• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Preface
 Novembre-decembre 1942
 Janvier 1943
 Fevrier 1943
 Mars 1943
 Avril 1943
 Mai 1943






Title: Six mois sous la botte
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072109/00001
 Material Information
Title: Six mois sous la botte
Physical Description: 163 p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Ghez, Paul
Publisher: S.A.P.I.
Place of Publication: Tunis ;
Paris
Publication Date: 1943
 Subjects
Subject: Jews -- Persecutions -- Tunisia   ( lcsh )
World War, 1939-1945 -- Jews -- Tunisia   ( lcsh )
Ethnic relations -- Tunisia   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: Paul Ghez.
General Note: Cover title.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072109
Volume ID: VID00001
Source Institution: The Isser and Rae Price Library of Judaica
Holding Location: The Isser and Rae Price Library of Judaica
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 56629199

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Preface
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Novembre-decembre 1942
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Janvier 1943
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Fevrier 1943
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Mars 1943
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    Avril 1943
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Mai 1943
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
Full Text




PAUL GHEZ


SIX I OISZ


SOUS LA BOTTE


'1943
S. A. P. I.
TUNIS, 12, Rue de Vesoul
PARIS, 118, Champs Elys6es


DS
135
.T7
G45
1943b








SIX MOIS SOUS LA BOTTLE


PREFACE



AMatin du vendredi 13 novembre 1942... La vie, dans
la ville deserte, garde 7e silence. La vie est comme
hMsitante au seuil du jour triste. Du fond de l'aube
oi luit ta pluie, deux automobiles blindees digagent
leurs former avec une lenteur monstrueuse. Elles
pin"trent sans bruit dans l'Avenue de France. Elles
y progressent d'une march precautionneuse, leurs
mitrailleuses tendues en avant, comme des antennes,
avec des brusqueries et des tatonnements, exploran-
tes et inquietes, pareilles ii des insects de proie. El-
les freinent ; elles s'arretent ; d'un lent movement
circulaire de leurs armes, elles prennent sousla me-
nace de leurs feux les carrefours, la Residence, l'Ave-
nue... L'inconcevable, l'inacceptable rdalite est con-
sommee : Tunis est ( sous la botte ).
En quelques jours, en quelques heures, et pour six
mois, les elements d'ame, d'histoire, de coutumes,
de lois, d'amitids, don't l'dquilibre, depuis tant d'an-
-ades, avait compose I'harmonie d'une vie social et
civique si delicate et si aimable, se dissocient. Cha-
eun d'eux, comme sous action d'un reactif dissol-
vant, accuse et durcit les traits de son caractere, et,
s'isolant de l'ensemble, paraft disormais voue a une
vie distiricte. Chaque group, et, dans le group, cha-
que individu se replie sur ses angoisses, ses apprd-
hensions, ses calculs.
L'Allemand, de sa personnel, etait venu sur place
cueillir le fruit de discorde, le fruit vireux don't, du-
rant deux annees d'insinuante patience, Vichy avait
lentement. poussd, en nous tous, la veneneuse matu-
ration.


-5-









\ SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Plus tard, lorsque la concorde aura reuni a nou-
veau les hommes dans la Cite rebdtie, I'anecdotiste,
peut-&tre l'historien, nous reprdsenteront l'image de
nos disarrois durant six mois de servitude, I'image
de nos absurdes haines mutuelles attisdes par le sadi-
que mdphistophelisme de l'ennemi, I'image de tous
les mauvais conseils qu'a suggdrds a chacun la peur,
- la peur surtout : peur de la mort, peur de la pri-
son, peur de la denonciation, peur de la deportation,
peur de la torture, de la disgrace, de la misbre...
II est trop t6t pour que ce tableau nous soit dd-
peint ; et, s'il pouvait l'9tre, pour que nous le consi-
ddrions avec la serdnitd qui nous y ferait trouver les
plaisirs du souvenir et les profits de l'expdriencc.
Paul Ghez, le premier croyons-nous, aura tentg
d'esquisser, d'un trait rapide et vibrant, une scene de
la morne tragddie oii chacun de nos concitoyens a
tenu de son mieux, parfois tres mal, le plus sou-
vent a son iloge son r6le obscur de naufrage sur
le radeau en perdition.
II aura traduit I'angoisse des Juils. Car Paul Ghez
a le privilege dramatique d'etre Juif, et, au sein du
judaisme tunisien, d'etre comme un ( cristal sonore )
qui rdpercute, amplifie, retransmet, avec une ardent
et timeraire vivacity, la peine et I'espoir d'lsrael.
Paul Ghez est de Sousse, cite illustre dans l'histoi-
re et, depuis des siecles, fertile en destinies et en
caracqteres distinguds, pheniciens, remains, musul-
mans, juifs, francais.
Il est Francais : il est soldat francais. En 1914, il
s'engage. II est au service, a la peine, a l'honneur
partout oi la France maintient ou reconquiert ses
libertis, et celles du Monde : Argonne, Verdun, les
Vosges, la Somme, la Marne ; il est blessed ; ses pieds
sont gelds ; il est deux fois cite. Joie supreme du sol-
dat qui s'est battu, la Medaille Militaire honore sa
poitrine.










SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Voici 1939. L'adolescent de 1914 est devenu un
homme, assis en paix au sein de sa famille. De toute
sa force affective, ii est lid au foyer, par une femme
aimante et douce, par les deux enfants qu'elle lui a
donnas. II est un notable parmi ses concitoyens:
avocat, juriste, chef d'un cabinet prospare, membre
du Grand Conseil, membre du Conseil de la Com-
muntaute, &coutd et respect par les siens et par tous.
II peut, s'il le veut, faire ce qu'ont souhaite de faire,
ce qu'ont fait quelques autres. Paul Ghez ( reboucle
la cuirasse ) ; il part. II est volontaire pour servir
dans une unite combattante. Apras les debilitants
loisirs de Mareth, il est a Rambouillet, a Blois, i Mon-
trichard, a la Roche-Rosay. La deroute est a ses
trousses ; il est encercld, avec sa section. II ne re-
nonce pas, il d&gage ses hommes et les ravit au Sta-
lag. II est cited.
Et le voici, retour parmi nous, jetant, pour les y
retrouver peut-&tre au jour des redemptions, les tron-
cons de ses armes, dans un coin de ce foyer oil main-
tenant la maladie s'est assise, h6tesse du malheur,
au chevet de l'dpouse.
Et soudain, pour Paul Ghez, latee un nouvel ap-
pel au combat. II s'est battu en soldat francais pour
la Patrie commune, mold aux hommes de France. II
lui faudra se battre encore, toujours pour l'honneur
et la conservation de cette patrie spirituelle, mais
cette fois pour ainsi dire hors des frontieres de la
vraie France, sous le regard indifferent et cruel des
hommes du renoncement et de la capitulation.
II public aujourd'hui, et j'ai l'honneur de presenter,
le a Journal de Marche ) de cette champagne de souf-
frances et de ruses qu'a menee la resistance morale
et physique d'une communaute d'hommes rdprou-
vds, abandon's de tous, sauf d'eux-memes.
Que nul n'en doute : pour l'occupant nazi l'dpreu-
ve infligde a Israel n'a ete qu'une preparation expdri-








SIX MOIS SOUS LA BOTTE


mental et mdthodique, en vue de cruautgs elargies,
menagedes a nous tous : djai le travail force avaiL
atteint le musulman ; deja itaient forgoes, par la ser-
vilite de nos ldgistes, les chaines de la meme servi-
tude pour nos enfants, quand le 7 Mai 1943... !
II est bon que les clameurs, les joies et les espoirs
de la Liberaiton ne couvrent pas trop t6t le gemisse-
ment, a peine apaisd de ceux qui/ont souffert et qui
souffrent, comme tant des n6tres, parce qu'ils etaient
et sont ( du c6td de la France ), parce qu'ils dtaient
et sont-des notres.
C'est d'un tel gimissement que Ie < Journal, de
Paul Ghez prolonge en nous l'dcho salutaire, la dou-
leur vivifiante, I'appel vengeur.

Ch. SAUMAGNE,
Avocat a la Cour d'Appel.


Juillet 1943.





















CHAPITRE PREMIER





NOVEMBRE DECEMBRE 1942









SIX MOIS SOUS LA BOTTE



8 Novembre 1942
La Tui'isie n'ktait pas occupee, mais elle 6tait soul
le regime de Vich3 et celui des.: commissions d'ar
mistice.
Les loib d'exception se sont succidees a une caden
.ce de plus en plus rapide.
_.- Limogeage de' foictionnaires trop tides envers le
nouveau rc.ime, expulsion des Francs-Magons, per-
secutioh inmthodique des Juifs.
En tant que Juif. j'ai pu 6clu;ipper a cess lois sc16-
rates, covert par mon titre d'ancien combattant.
Mais j'ai dfi ahndonner ma function d'avocat-d6-
fenseur, a' nnt appartenu aIn maconnerie.
:Ce n'est IS qu'un preiudice d'ordre materiel. Le
malheur n'est pas grand.
Ce main un cri d'espoir \ole de bouche en bou-
chie. .
Les- Anglais et les Amnricains-ont d6barqu6 en Afri-
que du Nord. La B.B.C. l'a announce dans sa premiere
missionn'
()iO sont-ils ? personnel ne le sait. Quelquies bobards
commencent 'a prendre leur vol.
11 3 a de I'esperance et de la joie dans l'air.

15: Novembre
Les Anglo-Saxons ne sont pas encore a Tunis. Par
centre les Boches sont la.
IIs sont arrived un soir en avion et ont fait un car-
rousel au-dessus de la ville.
L'aorodroe d'El-Aouina a et& occupy sans lutte.
Que fait I'Armie Francaise ?
On a convoqud un certain nombre de rservistes,
maisje ne suis pas appeld.
Je ne le regrette pas. J'ignore contre qui on va se
)attre.








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Et puis, ma femme, ma pauvre Ada est gravement
malade. Elle est meme condamneie, malgr6 une ter-
rible operation qu'on lui a fait subir en desespoir de
cause.
C'est une question de mois, de jours peut-tre.
Mais il ne faut pas qu'elle le-sache et il faut lutter
jusqu'au bout.
Un miracle ? A certain moments d'accalmie je
me sens pris d'un fol espoir, mais les symptomes sont
inexorables.
Je ne I'ai presque pas quitt6e depuis deux mois.
Je me promets de ne pas l'abandonner jusqu'a son
'dernier souffle, quoi ou'il advienne.
La nuit les Anglais bombardment El Aouina et c'est
la premiere alerte; il y en aura beaucoup d'autres.

20 Novembre
L'arriv6e des Allemands n'avait pas beaucoup en-
tame la confiance de. la population.
Ils sont trop peu nombreux et ne pourront pas
tenir.
Ce n'est ou'un group de destruction qui s'en ira
apres avoir fait sauter des ouvrages strategioues on
qui sera massaere par la vague irresistible qui va d'-
ferler de l'Ouest.
Desillusion Les Boches se multiplient et 6tendent
leur emprise.
On commence A parler des requisitions de villas
dans le secteur du Belvedere.
Bien entendu, les Juifs font les frais de ces opera-
tions et les expulsions se font avec une brutality in-
humaine.
Pouvait-on attendre autre chose des soldats A croix
gammee ?
L'inquittude est grande. surtout chez les Juifs.
Les recits des atrocities d'Europe Centrale sont pre-
sents A esprit.


-12in









SIX MOIS SOUS LA BOTTE

SJ'ai beaucoup voyage en France depuis l'Armistice
et j'ai ca is6 avec des transfuges de la zone occupee.
Leurs r6cits donnent le frisson aux plus endurcis.
Tristes pressentiments !

23 Novembre
Les en\ahisseurs ont inaugur6 leur programme de
persecution A l'6gard des Juifs.
Dans la nuit, ils ont 6t6 cueillir a domicile le Pr6-
sident du Conseil de la Communaut6 Israelite, Mon-
sieur Borgel. Ayant trouve son gendr,e, ils l'ont
emmeni par surcroit.
Le mrme sort a 6t6 reserve A mon afni, Pllix Sa-
mama, ancien President que l'on a fait sortir pr6ci-
pitamment de son lit. Son beau-frere qui logeait avec
lui a &6t pris aussi.
SLes Boches ont tent6 6galement d'arreter Maitre
Albert Bessis, D616gue Juif au Grand Conseil, mais
celui-ci avait pris la precaution de disparaitre.
Je ne suis pas tries rassure.
Je suis, moi aussi, d6l6gu6 au Grand Conseil, sec-
tion francaise. J'ai et6 franc-magon et mon nom a et6
public A ce titre.
J'ai particip6 a Tunis et a Paris A une ardente pro-
pagande anti-hitlrienne.
Enfin, ie suis depuis quelques mois membre du
Conseil le la Communaute.
Que faire ?
Disparaitre, c'est evidemment tentant. Certains pro-
Jets plus ou moins r6alisables tracassent mon esprit.
Me cacher chez un ami et faire la marmotte ? Mon
temperament impulsif ne me permettrait pas de tenir
huit jours.
Rejoindre la frontiere alg6rienne a la rencontre
des lib6rateurs ? C'est bien tentant et je ie sens deji
des fourmis dans les jambes.
Silence Don Quichotte !


-13







SIX MOIS SOUS L. BOTTE

Tu oublies cette malheureuse qui vit ses derniers
jours. Et tes petits qui, bientot, n'auront plus que toi.
Allons, nous ne bougerons pas
A la grace de -Dieu !

26 Novembre
Mon tour est ar ive.
IDes Boches se sont presents aujourd'h m a 1...
Ia, rue Kellermann, et nous ont enjoint de vider les
lieux dans les vingt-quatre heures en y ]aissant tout
le mobilier.
Je n'6tais pas present, retenu a mon Etude.
Ma mare a essays d'obtenir aui moins un sursis, en
invoquant Fetat de sante de-ma pauvre Ada..
'En presence de la malheureuse qui pleurait dans
son lit, un sous-officier a r6pondu en souriant:
< iQu'elle aille'A I h6pital, elle y sera tries bien >.
Goujat.

27 Novembre
Nous a\ons demeni.ia dans de tristes conditions;
Des amis sont venus nous aider et ifous -avons
entass6 p8le-m8le les effects d'habillement, la \aissel-
le, les couvertures.-
Mon secretaire a donned encore la measure de son
d6vouement en m'offrant son petit logement au cen-
tre de la ville.
Hector Bbnan, mnon ami et mon medecin, est
venu chercher la malade dans sa voiture.
Le petit Roland, qui vienit d'avoir huit ans, maudit
nos pers6citeurs et pense.h les exte'miner. Sa petite
sceur Edith fait chorus. ,
Seront-ils eux autssi des Don Quichotte ?
Je ne le souhaite pas.
Pour I'instant, nous sommes dans le realisme le
plus repugnant.


-- 14 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

30 Novembre
Les otages arr&tes bntoete relaches apres avoir
subi un interrogatoire serr6 sur leurs sentimentsper-
sonnels, ur Timportance de la population, sa for-
tune.
Ils ont ete resigns, mais dignes.
M. Borgel a &t6 invited se presenter tous les
Mmatins a la Kommandantur.des S.S. pour y recevoir
des ordres;
Quels seront ces ordres ?
Les S.S. sont des specialistes de la persecution ra-
ciale. (- : "
:Ce n'est pas, rassurant.

6 D&cembre
r C'et dimanche aujourd'hui. Sombie dimanche.
I-M. Borgel a &t6 convoqu6 d'urgence A la Komi-
mandantur, ainsi que le*Grand Rabbin.
"11 n'6tait pas encore de retour a 15-h.
Finalement, il arrive pale et constern6.
SLe colonel Rauff, chef des S. S., lui a donn l'or-
:dre de. remnetire le lendemain a 8 heures, une pre-
miere liste de 2.000 jeunes gens juifs destin6s a Atre
affects dzns des formations de travailleurs.
I1 I'a avis6 en meme temps que tous les Juifs de
17 A 50 ans de Tunis et sa banlieue devaient se pre-
,parer A etre recrutes pour le travail obligatoire, et l'a
::averti que de terrible represailles seraient d6clen-
chees contre la population en cas d'obstruction ou de
inauvaise volont6.
L'ordre ainsi donnte est inex6cutable.
Le Conseil de la Communaut6 don't les attribu-
tiojis se limitent A des questions de culte, de bienfai-
sance, d'6ducation, n'est ni organis6, ni outill6 pour
une pareille besogne. II n6 pbssede pas la liste de la
pcODulation jiilve. Et tous les efforts qu'il pourrait


-15-







SIX MOIS SOUS LA BOTTE

d6ployer ne permettraient pas l'execution d'un tel
travail dans un d6lai de quelques heures.
Le President, atterr6, r6unit d'urgence les mem-
bres du Conseil disponibles et les met au courant.
On d6cidd d'en ref6rer imm6diatement au Resi-
dent G6neral.
L'Amiral Esteva recoit la d616gation avec cour-
toisie mais fait connaitre qu'il ne peut rien fair et
qu'il faut s'incliner.
Devant I'evidence de l'impossibilit6 d'execution il
consent cependant a intervenir pour solliciter un
d6lai.
Je n'6tais pas present a ces tractafions et je n'en
ai 6t6 inform que le lendemain.
7 D6cembre
Les services de la R6sidence informent que, ,sur
intervention de l'Amiral, le colonel Rauff a bien
voulu consentir a accorder un court d6lai mais en
exigeant que le nombre des hommes recensis soit
port a 3.000.
Une premiere liste de 1.000 hommes sera remise
le jour m8me a 18 heures.
Une deuxieme de m8me importance le lendemain
h 8 heures et la troisieme tranche de 1.000 a 18 heu-
res.
Imm6diatement le travail s'orgariise.
Des 6quipes de jeunes gens de bonne volont6 se
rendent a la Municipalit6 pour copier tous les noms
de Juifs nps partir du ler janvier 1924.
Au fur et a measure les feuillets sont ports au siege
de la Communaut6 oii on les r6partit entire une dou-
zaine de dactylographes.
Le Grand Rabbin a fait apposer une affiche avi-
sant les Juifs de 17 a 50 ans de se tenir pr8ts pour
le travail.
11 exhorte ses coreligionnaires au came et a la r6-
signation.
Consternation gen6rale.
16 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

8 D&cenbre .
Les choses vont de mal en pis.
M. Borgel se present le matin pour apporter les
listes demand6es.
Le colonel le recoit avec sa morgue habituelle, ne
prete' aucune attention aux papers qui lui sont, re-
mis et donne imperativement I'ordre de lui pr6sen-
ter les 3.000 travailleurs 6quip6s de pelles et de pio-
ches le lendemain 9 D6cembre a 7 heures, a la ca-
serne Foch..
Cette fois c'est la catastrophe.
Comment un comit6 de bienfaisance pourra-t-il
dans un d6lai si court, convoquer 3.000 hommes, les
quiper, les vAtir ?
De quels moyens dispose-t-il pour les convaincre
ou pour les contraindre A s'executer ?
Et, par-dessus tout, dans quelle horrible position
vont se trouver les dirigeants, obliges de conduire
eux-memes- leurs jeunes gens vers un servage aussi
p6iible.
Le colonel est cat6gorique. Si la population ne
s'ex6cute pas, il fera fusiller des otages, et ses S. S.
procderont eux-memes au recrutement.
C'est un pogrome en perspective.
Le President rentre constern6.
Que faut-il faire ? On discute, on s'affole, on en-
visage toutes les solutions, meme les plus disesp6-
rees.
Au d6but de l'apr&s-midi, des hommes de bonne
volonte parcourent les quarters juifs en invitant les
jeunes gens sans charge de famille a se d6vouer pour
le salut de la collectivit6.
/ On promet aux volontaires un salaire de cent
francs par jour et on 'les invite a s'inscrire a la Gran-
de Synagogue.
Cent vmgt travailleurs se pr6sentent. RWsultat d6ri-
soire mais il fallait s'y attendre.








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Dans le courant/ de l'aprbs-midi je me rends a Iv
Cominml nnite.i
L'anxiet6 se lit sur tous les visages. Des evene
ments tragiques se pr6parent.
On me met au courant.
Je provoque aussitot tine reunion du Conseil.
I11 y a deux solutions possibles.
La premiere, la resistance. On ne fait rien, on
s'abstient et on attend. I
C'est h6roique, mais absolument vain.
11 est evident qu'aprbs avoir emprisohn6 et peut-
&tre fusill6 des otages, les S.S. ne s'en tiendront pas
la et proc&dront eux-m&mes a une rafle imposante
et barbare
Ils lont fait : Varsovie, ils Font fait a Paris.
On peut dissimuler quelques fils de bourgeois qui
s'6parpilleront dans des propri6t6s ou chez des amis.
Mais que deviendra notre Ghetto surpeupl6 et dans
lequel on vit au jour le jour.
Et, pour parler franc, notre population de bouti-
quiers et d'artisans n'est pas suffisamment aguerrie
pour se diss6miner dans les campagnes et faire la
guerilla.
11 faut done plier. II faut tenir jusqu'a la liberation
qui, sans doute, 'ne, se fera pas attendre.
Mais pourquoi devons-nous accepter de faire nous-
meme une pareille besogne ?
Les Boches ont proclaim en d6barquant qu'ils n'oc-
cupaient le pays que militairement, pour le ( prot6-
ger .
Nous sommes done encore sous la souverainet6
du Bey et la protection de la France. I1 appartient
a nos gouvernants de prendre leurs responsabilit6s
et de donner eux-m8mes les ordres necessaires.
Aussit8t deux delegations sont form"es. L'une se
rend aupres du Bey, l'autre demand une audience
urgente au R6sident G6neral.
Elles reviennent toutes deux sans resultat. Quel-


e-=18-









SIx MOIl SOLS LA BOTTE

c ues paroles d IncouraWement e i ne exhortation pater-
nelle a Ia resignation et c'est tout.
NoCus sommes seuls en face du monstre.
Le Resident Gen6ral, a bien voulu consentir a sol-
liciter un d6lai de 24 heiurs-. La r6ponse parviendra
dans ]a nuit.
NuLit blanche. Oix dormira-t-on demain ?

9 DWcembre
{ -
Journee crucible. Ca va barder.
Je me rends i sept heures la Communautd.
M. B>r.cel rend compete que le delai a _t6 cat6-
goriquement refuse.
L'heure .fix6e pour la, presentation des homes est
passe. Il y a 120 travailleurs au lieu de 3.000 A la
Caserne Foch.
Le President doit se trouver a huit heures a la
Kommandantur. Son sort est inquittLint.
11 est pret a' s'y rendre mais il demand a etre
accompaghe. I1 a plus de 70 ans et il ne vent pas
assumer seul de telles .responsabilit6s.
Un lourd silence. Personne ne se decide.
Je viens avec vous ).
C'est moi qui ai prononc6, ces paroles.
Je m'etais pourtant promise de ne plus tenter d'a-
venture, de rester au chevet de ma femme, de veil-
ler 'sur mes petits.
La phrase est lance, il faut y aller.
Ajuste ta lance, Don Quichotte, et pars devant.



Dai's P'Avenue de Paris on voit circular des S. S.
avet la: mitraillette en collier.
Quel est mon plan ? J'avoue que je n'en sais rien.
:Je n'ai pour l'instant qu'un seul but. Me raidir et
ne pas donner le spectacle d'un Juif qui tremble.


- 19 -









SIX MOIS SOOUS LA BOTTE

A la Kommandantur, le colonel n'est pas la. II
serait a la Synagogue.
Nous nous y rendons aussitot accompagnes du Dr
Beretvas, interprete b6n6vole.
Lamentable spectacle.
Les S. S. arms /font sortir avec une brutality
inouie .tous les occupants du Temple. Le Rabbin,
l'officiant, le bedeau, les fiddles.
Dans les rues environnantes on rafle tons les Juifs
qui passent.
Ils sont la, transis sous la pluie, des vieillards a
barbe v6n6rable, des iifirmes, des enfants. Je distin-
gue dans le group plusleurs de nies amis pris da'ns
la souriciere.
Nous nous approchons aussitot et 'explosion se
productt.
Le colonel Rauff, &cumant de cole, s'agite
comme un forcen6, brandit une badine qu'il agite
sous notre nez et vomit un torrent d'injures : cPour-
ceaux, chiens, hommes sans parole (et autres ame-
nites) .
( Je consid&re votre demarche aupr&s du Resident
comme un acte de sabotage envers 1'arm6e alleman-
de. En. consequence, vous serez fusillis dans une
heure, ainsi que le Grand Rabbin que j'envoie cher-
cher. /
( Vous allez voir comment les S.S. saveit mater
les Juifs.
Le brave Dr Beretvas n'ose pas traduire. 11 essaie
d'att6nuer. Mais j'insiste, il yaut mieux tout savoir,
Je rassure du regard M. Borgel. Je ne me sens
pas tres a l'aise, mais je boinbe le torse.
Pendant que le Chef des S.S. vocif6re, je fais men-
talement le bilan de la situation.
Nous sommes bien petits devant une force colos-
sale qui se dechaine.
Je regarded a ma droite le group pitoyable des pri-
sonriers t~ornes et silencieux. Je distingue 'la barbe


- 20-








SSIX MOIS SOUS LA BOTTE


blanche de l'officiant, je vbis un enfant qui irissonne
de peur.
Que vont-ils devenir ?
Le devoir est tout trac6. I1 faut les sauver i tout
prix.
Je profit d'une accalmie pour, demander a placer
un mot.
,, Qui est cet fiomme ? demand le colonel.
Je me pr6sente aussit6t et je r6ponds sechement
avec raideur. Ancien officer, je suis pret a tenter de
rassembler les hommes demands, a condition que
I'on me donne le temps necessaire. C'est tout ce que
j'ai' a dire.
Je me raidis de.toutes mes forces et je regarded en
face le forcen6.
11 finit par dire : < Vous pouvez partir. Vous yous
pr6septerez devant moi a midi -.
Ouf c'est deji quelque chose. Mais trois heures
de d6lai, c'est bienI court..


Nous revenons la Communautd.
Je forme aussitot mon premier embryon de comi-
t6 de recrutement.
Mon ami d'enfance, le Dr Moatti, homme au
grard cceur et au d~6ouement sans limited va m'ac-
compagner dans mes demarches.
Georges Krief va s'occuper de l'organisation du
casernement a l'6cole de l'Alliance Israelite.
Ce brave garcon m'inspire la plus vive sympathie.
En 1939, il s'est engage quoique 6tant degage de
toute obligation. I a ete recu en excellent rang a
1'ecole d'officiers d'infanterie. L'Armistice a inter-
rompu malheureusement sa carriere militaire, mais
le geste demeure acquis.
C'est un garcon- dynamique, imp6eteux, desinte-
ress6.
Un vrai pur sang.









SIX MOIS SO('S LA BOTTE


Nous.nous. rendons chez un inprnimiur.
On fait'6diter et placarder a toute allure une affiche
convoquant sans d6lai les Juifs de touted nationality,
nes entire 1915 et 1924.
Puis, c'est une demarche a la police. Nous deman-
dons un service d'ordre important pour canaliser
d'urgence vers le casernement les jeuries gens vises
par notre appel.,
Nous trouvons heureusement des fonctionnaires
comprehensifs qui realisent la gravity du moment et
nous promettent tout leur appui.
Je decide alors de me rendre a l'Alliance Isra6lite
pour participer A la mise au point du.recrutement.
Les Boches ont fait comme la Synagogue.
Les deux issues sont gardees par des soldats en
armes.
A l'int6rieur j'apergois, les instituteurs de l'Hcole
charges d'assurer le recrutement ,ainsi que de nom-
breux hommes de tous les ages, acculis sur les cot6s
de la cour et tenus en respect par des mitraillettes.
. Des femmes et des jeunes filles ont &t6 emprison-
n6es dans une salle, de classes.
Au milieu de la cour, deux officers v6rifient les
cartes d'identites.
Les hommes de moins de cinquante ans sont re-
foules sur la gauche. Ils iront au travail.
Les vieux seront conduits en prison, comme ota-
ges.
J'essaie de parlementer avec I'un des officers qui
s'exprime en francais, don't la joue est ornee d'une
superb balafre. II m'econduit sechement et m'or-
donne de me joindre au group des travailleurs.
Au bout d'un moment je reviens a la charge. J'ai
endosse de lourdes responsabiliti~s. J'ai besoin de ma
liberty d'action.
Cette fois, je suis brutalement repousse.
Il ne me reste plus quif me resigner. Apres tout la
vie en plein air et le travail manuel ne m'effraient


-22 -









SIX MOlb SoUS LA BOTTE

pas. Et mon sort sera sans doute moins p6nible que
dans la galbre sur laquelle je suis embarqu6.
MaTs que vont devenir ces pauvres jeunes gens ?
Comment seront-ils logs, nourris, soignes ? Je-me'
pose ces questions avec angoisse et j'enrage de mon
inaction force.
Pendant ce temps, je vois arriver de nouveaux
contingents rafles par les Allemands et les premieres
recrues repondant a la convocation.
Les braves petits. Ce sont eux seuls qui nous sau-
veront.
Vers midi, survient un soldat qui tend un pli au
lieutenant.
< M. Paul Ghez, est-il la ? Je m'avance aus-
sitSt.
Je recois l'ordre de me rendre, sur le champ i la
Communaute, ce que je fais en courant.
La, nouvelle souricibre. Les membres du Consei'
sont gardes A vue par des soldats arms.
Je me retrouve en presence du colonel Rauff,
toujours aussi excite. C'est l'heure de la decision.
Mes collogues m'informent que ie colonel s'&tait
present une heure auparavant acompagn6 de ses
S.S., avait pris comme Stages tous les assistants qui
ne faisaient pas partie du Conseil. II avait ensuite de-
mande ce qui avait 6t6 fait depuis le matin et oi se
trouvait I'homme de grande taille qui s'occupanit du
recrutement. (C'est de moi qu'il s'agissait).
On essaya de lui expliquer que je me trouvais vrai-
semblablement a l'Ecole de l'Alliance pour organiser
le service. Le colonel ne voulut rien entendre et an-
nonca qu'il fusillerait tout-le Conseil si je ne me pre-
sentais pas dans les dix minutes.
Ce fut une attente pleine d'angoisse.
Pour tromper le temps, le colonel visit les bu-
reaux et fit main basse sur une douzaine de machi-
nes a ecrire, rassembl6es pour la confection des lis-
tes et sur une collection de tapis appartenant en pro-
pre au President.










SIX MOIS SOUS LA BOTTE


Finalement, sur l'insistance des membres du Con-
seil, il consentit a m'envoyer qubrir a l'Alliance.


Ce nouveau dialogue est moins violent que le pre-
mier.
Je rends compete de la convocation de dix classes,
des premiers resultats obtenus.
Un agent de la Gestapo confirm les reriseigne-
ments donnes.
a Vous pouvez continue. Je vais arreter cent
otages et je les ferai fusiller ainsi que vous-meme si
vous n'executez pas mes ordres et si je constate le
moindre geste d'obstruction. .
Et le colonel se retire sans oublier de faire empor-
ter les machines a 6crire et les tapis, ses trophies
glorieux.
Une heure aprts, les cent otages sont emprisonnes.
Nous ayonsarrWt6 la rafle allemande, mais nous
avons assume une effrayante responsabilite.
II n'y a plus a reflechir a present. II faut organiser,
veiller sur nos jeunes gens, limiter les souffrances,
eviter le pogrome.
Je suis engage dans un combat f6roce don't l'enjeu
est I'existence de la population juive.
L'adversaire semble avoir tous les atouts.
Nous lutterons quand meme par tous les moyenis.
Car il nous rest malgre tout un grand espoir :
la delivrance !

L'apres-midi se passe dans une activity, febrile.
Nous faisons ramasser toutes les boites de conser-
ves disponibles dans les magasins juifs, tous les pains
existant dans les boulangeries. i
On distribue ces vivres, tandis que des medecins
operent une selection hitive au milieu d'une cohue
indescriptible.


-- 24 -









SIX MOIS SOUS LA BOTTE


Les Boches prevent sans cesse de nouveaux con-
tingents qu'ils emmenent vers des destinations in-
connues.
J'essaie vainement d'obtenir des renseignements.
afin d'organiser le ravitaillement. Personne ne sait
ou ne vent me repondre.
Et, l'on nous a avertis cependant que ces hommes
doivent etre nourris par nos soins, sans quoi, ils
mourront de faim.
Methodes nazies. Pauvre humanity !

10 D6cembre
Les Allemands ont suspend toute action directed en
ville, et les S.S. a mitraillettes ne circulent plus.
- Cependant les jeunes gens convoques par nos affi-
ches affluent en grand nombre ; il faut.organiser un
service d'ordre important devant 1'ecole et canaliser
la foule.
Nous avons remplace les instituteurs rafles la veille
et remis en fonctionnement les bureaux de recense-
ment.
Le service medical s'organise a son tour sur l'ini-
tiative de mon ami Faldini et de nombreux mede-
cins selectionnent les inaptes en faisant de leur
mieux.
Pendant ce temps d'autres services se mettent en
action. 1 -'
Les hommes de bonne volont6 r6pondent tous a
notre appel. '
Maarek et VWroli prennent en charge le ser
vice de ravitaillement oh ils front merveille avec
des moyens improvises. I1 y a urgence car les hom-
mes parties n'ont emport6 que deux jours de vivres.
Maurice Hag&ge rlunit en toute hate des comr
tables specialiss, et organise une tresorerie qui, pal
tie d'un desordre sans nom, sera bient8t impeccable,
II faut de l'argent, beaucoup d'argent. Une com-
mission des Finances se met a fonctionner sons l'im-









SIX MOIS SOUS LA BOTTE

pulsion 6clair6e de Me Victor Cohen-Hadria, ancien
batonnier.
Le Conseil de la Communaute institute une com-
mission du campement, qui procurera aux travail-
leurs tentes, cuilleres, gamelles, paille de couchage.
La collect des vieux vetements a domicile d6mar-
re aussi sans perdre un instant.


Mais il y a un prohlbme angoissant, urgent a re-
soudre.
Oiu sont les hommes djai parts ? Comment les re-
trouver ?
Nous n'avons aucune indication. Nous ne posse-
dons pas de moyens de transport et aucune automo-
bile ne peut circuler sans un laissez-passer special.
C'est alors que surgit providentiellement l'homme
de la situation. Je veux nommer Henry Sfez.
Un personnage curieux en verite. Ancien Combat-
tant, prisonnier de guerre 6vade, il est d'une activity
inlassable, d'un aplomb imperturbable .
La veille deja ,alors que j'etais impitoyablement ra-
brou6, Sfez a pu causer avec le lieutenant balafrW, et
c'est lui qui a '6t chercher les premiers \i res dis-
tribues.
Ce matin, Sfez emprunte pour le compete de la
Communaute une voiture de tourism assez fatigue,
oubliee par les services de requisition et reussit gra-
ce a des manoeuvres don't il garde le secret a se pro-
curer un permis de circulation d6livre par la police
francaise.
Et le voila part a la recherche des travailleurs.


Dans la matinee le lieutenant nous avise qu'il vien-
dra chercher a quinze heures mille travailleurs qv
doivent tous 6tre 6quipes de pelles et de pioches.


- 26 -









SIX MOTS SOLIS L A, BOTTE


Je dniine aussit8t 1'ordre de former vingt groups
de cinquante hommes et de designer des chefs de
group choisis autant que possible parmi les ancient
combatants ou anciens soldats.
On arrete le recensement ,qui'd6passe le chiffre
(deinande et on invite les jeunes gens non encore
inscrits a se presenter I'apres-midi a Bab-El-Khadra,
sur une place publique, afin d'6viter tout nouveau
guet-apens des Boches.
Georges Krief s'occupera de ce service.
Les 20 groups de cinquante sont laborieusement
comptes et aligns en bon ordre sur-la place qui se
troupe devant l'1cole.
On les pourvoit de vivres et d'argent qui sont re-
mis aux chefs.
A 15 heures, arrivent deux nouveaux officers alle-
mands qui penetrent au casernement par une entree
de service. Ils sont accompagnes de S.S.
Imm6diatement ils con3mencent ramasser dans
la cour les hommes en surnombre et parmi eux les
malades eliminds par le service medical.
Je m'approche aussitot pour expliquer que le con-
tingent demanded est prt et rang en bon ordre de-
vant I'entr6e principal.
Je suis encore mal accueilli. L'un des officers me
fait sicne que je l'importune et, comme j'insiste, il
me saisit au col et me repousse violemment en ar-
riere.
Je ne puis qu'enfoncer mes ongles dans mes pau-
mes et me taire.
Un agent francais de service s'approche discrete-
ment de moi et me dit a l'oreille :
a Patience. Chacun aura son tour >.
Brave type Pourvu que ce soit bient6t.
Nous en sommes reduits 'a abandonner notre con-
tingent deja pret et a faire sortir les hommes restants
un par un par 1'entree de service.
Au passage, on leur remet A toute allure un pain


- 27 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE


sous un bras, une boite'de conserve sous l'autre, une
pioche sur l'6paule, une cuillbre et un billet de cent
francs dans la poche.
Et c'est ainsi charges que ces travailleurs vont se
ranger dans la rue sous la surveillance brutale des
S. S.
Apres deux heures de ce defile, les officers font
une grande decouverte.
S'etant avances d'une centaine'de metres, ils aper-
coivent notre contingent qui attend stoiquement sur
la grande place, tout equipe.
Que font ces hommes ?
Par le truchement de l'interprete je leur explique
que ce sont les 1.000 travailleurs demands qui
etaient prets et attendaient leurs odres.--
Pour ne pas reconnaltre leur erreur les Boches
conservent les 400 hommes pour la plupart ihaptes
qu'il avaient rafl6s et y joignent les 600 premiers du
contingent pr&t.
Les 1.000 parent pour IA gare, destination incon-
nue, bien entendu.
Ils d6filent dans la ville, en chantant.
Braves petits Que Dieu vous aide !

11 D&cembre
Le Conseil de la Communaut6 prend contact avec
les deux officers de S.S. qui s'occuperont desormais
de toutes les questions concernant les Juifs.
Ils arrivent a I'improviste, raiders et distant, s'as-
seoient sans la moindre formule de salutation et con-
servent leurs casquettes ornees de la tete de mort.
L'un d'eux, de taille moyenne, blond au teint rou-
ge est le plus 6leTy en grade. II porte au collet deux
6toiles d'argent sur fond noir.
L'interprete Trenner nbus apprend apres son de-
part qu'il se nomme Zaewecke et qu'il a grade de
c Haupsturmfuhrer >.
L'autre, de plus grande taille, sec et chauve, n'a








sik MOIS SOUS LA BOTTE


qu'une etoile d'argent. C'est celui qui m'a repousse
la veille. Son nom est Pohl, il est ( Handstchar-
fuhrer )).
Ces grades n'ayant pas d'6quivalent dans l'armie
r6guliere, nous les baptisons d'office en faisant large
measure, le commandant Zaewecke et le capitaine
Pohl.
La conversation se resume en un monologue.
Le commandant nous .fait connaitre que d6sormais
nous devons nous conformer sans reticence a ses
ordres et A ceux de son adjoint.
La vie des otages et la notre r6pondent de notre
ob6issance. La moindre tentative de resistance -sera
consid~dy& come acte de sabotage envers l'arm6e
Allemande et entrainera de terrible repr6sailles.
Au moment oii les deux officers vont se retire
M. Borgel leur explique que parmi les otages em
prisonn6s certain nous sont indispensables pour as
surer le fonctionnement de nos services et demand
leur liberation sous la garantie du Conseil.
On nous en accord six, don't la liste devra etre
premise le soir mame.
Les Allemands parties, nous d6liberons sur les noms
A choisir en tenant compete uniquement des besoins
du service.
Pour ma part je choisis deux noms : mon confrere
Victor Bismut et Guy Boccari.
Ce sont des homes energiques don't le concourse
sera-des plus utiles.
Victor Bismut est un avocat de grand talent.
Une vblont6 de fer, une tenacit6 indbranlable, une
'vigneur physique peu commune.
C'est un esprit 6quilibr6, un homme droit et net
dans ses pens6es comme dans ses actes.
Sa presence a mes cstes sera precieuse.
Guy Boccara est un italien devenu Francais par
I'effet de son education, de ses tendances et aussi par
degout, du fascisine.


- 29 -







SIX MOIS SOUS LA BOTTE

11 a combattu de 1914 a 1918 comme officer des
< Arditi dans les montagnes du Trentin et s'est fait
remnarquer par son cran et son courage. II a obtenu
la croix de guerre et la medaille A la valeur.
Lui aussi pourra rendre de grands services.
La liste des six otages a liberer est transmise im-
m6diatement a la Kommandantur.
Une petite delaircie, dans pn sombre orage.

12 DWcembre
Henry Sfez arrive au volant de son auto grise
et nous rend compete du r6sultat de ses' recherches.
Les raflds de la synagogue oit v6cu une terrible
odyss6e.
Sous la conduite des S.S. en armes, ils orit 6te me-
nis a lcaserne Foch oh ils ont retrouvi les volon-
taires qui s'y trouvaient depuis la veille.
Ces malheureux avaient sibi de bon matin la pre-
miere explosion de colere du colonel Rauff qui
les avait fait agenouiller et avait brandi son revolver
en les menacant de tirer dans le tas pour fair des
examples. I1 s'6tait heureusement ravis6 et content
de distribuier des coups de pied au hasard a ces hom-
mes terrorists.
Noble soldat !
Leigroupe entier fut mis en roite a pied sous la
pluie.
'Au bout de quelques kilometres, les plus ag6s, les
malades commencerent a donner des signes de fati-
gue.
Des coups de crosse dans le dos les rappelerent A
la r6alit6.
Un jeune home de 18 ans, nomm6 Mazouz, qui
portait au pied un appareil orthopedique ne pouvait
plus avancer. Ses compagnons plus valides le porte-
rent a tour de r6le.
A la tomb6e de la nuit la troupe parvint, 6puis6e


-30-








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

transie, aux environs d'une ferme et les soldats alle-
mands d6ciderent de fire halte.
Mazouz qui s' tait remis A marcher aux appro-
ches du but tribucha centre une motte de terre et
tomba.
Froidement un soldat brandit son revolver. Trois
ddtonations. Le pauvre petit demeura 6tendu.
Ce n'est que le, lendemain que ses compagnons
rerurent I'autorisation de l'enterrer d6cemment.
Un bpl exploit nazi.
Les hommes passerent la nuit sans couverture,
dans une curie sans toit.
Au lever du jour ils durent reprendre la route,
marcher longtemps puis revenir sur leurs pas, les
soldats s'etant trdmp6s d'itinraire.
Des charretiers arabes passerent. Ils consentirent
moyennant un prix exorbitant A transporter les plus
fatigues sur quelques kilometres.
A la nuit noire, les pauvres gens parvinrent A Chey-
lus oi ils s'effondrerent sur la paille humide qu'on
voulut bien; leur donner.
Ils avaient parcouru 65 kilometres.
Le lendemain au travail, pelles et pitches en main.
11 leur faut de toute urgence des vivres et des c\ou-
vertures.
Imm6diatement le service du ravitaillement. fait
partir un camtion A chevaux, seul moyen de transport
don't on peut disposer.
Les chevaux seront fourbus, mais le convoi arri-
vera.

13 Decembre
Henry Sfez vient de rdaliser un autre exploit.
Muni d'un imprim6 de la Communaut6 Israelite
qu'il a signed lui-meme, il s'est pr6sente A la prison
militaire oi sont interns nos otages.
Se servant du maigre vocabulaire rapport de son
s6jour au stalag, agrement6 d'une pantomime l6o-


-31 -






zxX MOIS SOUS LA BOTTE


quente, il a parlement6 avec le gardien-chef allemand
et a fini par obtenir l'autorisation d'aller visiter les
prisonniers.
11 a 6t6 accueilli avec l'enthousiasme que l'on de-
vine par ces homes qui avaient v6cu quatre jours
de p6nible angoisse.
En quelques mots, Sfez les rassure. Tout va trbs
bien. Le recrutement est organism. Les S.S. sont cal-
mes. La liberation n'est qu'une question de jours.
II dissimule dans ses poches quelques messages
griffonn6s a la hate sur des feuilles de bloc-notes.
A son depart notre brave Henry parlemente enco-
re avec le gardien-chef, engage des conversations
avec les soldats, se charge mfme de leurs commis-
sions. 11 nous revient avec ses messages passes en
fraude et avec 1'autorisation d'apporter des vivres.
Le service de ravitaillement des otages est imm6-
-diatement constitute sous sa direction.
Bonne besogne.

Nous recevons dans la journey des nouvelles des
autres rafles du 9 D6cembre, ceux de 1'Alliance Isra-
lite. I
C'est Zeitoun, un ancien adjudant-aviateur d6-
cord de la Legion d'Honneur et de la M6daille Mili-
taire qui, parti sur un camion a chevaux, a r6ussi a
les d6couvrir.
750 hommes environ, sont dans la region de Mas-
sicault r6partis en trois groups a Fordj-Frendj, Ksar-
Tyr et Bridja.
500 sont 4 Zaghouan, et 250 a Sainte Ma ie du Zit
a la disposition de 1'armie italienne.
Enfin 150 ont 6t6 envoys a Katach Baya, dans la
region de Mateur.
Immddiatement les ravitaillements s'improvisent.
Tous les camions hippomobiles appartenant a des
Juifs sont requisitionnes-et parent charges de vivres
et de colis dans les directions indiquees.

-32 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE


Des jeunes m6decins se joignent aux convois em-
portant avec eux les products pharmaceutiques indis-
pensables.
Les convoyeurs regoivent l'ordre de dresser des
listes exactes des travailleurs presents dans chaque
camp.
Un service de distribution de lettres et de colis est
improvise en toute hate et s'installe dans la synago-
gue de la rue de la Loire.
On travaille d'arrache pied, on surmonte tous les
obstacles, on r6alise l'impossible.
'Notre population juive, solidaire dans I'1preuve
veille sur ses enfants.

14 D6cembre
J'ai decide de tenter une nouvelle demarche au-
pros du R6sident G6neral afin de provoquer son in-
tervention ou de l'amener a prendre ses responsabi-
lit6s.
Le President de la Communaut6 m'accompagne.
Sur notre insistence nous sommes regus immedia-
tement.
L'Amiral Esteva, pregnant le premier la parole,
nous reproche d'avoir manqu6 de pr&voyance et de
docilit6.
Selon lui, nous devions pr6voir que l'arriv6e des
Allemands devait incessairement provoquer des me-
sures de coercition envers les Juifs et nous devions
nous tenir prets a fire face A toute eventualit6.
11 nous reproche encore d'avoir essay de tergiver-
ser au lieu de nous soumettre. ce qui a failli nous
conduire au desastre et susciter de graves ennuis
pour tout le Pays.
En terms def6rents mais fermes je lui r6plique.
Nous nous attendions effectivement A etre maltrai-
tes par les nazis don't nous connaissons les senti-
ments a notre 6gard. Le Grand Rabbin, la Commu-
naut6 ont prch6 le came et la discipline.


-33 -







SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Mais nous -tions persuades que toutes les measures,
meme vexatoires, seraient prises dans le cadre d'une
16galit6 apparent, avec l'intervention des Autorit&s
Francaises et Tunisiennes don't nous d6pendons.
D'autre part aucun organisme, aucun bureau de
recrutement n'aurait 6t. capable dans un d6lai de
quelques heures de recenser 3.000 hondmes et de les
rassembler.
Je reprends alors la these deiM developpee le 8
Decembre qui me parait irrefutable.
Les troupes de l'Axe ne se livrent qu'a des opera-
tions militaires et n'empietent pas sur les prdroga-
tives des autoritis du Pays. Toutes measures concer-
nant les populations civiles doivent 8tre ordonnees
et ex6cutees par S. A. le Bey et par le Resident Ge-
n6ral.
L'Amiral prononce alors quelques paroles de sym-
pathie mais nous assure qu'il ne peut rien. La vo-
lont6 des'Allemands est formelle et personnel ne peut
s'interposer entire eux et nous.
II nous souhaite bonne chance et beaucoup de
courage.
Et il termine l'entretien par une conclusion d'une
haute portee philosophique.
Je prefere reproduire textuellement :
c J'ai, moi aussi, une mission des plus ingrates, des
plus p6nibles i remplir.
( Mais, loin de m'en plaindre, je remercie Dieu de
m'avoir impose ce lourd fardeau pour expier les fau-
tes de mon prochain.
x C'est la preuve qu'il m'a 6lu parmi les mortels
et jug6 digne de ce grand honneur.
s Votre mission est peut-etre plus ponible encore
que la mienne. Accomplissez-la jusqu'au bout et re-
merciez Je Tout-Puissant )
Nous avons quitt6 la Maison de France en m6di-
tant cette oraison.
J'&couterai ce soir la B.B.C. chez mes voisins.
J'en tirerai sans doute un meilleur reconfort.


--34 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE



Le retour i la Communaut6 est loin d'8tre triom-
phal.
Les parents des travailleurs assiegent .les bureaux
et demandent avec anxi4t6 des nouvelles de leurs
fils, de leurs 6poux.
Nous ne sommes pas encore en measure de les ren-
seigner, les listes n'6tant pas encore rentrees.
Les uns se r6signent, d'autres supplient, quelques-
uns menacent.
Nous leur promettons d'afficher les listes le lende-
main, dis qu'elles seront parvenues.
A la fin de la soiree, nous apprenons que les six
premiers otages r6clames par nous ont et6 liberes.
Premier r6sultat. Persev6rons.

.15 DWcembre
Je recois la visit de Victor Bismut et de Guy
Boccara qui viennent se mettre a ma disposition.
Je leur expose que j'ai demand leur liberation en
les sigialant comme indispensables mais que cette
affirmation ne doit pas etre une simple formule et
que j'ai besoin de toute leur activity.
Ils doivent, d'autre part, faire oeuvre de solidarity
en contribuant a sauver la vie des-otages, a les lib6-
rer le plus t6t possible,
Mes deux amis m'arretent net dans mon preche.
Pas de phrases inutiles. ls ont compris et enten-
dent se mettre a I'ouvrage sans autre retard.
Nous d6cidons ensemble que Bismut restera
au recrutement pour m'assister et me remplacer le
cas 6ch6ant.
Boccara est affect A la commission des finan-
ces o0i il faut d6ployer A la fois beaucoup d'6nergie
et de t6nacit6 pour faire verser les sommes consid&-
rables, qui sont necessaires pour les besoins du re-
crutement.


- 35 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Je fais un tour d'hofizon avec mon lieutenant et
nous d6liberons sur la tactique a suivre.
Notre position est des plus difficiles et I'horizon
est somble.
II faut cependant letter.
Nous adoptons quelques principles auxquels nous
nous efforcerons de nous conformer :
1 Eviter tout acte de desobeissance, ou d'obs-
truction ostensibles entrainant le d6clenche-
ment des represailles ;
2 Paralyser dans toute la measure possible le re-
crutement des travailleurs Juifs ;
3 Am6liorer au maximum le sort des travailleurs
que nous serons obliges de fournir ;
4 Conserver une attitude digne, ne jamais se
plaindre, bluffer s'il le faut, ne pas se laisser
dominer psychologiquement.
J'insiste .particulierement sur ce dernier point.
Avec des adversaires de cette trempe il ne faut es-
parer ni sentiment, ni piti6.
Les plaintes et les g6missements ne serviraient
qu'a aggraver la situation.
Nous sommes des vaincus. Nous ne devons pas
etre des esclaves.
Ce n'est qu'en serrant les dents, en supportant
l'Hpreuve avec dignity que nous pouvons esperer sur-
monter le m6eris, desserrer I'etreinte qui nous
ecrase.
Je n'ai pas de peine a convaincre Bismut don't
le temperament viril s'adapte parfaitement a cette
m6thode.


Nous recevons des nouvelles du convoy des 1.000,
celui du 10 d6cembre.
Les hommes ont 6t6 diriges par chemin de fer sur
Mateur.
Ils ont voyage sur dps plates-formes d6couvertes


- 36 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

sous la pluie et par un froid glacial. La nuit a 6t6 tres
dure et plusieurs ont eu des syncopes,
La moiti6 du contingent a e6t dirig6 sur Bizerte.
Les hommes restants ont 6t6 r6partis dans des pos-
tes sur les hauteurs, notamment 5 Saf-Saf et A
Djefna.
Les pistes d'acces sont tres difficiles pour des ca-
mions hippomobiles.
N'importe, il faut assurer la liaison.
Nous alertons imm6diatement nos coreligionnai-
res de Mateur qui r6pondent sans reserve A notre
appel.
Le pharmacien Maurice Taieb, aid6 de M. Moise
Chemla, constitute un stock de vivres, s'occupe de
trouver sur place des moyens de transport, visit les
camps, parlemente avec les Boches.
C'est un homme de petite taille mais d'un dyna-
misme exceptionnel, d'une activity infatigable.
Chemla est came, flegmatique, trbs sobre de
paroles et de gestes.
Cette 6quipe disparate en apparence fera mer-
veille.


3.585 hommes sont parts au travail forc6 dans les
trois premiers jours.
Les Boches en exigent encore 650 pour Je 17 d6-
cembre, 300 pour le 20 et 350 pour le 21.
Oi s'arretera l'avalanche ?

16 Dicembre
Les Boches ont ete visiblement impressionn"s par
la rapidity d'organisation de nos services, par l'ordre
et la discipline presque militaire qu'ils ont constat6s
des l'apres-midi du 9 decembre.
Le commandant Zaewecke et le capitaine Pohl
viennent nous annoncer la liberation de 36 otages
choisis parmi les plus ages et les maladies.


-37 -









SIX MOIS SOUS LA BOTTE,

Je profit de ces dispositions favorables pour ten-
ter un premier coup d'arret.
J'explique dans quelles conditions deplorables ont
6td pris les premiers travailleurs, ceux de la Synago-
gue et ceux de I'Alliance, je raconte leur triste odys-
s6e et je demande le retour de ces hommes, offrant
de les remplacer par des contingents mieux selec-
tionnes et mieux organisms.
a J'en parlerai au colonel >.
Reponse evasive, mais ce n'est pas un refus brutal.


Nous organisons le secteur sud oui nos hommes
sont sous la dependance des Italiens.
C'est la que les distances sont les plus longues, les
chemins les plus difficiles.-
Robert Bellaiche, n6gociant a Zaghouan, se met
a notre disposition.
C'est un homme jeune et plein de cran. Un peu
impulsif et exalted, mais un coeur admirable, un d6-
vouement sans limited.
Nous lui envoyons un stock de vivres et de l'argent
en reserve pour parer a toute eventualite.
De,son cot6, Henry Sfez a pris contact avec les
autorites italiennes et a obtenu l'assurance que nos
travailleurs seront traits humainement.

17 D4cembre
Aujourd'hui grand branle-bas..
Nous devons fournir 650 travailleurs a 7 heures du
matin.
Pour satisfaire cette exigence, nous avons dfi con-
voquer une nouvelle classes.
D&s six heures dans la nuit noire, les hommes son
rassembls ,sur la place Anatole-France et on le:
range en sections de 50.


-38 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Des chefs de group sont designs, choisis de pre-
ference parmi les anciens combatants ou les anciens
soldats.
Ce rassemblement s'execute avec beaucoup de dif-
ficultes.
L'obscurit6 nous gene considerablement. Les hom-
mes se cherchent entire eux, s'interpellent pour se
grouper selon leurs preferences.
Georges Krief se multiple, court d'un group a
l'autre, crie au point de perdre completement la voix.
Heureusement les Allemands sont en. retard d'une
demi-heure.
Lorsqu'ils urrivent, les 650 hommes sont ranges
par sections de cinquante et par rangs de cinq dans
un ordre militaire.
500 travailleurs sont aussitot embarques sur le
train electrique et dirig6s vers 1'a6rodrome de
l'Aouina.
100 autres iront au port et 50 au d6p8t de muni-
tions du pare du Belv6dere.
J'accompagne le group du port qui part en assez
bon ordre, I'outil sur 1'Npaule.
En;traversant la ville, les hommes se mettent a
chanter.
Sur leur passage les passants accourent et assistant
au defile.
Je vois des larmes perler sur le visage de nom-
breux Juifs et de Francais aussi.
Par contre certain Italiens, et d'autres aussi ma-
Iheureusement, manifestent une joie malsaine et cy-
nique.
Salauds

18 DNcembre
L'organisation des services a fait des progris sur-
prenants.
Une equipe d'intellectuels travaille d'arrache pied
dans l'arriere-boutique d'un magasin de nouveaut6s

39-








SIX MOIS SOUS LA BOTTE
-

a la confection d'un fichier qui pernimttra de suivre
les travailleurs, de connaitre' leurs affectations, leur
situation m6dicale, 1'6tat de leur solde.
Un autre group se rend a l'Etat-Civil pour 6tablir
des listes d'hommeS recrutables.
La commission m6dicale met au point un conseil
de rTforme a deux degr.s, donnant toutes les garan-
ties d6sirables. Elle 6tablit un roulement equitable
entire les jeunes midecins qui. stationneront dans les
camps.
La tresorerie s'efforce de reconstituer les effectifs
au moyen des lists rapportees par les inspecteurs et
d6l6gues regionaux.
Le service des transports organise une veritable
cavalerie pour assurer l'arrivee des vivres, des v8te-
ments et des colis a des distances d6passant parfois
cent' kilofnztres et sur des chemins difficiles.
Les conducteurs et convoyeurs font un p6nible mB-
tier.
Le service de 1'habillement a deji distribu6 des
quantities impressionnantes de vieux effects. Il met
sur pied un programme d'organisatidn d'ateliers qui
permettra de donner des vetements et des chaussuT
res plus adapts-: a la dure existence des travailleurs.
La commission des finances se livre a un travail
ingrat de statistiques et d'6valuations permettant de
r6partir 6quitablement la charge ecrasante qui pese
sur notre collectivit6.
C'est une veritable ruche qui s'est mise en action
)it chacun se devoue sans computer pour le salut
zommun.

J'assiste le soir a un spectacle abominable.
Cent cinquante prisonniers francais, ramenes de
Vledjez-El-Bab traversent la ville a pied encadrds par
les soldats allemands.
Sur leur passage, Avenue Jules-Ferry, des Italiens
es conspuent et crachent sur eux.


- 40 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

L'indignation est a son comble et la police doit in-
tervenir pour 6viter de graves incidents.
Je rencontre un de mes amis, un Corse. 11 trem-
ble de fureur.
<< lls nous paieront ca les laches >
Oui, l'heure des competes viendra.

20 DWcembre
Un camionneur arrive extenu6 de Zaghouan.
II a parcouru plus de trente kilometres A pied et
a fait le rest du chemin sur une voiture allemande
qui a bien voulu le prendre.
11 nous rend compete que le camp avait change
d'emplacement et se trouvait dans la montagne.
Le camion de ravitaillement s'est completement
embourbe et n'a pu continue sa route.
Les nomades de la region ont entour6 le vehicule
et commence a chaparder des vivres, devenant dc
plus en plus menacants.
Les conducteurs et convoyeurs ont passe la nuit
6veill6s. -
Au petit jour un homme est' parti chercher du
secours.
Le service des transports met immediatement un
autre camion en route.,
Je signal l'incident aux S.S. et j'insiste energique-
ment pour obtenir des laissez-passer et du carburant
pour des camions automobiles.
Nous avons pu trouver cinq camionnettes tres an-
ciennes dedaignees par la i6quisition, mais il nous
faut des papers administratifs r6glementaires.
Le commandant promet d'examiner la question.
En attendant nos hommes doivent 6tre ravitailles
et le service s'avere particulibrement difficile en cet-
te saison.
e*

Mes collogues et moi-meme sommes de plus en

41 -







SIX MOIS SOUS LA BOTTE

plus sollicit6s par des connaissances, par des parents
qui nous demandent de dispenser leurs enfarits du
travail sous un pr6texte quelconque.
Nous avons decide d'8tre intraitables et de n'ac-
corder aucune faveur A quiconque.
Cette regle de conduite, la seule honnete en l'oc-
currence, nous vaut des recriminations et des ran-
cunes tres desagreables.
Je suis relanc6, poursuivi au siege du recrutement,
dans la rue, jusque dans le logement oit je me suis
r6fiigi6, par des gens qui ne veulent pas comprendre,
qui insistent avec un manque de' discretion regret-
table.
Je n'accorde rien a personnel. La moindre faiblesse
serait une lIchet6 et peserait lourdement sur ma
conscience.
Nous.ne faisons exception que pour les militants
politiques notoirement connus qui risquent, s'ils sont
d6nonc6s, de terrible represailles.
Nous faisons disparaitre leurs noms ou nous leur
d6livrons des certificates de reforme.
Mais pour tous les autres il doit y avoir une justi-
ce mine dans I'oppression.
Je sais que je me suis crie des ennemis.
Tant pis.

21 D&cembre
Ce matin 350 hommes parent pour Bizerte.
jotus; avons convoqui tout ce qui reste disponible
sur les contingents recenses et nous avons dui appe-
ler une nouvelle classes.
Urn beau geste a signaler.
Jacques Krief, avocat, frere de xinon assistant,
Georges, a voulu donner I'exemple et a constitute un
group de 50 jeunes gens, appartenant a des families
bourgeoises, des sportifs pour la plupart, qui se pr6-
sentent au rassemblement dans un ordre impecca-
ble. /


-42 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Jacques Krief est digne en tous points de son
aine. I1 s'est engage lui aussi en 1939, et a 6t6 admis
A l'ecole d'officiers.
A 14 heures le contingent se dirige vers la gare,
escort par la foule des parents et des amis.


Au siege de la Communaut6 l'inqui6tude regne.
M. Borgel a 6t. convoqu. par le colonel Rauff
pour une communication sp6ciale et important.
Que va-t-il arriver encore ? .Nous tremblons pour
nos otages.
Apres une heure d'attente le President revient tres
affaiss'.
Ii nous faut vingt millions avant demain soir .
11 nous expose la nouvelle exigence des Nazis.
Les Anglo-Saxons ont bombard T la ville, faisarit
plusieurs victims et des d6egts important.
Les Juifs 6tant leurs allies doivent supporter les
consequences de ces crimes.
Une premiere contribution de vingt millions doit
&tre verse imrh6diatement pour 8tre r6partie entire
les victims et leurs families.
Si cet ordre n'est pas execute les otages seront.'fu-
sillUs.
Le colonel a agrement- cette injonction de pro-
pps injurieux et meprisants, attribuant aux Juifs la
responsabilit6 de la guerre et des souffrances du peu-
ple allemand.
I1 n'y ai pas a hesiter, il faut s'executer.
Mais comment trouver une pareille some dans
un si court delai ?
Nos coreligionnaires fortunes ont deji vers6 des
contributions importantes pour les besoins du recru-
tement qui atteignent en moyenne un demi-million
par jour.
II est impossible en si peu de temps de realiser
une pareille some en argent liquid.


- 43 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Par ailleurs, il serait criminal de laisser fusiller un
mul homme pour lune question d'argent.
II faut trouver un moyen.
M. Borgel accompagn6 de M" Nataf, President
honoraire,/se rend aussitot aupres du R6sident GB-
neral et demand audience.
L'Amiral Esteva n'accorde aucune participation
financiere du Gouvernement. Les Allernands exigent
d'ailleurs que ce soient les Juifs seuls qui payment ,
Cependant il consent a donner instructions a la
Caisse Foncibre, organisme de prts immobiliers, de
se mettre en rapport avec nous.
Un premier entretien avec le Directeur de cet offi-
ce a lieu le soir m8me.

22 D6cembre
Les pourparlers avec la Caisse Fonciere sont me-
nes a toute allure grace a l'esprit de comprehension
et au sens pratique dont fait preuve le President .de
son Conseil.
Ce haut fonctionnaire s'efforce de nous tirer d'em-
barras, mais il est li6 par les obligations de sa fonc-
tion et nous devons lui fournir des garanties subs-
tantielles.
Nous faisons appel a quelques gros propri6taires
fonciers qui n'hesitent pas A fair le sacrifice e-
mand6.
Au bout de quelques heures nous sommes en me-
sure d'apporter en garantie les plus beaux domaines
agricoles, les immeubles urbains les plus important.
Les garanties ainsi rassemble'e depassent les cent
millions. La marge de security est telle que toute
expertise est superflue.
Les contracts sont 6tablis et signs seance tenante.
A la fin de la soiree, M. Borgel se rend a: la
Kommandantur et remet au chef des gangsters na-
zis la rancon demandee.


-44-







SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Les bourgeois Juifs ont 6t6 souvent d6nigr6s et
caricatures.
S:Ils ont su prouver, eh des circonstances tragiques,
qi'ils sonit capable de desinteressement et de sacri-
fice.
Que ceux qui leur ont jete la.pierre, Juifs ou non
Juifs, fassent leur examen de conscience.
En auraient-ils fait autant ?

23 D6cembre
Apres ia journey angoissante d'hier, une bonne
nouvelle nous arrive aujourd'hui.
Ma proposition de relive a t6- agree. Les travail-
leurs de Cheylus et de Ksar-Tyr, les rafls du 9 D6-
cembre rentrent Tunis.
Apres selection, les malades, les vieux, les enfants
seront lib6res et remplac6s. Les autres b6neficieront
d'un repos.
Le contingent reconstitu6 sera remis a la disposi-
tion des S.S. a premiere requisition.
C'est ma premiere detente depuis le d6but de l'a-
venture.
J'ai reussi a effacer la honte de cette matinee tra-
gique. Je d6livre mon esprit de la hantise de l'offi-
ciant a barbe blanche, de I'enfant qui pleure.
J'ai solvent agit6 dans ma conscience le proble-
the douloureux que j'ai df r6soudre.
Je me suis interroge avec anxi6t6 pour savoir si
j'avais bien fait de me preter A une pareille besogne,
s'il ne fallait pas laisser le torrent se dechainer plu-
t6t que de c6der aux Boches.
Devant le r6sultat obtenu ma conviction se fixe.
Je n'ai rien a regretter.


Fiddle B mon programme, je decide d'exploiter le
16ger replacement que l'on sent chez l'adversaire, de
tenter une parade.

45 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE


NNous devons fournir 200 homes demain matin.
Apres m'&fre concert avec Bismut et Krief, je me
rends A la Kommandantur.
J'expose au commandant Zaewecke que nos
services de recrutement commencent A t re d6bor-
des, que nous n'avoris pas pu atteindre tous les hom-
mes a convoquer et que nous ne serons pas en me-
sure de fournir I'effectif demand.
Combien en aurez-vous ?
c Cent cinquante, au maximum.
Pour cette ,fois, Ca pourra aller. x
L'avantage remport6 est bien modest, certes.
On s'efforcera de faire mieux.

24 D&cembre
Ils sont lA.
134 homes de Cheylus, 556 de Ksar-Tyr sont
groups dans la cour du casernement.
Je retrouve mon officiant, les rabbins, les enfants.
11 y a aussi les instituteurs, le personnel du recru-
tement, les compagnons de ma m6saventure de
I'Alliance.
ls sont sales, hirsutes, mais leur moral est bon.
Apres quelques formalities rapidement men6es, ils
retrouvent devant la porte de l'6cole leurs femmes,
leurs enlants qui pleurent de joie.
Quand viendra done le jour de la liberation total?

28 Decembre
Nous devions Tournir aujourd'hui 200 hommes
pour Bizerte.
Jl n'y en a eu que 166.
J'avoue que je ne suis pour rien dans cette dimi-
nution.
Je n'avais pas os6 tenter une nouvelle parade a ui
si bref intervalle.
Ce sont les recrues qui l'ont tent6e elles-memes.


-46-









SIX MOIS SOUS LA BOTTE


Depuis quelque temps deja la population aocile au
d6but, fait preuve d'une indiscipline croissante.
Aprbs la panique de nos premiers jours, la crainte
de l'Allemand s'est 6moussee.
Beaucoup de jeunes gens ne r6pondent pas aux
convocations.
Leur abstention n'ayant eu aucune consequence,
I'exemple se g6n6ralise.
Nous avons dO, pour parer aux defections, pr6voir
des marges de plus en plus importantes. Et nos effec-
tifs disponibles s'amenuisent avec une- rapidity in-
qui6tante.
Nous allons nous trouver devant un problem
difficile.
Des sanctions ? Nous n'en avons aucune, sinon
d'en ref6rer aux Allemands eux-memes, d'avouer
notre impuissance.
Que e s passera-t-il alors ?
-Pour Finstant nous emmenons nos hommes ak la
gare et nous dissimulons cette defection.
Nous verrons bien.

30 Decembre
La detente s'accentue.
Quarante-et-un otages ont 6t6 lib6r6s ce matin.
/


- 47 -





















(CHAPITRE II




JANV ER 1 943








SIX MOIS SOUiS LA BOTfT


1e Janvier
C'est aujourd'hui le jour des .trennes, le nouvel
an, celui de la d6livrance.
De bonne here ma femme me fait une surprise
qui m'6meut profond6ment.
Soutenue par la femme de chambre, la moribonde
r6ussit au prix d'un gros effort a se lever et a venir
dans ma chambre m'apporter ses vceux de bonne an-
n6e.
Comprimant mon chagrin, je lui souhaite a mon
tour d'etre bien vite sur pied afin d'assister a l'arri-
v6e de nos soldats.:
Sur son visage, dans ses yeux hagards, se lisent
d6ja les symptomes de la fin.
Elle me reproche tendrement de l'avoir abandon-
n6e, de n'ktre jamais pres d'elle.
Je ne trouve aucune r6ponse pour me justifier.
Puis c'est le tour des enfants auxquels on remet
les modestes joujoux que l'on a pu se procurer et qui
r6citent leur compliment a leur maman.
Bonne annee. Bonne sant6.
I! y a dan's ces propos innocents une ironie atroce
qui me fait mal.
-* *

A midi, violent bombardment par des forteresses
volantes. Ce n'est pas le premier.
La ville entire en est 6branl6e.
Les bombes tombent a faible distance de mon loge-
nent et font trembler les murs.
Les vitres se brisent avec fracas.
J'envoie mes deux enfants dans l'abri le plus pro-
:he et je reste au chevet de ma chbre malade la ras-
,urant de mon mieux.
Quelques minutes penibles. Puis le silence.


- 51 -








.I.." X MoiS SOtUS LA BOTTE

On entend les sirrnes des pompiers qui vont 6tein
dre les incendies.
Enocre quelques millions a payer par les Juifs,
sans doute..

3 Janvier'
Ma pauvre Ada a fini de souffrir. .
Sa derni6re nuit a 6t6 atroce.
Elle a lutt6 contre la mort de touttes ses forces,
absorbant scrupuleusement tous les medicaments;
accablant de qtitstionis anoisses le mdecin qui
viellait son chevet. .
Au lever di'jour elle a agitCeles bra', pour tenter de
rattraper le souffle qui lui manquait, puis ses grands
yeux se sont figs, fixes sur l'eternite,.
'C'est fini.
Je sens;en moi un grand- vide. Je _.\voudrais Gtre
seul.
Mais. e'est l'inevitable dtild des parents, des amis,
les formalites acconiplir, :le formules de consola-
tioin d'une dsespirante banality. /
C'est toujours ainsi, c'est I'usage.

4 Janvier '
Je rentre ereint6 du cimetiere..
J'aspire a quelques heures de recueillement et de '
repos.
Je n'ai mme pas ce droit. .
M. Borgel vient mi chercher a domicile poiur
affaire iurgente et grave. : .:
Un nouveau danger se dessine.
La Communaute vient d'tre avisee que les auto-
rites indigenes ont recu ordre de fournir a l'inten-
dance allemande huit mille trayailleurs tunisiens.
Interpr6tant le mot ( Tunisien') les autorites loca-,
les ont d6cid6 qu'il y aurait 5.0l00 Miusiulmans et 3.000
juifs.


- 5









.SIX MOIS SOUS LA BOTTE

11 faut parer le coup et on compete sur moi,
En compamiie du Presidein, je me rends aussitot
ant Secrdtariat G6naral du Gouvernement Tunisiern.
Je fornmule lune. viehmente protestation.
Lorsque nous nous :sommes adresses au Gouver-
'nenieiit pour ltui demander de prendre ses responsa-
bilit.s, il "'e-t r6cus6 nous laissant sculs aux prises
avec les Allemands.
La question a\ant &t6 ainsi regl6e, nous ne pou-
\ons admettre d'etre 4otis Ie coup d'une double r6-
quisition et de fournir des travailleurs directement et
par 'entremise des autorites locales.
Au surplus nous consid6rons avoir donn6 l'effort
inaximumn et nou' ne ferons rien de plus.
Dans le contrele' civil de Tunis il y a environ
5f0.000-O Mu-ullmnns et 50.000 Juifs.
Nous a\ons qLmtre mille homes au travail.
Lorsque l'ori en aura recrute quarante mille chez
les autres, la question de nouveaux contingents pour-
ra alors etr-eexaminee. ;
Le fonctionnaire qui nous ecoute maintient s-on
point de vue.
;((On nous a' demand 8.000-~Tunisiens sans distinc-
tin .de race. Vos coreligionnaires doivent se soumet-
tre a.
Nous partons sans rien ceder.
:Je stii' bien resolu a tout abandonner quoi qu'il
arrive, si cette nouvelle exigence doit etre satisfaite.

5 Janvier ndtr ds SS.
La Kommandantur des S.S. a ete saisie de I'inci-
dent de la veille.
Le commandant Zaewecke nouis demand des ex-
plications..
'Je prends position et declare nettement que si les
autorites tuuniqiennes veulent maintenant s'occuper
du: recrutement des Juifs, elles doivent prendre ren-
tiU re rponsabilit .du service.

53 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE


Je n'ai plus dans ce cas qu'a me retire et je le fe-
rai quoi qu'il advienne.
Le commandant semble opiner dans notre sens et
nous declare qu'il s'entendra avec le chef del'Inten-
dance.
Pour le moment nous n'avons rien a fournir.
I1 n'en sera plus) question.

6 Janvier
Nous recevons des nouvelles alarmantes du camp
de Bizerte.
Nos travailleurs qui sont au nombre de 1.050 ont
eu a subir des bombardements massifs et frequents.
La ville est presque entierement d6truite.
Les homes cantonnes dans une caserne passent
presque toutes les nuits dans des tranchies et travail-
lent au deblaiement ou au dechargement des ba-
teaux pendant la journ6e.
Is sont deprinis et leur moral est bas.
Un incident a aggrave la situation.
Le commandant du camp, lieutenant Elfess, sur les
instances de Sfez, avait autoris6 le retour d'une cin-
quantaine d'hommnes parmi les plus d6biles.
La designation des evacu6s avait ete faite avec ma-
ladresse.
Tous se pretendaient malades et assaillaient le me-
decin du camp qui fut completement d6bord6.
Ce fut presque une emeute.
Finalement les cinquante plus d6brouillards reus-
sirent a partir ; et ils etaient presque tous du dernier
convoi.
On devine aisement l'exasperation qui regnait dans
le camp, surtout chez les premiers arrives, ceux du
dO d6cembre.
La nervosit6 s'est communiquee aux parents qui
reRn.nt le recrutement responsible et qui assaillent
Sexget rands cris a relive
Us exigent a grands cris la relive .


- 54 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Le mot fait rapidement fortune et circle sur tou-
les les levres.
Je decide immediatement d'envoyer, Victor Bis-
mut en mission a Bizerte afin de prendre toutes
measures necessaires et calmer les esprits.


Les incidents continues rendant le travail difficile
dans les bureau du recrutement, je decide sur t
proposition de Georges Krief de scinder mes services
en deu, branches.
La. premiere dite bureau des convocations siegera
dans la boutique d'un tailleur et sera seule accessi-
ble au public.
Nous l'appelons le a gueuloir .
Krief en assumera la direction assisted de volontai-
res don't j'admire l'abn6gation. Ce sont mon confrere
Andr6 Nataf et mon ami Arthur Attias.
La deuxibme branche dite service du fichier s'ins-
tallera dans un autre bureau oui le personnel 6tablira
dans le came les recensements et les contr6les.
- La tache que j'assume devient de plus en plus in-
grate.
EEt cependant il faut tenir.

7 Janvier
Hier le port de Tunis a subi un violent bombarde-
ment.
Nous avons eu plusieurs blesses.
Un travailleur nomme Amram a disparu.
Les parents sont alarms a just titre.
Le Comite s'occupe d'organiser des rechercjies
aupres des autorites allemandes et dans les h8pitaux.
On finira par l'identifier. II est mort.


L'aprss-midi le commandant nous present une
liste de bourgeois juifs et nous demand sur un ton


-55 -








SIX MOIS SOUS LA3.OTTE

imperatif et cassant pour quelle r .ison is ne sont pas
au travail.
C'est une denonciation. -
Le President donne des explications sur les cas
quill conn irt et demand uni delai pour proceder a'
une enqilete.
Puis l'oliicier m'interpelle directement et me de-
mande les raisins pour lesquelles certain hommes
prisenlts au casernement ont et6 reliclhis.
Encore des d6nonciations.
Le commandant est tres satisfait de, lui-meme, et
me dit en souriant : 4 oIs voyez que je sais tout .,)
J.e fais immndiateinent venir le registre du caser-
nement et ie fornis une explication pour chaque cas.
.Quels sont les moucliards qu!i apportent ces ren-
seiynemnents ?
-Je pr6fere ne pas les connaitre.
II faudra jouer serre.

8 Janvier "- .
Victor Bismut est rentr- de Bizerte et me rend
compete de sa visit.
Son impression est mauvaise.
Les tra \ailleuri sont urexcites depuis ele-d6part
,des, pseudo-inalades.-.
Les anciens du premier corivoi sont les pil \4he-
-ments. .
D'interminables discussions ont lieu entire les chefs
de section qui se disputent le coininaridement.
SLe lieutenant Elfess a nominee, de sa seule intii-
tion, un chef' de caunp auquel il done son entire
protection, sans tenir aucun compete des designations
du recrutement.
Les chefs de section protestent, le camnip entier r-
clame la -elet e. .
Bi'smut a faith de son mieux pour calmer les esprits.
SIIa promise d'amdliorer au maximum les condi-


- 56 -








SIX MdOS SOLIS LA BOTTE

tions d'existence, il a obtenu du lieutenant le d part
d'une \ingtaine de malades, indiscutables ceux-l1.
Les autres ne rentreront que si un nombre 6gal
est fourni en change.
L'excitation s'est sensiblement calmne.
Bon travail.


Dans Ia natiri je vois arriver au casernement
soixahite-dix employs de la Compagnie des Tram-
ways.
Ii y en a de tous ages.
Tou. .sof l(:icencies et mis A la disposition fdu re-
crutenlent.
J'apprends leur histoire. Elle est lamentable.
Pour reparer les voices ferries d.trior ee- par les
derniiers bonbardements, la conpagnie des tram-
ways a emb.llC1ie un certain nombre de journaliers
arabes, charges de transporter les materiaux a pied
d'oeuyve.
Les repparations terminiec, ces journaliers ont 'et
licencics.
11- coniderri-ent- cette decisionn come une injus-
tice et adresserent une petition aux Autorit&s Alle-
mandes, d6clarant que la compagnie renyoyait tous
'les Arabes et ci-mernvait les Juifs.
San, iultre information, le -coloiel Rauff intima
I'ordie a.i lirecteur de liquider sur I'heure tout :le
personnel ijui', ct de I'enr\oer tra'vailler dans les
camps.
J apecois sur les rangs. deux ingenieurs d'une
hau;ite \al.ur- techniques des controleurs, des electri-
ciens lspcialises, de- w\attmeii.
J'inter\i'n- au.-sito(t ,aupris du- commandant Zae-
wecke pour tenter d'atttiiier Ia rigueur de cette
decision.
L'uin des ing6nieurs, aricien combattant, pourra
rentrer au service de ia Compagnie

.--.57 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

L'autre sera affected aux services techniques alle-
mands.
Les hommes de plus de cinquante ans pourront
reprendre leur emploi. Ceux de plus de quarante tra-
vailleroht dans les services de la Communaute.
Les autres,-cinquante environ, sont constitutes en
un group nouveau qui ne quittera pas Tunis et tra-
vaillera au Port.
Je r6partis aussit6t dans les services les homes
laiss6s a ma disposition, ceux de plus de quarante
ans.
Je choisis parmi eux un controleur, Emile Ha-
youn, qui assumera les functions de Chef du caser-
nement.
Il remplira cette tache ingrate d'une facon impec-
cable.

9 -Janvier
Une veritable 6meute s'est produite ce matin rue
d'Alger devant le gueuloir.
Vers onze heures, deux cents travailleurs de l'Aoui-
na se presentent tres excites et proferent des insul-
tes et des menaces centre le service du recrutement
et surtout contre son chef.
Georges Krief, Nataf, Attias essayent de les calmer,
mais c'est peine perdue. Les manifestants redoublent
de violence.
J'accours aussitot et je cherche h comprendre.
Ces travailleurs ont ete avises le matin par les Au-
torites Allemandes qu'ils 6taient mut6s et diriges sur
Bizerte. Ils doivent se presenter a la gare a quatorze
heures.
Je m'evertue a leur expliquer que nous ne sommes
pour rien dans cettfe decision don't nous n'avions pas
connaissance.
Peine perdue.
-. Nous ne paritirons pas, meme si l'on vous fusille
tous. Commencez par- envoyer les planqu6s w

--58









SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Les c planqud :). Encore un mot qui fait fortune
et que nous entendrons souvent.
Je circle au milieu de cette foule hurlante, mais
ma voix est couverte; je me demand comment se
terminera cette scene p6nible.
Soudain un, bref commandement en allemand.
Le commandant Zaewecke et le capitaine Pohl,
se rendant a la Communaut6 sont venus voir ce qui
se passe.
Je regrette qu'ils aient 6t6 t6moins de cette scene
de famille. J'explique en quelques mots de quoi il
s'agit, m'efforcant d'excuser l'attitude de mes hom-
mes.
Le commandant leur ordonne aussit8t de se met-
tre en rii.,, les conduit au casernement.
Personne ne bronche.
II leur declare que leur transfer a te6 d6cid6 par
les Autorites Allemandes et qu'ils doivent s'executer.
Ceux qui desob6iront seront severement punis.
L'apres-midi, il y a quarante-quatre manquants A
la gare.
On les oubliera.
Sur le quai, tin travailleur, un'cocher, me prend a
parties avec une violence d6passant toute measure, me
defie, m'insulte.
J'en suis r6duit a faire le coup de poing au milieu
d'une foule qui vocifere. Bismut accourt a la res-
cousse.
Finalement mon antagoniste qui a la joue mar-
qu6e se calme.
Ses camarades Ientrainent.
Nous deviendrons par la suite de bons amis.
C'est la loi du milieu.

10 Janvier
La Kommandantur nous avise que l'on nous ac-
corde des laissez-passer pour cinq camions et un
pour une voiture ambulance.


-- 59-








SIX MOIS SOUS LA BOTTE


Aucune earantie pour:le carburant. Noiis devois
-nous debrouiller.
Facile a:.dire. ':
Je me rends aussitot aupres du chef des trans-
ports, Albert Cohen.
C'est un grand garcon blond, au visage poupin.
11 est toujours sur la brbche et abat un travail
enorme.
II a -btenu de ses:: conducteurs. de erlitable
prouekses d'endurance.
Nous visitors les camidns que I'on a pu decouvrir.
Leur aspect n'est guire encouraieant., ,,
I1 y a deux voitures de limonadier et trois plates-
:-formes sans 'ridelles, don't 1'6tat de fatigue est plus
qu'apparent.
Dans u garage en plei air, des mecaniciens recrtl-
tes pour la circonstance, s occupent inlassablemenit
6taler sur le sol les pieces de moteur et les organes
de transinission, qu'ils rdparent tant bieni que nial.
Je suis sceptique sur I'endurance des vhhicules. -
Albert Cohen me rassure. On se debrouillera.
Pour le carburant, 9n se dbrouillera aussi.
Un camion sera, equipe d'un gazogne. Les autres
fonctionneront a l'alcool.;
;Pour se procurer ce liquide, introuvable dans le
commerce, on fera des demarches.
S'il le faut, of6 s'adres-era au marched noir.
Nos Lr -\nilleurs doivent 8tre ravitailles.
J'admire cet optimism et je donne carte blanche
a chef des transports.

Janvier
Ce que nous redoutions, se- prroduit.
Des soldats boches en goguette, accouple avec des
joyous arabes font des incursions nocturnes da ns les
quarters juifs.
II n'y a eu anL debut que des insults et des aIzis,
puis des violence sur les- passants. des fengfre' dr-
fonhces.
-60-









SIX MOIS SOLIS LA BOTTE

-Les; agents de police. sont impuissants devant les
so1dats armns et r6solus. ls ont come consigne
d'ieiter autant cue possible des. incidents.
Aujourd'hui, c'est plus grave.
Les Allemands et leurs acolytes ont: p6nrtr dans
des Iogements, ont extorque sous menace de 'argent
et des vivres.
:Deux femmes ont ete \volees sous les .eux de leurs
.maris et de leurs enfants, tenus sous la menace des
re ol7vers.
Nouii' rddi.eons immnidiateinent un rapport nergi-,
que demandant le chlitiment des coupables, la sur-
veillance du ,hetto par des patrouilles.
Le commandant ,Zaewecke promet .de s 'intres-
ser a cette question, d'ttidier les measures a prendre.
-De)s- present des patrouitlles seropt orfianisees.
Nous envoyons des emissaires dans les quartiers
menacs pour raz-surer la .population. I'inviter a se
barricaded, des la nuit tombde.'
SQuand done s'en iront ces, barbares ?

14 Janiieri- .
Ce martin, Conseil de GGuerre a ::service du recru-
temenrif.
-Tout mon dtat-major est present.
SJe rends compete de la situation.
Les rapports ayec les Boches se sonit sensiblement
amellores. :
Nous avonn remunte enr parties le handicap psycho-
logique et, en diverse circonstances, nous avons pu
discuter, ne6gocier, tiansiger.
lMais les demands d'effectifs sent toujours inces-
;antes et la mo.Vtnne approche de 500 travailleurs par
semaine.
Nous sommlnne arrives au chiffre de 4.500.
A chaque observation on me r6pond que nous de-
vons prevoir le depart de- tous les honimes de 17 a
50 ans.


-61- -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Si nous devons executer jusqu'a cette limited, cela
fait plus de 15.000 hommes.
II faut a tout prix essayer de stopper.
Cette necessit6 s'impose d'autant plus que la popu-
lation, forte de l'impunit6 que nous lui assurons, r6-
pond de moins en moins A nos appeals et que les con-
vocations de nouvelles classes ne feraient qu'aceuser
davantage notre d6faillance.
.Nous risquons de revenir aux jours sombres de la
rafle allemande.
Du c8te juif, la situation est trbs difficile.
La population a compris notre jeu et sait que nous
prenons les risques a notre charge sans jamais rien
r6v6ler aux S. S. qui ne connaissent que la facade du
d6cor.
La consequence est fatale.
Nos convocations ne font plus v'enir personnel et;
I'exemple des ( planques > s'est g6ndralise.
SDans, tes camps, le meme esprit de rebellion se
manifesto, mais dans un sens oppose.
On r6clame sans cesse la relive. On nous reproche
de manquer de fermet6 enveys les planques.
Le probleme est presque insoluble.
Et cependant il faut tenir cofite que cofte.
Je propose de faire une tentative aupres des Bo-
ches pour obtenir au moins une pause de quelques
semaines dans le recrutement.
Si j'y parviens, nous terminerons nos listes de re-
censement et nous ramenerons par tops moyens les
abstentionnistes des classes les plus jeunes afin de
reliever les hommes malades et ifatigu6s.
Dans un autre ordre d'id6es, il convient de favori-
ser au maximum une initiative brillamment amorc6e
par notre service d'inspection et nos del6gues regio-
naux.
Ceux-ci sont ehtres en rapport avec les officers
allemands ou italiens des divers secteurs, ont obtenu
leur complaisance par des services rendus, des four-


- 62 -








SIX MhOIS soS- LA BOTTE

nitures gratuites ou a vil prix, de liqueurs, effects d'ha-
billement, souvenirs, linge de femme, pour garnir les
colis.
Et parlementant ensuite avec des interlocuteurs
ainsi pr6par6s, ils ont obtenu le d6placement de cer-
tains camps, l'amdlioration des conditions de travail
et surtout la liberation sans coiitre-partie de contin-
gents de plus en plus important de malades et de
permissionnaires, que l'on revolt rarement.
Cette oeuvre s'accomplit patiemment, A l'insu de la
Kommandantur de Tunis, qui consider les effectifs
exp6dies comme irichang6s.
Se sont particulierement distingu6s dans cette be-
sogne diplomatique delicate : Henry Sfez. qui voyage
sans arrat d'un camp l autre, le tandem Taieb-
Chemla de Mateur et Robert Bellaiche dans le sec-
teur sud.
En evoquant Faction tenace et occulte de ces bons
ouvriers de notre cause, je ne puis m'empecher de
penser aux descriptions que donne Maeterlink des
destruction causees par les termites qui vident com-
pl6tement des arbres ou des poutres en laissant sub-
sister la surface et sans que leur travail puisse 8tre
d6cel6.
Mon programme est entinrement adopt.
.Je ferai ma tentative de stoppage A la premiere
occasion favorable.
Quant ai nos termites, nous mettrons a leur dispo-
sition les credits necessaires et nous enverrons le
plus fr6quemment possible des camions dans toutes
les directions afin de favoriser le retour des travail-
leurs lib6r6s.
,Sfez m'avait expliqu6 que l'arrivee d'ui camion
est une occasion incomparable pour vaincre la resis-
tance d'un officer hesitant et favoriser les departs
d'un group de malades ou de permissionnaires.
Strat6gie strange, en vrit6.
Mais avons-nous le choix ?


-63 -









SIX MOIS SOUS ,LA BOT1.


15 Janvier.
Les' chases vont :de mal en pis.
La rue d'Alger est encombr&e par la-foule de pa-
rents de-travailleurs, surtout ceux de Bizerte.
Ce sont les femmes qui doininent maintenant, et
elles sont encore plus redoutables car elles crient
.beaticoup plus fort et on ne'peut ni les repousser, ni
les affronter.
Elles vociferent, elles exigent, elles injurient.:
Tout est pr6texte a-recrimninations.
Pourquoi le fil d'Uni tel est-il encore Tunis ?
Pourquoi tel travailleur est-il .rentri, alors.que mon
fils est encore l-bas ?
Pourquoi mon colis n'est-il pas parvenu ?
Pourquoi a-t-on vol6 la couverture de monr mari ?
11 faut r6pondre a toit, subir les insinuations les
plus injurieuses, les insultes les plus-grossieres: -
Le gueuloir a ete pille, les archives saccagees.
J'arrive au milieu de ce ddlire et je suis aussitot
entoure.
Je m'6vertue A e\xplilquer avec came que je ne suis
la qile pour aider la population dans un moment tra-
gique, clue je ferai tout imon possible pour ameliorei
le sort des travailleurs, pour en fire rentrer le plu'
grand nombre.
J'affirme que je n'ai jamais consent aucune faveur
ni favoris6 aucune planque.
Beaucoup se calment et me font confiance. Des
femmes qui m'insultaient me baisent les mains.
La scene est emouivante et ridicule.
Mais des forcepees reprennenit l'offensive et le cha-
rivari recommence. '
SJe nie d6gage ai; rand'peine avec Bismut et Krief
et nous allons au casernement.
LA, nouveau concert, mais sur un autre theme.
Les parents et amiis des jeunes gens convoques as-
siegent la porte de l'6cole et nous devons nous frayer
un passage au milieu des vocif6rations.


- 64 -







SIX MOIS SOUS LA BOTTE

A I'interieur,.-des recrues nous attendent pour s'ex-
pliquer.
Chacun exhibe un / paper : certificate meidial,
attestation d'employeur, dCclaration d'exemption si-
grie d'un individu quelconque sans autorit6.
J'essaie de m'expliquer .avec Ces jeunes gens.
Je leur expose les menaces terribles .qui pbsent stir
la population, je leur parole des malades, des.peres
iamille qui attendent la relive. Je fais appel a leur
bon sens, a leur esprit de solidarity.
Peine perdue. Chacun brandit son paper.
f< -- < Vos m6decins sont des anes .
.< Je vais me plaindre a la Kommandantu- ).
D6courag6, je fais 6vacuer le'bureau par le person-
nel de service, non sans peine.
Puis c'est le d6fi6 ,de bourgeois cossus, amis, "rela-
tions, parents.
Chacun d'eux me chuchote dans ;le creux de
l'oreille qu'il est bien ehtendu que son fils ou son fre-
re ne saurait, tre-me16 A une pareille histoire que je
n'ai qu'un geste A fire pour le mettre hors de cause.
Je refuse sans colre mais avec nettet.. ,
Et le monsieur part en menagant de tous les fou-
dres de I'enter.
Bismiut et Krief sont soumis au meme regime, doi-
vent subir les memes assauts.
Une image obsede mon esprit. Celle de ces man-
nequins des jeux de massacre que l'on voit dans
les baraques foraines.
Nous ressemblons beaucoup a ces mannequins,
avec cette difference toutefois que nous -avons un
coeur et nous avons des nerfs.
Le dernier visiteur parti, j'ai une, defaillance.
Je suis completement d6courag6, digonfle.
La tache est au-dessus de mes forces.
Je ne peux plus continue. J'abandonne.
Advienne que pourra.


--65 -








SiX MOIS SOUS LA BOTTE
\ ____________ ____ ; ___ ________________-------------

Mes lieutenants tres d6prim6s, eux aussi, dcclarent,
malgr6 mes protestations, qu'ils se solidarisent avec
moi .
Faldini, directeur du service medical, qui taiit
present, se joint a nous.
Nous nous rendons aussitot/au siege de la Commu.
naut6 pour faire part de notre decision.
M. Borgel et son a6ropage protestent, nous affir-
ment que nous exag6rons, que nous sommes trop
excites.
Cette appreciation me, fait exploser.
Je dechaine ma colere contre ces s6nateurs sages,
trop sages mnme, qui pontifient dans leur bureau
pendant que nous nous d6battons dans une atmo-
sphere infernale.
J'exprime ma rancoeur en des paroles dures, agres-
sives.
Je les regretterai ensuite, mais j'ai perdu le contro-
le de mes nerfs.
Nous quittons la salle en claquant les portes.
Je rentre alors A mon domicile, resolu a ne plus
penser a rien, a retrouver mon 6quilibre en jouant
avec mes enfants.
En route un boutiquier m'interpelle pour me si-
gnaler qu'une femme vient-de me jeter quelque cho-
se-dans le dos.
J'6te mon pardessus. II est plein de poux.
La femme crie. Son fils est un rafle qui vient d'8tre
ranen6 de Zaghouan.
SAssez Assez !

16 Janvier
La nouvelle de ma demission a couru la ville et y
fait un grand bruit.
Personne ne veut que je part et tous se crampon-
lent a mes basques.
A la porte de ma mason, dans la rue, des hom-
nes, des femmes m'interpellent en suppliant.


- 66 -







gix MolS sdOS LA BOTTE

Ne nous abandonnez pas ).
( Qui s'occupera de nos enfants ?
/ Sont-ce les memes qui m'ont houspill6 la keille ?
Je ne saurais le dire.
M. Borgel me fait demander une entrevue.
J'6mets la pr6tention pu6rile d'exiger qu'il vienne
en mon cabiliet, refusant obstinmment de me rendr-
a la Communaut6.
L'eritrevue a lieu vers 11 heures.
Le President fait appel a ma loyaut6, a mon d6-
vouement a notre cause.
1 m'expose les consequences d6sastreuses que
pourrait avoir ma defection et celle de mes collabo-
rateurs.
C'est l'acte de sabotage, le d6chainement du colo-
nel Kauff.
Nous avons encore cinquante otages en prison. Ils
risquent de payer et, avec eux, toute la population.
Je me sens faiblir. Ma colere est passe. Je r6alise.
Je pose des conditions.
Je ne reprendrai mon poste qu'A la condition de
faire une tentative hasardeuse, d6sesp6r6e, pour arr-
ter toute nouvelle exigence des Boche.
J'ai l'intuition que je reussirai.
Si j'6choue, je maintiendrai ma admission a n'im-
porte quel prix.
M. Borgel s'incline mais demand a m'accompa-
gner.
Par l'entremise de l'interprete une audience est
demanade au colonel Rauff pour communication
urgente et important.
Elle est accord6e pour 14 heures.



Le colonel Rauff n' pas daigne interrompre ses
hautes occupations et nous fait recevoir par le com-


- -i7 -







*Sti MoiS SOUS LA BOTTLE

mandant Zaewecke ,et le icapitaine Pohl, d616gu6s
aux questions juicess.
Sans aucun ipr6liminaire je passe directement a
l'attaque.
J'expose que jusqu'a ce, jour nous avons satisfait
aux dures exigences des autorit6s allemandes, ac-
complissant une taiche pour laquelle nous n'6tions ni
qualifies ni prepares.
J'ai pour habitude de prendre mes responsabilit&s
et d'accepter les risques qui en d6coulent.
Je ne suis plus en mesure.de cbontinuer A fournir
des travailleurs a la cadence qui nous est impose.
La population est a Jbaut de.souffle et a donn6 le
maximum.
,Ilest.inutileetinhumain.de convoquer de nouvel-
les classes. Nous n'obtiefidrions que des homes au-
dessus de trente trois .ans, charges de famille cL
qu'une vie s6dentaire a rendus inaptes aux travau::
de force.
J'ai besoin des quelques hommes encore disponi-
bles pour reliever les travailleurs malades ou fatigues.
Je ne fournirai pas. les 300 travailleurs demands
pour le surlendemain.
Je revendique pour moi seul les consequences de
ma decision et je me mets A la disposition des au-
torites allemandes.
Je propose de rejoindre le camp de Bizerte.
Le commandant est visiblement surprise par ma d6-
claration.
a Savez-vous ce que vous risquez ? "
Parfaitement .
a Que proposez-vous ? r
Je demand alors que le recrutement soit suspen-
du pour une duree de deux emois afin de me permet-
tre de remettre de l'ordre dans les camps ,de convo-
quer ou faire venir les r6calcitrants des classes appe-
1es, afin.d'organiser une.releve.









SIX MOIS SOUS LA BOTTE

\- Vous aurez domain la rdponse du colonel' ).
Nous quittons la Kommandantur assez perplexes.

A notre retour nous sommes avises que, pour met-
tre fin aux actes de brigandage, les quarters juifs se-
ront rigoureusement interdits aux militaires de tous
grades des armies allemandes et italiennes.
La Communaute devra tracer le perimetre de la
zone interdite et faire Mditer des affiches.
Bon r6sultat.
Mais que sera demain ?

17 Janvier
C'est dimanche aujourd'hui.
Les S.S. font connaitre qu'ils ne viendront pas.
Nous n'aurons pas de response.
Dans les bureaux de la Communaut6 les commen-
taires sont animes.
Les uns approuvent ma determination, d'autres la
discutent.
Je sens sur les epaules le poids d'une 6crasante
responsabilitd.
Nous ne livrerons pas un homme remain martin.
Les des sont jets.

18 Janvier..
Heure decisive. Zaewecke et son acolyte arrivent
a la Communaut6.
Ils parent avec indifference de questions sans im-
portance : cas d'exemption, format des affiches pour
le ghetto, precisions sur des addresses.
Is prennent plaisir a prolonger notre angoisse.
Je m'efforce d'&tre impassible.
En fin de seance, le commandant me regarded et
dit n6gligemment :
( Pour ce qui concern votre demand, vous


-69 -








oSIX MOIS SOUS LA BOTTE

donnerez cinquante hommes jeudi, iuis ce sera la
pause ).
- I1 se leve ensuite et, au moment d'atteindre la por-
te se retourne et announce :
< J'oubliais de vous dire que vos derniers ota-
ges seront liber6s ce soir .
Victoire !

19 Janvierj
Nouveau conseil de guerre au service de recrute-
ment.
La decision de sursis que nous avons arrachee aux
S.S. cree une situation nouvelle.
II faut d'abord livrer les 50 hommes jeudi.
D6sobeir serait un veritable d6fi.
Krief s'occupera de la question.
II faut aussi organiser la relieve.
Ne fournissant plus de contingents nouveaux, nous
ne travaillons plus pour les Boches, mais pour nous.
Les rapports des m6decins des camps nous signa-
lent de tous c8tes des travailleurs qu'il faut 6vacuer
sans retard.
D'autre part, nous avons des peres de 4 et 5 en-
fants qu'il serait injuste de laisser dans les camps.
Nous decidons. d'organiser une police special
compose de policies officials assists de volontaires
rentres des camps.
Elle recherchera les planques valides et sans char-
ge de famille.
La direction de ce service est confiee a mon con-
frbre Paul Bonan, ancien lieutenant au 4eme Zoua-
ves.
Les termites accentueront leur action, surtout a
Mateur et dans le secteur italien, ou les resultats ob-
tenus sont magnifiques.
Pres d'un tiers de l'effectif est rentre sans contre-
partie.


-70-









SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Le service des transports don't le concours nous
est indispensable nous rend compete de ses difficul-
tes.
Les Boches ne donnent pas de carburant, se plai-
gnent d'en manquer eux-memes.
is ont remis des livrets de bord, sur lesquels doi-
vent &tre indiquees les distances, parcourues 'par cha-
que vyhicule, mais c'est une measure pour rien, les
d6p6ts refusant toute furniture.
On se procurera de l'alcool au marched noir.


L'apres-midi je me rends A la Direction de la Secu-
rit6.
Deux inspecteurs sont detaches en permanence
pour assurer nos services de police.

22 Janvier
Alerte a midi.
Les forteresses volantes americaines ex6cutent un
raid massif sur l'a&rodrome de I'Aouina.
60 avions de transport allemands sont detruits au
sol, et il- y a un veritable carnage sur le terrain.
Je pense a nos travailleurs et j'alerte le service
medical et celui des transports.
Deux camions parent immddiatement, emmenant
m6decins et infirmiers.
Nous avons deux morts et de nombreux blesses,
pour la plupart simplement.commotionnes.
La Providence nous est venue en aide et nous evi-
te un desastre.
Les Boches ont decidd, en effet, que les Juifs ne
devaient pas approcher les appareils et ont rdparti
nos travailleurs a I'exterieur du terrain pour creuser
des retranchements.
Ce sont les Allemands et les travailleurs arabes
qui ont trinque.


- 71 -









SIX MOIS- SOUS. LA BOTTE


Ily a. eu plus de 1.200 morts.
Au dispensaire de l'Allianc,e, on soigne les bless.s
et on les r6conforte.
Une femme trbs 6mue vient me rendre compete
que 6 ,travailleurs juifs, parmi lesquels: son man,
viennent: d'&tre incarc6r"s.
Je me rends aussitot a la Kommandantur.
Aprs- lI bombardment, des. travailleurs arabes
ont pris a parties des Juifs et les ont assaillis.
Une ambulance allemande 6tant passe et ses oc-
cupants 6fant initervenus, les arabes ont accuse lesi
n8tres d'avoir fait des signaux avec les bras aux'
'avions.
6 Juifs ont 6te arret6s pour cette d6nonciation.
J'explique avec came a l'officier allemand que d'un
avion volant a 5.000 ni'tres il est impossible de dis-
cerner un signal fait avec les bras.
L'accusation est absurde.
Finalement nos travailleurs sont relach&s.

23 janvier
Les services du recrutement ne sont pas les seuls
A souffrir de l'indiscipline de la foule.
A la tr6sorerie l'6meute gronde:
Les femmes et les meres de travailleurs refusent
de s'astreindre a passer par num6ro d'ordre pour
percevoir la d616gation de solde.
Plusieurs personnel se presentent pour un meme
travailleur et pr6tendent toutes. tre payees.
11 y a la femme divorce, la maitresse qui veut etre
legitime.
La foule surexcit6e enfonce les portes, brise les
vitrines.
1- a fallu suspendre les paiements.
Le propri6taire qui nous a permits, d'occuper son
magasin nous- met -en demeure de quitter les, lieux.
II n'a pas tort.


- 72 -










SIX MOIS SOUS ILA BOTTE


25 Janvier
Encore un incident.
Une femme se pr6sente au bureau de la Presiden-
ce et exige le retour imm6diat de son fils qui travail-
le a Djelloula, secteur italien.
11 est impossible, de lui donner. satisfaction.
A ce moment, son deuxieme fils qui l'accompagne
enlve sa veste et m'annonce qu'il va me massacrer.
Je ne, cede jamais ai des menaces de'ce genre, non
par goit des bagarres, mais par simple raison.
Je n'ai ni galons.ni:force arm6e pour me faire res-
pecter.
Si je flanche devant un 6nergumene qui en fait
une question de force, je suis perdu.
Je m'avance aussit8t vers ce bravache pour le faire
taire.
La mere hurle a la mort.
A ce moment la porte s'ouvre et nous voyons, pa-
raitre un honime, revolver au poing.
C'est un Italien, un mouchard qui signal aux Al-
lemands les automobiles et les machines appartenant
aux Juifs.
II se trouvait la par hasard en compagnie d'un
soldat allemand pour pister une machine a ecrire.
Ce ,hros fascist m'annonce qu'il me fait prison-
nier et va me conduire a la Feldgendarmerie.
Je lui demand de quoi il se mele. II me ripond :
< Les temps sont changes. C'est nous qui comman-
dons ).
Je fais signe a l'interprite Trenner qui du bureau
a cote, t6l6phone ah la Kommandantur pour demand
der si je dois obtemp6rer.
Le soldat allemand est appel6 a l'appareil et- y
regoit de. in-tructions.
II se retire aussitot suivi de soni fasciste;
On ne les reverra. plus.


- 73 -









SIX MOIS SOUS LA BOTTE

26 Janvier
Nouvelles alarmantes de Bizerte.
Le commandant Zaewecke nous announce que de
lombreuses evasions se sont produites dans le-camp.
Je connaissais deja ce renseignement.
Le bruit a couru que dans la journee du 28 janvier
les Anglais bombarderont impitoyablement : la ville
At ont invite tous les habitants a se retire.
Cette nouvelle aurait ete donnee par des tracts di-
sent les uns, par la B.B.C. affirment les autres.
Le commandant nous invite sur un ton see a met-
tre fin a ce movement et a reint6grer ou remplacer
les evades.
Je propose de me rendre a Bizerte le 28 pour ras-
surer mes hommes et 6tudier les measures a prendre.
Cette offre est accepted.


Henry Sfez s'est rendu a Sousse et A Kairouan et
nous a fait son rapport.
La situation est lamentable.
Les hommes de 19 a 50 ans sont tous au travail,
recrutls et encadres par des S. O. L. qui apportent
dans cette besogne un zble implacable.
Tous les Juifs portent 1'etoile jaune.
La ville de Sousse est d6truite et les habitants se
,sont refugi6s dans les villages environnants oi ils
menent une existence miserable.
Toutes les habitations, tous les magasins epargnes
par les bombes ont ete pills.
Et, par surcroit, nos coreligionnaires sont soumis
a des brimades et des humiliations continuelles.
Pas de tabac pour eux et une in6galitt choquante"
dans les distributions de vivres.
Mon confr&re et ami Georges Binhas se depense
sans computer dans une atmosphere de terreur, sur-
montant des difficulties sans nombre.


- 74 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE-

Nul mieux que moi ne connait la difficult de sa
tache.
Georges Binhas est un homme. II s'en tirera.

17 Janvier
Encore Bizerte.
Nous recevons ce matin un message nous avisant
qu'un travailleug nomm6 Hababou, surprise aumno-
ment oh il s'6vadait, a 6t6 abattu a coup de fusil
par une sentinelle allemande.
Le chiffre des evasions d6passe 200.
On a voulu faire un example.
Pauvre petit. (

28 Janvier
Je pars de bonne heure a Bizerte en compagnie
de Sfez.
L'auto grise ne paie vraiment pas de mine.
Un garde-boue a ete arrach6. Les garnitures int&-
rieures sont en loques. Les portieres, mal ajust6es
font un bruit d'enfer.
Les freins fonctionnent mal et la voiture s'arrkte...
quand elie veut.
Sfez est imperturbable et conduit avec. autant
d'assurance que s'il 6tait au volant d'une Rolls.
Nous nous arretons quelques minutes a 1 a6rodro-
me de Sidi-Ahmed.
Nous avons la 200 travailleurs comprenant le con-
tingent deplace de l'Aouina le 9, complete par 50
hommes de renfort.
L'impression est excellent.
Les hommes ont bon moral. Ils mangent bien.
Les grades allemands sont humans et ne les bbus-
rulent pas.
Je retrouve mon cocher-boxeur qui me tend la
main a la loyale.
Le m6rite de cette bonne organisation revient pour


- 75 -









SIX MOIS- SOUS, LA BOTTE

une grande part au Chef: de camp Henry Bismut et
Sson adjoint Alex Bonan, mutil6 a 75 %, rapatri6
d'un stalag.
Je felicite chaleureusement ces deux cheis.


Nous voici ai Bizerte. L'ambiance est nettement
diff6rente.
Je suis accueilli par des cris hostile.
Je me dirige vers le bureau du Camp. La foule
masse devant la porte, scande-sur l'air des lampions
c~la relive ), C< la relieve >. i
Je rdunis aussitot les chefs de camps,
Voici Gilbert Taieb, champion de natation, un bel
bel athlete qui a su s'imposer.
Jacques Krief, le frere de Georges, part plein de
bones intentions, mais deja desabus6.
Kako Habib, croix de guerre 1939, gras et replet,
toujpurs souriant.
Lucien Zarka, ancien prisonnier de guerre, gran-
de gueule, mais bon garcon, attache obstinement a
d6fendre les prerogatives des anciens du premier d6-
part.
Victor Sitbon, dit Tutor, gestionnaire dii camp.
Bedoucha, 'ancien sergent, d'un calme imperturba-
ble, d'un d6vouement inlassable.
Je tiens aussitot une conference.
Je reproche aux chefs de n'avoir pas su conserver
leur autorite, d'avoir laiss6 decline le moral du
camp/
Mes interlocuteurs me d6crivent les bombarde-
mehts terrifiants et presque quotidiens qu'ils ont df
subir.
L es travailleurs sont fr6quemment brutalises par
les soldats allemands.
It est certain oue nos hommes arrach4s de leurs
boutiques ou de leurs l reaux sont mal prepares par
un. pareil regime.


-76 -








:SIX MOIS SOUS LA BOTTE

D'autre part, les relives de maladies seffectu6es dans
des conditions regrettables de d6sordre et de partia-
lit6 ontiprovoqu6iune exasp6iation difficile A calmer:
Je reconnais que ces explications sont fondles mais
quant-- present nous n'avons pas le choix.
11 faut tenir.
Je vais m'efforcer, grace a mes services de police,
de rasseinbler des contingents pour la relive.
Mais il faudra- que le choix des hommes a rempla-
cer soit irr6prochable. Les malades, les peres de fa-
mille nombreuse doivent rentrer avant tous les au-
tres.
Par ailleurs je vais essayer d'am6liorer les coridi-
tions ,materielles d'existence, demander un repos par
roulement, obtenir des permission.
AiU course de la discussion on entend une clameur..
On se pr6cipite au dehors.
Les travailleurs ont soulev6 l'automobile et s'effor-
cent de la renverser. Ils veulent m'empecher de re-
partir.
II faut organiser -un service de garde.
Je me ,pr6senfe au lieutenant Elfess, chef du
d6tachement .allemand.
Pr s.de lui se tient un soldat de grande taille qui
sert d'interprite mais qui intervient a tout moment
dans la .discussion pour donner son avis.
Ce secr6taire particulierement agissant se nomme
Rough. On dit qu'il est alsacien et qu'il a servi dans
l'anmbe francaise.
J'ai dej;i eu l'occasion de le rencontrer et nous
n'avons pas pr6cis6ment sympathise.
Je 5pr6sente mes requutes.
Je demand la cessation de tous les mauvais trai-
tements, octroii du repos hebdomadaire.
Le lieutenant qui m'a 6coute courtoisement me
r6pond q'uil serait disposee examiner ces questions,
si les evasions s'arr&taient et si l'effectif duo camp
6tait rktabli.


-'77---









SIX MoIS SOUS LA BOTTP

Je protest 6galement contre l'ex6cution sommai-
re de Hababou.
SUne tentative d'6vasion pouvait etre punie sans
recourir t des proc6dds aussi inhumains.
A Ce sont dces ordres superieurs. On doit les exe-
cuter ), me r6pond l'officier.
Rough surench6rit avec une insistance particu-
ilire.
Finalement ii est convenu que je terai mof possi-
ble pour reconstituer 1'effectif.
Quelques permission sont accordees i titre d'es-
sai.
Des ordres seront donn6s pour interdire des chi-
timents corporels, a condition que les chefs de grou-'
pes Juifs se chargent eux-memes de la discipline.
Le resultat de mon entretien est, some toute,
satisfaisant.


Apres d6jeuner je visit le'camp.
Les chambres sont mal tenues. Les regles d'hygie-
ne les plus 616mentaires ne sont pas observes.
.J'en fais i'observation aux chefs de group.
Puis j'6coute les dol6ances des hommes.
SChacun fait valoir son cas, explique ses raisons et
Aonclut inevitablement qu'il doit 8tre releve sans
retard.
Je m'6vertue a expliquer les difficulties du recrute-
ment, la carence'totale des hommes convoqu6s.
J'expose les measures que je compete prendre pour
contraindre les r6calcitrants, afin de permettre une
relive equitable.
Je promets a ces hommes de faire tout mon pos-
sible, de ne jamais les abandonner.
Je quite le camp i la nuit tombante, dans une at-
mosphere sensiblement d6tendue:
Le bombardment annoncQ h'a pas eu lieu.


- 78 -








SIX .AMo so0is LA BOTTeI


29 Janvier
Nous sommes avises ce matin, qu'en raison des
difficulties dp transport et pour 6viter toute indiscre-
tion sur les operations militaires, nos travailleurs se-
ront ravitaill6s par les unites de l'axe, a titre rem-
boursable, a-partir du 10 f6vrier.
Noug sommes invites a nous mettre en rapport
avec l'intendance allemande pour discuter les moda-
lites d'ex6cution de cette decision,
Notre chef du service de l'intendance, Ren6 Solal
est charge de cette mission.
11 nous announce a son retour que lar contribution
mise a notre charge sera de 25 fr. par homme et par
jour, payable par decade et d'avance.
On, a promise que les vivres seraient fournis en
quantity suffisante sur la base de la ration du soldat,
allemand.
Cette solution, quoique coiteuse, nous soulagerait
de grosses difficulties de transport.
A la condition que nos hommes mangent a leur
faim.

31 Janvier
Je recois communication d'un rapport 6tabli par
un ing6nieur qui a 6te travailleur au camp de Bizer-
te et qui a 6td relev6 comme inapte.
Ce document r6dig6 sur in ton vigoureux, violent
meme, fait l'historique du a malaise ) du camp de
Bizerte.
11 relate la triste histoire de la premiere relieve me-
dicale, qui s'est encore aggravee par l'annonce abso-
lument gratuite d'une relieve massive imminent.
L'auteur d6crit la penible existence des travailleurs
et prend a parties la Communaute a laquelle il repro-
che son manque d"'nergie.
a ...On m'avance aussi qu'il manque des hommes,
qu'a la convocation des classes 1913 et 12, une ving-


- 79 -








SSIX-MOIS SOUS LA BOTTE,


taine de personnel seulement se presentent. Eh bien,
qu'on mette un peu les travailleurs de Bizerte A re-
.chereher ces jeunes .gens ;et v.ous verrez qu'ils les
-trouveront. Ah quel.monde, est-il possible de penser
sans honte ique des travailleurs souffrent la-bas de-
-puis 50 jours, .A une heure et demie de Tunis et que
de jeunes gaillards bien portants, des sportifs connus,
des embusqu6s, .des :lches se prominent dans les
ruestde .Tunis, sans la moindre pudeur avec un air
d6sinvolte, j'oserai dir-e.de d6fi. Ils couchent sur un
lit douillet et.mangent du beefstaek, alors que des
travailleurs, au lendemain incertain, peinent sans un
jo.urde ddtente A Tunis. C'est r6voltant... .
Notre ing6nieur, a .n grande parties, raison.
11 est evident qu'il y a eu des abstentions -regret-
.tables, ,que les hommes de bonne volont6 qui ont
sauv6 la population par leur-d6vouement, ont le droit
d'en &tre choques.
G'est .prcis6ment parce que je pense, comme lui
que je me suis suscit6 l'hostilit6 de bien des gens.
.Pour rem6dier. cet dtat de choses, il n'y a qu'un
moyen, pdnible, repugnant' mme : la force, la chas-
se a l'homme.
Je viens de n'y r6soudre, et c'est peut-&tre la le
plus grand sacrifice que j'aie consent pour la cause
juive.
jLa ohU auteur a eu tort, c'est lorsqu'il a commu-
niqu6 ce document aux Autorit6s franCaises et i la
Kommandantur.
,On doit laver -son :inge -sale en famille.


Krief.est paIti a Eifidaville pour inspector le sec-
teur sud et rendre ,visite au (colonel Impellizzeri atta-
ch.~. Il'6tat-major de .la division ( Superga ,.
V6roli, adjoint au chef .du ravitaillement l'accom-
pagne.'
Nous esperons de bonnes nouvelles.


-.80 -




















"HAPITRE III




FPVRIER 1943









SIX MOIS SOUS LA BOTTE



2 Fivrier
.Henry Sfez fait encore parler de lui.
Le commandant Zaewecke nous pr6sente un lais-
sez-passer saisi par un S.O.L. A la Prison Militaire.
C'est I'imprim6 de la Communaut6 qui avait per-
mis a notre ami d'accdder aupres des otages, de les
ravitailler, de rapporter leurs messages.
Mais comment se fait-il que l'on se serve encore
de cepapier alors qu'il n'y a plus d'otages juifs de-
puis le 18 janvief ?
Le President se montre tout surprise, affirme qu'il y
a malentendu. II fera une enquete.
SLe commandant se content de cette promesse et
d6chire le laissez-passer.
Je me rends aussitot aupres de Sfez que j'interroge.
11 palit et semble un moment d6sempar6.
Puis il s'explique.
De hautes personnalites francaises et britanniques
ont 6td arret6es depuis plus d'un mois et incarc6r6es
a la prison militaire.
Comme il avait reussi a se manager des complai-
sances parrmi les gardens, il avait pu correspondre
avec -ces d6tenus, leur fire parvenir des vivres,
changer clandestinement des messages.
Le manage avait continue apres la liberation des
otages.
Le zele intempestif d'un S.O.L. de garde risque de
provoquer une catastrophe.
Je demand A Sfez ce qu'il compete faire.
( Je me d6brouillerai n'importe comment, mais je
ne peux pas abandonner ces gens ).
Et il s'est d6brouill6.


Les services de police sont entries en action.
lls n'ont obtenu que des r6sultats d6risoires.


-83 -








i X MOIS SOUiS LA BOTTE

J'avais fixed leur moyenne au chiffre modest de dix
hommes par jour.
Ce r6sultat nest pas atteint.
Les r6calcitrants d6sign6s ne sont jamais A leur
domicile.
Le nombre d'exemptions dl6ivr6es par les autorit&s
allemandes ou franeaises les plus diverse d6passe
toute imagination.
Avec quoi fera-t-on la relive ?

4 Fivrier
Recensement de la classes 1911, convoqu&e specia-
lement pour la relive.
R6sultat pitoyable.-
11 se pr6sente 80 jeunes gens tous malades ou pr-
tendant I'tre. Ils auraient di etre 600 environ.,
Les bons se sont planqu6s.
Aprbs visit du service medical et contre-visite, il
en reste 17 utilisables.
11s se planquent a leur tour.
11 faut agir par la contrainte, donner des lists a
notre police.


L'apres-midi se produit un vif incident qu aurait
pu mal turner.
Les deux officers allemands arrivent 1'allure solen-
nelle.
11 va se passer quelque chose.
Ils annoncent qu'en rai$on des evasions masslves
qui se sont produites, la pause est supprimbe et nous
devons fournir 300 hommes pour/le 10 fevrier pour
combler les vides.
Le colonel est tres en colere.
Les choses vont-se giter.
J'annonce immediatement que je ne pourrai pas
r6unir ce contingeilt.
< Tant pis pour vous x, me repond le commandant.


-84--










SIX MOIS SOUS LA BOTTLE


c Et a propos, ajoute-t-il, vous 6tiez a Bizerte le 28
janvier. Pourquoi 8tes-vous part le soir au lieu d'y
passer la nuit ? )
Tres surprise de cette question inattendue, je re-
ponds qu'il n'6tait pas dans mon programme de dor-
mir a Bizerte et que je ne devais y sojourner que
jusqu'au soir.
< N'est-ce pas la peur du bombardment qui vous
a fait fuir'? ?
Cette fois j'ai compris et je b,ouillonne de colere.
Je sens Don Quichotte qui pique le galop de char-
ge.
SMalgr6 les signes desesper6s de mes collogues, je
r6plique schemeent, emppurpr6 d'indignation :
< Nous vous obeissons parce que vous 8tes les plus
forts. Mais notre dignity est entire et nul n'a le droit
d'y porter atteinte. )
Trenner h6site a traduiire. J'exige qu'il s'execute.
J'ajoute encore : 7Je vous ai deja offert d'aller en
permanence A Bizerte. Je, rditZre cette demand. )
< C'est une simple remarque ), conclut le comman-
dant.
Et il change aussit t de sujet.
Pendant le reste de l'entrevue, je rumine ma colere
et je refuse de r6pondre a toutes les questions qui me
sont posies.
L'orage menace, mais il n'4clate pas.
AussitSt les officers parties, 4'annonce que je ne
fournirai pas un homme le 10.
Mes collogues lvent les bras au ciel et redoutent
une catastrophe.
Je rage dre mon impuissance.

5 Fivrier
J'ain idit6 torite la nuit l'incident de la veille.
11 est evident que cette attaque inattendue me vier
du lieutenant Elfess et de son ame damnee Rougi


- 85 -









SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Je me souviens maintenant d'un episode auquel je
n'avais pas attache d'importance.
Un jour, un chef de group de Bizerte, s'6tait pre-
sent6 en compagnie de Rough pour se plaindre d'un
refus que lui avait oppose le chef du service de l'ha-
billement et m'avaif annonce que s'il n'obtenait pas
satisfaction, il lui c casserait la gueule .
J'ai vertement r6primande cet homme, lui faisant
observer que les chefs de service du recrutement
travaillent benevolement pour venir en aide a leurs
freres, et qu'ils doivent etre respects.
Je n'admettais pas de menace de ce genre.
A ce moment Rough intervint dans la discussion
pour me dire que le chef de group avait raison et
que lui-meme < casserait la gueule a mon collabo-
rateur.
Je l'invitai aussitot a se meler de ce qui le regar-
dait, ajoutant : c Lorsque vous tiendrez de pareils
propos devant votre lieutenant, vous pourrez con-
seiller a mon chef de group de me parler sur ce
ton ).
Le soldat avait encaiss6 la lecon.
La vengeance se fait maintenant sentir.
Ce qui m'ennuie le plus, c'est que si je rest sous
le coup de cette humiliation, je risque de' perdre le
b6n6fice de cette sorte de consideration distant et
muette don't j'ai l'intuition et qui in'a puissamment
servi dans l'accomplissement de ma tAche ingrate.
11 me faudra une revanche.

6 F1vrier
Devant mon obstination irreductible, M. Borgel a
d6cid6 de se rendre seul ~ la Kommandantur pour
essayer d'obtenir 1'annulation de la demand de 300
hommes.
Il expose les arguments deja developpes :effort
maximum, inaptitude des, vieilles 'classes, necessity
Sde la relive.


- 86 -










SIX MOIS SOUS LA BOTTE

II obtint finalement que le chiffre soit reduit 200.
Ius ne les auront pas.
Nous serion's d'ailleurs incapables, en l'6tat actuel
des esprits, de rassembler un contingent de cette
importance.


Nous discutons sur la situation lorsqu'on nous
announce que plusieurs personnel tres emues, de-
mandent Ai tre revues d'urgence.
On les fait entrer. Leur emotion est tres legitime.
Ce sont des habitants de I'immeuble de recase-
ment de la Hara, 6norme cube de ciment dans le-
quel on a Idgg tous les habitants des taudis demolis
en execution du plan d'urbanisme.
Des soldats allemands sont entries brutalement,
ont ouvert toutes les portes et ont emport6 tous les
matelas, toutes les couvertures et une grande pa--
tie du mobilier.
On s'en est pris aux Juifs les plus pauvres et on
les a d6pouillIs de ce qui leur 6tait le plus neces-
saire.
Des dizaines de families vont souffrir du froid.
Le comite prend les dispositions n6cessaires.
Des distributions de couvertures seront faites.
Des rapports de protestations seront remis aux
autorites francaises et allemandes.
11 ne faut pas que des faits pareils se reproduisent.

7 Fivrier
La rue d'Alger est encore en emoi.
Des 6vad6s de Bizerte sont arrives au lever di
jour et ont rpandu la nouvelle qu'un violent bom
bardement a eu lieu dans la nuit.
11 y a deux morts et de nombreux blesses.
Aussitot les femmes des quarters juifs sont des
cendues dans la rue et manifestent avec violence.


-87 -










SIX MOIS SOUS LA BOTTE

SAlert6 a mon domicile, je decide de partir et me
rends aussit6t a la Communaut.
Je suis abord6 en course de route par de nombreu-
ses manifestantes qui deversent les invectives et les
menaces habituelles.
Sfez est en deplacement, a Bizerte precis6ment, et
je ne peux disposer de sa voiture.
Je t6l6phone au service des transports qui met a
ma disposition un camion de limonadier.
Le docteur ,Moatti demand A m'accompagner.
Nous sortons tous deux pour aller nous preparer,
mais une manifestation monstre nous attend a la
sortie.
Nous sommes imm6diatement entoures par une
foule de plusieuis centaines de femmes qui crient
toutes ensemble.
Elles exigent imm6diatement les noms des morts
et des blesses.
Elles veulent la relive, I'arrestation des planques.
J'essaie de me degager. Impossible. Une veritable
grappe humaine s'est agglutin6e a ioi.
Je veux parler. Les cris couvrent ma voix.
Mes vetements sont tirailles, les boutons arraches.
A quelques m&tres plus loin, Moatti est immobi-
lis6 lui aussi.
Je sens a un certain moment un liquid qui me
coule sur la nuque.
Une manifestante a r6pandu sur mon pardessus le
contenu dune bouteille d'alcool."Elle cherche a en-
Hammer une allumette, mais les remous de la foule
I'en emp&clent.
La situation devient srieuse.
Je eherche encore a me d6gager sans violence,
mais je n'y parviens pas.
Finalement deux agents de police alerts par t6le-
phone arrivent a la rescousse.
Prestige de l'uniforme. La foule se came et je
puis enfin rejoindre Moatti dans son Cabinet.


-- 88 -









SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Apres notre depart c'est Krief qui subira la meme
attaque.
Je comprends 1'6moi de ces malheureuses.
Je leur pardonne les insultes, les violence.
C'est a nous qu'elles s'en prennent. C'est injuste,
mais c'est human et il vaut mieux qu'il en soit ainsi.
Imaginez un instant une manifestation de ce gen-
re devant la Kommandantur. ,
Mais pourrai-je tenir longtemps ? Je me sens bien
las, i "
I *
Nous voici sur la route.
Le camion de limonadier, deux plates-formes sans
ridelles, est poussif.
11 est mal adapt B l'alcool.
On trove un expedient. Le convoyeur se couche
sur le. garde-boue et, de la main, obture partielle-
ment l'arrivee de 'air.
Insensible au vent glacial et a la pluie, il dose sa-
vamment le melange s'adaptant au profile de la route.
Ce carburateur human fonctionnera sans defail-
lance jusqu'a l'arrivee.
A mi-chemin nous croisons l'auto grise de Sfez
qui rentre avec des permissionnaires.
11 a la liste.
Les -blesses, au nombre de treize, ont 6te conduits
h l'h6pital de Ferryville.
SLes corps des deux morts ont ete acheminms vers
Tunis sur le camion de ravitaillement.
Nous nous rendons d'abord a l'hopital oih nous
visitors les blesses.
Deux d'entre eux sont graves : jambe' sectionnie,
plaie p6n6trante au poumon.
Je distribue i ces malheureutx 1'argent et les frian-
dises que j'ai emporties : tabac, confiture, biscuits.
11 y a dans la mame chambre des travailleurs ara-
bes bless6s, qui regardent avec un ceil d'envie.


- ;89 -








SIX MOIS SOUS LA BOTTE


Personne ne pense a eux.
Je leur donne tout ce qui me reste. Is remercient
avec motion.


A quelques kilometres de Bizerte nous croisons
un convoi de 25 malades, evacues en contre-partie
des derniers hommes fournis.
Ils ont retrouve le sourire et marchent allegre-
ment.
Je promets de leur envoyer le camion aussit8t
arrive.
A la caserne, un morne silence.
Les travailleurs r6clament tous la relive, invo-
quant leur 6fat de sant6, leurs charges de famille.
Mais ils ne manifestent "pas comme a mon prec6-
dent voyage et l'impression' que je ressens n'en est
que plus profonde.
J'evite ostensiblement toute rencontre avec le
lieutenant.
Je passe la nuit sur une paillasse et je dors fort
bien.

8 Fivrier
Le matin, en attendant le camion, je me ends sur
les lieux de travail.
Nos hommes sont occupies au deblaiement des
rues de la ville, a la refection des routes.
On a renonce6 leur faire decharger les bateaux
car leur rendement 6tait, parait-il, insuffisant et on
se m6fie d'eux.
On me raconte meme qu'une bonne parties des
munitions git au fond du port, que des fits d essence
sont arrives a moiti6 videos sur les quais.
(a c'est du bon travail efficace et discret.
Somme toute, I'effort demanded aux hommes n'est
pas considerable, mais ils ne sont pas accoutumes a
cette besogne et ils n'ont pas le cceur a I'ouvrage.


-90-








SIX MOIS SOUS LA. BOTTE


Je les comprends.
Le camion qui a raccompagn6 les malades ne re-
vient plus. II doit 8tre en panne.
Je me decide -a rentrer par l'auto-stop.
Moatti reste aupres des blesses.
Apres avoir stationn6 plus d'une heure sur la rou-
te, je trouve enfin un camion italien charge de vian-
de frigorifiee qui me ramene a Tunis, sur la remor-
que d6couverte.
A l'arriv6e je suis moi-meme frigorifie.

9 F6vrier
Le capitaine Pohl vient seul au rapport.
Je lui rends compete de mon voyage et d'entree je
pousse une petite botte.
< J'ai 6t .A Bizerte hier et avant-hier, mais mal-
heureusement je n'ai pas &td present au bombarde-
ment .
o Pourquoi 'malheureusement ), rdpond-il.
Parce que cela parait vous faire plaisir et que
je tiens a vous satisfaire ).
Cette fois c'est moi qui ris de'cette plaisanterie
don't je n'aurais pas ete fier en d'autres circonstances.
Le capitaine se digonfle. Le commandant n'avait
aucune intention d6sobligeante a mon regard. II m'a
simplement transmis une observation emanant de
I'officier de Bizerte. Je ne dois pas en prendre om-
brage.
Venant d'officiers de S.S. cette mise au point est
tout de meme satisfaisante.
J'exploite, imm6diatement ce petit advantage.
La situation a Bizerte est devenue de plus en plus
p6rilleuse. Les civils ont tous evacu6 la ville, a l'ex-
ception du personnel administratif strictement indis-
pensable.
Nos travailleurs ne sont pas des soldats. II est con-
traire aux lois de la guerre et aux principles humani-
taires de les maintenir dans ce poste.


-91 -









SIX MOIS SOUS LA BOTTE

Je demand leur transfer en un autre endroi,
moins expos.
Le capitaine r~flichit un instant puis me suggebr
d'aller exposer mes arguments au general du port de
Bizerte.
I1 m'avertit toutefois que cet officer superieur est
trbs mal dispose, a cause des 6vasigns, et qu'il se pre-
pare A prendre des measures d'ufne extreme rigueur.
Raison de plus pour tenter l'aventure.
Je demand une lettre d'introduction.
Elle m'est accord6e.


Gilbert Taieb, chef du camp de Bizerte, vient d'an-
noncer que 'un de nos travailleurs, Karoubi, a ete
surprise en ville au moment oif il eiportait un sac
d'effets pills.
11 n'a fait qu'ex6cuter les ordres d'un soldat alle-
mnand.
II sera d6fire A la cour martial le 11 fevrier.
La peine prevue est la mort.
Jacques Krief a ,tudie le dossier mais il pr6fere ne
pas assumer seul la responsabilit6 de l'affaire.
Je d6fendrai Karoubi.

10 F4vrier.
Nous devions aujourd'hui fournir 200 hommes.
Il y a neuf en tout au casernement.
Nous sommes anxieux.
A huit heures Zaewecke se prdsente en compa-
gnie d'un officer qui doit emmener les travailleurs.
Cette presence d'un tiers ne peut qu'aggraver les
choses.
Le commandant centre dans, une violent colere.
Nous nous sommes moques de lui ; c'est du sabo-
tage., Nous verrons ce que cela nous coitera.
Le colonel d6cidera.'


--92--








IX MoIS sOts LA BorTi

Pour commencer, tous les r6formis et auxiliaires'
seront soumis a une verification. I1 en sera de meme
des hommes attaches a notre service.;
Notre police ne fait ,que des simulates et ne se
livre a aucun effort s6rieux pour retrouver les r'cal-
citrants. Dor6navant lorsqu'un travailleur sera absent
de son domicile, on prendra un otage de sa famille
qui sera retenu jusqu'a ce que l'interess6 se pr6sente.
Je protest.
Cette m6thode inhumaine est contraire a ii loi. La
police officielle ne nots pretera pas son concours.
Le commandant se met a rire. J'oublie que nous
sommes en guerre et sous l'empire des lois raciales.
11 interpelle aussitot un inspecteur de police atta-
ch6 a nos services et l'invite a l'accompagner.
Au bout d'une heure il revieit ramenant deux hom-
mes et .deux femmes tremblants de peur, qu'il nous
donne ordre de garder jusqu'a presentation des tra-
vailleurs r6calcitrarits.
Il faut s'incliner.
Je prie Mme Hayoun, spouse du chef du caserne-
ment de veiller a ce que ces pauvres gens ne man-
quent de rien.
Nous les relfcherons dans deux ou trois jours, lors-
que le commandant les aura oubli6s.
Le calice est bien amer.

11 Fivrier
Je suis retourn6 A 'Bizerte.
Aujourd'hui passe l'affaire Karoubi. Demain je dois
me presenter au general du Port.
Je rends visit a l'accus6 dans sa cellule apris avoir
pris connaissance du dossier.
La version des faits qui m'est donnee est tres vrai-
semblable.
Karoubi travaillait au dbblaiement sous la garde
d'un soldat allemand.


-93-








siX Mois Sois LA BOTTLE

A un certain moment, le soldat le fit carter 'du
group et, lui montrant une maison a demi effon-
dree, lui donna ordre de rapporter un sac'qui se trou-
vait dans le vestibule.
Karoubi s'ex6cuta mais au moment oi il sortait de
la maison avec son chargement, il fut arr&t6 par un
agent de police francais.
Le boche .accourut alors et voulut 1'arracher A l'a-
gent. Un autre soldat qui 6tait post tout prbs vint a
la rescousse et tenta d'Aider son camarade.
L'arriv6e d'un officer allemand mit fin a la scene.
Le travailleur juif fut conduit en prison.
Je r6conforte de mon mieux Karoubi. Je lui fais le
serment qu'il ne sera pas fusill6.
L'audience aura lieu a 14 heures, au siege de 1'A-
miraut6.


Nous voici devant la Cour Martiale. Jacques Krief
est a mes cOtWs.
Les officers de marine franriais arrivent en civil et
endossent une vareuse militaire avant de singer.
Les carreaux sont tous brises par le bombarde-
ment et il souffle un courant d'air glacial.
L'agent de police, entendu comme t6moin, fait une
declaration sincere et objective.
Sur mon interpellation il confirm deux points qui
me paraissent essentiels.
II reconnait l'intervention des deux soldats alle-
mands qui ont fait tout leur possible pour ddlivrer
le travailleur juif.
II indique d'autre part, qu'il avait vu Karoubi en-
trer dans la maison quelques minutes auparavant. Le
sac 6tait prepare a l'avance.
Le Commissaire du Gouvernement requiert une
peine exemplaire.
Je plaide avec tout mon coeur.
De toute evidence, Karoubi n'a ete qu'un instru-


-94-









Six ioIs SOUS LA BOTft


ment. 11 n'a fait que c6der a une volonti sup6rieure.
11 y-a absence d'intention.
Avec les precautions oratoires qui s'imposent, je
d6cris le pillage scandaleux auquel la ville a 6t6 sou-
mise par les soldats de 1'Axe, les de6mnagements sys-
t6matiques par camions, le chargement du butin sur
les bateaux.
Je parole aussi de. la grande piti6 des travailleurs
juifs, de l'6tat de sujition dans lequel ils sont vis-a-
vis de leurs gardens, des coups de cravache qu'ils
regoivent lorsqu'ils n'ob6issent pas.
Le d6lib&re est long. C'est bon signe.
La Cour admet des large circonstances att6nuan-
tes et condamne Karoubi A cinq ans de travaux for-
ces.
Je demanderai la revision de ce jugement.
En des temps meilleurs.

12 Fevrier
Je dois me presenter au general du Port.
La veille au soir j'ai recu la lettre d'introduction
promise par les S.S. Le pli est cachet et sign sur
' la fermeture.
Vais-je revivre la scene de la Synagogue ?
Je me pr6sente au quarter g6neral, assisted d'un in-
terprete oGeasionnel, un petit rouquin qui a sejourn6
dans un stalag.
Je suis recu par un lieutenant qui parole un fran-
cais'assez correct. Je lui remets ma lettre qu'il trans-
met aussit6t.
Le g6n6ral me fait dire de repasser a onze heures.
L'interprete est inutile.
A l'heure fix6e me voici devant le colonel Meyfar
qui exerce les functions de & g6n6ral du port ) (sans
doute l'6quivalent de commandant de la place).
C'est le type parfait de officerr de carribre alle-
mand.


-- Q ,-







Sit MOIS SOtiS LA BOTTEi


Cheveux courts stir les c&t6s, monocle, croix de
fer, culotte a bands, bottes impeccables.
Nous demeurons debout pendant tout lentretien.
Le lieutenant traduit.
Le colonel m'interpelle le premier.
Vous 6tiez officer dans l'arm6e franiaise. Vous
vous etes battu centre nous, et vous etes sans doute
pret a recommencer si l'occasion s'en pr6sente D.
c Sans aucun doute, si ma Patrie me l'ordonne.)
Le colonel a un large sourire.-
a J'aime cette r6ponse. On doit toujours servir sa
Patrie. Mais vous n'en aurez plus l'occasion. -
Mon interlocuteur fait alors le proces des travail-
leurs juifs de Bizerte.
11 affirmed qu'il est dispose A se montrer human,
mais les evasions fr6quentes et massive ont r6duit
l'effectif du camp A 600 hommes. Sa patience est a
bout. Un 6vad6 a d6ja 6t6 fusill. Des measures d'une
extreme rigueur vont rtre prises.
A mon tour maintenant.
Je connais les rigueurs de la loi militaire.
Mais ces hommes ne sont pas des soldats et leur
place n'est pas ici.
Les rggles de la discipline ne peuvent s'appliquer
Sides gelis qui n'ont aucune preparation physique et
morale et qui ne sont soutenus par aucun id6al.
Pour conclure je demand la dissolution du camp
)u tout au moins son d6placement.
L'officier se raidit. i Ce que vous demandez est
impossible et ne depend pas de moi. Nous avons des
>rdres. D
J'aborde alors une solution subsidaire.,
Je suis pr&t a essayer de remonter le moral de mes
hommes, de provoquer une detente.
Pour cela, il fauf qu'ils aient des permissions leur
permettant de voir leurs families, ii faut qu'ils aient
du repos au moins une fois par semaine, il faut que
cessent les chAfiments corporels.


- 96--








si5 6i iS sous LA BOTTf

Sinon je ne r6ponds de rien.
( Ramenez d'abord les 6vad6s ou remplacez-les ,
ne dit le colonel. ,
( Je ne pourrai essayer de le faire que lorsque
e camp cessera d'etre un bagne ).
La discussion se pursuit encore quelques instants.
Finalement j'obtiens le depart de 20 permission-
laires et la stabilisation provisoire l1'effectif de 600
lommes.
( A la premiere evasion nouvelle, je serai impi-
coyable ), me dit en concluant le g6ndral du Port.
Un salut sec de la tate de part et d'autre. L'entre-
vue est terminee.
Je pense m'en ktre bien tire.



De retour au camp, je reunis les chefs et je fais
part du r6sultat.
Tout le monde est content. La liste des per'mis-
sionnaires-est prdparee. Priority est donnie aux plus
anciens et aux chefs de famille.
Le moral semble etre meilleur.
Je rentre A Tunis reconfort6.

13 Fivrier
La prise en charge du ravitaillement par les auto-
rites de l'Axe s'est faite dans le plus grand d6sordre.
Nous avons paye le 10 fEvrier la contribution im-
pos6e mais la plupart des camps n'ont pas &t6 ali-
ment6s.
11 y a fort heureusement des reserves qui permet-
tent de tenir.
A cette occasion il a 6t6 fait un pointage precis des
effectifs.
Les' r6sultats sont stupefiants. Voici la liste :


- 97 -








IX MOI S soLs LA BOTTE

Bizerte 600
Sidi Ahmed 200
Mateur 195'
Secteur Sud 330,
Goubellat 50
Bir Kassa 50
Massicault 5
Si I'on ajoute un niillier de travailleurs de Tunis et
des environs qui sont au pret franc et se nourrissent
eux-memes, le total n'atteint pas 2.500.
11 y avait cependant 1.050 hommes a Bizerte, 650
a Mateur, 930 dans le secteur Sud chez les Italiens.
A Bizerte nous n'avons obtenu qu'ine centaine de
liberations r6gulieres, les evasions ont,fait le reste.
Mais partout ailleurs cet allegement des effectifs
est dfi au travail incessant ile nos termites qui ont
fait merveille.
Les m6decins des camps ont 6galement une large
part dans ce resultat.
Nous recommandons de garder ces chiffres stric-
tement confidentiels. Toute indiscretion pourrait
avoir les plus graves consequences.
Heureusement, il n'y a aucune liaison entire les
secteurs et les paiements sont faits sur place a l'in-
tendance locale.
Taieb et Chemla, de Mateur, proposent de tenter
leur chance a Bizerte.
Je ne veux pas les decourager, mais je pense qu'ils
auront du mal a obtenir un-resultat.
L?-bas les hommes se chargent de se liberer eux-
memes.

14 F6vrier
Un jeune medecin tres devoue vient de rentrer
d'un sejour dans le secteur de Goubellat.
II fait un rapport alarmant.
Trente travailleurs sont a proximity immediate de
la ligne de feu a Boucha.


-98-








SIX MOIS SOUS LA BOTTLE


On ne peut acc6der a leur cantonnement que de
nuit, les mitrailleuses anglaises tenant la piste sous
leurs feux.,
Les hommes sont mal nourris et tres sales par
manque d'eau. La plupart ont la gale.
11 faut les reliever de toute urgence.
Obside par les histoires de Bizerte, j'avais un peu
perdu de vue les travailleurs des autres regions.
Ceux de Mateur et ceux du secteur Sud sont sous
lecontr8le de nos d6l6gu6s regionaux.
Le. petit contingent de la region de Goubellat a 6te
un peu d61aiss6. ll faut r6parer cette negligence.
J'envoie imm6diatement 1'effectif present au caser-
nement afin de reliever les plus malades.
Au rapport quotidien j'expose cette situation aux
S.S. protestant contre I'emploi de travailleurs civils
sous le feu des mitrailleuses.
Le commandant fait une r6ponse d6concertante.
( Les soldats allemands occupent le secteur. Vos
hommes peuvent y &tre aussi.
Logique nazie.

15 F6vrier
Le colonel Rauff n'a pas oubli6 totre dOfaillance
du 10 f6vrier. ,
Nous sommes avis6s aujourd'hui que la Commu-
naut6 doit payer dans les vingt-quatre heures, a titre
de sanction une amende de trois millions de francs.
Les Boches consid&rent que nous sommes en re-
tard de mille hommes sur leurs ordres. Ils ont dfi
recruter d'autres travailleurs qui leur cofitent envi-
ron cent francs par jour chacun.
Pendant un mois cela fait trois millions.
Pour ma part je suis tres heureux de cette d6ci-
sion et je remercierais presque le colonel. -
Si nous avions fourni les hommes, nous aurions
pour\u a leur entretien, leur habillement, paye leur
solde qui est h elle seule de 60 francs par jour.


-99 -








.SIX MOIS SOUliS LA BOtTE

La d6pense serait certainement superieure etC nos
jeunes gens soulfriraient dans les camps.
D6cid6nennt les S.S. se 'd6gonflent.
Tant mieux.
Mais il faut payer. Nous convoquons -notre com-
mission des finances.
M" Cohen-Hadria et ses collaborateurs arrivent
aussit6t. /
Cette 6quipe a fait sans bruit un travail 6norme.
Elle a 6tabli un fichier complete et precis de toutes
les fortunes juives grosses et :moyennes, a taxes les
contribuables avec 6quit6, de manibre a r6partir la
charge sur la masse.
Tous se sont ex6cut6s; personnel n'a 6t6 ruin6.
Les rentr6es accusent a ce jour plus de trente mil-
lions, outre 'amende de vingt millions regl6e par
des moyens de credit.
M" Cohen-Hadria, mis au courant, nous declare
que cette d6pense imprevue affected s6rieusement son
budget, mais 4ue l'on pourra y faire face.
VoilA une question r6gl6e.

16 Fevrier
Notre reclamation energique concernant le pillage
de l'immeuble de recasenlent a suivi son course.
Nous l'avons rtiter6e a plusieurs reprise. crai-
gnant le renouvellement de scenes aussi r6voltantes.
Nous redoutons beaucoup, d'autre part, que des
l66ments douteux de la population ne suivent l'exem-
ple.
Du moment que lon pille les Juifs, il faut qu'il y
en ait pour tout le monde.
Le commandant Zaewecke nous declare que 'ar-
mde allemande a besoin d'une quantity d'objets et
qu'elle a ordre de les prendre chez les Juifs.
Impossible de faire autrement.
Nous voulons cependant 6viter des scenes de vio-

100 -




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs