• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Caracteristiques du Congo...
 Le bas fleuve
 De matadi du stanley-pool
 Le chemin de fer
 Le systeme d'exploitation
 L'etat et son souverain
 Le Congo Francais
 Les societes dans les deux...
 Les points faibles du Congo...
 Appendices
 Table of Contents














Title: Au Congo belge,
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072126/00001
 Material Information
Title: Au Congo belge,
Physical Description: Book
Creator: Mille, Pierre,
Publisher: A. Colin et cie,
Copyright Date: 1899
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072126
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: 10538115 - OCLC

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
    Caracteristiques du Congo Belge
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Le bas fleuve
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    De matadi du stanley-pool
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Le chemin de fer
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Le systeme d'exploitation
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    L'etat et son souverain
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
    Le Congo Francais
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
    Les societes dans les deux Congos
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
    Les points faibles du Congo Leopoldien
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
    Appendices
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
    Table of Contents
        Page 307
        Page 308
Full Text














Au Congo


(1
//


I '-


belge


































Droits de traduction et de reproduction r6serv6s pour tons les pays,
y comprise la Hollande, la Suede ot la Norvgge.






























Coulommiers. Imp. PAUL BRODARD. 189-99.






PIERRE MILLE


Au Congo belge

AVEC DES NOTES ET DES DOCUMENTS REGENTS

relatifs au Congo frangais


Armand Colin et Cie, Editeurs
Paris, 5, rue de M6zieres
1899
Tous droits reservds















PREFACE


Mon cher Mille,
C'est une idWe fort houreuse que vous avez
eue de reprendre les correspondances que vous
aviez adressdes au Temps, de les completer et
d'en faire un livre. Le succes en avait 6td vif
dans le journal et elles ont eu la plus utile
influence sur 1'opinion, alors encore hesitante
au sujet de la valeur de nos possessions de
l'Afrique 6quatoriale. Cela m6ritait de ne pas
Atre oubli6. Votre livre en fixera le souvenir.
Vous etes un esprit curieux et serieux. El
vous avez 1'humeur gaie. Vous ne r6pugnez pas
aux etudes approfondies et vous savez en prd-
senter les r6sultats d'un ton ais6 et riant. Si







VI PREFACE
votre excursion au Congo a Wt6 court, vous
I'aviez pr6parde par une consciencieuse en-
quote sur les conditions dans lesquelles l'exploi-
tation dconomique en a 0t6 organis6e en Bel-
gique. Ce fonds solide se reconnaissait partout
sous l'agrement de vos recits. Cependant si
votre livre, comme je n'en doute point, trouve
un accueil aussi favorable que vos correspon-
dances, j'imagine qu'il ne le devra pas seule-
ment aux qualit6s que vous y avez mises, mais
aussi au moment ofi vous le lancez dans la cir-
culation. C'est toujours une grande chance que
d'arriver A son heure; et en v6rit6, il ne me
semble pas que je surfasse l'interet de votre
ouvrage en disant qu'il constitute le document
caracteristique de l'une des tapes d6cisives de
notre histoire colonial.
La France a obtenu un morceau immense
dans le partage de l'Afrique. On peut en appr6-
cier diversement l'Ntendue selon qu'on y fait
entrer ou non le Sahara. Mais meme en met-
tant hors de compete des deserts oi, dans 1' lat
actuel de nos connaissances, il ne semble pas
qu'il y ait rien h faire pour les hommes, ce qui
reste est encore grand comme cinq a six fois le







PREFACE VII
territoire de la m6tropole. DBs que nous avons
commence h entrer en possession de ces par-
ties utilisables, la question s'est posee de savoir
comment nous les utiliserions. ProblBme qui
rapidement a pass au premier plan parmi
ceux qui preoccupent notre g6ndration, pro-
blame capital qui domine l'horizon colonial, si
6tendu qu'il soit, et ofi notre avenir national se
trouve forcement engage. Ce n'est pas impu-
nement en effet que nous nous sommes annexed
ce vaste empire. Nous en supportons la res-
ponsabilite. De sorte que la proportion of
nous saurons en tirer parti sera d6sormais un
des principaux 6elments pour 6tablir a nos
yeux, comme a ceux du monde, la note de nos
moyens d'action, de nos capacities intellec-
tuelles et morales, et de notre vitality. Nous
ne pourrons pas y reussir sans que le prestige
de la France s'en accroisse, et nous ne pour-
rions pas y 6chouer sans qu'il soit fortement
amoindri.
Deux systemes ont Wte imm6diatement
opposes l'un a l'autre.
L'un a eu pour lui l'autorit6 de deux hommes
d'Etat qui ont laiss6 de grands souvenirs au







VIII PREFACE
ministry des colonies : M. Etienne s'en est fait
le th6oricien convaincu et l'eloquent ap6tre;
M. Delcasse en a courageusement essay les
premieres applications. C'est celui des grandes
companies. I1 leur semblait que dans des pays
encore sauvages, ofi l'outillage de la civilisa-
tion est h peu pres complitement a creer, les
individus isol6s seraient impuissants a soutenir
les charges de la mise en exploitation. S'ins-
pirant d'exemples pris dans notre propre pass
colonial, sous l'ancienne monarchie, ils pen-
saient que l'instrument de colonisation auquel
il fallait commencer par recourir, 6tait des
societes r6unissant de grands capitaux, poss6-
dant un nombreux personnel et pouvant, sons
le convert de concessions privil6gi6es, embras-
sant de grandes surfaces, tenter des entreprises
de longue haleine.
L'autre systeme est celui de l'exploitation
libre. Ses partisans faisaient valoir qu'au
point de vue commercial les conditions ont
completement change, avec la navigation a
vapeur, et qu'au point de vue agricole les
grandes companies ne sont point propres a
des creations consid6rables. II est evident






PREFACE IX
qu'au temps ofi l'on proc6dait au moyen de
voiliers que les particuliers devaient armer a
leurs risques et perils, les pays lointains 6taient
inaccessibles aux petits commergants; mais
aujourd'hui que des paquebots desservent rd-
gulierement toutes les cotes, il n'en est plus
ainsi. Un ndgociant dans le voisinage d'un
port de l'Afrique occidentale est actuellement
dans une situation assez semblable a celle
d'un n6gociant plac6 dans le voisinage d'une
gare. 11 peut porter ses marchandises au cour-
rier a heure fixe. I1 est evident aussi que les
cultures riches des tropiques Rtant toutes des
cultures arbustives, qui demandent, comme le
caf6, le cacao, le th6, la girofle, la vanille,
2 500 h 3 000 francs de depenses h l'hectare
avant d'entrer en rapport, une grande com-
pagnie a laquelle on a cedd des millions d'hec-
tares n'en planterait que quelques milliers h
peine, si elle voulait y employer son capital.
Elle serait impuissante pour le reste.
On a commence par d6fendre les deux sys-
times avec assez d'intransigeance. Puis, comme
il devait arriver entire adversaires qu'animait
seul le patriotism, on s'est rendu compete qu'il






X PREFACE
y avait une parties de v6rit6 dans chacun
d'eux.
Les partisans de la colonisation libre durent
reconnaitre qu'il se trouve, dans l'arriere-pays
de nos possessions, des regions vers lesquelles
il n'existe aucun moyen d'acces et qui rappel-
lent ainsi la situation des cotes lointaines au
temps de la navigation a voile. Leur premier
besoin est d'entrer en communication avec le
monde civilis6; et en raison des d6penses
necessaires pour y arriver, il est raisonnable
d'accorder en compensation un privilege tem-
poraire a ceux qui les hasarderont.
Les partisans des grandes companies, de
leur c6td, renongaient a contester que sur le
bord de la mer, dans les parties ofi, grace a la
commodity des transports, des exploitations
agricoles peuvent des maintenant etre entre-
prises a c6t6 de l'exploitation commercial, il
est plus sage de laisser le champ ouverta toutes
les initiatives. Rien que pour produire dans
nos colonies le cafe et le cacao qui se consom-
ment en France, il faudra y engager plusieurs
centaines de millions en plantations. Ce ne
saurait etre 1'affaire ni d'une ni de plusieurs






PREFACE XI
grades companies. Des foules seules sont
capable, par la multiplicity des efforts, de
rdunir de tels capitaux; ils ne pourront etre
fournis que par des milliers de petites soci6ets
et par des milliers de colons travaillant pour
leur compete. Au lieu de leur former le pays
par des concessions privil6gides, il imported
par consequent de les appeler par une publi-
cit6 aussi large que possible, de faciliter leur
dtablissement et, pour cela, la premiere chose
est de tenir la terre h leur disposition.
Les deux dcoles discutaient done. Elles com-
mengaient a se rapprocher, lorsque vos lettres
au Temps sont venues precipiter un accord qui
avait trop tard6.
Pendant que nous nous disputions en effet,
les Belges avaient agi. Avec cette imagination
cr6atrice, a la fois hardie et pratique qui en a
fait un des h6ros du siecle, et aussi avec la
liberty de decision que lui permet sa situation
de souverain absolu au Congo, le roi L6opold
s'6tait mis a l'euvre. Ce que nous discutions,
lui le d6montrait. Et en quelques annees, soit
par son action directed, soit au moyen de
grandes companies commercials, il avait mis







Xt[ PREFACE
en train l'exploitation de son royaume afri-
cain. Ce qu'il faisait n'6tait pas ignore en
France, mais les renseignements qui nous
parvenaient 6taient fragments et confus.
Vos lettres, en pr6sentant pour la premiere
fois un tableau d'ensemble, furent un coup de
lumiere. Tout le monde comprit que les disser
stations acad6miques n'6taient plus de saison,
et qu'il 6tait temps pour nous de passer h
notre tour h I'action sans plus tarder. Nous
n'avions plus qu'a tirer les conclusions de
l'experience faite par nos voisins. Oui, la colo-
nisation industrielle et libre reste le but dkfi-
nitif; elle seule est en 6tat de defricher et de
mettre en culture les pays vierges et sans
maitre; mais en attendant l'dpoque, fort loin-
taine encore peut-Utre, oh I'on pourra y songer
pratiquement, les grandes companies orga-
nis6es principalement en vue de recueillir les
products naturels tels que l'ivoire, le caoutchouc
et les bois pr6cieux peuvent Utre, pour des
regions forestieres comme le Congo, I'instru-
ment approprie a une premiere periode d'acti-
vit6 fort int6ressante. I1 y a peu d'inconve-
nients, et il y a d'6vidents advantages, a leur







PREFACE XIII
consentir des monopoles qui leur permettent
de se constituer, a condition que ces monopoles
soient temporaires, et que l'avenir soit reserve.
C'est ce qu'ont compris les capitalistes qui ont
aussitot multiplied les demands de grandes
concessions dans le Congo frangais; c'cst ce
qu'a compris le gouvernement qui les accueille
avec empressement; et c'est ce que, sans fausse
modestie, vous pouvez vous flatter d'avoir con-
tribu6 plus que personnel a faire comprendre.
Vous rappelez-vous, mon cher Mille, nos
conversations d'il y a trois ans, lorsque nous
mentions de Tamatave A Tananarive? C'6taient
vos debuts aux colonies. J'etais votre ancien.
Et c'est moi qui paraissais le plus 6chauff4 des
deux. Je vous disais que le gigantesque empire
colonial, dontla France 6tait en train d'achever
la conquete, modifierait l'esprit frangais dans
des proportions impossible a calculer. Les
1eements de nos conceptions nous sont donnes
par la reality. Quand la reality change, nos
conceptions doivent aussi changer de toute
n6cessite. Or est-il dans notre histoire un
changement plus prodigieux que celui qui en
vingt ans, de simple grande puissance euro-







XIV PREFACE
peenne, a fait de nous une grande puissance
asiatique et une puissance africaine plus
grande encore? Aveugles ceux qui peuvent
supposed que les conceptions qui convenient
A la puissance enfermee dans ses limits pri-
mitives conviendront encore a la puissance si
prodigieusement agrandie. I1 nous faut nous
habituer A de plus vastes horizons. D'autres
n6cessitss, d'autres devoirs, d'autres espd-
rances, d'autres efforts s'imposent A nous.
Nous avons besoin pour coloniser d'hommes
entreprenants et 6nergiques, et notre empire
colonial va modifier les idles sur notre educa-
tion national. Nous avons desormais des intd-
rats dans les deux hemispheres et dans trois
parties du globe, et notre empire colonial
rompt les cadres 6troits de notre ancienne
politique ext6rieure. Nous avons a administer
des races barbares, et notre empire colonial
nous oblige a remettre A l'examen la question
de l'6galit6 des hommes, c'est-A-dire les prin-
cipes memes de notre R1volution. Voici ce
don't nous causions. La route 6tait longue, la
for t etait monotone, et nous avons envisage
bien d'autres changements. Ces perspectives







PREFACE XV
vous paraissaient des rAves alors. Mais depuis
vous avez visit Madagascar, vous avez visit
le Senigal, vous Rtes all6 au Congo. Et vous
voili a votre tour enregiment6 parmi ceux qui
travaillent A laborer les theories nouvelles qui
sont n6cessaires pour donner a notre pays une
conscience claire de ses nouvelles destinies.
Vous y rdussissez brillamment. Croyez bien
que personnel ne s'en r6jouit plus cordialement
que votre bien affectionn6 :

PAUL BOURDE.
























CARACTERISTIQUES DU CONGO BELGE


D6couvertes de Stanley. Les Belges et la
colonisation. Inauguration du chemin de fer
de Matadi au Stanley-Pool.


AU CONGO BELGE.

















II existe, de par le monde, un empire absolu,
grand comme six fois la France et qui content
trente millions d'hommes. Ce n'est pas la Turquie,
car le sultan n'est qu'un illusoire autocrate : il a
contre lui les ambassadeurs de six puissances, les
comites de ses ministbres, et un harem. Ce n'est
pas la Russie : elle a des conseils provinciaux.
L'empire don't je parole est tout entier entire les
mains d'un homme qui gouverne seul, sans par-
lement, sans conseillers, avec l'aide d'un premier
ministry irresponsible, qui met toute sa vive
intelligence a n'6tre que son agent d'execution.
Il n'y a pas de bornes a sa puissance, si cc n'est
quelques clauses d'instruments diplomatiques. Cot
empire est l'Etat Ind6pendant du Congo; ce sou-
verain est Leopold II.
II faudrait voir d'ailleurs si cc n'est pas pour







4 AU CONGO BELGE
cette cause que 1'Etat du Congo, qui n'est pas une
colonies helge, est pourtant pour les Belges la
meilleure des colonies. Il est administer comme
une affaire qui doit le plus vite possible se suffire
A elle-meme. Mais, en meme temps, son trbs habile
propri6taire el patron est roi, et ne l'oublie point.
II a les vues longues, et ne consacre guere ses
b6n6fices qu'i grossir sa mise.
J'ai fait un court voyage dans cet empire nou-
veau, grace a la Compagnie du chemin de fer du
Congo, qui m'a invite aimablement a l'inaugura-
tion de sa ligne, maintenant terminee. Le plan
de ce petit livre est done bien simple. Je dirai
d'abord ce que j'ai vu, 1'ext6rieur des choses, leur
bizarrerie on leur charme. Et puis nous parlerons
du chemin de fer, sans lequel tout ce grand terri-
toire, comme disait Stanley, ne vaudrait pas une
piece de deux sous. AprBs quoi nous regarderons
l'Etat lui-meme et nous verrons comment il
march : on ne le sait pas assez en France.

Il y a vingt et un ans A peine qu'un Europeen
descendit pour la premiere fois le course du







CARACTERISTIQUES DU CONGO BELGE


Congo, depuis les terres qui le s6parent du Tan-
ganyika et le village de Nyangou6, que Cameron
n'avait pas os6 d6passer, jusqu'd son embouchure
dans I'Atlantique. C'Utait Stanley, parti de Zan-
zibar trois ans auparavant. Cet homme 6nergique
et Apre, exigeant et infatigable, impassible des-
tructeur d'existences humaines quand il s'agissait
d'atteindre un but, insatiable d6vorateur de gloire,
et presque aussi terrible a ses aides blanks qu'aux
indigenes, enfin, et pour ses d6fauts autant
que pour ses qualit6s, ce grand homme rap-
porta d'6tranges et horribles nouvelles de sa
d6couverte.
Le fleuve qu'il avait descendu 6tait parfois
large comme un lac, et, seul, l'Amazone roulait
une masse d'eau plus considerable. Ses rives
6taient d'une fertility monstrueuse et inutile,
puisque nul n'en tirait parti. Pendant des mois
le tambour de guerre avait retenti aux oreilles de
l'explorateur et les noirs cannibales se precipi-
taient sur lui en criant: c VoilA de la viande, de la
viande d'homme, de la viande! i Parfois cependant
ils s'arretaient, 6bahis, le doigt sur la corde d'un







6 AU CONGO BELGE
arc don't la fleche 6tait empoisonnde. Pendant
longtemps Stanley ne comprit pas le motif deleur
stupeur : c'6tait la premiere fois qu'ils voyaient un
blanc, et ils le prenaient pour un Rtre surnaturel.
Puis, apres avoir livr6 trente-trois combats en
deux mois, il 4tait parvenu A un endroit oii le
fleuve s'6largissait en lac, et ensuite tombait en
trenle-deux cascades d'une hauteur total de
225 metres. I1 avait faith porter ses canots A dos
d'homme A travers les montagnes, A travers les
forces, accompli, comme le lui dit plus lard
M. de Brazza, dans une circonstance analogue, et
A la m6me place, un travail de g6ant avec des
moyens de pygm6e. Quand il fut revenue en
Europe, cet Anglo-Saxon volontaire et pratique,
pour qui la vulgarity 6tait un proc6d6 d'action sur
les masses, mit les mains dans ses poches et
declara nettement que, ( sans un chemin de fer,
il ne donnerait pas deux sous de tout le Congo ).
Ce qu'il y a de plus fort, c'est que le chemin
de fer est fait, le troisieme en date de l'Afrique
occidentale, si je ne me trompe. Le premier a 4t6
le chemin de fer de Saint-Louis A Dakar, dans







CARACTERISTIQUES DU CONGO BELGE 7
notre colonie sen6galienne; le second celui de
Saint-Paul-de-Loanda h Ambaka, dans la colonie
portugaise d'Angola. Mais notre chemin de fer de
Saint-Louis n'est encore qu'un canal lateral A la
mer, amenant au seul bon port de la c6te les
products convoys par le fleuve S6negal, et ce
fleuve ne prendra son importance que lorsqu'une
autre voie ferrie l'aura mis en communication
avec le bassin du Niger. Le chemin de fer d'An-
gola traverse une contr6e tres riche, mais il
n'aboutit pas, il s'arrete brusquement sans venir
s'aboucher A une voie fluviale.
Le chemin de fer du Congo est un monte-charge
qui gravit l'escalier trop raide que descend le
fleuve; et ce fleuve a un bassin de plus de quatre
millions de kilombtres carr6s, don't deux millions
font parties de l'Etat ind6pendant. Trente millions
de noirs y vivent sur une terre fort semblable a
celle du Br6sil, humide, chaude, pleine de bWtes
et de plants. En moins qu'au Br6sil, le diamant.
En plus, l'ivoire. Dix-huit mille kilometres de
voices navigables, aujourd'hui reconnues, cons-
tituent trente-six mille kilombtres de c6tes, le long







8 AU CONGO BELGE
desquelles on peut border, commerce, s'dta-
blir. Seulement ces voies ne commencent qu'au
Stanley-Pool, et de la, la necessitl d'un chemin
de fer.
Or, pour arriver de l'estuaire du Congo au
Pool, il y a deux routes : la premiere en remon-
tant le fleuve. C'est la plus court et la plus
raide : l'6norme masse des eaux a perce tous les
obstacles et descendu les pentes les plus abruptes.
C'est la voie belge. La second part de Loango et
emprunte la vallde du Kouilou. C'est la voie fran-
gaise, elle est plus longue et moins difficile, pre-
nant les pentes en dcharpe.
Notre colonie du Congo franqais aurait done
parfaitement pu drainer tout le commerce d'un
immense space. On salt qu'une tentative a 41t
faite et qu'elle n'a pas about, tandis que l'entre-
prise belge a rdussi. C'est que la soci6t6 francaise
a manqu6 d'appui, et aussi que son project, il faut
le dire, 6tait timide : il s'agissait d'une route,
puis, a partir d'un point d6termin6, de l'utilisa-
tion du Kouilou, puis encore une route; on
rompait charge trois fois. Peut-6tre aussi crfmes-







CARACTERISTIQUES DU CONGO BELGE 9
nous que les Belges ne r6ussiraient jamais A
achever leur meuvre; et, en effet, les difficulties du
debut parurent A beaucoup, parurent mmme a la
majority des critiques, insurmontables, et la voie
a coOt6 65 millions au lieu de 25. Mais elle est
faite.
Ce serait une maladresse d'expliquer au public
les origins d'une chose, avant de l'avoir vue,
condition indispensable pour la faire voir. Ceci
n'est done, si l'on veut, qu'une preface. Je dis
simplement pourquoi je suis parti. Ce chemin de
fer est l'euvre d'un homme, le colonel Thys. Et
ayant accompli son programme, charriant pour
plus de 40 millions de marchandises qui payment
en principle 1 000 francs la tonne, il vit les actions
de la compagnie don't il est le directeur, monter
de 312 1 700 francs; alors, en triomphe, il inau-
gura la voie, emmenant soixante invites jus-
qu'au Stanley-Pool, jusqu'd ce lac of les eaux du
Congo semblent se ramasser, comme un buffle
pret A foncer, pour renverser le mur qui les
spare de la mer. Ce sont done les Belges qui
m'ont fait I'honneur de leur Congo. Cela ne me







AU CONGO BELGE


genera pas pour tout dire : mais je devais pr6-
venir le lecteur.


En Belgique, cette inauguration 6tait considered
comme une espece de Te Deum apr6s une vic-
toire, et le depart de l'Albertville fut un 6vBne-
ment. La foule, une foule de choix, encombrait
les quais du port d'Anvers; des fanfares, des
acclamations, sortaient des vapeurs pavois6s qui
entouraient notre yacht. L'esprit national belge
6tait soulev6, tandis qu'en France le depart, meme
d'un ministry, pour un tel voyage, n'eit gubre
donn6 lieu qu'a des manifestations officielles.
C'est d'abord que nous sommes un peu blasts en
toutes choses, et nmme en cela, tandis que les
Belges avaient encore l'6motion inseparable d'un
premier d6but.
Et puis, ils renaissent : le mot n'est pas trop
fort. Ce people a qui une politique jalouse a
ferm6 l'Escaut pendant trois sibcles, n'avait plus
l'habitude des grandes entreprises exterieures.
Industriel et agriculteur, il n'6tait pas commer-
cant, ni surtout placeur do fonds a l'6tranger ou







CARACTIRISTIQUES DU CONGO BELGE 11
aux colonies. Prot6g6 par une neutrality inviol6e
depuis pres de soixante-quinze ans, il n'6tait pas
militaire. Aussi est-ce avec terreur et ironie -
ces deux sentiments se mAlent parfois dans 1'ame
des hommes qu'il vit son souverain se lancer
dans l'affaire du Congo, et par contre-coup y
engager quelque pen ses sujets, qui se crurent, a
peu de chose pres, guillotines par persuasion.
Quand les difficult6s que rencontrait la construc-
tion du chemin de fer furent connues, et qu'il en
fallut payer les frais, on accusa fort nettement
le conseil d'administration de malhonnetetl fla-
grante; et quand un officer belge, ou un fonc-
tionnaire civil, Rtait mang6 par les cannibales,
4vinement don't la p6riodicit6 continue a 6tre
regrettable, les journaux catholiques et socialists
s'6criaient avec un touchant ensemble : a Quand
finira cette lugubre plaisanterie! > Nous connais-
sons aussi cette phrase en France, et l'avons lue
trop souvent. Ce que je veux dire, c'est que le
Congo a eu en Belgique une press aussi mau-
vaise que le Tonkin en France. Aujourd'hui, les
premiers benefices arrivent, on s'excuse des







AU CONGO BELGE


premiers doutes en disant qu'on n'avait jamais
dout6, on applaudit, et l'on s'exalte. Et il est pos-
sible, et peut-Atre mime logique de croire que, la
reaction 6tant gale A l'action, on ira trop loin.
Le gouvernement de 1'tat ind6pendant, A en
juger par certaines precautions r6centes, semble
le prevoir.
Tout cela 6tait, en tout cas, A regarder, et le
vapeur m6me qui nous emporta fut plein d'ensei-
gnements vivants. Le colonel Thys faisait des
conferences sur son chemin de fer, et sa conver-
sation, sa personnel meme, sont plus instructives
encore que ses discours. Gigantesque et pesant,
de voix forte et main lourde, il conduit une affaire
comme un escadron. Le secret de sa force est 1l :
une emprise quasi physique sur les hommes. Il
ne les s6duit pas, il les empoigne, il a de la
volont6 et sait agencer les forces humaines. Et
cet agencement est une caract6ristique de l'expan-
sion belge au Congo sur laquelle j'aurai A revenir.
Je ne sais pas bien si l'on pourrait parler ici
d'initiative priv6e : le Congo belge est une entre-
prise d'Etat ( concurrence ) par de grandes







CARACTERISTIQUES DU CONGO BELGE 13
soci6t6s, et tandis, par example, que la foi colo-
niale est universelle en Angleterre, elle est encore
en Belgique une religion aristocratique don't les
fiddles sont des intellectuals, des financiers, des
militaires, et qui reste assez indiff6rente a la
masse du people.
Qu'on ne croie pas d'ailleurs que cette organi-
sation particuliere de l'Etat du Congo ait mis
obstacle aux energies individuelles. Les officers
de l'Etat, Jacques ou van der Kerckoven, ont
avanc6 jadis vers le nord avec une rapidity qui
nous a donn6, en meme temps que de l6gitimes
inqui4tudes, la plus grande estime pour leur
vigueur; et je voyais sur l'Albertville, en m6me
temps que le major Storms, par example, l'ancien
commandant des stations du Tanganyika, des
hommes comme Alexandre Delcommune et Di-
derrich, qui explorerent le Katanga, passerent
trois ans dans l'inconnu et, parties avec 900 por-
teurs et soldats, revinrent avec 200. Le reste avait
Wte tu6 ou 6tait mort de faim. C'est le pendant de
notre expedition Marchand. Ii y avait encore notre
compatriote Espanet, qui a Wt6 en Afrique le







14 AU CONGO BELGE
directeur des travaux du chemin de fer, et quatre
ou cinq directeurs ou agents des grandes com-
pagnies congolaises : si bien que dans les con-
versations on percevait l'opposition, peut-Utre
assez accentu6e, qui existe entire les interets de
l'Etat et ceux de ces grandes maisons.
Ayant vu les hommes, j'ai tent6 de reconstruire
les choses. Il y avait le chemin de fer, et son
parcours est aussi pittoresque que son histoire
financibre est curieuse. Il y avail le pays, qui, vu
trop vite, pouvait 6tre au moins expliqu6 par
Lien des compagnons de route, inventeurs de la
colonie, militaires, diplomats et agronomes, et
des compatriotes aussi, comme M. de Lamothe,
commissaire g6n6ral du Congo frangais; et des
Anglais, et des Allemands, et des Russes. En
some, l'6tude est int6ressante : voild, en effect,
un Etat cr66 artificiellement par la diplomatic
europ6enne, et consid6r6 d'abord avec quelque
scepticisme par ceux-la memes qui l'avaient
cr66, en passe, semble-t-il, de devenir une bonne
affaire.
Cet lEat colonial est administr6, d'une facon







CARACTERISTIQUES DU CONGO BELGE 15
neuve et pratique, par un souverain adroit, qui y
est maitre absolu, sans ing6rence d'un Parlement.
Enfin 1'Europe, en reconnaissant l'Etat ind6pen-
dant, lui a impose, dans l'int6ret general, cer-
taines obligations, et il est peut-etre utile de
savoir comment, dans la r6alitl des faits, fonc-
tionne le regime internationalement pr6vu. Je ne
parole pas de nos inlt6rts politiques : on sait
que maintenant toutes difficultis, toute cause de
froissement, semblent avoir disparu entire la
France et le Congo; les spheres d'aclion sont
nettement d6limiltes, et l'on se pr6te un mutuel
appui, ainsi que l'ont prouv6 les facilities que le
chemin de fer du Congo et l'Etat lui-meme ont
donnees a la mission Marchand de se ravitailler
et d'user des moyens de transport sur ce territoire
ami. Mais peut-6tre faut-il tout de m6me regarder
son jeu. Toute question politique mise A part, il
y a dans le regime de nos voisins beaucoup a
observer, ils ont hardiment tent des experiences
qui ont 1russi, don't on peut profiler. II peut y
avoir eu aussi des erreurs commises, une hale
parfois excessive a entrer en jouissance et a tou-







46 AU CONGO BELGE
cher des b6nefices, une politique indigene qui a
parfois manqu6 de prudence, et peut-6tre de jus-
tice. Mais dans ces erreurs m6mes, il y aurait
encore un enseignement. Prenez, si vous voulez,
que le Congo 1lopoldien soit un champ d'essai. Je
n'ai pas eu d'autre pr6tention que de le par-
courir.
Ainsi promenons-nous d'abord. Ce que j'offre
pour commencer, c'est mon carnet de notes.
























LE BAS FLEUVE


Libreville. L'estuaire du Congo. Boma.
Paysages fluviaux. Matadi et son h6pital.


AUI CONGO BELG9.

















29juin 1898. Un estuaire large mais pen
profound, don't on n'apergoit que vaguement les
rives. C'est le Gabon, la c6te du Congo frangais.
Prudemment, l'Albertville se rapproche de terre a
travers des bans de boue, et sur une c6te assez
basse, couverte d'une verdure profonde, quelques
toits apparaissent; c'est Libreville, oi notre
steamer doit prendre M. de Lamothe, le commis-
saire g6n6ral de notre Congo. Mais nous avons
trois heures devant nous avant do repartir, et
nous en profitons, les Frangais surtout : n'est-ce
pas a un morceau lointain de la patrie que nous
rendons visit?
A peine d6barqu6s, nous rencontrons M. de
Lamothe, qui vient au-devant de nous avec son
chef de cabinet, M. Superville. Puis voilA M. Do-
lisie, I'un des vieux h6ros du Congo frangais,







AU CONGO BELGE


aujourd'hui administrateur du Gabon. Cependant,
si je vois les hommes, oii done est la ville? On a
devant les yeux deux batiments administratifs,
solidement construits en pierre, une dglise, et
c'est tout. Elle existe pourtant, mais une veg6ta-
tion ardente la cache : les factoreries, les planta-
tions, s'allongent sur sept kilometres de c6te.
Dans l'estuaire, A l'ile des Perroquets, une impor-
tante plantation de 23 000 cacaoyers, appartenant
A M. Jeanselme, donne de grands espoirs, et le
commandant de port, M. de Ballaincourt, me dit
qu'il a achet6 une montagne pour y essayer la
m&me culture. Pour une defense de 20 000 francs
il compete sur un revenue presque 6gal. Heureux
pays, oi l'on se paye une montagne aussi facile-
ment qu'en France on achete une boule de jar-
din! Mais il n'y a pas, dans la m6tropole, assez de
gens atteints de cet utile d6lire des grandeurs;
l'initiative louable de M. de Ballaincourt n'a pas
eu beaucoup d'imitateurs. La plus grande parties
des efforts des planteurs frangais s'est exercde
dans l'Ogoou6, et du c6t6 de Loango, oiu les plan-
tations sont au contraire assez nombreuses.







LE BAS FLEUVE


Le sol parait pourtant assez fertile dans l'es-
tuaire du Gabon. M6me dans la grande forMt de
l'Est, a Madagascar, je n'ai jamais vu pareille
vigueur de v6g6tation. Le jardin d'essai de huit
hectares qu'on a crd6 a Libreville, et que dirige
comme jardinier M. Chalot, prouve que le caffier,
le cacaoyer, le poivrier, croissent admirablement.
Les caoutchoutiers h6vea que j'y ai vus sont
encore trop jeunes pour qu'on puisse savoir si
l'experience a r6ussi.
II faut 6tre franc : il n'y a la que des efforts
interessants. Il exisle dans notre personnel agro-
nomique colonial peu de sp6cialistes comme le
jardinier de Libreville. Mais on manque d'argent,
on manque de graines. On manque de tout. Et ce
jardin de huit hectares, ces trois ou quatre mai-
sons, ces quelgues cases de negres, ces 6bauches
de plantations, c'est pourtant la capital du Congo
frangais.....


l"r juillet. On ne voit pas encore la terre, et
pourtant le Congo, 1'6norme fleuve qui ne le cede
qu'a l'Amazone, fait d6j. sentir sa puissante in-







AU CONGO BELGE


fluence. La mer apparait fangeuse, souill6e
d'6cume, rouill6e d'oxyde de fer. Nous sommes
cependant en dehors encore de l'embouchure,
devant Kabinda, station qui donne son nom A la
petite enclave portugaise place bizarrement au
bord de la mer, entire le Congo frangais et le
Congo belge, sur la rive droite du fleuve. Nous
stoppons; il s'agit, cette fois, de prendre le gou-
verneur portugais, d616gu6 de son gouvernement
A inauguration. II monte a bord, accompagn6
d'un superbe lancier. Pourquoi ce lancier dans
la marine, nul ne se l'explique. Le lancier n'a
pas sa lance, mais il est coiff6 d'un casque admi-
rable qui n'en finit pas, et resemble A une sour-
cilleuse montagne sur laquelle un plateau serait
pos6 en 6quilibre instable. Serait-il vrai que les
colonies portugaises sont gaies?
A deux heures, nous entrons dans le Congo,
pour faire halte presque imm6diatement devant
Banana, un des points oii furent le plus ancienne-
ment 6tablies des factoreries. J'ai le plaisir de
voir monter a bord le capitaine Salesses, le sp6-
cialiste en chemins de fer africains, que le minis-







LE BAS FLEUVE 23
tare des colonies a d61gu6, sous M. de Lamothe,
a ce voyage official.
Une chose me frappe : la difference de cette
embouchure avec celle du S6n6gal, le seul fleuve
africain que je connaisse sur la c6te ouest. Pas
de delta, pas de barre, un system de marigots
peu d6velopp6. La puissance d'impulsion du
fleuve, la configuration de la c6te, les courants
enfin, ont fait qu'au contraire il continue pen-
dant quarante kilometres a creuser son lit sous
la mer. Mais Banana meme, espbee de bec qui
termine l'estuaire a droite, n'est qu'une laisse
des lots, le r6sultat de la bataille des eaux douces
et des eaux sales : presque une ile, un amas de
sable mouill6 comme une sponge, ofi croissent
des dattiers sauvages et une centaine de beaux
cocotiers plants par des EuropBens. Comme
station, peu de chose : quelques factoreries, ins-
tall6es dans 1'6ternelle batisse que les blancs d'au-
dela de la mer envoient toute prkte a 6tre monte :
dressee sur pilots de fer pour 6chapper aux ter-
mites, avec des murs de bois ou de fer, et un toit
en table ondulee; mais aussi tout le confort qu'on







AU CONGO BELGE


peut avoir aux colonies, l'employd vivant chez le
patron d'une vie quasi luxueuse, en tout cas port
matiriellement au-dessus de sa condition d'Eu-
rope, devenu aristocrate. Il le faut : c'est mora-
lisant. Ajoutez qu'on meurt beaucoup. Et tant
qu'on ne meurt pas, au moins faut-il bien vivre;
c'est une compensation. Le cimetibre, d'ailleurs,
n'est pas loin, sous de grands cocotiers, a la
poinle mime, et de trois c6t6s battu des vagues.
Quelle belle ombre est celle des palmiers, et ne
serait-ce pas une consolation de savoir qu'au
moins c'est lA qu'on dormira pour jamais?
Et comme cette pensee me vient, voici qu'ap-
parait, venant A terre, le d616gu6 du roi LBopold,
le g6enral Daelman, portant une croix funeraire.
Son fils 6tait modestement quatribme officer i
bord du navire m6me qui nous porte : il est
mort ici, d'un coup de fievre, apres avoir aid6 des
negres A rouler des tonneaux sur le sable, par le
grand soleil qui tombe droit sur le crane, et le
brile. C'est sans doute une des causes de la pros-
p6rit6 du Congo belge, que cet elan qui porte vers
lui, et vers le danger, des jeunes gens au carac-







LE BAS FLEUVE


tbre intact, issues de bonne souche; et il est
remarquable aussi que ces jeunes gens s'engagent
sur des navires de commerce, pour des ceuvres
oi il n'y a point de panache A conqu6rir, ni de
gloire apparent.
A la nuit, je retourne A bord. La navigation
dans le fleuve est active; un navire belge, le
Coumassie, est a l'ancre, et un franqais, la Ville-
de-Marhanao, nous croise et nous salue. Son
voyage estla consequence d'une initiative r6cente
de la compagnie des Chargeurs Rdunis, qui veut
prendre sa part d'un transit toujours grandissant.
Quant A la compagnie Fraissinet, sollicit6e de
remonter jusqu'd Matadi, au d6bouch6 du chemin
de fer, elle a refuse, craignant la. difficult des
passes, et le fait est qu'd Banana nous devons,
pour franchir les bans de MatBba, y d6barquer
du carbon, vider des caisses de water-ballast,
afin de remonter de quelques centimetres.
2juillet. Nous avons pass l'ile de Mat6ba,
la grande ile ombragbe de palmiers Blais, et dans
laquelle une compagnie 61eve de grands troupeaux
de b(eufs, nes, dit-on, de quelques couples trans-







AU CONGO BELGE


portes il y a dix ans A peine. A cette heure nous
roulons vers Boma, la ville mere, la capital
actuelle du Congo belge. Le fleuve a trois ou
quatre kilometres de large : c'est un lac en mou-
vement. AprBs F'ile de Mat6ba, des hauteurs
escarpees, de lourdes roches schisteuses, le cou-
ronnent, et sur l'une de ces roches, A droite,
s'61Mve le fort de Chinkakassa, dress lA par le
souverain de l'Etat ind6pendant pour d6fendre
1'entr6e du fleuve : ouvrage solide et don't 1'im-
portance est encore exag6r6e par les a Congo-
lais ), qui paraissent souvent envier la gloire des
Marseillais. II a cootd trois millions, disent les
uns; six, affirment les autres. Le budget de 1'Etat
lui-mime ne peut donner de renseignements
exacts sur ce point, car il est certain que la caisse
privde du roi Ldopold a tres largement contribu6
A l'achvement et a l'armement du fort.
La rive droite est la seule qui appartienne A
l'Etat. Jusqu'A 1 800 metres de Matadi, la gauche
est aux Portugais. Presque en face de Chinka-
kassa, ceux-ci sont en train de fortifier la fameuse
roche f6tiche que les anciens navigateurs ont si







LE BAS FLEUVE 27
souvent d6crite. Il y a quelques annees, on y
voyait encore, graves dans la pierre ou p6tris en
glaise, d'6tranges animaux, de barbares figures
humaines. Tout cela aujourd'hui a presque.dis-
paru, ou du moins je n'ai rien pu apercevoir.
Des canons et des couples tournantes remplace-
ront les antiques idoles qui commandaient aux
esprits du fleuve : ainsi va le monde, et 1'on pre-
tend pourtant qu'il va mieux!
Oserais-je dire, maintenant, ce que je pense de
Boma? C'est le siege de cet Bnorme empire du
Congo, c'est 1A que sont placees les tWtes des dif-
f6rents services; la ville est grande, assez peu-
pl6e aujourd'hui, bien que bAtie sur un sol
ingrat. Pourtant, je ne crois pas A son avenir.
Combien il est difficile de trouver l'emplacement
d'une capital, quand 1'instinct obscur des peuples
ne l'a pas lui-m6me d6couvert! Stanley avait place
le chef-lieu du Congo l1opoldien A Vivi, plus haut
sur le fleuve, en face de Matadi, et pourtant on a
d6 abandonner cette station. Maintenant le voici
& Boma, et I'on commence a s'apercevoir que
c'est une autre erreur, que le point central du







28 AU CONGO BELGE
bassin du Congo est au Pool, sur les bords de la
mer intdrieure, qui servira de port aux floltes
commercials, charges de drainer les richesses
de 36 000 kilombtres de cotes fluviales. Mais
nous pouvons fire notre mea culpa comme nos
voisins. Ce n'est pas Libreville qui doit devenir
la capital de notre Congo, c'est Brazzaville, le
meilleur port du Pool. Peut-6tre meme doit-on
avouer que nos voisins ont W6t plus sages que
nous en n'6levant a Boma que des maisons
ddmontables, qu'on pourra transporter ailleurs
sans grandes pertes, au lieu de constructions
d6finitives.
Et c'est a Boma, apres un Te Deum chant dans
une modest 6glise en tWle ondul6e, que j'ai vu,
pour la premiere fois, passer les Barbares.
Il y avait revue, par le g6ndral Daelman, de sept
ou huit cents hommes de troupes noires. Et
pendant une heure ont defil6 sous mes yeux, bien
arms, roides et m6caniquement solides, obbis-
sant a des commandments en frangais, exterieu-
rement transforms, de terrible sauvages, il y a
six mois cannibales. Leurs tatouages 6taient







LE BAS FLEUVE 29
hideux, rongeant profond6ment la peau par
places, la gonflant ailleurs d'une faqon mons-
trueuse, levant sur le front, chez les Bangalas,
une cr6te semblable a un casque de peau. Les
Belges vantent le dressage de ces troupes come
un tour de force, et ils ont raison. Mais c'est qu'il
leur fallait rdussir; c'est que, devant percevoir
des imp6ts pour vivre, lutter contre les Arabes
de l'Est, imposer la cueillette du caoutchouc,
recruter des porteurs et conqudrir ce que 1'Eu-
rope leur avait donn6, ils n'6taient pas riches et
ne pouvaient continue A se ruiner en merce-
naires haoussas ou zanzibarites. Avec quelle mi-
fiance, pourtant, ils s'adressbrent d'abord aux
elements du pays, A ces hommes nus et farouches
don't quelques-uns encore regrettent leur mets
favori, des cheveux pil6s et mel6s a du sang
humaini La r6volte des soldats battft6las de
l'exp6dition Dhanis leur a montr6 que ce recru-
tement sur place n'4tait pas sans danger; A cette
heure ils 6tudient leurs peuples, ils font sur eux
de la psychologie sauvage, ils les dpplantent de
leur sol, ils melent les races. Et si leurs troupes






30 AU CONGO BELGE
n'ont pas encore l'Ame guerriere et francis6e, l'air
intimement soldat de nos tirailleurs s6n6galais, qui
sont les meilleurs d'Afrique, r6flechissez combien
l'oeuvre est encore jeune, r6fl6chissez aussi que
les Belges y d6pensent 7 millions par an pour
12 000 soldats et que, peut-Utre, ce n'est pas tout,
car la rumeur publique en accuse bien plus encore,
pays par la main toujours ouverte de celui qui
donne discretement, en souverain, ce qu'a gagn6
le propri6taire.

... Il y a un mercanti a Boma qui vend des
crAnes d'hippopotame. On me l'apprend, je me
hate vers lui : mais je n'aurais jamais cru qu'un
crane d'hippopotame fAt si lourd! Je renonce au
march! LA-dessus un de mes compagnons se
substitute A moi et part avec soixante kilos d'os-
sements blanchis et d'ivoire noirci, cadeau qu'il
destine A Anatole France. L'ing6nieux 6crivain
avait dit au donateur : ( Vous allez en Afrique,
rapportez-moi un dieu, ce sera peut-6tre celui
qu'on attend . On lui ramene un hippopotame.
Je ne sais pas si c'est absolument la m6me chose.







LE BAS FLEUVE


Pourtant, je ne regrette pas ma promenade.
J'ai vu passer un bien strange cortege : une tren-
taine de femmes qui trottaient docilement sous
la conduite de quelques-uns des rudes miliciens
de tout A l'heure. II parait que l'arm6e manquait
d'6pouses; on lui en envoie, c'est bien simple. II
a suffi d'6crire un petit mot aux chefs de villages,
qui se sont empress6s de proc6der A cette cons-
cription original. Dans quelques minutes, le
cortege de ces dames va passer sous les fenetres
du gouverneur g6n6ral, M. Fuchs, un homme
d'action passionn6 d'6criture frangaise, l'esprit le
plus curieux et le plus lettr6. II a sur sa table le
Cyrano de Bergerac de Rostand, les oeuvres de
Huysmans, l'Armde nouvelle de Gohier, et 1'6tude
de Lichtenberger sur la philosophie de Nietzsche.
Cependant, ses administr6s emportent parfois
encore au fond des bois des marmites oi ils font
cuire leur plat national, qui est un gigot de femme
au piment. L'Afrique n'a pas cess6 d'etre une
bien strange contree.
Maintenant, nous voilh rembarqu6s. Dans les
iles, 1'dlais dresse toujours l'ombelle harmonieuse







AU CONGO BELGE


et noble de ses palmes. Mais bientot le fleuve se
resserre, la vegetation s'appauvrit; la plupart du
temps il n'y a plus rien sous le ciel, que le tor-
rent des eaux puissantes et la nudit6 rousse des
grands dos bossus des montagnes. A des hau-
teurs diverse, mais par assises r6gulibres, des
terrasses 6troites s'6chelonnent dans les bancs de
schiste et de gres. L'une est A quinze ou vingt
mebres au-dessus du fleuve, les autres sont plus
haut. C'est a ces hauteurs que, successivement,
le fleuve coula. Lentement il a ras6 ses cataractes,
aplani ses rapides. II continue, depuis Yellala
jusqu'au Pool, a deraciner les marches de son
escalier. Aujourd'hui m6me son travail est a
peine termine, il bouillonne et fr6mit toujours.
Voici, en effet, que par-dela les quelques toits de
Nokki, la derniere station portugaise de la rive
gauche, apparait une chose strange et sublime.
Les vastes eaux se sont ici pricipities dans un
trou circulaire de trois cents mrtres de profon-
deur. Une cataracte 6tait li : on en voit encore
les traces. Ce fleuve, qui a parfois quatorze kilo-
metres de large dans le haut Congo, n'a que trois







LE BAS FLEUVE


ou quatre cents metres a l'entr6e et A la sortie de
ce cirque diabolique.
Fermes, simples de forme, des falaises trbs
hautes le dominant. Au-dessus, sur la rive droite,
a l'heure ofi je passe, le soleil tombe, le ciel est
d'un rose fr6missant et lger; du cotd de l'Orient
assombri, un feu indigene s'allume, monte A l'as-
saut des months en brfilant les brousses. II s'agite,
se tord, rougit en s'6teignant, et semble alors un
collier d'escarboucles qui danse sur la peau noire
et nue de la terre.
C'est le Chaudron d'Enfer. A l'6poque oft nous
sommes, les eaux sont basses, et on le franchit
sans difficult. Mais le Congo, A l'6poque de la
crue, monte de trente pieds au-dessus du niveau
actuel et tourbillonne dans cette prison. Le colo-
nel Thys, il y a dix ans, faillit y naufrager avec
un petit vapeur.


A peine sorti du Chaudron, on est a Matadi.
La nuit est tomb6e. Ce point de depart du chemin
de fer apparait illumin6, grand par les milliers
de tranquilles petites lampes qui descendent la
AU CONGO BELGE 3







AU CONGO BELGE


colline abrupte surlaquelle est bAtiela ville. Pour
chaque maison, il a fallu tailler dans le flanc de
la montagne; pour chaque rue, chaque sentier, il
a fallu le pic ou la dynamite. II semblait qu'il ne
pfit y avoir chose plus impossible que la fonda-
tion d'une cit6 en cette place. Mais le chemin de
fer ne pouvait Wtre que sur cette rive. En 1'6ta-
blissant sur 1'autre, il fallait passer h Manyanga,
sur le territoire frangais. La Compagnie, dit-on,
s'y 6tait d6cid6e d'abord, mais les n6gociations
entam6es avec notre gouvernement n'aboutirent
pas. Or, l'autre rive en aval appartenait aux Por-
tugais. Un peu plus loin, la navigation 6tait
arretie par les rapides. Matadi 6tait, certes, le
plus difficile des points de depart, mais c'6tait le
seul. Et on a vaincu la nature.
Il n'y a pas actuellement, dans le Congo mari-
time, de ville plus vivante que Matadi. Je dirai
m6me que c'est la seule, et qu'il doit fatalement
en etre ainsi, puisque c'est le vrai port d'arriv6e,
la suture entire l'Europe et le haut Congo. Ce
grand remueur de pierres, d'hommes et de capi-
taux qu'est le colonel Thys la voit dt6j trbs







LE BAS FLEUVE


grande; il en trace a grands gestes les futures
avenues, les prochains boulevards; il la people,
il la bitit; peut-etre y voit-il une Bourse, d16-
gante come celle d'Anvers, oh se fixeront les
course du caoutchouc et de l'ivoire. Et je crois
volontiers qu'il triomphera de tout, sauf du climate
et de la fibvre.
Car c'est 1l qu'est la faiblesse de la cite neuve.
Encaissee dans une gorge 6troite, elle est A la fois
un espalier que grille le soleil et un reservoir oi
s'accumule l'air chaud et malsain qui passe sur
le fleuve. Depuis la fin des travaux de la voie
ferree, la situation sanilaire est pourtant meil-
leure, et cependant les habitants content encore
de tragiques et rdcentes histoires, et montrent sur
leur visage cette esphce d'6nervement, de fureur
inquiete que j'ai vus dBji aux soldats d'une
colonne d'attaque. Ils ne sont pas sirs de vivre.
Pour lutter contre le danger quotidien, l'tat et
la Compagnie ont faith, et bien fait, leur devoir.
L'h6pital de Kinkanda, a une lieue de Matadi, est
sur une hauteur bien 6ventBe. Les malades y
vivent dans de petils bitiments sdpar6s, bien







AU CONGO BELGE


chez eux, bien soign6s. On y cultive un petit
jardin oif croissent quelques fruits d'Europe, un
singe familiar joue sur les verandas, et quatre
soeurs de charity de l'euvre de Gand suffisent a
cette tAche, oi elles ne semblent point s'attrister.
J'ai emport6 dans ma mdmoire la figure, les
gestes, les yeux, le son de voix de l'infirmibre.
Elle 6tait tres gaie, et riait souvent, en jouant
avec son singe. Cependant, tout en elle faisait
fondre l'Ame, comme le rythme de certain vers,
don't la puissance d'6motion semble ne pas venir
de leur sens. On ne doit pas 6tre trop malheureux
de mourir A Kinkanda; on y doit avoir une joie
singulibre A gu6rir.
J'exprimais, au retour, ces impressions rapides
aun d6put6 au Parlement belge, le comte d'Ursel.
I1 me fit alors visiter une ceuvre d'initiative
priv6e que je voudrais bien voir imiter dans nos
colonies. Il y a, par example, dans notre Brazza-
ville, une 6bauche de bibliothbque, on plut6t de
salle de lecture : des associ6s payment une petite
cotisation et mettent de plus en commun les
journaux qu'ils regoivent. C'est un commence-







LE BAS FLEUVE


ment, mais combien il est modest! Savez-vous
ce qu'a fait le fondateur de la bibliothbque de
Matadi, l'abb6 d'Hooghe? II a quWt6 en Belgique
l'envoi r6gulier des journaux d6ja lus, et l'on
trouve maintenant dans ses sales, sans qu'il soit
d6pens6 un sou, plus de cent journaux diff6rents,
belges, frangais, anglais, allemands. J'y ai vu le
Temps, les Ddbals, le Gaulois, le Figaro, 1'Auto-
ritd, l'Univers, la Revue des Deux Mondes, le Cor-
respondant, la Revue Larousse, le Tour du monde,
la Quinzaine colonial. Et j'en passe! Le baiiment,
en fer et en t61e, a cofit 5 000 francs pris A
Anvers. C'est 1'Etat qui a pay6. Le transport et
la pose ont Wt6 aux frais de la Compagnie du
chemin de fer : 70 000 francs!
Notez la difference de ces chiffres. En Afrique,
le prix intrinseque d'une chose n'est rien, le prix
du transport est tout. En some, l'ceuvre a eu
son local gratuitement.

... Je vais passer, avant de partir confortable-
ment en chemin de fer pour ce Stanley-Pool
inconnu il y a vingt ans, une derniere nuit sur







AU CONGO BELGE


l'Albertville. Un noir du Congo, qui a 6t6 a
l'Exposition de Bruxelles, est assis tout pres du
bateau, ( oxpliquant ), quelques compatriotes
moins civilis6s le feu d'artifice qu'on a tir6 hier.
Un interprete me traduit ses paroles :
( ... Feu d'artifice, c'est un true des blancs,
une habitude. De l'autre c6t6 de la mer, ils font
qa tous les soirs. Pendant le jour, leurs sorciers
font tomber les 6toiles, et le soir ils les rejetlent
dans le ciel... ,
On aura beau faire, on n'6tonnera pas ces
noirs, parce qu'ils croient au miracle. Ce qui
leur parailrait incomprehensible, c'est l'explica-
tion scientifique d'un ph6nomene. Aussi, le pr6tre
qui dit la messe et fait des gestes mystlrieux
semble-t-il leur inspire plus de respect encore
que le m6decin. Le pretre est le gang zambi, le
f6ticheur des esprits. Nul n'ignore que les esprits
menent le monde. Le m6decin, au contraire, n'est
que le gang counena, le felicheur de la purge :
le mot coundna est trop inergique pour que je le
traduise exactement. Mais, d'ailleurs, tout blanc
est un ganga, et par consequent invincible. Avec







LE BAS FLEUVE 39
une telle foi, qui fit que les Bangalas ne tirbrent
pas sur Stanley parce qu'ils le crurent un dieu,
n'est-il pas incroyable que ces noirs se r6voltent?
Et pourtant ils se r6vollent, parce qu'il reste des
f6ticheurs de leur race, et aussi parce que nous
les gouvernons sans les connaltre et que, meme
sans le savoir, nous soulevons des haines plus
fortes encore que leur terreur religieuse.


















III


DE MATADI AU STANLEY-POOL


La voie ferr6e. Toumba. Meeting de sau-
vages. Le Stanley-Pool. Brazzaville. Etat
actuel du Congo francais.




















... Voici des terres que de Brazza a fouldes,
des tWles noires qui, peut-6tre, se sont tendues
vers lui dans les palabres, il n'y a pas si long-
temps. C'6tait le premier blanc qu'on voyait; on
avait peur de lui. II fallut, un jour, qu'un indi-
gene, esprit fort et grand voyageur, osat l'aborder
pour que cette terreur se dissipat. Encore les
autres continuerent-ils a dire, en voyant sa
chaussure : ( I1 n'a qu'un doigt au pied, il n'y a
jamais eu d'homme come ga. C'est mauvais. )
Et Brazza dut se ddchausser et montrer qu'il avait
autant d'orteils que tout le monde. La meme
chose est arrive plus tard au capitaine belge
Van Gble, et 1'6preuve meme du ddchaussement
ne suffit pas. Le jury mdfiant fit cette r6flexion :


1r/40 juillet.







44 AU CONGO BELGE
( II a des orteils, mais ils sont blancs. Ce n'est
pas natural! ) Par bonheur, un boy repondit pour
lui : GC'est qu'il n'est pas comme les autres : il
se lave tout le temps! L'explication part con-
cluante.
Celle derniere venture parailrait invraisem-
blable si elle n'6tait rapportee par un grave g6o-
logue belge, M. Dupont. Et c'est dans ce meme
pays que je m'en vais rouler en chemin de fer
pendant quatre cents kilometres. Je suis sur le
quai de la gare de Matadi, d6cor6e de verdure.
Voila mon wagon, si spacieux qu'on ne croirait
point qu'il repose sur une voie large de 75 centi-
metres, et, dans les frais fauteuils d'osier, sont
assises trois delicates Europ6ennes. Sur cette
route ferr6e qui suit pendant quelque temps
l'ancien sentier des caravanes, encore sem6e des
squelettes des porteurs, je passe en parties de
plaisir. Ces contrastes ne sont-ils pas violent?
On m'a dit que la construction des dix-huit pre-
miers kilometres fut si dure que 30 0/0 seule-
ment du personnel d'alors sont rests debout.
Nous aussi, nous roulons sur des cadavres, et







DE MATADIAU STANLEY-POOL 45
pour les chefs qui, dans ces contr6es, vont a la
conquete du sol et des choses, en fendant des
rochers et en posant des rails, il faut le meme
sang-froid tragique que chez des g6neraux d'armde,
il faut dconomiser les hommes et pourtant, devoir
terrible, se resigner a en perdre. Pendant ce
voyage, dans un des nombreux discours prononces
on a rappel6 la m6moire de ceux qui n'6taient
plus, et ce n'6tait que justice. Nbgres de la c6te,
Noirs des Barbades, Chinois, fondirent comme
une neige. Les Chinois d6cim6s d6serterent.
Sachant vaguement qu'ils 6taient venus, dans un
navire, du cot6 oh le soleil se leve, ils s'enfuirent
a travers I'immense Afrique et marcherent vers
le soleil. Plus tard, on en retrouva quelques-uns,
mourants de faim, ayant pouss6 pendant des mois
vers leur but impossible. On ne sait m6me plus
oii sont les os des autres.


Mais je ne vais pas aujourd'hui vous center la
construction du chemin de fer. Je ne comprends
que ce que j'ai vu, et je n'ai encore rien vu.
Sachez seulement qu'en v6rit6 il y a peu de







46 AU CONGO BELGE
choses plus belles quele Congo au-dessus de Vivi,
tout pres de la grande cataracte d'Yellala. A plus
de 50 metres au-dessus du niveau des eaux, un
torrent de 600 mntres de large s'6trangle dans cet
space encore trop 6troit pour lui, puis s'arrondit
en gouffre. Sur une corniche a moiti6 taille
dans le roc, a moiti6 pose sur un mur de soutien,
les wagons passent et grimpent. D'en bas, ils
doivent sembler suspendus en l'air. C'est l'aurore,
et, a travers le brouillard equatorial, un soleil
rouge et sans rayons monte lentement dans la
direction des chutes, qui pendant des siecles ont
barricade le continent.
Au bout d'une demi-lieue de ce parcours sur
l'abime, apres avoir franchi un Apre ravin, nous
quittons le Congo pour ne plus le revoir qu'au
Stanley-Pool, et nous entrons dans la valley de
la M'poso, un torrent aux eaux vertes qui bouil-
lonnent dans un lit profound. Depuis des annees
innombrables, ces eaux remuent, au fond de la
meme crevasse, le m6me galet de pierre dure, et
ce galet a fini par forer un trou profound et circu-
laire, une ( marmite de gdant ). Ce ph6nomene







DE MATADI AU STANLEY-POOL 47
se reproduit a des centaines d'exemplaires et
remplit de joie les g6ologues de mon comparti-
ment. A ceux qui ne sont pas geologues il parait
creuser l'estomac. On apporte du champagne et
des sandwiches. La sobri6t6 est particulierement
recommand6e en pays equatorial : on ne s'en
douterait pas.
Cependant je commence a percevoir les diffi-
cult6s de l'ceuvre accomplie. II fallait partir de
Matadi, et alors on se heurtait a un massif ro-
cheux haut de 290 mbtres, celui du Palaballa. II
fallait trouver le col; on le d6couvrita 184 metres
et on gravity la hauteur avec un-parcours de cinq
lieues seulement. Mais on mit trois ans, on perdit
des milliers d'hommes, on jeta des millions, tout
le monde crut l'ceuvre impossible. Ce furent nos
S6n6galais qui la sauverent. Ces noirs, auxquels
nous reprochons certain d6fauts depuis que nous
en avons fait des Blecteurs, se montrrrent des
ouvriers merveilleux, r6sistants et patients. Je
les ai vus, et l'empreinte frangaise qu'ils ont
revue est bien solide. Personne ne leur deman-
dait, en ce pays stranger, de dresser en toute







48 AU CONGO BELGE
occasion notre drapeau : ils n'y manquerent pas.
Presque tous parent le jargon francais de Saint-
Louis, et ce fut entire eux et moi un signe de
reconnaissance : ( Toi y en avoir Wt6 S6n6gal! ))
A cette phrase nous nous sentions compatriotes.
Et sur toute la ligne, ce sont eux qui se sont mis
en t6le des manifestations instinctives, non pr6-
pardes, qui ont salu6 l'un des directeurs des tra-
vaux, M. Espanet, et aussi M. de Lamothe, que
quelques-uns se rappelaient avoir vu gouverneur
a Saint-Louis.
Le recrutement des S6nigalais r6solut le pro-
blkme de la main-d'oeuvre. Mais on avait longue-
ment tatonn6. II fallut quatre ans pour construire
vingt-huit kilometres. L'autre difficult 6tait le
passage des affluents torrentueux du Congo : la
M'poso, la Loufou, le Kouilou et l'Inkissi. On les
trouvait trop prbs de leurs confluents, dB6j 61argis
et encaiss6s dans des vall6es profondes. 11 fallut
done des points de quatre-vingts a cent mbtres et
des lacets pour 4viter les tunnels, des lacets bien
plus nombreux que les vall6es elles-m6mes,
comme dans tous les pays de formation primaire,







DE MATADI AU STANLEY-POOL 49

ofi la terre ondule A l'infini en grandes vagues
fig6es, qui se heurtent. Partir d'une altitude de
26 mMtres pour arriver, cent lieues plus loin, a
celle de 340 en passant par celle de 746, ce n'est
rien, a condition de trouver une pente r6gulibre.
Ce fut ce qui manqua le plus.


La caract6ristique la plus frappante de ce pays,
c'est l'absence de vie humane. Il n'est pas pau-
vre, irr6m6diablement infertile, aussit6t qu'on a
franchi les arides montagnes de Palaballa, mais
il est vide. Les Portugais y avaient organism la
traite; la demand industrielle moderne du
caoutchouc et de l'ivoire y a organism le portage.
Et je crois bien qu'apres tout le m6tier d'esclave
vaut encore mieux que celui de porteur. Je dois
pourtant faire observer que les routes du Congo
ne m'ont pas paru plus dures que celles de Mada-
gascar et que les charges dans le premier pays
sont moins lourdes. Or, je n'ai jamais entendu
parler, de Tamatave a Tananarive, d'un porteur
mourant de misere ou de fatigue sous le faix.
C'Gtait, parait-il, un accident commun le long du
AU CONGO BELGE. 4







5U AU CONGO BELGE
Congo, malgr6 des salaires trbs 61ev6s garantis-
sant une bonne nourriture. I1 faut vraiment que
les races indigenes du bas Congo soient affaiblies
par l'alcool ou qu'on leur ait trop demand. Quoi
qu'il en soit, le r6sultat total est le d6peuplemenl.
Les villages sont rares.
Le sol pourrait nourrir une population africaine
plus dense; mais les EuropBens ne fonderont
guere ici de grands ktablissements. II leur faut
des terres bois6es, produisant du caoutchouc, et
susceptibles apres d6frichement de cultures
riches. Or, le paysage que je vois ici, je 1'ai
rencontre bien souvent en Afrique : c'est la
savane, un sol assez sec, couvert de grandes
herbes et de petits arbres rabougris. Chaque
ann6e, ou deux fois par an, les indigenes brdlent
les herbes, ce qui n'ameliore pas le sort des petits
arbres, je suis forc6 de le reconnaitre. Mais,
quant a croire qu'il y a eu lI jadis d'immenses
forrts, que des indigenes disparus ont entibrement
d6frich6es pour planter du manioc, je ne puis
l'imaginer. I1 est d6montr6 que le feu n'atteint
pas les grands bois 6quatoriaux : il meurt a leur







DE MATADI AU STANLEY-POOL


pied comme la mer sur une falaise de granite.
Ceci est un fait qui n'est ni6 par personnel. II
faudrait done que des negres 6tonnamment tra-
vailleurs eussent coupe la fort sur des spaces
consid6rables. Je me permets de trouver l'hypo-
these hardie et jusqu'd present non v6rifi6e. L'ar-
gument le plus grave qu'on lui peut opposer,
c'est qu'A Vivi on reste six mois en saison shche
et que la fort est, en tout pays, le r6sultat d'une
humidity continue. Ce n'est certes pas moi qui
trancherai la question. Il est d6ej impertinent de
ma part de la poser.
Au coucher du soleil nous sommes A Toumba,
oi nous devons diner et passer la nuit. C'6tait
d6ji une imporlante station intermddiaire entire
le Pool et Maladi, une grande ( curie pour
locomotives ), et un entrep6t de caoutchouc et
d'ivoire avant 1'achbvement de la ligne. Mais
pour nous, on vient d'en faire une ville, une
vraie ville, avec deux rues de maisons de bois, et
un hallimmense pour le diner official. L'Etat du
Congo et la Compagnie se sont entendus. Nous
coucherons cette nuit dans ces fraiches maisons







52 AU CONGO BELGE
neuves. Dans huit jours, l'Elat les reprendra et
en fera des casernes. J'aurai l'honneur d'etre
remplac6 par plusieurs Bengalas sup6rieurement
tatou6s.


Mais quel strange spectacle nous attend d
Toumba! De ma vie je ne l'oublierai : une gare
de chemin de fer A l'europdenne, propre, froide,
nette, et brusquement, dbs qu'on en est sorti,
dans une large voie sagement dessine, un irr6-
sistible flot de barbaric, de barbarie absurde et
sauvage. J'ai vu bien des reunions de chefs noirs
au S6negal, j'ai vu mnme les fantasias des
Maures, et la noblesse, maintenant degrade, do
ces pillards du desert, change dans leurs yeux
rougis par les sables en une incurable rancune.
Mais cela! Des chefs sont assis sur des peaux do
panthIres; ils ont pour 6tendards des peaux de
pantheres accrochees a une pique; leurs tam-
bours sont doubles de peau de panthbre. Derriere
eux, les griots soufflent dans des comes de buffle,
dans de longues defenses d'Bl6phant; des mugis-
sements de brute sortent de cetle masse brutale.







DE MATADI AU STANLEY-POOL dJ
I1 est des chefs qui sont vetus de vieux uniforms
anglais; un autre a pass un gilet vert par-dessus
sa vested rouge, et, glorieusement, la plupart dri-
gent des casques de pompier, de ces casques
rests celbres, cr66s sous la Reslauration et
Louis-Philippe par l'imagination d61irante de
quelque chaudronnier admirateur malencontreux
du peintre David. L'un d'eux, meme, a trouv6 je
ne sais oi un gigantesque morion de cuivre sur
lequel plane une chimere d'argent, et il est nu
comme un guerrier remain, sauf une loque rouge
don't ii drape sa chair.
D'autres que lui encore sont nus, les cheveux
simplement tresses, un sale haillon autour des
reins, des verroteries rouges dansant sur leur
peau noire, qu'une crasse seche blanchit. Mais ils
ont d'6dranges 6p6es, des batons de commande-
ment d'6b~ne et de cuivre; leur nudity est guer-
riere. J'approche, et je vois que beaucoup de ces
armes sont europ6ennes, mais du xvi ou du
xvne siecle, glaives d6modes donnas par les con-
querants portugais, comme aujourd'hui on donne
un fusil a pierre, et gardes comme d'antiques et







AU CONGO BELGE


sublimes f6tiches. Sur un signe du g6n6ral
Dadlman, qu'elle est venue saluer, toute cette
foule brusquement s'6branle; on voit flotter, en
m6me temps que les peaux de b6tes fauves, des
ombrelles de traite a pans verts, oranges et
rouges. Tout cela, un instant, chante et joue dans
1'air leger et puis c'est tout. D'un grand bond
de c6t6 les sauvages disparaissent derriere les
maisons, et la place est vide.
Ils revinrent apres le diner pour les danses. Je
n'en parlerai pas. Sachez seulement que les
negres bakongo paraissent avoir le g6nie de l'ob-
sc6nit6, et qu'en ce genre les gamins et les
gamines de six a sept ans possedent une science
au-dessus de leur Age. Pres de moi, on discutait
gravement la question de savoir si ces danses
avaient un caractere religieux. C'est bien pos-
sible; mais quelle drble de religion! Les lectrices
seront peut-Atre heureuses d'apprendre que ce qui
se porte le mieux, aux bals de Toumba, c'est le
collier de dents de chien et de crocodile. On en
fait aussi en dents humaines, qu'on garde pour
l'intimit6 depuis l'arrivde des Europ6ens. Le







DE MATADI AU STANLEY-POOL


pagne de raphia est assez bien vu, mais non
indispensable. On comprendra par consequent,
sans qu'il soit besoin d'insister, que toutes ces
dames sont d6collet6es.


Le lendemain a quatre heures, avant l'aube, la
locomotive sifflait. Cette voie ferr6e de Matadi au
Stanley-Pool faith une singulibre impression.
Solide et robuste, mais petite, au milieu des
grands spaces deserts, elle disparait presque.
Quand sa voie unique p6nbtre dans une tranch6e,
on dirait de loin qu'elle va entrer dans un terrier
A lapins. Vers N'dol6, avant d'arriver A Toumba,
elle fait des lacets invraisemblables, un S presque
ferm6. Les pentes sont raiders, et, a cette 6poque
de l'annde, le froid se fait sentir assez rudement :
ce qui parait sous l'6quateur une assez mauvaise
plaisanterie. Mais c'est que, A measure qu'on
approche du Stanley-Pool, don't nous ne sommes
plus, au moment ofi je prends ces notes, qu'a
160 kilom6tres, la terre, plus riche et plus peu-
pl6e, est aussi plus haute. Nous franchissons des
cols 6lev6s pour retomber dans la vall6e de l'In-







56 AU CONGO BELGE
kissi qu'on traverse sur un pont de 100 metres,
au milieu d'un paysage equatorial un peu mes-
quin, mais aimable. Les j6suites ont une mission
tout pres de 1, a Kisauton, et nous font saluer
par un tas de petits ndgrillons. Apres quoi la
ligne n'a plus qu'a se laisser glisser le long de la
vall6e d'une rivibre capricieuse, la Loukaya, qui
coule sous une galerie de grands arbres touffus.
A quelques centaines de metres, de chaque cote,
c'est la savane, la terre couverte d'herbes, avec
de petits arbres qui la font ressembler a un verger
mal tenu. Mais ce berceau donne l'illusion de la
fort 6quatoriale. Les beaux palmiers rondiers
6vasent leurs troncs par le haut comme des
porte-bouquets. Les essences s'y heurtent et s'y
fondent: ce n'est pas, comme en Europe, un bois
de pins, ou de chAtaigniers, on de chines, c'est
comme un mus6e ou chines, chAtaigners, pins et
vingt autres especes, seraient rdunis.
Joignez leur tale par l'arrondissement de ver-
dures diffdrentes, emmelez ces cimes de la cheve-
lure des lines, faites-y monter parfois cette
plante de sous-bois au vert attendri, A la fleur







DE MATADI AU STANLEY-POOL 57
brulante et parfumee, qui est la vanille; imagine
un silence trouble seulement par les cris de quel-
ques singes et d'assez rares oiseaux : telle est la
( galerie ), le tunnel de v6g6tation oit passent les
rivibres du Congo, quand elles ne traversent pas
la r6elle fort 6quatoriale, incommensurable,
tide, muette et triste.
Et, quand nous sommes sortis de ce tunnel,
une plain court, qui parait sans limits : non
plus les terres ondulkes que nous avons traver-
sees jusqu'ici, mais la plaine d'alluvions, plate a
l'infini, couverte de gramin6es seches, une Beauce
avant la moisson. Jusqu'a l'horizon, sans une
colline, vari6 seulement par des bouquets d'arbres
tels que ceux oi, dans les prairies d'Europe, les
troupeaux s'abritent en We6, elle s'tlend d6serte
et presque sans pente. C'est lh que les ing6nieurs
ont pu poser 10 kilombtres de rails par mois, et il
ne faut pas s'en 6tonner.

Brusquement, au bout de cette plaine, une
lueur apparait a ras de terre et se reflete dans le
ciel : c'est la couleur de I'eau, c'est le Pool, im-







AU CONGO BELGE


mense Blargissement du Congo qui semble se
ramasser avant de sauter par-dessus la barriere
que nous venons de franchir. Et le train s'arrete
sur ses bords, A N'dolo. Une march de quelques
minutes nous mene a la station commercial la
plus proche, au vrai, au seul port belge, Kin-
chassa. Devant nos yeux, la mer int6rieure tale
ses 210 kilometres carr6s et sa grande ile cen-
trale, qui est francaise, Bamou, toute verdoyante
et bois6e, merveilleusement fertile, et cependant
encore inculte; elle attend la beche. Nous sommes
sur la rive gauche. La droite est francaise, et en
face de nous, vers le nord-est, cache derriere un
promontoire, c'est Brazzaville, tandis que le chef-
lieu belge, LMopoldville, est du m6me cobt que
Kinchassa, mais plus has sur le fleuve et d'un
abord assez difficile pour les navires.


Cependant des baobabs monstrueux dominant
un vaste ensemble de toits. Deux ont plus de
12 metres de tour, un autre en a 18. C'est le
siege de 1'une des plus grandes factoreries de la
SociWt6 anonyme belge, dirigde par un Francais







DE MATADI AU STANLEY-POOL 59
solide et adroit, M. Thierry, qui n'a pas craint
d'amener avec lui sa jeune femme. Cette soci61t
va se transformer, se franciser pour une large part
en s'adjoignant des administrateurs et des capi-
taux frangais; et elle continuera a Utre sous la
direction, en Afrique, de M. Thierry. On sait
qu'elle avait absorb jadis la maison entierement
frangaise Daumas, don't la flottille serait ainsi
entibrement devenue belge si le gouvernement du
Congo francais n'avait exig6 qu'elle continual a
battre pavilion francais. Seulement, depuis cc
temps, 1'Anonyme belge a vendu cette flottille,
et il ne reste gurre pour porter nos couleurs
qu'un tout petit steamer, la France, bien insuffi-
sant. Or, songez qu'il nous faut ravitailler les
postes du Haut-Oubanghi, nos expeditions vers le
Tchad! Alors il faut emprunter le Ldon XIII de
M'g Augouard ou les services de la compagnic
hollandaise. Tout le monde fait ce qu'il peut, j'en
suis sir, mais sans riussir toujours.
Actuellement, la situation est celle-ci : Brazza-
ville est le meilleur port du Pool. Mais c'cst un
port qui n'a ni am6nagement ni bateaux.







AU CONGO BELGE


II a Wt6 d6cid6 que les Francais iraient coucher
A Brazzaville, oh M. de Lamothe leur offrc aima-
blement l'hospitalil6, tandis que les Belges iraient
t L6opoldville et viendraient nous faire visit le
lendemain. Nous nous embarquons done sur la
France et nous retrouvons notre palrie, rien
qu'en traversant le lac. Car c'est la patrie, Braz-
zaville! Je l'ai senti rien qu'a la poign6e de main
que j'ai rescue, en d6barquant, de l'administrateur
d16lgu6, M. Henrion, la sonneric des clairons,
h l'allure des deux companies de S6n6galais qui
rendirent les honneurs a M. de Lamothe, a l'air
de Iroupiers frangais qu'ils ont sous les arms, A
la presence de Bonnel de M6zieres, 1'explorateur
qui va partir vers le Tchad en mission scientifique.
Une route qui monte en jolis lacets, et qu'on
vient de construire, conduit a la station plant6e
assez haut, sur une sore de falaise, au milieu des
arbres. Quelques batiments solidement construits
avec des briques cuites sur place, ktablis au meil-
leur march possible, par consequent, et assez
confortables, bordent une vaste place bien ombra-
g6e. Sur cette place, en quelques jours, M. Hen-







DE MATADI AU STANLEY-POOL


rion ct l'administrateur du Haut-Oubanghi,
M. Cruchet, ont, par un tour de force, dress
une tente Bl6gante, entierernent pavois6e, et qui
peut contenir deux cents personnel. C'estla qu'on
recevra les Belges demain. Nous ne leur rendrons
jamais toutes leurs attentions, mais ils auront de
la trompe d'616phant i dejeuner. C'est un mets
rare. J'ajoute qu'il est mangeable.
Le lendemain, nos h6tes arrivent avec un
retard de deux heures. Ce n'est pas leur faule :
leur beau steamer Brabant, mouille la veille au
board du quai do LUopoldville, s'est trouv6 6chou6
le martin, come un poisson hors de l'eau : le
Pool avait baiss6 pendant la nuit de trente cenli-
meires, et cola avait suffi : pareil accident n'eit
pas eu lieu a Kinchassa ou i Brazzaville, oil les
caux sent plus profondes. Enfin, tout s'est repar6 :
deux cents nbgres ont faith rentrer le bateau dans
son e16ment, oe nos qualre-vingts visiteurs portent
les toasts les plus aimables, boivent du champagne
ct mangent de l'el6phant, apres que le g6ndral
Dailman a pr6sid6 au d6fild de nos S6negalais,
don't il compliment chaleureusement les officers.







AU CONGO BELGE


Et dBs que nous sortons de la tente, voici
qu'une troupe noire et hurlante vient au-devant
de nous. C'est le chef Bongoua, don't la tribu
compile, dit-on, six d sept mille totes, et qui se fail
accompagner de deux autros seigneurs de moindre
importance. Tous trois sont ports sur des pavois;
ils ont leur peinture de c6r6monie, des lignes
rouges zbbrent leurs corps, les sagaies de leurs
homes sont peintes en rouge, et Bongoua lui-
meme, avec les deux disques blancs qui s'6talent
de ses oreilles a ses tempes, semble avoir les
yeux monstrueusement places de chaque c6t6 de
la tete, par une loucherie affreuse. Beaucoup de
ses hommes ont des sagaies empoisonn6es,
d'autres, d'dtranges couteaux A manches de cuivre,
et son f6ticheur, vetu d'un jupon de plumes de
coq, hideusement tatou6, tourne sans cesse autour
de lui. Ce grand prktre danse autour de son sou-
verain, don't il est le conseiller et le maitre.
Car c'est lui qui dispose du poison tout-puissant
don't une gorge peut ouvrir la succession royale.
Savez-vous qu'il existe des Bcoles de f6ticheurs?
L'initiation y dure jusqu'A six ans, dans des







DE MATADI AU STANLEY-POOL 63
huttes hautes de trois pieds. On y apprend quel-
ques secrets, une sorte de language maaonnique,
l'emploi des poisons, et les femmes qui appro-
chent du couvent fatal sont massacres. Ayant
fait de cette sorte leur droit, leur theologie et
leur m6decine, sans computer leurs sciences occul-
tes, les initids deviennent pretres, m6decins et
juges de paix. En g6n6ral, ils ne sont pas bates.
C'est ce qui les rend dangereux.
Ayant eu, la veille, peur d'etre repris par une
vieille dysenterie, souvenir d'une champagne en
Crete, j'ai dit au baron de Mandat-Grancey, le
spiritual 6crivain, et le plus aimable des compa-
gnons de voyage, que je donnerais tout le Congo
pour une tasse de lait. LA-dessus il me decouvre,
dans la suite de S. M. Bongoua... une nourrice.
Et il me l'am6ne triomphalement. Cette dame se
laisse faire d'abord avec docilit6; le baron est un
si grand charmeur! Mais j'ai le regret de voir que
je la s6duis beaucoup moins, et elle quite prdci-
pitamment, A ma vue, le bras de son introduc-
teur.
Les Batte6ks, que nous avons le plaisir de






64 AU CONGO BELGE
recevoir, se mettent a danser. Leur sentiment des
convenances gale celui es dBakongo. J'espBre
que vous ne voyez pas cela d'ici. Cependant on
me pr6vient en confidence qu'il y a mieux, prin-
cipalement le 14 juillet. Je le crois parce qu'on
me le dit, mais c'est difficile.
Bongoua, cependant, quite sa peau de leopard
et vient avec majesty, accompagn6 de son spouse,
saluer M. de Lamothe. La reine serait tres bien,
si elle n'6lait un peu fardde : la moiti6 du corps
en rouge, et le reste en blanc. M. de Lamothe
remet a son royal conjoint une piece d'6toffe, en
l'invitant a 6tre bien sage et & donner beaucoup
d'hommes pour les corv6es. Bongoua 6coute,
penche la t6le affirmativement et se met le pouce
dans la bouche pour prouver qu'il a soif. Telle est
sa facon de comprendre la politique.
(( I1 est tris poli aujourd'hui, me dit l'un de
nos hOles de Brazzaville. Mais c'est qu'aussi il a
regu une petite lecon. II y a quinze jours, comme
il avait manqu ai une promesse solennelle, j'ai
envoy6 deux Senegalais le ( crocher ) au milieu
de son village. II a pass quelque temps sur la







DE MATADI AU STANLEY-POOL


paille humide des cachots. Ce coup de force a fait
r6fl6chir ses administr6s et l'a rendu lui-meme
doux comme un mouton. Croiriez-vous qu'il y a
quelques mois a peine cette tribu, qui vit a trois
portees de fusil, ne nous connaissait pas? Quand
je suis entr6 dans le village, a chaque hutte, on
croisait la sagaie. Voici la premiere fois qu'ils
viennent, et c'est un grand signe de soumission.
Dans quelque temps, le march principal de la
region sera ici, a Brazzaville. Tel est le premier
resultat a obtenir. P
Le patriotism du personnel de Brazzaville et
son devouement sont au-dessus de tout Bloge.
( Dites bien en France, m'ont repit6 les moindres
agents, dites bien qu'il faut faire quelque chose
du Congo frangais; qu'il vaut le Congo belge!
C'est vrai. Mais pour le moment, c'est une colonie
sur le paper. L'objet de ce petit livre n'est pas
l'6tude de notre Congo : mais il est des compa-
raisons qui s'imposent et c'est d'ailleurs un
devoir de faire comprendre dans quel 6tat notre
negligence le laisse. Avec leurs faibles res-
sources nos administrateurs essayent d'6tablir la
AU CONGO BELGE. 5







66 AU CONGO BELGE
topographie du pays, d'engager les indigbnes a
tenter des cultures vivrieres, et A faire des plan-
tations de rapport autour de leur village. On peut
voir, a vingt minutes de Brazzaville, l'exemple
instructif de la mission des PBres du Saint-Esprit,
dirig6e par M9 Augouard.
En quelques annees, les missionnaires ont
d6frich6 trente hectares de plantations et de
jardins; ils rdcoltent les legumes d'Europe, ont
un troupeau de vingt boeufs, autant de mules, et
donnent, en leur apprenant en meme temps le
francais, un enseignement professionnel A une
centaine d'enfants noirs. Une communautd de
femmes, A quelques pas de l8, forme de la meme
fagon un nombre 6gal de n6grillonnes. Que
d'efforts! Mais administer et exploiter r6elle-
ment un pays grand au moins comme quatre fois
la France, et qui command le bassin du Haut-
Nil et celui du Tchad, avec un budget de 3 mil-
lions et 400 soldats, est-ce possible? Notre
Congo a W6t jusqu'ici sacrifi6.
J'ai pris ces notes, assis sur la terrasse d'une
vaste et comfortable maison du chef-lieu de la







DE MATADI AU STANLEY-POOL 67
province 16opoldienne du Stanley-Pool. Que de
differences, h6las! avec Brazzaville, malgr6
tout l'artificiel qu'on sent encore dans les cons-
tructions si large de la rive beige! Il y a du
plaque, mais aussi beaucoup de solide, un agen-
cement savant des parties, un personnel ob6issant
et intelligent, et l'on sent planer au-dessus de
tout cela une volont6 qui ne lAchera pas. Brazza-
ville est une station, L6opoldville est une ville.
Cela vaut la peine qu'on lui consacre plus qu'un
croquis de voyageur qui s'amuse. Ce qui va suivre
est une enquite, et je pr6viens d'avance que j'y
chercherai a savoir, et non pas a amuser.



















IV


LE CHEMIN DE FER


N6cessit6 d'une voie ferr6e.
La genbse financiBre. Les tariffs. L'Avenir.

















En 1895, le commerce total du Congo liopol-
dien 6tait de 24 millions. L'ann6e suivante, il
6tait de 31 millions. En 1897, il s'est hauss6
brusquement h 41 millions. Une singulibre pro-
portion semble exister entire ce progres constant
et l'avancement des travaux du chemin de fer.
En 1895, il y avait 104 kilombtres de voie achev6e,
l'ann6e suivante 195, et en 1897 une centaine do
plus. Cette annie, la voie est termin6e. On pent
done se demander quel nouveau bond vont faire
l'importation et l'exportation congolaises. En tout
cas, on voit des a present combien une voie ferr6e,
meme de puissance r6duite, comme celle-ci, a
d'influence en Afrique sur le movement com-
mercial.
Ceci pent nous encourager. Notre chemin de
fer soudanien, de Kayes A Bammakou, n'avance







72 AU CONGO BELGE
qu'avec lenteur. La voie de Konakry au Niger,
propose par le capitaine Salesses, drainerait des
regions incontestablement riches. Il n'est done
pas inutile de voir comment les Belges ont fait
aboutir leur project. On en a vu suffisamment, par
les notes precidentes, les difficulties techniques :
l'histoire financiere en est 6galement curieuse.
Ensuite, quels sont les tarifs du chemin de fer
congolais? quelle est pour eux la base adopt6e?
Il y a lA un enseignement. Quel est son avenir,
aussi? Sa prosp6rit6 sera-t-elle passagbre ou du-
rable? Et enfin, de quel oeil, nous autres Francais,
devons-nous considerer cette prosp6rit6? Voila ce
que je voudrais 6tudier.
Un simple coup d'ceil sur une carte du Congo
16opoldien suffit A rendre compete des difficulties
que les promoters du chemin de fer belge
avaient A vaincre. Le bassin du Congo est le fond
d'une immense mer interieure qui s'est vid6e dans
l'Atlantique par une brbche 6troite taill6e a travers
les months de Cristal. Le point de plus grande
depression est encore marqu6 aujourd'hui par la
paresse du fleuve et son 61argissement, qui atteint







LE CHEMIN DE FER


de 20 A 40 kilometres, y compris les miles entire le
lac de Toumba et l'embouchure de l'Arouhouimi,
dans la region 6quatoriale. La parties du bassin
reservee a l'Etat ind6pendant, comme on l'a fort
bien dit, a la forme d'une gourde g6ante. Au
centre et au sud, les districts de l'Equateur et du
Kassai, pays du caoutchouc et des plantations de
cafe et de cacao; a 1'est et au sud, le large com-
partiment du haut Congo jusqu'aux Stanley-Falls,
puis les prairies et les mines du Katanga; et c'est,
enfin, vers le nord, la fort de l'Arouhouimi,
vaste comme un continent, engourdie come
une bete dnorme, avec sa chevelure h6riss6e,
suante de vapeurs. Pour le moment, 1'exploita-
tion agricole, qu'on prepare, n'existe pour ainsi
dire pas; mais c'est un cimetiere d'ivoire et une
mine de caoutchouc. Seulement, jusqu'A ces der-
nibres ann6es le goulot de la gourde 6tait ferme.
I1 l'6tait doublement : par la nature d'abord, qui
opposait A 1'6coulement nature des marchandises
le long du fleuve une barriere de cataractes; si
bien que le commerce refluait vers l'est, fran-
chissait les grands lacs et gagnait la c6te zanzi-







74 AU CONGO BELGE
barite; et, pour 1'Etat ind6pendant, par la diplo-
matie, qui, donnant sa sanction a l'activit6 de
M. de Brazza, l'avait 6trangl6 vers l'Atlantique
entire les possessions portugaises et les posses-
sions frangaises.
Stanley avait d6couvert le Congo. Stanley, mis
en 1878 A la tWte du comit6 d'6tudes du haut
Congo, d'ofi est sorti l'Etat ind6pendant, alla au
plus press, fit une route, langa des bateaux sur
le bief navigable d'Issanghila-Manyanga, recon-
quit, avec une patient et violent astuce, une
parties de ce que Brazza avait acquis par une
diplomatic quasi mystique, et it organisa des
caravanes de porteurs. Actuellement encore, dit-
on, le roi Leopold recompense ses services par
une rente de cinquante mille francs, qu'il a bien
gagn6s.
Mais le portage A dos d'hommes n'6tait 6videm-
ment qu'un pis-aller. II 6tait aussi cruel que
l'esclavage, et tuait aussi sirement. Par cela
meme, il etait impolitique et faisait fuir les popu-
lations. Disons, si vous voulez, qu'il supprimait
de futurs consommateurs et de futurs travailleurs







LE CHEMIN DE FER


agricoles. Par une autre consequence, il 6tait
ind6veloppable, puisque ces populations 6mi-
graient d'autant plus qu'on leur demandait davan-
tage, et qu'on semait de plus de cadavres la route
des caravanes. Enfin, il etait d6moralisant pour
les chefs de cercle, auxquels on imposait le
m6tier de sergent rabatteur, pis que cela, de
garde-chiourme. Done la construction d'un chemin
de fer s'imposait : il est fait.


C'6tait d'ailleurs une question de vie ou de
mort pour le Congo l8opoldien, de ruine ou de
salut pour son souverain, qui avaitjete en Afrique
sa liste civil, sa fortune personnelle, imit6 en
cela par quelques-uns de ses proches et de ses
amis. Et puis, la France n'allait-elle pas essayer
de drainer par son Congo le commerce du bassin?
II faut avouer que les Belges ont montr6 dans
cette affaire incommensurablement plus d'initia-
tive, d'6nergie et de decision que nous. Ils avaient
quelques avantages. J'en ai d6jA cit6 un : l'unit6
du commandement. Pas de Parlement, pas de
commissions extraparlementaires, des rouages







AU CONGO BELGE


administratifs simplifies, une colonie consid6r6e
comme une affaire par un patron unique propri6-
taire. Il y en a un autre : 6tant donnd que notre
esprit d'expansion colonial n'est pas, malheu-
reusement, trbs vigoureux, nous avons pourtant
A operer sur une quantity de points divers qui
tous sollicitent en mome temps des capitaux peu
courageux. Les Belges n'avaient a s'occuper que
du Congo; ils ne parlaient que de leur Congo, ils
ne s'int6ressaient qu'A leur Congo sur la carte du
monde. Ils Btaient coloniaux ou anticoloniaux,
come en France; mais tout ce qui en Belgique
6tait colonial 6tait congolais. Prenez, si vous
voulez, l'excellente publication qui a le plus fait
chez nos voisins pour vulgariser et d6fendre l'en-
treprise du roi LBopold, le Mouvement geogra-
phique, dirig6 savamment et patriotiquement -
on ne saurait lui en faire un reproche par
M. A. J. Wauters. Vous y lirez en sous-titre :
Organe des int6r6ts belges au Congo. Ce o mou-
vement s est done limit. Il ne peut en Atre que
plus vigoureux.
Mais les Belges avaient aussi des d6savantages.







LE CHEMIN DE FER


Leurs capitaux 6taient, au debut, aussi timides
que les n6tres, et rien ne les preparait a une
oeuvre oi, malgr6 tout, le militaire doit preceder
le commergant. Une paix perp6tuelle impose par
l'Europe pouvait les avoir embourgeois6s, et
r6tr6cir leurs ambitions. Vivant a bon march,
la plupart avaient peu de besoins. Chez eux,
comme chez nous, c'est le paysan vivant de sa
terre qui forme le fond de la population. Par
bonheur l'industrie, favorisee par l'existence sous
le sol de vastes lacs de houille, la hardiesse des
banquiers et des marines armateurs d'Anvers, ont
pu neutraliser dans une large measure ces traits
de caractere. Enfin, tandis que la parties flamande
de la Belgique forme un fond solide, un peu lent,
mais a la fois sanguin et raisonnable, la portion
wallonne est gauloise : elle a l'esprit d'aventure,
1'esprit de conqu6te, 1'esprit de g6n6ralisation. Ce
sont apres tout des frbres de race qui ont march
au Congo belge, et, si nous avions un autre
regime colonial, chez nos gens de Roubaix, de
Lille ou de Tourcoing vous trouveriez peut-6tre
un Thys.







AU CONGO BELGE


Thys : un homme n6 dans un petit village de la
province wallonne de Liege et qui a passed de
l'6cole primaire A une cole moyenne de petite
ville enseignement analogue a celui de nos
classes preparatoires de lyc6e, de la neuvieme a
la septieme, avec une seule ann6e de latin. A
seize ans il est entr6 au regiment, et ne continue
ses etudes qu'& l'ecole r6gimentaire... En 1865, il
6tait caporal. Puis il est devenu fourrier, sergent,
sergent-secr4taire. II a conquis ses gallons, pouss6
jusqu'a 1'6cole de guerre, est arrive au grade de
capitaine d'infanterie. C'est un fils de paysan
devenu soldat; rien ne semble l'avoir prepare au
rble d'ingdnieur, de financier et d'orateur. MAme
ii met quelque coquetterie A nier 6tre tout cela.
C'est pourtant sa volonte qui a fait le chemin de
Sfer; il est l'Ame peut-Otre tyrannique de plu-
sieurs grandes soci6t6s congolaises. Homme d'af-
faires trbs moderne, pr6occup6 perpetuellement
d'agir sur les masses, il se vante surtout d'etre
un vulgarisateur. Il y a des hommes a femmes,
c'est un hommes A foules. II a sur elles une action
irresistible et quasi physique, et, quand il les







LE CHEMIN DE FER 79
tient, il ne les lIche plus, 6tant autoritaire comme
plusieurs mar6chaux d'empire a la fois.


Or, en septembre 1885, le roi L6opold pensait
deja a la construction du chemin de fer. Un syn-
dicat de Londres, de Manchester et de Liverpool
avait envoy des repr6sentants a Bruxelles. L'af-
faire avait Wtd presque conclue avec eux. Puis, au
moment de signer, ils avaient demand qu'on
accordat a leur compagnie le droit exclusif d'as-
surer la s6curit6 sur ses chantiers. C'6tait per-
mettre a une soci4th anglaise d'entretenir une
arm6e sur le territoire congolais : le roi L6opold
refusa. C'est alors que Thys entire en scene avec
MM. Briigman et de Laveleye, puis plus tard
M. Urban, le veritable organisateur financier de
la combinaison. Thys fait deux cents conferences
en quelques mois, et le conseil d'administration
de la Societd pour le commerce et I'industrie
du Congo accepted les bases du project. Ainsi
la compagnie du chemin de fer est la fille
de cette soci6t6 primordiale, et, a son tour a
contribu6 a en faire naitre d'autres, qui resent







80 AU CONGO BELGE
financierement plus ou moins int6ress6es les unes
aux autres.
On crut et on se trompa 6norm6ment -
pouvoir faire le chemin de fer avec 25 millions.
A ce moment, les caravanes du Congo amenaient
A la cote 200 tonnes d'ivoire et remontaient au
Stanley-Pool 1 800 tonnes de products europ6ens.
Le transport revenait pour ces quelque 300 kilo-
metres en ligne droite, a 1 000 ou 4 200 francs la
tonne. On tabla IA-dessus. La Compagnie assure-
rait le traffic d'une fagon beaucoup plus rapide et
moins al6atoire, et percevrait 1 000 francs; total,
2 millions de b6n6fice brut par an. Avec cela, on
pourrait marcher. II n'6tait pas encore question
du caoutchouc, qui, en 1890 ddjA, donnait pros de
1 200 tonnes.
Le gouvernement belge consentit A prendre
pour 10 millions d'actions, qu'on nomma actions
de capital, et qui ne devaient lui rapporter qu'un
revenue de 3 1/2 0/0, sans avoir droit au divi-
dende. Mais on lui assura un peu plus tard
1 800 parts de fondateurs sur les 4 800 qui furent
cr6ees et qui doivent toucher 40 0/0 du b6n6fice







LE CHEMIN DE FER 81
net, les d6penses d'exploitation et la rente du
capital une fois pay6es.
Restaient quinze millions A faire souscrire par
le public. On promettait A cette second s6rie
d'actions un revenue de 7 0/0, plus les dividends
possibles. Thys alla trouver un banquier de Berlin
qui 6tait, je crois, M. Bleichroeder. II avait 6t6
prevenu du ceremonial habituel de ce puissant
seigneur : s'il accueillait un ambassadeur finan-
cier avec une certain faveur, il lui offrait une
cigarette. Voulait-il montrer plus de de6frence, il
allait jusqu'au petit cigare leger. La faveur 6tait-
elle complete, il envoyait A l'heureux mortel le
coupon de sa loge A l'Op6ra. En trois entrevues,
le capitaine Thys eut successivement cigarette,
cigare et loge. Il se croyait au comble de ses
vceux. Par malheur, il avait oubli6 qu'en m6me
temps que financier un peu improvise, il 6tait
officer d'ordonnance du roi des Belges; et ce
n'6tait qu'a l'officier d'ordonnance que s'adres-
saient ces honneurs successifs. Quand il aborda
l'affaire, le banquier lui r6pondit froidement :
< Je n'entends rien A ces affaires-lA. Allez done
AU CONGO BELGE. 6







82 AU CONGO BELGE
voir le directeur de la Disconto Gesellschaft. II
vous r6pondra pour nous deux. > C'6tait un moyen
poli de se d6barrasser du capitaine. Celui-ci alla
pourtant A la Disconto. Ii trouva un Allemand
placide, qui lui offrit un bock, et jura d'6tudier le
project dans la nuit. Le capitaine revint le lende-
main, pour l'acquit de sa conscience: il Blait stir
d'un Bchec. Le directeur de la Disconto le regard
avec un certain 6tonnement et lui dit : a C'est
dr6le, votre affaire est 6tudi6e. Je m'en vais la
presenter a mes collogues. Des maintenant, je
souscris pour un million, et je demand un autre
million en option!
Le capitaine Thys retourna chez le baron Blei-
chroeder :
(( Eh bien! lui dit celui-ci d'un air de commi-
s6ration, ce brave Lent n'a pas accept; que
voulez-vous? nous n'entendons rien a ces affaires-
1I, ce n'est pas notre genre.
Mais non! ) dit Thys.
Et il rendit compete de la conversation qu'il
avait eue avec ce brave Lent ,. La figure du
baron change :







LE CHEMIN DE FER 83
SJe vous felicite, dit-il, je vous felicite de
tout mon cceur. Veuillez m'inscrire pour 2 mil-
lions ferme et la meme some en option. D
Et ce fut ainsi qu'on (( flota , comme disent
les Anglais, la Compagnie du chemin de fer du
Congo. J'ajoute dbs maintenant que le capital-
actions n'est plus de 25 millions, mais de 30, sur
lesquels le gouvernement belge a 12 millions
d'actions qui ne rapportent que 3 1/2 0/0 il
emprunte A 3, c'est un bdenfice de 1/2 0/0 et
6 000 actions ordinaires rapportant 7 0/0 plus le
dividend, et qui, payees 3 millions, en valent
plus de 7 aujourd'hui.
Mais on avait commis de graves erreurs d'ap-
prdciation; le kilombtre de voie ferr6e devait
colter 60 000 francs : il en cofla 240 000 au
debut, 100 000 A la fin. La mort faucha le per-
sonnel. En Belgique, beaucoup perdirent con-
fiance; les actions tomberent A 300 francs. Et
le chemin de fer, au lieu de cofter 25 mil-
lions, en a d6pens4 65! Ce n'est point par
l'exactitude des calculs que les fondateurs ont
triomph6, c'est par l'obstination et la foi : il







AU CONGO BELGE


faut dire aussi par l'appui persistent du Parlement
belge.
Actuellement, voici comment se decompose le
capital engage :
Millions. Francs.
Actions-capital a 3 1/2 0/0.. 12 Service d'interet. 420 000
ordinaires a 7 0/0... 18 Service.......... 1 260 000
Obligat. garanties a 3 0/0... 10 Service 1........ 350 000
Obligations a 4 0/0......... 25 Service 1........ 1 250 000
Totaux............... 65 3 280 000

Meltons, pour le service de la dette, 3 500 000
francs en chiffres ronds. II faut done que le che-
min de fer rende 8 125 francs par kilometre. Or,
avant m6me l'achevement de la ligne, le b6nefice
kilom6trique a BtB de 21 000 francs brut.
La lecture de ces chiffres a d6 6tre un peu
rude. Je les ai citds parcel que la combinaison
s'dloigne beaucoup de cells don't nous avons l'ha-
bitude pour nos chemins de fer coloniaux. Ii n'y
a pas ici de garantie d'interet, mais un Etat sous-
cripteur et int6ress6 dans l'affaire. Maintenant,
quel est l'avenir du chemin de fer? Il y a en Bel-
gique, A cette heure, un veritable emballement :

1. C'est en ajoutant 4/2 on 1 0/0 pour l'amortissement de la
dette obligatoire qu'on arrive aux totaux indiques.







LE CHEMIN DE FER 85
les recetles n'ont-elles pas 616 de 841 000 francs
pour le mois de juin dernier? Mais cette progres-
sion continuera-t-elle! N'a-t-on pas port en re-
cette le transport des matdriaux n6cessaires a la
construction de la voie? Le Congo est unc mine
de caoutchouc et d'ivoire. Actuellement, il y a
des stocks accumulds, le chemin de fer vient de
s'ouvrir, et c( ga se ddbonde ,. Aux temps gdolo-
giques, la mer interieure du Congo s'est un jour
vid6e dans l'Atlantique. On pourrait dire qu'au-
jourd'hui la mer de caoutchouc et d'ivoire s'y
6panche a son tour. I1 est done possible qu'apres
le d6bondage la course baisse, jusqu'A ce que ol
courant d'dcoulement prenne enfin son niveau
normal.
Pour Atre complete, il faut ajouter que la com-
pagnie a plusieurs resources. Elle pent diminuer
ses frais d'exploitation en employant la traction
6lectrique. II en estaujourd'hui trbs s6rieusement
question : et ce problme se confond d'ailleurs
avec celui de l'amdlioration de la voice. Le prin-
cipe, pendant la pdriode de construction, est de
r6duire les frais de construction au minimum,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs