• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Prehistoire
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire contemporaine
 Bibliography
 Table of Contents
 Back Cover














Group Title: Le Congo et les livres : anthologie coloniale
Title: Le Congo et les livres
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00072100/00001
 Material Information
Title: Le Congo et les livres anthologie coloniale
Physical Description: 368 p. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Monheim, Christian, 1903-
Publisher: Librairie A. Dewit
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1928
 Subjects
Subject: Indigenous peoples -- Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
Discovery and exploration -- Africa, Central   ( lcsh )
Colonies -- Belgium -- Africa   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references (p. 353-364).
Statement of Responsibility: par Chr. Monheim ; prâef. de Louis Franck.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00072100
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 08555891

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
    Half Title
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Preface
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Prehistoire
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Histoire ancienne
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Histoire moderne
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
    Histoire contemporaine
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
    Bibliography
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
    Table of Contents
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
    Back Cover
        Page 369
Full Text









































DT
652
.C6521
1928


















LE CONGO ET LES LIVRES

ANTHOLOGIE COLONIAL



TH-IS -VM E HAS BEEN

fO -L NATIONN.

Date: I/







LE CONGO


ET LES


LIVRES-


ANTHOLOGIE COLONIAL
PAR CHR. MONHEIM
Preface de
LOUIS FRANCK, Ministre d'Ptat


BRUXELLES
LIBRAIRIE ALBERT DEWIT
53 RUE ROYALE
1928


AiMiyJ-S)IY OF ELONiDA LI!:3






N


II a Wte imprim6 de cet ouvrage
15 exemplaires sur paper d'Arches,
numdrot6s IA 15.


















PREFACE


S'AUTEUR de ce livre est parti tout jeune pour le
SCongo.
II a pass par la rude cole des factoriens et a
vu de prbs l'existence active de nos commergants et de
nos colons en Afrique.
Tout ce monde nouveau, nerveux et puissant, toute
l'ceuvre immense, d6ej r6alisde et a accomplir encore pour
la colonie et pour ses populations indigenes, l'ont pas-
'sionn6.
Et voici qu'ayant beaucoup lu, il a modestement con-
sacr6 un long et patient effort a reunir et a classer, dans la
litt6rature congolaise, ce qui lui a sembl le plus interessant
et ce que tout Belge, a son sens, devrait avoir lu sur notre
Empire africain.
On peut croire a I'experience de celui qui la-bas, dans la
brousse, a senti ce qui manquait a sa preparation intel-
lectuelle.
L'ouvrage est facile a lire, m6thodiquement class,
vari6 et vivant.
C'est avec une vive satisfaction que je recommande cet
utile et bon travail au public toujours plus nombreux qui
5








LE CONGO ET LES LIVRES
s'occupe de la colonie. 11 faut savoir pour comprendre :
lire le livre de M. Monheim c'est s'orienter dans une
documentation d6jA vasfe et souvent peu accessible; c'est
aussi jeter les bases d'6tudes approfondies. A ce titre, les
candidates aux carrieres coloniales et les jeunes gens de nos
grandes 6coles seront parmi les premiers i en tirer grand
profit. Louis FRANCK,
Ancien Ministre des Colonies,
Ministre d'etat.




















N ous, Belges, connaissons trop peu le Congo, et
croyons trop le connaltre.
D'aucuns connaissent un peu le Congo d'apres
guerre... et d'autres aiment encore a croire aux atrocitis
du d6but et n'ont pas foi en son avenir.
Par suite, beaucoup de reproches et de critiques, cri-
tiques et reproches peu fond6s.
La beauty de l'ceuvre realis6e, les difficulties vaincues, les
routes de caravanes remplacdes par la locomotive, l'auto-
mobile et 1'avion s'oublient ais6ment et d'aucuns croyent
l'oeuvre achevie.
Et que fut le Congo dans son histoire, dans son d6velop-
pement rapide, voir d'oh on est parti pour mieux com-
prendre oh on est arrive, oh on doit atteindre encore:
voila ce qu'on n6glige trop facilement.
L'antithese du negre poursuivant Stanley sur le fleuve,
mangeant ses porteurs dans la fort, et du negre ayant subi
la marque de la civilisation, don't l'1glise prudent daigne
faire un pretre, cette antithese s'explique dans ces pages.
C'est l'histoire de la civilisation chr6tienne au Congo.
Le m6rite de ce travail n'6chappera A personnel; sa valeur
documentaire classes cette etude parmi les travaux les plus
7








LE CONGO ET LES LIVRES
meritoires sur l'histoire de la Colonie. Nous devons un
tribute de gratitude profonde a celui qui, avec cet amour
apostolique, ce patriotism colonial l6eve, nous fournit un
instrument qui instruira et les coloniaux des premiers jours
et les realisateurs, leurs successeurs, oh tous apprendront &
mieux p6netrer et h aimer davantage cette second patrie
que nous devons gagner au Christ!
A.-M. TIELEMANS,
des Missionnaires d'Afrique (Pfres Blancs),
Aum6nier g6n6ral honoraire des troupes d'occupation
de 1'A. O. A.
professeur a 1'Universit6 Coloniale.





















Nous avons laisse parler les faits : its nous
dictent par advance le fugement de l'histoire.
D.-J. Cardinal MERCIER.















CHAPITRE PREMIER 1
PRIHISTOIRE


NOTICE
Q ui tenterait d'6crire l'histoire du Congo, en pregnant
comme point de depart les textes les plus anciens
qui puissent lui ftre appliques, se buterait bient6t
a d'immenses difficulties, car on se trouve ici dans une
situation sans precedent. Les races congolaises n'ont jamais
poss6d6 d'6criture leur permettant de noter les 6v6nements
de leur vie; elles n'ont jamais construit en mat6riaux
solides des monuments ayant r6sist6 au temps; leur sta-
tuaire n'a connu ni la pierre, ni le m6tal : il ne subsiste done
aucun t6moin de leur passe.
Tout ce que nous savons d'elles nous a Ut6 rapport par
les strangers qui les ont approchdes. C'est par I'histoire des
peuples plus civilis6s que nous avons certain points de
repbre qui nous permettent de sch6matiser la leur. Mais
ces indications ont subi le contre-coup des grands 6vene-
ments de l'histoire.
Quand les peuples europ6ens et nord-africains se consti-
I. Note de l'6diteur : Les traductions cities au course de l'ouvrage ont
6t6 faites par M. Monheim, toutes les fois qu'il n'est pas fait mention du
nom du traducteur.
Les notes marquees de chiffres (i) ont 6t6 faites par lui, tandis que cells
marquees d'une lettre (a) sont celles du texte original.








LE CONGO ET LES LIVRES
tuent en grands Etats, en empires puissants don't la force
rayonne au loin, comme le font les dynasties 6gyptiennes et
les empires remains, nous recueillons quelques rensei-
gnements sur les peuples de (( Libye et d'Ethiopie ,. D'ail-
leurs ces expeditions, d6passant les moyens don't on dis-
posait en ces temps recules, ne donnbrent que des resultats
imprecis et vagues qui non seulement nous font sourire,
mais excitaient meme souvent l'incr6dulit6 des contem-
porains. Des 6missaires de N6chao qui rapportaient avoir,
au course de leur p6riple autour de l'Afrique, vu le soleil a
leur droite, HIrodote disait qu'h leur retour ils racontaient
des choses incroyables qui trouveraient peut-6tre creance
chez d'autres mais pas chez lui! Pourtant, lui-meme,
impressionn6 sans doute, par les r6cits divers et concor-
dants des voyageurs, en arrivait a dire que ( dans la parties
occidentale de la Libye, on voit, de plus, des homes et
des femmes sauvages, des bftes feroces en quantity, des 6tres
que l'on pretend fabuleux mais qui existent reellement ,.
(Hist., lib. IV.) A 1'6poque imperiale, les classiques
reprennent a leur compete ces fables, qu'ils corrigent ou
amplifient d'apres leurs renseignements personnel et la
richesse de leur imagination, jusqu'au moment oh l'effon-
drement de la puissance romaine replonge 1'Afrique
inconnue dans un silence qui durera jusqu'h ce que d'autres
peuples naissent, don't les voyageurs hardis abordent aux
rivages mysterieux de l'Afrique 6quatoriale.
Il ne peut done 6tre question d'histoire, l1 oh toute donn6e
d'investigation scientifique et serieuse nous fait d6faut.
Tout au plus, la collation des allusions 6parses dans les
Histoires et les Geographies g6ndrales permettraient-elles
d'esquisser la pr6histoire du centre africain.
C. MONHEIM.








PR1HISTOIRE


ALLUSIONS PROBABLES

LE roi Salomon construisit une flotte a Assiongaber, qui
est prbs d'Ailath, sur les bords de la mer Rouge, dans
le pays d'Edom. Et Hiram1 envoya sur les vaisseaux,
auprbs des serviteurs de Salomon, ses propres serviteurs,
des matelots connaissant la mer. Ils allrent h Ophir 2 et
ils y prirent quatre cent vingt talents d'or, qu'ils appor-
thrent au roi Salomon.
Les vaisseaux de Hiram qui apportaient l'or d'Ophir
amenbrent aussi d'Ophir une trbs grande quantity de bois
de sental et des pierres precieuses.
Et le roi Salomon avait en mer des vaisseaux de Thar-
sis s avec les vaisseaux de Hiram; une fois tous les trois ans,
les vaisseaux de Tharsis arrivaient apportant de l'or et de
l'argent, des dents d'l66phant, des singes et des paons.
(Trad. de la Bible, Ier livre des Rois.) Abb6 A. CRAMPON.

PREMIERS VOYAGES

IL est hors de doute que l'Afrique, sauf du c6t6 asiatique,
soit entouree par la mer. Le roi d'Egypte Nechao 4 est
a notre connaissance le premier qui en ait donn6 l'assurance.
I. Hiram, roi de Tyr, alli6 de Salomon, qui lui fournit les materiaux
pour la construction des palais et du temple de Jerusalem au xe sickle
avant J6sus-Christ.
2. La localisation d'Ophir a occasionn6 de multiples controversies qui
probablement ne seront jamais closes. On place ce pays tant aux Indes
qu'en Birmanie, a Sumatra, a Ceylan, en Arm6nie, en Phrygie, en Iberie,
mais aussi en Arabie et en Afrique orientale ou au centre de l'Afrique du
sud. D'aucuns croient m6me pouvoir le situer dans le sud de l'Amerique.
3. Tharsis ou Tartessus 6tait situde au sud de 1'Espagne et 6tait en
relations commercials avec les peuples africains qui lui fournissaient
les marchandises qu'elle exp6diait alors vers l'Orient.
4. N6chao ou Niko II r6gna de 611 & 595 avant Jesus-Christ.
13








LE CONGO ET LES LIVRES
Ayant fait arreter le creusement du canal qui conduirait
les eaux du Nil jusqu'au golfe Arabique, il envoya des
Ph6niciens sur des navires, leur donnant ordre h leur retour
de rentrer par le chemin des Colonnes d'Hercule pour
regagner l'Egypte par la mer MWditerran.e.
Ces Ph6niciens s'6tant embarqu6s sur la mer Rouge
naviguerent sur la mer Australe. Des l'automne ils 6chouB-
rent leurs barques sur le rivage h 1'endroit oh ils 6taient
arrives et y sembrent du ble. Ils y attendirent la moisson
et apres la recolte ils reprirent la mer. Apres deux ans
revolus, la troisieme annie, ils passerent les Colonnes d'Her-
cule et revinrent en Igypte, racontant a leur retour des
choses qui ne trouvent pas cr6ance chez moi, mais peut-
6tre chez d'autres : a savoir que, dans leur randonn6e
.autour de 1'Afrique, ils avaient eu le soleil h leur droite.
Voilh les premieres notions qu'on ait de cette parties de
1'Afrique.
Les Carthaginois rapportent qu'ensuite le fils de T6aspis,
Sataspe, un Ach6menidien, re9ut la mission de contourner
1'Afrique mais qu'il ne 1'accomplit pas. Effray6 par la
longueur de la traverse et craignant les pays sauvages
qu'il trouva sur sa route, il rebroussa chemin sans avoir
achev6 la thche que lui avait imposee sa mere.
Sataspe avait maltrait6 une vierge, la fille de Zapyre, fils
de M6gabyse. Xerxbs voulant le mettre en croix pour ce
crime, sa mere, sceur de Darius, implora sa grace, promet-
tant de lui imposer une peine plus dure que ne l'avait
fait le Roi, vu qu'elle l'obligerait a contourner 1'Afrique
jusqu'h ce qu'il retrouve le golfe d'Arabie.
Xerxes lui accordant le pardon a cette condition, Sataspe
passe en Egypte, y affrete un navire et un 6quipage indi-
gene et s'embarquant il met la voile vers les Colonnes








PRtIHISTOIRE
d'Hercule. Les ayant d6passdes, il double le cap Soloeis et
continue vers le sud. Mais, apres avoir mis de longs mois a
traverser une important parties de la mer, voyant l'6tendue
de ce qui lui restait a parcourir, il vira de bord et rentra
en tIgypte. De l1, il se rendit aupres du roi Xerxbs. Il lui
rapporta avoir vu, sur les c6tes des mers trbs 6loign6es qu'il
avait visit6es, des gens de mediocre taille et habill6s de
robes ph6niciennes, qui avaient fui dans la montagne,
abandonnant leurs villes des qu'ils le voyaient d6barquer.
D'ailleurs 6tant entr6 dans leurs villes il n'y avait commis
aucun ravage et s'6tait content d'en emporter le b6tail.
II ajouta qu'il n'avait pas achev6 le circuit de 1'Afrique du
seul fait que son vaisseau avait 6t6 retenu et n'avait pu
aller plus avant. Mais Xerxes, convaincu qu'il ne disait pas
la v6rit6, fit appliquer la premiere peine; il fut done crucifix
puisqu'il n'avait pas accompli la tache qui lui avait Wt6
impose.
(Histoire, livre IV, ou Melpomene.) HtRODOTE.

HERODOTE
ET LES PYGMEES D'AFRIQUE CENTRAL
S'HISTOIRE des peuples d'Afrique, quelque imprecise
qu'elle soit, nous permet cependant d'affirmer que
les N6grilles, don't quelques groupements habitent encore
les regions 6quatoriales, ont, au course de la prehistoire du
continent, occupy les regions du Sahara m6ridional, Sahara
qui, a cette 6poque d'ailleurs, ne pr4sentait pas l'immensit6
inculte qu'il constitute aujourd'hui.
Ces N6gritos, cependant, ne resterent pas en possession
pacifique de leur pays. Les peuples de race bantoue, venus
du nord, envahirent la contree et entrerent en collision







LE CONGO ET LES LIVRES
avec les races autochtones. Celles-ci, plus petites et moins
robustes,.ne purent resister aux envahisseurs et, pour con-
server leur ind6pendance, elles se r6fugierent soit dans les
environs marecageux du Tchad, soit dans les deserts sud-
africains du Kalahari, oi elles sont encore representees
par les Bushmen, soit aussi dans la fort 6quatoriale, don't
les fourres impin6trables et les sous-bois touffus leur furent
d'hospitaliers refuges. Aprbs les invasions bantoues, nous
verrons que les Pygm6es eurent encore a subir celles des
Hamites et des peuples soudanais.
La consequence de ces invasions fut que ces hommes
faibles et pourchass6s, ne se sentant plus d'autre appui que
la ruse et la fuite, se cachbrent dans la fort, d'oi ils ne
sortaient plus que rarement, mais don't ils resterent les
maitres incontestables, se debarrassant impitoyablement
des audacieux qui tentaient d'y p6netrer. Ces circonstances
d6velopperent en eux le courage et I'astuce. Actuellement
ils vivent dans la fort en groupements peu nombreux et
qui n'ont gubre de villages fixes. Exerc6s aux armes pour
les besoins de la defense et de la chasse, ce sont d'6mrites
archers et leur petite taille les aide a se glisser inapergus
jusqu'au bord du sentier oh passe la proie ou l'ennemi.
SCe furent, aux temps hdroiques de la conquate, les adver-
saires redoutables avec lesquels il fallut computer.
Pacifies et calms, ils restent de nos jours encore craintifs
et retires a l'6cart. La chasse 6tant leur seule occupation, ils
avaient jadis l'habitude de se fournir des choses qui leur
6taient n6cessaires en p6netrant dans les villages indigenes
au moment oi les hommes 6taient absents. Ils se procu-
raient alors, de force, les products don't ils manquaient et
laissaient en change des quarters de gibier ou des depouilles
de fauves et se retiraient sans avoir caus6 d'autres d6gats.








PRIHISTOIRE
Telles sont les observations que nous pouvons faire sur
les Pygmees et il est fort interessant de voir que, dbs le
ve siecle avant Jesus-Christ, H6rodote avait fait les memes
constatations. Voici en effet ce qu'il rapporte, dans son
Euterpe, ou second livre, au sujet des Nasamons habitant
le Sud de la Tunisie actuelle: ( Parmi les families les plus
puissantes du pays, des jeunes gens, parvenus a l'age viril
et pleins d'audace, imaginerent, entire autres entreprises
singulibres, de tirer au sort cinq d'entre eux pour recon-
naitre les deserts de la Libye et tAcher d'y p6netrer plus
avant qu'on ne l'avait fait jusqu'alors. Ces jeunes gens,
envoys par leurs compagnons avec de bonnes provisions
d'eau et de vivres, parcoururent d'abord les pays habits;
ensuite ils arriverent dans un pays rempli de betes f6roces;
de lh continuant leur route a l'ouest, a travers les deserts,
ils apergurent, apres avoir longtemps march dans un
pays sablonneux, une plaine oi il y avait des arbres. S'en
6tant approch6s, ils mangerent des fruits que ces arbres
portaient. Tandis qu'ils en mangeaient, de petits hommes,
d'une taille au-dessous de la moyenne, fondirent sur eux
et les emmenerent de force. Les Nasamons n'entendaient
point leur langue et ces petits hommes ne comprenaient
rien A celle des Nasamons. On les mena A travers des lieux
mar6cageux; finalement ils arrivbrent a une ville don't tous
les habitants 6taient noirs et de la meme taille que ceux
qui les y avaient conduits. Une grande riviere, dans laquelle
il y avait des crocodiles, coulait le long de cette ville, de
l'ouest a 1'est.
I1 suffit de remplacer quelques terms vieillis par leur
equivalent moderne pour voir que, de toute evidence, ces in-
digenes rencontr6s par les explorateurs nasamons sont des
ancetres des Pygm6es habitant les forts centre-africaines.








LE CONGO ET LES LIVRES
La Libye en question d6signait alors toutes les parties
de 1'Afrique qui n'avaient Wte que peu ou pas explorees.
En quittant leur pays, les voyageurs trouv6rent un
sol tres sablonneux; ils marcherent trbs longtemps avant
d'avoir traverse le Sahara et vinrent ensuite sur les bords
d'une large riviere oii il y avait des crocodiles. Cette large
riviere est, soit le Niger, soit quelque affluent du Tchad
coulant de l'ouest a 1'est. Dans l'un comme dans l'autre cas
on retrouve un pays mar6cageux. Mais, que ces petits
hommes noirs aient cach6 une ville dans un mar6cage ne
doit point nous 6tonner puisque nous savons que des villes,
qui avaient A cette 6poque une reputation de faste et de
grandeur, mesuraient a peine trois ou quatre hectares
comme Jerusalem, Tyr ou Jericho. Les habitants de cette
ville semblaient avoir, outre la taille et le teint, bien d'autres
points de contact avec les Pygm6es actuels. La crainte
qui les spare des habitants du pays qu'ils fuient en d'imp6-
n6trables retraites, les rend, de plus, audacieux et mefiants,
aussi ces strangers ne leur disent rien qui vaille. Ils ne sont
cependant pas cruels, puisque apres s'en 6tre empares ils
leur rendent la liberty, sans doute aprbs s'6tre assures de
leurs intentions. La scene telle que la rapporte H6rodote
suppose que les Negritos se soient approch6s par ruse des
Nasamons qui ont 6t6 surprise pendant leur repos. Apres la
taille et le teint, nous retrouvons done ici la crainte et la
finesse des N6grilles. Ajoutez que H6rodote les plagant pros
du Niger,- qu'il prend, ainsi que tousles geographes anciens
le font pour les grands fleuves d'Afrique, pour le Nil aux
sources myst6rieuses, donne a ces peuplades l'habitat que
1'histoire leur attribue. Voilh des concordances assez nom-
breuses avec l'opinion scientifique actuelle pour qu'on puisse
en d6duire que les explorateurs nasamons ont atteint les
18








PRtiHISTOIRE
Pygmbes don't descendent les groupements 4parpilles en
Afrique 6quatoriale.
Mais ce n'est pas la seule allusion que H6rodote fasse a
ces peuples, quoique ce soit la plus explicit. Dans son
quatrieme livre, le Melpomine, il raconte la fa9on bizarre
don't les Carthaginois faisaient le commerce dans a un pays
habit situ6 derriere les Colonnes d'Hercule. Quand ils
y sont arrives, ils tirent leurs marchandises de leurs vais-
seaux et les rangent le long du rivage; ils remontent ensuite
sur leurs bAtiments, oh ils font beaucoup de fum6e. Les
naturels du pays, apercevant cette fumee, viennent sur le
bord de la mer et s'6loignent apres avoir mis de l'or pour
le prix des marchandises. Les Carthaginois sortent alors de
leurs vaisseaux, examinent la quantitE d'or qu'on a apportee,
et, si elle leur parait repondre au prix de leurs marchandises,
l'emportent et s'en vont. Mais s'il n'y en a pas pour leur
valeur, ils s'en retournent sur leurs vaisseaux, oh ils atten-
dent tranquillement de nouvelles offres. Les autres revien-
nent ensuite et ajoutent quelque chose jusqu'a ce que les
Carthaginois soient contents. Ils ne se font jamais de tort
les uns aux autres (Les textes sont cites d'apres la tra-
duction de Larcher.)
Voici done de nouveau des indigenes ne voulant en
aucune fagon se meler aux strangers, sans doute aprbs
avoir 6t6 victims de quelque guet-apens ou de leur honn6-
tet6. Car les Carthaginois laissent leurs marchandises sur
la plage sans avoir a craindre que les habitants ne s'en
emparent sans leur en laisser la contre-valeur. Ce mode de
se procurer les products strangers n'est-il pas, en bien des
points, semblable a celui des Pygm6es contemporains qui
vont prendre chez leurs voisins le n6cessaire qui leur fait
d6faut, quite a leur laisser en change les products de la








LE CONGO ET LES LIVRES
chasse qu'ils ont en abondance. Certes, ce proced6 nous
semble assez categorique et fait peu de cas du libre-6change,
mais la faim est mauvaise conseillUre et il y a cependant la
le souci apparent de ne pas s'approprier plus que son dfi.
Or, nous constatons de fait la presence de Pygm6es sur
les c6tes octanes. Une invasion posterieure a celle qui les
refoula dans 1'Afrique 6quatoriale dispersa une parties des
Negritos et des Bantous dans le sud du Soudan et sur les
c6tes du golfe de Guinee. De nos jours encore on y fait le
commerce de 1'or. Ce doit 6tre l1 un des pays habits au
delay des Colonnes d'Hercule vers lesquels voguaient les
commercants de Carthage. La facon don't ils prevenaient
les indigenes semble bien indiquer qu'ils n'ont jamais
d6couvert leurs villages perdus sur la lagune.
La distance entire le golfe de Guin6e et les colonies
carthaginoises de la M6diterrande peut, a premiere vue,
paraitre exag6rde par rapport aux faibles moyens don't
disposaient les navigateurs de l'6poque. Cependant on doit
se rappeler que, d&s avant 595, N6chao, pharaon d'Egypte,
cessant de creuser le canal reliant le Nil et la M6diterrande
au golfe Arabique, 6quipa un vaisseau qui fit sans aucun
doute le tour complete de 1'Afrique.
Si 1'allusion que fait Herodote aux clients des Cartha-
ginois semble moins explicit et irrefutable que celle de
1'exp6dition des Nasamons, elle garde malgr6 tout son
poids et sa valeur et, s'ajoutant aux autres passages moins
clairs et plus courts, on peut cependant en d6duire avec
certitude que les anciens avaient des connaissances,
quelque impr6cises et vagues qu'elles aient 6t6, de certaines
races peuplant actuellement le Congo,
S(Essor colonial et maritime.) C. MONHEIM.








PRFHISTOIRE


NOTION D'ETHNOLOGIE AFRICAINE
L en est qui pretendent que la region situ6e au delay de
Sibirtum oh s'arr6tent les months, est habitue par des
Ethiopiens maritimes, des Niscates ou Nisites, ce qui
signifie des hommes ayant trois ou quatre yeux, non pas
qu'ils soient ainsi, mais parce qu'ils ont, au course d'une
contemplation prolongee, d6couvert la constellation de la
Flche. Du c6te du Nil enfin qui s'6tend au delk des Syrtes
superieures et de la mer Oc6ane m6ridionale, Dallion dit
qu'habitent : les Cisoros ou Longoporos qui n'usent que de
l'eau de pluie; a cinq journdes d'6tape des Aecalicis on
trouve les Usibalques, les Isueles, les Pharuses, les Valis et les
Cispis. Le reste est desert et ce qui vient apres est fabuleux.
A l'occident, du c6t6 du Niger, on trouve ceux don't le roi
n'a qu'un ceil et ce au milieu du front; les agriophages
mangent de pr6f6rence, la chair des panthbres et des lions;
les anthropophages devorent la chair humaine; les Cyna-
molgues a tate de chien, les Artabatites errant comme des
quadrupedes voraces; ensuite il y a les Hesperiens et les
Perorses que nous avons d6jh nomm6s sur les confins de
la Mauritanie. Une parties de ces Ethiopiens ne vivent que
de sauterelles qui, enfumbes et sales, constituent leur nour-
riture pendant toute l'annee.
(Histoire naturelle, liber VI.) PLINE L'ANCIEN.

OPINION DE STRABON
PoUR Onesicrite, l'eau est la cause de certaines pro-
pri6t6s des animaux; comme preuve de cette affir-
mation il dit que les troupeaux nomades, en buvant 1'eau,
changent la couleur de leur robe pour prendre celle qui est







LE CONGO ET LES LIVRES
propre a la region, et de fait il en est ainsi. Mais, que les
Ethiopiens soient noirs et crepus il ne peut avec raison ni
en attribuer la cause aux eaux seules, ni dementir Theo-
decte qui en rend le soleil responsible lorsqu'il dit :
< Ceux don't le soleil brilant, dans sa course rapproch6e
Enduit les corps d'une sombre couleur,
Frise la chevelure r6tie par sa desscchante chaleur,
Et aneantit la faculty 6puis6e de se d6velopper. ,
Encore qu'en ceci il puisse avoir quelque raison, il dit:
que le soleil n'est pas plus proche des Ethiopiens que des
autres peuples, mais plus perpendiculaire et que par suite
il est plus brfilant; de sorte qu'on ne puisse tenir raison-
nablement que le soleil est plus rapproch6 alors qu'il est
exactement h la meme distance de chacun, pas plus que
cette chaleur soit le motif de leur couleur sombre, puisque
ceux qui ne sont pas encore n6s n'ont done jamais pu 6tre
touches par le soleil, naissent cependant noirs.
Done, ceux-l1 disent mieux, qui attribuent la cause au
soleil et a sa brflure par une considerable diminiftion de
l'humidit6, et c'est pourquoi nous affirmons que les Indous
ne sont pas cr6pus et que leur teint n'est pas brfil parce
qu'il ne leur arrive rien de pareil, vu qu'ils jouissent d'un
climate humide...
Les Ethiopiens se servent d'arcs de bois, longs de quatre
coud6es et brfils aux deux bouts. Les femmes aussi sont
armies, et nombreuses sont celles don't les lkvres sont
traversees par un anneau de cuivre.
Ils sont couverts de peaux, car la laine de leurs brebis
est grossibre comme les poils de chevre. D'aucuns s'avan-
cent nus ou v6tus de courts peaux ou se couvrent de
quelque tissu de poils, habilement tiss6.







PREHISTOIRE
Ils croient en un dieu immortel et qui serait cause de
toutes les choses et en un autre, mortel, qui ne porte pas
de nom et don't la connaissance est fort difficile h acquerir.
Souvent d'ailleurs ils regardent comme dieux ceux auxquels
ils doivent quelque advantage, ainsi que leurs rois; les rois
parce qu'6tant les protecteurs communs et les d6fenseurs
de tous, leurs bienfaiteurs comme l'6tant en particulier
de ceux qu'ils ont avantages.
Parmi ceux qui habitent la region torride, quelques-uns
ne croient pas aux dieux et haissent meme le soleil et le
maudissent d&s qu'ils le voient apparaitre, parce qu'il les
brfile et les torture et pour cela ils le fuient dans les marais.
(Rerum Geographicarum, liber XVII.) STRABON.

OPINION DE POMPONIUS MELA
O N trouve quelques anciens d'ailleurs renseignant
certain lieux de 1'Afrique central comme 6tant
habits, mais par des peuples si fantastiques et si mon-
strueux qu'on peut a peine les consid6rer comme des
hommes.
D'apres les 6crits de Pomponius Mela, on y trouverait,
entire autres, les Symfasants, people nu n'ayant aucune
comprehension des armes et ne sachant ni forger, ni lancer
des fibches, aussi prennent-ils la fuite devant ceux qu'ils
rencontrent et ne veulent-ils frayer ni entrer en relations
avec personnel, si ce n'est avec leurs semblables. Il y avait
l1 les Cynoc6phales, un people qui avait la t&te et des
griffes pareilles a celles des chiens et qui aboyait comme eux;
les Sciapodes, people aux pieds rapides, et qui, se couchant
par terre, se prot6geait centre les ardeurs du soleil l'ombre
de leurs pieds; les Blemmiens, people sans visage et qui








LE CONGO ET LES LIVRES
avait yeux et bouche dans la poitrine; enfin encore plu-
sieurs 6tres imaginaires et fictifs. Ces peuples possedaient,
au sentiment des anciens, quelques petites parties des
regions centrales de ce grand continent; mais le reste leur
6tait inconnu et comme nous 1'avons dejh dit, 6tant donn6
sa chaleur, ils le jugeaient inhabitable.
Dr A. DAPPER.
(Nauekeurige Beschrijvinge der Afrikaensche Gewesten.)














CHAPITRE II
HISTOIRE ANCIENNE


NOTICE
N ous l'avons vu, I'histoire de l'Afrique central ne
peut pas 6tre consider6e sous le meme aspect que
l'histoire en general.
Apres les pauvres allusions que les classiques nous ont
donn6es sur ces regions lointaines, un silence d'une douzaine
de sikcles nous en fait oublier 1'existence. L'Europe secou6e
par les invasions ne s'occupait plus d'explorations. Lorsque
plus tard, les marchands de Genes, de Marseille, de Venise
appareillaient, ils 6taient attires par les tchelles du Levant,
d'oi les caravanes s'enfoncaient dans le desert d'Arabie
pour gagner les Indes aux precieuses spices.
Le Portugal, nation jeune et que la lutte centre les
Sarrazins avait aguerrie, 6tait arrive trop tard pour pouvoir
prendre part au commerce levantin. Mais, voyant ses
voisins aux prises avec les pirates barbaresques qui sillon-
naient la MWditerran6e, sous 1'impulsion 6nergique de
Henri le Navigateur (1394-1460) il se lance hardiment sur
la mer Oc6ane. Nous nous trouvons enfin devant des expe-
ditions organis6es, don't les r6sultats ne se font pas attendre.
Poussant toujours plus au sud, m6thodiquement, sans
relache, les caravelles portugaises doublent le cap des

25








LE CONGO ET LES LIVRES
Tempetes, appel6 dans la suite cap de Bonne-Esp6rance et,
le 20 mai 1498, Vasco de Gama jette l'ancre en rade de
Calicut. Entretemps, la c6te d'Afrique avait Wt6 exploree.
Des 6tablissements europeens et des ports d'escale y
6taient 6tablis. Les commergants et les missionnaires 6taient
entries en contact avec les populations.
Nous rencontrons encore ici les caracteres de I'histoire
ancienne. Qu'on se rappelle que la route habituellement
suivie de ce temps pour se rendre aux royaumes de Kakongo
et d'Angola 6tait de passer de Lisbonne au Bresil, de l1
au cap des Tempetes, d'oi 1'on remontait la c6te jusqu'd
I'embouchure du Zaire!
Les moyens employes, les systhmes de colonisation,
I'affreuse traite.des nbgres, les abus tol6r6s, alors que depuis
longtemps ils 6taient bannis d'Europe, sont bien plus 6loi-
gn6s de nous que ne l'6taient les civilisations contempo-
raines des m6tropoles. C. MONHEIM.

DECOUVERTE DU ZAIRE

L E roi Jean ayant fermement resolu de faire d6couvrir
toute la c6te d'Ethiopie (a), afin de pouvoir retrouver
un chemin pour aller en Inde, il advint, l'an mil quatre cent
quatre-vingt-quatre (b), qu'un vaillant chevalier, nomm6
Jacques Canus, qui par le commandemant du Roi decou-
vrit cette c6te d'Ethiopie, trouva 1'entree d'une rivibre
profonde et imp6tueuse. Or, considdrant la longueur de
celle-ci et le natural des eaux, il conclut en soi-meme qu'il

a) La Guinae et le Congo 6taient autrefois d6sign6s sous le nom de
Basse-ithiopie.
b) Cette date n'est pas exacte. Diego Cam ou Cano d'Evora d6couvrit
1'embouchure du Congo vers la fin de l'ann6e 1432.
26








HISTOIRE ANCIENNE
\ fallait que cette rivibre fit habitue de part et d'autre. I1
entreprit d'entrer dedans, oi, ayant fait quelque chemin,
il vit plusieurs hommes de m&me couleur que les autres
tEthiopiens qu'il avait vus souventes fois. Ceux-ci, sans avoir
crainte ni frayeur des personnel inconnues qui se presen-
taient, s'approchbrent des Portugais et montrerent des
signes de grande douceur et amiti6. Sur ce, Canus com-
manda a ses interpretes, qui entendaient plusieurs lan-
gages d'ithiopie, de les interroger : mais pas un d'eux ne
put entendre le language de ce nouveau people. Et pourtant
on commenga h communiquer avec eux par des signes : et
ils d6clarerent qu'il y avait en ces quarters un roi puissant
et riche qui demeurait en une sienne ville capital a quel-
ques jours de 1l (a). C'dtait Banza-Congo, ou Ambassa,
nomm6 depuis San-Salvador, situde par 60 2' lat. sud,
140 3' long. est, a dix journees de march de Pinda, petit
port sur la rive gauche du Congo, oh Canus avait d6barqu6.
Canus entendant cela les amena, par dons et promesses,
a conduire quelques-uns de sa compagnie jusque-la, et par
ceux-ci envoya des dons et presents au roi, qu'il estimait
lui devoir 6tre agr6ables, donna term a ses messagers
dedans lequel ils devaient revenir aprbs avoir d6couvert le
pays.
Le navigateur portugais plant sur la rive sud du Zaire
un padrao, borne en pierre ornee des armes du Portugal et
d'une croix, pour marquer a la fois la prise en possession
et le but de la conquete. Les restes de ce padrao ont 6t6
retrouves par M. Sori, en 1859, au milieu des buissons de la
second pointe du cap Padron.
Recu favorablement par le Mani (chef) de Sogno, oncle
a) Hieronymus Osorius, De rebus Emmanuelis Regis Lusitaniae
invictissimi virtute et auspicio gestis. Traduction de Goulart.
27








LE CONGO ET LES LIVES
du roi congolais Nzinga a Nkuwu, le navigateur portugais
attendit le retour de ses trois d6l6gu6s. Mais comme ils
demeuraient deux fois davantage que Canus n'esp6rait, il
leva l'ancre, amenant avec lui quatre des noirs qui 6taient
venus le voir. C'6taient des gens notables et de bon esprit.
En chemin, Canus les fagonna tellement, qu'6tant presents
au Roi portugais, ils pouvaient deja s'exprimer en langue
portugaise. Le Roi prit grand plaisir a leur fagon de fair
et leur fit des presents, commandant h Canus de retourner
en ce pays avec les quatre hommes vers leur roi, pour
I'admonester de servir J6sus-Christ, Dieu souverain et
cr6ateur de toutes choses (a). ,
S En 1485, Canus retourna au Congo et envoya un des
quatre negres vers le roi, pour le prier de permettre aux
Portugais qui etaient en son royaume de retourner vers
leurs compagnons. Un des capitaines du roi les ramena
aussit6t et Canus rendit les trois Ithiopiens avec les
presents que le roi de Portugal lui avait donnas pour 6tre
remis leur roi. Les presents et le rapport que les hommes
firent de la vertu et de la magnificence du roi Jean qu'ils
6levaient jusqu'au ciel, commenca a 6mouvoir celui du
Congo et faire qu'en son coeur il prit en grande amiti6 le
souverain portugais.-
Canus, apres avoir plant un padrao au cap Negro 150
40' sud et avoir navigu6 jusqu'au cap Cross (210 50'),
d6couvrant ainsi plus de 200 lieues de c6tes nouvelles,
revint a Pinda et se rendit a San-Salvador, oh il fut accueilli
honorablement. Le roi du Congo lui ayant demand des
explications sur les lois et coutumes des Portugais, il
l'interrogea amplement sur le fait de la religion chretienne

a) Hieronymus Osorius.








HISTOIRE ANCIENNE


et commenga peu & peu a y incliner. Toutefois il renvoya
Canus avec un des quatre negres du premier voyage,
nomm6 Zacot, qui devait prier instamment le roi Jean et
1'adjurer au nom de Dieu, qu'il adorait, d'envoyer au
royaume du Congo quelques gens d'dglise par les instruc-
tions desquels ce royaume pft 6tre amen6 a la connais-
sance du vrai Dieu. Canus s'embarqua avec l'ambassadeur
et quelques jeunes pages, que le roi envoyait en Portugal
afin d'y etre faits chretiens et instruits de bonne here en
la religion (a) a.
Le retour de Canus, accompagn6 de jeunes Congolais,
rejouit fort le roi Jean, parce qu'il voyait la porte ouverte
pour avancer la religion chr6tienne en ces pays si loign6s.
Le monarque confia aux FrEres Mineurs de Lisbonne
l'dducation chr6tienne de Zacot et de ses compagnons.
(tendard Franciscain.) R. P. DIEUDONNA, 0. Cap.

LE ROYAUME DU CONGO AUX XVe, XVIe
ET XVIIe SIECLES
> N 1485, Di6go Cam se rendit en Afrique avec un grand
-nombre de pretres. En peu de temps s'esquissa le
royaume de Congo, situ6 au sud du fleuve, le long de la
->c6te. La capital en fut San-Salvador. Des 6glises furent
construites et une apparence de civilisation regna pendant
un temps, sous la tutelle des Portugais, eux-m6mes sous
la domination du clergy catholique. Une invasion soudaine
des Jaggas (que 1'on croit etre des ascendants des Zulus)
d6truisit, au commencement du xvIe siecle, la cit6 des
eglises. Mais, quelques annees plus tard, les Jaggas furent
chassis et San-Salvador devint plus important qu'avant.
a) Hieronymus Osorius.








LE CONGO ET LES LIVRES
Au milieu du xvIIe siecle, elle comptait, dit-on, 40,000 ha-
bitants et poss6dait un palais royal en bois, entour6
d'un mur en briques, de bonnes maisons et beaucoup
d'6glises. Les jesuites et les pretres etaient nombreux, la
paix et la prosp6rit6 semblaient exister. Le roi du Congo se
pretendait le souverain de 1'Angola.
Vers 1560, il voulut faire don aux Portugais de la region
des Sova, mais ceux-ci repoussbrent les Europ6ens. Aussit6t
le roi du Congo se declara ind6pendant des Portugais. En
fait, San-Salvador 6chappa a la domination portugaise
jusqu'h 1'acte general de Berlin. Aujourd'hui San-Salvador
n'est plus qu'un groupement de huttes (KELTIE, Partition
of Africa, p. 42). Il est vraisemblable que les Etats noirs
existerent a la mame epoque et posterieurement. Des
cartes, datant du xvile sickle, montrent dans le bassin du
Congo les royaumes de Loango, d'Anzico, de Matamba,
mais on n'est pas renseign6 sur leur degr6 de civilisation
et ils ont disparu sous la convergence de circonstances
diverse : les guerres intertribales, l'arriv6e des blancs, la
traite.
On voit, au sud et a l'est de la grande fort 6quatoriale,
les royaumes Zulu opposer aux Boers et aux Anglais une
resistance souvent victorieuse, mais, a part quelques pro-
gres dans 1'industrie des m6taux, ils ne se distinguent que
par leur force militaire. Les Matab1~6 et les Mashona en
Rhod6sie, les Batllla en Afrique central belge, ont Wt
soumis par les Europeens, et les chances d'6mersion de la
barbarie qu'ils poss6daient peut-6tre ont 6t6 etouff6es sous
la conqu6te et le besoin d'uniformit6.
Il semble que les royaumes noirs qui existaient lors de
I'invasion europeenne n'6taient pas sans vie publique. Le
pouvoir y 6tait fort, parfois abusif en apparence. II poss&-








HISTOIRE ANCIENNE
dait des organes appropri6s a ses functions. L'administra-
tion de la justice, la direction de la'guerre, le culte, le
tribute y 6taient confines a des fonctionnaires distincts sous
l'autorit6 du grand chef. La paix, l'alliance, la guerre y
6taient scellees et d6cid6es dans des formes solennelles :
les Bakouba du centre du Congo possedaient par example
un veritable gouvernement. Mais ces Itats indigenes, en
proie aux guerres intestines, dechirds par la traite, sans
contact avec une civilisation superieure, manquaient d'l6an.
(Ptudes africaines.) Paul SALKIN.


LES CONQUERANTS

COMME un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigues de porter leurs misbres hautaines,
De Palos, de Moguer routiers et capitaines
Partaient, ivres d'un r&ve h6roique et brutal.

Ils allaient conqu6rir.le fabuleux m6tal
Que Cipango 2 mfirit dans ses mines lointaines,
Et les vents alizes inclinaient leurs antennes
Aux bords myst6rieux du monde occidental.

Chaque soir, esperant des lendemains piques,
L'azur phophol-econt de la mer des tropiques
Enchantait leur sommeil d'un mirage dor6,

I. Palos et Moguer sont deux ;ports d'Espagne, c'est du premier que
Christophe Colomb partit & la ddcnverte du Nouveau-Monde.
2. de H6r6dia d6crit ici le d6pa,-t d'une caravelle espagnole pour
1'Am6rique, au temps de Pizarre. On peut d-*,s bien se repr6senter, avec les
m6mes details, les departs des batiments portuiais qui, a cette m&me
6poque, portaient vers 1'Afrique, les Di6go Cam et 'les Barthelemy Diaz.








LE CONGO ET LES LIVRES
Ou, pench6s A 1'avant des blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignore
Du fond de 1'oc6an des 6toiles nouvelles.
(Les Trophles.) Jos6-Maria DE HPREDIA.

INSCRIPTION
DU MAUSOLEE tLEVE PAR S. S. URBAIN VIII
EN L'tGLISE DE SAINTE-MARIE MAJEURE A LA M1EMOIRE
I DU MARQUIS ANTOINE DE FUNESTA.
Au Marquis Antoine le N6gre,
Envoy6 du Roi de Congo;
A celui qui mourut au Vatican'
Au course de sa mission
Paul V accord le repos
A PEsquilin.
Urbain VIII
Premier Pontife Romain, A recevoir
de Jean-Baptiste Vives -
Serment solennel de fiddle ob6issance
des Rois de Congo
Eleva ce monument
Signe de la bienveillance papale.
En 1'an de grace 1629 de son pontificat le VIe.
(Tradur.tii du texte latin.)

LA TRAITE DF-S NeGRES
JL Y A cinquante ans a peipn, 1'Afrique se dressait encore
Sdevant 1'Europe et le m.onde comme un mystere impe-
netrable. Elle etsqA dddaign6e. Les Indes et, plus tard,
1'Amerique 6taient des sources de richesses, les caravelles








HISTOIRE ANCIENNE
passaient au large des c6tes d'Afrique, toutes voiles d6-
ploydes. Mais d&s que l'Afrique put (servir ,, les Euro-
p6ens arriverent... avec des liens et des chaines. L'Afrique
fut le march d'esclaves du monde.
Les Portugais furent les premiers a pratiquer la traite
sur une grande 6chelle. Avant toute autre nation, ils fon-
derent en Afrique occidentale des factoreries et des escales
jalonnant la route des Grandes Indes. Ilsy firent le traffic
de l'or, de l'ivoire, mais surtout des esclaves. Avant la
d6couverte de l'Am6rique, ils en transporterent d6ja au
Portugal, en Espagne, en Italie. meme pour y ftre vendus
et affects aux travaux domestiques. Sept a huit cents de
ces esclaves furent imports au Portugal en 1450. Mais a
peine l'Am6rique fut-elle d6couverte que 1'on d6couvrit
aussi que l encore, l'Afrique pouvait rendre de pr6cieux
services... ceux de l'esclavage. Elle fournirait aux Euro-
peens les bras indispensables & l'exploitation des colonies
du Nouveau-Monde.
Ce furent l1, au xvIe sikcle apres le Christ, pour la honte
de l'humanit6, les debuts de la traite qui cofta a l'Afrique
tant de sang, pour rapporter tant d'or l'Europe !
Les c6tes fournirent les premieres victims. Au d6but
on a n6gociait ) honnetement. La merchandise 6tait
offerte, apprecide et achetee par le jeu de l'offre et de la
demand. Mais n'y avait-il pas un moyen plus facile et
qui serait d'un meilleur rapport? Les marchands arms
d6barqubrent h l'improviste, envahissant les villages c6tiers,
mettant tout a feu et a sang et s'emparant de nombreux
captifs.
Mais, a ce jeu, la merchandise se ferait bient6t rare. On
cherche done a s'entendre avec les rois negres. Des cadeaux
sont g6n6reusement r6pandus, des articles de traite choi-

33








LE CONGO ET LES LIVRES
sis a sont offers : de I'eau de vie, de la poudre, des fusils...
Et le (( bois d'6b6ne a d'affluer !
Mais l'exp6rience assagit et on d6couvrit une methode
qui semblait plus profitable encore. Elle fut couronn6e de
succes. Les fameux ( Pombeiros a, m6tis portugais, organi-
serent des razzias dans l'interieur du pays. Ces impitoyables
fournisseurs d'esclaves amenaient les milliers de ( tates'
qui formaient la cargaison des negriers.
L'Europe affirmait sur 1'Afrique un droit de chasse a
1'homme. Si 1'Espagne avait use des services du premier
esclave, ce fut le Portugal qui organisa le premier march
d'esclaves important. Fort de la Bulle de demarcation pro-
mulgu6e par Alexandre VI en 1493, le Portugal reclamait le
monopole du commerce et des 6tablissements tant orien-
taux qu'occidentaux. L'Espagne devait se contenter du
Nouveau-Monde que venait de decouvrir Colomb en 1492.
Elle ne put done faire autre chose qu'acheter ses esclaves
A 1'6tranger.
Un marchand flamand eut la honte d'obtenir de Charles-
Quint le premier privilege official pour la furniture annuelle
de 4.000 esclaves nbgres aux Indes occidentales : Haiti,
Cuba, Saint-Domingue, La Jamaique et Porto-Rica. II
vendit son monopole pour 25.000 ducats a des marchands
g6nois. Ce fut la legalisation de la traite des noirs.
En 16oo, les Portugais sont donc les fournisseurs de
1'Espagne; en 1640 ce sont les Hollandais, en 1701 les
Frangais, puis, en vertu de 1'Asiento 1 de 1713, ce sont les
Anglais. Ces derniers s'engagent, pour trente ans, a livrer

i. Nom que les Espagnols donnaient aux chartes par lesquelles ils
accordaient aux strangers le monopole de la vente de negres dans leurs
colonies, moyennant une redevance fixe par esclave et une participation
aux b6nefices r6alis6s par les concessionnaires.







HISTOIRE ANCIENNE
annuellement au moins 4.800 esclaves. Ils ont gard6 parole.
Lorsque, aprbs vingt-six ans, 1'Espagne voulut rompre le
traits, 1'Angleterre lui d6clara la guerre.
Mais 1'Espagne ne restait pas seule client du Nouveau-
Monde. L'Angleterre, la France, les Pays-Bas s'y 6taient a
leur tour empar6 des terres et y avaient fond6 des colonies.
Le chemin de l'Afrique 6tait connu et le Portugal fut
impuissant a se d6fendre centre les nouveaux marchands
d'esclaves.
En 1595, les premiers Hollandais s'embarquerent pour la
Guine ; vingt-cinq ans aprbs ils s'y sont 6tablis en seize
forteresses. La traite bat son plein. Les negres sont exports
vers le Br6sil et les Indes occidentales, et les navires ren-
traient aux Pays-Bas charges de sucre... doucement gagn6 !
En 1619, le premier negrier aborde en Amerique du Nord.
C'est un Hollandais. En 1621 plusieurs socidt6s hollandaises
se fusionnent pour former la Compagnie des Indes occiden-
tales, qui impose son monopole commercial h l'Am6rique
et a l'Ouest de l'Afrique. Le Portugal est alors chass6 les
armes a la main, et on est en measure d'envoyer au Br6sil
15.430 negres en quatre ans.
Qu'on ne l'oublie pas : a cette 6poque les Pays-Bas
minuscules ont la supr6matie en Afrique occidentale parce
que ce sont eux qui fournissent les esclaves au monde
entier.
Ce ne fut pas sans hesitation que l'Angleterre s'engagea
dans le commerce du b6tail human. Sir John Hawkins fut
le premier Anglais a s'y risquer (1562). II fut d'ailleurs
d6sapprouv6 par la reine tlisabeth dbs qu'elle l'apprit.
Cela n'empicha d'ailleurs pas moins le meme Hawkins
d'etre cr66 plus tard chevalier pr6cis6ment pour < services
rendus > en la matire Il mit dans ses armoiries: (A demi-







LE CONGO ET LES LIVRES
Moor, in his proper colour, bound with a cord. Un demi-
negre sur fond de meme couleur, la corde au cou !
A la longue les relations esclavagistes entire 1'Angleterre
et 1'Afrique se multiplient. En 1588, on fonde une soci6t6
dans ce but et la reine Elisabeth cette fois-ci l'approuve.
.Cela amine un conflict avec les Pays-Bas, les tenants du
march.
En 1662 s'organise la puissante ( The Company of royal
Adventurers of England trading to Africa ). Ces aventu-
riers royaux, ces esclavagistes s'en prennent aux Pays-Bas
et, aprbs des alternatives de victoires et de d6faites, ils
restent finalement maitres de l'Ouest de 1'Afrique.
En 1672, une society nouvellement constitute a The
Royal African Co a obtint le privilege de la pr6c6dente et
se voit conc6der pour I.ooo (?) ann6es le monopole sur les
c6tes depuis la Barbarie jusqu'au cap de Bonne-Esp6rance.
L'Angleterre contr6lait ainsi la moiti6 du march d'escla-
ves. De 1680 & 1786 ses navires transportrrent environ
2.130.000 negres, en y comprenant naturellement les con-
tingents livres h 1'Espagne, d'apres l'Asiento de 1713.
Lorsque Bryand Edwards publia en 1791 son histoire des
Indes occidentales, on comptait sur les c6tes d'Afrique
40 6tablissements europeens, don't 14 anglais, 3 francais,
15 hollandais, 4 portugais et 4 danois. Les esclaves exports
se chiffraient alors a 38.000 pour les Anglais, 20.000 pour
les Frangais, 4.000 pour les Hollandais, Io.ooo pour les
Portugais, 2.000 pour les Danois, soit environ 74.000 chaque
ann6e.
De 1808 h 1860, on importa aux Etats-Unis seuls 270 mille
negres.
Le traffic colonial d'esclaves dura done plus de trois cent
soixante ans. Quatre siecles durant, un continent a syst6-








HISTOIRE ANCIENNE
matiquement oppress, saign6, mutild un autre continent.
La rude main de I'Ouest a press hors de l'Afrique de tels
flots de sang, que jamais elle ne s'en lavera. Quelle cata-
strophe plus longue et plus cruelle aurait pu frapper
1'Afrique !
Au bas mot on peut affirmer que Io millions de negres
furent r6duits en esclavage. Et, sans exagerer, il faut pour
chacun de ces noirs en computer cinq autres, tuEs en Afrique,
morts en chemin ou en mer.
La traite europeenne a done cofit6 1'Afrique la sueur et
le sang de 50 millions de ses enfants.
Et si l'on devait y ajouter les caravanes conduites par les
Arabes, tant en Afrique qu'en Asie, on ne serait pas loin du
chiffre de Ioo millions.
(Nieuw Africa.) R. P. MONNENS, S. J.

LES POMBEIROS
L A contrde qu'on appelle exactement Pombo est situde
a l'interieur des terres, a une distance de plus de
Ioo miles de Lovango et de la c6te, comme certain la
veulent aux portes de l'Abyssinie.
D'autres pr6tendent que la contr6e que les Portugais
appellent Pombo, est composee de plusieurs pays et royau-
mes situds pros d'un certain lac (peut-&tre le lac Zambre
situ6 dans le continent entire les deux mers oc6anes).
Mais, de 1'endroit oh l'on doit localiser ce lac on ne peut
affirmer rien de pr6cis, vu que jusqu'ici pas un chritien r'y
a pu p6netrer; tout au plus, dit-on qu'un Caffre de Mozam-
bique qui a traverse le pays de part en part, de Soffola a
Angola, aurait passe dans ces parages ainsi que les Portu-
gais l'ont rapport sur place a mes compatriotes.








LE CONGO ET LES LIVRES
Tous les noirs qui habitent h la c6te ont requ des habi-
tants de Pombo, leurs lois, us et coutumes.
Plusieurs Portugais et negres habitant Lovango, Kongo
et Lovando-Saint-Paul, font un traffic intense avec ce
Pombo par l'intermediaire de leurs plus fidbles esclaves,
qu'ils ont ~lev6s dbs leur tendre jeunesse auprbs d'eux et
qu'ils envoient la-bas avec des marchandises. Ils ndgocient
principalement des esclaves, des defenses d'616phant
(celles-ci cependant ne sont pas aussi grandes que celles
venant de Bukkameale), des Panos Limpos, des products
de Canarie et des vins d'Espagne ou de Madere, de grands
Simbos de file Lovando, de la verroterie et toutes autres
marchandises.
Certains maitres laissent instruire ces esclaves, commu-
n6ment appel6s Pombeiros, du nom du march de Pombo,
et leur font apprendre, quand ils leur en paraissent capable,
a 6crire, A calculer et tout ce qui est utile au commerce.
Ces Pombeiros ont d'autres esclaves sous leurs ordres,
souvent au nombre de cent ou de cent cinquante, pour
porter a travers le pays leurs marchandises, telles que les
pots de vin, appel6s pereleros, qui sont revetus de spart ou
de vannerie espagnole, pareille A celle don't on fait des
couffes a raisins.
Souvent ces Pombeiros s'absentent pendant un an,
meme un an et demi ou deux ans, pour ramener alors
quatre, cinq, six cents esclaves. Certains, parmi les plus
devou6s, restent meme a l'interieur du pays et envoient les
esclaves qu'ils ont acquis A leurs maitres, qui leur font en
retour parvenir de nouvelles marchandises. Mais il se fait
aussi que quelques Pombeiros infiddles trompent leurs
maitres et prennent la fuite avec les esclaves ou les mar-
chandises.








HISTOIRE ANCIENNE
Les blancs ou les Portugais sont forces de faire ce com-
merce par l'intermndiaire des nbgres ou Pombeiros vu que,
d'apres leurs dires, ce negoce serait impossible pour des
Europeens par suite des fatigues de la route, de la faim et
du tracas qu'ils auraient A subir l1-bas, mais surtout A
cause de l'insalubrit6 du pays et d'autres raisons semblables.
La lune, dit-on, est dans ces parages si malsaine, que ses
rayons, en leur touchant les- flancs, font gonfler la tate
jusqu'a en doubler la grosseur.
Le long de la c6te, soit de Lovango, soit de Lovando-
Saint-Paul jusqu'a Pombo, le voyage est lent, par suite des
chemins difficiles et des sentiers, et puis, s'il n'y a pas de
montagnes rocheuses, il y a par centre de nombreuses
rivibres don't la profondeur peut souvent, aprbs les pluies,
retarder les voyageurs pendant dix ou quinze jours.
Les routes de Lovango vers Pombo ainsi que celles vers
Monsol et Sondy sont rendues fort perilleuses par les
Jages qui s6journent entire Lovango et Pombo. Aussi
est-il tres dangereux pour un marchand de s'aventurer de
ces c6t6s. -
Dans toutes ces contrees de l'interieur, on trouve de
nombreux l66phants, don't les defenses sont porttes sur les
differents marches, soit principalement a. Lovango, a
Mayumba, A Songo ou en quelque autre lieu, d'oh elles sont
transportees sur la tete des esclaves vers Bukkameale et
Monsol.
Pombo se trouve sous la domination du grand Makoko.
Dr DAPPER.
Nauekeurige Beschrijvinge des Afrikaensche Gewesten van
Egypten, Barbarijen, Lybien, Biledulgerid, Negroland, etc.,
Amsterdam, 1676.







LE CONGO ET LES LIVRES


LES HORREURS DE LA TRAITE

A CETTE aPOQUE la traite inhumaine provoqua les plus
lamentables situations. Henry de Portugal, surnomm6
le Navigateur, fit en 1442 des voyages systematiques de
d6couvertes sur la c6te occidentale de 1'Afrique. II y orga-
nisa les premiers convois de negres africains envoys comme
esclaves en Amerique. Les suites deplorables de ce traffic
ne furent compl6tement apparentes qu'aprs 1500oo, lorsque
des colonies entieres d'esclaves furent transplant6es en
Amerique espagnole. La main-d'ceuvre faisait d6faut dans
ces contrees et il y eut des commercants pour conclure des
contracts, voire pour s'assurer des monopoles afin de pouvoir
negocier la plus grande quantity possible d'esclaves. Ainsi
on en vint a ce que les esclaves, non seulement repr6sen-
taient une valeur ouvrikre, mais de plus, A ce qu'ils faisaient
I'objet d'un commerce et constituaient la fortune de I'un
ou de l'autre marchand don't la sinistre profession 6tait de
les acheter a bon compete pour les revendre au prix fort.
Genes eut sa premiere charte dbs 1517; le Portugal en
garda le monopole de 1595 a 1639. Ce n'est qu'en 1713 que
1'Angleterre conclut son premier contract, mais depuis lors
elle garda la premiere place sur les marches d'esclaves.
Une guerre just, une condemnation pour cause de d6lit,
la.vente de sa propre personnel et la naissance d'une mere
esclave 6taient les titres d'acquisition 16gitime.
iSvidemment les consequences de cette theorie furent
execrables En Afrique se pr6sentent des situations don't
nous ne nous rendons que difficilement compete. Qui pour-
rait d'ailleurs, en Europe, s'assurer qu'une guerre africaine,
dans un pays si 6loign6, ffit just ou injuste, l6gale ou ill&-
gale ? Des chefs indigenes avides d'or et d'argent razziaient








HISTOIRE ANCIENNE
impunement, et les malheureux sans defense en faisaient
les frais : des villages entiers d'indigenes 6taient amen6s
aux commergants europeens ou livrds leurs satellites
negres. La guerre ne r6ussissait-elle pas, on machinait
quelque complot pour satisfaire aux besoins en esclaves.
Quatorze ou quinze fois par an, les victims de cruaut6 et
d'infamie etaient envoyees par delay la mer A bord de
bateaux sp6cialement affects a cet usage; chacun de ces
ndgriers emmenait de trois A six cents de ces infortunds.
Ajoutons-y le commerce clandestine et nous nous ferons A
peu pros une idee de l'insondable et indicible martyre
auquel 6taient voues ces damnes.
-Lids six par six, la chaine au cou et aux pieds, 6crit
Sandoval, on les jetait brutalement dans l'entrepont, oh la
lumiere ne pouvait plus leur parvenir. Pas un Espagnol
qui se risque A tenir la tate au-dessus des 6coutilles, de
crainte de faiblir, personnel qui puisse impunement sojourner
une heure dans cet antre pestilentiel : la pesanteur, le
manque d'air et la misere y c6lbrent d'atroces orgies.
Un peu de mais tremp6 dans de l'eau est leur ration, mais
coups et injures leur sont moins avarement compt6s.
La traverse dure environ deux mois, d'habitude un tiers
du contingent succombe en route. Une charte de la Com-
pagnie royale de la Guinde francaise stipule que la parties
contractante sera frappee d'amende pour chaque negre
mourant apres le d6barquement. Le r6sultat de cette clause
diabolique fut I'achevement impitoyable au course du voyage
de tous ceux qui etaient gravement malades.
A leur descent du navire, a moiti6 abrutis, on les parque
sur des places d6couvertes. Ils s'affalent la comme < une
grande masse de chair avarice et offrent un horrible
spectacle de vie languissante et d'innommable souffrance.








LE CONGO ET LES LIVRES
Les spectateurs curieux se tiennent A distance respectable :
les pretres doivent faire violence a leur d6gouft. Les <( Lit-
terae Annuae > de la province de Nouvelle-Grenade des
ann6es 1638-1643 rapportent que meme le Pere de Sandoval
sentait une sueur moite l'envahir chaque fois qu'on venait
lui annoncer qu'un negrier 6tait en vue : le souvenir de
prec6dentes cargaisons d'esclaves lui 6tait trop p6nible en
ces circonstances; ni l'expdrience, ni une longue habitude,
n'6taient parvenues a 1'habituer A pareil spectacle.
Dr H. AHAUS,
Congregation du Mill-Hill.
(Sint Pieter Claver, apostel der Negers.)












CHAPITRE III
HISTOIRE MODERNE


NOTICE
APRts un nouvel hiatus, apres une nouvelle periode
au sujet de laquelle nous n'avons que peu on point
de donnees critiques, l'ann6e 1876 inaugurej au
Congo l'histoire qu'on peut appeler moderne. Nous la
sentons plus proche de nous.
Pfmu par les recits lamentables que rapportaient d'Afri-
que les voyageurs et les missionnaires, L6opold II voit
naitre l'espoir de r6aliser expansion 6conomique qu'il revait
pour sa patrie et la possibility de collaborer a la liberation
des races pressures par I'Islam esclavagiste que d6noncait
Mgr Lavigerie.
Reunissant les explorateurs c6lbres en son palais, il
leur declare < qu'il faut ouvrir a la civilisation la seule
partie de notre globe oi elle n'ait point encore p6entre,
percer les tenebres qui enveloppent des populations en-
tieres... planter d6finitivement l'6tendard de la civilisation
sur le sol d'Afrique ,.
Sans retard Leopold II engage la lutte, discute les measures
h prendre, fonde des organismes pour r6aliser les voeux
theoriques du Congrbs, les preside, les harcele de son
inlassable activity. Sous sa poussee 6nergique, les 6v6ne-
ments se bousculent, se chevauchent.
Le pays n'est pas encore conquis ni occupy entierement
43








LE CONGO ET LES LIVRES
que ddjh il s'attaque aux Arabes; il tend au loin ses
frontibres, il pacific les peuples soumis. 11 encourage le
commerce, trace des routes a travers les montagnes,
6quipe une flottille sur le fleuve. II fait face a toutes les
necessites et chaque 6venement le trouve averti.
On est 6tonn6 de voir le r6sultat acquis par la seule
volont6 d'un homme que son pays refusait de suivre. ( Pas
un sou, pas un homme ), dit Malou aux Chambres, en 1885,
et, de fait, tant que 1'entreprise parut al6atoire, laBelgique
refusa de s'y interesser.
L'ceuvre accomplie dans de telles circonstances devait se
ressentir de cette defiance et, comme toute oeuvre humaine,
elle prate a la critique. Mais le d6veloppement, tant au
point de vue civilisateur qu'6conomique, fut tel qu'il force
l'admiration d'un observateur sincere. M. Etienne, ministry
francais, a dit du Congo, que c'est ( une oeuvre de titans
realisde par des pygmies ). II elit dit plus exactement que
c'est une oeuvre de titansaccomplie par un g6ant.
Le Fondateur disparu, son oeuvre lui surv6cut, son
influence continue de se faire sentir. Dans les affres de la
guerre, au moment oh l'adversit6 semblait devoir nous
andantir, le Congo se suffit A ]ui-meme et c'est d'Afrique
que rayonnerent pour nous les premieres joies de la vic-
toire et du succes. On comprit enfin que le Roi avait 6t
meconnu, que ses raves nous avaient sauv6s, que son uto-
pie 6tait sagesse. C. MONHEIM.

L'AFRIQUE AVANT LE XIXe SIECLE

L E movement de d6couvertes geographiques qui, depuis
1840, s'est dirig6 sur 1'Afrique avec une 6nergie et
une perseverance admirables, est l'un des spectacles les

44







HISTOIRE MODERNE


plus dignes d'intr&ft de ce siecle, fecond d'ailleurs en grandes
entreprises scientifiques. On dirait qu'en lui donnant une
6tendue, une activity aussi extraordinaire, les nation. de
l'Europe aient obei, par un accord tacite, a une meme
pensee : celle d'ouvrir aux efforts, d'initier aux conquftes
de la civilisation un continent devenu, sans explication
plausible, l'objet d'un abandon syst6matique. Longtemps
il avait paru que l'Afrique fit plutot condamn6e a reculer
qu'A avancer dans cette voie. L'Egypte qui, au debut de
1'histoire, occupa un rang si eminent dans le monde et qui
propagea, vers le Midi, ses institutions et ses mceurs Ides
distances a peine entrevues aujourd'hui, semblait avoir
6puis6 sa mission. Les riches et industrieuses populations
que l'antiquit6 vit s'etablir sur le littoral de la M6diter-
ranee, a Carthage, dans la Cyrenaique, la Numidie, la
Mauritanie, avaient disparu, laissant a peine quelques
traces de leur passage. La barbarie avait repris possession
de ces belles provinces que la domination romaine avait
porties a un si haut degr6 de culture. Au moyen age, l'is-
lamisme traversa comme un torrent 1'Afrique septen-
trionale d'un bout a l'autre; s'il modifia promptement l'6tat
des esprits, s'il crea des idees et des moeurs qui ont resist
au temps, il ne fonda nulle part d'6tablissement politique
important et durable.
I1 faut descendre jusqu'au xve si.cle pour entrevoir
1'aurore d'une ere nouvelle. Jusque-la on n'avait eu qu'une
idWe tres imparfaite de la configuration de 1'Afrique, et les
notions scientifiques s'6taient, depuis Ptolem6e, plut6t
eloignees que rapprochees de la v6rite. On n'avait d'idee
quelque peu precise que de la region septentrionalej et
encore les anciennes cartes de Sanudo, de Bianco, de Fra
Mauro en d&figuraient-elles outrageusement les contours.








LE CONGO ET LES LIVRES
Les expeditions maritimes des Portugais, don't l'initiative
et la persistence ont immortalise le nom d'un de leurs plus
grands princes, Henry le Navigateur, rvelbrent un monde
nouveau. En 1434 on reconnut le cap Bojador, en 1482 on
explorait le golfe de Guinde; en 1487 Bartholom6 Diaz
atteignait, d6passait meme le cap de Bonne-Esp6rance et,
avant la fin du siccle, de 1497 a 1499, Vasco de Gama dou-
blait ce promontoire et longeait la c6te orientale jusqu'A
la hauteur de 1'Arabie. La carte de Diego de Ribera,
publi6e en 1529 h S6ville, et celle de Dapper, qui part en
1676 A Amsterdam, donnbrent, pour la premiere fois, le
profile exact du continent africain : cette derniere semble
meme avoir devanc6 sous plusieurs rapports les progres
de la geographie moderne.
De nombreux 6tablissements commerciaux se fondbrent
peu a peu sur les c6tes d'Afrique, des essais de colonisation
eurent lieu, toutefois ils ne d6passerent pas le littoral et ne
prirent pas d'extension considerable vers l'interieur. Des
Portugais, a la v&ritW, explorerent et pr6luderent sur les
rives du Zambbze, comme dans le bassin du Congo, a quel-
ques-unes des grandes d6couvertes de Livingstone. Aprbs
eux les Frangais dans la Senegambie, les Hollandais au
cap de Bonne-Esp6rance entambrent le vaste continent de
l'Afrique, mais sans accroitre considerablement les resul-
tats acquis h la science par les efforts des Portugais. L'in-
terieur de cet immense plateau don't les premiers stages
se dessinent a quelques lieues de la mer, restait couvert
d'un impenetrable mystbre.
Avec la foundation, en 1788, de la c6lbre ( Association
africaine a de Londres commence ce grand movement
d'exploration qui a pris de nos jours seulement toute son
extension. Les voyages se multiplient, ils s'organisent sur







HISTOIRE MODERNE
un plan d'ensemble; ils acquierent un caractere scienti-
fique. L'Afrique est attaqu6e a la fois sur trois points :
des expeditions parent dans les dernimres ann6es! du
xvinle siecle de Tripoli au nord, de la Nubie a l'est, de la
Gambie h l'ouest. L'Allemand Hornemann et surtout
l'cossais Mungo-Park sont les premiers heros et aussi les
premieres victims de ces entreprises. Mile. BANNING.
(L'Afrique et la Conference gdographique de Bruxelles.)

PREMIERES EXPLORATIONS

L'AFRIQUE central fut le domaine du grand Livng-
stone, et 1'exploration en est intimement liMe a celle
de 1'Afrique orientale et du Congo, puisqu'elle permit de
connaitre une region oh les grands groupements hydro-
graphiques (Nil, Congo, Zambeze) enchev6trent leurs
origins.
L'oeuvre de Livingstone (1849-1875) consiste essentielle-
ment dans la delimitation de la region du Zambeze; tra-
vers6e de 1'Afrique de l'ouest a l'est par la vallee du Zam-
bize, puis de 1'est a 1'ouest; reconnaissance prolongCe du
Zambbze inferieur et des lacs qui, l'avoisinant au nord,
semblaient participer a 1'alimentation du Nil et du Congo.
Cette ceuvre fut compl6tee par Stanley, qui avait Wet envoy
a la recherche de Livingstone et qui, notamment, acquit la
certitude que le Nil ne sortait pas du lac Tanganyika.
L'exemple de Livingstone sembla reveiller 1'activit6 et
les ambitions des Portugais, qui, depuis des sibcles, 6taient
installs sur les c6tes est et ouest de 1'Afrique central et
n'avaient pas su profiter de cette longue occupation !pour
relier leurs domaines. Des 1878, leurs explorateurs, !avec
beaucoup d'intelligence et d'audace, p6netrent dans la








LE CONGO ET LES LIVRES
vall6e du Zambeze, traversent l'Afrique de part en part,
parcourent la region du Chri6-Nyassa, atteignent le Trans-
vaal (Serpa, Tinto, Brito Capello et Ivens, Paiva de
Andrada).
Mais le Portugal revenait trop tard a ses premieres des-
tindes : il reussit a peu pres uniquement & cclairer la route
de ses concurrents, dut renoncer a ses projects de jonction,
et bient6t l'exploration des regions situdes entire le Zambeze
et le Nyassa, au sud du Zambrze et jusque dans les zones
d6sertiques du Kalahari et du Damaraland, passa entiere-
ment aux mains des Anglais et des Allemands (Siegfried,
Passarge, Leonhard, Schultze, etc.).
C'est par le Zambeze que l'exploration de la region con-
golaise est amorc6e, et elle apparait comme la continuation
de l'oeuvre de Livingstone. Jusque-l& on ignorait A peu pres
tout de ce puissant systhme hydrographique; le major
Tuckey, en 1816, avait bien remont6 le Congo sur 300 kilo-
metres, mais il semblait d6montr6, comme pour le Nil, que
cette voie 6tait la plus longue et qu'il 6tait preferable de
prendre le fleuve a revers et de le descendre au lieu de le
monter.
C'est le project que forme Cameron, parti de Zanzibar,
et que r6alise Stanley (1877); Cameron, devant 1'hostilit6
des indigenes, avait dfi se contenter de gagner 1'Atlantique
en traversant les affluents de gauche.
Le voyage de Stanley 6clairait singuliirement la geo-
graphie de la region congolaise; les connaissances se grou-
paient autour d'une grande ligne directrice, et l'explora-
tion pouvait reprendre avec fruit par la c6te atlantique et
la vall6e inf6rieure du fleuve. Aussi Stanley ne tarda-t-il
gubre a se trouver en presence de concurrents nombreux;
comme pour les autres parties de l'Afrique, l'exploration








HISTOIRE MODERNE
tendait a l'occupation et tragait les domaines respectifs'des
Frangais (Savorgnan de Brazza, Ballay, Mizon, Crampel,
Fourneau, Maistre, etc.) et des Belges (Wissemann,
Van Gele, Lemaire, etc.).
(Vue gdndrale de l'histoire d'Afrique.) G. HARDY.

RECEPTION DE LIVINGSTONE
A LA COUR DE CHINTE

LE lendemain Chint6 nous honora d'une reception
royale. Deux mulAtres portugais et des Mambaris,
arrives recemment, vinrent avec leurs armes pour tirer
une salve en l'honneur du roi. Leurs tambours et leurs
trompettes faisaient tout le tapage possible dans la cotla 1,
qui, comme A l'ordinaire, servait de place d'audience.
Chint6 portait sur la t&te une sorte de casque form de
colliers de verroterie artistement enlacds et don't le sommet
6tait surmont6 d'une grosse touffe de plumes d'oies; A
son cou, pendaient de nombreux colliers; ses bras et ses
jambes 6taient couverts d'anneaux de cuivre et de fer.
II si6geait sur une espece de trone, par6 d'une peau de
leopard, sous un gracieux figuier qui paraissait etre de
l'espece des banians. J'allai avec ma suite m'asseoir sous
un arbre pareil a quarante pas de lui. AprBs le dMfil des
diverse sections de la tribu et la fantasia des guerriers,
Sambanza et 1'interprete de Ny6mo6na s'avancerent A
reculons jusqu'a Chint6, puis lui exposerent tout ce qu'ils
savaient sur mon compete. ( Peut-ftre, dit Sambanza dans
sa p6roraison, nous abuse-t-il; peut-6tre dit-il la verit6;
mais qu'importe? Les Londas ont bon coeur. Chinte n'a
i. Vaste enceinte servant aux reunions publiques. Au centre se
trouvait souvent un grand arbre sous lequel s'asseyait le chef.
49








LE CONGO ET LES LIVRES
jamais fait de mal a personnel; il fera bon accueil a 1'homme
blanc, cela vaut mieux; et il le mettra sur son chemin. >
Une centaine de femmes vetues de leurs plus beaux atours,
qui se composent d'une profusion de serge rouge, 6taient
assises derriere Chint6. La principal spouse de celui-ci,
originaire de la tribu des T6b&l6s, 6tait place au premier
rang et avait sur la tate un curieux bonnet rouge. Aprbs la
fin de chaque discours, ces dames faisaient entendre une
sorte de chant plaintif; mais il fut impossible a aucun de
mes hommes de distinguer si elles le faisaient & la louange
de l'orateur, de Chint6 ou d'elles-memes. C'6tait la pre-
miere fois que je voyais des femmes assister a une reunion
publique : dans le Sud, il ne leur est pas permis d'entrer
dans la cotla, et meme, lorsqu'on les invite a venir a 1'office,
elles ne s'y rendent pas sans que le chef le leur ait ordonn6;
mais ici elles applaudissaient les orateurs en frappant dans
leurs mains; elles leur adressaient des sourires, et Chinte se
retournait frequemment pour parler avec elles.
Une bande de musicians, compose de trois tambours et
de quatre tympanistes, fit plusieurs fois le tour de la cotla
en nous r6galant de musique.
Quand le neuvibme orateur eut fini de parler, Chint6 se
leva et tout le monde suivit son example. Une d6charge de
mousqueterie faite par l'escorte des mulAtres portugais
terminal la stance.
Au milieu de la nuit suivante, le roi me fit appeler auprbs
de lui, mais je refusal de m'y rendre, sous pr6texte que je
n'6tais ni une hyene, ni un sorcier.
Le lendemain vers o1 heures, nous nous pr6sentons la
residence de Chint6 oh se trouvent des course don't les cl6-
tures, composes de baguettes entrelac6es avec soin, for-
ment des murailles d'une grande 61lvation, et oh des arbres
50








HISTOIRE MODERNE
fort nombreux r6pandent leur ombre precieuse. Vu de
prbs, Chint6 announce de cinquante-cinq a soixante ans; sa
taille est moyenne; sa figure est honnete et sa physionbmie
est pleine de franchise. J'expliquai au vieux chef le but de
mon voyage. A tout ce que je disais, il frappait des mains
en signe d'approbation et chacune des reponses que me
transmettait son interprete 6tait applaudie par sa suite.
Enfin, comme il exprimait sa joie de ce que je lui avais
donn6 un bceuf, je lui fis remarquer que la nature de son
pays lui permettait d'en lever autant qu'il en voudrait.
Pendant ce temps-la, Menenco 1 6tait extremement
affaire : elle s'occupait, avec ses gens, de bAtir une !fort
jolie hutte, ayant une cour fermee et qui, disait-elle, lui
servirait de residence toutes les fois qu'elle conduirait des
blancs sur la route que je venais de leur ouvrir. Lorsqu'elle
eut appris que j'avais donn6 un boeuf a son oncle, elle se
pr6senta devant nous et, s'expliquant d'un air profond6-
ment irrit6, comme une personnel qui a le droit de se
plaindre du tort qu'on lui a fait : a Cet homme blanc est
i moi, dit-elle, puisque c'est moi qui l'ai amen6; le bceuf
m'appartient done et non pas a Chint6. Elle donna ordre
a ses gens d'aller chercher 1'animal, le fit tuer de suite par
eux et en offrit seulement un quarter A son oncle, qui ne
parut en aucune fagon bless du proc6d6.
Une des choses que Chint6 desirait le plus, c'6tait de voir
les tableaux de ma lanterne magique. Quand la fire me
permit de le satisfaire, je le trouvai entour6 de ses digni-
taires et de ses femmes. Le premier tableau representait
le sacrifice d'Abraham; les personnages 6taient aussi grands
que nature, et les spectateurs ravis trouvaient que le
patriarche ressemblait infiniment plus a un Dieu que toutes
i. N6gresse qui avait servi de guide & 1'explorateur.








LE CONGO ET LES LIVES
les images de terre ou de bois que 1'on offrait a leur
adoration. Je leur dis cependant qu'Abraham 6tait le pare
d'une race a qui Dieu avait donn6 la Bible que nous avions
aujourd'hui, et que notre Sauveur 6tait n6 parmi ses
descendants. Les femmes 6coutaient avec un silence res-
pectueux; mais lorsque, remuant la glace oi l'image 6tait
imprimee, le coutelas qu'Abraham tenait lev6 sur son fils
vint a se mouvoir en se dirigeant de leur c6t6, elles suppo-
shrent que c'6taient elles qui allaient 6tre 6gorg6es a la
place d'Isaac et, se mettant a crier toutes A la fois : < Ma
mere Ma mere ), elles s'enfuirent en se jetant les unes
sur les autres, tombbrent sur les petites huttes qui renfer-
ment les idoles, sur les pieds de tabac, sur tout ce qu'elles
rencontraient, et il nous fut impossible de les rassembler
de nouveau. Toutefois, Chint6 resta bravement assis au
milieu de la mele, et ensuite examine l'instrument avec
un vif int6ret.
Au bout d'une dizaine de jours, mes forces 6tant assez
retablies pour que je pusse partir, Chint6 vint me faire
visit sous ma tente et, en fermant bien toutes les ouver-
tures, il tira de son vetement un collier auquel etait sus-
pendue l'extr6mitM d'un coquillage conique ayant, aux yeux
de ces peuplades dloign6es de l'Oc6an, une valeur aussi
grande que les insignes de lord-maire peuvent avoir a
Londres; puis, me le passant au cou : ( Maintenant, me
dit-il, vous avez une preuve de ma sincere amiti6. ) I1 me
donnait aussi huit de ses hommes pour nous aider a porter
nos bagages.
Nous nous separAmes le 26 janvier 1854.
D.-G. LIVINGSTONE.
(Explorations dans l'Afrique australe. Traduction Loreau.
Version Belin de Launay.)







HISTOIRE MODERNE


I MILE BANNING

VERs la fin de sa vie, Banning rappelait comment le
vceu que lui avait fait exprimer dans sa tendre jeu-
nesse une pens6e g6n6reuse, il avait pu en entrevoir l'ac-
complissement, grace a ses relations avec Leopold II.
a L'Afrique m'avait interess6 d'ancienne date. Enfant,
j'avais gard6 une vive et lumineuse impression de la lecture
des voyages de Levaillant. 1Elve de sixibme, j'avais! requ
pour prix ( L'Afrique de Ch. Ritter, traduite par Buret
et Desor. J'avais beaucoup feuillet6 ce livre, qui ouvrait
a la science geographique une bre nouvelle. Pendant la
guerre de Secession aux Etats-Unis j'y revins pour con-
naitre les origins et les effects de la traite des negres. Il
s'ensuivit meme quelques poemes a ce sujet : Habent sua
fata. Les 17 janvier, 14 et 15 fevrier 1876, je publiai dans
l'Echo du Parlement trois articles a l'occasion de l'appari-
tion r6cente a Berlin des Beitrige zur Entdeckungsge-
schichte von Afrika de H. Kiepert, ainsi que d'une rela-
tion de Schweinfurth sur la vie du voyageur en Afrique.
Fut-ce 1'6tincelle qui alluma le flambeau? Voici les lignes
finales de ces articles :
Le desert livre ses secrets; le grand mystbre de l'Afrique
, int6rieure se revele de jour en jour. Aucun insucces
) partiel, aucun d6sastre particulier n'arratera d6sormais
S1l'6lan; une generation ne s'6teindra plus que le voile ne
Ssoit lev6 et la lumiere faite. Or, la conquete de la science
a devient promptement celle de la culture morale et intel-
lectuelle, de l'industrie et du commerce.
G Comme 1'Amerique et 1'Australie, 1'Afrique a certes son
a jour marqu6 dans les desseins de la Providence, et bien
, des sympt6mes semblent annoncer que ce jour est proche.,







LE CONGO ET LES LIVRES
) Au course de 1'6t6 1876, le Roi concut le dessein de
r6unir au Palais les principaux voyageurs africains et les
geographes notables de 1'Europe en leur associant un
certain nombre de compatriotes.
I1 me fit savoir par le baron Lambermont qu'il m'avait
choisi parmi ces derniers et me priait d'etre le secr6taire de
1'Assembl6e. Il s'agissait d'abord d'inviter les explorateurs
a rendre compete de leurs efforts et de leurs decouvertes :
la conclusion pratique devait tendre a faciliter desormais
ceux-lM, a completer celles-ci. Quelle serait la voie a suivre?
) Pour se concerter A ce sujet, le baron Lambermont
reunit au ministbre des Affaires 6trangeres, peu de jours
avant l'ouverture de la Conference, les membres belges :
MM. E. de Laveleye, Sainctelette, Goblet d'Alviella,
EImile de Borchgrave, A. Couvreur, etc. Afin de donner un
but d'action a la representation belge, je proposal a cette
reunion, apres avoir d6termin6 le noyau africain qu'il
restait a explorer, d'inviter les diverse nations d'Europe
A diriger leurs efforts, chacune vers une parties du perimetre
des regions inconnues. Chaque nation aurait agi dans la
sphere correspondent a ses interets politiques et coloniaux,
et une association se serait form6e entire elles pour appuyer
reciproquement et faciliter la p6netration de leurs voya-
geurs et agents. L'idee d'un future partage de l'Afrique 6tait
au fond de cette combinaison; la pens6e international 6tait
coordonnee a l'action national. Ce n'6tait que dans ces
conditions, me semblait-il, que de grandes puissances
coloniales et maritimes eussent pu preter leur appui a
l'oeuvre. Il n'etait pas a presumer qu'elles consentiraient
a confier une tache de cette importance A un conseil priv6
6tabli A Bruxelles.
) Ma proposition devancait le temps. Parmi les hommes







HISTOIRE MODERNE
politiques de 1876, une entreprise colonial 6tait un non-
sens en soi et, au point de vue belge, une dangereuse
utopie. On crut que j'avais r6v6el l'arribre-pens6e du Roi :
c'6tait inexact, je n'avais meme pas eu d'entretien avec lui
A ce sujet. Plusieurs membres menachrent de se retire si
1'entreprise 6ventuelle ne restait entibrement international.
Le baron Lambermont coupa court au d6bat; mais jcon-
vaincu de l'absolue impossibility d'aboutir par cette voie,
j'.crivis a ce sujet, le II septembre, une longue lettre a
M. J. Devaux, en le priant de communiquer mes vues a
Sa Majest6.
Le lendemain, le Roi me dit qu'il 6tait d'accord avec
moi, mais qu'il fallait tenir compete de l'6tat des esprits.
L'expdrience a d6montr6 depuis qu'il n'a pas 6t6 impos-
sible de rallier le pays a la politique colonial, qu'il a W6t
impossible, en revanche, de determiner les grandes puis-
sances a confier 1'ouverture de 1'Afrique a une association
international, 6tablie en dehors de leurs frontibres. L'Alle-
magne, l'Italie, 1'Espagne, le Portugal se sont abstenus; la
France a arbor d'embl6e le drapeau national sur la crea-
tion de son comit6; l'Angleterre n'a pas permis qu'il se
constitute un tel comit6 sous la pr6sidence du prince de
Galles (a). Ernest GOSSART.
milee Banning et Leopold II.)

LES NIAM-NIAMS
COMME marque de leur nationality, les Zand6s 1 se font,
par le tatouage, des carr6s remplis de points et places
indiff6remment sur le front, les tempes ou les joues; ils ont
a) Notes sur ma vie et mes dcrits, l]mile BANNING.
I. Peuple de race soudanaise, habitant le nord-est du Congo.








LE CONGO ET LES LIVRES
en outre, sous la cavity pectorale, une sorte de cartouche en
forme de X, pareil a celui d'une momie. Leurs signes indi-
viduels consistent en tatouages sur la poitrine et le haut des
bras : lignes, ranges de points en zigzags. Ni les hommes ni
les femmes ne se d6forment le corps; mais, ainsi que d'autres
peuples de I'Afrique central, les Niam-Niams se liment les
incisives en pointe, afin de mieux saisir le bras de l'adver-
saire dans le combat ou dans la lutte.
Quelquefois un lambeau d'6toffe, fait avec 1'6corce d'un
figuier, leur sert de v6tement. En general, leur costume est
une peau de bete qui, attache h la ceinture, forme autour
des reins une sorte de draperie d'aspect pittoresque. Les
peaux les plus belles et les mieux marques sont choisies
pour cet usage; aucune n'est plus estimde que celle de la
genette ou du colobe gudreza; ils laissent pendre au v6te-
ment la. longue queue noire de l'animal. Les chefs seuls et
les personnages de sang royal ont le privilege de se couvrir
ou de s'orner la tote de fourrure et c'est la peau du serval
qui a g6neralement cet honneur. Quant aux fils de chefs, ils
portent leur draperie relev6e d'un c6t6, de facon h laisser
toute la jambe a decouvert.
Les hommes se donnent beaucoup de mal pour accom-
moder leur chevelure, tandis que la coiffure des femmes est
aussi simple et modest que possible. On aurait de la peine
A trouver un genre de natte, de touffe, de coque ou de
torsade qui ne fft pas connu et employ par les hommes de
cette race. Ordinairement les cheveux sont partag6s par
le milieu, pros du front; on les divise en forme de triangle,
une mache ramen6e en arribre et attache a la nuque fait
une espbce de crete le long de laquelle les cheveux sont dis-
poses de part et d'autre en rouleaux semblables aux c6tes
d'un melon. Sur les tempes, des touffes, lies en noeuds,
56








HISTOIRE MODERNE
laissent tomber des mbches tresses ou tordues qui pendent
en grappes autour du cou; trois ou quatre plus longues
tresses descendent sur la poitrine ou sont rejetees sur les
6paules. Les femmes se coiffent d'une facon a peu pros
analogue, mais sans torsades ni longues tresses.
La coiffure la plus singulibre que j'ai vue dans le pays
appartenait a quelques hommes venus du territoire de
Kifa. Elle rappelle la description que Livingstone a donn6e
de celle des Balondas, qu'il a rencontres pendant son premier
voyage. La tote est entour6e d'un cercle de rayons rappelant
l'aur6ole d'un saint, ces rayons sont forms de la chevelure
elle-meme, divisee en une multitude de petites tresses
tendues sur un cerceau orn6 de cauris; le cerceau est fix6
au bas d'un chapeau de paille A 1'aide de quatre fils de fer
que l'on retire avant de se coucher. La coiffure peut ainsi
se plier A volont6, elle demand une grande attention et les
gens du pays de Kifa y consacrent chaque jour beaucoup
de temps.
Les hommes seuls ont un couvre-chef, ils portent un
chapeau cylindrique, chapeau sans bord, carr6 au sommet
et toujours empanach6 de plumes ondoyantes. Ce chapeau
est fix6 au moyen de large 6pingles en fer, en cuivre ou en
ivoire, surmont6es de triangles, de tridents, de boules et
d'autres objets de formes diverse.
La parure la plus recherchee est faite de dents d'animaux
ou de dents humaines. Une de leurs decorations favorites
est un chapelet de canines de chiens, plac6 sous les cheveux
et retombant sur le front comme une frange. Les dents de
divers rongeurs servent aassi h composer des colliers qui
ressemblent A des ranges de corail. Souvent ils se parent
d'une riviere de morceaux d'ivoire taill6s de facon A imiter
les canines du lion et s'irradiant sur la poitrine; les lamelles







LE CONGO ET LES LIVRES
blanches qui se d6tachent sur la peau brune font avec elle
un contiaste frappant. Georges SCHWEINFURTH.
(Au coeur de l'Afrique. Traduction de Mme Lorau. Rema-
niement Belin de Launay.)

A LA RECHERCHE DE LIVINGSTONE

EN novembre 1866 se tint une assemble de la Societ6
royale anglaise de Geographie, ou fut lue la dernibre
lettre du docteur D. Livingstone. Ecrite d'Ougomano en
date du 18 mai, elle 6tait adress6e au comte de Clarendon.
Depuis cette lettre, on n'a plus regu de nouvelles directed
du cElbre voyageur.
Au commencement de d6cembre suivant, le docteur Kirk,
maintenant vice-consul h Zanzibar, ancien compagnon du
docteur Livingstone, 6crivit que, le 5 de ce mois, neuf
homes de 'ile de Johanna, ayant fait parties de 1'exp6di-
tion, 6taient venus lui dire que, vers la fin de juillet ou de
septembre, 6tant & l'ouest du Nyassa, ils avaient Wte
attaques par une bande de Mazitous, qui avaient massacre
le docteur Livingstone et la moiti6 de sa suite; que le
docteur avait, le soir meme, 6t0 enterr6 par les survi-
vants. Tous, malgr6 des differences dans leurs d6posi-
tions, affirmaient avoir vu le cadavre de Livingstone.
Le docteur Kirk craignait que ces r6cits ne fussent que
trop vrais.
La fatale nouvelle parvint en Angleterre au mois de
mars 1867. La Soci6t6 royale de Geographie se r6unit
immddiatement, et son president, Sir Roderick Murchison,
d6clara que, quant h lui, les assertions des hommes de
Johanna, en 1'absence de toute preuve materielle, lui
semblaient fort douteuses et qu'il soupgonnait ces gens







HISTOIRE MODERNE
d'avoir, par ennui du voyage ou par peur des sauvages,
abandonn6 leur chef, et racont6 l'histoire de sa mort pour
excuser leur lIche retour.
V Cependant, la Gazette de Bombay du 28 mars, aprbs avoir
constat6 que trois hommes appartenant au bataillon de
marine et renvoyds par Livingstone a cause de leur mau-
vaise sant6, 6taient revenues a Bombay sans rien dire qui
concernAt le meurtre du docteur, ajoutait qu'un de ceux
qui 6taient demeures en arribre venait de rentrer, disant
qu'h Zanzibar des hommes qui avaient fait parties de
1'exp6dition lui avaient assure que Livingstone avait 6t6
tu6 parce qu'il persistait a s'avancer dans une certain
direction malgr6 l'opposition formelle des sauvages. En
meme temps le Times de l'Inde annon9ait que Moussa
avait rapport de Zanzibar une boite contenant une carte
geographique qui pouvait etre celle que le docteur avait
dress6e a son usage pour se rendre compete de la region des
lacs d'Afrique, avant son depart de Bombay. S'il en 6tait
ainsi, puisque cette carte serait bien la dernimre des choses
don't il se fft dessaisi, le journal en concluait que Livingstone,
qui n'avait donn6 aucune nouvelle de lui depuis six mois,
devait 6tre bien reellement mort.
D'autre part, on apprenait aussi en Europe, au mois
d'avril, que 1'Arabe Moussa, un des fiddles compagnons du
hardi voyageur, 6tait rentr6 & Zanzibar, annongant que
Livingstone avait traverse le lac Nyassa vers le milieu de
septembre 1866 et qu'apres avoir march quelques jour-
noes sur la rive occidentale en se dirigeant vers le nord, il
avait Wt6 attaqu6 A 1'improviste et tu6. Moussa avait
assist a 1'attaque et, cach6 par un arbre, il avait vu le
docteur recevoir le coup mortel, puis s'6tait immediatement
enfui. Ayant retrouv6 les debris de l'exp6dition, il 6tait







LE CONGO ET LES LIVRES
revenue au lac avec eux et de l1 il avait gagn6 la c6te, grace
a une caravane qui s'y rendait.
Ces nouvelles d6sesperantes ne calmerent pas les incer-
titudes de Sir R. Murchison, ni de la Societe qu'il pr6sidait,
et le gouvernement britannique se resolut h preparer une
expedition pour aller a la recherche de Livingstone, sous
les ordres de M. Young qui, en 186o, avait eu le commande-
ment du Pionnier. L'expedition devait constater si le
docteur avait etd reellement tu6 a la place qu'indiquaient
ceux qui 1'avaient abandonn6 ou s'il avait p6netr6 dans
l'int6rieur.
C'6tait au mois de mai. On venait de recevoir du docteur
Kirk la nouvelle qu'un marchand de Zanzibar affirmait
avoir vu un homme blanc sur le bord du lac Tanganyika;
aussi Sir R. Murchison se sentait-il confirm dans ses
esperances, d'autant plus qu'une caravane de marchands
arabes, ayant, deux mois apres le pr6tendu meurtre, pass
h 16 kilometres du lieu oh il 6tait cens6 avoir eu lieu, avait
entendu dire que Livingstone 6tait parvenu en pays ami.
Aussi, dans la stance annuelle tenue le 27 ou le 28,
Sir R. Murchison disait-il a la Soci6te de G6ographie :
( S'il 6chappe aux dangers, le docteur parcourra la plus
belle carriere don't l'esperance ait jamais W6t donnee h un
voyageur. Suivant toute probabilitY, le lac Tanganyika
communique avec le lac Albert, de Baker, et les autres qui
font parties du bassin du Nil. Ainsi seront, par Livingstone,
d6couvertes les vraies sources du grand fleuve. >
Le 14 du mime mois un supplement du Times de l'Inde
publiait une lettre oh le chef du 21e regiment d'infanterie
indienne annoncait le retour, ce jour meme, d'un des
cipayes qui avaient accompagn6 Livingstone : ce soldat
affirmait que le docteur 6tait en bonne sant6 et restait








HISTOIRE MODERNE
accompagn6 du sous-officier du 21e regiment et des jeunes
Africains de 1'6cole de Nassick, qu'il avait emmenes de
Bombay pour son expedition.
Cependant Sir Samuel Baker persistait encore en sep-
tembre a croire a la v6racit6 du recit de l'Arabe Moussa.
Le 26 juillet, M. Young et ses compagnons arriverent a
la bouche du Congon6, une des branches du delta du
Zambeze.
En attendant le r6sultat de leurs explorations, le mission-
naire Moffat, beau-frbre du docteur Livingstone, 6crivait
d'Afrique, en date du 17 septembre, une lettre oth il remar-
quait que les hommes de Johanna, et Moussa tout le
premier, n'avaient donn6 sur le trepas suppose du docteur
que des details sans precision et m&me impossible a
mettre d'accord; puis il ajoutait : ( Par d'autres voies on
a requ des rapports qui sont en pleine contradiction avec
ceux des deserteurs. Un chef de l'interieur a mand6 au
sultan de Zanzibar que Livingstone a traverse son terri-
toire en parfaite sant6, par delh le thdAtre suppose de son
assassinate. D'ailleurs Livingstone 6tait parti du littoral
avec trois sortes de gens : des cipayes qu'il a bient6t dfi
renvoyer, parce qu'ils ne pouvaient pas supporter les
rigueurs du climate ni du voyage; des hommes de Johanna,
revenues avec le r6cit qui a inquiWt6 le monde entier; mais
la dizaine de negres qu'a enr6ols Livingstone sur le littoral
et les autres personnel qu'il avait emmenees de Bombay,
que sont-ils devenus? Quant au silence de Livingstone,
n'a-t-il pas Wt6 plus prolong dejh quand le docteur a tra-
vers6 le continent de l'est A l'ouest, dans une parties oi il
est plus 6troit que celle que le docteur visit actuellement?
Je ne trouverais rien d'extraordinaire a ce qu'il repariut
un beau jour a l'endroit oti on s'attend le moins h le voir. >
61








LE CONGO ET LES LIVRES
Une singulibre coincidence amenait, onze jours plus tard,
le 28, le docteur Kirk a 6crire de Zanzibar qu'il venait
enfin de parler h un porteur don't le maitre avait fait le
commerce sur les rives du Tanganyika; de cet homme, il
avait recu un rapport d6taillH sur une entrevue qu'il avait
eue avec un blanc qui voyageait dans ces regions loign6es.
Lorsqu'ils 6taient dans un village un peu plus haut que
MWroungo, region gouvern6e par plusieurs chefs qui d6pen-
dent plus ou moins d'un souverain, un blanc y arriva en
compagnie de treize negres parlant la langue du littoral.
Tous 6taient arms, et six d'entre eux avaient des fusils a
deux coups. L'Europ6en 6tait de stature moyenne et
sans embonpoint; il 6tait habill de blanc et avait la tote
enveloppee d'un turban. Il donna au chef un miroir, en
change duquel celui-ci lui offrit une dent d'l66phant;
mais l'6tranger refusa de la prendre en d6clarant qu'il ne
faisait pas le commerce.
J'ai montr6 & cet indigene mes albums de photographic.
II n'y a pas reconnu le portrait de Livingstone, pris de
profile, comme celui de 1'inconnu qu'il avait rencontr6 pros
du Tanganyika; mais, a la vue de la figure de notre ami
reproduite en charge sur une carte de visit, il s'est arrWt6
tout de suite et m'a dit : a Lui a vu mon maitre qui est A
Bagamoyo, et d'autres hommes; ils diront a vous tout ce
qu'ils savent de lui.
A la lecture de cette lettre, Sir S. Baker declara qu'il
commengait a revenir a l'esp6rance au sujet de Livingstone
et que, si d'Egypte, on faisait partir vers le Tanganyika
une expedition a la recherche du docteur, il serait heureux
de s'y joindre. J. BELIN DE LAUNAY.
(Introduction a Explorations, de D. et C. LIVINGSTONE.)








HISTOIRE MODERNE


A TRAVERS LE CONTINENT MYSTERIEUX
LE 5 novembre 1876, notre colonne, forte de six cents
hommes environ, comprenant les esclaves de Tippou-
Tib et mon expedition, partit de la ville de Nyangw6 et
s'engagea vers le nord, dans le sombre pays des forts. En
ligne droite de ce point h 1'Atlantique, il y avait 1.700 kilo-
metres; vers l'oc6an Indien seulement 1.470 kilometres;
nous nous trouvions a 30 lieues du centre du continent.
Au-dessus- des bois resplendissait un soleil aveuglant,
mais sous cette immense et 6ternelle vofite de feuillage
r6gnaient un cr6puscule lugubre et la chaleur humide des
bains turcs. Des arbres, la rose tropical tombait conti-
nuellement en pluie fine. Le long des troncs et des branches,
des gigantesques plants grimpantes et des lines minces,
d6coulait une moiteur tilde qui tombait en grosses gouttes.
La terre d6tremp6e renvoyait son humidity en vapeur;
celle-ci, rencontrant le feuillage froid et mouill6 au-dessus
de nos tftes, se condensait pour retomber en pluie. A che-
miner ainsi, p6niblement dans la boue, la sueur nous sortait
par tous les pores. Nos vetements s'alourdissaient bient6t,
traverses par notre transpiration et par cette bu6e & demi-
liquide. A chaque instant, nous franchissions des fosses
remplis d'eau que surplombaient de profondes vofites de
verdure. Notre ligne de march habituellement regulibre,
se trouva bient6t rompue; la colonne s'6tendait sur plu-
sieurs kilometres de longueur. II fallait avoir les coudees
branches pour se faufiler, ramper et avancer tant bien que
mal; on avait besoin de faire travailler tous ses muscles
pour y arriver.
Parfois, des giants de la fort, gisant sur le sol, nous
barraient la route avec leurs montagnes de rameaux et de
63








LE CONGO ET LES LIVRES
branchages. Les sapeurs 6taient obliges d'ouvrir un passage
pour la caravane et les pieces d6monties du bateau.
Lorsque j'atteignais le sommet d'une colline, j'6tais
heureux de pouvoir aspirer de longues gorgees d'air pur;
j'embrassais du regard une veritable mer de feuillage,
s'6tendant a tous les coins de I'horizon. J'avais 6videmment
vu d'autres forts, mais comparees a celle-ci, c'etaient de
simples buissons. Ce spectacle faisait fr6mir le coeur le plus
solide, et je finissais par me sentir 6coeur6 de cette boue, de
cette vapeur et de cette obscurity monotone.
Nous times bon pendant dix jours; mais les Arabes
d6clarerent alors qu'ils ne pouvaient aller plus loin. Comme
ils s'obstinaient dans leur determination, j'eus recours a
une autre combinaison. Je leur promise 12.500 francs s'ils
voulaient nous escorter encore vingt tapes. Ils accepterent.
Je proposal de se diriger vers le fleuve. Chemin faisant nous
arrivAmes dans un village; la seule rue qui le traversait
6tait ornme de cent quarante-six cranes, ranges sur deux
lignes paralleles. Les indigenes nous affirmerent que
c'etaient des tetes de gorilles, mais le professeur Huxley,
a qui j'en ai montr6 des specimens, m'a d6clar6 que c'etaient
des cranes humans.
A dix-sept journees de Nyangw6, nous nous retrouvames
en presence du fleuve. Le souvenir du mal que nous avions
eu h traverser la fort, quand je revis salargeur majestueuse
et le came courant de ses eaux puissantes, me d6cida a
mettre mon bateau h flot pour la derniere fois.
Tandis que nous 6tions en train d'en assembler les
parties, une petite pirogue montee par deux p&cheurs
bang6nyas parut devant notre camp 6tabli sur la rive. Nous
les h6lames.
Freres, nous voulons traverser le fleuve. Amenez vos








HISTOIRE MODERNE
pirogues et faites nous passer. Nous vous paierons bien en
cauris et en perles brillantes.
Qui 6tes-vous?
Nous venons de Nyangw6.
Ah vous etes des Ouasamby6s !
Non, nous avons pour chef un blanc.
S'il remplit ma pirogue de coquillages, j'irai dire a
mon people que vous voulez traverser.
Nous vous donnerons dix coquilles pour passer chaque
homme.
Nous en voulons mille par homme.
C'est trop; allons, nous vous donnerons vingt coquilles
par homme.
Pas pour dix mille, mon frbre Nous ne voulons pas
que vous traversiez le fleuve. Allez-vous-en, Ouasambyes;
vous 6tes m6chants. Les Ouasambyes sont trbs, tres
mechants !
Ils s'6loignbrent en langant le cri le plus sauvage et le
plus strange que j'aie jamais entendu. Je d6couvris aprbs
coup que c'6tait une sorte de t6lgraphie barbare : j'en
arrival a la redouter car elle presageait toujours du
danger.
Vers midi nous mimes le bateau a l'eau pour sa dernimre
expedition. Lorsque nous commengAmes a ramer, la vue
de nos longs avirons, frappant le flot en cadence, jeta
l'alarme parmi les indigenes naifs. Is finirent par c6der et
la double caravane put ainsi traverser. Notre premiere
nuit en terre Outnya se passa sans incident; le matin les
sauvages avaient disparu. Je fis monter trente-six hommes
dans le bateau et nous descendimes alors le courant, sans
nous 6loigner de la rive gauche que longeait la colonne.
Mais le fleuve nous emporta beaucoup trop vite pour que
65








LE CONGO ET LES LIVRES
celle-ci pfit nous suivre. Les deux fractions perdirent con-
tact pendant trois jours.
Rien ne pouvait avoir 1'air plus pacifique que notre
embarcation solitaire glissant sur le fleuve, sans un mouve-
ment de rame ni de pagaie; neanmoins son apparition 6tait
toujours signal6e par 1'6trange cri de guerre des Ou6nyas.
Des que les villages en aval I'entendaient, leurs habitants
se mettaient a trembler d'effroi et rep6taient l'appel : se
mefier des strangers sur l'eau.
Nous arrivAmes ainsi au confluent du Rouiki et du Loua-
laba, oii j'6tablis un camp pour y attendre la colonne. Puis
je remontai le Rouiki h leur rencontre. Revenant deux
heures plus tard, je trouvai le camp attaqu6 par des hordes
de sauvages.
Le troisibme jour la caravane parut, recrue de fatigue,
malade et d6courag6e. Mais il n'y avait rien a gagner en
s'arretant. Nous cherchions des indigenes bien disposes,
si du moins il s'en trouvait dans ce pays, chez qui nous
pourrions nous reposer. Or, a measure que les jours passaient,
leur hostility furieuse et leur haine instinctive 1'6gard des
strangers ne faisaient que s'accroitre. A tous les tournants
ils < t6l6phonaient le long du fleuve leurs signaux d'alarme;
les forts qui couvraient les deux rives s'en rejetaient de
loin en loin les echos; ils frappaient sur leurs grands tam-
bours pour faire appel a une resistance feroce.
De la jungle devant laquelle nous voguions, on d6cochait
sur nous des fl&ches en roseaux, tremp6es dans du poison.
Pour comble d'infortune, la petite v6role s'abattit sur la
caravane; tous les jours nous devions jeter au fleuve les
victims, jeunes et vieilles de ce fl6au. Quel affreux pays !
Les rives, sous leur rideau de hautes forts vierges, 6taient
couvertes d'ennemis invisibles et sauvages; a l'int6rieur
66








HISTOIRE MODERNE
de chaque buisson on voyait reluire des yeux brillants de
haine; I'air semblait impr6gn6 de miasmes mortels.
Le 18 d6cembre, pour mettre le comble a nos miseres,
ces cannibales tenterent un grand effort pour nous detruire,
les uns juch6s sur les branches les plus 6lev6es des arbres
qui dominaient le village de Vinya-Ndjara, les autres
embusques comme des leopards au milieu des jardins, ou
lev6s comme des pythons sous des bouquets de cannes a
sucre. Rendus furieux par nos blessures, notre tir se fit
plus meurtrier; les fusils manquaient rarement leur but.
Mais, tandis que nous bataillions dans les bois, voila que de
la rive oppose se d6tacherent des flottilles qui nous obli-
g&rent a revenir au bord du fleuve. Pendant trois jours,
sans nous laisser, pour ainsi dire, un moment de repos, la
lutte desesp6r6e continue. Tippou-Tib apparut. Ses hommes
d6gagerent les bois; pendant la nuit je fis passer une troupe
de l'autre c6t6 de l'eau; nous capturames trente-six piro-
gues appartenant a ceux qui nous avaient inqui6t6s sur la
rive droite. Alors on fit la paix. Je leur en achetai vingt-
trois et je rendis les autres.
Les Arabes refusbrent de pousser plus avant que Vinya-
Ndjara; je n'avais plus besoin d'eux. Nous 6tions mainte-
nant suffisamment 6loign6s de Nyangw6 La vie agr6able
de cette ville ne pouvait plus tenter mes yeux. En cons6-
quence nous nous pr6parhmes a nous quitter.
Lorsque j'eus embarqu6 ma troupe dans les pirogues et
sur mon bateau, Tippou-Tib range des hommes le long de
la rive. Ses Ouanyamou6zis entonnbrent un chant d'adieu.
Nous nous abandonnAmes alors au courant rapide qui nous
entrainait vers un destin inconnu.
Des bois touffus couvraient les rives et les miles. Nous ren-
contrions souvent des groupements peupl6s, mais l'attitude

67








LE CONGO ET LES LIVRES
des naturels a notre 6gard avait g6neralement un veritable
caractbre de f6rocit6. Avec l'audace de l'ignorance et leur
avidit6 de cannibales, ils nous assaillaient a chaque tape
de troupes toujours fraiches. Seuls quelques petits villages
nous laisserent passer sans nous molester; la plupart
d6tachaient leurs plus braves guerriers qui nous attaquaient
avec une aveugle furie. Les affluents important, comme
l'Ourouidi, le Lou6va, le Leopold et le Loufou, ouvraient
de large troupes a travers les rives sombres et des ruis-
seaux indolents s'6chappaient des bas-fonds et des marais.
Des nu6es de perroquets criaient au-dessus de nos totes
en traversant le fleuve, des oiseaux aquatiques nous fr6-
laient de leur vol bruyant, fuyant vers des regions moins
troubles; des legions de singes se jouaient sous les vottes
feuillues; des babouins hurlaient lugubrement dans la
solitude; des crocodiles s'allongeaient sur les bancs de
sable et les lots; a notre approche des troupes d'hippopo-
tames se mettaient A grogner avec un bruit formidable;
des el6phants venaient se baigner les flancs au bord du
fleuve; on entendait tout le long du jour la vibration
incessante de myriades d'insectes. Le ciel format une
vofite d'azur du bout de laquelle le soleil dardait ses rayons
brl6ants; le fleuve s'6talait came, large, brunAtre. En
voguant au milieu de ces deserts, leur tranquillity et leur
aspect paisible nous reconfortaient, mais les endroits oh
nous trouv'ions des sauvages devenaient reellement odieux.
Telles furent les p6ripeties de notre navigation jusqu'au
moment ot nous parvinmes aux chutes que l'on a appel6es
depuis < Stanley-Falls ,. Les indigenes se rassemblkrent
autour de nous, les uns sur le fleuve, les autres le long du
bord, s'attendant a assister a une catastrophe; mais
faisant face h la rive gauche, nous y d6barquhmes apres les
68








HISTOIRE MODERNE
avoir 6cartis. Pendant vingt-deux jours, nous travailldmes
sans relAche a depasser les sept cataractes, les sauvages ne
cessaient d'attaquer mon flanc gauche, mais ma droite
6tait prot6g6e par les flots furieux et bouillonnants des
rapides. Le 28 janvier mes bateaux se trouvaient enfin
en sfret6 au-dessous des chutes 1
(Autobiographie de Henry-M. Stanley, publi6e par Doro-
thy STANLEY.)

APPEL D'UN TEMOIN

SE people anglais sait-il que les voleurs d'esclaves exi-
gent chaque minute une nouvelle victim? que pas
une heure ne se passe sans que cinquante malheureux aient
6t6 arrach6s h leur foyer ou tu6s et que, pendant le mois
d'aoft, alors que nous 6crivons ces lignes et durant lequel
la plupart des n6tres jouissent des vacances, 45.000 nou-
velles victims sont ajoutees a celles qui, par la bouche du
cardinal Lavigerie et d'autres bienfaiteurs de l'humanit6,
appellent au secours et implorent notre assistance contre les
plus f6roces bandits qui aient jamais souill6 la terre?

I. Aprbs avoir depass6 les Falls, Stanley eut a repousser les guerriers
Bangalas; il leur livra trente-deux combats. Parti de Zanzibar le
II novembre 1874 avec une caravane de 347 personnel et accompagn6 de
trois blancs il arrivait B Boma, a bout de force et de resources, le 9 avril
1877. Au course de ces trente mois de voyage il avait perdu, dans les com-
bats ou emport6s par la maladie et 1'6tat d'indigence auquel 6tait r~duite
la caravane, 236 de ses hommes et ses trois compatriotes.
Cinquante ans d'occupation ont fait de ces regions ((rellement odieuses
lorsqu'elles 6taient habitues par des 6tres humans, un pays came et
pacific oh 1'on peut voyager sans nul danger et en empruntant les moyens
de locomotion les plus modernes.
C'est sur de tels indices qu'il faut juger I'ouvre accomplie au Congo
pour pouvoir se rendre compete des difficult6s qui ont 6t6 vaincues et des
progres qui out 6t6 realis6s.







LE CONGO ET LES LIVRES
J'estime que pour chaque esclave vol6 par ces brigands
quinze autres indigbnes sont assassins, ou bril6s vifs dans
leurs villages, ou meurent de faim en route. Les caravanes
des esclavagistes percent, avant d'arriver a destination,
cinquante pour cent de leur effectif et souvent plus, de
sorte que pour chaque esclave qui est vendu h titre d6fi-
nitif, trente 6tres humans ont Rt6 sacrifi6s. Si on devait
apprendre que chaque couple de defense cofite la vie de
cent l66phants, les marchands d'ivoire auraient t6t fait
de prendre des measures pour faire cesser ce massacre inu-
tile. Et nous, nous ne ferions rien pour sauver ces milliers
de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants don't le sort
est pire que celui des 616phants et don't le seul crime est
d'etre incapables de se sauver eux-memes !
(Good Words.) CAMERON.

INAUGURATION DE LA CONFERENCE
DE BRUXELLES 1876
Messieurs,
P ERMETTEZ-MOI de vous remercier chaleureusement de
1'aimable empressement avec lequel vous avez bien
voulu vous rendre A mon invitation. Outre la satisfaction
que j'aurai d'entendre discuter ici les problkmes a la solu-
tion desquels nous nous interessons, j'6prouve le plus vif
plaisir me rencontrer avec les hommes distingu6s don't
j'ai suivi depuis des ann6es les travaux et les valeureux
efforts en faveur de la civilisation.
Le sujet qui nous r6unit aujourd'hui est de ceux qui
meritent au premier chef d'occuper les amis de l'humanit6.
Ouvrir a la civilisation la seule parties de notre globe oh








HISTOIRE MODERNE
elle n'ait point encore p6n6tr6, percer les tenebres qui enve-
loppent des populations entibres, c'est, j'ose le dire, une
croisade digne de ce siecle de progrbs, et je suis heureux de
constater combien le sentiment public est favorable a son
accomplissement; le courant est avec nous.
Messieurs, parmi ceux qui ont le plus 6tudi l1'Afrique,
bon nombre ont Wte amends a penser qu'il y aurait advantage,
pour le but commun qu'ils poursuivent, a ce que l'on put
se reunir et conferer en vue de rigler la march, de combiner
les efforts, de tirer parti de toutes les resources, d'6viter les
doubles emplois.
Il m'a paru que la Belgique, Itat central et neutre,
serait un terrain bien choisi pour une semblable reunion,
et c'est ce qui m'a enhardi h vous appeler tous ici chez moi,
dans la petite conference que j'ai la grande satisfaction
d'ouvrir aujourd'hui. Ai-je besoin de vous dire qu'en vous
conviant h Bruxelles je n'ai pas Wte guid6 par des vues
6goistes? Non, Messieurs, si la Belgique est petite, elle est
heureuse et satisfaite de son sort; je n'ai d'autre ambi-
tion que de la bien servir. Mais je n'irai pas jusqu'a affirmer
que je serais insensible h l'honneur qui r6sulterait pour mon
pays de ce qu'un progres important qui marquera dans notre
6poque, fft dat6 de Bruxelles. Je serais heureux que Bru-
xelles devint, en quelque sorte, le quarter general de ce
movement civilisateur.
Je me suis done laiss6 aller a croire qu'il pouvait entrer
dans vos convenances de venir discuter et pr6ciser en
commun, avec l'autorit6 qui vous appartient, les voices a
suivre, les moyens a employer, pour planter d6finitivement
1'6tendard de la civilisation sur le sol de 1'Afrique central;
de convenir ce qu'il y aurait a faire pour int6resser le
public a votre noble entreprise et pour l'amener a y apporter
7i








LE CONGO ET LES LIVRES
son obole. Car, Messieurs, dans les oeuvres de ce genre c'est
le concours du grand nombre qui fait le succes, c'est la
sympathie des masses qu'il faut solliciter et savoir obtenir.
De quelles resources ne disposerait-on pas en effet, si
tous ceux pour lesquels un franc est rien ou peu de chose,
consentaient a le verser a la caisse destine a supprimer la
traite dans l'int6rieur de 1'Afrique?
De grands progres ont d6eja Wt accomplish, l'inconnu a 6t6
attaqu6 de bien des c6tes, et si ceux ici presents qui ont
enrichi la science de si importantes d6couvertes voulaient
nous en retracer les points principaux, leur expose serait
pour tous un puissant encouragement.
Parmi les questions qui seraient encore h examiner, on a
cit6 les suivantes :
I. Designation precise des bases d'op6ration a acquerir,
entire autres, sur la c6te du Zanzibar et pros de 1'embou-
chure du Congo, soit par conventions avec les chefs, soit
par achats ou locations a r6gler avec les particuliers;
2. Designation des routes h ouvrir successivement vers
l'interieur et des stations hospitalibres, scientifiques et
pacificatrices h organiser comme moyen d'abolir l'escla-
vage, d'6tablir la concorde entire les chefs, de leur procurer
des arbitres justes, desinteresses, etc.;
3. Creation, l'oeuvre etant bien d6finie, d'un comit6
international et central et de comit6s nationaux pour en
poursuivre 1'ex6cution, chacun en ce qui le concern, en
exposer le but au public de tous les pays et faire au senti-
ment charitable un appel qu'aucune bonne cause ne lui a
jamais adress6 en vain.
Tels sont, Messieurs, les divers points qui semblent m6-
riter votre attention; s'il en est d'autres, ils se degageront








HISTOIRE MODERNE
de vos discussions et vous ne manquerez pas de les 4claircir.
Mon vceu est de servir, comme vous me l'indiquez, la
grande cause pour laquelle vous avez deji tant fait. Je me
mets a votre disposition dans ce but et je vous souhaite
cordialement la bienvenue. LEOPOLD II.
(Seance inaugural de la conference international tenue
au palais royal du 12 au 19 septembre 1876.)

HENRY STANLEY

A PRES un premier voyage en Afrique en 1871, a la
recherche du c61lbre missionnaire Livingstone qu'il
retrouva presque mourant a Udjidji sur Ie lac Tanganyika,
un journalist amiricain anglais, Henry Stanley, avait W6t
envoy de nouveau en Afrique, en 1874, come correspon-
dant du New York Herald et du Daily Telegraph.
II fit d'abord une reconnaissance du lac Victoria et d'un
autre lac auquel il donna le nom d'Albert-fdouard, puis
se dirigea vers Nyangw6. Ii y rencontra un trafiquant
arabe Tippou-Tib, qui l'aida, l'accompagna pendant quelque
temps, puis l'abandonna, ne voulant pas, disait-il, le
suivre dans un voyage vers l'inconnu mysterieux et plein
de danger. Stanley poursuivit sa route sans lui et, parvenu
aux grands rapides qui, par la suite, prirent son nom, il
organisa une flottille de pirogues et descendit le fleuve,
luttant contre les 616ments, la nature et les indigenes. I1
arriva a Boma en aofit 1877. Les deux tiers des noirs qui
formaient son escorted et ses trois camarades anglais avaient
peri au course de ce terrible voyage, mais 1'un des problbmes
de la geographie contemporaine avait re9u une solution :
le course du Congo 6tait connu.
L'heureuse issue du voyage de Stanley favorisa les grands







LE CONGO ET LES LIVRES
projects du roi Leopold, qui, d'une vue prompted comme
1'6clair, saisit les enseignements a en tirer. II se rendit
compete que c'6tait par la c6te occidentale qu'il s'agissait
de p6netrer au coeur du continent encore mysterieux et non
par la c6te orientale; il abandonna done cette voie.
Stanley, regu par le Roi, acclam6 et fet6 par la population
bruxelloise, consentit a accomplir une nouvelle mission
en Afrique. Mais il fallait de l'argent; le 25 novembre 1878
se fonda A Bruxelles une soci6t6 en participation au capital
de I million de francs sous le nom de Comit6 d'Etudes du
Haut-Congo. Ce Comit6 devait devenir en 1882 l'Associa-
tion international du Congo.
Stanley s'embarqua pour 1'Afrique en 1879, rentra en
Europe en septembre 1882, puis repartit en 1883, et quitta
le service du Roi en 1884. Son oeuvre avait 6t6 f6conde.
Cinq ans avaient suffi pour 6tablir une chaine de postes,
le long du Congo, de Boma aux Stanley-Falls, y faire
flotter le drapeau bleu 6toil6 d'or, obtenir des chefs indi-
genes plus de 500 traits de suzerainet6 et jeter cinq petits
vapeurs sur le haut fleuve.
En outre, seize stations avaient 6t6 cr66es le long du
Kwilu-Niadi, un fleuve qui se jette dans l'oc6an entire le
4e et le 5e parallkle sud. Colonel Louis CHALTIN.
(Liopold II et I'Etat Inddpendant du Congo.)

LES PREMIERS MISSIONNAIRES AU CONGO
CEPENDANT les nouvelles de la caravane commencaient
A arriver par Zanzibar. Le 20 octobre 1878, Mgr Lavi-
gerie aimait a constater que jusqu'a present elles 6taient
bonnes, trbs bonnes.
Les dernibres lettres des missionnaires 6taient de Mpoua-







HISTOIRE MODERNE
poua, A moiti chemin de Tabora, o ils devaient se separer
pour aller fonder deux stations distinctes, deux vicariats
apostoliques, l'un entire les lacs Victoria et Albert Nyanza,
et I'autre aux bords du lac Tanganyika. (Esperons, ecrivait
l'Wveque, que la protection de Notre-Seigneur suivra nos
missionnaires jusqu'au bout de leur grande et perilleuse
entreprise, et que 1'1glise catholique aura la premiere
1'honneur et la joie de prendre possession de ces contr6es. )
La route avait 6t6 difficile. Finalement il n'avait pas
fallu moins de quatre cent cinquante negres pour porter
les bagages. En tate de la caravan 6tait d6ploy6 le dra-
peau du Sacr&-Cceur, avec la croix rouge sur fond bleu,
confectionn6 et offert par les Carmelites d'Alger. On avait
beaucoup souffert des fievres, des fondrieres, des halliers
imp6n6trables, de ]'indiscipline des porteurs, de la rapacity
des petits tyrans du pays, des bates feroces et des mous-
tiques. Quelle lutte de chaque jour Mais enfin on vivait,
personnel n'avait succomb6. Les lettres les plus rdcentes
6taient de la fin de juillet. Les dernieres d6peches, reques
a Marseille,disaient qu'une caravane arabe, arrive a la c6te
en septembre, avait rencontre les missionnaires, et que ceux-
ci avaient pr6sentement franchi le redoutable pays de
l'Ougogo. L'archeveque s'6tait empress d'ecrire a Zanzibar
et d'y envoyer de l'argent, pour ravitailler d'urgence I'in-
trepide expedition qui avangait toujours.
On eut bient6t d'autres renseignements, mais lamentables
cette fois. Mgr Lavigerie 6crivait le 23 novembre : < Les
nouvelles venues de Zanzibar sont d6plorables. Deux Prres
sont morts de misrre, nous ne savons pas encore leurs noms;
et les autres sont sans resources. J'ai envoy en toute hate
le Prre Delattre quoter a Marseille pour eux. Ne negligez
pasla Sainte-Enfance, a Paris, et demandez 2oo.ooo francs







.LE CONGO ET LES LIVRES
Au commencement de janvier, Mgr Lavigerie n'avait pas
encore Wte exactement renseign6 sur ces ev6nements :
Ces chers fils, 6crivait-il, ont done pay6 le tribute au zele
ardent qui les poussait au martyre Deux d'entre eux ont
succomb6, l'un a la fievre qui le d6vorait depuis son d6bar-
quement, I'autre aux blessures affreuses causees par un
lion qui, durant la nuit, s'etait jet6 sur le camp. Les details
nous manquent encore. )
Les details arriverent au commencement de 1879. Le
lion qu'on accasait de tant de cruaut6 s'6tait montr6 bon
prince. II s'6tait d'abord approch6 terrible, puis saluant
seulement d'un rugissement les prophetes de Dieu, il
s'6tait majestueusement retire dans la fort. Mais il Mtait
tiop vrai qu'un des Peres avait succomb6 a la fiGvre et
cette victim 6tait le Pere Joachim Pascal, superieur
d6sign6 de la mission du Tanganyika. C'6tait une victims
de choix. En l'envoyant prec6demment a l'Ecole de Saint-
Laurent d'Olt, Mgr Lavigerie parlait ainsi de lui A Mgr de
Rodez : Le Pere Pascal, qui vous remettra cette lettre
et viendra voas demander la b6nddicLion, etait ici sup6-
rieur de Notre-Dame d'Afrique. C'est un saint mission-
naire, pieux, doux et modest, enfin un veritable agneau
pascal. G Cet agneau devenait lion au besoin On citait de
lui des traits d'une charity hdroique. A Geryville on I'avait
vu recueillir, loger chez lui, soigner un enfant si degofitant
de places, que ses propres parents 1'avaient abandonn6;
impuissant a le guerir il avait ouvert au moins A son Ame
le sein de Jdsus-Christ. A Notre-Dame d'Afrique, on ]'avait
vu donner aux enfants arabes ses draps, ses chemises,
tout ce qu'il avait, comme il se donnait lui-mdme. A Saint-
Laurent d'Olt, on le surprenait a coucher par terre, sur,le
plancher, sans couvertures, dans les plus rudes nuits d'hiver.








HISTOIRE MODERNE
Dans sa mission de Gdryville, son intrdpide charity l'avait
fait un joar se jeter entire deux indighnes fumieux qui, le
couteau A la main, allaient fondre l'un sur l'autre, et a
genoux devant l'un d'eux : < Frappe-moi, lui dit-il, si tu
en as le courage! )i Ce furieux recula alors, remercia le
pretre et 1'embrassa.
C'6tait plein d'enthousiasme que le Pare Pascal 6tait
parti pour la mission a laquelle son coeur avait aspird :
< Noas allons donc, 6crivait-il, en quittant Zanzibar, nous
allons done porter le saint nom de Dieu i ces peuples
plong6s dans les t6nebres les plus 6paisses de la barbaric
et de la mort. Le Sacr6 Cceur qui nous precede sera notre
guide jusqu'aux Lacs. )
Mais A peine avait-il quitt6 Bagamoyo que la fibvre
6quatoriale s'6tait empar6e de lui. Le samedi 22 jain, il
s'6tait alit6 pour la premiere fois : < Tout cela, Monseigneur,
est loin de nous decourager, 6crivait-il le 18 juillet a
Mgr Lavigerie, et Votre Grandeur peut croire que nous
n'en poursuivrons pas notre route avec moins de courage
et de gait6. Il faut b6nir Dieu des petites 6preuves person-
nelles qu'il nous envoie. Au fur et A measure que nous
approchons de notre mission, nous sentons croitre notre
amour pour elle. ,
La traverse inhospitalibre de l'Ougogo lui fut parti-
culibrement meurtriere. Cependant, le 15 aoft, il avait
c6l6br6, dans l'espirance et la joie, la fete de l'Assomption
au milieu de ces forts oh les chants en l'honneur de Marie
triomphante resonnaient pour la premiere fois depais le
commencement du monde; mais il s'affaiblissait. On vou-
lait le porter en hamac, c'efit Wt en priver un autre de ses
compagnons malades; il refusa absolument, il voulut monter
sur son ane. Au bout de deux heures, il lui fallut s'arr&ter








LE CONGO ET LES LIVRES
a Mgondoukou. C'6tait le 18, fete de saint Joachim, son
patron. Ii sentit qu'il allait moutir. I1 fit ses recommanda-
tions pour tous ceux qu'il aimait. Le lendemain le R. P.
Livinhac lui administra les derniets sacrements. Son agonie
fut douce; 6tendu sur sa natte, sous sa tente de voyage,
comme on represente saint Francois Xavier, il paraissait
pret A s'endormir. Il s'endormit en effet du sommeil de la
paix, dans le baiser du Seigneur, donnant sa vie avec des
transports admirables de charity pour cette mission qu'il
touchait sans avoir pa 1'atteindre.
C'6tait le 19 aofit A 3 heures et demie de 1'apres-midi.
A minuit les Pares se r6unirent pour r6citer sur lui les prieres
des morts. Puis, un Pare, accompagne de huit soldats, d'un
chef et de deux guides, conduisit le corps v6n6r6 hors de la
frontiere peu sfire de I'Ougogo, pour l'ensevelir dans la
fort qui commence au delA. C'etait un spectacle plein de
solennit6 et d'6motion que celui de leur petite troupe
s'eloignant dans les t6nebres, a peine 6clairde par la pMle
lumiere de la lune. On l'inhuma, au point du jour, au milieu
du bois silencieux. On placa sur ses restes une petite croix
de bois. La terre dans laquelle on venait de les d6poser 6tait
celle precis6ment oi commence la mission que ses freres
allaient fonder. II prenait ainsi possession, lui premier, de
la Terre promise.
(Le cardinal Lavigerie, 1896.) Mgr BAUNARD,
recteur des Facult6s catholiques de Lille.
SANGUIS MARTYRUM
IL Y A deux ans, Mtesa venait de mourir, et Mwanga lui
Ssucc6dait. Un jour, mal conseill6 par un de ses officers
de cour, il prend ombrage des chr6tiens, don't le nombre
augmentait sans cesse dans sa tribu. II ordonne qu'on les








HISTOIRE MODERNE
massacre. S'il vous est arrive de lire quelqu'un des nom-
breux voyages en Afrique central, publi4s en ces derniers
temps, vous saurez que des boucheries sans nom ensanglan-
tent A chaque instant cette malheureuse terre, et que la
cour du roi Mt6sa y 6tait tout particulibrement accou-
tumee.
Joseph Mkasa est le premier condamn6 au supplice, il y
march en souriant, et, tandis qu'on lui garrotte les mains,
il se borne A dire au bourreau : ( Tu diras a Mwanga qu'il
m'a condamn6 injustement, mais que je lui pardonne de
bon cceur. I
Et il incline le cou sous la hache.
Tons les pages du roi sont rassembl6s : < Que ceux qui
prient passent A droite dit Mwanga. Et aussit6t tous les
chr6tiens vont se ranger A droite. On en fit deux groups :
on lia ensemble tous les jeunes gens de dix-huit a vingt-
cinq ans, puis, ensemble encore, tous les plus jeunes.! On
les lia si 6troitement qu'ils ne pouvaient marcher sans se
heurter les uns les autres, et ces petits qui allaient mourir,
dans l'insouciance de leur age, riaient d'une position si
bizarre.
Le roi appela alors Bouzabaliao.
C'est toi, lui dit-il, le chef des chr6tiens?
Je suis chretien, dit-il, mais le titre de chef ne m'ap-
partient pas.
Eh bien, l'on va te tuer d'abord.
Oueraba, r6pond le martyr, adieu I je prierai pour
toi.
Le chef des pages fut brfile, A part, A petit feu.
On fit A tous les autres des fagots de bois sec, au milieu
desquels on les roula, liant les branches par dessus pour
qu'ils ne s'6chappassent.








LE CONGO ET LES LIVRES
D6clarez simplement que vous ne prierez plus, leur
disait le bourreau, et Mwanga vous fera grace.
Oh non, lui r6pondaient-ils, nous prierons tant que
nous vivrons.
Et la sinistre besogne continue.
Tous les fagots furent places ainsi les uns A c6t6 des
autres, sur une grande range.
Ii en restait un A faire et une pauvre petite victim a
liei... Horreur C'etait le fils meme du bourreau. Le pere
avait esper6 que la vue des priparatifs du supplice aurait
6branl6 son courage. Mais 1'enfant demeurait ferme. Ii se
coucha dans les branches et quand on l'en couvrit : < Oue-
raba, dit-il, adieu mon pere I
Mon fils, lui dit alors le bourreau, viens, je te cacherai
chez moi, personnel ne passe par ma hutte et l'on ne t'y
trouvera pas.
Pere, lui repondit I'enfant, je ne veux pas me cacher,
je veux 6tre fiddle h la pribre. D'ailleurs, tu es 1'esclave du
roi; si tu me cachais, il te ferait mourir; mais, pere, j'ai
peur du feu, tue-moi avant qu on ne l'allume.
Le bourreau fit signe A un de ses aides et se d6tourna.
L'aide souleva l'enfant et lui brisa la nuque. Au moins
le petit ne souffrirait pas l'horrible mort du feu.
Alors on enflamma les bfchers, et la fumee noire monta
aux cieux, avec des p6tillements sinistres. Pas un cri, pas
un g6missement, pas une larme Ils priaient !
Trente-quatre furent ainsi bril6s ce jour-la.
Et ceci, Messieurs, ce n'est pas aux premiers siecles de
l'Eglise, c'6tait hier, c'6tait le 22 mai 1886.
Eh bien, Messieurs, qu'en dites-vous?.. L'hUroisme de ces
noirs, de ces sauvages, est-il de moins haute race que celui
des civilis6s du troisibme siecle? Ne sont-ils pas de la m6me
80o







HISTOIRE MODERNE
famille, tous ces martyrs? Qu'est-ce done qui a fait le negre
si grand du premier coup? Je vous l'ai dit : L'Evangile !
Et en v6rit6, moins encore que l'Evangile, les simples
lemons, 1'humble catechisme d'un pauvre missionnaire.
(En Afrique.) R. P. V. VAN TRICHT, S. J.

A CHACUN SON METIER
ET... LE BATEAU SERA BIEN CHAUFFE
\v l'insuffisance du personnel, il a fallu composer
1'dquipage d'une maniere speciale. Le capitaine |est
un Danois qui connait tres peu de francais. L'armurier
Prigaldien, charge de surveiller les fours et les pompes, est
a la machine de devant A la machine de I'arribre preside
le mecanicien Kiles, gudri, comme je l'ai dit, de son h6ma-
turie, mais atteint maintenant d'un mal qui le force a
rester A demeure sur un trine d'un genre particulier. C'est
de 1A qu'il donne ses ordres. Je dois lui servir de second,
ayant mission d'ouvrir ou de former la vapeur, suivant les
signaux t6l6graphiques donn6s par le capitaine toujours en
permanence a I'avant du navire.
J'ai fait bien des m6tiers dans ma vie de missionnaire,
jamais pourtant je n'avais eu l'honneur de faire 6voluer
un navire. Tres fier de ce mandate, j'astiquai bieh mes
lunettes, 6coutant avec attention les lemons de Kilks sur la
maniere d'ex6cuter les ordres du capitaine. Ordre de partir,
le t6l6graphe a marqu6 < slow doucement, parce qu'un
banc de sable se montre A 1'avant. Tres grave, je saisis la
petite roue, j'imprime une demi-r6volution. Et le navire
d'ob6ir, merchant avec une sage lentear.
Eh bien, Kilbs, qu'en dites-vous?
Pere, c'est parfait. Vous avez eu t6t fait de com-








LE CONGO ET LES LIVRES
prendre la manoeuvre et vous l'exdcutez comme un vieux
praticien !
A peine mon nez avait-il hum6 cet encens, qu'on tl66-
graphie ( stop ). Arritez. Prompt come l'6clair, je saisis
la roue, je vire d'un tour entier, et me retourne, attendant
un second compliment. Mais, au lieu de s'arreter, voici que
le Stanley se cabre d'un elan furieux et se jette < full
speed ), a pleine vapeur, sur le banc de sable pour lequel
on avait t6legraphi6 precedemment demi-vapeur. Un choc
formidable se prodait; les fusils, des verres, des instruments
roulent sur le pont. Bon Dieu, qu'ai-je fait?
Kilbs saute de sa cathedra comme un bouchon d'une
bouteille de champagne. II retient d'une main certain
vetement, de 1'autre il fait revenir la roue d'un tour sur
elle-meme.
Nom d'une pipe, Pere, vous avez tourn6 a l'envers !
Quel d6ght vous aurez fait! Et je suis malade, incapable
de travailler aux reparations.
Muet d'6pouvante, j'6tais pret & d6faillir quand le capi-
taine d6gringole l'escalier pour m'achever sans doute.
Pere, vous pas savoir machine. Moi t6l6graphier
comme ceci, vous turner comme cela, vous pas bon ici.
C'est vrai, capitaine, mais pardonnez-moi, je me suis
tromp6.
Oui, oui, tromp6, beaucoup tromp6.
En ce cas, d6mission, n'est-ce pas, capitaine.
Oui, admission, d6mission.
Heureusement nous avons ea plus de peur que de mal.
Aucune avarie, ni pour le navire, ni pout la cargaison. Nous
avions donn6 sur un banc de sable bien mou. Les negres
sautbrent a l'eau pour nous d6gager. Ce fut l'affaire d'une
demi-heure, apres laquelle on decida que, mauvais mcani-







HISTOIRE MODERNE
cien, je ferais peut-6tre un chauffeur passable. J'avais a
changer de poste avec Prigaldien. Se gratter l'oreille, se
morfondre de n'6tre pas exempt de corvee comme je
l'avais esp6r6, ne servant de rien, voyons A ne plus com-
mettre de gaffe.
C'est avec du bois, on le sait, qu'on charge les fourneaux
des steamers du Congo. Au-dessus des chaudibres se trouve
un indicateur marquant les degres de chaleur obtenus,
tandis qu'en avant deux tubes de verre servent A controler
la quantity de liquid restant dans l'appareil. Au Stanley
ces deux tubes n'existant plus depuis longtemps, on
arrivait au but en ouvrant de deux en deux minutes deux
robinets par oi la vapeur s'6chappait humide ou presque
seche En ce dernier cas on faisait fonctionner une pompe
pour ajouter de l'eau.
Fiddle a la legon qu'on m'avait serinee, je faisais ouvrir
r6gulibrement les robinets susdits. Mais, en m'approchant
poar constater l'6tat de la vapeur, il arriva qu'a chaque
fois mes lunettes 6taient obscarcies, au point que je n'y
voyais absolument plus. J'en avisai le capitaine.
c Ce n'est rien, Pere Vous mettre beaucoup de bois
dedans et nous arriver bient6t a Pania.
La recette 6tait simple. J'engage donc les Bangalas
chauffeurs a choisir le bois le plus sec sans le manager, leur
promettant un bon pourboire pour le lendemain. Ravis de
l'aubaine, les moricauds entassent combustible sur com-
bustible. Et le Stanley, merchant d'abord un formidable
a full speed se met bient6t & se tr6mousser, a danser
comme s'il voulait s'l6ancer hors des flots. Dkconcert6 par
ce resultat, je lkve les yeux vers 1'indicateur. Juste ciel!
Le maximum de chauffe sans risque de nous faire sauter
en 1'air, est de 60 degrees, nous sommes a 70! J'ouvre les








LE CONGO ET LES LIVRES
robinets : il reste A peine quelques litres d'eau dans la
chaudibre. Ale, la semonce que je vais recevoir! a ne man-
que pas, voici le capitaine, rouge d'6motion.
Pbre, Pere, mais vous ne rien savoir. Vous faire rien
de bon. Vous chauffer, chauffer. Pas d'eau dans la grande
marmite, nous aller A la lune.
Pourquoi m'accabler ainsi, capitaine? GrAce, d6mis-
sion, s'il vous plait.
Oui, oui, encore admission. Vous aller jouer aux cartes
avec juge et inspecteur, cela vous connaitre trbs bien.
C'est tres vrai, capitaine.
Et lui donnant le salut militaire, je m'esquive, comptant
pour rien les quolibets don't allaient me r6galer le juge et
l'inspecteur, tant j'6tais heureux de ma ddlivrance.
(Deux ans au Congo.) R. P. DE DEKEN,
P6re de Scheut.

LE VILLAGE DE PANIA-MUTOMBO EN 1892

T ANDIS que le commandant Gillain conduit nos recrues
au camp de l'Itat assis sur une montagne voisine,
nous allons visiter l'immense village, don't la population
d6passe certainement dix mille ames. Je n'ai rien vu de
comparable dans tout le Congo. Les rues, traces regulibre-
ment depuis la rivibre 1 jusque sur la hauteur, ont plus de
3 kilometres de longueur sur 20 metres de larger. Borddes
de bananiers et d'ananas gigantesques, elles sont entre-
tenues dans un 6tat de propret6 parfait, chaque noir 6tant
tenu de balayer chaque jour le terrain qui s'6tend devant
sa case, d'en enlever les herbes et les moindres petites
pierres.
i. Le Sankuru.








HISTOIRE MODERNE
Les habitations ne forment point une ligne continue.
Separees les unes des autres par de petits jardins oh 1'on
cultive des legumes, du mais, des cannes a sucre, 1'euphorbe
cand6labre, elles sont en outre espac6es par groups de
trois ou quatre, qu'ombragent d'6normes bananiers-
plantains, et que command, avanc6e de quelques metres
vers la rue, la case d'un caporal.
Le fini que l'on admire dans la construction de ces mai-
sonnettes, les toits forms par une herbe tres fine et tres
rdsistante, la doumba, les portes peintes ou sculptees, la
veranda, portee sur des colonnes, qui contourne le petit
edifice, tout indique que ces gens ont pris chez les Arabes
certaines idles de confort et d'616gance. De plus, d'immenses
cultures de mais, manioc, canne a sucre, ricin, arachide,
riz, etc., entourent le village de toutes parts, sont soign6es
avec m6thode, sarcl6es minutieusement et traversees par
des chemins bien unis et bien battus, pour faciliter 1'exploi-
tation. Tous les travaux s'y font au moyen d'une houe de
forme ovoide ainsi que d'une hache grossiere qui sert a
couper les broussailles.
En revanche, au contact des Arabes, ces noirs, jouissant
d'une prosperity mat6rielle inconnue chez les sauvages des
bois, sont devenus plus corrompus, plus astucieux et surtout
plus cruels. J'aurai 1'occasion d'en fournir des preuves.
Enfin, pour terminer la description de ce village extra-
ordinaire, disons qu'h plus d'une lieue du point central,
sont diss6minds des groups de huttes habitues par les
surveillants de travaux et par les families d'esclaves agri-
coles. Chaque semaine, ceux-ci doivent fournir une quan-
tit6 d6terminde de c6r6ales, fruits, lgumes, pour la nourri-
ture du maitre absolu de toute cette multitude, pour
I'entretien de ses femmes et de ses guerriers.
85








LE CONGO ET LES LIVRES
On nous fait visiter des quarters commands par des
chefs de races' differentes oh cependant dominant les
Bat6t6las. Chemin faisant, nous passons devant la tombe
d'un chef de jadis, tombe recouverte par une centaine de
cranes serrfs les uns centre les autres, cranes des victims
6gorg6es aux fundrailles. Interrog6 sur ce point, Pania
r6pond d'un air d6gag6: ((C'est du vieux, cela > Puis, pour
faire diversion, le rus6 noir nous engage a visiter le boma,
enceinte fortifi6e de l'un de ses fils don't le harem ne compete
pas moins de quarante femmes. Rien de particulier si ce
n'est une exquise propret6. Puis Pania nous dit avoir
donn6 des ordres pour la visit de son palais.
Une immensity Ce palais, qu'entoure une palissade de
3 metres de hauteur, est gard6 nuit et jour par des serviteurs
arms de fusils et de lances. Peine de mort centre quiconque
ose tenter de franchir l'enceinte. C'est done par exception
que nous sommes admis. Ds notre arrivee, des femmes bien
coiffees, richement drapes de soie, les unes armies de
fusils, les autres munies de bambous et d'instruments de
musique,-viennent a notre rencontre et nous introduisent,
en chantant la gloire, la vaillance, les exploits de leur
seigneur et maitre. A leur tate se presente la femme 16gi-
time, paree comme une chAsse, chargee d'ornements ciseles
en or et en argent.
tEtant donn6 la nature particulibre de ce home d'un
chef africain, nous n'en faisons qu'un rapide inventaire.
Des huit rues paralleles qui composent le harem, nous
enfilons la premiere qui se presente. Les cases, bien bAties,
sont aussi proprement tenues qu'une maisonnette hollan-
daise. Devant chaque porte, sur une natte artistiquement
tressee, est assise une jeune femme 6talant tous ses atours,
entour6e de trois ou quatre n6gresses plus Ag6es qui la
86








HISTOIRE MODERNE
servent en esclaves. Chaque range de cases est soumise a
1'inspection d'un vieux caporal feminin : un capitaine de
meme acabit gouverne le tout. Les femmes en titre sont
au nombre de cent cinquante, les servantes atteignent le
chiffre de cinq cents. Et le vieux Pania nous fait admirer
ce qui fait sa richesse et sa puissance. C'est qu'en effect,
pour les roitelets africains en 6tat de guerre a peu pros
perp6tuel, il n'est point de soldats sur lesquels ils puissent
computer comme sur leurs fils parvenus a l'adolescence. Les
innombrables filles ne servent pas moins h maintenir la
puissance de leur prre, en devenant les spouses des chefs
secondaires qui, dbs lors, font parties de la famille du chef
supreme. Et, de ces mceurs bestiales, les noirs ne voient
que ce r6sultat. Quant au sort de ces malheureuses femmes
parqu6es dans leur prison; quant aux infamies monstrueu-
ses qui se commettent dans ces antres de luxure : c'est un
sujet qu'un missionnaire ne peut border.
Aussi c'est litteralement 6coeures que nous prenons
cong6 de Pania. Des que nous approchons de 1'unique porte
d'entrde, retentit un roulement de tambour. A ce signal
toutes les femmes rentrent precipitamment dans leurs
cases et les rues deviennent d6sertes comme cells d'une
ville morte. Seules, huit viragos, armies de pied en cap, se
montrent aux yeux des profanes au sortir du serail et font
escorted au maitre 1.
(Deux ans au Congo.) R. P. DE DEKEN,
S Pre de Scheut.
i. Quelques mois apres que le Pere De Deken, 1'inspecteur d'fttat Five
et le commandant Gillain avaient rendu cette visit A Pania-Mutombo,
cet ancien lieutenant des Arabes esclavagistes m6dita de s'emparer de
Lusambo. Son project fut d6couvert et le chef fut arrete et mis hours
d'6tat de nuire.








LE CONGO ET LES LIVRES


L'HABILETE DIPLOMATIQUE DE LEOPOLD II

L E 26 fevrier 1884, sonna pour le souverain une heure
Svritablement critique; sans que l'on s'y attendit,
sans que rien pfit le faire pr6voir, l'Angleterre conclut avec
le Portugal un trait qui assurait a ce dernier la souverai-
net6 sur la c6te d'Afrique entire le 5e et le 8e degr6 de lati-
tude sud. Du coup, 1'embouchure du Congo et ses deux
rives jusqu'd Noki passaient aux mains portugaises; les
territoires du Congo 6taient fermes sans issue vers la mer.
Dans ces circonstances presque desespdrees, le Roi fit
preuve d'une habilet6 diplomatique consommee que l'on
ne saurait assez admirer; il parvint a s'assurer le puissant
appui de la France, des Etats-Unis d'Am6rique et de
l'Allemagne, et a dejouer 1'astucieuse- combinaison de la
Grande-Bretagne. Le 26 juin 1884, le malencontreux traits
6tait retire.
Les Etats-Unis et l'Allemagne s'6taient particulirement
employs a d6fendre avec vigueur les droits du Roi dans
ce conflict et, pour donner plus de poids h leur intervention,
reconnurent sans tarder, au course mnme des ndgociations,
le drapeau de 1'Association 1l'6gal du drapeau d'une
nation amie; le gouvernement americain le fit saluer &
Banana de vingt et un coups de canon par un de ses navires
de guerre.
Pour se concilier la France en l'occurrence, le Roi avait
sign avec elle, le 3 avril 1884, une convention par laquelle
il lui accordait un droit de pr6f6rence dans le cas oh 1'Asso-
ciation viendrait a raaliser ses possessions.
Peu de temps apres le reglement du conflict, le prince de
Bismarck, d'accord avec la France, proposal a toutes les
puissances de se reunir en conference en vue de r6gler, dans
88








HISTOIRE MODERNE
un esprit de bonne entente mutuelle, les conditions les
plus favorables au d6veloppement du commerce et de la
civilisation dans certaines regions de l'Afrique et d'assirer
a tous les peuples les avantages de la libre navigation sur le
Congo et le Niger.
Cette conference se r6unit a Berlin le 15 novembre 1884.
Quatorze nations y avaient envoy des d6l6gu6s. Ses tra-
vaux durerent quatre mois et aboutirent a la signature de
l'Acte g6n6ral de Berlin, le 26 f6vrier 1885.
Durant une court suspension des travaux de la confe-
rence, le roi Leopold avait conclu, avec la France et le
Portugal, des traits particuliers mettant fin aux difficulties
qui avaient surgi entire ces Etats et 1'Association interna-
tionale, au sujet de l'occupation des territoires de Kwilu-
Niadi, d'une part, et de ceux de 1'embouchure du Congo,
d'autre part.
Les postes militaires 6tablis le long des rives du Kwilu-
Niadi furent retires et la region c6dee & la France; la rive
gauche, de l'embouchure h Noki, fut reconnue aux Portu-
gais qui conservyrent en plus 1'enclave de Kabinda.
Par contre,le Roi retira du traits des avantages compen-
sant largement les sacrifices qu'il avait dfi consentir.
Au mois d'avril 1885, comme suite au Trait6 de Berlin
du 26 fdvrier pr6ecdent, la Chambre des repr6sentants et
le S6nat autorisaient le Roi a 6tablir, dans la personnel du
souverain, un lien personnel entire la Belgique et le nouvel
Etat. Cette union, utile a la Belgique et sans charge pour
elle, permettait au Roi d'achever la vaste entreprise don't
il 6tait h la fois l'ame et la ttte, le pourvoyeur et le principal
artisan.
La foundation de 1'lEtat ind6pendant du Congo et l'avbne-
ment du fondateur comme souverain de cet Etat furent

89








LE CONGO ET LES LIVRES
proclam6s & Vivi, le ier juillet 1885, par Sir Francis de
Winton, successeur de Stanley.
Le ier aofit suivant et a des dates ulterieures, Leopold II
notifiait aux differentes puissances que les possessions de
1'Association international formeraient d6sormais l'lEtat
ind6pendant du Congo et qu'il en avait pris la souverainet6.
II est important de constater que c'est cette notification
et non le Trait6 de Berlin qui constitute l'acte de naissance
de 1'Etat ind6pendant du Congo. Les puissances se sont
trouvees devant un fait accompli.
Colonel Louis CHALTIN.
(Llopold II et l'tat inddpendant du Congo.)

LE SERGENT DE BRUYNE
IL 6tait une fois, au pays africain, un petit soldat belge
qui s'appelait De Bruyne (Henry-Auguste). Quand je
dis soldat, c'est fagon de parler, car il 6tait sergent, n6
natif de Blankenberghe. Et son regiment 6tait le 2e de
ligne.
En ce temps-l, le Manyema s'6tait soulev6 centre l'Etat
ind6pendant du Congo; des massacres horribles avaient
6t6 perpetr6s a Riba-Riba. Et, surprise par 1'insurrection,
le lieutenant Lippens, officer du train residant h Kassongo 1,
6tait tomb6 aux mains des indigenes, du cruel chef Sefu,
ainsi que son adjoint 2.
Le lieutenant Scheerlinck en fut avis6 et aussi que les
rebelles, au nombre de dix mille, se pr6paraient a envahir et
devaster la colonies, a massacrer tous les chr6tiens. II rassem-
bla ce qu'il put de blancs et de noirs fiddles, afin de barrer le
1. Sur le Lualaba.
2. Le sergent De Bruyne.








HISTOIRE MODERNE
passage, la traverse du fleuve, du Lomami, gagner du
temps, donner aux renforts la possibility d'arriver.
Ce fut alors que, successivement, il rebut deux messages :
I'un de son collkgue Lippens, l'autre du sergent De Bruyne.
Leur sort n'avait pas Wt le meme, quoique faits ensemble
prisonniers.
Lippens, effroyablement 6prouv6 par le climate, 6tait
demeur6, sous bonne garde, dans sa baraza x1 Kassongo.
II 6crivait : < Depuis quatorze mois, je suis mortellement
malade. Apres avoir eu la dysenterie h LUopoldville et une
rechute en route, j'ai 0t6, des mon arrivee h Kassongo,
atteint de la variole, suivie d'une terrible maladie de
poitrine consecutive. Ensuite nouvelle dysenterie extreme-
ment violent; apres cela une h6patite suivie d'un abces
du foie. L'abcbs est perc6 en dedans, mais j'ai le foie
hypertrophiC; j'ai de plus une maladie de cceur, de l'esto-
mac, des intestins, et une grave affection des reins. s
La lettre etait datee du 5 octobre, avant meme la capti-
vit6. On 6tait au 14 novembre. Scheerlinck pensa : Lippens
est mort, et le docteur Hinde, son compagnon, tout haut le
formula.
La second missive 6tait de De Bruyne. Lui, on l'avait
emmen6. Il se trouvait a trois heures de 1l, avec deux
cents Arabes, charge d'aller signifier le lendemain a' ses
ex-compagnons d'armes, d'une rive a 1'autre du Lomami,
les volont6s, les ordres de Sefu.
Profitant de ce que le chef lisait mal le francais, Henry-
Auguste laissait parler librement sa colbre et sa douleur :
<" Sefu, 6crivait-il, se refuse a parlementer en personnel.
Moi, dit-il, je ne me derange pas, je reste 6tendu sur ma

i. Case indighne & vaste veranda.

91








LE CONGO ET LES LIVRES
natte. D'ailleurs, moi je suis le grand chef, et ces blancs me
prennent pour leur esclave S'ils veulent me voir, ils n'ont
qu'h venir ici... Jamais, lieutenant Scheerlinck, je n'ai vu
un individu aussi stupid, aussi abruti, aussi lAche, aussi
menteur que cet ignoble assassin Je suis trait ici en vil
esclave, etc. ,
Scheerlinck pensa : Demain, nous le sauverons !
Le lendemain, c'6tait le 15 novembre 1892. Sur l'autre
rive du fleuve, le lieutenant et le m6decin virent appa-
raitre une sorte de spectre. Affaibli, d6charn6, vieilli par
cinq mois de souffrances physiques et morales, De Bruyne
6tait quasi m6connaissable. Un group d'Arabes, a
une quinzaine de mhtres en arribre, le surveillait. Ses
v6tements 6taient en lambeaux. Comme il avait beau-
coup march et qu'il n'avait point de chaussures, il
lava dans le Lomami ses pieds couverts de sang et de
poussibre.
Scheerlinck avait, a l'avance, apost6 dix de ses meilleurs
tireurs dans les buissons de la rive et rallied le restant autour
de lui. Tout d'abord il cria au captif:
Quelqu'un par l1 comprend-il le frangais?
Non.
Savez-vous nager?
Oui.
Alors la conversation s'engagea :
Mon pauvre ami, fit l'officier, Lippens n'est plus en vie.
Vous pouvez vous evader sans manquer a l'honneur ni au
devouement que vous professez envers votre chef. Vous ne
le retrouverez plus.
Et s'il 6tait encore en vie?
Ce serait miraculeux, c'est impossible! ajouta le
docteur Hinde.







HISTOIRE MODERNE
Les Arabes, fit De Bruyne, m'ont assur qu'il nest
pas mort.
Mensonge! reprit le lieutenant. C'est pour vous engager
A rester. Allons! d6cidez-vous! L'occasion est unique.
Pourquoi retourner chez vos bourreaux? Songez aux sup-
plices qu'ils ont fait endurer a Hodister, a Michiels...
Et Scheerlinck dit au sergent :
J'ai du monde dans l'herbe. Faites le saut !
Un came effrayant regnait. La voix portait ais6ment
au-dessus de l'eau silencieuse. Point de doute qu'un violent
combat se livrat dans les pensees et le cceur du jeune
captif. On voyait luire des larmes en ses yeux caves. C'6tait
la liberty offerte, la fin des tortures, le retour a la patrie.l
Dans les joncs, les tireurs retenaient leur haleine, le doigt
sur la detente du fusil. La rivibre 6tait 6troite, la retraite
assuree, le pas facile a franchir.
Scheerlinck et le docteur Hinde insisterent, trbs pres-
sants, la gorge 6treinte. L'obstination du sergent De
Bruyne les d6solait.
Je vous en supplies, dit-il enfin d'une voix grave, ne
me tentez plus. Je ne puis abandonner Lippens. S'il est
vraiment mort, je chercherai h fuir.
II fit un geste d'adieu, a bout d'hdroisme, et retourna se
livrer a ses bourreaux. Scheerlinck et les autres le regar-
daient disparaitre, navres; ses haillons faisaient une tache
parmi les hautes herbes.
De Bruyne, sous bonne escorted, fut reconduit h Kassongo.
Il y retrouva Lippens vivant, mais sur sa fin. On 6tait
alors aux premiers jours de d6cembre.
Un matin, I'on frappa a la porte.
Qui va aI?
Moi, Kaboidi. J'ai des esclaves h lib6rer.








LE CONGO ET LES LIVES
Le lieutenant, flairant un pibge, refuse d'ouvrir.
Mais si! ami. Nouvelles importantes de la part de
Sefu. Viens, si tu pr6fMres.
Lippens tire les ghches, fait jouer les penes, sort. Il
tombe sans prof6rer un cri, perc6 de coups de poignard !
Par l'huis entre-bAill, les meurtriers se glissent, arrivent
a la muette, sur leurs pieds nus, jusqu'au sergent occupy a
6crire et 1'6gorgent.
Aux deux corps pantelants, on coupa les pieds, les mains,
exp6dids en arrhes d'alliance a Muin6 Moharra, le grand
chef de Nyangw6. Puis Sefu fit enfouir, non loin de la case,
les corps mutil6s.
C'est l que, sur l'indication d'un boy qui avait assist
au drame, ils furent retrouv6s, serres l'un centre l'autre,
lors de la reprise de Kassongo. Les volets, les portes de la
baraza furent arrach6s pour leur confectionner un cercueil;
ils eurent pour suaire le drapeau bleu 6toil6 d'or qui cacha
leurs moignons sanglants.
Et toute la Wallonnie, et toutes les Flandres se passion-
nent aujourd'hui, pour que se dresse, sur la place de Blan-
kenberghe, quelque hommage commdmoratif perp6tuant a
jamais la m6moire de Henry-Auguste De Bruyne, qui pr&-
f6ra trepas et supplices plut6t qu'abandonner son chef ".
Quoi qu'on pense des monuments en g6n6ral et du senti-
ment de la hi6rarchie en particulier, un pareil acte, une
telle abn6gation de soi provoque irr6sistiblement l'enthou-
siasme. C'est beau, vraiment beau, autrement human que
l'holocauste de Regulus, et, parce que plus inutile que le
sacrifice du chevalier d'Assas, d'une conception peut-6tre
superieure.
r. Ce monument a 6t6 inaugur6 sur la plage de Blankenberghe le
io septembre 9goo.








HISTOIRE MODERNE
Vingt-quatre ans, du sang plein les veines, la soif de
vivre... et renoncer a l'existence parce qu'un pauvre homme,
in6vitablement et prochainement condamn6 par la nature
m&me, mais qui vous fut bon, aurait peine et douleur a se
voir seul, a se sentir abandonn6, cela, non, n'est pas d'une
Ame vulgaire!
Vous 6tes venu trop tard, petit sergent, jeune Belge a
figure naive, coeur de h6ros. Plutarque est mort !
SEVERINE.
CANNIBALISME

LES Bangalas m'ont eux-memes dit lorsque, au course
de parties de chasse, je leur faisais des remontrances
parce qu'ils se bornaient a briser les ailes et les membres
du gibier bless au lieu de le tuer sur-le-champ, qu'il valait
mieux laisser 1'oiseau languir, parce que cela rendait la
chair plus tendre. Cela mettait en train la conversation, au
course de laquelle ils expliquaient que, lorsque chez eux ils
pr6paraient une fete, le prisonnier ou 1'esclave qui devait
6tre la piece de resistance avait toujours les bras et les
jambes brises trois jours d'avance, il 6tait plac6 dans un
courant ou une mare d'eau, enfonc6 jusqu'au mention, la
t&te fixde a une perche pour 1'empecher de se suicide, iou
peut-6tre de tomber 6vanoui, et ainsi de se noyer. Le troi-
sibme jour on le retire et on le tue, la chair 6tant devenue
alors tendre. Quoique je ne puisse t6moigner de science
personnelle de la v6racit6 de ces dires, je les ai entendus de
diff6rents narrateurs, a des 6poques differentes, et il est
curieux qu'ils brisaient toujours les pattes etles ailes oules
bras, selon le cas, des oiseaux et des singes avant de les tuer.
Ce fut a cette 6poque que le commissaire du district
d6couvrit qu'un traffic r6gulier d'hommes se poursuivait;

95







LE CONGO ET LES LIVRES
les gens de l'amont les Basongo qui sont eux-memes
cannibales, 6tant accoutum6s de vendre des esclaves et des
enfants en aval, aux Basongo Meno, comme provision de
bouche.
En consequence, le commissaire ordonna aux sentinelles
surveillant la riviere, de capture ou de tirer sur tout cannot
descendant la riviere avec des enfants a bord. En ayant
capture quelques-uns, il reussit a arreter ce traffic.
Quelques gens appartenant a Pania-Moutomb6 (le chef
des dites tribus d'amont) accompagnaient le commandant
dans l'attaque de Gongo-Lutete. L'un d'eux, pregnant son
poste de factionnaire de nuit et ayant tire sur un homme,
vint rendre compete de ce qu'il avait fait apres avoir envoy
un tiers pour apporter le mort. Lorsque le cadavre apparut,
le factionnaire constata, a son 6tonnement, qu'il avait tud
son propre pere.
Il se rendit imm6diatement auprbs de Dhanis et lui
exprima ses regrets d'avoir tu6 l'auteur de ses jours, et que
c'6tait une dure venture parce qu'il ne pouvait manger le
cadavre. Le commandant lui donna ordre d'enterrer le
corps d6cemment, mais d6couvrit plus tard que, bien que
I'homme ne voulft pas manger lui-meme les restes paternels,
il les avait remis ses camarades pour etre mang6s.
La meme semaine, un jeune chef Basongo se presentait
au commandant pendant qu'il dinait dans sa tente, et lui
demand de lui preter son couteau, ce que, sans plus
r6flechir, le commandant lui accord. Ii disparut imm6dia-
tement derriere la tente et coupa la gorge a une concubine
esclave lui appartenant; il s'occupait a la cuire lorsqu'un
de nos soldats le vit et signal ce qui se passait. Le canni-
bale fut mis aux fers, mais, quelque deux mois plus tard, je
le trouvai dans un 6tat si miserable que, craignant de le








HISTOIRE MODERNE
voir mourir, je le fis rendre Ala liberty en le mettant sur ses
gardes. A peine une quinzaine s'6tait-elle dcoulde, qu'il
6tait ramen6 par quelques-uns de nos Haoussas', qui rap-
porterent qu'il mangeait les enfants dans nos cantonne-
ments et aux environs. L'homme avait un sac pendu autour
du cou, on le visit et on y trouva un bras et une jambe de
jeune enfant. Comme trois ou quatre enfants avaient dis-
paru cette quinzaine-lk sans qu'il y eut de d6ces parmi
eux au camp, ce fut un t6moignage considered comme
d'6vidence suffisante contre lui, et il fut ligot6 et tu6, seul
remade pour un pareil incorrigible,
Peu de temps apres, un group de prisonniers de guerre
d6serta, et comme nous avions trouv6 dans quelle direction
ils s'6taient enfuis, nous demandhmes au grand chef de la
region qu'ils nous fussent remis. Il r6pondit que, a l'excep-
tion d'un prisonnier, tous avaient Wt6 mangos, et envoya a
leur place trente-trois esclaves. Celui qui revint fut reconnu
comme 6tant un petit domestique de mon service qui
s'6tait laiss6 inciter a fuir par quelques-uns des d6serteurs.
Par une heureuse chance cependant, il avait trouv6 un
ami dans le village et avait Wt le seul du group qui ne fit
pas mang6. Les r6cits de ce qu'il avait vu en cette occasion
6taient vraiment 6cceurants. Dr HINDE.
(The fall of the Congo Arabs. Traduction Pierre Mille.)

KAFINDO L'ESCLAVAGISTE

L ES deux Arabes Kafindo et Mruturutu avaient depuis
longtemps fait leur apparition. C'6taient les avant-
coureurs des grandes hordes esclavagistes de Rumaliza
i. Auxiliaires noirs, Soudanais ou Zanzibarites, formant les premiers
noyaux de la Force publique au Congo.








LE CONGO ET LES LIVRES
et consorts. De concert avec 1'aide de quelques Wangwana
ils vaquaient impun6ment a leur honteux m6tier : ils
avaient des fusils et 6taient done seigneurs et maitres du
pays. Leurs satellites incendiaient, assassinaient, s'empa-
raient des femmes et emmenaient en esclavage qui leur
plaisait. Cela ne les empechait d'ailleurs nullement de vivre
confortablement, d'exiger pages et imp6ts et de faire
travailler leurs champs, construire et entretenir de vastes
maisons. Mais gare 1'6cervel6 qui osait resister! Comme
celle de tous les aventuriers arabes, leur ceuvre avait des
dehors magnifiques. Elle respirait la vie et le travail, c'est
ce qui jeta trop souvent du sable aux yeux des explora-
teurs. Ils exalterent les musulmans et soutinrent centre
toute evidence que les Arabes etaient des civilisateurs de
premiere force. Ils ignoraient comment ils s'y 6taient pris
pour obtenir pareil r6sultat. II arriva que les Balubas vou-
lurent secouer le joug; mal leur en prit, il retomba sur eux
plus lourd que jamais.
Mais le monde civilis6 finit par entendre la voix qui
depuis longtemps jetait un appel d6sesp6r6 en faveur de
ces opprimes. Les Belges furent les premiers sur la br&che
et bient6t on annon9a en Europe la d6faite des marchands
d'esclaves et la fuite de Rumaliza. Kafindo et Mruturutu
l'apprirent aussi. Cela leur fut salutaire.
Le capitaine Descamps gagnait Mpueto avec son artil-
lerie. Les deux forbans se sentaient incapables de jouer la
parties. Adoucis comme des agneaux, ils se rendirent ?
Mpala pour y implorer la mediation des missionnaires en
vue d'obtenir la paix. Ils 6taient presses par la contrainte.
Kafindo montra aux Pares ses trois doigts medians :
< Quand ceux-la, dit-il, se battent entire eux, ils sont de
force gale, mais mon petit doigt serait bien timeraire








HISTOIRE MODERNE
d'attaquer les autres ) Les trois doigts 6taient Joubert,
Jacques et Descamps. ( Ils ont des fusils, des canons, conti-
nua-t-il, et nous atteindront partout, alors que nos balles ne
peuvent percer que la poitrine des sauvages! )
Quoi qu'il en soit, la paix fut conclue. Malgr6 leurs pro-
testations hypocrites de ne faire usage de leurs armes que
pour faire respecter le drapeau toil, ils durent remettre
leurs fusils. Ils en livrerent quelques-uns et cacherent les
meilleurs dans leurs repairs.
Ils se tinrent cependant tranquilles jusqu'au jour oh le
lieutenant De Mol s'avisa d'inspecter la region. II n'6tait
nullement agressif et cependant Kafindo lui refusa l'en-
tree de son boma. Ses soldats s'en offusqubrent : ( Com-
ment, s'6criaient-ils, devant tout ce people tu vas dormir
dehors alors que Kafindo est & l'abri Soit, r6pondit
De Mol, allons voir s'il n'y a pas la un peu de place
pour nous.
II n'6tait gubre plus 6loign6 que de quelques pas de 1'habi-
tation lorsqu'un coup de feu partit de derriere la porte.
Frapp6 au venture De Mol s'abattit. Ses soldats se replibrent
en 1'emportant et prirent la direction de Mpueto. Mais en
route la blessure s'aggrava, ii fit arreter sa troupe : ( Vous
direz aux blancs que je m'en suis retourn6 A Dieu. Ce
furent ses derniers mots.
La cause de notre long arret ici c'6tait l'espoir que nous
avions de retrouver la tombe de cet intrepide fils des
Flandres qui, jeune et fort, plein d'enthousiasme et
d'entrain, 4tait venu en Afrique pour y collaborer a la
grande ceuvre colonisatrice belge qui a d6jh cofit6 tant de
sang.
Puisqu'il reposait si loin de son pays, nous voulions
b6nir sa tombe, nous voulions y placer une croix, symbol








LE CONGO ET LES LIVRES
de sa foi, et devant cette croix nous aurions pri6 un instant
au nom de ses parents et amis. Partout nous nous sommes
renseign6s, mais personnel ne put nous indiquer l'endroit
de sa sepulture. Ses soldats l'avaient emmen6 dans la
montagne, il doit reposer a deux, trois jours d'ici. Mainte-
nant 1'herbe recouvre sa tombe. Malgr6 tout il ne se perdra
pas dans l'oubli, car son nom reste inscrit a c6t6 de ceux de
maints officers et maints missionnaires, chers au cceur des
Belges.
L'infAme trahison de Kafindo appelait une vengeance.
Le capitaine Descamps et sa troupe lui livrbrent bataille.
Un auxiliaire laique de la mission le rejoignit avec plusieurs
de nos hommes. Apres quelques escarmouches, la nouvelle
de la fin de Kafindo se repandit par toute la region. Peu
de temps aprbs, le brigand, qui n'6tait pas mort, fit h
nouveau parler de lui.
Cette fois on r6solut d'en finir. Le lieutenant Marchal
alla l'attaquer dans son repair. Le boma fut pris d'assaut.
Kafindo, la cuisse perc6e d'une balle, fut entrain6 sur un
brancard vers le nord, dans l'Ouroua, par ses troupes
d6band6es. Six jours durant, sans tr&ve ni repos, nos hom-
mes le traquerent a travers la fort et la savane. Prbs de
Kyomba-Mbayo il fut rejoint. Un nouveau combat s'enga-
gea sur les rives de la Rukulu. Kafindo fut h nouveau touch
par une de nos balles. Mais le brigand avait de la trempe.
Il fut frapp6 le fusil au poing et, avant de succomber, il
nous tua et blessa encore six soldats. La champagne centre
Kafindo 6tait achev6e. Ses lieutenants tombbrent entire nos
mains et Sinyora, sa fille, Agde de six ans, fut confide aux
sceurs de Baudouinville.
(Bij de Baloebas.) R. P. VAN ACKER, Pere Blanc.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs