• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Principal
 Principal: Editorial
 Principal continued
 Principal: Echos d'Haiti
 Principal: Varietes-Unite
 Principal: Nouvelles Internati...
 Principal: Literature Haitienn...
 Principal: English Section
 Principal: Seccion En Español
 Principal continued






Group Title: Unite
Title: Unité
ALL VOLUMES CITATION ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072338/00005
 Material Information
Title: Unité
Uniform Title: Unité (Brooklyn, N.Y.)
Physical Description: v. : ill. ; 28-38 cm.
Language: French
Creator: Haitian Unity Council
Publisher: Haitian Unity Council
Place of Publication: B'klyn N.Y
Publication Date: 1975-1979
Frequency: biweekly
regular
 Subjects
Subject: Haitian Americans -- Periodicals   ( lcsh )
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Additional Physical Form: Available on microfilm from the State Historical Society of Wisconsin.
Language: Text in French, English and Spanish.
Dates or Sequential Designation: Vol. 1, no. 1 (May 1975)-v. 4, no. 10 (Jan. 15, 1979).
General Note: Aug. 1975-, published in: New York.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072338
Volume ID: VID00005
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 10253459

Table of Contents
    Principal
        Page 1
        Page 2
    Principal: Editorial
        Page 3
    Principal continued
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
    Principal: Echos d'Haiti
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Principal: Varietes-Unite
        Page 11
        Page 12
    Principal: Nouvelles Internationales
        Page 13
    Principal: Literature Haitienne
        Page 14
    Principal: English Section
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Principal: Seccion En Español
        Page 19
    Principal continued
        Page 20
Full Text







VOLUME 2
iEPTEMBE5S176UN POUR T OU TOUS POUR UN.
......... ....... . ................... .............. .
........................




























EST TOMBE 'i',ji'jj'j
ENGLIMAO TSE TUNGSH
SPANISH

mondialesle numro















demeurera grav non seulement dans la catalogue comme 'homme malade.
SEPTEMBER 15,1976 UN POUR TOU TOuS POUR UN

THE HAITIAN.AMERICAN NEWSPAPER WITH THE MOST COMPREHENSIVE
COVERAGE OF DEVELOPMENTS IN OUR COMMUNITY AND IN HAITI.
Published by THE HAssist AN UNTY COUNCIL, INC.





UNE POSiTION A DENONC[R
Vodr notre Editorial page 3a







-ST TOM'BE



AO -TSE TUN:

Demais les leaders au pparus sur la fait scenui de des richesses du pays avec la complicit
politique entre les deux guerres des gouvernements corrompus. Dans la
mondi, le p nomt de MAO TSE TUNG littrature politique, la Chince, ce, taiten
demeurera grav non seulement dans la catalogue comme I'homme malade. Et
mmoire de millions de chinois mais dans MAO surgit! Assist de ses disciples et
celle de tous les damns de la terre, partisans rompus aux mthodes due en
comme p'un des plus grand conducteurs matrialisme dialectique, assist de ceux
de peuples qui adaptdrent la philosophie dynatt mique
de Karl Max aux raltts chinoises, si leva
Charles de Gaullerosion, abWinston Churchil, I'tendard d'une Rvoluton qui dura
fils pour des rives plus hlano Roosevepitali, ores.eph vLa Dumont ans, Andr Maraux sont ples fodarmi les
Staline ont de Sun Yat-s leur nom instituant en lieu et placede dla routine et
mais pas au point que a fait celui de des superstitions, le rdu pgne de la
Mao, ce pote-soldat d'origine paysanne- technologie et de la science, ce, bien
qui transforma en trs peu d'annes, le avant le succs comp!et de "la Iongue
destin de 800 millions d'hommes, marche"
Depui renverser les de mille ans, la Chinr l e Replie sur elle-m"me et tenue en
rpute par la culture de ses mandarins, quarantaine, la Chine sous laconduite
qui inventa la p oudre et de 'Amrique so 'autres vigilante du ChairChairan Mao poursuivit soTung
objetsti de pratique universelle, resta dns rai destin jusqu' s'imposer I'attenion du
une sorte d'immobilisme, mine par la monde par les rsultats positifs de sa
scheresse et I'rosion, abandonne de ses Rvolution. Jacques Brieux, Ren
fils pour des rives plus hospitalires. La Dumont, Andr Malraux sont parmi les
Rvolution de Sun Yat-sen qui renversa grands tmnins, de I'occident du miracle
I'empire 'pour le remplacer par la chinois, du la tnacit, au courage, la
rpublique n'eut pour effet immdiat que volont claire du p re de la
de renverser les murailles et ouvrir le vaste "Dmocratie Nouvelle': MAO TSE
empire la rapacit des trangers. De TUNG, gant de la pense universelle.
I'urope et de I'Amrique, sous pretexte Chairman Mao Tse 74ng
d'investir des capitaux, i1s s'emparaient Laurore St. Juste






4.4
INDEX TOUT LE MONDE DEVRAIT SAVOIR QUE
Un gant est tomb Mao Tse Tung Page 1
Editorial francais 3 .. A VL
Propos d'ducation 3
'de Robert Brutus
Dbats sur le crole 4
arus Garey 'agence de voyage Haitienne
Marcus Garvey 6 -
la plus experimentee
Congrs archivistique WaVshington 7s
Echosd'Haiti 8 SE TIENT AU SERVICE DE LA
Vari4ts Unit 9 COMMUNAUTE HAITIENNE
Nos Hros 11
Coin de la Posie 12 AU
Nouvelles internationales 13
Littrature haitienne 14 60 East 42nd Street (Room 1366)
Lincoln Building
ENGLISH SECTiON 16 (Juste ~ cote du CONSULAT D'HAITI)
A Social and Cultural Evening in Brooklyn 17
SECCION EN ESPAOL 19 `E 9 HEURES A.M. A 6 HtEURES P.M.
Editorial (English) 15
The Haitian- Profleofa Community 15 TELEPHONE (212) 490-1890
Comments an a e!-w Stvle of Indentured Servants 16
Sa 1.- TICKETS AU MEME PRIX QUE LA AMERICAN AIRLINES
2.- SERVICES GRATUITS
Bulletin d'Abonnement 3.- SERVICE DE VISA ET PASSEPORT
4.- CARTES DE CREDIT ACCEPTEES
Nom:
Adresse. ._ UN SEUL COUP DE TELEPHONE A

Ville, Etat et Zip code. R.M.B. TRAVEL
Pour six mois: $ 6.00 (Affranchissement tlre.classe)
Pour un an: $10.00(Affranchissement lre.classe) ET VOYAGEZ SANS PROBLEMES
Etranger, tous pays:
Six mois: $10.00 (Affranchissement lre. classe) BONUS SPECIAL
Un an: $18.00 (Affranchissement lre.classe)
R.M.B. Travel offre a tous ses clients une soiree gratuite a Cabane
Abonnement payable d'avance par cheque Choucoune en Haiti.
ou mandat bancaire l'ordre de UNIT.


ABONNEZ
POUR PLACER UNE ANNONCE,
APPELEZ LE NUMERO: V US IT
(212) 343-8195N IT E

Notre journal avise ses lecteurs que tous
ceux qui dsirent placer une annonce so- MENORA'S BEAUTY SALON
ciale telle naissance, baptme, mariage, d- Specialising in: Hair weaving, Relaxers,
cs, "graduation", etc. peuvent nous l'en- Hair coloring etc. I T
voyer pour tre publie sans frais. Pour les 796 Franklin Ave, Brklyn Ph: 773-83891
annonces commerciales, nous vous don-
nons ci-aprs notre tarif d'insertion: -------------- --- ---- The Haitian-American newspaper publish-
trois lignes une insertion ....... $ 6.00 ed by the HAITIAN UNITY COUNCIL,
plus de 3 lignes une insertion$1.00 aditio- INC.
nel par ligne. Louis A. BRUN
quart de page. ..... une insertion$ 40.00 JA C QUE L IN E'S EM E RA Editor
demie page.........une insertion$ 75.00 BEAUTY SALON
Page entire ....... une insertion$150.00 1822 Nostrand Ave (nr. Ave D) Staff: Rose L. Michel
Un tarif spcial, discuter, est applicable rooklyn. N.Y. 11226 s: BU Arleigh Mag
2-2200346-0659 BU4-9754. Arleigh Magny
pour _lesannoncesreptes. ____________ Staff photographer: Jacques Dupont.:

2- UNITE, SepteB( ,15Ala7i








1EDITORIAL PROPOS D'EDUCATION

L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE
Suite de notre numero du 30 aout 1976
Dans ce nmero, sous le titre "Comments on a
New Style of Indentured Servants, "A Haitian view",
notre collaborateur, M. Grard Astre examine la Par: Rose L. Michel
question des minorits aux Etats-Unis.
L'tude de M. Astre a t provoque par une
colonne du journaliste Harriet Van Horne, publie
par le New York Post,du lundi 26 juillet 1976, sous Le gislateur a pens o dans le commerce, son avan ent. ne seras
le titre "Indentured Servants". Nous commencons, Le l late a ens dactyo dans l commerce, son avancment. Tu n seras
aujourd'hui la publication en anglais de I'article de M. sagement que vu I'importance de I'administration, infirmire, etc. jamais mieux aucune part.
Astre, en attendant sa reproduction, en frncais, la tache de I'instituteur primaire appointe $80, $100, $150. Une cororation si dmirable
dans un de nos prochains numros. qu 'i lui faut donner tout son Par ailleurs, couturire habile, Une crpor
savoir, son dvouement, son modiste de talent, esthticienne, ne doit pas tre msestime
Le prsent editorial est concu a partir des ides temps et meme ses loisirs a etc. elles s'assureraient bien vite et doit occuper la place
exprimes par M. Astre. La raison en est simple: les I'enfant. Ce dernier devant tre une clientle de choix sans souci laquelle elle a droit.
opinions de ce dernier rejoignent les idaux qui entour d'une sollicitude de prparation de cours, de II es legitime que chacun, au
motivent notre existence et le rle que nous sommes constante. Pour toutes ces correction de devoirs, sans bout d'une longue carriere
appels jouer en notre qualit d'organe raisons cette fonction tait responsabilit morale. mesurant la route parcourue non
d'information et d'ducation. incompatile avec tute autra Normalien, normalienne, ils sans fatigue et sans luttes, espere
oublie que cet instituteur, ce ont prfr suivre leur vocation, trouver I'tape dernire une
En effet, I'un de nos objectifs prioritaires est de semeur de lumire est en m'eie attirs comme le prtre vers un oasis, une assurance formelle de
dvelopper chez nos ressortissants la ncessit pour temps un tre de chair et de sacerdoce diffrent mais aussi paix et de scurit. Vingt ans,
une prise de conscience, I'valuation de leur hritage sang, qu'il a des besoins sacre. lis ont choisi d'tre le vinght cinq ans, trente huit
riche en humanisme et dynamisme et s'en servir pour immdiats et des aspirations cultivateur qui dfriche la terre annees d'un labeur assidu
une affirmation avantageuse de leur prsence sur la satisfaire, que sa machine aride ou fertile, le magicien qui devront procurer la garantie
terre hospitalire des Etats-Unis. humaine comme I'autre a besoin transforme la matire amorphe d'tre dsormais l'abri de la
de graissage, de rparatinn, en joyau. lls sont le soleil qui fait misre de la gne et qui
Cette attitude est indispensable pour permettre d'ajustement. Aucune latitude mjrir le fruit, lever le grain, automatiquement la pension sit
cette Amrique dont nous faisons dornavant partie, n'tant lasse aux matres our panouir la fleur, la ci qui ouvre dlivre.
d'exercer sur le reste du monde qui se tourne vers elle amliorer son salaire celui-ci les intelligences et les coeurs. A la rflexion on ne peut dire
la recherche de nouvelles directions, cette -devrait tre de nature combler que I'instituteur soit mconnu,
influence dans la formulation de nouveaux idaux et c'est pire, il n'est pas connu, on
principes qui rpondent mieux aux besoins et toutes ses ambitions. Le L'lnstituteur a travaill dans ne s'est pas donn la peine de se
aspirations de ces peuples qui ont dja trop attendu o ursendare a dles plus mauvaises conditions, penchervers lui, de I'tudier, de
une amlioration de leurs conditions sociales, pouraugmenter son budget avec mobilier insuffisant, materiel le comprendre, de I'apprcier. Ce
conomiques et humanitaires. des lecons particulires, n'existant pas ou peu de n'est q'a sa mort que quelques
des cursi frivs;ournitures classques, local fleurs de rthoriqe se m@lant aux
Nous savons que trs sveus sommes dnseignement superieur ne adqu a>, irs artifcieles et naturelles
revenus dans nos ditoriaux, surcette quesion tde : -distrait de son employ- a une directive contradictoires, etc Et des couronnes, clbleront des
"prise de conscience communautaire". Nous I'avons profession librale et lucrative malgr tout que n'a-t-il vertus qi ont pas t
dlibrement fait et nous continuerons le faire en que quelques heures qui sont algr sans la collaboration des recoat rtus q apprtci ps son
vue d'arriver convaincretousles Harriet Van Hornes largement compenses par le ras s assu la ol oration vant
que traitement consquent qu'il parents. II a assum la formation vivant.
que nous, originaires du Tiers-Monde, sommes, au traitement consquent qu'il complete de I'enfant et bien
meme titre que les minorits europennes, recoit. A ce compte les vent traversui duquer le A 11 le
susceptibles de "mobilit ascendante" (upward appointements de I'lnstituteur souvent traverslui duquer le Actuellement les coles
mobility) en dpit des efforts. a yoir dans notre primaire devraient etre plus oraemnt et ah soqueret normales subissent une crise
prsence un danger pour la civilisation amricaine. levs, sinon gaux ceux de ses m s s conse e jeusedeactuee na a a rce
collgues du secondaire et du jeunesse actuelle n'a pas la force
professionnelle et la conception de renoncement des ains, le
Pour raliser, dans sa plnitude, cette "moiilit suprieur. Ce serait justice. trs haute de sa mission prob ceme de la rnumration
ascendante" dont il est question et dont nos Je n'ai jamais oubli d'ducateur I'ont toujours pur elle prme etus les autres.
dtracteurs voudraient nier notre capacit de pouvoir I'tonnement d'un parlementaire soutenu. Le vritable ducateur La jeune gnration sous
I'atteindre, il nous faut une large participation de nos de ma connaissance, qui par dira jaais d'un enfant :"On fluence de 'vlution
ressortissants. A ce sujet, nous pouvons dire que nous hasard, constatant 'effectif de nen tirera rien de bon" II lu gnrale aspire une vie plut
sommes encourags par le grand nombre de nos mon cole, I'xigut du local donnera toujours un minimum large. Elle affecte un certain
compatriotes et amis trangers de toutes les races et m'obligeant le maintenir v 250 d'lments qui I'aidera faire sa scepticisme quant un nouveau
de toutes nationalits, conscients de notre position, ves mavua qu'il avait vie. Ecoutez-le parler 'Enfant et quitable lassement des
de nos soucis, de nos importantes proccupations et toujours cru qu'une cole :"Tu aimeras ton Dieu valeurs. Elle rpond aux.conseils
qui se sont offerts avec gnrosit et dvouement nationale n'avait que 40 50 quit'aimes eaucoup Sous-u des an: Auoi bnPouruoi
nous aider dans notre lutte, par tous les moyens dont lIves. Je m'expliquai uton Crateur a voulu e tu udes avnes: quoi n ous frquo
is disposent. 'indiffrence du corps lgislatif e to ateur a vouu que t voulez vous que nous fassions
SI'gardn d'une corporation qui viennes sur la terre pour tre comme vous? II ne faut pas
I'gard d'une cooration qui. heureux et te rserve pour plus cependant que la Force vive de
A ce tournant, nous ne saurions passer sous silence semblait si peu intressante. De tard une pla ce dans son cette jeunessesoit perdue pour
les nombreux messages, marques d'encouragement et nos jours beaucoup de gens paradis? Tu ne udras jamais c'Enseignemen. Les causes de la
de support qui nous arrivent tant de la terre natale pensent encore que 'instituteur faire ce qu'il te dfend. Tu le baisse de recrutement tant
que de nos ressortissants dissmins aux quatre coins primaire est un fainant, un tre feras connadtre aussi aux autres.edument etan
du monde qui nous lisent, nous observent et nous assis longueur de journe as connare aussiaux autres connues, i sagit daugmenter le
suivent A eux tous, nous exprimons notre profonde derrire un bureau, qui touche prestige social du matre et de sa
gratitude et leur renouvelons I'assurance de notre foi des appointements sans grand Voici ton Pays, Haiti. 11 est un drofess pour attirer les sujets
inbranlable dans la cause et notre volont ne pas mrite. des plus beaux de la terre. an les Ecoles ormalese les
les dcevoir. L'lnstituteur a fait de bonnes Regarde ses collines, ses rivires, garder. Ceci impliquerait
tudes, ses connaissances varies la mer qui I'entoure, son ciel 'augmentation du chiffre des
LES SERVICES HAITIENS lui permettent d'aspirer tout. II bleu et lumineux. Tu es cheztoi, traitements en gnral,
2067 BROADWAY (Suite 52) pourrait aprs son bachot ler et tu peux jouer, courir, parler 'attribution de traitement plus
NEW YORK N.Y. 10023 2e faire partie d'une Facult et comme tu veux, personne ne te elevs a ceux qui ont des
NEW YOR, N. 103 en fin de compte tre I'ingnieur diras vas-t'en. II ya de cela trs responsabilits administratives et
Telephone: (212) 724-5529 aux wombreux chantiers, un chef longtemps tu n'auraispas ce pdagogiqes, I'tablissement
important d'administration, un droit. Un homme est venu, d'un barme d'augmentation
NOUS FAISONS TOUT EN Haiti: brillant professionnel qui gagne Dessalines,il a combattu le colon, pour I'anciennet. Ceci incombe
ce qu'il veut, le commercant il t'a donn Haiti en partage. aux pouvoirs publics.
RECHERCHES DE DOCUMENTS actif qui ralise de trs beaux Aime la terre, attache-toi a ton
bnfices. La jeune fille avec son sol, tes frres haitiens. Sois
DIVORCES B.E., son B.S., son C.A.P. ou le docile et attentif, apprends bien
diplome de F.E.N., secrtaire, a I'cole pour travaillerplustard R.L.M.
AFFAIRES IMMOBILIAIRES, ETC.
4JNITE, Septemi er ,t5; A36







DEBATS SUR LE CREOLE- UNE NOUVELLE ET INTERESSANTE LETTRE DE


LOULOU (ELIE LEBLANC) A JEF (FRITZ JOSEPH)

Cambria Heights, le 15 aot 1976 panchement du coeur en valait bien la rvolutionnaire. Car, sa vnnosit, une Peu ou prou, Lhrisson s'imprgnait de
peine, vu que le poete Milcent fils venait fois insuffle I'esprit, faisait courir le cette atmosphre.
Mon Cher Jeff, de lui exposer sa propre thorie sur les frisson dans toutes les fibres de I'tre Autant de faits, assez convaincants,
divers genres litteraires, en bullition pour de ce pas en merger dans une aptes conduire la muse de Lhrisson
Tu ne saurais croire combien il m'a cette poque. En effet, dans son "Epitre action agissante. I'abandon d'un "blouissement, d'une
plu de savourer a mon aise, les ides Milcent" en rponse, ce jouvenceau esprance illimite" dans le devenir du
esquisses dans ta lettre responsive a la brossa. avec une finesse de touche, son Depuis, Lhrisson attira de nouveaux crole.
mienne. Tu feins une cordialit et un manque d'inspiration pour s'asseoir au admirateurs parmi lesquels on pouvait
plaisir que tu es loin d'prouver. Mon banquet potique auquel \ui conviait son compter Soulouque, tant ses chansons en Saint-Rmy n'a-t-il pas crit que
initiative, je dirais mon rve, la vrit, ami de la plume. Une preuve historique: francais aussi bien que celles, en crole, "l'haitien a le droit d'innover jusqu'au
ne va pas ravir tous les fils de la nation ni les deux vers que voici: "Les muses, tu le lui avaient acquis une solide rputation, crolisme, pourvu que le style soit rapide
rencontrer, d'ailleurs, I'adhsion totale et vois, sont sourdes ma ,voix" la maniere de Branger, le chansonnier imag et que la pense se laisse
I'enthousiasme que je suis en droit -"Pourrais-je, enfin, me taire. Hlas, peut lgant de la France. Pourtant, il "d'autant moins saisir".
,d'attendre de tous. Pourtant, comment se tre, non". Sa rflexion rappelait, mon saute aux yeux que les chansons en
geindre d'une telle dmarche qui tend bon souvenir Socrate, homme modeste crole semblent tre la rsultante de sa F. Morisseau Leroy "Le crle -c'est la
donner du pain spiritue! la plus grande qui se ravalaitau niveau "d'un ignorant pense nette et claire d'aiguillonner sa culture qui doit s'en occuper .
majoritide nos frres et soeurs dans leur dsireux du savoir". langue maternelle vers une renaissance.
langue naturelle, alors que, justement, an Dsormais, Lhrisson tait libre, libre F'tait une perspective allchante! A cette phase des dbats
blame ou reproche nos gnrations de de continuer porter ses lvres, la -pardonne-moi cette expression
n'avoir pas pens prendre une action coupe de la chanson dans laquelle il Sous cet angle, lorsqu'on se penche sur juridique- nous allons ensemble, mon
concrete en vue d'aboutir, enfin, une allait bientt exceller, maisqui, pourtant, la vie de I'esprit de Lhrisson, on ne peut cher Jef, remonter la source de la
vraie comprhension de ce problme. seyait bien son caractre et a ses ne pas deviner le drame que, au trfond littrature haitienne pour analyser
inclinations politiques. Libre, enfin, de son tre, joua le crole et pour lequel if 'influence du chansonnier et I'volution
Je souhaite de tout coeur que le de continuer en faire le pivot de sa vie s'ingnia concrtiser et dgager le sens de son mouvement crole.
rsultat du Sminaire crole t'apportera le et par o allait apparaitre la courbe suivie et la porte, travers son inspiration par
concret, avec la linguistique et la par son ame. Pris, maintenant, dans les la chanson qui lui ouvrit de nouvelles vA prime abord, d sons peeu qui sit
pdagogie, comme une rponse ton engrenages de son destin, il composa des opportunits. A ce compte, n'avait-il pas, haitienne tait dans une condition
dsir le plus cher. chansons en francais et des chansons en comme plus d'un, constat que le francais hat e tt ans e ci
crole qui, comme eut dit Marill et le crole asservi, constituent deux asservissante. En efet, la vie littraire
De mme, j'espre que les historiens "modulrent les variations humaines sur courants linguistiques qui ont coxist d'alors n'etait que le reflet, mieux, un
feront preuve d'impartialit envers les. I'ordre deson milieu" mais qui,en meme pacifiquement, tout au long de I'histoire, cho de la litterature francaise. A cela
faits particulirement pertinents qui temps, exprimerent le courage et qui n'ont jamais cess de se contrarier, rien d'tonnant, car nos intllectuels de
forment la trame intentionnelle de I'angoisse d'un homme suivant mais aussi de se stimuler, de s'alimenter belle eau sabreuaient a la source pure
Christophe. Si le crole n'a pas avanc, au attentivement le processus lent de sa I'un I'autre si minime que soit I'apport des oeuvres culturelles francaises,
cours de I'histoire, mais une chose est et socit. 'Ds lors, il n'eut pour lutter de I'un envers I'autre. C'tait dans ce rservoir des belles lettres. Pourtant, ds
reste certaine, c'est qu'il ne s'tait pas d'autre arme que les voies de la chanson contexte et aprs analyse de ses propres 1836, se dtacha la silhouette d'Emile
dsagreg et ne se dsagrge pas, non plus, auxquelles il ouvrit de nouveaux horizons rctions que Lhrisson parvint de plus en Nau, journaliste de son tat, thoricien
sous l'action du temps. peine explors. plus, suivant I'expression de Viatte, d'un mouvement littraire. Son crdo
Bien vant Christophe, deux grandes Docteur-s-lettre, a "la premire "une littrature nationale nourrie de la
figures historiques avaient dja utilis le Comme de fait, chaque chanson, it utilisation systmatique du dialecte .sey de notre riche folklore. Ds lors,"Nau
crole pour vhiculer leurs penses la avait manier la pense avec une maitrise populaire", s'interrogeit. et, meme il s'enquit du
population esclave de Saint Domingue. tranquille, de telle sorte qu'il put, sous les processus a suivre pour'aboutir 4 la-
traduction des cotes, folkloriques, en
C'tait, d'abord, Santhonax, un des yeux de ses fervents admirateurs, peindre L'objectif de cette tendance tait c e c e oloques en
membres de la deuxieme Commission un tableau devant embrasser le flux et le nettement soulign par I'usage de ces
Civile d 27 oct 17 reflux d'une situation politique ou sociale deux langues comme les deux soeurs De la germination des ides de ce
Civile du 27 octobre 1792, et ensuite donne, amoies ttd n lacomsii q ement, f i dS
Jean-Jacques Dessalne, e e e donnsiamoises tant dans la compositin ue c t thrique, lentement, mais
s D ines, le chevralier d surement, fleurit une des plus fines fleurs
servant de notre pope fulgurante de Avait-il, dans sa vision, pens que la dans la rdaction des chansons, encore du parterepoetiue du teroir nti l
1804. chanson pouvait un jour, oprer un que chacune d'elles ne soient, du parterre potiquedu erroir nationa
A I'ombre des pas de I'histoire, aucun changement formidable dans nos moeurs sparement, crites dans leur propre Oswald Durant (1840-1906). Lr avait
autre remous depuis. politiques et sociales? Toujours est-il langue. Cette ide tait diffrente, dixphuit ans, 'poqueo Lherisson allait
que, dans le vent, elles le propulsrent au nouvelle et attrayante. Car le "partir pour I'ternit de la vaste
Ne t'inquite pas ni ne t'tonne pas, premier rang des vedettes nationales, crole comme le francais sont pnombre". Oswald crivit "Choucoune"
car, rien n'effacera ce que I'amour du avec le titre de chansonnier par ncessaires a la marche du pays. Cette un pome en dialectecrole qui, en mo me
crole a donn nos aieux, pas plus du excellence, de la Rpublique. En dpit de ide n'tait pas farfelue! Non. En temps que son auteur, acquit la notorit
-reste, que I'amour de la libert, de la clbrit, Lhrisson poursuivit sa tache somme, Lhrisson avait voulu parvenir a publique. Puis, Oswald -eut le titre de
I'indpendance, du sol natal. inlassablement. De chanson en chanson, il la rvlation de la ralite savoir que la pote national et ensuite, celui de pre de
rvla I'impression d'une rupture ou langue naturelle ne peut pas tre figee ni la littrature crole. Plustard, vintce que
Francois Romane Lhrisson vint d'une brche ouverte ou largie au rester a'faire tapisserie". Bien qu'elle ait mal cieupsement Priode des
(1798-1858). A cette poque, le bon gout systme politique de Boyer. Si vrai que, accept, avec endurance, sa triste Baonnese sns tarder 'occuation
littraire avait alors pntr dans I'ame bien orchestres et annones par la situation, et par ainsi, touff, Bainettes" et, sans tarder, loccupation
haitienne engendrant a bon escient, une populace, les chanspns provoqurent des passivement ses propres vertus, elle a amricaine qui montra toutes ses cartes.
posie fort bien rythme. Ceci n'est pas remous, grce I'action subtile, malgr tout, beaut et charmes a Comme la rsultante de cette
sans raison, car, grce l'cologie de 'lle, ondoyante et nergique de I'opposition et revendre. C'est une belle silhouette de interventin: la prise de conscience de
I'haitien nait poete. A ce propos, Milcent par ainsi, contriburent au renversement dame, lgante et raffine, mais simple et notre intelligentzia. Alors, sur elle, souffla
fils, dont la muse vagabonde avait suc le du gouvernement de Boyer, en 1843. gaie, sourire toujours sur les lvres et dont un vent de patriotisme qui la remua et
miel potique et vivifiant de Lamartine, la beaut "diffuse la lumire autour qui; comme un dclic mergeant de la
crivit, un beau matin, Lhrisson, une A la lumire de cet vnement, sans d'elle". Ainsi, elle doit voluer une plus pense, projeta des rayons lumineux
lettre intitule: "Epitre Monsieur prcedent -empressons nous de dire-toi belle allure pour achever son convergeant vers la source du folklore et
Lhrisson, citoyen d'Aquin". C'tait le 16 et moi, nous ne pouvons resister la rayonnemen. dans la gloire nationale. des traditions indignes. d'ou I'closion
juin 1818, date laquelle Lhrisson tentation de ptocder une analyse trs Mais qui ne se souvient de la belle et la publication des revues telles que: La
venait d'avoir vingt printemps. II me succincte de la pense concrete de chanson folkloriqe en crole "Dodo titite Nouvelle Ronde, la Revue Indigge, et la
semble voir, comme dans un tat Lhrisson. maman li... si ou pas dodo crabe lava Revue des Griots. C'est ainsi que
visionnaire, Lhrisson, apres la lecture mange ou..." que fredonnaient nos ntervent, Jean Price Mars, hmme de
du contenu de I'pitre, se pencher A la vrit, la chanson -extriorisation mamans et, bien antrieurement, les sciece, minent profesur diplomate
immobile sur la partie la plus secrte de de cette pense- avait le venin la queve. mamans de nos prcdentes gnrptions ubtile, mit'accent sur les faibleses des
son ame, avant de crystaliser les ides que Lhrisson s'en-.servait comme une arme dont, par exemple, la mamie de oeuvres culturelles de son poque
lui insufflerait sa muse. Des lors, je crus avec laquelle I s'engageait dans un sentier Lhrisson? Mais qu ne se souvient de la littire, et prconisa, avec autorit
lire dans ses yeux le soulagement et la de confrontation avec la ralit politique multiplicit, sur nos fesses, des petites intellectuelle, le retour aux sources par l
joie que sa brouille potique tendit vers du rgime dchu. Partant, elle nous offre tapes calines que nos mamans savaient moyen de la revalorisation du folklore, du
une fin. Je ne voulus rien lui dire et lui' I'image d'un irstrument de combat aussi mesurer a leur chelle visuelle, quand dialecte cre 'eet de la religion vaudou. II
laissais le temps de rflechir sa bien de connaissance. pour nous plonger dans les bras en avait de I'toffe, tant donn que son
confrontation lttrare. Polment ars protecteurs de Morplhe, elles grenaient les pere. s'tait dj ingni la transposition
Confrontation littraire. Poliment, alors, p des fables de Lafontaine, en crele
je partis tout seul, et dans le silence, Dans celte optique, la pense avait couplets de cette chanson mlodieuse? desfable de Lafntaine, en crole.
repris ma plume. A mon humble avis, cet rellement assum un role J'enpasse... Suite page 5
IA MTSe15,193 6








DEBATS SUR LE CREOLE NOTRE RENCONTRE AVEC

Suitedelapage4 JEANNE DE VILLANDRY
Ici, une pause de reflexions. "La politique, helas, voil notre misre,
N'avons-nous pas, travers I'histoire, Mes meilleurs ennemis me conseillent
observ et constat que nos hommes de d'en faire.
culture vinrent, souvent, savourer, un Etre rouge, noir, blanc demain, ma
moment de quitude I'ombre de notre foi, non".
crole, havre de paix et de bonheur? "Je veux quand on m'a la qu'on puisse
me relire".
N'est-ce-pas la une preuve manifeste et J'en veux la politique, la rendant
saisissante qui tmoigne de sa maturit? responsable de la mort inopine de
Lhrisson. De surcroit, son effet nous
Arrtons-nous ici, ce bref coup d'oeil prive de I'exprience absolument
de la littrature haitienne -quitte y prcieuse d'unelettre, capable de dceler
revenir ultrieurement- pour clore le cas le sens dans lequel il ferait voluer le
du martyrologue de la plume qu'est: crole pouf aboutir a son prolongement
Francois Romane Lhrisson. en linguistique.

Lhrisson, dignement, entra dans
Sur ces entrefaites, Soulouque, I'histoire, avec son souvenir et son image
surnomm le "Bonhomme Couachi" I'esprit de tous, comme la victime d'un
succde Boyer. Lhrisson alors salua rgime a courte vue politique. Sa
I'avnement du nouvel lu, avec beaucoup conception qui revtait la forme d'un
de chaleur, et de suite, lui prsenta ses moyen d'action psychologique, littraire Madame Jeanne de Villandry
hommages en des termes trIs flatteurs. et politique, rvlait a n'en pas douter Notre surprise est grande do dcouvrir Prsidente-Directrice du Cnacle
Aprs quoi, la vie de Lhrisson s'coula une rvolution, ouvrant une re nouvelle une femme si simple, si modeste, sans Francais de New York. Ses runions sont
pleine de rires et de chansons. Etait-il las au crole. prtention. Mais si vous avez envie toujours le rendez-vous de la socit
du cinglant et des pleurs de honte qui d'apprendre chanter (art difficile entre lgante de cette ville, et o se font
ruisselaient sur les joues des vrais Toute rvolution charrie, aprs elle, tous) allez au cours de dclamation entendre tous les mois depuis 1969, les
patriotes cause des exagrations et des une conquete et, tout comme, renferme lyrique, potique, musical de cette meilleurs artistes de New York. La
dpenses folles effectues par I'Empire? un message aux gnrations montantes. technicienne de la voix; son cours de prsentation de ses lvens haitiennes et
Toujours est-il que, soudain, le vecteur de piano, solfge est tres suivi. francophones, soit c N.Y. soit
sa pense changea de poles. En a) Conquete: le systeme utilis qui, Brooklyn, obtient toujours un immense
tmoignrent les boufonneries et les tout en exprimant la pense -consiste Cette artiste nous arrive de Paris, avec succs. Elle pense quelquefois a cette
jacasseries qui maillerent les nouvelles manier et d plier la langue vernaculaire tous ses prix, ses mdailles, sa culture Afrique Noire, ses classes de 70 lves 5
chansons, mais qui, jointes aux ironies des aux exigences de son bon goet littraire; littraire. Elle possde la tradition Alger, Tunisie, Maroc et surtout Dakar o
patriotes et aux sarcasmes populaires, C'etait la vrit une dcouverte. francaise qui tait alors la premire pendant 3 ans, elle s'occupa des missions
semrent I'effroi dans la faune politique b) Un message: I'usage du crole dans le monde, il y a plus de 100 ans, et de Radio, comme a Paris et ailleurs. Son
du rgime de 1847. comme une langue et comme une arme de d'ob sont sortis les grandes gloires sjour sur la terre d'Haiti a fait d'elle
combat. Et que dire du symbole! thatrales; maitresse de son art, elle une amie de ce peuple aux gots
La mfiance engendre des La libert du crole. Le but, lui seul, est enseigne le chant avec talent et forme ses artistiques; elle aime ce pays aux paysages
arrire-penses! Vraiment, Soulouque, une promesse d'amour et d'unit dans lves pour le thJtre; les tudes auprs si beaux, la couleur si envoutante. Elle
dont les railleries avaient caus tant de l'avancement de sa langue maternelle. de deux laryngologistes franccais (les dsire de tout coeur etre pour ces jeunes
soucis, tait djb entrain par la vellit Le but expliqu encore, la splendeur de professeurs Husson et Wicart) lui assurent Haitiens le phare ou. la lumire de cs
de rduire Lhrisson au silence. cette dernire et le profond attachement une technique trs approfondie de la amants de l'art dont Haiti est une vraie
de lhrisson pour son pays. parole parle, chante, I'articulation et la ppinire; un artiste vrai ne doit jamais
Tiens, le Bonhomme Couachi tait diction dans I'art de dire. La tche d'un oublier qu'il est I'ambassadeur de son
.piqu au vif! Preuve de I'intensit des Son mrite n'est que plus grand. vrai professeur est l. Recevoir un bon pays, et qu' il se doit d'6tre un exemple.
passions qui dchiraient l'aire politique de Debout Lhrisson pour prendre ta place enseignement comporte pour un lve un Elle croit fermement que la pense
I'Empire. Arrt, Francois Romane dans le panthon de nos gloires accompte pour I'avenir et une assurance artistique lve I'homme vers le beau, le
Lhrisson paya tribut la terre, le 8 mai nationales. pour lui mme. "Je suis I'rleve d'un tel" bon, exalte les sentiments humains,
1858, le lendemain meme de son cantatrice, actrice, distingue, il faut ennoblit le coeur et fait la gloire et la
incarcration. Comme I'avait bien dit Tu es un hros. Prcurseur et I'entendre, dans les pomes et dans les fiert des nations.
I'minent juriste allemand Maximilien rformateur de ta langue naturelle doubl grands classiques, lve favorite des
Jacta "La terre a des limites, mais la de chansonnier lgant et populaire, tu es meilleurs tragdiens de notre temps.
bhtise humaine n'a pas de bornes! "Pour magnifique!
recourir un clich, il n'y a vraiment, ni Elle est membre de I'Associatinn des Nous apprenons en derniere minute
vrit, ni conscience, ni honnitet dans la Puisse la nouvelle grration des Potes et Ecrivains Francais- membre du -et ceci est trs prs d'aboutir- la
politique. historiens, en hommage ta mmoire et Jury de plusieurs conservatoires pu coles ralisation d'un cercle culturel et
ton mrite, t'en faire gloire! musicales, membre du Jury de I'cole des artistique ouvert q tous; les adultes et les
Et, Alfred de Musset de surenchrir Beaux Arts P.S., Vice-Prsidente de jeunes s'y retrouveront avec plaisir. Nous
dans les vers que voicLoulou pseudonyme 'orchestre de enre du mrite Natinnal souhaitons Jeanne de Villandry plein
danElie Leblanc Francis. e tc. etcsuccs et toutes nos flicitations.




CANDIDE COOLING & HEATING IMPORTANT
223 Kingston Avenue
Brooklyn, N.Y.11213 'Nos rdacteurs, mme quand ils son.t
Tel.: 774-4209 (Ask for Gerald Lemoine) membres de notre organisation, ont la facult de
Commercial & Domestic Refrigeration, Plumbing, pouvoir exprimer leurs opinions qui demeurent
heating and Licensed electrician. strictement personelles et n'engafgent en aucune
REPAIR SERVICE: fagon le journal proprement dit. Seuls les
Air Conditioning, Refigerators, ditoriaux de UNITE et qui sont intituls
Ice Makers, Store Fixtures, Washers, comme tels reprsentent la position idologique
Dryers. et politique du journal. Cette attitude de notre
KOLDWAVE SPECIALISTS part reflte le caractre dmocratique que nous
Installation & Repairs entendon6 maintenir tant au sein du Conseil de
l'Union Haitienne que dans la ligne de conduite
AII makes boilers, burners No.2 INo.4 No.6 & gas. du journal. Les auteurs qui devront toujours
.Refrigerators bought & sold. signer leurs articles seront les seuls responsables
de leurs opinions.
UNITE, September 1t5, 1976 .







MARCUS MOSIAH GARVEY
A Harlem o le souvenir de Marcus responsable de la prise de conscience des
Garvey demeure vivace, il est un jour du noirs amricains. Aussi, prouvons nous
mois d'aoit de chaque anne o une un vrai plaisir a publier cette note-
grande parade a lieu la mmoire de biographique compile par M. Edouard H.
I'minent antillais en grande partie Perpignand.
AVIS A NOS LECTEURS

DE NYACK

Si vous habitez Nyack ou Spring Valley
vous trouverez UNITE chez Prato,
proprietaire du BEN's RECORD CENTER
situ au numro 33 North Broadway a
Nyack, N.Y.
Nous vous encourageons aussi a visiter
BEN'S RECORD CENTER o vous
trouverez des disques et des appareils a
musique a des prix trs raisonables.
Ne manquez donc pas de lire UNITE, le
journal de la famille haitienne, qui s'est
dfinitivement tabli dans notre
communaut.




N la Jamaique le 17 aot 1887,Marcus salle tait marque par un silence
Garvey devait au cours des onze annes complet, puis la foule entonnait I'hymne
qu'il vcut aux Etats-Unis, fonder I'un "Vive Notre Prsident" en I'honneur de
des plus grands mouvements politique du Son Excellence le Trs Honorable Marcus POUR UN CENTRE CULTUREL
vingtime sicle. Mosiah Garvey, Prsident Provisoire de HAITIEN
l'Afrique et Secrtaire Gnral de
Ayant appris de son parrain le mtier "I'Association Universelle pour
d'imprimeur, ii devint le leader de ses I'Amlioration du Ngre".
collgues qu'il conduisit une grve, la Le CONSEIL DE L'UNION HAITIENNE
premire du genre 3 la Jamaique. C'est pendant I'une de ces runions que (The Haitian Unity Council, Inc.) am-
Garvey entour de sa Garde Royale nagera en son local un CENTRE CULTU-
Encourag par Booker T. Washington, canonisa Jsus-Christ: "I'Homme Noir des REL en vue de la promotion de l'hritage
il s'tablit aux Etats-Unis le 23 mars Afflictions". Cette canonisation fut suivie
1916. Une anne plus tard -le 12 juin d'une messe clbre par le Primat de culturel haitien. Le CENTRE se propose
1917- au cours d'une manifestation l I'Eglise Africaine Orthodoxe, 1 de maintenir en permanence une exposi-
Harlem, son nom devint clbre lorsqu'il l'Archevque George Alexander McGuire. tion d'art, d'artisanat et une bibliothque
dclara qu'il venait de visiter 38 tats qui pourra tre visite tous les jours par le
pour tudier la condition des Noirs. Son style pompeux et sa philosophie public et particulirement ceux qui s'int-
sociale furent considrs comme une ressent Haiti. L'exposition comprendra
Quelque temps apris, il fonda le menace i I'Amrique Blanche et aux ute le tleux et lt
"Universal Negro Improvement of the autres nations. Ses publications furentutres les tableaux e sculptures d'artistes
United States", publia un journal, le interdites dans les colonies anglaises. haitiens, des photographies montrant des
"Negro World" dit en anglais, francais vues du pays, des articles de notre petite
et espagnol. Cependant c'est la pression exerce sur industrie et de notre artisanat. Nous comp-
Sle Gouvernement Fdral par ses tons aussi pouvoir maintenir une biblio-
Mlagr que ses premiers supporteurs opposants de race noire qui devait porter thque et une discothque haitienne.
furent des antillais qui il demandait de l'Administration l'accuser de fraudes Pour aboutir la concrtisation de ce
se naturaliser afin d'obtenir le droit de postales. ou uti l onrt t e
vote -condition essentielle pour toute projet, nous demandons i tous les mem-
minorit qui veut se faire entendre-, il Le jugement dura un mois et se bres de notre communaut et a nos compa-
devint rapidement le leader de la Race termina par un verdict de culpabilit. triotes en Haiti, de bien voloir y contribuer
Noire. En 1921, il comptait plus de 4 Bneficiant d'une libert provisoire sous en nous faisant parvenir soit un ouvrage,
millions de "garveyites" rpartis dans le caution, i profita durant les lections de un disue une bande magntique un objet
Monde. 1924 pour s'allier les leaders tant sur le
plan local que national. II endossa la d'art, ou un article de notre industrie locale.
Entre 1918 et 1921 Garvey recut des candidature de Calvin Coolidge et le Les noms de tous ceux qui auront contri-
dons s'levant plus de 10 millions de Maire de la ville de New York John F. bu la ralisation de notre CENTRE sous
dollars. 11 employa cet argent l crer des Hyland fut invit par lui prendre la une forme quelconque seront publis rgu-
opportunits dans le domaine parole U Liberty Hall. lirement dans notre journal UNIT. A
conomique pour les Noirs des Etats-Unis
et des autres parties du Monde... Des Sa culpabilit fut raffirme par la cette fin, nous avons imprim le coupon ci-
manufactures, des maisons de commerce, Cour d'Appel en 1925 et Garvey fut dessous qui peut tre utilis pour nous
et des entreprises maritimes telles que le condamn une amende de mille dollars faire parvenir votre contribution.
"Black Star Line" furent fonides par et 5 ans de prison au pnitencier fdral ------- --
Garvey. Ayant remarqu que les enfants d'Atlanta en Gorgie. II fut graci en COUPON SPECIAL DE DON AU CEN-
noirs jouaient avec des poupes blanches, 1927 par le Prsident Coolidge, mais fut TRE CULTUREL HAITIEN
il fabriqua les premires poupes noires dport en tant qu'tranger indsirable.
qui furent vendues dans le monde entier. Je dsire contribuer
II fit I'acquisition Harlem d'un Retourn la Jamaique, il fonda le au CENTRE CULTUREL HAITIEN et d-
auditorium qu'il baptisa "Liberty Hall"et Parti Politique du Peuple. II fut lu au
pouvant contenir jusqu' 6000 personnes. Congrs. Mais malgr son immunit, it fut sire qu'il soit maintenu convenablement et
jet en prison pour "outrage Magistrat". que je puisse en tre fier.
II cra pour lui-mme et ses nombreux II s'exila en Angleterre en 1935 et y J'accepte a ce que mon nom soit plac
aides, de pompeux uniformes aux mouruten 1940. sur la liste des donateurs et qui sera pu-
couleurs chatoyantes et les investit de blie rgulirement sur le journal UNITE,
titres tels, Ducs, Duchesses, Chevaliers et Aprs la Dclaration d'lndependance organe du Conseil de L'Union Haitienne.
Commandeurs de I'Ordre Sublime du Nil. de la Jamaique en 1960, il fut dclar un
Hros National et ses restes furent Nom:
Au cours de nombreux meetings qu'il rapatris. Adresse:
tenait Liberty Hall, son entre dans la
SUNITE, September 15, 1976
S .,,* ..,' li(.-U.DU .gS ,, j IJ







AUTOUR DU PROCHAIN French

CONGRES INTERNATIONAL English

D'ARCHIVES A WASHINGTON,D.C. U Bl E Spanish


27 Septembre ler Octobre UN POUR TOU TOUS POUR UN

THE HAITIAN-AMERICAN NEWSPAPER WITH THE MOST COMPREHENSIVE
COVERAGE OF DEVELOPMENTS IN OUR COMMUNITY AND IN HAITI.
Pubished by THE HAITIAN UNITY COUNCIL, INC.


Laurore St. Juste



Sous forme de tablettes d'argile ou de dont les activits sont en relation avec la
papyrus,\les archives par les individus et conservation, I'organisation et
par I'Etat, tait chose courante Athnes I'administration des Archives:
et Rome. Encore qu'il faille retenir
I'exprience du Moyen Age et celle de la c) Favoriser toutes les mesures
Renaissance, et souligner le role conduisant la conservation, la
actif de I'institution sous la Monarchie protection et la dfense contre les
de Louis XIV, son extension au sicle des risques menacant le patrimoine de
lumires; on admettra que la notion I'humanit en natire d'Archives, et
d'Archives Nationales est un fait de la contribuer au progrs sous tous les
Grande Rvolution Francaise. C'est aspects de la technique et de
partir de 1789 que d'autres peuples en I'administration des archives, faciliter les
qute de leur identit, se pencheront sur changes d'ides et d'informations sur les
les vieux papiers retracant leur histoire, problmes relatifs aux Archives.
confieront leurs destins aux historiens, les d) Faciliter une utilisation plus
seuls qualifis au XIX sicle pour frquente des archives et I'tude efficace
dterminer les frontires historiques et et impartiale des documents et rendre
inventer d'autres "leitmotives" en vue accessible leur contenu;
d'exalter le nationalisme rsultant des e) Favoriser et coordonner, I'chelle
conquites napoloniennes. internationale, toutes les activits
relatives I'administration des Archives;
Aussi paradoxal que cel paraisse, les f) Cooprer avec d'autres organismes
deux pays I'heure actuelle a qui s'occupent de la documentation, qui
I'avant-garde du progrs archivistique, assurent la conservation de cette
nous nommons: la Russie et les documentation au profit de I'humanit.
Etats-Unis, auront t parmi les derniers
entourer d'un soin jaloux ce qui est Tels sont les objectifs du Conseil dont
considr par la gent civilise comme le les Assembles gnrales se tiennent tous
patrimoine historique de la Nation. Or, ce les quatre ans. Si I'on excepte
qui s'est accompli depuis sur les bords de I'extraordinaire congrs de 1966 de
la Volga aussi bien que sur les rives du Washington, on en a dja tenu sept, outre
Potomac,dpasse I'imagination.De ce cot les Tables rondes internationales qui ont
de I'atlantique on aura t si loin, que lieu, elles-memes, tous les deux ans. Le
I'ide de coopration en matire prochain congrs de Washington du 27
archivistique, d'change d'ides et de septembre au ler octobre 1976
techniques, sera une ide amricaine ne constituera la huitime rencontre
la fin de la deuxime guerre mondiale. internationale, avec ce cachet particulier
On la doit au Dr. Solon Buck, Archiviste de runir sur les rives du Potomac les
des Etats-Unis, Prsident de I'Association archivistes du monde entier, communiant
des Archivistes amricains qui, la faveur dans un esprit de fraternit avec leurs ~Quels sont ceux qui sont qualifis pour
de la cration des Nations Unies en 1945 collgues amricains "dans le cadre des obtenir...
dcida de jeter les bases d'une manifestations terminales du bicentenaire des COUPONS ALIMENTAIRES (Food
organisation professionnelle associe des Etats-Unis d'Amerique". Stamps)
L'UNESCO, branche des Nations Unies, ... et comment les avoir.
s'occupant de la culture. Vers I'anne Sous forme de tablettes d'argile ou de
1948 un comit d'experts se runit papyrus, les archives ont existe Ninive Vous avez droit a des COUPONS
Paris, se dclarant ,Assemble et en Egypte; la consultation des archives ALIMENTAIRES si:
Constituante, vota les Status Provisoires par les individus et par I'Etat, taitchose a) vos revenus sont modestes et
de ce qui est aujourd'hui connu sous le courante Athnes et Rome. Encore inadquats.
nom de Conseil International des qu'il faille retenir I'exprience du Moyen b) vous avez perdu votre emploi ousi ce
Archives dont le premier congrs Age et celle de la Renaissance, et que vour gagnez n'est pas suffisant pour vous
international se tint Paris en 1950, souligner le role actif de I'institution sous permettre de faire face vos obligations
groupant prs de 400 archivistes. C'est au la Monarchie de Louis XIV, son extension financires.
congrs de paris qu'ont t dfinis les au sicle des lumires; on admettra que la c) vous recevez I'assistance publique
objectifs du Conseil qui compte I'heure notion d'Archives Nationales est un fait (welfare).
actuelle des filiales dans toutes les rgions de la Grande Rvolution Francaise. C'est Dans ce dernier cas vous r tes
du monde, la dernire ne tant celle partir de 1789 que d'autres peuples en COUPONS ALItMENTAIRES.Le but des
groupant les archivistes des Caraibes. qute de leur identit, se pencheront sur Coupons Alimentaires est de vous permettre
a) Runir periodiquement un Congrs les vieux papiers retracant leur histoire,' d'acheter d'avntage de produi;ts avec
international des Archivistes; confieront leurs destins aux historiens, les une mme somme d'argent. En d'autres
b) Etablir, maintenir et developper les seuls qualifis au XIX sicle pour termes vous regevez un "bonus", sur le "cash"
relations entre les Archivistes de tous les dterminer les frontires historiques et dont vous disposez.
pays, entre toutes les institutions et inventer d'autres "leitmotives" en vue Pour tous renseignements sur la, facon
organismes professionnels et autres, d'exalter le nationalisme rsultant des d'obtenir des COUPONS ALIMENTAIRES
publics ou privs, os qu'ils se trouvent et conqutes napoltoniennes. appelez ce numero: (800) 342-3710 Vous
pouvez tlphoner, sans frais aucun pour
vous, de nimporte quel.point de I'Etat de New
York. Vous pouvez appeler tous les jours de la
semaine de-7 A.M. 10 P.M.


UNITE, September 15,1976 7





- w -- -d 4 -











i j i











SOUL-MEN HAITIENS
OVSOUL-MEN HAIIENS CHANGEMENTS ADMINISTRATIFS
OU VOYAGEURS ,ANONYMES
Par Lyonel Vilfort Tire de "Panorama"
PARTIp son envers, ui paradis a le, Au moment de mettre sous presse, il Sous-Secrtaire d'Etat Grard Dorcly a
nous est parvenu de Port-au-Prince, l'cho t remerci de mme que M. Yvon
lis sont en Haiti. Mais plu sien, un aropor; peut n etre de grands changements survenus dans Desrouleaux qui occupait le poste de
t6t ailleurs. Ils sont haitiens. qulne cage ouverte oYi loi- I'administration publique. Nos Consul d'Haiti Kingston, Jamaique.
Mais surtout autre chose, par seau s'arrache les ailes com- informateurs nous ont confirm les ELECTRICITE D'HAITI: Ing.
exemple, amricains, et, nces me des branches despoir pour suivants: Wainright est devenu le Directeur Gnral.
sa.irement, SOUL MiN. ries. Et pour les saul-men un et M. Cameau, son prdcesseur, a t
A rie our le o L'EDLITITE: ,En remplacement de nomm Conseiller technique.
I:essentiel pour eux, c'est pays aussi. Le meilleur ou le Me. Antoine Hrard et ses asssseurs, une
.de s'affirmer d'une fagon ou pire lieu de transit, souvent. nouvelle commission communale
d'une autr.. Et selon eux, s"af Surtout quand d'est natal, ce compOse comme suit, a-t nomme: COUR SUPERIEURE. DES
: :'. :.. .~..op'" o~-:. i 'COMPTES: Me. Jules Blanchel'y. est.
firner coest se crer use appa Pays., M. Raymond Roy, Prsident :retorn comme Premier Conseiller.
rence, se fonger, un masque de. M. Carl Hrard Membre
.fer blanc, se v&tir d'une cotte Et is son-lt en transit dans M. Carl Hrarf, Membre
r blan, se vir dune cotte M. Ulysse Piere-Louis, Membre. A LA BANQUE NATIONALE DE LA
de maille, ou mieux, d'une cot leur-propre pays. REPUBLIQUE D'HAITI: M. Antonio
te de paile. C'est aussi dcou Icicaille, on les rencontre DEPARTEMENTS MINISTERIELS: Andr remplace M. Francois Murat qui a
per sa nature. ntrieure en pe partout. Au Commerce, M. Wilner Pierre-Louis t nomm Directeur des Entreprises
ites tranches dgnes dtre n pe Entr'autres lieux saints, remplace- M. Antonio Andr qui est Mixtos en remplacement de M. Murat
titestrches d dte o dans nos rues, des heures in retourn la Banque Nationale de la Philippe, retrait.
tes, sous pli cachet,-coemel trs Rpublique d'Haiti en qualit de
ten ues, en plen soleil eL ,trbs Rpubl
une lettre anonyme, a destina dus sle e Prsident et Directeur Gnral. M. Henri REGIE DU TABAC ET DES
on de q mgapole vtus: maillots avec sigles de Bayard qui remplissait la fonction de ALLUMETTES: M. Henri Siclait qui
n -mer. En soqumegapest leou vant; buisson de cheveux, pai Sous-Secrtaire ce mme dpartement assurait depuisdjllongtempsle poste de
re de lunettes-hibou, sport- est devenu Secrtaire d'Etat sans Directeur Gnral de cette institution a
fagon, eux de partir. jacket entirement patch,. portefeuille. t remplac, titre intrimaire, par M.
Partir, voigl le mot. Simple pantalon mixte dlav ou bi- Emile Arthur, prcdemment
comme leur idal. Et chaque cousu, talon crever l'oeil du- Aux Affaires Etrangres, le Sous-Directeur la mme institution.
soir, a longueur de pense aus ciel, le coeur dans les cinquan
si, des boeings sillonnent l'cu ~e-cinq toiles du drapeau: U DE AM
me de leur grand rvve de par nricain. Leur personnalit TOURS DE MADAME
tance. Et pour leur coeur sans physique est un. Et leur es- MIC HE L
rflexe, un aroport, c'est un prit, ga fait simplement deux.
commencement de paradis con Ca fait d'eux des'dmiurges Holy Land, Waterbury Vierge Noire de Pologne
cret, car li prend forme la congacr.s la disparition spi Dimanche 12 Septembre
vraie vie, 1~ se consume, en lr.tiuelle d'un pays sous-dve- Depart: 6 h.30 Retour: le soir Dimanche 3 Octobre
marge dun visa bien sign, lopp. Donatin Dpart: 6h.30 AM Retour: le soir
l'hbtude de l'impossible, 1 lis font la rfationalit buis- onation: $1
Donation: $10.00
clate le Fly original...Fly, di sonnilre. -
sons-nous: et Ca les jette dbem Pour eux, &tre haitien, cela.................................
St.Cme et St. Damien St..An.ine Fermeture
bie, avec une prcision de pel est juste bon pour les raoume et St. Damen StAntoin Fermeture
le mcanique, pour toujours gris du syllabaire. Et &tre hom Dimanche 26 septembre Dimanche 31 octobre
New York ou dans un me, e au moins lcher les Depart: 6 h.30 AM. Retour le soir. Dpart: 6h.30 AM. Retour: le soir
coin quelconque des U.S:A sandales du boan sens. En un
Eux soul men accomplis, pa- sens, is meurent de vive, et Donaton: $10.00 Donation: $8.00
rias anonymes, parias de les surtout &le pactiser avec le n ......... .........
prit, parias de cet autre pop ant. Ca vaut lVternit, en som.ens S, az
qu'ils daasent a contre-fesses me Pour tous renseignements supplmentaires, adressez vous
au folrd de le propre pen- LBRY directement aux TOURS DE MADAME MICHEL.
ae. Aprbs le transit, jaillit la li
-T TP.ANSIT bert. Qui monte haut dans tlphone: (212) 771-7689
Aais de meme que partir a Suite page 9____ __
8 w :7i6r3Meng?6









ECHOS D'HAITI VARIETES-DNITE
suite de la page 8 Sonl-Men Baftlens

leur t ~t e c o m e leur voyage, sont alls trs LE CARNAVAL CARAIBEEN DE BKLYN.
des cheveux intrieurs. Mais loin. is sont alls en eux: Des Bien avant 9 heures du matin, les camionettes et on a install, en plein air,
ga les pique dans le sang.-Et cendus au fonid d'eux-rimes: spectateurs et les vendeurs s'organisaient des restaurants, bars, boutiques detoutes
conmne quoi, ils s'escriment Et l1, simplement pour dbla sur les trottoirs de I'avenue Eastern sortes. Ici des mets exotiques, la des
concrtiser leur libert. Une li yer et se frayer un quecon Parkway. hamburgers, frankfurters, plus loin de la
bert, avec petite aile, inapte e assae dans le u de crme la glace, de la boisson alcoolise,
eO a p te .inap \ que passage dans le gu de de la bire, du coca, des marchands de
mime effleurer le ciel des leur idal, is ont pierre & pieC Cette manifestation du "Jour du la bire, du coca es mrcns e
des aines, quilibrer leur Travail" (Labor Day) qui date de peu ballons multicolores, attraction des petits
des aines, quilibrer leur re dtruit une citadelle. Leur d'annes est dfinitivement instaure dans enfants. Tout le monde tant en vlances,
choix d'homnme sur terre qui propre cibadelle. Celle des au les coutumes newyorkaises. C'est un va et les garderies fermes, les parents, pour
bien que plein de perspecti- tres aussi, sans doute. vient formidable d'une foule bigarre sortir, sont obligs de prendre en charge
ves dlirantes est dirait Bo- Au fond 4e chaque soul-man s'entrecroisant, cherchant la meilleure leurs enfants, proccupation constante
ris Vian vide du vide par qui nous sourit, palpitent des position pour bien voir le dfil des paur viter les fugues possibles.
fait du vgtal sec. ruines incandescentes: ruines masques. A toutes les fentres des Figurez-vous le piaillement environnant,
r batiments de I'avenue, c'est, comme chez musique assourdissante, disques et
de Ilesprit, ruines de la for- nous, des curieux aux balcons. casettes opprant plein volume,
Une fois leur libert con- ce, ruines de la raison ruines retransmission radiophonique qui
clue comme un sacr march de la libert, ruines de les- Souvenons-nous que nous sommes contribue crer une atmosphre
ils accueillent a pleins bras pair, car a leur propre insu; toujours en t et .que la temprature survolte.
leurs idoles importes d'outre et malgr leur gait violente permet aux gens les accoutrements
mer ou dcryptes icicaille. is sonti dsesp rs thfantaisistes de toutes nuances et le
Entrautres, Jim Browne des pathti dshabill qui met I'aise. Dans les alles Le dfil dbute trois heures par les
rques. secondaires et sur les trottoirs, sur les trinidadiens. Au cortge, un groupe
Co... Et plus prcisement, Bru Pour eux, il nest point terre pleins, sont parq,es voitures et comme nos "radas" haitiens, puis un
ce Lee a qui ils vouent un cul
te tout.... vodouesque. Bruce question de restaurer la cita-
Lee qui est, prtendent-ils- delle. Ni leur citadelle: Ni no
aussi exemnplaire que Christo- tre citadelle: nI est question'de
phe Colomb. Refour ehaude- voyager. Ils se trouvent, corps
ment d'une sance de cinma el me, a la racine de ce que
super-karat, un soul man hai jfappelle LA GENERATION
tien dest lui-mrme applaudi DU VOYAGE.
et imnertinemment, d'avoir d'ir El bien souvent, a longueur
cette soirituelle ineptie :Chris de leur dsespoir latent. its -
top.he Colomb a dcouvert kI carquillent leur coeur et- leurs
Nouveau Monde, Bruce Lee, l6vres de fagon les accoutu-
lui, a cr un Modnde Nou- mer a ce sourire dsincarn
veau. Et lequel ? Et les au qu ils esquisseront avec ar-
tres soul men d'avoir la chair deur jusqu'aux r&ches commis
de poule tant cette pure vri sures de leur bouche, lorsqu-as
t assaisohne leur sauce mo sis dans le boeing dnique, en
derne. roulte vers '1arrird train
Car d'uie fagon ou d'une des faetories de New-York Ci
-autre, Bruce leur a donn un ty et les week-ends fumant
visa pour un pays oif il fait de marijuana, i1s contemple-
bon voyager. raint de errire le hublot- de leur" Le Comite d'Honneur du Carnaval
conscience, les ruines imaginai
CITADELL) E res, entasses sur chaque cr de g. a d. The Hon. Paul O'Dwyer,, Rep. Shirley Chisholm ; Boro Pres. Percy E. Sutton,
Leur transit bien vcu leur te de morne, de cete citadelle
libert accomplie, les soul men pour jamais btie dans l'excel autre avec des ombrelles argentes, un cortge. Le "Jazz des Jeunes" avait pris
char pour la musique. Dutre les place la rue Albany et y est rest jusqu'
haitiens au comme ment d lec du sang paterne. trinidadiens on a pu identifier les 4 heures de I'aprs-midi. L'ensemble des
jamaicains, les dominicains et d'autres "Frres Djean" et le groupe musical
groupes que les pancartes, pas trop "Les Skah-Shah" taient aussi prsents
explicites, ne laissaient indiquer I'origine. avec leur musique entrainante et on
pourrait mme dire endiable. Une
II y avait sur lachausse autant de gens majorit de jeunes de tous ges taient
habills normalement que de dguisement au rendez-vous.
et tous prenaient part aux volutions. On
pouvait remarquer deux "jambes de Jespre que nos chers compatriotes,-
bois", des papillons, un paon, une comme toujours quand il s'agit
chenille, un renard et des groupes "Uncle d'exhaltations carnavalesques, ne se sont
Sam", de "Soleil Levant", quelques pas singulariss suivant les sages conseiils
indiens, et d'autres masques composaient des annonceurs des missions
des bandes en rouge et noir, bleu et noir, radiophoniques "Eddy Publicit".
jaune et noir, un groupe de danseurs aux Les groupes antillais. ainsi que les
pantalons et jupes blass avec blouses et spectateurs ont tir un maximum de joie
mouchoirs rouges; presque pas de chars et de gaiet I'occasion de ces
avec des reines et les camions rjouissances. Le dfil s'est termin assez
transportaient les orchestres. tard dans la nuit.
Les haitiens se trouvaient a la fin du R.L.M.
Toute correspondance au journal devra
'^tre adresse comme suit:
Louis A. Brun, editor
UNITE
P.O. Box.707
Canal Street Station
Une ue du Carnaal New York, N.Y. 10013
' tNNlTE, SeptUtmblr, 5, Y9J6 9






UNE PROCLAMATION EN CREOLE DU ECHOS D'HAITI
PREMIER CONSUL BONAPARTE

A l'heure ou la question du crole est a l'ordre du jour, UNITE qui fait ses
reserves sur l'emploi de la langue vemaculaire comme langue de libration O BITUA IRE
des masses, rien que pour rester fidle a sa position d'organe de libre
expression, reproduit un texte en crole du Premier Consul Bonaparte mis le
19 Brumaire an 10 de la Rpublique francaise dont font tat Vera Rubin et Maxime Rivire
Richard P. Chaedel Dans leur rcent ouvrage "The Haitian Potential", paru en 31 aoit ( Casablanca, Maroc)
1975 et dit par lt Teacher's College Press de l'Universit de Colombia a
New York. Vve Eugne Lo Roy
ne Madeleine Hodelin
Pr(( . ii.- ,. tHf FIRST CONSUL. ler septembre
Pars i- ha,', .. ...1. ij. F ,Isilble Vve Hermane Bernier
1 1 *-ne Celine Cheremont
t ,,ntls la Rpiblique -ainr .., u ;. ain, iHti 30 aout
Zabitants, el vous to(u, qun daI l ain -',, v '
Qui t.a vous tout ye. (qui *,u-.'ur irn( i ,,. *' t pei :,t' :.r m, nous pas Augustin Berry
gard ca : nous sav tan .el uan (que.. i,' ,t h.,, .-, ', u,,i fgal. doutant 31 aot
bon Dieu el dans zy la Rpiblique.
Dans tant rvolution, la France Wv numide te fere la tuerre contre Franj MSt-s jordi la. tout fin. tout fre la paix. -.f tio 1 ,~ *-. # t-out ra Franvais
zami; tout hem gouvernernan, tout obei h \nrj.'- ,n'a ./, '*. o un guerre, yo' Mlle Alva Blaise
touchi la main avec frangais. Vini don ri,, I:, '.; Ih,,.lteur ,'s.que vou.s 2 septiembre
p)s Franmais-itou? Vint touch la main ary .ri r. alr contan embrassI frrres i zote; yo va contan elr<. .i\'
Capitaiu-gne~lral -Leclerc, que nous uoy; powIn .d, s.aint-Domingue.
.i men avec li lout pleu navir, tout plen voliat I-. -,.a anion : nuiis pas
crere ci la yo qui ca dit zote que blanr velb f{", i ,'' w 14 ;j Ir-Wwre i: ya ienti.
Plitot que crere yo, rpond, et song hien rquo ',* la tI .-liq ilu ui bayl e liberte
et qui ca Iern .vati empicht personne de nr-,, I iw n soldt l, artire la.
toutl ci paoir ard b libert l., ct garld pa!;"s .,,, 1,9 ".. '. i.:pihlilu'.
Vini done zotr, tout, rang rot Capitatiir ",,."' !' P, li port; czajl'
zafri: li vini ranig, e hboilnher toul inorndI- li t. Hi,. r tout ce zenfaani
lt Rni., \les ci la Ia yo Tlq ps a ll 1, ,, qu pa's l obi li Toute correspondance au journal devra
toutl 'a li rn conimnandr yo, ca pini, parc ; i i, a, 'soiite pay' s a you el etre adresse comme suit:
ai la RHpil,liaic' .
SignK: b~ Louis A. Brun, editor
UNITE
VARETES P..Box 707
Canal Stret Station
A L'EG LISE ST. .N_ ew York, N.Y. 10013

IGNACE mME DS Mrn r tFRMDS
Le lundi 30 aout, le Rvrend Pre
Tierney, cur de la Paroisse deSt. Ignace, ..T....l...........T.
Brooklyn, a fait ses adieux ses fidles
aprs une messe conclbre en trois
langues qui avait runi tous ses U TRO UVER IT
paroissiens. Le Pre Tierney tait trs U TRO UVER UNTE
aim et appreci par ses ouailles qui lui
ont fait un touchant au revoir. A M A NHATTA N
Le Pre Tierney a t nomm
Suprieur d'une maison de retraite
"upstate New York". II sera remplac la LES AMMN MPC Stand de la 96eme rue, Broadway
Cure de St. Ignace par le Rvrend Pre LCO ANNONC Stand de la 104eme rue, Broadway
Robert Traboll, un grand ami de la Chez Clanges, the French Dry Cleaning,
communaut haitienne de Brooklyn et COMMERCIALES 2766 Broadway (entre la 106me et la 107me rue)
qui notre journal pr-esente ses voeux de
fructueuses besogne dans le champ du
Seigneur. Le Pre Traboll sera install le TOUS CEUX UI DESIRENT PLACER UNE
dimanche 3 octobre prochain dans une
ceremonie, encore en trois langues: ANNONCE PEUVENT LE FAIRE EN APPELANT
Anglais, Francais et Espagnol, qui aura LE NUMERO (212) 343-8195 OU ECRIRE
lieu 4 heures de I'aprs-midi I'Eglise DIRECTEMENT A L'EDITEUR DE UNITE. LE S EM ISSIO N S
St. Ignace. La crmonie religieuse sera
suivie d'une rception au Hall de St.
Alphonse de Ligori. ''PITITE CAIL



A B O N N E Z Chaque vendredi soir de 8h a 9h sur les ondes de WBNX
(1380 KHs A.M.). Soyez done a l'ecoute pour des
programinmes de choix.


VOUS A UNITE
10 UNITE, September 15, 1976









VARIETES UNITE NS


UN AUTRE POINT DE VUE S HN

Fidle une tradition datant de quatre non-dguiss encombraient la rue quand
ans, il y eut le lundi 6 septembre en ils ne montaient ou descendaient sans
cours, clbration du "Labor Day", le savoir trop pourquoi. II est plus que
carnaval gnralement offert par les temps que les "Westlndians" se plient
ressortissants des iles caraibennes. Ce qui I'esprit d'organisation et du systme de
put etre une vritable foire talant tout le planification en honneur aux Etats-Unis.
long de la Eastern Parkway, outre la Qu'un programme soit labor plus de 6
cuisine spcifique de chaque ile, des mois I'avance prvoyant un service
objets fabriqus, des tableaux, des d'ordre indpendant de la police, pour
portraits montrant les plages et sites que le dfil,, a I'heure fixe, s'branle ...
pittoresques ce, dans des stpndsamnags sans encombres et queles spectateurs
aux couleurs nationales de chaque pays, venus de tous les coins des Etats-Unis
tandis que la rue, la Eastern Parkway, de puissent, suivant I'itinraire du cortge, le
Buffalo Grand Army Plaza, serait laisse rhytme particulier d'une musique,.
aux masques et chars exposant dans le aisment distinguer les jamaicains ..
dcor le folklore vari des West Indies, des barbadiens, les trinidadiens des
dfilant au son d'une musique tout aussi haitiens et trouver au fond du coeur, non
varie allant de la "beguine" au "calypso" seulement la joie de vivre des Caraibes ..
de la mringue la rumba quand le tout mais i'ardent dsir de visiter tufes ces SYLVESTRE PREZEAU
ne reflte I'cho lointain de la carioca de iles du soleil et du sourire. Que 'Artibone
Rio. Le carnaval de cette anne a t dornavant le carnaval de Brooklyn soit Marchand et la Petite Rivire, Przeau avait
malheureusement, a ce point de vue, un pour les spectateurs, le prlude a une t favoris du bienfait de I'ducation. II
fiasco. L'ine fficience d'un comit croisire dans les Caraibes! dbuta dans la carrire militaire la mme
central d'organisation a t visible. La poque que C. Coutard et d'autres jeunes gens
Eastern Parkway, ds 10 heures du matin, dans la 4me demi-brigade de St-Marc
-etit remplie de monde mais les gens L.S.J. command par Gabart au commencement de
la guerre fatricide entre Toussaint et Rigaud.
Vues du Camaval
Vuesdu Caaval Devenu Caporal, puis fourrier dans -ce
Ncorps, son talent comme crivain tait mis a
profit par son commandant dont ii
faisait la correspondance. Aussi Gabart
peine arriv au Gnralat s'empressa-t ii
d'obtenir pour Przeau le grade de
sous-lieutenant aide de camp et secrtaire. A
c6t de ce vaillant soldat Przeau fit la guerre
de I'lndpendance. .
A la mort du Gneral Gabart, Dessalines le
prit a son service et I'leva au grade de
Capitaine et se I'attacha comme aide de camp
et secrtaire.

Aprs la mort de Dessalines, Przeau s'tait
rendu au Cap. La scission du Nord eut lieu et
Przeau fut employ par Christophe u mme
titre que sous Dessalines et plus tard le Chef
du Gouvernement du Nord le promut au
grade de chef d'escadron et lui dcerna, la
creation de la royaut dans le Nord, le titre de
Chancelier de St-Henry et en 1817 ii fut fait
Colonel et Baron.
Dans ce royaume, Przeau avait su par sa
noble conduite se faire respecter et conserver
la bienveillance du roi. A la reaction du
Nord (1820) qui entraina le suicide du
Monarque, Dupuy et Przeau payerent la
memoire de ce Roli le tribut de la
reconnaissance. Aprs sa mort, ils
transporterent et inhumrent ses restes dans
la Citadelle Laferriere et donnrent a la
famille dsole des tmoignages de sympathie.
La rdaction sous forme de lettre, signe
des quatres gnraux du Nord, ldresse du
prsident Boyer, contre sa marche sur le
Nord, valut Przeau la disgrce de Boyer qui
le laissa port-au-Prince sans emploi jusqu'en
1822. A cette poque I'le entiere tait runie,
le Prsident Boyer se rendit la partie de I'Est
a la tte d'une armee avec le gnral Borgella,
cousin germain de Przeau. Ce gnral obtint
que le Colonel Przeau fit partie de son
Etat-major. Przeau demeura Santo
Domingo au service du Gnral Borgella
jusqu' sa mort qui arriva le 28 Septembre
1825.
A I'occasion de la mission secrte de
Franco de Mdina, Przeau fit au Cap
plusieurs crits et en publia aussi contre
Ption comme preuve de son dvouement a
Christophe.

UNITE, September 15, 1976 11









COIN DE LA POESIE




LE REVE LA VIEILLE
Extrait du "Nouvelliste" du 2 septembre 1976
Qu'elle est douce la voix de la mer des Antilles
Quand elle chante au pied des verts tamariniers. our d'instruction,
Queouroe sous un eesant insruc nton,
Que les femmes des bourgs, passent sour leurs paniers fardeau, u Voir mme un mtier ...
Pleins de citrons ambres ou de vertes vanilles! Les pieds endoloris, Mcanicien de son tat,
Qu'il est tendre ce chant autour de I'lle en fleurs! Elle cheminait lentement, Il tait parti
*** Trbuchant chaque pas Vers ce pays lointain
IDouce Antille aux bois admirables Sous l'ardenit soleil de mtdi. Sans penser a el:e,
Serait-ce sous ton azur clair L'AnglUs sonnait au loin, Qui maintenant trop age,
que j'entendrais du fond des sables Et des maisons du voisi trop use,
es grandes lyres de la mer? nage, Devait mendier pour assu
Daniel Thaly A un vo'ume amplifi rer
Des transistors diffusaient Sa subsistance.
De la musique choisie; Elle se plaignait sans mau
Car on tait a la veille de dire
Noel. dire,
Noel. Elle priait pour lui,
Avisant un peu d'ombre Pour ce fi's ingrat
NO STA LG IE Sos un arbre de la rue, Qi avait oublie ...
La vieille s'arrta. IIabitue de la souffrance
Fouillant Pune des po Sans haine dans :e coeur,
ches Elle aimerait le savoir en
De son caraco dlav, vie,
Pourquoi Dieu m'a-t-il cr E:le en sortit des billets Avant qu'elle s'en aille
pour vivre loin de ma terre natale sales Vers une autre vie.
Pourquoi m'a-t-il priv de mes oiseaux D'une gourde, de deux, de Ou les mres ne pleurent
Pourquoi m'a-t-il spar du zphir cinq, pas
de mn ielLes disciplinant adro Les enfants qui partent au
de mn ciel ment oin
Pourquoi m'a-t-il encore priv de mon soleil Suivant leur valeur loin.ea
si rchauffant et si doux Les comptant ensuite: Cete mendiane et,
Oh! Haiti toi qui m'a vu naitre Deux, quatre, six, dix Cette mere dcue
toi qui m'a tant chrie Dix dollars, toute sa for- Dont le fils a l'tranger
toi qui m'a tant aim tune Avait oubli l'existence.
Pourquoi ce destin, ce destin cruel trui, dau Avait oubli existance.
m'a-t-il arrach de tan sein C'tait Noe! dcmain.
m'a-t-il arrach de ton sein Cette somme reprsentait Les mres et les enfants ...
Pourquoi m'a-t-il si durement frapp, est-ce Ses conomies sur les au- Branches de pin ou
pour me faire ressentir ton amour si fcond mnes recues ... Beaux sapins imports,
Pourquoi m'a-t-il priv d'une mre A haute voix elle par!a. Cadeaux enrubanns,
si tendre, si caressante Ele parla de son fils Voitures charges,
AlquerParti depuis cinq ans Dindes engraisses
lauelle je ni jamais Qui ne lui avait envoye Enveloppes parfumes
que je lui dois Ni un centime, ni mme Gloiria in Excelcis
Oh! Haiti, mre si tendre et si douce un mot. Allluia, Allluia ...
Toi qui a vu mon premier sourire Elle, qui avait lutt pour Et cette vieil'e seule
Toi qui a vu mon premier pas lui, Cheminant pas lents,
Toi qui a tant souffert de mes pleurs Qui s'tait use Sous l'ardent so'eil de mi
de ma souffrance et de ma tristesse Dans !es durs trai)>ux di.
Toi qui je n'ai pu offrir que ma nostalgie Pour lui donner un peu Mme. Marcel CARDUCCI
Oh! Haiti, Haiti, terre si douce!
Lisbeth


"HAITI"
ANNEAU
Mais qui est-t-elle? Cette petite partie de terre
Situe dans l'Amrique Centrale?
N'est-elle pas un pays comme les autres? UNE PUBLICATION DE
Etant petite on la croit sans soutien JEAN MAX CALVIN
Elle a t la proie de toutes les grandes nations
Elles la croyaient tre une conquete facile Sorti des ateliers "Haiti-Art",
Mais elles se sont trompes. "ANNEAU", la dernire publication du
Eblouies par sa beaut, son soleil si rchauffant, cette jeune Jean Max Calvin est une de ces
fraicheur si douce, ces richesses dont beaucoup d'autres sont aeuvres qui pramet. A parclurir ces
oeuvres qui promet. A parcourir ces 47
privs pages de vers libres, on sent un tre qui se
Elles n'ont pu rsister I'attraction de cette si grande cherche: "Je m'absente, dit-il, et reviens
merveille de la nature vers moi-mme, fantme mis nu pierre
Toutes elles voulaient la possder la croyant impossible a dchirure de I'astre de la vieille dans son
se dfendre miroir maudit son nom couleurs entasses
La France, I'Espagne, les Etats-Unis, l'Angleterre ont- dans les mains rves aux inscriptions
elles russies faire d'elle une de leur colonie? multiples fourmillement de chiffres
Non! Toutes elles ont t fascines par ses charmes si comme les chemins de la pense,
resplendissants. c'tait la vie avec sa part de ciel". Par
Pourquoi, nous autres haitiens, ne pouvons-nous aussi admirrer ailleurs, il parle de camarades qui
son charme si resplendissant? "revenu de I'espace, ib apporte la neige
Pourquoi ne voulons-nous pas contempler et apprcier cette des dieux morts.
beaut divine qui attire I'habitant de tous les autres Pays?
Nous devons pouvoir'aimer notre pays, reconnaitre son Dans son coeur de pote, Hiroshima
esthtique plus que les autres. occupe une place, tout comme dans celui
Nous devons pouvoir dire et redire de l'autre qui en fait un film: Hiroshima,
"Haiti ma Patrie, Terre si jolie" mon amaur.

Lisbeth Nos compliments i Jean Max Calvin.
12 UNITE, September 15, 1976









NOUVELLESINTERNATIONNALES

DAiAR (Sngal) A I'occasion des 70 A la fin du mois d'aoit, quelques contribu entrainer des souffrances "pubs" Iocaux taient dcids fermer.
ans du Prsident du Sngal, Dr. Lopold changements ont eu lieu dans le -humaines inutiles et ont montr a quel
Sdar Senghor, il y aura un colloque du 2- gouvernement de la France. Le Prsident point I'Administration a une attitude Un tribunal de Londres avait dj
au 7 octobre 1976. Des invitations ont Giscard d'Estaing s'est entour de ngative et quel point elle craint interdit la. tenue de ce'concert. Les
t lances diverses organisations et nouveaux ministres, aprs avoir fait appel I'action, ce qui ne peut avoir que des organisateurs avaient de ce fait d
personalits intresses la culture noire. Monsieur Barre comme Premier Ministre consquences prjudiciables pour le pays. renoncer utiliser un champ d'aviation
Le thme sera "Culture et en remplacement de Monsieur Chirac qui dsaffect de-la Royal Air Force dans le
Dveloppement". ne partageait passes vues sur la situation Cependant, en dpit de ces flches Sussex.
conomique qui se dveloppe prsent directement lances sur 1'Administration
Un film documentaire consacr sur le territoire francais. Le Prsident du Prsident Ford, le candidat Gerald ***
Lopold S. Senghor sera projet d'Estaing a conserv son dvou partisan Ford, le mme jour, a lanc un dfi son
I'occasion de ce colloque organis par. la le Ministre de I'lntrieur Poniataski dont rival Jimmy Carter de participer 4 AUX NATIONS UNIES.- La session de
Fondation Lopold S. Senghor. la poigne nergique fait rgner la paix dbats face face, tlvises, afin de la Confrence sur le Droit de la Mer
dans le pays. En vue de I'quilibre donner au public amricain un choix clair n'aura pas fait progresser I'laboration
parlementaire, d'anciens gaullistes sont et net sur leurs positions respectives. Ces d'une convention international, ce qui est
Le Ministre de la Culture, M. Alioune revenus dans son gouvernement. Le Baron dbats, a soulign le Prsident Ford, au I'objectif spcifique de cette session qui
Sene a la responsabilit de cette Olivier Guichard qui faisait partie du cours d'une breve confrence de presse s'est ouverte le 2 aout New York, au
manifestation culturelle. Ministre sous le gouvernement dans le jardin de la maison de Vail.o il siege de I'Organisation. Cependant cette
Pompidou, parmi ceux que le populaire passe une semaine de vacances, devrait session marquera une tape nuvelle dans
appelle les "barons gaullistes" a obtenu porter sur les 4 points suivants: Dfense I'volution du droit de la mer qui pourra
un nouveau portefeuille. Le Ministre des nationale, politique intrieure, politique tre voquee pour justifier des mesures
Affaires Etrangres, Monsieur trangre et politique conomique. "Plus unilatrales de la part des Etats dans les
Souvenargues a t remplac par tft nous commencerons et mieux cela domaines qui les concernentle plus. Telle
Les participants a la confrence auront Monsieur Louis de Guiringaud qui fut vaudra" conclut le Prsident Ford est I'impression qui se dgage de cette
a dcider comment conclure leurs prcdemment Ambassadeur et qui paraissaitextrmementconfiant. session avant son ajournement le 11
travaux. Selon les prcdents tablis au Reprsentant de la France I'organisation septembre de cette anne
cours des deux dernieres sessions, la des Nations Unies. Dj les pes se croisent dans cette
procdure la- plus probable sera la chevauche vers le pouvoir supreme. La
distribution d'un troisime nouveau texte lutte, d'aprs les pronostics, sera dure et
unifi lqui aura t elabor La campagne lectorale bat son plein pleine d'imprvus. Cependant quel qu'en
personnellement dans une certaine la p dsot 'ssue, novembre bientt dira
mesure par le prsident de la Confrence, pour la prsidence des Etats-nis t 'issue, novembreivaux sera lent dira
1'Ambassadeur Hamilton S. Amerasinghe d'Amrique. Au cours de la dernire leuel des deux rivaux sera le deu
Reprsentant Permanent de Sri Lanka semaine du mois d'aout coul, le vivant.
auprs des Nations Unies. Ce nouveau Prsident Gerald Ford, fraichement 7 *
document servirait de base aux dsign par le Parti Rpublicain ou le
prochaines ngociations en I'anne 1977. GOP, le vieux grand Parti, et I'ancien
gouverneur Jimmy Carter, grand planteur
Sde pistaches, gentilhomme fermier du A Londres, au cours de la semaine du
Sud, s'affrontent dans un combat sans 22 aout, le petit village de Broadoak pres
merci. de Canterbury, au sud-est de .
S...L'A." ngeterre, s'est transforme en un un
Selon des informations de Pasadena, en Monsieur Jmmy Carter parlantdevant vritable camp retranch pour faire face
Californie, I'engin spacial des Etats Uns, ,l convention Nationale de I'"Amercan I'assaut ventuel de 10,000 adeptes de
le Viking 2, le second qui ait atteint la Legion" a dclar le 24 aot que les Etats musique "Pop" qui ont choisi ce lie
planete Mars, a envoy a la terre le 4 Unis devaient oublier le- Vietnam en comme site d'un festival gratuit de neuf
septembre des photographies du sol accordant le pardon,-mais non I'amnistie, Jours.
martien ou des rochers s'talent dans une
immensit. Selon le Dr. Thomas Mutch, a tous ceux qui ont refus de servir en
immensit. Selon le Dr. ThomasMutch, Asie du Sud-Est. uelques centaines de Les autorits ont entour le village de
chef du team des scientistes de
'pratin, la vue de'un foss dans la ces jeunes gens se sont rfugis en Europe fils de fer barbels et sur les routes qui y
opration, la vue dun e d l et au Canada. Plusieurs d'entre eux mnent, une douzaine de policiers
plaine devrait tre interprte comme montent la garde en permanence et
celle d'un cratre. Les photographies de revenus au pays, ont t apprhends par mo nt la garde en permanence
celle n ae to r e des lI'Administration pour tre jugs 'et contrilent des barrages rigs pour la ','
cette zone appele Utopie rvelent des cirntan p an d a rin nt
ham de sable qui seraient arsems de condamnsselon la rigueur des tribunaux circonstance. Les paysans de la rgion nt
roches. A la vue de ce tableau, le Dr. militares. Poursuivant son discours, creus des tranches, dress des bntarricades
Thomas Mutch s'cria "Je ne recherchais Monsieur Carter, a dit qu'il est rsolu et lev des murs de terre I'entre de
pas un dsert d'Arabie, mais je ne mettre un terme au gaspillage dans les leurs champs.
m'attendais pas voir autant de roches dpenses militaires et redonner aux
saillantes". Jusqu' prsentdes vues prises Etats-Unis son moral de jadis, afin que le Tout le' btail ainsi que les animaux
par le Viking 2, le ciel de Mars est patriotisme ne soit plus l'objet de levs sur place ont t vacus, mais les
toujours orang. Seulement les scientistes railleries ou de plaisanteries. II s'en est trois ou quatre cents villageois
sont anxieux de savoir si les recherches du pris avec vigueur au Prsident Grald redoutaient toujours les dgats que les
laboratoire du Viking 2 pourront lever le Ford pour avoir oppos son veto a participants du festival pourraient causer
laboratoire du Viking 2 pourront lever le Fd pour ps sonvleto leur rcolte. lis avaient fait des plans de
voile du mystre de la plante dont le I'adoption de div.erses mesures sociales. leur rcolte s avaient fait des plans de
sol, par ses activits tranges, suggre la D'aprs Monsieur Carter, ces vetos ont dfense, paron du premtitr fan, les deux
possibilit de la vie, ainsi qu'elle est
concue sur la plante Terre. -l --r NL -g a
TRANSPORT INTER-MODAL CORPORATION
Transports rguliers vers Transport priodique vers tout autre
Haiti, Martinique et Guadeloupe pays du monde par mer ou par air.
L'Agence AFP informe le 31 aout que
la runion prparatoire la Confrence Spcialistes en embarquement de bagages Emballage dans caisses en bois a claire-voie
des Nations Unies sur I'eau s'est ouverte effets personnels, et dans des containers en acier.
Lima le 30 aout 1976 et que la mobilier de maison, automobiles.
Confrence Mondiale des Nations Unies Notre service est de porte 1 porte.
sur I'Eau se tiendra en mars 1977
Mar del Plata enArgentine. NEW YORK 2460 Lemoine Avenue NEW JERSEY
212 Ft.LEE, N.J. 07024 201
La runion prparatoire comprenant 964-4541 461-2913
les pays latinoamricains et caraibens a 5 Beekman St.
pour but de dfinir les obstacles au New York, N.Y. 10038
dveloppement lis la pnurie d'eau et Membre de la Chambre de Commerce francaise
de mettre au point des propositions de aux Etats-Unis
solution. N Nm
UNITE, September 15, 1976 13
a8Ut 0 de is TIViUT '








LITTERATURE HAITIENNE
Hier et Aujourd'hui
LES FORTUNES DE CHEZ NOUS Pendant sa courte agonie, cet infortun pres biens et des biens legus, combien, hlas
LA FAMILLE citoyen n'avait prononc que ces seuls mots : versent de larmes hypocrites combien,
DES O loi! libert! devant des cerceuils chris, sont plutt obs-
PITIT E r Une quinzaine de jours aprs les funrailles ds par la pense de ce qu'ils vont recueillir
PITIT E-CAILL E de Pitite-Caille, les notes d'honoraires se que par la douleur d'avoir t prouvs par
Voir notre numero du 30 aout 1976 succdrent les unes aux autres : elles mon- le Destin!...
Voir notre taient & la rondelette somme de 2.000 dollars. Je te eonterai un de ces jours, par le menu,
Tous les aliments qu'il prenait lui revenaient On dirait que Messieurs les mdecinss'- l'hstoire peu difiante de quelques-uns de
par la bouche. Dieu avait voulu lui faire sentir taient entendus pour se faire payer en dollars. ces types; pour le moment, contente-toi de
combien sa conduite avait t infecte. Vellda refusa d'abord d'acquitter ce compte; savoir qu'Etienne Pitite-Caille, de retour au
Sous le coup d'une profonde indignation, pour elle, ces Messieurs n'avaient droit tout p&ys avec sa sceur, porta le deuil paternel, a
pour d ct 0 i cfr hacun vu et au su de tout le monde, avec un visage
Elizer rentra chez lui, et avant qu'il et au plus qu' 120 gourdes, soit G. 30 chacunt u de le monde, a un vsage
racont & sa femme les mauvais traitements pour leur visite; ils n'avaient aprs tout rendu plut6t joyeux que triste.
De mchantes langues ont t mAme jus-
dont il avait t l'objet sur la route et la scne qu'une seule visite. u
du Buau Central, ii fut rapp d'une attaque Sur la enace d'un prcs (ils avaent qu' dire que ce jeune hmme aurait laiss
d'apoplxie. II montait l'escalier, quand, comme envoy da papier-timbr a cette femme), elle entendre que son bonhomme de pater avait
une masse, il dgringola et vint s'affaisser sur leur offrit quatre cents, puis six cents, fina- eu une fin un peu.... tardive. C'tait une
le parquet. Le sang, en abondance, lui sortait lemen hit cents gourdes charge...
par la bouche et le nez. Aprs n semblant d'hsitation, ils finirent Ce que je sais personnellement, C'est qu'il
Effraye, Vellda crie au secours. Les voisins par faire bon accueil la dernire proposition. comptait peine quelques mois a Port-au-
prcipitamy ,nt accourent, et tandis que les Entre nous, c'tait une bonne affaire; car Prince que, mcontent de la parcimonie avec
domestiques, en toute bAte, vont qurir des chacun palpait 200 gourdes... laquelle sa mere lui servait de l'argent de
mdecins, on transporte le malade dans sa Pour justifier leur conduite, ils soutenaient poche, il lui fit scenes sur senes; la der-
chambre, et aprs lui ai oir jet de l'eau & la que les riches doivent payer pour les pauvres; nire fut tres scandaleuse et provoqua le par-
figure, on lui administre non sans difficult ils traitaient ceux-ci gratuitement, c'tait la tage de la succession...
plusieurs cuilleres d'huile d'olive avec du moindre des choses qu'ils prissent leur re- Sa part en immeubles et en espces, repr-
sel... vanche quaud le hasard les faisait tomber sur sentait 30.000 piastres. Lucine en eut autant.
Les hornmes de l'art nc tardrent pas A ar- un client srieux... Des que nos muscadins sans profession, nos
river. C'taient les docti.urs Mettay Fair, Ces- Ce raisonnement, ma foi, a du bon, la oisifs pommads et tirs a quatre pingles,
sainme, Cabaleui, Tipisi,ne. condition nanmoins que Messieurs les mde- eussent appris cet heureux vnement, lis se
D'un commun accord, ils prirent tous cins tondent leurs clients sans trop les cor- mirent aussitbt en campagne et montrent
ceux qui se trouvaient dans la chambre de cher... l'assaut de la jolie dot, n'ayant naturelle-
ment dans leur havresac que des fils-d araixp
vider les lieux. On se retira un peu mcon- Instruits par lettre de la mort de leur men ans leur avsa que des filsd'ai
tent... pre (a l'poque nous ne marchions pas gne ....
L ucine >ien qu'elle et recu une ducation
Et nos Esculapes se mettent aussitt A la encore dans la voie du progrs et de la civili- Lucie, bienquelle e reu une duca
besogne. A tour de rble ils tatent le pouls, sation, yuisque nous n'avions pas le cable ts soigne, tait loin d'tre jolie. Elle avait
auscultent, examinent le visage et la langue. sous-marin), Etienne Pitite-Caille et sa soeur une bouche massive et des yeux qui ou-
Puis ils passent au diaguostic... Lucine quittrent la France oh ils se trouvaient chaient; c'tait secondaire, tout cela, pour
C'est une apoplexie crbrale, dit Mettay depuis une quinzaine d'annes. messieurs les conquistadores. lis ne voyaient
Fair. Cette triste nouvelle avait particulirement qu'une chose, qu'une seule chose : les 30.000
Je crois, moi, que c'est plutt une apo- affect la jeune fille. piastres A dcrocher.
plexie crbulleuse! opine Tipisline. Elle venait & peine de sortir du couvent Aussi se dmenerentils comme des dia-
,des Oiseaux et n'avait rien vu encor du Paris blotins.
Pour msene d'e confrestion crbrale apoo qui s'amuse... Pour pouvoir tre admis dans les salons de
Sprsence dne cgesn crbrae Nature dlicate et impressionnable, elle Mm' Valldda Pitite-Caille, les uns cultivrent
plectiforme! affirme avec arrogance Cessa- prouva une crise qui fit craindre un instant l'amiti de son fils tienne, les autres eurent
mdme, et je ne m'explique pas que vous pour sa raison. recours aux amis de la jeune fille et meme
puissiez vous tromper de cette faonQuan a jeune homme, ce douloureux aux voisines.
Docteur Cabaleur intervient : vnement vint le surprendre au beau milieu Les plus audacieux profitrent des moindres
Confrere, je nepuis admettre un tel d'une noce carabine. 11 rgalait dans un des rencontres pour lui faire des politesses et
laengage; si vous dcontez d sur ce ton, je mo restaurants de nuit les plus achalands de des dclarations hrle-pourpoint.
retire. ous nous dee du respect. Pour moi Montmartre, plusieurs petites femmes tris Assige de tous c6ts, mitraille A chaque
Messieurs, c'est une apoplexie ... chics... pasqu'elle faisait par des eillades enflammes,
La discussion s'envenimait, et on tait sur I1 eut un moment de stupfaction; pendant elle ne savait encore a qui accorder son coeur.
le point d'en venir aux mais, quand ellda qelques secondes ses yeux se voilrent. Pourtant elle brlait du plus vif dsir de se
Dppar touteurs pleursce, ocupez-us de m Si passagre que fut cette motion, l'une de marier.
a- Docteurs! d. grace, occupez-voudes compagnes s'en apercut cependant. Par les confidences qu'elle fit A une de ses
mari. I1 se meurt... camarades, on sut, dans certains milieux, que
Ils se turent aussit6t et commencrent alors Qu'as-tu, mon gros loup? On dirait que amarades, onts leu das ceriens mltaieu, Sylla
k prodiguer des soins au malade. Ils 1'expo- tu pleures! Tltecsaeten, un jeune homme tres instruit et
srent prs d'une fenetre, la tAte leve et Moil pas du tout, dit-il, avec un ricane- Tecallette, un jeune homme tras instruite,
couverte de compresses d'eau fralche. lis lui- ment bte... d'uen nd'ociant en dconfiture et courtier,
rhafrn ls idskl'aide de sinapis- Cammeupr d'un ngociant en dconfiture el caurtier
rchauffrent les pieds a 'aide de sinapis- Comme toutes les coupes taient presque n..
mvmarron de profession..'
mes... vides : Lequel des deux allait triompher, de Sylla
Cela fait, ils demandrent plume, encre Gargon! dit-il, du champagne... Ttecallette ou de Rodolphe Cabatoute?
et papier, et rdigrent, chacun mettant Et de larges libations se firent en l'hon- Quand cette question se posa devant le
du sien une longue, une tres longue or- neur du dfunt... High life d l'poque, d'une voix unanime on
dQnnance. Puis ils se retirrent, aprs avoir Ahl ces hritiers, ces hritiers de parents se dclara carrment en faveur du dernier...
fourni A Vellda quelques idications sur le riches!... es s monan tfeur pr
mode d'emploi des mdicaments prescrits. Pour quelques-uns qui pleurent sincre- Ces juges mndains ju aienainsi leur pr
A peine avaient-ils quitt la maison quils ent leurs parents morts, et qui,- si ceu- frence Sylla s un jeune homme de
entendirent des cris. ci pouvaient tre rappels A la vie, n'eussent mrite, mais c'est fort malheureux que son
pre soit un ancien cabroultier et sa mre
Pitite-Caille avait rendu le dernier soupir... point hsit a se dponiller et de leurs pro-
14 UNITE, September 15, 1976








ENGLISH SECTION



EDITORIAL THE HAITIANS
PROFILE OF A COMMUNITY

In this issue, under the title "Comments on a New by Louis A. BRUN
Style of Indentured Servants, a Haitian View", our We continue our publication of cxcerpts from the book "THE HAITIANS -
correspondant Grard Astre examines the subject of Profile of a Community" by our editor, Louis A. Brun, which we began with our
the minorities in the United States. issueofluly 31 st, 1976.

Mr. Astre studywas provokedby arecentarticle THE ALLEGED QUESTION OF COLOR
of Harriet Van Horne in the New York Post of
.Monday July 26, 1976 titled Indentured Servants.
AND CLASS DISCRIMINATION
This editorial is inspired by the opinions expressed
by Mr. Astre with regards to our role as an organ of Haitians are proud of the revolution which gave them their independence in
information and of education. 1804, at a time when Napoleon's army was the mightiest in the world.
One of our priority objectives s to develop in our Although the wording of Haiti's DeclarationofIndependence would appear to
constituants some good reasons for a keen awareness be racist, Haitians themselves are not. However, we have had occasions where, in
and evaluation or our rich heritage full of humanism the life of the people, arguments have occurred about the different degrees of
and dynamic potential and for the use of this heritage their pigmentation. This should better be construed as the symptom of a more
to affirm our presence on a positive manner on this serious problem: economic inequities.
hospitable land of the United States of America.
The resentment that a black Haitian sometimes feels towards his light-skinned
This attitude on our part is most indispensable if compatriot, or vice-versa, is more the reaction of a poor brother towards a rich
this America in which we are partners is to exercise oe. At the time of Haiti's independence, the class that was most affluent and
its leadership on the other countries of the world that had inherited or acquired the fortunes of the former masters, was mainly
are turning towards her for a new set of ideals and composed of the light-skinned mulattoes. Like any landlord in other parts of the
principles more in accord and more responsive to world, they protected their holdings and augmented their-wealth by the same
the needs and aspirations of their inhabitants who methods employed by similar classes in other capitalist societies. Therefore, the
have already waited too long for an improvement of disinherited black majority who did not have easy access to the country's
their social, economic and humanitarian status. wealth, developed some feelings of frustration and anger towards the mulatto
class. These feelings also exist with equal intensity towards the well-to-do black
We know that, very often, in our editorials we have Haitians.
examined this question of "Community awareness".
We deliberately did it and we intend to continue to
do it until such time that we succeed in convincing al The question of color discrimination also varies geographically within the
othe Harriet Van Hornes and others i ke her that, we country. In the provinces of the North, for example, where most battles for
the HaetVan Hornesandthersikeherat we Haiti's independence were fought, the- decision to eliminate the French
too, pOssess the capacity for "upward mobility" in domination was en'forced by killirg and expelling all persons of white
the same manner this ability has been demonstrated complexion. With fewer whites left in these regions, the land holdings and other
by the European immigrants who they seem to think, properties of the former masters were taken over by black Haitians who have
have this exclusive superiority that contributed to the since behaved in the same manner their mulatto counterpart did in other regions
greatness of the U.S. and that is being threatened by of the country with regards to then attitude towards their less fortunate
the presence, in this country, of people from the compatriots.
so-called Third World countries.
Later in the historical development of the Country, outside foreign influences
In order to fully achieve this "upward mobility" played a significant role in cultivating antagonisms, even hatred, between
which our detractors would like to deny us, we need Haitians of different skin color. First, the French angry at the mulatto's role in
a broad participation of our compatriots. In this the movement which caused them to lose their colony, incited blacks against
respect, we must say that we are encouraged by the mulattoes, whom they accused of being only interested in substituting
large number of our people and our friends of all themselves to the French master to maintain black slavery. More recently, the
races and nationalities who, aware of our problems American occupation, from 1915 to 1934, played the game the other way
and objectives, have generously offered their around in overtly siding with the mulattoes who where looking down upon
cooperation and dedication to our efforts. At this their black compatriot. The Dominican Republic, under the government of
point, we feel that we should also mention the many Rafael Trujillo, had a significant input in the selection and support of presidents
messages of encouragement that reached us from our and other Haitian leaders belonging to the mobilized class. Infact, Haitians
people living in all the four corners of the world. We beliefs and shades of color were often manipulated by foreign influence at the
take this opportunity to extend our deep gratitude expense of national interest.
and to renew our pledge not to ever deceive them.
One can now conclude that color prejudice, in Haiti, is rather the same
phenomenon that is experienced throughout Latin America and in many other
countries where those who have are envied and sometimes hated by those who
have not. The problem, consequently, is one of economics that will prevail until
Protect Y'Ur Hleart a more sensible distribution of the country's wealth is achieved, thus eliminating
CONTROL HIGH BLOOD the disparity which exists between the poor and the rich:
PRESSURE
Some people believe that a strict caste system based exclusively on skin color
operates in Haiti. They substantiate their belief with examples of dark-skinned
or mulatto Haitian being on occasions, refused admission to private or public
places, regardless of economic and educational status. In our opinion, when
these examples are viewed chronologically, they become emotional
generalizations. Sociologically, they are the exercise of power by an individual or
an isolated group.
Throughout the history of Haiti whenever politicians, dark and light-skinned
alike, have attempted to institutionalize color discrimination to serve their
political purposes and ambitions, the country as a whole, with all its candor, has
always vigorously rejected these efforts. At different periods some governments
Give Heart Fund (t) overtly professed color discrimination. Their existence was so unnatural and
American Heart Association. alien to the true fibre of the people that they. were quickly rejected in almost the
same way the human body rejects a transplant which does not agree with the
recipient's own biological chemistry.
Continued on page 16
UNITE, September 15,1976 15









ENGLISH SECTION



THE HAITIANS
the fact that Haitians, historically, have always been opposed to any form of
PROFILE OF A COMMUNITY domination. Servitude is not in the Haitian temperament. When dignity is
injured, self-interest and convenience disappear before the belief that honor is
not negotiable.
Continued from page 15 ,

Today, it is sad, even depressing, to find a few persons who deliberately, in Haitian hostility towards the occupation forces was further aggravated by
full knowledge of the facts, cling to the notion that they can still exploit the United States' policies of racial discrimination. Only recently has this hostility
question of color to justify their political ambitions. Once again we must say lessened as an increasing number of American intellectuals, artists, politicians,
that the people of Haiti never accepted this concept. The undeniable historical and businessmen visit the country and show themselves to be without the old.
reality is that all the meaningful accomplishments of Haitians, as a people, were prejudices.
possible only when all participated in the common effort without epidermic As previously indicated, it is not so much the question of color that
considerationsconstitutes a problem. It is rather one of economics and its inherent class system
which, unfortunately, through in lesser degree, Haitian immigrants have
We fully understand why some of our compatriots may share a different view brought to their community in America.
on this matter. Their opinions and judgments are largely influenced by the
teaching they received of the history of Haiti. At certain periods of our existence
as a free nation our history has been unscrupulously twisted and bent to serve Itis also difficult to clearly define this class system. The problem itself is one
the selfish interests of individuals or groups. Itis also difficult to clearly define this class system. The problem itself is one
the selfish interests of individuas o groupsinvolving so many circumstancial aspects that there is no clear cut demarcation
Inspite of all the apparent reason to the contrary, since dark skin color is of beginning and end. Basically, a small minority has set itself in a class which
overwhelmingly predominent irn Haiti and political ascwell a territorial the poor, regardless of color, cannot penetrate. Within that minority are many
overwhelmingly predominent in Haiti and political as well as territorial subdivisions with their own particular spheres of influence.
independence was fought for by all, the people of Haiti never felt themselves subdsons wth ther own partcular pheres of fluence.
lesser human beings than any other color or race of people. The color of their
skin is not their hang-up. Such historic phrases from the great Toussaint There are the old Haitian families with substantial resources in land and other
Louverture: "La couleur de ma peau nuit-elle a mon honneur et ma holdings, the families who are considered the intelligentia, the foreigners of all
bravoure? (Does the color of my skin prevent, me from being a man of honor nationalities who maintain their ethnic identity such as the Syrians, the
and bravery? ) or calling a "grand negre" (big negro) any successful or famous Lebanese, the Italians and the white Americans who constitute a class by
person regardless of his color, are positive indications that Haitians, themselves having their own club, hospital and school. All these groups ,
fundamentally, do not really give much importance to a person's complexion. together, form the so called "lite" of Haiti. They are economically interrelated
but socially function independently of one another. On occasions however, one
To te c n Htin, Grg W ngton Ab Li may see a family which, at one point, belonged to one specific group, move to
To the common Haitian, George Washington, Abraham Lincoln, Jean-acques another by way of marriage or other conveniences. Wealth is their common
Dessalines, Alexandre Ption, Martin Luther King, Gnral de Gaulle, for denominator and in addition to real estate owned in Haiti their liquid assets,
example, are all indiscriminately referred to as "grands negres". In the same cash or other convertibles, are usully kept in foreign banks mostly in
vein, almost all foreigners are called "blanc" (white) with total disregard for the Switzerland, the United States and Canada.
real color of the person's skin. Anyone who has visited Haiti will admit that they
were always welcomed as another human being and the question of color has Thi minority, which is better educated i strategically placed in all the viti
rarely been a topic of conversation, avenues of the country's activities. It has demonstrated contempt for the people-
who form the great majority of Haiti and whose standard of living is well below
Most recently, under the rgime of the late Dr. Francois Duvalier, such theirs. The various subdivisions of this minority are all represented in America,
enilhets as "Camoquins" (*) where used to label the light-skinned Haitians who, where the same social pattern is observed. One of the priorities of any effort to
s assumed, were against the government. It is difficult to assess the racist organize the Haitian Community in America should be to bring these factions
tation of such a word since, under the same Duvalier rgime, together and to the realization that the conditions which allowed their existence,
itionships between Haitians of all shades have been demonstrated and in Haiti no longer prevail here.
ex .iified by the marriage of one of th president's own dark-skinned
daughtcrs to a light-skinned mulatto. Haitians are, in fact, confronted with
genuine racial problems only when they. leave their own country.
genuine racial problems only when they. leave their own country. The community, here, already a small minority within the other minorities,
In 1915, when American occupation forces arrived in Haiti, they were met cannot afford to be further fragmented and has no choice but to unite in order
with strong resistance by nationalist elements. This resistence was largely due to to strengthen its social position and survive. To be continued


COMMENTS ON A NEW STYLE

OF INDENTURED SERVANTS byGerardAstree

face and the voice of America are being Unfortunately, stated the author, the interesting group as incapable of upward.
altered and that this country is turning 1965 Immigration Law changed this mobility, In conclusion, she predicted, in
into a Third World state with an oligachic country's national character as the the near future, a savage reaction against
structure like in Latin America." immigration from Europe was reduced by all these newcomers from the" Third
75 o/o while the immigration from the' World in the U.S.
She even recalled sociologists warning Philippines and the West Indies was
In the July 26, 1976 issue of the New or predictions that in 50 years America increased by 700 o/o. With a saddened Such an unfriendly article and many
York Post (1 ,) Mrs Harriett Van Horne will become a "polycot land". accent, the columnist exclaimed: "And others from the same vein have become
published an article under the title Afterwards, she expressed her concern here we are speaking of legal immigrants nowadays a current pattern to criticize
"Indentured Servants". with a yearly invasion of 10 millions (?) duly processed through channels". and condemn without valuable reason -
illegals costing "us" $16 billions. Then, not only the so inappropriately called
Starting with the slogan: "Get an she deplored that our cities are closing Inevitably, she admitted that the illegal, but at the same time, to denigrate
illegal darling they'll do everything", the their librairies and expanding their jails conflict existing between the business and discriminate against any duly
author mentioned the fear of these due to the fact that any child born from world and their law makers has opposed processed immigrant groups from the non
so-called illegal of being apprehended by an illegal family makes this family eligible the passage by Congress of any law European world. AIl of these immigrant
an immigration officer and to be forced tq Welfare, which contributes to inflate against these so-called illegal aliens. groups, comprised into the category of'
to go back to Santo Domingo, Jamaica, the welfare roll. Moreover, she accused 'newcomers" are being described by
Haiti, Mexico, Trinidad, Columbia or one million illegal of causing our poorest hi the assertion of an overcrowded writers from the same school as Mrs
whatever. From the above, the N'Y' Post Black and Puerto Rican in town to be out boat, she wondered whether they have to Horne as a threat to the advancement of
columnist explained the reason for these of job. Meanwhile, she praised the be cruel and intolerant to this tide of this country and to its democratic
illegals to accept a real peonage and to "Wretched refuse" from Europe who aliens. Later, on the basis that the notion institutions.
work hard according to the whim of their built this fine country by bringing in their of melting pot does not work for these
American masters. family with their religion's ethic, their newcomers, she overtly accused the As a member of the Haitian
cultural tradition and their desire to make Hispanic as being unable of any progress community and as a student of. the
However, she complained that "the good and to become "Americanized". through education. She condemned this Continued on page 17
16
UNI T5iitegbeaa i 76









ENGLISH SECTION

Cm p 1 COMMENTS ON A NEW STYLE
Continued from page 16 OF INDENTURED SERVANTS
American social problems, I will start from a model. Considering our poor and uneducated from a piece of land invest funds if they are going to get a
comment on such a piece of information Puerto Rican brothers who are American where these defavorised people used to return." (6 )
mainly in regard to the Haitian citizens, I. have interviewed several live on a primitive and agrarian level.
immigrants in the U.S, and our so members of this very courageous and well Meanwhile, at that time, they could meet Moreover, in order to succeed, one of
inappropriately called illegal. However, identified community in regard to their their urgent needs without begging in the these corporations strategy consist in
when appropriate, I will discuss the reason to migrate to New York State. A cities streets. In the so called undeveloped supporting the existing social political
author's opinion on what she described as great many of the poorest members of countries of our Third World, the poor system and the power structure in these
a threat to this country from the Third this group agree with me that their only and the uneducated have always host countries so far as in return their
World immigrants. On this aspect, I will option was to come to N.Y. because of constituted'the vast majority. Because of own interests are well protected.
briefly give my own testimony on some the lack of opportunity in their island of their lack of skill and education, they Therefore, the only option left to these
of these friendly or brotherly groups and origin. They had no more land even to were unableto find employment. Or, the deprived and excluded beings is te
tell what I know of their contribution to grow their food, no job opportunity, no kind of job left to them was only of a emigrate to new lands with the hope of a
the advancement of this country. relevant education. Such a statement is in seasonal type like cutting sugar cane better life.
Meanwhile, it is my hope that more accordance with the conclusion of any during the harvest lasting about a quarter In some cases, the social political
knowledgeable members of these other serious social scholar as all agree that the of the year. For the three remaining system is so tightly interwoven with these
groups from the Third 'World will industrial system and automation have quarters of the year, these poor people vested foreign interests that such an
comment and describe their contribution created poverty and other social were reduced to begging when all kinds of oligarchic structure in order to maintain
to this country beyond my humble problems. Such a situation is also illness due to mainutrition were not at the status quo for life and for generations
experience and limitations. experienced in America. As stated by their doors. Hence, the problem of the has contributed to the massive
Michael Harrington (4 :) "America's emigration starting from the bottom of emigration from their home land, not
ILLEGAL ALIEN automating technology has already the social ladder. only of the poor and the uneducated.
created tremendous number of social Very often, the educated have no way of
The inappropriately so-called illegal problems in addition to persistent and Another paradox is that these big life there. Otherwise, they are persecuted
alien is an invention of the system and high rates of unemployment during this corporations are for profit and not for as enemies of the established order. Here
very often its own responsibility as well decade." charity, philantrophy, social justice, or again, the same situation which brought
admitted by Mrs Horne from her initial ------- -- the like. Mr. David Rockfeller, when to this country some waves of educated
slogan (2 )to her own final comment on testifying before the Rubicoff foreign immigrants from Europe because
the conflict between the "agribusiness" As for the industrialized Puerto Rican Sub-Comittee, confirmed our assertion as of persecution, is being repeated for
and their lawmakers (3 .) land, when the multinational he stated: "The corporate sector... is many nations of our Third World.
corporations (5) moved abroad, they concerned with making money. Banks
Before discussing our subject, !et !s create such conditions as depriving the and other business institutions can only To be continued


A CULTURAL EVENING Ron King has been writing for
... .I.. approximately six years and his feelings
byJ IN- BRO O KLYN are that he has something to say andhe
wants to be heard. With his pen in hand
A very interesting social and cultural neither clear nor thinkable. "... on peut he began to etch out his feelings and
evening was presented on Saturday -tout direavec art, mais vous-voulez qu'il bring forth the Truth. He envisions
August 6th, 1976 toa very distinguished ne dise rien que lui-mme, comme le himself as being a livepiece of sculpture,
audience at LETHANIA ROBERTSON'S dessin d'un tapis..." 'live and in color. His tought patterns are
SHOP, 25 State Street, not far from : controlled by his ancestors who have
Borough Hall, in Brooklyn. But today, as we sharpen the focus and chosen to speak through him to the
look, we can see how the idea of Mr. ;people of need. Ron's concept of a good
Beautifully designed textile art works, Caillois has been surpassed in this poet is one who is a mathematician in the
including weavings, needle point, hooked particular view of L'ART POUR L'ART. artistic sense of the word. Wirth an
hangings were on display. The textiles Lethia Robertson and Spencer Depas ultimate goal in mind, he desires to
covered the walls of the shop decorated bring a flat denial to his concept. master imagery in his poetry. He wants
with many lovely plants. to create pictures that can be seen,heard
The major part of the evening was and felt, from a mere child to a mature
Poetry was read and the audience contributed by RON LASANA (poet in adult. "Everythingis mathematical" is
sampled delicious food and good wine. West Africa) KING. Among the many based on the fact that everything entails
poems that he recited, I selected thisone money in someway in this society. Having
Thirteen years ago, as an apprentice at entitled "Everything is mathematical", this in mind, he illustrates how one can
the TRACY SCHERMIKOW GALLERY which I reproduce for the readers: incorporate the negative and bring about
in Manhattan, Mrs. Robertson had learnt ethania R ertthe positive in the wiritten word.
to restore hooked rugs and tapestry as Lethania Robertson
well as needle point. Now, she found her Continued on page 20
way. When the gallery folded about 9 EVERYTHING IS MATHEMATICAL
years ago, she bought the business and
opened her own. Mrs. Robertson gave BECAUSE
classes in her store as well as at the MAY 2 in 2 equals us
Brooklyn Children's Museum of the i Saving ourselves .
Brooklyn College, the Metropolitan Please for eachother
Museum of Art and the New Muse have your attention in a kme of need
Community Gallery. Mrs. Robertson's i'm not asking -when we all need-
last big project was restoring the John for all the money when i THINK
Because of you
Hay Whitney's collection of early kow i feelyou
American hooked rugs. Right now, she some money
is making an adaptation featuring is better than THE DIVIDENDS
African Sculpture to a series of macrame, No money ofa dream
mask wall hangings. Very often, she visits and i deposit myself
with herstudentsthe gallery ofherfriend. MY LIFE in the House
Spencer Depas, a Haitian artist and a is a bank ofa home
master in weavings and macrame. This where i deposit here live, together
form of art has really evoluated with Pennys in the hearts
great achievements. an anythingi ind of eachother
great achievements., and anything, you wish to give in the House .
30 years ago, Roger Caillois said in his ME ofa home
ESTHETIC, Chapter 13, "I'Art pour to help save myself
I'Art" (Art for the sake of art) that this from mental-rupcy. LASANA
form of artistic expression (tapistry) and help me
exists only at the cndition that it is interest those Ron King Ron Lasana King
hanged to the wall, afterwards the idea is who need a hand R_ Kng
17
UM3 irA pte&








ENGLISH SECTION


TWO REACTIONS TO JACK ANDERSON'S COLUMN


"A VIEW OF THE DARK SIDE OF HAITI"





The Other Side of Haiti The U.S. and Haiti: A Careful Accounting of Money

Jack Anderson's and Las Whitten's The Aug. 4 column by Jack Anderson more than half of the AID employees chines for road construction is misrep-
column, "A View of the Dark Side tor pnd Les Whitten depicting the U.S. gov- and dependents who used the twice- resented in the coluran. AID receniy
Haiti re rsents a biased and distorted rnment economic and social assis- monthly flights from Port-au-Prince to signed a $5 million loan as part of an
picture of one of the safest and most ane program in Haiti as administered Guantanamo went for medical reasons. $11 million project to help Haiti recon-
hospitable nations of the world. Their by desk-bound, party-going AID offi- The allegation that AID monies are struct 583 miles of rural secondary
reporter, Hal Bernton, who went into cials who live in luxury and contribute diverted into the pockets of Haitian of- roads. The project was carefully de-
the nprthwest section of Haiti, proba- to the deprivation of hungry wotkers ficials is not supported by fact. No signed to provide for the maximum fea-,
bly did view the poverty he so vividly grosy distorts the truth. money is handed over to the govern- sible use of hand labor, for road con-
described. However, if I were to travel A "generous portion" of the U.S. as- ment of Haiti or to any Haitian official. struction. The $3 million in heavy con-
to parts of the deep South or Appala- sistance funds does not go to maintain During the past year the Haiti program struction equipment to be ordered will
chia, or sections of the ipner cities in the AID administrators. Salaries and has been the subject of an AID audit, be utilized for such work as moving
the United States, I would easily see the benefits for U.S. and Haittan employees two State Department iuspections and large quantities of heavy, embedded
same. are equivalent to only three per cent of an audit by the General Accounting shale rock.
Many odo not realize that Haitiisthe the total assistance program costs. Office of the Congress. None of these
second oldest Republic in the Westen The U.S. governmenti as do other has found any evidence of misappro-
Hemisphere, having gained its inde- governments and international agen- priation of U. S. government funds. AID's program focuses on asststing
pendence in a slave revolt from French cies, offera "hardship alowances" in Although there have been food losses he rural poor through projects in agri-
colonists in 1804. Many Haitians also certan overseas posta. Port-au-Prince is experienced in the past in the Food for culture, maternal and child care, nutri-
fought and lost their lives in the Ameri- such a post. A major factor considered Peace programs administered by U.S. tion, family planning, and a malaria
can revolution. in providng this allowance is that fami- voluntary agencies; recent expanded control program that has benefitted
Unlike so many other Caribbean Is- providing this allowancmillon Haltians AID also
Unlke so manya state orCaibbean lies living there are regularly exposed use of containerized shipments has re- more than 1.5 milion Haitians. AI also
lands which are f a stateof racial and g to such health hazards as typhoid fever, duced these. sses in Haiti to about 1 helps to finance voluntary agencies
political turmoil, Haiti alone and long le below th at most such as CARE, Catholic Relief Services
ago worked out their feelings of black tropical sprue, amoebiass, dengue fe- per cent, a evel below thse mo andChrchWorService.
inferiority to the white man in the viol- ver, enteritis, internal parasites, hepati- foreign port a Chunderstanh d a sre the c
ence of their revolution. tis and malaria. During the last three Concerning the alleged failure of the Weunerstad ad here po
Today, Port-au-Prince, the capital c- months four U. S. government employ-' Haitian goverAment to pay peasantsHa umnisty concae ofr the peorible pcov-
ty, may be one of the last cities in the ees, representing 10 per cent of all U. S. constructing a road to their vllage, de-. tie inHa e the word Bit copassiondoes
world where anyone, including, single foregn service personnel in Haiti, were laya in paylng workers in outlying dis- otres ju the World. Bt edcomassions doa
women, can walk the streets at three medically evacuated to the tUntted tict unfortunately do ccur. Event- ot jtfyi o dsrepresentations nd fag-
o'oCk he morncg omplee Stes. ally, however,: 'they vsually receive t.al errors, misreprsentations andig-
sacety.. The inadequate medcal faclities in their money ain fact, they did on the norance of the subject. OO
Rd in Hait are now almost com- Haiti also require U. S. personnel there project cited. Incidentally, there were .cting AstNOtIA o
oate to tHait arenow alnost coi- to travel to Guantanamo Bay for medi- no AID funda involved in the project, as Bureau for Latin Amereca,
ta the far northw sweepandg Europe Hand cal treatment. the last six month waserro.eouslystatod inthearticle, Agen>CfoaternatlonDevelopment.
tian art is now sweeping Europe and The issue of human labor versusma- Washington
America by stor wth the best of the The issue of human labor versus ma- Washington
America by storm with the best of the
early Haitian painters now command-
ing prices in the tens of thousands of JMPORTANT NOTICE.
dollars on the world market. A sym-
phony orchestra of young people from
Haiti will be playing at the Kennedy FOR A HAITIAN CULTURAL On November 4th, 1976 will be held
Center thi month. When shopping inL L general elections for the presidency of the
Haitian markets, one knows that en CENTER United States as well as for a number of other
the poorest merchants will treat the We have bserved dur the pas
buyer with fairness and honesty, fre- We have obserd during the ast
quently returning change that the trav- The HAITIAN UNITY COUNCIL, INC. years that although there were thousands of
eler has forgotentcollet is oranzn at its headuarters a CEN- A erican citizens of Haitian extraction
Haitian culorgottento collect. rcis organizing at its headquarters a CEN- eligible for voting, only a small percentage of
African and Christian traditlons, has TER for the promotion of the Haitian cultu- them took part actively and constructively in
been preserved and provides the Hai- ral heritage. The CENTER will feature a such elections. Consequence: Our community
tian people with a self-respect and self- permanent exhibit of Haitian art, hand- has never been able to negotiate and obtain
awareness of which they are exceed- its fair share of programs granted to other
ingly prouLd crafts and a library that will be open every organized minorities.
I, for one, wll continue to goto Haiti day to the general public and to those who In order to prevent that, once again, we
as I have done for 15 years. To me, f i are particularly interested in Haiti. The remain indifferent, inefficient and
a second home. I know that I, my fam- idisorganized as we have demostrated before,
ily and my friends can travel anywhere exhibit will show sculptures and paintings our organization that will now be called under
in the country safely and be treated by Haitian artists, photographs of Haitian the name HARVEST is working towards a
with the utmost courtesy and hospital- local scenes andvarious products of Hai- coalition of all Haitian-American voters
ity by peple from all classes in this registered o not in any one f the plitical
mostbeautiful anduqueofcountrles. tian handicrafts and industry. We also registered or no in any one f the political
dJOHNS.GLASER hope to be able to maintain a library of ro this effect, we have formed a political
Alexanda books, records and tapes reflecting the Hai- structure which invites all Haitian-American
__ tian heritage, and folklore. citizenito mail in their names and addresses
In order to bring about the realization of in order to be convened to a general meeting
SPECIALDONATIONCOUPONFOR In order to bring about the realization of in which secal committees will be formed
TRE HATAN CULTURAL CENTE R this important project, we ask every one in and a platform elaborated in which will be
our community as well as our compatriots enumerated our community's priorities for
I wish to make a special donation of in Haiti, to contribute to it in the form of future implementation.
Haitian-American democrats, republicans,
__ so that we can have a Cen- books, records or tapes, an object of Hai- liberals, conservatives, men and vomen please
ter we can be proud of and for services that tian art, an item of our local industry or respond to our call so that, at last, we can, in
we can avail ourselves of. handicraft or simply some money. The na- the proper way, claim our rights and
prerogatives.
I understand that my name will be listed mes of all contributors or special donors Please address your communications to:
regularly in the newspaper UNITE as a will be published regularly in our Newspa-
special donor. per UNITE. A coupon is printed below for HARV EST
c/o UNITE
Name: your use. P.O. Box 707
Address: New York, N.Y. 10013
18 'UNITE,,September 15, 1976
ABt.rr, u i ?~;irid->; ut'.*-, "- **- -










SECCION EN ESPAOL


BATEY PUERTORRIQUEO, CELEBRADO


EN EL PARQUE CENTRAL



Por LUISA A. QUINTERO ARTICULO TOMADO DE "EL DIARIO LA PRENSA",
SOBRE LA FIESTA FOLKLORICA PUERTORRIOUE-
El Gobernador Hugh L. Carey declar la fecha del 23 al 29, como la "Semana de la S E LA FIESTA FOLKLO CA ERTOE
Fiesta Folklrica Puertorriquea" en Nueva York, haciendo entrega de la Proclama a NA, QUE TUVO EFECTO DEL 23 AL 29 DE AGOSTO
Vctor Sorrentini, Presidente de la Fiesta, y al Senador Robert Garcia, a travs de su re- DEL PRESENTE ANO 1976.
presentante, Angela Ca-
brera, Subdirectora de la Di-
visin de la Mujer en el Esta-
.do.

En su Proclama, el gobernador
Carey dice entre otras cosas:
"El folklore de cualquier pue-
blo da mavor valer a su cultura y
herencia en la regin en donde
viven. El Estado e Nueva York
tiene la suerte de que muchos
puertorriqueos residen aqu, en-
riqueciendo la herencia de Esta-
do con este folklore de Puerto
Rico. En celebracin de esta rica
tradicin, la Fiesta Folklrica se
llevar a cabo este domingo, 29,
en el Parque Central. Msica,
poesa, arte y drama sern parte
integrante de este tradicional
evento. Es lgico que se reconoz-
ta".

Agrega el Gobernador que por :
esto proclama del 23 al 29 del ~ r
actual, la "Semana de la Fiesta
Folklrica Puertorriquena". C* n o* 0 5 5 4
Asistieron a la ceremonia en k i a la ceremonia en
las oficinas de Carey, adems .. ..
del Senador Garca, Angel M. Ri-
vera, Tite Maldonado, Gilberto a .
Reyes, Celia M. Vice,-Carlos M.'
Prat, Sixto Lucioni, Bill Coln,~
policla y su esposa Hilaria, Juan
Santante, en representacin del NUEVA DIRECTIVA: La Fiesta Folklrica Puertorriquea llev Ruiz, tesorero; Jacinto Garca, sub tesorero; R. Torres Crdova,
Congresista Herman Badilo y a cabo las elecciones para elegir a su nueva directiva en los salones secretario de actas y Elenita Cordero, secretaria de corresponden-
Roy Caldern. de dicha organizacin, 173 este de la calle 116, en Manhattan. En la cia. El Comit de Elecciones estuvo integrado por Frank Miranda,
fotografla Victor Sorrentini, presidente (reelecto); Juan Martnez, sub adminitrador de Finanzas de la ciudad; el comisionado Ara-
La Fiesta Folklrica ha sido vice presidente; Dmaso Emeric, secretario ejecutivo; Felicia mis Gmez y Lucy Alvarez. (Foto EL DIARIO-LA PRENSA, por
dedicada este ao a tres figuras Lemus, coordinadora; Angel M. Rivera, relaciones pblicas; Flix Alfonso Irizarry).
destacadas en esta comunidad,
al Congresista Herman Badillo, a
doa Petra Cintrn y al famoso
jinete Angel Cordero.
El acto comenzar en el
"Mall" del Parque Central, con
la Misa oficiada por el Padre
Antonio Stevens Arroyo. La aper- ooae illMS
tura oficial ser a las 11:00 a.m.,
con la Invocacin por el Padre
Stevens, los himnos de Puerto G i icnOS
Rico y Estados Unidos y la bien- G ics P am icaos
venida del Presidente Sorrentini.
M.C., Luis Cabrera. La presenta- la
cin de los homenajeados ser ala ias coDfillea de iirPenlas
las 2:00 p.m. Luego, la Junta de
Directores.
Directores hispans en los Estados Unidos?
Jos Ocasio Director Artfsti-
co, que con Cabrera y Sandra Ri-
vera, actuarn de Maestros de
Ceremonias. NU.STROS
Celia M. Vice, Directora de SERVICIOS DE
Herencia Puertorriquea, FSTOCOMPOSIISN
presentar exposicin de artes ARTE
manuales, artefactos, etc. Habr CAMARA
exposicin de cuadros, juegos
para nios, msica, alegra, PRENSAS
trovadores, pleneros y el tradi- CORTE YPLEGAD
cional concurso de bailes tpicos
puertorriqueos, quioscos,
damas con trajes tpicos, platos NOSESPECIALIZAMOS-EN:
criollos... CRjUas ad O. LONG ISLAN. C Y.
Entre los artistas que partici- dic .o....tine. Sobr e ..t
parn estn el Ballet Hispnico Folet,, Ms Etiquetas TELE
de Tina Ramrez, el Teatro Ro- Almanaques Triea Cubiertas 212
,dante Puertorriqueo que dirige P Lib atogo,
Miriam Coln y muchos otros ESCUDO DE PUERTO RICO: Durante la ceremonia de la Proclama
adems de los anunciados por el de la Fiesta Folklrica Puertorriquea, en el Ayuntamiento, se capt
compaero Alberto Alonso. En esta foto, mostrando el Escudo de Puerto Rico regalado por Eugenio
"Punta Esquina" del compafero Ortiz (Flaquitin), a la extrema izquierda. Con el Escudo, Victor Sor-
Mario Gonzlez en esta edicin, rentini, el Alcalde Abraham D. Beame, Angel M. Rivera, Johnny
se habla de la Fiesta Folklrica. Zambot, Frank Romn. (Foto Csar Gonzlez).



SUSCRIBASE A UNITE

UNITE, September 15, 1976 19






A CULTURURAL EVENING- Toute correspondance au journal devra
Suite de la page 17 AVIS etre adresse comme suit:
Ron has read his work at local colleges LA UNICO PUBLISHING Louis A. Brun, editor
and at social gatherings. His work has also COMPANY UNITE
appeared in various publications. He AVISE LES ECRIVAINS P.O. Box 707
teaches a poetry workshop at Kingsboro ET PUBLICISTES HAITIENS Canal Street Station
Psychiatric Clinic and also at Beth Israel QU'ELLE SE TIENT A New York, N.Y. 10013
Clinic 0.P.D.2 LEUR DISPOSITION
POUR TOUS TRAVAUX
Ron King is part of a new level of D'IMPRESSIONS.
black conciousness. He practices an POUR TOUS
imagery that I have found in the Haitian RESEIGNEMENTS
sociologue Maurice Sixto, master of S'ADRESSER AU JOURNAL
imagery in his presentation "LEA
KOKOYE", litterature and art that I have UNITE
found in the paintings of movie T.V.
actor Ernie Barnes (Beauty of the BEN'S RECORD CENTER
Ghetto) restorator of the ghetto; in the 8 TRACKS. CASSETTES AND NEEDLES
paintings and illustrations of Charles .
Bible, visual art activities in the ALL TYPE RECORD
indomptable courage of painter Theodore ALL TYPE RECORDS:
Gun, director of the cultural affairs at PROBLEMS FREN RIC ANSH A RGAES 3NY N. YBR
Bedford Suyvesant Restoration Center,
visual art and science in the work of CAN ____
Jean-Claude Garoute (Tiga), Jean Claude
Fignol and Ren Philoctele in littrature. '
It gives me great pleasure to introduce HAVE A
Ron King to my Haitian fellow artists. k
Every black man in the world confronts SOLUTION SUBSCRIPTION COUPON
the same problems and there is a lot nore. .
to do about that. Why not get together, Name:----------------------------
with our fellow American artists and Addre ---------
others? Think about it. INNEWYORK CITY Addresse : -----------------
CALL: 246-9300
Congratulations to Mrs. Robertson and | :City:--------State----- Zip------ -
Mr. King for this very entertaining ELSEWHERE IN NEW Enclosed is check or money order for
evening where such distinguished guests YORKSTATECALL: | for One year/Six months subscription to UNITE.
as Mr. Lawrence Dorcey, Linda Hiwot 800-522-2193 (One Year: $10.00 Six months: $6.00).
and Chrystal A. Makenzy were noted. (toll-free) -
JEF. .





UNITE



CAPTEZ TOUS LES SAMEDIS SOIRS

SDE 8 HEURES PM. A 10 HEURES PM.

EDDY PUBLICITE

sur les ondes de la W.H.B.I. F.M. 105.9


THE LAW SAYS :From: UNITE BULK RANTE
P.O. Box 707 u.s. POSTAGE
THE LAW SAYS PO. PAID A
Canal Street Station NEW YORK N.Y.
New York, N.Y. 10013 p ERMIT. No.: 3779

So m

Sd akCELEBRATE
AMERICA

TIME VALUE MATERIAL
.. :' UNITE, September 15, 1976




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs