• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Principal
 Principal: Editorial
 Principal: Echos d'Haiti
 Principal continued
 Principal: Varietes-Unite
 Principal continued
 Principal: Nouvelles Internati...
 Principal: English Section
 Principal: Seccion En Español
 Principal continued






Group Title: Unite
Title: Unité
ALL VOLUMES CITATION ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072338/00003
 Material Information
Title: Unité
Uniform Title: Unité (Brooklyn, N.Y.)
Physical Description: v. : ill. ; 28-38 cm.
Language: French
Creator: Haitian Unity Council
Publisher: Haitian Unity Council
Place of Publication: B'klyn N.Y
Publication Date: 1975-1979
Frequency: biweekly
regular
 Subjects
Subject: Haitian Americans -- Periodicals   ( lcsh )
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Additional Physical Form: Available on microfilm from the State Historical Society of Wisconsin.
Language: Text in French, English and Spanish.
Dates or Sequential Designation: Vol. 1, no. 1 (May 1975)-v. 4, no. 10 (Jan. 15, 1979).
General Note: Aug. 1975-, published in: New York.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072338
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 10253459

Table of Contents
    Principal
        Page 1
        Page 2
    Principal: Editorial
        Page 3
        Page 4
    Principal: Echos d'Haiti
        Page 5
        Page 6
    Principal continued
        Page 7
    Principal: Varietes-Unite
        Page 8
        Page 9
    Principal continued
        Page 10
    Principal: Nouvelles Internationales
        Page 11
    Principal: English Section
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Principal: Seccion En Español
        Page 15
    Principal continued
        Page 16
Full Text

-%j i k i -,





ENGLISH
SPANISH

VOLUME2 le numro
NUMERO 1.2

AUGUTI 15, 1976 250
UN POUR TOU TOUS POUR UN


THE HAITIAN-AMERICAN NEWSPAPER WITH THE MOST COMPREHENSIVE
COVERAGE OF DEVELOPMENTS IN OUR COMMUNITY AND IN HAITI.
Published by THE HAITIAN UNITY COUNCIL, INC.






UNITE: L'IMPERATIF DE L'HEURE
Voir Editorial Page 3



LCOMMUNAUTE HAIT1EN-1E

DE NEW YORK ET LE BICENTENAIRE
DES: ETATS-UNIS-

Cette anne, les diffrentes ethnies qui haitienne. Nulle autre communaut, en
composent la population amricaine ont verit, n'tait mieux place pour
ft avec un clat particulier le 4 juillet, s'adonner a coeur joie I'exaltation de ce
anniversaire de la dclaration de 4 juillet, vu la part, jadis prise par les
I'indpendance des Etats-Unis. Le 4 juillet haitiens a I'historique bataille de Savanah,
1976 faisait exactement 200 ans depuis Ia le rle jou par le Gnral Toussaint
prise de position historique des 13 Louverture dans la sauvegarde- de
colonies anglaises s'rigeant dsormais en I'indpendance amricaine, spcialement
Rpublique, la premire des temps dans I'acquisition-de la Louisiane par les
modernes. Ainsi, sur tout le territoire de Etats-Unis, la place occupe par maints
I'Union c'taient des clbrations n'en haitiens dans la vie sociale, conomique et
plus finir: dfil de milices locales, culturelle des Etats-Unis,.comme du reste
dploiement de vieux drapeaux ditant du ne manque pas de le souligner, Monsieur
temps de Washington, danses dans les rues Henri Frank, le coordonateur, dans son
au rythme entrainant des fanfares remarquable discours qui fut une vraie
rgionales. lecon d'histoire.
La ville de New York, comme sige Tous les aspects de la vie haitienne ont
historique o George Washington prta t presents. Nos danses, nos chants
serment comme premier prsident devait interprets par la Troupe Shango, notre
se distinguer par des manifestations les peinture grace au concours de Luclkner
unes plus originales que les autres, Lazard, de Raphael Denis, de Frdrique
refltant les us et coutumes de cette Pierre, de Monsieur et Madame Joseph de
masaique de peuples et de races la Galerie Le Soleil; notre musique par le
constituant le fond de la population Jazz des Jeunes, la cantatrice Myriam
. newyorkaise. Dorism, notre cuisine, le spcial riz et.
pois, le lambi I'aubergine, le grillot,
En marge du mouvement des bateaux gric au restorant La Citadelle; et jusqu'
ou caravelles montant et descendant le notre savoureux AK-100 introduit New,.
Hudson River, tandis que survolaient des York par Madame Jacqueline French.
hlicoptres, les diffrentes ethnies se
livraient leurs bats tout le long de la
riviere. Par I'odeur de la cuisine, le son de Brillante participation en verit que fut
la musique, le coloris des costumes, ii celle de la communaut haitienne aux
tait facile de deviner les italiens, les dernieres ftes du 4 juillet, ainsi que le
honbrois, les irlandais, les grecs et les montrent les photos ci-contre, et pour
autres. laquelle il convient de fliciter les
La Troupe Shango dans "La Fille de Shango" compatriotes qui y ont collabor, non
Photo M. Kernizan. La Chase Manhattan Plaza, au 44 Pine sans un mot spcial pour M. Henri Frank,
Street, tait reserve la communaut .le coordinateur et animateur.







NDEX P TOUT LE MONDE DEVRAIT SAVOIR QUE

PAGE R.M.B. TR VEL

La Communaut Haitienne et le Bicentenaire ...
Sde Robert Brutus
Editorial (Franais) 3
ere del'Ecole Noale 3 I'agence de voyage Haitienne
NosHros 4 la plus exprimente
Haiti dans la Communaut Latino-Amricaine SE TIENT AU SERVICE DE LA
Echos d'Haiti 5
SCOMMUNAUTE HAITIENNE
Tourisme et Dveloppement 5
Obituaire 6 AU
Le Coeur du problme 7
Varits-Unit 8
Varits-Unit 8 60 East 42nd Street (Room 1366)
Nouvelles Intemationales 11 Lincoln Building
(Juste a cote du CONSULAT D'HAITI)
English Section 12
Editorial (English) 12 OE 9 HEURES A.M. A 6 .EURES P.M.
The Haitians (Profile of a Commnity) 13
SeccionenEspaol 15 TELEPHONE (212) 490-1890
1.- TICKETS AU MEME PRIX QUE LA AMERICAN AIRLINES
2.- SERVICES GRATUITS
BUlletin d'Abonnement 3.- SERVICE DE VISA ET PASSEPORT
4..-CARTES DE CREDIT ACCEPTEES,
Nomt:__ _-..
AdIesse UN SEUL COUP DE TELEPHONE A

Ville, Etat et Zip code. R.MN.B. TRAVEL
Pour six mois: $ 6.00 (Affranchissement lre.classe)
Pour un an: $10.00(Affranchissement lre.classe) ET' VOYAGEZ SANS PROBLEMES
Etranger, tous pays:
Six mois: $10.00 (Affranchissement lre. classe) BONUS SPECIAL
Un an: $18.00 (Affranchissement lre.classe)
R.M.B. Travel offre a tous ses clients une soiree gratuite a Cabane
Abonnement payable d'avance par chque Choucoune en Haiti.
ou mandat bancaire l'ordre de UNIT.


ABONNEZ
POUR PLACER UNE ANNONCE,
APPELEZ LE NUMERO:
(212)343-8195 U. U N I T E
Notre journal avise ses lecteurs que tous
ceux qui dsirent placer une annonce so- MENORA'S BEAUTY SA!.ON
ciale telle naissance, baptme, mariage, d- Specialising in: Hair weaving, Relaxers,
cs, "graduation", etc. peuvent nous l'en- Hair coloring etc.ITE
voyer pour tre publie sans frais. Pour les 796 Franklin Ave, .Brklyn Ph: 773-8389
annonces commerciales, nous vous don-
nons ci-aprs notre tarif d'insertion: --------------
trois ligs uneinsertion ......$ 6.0 The Haitian-American newspaper publish-
ed by the HAITIAN UNITY COUNCIL,
plus de 3 lignes une insertion$1.00 aditio- INC.
nel par ligne. Louis A. BRUN
quart de page .......une insertion$ 40.00 JA CQU EL IN E'S EM E R A L D oEdits
demie page.........une insertion$ 75.00 BEAUTY SALONo
Page entire ........ une insertin$150.00 1822 Nostrand Ave (nr. Ave D) Staff: Rose L. Michel
Un tarif spcial, a discuter, est applicable Brooklyn. N.Y. 11226 Ph: BU Arleigh Magny
2-2200 346-0659 BU4-9754. Areigh Magny
ppur_l_esannonces reptes. ---_______ Staff photographer: Jacques Dupont.

2 UNITE 15 Aout 1976









EDITORIAL LE ROLE
DE L'ECOLE NORMALE



Depuis quelques temps, nous Par: Rose Michel
observons que presque tous les groupes
sociaux, nationaux, religieux ou autres
s'vertuent a promouvoir entre eux cette
indispensable union qui doit faire leur force Les Ecoles Normales sont comprendra la pratique des rue Dr. Audain occup
et les proteger contre I'anihilation. indispensables pour la formation cours par les applications et actuellement par I'lnstitut
,5eucumnisme, les consortiums, les de nos maitres et maitresses de I'entrainement a I'Annexe. Les Pdagogique.
fderations et coalitions surgissent de tous les I'enseignement. Le rolequ'elles leves d'Ecoles Normales ont la
secteurs de I'activit religieuse, conomique et remplissent a toute son formation professioneelle, Vu la pnurie d'institutrices
sociale. importance. Le choix des pratique et thorique ncessaires primaires qualifies en province
ducateurs doit donc tre .pour enseigner. Par le contact et mme la capitale, le nombre
Chez nous a UNITE et au CONSEIL DE judicieux et se baser sur la incessant de l'Annexe, deslecons des boursires qui tait -
L'UNION HAITIENNE, nous avons, des le vocation et la prparation. prepares et exposes, les visites quarante mon poque devrait
depart, compris I'imperatif de cette attitude d'coles de diffrents types, la au moins etre doubl et les
faite de comprehension mutuelle, de Quelque soit le diplome ou le normalienne est en prsence bourses exclusivement rserves
sollicitude, d'entr'aide, de coopration, titre du candidat, I'Ecole d'enfants de tous ages, de tous des candidates des localits
d'avoir un ideal et une cause commune, en un Normale sa culture gnrale doit milieux. Elle ant tudi la n'ayant pas encore de
mot, de s'unir. tre dveloppe et affermie. II psychologie de I'enfant, la normaliennes en service, avec un
n'est pas un simple tudiant qui mthodologie, la pdagogie; elles- dortoir appropri dont le
Nous avons donc choisi comme point de se prpare quelque facult, acquirent une connaissance matriel et le mobilier
ralliement la synthse et I'essence mme c'est I'apprenti maitrele futur approfondie de ce petit tre, de rpondront aux besoins actuels.
de notre heritage national autour duquel il formateur d'hommes dont le son dveloppement, de ses
ne saurait y avoir d'hesitation ou de savoir doit avoir un caractre ractions, et aussi' une certaine Les futures maitresses devant
divergences: La terre haitienne, son histoire, presqu'encyclopdique. Sur exprience de leur tiche future. recevoir une ducation des plus
ses hros, son hritage culturel et son ethnie. aucun point il ne doit 4tre au vivante, la mthode des lecons
dessous de sa tache, I'art Les normaliennes doivent exposes sera mitige par la libre
C'est aussi dans cet esprit de cooperation, d'enseigner ne Peut savoir qu'elles trouveront en discussion. Le programme
que, sur I'invitation des fondateurs de la contre balanc er une leurs lves des anomalies de comprend la culture gnrale,
FEDERATION DES ORGANISATIONS documentation dficiente. A la mme qu'elles devront aider l'enseignement, I'histoire, la
LATINO-AMERICAINES DE QUEENS que base de la prparation- de I'enfant dcouvrir sa voie, son gographie, I'conomie
nous avons dcid, avec enthousiasme, de 'instituteur, il faut faire rentrer, orientation professionnelle politique, la morale; 'instruction
nous joindre eux. Nous avons compris que pour une large part, sa formation future afin d'viter des choix publique sera particulirement
pour toutes ces raisons, toojours invoques, morale, civique et sociale dfectueux et des pertes de irelie a la vie 'relle, par
que reprsentent la langue, le contexte conpren.ant le dveloppement temps. consquent une" ou des salles
gopolitique et historique, que npus avons du caractre, de la personalit ernt serves des
Sintreit e Fargir les bases denotre diaspora en les bonnes manires, lesens de la Jusqu' -prsent,- nos ; colis expositions permanentes de
I'associant celles-des autres nations soeurs discipline, le respect de la Normales n'ont pas le- cadre travaux pratiques appliqus a
-de l'amrrique latine avec les quelles nous personne humaine. Elle prsente ncessaire leur volution.l1esti toutes les matires, aussi -ien,
avons tant en commun. autant d'importance que sa question, ces jours-ci, de des cartes gographiques, des
Sculture gnrale et sa construire incessanment trois gravures, des planches de
Cette nouvelle association ne nous limite prparation professionnelle. coles normales dont une botanique, des schmas de
pas pour autant aux frortieres de la latinite. Port-au-Prince. Cette institution sciences, des travaux manuels de
Nous demeurons toujours commis a la Ds la premiere annee vieille de soixante ans aura enfin dessin, des sujets en pltre, terre
cooperation et a la cause caraibenne et I'lve-maitre se sera initi a la le cadre qui lui convient, son glaise ou argile.Des laboratoires
africaine qui est aussi notre au meme degr. -pdagogie gnrale, il aura a installation dficiente jusqu'ici seront prvus pour les
l'Annexe des priodes n'a pas heureusement empch expriences des cours de
Par consquent, dans cette nouvelle d'observation comme assistant. son volution; la bonne volont, Sciences. Une bibliothque bien
conjoncture, a cette croise des chemins, nous En mme temps seront jetes les le dynamisme, la comptence de montee pour la documentation
invitons encore une fois nos. ressortissants a bases d'un enseignement du ses diffrentes directriceset du prvoyant des crits de toutes les
continuer de nous accorder leur support et francais orient vers la personnel onte toujours supple disciplines "livres pdagogiques
leur coopration en vue d'une participation -connaissance du milieu qu'il doit cette carence. La nouvelle classiques, romans, livre- de
plus efficiente, productive et prestigieuse de observer, tudier afin de le batisse rpondra, j'espre, tout rfrence, journaux, revues, etc..
la prsence haitienne au sein de la nouvelle connaitre et de I'aimer pour le ce qui a de plus moderne et de Un thatre pour toutes les
FEDERATION, en harmonie avec notre faire connaitre et aimer par ses plus commode. J'avais fait manifestations. Une salle de
devise nationale: L'UNION FAIT LA lves. Deux annes d'tudes toutes les dmarches pour musique avec discothque, TV,
FORCE. plus particulirement thoriques, qu'une construction soit rige radio, piano pour le solfge; elle
la troisime, en grande partie, pour la-nlger sur le terrain la Suitepage4



IMPORTA"NT j CANDIDE COOLING & HEATING

223 Kingston Avenue
Nos rdacteurs, mme quand ils sont Brooklyn, N.Y.11213
membres de notre organisation, .ont la facult de Tel.: 774-4209 (Ask forGerald Lemoine)
pouvoir exprimer leurs opinions qui demeurent Commercial & Domestic Refrigeration, Plumbing,
strictementpersonelles et n'engagent en aucune heating and Licensed electrician.
fagon le journal proprement dit. Seuls les REPAIR SERVICE:
ditoriaux de UNITE et qui sont intituls, Air Conditioning, Refigerators,
comme tels reprsentent la position idologique J ce Makers, Store Fixtures, Washers,
et politique du journal. Cette attitude de notre Dryers.
part reflte le caractre dmocratique que nous KOLDWAVE SPECIALISTS
entendon maintenir tant au sein du Conseil de Installation & Repairs
l'Union Haitienne que dans laligne de conduite
du journal. Les auteurs qui devront toujours All makes boilers, burners No.2 No.4 No.6 & gas.
signer leurs articles seront les seuls responsables Refrigerators bought & sold.
de leurs opinions.

UNITE15. Aout. T976 "' .' 3
u n.'.f .*J*s/ w.* ^H* l '*- **,.. ."- "' \ '







HAITI PREND SA PLACE DANS

LA COMMUNAUTE N HE


LATINO-AMERICAINE DE N.Y. NOS HEROS
LOUIS A. BRUN ELU PRESIDENT DE LA FEDERATION DE QUEENS

Un ramassis d'immigrants de tous les dynamique de la vie amricaine, voire
coins de la terre. Ainsi pourrait-on dfinir bnficier, :en raison des barrieres de la
le peuple amricain. Les premiers, arrivs langue, des droits et privilges accords
directement d'Europe, ont t apris un aux citoyens amricains, sans
sicle d'tablissement, faconns par le considration de nationalit d'origine.
climat et I'environnement un tel point Tout ce qu'ils avaient faire c'tait de
qu'ils se rvlaient gnrateurs d'une s'organiser d'autant que la rgion de
nouvelle civilisation: ils se. proclamaient Queens, elle seule, compte maintenant
des amricains. N'empche que les jlus de 350,000 ressortissants de
familles tablies dans I'Ouest et le Far I'amrique latine. Ainsi naquit la
Ouest, dans le Nord et le Sud, surent LATIN-AMERICAN FEDERATION OF
conserver, de gnration en gnration, QUEENS groupant plus de 30
les us et coutumes de leurs pays d'origine. organisations totalisant 25,000 membres
Ainsi s'expliquent les clbrations comme et dont la prsi ence vient d'tre au
la St. Patrick et d'autres parades le long prsident de la HAITIAN UNITY
de la 5me. Avenue New York ou COUNCIL, notre directeur Louis A.
fanions et musique bien que ports ou Brun. Assistent le nouveau prsident, M.
joue par des foules typiquement Luis A. Mendez, ler. vice-prsident,,
amricaines par les traits et la langue mais Madame Aracelis Durn, 2me.
pour peu qu'on regarde de prs les vice-prsidente, M. Fernando Gainza
costumes et les emblimes, on a vite secrtaire ggral-trsorier et M. Manuel LOUIS FREDERIQUE
I'impression d'etre transport dans Saleta, coordinateur.
quelque village d'lrlande ou de I'ltalie,
dans lesplaines dela Russie, sur les ctes Quand on sait qu'Haiti a t la N Port-auPrince, Frdrique taitenrl
de la Grce, dans le dsert d'lsrael, sur les premire colonie espagnole du Nouveau en 1793 comme tambour dans la lgion de
collines enneiges du Danemeark et de la Monde, que son nom s'inscrit dans I'Ouest et ce fut dans cette phalange de
Suede quand ce n'est, ce depuis la leve I'histoire de maints tats de l'amrique vaillants soldats qu'il fit ses premires armes.
de I'embargo sur les orientaux, quand ce latine pour son concours Miranda, Peu avant I'expdition frangaise en 1802, il
ne sont des dfils embaumant I'air de Simon Bolivar, Mina, Antonio Maceo, tait adjudant major dans la 12me
I'encens de la Chine ou talant au soleil Betances et Cabral, I'lection de Louis A. demi-brigade. Aprs la guerre dite de "Trois
davril les fleurs du Japon imprial. Brun a la prsidence de la grande mois" peu confiant dans le systme de
Fdration Latino-amricaine de Queens, ,,perscution qu'avaient adopt les gnraux
a I valeur d'unsymbole e;lle situe Haiti-- Lecierc et Rochambeau qu'- la prise d'armes
Les latino-mricains tardivement ; dans son contexte normal, elle place contre les- Frangais Dans~ les-: rangs des
migrs avec au fond du coeur la nostalgie notre communaut de Wew York dans Indpendants, Frdrique prit une part active
des plataux, de la pampa ou de la une forme d'association impose par les la guerre nationale.
cordillre des Andes, avaient du mal se lois de la gographie et de I'histoire.
faire la vie cloitre des buildings, Le jour-de la mort de Dessalines le 17
entrer de plein pied dans le cycle Laurore St. Juste Octobre 1806, il fut lev par Ption au grade
de Chef de bataillon etdfendit vaillamment
en janvier 1807 a la tte de son bataillon de la
12me le fort national contre les attaques
LE ROLE DE L'ECOLE NORMALE Suitedelapage3 acharnes du gnral Christophe qui fit de
vains efforts pour s'emparer de cette
importante position. Sa -belle conduite lui
servira en mme temps de salle taient comptents dans les culturelle, morale valut le 11 Mars 1807 le brevet de Colonel.
de rcraton. matieres enseignes, ils professionnelle de I'tudiante se En juilletde la meme anne, il eut le
Ce rsultat exige des joignaient leur culture la fera loisir. commandement du fort libre de St-Marc en
directeurs et professeurs la probit et le souci de russir. lis L'ducation physique peut emplacamot 181du, Ption 'Louis Mentor et
hauteur de leur tache qui fassent s'inspiraient des conseils avoir aussi bien des installations Gnral. de Brigade puis il devint
de ces futurs ducateurs, non des pdagogiques de gens qualifis; extrieures "terrains de jeux, de sucessivement Commandant de
irresponsables, des dsabuss, ceux qu'ils ont form ont, en sports, piscine et une salle a I'Arrondissement de la Petite Rivire de
des incomptents, mais des tres gnral, men a bien leur oeuvre I'interieur pour le mauvais temps I'Artibonite et de celui du Mole St-Nicolas. Le
raisonnables, gnreux, I'esprit d'ducation. II en est qui ont et certains entrainements. Gnral Frdrique fut enfin envoy au
critique, capables de srieux et clair, fortifi leur savoir par Chacun de ces futures Commandement de l'Arrondissement de
d'enthousiasme, aimant les des apports nouveaux tirs des ducatrices devra pouvoir de son Jacmel en 1825 et l 29 Juillet 1838, i1 ajouta
actions morales et sociales, maftres de la pense sur cot tre une monitrice dans les a ses titres celui de Gnral de Division. II
soucieux des ralisations utiles. I'enfance et avantageusement lments sportifs comprenant mourut le 29 Avril 1841.
Le normalien ou la normalienne ont pu transmettre un aussi la danse.
peut joindre ses connaissances enseignement qu'ils ont vivifi. II
I'amour des enfants, le faut que le directeur et Les Ecoles Normales seront
dvouement et la croyance de la professeurs connaissent I'cole les cadres, aux vacances, d'un
valeur ducatrice. primaire, qu'ils puissent parler programme de perfectionnement
aux enfants de leur future pour le personnel enseignant.
La valeur d'une cole normale' profession avec une exprience
est faite par le contact sre pour ne pas crer chez ces Un Ecole Normale bien LES ANNONCES
permanent d'lves-maitres ou dbutants un tat d'esprit qui outille qui a pour fondement la
maitresses avec des professeurs rendra pnible les surprises de la comptence le dvouement, MM RC IALES
de haute moralit, synthse ralit au dbut de leur carriere I'exprience ne peut que rendre COMMERCI L
d'honnetet, de raison, de et qui leur vitera des hsitations le lus grand service une
discipline librale mais ferme. et des retards. dmocratie en prparant les
formateurs des futurs citoyens TOUS CEUX QUI DESIRENT PLACER UNE
Autant que possible, le Le programme d'une Ecole responsables de demain. ANNONCE PEUVENT, LE FAIRE EN APPELANT
personnel doit tre normalis. Normale doit etre toujours prt LE NUMERO 1212)343-8195 U ECRIRE
Les \anciens professeurs de une refonte, voir\largir son LE NUMERO '212)343-8195 0U ECRIRE
I'Ecole Normale, pourla plupart, cadre pour y faire rentrer Rose L. Michel DIRECTEMENTA L'EDITEUR DE UNITE.
n'avaient pas la formation I'actualit, la nouveaut. Rparti Ancienne directrice de 'Ecole
pdagogiquevoulue, du mnins is sur trois ans, la prparation Normale d'lnstitutrices

.4. UNITE 15 Aout 1976
q ^er uoA5f-3TIMU










ECl S dH IIAITI











1.....





LE QUOTIDIEN "PANORAMA" TOURISME ET DEVELOPPEMENT

A VING T A NS Por-Au-Prince, Haiti Par Frantz MICHEL 5 Aot 1976
Depuis que les progrs techniques ont Le tourisme tait donc prioritaire.
raccourci les distances, rendu C'tait la un investissement facile et
confortables les voyageset lev le niveau immdiatement rentable pour les hommes
socio-conomique de certaines d'affaires qui ne veulent pasprendre trop
populations, les hommes, de plus en plus, de risques. lis taient d'ailleurs les
L'intressant quotidien de la Rue du rvent du grand large. lis dsirent, d principaux bnficiaires. Les propritaires
Peuple, a Port-au-Prince, le journal certaines poques, s'chapper du cadre de "tours" tiraient tout aussi bien
PANORAMA, fond en 1946, vient de familial, rgional ou national afin de se leur pingle du jeu, de mime que les
boucler sa vingtime anne. C'est un dtendre, largir leur vision du monde, petits artisants, les galeries d'art et
ournal bien crit et en rn dpit de sa enrichir leurs expriences et aussi, comme certains artistes de pacotille. Mais on a vu
position d'organe engag, se distingue 'adit 'original RABELAIS, de "frotter se dvelopper, -en mime temps, des
neanmoins par le caractre des ses et ,limer leur cervelle contre celle~ groupes de parasites qui harclent les,
S ditoriaux, fourmillant d'ides l'autrui". touristes: reurs de bottes, mendiants,
instructives, son sens de I'objectivit p etits vendeurs etc... s'installant dans
quand il s'agit de signaler un tat Le tourisme, timide a ses dbuts, a pris, certaines positions stratgiques en vue de
dplorable ou dnoncer un abus. ces derniers temps, un tel dveloppement, s'exhiber. Les villageois envahissent les
une telle expansion que le vocabulaire villes touristiques et viennent y
De New York, nous envoyons a nos conomique s'est enrichi d'une nquvelle augmenter le taux de "chomge dguis",
confrres de Panorama qui luttent pour expression: INDUSTRIE les enfants des coles ngligent leurs
une Haiti librale, engage dans la voie de TOURISTIQUE. Elle reprsente une tudes et cherchent, par de petits trucs,
la science, de la technologie et du progrs source de devises importantes pour soutirer de I'argent aux touristes en
social, nos voeux de succs continus et de certains pays, tels le Liban, I'ltalie, la ballade. S'il y a des centaines de garcons
longvit. Tuniste pour ne citer que ces derniers. Sa d'h6tel, les ingnieurs de diffrentes
fonction conomique est indiscutable. spcialits sont plutit rares. Moralement,
L'industrie touristique suppose, en effet, le. pays s'est affaibli. Pas d'esprit crateur.
de nouveaux et importants Les autres facteurs de dveloppement
investissements en vue de crer sont ngligs. L'industrie touristique tend
I'infrastructure approprie: Construction intresser tout le monde. Or I'effet
DAN S LE M O N DE DES LETTRES de routes en direction des sites agrables multiplicateur de I'investissement, dans
DA NS LE M O N DE DES LETTR E ou pittoresques, d'h6tels, mise en valeur un seul secteur, est incapable d'assurer le
Voeux d'anniversaire au poete de plages... Compte tenu de I'effet dveloppement intgral d'un pays. Le
Lon Laleau multiplicateur de I'investissement, la gouvernement de Bourguiba a vite
vague d'accroissement de la production et reconnu que le tourisme, malgr son
Sde I'emploi gagne en premier lieu les importante ,fonction conomique, n'est
En dpit de ce jugement non vrifi, industries annexes puis s'tend peu a peu pas cependant une panace, et a di
qu'Haiti compte encore 95 o/o d'illtrs, aux diffrentesindustries de biens de oprer les redressements qui s'imposaient.
retenons que depuis 1804, I'instruction consammation. Si bien que II s'est lev au concept de
chez nous est gratuite a tous les degrs. I'augmentation "primaire" de la dveloppement intgr qui englobe les
Un grand homme d'tat francais faisait production et de I'emploi, donne facteurs sociaux, psychologiques,
justement remarquer que depuis naissance une augmentation conomiques, culturels, idologiques,
I'indpendance d'Haiti, son plus grand -"secondaire" de la production et de techniques.
exploit aura t son lite intellectuelle. I'emploi qui s'tend de nombreuses
En effet, partis de zro, au milieu d'une autres industries". C'est dire que le Maintenant, considrons, Haiti, notre
hostilit quasi gnrale, dja au tournant tourisme fait travailler de nombreux bras cher pays. Nous constatons, a la faveur du
du 19me. sicle, nous avions des et assure une circulation montaire qui ne climat de paix et de dtente'qui y rgne,
prosateurs et des poites, des- crivains peut tre que bnfique au pays visit. Ilarrive par vagues successives, de
d'une telle qualit que la plupart eurent la touristes trangers. Nos rues en sont
faveur d'tre couronns par I'Acadmie Cependant, malgr cet aspect positif, il remplies. Hotels et "Guest Houses" se
francaise. ne faut pas cder la tentation de multiplient et sont toujours combles. II
dvelopper ce secteur conomique au n'est pas a rpter qu'un tel mouvement
Nous emes des juristes dont la science dtriment des autres secteurs. En effet, de est favorable au pays.et nous souhaitons
fut reconnue par la Haute Cour de Justice mime que la monoculture est nfaste a qu'il s'tende davantage. Mais nous
de la Haye. Des orateurs tels un Dants. un pays, la 'mono-industrie" est aussi devons tre vigilants pour viter que les
Bellegarde, un Alfred Nemours, Joseph D. dangereuse. L'exemple de la Tunisie est autres secteurs conomiques n'en
Charles, Castel Demesmin, Emile St. Lot suffisamment convainquant. Ce pays avait patissent. Toutefois, cette crainte n'est
et bien d'autres encore, ont fait jadis ax son dveloppement pas justifie. Nos planificateurs et nos ,
vibrer les votes des institutions ,presqu'exclusivement sur le tourisme. dirigeants sont, ii n'y a pas de doute,
internationales telles la Socit des Tout tait planifi en fonction de ce conscients du problme.
Nations, I'Unesco, I'OEA et les Nations secteur. Suite:page 6
UNITE 15Aout 197 Suitepage6 5






SPj DECESDE OBITUAIRE

CO S DA IT L AITRE SEDASTER APOLLON Antonio Legros

DANS LE MONDE DES LETTRES Suite de lapage 5 26 juillet
Unies. Le 3 aot dernier, M. Lon Laleau Le samedi 25 Juillet, 11 p.m. A I'lge Mme. Lostimne Clestin
bouclait un nouvel anniversaire clbr de 66 ans, Mtre. Sdaster Apollon, la 25 juillet
Le pote Lon Laleau qui vit dans sa dans I'intimit du foyer, entour de sa suite d'une longue maladie, rendit I'me
paisible retraite de Ption-Ville est de femme et de ses nombreaux admirateurs. en sa residence a Bronx. Grard Emmanuel Fquire
cette race d'illustres compatriotes. 24 juillet
"Apothoses", "Le Choc", des centaines A cette occasion, M. Lon Laleau, Ancient Magistrat au tribunal de Paix
d'articles de journaux et revues, des membre de 1'Acadmie Goncourt, pote de Jrmie, il avait su remplir avec Durocls Marclus
milliers de vers, tel serait I'ensemble des de renomme internationale, un grand comptence les nobles fonctions de la 23 juillet
oeuvres de celui qui occupe une place de haitien, UNITE offre "avec des mots de magistrature ce qui lui a toujours valu
choix dans "L'anthologie Ngre et France, ses voeux les plus chers, manant I'admiration et I'loge de tous ses Mme. Fresilia Edouard
Malgache" de I'crivain-prsident Lopold de notre coeur qui, comme le sien, nous collgues. 26 juillet
Sdar Senghor. vient du Sngal".
Les funrailles ont t chantes le jeudi Sultana Maurice
28 Juillet I'eglise Ste Angela de Merici 24 juillet
par le rvrand P. Laforest de passage
EXTENS O N N.Y. qui en cette occasion prononca un Mme. Robert Edouard Hall
E ENSIO N sermont des plus difiants. Une assistance ne Orna Joseph
nombreuse compose de parents et amis 28 juillet
CA FE ERE jrmiens rendaient un dernier hommage
ACTIVITES MINIERES auregrett disparu. Ing. Ernst Goldman
Dans son programme d'Extension et de 27 juillet
rgnration cafire, les responsables du Le lundi 19 Juillet un hlicoptre est En cette douloureuse circonstance,
gouvernement ont mis sur pieds un arriv au Cap-Haitien avec des dirigeants nous prsentans I'expression de nos Mme. Tertulia Elyse
programme dnomm "PROGRAMME de la SOCIETE MINIERE D'HAITI. II est sincres condolances sa veuve eplore 29 juillet
DES PETITS PLANTEURS DU CAFE". prpos au transport du matriel de Emma Apollon, son fils Rony Apollon,
prospection dans les mornes de Limb et sa soeur Leoverne Dumas, sa nice Mme. Dallemont Nicolas
II est financ par I'A.L.D. et le de Plaisance. C'est croire que les travaux -Mme Jeffe Luc, ne Irmine Dumas, a sa ne Lucienne Roseau
Gouvernement d'Haiti Deux projets de prospection vont bon train. cousine Marcelle St Louis, ainsi qu' tous 28 juillet
pilotes sont entretenus dans le Nord: I'un les autres parents et allis affligs par ce
au Dondon, I'autre Pilate. JEAN MAZEL EN HAITI deuil. Andr Giordani
ler. aout
Jean Mazel, crivain francais, clebre
Au Dondon, sur I'Habitation auteur de "Prsence du Monde Noir" FORMATION DES CADRES: Vve. Joseph Chandler
Brossetage este tablie une ferme accompagn de sa femme Jacqueline, se ne Lamercie Aupont
d'exprimentation ayant un objectif de trouvait en Haiti au cours de ce mois. Cration de trois coles normales 3 ao0t
CENT MILLE PLANTS. Actuellement on
a en germois CENT SEIZE MILLE HUIT Jean Mazel n'est pas un premier venu. Ing.RobertDeslandes
CENT QUATRE VINGTS (Variets On lui attribue I'honne"ur d'avoir t la Por-a t-aPrince- 2 o" -
--:Bourbon, Arabica etCaturra):. -he^ -^^ -Pr-u
orbo, Arabica etCatura; ville ouvrire de l'inoubliable Festival iet 1976 Mme. VictorGabriel
de Dakar. Auteur de films, il aurait ne Carmen Lavaud
Les soixante deux plates-bandes ont galement crit Avec lesPhniciens la :ans le cadre du nouveau pln 3 ao
une m enne de ENT SIXANTE poursuite du soleil, sur la route de Ilor et quinquenal, il est prvu-la cration de
une moyenne de CENT SOul/XANTE de l'tain." .Eco.es normales t
QUINZE PLANTULES chacune. De plus, e T. trois Ecoles normales et diffrents Mme. Lonie Lubrisse
on compte VINGT QUATRE MILLE seminaires pdagogiques pour permettre ler. aout
TROIS CENT CINQUANTE NEUF la prparation de plus de CINQ MILLE
POTS. PROFESSEURS en mesure de travailler Mme. Dieudonn Thybulle.
AVIS contre I'analphabtisme qui constitue un ne Caroline Lajoie
Sur les cinq Hectares, un demi hectare LA UNICO PUBLISHING vritable obstacle au Dveloppement. ler. aout
est plant en bananiers comme abri COMPANY
provisoire. Le Programme PPC se ralise AVISE LES ECRIVAINS Melle Fernande Lamothe
par I'IHPCADE en collaboration avec le ET PUBLICISTES HAITIENS Aprs diffrentes tables rondes tenues 29juillet
B.C.A. E ULCSE ATIENA Damien entre les techniciens de ce
U'ELLE SE TIENT A Dpartement et L'UNICEF il a t dcid Ptuel Pierre-Charles
LEUR DISPOSITION
POUR TOUS TRAVAUX d'organiser deux sminaires I'automne 31 juillet
POUR TOUS TRAVAUX decette anne
de cette anne.
D'IMPRESSIONS. Mme. Danissa Dessalines
i POUR TOUS ne Adlise Bertrand
RESEIGNEMENTS ler. aoit
S'ADRESSER AU JOURNAL Le premier runira Damien les
professeurs des Ecoles Normales de David Delatour
TOURISME ET DEVELOPPEMENT UNITE Damien, Milot et Marfranc et le second 3 aot
250 normaliens diploms des Ecoles de la
Rpublique. Wilbert Nelson
Suite dela page 5 2aoit
En effet, paralllement aux hbtels, aux devant tre excut par la CONADEP
"Guest Houses", aux shops touristiques... prvoient en priorit: Ing. Robert Deslandes
qui se multiplient dans le pays, des 2 aot
dizaines de "factories" s'implantent, les
programmes d'enseignement primaire, 1) L'Agriculture
secondaire et suprieur se modernisent, 2) Infrastructures industrielles decen- E M I
tralises- LES EMISSIONS
de nouvelles coles fonctionnent, le tralisees.
programme d'alphabtisation touche un 3) Education et formation profession-
nombre croissant d'adultes, 'des nelle. f=T TrlT l AT TT '99
dispositions sont prises pour amliorer Nous sommes-seulement persuads .PITITE- CAILLE,2
notre agriculture. Notre pays est donc en qu'ji faudra accorder une importance
instance d'entrer dans l're du croissante la technique, de la bonne
dveloppement intgr et nous croyons volont, qu'un idal de progrs gnralis
n'avoir aucune raison de craindre que le anime chaque Haitien, et encore que nous
tourisme c onstitue un goulot sachions poser les problmes et ayons le Chaquevendredisoirde 8 h30 I h 30 sur les ondes de
d'tranglement pour les autres secteurs de sens des problmes, comme I'a enseign WBNX (1080 KHz A.M.( Soyez done a lcoute pour des
dveloppement. CLAUDE BERNARD. II faudra, aussi, programmes d choix.
carter toute passion, surtout intresse,
D'ailleurs les options politiques du qui reprsente I'un des obstacles
gouvernement sont claires. En effet, les pistmologiques dnoncs avec force-par
objectifs du plan quinquenal 1976-1981 GASTON BACHELARD.
6 UNIT.15Aout 1976







"LE COEUR DU PROBLEME"

Dr. Jean Durc.
II n'y a pas longtemps, nous avions exprim Entre-temps, les 22 et 23 juin derniers, le Kaunda, a dja exprim I'opinion que le
notre inquitude -celle de tous les peuples secrtaire d'Etat amricain, M. Henry peuple africain affrontera la violence de
pris de libert et de justice- devant la Kissinger, a eu des entretiens, en Bavire, avec I'APARTHEID par la violence.
situation en cette rgion de I'Afrique ou les le premier ministre sud-africain, M. John
masses noires sont littralement crases par Vorster. A noter que M. Kissinger a, jusqu' Quant a M. Kissinger, un homme
les gouvernements des minorits blanches. prsent, soigneusement evit de rencontrer le obstinment raliste et optimiste, il a
Nous avions galement exprim une premier ministre rhodsien, M. lan Smith, clairement indique que les gouvernements
satisfaction prudente quant la prise de alors que la situation est de beaucoup plus majoritaires (domines par les noirs) en
position amricaine vis-a-vis des rgimes explosive en Rhodsie. Afrique australe ne seraient pas "at hand"
racistes de I'Afrique australe, et aussi quant d'ici quelques annes. Autrement dit, ses
au role actif que Washington se dclare prt Interrog sur le risque que le "petit deux jours de tte-a-tte avec M. Vorster
jouer pour aider "une volution pacifique" sommet" bavarois soit msinterprt, comme n'ont pas t entirement fructueux. Tout
des choses. quoi, aux yeux de Washington, M. Vorster juste si le premier ministre sud-africain a
serait rnoins "nasty" que son homologue reconnu I'extrme gravite de la situation dont
Peut-on vraiment parler d'volution rhodsien (alors qu'en fait, ils sont deux la responsabilit, selon lui, est a mettre au
pacifique, quand le processus de la violence frres siamois), M. Kissinger a rpondu que sa compte de quelques "mcrants
est dj dclench? En tmoignent les rencontre avec M. Vorster ne constitue communistes" et non sa politique odieuse.
rcentes meutes dans les "townships" de nullement une approbation (ce dont M. Comment qualifier pareil aveuglement?
Johannesburg et de Prtoria, la plus srieuse Vorster se moque magistralement). Nous
confrontation, dit-on, dont la Rplublique regrettons, devait-il ajouter, que cette M. Kissinger a dclar qu'il a pos des
Sud-Africaine a t le thtre depuis entrevue ait lieu dans de telles circonstances jalons pour I'avenir, convaincu que le temps
I'institution de I'apartheid (la sparation (tandis que les enfants noirs tombent sous les fera son oeuvre. "une solution en Afrique
lgale des races): des coliers noirs ont bailes assassines de la police). L'objet de cette australe, a dit le secrtaire d'Etat, doit
manifest en signe de protestation contre la rencontre est de contribuer une volution toujours prendre en ligne de compte les
rintroduction de I'afrikaans ("la langue des pacifique des problmes de l'Afrique australe minorits (qui dirait le contraire?). Le
esclaves") dns I'enseignement. Bilan; environ qui devrait permettre toutes les problme est de savoir s'il est possible. de
deux cents morts, 1.128 blesss, des communauts de la region de vivre ensemble commencer une volution en Afrique australe
arrestations massives, pertes de biens dans le respect de la dignit des uns et des avec des garanties suffisantes pour les
matriels. autres. Nous sommes fortement opposs la minorits. C'est la le coeur du problme".
sparation lgale des races telle qu'elle existe II semblerait,',toutefois, que le "coeur du
On n'a pas besoin de chercher midi en Afrique du Sud (le secrtaire d'Etat eut problme" soit ailleurs. Plus fondamentale
quatorze heures pour expliquer cette mieux fait de dire que, en principe, nous (donc plus urgente) que la question des
eruption. L'diteur du "World", quotidien sommes fortement opposs TOUTE forme garanties assurer aux minorites et nous
pour Africains, crit: "Les enfants noirs de discrimination raciale, lgale ou autrement sommes d'emble en faveur de ces garanties -
identifient la langue "afrikaans" avec institutionalise) et la violence avec laquelle est la grande question de savoir jusqu' quel
I'indignit de leurs parents. lis ont brl les les meutes de la semaine dernire ont t point les puissances occidentales qui ont
constructions de I'homme blanc. lis ont rprimes". pactis et pactisent encore (plus discrtement
lapid tout homme blanc en vue". Le sans doute) avec les rgimes racistes de
prsident de la "Black People's Convention", Des dclarations, pour sr. Mais o est-on I'Afrique australe sont prtes sacrifier leurs
M. Rachidi, explique le problme en ces exactement? Difficile dire. M. William propres intrts conomiques dans la rgion
termes: "Le problme de la langue symbolise Schaufele, secrtaire d'Etat adjoint charg des (richesses colossales accumules sur le dos de
le rejet par les jeunes de beaucoup d'autres affaires africaines, a t dpch auprs des I'homme ngre de Johannesburg, de Prtoria
choses. lis rejettent le systme, les valeurs et leaders noirs plus proccups par la situation et de Salisbury). jusqu', quel point,
les normes imposes par les Blancs. Les en Afrique australe pour les :informer des disons-nous, elles sont prtes renoncer a
gamins (sic)_ comprennent que leurs patents "rsultats" du colloque, plus probablement lexploitation de I'homme noir pourla Cause
sont lis au systme alors qu'eux-mmes y pour les exhorter la patience. Rappelons, en de la Justice et de la Paix. C'est la,
demeurent allergiques". passant, -que le Prsident zambien, M. croyons-nous, le coeur du probleme.





TOURS DE MADAME
SMHE L.M.ICHEL
BEN'S RECORD CENTER -StCame et St. Damien
8 TRACKS, CASSETTES AND NEEDLES Sme ettD e
Dimanche 26 septembre
ALL PE RECORDS: Depart: 6 h.30 AM. Retour le soir.
AMERICAN, HAITIAN, 33 NO. BROADWAY
FRENCH. SPANISH & REGGAES NYACK, N. Y. 10960 Donation: $10.00

Chute du Niagara Vierge Noire de Pologne

l IS w10 LET IBNDS Vendredi 27 aout au Dimanche 29 aout. Dimanche 3 Octobre
lN N'T L I' NDS i Dpart: 8 h. AM. Dpart: 6h.30 AM Retour: le soir
DRIVE DRUNK. \
S0Donation: $05.00 Donation: $10.00

Holy Land, Waterbury StAntoine Fermeture
-- Dimanche 12 Septembre
1f .Depart: 6 h.30 Retour: le soir Dimanche 31 octobre
SUBSCRIPTION COUPON Dpart: 6h.30 AM. Retour: le soir
Donation: $10.00
Name:---------------------------- Donation: $8.00
Addresse:-------------------- ----- --- - ......... ......
ity:---P-tate---uipr tous renseignements supplmentaires adressez vous
City: State. Zip supplmentaires,
; directement aux TOURS DE MADAME MICHEL. .
Enclosed is check or money order for $ -------- dire a TOURS DE MADAME MICHEL.
for One year/Six months subscription to UNITE. tlphone: (212) 771-7689
S(One Year: $10.00 Six months: $6.00).


UNITE 1'5 Aout 1976 -11 7
UNITE 15 Aout 1976
7






LA MEDFORD DAILY MERCURY DU
MASSACHUSETTS SIGNALE LE,
SUCCES DE NOTRE JEUNE
R -ES UN E W.m COMPATRIOTE MARC PARAISON
DANS L'INTERPRETATION DE "THE
MUSIC MAN".
LA CONVENTION DES TEMOINS DE NATIONS UNIES- AOUT 1976 MUSC MA
JEHOVAH A LONG ISLAND CITY NEW YORK A en croire les journaux de plus d'une
localit, les jeunes haitiens qui
A leur "Assembly Hall" de Long Island Aux Nations-Unies a New York, s'est frquentent les "High Schools"
City, les tmoins de Jhovah dont les ouverte le 2 aot 1976, la cinquime amricains et pour qui l'anglaisseraitune
adeptes dans le monde se comptent par session de la troisime confrence des lanque secondaire, excellent dans plus
millions, ont tenu du 29 juillet au ler. Nations Unies sur le Droit de la Mer. d'un domaine.
aout, une importante convention
groupant notamment les membres Cette session qui runit plus de deux Le MEDFORD DAILY MERCURY,
d'expression franaise. mille dlgus des differents tats quotidien qui parait Medford, dans le
membres, est I'une des plus importantes Massachusetts, depuis 1880, dans une de
De la Guadeloupe, de la Martinique, de de la Confrence dont le hut est d'tablir ses rcentes livraisons, vient d'en donner
France et du Canada, ils taient venus; une convention sur les droits et les la reuve, par la publiaton, en premire
quant ceux d'Haiti, la majorit disons devoirsdes gouvernements sur 70 o/o de la page, de la photo de notre ieune
le, lis se comptaient par milliers. lis superficie de notre plante qui est compatriote Marc Paroison, fils de notre
eurent trois longs jours avec un recouverte d'eau et dans lesquels se ami Herman Paraison et son pouse
programme des plus varis: chants, trouvent des richesses insoupconnes, Georgette, encadr de Rosine Bertocci e
reprsentations dramatiques, discours mines, poissons, etc. de Claire Hartigan, les trois ayant
dont les plus remarquables ont t ceux remport un succs fou dans leur
de Monsieur Timothue rGalfas II, e hAcesttoccionerle ouvemnemnt remporti un succes fou dans leur
de Monsieur Timothe -Galfas II, A cette occasion, le gouvernement interprtation de la pice musicale
s'attaquant, comme toujours, des haitien s'est fait reprsenter par une intitule "The Music Man" presente par
problmes d'actualit auxquels font face dlgation compose de l'Ambassadeur leur "High School", la "St. Raphael.s
les chrtiens. II a.parl du mariage, des A I e x a n d r e V e r r e t School" de River City.
droits et devoirs des poux, du Reprsentant-Permanent-Adjoint d'Haiti
comportement du mari, de I'obissance prs des Natons Unies, Prsident de la Aux compliments du journal du
de la femme, de leurs responsabilits dlgation, Monsieur Serge Elie Charles, Massachusetts, nous ajoutons les notres
rciproques vis--vis des enfants. On peut Ministre-Conseiller-juridique, Monsieur que nous tendons aussi aux parents de
ne pas tre entirement d'accord avec Herv Michel, Ministre-Conseiller et Marc Paraison.
I'ensemble de la doctrine de cette secte Monsieur Alix Charlmers, Premier
populaire, mais on doit recomnaitre que Secrtaire la Mission Permanente d'Haiti
pour I'haitien dbarqu New York sans auprs des Nations-Unies. POUR UN CENTRE CULTUREL
culture biblique pralable, elle aura fait HAITIEN
un grand bien en I'intgrant dans une La session se cl6turera le 17 septembre
socit dpoville de superstition en lui prochain et aura dure un mois et demi.
offrant une atmosphre o il peut Le CONSEIL DE L'UNION HAITIENNE
pratiquer la tolrance, la comprhension DE L NION
et I'amour tout en dveloppant chez lui, (The Haitian Unity Council, Inc.) am-
sur le plan pratique, le sens de- nagera enson local ENTRE C LTU-
I'organisation et !'esprjt d'initiative, trats REL enevue de la promotion de Fhritage
caracteristiques de I'amricain. culturel haitien. Le CENTRE se propose
de maintenir en permanence une exposi-
LES JEUX OLYVMPIQ UES tion d'art, d'artisanat et une bibliothque
ET LEUR HSTRE qui pourra tre visite tous les jours par le
HISTOIRE LE SAVIEZ-VOUS OU L'AVEZ-VOUS OUBLIE? public et particulirement ceux qui s'int-

Comme la philosophie, I'histoire et la THOMAS JEFFERSON ET LE CHIFFRE "3" ressent a Haiti. L'exposition comprendra
dmocratie, c'est en Grce comme on le outres les tableaux et sculptures d'artistes
sait, que naquirent les Jeux Olympiques. II est n le 13 Avril 1743 3me enfant haitiens, des photographies montrant des
Grande fete patriotique et religieuse, on a de ses parents 3me de sa famille a port vues du pays, des articles de notre petite
eu la premiere manifestation a Athenes, le prnom de Thomas II crivit la industrie et de notre artisanat. Nous comp-
aux environs de I'an 776 avant Jsus Dclaration d'lndpendance des USA tons aussi pouvoir maintenir une biblio-
Christ. Les- comptitions devaient
cepnant ces-ser pou dongs sviclest I'ge de 33 ans fut le 3me thque et une discothque haitienne.
depuis 'an 394 apros le Chris o commissaire et le 3eme membre du Pour aboutir a la concrtisation de ce
I'empereur romain Thodore en suspendit Cabinet de Washington le 3me projet, nous demandons tous les mem-
la pratique. On doit au Baron Pierre de Prsident de la Socit Philosophique bres de notre communaut et nos compa-
Coubertin d'avoif repris ces jeux Amricaine Le 3me Ambassadeur triotes en Haiti, de bien voloir y contribuer
Athenes vers 1896, en leur donnant une Amricain en France e sa mission dura 3 en nous faisant parvenir soit un ouvrage,
forme moderne. Seulement 13 pays y ans En 1796 il perdit les lections un isque, unean magntique, unobjet
participaient I'poque. Et depuis, la prsidentielles par 3 votes, mais fut lu en d'artou un artbande agnetique,sun objet
torche toujours allume sur les bords de 1800 3me prsident des USA.- II mourut dartou unartcle de notre ind tstrie locale.
la mer Ege a t apportee aux quatre a I'age de 83 ans... Les noms de tous ceux qui auront contri-
coins du monde. bu la ralisation de notre CENTRE sous
une forme quelconque seront publis rgu-
C'est le tour, cette anne, de Montral, lirement dans otre journal UNIT A
au Canada, baptise "La Terre des lierement dans notre journal UNITE. A
Hommes" d'inaugurer avec la cette fin, nous avons imprim le coupon ci-
participation de 117 pays, prs de 9,000 dessous qui peut tre utilis pour nous
athltes, des jeux executs autre fois "en faire parvenir votre contribution.
I'honneur des dieux, pour exalter la vie et
rendre hommage la.beaut". COUPON SPECIAL DE DON AU CEN-
TRE CULTUREL HAITIEN
Je dsire contribuer
au CENTRE CULTUREL HAITIEN et d-
sire qu'il soit maintenu convenablement et
que je puisse en tre fier.
J'accepte a ce que mon nom soit plac
sur la liste des donateurs et qui sera pu-
blie rgulirement sur le journal UNITE,
V OI T organe du Conseil de L'Union Haitienne.
Nom:
VOUS A UNITE ______
Adresse:
UNITE 15 Aout 1976
UNITE 15 Aout 1976








IN MEMORIAM
VARIETES UNITE ..o



PRINCE HALL

SPar Edouard H. Perpignand


Pre de la Franc-Majonnerie Noire



On signale gnralment le rble des Eglises dans les mouvements prcdant
l'mancipation des noirs aux Etats-Unis et l'on crit tres peu, quoique beaucoup reste a e ue g e haiti
dire, sur celui de la Franc-Maconnerie: les papiers d'un Henry Williamson, archives Hommage a une grande haitienne
volumineuses, dposs a Schomberg Librairy, au coeur de Harlem, fourmillent de Mme. Lina Pierre-Pierre, ne Leblanc
renseignments sur l'action rvolutionnaire des Franc-Maqons d'Europe, d'Amrique et
des Antilles contre l'esclavage d'abord, puis la discrimination racile aux Etats-Unis. La mort, la faucheuse inexorable, s'est
abattue dans la matine du vendredi 6 aot
En attendant de revenir sur la question avec un luxe de dtails, il nous plait d'voquer sur I'aine de la famille Leblanc, Lina, veuve
pour les lecteurs d'UNITE la silhouette du pionnier de la Franc-Magonnerie Noire: Prince Pierre-Pierre.
Hall.:
Mere de 13 enfants et grand'mre de 44
Fils d'un colon anglais et d'une I'Histoire des Noirs -de la Nouvelle petits enfants, son profile de marbre fig dans
mulatresse, Prince Hall naquit Amrique se produisit... La Grande Loge la dignit de la mort a plong sa famille dans
Bridgetown, Barbade le 12 septembre Mre d'Angleterre octoya Prince Hall le deuil.
1748. Dix-sept ans plus tard, en 1765, il une Charte lui permettant d'ouvrir avec
migra Boston o il vcut jusqu' la fin ses 14 frres-macons la "LOGE C'tait un cri de surprise mel de douleur.
de sesJours. AFRICAINE No. 459". En effet, rentre a New York il n'y a pas
Des son arrive dans cette ville, il deux semaines, bien ferme pour ses 72 ans,
s'adonna diffrentes activits dont celle Hall avait support avec enthousiasme elle a suivi avec toute sa foi et son intelligence
de fabricant de savon durant la journe les rvolutionnaires durant leur bataille la Convention des Femmes qui s'est tenue
tout en tudiant la Thologie le soir. avec les anglais pour I'Egalit, la Justice et en' cette ville.
Cat antillais devint I'achvement de la Libert. II s'enrola dans I'Arme
ses tudes 'un des Pasteurs de I'Eglise Continentale, combattit aux co6ts de Mme. Pierre-Pierre tait une adorable mre
Mthodiste de Boston. De. fabricant de. George Washington Bunker Hill ll fut de famille. On ne peut sousestimer ses peines
savon, ii passa a la profession d'agent parmi ls -leaders qui portrent Hanckok dans I'accomplissement de sa tache
immebilier et aussit6t qu'il put,s'inscrire et Washington accepter des noirs libres d'ducatrice de ses enfantsi Pas de roses sans
et ere admis comme lecteur qualifi, et des esclaves dans les rangs de l'Arme pines. Grce a Dieu, ces derniers ont pu faire
Prince Hall fut le leader incontest des Rvolutionaire. Mais ii devait bientot leur chemin dans la vie. Ses joies furent
noirs libres du Massachussets. raliser que 1776-et 1779 ne furent des grandes quand, chaque anne, -elle rentrait
Le 6 mars 1775, il fut le premier Noir victoires que pour les blancs, car les noirs visiter ceux de New York et du Canada.
en Amrique tre initi dans I'Ordre de ne bnficiaient d'aucune libert la
la Franc-Maconnerie. Aprs lui, 14 autres fondation de la Rpublique Etoile. Mme. Pierre-Pierre a beaucoup voyag et
congnres furent recus dans une loge de Prince Hall fut aussi I'un des plus son dernier plrinage a t Rome, la ville
I'Arme fonctionnant sous I'obdience de ardents abolitionnistes. II remit nombre ternelle.
la Grande Loge d'Angleterre. de ptitions I'Assemble du
Aprs avoir essay sans succs d'tre Massachussets en faveur de l'abolition de Point n'est besoin de vous parler de sa
accept dans les loges tenues par les I'esclavage et I'amlioration de la magnanimit, de son esprit d'entr'aide social
blancs aprs I'lndpendance et se voir condition des noirs. II prconisa qui n'ont d'gal que sa mensutude. Elle a
refuser la permission d'tablir une loge I'ouverture d'coles pour les noirs et en laissl son empreinte dans les cercles
pour ses frres de race noire, Hall se 1796 le gouvernement du Macchachussets littraires et mondains dont elle faisait partie
tourna vers la Grande Bretagne. pour couronner les efforts riteres de Hall et a t I'une des principales animatrices.
C'est ainsi que le 29 septembre 1784, permit que les premires institutions pour ferente catholique et un
I'un des plus grands vnements de I'ducation des noirs nuvrent leurs portes. La defunte, fervente catholique et un
exemple de vertu toute sa vie, fut marque
d'une charit remarquable. Elle s'en est alle
LA HUM A N RIG HTS DE L'ETAT -' toute joyeuse, au milieu de la fte, tout en
terminant ses oeuvres de bienfaisance. Que
DE NEW YO RK son ame repose dans la paix du Seigneur.
En cette douleureuse circonstance, nous
(SES ATRIBUTIO NS) prsentons nos condolances les plus mues a:
M. & Mme. Rodriguez et enfants, Vve.
Le New York Times du mercredi 11 en loiremanieen aot 1975 est confie pour Yolande Sambour et enfants, Mme.
cours ayant signal des cas de son excution, une division dite: Marie-Marthe Pierre-Pierre et enfants, M. et
discrimination, des lecteurs, devant la HUMAN RIGHTS DIVISION oprant au Mme. Woolly Pierre Jacques et enfants, M. et
carence d'une litterature crite en francais niveau fdral, au niveau de la ville (city), Mme. Claude Moise et enfants, M. et Mme.
et en espagnol, nous ont demand de et de l'Etat. Ernst Pierre-Pierre et enfants, M. & Mme.
dfinir succintement les attributions de la- Raymon Girault et famille, M. et Mme.
Commission des "Human Rights". L'Etat de New York compte, outre Menes Pierre-Pierre et famille, M. et Mme.
I'administration centrale: (2 World Trade Marc Pierre-Pierre et enfants, M. et Mme.
II faudrait remonter 1938 pour en Center, New York, N.Y.) 13 bureaux Serge Pierre-Pierre et enfants, Me et Mme.
trouver I'origine dans la Section 1 de la regionaux. La loi compte des sections Yves Pierre-Pierre et enfants, Melle. Maude
Constitution de I'Etat de New York, allant du No. 290 au No. 301. La section Pierre-Pierre, M. et MIme. Grald Armand et
stipulant que: Tous ceux qui resident dont la violation engendre gnralment enfants, M. et Mme. Pierre Frdrique et
dans I'Etat de New York ont droit une des plaintes, est la 296 et la procdure, la famille, Mme. Luce Nazaire et famille, Mme.
gale protection des lois. Personne ne marche suivre est explique la section Georgette Pierre-Louis et famille, La famille
peut etre priv de ses droits civils, ne peut 297 d'un livret distribu titre gracieux. Drosiers, M. et Mme. Emmanuel Frdrique
tre victime d'aucune discrimination, et enfants, Mme. Marcelle Frederique et
(traitement injuste), en raison de sa La Section 296 (alina a) stipule enfants.
couleur, de sa race, ses croyances, sa propos des employeurs:... qu'il sera
religion ou sa nationalit d'origine. Cette Suitepagell JEF.-
UNITE 15 Aout 1976 9
91 : .,:, ; *:.. : .* ., : 1 1 1 : *:******* , ^ 1






JACK ANDERSON INVITE A VISITER HAITI- LETTRE DE L'AMBASSADEUR

D'HAITI A WASHINGTON A L'EDITEUR DU WASHINGTON POST


Washington, le 6 aout 1976 aussi converser dans le Pays avec des techniciens qualifis qui lui auraient donn
volontiers des informations sur les programmes en cours pour le reboisement, la
Cher Monsieur le Directeur, rgnration cafire, la production de riz, la plantation de canne a sucre, le
dveloppement intgr de plus de rrente petites rgions agricoles etc. La tache
Etant depuis longtemps un fidle lecteur de la colonne de Jacques Anderson, entreprise est immnse c'est "un travail d'enfer" comme On dit en Amrique, et
J'ai lu avec tonnement sa srie d'articles sur Haitipresentant dans le numero du le jeune Prsident consacre toute ses nergies et ressources atteindre les buts
3 aout du Washington Post "Une vue du c6te Sombre d'Haiti" et dans l'dition fixs en vue de meilleures conditions d'existence et de travail pour le peuple de
du 4 aout un apercu de ce qu'il appelle "Luxe amricain et pauvret haitienne". l'arrire pays qui en aucune fagon "se sent opprim".

Mon tonnement vient du fait que j'ai toujours considr Mr. Anderson Si les coutumes vestimentaires des paysans ne sontpas aujourdTYui adquates,
comme un rdacteur lucide capable non seulement de rapporter de purs faits, elles s'amlioreront avec le temps, mais la solution inmdiate ne saurait etre de
mais aussi de les interprter en tenant compte de leur contexte historique et permettre l'importation dans le pays de vetements uss qui ne rpondentpas au
chronologique et de les prsenter sous un jour appropri. standard sanitaire intemational et dont la qualit blesse, a la base, 1'orgueil
haitien.
I1 semble que Mr. Anderson a pris & leur valeur faciale quelques observations
pices, superficielles, contradictoires et triques faites par un jeune et De nombreuses contradictions pourraient tre releves dans le second article
excentrique reporteur errant Hal Bernton qu'il avait envoy en Haiti dans un but qui critique tous les concepts et procdures des programmes de AID. Tout ceci
louable. aurait pu tre vit si le reporteur errant de Mr. Anderson s'tait donn la peine
de converser avec les officiels de AID. lis lui auraient certainement donn
Dans tous les cas Mr. Bernton sans faire de description spcifique, implique des informations pertinentes sur le programme limit commenc en Haiti il y a
qu'Haiti a un cot brillant et est considr comme un paradis par les nombreux seulement trois ans mais excut avec efficience par des techniciens amricains
touristes qui sentent que les gens sont gentils et que "l'atmosphre est chaude capables et dvous. Avec leurs homologues haitiens ils aident directement les
comme l'amour maternel". Mais quel pays, pour puissant et avanc qu'il soitn 'a paysans de l'arrire pays dans les domaines agricole et technique.
pas de cot sombre coirme les problmes des droits civils, les zones de pauvret
etde taudis, la criminalit etc? Cette msinterprtation souligne la ncessit et la convenance de promouvoir
Sdes visites rghlires de Parlementaires, d'Hommes d'Affaires, de Techniciens et
Haiti n'a jamais essay de cacher se pauvret. Au contraire en tant que premier de reporteurs qui pourraient non seulement voir et repporter les progrs des
pays n du tiers monde, il a toujours lutt pour secouer l'indiffrence des pays projets en cours et observer leur impact rel sur le pays, mais aussi auraient une
les plus dvelopps y compris de ceux situs a quelque pas, lesquels jusque opportunit de faire des suggestions etdes recommendations claires.
demierement se sentaient genis de regarder dans cette direction. Il est mme
ironique qu'Haiti demeure l'un des vingt cinq pays les plus pauvres du monde Sur cette base nous serons, heureux d'accueillir en Haiti a tout moment a
aprs avoir t compltement ocupp dumnt deux dcades (1915-1934) par lavenir Mr. Jack Anderson lui-mme.
les forces armes et la puissance financiere, conomique et technique du pays le
plus avanc du monde. Nous apprcierons grandement la fine courtoisie que vous nous rserverez en
portant le contenu intgral de cette lettre a l'attention des distingus lecteurs de
Mr. Bemton n'a pas tenue compte de ce contexte transcendental. Tandis qu'il votre important Joumal le Washington Post.
voyageait librement jusqu'aux points les plus reculs du pays il a manqu
d'observer les efforts actuellement raliss parle gouvernement du Prsident Hon. Mark J. MEAGHER Avec nos remerciements
Jean-Claude Duvalier pour paver les routes poussireuses et pour difier General Manager and Editor TRADUCTION)
!'infrastructure ncessaire a un dveloppement .onomique mndene. T aurait pu The Washington Post Georges Salomn
Washington, D.C. Ambassadeur d'Haiti

DEBATS SUR LE: CREOLE

Cambria Heights, le 29 juin 1975 II est incroyable de penser b la manire dont les discussions se sont, tout a
coup, enchaines pour aboutir aux reprsentations thatrales des comdies
Moncher Jef, croles sur la scne christophienne. D'ailleurs, je ne puis pas me dfaire de l'ide
que Christophe pense -a t aborbe par l'implantation du Crole dans son
Je ne suis qu'un profane en matire d'histoire haitienne. royaume comme une langue a part entire avec l'anglais ou le franqais. Cela me
Maii-s, en tant que lecteur curieux et vieux bretteur, ayant un coin de l'oeil remplit d'une joie infinie et moustille, de ce pas, mon orgeuil et ma fiert
ouvertsurla richesse intellectuelle dupatrimoine ancestral, je me permets de vous nationale. Si pour Christophe, la vengeance tait le mobile dominant,pour les
signaler, au fil de mes lectures, un vnement historique qui me fait sourire et me membres de sa cour, tout comme pour moi, c'tait une belle opportunit visant,
rejouit. malgr tout, la vulgarisation du crole en langue nationale.

Point n'est besoin de vous dire que le rappel de certains faits nationaux sont Je dduis donc, a la manire profane, que Christophe est l'toile qui brille a
ncessaire a son intelligence. l'aurore du crole moderne. On ne parle que de crole pouse la ferveur de la foi,
dans les proses, chansons, posies, musiques, commdies et drames. Tout lui
Oyez plutt: la mort de Dessalines dont l'epope s'est malheureusement consacre la valeur linguistique comme qui dirait, un accus qui tait sur la
t i d selette, bnficiaire d.'un acquittement, Son inculpation tait simplement
achevee par la drame du Pont-Rouge, a dbouch sur la division du sol natal en selette, bnficaire dun acquittement. Son inculpation tait simplement
deux camps, si ce n'est trois. Trois militaires de toutpremier plan ont occup la parcequ'il tait le parl d'une population dont les membres taient considrs
scne politique d'alors: comme des rebuts de l'humanit l'poque de l'esclavage.
Henry Christophe, Alexandre Ption et Andr Rigaud. Le premier est devenu Maintenant le crole veille l'attention, attire tous les regards et devient une
Roi de la partie Nord, le deuxime Prsident de la Partie Ouest et le troisime a vedette nationale. Ceci, sans crainte d'tre dmenti, costitue une preuve
conserv son commandement du Sud. Aprs la mort de ce dernier, le Sud s'est evidente de ses relles qualits.
Joint a l'Ouest.
t Mais, une question:
Des tr'ois, seul Christophe retient mont attention, pour avoir t le personnage
central du phnomne historique qui va suivre. Christophe pensait-il vraiment se servir du crole en lieu etplace du francaus?

N a la Grenade, territoire britanique, Christophe caressait l'espoir de rompre Les historiens ont la parole Je crois qu'ils pourront clairer ma lanteme avec
avec la France en vue de jouer le pion de la perfide Albion. un peu de chance et dissiper mes doutes.

Cela peut aisment se concevoir car Christophe venaitjustement de souffrir de Recevez, mon cher Jef, mes salutations empresses.
I'esprit coloniste francais et n'avait sa pure intention de faire prdominer la
culture anglaise sur la culture frangaise. Elie Leblanc

En effet pour la cristalisation de son esprance, Christophe a rendu la langue Brooklyn, le 25 juillet 1976
anglaise obligatoire a son cole du Cap etplac deux anglais a son Collge royal.
Qui plus est, avait mme envisag une immigration noire amricaine dans son Mon cher Leblanc,
royaume.
Ta lettre en date du 29 juin co leut ma meilleure attention. En effet, le
A cel, rien encore d'tonnant. Mais alors, ds que m'est tomb sous les yeux sujet est trs intressant, il est a l'ordre du jour et beaucoup d'eau a pass sous
le passage a savoir que Christophe faisait reprsenter, sur le thatre de son les ponts.
royaume, des comdies croles crites par les membres de sa cour, alors
seulement, j'prouve dans mon coeur la morsure de la suprprise. Pench comme je suis depuis quelques Itemps sur les tudes varies, ajoutes a
I'ensemble de mes recherches artistiques, je n'ai, a la vrit, gure le temps pour
Minute intense. J'ai cess ma lecture, perdu dans mes penses. C'tait une approfondir le sujet et te trouver une rponse satisfaisante.
rvlation extraordinaire a laquelte je ne puis rester insensible. Je m'en fais des
gorges chaudes tant je m'en vante et m'en glorifie! Jusqu'a prsent je reste a I est vrai que l'artiste d'aujourd'hui doit 9tre'a la hauteur des vnements de
ruminer la pense a-savoir que l'iafluence et la comprehension du crole taient,
a ce point, grandes pour parvenir d une telle concrtisation. Suitepage 14
10 UNITE 15 Aout 1976









NOUVELLESINTERNATIONALES



La Associated Press informe dsespre" contre le Kenya Philippines Monsieur Fernando emporta 41 pcheurs et nageurs rsultats des prochaines lections
de Tgucigalpa, Honduras le 26 profre par le Marchal Idi E. Marcos d'avoir "tu" la vers la cote Pacifique du Japon prsidentielles des Etats-Unis. Ce
juillet 1976 que les ministres des Amin Dada, prsident vie de Constitution des Philippines. d'aprls le bureau de la police fonctionnaire amricain du nom
Affaires Etrangres du I'Ouganda dans deux nationale qui ajouta que 13 de Arthur Hamel, rcemment
Guatmala et du Costa-Rica tlgrammes adresss le Dans une dclaration qu'il fit autres personnes ont t portes nomm assistant du Scrtaire
proposeront une runion dimanche 25 juillet I'O.N.U. et devant le tribunal militaire, tant disparues. C'est le 13me. d'Etat pour les questions du Sud
immdiate entre les Chefs d'Etat I'O.U.A. constitue une accus de meurtre et de cyclone de I'anne qui a dvast Est asiatique et du Pacifique, est
du Honduras et de El Salvador, nouvelle et inquitante tape subversion, Aquilino accusa aussi les iles japonaises situes au sud arriv Bangkok, le samedi 7
en vue d'tablir une paix dans la dgradation des relations le Prsident Marcos de se servir d'Okinawa avec desvents de 108 aout 1976 pour une visite de
dfinitive entre les deux pays. entre deux pays membres de la de laloi martiale pour accumuler milles a I'heur. trois jours.
communaut de 1'Afrique de des richesses fantastiques et un
Cette proposition qui sera I'Est. pouvoir snas controle. La Associated Press informe
prsente au Prsident du de Tokyo que le 9 aot 1976, un La Associated Press, dans une
Salvador Don Arturo Armando Le marchal-prsident a Aquilino, ag de 43 ans, fut le fort tremblement de terre se fit dpche date du 9 aot informe
Molina a t dvoile aprs une affirm dans ses deux principal rival de Marcos au sentir a Pkin, aprs le rcent de New Delhi que, dsapoint par
entrevue qui eut lieu le 25 juillet tlgrammes que I'Ouganda ne cours des dernires lections seisme qui causa nombre de I'apathie presque totale du
entre les trois ministres des dispose plus que d'une rserve de prsidentielles aux Philippines. II victimes dans cette ville. Les peuple indien, le leader de
affaires trangres et le Prsident cinq jours d'hydrocarbures, du fut aussi arrt a la mime services d'information de Pkin l'opposition Javapkash Narayan-a
du Honduras, Don Juan Alberto fait du quasi blocusconomique poque. A prsent, il refuse de ont rapport que la terre a dit, ce mime jour qu'il a peu
Melgar. impos son pays par le Kenya. rpondre aux charges portes trembl 6 heures 30, le matin d'espoir dans un retour aux
contre lui et dit qu'il ne prendra du 9 aot, et que les secousses normes dmocratiques dans
Les chanceliers de ces trois L'Ouganda accusait le Kenya aucune part la procdure. II est enregistres ont t les plus I'lnde, sous le gouvernement du
pays sont les garants du pacte de d'avoir aid Israel. Le Kenya s'en accus d'tre le chef d'un -fortes depuis le 28 juillet 1976. premier ministre Indira Gandhi.
San Jos tabli en 1970 dans le dfendait et qualifiat le Marchal groupement communiste aux
but de maintenir une zone de Amin de "plus grand dictateur Philippines, selon la dclaration Ce hros de I'indpendance,
scurit et de pacification entre de I'histoire moderne." du lieutenant-colonel Ju n Sison, A Bangkok en Thailand, selon ag de 73 ans, qui rside Patna,
les deux nations belligrantes du accusateur gnral auprs du les informations de I'Agence est arriv New Delhi cause de
Centre Amrique. Selon des informations tribunal o se fait le procs de A.P. du 9 aot, I'un des la mort d'un ami. II a dit qu'il
provenant de Jrusalem, le 3 Monsieru Aquino. assistants du secrtaire d'tat ferait une visite de courtoisie au
Sjuillet 1976, le gouvernement amricain Dr. Kessinger a dit au prsident indien Fakhrudin Ali
Selon -la mime agencl, au iillet 16, le gouvernement Selon des informations de premier ministre Semi Prowby le Ahmed et lui exprimerait son
Caire, en Egypte, le Prsident El lrel est en vd e dtablir des I'agence AP du 9 aot 1976, un mime jour que la politique des espoir d'une restauration de la
Sadate a lanc, le 26 juillet relations dipmatiques avec raz de mare provoqu par un Etats-Unis au Thailand et au Sud libert de la presse et des liberts
1976, un nouvel appel aux pays l'spagne et le Portugal. cyclone venant du sud du Japon, Est -asiatique dpendra des civiques.
ptroliers arabes en vue d'aider
I'Egyp surmteer ses Un porte parole du ministre
difficults conomiques. : t d' srael a -- "lte de la age9
dit que- son pays applaudit une LAt-HUMAN RIGHTS
Dans un discours qu'il dclaration du premier ministre
prononca I'llniversit portugais savoir que le Portugal
d'pleandria le chef de I'at eratpret tablirdes lens avec considr comme illgal de la part de tout "Human Rights Commission" I'an dernier
yptien a dclar due le Israiel. employeur, agence autorise, de refuser dans deux cas bien prcis.:
gyptien a dcar que le Israed'accorder une promotion, voire de
renflouement de I'conomie du
pays ncessitait environ douze Les sources diplomatiques rvoquer un employ cause de sa race, Miss Yvonne Y. Brown travaillantdans
milliards de dollars pour les cinq font savoir que des dmarches couleur, religion, croyance sexe, ou une bibliothique Queens se vit refuse
prochaines annes. II reprocha sont en cours entre I'Espagne et nationalit d'origine; aussi est-il considr la "tenure" (nomination permanente
aux quatre pays arabes Israel en vue de I'tablissement comme ilegal, toute manoeuvre apres 3 ans). Ayantsouis son cas la
contribuant au fonds commun des relations diplomatiques. Un empechant que d'quitables "Division of Human Rights" accusant ses
pour I'aide I'Egypte de n'avoir indice sensible a t la visite faite compensations soient consenties aux employeurs de racism e Commissaire de
consacr que deux milliards de rcemment en Israel par Don victimes des pratiques discriminatoires. I'Etat (State Commissioner) ordonna e la
dollars d'assistance pour ces cinq Luis Caronel del Palma, bibliothque de reprendre Miss Brown en
annes. Le Prsident Sadate a gouverneur de la Banque On adresse des laints la "Human versant tous les appoements dont
voqu les dificults d'Espagne. Rights Commission", lorsq'on a des 'ui versant tous les appointements dont
voqu les difficults spagneproblmes pour se faire admettre une elle aurait t privs depuissa rvocation.
conomiques de I'Egypte et a fonction ou emploi disponible ou pour Un autre cas, celui de Carmela Perillo
aussi parl de I'agitation D'aprs la United Press bnficier d'une promotion merite, ou (une blanche), victime de pratiques
estudiantine qui a clat dans International, informant de Fort lorsqu'on rencontre des difficults dont la discriminatoires de la part d patrons
certaines universits gyptiennes Lauderdale Fla., le 3 aot 1976, race, la couleur, ou la nationalit noirs. Elle en sortit, d'ordre du meme
au cours des dernires annes en I'athlte sovitique Sergei d'origine en aurait t la principale cause. State Commissioner, duement
accusant le Colonel Kadhafi, Nerntsanowmay qui participa recompense comme le veut la loi. Dans
chef d'tat libyen d'tre aux comptitions des Jeux EFFICACITE DE LA "HUMAN RIGHTS les cas signals par le quotidien "The New
'origine de ces agitations. Olympiques de Montral, le mois York Times" et qui nous touchent de
dernier, aurait dsert le camp On a eu une preuve de I'fficacit de la prs, nous attendons le mot de la Loi.
"Le fou de la Libye, a dclar sovitique par amour pour une
le Prsident Sadate, se dit un jeune fille qu'il aurait rencontr Cgz-l01 --i
disciple de Nasser. Qu'il le soit, a Fort Lauderdale. TRANSPORT INTER-MODAL CORPORATION
cela ne me drange nullement."
La mime agence de presse Transports rguliers vers Transport priodique vers tout autre-
Le chef d'tat gyptien a rapporte qu'un marchand de Haiti, Martinique et Guadeloupe pays du monde par mer ou par air.
ensuite accus I'Union fleurs qui servait d'interprete
Sovitique et la Syrie de aux nageurs sovitiques et qui a Spcialistes en embarquement de bagages Emballage dans caisses en bois i claire-voie
I'accuser lui-mime d'avoir dvi prtendu itre I'ami de l'athlte., effets personnels, et dans des containers en acier.
de la voie nassrinne et a en cause, a dclar qu'il connait mobilier de maison, automobiles.
raffirm son allgeance aux la fille mais qu'il ne pense pas Notre service est de porte a porte.;
principes de son prelcesseur. qu'il serait bon d'en parler.
Et, pour conclure, il a dclar NEW YORK 2460 Lemoine Avenue NEW JERSEY
qu'il n'y aura pas de guerre sans 212 Ft.LEE, N.J. 07024 201
I'Egypte, ni de paix sans elle, au Selon la United Press 964-4541 461-2913
Proche-Orient. International Manille, -5 Beekman St.
Monsieur Benigno Aquilino Jr., New York, N.Y. 10038
En Afrique, selon I'Agence un leader politique qui a t en Membre de la Chambre de Commerce francaise
France Presse du 27 juillet 1976, prison pendant 4 ansa accus le aux Etats-Unis
la menace d'une "action 3 aot 1976, le prsident des-
UNITE 15 Aout 1976








ENGLISH SECTION




EDITORIAL PERCY E. SUTTON
_______ AND RUEBEN J. PATTON IN HAITI

For some time now, we have observed that
most social, national, religious or other
organizations are promoting a new spirit of
cooperation through which they expect to
achieve their objectives.
Ecumenism, consortiums, federations and
coalitions have sprung from almost every
sector of our religious, economic or social
communities.

We, of UNITE and the HAITIAN UNITY
COUNCIL have, since our beginning,
understood the importance of this attitude
comprised of mutual understanding,
solidarity, assitance and cooperation and the
necessity to have a common ideal and cause.
In short, to be united.
We have, therefore, chosen as a gathering
point what constitutes the synthesis and the
very essence of aur national heritage about
which there cannot be any hesitation or
compromising: The Mother-land, its history,
its heroes, its cultural heritage and its
ethnicity.
It is also in this spirit of cooperation that
we responded to an invitation of the founders
of the FEDERATION OF
LATIN-AMERICAN ORGANIZATIONS OF
QUEENS and have decided to join the .
organization with all our enthusiasm.. We
understood that for all the reasons, often
referred to, that the language, the geopolitical e.
and historical contexts represent, it should be
to our advantage to broaden the base of our
diaspora by its association with the other
sister countries of Latin America with which
we have so much in common.
This new association, however, does not in
any way limit us to the bounderies of
"latinity". We remain equally committed to The Hon. Percy E. Sutton, Mr Rueben J. Patton and
cooperation to the Caribbean and African President J.C. Duvalier.
causes which are also ours.
(Translation from the French of an article which appeared in the front page of the
Consequently, at this crossroad of our Haitian daily newspaper Le Nouveau Monde on Wednesday August 4th, 976.)
destiny, we invite our compatriots to
continue their support and cooperation to
this cause in view of a more meaningful, more Last Thursday July 29th, two prominent American personalities disembarked at
efficient and more productive Haitian Francois Duvalier International Airport. They were Mr. Percy E. Sutton, Borough
presence within the new FEDERATION, in President of Manhattan, N.Y. and Mr. Reubin J. Patton, former mayor of Harlem, N.Y.
accord with our national motto: "IN UNITY
THERE IS STRENGTH". They came to Port-au-Prince to meet His Excellency the President for life of the
Republic and pay hommage and at the same time express their desire to improve
cooperation in many fields between the Black American community and the people of
Haiti, especially in the economic sector and the development of tourism.
Mr. Patton soon plans to invite Black American businessmen to visit Haiti with a view
of facilitating their prospecting of the market and to induce them to participate in the
various economic development projects with an eye towards promoting business with the
United-States.
Mr. Sutton, on his part, promissed the Haitian Head of State that he will try to get
various North American organizations to hold their conventions in Haiti. Mr. Sutton who
had previously visited Haiti in 1969 expressed his agreable surprise to see how much
progress has been realized among which are the expansion of the road net work as well as
in the field of telecommunications. He also promissed the president all his assistance in
making sure that the President's efforts are well publicized and understood by our
American bbod brothers.
Accompanied by Mr. Fritz Day, Deputy Director of ONTRP, these distinguished
personalitiesvent on Saturday July 31st, 1976 to Cap-Haitien where they were
welcomed by the Department's. Commanding Officer, Lt. Colonel Raoul Remy, his
assistant Major Antoine Charles and the Director of the Tourist Board in that city, Mr.
Gerard Snchez. During their stay, they also visited Milot, the Sans-Souci Palace and the
Cormier Beach where a breakfast was held in the honor of these illustrious guests. -
12 U..NITE 15 Aout 1976








ENGLISH SECTION




THE HA ITIA NS Domingue with the obvious aim of converting as many people as possible. We
find, therefore, a situation wherein the Africans, with their varied religious
beliefs, were -subjected to the doctrinal monotheistics and dogmatic pressures of
PROFILE OF A COMMUNITY the Christian clergy.
*_, __ ____- The teachings of the missionaries made a deep impact on the religious
by 1,ouis A. BRUN consciousness of the population. Large numbers of Africans converted to
Christianity while others retained tieir traditional beliefs, but convenientlently
We continue our publication of excerpts from the book "THE HAITIANS adopted a large measure of Christianity. The incorporation of traditional
Profile of a Community" by our editor, Louis A. Brun, which we began with our religious practices and elements of Christianity form what is today, known as
issUe of July 31 st, 1976. Haitian Voodoo, a primitive religion, mixing African and Christian concepts and
liturgy.
THE HA ITIA N HERITA E The great majority of Haitians, in various degrees, practice Voodoo asa
religion. Virtually all of the rural population practice Voodoo. The urban lower
To understand the peopleof Haiti atoe or abroad, it is neessary t class also pratice or believe in Voodoo. The middle and upper class, while openly
To understand the people of Haiti, at home or abroad, it is necessary to affirmi their allen t ritany are drel inl i Voodo
review the history of the country itself affirming their allegiance to Christianity, are discretely involved in Voodoo.
review te history of the ountry itself. While about 90 o/o ofall Haitians practice Voodoo as a religion to some
When Columbus landed in Haiti en 1492, the island of Hispaniola (1) was degree, there are manymoder Haitians who re aware of Voodoo only as social
inhabited by Arawaks Indians. The original Indians were quietly annhihilated and cultural factors in their country. There have been and are serious and
and replaced by black slaves captured from the regions of Guinea, Angola, suacesul effors by Cristian clergy in Haiti, predominantly the Protestant
Dahomey, the Congo, the Sudan.and other western coastal regions of Africal.e efforts by Chrstian clergy Hait predomiantly the Protestan
The Indians were destroyed by hard labor and their stage of bondage on the denominations, to eradicate the practice of Voodoo. Almost all the Christian
The Indians were destroyed by hard labor and their stage of bondage on the faiths are represented in Haiti and many of the faithful have chosen Christianity
plantations established by the invading Europeans. They were not accustomed to faiths are rereinted .
hard work or captivity as they always lived free in their natural environments. as their onl religion.
Unlike the cultural influence Indians had in Central and South America, the Most eople outside ofaiti erroneously think of oodoo as thepractice of
original Indian inahbitants of Haiti had no significant impact on the ensuing black magi. Primarily, it is a religion in which the participant worships hisemany
*peoples of the island. The only legacy left by the Indians consists of a limited loas" (2) by offering prayers, songs, dances, and sometimes animal sacrifices.
number of words used in the Haitian vernacular and a few artifacts. Voodoo is not a cult existing to cast bad or evil spirit on someone's enemy, to
Haitians have therefore, mainly inherited the culture of the African regions stick pins in dolls or any of the other dubious activities attributed to it. Even
Haitiana bave therefore, mainly inherited the culture of tbe African regions whhat is sometimes considered black magic in Voodoo is nothing more than the
from which their ancestors were taken. The slaves at the time of their capture, at is o ime considered black magic inVodoo is nothing more than the
spoke their own dialects, practiced their own religions, and were largely unaware practice of rudimentay medicine or healing.
of the cultures of the Old World. Most significanly the structure of Voodoo as a somewhat secretorganization
At the beginning, the population consisted of people of European background where only the initiated could participate played an important role in -the
and extraction, mostiy French nationals, aind the mass of African blacksaves. goundwork leading to the general uprising of the people of Haiti against French
and extraction, mostly French ntionals, and the mass of African black slaves. .-:domination. Jean Fouchard expand. onthis ,role:" ":...the secret Voodoo rites.
The clss situation inTheColony as then a racial one. In time, racial andm toe n th
The rclass situation in The Colony was then a racial one. In time, racial and ..provided a truly effective way of action, facilitated meetings where decisions
cultural differences between the groups became more complex with the addition were made, allowed the establishmentof ae ntwork of communications between
of some new social and economic ingredients. The cultural, social, economic and the various shops and created an atmosphere of panic favorableto the spreading
racial-realities which could be eeasily defined at the beginning became fuzzy and o f the revolt. While the clergy ias using the Christian religion and the threat of
could no longer withstand arigid caasificationi. &;e: ternal damnation for those slaves who were escping, the Voodo priests were
-The European white masters, i view of tbe distances separating their selling charms to protect the dodgers ad wrd-off bad-luk in eir escapes"(3)
countries fromthe colony and the limited number of women of their own race It. is interesting to read -in thhe OFFICIAL BULLETIN OF SAINT
living on the island, took blaok concubines for their sexual satisfaction. The DOMINGUE, January 28, 1971, this communication which further illustrates
mixing of the races became so widespread that the population of Haiti could no the role of Voodoo in the organization of the Haitian Revolution.
longer be classified in only two categories: White and Black. New classifying
words such as "quarterons", "mulattoes" and the "affrancriis" who where- "EXCERPT FROM THE REGISTER OF DELIBERATIONS OF THE
former slaves who had acquired or bought their freedom, appeared in the COMMISSION APPOINTED BY THE FRENCH GOVERNMENT OF THE
vocabulary. WINWARD IS.
For many reasons, the offspring of the white msters and their black
concubines often received special consideration within the colony's social
structure. Many were sent to France for their education, and they generally lived "The Commission having been informed that some gatherings kown as
in better economic and social conditions than the rest of the population in the established a nuously takeslace pite of theirprohiiton by the duly
colony. At the same time, many remained slaves with no differential treatment. estalisheties;
Haitians, therefore, constitute a people of composite heritage. Defining their "Considering that the so-called DANCE appears to have for its real purpose to
personality, Haitian intellectuals often use the word "NEGRITUDE" to qualify entertain the participants in some subversive ideas not tolerable under a
their consciousness and their pride in the cultural and physical aspects of their republican government;
African heritage. However, their "ngritude" while stressing their link to Africa
-ecognizes that the predominently French European influence is also very strong "Considering that some people, not worthy of trust, under the excuse of some
and permanent. apparently innocent entertaitment, have taken advantage of the good faith of
The indigenous cultural expression in the fields of the plastic arts, music, those citizens whoparticipate withoutany bad intentions;
dancing and folklore is a fascinating and captivating blend of predominently "Considering that the so-called Vodoo dance is also contrary to the morals,
African and Latin influences. In America, it is interesting to find this heritage the republican institutions, the decency and even the good health of the
further enhanced by the absorption of some typical manifestations of the participants in the scandalous scenes; that some terrible oaths, in the
Anglo-Saxon society. The American taste for the spectacular, for example, has accomplishment of which public safety can be endangered, are taken at the
considerably influenced the production of stage shows and folklore dances when hands of those who preside al these orgies which are as frightening as ridiculous
performed by Haitian dance and theatre companies. In the same way, American and hich 'are usually followed by prostitution; that these infamies are
professionalism changed the approach of Haitians to athletics and the arts which, performed in full view of young people, even children, that they are not
at one point, were almost totally in the amateur stage. The same observation ashamed to admit to such disgusting andpericious exhibitions contrary to their
holds true in business and the trades where we count an ever increasing number good upbringing;
of Haitian entrepreneurs and professionals. "The Commission has resolved and adopted the following:
Specific areas where both African and European cultures left their indelebile Art. 1 The gatherings known as Voodoo dances are strictly prohibited.
imprint on the character and personality of the people Qf Haiti will be further
developed in what follows. Art. 2 Any citizen found participating in this kind of dance will be arrested
and sentenced to one month in prison.
VOO AN CIA N ITY Art. 3 Those persons who will allow their homes to be used for such gatherings
VO O DO O A ND CHRISTIA NITY and those who will preside will be arrested and sentenced to three monts in
prison and wil have to pay a penalty of one hundred pounds.
Religion is one of the main factors to be evaluated in the analysis of the Art. 4 The civilian and military authorities of the Colony are asked to enforce
Haitian cultural heritage as it exists today. the present decree both in the cities and the countryside.
Most of the Europeans living in colonial Haiti were Christian. This was a "The present decree will be published and sent to all the civilian and military
militant period for Christianity when missionaries preached the Gospel of Christ authorities, transcribed in the records of the administrative bodies and posted
throughout the world. wherever theneed may be.
There were several Christian priests and missionaires in the colony of Saint Continued on page 14
UNITE 15 out 1976 13


-, -*- '








ENGLISH SECTION


THE HAITIANS PROFILE OF A COMMUNITY
Continued from page 13

"Given in the Cape, this first of Frimaire, fifth year of the FrenchRepublic, Haitians, responsive to the mystical and the supernatural, have often been
one and indivisible. Signed in the minutes: Leblanc, president, Sonthonax, manipulated by the religious denominations which operate in Haiti. The
Raimond commissioners, Pascal secretary general". (4). numerous superstitions inherent in the cult ofVoodoo and other faiths have not
Historians, unanimously, recognized the famous "Crmonie du Bois Caiman" -always aided the spiritual and political advancement of the people. However,
which took place on August 13, 1801 on the "Habitatioi Lenormand de Mazy" they must be considered in any study of Haiti and its people, because they are
as the spark which set the fire to the Haitian Revolution. This ceremony intrinsic in the make-up of the great majority or the population.
was convened and held under the auspices of well-known Voodoo priests who
were some of the most prominent leaders in the liberation movement of Haiti. A (1) Name give to the island by Haiti by Columbus in 1492.
fugitive slave by the name of Boukman was the leading personality who
dominated this historical event. (2) Voodoo gods, the most popular are Damballa, Erzulie, Legba and Baron
Throughout Haiti's. history, Voodoo has exerted a significant influence on Samedi.
most meaningful events in the political life of the country. The late Dr. Frangois
Dnvalier maintained his power as president of Haiti, from 1957 until his death in (3) LES MARRONS DE LA LIBERTE by Jean Fouchard.
1971, by masterfully using the "oungans" and the "boors" (5) who have a
strong influence on the-people in their role of spiritual leader, witch doctor, (4) Translated from French
healer, and counselor on domestic and political problemns. (5) Oungans and Bocors are the names for Voodoo priests


IN A LETTER TO MR. MARK J. MEAGHER, EDITOR OF THE WASHINGTON
POST AMBASSADOR GEORGES SALOMON INVITES JACK ANDERSON

TO VISIT HAITI

August 6, 1976 He could have talked also to qualified technicians in the country who would
gladly have given him information on currentprograms for reforestration, coffee
Dear Editor regeneration, rice production, sugar cane plantation, integrated development in
more than thirty small regions and so on. The task undertaken is inmense; it is a
Being a long time devoted reader of Jack Anderson's columns, 1 read with "hell of a job" as they say in America, and the young Presidentdedicates all his
amazement his series of articles on Haiti presenting in the August 3 issue or the energy and resources to reach the established goalsfor better living and working
Washington Post "A view of the Dark Side of Haiti" and i the August 4 edition, conditions forpeople in the hinterland which in no way "feel oppressed".
an overview of "American Luxury and Haitian Poverty".
S- If the clothing habits of the peasants are not adequate today, it will certainly
My amazement came from the fact that I alwa0 s cosidaed Mr. Anderson-as a improve with .time but the solution is not by permitting entry from abroad .f
lucid columnist capable not only to report some mere facts,but also to inte rret wo out co h oes n repon
them taking into account the historical and chronological bdekground of thse onroan woe qaity urtsbasicHaitian pride
facts, and to present them under appropriate light. "
-Many contradictions could be found in the second article which criticizes the -
It seems that Mr. Anderson took at their face value some spicy, superficial, whole concept and procedures of AID programs. All that couldbe avoided if Mr.
contradictory and narrow observations by a young and colorful roving reporter Anderson's roving reporter had taken time to talk to AID officials. They could
Hal Benmton, he sent to Haiti for some sound purposes. certainly have given him accurate information on the scope of this limited
program initiated only three years ago in Haiti but executed with efficiency by
Anyway Mr. Bernton implied without specific description that Haiti has a able and devoted American technicians. With their Haitian conterparts.they help
bright side and is considered a paradise by numerous tourists who feel people directly the peasants of the hinterland in agricultural and technicial fields.
there are nice and the "air is warm as mother love ". But what country whatever
mighity and advanced has no dark side, like civil rights problems, poverty or slum The misguided information underline the necessity and convenience to
areas, crime and so on?? promote on a regular basis visits by Congressmen, Businessmen, Technicians and
Reporters who could, not only see and report the projects in progress and
Haiti never tried to hide its poverty. On the contrary as the first country born observe their real impact in the country, but also have an opportunity to make
in the third world, it always fought to shake the indifference of the most enlighten suggestions or recommendations.
developed countries including those at, its doorstep, which until recently felt t a t
uneasy to look in that direction. It is even ironic that Haiti remains one of the On that basis we will be glad to welcome in Haiti at any time-n the future.Mr.
25 poorest countries of the World after having been fully:occupied during two Jack Anderson himself.
decades (1915-1934) by the armed, financial, economical, technological forces
of the most advanced country of the world. We wold greatly appreciate your fine courtesy by taking the whole content of
this letter to the attention of the distinguished readers of youroutstandingpaper
Mr. Bemton failed to take this transcendental background into account. While THE WASHINGTOnpost.
travelling freely to the most remote parts of the conttry, he failed to see the
efforts actually made by the Governmfent of President Jean Claude Duvalier to Hon. Mark J. MEAGHER-- Gratefully yours,
pave dusty roads and build infrastructural conditions for moder economic General Manager and-Editor
development. The Washington Post Georges Salonon
Washihgton, D.C. -Ambassador of Haiti

AUTOUR DU CREOLE....... Si.te de la page 10

son poque; il doit etre umbu de toutes les disciplines intellectuelles, LEA .KKOYE, rien n'a chang. Je vais donc demander l1'diteur du jourmql
notamment l'histoire. L'art devient comme tu vois de plus en plus exigeant, UNITE, en tant qu' organe progressiste, d'avoir l'amabilit de publier ta lettre
Je ne suis, pas un historien, encore moins un partisan acharn du crole, ainsi que la mienne avec l'espoir que des historiens surgiront pour effacer ton
mais je me demande cependant, si ce n'est pasune fausse querelle de vouloir ou doute.
de ne pas vouloir accepter le crole en lieu et place du frangais. Je pense qu'il
est plus que temps, aprs 172 ans d'indpendance, que les linguistes et Esprant te lire bientt sur le sujet Crole qui semble te passioner je te
pdagogues haitiens jouent carte sur table, qu'ils se dterminent sans hypocrisie, prie de recevoir, mon cher Loulou, I expression de mes meilleurs sentiments.
sans chapatoire, sans exhaltation, ayant seulement Dieu pour tmoin, en vue
d'apporter une rponse claire d tout un peuple azyme, dans un contexte oi une Cordialmente,
rvolution n'est plus possi le, car de LA FAMILLE DES PITITES CAILLE a Jef.





ABONNEZZVOUS A UNITE
14 ,UNITE15Aout 976
_______ ____*__n








SECCION EN ESPAOL










"LA UNION


HACE LA FUERZA"


Por: El Latinoses de la



La Junta Directiva de la Federacion Latinoamericana de Queens.
pparecen en la grafica : Sr Luis A. aoendez, Vice-Presidentea
MannrSaletma Jr., Coordinador GeneralSra. Arcelis Duran,
Vice-Presidente lLouis A. Brun, Presidente y Gernando Gainza,
Secretario General de la Federacion. s
El nitulo de este reportaje ha sido leyes del Estado de Nueva York y de la comienzan un programa de trabaio con y la Federacin en particular.
conocido desde principio dela historia de Constitucin de los Estados-Unidos. emiras de dar a conocer esta poderosa Los lpderes de la comunidad
nuestro mundo y en muchas El 4 de juirio de este ao 1976 en que fuerza hasta ahora dormida y participan latinoamericana de Queens representan
oportunidades se ha puesto en prctica esta gran nacin cumple 200 aos de su. en distintas actividades. La prensa aproximadamente 400,000 personas
losreresultados han sido de triunfos y independencia, se reunen todos s deres consciente de esta fuerza empieza a oriundas de Cuba,Repblica Dominicana,
grandes logros. y dejan fundada la FEDERACION DE hacerse eco y cubre como gran noticia Hait, Ecuador, Honduras, Colombia,
aUnion hace a ueaI N S T 1 T U-cC 1 0 N E S que es, la formacin de la Federacin y Per y dems pases hermanos que han
Teniendo en cuenta que las iversas LATINOAMERICANAS DE QUEENS, se sus prosito. Se hace n mitin blio venido a esta gran nacin en busc de








con su legitima aspiraci6n de luchar y reconocimiento de la que con justicia Y como por la seora Gladys Prez, nuestros conciudadanos seguirt
pinstituciones atinoamericanas radicadas aprueban los estatuto las oregirn, yse donde asisten lo dirigentes de las 32en tantas oportunidades de superain y
en Queens constituyen un baluartue e decide a elegir unai rectva, con carct er q organizaciones que la componen y donde progreso como lasqueaqu existen, perao
progreso y:pp n osperodad pero l que alc provisional que llevara y ccabo las importantes pronunciamientos saon ten la mayor de los casos estas
mismo tiempo, e evidente que caa recen de letamas aspiraciones de cada grupo que hechos por su presidente, el seor Louis aspiraciones encuentran grandes
una organizain fuerte y poderosa, con vla integran. A. Brue n de origen hatiano, su obstculos iqe les -impide verlas
representacin oficial, que defienda sus evice-presidente la seora Araceelis Durn realizadas.
intereses dndole efectividad a la consigna La Federacin no tiene el propsito de su coordinador general el el seor Manny
"La Unin hace la Fuerza", surge la contraer conflicto ni oposicin, rivalidad Saleta. Importantes declaraciones a la El Dr. Fernando Gainza, lder y
FEDERACION DE INSTDTUCIONES u hostilidad para conseguir el total prensa asistente fueron dadaspor el seor organizador por naturaleza, realiza que
LATINOAMERICANAS DE QUEENS" cumplimiento de las leyes, el Gainza, secretario-general y fundador as "sin presentar una fuerza poderosa,
con su legtima aspiracin de luchar y reconcimientode de la que con justicia y como por la seora Gladys Prez, nuestros conciudadanos seguirn
protestar cuando sea el caso -, en forma razn le pertenece a las minoras hispanas, directora de actividades especiales. enfrentando tods los obstculos sin
organizada y disciplinada porque se por el contrario, su autoridad y poder que vencer ninguno", se pone en contacto con
respeten los derechos de la comunidad emana de lo individual y colectivo ser El Martes 10 de Agosto, a la 1:00 otros lderes de la comunidad
hispana integrada en cada una de las respaldada en todo momento por el PM. los seores Brun, Saleta y Mndez latinoamericana de Queens y con la
diferentes instituciones para salvaguardar dilogo prudente, por la conciliacin y fueron invitados de la seorita1 Majif cooperacin eficiente del dominicano
el bien comn con espritu de servicio entendimiento. Hernndez en su programa de televisin, Many Saleta, Jr. los reunen por
pblico. canal 11 de la WPIX en Nueva York, nacionalidades y les hacen ver la gran
Desde el mismo instante de su donde se explicaron asuntos de gran necesidad de UNION y se crea la
Esta se registra debidamente bajo las formacin, los lderes de la Federaci5n importancia para la comunidad en general Federacin.



Ou hace de Talleres

Gficos P ianamericanos

la ms comolela deIlas i Prenilas

hispanas en los Estados Unidos?



ARTE
CAMARA
MONTAJE
PRENSAS
CORTE Y PLEGADO
TALLERES G OAF lUS No Ot,
NOS ESPECIALIZAMOS EN: C1, 0 T
Resisto, Carteles Cartas LosG IsLnwo coy.
Perldicos Boletines Sobres Ny. 11101
Folletuo Mens Etiquotas TELEFONO
Unos trenta miembros de la Organizacion que fueron presentes Alan ....q.. Tarjta Cubiertas
a la reunion al aire libre, con motivo de la inauguracion de la Proatea Libros Calilogo,
Fedemrcion Latinoamericana de Queens, el lunes 2 de Agosto
pasado.
UNITE 15 AOUT 1976 1 25
,3




DEUX ASPECTS DE LA PARTICIPATION HAITIENNE
AUX FETES DU 4 JUILLET 1976 A NEW YORK












Photo M. Kernizan. Kenel Archer excuatnt "La Dansedes Araigndes



"UNITE





THE -LA SS Io 707 U GE




Canal Street Station NEW YORK N.Y.
i CELEBRATE
M aur lers ondea de l W.H.d.i.u M.a059





THETIME VALUE MATERI.AL


16 : UNITE August 15,1976
-. -:* *I. .. [ ',.' .._ ;




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs