• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Quels essais doit-on faire?
 Quels traitements tester et ou
 Comment concevoir les essais
 Comment executer les essais
 Gestion et administration de L'FSR/E...






Title: Techniques de mise au point pour l'experimentation agronomique en milieu paysan
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00066214/00001
 Material Information
Title: Techniques de mise au point pour l'experimentation agronomique en milieu paysan
Alternate Title: Manuel du stagiaire formation en FSRE
Physical Description: v. (various pagings) : ill. ; 28 cm.
Language: French
Creator: Farming Systems Support Project
Publisher: Farming Systems Support Project, International Programs, Institute of Food and Agricultural Sciences, University of Florida
Place of Publication: Gainesville Fla
Publication Date: 1986?
 Subjects
Subject: Agricultural extension work -- Research -- Developing countries   ( lcsh )
Agricultural systems -- Research -- Developing countries   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: préparé par: Farming Systems Support Project.
General Note: Spiral bound.
General Note: Cover title.
Funding: Electronic resources created as part of a prototype UF Institutional Repository and Faculty Papers project by the University of Florida.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00066214
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 71044673

Table of Contents
    Title Page
        Title Page
    Quels essais doit-on faire?
        Page i
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
    Quels traitements tester et ou
        Page II
        Page II 1
        Page II 2
        Page II 3
        Page II 4
        Page II 5
        Page II 6
        Page II 7
        Page II 8
        Page II 9
        Page II 10
        Page II 11
        Page II 12
        Page II 13
        Page II 14
        Page II 15
        Page II 16
        Page II 17
        Page II 18
        Page II 19
        Page II 20
        Page II 21
        Page II 22
        Page II 23
        Page II 24
        Page II 25
        Page II 26
        Page II 27
        Page II 28
        Page II 29
        Page II 30
        Page II 31
        Page II 32
        Page II 33
        Page II 34
        Page II 35
        Page II 36
        Page II 37
        Page II 38
        Page II 39
        Page II 40
        Page II 41
        Page II 42
        Page II 43
        Page II 44
        Page II 45
        Page II 46
        Page II 47
        Page II 48
        Page II 49
        Page II 50
        Page II 51
        Page II 52
        Page II 53
        Page II 54
        Page II 55
        Page II 56
        Page II 57
        Page II 58
        Page II 59
        Page II 60
        Page II 61
        Page II 62
        Page II 63
        Page II 64
        Page II 65
        Page II 66
        Page II 67
        Page II 68
        Page II 69
        Page II 70
        Page II 71
        Page II 72
        Page II 73
        Page II 74
        Page II 75
        Page II 76
        Page II 77
        Page II 78
        Page II 79
        Page II 80
        Page II 81
        Page II 82
        Page II 83
        Page II 84
        Page II 85
        Page II 86
        Page II 87
        Page II 88
        Page II 89
        Page II 90
        Page II 91
        Page II 92
        Page II 93
        Page II 94
        Page II 95
        Page II 96
        Page II 97
        Page II 98
        Page II 99
        Page II 100
        Page II 101
    Comment concevoir les essais
        Page III
        Page III 1
        Page III 2
        Page III 3
        Page III 4
        Page III 5
        Page III 6
        Page III 7
        Page III 8
        Page III 9
        Page III 10
        Page III 11
        Page III 12
        Page III 13
        Page III 14
        Page III 15
        Page III 16
        Page III 17
        Page III 18
        Page III 19
        Page III 20
        Page III 21
        Page III 22
        Page III 23
        Page III 24
        Page III 25
        Page III 26
        Page III 27
        Page III 28
        Page III 29
        Page III 30
        Page III 31
        Page III 32
        Page III 33
        Page III 34
        Page III 35
        Page III 36
        Page III 37
        Page III 38
        Page III 39
        Page III 40
        Page III 41
        Page III 42
        Page III 43
        Page III 44
        Page III 45
        Page III 46
        Page III 47
        Page III 48
        Page III 49
        Page III 50
        Page III 51
        Page III 52
        Page III 53
        Page III 54
        Page III 55
        Page III 56
        Page III 57
        Page III 58
        Page III 59
        Page III 60
        Page III 61
        Page III 62
        Page III 63
        Page III 64
        Page III 65
        Page III 66
        Page III 67
        Page III 68
        Page III 69
        Page III 70
        Page III 71
        Page III 72
        Page III 73
        Page III 74
        Page III 75
        Page III 76
        Page III 77
        Page III 78
        Page III 79
        Page III 80
        Page III 81
    Comment executer les essais
        Page IV
        Page IV 1
        Page IV 2
        Page IV 3
        Page IV 4
        Page IV 5
        Page IV 6
        Page IV 7
        Page IV 8
        Page IV 9
        Page IV 10
        Page IV 11
        Page IV 12
        Page IV 13
        Page IV 14
        Page IV 15
        Page IV 16
        Page IV 17
        Page IV 18
        Page IV 19
        Page IV 20
        Page IV 21
        Page IV 22
        Page IV 23
        Page IV 24
        Page IV 25
        Page IV 26
        Page IV 27
        Page IV 28
        Page IV 29
        Page IV 30
        Page IV 31
        Page IV 32
        Page IV 33
        Page IV 34
        Page IV 35
        Page IV 36
        Page IV 37
        Page IV 38
        Page IV 39
        Page IV 40
        Page IV 41
        Page IV 42
        Page IV 43
        Page IV 44
        Page IV 45
        Page IV 46
        Page IV 47
        Page IV 48
        Page IV 49
        Page IV 50
        Page IV 51
        Page IV 52
        Page IV 53
        Page IV 54
        Page IV 55
        Page IV 56
        Page IV 57
        Page IV 58
        Page IV 59
        Page IV 60
        Page IV 61
        Page IV 62
        Page IV 63
        Page IV 64
        Page IV 65
        Page IV 66
        Page IV 67
        Page IV 68
        Page IV 69
        Page IV 70
        Page IV 71
        Page IV 72
        Page IV 73
        Page IV 74
        Page IV 75
    Gestion et administration de L'FSR/E en milieu paysan
        Page V
        Page V 1
        Page V 2
        Page V 3
        Page V 4
        Page V 5
        Page V 6
        Page V 7
        Page V 8
        Page V 9
        Page V 10
        Page V 11
        Page V 12
        Page V 13
        Page V 14
        Page V 15
        Page V 16
        Page V 17
        Page V 18
        Page V 19
        Page V 20
        Page V 21
        Page V 22
        Page V 23
        Page V 24
Full Text








TECHNIQUES DE
MISE AU POINT
POUR L'EXPERIMENTATION
AGRONOMIQUE EN
MILIEU PAYSAN





VOLUME II
MANUEL DU STAGIAIRE
FORMATION EN FSRE





PREPARE PAR:
FARMING SYSTEMS SUPPORT PROJECT
IN____r ITERNAT PROGRAMS
IArTITUITE OF DFOD AND A aGRICULTURAL SCIENCES
UNIVERSITY OF FLORIDA
GAINESVILLE, FL 32611










P II 7D ITPDT T -



QUELS ESSAIS
DOIT-ON FAIR?









CHAPITRE I
QUELS ESSAIS DOIT-ON FAIRE?

I,A. LIENS ENTIRE LE DIAGNOSTIC ET LA CONCEPTION


PLAN

1. Comment d4cider quels problemes doivent 4tre testes en premier
2. Comment choisir les paysans cooperateurs
3. Comment classer les essais

PREREQUIS

Volume I. Methode diagnostique de 1'FSR/E.

NIVEAU DU PARTICIPANT

Assistant en recherche agronomique
Technicien A la verification de la technologies de developpement

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Apres avoir complete ce chapitre, les stagiaires seront en measure de:

1. Identifier trois types d'information qui peuvent affected la mise en
priority des probl4mes des agriculteurs en ce qui concern la conception.

2. Identifier trois caracteristiques des manages agricoles qu'une equipe doit
evaluer pour choisir ceux que participeront aux essais.

3. Expliquer trois faqons de classifier les essais, enumerer les types
d'essais que en resultent dans chaque systeme de classification et
identifier les questions cles A considerer dans la mise au point et
l'analyse de chaque type d'essais.

POINTS CLES

1.- Le mise en priority des problems des paysans pour effectuer la recherche
est le trait d'union entire le diagnostic initial et le dispositif
experimental en milieu paysan.

2. Une equipe doit choisir les cooperateurs qui appartiennent au domaine de
recommendation determine par le problem A 1'etude, qui sont responsables
de l'entreprise faisant 1'objet de l'investigation, et qui acceptent
volontiers de cooperer A l'experimentation.

3. Les essais sont classifies en function de:

a. l'utilisation du produit et 1'ampleur de la production (consommation
centre march


Volume II, Chapitre I











b. la base du system de production (culture ou animal predominant et
assolement ou alimentation animal); ou
c. la base du problem varietyh ou espece, alimentation culturelle, ou
resources fourrageres).

VOCABULAIRE

agent causal
analyse de variance (ANOVA)
analyse factorielle
analyse factorielle complete
conversion arcsinus
conversion logarithmique
courbe des rep6nses
diagnostic
disposition des parcelles divisees
distribution normal
domaine de recherche
cart type
effects de correlation
essais superposes
evaluation
experimentation en milieu paysan
experimentation inauguree par le paysan
experimentation conclue par le chercheur
intervention
menage paysan
methode des blocs aleatoires complete
parcelle d'essai
rangees de bordure
statistique
system de production
system de production agricole
traitement de contr6le ou traitement t4moin
variability
variability naturelle
variance de la parcelle t6moin
variance de la sous-parcelle

DISCUSSION

1. COMMENT DECIDER QUELS PROBLEMS TESTER EN PREMIER

La determination des probl6mes prioritaires de l'agriculture paysanne
forme le lien entire le diagnostic initial et la mise ou point de
l'experimentation en milieu rural. Le resultat preliminaire de processus
diagnostic est l'identification des probl4mes.

L'6tape diagnostic est discutee de fagon elaboree dans le Volume I. Le
Chapitre IX s'adresse sp6cifiquement A l'identification des probl4mes.



Volume II, Chapitre I 2









Generalement, le diagnostic initial r6vele plus de problemes que l'equipe
ne peut adresser A la fois. La prioritisation des problems est essentielle A
la recherche et determine les types d'essais necessaires pour r6pondre aux
questions soulev6es par les problems prioritaires; ceux-ci sont directement
function de la situation du paysan et de l'information disponible.
L'acceptation prealable des paysans envers l'experimentation, les pratiques
gestionnaires et le systeme de production sont parmi les facteurs affectant -la
prioritisation.

Le fait que les paysans acceptent au prealable et comprennent les
traitements et les objectifs de l'essai determine la conception des
dispositifs experimentaux. Les paysans doivent etre mis au courant des
variables prises en consideration dans l'essai, et consults sur la
probability d'acceptation au cas ou certaines alternatives s'averent
prometteuses. Selon leur reaction, 1'equipe peut mieux definir les variables
et les traitements, et encourager l'usage des nouvelles alternatives. Pour de
plus vastes informations sur ce sujet, voir le Chapitre IV,A et B.

Les pratiques questionnaires peuvent affected la decision d'executer ou
non un type donn6 d'essai. Il faut les 4tudier soigneusement avant de
proposer un module experimental. On doit chercher A suivre de pros les
pratiques de gestion existantes dans la conception et administration des
essais. Si, par example, l'essai pr6voit 6valuer les vari4et de haricots et
les plants de haricot du paysan en tant que culture derobee, succedant au
mais, les haricots doivent etre semes dans le champ de mais en meme temps que
le paysan seme le haricot pour la culture de rente. Il se peut que les
essais zoothechniques soient limits dans certain systems d'elevage, comme
par example dans le cas oh il n'y qu'une ou deux bWtes, il est impossible de
mener des essais A multiples traitements. L'organisation de l'exploitation
peut 4galement influence la decision de mener un certain type d'essais, tel
que le cas d'un certain regime foncier dans un domaine. Une experience sur
la conservation des sols peut ne pas interesser les exploitants qui ne sont
pas propri4taires mais plut6t locataires de la ferme.

Le system de production d'un domaine de recherche determine sert de base
au groupement des composantes selon les objectifs propices A l'etude. Les
dispositifs experimentaux doivent autant que possible combiner les composantes
dans les essais exploratoires afin d'investiguer les nouvelles variables et
les pratiques non utilisees dans les systems de production.

Au fur et A measure que la recherche progress, et que le nombre
d'alternatives experimentales est r6duit, chacune devrait etre 6tudiee
separ6ment, dans le but d'en obtenir les donnees socioeconomiques et d'eviter
de confondre les r6sultats difficiles A interpreter. Par example, un essai
exploratoire peut inclure a la fois deux niveaux d'engrais azot6s,
l'espacement, et l'application d'herbicide dans un arrangement bifactoriel.
Selon la m6thode des blocs pris au hasard, alors qu'un essai subsequent
pourrait tester trois niveaux d'azote dans des parcelles plus grandes qui
permettraient une analyse cout/ben6fice des traitements. Dans le premier cas,
les parcelles sont plus petites et les r4eptitions plus nombreuses que dans le
second.


Volume II, Chapitre I










2. COMMENT CHOISIR LES MENAGES ET PAYSANS COOPERATEURS


L66quipe responsible du travail au champ doit d'abord selectionner les
manages representatifs du domaine de recherche prevu pour chaque essai. Un
domaine de recherche represente une 4tude agro-ecologique et socioeconomique
focalisee sur les problems et A l'issue de laquelle elle est attendue que
certaines solutions hypothetiques reussissent A r6soudre un problem d6fini.

Il faut 4tablir spdcifiquement lesquels des membres du menage sont ceux
qui prennent les decisions. Les cooperateurs doivent dtre choisis parmi les
responsables des exploitations qui font l'objet des essais. Il est tout de
m6me important de faire participer tous les membres du manage A l'evaluation
de la nouvelle technologies. Il est recommandable de consulter les membres qui
ne sont pas directement responsables de la production agricole. Comme par
example dans le cas oh les femmes ne participent pas activement A la culture
de certain products alimentaires, mais oh ce sont elles qui les transforment
et les pr6parent, et oh leurs pr4efrences influencent le degree d'acceptabilite
des nouvelles varieties.

Dans certain cas, les paysans les plus aptes A representer le group
cible refusent de participer. L'equipe peut alors choisir parmi les paysans
les plus cooperatifs dans le but d'atteindre la representation voulue.
D'autres renseignements sont donn6s au sujet des cooperateurs A
l'experimentation aux chapitres IV,A et V,B,3.

3. COMMENT CLASSER LES ESSAIS

a. L'utilisation du produit et l'ampleur de la production

La taille et la complexity du syst6me de production aussi bien que les
usages prevus des products agricoles d6terminent certain aspects des essais.
Ceux-ci A leur tour affectent le type d'analyse d'6valuation A faire
consequemment.

La Figure II: I,A.1 illustre la division des syst6mes de production base
sur la taille et les usages, et enumere les types communs d'analyse.


Volume II, Chapitre I









Figure II: I,A.1 Consoamation et Nutrition dans la Mise au Point, le
Testing et l'Analyse selon les Concepts de l'FSR/E*


Diagnostic


Problne
Prioritaire





Centre sur Mise
au Point et
Testing de
1'Intervention








Evaluation des
R4sultats de
1'Essai


Problkme Lie a la
Consamation-Nutrition





Jardin Potager Subsistance (Consoar-
mation)


Impact sur la
Nutrition

Autres Effets
sur le M6nage

Impact Econanique
(Intrants,
main-d'oeuvre)


Production (Y Com-
pris 1'Agri-
culture, 1'Horti-
culture, les
Arbres et 1'Elevage)




Impact sur la
Nutrition

Impact Econncique

Caracteristiques
des Consamrateurs
et de la
Consoamation


Problem Non Li6 A la
Consammation-Nutrition


Production de
Vente
(Y Ccnpris 1'Ag-
griculture,
1'Horticulture,
les Arbres et
1'Elevage





Impact Ecoo
mique

Caracteristiques
des Consama-
teurs

Impact sur la
Nutrition


Caracteristiques
des Consan-
mateurs et de
la Consacmation

*Adapt6 de Caldwell, 11/86




b. La base du syst6me de production

Les systemes de production tels que pratiqu6s par les paysans permettent
d'4tablir la disposition physique dans laquelle les essais seront mis en
oeuvre. Le terme systeme de production" est une abreviation du terme
"syst6me de production agricole" qui se compose des activities de culture et


Volume II, Chapitre I










d'elevage du syst6me agricole. Alors que le diagnostic et l'4valuation
prennent en consideration le system agricole entier, y compris le menage, les
activities de production et de consommation non agricoles, ainsi que les
facteurs exterieurs A l'exploitation, la conception et le testing des
interventions sont g6enralement bases sur la production agricole proprement
dite. Les manages ruraux d'un certain domaine de recherche partagent un meme
syst6me de production, des problems et des priorit6s de r6alisation
similaires.

Le cadre de classification qui suit permet A l1'quipe pluridisciplinaire
d'identifier de facon precise le system de production predominant et ainsi
d'adapter les essais aux pratiques paysannes existantes. Deux principles
composantes du system de production meritent notre attention.

D'abord il y a le type predominant de culture ou d'animal que forme la
base du syst6me de production. (Cette serie de manuels place un accent majeur
sur les systems de production A base de culture vegetale.) Dans ce type de
systems, la deuxieme composante important est l'assolement. Dans l'elevage,
la deuxieme composante d'importance est le system d'alimentation et les
resources alimentaires. Les diverse combinaisons de la premiere composante,
la base du system de production (le mais, par example), et du deuxieme
element, l'assolement (intercalaire, par example), identifient les different
syst6mes de production (culture intercalaire de mais et de haricots, par
example).

La matrice de la FIGURE II.I,A.2 montre comment les deux composantes
peuvent 6tre combinees pour identifier cinq systems de production distincts
et sp6cifiques. Les cultures predominantes comprennent: cereales,
legumineuses, racine et tubercule, plants A fruits et A feuilles comestibles,
plants ornementales, et autres cultures champetres, pastorales, forestieres,
etc. Puis, viennent les different codes d'assolement: monoculture, culture
derobee, intercalaire, de rotation ou mixte culture; elevage, lorsque la
culture est plus important que l'elevage, ou l6evage/culture dans le cas
contraire.


















Volume II, Chapitre I 6









Figure II: I,A.2 Matrice Decrivant Cinq Systemes de Production
en tant que Coabinaisons de Cultures Predominantes et Modes d'Assolement


MODES DE CULTIVATION


CULTURES
PREDOMINANTES


Monoculture Derobee Intercalaire Rotation Mixte

Cer6ales A B

L4gumineuses C

Racines et Tubercules

Lgumes D

Ornanentales

Cultures oCaDp.

Paturages

Fourrageres E

Arbres

Autres


A = mais/haricots
B = riz-legumineuses
C = arachides/cheptel bovin
D = tomate/canne A sucre
E = Leucaena/veaux


Les r6sultats du diagnostic ont indiqu6 les composantes specifiques de la
culture pr6dominante et le mode de cultivation qui representent les priorities
propices a la recherche agronomique. Le choix des traitements et du
dispositif experimental se concentre sur ces composantes. D'autres 6elments
affectent 4galement les reponses au traitement et l'evaluation des rendements.
Les ailments A prendre en consideration sont:


la vari6et
la nutrition des plants (engrais)
la protection des plants
les pratiques culturels
a. l'espacement
b. le calendrier, intercalaire, et rotation
c. les soins donn4s aux plants
les products r4siduels
les resources fourrageres


Volume II, Chapitre I










c. Base du problem


Les priorit6s propices A la recherche les plus frequemment identifiees
comprennent l'6valuation varietale, l'alimentation des plants, la protection
vegetale, et autres pratiques culturels, ainsi que les resources alimentaires
pour les animaux.

1. Evaluation varietale ou de l'espece animal

Un type commun d'essai dans les champs est le testing du materiel
genetique amelior6. Les cinq points suivants sont des considerations
importantes A l'evaluation varietale:

a. Les traitements t6moins doivent inclure la variety recommandee
pour la region aussi bien que une ou plusieurs varieties
locales cultivees par les paysans. L'equipe arrive A des
conclusions plus significatives apres avoir fait la
comparison entire les vari6tes experimentales et le t6moins,
car le but n'est pas seulement d'obtenir un plus grand
rendement mais l'equipe s'interesse aussi a identifier
d'autres caracteristiques don't tiennent compete les membres du
menage paysan dans leur evaluation des vari4ets.

b. Les pratiques agronomiques paysannes doivent etre respect6es.
Le but principal de l'evaluation en milieu paysan des
nouvelles varieties est-de connaitre leur potential dans les
veritables conditions de l'agriculture paysanne. Par
consequent, il est recommand6 d'eviter l'attitude prise A la
"station experimentale" envers ces essais en plein champ.

c. Les varieties experimentales choisies pour l'experience doivent
inclure autant d'alternatives disponibles ayant un potential
theorique d'excellence que l'essai le permette. Ce qui
signifie que les vari4tes experimentales venant de la
recherche national doivent 4tre testees A cote des materiels
locaux, des varieties venant des programmes de recherche
particuliers, et du materiel venu des nations voisines, des
centres regionaux ou internationaux, et des companies de
semences privees.

d. La m4thode d'analyse des blocs complete aleatoires (DBCA) est
le dispositif experimental le plus approprie. Il faut
s'effectuer 6galement au moyen du dispositif de blocs
incomplets (DBI).

e. Chaque unit experimentale doit etre protegee centre les
influences aviantes venant des habitudes de croissance des
varieties avoisinantes. Dans le mais, par example, oi les
varieties different beaucoup en taille, des rangees de la mime
variety doivent etre plantees de chaque cot6 de l'unit6
experimentale. Ces ranq6es de bordure ne sont pas r4colt6es
dans le but d'4tre 6valuees. Une pratique commune dans la

Volume II, Chapitre I 8









culture du mais est de semer quatre bandes de chaque vari4et
mais de n'en utiliser que les deux du centre pour 6valuer les
measures de rendement.

2. Alimentation de la plante

Une autre type frequent d'essais est celui des engrais. Avant la mise en
place de l'essai, il est imperatif d'obtenir l'information sur les
caracteristiques de sol, sur l'amenagement precedent, et la composition
chimique et physique des sols. Generalement, on se sert de trois niveaux de
chaque facteur pour arriver A une courbe significative. Les dispositifs
experimentaux devraient permettre de mesurer les effects des interactions qui
sont commune dans les essais effectu6s sur les engrais. Une analyse
factorielle offre une meilleure evaluation des correlations des facteurs que
les arrangements de parcelles separees. La raison en est que, dans l'analyse
de variances (ANOVA) pour un arrangement completement factoriel, l'ecart-type
est calcule & un degree de liberty plus grand. La disposition A parcelles
separees a le m6me nombre de degrees de liberty par correlation que
l'arrangement compl6tement factoriel, ainsi que les degres de liberty
residuels doivent etre r6partis entire la variance de la parcelle principal et
celle de la sous-parcelle.

Un soin tout particulier doit etre donn4 au dispositif afin d'eviter les
effects de ruissellement d'engrais venant des parcelles voisines. On
recommande les rangees en bordure ou une ample distance entire les unites
experimentales.

Les traitements t6moins doivent refl4ter la pratique locale. Quand celle-
ci n'emploie pas d'engrais, le traitement de contr6le doit s'en abstenir
aussi. Lorsque le paysan utilise une certain quantity d'engrais, l'essai
doit l'employer 4galement en se basant sur la quantity applique par le
paysan.

3. Protection des plants

L'evaluation des dommages causes par les insects, les mauvaises herbes et
les maladies est une tache plus difficile A accomplir que les autres
mentionn4es jusqu'ici. La raison majeure en est que les agents causales
varient en intensity et en mode d'action, non seulement d'une annee A l'autre,
mais aussi A l'interieur d'une aire experimentale.

Par consequent, les essais sur la lutte antiparasitaire exigent de large
units experimentales, de nombreuses repetitions, au course de plusieurs cycles
vegetatifs. L'on peut employer les dispositions factorielles completes ou A
parcelles separ6es selon la m6thode des blocs aleatoires. Il arrive souvent
que les experiences sur la lutte antiparasitaire soient superposees dans les
champs des paysans.

La courbe de probability des calculs ou pourcentages des ravages causes
par les insects ou les maladies ne suit generalement pas la distribution
normal. Les donnees des relev6s d'echantillons doivent done etre converties
pour permettre l'usage des procedures d'analyse statistique. Les conversions


Volume II, Chapitre I










les plus usitees pour ce genre de donnes sont les suivantes: (1)
logarithmique (log(X) pour les donnees couvrant une grande echelle de valeurs
mais sans z6ro, ou log(X+l) quand les valeurs zero sont presentes); (2) la
racine carree de x pour les valeurs comprenant les petits nombres entiers ou
pourcentages entire 0 % et 30 %, ou 70 % et 100 %, et la racine carr6e de (X+
0,5) pour les petits nombres entiers y compris zero; et (3) la conversion
cosecante pour les donnees representant les pourcentages qui chevauchent les
carts de 0-30, 30-70, et 70-100%. Pour ce qui est des donn6es entire 30 et
70%, aucune conversion n'est n6cessaire.

4. Pratiques culturels

Les pratiques culturels comprennent l'espacement entire les rangees, entire
les plants d'une rangee, le calendrier et sequence des semis, les soins donnes
aux plants, et l'amenagement des eaux. Quand il s'agit de compare plusieurs
pratiques agricoles paysannes, il est approprie de superposer les essais dans
les champs des exploitants. Par centre, quand les traitements different
largement des pratiques typiques, les essais conventionnels sont preferables.
La disposition des parcelles separees peut convenir lorsqu'il y a plus d'une
variable A tester. Par example, si une variable demand plusieurs genres de
dispositions de rangees, ou s'il y a une large bordure ou si la parcelle est
de grandes dimensions, la variable peut 4tre assignee A la parcelle
principal. Les autres variables, telles que l'espacement entire les plants
dans une meme rangee, les varieties, ou les cultures alternatives secondaires,
peuvent etre design6es aux sous-variables des sous-parcelles car les degres de
liberty sont plus large que la racine carree de la variance de la parcelle
principal. L'interpretation economique de ces types d'essais est obligatoire
car les cultures que subissent les experiences de lutte antiparasitaire
varient en valeurs marchandes, rendant les rendements-individuels inad6quats
en tant que crttere de measure.

5. Ressources alimentaires des animaux

La carence alimentaire est la cause majeure de la basse productivity
animal. Le testing et l'evaluation des nouvelles resources alimentaires
sont souvent effectu6s au course des essais sur s'elevage. Le petit nombre
d'animaux disponibles A l'essai et la difficult de les grouper pour 6valuer
deux ou plusieurs traitements limited 1'essai a un seul traitement par ferme.
Par consequent, il faut faire appel A grande variation parmi les animaux d'une
meme ferme qu'entre les fermes. Il est toutefois possible d'obtenir plus
d'information sur les differences entire les traitements en employant ce genre
de dispositif. Pour arriver A compare adequatement les traitements aux
pratiques locales ou aux fourrages, le regime alimentaire t6moin doit 4tre
quantified au course d'une longue periode d'experimentation. Cela peut
fr6quemment s'averer difficile A accomplir. II peut y avoir de grandes
variations dans les regimes de base A l'interieur autant qu'entre les fermes
dues aux differences saisonnieres et gestionnaires. L'6quipe se doit de
surveiller de pres la composition diedttique, ou r4gulariser strictement le
regime des animaux temoins pour pouvoir determiner pr4cisement les differences
des traitements.


Volume II, Chapitre I









CHAPITRE I:
QUELS SORTES D'ESSAIS DOIT-ON FAIRE?

I,B. FALCONS D'EFFECTUER L'EXPERIMENTATION EN MILIEU PAYSAN

PLAN

1. Quelles sont les voies alternatives possibles pour l'experimentation en
milieu paysan ?
2. Les changements qui s'operent au course des essais mis au point par le
chercheur.
3. Les falcons d'allouer les resources et les responsabilites.

NIVEAU DU PARTICIPANT

Assistant technician en recherche agronomique
Technicien en verification technologique pour la vulgarisation

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Apres avoir complete cette section, les stagiaires seront en measure de:

1. Identifier trois conditions n6cessaires i 1'utilite de l'experimentation
en milieu paysan.

2. Decrire les suites probables des essais planifi6s par le chercheur.

3. Identifier cinq types d'activit6s devant faire parties du programme pour
assurer le succes des essais en milieu paysan.

POINTS CLES

1. Les deux voies fondamentales A suivre dans l'experimentation en milieu
paysan sont de: a) observer et inferer A partir de l'experimentation
inauguree par l'agriculteur, et b) observer et inferer A partir de
l'experimentation planifiee par le chercheur.

2. Les essais mis au point par le chercheur change en course de route suivant
certaines tendances g6nerales.

3. La planification des activities est n4cessaire autant parmi les
institutions qu'au sein de l'equipe d'investigation au champs pour assurer
le succ6s des essais en milieu paysan.
DISCUSSION

1. QUELLES SONT LES VOIES ALTERNATIVES POSSIBLES POUR L'EXPERIMENTATION EN
AGRICULTURE PAYSANNE?

Le but de l'experimentation en milieu paysan est de tester les pratiques
de production alternatives en vue de resoudre les probl6mes identifies par le


Volume II, Chapitre I










menage rural. Trois conditions sont essentielles A la mise en oeuvre de
l'experimentation en milieu paysan:

1. Focaliser sur les veritables problems que les paysans veulent
resoudre.

2. Comparer les pratiques alternatives dans les conditions memes de
1'exploitation.

3. Permettre aux paysans de predire la vraisemblance de l'amelioration
des products A travers les pratiques alternatives.

La premiere condition signifie que l'equipe a compris les besoins du
paysan. Plusieurs techniques permettent aux chercheurs d'y arriver. Ces
techniques s'appellent diagnostics et le Volume I en fait la description de
facon detaillee. La premiere tape est toujours celle du diagnostic, et en
reality n'a pas vraiment de fin. A measure que les problems sont mis au jour,
l'equipe continue d'y appliquer les techniques diagnostiques. Les membres de
l'equipe comprennent mieux les problem auxquels doivent faire face les
paysans en observant la faqon don't ces derniers comparent les pratiques
suggerees A leurs propres pratiques traditionnelles.

Une des m6thodes diagnostiques est d'identifier les experimentations
faites par les paysans memes. Par example, une equipe constate que les
exploitants ont sem6 plusieurs variites l'une A cote de l'autre ou
entremel4es, ou qu'ils cultivent de nouveau products en pratiquant la culture
en couloirs. L'equipe doit pr6ter une attention particuliere aux m4thodes
employees par les agriculteurs qui reussissent; il arrive souvent qu'ils
utilisent une bordure ou une parties de champ pour y mettre A l'essai une idee
nouvelle qu'ils ont eu ou don't ils on entendu parler. Ces experimentations
inaugurees par les paysans peuvent certainement servir de suggestions A
l'investigation en milieu rural.

La deuxieme des conditions mentionnees ci-haut signifie que l'equipe fait
la distinction entire les changements A tester et les changements A ne pas
tester. Tout changement qui n'est pas fait dans le but de compare ne dolt
pas etre fait, et tous les autres sont faits en presence d'autres changements.
Ces alterations rendront les parcelles experimentales different des parcelles
des paysans. Par example, si l'6quipe veut tester des vari4ets, et si les
paysans n'emploient pas d'engrais, les parcelles d'essai ne doivent pas non
plus utiliser d'engrais. Ainsi, l'equipe peut compare les nouvelles varieties
meme en dehors de l'aire experimentale. Les paysans peuvent de cette facon
constater si les nouvelles vari6ets sont differentes des leurs dans les memes
conditions environnantes.

Il est probable que les paysans satisfassent cette condition s'ils ont
eux-m6mes inaugurer l'experimentation. Les membres de l'6quipe doivent
respecter cette condition dans la mise au point de l'experimentation.

La troisieme condition signifie que l'equipe comprend le concept de
variability et le fait qu'elle existera toujours dans les champs des
agriculteurs. Prenons par example deux rangees ou deux parcelles adjacentes,


Volume II, Chapitre I










semees simultandment, des m6mes varieties, et cultivees de facon identique.
Toutes les plants n'auront pas exactement la meme taille, les deux rangees ne
produiront pas exactement le meme rendement. Il en va de meme pour les
animaux d'une meme portee; il est peu probable qu'ils auront tous le meme
poids.

Considerons maintenant divers champs appartenant A different paysans sur
lesquels est cultiv6e la meme variety (ou une m4me combinaison de varieties ,
ou les animaux de la meme race sont nes de differentes port6es. Dans tous ces
cas, la variability sera encore plus forte. La variability naturelle existe
en dehors de l'experimentation agronomique.

Dans l'4tude agronomique en milieu rural, les paysans et les membres de
l'equipe cherchent A determiner les differences entire les pratiques
alternatives. Supposons que l'6quipe trouve des differences, s'ensuit done la
question suivante: Les differences parmi les pratiques alternatives sont-
elles plus fortes que les differences dues A la variation naturelle? Quelles
conclusions les paysans et les membres de l'equipe peuvent-ils tirer de ces
experiences? La r6ponse est loin d'etre nettement tranchee.

Les membres de l'6quipe et du manage agricole veulent savoir quelle est la
probability que les differences observees sont vraiment dues aux pratiques
alternatives. C'est possible qu'il n'y ait que 50% de chance. Les paysans
sont-ils prets A prendre le risque sur 50% de chance qu'une alternative
ameliore le rendement? Preferent-ils que le degr4 de certitude faut-il
prouver pour qu'ils s'aventurent? Et, de plus A consacrer un dixieme de leurs
champs A la pratique alternative? En raison de la haute valeur du cheptel,
les 6leveurs exigent une plus forte probability d'amelioration avant
d'accepter une nouvelle technologies.

Le coit du risque affected egalement les risques que les manages agricoles
sont prets A prendre. Ils n'h6sitent pas A debourser les frais d'un paquet de
semences, meme s'il n'y a que 50% de chance que cela augmente les rendements
de 25%. Surtout s'ils se doivent d'acheter des semences de toute facon.
D'autres part, ils vont h6siter A risquer le cout dix fois plus eleve de
l'engrais ayant le meme 50% de chance que cela augmente les rendements de 25%.

Ils voudront une probability de 4:1 d'augmentation avant de risquer tant
d'argent precieux.

Etant donn6 l'aspect variable des sols, de l'amenagement et de la
pluviometrie, quelle est la probability que 100 unites mon4taires soient
rentables? C'est pr6cisement 1A od les essais dans les champs des paysans de
la region peuvent offrir une reponse. Plusieurs families rurales se partagent
le risque qu'il faut prendre pour en determiner les probabilities.

L'equipe joue ici un r61e important; en premier lieu, elle aide a
rassembler tous les r4sultats. Aucun paysan ne pourrait se permettre le
tempsoule coft des d4placements pour couvrir toute la region et rassembler les
resultats obtenues a toutes les exploitations.


Volume II, Chapitre I










En deuxi6me lieu, l'6quipe apporte une connaissance specialis6e qui aide A
estimer les probabilities d'amelioration en se basant sur les resultats
rassembles. Cette connaissance sp6cialisee s'appelle la science statistique.

Tous ensemble se partagent le cott et le temps que 1'6quipe doit prendre
pour rassembler les r6sultats a travers les fonds publics extraits des imp6ts
que tout le monde paie. Ainsi, mdme les gens de la ville aide A payer les
frais de l'6quipe.

La statistique est un ensemble de techniques servant A determiner la
probability que les differences sont r4elles, et non seulement dues A la
variation naturelle. La statistique consiste en plusieurs techniques et
l'equipe doit choisir laquelle est la meilleure pour chaque situation.

Quels sont les choix possibles en mati4re de techniques statistiques?
D'abord, soulignons qu'il y a deux voies fondamentales A l'experimentation en
milieu paysan et que chacune d'elles mene A different types de m4thodes
statistiques. Ces deux voies sont:

Observer et inferer A partir de l'experimentation entreprise par le
paysan.

SObserver et inferer A partir de l'experimentation mise au point par le
chercheur.

Dans la premiere, l'equipe ne participe aucunement a la mise au point de
l'expbrience. Il doit y avoir un nombre suffisant d'experiences instaurees
par les paysans pour permettre les comparisons significatives entire plusieurs
exploitations. Une m6thode pratique est de grouper les exploitations selon
les sujets de comparison similaires.

Les techniques de groupement sont actuellement en voie de developpement.

Dans la deuxi6me voie, c'est l'equipe qui met le dispositif au point; elle
peut ajouter des traitements A l'experimentation mise en action par les
paysans, ou concevoir l'essai et chercher des paysans qui acceptent d'y
participer. Le dispositif peut parfois changer simplement les falcons de
proc6der dans un champ dejA seme par l'exploitant. Cette m6thode est dite
d'essais superposes. Comme dans le cas oh l'6quipe teste plusieurs fois ou
plusieurs methods de desherbage, ou le cas oA le dispositif demand
qu'ensemble l'6quipe et les paysans travaillent une parcelle 6chantillon des
le debut le la saison.

Les m6thodes statistiques de la deuxieme voie varient de celles de la
premiere. Alors que ces dernieres demandent le groupement d'observations, les
quatre testent les comparisons les unes centre les autres. Il existe
plusieurs falcons de tester les comparisons et la meilleurs depend de
plusieurs criteres. Le reste de ce volume present quelques-unes des
techniques les plus usitees parmi lesquelles les partisans peuvent choisir.


Volume II, Chapitre I









2. COMMENT LES ESSAIS MIS AU POINT PAR LE CHERCHEUR CHANGENT AU COURSE DU
PROJECT.

a. Fonction de l'essai dans le processus de recherche-d6veloppesent

Selon leur function particuliere dans le processus de recherche-
developpement, les types d'essais suivent un ordre s6quentiel general come
suit:

1. Essai exploratoire

Ce sont des essais ex6cut6s alors que tres peu d'information est connue au
sujet du domaine ou des effects possibles du traitement dans le domaine. Ils
peuvent complimenter ou faire parties des caract6ristiques du domaine et
precedent g6enralement les essais de perfectionnement. Ils fournissent une
information plus qualitative que quantitative sur plusieurs facteurs.
Fr6quemment, l'essai est fait sur deux niveaux pour chaque facteur et A peu de
repetitions. Le dispositif le plus commun comprend l'analyse bifactorielle et
des essais auxquels on ajoute ou soustrait certain 616ments. Ce type d'essai
peut parfois 6tre superpos6 aux champs des paysans sans n6cessiter de
preparation sp6ciale de l'aire experimentale.

2. Essai de perfectionnement

Deux sortes d'essais peuvent 4tre inclus A cette tape: les essais
sp4cifiques au site ou les essais r6gionaux.

Les essais sp4cifiques au site sont des essais qui ne sont faits qu'A un
seul site. Ils sont normalement axes sur les effects quantitatifs. Ils sont
semblables aux essais conventionnels en matieres de dispositif,.mais qui
generalement ont moins de traitements. On peut en inclure jusqu' A 20 ou 50,
bien que ce ne soit pas recommand4 A moins que le type de dispositif soit plus
complex (le treillis ou m4thode du carr6 latin) afin de garder l'erreur
experimentale A un niveau acceptable. Parce que ce type d'essais exige
l'attention constant du chercheur scientifique, leur nombre ex4cut6 dans un
domaine donn4 est restreint. Le dispositif experimental le plus commun est
celui de la m6thode des blocs randomis6s completes avec quatre r6p6titions.

Les essais r6qionaux sont des essais faits A plus d'un site, mais don't les
resultats sont analysis ensemble. Ils permettent l'analyse agronomique aussi
bien que l'analyse agro-4conomique. Ils sont conclus en vue d'exposer les
meilleurs traitements obtenus des essais sp4cifiques au site A une plus grande
vari6et d'environnements a l'int6rieur d'un domaine. Il peut y avoir jusqu' A
six traitements, sur cinq A dix sites. Le dispositif recommand6 est la
m6thode des blocs, au hasard, completes ou incomplete avec deux A quatre
r6p4titions par site. ANOVA, la regression ou l'analyse combine se servant
du site en tant que source de variations peut etre employee dans 1'ANOVA pour
quantifier les interactions traitement-environnement.

Ces essais offrent aux paysans 1'opportunit6 d'administrer, et aux manages
d'4valuer, les interventions prometteuses identifies au cours du testing de
perfectionnement. On se sert des large parcelles sans r6p4titions. Le but
Volume II, Chapitre I 15










de ces essais est de donner au paysan l'occasion de compare les interventions
A leurs propres pratiques, et pour cela, il faut inclure A l'essai une
parcelle cultivee selon les pratiques paysannes A mesurer. Cette parcelle
temoin a plus de valeur au paysan qu'au chercheur, car celui-la pourra 6valuer
les r6sultats en les comparant A ses propres rendements. Par centre, le
chercheur a interet A mesurer les resultats des pratiques paysannes;
d'ailleurs, les donnees agronomiques et 4conomiques obtenues des pratiques de
l'exploitant doivent etre enregistres pour fournir l'information n6cessaire A
l'analyse complete. Il est desirable qu'au moins 30 agriculteurs participent
A ces essais dans un domaine donned.

Dans la measure du possible, il est desirable d'avoir au moins 30
agriculteurs qui menent ces essais dans un domaine donn6, bien que parfois
seulement 10 peuvent suffire. Plus leur nombre est eleven, plus precise sera
l'evaluation du degree d'acceptation des manages envers la nouvelle
technologies.

b. Le participation relative d'une 6quipe de recherche pluridisciplinaire
et des exploitants dans 1'ex6cution des essais m*ne A une autre
classification qui influence A son tour le nombre d'essai de chaque
type dans un temps et selon les resources donn4s. Il y a une
correlation 6troite entire le type d'administration et la function de
1'essai.

1. Essai mis en oeuvre et administr6 par le chercheur

Cette categorie comprend les essais que presentent un risque economique
eleven au menage du A la nature imprevisible ou inconnu du comportement des
traitements d'intervention dans les conditions paysannes. Normalement, ces
essais sont men6s A la station experimentale, ou, s'ils sont faits dans le
champ de l'exploitant, le coQt total de la main d'oeuvre et des entrants est
couvert par le project. Ces essais sont plus communs dans les tapes de
testing exploratoire ou de perfectionnement. Comme dans le cas d'essais sur
plusieurs types d'herbicides, par example.

2. Essai mis en oeuvre par le paysan et administr4 par le chercheur

Cette categorie reprbsente les essais "superposes" dans lesquels'les
traitements sont places dans les champs deja semes et-administres par les
paysans eux-memes. Les traitements sont marques A l'aide de tiquets ou autre,
et ils sont appliques soit par le paysan ou le chercheur. Ensemble, les
chercheurs et les paysans font la r6colte. Le dispositif d'un essai superpos4
doit etre simple. Les r6eptitions doivent etre faites A chaque endroit, bien
que les donn6es obtenues de parcelles sans repetitions puissent etre combinees
aux analyses regionales et A leur interpretation. Ces essais sont aussi plus
communs au course de l'essai d'exploration et de perfectionnement.

3. Essai mis en oeuvre et administr6 par le paysan

Les essais entierement administres par le paysan doivent inclure les
caracteristiques suivantes: (a) la technologies doit etre suffisamment simple
pour que le paysan comprenne et gere; (b) les paysans doivent utiliser leurs


Volume II, Chapitre I









propres resources pour qu'ils comprennent toutes les implications des
alternatives; et (c) le dispositif experimental doit etre assez simple pour
que les paysans puissent observer les differences dans les traitements et/ou
les mesurer, A l'aide de leurs propres moyens de mensuration. Ces essais sont
plus communs dans l'essai de validation. Par example, le testing d'un nouveau
cultivar selon les procedures de semis et de cultivation normales du paysan.
Dans ce cas, le paysan paie toutes les depenses usuelles, y comprise le coat
des semences de la nouvelle variety.

3. COMMENT ALLOUER LES RESOURCES ET LES RESPONSABILITES

a. Les liens entire la station et le milieu paysan

Les essais executes A la station experimentale et ceux effectues dans les
champs des exploitations ne doivent pas etre considers comme mutuellement
remplagables mais plut6t en tant que complement r4ciproque.

1. A la station

Les essais de base sont probablement les seuls qui conviennent uniquement
A la station. Les autres types d'essais peuvent etre executes aux deux
endroits. Par example, les essais sur les variables ou traitements peu connus
peuvent 4tre r6ussis A la station aussi bien qu'au course de l'essai mis en
oeuvre et administer par le chercheur. De la meme maniere, la station peut
6tre un bon endroit pour 1'execution d'essais qui visent A exposer les
traitements A plusieurs environnements, pour ensuite en faire l'analyse
combine des resultats venant d'une vari4et d'emplacements.

2. En milieu paysan

Les aires experimentales homogenes ou uniforms sont la regle plut6t que
l'exception A la station. L'oppos4 s'avere vrai en milieu paysan. Neanmoins,
les agronomies peuvent reduire 1'erreur experimentale dans les champs en
suivant quelques regles du bon sens. Par example, il n'est jamais recommand6
de placer un site de recherche A cote d'un bAtiment A moins que ce soit le
milieu dans lequel la culture d'essai sera semee en temps normal. Ainsi, les
sentiers, les canaux, les arbres tres grands et autres conditions qui ne font
pas parties de l'environnement natural des cultures devraient etre evit4s. Si
la culture est normalement semee dans ces condition sp6ciales, il est bien
entendu approprie d'y situer le site experimental. Si les champs des paysans
demontrent de vastes superficies ayant de pauvres conditions, l'6quipe
devrait eviter ces aires et n'employer que les parties favorables des champs.
Le chapitre IV,B decrit ces considerations de facon detaillee.

Le nombre d'essais de chaque type d'experience est inversement
proportionnel A la participation de l'equipe A chacun des cas.

En d'autres mots, plus l'6quipe de recherche contr6le, moins d'essais sont
necessaires. Dans le cas des essais mis en oeuvre et administres par le
paysan au course du testing de validation, leur nombre peut d4passer 50 par
domaine de recherche, alors que le testing exploratoire peut n'avoir que 3 A 5
essais.


Volume II, Chapitre I











La mise au point des activities et le personnel engage A l'ex4cution des
essais doivent etre bien definis, finances et administres, sujet de discussion
du chapitre VI.

3. Planifier les activities entire les institution et l'equipe

Cinq types d'activites de planification devraient faire parties du
programme entire et parmi les institutions engagees pour assurer le success des
essais en milieu paysan.

Entre les institution, deux activities sont essentielles annuellement:

Les s6ances d'organisation et
Les presentations des resultats.

Les repr6sentants multidisciplinaires et interinstitutionnels sont tenus
d'assister A ces assemblies, ainsi que l'equipe responsible du travail sur le
terrain. Cette periode d'activites doit aussi prevoir des sessions d'etude
de sujets sp6cifiques auxquelles participent le personnel du programme restee.
Cette interaction des membres des diverse institutions permet 1'6change
d'id6es entire sp6cialistes de differentes disciplines. Sans un ferme
engagement au programme, la participation et le niveau de motivation ont
tendance A diminuer au coeurs de project.

En ce qui concern l'equipe, 3 activities sont essentielles. L'horaire
detaille des activities de chaque membre de l'6quipe au champ doit 4tre
minutieusement prepare de la date de commencement jusqu'A la date
d'achevement. Voir le Chapitre VI pour plus de details.

L'administration du personnel et la disponibilite des facteurs de
production requis pour l'ex6cution des essais doivent aussi paraitre sur ce
programme. De facon ideal, les 6quipes multidisciplinaires devraient computer
les specialistes des diverse sciences biologiques (agronomie et/ou
horticulture, protection vegetale, production animal, etc.) et des sciences
sociales economice, sociologie, anthropologie, geographie, etc.),
malheureusement, ce n'est pas toujours possible. Par consequent, il faut
s'approcher de la situation ideale et demander que les membres de l'6quipe
accomplissent de leur mieux les teaches des specialistes manquants.


Volume II, Chapitre I









CHAPITRE I:
QUELLES SORTES D'ESSAIS DOIT-ON FAIRE?

I,C. PLANIFIER EN VUE D'EVALUER LES TECHNOLOGIES ALTERNATIVES

PLAN

1. Comble du succes; l'acceptabilit6 aupr4s des agriculteurs
2. Importance de planifier
3. Facteurs A considerer pour determiner les criteres d'evaluation
4. Identifier les criteres d'4valuation pertinents
5. Importance de differents criteres

PREREQUIS

III: i Guide pratique a l'analyse
II: IV,C Comment mettre au point les essais pour obtenir des donnees
analysables Hildebrand, P. et Poey, F., "On-farm Agronomic Trials
in Farming Systems Research and Extension, 1985, pp. 9-12.

NIVEAU DU PARTICIPANT

Technicien en verification technologique pour la vulgarisation
Assistant en recherche agronomique

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Apres avoir complete cette section, les participants seront en measure de:

1. Expliquer pourquoi il est important de bien comprendre les perspectives et
les circonstances des paysans au moment d'identifier les criteres
d'dvaluation en vue d'analyser les alternatives technologiques.

2. Expliquer pourquoi il est important d'examiner et de comprendre les buts,
r6les et strategies des individus aussi bien que des manages dans la
production agricole.

3. Discuter les facteurs important qui influencent les motivations, but et
strategies des individus et des manages dans la production agricole.

4. Identifier les criteres d'6valuation servant J analyser la recherche en
milieu paysan qui sont pertinents aux d6positaires et 4 diverse
situations de la production agricole.
POINTS CLES

1. L'elaboration d'un plan d'evaluation avant l'investigation aide A
identifier les types de donn6es A rassembler au course des essais.

2. Le choix des criteres d'evaluation qui sont pertinents aux diverse fins
et perspectives des manages et des individus est critique. Les mauvais


Volume II, Chapitre I










choix risquent de mener A de fausses conclusions concernant la validity
des alternatives faisant l'objet de la comparison.

3. Toute entreprise agricole est le resultat d'efforts de plusieurs individus
qui participent de diverse manieres ou qui y sont interesses au success
(responsables de la prise de decisions, investisseurs, b6enficiaires,
depositaires).

4. Les divers d6positaires de la production agricole jugent les changements
proposes affectant les pratiques agronomiques d'apres different criteres
devaluation.

5. Les facteurs important a considerer dans 1'6tude des buts et strategies
de la production agricole comprennent les preferences des consommateurs,
individus et families, les resources disponibles, les autres activities
agricoles et non agricoles, ainsi que le milieu social, cultural,
economique et institutionnelle en dehors du menage.

6. Tous les agriculteurs doivent faire face au risque, la probability que les
revenues descendent plus bas que le minimum niveau acceptable. Aussi,
doivent envisager le risque tous les chercheurs et agents vulgarisateurs
qui 6valuent les technologies alternatives et qui font les recommendations
aux agriculteurs. Dans un veritable situation de survive, le risque de
famine peut exc6der l'importance de tous les autres criteres d'6valuation.
VOCABULAIRE

Critere d'6valuation
Entreprise
Evaluation ex-ante
Evaluation ex-post
Risque

DISCUSSION

1. COMBLE DE SUCCESS: ACCEPTABILITE AUPRES DES AGRICULTEURS

Le but de l'FSR/E est de developper de nouvelles technologies agronomiques
qui reduisent ou resolvent les probl6mes prioritaires des families rurales
(Volume I).

Le sommet du success de la nouvelle technologies se trouve dans le fait
qu'elle est acceptee, adopted et maintenue par les agriculteurs. Les 6quipes
FSR/E se servent de 1'experimentation au champ avec la participation actives
des membres des families rurales pour tester les technologies alternatives.
L'analyse et l'interpr6tation des resultats des essais effectues en milieu
paysan (voir Volume III) permettent a l1'quipe de chercheurs d'evaluer le
success potential des nouvelles technologies agronomiques et de faire des
recommendations sp6cifiques aux agriculteurs.

Cette evaluation de nouvelles technologies agronomiques dans le context
FSR/E doit se prolonger au dele de la determination de la viability


Volume II, Chapitre I









biologique de l'entreprise en question. Les equipes FSR/E doivent formuler
l'1valuation des nouvelles technologies dans le context de l'acceptabilit6 de
celles-ci aupres des agriculteurs de des manages ruraux. Les equipes doivent
considerer tous les facteurs qui influencent l'acceptation et l'adoption
ultime de la technologies alternative et etablir des criteres appropriees A
l'evaluation.

Le but de cette section est d'aider A identifier les nombreux facteurs A
considerer au moment de determiner comment evaluer le succes d'un essai en
mettant l'emphase sur l'engagement de l'agriculteur dans le processus
d'6valuation. La methode FSR/E compete sur la participation du paysan des la
phase diagnostique jusqu'A la mise au point et la caracterisation continue, A
l'evaluation ultime des technologies.

L'etablissement des criteres appropries basees sur les problems
prealablement identifies permet A 1'equipe de mieux evaluer les technologies
alternatives selon l'optique paysanne (Une technique d'analyse de
l'acceptabilit6 technologique est present au Volume III).

Une profonde comprehension des buts, des motivations, des activities
agricoles et non agricoles, des resources disponibles et des contraintes A
l'agriculture paysanne est le fondement sur lequel doivent s'eriger la
conception et l'analyse de la recherche agronomique en milieu paysan. La
majeure parties des connaissances sera generee au course de la phase
diagnostique de 1'FSR/E (voir Volume I). Munie de cette comprehension et de
1'entiere participation des paysans, les criteres d'evaluation et les
procedures appropries pour faire l'analyse peuvent etre determinees. Bien que
cet achievement ne soit pas facilement atteint, 1'utilite de l'analyse en
epand. Le mauvais choix de criteres mene A des conclusions erronees sur la
viability des alternatives A l'6tude.

a. Sept questions cles dans l'evaluation faite par les paysans.

Rhoades suggere que les sept questions fondamentales suivantes peuvent
aider les professionnels de 1'FSR/E A se rapprocher de leurs clients en
essayant de "penser comme un paysan". Vous trouverez une complete explication
de ces questions dans l'article redig6 par Rhoades intitul6 "Understanding
.Small-scale Farmers", dans le Journal of Agronomic Education 13:64-68, 1984.
Nous presentons ici une breve discussion sur chacune de ces questions.

1. Le problem A resoudre est-il important pour les agriculteurs?

Il arrive que les scientifiques projettent leurs valeurs ou preferences
dans les circonstances des paysans. Ce qui peut etre important du point de
vue scientifique ne l'est pas n4cessaire du point de vue de l'agriculture
paysanne. Il se peut que les paysans acceptent de cooperer parce qu'ils se
sentent obliges, et non parce qu'ils considerent que le problem en vaut la
peine. Si c'est le cas, l'experimentation peut 6tre reussie, mais la solution
ne sera pas adoptee. Les essais en milieu paysan offrent une excellent
opportunity de verifier si un problem est reellement important aux yeux des
agriculteurs.


Volume II, Chapitre I










2. Les agriculteurs comprennent-ils les essais?


Cette question en entrain plusieurs autres. L'essai a-t-il 6et bien
explique? Le nombres des variables experimentales 4tait-il trop grand? Y
avait-il trop de r6eptitions? La technologies 4tait-elle trop sophistiqu4e ou
compliquee? Les paysans ont-ils compris l'utilit6 de la nouvelle technologies?
"Les technologies fondees sur les pratiques traditionnelles existantes auront
de meilleures chances d'etre comprises."

3. Les agriculteurs ont-ils le temps, les entrants et la main-
d'oeuvre requis par la technologies amblioree?

Les chercheurs qui mettent en oeuvre les essais doivent toujours tenir
compete de l'organisation des essais A partir de l'optique des agriculteurs.
Ceux-ci n'ont pas de stations experimentales ou de projects subventionn4s qui
leur fournissent les facteurs de production, la main-d'oeuvre suppl6mentaire,
ou les v6hicules pour transporter les provisions aux champs ou aller les
acheter en ville. Les agriculteurs analysent chaque nouvelle technologies
selon les resources don't ils disposentou auxquelles ils ont acces. Ces
resources comprennent les terres, la main-d'oeuvre et les capitaux. Il peut
y avoir, A l'interieur de manage, de la concurrence pour ces resources.

Les cultivateurs peuvent avoir suffisamment de terres, main manquer de
patiqux ou credit pour se procurer les entrants requis par la nouvelle
technologies. Plus subtile est la question de main-d'oeuvre et de temps. Les
paysans peuvent devoir balancer entire l'allocation de la main-d'ouvre
familiale A la nouvelle technologies et le temps requis pour apporter les
combustibles et l'eau, pour assembler le troupeau, pour r4colter le foin pour
nourrir les animaux, pour chasser les oiseaux que ravagent les recoltes, pour
faire le desherbage ou plusieurs autre teaches obligatoires. Il ne faut pas
presumer qu'un membre qui n'est pas engage directement aux teaches agronomiques
a du temps libre, car bien d'autres teaches doivent @tre faites pour assurer le
fonctionnement d'un foyer.

Les praticiens de 1'FSR/E doivent se rappeler egalement que les manages ne
sont pas des unites 6galitaires. Les resources et les benefices ne sont pas
toujours distributes egalement. Il existe souvent des differences dans l'acces
et le contr6le des resources et des benefices en function de l'Aq6 et du sexe
des individus. Les enfants, les adults celibataires et les personnel Agees,
meme s'ils cultivent leurs propres champs, n'ont pas acc6s egale aux facteurs
de production comme les semences, les engrais ou la traction animal, come
l'ont le chef de famille et son spouse. Encore plus frappant il important
dans la mise au point et l'adoption potentielle de la nouvelle technologies est
le fait que le sexe distingue souvent l'acces ou le contr6le des resources,
ou les benefices extraits de la production agricole. Le credit est souvent
ni4 aux femmes, tout comme l'appartenance aux cooperatives qui fournissent les
semences, les engrais et la machinerie. Les agents vulgarisateurs negligent
souvent l'apport feminin A l'agriculture meme lorsqu'elles en sont les
principles participants. Les agricultrices peuvent avoir plus A gagner de la
nouvelle technologies, mais on leur nie la capacity de l'utiliser. Par centre,
les femmes ont besoin de la technologies d'une maniere qui peut differer de


Volume II, Chapitre I 22










celle des homes et par consequent, elle risque d'etre inappropriate ou de ne
pas adresser leur problems particuliers.

Le point important ici est de se rappeler qu'au moment de se poser la
question A savoir si les agriculteurs ont le temps, les entrants et la main-
d'oeuvre requis de la nouvelle technologies, les praticiens doivent toujours
aller plus loin et demander si tous les agriculteurs (jeunes et vieux, homes
et femmes) sont munis des attributes requis. Si non, est-ce que certain
ajustements ne devraient pas etre faits dans la technologies propose?

4. La technologies proposee est-elle logique dans le systeme de
production actuel?

Un changement dans une parties du system, caus4 par l'introduction d'une
nouvelle technologies, va causer des changements dans le reste du system. La
nouvelle technologies va-t-elle s'agencer au systeme? Causera-t-elle des
changements dans les autres secteurs produisant un effet negatif? Va-t-elle
affected certain (femmes, enfants, personnel Ag6es) plus que d'autres? Va-t-
elle s'harmoniser aux rythmes existants de la production, tels que le temps
necessaire A la recolte de la culture de rente principal ou le temps ou la
main-d'oeuvre familiale est d6plac6e A une autre zone agricole pour le travail
remundrateur? Pour pouvoir determiner si la technologies propose est
plausible, il faut examiner de pres, sonder le syst6me en profondeur, observer
et converser avec les agriculteurs. Disons-le encore une fois, la technologies
peut paraitre parfaitement sensee aux yeux des scientifiques qui font
l'4valuation au champ, mais peut etre tout A fait insensee par rapport au
system entier.

5. La situation 6conomique est-elle favorable A l'investissement dans
la nouvelle technologies ou les nouvelles cultures?

Rhoades souligne que "cette question sugg6re une comprehension des
orientations des agriculteurs envers l'investissement ou l'innovation dans la
production cultural, g6eneres par les conditions 6conomiques globales. Si
les experimentations sont mises en oeuvre alors que les prix tombent A un
niveau catastrophique et y demeurent pendant deux ou trois campagnes, il
serait inutile de promouvoir des changements, mmme si les agriculteurs croient
fermement qu'un changement particulier serait avantageux, ils ne peuvent
s'empdcher d6e tre pessimistes."

6. Le changement propose est-il compatible aux preferences, aux
croyances locales ou A l'approbation communautaire?

Les praticiens de 1'FSR/E doivent se rappeler que les preferences en
matiere de gout ou de couleur de la nourriture, concernant les superstitions
et les ceremonies sont tres importantes aux agriculteurs comme A tout le
monde. Au lieu des les prendre A la leg6re ou de les traiter comme des
obstacles, il faut voir comment elles font parties du system de production.
Comme Rhoades le declare, designerr les jours de semis just avant un festival
religieux peut etre une facon geniale d'assurer que le travail sera fait
promptement". Les technologies mises au point en tenant compete des


Volume II, Chapitre I










comportements humans seront d'autant plus acceptable, et faciliter ont le
travail au lieu de l'entraver.

Les pr6efrences envers la couleur, la forme, la taille, et le goat des
aliments doivent toujours etre comprises dans la mise au point des
technologies agronomiques et peuvent meme 6tre critiques A l'evaluation
finale. La perspective sociologique peut reveler que bien que la technologies
.augmente les rendements de 200%, la couleur de la nouvelle vari4et est
unacceptable aux yeux des paysans consommateurs et que par consequent personnel
n'est interesse A l'adopter. En dernier lieu, ajoutons que les systemes de
production sont lies au plus vaste system de la communaute et du
gouvernement. Il faut toujours considerer l'impact d'une nouvelle technologies
sur la communaute entire et verifier si le gouvernement n'impose pas de
restrictions A l'utilisation de la technologies. Les circuits de
commercialization peuvent-ils fonctionner avec une telle augmentation de
production? Les fournisseurs d'entrants et de credit peuvent-ils fournir A la
demand croissante? La nouvelle technologies est-elle avantageuse pour
certain et defavorisante pour d'autres?

7. Les agriculteurs croient-ils que la technologies sera durable?

Rhoades signal que "le point de vue de l'agriculteur est normalement bas6
sur les besoins A long terme, non pas de quelques campagnes, et parfois sur
l'experience acquise au course de plusieurs generations de cultivateurs." Les
chercheurs et les agents vulgarisateurs peuvent considerer la technologies d'un
oeil favorable se basant sur les r6sultats obtenus au course de trois ou quatre
ans d'experimentation, mais, A moins que les r6sultats soient
exceptionnellement excellent ou qu'ils aient eux-memes vecu et cultiv6 dans
la region en question, ils ne peuvent estimer comment la technologies reussira
A le preuve du temps. Les paysans qui ont acquis l'experience et les
connaissances accumulees depuis plusieurs generations de cultivateurs dans une
meme region peuvent evaluer la performance technologique A l'aide d'un nombre
plus grand de criteres que ne le peuvent les chercheurs. Ces derniers ont
done interet A demander aux paysans, m6me ceux qui ne participent pas
directement aux essais, d'evaluer la technologies et ainsi de fournir ces
criteres agro-ecologiques, economiques et sociaux accumules de longue date.
La technologies qui r6ussit face aux rigueurs d'un tel examen aura beaucoup
plus de chance d'etre adoptee par les paysans.

Ces questions aideront les professionnels de l'FSR/E A assurer que la
perspective sociologique et le point de vue des paysans sont incorpores A la
mise au point et A l'evaluation de la nouvelle technologies. C'est dans ce
meme article que Rhoades nous rappelle un fait tres important dans
l'evaluation de la technologies:

"A la fin, l'acceptabilit6 d'une technologies depend de ce que
l'agriculteur en fait. Ce qui ne peut etre d4couvert qu'A l'etape
finale oh les agriculteurs prennent la relieve, deviennent entibrement
responsables des risques, des coits et des benefices. Tout ce qui
prechee ce moment n'est qu'hypothese sur le potential de la
technologies "


Volume II, Chapitre I









2. IMPORTANCE DE PLANIFIER


Ii est avantageux d'organiser l'6valuation avant la mise au point de
l'essai pour plusieurs raisons:

a. Cela permet de lier le diagnostic A la conception, en organisant
information sur la production, les r6les des divers membres du
menage, et leurs buts sous forme de matrice basee sur les traitements
proposes pour 1'exp6rimentation.

b. Cela permet de d6terminer les donnees necessaires pour 6valuer les
possibilities de success d'un essai.

Le chapitre II: IV,C present un guide pratique A suivre pour faire la
collect des donn6es portant sur les differents types de cultures, d'animaux,
l'6conomie et la consommation. Un plan d'evaluation peut aider A choisir les
donnees devant 6tre rassemblees A partir de.ce guide.

Pour faciliter la comparison des essais effectues dans differents pays,
une serie minimum de donn6es fut 6labor6e, indiquant les donn6es n6cessaires A
tous les essais effectues en milieu paysan (II: IV,C).

c. Cela permet d'6valuer les concessions que doivent faire les membres
d'une famille agricole.

Cela peut aider l'equipe A prendre de meilleures decisions concernant les
essais de perfectionnement et de validation au sujet des traitements qu'ils
devraient continue A tester. Cela peut 4galement aider l'equipe A faire de
meilleures recommendations sur la nouvelle pratique A la fin de l'essai de
validation. En comprenant bien les concessions faites parmi les membres d'une
famille, 1'equipe peut donner de meilleurs conseils aux responsables de la
politique et des programmes ruraux.

d. Cela permet de relier l'essai A la conception.

Comme les traitements sont evalu6s en function de leur effet sur les
divers membres de la famille rurale, l'evaluation des cots et benefices peut
6tre compare aux buts de chaque membre. Ces buts, identifies au course du
sondage diagnostique, formaient-la base de la conception initial. La
comparison des r6sultats de l'essai peut mener A une nouvelle et meilleure
mise au point des essais subs6quents. Ce lien passant de l'essai de retour A
la conception est une parties essentielle de la methode FSR/E.

e. Cela permet de documenter le progress A long terme vers une solution
acceptable des problems prioritaires de l'agriculture paysanne.

Les premieres annees d'investigation peuvent paraitre vaines, A measure que
les traitements sont elimines comme 6tant inacceptables. Cependant, sure une
longue periode, il devient evident que cette tape est n4cessaire A
l'identification de la technologies acceptable. En procedant A l'evaluation
systematiquement, la valeur des premiers essais est documentee et devient tres
utile aux essais subsequent.
Volume II, Chapitre I 25











3. FACTEURS A CONSIDERED POUR DETERMINER LES CRITERES DEVALUATION

objectifs des individus et des manages
resources rares (temps, main-d'oeuvre, animaux, etc.)
probability que les revenues soient moindres que le niveau minimum
acceptable (risque)
contr6le et repartition des entrants et des benefices
S effects possibles sur les autres secteurs et sur la production, la
consommation et le bien-etre du menage
opportunities de travail remunerateur
acces au credit, aux fournitures, A l'information
buts communautaires
facteurs culturels et sociaux
politique du gouvernement

Il est evident que plus d'un critere devaluation est requis.

a. Reconnaltre les r6les des individus dans la production agricole

Toute entreprise de la production agricole r6sulte des efforts de plus
d'un individu. Les membres des manages ruraux et d'autres participent de
differentes falcons ou y ont different enjeux. Ces depositaires peuvent 6tre
groups selon leur r61e, meme s'ils en jouent plusieurs A la fois. Les
personnel en charge des decisions se servent de leur expertise en gestion
et/ou leur autorit6 pour decider des products de l'agriculture, ainsi que
quand et comment les produire. Les investisseurs fournissent les resources
telles le temps, la main-d'oeuvre, les terres, les capitaux et la traction
animal. Les beneficiaires recoivent les b6ndfices des activities de la
production agricole. Soit dit en passant, ces bendfices ne sont pas toujours
positifs comme on le presume ais6ment.

Le niveau d'engagement de chaque individu jouant les divers rbles est
souvent associe A 1'Age, au sexe et/ou sa position dans le menage ou la
communaut6. Comme les individus jouant different r6les ont des objectifs et
des motivations qui different, il faut considerer les d6positaires en vertu
de leur r6le dans la production ainsi qu'en. vertu des categories
socio4conomiques cr6ees par l'Age, le sexe et la position.

Pour assurer l'adequate.consideration des perspectives et des
circonstances des individus, les chercheurs doivent constamment se poser la
question "Qui?". Qui participent A la decision de produire? Qui fournit
quelles resources? Qui participe aux entreprises de production? Qui regoit
les bendfices de la production? Ces questions permettent d'assurer la
conscientisation et la consideration des besoins et des r6les des divers
membres des manages A travers toutes les tapes des syst6mes de production.

Pour faciliter l'incorporation des aspects concernant les rapports intra-
familiaux et les questions de sexes dans l'evaluation des experimentations en
milieu paysan, les praticiens de 1'FSR/E auront interet A acquerir certaines
habiletes analytiques en lisant l'ouvrage intitule: 4tudes de cas sur les
questions des sexes et le dynamisme intra-familial dans la Recherche-


Volume II, Chapitre I









Vulgarisation en Systemes de Production; ces textes sont inclus dans cette
serie de volumes de formation. Feldstein et Poats (1985) ont mis au point un
guide conceptuel A l'etude des cas qui permet d'assembler, d'analyser
l'information sur les sexes et les aspects intra- et inter-menages, et de les
appliquer A la conception des technologies visant A ameliorer les systems
d'agriculture et d'elevage. Cet ouvrage couvre l'information n6cessaire A la
formation du module d'un syst4me de production et le processus par lequel les
agriculteurs homess et femmes) sont inclus dans les activities de recherche et
de diffusion dans une region donn4e. Nous avons resume quelques-unes des
questions cles portant sur l'evaluation dans les essais en milieu paysan.

Tout d'abord, qu'est-ce que le dynamisme intra- et inter- manage et
quelles en sont les variables? Qu'est-ce qu'elles contribuent A l'analyse et
A 1'4valuation des experimentations en milieu paysan?

La notion fondamentale repose sur le fait qu'un "menage" n'est pas un
groupement d'individus homogenes ayant une function commune dans la production
et la consommation, c'est-A-dire qui partagent A parts egales l'acces aux
resources et les benefices de la production. Ce sont plut6t les membres des
manages ou families qui partagent certain buts, certain benefices et
certaines resources, qui sont independants par rapport A d'autres. Ces memes
individus sont aussi membres d'autres groups par l'interm4diaire desquels ils
peuvent avoir acc6s A certaines resources ou benefices et envers lesquels ils
ont certaines obligations.

Pour survive, les manages ruraux economiquement d6favorises doivent
dependre de nombreuses activities, A la ferme et en dehors de la ferme, et de
nombreuses alliances externes. Les decisions concernant la gestion de toute
entreprise du system agricole sont affectees par l'interaction des r6les et
des resources de chaque individu lie a cette entreprise, que ce soit en tant
qu'investisseur, travailleur ou beneficiaire. Ainsi, certain comportements,
A l'interieur du manage aussi bien qu'entre les manages, ont un rapport avec
les raisons motivant les choix et les activities de ces individus.

Il s'agit de complexity, et non d'homogeneit6. Dans un systeme agricole
particulier ou une seule entreprise A l'interieur de ce system, il faut
decouvrir le module des resources et des motivations, et non le supposed. Le
guide conceptuel vise justement A faire cette decouverte.

Ce guide examine les quatre domaines de connaissances importantes dans le
dynamisme du menage qui peuvent contribuer au succes de 1'FSR/E: la main-
d'oeuvre, les resources autres que le travail manuel, les motivations et le
processus qui permet d'inclure les agriculteurs dans 1'FSR/E. Ces domaines de
connaissances sont pris en consideration A chaque tape (diagnostic,
conception, experimentation en milieu paysan et recommendations) en posant une
serie de questions. Nous n'allons examiner que celles qui sont appropriees A
l'experimentation et A l'evaluation.

1. Main-d'oeuvre

Quels changements dans 1'allocation de la main-d'oeuvre, dans l'horaire ou
la r6partition des teaches, r6sultent des experimentations en milieu paysan?


Volume II, Chapitre I











Est-ce qu'ils contribuent ou entravent l'accroissement de la productivity ou
des revenues de cette entreprise particuliere? Les changements dans
l'allocation de la main-d'oeuvre affectent-ils d'autres secteurs y compris les
teaches menageres? Correspondent-ils aux provisions de l'experimentation?

2. Acces et contrl6e des resources autres-que la force ouvriere

Comment et A qui les nouvelles resources ont-elles ete fournies? Qui les
a, ou ne les a pas, utilisees? Quels r6seaux de rapport ou d'echange ont-ete
employes pour rassembler les resources additionnelles n6cessaires? Y a-t-il
d'autres contraintes A l'acces des resources affectant certain groups et
resultant de l'experimentation?

3. Motivations

Quels motifs poussent les individus A decider en faveur de la production
agricole, des teaches menageres ou autres secteurs pour ce qui est de
l'allocation de la main-d'oeuvre et des autres resources? Quelles
motivations incident les paysans hommess et femmes) A modifier les pratiques
de 1'entreprise en question? Les paysans sont-ils motives ou immotiv6s par
les modifications faisant l'objet de l'experimentation? Et par leur
participation active A l'experimentation? Comment les technologies A l'essai
affectent-elles le courant du revenue de chaque individu?

4. Inclusion

Les femmes sont-elles includes autant que les hommes dans l'investigation
agronomique? Dans certain secteurs particuliers? Le travail au champ? Dans
la mise en oeuvre des essais? Dans les interviews visant a evaluer les
essais? Y a-t-il des facteurs qui g6nent la participation de certain
groups?

Ce guide est flexible et peut servir A d4crire un systeme de production ou
les variables affectant une certain entreprise. Une nouvelle liste de
questions A considerer peut facilement confondre les personnel charges
d'analyser et d'evaluer une situation. Les questions presentees ici
concernant les aspects sociologiques et les perspectives paysannes ne sont pas
destinies A surcharger l'6tude de details interessants mais sans importance.

Au contraire, elles offrent des outils et la possibility de mieux
comprendre la nature et le processus des systems de production de facon A
pouvoir identifier plus pr4cis6ment les solutions des problems qui affligent
les agriculteurs d'aujourd'hui.

b. Comprendre les motivations, les buts et les strategies

L'objectif g6enral d'une famille est d'ameliorer, ou tout au moins de
maintenir, le bien-etre et la s6curite de ses membres; cependant, l'ensemble
forme un tout complex oh chacun a ses propres buts et esperances. Des fins
telles l'approvisionnement de vivres pour tous sont communes A tous, alors que
d'autres sont plus individuelles et parfois entrent en conflict avec les buts


Volume II, Chapitre I










communs de la famille. Les strategies sont les methodes don't se servent les
membres d'une famille pour tenter de r4aliser ces fins.

Les manages et les individus qui les composent, considers comme 6tant les
unites de la production agricole, sont fr6quemment groups en deux categories.
Ceux qui produisent en vue de la consommation domestique sont classifies sous
la subsistence. Ceux qui produisent en vue de la vente ou de l'echange font
parties de la categorie marchande ou commercial. Toutefois, la majority des
producteurs suivent les strategies caracteristiques de l'agriculture de
subsistence et de rente a la fois. La plupart des exploitations recoltent
pour l'autoconsommation autant que pour le march. Il en va de meme pour
l'elevage des animaux.

Pour les entreprises vouees d'abord A la subsistence, que ce soit les
cultures ou 1'elevage, le but est de produire suffisamment pour pourvoir aux
besoins de la consommation domestique. Produire au moins un minimum de
products pour assurer la subsistence est plus important que d'obtenir de hauts
rendements. Les m6thodes cherchant A amoindrir le risque tout en satisfait
les besoins fondamentaux comprennent la methode intercalaire, la cultivation
de parcelles situees dans different zones ecologiques et l'elevage d'un
troupeau diversifi4 en esp6ces et un Age. Le concept de base est d'employer
les resources existantes, telles la main-d'oeuvre familiale, le fourrage, le
fumier, les semences des r6coltes precedentes, et ainsi de suite, au lieu
d'avoir A debourser pour se procurer les resources A l'exterieur de
l'exploitation, comme la main-d'oeuvre embauchee, les aliments et fourrages
commerciaux, les engrais chimiques et les semences hybrides. Il faut tout de
meme un minimum de revenue mon4taire pour couvrir les d6caissements
necessaires pour l'achat des products essentiels non products sur place.

Pour ce qui est des secteurs commerciaux des cultures ou de l'elevage, la
strategic est d'obtenir un maximum de revenue des resources investies,
normalement sous la forme de profit ou de revenue net. Cela se fait en
augmentant les rendements, en ameliorant la quality des products, ou en
changeant la quantity des entrants pour atteindre un maximum de revenue par
unite de superficie ou d'une autre resource. Souvent, les entreprises
d'agriculture ou d'elevage commercials sont traitees comme telles, s4parement
du secteur manager. Dans cette optique, l'idee de reduire le risque est moins
intense que dans la subsistence ou l'echec peut mener a la faim.

Les facteurs personnel tels les preferences de consommation, les
resources tels le temps, la main-d'oeuvre et la tr6sorerie, ainsi que les
activities menageres telles la preparation des aliments sont des consequences
des buts et strategies de l'agriculture paysanne. Comme par example, la
decision d'acheter les materiaux pour reconstruire la toiture peut limiter les
fonds disponibles A l'achat d'engrais. Dans un autre cas, la preference des
consommateurs pour une sorte de poulet local mene A d4cider de ne pas faire
l'elevage d'autres especes qui pourraient produire plus d'oeufs et de viande.
Les rendements de mais peuvent etre limits par le retard du desherbage, caus4
par la collect necessaire du bois de feu ou de l'eau essentielle a la
preparation des repas.


Volume II, Chapitre I










Le fonctionnement du menage est affect par les activities consacrees aux
products non agricoles et au travail remunerateur, ainsi que la repartition
des coats et des benefices au sein du manage m6me. Pour certain manages,
agriculture est une activity secondaire, car ils obtiennent le gros de leur
revenue de petits commerce tels la vente du pain ou de la biere. D'autres
dependent des salaires d'un ou de plusieurs des membres de la famille, qui
travaillent A temps parties ou A plein temps, localement ou en tant que
travailleurs migrants. L'evaluation des ameliorations proposes doit prendre
en consideration tous les effects possibles sur les activities de production non
agricoles.

Les facteurs sociaux et culturels de la communaut6 sont egalement
important pour comprendre les decisions et les strategies de l'agriculture
paysanne. Dans certain communaute, un jeune homme n'est considered adulte que
lorsqu'il possede une terre et qu'il la cultive. Le prestige et le standing
social d'une famille dans une communaute peut dependre du nombre de betes
qu'elle possede. Dans les manages on peut continue A cultiver un champ
appauvri simplement pour en garder le contr6le.

Les facteurs macroeconomiques y compris le politique gouvernementale, les
prix et l'acc6s au credit, l'information, les fournitures et les circuits de
commercialization influencent aussi les decisions prises dans l'agriculture
paysanne. Evidemment, quand les prix des haricots sont bas A la r6colte et
lorsque les cultivateurs manquent d'espace pour les stocker, peu d'entre eux
en front la culture commercial.

4. INDENTIFIER LES CRITERES DEVALUATION IMPORTANT

(les sections a-c sont adaptees de l'ouvrage de Hildebrand Et Poey,
pp. 74-78)

L'identification des criteres d'evaluation appropries pour analyser les
resultants de l'investigation agronomique est une tape important. Les
criteres d'6valuation sont des measures biologiques, economiques ou sociales
qui servent A determiner l'acceptabilit6 de deux ou plusieurs alternatives.
Il s'agit d'identifier les criteres appropriees A l'agriculture paysanne; ces
criteres forment la base A partir de laquelle il est possible de compare les
pratiques actuelles des paysans aux alternatives proposees, d'6valuer les
resultats de ces comparisons.

Comme nous venons de l'expliquer dans la section precedente, il s'agit
d'abord d'identifier les criteres en examinant soigneusement la perspective et
les priorities des concerns dans le cadre global de menage rural.

a. Les terres, resource rare

Le critere le plus usit4 parmi les agronomes est le rendement par unit de
superficie, mesure en kg/ha. Ce critere implique que la terre est la
resource la plus contraignante et que par consequent la productivity agraire
est le critere d'6valuation le plus important. Ce n'est pas toujours le cas.
Sur les petites exploitations, m6me si la superficie est limitee, elle n'est


Volume II, Chapitre I









pas necessairement la pire contrainte, ni est-elle la pire contrainte pour
diverse activities de production.

Comme par example dans le cas des paysans de Narino, dans le sud de la
Colombie, qui plantent traditionnellement les peu nombreux semencesaux de
pomme de terre de facon tr6s espacee pour permettre un maximum de productivity
A chaque plante. C'est la quantity de semences aux qui determine la
productivity des cultivateurs. La superficie n'est pas la resource la plus
serieuse.

Ainsi, en ce qui concern la culture de pomme de terre, les changements
technologiques qui augmentent la productivity par unite de superficie mais qui
reduisent la productivity par unite de semence au ne seront pas attrayants aux
yeux de ces cultivateurs. D'autre part, la m6me technologies appliquee aux
cultures cerealieres pourrait 6tre acceptable. L'importance des criteres
appropries est evidente dans ce cas.

b. La main-d'oeuvre, resource rare

Dans certaines regions d'Afrique, la terre n'est pas une resource
contraignante. Les agriculteurs peuvent semer sur une superficie aussi vaste
qu'ils peuvent cultiver. Cependant, dans ces memes regions, les pluies sont
rares et le desherbage reduisant la concurrence pour l'humidit4 du sol devient
un facteur critique. Ces cultivateurs ont done tendance A semer sur une
superficie qu'il leur est possible de desherber. Dans ce cas-la, la main-
d'oeuvre vou4e au desherbaqe devient le critere d'6valuation important et les
changements suggeres dans la production des cultures doivent
etre examines en function de ce facteur.

Dans d'autres regions, comme dans 1'est de Guatemala, les cultures doivent
4tre semees aussi t6t que possible apres le debut des pluies. Un retard
reduirait grandement les rendements par une s6cheresse en saison, des ravages
causes par un plus grand nombre d'insectes ou parce que les semences ne
mQrissent pas avant la fin des pluies. Dans ce cas-ci, c'est la main-d'oeuvre
vouee au semis qui devient le critere important.

c. L'argent, resource rare

Dans l'agriculture commercial, l'argent peut aisement remplacer la
plupart des entrants. C'est-A-dire que si l'on a besoin de semences, on se
les procure avec de l'argent (ou sur credit, qui, en fait, peut etre vu comme
une autre forme d'avoir mon4taire). S'il faut supplementer la main-d'oeuvre,
on embauche en payant les gages. Toutefois, dans l'agriculture paysanne,
presque toutes les resources employees dans le processus de production
proviennent de l'exploitation, A l'exception de quelques entrants. Les
depenses sont done 4tudiees attentivement pour 6valuer la rentabilite des
technologies alternatives recommandees, m6me si l'argent est disponible, et
s'il ne l'est pas, A savoir o4 l'obtenir.

Dans l'agriculture completement commercial, oi l'acces A l'argent n'est
pas un problem, la maximisation des profits peut 6tre le critere important.
La maximisation des profits se r6alise lorsque la valeur du produit obtenu de
Volume II, Chapitre I 31










la derniere unite d'entrant est gale au coat de l'unite additionnelle. Les
objectifs des agriculteurs commerciaux different souvent de cette fin de
maximiser les profits et auront d'autres contraints qui limitent la
realisation des criteres de maximisation.

Les agriculteurs aux resources monetaires limitees ne seront g6enralement
pas interess6s A utiliser autant d'argent dans une seule entreprise qu'il
n'est requis pour maximiser les profits. Ils iront plut6t chercher d'autres
moyens de r6aliser la plus haute rentabilit6 de leur investissement. Dans
cette situation, la quantity de produit par unit d'argent est un critere
d'4valuation pertinent. Les partisans de l'agriculture commercial eux-memes
auront d'autres objectifs que la maximisation des profits, et d'autres
contraintes A la realisation de cet objectif.

Parce que l'argent peut etre convert en maintes sortes d'intrants, il est
plus important d'en examiner les usages alternatifs, surtout dans le cas des
exploitations familiales oi les besoins quotidiens font directement
concurrence A l'argent disponible aux n4cessites de l'entreprise agricole. Si
les chercheurs ne considerent que la rentabilite de concern, ils vont trouver
que la technologies qui leur parait 6tre "appropriee" n'est pas acceptable aux
families agricoles qui preferent depenser cet argent pour couvrir les frais
des noces ou la reparation de la maison, par example.

d. Considerations concernant le risque

L'investigation au champ est fr6quemment basee sur les moyennes, comme par
example, la comparison des moyennes de rendements de deux ou de plusieurs
essais culturels. Les techniques d'analyse (voir II: V,B.1) y compris
l'analyse des variances servent A determiner si les rendements moyens de deux
ou de plusieurs traitements sont veritablement different. Dans la Figure II:
I,C.1 intitulee "Exemples de criteres devaluation au niveau de l'entreprise",
les criteres enumeres sous le titre 'rentabilite' des resources rares' sont
aussi des moyennes. Si seulement les moyennes sont examinees et le risque est
omis, il est facile d'assigner une seule valeur A un aspect tel le revenue net
par hectare en tant que measure de la rentabilite de la terre. Le rendement
moyen d'un traitement est multiplied par une seule evaluation du prix et cela
est considered comme etant le revenue brut. Cela se produit trop souvent m6me
lorsque les dispositifs experimentaux demandent plusieurs repetitions des
traitements pour arriver A l'evaluation des variances de rendement. Mime
quand les entrants et autres cotts de production sont soigneusement
enregistr6s, une seule valeur represente les prix ou les coats des divers
facteurs de production. Ainsi, nous avons une seule valeur du coQt de
production soustraite par la suite du revenue brut.

La difference entire le revenue brut et le coQt de production donne une
simple estimation de revenue net par hectare.

Etant donn4 les nombreuses malchances possibles dans l'agriculture est
l'elevage, un paysan peut aisement obtenir un revenue net beaucoup plus bas que
la moyenne calculee ci-haut. Si les 6quipes FSR/E ne considerent pas toutes
les sources de variation et tentent d'6valuer les risques d'une pratique
proposee, l'evaluation est incomplete. Pire encoure 1'6quipe peut induire en


Volume II, Chapitre I









erreur les paysans A qui elle recommande une pratique ou une technologies en se
basant sur une analyse incomplete.

Le calcul des moyennes est utile, mais ce n'est qu'une esquisse de
l'entit4. Les agriculteurs veulent aussi savoir les probabilities que leur
rendement ou leur revenue peut descendre en dessous du niveau minimum
acceptable s'ils adoptent la m6thode alternative A leur pratique actuelle. En
d'autres mots, quels sont les risques?

Dans le cadre de l'evaluation des technologies alternatives de ce
chapitre, le terme "risque" est la probability des revenues d'une activity de
production agricole allant plus bas que le minimum acceptable. Ainsi d6fini,
le risque est 6valu6 par les agriculteurs dans le context de leurs propres
circonstances. Pour certain, la possibility de famine est le facteur le plus
important A envisager. Les 6quipes FSR/E doivent considerer les aspects du
risque auquel font face les agriculteurs en tant que group faisant parties du
domaine de recommendation, autant qu'en tant au'exploitation individuelle.

Lorsque la probability des revenues tombant en dessous du niveau minimum ne
peut pas 6tre calculee, il existe des methodes alternatives pour 4valuer le
risque, comme l'analyse de sensibility (voir III: III,A.5 et III: III,A.6) et
la construction des intervalles de confiance (voir III: III,B.2).

Le risque, tel que vu par les paysans, r4sulte de la variability et du
changement presents'dans chaque environnement agricole, variability telle que:

1. Changements dans les rendements ou la quality des products
causes par des facteurs tels les variations atmospheriques;

2. Changements dans les pratiques agronomiques

a. dans la quality des facteurs de production
b. dans les taux ou le nombre d'applications
c. dans les cultivars

3. Changements dans les prix des intrants

a. fluctuations saisonnieres
b. inflation ou autres cycles
c. autres facteurs tels la politique agricole

4. Changements dans les prix de vente des products

a. fluctuations saisonnieres
b. inflations ou autres cycles
c. autres facteurs tels la politique agricole

Les changements associes au rendement et A la quality des products (1)
proviennent des effects bioclimatiques qui different d'une ann4e A l'autre, et
qui sont en dehors du contr6le des agriculteurs. Grace aux longues annees
d'experience, ils possedent l'intuition de la portee de ces effects. Les
changements relatifs aux pratiques agronomiques (2) r6sultent des differences


Volume II, Chapitre I










dans l'am6nagement, facteur human. Les paysans ont generalement une bonne
idee des resultats attendus des changements de pratiques avant meme de les
mettre en oeuvre. Cependant, reste toujours la possibility de faire erreur et
d'obtenir des resultats n6gatifs. Les changements dus A la fluctuation des
prix (3) et (4) resultent des conditions economiques et sont compl6tement en
dehors du contrl6e des agriculteurs. Toutefois, ils sont conscients des
changements antecedents et se basent sur cette connaissance pour estimer les
risques. Les equipes FSR/E doivent tenir compete de tous ces facteurs
contribuant a la variation lors de l'evaluation des methodes alternatives.

En meme temps, l'equipe d'investigateurs doit inclure la variation parmi
les agriculteurs faisant parties du domaine de recommendation en question. Ces
agriculteurs utilisent parfois des methodes differences dans la culture d'un
meme produit. Les coQts des entrants varient largement d'un cultivateur A
l'autre selon la distance que chacun doit parcourir pour aller A la source des
entrants, selon le mode de transport disponible et le rapport entire les
entrants products A l'exploitation et les entrants achetes. Les prix de vente
des products varient selon la quality du produit, le temps de l'ann6e et la
distance au march.

La Figure II: I,C.1 6numere certain criteres d'4valuation pouvant servir
dans diverse circonstances pour compare les benefices economiques des
technologies et des pratiques agronomiques alternatives. Evidemment, cette
liste n'est pas complete; elle se limited A l'analyse de l'entreprise dans une
optique A court terme. Cette liste peut inf6rer que les benefices economiques
resultent de l'accroissement des rendements, de la reduction des coits, de la
reduction de l'utilisation d'autres resources rares, de la reduction des
corvees, de la mise en valeur de la quality des products, de la stability de
production et/ou l'amelioration de la distribution des products.


Volume II, Chapitre I









FIGURE II: I,C.1
EXAMPLES DE CRITERES DEVALUATION UTILES A L'ANALYSE AU
NIVEAU DE L'ENTREPRISE


ESTIMATION DU DEPOSITAIRE:

Evaluation de l'acceptabilit6 d'apres chaque concern
verbalement par chacun
adoption par les depositaires concerns

RENTABILITE DES RESOURCES RARES:

par unite de superficie
par unite de semences
par unite mon6taire
par unite d'investissement A long terme
par unite d'animal/jour pour la traction
par unite superficie/temps

RISQUE:

Probability de reqevoir moins qu'un minimum de revenue acceptable,
mesuree d'apres les criteres enumeres ci-haut.

DISTRIBUTION DES COLTS ET BENEFICES:
(divisee selon l'Ag6, le sexe, la position, et/ou le type de
menage)

Main-.d'oeuvre
Temps mis A la gestion
Decaissements variables
Entrants non monetaires (semences, fumier, etc.)
Revenus (benefices)
Benefices indirectes productss, acces aux resources)
Benefices nets
Marge brute

QUALITE DU PRODUIT:
(relatif au prix marchand et/ou A l'utilisation domestique)

Preferences A la consommation (gout, taille, couleur, forme, etc.)
Susceptibility aux ravages avant la recolte
Entreposage et susceptibility aux ravages apres la recolte
Quality quant A la transformation
Quality quant a la cuisine
Quality quant A la nutrition
Utility des sous-produits
Taille ou quality des tiges


Volume II, Chapitre I










e. Considerations concernant d'autres activities


Ii arrive souvent que les effects secondaires des technologies alternatives
se produisent sur les autres secteurs de l'exploitation qui ne sont pas
directement impliquees au changement. Comme par example la production des
fruits dans un certain verge est augment par la lutte centre les mauvaises
herbes, mais ces herbes auraient pu servir de fourrage pour le betail.
Augmenter la density du peuplement d'une culture dans un system intercalaire
peut r4duire les rendements de la culture suivante.

La convenance d'un changement dans une pratique culturelle apparait sous
differentes facettes lorsqu'on l'examine dans le context global de la
production, de la consommation et du bien-etre du menage. Si la quantity
d'une resource utilisee dans une certain entreprise est augmentee par les
exigences d'une alternative proposed, d'ou viendra cette augmentation? Par
example, la recommendation d'utiliser une plus grande quantity de fumier sur
une certain culture pour en augmenter les rendements peut faire concurrence A
l'utilisation du fumier en tant que combustible pour la preparation culinaire.

Si l'utilisation d'une resource est diminue en raison du changement
propose, oi et comment cette resource liberee sera-t-elle utilisee? Comment
cette resource rendue disponible va-t-elle affected l'activite de peuplement
d'une culture c6eraliere peut reduire la superficie n6cessaire pour en obtenir
un certain rendement. Si l'aire liberee n'est pas utilisee en raison du
manque de temps pour s'en occuper, le changement aura 6t6 fait en vain. Si
l'aire liberee est utilisBe pour augmenter le nombre de plants d'une autre
culture, comment celle-ci affectera-t-elle les coits et benefices de
l'exploitation? Lequel des membres de la famille devra investor le temps
necessaire A la gestion, le travail manuel et les fonds, et qui recevra les
revenues de cette nouvelle recolte?

5. L'IMPORTANCE DES DIFFERENT CRITERES

Face A une si grande vari6et de criteres 4conomiques potentiels, comment
les 6quipes peuvent-elles arriver A identifier les plus important A
l'evaluation? Une favon de peser et de classifier les criteres est A travers
le degree de signification A chaque depositaire (voir Section 1). Le dialogue
continue aupres des principaux concerns est essential. Observer les r6les et
questioner chaque personnel engagee, l'agriculteur, l'agricultrice, le chef de
famille, le plus Ag4, le plus jeune et ainsi de suite, produira une solide
base de connaissances sur l'importance et la convenance de criteres
sp4cifiques vis-a-vis de chacun.

Les questions portant directement sur les changements proposes d6terminent
pr4cisement les effects possibles sur les autres entreprises et sur le bien-
etre g6enral du manage. Le module d'un system de production present au
Chapitre II du Volume I est utile A visualiser les interactions des cultures,
du cheptel, du menage et des activities exterieures au system, ainsi qu'A
mesurer les effects possibles des changements dans les pratiques agronomiques.

Les criteres economiques ne sont pas independants dans l'analyse des
syst6mes de production. Les criteres non economiques, des aspects biologiques
Volume II, Chapitre I 36









et sociaux, sont des pieces tout aussi essentielles A l'ensemble de
l'evaluation technologique. Les questions portant sur l'aspect 6conomique ne
peuvent 6tre examinees independamment des questions portant sur les aspects
biologiques et sociaux. La convenance au climate et au sol, la compatabilite a
l'aspect cultural et social, la viability des rendements, l'incidence des
fl4aux et la durability de l'environnement ne sont que quelques-uns des
nombreux criteres essentiels a l'evaluation.


Volume II, Chapitre I










ACTIVITIES


ACTIVITY I:


ACTIVITY II:


PERSPECTIVES DU CHERCHEUR ET DU PAYSAN DANS L'IDENTIFICATION
DES CRITERES DEVALUATION PERTINENTS

PERSPECTIVES DES DEPOSITAIRES CONCERNS DANS L'IDENTIFICATION
DES CRITERES DEVALUATION


Volume II, Chapitre I










VOLUME II: I,C INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE
ACTIVITY I
PERSPECTIVES DU CHERCHEUR ET DU PAYSAN DANS L'IDENTIFICATION DES
CRITERES DEVALUATION PERTINENTS

OBJECTIF:

Apres avoir complete cet exercise, vous serez en measure de:

Reconnaftre 1'importance de bien comprendre les perspectives et les
circonstances de 1'agriculture paysanne 1'analyse de la recherche en
milieu paysan.

MATERIELS:

Feuillet ii: I,C, Activit 11I "Conversation avec un cultivateur de pomme
de terre de la Vallee Mantaro"

Feuillet ii: I,C, Activite 12 "Equipe de chercheurs FSR/E: Resume des
activities de la premiere annee dans la Vall4e Mantaro"

INSTRUCTIONS:

1. L'instructeur distribuera l'un-de deux feuillets A chaque group. Si
votre group recoit le feuillet #1 intitul4 "Conversation avec un
cultivateur de pomme de terre de la Vallee Mantaro", vous 6tes census
jouer le r6le des paysans. Si, par centre, vous avez recu le feuillet #2
intitul6 "Equipe de chercheurs FSR/E: Resume des activities de la premiere
annee dans la Vallee Mantaro", vous allez jouer les rbles des membres
d'une equipe locale FSR/E. Lisez attentivement le feuillet recu, quel
qu'il soit, et discutez le cas entire vous.

2. En jouant le r6le qui vous a ete assigned, identified les criteres
devaluation important A l'analyse des essais sur la culture de pomme de
terre de facon A les compare aux pratiques paysannes existantes
concernant la fertilisation et la lutte centre les insects, pour ensuite
faire les recommendations appropriees. Dressez une liste des criteres
possibles sur lesquels votre group s'est entendu. Referez A la figure
II: 1.1 montrant une liste partielle des criteres devaluation.

3. Dans le context de votre r61e en tant que chercheur ou cultivateur,
expliquez brievement aux autres groups les raisons pour lesquelles vous
avez choisi chacun des criteres. Inscrivez la liste des criteres de facon
A ce que les autres puissent la voir.


Volume II, Chapitre I










VOLUME II: I,C FEUILLET #1
ACTIVITY I
PERSPECTIVES DU CHERCHEUR ET DU PAYSAN DANS L'IDENDIFICATION DES
CRITERES DEVALUATION PERTINENTS

CONVERSATION AVEC UN CULTIVATEUR DE POMME DE TERRE
DE LA VALLEE MANTARO

Nous qui habitons dans les collins centrales de la Vallbe Mantaro n'avons
pas la vie facile, ca c'est certain. Plus bas, le long de la rivibre, les
riches peuvent cultiver un plus grand nombre de cultures que nous. Le froid,
la gelee et la secheresse empechent le mais et d'autres cultures de terre et
l'orge. Nous prenons de grands risques A tenter de pourvoir aux besoins d'une
famille dans les Andes. Si Dieu le Desire, nos r6coltes sont d6truites par la
grele, la gelee et la secheresse...

Nous n'arrivons pas A cultiver autant que les autres plus bas, mais par
centre, on a plus de succes avec nos moutons et les autres animaux et pour ca,
ils sont important pour nous. Oui, nous vendons au marched les pommes de
terre, l'orge et parfois des legumes, puis aussi la laine et des moutons quand
le bon Dieu nous .a donn6 une ann6e prospere. Mais, voyez-vous, on ne sait
jamais A l'avance...

Non, nous ne cultivons pas de grands champs. Comme nos voisins, nous
avons de petits lot de terre pour l'agriculture et le paturage. On s'occupe
d'avantage des champs qui sont les meilleurs, les autres, on les cultive aussi
mais on passe moins de temps A desherber et puis on ne les fertilise pas.
Pour nous, c'est plus important d'assurer qu'il y a de quoi manger sur la
table que de se remplir les poches d'argent! Monsieur, nous sommes de pauvres
et humbles paysans...

Vous comprenez, nous sommes d'abord et avant tout des paysans, mais nous
faisons bien d'autres choses pour survive. Il y en a qui voit travailler
dans les mines pendant plusieurs mois de l'ann6e. D'autres qui travaillent en
tant que journaliers pour les quatre cultivateurs des environs. Quelques-uns
ont un petit magasin chez eux, pour ma part, je suis menuisier. Nos meres,
femmes et filles, nous aident aussi dans les champs, surtout quand les hommes
travaillent A l'exterieur.. Elles aussi travaillent dur pour faire pousser les
pommes de terre. Elles les font seches et les pr6parent pour les repas.
Souvent, ce sont elles qui les transportent pour les vendre au marched oi elles
passent toute la journee. Mmme les petits commencent A aider au champs des
qu'ils peuvent marcher. C'est la verite, monsieur...

Si senor, comme l'ont fait nos ancetres, nous cultivons aussi la pomme de
terre. Chaque annee nous plantons nos petits lots. C'est rare qu'on seme
plus d'un hectare. Une parties des rkcoltes est conservee A la mason, et
quand il en reste, on les seche. Au course de l'annee, nous en avons
suffisamment pour nourrir la famille et pour la vente s'il le faut. Chez moi,
il arrive que nous mangions des pommes de terre aux trois repas. Quand le-
temps du semis approche, nous nous privons pour 6tre surs qu'il en reste A
semer...


Volume II, Chapitre I










Le pire de nos problemes est le climate; le froid la grele, la gelee et la
secheresse. Je crois que seul Dieu peut resoudre ce problem. Les vers et
les insects qui ravagent les pommes de terre sont aussi un grand problem et
le poison pour les tuer comte tres cher. Nous sommes pauvres...

Si! nous avons rencontr4 l'agronome des services de vulgarisation et ses
recommendations nous semblent tres bonnes. Mais, ecoutez, quand nous semons
les nouvelles vari4ets, les plants poussent lentement avec un peu d'engrais
en sac. Il y a plus d'insectes et elles pourrissent. En plus, la famille
prefere l'autre sorte, celle qu'on avait avant...

Oui, bien sur, on pourrait appliquer plus d'engrais chimique et vaporiser
plus souvent contres les insects. Mais, elles ne goatent pas trBs bon. Et
puis, vous savez bien-comme c'est risque, et si on perdait toute une r6colte
apres avoir d6pens6 tant d'argent pour acheter les semenceaux, l'engrais
chimique et l'insecticide! Nous travaillons dur, monsieur, just pour pouvoir
manger et acheter ce qu'il faut pour la famille. Puis, il nous faut aussi
acheter des provisions et des equipements pour les autres cultures et les
animaux...

L'agent nous dit de semer plus rapproche, de vaporiser plus souvent, de
mieux desherber! Il ne salt pas ce que c'est, lui. Il n'a pas de famille et
il n'a jamais cultiv4 les pommes de terre. Il ne sait pas que ce qu'il nous
dit de faire nous garde aux champs plus longtemps. Bien, peut-etre que c'est
pas si mal pour moi, je travaille ici au village. Mais c'est pas pareil pour
les autres qui doivent semer les pommes de terre avant de partir pour aller
travailler dans les mines. Ce sont les femmes et les enfants qui doivent s'en
occuper. C'est pas possible de passer plus de temps aux champs comme il le
demand. Non, il ne sait pas ce que c'est, lui...

Avec plaisir, monsieur. Que Dieu vous benisse!...


Volume II, Chapitre I










VOLUME II: I,C FEUILLET #2
ACTIVITY I
PERSPECTIVES DU CHERCHEUR ET DU PAYSAN DANS L'IDENTIFICATION DES
CRITERES DEVALUATION PERTINENTS

EQUIPE DE CHERCHEURS FSR/E: RESUME DES ACTIVITIES
DE LA PREMIERE ANNEE DANS LA VALLEE MANTARO

Dans la Zone intermediaire de la Vallee Mantaro (3450-3950 metres
d'altitude), un nombre plus restreint de cultures est produit que plus has
dans la vall6e en raison du froid et des gel6es de plus en plus fr6quentes.
L'agriculture est risque sur les pentes des Andes. Les recoltes sont souvent
detruites par la grele, la gelee ou la s6cheresse.

Les principles cultures de l'agriculture paysanne sont la pomme de terre,
l'orge et quelques cultures c6eralieres. L'1eevage des moutons et d'autres
animaux est tres important dans les hautes altitudes de ces regions
montagneuses. Certaines cultures et l'61evage se font surtout pour la vente,
les pommes de terre sont cultiv6es surtout pour la consommation domestique.
Certaines families vendent le surplus de pommes de terre A des interm6diaires
pour les marches de la ville. Presque toutes les families cultivent un
hectare ou moins de pommes de terre. Au moins un membre de ces families
travaille A l'ext6rieur de l'exploitation, et ainsi il y a une certain
quantity d'argent disponible pour les n4cessit6s m6nageres et pour l'achat des
facteurs de production comme les engrais chimiques, les pesticides et pour
embaucher la main-d'oeuvre. Quelques exploitations plus grandes se
sp6cialisent dans la production commercial de la pomme de terre A l'aide de
fortes quantit6s d'entrants. Parce qu'ils investissent plus de capitaux dans
la production et plus de temps A la gestion, ils obtiennent des rendements
beaucoup plus eleves que les petits producteurs.

L'equipe FSR/E a commence le project de recherche il y a presque un an,
avec l'intention de tester et d'adapter des pratiques agronomiques
alternatives, certaines concernant specifiquement la post-recolte, pour les
petits cultivateurs. Le travail a beaucoup progress au course de cette
premiere periode; des sondages sur la region ont produit beaucoup
d'informations sur l'ecologie et l'agriculture dans la region. Ces
renseignements soulignent les contraintes a la production, A la transformation
et au stockage de pomme de terre. Les pratiques de l'agriculture paysanne ont
6et6 tudiees et les donnees sur les coQts et les revenues ont et6 compiles.
Les observations et les dialogues aupres des hommes, femmes et enfants engages
A la culture de pomme de terre ont 4et enregistres; ces renseignements ont
precise les objectifs, les rl6es et les circonstances des paysans.

Les paysans interviews par les membres de notre 4quipe font face A
plusieurs contraintes A la production de rendements et de revenues dans
l'entreprise de culture de pomme de terre. Les varieties traditionnelles A bas
rendements et les pratiques agronomiques utilisees engendrent une production
de moins de la moiti6 de celle des cultivateurs commerciaux. La plupart des
petits cultivateurs entreposent leurs semenceaux d'une saison a l'autre. Ce
qui augmente l'incidence de l'infection virale de leur stock. Plusieurs


Volume II, Chapitre I











consomment les plus large pommes de terre, et conservent les plus petites
pour le semis; ce qui ne peut que produire des plants moins vigoureux.

Bien que plusieurs emploient les engrais chimiques et les insecticides,
peu d'entre eux suivent le dosage et le nombre d'applications recommandes.
Certains supplementent leurs faibles application d'engrais chimique avec du
fumier mais en g6enral le sol semble d6montrer une basse fertility. Dans la
plupart des cas, l'equipe a trouve que les pratiques de lutte centre les
insects etaient inadequates. Ii semble que plusieurs n'ont pas adopt les
pratiques recommandees en raison d'un manque d'information ou du A la
resistance traditionnelle au changement.

A partir de ces observations initiales, l'equipe a dressed une liste de
problems prioritaires en tant que base servant A planifier et A mettre au
point des essais A effectuer en milieu paysan au course de la champagne
suivante;

mauvaise quality de semences
fertilisation inadequate
lutte centre les insects inadequate
vari6ets A bas rendements

Bien que le climate soit une contrainte majeure, les facteurs
atmospheriques ne sont pas propices A investigation A 1'heure actuelle car
les solutions ne sont pas ais6ment disponibles. L'6quipe fait actuellement
l'6tude de plusieurs solutions provisoires et met au point des
experimentations A effectuer en milieu paysan des le debut du cycle vegetatif
suivant.
























Volume II, Chapitre I 43









VOLUME II: I,C INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE
ACTIVITY 2
PERSPECTIVES DES DEPOSITAIRES CONCERNS DANS L'IDENTIFICATION DES
CRITERES DEVALUATION

OBJECTIF:

Apres avoir compl6et cet exercise, vous serez en measure de:

Dkterminer les criteres d'4valuation propres J l'analyse de la recherche
en milieu paysan qui sont pertinents aux different depositaires et aux
diverse situations presentes dans la production agricole.

INSTRUCTIONS:

1. Lisez le feuillet II: I,C Activit6 11 "Conservation avec un cultivateur de
pomme de terre dans la Vall6e Mantaro".

2. L'instructeur demand A votre group de jouer les r6les suivants dans les
situations de production de pomme de terre dans la Vallee Mantaro:

a. Chef de famille qui part, apres avoir plante les pommes de terre, pour
aller travailler dans les mines pendant plusieurs mois afin de gagner
l'argent necessaire pour pourvoir aux besoins de sa famille et pour
acheter l'engrais et l'insecticide pour la production de pomme de
terre.

b. Epouse et mere de famille pratiquant l'agriculture de subsistence
charge de cultiver les pommes de terre apres le semis car son mari
est all4 travailler dans les mines.

c. Epouse et mere de famille agricole qui ne s'occupe pas de la
production mais qui fait la transformation et la caisson d'une parties
de la recolte de pomme de terre pour la consommation domestique.

d. Jeune agriculteur qui ne possede pas de terre, qui fait la culture
commercial des pommes de terre sur des terres lou6es et qui loue une
equipe attel6e pour turner le sol.

e. Agriculteur cultivant 25 hectares de vari4ets hybrides de pomme de
terre pour la vente sur le march.

f. Membres d'une famille qui obtient des revenues de la culture et du
stockage de semenceaux de pomme de terre pour les vendre A d'autres
cultivateurs au temps du semis.

3. Dans la perspective du r6le qui vous 4et assign, identified les criteres
d'4valuation important en vue de l'analyse des experimentations sur la
pomme de terre. Dressez une liste des criteres possibles sur lesquels
votre group a pu se mettre d'accord.


Volume II, Chapitre I










4. Prenez quelques minutes pour expliquer aux autres groups vos raisons pour
avoir choisi chaque critere etant donned le rl6e que vous jouez et la
situation qui l'entoure.

5. L'instructeur guidera la discussion.

6. Notez que le temps et les resources disponibles aux 6quipes FSR/E sont
trbs limits. Il est 6videment impossible d'analyser tous les criteres
les plus important. II vous faut done choisir les criteres les plus
important pour en faire des essais en milieu paysan visant A compare les
pratiques existantes de fertilisation et de lutte contre les insects aux
pratiques recommandees.


Volume II, Chapitre I









1CHAPITRE II:


QUELS TRAITEMENTS TESTER,
ET OU









CHAPITRE II: QUELS TRAITEMENTS TESTER, ET OU


II,A. LIENS ENTIRE LA STATION ET LE MILIEU PAYSAN

PREREQUIS

Aucun

NIVEAU DU PARTICIPANT

Chercheur, technician, vulgarisateur ou administrateur

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Apres avoir complete cette section, les participants seront en measure de:

1. Decrire comment 1'FSR/E contribute A la recherche A la station et comment
la recherche A la station contribute a 1'FSR/E, par rapport aux tapes de
diagnostic, de mise ou point, d'experimentation et de diffusions dans le
context de 1 'FSR/E.

2. Expliquer les circonstances dans lesquelles la recherche A la station peut
6tre necessaire avant le mise en oeuvre de 1'experimentation en milieu
paysan.

3. Expliquer les raisons pour lesquelles il est necessaire de consulter les
agriculteurs dans la planification de la recherche a la station, en
products specifiques et disciplinaire.

POINTS CLES

1. Grace A la recherche effectuee en milieu paysan, 1'FSR/E peut assister
l'etude A la station en determinant les priorities d'experimentation selon
les besoins et les probl4mes les plus important des paysans.

2. Des r6sultats de la recherche A la station peuvent jaillir les solutions
potentielles (technologies) aux problemes des paysans.

3. Ces deux points forment les liens essentiels entire la recherche A la
station et la recherche en milieu paysan.

DISCUSSION

L'FSR/E est une approche que peuvent employer les institutions de
recherche et developpement pour accroitre leur efficacit6 dans la mise ou
point et 1'ex6cution des programmes appropries au milieu paysan. Certains
craignaient que 1'FSR/E allait remplacer la recherche basee A la station, mais
ce n'est assur6ment pas le cas.

L'FSR/E est un complement et non pas un replacement A la recherche en
station. En fait, il n'est pas du tout n4cessaire d'en faire la separation.
Effectivement, 1'FSR/E bien administre depend de 1'aspect effectif aussi bien


Volume II, Chapitre II









qu'efficace de la recherche en station experimentale et d'ailleurs, les m6mes
personnel sont souvent engagees dans les deux aspects. Plusieurs 6quipes au
champ pratiquant les methodes recommandees par 1'FSR/E sont basees A la
station de recherche et executent les experimentations A la station tout en
menant les essais dans les champs des paysans. Au lieu d'etre vue comme
effort distinct, la recherche et de vulgarisation. La figure II: II,A.1
demontre le fonctionnement de ces liaisons.

Le diagramme II: II,A.1 montre en effet les interactions entire la
recherche technique basee A la station et la recherche en milieu rural
(Collinson 1982). L'exemple fourni par Franzel explique le fonctionnement du
diagramme dans les veritables conditions rurales (Franzel 1984).

Le diagramme d6crit les interactions entire la recherche en station et
celle en plein champ dans les differentes tapes d'operation. La premiere
tape est celle du sondage diagnostique des exploitations ou prevalent les
cultures associees de mais/haricots. A la deuxieme tape, on identified la
basse fertility du sol comme 6tant une contrainte. Au course de cette phase,
plusieurs solutions potentielles sont suggerees parmi lesquelles certaines,
telles que l'application d'un engrais compose, sont rejetees n'etant pas
convenables (aucun benefice economique, manque de fonds pour 1'achat
d'engrais, engrais non disponibles, etc.). D'autres solutions, telles que
l'emploi de la fumeur animal, sont plus acceptable aux paysans et plus
realisables. Puisque le travail en laboratoire a devoile la composition et
l'usage du fumier, on decide de mener les experimentations dans les champs des
cultivateurs dans le but de tester l'effet du fumier sur les cultures et
d'essayer les differentes methodes d'application dans les conditions memes de
cultivation.

A ce moment precis, 1'6quipe prend deux voies differentes. Tout d'abord,
on fait la mise au point du dispositif experimental pour l'usage du fumipr en
plein champ (Troisieme tapee. Ces experimentations seront menees avec a
cooperation du paysan choisi parmi le group cible. Si elles s'averent
fructueuses, les recommendations sont formulees et transmises aux exploitants.
Dans un meme temps, l'equipe decide que les connaissances concernant les
autres solutions suggerees ne sont pas suffisantes pour les mettre a l'essai
directement en plein champ. Ils renvoient done les propositions A la station
de recherche en vue d'en 6tudier les possibilities plus profondement (Ouatrieme
tapee.

Prenons A titre d'exemple l'une de ces propositions: l'introduction d'une
culture d'engrais vegetal en tant que culture derobee dans le mais dejA pousse
suivant la recolte de haricots; la decision de continue la recherche A la
station avant de proc6der A l'essai en plein champ n'exclut pas la n6cessit6
de consulter les paysans. Les chercheurs determinent que la culture doit 6tre
enterr4e en labourant le champ avant la saison des semelles. Comme cela
requiert de la main d'oeuvre suppl6mentaire et l'usage de la traction animal,
les chercheurs doivent verifier aupres des paysans si l'option est realisable
avant d'investir dans l'6tude aqronomique et biologique (Cinquieme tapee. Au
course de la discussion avec les paysans, les membres de l'4quipe constatent
qu'ils sont tres enthousiastes en d4pit de l'obligation de devier l'energie


Volume II, Chapitre II









humaine et d'utiliser la traction animal. Il est alors d4cid4 de tester
l'innovation A la station afin de determiner la plante fourragere la plus
appropriee (celle qui ajoute le plus d'azote, qui nuit le moins au mais,
etc.). Les cultures d'engrais vert sont mis A l'essai A la sixi6me tape et
celles qui offrent les meilleurs r6sultats et semblent les plus propices font
des lors parties de 1'ensemble des recommendations faites aux exploitants de
cette region donn4e.

Ces resultats seront inclus dans les solutions potentielles servant A la
mise au point des experimentations en plein champ. De retour A la deuxieme
tape, les chercheurs d6cident de reporter les cultures d'engrais vegetal de
la sixieme tape et de les tester A la troisieme, et ainsi de suite.

Cet example demontre que les liens entire la recherche A la station et la
recherche en plein champ sont tres important. A la troisieme tape, l'equipe
FSR/E apporte aux chercheurs de la station des idees utiles A
l'experimentation fondees sur l'identification des problems ruraux. LA ou
les fonds pour la recherche se font rare et quant la recherche A la station
doit se concentrer sur les problems prioritaires d'une region particuliere,
les recommendations faites par l'4quipe FSR/E peut 4tre d'une grande valeur
dans l'allocation de capitaux restreints.

A la sixi6me tape, la station fournit A l'equipe les solutions
potentielles aux probl6mes des exploitants. L'exemple demontre egalement
l'interd6pendance de la recherche A la station A celle effectuee en milieu
paysan. Ni l'une ni l'autre ne peut fonctionner efficacement sans l'apport de
l'autre.

Ii imported de se rappeler que le personnel du service de vulgarisation
joue un r6le considerable A toutes ces tapes (voir aussi VI, et IV,B). Le
simple fait de mener des experimentations en milieu paysan ne signifie pas
necessairement qu'elles sont faites selon la m6thode FSR/E. Un fait important
dans le m6thode FSR/E est que les partisans (chercheurs et vulgarisateurs)
agissent r6ciproquement avec les paysans et mettent au service du
developpement agricole leur comprehension global des circonstances rurales
dans la mise au point et la modification de la technologies.


Volume II, Chapitre II









Figure II,A.1 Interactions entire la Recherche Technique Basee A
la Station et la Recherche Adaptation Effectube en Milieu Paysan


Groupe Cibles de Paysans
d'un Domaine de Recamandation
dans une Region Donnee



(1)
Sondate Diagnostique
des Priorites Agricoles, REDHERCHE
Ressources et Problemes ADAPTIVE
Ambiants et Opportunites EN PEIN CHAMP
de D6veloppement





(2)
Identification et Evaluation
des Mat6riaux et Techniques Potentiels


(4)
Problems Techniques
Non Resolus et Nouvelles
Techniques Propices au
Deeveloppement de
1'Agriculture Paysanne


\ (3)
Experiences sur les
Techniques Appropriees
dans les Conditions
A Rurales


(6)
Connaissances sur
Techniques Convenant
au Climat et au Sol
A de la Region


v(5)
Recherche Spcialisbe
Solution des Problnes
Techniques Prioritaires
et Investigation des Nouvelles Pratiques

Source: Collinson, M. "Famning Systems Research in Eastern Africa: The
Experience of CIMWT and Sane Agricultural Research Services, 1976, 1981,
MSU International Development Papers, No. 3, 1982, page 5.


Volume II, Chapitre II










CHAPITRE II: QUELS TRAITEMENTS TESTER, ET OU


II,B. -QUELS CHAMPS SONT DISPONIBLES A L'EXPERIMENTATION

PLANS

1. Les differences au sein de l'exploitation
2. Les differences entire les exploitations
3. R4sume


PREREQUIS

I. Quelles sortes d'essais doit-on faire?

NIVEAU DU PARTICIPANT

Assistant en recherche agronomique
Technicien A la verification technologique pour la


vulgarisation


OBJECTIFS D'ENSEIGNENENT


Apres avoir compl6et cette section, les stagiaires seront en measure de:


1. Identifier les sources des differences au sein
les exploitations.


d'une exploitation et entire


2. Determiner la taille minimum d'une parcelle 4chantillon.

3. Identifier les diff6rentes combinaisons possibles de parcelles et le
nombre au sein de et entire les exploitations.

POINTS CLES

1. Sols, topographie, fragmentation des champs, dimensions de l'exploitation,
et la capacity d'un manage de prendre des risques, tous sont des facteurs
qui affectent la taille de la parcelle 6chantillon ou bloc.

2. La taille du bloc peut varier d'une exploitation A l'autre.

3. L'inegalit6 des tailles des blocs entire les exploitations exigent ou des
dispositifs exp6rimentaux plus complexes ou un nombre reduit de
traitements.


Volume II, Chapitre II










VOCABULAIRE

ANOVA
bloc
blocs contigus (parcelle)
dispositif experimental
essai
parcelle
repetition
traitement
DISCUSSION

1. LES DIFFERENCES AU SEIN D'UNE EXPLOITATION

Les champs varient de plusieurs falcons, don't voici quelques examples:

Falcons de Varier des Champs Exemple

1. Texture des sols Une parties est plus sableuse qu'une autre.

2. Profondeur du sol Un labeur superficiel revele plus d'argile A
une parties qu'A une autre.

3. Pente Le centre est plus bas.

4. Culture Pr4ecdente Une moitie en jachere et l'autre plantee de
niebe.

5. Gestion precedent Engrais epuises apres avoir applique les
premieres rangees cinq premieres rangees.

Falcons de Varier des Animaux Exemple

1. Age Troupeau compose de plusieurs vieux animaux
et quelques jeunes.

2. Sexe Un male, plusieurs femelles.

3. Lactation Femelles allaitent les veaux/agneaux A des
temps different; certaines n'ont pas encore
mis bas, d'autres sont seches.

4. Races Chevres achetees au march.

5. Poids vifs Agneaux nes A des temps different.

6. Reproduction Des vaches sont infertiles.

7. Am6nagement Boeufs nourris de fourrage supplementaire.


Volume II, Chapitre II










Les paysans connaissent bien leurs champs. Ils ne s'attendent pas de
produire les m6mes plants dans les parties sableuses que dans les parties
limoneuses. L'equipe doit savoir ou diviser le champ de telle sorte qu'il n'y
ait pas de differences evidentes dans chaque parties, en d'autres mots, que les
parties soient uniforms et homogenes.

Parfois, deux parties d'un champ peuvent etre similaires meme si separees,
comme dans le cas ou un sentier divise le champ don't les deux parties sont
nivelees et sableuses.

Un bloc est une surface uniform subissant different traitements. Chaque
bloc est divise en parcelles; celles-ci, aussi nommees 'unites
exp6rimentales', sont des aires qui ne recoivent qu'un seul traitement. Le
traitement est ce que l'equipe veut tester. Par example, un traitement peut
etre une nouvelle variety, un taux eleven d'engrais, ou la culture intercalaire
d'arachide entire les rangees de mais. Un traitement peut aussi etre la
variety qu'utilise 1'exploitant, un taux bas d'engrais, ou bien le mais seme
au hasard parmi les arachides.
Chaque parties d'un champ qui n'a pas plus de differences 4videntes peut
etre un bloc; deux parties d'un meme champ separees par un sentier peut aussi
6tre un bloc. Ce dernier serait compose de parcelles non contiques ou
separees. Qu'elles soient contigues ou non, les parcelles a l'interieur d'un
bloc sont semblables avant l'application du traitement, mais differentes
apres; et encore IA, le traitement est la seule variante. C'est un regle
important: les blocs sont uniforms sauf pour ce qui est des differences de
traitement.

A l'interieur d'un bloc, les parcelles ne sont peut-etre pas de la m4me
taille ou forme. A la question: Combien de differences en taille ou en forme
peut-on accepter? Certaines equipes ont trouv4 que 20% etait empiriquement le
maximum de variability acceptable dans un bloc.

Le bloc en peut pas etre plus grand que la parties uniform d'un champ,
mais il peut certainement etre plus petit. Une large surface uniform d'un
champ peut etre divis6e en deux trois blocs. Ce qui signifie que le meme
traitement peut etre applique plus d'un fois, et i est alors dit "r4epet". La
repetition est 1'ensemble complete des traitements et plus il y a de
traitements, plus il y a de parcelles et plus large sont les blocs.
Finalement, les large blocs requierent que la parties uniform du champ ne
peut etre divisee qu'en deux parties, au lieu de trois, reduisant par
consequent le nombre de repetitions de trois A deux. Les blocs de grandes
dimensions comprenant la parties uniform du champ ne peuvent pas ete
redivises, ce qui signifie qu'un seul traitement est possible sur ce champ et
que toute autre repetition doit etre faite sur un autre champ ou A une autre
exploitation. L'importance de la repetition est elabor4e aux chapitres I et
III,B.

La repetition des traitements A l'interieur de l'exploitation n'est
generalement pas possible lorsqu'il s'agit d'effectuer l'experimentation sur
les animaux. Le nombre d'animaux elev6s A une seule ferme n'est g6enralement
pas suffisant pour 4tablir des similarit6s physiologiques.
Volume II, Chapitre II 7











Lorsque l'unite experimentale est un seul animal, il peut 6tre difficile
d'en trouver un autre du meme Age, sexe ou poids. Si l'unite experimentale
est un group d'animaux, il existe des limitations dans la possibility de
diviser le troupeau en deux et de repeter les traitements. Par consequent,
une pratique commune est d'utiliser le troupeau en tant qu'unite
experimentale, de tester un traitement par ferme, et de repeter les
traitements A plusieurs sites.

S'il est n4cessaire de faire plus de repetitions A chaque exploitation,
l'equipe peut toujours r6duire le nombre de traitements. Mais quand cela est-
il n6cessaire? Cela depend des objectifs de l'experience et des traitements.
Aux chapitres II: I,C,1 et II: III,A, l'on discute comment determiner les
objectifs.

Comment proc6der quand il faut r6duire le nombre de traitements? C'est aux
chapitres II: II,C,2 et II: II,C,3 que vous trouverez les r6ponses.

2. DIFFERENCES ENTIRE LES EXPLOITATIONS

Tous come les champs, les exploitations peuvent differer. Parfois, une
parties d'un champ sur une exploitation a les memes caracteristiques qu'une
section de champ situee sur une autre exploitation. Comme, par example, le
cas de deux champs don't chacun a une parties d'un champ sur une exploitation a
les m6mes caracteristiques qu'une section de champ situee sur une autre
exploitation. Comme, par example, le cas de deux champs don't chacun a une
parties ou un leger labeur r6vele la presence d'argile. Ces deux sections
argileuses peuvent etre appariees pour former un dispositif experimental de
blocs incomplets.

Les differences dans l'amenagement des animaux et les resources
alimentaires peuvent 6tre tres fortes entire les fermes. Certains eleveurs ont
les fonds pour acheter les supplements, alors que d'autres doivent laisser
leur troupeau brouter dans les champs non cultives. Cependant, la
productivity des troupeaux de different sites peut avoir plus de similitudes
que les animaux d'une m6me ferme. La composition d'un troupeau peut etre
assez uniform entire les fermes, en ce qui concern l'Age, le sexe, etc. Le
degree de variability entire les sites differe selon les facteurs. Par example,
il y a plus de variability entire les agneaux et veaux allait6s que les animaux
sevres. A measure que les niveaux de variation augmentent, un plus grand
nombre de r6eptitions sera n6cessaire pour d6pister les differences
significatives.

Certaines exploitations sont divisees en petits lopins, tandis que
d'autres s'6tendent sur une ou deux terres. Les petits lopins sont fort
probablement assez different l'un de l'autre, mais la grande surface est
vraisemblablement plus uniform. Pour cette raison, il est possibles
d'obtenir des unites experimentale plus large sur les 6tendues les plus
vastes.

La portion de terre allouee A 1'experimentation par le manage rural varie
d'une exploitation a l'autre. Plus il y a d'6tendue, plus il est possible de


Volume II, Chapitre II









pratiquer les essais soit sur un large champ, soit sur de nombreux petits
terrains. Les paysans qui n'en possedent pas beaucoup, sont plus r6ticents A
pretre leurs terres A l'experimentation. Des equipes de chercheurs ont 4tabli
que 10% de la superficie total d'une exploitation est le maximum qui doit
etre employ A l'experimentation.

Certains manages ruraux ne peuvent pas se permettre autant de risques.
Les differences entire les manages qui peuvent affected la capacity de prendre
des risques comprennent l'Age et le sexe des membres de la famille, et des
sources de revenues exterieures A l'exploitation agricole. Le foyer don't le
seul parent est la femme et don't les revenues non agricoles sont inexistants
depend entierement des cultures et des animaux. Peut-etre celui-la peut-il
allouer une toute petite parcelle a l'experimentation. Tandis que certain
manages agricoles, pourront prendre de plus grands risques et allouer un plus
large pourcentage de terres A l'experimentation.

Ou doit-on placer les essais quand les exploitations varient? Plusieurs
decisions doivent etre prises. La premiere est:

1. Est-ce qu'une sorte d'essais convient A un type particulier
d'exploitation?

La r4ponse, qu'elle soit affirmative ou negative, depend des objectifs de
l'essai. Le chapitre III,A aide A determiner la reponse A cette question.
Quelle qu'elle soit, la r6ponse affected les choix du dispositif experimental
et de l'analyse:

la: OUI: L'essai est specifique au site (voir Hildebrand and Poey,
1985: 45-56). Plus d'une repetition est necessaire, ce qui signifie
generalement une grande superficie. Les dispositifs exp4rimentaux
specifiques au site sont semblables aux essais A la station.
Effectivement, l'essai A la station est ni plus ni moins un essai
specialist sp4cifique au site ou la station represente le "site" de
1'experimentation.

Dans les essais sp4cifiques au site executes A la station, les blocs sont
usuellement contigus ou non s4pares. Par contre, ceux-la executes au champ ne
le sont pas n4cessairement; dans ce cas, ils sont dits "non contigus". La
Figure II,B.1 compare les blocs contigus aux non contigus. Les deux ont
quatre blocs, I, II, III et IV. Chaque bloc subit quatre traitements, a, b, c
et d. Dans le cas non-contigu, un sentier spare les blocs I et II des blocs
III et IV.

Les dispositifs les plus communs suivent la m4thode des blocs randomises
don'tt l'4chantillon est tir6 au hasard) completes (III,C,1). L'analyse est
faite selon la methode d'Analyse de variances (ANOVA). Le type d'ANOVA
utilis6 depend du dispositif experimental et des traitements. Les chapitres
II,C et II,E presentent les choix de traitements. V,A explique les procedures
ANOVA appropriees aux different choix de dispositifs et de traitements.


Volume II, Chapitre II










Figure II,B.1 Blocs Contingus et Non Contigus
des Essais Sp6cifiques au Site


Contigus Non Contigus


c b d a


c b a d


SENTIER



a c d b


b a c d


Ib: NON: C'est un essai regional (voir Hildebrand and Poey,
Les questions suivantes peuvent aider l'equipe A d6cider de
l'emplacement des essais regionaux.


1985:7).


"Essais regionaux" signifie que l'equipe situe les traitements sur
plusieurs exploitations dans une region. Ou les essais doivent-ils etre
situ6s quand les exploitations different? Il faut d'abord repondre A bien des
questions:
2. Quelles sont les differences de quantity de terres disponibles ou
propices A l'experimentation entire les exploitations?

2a: De petites differences: les blocs peuvent etre de la meme taille
sur chaque exploitation.

2b: De grandes differences: Les dimensions peuvent varier d'une
exploitation a l'autre. Certaines auront suffisamment d'espace pour
accommoder plusieurs blocs, mais d'autres just assez pour un seul
bloc.

3. Combien de traitements l'equipe veut-elle tester?

3a: Un petit nombre (eqal au plus petit bloc de toutes les
exploitations): certaines blocs ne peuvent subir tous les
traitements. L'6quipe a deux choix:


Volume II, Chapitre II


c b d a


c b a d


a c d b


b a c d










(1) Employer des dispositifs plus complexes.
(2) Reduire le nombre de traitements pour 6tre 6gal au plus
petit bloc et utiliser des dispositifs plus simples.

Quelles combinaisons de dimensions et de nombre de blocs sont realisables
dans les essais regionaux? Quels dispositifs experimentaux et procedures
d'analyse sont appropries aux diff6rents combinaisons? Les prochaines series
de questions examinent les nombreuses combinaisons possibles de dimensions et
de nombre de blocs A executer sur les exploitations:

4. Combien de blocs peut-on placer A chaque exploitation?

4a: Un seul bloc a chaque exploitation.

4b: Plus d'un bloc sur chacune et le nombre identique de blocs sur
routes les exploitations.

4c: Un nombre vari4 de blocs sur diverse exploitations.

5. Les blocs sont-ils de memes dimensions sur toutes les exploitations?

5a: Oui, les blocs sont tous de taille identique.

5b: Non, la taille des blocs varie d'une exploitation A l'autre.

A chacune des r6ponses donnees A la question 4, les chercheurs doivent
poser la question 5, ce qui present six combinaisons possibles. Laquelle est
la meilleur? La combinaison la plus propice differe A chaque situation. La
reponse depend des objectifs prevus A 1'essai et aux traitements.
L'information des chapitres II,C,l et III,A facility la prise de decision
concernant les objectifs. Le nombre de traitements affected egalement le choix
de la combinaison. Le chapitre II,F porte sur les changes possibles entire
les traitements et les r4eptitions.

A son tour, le choix de combinaisons affected celui du dispositif
experimental et de la m6thode d'analyse. En selectionnant la meilleure
combinaison pour chaque situation, l'equipe doit prendre en consideration le
dispositif et l'analyse appropries. Le schema de la Figure II,B.2 illustre un
example pour chaque combinaison.


Volume II, Chapitre II











Figure II,B.2 Exemples de combinaisons de different nombres
dimensions de blocs dans les essais regionaux

Ccmbinaison Ncmbre de Dimension EDxnples
Blocs du Bloc (A,B,.... exploitationn)
(I, II, = blocs)
(a,b,.... = traitenats
par paroelle)


4a+ 5a




4a + 5b




4b + 5a




4b + 5b








4c + 5a








4c + 5b


gale




inegale




gale




inegale








gale








inegale


un par
exploitation



un par
exploitation



plus d'un
bloc, en no.
aux a dcaque
exploitation

plus d'un
bloc, en no.
4gaux chaque
exploitation





No. inegaux
de blocs,
differents
exploitation





No. inegaux de
blocs,
diff6rents
exploitation


Volume II, Chapitre II


A B C D


A B C Db



A B C D
I l II v III E IV a




A B C D
Ibacd IIIdb a VacE d VIIdbca






A B C D
IbaE III c ad Vacdb VII



IIadc IVa b VII VIII E ac


A B C D

ladbc IIIbdca Vacdb VIb ad



IIdcab IVbdae


A B C D

Icdba III b Vacdb VI M a



II R IVacd


__ _J_ __ _a_ I __ _ _ __ _ _ _









4a. Un seul bloc A chaque exploitation.


5a. Blocs de dimensions 6qales, chaque bloc represente une repetition,
c'est-A-dire que chaque exploitation repr6sente aussi une repetition. Par
example, exploitation A est aussi r6eptition I. Chacune recoit deux
traitements, a et b. Le dispositif de la m4thode de blocs randomises est
appropriee (III,C,l,b). Dans cet example, les deux traitements peuvent 4tre
la vari4et du paysan (a) centre la variety amelioree (b).. S'il y a plus de
deux traitements A chaque exploitation, on peut employer l'analyse de
stability modifiee (V,A).
5b. Blocs de dimensions inegales, chaque exploitation ne represente pas
necessairement une repetition. Par example, les exploitations C et D ont de
plus large blocs et peuvent supporter un troisieme traitement c en plus des
traitements a et b. Le traitement c peut 4tre une second vari4et nouvelle.
Cette combinaison demand qu'on emploie le dispositif de blocs incomplete
(III,C,b). La facon alternative serait d'eliminer le traitement
supplementaire (ici, le traitement c) de sorte que toutes les exploitations
aient les m6mes dimensions de blocs (combinaison 4a + 5a).

4b. Plus d'un bloc par exploitation, avec le meme nombre de blocs sur
toutes les exploitations.

5a. Blocs de dimensions egales toutes les exploitations ont un nombre
identique de traitements, par consequent, chaque bloc represente une
repetition. Par example, exploitation A a deux r4eptitions. Chaque
repetition recoit les quatre traitements a, b, c et d. Un module experimental
de blocs complete pris au hasard est approprie. Une analyse de variances avec
une analyse combine (V,A) peuvent etre employees pour tester si les
traitements ont eu la meme performance sur toutes les exploitations.
L'analyse de stability modifiee (V,A) est aussi faisable dons ce cas.

5b. Blocs de dimensions inegales, toutes les exploitations ont un nombre
identique de blocs, mais certaines d'entre elles ont des blocs plus petits.
Par example, bloc III sur exploitation B peut recevoir quatre traitements,
mais le IV ne peut en recevoir que trois. Exploitation C est identique a
exploitation A. Pour ce qui est de D, les deux r4eptitions VII et VIII ne
peuvent recevoir que trois traitements. Cette situation peut se presenter
lorsqu'il y a moins de terres disponibles A l'experimentation. Cette
combinaison demand qu'on utilise le module experimental de blocs incomplets
(III,C,l,b). L'autre m6thode alternative serait de reduire le nombre de
traitements jusqu'A ce qu'il soit legal au plus petit bloc. Dans cet example,
le nombre de traitements serait reduit de quatre A trois, ce qui permettrait
d'employer un dispositif experimental de blocs complete randomises, comme pour
la combinaison 4b + 4a.

4c. Nombres inegaux de blocs, sur differentes exploitations

5a. Blocs de dimensions egales, tous les blocs ont un nombre identique de
traitements, par consequent chaque bloc represente une r6eptition. Toutefois,
certaines exploitations sont munies de plus de blocs que d'autres. Cela peut
se produire si des exploitations possedent moins de terres a la disposition


Volume II, Chapitre II










des essais. Par example, les exploitations A et B ont chacune deux blocs,
mais les exploitations C et D n'en ont qu'un seul chacune. On peut utiliser
le module experimental de blocs complete pris au hasard (III,C,l,a).
L'analyse de variances et l'analyse combine (V,A) peuvent etre employees mais
elles sont plus complexes.

5b. Blocs de dimensions inegales, le nombre et les dimensions des blocs
different d'une exploitation A l'autre. Par example, exploitation A possede
deux blocs, mais un seul peut recevoir les quatre traitements; l'autre, le
bloc II, ne peut recevoir que trois traitements. Exploitation B a aussi deux
blocs, mais chacun d'eux ne peut recevoir les quatre traitements. Cette
situation peut se produire avec beaucoup de vari4et selon les terres
disponibles A 1'ex primentation. Par centre, cette combinaison exige un
module experimental de blocs incomplets (III,C,l,b). La methode alternative
serait de r6duire le nombre de traitements au plus petit bloc (le 3, dans cet
example) et ce changement permettrait l'usage du dispositif de blocs complete
randomis4s, la combinaison 4c + 5a mais avec 3 parcelles par r6p6titions
plut6t que 4).
NOTA: Dans les examples pr4sentes A la Figure II,B.1, les blocs ne sont pas
adjacent, ce sont des blocs non-contigus. C'est la regle generale dans
l'experimentation r6gionale en milieu paysan; c'est tout A fait different de
l'experience'A la-station.

3. RESUME

Les exploitations different de plusieurs falcons. Les parties uniforms
des champs s'appellent les blocs. Ceux-ci sont divises en parcelles. Chaque
parcelle recoit un traitement.

Les exploitations peuvent aussi varier en quantity de terres disponibles A
l'experimentation. Elles peuvent egalement varier en dimensions et en nombres
de blocs.

Les equipes peuvent placer les essais soit sur une seule exploitation,
soit sur plusieurs. De tels essais sont dits "sp6cifiques au site" et
ressemblent aux essais ex4cutes A la station. Les essais places sur plusieurs
exploitations differentes sont des essais regionaux. Ainsi les blocs sont
situes parmi plusieurs exploitation. Les dimensions et les nombres de blocs
par exploitation peuvent etre egaux ou inegaux d'une exploitation A l'autre,
et permettent l'usage de dispositifs et d'analyses A procedures simples. Les
dimensions et nombres de blocs inegaux exigent des modules plus complexes ou
la reduction du nombre de traitements.


Volume II, Chapitre II









AUTRE SECTIONS UTILES


II: II,C,

II: II,C,2
II: IIC,3

II: II,E
II: II,F
II: III,A

II: III,B


Definir les objectifs des traitements
Ce qu'il faut prendre en consideration dans le choix de sous-
groupes de traitements
(Optionnel) Techniques statistiques pour faire le choix de
sous-groupes de traitements
Exemples de traitements pour differents types de problemes
Anticipation: les Echanges entire traitements et repetitions
Comment les objectifs changent au course du processus
Recherche-Developpement
Ce que peuvent accomplir les dispositifs


Volume II, Chapitre II










CHAPITRE II: QUELS TRAITEMENTS TESTER, ET OU


II,C.1. FORMULATION DES OBJECTIFS DES TRAITEMENTS

PLAN

1. Accent sur les problems prioritaires
2. Formulation des objectifs des traitements
3. Recherche anterieure, source d'indices
4. Verification aupres des manages agricoles

PREREQUIS

II: I Quelle sorte d'essais doit-on faire?

NIVEAU DU PARTICIPANT

Assistant en recherche agronomique
Technicien en verification technologique pour la vulgarisation

OBJECTIFS D'ENSEIGNEENET

Apres avoir compl4et cette section, les stagiaires seront en measure de:

1. Dresser une liste des objectifs des traitements

2. Identifier les differences entire les objectifs communes dans les essais
d'exploration, de perfectionnement et de validation

3. Rediger un enonce des objectifs des traitements

POINTS CLES

1. La formulation des objectifs des traitements permet d'6tablir les criteres
servant A la selection de chacun des traitements.

2. Dans la formulation des objectifs des traitements, les criteres
biologiques sont relativement plus important aux essais exploratoires et
aux essais de perfectionnement qu'aux essais de validation.

3. Dans la formulation des objectifs des traitements, les criteres sociaux et
economiques sont relativement plus important aux essais de
perfectionnement et de validation qu'aux essais exploratoires.


Volume II, Chapitre II










VOCABULAIRE


analyse ex ante
bloc
courbe des reponses
essai d'exploration
essai de perfectionnement
essai de validation
facteur
parcelle
reponse
sonder
systems de production
traitement

DISCUSSION

1. ACCENT SUR LES PROBLEMS PRIORITAIRES

Dans 1'experimentation mise en oeuvre par le chercheur, l'6quipe se
concentre sur le problem prioritaire des manages agricoles. Par example, le
probl4me le plus important est peut-etre celui des techniques de preparation
du sol pour ameliorer la conservation des eaux des premieres pluies. L'equipe
veut tester differentes falcons de preparer la terre. Comment d6cide-t-elle ce
qu'il faut tester pour determiner exactement le problem le plus important?
Combien de m4thodes de preparation doivent-ils tester? Quelles autres
pratiques associees devraient-ils tester en m6me temps? Par example, devrait-
on aussi tester les methodes d'application d'engrais? II est possible que les
methodes d'application d'engrais doivent 6tre changes en meme temps que les
methodes de preparation du sol. L'6quipe a plusieurs adcisions A prendre.

Chaque type de preparation peut etre un traitement. Par example, la
culture A plat, sans billions, en serait un. D'y faire des billions un mois
plus tard, en serait un second. Faire des billions A 1'aide de traction asine,
un troisieme. Alternant les temps ou sont faits les billions r6sulte en un
autre encore. D'autres peuvent etre differentes m6thodes d'application
d'engrais. Ii y a de multiples possibilities de traitements.

Certains traitements sont relies. Par example, la culture A plat, le
billonnage A la houe et le billonnage A traction asine sont apparentes du fait
qu'ils sont tous des methodes de preparation du sol. En general, les manages
ruraux n'en pratiquent qu'une seule. Les applications d'engrais sur buttes ou
sur bandes sont 4galement reliees. Encoure lA, les paysans ne pratiquent
qu'une des deux methods.

Un ensemble de traitements relies s'appelle un facteur. Les methodes de
preparation du sol repr6sentent un facteur, et les diverse applications
d'engrais en sont un autre. Il est aussi possible de combiner different
traitements en deux facteurs (ensembles de traitements). Par example, la
culture A plat Peut inclure les differentes m6thodes d'application d'engrais.


Volume II, Chapitre II









Un autres example de deux facteurs pourrait etre different elements
fertilisants. L'azote en est un, et le phosphore, un autre. Il peut y avoir
different taux d'azote peut avoir tres peut d'effet si le taux de phosphore
est bas, mais par centre, peut etre tres effective A un taux 6leve de
phosphore. Cela s'appelle l'interaction de deux facteurs.

G4ndralement, toutes les operations sont effectubes de la meme faqon sur
de large 6tendues. Par example, les paysans ne pratiquent pas quatre
differentes methodes de preparation du sol sur un meme champ. Cependant, dans
l'experimentation, les champs sont parfois divises en differentes parties.
Ces parties sont appelees blocs et parcelles. Chaque parcelle recoit un ou
plusieurs traitements. De cette maniere, 1'equipe de chercheurs et les
membres du manage agricole peuvent compare les resultats des different
traitements. Le chapitre II: II,B traite des differentes falcons de choisir un
champ pour l'experimentation et de le.diviser pour recevoir les traitements.
Les sections II: III,C.1 et 2 decrivent les diverse falcons de placer les
traitements dans les champs d'une m6me exploitation et de plusieurs
exploitations, de maniere A obtenir des donnees analysables.

La premiere tape a la prise de decision du test A effectuer pour un
probl4me prioritaire est la formulation des objectifs des traitements. Cet
6nonc6 trace les points important de l'essai auxquels s'interessent les
chercheurs et les exploitants. L'enonc6 trace les points important de
1'essai auxquels s'interessent les chercheurs et les exploitants. L'enonce
fournit en ensemble de criteres servant A faire le choix parmi de nombreuses
possibilities de traitements.

2. FORMULATION DES OBJECTIFS DE TRAITEMENTS

Comment une equipe de chercheurs arrive-t-elle A formuler ces objectifs?
Voici quatre tapes utiles:

1. Faire la revision des resultats du diagnostic sur le problem A l'6tude.

2. Faire la revision des connaissances acquises des etudes anterieures faites
A la station et en plein champ sur le problem particulier.
3. Rediger un 4nonc6 preliminaire.

4. Verifier la validity de l'enonce preliminaire aupres des membres de la
famille agricole.

Le sujet du problem A l'etude represente une des nombreuses activities du
menage agricole. L'ensemble de ces activities agricoles s'appelle le system
de production agricole. Par example, la preparation du sol n'est qu'un des
cultures entreprises par le paysan. Outre les cultures, il y a aussi les
animaux de la ferme, les ans, les boeufs, et meme peut-6tre d'autres. Et
puis, il faut moudre, preparer et vendre le sorgho, ainsi de suite.

En passant en revue les resultats du diagnostics effectue sur le problem
en question, l'equipe doit considerer le probl6me meme, aussi bien que les


Volume II, Chapitre II










autres activists reliees au problem. Voici une liste de questions A prendre
en consideration:

1. Quelles sont les pratiques .de cultivation courantes (comme la cultivation
sans billions, la culture attel6e, etc.)?

2. Quel est le niveau d'usage de facteurs de production (location d'ans,
usage d'engrais)?

3. Quelles sont les principles interactions cultures/l6evage dans le system
de production?

4. Quelles autres activities sont en concurrence pour la main d'oeuvre et les
facteurs de production (plantation d'igname au meme moment)?

5. Qu'est-ce qu'il advient du produit (la parties consommee au foyer, echangee
pour d'autres vivres, partagee ou vendue)?

6. Qui recoit les benefices du produit (les revenues sont-ils retenus par un
individu ou r6partis entire les membres du menage)?

7. De qui les manages sont-ils composes (Age et sexe de chaque membre)?

8. Quelle est la disponibilit6 es facteurs de production et l'accessibilit6
des marches (systeme de credit, distance)?

9. Qui dans le menage accede et contr6le les facteurs de production?

3. RECHERCHE ANTERIEURE EN TANT QUE SOURCE D'INDICES

Quelles sont les connaissances dejA acquises au sujet des effects possibles
des traitements? D'est A ce moment-ci que la revision des 4tudes dejA faites
A la station et en plein champ peut apporter beaucoup d'indications et
6pargner un temps pr4cieux. Voici une liste de questions utiles:

1. Que savons-nous des principles bioloqiques sousjacents au probl6me A
l'6tude (caracteristiques du sol, par example)?

2. Que savons-nous des effects biologiques des divers facteurs de production
(les differences de rendement selon les diverse m6thodes d'application
d'engrais, ou de la croissance en r4ponse A diverse resources
culturels)?

3. Que savons-nous des effects biologiques des different niveaux de facteurs
de production (rendement de tiges centre rendement de semences selon
diff4rents taux d'azote, par example)?

4. Que savons-nous des effects bioloqiques de divers facteurs d'usage varied et
simultane (l'emploi d'azote et de phosphore, le d6sherbage et la density
des plants, differentes rotations ou l'Age de l'animal et le fourrage
suppl4mentaire)?


Volume II, Chapitre II









5. Que savons-nous des effects 4conomiques et sociaux des differentes sortes
d'entrants (l'usage de la traction animal liberant la main d'oeuvre pour
la production de cultures legumieres de rentes)?

6. Que savons-nous des effects economiques et sociaux des different niveaux
d'entrants ou facteurs de production (les revenues supplementaires obtenus
des rendements ameliores pour couvrir les frais d'un seul desherbage au
lieu de deux)?

7. Que savons-nous des effects economiques et sociaux de divers facteurs
d'usage vari6 et simultan6 (un certain espacement qui reduit le d6sherbage
et permet plus d'espace A cultiver)?

8. Que savons-nous de degr6 d'acceptation du menage envers different
traitements?

Lorsque les r6ponses A ces questions ne semblent pas suffisantes, surtout
en ce qui concern les effects biologiques, il serait bon d'etablir, en tant
que premier objectif, la clarification des points ombrages. Par example, on
peut avoir besoin de quatre taux d'engrais pour obtenir une courbe de reaction
satisfaisante que permettrait d'arriver au taux maximum. Dans la Fig. II:
II,C,l(a), avec seulement trois points, la courbe continue de monter; peut-
6tre est-ce que le rendement continuerait d'augmenter si le taux 6tait aussi
augmented. Peut-6tre pas. L'experimentation ne l'indique pas clairement.
Dans la Fig. II: II,C,l.1(b) avec quatre points, la courbe s'est nivelee. Il
est clair maintenant que le troisieme niveau suffit et qu'on ne gagnerait rien
A augmenter le taux. Mais il fallait v6rifier un quatrieme niveau pour etre
certain, pour .sonder les resultats.
La clarification des principles et des effects biologiques se fait
generalement au course des essais exploratoires. Le but est d'explorer le
effects biologiques. Parfois, il s'agit simplement de determiner lesquels des
facteurs obtiennent un effet ou r6ponse. D'autres fois, l'objectif est
d'explorer les principles ou les r6ponses d'un ou deux des facteurs les plus
prometteurs.

Il demeure important de verifier les effects biologiques au course des
essais de perfectionnement, surtout dans les cas ou l'essai exploratoire a
elimine certain, facteurs, et que deux ou trois autres avaient des effects
biologiques. Par example, le testing exploratoire peut avoir demontr6 que 100
kg d'engrais accroit le rendement sur l'echantillon sans engrais. Il faut
done faire un autre essai pour arriver A une courbe telle que dans la Fig.
II,C,1.1(b).

La clarification des effects 4conomiques et sociaux devient encoure plus
important au course des essais de perfectionnement. Par example, A la Fig.
II,c,l.l(b), l'application de 100 kg donne un plus grand rendement que celle
de 50 kg. Et pourtant chaque augmentation de 50 kg cofte le meme prix. A
quel point d'augmentation de 50 kg se trouve le point de rentabilite? A 50 ou
100 kg? Ou, peut-etre est-ce que l'energie humaine n6cessaire A l'application
de 50 kg pourrait 6tre mieux utilisee A la production d'igname. Qui dans le


Volume II, Chapitre II










manage verse la monnaie pour acheter 1'engrais, qui fait le travail
suppl4mentaire, et qui beneficie de cet accroissement de rendement?

L'6quipe peut poser bien des questions pour clarifier les effects
economiques et sociaux possibles avant de mettre les traitements A l'essai.
C'est possible que certaines r6ponses eliminent un traitement meme avant au'il
soit mise l'essai. Ce genre d'analyse s'appelle l'analyse ex ante, mots
latins qui signifient "avant". Dans ce cas, cela veut dire analyse faite
avant de mettre 1'essai en oeuvre. 'Voici des questions utiles A poser pour
faire l'analyse economique et social ex ante:

1. Les paysans pourraient-ils adopter et utiliser une recommendation ou
technologies basee sur ces traitements?

2. Les manages ruraux pourraient-ils se permettre les depenses occasionnees
par 1'achat des facteurs de production?

3. Ces facteurs de production sont-ils disponibles? Si non, est-il possible
qu'ils le deviennent? Les paysans ont-ils acces A ces facteurs de
production?

4. La famille agricole a-t-elle la main d'oeuvre n4cessaire pour adopter la
nouvelle technologies recommandee A la suite de l'experimentation? Est-il
possible d'embaucher la main d'oeuvre supplementaire?

5. Y a-t-il un aspect de la recommendation qui pose un probl4me sur le plan
cultural A des paysans du group cible?

6. Est-ce que les benefices attendus du ces recommendations, augmentation des
rendements, epargne d'energie humaine, etc., semblent assez attrayants
pour que les paysans veuillent les adopter?


Volume II, Chapitre II









Figure II,C,1.1 R6ponses d6terminantes


/ i





0 50 100 150 0 50 100 150 0 50 100 150

Engrais (kg/ha) Engrais (kg/ha) Engrais (kg/ha)

la. Courbe Incomplete lb. Courbe Compl6te avec Ic. Resultats Exploratoires
Sondage A 150 kg/ha


4. VERIFICATION AUPRES DES MENAGES AGRICOLES

Tous les examples cites plus haut peuvent aider l'4quipe A formuler les
objectifs des traitements. Il reste encore une autre tape avant de proceder
A l'essai. Meme la meilleure des analyses ex ante peut manquer de reveler
certaines difficulties advenant au course des traitements. La formulation des
fins des traitements n'est qu'aleatoire jusqu'A ce que l'6quipe en ait
verifier la validity aupr6s des manages agricoles; voici certain points
utiles A- vrifier:

1. Est-ce que les membres du manage rural peuvent comprendre la declaration
des objectifs des traitements?

la: Si oui, passez A la verification du deuxieme point.

Ib: Si non, l'6quipe doit changer l'enonc4 dans des terms plus A la
portee des paysans, pour ainsi faciliter la communication.

2. Est-ce que les membre du menage agricole sont d'accord avec les objectifs
des traitements?

2a: Si oui, v6rifiez le troisieme point.

2b: Si non, l'6quipe doit determiner pourquoi ils ne sont pas d'accord.
L'6quipe peut arriver A mieux comprendre les objectifs et les contraintes
que doivent affronter les paysans. Peut-etre faut-il entierement changer
les objectifs.

3. Combien de risques les paysans sont-ils prets A accepter? Il existe deux
sortes de risques A prendre en consideration.


Volume II, Chapitre II










3a: Le risque ordinaire, associ6 aux circonstances normales de
la'agriculture paysanne (les intemperies, les maladies, les parasites,
l'acc6s incertain aux entrants, prix fluctuants des marches, etc.)

3b: Le risque experimental, associe aux nouvelles pratiques culturels
(l'incertitude de leur adaptability).

Les agriculteurs comprennent bien les risques ordinaires, ils sont prets
(ou forces) A les accepter en tant que parties normal de l'agriculture. Ce
genre de risque ne devrait pas influence les objectifs ou les choix des
traitements. Les paysans comprennent qu'avec ces risques surviennent des
pertes et ne s'attendent pas A recevoir des compensations (bien qu'ils les
accepteraient volontiers si elles leur etaient offertes). Dans le but
d'6viter l'attitude paternaliste au course de la recherche en milieu paysan, il
vaut mieux ne pas offrir de compensations dans ces cas-lA. Eux-m6mes prennent
certain risques experimentaux parfois et l'experimentation dans leur champ
leur permet de prendre plus de risques de ce genre, etant donned que les
organes de recherche et de developpement partagent le risque avec eux.

Dans les experimentations animals, l'eleveur doit supporter la majeure
parties du risque, car les b6tes ne sont normalement pas nombreuses; parfois
une seule bete peut representer la moitie des avoirs. Puis, la valeur d'un
animal est beaucoup plus grande que le parties du champ sacrifice A
l'experimentation. La portee du risque est en function de la valeur de
l'animal, du type d'essai et de l'ampleur de changement gestionnaire exiges
par la participation a l'experience. Comme le risque de l'experimentation
zootechnique est relativement grand, le nombre de participants en est
inversement proportionnel. Par consequent, la compensation est une
consideration important frequemment offerte pour reduire le risque
experimental.

Jusqu'a quel point les paysans sont-ils pr6ts A prendre des risques, et
jusqu'a quel point les chercheurs devraient-ils risquer? La reponse d6pendra
de chaque cas. En tant que principle de base, disons que les manages ruraux
devraient prendre le niveaux de risque experimental en function duquel ils se
sentent responsables de l'essai sans compromettre leur bien-etre. L'6quipe
doit 6tre prete A couvrir les frais des traitements que les paysans
trouveraient difficiles A couvrir. C'est aussi la responsabilite de l'equipe
de compenser le coat suppl4mentaire des traitements qui sont de toute evidence
mal adapts. Si l'equipe ne peut se permettre de telles depenses, elle doit
certainement remettre en question les objectifs des traitements.

4. Jusqu'A quel point les traitements proposes sont-ils durables? Si le
traitement r6ussissait, quels changements les agriculteurs devront-ils
operer pour en assurer l'usage continue? L'equipe doit evaluer les
consequences, les probl6mes et les coats d'opportunit6 A long terme.

La formulation des objectifs des traitements forme la premiere serie de
criteres servant A choisir les traitements. La verification des ces objectifs
aupres des paysans les rend d6finitifs. L'equipe prepare les criteres en
conjunction avec les nombreuses possibilities de traitements, mais comment
arrive-t-elle A reduire le nombre de traitements pour les agencer aux


Volume II, Chapitre II









criteres? Les chapitres II: II,C,2 et 3 decrivent les methodes servant A
choisir les sous-groupes de traitements.

AUTRES SECTIONS UTILES

II: II,B Quelles sortes de champs sont propices A l'experimentation?
II: II,C,2 Que faut-il prendre en consideration en faisant le choix des sous-
groupes de traitements?
II: II,C,3 (Optionnel) Les techniques statistiques A la selection des sous-
groupes de traitements
II: III,C,1 Facons de repeter les traitements a l'interieur d'une exploitation
et parmi plusieurs


Volume II, Chapitre II










ACTIVITIES

ACTIVITY 1: FORMULATION DES OBJECTIFS DES TRAITEMENTS

Vous trouverez le materiel utile aux exercices de
travaux pratiques dans le Document concernant
l'6tude de cas FSSP Paraguay, pratiques 1 et 2.


Volume II, Chapitre II









VOLUME II: II,C,1 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE
ACTIVITY 1
FORMULATION DES OBJECTIFS DES TRAITEMENTS

OBJECTIF:

Apres avoir complete cet exercise, vous serez en measure de:

1. Formuler les objectifs des traitements pour l'ex6cution d'une
experimentation exploratoire.

INSTRUCTIONS:

1. Lisez les renseignements antecedents donn6s ci-dessous et r6digez un court
6nonce formulant les objectifs des traitements A suggerer.

Renseignements antecedents: La plupart des paysans cultivent 1'igname
sur buttes d'une hauteur allant jusqu'A 1 metre, d'une distance entire
1 x 1 A 1,75 x 1,75 metres entire elles. La pratique courante est
d'appliquer une petite quantity d'engrais compose, environ 30 A 60
grammes, soit au moment de semis, soit A peu pres un mois apres la
levee de la vigne. Si l'application est faite apres la levee,
l'engrais est r4pandu sur la surface de la butte, et les pluies
abondantes risquent de causer un lessivage. Les r6sultats des unites
experimentales au champ ont sugg4er que les rendements accroissent de
facon lineaire avec l'application d'une quantity d'engrais allant
jusqu'a 180 grammes par vigne. Il existe une march d'exportation
pour toute augmentation de production.

2. Soyez pret A discuter votre enonce.


Volume II, Chapitre II










CHAPITRE II: QUELS TRAITEMENTS TESTER, ET OU


II,C.2. CHOIX DES SOUS-GROUPES DE TRAITEMENTS

PLAN

1. Importance du choix des sous-groupes de traitements
2. Criteres agronomiques
3. Criteres economiques
4. Criteres sociaux
5. Criteres de la consommation

PREREQUIS

II: I Quelle sorte d'essais doit-on faire?
II: II,C,l. Formulation des objectifs des traitements

NIVEAU DE PARTICIPANT

Assistant en recherche agronomique
Technicien A.la verification technologique pour la vulgarisation

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Apres avoir compl6et ce chapitre, les stagiaires seront en measure de:

1. Donner les raisons pour lesquelles il est souvent ndcessaire de choisir u
sous-groupe de traitements.

2. Dresser une liste complete des options de traitements.

3. Identifier les criteres agronomiques, 6conomiques et sociaux qui affectent
le choix des sous-groupes de traitements.

POINTS CLES

1. Dresser une liste complete des options de traitements est le premier pas
dans le choix du meilleur sous-groupes de traitements.

2. Les criteres economiques affectent l'application des criteres agronomiques
au choix de meilleur sous-groupe de traitements.

3. Les criteres sociaux comprennent non seulement les tabous, mais aussi les
reactions au sein du menage (ou du group de manages dans une enceinte),
les reactions entire les manages (dans la communaute ou village en un
tout), et les preferences pour certaines pratiques, caracteristiques et
usages specifiques.

4. Les criteres de la consommation comprennent les preferences culturelles
envers certain aliments et certaines caracteristiques des ces aliments,
tels que les aspects sp4cifiques A la caisson et au stockage, ainsi que


Volume II, Chapitre II










les effects attendus des traitements sur la disponibilit6 des aliments aux
manages.

VOCABULAIRE

analyse de sensibility
analyse ex ante
budget partiel
essai exploratoire
essai de perfectionnement
game factorielle
r6ponse
sonder
system de production
system de production agricole
traitement

DISCUSSION

1. IMPORTANCE DU CHOIX DES SOUS-GROUPES DE TRAITEMENTS

Il arrive souvent qu'un grand nombre de traitements possibles ou options
se presente A l'experimentation. Par example, nous pourrions faire une liste
de dix herbicides qui peuvent 4tre utiles avant la levee du mais. Chacun des
herbicides peut 4tre test a deux endroits, et peut-4tre est-il desirable de
faire deux traitements. Nous pourrions aussi combiner cet essai A d'autres
varieties, ou A different niveaux d'engrais, etc.

Ii n'est generalement pas commode de tester toutes les options de
traitements A la fois, pour les raisons suivantes. Beaucoup de traitements
signifie un essai de grand envergure, qui A son tour exige une grande
superficie A chaque exploitation, ou des dispositifs plus complexes qui
analysent les traitements recus A plusieurs exploitations. Les essais
d'envergure sur chaque exploitation rendent la tache difficile au menage qui
doit les comprendre et les administer. C'est alors que 1'6quipe compense
l'4normite de l'ouvrage en augmentant sa participation A administration.
Tout cela exige plus de temps et d'argent pour couvrir les d6placements du
personnel, diminue la participation du menage et rend l'essai plus artificial.
Des inconv6nients vont directement A l'encontre d'un important objectif de
l'experimentation en milieu paysan: le testing des traitements dans les
veritables conditions paysannes.

Ii s'agit alors de choisir les meilleurs sous-groupes de traitements
possibles. Comment l'equipe procede-t-elle? Trois measures utiles:

a. Rediger une liste complete des options de traitements.

b. Elaborer les criteres agronomiques, economiques et sociaux selon la
declaration des objectifs des traitements (II,C,1).


Volume II, Chapitre II









c. Employer les criteres agronomiques, 4conomiques et sociaux pour
decider quels traitements doivent etre elimines, et quels traitements
doivent etre inclus.

Voyons maintenant quelques examples de criteres servant A choisir les
sous-groupes de traitements, et considerons leur usage.

2.. CRITERES AGRONOMIQUES ET D'ELEVAGE

Parmi les criteres agronomiques qu'une equipe pourrait utiliser au choix
des sous-groupes de traitements, il y a:

a. Adaptability de la vari4et, pratique ou niveau d'utilisation d'un
facteur de production (entrant) A l'environnement;

b. Acceptability des caracteristiques d'un produit agricole ou animal au
marched local, ou sur le march d'exportation;

c. Disponibilite des semences et autres facteurs de production sur place,
ou la probabilitU qu'ils deviennent disponibles;

d. Dependance des entrants (facteurs de production) pour arriver A un
rendement acceptable;

e. Compatibility avec se system de production existent et ses modalites
de cultivation et d'elevage.

La liste complete des options de traitements pourrait se lire comme suit:

a. Une liste de varieties (cultivars) suivies des traits d6sirables, tels
que la resistance A une maladie specifique ou une augmentation
potentielle de rendement;

b. Une game factorielle de traitements de fertilisants pour N, P et K.

c. Une liste de pesticides ayant la capacity de lutter contre un insecte
sp6cifique ou un group d'insectes.

Exemple No. 1.: Varietes

Appliquons ces criteres au premier example, la liste des varieties. Par
example, supposons que c'est une liste de varieties de tomate:

a. Laquelle de ces varieties est reconnue comme etant tolerante A
l'environnement donn6? C'est-a-dire tolerante aux temperatures
levees, ou au sol humide? Ces conditions peuvent en eliminer
plusieurs.

b. Est-ce que les tomatoes sont acceptable sur le march local, ou pour
un march specifique d'exportation, en terms de couleur, de forme et
de taille? Si c'est pour l'exportation, quelles varieties supportent
le mieux les abus de transport?


Volume II, Chapitre II











c. Les semences de ces varieties sont-elles disponibles sur le march
local? Sont-elles accessible outremer en gros? Cette question peut
eliminer certaines lignes de selections.

d. Lesquelles de ces varieties exigent beaucoup d'autres facteurs de
production (II,D,3)? Certaines sont-elles susceptibles aux maladies
communes A cet environnement, exigeant ainsi une grande quantity de
pesticides?

e. Ces varieties conviennent-elles au system de production en question et
A ses modes culturels? Si, par example, elles ne peuvent 6tre semees
dans la culture intercalaire qui justement est le mode cultural
existent.

f. Y a-t-il d'autres caracteristiques souhaitables au choix d'un sous-
groupe de varieties? Comme par example, la resistance A une ou
plusieurs maladies ou parasites, une saison productrice prolongee, ou
la capacity des plants de se tenir sans tueur.

Plusieurs de ces criteres agronomiques dependent des crit-bres 6conomiques.
Par example, les conditions du march d4terminent la couleur acceptable du
fruit dans le cas du criteres b. Le cout et la disponibilite de l'entrant
affectent les criteres c et d. Plusieurs autres examples sont aussi
possibles. Ceci illustre un concept de toute importance dans la recherche sur
les systems de production: les interactions mutuelles des differences
parties du system. Chaque parties (la production de tomatoes, par example)
depend d'autres secteurs (les marches, les entrants, pour n'en citer que
quelques-uns).

Exemple No. 2: Fertilisants

Pour effectuer un essai sur les fertilisants, la liste complete des
traitements peut en contenir 12, don't voici quelques-uns:

1. Trois taux d'azote (par example, le taux utilis4 par le paysan, celui
recommande par le vulgarisateur, et un taux encore plus elev6 pour
sonder).

2. Deux taux de phosphore (par example, avec et sans P).

3. Deux taux de potasaium (par example, avec et sans K).

La combinaison des trois traitements d'azote, des deux de phosphore et des
deux de potassium donne 3 x 2 x 2 = 12 combinaisons de traitements. C'est ce
qu'on appelle une analyse factorielle de group 6tendue (II: III,C,2,a).

Les criteres de choix d'ordre agronomique peuvent mener A poser les
questions suivantes:


Volume II, Chapitre II










a. Quel 616ment d'engrais est le plus critique: l'azote, le
phosphore, ou le potassium? Lequel est le moins important? Est-il
possible d'6liminer le moins critique?

b. Quels engrais ou porteurs de engrais sont disponibles sur le march
local? Est-ce que les corps simples ou composes purs (tels 10-10-10)
sont disponibles sur le marched local, l'analyse f.actorielle de group
ne servira qu'a expliquer l'effet biologique des trois l64ments
ensemble. Serait-il plus utile de tester deux taux d'engrais
complexes ou plus? La reponse d6pendra de l'6nonce des objectifs des
traitements. Dans 1'essai exploratoire, l'objectif peut 6tre de
determiner l'effet biologique, dans les conditions paysannes, des
6elments individuals. Dans ce cas, faudrait-il tester chaque cement
azotee, phosphore et potassium) s4parement. Dans 1'essai de
perfectionnement, par contre, l'objectif peut etre de choisir la
meilleure combinaison de porteur et de taux.

c. Comment le milieu natural peut-il affected l'usage croissant
d'engrais? Par example, les pluies abondantes risquent-elles de
lessiver 1'azote inorganique de base? Serait-il plus utile de tester
differentes fr4quences.d'applications secondaires?
d. L'usage croissant d'engrais demande-t-il des niveaux plus hauts
d'autres facteurs de production? Par example, est-ce que l'usage
croissant d'engrais necessite l'usage croissant de n4maticides?

e. Est-ce que l'usage croissant d'engrais risque d'affecter les autres
cultures ou l'elevage des animaux dans le systeme de production? Ces
effects seront-ils nefastes ou benefiques? Par example, est-ce que les
residus des engrais ben6ficieront aux cultures ultbrieures, ou
augmenteront-ils la valeur de pAturage?

Les examples 1 et 2 ont d6montre comment les criteres agronomiques
dependent souvent des criteres economiques.
3. CRITERES ECONOMIQUES

La plupart des manages agricoles competent obtenir des revenues d'au moins
un secteur de leur systeme de production agricole, bien que l'agriculture de
subsistence soit la parties le plus important. La production de subsistence
peut aussi 6tre fondue sur les conditions economiques. Les provisions d'une
denr6e s'averent parfois incertaines, ou, la fluctuation des prix varie
fortement, surtout durant les periodes "maigres". Les criteres economiques
couvrent les liens entire les activities agricoles commercials et les activities
de subsistence. Certains de ces criteres comprennent:
a. Les besoins en enerqie humaine pour les cultures vivrieres en meme
temps que pour les traitements proposes.

b. Les besoins monetaires pour acheter la nourriture ou les facteurs de
production des cultures vivrieres en m6me temps que pur executer les
traitements proposes.

Volume II, Chapitre II 31











c. Les consequences des traitements proposes sur la superficie de terres
disponibles A la culture ou A l'elevage.

d. Les consequences des traitements proposes sur la faune et la flore
servant de nourriture. Par example, est-ce que l'usage croissant de
pesticides va eliminer la presence des poissons-dans les canaux
d'irrigation, et par consequent, hausser les prix?

e. Les effects de l'augmentation des rendements resultant des traitements
proposes sur les vivres et les prix dans la communaute entire. Par
example, est-ce que les commercants locaux vont reagir en amassent les
vivres, par consequent, haussant les prix?

Diverses m4thodes d'analyse economique s'offrent A l'4quipe pour aider A
choisir les sous-groupes de traitements avant de demarrer les essais. De
telles analyses pr6ecdant l'essai s'appellent les analyses ex ante, don't voici
quelques-unes:

a. Le budget parties pour compare la hausse des coots anticipee A la
hausse des benefices (V,C).

b. Les ratios b4ndfices/coQts projects permettent de determiner si une
traitement particulier d6montre un ration beaucoup plus elev4 qu'un
autre.

c. L'analyse de sensibility examine les changements possibles dans
l'evaluation des traitements r4pondant aux variations de coits des
entrants et de prix des products.

d. La disponibilite des facteurs de production.

e. Les opportunities et les systems de commercialization: l'augmentation
de la production peut accroitre les problems de commercialization et
pousser les prix A baisser. Peut-6tre serait-il preferable de
chercher A augmenter la productivity de la terre, de la main d'oeuvre
ou des facteurs de production au m4me niveau de rendement.

f. Les voies de communications, surtout les chemins impraticables qui
donnent acc6s aux marches, peuvent entraver la production agricole.

g. Les caracteristiques de la consommation peuvent imposer le nouveau
cultivar don't les qualities de stockage sont moins grandes que celles
des varieties traditionnelles peut creer une augmentation de coot et de
technicite si ce cultivar s'est le plus acceptable par rapport aux
autres criteres.

En raison des liens qui existent entire les activities agricoles de rente et
de subsistence, l'equipe a interet a utiliser ces methodes non seulement pour
les essais sur la culture ou l'elevage, mais aussi pour les autres cultures ou
animaux qui peuvent 6tre affects par les traitements. Par example, si les
prix des denrees alimentaires augmentent, les membres du menage rural devront


Volume II, Chapitre II









r6duire les achats de vivres. Ils mettront ensuite plus de terres et de main
d'oeuvre au profit de la culture vivriere, ce qui par la suite reduire la
disponibilite de la terre et de la main d'oeuvre au service de a culture
d'essai.

A titre d'ouvrage de r6efrence pour effectuer le budget partiel, le calcul
des ratios b4nefices/coftes projects et l'analyse de sensibility, nous
recommandons: Perrin, R., et al., From Agronomic Data to Farmer
Recommendations, An Economics Training Manual, CIMMYT.

Le chapitre V,B,2 explique comment faire un budget parties. L'exemple
donn6 dons cette section emploie les donnees obtenues ulterieurement aux
essais, mais les memes techniques peuvent servir A l'analyse ex ante.

4. CRITERES SOCIAUX

Les membres d'un menage rural appartiennent A plusieurs groups A la fois.
Certains de ces groups se chevauchent, comme le menage et la communaut6 au
village se chevauchent, par example. Les paysannes peuvent travailler dans
des champs appartenant A un group de manages en tant que membre d'un menage,
et aussi dans des champs appartement A d'autres femmes en tant que membre d'un
group qui se partage les teaches. Les criteres sociaux couvrent les deux
aspects, celui du manage (intra-familial) et celui d'entre les manages dans la
communaut6 ou le village (inter-familial).

Certains criteres presents dans le manage sont:

a. Les effects de certain changements dans la production des cultures ou
des animaux sur d'autres activities m6nageres. Par example, le
desherbage plus frequent va-t-il r6duire le temps necessaire pour le
soin des enfants?

b. Les effects de certain changements dans la production vegetale ou
animal sur d'autres sous-systemes. Par example, est-ce que
l'introduction du riz irrigI6 et de vari6tes hybrides chez des paysans
males enleve aux femmes le droit de cultiver le riz en marecaige et en
mangrove sur les memes terres? Comment cela affecte-t-il la
subsistence du menage?

D'autres criteres sociaux concernent la communaute entire. En effet,
certain changements resultant des traitements proposes peuvent affected la
communaute. Ces criteres comprennent entire autres:

a. Les effects products par les traitements proposes sur le partage des
teaches et des vivres.

b. Les effects products par les traitements proposes sur les differences
de pouvoir et de statut de certain membres de la communaute. Par
example, est-ce que les besoins croissants en main d'oeuvre au temps
de semis ou de la r6colte offrent plus de travail aux ouvriers sans
exploitation qui dependent des manages locataires.


Volume II, Chapitre II










D'autres'criteres encoure bases sur la communaute portent sure les
preferences et les tabous influencent les decisions personnelles vis A vis
l'acceptation ou la rejet des traitements proposes. En voici quelques-uns:

a. Les preferences culturelles ou religieuses pour certaines pratiques
gestionnaires de cultures specifiques (par example, le semis de
haricot mungo durant la premiere semaine d'aott a une significance
religieuse particuliere).

b. Les tabous religieux ou cultures contre certaines pratiques
gestionnaires de cultures specifiques (par example, l'interdiction
d'arracher les plants de mais qui ont pousse accidentellement parmi la
culture suivante, ou de d6marrer les pousses de mais parce qu'ils sont
les "Enfants de Dieu" ou de castrer les animaux).

Les criteres sociaux peuvent aussi affected les criteres economiques et
agronomiques. La preference pour les tomatoes A peau verte peut vouloir dire
des prix plus bas pour les tomatoes A peau rouge. Ou si la resistance A une
maladie grave (la maladie bronzee de la tomate, par example) est d6tectee
uniquement sur les tomatoes A peau rouge, il faudrait instaurer un programme de
recherche en phytosklection qui cherche A transferer les traits de resistance
de la tomate A peau rouge A la tomate A peau verte, avant de mettre
l'experimentation en oeuvre dans le champ des paysans.- Voici done un cas ou
les criteres sociaux conduisent A de nouveau liens entire la recherche A la
station et la recherche en milieu paysan.

5. CRITERES DE LA CONSOMMATION

Les criteres la consommation servent egalement A evaluer l'acceptabilit6
des essais, aussi bien qu'A pr6dire l'impact des essais sur la dispopibilit6
des vivres au foyer comme au march.

A. Acceptability des products

Les chercheurs comparent les caracteristiques de la consommation des
traitements proposes aux pratiques et aux preferences courantes. Le mais
blanc est-il aussi acceptable que le mais jaune (couleur, saveur, facility A
le moudre, A le cuire, etc.)?

Bien que l'information sur le stockage de certaines cultures ou certaines
varieties ne soit pas toujours facile A obtenir avant la mise en oeuvre des
essais au champ, l'on peut sQrement poser les questions portant sur la duree
de l'engrangement, les conditions, etc.
Les preferences religieuses ou culturelles envers l'usage de certain
products agricoles peut influence l'acceptabilite d'un traitement
particulier. L'usage de la feve soja, en tant que succedane du cafe, au lieu
de legume accompagne de la patate douce, et celle-ci uniquement service aux
casse-croftes. Les tabous interdisant l'usage de certain products, comme
l'interdiction de manger le pore imposee aux musulmans.


Volume II, Chapitre II










B. Effet sur la disponibilit6 et l'accessibilit6 des vivre pour les
manages, ainsi que la repartition au sein du foyer, peuvent 6tre
changees par les traitements proposes au course des essais.


Le changement des cultures vivrieres aux cultures de rente
la quantity de nourriture disponible si le revenue gener6 n'est
ou n'est pas libre au moment ou il faut acheter les aliments.


peut diminuer
pas suffisant


Le changement des activities de production d'un certain individu peut en
affected un autre. L'accroissement de production et de revenue d'une mere de
famille va-t-il ameliorer le regime alimentaire de ses enfants? D'autres
changements peuvent affected la preparation des aliments, en r6duisant le
temps requis pour preparer les repas ou pou rassembler le bois de feu. Des
changements dans le calendrier des recoltes peuvent augmenter les vivres
durant les temps maigres.

Considerons egalement la question A savoir comment les traitements
pourraient affected l'utilisation des aliments. Est-ce que l'usage de
pesticide signifie que les feuilles de mais sont inutilisables pour la
preparation des aliments ou pour le fourrage? Est-ce que les changements dans
les demands en main-d'oeuvre liberent certain individus pour d'autres
teaches, ou remplirent-ils la demand dejA excessive aux periodes de pointe?

AUTRE SECTIONS UTILES


II: III,2,a
Volume III


Analyse factorielle de group
Analyse et interpretation de 1'experimentation en agriculture
paysanne


Volume II, Chapitre II










ACTIVITIES

ACTIVITY 1:


DRESSER UNE LISTE COMPLETE DES OPTIONS DE
TRAITEMENTS


ACTIVITY 2: CHOISIR UN SOUS-GROUPE DE TRAITEMENTS


Volume II, Chapitre II









VOLUME II: II,C,2 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE
ACTIVITY 1
DRESSER UNE LISTE COMPLETE DES OPTIONS DE TRAITEMENTS

OBJECTIFS:

Apres avoir complete cette activitY, vous serez en measure de:

1. Dresser une liste complete d'options de traitements

2. Choisir un sous-groupe approprie.

INSTRUCTIONS:

1. Lisez les renseignements ant4ecdents decrits ci-dessous:

Renseignements antecedents: La plupart des paysans cultivent 1'igname
sure buttes d'une hauteur allant jusqu'A 1 metre, d'une distance de 1 x 1
A 1,75 x 1,75 metres entire elles. La pratique actuelles est d'appliquer
une petite quantity d'engrais compose, environ 30 ou 60 grammes, soit au
moment de semis, soit A peu pres un mois apres l'6mergence de la vigne.
Si l'application est faite apres la levee, 1'engrais est r6pandu sur la
surface de la butte, et les pluies abondantes risquent.de causer un
lessivage. Les resultats des units experimentales au champ ont sugg4r6
que les rendements accroissent de facon lineaire avec 1'application d'une
quantity d'engrais allant jusqu'A 180 grammes par vigne. Il existe un
march d'exportation pour toute augmentation de production.

2. Dresser une liste complete des options de traitements, et
choisigsez un sous-groupe approprie.

3. Soyez prets A discuter votre r6ponse.


Volume II, Chapitre II









VOLUME II: II,C,2 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE
ACTIVITY 2
CHOISIR UN SOUS-GROUPE DE TRAITEMENTS

OBJECTIFS:

Apres avoir compl4et cette activitY, vous serez en measure de:

1. Faire le choix d'un sous-groupe de traitements a partir de la liste
appropriate a 1'essai de perfectionnement.

2. Faire une analyse 6conomique ex ante.

INSTRUCTIONS

1. Lisez les renseignements antecedents donn6s ci-dessous:

Renseignements antecedents Les experiences exploratoires anterieurs ont
demontre que les rendements d'aubergine pourraient 4tre largement
auqmentes, et la period de production prolongee, en faisant 3
desherbages, au lieu de 2 comme le pratiquent les paysans. L'application
d'environ 336 kg/ha de sulfate d'ammonium A chacun des deux premiers
Desherbages a aussi augmented les rendements. Les r6sultats paraissent
dans le tableau ci-dessous. Le prix de l'aubergine se situe entire 42 et
51 ct le kilo. Le sulfate d'ammonium coQte 50 SUS les 50 kilo. Il ne
semble pas y avoir de surcroit .de main d'oeuvre.



Lutte Contre les Adventices et Rendement Augmentation %
Traitement d'Engrais (kg/ha) des Rehdements

Desherbage 4, 8 et 12 semaines:
Sans engrais 14.350 133
Avec engrais .18.780 174

Desherbage 3, 8 et 13 semaines:
Sans engrais 15.020 139
Avec engrais 20.740 192

Desherbage 5,9 et 13 semaines:
Sans engrais 11.320 105
Avec engrais 12.780 118
Pratique Paysanne 10.820


2. Etudier les options sugg6eres.

3. Former un sous-groupe de traitements incluant la pratique paysanne.

4. Soyez pret A soutenir votre opinion.


Volume II, Chapitre II









CHAPITRE II: QUELS TRAITEMENTS TESTER, ET OU


II,C.3. METHODS STATISTIQUES POUR CHOISIR
LES SOUS-GROUPES DE TRAITEMENTS (Optionnel)

PLAN

1. Raisons pour lesquelles les methodes statistiques sont utiles au choix
des sous-groupes de traitements

2. Sous-groupes structures avec repetition fractionnaire

3. Sous-groupes A eliminer

4. Sous-groupes A ajouter

PREREQUIS

II: I Quelles sortes d'essais doit-on faire?
II: II,C,I DDfinition des objectifs des traitements
II: II,C,2 Ce qu'il faut prendre en consideration pour faire le choix des
sous-groupes de traitements
II: III,C,2 Facons de combiner lest traitements aux r6eptitions

NIVEAU DU PARTICIPANT

Specialiste en matiere de vulgarisation
Sp4cialiste en recherche agronomique adaptive

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Apres avoir complete cette section, les participants seront en measure de:

1. Former les combinaisons de traitements pour 1'experimentation
factorielle.

2. Identifier quelle methode statistique est la plus appropriate pour
analyser different probl4mes agronomiques selon diverse informations
resultant d'etudes ant6rieures.

3. Former et interpreter les tableaux des combinaisons de traitements
avec colonnes de continue et colonnes des effects pour operer les sous-
groupes structures avec repetition fractionnaire, sous-groupes a
1liminer, et sous-groupes i ajouter.

POINTS CLES

1. Les methodes statistiques pour faire la selection des sous-groupes de
traitements peuvent aider A rendre plus significatives les
comparisons de traitements.


Volume II, Chapitre II










2. La declaration precise des objectifs des traitements est necessaire
pour d6cider quel m6thode statistique est la plus appropriee au choix
des sous-groupes de traitements.

3. Il est necessaire de bien comprendre les dispositifs experimentaux
pour utiliser correctement les m6thodes statistiques dans le choix des
sous-groupes de traitements.

VOCABULAIRE

alias
combinaisons de traitements
correlation
erreur experimentale
essai A ajouter
essai a eliminer
essai exploratoire
essai de perfectionnement
repetition fractionnaire
traitement

DISCUSSION
1. RAISONS POUR LESQUELLES LES METHODS STATISTIQUES SONT UTILES AU CHOIX DES
SOUS-GROUPES DE TRAITEMENTS

Le nombre d'options de traitements dans le cadre de la recherche en milieu
natural est souvent trop vaste. Le nombre complete pourrait exiger plus de
terres qu'il n'est possible d'obtenir des paysans, ou bien, l'experience
risque de devenir trop complex. La section II: II,C,2 discute ce don't il
faut tenir compete pour choisir les sous-groupes de traitements experimentaux.
Elle present plusieurs criteres agronomiques, 4conomiques et sociaux A
employer, bases sur la declaration des objectifs des traitements (II: II,C,1)

Quelle sorte de sous-groupes de traitements reste-t-il? Quels sont les
rapports entire les traitements dans un sous-groupe? II est fort possible
qu'il n'y ait aucun rapport varieties peut consister de deux varieties standard
et quatre varieties nouvelles. Ces quatre dernieres peuvent provenir d'un
programme de phytoselection d'un pays voisin, ou elles ont donned de bons
resultats. L'objectif du traitement est de verifier leur performance dans les
conditions paysannes comparee aux deux varieties standard, en ce qui concern
le rendement et l'acceptabilit6 au point de vue du goft chez les membres du
menage rural. Les quatre varietes nouvelles demarrent du m&me niveau pour se
rendre A l'essai.

Toutefois, 1'equipe peut choisir un sous-groupe de traitements ayant entire
eux un rapport statistique, comme il existe dans les experiences factorielles.
Au course des essais exploratoires, l'4quipe peut inclure un ou deux
traitements en vue de mieux comprendre le mecanisme des resultats sous-
jacents. Par example, dans le cas d'un essai d'engrais, 1'6quipe peut inclure
coutun niveau plus eleven qu'on le croit -ncessaire pour estimer la courbe des
valeurs. Ou, l'on peut ajouter un facteur suppl6mentaire (P ou K, par

Volume II, Chapitre II 40










example) pour v6rifier s'il y a correlation avec le facteur A l'6tude (N, par
example).

Dans les essais de perfectionnement, l'equipe peut inclure un ou deux
traitements pour faire une comparison economique. Par example, dans 1'essai
de lutte centre les adventices, l'equipe peut inclure un traitement dans
l'absence total de mauvaises herbes pour evaluer la perte de rendement cause
par leur presence, et pour determiner si.le d6sherbage est justified au point
de vue 4conomique. L'hypothese nulle suggere que le d6sherbage est
6conomiquement justifi6. On ne peut reconnaitre l'hypothese nulle que si des
traitements t4moins sont compares au traitements sans d6sherbage. Une
parcelle ou les mauvaises herbes sont inexistantes n'est pas une option
normal pour les paysans, mais elle est n6cessaire pour effectuer les calculs
economiques. Par centre, il est bien possible que certaines cultivateurs ne
fassent aucun d6sherbage. II est done desirable de faire plusieurs
comparisons; t4moin (desherbage du paysan) centre absence de mauvaises
herbes; t6moins centre absence de desherbage; nouvelle methode de desherbage
centre temoin; nouvelle methode de desherbage contre absence de mauvaises
herbes; nouvelle m6thode de desherbage contre absence de desherbage. Dans
tous les cas, le choix d'un sous-groupe de traitements ayant un rapport
statistique entire eux assure des comparisons plus significatives. Cela est
possible du fait que l'equipe peut planifier les comparisons a l'avance, en
faisant certaines hypotheses basees sur les objectifs des traitements. C'est
un des buts de la recherche en milieu paysan que d'agencer les objectifs aussi
etroitement que possible aux alternatives realistes de l'agriculture paysanne.

II existe trois methodes pour choisir les sous-groupes ayant des rapports
statistiques parmi les traitements, y compris les sous-groupes structures A
repetition fractionnaire, les sous-groupes "A eliminer" et les sous-groupes" A
ajouter".

2. SOUS-GROUPES STRUCTURES AVEC REPETITION FRACTIONNAIRE

Dans la disposition factorielle, il y a un rapport statistique entire les
traitements. Par example, supposons que l'objectif du traitement est de
determiner si la combinaison de la lutte contre les mauvaises herbes, contre
les maladies et contre les insects ensembles pratiquee sur la culture de
cacao est meilleure que les essais sur chacune des luttes sans la presence des
deux autres (la lutte contre les mauvaises herbes seule, sans la lutte contre
les maladies ou les insectss. C'est une disposition factorielle 2(3),
comportant huit combinaisons possibles de traitements:
Numero Traitement

1 Sans aucun traitement
2 Lutte contre les adventices seulement
3 Lutte contre les maladies seulement
4 Lutte contre les insects seulement
5 Lutte contre adventices et maladies
6 Lutte contre maladies et insects
7 Lutte contre adventices et insects
8 Lutte contre les trois ensemble


Volume II, Chapitre II











On pourrait meme considerer plusieurs autres sous-groupes de combinaisons
de traitements:

1,2,3,4: sans traitement contre chacune des luttes
2,3,4,8: chacune des luttes contre les trois luttes
5,6,7,8: 1liminant un type de lutte contre les trois autres

Parmi ces trois sous-groupes, les deux derniers ont un rapport
statistique base sur la nature factorielle des huit combinaisons de
traitements. Le Tableau II: II,C,3.1 montre pourquoi; chaque combinaison de
traitements est une colonne et chaque resultat est une ligne. Chaque
combinaison contribute aux sept r6sultats, qu'il soit positif (avec a+ sur
chaque ligne de r6sultat) ou qu'il soit n6gatif (avec a+ sur chaque ligne de
r6sultat).

Tableau II: II,C,3.1 Exemple d'un Sous-Groupe Structure A
Repetition Fractionnaire


Resultat Factoriel Combinaisons de Traitements

Sous-Groupe I Sous-Groupe II Traitement
2 3 4 8 1 5 6 7

a a a a Adventices
b b b b Maladies
c c c c Insectes

A (adventices) -
B (maladies) + -
C insectse) + + +
AB (combinaison) -- + + -
AC (combinaison) + + + -
BC (combinaison) + + + +
ABC (combinaison) + + + + -


Comment les "+" et les "-" sont-ils d6riv6s? Pour chaque r6sultat
principal, place le singe "+" si le traitement correspondent content une
lettre minuscule. Inversement, place le signe "-" si le traitement
correspondent ne content pas de lettre mais plut6t le "-". Voyons la
combinaison 2, par example, le traitement contre les adventices montre un "a"
minuscule, par consequent, la ligne de r6sultat A reQoit le signe "+". La
ligne de la lutte contre les maladies content un "-", la ligne de r6sultat B
par consequent, recoit un "-", et ainsi de suite pour la ligne de r6sultat C.

Les lignes de r6sultats des interactions sont done d6riv6es de la
multiplication des principaux resultats. Si l'on continue avec la combinaison
2, la ligne AB est derivee en multipliant les "+" de la ligne A par les "-" de
la ligne B; "+" fois "-" font "-". La ligne AB recoit done un "-". La ligne
AC recoit pour la meme raison un "-". Et ainsi de suite, la ligne BC recoit
Volume II, Chapitre II 42









un "-". Et ainsi de suite, la ligne BC recoit un "+" (multipliant le "-" de
la ligne B par le "-" de la ligne C donne un "+"). Finalement, la ligne ABC
provient de la multiplication du "+" de la ligne BC par le "+" de la ligne A.

Il en va de meme pour toutes les autres colonnes. Les combinaisons 2,3,4,
et 8 sont des sous-groupes structures. Pourquoi? Vous trouverez la r4ponse
en comparant les lignes du sous-groupe I. La ligne ABC (le r6sultat des trois
luttes conjointes) recoit quatre "+", ce qui fait qu'elle definit le contrast
pour les autres r4sultats.

Notez toutefois que la ligne A et la ligne BC sont les memes, soit "+,-,-
,+" dans le sous-groupe I. C'est done dire que les deux lignes sont egales,
significant que les effects A et BC sont confondus: ce qui s'appelle un alias.
Si la correlation BC est positive (c'est-A-dire que les luttes centre les
maladies et centre les insects ensemble ont de meilleurs resultats que la
some des deux luttes separees), les resultats de A (lutte centre les
adventices) paraitront meilleurs dans l'analyse factorielle. Cependant, si
l'equipe sait au prealable (d'une experience anterieure peut-4tre) que la
correlation BC est n4gligeable, l'analyse montrera le veritable r4sultat de A.
D'autres resultats dans le Sous-groupe I ont aussi des alias. La ligne B
(lutte centre les maladies) et ligne AC (lutte conjointe centre les adventices
et les insects) sont identiques ("-,+,-,+"). De mime pour la ligne C (lutte
centre les insects) et ligne AB (lutte conjointe centre les adventices et les
maladies) sont pareilles ("-,-,+,+"). C'est done que B et AC sont des alias,
et C et AB le sont aussi.

Dans le Sous-groupe II, les alias ne sont pas apparent, mais ils sont
presents. Regardez les lignes A et BC; A est l'inverse de BC. Les signes de
la ligne A sont exactement l'inverse de ceux de la ligne BC. Ca aussi est
considered comme un alias. La seule difference est que la correlation positive
BC causera le r6sultat de A de paraitre moindre dans l'analyse, au lieu de
plus grand comme dans le Sous-groupe I.

Remarquez que dans le Sous-groupe II, la ligne ABC definit le contrast
mais cette fois-ci en raison des quatre signes "-". Dans le Sous-groupe I et
le Sous-groupe II, le resultat ABC, definissant le contrast, ne peut pas etre
determine.

Remarquez aussi que dans les deux Sous-groupes I et II, chaque traitement
est reproduit deux fois sur les quatre combinaisons. Par example, dans le
Sous-groupe I, la lutte centre les adventices se produit en combinaisons 2 et
8. La lutte centre les adventices est consignee dans le TABLEAU II,C,3.1 sous
chaque combinaison par un "a" minuscule sur la ligne des traitements (la ligne
immediatement apres celle des numeros des traitements). Notez que les trois
lignes des traitements (contre les adventices, les maladies et les insects) A
droit sur le tableau, n'explique que les combinaisons des traitements. Ces
trois lignes ne concernent pas les resultats mesures par les combinaisons de
traitements. Ces r6sultats paraissent sous forme de signe "+" et "-", au
centre de tableau.


Volume II, Chapitre II










Egalement, l'absence de traitement de lutte centre les adventices se
produit deux fois dans les combinaisons 3 et 4. Les autres traitements (lutte
contre les maladie, l'absence de lutte centre les maladies, lutte contres les
insects et l'absence de lutte contre les insects) adviennent aussi deux fois
dans le Sous-groupe I. De cette maniere, chaque traitement est repkt6 deux
fois dans le Sous-groupe I. C'est ce qu'on appelle repetition fractionnaire.
Il en est de meme pour le Sous-groupe II. Ainsi, les six traitements sont en
6quilibre dans chaque sous-groupe structure.

Contre quoi peut-on tester les combinaisons? Si les quatre combinaisons
de traitements sont r6p4thes sur plusieurs exploitations, il est possible
d'6tablir l'erreur experimentale; le chapitre II: III,B, explique comment
effectuer les calculs n4cessaires pour etablir l'erreur experimentale.
3. SOUS-GROUPES A ELIMINER

Une autre m6thode s'appelle le sous-groupe A eliminer. Cette m4thode est
basee sur l'analyse de variance A un seul degree de liberty. Dans l'exemple
sur la culture de cacao, les combinaisons de traitements 8, 7, 6 et 5 forment
un sous-groupe A eliminer. Pourquoi l'ordre est-il inverse?
Le Tableau II: II.C.3.2 demontre pourquoi.

Tableau II: II,C,3.2 Exemple d'un Sous-Groupe A Eliminer

Combinaison des Coparaison des
Resultat Estime Traitements Traitements Traitements
8 7 6 5 8-7 8-6 8-5

a a a a (a) (a) Adventices
b b (b) b (b) Maladies
c c c (c) (c) c Insectes

A (adventices) +1 -1 +1 +1 +2 0 0
B (maladies) +1 +1 -1 +1 0 +2 0
C insectse) +1 +1 +1 -1 0 0 +2
AB (combinaison) +1 -1 -1 +1 +2 +2 0
AC. combinaison) +1 -1 +1 -1 +2 0 +2
BC (combinaison) +1 +1 -1 -1 0 +2 +2
ABC (combinaison) +1 -1 -1 -1 +2 +2 +2
"( )" indique "en presence de"

Voyons d'abord les lignes des traitements immediatement dessous les
numeros consigns aux combinaisons de traitements. Comparons les combinaisons
8 et 7. La 8 recoit les trois pratiques de lutte (contre les adventices : a,
les maladies : b, les insects : c). La 7, par contre, ne recoit pas de
traitement de lutte contre les adventices et montre un "-", pour indiquer
l'absence d'application d'herbicide: une des pratiques a 6te supprimee,
6liminee. Il en est ainsi dans le combinaison 6, la lutte contre les maladies
est absente (indiqube par un "-" sur la ligne des traitements). Dans la
combinaison 5, c'est l'insecticide qui est l6imin6. Les comparisons faites


Volume II, Chapitre II









avec le traitement 8 suppriment ou "6liminent" une des pratiques dans chaque
combinaison.

Comment analyse-t-on ce sous-groupe? Voyons d'abord les lignes ces
resultats (A, B, C, AB, BC, et ABC) des quatre premieres colonnes (combinaison
de trait. 5, 6, 7 et 8). Remarquez la difference de notation des sept lignes
compares A celles du Tableau II: II,C,3.1.

En effet, dans le Tableau II,C,3.1, les lignes des resultats ne montrent
que les symbols positifs et n6gatifs, alor que dans Tableau II,C,3.2, elles
comprennent, en plus des signes, un chiffre tel +1 ou -1. Le "+" et le "+1"
veulent dire la meme chose, tout comme le "-" et le "-1" donne la meme
significance. Remarquez aussi au'aucune des lignes ne present que les "+1" ou
des "-1", c'est done dire qu'il n'y a pas de contrast definissant.

Ensuite, notez qu'il y a trois colonnes de plus que dans le tableau
precedent, ce sont les colonnes de comparison nommees "8-7", "8-6" et "8-5".
D'ou proviennent ces colonnes? Considerons la colonne "8-7" d'abord. Elle
resulte de la soustraction du numero de la colonne 7 du numero de la colonne 8
sur la ligne correspondante tel que le Tableau II,C,3,.3 le montre.
Tableau II,C,3.3

Combinaisons de Comparaison des
R4sultat Estime Traitements Traitements

8 7 8-7
a a (a)
b b (b)
c c (c)

A +1 -1 +2
B +1 +1 0
C +1 +1 0
AB +1 -1 +2
AC +1 -1 +2
BC +1 +1 0
ABC +1 +1 +2


Prenons par example la premiere ligne, celle du resultat A, le -1 de la
colonne est soustrait du +1 de la colonne 8: +1 (-1) = 1 +1 = +2. Le
resultat est un +2 dans la colonne "8-7". Sur la deuxi6me ligne (b), le +1 de
la colonne 7 est soustrait du +1 de la ligne ABC: +1 (+1) = 1 1 = 0. Sur
la ligne C, -1 de la ligne BC est aussi soustrait du -1 de la ligne ABC: -1 -
(-1) = -1 -1 = 0, et ainsi de suite.

Les chiffres de la colonne de comparison "8-6" proviennent de la meme
facon en soustrayant celui de la colonne 6 de celui de la colonne 8 sur la
meme ligne. Finalement, la colonne "8-5" est derivee de la soustraction du
chiffre de la colonne 5 de celui de la colonne 8.


Volume II, Chapitre II










Maintenant examinons les trois lignes des traitements. Prenons
premierement la colonne "8-7". Sur la ligne du traitement centre les
adventices, la colonne 8 en recoit l'application repr6sentee par un "a"
minuscule. La colonne 7 n'en recoit pas, et la ligne indique son absence par
le signe n6gatif "-". Par centre, les colonnes 8 et 7 recoivent le traitement
centre les maladies et la lettre "b", et egalement la lettre "c" indiquant la
presence du traitement centre les insects. Ainsi, la difference entire la
colonne 7 et la colonne 8 est le resultat de l'herbicide en presence des
elements de lutte contre les maladies et contres les insects.

Pour cette raison, la ligne de la lutte conte les adventices dans la
colonne "8-7" est assignee un "a" minuscule, alors que la ligne de la lutte
Gotre lslma adies recoit un "(b)", ou les parentheses indiquent "en presence
e.S Se MaLIement, la ligne des resultats des insecticides porte un "(c)
pour en indiquer la presence. Les lignes de traitements nous signalent
comment definir le resultat. Les colonnes "8-6" et "8-5" sont semblables A la
colonne "8-7". Chacune designe le r6sultat d'une pratique de lutte en
presence des deux autres.

Que signifient les lignes de resultats pour les trois nouvelles colonnes?
Prenons d'abord la colonne "8-7", remarquez que seul le r6sultat principal est
positif. C'est le r6sultat A: 1'effet de la lutte conte les adventices. Le
resultat B (contre les maladies) et le r6sultat C (contre les insects)
recoivent un 0. Pourtant, les lignes AB, AC et ABC sont positives. Ces
interactions amplifieront le r6sultat de A s'il est positif, ou le diminueront
s'il est n6gatif. Ils se comportent come des alias. Cependant, si nous
savons dejA (d'une experience anterieure, peut-6tre) que ces interactions sont
negligeables, les resultats de AB, AC et ABC disparaitront. Dans ce cas, la
colonne "8-7" peut servir A tester le resultat A, celui de la lutte contre les
adventices.

Soulignons que le ligne des resultats A (contre les adventices) indique
simplement que 1'effet est positif. Elle n'indique pas comment le r6sultat
est defini. C'est la ligne des traitements qui determine comment les
resultatS A sont d6finis: en presence des pratiques contre les maladies et les
insects.

Le teste qui emploie la comparison de traitement "8-7" requiert une
erreur experimentale appropriee. Pour mesurer cette erreur, 1'equipe doit
repeter les quatre combinaisons de traitements plus d'une fois.

Pareillement, si les interactions AB, BC et ABC sont negligeables, la
colonne "8-6" peut servir A tester les r6sultats A de la lutte contre les
maladies en presence de celle contre les adventices et les insects. Il en va
de meme si les interactions AC, BC et ABC ne meritent pas d'attention, la
colonne "8-5" peut servir B tester 1'effet C, contre les insects, en presence
de la lutte contre les adventices et les maladies.

Le sous-groupe A eliminer peut servir A tester des hypotheses differences
de celles suggerees par le sous-groupe structure. Par example, la comparison
des traitements "8-7" peut servir A tester les suppositions suivantes:
Importe-t-il de lutter contre les adventices quand on lutte contre les


Volume II, Chapitre II









maladies et les insects? Les comparisons "8-6" et "8-5" peuvent tester les
hypotheses similaires relatives au contr6le des maladies et des insects
lorsque les autres pratiques sont mises en oeuvre. D'un autre cote, le sous-
groupe structure suggere la question suivante: Y a-t-il une seule pratique de
lutte qui soit plus efficace que les trois combinees?

Quelles hypotheses veut-on tester? Cela depend de la declaration des
objectifs, et rappelons-nous que cet enonce ne declare que ce que les manages
agricoles veulent savoir. En effet, cette declaration des objectifs est non
seulement basee sur les resultats de diagnostic, mais elle est aussi approuvee
par les membres du manage.

Supposons que les manages paysans d'un domaine donned n'emploient aucune
pratique de lutte antiparasitaire, et subissent de bas rendements et de bas
revenues dus A la presence de mauvaises herbes, de maladies et d'insectes
ravageurs. La recherche A la station experimentale a d6montre que les trois
pratiques de lutte combinees promettaient un accroissement de rendements.
Cependant, les manages ont peu d'argent comptant pour acheter les fongicides
ou insecticides. De plus, la main d'oeuvre n4cessaire au desherbage entire en
concurrence avec l'emploi r6munerateur A l'exterieur de l'exploitation. La
question a laquelle il faut r4pondre est celle-ci: auquel des trois types de
lutte antiparasitaire doit-on consacrer les resources qui se font rares, A la
lutte contre les adventices, contre les maladies ou centre les insects?
C'est pr6cis6ment 1l ou le sous-groupe structure est un instrument des plus
utiles pour repondre au problem des paysans. Il permet d'6prouver les
hypotheses en question au moyen de seulement quatre traitements, au lieu de
huit.

Maintenant examinons une situation quelque peu different. Imaginons un
autre domaine de manages agricoles.ou les trois techniques de lutte ont ete
pratiquees. Mais la difficulty survient sur le plan budgetaire: le prix de
revient du cacao n'augmente pas aussi rapidement que le coit d'achat des
fongicides et des insecticides. Ils ont parfois en recours A la main d'oeuvre
ext6rieure pour effectuer le desherbage, en plus de membres de la famille,
mais le coat different cette fois-ci et voici les questions qui se posent:
Quel est l'effet de cesser une des pratiques? Laquelle risque le moins de
reduire les rendements et les revenues? Dans ce cas, c'est la methode des
sous-groupes A eliminer" qu'il convient d'utiliser.

4. SOUS-GROUPES A AJOUTER

Une troisieme technique est dite sous-groupes A ajouter, et comme la
methode precedente, est base sur l'analyse A un seul degree de liberty, mais,
comme le nom le suggere, procede A l'inverse. Prenons l'exemple de la culture
de cacao; les combinaisons 1, 3, 7 et 8 sont des sous-groupes ajoutes et le
Tableau II: II,C,3.4 montre pourquoi.

Observez les lignes de combinaisons de traitements. Comparez les
combinaisons 3 et 1. La 3 recoit un traitement supplementaire de lutte contre
les maladies assign d'un "b" minuscule. Les deux combinaisons 3 et 1 ne
recoivent de traitements ni contre les insects ni contre les adventices et
cette lacune est indiquee par un "-" dans les deux colonnes. De cette
Volume II, Chapitre II 47










maniere, on peut dire que la lutte contre les maladies est ajoutee en
l'absence des deux autres.

Maintenant comparons les combinaisons 7 et 3. Elles sont identiques sauf
pour ce qui est de l'application de'insecticide ou autre traitement de lutte
contre les insects. La 7 recoit le traitement et la lettre "c". Les 7 et 3
subissent la lutte contre les maladies ("b"), mais ni 1'une ni l'autre ne
subit la lutte contre les adventices ("-"); on ajoute la lutte contre les
insects en presence des traitements de lutte centre les maladies et en
1'absence de traitements de lutte contre les adventices.

Tableau II,C,3. Exemple de Sous-Groupe "Ajoute"

Combinaison des Comparaison des
Resultat Estime Traitements Traitements Traitements
1 3 7 8 3-1 7-3 7-1 8-7

a a Adventices
b b b b (b) b (b) Malaies
c c c c (c) Insectes

A (adventices) -1 -1 -1 ~ 0 0 0 +2
B (maladies) -1 +1 +1 +1 +2 0 +2 0
C insectse) -1 -1 +1 +1 0 +2 +2 0
AB (combinaison) +1 -1 -1 +1 -2 0 -2 +2
AC (combinaison) +1 +1 -1 +1 0 -2 -2 +2
BC (combinaison) +1 -1 +1 +1 -2 +2 0 0
ABC (combinaison) -1 +1 -1 ~1 +2 -2 0 +2


Pour terminer, comparons les combinaisons 8 et 7. Elles sont identiques A
l'exception de la lutte contre les adventices qui a 6et ajoutee A la 8 ("a"),
et non pas A la 7 ("-"). Les deux recoivent les traitements de lutte contre
les maladies et les insects, "b" et "c" dans chaque colonne respective.
Ainsi, la lutte contre les mauvaises herbes est "ajoutee" en presence des deux
autres pratiques, celle contre les maladies et celle contre les insects.

En comparant la combinaison 1 A la combinaison 8,- on se trouve A "ajouter"
de nouvelles pratiques de lutte. Comment analyse-t-on ces quatre combinaisons
de traitements? Comme dans la m6thode precedente, aucune ligne ne sert de
definition A contraster. Chaque ligne de traitements est une melange de "+"
et de "-"
Dans le Tableau II: II,C,3.4, nous avons une colonne de plus et les quatre
comparisons sont: "3-1", "7-3", "7-1" et "8-7". Comme dans le cas precedent,
elles derivent des combinaisons de traitements originales. La colonne "3-1"
provient de la soustraction du chiffre de la colonne 1 du chiffre de la
colonne 3 sur la meme ligne. Par example, sur la premiere ligne (les
resultats de A), le -1 de la colonne 1 est soustrait de -1 de la colonne 3; ce
qui donne 0 dans la colonne "3-1" A droite. Parallelement, dans les r6sultats
de B, le -1 de la colonne 1 est soustrait du +1 de la colonne 3: +1 (-1) = 1
Volume II, Chapitre II 48









+ 1 = 2. Et la colonne "3-1" regoit un +2. Les chiffres des autres lignes de
la colonne "3-1" sont derives de la meme facon.

Les chiffres de la colonne "7-3" sont obtenus en soustrayant ceux de la
colonne 3 de ceux de la colonne 7 sur la meme ligne. Ainsi, la colonne "7-1"
provient de la colonne 1 moins la colonne 7, et la colonne "8-7", de la
colonne 7 moins la colonne 8.

Examinons maintenant les lignes des traitements. La colonne "3-1" possede
un "b" representant la lutte centre les maladies, et un "-" pour montrer
l'absence de lutte centre les adventices et les insects. Si on compare les
colonnes 3 et 1, on voit que les deux recoivent le "-" pour la pratique centre
les adventices et les insects. La 3 recoit un "b" pour le traitement centre
les maladies, alors que la 1 n'en recoit pas. Le traitement centre les
maladies est la seule difference entire la 3 et la 1. On peut done dire que la
colonne 3 1 donne l'effet de traitement centre les maladies en absence du
traitement centre les adventices et centre les insects.

Puis on peut 4tudier les colonnes 7 et 3 de la meme facon. On a ajoute le
contr6le des insects A la colonne 7. Les deux recoivent le traitement centre
les maladies, et un "b". Ni l'une ni l'autre ne recoit le traitement centre
les adventices. La difference se trouve dans le fait que la 7 a le traitement
centre les insects, et non pas la 3. Alors, la colonne de comparison "7-3"
donne le r6sultat de traitement centre les insects en presence du "(b)"
entiree parentheses) representant le contr6le des maladies et en absence de la
lutte centre les adventices ("-"):

Si 1'on compare maintenant le colonne 7 A la colonne 1, l'on voit que les
traitements centre les maladies et centre les insects sont ajoutes, et que
celui contre les adventices est absent dans les deux cas. La colonne de
comparison "7-1" denote le r6sultat du traitement contre les maladies et les
insects ensemble en absence de lutte contre les adventices. Prenez note du
fait que ce resultat n'est pas celui de l'interaction des traitements contre
les maladies et les insects, c'est tout simplement le resultat additif des
deux pratiques de lutte employees ensemble.

Comparons enfin les colonnes 8 et 7. Les deux possedent les traitements
contre les maladies et les insects. Le traitement contre les adventices a
et6 ajoute A la 8 et par consequent, elle montre l'effet du traitement contre
les adventices en presence du traitement contres les maladies ("b") et contre
les insects ("c").
A chacune des colonnes derivees, la measure de l'effet principal a donn6 un
+2. Dans la colonne "3-1", l'effet A (contre les maladies) porte un +2, mais
l'effet A (contre les adventices) et l'effet C (contre les insects) montrent
un 0. Plusieurs interactions sont soit positives soit negatives; celles-ci se
comportent comme des alias. Si l'on sait au prealable que ces interactions
sont peu importantes les resultats de 1'interaction (AB, BC, et ABC de la
colonne "3-1") disparaitront. La colonne "3-1" peut done servir pour tester
l'effet de A, la lutte contre les maladies.


Volume II, Chapitre II










Pareillement, la colonne "7-3" peut servir pour tester le resultat de C,
si les interactions de AC, BC, et ABC sont negligeables. Notez que les lignes
de traitements indiquent comment l'effet de C est defini: en presence du
traitement centre les maladies, mais dans l'absence de la lutte centre les
adventices.

Parallelement, la colonne "7-1" peut servir pour tester les resultats de B
et de C ensemble, si les correlations AB et AC sont n4gligeables. Remarquez
que la correlation BC est o, tout come l'est ABC. Les lignes de r6sultats
montrent done la difference entire la some des deux effects BC et C (positifs
tous les deux) et l'interaction des deux effects (BC gale 0).

En fin de compete, la colonne "8-7" peut servir pour tester l'effet de A,
si les correlations de AB, AC et ABC sont n6gligeables. Notez encore ici que
les lignes de traitements indiquent comment l'effet principal de A est
determine pour leur comparison: en presence des traitements centre les
maladies et aussi centre les insects.
Dans quelles conditions est-ce que les sous-groupes "ajoutes" s'averent
utiles? Retournons au meme domaine dejA vu, dans lequel les manages
n'employaient aucune pratique de lutte antiparasitaire, souffraient d'une
baisse de rendements et de revenues due A la presence de mauvaises herbes, de
maladies et d'insectes ravageurs. Supposons qu'au course de la premiere annee
des essais furent executes sur la sous-groupe structure et que les r6sultats
demontrerent que la lutte contre les maladies est celle qui donne les
meilleurs rendements. Ensuite venait la lutte contres les insects, et celle
contre es adventices'a donn6 qu'une augmentation marginale des revenues.

Ces r6sultats suggeraient une voie vers l'amelioration: d'abord, il faut
mettre en place.la lutte contre les maladies, ensuite, ajouter le traitement
contre les insects ravageurs quand les moyens monetaires le permettent. La
mise en vigueur des pratiques contre les mauvaises herbes passe en dernier.
Reste une question: comment cette voie peut-elle 6tre verifiee? Le sous-
groupe ajoute est la facon de proc6der, employant quatre traitements plut6t
que huit.
Chacune des trois m6thodes, soit les sous-groupes structure, soustrait en
ajout6, est conclue en vue de r6pondre A diff6rentes questions. Chacune est
efficace car elle reduite le nombre des traitements n6cessaires pour arriver A
la r6ponse voulue. Le sous-groupe structure, par example, serait inutile pour
verifier l'addition d'une nouvelle pratique de lutte antiparasitaire. Par
contre, le sous-groupe ajoute d'une pratique de contr6le des maladies ne
serait pas appropriee si les resultats des essais de la premiere ann6e avaient
demontr4 de meilleurs rendements par 1'emploi d'insecticides, plut6t que de
fongicides. Ainsi, les m6thodes statistiques sont utiles A faire le choix de
travail plus efficace. Mais en fin de compete, c'est a l'equipe qu'incombe la
tache de bien choisir la just m4thode statistique pour aider les manages
paysans A resoudre le problem qui leur parait prioritaire.




Volume II, Chapitre II 50









AUTRES SECTIONS UTILES

III,B Quels dispositifs sont appropries
V,A Comment analyser et evaluer les donnees


Volume II, Chapitre II









ACTIVITIES


ACTIVITY 1:

ACTIVITY 2:

ACTIVITY 3:


LA STATISTIQUE POUR CHOISIR LES SOUS-GROUPES DE TRAITEMENTS

IDENTIFICATION DES CHANGEMENTS DANS UN SOUS-GROUPE AJOUTE

SELECTION DES SOUS-GROUPES DE TRAITEMENTS


Volume II, Chapitre II




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs