• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Principal
 Principal: Varietes-Unite
 Principal: Echos d'Haiti
 Principal: Journal De Washingt...
 Principal: Nouvelles Internati...
 Principal: Nouvelles Internati...
 Principal: English Section
 Principal: Seccion En Español
 Principal continued






Group Title: Unite
Title: Unité
ALL VOLUMES CITATION ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072338/00006
 Material Information
Title: Unité
Uniform Title: Unité (Brooklyn, N.Y.)
Physical Description: v. : ill. ; 28-38 cm.
Language: French
Creator: Haitian Unity Council
Publisher: Haitian Unity Council
Place of Publication: B'klyn N.Y
Publication Date: 1975-1979
Frequency: biweekly
regular
 Subjects
Subject: Haitian Americans -- Periodicals   ( lcsh )
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Additional Physical Form: Available on microfilm from the State Historical Society of Wisconsin.
Language: Text in French, English and Spanish.
Dates or Sequential Designation: Vol. 1, no. 1 (May 1975)-v. 4, no. 10 (Jan. 15, 1979).
General Note: Aug. 1975-, published in: New York.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072338
Volume ID: VID00006
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 10253459

Table of Contents
    Principal
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Principal: Varietes-Unite
        Page 7
    Principal: Echos d'Haiti
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Principal: Journal De Washington
        Page 11
        Page 12
    Principal: Nouvelles Internationales
        Page 13
    Principal: Nouvelles Internationales
        Page 14
    Principal: English Section
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Principal: Seccion En Español
        Page 19
    Principal continued
        Page 20
Full Text






FRENCH
ENGLISHi
SPANISH

le numro
VOLUME2
NUMERO 4
SEPTEMBER 30, 1976 UN POUR TOU TOUS POUR UN

THE HAITIAN-AMERICAN NEWSPAPER WITH THE MOST COMPREHENSIVE
COVERAGE OF DEVELOPMENTS IN OUR COMMUNITY AND IN HAITI.
Published by THE HAITIAN UNITY COUNCIL, INC.





PREMIER DEBAT FORD-CARTER
voir notre ditorial page 3

UNE CAMPAGNE SUR
LES AILES DE

L'HISTOIRE


Par: Laurore St. Juste
Saut prodigieux en vrit que celui de
Jimmy Carter. Hier un illustre inconnu, le
voila aujourd'hui au premier plan de
I'actualit nationale, captant mame
l'attention du monde qui le suit dans sa
course la prsidence.
Bj, des observateurs, imbus du fait
que, en dpit du tapage des journaux; du
scandale de la radio et de la tlvision,
I'lection d'un prsident amricain est
le plus souvent le rsultat d'un
compromis, affaire rgle d'avance, entre
dmocrates et rpublicains aux intrts
communs, les observateurs paraissaient
tonns, pour ne pas dire fascins, par les
succs croissants de I'ancien gouverneur
de Georgia, franchissant les villes et les
tats presqu'en triomphateur, avec au
suite page4


EN BAS:
Les reprsentants de la
EN HAUT: Presse qui ont
Jimmy Carter et le interviewe les
Prsident Ford au cours candidats. Ce sont, de
du dbat du jeudi 23 g. a dr. Frank
septembre i Walnut JReynolds, de I'ABC;
Street Theater James Gannon du Wall
Philadelphie. Street Journal,
Elizabeth Drew du New
Yorker magazine et
Edwin Newman de la
NBC.
TH ATINAiIRCN ESAPRWTHTEIIS OllRHESV







NDEX TOUT LE MONDE DEVRAIT SAVOIR QUE
Une campagne sur les iles de
I'H istoire ...........................1
Editorial frangais 3.................. 3 R. T R A V E L
Debats sur le Creole ...................de Robert Brutus
de Robert Brutus
Les Guerres Actuelles.............. Iagence de voyage Haitienne
La Mort du Chairman .................6 plu exp mente
Coin de la Poesie .................7 0 p U exper
VarietesUnit .......................7 SE TIENT AU SERVICE DE LA
Echos d'Haiti .......................8 COMMUNAUTE HAITIENNE
O bituaire ......................... 9
Nosheros ..........................10 A U
Journal de Washington ................11
Nouvelles Internationales ..............13 60 East 42nd Street (Room 1366)
Litterature Haitienne .. ....... .14 Lincoln Building
English Section .................. 15 (Juste a cote du CONSULAT D'HAITI)
Editorial ................... ....... 15 DE 9 HEURES A.M. A 6 HEURES P.M.
The Haitians: Profile of a Community ... .15
Indentured Servants ..................16 TELEPHONE (212) 490-1890
Seccin en Espaol ...................19
1.- TICKETS AU MEME PRIX QUE LA AMERICAN AIRLINES
2.- SERVICES GRATUITS
Bulletin d'Abonnement 3.- SERVICE DE VISAET PASSEPORT
4.- CARTES DE CREDIT ACCEPTEES
Nom: -
Adresse UN7 SEUL :COUP DE TELEPHONE A

Ville, Etat et Zip code. R.M.B. TRAVEL
Pour six mois: $ 6.00 (Affranchissement lre.classe)
our un an: $10.00(Affranchissement lre.classe) ET VOYAGEZ SANS PROBLEMES
Etranger, tous pays:
Six mois: $10.00 (Affranchissement lre. classe) BONUS SPECIAL
Un an: $18.00 (Affranchissement lre.classe)
R.M.B. Travel offre a tous ses clients une soiree gratuite a Cabane
Abonnement payable d'avance par chque Choucoune en Haiti.
ou mandat bancaire a l'ordre de UNIT.


ABONNEZ
POUR PLACER UNE ANNONCE,
APPELEZ LE NUMERO:
(212) 343-8195 VOS A UNITE
Notre journal avise ses lecteurs que tous
ceux qui dsirent placer une annonce so-
ciale telle naissance, baptme, mariage, d- LES SERVICES
cs, "graduation", etc. peuvent nous l'en- U N
voyer pour tre publie sans frais. Pour les HAITIENS U N I
annonces commerciales, nous vous don-
nons ci-aprs notre tarif d'insertion:
trois lignes uneinsertion .......$ 6.00 2067 BROADWAY (Suite 52) The Haitian-American newspaper publish-
plus de 3 lignes une insertion$1.00 aditio- NEW YORK, N.Y. 10023 ed by the HAITIAN UNITY COUNCIL,
nel par ligne. Telephone: (212) 724-5529 INC.
quart de page....... une insertion$ 40.00 NOUS FAI S TOUT EN Hait: Editor
demie page.........une insertion$ 75.00
Page entire......une insertion$150.00 RECHERCHES DE DOCUMENTS Staff: Rose L. Michel
Un tarif spcial, a discuter, est applicable Arleigh Magny
pour les annonces reptes. DIVORCES Arleigh Magny
-------a n --- r-e .-- Staff photographer: Jacques Dupont.
AFFAIRES IMMOBILIAIRES, ETC.
2 UNITE, SEPTEMBER 30, 1976
Cd. .'*,rai Vii.1 ,~i a-i ''. '







LA FEDERATION DES ORGANISATIONS
1 EDITORIAL LATINO-AMERICAINES DE QUEENS

SS'ELARGIT
Le jeudi 23 septembre en cours, des 9
heurs 30 du soir, les yeux et les oreilles de la
nation amricaine taient fixs sur I'cran de
la tlvision pour suivre le premier de trois
dbats organiss sous I'gide de la "Ligue des Au cours d'une runion tenue le 20 rpubliques soeurs.
Femmes Votantes" entre le prsident Grald septembre 1976, dix-neuf (19 )
Ford et I'ex-gouverneur de la Georgie, Jimmy organisations portoricaines, amenes par Lorsqu'on sait que cette Fdration
Carter. M. Oscar Arce, leader de la communaut groupant dja 51 organisations, soit
hispanique, se sont jointes la Fdration 125,000 personnes, s'engage dans des
Cette rencontre des candidats des deux des Organisations Latino-Americaines de programmes embrassant I'activit sociale,
principaux partis politiques amricains est la P(eens dont le prsident, comme on le conomique, ducationnelle, sportive,
premire depuis que John F. Kennedy, un sait, est notre directeur M. Louis A. Brun. culturelle et politique, on ne peut que
Dmocrate, et Richard Nixon, un souhaiter I'adhsion de plus de membres
Rpublicain, avaient, en 1960, particip des La demande des organisations possible.
dbats semblables a I'issue desquels, M. portoricaines est assez significativo, elle
Kennedy tait sorti le gagnant pour tre lu tmoigne s'il en tait besoin, du prestige Pour tousrenseignements,s'adresser au
prsident aux lections qui avaient suivi. dont jouit la Fdration qui pratique la coordinateur, M. Manny Saleta, Jr. au
politique de la porte ouverte, domine 85-12 Roosevelt Avenue, Jackson
La rencontre Ford-Carter est la premire qu'elle est par le souci de mobiliser la plus Heights, N.Y. 11372, telephone:
laquelle participe un prsident au pouvoir. large repr.sentatinn nposible dls 21 335-6412.
On estime aussi environ 150 millions,
peut-etre davantage, le nombre de personnes
aux Etats-Unis qui ont suivi cette rencontre,
malheureusement interrompue pour environ
30 minutes par une malencontreuse panne qui. i
paralysa la partie audio du programme qui se
deroulait au Walnut Street Theater,
Philadelphie.au

Toutes fois, ce soi-disant dbat n'en tait
pas un. C'tait plut6t un interview des :
candidats qui rpondaient, presque
simultanment, aux mmes questions poses
par les correspondants du Wall Street Journal,
du New Yorker Magazine et de la American
Broadcasting Company. Cette rencontre n'a
pas non plus eu I'effet escompt sur- les
auditeurs qui gutaient une occasion de
pouvoir se dcider sur le choix d'un candidat
qui emergeraict mcomu q ta"nt-le plus qualifiret
-plus digne de foai, capable d'assunier les
responsabilits de la fonction de prsident des
Etats-Unis pour les quatre prochaines annes.
On a eu plutbt le spectacle de deux personnes
qui ayant bien appris leurs legons pouvaient
galement bien rpondre aux questions que
leur posaient leurs interlocuteurs, anxieux
d'valuer leur comptence sur les sujets
traits. Notre impression est qu'ils se sont,
tous les deux, bien tirs de cet examen et si
l'on devait, comme I'cole, valuer en
"points" leur performance, ils sortiraient "ex
aequo".

Pour notre part, nous ne nous attendions Le Comit Directeur de la Fdration des organisations Latinoamricaines de Queens avec
pas une simple rcitation de statistiques et quelques reprsentants de 19 organisations portoricaines qui s'y sont affilies. Au premier rang, de
de donnes conomiques par les candidats g a dr. Petra Franco; Aracelis Durn 2 me Vice-Presidente; Louis A. Brun, Prsident; Luis Mendes,
mais, plut6t, a ce qu'il rvlent leurs talents ler Vice-Prsident; Manny Saleta Jr., Coordonateur gnral; Fernando Gainza,
de "leader", leur capacit mouvoir et a Secrtaire-Gnral-'Trsorier; Evelina Rosario; Carmen Rodrguez; Au deusime rang, de g. a dr.
guider bon port la masse humaine. Nous Angella Miller; Angel M. Rivera; Jose Dominguez; Marie Cordova; Roman Rodriguez; OscarArce;
nous attendions a ce qu'ils proposent des A-drian Cedeno; Hector Agostini; Hector Vasquez; Ruben Torres; Angelina Mendez; Nancy
programmes bien dtermins et ralistes par Agostini.
lesquels le peuple amricain pourrait
amliorer sa condition de vie. Nous nous
attendions enfin ce que les pressants TOURS DE MADAME
problmes sociaux tels les droits civils des
minorits, le transport des coliers d'une M ICHEL
cole a une autre (busing), le crime, I'abortion
et I'assistance sociale aux ncessiteux soient
discuts. A ce sujet, le tort n'est pas ....
imputable aux candidats qui taient prts a Vierge Noire de Pologne St.Antoine Fermeture
rpondre a toute question, mais retombe
plutt sur les correspondants a qui il Dimanche 3 Octobre Dimanche 31 octobre
incombait de les poser. Dpart: 6h.30 AM Retour: le soir Dpart: 6h.30 AM. Retour: le soir
En conclusion, ce premier dbat, anotre
avis, n'a ajout aucune nouvelle lumire ou Donation: $10.00 Donation: $8.00
dimension la position des candidats pour
nous permettre d'envisager un futur diffrent
du prsent ou qui aurait la vertu de faire
pencher, d'une manire inquivoque, le POur tous rensegnements supplmentaires, adressez vous
plateau de la balance en faveur de I'un d'eux.
Nous esprons que cette opportunit nous directement aux TOURS DE MADAME MICHEL.
sera offerte I'occasion du prochain dbat tlphone: (212) 771-7689
qui aura lieu San Francisco le mercredi 6
octobre prochain.
UNITE, SEPTEMBER 30, 1976





UNE CAMPAGNE SUR LES AILES DEBATS SUR LE CREOLE
DE L'HISTOIRE
suite elapagel NOUVELLE LETTRE DE
bout des Ievres les simples mors d'amour de I'Amrique ainsi considr par son
et de justice, de travail et de libert, de auteur, le New Deal qui prconisait la ELIE LEBLA NC A FRITZ JO SEPH
promesse d'une dmocratie relle, c'est planification, qui encourageait I'ouverture
dire du gouvernement de la majorit dans de grands travaux pour occuper leplus de Cambria Heights, le 10 septembre 1976 crole.
le respect des lois. bras possible, tait galement en faveur de
II n'en fallait pas d'avantage pour que, I'augmentation du pouvoir d'achat des Mon cher Jef, Comme tu I'as entrevu, certes, le
par la pense, on se reporte au temps bni masses au lieu de les craser sous le poids problme n'est pas nouveau. Seulement, it
de Franklin Delan Roosevelt. Et la des taxes. Dans ma prcdente lettre, je t'ai n'a jamais t aussi vif et brflant que de
convention dmocrate de Madison Square retrac, bien timidement, d'ailleurs, la nos ours.
Garden New York aura largement D'aprs le New Deal enfin, I'cnnomie courbe suivie par la pense
contribu. a crer cette atmosphre. Des et I'efficience constituent les signes rvolutionnaire de Lhrisson traduisant la En dpit des obstacles, I'histoire
orateurs ne se feront pas faute de distinctifs d'un bon gouvernement. trilogie: Symbole, Message, Conqute, poursuit sa course inxorable.
souligner les similitudes entre la situation Quand on sait que Roosevelt venait du ad'o j'avais tir la resultante: Libert,
politique de 1932 voisinant le cahos et Nord, qu'il tait "yankee", on n'arrive Maturit ou valeur littraire du crole. En effet, I'occupation amricaine tait
politique de 1932 voisinant le cahos et Nord, qu'il tait "yankee", on n'arrive
celle d'aujourd'hui. Le Snateur Fritz pas a comprendre en quoi un sudiste dans toute sa beaut pour repter une
Mondale, choisi par le candidat dsign puisse revendiquer son hritage politique. srieusson en fit le dtraires de ss ession mtaphoriqu e politiqui avait
comme vice-prsident, mettra I'accent On demeure d'autant plus confus que sereuses rflexions littraires dans les marqu 'infortune politique de
sur la notion de moralit dans les affaires depuis la guerre civile, le Stud n'a pas une voies de la chanson. Prvoyait-il dja que Constantin Mayard, quand le
de I'tat, si chre Franklin Delano excellente presse. On porte son compte- ce courant de valorisation auquel il s'tait gouvernement de Louis Borno d'alors,
Roosevelt. et peut-tre d tort, beaucnup de pages engag, devait, invitablement, dboucher avait charg le Docteur Georges Freeman
macules de sang de la grande histoire des sur une volution littraire de la langue d'organiser le Service technique de
Or, Jimmy Carter il tait rserv, Etats-Uns, c'est qu'on ignore o qu'on maternelle? Toujours est-il que, comme I'agriculture et de I'enseignement
pour inaugurer sa campagne prsidentielle oublie la passion de Roosevelt pour le promoteur de la vulgarisation, 'tude et professionnel. Ce nouveau organisme
dcisive, de choisir Warm Springs, station Sud. L'ancien gouverneur de New York, la recherche, a quoi il conviait la partie s'installa a Damiens, environ quinze
thermale de la Georgie o mourut lev Hyde Park, s'est souvent considr pensante, taient purement et minutes en voiture de Port-au-Prince et
I'illustre prsident, en 1945. Que Jimmv comme citoyen de la Georgie. Jamais simplement, I'cho de son patriotisme proche de la Croix des Missions. Pour
Carter, ala suite de Truman et de John F. prsident, mieux que lui, n'aura tant fait sincere, de son amour profond et-de son mener bien sa tache, Freeman fit appel
Kennedy ait choisi Warm Springs, ce haut pour le Sud. La Tennessee Valley attachement a sa patrie. a plusieurs spcialistes amricains, qui,
lieu de I'histoire, est assez significatif Authority est la comme un hommage experts en agronomie, qui, experts en
Que I'ancien gouverneur de Georgie ait perpetuel sa mmoire. Aussi longtemps C'est ainsi que, plongeant au fond du physique, chimie, botanique, qui, en
gravi les marches o se tint jadis I'hnmme que coulera le Mississippi, de gnration passe de I'histoire pour faire remonter ducation. Que sai-je encore? Sur ce,
de Hyde Park, c'ei tait assez pour en gnration, on bnira le nom de mes souvenirs, mes oreilles me font Freeman forma, sous s propre
recrer une mystique, celle du New Deal: Franklin Deleano Roosevelt. entendre le son calin des voix qui, supervision, une commission qui devra
sursurrant un doux langage, aiguillpnn procder une rforme, aprs
L' peine instal governementama un docrate, par l'esprit de culture, virtualise la I'laboration d'un programme d'action
programmee relvement dont le but ais que serait le feu prentnt et sesst maturit littraire du crole. rentrant dans le cadre de ses attributions.
immdiat tait de retourner le peupleau ides sans le Sud?t l Qui fut dit fut fait. Sans dsemparer, la
travail, de liquider le chomage, I'ipoque Ds le XVIIleme. siecle, Moreau de dite commission recruta, aprs examen,
o pour la premiere fis dan 'histoire Greraffirme que furent Saint .Rmy avait rcolt -une bonne les instituteurs qui seront destins aux
o, pour la premire Mis dans I'histoire Thomas H. Grer affirme que Ce furent moisson de chansons. Aprs quoi,, i tira c- entres ducatifs. A cet effet, fu-rentcrs
des Etats-Unis, L'Etat dcidant de jouer les congressistes du Sud qui assurrent moi s des chansons. A i, il tia i ducatif. A cet efet, furent
un role actif dans la vie "'conomique, Roosevelt la majorite cessaie ouf sur l et et ces qui raffi ntsur ls -sur toute 'tende du territoire de la
intervint dans les entreprises prives, passage des lois rvolutionnaires du Neb senflturimns et teilles qui furit e bellae R.blUith e .s ..l. tia "ine? Id"le
facure littraire. lb en atrihua au colon. dAgriculture : Damiens, des
tant donn qu'il assumait dsormais la Deal. Et mieux encoreo sans les aDuvivir de la Mahre tiren attribua au entre -ermsEoles ct Ec es rurales., dSuces
responsabilit du bien-etre social et celle dmocrates du Sud, jamais en 1932, elles intitule "LISETTE QUITTE LA 'entrefaitEes, eFeemans convoquales. S lees
de la-justice sociale, lments lis la Ronsevelt eut pu accder la prsidence. CAMPAGNE". ducateurs aussi bien amricains que
production, et la distribution des biens. Est-ce dire que Jimmy Carter mine sa hcateurs aussi bie ambrinsuteu
Priode de la deuixime Recnnstruction campagne sur les ailes de I'histoire? En 1883 tait Choucone, po nouvellement ls pour parvenir un
En 1883, chtait Choucoune, pome nouvellement ai us pour parvenir t un
d'Oswald Durand et un peu plus tard, dbat gnral sur le programme
Haiti Chrie d'Othello Bayard. De leur d'enseignement suivre. Si bizzare que
union, je tire a ton intention cette cela puisse paraitre, I'ide du crole
boutade que voici: "Haiti chrie, mergea I'esprit de chaque institeur
O U TRO UVER UN ITE Choucoune ct ou marabou, c jan li te aitien. Elle s'imposait tllement
rang caban enli c Konsa li t couch I'intelligence de tous, qu'elle devenait
A M A NHA TTA N avek Cswald". Ne vois-tu pas, dans ce impossible de larpudier dans la diffusion
stableautin, I'image d'une de tes petites de I'enseignement dans les sections
statuettes sculpturales? rurales. Car, au seuil meme de I'ouverture
S. n q1901, '6tait "CRI"C-CRA" une des discussions, se posa I'importance de
Stand de la 96eme rue, Broadway n1901, ctat IC-CRAC": e problme dans I'enseignement de base,
Stand de la 104eme rue, Broadway apoogue narre par un de nos notamment dans la classe communment
Chez Clanges, the French Dry Cleaning, montagnards, sous la plume de Georges appele enfantine.
2766 Broadway (entre la 106M me et la 107me rue) Sylvain.
Entant qu'ducateur avis, Georges
En 1905, c'tait "LA FAMILE DES Freeman tait inclin croire que le
PITITES CAILLE",un roman mi-francais, crole tait un phnomne prendre en
mi-crole crit par Justin Lhrisson, petit considration avec prudence, sans
neveu de Frangois Romane Lhrisson. chercher en minimiser la bonne ou
C'est, encore, Flix Morisseau Leroy qui, regrettable influence. Pourquoi, sans

pour ciseler une parnre devant rehausser vouloir dteindre le francais dont
davantage la beaut "du beau parler I'enseignement s'avre indispensable dars
LE S E M ISSIO N S crole" procda, en crole, a une les classes de base, il recommenda et
adaptation d'Antigone. Qui, soit-dit en accorda aux instituteurs la facult5i
passant, avait brill travers les ages d'enseigner le frangais par le crole,
PITIT littraires grecs, francais et italiens. relativement au programme de lecture.
'PI ITE CA I LE" D'abord, Sophocle, pote tragique grec,
crivit la premire en 440, avant Pour adopter ce "modus vivendi",
Jsus-Christ. Puis, la seconde vit le jour- Freeman partait du principe qui veut que,
sous la plume de Jean Rotrou, pote la comphension tant un facteur
dramatique francais, en 1638. La principal dans I'enseignement de. la
Chaque vendredi soir de 8h a 9h sur les ondes de WBNX troisime, de Vittorio Alfieri, premier lectur, le petit paysan doit comprendre,
(1380 KHs A.M.). Soyez donc a 1'ecoute pour des poete tragique italien, au XVIII sicle. en croled'abord, les ides, les prases et
programmes de choix. Et enfin, la quatrime de Jean Arnouilh, les paragraphes mis sa porte. Pis,
auteur dramatique francais, en 1943. les paragrapnes mise sa porte. Psis,
*pensant que ce meme procd ssrait
.encore avantageux I'lve ilauto0risa son
Ainsi donc: chanson, pome, fabl e, ncre avantagaux l'lveiLautorisa son
S roman, drame o tragdie, autant en usage dans 'lniseignement, surtout des
roman, drame ou' tragdie, autant en
4 manifeste la valeur littraire de la langue suite page 5
S... ....... .. ... UNITE, SEPTEMBER 30, 1976
_-fK 1, K_ 9.WM M







____DEBATS SUR LE CREOLE suitede lapage

sciences sociales et biologiques. Alliant, Ainsi, comme un planton en faction, il
LES G UERRES par ainsi, la sociologie U I'ducation, attendait un vnement qui donnerait une
Georges Freeman avait ressenti que la impulsion ou une signification cette
ACTUELLES langue vernaculaire, bien qu'elle ne soit ide. Les sentiments altruistes des
pas une langue crite, est surtout et avant instituteurs, la coopration etroite entre
tout: "un univers mental, intrieur aux
initis esclaves et m leurs prognitures, ses derniers et leurs lves lis aux progres
initis esclaves et Ieurs prognitures, raliss, en peu de temps, dans
mais qui se dveloppe et se renouvelle rl'alias,ton de la p tempsi dans
Par: Rose L. Michel avec toute la diversit et le foisonnement onstituaiet autant de facteurs
de la vie."
communs et dterminants succeptibles
En cette occurence, imbu du devoir et d'embarquer quelqu'un dans une aventure
la responsabilit, les instituteurs intellectuelle heureuse. Sous le coup
d'une impression dominante, ce rsultat
gagnrent chacun, leur poste respectif, I'blouit, I'aveugla mime et fit renaitre en
avec le coeur et I'esprit en alerte. Tout les lui toute espranc. A son esprit, celle-ci
C'est unegrnde tristessede accord des traits sur des ducateurs qui, cette poque, suivaient etait "frache comme une rose ouverte le
constater les vrenements qui se ruines. pas le dveloppement de ce mouvement matin sous les baisers de la rose."
passent de norsv ens qds le r e nes crche pacrole, ont encore l'eSprit empli du Pourtant, jour et nuit, elle le torturait,
monde. trouve les torts, je ne fais pas veun ce que la mthode suivie se I'agitait et le tourmentait au point de ne
'trouve les torts, je ne fais pas rvela un succs durant le temps de son pouvoir s'en dbarasser. La seule issue
Pour combattre chez eux le l'analyse des situation. application. Certes, cela va sans dire Car ouo ra snLa seule iss
colonialisme, acqurir leur tou e i m e m ent habitu qu'i est n'entendre et ne vers laquelle tournait son espt: I'tude.
indpendance, les angolais incomprhensible que I'homme parler que le crole au foyer et dans son
forment des groupes, se n'acquiert aucune exprience a milieu rural, le petit paysan s'intressa Avec amour et fidlit, Christian
soulvent, obtiennent cette la vue de ce quise passe chez davantage la lecture des livres crits en Beaulieu s'y engagea dans un effort de
libert. Celle-ci a peine acquise, le voisin et pense toujours que francais. lutte et de recherche. Son objectif visait
la division s'instaure parmi ces son cas est particulier, qul a exprimer le courant raliste n des annes
m imes h omm es; is se en ui es possibilits pour les Sous le coup d'une inspiration subite, prcdentes dans un manuel
disputent le gteau. C'est se soudre son avantage. les instituteurs qui ne voulaient pas d'enseignement de la lecture et de
demander si au fond il y avait Ner pensez vous pas que e s'arreter cette tape, en profitrent pour I'criture destin aux coles primaires.
une vraie aspiration serait plus normal d'envisager a apprendre aussi ce petit paysan les
I'acquisition de Patrie, une I avance toutes les belles chansons crole pleines -de N'allait-il pas s'ingnier rapporter la
juste recherche de libert, de consquences qui peuvent sentiments mls de joies et les contes preuve que la langue vernaculaire ne
dignit d'homme, personne d c o u 1 e r d d e u savoureux pleins de malice tirs mme reprsente pas un labyrinthe dans lequel
n'est d'accord. Pourquoi affrontements. Meme quand les la source limpide du folklore de notre son prolongement en linguistique et en
I'union ne se maintiendrait-elle luttes se rsolvent avantage charmante petite lande. smantique n'est pas impossible? Pour
d'un groupe, ceux qui
pas dans I'organisation de cette I'n oret nupeso ceupas li parodier Napolon Bonaparte: impossible
terre o chacun a droit une lemportent ne son pas les N'est-ce pas lI en ce cas, une n'est pas crole! Toujours est il que
place pour une participation puas chanceu. Ltes deux affirmation de I'action cratrice de I'amertume du doute que procure parfois
effective. parties sont dficitaires, et si 'instituteur sur les models que lui offrent le savoir n'atteignit pas la volont du
Vous medles bases de cette paix ne sont les ivres frangais aux.fins de projeter les rveur. Les causes profondes sont: la
ident ddire ce ps ot rictions et onne les doux rayons de I'aube sur misre et la tristessespirituelles vues "de
aident: dchirr ce ,pays ont .!f rictions .tendent t se 'paouisement u role? ses yuxvu das soncontact
chacun leurs intrits, less renouveler.- 1 panissementdu crle? ses yeux vus" dans son contact
permanent avec ses frbres illtrs comme
cubains qui se melent de cette Des hommes pousss pa permanent avec ses frpres illtrs comme
cguerre civile mlentr de cee D leur passion pousss par N'est-ce pas, de mime, un ducateur d'une part et de I'autre son
uerre civile entre angolais. O leur passion, leur ambition, accomplissement de la pensee en vue de idal de les arracher aux affres de cette
mjoritr des intdignes qui guerre ce faudevenu un dmontrer que la pdagogie est un fruit fournaise mis au service de I'avenir.
majorit des indignes qui guerre, ce flau devenu un succulent mental, au bon gout d'une Grce I'assimilation des-disciplines
devierres, lasss ma eux-es de ces lment du monde, tands que langue maternelle? Si minime que soit intellectuelles de protection facilitant son
auraient fini par se ux-mmes s lttre m eu ple s souffrent et I'apport dans ce domaine neuf, panouissement et son expansion, son
d'accord en f partageant lmettre urent I'orientation que I'instituteur venait me rvolutionnaire passa de la rverie
d'agouvernement du pays rtageant le Par ailleurs es denses d'baucher ouvrit une re nouvelle 'ne la rvolte spirituelle active qui lui servit
gouvernevient. du pays qui leur darmements se chiffrent parune tape du processus du crole que nous donc produire une oeuvre pdagogique
Poure na m illiards dans es pays o u nous permettons de dnommer: dynamique destine I'enseignement de
sePournt de toutes querelles c ses maladrit sub'ignorance faim, laes Pr-periode pdagogique. la lecture I'usage des coles primaires de
servent de toutes les causes, maladie, I'ignorance. Les la Rplublique.
voici que la morue ces jours-ci budgets pour la Sant, Touta Rplublique.
sert de pr6texte I'lslande I'Education, I'Agriculture Tout au plus, peut-on dire, I'instituteur
pour une rupt ure ave c subissent des carences dulture qui est le sujet visuel du programme qu'il Ainsi donc, moins de cinq ans plus
I'Angleterre e e rpt des fondsu c'et se demander si ralise, qui, en objective sur la marche du tard, et en harmonie avec le courant
gtitudes eiee t et des nd, ct e de sofe pas phnomne auquel il en constate I'effet raliste, tait n des oeuvres
ttitudes de palliqueuses stre. nt un vent de foli souffl pas vient de forger une arme de I'avenir intellectuelles rvolutionnaires de
L'lrlande est feu et devant tomber, inluctablement, entre les Beaulieu, son manuel intitul: L'ECOLE
sang, c'est une guerre acharne mains d'un visionnaire de la pense, REELLE NO. 1.
entre catholiques et protestants Pourquoi I'homme ne inclin s'en servir une fin Le succs de ce phnomne n'est point
qui refusent absolument de cherche-t-il pas un compromis, rvolutionnaire. la rsultante du hazard. En somme
s'entendre. lutter sans fin, se .dtruire Beaulieu avait bien su arrondir les
Les Israliens et les empechent d'tablir la joie et Mais dj un ouvrier de la pense s'est asprits du crole son esprit
palestiniens depuis les annes la paix, d'avoir le temps de mis a I'oeuvre: Christian Beaulieu. II tait pdagogique "par une grande
que durent leurs hostilits jouir des forets du soleil, de de la progniture d'une vieille snuche comprhension et une chaleureuse
n'admettent aucun accord, ni I'air, des arbres, des sources, jacmelienne qui avait fourni la sympathie." Cependant, il avait travaill
des possibilits de traits des rivires, de la verdure, la Rpublique des fils dans presque toutes dans I'objectivit pour nous offrir une
jusqu'ici. Les marocains et les vraie vie familiale, de les branches de I'activit humaine: de explication valable de ce brulant
algriens sont en contestation dvelopper ses valeurs I'homme d'affaires la profession librale problme mais sans suivre la courbe des
pour le Sahara. Quand il tait spirituelles. Remarquez que ces en passant par I'ducateur pour aboutir vnements politiques et sociaux de
un dsert de sable il temps-ci beaucoup de choses un disciple d'Esculape. II tait un homme I'anne 1930, poque laquelie j'tais un
n'intressait pas, maintenant ont chang dans la nature. Les de qualit dont I'nergie et le travail tudiant grviste
que I'on en tire du ptrole prvisions atmosphriques procurent des joies et des satisfactions qui Par un brusque changement des
c est d i ff rent. Le mime annonces ne rpondent remplissent son coeur. Plein de vie, conditions politiques d'alors, les nuages
Moyen-Orient est un foyer de pas toujours au pronostic, la Christian Beaulieu tait un jeune toujours s'amoncelaient et I'orage se concentrait au
frictions. pluie change d'poque, les prdispos faire siennes les ides dessus d'Haiti. A partir de cette minute
Depuis ce temps que les cyclones se multiplient, le rvolutionnaires de son poque. II faisait cruciale, le nationalisme prit la forme
guerres se dclarent ce n'est froid surprend par son parti du cadre des instituteurs de d'une angoisse et d'une lutte. La ncessit
qu'aprs des morts, des tueries, apparition. II neige, il vente I'Enseignement professinnnel et ce titre politique de i'heure "se resserre et durcit"
des incendies, des destructions, quand on s'y attend le moins, participait au mouvement crole qui le besoin d'action. En cette circonstance,
des horreurs, sans compter des I'atmosphre est tellement s'incrustait dans son esprit. II prit une campagne I'chelle nationale, par
dettes excessives d'armes et de charg d'lments nocifs. conscience du fait que la pratique orale .voie de presse, vit le jour et son cho,
munitions que I'on finit L'humanit prside son en crole n'tait que temporaire et prompt comme I'clair "zbrant le
toujours par arriver un suicide. esprait qu'un certain jour, on la suitepage 7
UNITE,.SEPTEMBER 30 1976 ramenerait une ralit permanente.
UNITE, SEPTEMBER 30, 1976 .. 5








LA MORDT Bu -"CHAIRMAN"
N.D.L.R. Dr. Jean Durc.
Mao reprsete une perte colossale ne peut manquer de susciter des extraordinaire, il fut la Chine, c'est-a-dire collaborateur, Dr. Jean Durc de retracer
non seulement pour la Chine rouge mais inquitudes tant a l'intrieur de la Chine un phnomne historique, mritant par pour nos lecteurs l'itinraire politique de.
aussi pour le monde communiste en que dans les milieux internationaux, car consquent notre attention. ce Titan qui fut pendant plus d'un quart
gnral. La disparition d'un tel homme Mao ne fut pos seulement un homme 'Nous avons demand a notre de sicle le leader absolu et vnr de prs
de 900 millions d'hommes, presque le quart de l'humanit. L'article qui suit est le premier d'une srie.
MAO TSE TUNG LE FONDATEUR politique clairvoyant et pragmatique. militaristes et ractionnaires et raliser Nankin.
DE LA CHINE ROUGE Retrajons brivement I'itinraire une rvolution dmocratique bourgeoise. Le front uni du Kuomintang avec les
rvolutionnaire de celui que I'on communistes se dissout officiellement le
\. est temps que je dsemplisse le monde. considere le leader politique le plus Le trosime Congrs du parti, runi 15 juillet 1927 lors du 5e congrs du parti
Camille Saint-Saens marquant de notre poque. du 10 au 23 juin 1922, Canton, propose communiste qui s'tait runi Hankeou
comme question numro un resoudre la et au cours duquel les 80 dlgus des
En Chine, comme dans beaucoup I. ORI GINES ET FONDATION DU constitution d'un front uni 57.300 membres s'taient rallis aux
d'autres socits, les catastrophes PARTI COMMUNISTE CHINOIS rvolutionnaire avec le parti de Sun directives de I'lnternationale communiste,
naturelles revtent toujours un sens Yat-sen. Le Congrs approuve et c'est aprs de laborieuses discussions a propos
prternaturel, prmonitoire Pour la "Les salves de la rvolution d'octobre ainsi que Mao entre dans de la direction de la rvolution par le
grande multitude des Chinois les violents (la rvolution sovitique de 1917) ont I'administration du Kuomintang et fait proltariat. Le Secrtaire gnral Ch'en
tremblements de terre qui ont branl le apport le marxisme la Chine", a la rencontre de Chiang Kai-shek. En Tu-hsiu maintient I'orientation vers la
nord-est de la Chine la fin de juillet dclar Mao. Ds le printemps de 1918, 1924, le Kuomintang fonde I'Acadmie collaboration avec I'aile gauche du
signifiaient que la sant du "camarade" quelques lettrs, professeurs et tudiants militaire de Whampoa, laquelle formera, Kuomintang, celle de Wang, qu'il
Mao se dtriorait et qu'il allait bientot fondent une socit pour I'tude du sous la direction de Chiang, les cadres de considere comme I'instrument de la
quitter ce monde: Mao Ts-tung est mort marxisme Pkin. Parmi eux se trouvent I'arme rvolutionnaire. rvolution bourgeoise et s'oppose aux
le 9 septembre. I'ge de Li Ta-chao, le maitre de Mao (B.I. Sun Yat-sen meurt le 12 mars 1955 propositions faites par Mao Tse-tung qui
quatre-vingt-deux ans, huit mois aprs le Schwartz, "Chinese Communism and the laissant la direction du parti Wang rclame la constitution de groupes
dpart de son vieux confident et frre Rise of Mao", Harvard University Press, Ching-Wei, prsident du gouvernement d'ouvriers et de paysans arms (Mao est
d'armes Chou En-lai. 1958 ,Ch'en Tu-hsiu, Mao Ts-Tung national et Chiang promu en septembre d'origine paysanne).
1925 commandant en chef des forces
L'opinion internationale tait En juillet 1921, sous la direction de armes. Des dissensions ne tardent pas Dja en 1925, Mao avait signal, dans
prpare I'effacement du prsident Ch'en Tu-hsiu, a lieu Shanghai I se manifester entre Wang, le chef civil et un brillant essai sur I'analyse des classes
octognaire depuis la dcision, annonce premier Congrs du parti communiste Chiang, le chef militaire. En 1926 l'aile de la socit chinoise, que I'aile droite du
le 15 juin dernier, de mettre un terme aux chinois. Ce congrs cre un bureau central civile du Kuomintang transfre le sige du Kuomintang (la haute bourgeoisie
entrevues entre le vieux leader et les hotes de trois membres et dsigne ses gouvernement national Hankeou (le bancaire et commerciale traditionnelle au
de marque trangers. reprsentants dans quelques provinces. nord) et Chiang se libre de I'autorit service du pouvoir militaire), devenait un
Mao est le secrtaire du parti au Hunan. rivale de Wang, grce aux succs alli dangereux pour le parti communiste.
L'opinion chinoise I'tait galement, remports par ses troupes dans la celebre En janvier 1927, son "Enqute sur le
bien sur, par le truchement des meetings Guid dans sa mission par les "campagne du Nord". mouvement paysan au Hunan" mettait en
et des discussions organiss dessein conseillers sovitiques, dot de directives relief I'importance des luttes paysannes et
I'intention tant des cadres que de la par I'lnternationale communiste, renforc I II D E U X IEME GUERRE plaidait en faveur de la mobilisation des
population. Pour des raisons videntes le d'lments rentrs d'Europe et d'URSS,- REVOLUTIONNAIRE INTERNE masses rurales et la formation de.
comit central du parti avait voulu le parti communiste chinois se dveloppe (1927-1937) :gouvernements rvolutionnaires ruraux-
rassurer, comme prvenir les principalement auprs de 1'intelligentsia, pourvus detroupesarmes.
consquences d'une disparition mais trs rapidementtourne son attention La rupture entre Chiang et Wang
ineluctable, mais qui, pour 800 millions vers le proltariat bourgeonnant dans les compromet pour de bon I'oeuvre de L'insurrection du ler aout 1927
de Chinois, n'en serait pas moins ressentin -centres urbains. runification nationale. Dsormais Chiang marque officiellement la fin de la
avec pouvante comme une cassurg ALLIANCE AVEC LA BOURGEOISIE ne poursuit qu'un seul objectif: premire priode de I'histoire du
-fondamentale dans la vie de la nation. ET PREMIERE !'crasement des forces communistes et mouvement communiste chinois. C'est
Car, tout dcrpit qu'il fut dans ses GUERRE REVOLUTIONNAIRE la consolidation du pouvoir au sud du cette date qui est clbre comme celle de
dernires annes, Mao Tse-tung tait NTERNE (1923-1927) Fleuve Jaune. A Hankeou il inflige une la fondation de I'arm populaire de
dernires annes, Mao Tse-tung tait INTERNE (1923-1927) svre dfaite aux forces iberation. Cesta cette date aussi que le
vnr comme I'ame de la nation, la clef svre dfaite aux forces liberation. C'est a cette date aussi que le
de coute du rgime En ma 1922, le parti tient son gouvernementales et se fait reconnaitre Parti communiste chinois va changer
deuxime congrs. Ce congrs dfinit son par les puissances occidentales. Au d'orientation. Un groupe maintiendra
programme dans un Manifeste o il est printemps de 1927, il s'allie aux milieux encore la collaboration avec I'URSS,
II est difficile de cerner une proclam, entre autres choses, la ncessit de la haute bourgeoisie bancaire et tandis qu'un autre noyau fait ses choux
personnalit de I'envergure de Mao. II fut d'unir les forces des communistes chinois commerciale de Shanghai (les gras de I'chec essuy et, suivant I'analyse
un homme lgendaire: pote, philosophe celles du parti nationaliste le compradores) et aprs le coup d'tat dans de Mao, se retire des villes dans les rgions
et thoricien du marxisme Kuomintang de Sun Yat-sen, ce, dans le le Kwangtung constitue, le 18 avril 1927, rurales et crera la premire base
rvolutionnaire, mais surtout chef but de renverser les lments un gouvernement rvolutionnaire a rvolutionnaire rurale Ching Kang Shan.
a suivre

train de s'esquissr provisoirement dans le Ma voix s'est fait entendre dans des
ITZ JOS EPH REP D monde littraire et que nous devons pourparlers avec certains intellectuels
FRITZ JO SEPH REPO ND rcuprer, car elle est notre. haitiens New York, avec des artistes
amricains tels Charles Bible, Tony
A ELIE LEBLANC La littrature sera pour moi une Massey, Teddy Gun, Otto Nelas, Kay
source bienfaisante et inspiratrice pour la Brown, Ernie Barnes, acteurdecinma et
BROOKLYN, N. S T. 16 structuration de mes tudes artistiques. de tlvision, restaurateur du ghetto qui
BROOKLYN, N.Y. SEPT.1976 m'a mme donn I'autorisation de citer
L'art et la littrature constituent un son nom comme pionnier dans mon
MON CHER LOULOU riche trsor, berceau de ma nouvelle oeuvre et partageant la ligne de ma
vision artistique. pense. Ma voix s'est aussi fait entendre
en confrence au Canada avec quelques
Ton expos a t des plus Certes, sa pense rvolutionnaire et Dans ce meme ordre d'ide, parvoie anciens tudiants de 1'Acadmie des
extraordinaire. Par quel tour de ses belles qualits de coeur me touchent de la presse amricaine et haitienne, j'ai Beaux-Arts d'Haiti dont Jean Hector
prestidigitation as-tu pu exhumer des profondment eu plusieurs entrevues au cours Philippe, Emmanuel Pierre Charles et
cendres du pass, un inconnu pour en faire desquelles, j'ai spcifiquement expos ma Guerly Prval et dans les journaux, The
un hros? Je me souviens trs vaguement de thorie axe sur la virginit du champs Echo, 14 avril 1975, Flathush Life, 14
Francois Romane Lhrisson, car les potique haitien, du monde paysan de juillet 1975, Shore Record, 4 avril 1975,
C'est quand mme un peu os! A la journaux de I'poque: la Telgraphe et Jacques Roumain et une version picturale Daily Challenge, Progress Reporter,
vrit, tu as aurol Frangois Romane 1'Abeille n'ontpasmentionngrand chose internationale est mme envisage; janvier 1976 et enfin Unit en fvrier
Lhrisson de cette gloire patriotique sonsujet. I'Univers de Oswald Durand, la femme 1976.
rarement attribue; tu l'as camp dans les yeux du pote. La belle
magistralement face a la nation; en outre, Ton succinct panorama de I'histoire de Choucoune, Les Dix Hommes Noirs de Jai lu dans le -quotidien
tu es adress aux historiens modernes, la litterature Haitienne m'a plu en Etzer Vilaire, I'Adieu la Marseillaise de port-au-princien Le Nouveau Monde des
rclamant pour ton hros une quelque sorte. C'en est le reflet de la Jean F. Brierre, etc., etc. le tout, selon un 17 et 10 aout 1976, des articles signs de
batification qui selon toi lui est ralit. Cet idal de travail bien fait, essai pour une esthetique descriptive Roger Gaillard et Me. Antoine Bervin
justement due. denote qu'une nouvelle conscience est en littraire. -suite page 7
6UNITESEPTEMBER 1976
UNITE, SEPTEMBER 30, 1976








DEBATS SUR LE CREOLE... suitedela page 5

firmament" se repercuta dans les organes auraient t inspires par la raison d'Etat, mis l i i
d'outre-mer. En firent les frais: Freemaf, mais la question avait t tranche dans **E hIT
les directeurs des fermes-coles, des conditions un peu lgres qui, frisant
I'enseignement par le crole, vrai: AU COLLOU UE DE DAKAR L'EGLISE CATHOLIQUE AUX
bouc-emissaire, Marchaterre, pour ne citer meme une discrimination ethnique et BORDS D'UN SCHISME
que ceux-la. Son but prcis tait d'attirer sociale, ont entour et entourent encore Le 70me anniversaire du Prsident du
I'opinion nationale et internationale et le crole d'une aurole de martyr Sngal, Lopold Sdar Senghor donnera L'univers chrtien a suivi, le coeur
videmment, d'mouvoir les ducateurs ensemble avec ses pionniers. II me sembre lieu de remarquables manifestations attrist, le diffrend qui opposa au cours
haut placs en les offrant le spectre de que le mot crole corche les oreilles de culturelles. II est prvu du 2 au 9 Octobre de ces derniers mois, Monseigneur Le
I'effondrement d'un systme plus d'un comme qui dirait il est une un Colloque dont le thme est Fvre de I'glise de France au Saint Sige.
ducationnel implant depuis honte de travailler a I'lever a la hauteur "CULTURE ET DEVELOPPEMENT".
I'lndpendance. D'o le rejet du manuel d'une langue comparable aux langues Le prlat francais semble se rebeller
de Beaulieu et I'mission de plusieurs trangres. Aussi, il est bon de se souvenir Le Ministre de la Culture du Sngal, contre la tendance de I'Eglise une sorte
circulaires ministerielles interdissant que, en 1801, Napolon Bonaparte, Mr. Alioune Sne, Prsident du Conseil d'internationalisation du Sacr Collge,
I'usage du crole dans les tablissements Premier Consul, avait rdig, en crole, International Scientifique souch la de I'emploi des langues nationales ou
d'enseignement une proclamation destination de la FONDATIOIN LEOPOLD SEDAR vernaculaires pour les divers sacrements.
population de Saint-Domingue. SENGHOR a mis tout en oeuvre pour le
Quel choc donc a ressenti Beaulieu! succs de cette fte de la Culture. L'tat de belligerance du clerg francais
Quelle blessure aigue dans sa conception Pour terminer, nous no pouvons nos n'estpas nouveau dans I'histoire. On a la
pdagogique neuve! Traumatisme dont dfaire de I'ide savoir quele professeur Des invitations ont t envoyes mmoire la querelle des jansnistes. Pluis
on peut deviner et vivre les causes et dont Emile St. Lit, en assistant la messe en diffrentes personnalits du monde noir. prs de nous, le comportement, conforme
la non-admission de I'ECOLE REELLE crole du Sacr Coeur, moins de deux Parmi les invits, il y a lieu de signaler le I'esprit du temps, du clerg de France
NO. 1 en constituel'effet. mois avant sa mort, ait pu s'empcher nom de Dr Lois Jones Pierre-Noel, pouse I'poque de la Rvolution, le nom de
dans la mosaique des souvenirs, de laisser de notre talentueux compatriote I'Abb Grgoire, ancien veque de Blois,
Sce tournant dcevant de la vie se profiler la silouhette de son ami Vergniaud Pierre Noel, qui fera partie de est clebre cet gard. On s'tonne que
intellectuelle de Beaulieu, je partage Beaulieu, brandissant son manuel la prestigieuse dlgation de 'Universit les rformes entreprises dans le cadre du
sincrement I'opinion du Doyen de la L'ECOLE REELLE N NO. 1 dont les Howard. Elle a d envo sa Vatican II retournant l'esprit de I'Eglise
Facult de Mdecine de Loma Linda lettres brillent comme une constellation communication: Lnfluence africaie primitive, multinationale, en juger par
Californie, le Docteur Harold Shryock qui d'toiles au frontispice de la pdagogie dans 'Art Ngro-Amricain". les lettres de St. Paul aux Hbreux, au
a crit: "II est heureux que nous soyons crole, au moment ou, lui-mome, Corinthiens, aux Thssalonissiens, aux
faits de telle facon que nous regardnns s'envrait de la contemplation de la Un film documentaire sur Senghor fera Romains, On s'tonne que le prlat
toujours I'avenir. La vie perdrait une beaut du beau parler crole sous ses 'objet de la grande Premire. francais insiste sur le latin traditionnel et
grande partie de son attrait si d'avance multiples fcettes liturgiques. D'autant ces milles autres choses qui donnent un
nous pourrions voir les difficults, les plus, feu Emile Saint-Lot avait dj Le programme est copieux et ce sera aspect cach la religion du Christ alors
dsillusions qui nous attendent. Aussi analyse un autre phnomsne quique une nouvelle remonte aux sources sous que Jsus Christ, lui-mme, I'ayant voulu
longtemps que I'avenir demeure different de nature, dans sa lettre a la I'gide de I'un des plus grands potes de la tellement ouverte, fit son plus grand
inexplor, il offre une attraction qui est presse en date du 8 juin 1971. Ngritude. sermon sur la montagne.
un stimulant constant." En ce qui
concerne les circulaires ministerielles Paix aux ames de Beaulieu et de Mgr. Lefvre a rcemment rencontr le
nous soutenons que leurs signataires Saint-LIt. Saint Pre Rome et nous esprons que
avaient dvor d'un bel apptit ce que le Cordialement, -cm ce soit tant mieux pour l'unit de I'Eglise
crole avait offert a I'ardeur et au zle des Catholique Romaine.
petits paysans. Quand meme elles Elie Leblanc.


suite de apage 6
e LL'ECOLIERE. COIN DE LA POESIE

attribuant mon concept M. Georges L ECO LIERE:
Nader et qui le qualifient "d'ide neuve"
et "d'initiative qui ne ressemble aucune
autre" et enfin "d'un genre rare et Par Mme. Marcel CADUCCI Reprenaient l'aprs-midi, Pour lui offrir en cadea, Dans les lecons apprises,
dlicat". Pour ne s'arrter Une petite somme Dans les devoirs faits,
Je la voyais passer Qu' sept heures du soir d'argent : Dans cette premire place
Mon cher Loulou ne te rappelles-tu chaque matin A cette heure, elle pouvait Trente gourdes. Acquise avec tant
Un sac trou sous le bras, Se mettre a 'tude Grace a cette somme d'efforts ...
ma petite lettre, il ya deux ans environ, Sa misre se devinait Dans sa chambrette; Elle allait pouvoir Et je te bnis, O immense
dans laquelle, j'ai fait mention de ma A travers ses vtements Ou sinon, elle devait Se faire confectionner Charit !
nouvelle dcouverte, alors tu m'exhortais uss, Courir chez une Une paire de chaussures
a travailler, de ne pas lacher prise. et Et la poussire sur ses compagne, Par le cordonnier du coin Mmc. Marcel CARWUCC(
bien, mon ami, ne proclame pas trop haut jambes Emprunter un livre, Elle tait toute
ton tude, de peur que quelqu'un d'autre Tmoin d'une longue Ou copier une lecon. rayonnante
ne fasse sienne, une thorie personnelle. marche a pied. Parfois, rompue, fourbue De son succs
On sentait chez elle, Par les travaux Et de la charit d'autrui...
l'effort. journaliers, Charit qui apaise et
Cher ami, tes efforts sont louables et L'effort de maIntenir Sa longue marche a pied console,
bien anims. Continue tes recherches et la propret, Et le reste, Baume salvatrice
envoie les directement au journal. De demeurr digne dans Elle s'endormait sur Qui aide a mieux vivre,
sa dtresse. les livres Tu es dans les
J'attends tes prochains articles avec Parfois, tout en chaumires,
rand t pes aec cheminant, Se rveillant brusquement Dans les cours surpeuples
un grand intert. E'le ouvrait un livre, Pour entendre sonner Quand le menxliant
Repassait voix basse Onze heures ou minuit. partage
Je te rpondrai en temps et lieux. Essayant de comprendre Alors, il n'y avait plus Sa recette journalirel
S'expliquant elle mme Qu'a se coucher, Avec un plus pauvre,
Bien Cordialement Jef Les choses apprises. Esprant se leves Tu es dans la rue,
Je sus aprs, qu'tant A quatre heures au lieu Dans le verre d'eau offert.
orphcline, de cinq, Charit qui devrait
Elle tait accueillie Nous possder
Dans une famille Pour se remettre i bicher Et nous faire voir
N. de R. : De sept membres, Avant le rveil des autres; Dieu Lui mme
A revenus modestes. A ce rythme quotidien, Dans chaque tre
,Chaque jour, leve ds Elle avait atteint humain,
Avec Octnbre, n 'est-bientot la rentre I'aube, Le cours suprieur. Tu es dans cette famille
des classes en Haiti. La Messe du Saint Elle devait s'occuper Un matin je la vis arriver.
Esprit, I'univers des marmots qui emplit De tches diverses: Toute joyeuse elle me Qui a sa mlanire
les rues. Mais il est des coliers et Faire le mnage, montra Hberge cetae orpheine,
colires au visage trsite tel celui voqu Parfois un peu de lessive, Son carnet scolaire De dix centimes formant
par Madame Marcel Carducci dans ce Prparer le repas du Recu la veille. Cette somme de trente
poignant pome que nous extrayons du matin Premire de sa classe gourdes
quotidien haitien Le Nouvelliste: Pour toute la famille, Elle me raconta Reque de ses compagnes
Avant de pouvoir enfin Comment ses compagnes Tu es dans les livres
Partir pour l'Ecole. Se montrrent gnreuses prets,
Ses travaux domestiques En cotisant entre elles Dans chaque page copie,
UNITE, SEPTEMBER 30, 1976
........--~,6J7






























10e JO URNEE LE PREMIERTBATEAU HAITIEN
C BILAN CRITIQUEDE I'ONAAC
5 1







BILAN CRITIQUE DE I'ONAAC
M ONDIALE La TEKNIGLASS INDUSTRIES,
compagnie industrielle que dirige
D'ALPHABE- I'ingnieur Brad Smith connu aussi bien Par Frantz MICHEL
au Brsil qu' Trinidad, vient de lancer
TISATI : son premier bateau en Haiti. La photo A I'occasion de la 10e Journe masses, en vue de rendre plus accessible la
TISATIO N: ci-contre montre un appareil perfectionn Mondiale d'alphabtisation, le 18 voie qui mene au dveloppement,
d la science de Mr. Smith aussi bien septembre 1976, nous avons eu un fonctionne. II faut avouer que sa
8 SEPTEM R E qu'aux bras des ouvriers indignes. De entretien avec quelques spcialistes de naissance a t salue par la mfiance ou
C u/ B pre en fils, du reste, les haitiens se 'Office National d'Alphabetisation et le doute des uns; aujourd'hui encore
transmettaient les connaissances d'Actinn Communitaire (ONAAC), I'incomprhension ou I'ironie des autres
1976 routinires en fait de confection de Organisme charg officiellement de la semble oter a cet organisme toute
7 bateaux ou de grands voiliers sillonnant di r ectio n du p r o gra m me gitimit. A premiere ..vue, certaines
nos mers agites. Puisqu'on a la chance d'Alphabtisation en Hait. Ce qui nous dispositions psychologiques dfavorables
.d'avoir a sa porte la technique moderne vaut ce prsent article. paraissent justifies.En effet, I'intitution
et des appareils perfectionns, ne (ONEC ou ONAAC) compte 15 ans
conviendrait-il pas, partir de la 11 sied toujours de rappeler que d existence. Or les statistiques naccusent
Tekniglass comme atelier, penser une I'analphabtisme et d'une facon plus large pas une rgression franchement sensible
A la confrence te.e Theran en cl navale offrant une nouvelle carrire I'ignorance reprsente une vritable force d taux dnalphatisme das le pays.
1965, par I'UNESCO, I'apalphabtisme aux jeunes sortis des classes? d'inertie qui empeche I'clatement des Certains, croyant toucher le coeur du
qui frappe plus de la moiti dpe l structures traditionnelles arrires et problme, rejettent le principe mme de
qui frappe plus de la moite de la anachroniques et, par consquent, limite I'alphabtisation des adultes, parce qu'ils
spuljet dbattu. On a soutign que ce flaul les possibilits de dveloppement intgral estiment que I'analphabtisme lev n'a
set part i rement grave dans les pays LE PONT BORNO A PETION-VILLE d'une socit. Aucune politique sociale pas empch certains peuples d'atteindre
Sus soue gs-dvea PloP s S'E FFON OARE visant le bien-tre des masses ne peut un niveau apprciable de dvelappement
1 s conomiqemen Dans une allnutin, le atteindre tous ses objetifs avec un taux Sans vouloir cependantnouslancer dans
conomiquement. Dans une alncutian, le t *a ..tionnel des considrations qui dpassent le cadre
Directeur Gnral d'alors de I'lnstitutinn L'attention des pouvoirs publics a t tres lev d'analphabtisme fonctionnel des p rsn artions qi dn ent adre
de la Rue Klbert a Paris, Mr. Ren attire par nos confrres de Port-au-Prince ou absolu, comme celui d'HAITI. Depuis du sentarticle, i convent d'admettre
'A HEU devait dclarer: "Si sur l'urgente ncessit de faire des travaux longtemps, une certaine lite a pris qu'il existe un seuil partir duquel
I'analphabtisme fait partie du de rfection au pont Borno Ption-Ville. conscience de cette triste ralit et des alphabtisme ree le processus
Sous-Dveloppement, I'alphabtisation Cinquante ans depuis la ralisation de demarches intressantes ont t ultrieurdu dveloppement.
d,)it tre partie intgrante du cette bauvre d'art, le pont ainsi donc, entreprises: la campagne pilote
dit etre partient intgrante du ce le te e l d'art, le pont ainsi d'Alphabtisation en 1944 par le Dr. Certes, I'analphabtisme n'empeche pas
dveloppement". C'tait done inviter les tombe dans la catgorie des monuments Charles LAUBACH, la cration de tojours le dveloppement et de plus sans
gouvernements a prendre les dispositinns historiques. Si les Travaux Publics sont I'ancienne section de 'Education des un certain niveau, de dveloppement
ncessaires pour solutionner cette directement viss, n'empeche que I'action Adultes au Dpartement de I'Education conomique I'alphabtisation elle meme
situation d'une gravit majeure, vigilante de I'Edilit de Ptin-Ville eut Nationale, la nuvelle campane est handicape. En effet, pour 'homme
!'analphabtisme, facteur de blncage du t fort bien venue. Nanonaie, la nouveiie campagne npanap ri satisfair w dfveloppemet inttgral proclame par la loi du 4 septembre qui est incapable de satisfaire ses besoins
dveloppem ntgr. 1958... lmentaires, I'alphabtisation peut
paraitre un luxe. Comme on le saisit7.une
Aussi, les Ministres de 'Education qui Entre temps, dans certains cercles, les certaine dialectique existe dans la
ont particip cette importantd rNATIONALISATION DES BIENS DE ides aot muri. Les spcialistes ont re ation : Dve o pp em e nt
confrence ont dcd de consacer le 8 L'EX-DIRECTEUR DE LA REGIE analys les causes des prcdents checs. conomique-Alphabtisation. Le premier
Septembre: Journe Mondialrn DU TABAC ET DES ALLUMETTES Le concept meme de campagne facilitant la deuxime qui, a son tour,
d'Alphabtisation. C'est un jour d<; rpnfnrrp t plarnit lp<; nn rflexion, d'valuation du chenmi d'alphabtisation a t mis en cause pour renforce et largit les possibilits du
parcouru et d'engagement ferme. cder la place a des programme bien premier.
Inspir d'une loi du 16 aout 1870 structurs d'ducation, de formation
concernant les biens meubles et intgre. Par ailleurs, tout dveloppement
L'Office National d'Alphabtisation immeubles des fonctionnaires et auquel on peut arriver avec une
et d'Action Communautaire (ONAAC) employs du Dpartement des Finances Plus tard, en janvier 1969, le Dr. population analphabte est forcement
substitu en 1969 I'ONEC (Office et de tnus comptables des deniers publics, DUVALIER voulant souligner le limit dans sa realit et quant au nombre
National d'Education Communautaire) en gnral, un dcret prsidentiel en date dynamisme qui doit caractriser la de personnes qui en profitent vraiment.
crio en 1961ca i m anifest s du 16 septembre 1976 proclame en son nouvelle institution, procda a des 0r I'une des plus grandes vocations des
cr en 1961 place les manifestations article premier q,'e tous les biens meubles redressements, modifia les structures de socits est d'amliorer les conditions
prvues sousle thme:"L'ducation pour et immeubles ayant appartenu I'ONEC devenu ONAAC (Office National de vie des individus par la mise en place
la promotion intgrale de I'homme". I'ex-directeur de la Rgie du Tabac et des d'Alphabtisation et d'Action de cadres instutionnels adquats et la
Allumettes, M. Henri Siclait, sont et Communautaire .) valorisation des ressources naturelles et
Nous souvaitons que ce 8 Septembre demeurent proprit de I'Etat, sans intellectuelles au bnfice de "tout'
1976 marque un nouveau dpart pour prjudices des poursuites pnales prvues Ainsi, depuis 1961 un organisme homme et de tout I'homme".
une retentissante victoire sur I'ignorance. par la loi. specialis, responsable de I'ducation des suite page 9
UNITE, SEPTEMBER 30,1976
-8







I 0^ 1 nrAI/OBITUAIRE

ECHOS DHAITI'
MBIC se de Mme Lionel Sympson, ne Evelyne Fidli
BILAN CRITitUE DE L'ONAAC suite de la page 8 12 sept
D onc pour etre intgral, D'abord I'alphabtisation du pays ne peut imprgne I'arrire-pays. Ce changement Samantha Durocher
le dveloppement postule le bien tre incomber uniquement une institution. d'attitude-qui ne peut tre que bnfique 13 sept.
matriel et moral gnralis, la libration Ensuite, elle sera ncessairement de au Dveloppement, on le doit, en partie, a
intellectuelle et spirituelle de I'homme Iongue haleine quand on se souvient que I'ONEC ou I'ONAAC. Et c'est Mme Leslie Brant (Montreal), Canada,
par I'expansion du savoir. C'est la une moins de 25o/o des enfants de O a 13 ans r9confortant, positif. On ne peut recenser ne Jane Etheart.
vrit qui doit inspirer les dmarches de sont scolariss. Ce qui veut dire que le nombre de kilomtres de routes que les 10 sept.
I'homme moderne et particulirement de chaque anne un pourcentage important C.C. ont rpars, les centres sociaux, les
ceux qui chet le lourd et honorable de jeunes atteigiant I'age fatidique de 14 locaux scolaires qu'ils ont construits, les- Mme Vilbrun Courtois.
privilge de diriger les peuples. ans renforce la clientle d'adultes journes communautaires ralises, les 7 sept.
analphabtes. De plus, I'ONAAC ne ppinires d'essence fruitire ou forestire
Bref, ceux qui soutiennent que les dispense que d'un budget rduit qui ne lui amnages, les sources captes, les murs Flix St. Macary
gnrations adultes analphabtes doivent permet pas de payer les moniteurs et de protection de sol rigs etc. Toute 14sept.
tre sacrifis au profit de la scolarisation d'quiper de nombreux centres Institution oprant dans l'arrire-pays est
massive des jeunes, ont tort. Si I'on met d'ducation travers tout le pays. oblige de s'appuyer sur les' structures Mme Edmond Daguerre, ne Maria Bath.
de cot I'aspect purement philosophique disponibles de I'ONAAC. Actuellement, 14 sept.
ou motionnel de la question qui veut Certes, depuis prs de trois ans, I'office est l'agent excutif du Programme
que tout homme droit I'instruction grace un contrat entre le du PRONUDERU. Cepentiant, nous Frdiic Nicolas
comme I'agonisant aux soins, I'urgence gouvernement et la FAO, le programme reconnaissons qu'avec plus de mthode, 14 sept.
meme du dveloppement conomique alimentaire mondial (PAM) accorde des de dtermination, de sens de la
tout court rend ncessaires subside' alimentaires plus de 6.000 responsabilit de la part de ses agents, son Lorrain Dehoux
I'alphabtisation et I'ducation -des agents d'Alphabtisation, ce qui a donn apport a la politique sociale et 15 sept.
adultes. un nouveau souffle au programme de conomique du gouvernement de la
I'ONAAC. Nous ne reconnaissons pas Rpublique aurait t plus dterminant. Francis Trnard
En effet, la masse de nos analphabtes pour cel que tout marche bien dans ce Nanmoins, les dirigeants actuels de 15 sept.
se situe entre les groupes d'ge variant de domaine. I'Office, conscients des lacunes pass4es
14 55 ans. L on trouve des individus sont fermement dcids oprer les Mme Silvanio Garcon
relativement jeunes capables de fournir Quant au grief concernant I'apport redressements ncessaires pour que 14 sept.
10, 20, 30 ou mime 50 annes de travail. ngatif de I'lnstitution au dveloppement I'lnstitution s'imbrique sans bavure dans
Donc ignorer ces adultes c'est vouloir du pays. nous le croyons vraiment la ligne de la philosophie sociale qui l'a Mme Elza Baptiste
stopper le dveloppement en attendant prmatur, hatif. Certains pensent que inspire et remplisse pleinement son rile 14 sept.
que les enfants scolariss viennent I'ONAAC est une institution d'aide dans la rvolution conomique engage
prendre leur place dans le circuit de la financire et une banque d'quipement. Par le chef d'Etat Haitien. Edner Chatelain (New York).
production. Or, les adultes analphabtes Tel conseil communautaire prsente 11 sept
reprsentent peu prs 70o/o de la force un devis, tel autre rclame bulldozer, Des jalons intressants sont dja
active du pays, force qu'il faut rendre tracteur ou des outils aratoires, telle poss. Dans son plan quinquennal 76-81, MPlme Vve Louis Mentor, ne Ccile
immdiatement efficace et dont ltous autorit soumet une liste de 100, ou 300 I'ONAAC prvoit des CEDEV (Centre Nrestant.
avons le devoir d'assurer la promotion. Ce personnes a engager comme Moniteurs d'ducation pour le Dveloppement) qui 15 sept.
qui profiter galement leurs enfants. etc. Et quand I'lrstitution avouei remplaceront progressiement les centres
"^ l'impossibilit de Mmem Eugel Ambroise, ne Antoinette
C'est a mission honorable que le Dr. les gens fiurieux vous claquentla porteau n o u v e 11 m t hdd e ra pide Antoine.
DUVALIER avait confie a I'ONAAC. nez et vont rpandre contre elle les d'Alphabtisation mise au point aux 15 sept.
Mais l'lnstitution est-elle dans la ligne de propos que I'on sait. Cotes-de-Fer par un quipe de spcialistes
la philosophie qui I'a inspire? de I'ONAAC et de I'IPN, elle sera INMEMORIAM
Demeure-t-elle un instrument au service Or I'ONAAC est avant tout un applique dans certains nouveaux
du dveloppement du pays? organisme technique assurant la fonction modules crer dans diffrentes zones du Mr. Lorrain Dehoux ancien Snteur
de Coordination, d'encadrement des pays, en attendant que I'augmentation d l Rpublique
Pour la majorit des observateurs, populations et particulirement de des ressources humaines et financires puque.
I'ONAAC ci-devant I'ONEC a rate sa motivation par I'intermediaire de ses permettent de la gnraliser. Cette itn i
vocation et ne sert pratiquement pas agents sur le tas: Coordonnateurs, mthode qui produit deux gnrations de s r egistrons avec peine par dnrt
grand chose. Mais ceux qui regardent de a n i m a t e u rs p ol y va I e nt s, d'alphabtiss par anne s'est rvle plus de Me. Lorrain Dehoux une parure de
plus prs la ralit hsitent a formuler Assistants-animateurs... Ces derniers sont que concluante ,et bnficie des notre socit.
des opinions aussi peu nuances. des messagers toujours prets aider les considrations logieuses des expertsrps L ,
populations identifier leurs problmes trangers. Anienr memm e S du Crpsgilati t
Certains considrent I'ONAAC et a trouver ensemble les moyens de les de sruest. Originatire de and-oarteme,
comme une officine ou des solutionner en comptant d'ahord sur leurs L'ONAAC est donc une Institution deI est Oriare e Gan oae
aventuriers se livrent des jeux propes forces, sur les ressources de toute premire importance. A demeura attach son patelin ou ii
d'intrigues pour tre plus prs de l'assiette matrielles et humaines disponibles. I'occasion du 8 septembre 1976, 10e rsidait le plus clair de son temps.
au beurre. Je crois sincrement que ce Donc I'ONAAC ne contribue pas journe Mondiale d'Alphabtisation, cet Avec Lorrain Dehoux, disparait I'un de
n'est pas du tout juste. D'ailleurs, nous ne seulement rduire le taux Office raffirme sa fo dans la promotion ces grands natinalistes domins par le
prtendons pas que tout marche ou a d'analphabtisme dans le pays, mais intgrale de I'homme par I'ducation. rve d'une Haiti prosprant dans la paix
march parfaitement Cependant nous s'occupe surtout de I'ducation dans le et la libert. II vcut assez longtemps
estimons que cette Institution a toujours sens large du mot, de la conscientisation heureusement, pour voir ce progrs
t la grande incomprise. Quels sont les des masses, librant ainsi des nergies, frapper aux portes de son Grand-Goave
principaux griefs formuls contre elle? provoquant des vocations, dcuplant la natal: la nouvelle route nationale, plages
volont de s'engager, de participer au et hotels, etc.
1. Notre pourcentage lev progrs de la communaut. Nouscroyons
d'analphabtes aprs quinze ans que sur ce point essentiel, il n'a pas Paix son ame et condolances mues
d'existence de I'institution. entirement chou. II est difficile aux parents affects par ce deuil.
2. Son apport ngatifau dveloppement nanmoins d'valuer I'importance du
du pays. travail ralis, car les phnomnes d'ordre
3. Son incapacit de formuler une ducatif, psychologique chappent a la
mthode d'Alphabtisation des mesure. Cependant le mouvement LE AMNO
adultes, une graphie du crole et communautaire qui se rpand travers
assurer effectivement la direction de le pays tmoigne avec loquenc que nos C MM RC
l'ducation des adultes. paysans, que nos villageois d'aujourd'hui CE CIAL
sont diffrents de ce qu'ils taient
A la vrit, de tels griefs ne sont pas autrefois. lis sortent de leur apathie pour
sans fondement Certains dirigeants ou devenir prsidents, vice-prsidents, TOUS CEUX QUI DESIRENT PLACER UNE
membres du personnel technique ou conseillers, membres de conseil ANNONCE PEUVENT LE FAIRE EN APPELANT
administratif ont trop souvent agi de communautaires. Participez une
facon irresponsable plagant d'autres runion de Conseil communautaire, vous LE N UMERO 212) 343-8195 0U ECRIRE
intrts avant ceux qui ont inspir la verrez avec quel serieux, quel DIRECTEMENT A L'EDITEUR DE UNITE.
cration de cette Institution, I'une des dvouement, quel courage les problmes
plus ncessaires du pays. Quoiqu'il en de la communaut sont poss. Et vous
soit, il y a lieu de faire des rserves. serez difi sur la nouvelle mentalit qui
UNITE, SEPTEMBER 30, 1976 9








ECHOS D'HAIT NOS HEROS

DES FONTAINES PUBLIQUES

DANS LES COMMUNES












ETIENNE ELIE GERIN
Homme de couleur, est n aux Cayes le


Fo Fntaine publique au Vieux Bourg d'Aquin- qui refuserent de preter le serment de respect
aux blancs en septembre 1790..En 1793, il
Dans le cadre d'un programme cdu aux Caves et ailleurs, des fontaines cpmmanda le camp des Baraderes, en 1799 il
Dpartement de la Sant Publique, publiques ontt riges qui dispensent le eut le commmandement de I'Anse-a-Veau.
Tnrbecklc comme & Vieux Bonirg d'Aquiir., prcieux liquide la grande joie des
populations du Su. Grin fut partisan de Rigaud dans la
mapopulatnslheureuse guerre e 1799 a 1800. Fait
NOUVEAU LIVRE DE CALCUL POUR prisonnier et conduit a Port-au-Prince, il allait'
subir le sort des victimes de la Croix des
ENFANTS, DE M M E. FRANK PAUL Martyrs quand Dessalines admirant son
L courage et son mpris de la mort le prit sous
Llia Lhrisson, Rose Lhrissnn I'Ecola Norma!e du temps de Dumarsais sa protection.
Michel, Llio Faublas, Rodolphe Paul, Estim, vient d'ajouter une liste dja
Marie Thrse Colimon sont de ces longue d'oeuvres utiles, le CALCUL II, Surnomm par ses soldas "Cte de fer" a
ducateurs qui auront marqu leur faisant suite au CALCUL I, destins aux cause de sa bravoure, il prit une part active
passage dans I'enseignement primaire nar pleves de la onzime. C'est un livre: dans la guerre de I'lndpendance. En 1802, l
des oeUvrres dignes de I'Ecoe !elatier.hep attryant- appel faire la'joiedes petits tait Chef dp Bri adedans les ragsran9ais.
aissi bien que celle de leurs parents et. I 'se rallia Petione aucamp Petit,et rorga.sa
pour lequel nous complimentons la l-a 3eme demibrigade dont r il eut ld
Madame Frank Paul, ne MIarthe Bali', directrice du Collge du Canap Vert, commandement. Au camp Grard, Dessalines
qui est de la brillante promotion sortie de Madame Franck Paul. ''leva au grade de Gnral de Brigade (Juillet
1803). II avait dnomm I'Armee de l'Ouest
A LA REGIE DU TABAC ET DES ALLUMETTES: et du Sud "Armes des Jucas". II fut un des
signataires de I'Acte de I'lndpendance.
De Port-au-Prince, un communiqu significative des articles et produits En juillet 1805, il devint Gnral de
informe qu'une commision compose de en rgie, division puis Ministre de la Guerre et de la
cinq citoyens a t form en vue 2.: Une valuation 'exhaustive du Marine, II prit une part active dans la rvolte
d'enqueter sur le fonctionnement de la montant des recettes provenant de qui devait renverser I'Empereur. Grin fut
Rgie du Tabac et des Allumettes. ces diffrentes sources. nomm Snateur sous la Rpublique par
S3.: De la commission sont attendueese I'Assemble Constituante (28 Dcembre
La tche de cette commission, recommendations se rapportant 1806) puis commandant du Sud le 18 Janvier
d'apres une lettre prsidentielle, serait I'organisation des services 1807 par le Snat. A la nomination de Ption
d'valuer les recettes de cet organisme. -d'inspection et de perception et des la l ere magistrature de la Rpublique, Grin
1.: Par une identificatindes surces de suggestions pour la mise a jour des mcontent se retira a I'Anse Veau et
revenue et uni mcanismes de fonctionement de ces conspira contre le gouvernement.
ue et une clifiservices.
Ption donna I'ordre au Gnral Bruny
de I'arrter. Le 18 Janvier 1810, le Gnral
i' Grin, sur le point d'tre pris, se brla la
IMPORTANT cervelle. II tait ag e 53 ans.


Nos rdacteurs, meme quand ils sont TRANSPORT INTER-MODAL CORPORATION
membres de notre organisation, ont la facult de Transports rguliers vers Transport priodique vers tout r
i du T desransports regulers vers Transport penodique vers tout autre l
pouvoir exprimer leurs opinions qui demeurent laiti, Martiniiue et Guadeloupe pays du mond par mer ou par air.
strictement personelles et n'engagent en aucune
faqon le journal proprement dit. Seuls les Specialistes en embarquement de bagages Emballage dans caisses en bois claire-voie
itoaux de UNITE et qui sont intituls neffets personnels, et dans des containers en acier.
Litoriax de UNTe quison intius mobilier de maison, autSmobiles.
comme tels reprsentent la position idologique otre serve e d mio. A ua prte.s
et politique du journal. Cette attitude de notre e
part reflate le caractre dmocratique que nous NEW YORK 2460 Lemoine Avenue NEW JERSEY
212 Ft.LEE, N.J. 07024 201
entendong maintenir tant au sein du Conseil de 212 Ft.LEE, .. 07024 201 461-2913
9b4-4541 461-2913
l'Union Haitienne que dans la ligne de conduite 5 Beekman St.
du journal. Les auteurs qui devront toujours A New York, N.Y. 10038
signer leurs articles seront les seuls responsables .lMembre de la Chambre de Commerce francaise
de leurs opinions. aux Etats-Unis

10 UNITE, SEPTEMBER 30, 1976








LES RIVES JOUINAL ULE

DU WASI-INGTON
POTOMAC
Frantz Lubin


PLEINS FEUX SUR LE JIMMY CARTER
ET LES DROITS HUMAINS:
PROGRAMME DES PETITS ET LES DROITS HUMAINS:
PROG RAM M E DES A la convention du B'nai B'rith prcis en expliquant comment il compte
PLANT U RS. reunie le mercredi 8 septembre I'Hotel mettre en applicatinn I'tranger ses vues
Washington Hilton, M. Jimmy Carter, sur le respect des droits humains et de la
Cejour- M. John ntdespetisfermiersdisposantdemoins can-didat dmocrate la prsidence des personne humaine.
C jour-lal M. John sont des petis fermiers disposant de moins
Metelsky haut fonctionnaire de I'Agence d'un demi carreau de terre cultiver. Ets-Unis, prononca un vibrant message Le populaire aspirant la Maison
Pour le Dveloppement International L'utilisation par ces petits fermiers de au sujet de la politique de son pays Blanche a dit que le sort des prisonniers,
(AI) me recoit en son confortable mthodes agricoles archiques et 'emplo vis--vis de nion Sovitique, 'Europe des dissidents et des personnes dsireuses
bureau enfonc dans I'arrire -plan de inadquat d'engrais font que le minimun de 'Est, e Chili, La Core du-Sud et d'migrer en sral jouera son rIle au
I'aile nord-est du Dpartement d'Etat. de rendement dans la production cafeire d'autres tts du mon e dont les cours de ses ngociations avec I'Union
haitienne figure parmi les plus bas du gouvernements pitinent les liberts Sovitique. "A propos de nos allis, tels
L'ocassion? Un impromptu change monde. En Haiti le minimun de humaines et les "valeurs americaines de que la Core du Sud, nous devons user de
de commentaires sur un magistral article rendement est de 560 livres I'hectare. base." M. Carter a promis,sil est lu, de notre norme influence en vue de faire
que publia mon hote dans I'dition mai Dans plusieurs autres pays, ce minimun consacrer plus d'attention que le triompher la libert dans ces pays qui
1976 de WAR ON HUNGER, I'une des est de 2.240 livres I'hectare". prsident Ford au chapitre de la mise en dpendent de nous pour leur survie." a
nombreuses revues scientifiques et valeur des liberts. Mais il n'a pas t t-il ajout.
d'information que produit AID. More "En revanche, le caf haitien jouit
Coffee More Income For Haiti's Small d'une bonne cote sur les marchs
Farmer, traduisez: Plus Grande mondiaux, et son prix y est plus lev que LE PRESIDENT TOLBERT AU N.P.C.: M. ROGER GAILLARD BIENTOT
Production Cafeire Substantielle celu du caf sud-amricain" AU SENEGAL:
Revenue Pour Les Petits Fermiers Le Prsident William Tolbert du II nous a ete rapporte que M. Roger
Haitiens. "En Haiti la production cafeire est Libria prononcera le mercredi 22 Gaillard, actuel rdacteur en chef fu
faible pour plusieurs raisons: trop de septembre prochain une conference au quotidien de Port:au-Prince, Le Nouveau
Un programme conjoint cafiers grandissent dans I'ombre; pour National Press Club a Washington. On Monde, vient de rpondre positivement
amricano-haitien, d'un cot de sept .une croissance optimale, les pieds d'arbre s'attend ce que le Chef d'Etat africain 1'invitation de visiter le Sngal que lui
millions sept-cent mille dollars ont besoin de soleil; Ne recevant qu'un fasse connaitre la position de son pays adressa, peu aprsson voyage en Haiti, le
(7.700.000) est en pleine excution-l I prix tres has pour leur denre, les fermiers I'gard des actuels developpements qui se prsident Leopold Sedar Senghor. La date
vise l'lvation du niveau de vie de 1.7 ne prennent pas suffisamment soin des produisent actuellement en Afrique de I'arrive Dakar de M. Gaillard ne
million d'ames, soit le tiers de la cafiers. Le rendement minimal est bas a australe. nousa pas t communique.
population haitienne. Le partenaire cause de I'rosion du sol et de
amricain est I'Agence Pour le I'insuffisance des engrais. II arrive souvent
Dveloppement International. que les paysans obtiennent une espce de
: -caf,- ide: sualite infrieure appel. QUAND LES ANGELS RECOIVENT:
Les points saillantde 'tu de:M. "arabica-, "N
Mtelsky sont les suivantes:. : .
"L'un des oijectifs du Plan
Quinquenal est d'aider le cultivateur
"Un emprunt de $6 million augmenter le rendement minimal par acre
quote-part de I'AID au Gouvernement de 560 a 1650 livres."
Haitien permettra ce dernier de mener
bien son plan quinquennal pour la "Le projet offre deux types de
production cafiEre par les petits production aux cultivateurs: nouveau
planteurs. Par une amlioration mode de plantation et rhabilitation des
qualitative et quantitative, 370.000 bocages existants. Ces types de
familles paysannes connaitront une production n'excluent pas la ralisation
certaine lvation de niveau de vie". de pieds de caf plus robustes, le rglage
des espaces et I'empli des engrais, des
herbicides et des insecticides."
"M. Daniel Parker; administrateur de
la Division Haitienne I'AID fait ressortir "De toutes ces techniques, I'usage des
que la plupart des producteurs de caf suite page 12



Mme Alma R'-1gel
Le jeudi 2 septembre au soir, tandis excellences Rudolphe Agre, ambassadeur
que soufflaient les premires briss de des Etats-Unis au Sngal et son pouse,
I'automme, I'Honorable Charles Rangel, M. Georges Salomon, ambassadeur d'Haiti
Representant dmocrate au Congrs, Washington et son pouse, M. et Mme.
membre influent de la coalition Victor Assevero, Mme. Yanick Ba, pouse
intra-snatoriale denomme 'le "Blackl de M. J. Ba, ex-attach de presse a
SsCaucus" dont il fut le chairman, donnait I'ambassade du Sngal aux Etats-Unis.
une gentille reception en sa residence Dns une tmsph
I'avenue Colorado, I'intention d'un Dans une atmosphre de detente et
groupe d'amis parmi lesquels des chefs de de camaraderie, I'on passa un agrable 8 a
missions diplomatiques. 11 au cours duquel les prestigieux
amphitryons donnrent toute la mesure
En un salon meuble avec got, aux de leur entregent et de leur sens de
murs pavoiss d'objets d'art africain et de I'amiti, Le clou de la soire fut
fresques de choix, M. et Mme. Rangel incontestablement la maitresse de maison,
recevaient Son Excellence M. Maurice la gracieuse Alma Carter Rangel qui
King, ambassadeur de la Barbade et offrait son sourire magique tandis que son.
Des officiels de l'AID en confrence. M. Daniel Parker est la troisime personne, a prsidenten fonction de I'Organisation des mari, M. Rangel, dispensait de la bonne
partir de la gauche. Etats americains et son pouse Lisette. humeur et des mots aimables I'endroit
Comme autres invits, etaient leurs de ses invits.
UNITE, SEPTEMBER 30, 1976 11








JOURNAL DE WASHINGTON suite lapage 1

PLEINS FEUX SUR LE
HAITI CHOC COMBO PROGRAMME DES PETITS
PLANTEURS.--
engrais est la plus importante: 80 pour les conditions de travail de 14,000
cent de I'apport financier de I'AID ont cultivateurs, les plus pauvres paysans des
t consacrs I'achat des fertiliseurs." secteurs les plus isols de la campagne
Shaitienne. Grace cette allocation,
"En vue de doter les planteurs d'un l'Office National du Cafe pourra
know-how adquat, le programme rpand financer la construction de nouveaux
les activites agricoles en construisant des centre regionaux et I'puverture de.
centres ruraux rgionaux et en amliorant nouvelles voies d'acces aux regions les
les modes d'octroi de crdit aux plus recules".
cultivateurs. L'amlioration de 150
= C kilomtres de route intrieure constitue "Les centres regionaux de Fonds
un facteur positif complmentaire." -des-Nigres et de .Lafond, petit village
situ non loin de Jacmel sont en voie
S"Six centres rgionaux sont en d'achvement.
\. construction dans les zones cafires.
D'une tendue de 15 acres, chaque centre Somme toute, I'expos de M.
disposera d'outils agricoles varis pour la Metelsky est des plus instructif. L'avenir
production et I'entretien des semences, de I'agriculture haitienne, estime- t-il, est
des maisons d'habitation pour le assez prometteur. Superviss
personnel technique, des entrepits pour occasionnellement par I'ambassadeur
le stockage des engrais, des instruments americain Heyward Isham, les travaux de
aratoires, des facilits pour le schage de I'AID en Haiti vont bon train. Des
la denre, et le recyclage des fermiers resultats apprciables sont obtenus. Un
des intervalles rgulires. Les cultivateurs mois et demi aprs la publication des
auront ainsi I'occasion de se familiariser accusations du journaliste Jack Anderson
IIAITI CHOC COMBO, la coqueelu"ie dh ."shinrgton vous fail danser. avec les techniques pousses de raffinage contre les officiels de la AID en Haiti,
de la bonne musique pour la communaute du grain, tandis que leur seront (Washington Post, August 4, 1976) les
Le jazz haitienne et lui fournir des occasions de inculques les notions essentielles de lumires que viennent de projeter M.
haiten qufait parler de i travers la rencontre en offrant le plus souvent coperative et de direction." Metesky snt le baromtre des activites
rencontre en offrant le plus souventc e i
mtropole. On s'en rgale tous les samedis et des ressites de cette agence en Haiti.
dans le cadre enchanteur de 'Hotel pssibledessiresdansantes "A 'heure actuelle, 'on truve des
Ambassadeur. Car il est createur de e centres rgionaux au Borgne, Plaisance M. Metelsky est un professionel du
I'entrain et du sain divertissement. CHOCns e HAITI au Dondon, Ja cmel, Fond des Nlgres journalisme. Aussi, brille t-il par sa belle
CHOC CM : et Beaumont." plume au National Press Club dont iu est
IM;; Jean Robert Volel public relations Jean Robert Balthazar, prsident I'un des membres les plus dynamiques.
de HAITI CHOC COMBO a bien voulu Robert Richard Maestro Ici M. Metelsky fait une pause pour Exprimant sa confiance vis--vis du
rsumer pour "Le journal de Washington" Emmanuel Volel Chanteur mettre sous mes yeux des photos, les unes projet, M. Daniel Parker a dclar ce qui
la philosophie de son groupe: "composer Jean RobertVolel Relation Publique plus difiantes que les autres, tmoignant suit: "...Un tiers de I'humanit vivant
de l'envergure et de la portee du projet. dans des conditions engendrant le
desespoirn wus lance le dfi d'aider crer
L'ORCHESTRE SYMPHONIt UE D'HAITI J. PiERRE CHARLES PINGITORE "Une allocation speciale destine a un ordre politique et conomique qui soit
AU KENNEDY CENTER. NOUS REVOIT soutenir les crdits des fermiers apporte m0me d'assurer la participation de tous
un appoint apprciable au Bureau Haitien les membres de la famille humaine une
En presence d'une assistance Le samedi 28 Aout dernier visitait du Crdit Agricole et I'Office National vie dcente. Le projet de cafier pour
compose en majeure partie d'trangers, aimablement notre bureau M. Pierre du Caf dans leur entreprise d'amliorer Haiti est une facon de relever ce dfi..."
I'Orchestre Symphonique de la Trinit se Charles Pingitore deuxieme secrtaire
surpassa au Kennedy Center. C'etait le I'ambassade amricaine Port-au-Prince
lundi 30 Aout. et distingu directeur de I'lnstitut
Haitiano-amricain.
Venus directement de la capitale Haitiano-amricain. LISEZ LE JOURNAL DE WASHINGTON
haitienne les jeunes musiciens le I'Eglise M. Pingitore est un crologue FAITES CHERCHER UN PARENT
de la Trinit gratifirent un dense public appliqu qui s'exprime aisment en la VIVANT EN HAITI. UN FRERE, UNE
de la richesse de leur rpertoire. Ceci langue haitienne. SOEUR, UNE COUSINE, UN ONCLE,
entre les murs d'un lieu qui les placa UN EPOUX...
d'emblee sur le chemin de la clbrite. Ses vacances termines, c'est avec SATISFACTION GARANTIE.
plaisir qu'il regagna Port-au-Prince o il LES ENTERPRISES CONTINENTALES
Accourus pour les applaudir, des donne le meilleur de lui-meine la tte de 1032 NATIONAL PRESS BUILDING
compatriotes vivant Washington en cette fameuse cole de langue anglaise WASHINGTON, D.C. 20004
eurent tout leur"soul"jusqu'E pleurer qu'est I'lnstitut Haitiano-amricain.
d'admiraton.
Nous le remercions de sa marque
A I'issue du concert, un buffet garni d'amitie notre endroit.
devait faire les dlices d'environ 600
personnes dont les commentaires logieux
a I'endroit des musiciens disaient trop OBTENEZ SANS PROBLEME LA RESIDENCE AUX U.S.A.
bien qu'elles taient tout fait conquises.
Une bonne propagande touristique pour OBTENEZ LA PROLONGATION DE VOTRE VISA DE TOURISTE
Haiti.
OU D'ETUDIANT
LISEZ LE JOURNAL DE WASHINGTON MARIAGE*DIVORCE*NOTES SOCIALES DANS LES JOURNAUX
BUREAU HALTIEN DE PRESSE
BUREAU HAITIEN DE PRESSE D'HAITI CARTE DE SECURITE SOCIALE

1032 NATIONAL PRESS BUILDING
1032 NATIONAL PRESS BUILDING APPELZ DES MAINTENANT LE (202) 347-8266
WASHINGTON D.C. 20004 (703) 549-2764

TEL. (202) 347-8266 ECRIVEZ AU: LES ENTREPRISES CONTINENTALES
1032 NATIONAL PRESS BUILDING
03) 549-264 ASHINGTON D.C. 20004 USA


12 UNITE, SEPTEMBER 30, 1976








NOUVELLES



SINTERNATIONALES
:i Selon des informations du 18 un tribunal anglais, le 17 septembre 1976, Dlgation; Monsieur Herv Michel,
septembre de I'Agence AFP D'Econe, la rclusion vie pour avoir tent de Ministre Conseiller, Monsieur Alix Jean-Claude Bordes, Consul d'Haiti
Suisse, le prlat francais pratiquement tuer ses parents. Cette jeune fille du nom Charlmers, Premier Secrtaire, Monsieur Chicago.
schismatique, en rebellion contre le de Diane Irons, originaire de Niton, sur
Pontife de Rome, aurait I'intention de I'ile de Wight, a avou s'tre inspire
construire une Basilique quelques des romans d'Agatha Christie et des
kilomtres du Sminaire d'Econe, sa films d'Alfred Hitchcock pourprparer le
rsidence habituelle dans le Valais, Suisse. meurtre de ces gens qui I'avaient adopte
I'ge de six ans.
Mgr. Marcel Lefvre, le prlat en
question avait critiqu la dcision papale Au cours d'un premer essai, Diane
de faire dire la messe dans les langues lrons coupa le cable des freins de la
rgionales et persistait enseigner aux voiture de son pre adoptif. Etonne de
tudiants, aspirant la prtrise, que seul rencontrer ses parents le soir la
le latin, pratiqu depuis vingt sicles dans maison, elle mit le feu dans le garage dans
les glises catholiques, devait tre la l'espoir que le rservoir exploserait et
langue des officiants des services detruirait la maison.
religieux.
En prsence de ses parents atterres,
SDans un ditorial, la revue des Diane irons a dclar aux juges: "j'en
Jsuites italiens proche de la Secrtairerie avais assez de me conduire en petite fille
d'Etat du Vatican, "Civita Cattolica" au modle. C'est pour cela que j'ai voulu
cours de la semaine du 13 septembre, a tuer mes parents".
invit le prlat au repentir. La revue a Selon les informations de I'Agence
soulign que Mgr.. Lefvre a commis une AFP New York, durant la premire
infraction la loi canonique. Autrement quinzaine du mois deseptembre, la
dit, en accusant le Pape d'avoir propose
un nouveau rite eucharistique non. consommation de lait rduirait les risques
conforme la traditon milnaire d de cancer de I'estomac, d'aprs le Dr.
conforme la tradition millnaire d? Takeshi Hirayama, au cours d'une .
I'Eglise, Mgr. Lefevre I'accuse d'avoir err e
dans la Eoi et dLavoire aiduc dans la mime bdclaration qu'il fit le 9 septembre 1976, M
dans la foi et d'avoir induit dans la mme 1 'lnstitut de Recherche de Coid Spring
erreur les catholiques latins. a I'institut de Recherche de Cold Spring-
erreur les catoliques latins. Harbor, prs de New York.
La position du prlat francais -
passionne I'opinion internationale. La Le che r a s
s Le chercheur japonais a not,
France *est Jivise en deux camps, les ,
papistes et lessympa thisants de la thcse pendant une confrence internationale: M. Hamilton Shirley Amerasinghe, le nouveau Prsident de la 23me Assemble
M. Lf sur les-torigine du cancer que le taux de gnrale des Nations Unie.
S de Mg. L mortalit par le cancer tait tomb d'un
Le gaullies, semble-t-il e tiers au Japon entre 1955 et 1975 aprs Selosn des informations de remettait un fonctionnaire de I'aroport
gr.es gullistes, seble l appuent un changement de systme d'almentation I'Agence AFP du 7 septembre 1976, un de Hakodate une feuille de papier o
'applaudissentvre. Les traditionnalistes partirde 1949. pilote sovitique a atterri au Japon avec s'inscrivait son souhait.
considrables composes de bigots et de son MIG-25. II a sollicit I'asile politique Les japonais craignent que cette
i considrables composes de bigots et de A son avis, cela provient notamment aux Etats-Unis d'Amrique. Un affaire ne se transforme en un problme
vieilles femmesl'assistent, dansses messes d'une augmentation de 23 fois de la porte parole du Dpartement d'Etat politique majeur. Cependant le Ministre
atoujoinurs hantes selon le vieux rituel consommation de lait et de produits amricain a indiqu qu'aucune dcision des Affaires Etrangres du Japon a refus
Slatin. laitiers entre 1949 et 1973. Une srie n'a encore t prise Washington ce de faire droit aux demande de
d'tudes portant sur 265.000 adultes, dit sujet. I'Ambassade sovitique qui voudrait
Rcemment, magr se a suspension par le Dr. Hirayama, montrent clairement un rencontrer le pilote, en rtorquant qu'il a
le'ordination de 13 pLefvres. ra-t-i comme risque beaucoup plus faible de cancer de Le pilot sovitique avait dclar qu'il parfaitement le droit de ne vouloir voir
'ordinationbb de 13Nantes, jusqu. Ira-t-i come I'estomac chez les personnes buvant deux avait t contraint un atterrissage de personne. Le pilote en question est le
Paul VI hrNtique? Aura-t-on darer le verres de lait par jour". fortune, faute de carburant, mais Lieutenant Vihtor lvanovixh Belenko,
France une nouvelle Eglise Gallicane? plus tard, il avouait aux autorits c'est le quinzime citoyen sovitique
Les danses vont-elles recommencer sur le japonaises qu'il dsirait bnficier de demander I'asile politique aux Etats-Unis,
pont d'Avignon? OUVERTURE DE LA 31me SESSION I'asile politique aux Etats-Unis. II par I'intermdiaire du Japon.
ORDINAIRE DE L'ASSEMBLEE
Selon des informations de Caracas, GENERALE DES NATIONS UNIES
Vnzuela, le 15 septembre 1976, un Le 21 septembre 1976, 3 heures
sminaire sur I'ducation se tiendra dans p.m. la lme session orinaire e
cettep.m. la 31me session ordinaire de
cette capitale latino-americaine du 20 I'Assemble Gnrale des Nations Unies
septembre au 2 octobre 1976. Ce s'est ouverte New York, au sige de
sminaire groupera presque tous les pays I'Organisation. Au cours de la lre sance, AVIS
de I' mnrique et de la Caraibe. I'Ambassadeur de Sri Lanka, Monsieur
Hamilton Amerasinghe a t lu Prsident LA UNCO PUBLISHIN G
Les runions auront pour theme de I'Assemble en remplacement de COMPANY
principal: les nouvelles orientations de Monsieur Gaston Thorn, Premier Ministre. AVISE LES ECRIVAINS
l'ducation post secondaire. et Ministre des Affaires Etrangres du ET PUBLICISTES HAITIENS
Grand Duch de Luxembourg. Cette QU'ELLE SE TIENT A
Plusieurs pays europeens session o'u se runissent les chefs des LEUR DISPOSITION
participeront ces importantes assises qui les Minitres des POUR TOUS TRAVAUX
se drouleront en trois langues francais, gouverements t es dD'IMPRESSIONS.
angais et espagnol. Compte tenu de Affaires Etrangres de 145 Etats, durera 3
anglais et espagnol. Compte tenu de moPOUR TOUS
I'volution du systme ducatif actuel, ce RESEIGNEMENTS
seminaire aura certainement un impact A cette occasion, le gouvernement S'ADRESSER AU JOURNAL
sur tous les pays qui y seront
reprsents. haitien a form une dlgation pour le UNITE
reprsenter et compose de Monsieur
Edner Brutus, Secrtaire d'Etat des
Selon des informations de Affaires Etrangres, Prsident de la
Londres, le 19 septembre, une colire de Dlgation, Monsieur Alexandre Verret,
quInze ans a t juge et condamne par Ambassadeur, Vice-Prsident de la
UNITE, SEPTEMBER 30, 1976 13








LITTERATURE HAITIENNE
__Hier et Aujourd'hui
LES.FORTUNES DE CHEZ NOUS
adroitement 3.000 dollars, juste de quoi lui un beau matin, entre deux caresses (il
LA FAMILLE permettre de liquider, avant le mariage, quel- -savait caresser sa Icmme;, ce maitre hommc lui
DES- ques dettes d'honneur. Mais Cabatoute ne parut paria d'une associatioi qu'il comptait fonder
PITITE-CAILLE pas satisfait; il avait de l'apptit; il voulut avec quelques amis. Cette association s'occupe-
faire un plus fort tirage sur sa belle-maman, rait, sur une trs large chelle, de la culture
(Voir numro prcdent) sous prtexte de commande d'un mobilier tout du colon, dcnre absolunient en faveur sur
fait art nouveau; Vell'da, vieille roue, les marchs trangers. Chiffres l'appui.
une ancienne marchande de salaisons. Pour parant le coup, de lui dire : fi voir sa chre moiti bel ortne
Cabatoute, ils se contentrent de cet argu- Ne t'inquite pas, mon fils, tout est dj qu'i y avait gagner. Pour la ralisation
Sment signficatif: command!... d'un tel projet, il lui fallait cependant '1.000
C'est un jeune homme de famile!... Quand tout fut prt pour le sacrifice, c'est-- piastres.
C'tait tout. Et c'tait assez... dire, quand AI'ue Vr" Pitie-Caille reut de Aprs un g hsitation, Lucin dit
Eh bien! mon ami, laisse-moi te glisser au '6tranger et le mobilier et le trousseau de sesr u m R
tuyau de loreille, les renseignements que ton- chers enfants, on proceda au mariage civil. Et qu lle luirera la val ur.
ton Golicha m'a fournis prcisment sur le lendemain, en grande pompe, le jeune cou- cette proposiion Caatote plit, ais
deux de ceux-l qui soutenaient avec le plus pie recut la bndiction nuptiale la Cath- dominant son trouble
d'acharnement Cabatoute. D'abord les Vol- drale. lis furen't conduits l'autel par M. Grand- sais, ma petite chte puisque Jo
ed eTu sais, ma petite chatte, puisque John
ferrire : leur grand-pere tait palefrenier format et Mlm Assougu. fait bien travailler notre argent, il serait prf-
du gnral Bonnet; arrt plusieurs fois Ce mariage fut un vnement mondain rabe de nous dfaie de notregt, halle qui, fe
pour vol d'animaux. il rec.ut, cause de ses l'glise tait comble d'invits et de curieux, e trouvant pas dans un duartier commerqant,
exploits, le sobriquet de Tibourri,ue; leur et toute la ville tait sur pied pour assister nse tous rapprte dans and'chose. commercnt
pere fut tour tour tanneur. sellier; et dans ne nous rapporte pas grand'chose.
lpre vofut tour tour taneur la chute de aI'interminable dfil des voitures, des buss et Comme il avait beaucoup d'influcnce sur sa
le oum qui eut lieu ici la chute de Sou-ugy
louque, it fut du nombre de ceux qui avaient des buggys femme, celle-ci, aprs une moue, se rangea
pris ler part. Leur grand'mre tait, au dire La rception eut lieu a Turgeau; elle compte son avis.
des cotemporas, un f e trs aparmi les plus magnifiques qui aint eu lieu La halle fut vendue. A partir de ce moment,
des conte-lmporai, une femme trs complai- dans le pays : tous les garpons en exercice Cabatoute eut l'air toujours affair; ses sorties
sante: elle eut dix enfants, mais chacun
avait un pre diffrent; leur mre, cuisinere, avaient t rquisitionns pour le service de devinrent plus frquentes, et parfois mme,
avait un pre difrnt; eur m ci l'immense foule qui avait rpondu avec empres- dans la semaine, il dcouchait une ou deux fois.
puis mhayre, est monte en dernier lieu au.
ugrade de e, Volfer mrire. r sement l'invitation des familles Cabatoute et Le prtexte tait l'exploitation du coton,
Lgrade de Volferri leur bisauPitite-Caille. On ne pouvait compter les bacs de mais le fin mot de tout cela, c'tait tout uni-
Les Grandchire; leur bisaIeul, negre
bambara, grand caprelata; leur grand-pgre, pats, de bonbons, les bouteilles de porter, de ment l'installation d'une nouvelle maitresse
houngan bire, de liqueurs diverses et de champagne. dans les hauteurs de Thor.
place sous Rich ; leur psre, cmatre-tailleur Quant au menu, il comportait des plats varis Un soir, a table, Lucine se hasarda lui
-place sous Rich; leur pre, maitre-tailleur,
is comercant. Leur randmr, n mar et d'une prparation irrprochable... Tout le demander des renseigniements sur cette entre-
iniais r., n' m, monde mangea et bt satit, et Ion dansa prise ..
tiniuaise i. p;aralt-il.. riavait jaimais su la
aussi jnsqu'au moment of les poux Cabatoute ta rcolte promet d'tre excellente; seu-
cani. ~,L de la destruction des villes de prirent cong de leurs htes pour se rend're
Gomorrhe et de Sodome. leur mere, une mar- Ptionville o is passrent leur lune de miel... lement, voil, les bras manquent pour la cueil-
chande d pains-patates, puis une boutiquire Pendant trois mois, ce mariage parut bien lette. Nous avons t obligs d'augmenter les
qui, apr;s un placage honnete de dix ans assorti; mais bientt, grce I'indiscrtion frais pour pouvoir obvier cet inconvnient.
est devenue Mim Grandchirez... des domestiques ices gens-l sont sans piti), Tu n'aspas ide. ma chbre; de ce pays; il n'y a
Quant aux Cabatoute, leur histoire est trs on sut que la jeune femme avait des chagrins que des paresscux.
longue et trs mouvementce; retenons ces et pleurait en silence. Cabatoute avait com- A propos, Gustave qui a djeun une fois ici
simples notes : leur bisaleul tait un esclave mene, en effet, par lui rendre la vie dure : il aveC nous, m'a parl d'une machine merveil-
marron, le plus fin voleur de la bande de s'amusait ferme au dehors; il entretenait plu- leuse a prparer le coton et qui fait raliser
Bouckman; il donna du fil retordre A la sieurs maltresses, frquentait les maisons de d'normes bnfices sur la main-d'oeuvre. Je
marchausse coloniale; elle put cependant jeux; il rentrait fort tard chez lui. A la moin- suis absolument d'avis d'en commander une.
mettre la main dessus; on lui coupa les oreil- dre observation, au plus lger reproche de Ca ne cote pas bien cher. Prix de revient,
les, ensuite le poignet droit. Lucine, il pestait, il rageait. 11 ne tolra pas commission, frais d'emballage, fret, enfin tous
Leur grand-pre rcmplissait les fonctions de qu'elle ouvrlt la bouche. frais compris, cette machine me reviendra
mojoral au bureau des Epaves sous Boyer; 5.000 piastres.
plus tard on le connut archer, puis commis- Lucine, n'cn pouvant plus, fit des confidences Tu sais, je suis absolument pratique. Nous ne
saire de police; quant au pre, vous le savez a sa miire. M""' Vellda crut de son devoir devons pas toucher A l'argent du dpt. C'est
presque dj : de stimidor en douane, il est d'adresser quelques remontrances son gen- sacre.
devcnu successivement boutiquier, commer- dre, d'autant iquc sa fille tait enceinte << Nous vendrons nos deux maisons hautes qui
a.ant, et maintenant, comme il n'a plus de pleinc ceinture ,. Malhliurcusement elle les lui ne rapportent que 720 gourdes par an et nous
rinrgasin. il est tantit courtier-marron, tantt fit sur un ton trop aigre ct un moment o. nous rattraperons joliment avec cette machine,
encanteur public; enire-temps, tencur de caba- Citbatoiutc Itait. albsilument sur son [ f... d'autant que le coton est demand plus que
rets borgnes; enfin, c'est un cumulard. Noble Elle recul, pour cotie intervention, un vigou- jamais.
rejeton de l'arbre gnealogique que je viens de reux coup lc bton. Trainant 1'aile, tirant le Lucine. avec une souriante naivet, se laissa
te dresser, Bodolpie Cabatoute, il n'y a pas de piled, elle se sauva en maudissant son agres- prendre, hlas! i I'engrenage de cette farneuse
doute, tait un jcune homme de famill,, et seur et en se proniettant de dlivrer sa fille de machine, qui, ai-je besoin de te le dire? n'a
comme tel, digne d'avoir le pas sur ces modes- la tyrannic de cette brutc. jamais t commiande, puisque d'ailleurs, l'ex-
tes et intressants jeunes gens dont le grand Mais voilhi, Lucine aimait ce butor et n'en- ploitation cotonnire ne marchait merveille
pch est d'tre fils de Sor i'ne Telle, quand tendait nullement divorcer... que dans l'imagination du sieur Cabatoute.
pourtant les Sors ne manquent point dans Tant pis pour vous' lui dit alors sa nire. La malheureuse femme ne commenga voir
toutes les familles haltiennes... Cett, scene nc ramena pas Ca/atoute A de clair dans le jeu de son coquin de mari que
Aussi est-ce pour ces srieuses considrations meilleurs sentimients : au contraire, elle cut quand celui-ci vint, un jour, avec l'aplomb le
que Mm V"Y Elizer Pitite-Caille, l'ancienne ponr effet de le rnidre plus irascible... plus imperturbale, lui parler de l'imprieuse
tireuse de cartes d'Aquin, accorda A Cabatoute, Lucine avait ,n dpt 5.000 dollars chez un ncessit qu'il y avait de vendre la seule mai-
pour ne point dchoir, la main de sa chre banquier de la place, M. John Risq. A son insu son qui jusqu'alors, avait t pargne : la
Lucine... ct eu contrefaisant sa signature. avec adresse, coquette villa qu'ils habitaient Turgeau.
Dans sa sollicitude maternelle, elle lui avanga Claioutr draina inseniblemient cot arrent. A suivre...
UNITE, SEPTEMBER 30,1976
14









ENGLISH SECTION



EDITORIAL THE HAITIANS
PROFILE OF A COMMUNITY

by Louis A. BRUN
We continue our publication of excerpts from the book "THE HAITIANS -
On Thursday September 23rd, at 9:30 Profile of a Commnunity" by our editor, Louis A. Brun, which we began with our
PM, the eyes and ears of the American people issue of July 31 st, 1976.
were on their television screens to watch the
first of three debates sponsored by the HAM TIAN
League of Women Voters, between president
Gerald Ford and the ex-governor of Georgia, IMMIGRATION TO THE UNITED STATES
Jimmy Carter. To place the Haitian community of America in its proper perspective we must
examine its development which can be traced through three significant periods.
This encounter of the candidates of The first covers the "pre-Duvalier" era, the second extends from 1958 to the end
the two major political parties in America of 1961 and the third covers 1962 to the present. We will, therefore, examine
is the first such event since John F. each one of these periods separately and try to establish where and when the
Kennedy, a Democrat, debated Richard M. transition from one to the other took place.
Nixon, a Republican, in 1960. This debate,
decisively, gave the edge to John F. Kennedy TE FIRST PERIOD
who won the ensuing presidential election. 1956 & BEFORE
The first Haitians who settled in the United States and most particularly in
The Ford- Carter debate is the first in New York City prior to the Duvalier rgime were motivated by the.same desires
which an incumbent president took part. It is and ambitions which brought all other nationalities to America: the search for
estimated that approximately 150 million better opportunities.
people or more in the United States watched
this debate which, unfortunately, was We will not in this study, take into account isolated cases of Haitian
interrupted for just under 30 minutes by a immigrants who settled in the United States. Someofthemhowever, left their
failure of the audio system at the studio in indelebile marks on the American scene. Only for the records, we will here,
the Walnut Street Theater in Philadelphia. name three of such individuals who should be mentioned.

However, this so-called debate was more The first one is Jean-Baptiste Pointe Du Sable who was born in Haiti around
Howev this socaled date wamore 1745 and was the first to establish a trading post on the site where the city of
of an interview with the candidates who were, Chicago is now built.
almost simultaneously, asked the same
questions by the correspondents of the Wall Then, we have the venerate-d Pierre Toussaint whose charitable and
Street Journal, the New Yorker Magazine and humanitarian activities in the old New York City around 1840 are still
the American Broadcasting Company. It, also, remembered and his name has been submitted to the Holy See in Rome by the
did not fulfill the expectations of the viewers late Cardinal Spellman of New York for consideration to canonization as a saint
who were looking forward to an opportunity in the Rman Catholic Church.
to be able to make up their minds on the Finally; we have William de Florville better known as "Billy the Barber" who
choice of a candidate who would emerge as was president Abraham Lincoln's personal barber and confident.
better qualified and more sincere, to assume
the responsabilities of the presidency of the In what follows, we will therefore speak of the rather large groups of Haitians
United States for the next four years. who at specific moments came to the United States,
Awareness and knowledge of the United States for these immigrants came
Instead, we had the spectacle of two men through conversations with American citizens or persons who had visited
who had very well prepared their homework America. The U.S. Marines who maintained a military occupation of Haiti from
and were capable of answering the questions 1915 to 1934 were also a reminder that on the other side of the ocean existed a
asked by examiners anxious to evaluate their powerful nation which could allow itself to intervene in the affairs of smaller
nations without fear of retaliation.
competency on the selected subjects. Our naos withot fear of reta ion.
impression is that both men carne out of this Those who made the decision to come and later, to permanently settle in the
questioning well, and if we were, as in school, United States were, generally, people of modest social and economic
to evaluate their performances, they would extraction. In the years before 1956 haitians of all shades in the so-called
have to be rated equally and receive similar "lite" and those aspiring to become members of the ruling class had no desire
marks. to leave their country and their privileged status there.

As far as we are concerned, we were not Being aware of the racial conditions in the United States, Haitians have always
expecting a mere recitation of statistics and been fearful of being subjected to them. Even in their travels abroad for business
economic data by the candidates, but that or other purposes, they were always reluctant to stop, even in transit, in the
they would, as well, show their leadership, United States. They preferred to go to the countries of Europe which always had
their capacity to move and lead people. We a more relaxed social atmosphere, and where racial restrictions were not as
their capacity to move and lead people. Wle severe as they where in The United States.
were looking forward to proposals of specific
and realistic programs by which the American Those who came before 1957 had already made up their minds to accept, as a
people would be able to attain an matter of fact, all the restrictions applied in the United States against all black or
improvement in the quality of their lives. We non-white persons. They, also, never intended to become part of America, not
were also hoping that such vital social even black America, while those racial conditions where still in lawful existence.
problems as the civil rights of minorities,
busing, crime, abortion and welfare would be Their objective was to save momey and to return to Haiti where they would
discussed. We cannot put the blame on the endeavour to make it on their own. Most were single persons and those who
candidates for the absence of such topics and were married preferred to leave their families in Haiti.
would rather shift this responsibility to the. Many ignored the fact that once a person becomes accustomed to economic
correspondents who failed to raise them. security and the conveniences of a developed society, it later becomes very
difficult for that person, to adapt himselft anew to less developed conditions
In conclusion, this first debate, in our unless he is strongly motivated.
opinion, did not add any new light or
dimension on the candidates' position which In most instances, instead of returning to Haiti as planned, they sent for their
would let us foresee a future different from families and relatives to join them here. U.S. immigration laws were not as
the present or tilt the scale, in a decisive restrictive as they are today, and anyone who could pay the fare had no real
manner, in favor of either of the contenders. problem in obtaining legal residency in the United States.
We sincerely hope that such an opportunity At this time the number of Haitians in New York City was never large enough
will be offered to us at the next debate, to be to play a significant role in the life of the community. Various estimates
held in San Francisco, California on establish their total number at approximately five thousand. Scattered through
Wednesday October 6th, 1976. continued on page 16
UNITE, SEPTEMBER 30, 1976 15








THE HAITIANS "COMMENTS ON A NEW STYLE

PROFILE OF A COMMUNITY OF INDENTURED SERVANTS

by Gerard Astree
continued from page 15 by Gerard Astree
the city, very often, they had to travel long distances to meet one of their
compatriots. They held menial jobs in factories or worked as .domestics in the Continuation of an article by our correspondant
homes of well-to-do white Americans. One place where you could find many of
them was the mess-hall of Horn andHardart cafeterias. GerardAstree, which began in our
Even after several years of residency Haitians never fully assimilated with any issue ofSeptember 15, 1976.
special group in America, not even the black community, as did other black
immigrants from the same geographical area of the Caribbean. There are several
reasons for the Haitian's reluctance or inability to integrate and be fully
assimilated.
One reason is the difference in languages. While most citizens of the former For example, Mrs Horne in her article However we can not ignore that in
British colonies speak English or "broken-English", Haitians speak Creole or (1) is very explicit when she speaks of the some areas successful efforts have been
French. They were, therefore, at a disadvantage from the beginning and, reason why these illegal are being made by these multinational companies.
consequently, isolated from the mainstream of America. Most of these tolerated in the Southern and In fact, programs geared toward
pre-Duvalier Haitians also lacked the level of education which would have given Southwestern States. These groups are economic, technologicai, political and
them a flexibility and undertanding of th compex social ituaton they neeeded by the "agribusiness" exploiting cultural promotion, were initiated in
encountcred. Also, the environment in which they werc living was not conducive their Iow paid manpower. Their status is these host nations. Mr. Neil H. Jacobi,
to the kind of intellectual and moral stimulation which would have allowed the low aid manpower. Their tatus these host nations. Mr. Neil H. Jacob
them to better understand the racial problem and the necessity to participate being maintained as a sine qua non reporting the positive results from
fully in the efforts of those who werc engaged in thestruggletowardsequalityfor condition for high profits. It is thirteen case studies made over a fifteen
all. understood that most of these group year period by the National Planning
members are farm workers and replace Association, concluded: "In all cases the
Althoigh small in number and ineffective in the large New York community, the initial field hands of the plantation American corporations played an
these few Haitians will nevertheless leave their mark in the development and time (8). innovating and catalytic role, founding
progress of today's Haitian-American community. They retamed their original new industries, transmitting technological
Haitian nationality and always refused to take up U.S. citizenship. The very few Such illegal group should be and managerial skils as well as capital
who did, for some specific compelling reasons, always took the necessary differentiated from those coming from andin many cases, creating entire social
precautions to insure that their new status would remain undetected. differentiated from those coming rom ad, in many cases, creating entire social
the Carribean mainly for following infrastructure of schools, housing, health
Underlying this attitude, was a natural inclination of Haitians to identify with reasons: First, the so-called illegal from facilities and transportation in order to
their own historical and cultural background. They did not wish to be the Mexican border can more easily conduct their business." (7)
assimilated with Black Americans whom, they feel, were generally considered cross their border line and go back home
second class citizens. These feelings were sometimes so strong that Haitians after the harvest. The ones from the Such results, even though encouraging,
professed a sort of superiority complex towards Black Americans. In response, islands have to cross the ocean, which is are still very isolated in our Third World.
Black Americans have often dcmonstrated resentment to this attitude. The very much more difficult. Moreover, Such, programs were applied to a small
hardening of attitudes between Haitians and Black Americans compounded the mainly the groups coming from the part of these populations in proportion to
difficulties they were experiencing in adjusting to one another. Only when both Carribean do not work on plantations. the whole. We still witness many social
Haitianris and Black Americans finally realized that their fate, at least in this Their reasons for coming here ere diverse unrests in these o underdeveloped
country, is one and the same, that they hbegan to cooperate.g here are divers
P, and .can be ranged from lack of countries and mny victims of these
The goal of relaxing racial and ethnic tensions prevailing in the United States opportunity to irnsecurity or other types iniquities: become thei "ilegal aliens"'i
today must he the focus of all thtiic groups. This will not be achieved by total of persecutions. Even people coming the U.S. system. Their problem is nota
assimilation, but by a participation based on general affinities and respectful of from one island do have different motives simple one. America, herself, has not yet
individual identities. to come to the U.S. been able to solve it.
TItE SECOND PERIOD
1958 1961 And very often, there are people who As confirmed by Michael Hurringtons
are well aware of what they are going to statement: "And, more importantly, the
h, sciond ,riod of Haitian immigration is a short one. It is considered a lose when coming here and what they are solution to problems, as automation,
transition in the developing stagcs of the Haitian rnigration. These were the first going to gain. induced unemployment, the plight of
e uneducated youth, the tenacious fact of
vears of the Duvalier regimer when many people were upset by the social and o tuneuate ou the tencio fat o
i lSumming up, many of them are the the slums, all point toward the need for
polcal at of ilaiti. hose twho iminigrated wer disappointed by the victim of social-economic systems which some fairly basic -and controversial-,
eat of ter calatesin th electiors leading to Dr. Franois Duvaliers maintain a low standard of life and, using changes in the social and economic
presidency in 1957 or otherwise influenced by his election. Mrs Horne's own words, "an oligarchic institutions of the United States". (8).
me of tose who lt powr in 1957 cam o the as exils. s structure, to a land of teeming poverty
jomre oe tho le who Clot powren 1957 cams to the cou as ex Lois with a few and powerful family in Only a change in scope can create an
DCjoie went into o exile and Clemoint Jiimellp was hiding in the courntrys id absolute control." Completing such an atmosphere favorable to a viable solution
Daniel iiiole who had been provisional president of Haiti for 19 days in 1957 assertion, we would like to add that such to such a problem.
and was abruptly deposed by a military coup, preceded Djoie by a year. Former a system -instead of being improved- is
President Paul E. Magloire who ruled the country for six years before he was beig re inftead of in ipoed y Oe agai, we ace
overthrown in 1957, was also in exile in the U.S. The followers of these men left ein veed inteorde to e Ortant e a ked y investment
Haiti out of fearas ell as disappointment, wit nd witout their families. For foreign vested interests in order to make important role played by investment
Haiti out of fear as well as disappointment, with and without their families. For n ii m -i anrl r i n d
this reason they should be considered political exiles, whether they left under more profit, no matter its inhuman and -with a normal profit- in developing the
director indirect threat to their lives. immoral implications in-regard to the rest economy of the underveloped countries.
of the population. However it is as important for the
New governments always bring with them their own "cadres" who arhemultinational corporate system to keep
placed in most of the better paid positions of the public administration. The As defined above, the so-called illegal developing a better understanting of the
Duvalier govrnment was no excepption. So, the technicians and professionals aliens problem in the U.S. has very much problems created by its presence in these
who served during preceding regimes found themselves unemployed. Since there deeper roots than seen by Mrs Horne and lands. The above mentioned successful
werc no other opportunities available to them in the limited private sector, they other writers from the same school of programs are a sample of what the private
had no choice but to look elsewhere for employment. They, too, left the thought. These roots can be found in the sector can do when the government is
country. In addition, many students who were abroad furthering their whole system which maintains the status unable to provide adequate funding.
knowledge and skills in the best universities of France, Canada, Mexico, and the quo abroad and here. Meanwhile, a better cooperation with all
United States, upon completion of their studies, realized that they had no other sectors involved or affected i much
chance of fulfilling their potential in Haiti. They, too, looked to foreign To solve such a problem, a new way of needed.
countries for employment. thinking and viewing the facts is more
than indicated.
than dicated. n the light of these considerations we
It is hard to evaluate the exact number of these immigrants. The official As far as we are concerned with strongly believe that the notion of illegal
figures available through the U.S. Immigration and Naturalization Service America which absorbs most of these aliens should be revised in depth in view
suggests that approximately 15,000 Haitians entered the United States between immigrants, it is our hope that this of a better clarification of the problem.
1958 and 1961. We assume that about 70 o/o of that total remained leading nation, at the beginning of its
permanently in this country, legally or otherwise. third centenial, will change its attitude in In fact, all so called "illegals" are not
order to play a more meaningful role in here for the same reason or under similar
In contrast with Haitians who had come to the United States in the the whole continent. conditions.
"Pre-Duvalier" period, this new group consisted of many of Haiti's most talented
continued on page 17
continued on page 18
16 UNITE, SEPTEMBER 30, 1976









ENGLISH SECTION

INDENTURED SERVfANTS As so may well-to-do kids have been Once again, we recommend to these
continued from page 16 prevented, for free, from delinquency, who are too prompt to "jazz" on our
First, all of these so-called indentured drug addiction, crime, do we still want to illegal or indentured servants to think DR AA RDEC A I
servants are not necessarily illegal. Many persecute a few minority kids in our city about what their own ancestors have UK. M O RDEC AI
carne here on the basis of a contract with schools or a few minority patients from endured in America before the labor law
their employers and had to accept such the Carribean who benefit from health and other social regulations were enacted. W JO HNSO N:
conditions during a certain time (most of care program? It is still part of their tax
the time a year) in order to becomeduly money paid one way or another to this NOTES
processed immigrants in this country. country. 1. Van Horne, Harriett. Indentured A TESTIMONIAL
Others were admitted here as duly Servants. New York Post, July 26.
processed immigrants and had to work Concerning the notion of Paradise, 1976. p 22.
for their prospective employers in such enjoyed by these servants, a great many We only have to consult the wide
capacity according to the term of a are well aware of whatthey are loosing or 2. Var Home H. Ibid. range of his achievements to realize fully
c ac i have to ose momentarily before moving the extent of President Mordecai
contract previously agreed upon by both
parito their own small and happier Paradise. 3. Van Home, H. Ibid. Johnson's leadership at Howard
parties As stated for a great many who have University. His sole concern was in the
So that, al these people working fo moved upward, such an experience is 4. Harrington, Michael. Poverty in future of the Institution he headed. Very
So that all these people worki f only a memory. America. The University Press of early he distinguished himself as a
families were not necesarily so afraid to Michigan. Ann Arbor. 1972 p. VII. builder. Due to his dynamism and
be tod by an immigration officer to go Now, considering the accusation that determination, he raised the necessary
back "to whatever". A great many were 5. Vilensky H.L. Lebeaux Charles construction of the
these indentured are taking someone funds for the construction of the
bac to hateve A mnwre thes inentuedarotknIndustrial Society and Social
ery co n peope o respeced else's job in America, let's talk honestly elfare. The Free Press, New Yor. buildings which were to be:
way to be legally admitted as immigrants and try to raise this question. At this time Collier Mac Millan Ltd London. pp.
ina tos c ry. ttex iration o teir of civil rights, who else in this country 90-114. In 927 the College of
in this country. At the expiration of their
would accept any longer such working Medicine
c ontracts, such people -and they ar from condition-?. As stated in a recent 6. Harrington, Michael. Ibid. p. XIV. In 1931 Sojourner Truth Hall
increasing the ghetto population, their Southern song: "Yes maam? No Julia Frazier Hall
icreasing the ghetto population their more! ". Don't be fool to think thatany 7. Jacobi, Neil H. The Multinational In 1934 Prudence Crandall
first experience at coming hres now one else in Amerca s interested in such Corporation. The Center Magazine. Hall
just a memor. underpaid positions. Most of these Santa Barbara, Califomia. Volume In 1934 Frederick Douglass
Moreov a ve important indentured are well aware of it too and II. Number3. May 1970.p. 43. Hall
Moreover a very important
contribution of these so-called indentured accept such a condition just to be 8. Harrington, Michael. Ibid. p. Vill. In 1935 The Chemistry
servants to some well-to-do families of admitted here and these well-to-do Building
our upper middle class should not be families have to understand that it will 9. Meier, August & Ricwick, Elliot. In 1936 The Electric Plant
ignored at a time when they are accused not be forever, as Mrs. Horne is very From Plantayion to Ghetto. In 1938 The Founder's Library
,to be a disgrace for America and altering preoccupied about it too. We have the Revised edition Hill and Wand New In 1940 George W. Cook Hall
the face and the voice of this fine same concern. The only responsible for York. American Century series In 1943 Lucy D. Slowe Hall
country. maintaining such a situation is the system 1970.. p61. George W. Carter Hall
itself as it is. In 1950 Maria Baldwin Hall
10. Astre Grard. Research paper on Phillis heatle Hall
Many of these refined servants have Parental, esar on 0 Phillis Wheatley Hall
: played a very important and ven Excetionaly, someer conc ed Adolescents Atitude and Behavior. In 1952 The Engineering and
therapeutic role in these families as famlies have expressed theirappreciation Unpublished. 1975. Architectural Building
substitute mothers. With their natural for these indentured servants job and In 1955 The College of
warmth and understanding -product of acknowledged their contribution to their 11. Mahler, Margaret. The Dentistry
their own original culture- these servants own children. It is up to others to feel Psychological Birth of the Human The College of
haverevented a reat man of these otherwise. infant. Basic Books, New York, Biology
have prevente a great many of these 1975. Lidz, T. Flech. R. & Terry, The College of
wealthy kids from the worse in life: In soe cases, some housewives were D. 1957. The Intrafamilial Pharmacy
maternal deprivation, e very honest to confide to some of their Environment of the Schizophrenic In 1956 The Law School
deprivation, caused by the absence of rvants that, at their very eginning in patients: American Journal of n 1957 The Adminstration
these well-to-do parents who were always this country, they had to work in the Psychiatry. 114.241-248. Building
mbbus partying, really fn golfi ei same condition until they were able to 12. Bennett, Lerone, Jr. Before the In 1958 -Charlesl 1 Drew Hall
children's emotional needs. The presence move upward and to reach their new Mayflower. Maryland. Penguin The $700.000 dollars budget he had
of such servants in these children's life status and social standing in life. Books, 1966. found when he took office expanded to 8
prevented them definitively from millions and the number of students
suffering fro the terrible consequences Recalling the time before the May- Grard Astre graduated from the accrued from 3.068 to 6.070 drawing
suffering from the terrible consequences i Universi ofHaiti as ah arehitedt
of such parental deprivation known as flower, we an easily realize that this s University of Haiti as n arehitedt them from all the 50 States and 70
delinquency, drug addition and nothing new under the sun for those who engineer (BSCE), he received a
delinquency drug addiction and have too short a memory. Many of the Master degree in Social Work foreign countries.
the like, when reaching adolescence and detractors of our indentured servant (MSW) from Adelphi University
adulthood. This has been proved in rNew York He provided several libraries with
several researches.Such kids where tought groups should be careful to analyse their numerous collections of suitable books;
by their servants good manners that their own family record. They would surely He is a current board member of he equiped the laboratories, established
too busy parents did not care or did not find among their ancestors from the old the Association of Black Social equal requirements for promotion and
have the time to do. Even in some cases, continent some who have served in worse Workers Inc. New York chapter and tenure.
piano lessons, French language, were condition and in the same capacity. (See co-chairman of the African Affairs
taught these kids for free. book on indentured servants). Committee. His contribution to education is
Some of these indentured servants He was formerly president of the greatly meaningful. He insisted upon a
from Europe were hired by Black families Cercle Technique Americano formation based on quality and a
All these beautiful things do represent before slavery and they had to obtain Haitien Inc. (CETAH). democratic mind without regard for sex,
the contribution of a Third World servant their own freedom from a Black race, belief, nationality, social or
to the American family. I don't really see employer. economic condition, thus giving Howard
in which way our people from the Third University its international dimension.
World are turning America in a "polycot Furthermore, not too long ago, aroud The Blacks heavil discriminated
land". the beginning of this century, industry against were to recive an education
against were to receive an education
was born. Only God knows what the new
When we are aware of such a immigrant workers coming from the I DSew DO 'T IENDS aimed at lifting their disparaged moral,
contribution made by such a humble lower depth of the European continent D VE R K. oriented toward the inculcaton of
group as the so-called indentured servants -ae endured by their new slave masters D notions of human dignity. Adamant on
us e lts -have endured by their newslave masters is moral and democratic criteria,
to America, we are still concerned about of the same race. At that time, slavery his moral and democratic critoria,
the suggested problem of paying taxi was still not too far away and these ..................................t adeca i W. Johnson all the
When such families have been given for entrepreneurs were very eager to make facets of fascism placating the repulsive
free such an increase in incomelwho profit on their own brethenibrothers, no concts of racial superiority. And, when
should be accused to tax invasion? The matter the hard, and inhuman method concepts of racial superiority. And, when
indentured servants or the beneficiary of employed. It was the time of the rugged t tmeontinued onpage 18
such wonderful services? individualism. to be continued.
UNITE, SEPTEMBER 30, 1976 17









ENGLISH SECTION



THE HAITIANS continfrompage16 QUEENS FEDERATION ON THE MOVE

people. They werc mostly professionals, merchants, and intellectuals coming Mr. Louis A. Brun, president of the Federation is 51 with an at-large
from the educated "lite" and upper middle class. It is also important to note FEDERATION OF LATIN-AMERICAN constituancy of approximately 125.000
that it was during the same period thata large number of doctors, lawyers and 0 R GAN IZATIONS OF QUEENS people in the area.
teachers were being hired by various agencies of the United Nations and other announced that at a meeting held on
international organizations to serve in the emerging countries of Africa and most Monday September 20, 1976, nineteen As previously stated in public
particularly in the forrer French and Belgian Congos. Many Haitian (19) Puerto-Rican organizations led by statements by the Federation's directors,
professionals who went to Africa chose to come to the United States at the end Mr. Oscar Arce, a veteran community its purpose is to promote better
of their contracts. leader in Queens for the past 25 years, understanding, cooperation and unity in
have officially joined the Federation. the Queens Latin-American community
This massive erosion of talents in the already limited Haitian "intelligencia" with a view of initiating and
took a heavy toll on the country. It created a vacuum that, except for a fewmplementing realistic and comprehensive
isolated cases, was filled by persons who werc not quite prepared for the tasks at. implementing realistic and compreensive
hand. A general deterioration in government services as well as in the private The Puerto-Rcan organizations give prgrams in the social, econmic,
business sector was felt before a new generation of professionals could be trained more meaning, clout and momentum to educational, cultural and political fields,
to take over these responsibilities. the recently formed Federation. Mr. Brun all geared at an up-lifting of the stqtus of
to tak ovr th resonsibies.expressed confidence that many more the Queens community as a whole.
In New York City, meanwhile, the Haitian communitv actively pursued Latin-American organizations will soon
possibilities to overthrow the new government of Dr. Franoois Duvalier. Regular join and he hopes to achieve For information regarding the
folitical m.ctinas and rallies wcre held almost weeklv in Brooklvn and representation of the more than 20 Federation, please contact the
polanhattan bmens d ralhes wh ere held alost weey Casro followe n an Latin-American countries of this Coordinator, Mr. Manny Saleta, Jr. at the
Manhattan by exiled leaders who were encouraged by Castro followers in the ir emisphere. As a matter of fact, the following address:
lfforts to organize an invasion ol Haiti. They were assured of the blessings of hemispere. Asta mater of fact, the following address:
Sel Federation is currently and agressively
Fidel anda place on the island of Cuba from which to launch their invasion. seking the partiipation of these F E D E R AT N F
sekorganizatins. LATIN-Aparticipation of tERICAN ORGANZATIONS
It is not our purpose to go into the details of the political activities which organizations. LATN-AMERICAN ORGANIZATIONS
took eus. stae most in OF QUEENS 85-12 Roosevelt Avenue
tok place duing that period. et us, however, stae that most atians in New As of now, the total membership of Jackson Heights, N.Y. 11372 Telf.
York, at the time, were onil interested in opposition activities and in what was Queens based organizations nto the 335-6412
t;king place in Haiti itself. Thev were anticipating an almost immedidate
collap)se of the Duvalier regime and their expectations found ample support in
the regular invasion attempts made by various opposition groups based primarily THE AM ERICAN ETHNIC
ii New York City.
FOUNDATIQN. INC.
No on,. at the time. could afford to address the Haitian communily for any FO UNDATIO N. INC.
otlier reason than for the activities mentioned. Haitians were not interested in
i'ograms or actions aimed at bettering their condition here and much less in the The American Ethnic Foundation, Further representation and
problems of the commii nit -at-large. Inc., held its annual meeting on August participation is considered so as to assume
30, 1976 in Washington, D.C. According transnational cooperation in the
This transition period, which lasted aoit fthree years. was not one of to the AEF Bylaws, the followingiofficers world-wide ethnic movement..
accomplishment. It showed no involvement whatsoever by haitians in the affairs were elected for the next period:
affectiig licir lives as a specific group of ,eoplh in \nimrica. On the positive President: Hon.. John S. Gonas, former The Ethnic Movement, as;understood
side. however we must recognize that this period will provide the hurnan Indiana Representative and Senator, and practiced by the AEF, has its goal,-
resouiire with whii h t he cuomiunity must build its future. Judge and Chief Justice of the Appellate unification rather than divisiveness of
to be continued. Court, and candidate for the offices of countless splinter groups. The AEF aims
Vice-President and President of the to unify all the ethnic elements, not only
DR. I4ORDECAI JOHNSON: continued from page 17 United States, retired. in the United States, but in other
countries (without disturbance of present
Howard was the "West Point of the "Civil was the recipient of medals, awards, Vice-President: Col. J. Jarosa Sustar social structures) where people ar
Right Movement" duly needed by the University titles in Law, Theology, (retired), former President of Consulting wiling to cooperateforthe furtherance of
Blacks. Humanities from several foreign International, Pittsburgh, PA; former self-government and understanding among
Universities, Institutions and College Professor; Deputy Director of all nations.
Scholars will have to review the ideas Governments such as Ethiopia, Liberia, International Studes Institute; radio/tv
cultivated by President Mordecai W. Haiti and Panama. news analyst, and commentator on AEF hopes to establish a solid basis
Johnson in order to enforce the For his useful and imposing International Developments. or seuring Human Rights on a
philosophy that he so courageously achievements, for the democratic spirit Secretary/Treasurer: Noel G. Pinault esireato all eople o the world shul
applied in the frame of the school. He that he raised over at Howard University de Champcourt, Foreign Service officer lend loyal and reliable support to the
had, ideas, he backed them up, he like a flag, for his energies and his and USIA news editor. higher goal of Human Rights among men,
defended them with conviction thus devotion, we are most beholding.
giving rise to many controversies. -equal job and educational opportunities
giving rse to many co sie. Three additional members were and world peace.
.. MAURICEA. LUBIN elected to the Board of Trustees,
Dr. Mordecai W. Johnson was a increasing its membership to fifteen. Ethnic bodies interested in the
member of many cultural associations. He (Translated by G. TURGEON). increasing its membership to fifteen. Etnic bodis interested in the
program are welcome and advised to
The gv n by is i d wh write the Executive Vice-President for
The governing body is affiliated with further discussion:
the following ethnic nationalities:
Arab, Czech, Dutch, French, Col. J.J. Sustarican Ethnic
German, Hungarian, Irish, Italian, Jewish, Foundation, Inc.
_- Lemko, Polish, Ukrainian, Serbian and 2100 Foxhall Road, NW
Slovak. Washington, D.C. 20007


"\t/,( 'e SUBSCRIPTION COUPON:
\^ o s Name:---- ---- -------------- -------
\ /' 2Ej t I Addresse:---------------------------

\.e pol: os -1- City:--------State--------Zip---------
,. "E ,o.. ,oF Enclosed is check or money order for $----------
-. cono Gfor One year/Six months subscription to UNITE.
(One Year: $10.00 Six months: $6.00).

UNITE, SEPTEMBER 30, 1976









SECCION EN ESPAOL


NOTICIAS DE LA FEDERACION DE INSTITUCIONES N.Y., 10001. Contacto; Carmen Finnegan, WA 9-
2600.
LATINOAMERICANAS DE QUEENS, INC. INTAR: 508 West 53 Street, New York, N.Y.
10019. Contacto: Max Ferra, 247-6776.
SLa Unin Hispnica: 163 West Main Street,
l Patchoque, N.Y. 11722. Presidente: Tony Catto,
SL : I .wer Eastide Community Corporation: :231
SA East 7th Street, New York, N. Y., lit. Director
Ejecutivo: Johnny Mazannet, 674-9050.
SNobilization for Youth (MFY): 271 East 4th
SStreet, New York, N. Y. 10009. Contacto:' Robert
Weber y Nstor Llamas, 254-1456.
National Association for P.R. Civil Rights,
Inc.: 175 West 116 Street, New York, N.Y., 10029.
i Director de Operaciones: Antonio Rivas, 348-3973.
National Conference of Puerto Rican Women,
c/New York Telephone Company: 1411 Broad-
way, 35th floor, New York, N.Y., 10018. Presiden-
te: Gladys E. Rivera, 394-2247.
National Maritime Union: 34-6 West 17 Street,
Sa New York,, N.Y., 10019. Administrador Mdico:
.ialph Fuentes.
National Puerto Rican Forum: 450 Park Ave-
S nue South, New York, N.Y. 10011. Director
p Ejecutivo: Manuel Bustelo.
NEDA; 19 West 44 Street, New York, N.Y.,
10036. Contacto: Ed Jorge.
New Jibero Club: 675 Water St., New York,
N.Y., 10022. Contacto: Ray Valdivieso.
P.R.C.I).P.: 210 West 50 Street, New York,
N.Y., 10009. Director Ejecutivo: Carlos Nobles:
765-9800.
P.R.I.C.E., Inc.: 720 Fifth Avenue, Brooklyn,
N.Y. 11232. Contacto: Andrs Quiles, 788-4659.
P.R.I.M.E., Inc.: 104 School Street, Glen Cove,
El comit directivo de la Federacin de Instituciones Latinoamericanas de Queens, Inc., con N.Y. 11542. Presidente: Jos Maeso, (516) 487-
algunos representantes de las 19 organizaciones puertorriqueas afiliadas a dicha Federacin. En 8153.
primer plano, de izquierda a derecha, aparecen: Petra Franco, Aracelis Durn, segundo Puerto Rican Dance Theatre: 215 West 72
vicepresidente; Louis A. Brun, presidente; Luis Mndes, primer vicepresidente; Manny Saleta Jr., Street, New York, N.Y., 10023., Director: Julio
coordinador general; Fernando Gainza, secretario general y tesorero; Evelina Rosario; Carmen Torres, 724-x1195
Rodrguez. De pies, de izquierda a derecha: Angela Miller, Angel M. Rivera, Jos Dominguez, UBronx, N.Y. 10451.
Marie Cordova; Roman Rodrguez, Oscar Arce, Adrian Cedeo, Hector Agostini, Hector Vsquez, Puerto Rican Family Institute: 116 West 14
Rubn Torres, Angelina Mndez y Nancy Agostini. Street, New York, N.Y., 10011. Contacto: Agustin
Gonzlez, 924-6320.
Puerto Rican Legal Defense Fund: 95 Madison
El seor Louis A. Brun, presidente de de Queens. Avenue, New York, N.Y. 10016. Contacto: Oscar
la Federacin de Instituciones Garca Rivera, 532-8470.
Latinoamericanas de Queens, hace saber Como antes expresamos la directiva Services for Education and Rehabilitation in
que el pasado lunes 20 de septiembre del responsable de la Federacin, tiene el Addiction (Hispanic Association por a Drug Free
e propito fundamental de promover la Society, Inc.): 1771 Andrews Avenue, Bronx,
presente ao de 1976, (19) propsito d enta e prooer aN.Y., 10453. Director Ejecutivo:. Robert Muoz,
organizaciones puertorriqueas se han confianza, cooperacin y unidad de toda s83-9813.
unido a la antes mencionada Fderacin. la ciudad latinoamericana de Queens, con State Division of Human Rights: 1029 East 163
Street, Bronx, N.Y. 10459. Director: Tony Sirvent,
Estas organizaciones. tienen como lder el objeto de promover proyecciones reales 328-6900.
principal al seor Oscar Arce, veterano en pro de mejorar la situacin social,
lder de la gran comunidad hispana de econmica, educacional, cultural y
Queens desde hace 25 aos. Con la unin poltica de todos los latinos que integran
de las organizaciones puertorriqueas, la la gran comunidad hispana de todas las
Federacin ha logrado una fuerza mayor reas.
para el desenvolvimiento de sus in hlace Ide llePes
actividades. Para informacin adicional sobre la
Federacin, puede usted solicitarla al GrPlicos Panamei Fica0s
El seor Brun tiene la esperanza seor Manny Saleta Jr. coordinador
firme de que otras muchas organizaciones general. A tal efecto puede usted dirigirse
latinoamericanas se unirn tambin al a la siguiente direccin: la ms comnleta de las imrIntas
seno de la Federacin.
Federacin de Instituciones hispanas enlos Estados Unilos?
En el momento actual la Federacin Latinoamericanas de Queens, Inc. 85-12
cuenta con 51 organizaciones que tienen Roosevelt Ave. Jackson Heights, N.Y.
el apoyo de 125.009 personas en el rea 11372. NUESTROS
SERVICIOS DE:
EN LAS SIGUIENTES ORGANIZACIONES PUEDEN INSCRIBIRSE PARA AoRTEoMPOS
VOTAR EL PROXIMO MARTES 2 DE NOVIEMBRE, DE 6AM A 9PM. [AMARA
MONTAJE
Aspira de New York: 22 East 54 Street, New Federaciones Latino-Americanos de Queens: PRENSAS
York, N.Y. 10022. Contacto: Ernesto Loprena, 85-12 Roosevelt Avenue, Jackson Heights, N.Y. CORTEYPLEGADO
668-7414. 11372. Contacto: Manny Saleta, 335-16412. -Mec*,osco
Association of Hispanic Arts: 1141 Park Ave- Greater New York New Vender in the Subway NOSESPECIALIZAMOS EN:
nue, New York, N.Y. 10028. Contacto: Martha System, Inc.: 175 East 116 Street, New York, N.Y. REviALIZ ,I2, Cartv
Vega, 369-705-. (Coalicin dle 11 organizaciones). 10029. Contacto: William Iigo. P,,idtor, coenr,
Street,-New York, N.Y. 10038. Contacto: Aramis Hispanic Democratic Caucus of Washington Fo.lto, Mens Etiquet,,
Gmez, 566-6456. Heights-lnwood: 715 West 179 Street, New York, Almanaque, TarjIta Cubierta,
N. Y., 10023. Presidente: Victor Espinal, 481-9400 Pprm Libro Catlogos
Community Service Center of the Lower East- 795-1587.
side: .152 Avenue D New York, N.Y. 10009. Direc- Children's Television Workshop: One Lincoln
tor Asociado: Jes LaViera. 533-.2410. Plaza, New York, N.Y., 10023. Contacto: Joseph
District 1199, Hispanic,Division: 310 West 43 Aguayo.
Street, New York, N.Y., 10036. Contacto: Marshal I. L. G. W. U.: 275 7th Avenue, New York,
Dubin, 582-1890.



SUSCRIBASE A UNITE

UNITE, SEPTEMBER 30, 1976 19





THE NATIONAL ARCHIVES OF WASHINGTON, D.C. QUE FREQUENTERONT DU
27 SEPTEMBRE AU 1ER OCTOBRE LES ARCHIVISTES DE CINQ CONTINENTS












Les Archives nationales des Etats-Unis construites en 1935 sous l'administration de alors qu'elle constitue un ministre autonome au Canada. Les Archives d'un pays,
F.D. Roosevelt (New Deal), et quiabritentsousleurs colonnes de marbre, dans leurs (et c'est la tendance depuis la fin de la deuxime guerre mondiale), par leur
caves quipessuivant les dernires techniques, les documents retracant les 200 ans caractre technique, leurs functions dynamiques, leurs relations avec toutes les
d'Histoire de la plus grande Dmocratie du monde, la National Archives fait partie branches de I'administration, leur role dans la politique et la vie nationale, confines
de la Gneral Administration Services, dpendant directement du Prsident des dans les limites d'une section elles sont condamnes I'immobilisme;
Etats-Unis, tout comme en Israel, en Turquie, les Archives relvent du Prsident du I'tiolement, aussi est-il recommand a cot d'une rpartition logique et sense des
Conseil. Encore qu'en France o naquirent les premires archives nationales sections, d'accorder dans les lois organiques, plus de libert d'action et de
I'institution soit un dpartement du Ministre des Affaires Culturelles, elle relev de mouvement, ceux qui en ont la direction technique, qu' ceux qui y exercent une
I'Education Nationale dans la majorit des pays d'Afrique et de I'Amrique Latine, supervision simplement politique.


ABONNEZ VOUS A

U`NITE


/ CAPTEZ TOUS LES SAMEDIS SOIRS
/ DE 8 HEURES PM. A 10 HEURES PM.

EDDY PUBLICITE

Ssur les ondes de la W.H.B.I. F.M. 105.9

THE LAW SAYS o: UE BULK RATE
TIIE LAW SI P.O. Box 707 U.S. POSTAGE
Canal Street Station NEW YORK N.Y.
New York, N.Y. 10013 PERMIT No.: 3779


SCELEBRATE
AMERICA

TIME VALUE MATERIAL
...............2 ...... UNITE, SEPTEMBER 30, 1976




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs