• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Principal
 Principal: Editorial
 Principal continued
 Principal: Echos d'Haiti
 Principal: Varietes-Unite
 Principal: Nouvelles Internati...
 Principal: Literature Haitienn...
 Principal: English Section
 Principal continued






Group Title: Unite
Title: Unité
ALL VOLUMES CITATION ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072338/00001
 Material Information
Title: Unité
Uniform Title: Unité (Brooklyn, N.Y.)
Physical Description: v. : ill. ; 28-38 cm.
Language: French
Creator: Haitian Unity Council
Publisher: Haitian Unity Council
Place of Publication: B'klyn N.Y
Publication Date: 1975-1979
Frequency: biweekly
regular
 Subjects
Subject: Haitian Americans -- Periodicals   ( lcsh )
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Additional Physical Form: Available on microfilm from the State Historical Society of Wisconsin.
Language: Text in French, English and Spanish.
Dates or Sequential Designation: Vol. 1, no. 1 (May 1975)-v. 4, no. 10 (Jan. 15, 1979).
General Note: Aug. 1975-, published in: New York.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072338
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 10253459

Table of Contents
    Principal
        Page 1
        Page 2
    Principal: Editorial
        Page 3
    Principal continued
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Principal: Echos d'Haiti
        Page 15
        Page 16
    Principal: Varietes-Unite
        Page 17
    Principal: Nouvelles Internationales
        Page 18
    Principal: Literature Haitienne
        Page 19
        Page 20
    Principal: English Section
        Page 21
        Page 22
        Page 23
    Principal continued
        Page 24
Full Text


8 ------- ----
*.. . . . .
French

English

VOLUIME I le numro
Numero 22
JULY4,1976 UN POUR TOU TOUS POUR UN 25
THE HAITIAN-AMERICAN NEWSPAPER WITH THE MOST COMPREHENSIVE
COVERAGE OF DEVELOPMENTS IN OUR COMMUNITY AND IN HAITI.
Published by THE HAITIAN UNITY COUNCIL, INC.


Ha pyBirthday
mTerica.


















'.1V *
Sf~~~:f''f;-~:j/o r~ /,zzt




~Or:':tzz~: ..zSS' Li'~:~5:::~;








INDEX TOUT LE MONDE DEVRAIT SAVOIR QUE


R. M. B. TRAVEL
Page de Robert Brutus
Editorial Fran9cais .................... 3 agence de voyage Haitienne
Chaque jour c'est fte chez nous ......... 3 ,
Lesvolontaires d'Haiti et 'lndpendance la plus experimentee
Amricaine........................... 4
Toussaint Louverturesauva I'lndpendance SE TIENT AU SERVICE DE LA
Amricaine.i ........................ 5
Jn-BaptistP Pointe du Sable ............. 5 COMMUNAUTE HAITIENNE
Nos Hros........... ............. 6
Les Antilles et la Revolution AU
Americaine (Alexander Hamilton) ........ 7
Patrimoine Historique des USA .......... 8
Propos d'Education ................. 14 60 East 42nd Street (Room 1366)
Echos d'Haiti ....................... 15 Lincoln Building
Varits-Unit ..................... 17 (Juste a cote du CONSULAT D'HAITI)
Nouvelles Internationales ............. 18
Littrature Haitienne ................ 19 DE 9 HEURES A.M. A 6 EURES P.M.
English Rection ...... ................ 21
TELEPHONE (212) 490-1890
1.- TICKETS AU MEME PRIX QUE LA AMERICAN AIRLINES
2.- SERVICES GRATUITS
Bulletin d'Abonnement 3.- SERVICE DE VISA ET PASSEPORT
4.- CARTES DE CREDIT ACCEPTEES ,
esse_____UN SEUL COUP DETELEPHONE A

Ville, Etat et Zip code. R.M.B. TRAVEL
Pour six mois: $ 6.00 (Affranchissement lre.classe)
Pour un an: $10.00(Affranchissement lre.clase) ET' VOYAGEZ SANS PROBLEMES
Etranger, tous pays:
Six mois: $10.00 (Affranchissement lre. classe) BONUS SPECIAL
Un an: $18.00 (Affranchissement lre.classe)
R.M.B. Travel offre a tous ses clients une soiree gratuite a Cabane
Abonnement payable d'avance par chque Choucoune en Haiti.
ou mandat bancaire 1'ordre de UNIT.


ABONNEZ
POUR PLACER UNE ANNONCE,
APPELEZ LE NUMERO: V E
(212)343-8195

Notre journal avise ses lecteurs que tous
ceux qui dsirent placer une annonce so- MENORA'S BEAUTY SALON
ciale telle naissance, baptme, mariage, d- Specialising in: Hair weaving, Relaxers,
cs, "graduation", etc. peuvent nous l'en- Hair coloring etc. UT
voyer pour tre publie sans frais. Pour les 796 FranklirfAve, Brklyn Ph: 773-8389
annonces commerciales, hous vous don-
nons ci-aprs notre tarif d'insertion: .-- -..--- -- .-----T. pl
trois lignes- une ertion.......$ 6.00 The Haitian-American newspaper publish-
trois lignes une insertion ........$ 6.00 ed by the HAITIAN UNITY COUNCIL,
ed by the HAI~ UNM COUNCIL
plus de 3 lignes une insertion$1.00 aditio- bl- INC.
nel par ligne. is A BRUN
quart de page .......une insertion$ 40.00 JACQUELINE'SEMERALD Edit
demie page..........une insertion$ 75.00 BEAUTY SALON
Page entire........ une insertion$150.00 1822 Nostrand Ave (nr. AveD) Staff Rose L. Michel
Un tarif spcial, discuter, est applicable Broky. N.Y. 11226 Phs: BU Arleig ag
S2-2200 346-0659 BU4-9754. Arleigl Magny
pour les annonces repetes._______ Staff photographer: Jacques Dupont.

2 UNITE, JAly 4,1976








EDITORIAL CHAQUE JOUR C'EST

FETE CHEZ NOUS
Pour nous autres haitiens et haitien-amricains, le LES PREMIERES COMMUNIONS ET LA FETE-DIEU
bicentennaire de I'independence des Etats-Unis revt LES PREMIERES COMMUNIONS ET LA FETEIEU
un caractre tout spcial. Par: Rose L. Michel'
Cette ..lbration se distingue pour nous de la
diaspora haitienne du fait de I'apport du peuple
haitien aux vnements qui ont conduit C' est I'poque des Trs tot, les diffrents floraison sont toujours au
I'indpendence des treize premires colonies et le communions solennelles ou groupements qui doivent y rendez-vous de la Fite-Dieu.
dveloppement des Etats-Unis dans ses actuelles premieres communions. La participer se mettent en branle Elles permettent de raliser, a
-proportions. crmonie a lieu chaque jeudi partir de I'Eglise pour mime le sol, de beaux tapis
Alors que la plupart des atios du mode aietou dimanche dans une paroisse occuper leur place respective, avec art.
contribuet continuent contribur la grandeur et diffrente. Ce sont les Confrries et leurs Les orchestres jouent des
contribu et continuent contribuerd la grandeuret banni res spciales, les marches processionnelles
a la prosprit des Etats-Unis, le rle d'Haiti dans le Dans les rues, c'est le dfil Terciaires de St. Francois, les alternant avec la rcitation du
droulement de I'histoire de cette nation a t des des fillettes en robes blanches, membres de la Sainte Famille chapelet, les chants et les
plus significatifet meme unique. plus souvent longues, souliers du Sacr-Coeur, de la cantiques. Chaque reposoir
Dans ce numro spcial consacr la clbration blancs, voile, couronne, gants Persevrance, des Enfants de avec sa chorale particulire
du 4 juillet, date anniversaire, de I'indpendence blancs, aumoniere au cot, des Marie, hommes et femmes; les acceuille le Saint-Sacrement
amricaine, deux de nos meilleurs historiens et garconnets avec des brassards coles congrganistes et laiques avec des chants de louanges
chercheurs ont contribu deux importants articles et aussi des groupes d'adultes. avec leurs groupes de tandis qu'une pluie de fleurs
tablissant d'une maniere irrfutable cette lis vont ou reviennent de communiants, diffrents corps lui est offerte en offrande par
contribution haitienne dont nous avons parle plus I'glise. Dans la maison c'est la de musique. Les fidles des fillettes habilles en petits
haut. Ces articles sont intituls: "LES rception occasionnelle, chants, n'appartiennant aucune anges, ranges des deux cots
VOLONTAIRES D'HAITI (SAINT DOMINGUE) ET cantiques, repas pantagruliques confrrie se placaient peu de I'alle, puisant dans leur
L'INDEPENDANCE AMERICAINE" par M. Gerard et o,aux invits, se joignent avant le dais. Les hommes en corbeille garnie. La crmonie
M. Laurent et "TOUSSAINT LOUVERTURE les "thionnels" que la masse compacte fermaient la se termine par la bndiction
SAUVA L'INDEPENDANCE AMERICAINE EN convenance, ce jour-l, marche derrire le Saint du Saint Sacrement en plein
1799" par M. Laurore St. Juste. demande qu'on ne leur fasse Sacrement avec quand meme air. Ceux qui ne suivaient pas
pas mauvaise mine. II y en quelques dames. la procession se massent aux
La position dela Rpublique d'Haiti vis--vis de la avait de ces derniers qui ne A I'heure fixe, la abords des reposoirs pour y
solidarit hmisphrique et plus particulirement dans rtaient jamais un banquet de procession se met en marche assister. La procession revenait
ses rapports d'amiti avec les Etats-Unis d'Amrique cette priode. et se droule travers les rues de I'Eglise sous des voles de
est un fait incontestable comme ont eu a le signaler pavosees. Sur tout le parcours cloches. La foule-au dehors,
d'une maniere non quivoque en 1944, M. Cordell Les jours suivants, on va indiqu 1'avance, les maisons visite les reposoirs pour les
Hull, Secrtaire d'Etat amricain et M. Nelson chez le photographe pour la sont dcores de guirlandes de admirer, les comparer; il y
Rockefeller, Coordinateur des Affaires photo souvenir que I'adulte feuillage, les fenitres et rgne une gaie animation.
Inter-Americaine dans leurs messages a-gouverement revoit -chaque fois avac balcons ont comme garniture
d'Haiti I'occasion dela clbration a St. Marc, Haiti motion. Puis- c'est le- des tentures, des garnitures de II y a quelques temps de
de I'anniversaire du dpart des Volontaires de St. plerinage dans les autres soie ou brodes. Le -Saint cela, la Grande Fte-Dieu
S Domingue .sous -le commandement du Comte ~glises et les visites chez les Sacrement dans son ostensoir runissait toutes les paroisses
So i e: Pr"ii irins et : m .iqes t i isptrtg aae d Cs re
d,'Estaing. (1). -parents, parrains et marraines. rtilant d'or protg par le de la Capitale. Les trois-quart
Nos ; traversonsu la solennit dais est port par Monseigneur de -la population de la ville
La commmoration du Bicentenaire nous offre de lAscensio n et de la I'Evque de reposoir en tait au rendez-vous de la
donc I'unique opportunit d'attirer I'attention du Pentecote pour arriver la reposoir difis pour la Cathdrale. Le dimanche ou le
grand public amricain et international sur ces faits Fete du Saint Sacrement, circonstance par des fidles jeudi suivant se rptait dans
peu -conus et pourtant tirs significatifs et appropris Fte-Dieu, avec sa procession avec des sujets diffrents. Les es autres paroisses la
se rapportant I'indpendance amricaine que nous traditionnelle ou I'on est ou fleurs pourpre du flamboyant p r o ces s i o n de .la
clbrons cette anne et dans laquelle les fils de la spectateur ou acteur. dont c'est I'poque de Petite-Fte-Dieu.
terre haitienne jourent un role tres important.


AVIS
(1) Les Textes des ces deux messages sont Ce pr Numro Spcial, queNSPORT INTER-MODAL CORPORATIO
Ce prsent Numero Spcial, que TRANsPoT TER-MODAL CORPORATOiN
reproduits dans ce numero pour I'edification de nos naus publians l'accasion du
lecteurs. Bicentennaire de la Rvolution
Amricaine, remplace nos Tr r
ditions des 30 Juin et 15 Juillet H aiMaprti riue et uelupe
1976. Notre prochain numro Haiti, Martinique et Guadeloupe
_/ sera publi le 30 Juillet
prochain. Transport priodique vers tout autre
pays du monde par mer ou par air.
LA DIRECTION. 1Spcialistes en embarquement de bagages
effets personnels,
mobilier de maison, automobiles.
LES ANNONCES AVIS Emballage dans caisses en bois a claire-voie
SM et dans des containers en acier.
C MERCIALES LA UNICO PUBLISHING A
COMPALNY Notre service est de porte a porte.
AVISE LES ECRIVAINS
TOUS CEUX QUI DESIRENT PLACER UNE ET PUBLICISTES HAITIENS NEW YORK 2460 Lemnine Avenue NEW JERSEY
ANNONCE PEUVENT LE FAIRE EN APPELANT QU'ELLE SE TIENT A 212 Ft.LEE, N.J. 07024 201
LE NUMERO (212)343-8195 OU ECRIRE LEUR DISPOSITION 9644541 461F2913
POUR TOUS TRAVAUX 461-29135 Beekman St.
DIRECTEMENT A L'EDITEUR DE UNITE. D'IMPRESSIONSA 5 Beekman St.0
D'iMPRESSION S. New York, N.Y. 10038
POUR TOUS
RESEIGNEMENTS .L Membre de la Chambre de Commerce francaise
S'ADRESSER AU JOURNAL aux Etats-Unis
UNITE

UNITE, .July 4,1976

e^e?~ ~ ~ ^ Y* .Ta ^






'CONTRIBUTION HAITIENNE AUX ETATS-UNIS

LES VOLONTAIRES D'HAITI ET soU E PLAN SOCIAL ET RELIGIEUX,

IUNDEPENDANCE AMERICAINE
Grard M. Laurent.
alliance putre I'appui:. moral et politique
qu'il lui fallait, un secours financier sous la
forme d'un emprunt qui arrivait a temps,
et surtout lIaide navale propre a desserrer
I'tau anglais, a forcer le blocus qui
I'asphyxiait.

Cette aide navale, si attendue des
Amricains, dissimulait la politique frangaise
plus intresse aux affaires commerciales
qu'a un sincere et profond engagement
militaire. Quelques bordes de boulets, des
captures de bateaux anglais, une randonne
Newport et Ne.w York, argument en
faveur du respect de I'accord; trahissaient
difficilement les visees commercales de la
France. A travers les lettres du Ministre de
la Marine et des Colonies et la lumire
des rapports sur les chiffres d'affaires, on
comprend mieux, avec le recul du temps,
que, parallllemen-t I'humanisme
dsintress d'un Lafayette et a lak H$t t Ph
sympathie marque pour' les amricains, se Un fervent catholique, n dans l'esclavage en Haiti,
developpait au niveau gouvernemental, Pierre Toussaint s'est signal par son dvouement a la
astucieuse, une diplomati oriente vers cause des deshrits et des malades. Un bel exemple
I'enrichissement de la France. de chant et de fraternit envers tous. 1 mourut a
New York ou ses restes reposent au Cimetire de
S Cette politique francaise si procupe du l'ancienne Eglise St-Patrick a Mulberry Street.
renflouement conomique du Gouvernement
semblait attacher pe, d'importance aux POUR UN CENTRE CULTUREL
graves consquences de I'alliance avec les
Amricains. Car Louis XVI dfenseur d'une HAITIEN
menarchie plusieurs fois sculaire, en
s'alliant aux Rpublicains de I'Amrique
s'engageait sur une pente dangereuse a un Le CO L DE L'U N
moment o la philosophie combattait la Le CONSEIL DE LUNION HAITIENNE
Jean-Bap tiste BELLEY dit MARS, colonel de la tradition, les moeurs et les principes de la (The Haitian Unity Council, Inc.) am-
tiens e a rae del'un des volontaires Monarchie absolue. Par cette alliance, a ce nagera en son local un CENTRE CULTU-
s ~p l B d S oint 'de vue tout a fait inconsidre, vu REL en vue de la promotion de I'hritage
I'tat d"esprit de la bourgeoisie, -le Roi
candidement mettait en cause la survie du culturel haitien. Le CENTRE se propose
La position gographique de la colonie rgime fodal. On ne doit pas .oublier, _par de maintenir en permanence une eposi-
de Saint-Domingue, aujourd'hui Rpublique ailleurs, que le pouvoir royal s'appuyait sur tion d'art, d'artisanat etune bibliothque
d'Haiti, a 600 milles de las Floride et la I'Eglise. Selon la croyance de !'poque,Louis qui poa tr visinte touslesju pl
situation physique de cette terre XVI tenait son pouvoir de Dieu et, avait
montagneuse, aux larges baies, son cologie, besoin de I'aide du Clerg pour I'exercer. public et particulirement ceux qui s'int-
la destinaient des rapports commerciaux Or I'autorit clricale etait menace ressent Haiti. L'exposition comprendra
troits avec les Etats-Unis d'Amrique. Sa d'effondrement par cette alliance signe outres les tableaux et sculptures d'artistes
qualit de colonie frangaise, a un moment avec les protestants. Enfin, comme pour haitiens, des photographies montrant des
ob les Amricains luttalent pour s'affranchir renforcer le paradoxe, les avantages
de la tutelle de I'Angleterre la prposait commerciaux que la France recherchait a vues du pays, des articles denotre petite
Sjouer un rble important dans I'hstoire travers 'alliance, entrainaient en industrieetdenotreartisanat. Nouscomp-
Amricaine tant sur le plan militaire que contre-partie la sape du rgime de tons aussi pouvoir maintenir une biblio-
sur le plan commercial. C'est pourquoi une I'exclusif. Depuis Colbert, la France,
histoire de I'lndpendance Amricaine adhrant au Pacte Colonial, prconisait thsque et une discothque haitienne.
d bouche sur les relations I'exploitation outrance des colonies par Pour aboutir a la concrtisation de ce
haitiano-americaines, sur I'apport des les Mtropoles. Or, en prtant main forte projet, nous demandons a tous les mem-
haitiens au peuple qui, marque par un aux amdnricains qui s'affranchissaient de la bres e notre commuau e os omp-
destin phors serie, cumula a une toutdetutelle mtropolitaine anglaise, le bresdenotrecommunautetnoscompa-
Puissance mondiale. gouvernement frangais ranimait I'espoir des. triotes en Haiti, de bien voloir y contribuer
Un idal commun a confondu des les colons de Saint-Domingue qui depuis 1670 en nous faisant parvenir soit un ouvrage,
premieres pages de leurs histoires les efforts combattaient la main-mise mtropolitaine. un disque, une bande magntique, un objet
du peuple haitien et du peuple amricain La diplomatie frangaise semble avoir t d'art, ouunarticledenotreindustrielocale.
orients vers une Amrique a fortifier, a mal inspire en I'occurence. Mais le mobile Les noms de tous ceux qui auront contri-
personnaliser, structurer, d'action qui aveugla les dirigeants fut bien
La par paton actve des ndune extension commerciale, but final que bu la ralisation de notre CENTRE sous
La participation active des ndigni es de masqua, sous des dehors impressionnants, une forme quelconque seront publis rgu-
aito ue, futur peue dHai,s une flotte navale de 12 vaisseaux de ligne, lirement dans notre journal UNIT. A
lie autrait d'alliance qui en fvrier 1778 4 frgates et autres bateaux lourdement
renfora un tra anteur d'amti, scell arms. Cette expdition, place sous le cette fin, nous avonsimprim le coupon ci-
entre iue France et les Etats-Unis commandementd'un Vice-Amiral de France, dessous qui peut tre utilis pour nous
d'Amerique. Cette alliance contre Charles Hector, Comte d'Estaing, tait faire parvenir votre contribution.
I'Angleterre signifiait beaucoup pour les destine combattre les anglais aussi bien
contractants, mas deroutait pa son esprit. dans les possessions frangaises des Antilles
Certes expliquaient aux yeux pansion que dans les mers continentales amricaines. COUPONSPECIALDEDONAUCEN-
XVI les possibilites d'une expansion TRE CULTUREL HAITIEN
commerciale et conomique.. C'tait de Le comte d'Estaing devait connaitre un
nouveaux dbouchs aux produits coloniaux premier chec quand il s'est prsent pour Je dsire contribur_
et galement m I'industrie franqaise. Les librer les ports de New York et Newport. au CENTRE CULTUREL HAITIEN et d-
rapports amicaux intensifiaient les De fausses informations avaient dform sirequ'ilsoitmaintenuconvenablementet
promesses d'un change de produits locaux. son jugement. II se figura que ces deux sire qu'il soit maintenu convenablement et
La France trouvait heureuse cette ports taient puissamment dfendus, alors que je puisse en itre fier.
opportunit de gner la commerce extrieur qu'il est prouve au contraire, que c'est du J'accepte a ce que mon nom soit plac
de sa. rivale I'Angleterre, de diminuer la 22 au 30 juillet, donc apr1s son dpart, sur la liste des donateurs et qui sera pu-
puissance conomique de cette derniere a qu'arrivrent, unit par unit, pour ble rguliste des donateurs et qui sera pu-
son propre avantage. Quant au renforcer la position du gnral anglais bliergulibrementsurlejournalUNITE,
gouvernement amricain, non encore libr Howe, des btiments de I'escadre disperss organe du Conseil de L'Union Haitienne.
des griffes de I'Angleterre et flchissant de par un coup de vent. D'autre part, la flotte Nom:
plus en plus soqs la pression militaire et de d'Estaing galement eut a souffrir du
economique d'une Mtropole puissante, Adresse:
tenace, accapareuse, il trouvait dans cette (Suite page 10)
4, UNITE, July 4,1976








T99SSAllT 188tlTilE SAlBI A.HAITI-N
TUSSINT OUVETRE SALVA FONDATEUR

IN'.rEP mAmNCE AMRNICmAINE DFu FATEUR
fDE CHICAGO

EN 1779
Par: Laurore St. Juste
...:.::.::::: :: : :: :: ::::::::::: :::: : ........... S t-D o m i ,gde: plus- d 'un si lcle,
biographes qui, depuis plus d'un sicle,
sous tous les cieux, et dans toutes les
langues, entreprennent d'crire l'histoire de
:.:.......... : .:.:.:.:.:.:.: ...:. sa v ie '= ,

Militaire.'il aura t, mme de I'avis de
Siiiiiiiiiiiiiii ses ennemis, 'un des plus grands. Dans le
:...;:..:ii ;i .. court espace de 1791 1798, lieutenant de
.... ii !%:i::! : ::::::: ~I'arme espagnole, on le rencontre bient6t
......sous I'uniforme d'officier suprieur de
::::.... :i:i:i:ii io ,1i. :ji I'arme franaise combattant les espagnols
i: ..:::: puis les anglais. Le voilu qui continue sa
S route, renversant tous les obstacles,
.e cartant tous les tmoins gnants, se .
dbarassant de tout rival dangereux. Tel sur
u.... ..:uiiiiii:n cran cinmatographique, on verra ,
paraitre puis disparaitre sur la scne de uSl u
..... :::::.::::::.::. I..... St-Dom ingue: Sonthonax, Hedouville,
Roume, m'me Lavaud, son ami et lean Baptiste Pointe DuSable
protecteur. A Andr Rigaud, it essaie de 1745-1814
...... ..faire entendre raison, mais celui-ci, se
montrant plus frangais que ceux de la,
..:,:: ----. ., ... .: ;..:: ;::: ;,: .
'"? ;:: ,,,Mtropole, alors ce sera la guerre du Sud. II fut le premier resident permanent de
. .............. 11i fut le premier resident permanent de
::-:i: LVaincu, Rigaud, comme les autres, prendra Chicago ou ia etablitson c ere e
.......l..i: l ie chemin de la mer. Dsormais les Chicago ou i etait son commerce d
.s: .: destines de St-Domingue sont entre les fourrures.
mains d'un seul homme, Toussai.nt
....... :Louverture. Et les. vnements qui vont
.... ....... ::: suivre prouveront que cet homme, de 1797 Jean Baptiste Pointe DuSable est n en
: 1800, mieux que St-Domingue, tenait en Haiti aux environs de 1745. Son pere fut
mains les destines, des Etats-Unis un pirate franeais qui se maria a une
d'Amrique pour ne pas dire du Continent. esclave noire.

---- Des difficults entre la- France et les L- a miire de. DuSablle fut tune quelques
SEtats-Unis, 1 797-1800, I'historien. Samuel- annes plus tard et son fils fut envoye a
Flagg Bemis -dans son 'JOHN ADAMS Paris pour ses etudes. AParis.ilrencontra
STOUSSAINT LOUVEiRTURE :, AND THE VOUNDAT-ION OF AMERICAN- jacques Clmorgan avec qui i se noua
FOREGN P.O.ICY" !en parle mais non ayec dune'amiti qui devait durer toute leur
ce -luxej e d' dtails nqui nouis aident a vie
comprendre -bien, des choses, que nous .
de- .-. Ctrouverons de prefrence dans Samuel Eliot DuSahle retourna -en Hai.ti pour aider
S ment- u les pasde B rte Morison dans son "HISTORY OF THE s qui tt alors devenu un homme
eommeint ii e ou les plans cde Bnapa rte AMERICAN PEOPLE". d'affaires respectable --qui faisait le:
et facilita uThe Louisiana Purchase" e des podtts des les. Alors
trafic des produits des es. Alors que
1797, prsidence de John Adams, unei aigait er, Etats-Unis e
iQue la Monarchie francaise et tendeu sur lpbriode difficile pour I'avenir de la jeune d et els t s e
les fonds baptismaux -la jeune Rpublique Rpublique. C'tait I'poque o la politique voyage d'affaires, son bateau fit naufrage
amricaine, c'est djassez paradoxal, mais agressive du Directoire en France, lasuite d'une tempete. .
que dans 'espace de quelques annees Jle reprsentait un danger pour I'lndpendance DtS
temps d'un changement interne en France: des Etats-Unis. Se dclarant une rvolution DuiSable et Clemorgan quia avait
la Royaut devenue Rpublique, celle-ci de tous les peuples contre tous les rois, le rejoint de Paris, avaient ete rescaps et
transformie n Consulat avant de gravir les gouvernement frangais, qui avait russi par amenes a la Noilvelle Orlans en
marches der I'Empire, que dans 'espace tablir des rgimes bien lui en Hollande Louisianne. DuSable qui tait un homme
Sd'un matin, un trait de paix et d'amiti se aussi bien que tdans la Rpublique de couleur eutla vie difficile a la Nouvelle
transforme brusquement en tat de guerre, Helvtique, rva d'tablir un empire dans la Orlans ou i pouvait tre apprhend a
voila qui justifie cette pensee de Louis valle du Mississipi, danger imminent pour n'importe quel moment pour e tre vendu
Aragon: "L'Amour et la fraternit sont la souverainet de la Rpublique toile. comme elae.
I'affaire des peuples et non celle des Dja entraient en action les principaux commees e ave.
gouvernements". Et nous d'ajouter: surtout agents du Directoire, un general George
de gouvernements imprialistes. C'est ce qui Rogers Clark, a la solde du gouvernement Avec 'aide de quelques prtres jsuites,
arriva pourtant entre la France et les fra ncais avait pour mission d'encourager DuSable put s'enfuir de la Nouvelle
Etats-Unis vers .1798-1799;mprovoquant un la cession par I'Espagne, de.la Louisiane et Orlans sur un bateau qu'il construisit
tat de guerre- auuel mettra- fin: le trait de la Floride la France, tandis que lui-meme. et navigua vers le Nord en
de Marfontaine (ler Octobre 1800). Un' d'autres agents taient chargs d'inciter la remontant la Rivire de Mississippi
homme, un seul, sauvera les Etats-Unis du population du Qubec la rvolte, se jusqu'` St. Louis. DuSable demeura dans-
peril en lui garantissant son independance. proclamer en Rpublique, sous la cette rgion pendant quelques temps et
Bonaparte de dpit, renongant a son protection du gouvernement franqcais. La apprit la langue des indiens et y tablit,
projet d'Empire francais dans la valle du Diplomatie du Directoire telle que concue ds postesd'hangescommeriax.
Mississipi, sera forc de vendre la Lousiane par .Bonaparte alla jusqu' semer la panique
S'The Louisiana Purchase" pour la bagatelle parmi les amricains de I'Ouest, faisant Apres ayvir dirig un magasin de
'de 18 millions de dollars.- Cet hommne alliance avec les indiens pour gener fourrures pour le Governeur de Dtroit,
extraordinaire, dont le buste aurait du se l'expansion amricaine vers I'Ouest, alla DuSable s'tablit prs de -Poria dans
trouver sur I'une des place publiques de joqu' -rver de faire du golfe de Mexico I'Etat de l'lllinois. La, il vcut parmi les
Washington, D.C. et. la photo dans tous les un lac francais, limiter du meme coup les indiensde la tribu Potowakami et epousa
collges et Universits de I'Union, n'est frontirs des E t a t s U n i s, aux uneindiennedu nom de Kittahawa.
autre que le Gnral Toussaint Louverture, "Allganies". Objectifs ambitieux s'il en
gouverneur noir de St- Domingue. N dans ft, mais pas impossible atteindre, vu la Vers les annes 1779, duSable s'tablit
I'esclavage, it n'a appris a lire qu'a I'age de proximit de St-Domingue disposant de a un endroit que les indiens appelaient
50 ans. Incorpore comme mdecin de .navires et de soldats agurris. Alors que Eschikagou of il construisit sa demeure
l'arme en 1791, i gravit en un rien de certains amricains, du fait que des
temps, tous les chelons militaires jusqu'au possessions b-ritanniques telle que la pres de la rivire qui allait dboucher sur
grade de gouverneur, suprme autorit de Jamaique, taient galementconvoites par un vaste lac.
la, plus florissante colonie europenne de le Directoire trouvaient normal de lier leur DuSable fut rejoint par un francais
I'poque. Voil qui tient du prodige et qui
donne encore a rflchir aux racistes (Suite 12) (Suite pae 17)
attards, voill qui excite la curiosit des pge 12)
UNITE, July 4, 1976 5







EN 1944, LES AMERICAINS SE-

SOUVENAIENT DES VOLONTAIRES NOS

HAITIENS DE SAVANNAH S E
L'Anne 1944 marquait le 165me. anniversaire du
dpart en 1779 du corps des Chasseurs de St Domingue qui
s'en allrent aider les Etats-Unis d'Amrique dans leur lutte
pour l'Indpendance.
Voici le Message adress a cette occation par le Secrtaire
d'Etat des Etats-Unis, M. Cordell Hull:
"La crmonie qui se droule aujourd'hui Saint-Marc
paie une dette longtemps reconnue de gratitude aux
volontaires Haitiens qui vinrent en aide .aux Etats-Unis
d'Amrique dans leur lutte pour I'indpendance. En ce
moment o Haiti et les Etats-Unis sont de nouveau
partenaires dans une guerre de libration, nous rappelons
avec fiert cette premire preuve du communamour de la
Libert qui a anim les peuples des deux pays et qui
constitue le fondement sur lequel se sont leves les
relations amicales qui existent entre nos deux pays. Nous
payons aujourd'hui tribut au courage et I'esprit des
volontaires de 1779 qui risqurent leurs vies pour la cause
de la libert dans les Amriques, et nous sommes assur que
leur exemple de dvouement et de sacrifice fraternel aidera
a nous guider dans la ralisation de I'idal d'un monde
meilleur et pacifique pour lequel nos pays luttent ensemble.
Cordell HULL


AUGUSTE JN-P1ERRE NAU
(Ex trait des Cahiers d'Haiti Avril 1944 -page 12, Port-au
Prince, Haiti.)

Naquit. Port-au-Prince le 14 Juin 1777.
Texte du Me ed Mnssa deM NsA A.lRcge de 1.4 ans il regut dans le camp
Textedu Message de M. Nelson A. Rocefeller, des Confdrs le baptme de feu (1791).
actuellement Vice-Prsident des Etats-Unis, ancien. A la cration de la lgion de I'Ouest en
gouvemeur de l'Etat de new York, alors Coordinateur des 1793, le grade de Capitaine lui fut dcern.
Affaires Inter-Amricaines au Dpartement d'Etat: Partisan de Rigaud (1800) il fut au nombre
des prisonniers qui franchirent les pieds -
S / ,: lis, --pas de course, la_:distance-' de-
SLogane a Port-au-Prince. -
'"A -Ioccasion de la commmoration du dipart des -
volontaires haitiens qui participrent la guerre de
I'indpendance des Etats-Unis, j'envoie mon plus cordial En Npvembre 1803, Dessalines dans la
salut au Peuple Haitien. "L'amiti sculaire et I'esprit de plaine du Cul de Sac serrait de pres
coopration qui unissent la Rpublique d'Haiti aux Port-au-Prince qu'occupaient encore les
Etats-Unis ont t d'une trs grande contribution la Franauis manuaillt de iitout. e Capitaine
solidarit existant dans cet hemisphere. Et depuis que la de Logne vers Dessalines, la tte d'un
guerre s'est tendue aux Amriques, Haiti et les Etats-Unis dtachement -de betes de somme des
on raffirm leur amiti et sont encore unis pour la dfense articles destins aux troupes, il y avait
de I'hmisphre. Ce fait constitue une promesse pour un surtout de I'argent dont le besoin se faisait
avenir fait de coopration de plus en plus-cordiale entre les sentir. En prenant la direction des
Rpubliques Amricaines. Aussi, i'ai toutes les raisons mpntagnes, passant par la Coupe et les
d'esprer que cette politique nous conduira vers une ere qui habitations Frres et Ferrier, Nau arriva
seramarqueparl'amlioration des conditions de vie de tous < heureusement au camp des Indigenes.
les Peupls d'Amrique." Dessalines que ce renfort soulageait, flicita
eule Capitaine en ces termes: "Je me
souviendrai toujours, Capitaine qu'au lieu
Nelson A. ROCKEFELLER d'aller livrer ces valeurs aux blancs de
Port-au-Prince, vous avez mieux aimer
(Extrait de Cahiers d'Haiti-Avril 1944,page 17, Port-au- passer par les sentiers pnibles et venir me
PFince, Haiti.) les remettre ici dans les bois"

Apes la capitulation de Port-au-Prince,
Dessalines Qomma le Capitaine Nau Garde
CANDIDE COOLING & HEATMING magasin de 'Etat, charge que le Snat de
Sla Rpublique lui conserva en 1807. En
223 Kingston Avenue Mai 1808, Nau fut appel par le Snat
Brooklyn, N.Y.11213 remplacer Tormelier la charge de
Tel.: 774-4209 (Ask for Gerald Lemoine) Trsorier gnral qu'il occupa jusqu' sa
Commercial & Domestic Refrigeration, Plumbing, mort.
heating and Licensed electrician.
REPAIR SERVICE:
Air Conditioning, Refigerators, Sous. le Prsident Ption, Nau fui charg
Ice Makers, Store Fixtures, Washers, du porte-feuille des Finances. t1 mourut a
ers, Port-au-Prince le 24 Septembre 1843 age
Dryers. de 66 ans.
KOLDWAVE SPECIALISTS
Installation & Repairs
All makes boilers, burners No.2 No.4 No.6 & gas.
Refrigerators bought & sold.

6 UNITE, July 4,1976






son ex-poux, a cause des dclarations que
LES ANTILES ET LA REVOLUTION AMERCAINE 'celui-ci fit au tribubal lors de leur divorce
LES ANTILLES ET LA REVOLUTION AMERlAINlU concernami "la vie" qu'elle aurait men la
Barbade. elle rencontra James Hamilton avec
ALEXANDER HAMILTON qui elle vcut St Kitts et St Croix, et c'est
de cette union illgitime que nacquirent
Alexander et James Jr. Cette infortune devait
Par: Edouard !1. Perpignand _______ le hanter ,toute sa vie. Dans sa jeunesse, les
tribunaux refusrent de le laisser entrer en
possession des biens que sa mere lui avait
particulier. En 1781, il devint laiss en hritage, parce qu'il tait un enfant
lieutenant-colonel et commandant d'une naturel. Ses ennemis politiques'firentressortir
brigade d'artilleurs. Vers la fin de la guerre, il' cette illgitimit lorsqu'il devait pouser la
tait dja considr comme I'un des hros de belle elizabeth Schuyler, fille d'une famille
la jeune nation. aristocratique de New York. Heureusement
SSi les Etats-Unis doiventvraiment Itre une pour Hamilton, ii avait confi son secret
Si les Etats-Unis doivent, vraiment dre ne I'elue de son coeur. Au faite de sa carriere
nation, disait Hamilton, nous devons politique, John Adams lui rappela qu'il etait
dvelopper un systme qui soit viable un. btard mal-lev. II accepta avec grace
politiquement, constitutionnellement et toutes ces insults et put ainsi survivre a tous
conomiquement. Et c'est ces idaux qu'il ces scandales.
devait consacrer le reste de sa vie.
II travailla la fondation de la Banque de Hamilton tait aussi dur qu'un roc,
New York, gagna les lections I'assemble cependant I'un de ces scandales faillit lui
tde cet Etat qu'il reprsenta la fameuse coiter son mariage et sa carrire. En 1792,
de cet Etat qu'ie reprkenta a la fameuseBn .
convention constitutionelle de Philadelphie 'poux de Maria Reynolds (une prostitue)
en 1787; d'ou naquit le Gouvernement rvla qu'Hamiltoni avait eu des relations
Fdral. En 1789, George Washington fit de sexuelles avec sa femme. II admit la chose et
lui son Secrtaire au Trsor. A ce poste, confessa galement qu'il payait depuis des
Hamilton se fit remarquer par son courage moisde fortes valeurs M. Reynolds qui
dans la dfense des intrets de la Nation. II I'avait menac de rendre la chose publique. II
fut un dfenseur du Pouvoir Fdral, de la eut beaucoup de peines a convaincre les
"dtente" avec la Grande Bretagne, et membres du Congrs dont crtains
souvent dans ses dmarches pour le bien-tre I'accusaient de mal employer les deniers de
de la classe moyenne, ii se vit contrecarrer par L'Etat.
le Secrtaire d'Etat Thomas Jefferson dont les Hamilton en tant que patriote a vcu pour
vues "rurales.. constituaient un anathme au I'galit et la libert de tous les citoyens. II
ALEXANDER HAMILTON caractre du "citadin Newyorkais". Et c'est essaya de librer le plus d'esclaves-qu'il pouvait
de ses diffrences de vues avec Jefferson, que durant la guerre de I'independance. Devenu
Sdevaient naitre deux parties politiques au civil, iI organisa un groupe d'Emancipation:
dbut des anes 1790: le Parti Fdraliste "La Socit pour la Promotion de
En ce jour od I'Amrique commmore le d'Hamilton et le Parti Anti-Fdraliste de I'Emancipation des Esclaves". La
Bicenteinnire de sa fondation, i cnvient Jefferson qui devint plus tard le Parti Constitution des Etats-Unis d'Amrique dont
d'avoir une pense spciale pour un Antillais Dmocratique-Rpublicain. ii est I'un des principaux rdacteurs, a pu
dont le nom figure parmi ceux des Pres de
ces Etats-Unis.: ALEXANDER HAMILTON. Cependant, malgr ses problmes politiques survivre la Guerre Civile, et mme Watergate.
' Ses cendres reposent au Cimetire de avec ses adversaires, Hamilton avait "l'oreille"
I'Eglise Ste Trinit Watl Street au bas de de Washington. II put. donc porter le
New York. Son visage serein orne les biillets gouvernement assumer les dettes de guerre
de dix tollars, car il fut le remier Secrtaire et tablit une Banque des Etats-Uis
d'Etat au Trsor. Fort Hamilton Brooklyn, d'Amrique 'modele sus la fameuse Banque
de nombreuses rues et places publiques d'Angleterre. Mais pendant que les ides
portent son nom a travers le Pays. d'Hamilton devenaient des lois, une vague de
Alexander Hamiton fut un grand gnral, mcontentement montait contre lui parmi les
fermiers et factions pro-frangaises. En 1794,
un intellectuel, un pote, un brillant avocat, cen,
,, ce mcontentement tourna en rebellion
I'un des auteurs des "Federalist Papers, I'un orsque les fermiers de l'ouest de la
des architectes de la Constitution Amricaine Pennsylvanie refusrent de payer la taxe
et le fondateur du New York Post. fdrale sur le whiskey. Le gouverneur de cet
N a Nevis dans les Antilles Anglaises, on le tat refusa d'appeler la milice pour faire
retrouve b Ste Croix o a l'ge de 13 ans, il appliquer la loi, et Hamilton avec
travaille dans une firme commerciale. A 18 I'assentiment du Prsident accompagna les
ans, il se vit confier la direction de cette troupes fdrales pour combattre cette
entreprise... rvolte connue sous le nom de "WHISKEY
REBELLION".
Si le malheur des uns, fait parfois le
bonheur des autres, Hamilton illustre cet En 1795 Hamilton dmissiona du cabinet, L'Evque Samuel Seabury de lEglise Episcopale, I'un
adage. .car, lorsqu'en 1772 un violent mais cela n'influena nullement son pouvoir de ceux qui combattirent avec ardeur le iouvemen2t
ouragan dtruisit presque! toute I'ile, ii en fit politique. I'anne d'aprs, ii rdigea le d'indpendance des 13 colonies amricaines.
une description si vivante dans le Journal de fameux "Farewell Address" de Washington II
Ste Croix, que ses employeurs dcidrent de devint Major-gnral et Inspecter Gnral de IMPORTANT
I'envoyer dans les colonies nord amricaines I'Arme.
afin d'achever ses tudes classiques.
En 1804, Hamilton inaugura sa campagne
Moins de trois ans aprs son arrive dans la contre Aaron Burr, alors vice-prsident, mais Nos rdacteurs, mme quand its sont
colonie, Hamilton tait dja reconnu comme aussi candidat au poste de gouverneur de New membres de notre organisation, .ont la facult de
I'un des plus vaillants dfenseurs de York. Leur difficults devaient les conduire a
l'lndependance Amricaine. Alors. qu'il un duel Weekawken dans le New Jersey, le pouvoir exprimer leurs opinions qui demeurent
tudiait Kings College (aujourd'hui Vice-Prsident tira le premier, mettant ainsi strictement.personelles et n'engafgent en aucune
Columbia University), ii crivit "A Full fin la vie d'Hamilton, dont le, fils Philip fut fagon le journal: proprement dit. Seuls les
Vindication of the Measures of Congress" et tu de la mrnme fagon et pIesqu'au mlme ditoriaux de UNITE et qui sont intituls
"The Farmer Refuted", rpudiant ainsi les endroit en 1801. Sa mort fut un choc pour la
thories du Rv. Samuel Seabury qui publiait jeune nation et le monde entier.reprsentent la position idologique
des pamphlets contre les mouvements et politique du journal. Cette attitude de notre
d'indpendance. Hamilton ralisa nanmoins, La vie d'Alexander Hamilton fut une suite part reflte le caractre dmocratique que nous
que cette indpendance dont tout le monde, de tragdies. II fut au centre de nombreux entendoni maintenir tant au sein du Conseil de
parlait, ne pouvait se raliser que par la force scandales et de controverses. dans chacun de l'Union Hatie que dansla ligne de conduite
des canons, et ds I'aub de la Guerre en ses armoires, ii avait des squelettes.s igne de conduite
1776, ii joignit les rangs de I'Arme du journal. Les auteurs qui devront toujours
Continentale. L'anne suivante, iu attira II naquit i Nvis en dehors des liens du signerleurs articles seront les seuls responsables
I'attention du Gnral George Washington qui mariage. Sa mre Rachel Faucett Lavien fut de leurs opinions.
se I'attacha comme aide et secrtaire frappe d'une interdiction de se remarier avec
SlNITE, July4, 1976 7







PATRIMOINE HIST ORIQU


DES ETATS-UNIS DAMERIQUE

2 Le pass est la semence de I'avenir"..
Par Maurice A. Lubin

La Rpublique des Etats-Unis .Cngrs, le 18 Janvier 1777, ordonna
d'Amrique du Nord compte, cette anne, qu'une copie certifie de la Dclaration
ses 200 ans d'existence. Colonie anglaise, a d'lndpendance avec les noms des -membres
ses dbuts; elle s'est dbarrasse de sa du.Congrs ft envoye a chacun des Etats.
mtrpole europenne pour proclamer son L'dition originale de la Dclaration
indpendance, le 4 juillet 1776. d'lndpendance fut ralise le 4-5 Juillet
Constitue d'abord dans le cadre d'un par un imprimeur de Philadelphie, John
continent, avec les dimensions normales Dunlop, sous le titre "La Dclaration par
d'un pays, elle s'est aggrandie, s'est les Reprsentants des Etats-Unis
dveloppe par la force de sea talents, le d'Amrique. en Congrs gnral reuni."
libre jeu de ses institutions
politico-culturelles, la varit de sa science Le s-econd documentl est la
et de sa technologie, pour se hisser a CONSTITUTION DES ETATS-UNIS. Elle
I'chelle mondiale. fixe les principes sacro-saints qui
Cet anniversaire invite ce grand pays conditionnent le fonctionnement de la vie
a la reflexion pour valuer son pass et lui politique amricaine constitue en
fournir I'occasion de dresser I'inventaire Confdration avec des Etats autonomes.
complet de ses ressources, de ses progres,- Ce fut le 25 Mai 1787 que 55 dlgus des
de ses faux-pas et de ses faiblesses. ,diffrents Etats se runirent Philadelphie
Les Archives Nationales -des Etats-Unis- pour rdiger la Constitution.
vritable mmoire de la Nation- ont pris La premire copie originale, celle du
l'initiative, ds le mois d'avril, de nettre Prsident Washington, imprime le 6 Aot
sous les yeux des. visiteurs 'amricains et .1787, prsent- au -peuple amricain fut
trangers des documents de capitale ratifie apres discussion par les diffrents
importance dans I'histoire amricaine. Etats.
La.slection des attestations du pass a La Pennsylvanie fut le premier Etats a
t mticuleusement faite et voici le- ratifier la Constitution le 7 Dcembre ,17871
panorama historique qui en a t dress: et le 13Hme fut Rhode Island, le 20 Mai
La Dclaration d'lndpendance, 1776 1790.
La Constitution des Etats-Unis, 1787- -Le troisime document de haute valeur,
L'Ordonnance du Nord-Ouest 1787 .mais le second en importance politique est
La Dclaration des Droits 1789 la DECLARATION DES DROITS. '(Bill of
Le Trait d'Achat de la Louisiane 1803 Rights).
Marbury contre Madison 1802
Le Trait d'Oregon 1846 La Dclaration d'lidpendance et la Marud
Le Trait de Guadelupe Hidalgo 1848 e qudeLaayee
Brevet d'invention de la-.,: machine' a, : ; .(Sute i,- t '.
grer r-le 'coton' 1848:- .
L'Ace Homead r-sad 1"862 :,TOURS DE: MADAME 1.
L'Acte: Morril- 18621 .- i: -
Le Quizime Amendement':1870 MI'CH EL-:
SBrevet d'inverntion de I:'Ampoule ::
incadescente d Thomas Edison 1879 --"--. ..........."'....................'-
Le Seizime Amendement 1913 : N.D. du Mont Carmelf St.Come et St. Damien :
Le Trait de Versailles 1919: : Hamioton
L'Acte Volstead 1919 Dimanche26 septemibre
Le Dixneuvieme Amendemtent 1920 Dimanche 18 Juillet Depart:i 6h.30 AM. FRetour e soir.--
Le Loi du Quota d'immigration 1924 Dpart: 6h.30- Retour: le soir.
Le Premier discours d'inauguration de Donation:1.iD00 00 .- -
Franklin -D. Roosvelt 1933 ""'O" Donation $10.00
Le Rdition des Forces Japonaises 1945 Donation $10.00 Vie Noire;de Pologne.
Le Plan Marshall 1948 .. Vierge Noire de Pologne
Le Trait SALT 1972 N.D. du Cap, Ste.Anne de Beaupre
S- Dimanchie 3 Octobre
Nous n'allons pas analyser cet Vendred 13aoutau Lundi16at par: 6.30 A Reture soir
impressionnant documentaire qui jalonne le Dpart: 8 h.3 AM. : i .
droulement de la vie amricaine. Nus onation: $10.00
nous bornons a signaler qulqes Donation: $60.00
particularits et I 'mportance que ces textes ..............................
revetent pour ce.tte grande democratie, ;.Chute du Niagara St.Antoine Fermeture .
Le ipremier: document ,qui fait !.'
"admiration ade tos les visiters des Vendredi 27 aout au Dimanche 29 aout. Diimanch 31 otbre.
.Archives: Nationales- eSt la Diclaration. de hr h'pa: AM. Retourleor
I'lndpendance. C'est la pice fondamentale. Dpart: 8 h. AM, prt AM.Retour:eso
Elle proclame la volonf du peuple
americain de se constituer en Etat oation: $35.00 Donation: $8.00
indpendant et de.se sparer de la Grande ........$....... .... ...... ...... .... .... ........
Bretagne. "
L'auteur, Thomas Jefferson, consacra 17 oly Land, Waterbur
jours, du 11 au 28 juin 1776, pour crire n
le texte, le soumit. I'approbation de John D ianche 12 Septenbre
Adams, puis a .celle de efienmen Frasiklifif epart: i 'h.30 Retour: le soir
et l'et~emble -tu Comit qui le discuta et i at
fadopla .le 4 Jui4iet 1 776. aonation: $10 0
La De cl ara i d 'rt indpeda4ce iest '
revtu'e de la natoture des 56 memb~' es '
Congrs reprsentant les 13 Etats originaux 1 t S ft e r
de la Confdration. 11 faut signaler que les
noms des Congressites ne furent pas rendus supplementaires, adressez vous
publics dans la crainte de ractions de la ent r'x E
part de l'Angleterre qui pourrait les directement aux TOURS DE
consi.9rer comme des traitres owt des MADAME MICHEL. tlphone:
rebelles.
C'est aprs les victoires de Trenton et da (212) 7
Princeton remportes par Washington que le ~MN- .am~ -- a
8 UNITE, July 4, 1976







LES PERES DE IINDEPENDAHC AMERICAINE E 1776






























PATRIMOINE HISTORIQUE... TOUSSAINT LOUVERTURE de paix dans la district de Columbia par le
1743 1803 Prsident John Adams dans les derniers
(Suite de la page 8) 13 jours de son Gouvernement. Cette
nomination et plusieurs autres furent
Constitution avaient fix les modalits ratifies par le Snat. Thomas Jefferson qui
d'existence de la jeune nation amricaine. succda a la Maison Blanche orodonna au
Un pays est la rsultante d'un ensemble Secrtaire d'etat James Madison de
d'individus. lis ont des droits et des retenir la commission de Marbury. Celui-ci
devoirs. les citoyens ont donc pens a objecta par un mandement, en appel la
fixer leur statut dans le nouvel Etat; et a Cour Supreme. Par sa dcision en date du
s'assurer des garanties pour lasauvegardedes 24 fvrier 1803, elle dclara que Marbury
droits civils et des liberts politiques, leur avait droit a cette commission mais qu'il a
vitant les empitements du pouvoir et les fait tat d'un article de la Loi Judiciaire de
abus d'autorit dont is pourraient 1787. Or la Constitution des Etats-Unis
: ventullement ,tre I'objet. Ce.fut la raison n'ayant .pas .prvuL le madement. le texte
-d'tre de la Dclaration des Drilits e de la Loi Judiciaire tant en"conflit avec la
Sur la roposition de James; Madison, Constitution est donc inconstitutionnel.
reprsentant de la Virginie, le Congrls vota Depuis, la Cour Suprme est habile
le 25 Septembre 1789 12 Amendements connat re de toute inconstitutionalit.
constitutionnels. amricaine.
Ce "Bill" protege les liberts LA DOCTRINE DE MONROE.- Adopte le
individuelles et assure ,sous t'gide de la 16 Aot 1823, la Doctrine de Monroe est
Constitution, le controle des Etats sur les (avec rserves) I'instrument de protection
affaires locales. de toute I'Amrique en butte aux
L'original du Bill fut sign par le anmbitions des puissances europennes
Speaker de la Chambre, Augustus comme L'Angleterre, la France, I'Espagne, le
Muhlenberg et le prsident du Snat, John Portugal etc. Elle fut formule par le
Adams et les copies par les 13 autres Secrtaire d'etat James Monroe qui dclara
reprsentants. Apres rception des dits peremptoirement que I'Europe ne pouvait
documents, le Prsident Washington envoya plus prtendre a des possessions en
le 2 Octobre 1789 une copie de la Amrique.
Dclaration des Droits a chacun des Etats Cette doctrine a donn lieu bien des
de i'Union de mme qu'a Rhode Island et abus au dtriment des petits pays de notre
North Caroline qui n'avaient pas encore continent
ratifi la Constitution. Celui qui sauva cette independance en 1779. LE TRAITE D'OREGON de 1846.- Les
(Voir l'article de M. Laurore St. Juste.) rgions de I'ouest des Etats-Unis taient
L'ORDONNANCE DU NORD-UESTune source de conflits entre 'Espagne,
FLEUVE OHIO.- Cette Ordonnance en date uI'Angeterre et la Russientre 'Angleterre
du 13 Juillet 1787 est la confirmation de vendirent aux* Etats-Unis, le 2 Mai 1803- ilAngeterre et la Russie, L'Anleteire
sollicite par le Mexique dans-ses dmils
l'autonomie accorde par Thomas Jefferson mais I'acte fut anti-dat au 30 Avril- la refusa d'interseir au
a cette partie du territoire amricain. Y Louisiane pour la bagatelle somme de 80 sujet d'Oregon, la t erre promise. Gce au
furent tablis un gouverneur, un Secrtaire millions de francs, soit approximativement sujet d'Oregon la terre promise Gst-dire
et trois juges nomms par le Congrs. 16 millons de doyars. concep de "Manifest Destiny", c'est--dire
et trois juges nomms par le Congrbs. 16 millions de dollars. I'expansion continentale des U.S.A. ou, en
1 Le Nord-Ouest a donn par la suite Par cette acquisition, le territoire 'expansion contintale ar les U.S.A. ou, en
-naissance a cinq Etats: qui se sont integrs amricain avait presque tripl et de la mer la mer, le Pr sident James K.
a 'Union, galit de droit avec les 13 de la mer la mer, le Prsident James K.
I'Union, egalit de droit avec les 13 comprenait les terres situees a I'Ouest du Polk assura la possession de I'Oregon
premiers Etats. Mississippi jusqu' une ligne mal dfinie des jusqu'au 49 me parrallle qui s'tendait
Montagnes Rocheuses. I'Ouest jusq''au Pacifique.
LE TRAITE D'ACHAT DE LA Le Prsident Thomas Jefferson, a la
LOUISIANE.-Le territoire appel Louisiane suite de cet achat, envoya le Capitaine LA TRAITE DE GUADELUPE
-du nom des Rois de France, .Louis,-fut Meriwelher et le lieutenant William Clark HIDALGO du 2 fvrier 1848 intervint pour
tour tour la proprit de I'Espagne et de explorer ce vaste territoire. mettre fin a la guerre entre le Mexique et
la France. En 1803, I'Espagne rtrocda la les Etats-Unis. Ce trait augmenta de
Louisiane a la France. Napolon rva de MARBURY--MADISON.- Cet fut un cas millions de milles carrs le territoire des
constituer en Amrique un empire fran.ais. d'espce. II fut soumis en 1803 a la Cour Etats-Unis- comprenant, de nos jours, la
Ce rve s'evanouit quand Haiti s'opposa a Suprme des Etats-Unis qui dclara que Californie, I'Arizona, le New Mexico, la
I'expdition frangaise du Gnral Leclerc et toute loi ne vaut quand elle entre en Nevada, I'Utah, une partie du Colorado et
-Cconquit hroiquement son indpendance. le conflit avec la Constitution des Etats-Unis. de Wyoming. Cette acquisition souleva la
Premier Consul et son Ministre Talleyrand William Marbury avait t nomm Juqe. (Suitepage 10)
UNITE, July 4, 1976 9







LES VOLON ES PATRIMOINE HISTORIQUE..., s'adapter aux diffrents changements, aux
LES VLONTIRES... (Suite de lapage 9) ,a m l i o rations qu'enregistre la vie
(Suite de la page 4) question de I'extension de I'esclavage dans amricaine, et les Amendements ont pour
ces nouvelles terres. but de raliser ces ajustements dans le
expliquent la.decision de 'Amiral franeais LE TRAITE DE VERSAILLES.- C'est cadre de la Constitution. On compte 26
d'abandonner les mers americaines. 11 y I'instrument diplomatique u.i a t sign Amendements qui viennent s'ajouter la
tait venu plus pour parader que pour en 1919, a la fin de la- Premire Guerre Constitution de 1787.
exposer sa flotte qu'il devait ramener en Mondiale. II comporte les4 points qui QUOTA DIMM RATION ACT
France. furent vots par les gouvernements QUOTA D'IMMIGRATION ACT.-Les
europens pour fixer la responsabilit au Etats-Unis constituent la terre classique de
En tout cas, tant pour se consoler de sujet des dgts rsultant de la guerre la migration. Des vagues de population ont
ses dconvenues que pour honorer sa belle et pour rgler I'avenir les conflits entre- dmer ie sur le pays augmentant sa
rputation, tant aussi pour justifier la les peuples. A cette fin, fut cr La 9dmographie. Les leos cde 882, 189,'
prsence frangaise en Amrique que pour Socitt des Nations. d trng le sol a ricin ns e
sauvegarder la crdit du royaume, il capture Le Prsident Woodrow Wilson fit le det 'eranerssur le so trle, la tran ler
Ste. Lucie, la Grenade, la Barbade un voyage pour reprsenter en Europe les furent 'objet d'un quota. La oit fut vote
grand nombre de bateaux ennemis. Aprs Etats-Unis et iI fut flatteusement en 1924
avoir fait relche a la Guadeloupe et a la dnomm lors "Wilson le juste" ou "le LE DISCOURS DE LA PREMIERE
Martinique, d'Estaing dcida de se rendre dieu de la Paix", pour la ferveur dont il fit CEREMONIE D"'INAUGURATION DU
Saint-Domingue en vue de reconditionner sa preuve en faveur de la paix. Pourtant il P D T RO EVELT.- En 1933, le
flotte. n'eut pas de succs en son pays. Le Snat PRESIDENT ROOSEVELT.- En 1933, le
Dans son esprit, il devait, aprs un bref rejeta le 19 Mars 1920 le Trait de citoyen Franklin Delano Roosevelt preta
apreVersailles ainsi que la Socit des Nations serment comme Prsident des Etats-Unis. Le
sjour a St. Domingue, appareiller pour eai de voir le jour. Le Etats-Unis pays tait en plein dsarroi avec la
Toulon. Tel tait d'ailleurs I'ordre formel qui venait de voir le jour. Le Etats-Unis Dpression. Arm de son patriotisme,
du Ministre de la Marine et des Colonies. n'avaient pas encore pris conscience du rble Roosvelt insuffla espoir et vie a la nation
Son quipage, pour mieux forcer le blocus qu'ils doivent jouer dansles affaires du amricaine. Et dans son discours de
anglais, se composerait des rgimehts de onde Ce n'est qu'en 1945, avec prestation de serment ft la
Viennois, de Champagne, dAuxerroirs, I'Organisation des Nations Unies que les recommandation qui eut son prix
recommandation qui eut son prix
d'Armagnac, de Foix, d'Hainault, U.S.A. ont particip une organisation "Laissez-moi vous assurer que la seule
appartenant pour pour la plupart la flotte internationale en faveur de la paix. chose que nous devons craindre, c'est la
du Comte de Grasse, a celle du Marquis de LE VOLSTEAD ACT.- L'on connat la crainte elle-mme". Cette conviction a donn
Vaudreuil ou a celle de la Motte-Piquet. priode qui a marque les U.S.A. par la naissance au NEW DEAL qui a fait le
prohibition, c -a-d la dfense de b ur de I e a ricin.
Mais un lment imprvu contraria les consommer de alcool. Elle fut suggre en. bonheur de homme am can.
plans de d'Estaing. Des personnalits 1838 par la ptition de temprance de la
amricaines ou frangaises en dsarri part des citoyens de New Hampshire qui
avaient crit des lettres alarmantes pour voyaient dans I'alcool "la principale cause
rclamer le secours urgent de la flotte de tous les maux qui affectent le pays: le LE BREVET D'INVENTION DE LA
fran.aise qui mouillait Saint-Domingue. pauprisme, le crime, la faim et les MACHINE A EGRENER LE COTON.-Le
La Gorgie tait aux mains des anglais. La maladies". coton tait la denre dominante dans le
Caroline du Sud tait serieusement Le dix-huitime Amendement dfendit la Sud. Eli Whitney dou d'une intelligence
menace. Les dfenseurs amricains. fabrication, le transport et la vente des remarquable fabriqua sur les conseils de la.
flchissaient. Le moral des soldats tait boissons alcoolises. Le Volstead Act qui veuve du genral Nathanael Green une
atteint. Ceux-ci taient en grande partie des porte le nom du Reprsentant de machine permettant de sparer les graines
miliciens I'indiscipline dsamorgait le Minnesota renforce les injonctions du de coton d'avec les fibres. II obtint son
courage, des volontaires dont un manque 18me Amendement. brevet le 14 Mars 1794.
de conviction trahissait I'efficait, des Cet appareil favorisa la culture du coton,
paysans qu'affligeait la-nostalgie des terres, LE DIX NEUVIEME AMENDEMENT.- Cet fortifia L'conomie amricaine et tendit
des ouvriers, chagrins d'tre sevrs de leurs Amendement qui remonte a 1920 accorde : I'esclavege travers tout le sud.
activites co'ntumires... Seul le courage et le droit de vote aux Femmes. Ds 1872,
I'indomptable opiniatret du g ral Georges une ptition des femxnes d~Albany avait- LE HOMESTEA T.~ Cette lq date
Washi~ngton s auv.aient les armes t- proute, elles nt eu gain de cause, LE
amrices de la drout Cest donc a u une nquantaine d'annes aprs. de 1862 prescrit de fournir de la terraux
samoeicaindesa de I l droute'"Cnest donau Nous .ssignalons que la Constitution travailleurs agricoles qu.alifis. Des terres ,
soir du dsastre que le comte d'Estaing- est amricaine n'est pas un dlocument- parfait, leur. sont donn es :apres qu:'ils eussent
sollicit. II semble qu'a ce moment de la dfinitf, immuable. Elle doit pouvoir ite
rvolution, le sort de I'Amrique dependait (Suitepage 11)
de sa dcision.
Homme droit et de devoir, d'Estaing
opta pour une aide immdiate, une action HAITI NOTRE BEAU PAYS
prompte propre remonter le courage des A I E BEAU PA
amricains et a inquiter les anglais, les
rendant moins agressifs. II n'envisagea pas
un profond engagement militaire, mais le
recours a une manoeuvre intelligente et
efficace. II dsirait se montrer a la tte de
ses 25 Vaisseaux de ligne, de ses 9 Frgates
et des btiments arms qu'il commandait.
A cette fin, il renforga ses regiments du
Corps des Grenadiers-Volontaires de St.
Domingue et de celui des
Chasseurs-Volontaires de cette mme
,colonie. En tout, son effectif dpassait
3750 soldats et. officiers.
Le Corps des Chasseurs-Volontaires avait
lui-seul 800 soldats et officiers. C'taient
des libres de St. Domingue, noirs et de
couleur, qu'encadraient des blancs. La
majorit de ces hommes avaient servi dans
les milices de la colonie. lIs avaient une
formation para-militaire. lis taient durs
la fatigue, disci plins et courageux.
L'Amiral d'Estaing, a l'poque o il tait
gouverneur Saint-Domingue, Nvait pratiqu
les indignes enr6ls dans les milices et
avait des raisons valables pour vanter leur
endurance et leur intrpidit, leur
dvouement aussi..
Ces soldats du Corps des
Chasseurs-Volontaires taient motivs. A
Saint-Domingue, ils appartenaient une
classe dcrie, meprise, victime d'abus. et
des prjugs. Les efforts de ces afranchis
pour se rhabiliter socialement trouvaient
les colons hrisss d'hostilits et prompts a
une sauvage agresivit. Agitait ces refouls
(Suite page 12)
10 UNITE, July 4, 1976





PATRIMOINE HISTORIQUE... Outre ces prcieuses reliques du pass Tous ces documents originaux que nous
sur lesquelles porte I'intrt4historique; U. y venons de citer forment la collection
(Suite de la page 10) a bien d'autres documents qui sont exhibs. historique permanente que I'on peut admirer
(ta chaque visite aux Archives. II y en a
soumis avec leur demande la preuve de Dans I'hmicycle du b dtiment des d'autres qui sont exposs pr la prsente
cpao eur nationait qui donne sur IAvenue de la circonstance Souvent ils sont prsents
I'occupation, leur nationalit et realis le Constitution se retrouvent dans la avec des photos des personnalits qui ont
paiment d'une certaine redevance. monumentale Rotonde- les documents particip ces manifestations.
essentiels qui forement la charpente de participe a es manfestations.
LE MORRILL ACT. dont la I'histoire amricaine. lis sont places sous En compagnie de 'inventeur de gnie,
dsignation vient de Justin Smith Morrill, verre dans un jeu de vitrines. Thomas Edison, figurent aussi Graham Bell
reprsentant du Vermont qui le proposa, ayant obtenu un brevet en 1876 pour son
fut vot le 2 Juillet 1862. Cette loi Trone juste titre, dans sa chsse, tlphone: Wilbur et Orville Wrights pour
conditionne la politique d'aide fdrale I'inestimable texte lgrement altr par la leur "machine: voler" (avion) en 1903
accorder I'ducation. Grce cette loi, ptine du temps la DECLARATION DE Elias Howe en 1896 pour sa machine
les Etats purent-tablir des collges pour L'INDEPENDANCE. Elcas e et Hughs our sin
Srepondre I'ducation des citoyens. coudre et Howard_ Hughes pour son
e En suivant une squence chronologique, appareil a perforer les puits de petrole.
PROCLAMATION DE L"ABOLITON I'on peut admirer bien avant la date Parmi tant de textes ecrits, nous avons
DE L'ESCLAVAGE.' L'Acte d'abolition de clbre du 4 Juillet 1776, la Dclaration vu avec plaisir le document le plus bref, le
I'esclavage fut I'oeuvre du Prsident des Droits du 14 Octobre 1774 adopte plus dcante dans I'histoire, c'est la lettre
Abraham Lincoln. "nemine contradicente" c'est-a-dire de dmission du Prsident Richard Nixon,
Abraham Lincoln. nle 9 Aout 1974. Elle comporte exactement
Dans un pays dmocratique et chrtien, I'unanimit par les citoyens encore soumis le 9 Aout 1974. Ele comporte exactement
I'existence de I'esclavage tait la ngation Il'Angleterre. Le recit de la bataille de 13 mots (I hereby resign the office of
de tous les principes de morale. Lexington qui eut lieu le 19 Avril 1775. President of the Unted States, Sicerely.)
Le Prsident Lincoln labora la Des Fac-simis et des signatures Chacun peut voir les textes origaux
proclamation le 22 Septembre 1862 et la authentiques de Thomas Jefferson, de revtus la plupart de la signature
prononga le ler Janvier 1863 dclarant que Georges Washington, de Benjamin Franklin authentque des hros de la 'histoiature
tous les esclaves, encore sous le contrle de de James Smith, d'Abraham Clark, de amricaine. C'est un vritable bain dans le
la Confdration, taient dsormais libres William Hoover -Une magnifique pass amricain.
aux Etats-Unis. reproduction de Georges Washington
comandant en chefdes Insurgents- Texte de
LE QUINZIEME AMENDEMENT- la Rsolution de Richard Henry Lee de Tous ces documents eurent pour but de
.-L'Amendement est toute addition un Virginia pour i'lndpendance introduite au fortifier, de consolider les bases de la
texte de la Constitution ou d'une loi Congrs Continental le 8 Juin 1776 -Le Fdration amricaine. Dbarrasss de leur
S organique. Peu aprs I'elaboration de la premier texte imprim de la Dclaration de tat de colonies, les Treize Etats ont
S constitution, le premier Congrs lui annexa I'Lndpendance par John Dunlop -Le Trait proclam teur indpendance pour devenir
12 Amendements. Le 13me Amendement de Paris de 1783- Le rcit de la bataille de de nos jours 50 Etats. lis ont largi leur
qui fut adopt longtemps aprs en 1870 Saratoga du 18 Octobre 1777 -et la territoire, augment leur puissance
ratifia I'abolition de I'esclavage aux reproduction d'une peinture de cette politique, accru dans des limites
S Etats-Unis reconnut les dettes de guerre memorable bataille- Le trait d'alliance avec inimaginales leur potentiel conomique
entre-les-Etats et annula formellement la France en 1778 -Le rcit de la Victoire autant que militaire et scientifique. Les
S 'ordonnance relative a la succession. de Yorktown en 1781 -Le sceau national du Etats-Unis constituent une vritable rserve
LA LAMPE INCANDESCENTE DE Gouvernement en 1782- Texte de laI du monde dans tous les domaines et ils en
THOMAS EDISON.- Ce gnie recut, aprs reddition de Lord Cornwallis -Une carte ont donnla preuveenmaintes circonstances.
essai, le 21 Octobre 1879, un Brevet, le 27 exate des 13 premiers Etats de I'Union- La dee ila des ralisations amricaines
Janvier 1880, pour son invention laquelle premire Constitution en 1778 sur. demeure mpressionnant et autorise Grandtoutes
i1 consacra sa science depuis 1877. Edison parchemin- Des grosses de la Dclaration de les esprances pour avenir de la Grande
fut bnficiaire de 1,300 brevets pour des 'lndpendance-Texte copieux sur le Nation Amricaie.
inventions en differents domaines. gouvernementd'un ..Empire. amricain ,,parr
Jefferson en date de 1786. -Sketch des
premieres oprations d'arpentage de terre
S LE SEIZIEMEV AMENDEMENT.- Cet dans le Nord-Ouest selon 'ordonnance de
; Amendeement qui. date de 1913:tablit de la -Terre de 1781. La Constitution de
faconr constitutionnelle une taxe sur le 1 78 Ratificatoi paies Etats de la
revenu des individus. Elle a produit des Constitution du 7 Dcembre 1787-La
S changements importants dans la vie Premire lection presidentielle du 13
americaine. Septembre 1788 La Premire crmonie
d'inauguration prsidentielle de 1789 -Une
LE PROTOCOLE DE REDDITION DES remarquable photo de George Washington
FORCES JAPONAISES en 1945.-Les reprsentant I'homme mesurant 6 pieds et
Etats-Unis sont officiellement entrs en 2 pouces. La Qute de la Dclaration des
guerre aprs I'attaque de Pearl Harbor. La Droits -La Dclaration des Droits- Des
guerre avait pris fin en Europe ds le sceaux nationaux de plusieurs Etats avec la
VE-Day en date du 8 Mai 1945, mais elle mention bien connue "E Pluribus Unum".
se poursuivait encore en Asie. la bombe
atomique sur Hiroshima et Nagasaki a
provoqu la reddition des forces japonaises,
-le V-J DAY. c'est-a-dire le 15 Aot 1945.
Le Document fut sign dans la bai de /
Tokyo, a bord du Missouri, le 2 Septembre -"
1945 par les autorits militaires japonaises
et les reprsentants amricains.

LE PLAN MARSHALL.-Le Secrtaire
d'Etat, Georges Marshall dclara, -dans un
discours Harvard Univempchersity le 5 Juin
1947, que I'Europe ncessitait une aide
.;substantielle pour sa reconstruction; et que
sans elle, le Continent europen ferait face
a une d -trioration de sa structure
conomique, sociale et politique.. Le*
Programme de Rcupration Europeene
devait en outre empcher la Russie, de
dominer I'Europe Occidentale. Une
assistance conomique massive de plus de
17 billions de dollars fut octroye de 1948
1951 I'Europe.


S LE TRAITE DE SALT. (Strategic Arms
Limitation Talks Agreement) Les grandes
puissances convinrent entre elles de
maintenir I'galit du matriel de guerre.
Des accords ont t consolids par un
Trait qui fut sign Moscou, le, 26 Mai
1972 par le Prsident des Etats-Unis
Richard M. Nixon et le Secrtaire Gnral 44
Leonid Brezhnev. de I'Union Sovietique.
UNITE, Julyv 4, 1976

ij2






Christophe et dvautres, fidles lieutenants garantie formelle donne I'indpendance
TOUSSAINT LOUVERTURE... prendront la relve, continueront la lutte amricaine fera dire Henry Adams que
(Suite de la pge 5) jusqu' ce que le soleil du ler Janvier 1804 CE GOUVERNEUR NOIR" EXERCA SUR
(Sudelapageinond de ses rayons radieux le ler Etat LES DESTINEES DES ETATS-UNIS, UNE
destinebunevictoireventuelledel'Anglete- noir du monde et la seconde Rpublique INFLUENCE PLUS DECISIVE QUE
rre en Europe, les plus ralistes tel un John indpendante de I'Hemisphre occidental: NIMPORTE QUEL GOUVERNEUR
Adams, un Pickering, devaient finir par se (2) Hans Schmidt The United states
rendre a cette evidence: Le sort de Et c'tait la fin du cauchemar amricain, Occupation of Haiti -p.27- Rutgers
I'indpendance des Etats-Unis 1798-1799, q allait consacrer I'achat de la Louisiane University Press in Brunswich, New Jersey.
dpendait beaucoup plus de St-Domingue, "The Louisiana Purchase": mettant fin au (3) Arsene Pompee, Haiti devant les
I'ile voisine, que de Londres ou de Paris. r@ve napolonien d'un grand empire Problmes Interamricains P. 33 Imprimerie
1799, moment douloureux pour la ijune frangais dans la valle du Mississipi. De de I'Etat, Port-au-Prince, Haiti, 1947.
nation qui s'entendit dclarer par le cela, sont convaincus des-- historiens
Directoire qu'aprs James Monroe, la amricains tels William Miller, John Hope Ne pensez vans pas que ce soit ces faits
France ne recevrait plus d'envoy des Franklin, Hans Schmidt. Ce dernier, dans parmi tant d'autres, qui arrachrent du
Etats-Unis d'Amrique. Une mission son ''THE UNITED STATES coeur de I'historien C.L.R. James ce cri:
compose de John Marshall, Charles OCCUPATION OF HAITI" p. 27 rappelant "Les haitiens, en vrit, ont crit dans
Costesworth Pineney, Eldridge Gerry, se I'intention de Napoleon d'tablix cet I'histoire universelle des pages que tous les
rendra a Paris dans une vaine tentative Empire francais en Amrique avec coliers du monde devraient apprendre par
d'viter la rupture. De Berlin Henry Adams St-Domingue comme soupape de sret, coeur et apprendront certainement un
enjoint son pre, tout en tant modr, de admit que "Toussaint Louverture dans sa jour"?
se montrer ferme. La mission arriva rsistance aux forces de I'Expdition devint
malheureusement Paris, au lendemairn la premire ligne de dfense des Etats-Unis; VoirMarceauLecors "LaPolitiqueExtrieure de
d'une victoire de Napolon en Autriche, le que la dfaite des troupes frangaises a Toussaint Louverctre p. 5La6 Port-iu-rine,u
Directoire tait donc au fait de sa St-Domingue jointes aux difficultes Chraquit.
puissance. Un membre en profita pour recontres en Europe par Napolon le
essayer de soutirer des envoyes amricains, poussrent abandonner son reve d'Empire ,
$250,000.00 pour le Ministre des Affaires du Nouveau Monde.
Etrangres, un prt de 10 millons comme LES VOLONTARES..
rparations pour les insultes faites a la Ce qui reste peu connu, c'est I'action (Suitelapage 13)
France par le Prsident Adams, ce, comme directe exercee par Toussaint Louverture
conditions .prliminaires toute sur I'lndpendance des Etats-Unis terme leur brillante participaton. Le
ngociation. C'en tait trop. La Nation (1798-1799),. au. temps de la politique rembarquement des francais se faisait dans
entire fut informe de ces humiliations. agressive du Directoire contre le une prcipitation qui frisait le
Le Congrs dcida de la Cration d'un Gouvernement de John Adams. sauvequi-peut. L'invalidit de d'Estaing le
Dpartement de la Marine, I'arme remise II avait t dcid par le congrs manque de provisions, le mauvais moral des
sur pied de guerre, le genral George amricain la rupture de toutes relations soldats avaient paniqu les esprits. Une
Washington prt en assumer le commerciales tant avec la France qu'avec :sortie des forces anglaises aurait toutes les
commandement, sous le titre de lieutenant ses dpendances. A des Fedralistes tel un chances d'encercler les frangais d'une part,
genral. Thimothe Pickering avait apparu clair de dcimer les amricains d'autre part. Ce
II est reconnu que si John Adams qu'un accord avec Toussaint pourrait sera la gloire des Chasseur-Volontaires de
n'tait pas un brillant administrateur, par prvenir une invasion noire par le Sud. Sain t-Doming u e d 'avoir tenu en
cntre en sciences politiques i sy Toussaint de son cote dont les idees respect I 'ennemi pendant le
connaissait mieux ue la plspart de ses d'!ndpendance taient prononcees, ayant rembarquement. lis taient I'arrire-garde
contemporains. Aussi devait-il finir par saisi tous les avantages a tirer d'une pour djouer les plans anglais ."lls avaient
realiser q'"un accord en 1799, avec le alliance avec les Etats-Unis, "tat plus compris, crit le gnral Nemours, que
puissant Gouverneur de St-Domingue, sympathique, moins dangereux que la c'tait sur leur courage que reposait le
pouvait garantir I'indpendance de son Grande Bretagne", comme dit Thomas Ott salut de I'armee; ils. n'hesiterent pas.
pays, d'autant plus que ce Gouverneur dans "THE HAITIAN REVOLUTION", sacrifier leur vie. IIs .lefirent avec la plus
ayant longtemps masqu son jeu -jurant entrepritidirectemnt" des demarches pres belleet la plusintelignte teminatio
toujours fidlit : la France, alors que- du Prsident JohnA d a~ldait lissant on Ler c e ti pt
t ou t son a tion co du isa it seulement les reations commrciales avec la de failir. Aucun eux e trasgea Fermes
'lndpendance), Tou ssaint, aprs Rpublique toilee, mais envoie Joseph a: eur poste prs danger ils
1798-1799, ne se cache plus au point Bunel comme son Reprsentantpersonnel a avaient ecrit une difiante page d'histoire
qu'Edward Stevens, consul amricain Philadelphie, tandis qu'il regoit au Cap. internationale.
accredit au Cap, put crire le 18 Fvrier Mr. Edward Stevens, en qualit de Consul L'expedition de d'Estaing connut un
1800 son secrtaire d'Etat Pickering: gnral, avec. des pouvoirs semi chec, mais ne. fut .pas ihutile. Elle fut
diplomatiques. mme heureuse par ses consquences. Elle a
"L'tat de cette colonie rvele une contribu la victoire des armes
marche vers :une tres importante- crise Dans une lettre'persnnelle au Prsident amricaines. Car cette action a ravi auhaut.
politique. La division de la Tsoreorie et le des Etats-Unis datee du 28 Avril 1799, Etat-Majo-r anglais sa belle assurance.
controle des civils et militaires ont T t Louvertre dsapprouve les Comme I'crivent lesfran;ais: l
ouvertement assums par le Gnral-en-Che ataques les corsaires franais conte les "...ULaparition de la flotte frangaise
et ses officiers. Tout annoice une prompte ares aricains propose lissment sur les ctes de Gorgie avait suspendu les
dissolution des liens 'qui- unissent-. cette .itpror ofensifs ]es anglais, trlndu -les:-
impsoante cloie. qu t ett de liens d'intrt et d'amiti, de liens progrs offensifs ds anglas sur
importante coloniea la Mtropole Tant provinces merTidionales. L'alarmie du Gnral
que je e connaissais pas tese inntions fondt sur la justice et la liberte, Toussaint Clinton fut si vive New York, que jce
relles de Toussanu jhtesiterais a vos en prie le Prsident :Adams d4couter -:aVec :: I rdonna le 27 octobre ~jl'vcuatiohi
parler. Maintenant que je les connais, c'est attentiol:le Consul Edward Stevns, qui du Rhode-lsland".
mon devoir de vous en informer. II prend lm, Tousaint, aurait remis un message
des mesures lentemnt mais surement. S.il :veral etsre-ement importans t aprpos des
n'est pas inquit- II sauvera la facade tros respecs ds dx n Grard M. Laurnt, historin bien cnn, aterd
pendant un court espace de temps, mais Gouveieur noir donne enfin au Prsidet divs ourages, dont le derner, "aitfi et:
aussitot que la France interviendra il des Etats-Unis, ila garantie qu'il repondait 'Indpendance des Etats-Unis" pa cette anne l
enlvera le masque ef dclarera la colonie du prsent et de I'avenir. Jamais nous ne Port-au-Prince, est actueltement Directeur du Muse
indpendante. saurions le sens de ce membre de phrase Nationald'Haiti.
pe e pas plus que le contenu du message verbal,
Sur cette importante affaire, j'aurai si une indiscrtion du Consul Stevens,
I'honneur de vous crire plus amplement transpirant dans sa dpche du 23 Mlai
par premire et plus sre occasion. 1799, ne mous informait (l'ide tait dans
Edward Sevn I'air depuis 1746. Victor Collot de l'Ohio
Edward Stevens ayant t dpich dans le Mississipi pour
(1) reprer les points stratgiques), (2) si la
Comme observateur politique le consul dpche ne nous informait que I'Agence de Toute correspondance au journal devra
Stevens avait vu juste. En moins d'un an, St-Domingue avait reccu des ordres formels etre adresse.comme suit:
Toussaint sortit la fameuse Constitution de du Directoire d'envahir les Etats
1801 considre comme I'Acte Mridionaux des Etats-Unis, colossale
d'lndpendance de St-Domingue, par le entreprise, dont I'xcution avait t
'Ministere de la Marine. La raction ne se confie au Gouverneur Toussaint
fit point attendre. Plus de 30,000 hommes Louverture. (3) Mais jamais cet homme, Louis A. Brun, editor
parmi lesquels des vtrans des guerres dira de lui Wendell Philipps, a manqu sa UNITE
d'Egypte et d'ltalie, solides gaillards de la parole. Fidle ses engagements P.O. Box 707
grande arme, formaient la plus grande antrieurs,a ses traits d'alliance, au jour
expdition qui ait jamais travers les mers, "J", en lieu et place du canon d'alarme, de Canal Street Station
destine I'anantissement de I'autorit de vaisseaux transportant des soldats arms New York, N.Y. 10013
Toussaint St-Domingue. Sous le poids de jusqu'aux dents en direction de la Floride,
la force, puis par la fatigue, abandonn ce fut un dcret, celui du 12 Juin 1799
son sort par ses allis d'Angleterre et des qui paraitra et dont I'article 2 stipule:.
Etats-Unis, Toussaint succombera, sera "Aucune expdition ne sera entreprise
arrt puis dport. Mais Dessalines, contre les Etats Unis d'Amrique... Cette
12 UNITE, July 4,1976





ni ne pouvait recevoir toutes les troupes
frangaises.
En outre, la ville de Savannah que
A BRA-BAM LINCOLN d'Estaing entendit occuper tait "borne au
Nord par la riviere qui porte son nom,
protge I'Est par un vaste marais et a
I'Ouest par un terrain en grande partie
vaseux .qui rendait trs difficile une
attaque".
D'Estaind dbarqua 2,400 hommes qui
firent joncti'on avec 2,000 soldats
amricains commands par le gnral
Lincoln. Rapidement, ii fit encercler le
Sgnral anglais Prvost. Ces oprations
Stermines, il somma les troupes anglaises de
l se rendre. Mais, sous prtexte qu'il
runissait un Conseil de Guerre avant la
Scapitulation, Prvost, trompant la vigilance
du Comte d'Estaing, fit construire avec
Sclrit des redoutes garnies de ronces et
Sd'abattis et obtint en un temps clair I'aide
des troupes de Beaufort et de Port-Royal.
Ce fut contre cette vigoureuse rsistance
que se cogna le comte d'Estaing, surpris et
Sdsempar.
Alors, bless dans son amour-propre et
Sirrit des s'tre laiss mystifier, I'Amiral
i dcidad d'avoir le dernier mot a la faveur
d'un sige serr. A cette fin, it fit creuser
par les Volontaires-de Saint-Domingue des
tranches qui ceinturrent la ville. _Des
consignes severes isolrent compltement le
gnral anglais qui tenta par des efforts
hroiques de briser I'tau ou de contrarier
les manoeuvres.
Mais, on tait a la mi-octobre. L'automne,
avec ses frquentes temp^tes,.ses clangereuses
bourrasques, ses brusques alternances de
temprature, approchait pour menacer la
flotte frangaise, dmoraliser les soldats,
paralyser d'Estaing qui dja confrontait un
cuisant problime de manque de vivres.
Tant d'inscurit et d'inquitudes
inclinrent le comte I'adoption d'une sage
mesure: emporter la ville d'assaut. Un plan
bien structur, des consignes svres et
.prudentes, cdde.- la discrtion, taient des..d. .
critres de succes que ne ngligea pas
I'Amiral, dej assur de I'appui de la
vaillance.
SO.n donn a l'assaut le 19 octobre.
Nous payons ici un hommage special a celui qui non sulement proclaina l'bo'lition aMais ins eux br nebls troes,
de l'esclavage aux Etats-Unis mais qui fut le premier a reconnaitre l'indpendance de la da staises Deut rfis leisst le aorn e
SRpublique d'Haiti. M. Lincolneut aussi pour ami et confident, un haitien d nom de tai n n orde
William de Florville, connu aussi sous le pseudonyme de "Billy:the Barber" qui fut son retraite, aissnt, dans cn mdsordre b qui
frisaitJ-la drOute, un champ de batal
coiffeur. jonch de blesss, d'armes de munitions.
.Trois jours aprs, c'tait le tembarquement.
S ES VOLONTAIRE montrer.Aprt s Un action claiM, plutt Mais en quoi consistait Ja participation
S..monstrative, i mettrait le cap sur des Volontaires de Saint-Domingue, de ces
g(Suitede la page 10) Touton. futurs haitiens que ,histoire a prsenats
comme les hros de cette expdition?
le dsir de mieux se faire valoir aux yeux S'il faut s'arrtr. son propre
des .-blancs, de -mriter: leur estime aet.e. tmoignage, i'Amiral -entendait tout juste :Avec leurs sots prjugs, ;es blancs
peut-tte-leur reconnaissance.M Pour .tre .... montrer :au gouvernemenit -fdral ue. la: mprisaient ces-auxiliaires noirs. Dans, les -
admis dans une socit qui les repoussait France savait honorer ses. engagements. Le camps; :on dbitait: sur lr eur c prco pt~ dks,
Sinjustement, lis taient prts -a recourir sort des amricains, ii faut le reconnaitre, billeveses; orn lanqait a leur adresse des:
de-: actes probants, ttnoignant de leur ne sem.blait pas tre. un lment. broc'ard on les provoquait. On es
-bonne foi. lis taient H l'affut d'une action -- diterminant dans la dcision de d'Estaing. invettivait parce qu'au dbtt leur mission
d'clat; -is guettaient' une occasion de ais .c dernier sera- pris dans une tait de ouiller Jes .tranches. On les.
prouver leur attachement, aux blancs et engrenage. Contrairement i ses prvisions, iu ridiculisait. Seuls Ieurs, chefs observaient;-,
d'en convaincre. Des -amricains luttant passera plus de .30. jor ur le sol our le mentionner dans leur rapport,qu'ils
pour l'indpendance tait une cause belle, amricain..11 se battra, perdra des hommes, faisaient ce travail sans souci des bailes qui,.
juste, qui recontrait -leur aspirationi, une- assistera mime, le :coeur. contrit, la sifflaient autour -deux et -sans s'mouvoir
cause s'identifiant -la leur. lis iront donc dispersion de sa flotte. des sorties furibondes de I'ennem. gn par
offrir leurs poitrines courageuses comme un -ces. dispositions tactiques.
rempart a l'oppression. lis verseront leur Parti de Saint-Domingue le 15 Aout
sang pour sceller un pacte avec la grandeur et 1779, 1'Amiral, au: dbut du mois suivant, Ces Volontaires etaient venus pour se
unir leur idal a cefui des amricains. eut subir- 1 la. tte de son escadre un battre;- lis feront montre de valeur, de.
violent coup de vent qui en endommagea courage, de prestige.
Ces soldats qui composaient le Corps des les bteaux, abma des carnes, emporta
Chasseur Volontaires venaient de tous les des ancres, fracassa des gouvernails. Ce L'assaut command par l'Amiral
points de la colonie. IIs s'taient runis flau I'obligea a faire station pour des d'Estainl s'tait dsarticul dans la
dans le Chef-lieu de chaque Quartier. Selon rparations sommaires. C'est ainsi qu'il se confusion. Le moment tait crucial: la
I'Ordonnance du 12 mars 1779, les lieux laissa attirer par una ile vacue, azmoiti dfaite prenait les proportions d'une
de rendez-vous taient: pour la partie du noye, o0 il s crut en scurit.: c'tait droute. L'ennemi s'appretait a canarder les
Nord et du Mirebalais, au Cap; pour la I'ile de Thybe, qui se trouve soldats franqais et amricains, gars dans
partie de I'Ouest, Saint Marc en vue de I'enbouchure de la rivire de Savannah. Un les marais, affols, fuyant dans toutes les
se rendre au Mole; pour la partie du Sud, marais la sparait de la ville de Savannah, directions. l Is furent sauvs
Saint-Louis. en possession des anglais. D'Estaing dcida par les auxiliaires de St. Domingue qui
d'occuper cette dernire. Mais la zone arc-bouts au fond des tranchees,
La flotte au complet laissa le Cap le 15 tait peu propice a une base oprationnelle. empechaient toute sortie de I'ennemi. Aux
Aot 1779, Elle tait destine a galvaniser Cette rgion marecageuse, malsaine, avec intrpides soldats du gnral Maitiand, ils
les soldats amricains. Selon le comte une riviere peu profonde, impropre a toute s'opposrent par une rsistance opiniitre.
d'Estaing, huit jours de manoeuvre bonne strategie militaire, ne convenait pas Ces faits d'armes n'avaient pias mis uiL
suffiraient pour faire triompher la cause au mouillage de la flotte. Elle offrait peu
amricaine. II ne ferait donc que se de scurit, .n'abritait pas contre la nature (Suite page 12)
UNITE, July 4, 1976 13








PRi: OPOS D'DUCATION BERNADETTE CELANGES DIPLOMEE DU
WASHINGTON IRVING HIGH SCHOOL
Rose Lhrisson Michel..
Nous sommes au moment ou I'on voluint en un certain sens pour
parle de baisse de I'enseignement, le devenir un adulte parfait. Ce mot en
mot faillite est aussi prononc,en lui-mme sert a dterminer les
passant je souligne que ce n'est pas diffrentes disciplines qui concernent
seulement chez nous qu'on entend ces enfant: ducation physique,
propos, les grands pays en sont aussi intellectuelle, morale, travaux manuels.
affects.
A la faveur de ces concepts, deux
SOccupons nous plus particulierement coles pdagogiques ont pris naissance:
de ce qui se passe chez nous. l'cole traditionnelle qui s'appuie sur
Cherchons les causes, discutons, le dveloppement de I'intelligence par
tudions les moyens a employer pour I'acquisition de connaissances fournies
trouver des solutions adquates tous par les legons du maitre,et I'cole
ces problmes importants et pressants. noyvelle dsignant tout un ensemble de.
techniques a apprendre en faisant
SLes meilleurs parmi les jeunes ont I'acquisition des connaissances parles
pris une habitude de rvolte, de activits personnelles d I'enfant. On
paresse. II faut avouer qu'ils n'ont pas substitue au travail impos. le travail
toujours de bons examples sous les libre.
yeux. Une discipline nationale est
Stablir et nos enfants, pour. ne pas dire Ceci tant pos, quel est le but que
tous les haitiens, devraient se rendre nous, haitiens, nous entendons donner
compte des liens de solidarit morale, d I'ducation ,de nos enfants, pour
sociale, conomique etpolitique qui les parler plus catgoriquement, que
unissent. voulons-nous qu'ils deviennent? A quoi
nous rpondons que nous voudrions Imprsionn par I'enseignement primaire amricain
Plusieurs causes sont la base de qu'ils deviennent des hommes, c'est Jques uette dssa tpropo
cette dficience ducative constats ces dire de bons chrtiens, de bons le systsme en France. En Haiti Maurice Dartigue lors
jours-ci. II y a actuellement une citoyens, de bons pres de famille, en de son passage I'Education Nationale tenta de l'y
pnurie d'duicateurs qualifis. Les un mot des responsables. introduire, malheureusement sans succs. Mauvaise
maitres sont choisis au petit bonheur et approche? Dans tous les cas, les jeunes haitiens de
d'aprs des considrations sans aucun Je m'explique,des hommes, c'est a New York, ant fait montre d'une telle facilit
rapport avec le but de I'ducation. dire des etres au corps sain au coeur d'adaptaton qu'on en reste tonn. Assez souvent, ils
Certains choisissent cette carrire bon, e la volont discipline, I'esprit dant uonpre e u i. e
parcequ'elle let r plait, d'autres, faute ouvert, capables d'acqurir des dpassent l ju oasemon d mm Brooklyn, auj oird'ui
de mieux, connaissances utiles et de s'intresser en
de mieux. cpner n ieu an u c hes et de s'intresser en c'est Bernadette Clanges, fille du blanchisseur bien
Parmi ceux qui sont en fonction, l er ua es c e connu de Broadway, qui vient de ceuillir des lauriers
v en a neu A fir mntre l de eur asm nt ds ctyen aant ue Washington Irving High School a Manhattan.
conscience professionnelle, le salaire dignement de leur rivile de Co-directrice du journal de l'Ecole, Prsidente de
inmsuffisant n'encourage pas le grandi t p gI'Association des E lves, MIonitrice engage pour
nombre, puis un manque de srieux et ispensateur de puvir, plaant leurs assister les- plus faibles sont hl autant de faits qui
d'honnltet, dans les examens de devoirs sur le mlme plan que leurs prouvent tntde la part de sesprofesseurs que de ses
slection tablit des promotions qui ne Droits; des pres et mres de famille camarades, la grande considration- que lui valent ses
rpondent pas au qualificatif demande, soucieux du bienetre de leur foyer, non qualits de coeur et d'esprit. "'Outstanding, very
e'' -, luxe t de la ri chs* y to,,t psix.
Sune absence de discipline dans la du luxe et de la richesse tout prix. capable..." tels furent les mots qui accompagnrent
formation morale. lis devront itre pour leurs enfants les compliments prsentes Bernadette par ses
I'appui, I'autorit vigilante jamais en professeurs.jeudi dernier Carnegie Hall.
Le problme prioritaire haitien, plus dfaut. Des chrtiens convaincus payant Bnficiaire d'une bourse d'tudes Bernadette
que celui de tout autre pays, est un d'exemples car nous savons que serapf commencel'automne prochain son "college" Staten
problme d'ducation et de formation. vain tout effort qui ne s'-eclaire sur la Island (elle aurait choisi les sciences politiques), tape
L'instruction publique n'est pas nature et la udestine de I'homme. devant la conduire la-carriere juridique. De tels
seulement un moyen de libration A tout but ilt faut des mayens. lments font la joie des parents et sont la gloirede
intellectuelle c'est aussi un levier Sans verser dans un chauvinisme vain et notre Communaut et de notre Nation.
puissant qui ,fait surgir des couches ridicule, on doit vouloir crer I'cole
profondes de la Nation pour la haitienne qui devra duquer le petit.
revivifier, des sources d'nergie, de haitien qui forme notre clientle
.capacit, des hommes pntrs de leurs scolaire et qui est le futur citoyen de
devoirs. Quand malgr le taux lev de I'Haiti de demain. Cette cole qui
I'analphabtisme chez la majorit nous presque toujours supple la famille et
considrons le fini des productions porte seule la formation complte de
artisanales, que I'agriculture, I'levage, I'idividu. Notre intrit national est-de
les transformations des petites crer, par I'ducation, de jeunes
industries sont le fait de nos paysans haitiens capables de raliser la force, la
illtrs qui supportent notre conomie, puissance sociale et morale par
on peut se poser cette question a lesquelles nous devons nous affirmer.
savoir- qu'est-ce qu'il en serait avec un
peu d'instruction? Dans toute L'ducateur expriment connaisant
dmocratie I'instruction du peuple est les travers de notre milieu, les tares de
mise enpremier rang. notre mentalit, -j'en cite: un faux
concept de supriorit qui dgnre en
S'il faut considrer aujourd'hui le prjug de couleur, de localit, de rang
but de I'ducation, iu est ncessaire de Social; I'envie et la jalousie
s'entendre sur le sens de ce mot dont
endmique, le complexe d'infriorit de
maintes acceptions et dfinitions ont certains se manifestant par un
t donn par les pdagogues de tous sentiment de frustration qui en fait des
aigris, des haineux, etc. Cet ducateur
Eduquer I'enfant, c'est le faire 1I pourrait combattre toutes ces ides.
penser, c'est ncre dvelopper inexactes, les dtruire, les liminer,
harmon, usement le corps et I'ame. ouvrir trs tt les yeux des petits,
C'est lever, tirer du groupe, de la diriger leur esprit vers la conciliation, la
f comphension qui fera connaitre et
foule, pour mettre sur un plan admettre la valeur de chacun, qui
suprieur. C'est faire agir. En terme
gnrique on emploie le mot ducation dveloppera en eux la canfiance dans
pour parler de la formation totale de leurs possibilits, qui crra I'esprit de
I'enfant, hqmme embryonnaire, (Suite page 12)
14 UNITE, July 4, 1976





-os~ .' 1 -- -'cmo. -Non~




EC H. d 'IHAT 1















LIM

PROGRES DANS LA LA LITTERATURE

TELECOMMUNICATION EN HAITI
AU BACCALAUREAT

Par FRANTZ MICHEL

Le 28 Juin prochain dbuteront propension au bachotage dans cette
Port-au-Prince (sige unique) les matire particulirement importante. En
examens du baccalaurat. L'optimisme effet, on n'impose pas une discipline
ou I'inquitude imprgne le visae de .aux .. es dans le seuisouci de nepas
Sro-acner. ir- antf pas ou bli la s'carter d'une certaine tradition
catastrophe de I'anne dernire. Le encyclopdiste et intellectualiste. En
cycle dU dsastre va-t-il s'largir? d'autres termes, tout enseignement
SCertains, pobablement, par manque de rpond une finalit, s'insre dans une
commodit la maison, transforment philosophie qui le justifie.
les places publiques enn sale.' tude.
On -les voit s'affairer sous les pylones Je me demande souvent ce que
lectriques, le long des trottoirs, pensent sincrement les lves d'un
I'ombre des arbres s'astreignant d cours de littrature. Je sais qu'un peu
mmoriser laborieusement les matires partout dans le monde, grdce un
prvues au programme. Les retardaires systme pdagogique adquat, on
font les bouches doubles. Tous cherche rendre I'enseignement plus
fourbissent leurs armes pour affronter pratiq ue, plus fonctionnel.
les preuves prochaines avec le Malheureusement, nous avons tendance
maximun de chance de succs. Et nous enliser dans le psittacisme, et
pendant ce temps, les clercs discutent, nos lves des classes terminales n'ayant
s'interrogent, doutent. Faut-il supprimer qu'une vision trs limite des objectifs
Sle baccalaurat? Faut-il le repenser en de I'tude de la littrature (francaise ou
L'Antenne rceptrice parabolique de la Station Terrienne de Port-au-Prince. fonction des exigences de la socit haitienne), font du bachotage la clef de
moderne, de notre soct? Joue-t-il voite de leur succs.
Vient d'ntre inaugure en Haiti par le President de la Rpublique, une valablement son role de tamis?. Autant
Station Terrienne dite Jean-Claude Duvalier, une rvolution dans le de- questions qui crispent certaines Ces considrations, je les ai souvent
domaine de la tlcommunication. Un journal du pays salue I'vnement m et qui restent pour leformulespour mo-m e et en cerces
en ces termes: "Cette conqute dtruit magnifiquement notre isolemen't nnes et u restent p ormlesur m m e et en es
insulaire. Elle renverse en mme temps les barrires ainsi que se sont moment sans rponse. d'amis intresss la guestion. Je les a
plaintes tant de gnrations d'haitiens.-que notre parler francais a erige uries a partir d'une experience
autour de nous au milie d'un Continent, dun Archipel des Caraibes, Un professeur de Littrature, M. personnelle de six ans dans
hispanophones et anglophones. Cette conqute assurera des succs rapides Normil DAUPHIN, alarm par les I'enseignement en Rpublique du Zire.
dans le combat si ardu contre I'ignorance en facilitant non seulement les checs rententissants en francais, a pos L-bas, deux grands ordres d'objectifs
progrs de I'instruction secondaire, la diffusion de programmes specialiss u n probl me important: le gnraux sont assigns au cours de
sur la chimie, la physique, les sciences exactes, la gographie, mais aussi et dsenchantement pour la littrature et Littrature:
surtout stimulera la propagation des lumires de I'ducation primaire en le non approfondissement de la langue
aidant .. inculquer a nos millions d'analphabtes les notions lementaires de Voltaire dans un pays, dit-il, a) Eveiller la sensibilit de I'lve,
de lecture, d'orthographe, de vocabulaire, de pronanciation et d'criture."nt nos former son ot, son jugement,
'francophone". Et ce sont nos former son got, son jugement,
(Le Noudeau Monde, 22 Juin 1976) rflexions sur cette discipline que nous dvelopper son esprit critique et sa
allons offrir aux lecteurs de "UNITE". curiosit intellectuelle.
Que propose Mr. Dauphin? b) L'lnformer des grands courants
des pense et-de sensibilit.
Rejetant le systme du tirage au
sort, il suggre d'imposer aux examens Puis, un principe essentiel est pos:
BEN'S RECORD CENTER la littrature francaise et la littrature La littrature francaise tant une
8 TRACKS. CASSETTES AND NEEDLES haitienne et de porter le coefficient de littrature trangre ne saurait
toutes les matires deux. Mr. bnficier de I'exclusivit par rapport
Dauphin ne manque pas de bon sens, aux autres littratures trangres a
ALL TYPE RECORDS: mais nous estimons qu'il n'est pas all vocation internationale et riches de
AMERICAN. HAITIAN. 33 NO. BROADWAY au fond du problme, c'est dire valeur humaine.
FRENCH. SPANISH & REGGAES NYACK. N. Y. 10960 I'enseignement mme de la littrature.
Et cela si I'on veut rduire la (Suite page 16)
UNITE, July 4, 1976 15






L MUSEE D'ART HAITIEN. DU PROPOS D'EDUCATION...
COLLEGE ST-PIERRE ET LE
BICENTENNAIRE: DES ETATS-UNIS. (Suite de lapage 14)
E C H O S Di Dans le cadre des manifestations continuit que nous trouvons dans les
clbrant en Haiti le Bicentennaire de institutions comme I'Eglise qui en fait
I'homme en face des grands problemes, I'lndpendance Amricaine, une grande la solidit et I'autorit. L'colier
LALITTERATURE... les caractristiques de certains courants exposition a t organise par le Muse acceptera comme chose normale que
(Suitedela page 15) de pense et les lignes directrices des d'Art du College St. Pierre I'individu acquiert des biens et en
e ides et de I'art littraire. C'est de Port-au-Prince. Inaugur, il a quelques dispose comme il veut. II admettra que
Ainsi le thatre de Shakespeare, le I'tude comparative de textes classiques, jours, elle continue d'attirer les coliers et chacun droit la libert de son
roman russe, le roman anglais, tout romantiques, symbolistes ou autres que le grand public qui acquirent grace aux opinion. II saura que I'Etat est une
comme, la jeune littrature les courants littraires sont dgags. images plus que vivantes, une reprsentation continue de la
ngro-africaine seront prsents aux Alors une dfiniion claire en est connaissance plus intime de I'Histoire des communaut, que les monuments, les
lves. Vous penserez sans doute au formule. Ainsi, pas de notes Etats-Unis. institutions, les marchs, les hopitaux,
bourrage de crane. Je vous dirai que dsincarnes, abstraites, pas de coles doivent etre entretenus,
non, car le programme EXCLUT TOUT dissertations-type purement littraires amliors, augments puisqu'ils lui
COURS SYSTEMATIQUE D'HISTOIRE que les lves apprendront par coeur. appartiennent et qu'il est normal que
SDE LA LITTERATURE ET chacun de ses reprsentants reprennent
R E C MM A N D E L' ETU D E Mais des sujets comme celui-ci: la suite des travaux du prdcesseur en
THEMATIIUE. Quelques grands "Chaque progres nous a chasss un y ajoutant sa pierre et son fini.
thmes sont suggrs: peu plus loin des habitudes que nous
avons acquises et nous sommes Le temps.qu'il faut passer I'cole
A.- L'homme et la Socit Autrui, vritablement des migrants qui n'ont primaire pour la plupart est restreint. II
I'amiti, la famille, conflit de pas encore fond leur patrie. II nous nous faut envisager un systme qui
gnrations, condition de la femme. faut rendre vivante cette maison qui puisse en un minimum de temps
n'a pas encore de visage". I donner l'enfant le comportement
B.- L'Homme et la destine: Origine, e normal en face de la vie.
le sens de I'histoire, I'angoisse, la Expliquez et commentez cette image
conscience, I'engagement... que Saint Exupry emploie pour figurer Un pdagogue a dit: "L'cole c'est
le progrs. Rpondez partir de votre une prparation la vie." Je dis I'cole
C.- L'homme et la nature: situation socio culturelle propre. c'est lavie. L'cole primaire ne doit
Ractions affectives: la passion de pas se contenter de prparer I'homme
savoir la joie de la dcouverte, lutte Ces considrations nous ramenent dans I'enfant. Elle faconnera I'enfant
contre la maladie, la nature dompte ncessairement Haiti. Dans I'ensemble, jelle I'aidera a ragir contre I'imprvu
par l'homme etc... I'tude de la littrature trangere quotidien, adopter I'attitude familire
p (francaise excluvivement) ne va pas et ncessaire la vie active dont il fait
Pour aborder ces thmes, on part de chez nous au de li de 1850. A la fin partie. Elle lui donnera son mode de
textes' ayant un rel intrt humain, de ses tudes secondaires, le jeune vie prsente et le fera collaborer au
littraire ou au moins documentaire. haitien ne garde que la vision du bien du foyer. Elle I'aidera i s'intgrer
Pareille mthode permet non seulement romantisme frangais, alors que nous au groupe social constitu par la classe,
d'acqurir la maitrise de la langue, mais approchons de I'an 2,000. Les grandes I'cole, la communaut locale et la
aussi et surtout de discipliner I'esprit questions actuelles ne sont pas abordes communaut nationale. Elle ouvrira son
oy, 'obiigeant a 3unrrI e cril,m cnt -"a wLt6 JJnnre 1atre, Camus, horizon jusqu' lui. faire comprendre la
du p en uvs- ... Senghor, mais apprendpibemeVpt
d'une pensee trangere, a en extraire Senghor, mais apprend peniblment par communaut internationale.
Sl'essentiel sans en sacrifier les nuances. coeur des dizaines de pages sur la-
I. : i chanson de Roland, sur Villon, sur les La pedagogie haitienne qIu'l s'agira'
Si D' une maniere gnrale, les moindres petits faits du:regne de Louis e cr er piaitre qualii d
S textes sont emprUitts a diverses XIV ou sur les aventures de Mussetetr rvolutionnaire, ;it 'agira sans nul dote
littratures et replacs dans leur de Georges Sand. .: d'une rvolution pacifique. Elle sera
contexte historique et dans lescourants De plus, les sujets de dissertation .une fusion de I'ducation traditionnelle
de pense et de sensibilit afin d'en franaise ont vieilli: les memes depuis et de I'ducation nouvelle applique
saisir toutes les rsonnances. pus de cin quante ans : notre genre de vie, i notre milieu.
Corneille-Racine; Rousseau-Voltaire; Nous nous assimilerons les meilleures
Leur tude comparative permet aussi. Classicisme-Romantisme ou peu prs. qualits de 'une et de 'autre. Prenons
bien d'enrichir le dbat (puisque le la France, aux Etats-Unis, a tous les
S texte est un prtexte pour la discussion Ainsi I'on comprend notre centres de I'Amrique et de partoulI les
libre) que de prciser l'originalit du scepticisme quant aux solutions lments pour crer un systme
temps et du milieu auxquels ils proposees par le prof. Normil d'ducation nouvelle que nous
rfrent DAUPHIN. Si notre enseignement est revivifierons par nos contacts avec le
malade, et en particulier, celui du mouvement culturel du monde entier.
Choisis autant que possible suivant francais, ce n'est pas I'obligation faite II faudra surtout nous souvenir que
un ordre chronologique, ils permettent aux eleves de rdiger une double tout systme d'ducation qui ne laisse
aux lves de se faire une ide correcte dissertation littraire: haitienne et aux peuples la diversit e leur gnie
de I'articulation des grands mouvements frangaise qui endiguera le mal. II faut serait rejeter
de pense et de sensibilit. Et grice aller plus loin, c'est--dire dans la I
des synthses occasionnelles, ces mthode, prendre la langue francaise Gardons notre originalit,: nos :
derniers saisiront les composantes pour ce qu'elle est: une langue caractristiques personnelles au
essentielles des diffrentes attitudes de trangere et I'enseigner comme telle. milieu des peuples en marche. Ayons
.. notre philosophie de lIducation; UneI
-mthode n'est bonne que par les
_-_ rsultats satisfaisants que I'on obtient
CONTRaT SUR LES MINES LE DERNIEROUVRAG elle. Leibniz a dit: "Les maitres de
TRACT S L DEGERARD MILAURENT l'ducation tiennent dans leurs mains
EN HAITI. I'avenir du monde." Descendons du
L'Historien Gerard M. Laurent, actuel gnral au particulier et disons que nos
D'aprs le ouvelliste, un contat surMuse ationald'Hait ent. ducaters tiennent dans leurs mains
les mines, comprenant entre autres un titre: Haiti et I'avenir du monde." Descendons du
inventaire des gites miniers vient d'tre d publier sous le titre "Haiti ral a articulier et disons que
Ssign entre le gouvernement haitien et la 'in nependance Americaine" un C nos ducateurs tiennent dans leurs
compagnie amricaine Crux International r t v d 13 pagmains I'avenir du Pays.
Ltd. UNITE n'oublie pas qu'une loi de ouvrage qui vient a son heure a eu les
loges des confrLres d'Haiti. UNilTE qui
Soulouque avait nationalise le sous-sol
haitien, une loi avance de Geffrard pnur fera au moment opportun une analyse
sur les ines, d'autres is de approfondie de la derniere production de Rse Lhrisson chel
l'opoque, sur les mines, d'aureslois de M. Laurent, ne cache pas son admiration Ancienne directrice de
Nord Alexas et d entoie Simon p pour la prsentation impeccable de I'Ecole Normale d'nstitutrices.
'intrt national a t envisag et plac I'ouvrage, vrai chef-d'oeuvre de
au premier plan. I'imprimerie locale, en I'occurence, Les
Presses du Sminaire Adventiste". 0


S16 UNITE, July 4, 1976







lll TL II II DECES DE M G.J. SUTTON
I-- FRERE DU PRESIDENT DU
BOROUGH DE MANHATTAN.
On annonce, le dcds a San
SOIEIl DE FITINE BIGAT ET DE SON REVE onioTexas, du Rpubiin
UI UIE U IL IUMIMUL 11CAT LI ML UN RELYL G..L Sutton, de son vivant,
.membre de la Chambre
Lgislative du Texas. I1 tait ag
D'UNE HAITI DIGNH E BE 2. A S 'HISTIRE de 6 ans. Le dfunt qui fut le
frre du Prsident du Borough
Par: Laurore St. Juste de Manhattan, I'honorable Percy
E. Sutton, du juge Oliver C.
Sutton de la Cour Supreme de
Dans un article publi rcemment goft acquis du contact frquent des I'Education Nationale, un Dpartment l'Etat de New York. G.J. Sutton
dans LE NOUVELLISTE, Flix classiques, le raffinement qui en est de la Culture aux buts bien definis, un fut le Premier Noir lu une
Courtois voquait avec une normalement rsult, sautait aux yeux dpartement lui aussi avec ses instituts fonction publique dans le Sud
comprhensible nostalgie le souvenir de par I'aspect sobre et simple de sa dans les principaux points du globe des, Etats-Unis, depuis la
ces personnages d'il y a trente ou demeure o I'on notait I'absence de projetant I'extrieur aux moyens des Reconstruction. Militant des
quarante ans, qui emplissaient de leur tableaux mal proportionns et d'allur livres, des disques, magazines, journaux, Droits Civils, il a connu plusieurs
prestige un paysage qui semblait tre bizarre, attitude propre aux nouveaux films, photographies et peintures fois la prison.- En 1975, il fut
bien a eux. Exercant leurs activits riches du Far West .rieant un l'image relle du pays haitien.tout en, din r anAnni i
dans la magistrature, la politique, le arrivisme pour le moins grossier. "Self sur le plan local, rconciliant les design par le SanAntonio aily
journalisme ou le monde des lettres, ils made man", Fortun Bogat se donna haitiens avec eux-memes, par une Express News "L'Homme d'Etat
taient, dit Courtois, des hommes nanmoins une culture solide meilleures connaissance de leur histoire, del'Anne".
"arrivs" et on se les montrait du doigt I'habilitant parler de musique, de de leur littrature, de la vie de leurs Nous compatissons la
quand d'aventure on appercevait leur sciences occultes, de religion, de hommes illustres, de leur peinture de douleur de tous ceux que ce
silhouette le long des rues. philosophie, de relations internationales leur musique et de leur folklore. Le deuil affecte, particulirement
ou de politique amricaine, ce, avec la rappel des fonds haitiens dans les Notre Ami, I'Honorable Percy E.
Sans I'avoir exprim, je crois que meme aisance, en anglais, en francais banques trangres, une politique Sutton.
notre confrre dans sa pense, avait ou en espagnol. intelligente avec les banques tablies en
inclus nos compatriotes qui avaient Patriote il adorait le pays et pouvait Haiti (ne sont-ce pas les banques de
russi tout aussi bien dans le commerce peine cacher son chagrin de le voir dveloppement qui assurent a I'heure
et I'industrie. Reprenant un tel article incapable de retenir ses meilleurs fils actuelle, le progrs de l'Afrique?).
aujourd'hui, je parie que Courtois, la dont la culture et la science sont tant: Tous ces efforts conjugus peuvent
ligne des Mm Rivire,. Pantalon prises outre-mer. II souhaitait pouvoir faciliter la ralisation de ce vaste
Guilbaud,- Paul AAuxila, Simon Vieux, vivre assez longtemps pour voir programme en divers p1lan.s
Dufort, Wiener, Benoit Jean-Simon, Haiti, la veille de boucler ses 200 ans quinquenaux, si bien qu' la veille de
ajouterait en grandes lettres le nom de d'indpendance, s'engager enfin dans la nos 200 ans d'indpendance, tout juste
Fortun Bogat "Boggy" pour les voie de la technologie et de la science avant de boucler le cap de l'an 2,000,
intimes et dont la soudaine disparition moderne, servie par une admjnistration ii aurait t possible de dire au peuple
a plong dans le deuil parents et amis. dynamique nanti d'un programme haitien qui a tant souffert: Relevez la
Jau quilibre accordant la primaut' tte, mon frre, I'heire de la.honte est
J'aimsais voir dambulerI ce bel I'education. (De.-tous les capitaux, 'passe'
chantillon d'haitien qui, a mes yeux, I'homme,n'est-il pas le plus prcieux?).
S symbolisait les possibilits de I'lment Un enseignement enti eeent. emaoni.. .:DESSBil.S'.': ::'": "' ;'E:.'.:" -
national, --personnifijt., uces p eut t pn ii Tti x iesoins iu 'e page
couronnait 7dfesft ap res de longues conomiques et sociaux de la Nation, ( e lapae
-annes. de -travail. diseiplin, lde un programme prvoyant que les d'orgine indienne du nom d'Antoine -
persverance et de volont. montagnes fendues par des tunnels, Ouilmette,qui l'aida::dans son commcrce
laissent jaillir Tde ,lers flans; -des de fourruress et au transport de
Ayant recontr ,pa hazard prs de sourcs bienfaisantes que les valles et mnarchandises au port de Chicago.;:Quand
la "Grand Central' New York, les plaines par uie~misson:abondante DuSable vendit sa proprit en 1800
LUciien Montas du Nouvelliste, nous offrent leur sourire au soleil, que la I'acte de vente rv.l qu'il avait accuniul '
citions justemient le nom de -Bogat terre livrant le secret de ses entrailles trs grands moyens.Ses btiments
I'heure ou probablement il franchissait laisse monter les pierres et mtaux
dja le seuil de l'audel, de cet audeli prcieux, que soient domptes les comprenaient deux granges, .un moulin,
dont il parlaitdans ses chroniques avec rivires, que I'irrigation redonne la vie uneboulangerie n. atelier de trvail, un
:tant d'aut.orit qu'il ,.donnait aux terrains dsols et que par la poulailler et un tablissementpourfunmer
'impression d'y avoir toujours vcu. Le production en masse, finisse I'ternel la viande.
vrai Bogat n'tait connu que des drame de la misre et de la faim, Jean Baptiste Pointe DuSable laissa
intimes, le grand public s'accountumait qu'une politique de dcentralisation Chicago et se rendit au Missouri oil
Sne voir en lui que le Cassanova ou le amne plutot dans les provinces, les vcut jusqu' la mort de son fils aux
Don Juan. Et la encore, il faudrait usines et d'autres entreprises, environsde 1814. Sa proprit futvendue
admettre que la correspondance Port-au-Prince demeurant, comme la a un autre marchand qui, son tour,lle
amoureuse de Bogat offre de l'intrt cit de Londres, un entrepit et une vendit nouveau aun certain John Kinzie
aux biographes passionns des secrets vilfe administrative. Que villes, qui est connu ommele o-
d'alcove, aux crivains, montrant un communes et Dpartementssoient rlis e n coi e le sois-disant
glout prononc pour la par les chemins de fer, par les routes fondateur de Chicago.
psycho-history", ses conquetes asphaltes, que les sections rurales les Les maisons et constructions
fminines ayant t de ,toutes les plus recules joiissent des bienfaits de appartenant DuSable, furent plusieurs
coleurs, de toutes les nationalits et I'lectricit que les port de la fis vendues et amlipres au coursdes
de toutes les races. Plus importantes Rpublique, comme- sous la coloni, annees. Aujourd'hui, une plaque dle
'encore, ses archives prives rfletent les soient ouverts au commerce tranger, bronze Af l'angle d.es.rues D.arorn et.
activits de l'homme 'iffaires, du dbut que le transportt soit rgement par le Wacker Drive, Chicago, dsigne l'endroit
a son apogee, une mine intressante c o m m e r-c e. i n t e r u r b a i n et o fut tablie la premire rsidence de
pour l'histoire economique d'une interdpartemental qu I'on adopte une Chicago. Statuette en bois.
epoque. Fortun Bogat n'a t-il pas politique extrieure flexible, axe sur la ___
essaye tous les mtiers meme celui des race et la culture pour l'Afrique;
armes? Mcanicien, il fut aussi officier inspire de 'histoire et des ois de la
d ge ndarmerie (prirode gde gpoitique pour les Canies. Brandir LE S EM ISSIO N S
l'occupation) et aurait gard 4e c ltendard :du Rgioalisme,- autrement
corps non seulement I'esprit de dit, du .Pai'amricanisme,: po.ur
discipline mais le pragmatismea tant il'Amrique Latine. iWarcher avec lesi
pron ,par Emerson, Wdiliam Jaes, ati si PiT TC .. .. .c
i Ehon Dewey et Olner Wenaelt Mot. es .ssaint Ov '~ s~. PITITE C ALLLE "
c.m. I $lus co.id.a-ile a..'orVties S S^;B iS.t. fii e t -'>e e : .: :. : ,
americaint s histtsre 'asl talteier as0 m m o de i d de e .
I'humanit. Deece agmatisme, B ai .t pli ra iort ides 'u -
en fit sa hilosophie q.uotidienne.N'allez mti de Ae fn ar ouoursn en
pas croire qu'il se dsinteressat pour e ne Chaque vendredi soir de 8 h 30 10 h 30 sur les ondes de
autant de la culture classique ete mo WBNX (1080 KHz A.M.( Soyez donc l I'coute pour des
humaniste. Son aisance, sa fortune, lu ramms
permettant des loisirs, il en profitera Dans le mme ordre d'ides, devant programmes de choix.
pour s'adonner des tudes varies la prolifration des instituts a
dans le silence d'une bibliothque bien Port-au-Prince avec des ramifications
pourvue, tudes qu'il compltait par mme en province, ne serait-ce pas le
d'instructifs voyages I'tranger. Le moment de crer, en dehors de
UNITE, July 4, 1976 17










NOUVELLESINTERNATIONALES




L'Agene UPI informe d'0ttawa le 22 retrite faisait fontion de guide Selon I'Agence AP informant de
juin 1976, que la Chambre des personnel du roi au cours de ces jeux. Washington le 21 juin 1976, le
Communes du Canada a approuv par un Et fut le coup de foudre, selon le dire Departement d'Etat, a dclar qu'une
vote de 133 125, une legislation du monarque c'est I'histoire du soulier de seconde evacuation des Americains du
abolissant la peine de mort. Par ce vote la petite Cendrillon. Portant un diademe Liban peut &tre envisage si la
le Canada rejoint la Sude qui a dj aboli en or avec des perles et des rubis, Silvia situation continue se dteriorer.
la peine de mort pour tous les crimes. La Sommerlgth epousa le Roi Carl Gustaf On croit que plus de 1,000 amricains
Grande Bretagne a aussi aboli la peine de -vtu de son uniforme d'Amiral avant de ont choisi de ne pas participer
mort pour tous les crimes Il'exception de faire visite aux membrs de la famille I'evacuation des etrangers le 20 juin, de
la trahison et Israel aussi pour tous les royale.. Une flotille de jets de I'aviation Beirout Athenes, sur un Bateau des
crimes, sauf pour le gnocide. militaire suedoise traca un coeur dans le Etats Unis.
Les trois grands partis politiques ciel tandis que une salve de 21 coups de Un porte parole du Dpartement
canadiens etaient diviss sur le projet. canon de la marine de guerre rythmait d'Etat Monsieur Frederick Brown a dit
Cependant les membres du Parlement ont les rites des pousailles. 200,000 qu, 'il n'y' a pas de plan immdiat pour
t sollicits de voter selon leur personnes applaudissaient le couple c'est une pareille opration mais que le
conscience plutot que par discipline de la premilre fois qu 'un roi d Sude se gouvernement des Etats Unis est prt a
parti. marie pendant son rgne depuis 1797. aider les americains laisser le Liban.
Ce projet approuv par la Chambre des Silvia a chang son studio *
Communes, aprs une troisime lecture appartement de Munich contre six
la Chambre, pour devenir une loi devra chateaux et s'est conduite avec un Selon des informations de I'Agence
etre vot par le Sdnat. Cette nouvelle loi aplomb vraiment royal au cours de ces UPI du 23 juin 1976 Calcutta, Inde, la
Selon I'Agence AFP informant de devra etre signe par le Representant de la pompeuses crmonies. police a tue un python de 14 pieds qui
Buenos Aires au cours du mois de juin Reine, le Gouvermeur General Jules avalait un hibou sur la piste de I'aeroport
I'ex prsidente Maria Estela Peron de Leger. **** de Calcutta, retardant de cefait le vol
I'Argentine a t accuse par le ministere d'un avion qui prenait son lan.
public, le 5 juin Buenos Aires de ***** L'Agence AP informe le 22 juin 1976 Le directeur de I'aroport enterra le
dtournement de fonds et de violation Selon I'Agence UPI informant de de Paris que le leader du Mouvement python assez loin de la piste afin d'viter
des devoirs des fonctionnaires. Londres trois hommes arms sont entrs Corse autonome Edmond Semconi a t la ronde des vautours qui pourrait
Le Gneral Jorge Rafael Videla dans les appartements du Prince Nasr him condamn a 5 ans de prisn pour constituer un obstacle la circulation
responsable des enqutes administratives Hamad al Thani, frer du Sultan de complicit dans le meurtre de deux arienne.
du ministere public a retrac les Quatar i 'Hotel Hilton, le20 juin 19juin agents de police en aoutdernier ces deux **** -
i malversations de Madame Peron dans un 1976. Les bandits ont pris la fuite aprs policiers ont t tus dans un vignoble ou .
raort de 41 naies. L.'ex oresidente, avoir lutt'avec les gens de la suite du le groupe de Simeoni dnomm I'Action Selon des sources autorisees des
a%;r a rexercce le.son man at estaccusee riiur qui -uu.o ,,,p...--,. ...L po,,, l nonarsc de la Corse Nations Unies une conference des Nations
de dtournement pour des oprations cet hotel; Le Prince Nasr qui est ministre protestait contre la domination par' les unies sur les tablissements humains
faites par elle mme aussi bien que pour de I'Economie de Quatar se trouvait a pieds noirs :de I'Afrique du Nord de (Habitat) s'est ou verte :ie 31- ma l
des opIrations faites enson nom et sous Londresen visite prive 'industrie de la vigne en Cose Vancuver Canada et a temin se
ses ordres par d'autres fontionnaires de ** travaux le jun 1976 en ad ant la
| I'Etat. '- Selon les informations de 'AgenceAP D aration d Vancouver sur le
_S:!: L'accusation hmains'l 1,97Vus eIourde qupsn-
L'accusation la plus lourde qui pse Selon des informations dornavant de du 22 juin 1976 a'Tel Avic le Ministre de etablgssement n humains 196, iet un
contre Madame Pron est d'avoir utilis Stockholm, Suide, le Ro Carl .XVI la Dfense d'lsrael Monsieur Shimon programme en neuf points sur la
un chique de trente millions de pesos ou Gustaf a/fait une reine de Silvia Renate Pers a declar la veille qu'lsrael rduira coopration internationale -dans le
200,000 dollars tir sur le compte de la Smmerlath, le samedi 19 juin 1976; le ses achats d'armes des Etats Unis en vue domaine de tablissements humains.
"'croisade" pour payer les .droits den "rParalillement cette confren-ce le-
"croisade" pour payer les droits de souverain sudois a pouse Mademoiselle de balancer le budget du Minister de la PForum d'Habitat a tteruni aussi
succession de son mari I'ancien president Sommerlath i la Grande Eglise de Defense. Forum dHabitat a reun anssi a
n Genral Juan Domingo Peron. Storrykyran vieille de 100 ans a Monsieur Pers a dit que 1,6 o/o de Vancouver des orgnisations prives
Maria Estela-Peron, dans sa luxueuse Stockholm aprs I'avoir rencontre aux rduction pourrait affaiblir la position de paur les m- mes debats auxquels ont
residence "El Messidor", situe 1750 jeux olympiques de Munich en 1972. la Dfense, mais qu 'Israel restera particip 10-00 personnes, Forum et
kilomtres de Buenos Aires, surveille Mademoiselle Sommerlath dont le pere toujours assez fort pour ddfaire les arabes Conference des Nations Unies runis.
Stroitement par la police, continue etre est un homme d'affaires allemand en dansune nouvelle guerre.
nterroge par les autorits judiciaires de **
I'Argentine.



Selon les informations de I'Agence AP
du 21 juin 1976, les Dmocrates
crtiens d'Italie semblent avoir dfait le
part communiste dans sa demande: a
Sparticiper au pouvoir. Le Parti Dmocrate
chrtien a realis des gains au Snat au:
curs des eleations que se sont derouldes
le 20 et 21 juin courant et a connu une
perte insignifinte o la Chambre des .
Dputs.
Ces deux jours d'election ont t
considrs les plus importants, pour cette Le Secrtaire d'Etat Henry Kissinger discutant la situation Sud-Africaine avec le
nation membre del'Otan au cours de ses Premier Ministre Voster lors de leurrcente recontre en Allemagne.
trente ans d'Etat rpublicain. Ces
dernires consultations populaires
revelent que jusqu' present les italiens L'Agence AFP informe le 18)uin 1976 rgime raciste sud jAfricain, aprs le
ont choisi la democratie en dpit des des Nations Unies que le President en massacre des ecoliers noirs de Soweto en
declarations du parti communist en exercice du Comit Special des Nations 'Afrique du Sud, qui protestaient contre
faveur de la democratie et de son Unies contre I' Ppartheid, I'Ambassadeur les mesures discriminatoires du regime du
autonomie a I'e'gard de Moscou. Raoul Seclait (Haiti) a lance le jeude 17 Premier Ministre Vorster.
Les Democrates Chretiens ont obtenu juin au soir un appel pour un embargo sur Au cours de la semaine du 14 juin plus
4,433.811 votes soit 40 o/o, les toutes les fournitures destines aux de 1,000 6coliers et tudiants ont t tus
communstes 3,757.986 votes soit 33.9 Forces Armes et de Police de I'Afrique par la police en Afrique du Sud. et
o/o. du Sud et a une mise en quarantaine du des millierde gens nt t'blesss.
S- 18 UNITE, July 4, 1976
18: ,








LITTERATURE HAITIENNE
-_ Hier et Aujourd'hui
LES FORTUNES DE CHEZ NOUS
LA FAMILLE 2. couplet candidat choy, ft, dorlot, ne soyez pas sur-
F IDES pris d'entendre :
Li bon gargon, li popile,
PITIT E-CA ILLE Ce Ti Caille poudfendd droidi pep!. aNou te ou Pa pou li!
Refrain: Le lendemain, vers les 10 heures da matin,
VoirNotre Numero du 30 Ma, 1976 i y eut un grand rassemblement d'lecteurs,
Crions : Vive Ti Caille (ter) devant l'lltel Communal. lis taient venus
Prdmier Dpit la Capitale. s'inscrire; et comme le service de la dlivrance
On ne trouvra pas trace de ces obligations des cartes marchait avec le maximum de
dans la Constitution, c'est certain; mais elles Pour tous ceui qui avaient assist6 aux ova- la. lenteur, des impatients, allis de mau-
aont imposes par nos us et coutumes. tions populaires faites a Elizer Pitite-Caille, vaises ttes, manifestrent bruyamment leur
Pitite-Caille, qui n'tair pas un ngre d'Harti aucun de ses concurrents ne pourrait avoir la mcontentement. lis voulurent cote que cote
pour rien, ]'avait toujours compris ainsi: pour prtention de le battre dans l'urne. envahir un moment donn le bureau d'ins-
lui, An effet, faire un mauvais pas dans une Me Granlizire qui tait le plus craindre A cription et faire un mauvais parti au seul
Saflaire quelconque ne pouvaxt procder d'autre cause de i ses tenants et abotatissants ,, avait employ charg de cette dlicte besogne.
chose que de ne pas savoirdanser fini par dsarmer. On disait mme que, dans Pitite-Caille, qui tait prsent, monta sur
un cercle d'amis, il avait declar qu'il mainte- Une chaise et de cette tribune vacillante que
C'est pourquoi, bien avant d'avoir entrepris nait sa candidature simplement parce qu'il des amis avaient t obligs de tenir fortement,
ses torpife lectorales, il avait eu la prcau- 1'avait pose et que se retirer brusquement de il harangua la foule:
tion, sanssQuffler mot k personne, de recourir l'arne aurait tout I'air d'une honteuse capitu- Frres et amis, et vous tous citoyens ici
Slascience chorgraphique des maltres les plus lation. II y tait, il y restait. prsents, vous tes le mouton, c'est--dire la
renonmmsle 1'poque : les Marcellus, les St- Cependant quelques vieux loups de mer de patienc'e; vous tesle bouf, c'est--dire laforce;
Gi6me, Jes Crz, les Cassus et les Cazals... la politique haltienne ne semblaient point par- vous tes enfin le lion, c'est--dire la mort.
Quand il entra dans le rond et qu'on vit se tager l'optimisme tapageur des partisans de L'heure de faire usage de vos comes, de vos
dresser devant lui Ti Cora Royal Mail, un Pitite.Caille. A ceux qui voulurent .avoirleur dents et de vos griffes n'a pas encore sonn A
brusque et violent frisson d'anxit et d'inqui- opinion, ils rpondaient invariablement: At- Phorloge de la gravit. II n'est pas ncessaire
tude secoua I'assistance. On crut qu'il allait, tendez la fin qu'elle sonne, car nous sommes des amis de
par des pas gauches et disgracieux, compro- Tonton Golicha (vous ne ravez pas connu, l'rdre et de la paix, des partisans du progrs
. mettre le succs de sa candidature. c'est bien dommage, c'tait un homme trs et du relvement de la patrie, du drapeau de
Heureusement on fut vite tir de cette erreur. expriment), Tonton Golicha m'avait parl, lui, la race noire ou chamitique.
Car, des que Ptite-Caille eut pris position intimement. Je suis, du reste, votre clairon et sil le
Car, des que Pitite-Caille eut pris position
avec un port de tte ad. ira i yoye-vous m'avai:.Et4 o~da isa^ voi f aut meme je deviendrai la tronpette de Jri-
S .gaucho && a1~:~ e: la n t m oin..e. chevrotante, voyez-vous, mon ami, j'ai le chou du jugement dernier. Et les murs de
S leve la hauteur du visage et tenant du pressentiment que Pitite-Caille dans ce jeu va cet HOtel tomberont. Patientez done. L'au-
P ee inde u ~ie d e an; tre bourrique'vee quatre as en man Je ltorit a pris rengagement d'assurer le libre
S ous et d eiu ieie ai ro les 2voudrais m'tre tromp, mais dapres ce qui fonctionnement de la machine lectorale.
Spremers biattemenuts, assembns at pls,d'u- se chuchote, il parait qu'on lui -prpare un Elle tiendra parole, car la loi c'est la loi,
nimes i paepmartir de lassista-une. Et coup. et la souverainet du Peuple, e'est le laba-
Snitouasm eala creentde asstan t On m'a parl d'une publication qui a t rum tangible, le signo vinces de la dmo-
urenthousesme ralla crescendo au fa u et mco- faite & cinq heures de l'aprs-midi. Bien que cratie de la masse, sans le contrle d'aucun
dant ses moindres mouvements aux sons:les I'individu qui m'a renseign n'ait pu m'en pied-cochon, d'aucune carbine Minie, d'aucune
se ddonner intgralement le texte, il ressort de trabouque, d'aucune manman-grande' .
plscpieudutambourfaisatdesfents son bref rsum que pour assurer le libre Patientez done, car votr bulletin est plus
et des ginfres, pirouetfait, sautillait, se tortil- jeu de nos institutions et prvenir toute tenta- pthissant que toutes ces armes; votre bulletin
laitla croup.... I1 tait si sAr de ses mouve- tive criminelle contre l'ordre des chosestabli, o'est un tonnerre, votre bulletin c'est un
ments qu'enivr par la danse, 1 osa aes des mesures exemplaires seraient prises contre Vsuve! ...
licences dans le rall bourette et le scier bordage. les fauteurs de -troubles, et tous ceux qui Un tremblement de terre d'applaudissements
Ces coups d'audace dchainrent de formi- essaieiaient, par des moyens illgaux, de faus- salua cette harangue, et sans mettre en dan-
dables tonnerres de courqbo ..... ser- le bon fonctionnement de la machine lec- ger la vie de personne renversa et la tribune et
Au carabignin final, Pitite-Caille avait tel- torale le fougueux orateur.
lement merveill la foule. que celle-ci (per- Cette publication, si rellement elle a Ce discours qui tait fait dans le but de ra-
mettez-moi cette rminiscence) avait dpass t faite, constitue & mon sens un loquent mener le calme, fut au contraire une cause de
les colonnes d'Hercule... de ladmiration. avertissement. Vous en verrez bientt les graves dsordres.
On se trouvait done en prsence du candidat effets... Les adversairesd'Elizer Pitite-Caille, inter-
populaire idal :. grand orateur, homme sans J'eus beau dire A Golicha qu'il exagrait. il prtant ses paroles leur facon, dclarerent
fiert et saluant sans jamais se lasser, danseur tint bon. que ce candidat prparait un coup de main
distingu et bon payeur. (Particularit noter, Vous verrez, continua-t-il.. Dans ce puisqu'il avait a sa disposition des pieds-
Pitite-Caille avait dpens ce dimanche 783 pays, 'impossible est possible, et le pos- cochons, des Mini, des trabouques et mme
gourdes et 225 dollars.) sible impossible. Retenez bien cela. Et vous une manman-grande .
L'arrive du candidat ful un triomphe, sa ne vous tonnerez de rien ou plutt vous vous Un brouhaha pouvantable s'leva, provo-
sortie fut anssi un triomphe; car tout le Bel-Air tonnerez qu'on puisse encore s'tonner de qu par des rixes entre lecteurs. La police
chantait cette chanson qui, en un rien de temps, quelque chose... intervint, mais futimpuissante rtablir rordre.
fit le tour de Port-au-Prince. La chanson dit : Pitite-Caille est bdn gar- 11 y eut alors un commencement de couri!
con, c'est exact: il est populaire,- c'est Instruit de la scne, le chef de la Police
(Sur I'air de Manman pas v1) encore exact... Eh bien! et aprs? La popula- d'alors, le gnral Bordme, se rendit en toute
rit dans ce d'Haiti Thomas, est ce qu'il y a hte sur les lieux la tte d'un fort dta-
Yo mett content yo rnett fdchd. bis de plus phmre; c'est une bulle de savon au chemen...
C 7 Caille poun'nommin ddpit) bout d'un chalumeau; c'est une bougie Faites serrer disait-il & ses hommes. Ma-
Refrain: allume placee dans un courant d'air. chez prend yol Bayonnettez yo! Chirez yol
S- Et puis ce peuple, c'est le plus grand la- Trainnin yo! Limin di f lan tete yo ac maca-
Crions : Vive Ti Caille (ter) cheur que je connaisse! Ne soyez pas surpris quel Ptd zizi yol Nettid yo!...
Prdmier Dpiti la Capitale. si quelque aventure .malheureuse arrivait ce (Suite page 20)
UNITE, July 4, 176 19







LEIS FOTIES D CEZ NOU savaient comment annoncer leattnuvele.prix tout ce qu'lavait de. ijoux, d inge
LA FAMIL ne savaient non plus comment parler de cette de meubles et d'immeubles. De ses propres
scne de bastonnade en pleine rue ni des trai- mains, il dmolit planche par planche,. pierre
D) ES tements barbares dQnt le vieillard avait t par pierre une belle mais-on deux tages

PITITE-CAILLE victime. Ilsn'avaient que dix & quinze lignes a qu'il possdait et pour la construction de la-
crire. Ca ne marchait pas pourtant. Se souve- quelle il n'avait guere dbours : les mat-
nant du conseil de' Boileau, ils avaient bcau riaux pris crdit n'ont jamais t pays, et
(uite de apage 9) -polir et repolir,- bichi lis avaient beau les nombreux ouvriers et manceuvres qu'il eut
Et la volante, en courant, rptait en choeur appeler des amis leur secours, chial Les tour a tour, I son service, ne purent jamais
ces nergiques commandeme.nts... phrases peine crites taient ratures; elles obtenir leurs salaires. lis n'osaient rclamer, et
Pitite-Caille et Boutengre, heureusement, taient tantbt trop exactes, tantt trop vagues, ceux qui s'oubliaient au point d'exiger ce qui
avaient eule temps de outer. Personne ne pou- tantt indchiffrbles comme un hiroglyphe. leur tait lgitimement d, s'estimaient hen-
vait dire par oi ils avaient pass. Quant. aux lis ne pouvaient encore pousser 'Eureka reux quand il les mettait simplement sous la
fanfarons, aux kongs-dammaza qui dclaraient sauveur; car la formule speciale, la formule consigne, sans ordonner son secrtaire de
que rien ne pouvait leur arriver, ils avaient dfinitive, la f66rme, coinme disait le Bridoi- faire pour cesperturbateurs un ordre de cackot
dtal avec une prcipitation telle que, rentrs son de Beaumarchais, la f66rme tait insaisis- aux fers.
chez eux. ils restrent des heures haletants... sable. Les dbris de cette maison de maldiction,
Le gnral Borme fut visiblement mcon- Ces pauvres journalistes peinaicnt, suaient, c'est ainsi que le peuple appela cette mai-
tent de cette fuite prcipite. Aussi, pour don- taient rendus... son, furent vendus par petits lots et les va-
ner du travail & ses hommes, ordonna-t-il Enfin, aprs un effort crbral qui faillit leurs A peine ralises taient jetes on don-
immdiatement de patrouiller dans les envi- causer le naufrage de sa raison, 'le directeur nes nos factieux gavroches qui saluaient en
rons..... de La Presse libre accoucha de cette note : 1orme... le prsdent d'Haiti et lui prsen-
On patrouilla dans les environs..... a 11 est bruit qu' la suite d'une bagarre, taient les armes avec des manches balai...
On rencontra une douzaine de citoyens qui, MM. Elizer Pitite-Caille et Boutengre au- ... * *...
n'ayant ricn su de ce dsordre, paisiblement raient t arrts. On dit que d'aut.res Dix heures so:naient toutes les horloges
regagnaient leur maison. arrestations auraient t faites et l'on ajoute de la ville. Et la cloche de la cathdraledans
Halte! I qu'un homme d'un certain ge aurait t a nuit calme tintait, tintait le couvre-feul
lis s'arrAtent. On les arrte. Ils protestent. frapp. Nous donnons ces nouvelles sous Aux qui tes-vous succdrent les gui vive,
Mettez main lan ceintu yo toutes rserves. tandis que les clairons de nos postes lancaient:
Enflant leur voix, ils parlent de la libert A l'apparition du journal, son directeur Dgonde! dgonde! dgonde Dix heures sonn.
individuelle! regut l'invitation suivante, signe du gnral C pou toute moune dormi...
Baton Bor6me Mon ami, htons-nous de rentrer, me dit
Hors d'eux-mmes, ils frappent du pied, Ds la prsente reue, veuillez vous trans- Golimin; car, partir de cette heure, n'ont
essaientde se dgager des mains solides quiles porter en nos bureaux pour affaire vous con- le droit de-circuler que les trangers et les -
e treignent. cernant. malfaiteurs. A lundi-a suite de -'histire.
Baton! Baton! Chose bizarre! un-pli identique avait .t Nous nous sparmes:,et, spos 1'obscure
Ils osent parlerde la Constitution! aussi adressau directeur de L'Indpendance c qu tobe destoiles nousregag
Fais pieds yo batt i Chir yol tonne le qui navait pourtant rien dit de -'incident. mes, chacun, notre, maison, sans rencontrer
SgnralBorme:.. Arrivs' a burea central, ils furent tous' la patrouille, heureseent!...
Ainsi dit, ainsi fait... les deux savonns, drills avec 'clat par le Ne oyat-pasoli-min, je m'nformade s
r ce gnral, le f, ,f--l rd
Un vieilIard respectable et respect, indign 2gnral Borme. Por le directeur i it d es he .
de ceee -scne, intervien t "... .. de L'IndpendanceP pratiquait la conspi- le voir. '
S- Gnral! GnEral! C'est pas bien ce que ration da silence ; quant an directeur de Ds m ap it ava
vous fe. La resse libre etait un m ll u eusse e teps e -pesserla main...
Sdonn de maltraiter ins les gens. malfaiteur, un conspirateur; l se mlait de C'estoui a ite que:tuiens. Ebie
-,suls .. .. .. t. Allons nous
Le-gnral Borme furieux : hoses qui ne le regrdaientpoint ipr Alnnous aseo irdans lacur,
Ah! brigand, vous osez dire du mal du Le g0nral Bormie .eu enfin la bont de leur sous la tonnelle de raisins, nous serons au
Prsident! lessi, pit elli! anoncer, avant de les renvoyer sains et san fs. ri :.
Et, sans respect pour ce- vieillard, la troupe qu'ils marchaient avec leur cercueil sous k Golimin reprilefi de sonadience:
lui fracasse la tete de coups de bton, et le bras. -Le e janvier 187...,les le-tinsegis-
trane tout sanglant travers les rues de la ca- Bon Dieu maitre, geral! Telle fut la latives eurent leu d s Port-au-Prince ets e prf o
pitale jusqu'en prison!... rponse du directeur de La Presse libre -. vice danslodre e le calm l plus parfaits
Vers les trois hetires de l'aprs-midi Elizer Le.lendemain, le gnral Bor6me fit publier eux qui devaient treluspar le-peuple sone-
Pitite-Caille et son chef de bouquement furent la rectification suivante: verai, furent...lus par lepeple soura in,
arrts brutalementet brotls en prison avec Attentioi quand il s'agit de la policel C'est On n'eut seulement enregistrer qu'n inci--
le crmonial usit... par erreur que dix bourgeois ont t arrts. dent assez banal, assez... insgnint: le net-
Qu'avaient-ils fait? C'est faux qu'un homme Ag- ait t battu. La tae de deux hommes dans une ptit cm-
Je te le dirai tout l'heure; en attendant con- vrit, e'est -que c'est cet homme qui a os mune; ils avaitent os dire au chef de l'en-
tente-toi de savoir- que pas -un chien enrag blesser un agent dela police. Quant aux nom- droit qu'ils n'accorderaient le vote qu'aux
de Boutengre n'avait aboy! pas un de ms Pitite-Caille et Boutengre, ce sont des candidata de leur choi. Ctait de l'audace:
ses hommes solides n'avait laiss voir m8me brigands et des conspirateurs; ils sont sous la on ne parle pas ainsi aux autorits.
son ombre I Seule une femme courageuse mainmise de l'autorit6 pour endre compte de Elizer et Boutengre eurent eux-mmes une
entre toutes avait os lancer ces paroles au leurs forfaits. veine endiable: aprs une vingtaine de jours
dtachement qui le conduisait: Encore une fois, attentionf quand i s'agit passs aux cachots et aux fers il furent rendus
Enore,& une ,attention l.urs tamule iui deps ce i
Nou f... dchinnin! pou qui nap trin- de la pliee.. leurs familles qui, depuis cette incarration,
,in 'i con Ca, li pas rol:! Le pourquoi, le fameux pourquoi, tu le sais vivaient dans les transes et:dans la plus
Quand ces nouvelles parvinrnt Ti Cou- prsentl mais, ce sur quoi it importe de grande inquitude.
youte, il pronona ce mot, combien douloureu- -mditer profondment,- mon ami, c'est que 1 Boutengre quiavait accepti le choses avee
sement vrai : quinze jours aprs ces sc&nes, le gnral Be- la plus calme philosophie essaye, d peine sorti
A zanmis, PAYS Farrw! !..... rme, devenu fou -frieux, fut son tour coco- de prison de aire comprendre a'Pitite-Cai
Qu'avaient-ils fait?. Imacagu par ses propres hommes et 6rott que cette mise en libert tait une mesure
C'tait la grande question du jour. Dans les en prison avec le crmonial que vous con- trs apprciable. L'ex-candidat ne revenait pas
salons du grand monde, dans les salons des "naissez... du tour qui lui avait tjou...
bourgeois, an Bord-de-Mer, dans les marchs, La Justice divine lavait destitu Lui qui.avait le visage plein, les joues pen-
enfin partout, on se demandait: Ce ~htiment exemplaire devint encore plus dantes n, une go'ge n triple tage, lui dont les
Qu'avaient-ils fait? visible, plus saisissant, quand ce misrable cheveux avaient & peine quelques fils blancs,
Les directeurs des 'ournaux de l'poque, fut remis en liberf. Notre fou n'eut rien de et dont le ventre large et rebondi lui aurai
L'Indpendance et a La Presse Libre ne plus press que de vendre & n'importe quel A. Suivre...
20 UNITE, Jly 4, 1976






S..ENGLISH CSECTION





EDITORIAL THE HAITIAN WHO FOUNDED CHICAGO

ernor of Detroit, DuSable settled near
:Peoria, Illinois. Here he lived with the
Potawatanti Indians and married an In-
For us Haitians and Haitian-Americans, the dian woman named Kittahawa. "Around
celebration of the bicentennial anniversary of the 1779 DuSable moved to a portage which
independence of the United States is of unique the Indians referred to as Eschikagou.
interest. It takes special significance in view of the Here he built a home by a river which
flowed into a vast lake.
direct participation of the people of Haitioed into a vast lake.
(Saint-Domingue) in the events leading to the DuSable was joined by a French In-
independence of the original thirteen colonies and dian, Antoine Ouilmette, who helped him
their later expansion to become what is today known in his fur trading and hauling supplies
as the fifty United States of America. across the Chicago Portage. When Du-
Sable sold his property in 1800, the bill
We, of this newspaper, believe that while most of sale showed that he had substantially
other nations of the world can claim their expanded his holdings. His buildings in-
contribution to the greatness and prosperity of / cluded two barns, a horse mill, a bake-
America, the role played by the Haitian volounteers house, a workshop, a poultry house and
a srokebouse.
to the American revolution is most significant and a smokehouse.
unique. Jean Baptiste Pointe DuSable left Chi-
Scago and journeyed to Missouri, where he
In this special issue, two of Haiti's most lived with his son until his death about
distinguished historians and researchers have \ 1814. His property had been sold to an-
contributed the results of their investigations in two Jean Baptiste Pointe DuSable other trader who resold it to John Kinzie,
articles which we are publishing under the titles: 1 B tt 4 the reputed founder of Chicago.
LES V 0 LO NTAI RES D' HAITI bl th s! rma erepued founder of Chicago.theears DuSabe's home and
(SAINT-DOMINGUE) ET L' INDEPENDANCE a .,tHe in; d est thaberisedfr Over the years DuSable's honme and
AMERICAINE" by Mr. Grard M. Laurent and buildings were continualy sold and im-
"TOUSSAINT LOUVERTURE SAUVA proved. Today a bronze plaque on the
'INDEPENDANCE AMERICAINE EN 1799" by Mr. corner of Dearborn and Wacker Drive in
NEEDANCE AERCA E EN 1799"by Mr.Chicago, marks the spot of the first per
Laurore St. Juste. Jean Baptiste Pointe DuSable was born manent residence in Chicago.
Sin HAITI about 1745. His fathr was a
The position of the Republic of Haiti vis-a-vis our Fench pirate who married a Negro slave
h sFrench pirate who married a Negro slave
hemispheric solidarity and most specifically with woman. DuSable's mother was killed a few
regard to her friendship with the United States is a years later and the boy was sent to Paris
.well known fact as expressed by Mr. Cordell Hull, for his education. There he met Jacques
Secretary of State of the U.S. and Mr. Nelson Clemorgan, who became his liflong com-
Rockefeller, Coordinator for Inter-American Affairs panion. .. HAITIAN AMERICAN REGISTERED
in their messages to the government of Haitiin 1944, DuSable retrned t Haiti to assist his VOTERS EQUALITY SERVICE' TEAM
on the occasion of Haiti'is o tleelbration of the father who was now in the legitimate (HARVEST) UNIAS VERITAS.
participation of the Volounteers of Saint Domingue business of trading island goods. While
(Haiti) who left from St. Marc, Haiti for America, sailing to America on business, a storin IMPORTANT NOTICE..
under the command of the Comte d'Estaing, to join wrecked DuSable schooner.
the forcesof the American Revolution. (1) DuSable and Clemorgan, who accom-
panied him from Paris were rescued and On November 4th, 1976 will be held
Th.American bcentennial elebiraton, therefore, brought to New Orleans. DuSable's skin general elctions for the presidency of the
The Ar erican bicentenial celebration, therefore, colo made his presence in New Orleans United States as well as for a number of other
provides us with the unique opportunity to proect dangerous since at any moment he was local offices.
and focus the attention of the American as well as the. likely to be catpured and sold into slavery. We have observed during the past
interational audience on these little known, yet very With the help of some Jesuit priests, years that although there were thousands of
significant and relevant facts relating to the American DuSable escaped by building a boat and American citizens of Haitian extraction
Independence in which the sons of Haiti played a sailing North up the Mississippi River to eligible for voting, only a small percentage of
very important role. St. Louis. DuSable remained in this area them took part actively and constructively in
some time learning the Indian languages such elections. Consequence: Our community
and establishing a trading post. g. has never been able to negotiate and obtain
(1) The texts of these two messages are published in After anaging a. ur post for the Gov- its fair share of programs granted to other
<-n "- organized minorities.
this issue. In order to prevent that, once again, we
remain indifferent, inefficient and
disorganized as we have demostrated before,
our organization that will now be called under
the name HARVEST is working towards a
coalition of all Haitian-American voters
registered or not in any one of the political
parties of this country.
To this effect, we have formed a political
structure which invites all Haitian-American
citizens to mail in their names and addresses
in order to be convened to a general meeting
in which special committees will be formed
and a platform elaborated in which will be
enumerated our community's priorities for
future implementation.
Haitian-American democrats, republicans,
liberals, conservatives, men and vomen please
respond to our call so that, at last, we can, in
the proper way, claim our rights and
prerogatives.
Please address your communications to:
HARVEST
c/o UNITE
P.O. Box 707
New York, N.Y. 10013

The signing of the Declaration of Independence.
UNITE, July 4, 1976 21


*. > ;.*







ENGLISH SECTI ON


FOR THE BENEFIT OF OUR
ENGLISH READERS
Continuing our policy of providing our English UNIED STATES OF AMERICAS BICENTENNIAL-JULY t 19
speaking readers with informations on pertinent
legislation now in effect in Haiti, we continue the
publication of the Law on Haiti's Natural Ressources
which began in our issue of January 15, 1976.

SECTION 5: SPECIAL ACCOUNT OF Customs import duties under reservation of the provisions of
THE TREASURY article 150 of the present Decree.
Article 149.- Amounts coming from fixed duties, Article 153.- The concessionaire who has received goods
surface duies,proporional duies and the txes on benefits exempted from Customs duties is under the obligation to
obtained from the exploitation of mines and hydrocarbons are susfiy y time their use. To this urpose he must eep a
stock book which will be subject to the formalities
distributed as follows; 95o/o to the National Budget, 5o/o to established in article 11 of the Code of Commerce.
a special account opened at the Trasury as a contribution to This stock book exclusively registers goods requested and
the expenses for control and inspection by the Direction of received free from Customs duties, with all the useful
Mines and Geology. information for their control, name and address of suppliers,
number and date of the commercial invoice, nunber of the
CAPTER XI bill of lading, date of arrival of the ship, quantity, wight,
EXEMPTION FROM CUSTOMS DUTIES value, etc., as well as the amount of the corresponding
customs duties that they would have paid. This latter
Article 150.- Goods needed by concessionaires of mines .information will be supplied to the interested party by the
and quarries except gasoline, motorcars, office supplies- for Customs Service.
the establishment and execution of the works involved by his
concession are exempted from any customs import duties. Article 154.- The concessionaires of mines and.quarries, on
Yet it is understood that spare parts, inclusive replacement kpenalty of having their request for exemption from Customs
materials, will be subject to customs duties established by duties rejected according to the established administrative
Customs Tariffs. procedure, are under the obligation to make available to nay
Are also free from any customs duties the instruments, ( t d on pe
materials and medicines needed for the establishment and (Contiued onpage 23)
development of Institutions of social 'nature, as well as
dispensaries or hospitals which will have to be built by the
concessionaire according to the provisions of the Work Code.
Exemption will not be granted if such materials, goods,
instruments or machinery are manufactured in Haiti. A
FOR A HAITIAN CULTURAL
Article 151.- Explosives for works in mines and quarries
are also exempted from customs import duties. However their CENTER
AilnerrnrE'oo"oofTmiao!l "W z gi b c trolled by the-
force. The HAIlAlIN UIrITY- oU ClL, I'N C
Article 152.- Mateirals needed for the works referred to in is organizing at its headquIrters a CEN-
article 74 of the present Decree will also be exempted from TER for the proiotion f the Haitian cultu-
': i ral heritage.: The CENTER will feature a
.. permanent exhibit of Haitian art, handi-
HAITIAN -CULTURAL crafts and a librarythat will be open every
ARTISTIN C UAN ETHN L day to the general public and to those who
ARTISTIC AND ETHNIC are particularly interested in Haiti. The
F EST IVAL FOR exhibit will show sculptures and paintings
by Haitian artists, photographs of Haitian
STHE U.S. BICENTENIAL local scenes and various products of Hai-
tian handicrafts and industry. We also-
Mr. Fritz Racine of Washington, D.C. hope to be able to maintain a library of
and Silver Spring, Md. proprietor of a fine
collection of paintings and sculptures by books, records and tapes reflecting the Hai-
many prominent Haitian artists is tian heritage, and folklore.
organizing an art festival as part of the In order to bring about the realization of
;- American Bicentenial celebrations.
this important project, we ask every one in
The purpose of the festival is to our community as well as our compatriots
introduce Haitian life and customs to
visitors who wili attendc the U.S. in Haiti, to contribute to it in the form of
Bicentenial festivities. books, records or tapes, an object of Hai-
tian art, an item of our local industry or
Consequently the exhibit will be handicraft or simply some money. The a- DRUG
designed to illustrate the historic, artistic m o a c
S and touristic aspects of the Republic of mes of al contributors or special donors
Haiti. It will include illustrative works will be published regularly in our Newspa- PROBLEMS
representing historic moments in the per UNITE. A coupon is printed below for
Haitian Revolution, ancestral beliefs, the your use. CAN
countryside and Haitian family life scenes,
market places, etc. as ell as sculptures
and other Haitian handicrafts. SPECIAL DONATION COUPON FOR HAVE A
THE HAITIAN CULTURAL CENTER
The exhibit will be first presented in
Washington, D.C. and later in Philadelphia, I wish to make a special donation of SOLUTION
New York, New Jersey, Boston and other so that we can have a Cen-
cities in the U.S.
cities in the U.S. ter we can be proud of and for services that
For further information and suggestions, we can avail ourselves of. .N NEWYORKCITY
please contact: I understand that my name will be listed CALL: 246-9300
HAITIAN PAINTINGS AND SCULPTURES. regularly in the newspaper UNITE as a ELSEWHERE IN NEW
1503 Menlee Drive special donor. YORKSTATECALL:
Silver Spring, Md. 20904 Name: 800-522-2193-
Tel: (301) 6221041 Address: (toll-free)

22 UNITE, July 4, 1976
t.i *- '^'''









SENGLS H SECTION


T All the other infringements of the provisions of the
FOR THE BENEFT present Code and the texts adopted for its application will
involve a fine the amount of which ranges from 1,000.00
(Continuedfrom page 22) Gdes to 10,000.00 Gdes.
In case 'of relapse, the fine will be doubled and an
inspector of the General Tax Administration, upon his imprisonment term not exceeding two years may be decided.
request, their stock book, which must be kept up to date, Article 159.- In all the cases in which the controversies
according to the prescriptions of article 153 above. between private parties concerning the usurpation of areas
Besides, they must also send to the Service for Mines and covered by mining titles are taken to civil courts, the reports
Geology: a) a report on the activity of their enterprise in the from the Direction of Mines and Geology may replace
previous semester, within the first fifteen days of each experts' reports: No plan will be accepted as supporting
semester; b) an annual report on the activities of the document if it has not been drawn or verified by an official
enterprise, within 60 days as from the date its on oath authorized by the Direction of Mines and Geology.
financial operation has been closed; c) they should also
submit to the General Tax Administration, together with the
Balance and the State of Exploitation, within the term
established in article 27 of the Law of August 25, 1966, on CHAPTER XI
Taxes and- Revenues, a detailed list of the goods received free
from customs duties during their financial year, with the TRANSIENT PROVISIONS AND
amounts of the corresponding customs duties, according to PENAL PROVISIONS
the last paragraph of the previous article. The nonobservance
of any of these prescriptions implies for the concessionaires a Article 160.- In view of the establishmet of the Register
penalty of 5,000.00 to 25,000.00 to be collected by the for mining titles referred to in article 17 above, grantees of
General Tax Administration by compulsary administrative authorizations, permits or concessions, beneficiaries of
ways. contracts or conventions concerning the exploration, research,
development and exploitation of the natural resources of the
Article 155.- Goods, products, machinery, materials and subsoi referred to in the present Code, should present before
other pieces of equipment imported by the concessionaire the Director of Mines and Geology, within six calendar
free from customs duties and to be used by mining works months, as from the date of inforcement of the present Code,
may not be sold. In case of sale, the concessionaire must their titles with all 'the justifice iona they may deem useful.
inform thie State Secretariat concerned, which in turn will The Director of Mines and Geology is authorized to request
inform the State Secretariat for Finance and Economic Affairs any complementary justificatibn he may deem necessary.
with the purpose that Customs duties may be collected. The The titles which will be considered according to the
sale i not be real until the seller has paid the customs Decree Law on mines and quarries of December 20, 1943, or
duties. to Decree concerning mines and quarries of February 22,
The non-observance of this formality implies for the 1968, will be registered in the Register of Mining Titles
offender the loss of the exemption from customs duties. according to the order in which they were presented, without,
sa n of gos this affecting their validity. A registration certificate with 'i
Article 156.- Any cession, sales, utilization of goods their expense share under which the registration has been :
received free from customs duties which does not meet the made will be sent to the interested party.
provisions of Chapter XI of. the present Decree implies for Those titles .which will not be considered-according to the
the offender a penalty of 1,000.00 to 5,000.00 Gdes, which two previous texts may be regularized at the Goverment's
will be imposed by the Court upon the District Attomey's full discretion. To this purpose the beneficiary or title holder
request. will have to submit an application for the new title within
These penalties will be collected by the General Tax and according:.to .,thi -regulationrs of. the .pessan .code.--The
Administration and passed on the Public Treasury -ro.,-edtngs and final decision will be subct to the
he. dcisions-taken-on.-the matter 'by the Court will be procedure established by the present code and the application
execut~ojry at once, in spite of any opposition, appeal, appeal Regulations for the titles at issue.
- before Suprame Court or interdiction to prqceed ; : The authorizations, permits or concessions, contracts or -.
onventions wichch will not be presented for their registration '
CHAPTER XI within the term of six calendar months established above, wil
N N A- T.. be considered null and void. Nevertheless:
SANCTON AND PENALTIES Quarries under active exploitation on the date the public
inquiry referred to in the article above is opened, will l
Article 157.- Exploration permits, exploitation permits and continue their activity under the former conditions and
authorizations for the transportation of hydrocarbons may be mainly within the conditions of the contracts which may have
annulled and the. concessionaires be deprived of their rights been signed with the landowners; *
for: Contracts for quarries covering areas which border
preexisting quarries and form with them a whole belonging to '
lo).-In]ustified delay to begin the works after the term a same contractor, will continue to benefit the quarry
fixed in article 17 above or injustified interruption of the operator, under the condition that .their true date is previous
works exceeding the terms established by this article; to the date on which the public inquiry is opened;
2o).-non-authorized cession between alive persons, transfer Subsoil duties referred to in article 54 will consist of an
or lease, lack of the previous statements and authorizations amount proportional to the tonnage of the products obtained,
referred to in articles 26, 71 and 89 above; established by agreement together with the owner; in the'
3o).-non-payment for welve months of the taxes and absence of an agreement, or if the quarry is situated in a
duties established by the fiscal regime in force or by the State property, the subsoil duties will be fixed by the.
mining conventions referred to in article 18 above and Decision instituting the exploration permit; if the title holder
concerning the mining titles at issue; oppose the subsoil duties fixed in such Decision, these Will be
4o).-having been found guilty of illicit exploitation; fixed in the same way than the expropriation indemnification.
5o).-non-observance of the proscriptions contained in Subsoil duties are independent from the occupation
mining conventions, according to article 28 above, the. indemnification referred to in the following article. They will
infringement of which implies the withdrawal of the permit, not be paid in case the area is purchased or redeemed
the concession or authorization. through exploitation.
6o).-refusal to supply the information referred to by the Article 161.- Pre-existing mining titles considered regular I
Regulations of Public Administration adopted by application and the titles which have been regularized will keep their
of the present Code or by thei Mining Conventions referred to validity and definition for the period in course, and the I
in article 28 above. contracts or conventions related to the same that may have Z
In all the cases the administrative sanction will.not be been signed will still be in force. Nevetheless: f 3
applied without the offender having been notified within a lo).- they vill be renewed or transferred according to the 0 I
term that cannot be shorter than two months, so that he provisions of the present Code and the Regulations for its L I
may make amends for his fults or sen in his remarks. The application; e
annulment or theprivation of rights must be duly justified; 2o).-As from their registration, they will be subject to all 1 1 0-'
they will be issued in the same way as the institution of the the provisions of the present Code and the Regulations for its I ,
title r the authorization in question. application, except for what concerns their validity and "
In case of annulment or deprivation of rights the amount definition. ..
paid to the BNRH at the moment of submitting the In particular, topographic definitions may not meet the 1 I I
applications for mining titles will passed on to the Budget. references of the squared scheme UTM Zone 18. O 1 l
Article 158.- Anybody who illicitly undertakes prospection,. -
exploration and development works or the exploitation of i 1
natural resources of the subsoil will be sentenced to pay: 1 S
from -1,500.00 to 3,000.00 Gdes or to an imprisonment from ABROGATION CLAUSE AND EXECUTORY FORM 5 I
30 to 60 days or to both at the same time. F.
Anybody who has failed to report a serious accident,. Article 162.- The present Decree abrogates all the contrary i
according to article 131 above, or refused to obey as for the Laws or provisions of laws, Decrees-Daws or provisions of
confiscations referred to in article 132 above, will be Decrees-Laws, Decrees or provisions of Decpres and will be I
sentenced to pay from, 30,000.00 Gdes to 15,000.00 Gdes or. published and enforced under the responsability of the State .1. I
to an imprisonment term fro 15 days to 3 months or to both Secretaries of Agriculture, Natural Resources and Rural I O
at the same time. Development, Finance and Economic Affairs, Commerce and I i
Anybody who has failed to submit the statements referred Industry, Interior and National Defense, Justice and Social I
to in articles....... wll be sentenced to a 3,000.00 fine. Affairs, in whatever it may concern each of them. L_ _- -- -_
UNITE, July,4,1976 23
^ .. ..;,






14 JUILLET 1789
La clbration du 4 juillet, en dpit de son clat particulier cette anne, ne saurait nous faire oublier cet
autre anniversaire tout aussi important, si ce n'est beaucoup plus important, compte tenu de sa porte.
La dclaration de Philadelphie n'a eu de valeur que pour un fragment de la population des Etats-Unis,
mais la Dclaration Universelle des Droits de I'Homme et du Citoyen, rsultant de la Prise de la Bastille,
dont le 14 Juillet rappelle la date, a eu une rsonnance dans le coeur de tous les hommes. Elle devait tre
suivie de prs par une autre dclaration qu'Abel Leger considre comme tant plus humaine; celle de
1804, le triomphe des esclaves brisant leurs chaines sur la tite de leurs maitres, et se posant dornavant
en palladins, iront travers I'Amrique ffrir le glorieux tendard aux peuples assoiffs de libert.
i 1776-1789-1804, trois dates qui convient les peuples la mditation, ce jourd'hui 4 juillet.




ABONNEZ
vous
-OUYO






/ CAPTEZ TOUS LES SAMEDIS SOIRS
DE 8 HEURES PM. A 10 HEURES PM.
EDDY PUBLICITE
sur les ondes de la W.H.B.I. F.M. 105.9

THE LAW SAYS
SFrom:NITE BULK RATE
THE LAW SAY T P.O. Box 707 U.s.POSTAGE
Canal Street Station NEW YORK N.Y.
New York, N.Y. 10013 PERMIT No.: 3779
WTIO,
Youro
Side alkCELEBRATE
a AMERICA
... ; ja,
`-~ ur ls odes e IPW.HB.I.%M. 0-4




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs