• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Dedication
 Chapter I: Mort ou Lethargie?
 Chapter II: Les Antecedents de...
 Chapter III: L'Ame s'eveille et...
 Chapter IV: Halte dans la...
 Chapter V: Platonisme
 Chapter VI: Reves decevants
 Chapter VII: D'Abime en abime
 Chapter VIII: Une Amie
 Chapter IX: Aurore d'un jour...
 Chapter X: Bleu partout!
 Chapter XI: Tristesses et...
 Chapter XII: Le vrai nirvana
 Chapter XIII: Egypte et France
 Chapter XIV: Sommeils trompeur...
 Table of Contents






Title: Une chercheuse
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072285/00001
 Material Information
Title: Une chercheuse
Physical Description: 358 p. : ; 19 cm.
Language: French
Creator: Janvier, Louis Joseph, 1855-1911
Publisher: C. Marpon & E. Flammarion
Place of Publication: Paris
Publication Date: [1889]
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072285
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001511868
oclc - 24509052
notis - AHC4836

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Dedication
        Page i
    Chapter I: Mort ou Lethargie?
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Chapter II: Les Antecedents de Mimose
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
    Chapter III: L'Ame s'eveille et le Sang fleurit
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    Chapter IV: Halte dans la brume
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
    Chapter V: Platonisme
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
    Chapter VI: Reves decevants
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
    Chapter VII: D'Abime en abime
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
    Chapter VIII: Une Amie
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    Chapter IX: Aurore d'un jour nouveau
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
    Chapter X: Bleu partout!
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
    Chapter XI: Tristesses et sourires
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
    Chapter XII: Le vrai nirvana
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
    Chapter XIII: Egypte et France
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
    Chapter XIV: Sommeils trompeurs
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
    Table of Contents
        Page 359
Full Text








UNE CHERCHEUSE













OUVRAGES DTJ MIME AUTEUR






EN VErTE .\ L.\ M~1IE LIBRAIRIE








LES CONSTITUTIONS D'HAiTI, 1801-1885. I beau vol.
in-8o, orne du portrait de l'auteur et d'une carte
d'Hait. ................. .... 10 >
LA RiPUBLIQUE D'HpYTI, 1840-1882. 1 Vol. in-8S 1 50


EMILE COLIN 1MPRIMERIE DE LAGNY





LOUIS JANVIER




UNE



CHERCHEU SE


J'i cherche le bonheur. N'est-ce pas un,
Ili de nutre nature que d'Stre heureuse? ,
BA.LZAC. La remme abandonnPe.






PARIS
C. MARPON & E. FLAMMARION, EDITEURS
RUE RACINE, 26, PRESS L'ODEON


Tous droits reserves


















.-;c:iice~"












A Madame JUDITH GAUTIER


Madame, rous aveq un nom deux fois
cdl'bre et vous 6tes la bonte mnme : voild
pourquoi fose vous dcdier ce livre. Un Ha'-
tien, un noir, vous prie d'Oire sa marraine
devant le grand public francais.
Vous et vote pare vous pouve- ddlivrer des
lettres de grande naturalisation dans la Rdpu-
blique des lettres.
Je suis, Madame, avec la plus profonde
reconnaissance,
Votre serviteur respectueux,
LOUIS JANVIER.








UNE


CHERCHEUSE





I

MORT OU LETHARGIE?

Plus ne m'est rienl Rien ne m'est plus Je
ne tiens pas b ce qu'on parole de moi, j'ai toujours
eu en horreur la banality et le convenu ; j'en-
tends sortir de la vie d'une fagon rare : voila
pourquoi je m'empoisonne avec de l'acide prus-
sique. Je ne regrette rien. Mon pauvre cceur a
beaucoup souffert: il a beaucoup aimed.
( Je legue toute ma fortune pour la creation
d'une maison oh ne seroni regus et 6leves que les
enfants abandonn6s chez les sages-temmes, dans
les 6glises et aux coins des carrefours de Paris.
( Je desire que cette maison soit batie a Bon-
neuil, sur les bords de la Marne.
SCe vingt septembre 1882.
(( MIMOSE DE FONCINE .






2 UNE CHERCHEUSE
Ceci 6tait ecrit d'une 6criture nerveuse, mais
nette et bien ordonnee. Mimose de Foncine
avait d6pos6 ce singulier testament sur le gu6ri-
don de sa chambre, a cWt6 du flacon qui avait con-
tenu le poison don't elle s'6tait servi pour tenter
de se suicide. Elle avait lu, sans doute, avant
de mettre a execution son fatal project, le joli
roman d'Alexandre Dumas pere : Colombe. Ce
recit des touchantes amours de la vaillante Isa-
belle de Lautrec avec le comte de Moret, un des
bAtards de Henri IV, restait encore ouvert a la
dernibre page, au has de laquelle, de la meme
6criture que celle de la lettre, Etaient tracks ces
mots: Ils furent heureux, ceux-la! ,
Au matin, quand sa femme de chambre entra
pour la r6veiller, une forte odeur d'amandes
ameres la saisit a la gorge. Elle court a la fe-
n6tre, Touvrit toute grande ainsi qu'elle avait
coutume de le faire, d'ordre de sa mattresse, afin
que l'air vif du dehors la r6veillat rien que par le
delicieux frisson qu'il faisait courir sur sa chair.
Au lieu d'aller immediatement vers le lit, Fanny
regard au loin dans l'horizon. D6ja le soleil pou-
drait d'or les cimes des arbres feuillus, p6n6trait
dans les bosquets touffus, z6brait de bandes
rouges, oranges ou jaunAtres les gazons et les
pros fleuris qui s'6tendaient par les vals et les
collins; d6ja, sa lumiere blanchissait les rubans






UNE CHERCHEUSE 3
de route qui se d6roulaient par la plane en ser-
pentant et en zigzaguant i l'infini. La Marne
ondulait lentement entire ses bordures de ro-
seaux et ses saulaies, 16chant amoureusement
ses rives plates pendant que la brume l6gere nee
de ses eaux s'6vaporait dans l'air iris6 du martin
fleurissant. Les premieres odeurs du foin coup
la veille s'exhalaient des las laiss6s dans la prai-
rie et montaient aux narines de la chambribrc,
lui -*'.i.!'ii.t des d6sirs comme si elle eft 6ti de
ces lemnmes cultivees pour lesquelles la nature
est comme une complice parce qu'elles en subis-
sent la po6sie et qu'elles en comprennet les
mysidres.
Une abeille vint frbler sa joue fraichement
couverte d'un ceil de poudre de riz odorante.
Oh: la vilaine bite, fit-elle, en che rchant a
lui donner une chiquenaude.
L'abeilie 6tait d6ja loin.
Elle so pencha a la fenetre pour ]a voi r ,volete1
sous l'azur. Son attention en fut d6tournee par
une chanson que chantaient des faneurs. Iis de-
bouchaient d'un chemin creux, se rendant en
troupe a leurs travaux. Sur un rythme berceur,
1'un d'eux langait a pleine voix une villanelle
rustique don't tous les autres r6petaient en chceur
le joyeux refrain.
Quelques-uns dansaient en merchant, d'auires






4 UNE CHERCHEUSE
sautillaient tout en courant, leur faux sur 1'6-
paule, luisante sous les rayons du jeune soleil.
Je voudrais Wtre aim6e de l'un d'eux, mur-
mura la soubrette. Qu'ils sont heureux et forts.
Us se lIvent tot, is se couchent tard, ils mangent
peu, ils travaillent beaucoup et sont toujours
contents.
Et, des yeux, elle les suivait m6lancoliquement
dans les champs de ble qui se courbaient sous
le souffle du vent a perte de vue devant elle.
Des hauteurs de Bonneuil, Fanny d6couvrait le
splendid panorama qui se d6roule de Cr6teil a
Champigny, de Champigny a la Varenne Saint-
Hilaire et a Chenevieres. Sucy-en-Brie et ses mai-
sonnettes riantes tapissees de vignes vierges et
de cl6matites; la Varenne Saint-Maur, enfoncee
dans un pli du terrain, s'6veillaient.
Les volets des villas semees tout le long de la
Marne et habitues par des Parisiens se d6clo-
saient, encadrant des minois 6bouriff6s, des fi-
gures mutines, laissant deviner, sous des pei-
gnoirs en 6toffes roses et bleues, les formes
opulentes ou graciles des 616gantes files d'fve
en vill6giature dans ces parages.
Quelques bateliers diligents fatiguaient de
leurs avirons les ondes limoneuses de la riviere
que ridait la brise; des coupeurs dejonc, pench6s
hors des barques, en d6pouillaient le lit des







UNE CHERCHEUSE 5
tiges flexibles terminees par des aigrettes so-
yeuses qui rendent sa navigation si difficile et si
dangereuse; des baigneurs matineux, le torse a
peine covert d'un tricot ray6 ou d'une jaquette
quadrillee, se rendaient aux baignades espacdes
sur les deux rives, trainant apres eux des hai-
gneuses v6tues de jerseys verts, lilas, rouge-feu
et coiffees de berets de velours noir ou de bonnets
jaunes aux rubans blancs.
Une splendid journ6e d'automne s'annonqait.
Le son des cors et quelques flonflons de violons
presses disaient que, avant le soir, tout le pays
serait en train de danser pres des guinguettes et
sous les tonnelles de la fete foraine qui durait a
Lapie depuis trois jours. Les baraques des sal-
timbanques obstruaient l'avenue Estibal et cou-
vraient de leurs toiles multicolores le terrain
vague qui spare cette avenue du chemin de ha-
lage.
La cloche de 1'6glise de Bonneuil tintait all6-
grement et, de sa voix argentine, cello de la cha-
pelle d'Adamville semblait lui r6pondre, volee
pour volee. Sous le ciel clair, des companies de
perdreaux filaient a tire-d'aile des buissons 6pi-
neux aux boulingrins perdus comme des lots de
verdure au milieu des terres labourees; des orto-
lans froufroutaient amoureusement ou s'abat-
talent en bandes sur les touffes de graminees ou
1.






0 UNE CHERCHEUSE
de cyperac6es, ces parias du regne v6getal, pour
en picorer goulument les graines; des moineaux,
avec des bruits d'ailes tres doux et des piaille-
ments joyeux, se poursuivaient des frondaisons
blondissantes aux jaunissantes ramures.
Comme i regret, la femme de chambre d6tacha
sa vue de ces '; ,'illi':i,- paysages et de tous
ces vivants tableaux. Elle se retourna et alla
vers le lit de Mimose de Foncine.
Comme Madame dort profond6ment. Mon
Dieu! qu'est-ce que celte fiole?
Elle la prit, l'approcha de son nez.
Tiens! on dirait que c'est d'elle que venait
cette odeur d'amandes ambres que j'ai sentie en
entrant ici.
Elle examine plus attentivement l dormeuse,
et tout A coup poussa un grand cri :
Ciel! elle est mortel A mon secours, Jost;
vencz vite, Nicole.
Qu'y a-t-il? dit bient6t une voix. C'ktait celle
de Nicole, la cuisiniere.
Elle se pr6parait a partir pour le march et ar-
riva le panier sous le bras.
Il y a que madame a un air bien strange et
que je ne lui ai jamais vu. Par ma foi, on dirait
qu'elle est tr6passee.
Nicole, une accorte commerce qui devait friser
la trentaine, court d'abord a la cuisine d6poser







UNE CHERCHEUSE 7
son panier et appela Jost qui rAtissait une allee
plantee de buis et de thym. Elle enleva preste-
ment ses sabots, se chaussa de pantouflos et, d'un
pas digne et mesur6, revint, accompagnee de
Jost, dans la chambre de Mimose de Foncine oh
Fanny, qui n'avait pas quitt6 la place, conti-
nuait se lamenter.
Nicole avait eu le temps de fair la legon h
Jost, luidisant d'un ton imp6rieuxet p6rempLoire:
Nousne savons rien, tu entends bien.Boucihe
cousue sur tout. Si madame est more, le liide-
cin, les autorit6s, tout le tra la la va s'amener et
on nous questionnera ferme. Si nous pacions on
nous enverra en prison et notre marriage sera
retarded. Done, nous ne savons rien de rien. Voila
la r6ponse a faire. Maintenant, allons voir si
mam'zelle Fanny ne s'est pas trompe.
Jost, l'homme depeine de la maison, ne pensait
que par Nicole a qui il 6tait fiance. II s'em-
pressa d'acquiescer au dire de sa future moiLie.
VWtue d'une chemise de batiste, MIla. -.i. Fon-
cine, roul6e sous les couvertures, semblaitdormir
le long sommeil. Ses jolis ongles, roses et polls la
veille come de l'agate, se crispaient, trouant
presque les draps, s'enfongant dans la chair de
ses mains si mignonnes et si potelees que vous
eussiez dit des mains d'enfant.
Ses longs cheveux 6pars sur ses 6paules ivoi-







8 UNE CHERCHEUSE
rines, marquees par places detaches violettes, re-
tombaient sur les oreillers en cascades folles, en
boucles d6sordonn6es, la casquant de noir, iai-
sant paraitre plus vaste son beau front aux lignes
si pures que sculpturales et d'une couleur d'or
bruni. L'ceil, autrefois mobile et brilliant, restait
sous la paupibre long voil6e, fig6 dans son immo-
bilit6, tout noir mais atone et sans lumiere. Les
levres, un peu retrouss6es dans un rictus sardo-
nique, laissaient voir de petites dents bien
plant6es et admirablement blanches encore mais
don't les nacrures avaient disparu.
Les mignardes oreilles 6taient comme fuligi-
neuses, les narines, naguere palpitantestoujours,
demeuraient pinc6es. Se contracteraient-elles et
se dilateraient-elles jamais pour exprimer l'6mo-
tion de 1'ame, pour trahir les troubles et les pas-
sions du cceur ?
Qu'allons-nous faire, bon Dieu! g6missait
Fanny, en se tordant les bras. Vous, Jost, vous
qui connaisscz le garde-champetre, vous auriez
bien du l'aller chercher; peut-6tre nous donne-
rait-il un bon conseil. Et vous, Nicole, qui allez
si souvent h la messe, courez voir si monsieur le
cure de Bonneuil ne voudrait pas venir pour ma-
dame.
Ma foi, fit Nicole, je n'irai pas. Madame n'a
jamais voulu recevoir le cur6 ni m6me lui parler






UNE CHERCHEUSE 9
sur la route. Vous savez bien qu'elle ne croyait
ni a Dieu, ni a diable. Et puis la messe va se
dire a l'instant.
-, D'ailleurs, reprit Jost, qui avait la voix na-
turellement trainante, mais qui l a rendit plus
trainante dans la circonstance, legarde-champetre
n'a rien a voir en tout ceci; c'est a monsieur le
maire qu'il faudrait s'adresser : or la mairie n'est
pas encore ouverte a cette heure.
Et puis..... un dimanche, ajouta Nicole.
Je vois bien que vous ne voulez m'aider en
rien, cria Fanny exaspir6e. Madame 6tait si bonne
pour vous cependant.
Nous ne nous melons en rien des affaires qui
ne nous regardent point. Du reste, madame est
morte... vous comprenez..... Je pense ainsi... et
Jost aussi. Tous trois restaient a turner dans la
chambre, ne sachant au fond a quel parti s'arre-
ter.
Mais, hasarda Jost, madame avait des va-
leurs, des titres, il faudra poser les scell6s. Moi,
je sais cela: j'ai servi chez un notaire.
Un notaire 1 Ah I Oui, il en faudrait un peut-
Atre, mais il n'y en a pas dans le pays, de notaire,
repondit Fanny: c'est trop petit. Voila le boulan-
ger qui arrive avec le pain et les brioches. Nicole,
veuillez lui dire de d6poser le pain dans la cui-
sine et de venir ici. Nous le prierons de r6pandre






1U UNE CHERCHEUSE
la nouvelle dans le village et avant longtemps
nous aurons cent conseillers au lieu d'un.
Le boulanger connaissait tout le pays. It se
charge de prevenir le maire, le cur6, le notaire
de Cr6teil, le garde-champ6tre.
Vers midi une foule compact stationnait de-
vant la porte, remplissait la cour, marchait sur les
plates bandes, foulant les plants rares du jardin
anglais sans se soucier des recommendations de
Jost. Les langues des commures allaient bon
train.
Ces Parisiennes I il faut que cela se tue,
hurlait la mercibre du coin avec une moue m6-
prisante. Oh la la I
Mimose de Foncine avait toujours refuse de se
fournir chez elle. Habituee aux marchandises
fines, aux choses exquises, elle trouvait que les
articles de mercerie achetls dans les villages des
environs de Paris 6taient toujours moins bons
que partout ailleurs.
Qu'est-ce qu'elle avait pour se tuer, cette
mijaure ? Elle ne faisait que lire du matin au
soir, soufflait une paysanne.
Quand elle ne faisait pas grincer sa guitar
ou glapir son piano au milieu de la -nuit pour
reveiller les voisins, reprenait une grosse dame
entire deux ages. C'6tait la femme du mattre d'e-
cole. Elle enrageait de ne pouvoir toucher de ce







UNE CHERCHEUSE ii
dernier instrument qu'elle affectionnait quand
elle 6tait pensionnaire a Saint-Denis. Son maria
n'avait pas les moyens de lui en payer un.
Mon Dieu I je ne siis'ni m6chante, ni en-
vieuse, mais il faut avouer que ces dames fibres et
insolentes sont tellement dedaigneuses pour le
pauvre monde que, quand malheur leur arrive,
c'est a peine si on peut les plaindre sincerement.
Ainsi s'exprimait la femme de I'aubergiste, fu-
rieuse d'ailleurs de ce que Nicole ne prenait ja-
mais ni vin, ni eau de Seltz chez elle.
Ah bougonna un gamin, voila monsieur le
maire qui arrive enfin avec son 6charpe. Silence
les vieilles !
Silence toi-mime, fils Cambillard, petit po-
lisson. Va done plut6t chanter au lutrin, mauvais
drble, riposta une devote, en se signant. Tu n'iras
pas en paradise et ton bonhomme de pere, le ma-
rechal-ferrant, aura bien des peches h payer pour
toi.
La foule s'6cartait, livrant passage a M. Du-
russel qu'accompagnaient deux de ses adjoints,
le secretaire de la mairie et un garde champetre.
Le maire fendait avec gravity les rangs de ses ad-
ministr6s, distribuant des coups de chapeau a
droite et h gauche. II escalada le perron avec une
majesty pleine de componction et p6n6tra dansla
mason.






12 UNE CHERCHEUSE
Oh sont les domestiques, fit-il de sa voix
claire et imp6rieuse de gros fermier, habitu6 a
commander et a 6tre ob6i.
Fanny montra son gentil museau de triple fA-
tee:
Si monsieur le maire veut se donner la peine
d'entrer dans la chambre a coucher de madame,
dit-elle, les yeux encore rouges d'avoir pleur6.
Elle est gironde, coula a l'oreille de son
college un des deux adjoints, ancien gargon de
cafe du quarter Latin.
Trbs distinguee vraiment chouette I r6pon-
dit l'autre, vieux seller retire des affaires et
pecheur a la ligne endurci, tout on faisant cla-
quer sa langue contre son palais et en clignant
l'ceil d'un air entendu.
Allons, messieurs, voyons le sanctuaire, le
sanctum sanctorum, murmura le maire. Ayant Wt6
enfant de chceur en ses jeunes ann6es, il avait
conserve tout au fond de sa m6moire quelques
bribes de mauvais latin, qu'il langait a tout pro-
pos, d'une belle voix de basse, pour humilier son
entourage ou pour en imposer aux na'fs.
La chambre 6tait dans un de ces ddsordres
charmants qui r6vylent l'insouciance de bon goit
en meme temps que la richesse. Tout d'abord, le
lit attirait l'attention par ses vastes proportions.
On eut dit d'un large divan bas. I1 6tait en bois







UNE CHERCHEUSE 13
de hazomena de Madagascar et tout incrust6 d'a-
mours ail6s taill6s dans du vieil ivoire. Une chaise
longue en rotin tress6, un sopha habill6 de drap
canelle et garni de cousins faille, une ottomane
en satin de Chine, un canap6 recouvert de velours
d'Utrecht bleu passant, disaient que Mimose de
Foncine devait pr6f6rer a toute autre la station
quasi-horizontale. Les chaises et les fauteuils re-
couverts de velours vert Louis XVI et dores
avaient grand air sous leurs houses blanches.
Dans la muraille ettout centre lelit, une grande
glace de Saint-Gobain 6tait fix6e. L'armoire A bi-
joux vitree 6talait ses richesses: colliers de gre-
nats, bagues ornees de brillants, saphirs, 6me-
raudes de toute beauty. Des rubis cabochons,
des diamants de la plus belle eau scintillaient
a c6t6 de magnifiques pendants d'oreilles en
ceil de chat, reposant dans une minuscule bolte
de porphyre, curieusement ouvree et double
de satin cerise. Une petite coupe en onyx cisel6
lame d'or, trouv6e a Pomp6i, servait d'ecrin
original h un splendid collier de perles. Joyaux
et meubles r6v6laient une e16gance hardie et
rare. Un clavecin et une guitar, un piano h
queue et une mandore temoignaient du goit
de la morte pour la musique. La boite de par-
titions 6tait des plus fournies, mais la biblio-
theque de nuit ne lui cedait en rien. Les ceuvres
2







14 UNE CHERCHEUSE
de poetes modernes les plus prisees des femmes
s'y trouvaient, rangees sur les huit rayons d'une
armoire vitr6e qu'on ne lermait jamais.
C'est mon temple de Janus, aimait a rep6ter
Mimose.
Sur chaque rayon, deux, trois ou quatre cou-
leurs differentes servaient a distinguer les ceuvres
d'un pobte de cells d'un autre. Les Parnassiens
y tenaient la plus belle place, mais les posies
lyriques de Victor Hugo, depuis les Odes et Bal-
lades et les Orientales, de l'edition Lemerre, jus-
qu'a 1'Ane, de l'edition Quantin, occupaient le
premier rang du haut. La collection portrait une
reliure uniform de maroquin du Levant plein
rouge. Les trenches de chaque volume 6taient,
la superieure, doree, les deux autres 6barb6es et
jasptes. Les muvres de Musset 6taient habilles
de maroquin bleu; cells de Leconte de Lisle de
vert jans6niste; cells de Sully-Prudhomme de
marron once ; cells de Coppee de parchemin
blanc; cells de Theophile Gautier, de jaune
orange; cells de Catulle Mendes de jaune citron ;
cells d'Armand Silvestre de jaune paille; cells
de Lamartine d'un gris perle rarissime; cells de
Vigny d'un violet tendre; cells d'Arsene Hous-
saye de lilas mordor6. La Chanson des Gueux et les
Caresses de Jean Richepin portaient une couver-
ture en peau de crocodile d'un vert glauque du






UNE CHERCHEUSE 15
plus singulier effect; les Fleurs du Mal de Baude-
laire 6taient vetues de noir satanique; Theodore
de Banville avait un habit couleur noisette du
dernier joli comme ton.
Une range sp6ciale avait Wt6 consacr6e aux
maitres d'autrefois, si charmants en leur naive
allure, avec leur m6pris de la consonne d'appui
et leur droit au hiatus. Amadis Jamyn, Villon,
Tahureau, Olivier de Mauny, Christine de Pisan,
Jodelet, Ronsard, Louise Labb6, Cl6ment Marot,
du Bellay, madame de Foncine les lisait couram-
S. ment et sans 1'aide du moindre glossaire.
Un bahut moyen age rec6lait dans ses vastes
panses tout un monde de romans. En cette ma-
tiere aussi, lanoble femme 6taitune6clectique et
une raffinee. La Princesse de Clives et le Dernier
des Abencerrages de l'edition Quantin, livres qui
Content des amours delicates, avaient leur place
S c6t6 des Lettres d'amour de Mirabeau, si chau-
des que la passion qui y palpite trouble le lecteur.
Alba et Stella de Louis Enault faisaient ses d6lices
et elle lisait ou relisait constamment les romans
historiques d'Alexandre Dumas, les paysanneries
de Georges Sand, de Pouvillon, de Theuriet, de
Cladel, de Jacques Vincent, de Barracand et de
Georges de Peyrebrune.
Les maitres du naturalisme: Balzac, Zola,
les Goncourt, Daudet, Huysmans, elle les prisait






16 UNE CHERCHEUSE
a leur valeur respective. De Balzac, elle pr6-
ferait pourtant le Lis dans la Vallee; de Zola, la
Faute de l'abbd Mouret; des Goncourt, la Faustin;
de Daudet, les Leltres de mon Moulin et d'Huys-
mans, A Rebours.
En voyant cette accumulation de merveilles
devant laquelle un connaisseur fft rest en ex-
tase, le mairene pensa nullement a admirer, mais
a inventorier.
Voila certes, pensa-t-il tout haut, un tes-
tament qui enrichira notre commune. Elle en
avait bon besoin. Et, d'une voix plus haute :
Qu'on aille me chercher monsieur le notaire
de Creteil, pour qu'il mette les scell6s, et le m6-
decin pour qu'il constate le d6ces.
Le garde champ6tre fut d6pech6 pour ramener
le m6decin, un gamin fut envoy chez le no-
taire.
En attendant qu'ils arrivent, rien ne nous
emp&che de visitor les autres pieces, dit l'un des
adjoints, l'ancien seller, plus artiste que les
deux autres officers municipaux.
Ceux-ci accepterent sa proposition.
De la chambre a coucher, on passa dans le ca-
binet de toilette, petite piece basse, mal 4clair6e
par une seule fenetre, mais admirablement ou-
till6e en brosses, en peignes d'6caille blonde, en pe-
tites glaces a main, en crayons, en bottes de pou-







UNE CHERCHEUSE 17
dres, en savons, en cosm6tiques de toutes sortes.
Madame de Foncine 6tait une coquette ou une
616gante achev6e. Elle avait chez elle du henn6
pour se teindre les ongles, du kohol pour faire
parattre ses yeux plus grands, de l'eau oxyg6n6e
et du th6 jaune de Chine pour se blondir les che-
veux & volont6. Des petits flacons d'une forme
bizarre contenaient de l'essence de roses d'Ispa-
han et de Chiraz apport6e de Perse express6-
ment pour son mouchoir de poche. La salle de
bain faisait suite au cabinet de toilette. Un haiti,
esphce de tenture du Maroc, y tamisait la lumiere
du jour; des carpettes et des tapis du Daghestan
en couvraient le plancher sur lequel reposaient
une baignoire en cuivre avec des robinets d'ar-
gent, un tub et un appareil h douches. Les vives
couleurs des tapis et des haitis plaisaient h Mi-
mose, cette sensualiste n6e aux pays de la cou-
leur. Une chambre a coucher separait la salle de
bain du salon qui, lui-meme, touchait au billard.
Le salon etait rouge et or; la salle de billard
rouge et bleu. Madame de Foncine n'affectionnait
rien tant que cet exercise viril dans lequel excel-
lait Louis XIV et qui fit de l'avocat Chamillard
un ministry des finances et de la guerre du Roi-
Soleil.
Apres la salle de billard venait un d6licieux
boudoir tendu de perse, puis un belv6edre d'oi
2.







18 UNE CHERCHEUSE
l'on d6couvrait plus de six lieues de pays et qui,
l'hiver, servait de serre. Un 6troit escalier y con-
duisait de la salle a manger, s6par6e de la cui-
sine par un large vestibule. A l'un des coins du
vestibule et dans une vaste piece qui y touchait
on avait install toute une bibliothique.
Le corps de bhtiment lui-meme avait autre-
fois fait parties d'un petit chateau du temps de
Henri IV, d6moli a demi sous la R6volution. Un
jardin plant de tilleuls, de sycomores et de pla-
tanes en d6pendait. A l'ombre 6paisse qui tom-
bait de l'entrelacement de leurs rameaux, quel-
ques cygnes nageaient dans un bassin octogone
peupl6 de carpes et do cyprins.
Les trois municipaux furent arrach6s de la
contemplation de ces choses oh l'on percevait le
souci du comfort dans le grand, par I'arriv6e du
m6decin bient6t suivie de celle du notaire. Le
premier constata faciiement l'empoisonnement
mais n'osa se prononcer imm6diatement pour la
mort.
Pendant qu'on d6plagait le corps pour qu'il pft
ausculter tout A son aise la region du cceur, un
portefeuille carre sortit de dessous les oreillers
et tomba sur le tapis. Le secr6taire de la mairie
le ramassa.
Une de ses deux pochettes contenait un por-
trait en miniature et une lettre; dans l'autre cli-







UNE CHERCHEUSE 19
quetait un trousseau de cinq mignonnes clefs
don't deux d'argent et trois d'or.
Le portrait 6tait celui d'un jeune homme. Le
masque souriant et fin; deux yeux lumineux, p6-
tillants, nageant dans un fluide abondant; le
nez moyen; les levres sensuelles et toutes pr6tes
adecocherla saillie heureuse; les oreilles petites;
le cou large et puissant; le front vaste et bomb,
tel il se voyait. A regarder un instant ce visage
absolument juv6nil, n'eft It6 qu'il se terminait
par un mention rond orn6 d'une imp6riale nais-
sante, on devinait une individuality original et
vigoureuse aussi prete pour les luttes de la vie
que pour les batailles de 1'amour. La lettre por-
tait le timbre d'Egypte. A force d'avoir B6t relue
et mouill6e de larmes, elle paraissait vieille de
plusieurs mois; il -,i;.- li. de l'examiner pen-
dant une minute pour constater qu'elle avaiL 6t6
6crite avec du sang human comme encre. Elle
contenait ces quelques lines :

Du fort Raz-el-Tyn, Alexandrie, 11 juillet 1882.

Chere Mimose, je suis bless a mort...
> Je meurs... ma derni6re pensee est pour toi.
Adieu. Donne quelquefois un souvenir 6mu a
celui don't tu fis eclore le cceur.
) EDRISS.







2U UNE CHERCHEUSE
Mourir d'amour, 6 le plus doux des tr6pas
soupira l'ancien gargon de caf6 qui se piquait
d'honneur a citer du Richepin a tort et & tra-
vers.
Amen fit son coll6gue avec onction.
C'est se presser. Pour ma part, je ne veux
pas encore croire qu'elle soit morte. Disant ceci,
le m6decin examinait les cl6s, et, comme pour
gagner du temps, ajoutait :
Voyons quels meubles elles ouvrent !
Non, non, fit vivement le notaire, nous po-
sons les scell6s.
Minute, monsieur le notaire, tirons seule-
ment les tiroirs... rien que pour voir, reprit le
maire, la face allum6e d'une curiosity malsaine.
L'armoire aux bijoux fut ouverte a l'aide d'une
des cl6s d'argent. On en tira trois cassettes, pla-
cees a c6t6 l'une de l'autre dans l'un des coins du
vieux meuble.
La second cl1 d'argent ouvrait une console'
ot, p6le-m8le avec un monceau d'or, se voyaient
des billets de banque, des titres de consolid6s
anglais, des inscriptions de rente sur le Grand
Livre de la Dette frangaise non amortissable,
des obligations de la Ville de Paris, des actions
de Suez, des actions des chemins de fer de l'Ouest
et du Nord, des Pagares et des Rio-Tinto.
La plus grande parties de la fortune de madame






UNE CHERCHEUSE 21
Foncine 6tait d6posee A la Banque de France, au
Credit Lyonnais et au Cr6dit Foncier en compete
courant. Des titres en faisaient foi.
Les trois cassettes, toutes trois de fer forg6,
regorgeaient de lettres, de photographies, de
vues de monuments et de passages. Dans l'une,
celle qu'ouvrait la petite clef marquee d'un A et
qui portait un A presqu'invisible sur la serrure,
les lettres 6taient d'une ecriture minuscule ar-
rondie, pose, assez semblable a celle de Talley-
rand ; dans ladeuxieme, surla serrurede laquelle
se lisait un B gothique, 1'Hcriture 6tait nerveuse,
fine, droite, a cassure nette, les mots espac6s les
uns des autres ; dans la troisieme cassette, 1'6-
criture 6tait large, pleine et les mots avaient ~te
presque tous 6crits sans que la main fft levee,
chaque lettre se liant h sa voisine. Du fond de
celle-la on ramena l'acte de naissance de la de-
funte. I1 lui donnait quarante-deux ans.
Pauvre cceur I Requiescat in pace, fit senten-
cieusement le notaire qui, quoique jeune, etait
presque tout chauve.
C'est pourtant & cet age, r6pondit le m6de-
ciri, que la femme bat son plein comme amou-
reuse. Plus jeune elle est souvent trop coquette;
elle pense hplaire plut6t qu'a aimer. Quand sonne
la quarantine elle est tout amour, toute.de
flamme et de rayonnement. Elle vit et vibre pour






Z UNE CHERCHEUSE
un seul. C'est sans doute vers cet Age de la vie
que Phidre aima si passionn6ment Hippolyte.
Le secr6taire de la mairie jugea le moment
propice pour placer son mot:
Vous autres midecins, dit-il, vous devez
recevoir, et plus que les notaires, un tas de confi-
dences, et des plus croustillantes.
Celles de toutes les grandes amours quoi?
repartit le notaire, piqu6 au vif, et d'un air qui
voulait paraitre narquois. Puis, avec une d6sin-
volte des plus impertinentes, il laissa tomber ces
mots d'une levre dsdaigneuse: Tout lui sera
pardonn6, a celle-ci: elle a tant aim6...
Le cceur est dans un perp6tuel rajeunisse-
ment, riposta le m6decin, subitement devenu
grave, comme la langue est dans un perp6tuel
devenir. C'est certainement la chose du monde le
plus ridicule qui soit que la th6orie voulant qu'on
n'aime qu'une fois. Qu'est-ce que 1'homme? Un
animal... qui a la parole, qui a su vaincre, ou
dominer, ou discipliner la nature, dompter ou
domestiquer les autres animaux; qui, ayant in-
vent6 l'6criture, a pu se perfectionner de sickle en
sickle, mais qui rest animal en tant qu'individu
fait de sang, de chair et petri de nerfs.
Pourquoi veut-on qu'il vive toute sa vie avec
un seul souvenir au cceur? Pourquoi ? Et puis
les raisons pour lesquelles on aime a quinze ou a







UNE CHERCHEUSE 23
vingt-cinq ans peuvent se modifier ou changer
du tout au tout & trente ans ou a quarante. Une
femme de vingt ans aime on croit aimer alors que
ses sens seuls ont par16 dans l'exub6rance d'une
puberty qui s'ennuie; des emballements senti-
mentaux peuvent la fire se donner a jamais,
sans le moindre discernement; une foi trop
chevaleresque, un trop grand respect de la pa-
role jur6e peuvent l'attacher pour toujours a
un 6tre indigne d'elle intellectuellement et mora-
lement, la rendre malheureuse pour le rest de
ses jours, si elle ne brise sa chaine ou si elle ne
foule aux pieds les conventions faites par l'homme
en d6pit du bon sens et de la nature. Est-ce que
le monde naif, ou stupid, ou cruel sait ce qu'on
appelle amour et devoir ? L'un ne va pas bien
sans l'autre...
Les m6decins sont 6loquents, lorsqu'ils s'en
donnent la peine : ils connaissent les faits, leurs
paroles portent des arguments irr6futables ou
tout au moins precis.
Regardez le corps de cette femme. Il est tout
jeune. Les seins sont fermes et d'un model pres-
que aussi parfait que celui qu'on volt a telle
Cl6opAtre ou a telle V6nus de marbre; la peau
est d'une finesse exquise, comme satinie; les
chairs sont pleines et, sous une 16gere couche de
graisse qui arrondit les attaches des membres et







24 UNE CHERCHEUSE
donne du fini a leurs contours, on sent des mus-
cles admirablement bien faits et nourris de fibres.
Est-ce que pareille creature n'etait pas privilegi66e
sur tous les rapports, a voir surtout les objets
qui l'entourent: livres de maltres, tableautins
ravissants, instruments de musique? Ne pou-
vait-elle donner 1'6tre a des rejetons remarqua-
bles, le bonheur 6ternel et sans cesse renouvele,
l'ivresse le plus complete m6me a un jeune homme
de vingt-six ans environ, comme celui du por-
trait? Ne pouvait-elle, et legitimement, Otre pre-
fer6e par lui, surtout s'il 6tait lui-mdme d'une
intelligence superieure, a toutes ces petites pou-
pees de vingt ans qui ddchirent un coeur pour le
plaisir de le dechirer, parce qu'on leur a dit
qu'elles le tenaient dans la main ; qui tuent un
cerveau, quelquefois pour se venger des d6dains
d'un 6tudiant ou de 1'abandon d'un fils de fa-
mille ?
J'ai vu cela au Quartier-Latin, moi, fit, en se
rengorgeant, l'adjoint qui citait les poetes moder-
nistesetqui s'appelaitPomichon. Yous avezraison,
docteur.
Moi aussi, j'ai vu cela et au meme endroit
que vous, monsieur Pomichon. Prenons le sujet
par un autre cot6. Tout d'abord, chaque annee,
au renouveau de la nature, au vero novo, au prin-
temps enfin, correspond un renouveau de l'indi-







UNE CHERCHEUSE 25
vidu. Alors meme qu'il est en puissance d'amour,
il aime davantage au retour des fleurs, quand
I'animal et la plante songent a perp6tuer l'espece.
Si la theorie de Darwin n'6tait pas aussi vraie
qu'elle l'est, la constation de cette verit6 en eit
6t6 une des preuves les plus confirmatives. Puis
done, quand tout semble mort apris une crise de
passion qui, quelquefois, a modified la personna-
lit6 ext6rieure, qui, quelquefois, aatteint mme et
trouble profond6ment l'6tre psychique, survienne
rne autre passion, une autre tendresse, une autre
affection et la femme ou l'homme renait au
bonheur de vivre, ne gardant du pass maudit
meme le souvenir. Et, si quelquefois celui-ci
revient, meme sons la forme presque effacee de
souvenance, on aurait voulu s'arracher quelque
chose, on eAt desire perdre une parties de la
memoire pour l'ensevelir dans un oubli a nul
autre pareil tant il serait profoid.
Le maire 6tait sous le charme et le notaire lui-
meme n'osait interrompre. Quant 4 Pomichon, il
bavait de plaisir, gris6 comrAe aux beaux temps
oh il 6poussetait cent fois Mu lieu d'une la table
voisine de celle devant laquelle 6tait assis un
group de vaillants paradoxeurs ou de hardis
remueurs de problems humans, d'ailleurs 61o-
quents.
Dans le cas qui nous occupe specialement, re-






D0 UNE CHERCHEUSE
prenait le docteur Maclu, avec une autorit6 qui
n'allait pas sans une certain 16gitimite, cet ado-
rable instinct de maternity qui se rencontre tou-
jours mime chez la femme la plus denaturie, la
plus ignoble et la plus vile, ce sentiment de con-
servation de l'espice par la reproduction, ce vou-
loir indicible et inomm6 de respirer la force qui
6mane de l'haleine d'un homme jeune et sain,
tout cela a port sans doute cette belle creature
a aimer plusieurs fois et a aimer jusqu'a la mort.
Pour moi, je m'incline devant toute chose grande,
devant toute manifestation belle ou sincere des
sentiments vraiment naturels et je plains cette
femme.
Les assistants de cette scene 6taient tous sous
le coup d'une profonde motion.
Pomichon pleurait a chaudes larmes.
Le maire revint le premier a l'intelligence de la
situation J' rompit le silence general qui s'6tait
fait:
Eh bien! monsieur le notaire, posez les scel-
16s. Le testament est sur paper ordinaire mais il
est(olographe et, me semble-t-il, parfaitement
valuable. N'est-ce pas votre avis?
D'un signe de tete, le.notaire r6pondit : Oui.
Je ferai toute diligence pour que les der-
nieres volont6s de madame de Foncine regoivent
complete execution et le plus promptement du






UNE CHERCHEUSE zi
monde. J'agirai en ma quality d'administrateur
de la commune.
Tout fut remis en place et le notaire proc6da
rapidement. Les operations termin6es, le maire se
leva et se dirigea vers la porte.
Messieurs, dit-il d'un ton cordial, mainte-
nant que les scell6s sont mis, faites-moil'honneur
de partager le modest d6jeuner qui nous attend
a la mairie. J'invite, avec votre permission, le
garden champ6tre: jc suis un frano d6mocrate.
Madame de Foncine ne parlait a personnel, ne fr6-
quentait personnel dans le pays, mais vous n'igno-
rez pas que c'est moi qui lui ai fait acheter cette
maison don't elle avait lu l'annonce de vente dans
le Figaro. Elle vint me voir a la mairie en d6bar-
quant du chemin de fer, me charge de fire toutes
les d6marches n6cessaires aupres de l'ancien
propri6taire, paya rubis sur l'ongle et s'installa.
Elle m'a remerci6 royalement en m'invitant a
diner et en me faisant accepter une 6pingle de
cravate ornee d'un solitaire de tres belle eau. J'ai
caus6 tout un soir avec elle et avec le jeune
homme de la miniature.
Ils me firent part, en terms mesur6s et fins,
de l'intention dans laquelle ils 6taient de vivre
isol6s et de ne recevoir aucone visit. Mais, je
bavarde... Allons, voulez-vous venir ddjeuner,
messieurs ? Je vous en prie.






Z6 UNE CHERCHEUSE
Monsieur le maire, fit Pomichon, qui avait
aval6 ses pleurs et qui n'aimait rien tant qu'6-
mailler ses reparties d'expressions du Quartier
Latin, nous sommes trop profond6mentint6ress6s
par vos demi-confidences pour ne pas vous
suivre au bout du monde et... meme ailleurs.
Et meme ailleurs, r6p6ta le notaire, esquis-
sant un sourire railleur...
Parfaitement, monsieur le notaire, appuya
Pomichon, parfaitement, et meme ailleurs.
A une condition, monsieur le maire, j'ac-
cepte votre invitation, fit le docteur Maclu, sor-
tant d'une meditation qui durait d6jh depuis
quelques instants.
Laquelle?
C'est que nous reviendrons tous cette apres-
midi faire un nouvel examen du corps. On lais-
sera les fen6tres ouvertes pendant notre absence.
Ces empoisonnements par l'acide prussique
sont des plus bizarre. Je ne suis pas sur que
madame de Foncine soit morte. 1 se peut par-
faitement que l'air frais, continuant d'entrer dans
ses poumons, y ramine la vie.
Eh bien! nous reviendrons, docteur.







UNE CHERCHEUSE


II



LES ANTECEDENTS DE MIMOSE.


Les derniers rayons d'un doux soleil de prin-
temps sechaient le pave qui venait d'6tre mouilli
par une court avrill6e.
Debout devant la porte d'entr6e d'une des plus
vieilles maisons d'orfevrerie de Bordeaux, un
homme d'age moyen, de forte corpulence et d6ji
grisonnant, prenait le frais tout en surveillant
ses commis qui emballaient de la vaisselle plate
dans des caisses de bois blanc garnies de paille
fine.
Le pouce de la main gauche passe dans 1'en-
tournure du gilet, de la main droite, rest6e libre,
il se caressait la barbe qu'il avait belle; d'autres
fois il lissait les longs cheveux noirs d'une fillette
3.






30 UNE CHERCHEUSE
de dix a douze ans, qui, chlinement, s'appuyait
centre lui. On eut dit que le bijoutier, car le per-
sonnage en question 6tait le chef de la maison
devant laquelle il se trouvait, poursuivait la solu-
tion d'un problem de haute joaillerie : soit qu'il
combinAt une monture nouvelle; soit que, men-
talement, il compost une parure a sensation;
soit qu'il disposal un chiffre plus artistement que
le plus renomm6 de ses confreres de Paris sur
l'argenterie fralchement refondue de quelque
vieille famille-de la Gironde; soit qu'il cherchat
encore le moyen de travailler I'or en ciselures
delicates, de le tailler en decoupures hardies
comme il en est dans les pays de l'Extreme-Orient
avec lesquels, depuis des temps recul6s, Bor-
deaux fait le commerce sur une large 6chelle.
Un passant allait de long en large sur le trot-
toir depuis quelques instants tout en jetant des
regards sur les vitrines de la maison de joaillerie
Vanolles, sur ses commis, et sur son patron. On
voyait bien qu'il d6sirait parler a celui-ci. Plu-
sieurs fois il s'etait arrWte avec l'intention 6vi-
dente de porter ]a main a son chapeau pour I'a-
border, mais la persistance avec laquelle Leon
Vanolles poursuivait la meme pensee, sans faire
attention a ce qui se voyait dans la rue, l'avait
empech6 de mettre h execution son project.
La fillette avait remarqu6 ce ~passant. Elle tira







UNE CHERCHEUSE 31
sur la poche du veston de son pere et dit assez
fort pour que le passant qui 6tait un jeune
homme pfit l'entendre :
Papa, voici quelqu'un qui desire te parler.
L'inconnu s'avanga. II 6tait vetu d'un pantalon,
d'un gil!t, d'une jaquette de drap bleu marine,
coiff6 d'un feutre mou, c~auss6 de souliers a ta-
lons creus6s et a points carries 16gerementrele-
v6es. Le teint bistr6, les yeux largement fendus
et tres vifs, les traits accuses, le front un peu
6troit lui donnaient belle mine : il avait fire al-
lure par le port de ]a tkte, la demarche rapide
sans Utre saccadee, la sveltesse de la taille.
Monsieur, fit-il, en mettant le chapeau a la
main, je vous prie de me pardonner la liberty que
je prcnds de m'adresser a vous : je sais que vous
6tes l'h6ritier d'un nom c6lebre dans les fastes de
la bijouterie bordelaise, laquelle est des plus re-
nommees de France pour le fini de ses ouvrages:
je viens vous demander si vous n'auriez pas be-
soin d'un commis qui serait charge d'ecrire pour
votre maison a ses correspondents en Espagne.
Je vous remercie, monsieur, pour vos cour-
toises paroles et pour votre offre, mais, actuelle-
ment, ma mason fait peu d'affaires avec l'Es-
pagne, de plus je n'ai pas besoin de commis pour
correspondre avec mes commettants dans ce
pays : ils m'6orivent tous en frangais.






32 UNE CHERCHEUSE
Alors, monsieur, veuillez excuser mon in-
discretion.
Une question, monsieur, reprit l'orfivre au
moment ol, le saluant d'une inclination de la
tAte en meme temps qu'il se couvrait, son inter-
locuteur allait prendre cong6, vous 6tes Espa-
gnol ou Portugais ? "
Espagnol; mais j'ai habit Lisbone pen-
dant quelques mois. C'est justement parce que
j'ai entendu vanter votre maison h Barcelone oiu
je suis n6, a Madrid et a Lisbonne que, me trou-
vant & Bordeaux, je me suis pr6sent6 chez vous
pour vous offrir mes services.
Oui, mon pr6d6cesseur, c'est-a-dire mon
pere, faisait beaucoup d'affaires avec la P6nin-
sule, mais autrefois, avant que l'arm6e frangaise
de Napol6on I" efit envahi le Portugal et l'Es-
pagne.
Depuis lors nous sommes moins aims de
l'autre c6te des Pyr6nees.
En tous cas, le renom de votre maison y est
rest vivant. II ne tient qu'a vous de reprendre
les affaires avec des pays oi les bijoux sont si
appr6ci6s. Nous vivons sous le regne de Louis-
Philippe et 1'Espagne entretient d'excellents rap-
ports avecla France.
L'orfevre enveloppa son interlocuteur d'un re-
gard rapide qui s'arrita surtout sur l'oeil et la






UNE CHERCHEUSE 33
bouche. Sans doute qu'il eut lieu d'etre satisfait
de son examen. L'eil brillait clair et franc, la
bouche n'6tait ni moqueuse, ni pinc6e.
Monsieur, reprit-il, apres une minute de r6-
flexion, vous comptez sans doute vous fixer a
Bordeaux pour longtemps ?
Sinon pour toujours.
Ah! vraiment!
-J'y suis contraint par les circonstances, les
Bvenements...
Quelles circonstances, quels 6v6nements?
Mais monsieur...
Vous comprenez, monsieur, que je ne puis
prendre quelqu'un dans ma maisonsans recom-
mandation aucune sinon celle que donne la
bonne mine et une excellent education a ce que
je crois voir.
C'est just, monsieur.
Je parie que vous Rtes exile politique.
Non, monsieur, mais mon pere l'6tait ou du
moins se consid6rait comme tel.
Vous autres Espagnols vous ne voulez ja-
mais rester tranquilles. Vous n'avezpas voulu du
roi Joseph, on vous a rendu votre souverain 16gi-
time, le roi Ferdinand, pere de sa gracieuse Ma-
jest6 la reine Isabelle < que Dieu garde a come
vous dites: il vous a vite d6plu. II est mort et la






34 UNE CHERCHEUSE
r6gente, la reine Marie-Christine, vous d6plalt
aussi.
Monsieur, fit le jeune Espagnol, d'une voix
nette, et bien timbree, je ne r6clame de vous
aucune aumone; de plus, il n'est nul besoin que
vous fassiez la lecon ni aux miens, ni h monpays.
Et il tourna les talons.
Bon a... j'aime les fiers. Ce gargon doit
Atre un hidalgo, murmurait h part lui Leon Va-
nolles.
Mais, papa, dit la petite fille qui avait assist
a toute la conversation, vous l'avez bless, il s'en
va pleurant. Regarded, il essuie une larme. 11 a
l'air si gentil et si doux.
Eh bien I course apres lui, rappelle-le.
En quelques bonds l'enfant cut rejoint le jeune
stranger.
Monsieur, monsieur, cria-t-elle en touchant
16egrement les basques de son habit, papa vous
appelle.
Merci, mademoiselle, voici d6ja deux fois
que vous 6tes mon bon ange.
Les premieres impressions restent longtemps
gravees dans la m6moire des enfants:
Le sourire reconnaissant don't il accompagna
ces paroles lui acquit une petite amie dans la
personnel de mademoiselle Gillonne Vanolles. -
Elle le conduisit a son pere.







UNE CHERCHEUSE 35
Monsieur, dit celui-ci, je vous demand
pardon de vous avoir cause de ]a peine sans le
vouloir. Heureusement, ajouta-t-il, en souriant
et en mettant la main sur la tate de sa fille, que
Gillonne 6tait la. Sans elle, vous vous en alliez
mon ennemi.
Reprenons 1'entretien, je vous prie, oi nous
l'avons laiss6. Vous me disiez que vous 6tiez n6 &
Barcelone; que vous aviez habit Madrid et Lis-
bonne?
Et Marseille aussi.
Mais je voudrais savoir si... si vous avez des
r6f6rences, quelques parents, des amis, des re-
pondants enfin, a Bordeaux ou ailleurs.
Je n'ai d'autre r6pondant que ma mere. Elle
habite Bordeaux avec moi.
Voila qui n'est pas pour me deplaire.
En deux mots, voici mon histoire; elle est
des plus simples : ma mere est originaire de cette
ville. Elle fut amenee en Espagne apres la mort de
sa mere don't elle 6tait l'unique enfant par son
pere qui servait en Catalogne sous les ordres du
marcchal Suchet, due d'Albuf6ra.
A. Barcelone, elle vit mon pore qui apparte-
nait a une famille d'armateurs de ce port. Malgr6
la guerre d'Espagne et les haines qu'elle faisait
eclore, mon pere 6pousa ma mere. Le sejour de
Barcelone lui devint insupportable a cause des






36 UNE CHERCHEUSE
avanies qu'on lui fit subir quand le roi Ferdinand
fut restaur6 sur son trOne. Mon pere r6alisa sa
fortune a perte et s'en fut avec nous a Madrid.
Ma mere et lui ne devaient pas y 8tre plus heu-
reux qu'a Barcelone. Se croyant m6sestim6s, ils
songerent a passer au Mexique oh mon aleul du
c6t6 paternel poss6dait des biens, mais, malheu-
reusement pour nous, le soulevement de cette
parties de l'Am6rique espagnole contre la m6tro-
pole et la proclamation de son ind6pendance nous
forga de renoncer a prendre ce parti. Mon pere
quitta Madrid pour Lisbonne. La, en voyant s'en-
fuir sa fortune, il entreprit le commerce des dia-
mants. II s'y entendait peu et n'y gagna rien. Ma
mere voulut revoir Bordeaux; elle le supplia de
l'y conduire. Mon pere, qui ne savait rien lui re-
fuser, vint s'y fixer avec elle.
Et malgr6 tout cela, vous paraissez bien fier
d'etre Espagnol.
J'aime l'Espagne, encore que nous y ayons
beaucoup souffert, parce que c'est le pays de
mon pere, parce que.j'y suis n6, parce qu'on la
calomnie quand on la rend responsible des
fautes de ses gouvernants.
Mais vos parents n'ont done jamais habit
Marseille.
Non, mais j'ai pass trois ann6es de ma jeu-
nesse dans un pensionnat de Marseille pour me







UNE CHERCHEUSE 37
perfectionner dans l'etude du frangais, du grec
et du latin.
De sorte que vous poss6dez trois langues vi-
vantes : l'espagnol, le portugais, le frangais ?
Je sais aussi l'italien.
Eh bien monsieur, je vous engage dans ma
maison. Si mes affaires deviennent prospires
avec 1'Espagne, le Portugal et 1'Italie, j'augmen-
terai vos appointments. Provisoirement, j'en
fixe le chiffre a deux cents'francs par mois.
Oh! merci mille fois, monsieur. Quand
dois-je venir?
Venez des domain.
Le lendemain, a neuf heures du matin, la
mason Vanolles comptait un employee de plus
dans la personnel de Jean Caminer. Il n'en devait
pas rester un des moins important.
Quelques mois apres son installation, il en
connaissait tous les rouages. II en devint le bon
genie. De maintien grave et recueilli, trbs-pos6,
stir dans ses relations, reserve dans ses juge-
ments, calculateur, ecrivant bien et parlant
mieux encore, distingu6 de sa personnel, e61gant
dans ses habits, on le prisa beaucoup dans les
salons du haut commercebordelais, surtoutquand
il devint l'associ6 de Vanolles. Celui-ci 1'avait
d'abord engage a part de benefice, puis come
associ6 a risques et perils, de peur do se le voir







38 UNE CHERCHEUSE
enlever par plusieurs de ses confreres qui n'igno-
raient point les causes de la croissance subite de
sa fortune.
Mademoiselle Gillonne Vanolles avait grand
pendant que grandissait la mason de son pere.
Celui-ci aimait A r6p6ter en lissant les beaux che-
veux noirs de sa fille :
C'est toi qui as fait la gloire de la famille.
Sans toi pas de Caminer; or, sans Caminer, nous
serious encore de gros'boutiquiers bien naifs et
un peu arrieres au point de vue de la jugeotte.
Alors, papa, tu l'aimes bien, monsieur
Caminer ?
Le plus du monde.
Il te le rend bien.
Oh I ii est tres reconnaissant. Entre nous, le
pauvre gargon nous -le doit bien : il n'avait que
ses chausses quand je l'ai pris.
Et mademoiselle Gillonne s'en allait sans mot
dire, toute songeuse cependant et quelque peu
irrit6e contre son pere parce qu'il avait parl6
irreverencieusement de son protege.
Gillonne n'avait jamais oubli6 les remercie-
ments 6mus, les sourires reconnaissants par
lesquels Caminer, au jour de son engagement,
reconnut ses bons offices aupres de son pere. En
son ame d'enfant avait fleuri des alors pour le
jeune Espagnol un sentiment de sympathie m616






UNE CHERCHEUSE 3U
d., compassion. Peu & peu, ce sentiment devait
se changer en une tendresse vague et tant soit
peu exclusive.
A sa sortie du couvent oi elle avait recu une
education des plus completes, elle avait su un
gr6 infini h Caminer de ne lui parler jamais
qu'avec un respect presque servile sous lequel
elle crut d6meler une passion aussi delicate que
profonde.
Elle lui savait gr6 aussi de no ressembler en
rien aux coureurs de dots, fils de noblesse ruins
qui papillonnaient autour d'elle, aux rejetons de
bourgeois parvenus qui la poursuivaient de leurs
plates flagorneries. S'ils dansaient ensemble dans
un des salons qu'ils fr6quentaient, Caminer ne
la touchait qu'en tremblant comme il emit touch
une madone; s'ils causaient, les sujets qu'ils
abordaient 6taient toujours 6lev6s. Qu'ils fussent
litteraires, historiques ou philosophiques, dans
tous les entretiens auxqucls Caminer prenait
part, il donnait l'idee d'un individu nourri de la
moelle des humanit6s et en qui revivaient par
instants les souvenirs des grands siecles classi-
ques.
Gillonne et lui se taquinaient quelquefois a
propos de Victor Hugo, de Lamartine et de Musset
qui n'6taient point d6finitivement classes encore.
Vanolles ne fut pas long a s'apercevoir que






40 UNE CHERCHEUSE
Caminer et Gillonne eprouvaient de l'inclination
l'un pour l'autre encore qu'ils prissent & thche de
ne laisser deviner l'un a l'autre leurs sentiments
respectifs. Ii fit tout au monde pour que les deux
jeunes gens fussent en measure de s'apprecier, de
s'aimer mieux en se connaissant davantage, afin
que Jean se vit contraint, par la force meme des
choses, de lui demander la main de sa fille.
Un soir d'hiver, ils causaient tous deux, Gil-
lonne et Jean, en feuilletant, sous la lampe un
livre de messe tout orn6 de belles enluminures,
que Caminer avait donn6 pour 6trennes h la
jeune fille, apres avoir pris l'acquiescement de
son pere.
-- Peut-Atre sera-ce le livre dans lequel vous
direz vos prieres le jour de vos noces, fit, en pas-
sant pres d'eux, madame Vanolles, qui 6tait du
complot.
Oh! maman, du train oi vont les choses, je
rains bien de ne me marier jamais.
Et pourquoi cela, ma fille?
Pourquoi? Peut-6tre parce qu'on me trouve
trop riche ou trop savante et que je fais peur aux
amoureux.
La mere sourit et haussa imperceptiblement
les 6paules d'un petit air d'incr6dulit6.
Un instant apres, Caminer, qui 6tait rest
aupris de Gillonne, lui disait tout bas :







UNE CIIERCHEUSE 41
Comment, mademoiselle, vous ites trop sa-
vante ?
Jo n, dis pas cela pour vous qui Rtes tris
instruit et que chacun tient pour un homme dans
le sens complete du mot, mais, au fond, personnel
ne m'aime.
Personne ne vous aime ?
Comme je voudrais eire aim6e.
Comment voudriez-vous 6tre aimee? con-
fiez-moi le secret.
II essayait de plaisanter, mais il haletait. Son
trouble et Ie tremblement de sa voix dementaient
ce que sa parole essayait d'avoir de 16ger.
Mon Dieu l je 1'ignore moi-meme.... Comme
on l'est dans les romans. Peut-2tre est-ce trop
beau pour 6tre vrai? Cela n'est pas et ne sera
pas.
Qu'en savez-vous ?
II la buvait du regard. Leurs yeux se rencon-
trerent. Elle rougit. Elle pAlit. Le livre leur tomba
des mains sur le parquet. Ils se baisserent tous
deux pour le ramasser. Leurs mains se touche-
rent. 11 se relev6rent plus embarrasses qu'aupa-
ravant.
Souvent on passe a ceit du bonheur sans
former la main pour le retenir. II s'envole et c'est
pour toujours, finit pas articuler Caminer, en
soupirant.






42 UNE CHERCHEUSE
-- 'est une v6rit6 courante, paralt-il; chacun
la sait, peu en profitent.
A qui le dites-vous ?
Vous m'en demandez trop.
Ah! mademoiselle Gillonne.... si vous
saviez.... si j'osais.... je demanderais votre main,
vraiment.
II allait continue et peut-6tre dire une sottise.
En ces moments, le silence de I'homme est d'or.
Les femmes seules, avec leur finesse aiguis6e,
leur diplomatic sans second, ont la prescience
des chocs d6cisifs oi se decide leur bonhelr.
D'un mot subtil, elles savent, mieux que les
homes, d6nouer les situations les plus tendues,
ou les plus scabreuses.
Eh bien ouil dit-elle, apres un silence.
Elle 6tait transfiguree, belle a miracle, se don-
nant, rose de pudeur, dans un regard.
Ah mademoiselle, je ne suis que votre
prot6ge.
Je serai la votre et votre dette sera payee.
Un angelique sourire retire cette phrase ce
qu'elle pouvait avoir de peu g6nereux.
Vraiment, je ne sais que dire... je suis indi-
gne de vous.
Allons, ne dites rien... si nous nous aimions
simplement.






UNE CHERCHEUSE 43
Oh! Mademoiselle! je vous aime... mais c'est
indicible !
Je le vois bien, fit-elle, dans un sourire ma-
licieusement charmant.
Huit jours apres, le repas des fiancailles avait
lieu et, cinq mois plus tard, par une splendid
matinee de mai, on cl16brait le marriage avec un
faste jusque-l inconnu dans la haute bourgeoisie
bordelaise.
Le marriage avait 6t6 quelque peu retard parce
que Vanolles, pregnant Caminer au paroxysme
de sa passion, lui avait arrach6 une demand
de naturalisation francaise. Grace aux hautes
protections de ses clients de l'aristocratie giron-
dine, grace au sejour de huit ann6es que Caminer
avait fait en France, ses d6marches aupris du mi-
nistere aboutirent dans un temps relativement
court.
Ainsi le fougueux patriot que faisait Caminer
huit ans auparavant oubliait ses anciennes ma-
nieres de voir et bruilait ses dieux. Quelle ame
vraiment 6prise-ne s'amollit, ne se fond et fina-
lement ne capitule lorsqu'elle est trouble par
une haleine adoree, pure comme un souffle d'en-
fant? Par ces heures de douces crises, quel home
ne dirait, si on lui demandait ( Oh est la Patrie? )
quel ne repondrait: Dans les yeux de la femme
aim6e.







44 UNE CHERCHEUSE
IM1me dans le coaur le plus noble, le plus vail-
lant, le plus convaincu de la saintet6 de ses de-
voirs, un seul sentiment peut faire concurrence
au patriotism: l'amour.
De si chaste, de si delicate et de si ardent pas-
sion partagee, il ne pouvait naltre, meme dans le
marriage, qu'un enfant de amouru. L'ann6e sui-
vante, Gillonne mettait au monde une fillette h
laquelle on donna ce nom de fleur: Mimose.
A quinze ans, elle avait d6ja toutes les perfec-
tions qu'une jeune fille de cet Age peut avoir. De
son pere elle avait h6rit la Ji.il,:i;.,-i le bon
ton, le regard veloutl, charmeur et profound t la
fois, le s6rieux de intelligence ; de sa imre, elle
tenait une bont6 de ceur non pareille, un esprit
do tolerance, ..i i i,~-l,., ..- et de charity, une d6-
licatesse d'ame et une 616gance de maintien
qu'eft envi6s la mondaine la plus accomplice.
Que ne savait-elle? Toute enfant on 1'avait mise
aui mains des meilleurs maitres de piano et de
chant. Son intelligence naturelle lui avail fait
apprendre tout ce qu'on lui enseignait, avecimp6-
tuosit6, pourrait-on dire.
Outre le piano, elle touchait 1'orgue et le clave-
cin avec un respect de I'harmonie, une entente
du sujet qui eussent charm le compositeur le
plus iili.1 i-. Son pere, d'origine espagnole,lui
avait inculqu6 les premiers principles de l'art do






UNE CIIERCHEUSE 45
manier la guitar etla mandore. Elle tirait de ces
deux instruments des accords qui ravissaient
i'ame, qui transportaient d'all6gresse ou qui arra-
chaient des larmes selon que, gaie ou triste, e1le
s'abandonnait a sa fougueuse inspiration de me-
ridionale artiste dix fois au lieu d'une. La mu-
sique des vers, elle l'adorait: elle disait avec
une justesse 6tonnante, une science des nuances
et des intonations vraiment rare, la ballade
d'Hugo, le sonnet de Musset, I'ode de Lamartine.
Un dessin aux trois crayons ne sortait de ses
mains que parfaitement achev6, criant de v6rit6.
Sans otre une p6dante, elle savait tenir tete a
bien des homes sp6ciaux. Entendant sans cesse
causer autour d'elle de commerce, de navigation,
de voyages, de litterature et d'art, 61evee dans un
milieu de personnel cultiv6es qui s'int6ressaient
a tous les progress scientifiques, elle avait appris,
sans presque s'en apercevoir, ce que d'autr's
moins privilbgi6es et moins bien dou6es qu'elle
mettent des ann6es & apprendre dans les livres.
Elle s'ltait d6veloppie en plein soleil, enpleine
lumiere. Sa mere, quoiqu'elle touchit a la quaran-
taine, semblait plutot sa grande sceur; mais elle
s'effagait discretement sous des atours s6vres
pour que tous les regards fussent concentr6s sur
sa fille, son idole.
Depuis quelques ann6es, vivant trop seden-






46 UNE CHERCHEUSE
taire, elle souffrait d'une affection viscerale, pour
la cure complete de laquelle les medecins lui
avaient conseille un long sejour aux eaux de
Luchon. Son mari l'y avait installed avec Mimo se,
mettant a lear disposition tout le confort d(si-
rable.
La direction de la maison revenue plus lourde,
par le seul fait de la mort de son beau-pere, l'avait
force de regagner Bordeaux.
Gette maison qu'il avait transformee et pour
ainsi dire ereie, qui 6tait revenue entire ses mains
une des premieres de l'Europe, it la voulait trans-
mettre h l'ain6 de ses deux ils, sous la raison
social Vanolies-Caminer.
Les mois d'6t6 i Luchon sont charmants. La
villa des Aliziers, qu'occupaient madame Cami-
ner et sa fille, dominant le flane d'un joli coteau
qui descendait en pente douce vers la ville.
On y arrivait par un sentier tout border de gene-
vriers et de ."*. l0,i-, de ch6nes-nains, de noyers
et de grands ormes.
De sa terrasse, si la vue se fixait sur l'horizon
lointain, partout elle rencontrait la masse verte
des coniferes pyrdndens, couple de-ci de-1~ par
des pans de roes moussus; au contraire, si elle
ne contemplait que l'horizon proche, elle s'arre-
tait sur de fratches pelouses, des bosquets om-
breux, des ruisselets aux ondes d'argent roulant






UNE CHERCHEUSE 4/
sur des cailloux blancs et verts, des quinconces
artistement taills, des fontaines d'eaux vives,
des jardins anglais dans lesquels les rosiers fleu-
raient comme baume i cit6 des lauriers et des
r6s6das, enivrant de leurs .-: m ,n-. les mouche-
rons et les papillons aux vives couleurs, troublant
do leurs exquises griserielesl vaictudinaires et
les amoureux.
Par les belles apres-midi, alors que le ciel se
barbouillait de blanc, de rose et d'or, si la
\uiture de madame Caminer descendait lente-
ment l'allee la plus fr6quent6e par les prome-
ieurs ils s'arretaient pour admirer 1'attelage;
Mimose recueillait alors les hommages muets et
respectueux de tout un people d'admirateurs de
Lous les ages. Les uns, vieux beaux ddenLts, trai-
naientlajambe, serememorantpourtoute consola-
ion I eurs frasques ddjh lointaines du boulevard
le Gand; d'autres, bronz6s par le soleil d'Afrique
ou t ann6s par les bises de la Crimne, promenaient
Leurs rhumatismes avec philosophies, pensant
anxieusement tal'avenir,tandis queles illi;i -. l.-,
au torse bien moul6 dans la redingote, portaient
beau, en d6visageant insolemment les femmes, et
[aisaient le paon, le monocle a 1'ceil.
Un de ceux-ci, le marquis de Foncine, 6tait le
plus assidu parmi les assidus qui frdquentaient
[a promenade publique. II arrivait des premiers,






48 UNE CHERCHEUSE
s'en allait des derniers. Toujours mis avec la plus
supreme correction, le gardenia a la boutonniere,
le chapeau h bords plats 16gerement incline sur.
1'oreille droite, lo stick a pomme d'or h la main,
il avait 1'air d'une gravure de mode ambulante.
Aimery de Foncine 6tait un de ces descendants
des Crois6s qui oublient volontiers que leurs
aleux n'auraient jamais pu arriver en Palestine
s'il ne s'etait trouv6 des vilains pour les y accom-
pagner. Pour lui, les arriere-neveux de ces vi-
lains ne dataient pas d'aussi haut que lui. Il don-
nait volontiers a entendre qu'un Foncine avait
Wte due de GrBce quand les Crois6s y fonderent un
empire franc apres avoir d6truit a Constantinople
celui des Comnene; qu'un de ses ancetres avait
figure avec honneur a Bouvines; qu'un autre
s'6tait fait tuer h Taillebourg pour donner son pa-
lefroi au roi de France; que sa maison datait de
Charles-le-Chauve, c'est-h-dire de ces temps re-
cul6s oh ce roi, par 1'4dit qu'il rendit a Kiersy-
sur-Oise en 877, instituait l'h1ridit6 des b6n6lices
et par suite la noblesse d'6pee. II avait des amis
de cercle, jeunes snobs bourgeois tout heureux
de frequenter un snob de haut parage comme lui,
don't la principal function consistait a le poser
dans l'esprit des h6ritires. Au fond, le marquis
d6sirait redorer son blason. On a beau avoir
charge a Marignan a cote de Bayard, dans la per-







UNE CHERCHEUSE 4)
sonne d'un de ses aieux, en co x:xe sicle si iga-
litaire, on peut se trouver a court d'argent.
Quelque peu entam6 physiquement par la vie
des cercles et malmen6 dans sa fortune par le
tirage a cinq, Aimery de Foncine se consolait de
ses m6saventures on faisant les beaux jours d'uno
demoiselle des plus parchemin6es, laquelle avait
h6rit6 d'un oncle, espice d'original qui, par ma-
lice, avait mis comme clause d'acceptation de
son testament que sa niBce ne pourrait se marier.
Egoisle charmant, i devenaitd'une intelligence
sup6rieure routes les fois qu'il lui fallait se servir
lui-m6me ou se fire servir. Alors, il se mettait en
frais, faisait parade de ses beaux dehors et d6-
ployait pour s1duire toutes les resources d'un
esprit brillant quoique absolument superficiel.
11 ne Iul pas longlemps sans Mire au courant de
cc qui se chuchotait autour de lui, a savoir que
Mimose Caminer aurait au moins deux millions
dans sa corbeille et peut-8tre un jourle double.
Comment parvenir jusqu'. elle? Ces dames
6taient matineuses. Elles se rendaient aux sources
quand elles 6taient peu fr6quent6es. Foncine ne
se coucha plus qu'I neuf heures du soir afin d'etre
debout a pointe d'aube et sous les armes assez
t6t pour aller boire son verre d'eau alors qu'elles
buvaient le leur. 11 se pr6para i faire un siege en
regle. I1 6tablit ses batteries a distance respec-
5






U .UNE CHERCHEUSE
tueuse, commenga les approaches par de 16geres
inclinations de tete qui n'6taient pas pr6cis6ment
des saluts mais plut6t de simples marques d'at-
tention, puis, il s'enhardit a c6der son tour aux
buveuses.
L'extreme discretion de ses manieres et peut-
Utre sa mine un peu fatigue previnrent en sa fa-
veur madame Caminer et sa fille. 11 les rencontra
S1l'6gllse, le dimanche, et leur pass l'eau b6nite,
ce qui l'avanga encore dans leur estime. Un 6ve-
nement sur lequel il ne comptait pas le servit a
souhait dans ses projects. Un martin, madame Ca-
miner, en remplissant sa timbale, fit une 16gEre
glissade et eit mesur6 le sol si Foncine ne s'6tait
trouv6 lhjuste i point pour la retenir. En glissant,
elle se tordit un tendon de la parties inf6rieure
et externe de la jambe gauche. Comme elle ct sa
fille 6taient venues A pied de leur villa a la source
et qu'on ne pouvait trouver de voiture pour les
ramener chez elles, Foncine offrit galamment le
secours de son bras afin qu'elle pit gravir la cOte
sans accident. Elle refusa d'abord, mais il insist
si vivement et si sentiment que, sur l'interven-
tion de sa fille, madame Caminer se d6cida a ac-
cepter ses services.
En pregnant cong6 d'elles, il demand la per-
mission d'aller s'informer des nouvelles de ces
dames.






UNE CHERCIIEUSE 51
Le moyen de refuser si 16gitime faveur h un
cavalier si obligeant? Deux jours apres, au lieu de
se pavaner sur le course comme d'habitude, a cinq
heures, Foncine sonnait a la grille d'honneur de
la villa des Aliziers.
Etendue sur une chaise-longue, le dos appuy6
sur des cousins, le pied envelopp6 de compresses,
la mnere de Mimose regardait le soleil larder les
Pyr6n6es de ses flches d'or pendant que sa fille,
assise A cot d'elle sur un pliant, lui lisait des
fragments poiiques de Leconte de Lisle. Toutes
deux nourrissaient une predilection marque pour
les cuvres qui traitaient de grands i -.- .-.-. exo-
tiques. Par un heureux hasard, Foncine connais-
sait, un peu plus que par oul-dire, les posies de
ce maltre ciseleur de rimes qui n'6tait encore
qu'un meconnu.
SAyant 6t6 61ev6 au collage avec un des ad-
mirateurs passionn6s du poete, depuis sculpteur,
LoIc Mintel, celui-ci, un jour que le gandin visi-
tail son atelier, lui avait faii entendre, pendant
toute une matin6e, les plus saisissantes et les
plus magistrales descriptions de la nature tropi-
cale que possede la poesie frangaise.
Les premieres politesses faites, la conversation
s'engagea sur les sujets qui occupaientla mere et
la flle avant l'arrivee du visiteur.
Foncine n'avait sur la mer des Indes et sur les






OD UNE CHERCHEUSE
lies qui sont baign6es par elle que des notions
vagues et g6n6rales; toutefois il en parla avec
aplomb et comme quelqu'un qui aurait 6tudi6 en
amateur la faune et la flore de ces pays merveil-
leux. I1 eut des mots charmants pour compare
leurs grotles aux gueules demesur6es, leurs ar-
bres gigantesques, leurs ravines, les cimes de
leurs months toujours perdus dans la brume aux
cavernes et aux pics pyr6n6ens, aux gaves, aux
sommets toujours casques de blanc qui s6parent
la France de i'Espagne. En traits rapides, il fit
1'l6oge des qualit6s dominantes de Dupleix, de
Bussy. Madame Caminer ayant prononc6 le nom
de Bernardin de Saint-Pierre et rappel6 le sou-
venir du r6cit qui a immortalis6 son nom : Paul
et Virginie et don't les principles scenes se d6-
roulent a l'lle Maurice, Foncine en prit texte
pour vanter les m6rites de La Bourdonnais et de
Decaen, de Roussin et de Baudin. Acharnie li-
seuse de romans, madame Caminer conta le plai-
sir exquis qu'elle avait goft6 a la lecture de
Georges le Muldire, une des plus nobles produc-
tions sorties de la plume d'Alexandre Dumas.
Foncine approuva d'un air entendu, encore qu'il
n'ett jamais lu Georges. Mimose 6coutait ravie,
presque bouche b6e. Se sentant encourage,
Aimery arriva, par des transitions habilement
m6nag6es, a parler de la cour de Louis XV et des







UNE CHERCHEUSE 53
modes du temps : robes a falbalas, a paniers et h
ramages, coiffures a la Pompadour et & la Du-
barry, 6ventails a la Watteau, talons rouges et
poudres a la marechale, a vanter la peinture de
Largillibre, la sculpture de Coustou et de Coy-
sevox.
II est charmant, disait de lui madame Ca-
miner, quand il se fut retire.
TrBs intdressant, murmurait Mimose.
Un peu futile, peut-etre.
Peut-etre, r6pondait Mimose qui n'en pensait
pas un mot.
Foncine, en les quittant, s'en fut visitor les
boutiques des libraires de Luchon pour s'assurer
qu'il n'avait pas dit quelque monstruosit6 en
s'6tendant sur foule de sujets qui ne lui 6taient
pas absolument families. II en fut pour ses frais
de recherches : les libraires des villes d'eau don't
la clientele se recrute surtout parmi les gens de
plaisir ne tiennent presque jamais des livres an-
ciens ou s6rieux. Les nouveaut6s, voilaleuraffaire!
11 semble que, pour eux, la litt6rature ne remote
pas a plus de deux ans. Et encore le dernierlivre
de posies ne se trouve jamais dans leurs 6ta-
lages.
Le marquis de Foncine retourna a la villa des
Aiziers. On l'y accueillait avec une faveur de
plus en plus marquee. II se pr6sentait en ami,
5.







54 UNE CHERCHEUSE
n'affichait aucune pr6tention de conqu6rant.
Sentant l'incontestable superiorit6intellectuelle
des deux Bordelaises, ilcomprit qu'iln'avait qu'un
moyen de dissimuler le vide relatif de son cer-
veau tout en se faisant agr6er de mieux en mieux:
vanter Paris et ses pompes.
Elles ne les connaissaient que par oul-dire; de
plus, elles se montraient charm6es de rencontrer
quelqu'un avec qui elles pussent causer un peu
de tout, maisparticuliBrement dessubtilit6s et des
bizarreries de l'existence agitee, flvreuse qu'on y
mene; ici, absolument inutile, 1a, exLrmement
: .iI en r6sultats non seulementpour la France
mais pour toute l'humanit6.
L'imagination de Mimose fut vite s6duite par le
tableau des f6tes que le tentateur faisait miroi tr
a ses yeux de provincial.
Vous en series une des reines, et non. la
moins courtisee et la moins adul6e pour votre
beauty et vos talents. Je ne parole pas de fortune :
a Paris on n'est riche que de son esprit et de ses
graces.
Monsieur... protestait-elle, en rougissant,
confuse, irrit6e, flatt6e pourtant jusqu'au plus
intime d'elle de ces compliments qui n'en sem-
blaient point 6tre, tant Foncine les d6cochait a
propos, tant il les langait a point nommi et
avec un abandon de grand genre.





UNE CHERCHEUSE 55
Si madame Caminer n'6tait point ambitieuse
pour elle, elle l'6tait pour sa fille. Toutes deux
donnaient dans le romanesque. La correction de
Foncine leur plaisait, son titre n'6tait pas pour
leur diplaire.
Curieuse par l'imagination, Mimose 1'avait
toujours et6, encore qu'elle no le fMt nullement
par les sens. Chez cette nature passionnee, et
toute d'enthousiasme, les nobles fibres vibraient.
En pensie, elle appartenait toute & Foncine. Le
milieu dans lequel elle avait vcu jusqu'alors
luiparut terne et mesquin et bientMt d'un terre-h-
terre insupportable a cot6 de celui qu'on lui d6-
taillait en perspective avec une adroite complai-
sance. Elle ne riva que de Paris. Comment y
aller autrement que dirigde par le charmant r6-
v6lateur de cet Eldorado, conduite par un des
saints de ce paradise de I'Idal? Elle en vint a. ne
plus s6parer ces deux mots: Foncine, Paris.
Les individualit6s qu'ils representaient lui
devinrent 6galement admirable et plus que
chores.
N'est-ce pas qu'il edt 6t.6 gentil de s'entendre
appeler par tous madame la marquise; de porter
sur son mouchoir, sur son carnet de bal, sur son
cachet une couronne sept points, trefl6e et
fliuronn6e A la fois?Et n'aurait-elle point un
maria, jeune encore, agr6able, qui passerait son






56 UNE CHERCHEUSE
temps a faire ses trente-six volont6s et h lui d6-
biter des madrigaux tout le long du jour? El cet
oiseau rare n'6tait-il pas un vrai noble qui cou-
sinait avec toutle Faubourg, qui ferait affluer chez
elle tout l'armorial de France d'avant 1789; qui
le ferait marcher de pair avec les filles des sei-
gneurs hautains qui gouvernerent Bordeaux
pour Louis XIV?
Madame Caminer, revenue tout a fait des goflts
samples, des aspirations d6pourvues de vanity de
sa jeunesse, ne contrariait en rien les penchants
de sa fille. Peut-~tre que, tout au fond d'elle,
nourrissait-elle, ardent, 1'espoir d'etre produite a
c6t6 des douairieres qu'elle aurait effac6es par
son esprit comme par le luxe de ses toilettes,
6clips6es par sa fortune et ses parures. Dans
ses lettres, elle entretint son mari de M. de
Foncine. Caminer se deplaqa d'un samedi
a un lundi pour voir le jeune gentilhomme.
Il lui d6plut justement parce qu'il joua trop
le vertueux. Sous 1'homme sans d6faut, il devina
un malin qui essayait d'empaumer son monde,
par une affectation d'impeccabilit6, sauf a se de-
masquer quand il aurait obtenu l'objet de ses
convoitises.
II fit comprendre & safemme que leur fille serait
certainement malheureuse avec ce pourfendeur
de cceurs qui faisait le bon apotre,






UNE CHERCHEUSE 57
Mais elle l'aime.
Monsieur de Foncine, si jeme suis renseign6
a bon endroit, est un amateur de courses, un cou-
reur de tripots. J'aimerais pour gendre, an lieu
d'un beau fits, un gargon intelligent et travailleur,
sur lequel je pourrais me reposer en toute s6cu-
rite pour fairele bonheur de Mimose et me donner
de vigoureux petits-fils qui me grimperaient aux
jambes et me tireraient la barbe d'abord, puis qui
aideraient a maintenir le renom de la raison
social Vanolles-Caminer. A mori avis, il est
meilleur que notre fille et le marquis ne se voient
plus. Sitot qu'elle rentrera h Bordeaux, je pen-
serai k la marier avec un homme de notre monde.
Apres qu'eft eu lieu cet entretien entire ma-
dame Caminer et son maria, pendant toute une
quinzaine, la villa des Aliziers resta close pour
monsieur de Foncine.
G'est chose grave que de contrarier les incli-
nations des personnel don't on n'est pas sur de
pouvoir mater les resistances. En fait de carac-
tere, Mimose avait de quoi tenir. De plus, elle
6tait fille de tIte. Elle devina ce qu'on lui tut.
Elle ne voulut plus sortir que le matin et pour
accompagner sa mere a la source; elle ne lui
parla que le moins possible, justement parce
qu'elle ne refusait de se risquer dehors que le
soir, aux heures oh elle 6tait certain que le






58 UNE CHERCHEUSE
grand nombre des buveurs d'eau qu'elles ren-
contreraient a la source rendrait impossible tout
long collogue entre Mimose et Aimery.
Tout en boudant dans sa chambre, tout en
affectant une attitude de victim, tout en pregnant
des poses d6couragces, Mimose faisait bien voir
A sa mere que ce n'ktait pas a elle qu'elle en
avail : elle lui prodiguait par instants des terms
tendres, cAlins, mais comme si son esprit eft
Wte ailleurs, ou tout plein de diables bleus et de
i-fp;ii,., noirs. Elle maigrit, perdit ses cou-
leurs, se negligea dans sa toilette, ne lut plus,
ne toucha plus d'aucun instrument.
Quelle force que la faiblesse! De quelle di-
plomatie subtle eL invincible n'est pas capable
une affectation d'inertie, une langueur bien
calculee jusqu'a devenir effective?
Madame Caminer inquifte, 6peur6e, fit venir
le mddecin. L'homme de science empocha le
louis de sa visit en recommandant l'exercice et
les douches h la june malade.
Maintenant, chore mere, que tu es en
paix avec ta conscience, nous pourrons, ce me
semble, retourner aux sources come autre-
fois. Rien ne me fait me porter mieux que ces
promenades par ces heures delicieuses oit la
nature s'6veille et renait, of l'air circle h flots.
Chere petite masque, pensait la mere, prise






UNE CHERCHEUSE OU
entire le desir d'ob6ir a son maria et celui de plaire
, sa fille.
Allons, mignonne mere, viens-tu? Que tu es
paresseuse I Tu engraisseras si tu ne te pro-
menes avec moi au solcil.
Ainsi parlait Mimose le lendemain du jour de
la consultation, en pen6trant, des l'aurore, dans
la chambre de sa mere qui lisait au lit.
Jn me ssns une envie folle de me promener
aujourd'hui. Vois comme le cie! est rose et
bleu I Qelle splendid journ6e nous allons avoir.
Elle s'en allait par la chambre, apres avoir em-
brass6 sa mere, puis revenait, si pimpante et si
gracieuse, si adorablement jolie sous une mo-
deste robe que sa mere, surprise et joyeuse a la
fois, ne savait que penser de cette subite exub)-
rance apris tant de jours de froide reserve.
C'est moi qui serai ta femme de chambre
aujourd'hui. Ne dis pas non, je le veux. Je to
leve, t'habille, et, comme je suis aussi ton petit
tyran, jet'entraine.
EL elle fit come elle avait dit.
Deux semaines de vie claustrale avaient fait
perdre a sa chair son velout6 et le ton ambr6
qui s'harmoniaient si parfaitement avec son
opulente chevelure noire. Foncine les croisa str.
le chemin dela fontaine.
Qu'avez-vous done, mademoiselle? fit Fon-






60 UNE CHERCHEUSE
cine en s'adressant A Mimose. Vous paraissez
souffrante, ajouta-t-il, apris qu'il se fut respec-
tueusement incline devant madame Caminer?
Un peu souffrante, en effet. Je l'ai et6 tous
ccs jours. J'ai constat6, non sans tristesse, que
vous n'6tiez point venu prendre de mes nou-
velles.
Elle savait parfaitement le contraire, mais fai-
sait semblant de l'ignorer, et pour cause.
Je vous demand mille pardons, mademoi-
selle, je suis all6 plusieurs fois au lieu d'une
sonner A la villa des Aliziers. On m'a appris que
madame votre mere ne recevait pas. Du rest,
les cartes corn6es que j'ai d6pos6es ne lais-
sent aucun doute sur le nombre de mes visits.
Monsieur de Foncine est venu r6ellement,
ma file, riposta madame Caminer, un peu
g6nee.
Ah chore mere, j'espere que si M. de Fon-
cine vient domain nouspourronse recevoir,puis-
que nous sommes toutes deux r6tablies.
Foncine ne se le fit pas dire deux fois. 11 s'en
alla, le soleil au coeur, combinant dejh les effects
qu'il aurait a produire sous le costume qu'il ve-
nait de recevoir de Paris et qu'il comptait inau-
gurer en l'honneur de ces dames.
Mon Dieu, disait Mimose & sa m6re, mal re-
venue de la stupefaction qu'elle avait ressentiede






UNE CIIERCHEUSE 61
voir sa fille agir ainsi qu'elle l'avait fait, quel mal
y a-t-il h le recevoir? Il nous distrait. Nous com-
promet-il ? En rien.
Foncine fut ponctuel le lendemain, assidu les
jours suivants. Madame Caminer constata avec
un plaisir qu'elle parvenait a peine a dissimuler
que le gaiet6 et la vigueur de Mimose lui reve-
naient comme par enchantement. Cependant elle
n'en pensa pas moins a brusquer le depart pour
Bordeaux. Elle laissa entendre a sa fille qu'elles
y retourneraicnt sous peu de jours. Elle esp6rait
que Foncine serait oubli6 une fois que la pensee
de Mimose en aurait t60 distraite par les caresses
de sa famille et de ses amies d'enfance. Elle comp-
tait sans son h6te. A la plus prochaine visit de
Foncine, Mimose elle-mime court ouvrir en re-
connaissant son coup de sonnette.
Vous savez que nous partons, lui dit-elle.
Si vous m'aimez, r6pondit-il, en lui pregnant
vivement la main, soyez a minuit devant cette
grille : j'ai h vous parler sans t6moins.
Elle rougit sans r6pondre. Foncine prit son
silence pour un acquiescement. Toutefois, il ar-
riva au rendez-vous, n'ayant au coeur qu'un
vague espoir.
La chambre de la jeune fille se trouvait situee
au rez-de chaussee. A minuit, sachant que la mai-
sonnee 6tait endormie, elle ouvrit sa porte, puis






62 UNiE CHERCHEUSE
elle alia ouvrir celle du jardin. Foncine en deux
bonds fut pres d'elle. Son innocence la perdit.
Le lendemain, comme sa mere la pressait de
faire ses pr6paratifs de depart, elle r6pondit:
Mais nous ne partons pas encore. Peut-Utre
faudra-t-il que mon pere vienne auparavant.
-- Ton pere ne peut se d6ranger h chaque ins-
tant. Pourquoi done vex-tu qu'il vienne?
Parce que je voudrais qu'il me r .I ^. E M. de
Foncine.
Une fille bien dlev6e ne dit pas: ( je veux
a sa mIre.
ChOre mere, tu sais mieux que personnel
qu'on ne raisonne pas avec le cour. Aurais-tu 66
heureuse si on avait contrari6 ton amour pour
mon pere?
Madame Caminer, vaincue par cet argument,
ne r6pliqua pas.
Ge silence enhardit Mimose.
J'ai h te d6clarer, chere mere, que M. de
Foncine est mon amant.
La foudre tombant sur cette femme 'eft moins
an6antie que cette declaration.
Malheureuse! comment! balbutiait-elle, so
peut-il!... Et elle 6clata en sanglots.Mais limose,
se jetant dans ses bras, pleurait aussi.
La coupable c'est moi, moi seule disait 1'en-
fant a travers ses larmes. Et elle raconta tout.






UNE CIIERCIIEUSE O
C'est plut6t lui, mon enfant.
Elle aimait tant sa fille qu'elle ne put trouver au-
cun autre mot de reproche.
Madame Caminer kcrivit a son maria que, sur cl
point de rentrer a Bordeaux, elle d6sirait levoir a
Luchon une derniere fois. II se donna cong6 pour
se rendre aupres de sa femme. En quelques mots,
elle le mit au courant do la situation. Le sang ca-
talan bouillonnait vif encore dans les arteres de
Jean Caminer. Pourtant, il ne fit aucun ..:i.i :-
t Gillonne. II 6tait de ceux quitrouvent qua toute
recrimination indique la pu6rilit6 du caractere, a
moins qu'elle ne contienne un ordre ou un con-
seil pour l'avenir.
Mon Dieu, chore amie, le mal est fait: le
'mieux est qu'il soit r6par6 au gr6 de mademoi-
selle Mimose. Ce <( mademoiselle a ne fur pas le
seul signe de l'irritation dans laquelle il 6tait
Scontre la volontaire enfant.
Que ton vceu soit exauci, lui dit-il encore ;
nous te donnons le joujou que tu demands.
Nous souhaitons qua tu n'aies jamais h te re-
pentir.de l'avoir choisi toi-meme.
Une semaine ne s'6tait pas 6coul6e que les Ca-
miner rentraient a Bordeaux, mais non sans
avoir autoris6 le marquis Aimery de Foncine i y
venir faire a sa fiance et a sa famille la cour
obligatoire. II en 6tait blen temps!






UNE CHERCHEUSE


IIl



L'AME S'EVEILLE ET LE SANG FLEURIT.



Monsieur de Foncine, lui disait Mimose, i
voix basse, au diner des fiangailles, soyez bien
gentil pour mes freres. ls n'ont aucune pr6ven-
tion contre vous. TAchez de vous en faire aimer.
Je vous en supplies.
Mademoiselle, il en sera fait selon votre
d6sir.
Mimose portait ce soir-lh une robe de tulle illu-
sion qui lui donnait un air v6ritablement s6ra-
phique. Ses beaux yeux noirs rayonnaient d'une
joie inquiete et pourtant ineffable.
Je l'ai conquis de haute lutte, pensait-elle.
Sera-t-il digne du piedestal ohi je l'ai place dans







UNE CHERCHEUSE 00
mon cceur? Remplira-t-il tout le m6rite que je
voudrais lui savoir? Sera-t-il mon ideal?
Elle se r6pondait oui, ainsi que font tous ceux
qui d6sirent que leur illusion prenne corps et
devienne r6alit6.
Foncine 6tait radieux. II ne le laissait pas voir,
ce en quoi il avait tort. 11 eAt Wte de fine diploma-
tie de sa part de montrer qu'il demeurait ravi de
1'honneur qu'on lui faisait en lui donnant pour
femme une enfant si accomplie, une si riche he-
rili.re. Qui n'aime qu'on ne soit fier de son
alliance? Ses manieres gourm6es avec son beau-
pere n'en imposerent nullement h celui-ci. La
glace ne s'6tait pas compl6tement rompue entire
eux: c'6tait avec une apprehension rielle sur son
sort que Caminer se voyait enlever sa fille. 11
croyait s'apercevoir aussi que Foncine jouait le
flegmatique et le sentencieux pour ne pas se lais-
ser percer a jour. Les deux freres de Mimose se
montraient affectueux pour leur beau-frbre future.
Au lieu de faire quelque peu le gamin pour leur
plaire, et encore qu'il efit promise de leur plaire,
illes gena par ses fagons trop c6r6monieuses et
quelque peu 6tudi6es, dans lesquelles ces jeunes
gens sentaient l'attention et meme l'effort.
A Bordeaux, il n'6tait plus en puissance de tous
ses moyens comme h Luchon et il manqua de na-
turel. Y ayant rencontr6 quelques-unes de ses
6.






66 UNE CEIRCHEUSE
connaissances de cercle de Paris et ne voulant
point etre compromise par leur frequentation qu'il
ne pouvait 6viter, il abr6gea son sejour et partit
pour Paris oh ie marriage devait se c616brer au
commencement de l'hiver, apres la rentr6e des
chateaux. A Saint-Thomas d'Aquin,les pompes so-
lennelles qui seraient d6ployees en imposeraient
certainemeni, croyaiL-il, a sa nouvelle famille et
les pr6sentationsqu'il comptait lui fair lui conci-
lieraient sans doute son entire bonne grace.
e fut par une froide et sbche malin6e de
dclembre qu'il mena h 1'autel Mimose Caminer,
nmarquise de Foncine, depuis la veille, de par la
loi civile. Une vicile tante qu'ii poss6dait en Nor-
mandie, la baronne d'Illeyville, entreprit tout
expris le voyage a Paris pour donner le bras a
Caminer; un ami de son phre, 1e vieux due de
Nyon, offrit le bras a madame Caminer.
Foncine en tenuede jour, la cravaLe ornued'une
microscopique 6pingle d'or a tete de diamant,
donnaitle bras a sa femme. Vraiment, sous la
redingote noire, il ne faisait pas vilaine figure.
En somme, il portait bien son bonheur, quoique
sans enthousiasme apparent. Mimose 6tait toute
de blanco vatue. Jamais son nom de fleur ne lui
avait mieux convenu que ce jour-a1. Elle dispa-
raissait dans un nuage de satin blanc et de den-
telles; et ses pieds mignons chauss6s de velours






UNE CHERCHEIUSE 67
blanc & cause du froid, avaient peine a la porter.
Elle chancelait sous le poids de la joie intense qui
brisait son noble et gentil petit caour.
A la sacristie, ce fut un deluge de compliments
et de salamalecs. Tout 1'armorial de France vint
f6liciter son maria sur sa beautL incomparable et
sa rare distinction. Foncine triomphait. Caminer
s'avouait vaincu dans ses pr6ventions pater-
nelles.
Pourvu qu'ello soit houreuse, r@p6tait-il a
l'oreille de sa femme, vers la fin de la cr6monie;
pourvu qu'elle soit heureuse, r6p6tait-il plus tard
a son gendre et presque en suppliant.
Mon Diou! faites qu'ils soienthoureux, disait
dans son coeur madame Caminer.
Un coup6-lit 6tait retenu. Le soir mime les
deux 6poux roulaient sur la route d'Italie. Ils
dormirent a Dijon, a l'h6tol de la Cloche.
Le matin, Mimose se r6veilla la premiere. Les
fenitres de son appartement donnaient au soleil
levant. Comma elle regardait a travers les vitres
la neige poudrer les fontaines aux eaux gel6es et
les quinconces aux arbustes d6teuill6s, pendant
que les moineaux voletaient lourdement par les
branches des arbres de ]a place d'Arcy, mainte-
nant nus sous la morsure de I'hiver, une tristesse
profonde etinconnue s'empara d'elle.
Illui sembla qu'elle avait perdu quelque chose






68 UNE CHERCHEUSE
de son ame sans pourtant qu'elle edt 6prouv6 les
delices qui compensent la mort de la candeur.
Aurait-elle pu dire qu'elle avait trouv6 ce que
dans son imagination de jeune fille elle avait ar-
demment esp6r6 et desir ? II lui parut que non.
-Est-ce lk ce que les livres nous vantent tant ;
est-ce 1i ce bonheur pour lequel nous sacrifions
quelquefoisnon-seulementl'honneurdelafamille,
mais la famille elle-meme, mais notre vie? Et
pourtant le marquis de Foncine est si s6duisant!
Je voudrais 1'aimer si tellement qu'il en oubliat
l'univers. Et je 1'aimerai tant qu'il l'oubliera.
Cependant, apris qu'elle efit fait ce beau ser-
ment, elle pleura. Pourquoi? Elle n'aurait su le
dire. Avait-elle la prescience des trahisons pro-
chaines? Sentait-elle d6jh, avec ce flair exquis des
nerveuses, qu'elle n'avait point Wt6 assez r6chaut-
fee sur ce coeur; qu'il ne rendait plus de flamnmes
bien vives; qu'il ne s'6tait point assez gard6 pour
faire sa felicit6 h elle seule, et entire, exclusive?
Souvent de semblablesreflexions devaient banter
sa pensee tout un jour, alors qu'ils voyagerent
sur les bords de l'Arno, de l'Adige et du Tibre,
dans les pays de Pogge, de P6trarque et du Dante.
Soit qu'ils visitassent les musees de Florence, de
Rome ou de Naples, l'esprit de Foncine n'6tait
point tout aux choses qu'il voyait.
II avait perdu toute vigueur et no trouvait au-






UNE CHERCHEUSE 69
cune de ces expressions admiratives qui, peignant
un sincere enthousiasme, remplissent longtemps
un jeune oceur de femme et le font battre a coups
plus presses pendant plus d'une here. A Venise,
le movement des canaux, l'animation du quai
des Esclavons, les cris des gondoliers, le beau
coup d'oil du Lido, les chants des bateleurs et
des musicians ambulants ne purent r6veiller ses
sens engourdis. On eft dit que n'ayant plus d'ef-
fort a faire pour conqu6rir il ne possedait plus
aucune force pour caresser et pour rdchauffer sa
belle enthousiaste. Elle vibrait seule, toute a l'u-
nisson de cette nature, ensoleill6e malgre I'hiver;
seule, elle jouissait du plaisir de vivre, de la joie
de vivre et d'aimer. Ils fr6terent une tarentelle
pour Capri. L'air de cette ile est tout embaum6
par le parfum des myrtes et des roses. Le ciel
toujours pur, la mer aux flots changeants, splen-
dide a contempler come un vaste manteau de
zinzolin frangQ d'argent, et couverte de barques
aux voiles blanches qui s'en vont sous le baiser
du vent, rapides come des mouettes aux ailes
6tendues, les promontoires c6elbres, les sites
agrestes, laissaient froid Foncine, alors que Mi-
mose s'extasiait a chaque instant, de plus en plus
ravie et charm6e par la po6sie subtile qui 6ma-
nait de l'infini et par le divin rire des choses.
Pour revenir en France, ils prirent par la






70 UNE CHERCHIEUSE
Suisse. Oh! l'exquis apprentissage d'amour que
le marquis eft fait faire a sa femme s'il I'avait
rdellement aimBe! C'est par les mois d'hiver sur-
tout que la Suisse m6rite d( .. vue. Certes, le s6-
jour de Suisse est beau par les journees de juillet
et d'aoft quand le soleii fait verdir Ics frondai-
sons outrageusement feuilues; qu'il vivifle do
sa chaleur le sang des amoureux, le fail cir-
culer plus press, le fait bondir comme furieux
dans les veines, si la main de l'aim6 serre celle
del aimee; certes il est rkconfortant, 1'astre-roi,
par les matin6es de septembre, quand le ciel se
tache de cerfs-volants, que 'air est loux, le vent
caressant, que la fleur change un hymne d'amour
a l'oiseau qui sur elle se pose ; mais que dire des
sensations qu'on 6prouve, 6tant deux, lorsqu'en
l'hiver, on a dormi ensemble dans un h6tel aban-
donnA des voyageurs; que, a l'aurore, on s'e-
veille, joyeux et lourds du long sommeil, les
bras engourdis d'avoir servi d'oreillers, lass6s
d'avoir form deux colliers qui ne so sent pas
d6noues toute la nuitl
Quelles sensations indicibles, alors qu'on s'ha-
bille lentement, paresseusement dans la chambre
oi p6tille un feu de sarments sec et gai; qu'on
dejeune rapidement, oublieux des vains bruits
du monde; qu'on se parole tout bas, etant seuls;
qu'on madrigalise, ou qu'on lit a quatre yeux un






UNE CHERCHEUSE 7
livre spiritual pendant que la neige tombe au
dehors et que l'ouragan fait rage 1...
Comment exprimer les sentiments qu'on
6prouve sous les ciels d'HelvIeie i admirer
tous les deux, les mains aux tailles qui se cam-
brent, avec de dlicieux et rapides frissonne-
S ments des nerfs, le cr6puscule blafard qui ensan-
glante les collins, les sapini6res, les vall6es, les
cines poudr6es 'a frimas, et les ruisseaux, et les
torrents de ses mouvantes lueurs! De tels souve-
nirs no :.:a!.El,,-Ils pas pour parfumer toule
une existence; pour faire fr6mir m6me sous les
cheveux ]blancs ?
Devant les fiers sommets de I'Oberland ber-
nois, le Stockhorn, le Monck, la Jungfrau, devant
les majestueuses et s6veres beaut6s des Alpes
suisses, devant l'infini des lacs profonds et large
come des mers, le marquis de Foncine, par
impuissance du cerveau, ne trouvait aucun mot
pour rendre son 6tat d'ame a une femme neuve
d'impression laquelle ne demandait qu'h recevoir
des confidences, pour entamer tout juv6nilement,
avec une s6curitd complete, le tableau de ses en-
thousiasmes, pour 6grener, non sans d'exquises
et pudiques rougeurs, le chapelet des aveux
qu'elle croyait devoir faire de sa felicit6 a celui
qu'elle supposait en t.re l'auteur.
On rentra a Paris au commencement du prin-






72 UNE CHERCHEUSE
temps. L'hitel de Foncine, restaure, 6tait pret
pour les recevoir. A peine en eurent-ils pris pos-
session que Mimose resta esseulee au milieu de
sa vastit6 et de son luxe.
Son mari avait repris sa vie de clubman, riche
maintenant et sachant oh puiser pour payer ses
differences de jeu et ses fredaines.
II negligea sa femme, lui laissa deviner sa froi-
deur et les causes de cette froideur.
Une rage froide, concentrate, animait le regard
de Mimose, quand, au ddjeuner, son mari, par
des mensonges, cherchait a s'excuser.
A tous ses discours embarrasses, elle ne son-
nait mot. Elle ne pleurait pas, mais ne pardon-
nait pas non plus, humilide de se voir d6eue dans
ses esperances de jeune fille bien plus que bles-
see dans sa dignity d'epouse outrage.
Elle analysait maintenant cet homme don't elle
portait le nom. II devenait debraille et gouailleur
devant elle et ne choisissait mmme plus ses
termes pour lui parler.
Encore qu'elle le constatAt nul intellectuelle-
mentet moralement, elleeftdesire un enfant delui
pour que la solitude lui pesAt moins, pour qu'elle
eft quelqu'un a aimer de toutes les forces de son
ame aimante. Mais Foncine, ayant toujours mend
la vie h grandes guides et se brilant encore par
tous les bouts, etait, mnalgr6 sa jeunesse d'age,






UNE CHERCHEUSE 73
incapable de paternity. Du reste, il n'en avait
cure, estimant qu'il valait mieux d6vorer une
fortune que de la r6server pour constituer des
dots.
La fin supreme, le but superieur de l'amour
est la procreation. Qu'est-ce que c'est quecette
course incessante a la recherche de 1'l6u? Pour-
quoi fait-on choix, sans le consulter, d'un indi-
- vidu don't souvent la perfection physique seule
nous a frapp6s?
Homme on femme, que d6sire-t-on trouver
dans l'amour? Est-ce seulement la joie passa-
gire, 1'ivresse qui fait craquer la fibre humaine
jusqu'h la briser, mais qui ne dure qu'un instant?
Est-ce le 16gitime orgueil de la possession sans
partage? Est-ce encore le jouir de se sentir en-
vi6? Oui et non. N'est-ce pas plut6t I'espoir de
rencontrer 1'ame asymptote, 1'ame scour pour les
uns, l'harmonique necessaire pour les autres,
afin que se produise l'accord parfait entire deux
instruments vibrant 4 1'unisson?
C'est surtout le d6sir ultime, definitif qu'on ne
s'avoue point quand l'inclination fait braver tout
pour conqu6rir la.coupe de volupt6 qui donnera
la vie, c'est l'esp6rance de cr6er un Wtre qui vous
ressemblera, qui heritera des id6es, en qui se
londra les qualit6s dominantes des deux pa-
rents, en qui ils revivront, qui leur fera con-






74 UNE CHERCHEUSE
naitre de toutes les joies celle qui dure le plus
parce qu'elle ne va pas sans sacrifices journa-
liers, sans angoisses r6epetes de la part des g6ni-
teurs jusqu'h leur mort. II est si doux de souffrir
pour qui on aime! Mere, Mimose eft jou6 avec la
tWte brune ou blonde de l'enfant, pleur6 de joie
en touchant ses cheveux soyeux, ses pieds mi-
nuscules et tout ronds; elle 1'eit g&te a miracle;
son cceur se serait prim d'6motions delicates
quand elle sentirait sur sa joue ses menottes
fossett6es, aux ongles mous, la griffer, se pro-
mener, la souffleter doucement, mignardement,
plus doucement et.plus mignardement que les
petales de rose que tient la main de I'amant ne
souffletent la joue en fleur de l'amante adoree.
Mimose efit d6sir6 pouvoir se sauver, rentrer
dans sa famille, lui tout raconter, implorer son
pardon avec des sanglots plein Ia gorge, mais
elle craignait le scandal, elle redoutait les re-
proches et pr6f6rait endurer son mal en patience.
Elle esp6rait m6me que, lass6 de courir, apres
des mois et des ann6es, son mari lui reviendrait
tout enter.
La lecture devint son occupation favorite. Elle
adorait le th6etre, mais elle avait horreur d'y
aller avec des personnel qui lui d6plaisaient et
d'etre force de recevoir dans sa loge les hom-
mages des individus au regard trop impertinent






UNE CHERCHEUSE 75
ou louche qui fr6quentaient son 'mari. Elle se
pri6endait insult6e par leurs felicitations banales,
par l'dclair de convoitise qui brillait dans leurs
yeux lorsqu'ils fixaient ses 6paules marmor6ennes
ou ses bras ivoirins.
Elle lisait, surtout le soir, pelotonn6e dans une
causeuse, tout pros d'un feu de bois bien vivant,
aux rayons de la lampe tamis6s par un abat-jour
rose. En ces heures, elle vivait aux 6poques oiu
vivaient ses heroines et ses h6ros. Elle raffolait
des drames de Victor Hugo et trouvait que les
acteurs ne les jouaie't jamais assez bien. Elle leur
eut souhait6 plus ae noblesse dans le maintien,
moins d'exub6rance dans le geste, moins d'6clats
de voix, une entente el un rendu du r6le absolu-
ment sobres, pr6cis. Alors qu'elle tenait le livre,
elle voyaitl'action se d6rouler devant elle, chaque
pesonnage ayant la diction just, le port ais6,
exprimant, tel qu'il devait le fire, ie sentiment,
et la passion qui l'animaient.
Le drame d'Hugo est grand: ii repose des
vilenies et des mesquineries contemporaines. Etre
aim6e come dona Sol par un bandit eltpar un
roi, come Maria de Neubourg par un laquais,
plus noble de coaur que des hidalgos, comme Ma-
rion Delorme et comme Marie Tudor, quelle
supreme joie, ne dur&t-elle que peu de mo-
ments! Co n'est pas la continuity du bonheur qui






'/ UNE CHERCHEUSE
est la chose desirable par excellence, c'est le bon-
heur, quelque court qu'il soit, quelque cher qu'on
le puisse acheter, car le souvenir du bonheur con-
tente encore. Quien no ara no vivel dit le proverbe
espagnol. Qui n'aime ne vit Est-ce assez pro-
fond!
Ainsi reparaissait en la fille cultiv6e de Gillonne
les tendances d'esprit et l'imp6tuosit6 de sang
des aleux de Caminer. Pour un baiser, ils risquent
leur vie; ils croient qu'un d6vouement de toutes
les minutes n'est pas de trop de la part d'un
homme, si sup6rieur soit-il, pour une femme qui
m6rite son amour.
D'autres fois, elle se repliait sur elle-meme et,
sceptique, traitait de grandiloquences et de gon-
gorismes les belles phrases sentimentales et cheva-
lerosques d'un Hernani, d'un Didier ou d'un
Ruy-Blas et pensait: Ces gens-lk mentaient; ils
ressemblaient parfaitement a ceux qui les rem-
placent actuellement. Hors l'habit qui change,
tous les homes sont I'homme. Mais ce scepti-
cisme ne durait pas. A un aces de d6senchante-
ment succddait une phase d'optimisme, un trans-
port de joie intime, delicate, toute discrete don't
la malheureuse Mimose 6tait seule a jouir.
On fr6quentait peu sa maison. N'entendant
point rendre de visits, elle n'avait point voulu
prendre de jour pour recevoir. Elle execrait ces







UNE CHERCHEUSE TI
salons o~ huit ou dix personnel qui se relayent
sur les m6mes chaises, les memes fauteuils, les
m6mes canap6s, medisent avec unelachet6 froide
de tons ceux quisortent, calomnient tous ceux qui
vont venir sauf a les couvrir de louanges aussi
hyperboliques qu'hypocrites en leur presence.
Les hommes qui y allaient, immuscl6s intellec-
tuellement, n'osaient avoir une opinion person-
nelle. S'ils en avaient une, par extreme hasard,
ils craignaient de la d6velopper, de la soutenir,
de peur de blesser les pr6tendues convictions
d'un auditeur sur huit. Cette tyrannie de la mi-
norit6, cette platitude des caracteres, cette d6for-
mation des consciences, lui faisaient prendre en
grippe tons les mondains et tons les salonniers de
profession.
Ils sont vides, vaniteux et niais; a toute
chose s6rieuse, ils pr6f6rent le cancan, le mot
drble qui fait rire, 1'h-peu-pres ou stupid ou
baroque. Certes, il est bon de s'incliner devant
les opinions des femmes, mais faut-il que celles-ci
ne soientpasdes poup6es; faut-il qu'elles sachent
penser et exposer des idees; qu'elles soient des
amies loyales, des conseilleres avis6es don't la
distinction intellectuelle et morale soit incon-
testable. Autrement, l'homme s'eff6mine a plier
toujours alors m6me qu'il a raison. Ala longue,
cette emasculation immaterielle ne pent 6tre que







78 UNE CHERCHEUSE
pr6judiciable aux femmes mimes qui en sont les
instigatrices.
Lesculpteur Mintel avait 6t6 un des rares amis
du college du marquis de Foncine qui, roturiers,
eurent l'honneur d'assister a son marriage. Bien
plus que son talent, sa conversation Blevye et res-
pectueuse l'avait fait estimer de Mimose. Il obtint
la permission de presenter aux Foncine un de ses
jeunes amis que le marquis avait rencontr6 dans
son atelier et don't il avait garden bon souvenir.
Marc Tev6on, 1'ami de Mintel, 6tait un 6crivain
plein d'avenir, un romancier et un dramaturge
non d6pouvu de talent. De son c6t6, le marquis
de Foncine voyait avec complaisance dans sa inai-
son un' ami de cercle, d6put6 influent, qui lui
gardaitune affection quelque peu grondeuse mais
qu'il estimait tout particulierement A cause de la
Franchise spirituelle aveclaquelle il critiquait ses
frasques de mauvais garnement tout en les ca-
chant h sa femme.
Cetint6ressant personnage se nommait Gabriel
de Mauchil. II 6tait vu sans d6plaisir par Mimose.
Sa parole enjou6e, son absence de morgue, ses
anecdotes pldisantes, le faisaient acceptor par
Mintel et par Tdveon comme un des leurs.
Madame de Foncine en vint a les confondre
dans uae espece de sympalhie admirative. Elle
les recovait a quelque jour -q'ils se prdsen-







UNE CHERCHEUSE
tassent, pourvu que ce fit dans 1'apres-midi.
II leur arrivait fr6quemment de se rencontrer
tous trois autour du fauteuil de madame de Fon-
cine. On prenait le the tout en devisant de litt6-
rature et d'art. lMini..:* avouait que la phrase
de dona Sol h Hernani:

Vous 8tes mon lion superbe et g6nereux

faisait courir un frisson dans ses nerfs. De Mau-
chil, sceptique aimable, souriait de cette naivet6 qui
plaisait infiniment aux deux artistes. Mintel par-
lait peu mais Tivion d6fendait les theories chores
a madame de Foncine avec tant de chaleur, d'au-
torilt, avec un tel d6ploiement d'arguments to-
piiues et de terms techniques, convainquant
Mauchil de leur excellence, que Mimose le goA-
tait particulierement. Elle formulait -dndrale-
ment ses impressions par mots brefs; elle resu-
mait la discussion en une expression concise et
synth6tique devant laquelle chacun s 'inclinait ga-
lamment.
Elle se serait ennuy6e a perir si elle n'aimait
tant le livre. Elle devora les romans, les psycho-
logiquessurtout. Les tudes subtitles et quintessen-
ci6es qui font la lumiere sur les points les plus
controversies de la m6taphysique amoureuse lui
plaisaient plus parliculierement. Elle ne s'arr6-






80 UNE CHERCHEUSE
tait de lire que pour rover; puis, lisait, et puis,.-
rivait encore.
Bonne comme on ne 1'est plus, elle n'entendait
nullement que sa femme de chambre veillat pour
l'attendre. L'heure venue de se mettre au lit, elle
se d6shabillait, se couchait elle-m6me. Elle avait
trop v6cu au grand air et connaissait trop les
regles de l'hygiene pour ne pas demeurer persua-
dde qu'une existence trop recluse serait perni-
cieuse a sa santd. Aussi, deux ou trois fois par
semaine, et dans l'apres-midi, elle ordonnait d'at-
teler le coup noir, se blottissait dans un de ses
angles et ordonnait au cocher de la conduire au
bois de Boulogne. Elle ne regardait ni & droite ni
a gauche. Absorb6e en ses songeries, elle 6prou-
vait une jouissance acre, presque douloureuse a
revivre dans le pass. L'avenir lui paraissait
d'une tristesse tellement decevante que sou-
vent elle efit voulu mourir pour en finir avec
l'existence. Qui ne l'aurait crue heureuse, a la
voir pale et rose sous ses habits si parfaitement
seyants ? Nombre de femmes enviaient son sort,
alors que mille angoisses, mille coleres, mille tor-
tures faisaient bouillonner son sang ou ddchiraient
sonsein. Ellevitait l'all6e des Accacias, leur prUf6-
rant les coins ombreuxqui avoisinent le pont de
Suresnes, ces saulaies qui s6parent la pelouse de
Longchamps des bords de la Seine, ces allies
(






UNE CHERCHEUSE 81
couvertes et solitaires oi l'on entend le sable
craquer sous les pas et qui conduisent au cime-
tibre de Boulogne, maintenant abandonn6. En
ces retraites, mepris6es de la foule bruyante et
vaine, elle aimait a s'oublier. Elle se promenait
longuement par les tombes du cimetibre, foulant
distraitement la jonchee de lilas qui les couvrait,
le printemps venu ; alors que le vent faisait rage
du Mont-Val6rien par la vallee, elle 6coutait les
oisillons sur les branches et dans 1'herbe drue;
elle frissonnait d'une horreur secrete et pourtant
chore quand la solitude profonde qui l'environ-
nait lui paraissait pleine de dangers mystLrieux.
Parfois, elle restait des heures a 6couter le cla-
potis des vaguettes du fleuve venant mourir aux
embouchures des ruisselets, sur les promontoirs
minuscules, sur les anses en miniature, avec un
bruit de baisers. Elle cueillait des brassees de su-
reau, des gerbes de marguerites blanches et
jaunes, en remplissait la voiture pour respirer
cette odeur de feuille fratchement couple,
pour savourer, en se plongeant les mains dans
leurs masses vertes et parfumees, les exquises
S dlices qui s'6prouvent au toucher de la fleur qui
se fane et se meurt, durant le temps que la voi-
ture la ramenait dans Paris.
Le soir de ces promenades, combien souvent,
seule dans la chambre bien close et 6nerv6e par






82 UNE CHERCHEUSE
une longue station assise, elle ne se levait, fu-
rieuse, n'6crasait le tapis sous ses pas nerveux!
Combien souvent n'avait-elle fui, comme une
bete bless6e, tant elle devenait impressionable,
m6me ce bruissement berceur de la lampe qui
semble Wtre une ame expirante Elle prenait a t6-
moin les meubles de son isolement et de ses souf-
frances. Par ces moments oi I'individu psychique
est abim6 dans la m~lancolie, il sent, il voit les
larmes des choses avec la mmme acuit6 de percep-
tion que quand, heureux, il les pare de vives cou-
leurs et, dans son imagination, les fait participer
4 son all6gresse.
La lumiere laiteuse de la veilleuse jetait un ton
discreet et sobre sur tous les amis muets et d'au-
tant plus ch6ris de Mimose, livres, meubles et bi-
belots rares.
II y avait aussi des moments d'accalmie imma-
terielle pendant lesquels la solitude -au milieu-
d'eux ne lui pesait nullement. Du rested, alors
mmme qu'elle se sentait le plus infortunde, elle
n'entendait en convenir devant quiconque, ne vou-
lant etre plainte par personnel au monde. Orgueil -
leus6, elle cachait soigneusement, meme a son
petit cercle d'amis,l'odieuse conduite de son maria
a son 6gard. Pouvait-elle vivre ainsi toujours ?
D'oi lui viendrait le morceau d'azur don't son ciel
avait besoin? D'oi lui tomberait la manne mira-






UNE CHERCHEUSE 83
culeuse, la vivifiante rosee don't son ame avait
soif?
A la suite de certaines discussions de m6taphy-
sique passionnelle dans lesquelles Teveon s'6tait
surpassed, en combattant le pessimisme en amour
par les theories optimistes les plus hardies, l'image
du jeune dramaturge resta presente plus long-
temps qu'il n'en aurait di 6tre dans la memoire
surexcit6e de Mimose.
June encore, Teveon connaissait la vie bien
plus pour 1'avoir donn6e a des fils de son intelli-
gence que pour 1'avoir pratiquee en personnel. De
taille moyenne, large d'6paules, muscle h souhait,
les cheveux chatains fonc6s, et naturellement
crespeles, le cou court, la main commune, le re-
gard inquiet et trop changeant, la bouche sen-
suelle, les narines ouvertes, le rire lidele et la voix
sonore, il plaisait par un ensemble de qualit6s et
de d6fauts aimables, a savoir la gaietL expan-
sive, signe de vigueur intellectuelle, et une cer-
taine vulgarity des apparences et des dehors qui
est un indice presque certain de robustesse phy-
sique et de grace insinuante. Encore qu'il eit
trente-cinq ans, on ne lui edt pas donned son age.
II paraissait plus jeune que Foncine qui 6tait de
beaucoup son cadet.
II avait d6ja conquis la c6elbrit6; les journaux
lui empruntaient et Jui pretaient des mots; on le






84 UNE CHERCHEUSE
choyait partout; et, dans certain salons oh on
sert les hommes celebres aux invites, il passait
pour une attraction, ou, si l'on veut, pour une
amorce.
Habitu6 des coulisses, il se connaissait mieux
encore que le maria de Mimose dans ]'art de s'as-
seoir sans que le pantalon ne fit un pli au genou;
il n'avait pas son pareil pour chiffonner, la main
gantee, un nmud de cravate blanche, sans nulle-
menL attenter a la sym6trie de sa toilette.
La mise en scene au theatre et a la ville lui 6tait
des plus families.
Au fond, Tevdon restait un de ces homes par-
faitemert 6goistes et sans ccwur, mais qui reus-
sissent dans toutes leurs entreprises parce qu'ils
ne se mettent jamais en colere; parce qu'ils
n'6prouvent aucune passion vraie, franche, abso-
lue; parce qu'ils savent toujours se dominer pour
arriver a leurs fins, cote que cofte.
On les repute diplomats : ce faisant, on ca-
lomnie les vrais diplomats qui sont superieurs
sans 6tre ni faux, ni fourbes. Mais tel qu'il se pr6-
sentait ou plutbt qu'il se laissait voir au vulgaire,
T6veon 6tait charmant. On congoit facilement que,
dou6 come il l'6tait, ses theories l'aient fait s6-
duisant au possible pour Mimose. II l'accablait de
politesses et de provenances. II savait, pour le lui
apprendre, le titre du roman nouveau; il allait le






UNE CHERCHEUSE 50
lui chercher sitot qu'il avaitparu; il le lisait rapi-
dement de son c6t6; ils en causaient avant meme
que les autres habitues du cenacle de la jeune
femme eussent eu connaissance de son appari-
tion. De la piece en vogue il expliquait les ficel-
les, critiquait les beaut6s imparfaites, se tai-
sant sur les parfaites, et donnait pour ainsi dire
un spectacle dans un fauteuil a son auditrice
qui aimait mieux lire les pieces que de les aller
voir.
I1 l'initiait aux mysteres des coulisses et, avec
des precautions oratoires infinies, lui d6taillait le
costume des interpretes f6minins.
Si, oublieux de l'heure, ils avaient cause fort
longuement; que, Foncine, rentrant pour diner et
apprenant qu'il y avait du monde au salon y ve-
nait, il s'estimait heureux de rencontrer T6v6on
pour l'inviter a partager leur repas : il 6vitait
soigneusement le tete-a-t6te avec Mimose, la
quelle devenait de plus en plus froide, et m6pri-
sante, et hautaine avec lui.
La encore, Mimose avait lieu de les compare
'un a I'autre et les comparisons n'6taient que
fort rarement a l'avantage de son mari. II essayait
de refuter par des mots plus ou moins dr6les les
arguments de son contradicteur alors qu'ils dis-
cutaient; s'ils causaient simplement de choses
frivoles, le blas6 reparaissait vite chez Foncine






86 UNE CHERCHEUSE
qui n'6tait jamais content de rien, qui critiquait
tout dans cette rage froide qui tient les gens qui
s'ennuient, parce qu'ils sont an6miques, et don't
ils font souffrir des effects les gens qui s'amusent
d'un rien et restent contents de tout, pace qu'ils
sont sanguins.
Parlait-on theatre, Foncine ne retenait jamais
la legon morale qui se degageait de la piece, n'en
voyant que la forme; les sentiments des temps
passes on de contrees autres que la sienne lui pa
raissaient singuliers, bizarre, absolument comme
si le monde 6tait n6 d'hier on devait 6tre le m6me
partout.
Avec lui, la conversation d6g6n6rait presque
toujours en dispute. D'une vanity sans second, il
ne pouvait se r6soudre a avoir tort alors meme
que le sujet lui 6tait totalement inconnu. Si sa
femme, meme par un regard suppliant, essayait
de lui imposer silence ou dele rappeler au respect
de l'h6te, d'un mot, il la rabrouait et la renvoyait
brutalement aux chiffons, se pr6tendant plus ex-
pert qu'elle en des choses oiu non seulement elle
ne le lui c6dait point mais lui 6tait de beaucoup
sup6rieure.
Comme il faisait des mots, il lui gardait une
rancune, d'autant plus f6roce qu'elle restait
sourde, pour toute repartie veritablement spiri-
tuelle, venue tout de go de son esprit natural de






UNE CHERCHEUSE 87
Girondine et qu'elle langait de sa voix d'or, presque
sans y songer.
C'est du jailli, criait Teveon enthousiasme.
Un vrai mot de caracterel
Un mot de caractere! oh 1 le beau terme de
theatre i ripostait Foncine en dissimulant mal son
d6pit.
Non, mon cher, reprenait TBveon, le mot de
caractere n'est pas pour cela un mot de theatre,
et il s'en faut que le mot de thMatre soil toujours
un mot de caractere. Qui veut exprimer sa pensee
et la bien exprimer, doit tenir compete de deux
616ments : du mot et de la chose. Lisez Sarcey.
Le mot de caractere est proCond, typique; il
porte la chose ; le mot de theatre est souvent, le
plus souvent un mot, surtout aujourd'hui.
Dites tout de suite que les contemporains
ne sont point spirituels, ricanait Foncine.
Je ne l'ai point dit. Comme aujourd'hui il y
a un plus grand nombre d'6crivains, qu'on est
moins sanguin qu'autrefois, qu'on se chatouille
davantage pour faire rire, qu'on raffine sur les
sentiments, les mots de caractere, les mots jaillis,
les mots pittoresques sont plus rares. Ils ne sont
pas communs dans la piecette du com6diste qui
veut contenter tout le monde et son pere.
Contenter tout le monde et son pere encore
une expression neuve et piqtnnnfe! Est-elle de






88 UNE CHERCHEUSE
vous? Je la servirai a mon cercle. Vous permet-
tez. Je dirai qu'elle vient de vous.
N'en faites rien, monsieur, on le trouve
deja dans La Fontaine, disait la petite voix de
Mimose.
Oh 1 alors, quand on est bas-bleu en pr6-
vient son monde.
Le fait est que madame de Foncine connatt
merveilleusement ses auteurs, ponctuait T6v6on
dans un franc 6clat de rire.
Sit6t le diner termin6, le marquis entrainait le
romancier. II 6tait jaloux sans vouloir le laisser
voir. Jalousie d'amour-propre et non jalousie
d'amour. Celle-ci est de noble essence et ne sau-
rait d6plaire h la femme, attend qu'elle est
preuve de tendresse, encore meme qu'elle parait
le plus blessante, tandis que la premiere est de
mauvais aloi et resemble a celle qui brcilait
Almaviva apris qu'il eut fait de Rosine une com-
tesse et que son amour pour elle se ftt envol6.
Teveon ne fut pas long a s'apercevoir de la
triste vie qui 6tait faite a Mimose. II se jura de la
consoler un peu moins platoniquement qu'il ne
1'avait fait jusqu'alors. De propos d6liber6, mais
sans permettre pourtant qu'on devinAt qu'il la
changeait, il change de ligne de conduite, devint
entreprenant. Au lieu de se cantonner dans les
regions sereines de la philosophies des passions,






UNE CHERCHEUSE 89
II se fit de plus en plus terre-h-terre; au lieu de
parler du general, il parla du particulier; il ana-
lysa plus qu'il ne synthetisa; ilcr6a des especes,
des categories de sentiments, sthendalisa a froid,
serra l'individu de pres, provoquant des confi-
dences par.des n6gations ou par des attaques de-
tournees, excitant la curiosity par d'adroites r6ti-
cences, vrais stratagemes de tacticien consomme
dans lesquels l'innocente Mimose donnait tate
baiss6e et se laissait prendre.
Le cceur est dans un perpetuel rajeunisse-
ment; l'affection seule cree le lien; recommencer
la vie est la meilleure chose qui soit.
Trois affirmations, trois erreurs, mon-
sieur Teveon, repartit vivement Mimose en rou-
gissant. On n'aime qu'une fois; la loi civil et la
religieuse cr6ent le lien; pour recommencerla vie
il faudrait pouvoir s'amputer le cceur afin qu'il
oubliat le premier transport d'amour.
La nature y a pens6 : elle fait oublier et au-
cune amputation n'est n6cessaire. Si le corur no
refleurissait apres chaque tendresse vaine, sou-
vent l'individu ne remplirait pas sa fin, ici-bas.
Que deux personnel s'appareillent et cohabitent
de par la loi ou autrement, si elles s'apergoivent
qu'il y a eu maldonne, comme on dit aux cartes,
n'est-il pas meilleur qu'elles tirent chacune de
son cote? Que toutes deux ou l'une des deux re-






90 UNE CHERCHEUSE
commence sa vie? Doivent-elles toujours rester
rivees l'une h l'autre en d6pit du bon sens, de la
raison, malgr6 l'aversion que quelquefois elles
6prouvent l'une pour 1'autre ?
Et la morale ? Qu'en faites-vous?
Je la sauve. D'ailleurs qu'est la morale? Un
mot. Cela varie avec les latitudes, les races, les
climats et les nationalities. Au Japon, la morale
espagnole, qui n'est pas la morale anglaise, ferait
rire. Un Islandais qui se tue pour vivre sur une
terre on 1'hiver dure dix mois sur douze, peut-il
reconnaitre la meme morale que le Br6silien qui
n'endure jamais le froid et qui n'a jamais vu la
neige? Toutes les grandes amoureuses out aim6
plusieurs fois; quant a l'homme, il aime tou-
jours.
Parce qu'il n'aime jamais a fond. Nous,
quand nous aimons, par cela meme nous con-
sentons a mourir.
Michelet I'avait dejk dit, fit observer avec un
malicieux sourire l'incorrigible rieur.
Je l'ignorais, riposta vivement Mimose, pi-
quIe. Du reste, le sujet est d'un scabreux a faire
reculer une jeune femme.
TBveon n'eut garde de se laisser d6monter par
cette remarque avec laquelle Mimose voulait
clore l'inciden .






UNE CHERCIEUSE U1
Mais, madame, reprit-il d'un ton calin,
toutes les jeunes femmes lisent l'histoire, j'ima-
gine. Quels examples, et fameux, n'y ont-elles
pour se convaincre que le ocour est en perp6tuel
refleurissement. Elles y apprennent que Cathe-
rine la Grande aima plusieurs fois et follement
chaque fois : cependant, cerebralement, Cathe-
rine 6tait un grand home, et Potemkin, et
Orloff, et Zuboff, ses amants les plus aims, ne
lui allaient point a la cheville. Les jeunes files
qui lisent l'histoire grecque, continuait Teveon
avec un sourire 16gerement moqueur, savent
parfaitement que la guerre de Troie fut un peu
causee par H616ne, laquelle, pensant que l'alfec-
tion seule fait le lien, apres avoir aim6 passion-
n6ment MWn6las, se laissa enlever par Paris
qu'elle adora. Recommencer sa vie est chose
excellent. Cela ne peut se contredire. Marquise
de Fontenay, madame Tallien, princess de Chi-
may, la belle Th6ersa Cabarrus a porter successi-
vement ces trois noms. La chronique pretend
qu'elle aima plus qu'il n'en est d'ordinaire ses
deux derniers maris. N'a-t-elle pas bien fait de
recommencer sa vie, non seulement pour elle,
mais pour d'autres? Pourquoi est-elle devenue
une figure historique? Parce qu'au 9 Thermidor
elle 6tait aim6e a la rage par Tallien. On est d'ac-
cord pour admettre que c'est elle qui poussa Tal-






92 UNE CHERCHEUSE
lien a attaquer Robespierre en face, a le renver-
ser et h sauver la R6volution, en sauvant la
France de la Terreur.
Monsieur Tev6on, tout beau. Je vous donne
raison presque sur tout. Quelle passion vous y
mette !
Ah! madame, c'est que le sujet est toujours
neuf et toujours palpitant d'interet.
Et il riait sous cape.
Tout cela est bel et bien, mais commence-
riez-vous la vie avec une femme qui, elle, la re-
commencerait?
Cela depend.
Reserve qui fait honneur a votre finesse ha-
bituelle plus qu'a votre coeur.
Ici, Tev6on 6tait parfaitement nalf. Un home
orgueilleux et qui a du temp6ramment brAlera
toujours du d6sir de faire oublier un mari qu'on
ne demand qu'a oublier; une femme qui a aim6
et qui s'est trompe dans son premier choix, ai-
mera une second fois plus passionn6ment etplus
tendrement qu'une jeune fille. Au fond, 6goiste
et vaniteux, TBveon tenait le marriage en sainte
horreur. Il courait apres le plaisir, mais fuyait la
charge et le devoir.
Quoi qu'il en soit, il 4tait si d6licieusement
dangereux que Mimose sortait 6branlee de chaque






UNE CHERCHEUSE .93
entretien avec luiet perdait pied dans son propre
ccur. Enun mot, d6sirant de plus en plus trouver
une diversion a ses douleurs, croyant avoir ren-
contr6 en lui l'Ame sour de son Ame, elle com-
mengait, peut-6tre sans s'en douter, h I'aimer
d'amour.






UNE CHERCHEUSE


IV


HALTE DANS LA BRUME.



Loin de Paris, aux extr6mit6s de l'Asie, sur les
confins des deux Ameriques, dans quelques lies
rattachees par les geographes a ces deux conti-
nents, de meme qu'en Europe orientale et en pro-
vince, on persiste a se figure le Quartier-Latin
comme un pandemonium de tous les vices et
comme un vaste lupanar of I'on se chamaille
nuit et jour.
De vrai, c'est peut-6tre le point du monde oh,
dans un space relativement restraint, on rencon-
tre le plus de vaillants esprits, d'ames loyales et
pures, de corps chastes et de nobles ccurs. Seu-
les, les totes y fermentent sans cesse. Les classes
des soci6t6s vieilles etles representants des socie-






UNE CHERCHEUSE 95
tesnouvelless'ycoudoientsans se m6sestimer; de
la parent, chaque annee, des jeunes gens qui sont
des caractLres et qui s'en vont gouverner des na-
tions non point par privilege de naissance ou de
fortune, comme il en est pour les 6tudiants qui
sortent des universities d'Xllemagne ou d'Angle-
terre, mais par privilege d'intelligence,parce qu'ils
ont g la fois le cceur tendre et compatissant, le
cerveau fortement tremp6 pour les luttes de la
vie.
Encore qu'il elt longtemps v6cu au Quartier
Latin, Mare T6evon 6tail loin de professor les senti-
ments de d6sint6ressement candide et de g6nero-
sit6 chevaleresque don't 1'ame et comme parfumee
pour toujours quand elle a 6t6 form6e entire le
Pantheon et Saint-Sulpice, entire le Luxembourg
et la place Maubert. I s'aimait plus qu'il n'aimait
les autres ; plut6t que d'etre dup6 par lui,
il estimait qu'il valait mieux duper le pro-
chain...
Son esprit observateur et m6thodique, frotl6
aux gens, aux choses, aux civilisations diverse
qui se touchent dans une fraternelle promiscuity
au Quarter Latin, le rendait peu propre h s'illu-
sionner. C'6tait un homme pratique qui mettait
toute son adresse et toute sa coquetterie a ne
s'en point laisser center.
Peintres, po6tes, musicians, sculpteurs et ro-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs