• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Introduction
 Le mont Sion
 L'Ophel
 Siloe
 Gihon
 Le gihon superieur d'ezechins
 Le livre de Nehemie
 La terminologie biblique
 Conclusion
 Errata
 List of Illustrations
 Table of Contents






Title: La ville de David
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072110/00001
 Material Information
Title: La ville de David
Physical Description: xxvi, 248 p. : illus., plates, maps. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Barnabâe, 1850-1923
Publisher: A. Picard et fils
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1905
 Subjects
Subject: Antiquities -- Jerusalem   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references.
Statement of Responsibility: par le P. Barnabâe Meistermann ... Avec une prâeface de Mgr. Frâedien Giannini. Enrichi de 25 illustrations dans le texte et hors texte.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072110
Volume ID: VID00001
Source Institution: The Isser and Rae Price Library of Judaica
Holding Location: The Isser and Rae Price Library of Judaica
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 07076833
lccn - 24005278

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
    Half Title
        Page ii
        Page iii
    Title Page
        Page iv
        Page v
        Page vi
    Preface
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Introduction
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
        Page xxiii
        Page xxiv
        Page xxv
        Page xxvi
        Page xxvii
    Le mont Sion
        Page 1
        Les trois collines de l'anchienne ville
            Page 1
            Page 2
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
            Page 9
        Les deux collines de la ville de David
            Page 10
            Page 10a
            Page 11
            Page 12
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
        La ville de David d'apres les livres des Machabees
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
        La prise de Jerusalem par Titus
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 50a
            Page 51
            Page 52
            Page 53
        Le tyropeon de Josephe
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
        Les anciens remparts au sud de Sion
            Page 62
            Page 62a
            Page 63
            Page 64
            Page 64a
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
    L'Ophel
        Page 71
        Son étendue
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 74a
            Page 75
            Page 76
            Page 76a
            Page 77
            Page 78
        La vallee entre le temple et la ville de David
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 92a
    Siloe
        Page 93
        La fontaine de la vierge
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 100a
        La canal de Siloe
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
    Gihon
        Page 113
        Ain-rogel et le rocher de zoheleth
            Page 113
            Page 114
            Page 114a
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 120a
            Page 121
        Le gihon de Salomon
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 128a
    Le gihon superieur d'ezechins
        Page 129
        Découvertes autour de mamillah
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
        Le champ du foulon
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
        Les travaux d'ezechias
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 150a
            Page 151
            Page 152
            Page 153
        Le mur de manasses
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
    Le livre de Nehemie
        Page 164
        Sa valeur pour la topographic de Jérusalem
            Page 164
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
        Les fouilles de M. Bliss
            Page 172
            Page 172a
            Page 173
            Page 174
            Page 174a
            Page 175
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
        La piscine de Siloc construite en dehors de la ville
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
            Page 184
            Page 185
            Page 186
            Page 187
            Page 188
        La restauration des murs
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
        La dedicace des remparts
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
    La terminologie biblique
        Page 207
        La terminologie biblique
            Page 207
            Page 208
            Page 209
        Les acceptions du mot Sion dans les livres poetiques
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
        Sion d'apres les livres de Machabees
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
        Le sens du verbe "monter" dans les livres saints
            Page 223
            Page 224
            Page 225
            Page 226
            Page 227
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
            Page 232
    Conclusion
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
    Errata
        Page 243
        Page 244
    List of Illustrations
        Page 245
        Page 246
    Table of Contents
        Page 247
        Page 248
        Page 249
Full Text





LA


VILLE DE DAVID

PAR

Le P. Barnab6 MEISTERMANN, O. F. M.
Missionnaire Apostolique



AVEC UNE PREFACE
De MaVr Fr6dien GIANNINI



Enrichi de 25 illustrations clans le texte el hors texte.




.~LP .r-a-- -





PA RIS
ALPHONSE PICARD ET FILS, EI)''ITEUB[S
Libraires des Archives Nationales ut de la Societ6 de 1 Ecole dos Chartes
82, RUE BONAPARTE, 82

1905














LA VILLE DE DAVID










A LA MEME LIBRAIRIE


OUVRAGES DU MEME AUTEUR


Le mont Thabor, notices historiques et descriptives.
Paris, 1900, in-8, x-176 pages, 2 cartes, plans et figures
hors texte.

La montagne de la Galil6e otL le Seigneur apparut
aux ap6tres (Matth., xxviii, 16). Jdrusalem, 1901, in-8,
164 pages, 1 plan.
Deux questions d'archeologie palestinienne : I. L'dglise
d'AmwAs, l'Emmaiis-Nicopolis; II. L'dglise de Qou-
beibeh, l'Emmatis de saint Luc. Jerusalem, 1902, in-8,
200 pages, 2 cartes, 2 plans et 20 figures.
Le Pretoire de Pilate et la forteresse Antonia. Paris,
A. Picard et Fils, 1902, in-8, xxiv-250 pages, 32 plans et
figures.

Questions de topographie palestinienne: Le lieu de la
rencontre d'Abraham et de Melchis6dech, avec un
Appendice sur Le Tombeau de sainte Anne & J6rusa-
lem. Jerusalem, 1903, in-8, 156 pages, 1 carte et 4 plans.
Le Tombeau de la Sainte Vierge k J6rusalem. Jdrusalem.
1903, in8, xx-302 pages, 13 illustrations.
La Patrie de saint Jean-Baptiste, avec un Appendice sur
Arimathie. Paris, A. Picard et Fils, 1904, in-8, viii-290 pages,
28 plans et figures.


P. URBAIN COPPENS O. F. M. : Le Palais de Caiphe et
le nouveau Jardin Saint-Pierre des P6res Assomp-
tionistes au Mont Sion. Paris, A. Picard et Fils, 1904,
in-8, 96 pages, plans et figures.








LA


VILLE DE DAVID

PAR

Le P. Barnab6 MEISTERMANN, 0. F. M.
Missionnaire Apostolique


AVEC UNE PREFACE
De Mgr Fr6dien GIANNINI


Enrichi de 25 illustrations dans le texte et hors texte.









PARIS
ALPHONSE PICARD ET FILS, EDITEURS
Libraires des Archives Nationales et de la Socikt6 de 1'Ecole des Chartes
82, RUE BONAPARTE, 82

1905














' Nihil obstat luominus imprimatur, si ita quibus spectat
videbitur.

Hierosolymis, die 12 Aprilis 1905.

Fr. PHILIPPUS RICCI, O. F. M.,
Proases custodialis.




Admittitur.

JOANNES MARTA, S. SEPULCRI CANONICUS,
Censor deputatus.




Imprimatur :

Hierosolymis die 14 Aprilis, a. D. 1905.

ALOISIUS PICCARDO, Ep. tit. Capharn.,
Administ.







/(??



JUDAIC
LIBRARY


























A SON EXCELLENCE


MONSEIGNIUR FREDIEN GIANNINI

Archev6que titulaire de S6res.
Vicaire et D61egue apostolique de Syrie.
Ex-Custode de Terre Sainte.




Humble et filial hommage de l'Auteur.

Fr. BARNABE MEISTERMANN.















PREFACE
De Mgr FrEdien GIANNINI




Par un sentiment de delicate attention, le R. P. Bar-
nab6 Meistermann m'a d6di6 son ouvrage et m'a
pride d'en 6crire la preface. 11 savait que Custode de
Terre Sainte,j'avais 6t6 amen6 A m'occuper de ces
sortes de questions et a me rendre compete de leur
importance. Pour moi, tout en remerciant l'auteur
de sa gracieuse pens6e, j'ai accede d'autant plus
volontiers h son ddsir, que ce nouvelle ouvrage se
recommande par une erudition de bon aloi, respec-
tueux de la foi, soucieux du veritable progres accom-
pli sur le terrain biblique, historique et archoolo-
gique, s'inspirant enfin des recommendations de la
S. C. de la Propagande touchant la moderation et
les 6gards dus aux personnel, de rigueur dans de
pareilles discussions.
L'Eglise, si elle se souvient du temoignage que se
rend l'Ap6tre, depositum custodi, n'a pas cependant
oubli6 la parole du Maitre : a Que votre lumiere
luise aux yeux des homes ; loin d'empecher
1'etude, elle l'encourage, mais aussi elle met en garde
centre de dangereuses innovations ou contre des
assertions teimraires, souvent plus s6duisantes que
bien fond6es.










Les questions palestiniennes sont trop importantes
pour ne pas solliciter I'attention des hommes reli-
gieux aussi bien que des savants. Non seulement
elles touchent h l'antiquitd, et font revivre quelque
chose du pass de l'humanitd, resultat toujours
digne d'intir&t pour 1'homme qui r6flechit, puisque
l'histoire est la maitresse de la vie, mais encore elles
touchent a l'dconomie de notre salt 6ternel. Nous,
catholiques, yivons d'un fait divin, la Religion chrd-
tienne, prepare pendant des sikcles et puis riv4lde
par Jesus-Christ, l'auteur et le consommateur de
notre foi. Mais ce fait est necessairement lid au
temps et 1l'espace; cet ensemble grandiose et har-
monieux de manifestations surnaturelles a eu la
Palestine pour principal theatre, et cela pendant
environ 2,000 ans. C'est pourquoi, les questions
topographiques 6veillent ici des souvenirs, qui hn
sont pas sans intdrkt pour nos Ames. II y a plus, une
question de principle se pose, volontiers je dirai,
s'impose avec ses consequences indluctables pour
1'apologetique de notre foi, dans tous ces problimes
qui au premier aspect semblent reliever de la pure
erudition.
Au bout de tous les d6bats se pr4sente la question
de tradition : que valent les renseignements qu'elle
pretend nous communiquer ? Prenez la localisation
des sanctuaires les plus illustres, le Saint-S6pulcre,
le Calvaire, le Pr6toire, Gethsdmani, Bethl6em,
Nazareth. Une 6glise encore existante, rdpar6e ou
reconstruite plusieurs fois au course des Ages, vous
permet de refaire leurhistoire jusqu'au vie, ve, ivesi&cle
mime, Mais alors, force est de se demander si les
premiers constructeurs ont ktd guides par leur


PREFACE


VIII








PREFACE


fantaisie ou par des indications objectives. Et cette
tradition, qu'ils prdtendaient consacrer par un mo-
nument, pouvait-elle garantir son enseignement?
Je le sais, ces questions se rdsolvent souvent en
divers sens, sinon sans prejudice pour la pidtd, au
moins sans danger apparent pour la foi, puisque
nous adorons le PNre en esprit et en v6ritd. Je dis
(( sans danger apparent, )) car au fond elles soulivent
une question plus gnd6rale, celle de la valeur de la
tradition. Est-on, oui ou non, autorise h rejeter
celle-ci a priori, comme radicalement incapable de
nous transmettre les anciens souvenirs? Peut-on
souscrire sans reserve a cet axiome peut-etre trop
vague pour 6tre toujours bien compris: (( pas de do-
cuments, pas d'histoire ? Et si au lieu d'examiner
soigneusement la tradition sur sa provenance et ses
vicissitudes, d'analyser exactement son contenu et
de le sdparer des superf6tations et des alterations,
qui peut-etre s'y rencontrent, car, fama crescit eundo,
on met tout en suspicion, n'est-il pas A redouter
qu'on n'adresse au savant catholique le reproche
d'inconsdquence? Pourquoi, lui dira-t-on, 6cartez-
vous comme incapable de vous renseigner la tradition
historique, alors que vous vous inclinez respectueu-
sement devant la tradition dogmatique? N'avez-vous
pas de part et d'autre un temoignage portant sur
une chose constatee ou deduite et transmise par une
sdrie de personnel exposes a ddformer au moins
inconsciemment ce qui leur a 6td confide ?
Sans doute, le savant catholique pourra rdpondre
que la tradition dogmatique, au sens ou l'entend
1'Eglise, a des garanties que ne possede pas la tradi-
tion historique : Jdsus-Christ a promise d'assister








PREFACE


toujours son Eglise et de preserver d'erreur son
enseignement official, et partant la foi qu'il engendre.
Fort bien! Mais ce privilege change-t-il la nature de
la tradition, et si celle-ci est radicalement incapable
de transmettre la verit6 historique, comment ustifier
notre apologetique? Car enfin l'ordre surnaturel ne
d6truit pas l'ordre natural, mais le suppose, ensuite
le perfectionne.
Et pour ne citer qu'un example: Ces critiques qui ne
voient dans la Genese qu'un recueil de traditions ora-
les, consideration h laquelle nous invitent d'ailleurs
l'antiquit6 ecclesiastique et le caract6re litt6raire des
recits, ne concluent-ils pas que nous ne poss6dons 1a
qu'un recueil de mythes ou de lgendes sans valeur
historique? Plus d'une fois j'ai entendu formuler
cette conclusion. Que leur repondra celui qui ne
croit pas qu'une tradition populaire puisse contenir
une verite historique et t6moigner de la r6alit6 d'un
fait? Comment expliquera-t-il le jugement infaillible
sur la valeur de ces traditions en vue du but reli-
gieux, que poursuiventles 6crivains sacres, de donner
une idWe vraie de l'antique histoire d'Isral et de ses
origins les plus lointaines, jugement que certes
l'inspiration leur conferait ? Confondra-t-il sous un
meme concept la revelation et l'inspiration, faisant
de celle-ci une espece de dict6e, qui pourrait bien
annuler la liberty des hagiographes et sacrifier leurs
droits d'auteurs, auteurs secondaires et causes ins-
trumentales sans doute, mais auteurs veritables et
causes libres?
Le catholique devra done dire, lorsqu'il entend
justifier l'autorit6 de la tradition dogmatique, que la
tradition orale, qui par sa nature peut nous trans-








PREFACE


mettre la verite, dans ce cas nous la transmet de
fait, grAce au privilege octroy6 par le Christ h la
socidtd religieuse, qui continue son ceuv're. Aussi,
lorsque en thdologie on a constat6 le caractere vrai-
ment traditionnel d'un enseignement, on a constate
du mime coup son bien fondd, puisque on a constatd
que Jdsus-Christ, 1'Homme-Dieu, ou les Apotres,
organes de l'Esprit-Saint, nous ont rvd6l6 ces choses.
Et en Dieu il n'y a ni ignorance ni.mensonge.
En est-il de mime en histoire? Pas tout a fait.
Avoir constate la tradition, qui n6e le jour oA un
fait s'accomplit, s'est transmise a travers les gend-
rations. c'est avoir trouv6 un terrain solide pour
6difier sur la science et sur la viracit6 des premiers
temoins, pour discerner leurs assertions des altera-
tions inconscientes ou tendancieuses de ceux qui
nous les ont transmises.
Mais qu'on veuille bien remarquer que dans les
deux cas nous entendons parler d'une vraie tradition,
et non pas d'une opinion rescue, qui n'en a que
l'apparence. Personne en effet n'ignore que la tradi-
tion dogmatique, tout comme la tradition historique,
est non seulement l'objet d'une transmission, mais
aussi celui d'une etude plus ou moins approfondie,
en rapport avec la culture et les preoccupations de
ceux qui s'y livrent.
La th6ologie est ainsi la science de la tradition
religieuse consignde dans les livres saints ou conser-
vWe oralement dans 1'Eglise. Ses investigations
peuvent susciter des problemes, amener des contro-
verses, crder des opinions divergentes et partant
plus ou moins exactes, sur le sens de la tradition,
sur son contenu et sur le caractere vraiment tradi-








PREFACE


tionnel de telle ou telle doctrine, presentde sous son
autorit6. Science faillible, qui subit 1'influence des
milieux et des temps, elle represente l'opinion des
savants, qu'on ne saurait, au moins dans le cas ou
ils sont unanimes, m6priser sans timerit6 ou didai-
gner sans outrecuidance. Mais ici encore les theolo-
giens ne sauraient etre identifies avec la theologie,
pas plus,que la science avec les savants qui la cul-
tivent. Lorsqu'enfin 1'Eglise croira l'heure venue de
mettre fin aux debats, parce qu'elle juge la lumiere
suffisante pour se prononcer, elle fixera le sens de la
tradition ou 1'6tendue de son contenu sur le point en
litige et developpera ainsi son enseignement official.
Developpement tout subjectif, on le voit, qui consiste
a prendre une conscience plus claire, une compre-
hension plus vaste, une intelligence plus profonde
de ce qu'on croyait autrefois implicitement, tout au
moins en retenant comme sources de la foi 1'Ecri-
ture et la Tradition. Et ici de nouveau, grace au
Saint-Esprit, qui assisted l'Eglise, le d6veloppement,
consacr6 par l'enseignement official, se fera toujours
in codem sensu et in eaclem sententia. C'est un ac-
croissement, oui, un progres sans doute, mais qui
n'ajoute rien A ce que Dieu a rev6l6. Tout consiste
pour nous a nous en rendre compete d'une maniere
plus parfaite.
La tradition historique elle aussi, avons-nous dit,
peut etre l'objet d'une etude, non seulement quand
il s'agit de la constater et de la distinguer de ce qui
n'est que sa contrefacon, et n'en revet que les
dehors sans en poss6der les chances d'information,
mais encore quanta son contenu et quant a la ma-
nitre de se representer les faits peut-6tre complexes,








PREFACE


don't elle conserve le souvenir. Dans ce cas, la con-
naissance de l'6poque et des lieux, oi ces faits se
sont accomplish, pourra aider puissamment a com-
prendre tel detail, mnme a faire revivre la physio-
nomie primitive des 6venements. (Euvre de science
et d'6rudition, qui soulhve maints probl6mes, et n'a
d'autres garantie de success que la competence de ceux
qui l'entreprennent. Nouvelle difference done entire
la tradition historique et la tradition dogmatique.
On le voit, si entire les deux traditions existent
de profondes dissemblances, toutes deux cependant
ont de trop nombreux points de contact pour ne pas
obliger ceux qui 6tudient celle-1A, a la plus grande
circonspection pour ne pas blesser les droits de
celle-ci. Cette circonspection a-t-elle toujours 6t6 en
honneur chez ceux qui s'occupent des traditions
palestiniennes? Peut-stre a la lecture de l'ouvrage
du R. P. Barnab6, plus d'un se demandera si l'on
n'a pas procede avec trop de precipitation en 6car-
tant une opinion traditionnelle comme insoutenable.
Plus d'un peut-6tre se dira que la question n'est pas
resolue sans appel, il conclura que maintes tradi
tions ne meritent pas le didain qu'on affected i leur
6gard, et que leur etude exige la plus grande pru-
dence de ceux qui yeulent s'en occuper sans preju-
dice pour l'apolog6tique catholique et pour les droits
de la foi.
Beyrouth, le 6 arril 1905.


-- Fr. FRIDIEN GIANNINI, Archeveque.
































Fig. 1. .IRSALEM VUE PRISE DU.MONT DES OLIVIERS.


1::. ~a71#
i;"
















INTRODUCTION




David prit la cit4 jebuseenne de Sion et en fit sa
capital. Autour de ce noyau, J3rusalem se dive-
loppa.
Autrefois tous croyaient connaitre l'emplacement
de ce centre primitif, l'antique ( ville de David ,
qu'ils localisaient sur le plateau actuel de Sion.
Depuis le milieu du xixe siecle, et aujourd'hui encore,
nombre de savants se demandent ou il est.
Pour s'y retrouver, les anciens avaient un moyen
fort simple ; car leur tradition topographique 6tait
soudee a un monument, debout pendant des siccles,
et que les premieres generations chr6tiennes con-
templaient.
Les livres historiques de la monarchie israelite,
utilisant en g6ndral des sources contemporaines ou
Sides documents de caractere public, placent le tom-
beau de David, de Salomon et de la plupart des rois
de Juda dans 1'enceinte de l'ancienne Sion, devenue
( ville de David (1). C'est un tombeau reserv6 aux
chefs de la nation (2), et les annales du royaume
(1) III (j1 Reg. II, 10; XI, 43; XIV, 31; XV, 8, 24; XXII, 51.
IV (1I) Reg. VIII, 21; IX, 18; XII, 21; XIV, 20; XV, 7, 38;
XVI, 20.
(2) Les rois seuls furent ensevelis dans 1'interieur de la ville. Par excep-
tion, le grand pretre Joiada, ayant 6td regent du royaume, fut depos6









INTRODUCTION


conservent les noms de ceux qui durant quatre
siecles y furent ddposds ou en furent exclus (1).
Au retour de l'exil, les vieillards qui avaient vu
les splendeurs du temple de Salomon (2), avaient
vu 6galement la royale necropole. Du coup, Ndhemie
retrouve sans hesitation la (( ville de David (3).
Un peu plus d'un siecle avant Jesus-Christ, le
pretre-roi Hyrcan p6netre dans le domaine fund-
raire, en quote de richesses, destinies A liberer
J6rusalem du siege d'Antiochus le Pieux (4).
H6rode le Grand A son tour viole la s6pulture;
mais entrav6 dans sa tentative (5), il ne peut arriver
jusqu'aux chambres s6pulcrales de David et de
Salomon. Afin de rdparer son sacrilege attentat, il
construisit avec le faste don't il 6tait coutumier,
(( un splendid monument en pierre blanche a l'entrde
du sepulcre de David (6). ,


dans le s6pulcre de David. (II Par. XXIV, 16). D'aprBs les Talmuds, la
proph6tesso Iloulda fut aussi onsevelie dans la ville. Voir A. Neubauer,
La Gdographie du Talmud, Paris, 1868, p. 136.
(I) A cause de leurs iniquit6s, Manassds et Ammon ne furent pas ense-
velis avec leurs pOres. Ils recurent la s6pulture dans leur jardin, au sud
du temple(IV (11 Reg. XXI, 18). Ezdchiel (XLIII, 7) vit dans le voisi-
nage do ces tombeaux une profanation du sanctuaire.
(2) Esd. IlI, 12.
(3) Neh. IlI, 15, 16; XII, 36.
(4) Jos6phe, Ant. jud. VII, xv, 3; XIII, vmi, 4. Bell. jud. I, n, 5.
(5) D'aprBs la rumeur publique, dit Josephe (Ant. jud. XVI, vu, 1),
deux satellites d'Hdrode y p6rirent mystdrieusement dans les flames, ce
qui effraya le roi.
(6) Jos6phe, Ant. jud. VII, xv, 3; XVI, vu, 1. Les s6pulcres juils
sont tous concus suivant une m6me donn6o traditionnelle, qui se retrouve
en Ph6nicie. C'est toujours un spios creus6 dans le roc. Les grands
caveaux ont une facade avee un vestibule. Une porte basse et 6troite
conduit dans une salle rectangulaire, autour de laquelle s'ouvrent des
chambres garnies de banes ou de fours a cercueil taill6s dans la masse.
Chez tous les anciens peuples de l'Orient, existait l'usage de d6poser des
objets precieux dans les chambres s6pulcrales a c6td des d6funts.










Saint Pierre dans son discours au people juif de
Jerusalem et de la Dispersion parole avec emphase
de ce tombeau du Roi-Prophite ( jusqu'aujourd'hui
parmi nous (1). ) Ce n'6tait done pas la resurrection
de David, mais bien celle du Messie que 1'Esprit-
Saint avait autrefois annoncee Le fait des deux
tombeaux, celui de Jesus vide, celui de David,
gardant son d6p6t, le prouve sans rdplique. Et trois
mille personnel, convaincues par la harangue en-
flamm6e du Prince des ApOtres, recoivent le baptime
et se joignent aux disciples du Christ (2).
Le monument 6lev6 par H6rode semble meme
avoir surv6cu a la ruine de la cit6 d6icide.
Dion Cassius, racontant la rdvolte juive de 132 sous
Barchocheba, note qu'avant la guerre, ( les Juifs
eurent un presage de cette calamity : le monument
de Salomon, -6-rsiJv -ol 0,pvo;, tenu en grand
honneur, s'6croula sans cause apparent (3). ,
Ce ( monument de Salomon est-il celui eleve par
Hdrode?
Les terms de l'historien romain.manquent de
precision. Mais, 6tant donnd que le temple a cette
6poque 6tait d6truit, la ville en ruines, le plateau de
Sion seul 6pargn6 par les 16gionnaires et devenu en
parties camp remain, on est inclined admettre l'iden-
tification proposee. Et c'est 14 l'opinion de plusieurs
savants (4).
A d6faut d'autres informations, le tombeau des

(1) Act. II, 29.
(2) Act. II, 41.
(3) Hist. rom., LXIX, 14, IIambourg, 1752, t. II, p. 1162.
(4) Von Alten, Die David stadt, Z. D. P. V., Leipzig, 1880, t. II, p. 172.
- C. Mommert, Topographie des alten Jerusalem, Zion u. Akra, Leip-
zig, 1901, p. 302.


INTRODUCTION


XVII











vieux rois hebreux designait done l'emplacement de
la ( ville de David ,. Aussi nous est-elle indiqu6e
sans hesitation par les anciens. A en croire Flavius
Josephe, la ville de David occupait la colline
sud-ouest de J6rusalem, le plateau de Sion (1).
Eus&be de Cesarde (2) et saint Jer6me (3) ne parent
pas autrement.
Sur le mont Sion 6galement, le PMlerin de Bor-
deaux (4), sainte Silvie d'Aquitaine (5), sainte Paule
visitent ( la ville don't s'empara David et qu'il
rebAtit (5). ,
La tradition juive passa dans la society chretienne
sans que les rabbins reprochassent jamais aux chr6-
tiens d'avoir par un deplacement topographique ou
par une superfetation, rench6ri sur les gloires du
mont Sion, devenu par les mysteres du Saint-
CUnacle le berceau de l'Eglise. Le royaume mes-
sianique commengait A s'6panouir lh m6me ou David
avaitjetd les bases de la grandeur future du royaume
juif. Touchante coincidence du symbol et de la
reality.
Il y a plus, ce fut la pretendue existence du tom-
beau de David sous 1'6glise du C6nacle, qui causa la
perte de ce sanctuaire pour les catholiques. En effet

(1) Ant. jud., XVI, vii, 1.
(2) ( Le Golgotha... se trouve au nord do mont Sion. ) 'Onomasticon,
6d. Klostermann, Leipzig, 1904, p. 74, mot Golgotha.
(3) ( Paule monta a Sion qui signifie forteresse on lieu d'observation.
David s'empara un jour de cette ville et la re6difia... La on lui montra le
lieu ou le Saint-Esprit 6tait descendu sur cent vingt disciples. a Epist.
CVIII, Ad Eustochium, Migne, Patr., lat. t. XXII, col. 884. Cfr. Ono-
masticon, loc. cit., p. 75.
(4) Itin. a Bordigala Ilierusalem usque, dd. Tobler et Molinier, Publ.
de l'Or. lat., Genbve, 1879, p. 17.
(?) Peregrinatio S. Silviaw, ed. Gamurrini, Rome, 1887, p. 100.
(6) Saint Jdr6me, loc. cit.


XVIII


INTRODUCTION








INTRODUCTION


la 16gende, d'origine juive, fut acccept6e par les
Musulmans, qui eux aussi venerent David; en con-
sdquence ils voulurent lever une mosquee en cet
endroit.
Reellement curieuse cette conspiration des chr6-
tiens, des Juifs et des Musulmans, pour mettre sur
le mont Sion ( la ville de David ,. Voyez-y une
deviation inconsciente ou une version tendancieuse,
1'accord n'est pas moins remarquable et demand
une explication. A notre avis, la force de l'antique
tradition, s'imposant i la conscience populaire,
fournit la solution la plus acceptable.
Mais on a fait justement remarquer que beaucoup
de savants sont fort sceptiques en matiere de tradi-
tion. Comme d'instinct ils' 1'cartent, et 16 ou elle
affirme, ils interrogent, non pas la tradition elle-
meme sur son origine et son histoire, ce qui serait
excellent, mais d'autres donn6es, tenues h tort ou h
raison pour plus autorisees.
Dans le .cas present, les topographes modernes
ont interrog6 la Bible et les d6couvertes archdolo-
giques.
Aussit6t surgissent des difficulties exeg6tiques con-
sid6rables. La Bible est moins un livre qu'une bi-
bliotheque d'ouvrages diff6rents d'dpoque et de style,
mais ridig6s la plupart pour des personnel au
courant des matieres traities. De l1 son laconisme,
le vague de ses expressions, la hardiesse de ses m6ta-
phores. Poursuivant un but religieux, elle indique
en passant et jette comme au hasard des indications
d'ordre profane d'autant plus precieuses pour nous,
que le milieu ou s'ecrivit la Bible, a disparu depuis
longtemps.










Un example ayant trait a notre question :- (( Sion )
d6signe h I'origine la citd jdbusdenne devenue la ca-
pitale de David. Sous la plume des poktes, c'est le
temple, Jdrusalem tout entire, la Judde, le people
de Dieu, voire m6me Israel dans la Dispersion !...
La ( ville de David s'dtend 6galement a measure
que le p6rim6tre de Jdrusalem se ddveloppe. Le
premier livre des Machab6es, refl6tant l'enthou-
siasme religieux de l'dpoque, va jusqu'A sdparer le
(( mont Sion de la (( ville de David : celle-ci est
la citadelle des Syriens, celui-lh le temple et ses
fortifications (1).
Ddroutd par cette terminologie, un ministry pro-
testant, apres avoir rompu avec la tradition, conclut
en 1864 que la citd j6busdenne s'dlevait sur le mont
Moriah (2), lh oai fut autrefois le temple de Salo-
mon (3).
Mais l'aire d'Ornan, dtablie en cet endroit au temps
de David, oblige d'autres savants A confiner la
cite jdbusdenne sur le prolongement m6ridional du
Moriah, qui, au moins depuis la captivity de Baby-
lone, porte le nom d'Ophel. L'usage oriental en effet
ne permet pas une aire h l'interieur d'une ville
forte (4).
Et les m6mes textes bibliques qui conduisent les

(I) I Macch. I, 33; IV, 36; XIV, 26; XV, 37.
(2) Ch. Ed. Caspari, Zion und die Akra der Syrier, Theol. Studies u.
Kritiken, 1861, p. 309-328.
(3) II Par. III, 1.
(4) En Orient, le ble est g6ndralement .battu par les bhaufs qui le foulent
aux pieds en merchant dessus dans tous les sens (Deut. XXV, 4). Une
lois broy6, on le lance en l'air avec des pelles en bois pour le vanner. Le
grain, plus lourd que la paille, en est sdpa~6 sous I'action du vent. C'est
pourquoi 'aire est situde h un endroit expos h tous les vents, de prefe-
rence au sommet d'une colline.


XX


INTRODUCTION









INTRODUCTION


uns au Moriah, les autres A 1'Ophel, amenent quel-
ques palestinologues au nord du temple (1), autour
du Golgotha (2) et mime h la tour de Goliath (3), qui
certes appartient h 1'enceinte d'Herode Agrippa. II
en est enfin, qui en vertu des memes textes s'arretent
au site traditionnel et placent la ( ville de David a
sur le mont Sion actuel (4).
En 1882 M. Birch compete neuf theories topogra-
phiques sur 1'emplacement de la ( ville de David ,,,
et dans sa nomenclature ne figurent que les systimes
6crits en langue anglaise (5).
A son tour le site du Millo, la ville basse rdunie

(1) I. Olshausen, Topographie des alten Jerusalem, Kiel, 1833, puis
Fergusson en 1847 et Thrupp en 1855 (Zimmermann, Restaurirte Stadt-
plane, Bale, 1878,.- E. Clarkes, Travels. in Europe, Asia, etc., Londres,
1811, placa le mont Sion au mont du Mauvais Conseil. Ces theories ne
trouv6rent alors pas d'6cho.
(2) M. Warren, The comparative holiness of Mounts Zion and Moriah,
P. E. F. Quart. St., 1869, p. 80. The tomb of David, Id. 1875, p. 102,
place le mont Sion au nord de la ville et suppose que les carribres des
Grottes royales formaient le tombeau de David. -- M. C. Conder, Jeru-
salem topography, P. E. F. Quart. St., 1873, p. 152, laisse J6bus au mont
Sion actuel; mais il tend le Millo, la ville basse ou l'Acra, sur le Golgo-
tha, et voit dans le tombeau dit de Joseph d'Arimathie, derriere la
rotonde du Saint-Sepulere, un reste du tombeau de David.
(3) Samuel Bergheim, Identification of the city of David, P. E. F.
Quart. St., 1895, p. 120-123. Cette tour, appelee Kala'at el Djalofd
est communbment prise pour la tour Psdphina don't parole Josephe, Bell'
jud. V, iv, 3.
(4) Ed. Robinson, Biblical researches, Boston, 1811. G. Schultz, Jeru-
salem, Berlin, ISi. G. Williams, The holy City, Londres, 1849. -
T. Tobler, Topographie von Jerusalem, Berlin, 1853. O. Thenius, Das
vorexilische Jerusalem und dessen Tempel, Leipzig, 1849. Lewin,
(V. Zimmermann, op. cit.). Melchior de Vogfl,, Les eglises de la
Terre sainte, Paris, 1860; Syrie, Palestine, Paris, 1876. Dc Saulcy,
Diction. topogr. de la Terre sainte, Paris, 1877. Victor Gu6rin, Jeru-
salem, Paris, 1889. Soullier, Le month Sion et la cite de David, Tulle,
1893. G. Gait, Die Iliigel von Jerusalem, Fribourg en Br., 1897; -
Zion in Jerusalem, Brixen. 1900. C. RBckert, Die Lage des Berges
Sion, Fribourg on Br., 1898. Mommert, op. cit.
(5) The valley ofHinnom nd Zion, P. E. F. Quart. St., 1882, p. 55-56.


XXI










par David A la ville haute prise aux Jebus6ens, donne
lieu aux combinaisons les plus varies. En 1897,
M. G. Gatt en 6numere dix-neuf (1).
Et que tous ces savants aient exactement inter-
pr6t6 la Bible, don't cependant ils se reclament,
ce n'est guere croyable. Aussi rien d'6tonnant si
l'opinion se montre sceptique et consider comme
quelque peu subjectives des theories present6es au
nom de la science objective et de la haute critique.
Comme les textes bibliques habilement manies se
tournent dans tous les sens, ainsi les decouvertes
archeologiques, faites h Jerusalem ces derniires
annies, se pritent-elles aussi aux interpretations les
plus diverse.
Aux yeux du R. P. Germer-Durand.par example,
a la commission anglaise du Palestine Exploration
Fund... s'est obstin6e a chercher Jebus et la ville de
David sur la colline occidentale (le mont Sion ac-
tuel) (2), ramenant toujours h cet objectif des fouilles
don't la conclusion devrait fatalement aboutir a
prouver le contraire (3).
Et cela non plus n'a pas de quoi surprendre. Qui
entreprend des fouilles dans un endroit quelconque
de la ville, ob6it, parfois, a une preoccupatioh. Ses
etudes l'ont amen ha un resultat qu'il veut contrbler.
Aussit6t, il creuse et il cherche lh oi, selon sa lecture
des textes, doit se trouver un mur, un canal, un
escalier, etc. Quelle tentation d&s lors a voir dans la
moindre trouvaille la confirmation de son hypo-

(1) Die Iliigel von Jerusalem, p. 14.
(2) Lorsque nous ajoutons un mot d'eclaircissement aux textes que
nous citons, nous le mettons entire parenthbse et en lettres cursives.
(3) Topographie de Jerusalem, Echos d'Orient, 1903, p. 9.


XXII


INTRODUCTION








INTRODUCTION


thise I1 est si penible de chercher en vain et de voir
s'6crouler faute de donnees positives un system
p6niblement 6chafaud6 et paternellement aim6! C'est
pourquoi les decouvertes arch6ologiques soulevent
souvent plus de problimes qu'elles n'en resolvent.
Si les nouvelles theories topographiques sur Jeru-
salem eurent le don de passionner vivement les
specialistes d'Allemagne, d'Angleterre et d'Am6-
rique, elles n'6murent pas sensiblement les savants
de France. Du reste, la litterature de la question
est presque exclusivement anglaise et allemande, et
les rares 6crivains francais, qui, avec M. Victor
Gu6rin et M. Soullier, se sont occupies du probleme,
se prononcerent en faveur du site traditionnel.
II 6tait reserve h la Revue biblique de faire mieux
connaltre parmi les lecteurs de langue franchise ces
interessants d6bats. Le premier fascicule du savant
periodique publia sur la topographie de Jerusalem
un article magistral, sign par le R. P. Lagrange (1).
Lui aussi entend s'en tenir aux seules donnses
bibliques, et sans detours il carte la tradition qui
(( ne remote guere au-delh du iv" sikcle de notre
ere (2).)) Apris ce que nous avons dit du tombeau
des rois de Juda dans la ,( cite de David ,, ce rajeu-
nissement d'une tradition biblique surprend sous
la plume du docte exdgete.
Soucieux des droits de la critique, le Rev6rend
Pere met (< en suspicion un renseignement qui ne se
trouve pas dans la Bible, et que l'historien (Flavius
Josdphe) ne nous dit pas avoir puisd ailleurs, parce
qu'il est avdr6 qu'il accommode I'histoire ancienne
(1) Topographie de JLrusalem, Revue biblique, 1892, t. I, p. 17-38.
(2) Op. cit., p. 37. Cfr. Revue biblique, 1898, Bulletin, p. 422.
2


XXIII










selon ses vues d'apologie, tandis que nous admettons
tout ce qu'il dit avoir vu (1). ,
Peut-6tre saisira-t-on difficilement en quoi 1'em-
placement de la (( cit6 de David ) sur la colline occi-
dentale d6cele une tendance apologetique.
Quand, ensuite, le R. P. Lagrange admet des
assertions de Josephe (( tout ce qu'il dit avoir vu ,,
plus d'un lecteur se demandera si Josephe n'avait
pas sous les yeux le monument eleven par Herode sur
le sepulcre de David? Le fait est qu'il en parole en
temoin.
Il est aussi regrettable que l'article de l'6minent
Directeur de la Revue biblique soit tellement court
que plusieurs textes scripturaires important et de
remarquables decouvertes topographiques y soient
passes sous silence...
On excusera cependant le Reverend Pire de son
laconisme, puisqu'il ne fait que revetir d'une forme
brillante une theorie amplement developpde en
Allemagne et en Angleterre, notamment par le cha-
noine anglican Birch, 'ardent champion de la theorie
de Sion a l'Ophel. Un vulgarisateur de talent ne s'en
refere-t-il pas implicitement a ceux don't il fait con-
naitre les idles ?
La haute reputation faite h l'illustre Directeur de
l'Ecole biblique a J6rusalem donna une grande
vogue, en France surtout, b la theorie qu'il prit sous
son patronage.
Et de fait, elle avait revitu sous sa plume un
aspect si seduisant, qu'elle finit, pour ainsi dire, par
avoir raison du culte de la tradition et fut enfin
agr6e par ceux memes, qui d'abord' s'6taient 6mus
(1) Op. cit., p 25.


INTRODUCTION


XXIV








INTRODUCTION


de sa nouveaut6. LaRevue bibliqueconstatait nagubre
ce movement, et M. J.-B. Pelt pouvait dire en 1904
( que l'opinion des partisans de l'Ophel tend a pr6-
valoir (1). M&me aux yeux de tel recenseur de la
docte Revue elle a d6jh prevalu ; car A propos d'un
ouvrage du R. P. Nivard Schlcegel (2), il avoue
naivement: ( Nous ne nous attendions pas a trouver
Schlcegel parmi les tenants de l'opinion surann6e
qui veut placer Sion sur la colline sud-ouest (3). ,
Quant aux professeurs de Notre-Dame de France,
basant leur localisation des citis et des souvenirs
( sur 1'examen des faits et des lieux, et aussi sur la
tradition authentique 6tudiee a la lumibre des plus
anciens temoignages (4), l'opinion qui fait com-
mencer Jerusalefn sur l'Ophel leur semble ( ne pas
pouvoir laisser de doute (5). ,
Cette confiance optimiste 6tonne chez des auteurs
familiarises avec les productions de la science con-
temporaine. Involontairement on doute de la theorie
avanc6e comme une vdrite incontestable, quand on.
lit la refutation d6taillee qu'en ont faite plusieurs
6rudits et notamment un professeur de l'Universit6
de Fribourg, M. Ch. Rfickert (6),. et quand on consi-
dbre la multiplicity des systimes divergents, ddfendus
encore aujourd'hui au nom de la Bible et des d6cou-
vertes arch6ologiques par des savants de renom.
Peut-Otre m6me est-il d'autant plus important de
se m6fier des conclusions hAtives sinon pr6maturies,

(1) Histoire de l'Ancien Testament, 4' ed., Paris, 1904, t. II, p. 35.
(2) Die Bilcher Samuels, Vienne, 1901.
(3) Revue biblique, 190i, Recension, p. 610.
(4) La Palestine, Paris, 1901, Avant-Propos, p. v.
(5) Id., p. 56.
(6) Op. cil.


XXV









INTRODUCTION


qu'il s'agit dans l'occurrence d'une question fort im-
portante. Toute la topographie de Jdrusalem sera
diffdrente selon qu'on mettra son point initial sur le
Sion, sur l'Ophel ou en quelque autre endroit.
L'authenticitd des sanctuaires traditionnels a son
tour en subira les consequences. Ainsi, M. Caspari
mettant la ( ville de David, la sainte Sion, ))au
Moriah cherche le Saint-C6nacle dans les environs
du temple (1). M. C. Conder (2), M. S. Bergheim (3)
et d'autres deduisent de leurs theories que le saint
S6pulcre de Notre-Seigneur appartient en rdalit6
au tombeau des anciens rois h6breux, situd au sein
de la ( ville de David. ,
Enfin, une question de m6thode se pose ici. Est-il
critique de rejeter en bloc le t6moignage de la tra-
dition alors surtout que la diversity des systemes.
tous bases sur la Bible et sur le rdsultat des fouilles,
d6montre que ces sources d'information manquent
d'ampleur et de precision pour terminer le debat?
Neanmoins, nous n'entendons pas faire l'dtude de
la tradition du mont Sion, ni prendre celle-ci comme
base de notre discussion. Tout simplement nous
passerons en revue lesdiffdrents arguments bibliques
et archdologiques mis en avant, et nous essayerons
d'en analyser la valeur (4). Le r6sultat de notre
enquetepermettra dejuger du bien fond6 de l'opinion
traditionnelle.

(1) Op. cit., p. 316-317.
(2) The holy Sepulchre, P. E. F., Quart. St., 1883, p. 73.
(3) Op. cit., loc. cit.
(4) Nous nous occuperons particulibrement de la th6orie qui place Sion
a l'Ophel, parce que la plus accr6ditde, et nous nous r6fdrerons volontiers
a l'6tude du R. P. Lagrange qui a expose le nouveau syst6me avec le
plus de talent.


XXVI











(P. I)


L L .
, Towkma u "'-
d,, 1oitta'liobsi,)t ..i


I'


If' m


Fig. 2. .IERUSALEM. -- C.ARTE HYPSOIETRIQUE.
Equidistance 20 metres Echelle I : 15 ooo.


,.


elar
)~(I










LA VILLE DE DAVID








CHAPITRE PREMIER

Le month Sion.


I. Les trois collins de l'ancienne ville.

La Ville sainte est assise sur un plateau born ha
l'orient par la vallee de Cedron ou de Josaphat, au
midi et h l'occident par la G6henne ou valley
d'Hinnom. Ces deux vall6es, qui englobent les trois
quarts de la cite, naissent h une demi-lieue de dis-
tance au nord des remparts actuels.
Ce plateau, isol6 des collins environnantes, le
Scopus (825 m.) (l), le mont des Oliviers (818 m.), le
mont du Scandale (734 m.), celui du Mauvais Con-
seil (777 m.) et les hauteurs h l'ouest (780 m.), est &
son tour d6coup6 par des vall6es plus ou moins pro-
fondes (2).
Tout d'abord, a ce group de mamelons appelds
collins des Cendres et situps a un kilom6tre au

(1) Les chiffres suivis de la lettre m. et mis entire parenthese indiquent
en m6tres les altitudes au-dessus du niveau de la mer Mediterranee.
(2) Quand il est question du relief de Jorusalem, la vallde n'est qu'un
ravin formant le lit d'un torrent d'hiver.










LA VILLE DE DAVID








CHAPITRE PREMIER

Le month Sion.


I. Les trois collins de l'ancienne ville.

La Ville sainte est assise sur un plateau born ha
l'orient par la vallee de Cedron ou de Josaphat, au
midi et h l'occident par la G6henne ou valley
d'Hinnom. Ces deux vall6es, qui englobent les trois
quarts de la cite, naissent h une demi-lieue de dis-
tance au nord des remparts actuels.
Ce plateau, isol6 des collins environnantes, le
Scopus (825 m.) (l), le mont des Oliviers (818 m.), le
mont du Scandale (734 m.), celui du Mauvais Con-
seil (777 m.) et les hauteurs h l'ouest (780 m.), est &
son tour d6coup6 par des vall6es plus ou moins pro-
fondes (2).
Tout d'abord, a ce group de mamelons appelds
collins des Cendres et situps a un kilom6tre au

(1) Les chiffres suivis de la lettre m. et mis entire parenthese indiquent
en m6tres les altitudes au-dessus du niveau de la mer Mediterranee.
(2) Quand il est question du relief de Jorusalem, la vallde n'est qu'un
ravin formant le lit d'un torrent d'hiver.








LA VILLE DE DAVID
nord de la ville, nait une troisinme valle, qui cou-
rant entire le Cedron et la Gehenne, passe sous la
porte de Damas et va aboutir au sud-est de la ville,
au point de jonction des deux vallees pricedentes.
Le plateau est ainsi coupd du nord au sud en deux
parties d'un aspect assez different.
La parties orientale comprend la colline de Jr6d-
mie (772 m.) et le mont Bezdtha (760 m.) separds par
une longue tranchie artificielle, le Moriah et l'Ophel.
Le Moriah est un long promontoire, don't le sommet
(745 m., autrefois 1'aire d'Ornan, fut occupy par le
temple de Salomon. L'Ophel est la descent assez
rapide qui fait suite au Moriah et se termine a la
piscine de Silo6 (650 m.).
La parties occidentale est couple a la hauteur de
la porte de Jaffa par une valley qui descend de
l'ouest a l'est avec une pente de 33 mitres. Cette
vallee transversale se confond au pied du Moriah
avec la vallee central, qui va du nord au sud. Entre
ces deux vall6es le terrain monte doucement vers le
nord-ouest et atteint bient6t une altitude de
818 metres. Le versant infdrieur est occupy jusqu'd
la hauteur de 785 mitres par la ville actuelle et
porte le nom de Gareb (1). Le seul renflement de
terrain a signaler dans cette region est le Golgotha
ou Calvaire (768 m.).
La section sud-ouest est a son tour traverse en
diagonale, du nord-ouest au sud-est, par une d6pres-
sion, aujourd'hui en parties comblde, autrefois un
vallon, lui aussi ddbouchant dans la vallee cen-
trale, vers la piscine de Silo6. D'of, a I'ouest un


(1) Jer. XXXI, 39.








LE MONT SION


plateau allong6 et droit, qui atteint 777 metres, a
l'est un autre plus petit et de forme arrondie, qui
ne d6passe pas 757 metres. Ces deux plateaux, de
nos jours A peine distincts, mais nettement isolds de
tous c6bts par des valleys a l'aspect de ravins et
presque de precipices, portent le nom de mont Sion.
A cette description chorographique comparons
celle que nous a transmise Jos6phe.
( Fortifide par une triple enceinte, dit-il, except
au-dessus des vallees infranchissables (oi il n'y
avait qu'un mur), la ville 4tait batie sur deux col-
lines places en face l'une de l'autre et separees par
une vallee don't les flancs 6taient couverts de nom-
breuses maisons.
( La colline qui portait la ville haute 4tait de
heaucoup la plus 6levie et la plus droite dans le
sens de la longueur; a cause de sa forte position,
elle avait 6t6 nommee citadelle par David (pare de
Salomon le premier fondateur du temple) : nous,
nous l'appelons aujourd'hui le March6 haut.
( L'autre colline, recourbee aux deux extremites,
s'appelle Acra et portait la ville basse (1). En face de
cette derniere, 6tait une troisieme colline par nature
plus basse que 1'Acra et s4parde d'elle par une vall6e
large qui jadis fut autre. Dans la suite, les rois
asmondens, h l'6poque de leur domination, com-
blirent la vall4e pour r6unir le temple a la ville, et
abaisserent le sommet de 1'Acra, afin que le temple
le dominat aussi. Or la vall6e appel6e Tyropeon

(1) M. A. Neubauer (Geographie du Talmud, Paris, 1868, p. 138) dit :
( Les Talmuds mentionnent plusieurs fois los marches sup6rieurs et inf6-
rieurs de J6rusalem. Ce sont des quarters correspondent a la ville haute
et a la ville basse de JosBphe. a









4 LA VILLE DE DAVID

(des Fromagers) qui, avons-nous dit, spare la ville
haute de la ville basse, s'6tend jusqu'A Silo6; car
c'est ainsi que nous nommons cette fontaine qui est
douce et abondante. A 1'exterieur, les deux collins
de la ville 6taient entourees de vallees profondes et,
a cause des precipices qui les bordaient de part
et d'autre (1), elles n'etaient accessible d'aucun
c6td (2). "
Que vaut cette description?
Josephe, l6vite de naissance, 6lev6 aux dcoles
rabbiniques, avait passe une bonne parties de sa vie
h Jdrusalem. Mieux que personnel il en connaissait
les detours et s'6tait initid a toutes les phases de son
histoire. Aux c6tes des Romains durant le siege, il
en avait suivi les p6ripeties, et les informations
ulterieures des officers, qui y avaient pris part,
complktaient ses donnees(3). Cependant il 6crivit
pour glorifier sa nation et flatter les Flaviens, ses
patrons. DMs lors ses assertions doivent etre con-
tr6les, mais ne peuvent etre 6carties avant tout
examen.
D'abord, il mentionne trois collins : la citadelle
ou march haut, portant la ville haute, 1'Acra por-
tant la ville basse, et une troisi6me colline plus
basse que 1'Acra. La vallee du Tyropeon spare les

(1) Jos6phe 6crit a xati .h k ou; i pxaTipiOev xpriivoCi; litt6ralement (( &
cause des precipices des-deux c6t6s. a Mais il vient de dire que les deux
collins 6taient a entourdes de vallees profondes, a et il ajoute qu'elles
n'6taient ( accessible d'aucun cotd. a Le context done interdit do ne
mettre des precipices que sur deux flancs seulement. Du reste la ville
haute de Jos6phe est, de I'aveu de tous, au mont Sion, qui de faith est com-
pl6tement environn6 de values.
(2) Bell. jud., V, Iv, 1.
(3) Contra Apptonem I, 9. Vita, 65. Voir, C. Fouard, Saint Jean,
Paris, 1905, p. 52-58.








LE MONT SION 0

deux premieres, la vallee large s'6tend entire la
second et la troisieme.
Description topographique d'un temoin, qui parait
fort indifferente h l'apolog6tique.
Mais, d'apres lui, !es rois asmondens auraient
abaiss6 l'Acra : en consequence, les vallees qui
l'entourent doivent avoir change d'aspect. Ailleurs
il assure que le people travailla sans interruption
pendant trois ans & cette gigantesque entreprise (l).
C'6tait l'6poque des corvees, en usage dans tout
l'Orient et Josephe possede sur la p6riode asmo-
n6enne trop de documents aujourd'hui disparus
pour ne pas se recommander a notre attention. De
l'aveu des savants, son histoire, pour ces rignes,
merite cr6ance et sauf appreciations discutables,
elle s'impose aux critiques les plus exigeants.
D'ailleurs, ce qu'il dit des collins et des vallies
de I'ancienne Jerusalem, ou se constate encore
aujourd'hui, ou du moins n'6chappe pas a un exami-
nateur attentif.
Si le colossal travail entrepris par les Juifs pour
abaisser l'Acra, doit avoir fait presque disparaitre
la second colline de Jos&phe, il a cependant laiss6
des traces suffisantes pour contr6ler les dires de
l'historien. C'est ainsi que le R. P. Lagrange nous
fait observer qu'en realit6 le rocher se redresse un
peu entire le sommet de la colline occidentale (ville
haute) et la grande vallee central (qui spare la
deuxieme colline de la troisieme), ( mais seulement
d'une hauteur de 6m,45 (2). ) II faut ajouter qu'entre
ce plateau et l'autre plus 6tendu de 1'ouest, des


(1) Ant. jud. XIII, vi, 6. Bell. jud. I, ii, 2.
(2) Op. cit., p. 22.









LA VILLE DE DAVID


fouilles n'ont pas encore 6td pratiquees pour retrou-
ver le niveau primitif, et que le petit plateau nord-
est de Sion surplombe la vall6e central d'environ
35 m&tres.
Conclusion : nous croons pouvoir retenir comme
exacte la description topographique de Josephe.
Mais comme s'il avait privu les confusions qui
devaient se produire dans la suite, il nous avertit
que si apres le siege de Titus ( quelqu'un venait
dans la Ville sainte aprbs 1'avoir vue auparavant,
au milieu de J6rusalem il se demanderait : Ou
done fut Jdrusalem, (1) ? Pour emphatiques
qu'elles puissent paraitre, les paroles de l'historien
juif servent d'6piphoneme A la scene de destruction
perpdtude dans les ruines que Tacite semble avoir
eue sous les yeux (2).
Pour lui Jdrusalem n'est plus assise sur trois col-
lines, mais sur deux seulement!
Adrien rebatissant une ville nouvelle, AElia Capi-
tolina, et tragant sa magnifique rue aux colonnes,
qui, courant de la porte de Damas A l'ancienne porte
de David, passait entire les deux plateaux du mont
Sion actuel, dut encore contribuer A faire dispa-
raitre la physionomie primitive des lieux.
Aussi, aujourd'hui la ville parait-elle batie sur
deux collins. Comme 1'6crit le R. P. Lagrange,
, c'est l'impression que produit immediatement h
l'imagination la vue qu'on decouvre soit du som-
met de la porte de Damas, soit de la terrasse des

(1) Bell. jud. VI, i. 1.
(2) Historia roman, V, 11. Tacite fut probablement proconsul
d'Asie vers I'an 110 ap. J6sus-Christ. Voir Bulletin de correspondence
helldnique, 1890, p. 621. -R. Cagnat, L'annde epigraphique, 1890, n, 110








LE MONT SION


Sceurs de Sion(l)... Et fort.justement il ajoute:
( C'est dejh l'id&e g6ndrale qu'en donne Tacite.,,
Moins exactement il continue: < et m6me l'histo-
rien juif (2). )
A son tour, le R. P. S6journe, commentant la
description de Flavius Josephe, non seulement s'en
rapport A 1l'impression que produit immediate-
ment h l'imagination la vue de la cit ha vol d'oi-
seau, mais invoque comme arbitre un ( heureux
mortel completement ignorant des discussions
topographiques sur J6rusalem, et demand son avis
( sans qu'il ait eu le temps de consulter personnel. ,
Mais 6coutons le docte Dominicain : ( Josephe, on
le voit, dit le R. P. S6journe, apris avoir annonc6
une enceinte, tant6t triple, tant6t simple, s'inter-
rompt aussit6t pour decrire sommairement la ville.
C'est tout natural : il faut bien connaitre le terrain
qu'il s'agit d'entourer. Mais, remarquons-le, dans
cette description il se borne A ce qui est la vraie
ville, la ville ancienne; le reste viendra plus tard.
Des lors il nous la reprisente sur deux collins qui
se font face, don't 1'une est plus 4lev6e et plus droite,
l'autre plus basse et recourbee aux deux extr6mites :
une vallee les spare au milieu, vallie qui s'en va
jusqu'A la piscine de Silo6; et 6 l'extremit6 de ces
deux collins, deux autres vall6es si profondes
qu'elles meritent le nom de precipices, PaOsi
opa?;. Supposons done quelqu'un qui arrive a
Jerusalem pour la premiere fois, n'ayant encore
jamais entendu parler, l'heureux mortel, du bellum
topographicum; placons-le au nord h l'endroit le


(1) Op. cit., p. 18.
(2) Loc. cit.








LA VILLE DE DAVID


plus favorable pour .qu'il puisse bien juger de la
configuration du sol, d6barrassons le terrain pour
un instant des constructions qui le recouvrent, des
d6combres qui s'y sont entass6s depuis dix-neuf
siecles, du mur actuel de la ville qui arr6te la vue
au sud, et prions. cet,homme de nous dire franche-
ment, sans qu'il ait eu le temps de consulter per-
sonne, ot sont les deux collins indiqu6es par l'his-
torien Je crois pouvoir affirmer qu'il nous montrera
la haute colline occidentale avec son massif ro-
cheux tout droit, et la colline orientale plus basse,
en forme d'arc recourb6. Elles se font vraiment
face, une vall6e les spare qui arrive jusqu'A la
piscine de Silo6, en dehors, a l'est le torrent de
CUdron, au sud et a 1'ouest le Wadi Er Raouby ou
Gehenne sont bien les vall6es ou precipices en ques-
tion.
< C'est 1l une v6rit6 topographique dvidente. Et
pourtant il en est qui n'ont pas saisi cette 6vi-
dence (1). ,
On. le voit, notre (( heureux mortel ) a 6t6 d6gu
par les apparences et a pris, comme beaucoup du
reste, le Moriah pour la second colline de Josephe.
Une m6thode plus critique lui aurait rappelk que la
cit6 a change d'aspect depuis la description qu'en
donne 1'auteur de la Guerre juive; et la Bible lui
aurait appris que d6jh de son temps Salomon fit
combler une vall6e h l'int6rieur de la ville (2). C'est
ainsi qu'une etude pr6alable de l'histoire aurait
permis mieux qu'un simple coup d'ceil de se rendre
compete des points aplanis et des endroits remblay6s.
(I) Les murs de Jdrusalem, Revce biblique, 1895, p. 40.
(2) 111 (1) Reg. XI, 27.








LE MONT SION


Mais alors, peut-6tre, n'eut-il pas saisi la pr6ten-
due (( vritd topographique 6vidente. Et dans ce
cas nous n'oserions pas dire que le progres scienti-
fique en eit 6t6 arrWtd.
Quoiqu'il en soit, le Moriah n'est guere une col-
line (( environnee de vall6es et de toute part inac-
cessible, puisque, au nord, il se rattache au
Bez6tha par une pente douce. Aussi est-ce par le
nord, au t6moignage de la Bible et de Josephe, que
les ennemis pin6traient g6ndralement dans la ville.
Et suppose mime que le Moriah rdpondit a ce signa-
lement, resterait encore a trouver la troisieme col-
line (( s6paree de la precidente par une vall6e large. ,
Des qu'on fait du Moriah la second colline, on
se demand oi placer I'Acra, ville assise sur la
deuxieme colline ? Aussi les tenants des theories
nouvelles la localisent-ils un peu au hasard, sur la
pente du Gareb, qui au Golgotha, qui h l'orient de
ce monticule, qui dans le voisinage de la tour Psd-
phina, ou meme sur toute 1'6tendue comprise entire
la vallhe transversale et la vallee central. Mais en
aucune faron la d6clivit6 du Gareb ne rappelle la
colline ( environnee de ravins ) encore moins de
( precipices. Aussi quelques partisans de l'Ophel
prdferent-ils chercher 1'Acra soit au nord, soit au
sud du temple (1), ou sur le penchant mdridional du
Moriah.
Restent enfin les assertions et les recits de Josephe,
qui dans cette hypothese deviennent des dnigmes

(1) Sur le plan qui accompagne son article (op. cit. p. 19), le R. P.
Lagrange 6crit le mot Acra ?, avec un point d'interrogation, entire l'Anto.
nia et le Dome de la Roche. Puis dans l'angle sud-est de l'esplanade du
temple on lit encore une fois Acra?, avec un autre point d'interrogation.








LA VILLE DE DAVID


indechiffrables. Ainsi selon lui la ville haute et la
ville basse 6taient limitees au nord par la premiere
enceinte, parallkle & la valley transversale. Le
Gareb restait done exclu de l'ancienne ville.
Lors du si&ge de 70, t6moin et strategiste, Josephe
raconte que les soldats remains avaient deja succes-
sivement envahi la troisinme et la deuxieme enceinte,
rase la forteresse Antonia, d6truit le, temple et
incendi6 I'Ophel, lorsqu'enfin ils delogerent les
factieux de l'Acra, la ville basse, et vinrent les
assi6ger dans la .ville haute, au pied des c6l6bres
tours d'Hippicus, de PhasaOl et de Mariamne.
Or une telle tactique de la part des 1egionnaires
est, incomprehensible et un tel recit devient un
tissu d'incoherences pour qui fait du Moriah la
second colline, ou du Gareb l'Acra, la ville
hasse.
C'est pourquoi les n6o-critiques se montrent si
sevyres pour l'historien juif, a tel point que les plus
indulgents le traitent d'6crivain distrait, fantaisiste,
toujours en contradiction avec lui-meme.



II. Les deux collins de la ville de David.


Apres avoir 6tudi6 la question en tous les sens
pendant quinze ans, le savant palestinologue suisse,
M. Tobler, eut une meilleure opinion de Josephe.
Il nous raconte ses efforts pour retrouver sur le
sol actuel -'emplacement de Jdrusalem, au moyen
des textes de la Bible et de l'historien juif, efforts
demeures sans success jusqu'au jour oi il se











(P. I I )


AJ


Fj. 5. MO~INrt-SIcN. C.RIE IIYPSOIETTiII Io:.
EIquidistance 5 mntttes 'chelle i 7 -oo


- p ,I -..


17t








LE MONT SION


demand s'il n'6tait pas, comme Tacite, victim
d'une illusion. Renongant a voir dans le Moriah et
son prolongement m6ridional d'Ophel la second
colline de Josephe, il donna une autre direction h
ses recherches. Cette fois il crut avoir trouvi la clef
du probleme et ses conclusions timidement avan-
cees (1) ont paru solides h M. Mommert (2).
Selon M. Tobler, la premiere colline de Josiphe
n'est pas tout le Sion actuel, mais seulement la sec-
tion occidentale du plateau, sensiblement la plus
haute et la plus 6tendue. Josephe dit ( la plus droite
dans sa longueur. C'est lh qu'il localise la ville
haute. La deuxieme colline est la parties nord-est
du plateau, aujourd'hui environ 20 metres moins
6levie que l'autre section, arrondie et separde de
celle-ci par la depression don't nous avons parl6 plus
haut; lh se serait d6veloppee la ville basse; les tra-
vaux des Asmondens auraient altrc6 sa physionomie
primordiale. La depression, encore visible aujour-
d'hui, de la vallke transversale jusqu'h Silo6 serait
le Tyropeon de Josephe. Enfin la troisieme colline
situde en face de la precedente, plus bas qu'elle et
de l'autre co6t de la large vallee, serait le Moriah.
Le nom de Tyropeon donn6 A partir du xvie siecle h
la vall6e large, en parties comblke, aurait ddtermind
la s6rie de transpositions, qui encore de nos jours
mettent les topographes en disaccord entire eux et
avec l'auteur de la Guerre juive.
Que penser des conclusions de M. Tobler, a la

(1) Topographie von Jerusalem, t. I, Berlin, 1853, p. 28-45. II est
surprenant que pendant un demi-si6cle de discussions, parfois tres vives,
la theorie de M. Tobler n'ait guere W6t prise en consideration.
(2) Op. cit.






A








12 LA VILLE DE DAVID
lumiere de la sainte Ecriture et des decouvertes
archdologiques?
Racontant l'occupation progressive de la Palestine
par les enfants d'Isral, les livres sacrds nous donnent
quelques indications interessantes : un detail topo-
graphique sur la vieille cit6 jebus6enne d'Urusalim,
Jerusalem; le rdcit, malheureusement trop concis,
de la prise de la ville; enfin un mot sur les travaux
qu'y executerent les conqu6rants.
Le livre de Josu6 a inser6 dans son texte deux
notices descriptives, redigdes dans le style minutieux
et prolixe, que les critiques attribuent au Code
sacerdotal. L'une trace la limited des tribus de Juda
et de Benjamin de 1'orient a l'occident, l'autre de
l'occident A 1'orient : ( ... A la fontaine de Rogel,
elle remote la vallde du fils d'Hinnom, c6toyant la
cit6 des Jebuseens (1) au midi, et elle monte la vallIe
jusqu'au sommet de la montagne qui regarded
Gehennom A l'occident et qui est a l'extrdmit6 de la
valley des Refaim contre l'aquilon (2). Et plus
loin : ( ... Elle descend le versant de la montagne,
qui regarded la vall6e du fils d'Ennom et qui est au
nord a l'extrdmit6 de la vallee des Refaim, et elle
descend Gehennom, c6toyant les Jdbusdens au sud
et elle descend A la fontaine de Rogel (3). De ces
indications il resort que la vieille cit6 jebus6enne,
devenue ville de David, 6tait contournde au sud et a
l'ouest par la vallde d'Hinnom (4).
(1) Le texte massor6tique et les LXX ajoutent en manibre de glose
explicative a qui est J6rusalem. ) Ce serait la un indice en faveur de
l'antiquit6 de notre notice.
(2) Jos. XV, 8.
(3) Jos. XVIII, 16.
(4) La montagne don't il est question dans le livre de Josu6 est cell du
Mauvais Conseil, au sud de la vallee d'Hinnom, s'inclinant vers l'ouest.









LE MONT SION 1J

La vall6e central, qui vient du nord et d6bouche
dans le Cedron au sud de Silo6, peut-elle passer pour
la vallee visde par nos documents? Nous ne le
croyons pas; car si elle long l'Ophel h 1'occident,
elle ne forme en aucune fagon un coude, qui
1'enserre au sud et l'ouest. Un coup d'ceil sur la
carte, ou mieux encore l'examen des lieux, permet
d'en juger. Au contraire, ces conditions sont parfai-
tement remplies par la vallde d'Hinnom, connue
dans la Bible par le culte idolAtrique de Moloch, et
situde au sud et h 1'ouest du mont Sion (1). Ce serait
done sur celui-ci plut6t que sur l'Ophel t2) qu'il
faudrait chercher 1'antique ville j6busdenne de Jdru-
salem.
D'apres deux passages du livre des Juges, un clan
Benjamite, sans chasser les Jdbuseens, aurait de
tres ancienne date cohabit6 avec eux (3), tandis que
des Judaites se seraient empard de la cited, en auraient
pass les habitants au fil de l'dpde et l'auraient livrde
aux flames (4). Evidemment il ne peut pas 6tre ici

La valley de Raphaim est d'apres Eusebe (Onomasticon) au nord de
Jerusalem, dans la tribu de Benjamin, et communement d'aprbs Jos6phe
(Ant. jud. VII, iv, 1; xu, 4) et la Bible (1I Reg. (II Sam.) V, 18, 22. -
Is. XVII, 5) au sud-ouest de Jerusalem. Du reste le mot emeq, vallon
plat et cultivable, qui la d6signe (II Reg. (II Sam.) XXIII, 13), indique
qu'il faut y voir la plaine fertile borne au nord-est par le mont du Mau-
vais Conseil. Voir De Hummelauer, Comm. in lib. Josue, XV, 8, Paris,
1903, p. 334.
(1) IV (II) Reg. XXIII, 10. II Par. XXVIII, 3. Jer. XIX, 2, 6.
(2) Les professeurs de Notre-Dame de France (Op. cit., p. 55, 145)
prennent la valley qui long le c6t6 meridional et occidental du mont Sion
pour la vall6e de Raphaim, et la valle central a la fois pour le Tyropeon
et l'Hinnom. La vall6e central venant du nord, comme cell de C6dron,
forme, en se joignant a celle-ci, un angle tres aigu. Elle n'offre nulle
part un coude ou une ligne-allant de orient a I'occident.
(3) Jud. I, 20.
(4) Jud. I, 8.









14 LA VILLE DE DAVID

question de la ville don't la prise par David est fer-
mement attestee par l'histoire sacree et par Josephe.
Reste done A y voir, avec ce dernier (1), la ville inf6-


Fig. 4. J lERUSALEM, AU TEMPS DE DAVID.
- Ancienne enceinte: -------- enceinte actuelle.


rieure ou ville basse, nettement distinct de la ville
haute, la vraie Urusalim des tablettes de Tell-Amar-
na, A moins que I'on ne considere ces paroles, avec le

(1) Jos6phe dit des enfants de Juda : a Apr6s avoir faith la conqu6le de
la ville inf6rieure, ils ne purent prendre la ville sup6rieure, a cause de
la solidity des murs et la nature du lieu. Ant. jud., V, n, 2.








LE MONT SION


R. P. Lagrange, comme une glose de copiste h la
gloire de Juda, entrainant A sa suite une harmo-
nisation textuelle, que rien n'appuie (1).
La premiere hypothese nous parait plus fondue.
Voici pourquoi. Les villes de l'antiquitd compre-
naient le plus souvent deux parties : la citadelle et
la ville basse. La premiere, dtablie sur un point
culminant et d'acces difficile, etait d6fendue par une
enceinte fortifide. En cas de danger, elle servait de
refuge a ceux qui habitaient la ville basse, plus
expose aux incursions enemies, mais oi ddbordait
a son aise le trop-plein de la ville haute. Les
Isra6lites durent ici comme ailleurs, tenter des coups
de main plus ou moins heureux, en vue de s'emparer
de positions avantageuses, leur garantissant la
possession effective du pays. Et la ville basse
paraissait si expose aux surprises, qu'un des pre-
miers soins de David fut de l'introduire dans le
systeme de fortifications de sa nouvelle capital.
Devenu roi, I'ancien lieutenant de Sauil comprit la
necessity d'une residence au milieu des tribus,
attachees h leur autonomie et par instinct enemies
d'un gouvernement central. Un glorieux fait d'armes
etait A leurs yeux la meilleure recommendation
pour le nouveau chef. David jeta les yeux sur Jdru-
salem, situde au coeur meme du pays et r6putie
imprenable.
( Et le roi et tous les hommes qui 6taient avec lui,
alla vers Jdrusalem, centre les Jdbuseens, habitants
de cette terre. Et ceux-ci dirent h David: Tu n'en-

(1) Le livre des Juges, Paris, 1903, p. 15. L'auteur fait observer
qu'au 21 certain manuscrits ne lisent pas les mots ( dans J6rusalem )
du texte massorteique et de la Vulgate.








LA VILLE DE DAVID


treras pas ici a moins que tu n'enlkves les aveugles
et les boiteux. Ils signifiaient par lh : David n'en-
trera jamais ici... Or David prit la forteresse de Sion,
qui est la ville de David (1). ,
D'apres le livre des Chroniques, qui parait citer la
meme source, David crut meme devoir exciter
l'ardeur de ses guerriers, ( et il dit : Quiconque frap-
pera le premier les JRbuseens sera prince et chef.
Et Joab, fils de Sarvia, monta le premier et fut fait
prince (2). ,
Sur quelle colline se trouvait la cite jebus6enne ?
Guides par Josephe et l'onomastique s6culaire
encore existante, les anciens l'ont toujours localisde
sur le mont Sion actuel. Personne ne le contest, et
la configuration du site inspire au R. P. N. Schloegel
la remarque suivante: (( Si jamais, dit-il, un texte
indique clairement la position de Sion, c'est bien
celui du IIc livre de Samuel, v, 6-9. II ne peut 6tre
ici question que du point, le plus 6lev4 et le plus
facile A d6fendre de la colline sud-ouest, du Sion
traditionnel (3). ,
Dans ce cas, Jerusalem se serait developp6e a
l'analogie des autres villes anciennes baties en
terrain montagneux. Descendant du point le plus
6lev6 et le mieux defendu d'un rayon donn6, elles
se sont peu h peu 6tendues sur les hauteurs voisines,
les enfermant dans leur enceinte h measure que la
population y devenait plus dense. Elles formaient
ainsi un ensemble de quarters plus ou moins irrd-
guliers, entourds de murs, munis de portes et de

(1) II Reg. (H Sam.) V, 6, 7, 9
(2) I Par. Xl, 6-8.
(3) Die Biicher Samuels, Vienne, 1901, t. II, p. 29.








LE MONT SION 11

tours et se groupant autour de la cit6 primitive, qui
restait toujours le point principal de la defense.
Maitre de Jdrusalem, David (( habitat dans la place
forte et 1'appela ville de David; et il bAtit l'entour
a partir du Millo (1). Ce renseignement nous est
fourni par le livre de Samuel et par le livre des
Chroniques, qui ajoute : et Joab eleva le rest de
la ville (2). De la sorte, la cite s'agrandit, puis-
qu'elle s'6tendit jusqu'au Millo, (( engloba dans son
enceinte la ville basse (3), qui devint ainsi avec la
citadelle j6busdenne (( une seule cit6, environnie de
remparts et confide h la garde de Joab. Les
travaux de ce genre devaient continue sous les
successeurs de David ; mais avant d'en parler,
essayons de ddfinir ce qu'6tait le Millo.
Appuyd sur 1'6tymologie que plusieurs savants
font venir du mot hdbreu > qui signifie
remplir, combler de terre, le R. P. Lagrange y voit
< une certain parties de la fortification ,, plus prdci-
sement (( un point oi on avait d6 former la
vall6e (4). ,
Cependant, l'article constanmment employed devant
le mot Millo, ha Millo, semble indiquer une cons-
truction bien connue, existant d6jh du temps des
Jebusdens. L'ancienne ville chanandenne de Sichem
avait aussi son Millo (4bis), et le R. P. Lagrange y
voit (( un point fortified pros de la cit6 (5).) D'apres
M. Masp6ro (( il y avait un Millo dans toutes les

(1) II Reg. (II Sam.) V, 9.
(2) I Par. XI, 8.
(3) Josephe, Ant. jud., VII, m, 2.
(') Le livre des Juges, p. 165.
(4bis) Jud. IX, 6.
(3) Id., Ibid.









LA VILLE DE DAVID


villes importantes (1). ) C'est pourquoi MM. Grove,
Schmidt et Moore voient plutot dans Millo un nom
d'origine indigene, adopted tel quel par les Israd-
lites (2). Josephe n'emploie jamais ce mot ; il le
replace toujours par le mot Acra ou ville
basse (3), et les Septante le rendent une seule fois
par MeXto (4), prdfdrant aussi dans tous les autres cas
l'emploi du mot Axp. (5).
Le IVC (IIe) livre des Rois raconte que Joas fut
frapp <, dans la Maison de Millo (Beth-Millo) A la
descent de Silla (6). <, Millo, dit M. Wilson,
peut bien ktre l'acropole du mont Sion ou une
de ses tours, et Silla semble avoir dtd situde en
bas 7). ,
A notre tour, nous faisons du Millo un fort distinct


(1) Histoire anc. des peuples de l'Orient cl., Paris, 1897, t. II, p. 693,
note 1.
(2) Hastings, Dictionary of the Bible, Edinbourg, t. III, p. 373, mot
Millo.
(3) Jos6phe, loc. cit.
(4) III (1) Reg. IX, 15.
(5) II Reg. (11 Sam.) V, 9; III (I) Reg. IX, 24; XI, 27. IV (II)
Reg. XII, 20. -I Par. XI, 8. II Par. XXXII, 5.
(t;) IV (1) Reg. XII, 20.
(7) Hastings, Dict. of the Bible, t. IV, p. 515, mot Silla. Le livre de
Neh6mie (III, 15) parole d'une ( piscine de S61ah dans le jardin du roi. )
Le site indiqu6 correspond bien a la piscine de Silo6. Mais les Septante et
les anciens rabbins distinguent ( la piscine de Silo6 dans le jardin du
roi ), de la ( piscine de S61ah ou des peaux a la toison du roi. ) (Wilson,
op. cit., loc. cit.) II est vraisemblable que Selah soit le nom de la ( pis-
cine construite ) qui dans le mime passage de Neh6mie se trouve au nord
de la piscine de Silo6 pros de la ( Maison des Forts et que, par inadver-
tance, le nom de la premiere piscine passat a la seconde) ) D'aprBs le
R. P. Vincent (Les murs de Jdrusalem d'aprds Ndhemie, Revue biblique,
1904, p. 68), ( Selah est a lire evidemment Stila. ) Dans ce cas la Maison
des Forts est Beth-Millo que nous trouvons ainsi au nord-est du month
Sion. Le Talmud parle aussi d'une ( Silod ) situde au milieu de la ville
(Lightfoot, Dis. chorogr., Ugolinus, Thesaurus, t. XXIII, p. 1149). Cfr.
Jos6phe, Bell. jud. II, xvi, 2.










LE MONT SION 19

de la ville jdbusdenne conquise par David (1), et


Fig. 5. JERUSALEM, AU TEMPS DE SALOMON.
Cours du mur meridional d'aprbs M. BLIss.
- Ancienne enceinte; --- enceinte actuelle. Echelle I : 15000.


situd dans 1'Acra de Josephe. Peut-6tre m6me
serait-ce la forteresse visde par le recit du II livre de

(1) Dans le III (1) livre des Rois, IX, 15, le lillo apparalt comme une
forteresse bien distinct de celle de Sion. Cfr. II Par. XXXII, 5.








LA VILLE DE DAVID


Samuel : David se trouvait dans sa capital, y est-il
racontd, lorsqu'il eut vent de la presence des Phi-
listins dans la vall6e de Raphaim. AussitBt x il des-
cendit dans le fort, waiieret hammezuda (1). ) En
effet, I'ennemi ne pouvait attaquer la ville haute
sans 6tre entr6 d'abord dans la ville basse. C'6tait
done celle-ci qu'il important avant tout de defendre,
et le Millo remplissait ce r6le.
Avec une penetration toute orientale, disons pro-
ph6tique, David voulut faire de sa capital le centre
religieux d'Israel. L'opposant aux antiques sanc-
tuaires de B6thel, de Silo et autres, que le people
frequentait depuis des siecles, il resolut de trans-
porter h Sion l'arche d'alliance. Jerusalem devenait
ainsi la Ville sainte par excellence, la demeure de
Jahve et le but des grands pelerinages, qui cimen-
taient I'unite religieuse des tribus et jetaient les
fondements de 1'unite politique. Car ces pelerinages
occasionnaient de veritables foires, associates aux
c6r6monies du culte, et developpaient la conscience
national des ( Fils d'Israel. o
Puis, il reva de construire A Dieu un temple magni-
fique. Ses proportions grandioses, en frappant les
imaginations, rehausseraient le culte, feraient apprd-
cier la grandeur de Jahv6 et releveraient le prestige
de David, son serviteur, et de sa dynastie. D'apres
l'dcrivain ecclesiastique, le roi n'eut pas a choisir
l'emplacement de l'enceinte sacr&e. Lors d'une peste,
occasionnde par I'orgueil du monarque, celui-ci vit,

(1) II Reg. (11 Sam.) V, 17, 18. Le H. P. De Ilummelauer (Com. in lib.
Samuel, p. 305-306) propose de lire : il descendit du fort au lieu de: dans
le fort, a moins qu'il ne soit question, dit-il, d'une forteresse inconnue.
L'existence du Millo explique l'expression hammezuda.









LE MONT SION


pris de 1'aire d'Ornan le JRbus6en, un ange tournant
une 6pde nue vers la ville. A sa priere et devant ses


Fig, 6. JHIIUSALEM, AU TEMPS D'EZE HIAS.
- Ancienne enceinte; ----- enceinte actuelle. Echelle I : 15ooo.


larmes, 1e ftlau s'arreta, car le repentir avait effacd
la faute. David alors acheta le domaine du J6bu-









LA VILLE DE DAVID


s6en (1), y batit un autel h Dieu et y offrit des sacri-
fices. Le feu du ciel consomma les holocaustes et le
Seigneur ordonna h l'ange de remettre son 6p6e au
fourreau.
L'endroit illustr6 par cette thdophanie significative
regut plus tard le temple de Salomon, heritier et
executeur des desseins de son pere. ( Et ainsi Salo-
mon se mit a bAtir la maison de Jahvd h J6rusalem
sur la montagne de Moriah, qui fut montree a
David son pere, et a l'endroit que pr6para David
dans l'aire d'Ornan le Jebuseen (2). )
Sur cette nouvelle colline, au sud du sanctuaire,
qu'entourait, comme A Silo, tout un quarter sacer-
dotal (3), Salomon construisit ses palais : la maison
du bois de Liban a trois stages et A quarante-cinq
sales, le portique du tr6ne qui lui-meme servait de
tribunal, sa maison d'habitation, et la maison de la
fille de Pharaon (4).
Toutes ces constructions, y comprise celle du
temple, dtaient l'oeuvre d'architectes et d'ouvriers
pheniciens, s'inspirant des usages de 1'Egypte et de
l'Assyro-Babylonie. C'est assez dire les dimensions
et le faste de ce.nouveau quarter religieux et royal.
Des fouilles faites un peu partout en Orient, mais

(1) L'achat de ( la montagne que Dieu montra a David ) est racont6 en
appendice an dernier chapitre du II" livre de Samuel. Le R. P. Schloegel
(op. cit.) dit qu'on peut placer sans crainte les r6cits de tout le cha-
pitre XXIV, entire la rebellion d'Absalon racontie au chapitre XX, et la
conspiration d'Adonias racontde au I' chapitre du III (I) livre des Rois.
Presque pendant tout le regne de David, le sommet de la colline orientale
restait la propriety du Jlbus6en. Ce n'est done pas la qu'on doit chercher
la forteresse de Sion et les travaux de David.
(2) 11 Par. III, I.
(3) Jos. XVIII, 1. Cfr. 1 Reg. (I Sam.) XXI; XXII, 19. III (I)
Reg. III, 4.
(4) III (1) Reg. IX, 1, 15, 24; XI, 27.








LE MONT SION


surtout h Suse et dans le bassin du Tigre et de 1'Eu-
phrate, peuvent nous en donner une idde. Sans
doute, a Jerusalem l'exiguitd relative du Moriah ne
permit pas d'immenses constructions ; mais celles-ci
ne purent manquer ni de grandeur ni d'dclat.
A defaut d'autres preuves, l'accent enthousiaste,
que les 6crivains bibliques (1) et Josephe (2)'mettent
A les decrire, suffirait a nous en convaincre.
Enfin, Salomon 6difia une nouvelle ligne de rem-
parts, pour rdunir h la ville de David ) le splen-
dide quarter du Moriah, diu tout entier h sa royale
initiative.
Plus tard, la population hierosolymitaine, en
ddbordant vers le nord-ouest, donna naissance a un
nouveau faubourg, qu'Ezechias, au vmie siecle, pro-
tegea par une nouvelle enceinte (3).
Rdsumons maintenant les donndes topographiques
que nous fournissent les textes 6tudids.
La vieille cit6 j6bus6enne de Jdrusalem 6tait
entour6e au sud et A l'ouest par la vallie d'Hinnom;
- a c6td de la ville haute, prise par David, etait un
quarter apparemment plus bas, ddfendu par le
Millo et rattach6 plus tard h la place forte; une
nouvelle colline, le Moriah regut le temple et les
palais de Salomon. Les deux premiers, Sion et la
ville basse, portent dans la Bible le nom specifique
de ( ville de David (4). ,
En some, trois quarters distincts : Sion, la ville
basse, le Moriah, a chercher en dehors du faubourg

(1) III (1) Reg. VI, vi. II Par. III.
(2) Ant. jud. VIII, Ir.
(3) II Par. XXXII, 5.
(4) II Par. XXXII, 5.








LA VILLE DE DAVID


d'Ezechias, qui, de l'aveu de tous, s'dtalait sur les
flancs du Gareb.
Rappelons-nous aussi les indications de Josephe
qui, au jugement du R. P. S6journe, expliquent et
complktent heureusement la Bible. En effet, il inter-
prete les livres sacres d'apres les murs qu'il a sous
les yeux, et qui, dans leur trace, sont anterieurs au
vmye siecle avant Jesus-Christ. Tout le monde est
d'accord lh-dessus (1).
Or, d'apres Josephe, la premiere enceinte de la
ville, oeuvre collective de David et de ses succes-
seurs, allait, au septentrion, depuis la tour Hippi-
cus (2) au Xyste, pour aboutir au portique occidental
du temple ; h l'ouest elle partait de la meme tour,
traversait le Bethso, jusqu'h la porte des Esseniens;
au sud elle passait au-dessus de la piscine de Silo6,
inclinait vers l'est et la piscine de Salomon, atteignait
Ophla et rejoignait le portique oriental du temple (3).
L'6tude du terrain et les d6couvertes archeolo-
giques permettent-elles de localiser ces donnees avec
quelque chance de probability?
Nous laissons de c6te la tour Hippicus et le
Moriah, don't personnel ne contest l'identification,
pour nous corner a la seule ( ville de David. Of
tcmbe le mur septentrional decrit par Josephe ?
A propos du rempart d6truit par Joas, roi d'IsraAl,
au temps d'Amasias de Juda, ( depuis la porte

(1) II faut excepter M. Sayce, suivi par le R. P. Germer-Durand et les
professeurs de Notre-Dame de France (La Palestine) qui soutiennent que
jusqu'au temps des Machab~es on d'H6rode le mont Sion restait en dehors
de la ville.
(2) Ella fit parties du second palais qu'H6rode so construisit A l'angle
nord-ouest du mont Sion.
(3) Bell. jud. V, iv, 2.








LE MONT SION 20

d'Ephraim jusqu'h la porte de l'Angle (1) ,, le
R. P. S6journ e6crit fort bien: ( Qu'il s'agisse du
mur septentrional de la premiere enceinte, c'est
incontestable; la deuxieme enceinte ne fut bitie que
plus tard, comme nous le verrons, sous Ezechias et
Manass ; quant la parties qu'on pouvait d6truire
plus facilement, c'dtait bien la parties septentrionale
qui n'avait point pour la defendre, comme pour les
trois autres, de veritables precipices. D'ailleurs la
preuve en est dans ce. nom de porte d'Ephraim,
indiquant une port par laquelle on sortait pour
aller au pays d'Ephraim, la Samarie actuelle vers
le nord (2).,
Ce mur existait encore au temps de Vespasien,
puisqu'il fut le dernier attaqud par l'armee romaine
arrivee devant la ville basse et la ville haute (3). On
a meme retrouv6 ses vestiges. Mais laissons la parole
h M. de VogfiA : Dans la rue dite Kauatir Mar
Botros (ruelle de Saint-Pierre), raconte l'6minent
archdologue, on a mis h d6couvert deux tours et la
courtine intermediaire ; elles sont construites en
grand appareil rectangulaire sans refends ni cise-
lures. La courtine a 18 metres de d6veloppement (4).
Le fragment de rempart est ras6 h la hauteur du
plateau de Sion; mais du c6t6 du nord, a cause de la
difference de niveau, il a encore une hauteur de
12 metres. Une porte pratiquee au pied d'une des
tours permettait de descendre dans le fond de la


1) II Par. XXV, 23.
( )Op. cit, p. 45.
(3) Bell. jud., VI, vi, vil.
(4) M. Warren, Explorations at Jerusalem, 1881, pl. III, donne A ce
mur une longueur de 90 m6tres, y compris les deux tours.









LA VILLE DE DAVID


vallee. Nous avons lh un reste evident de la premiere
enceinte, de celle que Josephe appelle le vieux mur,
et qui de la tour Hippicus allait rejoindre la face
occidentale du temple (1). )
I1 est tellement evident que la colline occidentale
appartenait d&s l'origine h la ville, que ceux meme
qui font de l'Ophel le point initial de Jdrusalem,
reconnaissent dans les fortifications du Sion tradi-
tionnel, 1'ceuvre de David avec M. Schick (2) et
M. Wilson (3), de David et de Salomon avec les
RR. PP. Lagrange (4) et Sejourne (5); d'autres attri-
buent. David on m6me aux J6busiens la cons-
truction d'un fort h l'angle nord-est du mont Sion,
avec M. Caspari (6) et M. l'abbd Moniquet (7). M. de
Saulcy y voit avec raison le Millo (8), comme
M. Tobler (9).
La vallee don't il vient d'etre question est la val-
lMe transversale qui de la tour Hippicus descend

(1) Le temple de Jerusalem, Paris, 1864, p. 112-113. Cfr. Surrey of
Western Palestine, Memoirs, Jerusalem, Londres, 1881, p. 271.
(2) Die Baugeschichte der Stadt Jerusalem, Z. D. P. V. Leipzig, 1891,
t. XVII, p. 9.
(3) Le c6l6bre palestinologue pense que David a construit tout le mur
autour du mont Sion. Hastings, Dict. of the Bible, t. IV, p. 983, motZion.
(4) En r6ponse aux objections de M. Soullier, le R. P. Lagrange 6crit :
( Je pense que ces constructions se sont 6tendues de tris bonne heure, et
des le temps de David sur la grande colline. Je donnerai done des billets
(de logement) pour les environs du C6nacle aux gens de David, mais non
aux Jebusdens. ) Revue biblique, 1895, p. 143. David a log6 ses gens
dans Sion, la ville jdbusdenne.
(5) Le R. P. Sdjourne dit en parlant .du mur septentrional du mont
Sion : ( Peut-6tre David a ddej commence ce mur : toutefois nous voyons
qu'il avait surtout travailld autour de l'Ophel. a Op. cit., p. 47. Oi
voyons-nous cela?
(6; Op. cit., p. 320.
(7) Jdrusalem, sa topographie primilice, Tours, 1883.
(8) Voir Zimmermann, op. cit.
(9) Op. cit., loc. cit.








LE MONT SION

vers l'orient et aboutit dans la large vallee au pied
du Moriah. S'il n'y avait pas pour la ( ville de
David ) la defense naturelle de ce c6td ( come
pour les trois autres n grace h ( de veritables pre-
cipices, il y avait cependant lh une vallee qui est
allee en se comblant. L'6glise de Saint-Jean-Bap-
tiste, actuellement environ 8 metres au-dessous
du niveau du sol(l), la vue des cartes dresses par
les ifig6nieurs anglais (2), et 1'examen meme des
lieux peuvent aisement le demontrer. Djhi en 1283,
l'drudit pdlerin, Burchard du Mont-Sion, nous la
signal dans une description, que nous nous en vou-
drions de ne pas reproduire : ( La vall6e qui vient
du midi, dit-il, une fois arrive au rocher qui sup-
porte la tour de David, se recourbe et se dirige de
l'occident h 1'orient... En descendant de la tour de
David, la vall6e longeait le c6td nord du mont Sion
et s'avancait jusqu'au mont Moriah ou se trouvait
le temple. Maintenant, il est.vrai, elle est comblee;
ndanmoins on peut encore suivre ses traces (3). n
Au sud, les intdressantes fouilles de MM. Maud-
slay, Guthe et Bliss ont permis de reconstituer le
mur de 1'ancienne ville de ce c6t6. Elles sont trop
importantes pour ne pas nous y arreter; aussi leur
reservons-nous un article special.
La direction des murs a l'ouest du mont Sion

(1) Cette 6glise situee a l'est de la piscine d'Ezechias ou Birket Ham-
mdai el Batrak, 6tait a son origine, du v, au vil sikcle, au niveau du
sol, comme le prouve la disposition des fendtres et des portes. Aujour-
d'hui, le seuil de cet int6ressant monument se trouve a 8 metres
au-dessous du niveau de la rue.
12) Wilson, Ordnance Survey of Jerusalem, Londres, 1865. Surley
of W. P. Memoirs, Jerusalem, p. 271.
(3) Descriptio Terrm Sanctea, cd. Laurent, Pregrin, medii (cvi quatuor,
Leipzig, 1864, p. 64.








Zt LA VILLE DE DAVID
actuel est connue; inutile d'insister. D'ailleurs
toutes les cartes les signalent, et les remparts de
Soliman permettent assez bien d'en juger.
A l'orient, le mur se rattachait au Haram es
Scherif. En plusieurs endroits on en a d6couvert
des vestiges, et leur disposition gendrale est assez
bien 6tablie, comme nous le dirons en parlant de
l'Ophel. C'est lh encore un point, considered gn6ra-
lement comme acquis.
Bref, si l'on peut regretter que Josephe ne nous
ait pas fourni des details plus amples et plus prdcis
sur le parcours de la premiere enceinte, au temps
des rois de Juda, personnel cependant ne peut exi-
ger une description plus exacte.
Essayons h present de determiner les deux col-
lines de la < ville de David comprise dans la pre-
miere enceinte, et rapprochons le recit de Josephe
de celui de la Bible.
Au sud et A 1'ouest la valley actuelle d'Hinnom,
qui seule, avons-nous dit, repond h la donnie biblique
du livre de Josud, nous conduit au mont Sion tra-
ditionnel, pour y chercher la ville haute, antique
place forte des Jdbusdens, d'oi Jerusalem prit son
d~veloppement.
Le nom de < ville de David pass en mime
temps A la ville inferieure, protegee par le Millo et
fortifide par le roi -prophete. Elle occupait la
deuxieme colline.
Le Gareb, situ6 hors de la premiere enceinte, ne
peut revendiquer l'honneur d'avoir appartenu A la
<< ville de David, et d'avoir servi d'assiette au
Millo, l'Acra.
La colline orientale, le Moriah, que le Seigneur








LE MONT SION


( montra a David vers la fin de sa vie, ne peut
pas &tre non plus cette second colline, car on ne
saurait trouver la troisieme, qui en fut separee par
la vall6e large. Le mont Moriah et son prolongement
natural d'Ophel forment,du moins en parties, le quar-
tier salomonien exclu de ( la ville de David. La
chose serait encore plus invraisemblable, centre
toute analogie et contre la nature meme des choses,
si faisant de la pointe meridionale d'Ophel la ville
basse, nous remontions pour trouver d'abord la
ville haute et, enfin, au sommet du Moriah le temple
et les demeures royales. D'ailleurs nous reviendrons
plus au long sur ces considerations.
Reste pour la ville basse, ou deuxieme colline, la
parties nord-est du mont Sion, de fait separde de la
troisieme colline par une vallee large et de la pre-
miere par une depression, selon nous I'ancien Tyro-
p6on de Josephe, comme nous le dirons plus loin.
De la sorte nous obtenons une (( ville de David )
entour6e de profondes vallies: au nord, la valley
transversale, au sud et h l'ouest, l'Hinnom, et h l'est,
la vallee central, que Josephe appelle la vallde large.
Les episodes de l'histoire des sieges, que Jerusa-
lem eut a subir avant sa destruction, tendent a con-
firmer notre theorie, qui n'est en some que celle
du savant palestinologue suisse.


III. La ville de David d'apres les livres
des Machabdes.

La ville de Jdrusalem forma de bonne heure un
ensemble de quarters, entour6s de murs et plus ou








LA VILLE DE DAVID


moins fortifies par la nature et par l'art. L'un de
ces quarters, ,( la ville de David ,, joua un r6le con-
siderable durant la p6riode post-exilienne, surtout a
l'6poque des Machabees.
Le gouvernement theocratique, restaur6 apres le
retour de Babylone par N6h6mie et Esdras, a la base
de la legislation mosaique, devait preparer la venue
du Messie sur la terre, 16, dans son temple Jeru-
salem, devenu le centre du Judaisme de la Palestine
et de la Dispersion.
Mais l'empire perse 6tait tomb6 (330), et Alexandre
le Grand avait parcouru l'Orient en vainqueur,
fondant partout des colonies grecques et propageant
l'hell6nisme. Apres sa mort (323), la Palestine tant6t
province d'Egypte, tant6t province de Syrie, subit
1'infiltration hell6nistique sans que pourtant les
Juifs fussent prives de leur liberty religieuse. Tour
A tour les Ptolemees et les S6leucides maintinrent
leur garnison dans(( la citadelle de Jerusalem (1), ,
et favoriserent les progres de la civilisation grecque.
mais sans imposer la religion des Hellenes. Aussi le
people, a Jerusalem surtout, demeura-t-il gen6ra-
lement refractaire aux seductions, qui entrainaient
l'aristocratie sacerdotale et civil vers un ideal de
puissance temporelle, sans grand souci de la vie
future et de l'antique esp6rance des proph6tes. Son
rigide monoth6isme, son attachment parfois exa-
gerd aux pratiques exterieures du mosaisme et son
engouement pour la litterature apocalyptique orien-
I1) Trente ans avant que les Machabees ne s'insurgeassent contre les
ennemis de la religion, les habitants de J6rusalem aiderent les troupes
d'Antiochus le Grand a chasser ( de la citadelle ) la garnison que le g6ne-
ral egyptien, Scopas, y avait laiss6e. Josephe, Ant.jud. XII, in, 3, qui cite
Polype le Mdgalopolitain, Hist. XVI.








LE MONT SION


talent ses aspirations vers un messianisme merveil-
leux essentiellement national, incompatible avec
la religion grecque rationaliste et cosmopolite.
Mais. au ne siecle avant Jdsus-Christ, les choses
chang6rent. Les Sdleucides, maitres de la Palestine
depuis 198, voulurent hell6niser de vive force : non
plus les classes cultivees et dirigeantes, mais les
masses populaires 6taient visdes. La persecution
6clata, cruelle et sanglante contre les Juifs fiddles
aux traditions de leurs pares. Volontiers on les
d6peignait comme ennemis de la Syrie et allies A
l'Egypte, qui elle, avouons-le, n'avait guere recouru
a ces rigueurs.
Cependant les excis du parti syrien et hellnnisant
provoquerent un soul6vement general du people, qui,
apres trente-quatre ans de lut e hdroique, conquit sa
pleine ind6pendance religieuse et politique (142 avant
J.-C.).
L'occasion de cette malheureuse intervention des
princes syriens fut 1'ambition de certain Juifs
influents, grecs de mceurs, ddsireux des faveurs de
la cour et des dignites religieuses de Jerusalem. La
souveraine sacrificature fut mise A l'encan et les
pretendants recoururent aux armes pour s'assurer
le fruit de leur odieux march. D'od r6voltes et
guerres civiles, meurtres et trahisons, qui justi-
fiaient, parfois, les violence des troupes ftrangbres
chargees de maintenir I'ordre dans la cite et 1'envoi
d'arm6es consid6rables pour appuyer leur action.
Pendant qu'Antiochus Epiphane guerroyait en
Egypte, le bruit de sa mort se rdpandit en Palestine
et provoqua h Jdrusalem une vraie rdvolte contre
les Syriens. Jason, l'indigne grand-pr&tre qui ( avait,








LA VILLE DE DAVID


osd bAtir un gymnase sous la citadelle (1),,, en pro-
fita pour rentrer en possession de la souveraine
sacrificature don't Antiochus l'avait depouill6 au
profit de Mendlas. II arma ses partisans, pnedtra
dans la ville et forga M6nelas et les siens a chercher
leur salut ( dans la citadelle (2), alors commander
par le Syrien Sostrate(3).
Apres avoir vu le sang de ses enfants verse par
ses propres fils, Jerusalem vit Antiochus accourir
dans ses murs, souiller son temple, et la livrer au
pillage et aux massacres (4). Puis deux ans apres, ce
fut Apollonius qui, charge d'imposer la religion
grecque, attendit le jour de sabbat pour fondre sur
les habitants ddsarmds, mit la ville a feu et a sang et
la demantela (172). Dans le temple profane on ins-
talla le culte idolAtrique de Jupiter, l'observation de
la loi juive fut d6fendue sous peine de mort et la
persecution multiplia les apostats et les martyrs (5).
Entre temps, les Syriens s'6taient fortement 6ta-
blis dans la cite ddvastee : la citadelle antique, autre-
fois tour a tour caserne de la garnison 6gyptienne
et de la garnison syrienne, avait subi de telles ame-
liorations, que l'dcrivain sacr6 y voit comme une
nouvelle construction (6). C'est li que les Syriens se


(1) II Macch., IV, 12.
(2) II Macch., V, 5-10.
(3) II Macch., IV, 27.
(4) IT Macch., V, 22.
(5) I Macch I, 33-34. II Macch., V, 24-25.
(6) Apres avoir raconte quc J6rusalem fut d6vast6e par les troupes
d'Apollonius, I'auteur sacr6 continue : ( Et ils fortifibrent la ville de
David avec une muraille grande et forte et des tours solides, et en
firent leur forteresse. ) (I Macch. I, 35. Josephe, Antiq. jud. XII, v, 4).
II n'est pas vraisemblable qu'Apollonius ait ras6 la forteresse jusqu'alors
occup6e par la garnison syrienne et contre laquelle s'6taient brisds les









LE MONT SION


retranchaient, trouvaient un refuge apr6s les defaites
inflig6es par les insurges, accueillaient les trans-
fuges, les Juifs hell1nisants. Ce fut lh qu'ils bra-
v6rent les valeureuses troupes de Judas Machabee,
lorsque celles-ci, apris la victoire de Bethsour, les
eurent deloges de la ville haute (1) et eurent rendu
le temple au culte du vrai Dieu. C'est de lh encore,
qu'ils furent un ( embfiche pour le sanctuaire, a et
purent impunnment blesser on tuer ceux qui s'y
rendaient.
Jonathas, successeur de Judas dans le comman-
dement, ne vit meme qu'un seul moyen de r6duire
cette place forte : la famine. Aussi fit-il lever
( une grande muraille entire la citadelle et la ville
pour la separer de celle-ci, afin qu'on n'y put ni
vendre ni acheter (2). ) Simon, qui continue l'ceuvre

efforts de Jason. Comme la remarque Calmet (Commn, litt., t. III, In Par.
Esd. et Macch., I Macch. I, 33), a cause de la pauvret6 de la langue
hebraique, l'expression wdificare signifie souvent munitions augere.
C'est dans ce sens qu'Ezdchias (t avait bAti le Millo dans la ville de
David a (II Par. XXXII, 5), et que plus tard les MachabCes ( bAtirent le
Sanctuaire. ) (I Macch. IV, 48). Dans les deux lives des Machabdes, la
forteresse mentionn6e avant et apr6s l'arrivee d'Apollonius est invaria-
blement pr6cede6 de l'article d6fini, la citadelle, comme le Millo ou l'Acra
des Septante et de Jos6phe. C'etait en effet la ciladelle de la ville.
(1) Josephe, sans s'dcarter du recit biblique, fournit cependant un detail
qui semble y manquer : ( Dans la chaleur de sa victoire, dit-il, Judas
attaqua la garnison de Jerusalem qui 6tait encore au complete. II la
chassa de la ville haute appel6e le chateau, et la refoula dans la ville
basse, le quarter de la cite nomm6 Acra. ) (Bell. jud. I, i, 4). En ces
temps-la, la ville haute n'6tait pasfortifie comme clle le fut plus tard sous
le regne d'lI6rode. La forteresse principal occupait alors la ville basse, et
il semble m6me qu'elle part trop puissante, pour que le vainqueur son-
geat a s'en emparer. Aussi Jos6phe ajoute sans transition : (II se rendit
maitre du temple, le purifia et I'environna d'un mur. )
(2) L'historien juif nous apprend que pour bloquer la citadelle ennemie,
Jonathas ( tira un mur a travers la ville. ) (Ant. jud. XIII, v, 11). Nulle
part dans la suite il n'est question de cette muraille, et les explorateurs
n'en ont trouv6 jusqu'ici aucune trace, Devenu inutile par la reddition et









LA VILLE DE DAVID


de son frere, eut enfin la joie de voir les assieges
capituler et l'ennemi quitter le pays (1).
OA faut-il chercher cette fameuse citadelle sy-
rienne?
Les 6crivains bibliques l'indiquent dans la ( ville
de David (2), et Flavius Josephe A l'Acra, l'antique
Millo, la ville basse, comme cela resort clairement
de ses recits.
Le Moriah etait occupy par le temple que Judas,
apres sa victoire, entoura de hautes murailles et de
fortes tours ( afin que si jamais les paiens reve-
naient, ils ne pussent le fouler aux pieds comme par
le passe (3). Ce n'est done pas 1h qu'on cherchera la
place forte d'oi l'ennemi put longtemps encore
apres la mort du heros braver les efforts des vail-
lants d'Israel (4).
Encore moins probable l'Ophel, car a cette 6poque
o le mur, qui longeait le torrent du c6te de l'orient,
s'6croula et Jonathas le releva et il est appel Cha-
ph6nata (5). La citadelle syrienne ne se trouvait

I'arasement de la place, on aura d6moli de bonne heure cette construc-
tion encombrante.
(1) I Macch. XIII, 49-53.
(2) ( Et ils fortifierent la ville de David avec une muraille grande et
forte et des tours solides et en firent leur forteresse. ) (I Macch. I, 35. -
Cfr. Josephe, Ant. jud. XII, v, 4). C'est invariablement dans la a ville de
,David a qu'est log6e la garnison syrienne. ( Et on annonca aux hommes
du roi et a I'armee qui 6tait i J1rusalem dans la ville de David... )
(I Macch. II, 31). La forteresse de la garnison n'est ici qu'un quarter de
la ville. ( Et pres de cinq cents hommes de I'armee de Nicanorporirent
ct le reste s'enfuit dans la ville de David. ) (I Macch. VII, 33.
(3) I Macch. IV, 60.
(4) Les Machabees d6signent souvent le temple et sa forteresse sous le
nom de montagne de Sion. Nous verrons plus loin, i propos des diverse
acceptions du mot Sion, quel sens ils lui pr6tent et pour quel motif ils
ont s6par6 a Sion a de a la ville de David. )
(5) 1 Macch. XII, 36-37. La Vulgate ecrit Caphitetha. L'6tymologie
de ce nom reste inconnue. M. Schick (Der Tenipel in Jerusalem, Berlin,










LE MONT SION do

done pas la, puisque les Juifs y 4taient maitres. Et
la forteresse ( qui dominant le temple (1), n peut-on
la chercher sur la pente du mont Moriah (2) ? Aurait-
elle eu l'avantage de commander les avenues qui
conduisaient au temple (3)? Rien ne favorite done
la localisation de l'acropole syrienne sur le penchant
mdridional du Moriah (4).

1896, p. 201) suppose, sans dire pourquoi, que c'est le nom du vallon
indiqu6 par Josephe (Bell. jud. I, vn, 4) au nord-est du temple. L'autcur
sacr6 ne se sert pas de cc dernier comme point de repdre, mais du (( tor-
rent vers l'orient, a cc qui nous mene n6cessairement au prolongement
meridional du mont Moriah, c'est-a-dire A l'Ophel.
(1) (( En cc temps-lh, dit Josephe, les gardens de la fortoresse de Jdru-
salem et les ren6gats transfuges firent beaucoup de mal aux Juifs. 11s
tunrent ceux qui montaient au sanctuaire pour assister aux functions
sacrdes, parce que la forteresse dominaitle temple. ) Ant. jud., XII, ix, 3.
(2) Lorsqu'aprds sa d6faite Nicanor dtait rentr6 avec l'arm6e dans la
forteresse de ( la ville de David, a le tyran se rendit au temple, menacant
les pr6tres d'y mettre le feu, s'ils ne lui livraient pas Judas et ses
troupes. Le I" livre des Machabdes dit i cette occasion, que Nicanor
a monta au temple, a (VII, 33). Dans le language biblique on ne descend
jamais au temple. On y monte invariablement, comme nous le dirons
plus longuement au dernier chapitre de ce travail. Mais si l'ecrivain
eccl6siastique emploie I'expression consacrde par la religion, I'historien
juif so sert d'une expression plus exact et, racontant le meme episode,
il dit : ( Nicanor descendit do 1'Acra au temple. Ant. jud., XII, x, 5.
(3) Pour se rendre au temple on ne passait pas par l'Ophel, ou a proxi-
mit6 de ce quarter. Au temps d'lHrode, rapport Jos6phe (Ant. jud.,
XV, xi, 5), quatre portes conduisaient au temple du c0te de 1'ouest. 11 dut
en 6tre de mdme sous les Asmon6ens, et les Juifs, en allant prier, n'au-
raient pas 6tc exposds a Ctre blessds on tuds par une garnison en embus-
cade sur I'Ophel. Car ce n'6tait pas prdcisomcnt sous lo rapport moral que
les Syriens dtaient devenus ( un grand piege pour les Juifs, a et leur
citadelle (( un embuche pour le sandtuaire, ) mais, comme le raconte
Josephe, et comme l'expliquent les meilleurs interpretes, ce fut surtout
sous le rapport strat6gique : L'acces du temple dtait rendu trbs difficile A
ceux qui 6taient rests fiddles aux traditions de leurs padres.
(4) Dans le Ir livre des MachabBes, XIII, 21, on lit: ( Alors ceux qui
6taient dans la forteresse envoybrent des messagers a Tryphon, afin qu'il
se hatdt de venir a travers le desert et qu'il leur envoyAt des vivres. )
On argua de ce passage que la forteresse syrienne devait dtre situ6e a
1'est de la ville, i l'Ophel, du c6t6 du desert de Juda. Or, le verset pr6c6-
dent rapport que Tryphon march sur Adora, la moderne Dura, distant









00 LA VILLE DE DAVID

Sera-t-on plus heureux en la mettant au petit
b6nheur sur le Gareb, par example h 1'est ou au
sud-est du Saint-Sepulcre? Mais dans ce cas, on fera
remarquer que o la ville de David, archaique
denomination de 1'Acra demeur&e au pouvoir des
Syriens, 6tait en dech de la premiere enceinte et
non au delh. Du reste sur le Gareb, aucune trace
d'une colline abaissde, et certes, les vallkes ou les
depressions qui l'eussent isolde du voisinage, n'au-
raient pu s'effacer sans laisser des vestiges, au moins
pros de la vall6e central. Les explorateurs n'en ont
decouvert aucun indice.
Quant a mettre la cite syrienne dans la tour de
Birah ou BAris, c'est 1l une conjecture qu'aucun
texte n'appuie, et que 1'histoire semble exclure.
D'abord, la citadelle ennemie devait avoir une
extension bien plus considerable. Outre la garnison,
parfois important, elle logeait aussi les Juifs hell6-
nisants, qui s'y refugierent avec leurs families.
Sous Jonathas, la citadelle de Jerusalem, ainsi que
cell de Bethsour, (( talent occupies par des Juifs
impies et transfuges, qui n'oserent abandonner les
camps ennemis (1). II devenait done facile de
reduire 1'Acra par la famine, meme sans en faire un
siege en rggle.

de trois lieues a l'ouest d'HIIbron. (Cfr. II Par. XI, 9). II avait manifeste-
ment l'intention de p6nctrer dans la Jud6e par le midi, pour secourir la
garnison. Josephe (Ant. jud., XIII, vu, 2) raconte le mtmo fait sans
parler d3 desert. Du reste, de quelque c6t, quo vint Tryphon, il pouvait
s'approcher aussi facilement du sud-oucst de la ville que du sud-est. Le
desert du text ne peut done servir A determiner le site de la forteresse
de Jerusalem.
(1) ( En ces jours-la, il sortit d'lsradl des enfants d'iniquit6, et ils
s6duisirent plusieurs en disant : Allons, incorporons-nous aux nations
qui sont autour de nous. a (I Macch., I, 12). La seduction fut d'autant









LE MONT SION dI

Ensuite, la tour de Birah, restauree par Neh&-
mie (1), est appelde par Josephe ( la tour du
temple, n jusqu'd ce que les grandioses transforma-
tions d'H6rode en aient fait la forteresse Antonia.
Constituant la principal defense du sanctuaire,
Simon le Machabe (2), puis Hyrcan (3), la forti-
fierent, l'agrandirent et y transporterent leur resi-
dence royale. Le rocher fut alors abaiss6 a l'entour,
afin de l'isoler, par un large foss6, de 1'esplanade du
temple et de la pente de Bezetha. Herode, enfin,
lui donna (' l'6tendue d'une ville et les splendeurs
d'un palais (4). Rien done ne rappelle la presence
des Syriens dans cette tour qui appartenait en tout
temps au syst6me de defense du sanctuaire (5).

plus fatal que Jason, fils et successeur du grand prctre Onias, et MAne-
las, usurpateur du souverain pontificat, avaiont donn6 l'exomple de
I'apostasie. Aussi, un nombre considerable de Juifs, comme cela resort
des versets 43 et 54 du mome chapitre, so fondirent avec los palens par
rapport a la religion et aux moours.
(1) Dans lc mur septentrional de la dcuximme enceinte, entire la porte
Probatique a l'est et la porte des Poissons a l'ouest, so trouvait une tour
nommie Ilanandel (Neh., III, 1-3; XII, 38), construite, sans doute, sur
la descent du Bez3tha vers le temple. Dans l'int6rieur de la ville, entire
l'enceinto et le temple, existait une autre forteresse qu Nqh6mie res-
taura a son arrivee de la Perse et qu'il d6signe sous le nom de Birah
(Neh. II, 8; VII, 2). Josbphe dit que cette tour protegeait le temple, et il
la d6signe du nom grdcis6 de BAris. (Ant. jud., XV, xi, 4; XVIII, iv, 3.
- Bell. jud., V, v, 8.)
Le mot Birah ne figure que dans les eouvres postexiliennes. Dans le
I" livre des Chroniques (XXIX, i, 19), Birah signifie la maison du Dien
d'lsrael. Dans Esther (I, 2, 5; II, 3) et Nih6mie (I, 1) ce mot repr6-
sente le palais des rois de Perse & Suse. Daniel (VIII, 2) I'emploie 6gale-
ment pour le palais royal. Birah vient probablement de baru qui en
langue perse veut dire forteresse, chateau, et indique, peut-6tre, d'une
maniero plus sp6ciale le chateau royal qui renfermait dans son enceinte
le zigurat, le temple ou tour sacrCe A stages.
(2) I Macch., XIII, 53.
(3) Ant. jud., XVIII, iv, 3.
S(4) Bell. jud., V, v, 8.
(5) II faut, a notre avis, rattacher i la gigantesque entreprise don't









LA VILLE DE DAVID


Ne reste donc que la colline occidentale, (a a ville
de David. ) Mais on ne peut pas songer a la ville
haute, trop 6loign6e du centre, surtout du temple.
Aussi Josephe montre-t-il 1'Acra des Syriens sur le
plateau arrondi qui s'6l1ve au nord-est du mont
Sion, et que nous consid6rons comme la second
colline de la a ville de David. Celle-ci est suffisam-
ment 6tendue pour servir de refuge aux apostats et
A leurs d6fenseurs; elle est a proximity du temple
qu'elle dominant, et commandait les avenues qui y
conduisaient. Elle seule pouvait 6tre (( spare de la
ville a par un mur de blocus. C'est entire cette col-
line et le temple que se trouvait le Xyste (1) ou le
gymnase que 1'impie Jason ( osa construire sous la
citadelle (2). n Enfin, les travaux de Simon apres la
capitulation des Syriens s'expliquent fort bien en
cet endroit. Craignant les revers possibles de la
fortune, il rasa la forteresse, abaissa 1'Acra, afin
qu'elle ne menagAt plus le sanctuaire, et combla en

parole Jos6phe, le travail analogue qui fut executed au nord du temple,
autour du rocher sur lequel s'delve la caserne turque et qui portait alors
la tour Baris. On ne saurait y voir un travail ant6rieur aux Asmondens,
ni l'attribuer non plus a Herode. Celui-ci n'avait pas besoin d'abaisser la
montagne pour 6tablir des galleries entire la forteresse Antonia et le
temple. Simon, au contraire, a fortifia la montagne du temple ) et IIyrcan
( l'agrandit. ) Birah s'l6evait sur la cr6te qui offrait a 1'ennemi un aces
natural au temple. Par la taille pratiqu6e tout autour du fort, celui-ci
recut un piddestal rocheux de 5 a 10 m6tres de hauteur, 1'acc6s en fut
coup par un immense foss6, et aucune machine de guerre ne pouvait
plus s'en approcher. Voir Le Pretoire de Pilate et la forteresse Antonia,
Paris, 1902. Dans notre 6tude sur I'emplacement de la forteresse
Antonia qui remplaca la tour Baris, nous croyions que celle-ci se ratta-
chait t la citadelle des Syriens. La position de l'Antonia et du Pr6toire no
depend d'ailleurs d'aucune facon de celle de la citadelle syrienne. Une
dtude sp6ciale sur I'emplacement de cette derniere nous a fait modifier
notre opinion.
(1) Bell. jud., V, iv, 2.
(2) II Macch., IV, 22.









LE MONT SION


parties la vallee afin de faciliter la communication
de la ville haute et de la ville basse avec ce dernier.
Deux fois Josephe nous parole de cette colossale
entreprise, a laquelle le people entier s'employa
pendant trois ans (1). On 6tait alors a un moment ou
tout semblait revivre et ou l'enthousiasme religieux
croyait saluer l'aurore du regne messianique dans
Israel, puisque Rome ordonnait h la Syrie et h
1'Egypte de respecter dor6navant l'ind6pendance
religieuse et politique du people juif. Une ere nou-
velle commencait, et Simon frappait les premieres
monnaies nationals de la sainte Jerusalem.
On aurait mauvaise grAce d'arguer du silence de
la Bible centre Josephe. Cet argument ne vaut que
pour ceux qui voient dans le livre inspire une his-
toire universelle ou une histoire complete de la
nation juive, hypothese d6mentie par les faits et
justement rejet6e par les critiques. Du reste, come
le remarque M. Guthe, rien n'indique que Simon
ait proced6 h cette demolition aussit6t apres le
depart des Syriens (2). N'est-ce pas en raison meme
du texte biblique, omettant le fait et parlant de la
purification de l'endroit, souill6 par le contact des

(I) Ant. jud., XIII, vi, 6. Bell. jud., V, Iv, 1. Saint Epiphane (Con-
tra Tatianos, haer. XLV1, Migne, Patr. gr.-lat., t. XLI, col. 846), compa-
rant les hauteurs du mont des Oliviers, du mont Gabaon et d'autres
lieux avec cello du Golgotha, parole aussi a de la colline qui autrefois
existait ai Sion, mais qui aujourd'hui est abaiss6e. ) II d6signe 6videm-
ment l'Acra des Syriens.
Puis le Talmud (Aliglath tit anith c. 2) rapproche le passage du livre
des Machabees oi il est dit que Simon (( chassa les Syriens de leur forte-
resse. (I Macch., XIII, 50), de celui du II livre de Samuel, V, 7, 9,
( David prit la forteresse do Sion, qul est la ville de David. ) Voir
C. RBckert, op. cit., p. 24. Co serait en eflet le Millo, I'Acra, une parties
de la a ville de David. )
(2) Ausgrabungen bei Jerusalem, Z. D. P. V., Leipzig, 1882, t. V, p. 323.









LA VILLE DE DAVID


paiens, que Josephe insisted jusqu'A deux fois sur la
demolition de 1'Acra (1)?
Quoiqu'il en soit, l'Acra, qui joua un si grand
r5le au temps des Machabees, parait avoir perdu
toute son importance lors du siege de Jerusalem par
Pomppe, par H6rode et par Titus. On s'en empare
des qu'on est maitre du temple, par lequel on p6netre
dans la premiere enceinte.
En effet, Pompee, avant emport6 le temple de
haute lutte, prend la ville basse sans difficult
(63 avant J.-C.) (2). Hdrode, h son tour, se rend
successivement maitre des ( deux murs qui pro-
tegeaient le temple, des ( bAtiments extdrieurs
du sanctuaire, de la ( ville basse et enfin met
le siege devant la ville haute, oa s'6taient refu-

(1) M. Klaiber, Zion, Davidstadt und die Akra Z. D. P. V., Leipzig,
1881, t. IV, p. 28) fit deja remarquer combien Josephe a qui puisa ses
renseignements en parties dans les livres des Machab6es, a insisted sur la
demolition de l'Acra.
Le Rdv. W. Birch (The Levelling of the Akra, P. E. F. Quart. St., 1903,
p. 353-355) est d'avis que Josephe placa 1'Acra, la ville bass au sud du
temple et vit le monument 6lev6 par H1rode devant le s6pulcre de David
au sud de l'Ophel. Jos6phe, aflirme-t-il ensuite, ne poss6dait du I" livre
des Machab6es qu'une copie tronquee, et cela prdcisement au verset 50
du chapitre x'e. On y lit que Simon purifia l'Acra. Mais du mot s Ex6B-
platv, it purifa, ne rest6rent que quelques lettres, dans l'ordre suivant :
xO6...p. L'historien juif, tres perplexe, lut x2Oepet, il nivela, et ecrivit
x-z'Ex)a?, qui a le meme sens. Puis, s'abandonnant a la fougue de son
imagination, il invent I'histoire du colossal travail execut6 par le people
dans l'espace de trois ans.
Loin de trouver que le chanoine anglican a lui-m6me une bonne dose
d'imagination inventive, la Revue biblique, 1901, p. 147, public, h titre
d'information, cette intdressante trouvaille. Est-ce pour ne pas priver les
lecteurs de la pr6cieuse d6couverte en faveur de l'Ophel? Car, faisant
cataracte, l'invention d'une colline assez embarrassante pour qui no
veut pas la niveler, paralt bien entralner I'invention du Tyrop6on et
celle do la premiere enceinte, etc., etc. Toute une revolution topogra-
phique en perspective, grace a une facetie d'op6rette.
(2) Ant. jud., XIV, iv, 2. Cfr. I'ent6te du 1. XIV, c. XI, et XII, ed.
Dindorf.








LE MONT SION


gies les partisans d'Antigone, son rival (37 avant
J.-C.) (1). Il en fut de meme des Romains en 70
apres Jesus-Christ, comme nous le verrons au para-
graphe suivant.
En r6sume, toutes ces donnees concordent assez
bien, dans notre opinion, etil serait difficile, croyons-
nous, de trouver pour 1'acropole syrienne une loca-
lisation plus heureuse que le plateau nord-est du
mont Sion. Aussi M. I'abb6 Pelt, bien que partisan
d'Ophel, n'h6site-t-il pas A placerla ( ville de David ))
des Machabees, 1'Acra des Syriens, a sur le mont
Sion traditionnel(2). ,



IV. La prise de Jdrusalem par Titus.


La topographie de Jdrusalem se dessine encore
mieux grAce aux details que Josephe nous fournit
sur le siige de la ville par les Romains. Ici il parole
en t6moin, sous le contr5le des officers qui ont pris
part aux operations et qui ont et6 interroges: Titus
lui-mIme, genrralissime de l'armee assiegeante,
accepted la dddicace de 1'ouvrage et y appose sa signa-
ture (3). Faisons aussi grande qu'on la voudra la
part des exaggerations destinies a flatter I'orgueil
des vainqueurs, il restera toujours vrai que la
march g6ndrale de 1'investissement et de la prise
de la ville n'a guere 6t6 modifide, et c'est lh le seul

(1) Ant. jud., XIV, xvi, 2.
(2y Op. cit., t. II, p. 409 et 415.
(3) Vita, 65. Cfr. Contra Appionem, I, 9. Les 62 lettres qu'Agrippa
lui adressa pendant la composition de l'oeuvre, attestent quelle attention
il y donna.








LA VILLE DE DAVID


point qui nous imported. Du reste, A la cour des
Flaviens et parmi ceux qui lisaient ces descriptions,
il y avait des coreligionnaires de l'historien, qui
n'6taient que trop enclins h reliever ses erreurs et A
blAmer ses appreciations.
Mais avant de retracer dans ses grandes lignes les
perip6ties de ce drame effroyable, arr6tons-nous a
l'aspect general de la ville; car il s'agit de fixer le
cadre des 6venements. Notons avant tout un detail
important pour l'intelligence des textes.
Plus d'un si&cle auparavant, les partisans d'Aris-
tobule, dit Josephe, defendant le temple contre
Pompee, dejh maitre de la ville haute, (( d6truisirent
le pont conduisant du temple a la ville (1), c'est-a-
dire, sous la plume de l'historien, A la colline occi-
dentale, la ville basse.
Or, entire l'angle nord-est du mont Sion et 1'en-
ceinte du temple, on a decouvert deux viaducs qui
permettaient de traverser de plain-pied la valle
large : 'un est appeal aujourd'hui l'Arche de Robin-
son, l'autre l'Arche de Wilson, du nom des deux
explorateurs qui les ont d6couverts.
(( La chauss6e dans l'Arche de Robinson, 6crivent
MM. Perrot et Chipiez, avait 91 mitres de long; la
larger des arches qui la supportaient 6tait de 15n',50.
Il y avait au moins deux arches, appuyees sur une
pile qui pose sur le roc et don't les pierres sont
orndes de refends, comme celles des substructions
du Haram. Autour du pied de cette pile, un peu au-
dessus du point oA elle se lie au rocher, il y a un
pavage qui devait former a une certain 6poque, le


(1) Josbphe, Ant. jud., XIV, Iv, 2.








LE MONT SION


sol de la rue basse et sur ces dalles gisaient les vous-
soirs du pont. Les explorateurs anglais ont crev6 ce


Fig. 7. JtRUSALEM, AU TEMPS DE JOSEPHE.
- Ancienne enceinte; enceints actuelle. Echelle : 1500ooo


pavage; ils sont descendus encore plus bas, et tout.
au fond du ravin, ils ont cru retrouver les voussoirs
d'un premier pont. De la naissance de l'arc au








L4 LA VILLE DE DAVID

pavage, M. Warren a compt6 13 mitres, 13',,88jus-
qu'au pied de la pile, et 23 m6tres jusqu'au lit du
canal(1). On ne nous donne pas de details sur la
forme et la taille de ces voussoirs; mais il est diffi-
cile, pourtant, de ne point conclure de ces observa-
tions qu'h une 6poque anterieure au systeme de
1'appareil a refends un pont aurait etd jet6, mais a
un niveau plus bas, entire la colline occidentale et
celle du temple. Ce premier pont ne pouvait alors
appartenir qu'au temps des rois de J uda; il remon-
terait peut-6tre g Salomon lui-m6me. El6ves des
Egyptiens et des Assyriens, les maitres des Juifs,
les Ph6niciens, connaissaient le principle de la
vote; ils ont pu l'appliquer ici dis le xe si&cle. Le
pont superieur serait du temps d'Herode... Il y a
encore au fond du ravin un ruisseau qui coule len-
tement parmi les d6combres... Cette eau avait etd
recueillie dans un canal don't la cuvette est creusde
dans le roc et que recouvre une vote form6e de
cinq A six voussoirs (2). ,
Le viaduc auquel appartient l'Arche de Wilson,
est situ6 au nord du precedent, 6galement dans la
premiere enceinte, et s'il n'est pas aussi ancien que


(1) Vers 1'est, la vall6e s'approfondit encore de 7 metres ; elle dtait ainsi
remblayde a une hauteur de 16 metres, lorsqu'on construisit la premiere
rue pavee,
(2) Histoire de l'art dans l'antiquitd, t. IV, La Judde, Paris, 1887,
p. 168-169. Cfr. Wilson and Warren. The recovery of Jerusalem,
Londres, 1871, p. 99-111. Le palais de Salomon n'occupait pas toute la
larger du mur mdridional de l'enceinte du temple. a Le mur actuel de
1'angle sud-ouest, depuis la porte de Barclay (4 l'occident) jusqu'a la porte
double (au midi), est, d'apr6s les ingdnieurs anglais, I'euvre d'H6rode. )
(Survey of IV. P. Memoirs, Jerusalem, p. 183). I est done probable
que la construction h6rodienne recouvre l'extrdmitd oriental du pont
primitif qui s'avancait-jusqu'au palais royal.








LE MONT SION


l'autre, son origine remote au moins h 1'dpoque
idumbenne (1).
Le premier livre des Chroniques fait-il allusion
a l'un de ces ponts(2)? C'est possible. Ce qui est
certain, c'est que les souverains de Jerusalem, en
politiques avises, songerent de bonne heure, non
seulement A embellir, mais surtout a fortifier leur
capital.
Nous avons vu ce que fit David, et quant au nom
de Salomon, tout le monde connait la gloire 16gen-
daire qui l'entoure. Dans la tradition populaire un
grand nom absorbe A son profit le travail collectif
d'dpoques entieres. Salomon fut par excellence le
grand constructeur hdbreu, comme au moyen Age
chretien, sainte Helene la grande bAtisseuse de basi-
liques en Palestine.
Toutefois, il est certain que le temple situd hours
de la ( ville de David et majestueux dans son iso-
lement, ne pouvait rester sans communication avec
elle. Les palais royaux eux aussi pouvaient bien
constituer un quarter nouveau, mais non une ville
independante de 1'antique cit6 si admirablement for-
tifi6e par la nature. Dis lors le souci que depuis
Salomon eurent tous les rois d'enfermer dans une
meme enceinte le temple et les quarters anciens et
r4cents, d'autant plus que l'horizon politique s'as-
sombrissait tous les jours. Le petit royaume de
Juda semblait destined a devenir t6t ou tard la proie
de ses puissants voisins d'Egypte ou d'Assyrie.

(1) Wilson and Warren, op. cit., p. 76-94. Perrot et Chipiez, loc. cit.
(2 (( Sophim et IIosa furent posts a l'occident aupres de la porte de
Schalleketh, au chemin de la monte. Une garde faisait face A une autre
garde.)) I Par. XXVI, 16.








LA VILLE DE DAVID


Aussi Salomon, le sage par excellence, inaugura-
t-il le systeme des alliances, desavoudes cependant
par les prophetes comme une injure au divin protec-
teur d'Israel et une menace perp6tuelle pour la
puret6 du monotheisme. Surtout il prit 1'initiative
de travaux grandioses de defense sur les points les
plus important du territoire, avant tout h Jeru-
salem (1).
Parmi les causes qui exciterent le mecontente-.
ment du people et preparBrent le schisme des tribus,
furent les imp6ts 6crasants et les corvees exorbi-
tantes du puissant monarque, qui, non content de
construire de nouveaux murs, de renouveler le
Millo, aurait meme combl (( 1'abime de la cite de
David (2). ,
Que le texte sacred vise ici une < vallee taill6e
artificiellement en fossd infranchissable (3), rien ne
l'insinue, ou un simple (( pli de terrain ,, comme
en accusent toutes les collins de Jerusalem et de la
Judde, et qui eft rendu l'Ophel presqu'inaccessible
(( probablement aussi du c6te du nord (4), ce n'est
guere vraisemblable. Aussi preferons-nous y voir
une tentative pour combler la vall6e large, oiu, sous
les dalles de la rue primitive mentionnee ci-dessus,
se retrouvent 16 m&tres de remblai qui ne pro-
viennent pas d'6difices renvers6s en temps de
guerre.
Ceci soit dit h propos de 1'Age probable de 1'un des
viaducs reliant le Moriah aux plateaux du Sion

(1) III (I) Reg. IX, 15, 24.
(2) III (I) Reg. XI, 27.
(3) Les professeurs de Notre-Dame de France, La Palestine, p. 37.
(i) J.-B. Pelt, op. cit., t. II, p. 36.









LE MONT SION


traditionnel (1). Aussi n'est-ce que par un de ces
brillants paradoxes don't il est coutumier, que le
R. P. Germer-Durand et a sa suite les professeurs
de Notre-Dame de France, ont vu dans les assises
monumentales des angles de l'esplanade du Haram
es Sch6rif et dans leurs ddpendances ( une oeuvre
toute romaine a posterieure A la chute de la Jdru-
salem juive et due a I'empereur Adrien (2).
Josephe, comme nous l'avons dit, raconte en
t6moin l'agonie de la cite deicide. Grace a lui, nous
suivons chaque progres des Ilgions romaines durant
ce siege memorable.
La defense etait partagde entire les deux chefs
rivaux, Simon fils de Giora et Jean de Giscala.
(( Simon 6tait maitre de la ville haute, du grand
mur, qui de Silo6 flechissait vers l'orient et descen-
dait jusqu'au palais de Monobaze... II occupait
aussi la fontaine et le mont Acra qui est la ville
basse, et toute la region jusqu'au palais royal d'H6-
lene, mere de Monobaze.
( Jean de son c6td etait maitre du temple et de
tous les alentours, qui constituaient une 6tendue
assez considerable, de meme que de l'Ophel et de la
vallde appele Cedron. Ce qui restait entire les deux
chefs avait 6t6 consume par le feu et n'offrait plus
qu'un champ de bataille pour leurs guerres de
rivalit6 (3). ,

(1) L'arche de Robinson. L'arche de Wilson semble ne remonter
qu'a fIrode. Ce dernier pont n'a 6td reconstruit a l'6poque chrdtienne et
Otait encore visible au xni siecle. La Cites de Jherusalem, IV (Melchior
de Vogue, Les dglises de la Terre sainte, p. 439) et Ernoul (La cite: de
Jherusalem, ed. Michelant et Raynaud, p. 42) en parent.
(2) Les professeurs de Notre-Dame de France, op. cit., p. 123, 126.
(3).Bell. jud., V, vi, 1.








LA VILLE DE DAVID


La valley central, comme on voit, demarquait
a peu pros leurs champs d'action respective.
Jerusalem n'6tait pas simplement entouree d'une
formidable muraille. Elle 6tait divisde h l'intdrieur
en plusieurs regions possedant chacune sa propre
enceinte et formant autant de places fortes, que les
Remains durent emporter l'une apres l'autre.
Titus attaqua la ville par le nord. Apres avoir
prepare trois chaussdes de terte sous le mur d'A-
grippa, il y fit rouler les tours mobiles et jouer les
beliers. Le quinzieme jour, les lgions pin6trerent
en ville par les briches qu'ils venaient de produire.
Le g6neralissime attaqua ensuite la second ligne,
le mur d'Ezechias et de Manassis, et au bout de
cinq joui-s il en ordonna l'assaut. Mais il fallait h
1'armde romaine cinq autres jours pour rester mai-
tresse de la deuxieme enceinte; car les Juifs lui
disputaient le terrain pied h pied, avec une intrepi-
dit6 et une audace auxquelles l'ennemi ne s'atten-
dait pas.
Apr&s avoir enlev6 si laborieusement les deux
premieres enceintes, les Romains avaient encore h
conquerir la ville ancienne, la colline orientale qui
portait fibrement l'Antonia et le Temple, formant
l'une et l'autre une redoutable citadelle, et la colline
occidentale, s'dlevant au-dessus des precipices et cou-
ronnie de la ville haute don't H6rode le Grand avait
fait un repair imprenable. Voyant que rien ne
saurait amener les Juifs h capituler, Titus mit le
siege devant la forteresse Antonia, que bient6t une
surprise de nuit livrait entire ses mains. I1 donna
ensuite l'assaut h l'enceinte sacrde et apres quelques
jours de lutte acharnee, horrible, le feu gagna: le









LE MONT SION


temple et le rdduisit en cendre. Contraints d'aban-
donner I'esplanade du sanctuaire, ( les seditieux,
dit l'historien, se rffugirrent dans la ville (1), a sur la
colline occidentale; aucune resistance ne fut orga-
nisde h 1'Ophel. Bien qu'il leur restait encore la
vraie citadelle de Jdrusatem, l'antique Sion, les deux
chefs, Jean et Simon, hisiterent h affronter la lutte
supreme. Sentant leurs forces 6puisdes, ils deman-
derent au g6ndral remain une entrevue pour traiter
de la paix. Le vainqueur s'empressa d'accepter la
proposition et se plaga (a l'occident du temple; car
il y avait l des portes ouvrant sur le Xyste, et un
pont qui du temple conduisait a la ville haute (2).
Le pont s'dtendait entire les deux tyrans et CUsar (3). ,
Mais quand Titus entendit que Jean et Simon,
loin de s'abandonner A sa clemence, avaient l'au-
dace de dicter leurs conditions, il rompit I'entretien
en declarant qu'il ne restait plus qu'h mourir.
Dis le lendemain, les soldats incendierent le palais
des Archives, l'Acra, le palais du Conseil et l'Ophla.
Le feu gagna meme le palais de la reine Helene, qui
s'dlevait au milieu de 1'Acra (4).
Les Romains n'eurent pas de peine h mettre le
feu h l'Ophel et aux edifices aligns au fond de la

(1) Bell. jud., VI, vi, 1. C'est toujours a la memo collins, loccident,
que so r6fugient les d6fenscurs do la ville, lorsque le temple tomboy entire
les mains de l'ennemi.
(2) Le pont conduisait bien a la ville haute, mais par l'interm6diaire de
la ville bass, comme au temps do Pompeo.
(3) Bell. jud., VI, vi, 2. M. Schick (Der Tempel in Jerusalem, 1896,
p. 180) pense quo le viaduc etait interrompu en son milieu, et qu'une
arche dtait remplacde par un tablier en bois, qu'on pouvait enlever on cas
do nCcessilt pour interrompre la communication entire le temple et le
mont Sion.
(1) Bell. jud., VI, vi, 3.








LA VILLE DE DAVID


vall6e. S'ils reussirent A p6netrer dans la ville basse,
c'est, sans doute, grace au petit people, las de la
guerre. (, Mais les seditieux se ruerent dans le palais
royal, of, a cause de sa forte position, beaucoup
avaient depos6 leurs richesses; ils en chasserent les
Remains, tuerent huit mille quatre cents hommes
du menu people, pillerent tout l'argent en dep6t et
prirent vivants deux soldats remains, un cavalier
et un fantassin (1). ,
L'Acra d6mantelee, et meme abaissee par les
Asmondens, n'avait plus rien de son ancien carac-
t6re et ne se trouvait plus en 6tat d'offrir une
s6rieuse resistance. Aussi les legions ne pouvaient-
elles tarder de revenir h la charge. ( Le lendemain,
les Romains chasserent les brigands de la ville basse,
et la livrerent aux flames jusqu'h Siloe. Ils eurent
la satisfaction de voir l'incendie consumer la ville,
mais le butin leur 6chappa, parce que les factieux,
apres avoir tout pill6, s'6taient retires dans la ville
haute (2).
Les Romains cernaient ainsi le Sion h 1'est et au
nord, puisque la valle central et la vallee trans-
versale 6taient en leur pouvoir. Pour expliquer la
retraite des Juifs, il faut done supposed que 1'Acra
communiquait avec le march haut par une ligne
que les ennemis n'atteignaient pas. La ville basse,
qu'on livra aux flames apres le depart des factieux,
sera done ndcessairement la moiti6 orientale du
mont Sion, depuis la premiere enceinte au nord
jusqu'h la piscine de Siloe, et depuis le Tyro-


(1) Bell. jud., VI, vii, i.
(2) Bell. jud., VI, vll, 2.

































I p. ;


Fig. N. LE DE LCANGI.E NOIRD-ESI )1D MOJNT SION, QUIARTII- .ILW.








LE MONT SION


poon de Josephe jusqu'd la vallee central (1).
Restait' le dernier boulevard de la Ville sainte,
l'Urusalim de Melchisedech, la Sion des JRbuskens,
qu'Hdrode le Grand avait fortifiee avec un art mer-
veilleux. II fallut recommencer un nouveau siege,
et Titus comprit que prendre la ville haute, mime
du c6td du nord oi la vallee etait la moins profonde,
etait une entreprise ardue. Voilh pourquoi il or-
donna aussitot d'dlever aux deux extrdmites septen-
trionales les chaussees necessaires pour le jeu des
machines de guerre.
CUsar, comprenant que sans I'aide de batteries
on ne pouvait songer A prendre la ville superieure,
A cause des precipices qui l'environnaient, partagea
le travail entire les troupes, le vingtieme jour du
mois d'aoit (2)... Les quatre legions furent employees
a l'occident, a l'angle du second palais d'H6rode, et
les troupes auxiliaires avec la foule vers le Xyste, le
pont et le fort que Simon construisit lorsqu'il fit la
guerre h Jean, v.e-. Tov yua-b\v[eoU] xd.-1 -, tcpuY. xa0i
sov Sliao'0; 'Juglo" (3).,
La tour de Simon ne pouvait se trouver que dans
l'Acra. Josephe avait racont6 que Jean 6leva quatre
tours tres hautes sur 1'esplanade du temple; l'une
au-dessus du Xyste et une autre un peu plus au sud,
(( en face de la ville inferieure a, afin de pouvoir
lancer de plus haut des fliches et autres engines
meurtriers sur les troupes de son rival (4). Celui-ci

(I) Le lane oriental du mont Sion 6tait habit jusqu'au fond de la vall6e
par une population tr6s dense, comme l'ont constat6 les explorateurs.
Voir Bliss, Excavations at Jerusalem, Londres, 1898.
(2) La ville fut investie ii la Paque juive qui tombait, I'an 70, au 14 avril.
(3) Bell. jud., VI, vii, 1.
(4) Bell. j d., IV, ix, 12 ; V, i, 2.








LA VILLE DE DAVID.


rdpondit en dressant une tour semblable de son
c6t6. Or, Simon occupait la ville basse en face du
temple.
Quant au Xyste, il n'est pas facile d'en preciser
1'emplacement. Josephe semble l'indiquer un peu au
nord de la tour de Simon. M. Schick'pense qu'il se
trouvait sur un des derniers plis du mont Sion, et
que du fond de la vall6e on y montait par quelques
marches (1). Il est en effet vraisemblable que le
Xyste, qui est synonyme de gymnase, soit le meme
bitiment que Jason ( osa construire sous la cita-
delle (2). Le triangle form par la jonction de la
vallee transversale avec la central convient assez
pour son emplacement.
En tout cas, l'historien ne veut pas dire que les
auxiliaires prdparaient l'attaque de la ville haute au
fond de la vallee. Car l'angle nord-est de la colline
occidental se termine non seulement par une pente
abrupte, mais par un veritable precipice. Une accu-
mulation de terre de 15 & 20 metres pour obtenir une
terrasse, aurait a peine suffi pour lever les machines
de guerre a la hauteur des remparts. On peut en juger
par les maisons bAties en face de l'arche de Robinson.
Malgre les decombres qui depuis dix-huit siecles se
sont entass6s dans la vall6e, on y voit des habita-
tions assises sur une saillie de rocher taill6 A pic
sur une hauteur considerable; d'autres sont comme
suspendues au flanc de la colline. Non, ce n'est pas
au fond de la vallee large, ni sur les flancs abrupts
de la colline, mais sur la colline elle-meme, l'Acra,
d'o~ les Juifs venaient d'etre chassis, qu'il 6tait

(1) Op. cit., p. 200.
(2) 11 Macch., IV, 12.


52 .









LE MONTH SION


possible d'dlever les aggeres centre la ville haute.
Au bout de dix-huitjours, les Remains appro-
cherent les machines: parmi les seditieux, beaucoup
perdirent 1'espoir de sauver la ville, abandonnircnt
le mur et se retirerent dans le donjon (1). A peine
les beliers avaient-ils fait tomber un pan de mur et
ouvert des briches dans quelques-unes des tours,
que les defenseurs les abandonnerent et que les
tyrans furent pris de terreur panique. Dans leur
consternation, ils s'enfuirent meme avant que les
Remains n'eussent donn6 l'assaut h la muraille...
Ainsi les tyrans se priverent eux-memes de la grande
resource qui leur restait, abandonnant des tours ou
ils n'avaient a craindre que la famine. De cette
maniBre, les Romains, qui avaient tant fatigue pour
forcer les murs les plus faibles, eurent l'heur de se
rendre maitres sans peine de ceux don't aucune ma-
chine n'aurait triomph6. Car les trois tours don't
nous avons parl6 plus haut (2), 6taient plus fortes
que toutes les machines de guerre (3). Titus lui-
m6me le reconnut, et A ceux qui le fdlicitaient de sa
victoire, il rdpondit : < Ce n'est pas moi qui ai
vaincu; Dieu irrit6 centre les Juifs s'est servi de
mon bras (4). ,
Comme conclusion, tout s'harmonise pour qui met

(1) A propos de la conqu6te de Sion par David; Josophe (Ant. jud., VII,
vii, 4) l'appelle aussi une fois axpa, qui est Ie nom g6nerique de forte-
resse, tour, donjon. La tour Baris est designee par le m(ime mot. Mais
I'historien ne les confond pas avec la ville basse dont le mot Acra est le
nom propre : celle-ci 6tait en tout temps la citadelle de Jdrusalem par
excellence.
(2) Bell. jud., V, iv, 3. Ce sont les tours d'Ilippicus, de Phasael et de
Mariamne.
(3) Bell. jud., VI, vm, 4.
(i) Bell. jud., VII, v, 2. Cfr. Philostrate, VI, 35.








LA VILLE DE DAVID


la ville basse sur le plateau nord-est du Sion. Or
1'Acra que Josephe y localise est la ( ville de
David des Machabdes, le Millo des anciens docu-
ments. C'est pour avoir perdu de vue ces identi-
fications corroborees par la Bible et l'histoire, que
les savants en sont venus a une foule de theories,
don't ils sont les premiers A n'6tre pas satisfaits.



V. Le Tyrope'on de Josephe.


Oii se trouve dans notre theorie le Tyropdon de
Josephe ?
Le lecteur a dejh devind notre reponse. Le Tyro-
peon serait a chercher entire les deux plateaux du
mont Sion actuel; il diviserait le plateau allonge de
l'ouest de celui arrondi du nord-est. Mais avant tout,
notons que dans ce cas le plateau nord-est doit etre
une colline abaissee par suite des travaux de Simon.
En consequence, personnel ne s'6tonnera s'il est sen-
siblement inferieur, soit'environ 20 mitres,.au
plateau occidental; personnel non plus ne sera
surprise que la vall6e, qui le spare du meme massif,
ait 6t6 fortement attdnuee. Cette remarque expli-
quera comment la plupart des topographes mo-
dernes n'ont guere song h chercher en cet endroit
la deuxinme colline de Josephe et sont entries dans
des voies, que leur multiplicity divergente a dd-
montr6 etre sans issue.
A son tour, notre thdorie peut-elle se r6clamer
d'arguments positifs ?
Nous croyons que oui, parce que la colline n'a pas









LE MONT SION


disparu sans laisser de traces. L'examen du terrain
et la survivance des noms, si tenace en Orient, nous
permettent d'en fournir la preuve.
L'examen du terrain revele une depression, qui
s'explique d'une manibre tris satisfaisante si l'on
tient compete des renseignements fournis par la
Bible et l'histoire. Mais puisqu'il s'agit d'un fait,
dcoutons les temoins, parmi lesquels plusieurs sont
d'autant plus dignes d'etre 6cout6s que leur thdorie
topographique s'dloigne de la n6tre.
C'est d'abord M. G. Williams. ( Dans le quarter
du mont Sion, dit-il, ou j'ai placed la porte de Gen-
nath (1), existe dans la colline une depression si bien
marque, qu'en allant du sud au nord par la rue
qui traverse le centre du quarter juif, non loin de
la porte de Sion (2), on descend tres peu ou pas du
tout pour se rendre aux bazars (3). ,
Puis vient M. Tobler qui dit: ( En allant du nord
au sud, la pente du Sion est la plus douce et la plus
court h l'endroit ou un petit vallon, comprenant le
Souk Hdret el Yahoid, part du nord pour d6boucher

(1) L'ancienne porte, don't on voit au-dessus du sol les voussoirs mas-
sifs, fut souvent prise pour la porte de Gennath. Mais les fouilles faites
en 1869 par M. Warren et en 1892 par M. Schick (P. E. F. Quart. St.
1892, p. 183) ont d6montr6 qu'elle n'a jamais faith parties d'un rempart
ext6rieur, et qu'elle ne remote pas au-del9 du temps d'16rode. Des
fouilles pratiquees a 300 metres plus a l'ouest ont mis an jour les vestiges
de la second enceinte qui prit son point de depart A la porte de Gennath.
Aussi, n'y a-t-il plus de doute pour personnel que cello-ci no se trouvait
dans le voisinage de la porte de Jaffa. Les professeurs de Notre-Dame de
France seuls (Palestine, p. 144 et plan, p. 62) continent a placer la porte
de Gennath et la naissance de la second enceinte dans le quarter juif,
sans tenir compete des d6couvertes faites depuis trente ans.
(2) Neby Daoid. Autrefois cette porte 6tait situee plus A l'est et s'ou-
vrait sur la rue aux Colonnes, qui le long de notre Tyrop6on conduisai
A la porte des Colonnes ou de Damas.
(3) The holy city, Londres, 1815, p. 285.








LA VILLE DE DAVID


dans la vallie central au sud-est. De plus, du
Hdret el Dschawain qui court paralllement au
Souk Hdret el Yahotd, a l'ouest, on descend par une
pente assez douce dans cette derniere rue; puis de lh
on remote de nouveau, toujours vers l'orient, a une
distance de trente h quarante pas. Le vallon com-
mence imm6diatement au sud du Dschama el
Onari (1) dans le quarter juif, divisant le Sion
en deux parties, une occidentale et une orien-
tale (2). )
M. Melchior de Vogfid 6crit a son tour: Cette
vallee (la transversale) se dirigeait vers l'est et
recevait du sud un autre pli de terrain, don't la rue
moderne des Juifs (Souk Haret el Yahofid) suit la
direction. Le fond de ce ravin secondaire m'a 6td
donnd par les travaux executes par la construction
de la grande synagogue moderne; il se trouve h
5 ou 6 metres au-dessous du sol actuel de la rue (3). ,
Ce monticule semble si bien destined servir d'as-
siette a une forteresse, que M. l'abbd Moniquet,
comme M. Caspari, localise la citadelle des Jdbu-
sdens ( sur l'minence de l'encognure nord-est du
mont Sion ) tout en mettant la ville de David sur la
colline orientale (4). Comme le Tyropeon (la vallde
transversale), ajoute-t-il plus loin, comprime le
plateau a son milieu, il la partage en deux mamelons,
don't chacun a sa physionomie particuliere. Celui du
nord assez 6tendu avec une altitude de 762 mitres,
forme une sorte de p6ninsule, etant isold par la

(1) La synagogue. Voir fig. 9.
(2) Op. cit., t. I, p. 23.
(3) Le temple do Jerusalem, Paris, 1864, p. 111.
(4) Jdrusalem, sa topographie primitive, Tours, 1883, p. 31.









LE MONT SION zy1

courbure du Tyropeon et par cette depression d6dj
signalde, qui descend du centre du plateau au milieu
du Tyrop6on septentrional (1). ,


Fig. 9. PLAN DE LA DtPRESSION AU MONTH SlON.


Les meilleurs plans de Jdrusalem accusent ce
mamelon (2), don't le noyau rocheux a dtd constatd
lors des constructions de synagogues et d'autres

(1) Id., p. 49-50.
(2) M. Wilson (Plan of Jerusalem, 1890) indique les hauteurs du sol en
pieds anglais. Du sud-est de la caserne turque en ligne droite vers
I'orient, il donne les chiffres suivants :
Plateau occidental. . 2.550 pieds
Depression . . 2,482 -
Plateau nord-est . . 2,502 -
Au nord de la porter des Maugrabins. 2,383 -
Dans les plans de courbes de niveau du Palestine Eploration Fund, ce
monticule ne figure pas : II n'y a la rien d'6tonnant. Les ing6nieurs de la
commission anglaise out noted avec soin l'altitude de tous les rochers qui
apparaissent a la surface et de tous ceux qu'ils ont rencontr6s sous le
sol lors do leurs explorations. Mais dans le quarter juif, tout covert do
maisons entassdes les unes sur les autres et A pine sillonn6 par des









LA VILLE DE DAVID


edifices. M. L. Grammatica lui donne une hauteur
de 7 metres (1) et le R. P. Lagrange 6n,45 (2).
Le ravin, qui a sa parties superieure est remblayd
de 5 6 metres, s'accuse plus profondement h measure
qu'il se rapproche, au nord, de la vall6e transver-
sale, et, au sud, de la vallie large dans la direction
de Silo6.
Hors de la ville, il est assez bien accentua, malgrd
1'6norme quantity de decombres amonceles sur le
flane de la colline. L'extremit6 meridionale du ravin
est surtout digne d'attention. I1 y a quelques annees,
M. Bliss explore une grande parties de l'ancienne rue
.qui allait du nord au sud au fond de la vallee large,
en passant entire la piscine de Silod et le mont Sion.
A 75 metres au nord de la piscine, il rencontra un
embranchement vers le nord-ouest, dans la direction
du ravin. Cette rue, large de 3 m&tres, est pavee de
Sdalles grandes et 6paisses, et garnie de c6td et d'autre
d'une bordure en pierre. Ne pouvant explorer le sol
qu'au moyen de galleries souterraines, l'ingenieur
n'examina cette rue que sur une longueur de
'10 mbtres ; mais il suivit A une distance de 36 metres
l'dgout (3), bien construit, 6tabli sous le dallage, et
ruelles 6troites et tortueuses, aucune fouille de ce genre n'a 6t6 entre-
prise. Avec un simple sondage, on risque fort de prendre un quarter de
rocher ou une agglomeration de pierres pour le roc vif.
11) Testo allante di geografia sacra, Bergame, 1903, p. 30, et pl. I.
(2) Op. cit., p. 22. Le professeur, il est vrai, ajoute : (( Cette vall6e
prdtendue, dejh peu sensible aujourd'hui, l'etait encore moins autrefois;
ce qui en paralt, s'est form dans les debris amoncel6s. ) Singulier
phdnomne A J6rusalem, les d6combres amoncelds sur un haut plateau,
y produisent peu a pen des vall6es! M. de Vogfi6, ignorant quelle physio-
nomie cette vallie avait autrefois, constata, il y a quarante ans, qu'elle-
mime dtait remblayde, a son point le plus 61ev6, de 5 ia metres de
decombres.
(3) Sous la plupart des anciennes rues du mont Sion furent retrouvds
ce genre de conduits.








LE MONT SION


put ainsi s'assurer de la vraie direction de cette
voie (1). La rue occupe sans contredit le fond du
vallon, qui spare la ville haute de la ville basse et
d6bouche dans la vall6e large, pres de la piscine
de Silo6. C'est bien lh, a notre avis, le Tyrop6on de
Josephe.
Si le Tyrop6on de l'historien juif n'a pas entibre-
ment disparu h Ia vue, son nom semble 6galement
s'6tre fix6 entire les deux collins du mont Sion
jusqu'au xve sikcle de notre bre.
( Le mot Tyrop6on, disent les ing6nieurs anglais,
est commundment pris pour un nom grec, significant
dans ce cas Fromagers. Il ne faut cependant pas
oublier que, dans les r6cits topographiques, Josephe
se sert g6ndralement de noms aramaiques, et lors-
qu'il replace le nom de la langue indigine par un
nom grec, il a soin de l'indiquer, comme c'est le cas
pour Bezdtha ou Coenopolis (2).
(( Aussi le docteur Bonar est-il d'avis que le mot
Tyrop6on est plutot un nom h6breu ou aramaique.
Voilh pourquoi le capitaine Conder propose de lire
3 4 1 W, don't la racine tzaraf signifie fondre 1'or
et l'argent par le feu (Cfr. Ps. xu, 4. Is., XL, 19. -
Prov., xxv, 4). Beth Tzdripha est mentionn6e dans
le Talmud apparemment h l'est du Sanctuaire, pris
de l'endroit ou l'on jetait les detritus du temple (3).
Cela harmonise avec le nom de Tyrop6on. Le m6me

(1) Excavations at Jerusalem, p. 143 et General plan no II.
(2) Bell. jud., II, xix, 4.
(3) C'est t l'orient du sanctuaire, dans la rue aux Han6th on Boutiques,
que les vendeurs do pigeons et d'autres denr6es ainsi que les changeurs
de monnaie trafiquaient avec les strangers se rendant au temple. C'est de
1A qu'ils s'introduisirent parfois jusque dans le parvis sacr6, d'oix Notre-
Seigneur les chassa un jour. (Matlh., XXI, 12. Marc., XI, 10.)








LA VILLE DE DAVID


mot se trouve dans la racine arabe Saraf, qui veut
dire changer la monnaie. S'il est strange de trouver
des fromagers fixes h Jerusalem, le terme aramnen
fournirait un sens fort natural : la vallde des chan-
geurs. Cette interpretation est confirmee par le fait
que jusqu'au xvie siccle, ce quarter 6tait appeld
Khan es Sarf, comme nous l'apprend Moudjir ed
Dine (1). ,
En effet, l'historien arabe, qui vient d'etre men-
tionn6, fournit tous les noms des diverse sections
de la longue rue de David. Apris avoir d4crit la pre-
mibre parties de la rue, a partir du Haram es Scherif,
il continue : ( Depuis la porte du quarter juif jus-
qu'au Khan es Saraf (2) (bazar ou bureau de change),
la rue prend le nom de Souk el Haririyeh (bazar des
marchands de sole) (3). ,
Si Tyropeon est un nom grecise qui drive de
tzaraf, l'on peut dire qu'il s'est conserve dans le mot
arabe saraf. En tout cas, n'est-il pas frappant que
le quarter Es Saraf se trouve precisement dans la
premiere enceinte, au mont Sion, entire la ville
haute et la ville basse ? Cette coincidence, sinon sur-
vivance de nom, est d'autant plus remarquable qu'h
aucune 6poque les habitants de Jdrusalem, soit

(1) Surrey of W. P., Memoirs, Jerusalem, p. 291.
(2) Ou Khan el Mosref, d'aprhs I'ddition arabe du Caire, 1283 de 1'egire,
p. 403.
(3) Histoir e de Jdrusalem et d'IHdbron, ed. H. Sauvaire, Paris, 1876,
p. 177. Aux xWn et xur si6cles les 6crivains latins placent le Change ou
la rue du Change un peu plus a 1'oucst. Ainsi le Continuateur de Guil-
laume de Tyr (Publ. de l'Or. lat., Ilin. franc., 6d. Micheland et Ray-
naud, GenBve, 1882, p. 146) dit : ( La grant rue qui aloit de la Tor David
droit aux Portes Oires (Portes dories), apeloit 'en la rue David, de ci
usque au Change... Quant 'en venoit au Change la oft la rue David defal-
loit, si trouvoit 1'en une rue, qui avoit non la rue Monte Syon. a Cfr.
La citez de Jherusalem, 6d. M. de Voga6, Les eglises de la Terre sainte.








LE MONT SION )1

chr6tiens, soit musulmans, n'ont montr6 le Tyropeon
dans la vall6e central. Dans les livres sacrds celle-
ci est simplement d6signde sous le nom de vallke,
torrent (1). Josephe 1'appelle la vallde large (2). Le
P&lerin de Bordeaux ne lui connait pas de nom;
pour lui aussi c'est la vallde de Jerusalem (3) et
jusqu'aujourd'hui les indigenes la nomment simple-
ment El Wdd, la vall6e (4).
Depuis le xvie siicle seulement, des 6crivains euro-
pdens, interpr6tant les recits de Josephe, crurent
reconnaitre le Tyropdon dans la vall6e central qui
traverse la ville du nord au sud. Cette identification
se heurte a de telles difficulties que beaucoup de
savants modernes ont vu le Tyropeon dans la vall6e
transversale, qui part de la porte de Jaffa et s'etend
vers l'orient. Elle absorberait ainsi la parties inf6-
rieure de la vall6e central. Mais cette identification
souleve des problmes aussi insolubles que la precd-
dente. Dans l'un et 1'autre cas, cette vallee spare la
deuxieme colline de la'troisieme et au-delh de la
piscine de Silo6, elle d6bouche dans la vall6e de
Cedron. Le Tyropdon, au contraire, spare la pre-
miire colline de la deuxieme, ( la ville haute de la
ville basse et s'6tend jusqu'A Silo6, seulement. Cette
description convient A la lettre au ravin, qui divise
le mont Sion en deux collins, et c'est 1l seul qu'on


(1) Neh., II, 15.
(2) Bell. jud., V, Iv, 1.
(3) Op. cit., p. 17-18.
(4) Moudjir ed Dine dit que la ( large valle qui descend de la porte de
Damas vers le C6dron s'appelait Wad eth Tarahin, vall6e des Moulins
(ed. ar. p. 404). Dans la vall6e central on n'a jamais connu des moulins
mus soit par 1'eau, soit par le vent. Mais au moyen age, il y eut des mou-
lins a vent dans la vallee de Josaphat.








LA VILLE DE DAVID


peut raisonnablement chercher, pensons-nous, le
Tyropeon de Josephe.



VI. Les anciens remparts au sud de Sion.


Au nord du mont Sion on a retrouv6, avons-nous
dit, un reste de l'ancienne enceinte.
Les decouvertes archoologiques faites au sud de la
colline illustrent davantage encore les r6cits de
Josephe et sa description de l'ancienne ville (1).
A l'angle sud-est du plateau supdrieur du mont
Sion, M. Maudslay mit h ddcouvert (2) le pied de
1'ancien rempart taill6 dans le roc vif, a une hauteur
qui varie de 5 h 15 mitres sur une longueur d'envion
50 metres.
Dans cette grandiose escarpe se trouvent des
saillies carries de 12 a 13 mitres de c6t6, qui ser-
vaient de base i des tours d'angle. Un fosse 6gale-
ment creus6 dans le roc, c6toie 1'escarpe. Celle-ci a
du 6tre couronnee d'un mur form par les gros blocs
taill6s en bossage avec refends, qui en grande quan-
tit6 ont Wte tires des decombres. On y rencontre
aussi beaucoup de citernes et de piscines tallies
dans le vif (3), pour subvenir aux besoins de la ville
qui, avant la creation de l'aqueduc d'Etham ou

(1) Les fouilles ont 6t6 pratiqu6es sur la parties mdridionale de la col-
line; elle ne fut pas enclave par I'empereur Adrien dans l'enceinte
d'}Elia Capitolina, et il n'y existe que peu d'habitations groupies autour
du Saint-C6nacle. La parties septentrionale est renferm6e dans la ville et
tout occup6e de maisons, de jardins et'd'enclos.
i2) Ce fut a l'occasion des travaux ex6cut6s pour la construction d'une
Bcole anglaise et d'un cimetibre protestant.
(3) Voir Lieutenant Conder's report,.P. E. F., Quart. St., 1872, p. 169.










MONTH


SION


Fig. 10. FouLILLES A SUD DJU MONTH SION.
Echelle i : 2 500.








LE MONT SION


Vasques de Salomon, n'etait aliment6e que par l'eau
de pluie.
( Cet ouvrage, dit M. Conder, parlant de l'ancienne
forteresse, peut ktre apprici ha sa just valeur, par
quiconque se tient a ses pieds dans le passage pra-
tique par M. Maudslay : Avec un mur solide de 12
a 15 metres se dressant sur l'escarpe, il y avait 1 en
verit6 une forteresse splendid et inexpugnable qui,
h la force du terme, pouvait d6fier toute attaque du
c6te du midi (1). ,
De l'ann6e 1894 h 1897, M. Bliss executa de nou-
velles fouilles pour retrouver les vestiges de toute
l'enceinte meridionale de 1'ancienne Jerusalem. Au
sud de Sion, il constata bient6t un fait du plus haut
intiret pour la topographie de Jerusalem.
( De la tour a base rocheuse, 6crit-il, sur laquelle
est batie 1'6cole anglaise, 1'escarpe de Maudslay
s'avance au sud-est et forme une autre base de
tour immidiatement hors du cimetibre. De ce point
l'escarpe se retourne vers le nord-est. La base de
cette derniere tour, sur laquelle furent retrouv6s
des fragments de rempart, est entouree d'un foss6
qui suit 1'escarpe dans la mime direction. Cela
reprisente une enceinte tout A fait distinct. Puis, a
partir du fosse (large de 6 metres), pricisiment en
face de l'angle exterieur sud-est de la tour en ques-
tion, un autre mur descend vers le nord-est (2). ,
Ce dernier mur forme une enceinte differente de la
premiere.
Rien ne permet aux archoologues de discerner les
oeuvres des Jebusdens de celles des Israelites, ni les
(1) The rockscarp of Zion, P. E. F., Quart. St., 1875, p. 83.
(2) Excavations at Jerusalem, Londres, 1898, p. 313.









LA VILLE DE DAVID


travaux de David de ceux de Salomon ou des autres
rois de Juda. Les donnies positives, qui seules cons-
tituent une base non equivoque pour 6tablir des
terms de comparison, font jusqu'ici entierement
defaut. Tout ce qu'on peut avancer sans crainte
d'6tre contredit, c'est qu'anciennementune forteresse
construite avec un art et une solidity merveilleuses
enveloppait le haut plateau occidental du mont Sion.
C'est la ville haute de Josephe, ( la colline de beau-
coup la plus dlev6e et droite dans sa longueur, qui,
par suite de sa forte position, avait dt6 nommie
citadelle par David (1). ),
De toutes les d4couvertes la plus instructive sinon
la plus important est le fossd. Entierement creus6
dans le roc au pied de l'escarpe, a une profondeur
d'environ 2 metres, il contourne toutes les faces de
la tour la plus orientale et, sans aucune interrup-
tion, il accompagne 1'escarpe se dirigeant vers le
nord-est (2). Sa longueur qui measure 6 mitres pros

(1) Bell. jud., V, iv, 1. La dicouverte de cette place forte, limited
au plateau sup6rieur du mont Sion, Mlucide un point de I'histoire du siege
de J6rusalem par Titus, rest jusqu'ici une 6nigme. En effet, les Romains
apres avoir d6truit le temple p6n6tr6rent dans la premiere enceinte par
les portes du IIaram. Bient6t ils mirent le feu aux palais situ6s au fond
de la vall6e et A l'Ophel. Le lendemain ils occuperent 1'Acra, la ville
basse qu'ils incendierent jusqu'A Siloe. Ne restait plus que la ville haute.
Pourquoi les lIgions ne song6rent-elles pas i I'attaquer a l'est ou au
midi? La d6couverte de M. Bliss explique tout. La forteresse n'occupait
que le haut plateau du mont Sion; ai 'est et surtout au sud et au sud-
ouest les pentes dtaient beaucoup trop abruptes pour qu'il fut possible
d'y amener les machines de guerre. Titus esperait de venir plus facile-
ment a bout de ce formidable boulevard en l'attaquant sur.sa ligne sop-
tentrionale.
(2) M. Conder (Survey of W. P., Memoirs, Jerusalem, p. 397) suppose
que cette tranchie est le chenal, the gutter, mentioned (II Reg. (II Sam.),
V, 8) a l'occasion de la prise de la citadelle des J6bus6ens par Joab. Le
mot h6breu 7 7 Y que toutes les versions rendent d'une manibre
diff6rento, est tellement obscur qu'il est difficile d'en deviner le vrai sens.










F |-1--


Fig. II. U I)DE L'ANGLE SEll OUEST D)1 MOIONT SION.








LE MONT SION


de la tour d'angle, augmente au nord a measure que
diminue la raideur de la pente sur le flanc oriental
de la colline, et a 90 mntres de distance, elle atteint
jusqu'h 20 metres (1).
En presence du mur qui contourne le plateau
sup6rieur et de celui qui descend vers le fond de la
vallee large, se pose immediatement la double ques-
tion : Les deux enceintes ont-elles &t6 construites
simultan6ment ? Et, dans le cas contraire, laquelle
est la plus ancienne?
Il est d'abord hors de doute que les deux murs
furent 6lev6s originairement a deux 6poques diff&-
rentes. Car dans l'hypothise qu'ils fussent construits
simultandment ou d'apris un m6me plan d'ensemble,
on n'aurait pas creus6 dans le roc une tranchde de
2 metres de profondeur et de 6 mitres de larger, a
l'endroit m&me ou le mursud-est, de 4 mitres d'6pais-
seur, devait buter contre le premier. Pareil travail,
parfaitement inutile, ne se concoit pas.
Ensuite, si les deux enceintes eussent 6t6 bAties
d'apres un meme plan, jamais le mur infdrieur
n'aurait rejoint la tour a l'un de ses angles ext&-
rieurs, ou bien, on n'aurait pas emportd le rocher h
l'est, pour former la base d'une tour, que le plan
suppose ne pouvait comporter. Un coup d'ceil jetd
sur le plan ci-joint suffit pour saisir immddiatement
que les travaux de defense se sont succides avec un
notable intervalle, et que la citadelle superieure,
partout entour6e d'un fosse, avec une tour suppri-
m6e plus tard par l'adjonction de l'enceinte inferieure,
a 6t construite en tout premier lieu.


(1) Bliss, op. cit., p. 12 et pl. gen. I.









66 LA VILLE DE DAVID
De 1'existence d'une forteresse isolke sur le haut
plateau du mont Sion, n'est-il pas 16gitime de con-
clure que l se trouve le point de depart du mouve-
ment d'extension de la population vers l'est, puis vers
le nord?
M. Bliss, apres avoir rappel que les flanes du
mont Sion recelent beaucoup de grottes reduites
artificiellement en habitations, ajoute : ( II est
gendralement admis que les demeures taillees dans
le roc sont 1'oeuvre des habitants primordiaux. S'il
en est ainsi, cette colline 6tait habitue des l'ori-
gine (1). )
Le mont Sion offre une position strat6gique si re-
marquable et des travaux de fortification d'un
caractere tellement antique que meme parmi les
partisans d'Ophel, plusieurs, comme nous l'avons
vu precedemment, admettent qu'au moins la forte-
resse jibuseenne occupait l'angle nord-est de la
colline occidentale. D'autres reconnaissent que cette
colline 6tait habit6e et protege par la premiere en-
ceinte dis le regne de Salomon, voire meme de
David. Mais, malgr6 cela, ils pretendent que le d6ve-
loppement de la ville prit naissance a la petite
colline orientale, descendit dans la vallke large et
remonta peu h peu les flancs de la colline occiden-
tale, jusqu'h occuper finalement son haut plateau (2).
Les fouilles de M. Bliss paraissent donner un d6menti
h cette hypothise, deja invraisemblable par elle-
meme. C'est de la cime du mont Sion, que partit le
movement d'extension, comme le prouvent la


(1) Op. cit., p. 170-171.
(2) P. Lagrange, op. cit:, p. 36.








LE MONT SION


premiere et la second enceinte, qui y furent re-
trouvies.
Aura-t-on recours a une nouvelle hypothise?
Supposera-t-on que David ou Salomon fonda une
second ville forte sur le sommet de la colline occi-
dentale ? Deux villes de Jdrusalem, distinctes et en
face l'une de 1'autre ? Non Bien que dans la chaleur
de la discussion autour de la topographic de Jeru-
salem, toute hypothese, quelque extraordinaire
qu'elle fiit, ait trouv6 des partisans, nous ne croyons
pas cependant que quelqu'un recourra A cet expe-
dient pour expliquer l'existence d'une place forte au
sommet du Sion, avant que son flanc oriental ne fit
protege par un rempart.
D'ailleurs, l'histoire de Jerusalem montre que la
ville s'est developpde d'apres le principle suivi par
toutes les villes orientales et occidentales de l'anti-
quit6. Partout les nouvelles enceintes ne s'616vent
que pour proteger la population qui, en augmentant,
d6borde hors de l'ancien p6rimetre.
L'Ecriture sainte rappelle d'abord le mur cons-
truit par David autour du Millo, pour r6unir la ville
basse la forteresse de Sion. Salomon en 616ve
d'autres pour rattacher la colline orientale, le temple
et le palais royal A (( la ville de David Plus tard
Ezechias protege par une nouvelle enceinte la popu-
lation, qui avait envahi les pentes du Gareb et du
Bez6tha.
Or, comme la forteresse s'dlevait au sommet de la
colline occidentale avant que sa pente orientale ne
fut ceinte d'une muraille, il faut admettre que la
population n'est pas remontee peu e peu vers cette
place forte, mais que, au contraire elle en est peu &









68 LA VILLE DE DAVID

peu descendue vers l'orient, oi l'attiraient le sanc-
tuaire et le quarter royal, puis vers le nord, le long
du flanc septentrional du Sion et du temple (1).
M. Bliss ne se prononce pas sur 1'age des pierres
qu'il a mises au jour (2). 11 souleve toutes les hypo-
theses et interprete ses escarpes, foss6s et vieux pans
de mur d'apres les principles opinions en vogue.
( Ceux qui suivent l'opinion de Jos6phe, dit-il par
example, d'apres lequel la ville des Jebus6ens occu-
pait les deux collins (le Sion et l'Ophel), ceux-lh
peuvent attribuer 1'escarpe de Maudslay aux J6bu-
seens et la creation du mur inf6rieur A David qui,
selon l'historien, reunit la ville basse h la ville
haute. ,
Comme nous l'avons vu, Josephe est loin d'6tendre
la ville des J6buseens jusqu'h l'Ophel. En conse-
quence, la construction du mur sud-est qui descend
dans la vallhe ne doit pas n6cessairement etre attri-
bute h David, ni meme i Salomon; elle peut etre
l'oeuvre d'un autre roi de Juda.
Nous sommes d'accord avec le c6l6bre explorateur
quand il exprime sa propre opinion sur la topo-
graphie de Jerusalem au temps de Salomon. Il pense

(1) L'enceinte d'Ezechias et de Manasses, on le sait, partait de I'angle
nord-ouest du mont Sion et se dirigeait au nord-est, en excluant le Gol-
gotha. Puis, le mur septentrional, qui comprenait la port des Poissons, la
tour Hanan6el et la porte des Troupeaux, passait i une faible distance
du nord de la tour Baris et du temple. Or on ne s'expliquerait pas pour-
quoi sous les rois de Juda le B6zdtha ne fut pas envahi davantage par la
population toujours croissant, si lo mont Sion n'avait et6 d6s l'origine
le noyau principal de la ville.
(2) Les blocs proprement dits peuvent remonter a des 6poques difflrentes.
Mais les nombreuses et importantes restaurations observes dans ces
murs, d6montrent qu'on a toujours maintenu la ligne de defense dans son
trac6 primitif. Les escarpes, les contrescarpes et surtout la position du
mur au point de vue stratlgique, ne laissent pas de doute a ce sujet.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs