• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 L'absurdite de notre situation
 Les caracteristiques essentielles...
 La revolution Africaine. Victoires...
 Notre ennemi - isolement et contradictions....
 La situation de nos pays. Le developpement...
 Perspectives de notre lutte.
 Discours du P.A.I.G.C. a la conference...
 Back Cover














Group Title: Rapport general sur la lutte de liberation nationale
Title: Rapport général sur la lutte de libération nationale
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072157/00001
 Material Information
Title: Rapport général sur la lutte de libération nationale
Physical Description: 38 p. : ; 21 cm.
Language: French
Creator: Cabral, Amílcar, 1921-1973
Publisher: P.A.I.G.C.
Place of Publication: S.l.
Publication Date: 1961
 Subjects
Subject: National liberation movements -- Guinea-Bissau   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Amilcar Cabral.
General Note: Cover title.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072157
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001117819
oclc - 15924453
notis - AFL4633

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
    L'absurdite de notre situation
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Les caracteristiques essentielles de notre temps. L'agonie de l'imperialisme. Le cas Portugais.
        Page 5
        Page 6
    La revolution Africaine. Victoires et echecs. L'evolution de l'Afrique.
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Notre ennemi - isolement et contradictions. La lutte du peuple de l'Angola et des autres colonies
        Page 15
        Page 16
        Page 17
    La situation de nos pays. Le developpement de la lutte.
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    Perspectives de notre lutte.
        Page 23
        Page 24
    Discours du P.A.I.G.C. a la conference des organizations nationalistes de G.P. et des iles du cap vert
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Back Cover
        Page 39
Full Text



P:Ull- AMiCAMO BA IpNDPiNMUMCIA N A
mllnIIIsPORUISeI i DESa oUCAP VI:R


.V"

i ,I I I



DT
613.75
.C333x
1961


0 ;


~3~-~3~1.
1.. -














1) L'ABSURDITE DIE NOTRE SITUATION

- Au course de la deuxieme moiti6 du XXe siecle le siecle des lu-
mieres et de la liberty les peuples de la Guinee Portugaise et des
lies du Cap Vert se trouvent soumis A 1'exploitation de l'homme par
1'homme la plus violent, sont l'objet de la plus monstrueuse oppres-
sion national, social et culturelle, et victims d'une barbare r6pres-
sion militaire et polici6re.
En reality, la situation de nos peuples, ainsi que celle des autres
peuples domin6s par le Portugal, semble absurde. Les droits fonda-
mentaux de 1'homme, les liberties essentielles, le respect envers la
dignity humaine tout cela sont des choses inconnues dans nos pays.
Tandis que les puissances coloniales acceptent en general le principle de
I'autodetermination des peuples et cherchent, chacune A sa facon, A
trouver une solution du conflict qui les oppose au people domino, le
Gouvernement Portugais s'entete A maintenir la domination et l'ex-
ploitation sur environ 15 millions d'etres humans, don't 12 millions
d'Africains. Tandis que l'ecrasante majority des peuples africains, mal-
gr6 les contradictions et les difficulties qu'ils affrontent, commencent la
construction pacifique du progres, nos peuples sont obliges, par les colo-
nialistes portugais, A continue de vivre dans la misere la plus extreme,
l'ignorance et la peur. Tandis que l'homme victorieux dans la lutte
centre la nature et pour le progres realise les rives de Jules VERNE et
commence la conquite del'espace, les colonialistes portugais veulent, par
la force, maintenir nos peuples dans la soumission, dans l'indignitk du
travail force, dans la cynique condition de non-civilis6s et de bates A
charge. Tandis que le vent du nationalism balaie les continents et les
peuples, y compris ceux de 1'Europe, cherchant a d6finir dans 1'unite
leur propre personnalit& historique, economique et geographique, les
colonialistes portugais essayent, quoique vainement, A convaincre le
monde qu'ils n'ont pas de colonies et que nos pays africains sont des
< provinces du Portugal >. Tandis que nos peuples, A travers de grands
sacrifices, s'engagent d6cisivement dans la lutte de liberation national,
les colonialistes portugais poursuivent, arretent, torturent, tuent, mas-
sacrent, declenchent une guerre colonial d'extermination en Angola
et se pr6parent fievreusement pour une nouvelle guerre en Guinee
< Portugaise > et aux Iles du Cap Vert.

1




UfIVERSITY OF FLORIDA LIBRARIES








L'histoire du colonialisme relatera, pour l'6tonnement des g6n6ra-
tions futures, les crimes et les maux auxquels les peuples africains
ont 6t6 soumis pendant la domination colonial. Cependant, il est sir
qu'une place important sera r6serv6e au colonialisme portugais a
cause de sa duree, du retard de la violence, du cynisme, de l'hypocrisie,
des mensonges et meme d'une certain folie qui ont caracteris6 la
domination colonial portugaise en Afrique.
Toutefois la situation imposee A nos peuples par les colonialistes
portugais n'est pas si absurde qu'on pourrait le croire. Evidem-
ment, la violence et le mensonge furent et sont encore les princi-
pales armes de n'importe quel colonialiste. N6anmoins, quand le pays
colonisateur a un Gouvernement fasciste, le people de ce pays est
dans sa majority analphabdte, no connait ni ne jouit des droits fonda-
mentaux .de l'homme et a un niveau de vie tr6s bas dans son propre
pays quand 1'6conomie de la m6tropole est sous-developp&e comme
le cas du Portugal la violence et le mensonge n'ont pas de paral-
lle, le manque de respect envers la dignit& de l'homme africain d6-
passe toutes les limits.
Une analyse concrete des facteurs qui ont condition& et condition-
nent encore l'6volution de la situation de nos peuples, demontre qu'elle
est entierement justifiable par des conditions g6ographiques, histori-
ques et principaleient 6conomiques et politiques, aussi bien de nos
pays que du Portugal.
Au course des derniers 35 ans, cette situation s'est fortement aggra-
v6e, comme resultat du fait que la bourgeoisie et les autres forces
r6actionnaires portugaises, en conquerant le pouvoir, ont install dans
leur pays une dictature nazie-fasciste, don't la defense et la survivance
competent sur 1'eiploitation des resources materielles et humaines des
colonies africaines du Portugal, comme soutien principal.
La vieille dictature colonial portugaise toute situation colonial
est une situation de domination par la violence s'est transformed
en dictature coloniale-fasciste. L'injustice, le manque de respect
envers I'homme africain, le racism, l'absence des liberties politiques,
la misere, l'ignorance, la faim et la peur l'oppression et la repression
ont d6pass6 toutes les limits.
Comme reflexe du context 6conomique et politique portugais, de
nouvellcs formes d'oppression et de repression furent mises en pra-
tique, et nos peuples commencerent A vivre dans un veritable 6tat de
siege.
Pendant longtemps le Gouvernement cQlonial-fasciste du Portugal
a r6ussi par le silence, le cynisme et l'hypocrisie, A empecher l'opinion
mondiale de connaitre les crimes des colonialistes portugais. Pour dire









toute la verite, il faut ne pas oublier que le succes temporaire de cette
politique du silence a te6 en grande parties dfi la complicity et l'aide
de certaines forces economiques des autres pays, lesquelles avaient et
ont encore leplus grand int&r6t A < conserver les colonies portugaises.
I1 ne s'agit ici de d6masquer les colonialistes iortugais don't la
face monstrueuse est aujourd'hui expose A la lumi6re de la conscience
mondiale, pour la naus&e de ceux qui ont fait confiance a la < paix des
provinces portugaises d'outre-mer >, pour la honte des complices et
pour la repudiation et l'indignation des hommes de bonne volonte.
Nous voulons uniquement rappeler que la d6nonciation du crime
colonial portugais a t6 l'oeuvre des propres peuples des colonies por-
tugaises, le resultat d'un travail revolutionnaire planifi6 et syst6-
matiquement r6alis6 par des patriots africains dans le camp inter-
national. Affrontant les plus grands sacrifices et la resistance, voire
l'hostilit6, de quelques cercles occidentaux,' ces patriots africains,
conscients de la necessity strat6gique d'isoler les colonialistes portu-
gais meme de leurs principaux allies, n'ont pas menag6 les efforts
Sdans cette mission historique.
Notre victoire total centre le colonialisme portugais, sur le plan
international, est aujourd'hui 6vidente. Elle fut consacr6e par le vote
"de 1'Assembl6e G6enrale de 1'O. N. U. du 14 decembre 1960, oonfir-
mant, a une ecrasante majority, la resolution du Conseil de tutelle
exigeant au Portugal des renseignements sur la situation des peuples
qu'il domine. M8me en tenant compete du caractere formel ou moral
de cette victoire, elle repr6sente un grand pas en avant dans notre
lutte de liberation, car nous sommes parvenus A isoler notre ennemi.
Malgr6 le soutien des forces imp6rialistes, les colonialistes portugais
se trouvent isoles devant les peuples qu'ils dominant.
Les peuples de la Guin6e < Portugaise > et des lies du Cap Vert
peuvent ftre fiers d'avoir contribu6 efficacement a cette victoire, A
travers l'action revolutionnaire des patriots guineens et capvertiens.
Nous voild A cette heure decisive de 1'histoire de 1'humanit6, et en
particulier des peuples africains, debout et fermement r6solus A liqui-
der completement notre ennemi. Exploits, opprim6s, vexes, empri-
sonn6s, tortures, massacres, mais toujours debout.
Aucune force ne saurait bouleverser notre determination ni 6viter
la liquidation urgente et total de la domination portugaise dans nos
pays. Car nos peuples sent conscients de ces droits, car nous non plus,
comme David DIOP le chantait dans son language non-conformiste et
d'espoir et de certitude, nous n'aimons pas cette < Afrique des colonia-
listes portugais >. Nous aimons, certes, 1'Afrique Africaine, libre de
toute espece de domination etrangere, retrouv6e dans son histoire,








maitresse de son propre destin 1'Afrique que les poetes de la n6gri-
tude ont si bien su river et annoncer.
Cependant se lib6rer de la domination 6trangere n'est pas le seul
souci de nos peuples. Ils ont appris par experience et dans 1'oppression
coloniale que 1'exploitation de 1'homme par 1'homme est le plus grand
obstacle au d6veloppement et au progres du people au-dela de la lib6-
ration national. Notre people est d6termin6e participer activement
a la construction d'une Afrique Nouvelle, r6ellement ind6pendante et
progressiste, base sur le travail et la justice social, dans laquelle la
puissance cr6atrice de nos peuples, 6touff6e pendant des si6cles, devra
rencontrer la plus libre et constructive expression. Les peuples de
Guin6e et du Cap Vert ont d6ja donn6, comme esclaves et comme
colonists, une contribution anonyme, mais considerable, au progress -
mondial. Maintenant nous sommes d6termin6s a sortir de 1'anonymat,
a reconqu6rir notre personnalit6 et dignity d'hommes et d'Africains,
pour continue au service du progres et du bien-etre de l'humanit6,
en dbnnant le meilleur de nous-memes, mais sur un pied d'6galit6 avec
les autres peuples du monde.
Pour atteindre cet objectif, nos peuples doivent d6truire le premier
obstacle: liquider la situation apparemment absurde dans laquelle
nous nous trouvons et en finir avec la domination colonial portugaise
dans nos pays.
Pour d6truire cet obstacle, nous sommes obliges de lutter, nous
sommes en train de lutter et nous lutterons jusqu'au bout de nos
forces, sfrs que la victoire finale appartiendra a nos peuples.
Nous sommes et nous devons ktre conscients du fait que notre vic-
toire ne sera pas facile. Nous avons une experience multi-s6culaire
de la nature de notre ennemi et des particularit6s qui le caract6risent
par rapport aux autres forces colonialistes. Quoiqu' il soit isol6, nous
ne devons pas oublier que notre ennemi dispose encore de forces de
destruction bien superieures aux n6tres et que d'une facon claire ou
voilee, il est aide et soutenu par d'autres forces enemies de la liberty
et du progres des peuples africains.
En luttant centre le colonialisme portugais, nous luttons oontre
toutes les forces enemies de 1'Afrique, nous nous battons centre l'im-
p6rialisme mondial. Si nous voulons en r6alite vaincre notre ennemi,
arriver plus vite au jour de la victoire et diminuer les in6vitables
sacrifices que la lutte exige de nos peuples, nous devons ne pas perdre
de vue la r6alit6 objective de notre situation, toujours int6gr6e dans
le context historique de nos jours.








2) LES CARACTERISTIQUES ESSENTIELLES
DE NOTRE TEMPS. L'AGONIE DE L'IMPERIALISME.
LE CAS PORTUGAIS.

La destruction du colonialisme et la lutte centre l'imperialisme con-
stituent une des caracteristiques essentielles de notre temps. Le d6-
veloppement du capitalism, qui s'est oper6 intensivement dans la
deuxieme moitiE du XIXeme siecle a conduit, sur la base du mono-
pole et de la lutte pour la conqu&te des matieres premieres, A la pre-
miere grande repartition du globe. Cette repartition a eu lieu au pas-
sage du XIX&me au XXeme siecle. Elle a donn6 1'Afrique A une demi-
douzaine de puissances europ6ennes, principalement l'Angleterre,
la France et l'Allemagne: les peuples africains ayant 6t6 dominos par
la force, le vol des richesses materielles et humaines de notre conti-
nent fut mis en pratique sur la base de la superiority technique des
moyens de production et de guerre des pays capitalistes.
Mais l'imp6rialisme ou l'6tape monopoliste du capitalism n'a pas
pu echapper A ses propres contradictions et, par la violence (premiere
guerre mondiale), les puissances victorieuses ont proc6d6 A un nou-
veau partage du globe surtout caracteris6 par le enforcement de la
position colonial de 1'Angleterre et de la France, par l'exclusion de
l'Allemagne de l'exploitation directed des peuples et des pays dits
arrieres.
Dans la phase finale de ce conflict, la victoire de la Revolution d'Oc-
tobre et l'implantation definitive du socialisme sur 1/6 eme de la
superficie du globe ont porter A l'imp6rialisme le premier grand coup.
Priv6 de sources de matieres premieres et des surprofits, le capital
financier allemand allied A l'italien et au japonais, a essay de resoudre
le probl&me par la voie la plus court: coloniser les propres pays euro-
peens. La deuxi6me guerre mondiale fut le r6sultat des antagonismes
qui caracterisent le d6veloppement de l'imp6rialisme, mais elle est
venue influence de fagon decisive le destin des peuples, principale-
ment celui des peuples africains. A c6t6 du enforcement du camp
socialist une autre caract6ristique essentielle de notre temps, les
peuples d6pendants se sont 6veillEs A la lutte de liberation et la
phase finale de la liquidation de l'imp6rialisme s'est ainsi ouverte.
La solution finale de ce nouveau conflict pouvant exiger plus ou moins
de temps, il est hors Ide doute que plus que la lutte des classes dans
les pays capitalistes et l'antagonisme entire ces pays et le monde so-
cialiste, la lutte de liberation des peuples coloniaux est la caract6ri-
stique essentielle, nous dirions, le moteur principal, de la march de
l'histoire de nos jours: c'est A cette lutte, A oe conflict sur trois conti-








nents, que s'integre notre lutte de liberation national centre le colo-
nialisme portugais.
Face A la puissance des principles nations imperialistes, on ne peut
s'empicher de sedemander comment il a Wet possible auPortugal, pays
sous-developpe et arrier6, de maintenir ses colonies malgre le partage
don't le monde fut 1'objet.
Le colonialism portugais est arrive A survive malgr6 le partage
do l'Afrique realis6 par les puissances imp&rialistes, A la fin du XIX
eme si&cle, car l'Angleterre avait soutenu les ambitions du Portugal
qui, surtout apres le trait de Metwen (1703) est devenu une semi-
colonie anglaise.
L'Angleterre avait des interfts A se servir des colonies portugaises,
non seulement pour exploiter les resources 6conomiques, mais
aussi pour les occuper comme bases d'appui dans la route pour
1'Orient et maintenir, ainsi, un domaine absolu dans l'Oc6an Indien.
Pour contrarier 1'envie des autres puissances colonialistes et d6fendre
ses interits en relation aux colonies portugaises, l'Angleterre a
trouv6 la meilleure solution: elle a d6fendu les < droits > de sa semi-
colonie. C'est pour cela que, par example, le Portugal a accord A une
entreprise privee, domine par les interCts anglais, des droits souverains
sur une superficie correspondent a 17 % du territoire de Mozambi-
que. C'est pour cela qu'avant la deuxieme guerre mondiale, le total
des investissements anglais dans les colonies portugaises 6tait 6valu6
L plus de 25 millions de livres sterling.
La prostitution des. pays africains, qu'il domine, a 6t6 une pratique
courante de la politique colonial .du Portugal face aux interets im-
perialistes. C'est avec le seal appui de ces int6rets que le colonialisme
portugais a pu survive en Afrique.
En outre, des projects de loi autorisant la vente de la Guinde et du
Mozambique, des colonies indiennes de Macau et du Timor, pour un
milliard-deux-cent-cinquante millions ,d'escudos, furent depos6s a la
Chambre des D&put6s du Portugal (1883 et 1891), ce qui prouve les
app6tits des colonialistes portugais. Le due de Palmela, par-exemple,
avait offert la ville de La'urengo Marcues A 1'Angleterre, en change de
l'aide de celle-ci A la cause du lib6ralisme portugais. .
Le Portugal n'a 6t. que le garden, parfois envieux, des resources
humaines et materielles de nos pays au service de l'imperialisme
mondial. VoilA la veritable raison de la survivance du colonialism
portugais en Afrique.
Ainsi, plus que la presence de quelques autres puissances en Afri-
que, celle du Portugal fut et reste encore d6pendante de la presence
des autres puissances colonisatrices, principalement de l'Angleterre. Ce








n'est pas par hasard ou par symp'athie envers le Gouvernement por-
tugais que le Gouvernement britannique est en train d'aider le Por-
tugal dans la guerre d'extermination en Angola. C'est pour defendre
les interits des capitaux anglais.
La liquidation progressive des colonialismes britannique et fran-
cais et 1'isolement du gouvernement fasciste du Portugal dans le
context international sont des conditions favorables A la victoire de
notre lutte de liberation. Cependant, nous ne devons pas perdre de vue
que les forces imp6rialistes mondiales, en particulier des capitaux
directement interess6s aux richesses des colonies portugaises, sont le
soutien principal des colonialistes portugais.
En luttant contre les colonialistes portugais, nous luttons done centre
l'imperialisme. C'est une des principles raisons de la difficulty et de
la longueur possible de notre lutte.
Mais l'imp6rialisme est plong6 aujourd'hui dans les plus profondes
contradictions, il est agonisant. Les changements formels auxquels il
est oblige de proc6der, sont une preuve de la faiblesse actuelle et de
la decomposition de l'imperialisme.
Comme resultat des conditions mat6rielles de notre temps, renfor-
ches par la sup6riorit6 croissante des forces progressistes, l'imp6-
rialisme va 6tre totalement liquid. N6anmoins, soyons sars que cela
n'est pas possible sans lutte. Les peuples de la Guinee et du Cap Vert,
en luttant centre le colonialisme portugais, contribuent de fagon effi-
cace A abr6ger la liquidation total de l'imp6rialisme. Pour cette mis-
sion historique, nos peuples sont A c6te des autres peuples africains
et toutes les forces anti-imperialistes du monde.



3) LA REVOLUTION AFRICAINE. VICTOIRES
ET ECHECS. L'EVOLUTION DE L'AFRIQUE.

L'examen de l'histoire des, peuples africains d6montre que ceux-ci
n'ont jamais cesse de lutter jusqu'au bout de leurs forces, contre la
domination 6trangere. La lutte pour la liberty et contre la domination
ktrangere est un facteur concrete et permanent de la tradition histo-
rique des peuples du continent africain. Realisee sous diverse for-
mes, elle atteste l'inalienable vocation de ces peuples A determiner
eux-mnmes leur destin libres et ind6pendants des pressions 6tran-
geres. Le droit A l'autod6termination et a l'ind6pendance est sfrement
l'expression de la combativit6 traditionnelle et toujours manifesto
des peuples africains contre la domination 6trangere.









En reality, la domination, le pillage et l'exploitation des Africains
et de l'Afrique par les puissances colonialistes n'ont pu prendre de
grandes proportions que lorsque les pays imp6rialistes, sous la direc-
tion et l'inspiration des puissances europ6ennes, mirent en pratique,
la formation d'un front imperialiste mondial oontre les peuples afyi-
cains. La conference de Berlin, en 1885, fut une tape decisive de
l'assujettissement de 1'Afrique par l'imp6rialisme. Malgre la sup6rio-
rit6 technique des pays imp6rialistes, d'ailleurs basee sur le monopole
europeen des valeurs cr6ees par les civilisations millionaires de 1'A-
frique et de 1'Asie, la domination 6trangere n'a jamais 6t6 complete.
Les peuples africains n'ont jamais cesse de manifester leur haine
active A la domination 6trangere. Cela est 1'heureuse tradition des
peuples de 1'Afrique en face de la domination etrangere.
La lutte de liberation des peuples africains est done sur la voie de
cette tradition, de cette haine active envers la domination 6trangere,
laquelle a acquis de nouvelles formes a cette phase decisive de 1'6vo-
lution du monde.
11 suffit de regarder la carte politique de l'Afrique actuelle pour
reconnaitre que des grande victoires ont 6te d6ja remportees par les
peuples africains. Mais il suffit aussi d'avoir suivi avec attention les
6v6nements centraux de cette lutte pour reconnaitre que de nombreu-
ses et de grandes erreurs ont ete commises. L'ann6e 1960 l'ann6e de
1'Afrique est fertile d'exemples concernant et les victoires et les
6checs de la lutte de liberation des peuples africains.
Pendant cette ann6e, les pays africains ind6pendants ont enregistr6
des progres consid6rables en ce qui concern la consolidation de leur
ind6pendance; plusieurs pays ont acquis l'ind6pendance; les peuples
qui se trouvent encore sous la domination colonial classique renfor-
cerent leur lutte de liberation; encore une fois 1'h6roique people
alg6rien a fait marcher plus vite l'histoire; et sur, le plan internatio-
nal, un dynamisme politique non compl6tement d6pourvu de contra-
dictions, mais maintes fois fructueux, a about a quelques r6sultats
excellent.
Cependant 1960 ne perdra pas son attribute <,
si nous tenons compete aussi des echecs enregistres et des erreurs com-
mises. Au contraire, l'analyse concrete de ces echecs et erreurs de
leurs causes, nature et effets enforce le caractere africain de
l'ann6e 1960.
Plusieurs peuples ont vu leurs aspirations bafouees par une ind6pen-
dance nominale, et furent soumis A une nouvelle forme de colonia-
lisme. Le people de l'Afrique du Sud, ainsi que ceux de nos propres
pays, de 1'Angola, du Mozambique et des autres colonies portugaises,









restent soumis A la plus violent exploitation et A la plus barbare
repression colonial. Des luttes intestines marquerent l'existence de
quelques peuples africains et creent des obstacles A l'indispensable
unit national. La pratique de la solidarity afrioaine r6vela une cer-
taine hesitation et meme une improvisation que nos ennemis ont su ex-
ploiter en leur faveur. Et-peut-ftre le plus consequent, mais sfirement
le plus dramatique des 6checs et aussi des erreurs le cas du Congo
don't la synth6se tragique fut 1'assassinat de Patrice LUMUMBA.
Si les victoires doivent 6tre une raison de fiert6 et un stimulant
dans la march des peuples africains vers le progres, la conscience de
nos 6checs et de nos erreurs prise A travers une analyse lucide et une
critique just doit renforcer notre lutte, enrichir notre experience,
done rendre plus share la conqufte de nouvelles victoires.
En realit6, ces 6checs et erreurs nous ont appris beaucoup de choses
tres importantes. Aujourd'hui nous connaissons mieux et nos amis
et la nature, les forces et les formes d'action de nos ennemis, l'effi-
cacit6 ou l'inefficacit6 des moyens d'action auxquels nous pouvons
avoir recours. Non moins important que tout cela, nous connaissons
dor6navant notre propre nature. On peut dire que l'annee. 1960, plus
precis6ment, le cas du Congo, a rendu A 1'Africain ses dimensions
humaines.
Devant nos victoires ou devant nos 6checs, il ne faut pas oublier
qu'aucun de nos ennemis ne fut reellement et totalement vaincu et
chass6 de 1'Afrique. Les colonialistes-fascistes portugais massacrent
nos peuples, surtout en Angola, les racistes-fascistes de l'Afrique du
Sud renforcent chaque jour leur odieuse politique d'appartheid; les
colonialistes belges ont mis A houveau sur le sol du Congo le seul pied
qu'ils avaient ete forces de retire; les imp6rialistes et colonialistes
anglais redoublent d'imagination et de cynisme, cherchant A maintenir
leur domination total en Afrique orientale et leur domination 6cono-
mique dans les colonies de l'Ouest Africain; les imperialistes et les
colonialistes frangais tuent des populations sans defense en Alg6rie, font
exploser des bombes atomiques sur le sol africain, essayent de cr6er
une nouvelle absurdity A la fois geographique, historique et technique
- le Sahara < province franchise > et cherchent A renforcer leur
domination economique sur quelques-uns de nos peuples.; les imp6ria-
listes americains sortent de l'ombre et, 6tonnes devant la faiblesse de
leurs partenaires, cherchent, avec plus ou moins de souplesse, A les
remplacer partout.
Mais notre lutte est un fait concrete et rien ne saura arreter la march
des peuples africains vers le progress et le bonheur. C'est la march de
l'histoire.








Cependant, si nous voulons neutraliser Faction retardatrice menee
par nos ennemis et leurs laquais, nous devons renforcer les moyens
d'action et la vigilance de la revolution africaine. Essayons d'etre
pr6cis. Pour nous, revolution africaine veut dire: transformation de
la vie 6conomique actuelle des societes africaines dans le sens du
progres. Cette transformation exige comme condition prealable la
liquidation de la domination Coonomique etrangere don't toute autre
sorte de domination est d6pendante. Renforcer les moyens d'action
veut dire: d6velopper les moyens efficaces et en cr6er d'autres, sur
la base de la connaissance de la r6alit6 concrete de 1'Afrique et -de
chaque pays africain, et du contenu universal de l'extinction ou de la
liquidation de tous les facteurs contraires au progr&s ainsi que des
experiences acquises dans d'autres milieux et par d'autres peuples.
Vigilance veut dire: selection rigoureuse des amis, surveillance et
lutte permanent centre les ennemis (externes et internes), neutrali-
sation ou liquidation de tous les facteurs contraires au progres.
I1 ne faut pas oublier que la revolution africaine est au service de
la paix et du progres de l'humanit6 toute entire. Si les peuples afri-
cains arrivent A prendre dans leurs mains, A exploiter, a -dvelopper
rationnellement toutes les richesses materielles et humaines de leurs
pays, ce sera une contribution decisive A la paix mondiale, la dispari-
tion total de l'imp6rialisme. Et aussi une contribution efficace au
progres de l'humanit6, parce que nous aussi nous faisons parties de
l'humanit6 et parce que la liquidation de l'imperialisme en Afrique,
tout en 6tant une condition de security pour les peuples 6pris de
paix, facilitera 1'emancipation social et politique de large masses
populaires des pays imp6rialistes et colonialistes.
Notre tAche n'est pas facile. Nous devons affronter et surmonter
beaucoup de difficulties, soit d6riv6es des contradictions de notre vie
et de notre developpement, soit cr6ees ou imposees par les ennemis
du progres de nos peuples. A ce moment, une difficulty primaire -
celle de la conquite de 1'autonomie politique est d6jA depass6e,
malgre la permanence de quelques zones de colonialisme classique,
lequel a partout les jours comptes. Il nous semble qu'A present les plus
grandes difficulties concernent la conquete de l'ind6pendance 6cono-
mique, la consolidation de 1'independance national, la lutte centre
le neo-colonialisme.
La vitesse et la multiplicity des aspects pris par la revolution afri-
caine et aussi les manoeuvres et les machinations ourdies par nos
ennemis sont A la base de ces difficulties. Dans plusieurs pays, la lutte
de lib&rati.on n'a pas pu atteindre un caractere revolutionnaire. Le
bilan positif de l'ann6e 1960 ne peut pas faire oublier la r6alite d'une
crise de la revolution africaine.








, Quelle est la nature de cette cruise? Il nous semble que loin .d'itre
une crise de croissance, elle est principalement une crise de connais-
sance. Dans plusieurs cas, la pratique de la lutte de liberation et les
perspectives de I'avenir sont non seulement d6pourvues d'une base
theorique mais aussi plus ou moins d&gag6es de la r6alite
concrete du milieu. Les experiences locales ainsi que celles d'autres
milieux, concernant la conquite de I'ind6pendance national, l'unit6
national et les bases pour la construction du progres, furent ou sont
oubli6es.
Les conditions historiques de nos jours sont tres favorables A la
march victorieuse de la revolution africaine. Pour agir en accord avec
oes conditions' favorables, que les Africains aussi ont cr66es, il nous
semble que parmi les n6cessites A satisfaire, les trois suivantes sont
tres importantes:
a) connaissance concrete de la r6alit6 de chaque pays et de 1'Afri-'
que ainsi que des experiences concernant d'autres peuples.
b) elaboration, sur des bases scientifiques, des principles qui doivent
orienter la march de nos peuples vers le progrBs lutte de liberation
et ind6pendance 6conomique.
c) definition des measures pratiques A adopter en chaque cas parti-
culier.-
A present notre problem fundamental consiste A r6soudre la
contradiction principal de notre vie, la contradiction entire les in-
t6rits de nos peuples et les int6erts des colonialists portugais. Cela
veut dire que tant sur le plan national que sur le plan africain, notre
probleme est celui de la liquidation urgente et total de la domination
portugaise en Guin6e et au Cap Vert. C'est pour r6soudre ce problem
que nous menons une lutte A la vie et A la mort engage dans des
conditions particuli6rement difficiles, 6tant donn6e la nature du co-
lonialisme portugais.
Nous sommes fermementdetermin6s Anous lib6rerdujoug colonialiste
et imp6rialiste m6me dans le cas ofi nous n'aurions aucune aide. Mais
nous sommes conscients du fait que notre combat est celui de tous les
peuples soumis A la .domination 6trang6re, quelle que soit la forme de
cette domination. Etant donn6es les conditions particulierement diffi-
ciles de notre lutte, nous comptons en particulier sur 1'appui et l'aide
concrete des peuples africains, sp6cialement de nos pays voisins.
La lutte pour l'ind6pendance national 6tant notre souci principal,
nous ne pouvons pas oublier que l'ind6pendance n'est qu'un des
moyens n6oessaires A la construction Au progr6s de nos peuples. Nous
devons, A travers la lutte de liberation, envisager le problMme de








1'avenir de nos peuples, de son evolution economique, social et cul-
turelle sur la voie du progres. Cette evolution et cet avenir doivent
etre envisages dans le context africain, car la Guin6e et le Cap Vert
sont des parties integrantes de l'Afrique et nous sommes .des peuples
africains.
Nous sommes convaincus que les conqu'.tes de l'homme dans le
domaine de la science et de la technique ainsi que de 1'histoire, de
l'6conomie, de la sociologie et des relations entire les peuples per-
mettent de disposer des moyens de pensee et d'action efficaces pour
developper les resources naturelles et humaines de n'importe quel
pays et construire la paix, le bien-8tre et le progres pour tous. De
grades masses populaires exploit6es et soumises, combine les peuples
de la Guinee et du Cap Vert, A la misere, A l'ignorance et A la peur,
ont reconquis leur dignity humane et ont cr6e les bases necessaires
au progres economique, social et cultural. La morale de notre temps -
internationale, politique et social a condamn6 d6finitivement la do-
mination 6trangere quelle que soit sa forme, et a reconnu a tous les
peuples le droit de decider eux-m&mes de leur destin. La n6cessit6 et
la fatality de la complete liquidation de l'exploitation de l'homme par
l'homme sont chaque jour plus 6videntes. Tandis que l'indomptable
vent du nationalism balaie les continents, en particulier 1'Afrique, et
cr6e de nouvelles nations, la collaboration et meme association entire
les nations se r6velent jour A jour comme une condition favorable,
sinon essentielle A la s6curit6 et A un plus rapide progres des peuples.
Sur la base de cette r6alite objective et des principles de son evolu-
tion, nous voulons bAtir un avenir digne, de travail, de construction,
de justice et de progres; nous voulons une evolution rapide, condition-
nee par les r6aliTs concretes de nos pays, de l'Afrique et du monde.
Par rapport A 1'Afrique, nous sommes pour la collaboration frater-
nelle entire les peuples africains, centre les nationalismes 6troits qui
ne servent pas les vrais interfts du people. A notre avis, la souverai-
nete national doit 8tre definie en function des facteurs determines du
progres reel de chaque people, de la victoire sur le sous-daveloppe-
ment economique, de la possibility de cr6er des moyens materiels et
humans indispensable A la construction pacifique du bien-etre et du
bonheur pour tous.
Une analyse concrete de la r6alit6 africaine, des particularit6s
geographiques, historiques et meme ethniques qui caracterisent
l'Afrique, permet d'admettre que de nouvelles formes d'existences
economiques, politiques et sociales sont en d6veloppement sur le con-
tinent. A travers les contradictions et meme des conflicts, ces nouvel-
les formes, encore en embryon, se d6finiront progressivement dans leur









structure et peut-etre dans leur originality. La vitesse de ce d6velop-
pement et du success de la structuration definitive des-nouvelles so-
ci6tes africaines depend principalement de l'6tude concrete des
facteurs en cause, de la measure oiu cette 6tude sera fondue sur des
bases scientifiques, de la capacity de savoir allier, ,dans la transforma-
tion de chaque facteur principal et de Pensemble, la theorie a la pra-
tique et celle-ci A celle-18. I1 ne faut pas oublier que quelles que soient
les particularit6s du cas africain, et la possible originality des' societes
africaines, les lois de leur d6veloppement sont les memes que celles de
toutes les autres societes humaines.
Nous sommes pour l'unit6 africaine, A l1'chelon regional ou con-
tinental, en tant que moyen n6cessaire A la construction du progres
des peuples africains, A garantir leur security et la continuity de ce
progres. Nous sommes convaincus que le probl&me de l'unit6 afri-
caine doit 8tre envisage avec le meilleur sens des r6alit6s et qu'elle ne
se r6alisera pas du jour au lendemain, mais par tapes. La liquida-
tion total du colonialisme et de ses sequelles, la conquate au prealable
de 1'independance national de chaque pays ou colonie, la transforma-
tion des structures 6conomiques et sociales et le rapprochement des
nouvelles structures cr66es dans les diff6rents pays devront, A notre
avis, constituer la base fondamentale de la realisation de lPunit6 afri-
caine. Nous ne devons pas oublier que la caract6ristique essentielle de
l'histoire de nos jours, la situation concrete de l'Afrique et l'exp6rience
d6jA vecue par l'6volution africaine exigent, au-delI de la liquidation
total et definitive du colonialisme, la construction du progress du
people. Nous sommes convaincus que si ce progres ne peut pas se
concretiser sans la liquidation total du colonialisme et de ses sequel-
les, sans une independence r6elle, il n'est pas inoins vrai que les peu-
ples africains ne sauraient comprendre cette ind6pendance s'ils de-
vaient continue a mener une vie miserable et pleine de souffrances.
Nous ne parlons qu'au nom du people de la Guinee < Portugaise > et
des lies du Cap Vert, car nous sommes siurs que nos peuples veulent
en finir rapidement arec l'exploitation, la misere, l'ignorance et la
peur. C'est pour cela qu'ils luttent contre le colonialisme.
L'union des forces mat6rielles et humaines des pays africains cre-
era des conditions favorables A la construction du progres, a condition
que les peuples soient maitres de leur destin. C'est avec amertume
que nous constatons les divisions, lesquerelles etles m6sententes exis-
tantes entire pays africains. Nous souhaitons vivement que les diri-
geants africains, sur la base des interets fondamentaux de l'Afrique,
arrivent A harmoniser leurs points de vue, en finissent avec les que-
relles qui les separent, s'unissent fermement centre tous les ennemis








des peuples africains. Nous saluons done avec enthousiasme toutes les
tentatives ou r6alisations concernant le rapprochement et la collabora-
tion fraternelle entire les pays africains.
La situation geographique de nos pays, la condition colonial qui
nous est impose et de laquelle nous allons sortir, l'histoire et meme
I'ethnie d'une parties de nos-populations donnent un caractere parti-
culier A nos relations actuelles et futures avec les peuples freres, nos
voisins. Le droit sacr6 de nos peuples A l'autod6termination et A 1'inde-
pendance nous oblige A contribuer de notre mieux A la consolidation
de l'independance et A la construction pacifique du progres de la region
africaine A laquelle nous appartenons. Nous voulons 6tre .un trait
d'union entire nos freres, car si le passe a spare les peuples africains,
le present et l'avenir doivent les unir. Nous sommes determines A
travailler pour cette union!
Par rapport aux conflicts internationaux, auxquels nous devons etre
attentifs, nous sommes convaincus que notre lutte de liberation re-
presente une prise de position. La definition d'une politique sur le
plan international sera de ]a competence des Gouvernements de
nos pays. Cependant, comme combatants centre le colonialisme et
l'imp6rialisme, nous sommes fermement et n6cessairement a c6t6 de
toutes les forces anti-imp&rialistes etanti-colonialistes quels que soient
leurs pays. A l'etape pr6sente de notre lutte, tous ceux qui sont contre
les colonialistes portugais, pour le droit de nos peuples A l'autod6ter-
mination et A l'ind6pendance, sont nos amis et nos allies. Tous ceux
qui, d'une facon ouverte ou voilee, accordent leur appui aux colonia-
listes'portugais, centre le droit sacred de nos peuples A l'autodktermi-
nation et a l'ind6pendance, sont nos ennemis et allies de notre ennemi
principal.
Tant sur le plan national que surr le plan international, notre enne-
mi est un seul: les colonialistes et les forces qui les appuient. Notre
objectif n'est qu'un seul: liquider totalement la domination 6trangere
dans nos pays.
C'est autour de cet objectif sacr6 que nous devons reunir toutes les
forces, concentrer tous les appuis et toutes les aides pour abr6ger la
liberation de nos peuples de l'odieux joug colonialiste.








4) NOTRE ENNEMI ISOLEMENT ET
CONTRADICTIONS. LA LUTTE DU PEOPLE DE
L'ANGOLA ET DES AUTRES COLONIES.

Nos peuples, qui font la distinction entire le Gouvernement colonial
fasciste et le people du Portugal, ne luttent ni ne veulent lutter contre
le people portugais. Nous luttons et lutterons jusqu'A la victoire finale
centre les colonialistes portugais.
Cependant, la situation objective des grandes masses populaires du
Portugal, opprim6s et exploites par les classes dirigeantes de leur
pays, doit leur faire comprendre les grands avantages qui, pour elles,
decouleront de la victoire des peuples africains sur le colonialisme
portugais.
Aux classes cultiv6es du Portugal et specialement aux democrats
progressistes, income la mission d'aider le people portugais & d6truire
les vestiges virulents de l'ideologie esclavagiste et colonialiste, lesquels
d6terminent, d'une maniere g6nerale, son comportementn6gatif de-
vant les justes luttes des peuples africains. Cependant, ces classes
cultiv6es devraient, pour cela, vaincre aussi leur mentality colonia-
liste, faite de pr6jug6s et de dedain sans fondement a l' gard de la
valeur et .de la capacity des peuples africains.
Les d6mocrates portugais seront effectivement dans l'impossibilit6
de comprendre les justes revendications de nos peuples tant qu'ils
ne seront pas convaincus quelathese << d'immaturit6 pour l'autoddter-
mination est fausse, et tant qu'ils ne se convaincront pas que l'op-
pression n'est pas et ne sera jamais une cole de vertus et d'aptitudes
pour n'importe quel people.
Il faut reaffirmer clairement que, tout en 6tant contre n'importe
quel fascisme, nos peuples ne luttent pas contre le fascisme portugais:
nous luttons contre le colonialisme portugais. La destruction du fascis-
me au Portugal devra 6tre une oeuvre du people portugais: la destruc-
tion du colonialisme portugais doit etre une oeuvre de nos propres
peuples.
Nous sommes conscients des relations intimes entire le colonialisme
et le fascisme portugais. Les colonialistes et l'exploitation colonial
sont sfrement A la base du fascisme portugais et de son enforcement.
Si la chute du fascisme au Portugal peut ne pas conduire A la
fin du colonialisme portugais- cette hypoth6se 6tant d'ailleurs annon-
c6e par quelques-uns des leaders de l'opposition portugaise nous
sommes strs que la liquidation du .colonialisme portugais entrainera
la destruction du fascisme au Portugal. A travers notre lutte de lib6-








ration, nous contribuons efficacement a la chute du fascisme portugais
et donnons au people du Portugal la meilleure preuve de notre soli-
darite. Ce facteur est un motif de fiert6 pour nos peuples qui atten-
dent du people portugais la meme solidarity par le enforcement de
la lutte centre le fascisme.
Si l'opposition portugaise 6tait capable de r6aliser sa propre unite,
d'accepter ouvertement le principle de l'autod6termination' et de
l'ind6pendance pour nos peuples (comme l'ont deja fait quelques-unes
de ses fractions) et de guider le people portugais dans une action
directed centre le fascisme, nous serions prets a envisager une allian-
ce de nos forces et des forces democratiques et progressistes portu-
gaises pour la liquidation simultan6e du colonialisme et du fascisme
portugais.
Dans la lutte centre les mimes forces enemies, les bases d'une
amitie et d'une collaboration future seraient lancees au service des
int6rets de nos peuples et du people portugais.
Cependant, le pouvoir au Portugal reste aux mains des colonialistes-
fascistes.
Nos peuples ont nourri pendant longtemps l'espoir d'une solution
par la vote pacifique du conflict qui les oppose au Gouvernement por-
tugais. Mais au lieu de se d6cider a-prendre une attitude courageuse
et accomplir ses obligations envers nos peuples, le Gouvernement
portugais a recours a tous les moyens a sa port6e pour ren-
forcer et essayer de maintenir la domination sur nos peuples. Par
ailleurs, avec le d6clenchement de la guerre colonial et d'extermina-
tion en Angola, ofi le people africain est en train de lutter h6roiquement
pour la dignity et l'ind6pendance, le Gouvernement portugais a porter
le coup final aux espoirs de ceux qui attendaient une liquidation paci-
fique de son syst&me colonial. Nos peuples sont aujourd'hui ferme-
ment convaincus que les colonialistes portugais ne seront chassis de
1'Afrique que par la force.
En ce qui concern I'O. N. U., et malgr6 les resolutions favorables
que la solidarity des peuples africains et asiatiques et des forces pro-
gressistes du monde ont fait adopter par rapport a notre lutte, elle
s'est av6r6e incapable de r6soudre les litiges entire les peuples colo-
nis6s et les puissances colonialistes.
L'hypothese d'un changement de la position ou d'un pourrissement
du colonialisme portugais n'est qu'un r&ve opportuniste ou le r6sul-
tat d'une analyse erronee de la nature et de l'histoire de la colonisation
portugaise en Afrique. Il ne reste, donc, a nos peuples, comme A ceux
des autres colonies portugaises, qu'une voie pour leur liberation: se








preparerr le mieux possible A d6truire dans leurs propres pays les
forces principles des colonialistes portugais.
Nos peuples ont form avec ceux des autres colonies portugaises
un front uni de lutte centre le colonialisme portugais. La conference
des Organisations Nationalistes des colonies portugaises (Casablanca,
18-21 avril 1961) et la creation d'un organisme permanent de coordi-
nation de notre lutte commune furent la plus recent manifestation
de cette unite. Seul le d6sespoir, l'ignorance concernant les facteurs
historiques essentiels et une interpretation erron6e de la valeur de
l'homme, ayant comme fond le sous-d6veloppement 6conomique et la
supr6matie de l'argent sur l'esprit, pourraient expliquer l'attitude
anachronique, nous dirions la folie, du Gouvernement portugais.
Ce Gouvernement est n6anmoins conscient d'une r6alite: aucune
force ne saura emp&cher la liquidation total du colonialisme portu-
gais. A partir du moment ofi nos peuples et ceux des autres colonies
portugaises se sont engages dans la lutte de liberation, le colonia-
lisme portugais s'est trouv6 condamn6 A disparaitre, comme tous les
autres colonialismes. Certes, l'attitude negative du Gouvernement por-
tugais cause et causera de graves pertes A nos peuples, mais elle com-
promettra de facon catastrophique l'avenir du Portugal comme na-
tion. La dialectique de la repression et de la guerre colonial a
prouv6 que, de nos jours, aucun agresseur colonialiste ne sortira vain-
queur contre les peuples d6cid6s a conqu6rir leur liberty.
Le Gouvernement portugais, ne voyant d'autre solution que la
guerre d'extermination en Angola, peut etre str que l'h6roique people
angolais liquidera complement le colonialisme portugais sur le sol
de sa patrie. Qu'il soit aussi sir que si un changement imm6diat de sa
position ne s'opere pas par rapport a la lutte du people angolais, nos
peuples ne pourront pas ne pas se d6fendre activement de la r6pres-
sion colonial et, A travers une action directed, engager la lutte de liqui-
dation des forces colonialistes portugaises, comme cela se produit en
Angola.
Face A cette perspective, nous renouvelons notre appel au people
portugais, A l'opposition portugaise et aux colons portugais eux-memes
pour qu'ils se d6cident A mener une action concrete et immediate pour
arreter la guerre colonial en Angola et empecher A temps le d6clen-
chement d'une nouvelle guerre colonial en Guinee et au Cap Vert.
Nous renouvelons aussi notre appel A tous les peuples epris de paix
et de liberty ainsi qu'aux Gouvernements occidentaux, en particulier
A ceux des pays de 1'O T. A. N;, pour qu'ils cessent tout leur appui au
colonialisme portugais et prennent des measures concretes, sur les
plans 6conomique, diplomatique et meme militaire pour en finir








avec la guerre colonial en Angola et empicher de nouvelles guerres
coloniales dans les autres pays africains dominos par le Portugal.
Conscients du fait que la liberation de nos pays depend principale-
ment de l'action de nos propres peoples, de leur unit, de leur capacity
d'organisation et de leur preparation A la lutte, nous sommes ferme-
ment determines A vaincre toutes les difficulties, A developper notre
combat, sur des bases rationnelles et, quels que soient les moyens
necessaires, A liquider dans nos pays l'odieuse domination colonial
portugaise.



5) LA SITUATION DE NOS PAYS. LE DEVELOPPEMENT
DE LA LUTTE.

Sur la base de notre droit l6gitime A l'insurrection contre la -domi-
nation 6trangere, nos peuples ont d6clenche la. lutte politique de
liberation, laquelle prendra les formes exig6es par son d6veloppe-
ment.
Notre lutte s'integre A la tradition de resistatrce patriotique des
peuples de la Guinee et du Cap Vert.
La resistance du people de la Guinee, vaincue par la force des
armes, n'a jamais cess6 de se manifester: des revoltes, resistances
passives, migrations en masse vers les territoires voisins et, tel le
cas de nos freres Bissagos de Canhabaque, le refus total de payer l'im-
p8t de souverainet6 portugaise. Notre people a remport6 de grades
victoires contre la sup6riorit6 technique des armes portugaises. Notre
people s'est battu courageusement jusqu'au bout de ses forces contre
les troupes colonialistes.
Aux Iles du Cap Vert, d'innombrables revoltes ont signal, depuis
la p6riode de l'esclavage, la haine du people A 1'egard de la domina-
tion portugaise. Principalement A S. Tiago, S. Antio et S. Vioente, par
des manifestations, des graves et des revoltes, le people s'est soulev6
plusieurs fois contre les maitre de la terre et contre la domination
etrangere.
Notre lutte n'est que la continuation de celle menee par nos peuples
contre les colonialistes portugais.
En Guinee et aux Iles du Cap Vert, la situation s'aggrave de facon
acc6l6r6e du fait de 1'aggravation meme de l'oppression portugaise, et
comme consequence du d6veloppement'de notre lutte de liberation.









En Guin6e, apres le massacre du quai de Pidjiguiti (Bissao, 3
aoft 1959) au course duquel les militaires .et les civils portugais ont
abattu des dizaines de travailleurs guin6ens en gr&ve, une vague de
Srepression et de terreur, planifiee et commandee par la PIDE (Police
politique) rendit encore plus dures la vie et la lutte du people de la
Guinee. En meme temps, 1'Administration colonial a r6ussi A cr6er,
par l'augmentation de 1'exportation du riz et aux d6pens d'une grande
parties du people guineen, une nouvelle arme d'oppression: la fa-
mine. Non content de ces measures, don't le but evident est celui
d'essayer de briser la ferme determination du people guineen de se
lib6rer de la domination colonial, le Gouvernement portugais se
prepare fi6vreusement A noyer dans le sang toute tentative d'insurrec-
tion de la part de ce people.
Tout recemment, outre la repression policiere et arm6e, 1'Admini-
stration colonial utilise des tactiques non violentes dons, subor-
nation, visits des << chefs traditionnels > au Portugal, octroi de
bourses d'6tudes, emission radiophonique special pour les < indi-
genes ) creation des dissidences et des querelles entire les diff6rents
groups ethniques- dans le but de conqu6rir une parties de la popu-
lation et de < diviser pour regner >.
D6concertie devant la ferme determination du people guin6en de
liquider la domination portugaise, 1'Administration colonial, apres
l'cchec de quelques < meetings > de sondage concernant la presence
portugaise, se prepare A 6liminer quelques unes des chefferies tradi-
tionnelles. Elle pretend exercer une action directed et un meilleur con-
tr6le des masses populaires ainsi que garantir la soumission de celles-
ci par l'octroi d'une autorit6 sp&ciale A certain traitres africains.
Pour garantir l'appui de certaines puissances, le Gouvernement
portugais accord des grandes facilities aux capitaux non portugais
pour 1'exploitation colonial des richesses naturelles (p6trole, bauxite
etc ...) et des valeurs humaines de la Guinee. En outre, le Gouverne-
ment portugais souhaite l'installation de bases militaires de 1'OTAN
en Guinee et aux lies du Cap Vert, tout en envisageant la possibility
de renforcer les moyens de repression centre nos peuples.
Le Gouvernement portugais est encore en train d'l6aborer un plan
pour 1'envoi urgent des milliers de families des colons portugais en
Guinee, puisqu'il estime que l'augmentation de la population europe-
enne pourra freiner le d6veloppement de notre lutte de liberation.
Aux lies du Cap Vert, outre les measures de repression adoptees par
1'Administration coloniale-et par la PIDE, le Gouvernement portugais
a encore une fois laiss6 mourir de faim, en 1958-1959, environ 10.000
personnel. La population capverdienne qui, seulement dans une pe-








riode de six ans (1942 a 1947) avait souffert une diminution de 30.000
a 40.000 personnel decimoes par la famine, reste A la merci des
crises agricoles et est soumise -A l'exportation des milliers de ses
enfants comme travailleurs contracts pour les plantations portugaises
des autres colonies.
Le ch6mage a atteint des limits catastrophiques, principalement A
S. Vicente, oi des centaines d'ouvriers ont 6et licenci6s des com-
pagnies anglaises.
Les paysans, qui constituent la majority de la population, et sa tota-
lit6 dans les lies agricoles (S. Tiago, S. Antio, S. Nicolau, Fogo) vivent
A la merci des pluies, tandis que le < plan de developpement 6oono-
mique > n'est qu'une mystification, une source d'enrichissement des
autorites coloniales.
Des conditions favorable A l'economie du pays, comme le grand
port de S. Vicente, l'aeroport de St. Maria, la richesse des mers ne
sont pas mises A profit ou le sont tris mal et jamais au b6enfice des
populations locales.
L'6migration massive et clandestine vers le Senegal est une preuve
ividente de la situation d6seper6e dans laquelle le people du
Cap Vert est oblige de vivre. Cette situation, telle qu'en Guin6e, est
devenue tres difficilement supportable devant la repression policiere
declenchee par les colonialistes portugais pour arriter notre lutte de
liberation.
En Guinee, la production agricole la .seule base de 1'economie
d'ailleurs supportee par la monoculture de l'arachide enregistre des
baisses progressives.
Des milliers de paysans abandonnent leurs foyers et cherchent dans
les pays voisins la'paix et les moyens indispensables A leur entretien.
C'est ainsi que des milliers de Balantes rentrent en Republique de
Guinee, tandis que les cultivateurs de l'arachide s'installent dans la
Republique du Senegal.
Dans les zones urbaines, oi la repression est plus grande, les oeuvres
de 1'Etat et des entreprises privees ont 6t6 suspendues. Des centaines
d'ouvriers ont 6t6 licencies sans justification.
Bien des entreprises, surtout en brousse, ont abandonn6 leurs activi-
tes, soit 6trangl6es par le monopole de la CUF, qui est le vrai maitre
de la Guinee, soit poussies par la peur des consequences de notre lutte
de liberation face A la repression portugaise.
La situation politique est done chaque jour plus tendue. La Guinde
vit aujourd'hui dans un veritable 6tat de siege, tous les colons 6tant









arms et les populations natives soumises A des provocations fr6quen-
tes de la part des militaires et -de la police colonial.
Pour faire face A la maree montante de notre lutte de liberation, les
colonialists portugais renforcent sans cesse l'arm6e qui compete
aujourd'hui environ 9.000 hommes, le nombre des Europ6ens 6tant de
1'ordre des 3.500 soldats et officers. Presque toutes les semaines, des
bateaux arrivent en Guin6e pour d6barquer des soldats et du mat6-
riel de guerre.
Environ 350 patriots africains se trouvent d6tenus dans les prisons
de la PIDE en Guinee, plusieurs centaines d'Africains sont deportes
au camp de concentration de 1'Ile des Galinhas. A Bissao, on dit
souvent que les P.T.T. cesseront bient6t de fonctionner, car une
grande parties des employs se trouvent emprisonn6s ou ont pris la
fuite vers les pays voisins. On dit aussi que la Banque Nationale d'
Outre-mer cessera bient6t de fonctionner, 6tant donn6e la crise 6cono-
mique qui n'a ni ne peut avoir de solution.
Au Cap Vert, oif la misere, surtout dans les lies moins favoris6es
par le climate, a atteint les limits du d6sespoir, plus d'une centaine de
jeunes ont 6t6 arrites A Mindld6 et A Praia et d6port6s au camp
de concentration du Tarrafal. Des measures de s6curit6 r6pressives
furent arretees contre quelques intellectuals jouissant d'une grande
popularity.
Comme r6sultat concrete du travail revolutionnaire des patriots
africains, la conscience des masses populaires augmente sans cesse,
et celles-ci s'engagent dans la lutte de liberation et ne reclament que
des moyens efficaces pour liquider les forces colonialistes.
Les peuples de la Guin6e et des lies du Cap Vert sont unis autour
de l'objectif commun A toutes les couches sociales de nos pays: la
liquidation de la domination portugaise. Malgr6 les tentatives de di-
vision de notre people, malgr6 les contradictions que les colonialistes
ont creees et'ont entretenues parmi les < civilis6s > et les < indigenes ,
tous les Africains sont unis autour de l'id6al common de la
liberation national.
Mais notre lutte a remport6 une victoire de plus grande envergure
avec l'unit6 entire les patriots guineens et les patriots capverdiens
r6sidant en Guinee, au sein du PAIGC et du Front que celui-ci a cr66.
Les colonialistes portugais, qui ont toujours essay de separer les
Guineens des Capverdiens, sont devenus desorientes devant l'union
solide de tous les Africains, a l'int6rieur de la Guinee. Aujourd'hui,
les prisons sont pleines de Guin6ens et de Capverdiens, et la lutte de
liquidation du colonialisme portugais a renforc6 les liens historiques
et de sang qui unissent les deux peuples.








Il n'existe pas, au sein du people de GuinBe, au sein du people
du Cap Vert ou entire le people de Guinee et celui du Cap Vert,
des contradictions qui puissent empicher ou freiner l'indispensable
unite pour la liquidation de 1'ennemi commun. Par centre, la situation
d'exploitation et de violence A laquelle toutes les couches sociales
sent soumises, la misere, l'ignorance et la peur qui caracterisent la
situation des deux peuples, la determination de reconquerir la dig-
nit6 et la liberty et d'expulser le mime ennemi, sont des raisons
solides pour consolider la meilleure unite des Guin6ens, des Capver-
diens et entire les Guineens et les Capverdiens.
Quelque attitude contraire A l'unite de nos peuples et entire nos
peuples ne pourra avoir de fondement que sur la base des pr6juges
raciaux et tribales, qui ne servent que l'opportunisme politique,
1'ambition personnelle ou le colonialisme portugais, centre les int6rets
de nos peuples.
Nous sommes et devons continue A etre unis, car l'unit6 est la force
principale de nos peoples. Tous ceux qui souhaitent vraiment liquider
-la domination portugaise, ne pourront 6tre que fortement unis centre
l'ennemi de nos peuples. Nous devons laisser A ceux-ci la competence
de decider demain, apres 1'ind6pendance national, de leur propre
destin. Aujourd'hui, nous renforgons notre unite et luttons courageuse-
ment pour liberer nos pays du joug colonial.
Dans les conditions particulierement difficiles ou nous luttons, il
serait bien difficile de realiser plus que ce qui a ete fait a l'int6rieur de
nos pays. Au course des deux dernieres ann6es, mais surtout depuis
1960, le d6veloppement de la lutte, en particulier en Guine, s'est
oper6 de fagon accel6ree. L'attitude des autorites coloniales portu-
gaises elles-mimes d6montre ce progres de nos peuples, dans la voie
de la liberation national.
A l'ext6rieur, les movements de liberation cr66s par des 6migres'
et les originaires de la Guinie et du Cap Vert, apres avoir traverse
plusieurs difficulties, entrent maintenant dans une phase de grande
activity au service de la lutte et en collaboration avec 1'organisation
de l'interieur, le P. A. I. G. C.
Le enforcement de cette collaboration, la creation d'un front uni
pour la lutte objectif central de cette conference- representera un
grand pas en avant dans cette phase pr6paratrice pour la liquidation
du colonialisme portugais dans nos pays.
Le rapport de chaque organisation ici pr6sente indiquera certaine-
ment la measure du travail r6alis6 et d6finira les perspectives de son
action face au developpement de ia phase finale de notre lutte. Evi-








demment, ces bilans du travail r6alise et des perspectives de notre
lutte seront fortement limits par les conditions de clandestinit6 ofi se
d6roile encore notre action A l'interieur de nos pays.



6) PERSPECTIVES DE NOTRE LUTTE.

Quelles que soient les forces de notre ennemi, nos peuples liqui-
deront completement le colonialism portugais. Nous sommes con-
scients que nous devrons tres probablement affronter une lutte diffi-
cile et vraisemblablement longue, mais nous sommes d6cid6s A l'affron-
ter et A en sortir victorieux.
Notre victoire centre le colonialism portugais, le d6lai necessaire
A son obtention dependent principalement de nous-memes, de l'effort'
et du d6vouement don't nous ferons preuve, de l'attention accord6e A
1'6tude s6rieuse et concrete des probl&mes fondamentaux, du niveau
de perfection de notre organisation et de notre travail ainsi que de
la preparation que nous serons capable d'accorder A nos militants.
Nous devons 6tre conscients des forces en presence, baser notre travail
i~volutionnaire sur les masses populaires, les mobiliser et les orga-
niser le mieux possible et r6aliser les moyens materiels indispensa-
bles au d6veloppement efficace de notre lutte.
Nianmoins, il est certain que si notre action arrive A avoir 1'appui
permanent et 1'aide concrete de ceux qui, come nous, sont int6r-
esses A la liquidation total du colonialisme en Afrique, cet appui et
cette aide pourraient contribuer efficacement A diminuer les pertes
in6vitables, rendre plus rapide la liberation de nos peuples et cr6er des
conditions plus favorables A la consolidation de notre ind6pendance.
Il est evident qu'en ce qui concern cette aide et cet appui, les pays
voisins pourront jouer un r6le important et d6cisif si leurs dirigeants
le veulent. Nous sommes sirs de la solidarity de tous les peuples
africains envers notre lutte.
Nous, les patriots africains de la Guinee et des lies du Cap Vert,
repr6sentants legitimes des aspirations les plus justes et les plus pro-
fondes de nos peuples exploits depuis des siecles par les colonialistes
portugais, d6clarons A la face du monde que nous sommes fermement
d6termin6s A lutter jusqu'd la victoire finale, jusqu'A la liberation
total de nos peuples du joug colonial, quels que soient les sacrifices et
les difficulties que nous aurons A affronter dans cette lutte.
Nous sommes conscients du fait que notre lutte de liberation na-
tionale ne sert pas seulement nos peuples: elle sert 6galement les








int6rets fondamentaux de tous les peuples africains, le progres de
tous les peuples du monde et est au service de la paix mondiale et du
bonheur de tous les 6tres humans.
Nous accomplissons et accomplirons jusqu'A la fin notre devoir. Nous
esperons que nos compagnons de lutte tous les ennemis sinceres
de 1'imperialisme et du colonialism fassent de meme, et nous som-
mes sfirs qu'ils le front.

VIVE LA LUTTE DE LIBERATION DE TOUS LES
PEUPLES OPPRIMES!
VIVE LA LUTTE DE LIBERATION DES PEUPLES
DE LA GUINEE ET DU CAP VERT!

VIVE LA PAIX, L'AMITIE ET LA COLLABORATION
FRATERNELLE ENTIRE TOUS LES PEUPLES!
A BAS L'IMPERIALISME ET LE COLONIALISM!















Discours du P.A.I.G.C. a la Conference des Organisations
Nationalistes de G. P. et des Iles du Cap Vert

Monsieur le President,
Chers compagnons de lutte,
'Mesdames et Messieurs,
Au nom de notre people et de notre Parti, nous avons 1'honneur de
saluer le people du Sne6gal qui nous regoit fraternellement & Dakar,
oh nous venons r6aliser un travail important de ,dveloppement de
notre lutte de liberation. A travers les repr6sentants des autres pays
ici presents, nous salons les peuples respectifs et souhaitons la bien-
venue a notre Conference.
Au nom de notre Parti, nous saluons en particulier nos freres resi-
dant au S6n6gal, tous ceux qui, a travers de grandes difficulties, ont
su maintenir bien vif l'amour A notre pays, l'espoir et la certitude que
notre people est capable de se lib6rer de l'odieuse domination colo-
niale portugaise. Nous ne pouvons pas ne pas nous r6f6rer, en particu-
lier, A tous ceux qui, A travers les incompr6hensions et l'action destruc-
trice des agents des colonialistes, ont su resister et ont toujours consi-
der6 que notre unite, l'unite de tous les Guineens et l'unit6 de tous les
Guineens et Capverdiens, est notre force principal, une condition in-
dispensable a la rapide liquidation du colonialisme portugais. Leur
fermet6 a Wt6 pour nous un stimulant et un encouragement dans la
dure lutte que notre Parti mene A l'int6rieur de nos pays.'
Aux compatriotes qui, pour une raison quelconque, ont dout6, pen-
dant longtemps, de 1'existence de notre Parti et 1'ont meme ni6, nous
voulons manifester notre meilleure comprehension et notre fraternity
inalienable. Nous voulons leur dire que nous-memes, A l'int6rieur de
notre pays et devant les 6normes difficulties que nous devions
vaincre, nous sommes arrives A douter de notre capacity, de la possi-
bilit6 de mobiliser et d'organiser notre people pour la lutte de libera-
tion national.
Quand, en 1956, apres plusieurs tentatives 6chouees de lutte 16gale,
quelques Guineens et Capverdiens, travailleurs et intellectuals, ont
dacid6 de cr6er notre Parti clandestine pour la lutte ill6gale, ils 6taient








loinde prevoirle dveloppement rapide, le succes et l'approbationgene-
rale que leur initiative allait obtenir. En verite, surtout a partirde 1958,
notre Parti a atteint un grand developpement, il s'est 1eargi a la
majeure parties ,de notre pays et a consolid6 ses positions. I1 a penetr6
definitivement dans les masses populaires, garantissant ainsi le
succs ,de son action r6volutionnaire. Cette evolution de notre Parti,
extraordinaire dans les conditions politiques et sociales de notre pays,
a 6t6 possible grace a la ligne politique clairement tracee par la Direc-
tion du Parti, qui a toujours su allier la theorie et la pratique revolu-
tionnaires, et grace au devouement, au courage et a l'esprit de sacri-
fice de beaucoup de militants.
Le developpement de notre organisation de lutte s'est opere de
fagon acc6elree et a atteint, dans l'essentiel, les objectifs traces par la
Direction de notre Parti. Nous n'allons pas relater ici, en detail, les
differentes phases du d6veloppement de notre Parti, lequel est d'ail-
leurs le d6veloppement de notre lutte de liberation. Nous rappelons
seulement que, dans son evolution, notre Parti a ete oblige de vaincre
les tapes suivantes:
A 1'interieur:
a)- Creation. Mobilisation et organisation des masses populaires des
zones urbaines. Unit6 de tous les nationalists.
b)- Elargissement. Mobilisation et organisation des masses populai-
res paysannes.
c)- Preparation pour la phase finale de notre lutte de liberation.
A l'exterieur:
a)- Denonciationdu colonialism portugais devant 1'opinion mondiale.
Mobilisation de l'opinion international centre les colonialistes
portugais.
b)- Lutte centre les colonialistes portugais au sein des organizations
internationales, principalement a 1'ONU. Isolement et condamna-
tion des colonialistes portugais.
c)- Mobilisation et organisation des forces patriotiques existantes a
l'exterieur. Liaison et coordination de leur activity avec celle du
Parti. Consolidation de l'unite de toutes les forces ,et leur colla-
boration avec le Parti.
Nous faisons face maintenant au travailconcernant la preparation
pour la phase finale de la lutte de liberation et' la consolidation de
l'unit6 des forces existantes a l'exterieir et leur collaboration avec le
,Parti. Nous sommes stirs de mener A bon terme ce travail decisif
pour la victoire de notre people centre le colonialisme.








Dans des conditions particulibrement difficiles du developpement
de la lutte de liberation des peuples des colonies portugaises, noius
pouvons affirmer que le travail revolutionnaire de notre Parti, aussi
bien sur le plan interne qu'A l'exterieur, est coironne du meilleur
success.
A l'interieur, notre Parti est arrive mobiliser et organiser de lar-
ges masses populaires, a elev6 constamment 1'esprit nationalist de
ces masses et la conscience politique de ses militants. Faisant face A
des contradictions secondaires de notre societye et aux manoeuvres
perfides des colonialistes en vue de nous < diviser pour r6gner >, notre
Parti est arrive a r6aliser et a consolider l'unite de toutes les forces
nationalists et anti-colonialistes de toutes les couches sociales de
notre people autour d'un ideal commun de liberation national.
L'unit6 entire tous les groups ethniques de la Guinee ainsi qu'entre les
Guin6ens et les Capverdiens-- condition que notre Parti consider
comme fondamentale pour notre lutte a 6t6 un coup d6cisif porter
au oolonialisme portugais qui, pendant des siecles, a essay de cr6er
un camp favorable A l'utilisation de certain groups ethniques de la
Guinee et des Capverdiens centre les int6rets de notre people, comme
il 1'avait fait dans le passe.
Aujourd'hui, a l'exception de quelques traitres qui ont toujours
existed dans toutes les luttes, les colonialistes portugais ne peuvent
computer qu'avec leurs propres forces pour faire face F'action r6vo-
lutionnaire et liberatrice de notre people.
Les papels, fulbes, mandingues, balantes, manjaques, brimes, sara-
col6s et d'autres; les < civilises > et les < indigenes >; les chr6tiens, les
musulmans et les fetichistes; les Guin6ens et les Capverdiens sont
unis dans le meme.id6al, souffrent ensemble dans les prisons crimi-
nelles de la PIDE, font face aux assauts et provocations de l'arm6e
colonial, marchent ensemble pour la victoire finale de notre people
centree le joug colonial. Cela a eti une victoire decisive de notre Parti
centre les colonialistes portugais.
En septembre 1959, notre Parti a form conjointement avec une
autre organisation alors cr66e A Bissao un Front uni pour la lutte de
liberation, auquel tous les nationalists et anti-colonialistes de notre
pays pouvaient participer. Niant quelques possibles contradictions de
nature politique ou ideologique, notre Front a donn6 A tous les natio-
nalistes africains de notre pays la possibility de lutter, dans un seul
bloc, centre la domination 6trangire. Le travail de notre Parti dans
ce sens a obtenu le meilleur resultat, et l'organisation avec laquelle
il avait cree le Front a et6 finalement dissoute, ses membres s'6tant
integres dans notre Parti. Quelques uns de ses dirigeants sont








aujourd'hui A la tote de la Direction de notre Parti. C'est dans le cadre
de notre Front uni que le Parti s6lectionne ses membres et dirige A
l'int6rieur notre lutte de liberation.
Organis6e sur la base d'une strict clandestinite, la premiere phase
de notre Parti s'est d6veloppee lentement come r6sultat de la n6ces-
site d'emp6cher 1'action destructive de la repression policihre colonia-
liste dans la premiere tape de son existence. Petit A petit, mais solide-
ment, notre Parti a structure son organisation, a jet6 les bases n6ces-
saires A une activity plus ample, et est arrive, pendant plus de 4 ans
d'existence, A 6chapper a la repression directed de la part de la police
politique colonialiste.
Ayant la zone oomme unit territorial, on peut dire que notre Parti
est present dans toutes les rIgions de notre pays. Appuye fortement
sur les masses populaires, et ayant les paysans-cultivateurs et les
travailleurs des villes comme force principal, on peut Parti est aujourd'hui indestructible. Nous sommes conscients de notre
force, de la possibility r6elle que nous avons cr6ee de servir et servir
bien les interets fondamentaux de notre people: la liberation na-
tionale et la construction du progres.
Dans le cadre g6n6ral des colonies portugaises, notre Parti est une
des organizations les plus structurees, les plus fortes et les plus ac-
tives. Consid6rant les difficulties propres de notre lutte, men6e dans
la clandestinit6 et sous la plus violent repression, notre Parti ne
craint pas une confrontation avec n'importe quelle organisation poli-
tique des pays africains encore d6pendants, tant sur le plan de la
mobilisation et de l'organisation des masses que sur le plan ideologique
et du niveau de conscience politique ides militants.
A partir du moment oil il s'est reconnu structure et avec des bases
suffisantes pour 6largir son activity, notre Parti a commence une ample
propaganda et agitation a travers le pays et a obtenu de ce travail les
meilleurs fruits. Cette champagne a et6 realisee par.la parole et par
ecrit.
Pour donner une idee de l'ampleur de ce travail, il suffit de dire
que, seulement de la fin 1960 au mois d'avril 1961, notre Parti a dis-
tribu6 environ 5.000 exemplaires de documents d'6tude et d'agitation
et environ 9.000 tracts. Deux fois, les autorit6s colonialistes, devant
la distribution massive et simultan6e de documents et tracts en plu-
sieurs regions du pays, ont te6 obliges d'alerter leurs forces militaires,
car elles se sont convaincus que ces tracts et documents avaient 6t6
jets des avions. A la veille de NoMl et du Nouvel An, tous les colons
portugais ont regu un message de notre Parti. Seuls le courage et le








devouement de nos militants et de notre people ont rendu possible
un tel travail.
Malgr6 la repression feroce a laquelle nous sommes soumis, notre
Parti est arrive A tenir des reunions normalement et, dans plusieurs
zones, y compris celle de Bissao, il procede A des reunions de dizaines
de personnel (meme des centaines en brousse) pour discuter les
problemes de notre lutte, pour l'organisation et la preparation de
nos militants, pour 1'l66vation de la conscience politique des masses
populaires.
Dans les milliers de documents distribute ainsi que dans les reu-
nions effectuees A travers le pays, notre Parti a toujours cherch6 non
seulement A agiter les masses pour la lutte, mais aussi A leur donner
une formation politique, A tracer la voie de notre lutte, A preparer les
esprits pour la grande oeuvre de notre liberation national, A lever
l'amour envers la patrie africaine, A 6claircir le fait que l'objectif
principal de notre lutte est la construction du progres de notre pays,
l'ind6pendance n'6tant qu'une tape indispensable pour atteindre cet
objectif.
A c6t6 de la mobilisation et de 1'organisation des masses pour la
lutte, notre Parti a r6alis6 un travail profound d'exploitation des contra-
dictions existant au seindes colonialists portugais. Nous avons cherche,
dans la measure du possible, A diviser les Portugais eux-memes, sur
la base des antagonismes internes qui les opposent, A separer des
colonialistes les Africains qui les servent, A turner contre eux les
forces africaines et les moyens materiels sur lesquels ils competent
pour maintenir leur domination. Notre Parti peut affirmer qu'il a eu
des resultats positifs dans ce travail.
Par ailleurs, notre Parti a obtenu l'appui, la collaboration et meme
1'integration dans son sein de ceux qui, 6tant employes des colonia-
listes portugais et jouissant d'une situation privil6gi6e par rapport
au people, se montraient indecis devant notre lutte.
S Il faut dire que dans l'activite de notre Parti, les jeunes ont jou6 et
jouent chaque jour davantage un r61e d&cisif. Nous pouvons affirmer
que notre Parti est un Parti de jeunes, et le grand appui qu'il regoit de
la part des 6tudiants et de la. jeunesse de notre pays est une preuve
irrefutable de cette r6alit6 et aussi une raison de certitude dans
l'avenir de notre Parti.
D'autre part, les femmes de notre pays sont en train d'accorder leur
contributation A notre lutte, dans le cadre de notre Parti et de notre
Front. Ce fait, qui merite notre meilleure attention, est encourageant,
car, dans les conditions de notre pays, la femme est un 6elment essen-
tiel, sinon le plus important, de la soci6et, de sa vitality et de la conser-
vation et de la resistance de notre personnalit6 d'Africains.








Evidemment, 1'action de notre Parti n'a pas enregisitr6 seulement
des victoires. Plusieurs erreurs ont et6 commises, surtout en ce qui
concern la vigilance par rapport A nos freres qui servent les colonia-
listes ou des ambitions et des int6erts personnel. A cause de quel-
ques-unes de ces erreurs et surtout de l'activit6 des agents africains du
colonialisme et de 1'action des opportunistes, notre Parti a subi
quelques coups rudes et n'a pas pu mener A bout quelques tAches
importantes.
Par la critique et I'autocritique, renforcees par le developpement
constant de la conscience politique de nos militants, nous sommes
arrives a corriger les erreurs commises et A empecher de nouvelles
erreurs. Par le enforcement de la vigilance et des normes conspira-
tives, par le d6masquement des agents des colonialistes et des Africains
opportunistes, nous avons pu empecher de nouveaux coups de notre
ennemi, et .d6fendre et renforcer notre unite.
Evidemment, dans la situation de clandestihit6 et de violent repres-
sion militaire et policiere oh se d6veloppe notre lutte, nous ne pouvons
pas rapporter, en detail, tout oe que notre Parti a rAalis &A l'int6rieur,
car cela reviendrait A compromettre l'avenir tde notre lutte.
Cependant, l'agitation constant v6rifi6e A I'interieur de nos pays,
surtout A partir de 1960; les measures r6pressives, de security et de
caract&re militaire adoptees par les colonialistes portugais sont une
preuve Avidente du travail r6volutionnaire r6alis6 par notre Parti.
Aujourd'hui, quoique les prisons et les camps de concentration soient
pleins de patriots africains, les forces militaires portugaises repre-
sentant presque le double de la population civil europ6enne (sans
computer les soldats africains), la repression ayant atteint des formes
et des limits plus inhumaines que jamais; malgr6 les tortures et les
assassinats, notre Parti et notre people sont plus forts que jamais et
plus sfrs -de la victoire finale de notre cause.
Rien ne saurait 6branler ou arrfter le travail r6volutionnaire de
notre Parti. Il n'y a qu'une issue A la situation que les colonialistes
portugais nous ont crCe et que nous avons transform6e, au service de
notre people: la liquidation total et urgente de la domination portu-
gaise.
Sur le plan international, notre Parti, en collaboration avec des
organizations nationalists des autres colonies portugaises, a jou6 un
r6le d6cisif pour la denonciation des crimes ,du colonialisme'portugais,
a mobilise i'opinion mondiale centre nos oppresseurs et a obtenu un
grand prestige pour notre.peuple et pour notre lutte.
Le nom de notre Parti et les faits de son activity revolutionnaire
sont connus dans le monde entier.








En creant avec d'autres organizations nationalists africaines le
Mouvement Anticolonialiste, notre Parti a jete les bases de 1'unit6
des peuples domin6s par le Portugal dans leur lutte commune centre le
colonialisme portugais.
En cr6ant avec le M. P. L. A. le Front R1volutionnaire Africain pour
1'Independance Nationale des Colonies Portugaises (FRAIN), notre
Parti a contribute A donner une r6alitM objective A cette unite et a
faire avancer considdrablement la lutte de liquidation du colonialisme
portugais.
En d6masquant A Londres et dans d'autrescapitales du monde les
crimes du colonialisme portugais, notre Parti a contribu6 efficacement
A 1'isolement des colonialistes portugais face A l'opinion international.
Par des articles, des pamphlets et des interviews A la press et A la
radio, notre Parti a fait connaitre les conditions d'existence de nos
peuples et de ceux des autres colonies portugaises, a int6ress6 l'opinion
publique mondiale A la vie de nos peuples et consolide definitivement
notre position dans le conflict qui nous oppose au Gouvernement
portugais.
Par le travail realis6 aupres de 1'ONU et aupres de quelques Gou-
vernements, en particulier des pays africains et asiatiques, notre Parti
a contribute A la denonciation des colonialistes portugais au sein de
cette organisation international et A 1'honteux echec qu'ils ont subi
tant au Conseil de Tutelle qu'A la Session de la XVeme Assemblee
G6n6rale, tenue en decembre 1960.
En participant A plusieurs conferences et congres internationaux,
notre Parti a plac6 nos peuples A 1'avant-garde de la lutte pour la
liberation total de 1'Afrique et centre l'imp6rialisme. En pregnant
part A la discussion des probl&mes centraux de cette lutte, notre Parti,
repr6sentant nos peuples, a donned une aide efficace A 1'6tude et a la
solution de quelques-uns de ces problemes, surtout de ceux concernant
la solidarity africaine et afro-asiatique. Parmi ces problems, citons
les cas di Congo, de 1'Alg6rie, du Laos, de Cuba et le problkme du
neo-colonialisme. Notre Parti est membre effectif de la Conference des
Peuples Africains et du Conseil de Solidarit6 des Peuples Afro-asiati-
ques. A Accra, A Tunis et au Caire, notre Parti a toujours 6t6 present,
au service des interets de nos peuples, de ceux des calories portugai-
ses, de 1'Afrique et de la paix dans le monde.
Notre Parti maintient des rapports 6troits et permanents avec les
organizations les plus importantes du monde, en particulier avec cells
qui servent le progres et le bonheur de l'humanit6.
Dans le cadre de la lutte commune des peuples des colonies portu-
gaises, notre Parti a Wte A la base de l'organisation et de la r6alisation de








la Conference des Organisations -Nationalistes des Colonies Portugai-
ses (Casablanca, avril 1961) laquelle a obtenu le plus grand succhs
international. Avec cette Conference et la creation du Secretariat
permanent respectif, auquel notre Parti est repr6sent6, les peuples
des colonies portugaises ont remport6 une grande victoire centre leur
ennemi commun et ont renforc6 de fagon concrete leur unite com-
bative.
A travers son intense activity sur le plan international, notre Parti
a hAte la liquidation du colonialisme portugais, a obtenu la consi-
d6ration du monde envers les peuples de la Guin6e et du Cap Vert et
leur lutte de liberation, a obtenu 1'appui n6cessaire au d6veloppement
de notre combat lib6rateur et a servi efficacement la lutte centre l'im-
p6rialisme, la paix mondiale et le progres des peuples.
Sur le plan exterieur, particulibrement en ce qui concern les pays
voisins, notre Parti ne menage pas d'efforts pour servir notre lutte.
En R6publique de Guin6e, il a mobilis6 et r6organis6 les 6mi-
gr6s guin6ens et capverdiens et a accord a ces 6migres les moyens
necessaires A leur travail au service de nos peuples.
Des l'installation a Conakry du Secretariat G6n6ral de notre Parti
(mai, 1960), notre lutte est rentr6e dans une phase de grand d6velop-
pement don't les principles repercussions se verifient a l'int6rieur de'
nos pays.
Travaillant en 6troite collaboration avec les 6migr6s resident en
Casamance, notre Parti a contribu6 efficacement au d6veloppement
de leur action dans le cadre de notre lutte. Avec 1'int6gration des
Mouvements de Conakry et Ziguinchor dans notre Front uni de lutte
centre le colonialisme portugais, notre Parti a r6alis6 l'unit6 d'une
parties considerable des forces patriotiques de nos pays, don't il coor-
donne 1'action.
L'unit6 a toujours 6t6 un souci fundamental de notre Parti. Dans
plusieurs documents et A travers quelques initiatives, notre Parti a
toujours proclam6 la n6cessit6 d'une union solide de toutes les forces
patriotiques de la Guin6e et du Cap Vert, pour la lutte de liberation
national. Ce souci fundamental de notre Parti a r6ussi A r6aliser
l'unit6 de tous les emigr6s resident en R6publique de Guinee, et a ren-
forc6 ainsi notre lutte.
Avec 1'Appel lanc6 en mai dernier et appuyE imm6diatement par
toutes les organisation nationalists de la Guin&e et du Cap Vert, notre
Parti a jet6 les bases pour la r6alisation de cette Conference, pour
l'union definitive de toutes nos forces, la concentration de toutes nos
possibilities autour de l'objectif central de la vie de nos peuples.








Encore sur le plan du d6veloppement de notre lutte, notre Parti, en
6troite collaboration avec le Mouvement de Conakry, a proc6d6e la
preparation des cadres, tant pour la lutte que pour l'avenir de nos
peuples. Comme resultat de ce travail, nous pouvons computer
aujourd'hui avec des cadres de valeur qui ne craignent aucune con-
frontation avec les meilleurs cadres africains. Plus d'une douzaine de
militants ont eu une preparation syndicale, huit jeunes Guineens, bour-
siers de notre Parti, font actuellement leurs etudes en Europe, et des
dizaines d'autres jeunes sont des candidates aux bourses pour la pro-
chaine ann6e scolaire, dans de diverse branches interessant notre
lutte et 1'6dification de notre avenir.
Sur le plan de l'information, notre Parti, qui tient l'opinion mondiale
au courant de notre vie, organise, sur les antennes de Radio Guin6e,
des programmes dominicaux en langue portugaise, en creole et une des
autres langues de notre pays. Par ailleurs, notre Parti a cr6e son
propre organe de press le journal < LibertaiAo > modest et
pauvre comme nos peuples, mais courageux comme notre lutte.
Sur le plan des organizations des masses, avec les cadres forms
par l'Universit6 Ouvriere Africaine, notre Parti(a jet6 les bases pour
la creation de 1'Uniao Nacional des Trabalhaderes da Guine, qui est
aujourd'hui une r6alite et fait parties de la Fed6ration Syndicale Pan-
Africaine.
D'autre part, avec l'organisation des femmes de nos pays, notre
Parti est en train de jeter les bases -de la creation de 1'Uniao Demo-
cratica das Mulheres da Guin6, organisation qui pourra jouer un r61e
important dans le developpement de notre lutte et l'avenir de nos
peuples. Aussi dans le mime cadre, une organisation des jeunes sera
bient6t cre6e.
Nous sommes certain que toutes ces organizations front parties du
Front Uni et apporteront une grande contribution a la liberation et au
progr&s de notre people.
Il faut encore mentionner que notre Parti, en collaboration avec le
Mouvement Populaire de Liberation de 1'Angola (M. P. L. A.) et les
6tudiants des colonies portugaises r6sidant en Europe, a jet6 les bases,
de la creation de 1'UniAo Geral des Estudantes da Africa Negra sob
Dominaqco Portuguesa (UGEAN). L' UGEAN fait parties des organi-
sations internationales d'6tudiants et sert efficacement les int6rets de
la jeunesse et des 6tudiants des pays africains domin6s par le Por-
tugal.
En ce qui concern les rapports avec le people portugais et le Gou-
vernement portugais, notre Parti a adopt une politique realiste et
constructive dans l'int6ert de nos peuples et de la paix mondiale, tou-








jours interess6 aux possibilities d'une utile collaboration entire nos
peuples et le people portucais.
Notre Parti, en adressant un message au people portugais afin
d'6claircir la situation et les buts de notre lutte, a toujours manifest&
par des declarations et par la press sa meilleure solidarity envers le
people du Portugal, que nous ne confondons jamais avec les colonialistes
portugais. Lors de l'affaire du <.Santa Maria >, qui a 6branle le monde
et ouvert de nouvelles perspectives A la liquidation du fascisme au
Portugal, notre Parti, a travers un communique & la press public
dans plusieurs pays, a manifesto sa sympathie envers les d6mocrates
portugais, tout en reaffirmant la distinction entire notre lutte de libe-
ration et la lutte antifasciste, et en sauvegardant les int6rets de nos
peluples de toute mauvaise interpretation de la part de l'opinion por-
tugaise et de I'opinion mondiale.
En ce qui concern le Gouvernement portugais, notre Parti lui a
adress6 en d6cembre dernier un Memorandum dans lequel-les ma-
no.euvres des colonialistes portugais furent denonc6es et des measures
concretes pour la liquidation pacifique -de la domination portugaise
en Guinee et au Cap Vert furent proposes. L'elaboration de ce do-
cument et sa diffusion dans le monde entier ont une port6e historique
dans la lutte de nos peuples pour l'ind6pendance national.
A ce moment, nous sommes convaincus qu'il ne sera pas exager6
de rappeler une fois de plus au Gouvernement portugais qu'il est
encore possible de trouver une solution pacifique au conflict qui oppose
nos peuples aux colonialists portugais.
Cependant, un nouveau facteur est venu transformer notre situa-
tion par rapport au Gouvernement portugais: la guerre colonial
d'extermination qu'il mene en Angola. Nous sommes fermement A c6t6
de l'heroique people angolais et nous n'accepterions aucune solution
de notre cas hors d'une solidarity combative envers ce people frere,
solidarity d'ailleurs d6jA manifested publiquement par les responsa-
bles de notre Parti.
Le destin de tous les peuples domin6s par le Portugal se joue dans
la lutte difficile et heroique impose au people angolais par les colo-
nialistes portugais. Nous devons accorder au people de 1' Angola la
meilleure preuve de solidarity, en d6veloppant notre lutte et en liqui-
dant le colonialisme portugais dans nos pays.
Apres la Conference tenue par notre Parti dans un pays africain
en octobre de l'ann6e dernixre, notre lutte est entr6e dans une nou-
velle tape: celle de la preparation pour la phase finale de la liquida-
tion du colonialisme portugais.








Nous avons fait de grands progr&s dans ce domaine et nous pouvons
affirmer que notre Parti nos peuples peut disposer aujourd'hui
des moyens necessaires pour expulser les colonialistes portugais de
nos pays, quelles que soient leurs forces.
Dans la perspective d'une victoire certain de nos peuples centre
les colonialistes portugais, il vaut bien la peine d'affirmer clairement
ce que notre Parti veut.
Comme l'a affirm clairement notre camarade Secretaire General,
Snotre Parti veut realiser les aspirations les plus justes et les plus
profondes des peuples de la Guinee et du Cap Vert .
Le programme de notre Parti, qui prend en consideration les carac-
teristiques historiques essentielles de notre temps et la realit6 ob-
jective en Guinee et au Cap Vert, definite en synthese les moyens
d'action pour:
a)- Liquider la domination colonial portugaise;
b)- Creer les bases indispensables A la construction d'une vie nou-
velle des peuples de la Guinee et du Cap Vert;
c)- Construire ]a paix, le bien-Utre et le progres continue de ces
peuples.
Dans le programme mineur de notre Parti que nos militants de-
signent come un programme d'unitW et de lutte sont indiqpes en
synthese les moyens indispensables A la victoire de notre lutte et A la
construction du progres de nos pays. Ce programme comprend les
points suivants:
1)- Union organique de toutes les forces nationalists et patrioti-
ques de la Guinee et de toutes les forces nationalists et patrio-
tiques du Cap Vert, pour liquider la domination colonial por-
tugaise et n'importe quelle esp&ce de domination colonialiste et
imp6rialiste dans ces deux pays africains.
2)- Union organique des forces nationalists et patriotiques gui-
n6ennes et capverdiennes, A l'int&rieur et A 1'exterieur, pour la
lutte de liquidation du colonialisme portugais.
3)- Alliance efficace avec les organizations nationalists et patrio-
tiques des autres colonies portugaises, pour la coordination et
1'aide mutuelle dans la lutte de liquidation du colonialisme por-
tugais. Collaboration avec les peuples africains, asiatiques et
latino-americains qui luttent centre le colonialisme et l'imp6-
rialisme.
4)- Preparation efficace, sur la base de la mobilisation et de l'organi-
sation des masses populaires, pour lutter contre le colonialisme
portugais et l'imperialisme.








5)- Lutte, y compris en cas de n6cessit6 la lutte armee, pour la de-
struction urAente et total des forces colonialistes portugaises
en Guinee et au Cap Vert et pour la conquete de l'ind6pendanoe-
nationale complete des peuples guineen et capverdien. Lutte
contre l'imp6rialisme.
6)- Union organique de toutes les organizations politiques, syndi-
cales et de masse de la Guinee et du Cap Vert, pour contruire
la paix, le bien-6tre et le progres des peuples guin6en et capver-
dien. Dans cette union, defense permanent des int6rits des
paysans et des travailleurs des villes, qui forment la quasi tota-
lite de la population.
7)- Pendant la lutte de liberation et apres la conquete de l'inde-
pendance national, collaboration avec toutes les forces pro-
gressistes, anti-colonialistes et anti-imperialistes du monde,
pour la construction d'une vie de paix et de progres pour tous
les peuples.
Les lignes g6enrales ou chapitres du programme majeur de notre
Parti sont les suivants: independence immediate et total; unite de
la nation en Guinee et au Cap Vert; unite des peuples de la Guin6e et
du Cap Vert; unite africaine; regime d6mocratique, anti-colonialiste
et anti-imp6rialiste; ind6pendance economique, structuration de
1'6conomie et developpement de la production; justice et progres pour
tous; defense national efficace et li6e au people; politique interna-
tionale propre, dans 1'int&r&t de la nation, de 1'Afrique, de la paix et
du progres de l'humanite.
Notre programme, nous l'affirmons sans 6quivoque, c'est celui d'une
organisation qui lutte pour une vie digne pour les peuples qu'elle
repr6sente. L'intransigeance de nos positions par rapport A quelques
problmmes fondamentaux, le caractere progressif de nos objectifs et,
peut-8tre meme le nom de notre organisation auraient amen6 quel-
ques gens A nous consider comme des communistes. Nous sommes
des nationalists africains, determines A construire le progres et le
bonheur de nos peuples. Ni 1'incomprehension naive ou mechante des
autres, ni le nom de notre Parti ne peuvent determiner le caractere
de notre id6ologie. C'est pour accomplir son programme que notre
Parti lutte et luttera jusqu'a la victoire finale. C'est pour accomplir
int6gralement la parties concernant l'unit6 des forces patriotiques de
nos pays que notre Parti a propose la r6alisation de cette Conference
et il est ici present.
Cette Conference peut repr6senter un grand pas en avant dans
notre lutte de liberation et peut contribuer A augmenter encore le
prestige de nos peuples dans le context international. Cependant,









pour notre Parti, son objectif central est celui de l'obtention definitive
de la collaboration fraternelle de nos compatriotes guineens et cap-
verdiens r6sidant a Dakar.
En r6alite, 6tant un fait incontestable la collaboration intime exi-
stant entire notre Parti et les Mouvements de Conakry et Ziguinchor,
qui font parties de notre Front uni de lutte centre les colonialistes
portugais, il fallait seulement trouver, sur des bases solides, la colla-
boration de nos compatriotes de Dakar pour complete l'unit6 entire
les forces de l'int6rieur et de l'ext6rieur. Pour realiser cette unite,
notre Parti est determine a ne pas manager ses efforts, car elle pourra
etre utile a nos peuples.
Nous sommes venus A cette Conference pour creer un nouveau
Front de lutte centre le colonialisme portugais, pour crier un orga-
nisme efficace de coordination de notre action commune dans la phase
finale de la lutte de liberation de nos peuples. Pour cela, nous donne-
rons le meilleur de nous-memes.
Neanmoins, quels que soient les, resultats de cette Conference et
notre Parti en attend les meilleurs rien ne pourra empicher le d6-
veloppement de notre lutte, l'action r6volutionnaire et combative de
notre Parti, au service des interets sacres de nos peuples.
Pour cela, pour accomplir sa mission historique, notre Parti doit
&tre conscient des realit6s qu'il affronte, doit connaitre en permanence
les forces de notre ennemi et nos propres forces, et am6liorer chaque
jour davantage notre organisation et se preparer soigneusement pour
la lutte que les colonialistes portugais veulent imposer A nos peuples.
Notre Parti 6tudie et 6tudiera chaque jour plus profond6ment les
problmes fondamentaux de notre vie et de notre lutte pour qu'il
puisse placer la pratique de notre revolution national et de la con-
struction du progres de nos peuples sur des bases theoriques adapt6es
A la r6alit6 concrete de nos pays.
Nous sommes sQrs de pouvoir accomplir notre tAche, de pouvoir
bient6t expulser les colonialistes portugais.
Les colonialists portugais renforcent leur armee et leur police po-
litique, arrttent, torturent, tuent et massacrent, mais ils peuvent etre
sfrs que nous les expulserons de nos pays. Plus de 300 compatriots
sont emprisonnes en Guin6e, plus de 100 patriots sont emprisonnes
aux Iles du Cap Vert. Les assauts, les persecutions et provocations
centre nos peuples sont chaque jour plus frequents. Notre frere et
grand patriot JOAO ROSA est mort il y a quelques jours entire les'
mains criminelles de la PIDE. Plusieurs patriots ont 6te assassins en
silence par les colonialists portugais et leurs agents.








Cependant, le d6sespoir de notre ennemi augmente chaque jour.
Malgr6 le fait qu'ils soient tous arms, aucun colon ne se sent plus siur
dans nos pays. La peur a commence a dominer 1'esprit de nos oppres-
seurs.'
Le jour de notre victoire, le jour de la liquidation total du colo-
nialisme portugais en Guinee et aux lies du Cap Vert n'est plus
Oloign6.
Etant autorise par mon Parti A vous parler de mon cas personnel,
je ne veux que vous presenter mon t6moignage. Je suis un des quel-
ques Africains ayant des functions administrative d'importance en
Guinee: je suis < Chef de Poste > et je n'ai aucune honte de ce fait,
car je n'ai jamais trahi les int6rits de mon people.
Je suis sorti de Guinee il y a deux mois pour 6chapper au danger
qui menacait ma vie et continue la lutte. La police politique commen-
gait a se m6fier de mes activities.
Je peux vous garantir, comme responsible d'une zone du Parti a
l'int6rieur de notre pays, qu'il n'y a plus de forces capable d'arr&ter
la march de notre people vers la liberation du joug colonialiste.
A part les traitres, il n'y a plus d'Africains qui ne soient, d'une
fagon ou d'autre, au service de la liberation de notre people. C'est le
resultat concrete du travail r6volutionnaire de notre Parti, auquel
j'appartiens depuis 1959. Comme moi, des milliers d'Africains sont au
service de notre Parti et de notre people.
Camarades et compatriotes! Aucune force au monde ne sera
capable d'empecher la liquidation total de la domination portugaise
dans nos pays. VoilA une certitude de nos peoples, leur force princi-
pale.


Vive la lutte de liberation des peuples de la Guin6e et
des lies du Cap Vert!

Vive l'unite africaine et la construction du progress
de tous les peuples d'Afrique!

Vive la paix, I'amite et la collaboration entire tous les peuples
du monde!

A bas l'imperialisme, le colonialisme portugais et leurs laquais!




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs