Citation
Rapport du stage régional de l'FSRE

Material Information

Title:
Rapport du stage régional de l'FSRE le Motel, Bamako, Mali du 3 au 20 novembre 1986
Series Title:
Farming Systems Support Project Network report
Creator:
Sissoko, Keffing
Gaudreau, Mimi
Lichte, John L
Farming Systems Support Project
Place of Publication:
Gainesville Fla
Publisher:
Farming Systems Support Project, IFAS, University of Florida
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
118 p. : ill. ; 28 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Agricultural systems -- Africa, West ( lcsh )
Agricultural education -- Study and teaching -- Africa, West ( lcsh )
Genre:
bibliography ( marcgt )
non-fiction ( marcgt )

Notes

Bibliography:
Includes bibliographical references (p. 117-118).
Language:
Text in French; includes abstract in English.
General Note:
Préparé par: FSSP (Farming Systems Support Project), Service des Programmes Internationaux, Institut des Sciences Agricoles et sic Alimentaires, Université de Floride.
General Note:
"Farming Systems Support Project (FSSP) est subventionné par l'AID, numéro de contrat DAN-4099-A-00-2083-00."
General Note:
Spiral bound.
General Note:
"December 1987."
Funding:
Network report (Farming Systems Support Project)
Statement of Responsibility:
rédaction par Keffing Sissoko, Mimi Gaudreau et John Lichte.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
70582590 ( OCLC )

Full Text
IL W
ir




RAPPORT DU STAGE REGIONAL DE L'FSR/E
le Motel, Bamako, Mali du 3 au 20 novembre 1986
Rddaction par: KEFFING SISSOKO, MIMI GAUDREAU et JOHN LICHTE
Prdpard par:
FSSP
(Farming Systems Support Project)
Service des Programmes Internationaux
Institut des Sciences Agricoles at Alimentaires University de la Floride
December 1987
Farming Systems Support Project (FSSP) est subventionne'par I'AID nume'ro de contrat DAN4099-A-00-208300







TABLE DE MATIERES
ENGLISH INTRODUCTION ---------------------------------------P. v
INTRODUCTION --------------------------------------------P. 1
DEROULEMENT DE L'ATELIER -----------------------------------p. 3
EVALUATION DE L'ATELIER --------------------------------P- 43
APPENDICES
APPENDICE 1: PROGRAMME DE L'ATELIER ---------------p. 49
APPENDICE 2: QUELLE RECHERCHE POUR
QUEL DEVELOPPEMENT -------------------p. 57
APPENDICE 3: OBJECTIFS DE L'ATELIER ----------------p. 67
APPENDICE 4: RAPPORT D'ENQUETE: DABOBOUGOU --------p. 69 APPENDICE 5: RAPPORT D'ENQUETE: NIAME -------------p. 85
APPENDICE 6: RAPPORT D'ENQUETE: NIAGANABOUGOU ----- p. 89 APPENDICE 7: EVALUATION DES SOLUTIONS POTENTIELLES --p. 93 APPENDICE 8: PROTOCOLE D'ESSAI --------------------p. 95
APPENDICE 9: LIAISON RECHERCHE/DEVELOPPEMENT --------p. 97 APPENDICE 10: LISTE DES PARTICIPANTS ----------------p. 11
APPENDICE 11: COMITES DES PARTICIPANTS.-------------- p. 115
APPENDICE 12: DOCUMENTS DISTRIBUE -----------------p. 117
iii




iv




ENGLISH ABSTRACT
INTRODUCTION
This regional FSR/E methods training course was the second regional activity organized by FSSP in West Africa using the training materials recently prepared in English and translated into French. A similar course, conducted in English, was held in Gambia in April, 1986.
This course was conducted in French and held in Bamako, Mali, November 3 20, 1986. It was organized by FSSP with logistical help from L'Institut d'Economie Rurale (IER), L'Institut du Sahel (INSAH), and USAID, Bamako.
Participants from five Sahelian countries (Mali, Senegal, Mauritania, Niger, and Burkina Faso) and three Central African countries (Cameroon, Burundi, Rwanda) attended the course.
The organizing committee from FSSP, consisting of Dr. Susan Poats, Mr. John Lichte and Dr. Mimi Gaudreau, was aided during different stages of the workshop by resource persons from West Africa: Dr. Pascal Fotzo, Dschang University, Dschang, Cameroon, during the first week; Dr. Henk Mutsaers, IITA, Ibadan, Nigeria, during the second week; and Dr. Marie-Helene Collion, IDRC, Dakar, Senegal, during the first and third weeks.
Personnel from the USAID sponsored Farming Systems Project of the Farming Systems Division within IER and Operation Haute Valee (OHV) helped facilitate participant travel to the site of the field exercise. Mr. Lamine Traore of SAFGRAD/Mali made a presentation on Research and Extension linkages within Mali.
The participants established committees to take notes and summarize workshop activities. This document is based on those summaries.
During the preparation of this document, we learned of the death of Dr. Fotzo. We are saddened by this unfortunate and untimely loss of our colleague and friend. He made an important contribution to the success of this course and his disappearance will be keenly felt by FSR/E practitioners throughout Africa.
v




vi




INTRODUCTION
Cet atelier fut la deuxi6me activity rdgionale de 11FSSP
organisde en Afrique de 110uest utilisant le materiel de formation r6cemment prdpard en anglais et traduit en frangais. Le premier sdminaire avait dtd fait en-anglais en Gambie en avril, 1986.
Le present atelier slest fait en frangais & Bamako, Mali, du 3 au 20 november 1986. Il a dtd organism par 11FSSP avec l1appui logistique de l'Institut d'Economie Rurale, l'Institut du Sahel, et 11USAID, Bamako.
Les participants venaient de cinq pays du Sahel (Mali,
Sdndgal, Mauritanie, Niger, et Burkina Faso) et de trois pays d'Afrique Centrale (Cameroun, Burundi et Rwanda).
Le comitd organisateur composed de Dr Susan Poats, M. John Lichte et Dr Mimi Gaudreau, reprdsentant 1IFSSP, dtait second diffdrents states de Ilatelier par des encadreurs d'Afrique de 110uest: Dr Pascal Fotzo, Centre Universitaire de Dschang, Dschang, Cameroun, pendant la premiere semaine; Dr Henk Mutsaers, IITA, Ibadan, Nigdria, pendant la deuxi6me semaine; et Dr Marie-Hdl&ne Collion, CRDI, Dakar, Sdndgal pendant les premiere et troisi&me semaines.
Le personneldu PRSPR (IER) et Opdration Haute Vallde a
facility le travail des participants sur le terrain. M. Lamine Traore de SAFGRAD/Mali a donnd une conference sur la liaison recherche-ddveloppement au Mali.
Les participants se sont rdpartis en comitds pour rddiger un rdsumd des activists de llatelier et ce sont ces rdsumds qui sont A la base de ce document.
Pendant la preparation de ce document, nous avons apprise avec grande tristesse la mort inopinde du Dr Fotzo. Il avait grandement contributed au succ&s de ce sdminaire et sa disparition sera ressentie par les practices de VFSR/E & travers toute l'Afrique.







DEROULEMENT DE L'ATELIER
Lundi, lp, 3 november
L'ouverture du Stage Regional de 1IFSR/E (Recherche sur les Syst6mes de Production et de Vulgarisation) organism conjointement par VUSAID, l'Institut du Sahel et l'Institut d'Economie Rural, a eu lieu comme prdvu au Moter de Bamako le 3 november 1986 & 9h. Cette overture a dtd marque par le discourse d1ouverture pronounced par le Ministre de l'Agriculture du Mali et par des allocutions fates successivement, par le reprdsentant de 11USAID, et le Directeur Gdndral de l'Institut d'Economie Rurale (IER).
Les diffdrents intervenants, apr6s avoir souhaitd la bienvenue aux participants venus de divers pays (Cameroun, Niger, Mauritanie, Burkina Faso, Mali, Burundi, Sdndgal, Rwanda), ont reconnu et insisted sur llintdrdt d1un tel atelier sur 1IFSR/E en tant quIapproche & la recherche et & la vulgarisation en milieu rural.
Selon le Ministre de l'Agriculture du Mali, cette approach existed dans son pays depuis 1979 et constitute un processes efficacy pour corner les probl6mes rdels du monde rural, permettant d'aboutir & l1autosuffisance alimentaire qui reste 11objectif principal des pays en voie de d6veloppement.
Apr6s eux, le Dr Pascal Fotzo a pris la parole pour introduire llatelier par le th6me: Quelle recherche pour quel ddveloppement? Dans son intervention (voir Appendice 2), il a ddgagd importance et le r6le que peut et doit jouer lIFSR/E dans le processes du d6veloppement agricole.
Quand le Dr Fotzo a d6fini et ddveloppd ce quIest 1IFSR/E et le r6le cld qulil joue dans la production, les participants et les encadreurs ont discutd les objectifs de llatelier (voir Appendice 3).
M. John Lichte a ensuite exposed et soumis & la discussion un mobile standard du processes de d6veloppement et de transfer de technologies. Les objectifs visent a:
- expliquer l1approche FSR/E et & presenter les tapes et
les functions de cette approach
- comprendre le r6le de 1IFSR/E dans le ddveloppement et le
transfer de technologies
- comprendre le r6le des disciplines/institutions et leurs
responsabilitds dans routes les tapes de lIFSR/E
Pour atteindre ces objectifs, M. Lichte a expliqud existence d1une chain influences partant de la recherche scientifique de base jusqul& l1adoption des technologies (voir Fig. 1).
3




FSR/E
Reche che Developpensent Adaptation Int6gration Diss4emination Adoption
T c olog. c 0 lcig'e,
Scientifique de Expe'rimentation des des des des
c ol_ e
f e
nTec nologies g..s
ae Base Technologies OTechnologi Tecnnologies
s Technologies
(Universitesi Specifiques
Recherche
Wveloppern nt et Transfert des Technologies
Prevulgarisation Vulgarisation
Tapes dans le Dliveloppement et le Transfert des Technologies




Il est intdressant que chacun se situe sur cette change en r6ponse aux questions suivantes:
1) Quelle est votre function spdcifique?
2) Qui essayez-vous d1influencer?
3) Dloil tirez-vous vos connaissances?
L'adaptation des technologies et leur integration dans les
syst6mes de production des paysans sont les tapes tr&s importantes qui caractdrisent VFSR/E. Il y a aussi plusieurs feed backs qui peuvent avoir lieu car la recherche doit rdorienter ces themes selon les besoins et les capacitds du monde paysan.
Sur la base de existence de cette change influence, le Dr Fotzo nous a d6crit les principles tapes du processes FSR/E. Il existed cinq tapes classiques dans la function d1une 6quipe FSR/E. Ces diffdrentes tapes se remettent. en cause mutuellement par des r6troactions ( --- > ) et des interactions.
1. Choix des sites at decoupage do la zone ditudes an
zones homogbnes
t
2. Diagnostic: identification des constraints et des
touts Ii capitaliser
t t
3. Pre'paratioi otocoles d'essai ou d'autres intervention
(Prerciser la quantity at la nature des informations i collector)
1, t
4. Tests/Exper dions
t t
5. itions/Vulgerisation
Pour mieux percevoir les r6les et les responsabilitds des
disciplines et des institutions dans cheque dtape, le Dr Fotzo a r6parti les participants en groups de rdflexion. Chaque group a discutd les r6les des disciplines diffdrentes pour une dtape et les interactions multidisciplinaires et multi-institutionelles. Les r6sultats de ces discussions ont dtd prdsentds par un reprdsentant de cheque group.




Mardi, le 4 november
Les activists de la deuxi&me journde dtaient axdes sur les
objectifs suivants en vue d1initier les participants au
sdminaire:
- la fagon ou la mdthode d'apprdhender exploitation
agricole en tant que syst6me
- la mise au point d1un module d1un syst6me exploitation
- l1explication de la gamme de variables servant & ddfinir
les types d'agriculteurs
- importance de grouper les paysans & routes les phases de
lIFSR/E
- la selection des variables caractdrisant la famille
paysanne
Le Dr Mimi Gaudreau a tentd de d6finir la notion de syst&me;
puis, de construire un module sur la base du syst&me ainsi
d6fini:
1. Definition d1un syst&me
Un syst6me est perru "comme un ensemble dIdldments en interaction dynamique". Il resort de cette definition qu'un syst6me
nlest pas statique et qulil fait appel & la notion d1dvolution ou
de*rdgression -- ce qui ne facility pas la ddlimitation d1un syst&me; en effet, un syst&me peut dtre un sous-syst6me d1un
syst&me plus dlargi. Ainsi, il y a une hidrarchie de syst6mes.
Par example:
- la cellule est un syst&me --- > lier niveau de syst6me
- la feuille est un syst&me 2i&me niveau de syst6me
- la plante est un syst&me 3i6me niveau de syst6me
- une communautd de plants --- > 4i6me niveau de syst6me
Les plants et les autres 616ments de l1environnement
ferment lldcosyst6me.
Le mdme type de hidrarchisation permit de passer du syst6me simple de la cellule au syst4me agraire complete. Chaque
parties est un syst&me en soi et fait parties d1un grand ensemble de sorte que cheque syst6me se retrouve comme sous-syst6me d1un
autre. Signalons que la definition du syst6me est toujours
arbitraire. Elle est faite selon les besoins de l1analyse. on peut parlor de syst&mes dconomique, communautaire, ethnique....
6




2. Mise au point d1un module du syst6me
Le module est un ensemble qui monte tous les facteurs et
leurs interactions. En ce qui concerned le syst6me d1exploitation, on peut dtablir un module simple ou complete selon le cas:
Example Systeme d'Exploitation en Arne/rique Latine:
Ma che
Culture: ElevageMais Porcins
Haricots U.P. Bovins
Pornmes de terre (Unite/ de Production) Equins
Etc. A
males, fernelles, enfants) Etc.
PA
ForAets/ aturages
Pour percevoir la mise au point du module d1un syst6me de production, apr4s des explications et des discussions sur les composantes du syst6me de production et les interactions entre celles-ci, le Dr Gaudreau a rdparti les participants du s6minaire en 4,groupes, dont les members sont de pays diffdrents, afin de choisir un pays et de ddcrire un module d1un syst6me de production. Les pays suivants ont dtd choisis: le Rwanda, le Niger, et le Mali. Ces modules furent prdsentds en dance pl6ni6re par cheque group.
7




Systerne d'Exploitation au Rwanda
March
Vente Acquis
Frais
4.
U. P.
ION, '-'6
CO
'0 cp/j
/cultures Elevage
C. R. C. V.
S/P Aliments 01, Porcins
Cafd Patates Fumier Lapins
Thi Haricots Volaille
Quin. Pornmes de
Pyrete terre
Mais
Sorgho
Banane Menuserie
Bois Plantation
De Chauf. Entretien
De Constr.
Foreits
Patura4es
CR: Cultures de Rente
CV: Cultures Vivrieres
UP: Unite'de Production
Sous-produits
8




Syst6me d'Exploitation du Mali (Sdgou)
Institutions
Marche'
Grande Familfe PF
oo
Cultures: Elevage:
Mil Bovins
Sorgho Ovins
Ni6b6 Caprins
Fonio Avins
Vouandzou Volaille
Arachide
Forks naturelles Pfiturages
P.F.: Petitefamille
9




Systeme d'Exploitation du Niger (1)
Marche
Culture narm t
Atolierrdedpitd
Culturese'iau deaet arcoe CulurePCroduion Fumier-ractio SseMes de Sorghod'lea M..:Man-'uvtre
10s-rdut




Systerne d' Exploitation Traditionnelle du Niger (11)
Marche"
E x o d aU.P.
Elevage Cultures:
Caprins mil
Ovins Sorgho
Vaches faitieres N i eb e
Volaille




Il resort que:
- les 4 modules sont diffdrents; ce qui implique que la
definition d1un syst&me de production est dlastique, et se
ddfinit par rapport aux probl6mes ou sujets & dtudier.
- tous les modules prdsentds ont pris en consideration les
facteurs exog6nes & exploitation (cas des institutions gouvernementales). Ceci explique la ndcessitd de determiner les
limits du syst6me de production, de comprendre les souscomposantes, de consider les facteurs externes.
Ceci a amend & ddfinir quelques gdndralisations:
1) Pour ddfinir un syst6me, il faut ddfinir les limits et
connaitre la hidrarchie dans laquelle se troupe le syst6me.
2) Les limitations et les crit6res se fixent suivant les
units & analyser; et ceci permit de determiner les limits
entre facteurs endog6nes et facteurs exog6nes.
3) Il faut donc consider les facteurs de l1extdrieur et mieux
comprendre les sous-composantes.
En conclusion, dans le module du syst6me exploitation
agricole:
* Les facteurs endocr6nes sont structures de la mani4re suivante:
les manages agricoles allouent les -facteursde production (terre,
main-d'oeuvre, capital et gestion) aux activists productive
(agricoles, pastorales et hors exploitation) qui leur permettront
de rdallser et de maximiser leurs objectifs.
Quant aux facteurs exog&nes, ce sont principalement: les
structures, les norms, les croyances communautaires, les
institutions creditt, vulgarisation, recherche, autres
institutions dtatiques).
Le Dr Gaudreau slest ensuite dtendue sur llapprdhension de
exploitation agricole comme syst&me et la mise au point d1un
module de syst6me exploitation; clest au tour de M. Lichte
d1exposer la gamme de variables servant & ddfinir les types
d1agriculteurs, et sur la base desquelles sleffectuent le zonage
et la typologie.
3. Zonage et typologie
La selection des variables essentielles par rapport & la
discipline ou aux sujets & dtudier facility le regroupement des
paysans; d1oa la ndcessitd de savor:
- les variables servant & faire le regroupement
- la ndcessitd du regroupement.
12




M. Lichte a related l1exemple d1une region assez grande
sl6tendant du Nord au Sud ayant des isohy6tes et des types de sols diffdrents: la typologie des paysans peut se faire par example se basant sur lldquipement, sur la pluviomdtrie, sur le sol, sur la main-d'oeuvre familial ou sur une combination, par example, du sol et de la pluviomdtrie.
Sol 1 Sol 2 Sol 3
lIsohy6te I Bien dquipd
600-800 1
mm Equip&
Non O-quipe'
800-1000 Bien equipe
mm
Equip&
Non-dquipd
Un tel tableau compote 54 cellules d1informations si on
joute 3 niveaux de main-d'oeuvre familial. Tant quIon augmented es informations & recueillir, le nombre de cellules va augmented; dloii vient la ndcessitd de r6duire le nombre de ropes de paysans.
Ces deux instruments (zonage et typologie) permettent de:
- stratified les populations, les syst6mes de culture
- comprendre la dimension de exploitation
- comprendre les pratiques culturales
- comprendre les relations socio-dconomiques
La selection des variables essentielles determine la rdussite de 116tude. Pour border la selection des variables caractdrisant la famille paysanne, M. Lichte a organism un exercise auquel tous les participants du sdminaire ont par ticipd et qui consistait & dresser une liste d1informations ndcestaires au sujet du paysan, de la famille paysanne, et de exploitation pour voir quells sont les variables qui caractdrisent les paysans, leur famille, et leur exploitation.
Ces informations n6cessaires ont dtd regroupdes en 2 rubriques: les facteurs physiques et les facteurs humans.
13




Facteurs physiques (en vrac) Facteurs humans
superficie, quality de la nombre d1actifs dans l1exterre ploitation
structure fonci&re taille de la famille
dquipement, animaux chef de famille
speculations, assolement structure et composition de
nombre de parcelles la famille personnels, ages,
population sexes)
pluviomdtrie niveau technique: technicitd
entrants du paysan
entrants centre de decision: ddcideursl
prix questionnaires de la famille
rendements (autosuffisance) resources financi&res
maladies enddmiques, ennemis ddbouchds
des cultures regime fancier
source dleau, mode ethnic
irrigation rapport actif/population
type d'amdnagement efficacitd au travail
s6dentarisation habitudes et prdfdrences
institution alimentaires
climate travail & l1extdrieur (exode)
sols: conservation (physi- infrastructures socials
ques, chimiques)
transport, acc6s aux marches
4. Mdthodes de collected et localisation de information
existante
Dans la deuxi&me parties de la journde, les objectifs des
diffdrents exposds dtaient:
1) Choisir la m6thode de collected la plus appropriate aux
types de donndes recherchdes
2) Ddterminer quand et comment mener les enqu6tes
informelles
3) Localiser information essentielle existante, ut'ile &'la
mise en oeuvre d1un programme FSR/E
Pour atteindre le premier objectif, le Dr Gaudreau a propose
aux participants diffdrentes mdthodes de collected de donndes utilisdes par une dquipe de 1'FRS/E; parmi celles-ci, il y a:
14




-les diffdrentes encrudtes: par bondage, formelle,
informelle, prd-test, exhaustive
-la--littdrature: donndes secondaries (en utilisant les
donndes qui existent ddj&, on peut garner du temps et se
familiariser avec le travail quIon veut faire)
-les observations: pour chercher des confirmations
-11entretien avec les personnel de resources: pour les prises de contact avec les vieux et les autres personnel
influantes
-llexpdrimentation: pour chercher des potentialitds
-les dudes de cas.particuliers: pour avoir des details
Apr&s ces explications, le Dr Gaudreau a fait participer
l1ensemble des participants A un exercise qui consisted & chercher la m6thode de collected la mieux appropriate A telle ou telle hypoth6se de recherche, et on a discutd des propositions des participants en analysant llefficacitd de ces mdthodes.
Pour determiner quand et comment mener les enqu6tes
informelles, le Dr Fotzo expose aux participants la definition, la preparation et llexdcution de l1enqu6te informelle:
Wencrufte -informelle:
1)La definition. 11historigue, la mani6re de la mener:
Elle West pas un tourism acaddmique, mais plut6t un art et non une science & m6thodes fixes. Dans 11historique,
on constant que llenqudte informelle a basd ses mdthodes
sur la science de l1anthropologie.
Llenqu6te informelle peut 6tre mende dans diffdrentes
situations:
- preparation des projects
- preparation d1une enqu6te ddtaillde
- planification des essays
2)-Prdparatifs de l1encrufte informelle:
- revue de literature textse, rapports,
- composition de 116quipe: en function des activists
dominates
- definition de la region
- preparation du canvas des questions: prdciser les
categories d1informations & recueillir
15




3)Llexdcution se fait par:
- observations
- interviews
- prisesde notes
4)Les interviews, les diffdrentes tapes sont:
- l1approche; pour assurer la mise en confidence
indispensable pour la teneur et fiabilitd des
informations
- l1entrde en mati6re
- le dialogue
- le depart: signer
- les prises de notes minimales
5)LIanalyse se fait solvent par:
- type d'agriculteurs (niveau de mdcanisation)
- le syst&me de culture
flIte-rapport iprdliminaire
- quand? -- le soir de llenqudte et en group pour
retrace et rdorienter les enqudtes.
- distribution du rapport aux chercheurs, aux agriculteurs et aux responsible pour dmettre des commentaries.
7)Le rapport final
Clest apr6s la dance prdsentde par le Dr Fotzo sur la
definition de lIenqu6te informelle, sa preparation, et son exdcution que M. Lichte a explicit le r6le et la localisation de
information existante.
5. L'utilisation de information existante
Elle permit de:
1) se familiariser avec la region dlintdr6t
2) garner du temps: exploitation des documents existants
3) slorganiser et se preparer advantage
4) augmented llefficacitd du travail
5) se diriger: hypotheses request & vdrifier
Il faut se rendre compete que information diffuse nlest
pas toujours vraie. Clest & 11dquipe de vdrifier cette
information pendant le diagnostic.
16




Les sources de information existantes sont, par example:
1) les cartes (routi6res, topographiques, p6dologiques,
vocation des sols)
2) les recensements et d'autres publications de source
gouvernementale
3) les rapports de mdtdo, de la recherche agronomique et
zootechnique, socio-dconomique etc...
Llexploitation de information demanded une certain
vigilance. Il slav6re n6cessaire de savor qui l1a produite, comment, dans quel but, et d1dvaluer le contend. Information est toujours intdressante mais il faut savor determiner quelled information est essentielle selon les programmes et les objectifs de l1analyse.
Comme exercise, M. Lichte a proposed de trouper les sources d1informations approprides aux facteurs humans et aux facteurs physiques, caractdrisant la famille paysanne et le syst6me exploitation.
Mercredi, le 5 november
On a passd la troisi6me journde de llatelier A preparer llenqu&te informelle afin que les participants puissent la mener le jeudi et le samedi.
Les objectifs & atteindre au cours de cette journde dtaient:
1) identifier les probl&mes rencontrds au cours d1une
conversation avec les agriculteurs et identifier les
caractdristiques d1une communication efficacy.
2) identifier les mdthodes approprides-pour une enqudte
informelle rdussie.
3) ddfinir le contend du rapport de l1enqu6te informelle
1. Communication efficacy pour la collected information
Identification des probl6mes rencontrds au cours d1une
conversation a dtd faite durant.une mise en situation organisde par le Dr Fotzo. Les Dr Gaudreau et Collion ont joud le r6le de chercheurs venus faire un interview chez un paysan. Tous les participants ont procddd & des observations. Des conclusions ont dtd tires sur les mani&res de mener une interview en milieu rural.
17




Les mauvaises mani&res sont:
- arrive sans courtoisie
- arrive brusque
- pas dlentrde en mati4re
- pas d1explication du but de visited
- attitude aggressive
- ddsintdressement aux probl&mes du paysan
- questions inadaptdes
- pas de suivi
- entretien en apart (entre chercheurs) en face du paysan
- judgment de valour
- depart sans courtoisie
Comment amdliorer cela? En adoptant de bones mani6res:
- salutations d1usage et reconnaissance du milieu
- savor brisker la glace, choisir un moment propice, 6tre
sensible aux activists du paysan, le trailer dIdgal & dgal
- faire une entire en mati6re en prdsentant poliment les
chercheurs et le but de leur visited
- les questions doivent rester neutres, rechercher la clartd
et dviter les questions ddlicates d&s le d6but
- aller de fagon progressive, d6composer les questions
- observer le visage du paysan et 6tre attentif aux signs
de lassitude
- donner aux paysans lloccasion de poser des questions
- reformuler si possible les questions sous d'autres formes
- remercier le paysan au moment du depart et lui demander
avec courtoisie la route
Apr4s avoir constant les bones et les mauvaises mani6res adopter, deux volontaires ont mimd & leurs mani&res la visited d1un chercheur chez un paysan.
2. Discussion de logistiques pour la visited sur le terrain
11 est prdvu que tous les participants assistant & une visited sur le terrain dans quelques villages de la zone de 110pdration Haute Vallde (OHV) au sud-ouest de la ville de Bamako. Voici ce quIon attend de cett6 visited qui nlest qu'une enqu6te rapid de diagnostic.
' M. Lichte a prdcisd les diffdrents points qui doivent ressortir dans le rapport de Ilenqudte:
1. Aspects gdndraux du village et de la region
2. Caractdristiques agro-climatiques
3. Caractdristiques pddologiques et hydrologiques
Ces renseignements peuvent 6tre obtenus dans information existante.




4. Caractdristiques des exploitations
4.1. Structure des exploitations
4.2. Moyens de production (terre, travail, equipmentt,.)
5. Syst6mes de production
5.1. Syst6mes culturaux (pratiques)
5.2. Enemies et parasites des cultures
5.3. Syst4mes dIdlevage
5.4. Stockage et transformation (rdcolte et post-rdcolte)
6. Environment socio-dconomique
6.1. Commercialisation
6.2. Autres sources de revenue
6.3. Credit: disponibilitd pour acquisition de
matdriels et d1intrants....
6.4. Institutions (services dlencadrement et de
vulgarisation, autres.... )
6.5. obligations socials (religions, costumes, f6tes,..)
7. Habitudes alimentaires
Tout cela doit permettre d1avoir acc&s aux diffdrents
probl&mes ainsi qulaux opportunities, clest-&-dire dans le cas de resources sous-employdes. Des directives ont dtd donndes pour mener A bien la collected de ces renseignements sur le terrain.
M. Maiga du PRSPR, de la Division de Recherche sur les
Syst4mes de Production Rurale, IER, a prdsentd un rapport sur les caractdristiques de agriculture dans la zone choisie pour l1enqu6te rapid. Son rapport a dtd utilisd comme source information par les participants.
Apr&s l1exposd de M. Maiga, le Dr Gaudreau a donnd un
example d1une parties de canvas information ou guide dlenqu6te sur le syst&me de culture.
Gujd2 dlEncrugte
Syst&mes de cultures:
- varidtds (locales amdliordes), assolement, associations
- importance et utilisation des divers types de terrain
- nombre, taille et localisation des champs d1une famille
- crit4res pour laisser un champ en jach6re ou le reprendre
apr4s jach&re
- durde et utilisation de la jach6re
- products recueillis de la jach6re
- cultures ddlaissdes, cultures nouvelles
- pratiques culturales
" temps de travaux et mdthodes de preparation du sol
" constraints de main-d'oeuvre
" sources des semences
" maintain de la fertility: utilisation de future
organique et mindrale
" techniques de rdcolte
" equipment agricole
19




Les participants ont dtd divisds en plusieurs dquipes
dlenqudte pour opdrer dans 3 villages (Dabobougou-Missira, Niamd, et Nianganabougou). Par la suite, les groups dlenqudte se sont
forms et ont prdpard leur propre canvas dlenqu&te pour la
visited qui a eu lieu le lendemain.
Jeudi, le 6 november
Les participants ont passd la journde & mener llenqu6te
informelle dans les villages de Dabobougou, Niamd et
Nianganabougou.
Vendredi, le 7 november
Pendant la premiere heure, les diffdrents groups dlenqudte
forms ont poursuivi leur discussion pour coordonner les informations qui avaient dtd recueillies au cours des visits sur
terrain. Il slagissait de se poser les questions suivantes:
"Que savons-nous?"; "Que devons-nous savorr" et par la suite de
se preparer pour la deuxi6me visited. Les discussions en group
ont continued jusquI& la pause.
Apr&s la pause, une dance pldni6re mende par le Dr Poats a
dtd consacrde & une discussion sur les probl&mes rencontrds au cours de l1enquAte. Les remarques ont toured auteur des points
de logistique, de mdthodologie applique, et de preparation de
116quipe interdisciplinary. on a notd que les probl&mes
rencontrds sur le terrain (retard des vdhicules, introduction
tr&s formelle sur le terrain, etc.) sont des probl&mes rdels dont
le chercheur doit tenir compete dans sa programmation. On doit
slattendre, les premieres journdes de rencontre, aux cdrdmonials
du village. Il est bon aussi de rdfldchir & la pdriode propice
pour commencer un diagnostic qui a toujours un d6but mais qui ne
finit pas car les visits sont continues et cycliques. Elles
doivent fitre adaptdes & la prdponddrance des activists et au
suivi des diffdrentes phases du cycle agricole.
On a not& importance d1avoir une pdriode d'analyse des
informations apr&s une journde sur le terrain pour approfondir Cu
rdorienter le travail le lendemain. On a notd aussi que la
quantity de renseignements recueillie augmented au fur et A measure
que lIenqu6te continue, surtout avec une discussion apr6s cheque
jour pass& sur le terrain.
Ensuite les organisateurs ont partagd aux participants
quelques-unes de leurs observations sur la conduit de la visited
sur le terrain.
Les groups dlenqudte se sont ensuite rdunis ayant
comme devoir de se preparer pour la journde du lendemain. Ils
devaient essayer d'approfondir les donndes judges insuffisantes,
de ddvelopper les informations se basant sur les constraints,
20




dlaioiDrofondir leurs connaissances sur les structures et sur les syst&mes de production, et de determiner les activists des femmes et leur r6le dans la production agricole.
Samedi, le 8 november
Les participants ont passd la second journde au village o i ils ont questioned les agriculteurs.
Lundi, le 10 november
Aprds llenqudte informelle effectude la semaine derni&re sur le terrain dans trois villages studs dans la zone de 110pdration Haute Vallde (OHV); les groups dIenquAte se sont rdunis pour changer des iddes et assembler des notes afin de finaliser les rapports dIenqu6tes (voir les Appendices 4-6).
Chaque group a prdsentd en session pl6ni6re une synth6se de ses rdsultats, y comprise une liste des probl&mes ou des constraints. Ces presentations dtaient suivies par une discussion avec M. Jacques Denis, agronomy du PRSPR et M. Alpha Maiga, coordinator du PRSPR. Ces Messieurs ont notd que les participants ont identified les m6mes constraints limitant la production agricole que 116quipe du PRSPR. M. Denis a parld du programme dlessais mends par 116quipe et a rdpondu aux questions poses par les participants sur le diagnostic et les essays en milieu rural.
Cette dance a signaled la fin des activists sur lIdtape de diagnostic et les participants ont remplis des formulaires d1dvaluation.
La journde slest terminde par la presentation du programme FSR/E au Rwanda.
Mardi le 11 november
Avant de commencer le travail sur la deuxi6me phase de
llatelier, le Dr Poats a prdsentd les cinq tapes de 1'FSR/E en schdma gdndral (voir Fig. 2) comme introduction & la planifica,tion des essays et d'autres interventions en milieu rural.
Utilisant les rdsultats du diagnostic, les travaux de la deuxi6me semaine seraient dlidentifier les probl&mes pouvant faire 11objet de la recherche, dlidentifier et d1dvaluer les solutions potentielles et de les rendre opdrationelles.
Sur la base des lists de constraints gdndrales dtablies par les diffdrents groups, le Dr Mutsaers a demanded aux participants de faire une liste des constraints plus prdcises. Car il existed des constraints non maniables et des constraints maniables selon
21




Region de Travall
Information Secondalre
Recherche
Diagnostic Adapt4e au Expe'rimentation
Milieu Paysen
Enqufite Enqubte
Informelle Formelle
PLANIFICATION )
ProbAimes Re herche Technologies adapte'es
aux conditions agroNon Resolus en Station If
ecologlques de la region
Recherche Thematique ...000/00e (Disciplinalre/Composants)
Dessin Schdmatlque de la relation entre FSR at la Recherche an Station
22




le point de vue du chercheur, clest-&-dire sur le plan technique. Les autres points de vue administrations ou ddcisifs intdressent d1autres acteurs.
Les constraints libelldes par les groups dtaient trop
gdndralisdes, tr&s peu spdcifiques, et non opdrationnelles. Il y avait certain points qui nIdtaient pas des constraints mais des constant et des observations & un niveau trop g6ndral pour les analyser et proposer des solutions specifiques. Il faudrait trouper les causes, car ces observations ne sont que des symt6mes.
Clest A partir des causes que llon peut proposer des
solutions pratiques. Il faut donc en premier lieu localiser les constraints opdrationnelles a partir desquelles on peut proposer directement des solutions:
Probl&mes (gdndraux)
I
V maniables
Contraintes
non maniables
V
Causes
I
V
Solutions
Sur cette base, voici quelques examples de constraints maniables et non maniables:
Contraintes maniables Contraintes non manigbles
" Mildiou sur le sorgho Mauvaise rdpartition
des pluses
" Pauvretd des sols Sdcheresse
* Coat dlevd des entrants
Les constraints maniables sont cells sur lesquelles les chercheurs peuvent agir; les constraints non maniables sont cells sur lesquelles le chercheur ou le paysan ne peut agir. Il faut cependant distinguer les caractdristiques des constraints (ex.: non equipment d1une region, insuffisance de la maind'oeuvre).
A la lumi4re des explications donndes ci-dessus, les participants, en petits groups, ont dressed des lists des constraints spdcifiques relevdes lors de llenqudte informelle mende au niveau des villages et des hameaux. De ces lists, on relive:
23




Contraintes maniables qdndrglisdes
" Insuffisance des moyens de lutte centre les mauvaises herbs
(striga, cypdracde, autres).
" Ddgdts des oiseaux au semis et & la rdcolte
" Ddgats des singes et des rats
" Mildiou sur le mil
" Alimentation en season s6che des boeufs de labours
" Chevauchement des operations culturales au cours de la champagne
agricole
Contraiptes manjableg Particuli6res
" Adventices en riziculture (Riz savage, cyperus) (3i&me
village)
" Pauvretd de sol, monoculture, non-restitution de fertility&
(3i6me village)
" Structure lourde (du sol) (li&re village)
" Varidt6 de sorgho h cycle non adapt& h la season pluvieuse de
la zone (1i4re village)
" Manque de varidtds sdlectionndes (3i&me village)
" DdgAts des insects aux products stocks (2i6me village)
" Maladies de la volaille (3i6me village)
" Parasitose externe des animaux (1i6re et 2i&me villages)
" Entretien et reparation des matdriels (2i6me village)
ContraiLtes non maniables:
" Condition difficile de credits
" Sdcheresse
" Mauvaise rdpartition des pluses
" Santd humane
" Exode rural
" Manque de main-d'oeuvre
" Prix aux producers de cdrdales non rdmundrateurs (1i6re et
3i&me villages)
" CoOts dlevds d1intrants
" Vdtustd des infrastructures hydrauliques (3i&me village)
" Information formation des paysans (li&re village)
" Niveau bas d1dquipement (3i6me village)
Une constraint particuli6re a un niveau d1impact
gdographique moins dlargi (un seul village) par rapport &-une
constraint g6ndralisde qui a un impact gdographi-que plus grand (2
ou 3 villages).
On peut utiliser des probl6mes ou constraints comme crit&res
pour dtablir les groups de paysan (comme on utilise les facteurs
socio-dconomiques ou agro-dcologique). Un paysan pourrait
appartenir & plusieurs groups, par example les gens qui ont des
probl&mes avec la structure lourde du sol et des gens dont les
les animaux sont affligds de la parasitose externe. Tous les
24




habitants d1un m6me village n1appartiennents pas n6cessairement au m6me group; par example, quelqu'un qui n1a pas de b&tes ne strait pas dans le group des paysans qui a un probl6me des parasites.
Apr&s la finalisation des lists de diffdrentes constraints, on ne peut pas, en tant que chercheurs, tout rdsoudre; il faut donc dtablir des prioritds et hidrarchiser leg probl6mes. Le Dr Gaudreau a prdsentd 4 crit6res de hidrarchisation g6ndralement utilisds pour ce faire:
1. Le probl4me est-il rdpandu ou bien seulement localism?
Il slagit 1& de voir la dimension gdographique du
probl6me.
2. Impact du probl&me sur le syst&me
3. La frdquence du probl&me et importance de la perte
cause
4. Est-ce que le paysan congoit cela comme un probl6me?
Tous ces crit&res sont important et la priority donnde A tel ou tel crit6re depend de orientation et des objectifs de recherche de 116quipe concerned (selon leurs disponibilit6 en moyens matdriels, humans, financiers).
Sur la base de ces 4 crit&res, leg participants ont travai116 par group pour dtablir leg probl6mes priorities dans la liste des constraints; & llissue de cette hi6rarchisation, on a dtabli des prioritds gdndrales comme suit:
- insuffisance des moyens de lutte centre leg mauvaises herbs
(striga, cypdracde et autres)
- chevauchement des operations culturales pendant la champagne
- d6gats aux cultures (oiseaux, singes, rats, mildiou du mil)
- pauvretd des sols et non restitution
Apr&s avoir dtabli la hidrarchisation des constraints, il faut passer aux solutions.
D'une part, certaines solutions sont applicable
directement; d'autre part, des experiences doivent 6tre fates en milieu paysan. Pour leg constraints nlayant pas de solutions dvidentes, il faut renvoyer le probl&me & la station de recherche.
Dans certain cas, on ne connait pas tellement influence ou incidence de la constraint; il faudra mener deg dudes en milieu paysan. Il se peut aussi que leg 6tudes & un niveau autre que celui des paysans soient n6cessaires en vue de mieux corner leg constraints non maniables.
Pour certaines constraints, il faut une combination de solutions.
25




Apr&s ces explications par le Dr Mutsaers, les groups ont
reprise leurs travaux pour ddfinir les solutions aux constraints
maniables revenues de llenqu6te informelle. Ils ont utilisd une
matrices comme la suivante pour organiser leurs travaux.
IDENTIFICATION DES SOLUTIONS POTENTIELLES
lContraintesl Solutions I Interventions proposes
paysannes
Test en Test en Etudes Autres
milieu milieu addit.
paysan contr6ld
IN' 1
IN' 2
IN' 3
La journde slest terminde par la presentation et la discussion
sur la formation en FSR/E.
Mercredi, le 12 november
A partir de la matrices identification des solutions
potentielles dtablie au cours de la dance prdcddente, les
participants ont pris cells des tests en milieu paysan pour les
trier selon leurs mdrites avant de les appliques en milieu
paysan.
Avant de commencer le travail, le Dr Poats a identified
quelques crit&res utilisds pour 116valuation des mdrites des technologies. Les technologies proposes se d6terminent en
function de ces crit&res:
1. La technologies propose concorde-t-elle avec les
objectifs des paysans?
2. Demandera-t-elle beaucoup plus de temps et plus de
main-d'oeuvre?
3. Augmentera-t-elle les risque de production ou les
diminuera-t-elle?
4. Augmentera-t-elle la rentabilitd ou la baissera-t-elle?
5. Demandera-t-elle de nouveaux entrants dans son
application? Si oui, ces entrants sont-ils disponibles
dans le pays? au niveau de l1encadrement? Sinon
prdvoit-on leurs importations?
26




6. Aura-t-elle un effet positif ou ndgatif sur la
fertility du sol?
D'ofa provident la matrices de la page suivante (Fig. 3).
Cette matrices permettra d'apprdcier les mdrites ou 11impact des diffdrentes technologies (I, II, III, IV, etc.) avant de les mettre en milieu rural.
Si la technologies propose est la future mindrale azotde, on pourra 116valuer comme ceci:
- elle concorde avec les objectifs du paysan ---- >
- 116pandage peut demander beaucoup de temps de travaux ---- >
- elle augmented les risque en cas de s6cheresse ---- >
- les codts ne sont pas tr&s dlevds ---- >
- l'urde est disponible ---- >
- elle augmented la fertility ---- >
Il y a deux motifs pour tester les mdrites (impact) des technologies proposes pour le milieu paysan: d'abord, on ne peut pas tout faire en m6me temps, et les moyens peuvent aussi manquer pour tout faire. Clest donc un moyen qui force & examiner les decisions et qui stimuli interaction des diffdrentes disciplines.La liste des crit6res reste toujours ouverte et peut augmented et varier selon les dquipes, les tests proposed et les seasons.
A la lumi&re de ces explications, les groupes-de travail ont continued & rdfldchir sur 11impact des tests quills veulent proposer en milieu paysan (voir Appendice 7).
Jeudi, le 13 november
La journde du jeudi 13 devait 6tre consacrde & 1161aboration, la presentation, et A l1analyse des protocols dlessais, mais auparavant, M. Lichte fit une presentation sur l1analyse par la mdthode du budget partial. L'analyse par les budgets parties, a-t-il dit, est une des m6thodes d1dvaluation permettant d1analyser et dlinterprdter les rdsultats des essays mends sur une ou plusieurs campaigns. On peut aussi llutiliser pendant lldvaluation et le triage des technologies proposes. Cette analyse compote cinq tapes:
1. Calcul de la marge brute
2. Calcul des frais variables
3. Calcul de la marge nette
4. La determination de la course de marge nette afin dlidentifier
l1hypoth6se la plus rentable
27




CD.
Evaluation des Solutions Potentielles
Merites des Technologies en matiere de: Technologies Concordance Impact sur Impact sur Rentabilite Disponibilitg Fertilite' Autres
proposees en avec les l'utilisation les des intrants du sot
milieu paysan objectifs des de main risques
paysans d'oeuvre
2.
3.
4.
()signifie impact positif
()signifie impact negatif




5. LIdlaboration d1un tableau d1analyse marginal afin de
compared les taux marginaux de rentabilitd des diffdrentes
hypotheses mises en competition.
Chacune de ces 5 &tapes fut illustrde par un example facilement comprehensible. '
Apr6s cette presentation de l1analyse par la mdthode des
budgets parties, M. Lichte a proposed des crit6res de recherche en milieu rdel; l1expdrimentation en milieu' paysan suppose des rdponses addquates & certaines questions:
A. Est-ce que llessai est faisable?
1. D'apr6s les teaches confides & 116quipe
2. Est-ce quIune expertise slav&re ndcessaire?
3. Le budget est-il suffisant?
4. A-t-on la force dleffectuer le travail ndcessaire?
B. Budget et force de travail
1. Quels sont les sites ou les groups cables?
Quelles sont leurs distances?
2. Combien sont-ils?
3. Quelles sont les donndes & collector (masse de
donndes)?
4. Quel genre de protocol nous faut-il d'apr&s la
nature des tests & mener?
Si on determine la locality, on distingue & ce propose 4 types'de tests pouvant 6tremends en milieu paysan:
1. Le test exploratoire
2. Le test de perfectionnement
3. Le test de validation
4. Le test de demonstration
Apr6s une discussion sur les caractdristiques de chacun de ces types de tests, la dance fut ensuite poursuivie par la procedure dIdlaboration et d1analyse des protocols dlessais. Pour enter dans le sujet, le Dr Gaudreau a donnd aux participants un exercise de critique du protocol afin de comprendre comment laborer un protocol et dviter certaines erreurs qui peuvent ddtourner llessai de ses vrais objectives.
29




Cet exercise a permits aux participants de tirer, avec
assistance du Dr Mutsaers, un plan guide dIdlaboration d1un
protocol dlessai en sept tapes:
1. Ddfinir les objectifs de 116tude
2. Ddfinir les hypotheses de travail
3. Ddfinir les treatments et le dispositif
- conditions de rdalisation (syst&me cible, spdculations,...)
- prdciser les conditions fixes (param6tres non variables)
4. Prdciser le nombre de rdpdtitions, la taille des parcelles
5. Ddfinir les observations i prdlever
6. Prdciser les responsabilit6s des paysans ainsi que cells des chercheurs
7. D&terminer les m6thodes d1dvaluation
Au vu de ce plan-guide, 4 groups furent constituds afin
dIdlaborer des examples de protocol dlessai sur deux themes
diffdrents:
- lleffet de la rotation des cultures sur le striga
- la mani&re de rdsoudre le probl6me de la pauvretd du
sol par la fertilisation
Les examples de protocol proposed par les 4 groups furent
largement discutds et amdliords en fin de soirde (voir Appendice
8).
La journde slest terminde par la presentation du programme
FSR/E de M auritanie.
Vendredi. le 14-novembre
D'apr&s les protocols dlessais dlabords par les quatre
dquipes en travaux de groups, M. Lichte a animd un ddbat penchd
essentiellement sur les points suivants:
a. la spdcificitd dans la formulation des hypotheses de
recherche par rapport & 11objectif du travail
b. la coherence qui doit existed entre les hypotheses
formuldes et le module experimental
c. importance de la randomisation des parcelles dlessais
et de leur taille
30




d. la provision des observations & effectuer au cours de
l1expdrimentation et de la collected des donndes
ndcessaires et suffisantes pour rdpondre & 11objectif que
llon slest assigned pour la recherche
e. les interrelations des rdsultats de la recherche au
niveau de la station et ceux de la recherche en milieu
paysan
Le Dr Poats a ensuite fait une demonstration d1une mdthode pour aider les chercheurs d6terminent quand ils ont trouvd les causes (pas des sympt6mes) des probl6mes (Fig. 4). Sans identifier la cause d1un probl&me, on ne peut pas trouper de solution qui puisse 6tre testde en milieu rdel.
M. Lichte a presented un expos sur la logistique de la mise en place des essays, apr6s quoi le Dr Gaudreau a dirig6 une mise en sc&ne des probl6mes imprdvus que llon rencontre dans le milieu rdel. La discussion a continue sur ces themes pendant llapr6smidi avec M. Denis, l1agronome du project RSPR.
Au cours des d6bats sur la mise en place et la gestion des essays, les interventions ont dt6 ax6es sur:
a. la selection des paysans et le choix des sites de la mise
en place des essays
b. la programmation dans le suivi et la gestion des essays
c. l1exactitude des informations A retired des essays
d. 1'emploi du temps par le chercheur et par les
agriculteurs
e. lamani6re dont le chercheur doit motive le paysan dans
la gestion des essays
f. attitude du chercheur deviant les imprdvus au cours de
la preparation et le suivi des essays
Lors des dances sur les approaches de solutions aux
probl6mes rencontrds au milieu r6el, on a insisted sur les points suivants:
a. pour le choix des paysans et des sites des essays, le
chercheur doit tenir compete de la structure social et
6conomique du milieu, tout en maintenance llesprit de
rigueur scientifique qulexige la recherche.
b. le chercheur doit 6tre ponctuel dans ses programmes et
il doit informer les paysans sur routes les activists de
suivi et de la gestion des essays.
31




Schema des causes d'un probleNme
Pas
Absence d'equipe de
ment coton Re"pdtition
des STRIGA
cultures
Pas de
.1
credit
Pauvrete' des
sols
Ne participate pas dans le programme de vulgarisation
'Aanque Manque
de de Erosion
jache're r4'stitution
Manque de
couverture 4g( tale Manque
de
terre
Aug M mentation Surpaturage
dela et
poDulation de'boisement




c. le chercheur doit vdrifier rdguli6rement les informations
qui lui sont fournies par les agents de terrain.
d. le respect de 1'emploi du temps par le chercheur et par le
paysan est une bonne base de collaboration entre eux.
e. deviant les impr6vus, le chercheur doit avoir une attitude
psycho-sociale qui lui permit d'assurer llintdgritd de ses
responsabilit6s.
Le succ&s de la recherche en syst6mes de production, bien que complete, depend essentiellement de:
a. une bonne plannification de recherche
b. une collaboration dtroite entre les parties engages
dans la recherche (chercheurs, technicians et
paysans).
c. une responsibility motive des contractants enters la
recherche.
La journde slest termind par une prd:skentation du programme FSR/E de Burkina Faso.
Lgtdi, le 17 n6vgMbre
M.-Lichte a prdsentd un exposed sur les dldments de l1analyse statistique. En mati6re d'analyse statistique, il faut consider les points suivants:
I. Les analyses statistiques ne sont pas une fin en ellesm6mes. Leur but, clest 11interprdtation des donndes.
2. Est-ce quIelles sont tiles? Oui, certainement; mais
parfois on peut se contender d'autres types d'analyses:
l1analyse dconomique par example.
3. Le niveau de signification peut 6tre variable selon
les preoccupations de llexpdrimentateur ou selon la
rigueur A laquelle celui-ci se soumet. Le niveau designification utilisd nlest pas le m6me, par example, si
llon expdrimente une dose de m6dicament pour homme ou
si llon choisit entre plusieurs varidtds de mais.
4. Qdand sont-elles approprides? Selon le cas, on peut
adopter:
a. LIANOVA appropriate pour les comparisons
b. La regression si llon doit se prononcer
sur l1aspect quantitatif d1une variable
33




c. L'analyse de stability de rendement, quand les variations de gestion et de l1environnement sont peu maitrisables et quand il nly a qu'une seule rdpdtition par site
5. Probl&me du test de F: Notez que dans la demarche
statistique, il ne faut pas slarrdter seulement au calcul
de F. Il convent de pousser l1analyse plus loin afin
d1avoir plus d1dclaircissement.
Example: Apr4s le calcul de F et apr&s avoir ddcidd (rejet ou non rejet de 11hypoth6se nulle), il faut faire la
separation des moyennes par la mdthode des ppds ou autres
types de calcul.
6. Le coefficient de variation (CV) vaut mieux plus il est
bas. Cependant, si les rdsultats sont significatifs et que le CV est grand, cela peut 6tre bon signe: on peut
llinterprdter comme le fait d1une technologies adopted par
un grand nombre de paysans, chacun dans son propre
context.
M. Lichte a continued les activists en d6montrant
llutilisation de l1analyse de stability desrendements.
A. Quand est-elle plus appropriate?
- lorsqulil nly a qu'une rdpdtition par champ
- lorsque la variation dans la gestion est grande
- lorsquIon a moins de contr6le sur l1environnemnent
climate sol, etc.)
B. Comment faire?
1. Additionner les rdsultats individuals par site.
2. Diviser par le nombre de treatments par site trouperr
la moyenne) ce qui nous donne 11index de l1environnement.
3. Rdpdter 11opdration pour cheque site.
4. Faire une regression lindaire: les rdsultats des
treatments individuals par site (Y) sur 11index
de l1environnement (X).
S. Rdpdter pour cheque treatment.
6. Tracer les droites de regression sur un tableau graphique
et compared visuellement.
7. Calculer les intervalles de confidence.
8. Tracer les distributions graphiques des intervalles de
confidence.
34




B
A
C
E 0
V 10,
C
cc J
Index D'Environnement
Non Favorable Favorable
.Le graphique ci-dessus monte que dans un environment
favorable, la varidtd B est supdrieure A la varidtd A alors quIon observe 11inverse dans un environment non favorable.
Pour terminer les activists du matin, le Dr Collion a fait
une intervention sur l1analyse paramdtrique ot il faut consider:
- l1analyse marginal et la function de production
- la variability des b6ndfices nets
- Taux de rentabilitd marginal Bdndficeg Nets Codts Variables
Elle a utilisd un example tird du document de CIMMYT (1979): "Comment etablir des conseils destined aux agriculteurs" pour ddmontrer cette analyse et la fagon de faire les calculus.
On peut calculer le taux marginal de rentabilitd au niveau d1une exploitation en- determinant la moyenne de rendements
- estimate le budget partial en function du prix au
producer x rendement bdndfice brut, codts des entrants
variables (engrais, semences, codts d1opportunitd de la
main-d'oeuvre)
Le sujet trait pendant llapr&s-midi portrait sur
Ilinterprdtation des rdsultats de l1analyse. on a notd que
35




l1analyse statistique nlest qu'un outil pour 11interprdtation des donndes. Clest 11interprdtation qui est le but pour amdliorer le travail sur terrain et pour donner le feed back au chercheurs des
stations de recherche.
Le Dr Gaudreau a facility une dtude de cas dlessais mends au
Paraguay sur des cultures d'ail et de raises. Les participants
ont travailld en groups sur 11interprdtation des rdsultats de
ces essays.
Les participants ont notd que m6me si l1analyse agronomique
est significative, la technologies testde West pas toujours
rentable. Ils se sont rendu compete qulil est n6cessaire d1interprdter les rdsultats des essays par les crit&res agronomique,
dconomique et sociologique. On a notd que le feed back des
rdsultats de travail d1une dquipe FSR/E devrait avoir lieu &
plusieurs niveaux: au niveau des ddcideurs sur les probl&mes des
prix, de disponibilitd des entrants etc... ; au niveau des
chercheurs des stations; et au niveau des paysans qui pourraient
adopter ou non la technologies en question.
La journde slest terminde par la presentation des programmes
FSR/E du Niger et du Cameroun.
Mardi, le 18 november
Au cours de la journde, Monsieur Lamine Traore a animd des
discussions sur le programme SAFGRAD au Mali et a donnd des
explications sur le volet regional. Apr&s avoir introduit son
sujet, 14. Traord a placd le SAFGRAD comme celulle de liaison R/D
au Mali. 11 a aboard successivement les points suivants:
- la mdthodologie du travail;
- un example de transfer de technologies;
- les constraints ressenties dans le transfer de
technologies; et
- les perspectives d'amdlioration des liens entre la
recherche agricole et les services de vulgarisation
(voir le texte Appendice 9).
Apr&s la pause, le Dr Poats a parld des liaisons FSR/EVulgarisation-Recherche de Base. Elle a expliqud que 1IFSR/E
peut notamment:
- permettre que les nouvelles technologies soient mieux
acceptdes par le paysan
- identifier les probl6mes priorities de la recherche
agricole
36




- gdrer les technologies completes pour la diffusion
- donner 11opportunitd d1examiner les m6thodes de
gestion des agriculteurs face aux technologies
nouvelles
Elle a dgalement montrd lldvolution des rapports entre la recherche et la vulgarisation qui a conduit & la conception de lIFSR/E. Elle a ensuite donnd une idde du surcroit de travail des agents de vulgarisation. Ils sont surcharges par des teaches incompatibles, deviant agir en tant quIagent de diffusion et dIdducation des paysans, agent de government pour le prdl4vement des imp6ts etc.... et en tant que participant & la recherche applique. Elle a d6fini le r6le des vulgarisateurs dans les diffdrents tapes de 1'FSR/E ainsi:
a.,Diagnostic:
1. assisted & identification et A la comprehension des
probl6mes priorities des paysans
2.. assisted & la definition des objectifs des paysans
3. assisted & identification des nouvelles technologies
4. assisted & la collected des informations
b. Planification:
1. assisted au choix des technologies
2. assisted & 116valuation des technologies proposes
c. Expdrimentation
1. maintenir des liens avec les agriculteurs coopdrants
2. assisted & la selection des agriculteurs coopdrants
3. assisted au suivi des essays
4. organiser des jours de visited
5. fournir le feed back aux chercheurs
Le Dr Poats a ensuite parld des probl&mes de 11institutionalisation de lIFSR/E dans les services de recherche ou de vulgarisation existants. Elle a notd qulil y a tant de modules d1institutionalisation suivis ddj& dans les pays ofa se trouvent les dquipes de 1'FSR/E, clest-&-dire:
37




-Instituts de Recherche
-Services de Vulgarisation
-Nouvelles Institutions
-Universitds
-Socidtds de Ddveloppement (fili6res)
-Programmes Rdgionaux
-Projets Pilotes
-Projets Ddpartementaux
-Programmes Composants (thdmatiques)
-Groupes Privds
-Projets des Volontaires
-Unitds de Coordination
Pans quelques pays plusieurs modules sont utilisds. Elle-a
ddmontrd des schdmas de quelques-uns de ces modules et prdsentd
les constraints et les advantages sp6cifiques pour cheque type
dlinstitutionalisation.
Ouelcrues Exemnles d'Institutionalisation FSR/E
Example 1: Projet pilot
[Min- Agriculture
Direction du fel-] Direction de I Projet Pilote
elopement Recherche FSR
Vulgari- Programmes Dipartements
station
M H T S S A E V
egion legionon a a u o e g c i
i r b r r o r
s i e g e o n o
c r h c n ol
0 c 0 t 0 mo
t u i mi g
s I o i e i
e n e e
s
Le project pilot assure tout: cadres, moyensf etc., ce qui
peut engender un probl&me de reprise du project & la fin du
project pilot. Il peut y avoir une certain m6fiance des
chercheurs de,11institut vis-&-vis des cadres du project dotds de
plus de moyens, etc...
38




Exemple 2: Ddpartement
Equpe Equpe EqupeStation Station Station
rA BC
Il peut y avoir un probl~me d'autoritd entre le d~partement FSR et les autres d~partements, ce qui peut amener une duplication des rdsultats, etc.
Exmls3 Programme composant
CIP% CIMMYT
CIAT
Inst de Recherche Inst do Recherche Sevc-ugrsto
EeaeAgronomniqueSeicVugiaio
mr R mr R mr R HaP.t MaiT.
e o e o e o asP.dT
n n nfn nfn
Co Co Co 0e m e m e m
S i s i si
e Ie e
Si dans la region II,- l'on cultive le mais et la pomme de terre, l'4quipe FSR du programme mais et celle du programme pommes de terre vont se retrouver dans une m~me region, ce qui peut entrainer des conflits entre les deux dquipes.
39




Example 4: Coordinateur national
Min. Agriculture et
Ddveloppement de I'eau
Secretariat permanent n du
Dpr Elevage at
Eau re
Vkgrinail
E: --I
Igarisation Recherche Coordinateur
National
FSR/E
National- I Programme ARPT
Cultures FSR/E local
9 equip]so
Example 5: Coordinateur national
Institute de Recherche Coordinateur
National
Prit DvIpt )rjt DvIpt Prgm Prgm Prgm
A P. T. -Mais Haricot
FSR FSR FSR FSR
.......... .......... ... ............ .
Villages
Apr4s l1exposd du Dr'Poats, des groups de travail ont dtd
fords pour ddvelopper et presenter un module d1institutionalisation de lIFSR/E pourchaque pays reprdsentd au cours du
s6minaire.
La journde sl-est terminde par une presentation du programme
de 110MVS.
40




Jeudi, le 20 november
Cette journde dtait axde principalement sur la presentation de divers participants sur la recherche scientifique dans leur pays respectif et en particular sur le probl6me de 11institutionalisation de 1IFSR/E ainsi que celle de diffdrents organisms de recherche. Ces presentations se sont ddrouldes dans 11ordre suivant:
1. Burundi
2. Mali
3. Burkina Faso
4. Rwanda
5. Niger
6. Mauritanie
7. Cameroun
Organisation de ces presentations dtait supervise par le Dr Susan Poats. Au terme de cheque presentation, les participants dtaient invites A dmettre leurs avis et leurs considerations sur le syst6me en place et propre & cheque pays. Aussi, ils devaient proposer la place rdelle que devrait occupier lIFSR/E dans 11organigramme des institutions de recherche.
Au ddbut de llapr6s-midi, le Dr Susan Poats devait esquisser les diffdrents points-traitds par les participants au cours des diffdrentes tapes de lIFSR/E. Son exposed a dtd suivi de d6bats, au terme desquels elle a dressed une liste des points sur lesquels les participants aimeraient faire un tour d1horizon. Ces points ont dtd soumis & une enqu6te informelle rdalisde au sein des participants pour prdciser lesquels seront trailer pendant la derni6re dance.
Ces points ont dtd jugds priorities, soit parce quilts avaient suscitd des remous dans la salle, soit parce quilts n1avaient pas dt& dtudids en profondeur, faute de temps, ou A cause de leur intdrAt particular. Il slagit notamment du syst&me amdricain de recherche, du probl6me de 116levage dans 1'FSR/E, du programme WAFSRN ... pour ne citer que ceux-l&.
Bien que tous ces points aussi important n1aient pas dtd imparts au cours de la derni6re journde du sdminaire, compete tenu du temps, les participants se sont fdlicitds d1avoir essay. de trailer le maximum possible de sujets important lids & 1IFSR/E.
Apr&s une discussion tr6s limited des points priorities, le Dr Poats a demanded & tous les participants de procdder & 116valuation global du sdminaire. Ainsi, tous les participants ont rempli discr6tement un canvas, tenant compete de tous les sujets exposds tout au long du sdminaire par les diffdrents encadreurs.
41




L'apprdciation dcrite du ddroulement du sdminaire a dtd
compldtde par une appreciation en dance pldni&re avec le Dr
Poats, M. Lichte, et le Dr Gaudreau. CIdtait une occasion
opportune pour les participants de formuler quelques avis ou
recommendations qulil strait utile de prendre en consideration
lors de 11organisation et du ddroulement de s6minaires semblables
& celui de lIFSR/E. Il slagit notamment de 11organisation de
stages pratiques sur le terrain, de la mise au point d1un
programme plus dtendu pour permettre un temps materiel suffisant
pour les ddbats.
Les organisateurs ont pris acte des recommendations et des
suggestions des participants et ont accepted de prendre en consideration les propositions des participants lors de la
procaine rencontre.
Malgrd ces remarques, les participants ont tenu & remercier
les organisateurs pour le ddvouement dont ils ont fait preuve
pour permettre la r6ussite de ce sdminaire.
Apr&s, A la fin de cette m6me journde eut lieu la culture
officielle de ce sdminaire. Au nom de tous les organisateurs, le Docteur Susan Poats remit un certificate de participation & cheque
participant. Ensuite, toute assistance dcouta le discourse de
culture, pronounced par le Chef de Cabinet du Ministre de
l'Agriculture du pays h6te.
Au seuil de cette allocution, tous les invites ont dtd
convids & participer au cocktail organism pour la circonstance.
42




EVALUATION DE LIATELIER
On a demanded aux participants de remplir par semaine des formulaires d1dvaluation qui correspondent g6ndralement aux deux grand themes de llatelier, & savor: 1) Diagnostic, et 2) Planification et Rdalisation de la Recherche en Milieu Rural. Lldvaluation finale qui a trait des arrangements, des questions de logistique, du contend du cours et de 11organisation a comprise aussi 116valuation des activists de la troisi&me semaine.
Apr&s que les participants aient remis leur rapport, M.
Lichte, le Dr Poats et le Dr Gaudreau ont discutd avec eux, leur
la chance de parlor librement du stage et de donner des suggestions quant h son amelioration.
Premj4re Semaine
Les participants dtaient contents des activists de la
premiere semaine et les ont dvaluds au del& de 4 sur une dchelle gradude en 5 points, ofi trois veut dire un peu utile et cinq tr6s utile. La remarque la plus important qui a dtd faite-concernait le temps, jugd insuffisant, passd & discuter les themes. Ceci dtait particuli6rement vrai pour les sujets rdsentds par le Dr Fotzo: dans son exposed d1ouverture "Quelle recherche pour quel ddveloppement";"les tapes de 1'FSR/E; et dans sa presentation sur les enqudtes informelles. La premiere semaine dtait tr&s charge pour preparer les participants & aller sur le terrain, et pour profited de la presence du Dr Fotzo. Il y avait une lutte constant de slen tenir au programme et de laisser continuer des discussions tiles.
En gdn6ral, le personnel dlencadrement slest acquitted de ses tAches A la grande satisfaction des participants. Du c6td amdricain, il y avait un probl6me de league qui a emp6chd la comprehension des interventions des participants et la communication efficacy de leur iddes. Les participants ont aussi cru que le personnel dlencadrement avait besoin d1une meilleure performance dans la fagon de stimuler les discussions.
Le travail sur le terrain dtait tr&s hautement apprdcid en
terms d1utilitd. Quelques commentaries ont dtd faits comme quoi il dtait fatiguant et que les journdes dtaient trop longues. Wenthousiasme des participants pour cette activity& n1a pas dtd diminud par les probl6mes logistiques rencontrds le premier jour.
Deuxi6me Semaine
Les participants ont trouvd que les activists de la 2i6me
semaine dtaient tiles et les ont dvaludes en grande parties entre quatre et cinq. Les critiques les plus importance concernaient le fait que, pour plusieurs sessions, il nly avait ni synth&se ni rdsumd des discussions avant de passer & la session suivante et
43




que le personnel dlencadrement ne critiquait pas assez les
exercises des participants pour indiquer, par example, un bon
protocol par opposition & un mauvais protocol.
Les activists de cette semaine dtaient probablement les plus
stimulates et leur devaluation, comme pour la session sur les budgets parties, dtait fortement lide & la comprehension des
concepts.
Plusieurs activists dtaient en quelque sorte subjective
comme le choix de quatre critdres pour fixer les probl6mes par
ordre de priority et 116valuation de technologies par crit6res socio- dconomiques et agronomiques. Quelques participants se sont sentis uncomfortable face A cette subjectivity et cherchaient quelques mdthodes de measures plus prdcises.
Les participants 4taient gdndralement satisfaits de la
performance du personnel dlencadrement etplusieurs commentaries
dtaient similaires & ceux de la premiere semaine.
Evaluation Finale
Annui et logisticrues
Le logement, la restauration et le transport dtaient dvaluds
addquats sur une dchelle de 1 & 5, oa 3 est addquat et 5 est tr6s bon. Quelques participants ont pensd que les Maliens auraient da
rester & 11h6tel pour faciliter la communication entre les
participants. Quelques participants ont pens& que le bus aurait
dO 6tre disponible pour les amener en ville cheque soir.
Bien que 11h6tel fut addquat, quelques chambers dtaient en
mauvais dtat mais la courtoisie et la disponibilitd du personnel de 11h6tel ont rendu la vie plaisante et il y avait tr&s peu de doldances. Le personnel de 11h6tel a m6me notd que ce group de
participants dtait le plus facile parmi ceux avec lesquels ils
ont travailld & lloccasion des sdminaires.
La salle de classes avait deux murs avec fendtres et deux
murs oa llon pouvait afficher des feuilles de tableaux confdren-.
ciers. La salle dtait essentiellement carrde et pouvait 6tre
dispose selon les activists des participants. Chaque jour, le personnel de 11h6tel venait la nettoyer et arranger les chaises.
C16tait une bonne salle pour la.formation et il y avait un jardin
ofl les participants'pouvaient travailler en groups.
Les obiectifs de-l'atelier
Les objectifs du sdminaire ont dtd tous partiellement
atteints avec une devaluation qui se situe entre 3,3 et 4,3 oa 3
signifies partiellement atteints et 5 compl6tement atteints. Les
objectifs ayant les devaluations les plus basses sont ceux qui ont
trait & l1analyse et & 11interprdtation des r6sultats de la
44




recherche. Plusieurs participants ont exprimd leur intdrdt & la prolongation de ces sections du cours ou ont mgme souhaitd qu'un autre cours qui pourrait trailer uniquement de ces themes soit organism. Les participants ont dit que plus d1exercices pratiques auraient pu les aider & mieux atteindre ces objectifs.
L'objectif qui a dtd le mieux atteint, selon eux, avait trait & llenqudte informelle. Mdme avec 116valuation la plus grande, quelques participants auraient bien aimd passer plus de temps sur le terrain pour mener l1enqu6te informelle.
Activitds au cours de la 36me semaine
I Les.activitds sur 11institutionalisation et les discussions sur les sujets gdndraux tel que lIdlevage, WAFSRN, etc. dtaient considdrdes comme dtant les plus tiles par les participants. Toutes les activists dtaient dvaludes entre 3,6 et 4,3. En g6ndral, les participants auraient aim& passer plus de temps sur les outils analytiques et auraient prdfdrd enter plus en profondeur dans ces themes et avoir plus de temps pour les discuter.
La performance du personnel dlencadrement dtait satisfaisante avec les m6me remarques concernant la league, 11organisation, et les discussions enrichissantes.
L'Oraanisation et llexdcution du iproctramme
LorsquIon a.demandd aux participants si le temps consacrd
aux exposds, activists en petits groups, travail sur le terrain, consultations individuelles et presentation des programmes nationaux dtait trop court, correct ou trop long. La seule activity dont le temps a dtd jugd correct dtait celle des exposds; routes les autres activists se situant juste entre correct et trop court. Les participants auraient prdfdrd avoir plus de temps pour les discussions. Ils ont reconnu que les participants presents avaient une experience tr&s large et varide dont ils auraient pu profited. Ils ont aussi estimd qulil nly avait pas suffisament d1dchange informelle avec le personnel dlencadrement.
Plusieurs participants ont suggdrd que les presentations des programmes nationaux assent parties intdgrante du programme principal au lieu d'6tre des activists suppldmentaires de la soirde. Ils ont dgalement recommended que cheque exposed soit suivi d1une discussion en gyoupe ou de travaux pratiques.
En g6ndral, la plupart des participants ont estimd que la
journde dtait trop longue et que les pauses et la durde du stage dtaient juste assez longs.
45




Visit sur le terrain
La plupart des participants ont trouvd utile la visited sur
le terrain. Ils ont estimd que les villages dtaient ouverts et ont apprdcid l1aide fournie par le personnel de terrain de 110HV.
Quelques participants ont estimd que ce nIdtait pas bon d1utiliser un interpr&te mais ceci peut &tre rarement dvitd dans un
sdminaire regional.
Le sentiment gdndral dtait qulil aurait dtd mieux de passer
un plus grand nombre de jours sur le terrain en diminuant la
durde du travail cheque jour. Les participants ont suggdrd que
cheque group aurait dd disposer de son propre moyen de ddplacement pour les visits sur terrain. La disponibilitd de transport
peut 6tre un des facteurs qui limitent le nombre de participants
aux stages futures.
Documents
Les participants ont trouvd que les documents distribuds
pendant le s6minaire dtaient assez tiles devaluationn de 4,5).
Il y eut une seule remarque au sujet de llamdlioration des
reductions anglais-frangais, mais on n1a pas donnd d1exemples
spdcifiques quant aux terms inaddquats. Il a eu une suggestion
sur 1'emploi de diapositifs et de films.
Pendant ce stage, le Service d'Informations des Etats Unis
(USIS) a fourni des apparels audio-visuelset on aurait pu
employer plus les diapositifs si on avait.eu acc6s aux matdriaux
de formation approprids.
.Le contend du cours
Les parties du cours que les participants auraient aimd voir
augment6es comprennent les analyses statistiques (analyse de la stability des rendements, analyse dconomique), 11interprdtation
des r6sultats de recherche, planification des essays en milieu rural et les visits sur le terrain. Les parties du programme
que les participants auraient prdfdrd voir raccourcies comprennent le processes de d6veloppement et transfer des technologies, les exposds thdoriques, 1A mise en place des essays, et le choix
de la region cible.
Les themes qui auraient da 6tre inclus, selon les participants, sont les crit&res'utililsds dans le zonage, techniques
de vulgarisation, enqudtes formelles, dchantillonnage, et la
gestion des fonds d1un project. Quelques-uns des themes suggdrds
ne font pas parties du programme d1un cours de 11FSR/E.
Les themes qui devraient 6tre omis ont dtd seulement
suggdrds par deux participants -- l1analyse statistique, et les
questions de la politique agricole.
46




Plusieurs participants ont indiqud que les techniques dlenqudte informelle pourrait leur 6tre fort tiles dans le travail. Plusieurs aussi ont indiqud que les diverse tapes du processes FSR/E -- le diagnostic, la planification et la mise en place des essays, l1analyse et 11interprdtation des rdsultats pourraient leur 6tre fort tiles.
La satisfaction dlensemble
Les participants ont dvalud le s6minaire & 4 sur une dchelle gallant de 1 & 5. Quand on leur a demanded slils suggdreraient qu'un ami ayant les intdr6ts et la formation similar participate A ce cours, 24 sur 26 ont rdpondu positivement.
D'autres remarques ont dtd fates sur le fait que 18 jours dtaient trop peu pour 6tudier tous les sujets en profondeur suffisante. Une suggestion a dtd faite soit pour prolonged ce cours soit pour le divider en plusieurs sessions. D&s lors que plusieurs personnel parmi les participants pourraient 6tre les potentials formateurs, il leur est essential d1avoir une bonne comprehension des mati6res enseigndes. Un autre participant a sugg6rd qu'un tel cours-devrait 6tre tenu cheque annde et que les visits pour voir les essays en milieu rural sur place seraient tiles. Un des participants a suggdrd que les participants soient plus consults, & savor quels sujets devraient 6tre dlargis en terms de discussion continue.
Discussion en pldni&re
Les participants ont rditdrd plusieurs commentaries qulils avaient dcrits auparavant. Ils ont suggdrd gulil y ait, cheque annde, des s6minaires de ce genre au cours desquels ils pourraient visitor les essays dans les champs. Plusieurs ont senti que orientation de ce s6minaire avait dtd trop agronomique et que d'autres disciplines auraient pu y 6tre ajoutdes comme la zootechnie, la sociologie etc...
Plusieurs auraient prdfdrd quIon mette un accent particular sur l'analyse des rdsultats dlessais. Ils aimeraient que ceci soit 6tudid avec plus de detail dans les ateliers & venir. Quelqu'un a suggdrd quIon organise les ateliers au tour de cheque &tape de lIFSR/E ou d1un sujet spdcifique pour qulil y ait plus de travaux dirigds et d1exercices.
On a sugg6rd que les mdthodes de vulgarisation soient includes dans les ateliers futures de lIFSR/E. Un des participants a notd quIon pourrait organiser tout un sdminaire sur ce th&me et que la vulgarisation devait 6tre include dans les sessions au m6me degrd que la recherche fait parties de lIFSR/E.
47




Les participants ont notd que les encadreurs amdricains
avaient un probl6me de league et qulil nly avait pas assez
dldvaluation critique des travaux des participants. Il y avait
aussi une insuffisance de rdsumd & la fin de cheque dance de
ddbat.
A la fin de cette discussion tr&s ouverte et franche, les
participants ont remercid les encadreurs du ddvouement dont ils
ont fait preuve pour permettre la rdussite de ce stage.
48




APPENDICE 1: PROGRAMME DE L'FSR/E STAGE REGIONAL LE MOTEL, BAMAKO, MALI 3-21 NOVEMBRE 1986
Date Activitds Rdfdrences
Lundi 3 novembre
9 h 00 Ouverture officielleMinistre de l'Agriculture du Mali
9 h 10 -9 h 30 Reprdsentant de l'USAID
M. Wilbur Thomas, Dir. Adj oint
Reprdsentant de V'IER M. Traore, Dir. Gdndral
9 h 30 -9 h 45 Prdsentation des parti- Bellon
cipants
9 h 45 -11 h1 00 Discours du Dr Fotzo: Fresco
Quelle recherche pour quel d~veloppement? 11lh00- 11 h30 Pause
11 h 30 12 h 30 Objectifs du stage et
logistiques
12 h 30 14 h 00 Ddjeuner
14 h 00 15 h 15 FSR/E dans le ddveloppement et transfert des innovations technolog iques
15 h15 -15h 30 Pause
15 h 30 18 h 00 Les tapes de 1'FSR/E Networking
Paper 11
49




Mardi 4 novembre
8 h 30 11 h OO Exploitation vue en tant Vol. I Ch.
que systeme II
11 h OO 11 h 30 Pause
11 h 30 12 h 15 Zonage et typologie Vol. I Ch.
des exploitations IV
12 h 15 12 h 30 Logistiques et informations
12 H 30 14 h OO Dejeuner
14 H OO 15 h OO Methodes de collecte Vol. I Ch.
des donnies en fonction V
des objectifs recherches 15 h OO 15 h 15 Pause
15 h 15 16 h 20 Enquite informelle- Vol. I Ch.
preparations VI
RhoadesL'Art...
16 h 20 17 h OO Utilisation de l'infor- Vol. I Ch.
mation VI
Mercredi 5 novembre
8 h 30 10 h 15 Techniques de communication pour la collecte de information
10 h 15 10 h 30 Pause
10 h 30 11 h 15 Discussion de logistiques
pour la visite sur terrain 11 h 15 12 h 30 Lecture informations
existantes sur la region de 1'enqudte
14 h 45 16 h 45 Preparation des guides
d'enqu~tes
16 h 45 17 h OO Informations et Logistiques
Jeudi 6 novembre
D4part 7 h OO Travail sur le terrain
50




Vendredi 7 novembre
8 h 30 10 h 30 Discussion et evaluation
des rdsultats de l'enqudte (dquipes de travail) 10 h30 -10 h45 Pause
10 h 45 11 h 15 Probl~mes rencontrds?
(S~ance pldni~re) 11 h 45 12 h 30 Distribution des exemplaires d'outils 12 h 30 14 h 00 Ddjeuner
14 h 00 16 h 30 Pr~paration pour la 2i~me
visite sur le terrain (dquipes de travail) 16 h 30 17 h 00 Observations des encadreurs
Informations et logistique Samedi 8 novembre
Depart 7 h 00 Travail sur le terrain
Dimanche 9 novembre
Journde de repos Lundi 10 riovembre
8 h 30 10 h 30 Finalisation des rapports
10 h30 -10h 45 Pause
10 h 45 12 h 30 Prdsentation des rapports
12 h 30 14 h 00 Ddjeuner
14 h 00 14 h 30 Prdsentation de~s rapports
14 h 30 16 _h 10 Comparaison avec les rdsultats du PRSPR 16 h10 -16h 30 Pause
16 h 30 17 h 10 OfA en sommes-nous ? 0ii allons-nous?
17 h 10 18 h 25 Programme National-Rwanda
51




Mardi 11 novembre
8 h 30 8 h 45 Logistiques
8 h 45 9 h OO L'utilisation de la phase Vol. I Ch.
diagnostic pour l'ela- IX
boration des essais et d'autres interventions
9 h OO 10 h 30 Definition de la problematique
9 h 30 11 h 40 Elaboration des contraintes et des causes (en groupes) 11 h 40 12 h 40 Presentation des contraintes et des causes 12 h 40 14 h OO Dejeuner
14 h 15 14 h 30 Identification des
contraintes communes 14 H 30 16 h OO Hierarchisation des problemes
16 H OO 16 h 15 Pause
16 h 15 16 h 30 Identification des solutions potentielles 16 h 30 17 h OO Elaboration des solutions
potentielles (travail en groupes)
17 h OO- 17 h 45 Formation en FSR/E
Mercredi 12 novembre
8 h 30 9 h 30 Elaboration des solutions potentielles (travail en groupes)
9 h 30 10 h 10 Presentation des rapports sur les solutions potentielles 10 h 40 11 h 00 Evaluation des solutions potentielles 11 h OO 11 h 45 Triage des technologies
(travail en groupes) 52




Mercredi 12 novembre Vol II
Reference
11 h 45 12 h 30 Triage des technologies gindrale
(session pleniere) pour la planification
12 h 30 14 h OO Dejeuner des essais
Jeudi 13 novembre
8 h 30 9 h 30 Analyse des budgets Perrin et al.
partiels
9 h 30 10 h 30 L'experimentation en Rhoades
milieu paysan Comprendre...
Hildebrand
et Poey
10 h 30 11 h OO Pause
11 h OO 11 h 40 Critique d'un protocoleXanadou
11 h 40 12 h 30 Elaboration des protocoles d'essais
12 h OO 14 h 00 Ddjeuner
14 h OO 15 h 45 Elaboration des protocoles d'essais (travail en groupes)
15 h 45 16 h OO Pause
Jeudi 13 novembre
16 h 00 17 h 15 Presentation et analyse
des protocoles
17 h 15 18 h 00 Programme nationalMauritanie
Vendredi 14 novembre
8 h 30 10 h 00 Critique des protocoles
d'essais
10 h OO 10 h 30 Pause
10 h 30 11 h 00 Logistique de la mise en
place des essais
53




Vendredi 14 novembre
llh 30 12 h 30 Problemes de recherche
en milieu rural 12 h 30 14 h OO Dejeuner
14 h OO 14 h 30 OFR contre autres interventions
14 h 30 15 h 30 Problemes rencontres en
milieu reel
15 h 30 15 h 50 Pause
15 h 50 17 h OO Probl6mes rencontres en
milieu reel
17 h OO 17 h 45 Programme nationalBurkina Faso
Samedi 15 novembre
Jour libre
Dimanche 16 novembre
Jour de repos
Lundi 17 novembre
8 h 30 10 h 30 Elements de statistique
et l'analyse de stability des rendements 10 h 30 10 h 45 Pause
10 h 45 12 h 30 Analyse parametrique et
budget partiel approfondis 12 h 30 14 h OO Dejeuner
14 h 00 17 h OO Interpretations des resultats et implications pour les programmes futursEtude de cas: Paraguay 17 h 00 18 h 15 Programmes FSR/E-Niger
et Cameroun
54




Mardi 18 novembre
8 h 30 10 h 30 Liaison Recherche-Developpement: le cas du Mali 10 h 30 10 h 45 Pause
10 h 45 12 h 30 Etablissement des liens
entre la recherche et le developpement 12 h 30 14 h OO Dejeuner
14 h OO 15 h 30 Institutionalisation Viguier et
des programmes FSR/E Tourte
15 h 30 15 h 45 Pause
15 h 45 17 h OO Travail en groupes: preparation d'un schema de l'institutionalisation de l'FSR/E par pays 17 h OO 18 h OO Programme OMVS
Mercredi 19 novembre
Jour fdri4
Jeudi 20 novembre
9 h OO 10 h 30 Institutionalisation:
presentation du travail de groupes
10 h 30 11 h OO Pause
11 h OO 12 h 30 Discussion
12 h 30 14 h 30 Dejeuner
14 h 30 16 h OO Considdrations g~nerales
16 h 00 -.17 Ji 30 Evaluatio finale
18 h OO 19 h 00 Cl6ture et distribution
des certificats
19 h 00 Cocktail
55




56




APPENDICES 2: QUELLED RECHERCHE POUR QUEL DEVELOPMENT AGRICOLE ?
Par FOTZO TAGNE PASCAL
Charged de cours et Chef du department d'Economie
Rural, Centre Universitaire de Dschang,
Dschang, Cameroun
Introduction
Pour le d6veloppement agricole, il est essential d1augmenter la productivity A la fois au niveau du rendement et de llutilisation optimal des resources disponibles. Un 616ment primordial est encouragement et le soutien d1une recherche coordonnde, intensified, appropriate et rdpondant aux besoins du pays.
T.W. SCHULTZ (1971) d6finit la recherche agronomique comme "une activity spdcialisde exigent des compdtences et des installations spdciales utilisdes pour ddcouvrir et ddvelopper des formes spdciales de renseignements nouveaux". La recherche peut donc se divider en deux categories: fundamental et appliqude.
La recherche fundamental fournit des renseignements
principalement sous la forme dliddes nouvelles, de nouveaux concepts et de nouveaux modules, dont les advantages ne sont gdndralement pas assez prdcis pour dtre exploits par les chercheurs ou par les d6veloppeurs. Clest le cas par example de la recherche biologique sur la fixation de l1azote, des dudes gdndrales en agromdtdorologie, de la recherche en manipulation gdndtique, en physiologic de l1absorption des 616ments nutritifs et en biologic des parasites. Dans le cas de ces types de recherche, les rdsultats peuvent profited & un plus grand nombre dlintdressds.
La recherche applique, par centre, donne des rdsultats assez prdcis pour 6tre exploited par les chercheurs ou les d6veloppeurs. Ce type de recherche compared par example la selection et les essays de varidtds dans des milieux choisid.
Pendant ces deniers quinze ans, la recherche agronomique dans les pays en voie de d6veloppement a connuune nouvelle orientation. Les diffdrents governments ont entrepris de donner la priority au d6veloppement des programmes efficaces de recherche et de vulgarisation agricoles, le d6veloppement de ces services deviant permettre de passer du d6veloppement agricole extensif au d6veloppement agricole intensify. Mobjectif de cette nouvelle stratdgie est de faire des recherches au niveau de exploitation en associate l1agriculteur et le chercheur A identification des probl&mes et & l1expdrimentation au niveau
57




de la ferme des techniques amdliordes. Cette nouvelle
orientation a dtd dictde par la triste constatation que la
recherche agricole traditionnelle nla ni servi & amdliorer la
productivity ni le bien-dtre de la majority des petits paysans
jusqul& present marginalisds. Sans toutefois mdconnaitre
llapport appreciable de la recherche agricole traditionally
(surtout dans le domain de llamdlioration et de la protection
des plantss, cette nouvelle orientation cherche plut6t &
d6passer le I'mythell du paysan passif pour le consider comme partenaire & part entire dans la recherche de son bien-ftre.
Elle a aussi pour but de d6velopper des technologies amdliordes
ayant une forte probability dldtre acceptdes par le paysan
opdrant dans des conditions diffdrents des conditions optimales
climate sol, eau, etc... ) qulon retrouve dans les stations de
recherche.
II. LIAPPROCHE RECHERCHE:DEVELOPPEMENT
Trois violets peuvent 6tre distinguds dans le processes de la
demarche dldtude des syst&mes. Ces trois violets sont individualisds pour la commodity de llexposd, mais leur ddroulement
peut 6tre simultand.
Premier volet: Connaissance et comprehension des syst&mes en vigueur
Ce premier volet compared:
(1) La division du pays en "zones dcologiques homog6nes" et
la caractdrisation de cheque region et llanalyse des principaux syst&mes de production qui sly trouvent. Ce processes lui-mdme
compared plusieurs aspects:
(a) La caractdrisation des param6tres physiques ou
environnementaux: par example les caractdristiques climatiques analyses en function des pr6cipitations totals et mensuelles,
de llhumiditd relative et des pdriodes dlensoleillement. Les
caractdristiques des sols analyses en function des types
dominants et de param&tres comme 11drosion, la profondeur, le
drainage externe, la fertility (clest-&-dire valour du pH), la
salinity& et les 616ments qui sont presents en quantity& extreme ou
infime dans les sols de cette region. Les autres aspects sont caractdrisds par des param4tres semblables approprids & cheque
cas.
(b) La determination des caractdristiques socio-dconomiques de la region. On analyse les aspects dconomiques et sociaux du secteur
agricole de la region, notamment: la production agricole et
animal (en terms de volume et de contribution & la production
nationale, la consummation rdgionale et la contribution
r6gionale au marched national intdrieur et aux exportations,
58




importance de la production agricole dans 116conomie rdgionale, la population dconomiquement active, llemploi rural et la migration, le regime fancier et la relation avec les syst&mes de culture et exploitation, et les groupements de producers et de questionnaires.
(c) La caractdrisation du syst4me de production agricole de cette region. Identification et l1analyse des principaux products agricoles (tant en terms de cultures que de production animal) et des principaux syst4mes exploitation agricole et de culture qui sont utilisds. Ces facteurs conduisent & l1analyse de interaction entre les cultures, les syst6mes exploitation et les caractdristiques environnementales et socio-dconomiques de la region. D'autres aspects, tels le degrd de m6canisation, llutilisation des resources agricoles, le volume de la maind'oeuvre ou des capitaux, les niveaux de productivity des diffdrents animaux ou cultures, les sources dIdnergie et les formes et pdriodes dlensemencement et de rdcolte, entrant dgalement en ligne de compete dans la caractdrisation des techniques de production utilisdes.
(d) La caractdrisation des services de soutien qui existent dans la region. Il slagit de services comme l1aide technique, les services de credit, les m6canismes de commercialisation, la furniture des resources agricoles, les services de transport, les dtablissements dlenseignement et autres services de soutien.
(2) Widentification et l1analyse des principles
constraints technologies qui ont des repercussions negatives sur les niveaux de production ou de produdtivitd des diffdrents products. Cette dtape joue un r6le essential dans le processes identification des prioritds de recherche. Il es't donc n6cessaire dlidentifier & ce niveau les principaux facteurs technologies qui interviennent dans le processes de la production, A la fois dans le cas des cultures et de la production animal.
Dans le cas des cultures, les principaux facteurs technologies peuvent 4tre congus en function de huit categories, chacune dtant reside & une discipline precise des sciences agronomiques. Les huit facteurs technologies sont les suivants:
1. Les techniques exploitation agricole (y comprise les
syst&mes-culturaux)
2. L16quipement de production, clest-&-dire la machinerie et
11outillage agricoles
3. La reconnaissance de la phytogdndtique et le ddveloppement
des g6notypes souhaitables et de leurs semences
59




4. La reconnaissance des insects, des rongeurs et des
mollusques, de leurs incidences sur les cultures et des
mdthodes de lutte centre ces ennemis des plants
5. La reconnaissance des maladies des vdgdtaux, les agents de
maladies (bactdries, virus, championsn, et des
mdthodes de lutte
6. La reconnaissance de la physiologic des vdgdtaux en vue
d'augmenter leur efficacitd (rendement) ou de les
contr6ler (mauvaises herbs)
7. Les sols en tant que facteur de production, clest-&-dire
la reconnaissance des sols, leurs caractdristiques, leur
amelioration et leur conservation et
8. lleau en tant que facteur de production, clest-&-dire la
reconnaissance des resources hydrauliques, de la gestion
et de la distribution des eaux (irrigation)
Dans le cas de la production animal, les six facteurs
technologies suivants entrant en ligne de compete:
1. La reconnaissance des syst4mes et des techniques de
production animal;
2. La reconnaissance de la physiologic et de la reproduction
animals;
3. La. reconnaissance de la gdndtique et des croisements des
animaux;
4. Les aliments et les syst6mes d'alimentation des animaux
ainsi que les probi6mes de nutrition;
5. Les p&turages et les fourrages comme facteurs de
production; et
6 La reconnaissance des maladies animals, de leurs causes,
et des moyens de lutte.
Le principal rdsultat de ces deux tapes est
identification et la description des principles constraints
technologies qui limitent les niveaux de production ou de
productivity de products agricoles particuliers dans certaines
regions dcologiques.
(3) L'identification et l1analyse des dventuels sujets ou
questions de recherche jugds important pour rdsoudre les
constraints technologies que rencontre cheque product dans des regions particuli&res. Clest ici que des analyses plus poussdes
de importance de cheque domain de recherche ainsi que la
60




subdivision de cheque domain en activists de recherche plus prdcises sont effectudes.
Les deux premieres tapes sont effectudes par le biais des enqudtes ddtailldes et informelles dans les villages et les champs au cours desquelles routes les questions pouvant aider la comprehension du syst6mes sont poses & un dchantillon des paysans, encadreurs et ddveloppeurs de la zone dIdtude. Mais, avant llexdcution de ces enqudtes, une exploitation minutieuse et rationnelle de la literature existante par une dquipe pluridisciplinaire devra permettre orientation des types de questions A poser afin de mieux circonscrire les diffdrentes units agro-socio-dconomiques existent dans la zone dIdtude, ainsi que les diffdrents types de relations existent entre les sous-syst&mes.
Sur le plan analyse, il peut 6tre intdressant dleffectuer cette analyse selon une double perspective:
- statique: elle conduit & une vue dlensemble de la
situation & un moment donnd;
- dynamique: la reconstitution historique de 116volution
des exploitations ou le suivi sur plusieurs anndes des
units permettant alors de hidrarchiser et d'apprdhender
lerdfdrentiel technique hdritd.
Wexamen peut se faire & plusieurs niveaux en function des n6cessitds de observation:
- champ ou parcelle ou troupeau (syst&me de culture,
dIdlevage);
- exploitation dans son ensemble (syst6me de production);
- passage, communautd rural (syst6mes agraires).
La troisi&me dtape peut 6tre effectude en utilisant la
technique Delphi (discussion en group) en vue dlidentifier et d'analyser les sujets ou questions de recherche susceptible dIdliminer les constraints technologies identifies.
Deuxi6me volet: Conception et elaboration des rdfdrences techniques
A partir de information recueillie au cours du premier volet, il slagit de tester par voie experimental des syst6mes techniques vulgarisables, destined aux diffdrentes categories d1exploitations d6finies dans la typologie, qui soient adapt6es la fois aux motivations et aux moyens des agriculteurs, aux possibilities des apparels de vulgarisation et aux objectifs des
61







2) L'approche pluridisciplinaire est
indispensable & routes les phases, ce qui suppose une coherence entre les objectifs et le choix d1une dchelle spatial et temporelle compatible pour tous les intervenants;
3) La dimension socio-dconomique apportde par les chercheurs, les agriculteurs et les cadres de la vulgarisation doit Atre introduite d6s le depart et non, comme le voulait la mdthode traditionnelle classique, apr6s que la dimension technique ait dtd largement advance.
4) La presentation de l1approche R/D a dt6 faite par phase pour la commodity de l1exposd, mais leur ddroulement peut Atre simultand en function des situations rencontrdes et des 616ments disponibles.
III. Lecons tires de auelcrues oDdrations R/D
Le principal facteur nuisant & la mise sur pied d1un
syst&me de recherche slide et efficacy est la fragmentation de la recherche qui relive de divers ministries. Les institute de recherche ont attendance & fonctionner inddpendamment, nlayant aucun r6le ou mandate bien ddfini en tant que composante & un syst&me national de recherche intdgrde. Quelques-uns de ces institute, qui disposent d1une aide technique et financi&re considerable accordde par des donateurs strangers sont presque inddpendants et ne resentment aucunement le besoin de collaborer avec d'autres organisms de recherche (cas de la recherche sur le riz en C6te-d'Ivoire, soja au Cameroun pour ne citer que ces deux cas).
Une autre legon & tirer de quelques operations R/D a trait aux crit6res de fixation des prioritds de recherche. Tout d'abord deux observations prdliminaires: premi6rement, les crit&res variant selon les pays: ils refl&tent les possibilities et les constraints propres & chacun et ne slappliquent pas & tous; deuxi6mement, les crit4res propres & un pays peuvent dvoluer et ils rdpondent aux changements d1objectifs, de possibilities et de constraints.
Cependant, quatre crit&res en gdndral peuvent 6tre retenus pour 116tablissement des prioritds de recherche:
- importance du probl&me
- le potential chercheur disponible
- existence d1une solution prdconisde au niveau de la
station
- le budget disponible
63







R61e des acteurs dans le processes R/D, par volet et par phase
ACTEURS
ACTIVITIES pay- dquipe sta- vulga- d6cisan R/D tion risa- deurs
teurs
Volet 1:. Caractdrisation des
param6tres environnementaux
Determination des caractdristiques socio-6conomiques
Caractdrisation des syst6mes de production
Caractdrisation des services de soutien
Identification et
analyse des constraints
Identification des sujets de recherche
Identification des
prioritds
Volet 2:. Elaboration des
rdfdrences techniques
Volet 3:. Confrontation
des syst6mes
existent et des
syst6mes dlabords
Demonstration
Vulgarisation
r6le dominant
r6le miner
65




References consultees
1) Collinson, M.P. (1982) "Farming Systems Research in Eastern
Africa: The Experience of CIMMYT and Some National Agricultural Research Services, 1976-1981" MSU International
Development Paper n 3, E. Lansing, MI.
2) Fotzo, T. Pascal et R. Diallo (1984) "De l'identification
des contraintes a la planification des essais en milieu
paysan: Cas du riz pluvial en RCI", Atelier OFRIC/IITA,
Bouakd, RCI.
3) Fotzo, T. Pascal (1985) Introduction A l'approche
Recherche/Developpement des systems de production et & la
methode de recherche en milieu paysan", Networking Paper 11,
FSSP, Universitd de Floride, USA.
4) CRDI (1982) "Affectation des ressources & la recherche
agricole", Proces-verbal d'un colloque tenu & Singapour du
8 au 10 juin 1981.
5) Ruf, F. (1983) "Quelle intensification en zone forestiere
ivoirienne? Pour quelles exploitations?" in: Sdminaire
d'Economie Rurale "Agriculture de For~t", GERDAT,
Montpellier, France.
6) Schultz, T.W. (1971) "Efficient Allocation of Resources in
Agricultural Research", University of Minnesota Press,
Minneapolis, MN.
66




APPENDICES 3: OBJECTIFS DE LIATELIER
A la fin de cet atelier, les participants sauront:
- expliquer l1approche FSR/E et presenter les diverse
dtapes/fonctions de cette approach;
- apprdhender exploitation agricole comme un syst6me et
ddcrire les interactions entre les composantes de ce
syst6me pour server de bases au diagnostic;
- mener une dtude de reconnaissance rapid pour identifier
les probl6mes et les constraints tels quills sont
ressentis par les paysans -- ce pour server &
1161aboration d1un programme de recherche et
1161aboration des alternatives;
- faire une selection par ordre de priority des probl6mes
pouvant faire objet de recherche et intervention sur la
base du diagnostic;
- dvaluer 11impact potential des intei mentions proposes sur
le syst6me de production et de ses composantes;
- laborer et mettre en oeuvre un protocol dlessai basd
sur les objectifs de recherche;
- familiariser les participants aux techniques d'analyse et
dlinterprdtation des rdsultats expdrimentaux;
- analyser et interpreter les essays en milieu paysan par la
m6thode des budgets parties et de stability de rendement;
- interpreter les rdsultats d'analyse et les traduire en
terme d1actions A intdgrer dans les programmes futures
d1actions et interventions;
- comprendre le r6le de lIFSR/E dans le processes de
ddveloppement et de transfer de technologies;
- connaitre les diffdrentes wagons institutionaliser lIFSR/E
soit dans les structures de recherche existantes, soit dans cells du d6veloppement.
67




68




APPENDICES 4: RAPPORT DIENQUETE INFORMELLE VILLAGE DE DABOBOUGOU-MISSIRA
GENERALITIES SUR LA ZONE DIINTERVENTION
Aspects gdndraux du village, de la rdaion.
Situd au Sud-Ouest de la ville de Bamako, a une soixantaine de kilom6tres de celle-ci, sur la route reliant Bamako a Kangaba, ce qui rend son acc6s possible an toute season, Bancoumana est un chef lieu du secteur. Il renferme 4 ZER (Zone d'Expansion Rurale, 22 SB (Secteur de Base), 70 villages pour une population global de 42.378 habitants at une superficie de 15.000 ha environ superficiess cultivdes). Le secteur de Bancoumana jouit de la presence du fleuve Niger qui permit la mise an valour de certaines terres an accroissant leur potential de production.
Clest dans ce cadre gdndral qua se situe le village de
Missira, chef lieu SB appurtenant a la ZER central de Bancoumana at situd a 15 km de cette ville sur la route reliant Bancoumana a Nardna. Llacc6s est possible an toute season.
Le village de Missira ou Dabobougou qui ddcoule du nom Dabo qua pour tout le village est originaire de Tdma (& 3 km), lui aussi issu de Kourousald; clest A la suite de nombreux conflicts pour la chefferie traditionnelle entre les Keita at les Dabo, chef religieux at fondateur du village Tdma, qua certains-se sont retired pour fonder, il y a 44 ans, le village de Missira.
Le village est composed de 8 families pour une population total de 155 habitants dont 100 femmes (dernier recensement) mais il est & signaler l1exode rural qui conttibue pour pr6s de 20 % au d6peuplement. L'agriculture at 116levage constituent les principles sources de revenues dans les rapports de 85 % at de 15 % respectivement. Les principles cultures sont le sorgho-mil, le mais, le coton, l1arachide at le manioc.
LIdlevage de type s6dentaire contribute & une forme de
th6saurisation de la richesse at Porte sur les bovines, les ovins, la-volaille, les Anes, at rarement, les capr ins.
Caractdristi-ues agro-climaticrues
Pareillement & l1ensemble du secteur de Bancoumana, le climate dans ce village est de type soudano-guinden se caractdrisant par une season pluvieuse gallant de la mi-mai & la
69




mi-octobre avec une hauteur de pluses comprise entre 1100 mm et
1200 mm (moyenne sur 30 ans = 974 mm), une season s6che et froide
de la mi-octobre & fin fdvrier, une season s6che et chaude de
mars & mi-mai. La mousson domine la pdriode humid, 11harmattan la pdriode sdche. La vdgdtation est de type savage arborde avec
une dominance du Karitd comme arbre, et des gramindes savages
comme herbs. on observe le long des cours dleau une formation
de forts galleries.
Caractdristigues nddologigues et hydriaues
Les resources hydriques du village sont tr&s limitdes et
constituent une sdrieuse constraint, voire un abandon de la
culture du riz et du tabac avec llass6chement de la marre et du marigot au cours de ces derni6res anndes. Les puits constituent
les seules sources dleau potable pour les habitants et les
troupeaux.
Les sols rencontrds se r6partissent comme suit:
- Sols ferrugineux lessivds & concretions, prdsentant un
tr4s haut potential de production et peu de limitation
susceptible de restreindre leur utilisation.
- Sols mindraux bruts d1drosion sur cuirasse, possddant un
potential moyennement haut.de production et de sdrieuses
limitations susceptible de restreindre le choix des
species vdgdtales.
- Sols ferrugineux lessivds de collusion sur cuirasse,
possddant un haut potential de production 'et des
limitations susceptible de restreindre le choix des
esp6ces vdgdtales.
- Sols peu dvoluds d1drosion sur cuirasse, prdsentant un
potential moyen de production et de tr6s sdrieuses
limitations susceptible de restreindre le choix des
esp&ces vdgdtales.
(donndes de cartographers p6dologiques)
CARACTERISTIQUES DES EXPLOITATIONS
Composition et taille
Les exploitations sont composers de plusieurs manages avec un
chef qui est l1aind de la famille. La taille varie de 10 & 30
personnel avec une moyenne de 18 personnes/exploitation. Les
actifs, au niveau de exploitation, sont des homes qui travaillent
sur les champs du chef exploitation; le nombre varie de 2 & 13
avec une moyenne de 5,6 personnel par exploitation.
70




LIOccupation dg llespace agricole
- Les cultures Praticrudes
Wespace agricole est domind par le sorgho, le mil, le coton et l1arachide qui constituent les cultures principles; & c6td de ces cultures, on rencontre le nidbd en association avec le sorgho ou le mil, ou en culture pure, la manioc et le mais.
Les cdrdales sont cultivdes pour l1autoconsommation; les autres cultures sont semi-consommdes, except le coton qui est retirement commercialism.
- Superficie des cultures
ha X/ha nbre d1exploitations
Sorgho 25 4 6
Mil 6 6 1
Coton 17 3 5
Mais 12 2 5
Arachide 4,40 1 4
Nidbd 4 0,5 4
Manioc 2,25 0,75 2
La superficie moyenne par exploitation est de 11,55 ha; 35 de la superficie cultivde est exploited en cdrdales 28,5 % en coton et 36,5 % pour les autres cultures (voir annexe 3).
Outre les champs travaillds par les homes, les femmes cultivent des champs individuals avec les jeunes files.
-Les moves de production
a) La terre,: Clest un bien common; elle ne constitute pas un facteur limitant. La propridtd des terres repose sur le syst6me hdrdditaire. L'acquisition de nouvelles terres passe toujours par les notables du village.
b) Le tr5vail: Tableau matrices du groure d1exploitations (voir annexe 2). On note une division spatial du travail.selon le sexe; les homes travaillent les champs communes de l1exploitation; les femmes n1interviennent sur ces champs quIA la rdcolte.
Les femmes travaillent les champs.individuels d'arachide, de gombo, et dloseille n6cessaires pour les condiments; 11intervention des homes sur ces champs se limited aux travaux de labour.
71




c) LIdqUiDement: L'dquipement est essentiellement constitud de
la charrue TM et du multiculteur: 7 sur 8 exploitations que
compete le village sont dquipdes. on note aussi existence de
charrettes, de 2 motopompes et d1un memoir. Le nombre de boeufs
de trait varie d1une paire & 2 padres par exploitation.
-.Lldlevage:
Mis & part les animaux de traits, il existed des animaux
dIdlevage, constituds essentiellement par des boeufs et quelques
ovins. Chaque exploitation dispose de quelques t4tes pour
assurer le replacement des animaux de trait rdformds et surtout
pour faire face aux ddpenses de marriage et de f6te.
-Syst&mes culturaux:
De fagon gdndrale, la champagne agricole ddbute en avril et
prend fin en octobre. Les speculations pratiqudes sur les
exploitations sont les suivantes: mil, sorgho, mais, arachide,
nidbd, coton, courage, pois de terre, manioc.
Assolement: mil, sorgho, mais, arachide pour la plupart en
cultures pures, mais cependant il existed quelques cas
association* (mais + courage) (arachide + sorgho + oseille) ...
Cultures principles: mil et sorgho pour l1autoconsommation,
coton, arachide pour la vente sur les marches locaux (arachide)
et la commercialisation (coton).
Maintain et amelioration de la fertility du sol:
a) A jach6re: elle intervient 5 & 10 ans apr6s la mise en
culture et elle nlexc&de pas 2 ans. Toutefois, il existed des cas ofi les sols sont occupds pendant 20 ans et plus avec la rotation.
b) Future organique-et mindrale: Le fumier de parc et la mati6re
organique sont surtout utilisds sur la culture du mais; par
ailleurs, les engrais mindraux (gdndralement l1azote) sont
utilisds sur les cultures de coton, l1arachide et le mais (en
tr6s fable quantity pour cette derni6re speculation).
Apr&s routes ces caractdristiques gdndrales, le group slest
intdressd aux paysans pris individuellement:
Paysan 1
Nature et temps des travaux: nettoyage, labour plus dpandage des engrais (avril-environ 30 jours) Semis: deux types de semis: a) semis & sec sans labour b) semis & sec apr6s labour
72




La priority est donnde aux cultures de coton et & l1arachide pour le labour. Cette activity dure environ 60 jours (mai-juin).
Sarclage, ddmariage: mai a fin september.
Buttage: juin A september.
Equipment: une charrue, un multiculteur,
2 padres de boeufs de trait
Main-d'oeuvre familial: 2 personnel marines, 8 cdlibataires.
Varidtds utilisdes Superficie
Locaux Sdlectionnds
Mil 6 ha
Sorgho 6 ha
Arachide 3 ha
Coton 4 ha
Mais 2,5 ha
Mais 1,5 ha
Manioc 0,75 ha
TOTAL 23,75 ha
Paysan NO 2
Equipment: 2 multiculteurs
2 charrues (TM)
1 memoir
1 charrette
2,5 padres de boeufs
Main-d'oeuvre familial: 10 personnel
- 2 fr&res maids (bigame)
- petits fr6res cdlibataires
Speculation: Sorgho: 6 ha
Arachide + oseille + sorgho
Coton
Temps des travaux:
Nettoyage, brdlage des souche's, labour (en traction
animal et manuelle) du 1.05 au 30.07
73




- Semis: juillet & mi-aodt
- Buttage: sur coton, du 1.07 au 31.08
- Ddsherbage: avec lame sarcleuse entre les lines et
manuel pour le reste
De fagon gdndrale, llon constant qulil existed un melange
de techniques culturales modernss quand il slagit du labour, du
buttage pour une meilleure conservation de 11humiditd, et de
llutilisation des memoirs; traditionnelles quand il slagit
d1utiliser le materiel comme les dabas & routes les phases des
travaux). Le temps des travaux & routes les phases de cultures ne sont pas ponddrds avec exactitude. Par example, le sarclage
prend une grande part dans le calendrier agricole (2/3 du temps);
ce qui suppose que les exploitations ne sont pas & la dimension
de la main-d'oeuvre familial pour terminer & temps (exode); d1oa
souhait de la population de possdder des tracteurs. Par
ailleurs, nous avons constant que la future est principalement
utilisde sur les cultures tells que le coton, l1arachide
fable dose sur le mais; le reste des cultures bdndficie
uniquement des effects rdsiduels en cas de rotation. D'une
mani&re gdndrale, les paysans de Dabobougou-Missira ont atteint
un seuil de technicitd optimum, et cet dtat de fait mdrite une
attention particuli&re de la part des encadreurs afin de les
aider & maximiser les profits.
Conservation
La conservation se fait dans les greniers traditionnels o i
sont stocks les panicules, les dpis ou les grains obtenues
apr&s wattage. La preservation des r6coltes centre les prddateurs est assure grace & llutilisation d1herbes r6pulsives. La
durde de conservation est variable suivant importance du stock.
LIon estime que leurs stocks ne d6passent habituellement pas une
durde d1une annde.
Transformation
Des transformations assez diversifies sont effectudes pour
obtenir les products alimentaires qui suivent:
- pate, couscous et bouillie & partir du mais
- pate, bouillie et couscous & partir du sorgho
- pate & partir de l1arachide
74




Syst6me dIdlevage
Le village pratique lIdlevage des bovines, des ovins, des
dquins et de la volaille. Dans cet dlevage, on note une prdponddrance pour le cheptel bovin.
LIdlevage pratiqud est du type s6dentaire et extensif; les animaux sont regroupds et suivis par un berger qui veille & leur alimentation tant en season pluvieuse quien season s6che. Quelle que soit la season, on ne recount jamais au syst&me de transhumance.
Tous ces animaux sont de races locales et de fables performances de production que ce soit en terms de viande, de lait, d'oeuf, etc... On note d'ailleurs qulil nly a pas d1accent l'une ou & l1autre de ces diff6rentes formes de production.
Pendant la season pluvieuse, l1alimentation des animaux se
limited uniquement aux pAturages. Tandis quIen season s6che, on a recourse aux fAnes de nidbd et aux grains de coton comme suppldments au pdturage. L'abreuvage des animaux constitute un probl6me du fait de la raretd de lleau dans cette region, surtout en season s6che, A cause de la fable pluviomdtrie de ces quelques anndes.
D'une fagon gdndrale, les animaux sont convenablement logds, les bovines assent la nuit en plein air dans l1enclos tandis que les ovins et la volaille rentrent dans les cases ofa routes les conditions d'hygi6ne ne sont pas assures. De ce fait, ils sont sensibles & certaines maladies.
On signaled que les maladies les plus frdquentes dans la
region sont la trypanosomiase, le carbon et la diarrhde. Les soins concernant la prophylaxis et les treatments curatifs sont assures par le service vdtdrinaire de Bancoumana.
75




Prddateurs et parasites
Pdriode Prddateurs et Type de ddgats Moyens-Contr6le
Parasites
Semis Oiseaux Ddterrer les se- Enrobage des
Fourmis menaces dlapr4s grains
Rats semis
Rats I Couper les jeu- I Nettoyage des
I Vdgdtationj Phacoch&res nes tiges abords
Ddterrer les Gardiennage par
tubercules les chiefs
Ddvorer les rdcoltes
Striga Concurrence ra- Arrachage macinaire nuel
Rotation
Stock Insectes Vider les grai- Herbes rdpulnes sives
ENVIRONMENT SOCIO-ECONOMIQUE
Autres sources de revgnus
Llexode est la second source de revenue apr&s agriculture.
Les resources provenant de llexode servant principalement au
pavement des imp6ts, & la satisfaction de certain besoins
familiaux tels que llachat de la nourriture, du cafd pour les
homes (p&res), aux frais des fiangailles et des marriages pour
les jeunes en exode.
Llexode touche essentiellement les jeunes qui ont atteint
ll&ge de 18 ans. Leur depart est dans la majeure parties des cas
autorisd par le p6re, sachant que leur depart entrance une diminution de la main-d'oeuvre au niveau de exploitation
familial. Si la famille peut redouble dlefforts pour maintenir
76




exploitation & sa dimension initial apr6s le depart d1un des fils, le p6re autorise son depart en exode, dans le cas contraire, il le refuse.
Il convent de signaler qulil existed deux sorts d1exodes;
l1exode temporary ou saisonni6re et l1exode permanent. Llexode temporary est celle oa le depart des jeunes du village intervient pendant les pdriodes mores seasonn s&che) et leur return au village d6s le ddbut de 11hivernage pour assisted aux travaux des champs. La deuxi6me sorte d1exode est celle oa le fils de la famille dmigre du village pour sIdtablir ailleurs.
Les jeunes, de mdme que les homes, vont en exode & Bamako, dans d'autres regions du Mali, et en C6te d'Ivoire.
obligations socials:
La religion pratiqude dans le village est l'Islam. Il
existed une mosque dans le village. Certain homes du village ont effected le p6lerinage aux lieux saints de l'Islam. Ils sont au nombre de trois. L'un d'eux nous a expliqud qulil a rduni les fonds n6cessaires pour son p6lerinage & partir de la culture du coton. Mais cette annde-ci,,il n1avait cultivd que le coton sur l1ensemble de son exploitation agricole. Il a aussi dtd aidd en cela par son fr&re qui avait contributed en lui versant de l1argent pour environ 30 % du coQt total du pdlerinage.
Les marriages sont faits entre les jeunes gargons et les
files du village. Les gargons choisissent librement leur femme. La dote est fixde & 150.000 F CFA.
Pour ceux qui sont en exode, ils ddl&guent les pouvoirs A leurs p6res qui se chargent d1organiser le marriage et dlenvoyer la nouvelle spouse rejoindre son mari.
Les baptdmes sont faits A la mani4re de l'Islam. Il a lieu le 8i4me jour aprds la naissance de l1enfant. Les parents 6gorgent un mouton, baptisent l1enfant, donnent de la viande aux autres families du village et font connaitre le nom du nouveau-n6 aux villages.
Organisation socio-dconomigue
Il y a un champ common pour tout le village. Pour le
labour, tout 16 materiel des gens du village est utilisd. Quant aux travaux de prd-rdcolte, ils ont choisi un Jour par semaine oa tous les gens du village prennent part aux travaux. Le champ fait 1 ha de superficie. Ils sont & sa deuxi&me annde d1exploitation. Les r6coltes de ce champ sont venues et les recettes sont verses dans une caisse qui est propridtd commune
77




du village. Cette caisse sert de fonds de roulement pour couvrir
les ddpenses communes propres au village.
Habitudes alimentaires
Le t6 (pate prdparde & partir de la semoule de mil ou de
sorgho) est le repas le plus pr6pard. Il est mangd avec du lait called ou frais ou avec une sauce & base d'aradhide ou de viande.
Le couscous (Bassi) est prdpard & partir de la semoule de mil, de sorgho ou de mais. Il est mangd de la mgme fagon que le t6, mais
moins frdquemment. Le riz est mangd et prdpard de la m6me fagon que le coucous. Le nidbd est mangd sous routes ses formes (cuit
seul ou avec le riz ou dans la sauce). Le poison est mangd et bien apprdcid dans le village. Le poison sdchd est mangd dans
des sauces.
Les institutions
Le village de Dabobougou est comprise dans la zone d1intervention de 110pdration Haute Vallde (OHV) et, pour cette raison,
bdndficie des services dlencadrement d1un agent de 110pdration
placd dans le village. L'agent de 110HV, qui est charged de
l1encadrement technique des paysans, facility l1approvisionnement
du village en facteurs de production et assisted les agriculteurs
dans llutilisation judicieuse des dquipements agricoles ainsi que
de leur entretien.
Sur le plan sanitaire, le village nlest pas dotd de formation sanitaire (poste medical, dispensaire... ). Ndanmoins, il existed un secouriste qui rend des services aux villages pour
des cas miners de santd; dans le cas de probl6mes sdrieux de
maladies (maladies et blessures graves), les paysans sont
responsible du transport de leur malady & Djiguidala (3 km) ou
Bancoumana (15 km). Malgrd importance de la santd dans
l1environnement du syst4me, les paysans de Dabobougou n1en ont
jamais fait la demanded aupr&s de leur autoritd de tutelle.
Ce village West pas encore dotd d1dcole et les enfants
scolarisds fr6quentent les doles fundamentals de Djiguidala ou de Bancoumana, ce qui constitute une constraint ne militant pas en
faveur de l1augmentation du.taux de scolarisation dans le
village.
Commercialisation
A Dabobougou, la majority de la production agricole est
destined & llautoconsommation. Pour les cultures de rente
(coton, arachide varidtd hdtive), il existed des circuits de
commercialisation. Le coton est vendu & la CMDT & travers
78




110pdration Haute Vallde avec des prix variant en function de la quality des fibres.
Les arachides, quant & elles, sont livrdes A des intermddiaires qui prdl6vent une commission de 500 CFA par sac. Ces intermddiaires installed & Bamako, & leur tour vendent ces arachides au marched libre. Les arachides sont venues en sacs et leur prix varie entre 3.500 et 5.-000 CFA selon les mdcanismes de 11offre et de la demanded. Le transport de la production arachidiaire & Bamako coate 625 CFA par sac.
Les autres productions animals et vdgdtales peuvent
dgalement 6tre venues mais dans des circumstances spdciales (besoin d'argent de cash). Les animaux peuvent Atre abattus lors des cdrdmonies religieuses ou socials (Tabaski, marriages, bapt6mes... ). Pour ces productions, il n1existe pas une politique officielle des prix aux producers. Le prix se ndgocie entre le vendeur et l1acheteur, et le plus solvent au detriment du vendeur.
Credit
Une politique appropriate de credit agricole accessible aux petits exploitants est un des prdalables du ddveloppement de agriculture. Dans le village de Dabobougou, 110pdration Haute Vallde fournit aux agriculteurs, & credit, de 116quipement agricole et des entrants: 116quipement deviant Atre remboursd au bout de 4 ans tandis que les entrants sont amortis & la fin de la champagne. Il'n1existe pas d'autres sources de credit au village.
PROBLEMS ET CONSTRAINTS
1. La fable disiponibilitd des resources en eau
La faiblesse de la pluviositd de ces derni&res anndes a
constraint les paysans & abandonner certaines cultures comme le riz et le tabac lides au ddss&chement des rivi6res et des points dleau. La mauvaise rdpartition des pluses entrave aussi le bon ddroulement des travaux agricoles.
2. Probl4mes d I dcruip-ements
La non possession de certain types de matdriels beaucoup
plus performants tels que: memoir, tracteur, est une constraint pour certain paysans qui, malgrd un niveau d1dquipement ddj& existent, veulent agrandir leur production. Ils font frdquemment face & des probl6mes dlentretien et de reparation du materiel.
79




3. Disponibilitd de la-main-d'oeuvre
a) Main-d'oeuvre familial:
- Llexode rural constitute pour certain paysans une
constraint dans la capacity de la main-d'oeuvre familial.
- Les probl4mes de santd entrainent solvent des pdriodes
d1absence assez prolongdes dans les champs.
- Au moment du sarclage, la main-d'oeuvre familial est
ddbordde, car le plus solvent les superficies cultivdes
d6passent leur capacity.
b) Main-d'oeuvre ouvri&re
Il nly a pas de disponibilitd en main-d'oeuvre ouvri6re, malgrd l1acc6s facile du village; les ouvriers prdf&rent
travailler dans des villages plus important.
4. Probl6mes divers lids aux diffdrentes avtivitds
a) Il existed des maladies qui attaquent les cultures tells
que: le carbon, le striga, et le mildiou.
b) Les prddateurs et les parasites sont les oiseaux, les
fourmis et les iules au moment du semis; au stade
vdgdtatif, ce sont les singes et les phacoch&res; & la -rdcolte, il y a les singes et les oiseaux; et dans les
greniers, ce sont les insects.
c) Il y a certaines maladies du bdtail tells que le carbon
et la trypanosomiase.
d) Quant aux boeufs de labour, ils ont solvent une fable
capacity de traction en d6but de champagne agricole.
80




Annexe 1
ASSOLEMENT/RoTATION Anndes de culture
le annde 2e annde 3e annde 4e annde mais mais mais mais
IChamps des homes I coton sorgho coton sorgho
I I
I I
I I mil/sorghol arachide I mil/sorghol arachide I
I I I
I I I
IChamps des femmes I arachide I arachide I arachide I arachide I
I I I I I I
ASSOCIATION/CULTURES PURES N-1 N-2 N-3 N-4 N-5
arachidel mais I mais I mais I mais lAssociations oseille mil sorgho nidbd courage
sorgho
lCultures Pures I sorgho mais mil coton arachidel
81




ANNEXE 2
MATRICES DES GROUPS CABLES
Autres Champs Champs Champs
Activitds Hommes Femmes Cases H F G Fi H F G Fi H F G Fi H F G Fi TE&VAUX AGRICOLES
- Preparation du sol
- Labour
- Semis
- Sarclage
- Rdcolte
- Battages-Vannages
Elevage
- Bovins
- Petits Ruminants
Ldgende: H homes
F femmes G gargons Fi files
82




ANNEXE 3
SUPERFICE DES CULTURES
AMA
A s sa AsA4...,&. .. ..
A A. A 38 --7
. && & A A A & & A & A & A
& Ad A A44 44& 4A A &
4444 st n M ai
---------I
83




84




APPENDICES 5: RAPPORT D'ENQUEtE INFORMELLE VILLAGE DE NIAME
Aspects adndraux
Situd & 75 km de Bamako, Niamd est un secteur de base de
la ZER de Bancoumana. Date de creation vers 1814; 11
hameaux gravitent auteur de Niamd.
Population dlenviron 1200 hbts. Activity principle:
agriculture. Malinke.
Marched hebdomadaire tous les vendredis & Niamd.
Religion dominate: Islam.
Caractdristicrues acirgglims1tiqUes
- Climate de type soudanien >800 mm de pluie. 00>260<300
- Sols: sur cuirassds latdritiques et planes & matdriaux
limoneux fins
- Vdgdtation: hates herbs de savanes (genre gayanus) avec
des Karitd, Ndrd, Vdnes etc...
obligations socials
- Regroupement des populations de hameaux et de Niamd &
Niamd pour le marched hebdomadaire et la pri6re du
vendredi.
- Entraide caractdrisde par un b6n6vole pendant la
reparation des habitations et les rdcoltes. Il existed
cependant des socidtds de cultures qui interviennent
ponctuellement pendant la champagne agricole, entre 15 & 20
jeunes rdmundrds & 250 F/jour sur la demanded de
l1exploitant. Cela permit de enforcer 11insertion social
entre habitants.
Caractdristicrues adndrales des exploitations
- Type: agriculture extensive
- Speculations:
- cultures de base: mil, sorgho, mais,
arachide grands champs)
- cultures de rente: coton
- parcelles individuelles: gombo, cucurbitacdes,
oseille, mais, riz,
maraichage (par les femmes et autres members)
85




- Mode acquisition des terres: domain familial, il
existed une cession de terre sous forme de location aux
strangers
- Moyenne des jach&res de 3 & 8 ans: grande disponibilitd
des terres
Syst6me de production
- Syst&mes culturaux: monoculture dans les grand champs,
culture associde dans les champs individuals
(arachide/mais) (oseille/arachide)
- Assolement/Rotation: pratiqud au niveau des grades
parcelles. Type: (cdrdale/cdrdale) (coton/sorgho)
- Fertilisation: utilisation de future organique dans les
champs de mais et de future chimique sur le coton.
- Semis: en ligne et par poquets
- Prddateurs et parasites: chenilles (coton), borers des
tiges sorghoo), oiseaux (semis et rdcolte), singes,
sangliers, sauteriaux.
- Entretien: sarclage manuel et buttage
- Stockage et transformation: stockage dans les greniers
traditionnels, ensachage et wattage traditionnels.
- Elevage: bovines, ovins, caprins, volaille de type
extensif, s6dentaire
Environment socio-dconomique
- Production: Autoconsommation Commercialisation
- c6rdales coton
- arachides quelques cdrdales
- ldgumes arachides
- gombo, oignons
- Autres sources de revenues: exode, vente des animaux et
des products animaux
- Credit institution: prdts de matdriels (charrues,-charrettes, motoculteurs) sous forme de prAt A moyen terme; pr&ts des-intrants (engrais, pesticides) sous forme de
prdt de champagne
- Formation du paysan par le service dlencadrement,
assistance est lide & la culture de certaines spdculations (coton)
86




Contraintes
Probl&mes Contraintes
Faible production Insuffisance M.O.
Sous-dquipement Faible P.A.
Faible technicitd Protection des cultures Prdt aux producers
Acc&s au credit Organisation des credits
Insuffisance ou manque
infrastructures sani- Ddcideurs
tires et vdtdrinaires
87




Diagramme de Niamd
Marche(
0 H V Exode
U P
R RF
Cultures E I ev age
CR Cv Bovins
Coton Sorgho Ovins
Caprins Arachide Mais Volailles
Oignon Arachide
Riz
Oseille Maraichage
Terres
88




APPENDICES 6: RAPPORT D'ENQUETE INFORMELLE VILLAGE DE NIAGANABOUGOU
SYSTEM DE PRODUCTION:
Deux secteurs dlactivitds dominant le syst&me de production ruralle: agriculture qui est le principal secteur oriented vers la production des speculations culturales de subsistence et de rente; et le secteur dIdlevage moins actif qui est source dIdnergie de trait, de fumier, et de revenues mondtaires.
Sydculations culturales
A ce niveau, on distingue deux groups: Cultures principales qui comprennent le sorgho, le mil, le mais, et le riz constituent la base de l1alimentation de la famille. La production et la gestion de ces speculations reviennent aux homes. Les cultures secondaries comme le voandzou, lloseille, 11arachide, le nidbd et le courage qui rel&vent du domain des femmes. Elles permettent aux femmes de contribute & l1alimentation et aux ddpenses mondtaires de la famille.
Les cultures de renters sont gdndralement le tabac et le
coton qui constituent un domain privildgid en ce qui concerned application des technologies amdliordes de production. Elle reprdsentent la source principle des revenues mondtaires au sein de exploitation. Il convent de signaler qu'une parties ou le surplus des speculations de subsistence sont utilisds & niveau.
Syst6me de culture
Pratiques culturales: Wenvironnement des cultures permit de distinguer deux syst&mes culturaux:
1/ Le syst6me de cultures s6ches qui depend de la pluviomdtrie du milieu. Il est essentiellement, axd sur la production des cultures de subsistence et du coton. A ce niveau, on distingue deux techniques de production: association cultural et la culture pure. Dans association on rencontre g6ndralement les cultures assocides, cdrdale/ldgumineuse (sorgho/nidbd, mil/nidbd, et sorgho/arachide/oseille) et cdrdale/cdrdale (mil/sorgho, et mais/mil). on rencontre d'autres associations tells que association mais/coUrge et oseille/voandzou. Le s paysans present que les pratiques conf4rent & la production sa s6curisation et sa stability d'annde en annde. Elles permettent dgalement 11utilisation rationnelle des moyens.
89




2/ Le syst&me cultural, basd sur irrigation, compared
la riziculture qui est du type d1immersion profound, et la culture du tabac en centre season aux abords retenus dleau.
La riziculture d1immersion profound sleffectue en deux
phases. La phase pluviale qui utilise la pluviomdtrie en ddbut
de season pour assurer la germination du riz et la phase fluviale
utilisant la crue du fleuve pour achiever le cycle vdgdtatif.
Rotation
On rencontre les rotations suivantes:
- coton mais sorgho arachide
- tabac mais
- sorgho sorgho et arachide
Par centre, dans les rizicultures, clest la monoculture qui
prdvaut. Les sols dpuisds sont soit remis aux femmes pour la
culture de l1arachide (en gise de restauration de la fertility),
soit mis en jach&re dont la durde peut sIdtendre de 3 & 8 ans.
Techniques culturales
- Le calendrier cultural se resume de la fagon suivante pour
les cultures de subsistence: la preparation du sol en
mai-juin, le semis en juin-juillet, et la rdcolte en
octobre, november et d6cembre.
- Le degrd d1intensification des techniques culturales ddpend du niveau d1dquipement des paysans et de la spdculation. Ainsi les preparations du sol, le semis et les
entreaties culturaux (sarclage, buttage) sont mdcaniques
dans les exploitations dquipdes et manuelles dans les
exploitations sous-dquipdes, dans les conditions de
cultures s4ches. Par centre, en riziculture, & part les
operations de preparation du sol, routes les operations
culturales sont manuelles, car ce secteur est hors des
zones contr6ldes par la structure dlencadrement en place.
- Dans le cadre des utilisations des entrants essentials,
les paysans employment g6ndralement les engrais chimiques sur les cultures de rente (tabac et coton) et la mati6re
organique sur les cultures-vivri&res. Les semences des
cultures de rente sont g6ndralement trait6es avant le
semis. La production et les superficies cultivdes par
exploitation variant selon le degrd d'6quipement dans
certain cas et dans d1autres cas, selon la disponibilitd
de la main-d'oeuvre (ddmographie).
90




ENVIRONMENT SOCIO-ECONOMIQUE
Organisation social
Les activists agricoles demandant une utilisation intense de main-d'oeuvre sont le plus solvent cernds par les groupements dlentraide mutuelle. Le groupement des jeunes et celui des femmes jouent ce r6le.
Commercialisation
Elle porte sur toute la production des cultures de rente
notamment le tabac et le coton et accessoirement sur les cultures vivri4res des exploitations ayant accused un surplus de production. Cependant, la majority& des exploitations ne sont pas autosuffisantes. En vue de se ddpartir de certaines obligations socials, elles sont venues & vendre une portion de la production. Ainsi les cultures de soudures ou les cultures secondaries sont utilisdes dans le complement du deficit engendrd en pdriode de pdnurie. Le service dlencadrement OHV assure la vente des entrants (dquipements, engrais, products de treatment phytosanitaire, semence etc... ). Des activists parall6les, cells des forgerons notamment, des menuisiers, de l1exode et du commerce constituent des sources de revenue autres que agriculture.
Le credit agricole est accessible pour les cultures de
renters qui servant de moyens d1dquipement de exploitation et de routes les speculations.
CARACTERISTIQUES DES EXPLOITATIONS
Llexploitation reprdsente g6ndralement une famille qui peut 6tre dans ce cas compose de families nucldaires ayant des sousactivit6s (au sein de exploitationo. Les sondages rdv6lent la correlation positive entre la larger de la famille et le degrd d1dquipement de exploitation. Plus la famille est grande, mieux exploitation est dquipde. Le chef exploitation ou son reprdsentant prend les decisions pour la gestion de l1exploitation.
Les femmes sont charges de la production et de la gestion des cultures secondaries tandis que les homes sloccupent de celle des cultures de subsistence et de rente.
Selon le degrd d1dquipement, on distingue trois classes
exploitation: dquipde, moyennement dquipde et sous-dquipde.
91




ELEVATE
Le secteur dIdlevage est domind par le syst&me de production
extensive pour la plupart des exploitations. Le bdtail est
constitud de bovines, d1ovins, de caprins, d1dquins, d1azins qui regoivent pdriodiquement quelques soins du service vdtdrinaire.
La production avicole est constraint par des maladies dpiddmiques
intermittentes.
L'utilisation des resources de 116levage est important.
Elles interviennent dans la furniture de lIdnergie pour la traction des dquipements agricoles (transport et travaux lordss,
dans l1apport de revenues mondtaires (pour acquisition des entrants) et constitute la principle source de protdines de
exploitation.
CONSTRAINTS
1. Abioticrues
- pauvretd des sols
- s6cheresse
- mauvaise rdpartition des pluses
- difficult de maitriser lleau en riziculture
- vdtustd des infrastructures hydrauliques
- techniques culturales du riz trop traditionnelles
- conflicts des calendriers culturaux
- difficult dlacc6s au credit
- codts dlevds des entrants
- prix au producer non rdmundrateur
- sous equipment
- constraint de capital
(acquisition de la main-d'oeuvre et des entrants)
- mode de reimbursement inaddquat
2. Bioticrues
- manque de varidtds productive (cultures s6ches et riz) adventices: 0.1ongistaminata (riz), Striga (mil/sorgho)
- phytopathologie: mildiou
- ddg&ts d1oiseaux et d1animaux savages
- manque de main-d'oeuvre en pdriode pointe
- exode des bras valides maladies de la volaille.
92




APPENDICES 7:
Evaluation des Solutions Potentielles
Merits des Technologies en matter de:
Technologies Concordance Impact sur Impact sur Rentabilite Disponibiliti Fertilite Autres
proposes en avec les l'utilisation les des entrants du sol
milieu paysan objectifs des de main risque
paysans d'ouevre
1 Fumure
minirale + + + +
azote,
2. Trf Samences + + +
3. IncorPoration de
raWdus de + + + +
ricolte sorgho4. Mais
J
signifies impact positif signifies impact n6gatif ko
w