• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Dedication
 Preface
 Premier chapitre
 Deuxieme chapitre
 Troisieme chapitre
 Quatrieme chapitre
 Cinquieme chapitre
 Bibliography
 Du meme auteur
 Errata














Title: Breviaire des educateurs
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072545/00001
 Material Information
Title: Breviaire des educateurs
Physical Description: v. : illus. ; 20 cm.
Language: French
Creator: Mehu, Raphael H
Publisher: Imp. de College J.J. Dessalines du Cap-Haitien
Place of Publication: Cap-Haitien
Publication Date: 1959-
 Subjects
Subject: Education -- Haiti   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references.
Statement of Responsibility: par Raphael H. Mehu.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072545
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 24682759

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
        Page 3
    Title Page
        Page 4
        Page 5
    Dedication
        Page 6
    Preface
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Premier chapitre
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Deuxieme chapitre
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    Troisieme chapitre
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Quatrieme chapitre
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Cinquieme chapitre
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
    Bibliography
        Page 50
        Page 51
    Du meme auteur
        Page 52
    Errata
        Page 53
Full Text




Me. RAPHALL H. MEHU


Notaire Public Educateur
Comptable dipl8mB de la Sails Extension University
; Diplonm des couir normaux du Cap
Membra de la Socijt' pidagogique du Nord
Directeur du Coll6ge J. J. Dessalines du Cap-Haitiea








DES


W__ I I I. -I" 5 R s


TOME I





Imp. du C. J. J. D,
Cap.Haitien
1959








REPUBLIQUE D'HAITI


DIRECTION GENERAL
DE
L'EDUCATION NATIONAL



No M-1:461 Port-au-Prince,le 27 Avril 1959








MEMORANDUM

La )D.G.. E.N reente ses fJ!icitations a Monsieur
Rantho!o V..:li ER et Ihli tra'r:s.et sos e covert, cope
du roo. .,: commr ir n char:.se o'x~n.miier son
ouvr .. : },!VlAl'E DES ELUCA-
TEL-.; "', rAip~ort don't cone'--:ions lui sent favo
rab ijc.

Antoine GUERRIER, av,
lireel....ur (G"n'ral de
I''; iu atiol N:n! i:'nal,-






Rh1PRTf RELATIF AU IATNU3SC
Mr RAPHAEL MEHU
BREVIAIRE DES EDUCATED


RIT DE


URS" .

'g


Le livre de Monsieur MEHU est une oeuvre lonW,
netb et judicieuse que nous recommandons.

Le "BREVIAIRE DES EDUCATEURS" est une
con pilation des auteuialp6dagogiques Jes plus quali-
fies. Cette compilation est pr6sent6e avec des consider
rations intelligentes, strieuses, qui t6moignent en fa
veut de cet edueateur.


Ce livre a un grand m6rite a nos yeux : Souvent
les personnel pr6posees a instruire dlaissent les au-
teurs pour le tete a tete journalier, tyrannique, avec
les preoccupations individaelles et gen6ralhs impesdee
par leur tacLee. L'auteur du "'BREVIAIRE DIS E)U
CATEURS" met Eous leurs yeux des extracts concern
tres, distills soigneusement, pour fortifier et rani-
mer leurs connaiseances.

Port au Prince, le 22 Avril 1959


Simone GERMAIN


KLNEKRT VIELOT


Mme Fortuna GE RY.


CPS


jS.


t'.t








Me. RAPHAEL H. MEHU
Notaire Public Educateur
Comptable diplom6 de la Salle Extension University
Diplomb des course normaux du Cap
Membre de la Soci6t6 p6dagogique du Nord
Directeur du Collage J. J. Dessalines du Cap-Haitien




BREVIAIRE

DES


EDUCATEURS


TOME I




Imp. du C. J. J. D,
Cap-Haitien
1959























Dedicace

A 'PrBsiHpnt"e la Republique d'Haiti, aux L6gis
laturq, au Ministre dp 1'Eiuestion Nationale, au Di--
reetsur g6ndral de I'Education Nationale, aux journa-
listes, aux e6rivains et a tons ceux qui peuvent nous
aider a realiser notre "rive,'ce volume est didi-.

R. H. Mlhu






1t












PREFACE
Seas uae apparenee plut6t modest, et r6merv4a j's
rencentri an HOMME de qai le front hast et vast
protege un earveau oa s'inscrivent, en jets contains,
des iddes d'une ferte teneur positiviste; :d'ei parent
m6tkediquenent des coups de sonde explerateur danR
le rraad eedan des onnaaissanees in4puisables, bones
A aequdrir. Cebeasin de savoir, inhereat A notre la.
ture, plus *o mins pressant thez les un... our shez
les autrem, s'exteriorise, chez lui, par les yeux aux
regard a d'iaquisitear; quand des questions d'informa
tour ne viemnent pas seconler use d6dustien a poser.
Sea amour... sa passine des bonds lvres, et les reflects
eathausiastee qui so digagent doe touts sa physieno.
mie diseat an chereheur Infutigable; un piennier qa'
aucune difficult se rebute; excite plutat.
Voici qre cat heam3.la, sans les trompdtes de la
Renomm&e aux Cents Beuches qui laneerdjeat, dane
le temps et dane l'espase, ses eeuvres et soea om
dans le champ immense dee speculations do I'esprit,
voiei qu'il vient, dams un flan de civisme indiscuta*
ble, do rependre a 1'appel subsceneient qul lui a cri6,
comme autrefois, le'h6raut, dans 1'Agora, a Athenes:
Qui vest parler pour la Patrie?... a cstte haure des
orientatious neavells8 d'Haiti.






II ax)H3 i)i, dim iyfj, )1i iI3a3 fj)rg 8, &a*
tint qu'une justicieuse critique de ce que nous ap-
pelons pompeusement, aujeurd'hui, l'Education Na;
tionale; desliddes et une critique qui font entendre
un son, sinon nouveau, mais utilement rep6te -- c'est
en frappant du marteau que I'ouvrier enfence lee
clous a fin d'dveiller ceux-lA sur qLi pese la reopen
abilitye.. cenbien lourde et accablante, A ce qu'il pa-
rait, d'une situation social d'ou depend le devenir
du pays; situation qu'il b'agit de transformer a tout
prix, power Utre a la page.
Le Breviaire des Edusateurs, un titre non seule-
ment suggestif, mais surtbot qui est impr6gne du ca
ractere vraiment sacerdotal de I'edueateur, eomme
bien d'autrea livres speeifiquement celui du D"
Nemoar Auguste Le Choix d'une Discipline, trait
de I'extrEmement i mp o'r t a t e question de
1'dducation chez nous; de cette education' ebauchee,
avee succes, dans sen royaume, par lui, Henry ler
d'Haiti. Cependant cet ouvrage-eia Ie mirite de pren
dre le problem a r6seudre' a sa base, au point de vue
pedagegique. Naturellement I'auteur est un profes-
sear, un dipl6m6 de notre Ecole Normale, qui so r6
vile un pedagogue averti.
$'eet en effet 1'6eole qui est la matrice... le ereuset
d'e~ mortira le CITOYEN de demain. Et l'auteur en-
visage les moyeas propres a fair de nos enfants, des
earaeteres, et cela, di& la prime jeunesse; autroment


-8-






Slit: de3 Hfiitiins prepar63 du "mntier d'hommP" seles
le met an puissance, qni resume tout, du R.P. Samson
Sde 'Orateire.
II faut. en consequence que ees hemines de l'ave-
nir puissent fire face avantrcuusement; tenir Ie coup
dans la Grande bataille pour I'existetice, dans ce con
cert des nations.
Quand je dis ee CONCERT, je m'entends bien, an
interprete de la pens6e de I'auteur; car, sous ce v6
cable trompeur, d'humanit6 appartnte, c'est encore
le Mol qui s'y cache subrepticement, et qui est et de
meure 6ternellement HAISSABLE.
II fault que l'H8itien soit apte a soutenir avee pres-
tige et avantages cette lutte pour une vie national
reslle. De la I'urgance d'una educationn r-iliste teiatde
d'iddologie misurde. II faut que nes actes justifient le
titre nouveau de netre Departement de 1'Instruction
Publique.
Hlas! .. Point n'est besoin de remonter bien loin,-
puisque noua ae sommes que d'hier (156 ans) pour
trouver le point crucial de notre sonception dduca
tire,
Get impedimenta social fnous vient de la ealture
francaise et social, ii fat un temps. Inutile de pous.
ser de -hauts aris. II suffit de voir et de reconnaitre,
en pleina franchise, que netre haute bourgeoisie, au.
Stant que notre elasse moyenne sont restdes a part
(, Qolques rares exceptions iadiviJdelles avec cotte


-9 -







eulture social deminaeise qai divisait ia socit6 s**
leniale a trands--blancs, at ea petite-blance. C'est
tout dire... A coax qui ceanaissent I'hitelire d'Haiti
Ea mattant leo points our les I pour d'autres: adx.
prol6taires do aos villes, at aux habitants do nes amn
pagnes: le travail artlsanal; at le labor manuel. A la
bourgolsie haute... ou base: lee profisleeo libdrales
at les speculations de l'euprit.
R6eultat?... A part une minority, bien dude de I'Bes
prit, et quelque peu pourvue de meyens financiers;
la majorlt6 est faite de rats de la vie, dana nos vii.
lee, de peids lourds qui tiaincmt et qui retardent sin
gulitremeat 1'6velution de :ee pays; ils sent let 'sym
piternels moeantents encere qu'ile soieit bone A teot..
at A ries.
ChezBMos ecmpagnards ? et chez 0os prol6taires
urbains ? Pas d'41ite artisanale, faite d'euvriers hau-
tement qualifies et dduquas; lite qui fait la pui.
sanee pepulaire; puisqu'elle est la vraie maitresse de
I'Opinion publique dans certain demaines, ehez d'au
&rea nations, tant en Elurope qu'en Am6rique de
Nerd, Canada comprise.
Je veux comre exemnple, dans le pass#, Bans aeus
arreter a.aes fins politiques deranirer, I'6lite artisa-
nale de l'Italie avee Benito Mussolini; au temps esi
il fat le leadership de people italies centre le regime
monarchique;
C'eat de 1A qu'est parties la dimeeratie italiuaBe e


-10 -







via par Maehiaval, dans Priae, necessairemaent avie
les moyens et suivant I'esprit de son opaque Et au
jurdJ'nlii m6mee, en France l'experience Poujade
Chlaz-nous, ce problem est vu par l'auteur avec
touLe la camrP eact de calui qui sait et qui parole
saan fatile3se, afin de convaincre parce que convain
cu lui-memn. En eff2t ii a 6tudi6 le problee sur
tous ses angles.
lo Efficacit6 de l'Ednlcatisn fonetionnelle
2o Education et fonctionnarisme.
3- Conception Haitiemnn de l'Edlcation.
4o Orientation de la Jeunesse.
50 Discipline Scolaire, Sans doeta ne sera.t-en pas
d'iccord, avcc lii, cormpltemrnt, dane tous ses cha
pitres.
Et c'cst precis6ment eette 6ducatijn intericure,
chez l'homme, cette diseiplpne de l'esprit qui fait s
non de cheque individu d'une coilectivit6, mtais d'ane
mjajjriti respcetable des oitoyens utiles dans tells,
on telle branehe des activit&a de tous genres ( mat6-
rielles, ou Epirituelles ) indispensable A la vie complI
te d'un pays.
La cause da notre march A pas d'ecrevisse, sur le
chem'n du progr~s et de la civiiisation INTEGRALE
est doie dans notre de6aut d'education int6rieure,
celle de nos facult63.
S'il fzut des poetes peur chanter nos victoires sur
nousrmimes des 6crivainpcur lrs magnifier: ii faut,
avant eux, des eerveaux pour les realiscr les coner6
tiser pour abnetir a des sueebs d'kcoaemies nation-
nales qui ne, peuvent 6tre que les consequences d'u-
eno duration adequate.
-11-








No.us ne sommes pas de ceuxdia ftI1 deprkeient tout
Go qui ne'vient pas i'eux. C'2st la Plaie grave: de no
tre Clite intellectuelle, invIL Ur-I pour -ll) FUC le plus
grand Rovnbre de se mneigrcs.
Cela se coastatia a chaque ocfa~.xa.
On aiore la gloriole.
5Hlas! La gloire, la vraie, ft -Q d0flG qu'aux morts.
I1 ne faut pas 1'attendre, 42 r-r vivant... surtest
ecuarid on se prdsente Ia l'wre ,n avant*
A' moi -i d'apparte'nir I tell chzL.- ie...
Gloire dph~rn~ra! parc-qu id':n ;hn caPuC et tzop
erurt; et qui W'est gu~re 1r1tOr; : Sop Buvent par-
tisane.
J'Pdresie i.i mes ch Ieu'-:-sc f;lIcitations a I'au
teur, tout en lIi disant., aveo F a Xu re:
sL'Histojre htirn'a>' peu. rachctrr fes na'urelles m
s9res, par d'izncomparabiL cii- ,T grandeur, qual
q ae soient lea tourrnr-Lz &; -2s irucces.
Dites heareux (puisque le !it d,- tons est de souffrir)
J'hemme qui a peine pour uno nrbl cause, et plaignez
quiconque, n'ayant ricn checch u-ii dHif de Iui-m&
me nWa connu que lrS c!09 'Is ie vie d'6goiswe
vainement consume&,

En~mawia3I (-;2uthi~er, av.

7 1J1059


-12 -













PREMIER CHAPITRE
EfricacOt6 de l'Educa-ion Fonctionnelle

On dit vulgairement: touted les route m nnent a Ro
me. Les g6ometres au contraire enseignent que d'un
point a us autrn la ligne droite est le plus court che
mia.
II ena et de maa da l'dducation. I1 existe plusieurs
fagons d'ensoigner, mais una saule est Is meilleure:
c'est la mithode active ou I'6ducation fonctionnelle.
Aussi I'instituteur soucieux du progres de ses i6lves,
doit rkagir centre les vieilles habitudes graammatiea.
les, los fastidieuses routines scolaires 'et reclamer la
lumi&re des grands ipdagogues pour &7iter les taton.
nements et les erreurs. II doit, en epeusant la devise
de l'eeole mod3rne: Faire penser, faire agir, s'ing6
nier a 6eenomiser le temps precieux des enfants, sur-
tout des enfants Eda people dent la scolaritO est si
coarte. Faut-il instruire av gr6 du caprice et de la fan
taisie? Non, nan! L'endeigneme.t a ses principles et
aes regles. La philosophic morale indique a la pddago
;ie le but a atteindre, la psychologie lui en fournit les
moyens, Pour instruire, pour eduquer, I'instituteur
doit se placer sous la lu-mire des grands pedagogues
tels que Montaigne, Fenelon, Ro iseau, Dezroby, Cla


-13 -





C~ I e, J 1 'ii ial p~e&0oisG cette Wnithode dduea
tive, dite mithode aetiv, ou 6ducatiof fenctionell..
mont.
En qcui consistt cette m~thode d'6ducatiin, dira.
t--on? Pour ]a co.nvrernue, ii suffit d'kcowter ce sa-
vant. C'est ver.:ii1 quec le Dr Zid CLAPAREDE a
utilis6 rour ia preiaiioie fiai cette expression: ''EDU
CATION FONOTIO N ELLE" pour designer 1'6duca
tion qui e propose de .~vtecpper les Drocesqu3 men
taux de Irindividu en les c aidcJrant non pas en eux
rceafts, IVe-s lual.t a lqtr lWle roL'r P'iction prdseate
pour IPavpnir.
Ldduvatjo fjDcjcrtn-d. V En un mot pread les b
zoins da I'cnfcaLt, son intirkt aattein're un but, corn
me Ievicr de I'a'tj-tit-, qu'on veut fveiiier em fui. Au
point 0E; vu: pb]ysique an 1-ier est one machine aim
pie qui perimin't i ocieominm.:er de la force ou d'accdl6
rer un incuvwen-!t; le "!Lver p~dalkegque" Fst ia
m6thede erPtzve qui fait ,ppel aux tendancez inn~eq
de I'enfant r-fin 0e Art-ffur sur ses tepdances ce qU'
Oa veat lui avqreprdre.
Cette cocepptien pBdagoegique pourtant W'est pas
neavelle. Decroly nr&-onise I'dr0eetion attrayante;
Montaign-. dK~ i, XVJy sl1o proteSte contre 1'3 "@a
misele de force s-otiqul, centre Ia coetntinte qui
diformo i'enfar: qu'ou vondrait ornrnipr. "Ne faisons
pas des arrn~~ cs''opibes disait-iI? L'Cducatien doit smi








vre Ia nature de I'enfaat, afia de rendre l'6tuie atssi
agreable que le beire, le manger, le dormir semble
nous dire F6n6loa dans ion trait d'6ducation de jew
mes filles."
Ne se contenteas pas de nous apprendre que la p6
dagogie eat fendde sur la psyeologie, cea maitrea neus
eaquissent les principle d'une bone Iducation,
II faut mettre I'enfant devant ks hoses, puis-
quc e'eat par les chooses et non par les mots qu'il ae
quiet des id6es. "L'instituteur aurait beau employer
tour a tour le style d'ua Riciae, d'un La Bruyere,
d'un Voltaire peor expliquer la grande ou la petite
circulation qu'il n'aurait rien fait sans l'usage des
erequis. Le but de I'&ducation est de ddvelopper l'in
-telligenee. Le maitre peut-il developper I'intelligence
de son 6elve, s'il xe cherche pas a le pen6trer, s'il ne
se fait un allied de sa nature?
Pour ee rendre compete des besoi ls de l'enfant, il eat
indispensable de se mettre [' son niveaw; ear la peda
gogie s'adresse aux mobiles interieurs de l'6colier.
Pour mettre ses mobiles en jeu, ne fau.iil pas lea
connaitr e?
"L'art d'eduquer pr6suppose la connaissance de
1'enfant"
Si Is medeein avant de prescribe deit interroeer le
patient pour savoir la cause de son m'il, I'iducateur
ne fera pas de sea 1deves lea victims passive, d'un
bagage livresque.


-15 -








Ducat a puero magister dit l'adage latin.
Le maitre appreadra beaucoup de son Emile,J s'il lui
pasue la parole. Qaelques question qu'ua el6ve paisse
faire, il ne faut rejeter auzune. ni permettre qa'en
en fa33a dea railleriei. II faat r6poadre 'a tout ee
q'i'il deminde, Mais I'ins)ituteur prendra garde de ne
pas lui broailler I'e3prit par des explications qui d6-
Daavent son intelligance ea lai propesant qaaatit6 de
chka3e qui n'oat ai~au rapport a ee qu'il a dessein de
savoir en ce temps-la. Ce n'est qu'apr6s l'aveir deeu
t6 et di~ojvert son inqui6tude que l'instituteur se
prieocupara de I'instruire en lui prhsentant les cho-
ses d'aprbs la lei de l'd6vlation mental. du connu a
'iaemana, da simple au compose, du facile ,au diffici
le, du concret a 1'abstrait. Le maitre so rappellera en
outre que l'ame est une substance qui tend a se con
server intacte, que I'esprit eet us organe vivant r6
agissant aux impressions, qu'entre plusieurs impres -
sieas, l'exprit marque ses preferences que l'enfant
est comme l'adulte un rtre complet, autoneme qui a
la vrlont6 de pr6fdrer ou de ne choisir que ce sai
eenvient, A son temperament eu qui lui est nicessai-
re a ce moment-la.
"Chaque Age cases resswrts qui le font promouvoir'
-En a.mot, il faut 6duqger l'enfant en faction
de son milieu ambiant. Les beseinas d'un Haitien sent
differents de ceux d'ua FranCais, ceux d'un citadin
de ceux d'un caapagnard. La function de l'esprit e st
I'aiaptation.S loen]Jadns,l'eaprit est un orgauisme agi8

-16 -








sant, a AAja ), p)J &'aii ip3r.TriJ lesa enatats sant
exaeption,soat avides de davair daiine, par une pas-
sion relative a leur milieu. Cette pa-sion, c-tte inquii'
tide n'eks autr choia qie a ca.iird:, axzellen
mjyjra ,ninag par Ia nltj: p'ar di:.iijr i'igasran.
ce daas laq 13lle las eafants viennant ati mn:de.
S'agit-il d'vaillec 1 esprit d'aua J13,l j at 1ij pa
pents sent de pires ea fils p6chears. Oa peat lui pir
ler da la p6.hi et des moyens de la pa rietioaner, il
s'iatedessera a votre enseignament, voyant qu'en
s'iat6resse a sa cause.
SEst.on chirg da diisipar I'iaoraaap ds enfanta
d'.ne region efi le cafe est la culture dominante. On
peat fair de cette denree la centre d'intr sta d e tou
ei cears; II esl psychologZiquement impossible de
provoquer une activAt6 saas quelqu'jiLatirt et, de
plus, I'dvolution mental ne peut se fair que par us
preores constant dans I'ajustament, dars la "corres-
poadance', de l'6tra avec son milieu dans Ilquel ii est
pleng6.
L'6daeatisn fenetiennelle mous faith aimrnr de plus
ea Plu( notre peofeagioa, pacre qu'elle nous procure
une aide efficace dais l'6ducation mEma dee pares-
seux et des aaormaux.
Plus on dicouvre les secrets d'une -science, plus on
prend plaisir a l'approfondir, plus on l'aime. D-ux
korloges ne marquent jamais I'une facon exacteaune
mname heur ,de mime deux entants d'une mirwe classes


-17-







eat rarernet ur m~moa "'a mental". Cola vient de
ce que la curiosit6 est (plus developpde chez celui-ei
que celmi-la. Lee ~lives quo, d'oidinaire, l'on qualifio
de paresseux sent dans ane clause iles reins curieux,
13s plus diffisiles a comprendre, les plus jeunes au
point de vue d'age mental. Sont-ils responsables de
leur dtat? Non, repend le savant. Car.la connaissanee
est.aussi agrdable que Is lumiere l'est aux yeux.
L'enfaot a'ett pas naturellement un paresseux. II
je demand qu'a is'iastruire. Cependant, il semble
qu'on le rend paresseux, en ne I'instraisust pas sur
ce qui l'ihtdresse.
Les deux renserts des activi.6a humaines osnt le
disir et la prveoyance.'
L'instituteur dolt mettre ses resaerts Cen move
ment. L'inclination adu Esi.disant paresseux trouvee,
il l'augmentera autant qu'il pourra et I'en servira
comme d'on moyen pour mettre son Emile en action
et faire naitre chez lii I'envie de s'appliquer a quel-
que chose.
Point n'est besein de parler de I'idueation dea anor-
maux. Le cervean d'un individual malade ne puet rien
chapter. DOCTEUR CARREL I'a d6ja dit dans I'hom
me. Cet inconnu: "Quand un organe souffre, tous les
autres souffrent avec lai."
En r6sum6 I'education foactionnelle permet de
trouver I'inliination instinctive de l'616ve, de pen6
trer jusque dans son ceeur et de tourser son esOIi
oil l'on vout graee a I'impression alite de son cerv soI.
-18-








DEUXIEME CH APITRE
Education et Fonetionarisma
Ls mal d'Haiti, comMle celui de la civilisatien ae
tuelle est an mal kmaral, dit J. C. Dorsinvil. Le mal
haitien, dit-il, est ua mal moral, faith d'un c6td de
l'impr6paration et d'ignotanca, de l'autre, de s6ehe
resse de coeur et d'obnubilation de l'iatelligence social
le. Que paut.on attendre d'une soeidte ou le ddsarroi
moral est partout. La oi l'on s'attend a treuver an
home, on ne trouve que I'animal humaia avec ses
apyetits fremissants, ses beseins de luxe, de luxure
et de, lucre.
Pourquei ee sociologue n'a-t-il pas charch4 la cause
de ce mbal? Oublie-t-il pOat-.tre que connaitre la cause
d'un mal, e'est qu dquefois preparer sa guirisen?
L'hammn est le reflet de son education, s i h o u a
semrnes immeraux, si ;ous Eomm-es Eans foi ni loi, si
noes sommes des animaux humans, aux appetitS
fremissants, aux besoins de luxe, de l'uxure et de lu
cre, c'est dire qae nous ne sommes pas prepares pour
la vie, e'est dire que l'cele a fait fausse rebate en
Haiti.
Chaque people doit organiser 1'edocation en vue de
ses mo-urs et de ses habitudes; 1'6ducation a son
tour reagirn sur l'etat social. Fils batards en sartie
des Franais, noas lear devons notre Oducation et
avens, Eemble-t.il, beaueeup plus hiritg de lears tares
que de leurs qualities.
-19-







Quel resmie faut-il apporter a ce ral? ,
Pour r6g6n6rer notre pays; peur retire Mr Dersia-
vil dans I'inqui6tude, il nous faut sans tarder rderga
aiser notre enseignemeat, il nous faut adopter un
systame duaeatif apte a former des Haitiens heonntes
capable dLe vivre sans l'aide de l'Etat; il nous faut
preparer des horames pouvant se er6er des situations
independantes et se tirer d'affaires par euxrrfmes;
iU eus fast ea nu met, an syst6me d'enseignement
apte a d6truire dais I'ame et dans l'imagination dEs
Haitiaus le prestige absurd du fenctioearieme,
Peur eels, demandons A1 'Anglo-Saxen le secret
de son education; car loin de former des vaimeus
dans la concurrence ceribrale, l'ecele anglo- SaxeMne
forme des homes maitres d'eux.mimes, come de
l'univers. Lee pedagogues anglats demandent aux pa
rents de mettre leurs enfauts de beane heurse la pra
tique des chose maaterielles et de leur fair appren
dre un metier manuel. Lee Angle-Saxons -n'nt pa
pour les laboureurs des champs, le superbR dMdain
que nous profeisens a leur regard. Ils !savent qu'i~s
n'y a pas de nobles et de roturiers, mais qu'il y a
seulement our la terre des gene capable et incapa
bles, des travailleurs et des paresseux. Chez les peu
ples a la formation anglo- saxonne, Ia theorie W'est
quo le compliment .de l'appretissage daas toutes les
professions. Ckez eux, on no deviant ingenieur que
par la pratique de I'atelier, taadiequ'en France Mr


- 0 -








Henry Blranger a remarqu6 que ules Bl6ves sortant
de 1'6cole d'Art at Metiers sont mains savants, mai'
plus pratiques que les Jhunes Ing6nieurs de l'Ecele
Central. Les institutejri Anglo-Saxons d6velop-
peoat hsz les lefanti qui lear sontlconfi6s Ie dewgQt
du feactioanariame et I'aaslur de l'entreprise priv6e;
grae3 a lear savoir.faira, la socidtd anglo-saxonne est
projet6e vers un plus gr;hnd fdveloppement du cor
meree, do l'industrie et td l'agrieulture. 1eavaincae
que l'idueation commence au bereeau, lee parents trai
tent leurs fils des Ie debut come de grande persen-
nes, come des personnalit6s A part. eIls me Ies desti
neat pas au barreau, A Is pretrise, i la medeeine, au
g6nie, come I'aurait fait un parent franCais ou hai-
tien. gependaut, ile ne cassent de leur appreadre
qu'ils faut latter pour vivre, qu'oa r6ussit dana la
vie, non en B'appuyant asr un eadre, mais uniaue-
ment par eso initiative et sa valour persennelle. Ne
peot-ea pas moutenir qu'en Haiti le prol6tariate ouvrie
et le prol6tariat intellectual sont lea effects du fene-
tienarisme? labtaes & eompter beaueoup plus sur
I'Eiat que .adr lIarpropre initiative, nos frerea sont
peu pert6i a se er6i uneJ si actionn independante at
seat instinetivement inalin6s vers led earriires admi
niatratives. N'odbliez pas que le suceBs tst aux
plus hardis, aux plus travaillaurs, aix plus entrepre
nants. Point a'eet besoin de ahersher lee raisins
pour lesquelles I'Angl*eSaxon daminele mende par
sen commerce, par a n industries, par a ea


-21-








agjiculture, par sa di plomati e, M is e n
concurrence: avee an enfant gate, un fils 6lev6 seeu
vtne discipli ae s'evre, I'em prtera toujours.
En Boenemie politique, oa dit que les trois grande
sources anxquelles s'alimente ,la fortune publiaue
sout: I'agriculture, le commerce et l'industrie. Notre
education n'est.elle pas la cause de nos miseres ? Prd
pares pour vivre de l'Etat, les membres de 1'olite
)do pays abandonment leur terre aux psysans, le
eomwnerce aux Juifs, l'irndustrie eux :m ricain?. Qve
peut-en attendre d'ume telle classes d'hommes qui eon
me lea nobles de France ae contentment d'e aitre ?
Rien, hbsoluiment rien, -Faire parties de l'admibis-
tration civil ou militaire est le reve de presque tous
lee Haitieas; c'est le moyen d'etre bien vu et de :pne
trer dans le grand monde. Chez lee Augle-Saxons,
Sau contraire, l'agriculture n'ast abandonnie ni par la
Glass supirievre, ni par la masse de la nation.
Les Lords Anglais ent de vastsr domaines et y r6-
sident. Ainsi, ils sont au courant d s chose de I a.
grieulture, s'y intdressenat et snt ports a employer
leurs capitaux. On ne fait pas une idWe des sonmmes
coneiderables qu'an grand propriktaire anglais consa
ere aux ameliorations agriceles. Cet emploi de la for.
tune est le principal titre d'un gentlem an A Is conwi
duration publique.


- 22 -








L'Education des Lirds. Angla's et das gentlemen
amdricains eat une cause du developpement ,prodi-
gieqx dr cmrmerda, de I'agrieulturc'et de I'induetrie
e.a Angleterr- et aux Etats.Upis. Prepares a.jalutte
rour la vi et 'on au fcnctionnarisme, loin de dormir
sur des titrf2 d3 rente, les Anglo-Saxons no se las-
sent de fender des e: treprises et de fire travailler
e r argent.

On dit que 13 Syrien est une plante qui ne ge d6ve-
leppe que dans lea terrains favorablIs., II ne peut se
devalopper en Angleterre et,qx Etats Unis,parce que
,outes les fortunes n'y'sont msbilis6es, price que -
chacum fair fieu.ifier sur sa terre, dans son commer
ce, dans son indTstrie l'argent dent il dispose.
Donnons done a nos,frls une uducaties anglo-sa.
xaune. Ne savez vous pas que [a ti echaCin -sait, de
fendre soh bien, le Sirien s'elimine de lai-meme, eu
perd en partie aon caractrre parasitaire? Si nous
ceaparons Haiti A une vache'aux trois mamellea quI
mont: I'agriculture, lecemmerce et l'industrie, ncus
verroas qu'a cause de notre impr6paration et de noter
igaetaace, nouD neus trcuvoas dnns I'impossib ilit
d'ea traire aucune. Nous nous inclinens trop vers lee
idAes g6n6rales 'au detriment des applications pretit
ques. Paison3 moins de geec et de latin, langues.mor
teslet donnens rux sciences naturelles une place d'heo
'neuz dans nos6coles. Aimens an pvu la campagne, ne
23-








disonw pis ave la Marquiie de R3mbraJillet qa'elle
sent le famier. PassonsnIous des relations, das visit
tea, des reunions mondaines. D6truisons ce e preja
g9s qui font eroire qie lee travaux manuels sont in-
f6rieurs aux professions liberales. Laissons entendre
a la jeanesse que I'hemme me vaut que par lui-mW
me, par sa puis.ance de travail, par son dnergie, par
sa tenacitd et qu'on ne classes 'que par ces caracteres.
Pour mei, -chers lecteurs, il n'existe pas d'autre
moyen de d6truire chez lee Haitiens, 'action nefaste
dd fonnotionali ime que de6 les mettre en ktat de se
soutenir par edx-mmnes et de s'6lever pai eux-mames
Lorsque l'iadustrie, le commerce, l'agriculture seuf.
frent, tout le corps social seuffre,, lersqu'ils deperis-
sent, tout le corps social d6perit, comme il arrive pour
le corps kumain, lorsqu'il cease de s'alimenter.
Plus un home. est port a computer sur le concourse
des autres et de il'Etat, moins sen initiative se d6ve
loppe, meins il est port a fair d'efforts Ipar lui m6
me pour gagner sa vie; au contraire, plus il eat mis
en demeure de ne computer que sur lui mr me, sur
son trayail personnel, plus son initiative se develop
pe, plus il est porter a faire d'efforts non seulement
pour gagner sa vie, mais encore pour s'6lever plus
haut. La mnthode mnnmonique ou plut6t le regime sco
laire jusque la en usage dans notre milieu nous prepa
re a la bureaucratic, au fonctionnarisme, a l'adai
nistration, -u "pensionnarisme". WNe pouvnat develop
24








p;r dans notre ame la paissance du travail, I'Vkole
neus pousse a l'oisivete. Le foenctiohnarisme pent se
d6finir: Un oreiller commode pour eeux qwi veulent
dormir; il n'a jamais 6t6 un tremplin pour ceux qui
vealent s'ilevr. Changer notre 'systeme d'enseigne
miat, c'est din.iuer le proletariat ouvrier et l; pro
1 tariat intelL.ctuel, c'est ipse facto, retire l'EtaW
dans l'obligation de crer des cit6s ouvritres. La subs
tit tlio de l'effo t individual a l'effort collectif rem
place entire les mains do ehaean le salut social comme
la religion m.t entire les 'mains de chaque individu
son salut itermel.
Ecoutez an Anglais sermonant un enfant': "Mon
fili, travaille, sois 6nergiqu,, ne compete que sur toi"
meme, c'est le moyen de rdusair, de surmonter les dif
ficults de la vie et par consequent d'itre heureux."
Le benheur semble nous dire cet Anglais, ceasiste non
dans le travail, mais dans I'aptitude au travail. pour
franchir rmes "frres ee pas difficile qui euvre la vraie
porte du bonhpur sur la terra, ne noua faut-il pas une
league et profonde formation social? Gepeniant ne
desespdrons pas, Disons avec'l'Anglais: Vouloir, c'est
pouvoir et mltloma-nows au travail en vous rappelant
q e : Pour cbtenir ce resultat, il neus faut 1) un
gouvernement qui eonsidere meins les fonctionnaires
quo les agriculteurs, les commercants et les indus-
triels 2) des confirenciers, des journalists, des 6cri
vains capalles de Jeter la jeunesse versiles carries
26 -








iani6)niantes ai exig3nt I effort I'initiative indivi
duelle, le travail personnel 3) ies parent bien coa
vaincus qu'ils ne doivent a leurs infants que I'eduea
tion, mais une education virile; enfin pour d4truire
dans I'ame et dans I'imagination des Haitieus le presti
ge absarde da fonetionnarisme,ipour changer cett nd
faste mentality, il nous faut des instituteurs dvvouds,
bien imbus du systime 'scolaire anglo-s-xc dit
SEducation fanctioanelle "


- 26












TPOISIEME C14APITRE


ConcjpLion Haitienne de l'Education

Ignorant que l'expdrience humaine est d'erdre pra
tique avant qea d'etre d'ordre purament intellectuel,
lei Haitians,comana l'a bien dit Mr Dartigue,ne voient
dans l'6dication que la transmission pure et simple
de connaissances ou d'information et mes rent I'Mdd
eatioi ou I'instruction d'une plrsonne pwr a capacity
de parler et d'6erire le frangais avec un certain degr6
de perfection on par ses connaissances en litt6rature
franqaise.
Confendant I'iaformati)n et culture I'Enspigneaent
primaire pouc eux ne signifie aatra chose que l'alimi
nation de l'analphab6tisme et l'Enseignement seen
daire ne peut 8tre qu'exclusivemant elassique.
Quelle etroite conception de l'&ducation Aussi, des
aptitudes de l'lement humain qui lui est cenfi6, lins
titateur haitien n'en cultive qu'une, la m6nioire. Tou
tes les matieres sont enseigndes par les procdes mn6
m>ailes qji consistent a faire rciter uniquament
ds3 manuals. Et nos petits, obliges d'apprendre par
cjaur pour le j)ur de l'exawen quantity de chooses
qui, n'ayaat pdn4tr6 dans l'entendement se sent vite

27 -









oubliees, se troaveat iacapables d'augun labeur per
sonnel. Nan seulement ces m~thodes surannees d'6
education tuent chez nent le goit des sciences et des
recherces ind6pendantes, elles atteignent 6galemen
chez nous touted traces d'originalte. Le bagage li-
vresque n'est pas un bagaga durable. Nos professeurs
sent unanimes a constacer qea lee enfants ne se rap
pellent absolument rien de ce qu'ils ent appris quel-
ques mois aprTs les examens et le p6dagesue Kant a
do plus, exp6rimentalement preav6 q e lee connais-
sances intreduites dams l'entendement par la m6'
moire n'y restent que fort peu de temps. Apprendre,
copier, rdeiter, r6sument tout le system sducatif hai
tien. Par ca proc ~I traditional, les professeurs lai-
ques ou congreganistes peuvent enseigner aux jeunes
gens les rudiments des sciences, de la littdrature, de
l'histoire et quelques rigles grammatieales de laugues
mortee ou vivantes; mais ils n'arriveront pas a don.
ner au pays dea fils capable de rivaliser dane la con
currency cerebiables avec les Anglais, les Allemands,
les Hollandais, lee Amaricains forms a l'dcele de la
lutte pour la vie. Netre education "n'est pas suffisam
oent appropriate aux besoins de notre ipeque. De la
12eme a la philesephie, 1'haitien a appris bien plus
de choses qae I'Allemand, I'Anglais. l'Amdricain, le
Hillandaio,' et peartant dans la vie pratique, il leur est
de beaucoup inferieur, parce que apte a tout, il n'est


-28 -








bon A rien. Le citoyen Stenio Vincent a vu tout corn
me nous ce grand mal; cependar.t tout come neus,
il a 6t6 impuissant a. en apporter remnde, Ecoutez ie
dd.is un message adress. en 1937 aux chambres 14.
gi.latives: L'jcole 6tablie dans un esprit et pour
des fins pratiq icj d'intdret individ-el et de progress
collectif, et non on 'vue de I'obtension de certificates,
de brevets ou autres diplomes qui ne riment a rien,
la piupart du temps qui gonflent ridiculement les va
nitzL et ne prodaisent le plus souvent qua des itres
d6doarvus ,de routes utilities sociales." Reussir aux
ex.,mans eeat la orinzipale preoccupation de l'etudiani
hiitien, puisqae tjut son av.nir depend de ce ipre-
insr pas. Aussi, I'ecole se constiLue dans les condi-
tions les p!u? favorable A assurer ce success, Le mo
ym le plus sf: ast le "Chauffage" qui a peur but de
donner dins le mains de temps possible une cennais
sance superficielle, mais momentanement suffisante
des matieres d'examen, Impuissante a developper
chaz nous les qualit6s de l'it itiative, de velontd et
la maitrise 'sur notre rrende, 1'ecele hatienne lea
cobdprime et les 6touffe. Elle nous a lentement ha
bitaws; la perspective des positions toutes fNites,
n'sxliaat pour avancer que la patience et non l'ef
fo;t souteau. Scuffrez,'chers lecteurs, d'entendre un
entretion entree un Haitien et un Anglais.
-Par quoi est Genstit ide la valeur d'un invividu dit


29 -








IE dernier?- Par ce.cq'il a appris, e'est a dire par le
nombre de diplomes qu'il possede respond l'Haitien.-
Veus vous trompez seutint I'Anglais; la valeur d'un
home se measure tr6s peu a son instruction et beau.
C)3) a n .cItZ.3 e' t a liic, A son initiative,
a son esprit d'osbervation, a son jugement, a sa vo-
lonte. Avec do teller qualities, contitue-t-il, peu impor
te que l'individu sache le lieu de naissance d'Hemnre,
d'Horaee, de Ronsard, de Racine, de Voltaire, de Mus-
act, de Rgstand, de Shakespeare, de Kant, d'Oswald
Durand. I1 appreadra quand cela lui sera .necessaire
ce dent il aura besein, mais r6dssira le plus souveat
a devenir quelqu'un au lieu d'etre un drudit qai, la
tlte ballante et lourde, incapable de rien entreprendre
sans l'aiie !de I'Etat, passe toute sa vio a entasser,
sasm m6thode dans son eerveau tous les princip es de
la philesophie. Le baggage livresque est un danger so
cial. O'est a lui que neus devens cette 16tion d'hcm
mes faux, apathiques. aigris, declasses; c'est a lui
SQue neus devons eae reveurs et ces discoureurs 4tran
gers au pays eii ils sent appeles a vivre, et de plus
ennemis de tout geavernement etabli. Les 9/10 de nos
jeunes gens, ayant dchcue aux examens de baccalaw
rdat sont obliges en effet,de se jeter sur des profes-
sions manuelles et ne le font que malged eux sans
disposition, ni preparation suffisan'.e, en ut mot dans
les pires conditions de sacces, parce que pour r6us-
sir dans lea professipas manuelles, il faut les aptitu


-30 -







des; des gouts et des co inissanees teeh niques.
On ne s'6tablit pae du jour au lendemain agriculteur,
'adustriel, commerqCnt. Teutes ces earribres exigent
u- aoprantis3., j qui s'acquiert surtout par la prati-
qu et par les traditions de famille. Or, loin de nous
preparer a ces liffdcentes carri6res qui feat la riches.
se des nations, I'lcals haitienne, an contraire, nous,
inspire la sup&riorit6 des functions publiques.
Notre syst6me 6 ucatif est la cause mrme de l'exer
dd rurale doat ;ouffre le pays. Tous.,le Haitiens qui
ont fait une ptite kconomie par I'rgriculture, par' le
comitarce on par I'industrie revent de faire 'de Ifurs
fils des fenetionnair3s, des efficiers ou de leur fair
embrasser une.carriere libdrale.'Ces enfants, au sortir
du Callige ou du Lycee, renoncent a la vie rural'
se fant sigfrk des lettres da recomm'andation, encem
brent les aatieharnbres ministirielles at a la longue
se lamentent. las sent en itat de tout fair, except
ea. chose, celle de retourner au foyer pateinel, de so
re.aaisir, da so fire par eax-mirmis ane situation qui
earit certain 3.n: .t plus hmureme. No3institutours ne
c)-iri-bi3at p' .uinaia'a cultivar ces illusions ou nin
siwtiat pis as~ez su l'atilhit di Celtivat eur et de 'eu.
vridr, suc la a3nbl3ss3 a Is ur ta:h, sur lear r61e
dans -le monde. S'ils relisent la 'Saison des semailles,
le seir" de Vitojr HI go, '' U SaIed" de Sally Pru-
dh)ik3, its seroat lej premiers a soitenir'avec noun

31-


'' I








qua le La inaiistriel, Is bon agLic!teur, le bon corn
me'-ant, le bon fonctionnaire, le bon effliier sort
de. terms qui me valent et que la diff6renee des car-
ribres no supprime pas l'igalit6 des marites.
N'est.oe pas A la m6thode mnimenique que nous
devons egalement l'inf6riorit6 deenomique dins la--
quelle nous nous trouvons aetuellement? L'homme a
la santo et le bonkeur qu'il merite dit la phliosophie
angle-saxoane, Les peuples mis6rables, esons-nous
seutenir, sont eeux qui censidarent l'6ductien come
use ~question sentimental, tandis que les peuples
respects A cause de leur prosp6rite, tells lea Anglais,
lea Am6ricains :sont Ceux qui ceasidirent sans cease
l'6ducation comme la base essentielle du succs. Les
seei6tis, comes lea organismes progressent par d ffe
ranciation, par le .proccsuse de la division da travail,
non [par la reduction da tous lea 616ments vitaux en
un type unique. Dans la phase d'4volution *a la seien
ee et I'industrie oat conduit le meade, us pays tel
que le n6tre ei tens lee honmea sent pr6par6s unique
meat peur vivre de l'Etat sera totjours consider
come un pays arrier6 par ies peuples civllisBs.C'es
encore notre dtroite conception de l'ddncatiin qui nous
a value cet 6pithkte malheureux d'un sociologuelam6.
ricain. "Les Haitiens soat comparable a des gosses
de sept ans". Neus sommes en eff6t de grand en-
fants qui en regariant ne voient ries, an enten.
-32 -







dAnt, ne coniorennsnt rian. L'i *ole kaitienne est trot
61Iiga6e de la vie. G'est un milieu qui ne reproduit
pas suffisamment lei csnditions seciales dans lesquel.
l!3 eat appale a v-ivra l eiteyan. JElle spare trop le
savoir de 1 aetiyn et neus donne ainsi le goQt de I'abs
trait, le d6gesit i coeeret. Les qualit4a de caractres:
volonat, persdvbranca, initiative no eont pas filles de
raisonnements ab!traits et "ne peuvent ktre apprises
dans lea livres. Par le chauffage on ne peut non plus
inculquer aux citoyens de demain les qualit6s n6ces-
saires pour fire d'eux des rdministrateure integres
et :apables, au Ijugement esr, eanchant diriger leI
bh)meso et conluire aves suceis use entreprise. La
principal cause de natre antipathie pour le travail
manuel a'est pas taut I'effort qu'il nous demand que
le m6pris qa'il neus inspire. Chez nous nl plus hua
ble instituteur, le plui humble greffier se jugent eu
pirieurs a ua grand m6canicien, a un grand cultiva
ttur, a un grand industrial.
L'avenir du pays .dpend en grande parties de la so
lu tio que nou3 donnerens as probl.me de I'dducation.
D ie lea plyl oi l'4.ole atteint son plus hautpoint de
pirfaction, 1 b it d~a B6oles prim iirea, fendements
d 1 iatras d 51 3 e u I t a r e, a'est pa Iseulement
d'aieigar a liri at a 6 -ire. La3 inatituteurs s'occt
peat elalement de ddvelop, r ch3z toaI las futira ci
tojeni uae base co~miae d'hibituio3, d'id.aa "et d'i
33 -







dails. L'Q4cle a;nricine fi)-ina d s savants cap,
blues de fire avan.er la science, la nbtre ne fabriqut
que des perroquets. Pour lancer d6finitivenient notre
pays dans la voie du prcgri et de la civilisation, ii
faut: 1) Reconnaitre s6rieusement les lacunes de 1o.
tre enseignemient et les combler en substituant partout
a I'empirisme la mkht'n.l noavalle d'dducation qui; pro
voqu- I'activit0 d'esprit des 6&lves, d6velopp3 leur es
prit d'observation, leur judgment et leur fscult6 de
raisonn3ment, 2) changer la mentality des parents
at BlMves qli d6daignent tout ce qui n'est p.s mati5
res d'examen, 3) celle des 6ducateurs qui, ne soup
connant I'importance et la noblesse de lear teh e con

sidirent I'Enseignement come un pis-all(r'et,par con
sequent ne voient pas la ndcessit6 de se perfectionner
am point de vue p.dagogique.


-34 -








QUATRIEME CHAPITRE

Nicessiti d'orienter la jeua:sas haitienhe
Conference pro.oncge au Congres de 1'Unih en juillet 53

Comme un edifice biea eonstruit, le bonhaur d'an
people repose ajr des foadations intelligamment et
scintifiqcismnt ftudi6es.
Aussi, (a la vaille du tricinqiantenaire) de notre
existenac de people libra et indhpmndant, jurons, Edu
cateurslde i'O,;, de NorF, du Nord-Ounst de I'Arti
bonite et du S :j,
1) de lutter pour asseoir 1'Ecole Haitienne ser des
bases fselides,
2) de combattre l'enseignement inmdmnique, cau
se de tous mes umaux,
3) a'orienter notre jeanesse verse des (tudes prati
ques ei vue d'ane Haiti nouv.elle.
Un id6al bien pricisi est a moiti6 atteint, naus dit
un p dagogua anglais.
1! nou sufffit par cons9quent, hers colleges, non
sc.ilment, id crcire fer-rament, sincirement, passion
nement a la rit6, i l'atilite et a IA grandeur d'une
telie i a, mais encore at surtoit de neis eeamettre
a curtaiaan exigan33s, d'acquecir certaines eonnais -
sances, de tenir compte des eirconstances, de tra-
vailler avec pers6verance et de tendre nos efforts
damq la direction voulua pour rdaliser ce rev e.


- 35 ;







SNotro formation p5iagogique qui nons doanera le
pauvoir d'influencer nos enfants et rde leur tearner
1'esprit oe I'en veut, de changer leuri entalitr, cell
de lears parents, de notre 61ite et des 1gislateurs
est le need vital de nos desseins.
La valeur d'un etablissement scelaire depend du sa-
voir technique de son personnel. A l'heure actuelle,
que ce soit pour militer dans une cole rurale on pro
fessionnelle, dans une cole urbaine, primaire ou Eu-
pdrieure, dans un Lyce, un College ou une Universi
td, I'Edusateur qu'il nous f,ut dait avoir une con-
naissance parfaite de la psychologie pratique.
"Je consid6re mon pouvoir d'dveiller I'entheusiasme
ehez mes 61Byes comme mon capital le plus pr 6eieux
dit un Educateur Americain. C'est en enceurageant
l'enfant, continue-t-il qu'on relive et dcveloppe sea
meilleurs dons. Rien ns tue davantage Pambition d'un
gosse que les critiques de son rraitre. [Aussi, je ne
reprimanded jamais; je crois qu'il vaut mieax stimuler
et donner k l'enfant un ideal a atteindre. C'est pour-
quai, je sais tcujours.prkt a leuer et je deteste gren
der. Si je treuve un devoir bien fait, j'approuve since&
rement et prodigue des compliments. Je vous aveue
f'avoir pas encore trouve un enfant qui te s'appli-
quAt davantage et ne fit meilleur besogne sons I'in-
fluence d'encouragement que sous celle des critiques.'
De tels 3ucateurs MM sont aussi rare dans notre


-36 -








milieu que lea bons dressers.
Fermis 'd'apris la nmthoe d'enseignement mnd
monique, nous saves up.rficielllment ceaucoup de
chases, except notre metier ou P'srt d', r.:.pignrr.
II1 y a mEme chez nous une sorte de prTjutS contra
la pedagogiP, pr6jugd don't nous som s les cemi6
re3 victime, puisque beauceup d'entre norus 6chouent
dans lears sales de classes, faute d'avoir reflEchi sue
les Droecd-3s a employer pour communiquor leur sa--
voir aux enfants qui leur sont confids.
L'humanite est semblable A un seil homme qul ap
prend toojours. II ne serait peut-.tre ps mauvais,
come nous dit un o dagogae haitien, que 'des hoir
mes charges d'instruire la jeunesse 6tudiassent ce
que c'est que la jeuiesse, par quels prccdes depuis
qu'on l66ve des enfants, on les a eleves, quels ont
Wt& les Reilleurs de ces proc6d6s, comment on a'y
prend pour easeigner tell oa tell science, pear cn ti
rer le plus grand profit possible, common t en s'y eat
pris pour former les caract&res, les cozur: des jeunes
gaas, en us mrn pour preparer des hmraos.
A/ant dooi2 da noas oacuper d'orienter notra jeu-
aesse vers le bat desire, ayons le souci profound, l'ob
se9gion meme de neus perfectionner au p int de vue
pedagogique. Donnons-nous, pour pouvoir modifier
notrc 6tat mental, une edueation toute autre que cell
que nois aveni reque en classe,6tudions jusque dans


-37 -








ses details les principles de l'6cole sur "Mesure" et
alors, alora sauleu3nt, au liei de remplir le rl1e que
peuvent jouer des phonogrephes, nous seroes pour Be
tre Emile an stimelateur d'int6t6t, un Oveilleur de be
soins intelleetuels et moraux, en un met, un collabora
tear pauvat 4l'orienter professionuellerment.
L'oiientation prefessionnelle de la jeusesse est un
probl6me social, 6eononiq e et moral. Non seale-
ment elle aide le sujet A so conraitre et [a mesurer
ses aptitudes, elle 6veille' de plus, une vocation chez
ceux qui n'en ent pas et empceheat las jeunes gens
de se diriger vers ides professions pour lesquelles ils
a ent aucume chance de reussir sinon que de devenir
des rats.
O'est la us .travail special qn'un seul homee ne
peut avoir I'audace d'entreprendre mame en y consa
crant touted sa vie. Sa r6ussite implique de beanes
volantes, des sacrifices individuele librement accep-
t6s et un effort de compr6hensien mutuelle.
L'orientation 'prOfessionaelle de la jeusesse haitien-
na aReessite des instituteurs b!en familaris6s aves la
thbarie psycholAgique d'iucatiea par action, le cen
course des journalistes,des e6rivains, des 16gislateurs et
enfip,kl'aide de l'itat qui doit dinner le pas aux ques
tions se:iales sur des questions purement' politiques.
De I'A'Ae da six ans, les enfants seront place dans
deo &ablisiemrnta prevecationnels oi des erienteurs"


-38-








ta ilent acierntifiqu meint a 'aide de test et d'6,rdu
S ve, a l'aide de3 reassignemea s, psychoj@giques et
roraux, la nature, le caractera et les aptitudes du su
jet, sachant q.;- chaque esprit possele sa form pro
pro 'suivant la'nlle il a besoin d'etre gouvern6 et
qu'il imported alu succ3e des Eoins qu'on prend qu'il
soit guverne pmr cet.e forms et non par cette autre,
sachant que tel infant qui apprendra sans difficult
Ja m6canique r,'apprendria jiaai la peinture et qu-
1'on peut ctre uA grani phyAi:ien san- poja l-t la
moini de notion ..usicale, ap:.- avoir dialnostiqu6 lea
in nationsos particulibres de chaque 6lrment, ces orien
t-urs les diriernt vers un Ly'.-, un cclicse cu une
cole professiannelle repo;lan-:t a leurs bI.:ins.
En Ang'lterre, aux Etats Unis, en All-magne, en
Holladii, dau les pays scandinavjs, il y a autant
d'Ldol3s qu'ii y a d- branch: d'activites humaines.
Aussi, nu sa.i.' Je cia-se, les enfants trouv.nt sans
difficulty leur voie dans I'in iiut' ie, le commerce et
l'agriculture.
II temble que la pratique d( orientation prefes.
sionnelie'n'e3t pas cenaue chEz les peuples a la forma
lion greco-latine. Elle est 6cariee par d4Jain, par
rjpeact human ou par raisonnement inexact. Ce sys
S i mne d'Iduzation consiste a faire agir les enfan's
ic.nme a'ils 6taient seuls au monde en toute lib.erte,
a exalter le plaisir dans I'effort, la joie dans la latte


-39-







centre les difficulty. Ls faits ni les th6eries ne sont
eomamuniqus verbalemtnt aux enfants. Pour avoir lu
dans las Eisais de Montaigne que "savoir par coeur
n'est pas savjir", les pedagogwes anglais et ameri-
cains ont una vrais repugnance pour les theories tou
ten flijt, I"r 1-3 definitionss sane sanetion pratiqje
Ils eonsid rent que l'Erseignement en g~~arale, sp6cia
element I'Enseignement scientifique, 7ne saurait etre
fecond si les 61Eves ne sont pas exerc's a trouver
eux .mi-es d es v6ritds, A r6soudres des questions
/scientifiques. A la place des cahiers de voca-culaire de
mot latin et grec, ils ont des notes.books oa sont e, -
registr6s les faits et les phenomines observes par
eux -mmes. L'experieace faite par les eleves y est la
base de leurs etudes. Les professeurs les guident sans
les subjuguer et semblent avoir le plus haut souci de
laisser manifester leurs aspirations propr(s, leur in-
teiligenca et leurs talents personnel.
Deposer dans le carveau des adolescents le germe
de la volont6, leur,donner d6s I'age le plus tenure le
gout de l'action perseverante, hater chez eux le passa
ga da 1'6tat de d6pepdance a celui d'independance,
constitu nt la principal pceoccupation d s Instituteurs
amsricains. D'aores eux, le critrium du progress en
6da'ation est i'avancement verse un regime qui assu
re a l'elve la plus grande activity p:Drsonnelle et, ils
reduiseBt au minimum leur intervention de faIon A

-40-








donner grad.Illement A 1'l61ve I'initiative, le contr6
le sur ses actes, I'empire sur soi, la discipline interne
qui le dispense de cherch3r des guides hers de lai. Le
jir oa I'epinion publique sjffisamment instruite cor
prendra tout le mal que nova a fait la mithode d'en
seignement rn6menique et soupeannera tout le bien
qu'on peut r6aliser par la m6thede d'dducation exjp
mentale, ce jeur-la, I'6cole haitienne sera mise dana
la benne vaie au point de vue pratique et au point
de vue technique.
Ce n'est pas sdulemrnt par leur industries, par leut
commerce, par l'activitO de leurs ateliers que les peu
pleas diente6 affirment leur superiorite sur les autres;
ils l'emportent sur eux dans 1'ordre deonornique com
me dans l'ordre moral. Les Etats Unis et I'Angleterre
Point consid&&rs cemme les terLes classiques ohi le
sentiment de I'humanit6 a plus d'emp:re sur les ames.

Non seuiememt dans ces coutrees, l'ecole developpe
arn maximum le caractere, I'intelligenee, la velentd
la maitrice de soi, elle tend de plus A effacer entire
ment cette difference de classes qui rend si difficile la
solution des pcoblimnes sociaux chez les citoyans A la
formation greo'-litine. Chez lea pauples orients, l'eS
avocats, les mdaecins. les ingr.ieurs, les bfficiers ne
sont pas considers camme intelligemment et seciale
ment supdrieurs'aux ouvriers intelligent et comDp
tents.
-41-








Diffirents de nos corionniers, de nos ray;oas, de
.Uos menaisiers, de nos tailleurs, de nos ferblantiers a
l'esprit etroit, n2 sortant jamais de leur petit me--
tier, de leurs petites preoccupations, ignorant le vaste
uaiv3c e: a3 p)iviat rai~oiier sur les effects aux
causes les auvrier- anglais et americains ont des
connaissances preeisas, slides, etendues, bien clas-
sees, I'; ilit .'e:isprit !-ur permettant de situer une
idea -a a place i; .a hi.rarchie des idles tgfnera
les et d connaitre tcus les details. Ils ot de plo s
une lokique puisaanta qui enchaine les phncm3enes,
terrerise les m diocres esprits et enthcusiasme les
gena d23 j3ni va!oato.
L'Ain -'terre ft 1 Etats Unis ont des fils qualifies
Po'r l'iut, lIs b inches d.e activitss hum:jins, tan
disque nos comp.'rictes se eantonnent dans Il fonc-
tionnarisrns tt la bureauc'atie, dans le dreit et la m6
decine, oubliant qe tcutes ces carrieres tirent :leurs
resources des profFssions manuellee.
II .est vrai qu o, rompt difficilement avee sen pas-
se et que la viz d'un people se resent profondement
de la pramikre idticatiion que receivent ses fils, cC-
pendant, en nous rappdlant que chaque hemme posse
de une certain plasticity de caractere qui lai permit
de s'adapter A des conditions de vie nouvelles et doa
modifier 'sa nature primitive, nous pouvens imiter
des Anglass et d-s Ameiicains ce qu'ils ontde meil-
leur, en orientant notr6 jeunesse vers des applications
-42-




a& r.
er




o),tiver. M .', rnoii .>ineraen aa pays des fil
mieux arrnm paur profiter des-lois de l'dvoldtion- et
rdussir dans les hasarda de la vie.-
L'orientatiuii prefessionnelle ouvrira notre esprit,
6elrgira no re h rizen et nous initiera a toutes lee ea-
treprises utii.r par lesquellts un people tend sa sup6
riorit6.Elle nou. donnera en outre I'dnergie,la vi lont6,
la force phy iqu I'habiletW manuelle et fera tomber
chez nous ce grave prajuge qui tabhlit une sorte de
hierarchies entire le travail ie la pens~e Et celui des
muscle. Elle Im :ttra en valour lea aptitudes indivi
duellits di nos fils et l-.;c.3rinvrg.ca veis un boniheui "
C )mnun.
I Nous devo- .rl.,ne la pri firi r n.tAre tormation gre
-eo-latine, a causE, dIe a discipline, a cause du deve
loppemEnt qu'rlle donne au carac't-re ei de la fagon
don't elle d6vt-loppe I'initiative. Eile nous donnera en
ou',re I'amnJu. j.s travaux charapetre?, condition de
noLrte existence nationalI.
Romponm ,'..1 aveC I? pass ocf tout tend a la fixite.
L- vie eit au.i.i ir'hui intense et novatrice. II taut
toujours dtre prtt a produire plus, a produire mieux, ,
a produire moins cher si l'on nre veut jps etre ecrae6
par la coneurience.
L'orientation professionaella de la jIunesas haitien- .
n. est pour flair aussi atile 'qe 1'6tait la levde de
boucliers de nos peres A la date du 21 au 22 Aodt

-43-








1791. Eicoatez le d6pat6 Kernizan 'dans umn discourse
proanen A I'Hetel :de Ville des Verretes a l'eccasieo
des.grands travaux de l'Artibqnite.
A- "tre 6poqued'interdopendance 6conomique et
de con'urrencerteehnique, l'avancement et la comser-
vdtiouoi'un dtat ddp3ndent autantide ses rcsrourees
naturelles et des qualites native de sa population que
de ses cadres de sp6cialistes;.


-44-









CINQUIEME CHAPITRE;

Discipline Scelaire

La dooceur et la bont6 sent des sentiments plus
forts que la violence et la furpur nous dit la sageSo
crate.
Aussi, si l'on noua donne la direction d'une Llasse
~ompoa0e d'6lIves indisciplines, mal 6leves, brigints,
bandits, bavards, 'au lieu de nous apprEter a remplir
a leur dgard, Cau cas oil ils ne psuvent rendre leurs
leqens de catdehisme, de liturgie, d'histoire sainte ou
de grammaire, le r61e que jouait le commander vis.
A vis des esclav3s de St Domingue, nous nous ever-
tuerons a cultiver malgr eux leur hmitie pour pau-
voir lear donnar ensuite un'idcal A atteindre.
Dans lea pays ol l'Enseignement est levd au rang
de science, lea instituteurs recoivant avant de militer
use formation adequate a cette noble carribre, vivent
ea relation 6treite avec Iles pedagogues de tous lea
temps et en revanche ne confrontent pas ee grave pro
biame, discipliae scolaire qai tourmente presque tous
lee dducateura haitiens.
Sachant qu'an instituteur aimed peut tout obtenir,
leas aitres Anglo- Saxons !s'environnent i'ure r6pu
iatioa de bont6, d'indulgence et de sentimentality qui
leur fera pardonner les peccadilles de leurs 616ves eL

-35-









r6alisent ainsi ce que le pedagogue appelle an mira
cle d'equlibre entiree la duret6 et l'indulgence.
La reus ite de l'oeuvre 6ducative. MM est due non
seulement a la personaalit6, au savoir class:que, a la
connaissance technique du professeur, mais de plus a
l'amour qu'il a pour ses gosses.
L'instituteur gui. ne reussit p s dans sa classes, qui
y rencontre le plus d3 difficulties, est sans centre
dit cefui qui s'interesse le moins A ses 6leves.' !
Assurer I'ordre et :le travail dans la classP, am&-
liorer l'enfant et I'habituer peu A peu a se diriger
Seul, tel est le but de la discipline scolaire. Le bon ins
tituteur cherche a perfectienner son el6ve plut6t qu'A
le ccntenir, a le gagner ',ut6t qu'a 1s Eonmettce. II
veat en un mot toucher le foan de sa conscience et
obt'enir non sette tranquillity de SurIace qui Le dure
pas, mais l'ordre intdrieur, &'est a di-e li conseLte-
ment de I'enfa:,t a u', regle recounue n eseaire -
tandisque les maitrs -rricr6s domrpt-nt leurs lives
au lieu de les clever, fornait ainsi des enclaves et
non des hommes.
Pur les Anglo-Saxons, jamais la discipline n'exis
te pas alle--am~ e, m ai toujours er reltion avec un
bat. Ce mot a dans le dictionnaire W bster huit AC-
CEPTATIONS doit quatre sent en education utile a
connaitre. En cffEt discipline signifie:
1) Traitement adlquat d'un Blve ou d'un apprenti,


-46-








e"intitn, iieveloppawIat au mayen de I'instruetin
et de l'exercice.
2) Easeignement afin d'agir d'accord avec des 1i
gl12 Atablies, accoutumance a ane action syastmati
que et r4guliR'e, pratique d'un'art, d'une vertu.
3) Sujetion .a ne rggle, soumission a un reglement.
4) Correction, chatiment en vue de corriger ou d'd
duquer, par consequer, apprentissage par la jsouffran
ce.
A bien examiner ces quatre ACCEPTATIONS du
terme discipline donndes 'par Webster, nous nous ve-
yeas en face de deux conceptions d'6ducation fonda
mintalement opposees, l'une tournee vers le pass
qu elle veut faire revivre, VI'autre disireuse de pr6pa
rer des citoyene conscients de leur dignity, de leur
responsabilit6, capablas de se geuverner par eux-me
mes. La methode auteritaire d'dducation jusque l1 en
usage dans netre milieu, chez le congroganistr, com-
me chez certain laii ues ne repond pas aux condi-
tijna de la vie natiorale.
Tout le monde moderne est gouvern6 par In tech-
nique et la superierite appartient a ceux qui dans ten
t 99 les branches des connaissances sent lea plus ver-
ses dans la technique, No soyans pas]trop arridris
chers eolltguis, perfectioanons-nous dans l'art d'edi
quer.
L'Enieignemsnt, en general, n'est domino qne par
quelques notioas psyeholo-ies tres simples. Si nous
-47-









.cherchins a ie1 connaitre et les comprendre, diles noue
serv raient Ide phares directeurs dans les circonstan-
ces le3 plus difficiles. L'on ne dolt rien dire et ien
6crire sur un sujet si l'on n'a pas lu certain ouvra
ges l'interessant dit Mr Carnegie.
Done, il est indispensable que nous comblions aos
lacunes en culdivant davantage la science de 1'enfant
pouc pouvoir r6soudre ce soi-disant problrme, discipli
ne scolaire. Alors que tous les Haitiens sent des scep
!iques consid6rant l'Enseignement comme un pis.aller
cetce science 'est pour l'Anglais et I'Amnri in une
longue et psrsev6rantt recherche de perftctionne--
ment personnel au course eI laquelle l'inforiation, la
meditation, la prudence et I',udace tout a la foi don
nent la valeur. C'est unD erreur grossiere de cio;re
que le meilleur moyen d'avoit des Clives disciplii 6s,
laborieux, consist a multiplier les reprimandes et les
reprdches. Pour maintenir le silence dans leur classes,
les Anglo-Saxons'ne s'adreseent pas comme nous a la
raison des enfants qui leuc sent confi6s, mais bien a
leur inter6t, substratum fort slide sur lequel on peut
batir avec s6curite. La discipline, pensent ils. est de-
mocratique et equitable. L'enfant, qu'i! soit de pa-
rents riches ou pauvres doit faire son dbveir en ton
te liberty, come ii veut et quadd il veut et a toote
liberty de circulerlibrement dans I'etablissement
mais si son devoir est mal fait, il le refait. S'il abuse
de sa liberty et commetiune faute grave, il regoit pu
bliquement le fouet'quelque soit son age, quelque soit
-48-









le rang soziai de qei pere e' miee. S'il ne travaille p,4
ou ne laisse pas travailaer is autres, on le renvoie.

II a dcne interet a se bien c ioJuire et il le comprend
VL2.
L'Enseignenr-::.t comm. nous venons de le constater
est une active -ojrmi-p a la loi -de I'volution. L'ins-
tituteur'soucie x d. p 'g. nr-atriel et moral de no
tre chore Haiti, doit im ii,'rer sans cesse ses mayens
de travail. II confronter.- 'e i;1 i s et ses experiences,
s'informera p-: -.vuoir c ::n.nent ailleurs on a resolu
les 'probli~m.e: qi le pre ecupent journallement. II
n'oubliera pas qu'il dcit f9 -e artie d'une sociite pB
S dagogique qui zra un l-ab.rc toire of oeuvr;nt ensem
ble les peres et miret de f- mill, les educateurs, les
directeurs d'ame et d'opinion. Cette socijtt exigera
de ses mrbnres un Lffo:'L intense de preparation,
mais ell- leur cffrira en outre les joies de la recher-
che et de la dL;uuverte dans un regime d'activit6 o0
]a collaboration et I'4ehange des ides seront inces-
sa!. ts.
Nous finiro-.~n n soute. ant que si I'on doit exiger
de nos dJucatu.'cs dis 4.tudLs de plue en plus appro'
fondies, des aptitudes de plus en plus nombr;uses, 'un
effort de plays en plus intensif, il faudrait aussi son-
g r a leur lonner dan3 la r'ciot6 haitienne la place
C ;i laur cjaviena et r4tribi le \irs taloas a proportion
des functions qu'on leur confie.

Cap-fiaiJa n rFvrier 1959
-49-
'i n .-; .^








BIBLIOGRAPHIE


ler Tome de psychologie P. LaHr.- 2 l'imile
J J. R)useau 3 L '6gliit6 des races humaines
Antinor Firm:i 4 Sur le choix d'une discipline Dr
Nemour Auguste. 5 I struction publique en Haiti
Edner Brutus. 6 Rydnas de sante Mmin E.G. White.
7 Les pieblemes de la communauted Maurice Darti.
gue. 8 La vie et ses problemes Maurice Ti6ehe
9 PIdagogie eet Mfthodologie a l'usage des Ecoles
normales J. Aubert. 10 Principes d3 sociologie
Herbert Sphnces. 11 Vets I'age d'or Marcel Fa-
jard. 12 Ecanomique oet Finances Andrd Vincent.
13 Message A ia jeunesse E.G. White. 14 L'Edaca
tioa de la parole Paul 0. IJagot. 15 l'Education et
Foyer L.P. Cojlet. 16 Les Griots, 17 De l'Educa
tion des jeunes filles Fenelon 18 Les Essais de Mon
taigne, 19 L,'Ilng lite des racs humaines Gobi.
n i. 20 Psychalogie de l'Education Gustave le Bon.
21 Pour une H aFii heureuse 'Iantes Bllegarde. 22
Les Marrons du Syllabaire Jean Fouchard. 23 Poar
une 6 ucatien haitienne Charles Auguste. 24 Corn.
m ii se faire dsa Amis Day le Carnigie. -25 Nouvelle
pitagogie PdetiqJe Aimhn Sih5i. 26 NPdagaege vB
cr, 27 E:rivaini hiitiens Danti Bllearde. 28









Fais ta vie 'Charles Rivet. 29 Vers Pecole unique
Jean Dupertuis. 30 Comment devenir un homnme cul
tiv6 Paul Bernard, 31 Junior High school, mathe-
matics book II George WantwJrth, Divid agiSne
Smith et Joseph Clifton Brown. 33 Education E.G.
White. 34 Education et d6meeratie Robert Dethreas.
35 Le bomheur chez soi Maurice Tieche. 36 Le ehe
rain du banhaur Victor Pauchet. 37 L'eoole neavel-
le J. O. Dothrens. 38 Efforts et r6sultats Stinio
Vincent. 39 L'Education neuvelle Roger Ceussinet.
40 Resistance haitienne Dantes Bellegarde. 41 L'art
de la lecture Ernest Legouve. 42 La amthode active
Jean Piagat. 43 Pour mieux enseigner Frire Lder.
44 Child psychology John P, Morgan. 45 L'orienta
tion prefessiennelle publication de I'Union Panam6
ricaine. 46 Education et vocation Th6odore H. Eaton.

47 Prineipe et usage de la bonne edueation moderne
Baudry de Saunier. 48 Dieu dans la nature Camille
Flammarioa. 49 Vivre Maurice Ti6che. 50 L'hom
me, Cet Inconnu Alexis Carrel. 51 Reflexiens sur la
conduite ide la vie Alexis Carrel." 52 La muthode
Decredly Amdlie Hamaide.


d/
















Du meme Auteur

1) Out fut erig le fort de la Nativite?

SOUS PRESS
2) Origine des Indiens de l'Amerique

EN PREPARATION

3) Education et d6mocratie
4) Education et Sc;ences

5) L3 politique en Haiti










ERRATA


Lisez:
page 14, 2e ligne: leucation fogetionnelle
au lieu de education fonctionnelleaent
page 18, 3d ligne, quelchez celui la,au lieu
de:que celui-la
page 22, l0e line, le commerce aux Sy
riens, au lieu de: le commerce aux juifs
page 26, 23e ligne, nous rappelant, ?
lieu de: vous rappelant.

page 28, 4e line: elles eteignent, ae
lieu de: elles atteignent.
page 31, 21e lignh: une situation qui
rait certaiuement plus indepedmaaLe et par consequeai
plus heureuse, au lieu (u: une situation qui serait
certainement plus heuruse,

page 43, 24e ligne: en retribuant leurs
talents, au lieu de: et retribue leurs talents.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs