• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Front Matter
 Lettre du Rio-Souverain de l'Etat...
 Premiere partie: Les appreciat...
 Deuxieme partie: Les refutatio...
 Tableau comparatif
 Table of Contents
 Carte














Group Title: Belge
Title: La vâeritâe sur la civilisation au Congo
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072123/00001
 Material Information
Title: La vâeritâe sur la civilisation au Congo
Uniform Title: Belge
Physical Description: 204 p. : col. map (folded) ; 23 cm.
Language: French
Publisher: Lebáegue,
Lebáegue
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1903
Copyright Date: 1903
 Subjects
Subject: Politics and government -- Congo (Democratic Republic) -- 1885-1908   ( lcsh )
History -- Congo (Democratic Republic) -- To 1908   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par un Belge.
General Note: "Avec une carte" - t.p.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072123
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 26882934

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Page 1
        Page 1a
    Front Matter
        Page 2
    Lettre du Rio-Souverain de l'Etat independant du Congo a tous les agents de l'Etat
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Premiere partie: Les appreciations
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
    Deuxieme partie: Les refutations
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
    Tableau comparatif
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
    Table of Contents
        Page 203
        Page 204
    Carte
        Page 205
Full Text


La VQritt sur la


Civilisation au Congo


PAR UN BELGE


AVEC UNE CARTE


S.P f .
J. LEBGUE
i 46,


BRUXELLES
& Ci', LIBRAIRES-DITEURS
rue de la Madeleine, 46
1903





A~THCR- :'i r~~ ~b -EiS~ ~
o e IL




k;


"w,


LA VRIT

SUR LA


CIVILISATION AU CONGO





































Bruxelles. Imliimerie J. JANSSENS, rue des Ariiuriers, 2:;.







LA VRIT

SUR LA


CIVILISATION AU CONGO


PAR UN BELGE


AVEC UNE CARTE


B3RUXELLE S
.1.LEBGUE& C, LlB RAIJJE S-D)'ITEuu S


v,. -,
















Sous l tile ( CIVILISATION IN (ON(OLA.N , un/ liCre
vient de paraitre, qui rdite, soigneusement collec-
tionnes, les attaques et accusations dirigces, en divers
temps, contre l'Ltat du Congo.
Cetcte compilatiion n'est pas compl/te. Elle omet de
reproduire, i cote dles attaques, les refutations et les
r'etification.s au,rquelles elles ont donned lieu.
La prsente brochure a pour but de conble'r cette
lacune involontaire de l'auteur et de permettre ainsi
au lecteur de se /brmer une opinion en connaissance de
ca use. lle dbute par u ensemble de citations
e' d'apprciations, sur l'anrre des Belges en Afrique,
,inant, )pour un certain nombre, dil' tdmoins
o, 'laires.


UN BECILGE.
















Lettre du Roi-Souverain de l'tat indpendant
du Congo tous les agents de l'tat







Bruxelles, le 16 juin 18 7.


MONSIEUR,


Les agents de l'tat indpendant du Congo ont t duri.ment
pro ivs dans ces derniers temps. Leurs rangs se sont ouveris aux
coups cruels et rpts du sort. M'associant aux tmoignages
d'unanimes regrets que provoquent des pertes si douloureuses,
je tinis rendre un homage de reconnaissance tous ceux qui
ont vaillamment sacrifi leur vie dans l'accomplissement de leur
devoir.
Comme toute grande cause, celle que nous servons au Congo a
eu di nombreux martyrs.
Aix dpositaires de leurs viriles traditions, je veux dresser
quelques paroles que me dicte mon cwur.
La mission que les agents de l'tat ont accomplir au Congo est
noble et leve. 11 leur income de continue dvelopper l'euvre
de la civilisation au centre de l'Afrique quatoriale en s'inspirant
directement des principles noncs dans les Actes de Ierlin et de
Bruxelles.
P acs en face de la sauvagerie primitive, aux prises avec des
coutames sanguinaires datant de milliers d'annes, ils ont les








-4-


rduire graduellement. Il leur faut soumettre les populations ( es
lois nouvelles don't la plus imprieuse come la plus salutaire 3st
assurment celle du travail.
Dans les pays barbares s'impose, je le sais, une autorit fo ':
pour amener les indignes, qui n'y sont gure ports, aux pratiqu e
de la civilisation : cette fin, il convient la fois d'tre ferme et
paternel. Et tout d'abord, dans une contre come le Congo, :a
population native est la base de la richesse propre du pays. C', ;t
assurer son libre panouissement que doivent concourir les pi r-
miers efforts.
Nos socits policies attachent avec raison la vie humane in
prix inconnu des communauts barbares. Quand s'implante par ni
ces dernires notre volont directrice, elle a pour function 'e
triompher de tous les obstacles. Le rsultat ne saurait tre acqi s
par de seuls discours, quel que soit leur souffle philanthropiquc,.
Mais si, en vue de la domination ncessaire de la civilisation, il (s:
permis de computer le cas chant sur les moyens d'action q ie
confre la force, sanction supreme du droit, il n'en reste pas moi is
vrai que sa fin dernire est une couvre de paix. Les guerres n,.
indispensable ruinent les rgions o elles svissent, nos agents (
l'ignorent point. Aussi, du jour o s'affirme leur supriorit etffe-
tive, leur rpugiie-t-il profondment d'en abuser. Aux malheurel x
noirs qui se trouvent encore sous l'empire de leurs seules traditio is.
d'avoir cette horrible croyance que la victoire n'est definitive q;ie
lorsque l'ennemi tomb sous leurs coups est mutil. Les soldats dle
l'tat se recrutent forcment parmi les natifs. Ils ne se dpouille il
pas immdiatement des habitudes sanguinaires transmises de gn -
ration en gnration. L'exemple des officers blancs, la disciplii
militaire, leur inspireront l'horreur des trophes humans don't i's
sont prts s'enorgueillir. C'est dans leurs chefs qu'ils doivent vc r
la vivante demonstration de ce principle suprieur que l'exercice ( e
l'autorit ne se confond nullement avec la cruaut : la second ruil i
la premiere.
Je me plais penser que nos agents, presque tous volontair, s
sortis des rangs de l'arme belge, ont toujours present l'esprit
les rgles de la carrire d'honneur o ils se sont engags. Animii








- 5 -


d'un pir sentiment de patriotism, peu managers de leur sang, ils
le seront d'autant plus de celui des indignes qui verront en eux des
protectors tout-puissants de leurs vies et de leurs biens, des tuteurs
bienveillants don't ils ont un si grand besoin.
Notre programme tous, je tiens le redire ici avec vous, c'est le
travail de rgnration matrielle et morale qu'il s'agit d'oprer chez
des populations don't on a peine mesurer la dchance ou la condi-
tion dshrite. Des flaux affreux don't elles semblaient au sein de
notre hlumanit les victims dsignes cdent dj peu a peu notre
intervention. Chaque pas en avant fait par les ntres doit marquer
une amlioration dans la situation des indignes.
Dans ces territoires d'tendue infinie, la plupart vagues et en
friche, ou les natifs ne savaient que se procurer la maigre sub-
sistance quotidienne, l'exprience, le savoir, l'esprit d'invention et
d'entreprise de l'Europen font surgir des richesses jusque-l
insouponnes. S'il cre les besoins, il les satisfait dans une bien
plus large proportion encore. La pntration des terres vierges
s'opre, les communications s'tablissent, les routes sont ouvertes,
le sol livre ses products en change des articles si varis de nos
manufactures. Le commerce lgitime et l'industrie prennent leur
essor. A measure que se transform l'tat conomique, les biens
prennent une nature intrinsque, la proprit particulire et publique,
base de tout dveloppement social, est fonde et respecte au lieu
d'tre abandonne la loi du hasard et du plus fort.
A cette prosprit matrielle, o se solidarisent toute evidence
les intrts des blancs et des noirs, va correspondre chez ces der-
niers le dsir de s'lever. Leurs natures primitives ne rsisteront
pas indfiniment aux efforts pressants de notre culture chrtienne.
Leur education une fois commence ne sera plus interrompue. C'est
dans sa russite que je vois le couronnement de la tche entreprise
par les ntres et si admirablement seconde par nos prtres et nos
religieuses. tablir un contact direct, immdiat avec les indignes
rpandus dans le vaste bassin du Congo a t la parties de notre pro-
gramme la plus urgente raliser. Ainsi fut fait dans l'espace de
quinze ans sans le concours d'aucun tat, si ce n'est celui que prte
la Belgique. La creation de tout un rseau serr de stations substi-








-6-


tue graduellement h la guerre sauvage, incessante de tribu t ibi,
de village village, un regime de paix.
D'une entit gographique physiquement dtermine, l'Et: du
Congo est devenu un pays frontires prcises, occupes et ga d]s
sur tous les points, rsultat peu prs sans example dans l'his loire
de la colonisation, mais qui s'explique par la concentration de ,us
nos efforts sur un champ unique d'action.
Les difficults que nous avons, quant nous, rencontres s ront
rduites de beaucoup quand sera ralis brve chance le ch mnin
de fer du Bas-Congo au Stanley-Pool.
Je fais ici un novel appel au dvouement don't nos agents o it
dj donn tant de preuves pour que la creation de cette voi lde
communication porte aussitt que possible tous ses fruits. 'est
elle qui reliera intimement le Congo la mre patrie, qui perir it:a
l'Europe attentive don't les regards nous suivent de prendre en :on-
naissance de cause un bienveillant intrt nos travaux. C'esi elle
enfin qui imprimera nos progrs une allure de plus en plus r; pide
et dcisive et qui introduira bientt dans les vastes region, du
Congo tous les bienfaits de notre civilisation chrtienne.
Je remercie nos agents de leurs efforts et je leur ritre l'exl ";-
sion de ma royale affection.
LOPOLI .
Eioi. VAN EETVELE,.
(Parue dans la Bel'ique colonial du 1 i aot 1898.)
















PREMIERE PARTIES




LES APPRECIATIONS




S1"'. Traitement des Indignes.

Je ne laisserai pas sans rponse les accusations portes contre
les agents de l'Etat.
Durant la tourne d'inspection que je viens de fire dans les
districts de l'intrieur, j'ai ou l'occasion d'examinier les modes
d'administration, de voir comment sont traits les natifs, de me
rencontier avec beaucoup de missionnaires, et je dclare qu'il est
francliement malhonnte de riprsenter les agents de l'tat come
cruels e: inhumains envers les natifs.
S'il y a eu des abus individuals, come il y en a partout, je me
suis assar que les instructions donnes par le gouvernement ses
agents, au sujet de leurs rapports avec les natifs, ont t entire-
ment excutes.
AiinoN WAIIIS,
(ouverneur gnral (le l'ltat indpendant du Congo.
(Tinies, 31 mai 1897.)








-8 -


L'impartialit veut que nous prenions en consideration h gran-
deur de l'oeuvre, les difficults rencontres et les rsultats a teints,
si nous dsirons apprcier avec justice l'administration de l'I tat du
Congo. Si des fautes ont t commises en Afrique par c rtains
agents, elles n'ont pas compromise le but gnral, et il n'est pas
craindre qu'elles se reproduisent. Il faut rendre au gouverneir icn de
l'tat cette justice qu' il n'a pas hsit et n'hsitera jamais punir
les agents responsables .
On peut dire que le systme adopt par certaines gens, i[2 fer-
mer les yeux sur les choses grades et belles accomplies pai l'Etat
et de mettre en evidence, en les exagrant, les fautes inv tables
commises l'origine de toute entreprise colonial, montre ( e leur
part un parti pris qui procde bien plus de la cupidit que d ; vues
philanthropiques.
JLLES HOUDRET,
Consul gnral de l'tat indpendant du Con ;o.
(Times, 10 avril 1897.)




Je ne suis pas plus dispos dfendre l'tat du Congo di s cri-
tiques anglaises et autres, que je ne suis dispos affirmer que l'.xplo-
ration et l'administration britanniques en Afrique n'ont jam is t
accompagnes d'incidents regrettables. Je ne puis que dclarer en
toute loyaut que la trs petite parties de l'tat indpendant du Congo
que j'ai vue, depuis que ces contres sont administres par des g ents
belges, possde d'excellentes constructions, des routes bien fait 's, et
que cette parties de l'tat est habite par d'heureux noirs qui,
souvent et sans que je les y aie amens, ont compar devan moi
l'heureux present avec la misre et la terreur de l'poque ( i es
Arabes et les Manyema s'taient tablis chefs et marcl minds
d'esclaves dans la contre.
Sir HAIIII JOIINs'rTN,
Commissaire special de S. M. Britanniqii
pour le Protectorat de l'Uganda.
(The Uganda Protectorate, vol. I, p. 198.)









-9-

Eu dipit de ces lments de la civilisation arabe, que le mar-
chand d'esclaves avait assurment implants dans la fort congolaise,
les ravages et les cruauts taient devenus nombreux. Des quantits
de noirs avaient t iornibleineit mutils, des mains et des pieds
tranchs, et des seins de femmes coups. Tous ces hommes par-
laient le swahili; ils m'expliqurent que ces mutilations aux-
quelles ils avaient survcu, ce qui n'est possible qu' des ngres-
avaient t commises par le marchand d'esclaves Manyema et sa
bande : parfois cruaut gratuite, parfois punitions de vols ou
de dsertions. Ne se pett-il que beaucoup des homes mutis dans
le nord et l'est de l'Etat du Congo don't l'on parle tant, soient aussi
des survivants de la civilisation arabe ? Je sais qu'il est d'usage
d'attribuer ces outrages la soldatesque native et aux corps
de police au moyen desquels les Belges maintiennent l'ordre et per-
oivent 1ls taxes; et, quoique jn sache fort bien que soldat et poli-
ceman ii dignes peuvent commettre, sous l'imparfaite adminis-
tration bl)ege come sous l'impai faite administration anglaise, toutes
sorts d'atrocits, comme nous savons que cela s'est fait au 3Mas-
lionaland et dans l'Uganda tous les mfaits ne peuvent tre
mis leur charge, car beaucoup sont le fait des marchands arabes
qui ont cpr des raids dans la contre, et de leurs dignes adeptes,
les Manyema. Je puis affirmer hautement que, de la frontire
anglaise, prs du fort George, jusqu' la limited de mes voyages
dans le Mbuba, dans l'tat du Congo, sur tout le course de la
Semliki, les indignes paraissaient heureux et prospres, sous
l'excellente administration de feu le lieutenant Bleura et son
adjoint, M. Karl Erikson. Les villages et plantations installs dans
le voisinage du fort Mbeni montraient que les natifs ne craignaient
pas les Belges. Les nains affirmaient galement la bont des
blancs du pays.
Sir HAIIiY JOIInSTON,
Commissaire special de S. M. Britannique
pour le Protectorat de l'Uganda.
(The Uganda Protectorate, vol. I, p. 197.)








- 10 -


Je suis heureux de croire que quelques-uns des faits ra po:tts
sont tout fait faux. Il est certain que quelques-unes des rv ;lions
publies dernirement ne m'ont t rvles pour la premiere fc is que
par la voice de- journaux. Je suis convaincu que dans chaci i des
districts o notre socit (B. M. S.) est reprsente par une s alin,
le gouvernement de l'tat est infiniment plus bienfaisant qu' uicun
des rgimes indignes que j'ai connus, et que les personnel i, les
proprits sont de plus en plus en sret.
Rv. GIRENiELL,
Missionnaire de la Baptist Mlissionary Swi'etj.
(Timnes, 31 mai 1897.)



Je crois administration congolaise, en gnral bien intent inne
et aussi active que le permettent les moyens a la disposition dt gcu-
vernement. Il y a videmment des cas isols de conduit rpi hin-
sible et de mthodes fautives, don't sont responsables les oil :icrs
subordonns i l'tat. Il se produit cependant un effort progress if en
vue d'obtenir un corps de fonctionnaires qui puisse amliorer Jans
de grades proportions toute administration. Pour la plupai les
rapports au sujet des cruauts sont exagrs. Je ne nie videir ment
pas qu'il se soit pass trop de cas de l'espce, mais ce que e ie
crois pas, c'est que l'administration central Borna ou Bru: I lles
soit l'instigatrice de ces actes, ou qu'elle les protge.
Rv. VE.NEII,
Missionnaire de l'A mcrican P'rcsb!iterian ConyIo 3iIs io.i.
(Interview Reuter, Morning Post, le 30 janvier 189!).)




Plusieurs otficiers de la force publique m'ont assur que ja nais
ils ne frappaient un noir, mme quand il avait tort; leurs y 'ui
ce systme est le seul qui done des rsultats satisfaisants.
(Au Congo, p. 1 2.) PIERE VEIRIIAEGIIEN
Conseiller Provincia .









11 -

Je regrette que des missionnaires donnent course des opinions
errones concernant les actes et la politique de I'tat qui nous couvre
de sa protection, et cela prcisment au moment o beaucoup d'inci-
dents semblent dnoter chez certaines personnel une politique
d'opposition systmatique l'tat. J'espre, Monsieur l'inspecteur,
que, connaissant les missionnaires anciens et nouveaux avec les-
quels vois avez t en relations, vous n'1 ii' ~ pas vous trouver
d'accord avec moi quand je dis que le plus grand nombre d'entre
eux n'prouvent que (les sympathies pour le gouvernement qui a
surmont tant de difficults dans la tche de substituer l'ordre et le
bien-tre la terrible anarchie qui existait jadis sur toute l'tendue
du territoire du Congo.
Dans l'accomplissement d'une entreprise si considerable qui exige
tant d'agents et des lines politiques si varies, il est tout natural
que des erreurs se produisent parfois.
Il peut mme arriver que les prcdents de l'histoire se repro-
duisent, que des excs se commettent, que le gouvernement soit
critiqu et rendu responsible de ces actes.
Je puis aflirmer, quant moi, que les autorits suprieures de
l'tat du Congo n'ont jamais fait mauvais accueil aux critiques
justes et l'expos (les actes rprhensibles de certain agents.
Elles n'lhsiteraient pas, selon moi, un seul instant, mettre tout
en ouvre pour fire cesser (les abus dmontrs. J'ai l'assurance,
Monsici.r le Baron, que, avec tous les homes bien peasants, vous
reconnaltrez que les devoirs d'humanit nous obligent signaler
ces faits,, le cas chant, et letter pour obtenir la repression des
abus et des infractions contraires aux lois ainsi qu'aux principles
qui forment la base mme de l'tat.
Yakusu, 9 mars 189(i.
Rv. GIENFELL,
Missionnaire de la Baptist M3.. .'.... : Societ!i.
(Le C'ongo belge, 15 aot 1896, p. 100.)








- 12 -


Je me suis convaincu par moi-mme pendant ces deux der ires
annes, que, au moins dans le district du Katanga, les agents eiio-
pens traitent autant que possible l'indigne de l'Afrique cei rrale
avec justice et douceur et autant que les agents de n'importe iuelle
autre nation le considrent come un tre human, ayant pa 'faite-
ment le droit de vendre, aux conditions qui lui plaisent, son t aiail
et ses vivres. Quand j'arrivai pour la premiere fois au Coiio,, :
l'poque oi les fonctionnaires du Comit special tablissaient Icur
administration, et avant que je fusse entr en relations person eicies
avec eux, je trouvai quelques natifs arms, qui se posaient en
soldats du gouvernement belge et qui menaient plus ou moinoi une
vie de vol et de pillage, drobant tout ce qu'ils rencontraient l.es
natif croyaient que ces homes taient la police autorisi o de
l'administration europenne, don't les agents blancs n'avaien pas
encore paru ; et des memes ebrs de mon expedition me racontri uit la
conduite scandaleuse d'un askari belge. J'ai appris plus ta'd
l''rreur grave que nous avions commise en pregnant ces hot unes
pour des employs du gouvernement. En un temps relative lelit
court, ils avaient compltement disparu, emmens ou chasss par
les agents du Comit. a
G. GirY,
Ingnieur anglais en mission au Kata~nfi a.
(M3orniiig Post, 20 janvier i1903.)





Sans doute, partout o la civilisation est aux prises avei [cs
tribus sauvages, des abus et des conflicts sont invitables; in:s 1
est souverainement injuste de rendre l'tat du Congo response ile
de ces abus et de ces conflicts, quand il fait tout ce qui est pos' Ible
pour les prvenir et les rprimer. Quelle difference et quelle ani lio-
ration depuis quelques annes! Dans toute la region de Kisani i, i
plusieurs lieues i la ronde et malgr les dillicults du portage aso-
lument ncessaire l'tat, les guerres de village village, lui
autrefois dcimaient la population, deviennent rares et sont press [1I'i









- 13 -


inconnues. Les noirs aujourd'hui vivent en paix entire eux. Cepen-
dant quelques tribus plus loignes du centre ont de la peine se
soumetire l'tat et risquent parfois de se rvolter contre lui; mais
si la raression est ncessaire et si elle est, parfois, un peu forte,
elles doivent s'en prendre uniquement elles-mmes, leur impr-
voyance et leurs passions sauvages.
Rv. P. VAN HENCXTHOVEN,
Suprieur de la Mission des PP. Jsuites.
(Prcis historiques, fvrier 1897, p. 49.)




En gnral, dans le district du Stanley-Pool, les noirs se
rjouissent de voir les postes de blancs s'tablir prs de leurs vil-
lages.
Plusieurs fois, au course de son voyage, M. le commandant
Antoine a t pri par les indig ies et mme par des chefs assez
puissants, de fonder chez eux des stations militaires. La raison en
est bien simple. )ans ce pays, les chefs se font souvent la guerre
entire eux; les villages sont exposs aux attaques inopines et aux
surprises nocturnes de leurs ennemis... La presence du soldat blanc
est pou les noirs une protection iilicace.
Rv. Pre VAN HENCXTHOVEN,
Suprieur de la Mission des PP. Jsuites.
(PrIcis historiques, 189), p. 382.)




J'ai pu constater galement que le pouvoir central, et aussi la
plupart des Belges tablis au Congo, sont anims d'un esprit vrita-
blement civilisateur dans leurs rapports avec les indignes.
PIERRE VEliIAEGtHEN,
Conseiller Provincial.
(Au Congo, 1898, p. 150.)









- 14 -


Sauf la rvolte des Batetela, qui s'est droule dans la partiE fron-
tire orientale (le l'tat, tout est tranquille au Congo. Au suji des
histoires d'atrocits, je ne nierai pas que, dans les premiers jo is de
l'existence de l'tat, il ait pu s'en passer ; mais, par la suite, elle- ont,
pratiquement, disparu. Le pavement aux officers et agents bel. .s de
commissions sur la production du caoutchouc et de l'ivoire a t
aboli depuis la tin de 1895. Dans mon propre district du Haut- el,
la rcolte du caoutchouc a toujours t effectue sans dur t. ni
cruaut; en fait, le caoutchouc est apport de plein gr EF les
chefs, qui en reoivent le payment en change.
GUY Bunnows,
Capitaine de la force publiqi
de l'Etat indpendant du Conl i (1).
,Interview de l'agence Reiter. Times, 17 dcembre 1897.)



Evidemment, vous devez comprendre que pour le moment j s lis
an service (le l'Eita du Congo, et bien des gens pourraient 'nsi-
drer ce que je dirais en faveur de l'tat, come empreint d( :)ar-
tialit. Mais je puis vous assure qu' mon avis il serait impo si ule
pour lqui que ce soit de fire un rapport dftivorable sur l'cru' de
l'Etat dans la province oriental.
L'administration est excellence. Le pays est parfaitel t ';u-
quille, des Falls au Tanganika. Les tribus indignes para sent
satisfaites et heureuses et sont payes par le government pe ur
chaque travail qu'elles font.
Le prix du caoutchouc a aiugment et tout individu qui en ai po''te
en recoit le pavement. Jadis le meurtre et le vol taient fir:i i:ts
chez les tribus indignes, mais ils sont devenus trs rares ; 3t la
vieille coutume appele mwavi ou preuve du poison, seuil rii
voie de disparition. La justice est administre de ifaon impai iale,
et je crois fermeimenut que les natifs commencent apprcii : les
bienfaits d'un bon gouvernement. D. MOIUnL,
Ancien consul des tats- iiis.
(Tinies, 26 novembre 1901.)
1) L'aiteur (le The custc t.f < c'itral ,I /rta.









I 15
S.J'opposerai aussi aux accusations de M. Lloyd le '' i;i. .. r du
Rv. G. Grenfell, de la Baptist JMission iary Soicet!, home de
grande habilet, que ses mrites placent au premier rang de ceux
qui ion combattu en Afrique pour la cause de l'humanit. Personnel
mieux que lui ne connait les ind ignes. Les natifs le connaissent
bien aussi, et ils ont mis en lui celte entire confiance que provoque
la sinchiil. Le Rv. M. Grenfell a 'fait souvent des tournes dans la
region des Stanley-Falls et a eu toute occasion d'tudier les proc6-
des et les habitudes de nos agents. 11 a exprim plusieurs fois sa
complete approbation du traitement auquel sont soinmis les I.l.l;_', -
Il y a peu de temps, il voyageait dans une parties dte la region
laquelle 31. Lloyd fait allusion, niais il n'est pas rest dans les
environs des routes; au contraire, il a visited tous les coins et
recoini oii, si nos agents avaient t disposs permetire des
pratiques condamnables, ils auraient pu le fire leur aise. Au
retour de ce voyage, le Rtiv . Grenfell a jug de son devoir
d'expriin.er la hiate opinion lque la perfcciion de note admiiistra-
tion ui avait inspire, et de nous sotiiaiter le succs de cette
dillicile iche de l'oiganisation de la contre.
Major M.\LFLXT,
Commissaire gnral de l'Etat indpendant dii Congo.
(DI. ili Chronicle, 25 novembre 1899.)



J,, trouvai partout les natifs en relations amicales avec les auto-
rits belges. Les excellentes routes et les stations biien coustruites,
de mine-' que le confort envoy par les marchans iit v ai sois, ont
introduit dans ces regions sauviages un traunge alllux d ci ilisation.
Sir lHenry Stanley serait bien tonn des change ii ents qui se
sont products dans des parties de la fort qui, il y douze ans,
taient pour lui et son expedition plus loignes de a civilisation
que l1 ple Nord.
Sir hAfiltY Jol IS'liOi,
Commissaire special de S. i3. ritannique
pour le proltctoral de ITg[nda.
iGe'ofriphical Journ'al, jan ier 1r90 p. 9 )









- 16 -


Voyez les coles, les hpitaux, les villes actives et florissaiints,
les entreprises commercials prospres, la satisfaction exprime pjir
les missionnaires anglais et amricains (pour ne pas parler des nis-
sionnaires belges), tout cela ne l'emporte-t-il pas sur les fautes t la
corruption, exagres jusqu' l'extravagance par l'Aborigenes Pr tec-
tion Sociely? Oublic-t-elle que le Roi Lopold, pour couper coi "t
ces griefs, cra, il y a peu de temps, une commission mixt, de
missionnaires de toutes les nationalits et de toutes les confess cis
en vue de contrler les abus et de les signaler aux autorits? (m o -
ment les missionnaires de cette commission n'ont-ils pas soulev
une tempte, et comment le missionnaire Sjublom, qui ne fait ar-
tie d'aucune commission, et qui a le premier fait une plainte aux
autorits locales et a ensuite fait une plainte Londres, ne l'a-t-il [as
souleve? J'ai connu personnellement beaucoup de personnel :ui
ont rsid au Congo en quality de fonctionnaires ou dans des si ca-
tions commercials : celles qui sont animes de sentiments d'irn a-
tialit et don't les paroles ne peuvent tre mises en doute, dcla tut
que jamais au Congo elles n'ont vu ni entendu parler d'aucun les
crimes et des abus au sujet desquels on fait tant de bruit en Eurun e.
Non, l'oeuvre a t une euvre humanitaire, la Belgique et les Be ;es
ont fait des prodiges dans le dveloppement de l'Afrique, llappclcz-
vous qu'il y a dix ans seulement que l'oeuvre est commence; ce qui
restera i fire avant d'atteindre la perfection s'tend l'infini ; i i.i:
pour un petit pays, don't la population entire n'est pas beauc up
plus nombreuse que celle de Londres, le travail accompli dj est
herculen. Rendons Csar ce qui appartient Csar.
Times du 2 juin 1897.
(De son correspondent anversois.




Quant la condition gnrale des affaires du Congo, il ne pei t y
avoir de doute que l'attention attire par les divers interviews pub is
dans la press anglaise, a t pour beaucoup dans l'amlioration (le
l'tat des choses. La preuve en est que les rcits d'atrocits ont c(-.i









- 17 -


rcemnreni. L'anne dernire, non moins de vingt personnel, de
nationt.lil anglaise et amricaine, ont t envoyes dans des stations
reculcs de l'intrieur, o jusqu'ici des Belges seuls avaient t
emplo)s. Le fait que, dans ces postes loigns, (les personnel (le
nationalit diffrente travaillent cte cte, doit assurer dans une
large measure un traitement meilleur des indignes. La commission
nomme par le Roi, quoique son ceuvre doiv e lre ncessairement
lente, rendra de grands services en prvenant le retour d'airocits et
en faisant punir les coupables.
(Interview d'un resident, communique par l'agence Reuter
au Times, 25 septembre 1897.)



( J'ai eu de nombreuses occasions d'apprcier les instructions
que le comit special done ses agents et la faon don't ces instruc-
tions sont excutes. Plusieurs membres de mon expedition et moi,
sommes entrs en relations trs suivies avec les indignes de ce dis-
trict, 4t nous avons parfois employ come porteurs et miners
plusieurs centaines de travailleurs. Il fut vident pour moi, quand
j'arrivai dans la contre, que les natifs n'avaient jamais subi (le mau-
vais traitements de la part des blancs. Ils ne montraient aucune
hesitation travailler pour mon expedition et m'apporter en vente
(les quantits de nourriture, et parurent toujours contiants dans un
payment quitable du travail ou de la nourriture. i
G. GIIEY,
Ing-nieur anglais en mission au Katanga.
(3fMrnig Post, 20 janvier 1903.)




Ayant eu de longs rapports avec les officers belges en Afrique,
j'ose dire que chaque fois que le Gouverneur Gnral, Boma,
apprendrait que de tels crimes ont t commis, une enqute appro-
fondie serait ouverte et les malfaiteurs punis; je ne vois pas dans
ce qui a t public que les personnel auxquelles nous devons le









- 18 -


rcit de ces atrocits aient jamais inform les autorits suprie ires
de ce qui se passait dans le Haut-Congo, et il est en coiisqu i ce
diflicile (le voir comment le Gouverneur provincial, le Gouveri cur
Gnral, le Secrtaire d'tat Bruxelles et le Roi Lo l,11
pouvaient agir contre les coupables. S'ils taient empchs d'il ni-
mer les autorits Borna, pourquoi, en informant la pr -se
anglaise, ne pas tre prcis et ne pas dfinir leurs accusat ons
de faon ce que, si les fonctionnaires au Congo avaient voul les
nier, les fonctionnaires de Bruxelles eussent pu agir? Si j'ai bc iin
mmoire, le Roi Loopold est un lecteur assidu du Times et i'il
voyait dans vos colonies qu'un lieutenant Hansen a ordonn qu [in
femme ait les seins coups ou qu'un lieutenant Jansen a dl unm
200 coups de chicotte a une femme, ou bien encore qu'un lie le-
nant liunsen a fait dmembrer une petite fille, nous pouvons c 'up
sr croire qu'immdiatement il cblerait au Gouverneur Gnral 1ou i
lui demander ce qu'il connait de ces horribles cruauts. Mais de' int
des accusations vagues et gnrales contre ses officers, le Roi ni
peut naturellement que se refuser croire de telles histoires.
Sir HENRY M. STANLEI
(Tinmes, 16 septembre 1896.)






) es cas de rvoltes partielles ont surgi invitablement penai.l,
cette premiere priode, et surgiront encore. Certaines tribus de
l'intrieur, ombrageuses et non encore accoutumes entireni r':
aux Europens, se sont opposes l'installation ou au maintier dce
l'autorit de l'tat. Ces rvoltes don't, il faut le reconnatre, on il
des examples aux dbuts de toute entreprise colonial et d i l
aucune parties de l'Afrique occupe ne s'est trouve indemne, ont t
assez rapidement touffes. L'emploi de la force a t ainsi rei 'u
ncessaire, et les agents de l'tat qui se sont trouvs dans l'alterna i',:
d'y recourir avaient leurs droits et leurs devoirs prciss dans es
instructions du gouvernement : Avant d'en venir aux mains aec









- 19 -


les indignes, disent-elles, les agents chercheront enter en
ngociations avec eux, et ils doivent se persuader qu'il est plus
avantageux d'obtenir pacifiquement la reparation du dommage
caus l'Etat que de l'obtenir par la force des armes. Le gouver-
nement ne se dissimule pas que des rpressions nergiques sont
parfois ncessaires, mais il estime qu'il ne faut y recourir
qu'exceptionnellement et alors seulement que tous les moyens de
coniliation ont t puiss... En tous cas, lorsque le recourse a
la force sera devenu inevitable, le gouvernement doit tre renseigne
exateoment et compltement sur les motifs qui l'ont dcid(.
et les operations doivent tre conduites alors de manire ce
n que, autant que possible, les vrais coupables soient seuls atteints.
Les troupes rgulires et auxiliaires doivent toujours tre coni-
ma ides par un Europen... La proprit des indignes ne
potrra tre dtruite et on ne pourra ecourir l'incendie dus
villages... Les operations seront conduites sans cruaut... Les
blesses devront tre soigns, les cadavres respects, les prison-
niers traits avec humanity, les femmes et enfants places sous la
protection directed du chef des oprations...
Le gouvernement a la conviction que ces instructions ont t
gnralement observes; dans les rares cas o elles ont t trans-
gressees, il n'a pas hsit, comme il le ferait encore l'avenir,
frapper les agents responsables de peines disciplinaires ou
judiciaires.
(Rapport au Roi-Sourerain du 25 janvier 1897, BULLE1IN
OFFiciEL DE L'ETAT iNDiPEMDA DU CONGO, janvier '1897,
pp. 62 et (i3.)




J'ai l un rapport de M. De Lancker, juge envoy en mission
dans le Haut-Congo. Ce rapport est dat du 27 mai 1890; donc
d'hiei. Il a interrog plus de trente missionnaires appart.anat
diverses dnominiations pirotestaites. Certains de ces vaillants pion-
niers ont plus de dix annes de sjour. Eh bien! ils sont tous








- 20 -


d'accord pour dclarer qu'ils n'ont rien reprocher aux fonctionnai 'es
de l'Etat, avec lesquels ils ont entretenu les meilleures relations.
C'est l un tmoignage d un magistrat, un homme imparti 1,
qui n'a en vue que la recherche de la vrit. Son devoir tait de
poursuivre sans piti, en me et conscience, toute personnel qui 3e
serait rendue coupable de cruauts ou d'excs. Et voil ce c ie
recueille ce magistrat, en cherchant la vrit, propos de toutes i es
accusations don't, depuis plus de deux ans, les ennemis de l'ou' re
du Congo entretiennent la press.
Ciu. LIEBRECHTS,
Secrtaire gnral du Dpartement de l'intriei ,'.
(Interview du Journal de Bruxelles, Il septembre 1896.)




Je considre come un vritable devoir pour moi de rend e
mes hommages aux officers de l'arme belge, qu'on attaque a\ c
tant d'injustice. J'ai pass quatorze annes de ma vie avec eux, u
j'ai appris les estimer. Je le proclame bien hant, je me refuse i
croire aux assertions de gens peu recommandables, qui prtende t
apprcier en un rapide entretien les uvres grandioses de vos of i-
ciers d'Afrique.
Je n'ai videmment pas lu tout ce qu'on a crit contre les agen s
de l'Etat; il n'y a pas deux semaines que je suis rentr ; mais,
le proclame, s'il est des gens lui affirment que vos compatriot. 3
ont dmrit en Afrique, ils disent ce qui n'est pas. Le peu que ,
connais des attaques parues en ces derniers temps suffit soulevt'
mon indignation. Je suis vraiment trs tonn de ce que la press: i
belge ait prfr croire aux calomnies propages par des stranger ,
plutt qu'aux protestations des propres enfants de son pays.
MI. LERMAN,
Ancien officer autrichien.
(Interview du Journal de Bruxelles du 4 octobre 1896.)









- 2l -


M. Paul Lemarinel contredit les aflirmations que les mthodes
de colonisation employees par les Belges seraient plus inhumaines
que celles adoptes par d'autres nations. Qu'il y ait eu des abus
d'autori,, il ne le nie pas, mais il maintient que c'est une erreur
de les inraliser et il considre que le code en vigueur dans
l'Etat du Congo a t inspir par une relle sollicitude pour les
intrts des natifs.
M. PAUL LEMARINEL,
Inspecteur d'Etat.
iTimes du 18 fvrier 1896.)



Qr and il arrive que les noirs subissent de mauvais traitements,
ce ne sont jamais l que des abus individuals de la part de quelques
agents isols, dsavous et punis, du reste, par l'autorit suprieure
qui se montre trs svre dans la repression des actes de malveil-
lance commis par les blancs l'gard des noirs.
Il n'y a rien de cach ni de mystrieux, au Congo. Ce que je
vois et lis, tout le monde peut le voir et le dire.
PAUL CoNREUR.
(ilndlpedlance belle, 3 aot 1897.)



La rcolte du caoutchouc n'a commenc dans l'Uell que cette
anne. Salisbury, qui est rentr en Europe au milieu de 18 9, ne
peut donc pas dire qu'elle ne se fait qu'au prix des pires atrocits ;
il n'en ;ait rien. Mais moi qui ai vu comment on s'y est pris pour
dterminer les noirs rcolter la prcieuse sve, je dois reconnatre
que l'on n'a pas eu grand'peine persuader aux chefs indignes de
prescribe leurs sujets de se consacrer cette besogne, qui est
d'ailleurs rmunre.
GUY Bunnows,
Capitaine de la force publique de 1'Etat du Congo.
('toile belge, 26 septembre 18!)7.)











Les accusations contre l'Etat ont surtout trouv un cho < om-
plaisant dans la press anglaise; elle a accueilli les dnoncia ions
de quelques officers ou agents dmissionns pour incapacit, qui
lui ont prsent les fits sous un jour exagra et sans signal r en
mme temps le correctif. Si regrettables qu'ils soient, ils n'atteig 'int
ni en cruaut, ni en tendue ceux que M31" Olive Sclireini r et
Miss Mary Kingsley reprochent leurs compatriots. Qua it a
M. W. 11. Brown, non seulement il avoue l'emploi de moei s
firoces dans le Rhodesia, mais il les proclame d'une ince-s.i
ineluctable pour la foundation d'un empire colonial.
Cil. BtLs,
Ancien bourgnestre e Brux I:.
(Croquis coigolais, 1899, p. 212.)



D'une part, les svrits de la loi pnale, d'autre pari. Its
instructions ritres donnes au personnel de l'Etat de traite les
indignes avec quit et justice, rendront plus rares encore les
quelques cas d'abus qui ont t constats.
Ces cas sont rests, quoi qu'on en ait dit, des cas individuel-, et
c'est en vain qu'on a chercli les reprsenter come la co is-
quence d'un systme dfectueux administration en ce qui cone ire
notamment l'exploitation du domain. Cette exploitation a fait, d(is
l'origine, l'objet de nombreuses instructions gouverniementales I re -
crivant aux agents charges (le ce service de n'employer' jamais ( ie
des moyens d'action coniit'rmes aux principles d'humanit.
(Rapport au lRoi-Souveraii lu 'li'j juillet 1900, |liiiiU EN
OFFIciEL, 1900, p. 138.)



ii Que peut-on demander l'Etat indpendant du Congo? ,iu'il
prenne touteses ls measures opportune pour viter que des faits n1-
blables (de svices) ne se reproduisent et qu'il promulgue une li gi,-
lation pnale svre, qu'il organise (les tribunaux vigilants et : .i's
pour rprimer des acies coupables, s'ils venaient :i se :eprodi i'(e.











C'est prcisment ce qu'a fait le government congolais : il a pris
les przautions les plus minutieuses pour que ses agents ne fussent
pas mdls aux operations commercials des socits. Non seulement
il leur est dfendu formellement de cooprer d'une faon quelconque
a leurs operations, mais il leur est interdit de recevoir aucune prime,
aucune gratification des socils comimreciales, sous pine d'un
chlimiiiint svre.
Ellei sont nombreuses, les mesuies lwises par l'Eiat du Congo
pour xeiller la scurit dles indignes. Les instructions publies,
notamment en 1 '., out dliiii les rapports des agents du Congo
avec les habitants et prescrivent minutieusement la conduit i tenir
par les agents de la force publique en cas de conflict. Il y est dit,
notamment, qu'aucun agent ne pourra recourir la force des armes
centre les indignes s'il ne se troupe en cas de lgitime defense et
s'il n'y est dment autoris par ses chefs. Les troupes en expedition
doivent toujours, quoi qu'en a i pu dire tantlt l'honorable M. Lorand,
tre ccmimandes par des Europniis. Jamais donc les soldats noirs,
come le disait l'honorable propinant, ne sont livrs a eux-mmes.
Quand ils sont en expedition, ils sont toujours commands par un
blanc.
Baron DE FAVElEAU,
Ministre des Affaires Etrangres.
(Aiiales parlemeuntaires. Chambre, Ii avril 1900, p. 1040.)





( Quand il y a des abus conmmis, on les redress; quand on peut
les rparer, on les rpare ; quand il faut les punir, on les punit;
et mme, quand on parvient les catcher, tout en les arrtant, on
les cache.
Comte CHARLES D'URSEL.
Unle visit o l'Elat iilelindlemiit du ConHo, ,REVUE DES
)DEUX MONXES, 1" novembre '1!00.)









- 24 -


Quand je quittai le Transvaal, les Belges y taient accus dc
mille cruauts. Et je m'attendais les trouver, dans leurs static s,
occups dcouper toute la journe des bras, des ttes et des
jambes de ngres, sans jamais les remettre ensemble. Or, i ai
voyag avec des officers et des agents belges pendant un ai et
demi, et j'eus la surprise de ne rien constater de ce que j'avais pu
craindre. Bien plus, dans notre grope, il m'arriva de devoir i ioi-
mme faire la loi au lieu de devoir y trouver trop de svrit.
M. KEMPEr-Voss.
Ingnieur anglais.
(Confrence Bruxelles, Petit Bleu du 12 dcembre 1900.)


Je crois de mon devoir de dmentir dans son ensemble l'as. .r--
tion qui m'est attribue propos de la colonisation belge.
Questionn ce sujet, j'ai dit : Qu'ayant eu l'occasion de c ni-
naitre plusieurs officers et de visitor leurs stations de l'Elat dW.
Congo, je suis convaincu que la conduite de ces messieurs a ite
bien mal interprte par la press. J'ai cit come preuve i o
experience personnelle, qui est en opposition avec une versi in.
rcemment publie par la press anglaise, qui les accuse de gran l[s
cruauts. Il est possible et mme probable que les sergeants il Ji-
gnes la tte de petits dtachements, abusent de leur autorit; n .is
aussitt que ces excs parviennent la connaissance des office :'
blancs, la plus svre punition est inflige leurs auteurs.
Major H. H. Giilross
(The Egyptiani Gazette, 3 septembre 1900.)


J'ai vu beaucoup de Belges dans mon voyage; je me suis ari
dans onze postes belges, j'ai pass quinze jours au Katanga et ti n)s
mois dans le Haut-Nil et je n'ai jamais rien remarqu qui pt c r-
roborer les accusations de barbarie portes contre eux en p tLs
grande parties, semble-t-il, par les indignes, en qui on a moi ir
beaucoup trop de confiance. n
Major H. H. GlimBoxs
(La Mtropole du 18 septembre 1900.)










En fait, l'accusation gnrale de cruaut, porte contre les
agents de l'tat, est profondment injuste, et rien n'est plus contraire
la vrit que de prendre quelques rares exceptions comme la mani-
festaticn d'un systme de barbarie voulue. Toute la legislation de
l'Etat indpendain, toutes les instructions de son gouvernement, la
conduite de la presque totalit de ses agents, attestent le souci com-
mun L'assurer la personnel, la vie, aux biens de l'indigne, la
protection laquelle il a droit. C'est d'ailleurs ce qu'exige videm-
ment 1 intrt mme de l'Etat.
La loi pnale dicte des peines svres contre quiconque violent
les indignes, et les tribunaux, on le sait, ont frapp rigoureusement
certain blancs coupables de svices sur les noirs.
Les tmoignages qui constituent le fond de vos rquisitoires sont
le fruit de la calomnie ou tout au moins d'exagrations odieuses.
Nous avons y opposer les attestations de tmoins oculaires, auto-
riss (t dsintresss. L'honorable M. de Broqueville citait tout
l'heure le tmoignage de M'' Augouard, qui exerce depuis des annes
son ministre aux confins du Congo belge. Il reconnat loyale-
ment aujourd'hui que ces abus ne se commettent plus. .1'ai e l'lion-
neur de voir M"' Augouard il y a un an. Il m'a dclar, moi
aussi, que la colonisation par les Belges en Afrique mrite d'tre
propo'ce come example ses compatriots.
Comte DE SMETr DE NAEYER,
President du Conseil des Ministres.
(Chambre des reprsentants, '16 juillet 1901. Annales
parlemeontires, session 1900-1901, p. 1976.)





R Il a t de mode dans le pass, pour les voyageurs qui ont t
au Congo, de le dcrier de toutes faons, mais c'est pour moi un
trs vif plaisir d'tre en measure d'affirmer que, seul, un critique de
mauvaise foi pourrait trouver redire l'administration de l'Etat
aujourd'hui.
Vous me demandez enfin de me prononcer au sujet du prtendu


-- 2 -









- 26


meurtre de plusieurs centaines d'indignes qui auraient refuse c.e
fournir la quantity de caoutchouc requise. Je ne puis rien lire,
l'affaire s'tant passe hours de mon district. Personnellement, j i.e
crois pas cette histoire, si ce n'est d'une manire trs rd :ite.
Et je dois vous l'aire remarquer que les autorits prennen les
measures voulues pour livrer les coupables, s'il y en a, a la ju-tice
sommaire.
Je protest absolument centre l'effort absurd que l'on fait our
endosser aux autorits la responsabilit d'actes de violence qu 1les
ne peuvent contrler d'ici. De tels actes commis lorsque j'tai li-
bas auraient t signals, et il est vident qu'on prend mainte giant
des measures pour en empcher le renouvellement autant qu'i e;it
possible. Dans toute institution humaine il y a des imperfecti .is;.
et l des employs se montrent indignes de la confiaice mis en
eux, mais c'est l, mon avis, l'exception plutt que la rgl
1). 3IoIuN,
Ancient consul des Etats- ni .
(The Times, i2 novembre 191.)





Ici, come chez nous, la justice veille sur les actes de iut
agent et plus d'un blanc s'est vu octroyer les bienfaits de la pi -on
de Boma...
Les crimes de la Mongala ont t tals en plein jour et just e a
t faite. Il est de notre devoir imprieux de signaler au gouvc nm-
ment le moindre acte rprhensible et la moindre des incartade 'a;t
svrement punie.
Lieutenant Di:vo
(Impressions ',. ...!. 3, Mo VEMIET DES MISSIONS CATHIOLI i I S
AU CONco, janvier 10)03, p. 12,.)









- 27 -


Je re connais des atrocits que par ou-dire, je n'en ai jamais
t tmcin et n'en ai jamais rcui la preuve assermenle et je n'ai
pas eu na moindre dillicult avec quelque natif que ce soit durant
mon long voyage travers l'Afrique. Si je suis sceptique au sujet
des atrocits friquentes et continuelles au Congo, je ne veux pas du
tout dire qu'il n'y en a jamais eu, puisque les tribunaux du Congo
- auxquels l in'y en a pas de suprieurs dans l'Afrique tropical
- ont condamn de nombreux Europens des peines diverse
d'emprisonnement. Les ordres les plus rigoureux sont donns aux
agents suprieurs d'infliger de svres punitions pour le mauvais
traitement des natifs et ces ordres sont rgulirement exciuts, mais
qui peu: empcher les excs de natures brutales? Le sort des indi-
gnes c(ans l'Elat du Congo est, autant que j'ai pu le constater,
plein de processes, il n'y a pas de doute que les lois de l'Etat pro-
tgent les natifs eflicacement et qu'ils sont administrs aussi bien
qu'il est possible par un personnel dirigeant ncessairement peu
consid'ra oe en raison de l'ionrme tendue dle territoire a occuper.
Tous les contracts de services des .'-i;_ ., soit Congolais ou
d'autres, tribus, sont soumis un examen trs minutieux et plus
d'un Europen s'est plaint de ce que la loi montrait une plus grande
sollicitude pour les indignes que pour les blancs.
Capitaine CiH,\ALEs LE'MAImE.
(Ti'ime du !) octobre 1901.)

















2. La Justice.


Le gouvernement entend que la justice remplisse impartia nf-ent
son rle : s'il est indispensable que les infractions commises ] ar les
indignes ne restent pas impunies, la loi pnale doit aussi p iuioir
atteindre les blancs qui donneraient l'exemple d'actes ill gaux.
Les agents de l'tat ont peut-tre cet gard dles devoir: plus
stricts : je puis dire qu'ils en ont le sentiment et je suis here] x, au
milieu des suspicions don't ils sont en ce moment l'objet, d'af irmer
que les Belges lui servent le Roi en Afrique n'ont pas di iit
et restent fidles aux lois de l'honneur et du devoir. Si tel n't it pas
ou ne devait plus tre le cas pour l'un ou l'autre de nos agei is, le
gouvernement n'hsiterait pas frapper le coupable, come ] l'a
dj fait, et il me sera permis, avec l'autorisation de Votre M3a s ,
de fire solennellement appel ici tous ceux qui s'intressent in(-
rement au sort des populations indignes, pour que, dans cet ,rdre
d'ides, ils prtent leur concourse l'autorit.
(Rapport au Roi-Souverain du 21 mai 1897, BULLET M)E
L'E.TA INDI'ENDANT DU CON;O, 1897, pp. 194 et 9I.)





Le gouvernement a t amen d'abord augmenter le nombr' les
tribunaux rguliers. On sait que, aux dbuts de l'existence de 1' tat,
force avait t de n'tablir des tribunaux ordinaires que dans le 'iis-
Congo, tandis que dans les regions du Haut fonctionnait exclu ive-
ment la jurisdiction militaire. Cette situation, qui naturellement lait
appele disparatre avec les circonstances qui la ncessitaiel t, a
cess d'exister. Dans tous les districts de l'intrieur a l diidie








- 29 -


l'institution de tribunaux territoriaux, charges d'appliquer la loi
pnale tous les residents de l'tat, indignes ou non, les conseils
de guerre ne restant ainsi comptents que pour juger les seuls
militaires.
D'autre part, ces tribunaux ont t dots d'un personnel special
et apte, et notamment les functions du ministre public auprs de
toutes les jurisdictions indistinctement ont t rserves exclusive-
ment des hommes de loi. Le parquet se trouvera de la sorte forte-
ment organiis, avec des reprsentants capable dans les principaux
centres, eu nombre suffisant pour assurer l'exercice de l'action
publique.
Le Gouvernement a cru encore mieux garantir la repression de
certain dlits particulirement graves, lorsqu'ils sont commis par
des Europens, en prescrivant au Procureur d'tat d'en saisir, non
pas les tribunaux du Haut-Congo, mais bien le tribunal du Bas-
Congo, ou l'opinion publique est appele davantage exercer son
contrle. Tels les cas de meurtre et d'homicide; tels encore les
attentat:s la vie ou la libert des indignes.
De nimme que le Gouvernement a multipli les jurisdictions du
premier degr, de mme il a renforc la jurisdiction d'appel. Le tri-
bunal d'appel se composait autrefois d'un juge unique; il comprend
actuellement trois conseillers. Auprs de lui fonctionne le Procureur
d'Etat, matre de l'action publique. Il a paru opportun de composer
ce tribunal d'appel d'lments appartenant diffrentes nationalits;
le prs dent en est Belge, l'un des conseillers est Italien, l'autre
Sudois. Devant cette jurisdiction d'appel, peuvent tre ports tous
les jugements quelconques rendus en premiere instance. L'ordre est
donn au parquet d'interjeter appel mme dans l'intrt du prvenu,
lorsque celui-ci est un indigne ignorant de son droit.
Un tul systme rpressif fournit le moyen ais ceux qui accusent
en ce moment nos agents des mfaits les plus odieux, d'tablir le
bien-fo'id de leurs accusations. S'ils ont rellement en vue le bien
des indignes et veulent que leur intervention soit pratique, qu'ils
saisissent la justice et lui fournissent les lments de precision nces-
saires pour qu'elle puisse utilement poursuivre. Il est simple et
facile, en cffet, d'adresser au Procureur d'tat une plainte quiilue









- 30 -


peu circonstancie sur un fait dlictueux don't on a t le t no n.
Or, je dois dclarer que pas une communication nette et prci e :'a
t faite l'administration de la justice au sujet des actes (de r miti
don't certain accusent actuellement le personnel d'Afrique, el celte
inaction suffit pour rendre suspects ces multiples accusations don't
personnel ne prend ouvertement la responsabilit.
Rapport au Roi-Soueraini du 21 mai 1897 tBn iN
OFFICIAL DE L'ElTAT INDPENDA.NT DU CONGO, 21 m;li 1;8)7,
pp. 191-194).




Les statistiques des al'aires pnales font naitre le rcgr t .le
constater que des condemnations ont t prononces contrn des
Europens, certaines monme contre des agents de l'tat. Au cou lc
ces trois derniries annes, on relve charge de ceux-ci treize L-
ments de condemnation du chef de violence contre les indig i cs.
Quoique isols et relativement peu nombreux en presence dut c liilre
considerable d'agents, ces ltits sonl de ceux qcli i cpe'vnit 'ire
tolrs ; dans les cas de l'espce, les instructions domiis au ip: i JI.t
prescriv ent des poursuites 1- .ii... et Votre Majest a m11:n fs
l'intention de donneri de moins en imoins suite aux requite; n
grace. >
lRappiort au liOi-Souverain du 2: janvier 1807 ;ULL :
il DEL Di. ) L. TA I ]iM)ll':.NiA i (' ON O, 1807, p. ,<'S).




Administration de la: justice dans le resort du Bui.-(C;i: .
aux mains de juristes comptents et, uvcc mi s\s'.iiie de pri ui s
avec travail forc et punitions .... !' ., la loi et l'ordr on : en i
tout lieu sauvegards.
J. S. RFr.rvE .
(T/ie international Beoinin g s i of thie Cong,'o Free S 'It,
XI-XII, p. 80, 1894.)









31 -

L'tat Indpendant du Congo est svre pour ceux qui mal-
traitent les noirs; on se plaint mme de l'intervention trop frquente
et trop dure de la justice leur profit. Les juges y prennent le rle
de tuteurs de ngres .
EDMOND PICARD).
(En Coni/olie, p. 185, 1896.)





( Les indignes au Congo recourent volontiers la jurisdiction
europienne qui est dsintresse, tandis que le juge indigne, ordi-
nairement le chef, administre la justice son profit.
F. Cx.rIEIn.
(L'i'tat indpendant du Congo et les indielnes, p. 10, 1898.)




L i oi pnale indigne continue tre applique lorsque l'infrac-
tion a t commise par un natif i charge d'un autre natif, a moins
que l'oflicier du ministre public ne prfre en poursuivre l'auteur
devant les tribunaux rpressifs europens.
On ne saurait assez louer la sagess e d ces dispositions. Elles
tmoignent que le gouverncment a compri)s que ce serait chimre
de vo iloir appliquer le droit r'uropen la vie indigne. Les
besoins juridiques des noirs sont tout autres que ceux des habitants
des zones tempres. Leur intellectuali, essentiellement diffrente
(le la nitre, ne leur permettrait ni de comprendre la porte ni
d'appr Cwer l'utilit des lois europe es. L'introduction inconsi-
drce le celles-ci introduirait dans !'Elat le trouble, le mcontente-
ment (t le dsordre, au lieu d'assurer la tranquillit et le bien-itr e
des tribus.
F. Cx lIEl.
(Droit et administration (le l'] tat independent du Congo,
p. 19., 1898.)









- 32 -


Je puis affirmer, de science personnelle, que toute violet ce
Inutile contre les indignes st svrement punie. J'ai rencontr .:
officer subissant une peine de cinq annes d'internement; je s is
qu'un autre se trouve dans le mme cas. J'ai eu l'occasion d' "e
inform d'une instruction poursuivie contre un big chief, un gra 1
chef blanc, come on dit dans le language anglo-franais de l-b: 3.
Je trouve encore la preuve de cette justice impartiale dans la c in-
fiance de ngres en nos tribunaux. Plus d'une fois j'ai entendu is
dolances de facteurs se plaignant de ne plus oser soutileter let s
boys de crainte d'tre appels par eux devant le juge. Z'i 3i
devant le zuse! leur est devenu une locution familire, quand h ir
matre les menace d'une correction corporelle.
La justice rpressive de l'tat tend son action dans son immei :;
territoire measure que les postes se multiplient et que les static us
se dveloppent. On ne peut le rendre responsible des crimes qui :;
commettent l'abri d'impntrables forts, en dehors du rayon .11
les investigations des juges sont possibles.
L'tat ne possde pas encore la puissante hirarchie de fonctic a-
naires vous la recherche des criminals qui, en Europe, s'te id
du simple garde champtre au procureur gnral. Cependant a
scurit que l'organisation judiciaire assure l'innocent oppriiia
est dj si bien parvenue la connaissance des indignes, qu' .
Rome, j'ai recueilli sur mon bateau un malheureux, en roi :.
depuis quinze jours, pour aller montrer au juge de Stanleyville es
fers don't les Arabes l'avait charge.
Ci. Buis,
Ancien bourgmestre de Bruxellb s.
(Croquis congolais, pp. 210 et suiv., 1899.)




( Toutes les transgressions aux instructions que je viens de nme -
tionner sont, ds qu'elles sont connues, rprimes par la v< e
administrative et par les tribunaux, s'il y a lieu.
Il n'est pas sans intrt de remarquer que c'est prcisment u le
action don't les autorits judiciaires auraient pris l'initiative conlle









- 33 -


plusieurs blancs qui aurait provoqu les rvlations de M. Lacroix
don't on s'occupe aujourd'hui.
C'es', donc une preuve matrielle et formelle de la vigilance avec
laquellb la justice congolaise agit, pursuit et punit les coupables,
si rellement il y en a.
I"n DE FAVEREAU,
Ministre des Affaires trangres.
(Annales parlementaires [Chambre] du 19 avril 1900, p. 1040.)




Nous sommes alls interroger M. Liebreclts, Secrtaire pour
l'Intrieur de l'tat Indpendant, et il nous a nettement et
formellement dclar que tous les coupables, quels que fussent leur
situation et leur rang, seraient punis avec la dernire rigueur.
Cu. LIEBRECITS,
Secrtaire Gnral du Dpartement de l'Intrieur.
(Interview du Petit Bleu, 22 avril 1900.)




Au Congo, come ailleurs, des dlits et des crimes se com-
mettent : le devoir s'impose pour l'autorit de les rprimer, et elle
n'y faillit pas. On a pu constater qu'aux terms de la lettre au Sub-
stitut de Nouvelle-Anvers qui a t produite, une enqute est
ouveite an sujet des fits dernirement rvls et l'assurance peut
tre donne que, dans cette affaire come en toute autre relevant du
domain pnal, la justice s'acquittera de sa mission. Si les atrocits
signales sont relles, le chtiment frappera les coupables.
Dis que le Gouvernement a connu, par la voie de la press, les
faits don't il s'agit, il a donn au Congo des ordres tlgraphiques
pour que l'instruction que le parquet a ouverte spontanment soit
mene avec diligence et pour que, le cas chant, la jurisdiction
rpressive soit saisie. Selon les dispositions en vigueur, ce seront
les t"ibunaux de Bomra mme qui auront statuer avec, par cons-









34 -

quent, les garanties rsultant d'une publicity plus grande et 'un
contrle plus effectif de l'opinion publique.
11 y a dans la prison de Domia, a-t-on dit, vingt blancs ci pri-
sonnes pour actes de cruaut. La criminality des blanks n'est iea-
reusement pas aussi grande; mais il est exact que trois EuroIi lns
urgent en ce moment la pine d, servitude pnale laquell ils
ont t condamns pour violence envers les indignes : c'est ionc
que la justice ne rest pas inactive. L'un a t condamn la s rvi-
tude pnale perptuit, le second dix ans, le troisime !(ux
ans et demi.
Nul, si haut plac soit-il, n'est au-dessus de la loi.
(Lettre du Gouvernement du Congo au Ministre des Afl' r'es
L.ii iii i. i de Belgique, 23 avril 1900. Anales c 2-
emeiitaires. Chambre. Session 189-1900, pp. I. '-
1126.)





Les statistiques judiciaires tmoignent de la vigilance : "3'
laquelle le parqiuet recherche les infractions et vise ne lai:;:i r
aucun dlit impuni.
La tache la plus lourde qui appartient la justice est cellc d(
protger l'indigne dans sa personnel, sa libert et ses biens. N ,Lsi
avons rappel ailleurs les instructions qu' cet gard le gouver e-
ment ne cesse de donner ses agents judiliciaires, et il est just e
dire que ceux-ci poursuivnt sans dfaillance les atteintes port 's
aux droits des indignes. Ils se sont mme vus parfois taxs d'ex "s
de zle en ce qu'ils exerceraient d'une manire trop strict, au r
dl certain, leur mission protectrice du noir, en poursuivant 's
moindres voies de fait sur la personnel d'indignes, et en ce qui ls
enlveraient ainsi l'Europen son autorit et son 'i. -_. aux ye x
des natifs. Le gouvernement ne peut que maintenir ses prescriptic i1
d'assurer le respect absolu de la loi et qu'approuver ses agents d' n
poursuivre toute transgression.
Il n'hsite mme pas dire que dans la repression des actes le










mauvais traitement sur les indignes un excs de svrit rpondrait
davantage ses vues qu'un excs d'indulgence. Cette dernire cri-
tique ;. t, elle aussi, adresse la justice congolaise. Elle n'est pas
j lii.i... On chercherait en vain un cas de violence commis par
un blanc sur un indigne pour lequel les magistrats auraient fait
preuve d'une complaisance coupable. Ainsi que, dans des circon-
stance; rcentes, le gouvernement du Roi-Souverain l'crivait
3I. le Ministre des Affaires trangres de Belgique, au Congo, come
ailleurs, des dlits et des crimes se commettent; le devoir s'impose
pour 1'autorit de les rprimer et elle n'y faillit pas. La presence
dans es prisons de l'l;tat d'un certain nombre d'Europens qui y
urgent la pine de servitude pnale laquelle ils ont t condamns
pour siolences envers les indignes prouve que la justice ne rest
pas inactive.
Rapport au Roi-Souverain du li juillet 1900 (ICLLETIN
OFFICIEL, 1900, pp. 135 et 13().







( ]in principle, tous les explorateurs devraient tre des anges
de doaceur, d'abngation, de justice. Malheureusement, il n'en est
pas encore ainsi. Mais la proportion de l'ivraie n'est pas plus impor-
tante chez eux que dans le bon grain des juges, des fonctionnaires,
de la police, des pdagogues, des officers et des sous-officiers
d'Europe. Les brebis galeuses sont punies ici. Il en est de mnme au
Cong)o. Et bien avant que l'on ait parl d' atrocits , les statis-
tique: judiciaires portaient des condemnations l'amende, la pri-
son, ni"me i la mort celles-ci taient commutes eu plusieurs
annes de servitude pnale (travaux forces) pour mauvais traite-
ments; Cnvers les ngres.
Ai la justice e dl'tat indpendant ne laisse rien : dsirer sous
ce rapport t si vous avez entendu des recriminations, c'est de la
trop grande svrit des juges que l'on se plaignait! On leur repro-


- 35 -









- 36 -


chait d'attacher l'affirmation d'un ngre une importance qu( 1rn
peut avoir une parole dans la bouche de celui qui ignore que n en-
songe et vrit sont choses diffrentes.
D'ailleurs, ces punitions sont appliques aux agents coupalles,
le plus souvent sur la dnonciation mme de leurs chefs. Il est d :i
souverainement injuste de leur en faire porter la responsabilit.
Interview d'un Africain (Le Matin, d'Anv rs,
28 novembre 1900).





La justice congolaise a montr, notamment dans ces dern e r
temps, qu'elle sait manier avec svrit les lois pnales applical les.
aux cas (le l'espce, et qu'elle peut se passer du contrle C 'L
parlement.
(La Gaette (le Cologne, 5 mai 1901.






( Je suis heureux de constater que les choses sont considral le-
ment amliores an Congo en ce qui concern le traitement les
natifs. L'tat a depuis quelque temps port son attention sur les
agents et les commerants qui sent maltraiter les natifs, et la
connaissance plusieurs blancs ont t svrement punis du c et
d'abus l'gard d'indignes. Quand je suis pass Boima, en m irs
de cette anne, une missionnaire me dit qu'elle avait l'habitude kle
visiter les condamns dans leur prison, et je fus plutt suri ris
d'apprendre qu'il y avait tout un nombre de blancs qui avaient 't
condamns diffrentes peines d'emprisonnement, variant de c inr
a quinze ans. Je conois que leur chtiment est trs svre, cai la
prison est loin d'tre comfortable et leur regime n'est pas du ti ;t
enviable. Je pense que ces jugements trs svres auront un e i t
salutaire sur la manire d'tre de ceux d(ls blancs, qui sans c '.









- 37 -


commettraient des cruauts sans grands records. Pendant mon
travail de neuf annes au Congo, j'ai vu de grands progrs raliss
dans l'administration du pays, je pense que l'une des principles
causes de ces progrs se trouve dans le fait que l'arbitraire des
commerants est beaucoup plus limit qu'autrefois.
Rv. A. J. BOWEN,
Missionnaire protestant.
(Cit par le capitaine Lemaire. Tinies du 9 octobre 1901.





< L'Etat emploie ses efforts protger la personnel et la libert des
indigi es, come en tmoigne l'activit des autorits judiciaires
reprinmer tout acte de violence ou de cruaut l'gard des noirs. -
Nous notons que la Pall Mall Gazette reconnat que les coupables
ont t' svrement punis et pensions, avec votre journal, que ces
examples sont d'un effet salutaire et efficace.
Baron DIiIArs,
Vice-Gouverneur Gnral.
(Pa'l Mall Gazette, 31 octobre 1901.)





Je puis affirmer sans crainte d'tre dmenti par d'autres
que p;.r des personnel ignorantes et prvenues, quoique parfois
bien intentionnes que jamais une plainte tangible ou spcifie
en ce qui concern des injustices commises dans l'tat indpendant
du Congo n'est carte ou accueillie avec indifference. Chaque fois
une enqute est faite par les autorits, tant europennes que locales,
et jamnis nous ne manquons de recevoir ce sujet un rapport cir-
constanci et exact d'un missionnaire baptiste ou d'une autre per-
sonnalit au courant de ces questions.
Aussi avons-nous pu constater que les coupables ont chaque fois
t punis svrement, emprisonns, expulss et mis hours d'tat de









38 -

nuire, bien qu'il n'existe pas dans l'tat de l'orme lgale de la ici.ie
de mort.
A une poque oi les plaintes taient plus nombreuses et uiisi
plus justifies que maintenant, le Roi constitua une commii sion
royale d'enqute charge d'indaguer au sujet de toutes les pls ites
articules par les natifs, des amis candies ou des ennemis avt s.
Cette commission lait compose de trois dignitaires catholiqi 'is et
de trois personnalits baptistes protestantes don't l'une apparteit il
la Socit des baptistes amricains qui fait galement bonne bes igne
au Congo et qui, de son cit, a formula d'clatants tmoignag. g en
laveur (les rsultats bienfaisants de l'administration de l'Eta du
Congo.
Sir HUcI; GILZEAN REI
(Mforninig Post du 1a janvier 19003.)







S'il est vrai que des actes de barbarie se produisent, et s i tnt
miiie commnis ou tolrs par les agents (le l'Etat, il est galei nt
vrai d'autre part que le goiuvernement local, loin de les encourage< ou
de les tolrer, les pursuit et les punit avec la dernire svrite
La calomniie et la mauvaise foi font apparatre de tel ls fits co; i e
l'euvre del'Elat, alors qu'ils ne sont que des infractions palt iculi ,'s.
Dans les prisons de Boina, les Europens de diverse nalionia iis
sont noiimbreux (pas d'Italiens, heureusement, condamns ( des
peines trs svres, plusieurs m1ine a vie, pour nmauvais tr i: -
ments envers les indignes. De hauts fonctionnaires de l'Etat on .)te
traduits en justice et condamns pour de simples coups; il y a Leu
(le mois, un magistrat, officer du ministre public, a t r'voqti (t
mius en jugel ment pour avoir par erreur mis execution une sent, i:ce
charge d'un i.l_.' I avant que le dlai d'appel soit pass; et ine
des dernires sentences signes par moi en janvier dernier, a ; t
mon retour en cong, condamnait en dernire instance i perp uitt









- 39 -


un Bjlge employ de l'Etat pour barbaries commises contre des
indignes.
El les pines prononces par les tribunaux s'excutent rigoureu-
sement. 'Jne circulaire, dj ancienne, du gouverneur declare que les
condamns pour violence contre les indignes n'ont rien i esprer de
la clmence royale. El en effect, depuis plusieurs annes, je ne nie
rappelle pas que le Roi ait sign une grce pour de tels faits, mal-
gr les demands ritres et insistantes.
Je ne crois pas qu'il y ait une seule legislation qui protge l'l-
ment indigne autant que la legislation congolaise. Aucune diff-
rence de droits n'existe en matire pnale entire les blancs et les noirs.
Le mine code rgit et punit les uns et les autres; les mmes tribu-
iaux les jiugent, et si un reproche peut tre fait la magistrature,
c'est cciii de se montrer trop svre pour les blancs et trop indul-
gent pour les indignes.
Le seul fait d'avoir constitu un tribunal suprieur d'appel avec des
juges de nationalits diverse, d'avoir nonmm come juges et ofli-
ciers du ministre public prs les tribunaux de premiere instance
l'intrieur du pays, des magistrats et avocats trangers, spciale-
ment de; Italiens, est une prcuve et une garantie plus qu'vidente de
S r ill, ii iif et du srieux de l'administration judiciaire de l'Etat.
D'autre part, il y a dans l'Etat des reprsentants olticiels de toutes
les nations, don't quelques-unes jalouses et rivals, qui ne manque-
raient p is de fire enteidre leur voix dans le cas oi le Gouverne-
ment tli.li'ait ses devoirs.
L'Etal lIndpendant du Congo, par son organisation simple,
logique et puissante, par sa prosprit toujours croissante, par
l'ordre et l'activit qui rgnent partout, peut tre et a t souvent
pris come modle des Etats coloniaux et a excit l'admiration de
tous ceux, amis et adversaires, qui l'ont visit et tudi.
Il for ne le centre le plus actif et le plus ellicace de la civilisation
au (cein de l'Afique, qui, il v a peu d'annes, tait encore incon-
nue et ( ue :i i,1. appela l'Afrique tnbreuse.
Il faut donc que notre pays ne se laisse pas fourvoyer par (les
calomnisii intresses et qu'au contraire il tourne son attention vers
cette ri'gn qui, avec une si grande hospitality, accueille et honor









- 40 -


ses enfants et qui ouvre dans le monde un nouveau char p, trs
vaste et trs fcond, notre activity.
Baron GIAconM NIsc(
Juge au tribunal d'ay pel
de l'Etat Indpendant du ,oir go.

La lettre que nous publions a une double valeur, c'e t une
attestation de la vrit sur des accusations don't le monde -ivilis
demand compete, just titre, et c'est une justification de 11 con-
duite des Italiens qui font en grand nombre parties de l'admi lis.ra-
tion et de la magistrature de l'Etat indpendant du Congo.
Ayant public les accusations, il est just que nous pu iliions
aussi la defense, rfutation digne de foi d'un de nos illustre' com-
patriotes, le baron Giacomo Nisco, qui, depuis six ans, est, 'inon
en titre, du moins en fait, le premier magistrat d'un Etat qui sous
l'gide de la Belgique civilise et libre, offre dj des situai ins
tant d'Italiens et en offrira davantage encore quand le pays sei plus
dvelopp.
(DJ Mi l r:jo, de Naples, 21-22 mars 1!)( 3.
















3. La traite et l'esclavage.


L'tat Indpendant fait les plus louables efforts pour mettre un
terme aux horreurs de cet infme commerce (la traite des esclaves).
Nos missionnaires de Mpombou seront des auxiliaires et comme des
sentinelles avances de cette uvre minemment humanitaire et
chrtienne.
Rv. P. GUELUY.
(Missions en Chine et au Congo, p. 207, anne 1890.)




Dans la pense de ses fondateurs, Lusambo devait tre, non pas
seulement une station militaire, mais une station militant. Au
moment mme de sa foundation, les Arabes poussaient de ce ct leurs
sanglantes razzias et prparaient une expedition contre les Basson-
gos. L'arrive des Belges les fit reculer.
Rv. P. VAN AERTSELAER.
(Missions en Chine et au Congo, juillet 1893, p. 28i.)




Les victoires de l'Etat du Congo ont t des victoires dcisives
de la civilisation. Avec des sacrifices et des succs plus grands que
ceux d'acicune autre puissance, l'Etat du Congo remplissait la mis-
sion civilisatrice et humanitaire que lui avaient assigne les Conf-
rences de Berlin et de Bruxelles. Il convient de remarquer ici que ces
rsultats ont, en grande parties, un caractre dfinitif.
(I'pos des motifs ldu project de loi d'annexion du Congo,
12 fvrier 189), p. 3.)









- 42 -


Ils sont passs, ces jours de continuelles alarms, o 1 trai-
tants musulmans, affams de rapines et de sang, n'avaient i douter
que le capitaine Joubert et sa poigne de braves. Grce : l'i el! ven-
tion de la gnreuse Belgique et de ses vaillants oflicil e., les
sectateurs de Mahomet, don't l'arrogance attrista si souvent no: ir urs
de missionnaires et rpandit si longtemps l'pouvante parmi i pai-
sibles tribus de nos environs, ont t traits come ils le ir aient.
Leur cruaut froide et savage, leurs ruses, leurs noires pe t ies,
leurs crimes sans nombre et sans nom ont reu leur just cl iti-
ment. Tout fait croire que dsormais notre capitaine n'aura pl .i se
mesurer avec ces ennemis auxquels il a l'honneur d'avoir po lti !es
premiers coups.
Actuellement, le missionnaire peut librement et en toute s :urit
parcourir le pays et prcher l'Evangile. Par l'active et intel gentle
administration des capitaines Jacques et )escamps, le pa!s a t
organism, la justice est rendue avec impartialit', les co( n ers
circulent librement d'un bout l'autre du Taingaika. Les noirs
repreiine:t courage et se livrent avec ardeur l'agriculturie aux
diverse ilusiries primitives qu'ils connaissent. Le bien- t ir a
reparu a la la aix Ct lan tranquillit; tous peuvent jouir ci it dt la
part de soleil qui leur revient.
Rv. P. GLLw:,,
Mission des Pres Jila i!;.
(3Ioea et ....' . . ', 1890, pp. 3iU et 3 i(.)




La (:< ifl'rece de LBruxelles a caraciris le rcle rism :t a
l'Etat du i:odgo dans la champagne antieselavagiste, l'imporiii des
charges qu: ;ii inicombaient, les dJilicults de la lche qup lui ai-
gnait 1 I '' honneiir d'tre l'a\ant-ga;i'e sur le chinii le
bataille. Le nombre des ennemis t combattre, l'organisatio t le
leurs bandes, leur installation d'ancienne date dans des ri- iis
qu'ils avaient terrorises, leur approvisionnement en armes t 1 tr et
en munitions, l'asservissement mnme des indignes, etaient a: t[iIit
(le motifs d'apprlhension et d'inquitude sur l'issue finale de la 'ut e









- 43 -


entreprise, et sur le sort dfinitivement rserv aux populations afri-
caines. Il semble bien que, dans cette rencontre entire la civilisation
et l'esclavagisme, don't l'enjeu tait la vie et la libert de millions
d'tres humains, l'insuccs et jamais ruin l'esprance d'un
avenir meilleur. C'est ainsi qu'entre les mains de l'Etat du Congo
les circons:tances placrent la destine de l'Afrique central et de ses
tribus, et la situation tait nettement dfinie par un missionnaire
anglais, lorsque avec son experience acquise par de longs sjours en
Afrique, il disait, en 18913, au course de la champagne militaire :
J'ai la (onviction que, moins que les Arabes ne soient anantis,
un massacre gnral se produira..., c'est le moment pour les
Europe is de jouer leur dernire carte contre les Arabes. S'ils
l'emporteront ou 1non, je ne saurais le dire.
La civilisation l'emporta, et l'histoire n'eit-elle enregistrer que
cette victoire pour l'Etat du Congo due d'ailleurs a la bravoure
des officers belges qu'il et bien mrit de ceux qu'intresse le
sort des populations indignes. Si, aujourd'hui, peut s'ouvrir pour
elles une re nouvelle de libert et de rgnration, si l'amlioration
de leur condition matrielle et morale peut maintenant tre pour-
suivie, r. le doivent l'anantissement et :i la ruine dfinitive des
esclavagistes.
On a d;t autre part au prix de quels sacrifices d'hommes et
d'argentu. ia prix de quelle vaillance touijours et parfois de qual
hrosmei ces risultats ont t alteints. Les taits sont 1t pour attesti.r
que ces sacrifices n'ont pas t inutiles : les chasseurs d'hommnes
rduits l'impuissance, leurs bandes disperses, leurs clefs
disparus, les fortresses de l'esclavagisme rases, les indignes
edifiait leurs villages a l'abri des postes dle l'Etat, s'adonnant on
paix aux cultures et aux plantations, une re de calme, de Iralnqil-
lit saiuccLe t aux som-ubres et saiiglans isodes du regime ani-
rieur. Chacun des coiir'iers d'Afii qul porte la pri'uve ids progrs
de cettei priode de pacification, et montre les indignes, dlivrs
d'un i ..i odieux, renaissant la confiance et vivant paisibles dans
leurs foe'rs.
Rapport ano Roi-Souverain du 2:' janvier 18)7 (lILLLErIN
(iFFICIEL, 1897, pp. 51 et suiv.).








- 44 -


La legislation pnale a t successivement complte, t ]'une
de ses proccupations a t de ne laisser sans repression aucune
atteinte la personnel, la libert ou la proprit des inc ignes.
A ce point de vue special de la protection due aux races aboi ignes,
il faut rappeler cette parties de la legislation dicte pour rpi imer la
traite et qui a t mise en harmonie avec les prescriptions di l'Acte
de Bruxelles.
Rapport au Roi-Souverain du 25 janvier 1897 (B LLETIN
OFFICIEL, 1897, p. 58).





Il n'est que just de rappeler que l'Etat du Congo a ft it une
grande uvre, et que par son administration les cruauts des escla-
vagistes arabes ont cess sur une tendue de plusieurs milli rs de
miles carrs.
M. CunzoN,
Sous-Secrtaire cEtat.
(Chambre des communes, 2 avril 1897, Times du 3 avril 1S97.)





Depuis trois ans, la situation de la mission a complt irint
change. Les Arabes esclavagistes, tenus en haleine par le cap tvine
Joubert, qui s'est dvou pour protger nos missions, ont vi leur
puissance anantie par les forces runies de la Socit antiesc ava-
giste de Belgique et de l'Etat Indpendant du Congo.
Depuis ce moment, la traite des noirs est abolie dans le I iut-
Congo, et la mission y jouit de cette liberty d'action qui su !il
toute uvre catholique pour se dvelopper.
Aussi a-t-elle fait depuis trois ans des progrs considrables. ,
M1'' ROELENS,
Vicaire apostolique du Haul-Co i o.
(Les Missions catholiques de Lyon, ni du 9 avril 1897, p. 17).)









- 45 -


L'oeuvre antiesclavagiste que vous avez si gnreusement
entreprise et conduite avec tant de courage et de persvrance, a eu
ici les plas heureux rsultats. Les expeditions organises par vos
soins, unies aux forces de l'Etat, ont dtruit la traite sur toute
l'tendue de mon vicariat. Les Arabes esclavagistes, qui ravageaient
et dpeuplaient les pays, ont t expulss ou rduits l'impuis-
sance, et la paix rgne dans toute l'tendue du pays. Autrefois
nous tions confins dans nos stations et toujours menacs par ces
ennemis de toute civilisation. Aujourd'hui nous pouvons rayonner
librement autour de nous et vangliser en paix les populations qui
nous environment ; nous pouvons nous tendre mme sans crainte
jusqu'aux endroits les plus loigns de notre vicariat.
M"' ROELENS,
Vicaire apostolique du Haut-Congo.
(Lettre au Comit directeur de la Socit antiesclavagiste
belge, Baudouinville, le l3 novembre 1895, Mouvement
untiesclavagiste, 1890, p. 14l.)



Le Manyema a t compltement dpeupl par la traite; il n'y
a gure plus de cinq ou six ans que ce traffic a t enray; le
sentier du lac Tanganika au Congo, suivi autrefois par les caravanes
arabes, est jonch, dans ses abords immdiats, d'ossements humans
pendant 400 kilomtres Que de milliers d'esclaves sont tombs
sur ce ;entier fatal! J'y ai aperu plusieurs squelettes et mme
quelques, cadavres datant de quelques semaines, mais c'est
l'exception ; les ossements blanchis qui jalonnent la route, contem-
porains le ceux qui couvrent les plages d'Oudjiji et de Mtova, sont
les derniers vestiges du gigantesque commerce de chair humaine
don't cette region a t le thtre. Il faut au Manyema deux sicles
de paix, de tranquillit et de protection pour que sa population
redevienne ce qu'elle tait avant les incursions arabes.
EDOUARD FOA,
Charge de mission par le Gouvernement franais.
(La Traverse de l'Afrique, p. 217, 1900.)










Aujourd'hui la traite a cess dans ce district, les tr; plants
n'osant s'approcher des postes belges. Les conditions ont tel] ment
change, l'arrive des Belges, que plusieurs petits chefs sont r ntrs
en possession d'individus qui leur avaient t pris par leurs \ i sins
plus forts et qui n'taient pas encore vendus aux traitants l' rilde
des Europens.
G. GREY,
Ingnieur anglais, en mission au Kal iga.
(lorninj Post, 20 janvier 1903.)





L'esclavagisme peut tre considr conume dtruit, tant d i s le
Haut que dans le Bas- ....... Dans de nombreux disiric s, les loirs
possdent encore des esclaves qui travaillent sous leurs ordres, imis
don't l'existence ne ,prsente aucune des misres aunxuelles i mot
esclave tait songer. Cet .. I .... domestique finira videmmeti l'ar'
disparaitre a Son tour, mais d'une fai"on trs lente, car il est Ilt-
relt aux imlturs des populations congolaises, et ce serait faire i ivre
de colonisateur incompcteni que vouloir immiidiatenment l'alti ition
total de l'sclavage. Quant : ilt traite, si elle se pratique iicoi Ce
ne doit plus tre que dans quelques rares endroits que las ex ia-
teurs n'ont pas encore visits. D
Major C(I i .
Le I' triot', 2 avril !891.)





SJe tiens rendre '! ,,m,, ,. ici aux agents de l'Etat Indipe ant
di ('t,,_-.. qui s'opposent, dans la measure des mao ns doi is
disposent, ce tralic honteux poi u lt'hunanwtiti J'en parle en pa rl'i:
connaissance dil cause, salchant que, so)il le cotnttantdemlei i le
1MM Lemaire et F:ivez. chefs du district de l'Equaieiir, los nius
n'ont plus le droil do s, ve'' :'o' entree eux d es clavs, lut, i;,









- 47 -


presque fatalement, servent de victims dans les crmonies on vont
aboutir la marmite des Bondjos ou des N'gombos. Il serait dsi-
rer qu'il en fit ainsi sur la rive fianmaise. Si Dieu me prte \Lie,
e reviendrai un jour sur cette intressante question.
Pre AL.unM:,
des Missionnaires du Saint-Esprit.
,Le 3 ouiement outicslaci'ajisle, 1896, p. 89).)





SCroyez-vous que la traite aurait pu tre efficacement combattue
par les missions seules et des croiss come Joubert ?
Non. Les faits sont l pour prouver qu'il fallait des forces
considrables et des ofliciers exprimentes pour venrir bout des
fires arabes; et puis, les Joubert et les Jacques n'ont -is pas eu
contii tellement besoin d'tre soutenus et secourus par 1l'Eat Ind-
pendant ?
O:- pretend que les 1:' 1 ont replace l'esclavage pai: d'aitres
serviti des aussi lourdes que l'esc' .-. mime?
Ce sont la des I-.', i e J Le n igre est puessu!i:, de sa
nature'; pour qu'il t l' il faut le contraindre. 1l e.t evidentt
qu'o i -:' p:rvient pas '.. ....' avec la douceur s ,le. il ft i s'
niontro svre, au contraire. Mais de la svril1 a la iioleni i y a
loin. Les officers et les agents belges se gardent toujours d tisr de
violeciies. Is s'exposeraient d'aillears des punition ils s'is coi et-
taient quelque excs le svritl ; l'gard des noirs. Ils cheL'ci'.nt
arriver i leurs fins par la persuasion et par la douceur. J'ai et
tmoin, moi-mime, d'une scine trs curieuse. C'etait sur l Klassai.
Les idignes voulaient nous empcher, noire uarcive' enC
bateat de dbarquer. ils taient l nomibreux et niea'ants ; le
common idant Fiv avaiit sa disposition sullisanment di s,.dats
pour dispersed, par la force, cette foule fuiseuse; il aural; imie pu
la miit"aller. Au lieu de commander, M. Fiv se mit p!;iii a'niter
'et ',asit avec un tel bonheur que finalenient toi, ce iomie ',ci!t
se hctira volontairement. Et j'ai pu constater que nos 'lliiu-rs et









- 48 -


agents procdent partout de la mme manire. C'est d'ailleurs un fait
reconnu par la press trangre mme que les officers be 2'es
donnent en Afrique l'exemple des procds humans l'gard Jes
indignes.
M"' VAN AERTSELAEF,
Vicaire apostolique
(Journal le Bruxelles, 3 mai 1896.)



Disparition de la traite ne veut certes pas dire disparition de
l'esclavage. Si l'une, avec tout son cortge de meurtres et de crin es,
devait et pouvait tre combattue mme par la force des arn ,s
l'esclavage domestique, ancr de temps immmorial dans les (oa-
tumes indignes, ne comportait pas de measures de repression ai ss
radicales. La Confrence de Bruxelles come celle de Berlin ni
marqu cette distinction, et les africanistes les plus exprimei .1'
reconnaissent unanimement que l'extinction de l'esclavage don: es-
tique ne peut tre amene que graduellement et doit tre l'oeuvre du
temps. L'Etat du Congo n'a pas, lui non plus, pens que, dans ce
domaine, il devait user de measures de contrainte gnrale qui, en
heurtant violemment l'tat social indigne, eussent vraisemblal le-
ment provoqu des rsistances et suscit des rvoltes. Mais tout mu
moins, durant le course de ses premires annes d'existence, s'es -il
constamment attach saper cette institution coutumire. Il l'a ait
d'abord par sa legislation civil, laquelle ne connat pas le statut
servile, et n'accorde aucune sanction aux transactions don't nii
esclave serait l'objet. En cette matire, la loi coutumire ne pour at
tre d'application, come contraire l'ordre public. L'escl; c
domestique, qu'il soit assujetti un autre indigne ou un m n-
indigne, est donc, en tout temps, matre de sa personnel et assi r
de voir consacres par l'autorit les revendications qu'il ferait de sa
libert. Il l'a fait par une rglementation rigoureuse du contract de
louage de service, qui notamment n'autorise que les engagement; i
dure limite, de manire viter que ce contract ne dgnre n:
esclavage dguis. Il l'a fait par sa legislation pnale qui pu it
tout acte attentatlire la liberty d'autrui, et, en cette matire, il








- 49 -


appartient au tact et la circonspection du parquet d'intervenir
entire indignes d'une manire progressive et de graduer les mna-
gements : Est puni d'un cinq ans de servitude pnale celui qui,
par violence, ruses ou menaces, a enlev on fait enlever, arrt
ou fait arrter arbitrairement, dtenu ou fait dtenir une personnel
quelconque. Est puni des nimes pines celui qui a enlev
ou fait enlever, arrt ou fait arrter, dtenu on ftait dtenir des
personnel quelconques pour les vendre come esclaves ou qui a
dispos de personnel places sous son autorit dans le mme
b) but. Il l'a fait encore en dictant une surveillance minutieuse
sur le personnel et la composition'des caravanes.
Rapport au Roi-Souvterain (lu 25 janvier 189)7 (BULLETIN
oiTviciEL 1807, pp. 53 et 5 ).


La traite arabe a disparu; mais la traite entire noirs, suite
naturelle de l'esclavage domestique, que l'on ne peut supprimer du
jour au lendemain, subsiste encore, ici du moins. Le portage fini,
l'Etat, met maintenant tous ses soins rprimer cette plaie qui
dpeuplerait des provinces en peu de temps. Je ne doute pas qu'il y
arrive, et trs rapidement. Cela n'empche que pendant les quinze
jours que dura note expedition, nous n'e'mes pas moins de six
affaires de ce genre arranger.
Iv. P. PivEns.
(Missions belges (le la Compagnie anne 1899. Lettre date de Molembo, aot 18S8.)



Kilonga-Longa tait mort depuis longtemps et un de ses sujets,
un Manyema, est devenu chef. Le nom du village tait dev\enu
Mainambi, du nom du chef actual, qui y a td plac par les
autorits belges, et a reu pour instruction d'abolir toute chasse et
tout commerce d'esclaves. 11 a tait son devoir et le district est.
actuellement un district paisible.
A. lB. LLOYD.
(fI d'arf land, p. 318, 18!)00.)









50 -

L'Etat exige des chefs qu'ils inculquent i leurs homes les
notions d'une morale suprieure et leur inspirent notamment le '-s-
pect de la personnel et de la liberty d'autrui. Defense a t faite im.
soldats, come d'ailleurs tous les serviteurs noirs de l'Etat, ld
disposer, pour leur service personnel, de femmes et d'enfants il li.
gnes : il y avait l une habitude qui entretenait et dveloppait ( i
les noirs des ides d'. I., i. qu'il important de draciner.
Rapport atu ?oi Souverain du [1 juillet 1900 (PuI ,,
onmICmIL, 1901), p. 131).
















i i. Coutumes barbares.


On sait dj en Europe, qu'ici les funrailles des grands ne se
font janais sans sacrifices humans. A quelques kilomtres de Berghe
on pe it voir encore suspendues la maison d'un chef les trente
qua'ra te ttes humaines, que cette coutume atroce lui a fait couiper
lors eu dcs de son lire. Je souponnais donc une immolation
future... J'envoyai trois homes Biokatoula pour lui dire que, s'il
veut ions .1;.- i il doit empcher le meurtre; je fis ajouter que
s'il permettait cet acte de sauvagerie, l'Etat aurait connaissance de
cette .trocit, et qu'il s'exposait de terrible chaitiments; c'est en
amis que nous l'en avertissons, dans la crainte de voir son village
bril et lui-mme jet en prison. AussitUt il nous envoya un messa-
ger p ir' nous remercier; il voyait maintenant, disait-il, que nous
lioin, ses vrais amis, et leail prt a faire tout ce que nous \ou-
drions. Quant la femme, il s'engageait la remettre entire nos
mainii.
Rv. P. A. DE BACKIt..
(3.issions en ( hin e c au Con!go, p. 302, anne 1890.)





a Les sacrifices humans ne sont plus en usage dans le Mayumbe.
Le d.'rnier qui ait eu lieu date de 1887. Neuf femmes furent alers
sacrilies sur la tombe d'un vieux cefl. Le procureur d'Eat ,en fut
informed; il fit rechercher et punir les auiiurs responsables de ce
crime, qui ne s'est plus renouvel depuis.
L'Cpreuve judiciaire (e la casque disparat galement peu peu.
Un sai; on quoi elle consistait : Pour s'assurer de la culpability on
de l'innocence d'un accus, les fticheurs lui administraient (lu










poison; selon que celui-ci faisait ou non son oeuvre, le mialheui e i
tait condamn par le fait ou absous... L'Etat indpenmant
du Congo a fait savoir aux chefs indignes qu'il considrerait coi iii
de simples empoisonneurs tous ceux qui continueraient pratic ine
l'preuve de la casque.
L'usage disparat de plus en plus, car presque chaque fois ie
l'on y a recours, une dnonciation se produit et les autorits ji li.-
ciaires interviennent.
FLIX FuCIIS,
Vice-Gouverneur Gn il.
(Etoile belge, 29 novembre 1893.)



Un grand procs doit se jug.r remain Lo : deux noirs unt
rpondre d'avoir forc l'un des leurs boire le Nkassa, terri ile
poison tir d'une corce. C'est, pour les ngres, une sorte d'pre1ive
judiciaire. Que l'un d'eux soit souponn d'un mfait, il ne p ut
se purger de l'accusation qu'en avalant jean, de grand mat L,
l'homicide potion. S'il la vomit avant midi, son innocence est p C-
clame; mais, le plus souvent, le miserable expire dans d'atro 'ts
convulsions, moins qu'on ne l'trangle pour abrger son agorl c.
])'ordinaire, on fait boire le Yl/assa sur l'ordre d'un ftichlir i
sorcier qui, sans autre motif que la vengeance ou l'esprance d'i ne
grosse retribution, accuse le premier venu d'avoir caus la mut
d'un chef ou d'avoir attir quelque malfice sur la famille ou ,'s
troupeaux d'un richard.
On comprend que l'tat ne puisse tolrer une coutume au .i
larbare; les coupables convaincus sont condamns la potei e.
Le but recherch ne s'atteindra toutefois que lentement, car .-s:
ngres s'tonnent fort de voir juger si svrement une pratique ti ':s
innocent et trs just leurs yeux. Si l'accus ne meurt p,;.
disent-ils, c'est que son ftiche protge son innocence; en c i;
contraire, il ne s'agit que d'un coupable abandonn par son esp
tutlaire; le juge blanc en sait-il plus que nos ftiches?
Rv. P. DE DEKFikEN.
ilMissious en Chine et au ConjCo, avril 1896, p. i.'..)


-- 5I 1











Les indignes pratiquent-ils la mutilation des cadavres?
Incontestablement.Mais qu'ypeuvent les autorits de l'Etat ?Ce
sont l (les coutumes sculaires que l'Etat fait tout au monde pour
empclhr. Cet Etat n'existe que depuis onze ans, et l'on voudrait
qu'il obtienne d'emble un rsultat semblable celui auquel la
Belgique, par example o, l'arrive de Csar, les druides pra-
tiquaien; les sacrifices humans ; o, au moyen ge, on appliquait la
torture -- n'est parvenue qu'aprs dix-huit sicles Dans mon pays,
le servage n'est aboli que depuis 1848, et en Russie depuis 1862.
Et les )rlandais, il y a cinquante ans, n'taient-ils pas de vrais
parias?
3M. LE.MA.N,
Ancien officer autrichien.
(Journal de Bruelles, 4 octobre 1896.)




Tenez, voici encore un souvenir personnel.
Les instructions de l'Etat nous prescrivent de poursuivre
impitoyablement les chefs sanguinaires.
Et: ni commandant du district du Kwango, je me rendis chez
Muene rputu Kassongo. Ce puissant chef avait l'habitude de fire
couper chaque atin un certain nomlbre de ttes de ses sujets.
Cette habitude monstrueuse tait revenue pour lui nu vritable
sport. Je me rendis chez ce miserable pour lui intimer defense
de contiuier cette affreuse pratique. Trois otliciers belges assistaient
a l'entrevue. Il me rpondit : Pourquoi ton roi ne me dfend-il
pas aussi bien de tuer mes chvres et mes cochons, ils sont ma
proprit come mes sujets? Qu'arriva-t-il? Ma defense n'ayant
point te observe, je fis la guerre cette brute, et elle prit dans
un combat. Croyez-moi, on ne peut songer agir sur ces natures
froces come on le fait en Europe. Elles ne respectent que la
force et seul le pouvoir fort est obi.
M. LEUnmAN,
Ancien olticier autrichien.
(Jourinl de Bruxelles, le 4 octobre 1890.)


- 53 -









- 54 -


Les Bangalas Mais le rsultat obtenu chez eux est mierve lieux.
C'taient d'invtrs anthropophages. Du temps de Coquilh t, ce
mort illustre, on manigeait continuellement (le la chair hiurieie.
'( l',li il raconte que, pour attendrir la viande humane, on 'riait
a un hlomme viv;ant les quatre membres et on faisait tremper d min le
fleuve le corps de la victim respirant i i.....i Chez ces tel miless
cannibales, l'iacion de l'Euti a Cl un succs complete ; et n'eit-il [ie
cet te plue mettre son chapeai, il faudrait encore l'admiire* ans
reserves. Le cannibalisime est coiiplltment aboli parmi eux ; 'il se
fait encore dCs sacrifices, c'est au plus proflid des bois, k i de
l'ieil du blanc, et la situation y est pios re au point de satl :iaire
les plus i'- i .
LEnias,
Ancien officer autri. ien.
(Joiiurna.l ,le 'Br .ri'elles, i. octobre I 8 li.




On peni constater dos maintenant que le cannibalisnie di( 'oil :
mnesure qu'augmente l'extension des blancs, et disparant corn 1t-
ment dans le v..i .- ds stations. n Baagalai qui a serve d is
l'arnme de: 'Elat, dans nos iablissements de commerce, si ri nos
chantiers, se con:sidre comnme anobli, et regarded ses frres de 'aie,
manigeurs dl chair humane, come des sauvages qu'il miT pr
Rv. P. DiU I)i: ,,.
(fissini i (n/ Chine et au CoLno, janvier 1897, p. 37.)




a P'ireiiv nouvelle dI'aniiversalit de cette monstrueuse coi .i iw
aMntlopophagie). 11 faudia du timps et des measures si ,':
pour l'extirper. Dans les endroits soumis l'influence des blai: :, la
chose ne se pratique plus qu'en cachette; mais ailleurs, i'st
regard come natural et hlgitime.
i.v P. P. DE DEK >.
(Missions en Chine et au ConUo, janvier 1897, p. 378.)









5 5 -


L L'Etat s'est attach saper I'esclavage domestique en s'attaquant
aux sources mmes du mal, c'est--dire en travaillant la dispari-
tion de ces costumes qui, come l'anthropophagie et les sacrifices
humans, constituent pour la plus grande part la raison d'itre de
l'esclavage intrieur. D'aprs leurs instructions, les agents s'ap-
pliquent soit par la persuasion, soit, quand l'exemple est ncessaire,
par l'application de la loi pnale, a dtourner les indignes de ces
usages b:.rlsares, et il est satisfaisant de constater que ces pratiques
vont en iininuant. l.es -.,i . intestines de tribu trilb c tlle
autre cause de nombreuses reductions ci servitude, tendent aussi :i
dcroitre en raison du rle d'arbitre que les agents de l'Enta soit
appels remplir entire les chefs, et les rapports admiiistratifs moi-
trent que cette intervention bienfaisante se fait sentir davantage, au
fur et i measure que l'influence de l'Etat se dveloppe et se consolide.
C'est (n effet dans l'extension continue et toujours plus eftcclie
de cette autorit de l'Etat et de l'iftluence de la civilisation que nous
estimons qu'on doive rechiercier le seul moyen ellicace d'abolir
complete int ces costumes. La preuve ii est faite aijourd'hui, car
partout ( i sont tablis de posts sullisainment organisms, 'indigni~
ronipt peu peu avec les usages que rprouve le blianc. C'est ainsi
que les actes de cannibalism ou que les s .. ;.. l'ioccasion d!
naissances ou l ddcs deviennent de plus en plus rares dans le
voisinage les stations. Ie semblables rsultats ne peuvent onec'e
tre esp6irs l oh l'indigne rest entiriement liv lui-mime. Ce
n'est que peu peu que cette muvre d'ducation morale produir'a
tous ses ettcts.
Rclpport au I2oi-Souverain du 25 janvier 1897 (BULL'IIN
OFIICIEL, 1897, pp. ii4 et 55).

l'un autre cot, la loi pnale n'a pu conlinutr rester iiiill'-
rente aux pratiques barbares consacres par la coutune : les sacrui-
tices humans sont frapps des pines de l'homicide; ;'prouve dl
poison, la mutilation des cadavres, l'anthropoplhagie sont r'iges ns
dlits. )
-i'appoort au [oi-Soumerain du 25 janvier 1897 luimnu
OFvICIEI., 1897, p. 58).









- 56 -


Quant aux griefs articuls par sir Charles Dilke contre 1' ;iat du
Congo, ils sont de deux espces, et la press belge en a d j fait
justice. L'homme d'Etat anglais a prtendu, en s'appuyant ,iron-
ment sur le tmoignage du docteur Ilinde, que le baron )hanis
aurait rationn ses soldats avec de la chair humane. Or, ]'mcien
mdecin de l'expdition contre les Arabes esclavagistes s'es born
constater que les soldats auxiliaires, don't la cooperation permit
aux troupes rgulires (le l'Etat indpendant de venir bot i de la
resistance de leurs ennemis, s'adonnaient l'anthropo]l agie,
constatation qui n'aura surprise aucun de ceux qui ont splor
le centre de l'Afrique. Ces murs abominables ne sauraient idem-
ment disparatre du jour au lendemain; le relvement moi l des
populations qui se nourrissent (le chair humaine ne peut t l que
l'euvre du temps.
Sir H. M. STAN EY.
(L'~I'toile belge, 26 avril 1897.)



Il resort du '.'iii-i, ,i- du D' Hinde lui-mme que s'i n'est
malheureusement que trop rel que l'anthropophagie se pratiq w( sur
une large chelle au Congo, il ne peut pas tre soutenu que 1 tiuii-
nistration congolaise favorite ces mours sauvages, ou mme ;u'elle
se montre indulgent leur gard. Elle les punit, au con ':ire,
quand l'occasion s'en prsente et quand il lui est possible d'att iin Ire
les coupables. Mais il n'est pas tonnant, d'autre part, que, (tant
donne l'extension du cannibalism, il ne soit pas toujours pc-.sible
cette administration de svir toutes les fois que cela serait i cs-
sairc.
(Bulletin du Comil de l'Afrique fraunaise, juin 8i'7,
p. 192.)


Est-il raisonnable d'attendre que les Belges puissent ex i"per
en quelques annes les moeurs invtres des gnrations' O)u
peut-on affirmer avec quelque prtention an bon sens que 1 sup-
pression de pratiques aussi dgradantes puisse tre obtenue pa. une









57 -

rpression occasionnelle et rigoureuse? Les natifs du Benin
avaient t en rapports immdiats avec les Europens pendant
cinquante ans au moins et avaient t en contact avec eux depuis
une couple de sicles, et cependant les sacrifices humans taient
jusqu' l'autre jour en plein panouissement dans la ville de
Benin, la connaissance vidente (les autorits britanniques
installes moins de 40 miles de l. La tche que les Belges ont
prise en main est gigantesque, et on ne leur accord pas chances
gales.
(Pall Mall Gaczete du 19 juillet 1897 )




L'on doit beaucoup aussi au gouvernement du Congo pour la
diminution du cannibalism, quoique les amliorations notables A
cet gard soient peut tre autant le rsultat de la presence de rsi-
dents europens que celui de la repression directed. Les mangeurs
de chair humaine tiennent rapidement compete de l'opinion publique
ce sujet. Dans un village o l'on voyait encore des dpouilles
pendre aux branchages des huttes, un missionnaire me disait
que jamais les habitants n'admettraient qu'ils avaient pu se liver
autrefois au cannibalisme, tandis que d'autres membres de la mme
tribu avaient offert un voyageur, quelques jours auparavant,
dans un village situ peine une demi-heure de march, un
enfant poir supplier la chvre qu'ils n'avaient pu lui fournir.
Il faudra longtemps pour purger la contre de cette horrible
coutume. Les rives du fleuve et celles de beaucoup de ses
affluents peuvent tre considres come dsormais indemnes,
mais le cannibalism fera encore parler de lui au Congo jusqu' ce
que les indignes, qui en sont honteux, puissent tre amens voir
l'avantage de sa disparition.
PICKERSGILL,
Consul britannique au Congo.
(Rapport au Foreigu OIT', juin 1898, p. 8.)











N!i loin dle la fro'ntire congolaise, 31. Lloyd arrival un ':l[age
occup, par untiabi. Celui-ci voulut l'rempcher decontiniier s r ute
et se mit en devoir de lui faire un mauvais parti. Le inissioiim; rc eut
une iinspirati un soudaine qui lui sauva la vie. 11 atlirna l'Ara e qu'il
etait I'aiii de ippo-Tip, et aussitUt ct cl honime se radoucit et lui
accorda l'hospitalit. I. Lloyd, recherchant le mntif de l'acc i 1 si
hostile de son hLte, crit : (C:t Arabe s'tait videimment i i;;ii
que s'il ime laissait continue ma route aprs avoir vu cihe luii de
nombreux esclaves, pris un peu partoiit, encomblrant sol :amp,
j'irais dire aux Beiges quelle existeniic il nciai t et qu'alors ils .'iiver-
raient des soldats avec mission de le capiturer.
(L'Etoile belIle du i1 1 janvier 1i

S'il n'est pas encore Larwint a sulipriwer coimpl ltm it (es
pratiques monstrueuses : l'p )r \c' du poison, les m iililali tis, i.i
c nitiii alisme, les guerr'es intestines, so a;lion pler'.'ira t in a
di;linui le noinlub au point que loin iln'tvoit le io ir e n i. o
elles in'!eisteront plus suir tou1t la siirface dl terrili ire du ( .
Pl'e de iempis aprs que les accusion les s lus givs aieSi
tie piortles centre ses agents, M. Ciizon, Secrtaire d'Etat, r'l oi-
naissait, in seance de la Chambre des co(uniites du avril lti .'I
lue l'El.tt Indipendant du Congo avait accompli une grande .t 'V.
car c'est, disait-il, grce a son adiiiiiiisiratioi lique la criuai d s
nt griit' a cess d'exister dans plusieius ..i .......de tniiHes acTsii
au ciiiu li mme de l'Atrique.
Les rsultats, du reste, e'lateni aux yIux de tois. To i le' s
persoiiies qui ont t en Afrique attesteront que la popu ;t on,
dcimbe auttrelois, a angment considiablement, grce l'a minii-
stratiio bienfaisante de l'Ett Indpendant.
Quanid les blancs s'tablissent dans une mrgion, les ind .;'unes.
que le souvenir des -.' i .'s rend dliants, s"l.. -.. .i. nma -, Uis
qu'ils ont pu se ren dre mpteupe des intentions ipaciliiqus des nicts
de l'Etat, ils viennent se grouper auitour de la station.
B''" DIE xIltEAU,
Mlinistre des !i 11i Etrai 'es,
Aumiles ]parlementaires [Cihaii'tleh1 d u i; avril 1!1t), p. i;7


-- iS8








-- 5 9 --

L'anthropophagie n'engendre pas forcmeni t la firocit; ;at
fond, ces ges ne sont pas malfaisants. I)u Chaillu, de C'omiigne,
Marche, Grentfe1, Schleinfuartli, Jniiker et tait d'autres, conmme moi,
ont pass on vcu sans danger au milieu d'eux. Il sera donc tacile
de fire comprendre a ces malheureux que leurs couiinics sont
rprhensibles : il ne taut pour cela qu'un peu de temps (t dle
patience. Les Belges sont d'excellents colonisateurs ; nous ne tarde-
ons ps p fire come eux, j'espre, dans la parties du Congo qui
est sous noire influence, et l'anthropophagie disparatra graduelle-
ment du contingent africain. n
Enooi i)n Fo.\,
Charge de mission par le gouvernement franiais.
(La T aversee de l'Afrique, 1')0t), p. 2:2.)





S11 va sans dire que, danis les locailts o les ELio)pens ont
cabl: lu'ai' influence, il y a coninue 1i mot d'ordre entire indignes
de ilier toute inclination a ces coutui es : S ils savenit lie le blaiuc
les repi uve; aussi i. I ,-1:., une innocence absoii', de 'indi-
gnation nime, lorsqu'on leur en parole. Mais, pour ;' e ue l'on
quite la zone ou s'exerce l'influence immediate des nations civilises,
le cannii alisie subsiste ostensiblement, et il subsistera encore ainsi
pendant longlemps.
EO1 ARID FOA,
Charge de mission par ie Gonv<.rne'u n' wanais.
La 'r w )c, dle I'A 'frique, 1i' O, p. 2 i1 .)














5. Mesures antialcooliques.


On sait l'influence nfaste de l'alcoolisme sur les indig:ins. A
cet gard, l'Etat a subordonn les considerations fiscales la jces-
sit suprieure de protger les populations contre l'introducti iL des
spiritueux. Il a mis en application, dans la plus grande par ic de
ses territoires, le principle de prohibition dcrt par l'A( te de
Bruxelles, et rcemment encore il a ramen la limited de cette rchi-
bition de l'Inkissi au Kwilu, de manire prvenir, dans la iA' on
de la zone du chemin de fer, l'importation de l'alcool. L c i, en
raison de ncessits inluctables et pour ne pas bouleverser les .::an-
sactions commercials, cette prohibition n'a pu tre dcrte, l'Etat
a tax l'importation du maximum des droits d'entre qu'aut( r sait
l'Acte de Bruxelles. Ce droit, de 15 francs par hectolitre, aura t pu,
dater du 2 avril 1895, tre port 2_ francs ; il est espre que
cette majoration ne tardera pas s'tablir.
Rapport au Roi-Souverain du 2 janvier 18)7 (BL'Lr1E'N
OFFICIEL, 1897, p. 65 et 66).



Jadis, il faut bien l'avouer, dans les parties du Bas-Congo \oi-
sines des possessions portugaises, l'alcool sous toutes les lo 'es
tait le seul salaire ambitionn par les porters. Ce flau n'a pas
cess de ravager l'extrme Bas-Congo ; mais les measures nergi tues
prises par l'Etat en garden indemnes les intelligentes population s ce
l'intrieur. On ne rencontre plus d'alcool au del de l'Inkissi; les
rares bouteilles que l'on trouve dans les marchs quelques j nus
en dee de cette limited servent de monnaie d'change et pas eit
par cinquante mains avant d'tre dbouches.
Rv. Pre DE DEKE
(Missions en Chiiie et au Congo, n 86, mars 1896, p. 211.









- 61 -


Le 'eproclie fait l'Etat dui Congo d(e favoriser le commerce
des spiritueux et d'en protiter n'est pas fond. Ds ses dbuts,
l'Etat a interdit l'importation et le tragic les boissons alcooliques
dans tous ses territoires au del de l'Jnkissi, d'abord : du Kwilu,
ensuite; et, de fait, pas une bouteille de gin n'est vendue aux indi-
gnes d; ns tout le Haut-Congo; l oi, en vertu d'engagements
internationaux, on n'a pu dcrter la prohibition absolute du traffic
des alcools, tout au moins l'a-t-on frapp des droits d'entre les plus
levs que l'Acle de Bruxelles le permettait. L'Etat a mme cherch
augmenter le taux de ces droits par une entente avec ses voisins.
(Bulletiii dul Comit dle l'Afrique franaise, juin 1897,
pp. 193 et 19l.)






Depuis quelques annes dj le traffic des spiritueux tait
dfendu compltement dans les quatre-vingt-dix-neuf centimes du
territoire de l'Etat, mais il tait tolr sur la rive sud du Congo
jusqu' la rivire Kwilu, io miles l'est du port de Matadi, tte
de ligne du chemin de fer. A 3 miles l'est de Matadi, la Mpozo se
jette dai s le Congo, et pour empcher le transport des spiritueux par
chemin de fer, la zone oi leur vente est prohibe vient d'tre ten-
due vers l'ouest, par un nouveau dcret, jusqu' la Mpozo. Tous
ceux qui s'intressent au dveloppement et au bien-tre des indi-
gnes d'Afrique accueilleront avec joie cette measure claire du
Gouvernement congolais.
Ne pourrions-nous pas attendre de notre propre gouvernement
une prohibition de transport analogue sur tous les chemins de fer
de nos colonies africaines, en construction ou projets? Qu'il nous
soit permis de suggrer que mme si le traffic des spiritueux doit
tre toler encore quelque temps la cte, on peut en prserver
l'hiiinterland.
Je puis attester personnellement que la prohibition est effective
en ce qui concern le Congo, mais il reste encore environ 13 miles
'j









- (i2 -


carrs autour de Matadi dans lesquels le traffic est tolr, de mme
que dans les 7,000 miles carrs que possde l'Etat au no L. du
Congo, depuis la cote jusqu' Manyanga qui est le point o le terri-
toire franais commence tre contigu au fleuve. Le Gouvern ,iimnt
congolais estime qu'il ne pourrait empcher un commerce de con-
trebande des possessions portugaises et franaises dans cette rg ;n.
Rv. W. H. BExTMY,
de la Baptist Miissio.nariU c ''y.
(Christian World, '18!8, cit par LA BELGIQUE COLO: .\mi,
10 juillet 1898.)


L'Etat a restreint le tralic des liqueurs, qui tait dj floor *,snt
dans le Bas-Congo lors des premires heures de l'occupali, r et
a empch l'influence malsaine (le ce traffic de s'tendre aux r ions
nouvellement ouvertes de l'intrieur. Aucune boisson alcoolique -oui
la vente aux indignes ne peut passer la Lut' affluent du (niio
traversant la route du Haut-Congo environ 20 miles l'e t Je
Matadi tandis qu'une repression galement nergique est ex rce
partout, repression don't un example intressant fut donn rccem i eut
dans l'extrme sud, alors que le baron Dhanis dtruisit les ( ,,til-
leries grossires d'une tribu qui avait appris l'art de fair du r iini.
On n'apprcie jamais assez parfaitement le service rendu p a le
gouvernement congolais ses sujets. Cette ide peut n'avoii p is
encore disparu compltement que les liqueurs spiritueuses ne tolt
aucun mal aux indignes et que, lorsqu'ils ne peuvent en obter i de
fabrication europenne, ils obtiennent des boissons aussi alcohol: !aLs
par la fermentation du vin de palme. Mais la difference it 'e
le sauvage vivant dans les rgions loignes o jamais n'a ap .Iui
un baril de rhum, et le ngre de la cte, n l'ombre d ce
baril de rhum, est trop grande pour ceux qui ont vu chez eu: res
deux espces distinctes, pour partager cette opinion base sur une
observation limite.
PICKiElSGILL,
Consul britannique au Co go.
(Rapport au F7,. i'n Olfice, juin 18)8, p. 7.)








- 63 -


La question brlante (lu traffic des boissons fortes a t traite
trs eflimacement par l'Etat du Congo. La vente des liqueurs spiri-
tueuses aux natifs a t interdite dans les 99/100 de son territoire.
Nous pouvons facilement nous rendre compete de l'efficacit des
restrictions : les missions ne manqueraient pas de seconder les
efforts de l'Etat en faisant connatre touted contravention aux lois.
L'enclae au nord du Congo, depuis la cte jusqu' iManyanga, et
quelque 20 miles carrs aux environs de Matadi, d'Underhill la
rivire lMpozo, ne se trouvent pas dans la zone de prohibition. Sur
la rive sud, la line de restriction s'avance jusqu' la Mpozo,
a 3 miles au-dessus (le Matadi; le chemin de ter ne peut donc
transporter les liqueurs alcooliques pas plus que les natifs ne sont
autorists les porter au del de la Mpozo. Nous dsirerions que le
Gouvernement prohibit entirement l'alcool, mais il considre qu'il
serait impossible dle surveiller effectivement les frontires franaise
et portuigaise vers la cte, et mme le port; la vente ci est donc
permise sur une tendue de 9,000 miles carrs, quoique, dans la
moiti (le cette tendue, on n'en troupe que trs peu. Il n'existe pas
de restriction la vente de boissons alcooliques aux blancs, mais en
aucun cas, l'importation de l'absinthe n'est autorise. C'est un grand
point que le gouvernement ait des vues aussi claires sur cette
question et qu'il se rende compete que ces measures servent ses intrts
les plus rels.
Rv. W. HOLMAN BENTLEY
(Pi.ici'ring on the Congo, vol. 11, p. 427, 1900.)





Dans l'intrt suprieur de la conservation matrielle et
morale des races indignes, le Gouvernement a continue galement
sa champagne contre l'alcoolisme. Le dcret du 15 avril 1898 a
tendu jusque la rivire M'pozo la zone, qui s'arrtait auparavant
au Kw .u, o il est interdit d'importer et de dbiter les boissons
alcooliques distilles. Pour viter que ne soit lude cette defense,
il a t interdit mme d'introduire des alambics dans la zone









64 -

prohibe. Dans les dix-neuf vingtimes des territoires de Elat
n'est donc tolre ni importation, ni fabrication d'alcools, ni il ;stl-
lation d'appareils de distillation.
Certaines boissons alcooliques sont absolument proscrites de tout
le territoire, mme pour l'usage des blancs. Nous citeron, par
example l'absinthe, que les hyginistes assimilent un vi lent
poison, et don't la consommation est prohibe.
Dans la zone relativement minime ou, par suite des circonst: ices
exposes dans de prcdents rapports, l'importation des spirit eux
est encore admise :i regret, elle a t svrement rglemente.
L'Etat a applaudi aux measures internationals lui lui ont p r'miis
de majorer les droits d'entre sur les spiritueux; il a sign : cet
effet la convention, du 8 juin 1899, don't les ratifications viei ne it
d'tre dposes, et des la mise en vigueur de cette convention le
droit d'entre, qui tait de 15 francs par hectolitre i <0 ct i t'-
simaux, a t port par dcret du '12 juin 1lU00 au nouveau n xti-
mum autoris, c'est--dire 70 francs.
Nous rappelons ce sujet les dispositions lgales qui atteiCriint
et punissent l'ivresse publique. Il est enjoint aux commissaire, .e
district de surveiller spcialement les habitudes de tempr irce
des agents sous leurs ordres, d'empcher qu'ils ne disp :sint
d'une trop grande quantit de boissons alcooliques, de s.gn itr,
sous ce rapport, au Gouvernement les irrgularits de ccnd lite,
, de svir si les agents n'obtemprent pas a leurs ordres prie.( -
tifs, de poursuivre on tous cas les dlits d'ivresse.
Rapport au Roi-Soiut'r'in du 2o juillet 1900 (BULI .iIN
OFFICIEL, 1900, pp. l3 et 154).






Un dernier mot du rle protecteur assum par l'Etat Indpen lit t
vis--vis des indignes. En mme temps qu'il les met l'abri L.es
razzias des Arabes esclavagistes, il les dfend contre le pril al ':o-
lique, presque aussi redoutable pour les noirs : on sait que des :re-









G5 -

sures ni, t prises en vue de bannir l'alcool du centre de l'Afrique
et d'ei rduire la consommation dans les regions voisines de la
cote.
Come DE SMET nDE NAEYE,
President du Conseil des Ministres.
(Sance de la Chambre des reprsentants du 16 juillet 1901,
p. 1977.)
















S6. Force publique.


L'arme national au Congo a une valeur qui ne sera plus :>n-
teste dornavant. Les lments qui la component ne le c'dei ;(n
rien aux trangers primitivement incorpors; il est mme ce Liin
qu'ils sont suprieurs la plupart des Africains et tout au n oiiins
gaux aux meilleurs. Combien d'hommes comprendra biemit t e
force? Il est i'ii i b de le prvoir; mais il est certain que bi, *:t,'t
des milliers d'indignes auront pass dans les rangs de la orce
publique. Et, ce qui est surtout rassurant, c'est que les cong ii';;,
en cas de danger, sollicitent l'honneur de servir au premier r, 1-' !
Cela a t le cas pour les Bangala qui ont off'rt de renforce lbs
troupes du comnmauant Ponthier, et qui, commands par M. Lotl ire,
ont si puissamment aid au succs des operations entreprises ci tire
Kibonge. Toits taient d'anciens serviteurs de l'Etat. Il exist rait
donc l une reserve srieuse d'honunes bien exercset etxprimenii .
Lieutenant Gom .
([ndpendance, 21 novembre 1"" ..)




Vos compatriotes out accompli de grades choses la-bas ( n ;i
peu de temps. Leurs soldats noirs ont acquis une ' hauteur iiior; o
inconnue auparavant. Grce l'action morale de leur chefs, i s se
sont incrovablemient amliors ; mais la bhte humane ne se doi i ,le
pas si facilement. On voudrait abolir les chtiments corpoi 's!
Quelle utopie! Mais la marine anglaise, me dit-on, emploie en oie
le cat-o-ninte lails et la Russie le knout. Le knout disparatra tout
naturellement lorsque l'homme s'lvera au point de vue mor; ..
un degr d'volution sullisant pour obir dsormais des suggest cus









- 67 -


puremeit morales. Celte volution s'accomplit toujours lentement.
Elle a mis des sicles se faire sentir en Europe ; je me permets dle
solliciter un credit de quelques lustres pour qu'elle se dveloppe au
Congo.
Li:tMAN,
Ancien officer autrichien.
(Joui nal de Bruxelles, 4 octobre 1896.)




(( T u coup, trois coups de canon font trembler la terre et des
salves de !mousqueterie rpondent de l'autre board. Le steamer
dmiarri, aborde et nous ramne les fameux soldats du capitaine
Doorlmc. Les plumes blanches qui ondulent sur leur tte, leur
uniforme tout blanc et llambant neuf, leur musique (lui joue crine-
ment li Brabanuconnue, le dfil devant l'inspecteur, le simulacre, sur
la plai ie de manoeuvres, de la prise d'uni village, l'enthousiasme de
tous ces braves, heureux de servir sous les blancs contre l'Arabe
maudit : c'est un spectacle qu'on n'oublie pas. Et l'on se demand
quelle 'I, i double de patience ouit ( d ployer nos oliiciers
pour fire de ces gens, savages nagure encore, des soldats qui, par
leur ordre, leur discipline, leur entrain, leur adresse manier les
armes, feraient bonne figure cot de n'importe quelle troupe curo-
peHll(.
Rv. P. DE DEKErN,
de la mission de Scheut.
(Missions en Chine et au Conuo, janvier 1897, pp. 379 et 380.)




La force publique a t accrue en suffisance pour veiller elli-
cacemniit l'ordre public : elle compete, indpendamment des
auxiliaires, 8,000 miliciens, 4,000 volontaires nationaux et
2,000 volontaires strangers.
L'Etat s'est attach crer une arme purement national, en vue
d'allger le budget des charges considrables don't le grevaient les








- 68 -


recrutements au dehors, et dans l'intrt politique majeur de :iittre
fir la dpendance oit il se trouvait, cet gard, vis..-- s; de
l'tranger. Il considre du rest le temps de service militaire c nmme
une cole salutaire pour l'indigne, oi celui-ci apprend le resp et de
l'autorit et la rgle du devoir. Il s'est tlicit, dans cette pensi i, de
voir s'accrotre le nombre le miliciens nationaux, et, pou que
l'institution consenrt toute sa valeur, des dispositions sp( iales
ont l dictes pour prvenir les abus, rguilariser les recruteiin ets,
assurer le bien-tre (les soldats en service et fire un sort uix uiili-
ciens congdis. Le dcret sur le recruitment (le la force p ub (|i e,
labor par le Conseil suiprieur et que unous analyserons, n'es pas
plus rigoureux qu'aucune autre legislation similaire, et l'incor oia-
tion se l'ait dans d'aussi sres garanties de liberty humaine que laiis
les armes d'Euirole. Come c'est le cas dans presque tons les i;i s,
le recrutement, indpendamment des, i,_. i ni volontaires a
lieu par (les leves annuelles , mais dans les limites (lu co li i-
gent fix par le Roi-Souverain , et dans ces limits, < le Co (vr-
neur Gnral determine les districts et les localities oit s'op la
leve ainsi que la proportions a fournir par chaque localit0 ( Le
mode suivant lequel s'opre la leve est dtermin par le :m-
missaire de district, (le common accord avec le chef inidig e,
et, bien que la voie dlu mirage au sort soit recommandee, il 'uiit
reconnatre qu'il serait diflicile, dans les circonstanices actuelle,, e
toujours et partout recourir ce mode dans ch(aque village, (t ce
mconnatre l'autorit coutumire du clief de village, lorsqu il ( *si-
gne les miliciens parmi les homes sous sa dpendance. Coi Lne
nous l'avons vu plus haut du resle, des autorits coloniales br lai -
niques, dans un milieu analogue, ont jug que l'impt doit e re
demand au village plutt qu' l'individu, et le rgime qui ,ei:t
d'tre tabli Mada:gascar admet galement que les rles des prc-la-
taires soient tablis chaque annie par les clhes de village, soi s; 1
surveillance des gouverneurs : c'est toiijours le nmme souci (le ( cilier, dans la measure du possible, les exigences des services n)ul iic
avec les intrts et les convenances (les communauts indigl :s.
La dure du service actif est de cinq ans. A l'expiration d( :e
terme, les homes font pendant deux ans parties du cadre d lhI









- i69i -


> rser e; le temps pass sous les drapeaux ne peut doue
dpasser sept ans, terme que l'exprience prove ne pas ire
excessif, et il est strictement interdit de garder sous les drapeaux
des homes qui ne sont plus ports sur les contrles ou don't le
term de service est expir , sous peine e d dlit. Chaque home
touch une sold journalire de vingt et un centimes I il est
entrelenu et quip aux frais de l'Etat .
Ces dispositions organiques ont t compltes par des instruc-
tions qt:i prescrivent de veiller spcialement ce que les miliciens
soient traits avec la plus grande humanity et reoivent tous les
soins que ncessite leur tat . 11 doit tre veill ce que
les homes reoivent une nourriture suflisante, soient convena-
blement installs, que les malades soient l'objet de soins particu-
liers, que les homes soient en toute circonstance convenablement
traits, que les fautes qu'ils comimettraient soient rprimes con-
Sformet aux glemens, n vitantu .,xr n_ ,n -, ,,, ni toute svrit
excessive.
En lail, ce rgime rend l(gres l'indigne ses obligations de
soldat ; nous n'en voulons d'autres preuves que ces 4,000 volon-
taires (qui sont actuellement enrils, et ces nombreux rengagements
qui tn oignent du goit de l'indigne pour le mtier des armes. Ce
n'est pas du reste avec une arme de mcontents que l'Etat aurait
pu pou 'suivre sa champagne antiesclavagiste. On a eu constater
une sei.le mutinerie assez grave celle de Lilabourg et sauf
ce cas exceptionnel, les commandants et officers de nos troupes
indignes rendent homage leur esprit d'obissance et mme de
dwvoe ient leurs chefs. Le nombre de dsertions n'est pas consi-
drable. L'Etat continue s'intresser ses soldats aprs leur term
expir; les congdis, rapatris ses frais leur lieu d'origine.
avec, le cas chant, femme et enfants, sont l'objet d'une protection
spciale et reoivent des concessions de terre en une station a leur
choix.
Il ne semble pas que des critiques srieuses puissent ,tre
adress('es un tel rgime. Il ime parat superllu d'ajouter qu'en
imposant ses populations indignes le service militaire, l'Elat rest
d'accord avee tous ses engagements internationaux. Le contraire ne









- 70 -


pourrait tre soutenu qu'en niant aussi la souverainet du po ivoir.
On en arriverait ds lors concevoir un Etat qui n'aurait qi dles
charges et des devoirs et aucun des moyens financiers et mil laires
qui lui sont indispensable pour s'en acquitter.
Rapport au Roi-Souverain du 25 janvier 18'i)7 (BIu LEIIN
OFFICIEL, 1897, pp. 59 et suiv.).




Des '.:ii ; .i '-. rpts il rsulte qu'il se produit dai s les
territoires immienses et en grande parlie barbares, qui oi: t
attribus l'ELat du Congo, des actes rprhensibles. Ce .t ne
peut surprendre personnel. Les soldats ngres de l'Etat, arr ,cl 's
tout d'un coup la barbarie, ne se conduisent pas touj urs,
lorsqu'ils ne sont plus sous l'eil des officers belges, coiuin ces
civiliss. L'incident de Mobaye, que nous rapportons d'autre pa't,
en est un deplorable example. Quelques Europens niies, i Tiis
par le climate, par l'isolement, peuvent parfois fire un nma 'ais
usage de leur autorit. Mais, en agissant ainsi, ils vont c iire
leurs instructions et s'exposent des chtiments. Leu's ,:tes
ne peuvent en rien compromettre l'esprit gnral de l'adminiistit lion
S..t.. _, i .-, inspire par la haute philanthropic du Itoi des B( L;cs.
Les mmes fates se produisent sans doute de temps en t ,uns
dans tout le rest de l'Afrique, et si l'on s'en prend particulire lent
au Congo, c'est peut-tre parce qu'il parait moins mme qu ls
autres Puissances africaines de fire tte l'orage.
(Bulletin du Comit de l'Af)'iquei fr)an!aise, juin 1897, Ip. i' .)




Je ne prtends pas que tout soit parfait au Congo, certes, il se
comment parfois des abus, mais je dois la vrit (le dclare; q i( le
Gouvernement ne demand qu' les redresser et 'punir ceuo qui
s'en rendent coupables.
En ce qui concern les relations du pouvoir avec les indigi is,









71 -

elles ne laissent rien dsirer dans les -'_.-..ai que j'ai traverses.
La forcc publique se recrute facilement : dans l'Uell, les Mobanghi
inmctent le plus grand empressement s'enrler dans ses rangs. Les
chefs de tribus reoivent une indemnit pour le *.il,;.. i- qu'ils
fournissent et les recrues elles-mmres reoivent des primes. Si le
service militaire faisait horreur aux indignes, come l'a dit Salus-
bury, rien ne pourrait les empcher de dserter. Au contraire, les
Molangiigi sont honors d'tre accepts come soldats et ils font
vaillamment leur devoir quand ils doivent combattre. I)ans les zones
oii j'ai sjourn, et d'une faon gnrale dans tout lI'ell, le recru-
tement de la force publique s'opre dans les meilleures conditions.
Les ofliciers belges ne brutalisent pas leurs homes a plaisir,
ainsi que l'a aniirm Salusbury ; aussi les soldats sont-ils trs atia-
chs la plupart de leurs chefs blancs et ceux-ci peuvent-ils srieu-
sement computer sur leur courage et leur dvouemient en cas de
guerre.
GuL BtenIOwS,
Capitaine de la force publique de l'Etat du Congo.
( 'to ?le bclgjc, (; septeiibre 1 I)7.)




D'o provieinniet les checs subis dans ces contres par les
Belges ? Qu'on ne les attribute pas l'insuflisance de leurs olticiers,
qui se sont si brillamment conduits dans la guerre contre les Arabes.
L'un d ux, de Bergh, avant eu la jambe crase, se tua d'un coup
de revolver pour ne pas tomber dans les mains de ses ennemis qui
l'eusse il fouett. C'tait un olficier de tout premier mrite, un cou-
rageux soldat, un aimable camarade, que nous n'oublierons jamais
dans nos stations allemandes du T;i,_- ii,;l .
Pas de combats oit ne soient tombs, o n'aient t blesss plu-
sieurs grads. Tous les olliciers belges sont dignes d'loges.
Je crois d'autant plus de mon devoir de fire cette declaration,
qu'en lllemagne on est souvent d'avis contraire, depuis la dplorable
affaire Stokes. Pour nous, .11, i i, allemands, des rives du Tan-
ganika, qui avons pu observer de prs les choses qui se passent









C- )


dans l'Etat du Congo, nous savons estimer nos camarades 1 iiges,
et je serais heureux si, en exposant nos sentiments pour < ux, je
parvenais restreindre en Allemagne le nombre de ceux qui qppr-
cient mal c es lommes de valeur.
RICHAiD KA, U'.
(Etoile belije, (i mars 189!.)






Dites-nous un 1mot de votre opinion sur le noir come s Idat.
S'il a pour commandant un blanc qu'il connait et qu'il a m( et
surtout qui le connait, lui, c'est un excellent soldat, disciple ui et
obissant. Vous pouvez punir autant que vous le jugerez lbc un
soldat qui a commis une faute, mais il n'oublie jamais une pti i]n
iimrite. Je trouve que c'est l une chose son honneur.
L'officier nouveau venu d'Europe (j'ai t dans ce cas), ne con-
naissant pas la manire de prendre le noir, fait quelques i ,ies.
Mais une fois la connaissanic faite, cet officer, s'il sait s'y pre dre,
peut fire de ses homes ce qu'il veut. 11 ne faut jamais oublie que
le noir est un grand enfant et doit tre trait come tel, avec. a la
fois, svrit et bienveillance, et mme avec une pointe de jovial t(. e
Baron FiU iii: Ilc.K VN F iimSEt )oiii i,
Ancien .i1.. -r sudois.
(Etoile belge, 31 mai 1899.)





A Avakubi taient stationnes prs de deux companies de -aol-
dats comprenant toutes sortes de races, principalement des Maun ma
et des Bangala. C'tait une trs belle troupe, bien quipe et loi t
les logements, de vrais modles, taient des maisons en terre, b ; es
en longues ranges; chaque mason tait occupe gnralement [par
cinq homes, sauf celles des -..n-..i..i. iidignes, qui habit; cnt











chacun iune maison particulire. Tout ce poste, cependant, n'est
qu'une clairire dans la fort, et l'on se trouve en pleine fort au
bout de dix minutes de marche. Les coinminiications sont trs bien
tablies entire Avakubi et le bas Aru\iiiii.
A. i. LLOYD.
(In duwn'f land, 189), p. 310.)






Les dispositions organiques de la force publique ont t expo-
ses en dtail dans le rapport de 1897. Leur application, avec les
garanties voulues par la loi, fournit un effectit de 15,000 homes.
L'Etat est parvenu au but qu'il recherchait, tant par intrt politique
que par raison d'conomnie, de possder une arie recrute exclusi-
vement s ir son territoire. On ne recrute plus de volontaires tran-
gers. Les charges de la milice ne psent gure lourdement sur les
populatio is, si l'on considre que celles-ci sont en gnral denses et
nombreuses, et que les rgions de recrutement deviennent de plus
en plus t endues. En fait, l'obligation du service militaire n'impose
aux tribus indignes des regions de icerutement, en change de la
protection que leur assure l'Etat, qu'un soldat par vingt-cinq cases,
soit, dan l'tat actuel de l'occupation du territoire, I "/,, de leur
population. Cette proportion d'un milicien par cent habitants, qui
n'est certes pas i.. -'.' se rduira encore dans un avenir peu loin-
tain, puisque, au fur et measure de l'extension de notre influence,
la charge de la conscription sera rpartie sur un plus grand nombre
d'individ)us sans que ncessairement le chiffre du contingent doive
tre augment paralllement.
Le Go vernement a persvr amliorer le sort matriel du
milicien : sa nourriture et son logement sont l'objet d'une attention
spciale. L'autorit militaire tient la main a ce que les rglements
soient appliqus a la fois avec fermet et indulgence. 11 est accord
au milici'n, outre sa solde, une allocation mensuelle qui lui est
premise la fin de son terme de service et lui permet, quand il rentre











dans ses foyers, de disposer d'un petit pcule facilitant son t' i lis-
sciment.
I e srieux efforts sont employs lever progressiveii ut le
niveau moral de l'indigne pendant qu'il se trouve sous les unes.
Plusieurs measures ont t prises dans cet ordre d'ides. C'es ainsi
que le Gouvernement favorite puissamment le marriage lgal di imili-
taires. Il prend a sa charge les frais de nourriture de la femm( Lt des
enfants lgitimes de chaque soldat ; il alloue a la femme un -il ire
mensuel charge pour elle de travailler aux cultures destines a 1 ali-
mentation le la troupe. Chaque soldat mari dispose d'un lopin t erre
don't les products lui appartiennent. Il est veill particulire lint
sauvegarder la morality tles mnages en affectant aux soldats laris
des logements part. Les femmes lgitimes sont seules aiitoir z'es
suivre leur mari dans les changements de garnison. Aussi le ri ilnbre
des manages rguliers dans l'arme est-il en progression.
L'Etat exige des chefs qu'ils inculquent i leurs homn ei les
notions d'une morale suprieure et leur inspirent notann ii le
respect de la personnel et de la liberty d'autrui. Defense a et laite
aux soldats, come d'ailleurs a tous les serviteurs noirs de l'E it. de
disposer, pour leur service personnel, de femmes et d'enfant iidi-
gnes : il y avait l une habitude qui entretenait et dveloppa : chez
les noirs des ides d'esclavage qu'il important de draciner.
Ces dispositions, appliques rigoureusement, ont produ t les
rsultats apprciables. Les soldats, forms une cole d'or !re et
de morality, s'assimilent des principles (le discipline, de vie igu-
lire et de bones miic'rs don't, de retour dans leurs villain s, ils
sont les propagateurs. La polygamie a pu tre partout e ti'pe
parmi les conscriptionnaires, sauf dans la Province Orient il o
l'tat social des Arabes a laiss des racines profondes et o 'iiiro--
duction de moeurs nouvelles rencontre de relles dilticults. L Gou-
vernement entend toutefois que la polygamie soit interdite l (mIn me
ailleurs parmi le personnel noir de l'Etat et rend responsab es les
chefs civils et militaires des faits rprhensibles qu'ils tolr -ient
en cette matire.
Iappjort au Roi-Souverain du 15 juillet 1900 (Bt .u:li
OFFICIEL, 1900, pp. 129 et suiv.).


- 74 -









- 75; -


Qua it nos soldats et travailleurs, ils sont tellement changes
au contact du blanc que l'on peut presque les considrer come
tant d'une race suprieure, diffrente; que sera-ce dans une ving-
taine d'arnes si nous parvenons nous maintenir? Les villages de
blancs (postes) seront des espces de villes ngres, diffrentes -
combine i !... des misrables bokas indignes aux cases petites,
noires, Frailantes, infectes, oii croupissent, ple-mle, les mem-
bres d'une famille... et quelle famille!
CIHABLES CAUDRON.
(hloile belge, 18 septembre 1900.)







Un mot de la force publique.
Certes, des rebellions se sont produites, mais, de ce ct
aussi, oi: exagre et on gnralise plaisir.
Dans quel Etat colonial en voie de formation n'a-t-on pas
eu rp"imer des mutineries au sein de la force arme recrute par
les indignes?
Le Gouvernement du Congo s'applique ce que ses troupes
soient pour les noirs un example d'ordre et de morality.
Sans dloute, des fautes isoles ont t commises dans les rangs
de la force publique ; mais oh et dans quel domain ne se commet-il
aucune faute? Les Parlements des pays civiliss eux-mmes en
sont-ils exempts?
Le Gouvernement de l'Etat indpendant, c'est un homage
lui re idre, s'applique prvenir les abus, et, le cas chant,
les poursuivre et les rprimer.
Qu'on ne vienne donc pas lui jeter la tte les condemnations
prononcies par ses tribunaux! Songe-t-on proposer de licencier
les tribunaux belges dans l'espoir qu'il n'y aura plus de crimes ni
de dlits juger?...
Je dis que les tribunaux congolais ont leur mission remplir









76 -

et la remplissent come les tribunaux belges et que, pa i plus
au Congo qu'en Belgique, on ne peut reprocher l'Etat les c idim-
nations prononces par la justice.
Comte DE SMET DI: N.EYEII,
President du Conseil des Minist cs.
(Sance de la Chambre des reprsentants du 6 juillet 1 )1,
p. 1977.)















!I 7. Conditions matrielles et morales.


Etantt l'un des fondateurs de la mission baptiste anglaise
au Congo, o je rside ds avant l'arrive de M. Stanley en 1879,
l'avnement de l'anne nouvelle attire mon attention sur les grands
progrs qui ont t raliss dans le pays durant cette brve priode
de douze ans.
En 17!), M. le consul anglais nous assurait encore que nous
ne pouvions nourrir l'espoir de pntrer jusque San Salvador,
et voil cque nous nous trouvons tablis dans l'intrieur du pays
plus de ,(i00 kilomtres de l'embouchure du fleuve!
Au mois de fvrier 1881, j'tais chass de Kinchassa par la
foule des indignes en armes et maintenant nous y possdons une
station o rgnent la paix et la scurit.
Rv. HOLIAN BE,:,ILEY,
Missionnaire de la Baptist Missiotnari Society.
(Lettre au Gouverneur Gnral Wahis, Mo uvemienit gogra-
phique du 6 mars 1892, p. 21.)


Quand je suis venu, dans le courant de fvrier 1888, fixer ma
residence Wathen (Ngomb), j'y ai trouv des indignes constam-
ment eirgags dans les difficults intestines, usant de la violence,
saisissant au passage les voyageurs indignes, apprhendant les
femmes dans les champs, chacun agissait sa guise : la violence,
le meurtre et l'empoisonnement se pratiquaient au grand jour.
Aucun coin de l'Afrique ne pouvait fournir l'exemple de plus grande
anarchie; chaque village format un Etat, considrant tout tranger
come un ennemi ; aussi tait-ce une guerre continuelle de village
village, ; un home tait vendu come esclave pour les raisons les
plus futiles. Aujourd'hui tout est change : les fusils ne se font plus









- 78 -


entendre qu'en chasse ou pour rendre des honneurs aux pei sonnes
dfuntes. Les routes, qui taient presque absolument fermte-, ont
ouvertes et libres; nos coliers peuvent se rendre en toute 'currit
d'ici l'cole de Kinsuka, soit 80 kilomtres de distance. C st que
les lois de l'Etat inspirent une crainte salutaire ceux qui von ii ient
molester les voyageurs ; aussi les nouvelles de violence et de ; uerres
sont-elles revenues rares et toujours suivies de palabres cui v
mettent fin.
Rv. ED. HOLMAN B.ENLEY,
Missionnaire de la Baptist Missionary w5 i'ty.
(Lettre au Gouverneur Gnral Wahis, Mouvemen t irOra-
plique du 6 mars 1892, p. 21.)



L'Etat a ses critiques, mais pour moi, la meilleure pr-
ciation doit sortir d'une comparison de ce qu'tait le pays y a
dix ans avec ce qu'il est aujourd'hui.
Rv. ED. HOLMAN BENTLEY,
Missionnaire de la Baptist Missionary S :i tUy.
(Lettre au Gouverneur Wahis, M.ouvement G!eographiq i' du
6 mars 1892, p. 21.)



Il est regrettable que dans de rcentes rvlations > iles
par certain missionnaires, des faits faux ont t imls des ccu-
sations faciles prouver, et ce qui est pire confondus, i : un
mme tout, avec des accusations que l'on ne peut comprendre u'en
suplposaint leur auteur une inexcusable lgret.
Je suis un des rares Europens, sjournant actuellemert au
Congo, qui ait connu ce pays avant la foundation (le l'Etat e qui
puisse compare la situation existant alors avec celle d'aujour( hui.
Aussi, je tiens fire connatre que j'apprcie trs sincremiei les
avaniages qui ont suivi l'tablissement d'un gouvernement civ 'is,
et je proclame que je lui suis de jour en jour plus reconnai sant
pour l'ordre et la libert qui existent maintenant.
D)s 188 1, avant reconnu la ncessit d'un gouvernement fi: e et








- 79 -


nergique pour administer les affaires congolaises et surtout pour
arriter la flot conqurant des Arabes qui s'avanait en force vers
l'ouest en suivant le Congo, ds 1884, dis-je, je rclamai l'tablis-
sement l'un ardre de choses stable. J'ajoute, et telle est ma ferme
conviction, que sans l'intervention d'une puissance civilise, nous
aurions aujourd'hui nous proccuper du problme arabe Borna
et sur la cte orientale...
Non seulement je dois reconnatre la grandeur de l'oiuvre
accomplie par l'Etat dans la solution de la question arabe, mais
encore je suis forc d'admettre que sans l'autorit et la puissance de
l'Elat, la region des Cataractes du Bas-Corgo n'aurait pu tre ouverte
ni aux missionnaires, ni aux commerants. Sans lui, le haut Congo
et ses vastes affluents navigables seraient ncessairement encore
ferms.
Je sais convaincu qu'aucun Gouvernement autre que celui de
l'Etat Indpendant du Congo n'aurait pu, en un temps aussi court,
occuper un territoire aussi vaste avec des forces organises.
Aucun autre n'aurait su tablir et assurer des lignes de commu-
nications aussi tendues que celles qui se trouvent constitutes
actuellement dans les limits de son territoire.
Yakusu (Falls), 9 mars 1896.
Rv. GREENFELL,
Missionnaire de la Baptist Missionary N *. i'.
(Le Congo belge, 1i aot 1896, p. 100.)




Pour moi qui suis au Congo depuis vingt ans et qui connais
la some de travail qu'il faut dpenser pour obtenir le moindre
rsultat, j'ai t merveill des travaux de vos ingnieurs et je suis
heureitx de leur rendre publiquement homage.
Ds le dpart de Matadi, on a vaincu les difficults qui, de prime
aboard, paraissaient insuimontables et c'est avec plaisir que, sur
votre gracieux pont de fer, j'ai franchi la Mpozo, o j'avais failli me
noyer il y a quelque quinze ans, en passant le torrent dans une
mauvaise pirogue.









- 80 -


Ces difficults du dbut ont peut-tre t un bien, car elle, ont
habitu vos ingnieurs ne pas s'arrter devant un obstacI., et
aujourd'hui ils avancent avec une sret de coup d'Sil qui t mne
au milieu du chaos des montagnes du Congo.
MR ALGOUAiD,
Vic. apost. de l'Ubaiig.
(Lettre au major Thys, Prcis historiques, 1897, p. 148.)



Le pays est aujourd'hui dans une condition tell qu'il ie.t
possible n'importe qui d'aller sans escorted de Borna jusque (..ns
l'intrieur.
Le chemin de fer est presque termin. En juillet prochain, il ,nra
ouvert au traffic jusque Lopoldville. Le voyage vers le Haut-Co (go
sera raccourci de trois semaines et les marchandises seront tr ans-
portes par le chemin de fer au lieu de l'tre comme maintei ant
dos d'homme. Les normes avantages qui en rsulteront pou le
pays seront apprciables seulement aprs qu'il se sera coul Li
temps suffisant pour permettre de comprendre le grand avenii de
l'Etat naissant.
GuY Bunnows,
Capitaine de la force publique de l'Etat du Con ;o.
(Timies, 17 dcembre 1897.)




L'Etat s'est galement proccup de l'hygine publique et I 3s
conditions sanitaires des populations indignes. Des commissi us
d'hygine ont t tablies dans tous les chefs-lieux de district. A 1( ir
initiative, en mme temps que les habitations destines aux agei tI
taient construites dans des conditions plus saines tant au point .,
vue des matriaux employs que de la disposition (les locaux, -
de multiples measures gnrales taient prises, d'ordre prophyvl --
tique, telles que le drainage de marais, l'assainissement des village s;
des travailleurs noirs, l'tablissement de plantations appropri .









- 81 -


autour des centres populeux, la construction de travaux destins
viter les inondations. Les commissaires de district s'attachent par-
ticulirenient inculquer aux villages indignes les principles lmen-
taires de l'hygine. La vaccination a t rendue obligatoire pour tous
les travailleurs de couleur ; le service de vaccination et la furniture
du vace n sont faits gratuitement. Un institute vaccinogne fonction-
nant Boroa a permis d'approvisionner rgulirement tous les
postes. Les ravages causes autrefois par la variole ont diminu dans
des proportions considrables; on ne saurait calculer les heureux
rsultats, de cette measure bienfaisante pour les indignes, parmi
lesquels la variole faisait jadis autant de victims que la traite.
Rapport au Roi-Souverain du 23 janvier 1897 (BULLETIN
OFicIEL, '1897, pp. 66 et 67).



J'ai signaler encore les avantages qui rsultent, pour les
indignes, de la presence au Congo des mdecins de l'Etat, qui
prtent leurs soins aux populations, et surtout de l'introduction de
la vaccine. La variole svit sous les tropiques avec une intensity
inconnue en Europe. Il arrive parfois que des rgions entires
soient dpeuples par ce flau. L'Etat a cr Boma un institute
vaccinogne et a prescrit de vulgariser la vaccination. Les rsultats
ds present acquis sont considrables et le bnfice immdiat de
la vaccination a t si bien compris par les indignes qu'ils entre-
prennent des voyages considrables pour se fair inoculer.
F. CATTInR.
(L'Etat indpeandant du Congo et les indignes, 1893i, p. 12.)



A travers la region aujourd'hui connue sous le nom d'Etat du
Congo, la mort faisait rage, sous toutes ses forces, il y a vingt-
cinq ans; une fois par mois en moyenne, chacun des cent mille
villages de l'Etat tait tmoin de quelque tragdie... Je ne
serai pis loin de la vrit en valuant ses meurtres publics un









- 82 -


million par an dans l'Etat du Congo et deux millions dans :oute
l'Afrique quatoriale.
Ajoutez cela les hcatomb3s lhmaines occasionnes pai .es
guerres entire tribus, les exterminations en masse par des chef: san-
guinaires, tels que Utesa, Kabba, Regga, Mirambo, Nyungi, l ..di;
les destructive invasions de ces fameux ngriers, tels que Sa i lin
Habib, Tagamoyo, Tippoo-Tib, Abed bin Salem, Kilonga-Loi g;a et
des centaines d'autres.
Je n'irai pas jusqu' dire qu'aujourd'hui ces effroyables bo iclie-
ries, rsultat de la superstition et de la sauvagerie des indig nEs,
ont compltement cess. Il rest encore, au loin dans l'intrieu des
terres, des parties o la civilisation n'a pas pntr; mais 1'.ieure
est proche o l'Afrique, si longlemps nglige, jouira des bie ita ts
de la libert, de la paix et de la prosprit, come les autres con-
tinents.
Siu H. M. Sral.i .
(The Atlantic fMonthly, octobre 1897, cit par LE ( 00;O
BELGE du 1e' dcembre 1897, p. 267.)



En 1872, les neuf-diximes de l'Afrique quatoriale t tieit
encore inexplors, et la dixime parties connue avait exig quinz I.ms
d'exploration Burke, Speke, Baker et Livingstone. En contil ua it
de ce train, il aurait fallu cent trente-cinq ans pour arriver 1 ii'-
trer en plein coeur de l'Afrique. Sans le Roi des Belges, l'Eu tope
serait reste encore une cinquantaine d'annes avant d'apprci r la
valeur de l'Afrique quatoriale.
Sir H. M. STABLE
(The Atlanlic iMonthly, septembre 1897, cit par LE C M:o
BELGE du 'e' dcembre 1897, p. 267.)



Les guerres entire tribus ont t supprimes sur une gr miue
tendue, et l'imposition de l'autorit europenne tant rapid 'uent
poursuivie, les limits des territoires pacifis s'tendent cons ;u -
ment. Ce rsultat ne s'obtient pas sans effusion de sang, :'3;t









- 83 -


vident ; pas plus que ce rsultat n'est toujours compatible avec les
ides dcs natifs sur la liberty. Mais l'Elat, nanmoins, doit tre
flicit pour la scurit qu'il a cre pour tous ceux qui vivent sous
son drapeau, et sont soumis ses lois et rglements. Le voyageur
au Congo se rend rapidement compete que, dans la contre, il existe
un pouvoir que le people a appris craindre, et sur la protection
duquel il commence computer.
PICKEIS(JILL,
Consul britannique au Congo.
(Rapport au Foreign Office, juin 1898, p. 8.)




L'Etat Indpendant s'occupe trs activement du sort des ngres
auxquels il peut tendre son influence. Par son systme de colonies
scolaires, l'Etat arrache tous les ans la mort certain des centaines
d'enfants noirs. Il s'occupe de les marier et procure du travail
tous ceux qui lui en demandent et qui ne sont pas incorpors dans
l'arme. Par ses soins, la justice civil et rpressive est assure
aujourd'hui dans toute l'tendue de la colonie et fonctionne pour les
noirs come pour les blancs. Enfin, l'Etat accord son appui
toutes ics tentatives de civilisation et spcialement aux mission-
naires.
Les rapports entire Europens et indignes deviennent de plus
en plus frequents et s'amliorent tous les jours. Les agents de l'Etat
et des companies font journellement des changes avec les ngres
don't on connat d'ailleurs les grades aptitudes commercials.
Ils les iiploient pour l'exploitation des forts et la culture du sol;
ils recL':uent parmi eux d'excellents ouvriers industries et, tout
naturellement, les ngres viennent eux, leur demandent des
engagements.
PIERRlE VEIIAIIEC uIEN,
Conseiller Provincial.
(Au Congo, 1898, p. lil.)









- 84 -


Nous ne pouvons, si nous voulons Mtre justes, nous dl diro
d'un sentiment de chaleureuse admiration et de payer un -'iI-
reux tribute l'nergie, la determination et au courage q i Ies
Belges ont dploys dans la premiere et unique tentative de c >loni-
sation entreprise par le people belge.
(Pall Mall Gaette, 16 avril 189-;,)



Un travail continue est difficile, dans les conditions actu 'll1s.
et les rsultats ne peuvent pas tre rapidement obtenus, tant di nis
les obstacles dj signals. Pourtant, rien n'tonne plus le voy. 'eur
que les tmoignages qu'il rencontre d'efforts couronns de succ Les
rsultats atteints peuvent ne pas tre ceux que l'Etat tait suppose
avoir en vue, mais l'nergie indomptable et l'audacieux esprit ilen-
treprise qui ont t dploys s'imposent immdiatement l' dir.i-
ration.
Ce qui est frappant, parmi les progrs accomplish, c'est la ral dit
avec laquelle les vides de la carte ont t remplis. Il reste ei -ore
beaucoup explorer en dtail et les lines de defense de l'Etat sont
loin d'tre compltement organises, mais la reconnaissance ofli ille
de la contre est merveilleuse, considrant que l'occupation del'E t n'a
commence que depuis une douzaine d'annes. Il n'y a eu au une
lenteur, aucune attente vaine et inutile. Ayant acquis un itre,
les propritaires sont entrs immdiatement en possession et,
parmi les habitants de 900,000 miles carrs du territoire qui s'( eund
du Lualaba l'Lele et du Tanganika l'Atlantique, bien rar 4 .t
bien isols sont ceux qui n'ont jamais entendu parler de ( 31 ula
Matari le briseur de rochers ou qui n'ont jamais vu son
drapeau bleu toil d'or.
PICKElSGIULL,
Consul britannique au Cong,,.
(Rapport au Foreign Office, juin 1898, pp. 6 et 7.)



Quant aux avantages au point de vue de la justice, de l'or rc,











de l'ducation et du relvement gnral des populations indignes,
ils s'affermiront dans une plus grande measure encore qu'auparavant,
maintenant que le chemin de fer donnera un accs plus facile aux
rgions recules. Les tnbres de l'Afrique tomberont devant l'afflux
des missionnaires.
(Christian Workl, New-York, 1"' septembre 1898.)



L'E:at du Congo, qui s'est charge de l'administration et de
l'entremise du traffic, dispose d'une superb flottille de plus de trente
vapeurs le diffrentes dimensions. Malgr cela, l'Etat est incapable
de faire face toutes les demands de transport; aussi toutes les
maisons tablies ici construisent-elles maintenant des vapeurs parti-
culiers; sur tous les chantiers rgne la plus grande animation.
L'nergie et le sens pratique qu'on dploie ici mritent la plus vive
admiration... les vapeurs, grands et petits, sont envoys ici en sec-
tions; on les monte, puis on les lance sur le Pool. Les ingnieurs
et les micaniciens sont, part les Belges, presque tous Norvgiens
et Sudois.
Rapport de I. DE PUTIKAMEt,
Gouverneur du Kamerun.
Deutaches Kolonialblatt, 13 avril 1899, p. 274.)



J'ai t trs bien reu par l'officier belge du poste, et pendant
mon sjour j'ai t trait avec beaucoup d'amabilit.
Avakubi est un bel endroit, une station tout fait idale. De jolis
et spacieux batiments construits en bones briques cuites au soleil
formaient un poste des mieux agencs. Les habitations des Euro-
pens sont carries, avec un rectangle ouvert au centre. Un grand
mur en brique entoure la parties postrieure qui content les
quarters des serviteurs. Les portes et les montants des fentres
sont bien quarris, bien diffrents des ouvrages grossiers auxquels
nous sommes habitus dans l'Uganda.
L'on me dsigna une chambre o l'on me dit que je pourrais


- 8; -









- 86 -


dormir et l'on me demand de rester le plus longtemps possib e. Un
long sjour aurait t, en effet, chose tentante, dans cette stat on o
tout semblait si joli et si comfortable, aprs la rude vie de camped iints.
Un repas trs luxueux fat prpar, et, voyageur affam, j'y fis grand
honneur. L'on nie conduisit ensuite aux jardins, qui me rim tent
immdiatement, car il ne s'y trouvait pas seulement toutes soi !ts de
vgtaux europens, mais aussi les plus belles plates-bant 3l de
fleurs, disposes avec beaucoup de got. Cela donnait un aspect
riant qui nmanlue la plupart des jardins des missions. Ce arlin
tait sans doute la martte de de l'officier du poste, et c't it une
marotte utile. Quand, dans l'Afrique central, l'on peut obtei r des
pommes de terre, des ananas, des mangues, des raisins, et uni t'cule
d'autres choses aussi affriolantes, on n'a plus grand'chose i s rer
pour avoir une vie agrable.
Le plus grand soin avait t pris pour protger les produ ;i du
sol des grades pluies, sans cacher le soleil le martin et le soi. ,
A. B. LL( i).
(tI dwarf land, 1899, p. 336.)


Le post de la Rome, ancient camp d'instruction, est n: icle-
nant un poste d' ,-;. iliii.. sous la direction de M. Anibroi 3, un
ami. Energique, intelligent, disposant d'un personnel de bons
ouvriers, il a fait ici une merveille. Nous venons de fire un pro-
menade matinale au milieu des cafiers. C'est de toute bea ite. Il
semble qu'on se promne dans un parc immense ou plutt d us un
jardin botanique sans limited.
Rv. P. GAIIIEL,
Suprieur de la mission des Prtres du Sacr- teur,
Stanleyville.
(Le Rgne du cour de Jsus, fvrier 1899, p. 73.)



On ne peut, en etfet, contester que, dans ce laps de tempi rela-
tivement court, des progrs notables se sont raliss; que le ongo
de nos jours n'est plus le Congo don't Stanley constatait, en 878,









- 87 -


la barbarie et les murs sauvages; que les conditions matrielles et
morales de l'indigne se sont amliores, en raison de l'tablisse-
ment de nombreux centres civilisateurs, de la disparition de la
traite et des razzias arabes, de la suppression graduelle des guerres
intestines, de la notable diminution du cannibalism et des sacrifices
humans, de l'vanglisation par les missionnaires. Faut-il donc que
soient miconnus ces progrs pace qu'il se trouverait que des agents
auraient transgress les lois et viol leurs instructions ?
(Lettre du Gouvernement du Congo, Annales parlementaires,
23 avril 1900.)

Fidle son principle d'agir progressivement sur les tribus,
sans tro) heurter leurs meurs ou leurs habitudes, le Gouvernement
a cherch i utiliser leur propre organisation politique et social pour
les habiuer au joug de l'autorit.
Il s'agissait de trouver un intermdiaire souple et pour ainsi dire
populaire qui pt servir de trait d'union entire l'Etat et les indignes,
leur faite accepter les ordres du pouvoir, et qui acqut, en outre,
en vertu d'une investiture otfHielle, une influence suffisante sur les
populations pour les maintenir dans l'obissance.
Cet i iterndiaire a t trouv dans l'institution des chelleries
reconiin,cs. Le Gouvernement s'est rendu compete de ce que e nior-
cellemem:l politique des populations de mme race entire des auto-
rits inlignes multiples et indpendantes les unes des autres est des
plus pr jiu.] i.,ll. au bien-tre des indignes et leur transforma-
tion morale, cause des efforts multiples que la division des popu-
lations exige de la part des fonctionnaires de l'Etat.
( C'est modifier progressivement cette situation, disent les
instructions, que les commissaires de district doivent s'appliquer,
en n1 ngligeant aucune occasion de grouper, sous un petit nom-
bre le chefs reconnus, les populations de mme race et don't les
besoins, la manire de vivre et les intrts sont identiques. En
effect, par une investiture officielle, confere avec solennit, devant
les notables de la contre, un chef regional qui, tant sous la
dpendance du commissaire de district, peut tre facilement sur-
veill et rendu responsible des mfaits de ses sous-ordres -, l'auto-









- 88 -


rit se concilie un prcieux instrument (le gouvernement, m 'iie de
faire plus facilement accepter aux indignes les lois et rgle uiants.
Les chefs indignes ont sur les populations une influence celle,
et, s'ils se sentent appuys, ils parviendront faire prvalc i nos
ides et les imposer ventuellement, grce notre appui. >
Les rsultats de l'institution des chefferies indignes sont
notables.
Les populations, partages auparavant entire des sortes de pe its
Etats, taient livres autant de chefs don't les rivalits taien l 'ne
des causes de ces incessantes guerres de village village iec
leurs consequences de meurtres, de mutilations, d'esch v.ige.
D'autre part, les prescriptions de l'autorit ne pouvaient parven r jus-
qu'aux habitants, ou bien leur execution ne pouvait tre survi l1ce.
Depuis la mise en pratique de l'institution des chefferies r (con-
nues, on constate que les murs indignes s'humanisent; les
guerres civiles sont supprimes peu peu; il devient plus faci e de
combattre les coutumes barbares de l'anthropophagie, de l'pi iuve
de la casque, des sacrifices humains, l'autorit ayant sous la ;:ain
un chef qu'elle tient responsible des carts ou des excs d, ses
administrs.
Rapport au Roi-Souverain du li juillet 1l00 (B13L .i riN
OFFICIEL, 1900, pp. 141 et suiv.).

Les faits demeurent vrais que le Gouvernement a t l'in; ,i-
ment dans les mains de Dieu pour extirper ce systme pernicieu, ce
l'esclavage arabe qui dtruisait plus d'existences que la guerre -t la
famine, car le systme des esclavagistes les combinait toutes d '~ .
La pratique de forcer les indignes, mme par la menace du fus
payer tribute par des rcoltes de caoutchouc et d'ivoire, peut pro river
la lourde main de Dieu qui, dans ses desseins mystrieux, eml ioie
ce moyen pour librer l'indigne de son asservissement, encore ila
grand que l'autre, provenant de son indolence, de l'esclavage le al,
de son ftichisme et de son insubordination.
Rv. W. A. CiAMER
(Christian and Missionary Alliance, 8 septembre 19 0.
vol. XXV, no 10.)









- 89 -


L'inv3stiture n'est accorde qu'aux chefs don't l'autorit est effec-
tive, qui se rendent compete des services que le Gouvernement attend
d'eux et qui sont disposs seconder ses efforts. Les investitures se
font avec une certain solennit destine faire clater aux yeux des
populations la puissance de l'Etat et la fois l'autorit et la suj-
tion du chef. Le Gouvernement pursuit aussi, par l'institution des
chefferies le but de faire disparatre les guerres intestines. L'Etat,
exerant nme autorit effective sur deux chefs indignes, empche
facilement l'ouverture de toute hostility entire eux. Il arrive au mme
rsultat en essayant de grouper, sous un chef invest, toutes les
petites agglomrations indpendantes et souvent hostiles d'une mme
race, dor t les besoins, la manire de vivre et les intrts sont iden-
tiques. Il est souhaiter que l'Etat n'aille pas trop loin dans cette
voie et ne fortifie, son dtriment, les organismes politiques indi-
gnes.
F. CATTIEI.
(L'Etcut indpendant du Congo et les indignes, pp. 21 et 22.)


Passant rapidement en revue les autres faits marquants qui
caractrisent cette dernire priode triennale, nous signalerons le
dveloppement considerable qu'ont pris les moyens de communica-
tion.
La construction de routes et de points a t entame dans les
diverse regions occupes par les agents de l'Etat.
Depuis le dernier rapport adress Votre Majest, le chemin de
fer de Matadi Lopoldville a t inaugur.

Les transports qui, par la route des caravanes, demandaient par-
fois plusieurs mois, s'effectuent actuellement en deux jours.
Un ciemin de fer vicinal est en voie de construction dans le
Mayuilie. Il est dj en exploitation sur une longueur de 3`2 kilo-
mtres.
Le rseau navigable du Haut-Fleuve se troupe mis, par le chemin
de fer des cataracts, en relations directed avec les ports du Bas-
Congo.
Votre Majest a ordonn l'tude d'un chemin de fer reliant l'extr-








- 90 -


mit orientale du rseau navigable du Haut-Congo avec les i i ons
des grands lacs. Les tudes de ce nouveau chemin de fer m; rhlient
normalement. Elles avaient atteint, au dbut de cette ani e, le
kilomtre 140.
Rapport au Roi-Souverain du 1 i juillet 1900 (Bil.t:
OFFICIEL, 1900, pp. 14.3 et suiv.).

Les noirs du Congo sont susceptibles de progressed et de
s'assouplir des ncessits nouvelles. Ils en ont dj don 16 des
gages, ils ii donnent d'autres tous les jours. Actuellement, d ;i, le
Haut Fleuve, les Bangala s'engagent par centaines pour faii, dles
travaux agricoles, industries, commerciaux, qui n'ont plus r n de
common avec le mtier de simple portefaix. L'Etat Iidpenda ,; du
Congo ne se sert que de Congolais pour tous ses besoins de ain-
d'ouvre. Valets de ferme, jardiniers, terrassiers, etc., ils lon tout
le service intrieur des stations et des factoreries du Bas-C iifo,
d'une manire en gnral satisfaisante. Le personnel de mcan ,'ii
et de chauffeurs des steamers du Haut-Congo comprend excl isi,;e-
ment des Bangala, des Wangala et des Upotos. Et cette iiiiin-
d'oeuvre est beaucoup moins onreuse que celle qui se recrute hi( r. de
la colonie.
(Politique colonial, 5 septembre 1900.)

Je demand tout home non prvenu de reporter ses re! irls
sur la situation de l'Afrique il y a vingt-cinq ans. A cette p( qlu,
ce continent tait peu prs ferm; le ftichisme y rgnait, l'an i]r-
pophagie y exerait ses ravages, les sacrifices humans y lai. t (ni
honneur, l'invasion arabe multipliait ses conqutes et tranait pa'-
tout avec elle la traite et la devastation. Celui qui, en 1875 a :rait
dit que, vingt-cinq ans aprs, l'Europe presque entire s'occup rait
de l'Afrique, avec un souci constant de sa civilisation, qu'e le y
constituerait partout des administrations rgulires, qu'elle cliei 'l-
rait y faire rgner l'ordre, la justice et le bon droit et que d(s
rsultats considrables auraient t obtenus dans ces voies divei -e,
celui-l eit t accueilli par des sourires d'incrdulit gnrale. Et
cependant telle est bien la situation actuelle, et c'est mconnaitr' .es









- 91 -


efforts gnreux et gigantesques qui ont t accomplish au Congo
que le ne pas confessed aujourd'hui, quand on compare ce pays :i
ce qu'il tait il y a vingt-cinq ans, que des progrs immense qui
honorent la civilisation chrtienne y ont t oprs.
CI. WOESTE,
Ministre d'Etat.
(Anna'cs parlementaires [Chambrel du 26 avril 1900, p. 1173.)



La sauvegarde de la sant et de l'hygine publique, don't
l'importance est si considerable dans un climate tropical, n'a pas t
perdue de vue.
Pour combattie la variole, don't les ravages dpeuplent parfois
une region entire, le Gouvernement a cr un institute vaccinogine
lIoma ct des postes ". ri.....-. dans diverse localits du Haut-
Congo, o le vaccin est administr tout le personnel noir de
l'Etat et rpandu, autant que possible, dans les populations envi-
ronnante s.
Par lts soins du dvou corps medical de l'Etat, un hpital pour
les noirs a t cr Boma et, grce a la cooperation de la Croix-
Rouge, un hpital pour blancs, desservi par des religieuses,
fonction:ie galement dans cette ville. Avec l'aide de la mme
institution philanthropique, un hpital pour blancs sera sous peu
tabli Lopoldville, et des ngociations sont en course pour en
crer nu autre, au ceur de l'Etat, a Bumba, centre de transit
importa it sur le Haut Fleuve. La Croix-Rouge a galement envoy
des ambulances volantes sur l'Uelle et dans la Province Orientale.
Un dcret de Votre Majest, en date du 7 septembre 1899,
a institu dans tous les clhets-lieux de district ou de zone une
commission d'hygine, don't les membres ont pour mission de
surveiller tout ce qui concern la sant publique, d'indiquer
l'autorit comptente les measures prendre pour amliorer l'tat
sanitaire, enrayer les pidmies et assainir les agglomrations ou les
habitations. Les membres des commissions d'hygine sont com-
missioirins en quality d'offliciers de police judiciaire. Ils visitent,
au moins une fois tous les trois mois, les habitations et dpendances








- 92 -


occupes dans le chef-lieu, tant par les personnel de race 1 lanche
que par les gens de couleur.
Comme se rattachant la situation sanitaire du person ,el de
l'Etat, il est signaler les amliorations apportes dans les iabi-
tations et les installations des stations. Les matriaux fragi s ont
fait place des matriaux plus rsistants dans l'dificatic n des
habitations. On a tabli des briqueteries et des ateliers de coi ; trc-
tion. Les maisons occupes par le personnel, tant blanc c ne de
couleur, prsentent tout le comfort possible.
Les noirs mettent dj ces examples profit en transf(rimant
l'aspect gnral de leurs villages et en substituant aux ii1ltes
sordides qu'ont connues les premiers explorateurs, des construe :tions
mieux bties et plus saines.
Rapport au Roi-Souverain du 15 juillet 1900 (Bu .LEIN
OFFICIEL, 1900, p. 149).


Je voudrais insisted sur mille choses introduites au Congo ] ]ge,
l'encontre de la routine don't trop de nos commerants sont es, aves
en matire colonial. Depuis les products de consommation jus n'au
cheval, l'ine et au mulet, qui n'y existaient pas parce qu'oi p.'-
tendait qu'ils n'y vivraient pas, la liste est longue de tout ce q wc es
Belges, ces coloniaux improviss, ont acclimat dans le sol ou Jans
les mours de leur nouveau royaume.
L. SEVIN-DESPLAC, S.
(Mloniteur maritime, 5 dcembre 1897, p. 584.)


La scurit que le Gouvernement a procure aux indig. :ees,
jadis en guerres incessantes les uns avec les autres, leur a perm z de
devenir propritaires de troupeaux de chvres et de cochonm Ils
s'occupent d'agriculture et entrent ainsi par gradation dans un etit
de perfectionnement moral qui permet d'entrevoir pour dans un s cie
ou deux un ordre de choses civilis.
M. LERMAN,
Ancien officer autrichie .
(Journal de Bruxelles, 4 octobre 1896.)









- 93 -


L'E at introduit dans tout son territoire du btail don't on
distribute des couples reproducteurs aux chefs indignes, la con-
dition qj'ils ne les sacrifieront pas avant que leur troupeau ait
atteint un nombre de ttes dtermin.
F. CATTIER.
(L'Etat Independant du Congoet les indignes, 1895, p. 12.)



Il e:t veill ponctuellement aux prohibitions dictes en matire
d'importation d'armes et de munitions. On sait que l'introduction des
armes perfectionnes et munitions est interdite dans tout le terri-
toire, et que, dans le Haut-Congo, est mme prohibe l'introduction
d'armes et de poudre ordinaires. Les contrleurs des impts ont
s'assurer, au course de leurs tournes de contrle, de la strict
observation, par les commerants, des lois et rglements sur cet
objet.
Au sujet du transit des armes et munitions, l'administration
exige rigoureusement, malgr les plaintes de quelques intresss, la
production de la declaration qui, aux terms de l'article 10 de l'Acte
de Bruxelles, doit certifier que les armes et munitions ne sont pas
destines la vente. L'autorisation de transit n'est accorde que sur
semblable declaration manant du Gouvernement vers le territoire
duquel les armes sont transites.
Rapport au Roi-Souverain du 15 juillet 1900 (BULLETIN
OFFICIEL, 1900, p. 154).


Combien longtemps seraient rests en suspens les deux chemins
de fer (tu Haut-Congo si le Reichstag allemand avait eu les autori-
ser? Cette entreprise n'est vraiment pas une bagatalle. A des milliers
de kilomtres de la mer, au cour mme du continent africain, ot il
faudra imener les matriaux ncessaires au prix des plus grades
difficults et de frais considrables, on va btir 1,500 kilomtres de
voies ferres, qui, d'aprs les devis les plus modestes, coteront
plus de 100 millions! Le plan de ces chemins de fer, dans ses
grades lignes, dans ses dveloppements les plus gnraux, remote
7









- 94 -


peine un an. A peine conu, il tait amorc par l'envoi .e la
mission de l'ingnieur Adam; celui-ci n'est pas rentr depuis Leux
mois Bruxelles, que tout est prpar pour entamer immdiati client
les travaux. Il y a trois mois qu'arrivaient d'Afrique les de liers
rapports d'Adam, qui taient aussi favorable que possible, tani ['uur
les travaux excuter que pour la productivity des contres tia-
verser par les chemins de fer. Quelques jours aprs, l'affaire etiit
faite, les financiers trouvs ainsi que la mthode d'excution Les
bureaux de l'Etat du Congo n'avaient plus qu' mettre proper( ruint
sur paper timbr les contracts, plans et calculs et les prsei wr
la signature du Roi et des soumissionnaires. Il n'en a pas hllu
plus, pour que chacun pt lire dans son journal que l'Et: du
Congo va incessamment relier son domain aux grands lacs, ;'.i.ie
part, et a l'Afrique orientale allemande, d'autre part.
Dans quel autre empire colonial, ft-il encore aussi riche et iiissi
entreprenant, pourrait-on mener bien du jour au lendemai i lis
conceptions de cette envergure?
(Gazette girale de Munich, 26 novembre 1O0:



Aucun indigne n'est forc de travailler contre son i;r.
Le Gouvernement de l'Etat Indpendant veille a sauvegarder au
contraire, la liberty des travailleurs. Des dispositions minuthicses
ont t dictes pour constater la sincrit des contracts de loual i ce
services et empcher que ces contracts ne dgnrent en escla.i Le
domestique. Le contract de louage d'un noir doit tre dress p;.r
crit et vis par l'autorit, qui s'assure que le noir s'est librei it
engag et qu'il a pleine connaissance des conditions de son eng ge-
ment. La dure des contracts est limite. Les noirs acquiren de
jour en jour une notion plus grande de leurs droits et pren e. t
l'habitude de recourir l'autorit lorsqu'ils se croient lss pa le
patron qui les emploie.
Comte DE SMJrET DE NAEYEEI,
President du Conseil des Minist es.
(Sance de la Chambre des reprsentants du 16 juillet lf I)1,
p. 1977.)









95 -

On ne saurait avoir de reception plus cordiale et plus courtoise
que celle que nous a faite, Kilo, le lieutenant Vervloet. Celui-ci a
cependant eu les dbuts les plus difficiles! Sans viande, sans farine,
sans paln, dnu de tout en un mot; tuant les normes gorilles de
la fort et vivant de leur chair et d'herbes, dans un post compos
de paillhttes jetees la hte !
Sans autre aide que celle de ses soldats, une station a t difie.
Et Kilo est maintenant un joli petit poste qui, chaque jour, s'agrandit
encore. De bones maisons en pis en nombre plus que suillisant;
de large avenues, bordes d'arbres fruitiers, tels que bananiers,
papayers et citronniers, les premiers tout prts rapporter; un
grand jardin potager, fournissant tous les lgumes; de vastes cultures,
produisant les vivres pour le personnel; un beau troupeau de
chvres et de moutons, abrit dans des constructions spacieuses, sur
la colline voisine! Tel est l'ensemble qui a t ralis !
Et pourtant six grands jours sparent Kilo d'Irumu, et il en faut
huit pot r se rendre Maliagi! Tout autre qu le lieutenant Vervloet,
dans cette affreuse solitude, aurait t pris de nostalgia. Lui, au
contraire, grce son caractre jovial et tremp, en a profit pour
dployer son esprit d'initiative et crer tout, l o il n'y avait rien ;
pour supplier de tout, manquant tout! El il y est arrive, puisque
maiutintint l're des misres est passe et que de jour on jour la
situation s'amliore.
Le lieutenant Vervloet est un jeune oflicier belge trs intelligent,
plein de tact et de courtoisie. En outre, ses actes lui ont valu une
grande :'putation d' ami des noirs , don't j'ai pu constater par
moi-imme le bien-fond.
Elle fait venir peu peu lui toutes les populations environ-
nantes et il est certain qu'incessammient il obtiendra la soumission
complte du grand sultan des l;iubissa, ces affreux antlhropophages.
M1'l S I-lEICIERl ,
Evciue de Tabaca, vicaire apostolique du Nyanza septentrionmil.
(Cou'r "ic de Bruxelles, 12 novembre 1 !01.)




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs