• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Principal
 Principal: Echos d'Haiti
 Principal: Nouvelles Internati...
 Principal: Literature Haitienn...
 Principal continued
 Principal: English Section
 Principal: Seccion En Español
 Principal continued






Group Title: Unite
Title: Unité
ALL VOLUMES CITATION ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072338/00008
 Material Information
Title: Unité
Uniform Title: Unité (Brooklyn, N.Y.)
Physical Description: v. : ill. ; 28-38 cm.
Language: French
Creator: Haitian Unity Council
Publisher: Haitian Unity Council
Place of Publication: B'klyn N.Y
Publication Date: 1975-1979
Frequency: biweekly
regular
 Subjects
Subject: Haitian Americans -- Periodicals   ( lcsh )
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Additional Physical Form: Available on microfilm from the State Historical Society of Wisconsin.
Language: Text in French, English and Spanish.
Dates or Sequential Designation: Vol. 1, no. 1 (May 1975)-v. 4, no. 10 (Jan. 15, 1979).
General Note: Aug. 1975-, published in: New York.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072338
Volume ID: VID00008
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 10253459

Table of Contents
    Principal
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Principal: Echos d'Haiti
        Page 7
        Page 8
    Principal: Nouvelles Internationales
        Page 9
    Principal: Literature Haitienne
        Page 10
    Principal continued
        Page 11
    Principal: English Section
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Principal: Seccion En Español
        Page 15
    Principal continued
        Page 16
Full Text
IB1RARY
RESEARCH INSTITUTE
FOR IHE STUDY OF MAN
J62 EA:T 78 STREET



FRENCH
ENGLISH

VOLUME I SPANISH
Numro 6.
30 Octobre 1976 le numero



UN POUR TOU TOUS POUR UN

THE HAITIAN-AMERICAN NEWSPAPER WITH THE MOST COMPREHENSIVE
COVERAGE OF DEVELOPMENTS IN OUR COMMUNITY AND IN HAITI.
Published by THE HAITIAN UNITY COUNCIL, INC.





TROISIEME ET DERNIER DEBAT


EN GUISE D'EDITORIAL Voipage 4


RSFR 5 R LE 17 des
ux ans apr la p d ans e cas atien saeur
SGonaives, celui qu'on lappelait Le impartial Yetiendra toutefois que
Librateur, tombait sous des bailes Dessalines assassin (crime odieux, ii est
-assassines. Oubliant que dans le camp des vrai), son testament politique n'a pas t
: conjurs il y avait aussi des noirs, et pour autant trahi. Dans le Nord,.
qu'avec I'Empereur gisant dans son sang, Christophe maintint le drapeau de
un mulatre est galement tomb, ne se I'Empire, couvrit d'honneur et de dignit
souvenant plus que d'autres mulitres, la veuve de I'Empereur, prit des mesures
apres le coup, ont t perscuts cause pour I'avancement matriel et moral des
de leur fidlit I'Empereur, la socit masses, construisit la Citadelle pour la
haitienne est reste longtemps divise. dfense de leur libert, imposa Haiti au
Avec le recul du temps, et des exemples, respect des nations civilises. Dans
tirs, de I'Histoire Universelle, nous I'Ouest et le Sud, Ption prsident, ne se
avons t amens voir dans la rvela pas moins Dessalinien, ce par son
regrettable affaire du Pont-Rouge, un attitude lui aussi, I'gard des masses: il
drame purement politique qui ne diffre fit la distribution des terres aux paysan's,
en rien des autres drames connus de il risqua mme la souverainet de la
I'Histoire depuis qu'il y a ds hommes Rpublique pour I'accomplissement du
sur la terre se disputant la prise du grand rve dessalinien: I'abolition de
2.51i Pouvoir. I'esclavage en Amrique.
i II faudrait plutt se demander si ce ne
Sans remonter la Grce et la Rome serait pas, nous, gnrations d'hier et
antique, on peut avoir I'exprit 1789 d'aujourd'hui, les vrais assassins de
avec son cortge d'hommes illustres Dessalines. Nous le sommes quand nous
mergs la faveur de I'historique nuit nous cartons de son idal de bien- tre et
de juillet, imposant au monde un de grandeur des masses, quand nous nous
vangile nouveau, lancant aux peuples de amusons nous entredchirer en Haiti
la terre les mots magiques de Libert, comme ailleurs, la grande joie de
d'Egalit et de Fraternit. I'franger qui s'empare de nos terres et
de nos richesses, quand nous livrons le
Or, on ne davait pas tarder assister pays en pture, alors qu' la veille de I'an
au spectacle sanglant de la Guillotine; 2000, la veille'de boucler nos 200 ans,
c'tait au plus puissant du jour d'envoyer il conviendrait de sonner le ralliement, le
ses frres de la veille I'chaffaud. La rappel des valeurs haitiennes parses
Rvolution Sovitique d'hier nous laisse pour que d'un commun accord, au
I'xemple de Trotsky et de Staline et les moyen d'un grand "coumbite", mettant
purges priodiques. Plus prs de nous en en commun expriences, techniques, et
Chine, les restes du qrand Mao taient a ressources humaines, on ralise le
-peine refroidis, que dj son pouse et MIRACLE HAITIEN, celui d'un pays
quelques uns de ses plus proches atteignant en moins de dix ans, les
collaborateurs ont t mis sous les dimensions du REVE grandiose de ses
verrous, pour la raison d'tat. C'est la glorieux fondateurs.
Politique.
Jn-Jocques Dessalines Laurore St-Juste







INDEX TOUT LE MONDE -DEVRAIT SAVOIR QUE
Reflexions sur le 17 Octobre 1
Propos d'Education 3
Rs^ RB T R A V E L
La Mort du Cahirman 4
Le troisime et dernier dbat 4 de Robert Brutus
Frdric Marcellin Romancier Fministe 5 lragence de voyage Haitienne
Nouvelleoi sur I'immigration 6 la pluS exprimente
L'Art Noir dans la Culture Amricaine 6
Echosd'Haiti 7 SE TIENT AU SERVICE DE LA
Que sera la nouvelle anne scolaire? 7 COMMUNAUTE HAITIENNE
Obituaire 8 AU
Nouvelles Internationales 9
La Famille des Pitites Cailles 10
60 East 42nd Street (Room 1366)
English Section (Guest Editorial) 12 Lincoln Building
The Haitians (Profile of a Community) 12 (Juste a cote du CONSULAT D'HAITI)
Comments on Indentured Servants 13
naugural ofHUC's Center 13 DE 9 HEURES A.M. A 6 H'EURES P.M.
Inaugural of HUCs Center 13
Mrs Mondale in Brooklyn 14
New Immigration Law 14 TELEPHONE (212) 490-1890
Seccion en Espaol 15
Seccin en Espaol 1.-TICKETS AU MEME PRIX QUE LA AMERICAN AIRLINES
2.- SERVICES GRATUITS
Bulletin d'Abonnement 3.- SERVICE DE VISA ET PASSEPORT
4 4.- CARTES DE CREDIT ACCEPTEES
Nom:
Adresse UNSEUL COUP DE TELEPHONE A

Ville, Etat et Zip code. R.M.B. TRAVEL
Pour six mois: $ 6.00 (Affranchissement lre.classe)
Pour un an: $10.00(Affranchissement lre.classe) ET VOYAGEZ SANS PROBLEMES
Etranger, tous pays:
Six mois: $10.00 (Affranchissement lre. classe) BONUS SPECIAL
Un an: $18.00 (Affranchissement lre.classe)
R.M.B. Travel offre tous ses clients une soiree gratuite a Cabane
Abonnement payable d'avance par cheque Choucoune en Haiti.
ou mandat bancaie a l'ordre de UNIT.


ABONNEZ
POUR PLACER UNE ANNONCE,
APPELEZ LE NUMERO:
(212) 343-8195 I

Notre journal avise ses lecteurs que tous
ceux qui dsirent placer une annonce so-
ciale telle naissance, baptme, mariage, d- LES SERVICES
cs, "graduation", etc. peuvent nous l'en- IT A IT
voyer pour tre publie sans frais. Pour les HAITIENS
annonces commerciales, nous vous don-
nons ci-aprs notre tarif d'insertion:
tnonis lci- s -unore ntan sertion:$ 60 2067 BROADWAY (Suite 52) The Haitian-American newspaperpublish-
trois lignes une insertion $1.00 ai$ 6.00 NEW YORK, N.Y. 10023 ed by the HAITIAN UNITY COUNCIL,
plus de 3 lignes une insertion$1.00 aditio- Telepon (212) 724-5529 INC.
nel par ligne Telephone: (212) 724-5529, INC.
nel par ligne. Louis A. BRUN
quart de page. ...... une insertion$ 40.00 NO US FAISONS TOUT EN Haiti: Editor
demie page .........une insertion$ 75.00
Page entire........une insertion$150.00 RECHERCHES DE DOCUMENTS Staff: Rose L. Michel
Un tarif spcial, discuter, est applicable Arleigh Magny
pourlesannonees reptees._____ DIVORCES Staff photographer: Jacques Dupont,
AFFAIRES IMMOBILIAIRES, ETC.
2 UNITE 30 Octobre 1976






agricole, c'est reconnaitre que
I'agriculture est un programme
PRO PO S prioritaire. II devrait donc exister dans
h chaque bourg important une cole
moyenne d'agriculture o au programme
D'ED UCATIO N ,serait ajout la conservation des produits <:
alimentaires et des notions d'art so
vtrinaire, de labourage et d'levage,
tout ceci marchant de pair. *
Par: Rose L. Michel L'ECOLE
SRs ORGANISATION MATERIELLE

On peut compter les btiments
occups par les coles nationales qui ont
LES CATEGORIES D'ECOLES rsidents des localits o I'cole n'existe t construits cette fin, surtout dans les
pas devraient tre accepts et les enfants villes. J'ai habit pendant trente ans deux
En premier lieu, ii y a I'cole plac dans les classes enfantines o dans maisons prives avec mon cole primaire,
maternelle o sont recus les enfants des une section part car ils sont mme et pendant sept ans, quatre autres avec
deux sexes de 2 6 ans. Elle comprend d'apprendre plus vite que les tout jeunes I'Ecole Normale. II en a t ainsi pour la
ordinairement deux sections. Ces coles et pourraient dans une mme anne majorit de mes collgues, et on s'est
ne sont pas encore publiques en Haiti. II changer de cours. toujours arrang pour en tirer le meilleur
est cepedant ncessaire d'en avoir un parti. Quand il s'agissait d'organiser des
grand nombre et on devrait mime leur festivits, i fallait tout un remue-mnage.
adjoindre des garderies car dans les Le certificat d'tudes primaires. A ce IIn'existe aucune salle pour des cours
quartiers populeux, les mres s'occupent moment s'offre I'enfant de 10 13 ans spcialiss exigeant un matriel fixe.
ordinairement du commerce et elles ou plus, le choix d'une orientation. 1, A ma connaissance, appartiennentn W
gagnent les rues ds cinq heures du peut, soit continuer les cours primaires, I'Etat Port-au-Prince, le Lyce Petion
matin. Elles sont marchandes d'accasan, supeneurs ou complmentaires (Brevet qui est amlior de temps, en temps
de cassaves, d'avocats, de figues, pos lmentaire ou suprieur) avec comme quatre btiments construits sous Borno
riz et bien d'autres choses, ou alors ells anctio le diplome de ce cycle d'tude la place de la Cathdrale, place de Ste
vont au champ dans les campagnes aider qui ouvre la porte a I'cole normale, au Ann, Portail St. JosephRue St. Martin,
vontau cham p dans les campnettoy agnesarcaider secrtariat (cole de commerce), a dsaffect depuis lors, I'Ecole Elie
lecolte ou se rendent auge, sarch poage, la I'administration, les coles d'infirmires Dubois, I'cole primaire suprieure
vendr les produits du jardin. Elles ou auxiliaires. II a la facult de traverser Caroline Chauveau, 1I'Ecole
portent parfis le bb sur es cts u le au secondaire pour I'obtention des deux professionnelle de la Rue Montalais, le
laisse la garde dune sr eur au d'un bachots qui lui permettront d'envisager Lyce de jeunes filles.
laissnd fe la garde une soet r ou de'un 'universit ou encore se dirigerversla II serait bon que toutes coles
r qq professionnelle et la technique. Tous les
5 ou 6 ans. Ces derniers sont souvent professionnelle et la technique. Tous les maternelles primaires, secondaires,
laiss5 s souls dans. Ces dernier e, en butte nt ves ne sont pas galement dous professionelles aient leur propre local
laisssseuls dans lachaumire, en butte intellectuellement et ne saurait avor difi adapt cette fin. Prvir des
tous les dangers de la solitude. L'cole les mmes aptitudes. Toutes les tudes adapt cette fin. PrTvoir des
maternelle avec sa garderie pourrait don nent drsit l alles particulires pour certains cours; la
les reevoir et leur procurer les lecons et i t le reet l ene l gymnastique, la danse, le solfge, le
la scurit ncessaires. Certificat,e Brevet la License la chant, les fetes et runions, toutes
Maitrise ou le Doctorat. ctivits qui demandent de l'espace.. Pur
Vient ensuite I'cole ~primaire. Le ..~ 1.. la rcration et le sport u r on n bonne co ur
cours communment appel e'enfantin II faudraims~taurer om uses au sol sab, bien n ls. Les sailes e-
pourrait tre avantageusement remplac diverses ecoles professionnelles et des classes seront assez spacieuses, bien aerees
par la dernire anne de la maternelle, l arts. Tos les mters devraient tre ourvues de mobilier de de matriel
o elle existe, car I'enfant y apprend enseignes: coupe, cordonnerie, mode, apprpris aux diffrentscours, bancs et
r happropris aux diffrents:cours, bancs et
lire, crire, calculer, etc. Dans le cas orfeverie, horlogerie, mecanique, tables au niveau de la taille de I'lve,
o I'cole maternelje publique peinture, sculpture etc. Les tudes tableaux noirs, laboratoire de sciences et
n'existerait pas, le cours enfantin ferait professionnelles devraient tre classees de lecons de choses, cartes de sciences et
parti de I'cole primaire. Ces dernires en deux catgories: lmentaire et de gographie, gravures, etc. tout ce qui
peuvent cmprendre six cours dont deux prleure identifiant I'uvrier qualifi peut convenir des cours manuels,
prparatoires, deux mentaires et deux d' expert. Ces coles devraient englober machines et outils, tout le bagage servant
moyens. la maconnerie, I'bnisterie, la d'auxiliaires au maitre fournitures
mferronnerie, la piche, ou toutes autres -classiques, livres, etc. II faut prvoir un
Dans certaines coles prives on tient spcialits et dlivreraient I'achvement .rfectoire pour les lIves qui passent la
compte de 'ge des enfants qui doivent des des certificats attestant que oure l'cole et qui peut tre utilis
compte de I'age des enfants qui doivent I'tudiant a des connaissances en la
avoir 6 ans et mme 5 ans pour tre 'tudiant a des connaisa s en la pour la cantine scolaire, aussi un coin de
accepts dans la classe enfantine. Pour les tiers predra propret avec les commodits
les coles publiques I'ge ne doit pas tre plus de valeurs aux yeux de la socite. hyginiques. La maison d'cole doit etre
un bareme de classement ni On peut aussit prvoir des dcous de approprie I'effectif du quartier da
d'acceptation. En nral, les enfants perfectionnement pour lesadultesn qui hameau, di village, de la ville, des
issus du peuple sont en retard, les amlirer son rendement u la qualit adonctions pourront tre prvues pour le
moyens conomiques des parents ne leur veloppment venir. Dans la campagne
permettant pas le plus souvent de les de sa fabrication. la ferme sera souche I'cole avec le
envoyer I'cole durant leur jeune age. Quand, en Haiti, nous rptons terrain convenable pour la culture et
Les demandes d'admission venant des constamment que le pays est un pays I'levage.


TRANSPORT INTER-MODAL CORPORATION PORTT
Transports rguliers vers Transport priodique vers tout autre
Haiti, Martinique et Guadeloupe pays du monde par mer u par air.
Nos collaborateurs bnvoles ont la
Spcialistes en emnarquement de bagages Emballage dans caisses en bois a claire-voie facult d'exprimer librement leurs ides
effets personnels, et dans des containers en acier. sur les questions nationales et
mobilier de maison, automobiles. internationales. lis n'engagent en rien la
Notre service est de porte a porte responsabilit du Journal. Seuls les
ditoriaux ou articles de rdacteurs
NEW YORK 2460 Lemoine Avenue NEW JERSEY attitrs refltent I'opinion ou les ides
212 Ft.LEE, N.J. 07024 201 politiques du UNITE. Toutefois, les
964-4541 461-2913 manuscrits insrs ou non ne seront pas
5 Beekman St. rendus. On nous aiderait en nous faisant
New York, N.Y. 10038 -si possible- parvenir des manuscrits
A Membre de la Chambre de Commerce francaise dactylographis.
aux Etats-Unis

UNITE 30 Octobre 1976 3








LA MORT DU "CHAIRMAN"

N.D.L.R. Dr. Jean Durc.
Mao reprsente une perte colossale ne peut manquer de susciter des extraordinaire, il fut la Chine, c'est-a-dire colaborateur, Dr. Jean Durc de retracer
non seulement pour la Chine rouge mais inquitudes tant a l'intrieur de la Chine un phnbmene historique, mritant par pour nos lecteurs litinraire politiquede
aussi pour le monde communiste en- que dans les milieux internationaux, car consquent notre attention. ce Titan qui futpendant plus.dun quart
gnral. La disparition d'un tel homme Mao ne fut pas seulement un homme Nous avons demand a notre de sicle le leaderabsolu et vnr depres
de 900 millions d'hommes, presque le quart de l'humanit. L'article qui suit est lepremier d'une srie.
Suite de notre numro 5, du 15 octobre 1976.

IV aspire vraiment crer une nouvelle on ne s'attend a aucun changement ii nous faudrait encore un millier
ralit sociale ou politique, doit se radical, du moins dans I'immdiat. Le d'annes
LA CHINE APRES MAO proccuper avant tout de ce que ces lieux rapprochement sino-amricain sera Pour achever notre mission.
communs restent sans valeur pour la maintenu et, ventuellement, consolid, La lutte nous reinte, nos cheveux
Mao Ts-Tung a t mythifi de son situation qu'il suscite. Je rserve quant bien que la Chine rouge continuera, deviennent gris
vivant. Andr Malraux le compare a "une moi le qualificatif de gnial au politicien inlassablement, de demander le rglement P o uvons-nous, toi et moi,
grande force de la- nature". Henry dont I'activit publique soit de nature de la question de Taiwan (le pouvons-nous,
Kissinger observe que "sa prsence vous affoler les professeurs des lyces, qui recouvrement de Taiwan tant I'un des Vieux camarades, simplement nous
crasait". Max Lerner, du New York Post verront toutes les lois de leur science thmes de base de la politique du rsigner
crit: "Les hommes de I'envergure de devenues soudainemenf caduques, gouvernement de Pkin depuis 1949). Les A voir nos efforts aller vaut-I'eau? ".
Mao sont une denre rare. Notre sicle paralyses et rduites nant". Gnial, Etats-Unis demanderont avec une gale Mlancolie ou
n'en a produit que trois ct de Mao: Mao le fut dans toute I'acception du obstination que la lgitimit du lanco ou morosit e 'homme
Gandhi, Lnine et de Gaulle". Mao terme, mais cette dialectique anarchiste gouvernement de taiwan ne soit pas politique "prim" qui choue
lui-mime s'tait pris pour une incarnation le concept de la rvolution ininterrompue conteste. Pour paraphraser le gneral de comprendre une poque trop.loigne de
de Lnine, celui qui croyait avoir pou- a-t-elle vraiment cintribu Gaulie dans son memorandum sur sa jeunesse? Peut-tre. Mais peut-tre
mission de dfendre I'intgrit de l'avancement de la Chine? Pourquoi, par ''alliance occidntale: Les Chinois, sur le aussi s'est-il rendu compte que la faillite
I'orthodoxie rvolutionnaire et de rnover exemple, entre 1958 et 1960, MIao a-t-ii fond des choses, seront toujours et avant est substaielle tboueversement
e mouvement communiste international. jug ncessaire de procder des tout des Chinois... et le Chef d'Etatse ve un bouevereme
remaniements dits de "consolidation et Amricain fera en sorte que les permanen.
Mao n'avait pas encore "dsempli le de rorganisation" dans les communes, au Etats-Unis soient les Etats-Unis. Restons-en I. Poui Mao Ts-Tung, la
monde" que Von posait la question de point de rendre aux brigades de "longue arche" est irr
savoir si la Chine rouge survivrait son production leur role dans I'organisation Ceci dit i! est hors de doute que la fnie Pour le ieuple chinois;le voyage ne
Fondateur. Vaintenant que le "Grand du pouvoir? Pourquoi, queiques annees Cine rouge ne peut pas etre tout a a fait que commencer un tres ong et dur
Timonier" appartient pour de bon au plus tard, a-t-il t accul a faire appel a Chine rouge sans Mao, d'autant plus que voyagei Une immense caravae de prse de
pass, la question devient plus pressante. l'arme pour endiguer le dferlement le gargantua du pouvoir que fut pao n'a g00 milions d'hommes. Peuole
et ii n'y a pas iieu de s'tonner-qu'ellese (qu'il avait lui-mme provoqu) de la p a su prpaer la succession. Sa in omtahlecome le sLra.eadequi
trouve au centre de touteses s discussions Gra e Revo ution Culturelle disparition apres celle de Chou En-Lai ne vient de tomber, fi connaitra d'autres
cdans les chancelleries, a Wahsington .Proltarienn .e fait que compliquer les problems du victoares. Et si I'on veut savoir pourquoi,
comme Moscow, Paris comme. New Des lors, la question essentielle, selon comit permanent (I'instance suprmedu o soit permis en manir d
Delhi, Hanoi comme Pyongyang, a nous, est de savoir si la Chine aprs Ma0i'J rgime):problmes d'ordre rganisationnel uonlusind oi rerouir: lea-mlaniee:
- i Phom-Pen comme la Havane et, va garde la ligne, rigide du Marxisme ou personrsni le comitil permant ne coclusioo n -e reprod a dcl ant:l vceeT sha
vide idn l mentaP lenisime I'atpur ow si elu avlour comptd- pus gue Macno s. vembres; de oivendse deso la t pr isi deTsnpsae
M au lo dv mam0 nts sism
ds esAttit p t ;fdrfiEnd'autresons ete s, 'pro emes, diuxs u enm o c an e c s* -
Si le parfait truisme des rvolutions |,rfdrelie, alie cnim.e n atr ti c que .f.e ll 1 o... l':~ Re ,ane nepeu osfra r,
c'est qoe'elies- devorent leurs propres- I'aurait voulu 'aile Rbourgeoise Rime au. nde he peuvet nous .ff raeret
Mrne si lescieux devaient tomfiber et
enfants, une autre vrit, moins notoire, reprsente par Ten Hsiao-Pigig (celui La vie humaine, a-t-on dit, consiste endesagegertNeS noss
mais non moins probable cest quueie qu'avait dsign d chou En-Lai comme son une cntant occupatin (ou nos incg e 'ainos
rvolution ne dure pastplus dequinze ans, successeur eventul et qui eut tout juste proccupation) avec ce que sera la chose e lnL r ons



morales, jusqu la victoire totale du capitaliste" en dpit des risquesnotre dtermination de reconstrure
semblent passappliqueri la revolutio q 'idologideva-t-elle continuer tre la ce que sera la Chinesans Mao, le poem re e
chinoise, une rvolution pignetique qui grande proccupation? Ou, va-t-on qu'il crivit, au dbut de l'anne dernire, nos foyers.
consiste en la remise en question adopter des attitudeset des mesure sonfidle et yalChou En-Lai, suffit Les Chinos nt refus 'aide
perptuelle des structures sociales et moins hostiles I'industrialisation le prouver: s p on e ait
morales, jusqu' la victoire totale du capitaliste" en dpit des risques inhrents dser dbat etree a s roposto
proltariat. a bcelle-ci? "Maintenant que e pys tout enter faites par les Etats-Unis nt eu le m
Fest devenu tslrt, propositions qu'ils ont toutefois.
Ortga y Gasset crit: "Celui qui Sur le plair-de la politique trangre,- Rouge, qui en sera le gardien? :appreciees... A Suire...

TROISIEME ET DERNIER DEBAT
Comme annonc, le vendredi 22 octobre a Williamsburg en
Virginie, eut lieu le troisime et dernier dbat entre les deux
candidats briguant les suffrages denovembre Le Prsident Grald
Ford et le Gouverneur Jimmy Carter. Moment longtemps attendu par
dmocrates et rpublicains. Aussi, d Is 9 h 15 du soir, sur toute
I'tendue de l'Union et me me a I'tranger des millions de
ftlespectateurs, les yeux braqus sur la tlvision taient anxieux de
voir 1' issue de la confrontation pour se dcider. De fprd et de Carter,
lequel paraissait plus proche du fauteuil? Aprs 90 minutes- d'un
Dbat serr, o les deux adversaires apparamment-dtendus se sont
evertus prsenter la meilleure image de de que serait leur
gouvernement ce, sous le feu nourri des questions de journalistes
conscients de leur responsabilit de porte parole de L.opinion
publique et du peuple amricain.
Des gens de divers secteurs: ont t unanimes trouver les deux
concurrents a la -hauter de is situation. I n'y(eut donc ce soir-lI, ni
vainqueur, ni vaincu: ceci explique pourq.uoi les partisans sant restes
fernes sur ler position avec a f "ond du: coeti l'espir.de la vict oi3bre
de leur poulain. La lutte, rste done assez serre, mais celui qui avait.-
la moindre avance avant le dernier dbat pourrait avoir un. peu plus
de chance. Nanmoins, votre unique voix pet dcider dela vitoire-
de l'un ou de l'autre. Amricains d'origine haitienne, de Carter u de
GERALD Ri FORD Ford, lequel rpond a votre aspiration votrerve ouj Yotre ideal? 9I M MYJART.Y
A vous de decider. Notre 'devoir est -de vus irviter a die
position selorrvotre conscience. Allez remplir votre devoi- de citoyen
.le 2 Novembre prochain.
4 UNITE 30 Octobre 1970
tliiGu amuuj.juE, jmiOgU






FREDERIC MARCELIN,

PREMIER ROMANCIER FEMINISTE

DES CA RA IBES Par Yvette Tardieu Feldman
Madame de Rolland, Madame de Stael, mouvement fministe proprement dit. En Haiti oi une Henriette St-Marc, injustice, levrent leur voix, tel un
Madame de Flahaut sont de ces femmes Aux Etats-Unis particulirement o, dans une Marie-Jeanne, une Sanite Bel-Air, Frdric Marcelin, qui se rvele un
clebres, entre mille, de l'histoire de le domaine du fminisme, des progrs dans le fracas des armes et au milieu du pionnier du fminisme, non seulement en
France qui ont marqu la vie politique considrables ont t enregistrs durant sifflement des bailes avaient acquis Haiti, mais dans la zone des Caraibes
bien avant l'entre en scne d'une Simone ces demires annes, c'estplutt la suite 'galit des droits pour la femme toute entiere.
7l' est donc le sujet de l'tude de
de Beauvoir. Mieux que l'auteur du d'un processus passablement long et le haitienne, un semblant de privilge ne notre distingue collaboratrice Yvette
Deuxieme Sex, les esprits aviss voient plus souvent pnible. A ce propos,. THE sera consenti aux femmes que sous Tardieu Feldman, publie dans
plutot en Aurore Dupin, Baronne du EMANCIPATION OF THE AMERICAN l'administration du prsident Elie Lescot. CONJONCTION, qu'elle nous autorise a
Devant, mieux connue sous le nom de WOMAN, remarquable ouvrage de .N'empche que des crivains reproduire a l'intention des lecteurs de
Georges Sand, la pionnire du AndrewSinclair, estassezrvlateur. d'avant-garde, notant cette cruelle UNITE.

Avant d'vnquer la question du Sans prtendre retracer I'volutinn du Anatole France, I'objectivit du raliste de leurs rapports amicaux avec d'autres
fminisme dans les romans de Frderic personnage fminin chez Frdric pour terminer sur un ton de compassion femmes, tandis que leurs relations avec les
Marcelin, il faut rappeler que la Marcelin -ce qui demanderaitune lngue flaubertien. A la fin desavie' I'humble hommes s'avrent fragiles et de nature
projection littraire de la femme chez les tude-, signalons cependant que son role lessivire, contrepartie de Flicit (UN exploitative. A ce propos les rflexions
crivains carabes revt un aspect dans 'intrigue s'affirme en fonction COEUR SIMPLE), reprsente un amres de la misanthrope Zz
paradoxal: alors que I'Antillaise est inverse de I'importance accorde aux demi-sicle de servitude; ses modestes trouveraient aujourd'hui en cho
clbre par ses poetes ds la fin Fdi thmes politiques. Dans THEMISTOCLE ambitions furent celles de Gervaise inattendu chez certains porte-parole du
dix-neuvime sicle, elle n'accde que tres EPAMINONDAS LABASTERRE, roman (L'ASOMMOIR) et elle a incarn dans mouvement de libration fminine. Dans
rarement au role de protagoniste chez ses centr sur la course au pouvoir, la mre et son adolescence le type de la tentatrice les scnes finales du roman on voit
compatriotes romanciers. On explique la fiance-accessoire ne peuvent involontaire, dlicieuse invite au pch, s'affirmer dramatiquement la
gnralement cette carence d'hroines par influencer la conduite du hros lorsqu'il telle I'accorte Catherine chre Jrome responsabilit de la femme devant la
la subordination de la femme dans i; dfie I'autorit en un geste futile qui lui Coignard. Tous ces parrainages littraires faillite des partenaires masculins, pris en
socit insulaire, subordination camouflie cote la vie. Les valeurs troites, mais francais servent de caution une matire charge par I'hroine dont le seul souci est
en poesie, mais que le roman a vocation solides, de Madame Labasterre sont spcifiquement haitienne qui doit etre de durer assez longtemps pour protger
raliste prdominant en littrature pourtant prsentes sans moquerie: ce rendue assimilable au public tranger, leur existence lamentable.
caraibe -peut difficilement ignorer. sont celles de la petite bourgeoise amateur d'exotime, mais dont les
haitienne commercante des annes 1880, habitudes ethnocentriques ne sauraient Carrefour d'influences, livre ingal o
Jusqu' prsent les personnages conome, honnte, travailleuse, dvoue tre bouscules. MARILISSE est la Marcelin n'apporte aucune solution au
fminins se croient encore confins dans aux siens, soucieuse des rituels, d'une variante tropicale d'un sujet auquel le problme de la langue parle crucial
des emplois subalternes. C'est ce que religiosit touchant la superstition. lecteur francais de 1900 se trouve dj dans ce cas, vu le choix du milieu,
confirment nouveau deux ouvrages. Deevant cette espce condamne, sensibilis par une gnration d'crivains: MARILISSE n'en demeure pas moins un
rcents (1975) signs par des auteurs de I'attitude de I'auteur est respectueuse et la destine d'une femme du peuple qui tmoignage exceptionnel, malgr son
renommee internationale, LE RECOURS nostalgique il avoue du reste dans ses assume seule la lutte pour la vie. "ralisme" revu et corrige fins
A LA MIVETHODEI du Cubain Alejo mmoires le rappel autobiographique. Indniablement novateur par sa mise en d'exportation, et I'un des premiers
Carpentier qui retrace sur un ton allgre Zulma, peine esquisse, incarne une oeuvre dans les contexte littraire haitien, classiques du fminisme caraibe.
et cinglant les aventures baroques d'un crature passive, perdue d'admination la fminisme de Marcelin se rattache, de
dictateur latino-amricain typique, pour son prince volage dont elle excuse toute vidence, aux grands courants
version 1900-1930, et GUERILLAS du les trahisons avec empressement. Mais francais. de I'humanisme, bourgeois,
Trinidadien V.S.Naipaul, rcit cruel, aprs la. mort de Labasterre, la timide libral et sceptique; aussi est-il plutot
sarcastique t glac qui dnonce les fiance durcie par -la douleur se constat que revendication,,-sympathie
idologies aux prises dans une socit mtamorphose en furie vengeresse et I'on claire que remise en question.
caraibe en stagnation. Bien entendu, les s'attend, sur la base du titre, voir
vedettes de ces satires politiques sont triompher la premire hroine haitienne En ce qui cncerne le code bourgeois
masculines et les femmes, complices ou dans LA VENGEANCE DE MAMA de moralit sexuelle, Marcelin partage
victimes, demeurenten retrait. (Stella est allgorique plutot que I'irritation d'Anatole France contre le
romanesque). double standard qui permet aux hommes
Quelques hroines part entiere ont une totale licence tandis qu'il exige des
nanmoins fait leur apparition chez les Faux espoir, car la nouvelle Zulma femmes- abstinence ou fidlit
nouvelles romancires caraibes, groupe n'est qu'un dmarquage hatif des matrimoniale. Visant les mmes cibles
minoritaire d'ou se dtachent la strotypes europens, calqus sur le que I'ironiste francais, il se moque avec
Barbadienne Paula Marshall (THE modle de la Vierge Sductrice prenant entrain des petits bourgeois puritains qui
TIMELESS PLACE, THE CHOSENI au pige de la sexualit le monstre prchent aux vierges nubiles les austres
PEOPLE) et la Martiniquaise Simone responsable du meurtre du bien-aim. vertus de la chastet. Amateur de
Schwartz-Bart (LA MULATRESSE Conformment aux clichs dii paradoxe dmystificateur, ii fait du
SOLITUDE). La femme occupe alors, mlodrame, une fois justice faite, elle n'a "pch" une source de libration pour
exceptionnellement, la fonction de plus de raison desrvivre son idole:son Marilisse: la jeune servante aurait sans
narratrice ou bien recoit le traitement du immolation par la feu parachve doute accepte la servitude vie si son
a un sujet privilgi. Mais I'exploratitn de I'empoisonnement du sclrat lubrique en amant, dcouvert sur les lieux en pleine
la condition fminine, telle qu'elle est une parodie involontaire des nuit, n'avait t menac de prison par le
vcue en milieu insulaire, reste peu dnouements d'Opra. Pareil scnario maitre indigne.
frquente mime de nos jours. interdit toute profondeur aux Mais I'auteur haitien s'adresse aussi
participants et s'accomode mal du aux particularismes de sa propre socit.
A cet gard I'oeuvre romanesque de programme de reconstruction politique Sur le plan esthtique, il clebre la beaut
Frdric Marcelin est celle d'un qui s'y trouve insr: le mlodrame et de la Vnus noire dont la splendeur
prcurseur, non seulement en domaine i utopie font mauvais mnage. Desireux physique n'est pas, en ses propres termes,
haitien o la dmonstration n'est plus de rpondre ses dtracteurs haitiens qui matire de convention ou de couleur,
faire, mais aussi dans le contexte gnral aussi refuse-t-il de souscrire la fameuse
de la littrature caraibe donrtle rpertoire avaient blm Ir nihilisme de I'ouvrage
trilingue est encore mal connu. La prcdent, Marcelin sacrifie son hroine dclaration de la Sulamite (nigra sum sed
smpathinge est e crva pour la femme au prfit du message constructif qu'il formosa) parce qu'elle trahit un
sympathie de 'civaen pour la femme tient dispenser avec un optimisme de sentiment d'infriorit. Dfendant le
haitienne, doublement exploite au commande. Tout au plus pourrait-on placage contre ceux qui affectent de n'y
eau de la lasse et dusexe, n trouvera suggrer qu'en liminant le tyran pour des voir qu'un concubinage dgradant rserv
d'cho parm ses confresmotifs strictement personnels, Zulma, aux masses ignares, il la prsente comme
.que dix ans plus tard, chez le Jamaicain ie uedS ede consnc politiqe union libre, accompagne d'obligations
Herbert de Lisser dont le roman JAN'S bien que dnue de conscience politique, unin libre, accompagne d'obligations
Herbert de Lsser t le roman JANS fonctionne son insu comme instrument reciproques et profondment enracine
CAREER est le premier ouvrage de progrs, car elle rend possible dans I'histoire nationale. II signale que
d'expression anglaise consacr une accession au puvir d'un candidat idlatrie de I'enfant est un trait
destine fminine caraibe, cesqui rend I'accession au pouvoir d'un candidat "oate e enant est un trait
invitable sa mise en parallle avec honnte et capable. Mais ce serait lui faire commun aux mires haitiennes, quel que
MARILISSle Dans I'at n paralt dle na la part encore trop belle. soit leur niveau social, mais que la dure
MARI LISSE. Dans l'tat prsent de nos l a r de cette fixation varie selon leur statut.
recherches, il semble que Frdric C'est avec Marilisse que Marcelin financier. II modtre I'importance de la
Marcelin devance galement ses coelgues projette son personnage fminin le plus solidarit fminine dans le proltariat
hispanisants, plus tardifs rendre complet, vu selon des clairages diffrents urbain, tant sur le plan conomique que
hommage la "majorit silencieuse" des divers stades de sa destine, car I'auteur psychologique, car I'quilibre des
opprimes. passe de I'amusement complice, style personnages fminins est en raison directe 5
UNITE 30 Octobre 1976






NOUVELLE LOI L'ART NOIR DANS LA CULTURE

SUR L'IMMIGRATION AMERICAINE
Par: Dr. David immdiatement ligibles pour I'obtention UNE EXPOSITIO N EN PERSPECTIVE
Scheinfeld, J.D. de leur visa de rsidence, cette situation
aura pour effet d'augmenter pour autant Par:Laurore St. Juste
II y a de bonnes et de mauvaises le nombre des personnes qui ne soient o i t l d n .
nouvelles pour les personnes nes dans pas de nationalit cubaine pouvoir A I'poque oi il exaltait la ngritude, ,isuels de noirs. Un Joshua Johnston
I'un des pays de la zone appele bnficier de l'octroi de visas de rsidents. Lopold Sdar Senghor lanca une phrase n'tait-il pas recherch comme
"Western Hemisphere" (*) selon un Cesnouvelles dispositions permetterontla qui, depuis, a fait fortune: "Si la raison portraitiste Baltimore aussi bien
changement apport dans les Rglements liquidation progressive de la longue liste est hellene disait-il, l'motion est ngre." qu'ailleurs? On affirme qu'au 18me.
et Lois rgissant I'immigration. d'attente qui, en octobre 1976, avait Senghor faisait ainsi allusion aux talent comme au 19me. sicles, la grande mode
encore des noms inscrits depuis le ler. inns du noir pour I'art, sa puissance- tait d'engager des charpentiers, des
Dans I'ensemble, nous devons mai1974. creatrice, que ce soit en posie, en bnistes d'origine africaine pour la
admettre que les changements peinture et surtout en musique. Le plus construction des glises, des difices
sus-mentionns, sont plutt favorables II est possible que I'exclusion des raciste des anthropologues du sicle publics aussi bien qne pour la fabrication
u'exception de celui qui est farelatifbl aux cubains d ble I'exusion des dernier, le Comte Joseph de Gobineau, si des meubles. M.J. Gibson a crit dans ses
'exception de celui qui est relatif aux cubains de la liste d'attente rn des 'on se donne la peine de lire son livre mmoirs qu'un noir aurait dessin et
pres mresd'un nouveau-n ressorissans dphere" s oit consid e troactive DE L'INEGALITE DES RACES supervis la construction de "Vicksburg
HeLes deuxbranispherehes du Congrs dans ventuait considrd'une rtroactisive HUMAINES" qui fit tant de mal, Court House", I'un des plus prestigieux
Les deux branches du Congrs dans Il'ventualit d'une dcision reconnait nanmois aux ngres des difices datantd'avantla guerre civile.
amricain, avant le renvoi de la dernire favorable du tribunal quant I'action aitudesos aux gres s datant d'avant la guerre civile.
session, ont ratifi une loi intitule judiciaire entreprise cette fin auprs du Dans le domaine musical e celui des
"Eilberg Bill", H.R.14535, qui rend tribunal fdral de Chicago. Une telle Dans en gral, d omain e musical et celu de
uniforme les mthodes de slection des ventualit reduirait de plus d'un an le Cette passionante question vient d'@tre fil e du mouvement Loc hefde
immigrants des zones dsignes "Eastern dlai pour I'octroi d'un visa qui est remise sur le tapis dans un rcent article Renaissance", auteur de "The New
and Western Hemispheres". L'emphae, actuellement, d'environ 29 mois. paru dans le magazine de la "Smithsonian Negro", publiait en 1942 "Le RFle du
daus cette loi, est de reunir les familes Une limitation 20,OQ0 personnes par Institute" dition d'octobre, sous _la Ngre dans la Culture des Amriques".
divises. On n'attend que la signature du pays situs dans les deux zones sera plume de David C. Driskell. Cet article Encore que la Bibliothque Schomberg
Prsident Ford pour que cette loi soit applique et inclus le Canada et la crit I'occasion d'une exposition de la conserve I'une des collections de
mise en vigeur partir du ler. janvier Mexique. Les quotas, par zone respective, peinture noire remontant I'poque peintures noires les plus rares, de I'avis
1977. passeront de 200 600 personnes. lointaine de I'esclavage et qui fera le tour mme de ceux qui les ont admires au
Les ressortissants de la zone Western La nouvee oi prvoi aussi ue es des Etats-Unis partir de Los Angeles, cours de I'inoubliable exposition de 1922,
Les ressortissants de la zone "Western- La nouvelle Woi prvoit aussi que les met I'accent sur la puret dans les M. David Driskell, auteur de I'article du
Hemisphere" pourront dornavant: parents proches tels les pres et mres de traditiont sarstqla pure e les les M.DavidDris a repr de 'article du
obtenir leur visa de rsidence permanente personnes bnficiant de la rsidence traditions artistiques que les noirs Smithsonian, a reproduit des tableaux
au Etats-Unis sans avoir besoin de permanente de mme que les citoyens apporterent avec eux, des 1600, et qui comme le "Newspaper Boy" d'Edouard
retourner dans leur pays d'origine ou amricains ne tombent pas sous le coup sont conserves malgr les siecles, jusqu' Mitchell Bannister, "The Phophet" de
d'aller au Canada. Les citoyens amricains du quota et sont exemptes des limitations devenir I'un des plus precieux patrimoine Charles White, le "Daniel in the Lion's
au dessus de 21 ans pourront aussi numriques du quota. Toute autre du Nouveau Monde. L'immense Den".deHenry Tanner, le "Three Marys"
contribution des descendants deTI'Afrique du mme pentre, le "Mont Calvary" de
solliciter un visa de rsidence pour un personne sera ligible pour un visa de cutrbto ds escendansu de Afrque du mi me peintre, le "Mont Calvary" de
frre ouune soeur, oupourleursenfants rsidence selon les dispsitions de la la clte dNoueau Monde est u n William Johnson, etc., en n mo des
mfme si ces derniers sont ags de plus de nouvelle loi et du systme de prfrence phnomene plutt rcent. Ca a t I'une chantillons les plusreprsentatifsde I'art
21 ans. ou de non-prfrence qui sera tabli des plus grandes rvelations du dbut du pictural ngre des temps lointains ce
2 aoomme suidt: .-f -qi :sicle, savoir: les africains nesont pas jour, chef-d'oeuvres de 'itiagination et
Crvenusen Amrique les mains vides. Parmi du rve qui, sous le titre de TWO
i Cpe: at ::;Cpeant :les peretm_i[e : ::::".::- :. : .": ::- :.";:: :":i-. :veusen:Alrique lesI:mains:;ides.:Parmi ; :i-i sous ;:- de :.-TWO :i
enf pt n aux Etats-Unis devront P IE P: les esclaveson notait d'habilessculpteurs ,-CEiNTU RIES. FBLAK AMERICA
enfant. na Ux Etats-Unis: devront0i: :PREMIE RE PREIE:iRENCE: e ATir, HighMseumdAtatau
attendre que I'enfant ait atteint l'ge de enfants clibataires des citoyens sur bois, des constructeurs, des horiogers, Daliroas- HigMuseum d'tin atas au
21 ans avant de pouvoir obtenir leur visa amricains. Dallas sMuseum of Fine Arts pour
en fonction de la naissance de I'enfant La des artistes travaillant la poterie, des aboutir enfin le 21 avril 1977 au
nouvelle loi permet a touss ceux qud sont DEUXLaEE Pouvriers en textile qui jourent ds les Brooklyn Museum New York. II est
nouvelle Ioi permet tous ceux qui sont DEUXIEME PREFERENCE: Les dbut selon M. Driskell, un rle regrettable quela collection Schomberg
qualifis sous I'gide des anciennes poux ou pouses et enfants des rsidents dbut selon M. Driskell, un role regrettable que la collection Schomberg
dispositions comme, par exemple, du fait permanents. important dans I'conomie americaine. n'ait pens, dans le cadre des
qu'ils soent le pre ou la mre d'un manents On les croit a I'origine de I'artisanat aux manifestations du bicentenaire, gratifier
enfant mileur n en Amrique de reteir TR SEME PRFRENCE: Les Etats-Unis. L'architecture coloniale, du le public d'exposition de peintures et de
enfant mineur n en Amrique, de retenir TROISIEME PREFERENCE: Les moins telle qu'elle figurait sur les musiques ngres qui comptent du reste
leur priorit. II leur sera accord une professionnels ou personnes ayant des plantaions tellgarde 'empre fige des arles parmiesplus rihes qui comptent du restersors.
place prioritaire sur la nouvelle liste qui capacits exceptionelles dans les arts ou plantations, garde I'empreite des arts parmi sesplus rches trsors.
sera tablie en veru des dispositions les sciences et qui sont dtenteurs d'une
non-prfrentielles de la nouvelle loi. II offre d'emploi.
est cependant indispensable que les ANC
sollicitants de visas obtiennent du consul QUATRIEME PREFERENCE: Les LES ANN
amricain un document tablissant qu'ils enfants maris de citoyens amricains.
sont dument inscrits sur la liste d'attente COMMERCIALES
de la zone "Western Hemisphere" pour CNQUIEME PREFERENCE: Frres
pouvoir bnficier des avantages prescrits et soeurs de citoyens amricains.
par la nouvelle loi.
Epar laEnouvelleN loi. TOUS CEUX QUI DESIRENT PLACER UNE
SlXlEME PREFERENCE: Les
Les prsents quotas annuels de 170,000 ouvriers specialiss ou non, qui font ANNONCE PEUVENT LE FAIRE EN APPELANT
visas pour la zone "Eastern Hemisphere" besoin et qui sont difficilement LE NUMERO (212)343-8195 OU ECRIRE
et 120,000 pour la "Western disponibles. DIRECTEMENTA L'EDITEUR DE UNITE.
Hemisphere" demeurent inchangs et SEPTIEME PREFERENCE: Les
fonctionneront indpendemment I'un de rfugis.
I'autre. Selon un action relative a ces
nouvelles dispositions, le Dpartement de SANS PREFERENCE: Tous autres
la Justice des Etats-Unis annonce que les migrants qui ont la facult d'appliquer
cubains seront dornavant exclus du quand le quota prvu pour leur pays n'est
nombre des ressortissants de la zone pas rempli par les sept catgories
"Western Hemisphere". Ce revirement sus-cites. Cette dernire catgorie inclue LES EM ISSIO N S
d'une pratique adopte depuis 1968 les pres et mres des enfants mineurs ns
aidera non seulement les rfugis cubains aux Etats-Unis.
mais aussi toutes autres personnes qui "PITITE- CAILLE"
soient nes dans la zone "Western LA CONNAISSANCE C'EST LA
Hemisphere" pouvoir appliquer pour la FORCE.
rsidence permanente. () La loi sur l'immigration aux
Etats-Unis prvoit actuellementdeaazones
Puisque dornavant le nombre des g,ographiques dnommes "Western Chaque vendredi soir de 8h a-9h sur les ondes de WBNX
rfugis cubains ne sera plus inclus dans le Hemisphere" et "Easter Hemisphere". (1380 KHs A.M.). Soyez donc a I'ecoute pour des
quota des ressortissants de la zone La zone "Western Hemisphere englobe les progranmes de clioix.
"Western Hemisphere" et que les 66,000 pays de 'Amrique Latine et les Caraibes,
refugis cubains se trouvant y compris Haiti, et la zone "Eastern
actuellement ux Etats-Unis deviennent Hemisphere "les pays de l'Europe.
6 UNITE 30 Octobre 1976






7 __C --0cn ----_ -- i A ---I i1




ECHOS d' I-AITI

















LA CENTENAIRE DE LA NAISSANCE QUE SERA LA NOUVELLE
DE M. JEAN PRICE-MARS ANNEE SCOLAIRE!
Par: Frantz Michel

Les vacances d't 75-76 5.- L'ide fausse'assez rpandue quele
appartiennent dj au pass. Si certains, diplime ne nourrit pas son homme et que
spcialement les lves, ceux dont les la russit matrielle dpend surtout de
Sd, e l efforts ont t couronns de succs, certaines relations sociales et de la
aimeraient q u'elles se prolongent, possibilitd'obtenir un visa pour lesEtats
d'autres, par contre, na peuvnt Unis d'Amriqueou le Canada.
Ss'empcher de pousser le ouff! de-
Psoulagement. A cettle dernire catgorie 6.- La surabondance de la- clie
appartiennent naturellement les dans certaines classes. Le nomimbre d'lves
professeurs des cols prives. equ les dp.sse parfois la centaine. .
p pprofeseur udes,. C l rv so "n : 1y M. .. .... co"s.....e pro.es...ive, e q ue, va ''e o. ,5:
vacances ontjets paradoxalement dans-le ntd
chomage. L 7.- La contradiction entrele caractre
de masse de I'enseignement dispens et la
L'anne scolaire 75-76 n'a nullement forme litiste du'systme d'valuation du
t brillante. Les deux sessions di niveau de prparation des lves.
baccalatirat ont accus le bas niveau de
prparation de la majorit des candidais. 8.- Le mercantilisme de certains
Le pourcentage global de russite directeurs d'coles publiques et surtout
atteignait peine 30 o/o prives. ces dernieres pullulent parce
Situation critique qui a lert I'opinion qu'ellent permettent de bonnes affaires.
Spublique. Les responsables de I'Education, Dans I'esprit de plus d'un ouvrir une cole
les autorits publiques, les spcialistes, les est presque la mime chose qu'ouvrir une
intellectuels, les parents, les lves boutique.
s'intorrogrent ou s'accusrent. Les
diagnostics rvelent une grave maladie 9.- Le laisser-aller, I'insouciance, la
dans I'enseignement ational. Nuelles en complaisance, ou la complicit 9des
sont les causes? A ce niveau de dpistage, inspecteurs scolaires.
I'unanimit est loin d'tre ralise, les
points devue diffrent. 10.- La modicit des salaires des
,- 1 instituteurs et des professeurs, obligs de
Dr Jean Price-Mars. Nannioins, retenons les suivants: se livrer 1 d'autres activits pour pouvoir
subsister. lIs ne disposent ainsi ni du
Depuis Dlorme, depuis Firmin, il n'y digne d'intret au cours de laquelle le Dr. 1 .- L'insconscience des" lves qui temps ni d'un minimum de-confort pour
a pas eu dans I'histoire de la culture J.B.Romain, Doyen de la Facult du refuseraient de s'engager dans la voie de se consacrer honntement leurs
haitienne un -auteur exercer une aussi meme nom, prsenta une communication I'effort. Sollicits par les plaisirs detoutes obligations scolaires et prparer
grande influence- sur des gnrations sur I'Ethhnologie. M. Lonce Viau, sortes, ils n'attendent que la veille des sriensemrnent leurs lecons.
d'crivains que le Docteur Jean Recteur de I'Universit, parla du Dr. Jean examens pour se mettre l'etude. Et-c'est
Price-Mars. Price-Mars comme fondateur de le bachotagetantdcri. 11.- Le cot. lv des ouvrages
S I'Ethnologie haitienne, Dr. Jeanne classiques. Une pice classique commri le
Mort un fige avanc, i s'en fallut de Philippe, de Price -Mars et 2.- L'imprparation, le manque de Misanthrope ou I'Andromaque qui se
peupourqu'ileutvusoncentenaire. Ses I'ethno-psychiatrie, M. Michel conscience professionnelle ou vendait Gde. 0,50 ou 0,75 cote
quatre-vingts ans, dans tous les cas, Lamartinire Honorat porta -un I'improvisation desmaitres. actuellement Gdes 5,50.
donnrrent lieu, en 1956, de grandioses tm oignage sur Price-Mars, Jean -
manifestations dontle moins qu'on puisse Fouchard, un t mo ignage sur 3.- La dmission de la plupart des Ainsi, le niveau. des etudes dans notre
dire est que s'y associrent les lments Jean-Price-Mars et enfin I'ethnographe parents accapars par leurs affaires pays se-ressent de l'inflation mondiale.
les plus reprsentatifs de I'intellectualit Jacques Oriol, un autre tmoignage sur le personnelles et qui ne surveillent point
mondiale, tel le Dr. Paul Rivet, vnr Dr. Jean Price-Mars. l'tude des enfants. 12.- La Conception humaniste,
directeur du Muse de l'Homme, Paris. intellectualiste, non fonctionelle de
Louable initiative, en vrit, que nous 4.- Dislocation de la famille: Divorce, notre systme d'enseignement.
appuyons sans rserve et souhaitons que sparation de bon ou de mauvais gr;
Le 15 octobre, marquant le centenaire de semblables soient prises, ce, mime parents et enfants vivent dans des pays Ce dernier n'est pas reli la ralit,
de la naissance de I'immortel auteur de I'chelle du pays, rien que pour perptuer diffrents pour pouvoir satisfaire les la vie et au bout du cycle n'offre aucun
AINSIPARLAL'ONCLE, l'Acadmiedes dans la mmoire des gnrations besoins matriels au dtriment des dbouch. D'o insatisfaction, nervosit,
Sciences Humaines de Port-au-Prince montantes, le souvenir de nos grands besoins moraux et spirituels pourtant agressivit. Certains se rfugient alors
organisa une manifestation culturelle Hommes. prioritaires. Suite page16.
UNITE 30 Octobre 1976 7







ECHOS D'HAITI DECES DE GEORGES XAVIER OBITUAIRE
C'est avec infiniment de peines que Hubert Dauphin, 20ct.
nous avos appris la mort tragique
survenue i New York du jeune Georges M e A -R G
PRODUCTION DE LA SOIE M RT D U C 0 N F R E R E Xavier ag de 23 ans. Le dfunt, ancien Melle Andre-Rose Germain, 2 ct.
EN HAITI JEAN-BAPTISTE DOROTHEE lve du Brandeis High School, travaillait
comme attendant I un des garages de la Louis Emmanuel, 6 oct.
Dans le cadre de la coopration DE RADIO CITADELLE compagnie Kenney.
technique francaise et I'assistance du AVve Edmond Thrasybulle, 3 oct.
A ses pre et mre M. et Mme.
Fonds d'Aide, une importante runion Georges Xavier, aux familles Belmont, Anselme Manigat, 11 oct: N.Y.
vient d'avoir lieu Port-au-Prince entre Barthe, St. Lot, Marcel et Denizard et
un expert francais et des spcialistes du aux autres parents affects par ce deuil, G 8 t.
Dpartement de I'Agriculture et du Unit prsente ses sincres condolances.elon rard, oct.
Dveloppement Rural, aux fins de jeter
les bases d' une usine de sriculture en Thomas Clerie Jr., 12 oct.
Haiti. Comme on le sait, cette industrie
est tres dveloppe en Chine et au Japon. Vve Anelas Charles,
-Elle est actuellement en pleine expansion Ne Artise Derice, 18 oct.
en Afrique. Elle consiste produire de la
soie partir du cocon du ver--soie qui se Dr. Marcel Taylor, 19 oct.
nourrit des feuilles de mrier.
Elourdes Joseph, 19 oct.
UNITE qui s'intresse vivement au
dveloppement conomique et industriel Francois Devil, 19 oct.
-d'Haiti demande aux spcialistes haitiens
de bien rflchir sur les consquences, Edmond Janselme, 20 oct.
pour notre agriculture, sur le coton en
particulier, de I'introduction du ver--soie Lucien Rgnier, 18 oct.
sur une grande chelle dans le pays.

Vve Guy Constant
MATCH DE FOOTBALL ENTRE DECES DE Ne Monique Isaac, 18 oct.
HAITI ET CUBA II est regrettableet meme triste qu'au
lendemain des grandioses fetes clbrant AA RCE Al u u TI
Les journaux haitiens se sont fait le26me. anniversaire de Radio Citadelle ARCEL AUG U TIN
I'cho d'une nouvelle sensationnelle, celle qu I'un de ses plus efficients'animateurs A IR D
de deux grands matchs dans le cadre du et co-fondateur, Me. Jean-Baptiste A IR
championat mondial entre la Rpublique Doroth, soit brusquement frapp par la TI/
Populaire de Cuba et notre pays. Ces. Camargue. PETIO N-VILLEi
rencontres auront lieu au cours des mois
de novembre et dcembre de ctte annee e. Dorothe eut, au Cap _de Des funrailles officielles ont t
I'une a la Havane et l'autre grandiosos funrailles qui donnrent lieu accordes Monsieur Marcel Augustin,
Port-au-Prince. j des manifestiatioats de symphatie : ancien Assesseur de I'Edilit de
Port c ... I. l'endroit du regrettdfnt. Tutes les Port-au-Prince qui est. mot dans-
couches sociales y taient, la peuple des I'exercice deses fonctions de Maire dea la
THESE SUR LA REVOLUTION faubourgs et des sections rurales, commune de Ption-Ville.
CUBAINE directement touchs par I'action sociale
et humanitaire de Radio Citadelle tenait Lourde perte pour les parents et les
L'tudiant Osner Fvry, en vue de i'endre un ultime hommage a ce lutteur amis car Marcel Augustin fut un bel
I'obtention du grade de licenci I'Ecole et ce patriote dont la vie peut etre chantillon d'haitien, un de ces produits
des Hautes Etudes Internationales soutint offerte en exemple, en portant la main de la classe moyenne, "self made man"
une thse- remarquable sur la Rvolution le cercueil de Me. Jean-Baptiste qui grace a une vie de travail et de
cubaine et I'incluence des ides en Dorothe du parloir funbre I'glise, de discipline, s'tait vite taill une place
Amrique Latine, devant un jury I'glise aucimetire. enviable dans notre socit.
compos des Messieurs Narees Dupont
Day s des Messiors Narces Dupont Me. Luco Jasmin, Me. Ernest Pierre, Fonctionnaire modle, Marcel
ay et Grard Dorcy. les trs cultiv prfet du Cap, Me. Augustin avait aussi le culte de I'amiti.
Nos compliments I'tudiant Fvry Claude Vixamar surent trouver Longtemps encore on gardera le souvenir
pour son effort. d'heureuses expressions pour traduire les du patriote, du pre de famille modele,
regrets du Departement du Nord et du de I'ami loyal que fut Marcel Augustin.
**** Pays. A sa veuve, ses enfants, son
collgue et associ, notre confrre A sa veuve, ses enfants et tous les
Emmanuel Eugne, ses amis, la ville autres parents et allis affects par ce DECES
CONTRAT PETROLIER ENTRE du Cap, UNITE prsente I'expression de deuil, nos offrons I'expression de nos
HAITI ET LE VENEZUELA sa douloureuse sympathie. condolances mues. C'est avec infiniment de peine que
***** nous annoncons la mort survenue le
On signale Port-au-Prince la signature ***** mardi 19 octobre 10 heures du matin
entre le Gouvernement d'Haiti et une du regrett Docteur Jacques Nrette.
compagnie vnzuelienne dnomme LE PROFESSEUR EDEZE GOUSSE
HIDECA (Hidrocarburos y Derivados), LAg de 43 ans, le Dr. Jacques Nrette
d'un contrat en vertu duquel cette tait le fils des poux Dr. Flix Nrette
demire "entreprendra pour le compte de EST M O RT s'tait taill une enviable rputation dans
I'Etat Haitien des oprations de la communaut canadienne o il vivait. II
prospection, d'exploitation, de forage, faisait honneur au bon renom de son
d'extraction et de vente du ptrole, de ses pays d'origine, Haiti. II est mort sa
drivs et constituants." clinique prive Tracadie, dans le
Nous avons appris de Port-au-Prince enseignant. Jamais il ne marchanda son Nouveau Brunswick au Canada, alors que
Cela laisse supposer que les techniciens que le Professeur Edze Gousse, concours et ses conseils aux jeunes qui rien ne laissait prvoir une fin aussi
de I'HIDECA seraient la charge du orginaire de la ville deJacmel, avait les lui sollicitaient. soudaine. Ses funrailles seront chantes
gouvernement haitien alors que, toujours rendu son ime a Dieu. Port-au-Prince le lundi 25 octobre en
selon "Le Nouvelliste", "les En cette douloureuse circonstance, cours.
investissements de recherche, de forage et Plusieurs gnrations de la Capitale UNITE prsente sa veuve, ses enfants
d'infrastructure sont la charge de la du Sud-Ouest doivent leur formation Graud, et Richard Gousse, le Revd. Pre En cette douloureuse circonstance,
Compagnie vnzuelienne, sans intellectuelle a ce grand patriote qui, Victor Gousse, la Secrtaire d'Etat UNITE prsente d son pose ne Nicole
contrepartie haitienne." Toujours d'aprs ainsi que son frre Roger Gousse, faisait I'lnformation, Me. Pierre Gousse, Brassard, ses enfants, son pre et sa
le Nouvelliste, I'etat haitien aura duprofessoratunsocerdoce. Edline et Madeleine Gousse ainsi que mere, ses frres et soeurs, ses tantes et
seulement 60 o/o des profits nets avec la Me. Edeze Gousse, modle de tous les parents et amis atteints par ce tous les autres parents et amis que ce
facult de rengocier les termes du patience et de vrai savoir,puitsdelettres deuil, I'expression de ses sinceres deuil affecte, I'expression de ses
contrat aprs sept ans. et de science, ne se sentait vivre qu'en condoleances. condolances mues.
8 UNITE 30 Octobre 1976





M. Palmer ag de 44 ans devient ainsi
le sixime amricain de race noire a
reprsenter son pays a titre
d'Ambassadeur. Selon un officiel du Dpt.
NU V E LLES d'Etat, i y a depuis les six dernires
annes, plus de noirs a reprsenter les
I T EN ATI O USA qu'auparavent. Le seul qui ne soit
pas un diplomate de carrire Serait Davit
Britton, ambassadeur la Barbade et la
IN TGrenade. Les autres sont:
Terence A. Todman, Costa-Rica; W.
Berverly Carter, Libria; Rudolph
Selon les informations del'Agence Pour Elizabeth Taylor, age de 44 ans, Autriche, le TI uctloe 17 i que la Angrey, Gambia et Sngal; Charles A.
AFP du 11 octobre 1976,, I'Agence le mariage aura lieu avant la fin de grande vedette du cinma, Elizabeth James, Nigria; Jerome H. Holman,
officielle de la Rpublique Populaire de .l'anne. Le fianc, Monsieur Warner, se Taylor se mariera une septime fois et Sude.
Chine, "Chine Nouvelle" a annonc la mariera pour la deuxime fois. Les que ses fiancailles avec Monsieur John
veille que "le Comit Central du parti fiancailles ont eu lieu en prsence de la Warner, ancien secrtaire amricain la
sera dirig par le camarade Hua Kuo fille aine de monsieur Warner, Mary, Marine, ont t rendues publiques le 10
Feng". Le Prsident Hua est devenu de ce ainsi que des deux enfants de Madame octobre a Vienne, o une breve
fait le successeur du chairman Mao Tse Taylor, Michael Wilding et Liza Todd. crmonie eu lieu en cette circonstance. Le Marchal Kokassa, qui deviendra
Tung avec les titres de prsident du parti L'Aence AFP informe de Vienne Elizabeth Taylor tourne actuellement probablement bientot selon des rumeurs
communiste chinois et prsident de la V dans cette ville un film d'aprs le musical enregistres depuis quelques mois dans
Commission militaire du Comit Central "une petite musique de nuit". les divers centres internationaux,
du Parti. II tait presque totalement I'Empereur du Centre Afrique et dont la
inconnu, il y a moins de deux ans. Chou dernire fille lgitime porte le titre de
en Lai, dont il tait le protg, I'avait princesse de Berengo, a fait sa profession
projet I'avant de la scne nationale. II de foi dans la matine la mosque de
occupait depuis 1975 les fonctions de Banqui.
Ministre de la Scurit Publique qui ont
fait de lui I'homme fort de la Chine La Radio de Tripoli capte
continentale. Ag de 54 ans, il est massif N'Djamena a annonc que le Marchal a
et de haute taille, environ Im 80. pris le nom arabe et musulman de
"Ahmed" et que plusieurs personalits
centrafricaines se sont converties avec lui.
Le Marchal Bokassa professait
auparavant la religion catholique.



Selon des informations de I'Agence
AP, e 21 octobre 1976, les forces de
scurite de I'Argentine ont tu une
femme amricaine suspecte dappartenir
Sau mouvement des guerilleros gauchistes
Cordoba, le 20 octobre.

Elizabeth Tayloret John Warner. L'Ambassade amricaine Buenos
Aires a confirm la mort de Chris Ana
Olson de Oliva, de.Berkeley, Californie,
Hua Kuo Feng. 3.- Selon des informations de Londres Selon des informations venant du age de 30 ans, fille d'un vice-prsident
L'ternelle casquete qui se pose sur le au coursde la journe du 12 octobre, le Caire, Egypte, le 19 octobre 1976, les de Kaiser Industries.
haut de son crane faisait dre un Primier Ministre Hua-Kuo-Feng, dsign chefs d'Etat d'Egypte et de Syrie, les
diplomate tranger qu'il donnait comme le successeur du Chairman du Prsidents El Sadate et Hafez El Assad, Un communiqu de I'arme a dclar
I'impression d'un vque au regard Parti communiste chinois dicd, Mao brouills depuis la conclusion du second que Madame de Oliva a t tue mardi, a
percant, assur, voire mime dominateur. Tse Tung, a fait arreter la Veuve de Mao, aceord du Sinai en septembre 11975, se Cordoba aprs avoir lanc une grenade
Mao le dsigna pour participer adame hiang Ching, age de 62 ans. sont reconcilis hier Ryad. sur les forces de scurit qui cernaient
I'enqute sur le "complot rvisionniste une maison connue comme base
foment par le ministre de la Dfense Lin A L'issue d'une runion de troisheures d'activits suspects. La police ouvrit le
Piao. D'aprs des sources autorises, ii entre ces deuxcompagnonsd'armes de la feu sur la femme qui mourut
aurait t dsign par le Chairman Maoi guerre d'octobre 1975, ils ont convenu instantanment. -
Tse Tung pour lui succder la tte de la de reprendre dans les cinq jours I'change
Chine, des le dbut de 1976. de leur reprsentation diplomatique Le pEre de Madame de Oliva,
rompue en juin dernier, au lendemain de Monsieur Carl Olson, a vcu et a travaill
I'entre des troupes syriennes au Liban. en Argentine au cours des annes 1950,
Tel est I'homme qui tient a I'heure quand la compagnie Kaiser avait une
actuelle les destinques de la Chine Mme Mao. On apprend aussi, d'autre part, que la usine d'automobiles Cordoba, l'une des
du Parti Communiste chinos eut a Le correspondant Pekin du Syrie a accept un projet d'accord sur plus grandes villes de l'Argentine et la
annoncer le samedi 9 octobre que la quotidien britannique Dayly Telegraph, deux plans de paix presents, I'un par le deuxime aprs Buenos Aires.
dpouille du Prsiden Mao Tse Tung Monsieur Nigel Wade, affirme dans ce Prsiden Sadate e 'autre par le
reposerait dans un sarcphage de cristal journal que Monsieur Hua serait dcid Prsident de la Rpublique Libanaise, Madame de Oliva avait vcu en
lreosera d'u ans un que es rcophag eures de scristaliger sur les modrs du Pari e Monsieur Elias Sarkis, pour mettre a fin Argentine durant plusieur annes et tait
compltes du "Grand Timonnier de la aurait entrepris de procder une purge lguere c qu a fai cinqunte le spare de son mar argentin.
Chine Nouvelle" seraient publies pour des radicaux au sein du bureau politique. morts au Liban dans I'espace de18 mois.
I'dification des gnrations prsentes et Mme. Chiang Ching aurait t arrite Le project d'accord a t mis au point
a venir. sous I'accusation de tenter un coup par un omit de rdaction form du Agence UP informe du Caire, le
d'Etat. Le journal de Londres souligne par un comit de rdaction form du L'Agence UPI informe du Caire, le
que la Veuve de Mao et, les compagnons Prsident Sarkis du Liban, de Monsieur 21 octobre, qu'un tribunal militaire a
arrlts avec elle, Mme Chang Yasser Arafat, chef de I'Organisation de condamn. la peine de mort deux
Selon I'Agence AFP informant de Chum-Chiao age de 63 ans, Wang Hung la libration de la Palestine et des egyptiens, le 20 octobre, pour avoir fait
N'Djamena, Rpublique Centrafricaine le Wen, 40 ans et Yao Wen-Yuan 46 ans, Ministres des affaires trangres d'Arabie sauter un train dans lequel prirent sept
19 octobre, le Marchal Jean Bedel taient considrs comme disposant de Soudite, d'Egypte, du Kouwaite et de personnes le 14 dcembre 1976. Les
Bokassa, Prsident Vie de la peu d'appui au sein de I'arme et qu'on Syrie. condamns en question, Saad Salem Al
Rpublique Centrafricaine et Prsident ignore o et qnand la tentative de coup Sawi et Jebril Said, d'aprs ce qu'on dit,
du Conseil de la Rvolution d'Etat aurait eu lieu. Le journal conclut 'rnt t pousses par les autorits de
Centrafricaine se serait converti I'lslam que le coup d'Etat pourrait tre, en fait, la Lybie. En attendant, le destin de ces
hier Bangui I'occasion de la visite une forme de trahison, telle que la C'est sur le noir Ronald D. Palmer que deux hommes est la merci du Prsident
officielle du Colonel Kadhafi en manipulation ou la fabrication de le Pdt Fort vient de porter son choix Anwar El Sadate a qui il appartient de
Rpublique Centrafricaine depuis le dclarations de Mao dans les derniers pour reprsenter le Dpt. d'Etat dans la confirmer les sentences de mort
dimanche 17 octobre. mois de sa vie. Capitale du Togo. prononces par les tribunaux egyptiens.
UNITE 30 Octobre 1976 9








LITTERATURE HAITIENNE
SHier et Aujourd'hui,
LES FORTUNES DE CHEZ NOUS .
Londres et .Paris, avait dix redingotes, huit Je ne puis rien, rien aujourd'hui...
LA FAMILLE jaquettes et six vestons d'toffes diverses, mais 11 parait que vous avez des'craintes, mais
DES suprieures; de fastueux gilets; il avait la j'ai de srieuses garanties...
P TIT -CAILLE plus riche collection de cravates dernier cri; le Je ne dis pas le contraire,. mais... quelles
cabinet ol. taient dposs ses souliers avait sont ces garanties ?
Suite de notre numro 5, du 15 octobre 1976 l'aspect d'un petit muse de chaussures; ils J'ai une maison qui vaut .plus de 3.000
taient de toutes formes, de toutes couleurs, et dollars; j'ai ma voiture, j'ai deux chevaux de
Lucine rsiste. Cabatoute s'emporte. Pour la de toutespeaux, caiman y compris... Quant ases prix, j'ai mon mobilier qui est tout neuf...
premire fois elle ose dire : Jamais! jamais! chemises tt ses faux cols, le nombre en tait Vous n'avez que ca; mais un bailleur
II le faut pourtant! rplique son miari. I1 incalculable. srieux ne peut donner sui cga que 800 1.000
.le faut; j'ai pris dj de I'argent sur cette Un des premiers, il avait fait venir ure dollars... et encore.
maison, et, du rest, j'ai formellement engag coquette victoria (marque Binder); son curie Pour Dieu! Monsieur Scanathol, donnez-
ma parole d'honneur... tait une curiosit : outre un superbe tircur moi 2.000 piastres, et je promets de rgler
Bichi! Lucine rsiste : Jamais! jamais! anglais, il possdait trois montures de robes dif- avec vous dans un nois.
Cabatoute, furieux, lui lcha un coup de frentesqu'ilavaitpays un millier de gourdes. tait 8 heures du matin. L'usurier lui
pied au bas-ventre.
Cette brutalit inqualifiable cansa un mal- Toutes ces somptuosits taient peu de chose dit de revenir 2 heures, avec ses titres en
heur irrparable : Lucine fi ses yeux, mais dans son imprvoyance il rgle.
heun irrparable :Lucine fit un accouchement jamais pens faire travailler A 2 heures l'affaire fut conclue devant no-
prmatur. 31algr 'habilete du docteur Mettay n'avait jamais pens & faire travailler son A 2 heures affare fut conclue devant n-
Fair qui, pour essayer de la saureravait argent. Aussi ses fonds baissaient, baissaient taire.
Fair qui, pour essayer de la saurer, avasts chaquejour... Eienne respira. 11 s'tait libr envers ses
recouru l'emploi du forceps, #lle trpassa .
dans une crise clamptique... -Un matin, il re:ut la visite d'un reprsentant cranciers d'outre-mer.
dans une crise fclam ltique... de plusieurs maisons trangbres avec lesquelles Mais, comme une sorte d'pe de Damocles,
Peu aps les funerailles, au o t ttait en relations avait lusieurs comtes avait, suspendues sur sa tte et sur sesbiens,
notre justice devrait prendre au collet et tral- p 11 vit lir mp
Ss l en souffrance... Poliment l'homme d'affaires les griffes implacables de 'usurier Scanathol
ner sur la sellette ducrime Cabatoute ven- lui apprit qu'il avait mandat de le poursuive, Monniche!
dit subrepticement les meubles, l'argenterie, lui api qu'il avait mandat de le poursuiret un
le linge et les bijoux de la dfunte ; i fit de au cas oi ses notes ne seraient pas liquides Un matin, vers les 10 heures-il y eut un cer-
rares apparitions au Bord-de-er, puis dispa- dans un dlai de troisjours... tain moi dans le quartier de Turgeau. Qu'y
rut. D'aucuppins dsnt quBod-dil s'upe diups Etinne Pitite-Caille qui ne s'attendait point -avait-il? On s'abordait en se posant cette ques-
de bois D la GonAve: pour d'autres il fait un cette surprise, crut qi'il pouvait se librer; tion. Renseignements pris, c'tait les Repr-
commerce de peaux et de bestiaux surles fron- mais quel ne fut pas son tonnement quand, sentants de la justice qui taient venus pro-
tires. apres ayoir cr'nsult sa caisse, il constata qu'il cder, sans tambour ni- trompette, au dguer-
11 aura unemauvaisfin ce and!... n'avait mme pas le tiers des valeurs rclames. pissement du sieur Etienne Pitce-Caille.
Et iiene Pi ite-Caille?... Assurment,tu l courut en t hAte chez Gustave, chez n mois auparavant sonimobilier, savoiture
dois: tre anxieux d'avoir de ses nouvelles?' Grandtmjo-, ?chezYktwat, sescompagnons t 5se cheva- u avaient- tvend-us A la -crie
de dbauches, q ai mieoa publique..-.
Eh bien! mon ami, tandis que ces malheurs de dauchs qui i avait en mains oca pubique.
sabattaient sur sa famille, tandis que Caba- sions prt des sommes assez rondes. Ces Mes- Le malheureux jeune-homme, cette fois,
loute battait sa mere, rossaitsa soeur, la ruinait sicurs ouvrirentde grands yeux; ils semblaient voulut rsister, mis sans trop le brutaliser, on
et finalement la tuait, ce gentleman tait a ses mee lui dire dans leur bahissement : Ah le poussa hors de son dernier refuge...,
aventures galantes, aux ris et aux jeux. II s a! est-ce que tu te fiches de nous? Cette expulsion judiciaire fit d'autant plus
papillonnait dans les parterres de Turgeau et Cependant le terme du dlai arrivait. de bruit que l'on tait en plein carnaval.
flirtait dans les salons chics de la ville.- Etienne essaya d'obtenir un sursis. Sa d- Aussi ceux qui lui en voulaient cause de ses
Bien des boutons se sont panouis sous la veine tant nmalheireusement corde, il se faC.ons prtentieuses et arrogantes profitrent-
chaleurdeses baisers! Bien des ceurs saignent heurta un retfu. -'itgorique. II ne sut alors ils de ces jours de passer rage pour se
ncore au cruel souvenir de son infdelit! o doniierde la tte... payer un peu sa tete. Les uns se travestirent en
ourtant, notre Etienne tait bte comme Inform que le reprsentant de ses cran- lui empruntant avec succs ses traits
chou. avait peine une instruction priaire. ciers allait remettre ses comptes A M Say Fou- et sa dmarche; les autres se promenrrent en
Pendant les quinze annes qu'il avait passies quey, il eut une frousse qui le mit dans une- ville, une boite sous le bras, braillant :
en France, iln'avaitappris cestlui qui en fait grande excitation nerveuse. M. Fouquey qu'il Deux centimes pour -oir le parisien sans
l'aveu qu lart... photographique. Comme avait maintes fois vu l'ceuvre, et qui, tout sul liienne Pitite-Caille
il avait une assez bonne mmoire, il s'tait rcemment, venait de faire crouer pour dettes Nos sambas anonymes, invisibles comme
amusv pendant ses courses travers Paris, M. Vidanleaud, sa femme et ses fils, M. Fou- le musicien de nos forts, se mirent eux
llctionner des bouts de prass comme guy tait pour lui comme un terrible pou- aussi de la partie en donnant libre cours leur
collctionner des bouts de phrases comme
celles-ci : vantail. verve railleuse. lls composerent d'allgres et
C'est patant! Cela m'est absolument II se voyait dj escort d'huissiers et de malignes chansons dont les paroles et les airs
quilatral ou quidistant. P'ris (lisez Paris). recors: il se voyait dj en prison. se rpandirent rapidement dans tous les coins
P'ris c'est le pays des di-eux, etc. Ayant -frapp vainement aux bourses des et racoins de la ville pour former bientt le
Quant l'argot des faubourgs, il s'en servait amis et d'anciens obligs, il tait sur le point rpertoire de nos Douze et demi et de nos Tin-
a tout propos et hors de tout propos... de se rsigner bravement a son sort quand dingues faubouriennes. Celle qui eut le plus
peut-on dire que c'est une inspiration divine? de vogue fut, sans conteste, Frt' tienne.
Le secret de ses succs mondains rsidait quand il pensa I'usurier Scanathol Mon- coute, et tache de retenir ces jolis couplets
dans ceci : il avait de la galette, il tait un niche, qui sauve souvent les naufrags de la pleins de bons sens:
jeune homme de famille, et puis quant banda, fortunepour aprs les replonger dans l'abime...
il l'tait, it I'tait de la tte aux pieds. ll fal- Sans plus dlibrer, il vola chez cet usurier. I II
lait le voir dans ses beaux jours. II avait une Sauvez-moi! sauvez-moi! lui dit-il. 11 me Riche, vini pauvre, P'til vie durable,
dmarche fire et bobussienne; il avait toujours faut a l'instant 10.000 francs. Pauvre, vini riche: Grand vie gnou jour:
une fleur a la boutonnire. Rarement, il saluait, Scanathol Monniche, trs froid : a ou pitt? Ca o pit6t ?
rarement, il rpondait aux saluts... C'es malheureux, je n'ai pas de fonds Fr Etienne ca ou dit? Fr Etienne ca ou dit?
Si ma mmoire ne me fait pas dfaut, c'est disponibles... Je ne pourrai faire affaire que III IV
ce parisienqui, le premier, a port ici les pan-- dans quelques jours.
talons dits su1s... Pauvre, creur content, L'argent travail,
Au dire d un garon qu'il avait son ser- Ce sera trp tard. Vyez je vus e r, Riche, cur malade: L'argent sans suer
Sire d v- je vous en supplie, ce que vous pourrez faire Ca ou pitl? ea on pisdt?
vice, et qui l'a r6pet devant moi, ce a o it a ou pit?
e qi la r n mi, c pour moi... Je suis la veille d'entrer en pri-
Monsieur qui se faisait habiller a la fois o o... i Suite page 11.
10 UNITE 30 Octobre 1976





A-MISS NILLI
CARTER IN HARLEM MISS NIRGE
,_....__ _.....__ DELANEY- BARGE











Jimmy Carter a fait choix de notre
congnre Willi Delaney-Barge age de 29
ans pour diriger son bureau politique
Atlanta Gie. A la tte d'un staff compos
de 700 personnes, Willi s'occupe
galement de la publicit de Carter.




AVIS

LA UNICO PUBLISHING
-COMPANY
AVISE LES ECRIVAINS
C'est sous vent froid annoncant justice et d'galit, de travail et de libert en janvier a resoudre vos problmes..." ET PUBLICISTES HAITIENS
I'apprlche de I'hiver, que Jimmy Carter, et ces faces d'bne qui ne se consolent QU'ELLE SE TIENT A
candidat dmocrate aux prochaines jusqu'a prsent de la disparation d'un Aprs s'tre adress dans la langue de LEUR DISPOSITION
lections de novembre, s'adressait le Roosevelt, d'un Malcom X, qui sesont Cervantes aux hispano-amricain POURTOUSTRAVAUX
mardi 19 octobre une foule evalue a depenses sans compter pour leur confrer prsents, Jimmy Carter descendit de D'IMPRESSIONS.
4000 personnes, masse devant le des droits de citoyens... 'estrade pour rpondre aux voeux de POURTOUS
peristyle du State Office Building la ceux-lI qui voulaient lui presser la main. RESEIGNEMENTS
125eme rue. Les rsidents du Black "Si seulement un nombre insignifiant Puis, il repartit affronter d'autres foules S'ADRESSER AU JOURNAL
Ghetto connus pour leur intrangisance avait vot pour John Kennedy, dclara dans sa longue marche vers Washington. iNITE
firent E Jimmy Carter un acceuil Carter, Nous n'aurions pas eu la Moi sur
gnralement rserv aux hros de leur les droits civils... J'ai besoin de vous, Jimmy Carter connu .a Harlem un
coeur. Ce fut un dialogue sincre entre le nous sommes des partenaires... Vous vritable apothose. .
leader venu. du sud qui leur parlait dei m'aidez le 2 novembre, et je vous aiderai

Suite de lapage O. LA FAMILLE DES PITITECAILLE
Fr Etienne ca ou dit? FrEtie i e va. ou dit? Malgr ces chutes et rechutes, ce jeune le visage sombre et renfrogn. De sourdes
homme eut la chance de rencontrer sur sa voie temptes soufflent toujours dans son esprit et
En ce temps-l, -je te le dis en passant, car douloureuse, tantt un ami de son pre, tant6t dans-son ventre...
c'est bon noter, en ce temhps-l, la Muse un de ses anciens copains, tantt un inconnu Ses souliers sont culs; sa redingote est
populaire tait plus vaillante, plus gaie, plus aun'hro que petit nancy ; on ne eut savoir
vive, plus spirituelle, plus libre dans ses allures a F ame charitable pour lu glisser quelques ,car, comme
de gaillarde cancanire A la poitrine d- gourdes dans la main ou pour lui donner de militaires, i est bien collet et a toujurs un
braille... vnements politiques ou mondains, salutaires conseils. mouchoir rouge autour du cou.
scandales domestiques ou administratifs, tout Je connais quelqu'un, je puis. sans indiscr- I pred matin son-asinthe ou son
l'intressait. Ellc tait indiscrte; elle iiettait tion, te citer son nom, c'est mon ami Absalon II prend chaque matin s son absinthe ou son
l'oreille aux coutes; clle collait l'eil aux 1Bogodeau. 11 lui oflrit plusieurs fois de le faire avec ds parten aires qu'i nisse t jmais accepts
serrures: elle se cachait derrire le mur. Elle entrercomme commisdansunmagasinduBord- aure os nes ne m e
et 11de- Aper an comre employ dans un a linistere. 1
de e e emo dsautrefois comme palefreniers. Enfin, notre banda
oulait tout savoir; elle savait tout. Elle pous- nestrienmoinsaujourdhuiqu'une... te-serein.
i1 avait pu mme trouver pour lui un emploi esimnamiul'huiqtoi e.((ri te-etetnt
sait sa manie de ne rien c!er, jusqu' traduire dote 0 gourd ns une imain d quami, l 'histoire a triste et dolente
en notre vigoureux patois des choses qu'on ne aon e des Pitite-Caion lle. e r
dit dcemment qu'enatin la place avec promesse d'augmentation de
dit dcemment qu'en-latin. 11 ne manque cette histoire pour tre &
Si souvent elle railla les travers des petits, salaires. Ctait la etit renseigneen que je te
souvent aussi elle dcocha des traits aux Quand il vint lui faire part de cette bonne t e e
en ie lle io desvelle, svezvs qe c aron eut le c prie de garder pour toi seul, car, comme dit
Grands. Elle ne craignit point de leur faire velle, avz-ous que ce on u e cou- Boutengre, je ne veux me trouver dans aucune
la lecon : elle les jugea, jaugea, classa et ra de refuser e qu'il ne truva que cette malicit. Approche-toi un peu plus; je ne
dclassa Mais elle mit tant de bonne humeur sottise pour justifier son refus de :
da nssesrrvrelce isdonneiesuee Un homnme commie moi ne peut pas tra- veux pas tre entendu des voisins..
dans ses irrvrenieuse polissonneries, que ses vailler sous les ordres! M V" -Vellda Elizer Pitite-Caille, qui,
plus hautes victimes, pour ne poit parsatre vec ses cartes, faisait et dfaisait les mariages,
ridicules, se composrent vite le visage et las- .lais ce ainant, dou d'un vicieu ajuta V Elizer Pitite-Caille est devenue,
en nmanire de rectification:
serent errer sur leurs lvres un sourire vague. malgr son .ge, une des cinquante mattresses
et contraint... idu gnral Pheuil Lamboy...
Ah! ce temps-l, c'tait l'age d'arfgent de en Douane. La au moins on peut tre sous les
la Chansoii. Pgase avait toujours de l'herbe ordres!!!...
fraiche, et nos sambas, sans nullement s'in- Cette rponse, comme bien vous pensez, A lagrand'moune cannaille, dit le peuple.
quiter de la Question-patate, pouvaient a loi- mcontenta Bogodeau. Non seulement elle lui Elle de rpondre en se rengorgeant :
sir s'amuser et nous amuser en chansonnant fil voir qu'Etienne n'tait pas digne de sa M'ta cout ou! .Je refais ma jeunesse ..
les Forts et les Faibles, sans oublier notre sollicitude, mais encare elle lui parut comme Tirons l'chelle... C'est tout.
tienne'Pitite-Caille qui, des hauteurs aristo- une des manifestations les plus caractristiques Sur ce, je pris cong, de Golimin en lui de-
cratiques de Turgeau, avait dgringol Calin- du pluminloulisme haitien... mandant ce que, du reste; il m'a forinelle-
Centime, de Calin-Centime au D'leau-Caraco, Depuis, Etienne Pitite-Caille est la merci ment promis de me conter encore des
pour rouler ensuite la rue Chemisette (quar- des vents et des flots It est un bel chantillon histoires aussi instructives que celle de la
tier des Pisquettes). de misre physiologique. II a les veux creux, famille des Pitite-Caille.
UNITE 30 Octobre 1976 11








ENGLISH SECTION


Guest EditOrial THE HATIANS.
THE HAITIANS.
A NEW HYMN
A NEW HYMN PROFILE OF A COMMUNITY

REFLEXIONS ON OCTOBER 17th PRO
Two years after the Gonaives remember that while Dessalines himself by Louis A. BRUN
Proclamation, (*)the man who has been had been assasinated, and odious crime We continue our publication of cxcerpts from the book-"THE HAITIANS -
called "The Liberator" was murdered by indeed, his political testament had not Profile of a Community" by our editor, Louis A. Brun, which we began with our
assasins bullets. We seem to forget that been betrayed. In the North, Christophe issue of.luly 31 st, 1976.
in the plotters camp there were blacks kept the Emperor's flag, honored and
and on the Emperor's side bathing in his cared for the Emperor's widow and took TH CIT
blood was a mulatto who also had been steps towards the moral as well as the THE COM M UNITY
killed by the murderers. Futhermore, we material improvement of the condition
seem to forget that many other of the masses; he built the Citadelle Although Iaitians are found in significant number in Chicago, Boston,
mulattoes, after de assasination, were (***) for the defense of their freedom Washington and Miami, about 90 o/o live in the five boroughs of New York City
persecuted because of their allegiance to and compelled the civilized nations of in approximately the following proportions:
the Emperor, thus causing a long lasting the world to have respect for the people
division of the Haitian society. of Haiti. In the West and the South Brooklyn 50o/o or approx. 100,000 people
President Ption, proved to be no less a Queens 25o/o or approx. 50,000 people
As time goes by and with many follower of the Dessalinian Dream by his Manhattan 20o/oor approx. 40,000 people
examples dawn from the History of the attitude towards the masses. He Bronx and Staten Is. 5o/o orapprox. ]0,00pcople
Universe, we realize that the regrettable accomplished the land reform and The larger number of Haitians in Brooklyn also reflccts the degree of
Pont-Rouge (**) incident was a mere distributed parcels of land to the community involvement exhibited. Within Brooklyn Haitians are industrious.
political phenomenon not different from peasants and went as far as taking the They reside mainly in the East New York, Crown Heights, Bedford Stuyvesant,
other historical events which have taken risk of putting the country's sovereignty Brownsville and East Flatbush sections. Here, they participate in many civic and
place since there always were people on on the line to fulfill the wishes of political activities including the election of Haitian-Americans to the State
this earth who ambitioned to exercise Dessalines: the abolishment of slavery in Assembly (*) local school boards, community corporation boards and local
personal power. America. povertyprogram boards in which they are members.
Without having tO go back to ancient In the business sector, Haitians engage in many snall enterprises. They
Greece or Rome, we can still remember At this point, we wonder if we should operate insurance and real estate brokerage offices, barber shops, bakeries,
1789, in Fnce, ad te nIist of nt restaurants, printing shops, gas stations, garages, taxi services and business
1789, in France, and the long list of not examine our conciences. We, the servingthe cornmunitv.
illustrious persons who had emerged generations of yesterday and today,
front the memorable night of July who must determine if we are not, ourselves, Haitians also have an active cultural life-in Brooklyn. Thcre are regular
were urging the world to adopt a the real murderers of Dessalines. Indeed, theatrical performances of plays written land acted by Haitians. Sveral musical
newgospel in which the magic words of: we are his murderers when.wetear one groups entertain at parties with tunes reminiscent of Haiti. In addition,
Liberty, Equality and Fraternity were another apart, whether in Haiti or publications such as "Haiti Observateur", "Le Patriote", and 'Sel" are based in
always present. elsewhere, at the enjoyment of the Brooklyn.
foreigners who are meanwhile taking
Even thesegloriousdaysof78 oreigners who a r meanwleth taius Most of the Haitian churches representing the different Christian
Even in these glorious days of 1789, over, our land and, our wealth-athus Vaa
we had seen the guillotine fall on many putting the future of the country in denomnatons are located in Brooklyn. Voodoo "hougans and "bocors" are
heads, the powerful of the moment jeopardy on the eve of the year 2000,
sending his brothers of yesterday to the shortly before we celebrate the 200th -Many of the self-styled leaders of our community reside in Brooklyn. Some
execution._The Russian Revolution of- anniversary of our independence. The are truly dedicated individuals trying to improve the community's condition.
1917 reminds us of the Trotsky's and time has come to invite all responsible There are also persons who, in Haiti, always lived off the government payroll in
Staline's experiences with their Haitians seathered around the world to, one way or another and now, not being able to do what they used t do in Haiti,
periodical purges. Much closer to us, in in a common accord througha great are restless and become agitators and troible -makers manipulating the lower
China, while the remains of the Great "combite", share our experiences, our instincts of the population. They use the same old rethorical and deinagogic
Chairman Mao were still warm, his technical knowledge, all -our human tactics which are largely responsible for Haiti s past and present social and
widow and a few close associates were ressources, to realize the Haitian Miracle economic woes. Refusing to work under any kind of leadership and rejecting all
incarcerated for reason of State by which the country, in less than ten sensible discipline, thse few, ut vocal people work countcr to the best interests
incarcerated for reason of State by which the country, in less than ten of the aitian community.
Securty. In the Haitian experience, years, will attain the stature envisioned
the fair minded observer will however for her by our glorious founders. In Queens, Haitians are scattered throughout Elnhurst,. East Elmhurst,
Jackson Heights, Corona, Rego Park, Forest Hilis, Queens Village, Cambria
Heights, Laurelton and South Ozone Park. This conmmunity has the largest
number of people from the formrcr "'lite" and middle class -of Haiti. Many are
employed in white-color business establishmeits schli as banks, insurance and
stock brokerage companies and other commercial or industrial enterprises. Somc
THE RACINE CO LLECTION O F ART are sucessftl professionals or technicians.
Recently, residcnts of Brooklyn. whose financial status has improved, began
moving into Queens. They are buying homes in former all white neighborhoods
which were hit by the professional block-busters tatics and forced the residents
to move elsewhere in fear of being invaded by- a black po,pulation. These
TheRacine colletin of Haitian art neighborhoods are now bcing taken over by black West Indians and Haitians who
The Rine collection of Haitian art The show opened on the 4th of July sem to co-exist very wcll as neighbors. If this trend continues as it is expected
recently cooperated with the and was-intended to close in August. the borough of Queens will soon have the largest concentration of people of
International Society for Applied Studies However, there was so much favorable Haitian extraction in Anerica.
in Transcultural Adaptation in presenting response to it, theRacinesagreed to allow
an outstanding exhibit of haitian art at their paintings to remain until September There is some sort of a split between the Haitian residents of Queens,
the social gallery of the American 25th. Even then, regret was expressed at generally better educated and financially more secure, and those of Brooklyn.
Institute of Architects Headquarters having the show removed. Typical of the This separation parallels the socio-economic patterns of Haiti between those
Building in Washington, D.C. response to the show was the observation living in the better and poorer sections of town or city. In Port-au-Prince, for
of a person working within view of the example the residents of the fashionable and affluent Bois-Verna section located
The show, a contribution of gallery, who claimed that as each painting in the upper part of the city, consider themselves a step ahead of those who live
I.S.A.S.T.A. to the bicentennial festivities came down, the day seemed to get a little in te t so affluent e des Casees and Rue Montalais sectons, cated
-in the nation's capital, was designed by darker! he owerar of the city.
cultural anthropologist, Jean Stephens, to The Haitian population in Queens is less concentrated and half the size of its
illustrate various aspects of Haitian life. Brooklyn counterpart. The Haitian businesses and activities found in Brooklyn
Because of the extensiveness of the racine are not as prevalant in Queens. Small businesses such as restaurants, barbershops
collection and additional loans by the and foods stores found in Brooklyn are not as popular in Queens.
Paret Gallery and private collectors, Dr. Part of the exhibit can be seen now at
and Mrs. Toussaint Celestin, more than the Racine's new show room located at To be continued...
50 Haitian artists were represented in the Spring Gallery, 4614 East West Hwy.,
exhibit. Bethesda, Md.
12' UNITE 30 Octobre 1976








ENGLISH SECTION


COMMENTS ON A NEW STYLE THE HAITIAN UNITY COUNCIL

OF INDENTURED SERVANTS NEW CENTER IN BROOKLYN

by Gerard Astree
JEF.
On Sunday October 10th, a Cinq Ans Apres". The American poet,
sensational event occured at 365 Eastern Ron Lasana King, recited some of his
Con tinuation of an article by our correspondant Parkway in Brooklyn. This event which poetry and artist Abike J. Otayo,
took place during the American worshop director at BACCA, was
Gerard Astree, which began in our Bicentenial Year is, for us Haitians, very introduced to the audience by Mr. Brun.
Ssignificant and very important. She expressed a feeling of unity and
issue of September 15, 1976. oneness with the Haitian cultural
The hours spent were, without celebration and promises to ork in
.:. Continued from ourissue of October 15, 1976. exageration, in the annals of solidarity ith them Mr. Theodore
Haitian-American relations a rare and Gunn, director of the Bedford
Meanwhile, in some of these host deveiopment at the same time in order to extremely pleasant cultural evening. At Stuyvesant Restoration's Art & Culture
countries, governments have o take such be able to deal with digniy with other last, brotherhood found its true place in Center, congratulated Mr. Brun for his
countries, governments have to tale such be able to deal with dignity witi otier an ethnic setting. tireless efforts and prorised to work<
drastic decisions as to nationalize the nations and to adjust to the changing an ethnic sett tireless efforts and promse to work
foreign companies established in their situations and the new needs (20). It will
lands. Such decisions provoke a certain be safer ifor such ventures to be
malaise in foreign policies and polarize considered frorm a new vantage point, in
the relationships betiween countries. (i.8. order to prevent tihese above mentioned ., ,
problems. Such investors should aim at a
To prevent suah probiems and defend two pronged oal: a) Making a normal
ear investors, can America affor and decent proit, b) contributina to the
station a float in front of each of these develooment of the buying power of
so-calied developing countries? (19). Can these poor people through meaningful
the "big stick" policy -so popuiar under programs. vieille date
Sthe late M lonroe era find its applicabilitv Wiatever strange this second goal may This smal coer of Eastern Parkay
any more? Indeed, at thattime, it was so appear to be for any money making was a way a Strasbrg as fr
easy to militarily occupv Cuba, Santo corporation, it is one of the best Fwas in a way whaft Strasbourg was forthe sth
Domingo, Haiti, etc... Nowadays, to conditions for its survival or its pacific ce re the r es ote
control the whole Latin American coexistence with the host country. century. Tere were present poets,
continent from the Carribean islands to witers, musicians, litterateurs, doctors,
the extreme southern end, the whole Summing up, without interferring engineers, painters, sculptors and many
American population of able bodied with their profits, such results can be other professionals.
would be insufficient. ecnisioned and worked througli with thes eneicin
cooperation between a well intentioned After thee beligious benedictions
of a aadministered byi the R ey. Mathieus :GnnBilee;arted haitenne q, archant
Hopefully, without having recourse to power structure, and a socio-political admintered by the Rev. Mthieu Mme Beia e htiene qu chant
any excessive or expensive solution, the system led by competent and well trained Bermingham and t Re. Rolln l'occaion d inauguation du a
multinational corporation involved in advisors. Darbouze, Mr. Louis A. Brun, president hand in hand in cooperation with the
these host countries of our Third W erld of the Council, outlined for the audience Haitians. effort to strengthten their
can still play a better role, if tthe are Such recommendations are not purely what has been accomplished by the cultural stand in the American
inclined to develop a bet ter idealistic. Instead, they are well grounded organization and what remains to be. community. As a token of gratitude for
understanding of their own vested to the interest of these investors. For, in done. The big surpris of the evening was their repeated efforts and strong
interests in these regions. Such interests contributing to the improvement of social a Certificate of Merit given to Mrs. Rose determination in implanting themselves
can no longer be limited to the only goal and economic conditions in these host Lherisson Michel, "Mere de la Jeunesse in tht Black Cultural Association, Mir.
of making profit as at the time of the countries, there will be an increase in the Haitienne", in gratitude for her tireless Gunn donated a dozen books on Art and
"laissez-faire" economy. buying power of these poor people and a devotion to the guidance of the youth, Poetry.
decrease in poverty and the need to the cause of education and love for the
A better understanding of these emigrate. For the host countries, thiswill Mother-and.. The atmosphere was relaxed and
interests dictates to the system to change mean an increase in the tax payer family-like. New friendships were made.
its attitude toward these under-developed population and less welfare money As the party continued, singer Mme. There were small discussion groups,
nations and to adjust to the changing spending, if any. It will ensue a better Viviane Bellevue, a student of Madame exchanges of ideas and a real climate of
situations and the new needs. cooperation between capital and Jeanne de Villandry, sang in French "Les detente. Haitina artists contributed to
worksmanship, a better understanding Neiges d'Antan", "Les Feuilles Mortes" the success of the evening's brilliance.
As for any part of our world -wheter between these corporations and the and also recited a poem: "Kosma et People never stopped admiring the
totalitarian, democratic or else there is a disadvantaged people. Even an increase in I'Enfant de la Chaumiere". Madame de beautiful canvases and sculptures of such
real need for investments. These the volume of exchange between Villandry, undisputed master of the artists as Spencer Depas, Luckner
so-designated poor countries with rich countries based on mutual respect can be spoken word, painted the true love of Lazard, Raphael Denis, Abraham Licius
natural resources need investments an:d forsen. To be continued... Lise and Firmin in a Beautiful delivery and Jef (Fritz E. Joseph).
of Jean Rameau's: "La Promesse no
Near the evening's conclusion,
everyone joined in singing "Haiti Cherie"
in a marriage of voices. Viviane Bellevue
and Andre E. Letellier continued in duet
at the suggestion of Mr. Fortin.
... Everyone left pleased and satisfied.
These meetings should be continued in
Mme Rose Lhrisson-Michel recevant some form. This must be just a
Au milieu le poete amricain Ronking, a droite lejeune son diplome. beginning. Once is not enough! !
crivain haitien Julio Clestin.







De gauche a droite : Andr Letellier, Spencer Dpas, et au De ga-che a droite, les peintres haitiens Luckner Lazard et /
fond l'pouse de notre directeur,; Mme Josette Brun. Spencer Dpas, le sociologue Carl Baptiste.
UNITE 30 Octobre 1976 13








ENGLISH SECTION.


R. MO AE IN BROOKLYN LAW FOR WESTERN HEMISPHERE
NATIVES CHANGES 1 1 77
David Scheinfeld Is appiications for adjustment will be
graduate of Yeshiva
College and Harvard eligible immediately for permanent visas.
Lawa School. He l Since Cuban refugee adjustments will no
mermber of tha New
York Bar and special- longer be charged to the Western
izas in lmmigration
and nationailty mat- Henmisphere quota, the numbers thus
ters. He belongs to freed hereafter will be made available to
the Association of
Immigration and Na- non-Cubans Western Hemisphere natives.
tionality Lawyers. Ths article is reprinted This should graduallyliquidate the long
from The New York Law Joumrnal.
waiting list which now carries a priority
There is good news and bad news for date of May 1, 1974 (as of October,
natives of the Western Hemisphere as a 1976).
result of changes in the Immigration Law
and Regulations. Most of it is good, with There is a possibility that the
the exception of being the parent of a exclusion of Cubans from the Western
Mrs Mondale with some members of the Community -(In the new-born child. Hemisphere waiting list will be applied
middle, Mr Theodore Gunn, Director of Arts & Culture Center). retroactively if pending law suits in the
On Wednesday, Oct. 14th, Joan artistsand neighboring people. Both houses of Congress, before Federal Court of Chicago are successful.
Mondale, wife of democratic-- adjourning, passed the "Eilberg Bill', This will cut the 29 months long back log
vicepresidential candidate Walter F. In. a dear and firm voice, Mrs. -H.R.14535, which equalizes the bymorethan ayear.
Mondale, compaigned for the Mondale expressed delight to be back Immigrant selection systems of the
Carter-Mondale ticket. once again in the Bedford Stuyvesant Eastern and Western Hemisphere. The A single foreign state limitation of
community after 8 years; and to see how emphasis of the change is to re-unite 20,000 will apply in both hemispheres,
After visiting some of the other much progress had been achieved in the families. President Ford is expected to with no exceptions for Canada or Mexico.
sections of Brooklyn, she paid a brief meantime. sign the bill which goes into effect on Dependant area quotas are raised from
visit to the Restoration Corporation. January 1, 1977. 200 to 600.
She reminded the audience that.her
Mrs. Mondale in a red-orange knit suit husban W.F.Mondale, took R. Kennedy's Western Hemispherites Wiill be able to Under the new law, immediate
with a sheath midi-length skirt, stood seat on the senate housing subcommittee obtain permanent visas in the United relatives, such as parents of permanent
among an assembly of politicians, school and continued his efforts. She presented States without the necessity of returning resideits and Citizens are exempt from
children from near by school P.S. 93, Jimmy Carter as a man of great home or going to Canada; and U.S. numerical limitations (no quotas). Others
Citizens over 21 will be able to petition qualify under the preference and
for a brother or sister and parents, for a non-preference systems. They are:
child even if over 21 years.
FIRST PREFEREPNCE: (Unmarried
:Parents of American born children will -sons and daughters of U.S.Citizens).
]have to wait until the child is 21 and files
i petition-bbefore btainiig a permanent SE COND PREFERENCE: .:(Spouses
visa, The new law allows those who and unmarried sons and daughters of
q' qualified the"old way" (parent of a permanent resdents).
minor American born childen) to keep
their priority date. They will be assigned THIRD PREFERENCE: (Members of
to the non-preference category under the the professions or persons of exceptional
new law. It is essential that aliens have ability in the sciences and arts). Need Job
something in writing from the American Letter.
Consul establishing that they are
registered under the Western Hemisphere FORTH PREFERENCE: (Married
.Mrs Mondale shaking hand with Haitian A-rtist Fritz E. Joseph. waiting list, so that they can itake sons and daughters of U.S.Citizens).
advantage of this saving clause.
compassion and her husband as a new Afterwards, Mrs. Ruth Mitchell, FIFTH PREFERENCE: (Brothersand
-generation of leadership who" plan to Director of Public Information at the The present annual quota of 170,000 sisters of U.S.Citizens).
restore the faith of the American people Restoration Corporation, took her on a for the Eastern Hemisphere and 120,000'
in government. Mrs. Mondale recalled tour of the shopping Plaza, and the Arts for the Western Hemisphere remains SIXTH PREFERENCE: (Skilled and
programs of great democratic presidents: & Culture Center at Restoration. Before intact and will operate separetely. In a unskilled workers in short supply).
Roosevelt, Truman, Kennedy and leaving for a dinner engagement on Long related development, the United States
Johnson. Island, she spoke with a group of artists Department of Justice announced that S E V E N T H P R E F ER E N C E:
which included, Theodore Gunn, Cubans will no longer be charged to the '(Refugees).
Jimmy Carter and Mondale will do Director of the Arts & Culture Center, Western Hemisphere quota. This reversal
everything in their power to rebuild the Marc Lawrence, Visual Arts Coordinator, of policy in effect since 1968 will help, N O N-PRE FERENCE: (Other
public's confidence, to make America Bernard Cameron, who presently has his not only Cuban refugees, but also other immigrants). Numbers not used by the
move forward again to it's historic goals work on exhibit in the main building at natives of the Western Hemisphere, in Seven preferences categories. The
of equality, progress and hope for a Restoration, Arthur Coppedge, and Fritz achieving eligibility for Immigrant visas. category applies to parents of minor U.S.
better future, she said. E. Joseph (Jef). As a result, the appoximately 66,000 born children on the Western Hemisphere
Cuban refugees in the U.S. who .file waiting list and domestics.





------------------------------------------ -------
SUBSCRLPTION COUPON
Name:------ -------- ------- -
Addresse: -------- ----------- I
City:--------State------- Zi---
Enclosed is check or money order for $----- ----
for One year/Six months subscription to UNITE
Our correspondent Fritz E. Joseph (3rd from right) (One Year: $10.00 Six months: $6.00).
at the Restauration Corp. I i .
14 UNITE 30 Octobre 1976










SECCION EN ESPAOL




Desfile Hispano Queens 1976


El seor Presidente del Desfile Hispano de
Queens y su bella y elegante esposa, Elsa
Maseda de Oller, selores Damaso Emeric,
Gran Mariscal, Oscar Arce, propietario de
Aice Real Estate, seora Felicia Lemus,
Coordinadora General Fiesta Folklrica
Puertorriquea,.seora Blanca Cedelo, deV
A la Autoridad de Hogares, Com. Angel M.
Rivera y un grupo de lderes de la Comu-
nidad de Queens.



Seores Oscar Ros, Presidente Desfile de
la Raza, Miguel A. Balbi, Hugo Polanco,
distinguido comerciante Dominicano,
Victor Sorrentini, Presidente Fiesta
Folklrica PuertorriqueFoa, Rafael Oller,
.4A YPresidente del Desfile de Queens, Damaso
Emeric, Gran Mariscal, George E. Balbi, i
Coordinador General.
De izquierda a derecha: William Raza, el Presidente Fiesta Folklrica
Figueroa, de Eastern Ailines, Gran Pertorriquea, Victor Sorrentini, el
Mariscal Damaso Emerlc, Presidente Presidente del Desfile del Dia de la Raza,
Desfile Hispano de Queens, Rafael Oller y Oscar Ros y otras personalidades.
su esposa, la Reina del Desfile Da de la












De izquierda a derecha: Vctor Sorrentini, seaor Brun, Director del perilAico
Pres. Fiesta Folkld6ica Puertorrque,, "UNITE Damaso Emeri, Gran
rgie iBalbi, lCoordinador General del Maariss',; Miguel A Balbi, :M D. Re.
Desile Hispano de Queens, Angel M. Rene Valero, Rev. Eulogio Herrero.
Seor Damaso Eme ran eMarl Rvera, Relaciones Pblicas del Desfile,
P e Desfile Hispano de Queens.
Grand Stand, adornado por la enseia de presentes, el seor Frank Miranda, Dr.
la Eastern Airlines; en el momento en que Onsimo Guerrero, Sra. Mary Franco y
del Presidente dedicaba unas palabras a la seora Elsa Maseda de Oller, el Presidente
distinguida concurrencia, se encontraban fue muy aplaudido.




Ou ihaIe de Talleres


Grlficos Palnoericanos

la mI1s comoleto de. las iml rPenas

hispanas e lo Estas Et Unolis?
Muy original lucia el Banner, (letrero) del
Primer Desfile Hispano en Queens 1976.
NUEST-
SERVICIOS DE:
FOTOCOMPOSICION
ANTE
-.TCAMARA
MONTAJE
PRENSAS
CORTE Y PLEGADO
TALLERES GRFICOS PRAMERICANOS CO. tNC
NOS ESPECIALIZAMOS EN: r22nT AVENue
Revistas Carteles Carta NG iSANocRTY.
Peridicos Boletines Sobreas N.Y. 11101
Folletos Mens Etiquetas TELEFONO
Almanaques Tarjetas Cubiertas 121211.1228
RAFAEL J. OLLERg T..o II.. Lbro CAilogoA

En la grfica, de izquierda a derecha: Balbi, vice presidente del Desfile, Osca"
seor Damaso Emerlc, el Presidente Ros, Presidente del Desfile de la Raza y ej
Rafael Oller, selor Andrini, Dr. Miguel A. seior Cantalloup.



SUSCRIBASE A UNITE


UNITE 30 Octobre 1976 15




Contrairement d'autres, nous ne
A ITI Suite de lapage 7. baccalaurat serait une des solutions du
problme. En tout cas, nous souhaitons 19 76
que la iiuuvelle anne scolaire 76 77 qui
QUE SERA LA NOUVELLE ANNEE vient de s'ouvrir le 4 septembre dernier Bicentenaire de
SCOLAIRE! vot s'amliorer et s'tendre
dans la dpravation pour faire quilibre a systme d'enseignement. Tous les niveaux 1'enseignement national.
leur profond sentiment de frustration. de notre enseignement ptissent de cette I lA da n
triste constatation. Les lves de philo. D'ailleurs la premire position Indl pendance_
Telle est en gros I'image dcevante de euxmemes, le font galement vrifier. qu'occupe I'ducation dans le budget de
I'enseignement en Haiti. Si certaines Rares sont ceux qui profitent vraiment du dveloppement du nouvel exercice fiscal d
causes du mal s.ont identifies ou cours de philosophie ou qui en saisissent et I'ouverture de nouvelles coles es Etas-UniS
connues, le remde ou la solution globale I'esprit. techniques et professionelles semblent
reste encore trouver. En effet, les s'nscrire dans le projet du gouvernement d -
causes nedoivent tre isoles les unes des En principe, le cours de philosophie de rforme de I'enseignement. II s'agit d'A m riqu .
autres. Elles se tiennent ou s'enchainent.. devrait avoir pour objectif d'initier les alors d'entretenir I'effort et de creuser
II ne sied donc pas de se lancer la balle les lves, avant la fin des Humanits, au davantage.
uns les autres, d'accuser ou de s'accuser mode de pense, au langage
rciproquement. II importe de prendre philosophique et de les familiariser avec
conscience de I'ensemble de la situation. les grands problmes de la pense et de
I'action. II viserait essentiellement
II nous plait ici de reproduire un influer sur la structure mentale de I'lve
passage de I'ditorial du 25 septembre en vue d'amener ce dernier a adopter une
1976 du Journal Panorama: "0 attitude rflexive critique dans l'approche
commence le rapport entre des problmes. Malheureusement, on
I'enseignement et ses applications, entre retrouve chez notre "philosophe" la
les connaissances acquises et I'utililation mme procuppation a bachoter.
des interprtations qu'elles autorisent? Manquant de profondeur de vue, il est
Beaucoup de candidats au baccalaurat le .incapable d'avoir, face des problmes e. )
et 2e partie se savent ni juger, ni qui sont plus complexes que ne le laisse ', "
raisonner". supposer I'apparence, les attitudes 1 sp a"
intellectuelles et humaines qui 0eo, .. r
C'est que notre enseignement I'instar conviennent..
de celui du Moyen Age s'appuie C'est lI I'un des multiples aspects du \ ouS oUiou~4~
d'avantage sur la mmoire de I'enfant que mal d.e notre enseignement dont le 0' ,oo
sur son jugement. Notre potache apprend systme est reviser dans la perspective '-'
surtout a bachoter, rciter, alors que le du dveloppement du jugement, de .. ^of^ -"
dveloppement du jugement, de la pense I'esprit critique, de la productivit et de la
doit etre I'objectif fondamental de tout rentabilit.



AB ONN Z VOUS A





xCAPTEZ TOUS LES SAMEDIS SO1RS

/ DE 8 HEURES PM. A 10 HEURES PM.

EDDY PUBLICITE

sur les ondes de la W.H.B.I. F.M. 105.9


THE IAW SAYS From: UNITE BULK RATE
P.O. Box 707 U.S. POSTAGE
THE LAW SAYS P.O. G7PAID
-Canal Street Station NEW YORK N.Y.
New York, N.Y. 10013 PERMIT No.: 3779







16 UNITE 30 Octobre 1976
TIME 'VAl MATERIAL

16 UNITE 30 Octobre 1976




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs