructions Pr6sidentielles presentaient urn
autre advantage que cette claire vue de l'avenir. Elles
'guidaient la. Delegation Ha'tienne, lui recommandant
d'appuyer, de suite, toutes les measures pratiques qui
permettraient de r6aliser ces buts: maintien de la
paix et prevention de l'agression. C'est ce qui permit,
en effet, et pour me border A un example, a la Del'ga-
tion HaYtienne, de soutenir le Texte des Propositions
de Dumbarton Oaks, notamment dans la Composition
et les Attributions du Conseil de Securit6, clef de
votite de l'Organisme A creer.
La conduite de Ia D6legation Haitienne A la Confe-
rence de San Francisco, a done 6t6 base sur les Ins-
tructions que lui avait donn6es le Chef de 1'Etat. Ces
Judicieuses Instructions, qui serraient de pros la R6a-
lite et les Faits, n'empechaient pas de presenter des
Amendements jug6s necessaires. Ceux qui furent ex-
poses, furent marques du sceau de la Raison et de la
Sagesse. Ils prouverent une parfaite comprehension
des 6venements et du r6le que peut et doit jouer la
ERpublique d'Haiti.


-32--













CHAPITRE VIII


CARACTERES GENERAUX DE LA CHARTE.

Lorsque 1'on 6tudie la Charte des Nations Unies,
deux caracteres frappent imm6diatement: son esprit
democratique, son universality.
Son Esprit D6mocratique, puisque, la premiere de
toutes les Conventions Internationales, elle d6bute
par une formule nouvelle. Avant elle toutes les Con-
ventions commengaient par les Noms des Souverains
et des Chefs d'Etat, suivis de ceux de leurs Pl6nipo-
tentiaires. En voici plusieurs examples. La vention concernant la limitation de 1'emploi de la
Force pour le Recouvrement des Dettes Contrac-
tuelles> ign6e a La Haye le 18 Octobre 1907; la vention pour le R&glement Pacifique des Conflits In-
ternationaux>, sign6e a La Haye le 18 Octobre 1907;
qui est la Seconde Convention de La Haye, la pre-
miere ayant 6te sign6e en 1899. Le Covenant de la
Soci6t6 des Nations sign le 28 Juin 1919 d6butait
ainsi: le Present Pacte qui institute la Soci6t6 des Nations>.
La Conference de la Paix r6unie a Paris, accept
le 25 Janvier 1919, le project de creation de la Soci6t6
des Nations. Le Covenant l6abor6 par une Commis-
sion speciale fut adopted le 28 Avril 1919, et signed le

-33-
2-1










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

28 Juin 1919 h Versailles, par tous les D61eguBs a la
Conference.
La. Charte des Nations Unies, des son Pr6ambule,
innove. Signee a San Francisco le 26 Juin 1945, elle
d6bute ainsi: solus a... Avons d6cid6 d'associer nos efforts pour
r6aliser ces desseins. En consequence, nos Gouver-
nements respectifs, par l'interm6diaire de leurs Re-
pr6sentants, ont adopted la presente Charte...>
Remarquons que ce n'est pas la premiere fois qu'il
est fait mention des dans le Preambule
d'une Convention Internationale. Le Pr6ambule du
Covenant de la S.D.N. declare en son, 5me Alinea:
,Faire que regne la Justice et respecter scrupuleuse-
ment toutes les obligations des Trait6s dans les re-
lations mutuelles des Peuples organisms>.
Aujourd'hui, grace a notre Charte, ce sont done
les Peuples des Nations Unies qui, pour faire aboutir
ce qu'ils ont r6solu, se sont associ6s, et ce sont les
Repr6sentants des Gouvernements de ces Peuples qui
ont adopted la present Charte. Ce ne sont plus les
Pl6nipotentiaires des Souverains et des Chefs d'Etat
qui ce qui suit, suivant la formule qui 6tait couramment
employee. Qui ne comprend le magnifique change-
ment qui vient de s'op6rer? Comment ne pas se rap-
peler ce qu'6crivait Tocqueville dans une prescience


-34-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

de 1'avenir qui lui fait grand honneur: < ment graduel de 1'6galit6 des conditions-affirmait-il
dans son ouvrage fameux, lui qui s'6tait rendu en
Amerique pour 6tudier Ja D6mocratie-est universal,
il est durable, il 6chappe chaque jour a la puissance
humaine... La d6mocratie est inevitable. L'6galit6 est
inevitable...>
La Charte des'Nations Unies, la premiere de toutes
les Conventions Internationales, a reconnu la com-
pl6te egalit6 de tous les Etres Humains et de toutes
les Nations, puisque, des ses premieres lignes, elle a
inscrit les R6solutions des < Unies>, qui < droits fondamentaux de l'Homme, dans la dignity et
la valeur de la personnel humaine, dans 1'Egalitd des
droits des hommes et des femmes, ainsi que des Na-
tions grandes et petites>.
Rappelons que cette motion de Justice qui accord
1'6galit6 des droits aux femmes est du Del6gu6 Cu-
bain le Dr. Ramiro Guerra y Sanchez, Ministre des
Finances.
L'autre caractere particulier de cette Charte, n6e
sur le Continent Am6ricain, est son Universalit6.
C'est la premiere qui ait 6t6 sign6e en Amerique par
les Representants de Nations, appartenant au Monde
Entier; tandis qu'auparavant les nombreuses Convei-
tions Internationales, 6labor6es en Am6rique, n'a-
vaient 6td sign6es que par des Repr6sentants des Na-


-35-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

tions Ambricaines. C'est cette Universalit6 qui a don-
ne a la Conference de San Francisco son caract&re
trbs special. Elle 'n'6tait pas une Conference Ameri-
caine. Elle etait une Conference Mondiale, la pre-
miere qui se soit tenue dans pne Ville du Continent
Am6ricain.
.Les deux faits que je viens de rappeler suffisent,
a eux seuls, a expliquer la Nouveaut6 et l'Importance,
de la Conference de San Francisco et de la Charte
des Nations Unies.
Cette Charte contribuera a cr6er un nouvel et ve-
ritable Esprit International fait de confiance, de res-
pect, de justice, de mutuelle et amicale comprehen-
sion. Esprit International nouveau puisque non seu-
lemerit il consid&re les Nations comme gales, mais
que de plus-et c'est la premiere fois qu'une Con-
vention Internationale le d6clare-cet Esprit Interna-
tional considdre et proclame que tous les Etres Hu-
mains sont Egaux entire eux, Race, de Religion, ou de Sexe>.
La Charte des Nations Unies fut 6labore. dans la
Conference tenue a San Francisco, du 25 Avril au
25 Juin 1945. Cette Conf6rence avait pour but de
discuter et voter les Statuts d'une nouvelle Soci6te
ou Communaut6 de Nations qui devait r6unir les Na-
tions 6prises de paix, leur donner les moyens d'empg-
cher et d'arrater imm6diatement I'agression et par


-36-











SLA CHARTE DES NATIONS UNIES

consequent de sauvegarder la S6curit6 Internationale
et de mamtenir la Paix.
Les Statuts proposes, pour la Nouvelle Commu-
naut6 de Nations qui etaient soumis a 1'examen de la
Conference, etaient connus sous le nom de < sitions *de Dumbarton Oaks>. Ils avaient 6t6 arretes
entire les trois Grandes Puissances: les Etats-Unis de
1'Amerique du Nord, le Royaume Uni de Grande
Bretagne et de 1'Irlande du Nord, 1'Union des R6pu-
bliques Socialistes Sovi6tiques. A ces trois Grandes
Puissances avait 6t6 invite a se joindre la R6publi-
que de Chine.
Le nom de la Nouvelle Communaut6 Inter;iationale
-chargee de maintenir la paix, d'empecher et d'arr&-
ter 1'agressiori-est .


-37--













CHAPITRE IX


PREMIERE CONFERENCE MONDIALE TENUE
EN AMERIQUE.
SAN FRANCISCO. 1945.

La Nouvelle Communaut6 Internationale: son nom,
son organisme, jusqu'A un certain point son m6canis-
me, rappelaient ceux de l'ancienne Soci6t6 des Na-
tions. Il n'en pouvait ktre autrement.
Fort de l'exp6rience acquise, il s'agissait d'6viter les
d6fauts et les errements de l'ancienne Soci6t6 des
Nations. Mais 1'on ne pouvait s'emp6cher de conser-
ver ce qui avait ete tres utile et souvent tr6s efficace
au point de vue principle, but, organisation dans l'an-
cienne Societ6 des Nations. C'est pourquoi l'Orga-
nisation de cette nouvelle Communaut6 des Nations
rappelle I'Organisation de 1'Ancienne. De m6me que
la , les < ont
comme organes de direction un Conseil appele aujour-
d'hui Conseil de S6curit6; comme organe g6n6ral de
discussion, une Assenibl6e; comme organe juridique,
une Cour Internationale de Justice, comme organe de
Coordination des travaux un Secr6tariat G6n6ral.
Afin de bien se rendre compete du but a atteindre et
des moyens mis en oeuvre pour l'atteindre, l'inspira-
tion de l'ancienne Soci6t6 des Nations-qui malgr6
des d6faillances, avait heureusement solutionn6 de


-38 -










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

'nombreux differends-s'imposait done. Comme s'im-
posait la comparison entire les deux Communaut6s
Internationales envisages: celle qui n'existait plus,
la Soci6t6 des Nations, celle qui devait la remplacer,
les Nations Unies. L'inspiration dans le choix des
organismes et leur mise en oeuvre, la comparison
entire les deux communaut6s Internationales: celle
qui n'existait plus et celle qu'il s'agissait d'organiser,
ne pouvaient done s'6tab4r utilement que par la con-
naissance de ces deux Communautss: l'ancienne ci6t6 des Nations>, la nouvelle Association tions Unies>.
C'est pourquoi le Royaume Uni de Grande Breta-
gne et d'Irlande du Nord tint A mettre a la tete de sa
Delegation M. Anthony Eden; c'est pourquoi la France
tint h envoyer comme membre de sa D616gation M.
Paul-Boncour, qui, tous deux avaient jou6 un r6le
de premier plan dans l'ancienne Soci6t6 des Nations.
C'est pourquoi Paul-Boncour fut d6sign6 comme Rap-
porteur a la Deuxi&me Commission, charge de s'oc-
.cuper de la composition du Conseil de Securit6. C'est
pQurquoi il presida la D6lgation Francaise, apres le
depart de son Pr6sident.
C'est pourquoi, pour la r6organisation de la Cour
International de Justice, il fut demend6 la presence
et l'avis de M. Gustavo Guerrero, ancien Pr6sident
de la D616gation du Salvador a la S.D.N., depuis de


-39-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

longues ann6es Vice-Pr6sident, puis President de la,
Cour Internationale de Justice.
De nombreuses Delgations, au nombre de dix,
comptaient parmi leurs Membres des anciens D616-
gu6s A 1'ancienne Soci6t6 des Nations. J'avais bien
connu toutes ces personnalit6s, alors que j'avais 1'hon-
neur de presider la D616gation Haitienne A la Soci6t6
des Nations, de 1925 A 1930 et en 1935.


-40-











CHAPITRE X


PRINCIPLES ET BUTS DE LA CHARTE.

Nous avons 6tudi6, dans ce que 1'on peut appeler
le Pr6ambule de la Charte, quelleS resolutions ont
d6cid6 les Peuples des Nations Unies h associer leurs
Efforts.
II imported maintenant d'examiner sur quels Prin-
cipes ils ont fait reposer la Charte qu'ils ont adoptee,
et quels Buts ils se proposent d'atteindre. Etude im-
portante, car I'on part des Principes pour parvenir
aux Buts que 1'on s'est assign.
.Comme bien l'on pense, de nombreuses Propositions
ont 6et presentees au sein du Comit6 I, de la Premiere
Commission, au sujet de I'6nonc6 et de la r6daction
des Principes et des Buts. Signalons immndiatement
une remarque du Pr6sident, M. Manuilsky. Repre-
sentant de l'Ukraine. II d6clara que la discussion g4-
n6rale avait fait une fois encore ressortir le d6sir du
Comit6 de vdir exprimer, en language plus simple et
plus clair, des buts plus d6finis, plus complete et plus
realistes. Langage simple et clair. Buts bien d6finis,
plus complete et r6alistes. Ce sont justement les qua-
lites que 1'on retrouve dans l'important Amendement
sur la Non-Discrimination Raciale et Religieuse, pr6-
sent6 par Monsieur G6rard LESCOT, Pr6sident de la
D6l1gation Haitienne, et que pour cette raison, j'ap-

-41-
2-2









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

pelle . Elle revet une telle
importance, un si haut caractere d'actualit6, qu'elle
fut include dans 1'article I, du Premier Chapitre.
Des nombreuses Propositions pr6sentees lors des
discussions au Comit6 I de la Premiere Commission,
il n'y en eut que quelques unes qui furent inscrites
au Chapilre I. Comme par example une declaration n
des Droits de l'Homme>> qui devint < droits de l'homme> et qui est reproduite en ces terms
au 2eme alinea de l'article 62. Le < ples A disposer d'eux-memes> a 6t6 6galement inscrit
au 2eme alin6a de 1'article I, de meme qu'a l'article
55. La d'education et de progres du bien-ftre humann, a
6t4 6nonce:~ l'alinea b de 1'article 13 et i 1'alinea b
de l'article 55. L'amendement qui se rapportait principles fondamentaux de la justice et du droit in-
ternational a trouv6 sa place dans l'alin6a I de 1'ar-
ticle I.
Les D6 lgations de 1'Iran, du Liban, du Liberia, des
Philippines, ont demand soit la Formation d'un Co-
mit6 de Juristes, soit 1'6tude de la Codification du
'Droit :International. J'6tudierai cette importarite
question dans un Chapitre special.
Je signal des maintenant que le premier alinea,
Section a, de l'article 13 declare que: < G6n6rale provoque des 6tudes et fait des recomman-


-42









LA CHARTE'DES NATIONS UNIES

dations en vue de:... encourager le d6veloppement pro-
gressif du Droit International et sa Codification>.
Remarquons que Particle 2 du Chapitre I, proclame
que 1'Bgalit6 souveraine de tous ses Membres>, qui tous
< ont assumess, et qui s'engagent f6rends internationaux par des moyens pacifiques>>.
Mais pour la premiere fois dans une Convention
International, nous lisons une
pour les Etats Non-Membres. L'alin6a 6 de 1'article
2, s'exprime ainsi: les Etats qui ne sont pas Membres des Nations Unies,
agissent conform6ment a ces Principes, dans la measure
necessaire au maintien de la paix et de la s6curit6
internationales>. Cette restriction 6tait n6cessaire,
car 1'alin6a 7 pr6voit qu' pr6sente Charte n'autorise les Nations Unies a inter-
venir dans des affairs qui relkvent essentiellement
de la competence national d'un Etat, ni n'oblige les
Membres A soumettre des affaires de ce genre i une
procedure de, reglement aux terms de la pr4sente
Charte>. Cette restriction de I'alinea 6, met la Charte
en parfaite harmonies avec la D6cision des Juristes
Am6ricains, r6unis A Rio de Janeiro en 1927. Ils
avaient decide la Non-Intervention comme corollaire
de 1'Egalit6 Juridique des Etats, principles reproduits
dans les articles 3 et 2 du deuxieme Projet de la


-- 43-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

Conference des Juristes. La Charte respect ainsi
le principle d'Egalit6 Juridique entire les Nations
qu'elle a inscrit au second paragraph de son Pr6am-
bule et qu'elle a r6p6et au 26me alin6a de l'article 2
de son Chapitre I.
Pr6sentons une derniere observation concernant
1'article ler, Chapitre I de la Charte qui s'occupe des
et des . Rapprochons les dates.
Le 2 Mai 1945, un Document Officiel du Secr6tariat
de la Conf6rence (Plenary-Doc. 55 French P/ 13
May 2, 1945) de la page 27 a la page 30, reproduit le
Discours de Monsieur G6rard LESCOT, President de
la D6l6gation Hai'tienne, et a la page 29 enonce ainsi
le fameux Amendement Haitien, que j'ai appel6 position LESCOT>: <<...I1 serait indispensable d'inscrire
le Principe de non-discrimination racial et religieuse
dans les rapports entire les peuples>.
Le 5 Mai 1945, unDocument Officiel du Secretariat
de la Conf6rence (General-Doc. 2 French G/29-
May 5, 1945) ayant comme titre: pos6s par les Gouvernements des Etats-Unis, du Ro-
yaume-Uni, de 1'Union Sovi6tique et de la Chine>>
6crit: ayant particip6 aux conversations de Dumbarton
Oaks,c'est-a-dire ceux des Etats-Unis, du Royaume-
Uni, de l'Union Sovi6tique et de la Chine, se sont
consults au sujet des Amendements aux Proposi-
tions de Dumbarton Oaks, que chacun d'eux desirait


-44-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

soumettre. Les amendments proposes sur lesquels
tous les quatre so trouvent d'accord, sont soumis a la
Conference comme propositions conjointes. Les amen-
dements suppl6mentaires que chacun de ces gouver-
nements pourrait d6sirer proposer seront pr6sentes
s6par~ment. Remarque: Les passages ajout&s sont
soulign6s et les passages 6limin6s sont rays.
Chapitre I-Buts... 3. R6aliser une cooperation in-
ternationale en vue de r6soudre les problkmes huma-
nitaires internationaux d'ordre economique social cul-
turel; d6velopper et encourager le respect des droits
de 1'6tre human et des liberties essentielles pour tous,
sans distinction de race, de langue, de culte ou de
sexe.
(Depuis le mot ,
tous les mots sont soulign6s.)
Le 16 Mai 1945, un Document Officiel du Secreta-
riat de la Conference, portait comme R6ference, a la
premiere page (Commission I General Provisions.
Restricted Doc. 337. French I/I/A/2-May 16, 1945)
et h la second page: (Doc. 337. French Annexe I).
II avait comme titre a cette page: Id6es recommandoes jusqu'ici pour insertion dans
le Pr6ambule et / ou le Chapitre I et / ou le Chapitre
II.>> I avait comme texte: <...6. Non-discrimination ra-
ciale, religieuse et autre>. Ce Document provient du
D616gu6 Belge, le S6nateur Henri Rolin. Le Chef
de la Del1gation Belge, M. Henri Spaak, Ministre


-45-










LA CHARTER DES NATIONS UNIES

des Affaires Etrangeres, avait eu un tres joli mot.
Dans la, discussion au sujet de 1'invitation h adresser
Sl1'Argentine, il avait d6clar6: < le language de la clart6 et ceux qui parent le language
de la justice, me sera-t-il permis de parler le language
de la Conciliation...>
L'6tude de ces Documents officials nous permet de
conclure que le Principe de ciale et religieuse>, proclam6 dans le Discours de
Monsieur G6rard LESCOT, Chef de la D616gation
Haitienne, et public le 2 Mai 1945, fut imm6diatement
pris en considBration par les grandes Puissances In-
vitantes. Le 5 Mai, ces Grandes Puissances, par un
Document Officiel, portaient a la connaissance de
tous les D6l6gues, qu'elles acceptaient 1'Amendement
Haitien.
Et le 16 Mai, le Comit6 I de la Premi&re Commis-
sion, dans un document official, faisait 6galement sa-
voir que la Proposition Haitienne 6tait d'oreset d6j&
accepted et qu'elle serait include dans le Premier ou
dans le Second Chapitre de la Charte. Elle fut jug6e
digne de paraitre dans le Premier article du Premier
Chapitre.
Quelle plus grande preuve'de son importance et de
sa necessity pourrait 6tre donn6e. Tout autre com-
mentaire en affaiblirait la port6e.


-46-












CHAPITRE XI


LES AMENDMENTS.

Les Amendements Haltiens aux Propositions de
Dumbarton Oaks, ont 6,t favorablement accueillis i
la Conference et ont trouv6 place dans la Charte. II
m'a pourtant paru n6cessaire, avant de. les 6tudier,
de rappeler comment, dans les Trois Pactes Interna-
tionaux, li6s entire ,eux par la m6me volont6 de pr6-
venir 1'agression et de maintenir la paix, avait 6t6
r6solue l'importante question de 1'introduction d'a-
mendements au texte propose ou d6jA vote.
Le Chapitre XI des Propositions de Dumbarton
Oaks traite des >. I declare que amendments doivent entrer en vigueur, en ce qui
concern tous les Membres de l'Organisation, des
qu'ils ont 6t6 adopts par un vote des deux-tiers des
Membres de 1'Assembl6e G6n6rale, et ratifies, con-
form6ment a leurs procedures constitutionnelles res-
pectives, par les Membres de l'Organisation repr6sen-
t6s de fagon permanent au Conseil de S6curit6 et
par une majority des autres Membres de 1'Organisa-
tion>>.
Ce Chapitre XI est devenu le Chapitre XVIII de
la Charte des Nations Unies et 1'unique paragraph
de ce Chapitre XI, est devenu l'article 108 de la
Charte. Cet article 108, se lit ainsi:
-47 -










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

a la presente Charte entreront en vigueur pour tous
les Membres des Nations Unies quand ils auront W6t
adopts A la majority des deux-tiers des Membres de
1'Assemblee G6n6rale et ratifies conform6ment a leurs
rggles constitutionnelles respective, par les deux-
tiers des Membres de 1'Organisation, y compris tous
les Membres permanents du Conseil de S6curit>>.
Les Amendements 6taient ainsi pr6vus dans 1'arti-
cle 26, ler alinea, du Covenant de la Societe des Na-
tions: en vigueur lorsqu'elles seront ratifies par les Mem-
bres de la Soci6t6 don't les Repr6sentants composent
le Conseil, et par la majority de ceux don't les ReprB-
sentants forment l'Assembl6e>.
Le 26me alinea pr6voyait que: < meure libre de ne pas accepter les modifications qui
seront introduites dans le Pacte, mais dans ce cas il
cessera de faire parties de la Societ>>.
SDeux garanties sont done exig6es pour la validity
des Amendements: leur adoption A la Conference,
leur ratification dans chaque Etat Membre. Leur
adoption se fera lorsque les deux-tiers des Membres
de 1'Assembl6e G6n6rale les aura vot6s. Leur ratifica-
tion aura lieu lorsque, suivant la procedure constiti-
tionnelle particulibre de chaque Pays, chaque Pays
les aura accepts.
Remarquons que les amendments presents aux
Propositions de Dumbarton Oaks n'ont amene, en

-48-,









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

aucun point, une alteration fondamentale de ces Pro-
positions. Toujours une formule fut trouv6e qui, tout
en pregnant en consideration les observations produi-
tes, laissa subsister la pens6e qui avait dict6 ces Pro-
positions et souvent le texte 16gerement modifi6.
C'est le plus bel 6loge qu'on puisse leur adresser.
Ma longue experience des travaux et de l'Organisme
de la Soci6t6 des Nations, ma 9onnaissance du Co-
venant qui 1'avait institu6, et des Traites don't elle
6tait gardienne, tout. en prevoyant leur revision
-Trait6s de Versailles, de Saint-Germain, de Tria-
non-m'ont fait approuver-dans son esprit et dans
ses termes-les Propositions de Dumbarton Oaks.
Apres les avoir 6tudi6es avec soin et les avoir sou-
mises au crible de mes critiques, je les ai trouv6es re-
pondant a ces buts: elles sont pratiques, efficaces.
Elles tiennent compete de la r6alite, elles font ceuvre
positive; 1'Organisme International qu'elles fondent,
appel6 <>, aidera puissamment h
emp&cher toute aggression, a la prevenir et a l'arreter,
a maintenir la Paix et la S6curit6 Internationales. La
seule condition pour parvenir A ces heureux resultats
est 1'Union, qui doit etre continue et entire, entire
les Grandes Puissances, seules Responsables de la
Paix, car seules capable de la maintenir.


- 49-












CHAPITRE XII

PROPOSITION LESCOT.

Dans son remarquable Discours, qui produisit une
profonde sensation et fut souvent applaudi, Discotirs
.prononc6 le ler Mai 1945, en S6ance Pleniaire, dans
la vaste Salle de l'Opera House, le President de la
De14gation Haitienne, Monsieur Gerard LESCOT, Se-
cretaire d'Etat des Relations Ext6rieures, d6clara,
entire autres:
j'ai l'honneur de repr6senter ici, a djiA fait savoir,
au moment de la publication des Propositions de
Dumbarton Oaks, qu'il les acceptait en principle et
qu'il 6tait dispose faire parties de l'Organisation In-
ternationale pour la paix et la security qui serait
4difiee sur la base de ces propositions. Mon Gouver-
nement ne consider 'videmment pas que les Propo-
sitions en question soient parfaites, ni qu'il soit inutile
d'y apporter des modifications... On a fait aux Propo-
sitions de Dumbarton Oaks, le reproche de ne pas
respecter la conception traditionnelle de la Souve-
rainet6 des Etats. II ne nous parait pas inutile de dire
ici que le Droit International, pas plus que le Droit
Civil ou le Droit P6nal, ne saurait 6tre statique. I1
doit s'adapter aux conditions changeantes de la vie
des peuples... La notion de la douverainet6 des Etats


-50 -










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

peut don't fort bien n'6tre plus un principle intangi-
ble... Le Gouvernement Haitien considere comme une
heureuse et utile innovation le fait, par ceux qui les
ont pr6par6es, d'avoir introduit au Chapitre II un
6nonc6 des principles qui. doivent servir de base h
l'Organisation Internationale et en conditioner Qe
fonctionnement et le d6veloppement. Il apparalt nean-
moins a mon Gouvernement que, pour 6tre complete
et sortir son plein effet, cette enonciation de principles
devrait tenir compete, autant des aspirations et doctri-
nes sans cesse r6affirmees dans les Conf6rences In-
ternationales, que de la legon objective des faits. Elle
nous r6vele, par example, qu'en sus des causes 6co-
nomiques le conflict mondial actuel s'est aliment6, de
la fagon la plus cruelle et la plus intensive, des per-
turbations psychologiques creees par les discrimina-
tions raciales ou religieuses des doctrines politiques
que combattent les Nations Unies, d6sireuses de res-
ter fiddles a l'id6al d6mocratique de la liberty et de la
dignity humaine... c'est la raison pour laquelle le
Gouvernement de la Republique d'Haiti estime, qu'h
c6te du principle fundamental de I'6galite des Etats
aimant la paix, formula au Chapitre II des Proposi-
tions de Dumbarton Oaks, il serait indispensable d'ins-
crire le principle de la non-discrimination racial et
religieuse dans les rapports entire les peuples>.
Cette parties du Discours du Premier D6legu6 Hai-
tien, fut attentivement 6coutee et chaudement applau-


-'51--









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

die. II fut le seul A s'l1ever contre les discrimination
racial et religieuse et seul il eut le courage d'en
demander la fin. C'6tait la Conscience Humaine qui
s'exprimait par sa voix.
Un fait permet de se rendre compete du retentisse-
ment qu'eurent ses courageuses paroles.
Le Discours du President de la D61egation Hah
tienne fut prononc6 le ler Mai. Le 2 Mai il 6tait re-
produit dans une publication officielle de la conf6-
rence. Le 5 Mai une autre publication officielle 6tait
distribute. Elle portait comme titre: proposes par les Gouvernements des Etats-Unis, du
Royaume-Uni, de 1'Union Sovi6tique et de la Chine>.
Apres le discours du President de la D616gation Hai-
tienne, les Quatre Puissances invitantes modifiaient
ainsi leurs Propositions. Au Chapitre I, qui traitait
des , l'Alin6a 3 devait se lire ainsi: <...D6ve-
lopper et encourager le respect des droits de 1'etre
human et des libert6s essentielles pour tous, sans
distinction de race, de langue, de culte ou de sexe.
Au Chapitre V, qui traite de < a la Section B qui en fait connaitre les et Pouvoirs>, l'alin6a 6 devait se lire ainsi: der a r6aliser les droits de l'6tre human et les liberties
essentielles pour tous, sans distinction de race, de
langue, de culte ou de sexe>. Les Quatre Puissances
invitantes avaient tenu compete des Observations pre-
sent6es par le Pr6sident de la D6l1gation Haitienne,


52-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES


et dans le sens qu'il avait indiqu6, elles avaient a-
mend6 leurs premieres propositions. C'est un succes
glorieux pour tous les.Ha'tiens. Ils en seront tous
fiers.
L'Apport du Continent Am6ricain au Droit Inter-
national est important. Le Continent .Americain 1'a
consid6rabiement enrichi. D'importantes Propositions
sont dues a des Hommes d'Etat appartenant aux dif-
f6rentes Nations Am6ricaines.
Nous avons eu en D6cembre 1823, la Doctrine Mon-
roe, Doctrine de protection pour les jeunes Nations
Americaines, puisqu'elle les d6fendait centre toute
tentative de Colonisation de 1'Europe.
Nous avons eu la Doctrine Drago, 6mise en D6cem-
bre 1902, par le distingu6 Ministre des Affaires Etran-
geres de 1'Argentine. Egalement Doctrine de protec-
tion am6ricaine, puisqu'elle d6clarait que: publique 1'avenir ne pourra provoquer l'interven-
tion arm6e ni encore moins l'occupation materielle du
sol des Nations Am6ricaines de 'la part d'une Puis-
sance de 1'Europe>>.
La Deuxieme Conference de la Paix, tenue a La
Haye, a vot6 en Octobre 1907, la Proposition de l'An-
cien Ambassadeur Am6ricain a Paris, Porter. Ega-
lement Doctrine de Protection Americaine, elle d6-
clare que de ne pas avoir recours i la force arm6e pour le re-


-53-










LA CHARTER DES NATIONS UNIES


couvrement de telles dettes contractuelles>. Le Pacte
Gondra pour le reglement pacifique des diff6rends
entire les Etats Am6ricains.
Comment omettre le Pacte Briand-Kellog de 1932,
qui interdit le recours a la force comme instrument de
politique national.
Enfin le ler Mai 1945, i la Conference Internatio-
nale de San Francisco, Monsieur G6rard LESCOT,
Secretaire d'Etat des Relations Exterieures, President
de la D61egation Haitienne, a d6clar6 que: vernement de la R6publique d'Haiti estime qu'h c6t6
du Principe fundamental de 1'Egalite des Etats aimant
la Paix, il serait indispensable d'inscrire le Principe
de la Non-Discrimination Raciale et Religieuse dans
les rapports entire les Peuples>. Et quelques jours
apres, le 5 Mai 1945, les Quatre Grandes Puissances
Invitantes, dans un Document Officiel, amendaient le
Texte Officiel des Propositions de Dumbarton Oaks
et y ins6raient les Amendements proposes: < tinction de race, de langue, de culte ou de sexe>>.
C'est un succes considerable.
Le seul D6legu6 qui osa exprimer ces desiderata
humans, fut le President de la D6elgation Ha'tienne,
Monsie.ur Gerard LESCOT. Lui seul present cette
original et hardie Proposition: < tion Raciale et Religieuse>. Cette Proposition, ap-
plaudie par tous les D6l6gu6s a la S6ance Plniere,


-- 54 -









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

fut imm6diatement acceptee par les Grandes Puis-
sances Invitantes. Elle donne naissance a une Doc-
trine. Cette Doctrine issue de cette Proposition est
plus et mieux qu'une Doctrine de protection AmBri-
caine; elle est une Doctrine de Protection Humaine.
A ce double titre, elle m6rite la Fiert6 et la Recon-
naissance Haitiennes. Elle merite de porter le nom de
son auteur. C'est pourquoi je l'appelle tion LESCOT>. Proposition que ne contenaient ni
la Convention pour le reglement pacifique des conflicts
internationaux, ni le Covenant de la Soci6t6 des Na-
tions, ni les Propositions de Dumbarton Oaks; Propo-
sition que n'a jamais contenu aucun Instrument Di-
plomatique International. Cette Proposition Lescot
humanise la Charte des Nations Unies. Elle rend cette
Charte sacr6e pour tous les Hommes.
La Proposition LESCOT, reproduite en plusieurs
endroits de la Charte des Nations Unies, le fut en ces
trois passages qui m6ritent d'attirer plus particuliere-
ment notre attention. Ce fait, a lui seul, permet de
cbmprendre son importance. Cette Proposition fut,
tout d'abord, inscrite a 1'Article I, alinea 3 du Chapi-
tre I, dans les >. On se dirige vers
un But, en partant d'un Principe, l'action est ainsi
nettement encadr6e. La Proposition LESCOT, il n'est
pas exagre6 de le pr6tendre, qui < courage les Droits de 1'Homme... Sans distinction de
race ou de religions, est, au point de vue du relkve-


-55-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

ment de la condition humane, qui est la base de 1'-
volution des Peuples et de 1'Organisation des Nations,
l'une des solides armatures de la Charte des Nations
Uhies.
Cette Proposition est encore rip6t6e A l'Article 13,
alin6a I, qui indique les attributions de 1'Assembl6e
Generale, Assemblee qui se compose de tous les
Membres des Nations Unies, et qui joue dans la Char-
te un r61e plus important que l'Assembl6e dans le
Covenant de la Societe des Nations.
La Proposition LESCOT, est de nouveau enonc6e
a l'alin6a C, de l'Article 55, et & l'alinea C de l'article
76, du Chapitre XII, qui .traite du < tional de Tutelle>. Reconnaissons que ce Regime est
plus liberal que celui des Mandats, institute par le Co-
venant de la Soci6et des Nations, dans ses articles
22 et 23.
Je me permets d'opiner que si, A I'alinea b, de ce
m~me article 76, il est inscrit que: tielles du Regime de Tutelle sont... favoriser... l'6vo-
lution progressive. (des populations des territoires
sous Tutelle) vers... l'Ind6pendance>, mot qui n'6tait
pas inscrit dans le Covenant de la Societ6 des Nations,
nous le devons a la Proposition LESCOT tinction de race... ou de religion> que reproduit l'ali-
nea suivant du meme article.
Je sais quelle impression profonde et favorable a
produit la Proposition LESCOT parmi tous le- De16-


- 56-









LA CHARTER DES NATIONS UNIES

gu6s .a la Conference de San Francisco. Je me rap-
pelle, plus particuli&rement, ce que me disaient les
D616gu6s que j'avais connus A la Soci6te des Nations
et que j'ai retrouves nombreux A San Francisco. J'ai
6t6 tr&s heureux et tres fier des commentaires tres
favorables qui accompagnaient et motivaient leurs
opinions.
Des aujourd'hui, grace a la Proposition LESCOT,
dans routes les Chartes Internationales qu'ils signe-
ront a l'avenir, les Pl6nipotentiaires seront obliges
d'inclure ces mots qui, pour la premiere fois en 1945,
ont paru dans la r6daction d'une Charte Internatio-
nale: >.
Je me felicite que ce soit une voix haltienne qui
ait, devant les Nations Assembl6es, prononc6 ces pa-
roles d'Humanit6 et de Justice.


- 57 -











CHAPITRE XIII


AMENDMENTS INTELLECTUALS HAITIENS.

Dans son Discours, le President de la Delegation
Haitienne, a magistralement expose le point de vue
Haitien dans ces d6licates et importantes questions
d'Education et d'Instruction. Elles aideront a une
meilleure comprehension entire les Peuples et les Na-
tions, qui, grace a elles, se connaitront mieux et s'ai-
meront davantage. Je f6licite le Chef de notre D6el-
gation de n'&tre pas demeur6 insensible aux inquie-
tudes de notre 6poque, car il aurait 6t6 p6nible de
constater que plusieurs Nations avaient depos4, sur
ce sujet, des Amendements et des Projets, et que
notre Pays n'avait pas fait connaitre son opinion. I1
le fit par la voix autoris6e du President de la Del6ga-
tion Haltienne, qui s'exprima en ces terms: < avec une profonde satisfaction que nous avons en-
tendu les Repr6sentants des diff4rents Pays parler
de la n6cessit6 absolue, dans le monde de demain, de
la collaboration intellectuelle entire les Etats>. Ces
: la France, le Br6sil, les Philippines,
la Norvege. Panama, appartiennent a different Con-
tinents, ce qui prouve que tuelle> est un fait mondial.
Le Document Officiel No. 157, dat6 du 9 Mai 1945,
du Comit6 3 de la Commission II, traitant de la

-58-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

p6ration Economique et Sociale>, nous met sous les
yeux les de Dumbarton Oaks, pr6sent6s par les diff6rentes D6-
16gations.> Il est int6ressant a 6tudier. L'on se rend
compete que les memes preoccupations intellectuelles
s'6taient fait 'our dans diff6rents Pays. C'est l'hon-
neur du n6tre de n'y 6tre pas demeur6 indifferent.
Nous lisons: < s6rer dans ce paragraph et ailleurs dans le reste du
Chapitre IX le mot nomique et social. La D61lgation Norv6gienne pro-
pose d'ajouter au paragraphe I, apres le mot < nitaires> les mots < turels>. < s6rer a la cinquieme ligne du paragraphe le mot
culturelb apres le mot <. tion Frangaise demand. que le mot ins6r6 apres le mot sociall. Etats-Unis, du Royaume-Uni, de I'U.R.S.S., de la Chi-
ne, demandent que le mot culturel soit ins6rb apres
le mot social dans les alineas b et c.>
Ce premier desideratum a regu satisfaction. L'a-
lin6a b, de l'article 55, du Chapitre IX de la Charte,
mentionne que: <(Les Nations Unies favoriseront)...
la cooperation international dans les domaines de la
Culture intellectuelle et de l'6ducation.
La D61Bgation Ha'tienne pr4senta encore un Amen-
dement d'importance. Elle

-59-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

1'institution d'une Commission de 1'Enseignement qui
serait charge d'assurer la cooperation intellectuelle
entire les peuples et de travailler au developpement
dans le ronde de demain, de systems d'6ducation,
bass sur un ideal de justice, d'6galit6, de liberty et
de paix.>
Ce noble souci a 6t6 partag6 par plusieurs Nations.
.La < mots < soient
inseres apres les mots La D6elgation Br6silienne a d6clar6 que le Conseil
Economique et Social devrait instituer une Commis-
sion Economique, une Commission Sociale, une Com-
mission sur les problkmes d'6ducation et de culture>.
La Delegation de Panama a p6esent6 un plan com-
plet que nous avoris le plus grand int6ret a connaitre.
Parmi les Organismes permanents qui seraient soumis
S1l'autorit6 du Conseil Economique et Social, la Dl66-
gation de Panama, par la voix autoris6e de M. Octavio
Mendez Pereira, Directeur de 1'Universit6 Inter-Ame-
ricaine dc Panama, ancien Ministre a Paris et ancien
D6l1gu6e la Soci6et des Nations, 6crivain remarqua-
ble, propose: tional de 1'Education destined encourager et a coor-
donner les etudes propres a favoriser une meilleure
entente et un rapprochement entire les Nations et en-
tre les groups culturels, ethniques et religieux, a tous
les niveaux de 1'enseignement, par les moyens sui-
vants:
-60--










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

a/ aider a la preparation de programmes et de plans
d'etudes, i la r6daction de livres de classes, a 1'6change
d'6tudiants et de professeurs, a l'6change de publica-
tions, et au d6veloppement des bibliotheques, A des re-
cherches scientifiques, m6dicales et 6conomiques de
caractere international et i la publication d'4tudes et
de travaux d'inthret international; b/ aider au d6ve-
loppement d'institutions du genre de l'Universit6 In-
ter-Am6ricaine du Panama, destinies a faciliter aux
6tudiants de Facult6 1'6tude des problEmes interna-
tionaux; c/ l'assimilation, par l'6cole, des colonies
etrang6res afin d'6viter qu'elles ne deviennent des mi-
norit6s de langue et de mentality etrang6res au pays>>.
La D616gation Frangaise s'6tait r6serv6 de presenter
en seance, sous forme de resolution ou d'annexe a
la Charter, des propositions relatives a une Organisa-
tion Internationale pour les questions intellectuelles
et d'6ducation, don't 1'organisme ex6cutif serait I'Ins-
titut International de Coop6ration Intellectuelle de la
Soci6te des Nations, relief a l'Organisation g6n6rale.
Elle le fit et sa proposition fut accept6e. Le Si6ge de
cet Institut International de Coop6ration Intellectuelle
sera maintenu a Paris. C'est un organisme qui peut
6tre appel~., rendre de nombreux services. Il faudrait,
qu'il fut organism sur d'autres bases que celui qui
6tait install h Paris, au Palais Royal.
Ces preoccupations Mondiales ne se sont pas seu-
lement manifestoes a la Conf6rence de San Francisco,


-61-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

par les voix 6loquentes de nombreux D616gues. Ces
Preoccupations Mondiales se sont 6galement mani-
fest6es dans un ouvrage paru au d6but de cette annee.
Son titre est 6vocateur: < Nations de la Societ&>. Son Sous-titre l'est autant:
<. Son auteur est 1'un
des jurisconsultes Sud-Americains les plus connus:
Julian Nogueira, qui fut le Secr6taire de la Delega-
tion Uruguayenne au Traite de Versailles en 1919 et
qui, pendant pr&s de 20 ans, dirigea a Geneve la Sec-
tion Latino-Americaine.
Aucun home sens6 ne saurait nier l'importance
qu'a toujours revetue, que revet encore de nos jours
et que revetira davantage dans 1'avenir, cette question
de 1'Education. Je me f6licite, qu'a cette occasion, le
Chef de notre D614gation, se soit trouv6 d'accord
avec de grands penseurs: 6crivains, diplomats ou jui-
ristes.
J'avais Wte tres frapp6 d'une note presented en Juil-
let 1925, au Secretaire G6n6ral de la Societe des Na-
tions par 1'6minent internationaliste Uriuguayen, Ju-
lian Nogueira. La note de Nogueira d6clarait entire
autres: <<..I1 faut substituer dans l'enseignement de
1'Histoire, aux conquttes de la guerre, cells de la
Science et de la Morale universelle. Le sentiment
constructif remplacera ainsi le sentiment de destruc-
tion.>)


-62-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES


Je pense que, sans vouloir substituer une conquete
A l'autre, il faut insisted sur les Victoires de la Science
et de la Morale, au point de vue human et social.
Ce sera la nreilleure facon de, faire naitre cet esprit
de paix sans lequel tout effort pour bannir la guerre
serait vaifi. Cherchant la solution du meme grave
probl&me, qui est laire en matiere internationale, l'internationaliste
Uruguayen et le diplomat Haitien pr6conisent sarmement moral par 1'6ducation>.
Afin d'y parvenir, le Pr6sident de la D6legation
Haitienne, au nom de son Gouvernement, proposait:
une Commission d'6ducation soit crb6e, qui se donne-
ra pour thche de veiller a ce que les systems Scolaires
des diff6rents Pays ne soient pas utilis6s pour deg
fins contraires a la paix et a la s6curit&>.
Ce desiceratum, qui prouvait notre communaut4
d'id6al avec d'autres Pays Am6ricains, recut satis-
faction dans les deux articles suivants de la Charte.
L'Article 57, ler alin6a du Chapitre IX, dispose: < diverse institutions specialisees cr66es par des ac-
cords intergouvernementaux... dans les domaines... de
la culture intellectuelle et de 1'6ducation... sont re-
li6es h l'Organisation conform6ment aux dispositions
de l'article 63.>
L'Article 68 du Chapitre, X proclame: Economique et Social institute des Commissions pour


-63-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

les questions 6conomiques et sociales... ainsi que toutes
autres Commissions n6cessaires.>
Ainsi que l'on a pu s'en rendre compete, les Amen-
dements pr6sent6s par le Pr6sident de -la Delegation
Haitienne 6taient tous de grande importance. II faut
1'en f6liciter.
II faut le f6liciter encore de s'6tre trouv6, dans
cette delicate question d'Education et d'Orientation
Morale, en parfaite concordance d'idees avec des pen-
seurs americains et europeens aux vues large, et ele-
v6es.
II faut surtout le 461iciter de la hardie Proposition
d'Egalite et dd Dignit6 Humaines que, seul, il a pr6-
sent4e. Cette Proposition que 1'Histoire retiendra, ti-
rait sa valeur de sa g6enrosit6, de son humanity et
de sa nouveaute.
Oser, seul, proclamer une V6rit6, est un m6rite que
nul autre ne pourrait 6galer.
C'est le grand mrite qui revient a G4rard Lescot,
President de la De14gation Haitienne, lorsque, en ter-
mes eloquents et qui provoquerent 1'enthousiasme de
toute la salle, il r6clama l'abolition de toute Discrimi-
nation Religieuse et Raciale.


-64-











CHAPITRE XIV


LA HAUTE PORTEE DE LA PROPOSITION
LESCOT

Ces hautes preoccupations d'ordre intellectual et
moral, ajoutdes a ces hautes preoccupations d'ordre
social et scientifique, toutes preoccupations qui ont
leur source dans un magnifique d6sir d'6galit6 et de
progres, font le plus grand honneur aux Nations oi
elles existent et aux D6elgu6s qui les ont exposes.
Elles prouvent que ce ne sont pas seulement les
preoccupations politiques qui ont &et en discussion a
la Conference de San Francisco, mais que les plus
hautes preoccupations intellectuelles ont fait 1'objet
d'6tudes approfondies. Le ton g6enral des propositions
et des communications a ainsi atteint un niveau oil se
sont rarement 6lev6es des reunions internationales.
Ces r6confortantes constatations permettent de fon-
der tous les espoirs sur les r6sultats de la Conference
de San Francisco qu'un tel esprit d'id6al a inspires.
Lorsqu en France et a la Soci6t6 des Nations, je
repr6sentais notre Pays-et au-dessus de lui, j'ose le
dire, notre Race-je me suis toujours 6lev6 centre
cet absurde et criminal pr6jug6 de Races. Je l'ai fait:
Partout. A Geneve, dans les Comit6s, a la Tribune
de la Socitek des Nations; a Paris dans les journaux,
dans les meetings publics. C'est pourquoi, peut ktre

-65 -
3-1









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

mieux qu'un autre, j'ai Wte si profond6ment 6mu des
courageuses paroles, prononc6es par le Chef de la D6-
legation Haitienne. Pour un moment, comme je l'avais
Wt6 moi-meme, il a 6te la Conscience Supreme de toute
une Race. Pour une Minute, il a 6t6 la Justice. Ceux
qui ont v6cu cette Minute exaltante, en garden tou-
jours l'ineffagable empreinte.
Que Gerard Lescot soit assure que sa vibrant Pro-
position demeurera grave dans le coeur de tous les
Hommes. Elle sera leur Br6viaire et leur R4confort.
Qu'il soit assure que 1'6cho s'en est fait entendre par-
tout; et que partout les vents, les flots, les sables,
d6chain6s centre 1'Injustice, s'616vent avec force, pro-
clament qu'aujourd'hui, entire les Etres Humains, il ne
faut plus de Discrimination a cause de la Race, de la
Religion, de la Langue ou du Sexe.
Apr6s celui qui, le premier et le seul dans le monde,
avait proclam6, en 1793, qu'il voulait faire r6gner &
Saint Domingue, la Libert6 et 1'Egalit6, voila que
c'est encore un Hai'tien qui, en 1945, lance au Monde
Entier, comme un d6fi superbe, les paroles qui defini-
tivement vont abolir toute difference, toute in6galit6
entire les Etres Humains.
Entend-z vous tonner la voix puissante de Tous-
saint Louverture, la voix mmie de la Patrie. C'est
elle qui nous inspira, a Geneve et a San Francisco.
A travers les Si6cles, les Paroles de Libert6, d'Ega-
lit6, de Justice et de Foi, sont dites et reprises par des


-66-










LA CHARTER DES NATIONS UNIES


Hommes lns sur cette terre douloureuse et brflante
d'Hai'ti. Quelle fiert6 pour nous! Quel enseignement
du Destin qu'il faut, Haitiens, nous aimer, nous unir,
nous qui devons, pour toute une Race malheureuse,
'tre unr superbe et magnifique example.
Nous qui venons, par le verbe sonore du Chef de
notre Delegation, de donner son magnifique cachet
d'Universalit6 a la Charte, que nous avons aid6 a eta-
blir a San Francisco. Elle declare qu'aujourd'hui, non
seulement sont abattues entire les Nations toutes les
barrieres de Force, mais de plus, qu'entre les Etres
Humains sont abolies toutes les Discriminations de
Race, de Religion, de Langue ou de Sexe. C'est ce
que proclame comme V6rit6s Nouvelles, la Charte
Nouvelle que nous avons sign6e.
Plus g6ndreuse, plus humaine envers les Nations
et les Peuples, plus pratique, plus r4aliste et par con-
sequent plus efficace pour maintenir la Paix et em-
p&cher 1'Agression, et faire r6gner la Justice, voila
comment se pr6sente la Charte des Nations Unies au
regard des Propositions de Dumbarton Oaks, du Co-
venant de la Soci6t6 des Nations et des autres Con-
ventions Mondiales. Ce sont ces qualit6s qui la ren-
dent sup6rieure a toutes les autres Chartes et qui en
font vraiment la Charte de 1'Humanite.
Rendons aux Del1gu6s des Nations qui Font 6tablie,
cette Justice qu'ils ont bien travaill6 pour la Paix, et
qu'ils ont bien merit6 de 1'Humanit4.


-67-













CHAPITRE XV


PRINCIPAUX ORGANES DE LA CHARTE.

Le Chapitre IV des Propositions de Dumbarton
Oaks indique ainsi les des Na-
tions Unies. Il 4crit:

1-- principaux:
a--ne Assemblee G64nrale
b-Un Conseil de S6curit6
c-Une Cour Internationale de Justice
d-Un Secretariat.
2-L'Organisation devrait avoir les Organismes au-
xiliaires qu'elle jugerait n6cessaires>.

Les Del6gu6s de Sept Nations: Australie, Egypte,
Equateur, Honduras, Mexique, Nouvelle Z61ande, V&-
nezu6la ont demand que parmi les organes princi-
paux de 1'Organisation figurat le Conseil Economique
et Social. Ils proposaient d'amender en ce sens les
Propositions de Dumbarton Oaks. Aussi le Chapitre
III de la Charte des Nations Unies, qui traite des
, en donne-t-il ainsi la liste au premier ali-
nea de 1'Article 7: paux de l'Organisation des Nations Unies: Une As-
sembl6e G6n6rale, un Conseil de S6curit6, un Conseil
Economique et Social, un Conseil de Tutelle, une Cour


-68-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

Internatioriale de Justice et un Secr6tariat.> Le deu-
xieme alinea ajoute: riveleraient n6cessaires pourront 6tre cr66s confor-
m6ment a la pr6sente Charte>. Faisant une applica-
tion immediate de la resolution de la Charte qui pro-
clame l'article 8 declare: pos6e par l'Organisation a l'acc&s des hommes et des
femmes, dans des conditions gales, A toutes les fonc-
tions, dans ses organes principaux et subsidiaires>>
Je crois utile d'indiquer la methode que je compete
suivre dans l'etude des Principaux Organes de la nou-
velle Organisation Mondiale: .
J'6tudierai s6par6ment chaque Organisme tel qu'il
se trouve dans les Propositions de Dumbarton Oaks,
puis tel qu'il est indiqu6 dans la Charte des Nations
Unies, puis tel qu'il 6tait indique -s'il 1'6tait-dans
le Covenant de la Soci6t6 des Nations.
Grace a cette 6tude compare, les lecteurs pourront
se rendre compete des ressemblances, des differences,
des progr&s r6alises par ces Organismes a travers ces
Trois Pactes Internationaux. Grace a cette m6thode
comparative et critique, les lecteurs auront une con-
naissance complete et raisonn6e de la Charte des
Nations Unies et de la Nouvelle Organisation Mon-
diale qu'elle a cr66e.


-69-











CHAPITRE XVI


ASSEMBLE GENERAL.

ConsidEr&e au point de, vue des Propositions de
Dumbarton Oaks et du Covenant de la
Soci6t6 des Nations, etc.

L'Assembl6e Gne6rale est un Organisme important
du Plan de Dumbarton Oaks. I1 existait d6ja dans
l'gneienne Soci6t6 des Nations et j'eus alors 1'honneur
d'en etre elu Vice-President.
Cette Assembl6e G6n6rale comprenait (et compren-
dra) tous les Etats Membres de la Communaut6 In-
ternationale. Ses attributions ont peu vari6. Elle se
r6unissait r6gulibrement chaque ann6e pendant un
mois environ. Elle s'occupait, de suite, d'etablir le
Programme de ses Travaux en 6lisant la Commission
de l'Ordre du Jour. Cette Commission-a laquelle je
fus 6lu-pr6parait toutes les questions qui allaient
etre soumises a 1'Assembl6e pendant la pr6sente Ses-
sion, les classait par ordre de priority ou d'importance,
indiquait au tableau de chaque seance les Orateurs
qui demandaient A etre entendus sur les questions dd-
jh port6es A l'Ordre du Jour ou sur d'autres questions.
Puis, I'Assembl&e proc6dait a/l'6lection de son Bureau
pour la pr6sente Session. Bureau qui demeurait en
exercise jusqu'a la session suivante. Car en cas de
convocation extraordinaire-ce qui eut lieu parfois-


-70-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

L'Assembl6e se r6unissant rapidement, devait ouvrir
ses s6ances avec un Bureau r6gulibrement constitute.
Le Bureau de 1'Assembl&e se composait du Presi-
dent, puis des six Vice-Pr6sidents, tous 6lus par les
deux-tiers des votants. Le Bureau ddsignait un cer-
tain nombre de Secr6taires. La premiere stance de
l'Assembl6e 6tait consacr6e au Rapport du Secreta-
riat G6neral sur toutes les activities de la Soci6t6 de-
puis la pr6c6dente Session.
L'Assemblde de la S.D.N. n'6tait pas seulement
institute pour entendre le Rapport du Secr6taire G4-
n6ral et les Discours des Dl16gu6s. Elle 6tait surtout
institute, a mon sens, pour aider, en les appuyant ou
en les proposant, a r6aliser toutes les measures pro-
pres au maintien de la paix. Si elle y parvint dans de
nombreux cas-comment 1'oublier?-elle ne r6ussit
pas dans d'autres qui 6taient d'importance. L'exem-
pie de la carence du Conseil et de 1'Assembl6e de la
S.D.N., lors du diff6rend Italo-Ethiopien, a lourde-
ment peso sur la paix du monde.
II ne fallait pas que pareil fait se reproduisit.
Aussi les Propositions de Dumbarton Oaks ont-elles
tenu a donner & 1'Assemble G6ndrale des functions
plus pr6cises en vue du maintien de la paix et a aug-
menter ses pouvoirs.
Une innovation heureuse, pour, arriver a Faction,
est inscrite a la Section B du Chapitre V, qui traite


-71-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

de > et plus sp6cialement de
ses . Nous lisons: < question de ce genre (maintien de la paix et de la
s6curit6 international) au sujet de laquelle une ini-
tiative doit etre prise, doit. etre soumise au Conseil
de S6curit6 par 1'Assembl6e G6ndrale, avant ou apres
dblib6ration>.
Nous avons ainsi 1'assurance que la question du
maintien de la paix et de la security internationales,
6tant envoyee au Conseil de S6curite, lequel, grace
au Comite d'Etat-Major, a les moyens d'agir et la vo-
lont6 d'agir, nous avons 1'assurance que tout va etre
rapidement fait pour le maintien de la paix.
Et nous n'assisterons plus-comme ce fut malheu-
reusement le cas en 1935-maintenant que I'Assem-
bl6e peut etre directement saisie, et 6voquer devant
elle, tous les diff6rends, a ces reponses dilatoires du
Conseil et de l'Assembl6e, n'osant prendre aucune
initiative, ni aucune responsabilit6, et permettant a
1'Italie de preparer tranquillement son aggression et
de la perp6trer a 1'heure qu'elle choisit elle-meme.
Les Propositions de Dumbarton Oaks ont encore
arm6 1'Assembl6e Gen6rale d'un pouvoir plus grand.
Le paragraphe 3 de la Section B du Chapitre V est
formel: il accord a 1'Assemblee G6n6rale de suspendre 1'exercice des droits et privileges de
tout Membre de l'Organisation a 1'6gard du quel des
measures pr6ventives ou coercitives auraient 6t6 prises


- 72 -










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

par le Conseil de Securit6.> Premier Avertissement
s6rieux qui prove l'union de 1'Assembl6e G6n6rale
et du Conseil de S6curit6 et qui fera certainement
r6fl6chir 1'Etat en mal d'agression. Avertissement que
dans le Covenant de la S.D.N., 1'Assembl6e n'avait
pas a donner, son action n'6tant d'ailleurs pas aussi
intimement lie a~ celle du Comit6 qu'elle est ici indi-
qu6e. Mais le paragraphe 3 permet encore A 1'As-
sembl6e G6nerale d'aller plus loin. I I'autorise
-toujours sur la recommendation du Conseil de S&-
curit--h <,expulser de l'Organisation tout Membre de
l'Organisation qui persist a violer les principles con-
tenus dans les Statuts de l'Organisation>. Le petit
jeu d'intimidation envers la S.D.N., auquel s'6taient
livrdes l'Allemagne, 1'Italie, le Japon, en donnant avec
fracas leui admission, ne se renouvellera plus. Bien
au contraire. Des que la volont6 d'agression d'un Etat
est prouvee, cet Etat est renvoy6 de 1'Organisation
International. Mis ainsi au ban des <>,
ce second avertissement ne peut manquer de 1'im-
pressionner, d'autant que cet Etat salt que le Conseil
de S6curit6 se prepare a prendre bient6t des measures
efficaces contre lui. J'ai tenu rappeler ces pouvoirs
donnes a 1'Assemblee Gen6rale. Ils lui permettront
d'avoir plus d'autorit6, ayant plus de puissance. Sur
ce point, encore, les Propositions de Dumbarton Oaks,
ont heureusement innov6 sur le Covenant de 1'an-
cienne Soci6t6 des Nations.

-73-
3-2










LA CHARTE DES NATIONS UNIES


Les autres functions de 1'Assembl6e Gendrale sont
de moindre importance et rappellent les functions de
l'Assembl&e de la S.D.N.
L'Assemblee G6enrale forme les autres organismes
des Nations Unies. Elle vote pour les six Membres
non Permanents du Conseil de Securit6 et poui les
dix-huit Membres du Conseil Economique et Social,
organisme qui n'existait pas a la S.D.N. Elle vote
pour la nomination des Juges de la Cour Internatio-
nale de Justice, de meme que pour le Secr6taire G-
n6ral. A ia S.D.N., une Commission de Contr6le, com-
pos6e de cinq membres, 6tait constitute, a laquelle
6taient.soumises toutes les d4penses de la S.D.N. Elle
6tablissait les budgets particuliers de tous les Orga-
nismes de la S.D.N., de meme que le Budget g6n6ral
de la Soci6t6 des Nations.
J'avais 4t 4lu a cette Commission de Contr6le, qui
avait les attributions et fournissait le minutieux tra-
vail d'une veritable Cour des Comptes.
Rien de tel n'a te6 pr6vu dans les Propositions de
Dumbarton Oaks. II est simplement indiqu6 au para-
graphe 5 de la Section B du Chapitre V que sembl6e G64nrale repartit les frais entire les Membres
de l'Organisation et approuve les budgets de l'Organi-
sation>. II me semble que c'est insuffisant comme
Contr6le.
Il faudra aussi d6cider quel organisme-en dehors
du Secretariat Ge4nral qui recueille les documents-


--74-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

dolt preparer les questions a traiter par l'Assemblee
Generale pendant sa Session. Ce travail important
6tait fait la Soci6t6 des Nations par la Commission
de 1'Ordre du Jour. J'avais eu 6galement I'honneur
d'y etre 6lu et j'avais pu me rendre compete de la be-
sogne qu'elle abattait chaque jour. Rien n'est privu
dans ce sens dans les Propositions de Dumbarton
Oaks. Sans doute, lorsque se r6unira la future Orga-
nisation Internationale <>, 1'Assem-
bl6e G6nerale, qui en a le pouvoir, d'apres 1'article
22 de la Charte, d6cidera la creation de ces organis-
mes qui l'aideront puissamment dans 1'accomplisse-
ment de ses important travaux.
Comment l'Assembl6e Generale fait-elle connaltre
ses decisions? Elle le fait par son vote. La majority
qui determine le vote peut 6tre de deux sortes. Elle
peut 6tre une majority des Deux-Tiers, elle peut 6tre
une majority Simple. C'est une question toujours 6pi-
neuse que celle de d6cider quelle majority est n6ces-
saire afin d'imposer une decision.
II me semble que les Propositions de Dumbarton
Oaks ont sagement agi ainsi en diff6renciant la ma-
jorit6 necessaire suivant l'importance des questions a
r6soudre. Il semble natural qu'une important ma-
jorit6 des Deux Tiers soit indispensable dans les cas
important, tels que: 1'6lection des Membres du Con-
seil de S6curit6 et de ceux du Conseil Economique et
Social; 1'admission de nouveaux Membres; la suspen-


-75 -









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

sion des droits d'un Membre titulaire; son expulsion,'
de meme que pour trancher les questions se rappor-
tant aux problems economiques et budg6taires de
l'Association elle-meme. Enfin les Propositions de
Dumbarton Oaks se sont montr6es sages et realistes
en n'exigeant que la majority Simple pour l'election
du Bureau de 1'Assembl6e Gendrale.-
Nous avons une nouvelle fois la preuve que les Pro-
positions de Dumbarton Oaks se sont efforcees a faire
ceuvre just, pratique et durable. Elles y ont r6ussi.


- 70i --












CHAPITRE XVII


ASSEMBLE GENERAL.

Consid6r6e au point de vue de la Charte des
Nations Unies, etc.

La Charte des Nations Unies a conserve l 1'Assem-
blee G6n6rale les pouvoirs que les Propositions de
Dumbarton Oaks lui avaient octroy6s. La Charte les
a meme heureusement augments, puisqu'elle les a
6tendus a un Organisme que les Propositions n'avaient
pas considered: le Conseil de Tutelle, ainsi qu'a l'6tude
des importantes questions telles que ment progressif du Droit International et sa Codifica-
tion, telles que l'application de la fameuse Proposi-
tion Lescot en droits de l'homme sans distinction de race, de sexe,
de langue ou de religion>. Le r6le de 1'Assembl6e
GenBrale est, de ce fait, accru.
Toutes les Nations qui font parties du nouvel Or-
ganisme International: , sont re-
pr6sent6es a l'Assembl6e G6n6rale> et chacune par
Cinq Membres au plus, mais chacune ne possede
qu'une voix. Les pouvoirs de discussion de 1'Assem-
bl4e G6nerale sont tres vastes. L'article 10 nous ap-
prend qu'elle faires rentrant dans le cadre de la present Charte ou
se rapportant aux pouvoirs et functions de l'un quel-


-77-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES


conque des organes pr6vus dans la pr6sente Charte>.
C'est un droit g6n6ral de regard sur toutes les acti-
vit6s des Nations Unies que la Charte accord ainsi
a l'Assembl6e G6n6rale. Comme les <,
la Charte reconnait a 1'Assembl6e le pouvoir des recommendations>. Elle va plus loin. La phrase
suivante de 1'alin6a I de la Section B du Chapitre V
des >: sujet de laquelle une initiative doit etre prise, devrait
etre soumise au Conseil de S6curite par l'Assembl6e
G6nerale, avant ou apres d6lib6ration>, cette phrase
est remplac6e dans l'article 10 de la Charte par la
suivante: <<...formuler sur ces questions ou affaires des
recommendations aux Membres de 1'Organisation des
Nations Unies, au Conseil de Securit6 ou aux Mem-
bres de l'Organisation et au Conseil de Skcurit6.
Remarquons qu'il en est de meme des principless
regissant le desarmement et la reglementation des ar-
mements>, que mentionnaient les Propositions de
*Duribarton Oaks a I'alinea I de la Section B du Cha-
pitre V., et sur lesquels la Charte reconnait que 1'As-
semblee Gen6rale peut faire des recommendations.
L'Article 26 de la Charte reconnait que de S6curit6 est charge, avec l'assistance du Comit6
d'Etat-Major... d'elaborer des plans qui seront soumis
aux Membres de 1'Organisation en vue d'6tablir un
syst&me de reglementation des armements>. Remar-
Squons, toujours a propos de l'article II de la Charte,


-78-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

que le mot < de la derniere phrase de l'a-
lin6a 2: action est renvoyde au Conseil. de Securite par l'As-
sembl6e Gnd6rale, avant ou apres discussion,> rem-
place le mot , mot employ dans l'alinea I
de la Section B du Chapitre V des Propositions de
Dumbarton Oaks.
L'article 12 de la Charte reproduit a peu pros la
derniere phrase de 1'alin6a I de la Section B du Cha-
pitre V des Propositions de Dumbarton Oaks. Cet
alin6a d6clarait: sur sa propre initiative, faire aucune recommendation
relativement a toute question ayant trait au maintien
de la paix et de la Securit6 Internationales don't le
Conseil de Securit6 se prioccupe.
L'article 12, ler alin6a de la Charte, declare: < aue le Conseil de S6curit6 remplit a I'6gard d'un dif-
ferend ou d'une situation quelconque, les functions
qui lui. sont attributes par la pr6sente Charte, 1'As-
sembl6e G6n6rale ne doit faire aucune recommanda-
tion sur ce diff6rerid ou cette situation, a moins que
le Conseil de S6curit6 ne ie lui demande. C'est, a
mon sens, une sage measure. Elle permet d'6viter un
double emploi. Elle est inspire par ce principle de
droit que lorsqu'une jurisdiction est saisie, l'on ne sau-
rait en saisir une autre pour la meme affaire.
Le second alinea de cet article 12 donne d'utiles
explications que ne contenaient pas les Propositions


-79-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

de Dumbarton Oaks. II declare: < ral, avec l'assentiment du Conseil de S4curit6, porte
a la connaissance de 1'Assembl6e G6ndrale, lors de
chaque session, les affaires relatives au maintien de
la paix et de la s6curit6 internationales don't s'occupe
le Conseil de S4curit6; il avise de meme l'Assemble
G4n6rale ou, si 1'Assembl6e G6nerale ne siege pas,
les Membres de l'Organisation, des que le Conseil de
S6curite cesse de s'occuper des dites affaires>>. Ce
second alin6a complete heureusement le premier.
L'article 13 de la Charte, en son premier alinea re-
connalt a l'Assembl6e G6n6rale une important at-
tribution: celle du < Droit International et sa Codification>>.
De nombreuses D616gations a la Conf6rence de San
Francisco, au nombre de treize, ont voulu compl6ter
le texte des Propositions de Dumbarton Oaks en y
ajoutant des Amendements concernant le Droit In-
ternational. La Charte des Nations Unies a fait droit
a ces justes recommendations en les consignant dans
1'alin6a A de son article 13. Certaines D416gations,
comme celle du Lib6ria, demandaient que G4nerale entreprenne l'4tude de la, codification du
Droit International>. D'autres, comme 1'Iran et le
Liban souhaitaient voir: < de Juristes qui aura pour functions de codifier et de
consolider p6riodiquement les principles de Droit In-
ternational en vigueur et d'y apporter les modifica-


-80-










LA CHARGE DES NATIONS UNIES

tions qui pourront &tre jug6es necessaires A certain
moments>. La Del6gation des Philippines proposal, en
ces terms, de donner a 1'Assembl6e les pouvoirs les
plus 6tendus dans le Domaine du Droit International:
guer des regles de Droit International qui entreraient
en vigueur et prendraient, pour les Membres de l'Or-
ganisation, un caract&re d'obligation apres leur ap-
probation par un vote h la majority du Conseil de
S6curite. S'il arrivait que le Conseil de S6curit6 ne
prit aucune decision relativemerit aux regles adop-
tees par 1'Assembl6e G6nerale dans un d6lai de
trente jours, apres en avoir 6t6 saisi, les regles en
question entreraient en vigueur et prendraient, pour
les Membres, un caractere contraignant, comme si
elles avalent Wt6 approuv6es par le Conseil de S6cu-
rit6. Dans 1'exercice de cette function legislative,
l'Assembl6e G6n6rale pourrait proc6der la Codi-
fication des regles existantes du Droit International
en y apportant tous les changements qui pourraient
lui paraitre opportuns>. La D6dlgation Australienne
souhaiterait que 6tudes et formule des recommendations en vue' de
favoriser le d6veloppement et la revision des regles
et des principles du Droit International>. Quelques
D616gations Am6ricaines avaient 6galement pr6sent6
des Amendements en ce sens. Celui de la Dle6gation
Br6silienne 6tait ainsi conqu:

-81-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

tions amicales entire les Nations pour prendre toutes
,autres measures propres a consolider la paix du monde
et d6finir les questions qui constituent le domaine du
droit international, c'est-A-dire qui d6passent la com-
p6tence int6rieure des Etats: voter dans le cadre de
cette definition les lois secondaires pour en regle-
menter l'application>. L'amendement Equatorien d6-
clarait: sivement les principles et les regles de la Loi qui doi-
vent gouverner les relations entire les Etats doit 6tre
donned a l'Assembl6e Gen6rale par les deux-tiers de
la majority de ses Membres. Les Conventions conte-
nant ces principles et ces regles auront seules des ef-
fets de contrainte pour tous les Membres de l'Organi-
sation lorsqu'elles sont ratifies par une majority des
deux-tiers>>.
Rappelons qu'h la Soci6t6 des Nations, quelques
D6l6gu6s des Nations Americaines avaient propose
de codifier un Droit International Americain. C'6tait
un project qui avait et6 caress de longue date.
La Deuxieme Conf6rence Pan-Am6ricaine, tenue
a Mexico en 1902, avait 6labor6 une Convention si-
gn6e le 28 Janvier 1902. Elle invitait 1'Union Pan-
Am6ricaine a constituer un Comite de Sept Membres
qui devait preparer deux Codes de Droit International
Priv6 et Publi6 Nations d'Ambrique>>.


-82-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES


La Troisieme Conference Pan-Americaine tenue a
Rio de Janeiro en 1906 remplaga le Comit6 par une
Commission de Jurisconsultes compose de Un Mem-
bre par Nation Americaine, commission qui devait
preparer deux Codes de Droit International: Prive et
Public. La premiere reunion de cette Commission eut
lieu a Rio de Janeiro en 1912.
La Cinquieme Conference Pan-Am6ricaine tenue
A Santiago de Chili en 1923, d6cida que chaque Na-
tion Americaine enverrait deux Membres a la Com-
mission de Jurisconsultes.
L'Institut Americain de Droit International, fond6
en 1912 par deux savants Juristes, un Amnricain du
Nord et un Am6ricain du Sud, des Etats-Unis et du
Chili, M.M. James Brown Scott et Alejandro Alvarez,
fit preparer par un autre Juriste r6pute, le Cubain
Sanchez de Bustamente, un Projet de Code de Droit
International Priv6, et prepara lui-meme des projects
de Droit International Public.
La Deuxieme reunion de la Commission de Juris-
consultes se tint a Rio de Janeiro en 1927. Elle ne put
aboutir a un r6sultat pratique. Car cette idee de
Droit International Am6ricain, soutenue par de dis-
tingu6s Juristes Am6ricains 6tait combattue par d'au-
tres Juristes Am6ricains aussi distinguish.
L'alin6a b de l'article 13 de la Charte r6pete la
Proposition Lescot, qu'un Haitien ne peut relire sans


- 83 -










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

emotion: < de sexe, de langue ou de religion, la jouissance des
droits de 1'homme et des libert6s fondamentales>.
Mais cet alinda glorieux donne naissance a un com-
mentaire d6licat. J'ai entendu pr6tendre que la Le-
gislation Haitienne viole cet article. La L6gislation
Haitienne facility I'acces h la Nationalit6 Ha'itienne
Sceux et a celles qui ont du sang africain dans les
veines. II m'a 6t6 ais6 de r6pondre. La Discrimina-
tion Haitienne, pour employer les mots qui m'avaient
6t6 opposes, n'a pas 6t6 6tablie afin de priver un cer-
tain group d'hommes et de femmes de certain droits,
comme, par example, les lois racistes qui furent en
vigueur dans, certain pays. Bien au contraire. La
Discrimination Haitienne ne vise qu'd accorder des
facilities a des personnel que leur couleur ou leur race,
a cause de certain pr6jugds, privaient de certain
droits. La Discrimination Haitienne est done une loi
g6nereuse de protection et de sauvegarde. A ce titre
elle est lautement recommandable, et m6rite de con-
tinuer a demeurer dans la Legislation Haitienne.
Non seulement elle n'enleve de droits a personnel,
mais elle en assure a ceux a qui on aurait voulu ou
pu les contester ou les diminuer. L'Assembl6e Gen6-
rale qui se compose des Repr6sentants de toutes les
Nations faisant parties des Nations Unies, et qui s'oc-
cupe de toutes les questions pouvant int6resser la
paix, sauf celles revenues ou soumises h d'autres ju-


-84--










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

ridictions-par example le Conseil de S6curit6, ou la
Cour Internationale de Justice-les regle par des
votes pris a la majority des Deux-Tiers de ses Mem-
bres ou a la Majorite Simple. Il' tait opportun de
faire cette distinction selon l'importance des questions
a r6soudru. Lorsque ce sont des questions qu, int6-
ressent surtout le maintien de la paix et de la s6cu-
rit6 Internationales, tout ce qui y touche, par example
le , et ee qui
concern. I'Organisation des Nations Unies, le vote
doit r6unir les deux-tiers des voix. Pour toutes les
autres questions, le vote qui tranche les diff6rentes
opinions est le vote simple.
Enfin I'Assenible G6nerale a dans ses attributions
tout ce qui concern son Reglement, la march de
ses travaux, leur ordonnance, le Budget de 1'Organi-
sation, le pavement des Cotisations.
Toutes questions qui seront plus sp6cialement 6tu-
di6es et r6solues dans > que
l'article 22 de la Charte autorise l'Assembl6e G6n6-
rale A cr6er. Ils existaient dans *la Soci6t6 des Na-
tions, > qui 6taient, par exem-
ple, la <, la mission de Contr61e>, dans lesquelles je fus l6u Mem-
bre.


-85-













CHAPITRE XVIII


CONSEIL DE SECURITY.

Consid6re au point de vue des Propositions de Dum-
barton Oaks et du Covenant de la Societe des Nations,
etc.

C'est a la lumiere du Covenant de la Soci6t6 des
Nations, 6tabli en 1919, que 1'on peut comprendre les
Propositions de Dumbarton Oaks et la Charte des
Nations Unies datant 1'une et 1'autre de 1944 et de
1945. C'est h cette lumiere, c'est en comparant ces
trois Pactes Internationaux que 1'on peut se rendre
compete des resultats obtenus afin de parvenir au
maintien de la Paix et de la Securit6 Internationales
et a la prevention de 1'agression.
Le Conseil de S6curit6 est l'organe de decision et
d'action des Nations Unies. En font parties les 3
Grandes Puissances capable et charges de maintenir
la paix, d'empecher et d'arr&ter 1'agression. A elles
sont jointes deux autres Grandes Puissances. A ces
Cinq Grandes Puissances qui siegent en permanence,
sont jointes Six Puissances 6lues pour deux ans par
1'Assemblee G6n6rale et qui ne si6gent pas en perma-
nence:
Du Conseil de S6curitB depend le Comit6 d'Etat-
Major G6n6ral. Ce Comit6 a dans ses attributions la
preparation de toutes les measures qui doivent per-


-86-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES


mettre de pr6venir l'agression, et de l'arreter im-
m6diatement si jamais elle etait d6clench6e.
Le Conseil de S6curit6 est l'Organe efficace qui
peut et doit maintenir la paix. L'on comprend imm6-
diatement qu'il ne peut 6tre nombreux, qu'il doit avoir
une grande autorit6 et pouvoir prendre des decisions
rapides. Rien de pareil n'existait dans l'ancienne So-
ci6t6 des Nations. Le Conseil ne pouvait, quand il le
faisait, qu'exhorter les Membres A appliquer les ar-
ticles du Covenant. Il ne pouvait ni obliger a appli-
quer cep articles, ni. les appliquer lui-meme. Il n'avait
pas l'autorit6 nicessaire. II n'avait aucune force a sa
disposition. C'est cette autorite, c'est cette force que
n'avait pas donne6 la Soci6t6 des Nations le Cove-
nant qui la cr6ait, c'est cette autorite, c'est cette force
que les Propositions de Dumbarton Oaks et la Charte
des Nations Unies donnent au Conseil de S6curit6.
Arm6 moralement et mat6riellement, le Conseil de
Security sera, maintenant, en measure d'agir.
Illustrons par un example cette declaration afin de
faire mieux comprendre l'innovation heureusement
introduite, grace aux propositions de Dumbarton
Oaks.
Le Conseil de la Socite6 des Nations fut saisi en
1935, du 'Conflit existent entire 1'Italie et 1'Ethiopie.
L'Ethiopie 6tait victim d'une aggression r6gulierement
constat6e par le Conseil et 1'Assembl6e. Le Conseil
et l'Assembl6e firent appel au Gouvernement d'Ad-


-87-











LA CHARTE.DES NATIONS UNIES


dis-Abeba et au Gouvernement de Rome pour les
inviter a r6tablir entire eux le plus rapidement pos-
sible, des relations pacifiques. A cela 1'Ethiopie repon-
dit imm6diatement qu'elle etait prate a des n6gocia-
tions conduites par la S.D.N. elle-m&me, et qu'elle
6tait disposee A 6couter les recommendations qui lui
seraient donn6es par le Conseil et par l'Assembl6e.
Au lieu de prendre en main la direction des n6-
gociations, le Conseil et l'Assembl6e s'en desinteres-
serent. Deux Nations, Membres de la S.D.N., 1'An-
gleterre et la France, dans la personne des Ministres
Samuel Hoare et Pierre Laval, firent des proposi-
tions A 1'Italie et a 1'Ethiopie. Ces propositions com-
prenaient deux points. L'Ethiopie faisait les frais des
deux. Elle qui 4tait victim de l'agression, aggression
r6guli&rement constat6e par le Conseil et l'Assembl6e,
devait c6der a son agresseur italien-sous une forme
plus ou moins d6guisee et sous le fallacieux pretexte
d'un change de territoire-environ la moiti6 de son
territoire national; de plus, 1'Ethiopie devait accepter
que la S.D.N. conf6rAt A son agresseur, sous une for-
me d6guis6e, le contr6le de l'autre moiti6 de son terri-
toire. L'Ethiopie, qui, seule, faisait tous les frais de
ces propositions, les repoussa. Elle s'adressa imme-
diatement A la S.D.N. Elle 6crivit au Secr6taire G&-
n6ral afin de le mettre au courant des propositions
qu'elle venait de recevoir de deux membres de la
S.D.N., elle declara 6tre fermement oppose A toute


-88 -










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

n6gociation .secrete, et demanda instamment que
1'Assemblee de la S.D.N. soit imm6diatement r6unie>>.
A cela que repondit le Secr6taire G6n6ral? Conseil est convoqu6 pour mercredi prochain pour
prendre connaissance de la proposition present6e aux
deux gouvernements et qu'en vertu du pacte il reste
l'organe rEgulibrement saisi du conflict. Le Pr6sident
de l'Assemblee estimant qu'il y a lieu d'attendre le
r6sultat des dlibrations du Conseil...>
Le Conseil et l'Assembl6e esquiv&rent leurs res-
ponsabilit6s. Le Conseil ne pouvant ordonner ni agir.
Le Conseil ne pouvant, suivant l'article 10 du Cove-
nant, que rappeler a chaque membre le devoir qui
est fait A la S.D.N. de prot6ger chacun de ses mem-
bres centre toute aggression.
article 10, s'engagent A respecter et A maintenir centre
toute aggression ext6rieure, l'int6grit6 territorial et
1'ind6pendance politique actuelle de tous les membres
de la Soci6t6. En cas d'agression, de menace ou de
peril d'agression, le Conseil d6terminera les moyens
pour assurer 1'accomplissement de cette obligation .
Aujourd'hui la situation ne se presenterait pas de la
m6me fagon.
Les Chapitres VI et VIII des Propositions de Dum-
barton Oaks, qui traitent du > et
des et la S6curit6 Internationales, y compris la prevention


-89-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

et la repression de l'Agression>, donnent au Conseil
de S6curit concern le maintien de la paix et de la s6curit6 in-
ternationales,> d'apr&s le premier alinea de la Section
B des , et permettre de remplir ces functions>, d'apres le troi-
sieme alin6a de cette m6me Section B.
Il est evident que la <> ne peut aller
sans . Pouvoirs que le Conseil possdde
grace au Comit6 d'Etat-Major.

Les Pouvoirs du Conseil de S6curitB sont de deux
sortes:
a/ Pouvoirs d'Enquete et de N4gociation.
b/ Pouvoirs d'Action.
a/-Pouvoirs d'Enqu6te et de N6gociation.
Afin de pouvoir agir en tout temps, car I'on ne peut
prevoir quand 6clatera un diff6rend, le Conseil de
Securit6 doit singer continuellement. Il doit 6tre pr6t
A fonctionner a chaque instant. Et afin que toutes
garanties soient donnees & tous les Etats, ils sont re-
pr6sentes par un de leurs Membres dans toute dis-
cussion port6e devant le Conseil et dans laquelle
leurs int6rets sont en jeu.
Lorsque des Etats, Membres ou non de 1'organisa-
tion des , ne peuvent. arriver-par la
n6gociation, la mediation, la conciliation, 1'arbitrage


-90-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES


ou le reglement judiciaire-a r6gler leur different,
ils peuvent en saisir 1'Assemblee Gendrale ou le
Conseil de S6curit6. Le Conseil de S6curit6, r6guli6-
rement saisi, engage les parties i r6gler leur different
soit par nrgociation directed, arbitrage ou en s'adres-
saht a la Cour Internationale de Justice qui, elle
aussi, peut toujours etre saisie.
Si les moyens recommends par le Conseil de S6-
curite n'ont pas r6ussi, que le differend demeure, le
Conseil de S6curite peut d6cider que la continuation
de ce differend est susceptible de menacer le main-
tien de la paix et de la Securite Internationale. I1 se
decide done a agir.
b/ Pouvoirs d'Action.
Il prend alors toutes les measures n6cessaires au
maintien de la paix et de la S6curite Internationales.
Ces measures peuvent etre d'ordre diplomatique, 6co-
nomique ou militaire. Ces measures 6taient pr&vues
dans le Covenant de la Soci6t6 des Nations, en ces
terms, au ler alin6a de l'article 16: de la Soci6t6 recourt a la guerre, malgr6 les engage-
ments contracts aux articles 12, 13 ou 15, il est
consid6r6 ipso facto comme ayant commis un acte
de guerre centre tous les autres Membres de la So-
ciet6. Ceux-ci s'engagent a rompre imm6diatement
toute relation commercial ou firanciere avec lui, a
empecher toute relation de ses nationaux avec ceux
de 1'Etat qui a rompu le Pacte et a interrompre toutes


-91-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

les communications financi&res, commercials ou per-
sonnelles entire les Nationaux du dit Etat et ceux de
tout autre Etat, qu'il soit ou non Membre de la So-
cietY>.
D'apres les Propositions de Dumbarton Oaks, ces
measures peuvent 6tre:
Sanctions Diplomatiques: Rupture des, Relations
Diplomatiques; rupture des relations postales, t616-
graphiques ou autres, maritimes et a6riennes.
Sanctions Economiques: Rupture des relations com-
merciales, 6conomiques, financieres.
Sanctions Militaires: Emploi de la Force Armee.
Ici nous touchons l'importante et delicate question
de l'organisation de la Force Armne Internationale des
Nations Unies, question qui en suscite plusieurs se
rapportant a la composition, commandement ou sta-
tionnement de cette Arm6e.
Cette Armee, qui comprendra des Forces de Terre,
d'Air et de Mer, peut se concevoir sous trois aspects
differents:
a/-Soit une Arm6e compose de differents con-
tingents internationalists, commands par des officers
internationalists, stationn6s dans des lieux d6signes,
et sp6cialement sous le commandement du Conseil.
b/-Solt une Arm6e compose de different con-
tingents nationaux sous le commandement d'officiers
internationaux.


-92-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

c/-Soit une Arm6e composee de diff6rents contin-
gents nationaux, sous le commandement d'officiers
nationaux.
II est evident que la mise en branle rapide de cette
Force sera plus vite r6alisee lorsqu'elle sera consi-
der6e comme une Force Internationale sous un com-
mandement international. Mais la question se pose
alors, apres celle de la Composition de cette Force, du
commandement.
L'Etat-Major de cette Arm6e Internationale, com-
ment sera-t-il compose, et commarid? La question se
pose enfin du stationnement de cette Arm6e Inter-
nationale.
Afin qu'elle soit plus rapidement employee-et. le
facteur Temps a son importance lorsqu'il s'agit de pre-
venir ou de bloquer une agression-il faut que des
detachements important de cette Armee Internatio-
nale, se tiennent en permanence dan's des endroits
particulierement important. Ces endroits, ces Re-
gions Strategiques, doivent 6tre soigneusement d6ter-
minees. Par example: Fleuve, comme le Rhin, D6fil6
comme celui du Brenner, D6troit comme Gibraltar,
Canal comme Suez et Panama. I1 est evident que,
dans le monde, il existe bien d'autres endroits im-
portants a surveiller, d'oi une subite aggression peut
partir.
II faut encore determiner la delicate question du
Droit de passage. L'on se rappelle les difficultis qui


-93-









LA CHARTER DES NATIONS UNIES

avaient surgi a ce sujet entire la Russie et la Pologne.
Toutes ces questions seront 6tudi6es et mises au point
par le Comit6 d'Etat-Major, qui assisted le Conseil de
Securit&. Ce Conseil d'Etat-Major est l'innovation
heureuse de Dumbarton Oaks. C'est lui qui permettra
de prendre les measures necessaires pour stopper l'a-
gression. Il est bon de montrer sa force afin de n'a-
voir pas besoin de s'en servir, aimait a r6p6ter le Ma-
rechal Lyautey. La connaissance des Mesures Mili-
taires prises par le Comit6 d'Etat-Major fera r6fl6chir
ceux qui seraient tents de trouble la paix. L'assu-
rance que leur aggression d6clenchera automatique-
ment l'emploi de 1'Arm6e Internationale, d6couragera
ceux qui seraient tents de trancher par la Force la
solution de leurs differends. Nous arrivons ainsi A la
question des Zones Strategiques ou Zones de S6cu-
rite.
J'ai 6crit que parmi les R6gions Strat6giques ou
devraient stationner un important detachement de
l'Arm6e, Internationale, se trouvait le Canal de Pana-
ma. Le Canal de Panama est d'importance vitale pour
les Etats-Unis puisque c'est lui qui assure la liaison
entire l'Oc6an Pacifique et l'Oc6an Atlantique, qui,
tous deux, baignent leurs c6tes. La Mer des Antilles
joue un r61e de tout premier plan pour la defense du
Canal de Panama. L'hebdomadaire Nord-Americain
, dans son Num6ro du 31 Octobre 1938 6crivait:


-94-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

la clef strat6gique des Am6riques>. Voila une fois
encore, a travers les sikcles, proclam6e la valeur mi-
litaire de lile d'Haiti, reine des Caraibes, don't la par-
tie occidentale offre une baie-celle de Port-au-
Prince-bien d6fendue, bien protegee par l'Ple de la
Gon~ve, grande comme la Martinique.. La baie/ de
Port-au-Prince qui a cinquante lieues d'ouverture, est
capable de contenir toutes les flottes des Etats-Unis.
La position de 1'Ile d'Haiti, qui occupe une place
important dans la Mer des Antilles a toujours 6te
reconnue.
Le 13 Janvier 1669, le Gouverneur d'Ogeron 6cri-
vait au Mmistre de la Marine et des Colonies: regarded pas cette Colonie de Saint Domingue pour
la culture du sucre, indigo et tabacs... mais comme
une Place d'Armes pour unir a la Monarchie fran-
gaise les importantes clefs du Mexique, du P6rou et
du Royaume de Santa-F&>. Et bien avant cette date,
le 2 D6cembre 1640, M. de Poincy, gouverneur de
Saint-Christophe, mandait au Cardinal de Richelieu:
ment de cette lie (La Tortue, qu'il appelle la Citadelle
de Santo Domingo) je ferai mon possible de la con-
server, en attendant qu'elle trouve a propos de s'en
servir pour la conquete de Santo Domingo.> Voila
la raison de la conquete de nos iles. La prise de la
Tortue permettra celle de Saint Domingue. La prise
de Saint Domingue-Place d'Armes et Clef des An-

-95-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES


tilles-permettra celle des Royaumes de 1'Or, c'est-A-
dire de tous les Etats qui bordent la Mer des Antilles.
L'on sait de reste que Napoleon ne pensa plus pou-
voir conserver la Louisiane lorsqu'il eut perdu Saint-
Domingue.
L'Historen Henry Adams I'a rappel6 dans son < toire de l'Administration du Pr6sident Jefferson>.
Exposons rapidement 1'importance de l'ile d'HaYti
et principalement de sa parties Occidentale, pour la
defense du Canal de Panama, l'une des plus impor-
tantes Regions Strat6giques oi sera stationn6e une
Force Internationale, -toujours prate h r6pondre a
toute aggression.
Le Canal de Panama est plus vital pour les Etats-
Unis qud le D6troit de Gibraltar ne 1'est pour 1'An-
gleterre. La route imp6riale anglaise peut emprunter
la voie du Cap pour relier l'Angleterre aux Indes.
Les Etats-Unis ne peuvent emprunter une autre voie
que celle du Canal de Panama pour relier, l'une h
l'autre la C6te Est h celle de l'Ouest. Et quelle autre.
voie peut emprunter leur flotte pour op6rer leur ra-
pide jonction? Cette unique voie de liaison-le Canal
de Panama et la mince bande de terre qui la borde
des deux c8t6s-est situ6e en terre 6trangere. De
plus elle s'6tend sur plusieurs lieues et constitute une
cible particulirement visible. Cible qui serait ais6-
ment atteinte et qui est difficilement a 1'abri dans
tous ses endroits sensibles. Cible facilement atteinte

-96-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES


par un adversaire venant de 1'Est, ou de l'Ouest ou du
Sud, si ne se dressait un obstacle permettant d'y 6ta-
blir des installations centre les flottes et contre les
attaques a6riennes. Haiti et principalement sa parties
occidentale, permettrait de jouer ce r81e.
Les traversees des hydravions giants am6ricains,
nous ont appris que 1'Europe n'6tait qu'A un jour de
l'Am6rique. Une journ6e de plus peut 6tre en venant
de.la C6te d'Afrique-du Rio del Oro parexemple-
et en remontant A travers l'Am6rique du Sud. La
liaison commercial existe d6ja. A Santiago de Chili
se faisait la dorrespondance entire -les avions d'Air
France et ceux de la Pan American Airways, qui re-
montent vers New-York. Ils font escale a Cristobal
dans la Zone du Canal de Panama. La voie aerienne
imp6riale am6ricaine permet de survoler l'immense
continent et de relier les trois Am4riques. Le but a
atteindre, le point a d6fendre, sensible entire tous, est
le Canal de Panama.
Constatons que les Antilles dessinent un impres-
sionnant arc de cercle au large du Canal. Les Gran-
des Antilles sont encloses dans la Mer des Caraibes;
les Petites les prolongent dans 1'Atlantique, et tracent
une ligne qui s'incurve vers le Sud afin de parvenir
a la c6te de 1'Am6rique du Sud. Trois passages, ou
< comme l'on disait, donnent aces
au Canal: le D6troit de Floride, entire la c6te Am6ri-
caine et Cuba; le Passage de Mona entire Haiti et

-97-










LA CHARTE DES NATIONS UNIES

Porto-Rico. Les Passages entire les Petites Antilles
sont si nombreux que l'on ne peut songer A les gar-
der tous. Il y a deux points principaux a occuper,
pour qui pretend commander ces nombreuses passes.
II faut poss6der les iles qui se trouvent a la convexit6
de I'arc qui s'infl6chit. Ces miles sont: dans' le Nord
St Thomas et le group des Iles Vierges, dans le Sud
Curagao. Remarquons que la route maritime la plus
court et la plus facile afin de se rendre d'Europe,
d'Afrique du Nord, d'Am6rique du Nord, au Canal
de Panama, est celle qui passe entire Haiti et Cuba,
au large des presqu'iles Haitiennes: le Ml1e St. Ni-
colas et le Cap Tiburon; au grand large de l'immbnse
baie que d6terminent ces points et de son r6duit qui
sont la magnifique Baie et la profonde et sire Rade
de Port-au-Prince. La parties Occidentale de notre 11e
est done une position-clef pour la defense des c6tes
Orientales des Etats-Unis et dd Canal de Panama.
Le New-York Times du 3 Mai 1939 indique avec
precision ce lac am6ricain des Caraibes et designe nettement
notre port des Gonaives pour 1'6tablissement d'une
base navale et aerienne>. L'expert militaire am6ri-
cain, parmi les remparts naturels gardant les appro-
ches de Panama>, cite done la baie des Gonaives.
Mais, au point de vue militaire, la baie des Gonaives
ne peut valoir celle de Port-au-Prince, pour l'6ta-
blissement de defenses: militaires, a6riennes, navales
et sous-marines.
-98-









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

Port-au-Prince jouit d'une situation unique dans
le monde. Sa magnifique baie est situ6e au centre
du bassin des Antilles, qui. est lui-m&me au centre
des deux immense blocs constituent le Nouveau-
Monde. Ils se student grace a l'Isthme de Panama.
Tous les bateaux venant de 1'Amerique du Nord et
du Sud et de l'Afrique et qui se dirigent vers Pana-
ma, passent tous au large de Port-au-Prince. De
meme que la presque totality des avions et des hydra-
vions qui viennent du centre ou de la c6te Atlantique
de 1'Amerique du Sud.
Port-au-Prince est situ6 au fond d'un immense Gol-
fe, don't les c6tes ont quatre vingt lieues de d6veloppe-
ment et qui forment trois large bales: celle des Go-
naives, celle de St Marc, celle de Port-au-Prince.
Cette der.nire en est comme le R6duit. Elle est pro-
t6g6e centre les vents et les attaques par une ile, la
GonAve, presqu'aussi grande que la Martinique. Les
rives de la Gonave, voisines des cotes Nord et Sud,
d6terminent deux longs passages 6troits. Ce sont les .
Dardanelles Haitiennes. Les defenses de.cet immense
Golfe s'etagent en profondeur sur les quatre vingt
lieues qui separent Port-au-Prince de la Pointe du
M61e, au Nord, et de la Pointe de Tiburon au Sud.
Les defenses successives, au fur et a measure que 1'a-
gresseur les aurait forces et s'avancerait vers le fond
du Golfe, le prendraient de flanc et de dos. Jusqu'A
ce que nos Dardanelles lui interdisent le passage.


-99 -









LA CHARTE DES NATIONS UNIES

Dans la baie de Port-au-Prince, la mer est toujours
came, la brise toujours douce. C'est la rade revie
pour la montee des sous-marins, I'ammerrissage des
hydravions. Les atterrissages des avions se font
aussi ais&ment grace aux terrains plats qui entourent
la rade. Les collins, les montagnes qui s'66lvent de
chaque c6t6 de la baie permettent l'installation de
puissantes defenses abriennes.
Cette heureuse position de la R6publique d'HaYti
lui assigned un rl1e de premier plan dans la defense
de tout i'h6misphere Occidental, et particulibrement
du Canal de Panama.
Cette position strategique unique de la R6publique
d'Haiti, lui donne droit d'espBrer lorsqu'un Accord
Regional, pr6vu par les articles 49, 52 et 53 de la Char-
te des Nations Unies sera sign pour la defense de
notre continent, d'obtenir les plus important et va-
ries avantages.

Arrangements RWgionaux.
SLa Section C du Chapitre VIII des Propositions de
Dumbarton Oaks s'occupe des < naux>. Ces Arrangements sont relatifs de la paix et de la s6curit6 international> (ler ali-
nea de cette Section C.) Us peuvent 6tre < par des measures r6gionales>. (ler alin6a Section C.)
La seule condition exigee-condition qui nous parait
bien naturelle, est que

-100-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs