• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Dedication
 Preface
 Chapitre premier
 Chapitre II
 Chapitre III
 Chapitre IV
 Chapitre V
 Chapitre VI
 Chapitre VII
 Chapitre VIII
 Chapitre IX
 Chapitre X
 Chapitre XI
 Chapitre XII
 Chapitre XIII
 Chapitre XIV
 Chapitre XV
 Quelques mots sur la facon de voyager...
 Vocabulaire tchinioungoue-Fran...
 Errata
 Table of Contents
 Back Matter
 Advertising
 Carte














Title: Du Cap au lac Nyassa
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072118/00001
 Material Information
Title: Du Cap au lac Nyassa
Alternate Title: A travers l'Afrique centrale
Physical Description: 382 p., 13 leaves of plates : ill., map ; 18 cm.
Language: French
Creator: Foáa, Edouard, 1862-1901
Publisher: Plon
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1901
Edition: 3e áed.
 Subjects
Subject: Chinioungou language   ( lcsh )
Description and travel -- Africa, Southern   ( lcsh )
Description and travel -- South Africa   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Edouard Foáa.
General Note: "Vocabulaire tchinioungouâe-franðcais avec la traduction des expressions tchinioungouâe les plus usitâees": p.367-375.
General Note: At head of title: A travers l'Afrique centrale.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072118
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 26873855

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page
    Dedication
        Dedication
    Preface
        Preface 1
        Preface 2
    Chapitre premier
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 12a
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Chapitre II
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 40a
        Page 41
    Chapitre III
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
    Chapitre IV
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 72a
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 78a
        Page 79
        Page 80
        Page 80a
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    Chapitre V
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 100a
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 108a
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    Chapitre VI
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 120a
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    Chapitre VII
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 152a
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
    Chapitre VIII
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
    Chapitre IX
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 244a
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 252a
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
    Chapitre X
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 262a
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 266a
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
    Chapitre XI
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 290a
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
    Chapitre XII
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 312a
    Chapitre XIII
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 330a
        Page 331
        Page 332
    Chapitre XIV
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
    Chapitre XV
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
    Quelques mots sur la facon de voyager - Les regles d'hygiene a suivre dans l'Afrique centrale
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
    Vocabulaire tchinioungoue-Francais
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
    Errata
        Page 376
    Table of Contents
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
    Back Matter
        Page 383
    Advertising
        Page 384
    Carte
        Page 385
Full Text







A TRAVERS L'AFRIQUE CENTER i1.;


DU CAP


AU LAC NYASSA
PA11
EDOUARD FOA
CHARGE DE MISSION PAR LE 1IIISTkhRE I .E I'ISTRUCTIO PUBLIQUE

Ouvrage accompagn6 de seize gravures, d'apr6s les photographers
de l'auteur, et d'une carte

Couronnc par l'Academie /francaise

TROISIEME EDITION









PARIS
LIBRAIRIE PLON
PLON-NOURRIT ET C'r, IMPRIMEURS-EDITEURS
IUE G (C I A \ E I 8
1901





/ i *


Jx !.'~:


A TRAVERS L'AFRIIQUE CENTf14LE


DU CAP


AU LAC NYASSA


: a~
r-,
1,









L'auteur et Ics cditeurs d6clarent reserver leurs droits de repro-
duclion et de Iraluction en France ct dans tous le as pays trainers,
y compris la Suede et la Norv6ge.

Get ouvrage a Wt6 d6pos6 au ministire de l'int6rieur (section de
la librairie) en janvier 1897.



DU MEME AUTEUR


VOYAGES
Le Dahomey, 1 vol. grand in-8de 430 pages, are 17 planches
on gravures hors lecte, plains t cares colnri6s (Bibliothdque de
l'ex/lorateur). Paris, A. Hlntiyer, 1895.
La Traverse de l'Afrique, du Zambize au Congqfrancais.
Un vol. in-18 de 320 pages, accompagne de o44 grarures d'apres
les photographies de I'anteur ct d'une carte en couleurs. Paris,
Plon-Nourrit et C'. 1900. 2' Mdition.

CIIASSES
Mes Grandes Chasses dans 1'Afrique central. Un
vol. grand in-So te 380 pages, arce 82 gravures d'apres les
dessiis, les photographies et les documents de I'atiteur, one carle
en cnllelrs et uine hdlingravuro. Paris, Plon-Xourrit et C'.e
1901. 4~ ddtioln.
Chasses aux Grands Fauves pendant la trarersde du
Continent noir, du Znm/il:e i Ctongo fra.c.is. I'n ol. grand
in-81 ornd dle 46i ;;rat:ures ld'aprs Ies helotniraphi)ies de I'auteur.
de 15 dcssins, de 4 sclhdmas, d'ine carte en coulcurs et d'une
!.,.I;,.. ,i r-,.. Paris, Ploii-Nourrit ct C'. 1897. 8' Jition.

En preparation :
Mes Nuits d'affdft et Souvenirs de chasse. Un vol. grand in-8S
illustrd.
RBsultats scientifiques de trois explorations en
Afrique (1886-1897).

P.(RIS TIP. PLrN-.NOtRRIT LT c'e, rEC nARI\ClitE, S. '1 17







A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL


DU CAP


AU LAC NYASSA

PAR

EDOUARD FOA
CHA.GB D S MISSIONS IPR L xIIISTRnI a Dll L IXSTIRUCTIO. PL'ULIQUE

Ouvrage accompagn6 de seize gravures, d'apres les photographies de auteur
et d'une carte

COURONNE PAR L' ACADI9MTI FRANCAtSh

TROISIEME EDITION


PARIS
LIBRAIRIE PLON
PLON-NOURRI'rT 1E (", IMPRIMEURS-EDITEURS
8, RHEI (iBARA.xct lE 6*


1901


S. ........






















A



LA SOCHM771J DE GJOGRAPllIE DE PARIS



ITMlOIGA'AGE DE GRATIT'UDE












PREFACE

DE LA DEUXItIE EDITION



Le voyage du Cap au lac Nyassa fut execute au course
d'une mission qui m'avait Mte confine en 1890 par le
Ministre de l'Instruction Publique.

Bien qu'il n'ait paru qu'en 1897, cet ouvrage a E16
6crit en 1894, dans l'Afrique central, ala fin meme de
1'exp6dition don't il continent la relation.

Pendant cette traverse partielle du continent noir,
du sud ai nord, j'ai pass dans des pays pour la plupart
pen connus; j'ai essay ici de peindre les mceurs plut6t
que d'exposer la situation politique de ces regions :
j'avais neanmoins pr6vu les campagues contre les Alata-
bls et le Transvaal, guerres meurtrieres qui arrdte-
rout h peu pros totalement, pendant plusieurs annbes,
lout essor commercial on industrial dans l'Afrique mi-
ridionale.

Ces e66nements ont change bien des choses Ih-bas.
Devais-je modifier mon livre en consequence? Je n'ai








pas cru le moment venue; l'avenir est trop incertain et
les nouvelles soot trop vagues encore pour qu'on puisse
donneraujourd'hui des renseignements d(finitifs sur ce
qec deviendront Ic Transv al et les pays environnants.


Paris, mal 1IOI.







A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL



DU CAP

AU LAC NYASSA





CHAPITRE PREMIER

De Paris A Lisbonne. Un accident A la frontikre. A travers
l'Espagne et le Portugal A toute vapeur.- Le Dunotar-Castle.
Notre voyage. -Aladere. Comment je m'imaginais le Cap.
La rdalitd. La ville, son aspect. Quelques mots sur son
historique. Gdographie, topographic, altitude, climate, popula-
tion, commerce.


J'ai quitth Paris le 8 mars 1891 au soir, me rendant A
Lisbonne, pour m'y embarquer sur un paquebot du
a Castle-Mail n, le Dunotar-Castle, oh mon passage 6tait
arr6t6 d'avance.
SComme d'habitude, je m'l6oignais de notre beau pays
le cceur plut6t serr6 : en allant vers I'inconnu, on ne pent
s'empdcher de penser A tout ce que I'on quite, et I'on se
demand ce que I'on trouvera qui vaille le sacrifice. Mais
ces tristes pensbes s'envolent vite !... Le lendemain, A
I'aube, le train traversait un decor charmant; le soleil
brillait, le printemps avait mis son costume de fete. Autour
de moi, les visages nouveaux de mes compagnons de
voyage, A peine entrevus la veille sous leur coiffure de
i






2 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

nuit, m'offraient autant d'6nigmes A dbchiffrer : que
pent ktre chacun de ces inconnus? Quelle part a-t-il sur
la grande scbne de la vie? Quelle est l'importance de son
r61e? L'esprit se distrait ainsi, dans des suppositions
souvent ridicules, mais qui sont in6vitables en pareil
cas.....
Nous traversions la France A toute vapeur; les petites
stations passaient rapides, A peine entrevues, ainsi que
les gardes-barrieres, immobiles A leur poste, leur drapeau
roul6 A la main. Que c'est done monotone! Le chemin de
fer offre A l'homme d'affaires un moyen de transport com-
mode; mais l'artiste, le pokte, doivent regretter I'ancienne
diligence, aux relais interminables, A l'allure lente, qui
permettait de rever et d'admirer tout A loisir le panorama.
De la portiere d'un express, on voit I'horizon qui court,
les arbres, les maisons, les rivibres, les lacs, les 6tangs
qui fuient, se poursuivant dans une sarabande 6chevelee,
les premiers plans qui tournent en sens contraire et les
fils t&l~graphiques qui lentement descendent et remontent
pour retomber encore brusquement: un arret subit, quel-
ques sifflets, un jet de vapeur, des marchands dejournaux,
des chariots A roulettes, de nouvelles figures, et on report.
Et c'est ainsi jusqu'A destination.
A la frontiere espagnole, quelque chose rompt la mono-
tonie du voyage : nous avons notre petit accident de che-
min de fer. C'est un 6boulement qui force le train h s'arreter
A Lisages; la voie est completement couverte des debris
d'une tranchee sur un parcours de quatre-vingts metres;
il faut revenir sur ses pas et aller rejoindre le prochain
embranchement. Tout le monde descend dans un village.
On cherche, A quelque distance, deux on trois vieilles
diligences espagnoles, aux essieux grincants, aux ferrures
rouill6es, guimbardes qui ne s'attendaient certainement
pas A travailler encore sur leurs vieux jours. On y attelle






DU CAP AU LAC NYASSA.


pele-mdle grands ou petits chevaux et mulets, sous des
harnais 6tranges, et les voyagcurs montent A l'assaut des
vehicules. Une charmante miss anglaise s'insere de vive
force entire le cocher et un autre voyageur.
N'ayant pas trouv6 place dans cette premiere expedition,
je regarded partir nos compagnons. La premiere diligence
a pris I'avance, elle traverse le petit defile au has de notre
colline. Le tableau est trbs reussi : nous voici ramen6s
au temps de nos pores, en Espagne. Je cherche de 1'ceil
les brigands qui ont di arrAter autrefois la vieille voi-
ture, dans ce meme d6file. Que ne donnerais-je, en ce
moment, pour entendre le bruit de leurs carabines et les
cris des voyageurs, pour voir le d6sordre, les chevaux ren-
vers6s? Je volerais au secours de la miss anglaise, je la
sauverais!... Hblas! les brigands sont bien malades depuis
le jour oi est nde la premiere locomotive. Peut-6tre sont-
ils morts.
Notre tour de partir ne tarde pas a venir, et, au bout de
quatre heures, tout le monde est rendu A Saint-S6bastien
oi l'express nous attend. Le steeple-chase recommence A
travers l'Espagne. A Irun, visit de nos bagages, qui sont
scell6s jusqu'a la frontiere portugaise. Nous sommes des
colis en transit.
A Madrid, deux heures d'arret, avec les joies d'un voyage
par le chemin de fer de ceinture, afin de changer de station
et de train. Le pays que nous traversons depuis la frontiere
est rocailleux et sauvage, les habitations rares, souvent
I'aspect desol6; j'ai compt6 vingt et un tunnels. Apres
Madrid, et au fur et A measure que l'on se rapproche du
Portugal, les montagnes s'6loignent avec leurs crimes cou-
vertes de neige; les prairies et les cultures deviennent de
plus en plus frequentes; les oliviers, les vines, les pay-
sans au travail donnent au pays un air plus riant. La vege-
tation sauvage reparait de temps en temps sur son fond






4 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL
pierreux; puis voici les derniers villages espagnols avec
quelques costumes aux vives couleurs.
Apres avoir traverse pendant une journee des gorges
profondes et c6toy6 des precipices inqui6tants, nous
entrons dans le royaume de Portugal. C'est decidement
beaucoup plus gai, sinon aussi pittoresque, que la parties
de l'Espagne que nous venons de parcourir. La population
semble ici tres agglom6ree, et elle tire parti de tout. Des
cultures, des plantations d'arbres fruitiers au milieu des-
quelles apparaissent des maisonnettes blanches, des trou-
peaux de chevaux en liberty gardes par un berger a la
capa multicolore, du b6tail en quantity, dfilent sans inter-
ruption sous nos yeux.....
Nous voici A Lisbonne le 11 au soir, aprbs soixante-dix-
huit heures de chemin de fer.
Le Dunotar-Castle n'6tant pas arrive, je me mets A visi-
ter la ville. Les Portugais me recoivent avec leur amabilit&
habituelle. Partout ils m'ont toujours fait l'accueil le plus
cordial et offert la plus franche hospitality, aussi bien dans
la capital que dans les colonies : ma seule quality de Fran-
cais a toujours suffi, que j'eusse ou non des lettres de
recommendation.
'Lisbonne rappelle les villes d'Italic, avec leur beau so-
leil et leur population au teint brfil6. Vue du Tage, la ville
se pr6sente comme une longue bande blanche, place
16gerement en amphitheitre. Ses environs sont charmants.
Le 13, enfin, le paquebot attend arrive sur rade pour
repartir quelques heures apres; je n'ai que le temps de
prendre cong6 de mes nouveaux amis et de me rendre A
bord de ce superbe navire, le plus beau que possede la
Castle-Mail C. 11 jauge cinq mille cinq cents tonnes et
content d'amples appartements oi deux cents passagers de
premiere classes tiennent A l'aise et jouissent des derniers
perfectionnements invents pour leur bien-6tre.







DU CAP AU LAC NYASSA.


On part. Nous sommes cent trente-cinq passagers. Per-
sonne ne se connait. On reste en p tits groups Mloignbs
les uns des autres; chacun 6tudie solt voisin A la dbrobbe,
change des impressions avec un parent ou un ami, ou les
garde pour soi, s'il est seul. Dans un coin, quelques-uns
des plus curieux et des moins patients se font designer
par les stewards les propri6taires des noms inscrits sur la
liste imprim6e des passagers.
Le pont est si vaste qu'il n'y a aucune promiscuity;
tout le monde a de l'espace. Le soir, une bande de musi-
ciens Acorche d'une facon lamentable quelques morceaux
invariables; mais ne nous plaignons pas trop et rappelons-
nous que nous sommes en plein Oc6an, loin des concerts
Lamoureux; c'est un orchestra de voyage.
Nous filons entire quatorze et quinze nceuds A I'heure :
nous avons six mille quatre-vingts miles marines A parcourir
pour atteindre le cap de Bonne-Esp6rance, plus de la moiti6
du globe!
A Madere, je retrouve mes vieux souvenirs. Plusieurs
fois, A plusieurs ann6es d'intervalle, au course de mes p6r6-
grinations en Afrique, j'ai foul ce sol, visit ces sites
charmants. Je neconnais rien de plusjoli que Madere, avec
Sses collins toujours vertes, ses coquettes maisons perdues
dans la verdure, ses paysans avenants et ses jolies pay-
sannes. La nature a St6 g6nereuse pour la petite ile. Elle
l'a dotee d'un climate agrBable, d'une temperature presque
gale toute l'annee, d'une abondance de production extraor-
dinaire. Toutes les planes exotiques, si delicates dans nos
series, s'y acclimatent en pleine terre : des fruits innom-
brables et exquis, une vue admirable, rien ne manque A
Madere. Si je pouvais admettre qu'on pfit vivre et 6tre
heureux ailleurs qu'a Paris, c'est A Mad6re que j'irais
planter ma derniere tentc.
Nous nous rembarquons aprEs quelques promenades en






6 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
voiture A boeufs et en traineaux. Ce dernier genre de loco-
motion est une des originalit6s du pays: point n'est besoin
de neige ni de verglas. Le pavage des rues est faith de petits
cailloux ronds et tres bien nivel6s sur lesquels on glisse
beaucoup mieux qu'on ne roule. Les insulaires ont un trai-
neau tres simple et peu coilteux : c'est une planchette sur
laquelle ils so tiennent debout, les renes A la main; un
animal y est attel6, ane, bceuf on cheval, et ils glissent
silencieusement par la ville.
AprBs Maddre, la glace fond deja un pen dans les rela-
tions entire compagnons de voyage; on commence A se
connaitre. II y a plus de quarante dames, don't quelques-
unes sont charmantes, des demoiselles A marier, des offi-
ciers anglais au monocle viss6 dans I'arcade, des ingenieurs
r&vant mines d'or an Mashonaland, de riches propri6taires
du Cap, un c6lfbre joucur de billard, champion anglais en
tourn6e, avec sa femme et ses deux filles, un Hollandais
qui ne dit jamais que a Kaapstad n et qui d6blatrre a tout
propos contre les Anglais et leur invasion, un riche direc-
teur de mine d'or de Johannisburg avec toute sa famille
(A peu prbs quinze personnes, don't chacune a, selon son
sexe, un domestique ou une femme de chambre, ce qui fait
trente individus), un jockey qui veut faire connaissance
avec les hippodromes de l'Afrique du Sud, une veure
intcressante, un docteur et sa femme, couple charmant,
deux jeunes Anglais, les freres Beddington, qui vont entre-
prendre une tourn6e de chasse, unejeune fille sous la garden
d'une tante allant retrouver son fianc6 au Cap, et une foule
de gens don't je n'ai pas fait la connaissance.
Le temps est magnifique, la temperature trWs douce. Le
soir, on danse sur le pont jusqu'a onze heures et demie;
la gaiet6 et l'entrain se mettant de la parties, on organise,
dans la journ6e, des sports avec prix : courses au pas, au
pas de gymnastique, saut, criquet, cock-fighting. Ce der-







DU CAP AU LAC NYASSA. I

nier exercise est assez amusant A voir : deux messieurs
s'assoient sur le pont en chien de fusil; un manche A balai
est pass sons leurs jarrets et repose sur les deux avant-
bras, les mains sont croisees en avant des genoux. Dans'
cette position, on met les adversaires face A face, et c'est
avec la pointe des pieds qu'ils cherchent A se culbuter mu-
tuellement, ne pouvant remuer ni bras ni jambes sous
aucun pretexte; le vaincu roule piteusement sur lui-meme
d'une facon assez bouffonne pour I'assistance. Les Anglais
appellent ce jeu le combat de coqs.
En dehors des repas, les officers du bord apparaissent
peu sur le pont des premieres, sauf le jeune docteur, qui
est r6ellement encombrant. Quant au capitaine, chose rare
A bord des grands paquebots, il ne t6moigne A ses passa-
gers qu'une mediocre sympathie.
Nous faisons la visit inevitable dans la machine. Les
mecaniciens nous mbnent au fond du navire admirer ces
engines gigantesques qui fonctionnent irreprochablement
nuit et jour; ils nous en expliquent les principles quality,
les derniers perfectionnements : c'est, nous disent-ils, une
machine A triple expansion, don't la chandiere d&vore cent
dix tonnes de carbon par vingt-quatre heures; pour en
graisser l'6norme movement, on n'use pas moins de cent
vingt litres d'huile dans le mgme space de temps! Une
machine adjacent de dix-huit chevaux alimente deux
6normes dynamos qui nous distribuent A profusion la lu-
miere 6lectrique. Nous visitors ensuite les chaudieres, puis
la chambre et les appareils frigorifiques, les tables du bord,
les basses-cours, etc.
Vers le 25 avril, nous voyons la terre pour la premiere
fois depuis Maddre; c'est le pays des Namaquas on Dama-
raland. Un petit cap se distingue dans I'rloignement, c'est
Walfish-Bay; le tout disparait bient6t.
Les relations deviennent plus amicales entire passagers.








8 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
Je me.suis liB avec les frbres Beddington; il est entendu
.. avec eux que nous tAcherons de faire ensemble une parties
du voyage par terre. Les demoiselles A marier flirtent en
toute liberty, les files du champion sourient chacune aux
saillies plus ou moins spirituelles d'un pr4tendant: I'ainke
a adopt un des officers A monocle; la cadette, un ing6-
nieur. La veuve intrressante ne quite plus le jeune doe-
teur; leurs fauteuils 6troitement joints dans un coin du
pont, ils ~changent des conversations interminables; on
Sso demand ce qu'ils peuvent se dire. Le Hollandais vol-
tige de rune A I'autre comme le papillon sur les fleurs. Le
soir, on s'invite A diner par petits paquets a de petites
tables, les dames en decollete, les messieurs en habit;
cela devient charmant, il est regrettable que nous soyons
sur le point d'arriver.
Car nous devons arriver le 25 on le 26. Le voyage
aura durA dix-huit jours de Darmont au Cap : c'est le plus
rapide qui ait Wta accompli par la Compagnie. Les passa-
gers regrettent de se quitter; des larmes brillent dans les
yeux de plusieurs misses; on change son adresse, on se
promet des nouvelles, sauf A s'oublier, quelques minutes
apres avoir debarqu6, aussi totalement que si l'on ne
s'&tait jamais connu.
Le 26, A minuit, au moment oh nous nous y atten-
dions le moins, la machine s'arrete, un bruit de voix
se fait entendre sur le pont, puis des chaines d'ancre et
des commandments parent de la dunette. Nous montons
sur le pont. Dans la nuit noire, on apercoit A deux on trois
cents metres une raie de lumibre. C'est la ville du Cap.
Un remorqueur s'approche aussit6t : on lui jette deux
Scent trente-cinq sacs de correspondence. C'est la Royal
Mail. Le petit vapeur s'6loigne aussit6t avec sa proie, et
tout rentre dans le calme.
-trange, l'impression qu'on 6prouve sur le navire






DU CAP AU LAC NYASSA.


d6sormais immobile. Plus de movement, plus de ces tre-
pidations ni de ces oscillations auxquelles on commencait
A s'accoutumer. Plus de vie : tout est came. Seul, dans
la machine, le bruit d'une petite pompe, comme les der-
niers battements de ce grand cceur. Les passagers out dis-
paru dans leurs cabines. Personne ne se voit plus. Quel-
ques voix au loin; des barques qui passent sous la poupe
avec des gens au language inconnu.
Je cherche A me figure la ville que j'aurai demain
sous les yeux : quelques maisons, une civilisation nais-
sante, des EuropBens et la population bariolee des ports
de mer africains. Quant au decor, sans doute cette belle
v6g6tation du Cap qui marie les plants des tropiqucs A
cellos des regions temp6rbes. Je rentre dans ma cabinet
sur cette consolante perspective. Consolante, mais, h6las!
trompeuse, comme il arrive fr6quemment en parcil cas.
A l'aube, en effect, il pleuvait. Pendant la nuit, le
Dunotar s'btait rapproch6; nous etions A quai. Du haut du
pont, j'apercus de nombreux parapluies, une bone jau-
nAtre et liquid, de grands fiacres A deux chevaux, 6cla-
bouss6s jusqu'aux lanternes, des baraquements, des han-
gars encombrBs de marchandises, une foule de blancs qui
allaient et venaient dejA Ic carnet A la main, des charbon-
niers amenant des charrettes de houille, des commission-
naires, des interprktes (d'apres ce que disait leur casquette),
des courtiers d'h6tels, des camions, des brouettes, des
chariots A bras : en un mot, tout cet encombrement de
quais, cette agitation qui indiquent une civilisation des
plus avanches. Au fond, dans le lointain, une ville euro-
pCenne. Comme decor, une grande montagne grise cou-
ronnue de nuages surplombant la ville, qu'elle semble
6craser. Au-dessus, un ciel gris et triste.
Mcs illusions s'itaient 6vanouies. Un peu plus tard,
arriv6rent des omnibus crott6s, charges de voyageurs 6ga-







10 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

lemcnt crott6s, aux parapluics nombreux, aux figures
s6rieuses d'Anglais affairs. DMs qu'on eut pos6 la passe-
relle, aprcs les formalities sanitaires, le point fut envahi
par une foule de gens de toutes sortes, parents ou amis de
nos compagnons de voyage, industries divers, simples
curieux venus pour gner la circulation.
Nous d6barquons et nous sommes immediatement saisis
par les griffes inquisitoriales de la douane. Cette respectable
administration a une peur effroyable de la dynamite. Tout
nouvel arrivant est consider, en principle, comme en
ayant cach6 jusque dans sa canne ou la coiffe de son cha-
peau. Un rouleau de documents que le Hollandais tenait
A la main fut emport6 soigneusement dans le bureau de
l'inspecteur : c'Ctait sans doute une cartouche dissimul6e.
AprEs un examen minutieux et le reglement integral de
nos droits, nous sommes libbr6s.
La douane du Cap percoit 25 francs d'entrIe par canon
de fusil. Pour un revolver et cinq fusils don'tt un A un
canon) j'ai A payer la modique some de 250 francs! On
comprend aishment que la colonie n'ait pas p6cuniairement
besoin de la m6tropole.
Nous montons dans un des grands flacres A quatre
places; avec un bruit de ferrailles et un tremblement de
vitres assourdissant, I'autombdon nous conduit en ville.
Le trajet entire les docks et le centre dure environ un quart
d'heure, le long des docks, A travers des chantiers, des
terrains vagues et des embranchements de voies ferries.
Je cherche toujours des indigenes : j'en apercois quel-
ques-uns, vctus A l'europ6enne, parlant un mauvais anglais,
n'ayant du noir que la couleur.
Les rues du Cap sont tr&s propres et tres gaies. Les
maisons sont trWs bien alignees; la plupart des constructions
neuves, dans la rue principal, sont ornementhes d'une
facon original; leur architecture est tout A fait fantaisiste :







DU CAP AU LAC NYASSA. 11

ce sont des batiments A un ou deux stages surmonths de
clochetons, agrementes de guirlandes, d'encadrements
agrbables A l'oeil et points en rouge, en rose, en bleu clair
ou en jaune imitant la pierre de taille.
La plupart de ces monuments ont une multiple destina-
tion. La Banque, le Club, des magasins de nouveaut6s, le
Museum et quelques maisons particuliEres sont dans ce cas :
ce sont, pour ainsi dire, des corps de bAtiment. Les Anglais
les designent sous le nom general de a buildings ,,.
Au fond de la rue principal, le Jardin botanique jette
une note gaie sur l'ensemble. MalgrE la pluie, les trottoirs
sont encombrbs de passants. Voici des vitrines arranges
avec assez d'art, entire autres celle d'un magasin de pro-
duits africains, qui est vraiment ravissante avec ses plumes
d'autruche, ses coffrets de bois rares, ses bijoux du pays,
et une foule de menus objets, griffes de lion months sur
or, sculptures sur bois, travaux en ivoire, le tout dispose
avee goft, ce qui est fort rare pour un magasin anglais, car,
en general, on y possede bien pen l'art de I'Ntalage. Mais
sachons gr6 aux strangers des efforts qu'ils font pour nous
imiter.
Toutes ces jolies choses content, d'ailleurs, des prix
exorbitants : beaucoup plus qu'A Paris.
Les hotels de la ville sont affreux : tout est sale, mal
administr6; quant a leur cuisine anglaise, je m'abstiendrai
d'en d~crire les nombreux dcfauts : elle est ignoble. Dans
la guinguette de nos faubourgs, chez le dernier de nos
marchands de vin, on mange mieux qu'a bord des fastueux
paquebots anglais. Pendant la traversee, je me suis fait un
regime A moi. Mon alimentation a consists en quelques
farineux avec du cafe et, du thW, du plum-pudding, du
homard et des tartelettes. J'ai du abandonner A leur mal-
heureux sort des mets que je connaissais de longue date :
dinde A la colle de pAte (caper sauce), navets en compote,








12 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
colle de pAte sucre et parfum6e (lisez blanc-manger), et une
foule d'autres d6licatesses qui font les d6lices de nos voisins
d'outre-Alanche et don't l'6num&ration serait fastidieuse.
I1 y a bien au Cap un h6tel oA on est convenablement
log6 : c'est 1' International, ; mais il est situ6 beaucoup
trop loin de la ville pour ceux qui y out des occupations.
Le directeur du Mus6um, pour lequel j'avais une lettre
d'introduction, cut l'amabilit6 de me laisser visiter A mon
aise les collections, la bibliotheque et les ateliers d'empail-
S lage. Son 6tablissement possede des specimens magnifiques
et tres complete de la faune locale en general et d'anti-
lopes en particulier. M. Perringuet, un de nos compa-
triotes, a bien voulu nous en faire admirer tous les details.
J'eus le plaisir de rencontrer A Cape-Town deux autres
Francais : A. Batkrat, grant d'une maison anglaise, et le
come de Vasselot, inspecteur des eaux et forts, charge
d'une mission par notre gouvernement et auquel j'6tais
recommand6. Ces messieurs m'ont fait nn accueil on ne
peut plus cordial; ils m'ont beaucoup facility les recherches
que j'avais a faire et m'ont meme remis des lettres d'in-
troduction pour d'autres Francais en residence A Kimber-
ley et au Transvaal.
Sans essayer, moi simple passant, de faire l'historique
du Cap, je voudrais donner ici un apercu de la formation
de la colonies.
On sait qu'elle 6tait autrefois une des possessions de la
Hollande, qui en confla I'administration, en 1652, A la
Compagnie nkerlandaise des Indes; c'cst A cette 6poque
que celle-ci cr6a an cap de Bonne-Esp6rance la premiere
station de ravitaillement destinCe A ses navires.
En 1795, A la suite de plaintes adress6es an gouverne-
ment contre la tyrannie de la Compagnie et les d~sordres
de son administration, I'Angleterre intervint et obtint une
premiere fois le Cap, qu'elle garda, sans trop y faire de




















































F- 1: -%-i

-q -


INAAL. -- NfWiRESSE BILONDE







DU CAP AU LAC NYASSA.


changements, jusqu'en 1803, et qu'elle consentit alors A
retroc6dcr A la R6publique de Batavie parce que, ayant A
sa propre porte de grands intbrets A d6fendre, il lui 6tait
impossible de s'en occuper. Mais, en 1807, le Royaume-
Uni reprit le gouvernement de l'ex-colonie hollandaise,
et il l'a gard6 dcpuis.
Les Hollandais ont toujours form la majorif6 de la
population blanche du Cap. Les Boers d'aujourd'hui sont
les descendants, pour la plupart, de ces premiers occupants,
crois6s soit avec des Anglais, soit meme avec des Francais,
anciens huguenots qui 6migrArent A la suite de la revo-
cation de l'Mdit de Nantes et se refugibrcnt dans cc pays,
lequel devint pour eux une second patrie. C'est ce qui
explique que tant de Boers aient des noms francais, tels
que Durand, Maret, Dupuy, etc. Quant au mot boer, qui
veut dire fermier, paysan, en hollandais, il provient de ce
qu'ils s'adonnbrcnt exclusivement a la culture.
Tant que l'Angleterre se borna A administer le Cap
avec moderation, A n'y introduire que des reformes rai-
sonnables, les Boers v6curent en paix avec tous, s'occu-
pant de leurs fermes et de leur bctail plut6t que des
affaires gouvernementales; mais lorsque les abus commen-
cerent, les premieres plaintes se firent entendre, la bonne
harmonies cessa de r6gner.
Des reclamations inutiles on en vint aux protestations
et mgme A l'insurrection. Apris s'etre soumis au gouver-
nement anglais et avoir fourni des soldats aux contingents
locaux, les Boers s'y refuserent plus tard, et une derniere
measure (je veux parler de I'abolition de l'esclavage, qui fut
d6cretee en 1834) rendit toute entente impossible entire
eux et I'Angleterre.
Tous ceux d'entre eux qui Mtaient riches avaient un
grand nombre d'esclaves; ces travailleurs, qui compo-
saient presque entiErement leur fortune, 6taient indispen-







14 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
sables a leur prosperity de grands proprietaires cultiva-
teurs. Le gouvernement de Sa Majeste avait bien d6cid6
qu'une indemnity serait attribute A chaque fermier par
i tete d'eselave lib6rk, mais ce pr6tendu dedommagement
6tait d6risoire et ne repr6sentait pas le quart de leur
perte.
Un grand movement d'opposition se manifesta. A sa
tete se mirent tous les riches que ruinait la decision du gou-
vernement. Celui-ci ayant refuse d'apporter aucune modi-
fication aux conditions de l'Nmancipation, ils resolurcnt
d'abandonner leur patrie adoptive et d'aller en chercher
une autre. Plus de dix mille mecontents, emmenant
leur famille entire, leur b6tail et leur materiel, passerent la
rivibre Orange, qui format la limited nord de la colonies
du Cap, et ils fondbrent le a Vrij Staat ) ou a Etat libre
d'Orange ,. Ce fut le d6but du grand movement d'6mi-
gration d'oa sortit 6galement et un peu plus tard le Trans-
vaal, don't nous parlerons plus loin.
Un grand nombre de Boers cependant resterent au Cap,
et meme, aujourd'hui, ils y sont plus nombreux que les
Anglais.
La paix s'est d'autant plus facilement 6tablie entire enx,
que ceux qui n'avaient pas emigr6 en 1834 avaient pen
*d'esclaves : ils ont done eu moins a souffrir de l'6manci-
pation, etils en ont concu moins d'irritation que leurs com-
patriotes des Etats voisins.
Le gouvernement du Cap est autonomy depuis 1872 :
il est compose de cinq ministries et d'un parlement qui en
est responsible vis-A-vis du Royaume-Uni. Le gouver-
neur occupe, comme la reine en Angleterre, des functions
purement honorifiques et representatives.
Tels sont, en ce qui concern les Europbens, les princi-
paux 6v6nements qui eurent lieu dans la colonies depuis
qu'elle existe.







DU CAP AU LAC NYASSA. 15

Quant aux rapports avec les indigines, sauf quelques
campagnes contre leurs voisins, les Basoutos et les Cafres,
les premiers colons ne semblent pas s'en dtre beaucoup
prCoccuphs.
La population noire se composa, surtout des le d~but,
de Hottentots, de Basoutos, de BMchuanas et, pour une
moindre part, des vrais aborigines du Cap. L'invasion
curopcenne les chassa tous peu i peu des centres de civi-
lisation, et, si on en compete encore aujourd'hui une popu-
lation d'environ soixante-quinze mille, on voit fort peu
de noirs dans les villes civilishes telles que le Cap, Port-
Elisabeth, East-London, etc. Et pourtant, sans les indi-
genes, il efit Wtk impossible aux premiers Boers de mettre
en valeur les immense 6tendues de terrain pour la culture
desquelles tons leurs esclaves 6taient insuffisants. Le gou-
vernement, des 1859, cut besoin du concours de la popula-
tion locale pour les premiers travaux qu'il entreprit : routes,
quais, ports, et plus tard pour le chemin de fer du Cap
aux mines de diamant de Kimberley et A Port-Ilisabeth.
L'indigene du Cap s'est rapidement poli a ce contact
prolong avec les Europeens. La civilisation est aujour-
d'hui fort avanc6e chez lui, et, presque partout dans la
colonies, on parole anglais plutbt que hollandais.
Les villes se multiplient et.prennent chaque jour plus
d'importance; le pays se couvre de voices de communica-
tion, et, sauf au nord-ouest, dans la parties sud du Nama-
qua, dans le Great Bushmanland et le Kaarenveld, oi il
n'y a encore que des fermes, le rest du Cap peut etre con-
sider6 comme civilis6.
D'apres les dernieres conventions internationals, la
colonies du cap de Bonne-Esperance est borne : au nord-
ouest, par l'Ovampo, Damara ou Namaqualand, le Bechua-
naland, 1'tat libre d'Orange; au nord-est, par le Basouto-
I and; a l'est, par le Griqualand.







16 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
Le British B6chuanaland, le West Griqualand, le
Basoutoland, le Griqualand et le Pondoland ne sont que
des protectorats auxquels l'Angleterre tient d'ailleurs 6nor-
mement. Elle ne les annexe pas A sa colonie, parce que
les rendements de ces divers territoires, encore pen civi-
lisks, n'atteindraient pas le chiffre des d6penses resultant
de administration civil. Elle prefere attendre. On a
d'ailleurs tent6 d'annexer le Basoutoland aprbs de san-
glantes guerres en 1879; on a vite compris que c'6tait une
sottise, et que mieux valaitlaisser ce pays progresser de lui-
mgme, ce qui arriverait sfrement par le contact des voi-
sins. On le laissa peu a pen tranquille, et il se dbveloppe
aujourd'hui sous I'ceil protecteur du gouvernement britan-
nique, pret A le happen quand il sera bon Aquelque chose.
L'gtendue du territoire du Cap proprement dit est d'en-
viron cent soixante-six mille kilomitres carrts. Deux
grandes chaines de montagnes le traversent en diagonal
du nord-ouest au sud-est. Elles forment les dernibres
ramifications des months Drakensberg, et, sous le nom de
months Nieuweveld, Kouga Hills, etc., elles se terminent
par quelques massifs 6pais tels que la Table-Mountain au
Cap et le Corkscomb pros de Port-Elisabeth. Les altitudes
des diverse ramifications de cette chaine ne depassent pas
1,580 mbtres (Colesburg). D'autres montagnes ou pics se
rencontrent ayant une certain elevation : Grahamstown
(567), Bedford (850), Graddock (1,000), Middleburg
(1,400), etc.
La capital, Cape-Town, I'ancienne Kaapstad des Hol-
landais, est situ6e par 3505 latitude sud et 18027 longi-
tude est du m6ridien de Greenwich, au fond d'une petite
baie ouverte an nord, ayant environ deux miles et demi
de larger et A pen prbs la meme profondeur: c'est Table-
Bay. Ce petit golfe est form par un promontoire terminb
par deux petits caps, Mouille et Green-Point.







DU CAP AU LAC NYASSA. >7
Table-Bay est situ6 A trente miles an nord du vrai cap
de Bonne-Espirance. Cette ville est n6e et s'est d6velopp6e
au pied d'une grande montagne allong6e, don't les parois
presque verticales portent un plateau aussi large au som-
met qu'a la base. De cette forme vient son nom : Table-
Mountain. Les habitants ajoutent que la nappe y est tou-
jours mise, A cause des nuages qui en quittent rarement
le sommet. Son altitude est de 1,185 metres au-dessus da
niveau de la mer.
Elle domine la baie A laquelle elle a donn6 son nom
et se presente en diagonale du nord-ouest au sud-est.
A l'extremite de Table-.Mountain, isol6 d'elle et exacte-
ment au sud de la baie, se dresse le pie du Diable, pres-
que aussi lev6 que la montagne voisine (1,100 metres),
ct, au sud de la ville, un autre mont terming par un pie
double que l'on compare A un lion couch : c'est le Lion's
Head et le Lion's Rump (710 metres).
La temperature y est excessivement douce en toutes sal-
sons, m'a-t-on dit. Lors de mon passage, en avril, c'est-a-
dire dE6j h la fin de l'automne, c'6tait 1'6poque de la
vendange, -j'ai constat6 en moyenne 26" A midi, A l'ombre,
les jours de soleil, 7I la nuit et 23' les jours de pluie.
Les saisons sont ici, comme on sait, A peu pros l'inverse
de celles de l'h6misphere bor6al. Le printemps comprend
aofit, septembre et octobre; I'WtA, novembre, d6cembre et .
janvier; I'automne, f6vrier, mars et avril; I'hiver, mai,
juin et juillet. En realit6, on peut decomposer les saisons
en saison seche, d'avril A aoit, et en saison des pluies, de
septembre A mars.
Les jours les plus longs atteignent quatorze heures; les
plus courts sont de dix.
Les environs de Cape-Town sont ravissants : derribre
Table-Mountain, un vaste plateau s'6tend vers le sud-ouest,
covert de villas et de fermes prospbres. La vigne croit sur
2







18 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
les collins. A Wynberg, A quelques heures de distance,
1'Blite de la sociWt6 se donne rendez-vous.
Quelle que soit leur patrie, Asie, Amirique, Europe,
Afrique tropical ou septentrionale, les fruits du monde
entier croissent ici merveilleusement. La flore locale, si
riche en tous genres, est unique pour la variWth et Il
beauty des orchidees. J'en ai pu admirer de trWs beaux
specimens au Jardin botanique de la ville.
La population de Cape-Town s'616ve, d'aprEs les der-
nitres statistiques, A soixante-trois mille habitants. Celle
de la colonie atteint anjourd'hui plus de deux millions six
cent mille Ames.
Le commerce du Cap tend A augmenter de jour en jour,
au fur et A measure que des d6bouches nouveaux se creent
au nord. C'est par l1 et par le Natal que s'alimente
aujourd'hui toute I'Afrique australe jusqu'au bassin du
Zambeze. Les importations et exportations, qui n'ctaient
respectivement, il y a dix ans, que de 75 et 58 millions A
peine, ont mont6 I'ann6e derniere, les premieres A
274,625,000 francs et les seconds A 219,432,000 francs.
Cela tient en grande parties A l'ouverture du B6chuana-
land, du Matabblbland et A l'exploitation du Mashonaland,
qui ont attire ces dernieres ann6es dans leurs regions une
population exotique tres nombreuse.
Une des principles industries est, comme on sait,
'klevage des autruches.
J'ai visit pendant mon voyage plusieurs de ces fermes,
don't administration est tres intbressante.
















CHAPITRE II


Du Cap h Kimberley. Description succincte de la ville. Visite
aux mines de diamants. L'extraction du mineral. Les floors,
le lavage, le triage. Production moyenne et prix. Quel-
ques mots sur la couleur du diamant. Comment je fus sur le
point de devenir propri6taire.


Quelques jours apres notre arrivee au Cap, nous nous
mettions en route pour Kimberley. Les frbres Beddington
s'6taient joints A moi dans ma march vers le Nord.
Nous pouvions profiter du chemin de fer jusqu'a Kim-
berley. A cette 6poque, la ligne ne d(passait que de quel-
ques kilometres 1'emplacement de la ville.
Ce railway, qui est A voie 6troite, parcourt un pays fort
accident. Les rampes sont beaucoup plus dures que nous
n'avons I'habitude d'en voir en Europe, les courbes plus
petites de rayon; il en r6sulte que la vitesse ne d6passe
pas quinze A seize kilometres A l'heure, et que les trains
s'arretent, pour ainsi dire, A chaque instant.
Les wagons sont tout petits, du systeme A couchettes.
Chaque compartment forme quatre lits superposis par
deux, perpendiculairement A la voie.
II n'y a pas encombrement de voyageurs, ce qui est
fort agr6able, au moins pour ceux qui prennent le train,
car la Compagnie doit 6tre certainement d'un avis con-
traire.
Le pays traverse a je ne sais quoi de nouveau, de diff6-







20 A TRAVERS L'AFRIQUE CEXTRALE.
rent; cela doit provenir, sans doute, de la nature de la
v6egtation et de la constitution gcologique du sol. Le pay-
sage cst, en general, assez accident au debut, et il garden
cet aspect pendant tout le parcours.
Vers neufheures du matin, dix heures aprss notre depart,
nous arrivons au pied de la grosse ramification des months
Drakensberg, qui s'appellent ici les months Nieuweveld. Une
petite station avec buffet (?), Mayes-Fontain, nous offre
un dejeuner anglais : le porridge fume dans des assiettes
grasses portant des marques de doigts; on sebhte, on se hbte
tellement que I'un de mes compagnons grimpe en wagon
en oubliant son pardessus : je le console en lui affirmant
que ce vMtement sera de la plus grande utility au bar-
keeper, par les froides matinees d'hiver.
Un peu plus loin, nous entrons dans des gorges abruptes,
extr~memnt pittoresques. La construction du chemin de fer
a dd codter bien des pines et demander un dur labeur, A
travers ces regions accidentees. De tous c6tes, des collins
pierreuscs, couvertes de bouquets de foug&res a demi des-
sdch6es. Pcude v6g6tation. Au loin, semblant nous corner,
de grandes montagnes bleuAtres, plongbes encore dans la
brume du matin.
La temperature moyenne est de 15 A 18 degres pendant
les iingt-quatre heures.
A la sortie des gorges, quelques planes jonch6es de d6-
bris calcaires, d'6clats de quartz granitique, avec des trou-
peaux d'anes, de bestiaux, de moutons ou de chevres, gar-
des par des Malais. (.h et la, une maisonnette o parfois,
sAchent au soleil des debris d'antilope.Peu de faune sausage.
Arrivee A onze heures A Grootfontain. II est A remarquer
que la plupart des noms du pays se ressemblent. Ici ce ne
sont partout que des a fountain, ; au Transvaal, des berg ,
on des c burg n. Les rivirres ont toutes change leurs noms
indigenes pour des appellations de bttes; nous verrons plus







DU CAP AU LAC NYASSA. 21

tard la riviere des Buffalos, celle des Elands, celle des
Crocodiles, celle des lephants, etc.
Le train decrit, grace A l'exiguitA de ses wagons et a son
peu de rapidity, des courbes excessivement prononcees. La
voice ferrie est un veritable zigzag accident de rampes et
de descentes trcs fr6qucntes.
Tant6t d'une portiere, tant6t de l'autre, nous voyons
passer notre locomotive, accomplissant p6niblement ses
detours laborieux. Haletante, essoufflke, elle lance par
hoquets entrecoupes ses flocons de vapeur blanche.
Le pays semble desert; pas un habitant, pas un vil-
lage, pas un toit ne s'offre A la vue. Vers le milieu du
deuxibmejour, nous apercevons, sur une eminence, un petit
group d'habitations malaises : quatre ou cinq cases carries
en paille et en bois couvertes de chaume, un chariot A
boeufs sans attelage, au brancard covert de loques, de la
viande sechant au soleil, quelques ustensiles de manage
et deux on trois habitants composent le tableau.
Haltes a Prince Albert Road et Friederburgroad : A quatre
heures, arrivee a Beaufort-West : buffet. C'est la premiere
ville ou plutot le premier village que nous voyons depuis
notre depart. 11 est plein d'animation. Les environs sont
cultiv6s, il y a quelques fermes aux alentours et un pen
plus de gaiet6.
Nous passons notre temps fort agreablement. Dans notre
compartment, nous sommes seuls. Nous mangeons toute
la journey; c'est peut-4tre l'air du pays qui nous ouvre
I'app6tit. Entre Mayes-Fontain et Beaufort-West, c'est-A-
dire en dix heures, nous avons consomme, A trois, quatre
kilos de gruyere et une quinzaine de lives de raisin, le
tout avec beaucoup de pain.
La nuit suivante on plut6t le matin, il m'arrive un acci-
dent qui eft pu 6tre fort d6sagr6able. A d6faut d'oreiller,
j'avais mis sous ma tete ma pharmacie de voyage. Or,







22 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
nous dormions avec les fendtres ouvertes, et mon traversin
improvise se trouvait de niveau avec Pouverture de la vitre
de c6t6. La couchette 6tant un peu court pour moi, il est
probable que j'ai pouss6, en m'6tendant, ma pharmacie
vers la fen6tre, et, au moment oh je m'eveillai, je la sentis
qui glissait et tombait sur la voie.
Le train allait de son allure de tramway : je calculai en
une second les chances que j'avais; j'ouvris la portiere,
je me laissai tomber sur le ballast, je courus ramasser ma
pharmacie et, apres une course assez vive, je rattrapai le
wagon, tout cela sans que ni chef de train ni m6canicien
ait seulement remarqu6 mon escapade!...
Le t616graphe suit la voie ferree : il y a cinq fils months
sur des poteaux en fer.
La distance qui spare Cape-Town de Kimberley est
d'environ douze cents kilometres. Pen aprbs le village
d'Orange, nous passions la rivibre de ce nom sur un pont
qui a trois ou quatre cents metres de longueur. Les rives
sont couvertes de verdure, de fleurs, d'oiseaux. II y a
dans les environs, nous dit-on, beaucoup d'antilopes et de
gibier.
A Belmont, autre ville assez important, nous apprenons
qu'il y a un champ de courses. Oh le sport va-t-il se nicher?
Je croyais que l'on commenqait par bitir les villes et par
se civiliser avant de crder des hippodromes; mais il parait
qu'ici c'est le contraire. Amusons-nous d'abord, dit-on,
nous penserons ensuite A notre bien-ctre.
Le pays n'a plus cet air savage qu'il avait au debut de
notre parcours; mais il est encore loin d'etre plat: cesont
des vall6es et des collins, les unes et les autres peu accen-
tubes. Les Anglais ont un term qui definit bien ce genre
de pays, en le comparant h la mer dans ses ondulations:
ils I'appellent a Zolling country n.
Les pierres et les blocs granitiques deviennent de plus







DU CAP AU LAC NYASSA. 23

en plus rares : c'est, apres Belmont, de la bonne terre
noire A culture; mais le pays semble peu dot6 par la nature
en ce qui concern les course d'eau.
De nombreuses fourmilibres ou taupinieres, ayant la
forme de petits d6mes, s'6l6vent A perte de vue dans les
planes.
Beaucoup de chevaux en liberty paissent de tous c6tes.
Nous apercevons A quelque distance la route qui conduit
a Kimberley : au milieu d'un nuage de poussiere, une
petite carriole du pays, que nous perdons bient6t de vue,
en suit les sinuosites.
Apres Wimbledon et une autre petite riviere, la
a Modder ,n, nous arrivons A Beaconsfield, qui touche A
Kimberley, et oi sont les premieres mines de diamant.
Nous voici enfin dans Ia ville aprAs un voyage de trois
jours. Kimberley est I'activit6 mdme : on n'y voit pas,
comme au Cap, des monuments fantaisistes, des construc-
tions coiteuses : au contraire, la plupart des maisons
sont en terre rouge, couvertes de quelques feuilles de zinc;
il est clair que la population considere ici le c6te pratique
des choses.
La ville, qui parait dBjA ancienne, n'est pas trs grande,
surtout si on ne tient compete que de Kimberley proprement
dit : les rues sont pour la plupart sinueuses, les maisons
avancant plus ou moins, au gr8 de leurs propri6taires; le
pav6 n'existe pas, et la chaussee est plutbt une route pous-
siereuse qu'une rue. Les magasins ont peu d'6talage on
n'en ont pas, sauf quelques devantures de marchands de
nouveautes avec leurs mannequins, et deux ou trois bou-
tiques modernes. Les diffdrents entrep6ts ou lieux de com-
merce sont dans de simples maisons d'habitation; ces der-
nitres ont rarement plus d'un 6tage, la plupart n'ont qu'un
rez-de-chauss6e. Les voitures sont rares, les distances
Mutant courts dans la ville; mais il y a de nombreux loueurs







24 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

de chevaux et de v6hicules de tous genres, pour les pro-
menades d'affaires ou de plaisir dans les environs. La
poste, autant que je puisse me souvenir, est le seul edi-
fice nouveau, A l'exception de la maison appartenant
au Club; elle est construite avec luxe et confort, entourbt
d'un joli jardin et d'une grille qui horde la rue princi-
pale. Un service de tramways mane de la ville a ses diffe-
rents faubourgs, car le vieux Kimberley est toujours le
centre des affaires, bien qu'ayant cess6 d'etre le theatre
de l'extraction du diamant.
Les gisements de diamants sur lesquels la ville est con-
struite furent mis en exploitation en 1871 par la Compa-
gnie de Beers, puis abandonn6s, soit parce que d'autres
mines donnaient un rendement superieur, soit aussi parce
que l'on s'exposait A d6truire la ville A force de creuser
sous son emplacement.
En d6sertant ces chantiers, on y a laiss6 des trous qui
sont de v6ritables precipices mesurant cent ou deux cents
metres de large sur autant de profondcur; de minces
garde-fous en fil de fer garantissent seuls d'une chute les
strangers qui se prominent isol6ment la nuit dans la ville
mal 6clairde.
Autour du vieux Kimberley, s6parcs de la ville par ces
precipices, se sont cr66s peu A peu, au fur et A measure de
l'accroissement de la population et du d6veloppement des
affaires, une foule de faubourgs ou centres d'exploitation
don't les principaux appartiennent presque en entier A des
Companies plus ou moins puissantes.
Parmi les premieres, nous citerons de Beers, The Kim-
berley, The Bulfontain, The Consolidated, et, parmi les
autres, Otto's Kopje, Sainte-Augustine Mine, Kampfer's
Dam, Taylor's Kopje, Doyl's Kopje, Olifant's Kopje. Des
milliers de noirs et de blancs sont A leur service.
Sans computer le personnel nombreux attach aux Com-







DU CAP AU LAC NYASSA.


pagnies minibres, il y a a Kimberley une foule de diggers ,
qui y forment une veritable population flottante.
Le digger est un type que l'on devait rencontrer dans
1'ancienne Californie; il n'existe plus guere aujourd'hui
que dans l'Afrique du Sud, ou la liberty d'action, la demi-
civilisation et les chances de gain sur un sol riche sont
faits pour I'attirer.
Le digger, c'est le vieux pionnier : A l'Ncouter, il a tou-
jours decouvert de nombreux filons don't on l'a frustr6, on
bien il n'a pas eu de chance : c'est son voisin qui les a
trouvds. II a g6neralement A vendre on A negocier un ter-
rain ou il sait qu'il y a des diamants. II essaye ainsi de
soutirer de l'argent aux gogos qui veulent bien le croire
sur parole.
Le digger est toujours vieux ou d'un certain age; il est
generalement d'un caractere tellement intraitable et si
independant qu'il ne peut rester sous les ordres de per-
sonne; il pr6fere errer seul a l'aventure, sur son chariot,
ou la pioche sur 1'Npaule, en quote de richesses don't il n'a
jamais su profiter et ne profitcra jamais. S'il gagne de
l'argent, et il en gagne souvent enorm6ment. il le defense
aussit6t d'une facon stupide. sans computer, cessant de
travailler jusqu'A ce qu'il retombe de nouveau dans la
misere. C'est pourquoi, au Transvaal et partout ailleurs oi
les diggers s'abattent, toutes choses atteignent des prix
ridicules par leur exaggeration; la population miniere vient
depenser ses economies au fur et A measure qu'elle en
r6alise; I'argent n'a point de valeur pour elle : il est si
vite gagn6! J'ai vu des diggers vendre A une Compagnie
tel filon qu'ils avaient mis quelquefois A peine deux
semaines A decouvrir et qui leur rapportait 1,000 on
2,000 livres sterling. Huit jours apres, ils avaient mang6
I'argent et parcouraient de nouveau le pays, fouillant le
sol de leur ceil scrutateur et exerc6.







26 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
Au demcurant, les diggers sont sans patrie : ce sont
des aventuriers; on ne sait ni d'od ils vienncnt ni ce
qu'ils ont fait dans leur vie. C'est, en general, 1'Wcume de
toutes les nations, le rebut de la sociWt6, des 6chappes du
bagne ou des descrteurs, qui se sont lanc6s volontiers dans
cette vie aventureuse que l'on mene dans I'Afrique du Sud,
ce paradise de l'ind6pendance : personnel ne peut venir les
trouble; ils jouent du couteau et du revolver quand le
wiskey a could trop abondamment, et ils meurent un jour
au coin d'un bois, seuls et miscrables, sans que personnel
se soucie d'eux on s'inquibte de leur disparition.
Au milieu de la ville de Kimberley existe une immense
place oa se tient, A certaines dates, un march de toutes
especes de choses. On y voit arriver des centaines de grands
chariots attel6s de douze, quinze, dix-huit et jusqu'A vingt
bceufs. La plupart de ces vehicules sont A vendre, et il est
rare qu'ils ne trouvent pas preneur le meme jour. Il y a
un tel va-et-vient de population entire Kimberley, le Trans-
vaal et les contr6cs intbrieures, que ces marches sont tou-
jours excessivement animbs. On y vend tons les articles de
manage, vetements, armes, outils, machines qui ont rap-
port A exploitation privee, c'est-A-dire au a prospecting .
Le a prospecteur est un individu qui a gencralement
une grande connaissance pratique des quartz aurifcres ou
des terrains susceptibles de contenir de For. 11 va A tra-
vers le pays, examinant les divers terrains, tenant compete
de tout ce qui peut le confirmer dans sa supposition que
tel ou tel endroit renferme un filon. Comme, pour s'en
assurer, il a besoin d'examiner les couches inf6rieures du
sol, il creuse des trous rounds d'environ un metre cinquante
de diametre, qui atteignent quelquefois six et sept metres
de profondeur; A I'aide d'une poulie et d'un seau, il
remote A la surface et examine minutieusement la terre
.et les d6blais. L'examen, taut des materiaux extraits que







DU CAP AU LAC NYASSA.


des parois du puts, lui d6montre-t-il qu'il s'est tromp6,
il va recommencer ailleurs.
Mais certain prospecteurs ont pour ainsi dire le flair :
ils travaillent presque A coup sir. Les diggers s'y entendent
pour la plupart A merveille.
Je reviendrai plus tard sur les intrressants travaux des
prospecteurs, car ils ne visent que For, les mines de dia-
mants 6tant si rares qu'on ne tente mdme pas d'en d6cou-
vrir. On connait aujourd'hui A pen prbs tous les gisements
diamantifRres du Cap et des environs, et leur emplacement
appartient A des Compagnics on A des particuliers depuis
le lendemain meme de leur d6couverte.
En dehors de Kimberley, qui embrasse une vaste mine
ayant plus de cent kilomEtres carries, il n'y a pas d'autres
gisements connus dans la colonie du Cap proprement dite.
L'Etat libre d'Orange est bien mieux dot6 sons ce rap-
port. I1 a Wt6 trouv6 des mines A Faures-ith, A Jacobsdal,
pres de la rivibre Rict, A la meme longitude que Kimberley,
un pen plus au sud, enfin sur les bords de la rivibre Vaal,
des deux cotes; l'occupation de la rive droite assure done
des champs diamantifbres au Transvaal, qui posside d6jA
des mines d'or en pleine prospErit6.
Je n'ai visit que Kimberley. Je ne connais done que
les mines qui s'y trouvent.
Les precipices don't j'ai parlM marquaient les travaux
d'exploitation de la Compagnie Old de Beers, en 1871.
La nouvelle mine cst A quclque distance de la ville.
Elle est la plus int6ressante de toutes, non seulement parce
qu'elle a donn6 les plus beaux r6sultats, mais aussi parce
que ses travaux ont atteint une plus grandeprofondeur que
ceux de ses concurrentcs.
Grace A de bonnes lettres de recommendation de Londres,
j'obtins A Kimberley une autorisation personnelle pour
visitor les mines de Beers dans tous leurs details. Cette







28 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

faveur est tris difficile A obtenir, surtout pour des 6tran-
gers; et, m6me lorsqu'on l'a obtenue, on est encore sou-
mis A une foule d'ennuyeuses formalities qui se renou-
vellent chaque martin, si la visit dure plusieurs jours.
Le directeur des mines de Beers A Kimberley voulut
bien charger un des ing6nieurs de me montrer tous les de-
tails de l'exploitation du diamant, depuis le moment oi
on l'cxtrait de la terre jusqu'a celui o0 il est mis en vente.
Avant de visitor les mines, nous sommes allies voir
l'habitation du personnel, profitant ainsi de la matin6e du
dimanche, jour o6 I'on ne travaille pas.
Dans une enceinte close de hauts murs, fermbe par des
corps de bAtiment et don't on ne pent sortir sans passer
par des corps de garde, se trouvent r6unis plus de trois
mille noirs de toutes les races des environs : Delagoas,
Griquas, Bechuanas, Zoulous, Cafres, Hottentots, etc.
C'est le compound on kraal des mineurs.
L'enceinte immense est de forme carrie; tout autour,
des batiments n'ayant qu'un rez-de-chauss6e encadrent
une grande cour de pres de cent mbtres de c6t0.
On y remarque une chapelle, une cole pour les enfants
et des magasins vendant toutes les denrkes A l'usage des
noirs du kraal. Ils ne peuvent acheterque contre des fiches
sp6ciales que d6livre la Compagnie; aucune monnaie n'a
course.
Le compound comprend, en outre, un h6pital et une
salle de spectacle, ou les indighnes se donnent A eux-
m&mes des representations.
Ces hommes sont engages par la Compagnie de Beers
pour travailler dans ses mines pendant un an; ils signent
des contracts en regle. C'est une detention de douze mois
qu'ils acceptent, car ils ne peuvent plus quitter le com-
pound sous aucun pretexte.
Leurs salaires sont de 15 A 30 schellings par semaine








DU CAP AU LAC NYASSA. 29

(18 fr. 75 A 37 fr. 50), selon leur travail et leur specia-
lit6. Ils doivent se nourrir eux-mmmes. Ils se procurent
au bureau de la Compagnie les fiches-monnaie don't ils
ont besoin et achetent ce qui leur est n6cessaire aux
magasins don't j'ai parlM, qui sont de v6ritables bazars.
On sait le pen qu'il faut au noir pour se nourrir et le
prix modique de sa nourriture. 11 peut done 6conomiser
les trois quarts de son salaire, 6pargne qui est considd-
rable, si on compare le prix de la main-d'ceuvre de toutes
les autres exploitations a celui des mines.
Aussi les Compagnies trouvent-elles autant de noirs
qu'elles en veulent, malgre la duret6 du m6tier, malgr6 la
detention continuelle et les measures de precaution aux-
quellcs elles les soumettent.
La Compagnie possede 6galement une petite milice for-
m6e de sujets 6prouvs, qui fait la police, monte la garde,
et procede, quand il y a lieu, aux executions.
La milice vient chercher les mincurs au compound et
les conduit au travail. Elle veille nuit et jour aux abords
de la mine. Le travail termin6, elle conduit les tra-
vailleurs d6signEs pour la visit de precaution et elle les
ramine ensuite au kraal.
Cette visit de precaution a pour but de s'assurer si
certain noirs, charges d'un travail d6licat, n'ont pas vole
de diamants pendant la journke. On les conduit, entiere-
ment nus, dans une piece, oi se renouvelle la scene que
l'on voit dans certain conseils de revision, quand il y a
un major minutieux.
AprBs cette visit visite s'il en fut jamais) a lieu cell
des condamnes. Ces derniers sont tous des noirs qui, ayant
vole des diamants, accomplissent leur temps de travaux
forces dans la mine meme. Au moindre movement sus-
pect, les gardes, qui ont toujours l'arme charge, ont
ordre de tirer sur eux.







30 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL
Tla;jlr,' toutes ces precautions, des vols consid6rables
ont continuellement lieu. Les Compagnies s'y sont risi-
gnCes aprbs de vaines tentatives pour les empecher; dans
leur bilan de fin d'annbe, elles font la part des vols, esti-
m6s A au moins 10 pour 100 du rendement.
Aprbs le compound, je continue ma visit le lendemain
par une descent dans le puits. Vetu d'un complete de
mineurcurop6en, j'entre dans un ascenseur qui s'cngouffre
avec une rapidity inquiEtante dans les profondcurs de la
terre en suivant un plan incline; nous descendons, nous
descendons toujours. La flamme de nos lampes derient de
plus en plus terne au fur et A measure que la composition
de Fair se modified; on sent aussi comme une oppression,
un poids sur la poitrine; on voudrait d6ja dtre dehors
pour respirer le grand air A pleins poumons.
Cette sensation d6sagrbable ne dure fort heureusement
que quelques.instants. Arrive dans les galleries, on s'habitue
un peu a cette atmosphere humide et lourde. A la pro-
fondeur de trente-cinq A quarante mBtres, nous faisons
un tour dans les couloirs, remplis d'agitation, oh circulent
les wagonnets, oh les pics travaillent A briser le dur mineral,
au fond d'une foule de detours en cul-de-sac.
Soudain, un 6clair livide jaillit de l'ombre, une explo-
sion formidable se fait entendre, produisant une commo-
tion qui vous arrdte le coeur et la respiration, en mnme
temps qu'elle vous secoue on vous faith tr6bucher. Ces
coups de mine souterrains, dans un 6troit space, pro-
duisent une sensation nerveuse des plus d6sagr6ables; un
coup de canon n'est rien auprbs de ce bruit, quej'aientendu
A plusieurs reprises; non sculement Ie tympan semble vou-
loir 6clater, mais le pouls cesse de battre et le souffle est
brusquement refouln dans la poitrine par expansion des
gaz. Toutes les lampes sont g6n6ralement 6teintes dans
un rayon de plus de cinquante mbtres; on est plong6 dans








DU CAP AU LAC NYASSA. 31

1'obscuritW la plus profonde; I'idee que vous venez d'echap-
per a une catastrophe vous traverse l'csprit. Mais la voix
de votre guide vous rassure : ce n'est rien, un peu de
dynamite pour d6tacher un bloc rebelle.
Toutcs les lampes se rallument, le bruit des pics reprend
de nouveau dans la p6nombre avec quelques fragments de
conversation entire mincurs, cntrecoupes de coups de
pioche, du bruit des chariots qui roulent, du grincement
des ascenscurs, des 6clats de voix des ing6nieurs et des
contremaitres.
Aprs une promenade sur ce qui pent 6tre consider
comme le premier ktage, a rebours, nous reprenons place
dans la cage et nous descendons au second (toujours A
rebours!). Nous voici A environ soixante ou soixante-dix
metres de la surface. Meme sensation, memes coups de
dynamite, lampes encore plus vacillantes et humidity plus
considerable.
Nous continuous notre descent et nous nous arrctons
enfin A cent dix-huit metres. Les travaux ne depassent pas
cette profondeur. L'ascenseur ne vient pas jusqu'ici: on
achkve le trajet A l'aide d'6chelles.
Bien que le spectacle soit on ne peut plus intbressant, je
commence h desirer vivement me trouver dehors; il me
semble que ce sera un immense soulagement pour moi que
de respirer le grand air. On se sent moralement ecras6,
enterr6 vivant dans ces couloirs : ce n'est lh 6videmment
qu'une impression cause par une premiere descent sous
terre. I1 n'y a h craindre, dans ces mines, aucun des dan-
gers que l'on rencontre dans les exploitations de houille :
en g6n6ral, les galleries so soutiennent d'elles-mimes, 6tant
taillces dans une matiere que le pic a de la peine A entamer,
et les lamps n'ont pas de protection. A certain intervalles,
pourtant, on a constat6 dans la mine de Beers la presence
du grisou : les hommes du m6tier l'attribucnt, soit A de







32 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

minces couches de carbon que l'on rencontre dans la
coupe du terrain, soit i de la pyrite, qui se troupe en cer-
taine quantity dans la formation des couches profondes et
qui prend feu au contact de I'air. II est aussi certaines
galleries oi la prudence a exig6 que l'on 6tayAt les parois.
Des 6boulements se sont products A plusieurs reprises,
tuant des centaines de travailleurs.
Nous reprenons notre 6chelle et nous nous rappro-
chons de la surface. En revenant sur nos pas, nous
prenons des 6chantillons des diverse couches geologiques
queje desire garder.
Avec une amabilitb et une patience rares, I'ingenieur
m'a fait un veritable course technique pendant pros de trois
heures que nous avons passes dans les galleries, etj'essaye-
rai de fire profiter le lecteur de ce qu'il m'a expliqu6
avec beaucoup de clart6 sur la composition geologique des
mines de diamants. Vu mon incompetence, je ne me per-
mettrai pas la moindre supposition sur la formation pri-
mitive, d'autant plus que c'est presque une 6nigme, mime
pour des ing6nieurs qui ont passe de longues annies A
l'Ntudier. On admet seulement que l'origine des gisements
diamantiferes est due A une eruption volcanique, A une
poussbe de has en haut.
A la surface, est un terreau rouge et argileux, que
j'ai rencontr6 souvent en Afrique; il produit une poussiere
fine et p6n6trante qui donne A tout une teinte rougeAtre.
C'est le sol superficiel de Kimberley.
Cette couch de redsoil, come on l'appelle ici, a envi-
ron un mrtre d'Cpaisseur. Au-dessous, se trouvent environ
quatre-vingts inmtres de schiste de diverse couleurs, peu
resistant au pic, qui prend le nom de a black-shale .. A
la surface, ces schistes sont de couleur claire jaunatre on
gris, entremIl6s de dol6rite et de diorite, puis noirs au-
dessous. Ils sont m6lang6s ou entrecoup6s par des couches








DU CAP AU LAC NYASSA. 33
d'une foule d'autres matibrcs, tclles que argile noire, car-
bonates de fer et de chaux, pyrite, etc.
Enfin, au-dessous encore, A une profondeur de soixante-
dix A cent trente mbtres, suppose-t-on, se trouve le i har-
drock ", qui est une couche de m6laphyre on roche pyroxa-
nique qu'on n'a pas encore traverse entibrement.
La couche interm6diaire de quatre-vingts mbtres don't je
viens de parler forme le veritable terrain diamantifbre el
porte le nom de u blue-ground ,, A cause de sa couleur
bleu fonc6, verdAtre ou vert clair.
I1 parait m&me que le terrain diamantifbre offre plusieurs
autres varieths. Son aspect, sa composition, sa couleur el
sa consistance different selon les endroits. N6anmoins, il
est A remarquer qu'il se distingue essentiellement des ter-
rains envirounants, et qu'il offre A un ceil exerc6 certain
caractbres qui ne laissent aucun doute sur les richesses
qu'il content.
Ce blue-ground se decompose avec le temps an contact
de l'air et prend une teinte jaunatre ou gris clair. Comme
on le verra plus loin, c'est sur ce ph6nomZ ie qu'est base
le systeme d'exploitation de la mine. II s'ensuit que les
couches sup6rieures, les schistes de couleur claire de la sur-
face, ne sont en some que du blue d6compos6 : c'est ce
qu'on appelle le u yellow-ground ,.
Les machines d'extraction, auxquelles nous rendons vi-
site ensuite, nous offrent le spectacle d'une 6norme quan-
tit6 de minerai sortant des entrailles de la terre. De puis-
sants treuils mettent en movement un va-et-vient de r6ci-
pients cylindriques A poulies glissant sur quatre cables
ronds en fils d'acier, parallbles au plan incline don't j'ai
dejh parl6. GrAce A un ing6nicux m6canisme, le tub arrive,:
bascule, dGcharge son contenu (environ trente pieds cubes
de mineral) et report sans l'aide de personnel. Au-dessus
des immense fosses don't j'ai parl6, des centaines de cAbles,







34 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL
'tendus comme un gigantesque filet, sont converts de tubs
,qui montent et descendent, donnant au coup d'ceil une
:animation extraordinaire, un air de fourmili6re indescrip-
tible.
11 est assez original de se faire transporter par un de
ces v6hicules a6riens. On y 6prouve une sensation ana-
logue A celle que donne une ascension en ballon. En has,
au fond, semblables a de petits 6tres microscopiques s'agi-
tant dans tous les sens, on voit les travailleurs proposes
au service de l'Nnorme entonnoir.
Lorsque le mineral arrive de la mine, il est charge sur
des wagonnets de chemin de fer. La voie ferr6e conduit
aux terrains de depbt qu'on appelle t floors ,.
Sur ces floors, le chemin de fer apporte les matibres et
les hommes les 6parpillent en une couche d'6paisseur regu-
libre, les gros morceaux debout. On expose ainsi le blue-
ground A l'air et aux intemp6ries afi qu'il se decompose.
II perd graduellement sa couleur, pilit et prend une teinte
jaunAtre ou gris clair. Lorsqu'il est d6sagr6g6, il se brise
plus facilement et peut dtre utilis6.
La decomposition peut durer de dix jours A six mois,
selon la quantity d'eau que I'on jette dessus A defaut de
pluie.
Le a yellow-ground n n'a pas besoin de cette prepara-
tion, puisqu'il est d6ej tout decompos6 naturellement. II y
a fort longtemps que les Compagnies ont 6puis6 la couche
qu'elles out trouvee A la surface des schistes noirs.
Les u floors demandent A &tre fort 6tendus. Quand on
pense que les machines d'extraction amcnentjournellement
a la surface une moyenne de cinq cents loads par jour,
ce qui fait environ trois cent douze tonnes (A six cent
vingt-cinq kilos le load), et que certaines Compagnies tra-
vaillent jour et nuit, on a une idWe des terrains qui sont
n6cessaires pour ktaler une aussi 6norme quantity de mine-







DU CAP AU LAC NYASSA.


rai. Aussi a-t-on E6t oblige d'6tcndre ces a floors, jusqu'a
de grandcs distances de la ville. Le chemin de fer part;cu-
lier de la Compagnie y emporte le blue-ground et rapporte
cclui qui, depos6 1A quelque temps auparavant, se trouve
decompos6 et pr8t A subir la troisieme operation, qui est
le lavage.
Les machines A laver (depuis 1878 tout se fait A la va-
peur) sont destinies A s6parer les graviers, pierres, mine-
raux, etc., de la maticre qui les tenait agglombr6s, ainsi
que des calcaires plh. 1gers. Ce mortier est dissous par
des agitateurs : des courants d'eau le d6layent et l'empor-
tent, tandis que la parties solide et non soluble reste dans
I'appareil.
Pour definir d'un mot les laveuses, on pent dire qu'elles
se composent d'une succession de tamis aux mailles pro-
gressivement serr6es, qui laissent passer le mineral pen-
dant que des agitateurs et de grands jets d'eau le d6bour-
bent et nettoient ses residus, qu'ils classent par taille.
La premiere grille ou tamis arrate les gros blocs non
d6compos6s; la derniere retient les plus pctits fragments
solids. Le courant entraine les mati6res Ikgdres, tandis
que les pierres pr6cieuses, diamants, rubis, greats, et les
silicates restent au fond A cause do leur poids specifique.
Ces r6sidus, tres jolis A I'ceil, offrent des pierres d'A peu
prbs toutes les couleurs, exactement tries d'aprAs leur taille.
Au sortir des laveuses, ils sont passes dans un berceau
ou craddle (c'est I'appareil des anciens laveurs d'or) qui
achieve leur nettoyage et classes de nouveau les pierres par
poids. On trouve d6jA pendant cette operation bon nombie
de beaux diamants. Des Europ6ens surveillent continuel-
lement le travail du n cradle ,.
Aprbs ce dernier nettoyage mbcanique, les r6sidus, pla-
c6s dans des wagonnets doubles en zinc et fermos A clef,
sont ports aux ateliers de triage.








36 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

LA, dans une grande pibce bien eclairee de face, sont
des tables couvertes de table sur lesquclles on place les
graviers en tas.
Un ouvrier blanc pour les gros, des noirs pour les petits,
procedent A l'operation si minutieuse du triage. Muni
d'une lame de fer, le trieur amine une petite quantity do
pierres prises au tas; il les carte d'un coup sec, regarded,
pose sa lame et prend par-ci par-lh un diamant qu'il jette
dans une tire-lire en fer-blanc fermre A clef, place devant
lui; il jette un nouveau coup d'ceil et pousse le tout A gauche.
Lorsqu'il a examine tout le tas, un autre ouvrier prend sa
place et recommence le meme travail de gauche A droite. Les
detritus qui restent aprbs ces deux examens sont jets dchors,
formant de v6ritables collins, o4 l'on remarque des gre-
nats en abondance; mais ils n'ont, parait-il, aucun. valeur.
A la fin de la journ6e, le chef du service de triage
recueille le contenu des tire-lires don't il a la clef.
La proportion du diamant trouv6 dans les Diamond
Field's du Cap varie de an A huit carats par metre cube
de blue-ground.
Les diamants du Cap ne peuvent letter, comme eclat,
avecceux du Br6sil ou de I'lnde. On y trouve fort rarement
un diamant vraiment blanc; il s'y mile toujours, si beau
qu'ilsoit, un reflet de couleur quelconque, le plus souvent
jaune, et il parait que, seul, le dianant blanco peut pro-
duire de beaux feux.
En dehors des feux blancs, il y en a qui ont une cou-
leur d6cidbe : tels sont le brun fonc6, noir, jaune paille,
orange, vert, rose. bleu ou fum6 (smoked).
A sa sortie des laveuses, il est terne, d'une apparence
cornee; cela tient A une mince couch d'une matibre sp6ciale
qui I'enveloppe : on I'en d6barrasse en le plongeant uans
I'acide azotique en 6bullition.
Sa forme est excessivement vari6e, mais toujours regu-








DU CAP AU LAC NYASSA. 37

libre en elle-mgme : elle est hbmiddrique, dodecaedrique,
octa6drique; les aretes en sont dures ou arrondies, les faces
plates, concaves ou convexes. On en voit rarement de cu-
biques et pen de sph6riques.
Quant A la grosseur, dlle est trhs variable : on trouve
des pierres depuis un trentibme de carat, c'est-A-dire de la
taille d'une petite t6te d'cpingle, jusqu'a quatre cent cin-
quante-sept, quatre cent soixante et quatre cent soixante-
dix-huit carats. Ces dernicrs, qui sont les plus gros qu'on
ait trouv6s, atteignent Ic volume d'un ceuf de dinde.
Je terminerai le recit de ma visit aux Diamonds Fields n
par quelques chiffres de statistique que je dois A l'amabilite
de M. D..., un compatriote, un des plus important cour-
tiers en diamants de Kimberley, lequel m'a montr6 plus de
dix millions de francs de diamants bruts.
La valeur moycnne du carat sur le march de Kimber-
ley Mtait, A cette 6poque, de 24 schellings 9, c'est-A-dire
A pen pres 29 francs. Ce prix est soumis A des fluctuations
continuelles, A cause des movements du march en Europe.
En outre, la valeur du carat differe 6galement selon la pro-
venance, certaines mines produisant des diamants sup6-
rieurs a ceux de leurs concurrentes.
Le produit des quatre mines principles r6unies avait
donn6, dans la derniere p6riode de deux ann6es, c'est-A-
dire de 1888 a 1890, les chiffres approximatifs suivants :

PRODUCTION MOYENNE VALEUR EN FRANCS
ANNEES EN CARATS an prix de
P A 29 FRANCS LE CARAT
pAR MOIs PAR AN

1888 239.658 2.875.903 83.401.187
1889 258.475 3.101.700 89.9'9.300
Total des deux annies. 5.977 60:3 173.350.-87







3R A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

Pour mieux se faire une id6e de ce que representent
173 millions de francs, reduisons les carats en kilo-
grammes : nous obtenons le chiffre de mille trois cent
cinquante-huit kilos cinq cents grammes, presque une
tonne et demie de diamants!
M. D... m'en a montr6 chez lui des tas 6normes. Quand
on voit tant de richesses A la fois, elles ne produisent pas
d'effet. On dirait des morceaux de verre. D'ailleurs, la taille
les change totalement. Nous en avons vu de taill6s, dans
des 6crins magnifiques, de toutes les formes et de toutes les
grandeurs, depuis le grain de millet jusqu'A I'ceuf de
pigeon.
Aucun stranger ne peut acheter un diamant, qnel qu'il
soit, sans un permis d6livr6 par le gouvernement et por-
tant le nom du vendeur avec la description d6taill6e de la
pierre.
C'est la poste qui transport dans le monde entier la
plus grande parties des richesses des c Diamonds Fields .
J'ai parl6 de l'agitation de Kimberley : c'est une v6ri-
table fourmilibre; tout le monde a la fibvre du diamant.
On ne trouve par les rues que gens occupies par ce com-
merce : courtiers, employs de Compagnies, n6gociants,
diggers et... chevaliers d'industrie.
Ces derniers, don't il faut se garder soigneusement, se
pr6sentent habituellement sous Faspect du monsieur qui
posside une mine appel6e A donner les plus beaux resul-
tats et qui cherche un bailleur de fonds pour les premiers
frais de 1'exploitation : a l'appui de son dire, il sort de sa
poche des plans, des lettres A signature illisible, des
6chantillons allbchants provenant de la fameuse mine en
detresse. II commence par emprunter de I'argent, si on
veut bien lui en pr6tcr, et reparait rarement.
II y a ensuite l'industriel qui cherche A vendre tin
a claim ,,, c'est-A-dire une concession contenant dc-" dia-







DU CAP AU LAC NYASSA.


mants A foison; 6tant dans la misere, il se contentera de
peu. On va visitor le terrain et on trouve du mineral dia-
rantif6re qu'il a eu le soin d'y placer. II sait, ajoute-t-il,
qu'il a la fortune sous la main, mais il n'a pas de capi-
taux, etc. Qu'il vende seulement 200 livres sterling son
claim, don't il connait bien la non-valeur, et le voici fort
content, comme on pense, du petit tour qu'il a jou6.
Si grossiers que soient ces pieges, employes depuis
longtemps et auxquels personnel ne devrait plus se laisser
prendre, il y a toujours des gens qui s'y font attraper
1'en sais quelque chose, car, quelques jours avant notre
3dpart de Kimberley, la fire du diamant nous saisit,
nous aussi : c'dtait contagieux.
Un samedi matin, vers dix heures, une nouvelle court
A laquelle tout le monde, A commencer par nous, prdta
une oreille attentive. On disait que des diamants avaient
Wth d6couverts dans un endroit non frequent, A Wessel-
ton. Le propri6taire du terrain qui les avait trouves n'en
avait pas avis6 le gouvernement, et il avait mmme com-
mence l'exploitation sans patente, comme en temoignaient
des machines A bras. Aux terms de la loi, il risquait de
perdre son terrain pour d6faut de declaration. Or, en
pareille occurrence, le sol est au premier arrivant. Si done
il perdait son proces, il suffisait d'avoir piquet6 un claim (1)
de trette et un metres carries sur le terrain en question
pour devenir concessionnaire du gouvernement. On rece-
vrait alors un certificate de possession avec lequel on pour-
rait disposer de la propri6t6, A condition qu'elle fit mise
en exploitation dans un delai convenu.
Le proces devant 6tre jug6 le surlendemain lundi (le
dimanche est un jour sacr6), il n'y avait pas de temps A

(1) Je reviendrai plus loin sur ces claims, qui sont un des carac-
teres intdressants de ces pays de mines.






40 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

perdre. Tout Kimberley se transport A Wesselton. Le
trajet est d'environ trois quarts d'heure. Les routes se
couvrirent rapidement de v6hicules de routes sortes, de
cavaliers et de pistons, don't la longue. colonne soulevait
un nuage de poussibre. C'Utait A qui arriverait le plus vite
pour choisir son emplacement.
Les freres Beddington et moi, nous sautons surdes che-
vaux de louage, et nous voici A Wesselton.
La propri6t6 en question est une immense plaine avec
quelques 6minences. Une 16&gre vegetation occupe la sur-
face, et le yellow-ground se trouve immediatement en
dessous; pour les gens d'experience, la vue de ce terrain
ne laisse aucun doute : un tr6sor est cach6 dedans!
D6jh, il y avait foule; on eit dit un champ de courses.
au fait, n'ktait-ce pas une veritable course qui y amenait
tant de monde? Des baraques s'6levaient de tous c6ots,
abritant sous une toile de tente, ici un bar, Ih un maga-
sin de comestibles, plus loin le bureau de l'enregislre-
ment des claims.
Sans perdre de temps, nous nous faisons designer un bon
coin par un vieux digger A qui nous graissons la patte -
des piquets portant nos noms sont enroncds, confor-
m6ment au rbglement, et nous courons A l'enregistrement.
Comme il fallait que le lundi matin les claims fussent tra-
vaill6s, nous prenons un digger A nos gages pour qu'il com-
mence les trous.
A cinq heures du soir l'immense plain, couverte de
piquets A perte de vue, avait l'apparence d'une grande
here. II ne restait pas un metre carr6 du terrain qui n'eit
on destinataire, pour le cas oh le premier occupant serail
condamn6 A perdre ses .droits. Les retardataires ne trou-
vaient plus d'espace libre et s'en retournaient la mine
deconfite.
Nous rentrimes A l'hitel, parlant exploitation minibre.






77 .


COIFFURE 1IACALACA








DU CAP AU LAC NYASSA. 41
rendement et frais, ni plus ni moins que des capitalistes A
la veille d'un contract. Les frbres Beddington 6mettaient
l'intention d'exploiter eux-memes leur propri6t : F'un
d'eux, trouvant le pays agrBable, comptait acheter un
cottage dans les environs et y habiter pendant ses voyages
d'inspection; I'autre pr6f6rait confier les travaux A une
Compagnie responsible. Quant A moi, comme je ne veux
pas de propriete en Afrique, j'attendrais les premiers
resultats et je vendrais au plus offrant, 6changeant ainsi
mes diamants contre des obligations de la ville de Paris!...
Nous quittAmes Kimberley sans attendre le r6sultat du
procs, et je n'en ai plus entendu parler depuis. Mais il
est probable que le tribunal s'est contentM de condamner
le proprietaire A une forte amende, en lui laissant, moyen-
nant finance, la jouissance et 1'exploitation de son bien.
C'est 6gal, j'ai bien failli devenir grand proprietaire
dans les Diamonds Fields ,.













CHAPI'rRE III


Fin du r6seau ferrd. Pfrip4ties et details du voyage en coach
Rencontre d'un charlatan. Arriv6e A Johannisburg. -
Visite aux mines d'or. Extraction et manipulations diverse.
L'or en barre. Quelques mots sur I'histoire du Transvaal et
de I'ltat libre d'Orange. Organisation politique. Progres
actuels. Les derniers noirs ind6pendants. Projet de voyage
A Natal.


A I'Npoque oi j'ai traverse I'Afrique australe, la voice
ferrie ne se prolongeait que de quelques miles au delA de
Kimberley, jusqu'a Fourteen Streams (1). Le trajet est
l'affaire de quatre heures environ.
Le voyage en chemin de fer 6tait terminE. De longtemps
je ne devais plus user de ce moyen de locomotion.
Nous allions faire connaissance avec un autre mode de
transport. On nous avait bien parl6 du u coach ,, A board
du paquebot et an Cap; mais nous supposions que c'Mtait
une simple diligence ou quelque chose d'approchant.
A Fourteen Streams, nous prenons'nos tickets et nous
allons voir le fameux coach. C'est une longue voiture don't
les essieux supportent directement la caisse, sans resort
aucun, comme dans les tombereaux; trois banquettes

(1) Depuis cette 6poque, les travaux ont Mt6 poussds avec ardeur :
le r6seau ferr6 va aujourd'hui de Kimberley a Johannisburg. Cne
autre ligne p6netre dans le Ilichuanaland, jusqu'a 150 miles au
nord de Maleking.







DU CAP AU LAG NYASSA


parallbles entire elles et perpendiculaires A la longueur
composent son am6nagement. A la parties supericure, une
toiture en bois, couverte de toile ciree et A laquelle pen-
dent de petits rideaux. Ni porte ni fenetres: une vague res-
semblance, les resorts en moins, h6las! avec les omnibus
ouverts qui font 1'etC le service des champs de courses
A Paris. Sur le devant, un siege A deux places. Des roucs
6normes, aux jantes 6paisses, sans frein ni sabot.
L'attelage se compose de cinq couples de chevaux dis-
tants d'environ deux pieds les uns des autres. On le con-
duit A grandes guides. II y a invariablement sur le siege
deux hommes; les mains du cocher 6tant occupies, il faut
un second conducteur pour manier le fouct.
Ce fouet immense est une veritable curiosity locale : la
corde en est tellement longue que la miche peut atteindre
le group des chevaux de tete, qui est A peu pros A vingt
metres du siege.
Les harnais consistent en une suite de bricoles qui se
relient entire elles de chaque c6t6 du poitrail, de facon que
tous les chevaux du meme c6t6 sont attel6s au mmme trait.
Les renes sont au nombre de quatre : deux d'entre elles
aboutissent directement aux chevaux de tete et recoivent
au passage celles des chevaux du m6me c6t6 qui viennent
s'y embrancher. Les deux autres conduisent les chevaux
de timon.
Avec une force de traction aussi considerable, un tel
vrhicule devait bien rouler : il ne roulait meme que trop,
:omme nous n'avons pas tard6 A le constater.
Nous grimpons avec nos bagages; dans la voiture, il
n'y avait avec nous trois qu'un seul voyageur, le secr6taire
g6n6ral de la presidence de la R6publique du Transvaal A
Pretoria.
On part au galop. Qu'on se figure une route a peine
6bauchee, A travers montagnes, vall6es et rivibres, pleine







44 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

d'ornibres, de trous, de bosses, de pierres, de mares, de
touffes d'herbes, de mottes de terre, et, IA-dessus, une
voiture sans resorts, bondissant sur ces terrains vagues,
entrainee par la force irresistible de dix chevaux frais au
galop! Qu'on pcnse aux infortun6s voyageurs qui voltigent
sur les banquettes, aux colis qui dansent la sarabande et
sautillent vers les ouvertures, A l'air piteux avec lequel
on se regarded tout en se cramponnant aux bancs d'une
main, tandis que l'autre retient les bagages qui s'en vont!
Les sibges sont en bois dur, nullement rembourres; pas
rembourr6s non plus les montants qui soutiennent la
toiture : A certain moments, on est lanc6 A vingt centimitres
en l'air, puis on retombe lourdement, pendant que la voi-
fure penche brusquement A droite et A gauche, come si
elle allait verser. On se cogne la tdte, le dos, les coudes,
sans parler de ce qui est certainement la parties la plus
maltraitCe de 1'individu.
Au depart, nous avons commence par rire de cette
gymnastique : nous supposions que la route ne tarderail
pas A devenir carrossable et nous pensions que le cocher
coupait A travers champs pour aller plus vite. Aussi
6taient-ce des plaisanteries sans fin : Nous sommes dans
les laveuses! disait I'un, faisant allusion aux agitateurs
des mines de diamant. a Nous allons dtre bient6t d6sagr6g6s,
si cela continue! s'6criait l'autre.
Mais notre compagnon de voyage, M. AT..., qui connais-
sait de longue date les charmes du voyage, nous assurait,
lui, que ce supplice continuerait jusqu'a I'arriv6e, et que
meme, en certain endroits, il serait pire.
Je me demandais ce que pouvaient bien etre ces lieux
terrible oi nous devions etre encore plus secouns; je son-
geais aux trains de Jules Verne, sautant les rivibres sans
point, courant sans rail; je songeais aux chevaux fous
important des voitures dans des precipices: on devait itre







DU CAP AU 1,AC NYASSA


second de cette facon; pour I'6tre davantage, il eat fall
descendre d'une montagne, sautant de rocher en rocher A
un galop 6chevel1, ou quelque chose dans le meme genre.
On court ainsi dix miles (prbs de dix-sept kilomAtres)
sans un ralentissement. En arrivant devant une petite mai-
son, l'attelage s'arrkta net. C'6tait le premier relais. En
trois minutes, des chevaux frais avaient remplace les
autres, et on repartait de plus belle.
LJes relais sont en moyenne de dix A quinze miles.
A Guning, frontibre du Transvaal, les donaniers boers
percoivent encore 25 francs par canon de fusil. Si du Trans-
vaal on pcnbtre au Natal, par example, on a de nouveau
la mnme some A payer, ce qui porte a 75 francs par canon
la some des droits percus!
Pendant que le coach sautille par mots et parvaux,
jetons un coup d'oeil sur i'histoire du territoire of nous
entrons, ainsi que sur I'Etat libre que nous c6toyons
depuis que nous avons pass le fleuve Orange.
En parlant du Cap, j'ai dit un mot du movement de
m6contentement et d'insurrection qui fit 6migrer au delay
des frontibres prbs de dix mille Boers, emmenant avec
eux de nombreuses families et une foule d'esclaves. Cette
population, d6sormais sans patrie, passa le fleuve Orange
et fonda sur le territoire situ6 an nord le Vrij-Staat, on
Etat libre d'Orange, en I'honneur des anciens stathouders
de Hollande, les princes d'Orange-Nassau.
Ils choisirent come capital Bloemfontain. Fermiers
par excellence, les Boers surent admirablement tirer parti
du pays riche et fertile qu'ils avaient conquis. Ils firent
tant et si bien que i'Etat libre se trouvait d6jA en pleine
prosp&rit en 1848, c'est-A-dire quatorze ans seulement
aprbs leur sortie du Cap.
Je dis qu'ils ont conquis I'Ptat libre, parce qu'ils
eurent i soutenir une longue lutte contre les indigenes,







46 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

premiers occupants, les Cafres, et centre les Bushmen
nomades. II n'y eut aucune hostility ouverte, aucune
guerre en masse; mais les Boers usArent du droit du plus
fort; s'ils n'6taient pas les plus nombreux, ils possedaient
des armes A feu, et de v6ritables massacres eurent lieu.
Les Boers tiraient sur le Bushman dans les bois, commc
si r un animal malfaisant; celui-ci, quand il en avaitl'oc-
i'sion, Ieur d6cochait, sans rembrds, une de ses redou-
tables fleches empoisonnies. Ces escarmouches prirent fin
le jour o6 les derniers Cafres et Bushmen, abandonnant
le terrain A leurs adversaires, se retirbrent dans les pays
environnants.
En 1848, I'Angleterre, profitant de ce que I'Itat libre
n'6tait pas encore militairement organism, le conquit A bon
march; malgr6 leur resistance, les Boers furent battus a
Boomplats et, vu leur petit nombre, obliges de se sou-
mettre.
Mais, en 1850, on leur rendit leur liberty: I'Angleterre
reconnut l'ind6pendance de l'ltat libre, parce qu'elle ne
pouvait fire autrement, ayant dcjA grand'peine A contents
les colons du Cap, qui voulaient se gouverner eux-memes.
O'ua autre c6t6, le commissaire gSn6ral du gouvernement
avait, dans un rapport celbbre, conclu que l'Angleterre n'a-
vait aucun advantage A conserver les territoires au nord de
l'Orange.

Le Trarsvaal naquit d'une emigration de Boers de
I'"range, la population de 1'Etat libre ayant augment&
Sisiddrablcment, parce que la richesse du pays avait attire
.xacilcoup de fermiers du Cap, ainsi qu'un grand nombre
de nouveau venus des Pays-Bas.
En delors de I'Afrique du Sud, on donna aux anciens
colons hollandaise le nom d'Afrikanders, par lequel ils d6si-
gnaient cux-mimes les faux Boers on Boers Africains, gens







DU CAP AU LAC NYASSA.


de couleur pour la plupart qui parent leur langue et qui
tiennent aujourd'hui une place notable dans le chiffre de
la population.
Ceux du dehors ne faisaient pas de distinction: ils appe-
laient Afrikanders tous les colons d'origine hollandaise, el
le nom reste aujourd'hui A ceux-ci. Eux-m&mes, d'ailleurs,
:'ont acceptS, car, ayant fond6 plusieurs societes, journaux,
revues, associations, ils leur ont donn6 des noms tels que :
Afrikander Bond, Genootskap van regt Afrikander, etc.
Afrikander (Africain) est un titre qui leur sied bien. Au
d4but, ils ont adopt 1'Afrique comme une deuxibme patrie;
la plupart des jeunes d'aujourd'hui y sont n6s et sont 6tran-
gers et indiffirents A tout ce qui concern l'Europe.
L'Etat libre d'Orange poss6dait autrefois tout le terri-
toire situ6 a l'ouest, c'est-A-dire une parties du Griqua-
land-West. Dbs que les mines' de diamants y furent d6cou-
vertes, l'Angleterre voulut reprendre ce pays. Sentant
qu'elle eft paru ridicule en revenant sur sa decision g6n6-
reuse, qui rendait A l'~tat libre son ind6pendance, elle
chercha un pr6texte et, naturellement, le trouva; mais il
ne tenait pas debout. Le chef du Griqualand, un certain
Waterboer, se serait plaint A 1'Angleterre d'avoir 56t d6-
pouill6 par l'Etat d'Orange et lui aurait demand d'inter-
venir. Or, jamais l'Angleterre, pas plus que l'ltat libre,
n'avait entendu la moindre plainte; le Griqualand n'en fut
pas moins annex par la raison du plus fort. Le gouverne-
ment reconnut d'ailleurs ouvertement cette spoliation pure
et simple, en accordant A son impuissant adversaire une
indemnity de 90,000 lives (1871).
Toutes les mines de diamants connues appartiennent
ainsi A l'Angleterre, sauf quelques gisements sur les bords
du Vaal, au delay de la frontibre.
Si 1'Etat d'Orange possede deux mines, Jagersfontain
et Caffeefontain, qui ont 6chapp6 A la razzia de 1871,







48 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

c'est par la raison qu'elles n'Ctaient pas encore decouvertes
A cette 6poque.
La R6publique du Transvaal s'intitule Rdpublique sud-
africaine. Ce titre pouvait aller lorsqu'elle 6tait seule; mais
comme aujourd'hui il y a en formation ou en r6alitd plu-
sieurs RBpubliques sud-africaines, cette definition derient
insuffisante: mieux vaudrait qu'on l'appelAt R Republique
sud-africaine du Transvaal n.

Le Transvaal, c'est-a-dire, comme l'indique son nom,
Ic pays au delA du Vaal, est limit au nord par la rivibre
les Crocodiles et le pays des MAatabdl6s; au sud, par l'Etat
I'Orange; A l'est, par les possessions portugaises du pays
le Gaza; au sud-est, par le petit Eltat des Swazis; a I'ouest,
par le Bechuanaland, et au sud-ouest par le Griqualand-
West.
Comme l'Etat libre, le Transvaal est une Republique
d'un genre particulier; leur devise, Al'un et A 1'autre, peut
6tre r6dig6e ainsi : Libert6, Egalit6, Fraternit6, avec des
reserves et beaucoup d'exceptions.
Ainsi I'NgalitO n'exclut pas une foule de privileges : le
noir n'est ni klecteur ni eligible; les p'"priElaires fanciers
sont avantag6s au detriment de tous les autres; les pro-
testants, 6galement; les juifs et mahom6tans sont 6ter-
nellement suspects et astreints a des formalities aussi nom-
breuses que vexatoires pour jouir de leurs droits civils. Le
Parlement n'est ouvert qu'aux proprietaires fonciers, riches
en g6n6ral; quant aux autres Boers (je prends plutot 1-
mot comme nom de la nation), avocats, industries, m6de-
cins, ouvriers, capitalistes, etc., ils ne competent pas.
Le president de la R6publique est I'Mlu du people; il est
responsible vis-a-vis du Volksraad (Parlement), mais celui-
ci ne peut le deposs6der de ses functions. Meme, A en
croire l'histoire, il s'en est fall de peu que le stathou-







DU CAP AU LAC NYASSA. 49
dGrat her6ditaire ne fdt institu6, come aux Pays-Bas.
L'Etat libre et le Transvaal sont, comme on voit, des
RUpubliques d'un genre particulier. Elles ont failli en venix
aux mains plusieurs fois, notamment en 1851, Epoque ob
le Transvaal riva de s'annexer son voisin. Ils 6taient
d'egale force, et les chances de la guerre pouvaient rendre
le Transvaal maitre des deux territoires. Aussi fit-on la
paix.
Au point de vue social et litteraire, les deux Etats se
relevent aujourd'hui; mais, il y a quelques ann6es A peine,
les Boers, don't la plupart s'entendent beaucoup mieux A
manier le fusil que la plume, avaient des l1gislateurs du
meme acabit. Le chef de l'Etat 6tait un pasteur, soldat
come les autres, et l'on consommait fort peu d'encre an
delA de la rivibre Orange. Braves gens, au demeurant,
mais fort grossiers, communs, ignorants, sans d6sir aucun
de monster A 1'Nchelle social, quand ce n'aurait Wth que de
quelques echelons.
Aujourd'hui, je le r6pete, la classes des cultivateurs ne
forme plus la totality de la population : des avocats, des
m6decins, des homes de lettres, des journalists s'y
r6pandent; on commence A publier des revues, des statis-
tiques agricoles, des notes sur l'levage, des relevos du
rendement par district, tous documents qui repandent '6-
mulation entire fermiers. Le Parlement a maintenant un
journal official oA chacun des sujets peut suivre les debats
du Volksraad. On a frapp6 au Transvaal de la monnaie et
des timbres. Ils repr6sentent un 6cusson en trois parties :
un lion couch et un chasseur occnpent le haut; un chariot
a boeufs d6tel0, le bas; au centre, une petite ancre; de
chaque cote, trois drapeaux et, surmontant le tout, un aigle
les ailes ouvertes. Une banderole sous l'ecusson porte les
mots : Eedract maakt magi (I'union fait la force); au-des-
sus, le titre de : Z. Afr. Republic.







s0 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
En general, le Boer est grand, solide, bien d6couple. II
a le type anglo-saxon ou francais, selon la couleur des
cheveux et des yeux. Les N6erlandais sont des blonds
fades; leurs yeux bleu clair, leur barbe rouge font con-
traste avec le type brun des anciens huguenots.
..... Interrompons-nous un instant pour voir oh en est le
coach. A dix heures du soir, grace A un orange tres violent
accompagn6 de torrents d'eau que le ciel nous envoie,
nous jouissons, dans une auberge de Christiania, d'un
repos bien gagn6. Le tonnerre accompagne les jurons du
Hottentot cocher qui craint une amende s'il arrive en retard,
cet arrAt n'6tant pas pr6vu par le r6glement.
Ce d6licieux orage nous donne une heure et demie,
pendant laquelle nous prenons un peu de nourriture.
a Soyez tranquille, dit M. M... pour nous rassurer, le
cocher rattrapera le temps perdu. Quelques coups de
fouet de plus, et nous serons A Klecksdorf A l'heure re-
a glementaire. n
Le pays est magnifique. La parties du Transvaal fravers6e
depuis la frontiere est admirable. De grandes prairies A
perte de vue, quelques fermes assez rares, depuis que
nous avons quitt6 les jolis endroits qui bordent la rivibre
Vaal. Mais s'il y a pen d'habitants, il y a 6normBment de
gibier. De petites antilopes s'enfuient au bruit de la lourde
voiture et, galopant dans la plaine, disparaissent soudain
dans les taillis. Des vols de perdreaux et de cailles parent
sous les roues, tandis que des khoovans (outardes), A la
demarche noble et lente, s'l6oignent A notre approche,
comme s'ils ne voulaient pas nous voir passer.
Dans d'autres endroits, plus rares et toujours seuls, des
serpentaires se livrent A leur bienfaisante occupation. Des
oiseaux d'Europe, alouettes, pinsons, chardonnerets, jetant
partout la gaiet6 et le bruit, fuient A tire-d'aile tandis que
nous approchons A toute vitesse.






DU CAP AU LAC NYASSA. 51
L'orage terminA, c'est-A-dire vers minuit, nous reprenons
notre fatigant voyage. L'obscurit6 est profonde, et, malgr6
les deux lanternes de la voiture, je me demand comment
les chevaux ne s'abattent pas A cette allure, galopant dans
les t6nebres, au milieu de terrains trWs accidents, quand
on les compare A nos routes carrossables.
Mais nous continuous A sauter, A glisser dans tous les
sens, A nous cramponner, comme pendant toute la journbe.
*. Christiania, nous avons achet6 de quoi attacher solide-
menm io- bagages aux banquettes, de facon A ne pas avoir
A nous en .accuper : ils sont ficel6s 6troitement. Que n'a-
vons-nous pu .n faire autant pour nous-mdmes!
Comme I'intern. ir de la voiture est completement
plong6 dans I'obscurne, nousessayons, pour nous distraire,
de suspendre tine lumiirt au plafond : apres une foule de
tentatives infructueuses, la bougie en arrive A supporter
tant bien que mal les cahots, grAce A de nombreuses ficelles
rayonnant comme une toile d'araignee; mais un coup de
vent, que nous n'avions pas prevu, nous replonge dans
les t6nebres.
Pendant que les roues 6claboussent l'int6rieur de la voi-
ture en passant dans les flaques du parcours, nous essayons
de reprendre la conversation, tout en nous essuyant la
figure de temps en temps.
Que ne fait-il jour? Je verrais la physionomie de mes
compagnons. Chaque fois que nous tentons de frotter une
allumette, aussitdt zoulhte ,ar le vent, sa lueur passag6re
nous montre des figures crott6es, des faux cols constelles
de boue, des vOtements A 1'avenant, et on se tord de rire,
tout en continuant A tressauter A chaque tour de roue. -
Klecksdorf, grand village, deux minutes d'arrt : personnel
ne descend!
Aprbs Klecksdorf, le pays devient accident, nous mon-
tons des c6tes A un galop dElibbr6, et les descentes se







52 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
font sans l'aide des chevaux. Nous d6gringolons dans les
vall6es par notre propre poids! L'attelage fruit devant, les
traits flasques, semblant reprendre haleine; tout le monde
a l'air enchant6, et je fais comme tout le monde, puisque
nos lois de la pesanteur et de l'6quilibre ne sont pas
usities dans l'autre hemisphere! Le grand esprit d'indb-
pendance qui.souffle ici a diu affranchir, sans doute, de
toutes ces conventions!
Depuis la derniere station-eclair, le pays est peuplL.
Beaucoup de fermes et de betail. Des cibles dans tous les
endroits plats. De temps en temps, des cavaliers don't la
position est tres correct : on sait monter dans ce pays.
Plus de gibier; quelques squelettes de chevaux ou de
bhufs jalonnent les routes suivies par les chariots.
Pour la premiere fois je vois quelques-uns de ceux-ci en
march : je ne les avais qu'apercus, sur le march de Kim-
berley. On y attelle de quinze a vingt bceufs, au moyen de
jougs doubles tenant A une longue chaine passe entire eux
et se reliant au v6hicule. Ces wagons, comme on les appelle
ici, portent ju3qu'A cinq tonnes de chargement.
Le bullock-wagon est le moyen de transport usit6 dans
toute I'Afrique du Sud; c'est le coach des pauvres, le train
de marchandises de tout le monde. II parcourt en moyenne
une quinzaine de miles par jour, ce qui fait quelque
chose comn:ne seize jours pour franchir les deux cent cin-
quante miilc, qui s6parent Kimberley de Johannisburg et
que nous allon3 mettre A peine cinquante-cinq heures A
parcourir. N'c.npeche qu'on est souvent bien heureux
d'avoir seulement un chariot A boeufs, comme on le verra
plus tard, car j'aurai a en revenir A cet utile vehicule.
Bassop, petit village, douzibme relais : deux minutes
d'arret : personnel ne descend! Avec ces tableaux de pay-
sans blanks et la temperature qui baisse de plus en plus,
nous avons tout a fait Pillusion que nous faisons un tour







DU CAP AU LAC NYASSA.


en Belgique ou dans les Pays-Bas, emmenes par une dili-
gence don't les chevaux ont pris le mors aux dents.
A Potchefstroom, ville principal du Transvaal, treizibme
relais, vingt minutes pour le diner (ready hot) : c6telettes
de mouton fig6es dans la graisse glace, cuites au moins
depuis une heure, pommes de terre saut6es au suif, 6gale-
ment froides, soupe sucr6e et frapp6e, cafe ou th6 froid au
choix (ci : 3 schellings 6 pence), et en voiture!
Je ferai remarquer qu'il y a quarante heures que nous
roulons, et que l'on ne doit nous laisser dormir qu'A des-
tination. I1 n'y a d'ailleurs aucune crainte de succomber
au sommeil pendant le trajet. I1 est sans example que ce
fait se soit produit.

Mais laissons un instant nos destinies aux mains experi-
ment6es du cocher et pensions un peu aux indig6nes du
pays. Si je n'en ai pas encore parl6, c'est que je n'en ai
presque pas apercu. Dans les territoires que nous venons
de traverser, on a, en general, l6oign6 la population negre
en gardant tout just le nombre de noirs indispensable
aux besoins du pays, auxtravaux publics, aux cultures, etc
La plupart de ces travailleurs sont des strangers; ils
viennent s'engager pour six mois ou un an et retournent
ensuite dans clur pays. Quel est ce pays?
Aujourd'hui que 1'Europ6en envahit tout et s'empare
l'un apres l'autre de tons les coins du territoire, il reste
fort peu d'ltats libres appartenant A des tribus noires.
A peu pres ind6pendants, quoique sous l'eil protecteur
de l'Angleterre, nous en trouvons quatre : les Bassoutos,
qui ont un chef et un gouvernement a eux et forment un
people travailleur et trWs guerrier; les Griquas de 1'Est et
les Pondos, qui sont A peu prbs dans la meme condition;
enfin, sur les frontieres du Kahalari, un grand nombre de
tribus b6chuanas qui forment le quatrieme group.






54 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

Quoi qu'on en dise, et en depit de la teinte rose (couleur
de l'annexion) que l'Angleterre leur donne sur ses cartes,
les derniers Zoulous, les Swazis et les Namaquas du Sud
sont vraiment libres et independants.
Le Zoulouland et le Swaziland sont, dans l'Afrique du
Sud, les derniers restes du territoire conquis autrefois par
les Zoulous venus du Nord.
Le d6membrement continue de la grande famille cafre
et son fractionnement en diff6rentes tribus furent une con-
sequence des lois et des usages curieux du pays. J'essaye-
rai tout a I'heure de le montrer. Mais, auparavant, je suis
oblige de m'interrompre un instant pour signaler, en ma
quality de narrateur fiddle, une rencontre extraordinaire
que nous venons de faire.
Apres le dix-septieme ou le dix-huitieme relais et le
sixieme diner (tout chaud), je ne me rappelle plus au
just, nous apercevons sur la route, aupres d'une ferme,
un chariot a beufs tout dor6, dGcore de guirlandes, por-
tant au lieu de la toile de tente traditionnelle une veri-
table habitation 6galement doree et attelM de beaux bceufs
d'un blanc de neige, aux harnais magnifiques, au joug
d'or, le tout entrevu dans un 6clair.
Cette apparition feerique nous cause naturellement
quelque surprise : serait-ce quelque noble Boer voulant
6craser ses concitoyens sous son luxe? Est-ce le bullock-
wagon du president de la R6publiquie?
On nous apprend que c'est le celebre m6decin, chirur-
gien, dentist, oculiste, pedicure, Mlectricien, magnetiseur,
somnambule anglais Sequah, qui guerit toutes les mala-
dies et opere des cures merveilleuses.
Quel dommage de n'avoir pu consulter le grand homme
sur le moyen de soigner nos contusions et d'en 6viter de
nouvelles! A sa place, j'aurais donn6 une drogue aux che-
vaux, certain que les voyageurs en ressentiraient les effects.








DU CAP AU LAC NYASSA. 55

Mais, comme au Juif errant, il nous est d6fendu de
nous arreter.
Enfin, A onze heures du matin, entr6e A fond de train
dans Johannisburg. Encore un saut devant le a booking
office n, oh tous les chevaux sont arretes net sur les jar-
rets : vingt-sixibme et dernier relais!
Je me pr6cipite A I'htel, je demand une chambre et
un lit; je me couche imm6diatement, ayant quelque pen
besoin de repos depuis cinquante-quatre heures (deux
jours et demi et deux nuits) que nous sommes secou6s
sans avoir pu dormir!
Aprbs un sommeil reparateur de trente heures, je pose
le pied dans les rues.
Johannisburg est une ville extraordinaire : il y a cinq
ans, on ne voyait sur son emplacement que quelques
tentes de diggers en plein desert; aujourd'hui, on y
compete trente mille habitants, don't douze A quinze mille
Europ6ens, Anglais et Boers, et elle prend place imm6dia-
tement aprbs la capital, Pretoria.
Elle a de large rues, auxquelles il manque encore Ie
pave, et des monuments d'une architecture fantaisiste,
comme ceux que j'ai dbjA signals au Cap, avec leurs
tourelles en miniature et leurs clochetons. La plus grande
parties des habitations sont form6es de feuilles de zinc
clou6es sur des chassis de bois. Ces maisonnettes n'ont
qu'un rez-de-chauss6e et ne sont que provisoires.
Comme au Cap, aussi, partout des tramways et de la
lumibre Mlectrique. II faut avouer que nous sommes joli-
ment en retard A Paris, avec notre gaz. Toutes les villes
neuves de 1'Afrique du Sud ont la lumibre 6lectrique, le
telephone, I'eau en abondance. I1 y existe, en revanche,
une regrettable lacune, on plut6t il n'y existe pas ce buen-
retiro indispensable A I'humanit6 que les Anglais d6signent
sous les initials IV-C (cela veut dire warm et comfortable).







"56 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
11 manque totalement A cause de l'absence d'6gouts: on
n'a pas encore eu le temps de creuser ceux-ci; ce serait
pourtant aussi urgent que le telephone.
II y a meme, A Johannisburg, une salle de spectacle
improvise, o& nous allons entendre Madame Favart, en
anglais. Je ne puis affirmer que les finesses de notre
languc aient Wth traduites dans celle de Walter Scott, ni
que les mots d'esprit p6tillent dans la piece; mais les
acteurs sont reellement tres bons et les deux premiers
rbles parfaitement joues. On a pudiquement change ou
voilk le sens de toutes les phrases un peu lestes; mais
nous sommes A Johannisburg : ne nous plaignons pas.
J'ai oubli6 de mentionner qu'A Kimberley nous efimes
une on deux representations thMAtrales donn6es par une
troupe de passage, la Butterfly Company Le premier
soir, nous vimes un magn6tiseur qui devinait les pensees
en passant les mains sur le front du patient. Sur dix
experiences, il s'est tromp6 au moins onze fois, ce qui lui
valut des vociferations et une pluie de projectiles des
plus divers. Le lendemain, un drame anglais (The Bells
of... je ne sais plus quoi) nous forcait a tirer nos mou-
choirs et A pleurer d'attendrissement sur le sort d'une
malheureuse mere A qui on a tu6 ses onze enfants et qui
interc6dait pour le douzieme, lequel n'6tait pas encore n6.
11 fait ici une temperature tres basse pour I'Afrique.
Le jour de notre arrive, le verglas couvrait les environs
et le thermomktre marquait un degr6 au-dessous de z6ro.
Johannisburg est le point culminant du plateau qui
commence A Kimberley et don't I'altitude augmente insen-
siblement. La deuxieme ville du Transvaal est sitube
A 1,800 metres, tandis que Kimberley n'est qu'a 1,460,
metres.
Les points culminants sont : au Griqualand-West, Pok-
wane (1,400 metres) et Christiania (1,406); dans 'Etat







DU CAP AU LAC NYASSA. 57
libre, qui n'est qu'un plateau comme le Transvaal, Bethune
(1,465), Philopolis (1,534), Bloemfontain (1,580), Thaba-
Nichou (1,750); enfin, an Transvaal, Bloemhof (1,483),
Pr6toria (1,540), Potchefstroom (1,600), Standerton
(1,768), Heidelberg (1,800), Utrecht (1,465).
Ces chiffres, pris A tous les points du territoire, d6-
montrent d'eux-memes l'existence du plateau, ou on arrive
en venant du Cap et don't les premieres courbes commen-
cent aussit6t qu'on entire dans les ramifications des months
Nieuweveld.
Vers le sud-ouest, m&me progression : le dernier point
saillant du plateau est Newcastle (1,367); on descend en-
suite brusquement vers Pietermaritzburg, qui ne se trouve
plus qu'A 670 metres.

Depuis quelques jours, nous ne foulons plus le sol des
mines de diamants; nous sommes ici sur des mines d'or.
Nous allons de nouveau, mes compagnons et moi, en-
dosser le costume de mineur et descendre, grace A des
permis d'autorisation en regle, dans une des principles
mines d'or de Johannisburg, celle de M. Robinson.
Johannisburg est situ6 sur une eminence autour de
laquelle on n'apercoit que cheminaes d'usines, labora-
toires, machines d'extraction, etc. La configuration du
terrain, autour de Kimberley, ne permettait pas d'y avoir
ce spectacle; mais ici la ville domine tous les environs.
La mine Robinson est situee A environ vingt-cinq
minutes. Un ingenieur est mis A notre disposition avec
beaucoup d'amabilit6, et deux on trois personnel nous
accompagnent.
Des que nous sommes en travesti, on nous donne A
chacun une longue bougie, et la procession se met en
march vers l'ascenseur. Ce n'est plus un plan incline,
come A Kimberley, dans les premiers Mtages :ici, nous







58 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
descendons verticalement, ce qui produit une sensation
analogue A celle que I'on 6prouve lorsque le sol vous man-
que tout A coup sous les pieds. La flamme des bougies
change 6galement A vue d'oil.
A quarante-huit mbtres, nous visitors la premiere gale-
rie. L'exploitation de for ne se fait pas ici par la mnthode
hydraulique, comme en Californie; on n'a pas affaire A
des graviers auriferes, mais bien a du quartz trEs dur, et
la dynamite doit venir en aide aux pies pour les grosses
masses a detacher.
Ce quartz est du genre dit aurif6re normal, et son trai-
tement est bas6 sur l'amalgamation. II content de for
renferm6 dans de I'oxyde de fer; le mineral content 6ga-
lement de 'argent.
Les galleries sent ici continuellement soutenues par des
taiss en bois au fur et A measure que le travail advance. De
plus, il se produit des infiltrations fort desagreables, qui
augmentent avec la profondeur. A quarante-huit mitres,
il fait humide et froid; A soixante-douze, 1'eau suinte le
long des murs, et on patauge dans la boue; A quatre-vingt-
sept, il pleut A verse, et il y a un pied d'eau; A cent vingt-
deux metres, on est dans 'eau jusqu'au venture, et on recoit
des torrents sur la tfte.
Cette promenade mi-aquatique est assez malsaine par
la temperature qu'il fait. Dans ces galleries, on a pourtant
beaucoup moins froid qu'au dehors; mais je plains les
pauvres diables qui ont A travailler ainsi dans l'eau toute
l'annee, malgr6 les pompes qui n'arretent ni jour ni nuit
et don't le jeu est double en cas d'avarie
Ceux qui travaillent dans les galleries les plus profondes
sont beaucoup mieux pays, ce qui n'emp&che pas un
grand nombre d'entre eux de mourir de fluxions de poi-
trine.
Ici, point de, compound ni de u searching visit Les






DU CAP AU LAC NYASSA.


noirs recoivent des logements ou ils sont libres entire les
heures de travail. Une cloche les appelle. Comme on tra-
vaille jour et nuit, il y a deux 6quipes qui se relevent.
M. Robinson compete substituer sous pen an travail
manuel le puissant et rapide auxiliaire fourni par la vapeur
pour l'extraction du mineral.
Apres avoir parcouru pendant plus de deux heures les
travaux souterrains (j'allais dire sous-marins, en raison
du bain prolong6, apr~s nous 6tre trains A plat venture
dans les nouveaux tunnels et avoir grimp6 dans des fissures
pour examiner le reef on filon aurifere, nous respirons de
nouveau I'air pur du dehors.
En sortant de la mine, nous allons visiter les moulins
A or, machines assez compliqubes qui m6ritent deux mots
d'explication.
AprBs l'extraction, le quartz aurifere passe par plusieurs
manipulations qui ont pour but d'en extraire le pricieux
m6tal, aussi vite que possible et en en perdant aussi peu que
possible.
Le moulin A or ou stamp-mill actuel, avec ses derniers
perfectionnements, remplit ces conditions, tout en redui-
sant au minimum le chiffre des dtpenses.
Les operations principles sont le concassage, le bocar-
dage, I'amalgamation, enfin la distillation et la fonte. Le
concassage (crushing) a pour but de preparer le mineral
pour le bocardage. Le concasseur, apparel trWs puissant,
brise le quartz en morceaux 6gaux don't on peut regler la
dimension A volont6. Ces fragments sont ensuite trans-
portes automatiquement et verses dans les bocards de dis-
tribution appel6s orefeeders, qui reglent la quantity A
recevoir par chaque batterie.
Les bocards sont des pilons en acier ou en fonte battant
sur des enclumes ou des, dans des mortiers. Is sont mus
par la vapeur, avec une rkgularit6 merveilleuse, au moyen








60 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
de cames monthes sur tin arbre en rotation, Icsquelles les
soulevent et les laissent retomber A chaque tour de roue.
Ils se meuvent alternativement de facon que leur action
soit isol6e sur une certain parties du mortier.
La rangEe des pilons qui travaillent dans le m&me mor-
tier s'appelle une batterie; selon 'importance de la mine,
il y a une on plusieurs batteries. Dans l'exploitation auri-
fbre que nous avons visitee, il y en a six on sept de dix
bocards chacune; un board pbse en moyenne trois cent
cinquante kilogrammes.
Immediatement derriere la batterie, sont l'orefeeder on
distributeur automatique du mineral et les conduites d'eau;
ils versent dans le mortier la matiere et le liquid en pro-
portions convenables pour que le travail des pilons pro-
duise une pate ou pulpe.
L'amalgamation, q-1 a pour but de s6parer I'or pur des
sulfures et autres corps strangers qui y adherent, com-
mence dans les mortiers et se termine sur de grands pan-
neaux places en pente, imm6diatement au-dessous de la
batterie.
Ces plaques d'amalgamation, comme on les appelle,
sont en cuivre argent a la galvanoplastie et frottb avec du
mercury. Elles out le don de retenir contre leur surface
les parcelles d'or pur 6galement melang6es de mercure, et
elles les y maintiennent A une 6paisseur de quelques mil-
limetres, si le courant d'eau n'est pas trop violent.
An moment oi les batteries recoivent le mineral et f'eau,
on y verse 6galement, A doses trks rsguliEres, une petite
quantity de mercure pur. Cette operation est assez deli-
cate : il ne faut ni trop, ni trop peu de vif-argent.
Le mercure m6lang6 A la pulpe isole peu A pen les par-
celles d'or de petite taille; son poids sp6cifique 1'entraine
alors, et ses particles se rejoignent au milieu du liquid,
ou il se depose avec sa pr&6ieuse collect sur les plaques







DU CAP AU LAC NYASSA.


d'amalgamation qui le retiennent centre les parois du
mortier.
I1 laisse n6anmoins beaucoup d'or encore dans la pulpe,
et notamment les grains trop gros pour adh6rer aux pla-
ques; 1'eau, en dissolvant la pulpe, l'entraine au dehors
sur d'autres plaques d'amalgamation beaucoup plus grandes,
ayant A peu pres trois metres sur un metre cinquante, od
l'or et le mercure continent A se, dposer. La pente des
plaques est douce (environ cinq pouces anglais par yard,
c'est-a-dire douze A treize centimetres par metre).
On imprime aux plaques d'amalgamation, au moyen
d'un m6canisme ing6nieux, un movement analogue A
celui du pan entire les mains du laveur d'or, c'est-A-dire un
leger va-ct-vient lateral, pendant que l'eau entraine douce-
ment, A leur surface seulement, les matiBres sableuses
inutiles.
Les d6p6ts qui adherent aux plaques d'amalgamation
sont enleves, chez M. Robinson, apres chaque periode de
quinze heures de travail. Pour cela, on gratte la plaque
avec des morceaux de cuir. L'amalgame recueilli sur
l'angle du grattoir est port au laboratoire. La pulpe d6-
laybe repasse ensuite encore une fois dans un apparcil dit
concentrator, qui est destine A recueillir sur ses bandes de
caoutchouc, continuellement en movement, les parccllcs
d'or qui ont 6chapp6 aux plaques d'amalgamation. Dans
cc dernier travail, le.mercure n'est pas utilise; on vise
plutit A recueillir les parties auxquelles il n'a pu s'allicr,
c'cst-A-dire les sulfures et autres matieres minerales com-
binces avec l'or. Les residus sont jets ensuite, ct les d6-
p6ts recueillis dans l'appareil sont joints A ceux des plaques
d'amalgamation pour passer par deux dernieres operations.
Les stamping mills marchent, comme je l'ai dit, jour et
nuit A Johannisburg. La nuit, A lalumikre dlectrique, c'est
un imposant spectacle : les volants 6normes tournent, les






62 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
nombreux pilons 6branlent le sol, pendant que les grands
panneaux remuent lentement; tout cela dans un immense
hall, cribl6 de roues, de tuyaux et de courroies en mouve-
ment et 6blouissant de lumiere comme une salle de bal,
ainsi qu'il convient lorsque l'industrie, le travail et le ginie
human recoivent, A son entr6e dans le monde, Sa Majest-
I'Or. N'est-ce pas le grand niaitre de l'univers, le point de
mire de l'Humanit ?.....
Au laboratoire, on commence par m6langerl'amalgame
avec une grande quantity de mercure pour carter, en les
faisant flotter, les derniers corps strangers. Puis on pro-
cede A sa distillation dans des cornues en fonte, operation
qui a pour but de vaporiser le mercure qu'un filtrage
pr6alable a W6t impuissant a enlever.
Enfin, le rbsidu des cornues est fondu dans des creusets
et mis en barres. Ces barres d'or pur sont du plus joli
effet; leur forme affected exactement celle des tablettes de
gros chocolate de manage. Chacune d'elles pese environ
deux kilogrammes. Je connais bien des gens qui voudraient
une tasse de ce cacao-la, sauf A ne pas l'avaler!...
Pour terminer ces details sur l'exploitation, je dirai que
le produit du laboratoire est confiU A un coach, escort d'une
garde arm6e, lequel porte I'or en barres A Kimberley; de
1a, il est envoy au Cap, d'oh il parvient sur les marches
d'Europe.
II ne faut pas croire que l'on soit parvenu aujourd'hui
A retire tout I'or contenu dans le quartz. On en perd beau-
coup, au contraire, soit parce qu'il est m6lang6 de pro-
duits chimiques qui 6chappent A l'action du mercure, soit
qu'on n'ait pas encore atteint la perfection dans I'outillage.
On Value la recolte de I'or A environ 80 pour 100 de ce
que content en realit6 le mineral.
Les soixante bocards de la mine Robinson pilent, par
vingt-quatre heures, 200 tonnes de mineral. La moyenne






DU CAP AU LAC NYASSA. 63

du rendement de la tonne de mineral est d'une once et
demie d'or. Cela fait, par mois, un travail moyen de
6,000 tonnes donnant 9,000 onces.
Au prix moyen de 75 schellings l'once (environ 94 francs),
cela fait 846,000 francs brut. Les frais mangent A peu pres
la moiti6 mettons 400,000 francs. Reste un b6n6fice
net, bien defini, de 446,000 francs par mois, ou pres de
5 millions et demi par an.
Les bonnes mines d'or sont decidement une bonne affaire.
J'ai trouv6 inutile de visiter d'autres mines A Johannis-
burg, attend qu'elles sont toutes travaillees de la meme
facon. La seule difference est dans leur situation plus ou
moins avantageuse au point de vue de la distribution des
eaux et de la profondeur des galleries atteignant le reef ou
filon : celui-ci semble atre le mAme partout.
De nombreuses mines de carbon alimentent sur les lieux
mgmes, A l'aide de chemins de fer Decauville, tons les
centres d'exploitation des mines de diamants et d'or. Les
principles sont : au Cap, celle de Jamestown; dans l'ltat
libre d'Orange, Kroonstadt et les gisements des bords du
Vaal, pres de Helbron; dans le Natal, Newcastle et Dundee.
Enfin, au Transvaal, il existe deux mines de houille tout
prAs de Johannisburg, une A Midleburg, d'autres A Wac-
kerstroom et A Utrecht.
La nature a exceptionnellement dote ces regions en met-
tant ainsi le carbon A cA6t des machines. Mais 1A ne s'est
pas arrethe sa genbrosit6, elle leur a donn6 d'autres min6-
raux : c'est ainsi que le Cap possede une mine de cuivre
(Port Nolloth), et qu'au Transvaal treize gisements sont
connus, en dehors de ceux de Johannisburg : dix de cuivre,
deux de plomb, un de fer.
C'est la richesse partout. Tout le monde y est possede
de cette fibvre de I'or qui caract6risait, raconte-t-on, les
mineurs californiens d'autrefois. Johannisburg, comme







64 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

Kimberley, sont de veritables cites fourmilieres. I1 y regne
une agitation, une activity tout A fait exceptionnelles. En
Europe, dans les grands centres miners, oh la population
ouvriere est en nombre, j'ai bien vu une foule press6e,
affaire, des figures pr6occupbes, des gens cherchant le pain
du lendemain, parfois aussi, h6las! celui de la veille;
mais dans les centres d'affaires de I'Afrique du Sud, tout
a un autre aspect: c'est bien la meme agitation, le mdme
movement; mais l'ambition se lit sur toutes les figures.
Ici, oa chacun gagne l'or en abondance, on en est telle-
ment repu, qu'il n'a plus de valeur. J'ai souvent fait 1'exp6-
rience qu'une livre sterling a autant d'importance, dans
ces pays, qu'un simple shelling at home; on n'entend ja-
mais parler de cette menue monnaie : les paris se font par
livres sterling,. les achats par livres sterling; les conversa-
tions ne roulent que sur des centaines et des milliers de
sovereigns.
II n'y a pas jusqu'aux modestes aubergistes qui ne veuil-
lent transformer leur industries en mine d'or : les pau-
vres voyageurs, selon le mot anglais, sont charges d'une
facon lamentable : c'est 20 bobs (schellings) par jour, sans
computer les extras. Voici un apercu des prix notbs sur mon
carnet: un cigare, 1 bob; cinquante carambolages, 2 bobs;
caf6, 1 bob; service, 3 bobs; le clarette melangee chimique
contraire A la sant6 portant 1'Ntiquette d'un cru de Bor-
deaux, g86nralement agr6ment6e de fautes d'orthographe),
6 bobs; un escabeau de hangar (lisez fauteuil num6rot6)
pour Madame Favart, 15 bobs; une absinthe (cela se
trouve mgme A Johannisburg), 2 bobs; commissionnaire,
2 bobs, etc., etc., et cela s'embob...ine si bien que le soir
on a dbpens6 150 francs sans avoir commis le moindre
excbs.
On ne peut se ruiner pour des danseuses, car il n'y a pas
encore d'op6ra ni.de thb tre, mais cela viendra probable-







DU CAP AU LAC NYASSA.


ment avant les W-C Actuellement, il d6barque A chaque
instant de charmantes bar-maids, gcneralement Anglaises,
qui sont les seules representantes du beau sexe europ6en,
si j'exclus les dames boers, que l'on ne voit jamais. Les
bar-keepers ont trouvb ce moyen de se faire concurrence :
ils mettent derriere le zinc une jolie fille assez 6veillbe et
alert pour rire et plaisanter avec les clients, sans perdre
de vue le d6bit de boissons, et l'on s'bcrase litteralement
dans leurs 6tablissements. Les bar-maids vous font payer
n'importe quelle consommation un sov (livre sterling), avec
leur sourire ddlicieux, leurs dents et leur figure ravissantes;
et nous, imbeciles! nous nous laissons faire, comme si
c'6tait A nous et non A notre bourse que ce sourire s'adres-
sait.
Avant de commencer mon voyage vers le Nord, j'avais
besoin de m'approvisionner. II me fallait, entire autres
choses, une grosse quantitA de conserves alimentaires. Je
visitai a cet effet plusieurs magasins, afin de m'informer
des prix, pr6voyant d6jA qu'il en serait des marchands de
conserves comme des hoteliers et des bar-keepers. Je vis
que je ne m'6tais pas tromp6 : ayant presque autant de
pr6tention que leurs confreres, les ipiciers en gros avaient
tous des prix inabordables, des prix d'objets pricieux plu-
tOt que de products alimentaires. Et, par-dessus le mar-
ch6, il se pouvait que ce fussent des antiquit6s, attend
qu'on vend peu de conserves A Johannisburg!
Craignant qu'on ne cherchAt a m'ecouler de coiteux ros-
signols, je dbcidai d'aller m'approvisionner au Natal, ce qui
me permettrait de voir cette colonies, bien qu'elle fdt en
dehors de ma route. Je pouvais trouver A Durban, a des
conditions tres raisonnables, une foule d'objets dontj'avais
besoin, ainsi que mes approvisionnements de bouche.
A cette 6poque, d'ailleurs, les details de mon itineraire
future n'6taient pas encore, arrrts; je voulais attendre







66 A TRAVERS L'AFRIQUE CEXTRALE.
mon arrive A Pretoria pour consulter les gens d'expe-
rience sur le meilleur chemin A suivre.
Neanmoins, je r6solus de me rendre an Xatal sans
m'l6oigner davantage, puis de revenir au Transvaal avec
tout mon materiel de voyage, sachant bien d'ailleurs -
l'avance ce qui m'6tait n6cessaire pour le parcours que
j'avais a accomplir, quel qu'en fdt I'itineraire special.
Les frbres Beddington se rendant A Pretoria, nous nous
s6parames apres cette premiere parties du voyage, ct pen-
dant longtemps je n'entendis plus parler d'eux. Deux ans
plus tard, au lac Nyassa, j'appris qu'ils 6taient rentres en
Europe fort contents de leur excursion cyn6getique.
J'aurai encore occasion de reparler du Transvaal a mon
retour de Pr6toria : je crois qu'il est peu de pays nouveaux
aussi int6ressants, A tous les points de vue, que les deux
R6publiques boers. J'ai essay de les depeindre rapidement,
faisant ressortir, autant que j'ai pu les voir, leurs princi-
paux traits caract6ristiques.
L'originalit6 du Boer tient A ce qu'il a conserve fort pen
des moeurs europeennes, tout en s'6tant cre6 en Afrique
des habitudes d'homme blanc : il est A la fois soumis et
ind6pendant, fier et indifferent, nonchalant et actif, bon
et cruel, si on I'observe dans sa vie quotidienne; 6tant son
seul maitre, il n'accepte son gouvernement que sous toute
reserve. I1 s'est produit des cas oa I'enthousiasme a failli
l'emporter sur l'habitude, lorsque, par example, les Trans-
vaaliens faillirent se donner un maitre; mais je crois qiie,
si ce dernier avait Wt& 6lu, il n'eit pas regn6 longtemps,
peut-6tre le temps n6cessaire A le detr6ner, une fois 'en-
thousiasme refroidi.
Les Republiques don't je parole ont pourtant un malheur :
c'est leur situation A l'int6rieur des terres, sans debou-
ch6s ni port de mer ind6pendant, inconvenient si grave
que, bien qu'il soit le seul, je crois, A s'opposer A leur








DU CAP AU LAC NYASSA. 67
developpement, il amenera A bref delai la perte de I'in-
dependance boer, dkji fortement entamee. Aucun autre
point noir ne menace laprosperit6 future de ces pays, mais
celui-ci est de nature A causer leur perte.
Jusqu'A present, quoiqu'ils voient venir I'orage, ils ne
semblent pas chercher A se mettre A l'abri. Quand ils s'y
d6cideront, il sera peut-6tre trop tard.















CHAPITRE IV


Les indignes. Les Hottentots et leurs femmes. Coolies. -
Malais. La vicille Cafrerie. Son 6tendue; ses anciennes
tribus. Population. Les Cafres-Zoulous: un mot sur leur
origin et leurs conquAtes. Les Matabldes. La guerre
anglo-zoulou. Annexion du Natal. D6membrement de la
Cafrerie. Laugues. Mceurs cafres. Lois, usages, nourri-
ture, costume. Le Cafre compare au noir de Guinde. -Suite
de mon voyage. En coach. Un repos a l'h6tel. Le che-
min de fer du Natal. Durban. Pietermaritzburg. Retour
decide par le Zoulouland. Transport de mes bagages A Vic-
toria. Description d'un chariot a beufs.


11 est difficile de traverser ces pays nouvellement con-
quis A la civilisation par le progres, sans se preoccuper
de ce que sont devenus les indigenes, ces premiers occu-
pants du territoire qu'on a chassis ou detruits.
L'Afrique du Sud a suivi la loi commune, mais avec
quelques differences. Dans tout l'immense continent afri-
cain, la civilisation opere des transformations ; A la vie par
trop simple de l'indig8ne, elle substitute le confort et le
bien-6tre relatif don't elle a besoin; elle construct des villes,
des chemins de fer, des points, des aqueducs; elle fouille
les mines, coupe les forts et jette partout cette anima-
tion qui 6mane directement du besoin de gagner sa vie, en
dehors de la vieille Europe, d6sormais trop 6troite pour ses
enfants. De l1 sont n6s le commerce et I'industrie.
Nulle part encore, je n'avais vu la civilisation chasser







DU CAP AU LAC NYASSA.


I'indigene : loin de 1h, elle le conserve et essaye de le
rendre meilleur... ou pire. (Les opinions different sur ce
point; personnellement, je penche pour le dernier terme.)
Elle 1'assimile, le forme A ses travaux, fait de lui un auxi- r
liaire utile et essaye d'encourager son immigration au lieu
de 1'Mloigner.
Dans 1'Afrique australe, j'ai remarqu le contraire : le
climate 6tant aussi temphr6 et plus r6gl6 que celui de l'Europe
du Sud, on n'a pas besoin de l'indigene, comme sous les
tropiques, o 1l'Europeen n'est bon i rien. On se passe du
noir, on l'Ncarte : le goft des ventures, le manque de tra-
vail, la misere, suffiront amplement a peupler 1'Afrique
australe dans un temps peu loign6. Sauf pour quelques '
travaux trWs fatigants et don't la vapeur aura bient6t le soin,
on n'emploie plus le noir; on le maltraite meme tant qu'on
peut.
De ceux qui ont visit les possessions coloniales del'An-
gleterre, personnel ne se laisse plus prendre a ses belles
paroles : les Anglais protegent ostensiblement le noir parce
qu'ils font de lui un instrument de conflict, de tracasserie,
de bdn6fice ou de conqunte, suivant les circonstances : au
fond, ils le meprisent beaucoup plus que n'importe quelle
autre nation. Les Hollandais font de meme. Aujourd'hui,
dans les pays en voie de civilisation, le nom du noir est
toujours alli6 6troitement au chambuck (fouet en cuir d'hip-
popotame). Si on ne lui dit pas precis6ment de s'en aller,
on lui fait bien comprendre qu'il n'y a plus grand espoir
pour lui dans le pays, et que sa derniere case tombera un
de ces jours pour faire place au blanc.
Aussi a-t-il deja quittA les grandes villes et leurs envi-
rons; il quittera bient6t le pays tout entier. Actuellement,
la majority de la population noire consiste en Bassoutos
ou Bechuanas qui viennent du voisinage; les gens de cou-
leur plus claire sont les Hottentots (il y en a encore un







70 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
grand nombre dans le pays; c'est meme, je crois, tout ce qui
en existe), les coolies des Indes et les Malais.
Les Hottentots ont encore des villages entiers dans la
colonies du Cap o0 ils vivent comme autrefois. On les y
garde parce qu'ils excellent A tout ce qui concern les
chevaux et, en general, les attelages. Ils sont nes cochers
et palefreniers et se rendent ainsi tres utiles, A bien meil-
leur march que ne le feraient des blancs.
Leurs femmes sont c klbres. On a beaucoup parlM des
Hottentotes A cause d'une particularity physique qui consti-
tue la beauty chez elles et que nous trouvons peu gracieuse.
Je veux parler d'un d6veloppement extraordinaire du...
has des reins. Cette prominence depasse tellement les
dimensions suffisantes pour s'asseoir confortablement, que
I'enfant, lorsqu'il a un certain Age, se tient debout dessus,
derriere sa mere, les mains appuyees sur les 6paules de
celle-ci et dans la position d'un valet de plate-forme der-
ribre une voiture de gala.
Je r6sumerai les autres caracteres des dames hottentotes,
en disant qu'elles sont laides A faire peur. Les beautis locales
se reconnaissent A un embonpoint excessif, mais elles sont
si mal faites et cette graisse est si mal distribute, qu'elle
donne une impression d'6l6phantiasis gineralis6e.
Toutes ces dames n'ont pas la difformit6 que j'ai
indiquee, -car c'en est bien une. On en troupe de minces
et de maigres, mais elles n'ont aucun succs, parait-il,
dans le monde hottentot.
J'ai visit plusieurs de leurs villages : deux o j'ai fait
une court station, sur notre parcours du Cap h Kimberley,
ct un autre dans le Griqualand West, oh j'ai pass deux
jours avec les freres Beddington. Je n'y ai rien trouve de
bien curieux. Au Cap, la plupart des Hottentots sont ha-
billes et vont pieds nus; les femmes portent des robes multi-
colores et des foulards! Loin de les embellir, ces rvtements








DU CAP AU LAC NYASSA.


les rendent hideuses, avec leur face bouffe, leur demarche
de canard trop gras et le dandinement de leur arrirre-
train. Au Griqualand, au moins, point de costumes euro-
phens. A part tout au plus quelques vieilles vestes chez les
hommes, on n'y voit gubre que le costume on plutbt les
oripeaux nationaux : des peaux d'antilope autour des
reins, de la verroterie au cou et aux oreilles; le torse rest
nu, sauf le soir, ou la temperature ne le permet pas. Tandis
que les hommes font de la culture et veillent aux trou-
peaux de chevaux et de bceufs, on pendant qu'ils chassent,
les femmes vaquent aux soins du manage, allant querir de
l'eau dans des recipients en terre, on dans des coquilles
d'ceufs d'autruche percCes d'un trou circulaire h leur parties
sup6rietre.
J'avaiL achet6 deux de ces dernieres; mais, hWlas! pas
plus que les plaques photographiques et les bouteilles,
elles n'6taient a l'Npreuve des cahots du coach.
En some, les Hottentots non civilis6s sont fort rares;
je crois meme qu'il n'en existe plus. Ceux du Griqualand
que j'ai vus avaient des fusils, faisaient le commerce des
chevaux, connaissaient la valeur de I'argent, et s'ils ne
s'habillaient pas encore, ils n'allaient pas tarder a le faire.
Je ne dirai rien des coolies indiens, attend que je ne
m'occupe que de l'Afrique. Je dois reconnaitre n6anmoins
en passant que ces totes noires ou bronzes, aux longs
cheveux soyeux, si noirs qu'ils paraissent bleus, pr6sentent
des types d'une race dou6e au point de vue de la beaut'
des traits : h en juger par les hommes, les femmes coolies
doivent etre bien belles.
Les Malais, ou du moins ceux qu'on appelle ainsi
aujourd'hui, ne sont pas des originaires de la Malaisie. I1
est possible que leurs ancetres en soient venus, mais
depuis longtemps ils se sont tellement melanges avec les
metis, les Hottentots, les indigenes, les Javanais et les









72 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRALE


coolies, que je laisse aux anthropologists le soin de deil-
nir cette nouvelle vari6t6 de I'espkce humaine. Je constate
seulement que ces soi-disant Malais forment un bon quart
de la population non blanche du Cap. Ils sont habituclle-
ment vktus en mendiants europeens.
Quant aux Griquas et aux Bassoutos, ils appartiennent.
selon une opinion accrcdithe, A une des branches de la
grande famille cafre don't j'ai cherch6 les traces. C'est mal-
heureusement tout ce qui reste d'une immense tribu trbs
puissante, curieuse par ses mceurs et ses origins, don't
les derniers representants, nes posterieurement A l'inva-
sion blanche, sont, comme tons les noirs en general, A
peu pros impuissants a reconstituer leur propre histoire
au delay d'une generation. On ne peut done s'adresser a
eux.
Si nous recherchons dans les archives du Cap du temps
du second Empire (car il a fall A peine trente ans A
l'Europe pour devorer les Cafres) des details sur ce qui
s'appelait autrefois la Cafrerie, nous apprenons que ce
vaste royaume etait born : au nord, par Lourenzo Mar-
quez; au sud, par le Great Fish River; A l'ouest, par une
ligne situee A la meme distance que l'Ocean des months
Drakenburg, appeals autrefois montagnes de Cafrerie. En
d'autres terms, ce royaume embrassait, en 1858, les
territoires actuels suivants : le sud du Transvaal et du
pays de Gaza, Lourenzo Marquez compris, la moiti6 est de
l'Itat d'Orange, le Swaziland, le Zoulouland, Natal, le
Griqualand est, le Pondoland et le Bassoutoland.
Les historians de 1'rpoque decrivent bien le plateau,
tres clev6 au-dessus de la mer, qui occupait le centre de
la Cafrerie, A l'ouest des montagnes du meme nom, ce
qui, joint A d'autres renseignements, ne laisse aucun doute
sur la position gdographique de I'ancien royaume.
o Quant A sa popi"?atao, alle etait estimbe A environ trois

































































FEM1IES IIASOUTOS








DU CAP AU LAC NYASSA. 13

cent mille habitants, distribute de la facon suivante entire
les principals tribus meres :
Les Amagounoukou6bi (sur la cbte, depuis la Fish
SRiver jusqu'A prbs de la rivikre des Buffalos), 15,000 habi-
tants;
Les Amandlamb6 entiree la haute Kei River et la source
de la rivibre des Buffalos), 5,500 habitants;
Les Amambalou et les Imidandj6 entiree la Kei River
et Fort Beaufort), 30,000 habitants;
Les Amanguika (dans les montagnes comprises entire Ia
Umtata et la Kei River), 40,000 habitants;
Les Amagkaleka (dans le nord du Bassoutoland actuel),
70,000 habitants;
Les Amatembou (mdme region), 90,000 habitants.
La dernibre tribu 6tait une des fondatrices du royaume;
les six autres n'6taient que des sous-tribus qui se reliaient
toutes sous le nom collectif d'Amaxosa (1).
Ces trois cent mille habitants donnaient un effectif de
45,000 guerriers.
Comme on le voit, sauf dans le nord-ouest de la Ca-
frerie, oi il n'y avait, disait-on, que de vastes planes
sans arbre, et qui sont les pAturages sans rivaux du Trans-
vaal, la population 6tait nombreuse et dense, si on com-
pare sa moyenne a celle des autres populations de 1'Afri-
que, iA gale surface de territoire occupy.
Les Zoulous, edlbbres par leur resistance d6sesp&re
contre 1'invasion, font parties de la grande famille care.
Uls en ferment pour ainsi dire le fondement; mais le non)
que nous leur donnons ne se retrouve que dans une scule
des tribus cafres, tribu puissante, qui se confond avec
celle des Amaxosa. Dans cette dernibre il y a une sous-

(1) On c gens de Xosa w. Ama veut dire a hommes i. Xosa fut
le premier et le plus grand chef de la Cafrerie.








74 A TRAVERS L'AFIIQUE CENTRAL.
tribu, les Amagounoukouebi : c'est celle don't un district
fut occupy, sous le chef Tchaka, par les Amazoulous, qui
devinrent c6l6bres plus tard sous le nom de Zoulous.
Les Zoulous avaient import leur langue, et ce sont
des derives de cette langue que parlaient les diverse tri-
bus cafres. II n'est pas douteux aujourd'hui, j'en ai eu
depuis de nombreuses preuves, que les Zoulous soient
venus du nord de l'Afrique. Leur race a-t-elle pris nais-
sance dans 1'Afrique central, ou dans la Nubie, ou l'Abys-
sinie? C'est ce que peu de gens pourraient dire; mais ce
qui est bien certain, c'est qu'ils 6migrerent de ces regions
vers le Sud.
La premiere trace de leur passage et de leur conquete
se troupe au sud-ouest du lac Nyassa : avant de continue
leur route vers 'PAfrique m6ridionale, ils y fonderent un
royaume bien distinct : I'ltat des Angonis, qui se dirise
actuellement en deux parties : le royaume de Mphseni,
encore tres puissant, et celui de Tchikoussi ou des Ango-
nis, qui est beaucoup plus faible.
AMp6sni et Tchikoussi, deux vieillards aujourd'hui, sont
de purs Zoulous. Un grand melange de races a eu lieu
depuis leur arrive, et on ne peut plus considerer leurs
sujets comme de vrais Zoulous. Naanmoins, ils en parent
la langue et ils en ont conserve les mceurs : leur passion
pour le betail, leurs armes, leur facon de combattre sont
tout A fait caract6ristiques. Je reviendrai sur ces deux pays,
lorsque le course de mon voyage m'y ramenera.
L'6migration zouloue continue; des peuplades furent
fondses sur le haut ZambBze par des detachements volon-
taires de cette multitude.
Les territoires au sud du Zambeze furent conquis sur
leurs premiers occupants. Ainsi, le Matabblbland d'aujour-
d'hui, le nord de la Cafrerie et le Zoulouland actuel otaient
des pays zoulous.







DU CAP AU LAC NYASSA.


Les latab6l1s, qu'on n'appelle ainsi que parce qu'ils
occupent le pays de MatabWle entire le nord du Transvaal
et le Zamb&ze, sont de purs Zoulous, don't le chef est Lo-
Bengoula. Les gens de Goungouniano, sur le haut Zam-
beze, sont 6galement des Zoulous.
11 ne faut done pas croire que la Cafrerie ait eu le
monopole des Zoulous, ni que le Zoulouland soit leur der-
nier pays.
En reality, celui-ci est simplement le territoire sur le-
quel se sont r6fugies les derniers Zoulous-Cafres qui, ayant
eu des guerres avec l'Angleterre, ont abandonn6 a l'ennemi
une bonne parties de leur territoire, et, sous leur chef
Ketchouaio (1), ont oppose aux envahisseurs une resis-
tance d6sesp6rbe qui a rendu A jamais cdlebre cette belle
race guerriere (2).
Avant de dire deux mots sur cette derniere guerre, qui
a disormais sa place dans I'histoire, voyons I'ordre dans
lequel les territoires de la Cafrerie furent peu a peu rogn6s
et ravis A leurs premiers occupants.
En 1835, au moment de la premiere migration boer,
la Cafrerie perdit tout le territoire situk au sud et au delA
des months Drakenburg. Plus tard, A la naissance du Trans-
vaal, le nord de ce mmme pays pass aux mains de l'en-
nemi. Vinrent ensuite les drpr6dations successives de la
colonie du Cap, qui, franchissant sa frontiere, form6e par
la Great Fish River, enleva A la Cafrerie toute sa parties
sud jusqu'h la Kei River, et placa sous son protectorat le
Griqualand-Est, le Pondoland, le Tembouland, le Trans-
kei, an detriment de la Cafrerie, laquelle diminuait A vue
d'eil, par le fer, le feu et le massacre. Le sang qui rou-
(1) Les Anglais kcrivent Cetiwayo, mais les purs Zoulous le pro-
noncent come je 1'6cris.
(2) Les autres Cafres-Zoulous ont 6td refoulIs peu & peu, aprbs
des guerres plus ou moins sanglantes, entire 1854 et 1875.






76 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
gissait I'eau des rivieres, qui inondait les planes et les
vallbes, c'Etait celui des Cafres : on passait ainsi partout,
comme sur les cartes, la teinte rouge de l'annexion (1856).
Le Natal, desormais configu aux protectorats du Cap,
ne tarda pas A subir cette influence, si bien que, un beau
jour, il ne resta plus de la Cafrerie que ce qui s'appelle
aujourd'hui le Zoulouland, avec le Swaziland et le Natal,
ce dernier dja fortement endommag6, d'ailleurs, au point
de vue de l'indApendance.
Les Zoulous-Cafres resolurent de s'opposer aux tenta-
tives des Anglais pour soumettre le Natal A leurs lois: tell
fut l'origine de la guerre de 1879.
Les Zoulous, qui refusaient absolument d'avoir affaire
aux Anglais, avaient pass la riviere Tugela limitede entire
Natal et le Zoulouland). C'ktait leur dernier retranche-
ment.

Voici, en r6sume, les fails qui amenrent les premieres
hostilities : les Anglais .intimbrent A Ketchouaio d'avoir A
cesser ce qu'ils appelaient ses cruaut6s, et qui n'6taient
autre chose que des executions capitals resultant de con-
damnations conformes A la justice et aux usages du pays.
Ketchouaio r6pondit qu'il Etait roi dans son pays et
qu'il n'intervenait pas dans les affaires des Anglais, fai-
sant ainsi comprendre qu'il d6sirait que ces derniers en
fissent autant avec lui.
Aprbs l'ultimatum d'usage et quelques pretextes...
anglais, la guerre fut declaree, et I'armbe de Sa Gracieuse
Majesty, pr6parke et renforcee selon un programme 6laborb
de longue date, prit ses positions sur les bords de la rivire
Tugela.
Le premier engagement eut lieu A Isandlouana; il coita
cher A l'armee britannique : 15,000 Zoulous attaquerent
un corps anglais de 1,500 hommes ayant canons et mate-






DU CAP AU LAC NYASSA.


riel complete. Ils en tuWrent plus de 1,000 et s'emparerent
des canons, munitions, chariots A beufs (ces derniers au
nombre de 130 avec 2,500 bceufs), ainsi que d'un butin
6valu6 par les Anglais A plus de 100,000 livres sterling.
De leur c6te, les pertes furent d'A peu pres 2,500 hommes.
A la suite de nombreux episodes, apres des succes de
part et d'autre et beaucoup de sang vers6, la victoire finale
rest longtemps ind6cise. Enfin, comme toujours, le canon,
la mitrailleuse et le fusil A repetition finirent par avoir
raison du bouclier, de la sagaie et du fusil A silex, et,
apres avoir demand inutilement la paix, Ketchouaio n'eut
d'autre resource, pour conserver a son people quelque
semblant d'ind6pendance, que de se constitucr prisonnier.
11 se rendit comme un brave, sans peur et sans souci
de l'avenir, ignorant s'il ne payerait pas de sa tete son
devouement A sa patrie. Les Anglais le traiterent fort bien;
ils l'envoyerent passer un ou deux ans A Londres, pen-
dant qu'ils demembraient le sud du Zoulouland, procla-
maient le British rule dans tout le territoire et prenaient
possession de Natal.
Pendant I'absence de Ketchouaio, les chefs zoulous se
distribuerent le gouvernement, qu'ils voulurent garder
meme apres son retour, sachant que leur ancien chef 6tait
desormais tout acquis A l'Angleterre. De IA, la deuxieme
guerre du Zoulouland, dans laquelle les Boers du Trans-
vaal prirent une part active. Ils infligerent aux Anglais
plusieurs defaites tellement completes et humiliantes que
ceux-ci en ont toujours la rage au coeur.

Certains historians anglais affirment que les tribus de
Finjoes qui existent encore au Cap, vers le sud du Bassou-
toland, ne seraient autres que les descendants crois6s d'an-
ciens Zoulous du Natal. Les recherches que j'ai faites con-
firment ce renseignement.







78 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
En some, la grande famille appel6e Chaffris par les
Anglais, Cafres par nous, se composait de deux especes
de gens bien distinctes : les Zoulous et les noirs soumis
par les Zoulous, qui 6taient les premiers occupants (1).
Vainqueurs et esclaves se sont fortement melanges; les
premiers ont continue a parler leur langue pure don't on
possede aujourd'hui des ouvrages trWs complete : c'est le
cafre-zoulou; les autres ont un peu abAtardi cet idiome;
ils I'ont melang6 A d'autres et en ont fait le care, qui
6tait, au moment de la conquete, une langue tris com-
plAte aussi. Les Finjoes et certain indigenes du Cap
parent un dialecte qui en derive et que les Anglais traitent
de kitchen-kaffir caree de cuisine). Un homme parlant les
deux derniers idiomes ne se fait pas comprendre d'un Zou-
lou, sp6cialement dans le Nord, oa la langue n'a recu,
d'apres les sp6cialistes, aucune alteration.
Les moeurs cafres sont assez curieuses. Une de leurs
consequences est que le d6membrement de leur unite en
tribus diff&rentes augmente A la mort de chaque chef. La
loi, en effet, veut que chacun de ceux-ci choisisse A un
moment donn6 deux de ses femmes auxquelles il confbre
les titres de omkoulou (la premiere, la grande) et ouase-
koundssd (celle de la main droite). Le premier fils de la
,, grande spouse est 1'hMritier du trbne, tandis que l'ain6
de 1' F ouas6koun6ss ,, fonde une autre tribu : A la mort
de son phre, il devient chef ind6pendant et command les
sujets qui lui ont W6t donnes. Il reste bien encore, pendant
les premiers temps, sous l'influence de son frbre le grand,
celui qui a succdi au pare, mais il s'en affranchit bient6t.
C'est ainsi que se forment ces nombreuses tribus aux-
quelles on serait tented d'attribuer une origine et une his-

(1) On estime que le regne du premier roi zoulou dans le Sud
date du commencement de ce siccle.

































































ZOUI.OUS. HOlMME ET FEOIME






DU CAP AU LAC NYASSA.


toire distinctes, tandis qu'elles ne sont que des branches
diff6rentes du mime tronc. 11 y a naturellement une foule
d'usages et de lois qui se rapportent A ce genre de succes-
sion, mais je ne donne ici, en passant, que les principaux
traits du caractbre et des mceurs.
Le genre de gouvernement qui a toujours 6t6 adopt
par les Cafres est une sorte de feodalit6 patriarcale. C'est
surtout I'Age des chefs qui faisait leur influence chez ces
homes si virils : il fallait avoir fait ses preuves pour par-
venir A la plupart des functions sociales. Les chefs gou-
vernaient avec un conseil de vieillards exp6riment6s, don't
Assistance, g6n6ralement utilis6e, 6tait obligatoire dans
les cas important tels que condemnation A mort, choix
des premieres femmes, comme je I'ai expliqu6 plus haut,
declaration de guerre, rancon A exiger des vaincus, etc.
I1 n'y a pas extradition entire tribus. Pour des fautes.
l6gbres, n'ayant pas d'inconv6nient dans d'autres tribus,
souvent meme par convenance personnelle, des hommes
passent sous un autre chef sans que personnel puisse les
obliger A revenir ni les liver A leur ancien kraal. (Le kraal
est le village, l'assemblage des cases au centre d'une enceinte
commune d'6tendue variable. Certaines tribus n'ont qu'un
kraal, d'autres en ont des centaines.)
La passion dominant, le caractbre particulier du Cafre-
Zoulou, c'est sa passion pour le betail. Partout oA il est, les
bestiaux abondent. Une loi assez curieuse du pays interdit
le marriage A tout homme qui ne possMde pas un certain
nombre de totes de b6tail. DWs qu'il a des enfants males, il
doit, A leur naissance, leur attribuer une vache. Celle-ci
reproduit au fur et A measure que I'enfant grandit, si bien
que, A 1'Age adulte, il se trouve d6jA A la tate d'un petit
troupeau. En cas de mort de la vache, le pare doit en
acheter une autre, si le fils n'a pas atteint P'ge voulu; si
1'enfant meurt, le pere h6rite. Toutes les transactions, les






80 A TRAVERS L-AFRIQUE CENTRAL.


chiffres, la monnaie, sont represents par des ties de
betail. Ainsi, le pere vend chacune de ses filles A leurs
6poux pour un certain nombre de totes. Les amendes pour
homicide involontaire, adultere, avortement, rapt, vol,
dommages A la propriWth et autres fautes se payment par
des amcndes variant enitre une et vingt tites. On calcule
en tetes, et la richcsse d'un homme consiste A avoir un
grand nombre de tetes de betail.
La nourriture de ces grands possesseurs de vaches est
naturellement composee en parties de laitage; mais le lait
frais est dedaign6 : tout au plus le trouve-t-on bon pour
les enfants. Apres avoir recucilli le lait, on le fait fermenter
dans des outres ad hoc; lorsqu'il est call ct resistant, on
le met dans des paniers : ce genre de fromage frais est un
de leurs principaux aliments.
Un homme seul, dans chaque case, a le droit de toucher
A l'outre au lait. Cette loi est tellement s6rieuse que son
infraction est un motif lIgal de divorce : loute personnel
coupable d'avoir indfiment touch A une outre laitiere est
condamn6e pour vol. Le maitre de la maison pent pourtant
autoriser quelqu'un A y toucher, on I'en charger au cas ou
il viendrait A s'absenter.
Cet usage a sans doute une raison d'etre; Ia principal,
A mon avis, est qu'un poison peut Mtre introduit dans
l'outre par une main Itrangbre. 11 est prouv6 qu'une cer-
taine plante vn6netdse du pays s'assimile au lait et s'y
dissimule compl(tement si elle est introduite avant que le
liquid soit caill6. Ce moyen de se d6barraser de son en-
nemi en empoisonnant sa reserve de lait a dd provoquer
I'6tablissement de ces usages scvhres.
Les autres aliments habituels sont le sorgho, rouge ct
blanc, le mais, les haricots, que l'on r6duit en farine ou
qu'on fait bouillir A I'Ntat nature. La viande entire pour
une grande part dans I'alimentation; au kraal, il ne se







































PIPES DES ZOULOUS







DU CAP AU LAC NYASSA.


passe pas de jour sans qu'on tue un boeuf, partag6 aussit6t
centre les habitants; chacun fournit le sien h son tour de r6le.
Les Cafres possedent 6galement des chevres. Leur chair
est moins estimbe.
Les reserves de grains sont places dans des cachettes
souterraines, connues seulement des occupants du kraal.
En dehors de la garde des troupeaux, les cultures
occupent tout le temps des Cafres. On commence les semis
en octobre, alors que la saison seche est finie; la moisson
a lieu en mars; en avril, il gble habituellement.
Les Cafres-Zoulous ne se ruinent pas en frais de tail-
leurs et de couturieres. Sauf quelques accessoires, tels
que amulettes, colliers de perles, etc., ils sont entibrement
nus. Les dames portent une le6gre bande de peau d'en-
viron huit centimetres qui va du nombril A la chute des
reins en passant entire les jambes. Pour se garantir du
froid, hommes et femmes ont une couverture faite de peaux
cousues ensemble, que !'on nomme kaross. Les chefs de
tribu, les chefs de guerre ont souvent des kaross splen-
dides, les uns en chacal argent6, d'autres en 16opard.
Peu de Cafres-Zoulous fument; en revanche, ils present
beaucoup : ils se servant pour cela d'une petite cuiller.
Dans certaines tribus, les chefs portent un anneau de
gomme fixW dans les cheveux et faisant le tour de la tete;
cet ornementest pose A chaud, et la chevelure s'y colle, de
facon qu'il ne peut plus Atre enlev6 une fois qu'il est en
place. II sied trhs bien A certaines physionomies : il leur
donne un air de noblesse, de fermet6, quelque chose
d'avantageux, qui est difficile A dcfinir. Dans d'autres tri-
bus, chez les Amazoulous, entire autres, ce sont tous les
hommes maribs qui portent I'anneau.
Les usages veulent aussi qu'avant de prendre femme,
le jeune Cafre ait accompli certain actes de courage ou
ait recu le baptWme du sang : tant que sa sagaie n'a pas
6






'82 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
',tr lavee avec le sang de l'ennemi, il ne peut se marier;
*de la, la veritable fr6n6sie qui porta les guerriers zoulous
jusque sur la gueule des canons anglais lors de la derniere
guerre, et leur fit commettre des actes d'une audace et d'une
t6mrritW incomparable.
En general, au physique, le Cafre-Zoulou est de taille
peu Mlevee, trapu et large d'6paules. La barbe et les mous-
taches le distinguent essentiellement des premiers indi-
genes, complbtement imberbes. Malgri de nombreuses
experiences faites de bonne foi, je n'ai jamais pu trouper
de difference entire sa chevelure et celle du negre de Guinbe,
quoi qu'en disent les naturalistes : c'est du crin quand elle
est court, de la laine quand elle s'allonge. Sa figure est
assez agr6able; son teint varie du noir au rougeAtre; son
nez est moins aplati que dans la race de Guin6e, mais de
1$ A le compare A un nez grec, c'est-h-dire droit, il y
a loin. On trouve certainement des tetes qui out les
traits europeens et ne different des n6tres que par la con-
leur; toutefois, ils ne peuvent Mtre pris comme types
de la race care, n'6tant que des exceptions. Mais, jusqu'a
present, aprbs un s6jour prolong au milieu d'eux, je ne
vois pas pourquoi on classes le Cafre A part dans la race
nbgre; il est seulement moins adroit, moins industrieux et
beaucoup moins civilise que le noir de Guinee.
J'ai vecu dans l'une et I'autre region; j'ai longuement
observe les deux races don't je parole, et je me crois en ktat
de les compare. J'en ai conclu ce qui precede, c'est-A-dire
que le Cafre n'a aucune supbriorit6 sur le noir de Guinee,
ni celle de la couleur, ni celle de la chevelure, ni celle de
1'expression de physionomie. S'il y a des tetes agreables
clicz les Cafres, il y en a d'admirables chez les Miinahs de
la Cote d'or (1).

(1) V.mon livre sur le Dahomey, page 99. (Paris, Hennuyer, 1895.)







DU CAP AU LAC NYASSA.


Les archives du Cap, de Petermaritzburg, de Natal,
de Port-Elisabeth et de Pretoria contiennent sur la race
des renseignements trbs complete, que je n'ai pas le
loisir d'analyser aujourd'hui; j'y reviendrai peut-6tre un
jour.
Comme conclusion, j'ajouterai que, sons pen, le Trans-
vaal prendra le Swaziland, le Natal s'allongera jusqu'au
pays de Gaza, englobant le Zoulouland, et nous serons
fort heureux si nos voisins d'outre-Manche arr&tent 1 leur
ambition. II y aura certainement de la resistance, encore
du sang vers6, puis l'annexion, et nous n'aurons plus de
la Cafrerie qu'un souvenir vague et lointain.....

Je reprends maintenant le course de mon voyage.

Johannisburg est aujourd'hui reli6 au Natal par le
chemin de fer; mais, au temps oh j'y 6tais, le rbseau ferr6
partait de Durban et s'arritait A Charlestown, prbs de la
Buffalo River.
On devait accomplir en coach le trajet de Johannisburg
a Charlestown, soit environ cent cinquante-cinq miles,
c'est-a-di tre trente-cinq heures de cahots.
J'eus le bonheur d'obtenir une place sur le siege, a c6t6
du cocher. Moyennant un fort pourboire, le porte-fouet
consentit A monter dans le coach en me conflant ses fonc-
tions, qui consistaient a tenir l'immense fouet A la dispo-
sition du Hottentot qui avait les rdnes.
SLorsqu'on est sur le siege, on voit venir les fosses, les
pierres, les ornieres et les bosses : on peut se preparer A
la secousse. On souffre moins que dans la voiture, mais
il est encore fort difficile A un novice de demeurer A sa
place : il faut se cramponner avec les mains, s'arc-bouter
presque sans relache avec les pieds.
SLe cordon de chevaux serpente continuellement, vu sa








84 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.

longueur, et on ne peut y remedier, n'ayant pas assez de
prise sur eux.
Je demandai au cocher quelques lecons de conduite en
guides, et il voulut bien me confier A plusieurs reprises la
destine des infortun6s enferm6s dans la voiture. Ce ten
in hand est fort fatigant A conduire; les rAnes pisent en-i.
ron vingt kilos, vu leur 6paisseur, leur longueur et leurs
nombrcuses ramifications; il faut tirer de toute sa force
sur une rdne pour faire ob6ir les chevaux de tete. Pendant
que je conduisais, le cocher se degourdissait les bras en
fouettant A outrance, ce qui rendait notre allure fantas-
tique; les soubresauts de la voiture Mtaient si rapides,
derriereles chevaux lanc6s venture A terre, queje me trourais
beaucoup mieux sur le siege. Je compris pourquoi le cocher
aimait cette allure, et j'6vitai de penser aux braves gens
qui me suivaient de si pres, sautillant, agonisant, jurant
peut-6tre, et don't les lamentations et les plaintes Mtaient
couvertes par un bruit 6pouvantable de vieilles fcrrailles,
par le martelement des sabots et le souffle pr6cipit6 des
chevaux, au milieu de nuages de poussibre.
La trombe s'arrete A la tomb6e de la nuit a Standerton,
devant une auberge oa on nous announce, A notre stu-
pefaction, que nous avons quatre heures de repos : dans
cette Compagnie de coach on se montrait plus clement
que sur la ligne de Kimberley.
On commence par nous faire payer nos chambres
d'avance: car il parait que, A l'heure du coach, il y a sou-
vent des retardataires qui, dans la hate du depart,
oublient de r6gler leur compete.
Munis d'un ticket, nous passons au restaurant, oA je
.me bourre dejam-preffs, n'ayant aucune envie de toucher
aux mets froids et mauvais qui garnissent le buffet. J'achbte
une douzaine d'eufs durs pourle voyage, ainsi qu'une bou-
teille de clarette, du pain et des oranges. Le fromage :








DU CAP AU LAC NYASSA.


inconnu; le chocolate, le jambon, le saucisson, 6gale-
nent.
Toutes les chambres de I'h6tel donnent sur un balcon
ou veranda autour d'une cour A ciel ouvert.
En arrivant dans celle qui m'est indiqu*e, je suis fort
Etonn6 d'y trouver d6ja quelqu'un : il n'y a plus de place
ailleurs, paratt-il, et, comme le logement continent deux lits,
nous le partageons. Sur les quatre heures qu'on nous
accord, j'ai dejA consomme vingt-cinq minutes, et j'ai
hAte de prendre un peu de repos.
Mon compagnon, tout habill6, dort deja come un chb-
rubin, les poings ferm6s; ses pieds 6normes, plains de
terre, reposent sur la courtepointe blanche, ses pantalons
sont garnis de crotte datant de la derni6re fois qu'il a plu
A Johannisburg, c'est-A-dire d'il y a deux ou trois jours.
Sa bouche entr'ouverte laisse 6chapper un 16ger souffle,
tandis qu'une... bave limpide court sur son oreillcr.
En general, j'aime bien savoir avec qui je partage ma
chambre; n6anmoins, comme je n'ai pas le temps de
philosopher, je me dispose a imiter le voisin. Apris avoir
,tendu mes chaussures tres sales sur la blancheur de ma
couche, je souffle la chandelle et je commence A former
les yeux, lorsqu'un bruit attire mon attention.
Est-ce le voyageur qui se sentirait indisposed? Non : les
g6missements, etouff6s, dirait-on, par la couverture, se
changent en cris aigus : je rallume la lumiere et, guid6
parole bruit, j'apercois au pied du lit voisin, sous la courte-
pointe, quelque chose qui remue et se deplace.
Je pousse 1Egirement l'6paule du gentleman, qui n'in-
terrompt pas pour si peu son souffle rdgulier. Je renou-
velle ma tentative et, comme je suis press, je lui donne
une secousse a lui d6monter la clavicule; il entr'ouvre unr
meil et me demand pourquoi je trouble son sommeil.
Sur mon explication, il tire de la converture un petit








86 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRAL.
chien nouvellement enlev6 sans doute A sa tendre mere,
il le dorlote et m'assure qu'il ne criera plus.
Plus que trois heures environ. Cinq minutes plus tard,
voici le maudit animal qui crie de plus belle : je signifie A
son maitre mon intention de dormir et je le prie de mettre
le touton dehors. Sur son refus, j'appelle le garcon, que
je some de me donner une autre chambre ou d'enlever
le chien : comme le valet declare qu'il n'y a pas d'autre
piece vacant et que nous perdons du temps, je saisis le
charmant animal qui crie toujours et je le lance par la
.porte ouverte : il passe par-dessus le balcon, tombe dans
la court avec un bruit mat, et ses cris cessent aussitbt. Le
monsieur furieux parole de me puncher la figure n, op&-
ration que je l'invite A remettre au lendemain; je serai
alors A sa disposition, mais, pour le moment, je cherche
A dormir. I1 6tait dit que je ne le pourrais pas : une rixe
dans la cour, une petite fille qui pleure, du bruit dans le
bar, o4 des gens avinbs discutent le home rule, des claque-
ments de portes et des pas sur le balcon se succedent pen-
dant le commencement de la nuit. A peine commencais-je
A m'assoupir que les garcons appelerent les voyageurs
pour le coach
Le jour suivant, A midi, nous 6tions A Charlestown, oh
j'eus le plaisir de voir des wagons plus vastes et une voie
ferree moins tortueuse que celle de Kimberley.
SLe parcours est 6galement plus rapide -et combien plus
agreable! de Charlestown a Durban.
Au lieu des planes denud&es du Karoo, qui s'6tendent
entire le Cap et Kimberley, nous voyageons ici au milieu
de jardins de f6eries.
Ce ne sont que collins charges d'une vbg6tation luxu-
riante, C( et lh, des cascades naturelles au milieu de qucl-
ques roches grises sortant de la verdure au pied de bou-
quets de palmiers et de mimosas. Des jardins particuliers,






DU CAP AU LAC NYASSA. 87
aux grilles 6ligantes et travaillkes, s'entremelent aux sites
sauvages et vierges des environs. Et c'est ainsi pendant
tout le parcours : des arbres gigantesques, des lines, de
I'eau claire bondissant sur des rochers 6parpilles au miliet
de fleurs de toutes les varietes, malgr6 la saison dej?
avancee. La tempArature aussi se fait plus douce depuis
que nous nous Aloignons du Transvaal. Cette line de
chemin de fer parcourt des regions enchanteresses : je
n'ai retrouv6 qu'au Natal quelques sites qui rappellent ce
que nous nous figurons habituellement en Europe des r6
gions tropicales : ces v6g6taux de gravure, ces scenes de
romans d'aventures, ou s'agitent des sauvages aux plumes
6tranges, des siriges grimacant et des oiseaux multicolores,
je les ai vus assembles avec un goft exquis et infiniment
de grace par la nature seule dans les coins non habits
du Natal. C'est le pays que j'ai trouv6 le plus beau dans
le sens pittoresque et artistique du mot.
Le long de notre route, des goyaviers, des palmiers
divers, des bambous gigantesques, des plantations de bana-
niers a perte de vue, des pins varies, des flamboyants au
milieu de mimosas divins, passent rapides dans ce ravissant
tableau, tandis que dans l'Mloignement apparaissent, moins
definies, de grandes collins d'un vert bleu.
Le pays est peupl6 de petit gibier, dit-on; j'ai apercu
plusieurs vari6t6s de singes. On est sAr d'en trouver quand
il y a tant de fruits et surtout de la verdure et de l'ombre.
Pour animer le d6cor, quclqtes coolies au teint bronz&,
leurs longs cheveux noirs flottant an vent, regardant le train
traverser la verdure et s'l6oigner comme un grand boa
dans le gazon.
Port-Natal, ou plut6t Durban (1) oud'Urban, comme on

(1) Ce nom a d6t donnd, je crois, en I'honneur de sir Benjamin
Durban, un des premiers administrate: s dt Nata






88 A TRAVERS L'AFRIQUE CENTRILE.

I'appelle aujourd'hui, est situ6 an fond d'un joli golfe qui
rccoit la rivibre Oumgu6ni. Son port a aujourd'hui une
grande importance depuis qu'on y a 6tabli des chantiers de
construction et de reparation de navires.
Durban est aujourd'hui le centre d'un commerce consi-
derable : c'cst une des portes du Transvaal, I'autre Mtant
Lourenzo-Marquez, que les Anglais, avec leur manie de
d&baptiser, mnme Ics villes 6trangbres, ont appel6 Delagoa-
May.
La ville de Durban est situ6e au pied d'une range de
collins charmantes, la B6r6a, oh sont 6parpillbes, A moitib
caches dans le feuillage, de jolies villas jouissant d'une
belle vue sur la mer.
De la ville elle-meme, inutile de parler : autant van-
drait d6crire n'importe quelle ville d'Europe. On y trouve
les memes monuments publics, avec tout le confort pos-
sible : musses, thkitres, conservatoire, holes, bibliothb-
qucs, etc. Elle est done sans int6ret pour nous.
Le voyageur qui etudie on cherche A 6tudier ne troupe A
butiner que lh oI la civilisation n'a pas encore rang6 sons
ses lois l'habitant et le territoire.
A ce point de vue, le Natal n'a plus aujourd'hui le
moindre attrait: c'est, d'ailleurs, un joli pays, qui pourra
offrir d'agr6ables stations de vill6giature lejour oA la mode
aura pass d'aller A Alger ou a Nice.
La moiti6 des indigines du Natal sont des Zoulous,
ml6ang6s avec des Malais, des coolies et autres : mime
population qu'au Cap, sauf qu'on y rencontre fort pen de
Hottentots et que la vue d'un indigbne n'est pas aussi rare;
a Durban, il y en a beaucoup, et la population noire est
fort nombreuse en ville.
Au Beach Hotel, A Durban, ou je m'etais install pendant
mon s6jour, je pris huit jours de repos. LA, an bord de la
mer, je humai, pour la derniere fois de longtemps, ses




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs