• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Front Matter
 Premiere partie
 Deuxieme partie
 Troisieme partie
 Quartrieme partie
 Table des matieres de l'excurs...
 Table alphabetique
 Errata














Group Title: Une excursion aux climats tropicaux : voyage aux Iles-du-Vent, St-Kitts, Nevis, Antigue, Montserrat, la Dominique, la Guadeloupe, Ste-Lucie, la Barbade, Trinidad
Title: Une excursion aux climats tropicaux
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00054971/00001
 Material Information
Title: Une excursion aux climats tropicaux voyage aux Iles-du-Vent, St-Kitts, Névis, Antigue, Montserrat, la Dominique, la Guadeloupe, Ste-Lucie, la Barbarde, Trinidad
Physical Description: 359 p. : ill. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Provancher, L ( Léon ), 1820-1892
Publisher: J.A. Langlais
Place of Publication: Québec
Publication Date: 1890
 Subjects
Subject: Description and travel -- West Indies   ( lcsh )
Windward Islands (West Indies)   ( lcsh )
Descriptions et voyages -- Antilles   ( rvm )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par L. Provancher.
General Note: Includes index.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00054971
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 33497664

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
        Front Cover 3
    Title Page
        Title Page
    Front Matter
        Front Matter
    Premiere partie
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Deuxieme partie
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
    Troisieme partie
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
    Quartrieme partie
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
    Table des matieres de l'excursion
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
    Table alphabetique
        Page 357
        Page 358
        Page 359
    Errata
        Page 360
Full Text

















p--L jIj:~-
-'I-...
(.f.2
4,s~


c
~~;~~~*J;
'"
-
LL ;I1I~


p''~~-';":" F ';. '' u
~,~ ,
tr; '~ ''~'
S. ~.L
~. .-I"
::~'~?
r, -I
I~-.--~ ;;r.i~FL?." .1I1IY:`~
i~ ~r 1

O,--- .p '!~ 6.~'-- ~II
s.
~r '4~:
;'2


.tb ~


V.9


`i* -iA


", ** L'---- : (
:-, ~t- -...--,^; *^-
'.^* <^^ ^,
rh'**^ ''i" .' i:' ^


vIA, --~t;








UNE EXCURSION

AtI



CLIMATS TROPICAUX


VOYAGE AUX ILES-DU-VENT

BT-KITTS, NAVIS, ANTIGUE, MONTSERRAT, LA DOMINIQUE,
LA GUADELOUPE, STE-LUCIE, LA BARBADE, TRINIDAD

PAR

L'ABB_ L. PROVANCHER

Docteur"s-Sciencesy Avocat" de St-Pierre, Officier d'Acadcmie, Membre de la
Socit4 Royale du Canada et de plusieurs autres soci0tis savantes,
Rddacteur du Naturaliste Canadien.













QU B EC
J. A. LANGLAIS, LIBRAIRE-EDITEUR
177, rue St-Joseph, St-Boch

1890
Typographie de C. DARV~AU.







r'. *


/6//

. "Pg ox

' LATIN
AMERICA


ENUEOISTUlt couform6ment h 'acte qui rbgle la proprietd litt6raile, par
J. A. LANGLAIS, au Bureau de l'Agriculture.
















UNE EXCURSION


AUX



CLIMATS TROPICAUX


VOYAGE AUX ILES-DU-VENT





PREMIERE PARTIES.



DE QUEBEC A ST-KITTS.

Le DWpa't.-De Quebec A New-York.-New-York en mars.-Le Muriel.-
Mes compagnons de route.-Le mal de mer; le Gulf-stream.-Raisins
des tropiques ; argonautes ; poisons volants; mer d'huile ; baleines;
paille en-queue.-Sombrero la premiere terre rencontr6e, St-Martin,
Saba, Anguille, Barboude, St-Eustache, St-Kitts.
Le foyer domestique a des attraits que la jeunesse peut
parfois m6connattre, mais que 1'Age mCir n'h6site jamais a pro-
clamer, et qu'on appr6cie de plus en plus a measure que les
annees s'ajoutent aux aun6es, surtout lorsq.u'on ne voit plus son
enfance qu'I la distance de plus d'un demi-siecle.









UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX


Apris avoir dtd ballot sur bien des eaux diff6rentes, ayant
sillonn6 les mers d'eau douce de notre Canada, traverse quatre
fois l'Atlantique, autant de fois ]a M6diterrannee, avoir vu les
rives de la mer Rouge, enfile le canal de Suez, admire la deso-
lation des bords de la mer Morte, et m'8tre baigne dans les eaux
fratches et limpides du lac de G6ndsareth, lorsque je sentais
dejh le poids de soixante huit hivers s'app6santissant sur ma
tate, je pensais que rien ne viendrait plus me soustraire aux
charmes de ma retraite, pour me livrer de nouveau aux mouve-
ments des voyages, et me faire faire connaissance avec des mers
encore nouvelles pour moi.
Mais je calculais sans computer avec mon goft, je dirais
mieux avec ma passion, pour 1'dtude de la nature. Aller gofter
des climats tropicaux, admirer la nature dans ses productions
les plus riches et les plus varies, et cela au milieu de popula-
tions partageant en parties notre origine et parlant notre langue,
6tait une occasion que je ne pouvais refuser, du moment que
1'exdcution d'un tel voyage m'6tait rendue possible. Ajoutons
l'espoir d'avoir pour compagnon de route un ancien ami parta-
geant mes goats et mes aptitudes. Qui peut nier que la presence
d'un ami dans le voyage en pays stranger, en toute circonstance
en double les charmes.
Vingt fois en lisant des voyages de naturalistes, tels que
ceux de Darwin, de Humbolt, d'Agassiz et autres, j'avais en
imagination savour6 leurs jouissances, et, aux details de leurs
narrations, rev6 de voir de mes yeux les phdnomenes et les
spectacles don't la seule description me captivait si fortement.
Toujours j'en renvoyais l'idde comme une tentation importune,
irr6alisable pour mes resources, lorsque la rencontre d'un ami
qui Ievenait des Antilles, o le d6sir d'amiliorer sa sant6 l'avait
entratfn, me permit d'entrevoir par ses rdcits, la possibility de
r6aliser ce rAve entretenu depuis de longues ann6es ddja, et
toujours repoussd comme chimdrique. Le secours de quelques
amis s'y joignant, il fut enfin decide que le 26 mars, en compa-









DE QUfBEC A ST-KITTS


gnie de M. l'abb6 Huart, professeur de rhetorique au college
de Chicoutimi, je me mettrais en route pour New-York, afin de
prendre 1l l'un des steamers de la Quebec Steamship Company,
qui font le trajetbi-mensuellement entire cette ville et les petites
Antilles ou Iles-du-vent.
La compagnie precitee, en consideration du but qui nous
portait a entreprendre ce voyage, dans l'intdert de la science
avant tout, ayant bien voulu nous faire une reduction de moiti4
dans le tarif de ses prix, je me fais un devoir de lui en exprimer
ici publiquement toute ma reconnaissance.
Le Naturaliste ne s'adressant qu'aux admirateurs de la
nature, ou du moins a ceux qui portent quelque int6ret h 1'6tude
de ses productions, j'ai pens6 qu'un recit simple mais fiddle de
cette excursion aux climats tropicaux ne manquerait pas d'in-
t6ret pour la plupart de ses lecteurs.
Abandonnant aux littdrateurs proprement dits les charmes
du beau discours, les pdriodes harmonieuses, les descriptions
fantaisistes qui souvent semblent n'avoir pour but que de fa-
conner des phrases pour fasciner les yeux des lecteurs ou flatter
1'imagination, en donnant l'avantage a l'image sur la realitd, je
veux ici mettre sous !es yeux de mes lecteurs le journal pur et
simple de mes pdr4grimations, consignant jour par jour les ren-
contres que j'ai pu faire, et les impressions que j'ai dprouv6es a
la vue de tout ce qui s'offrait a mes regards de nouveau pour
moi.
Ce r6cit, 4crit tant6t sur un bateau en course ballot par la
mer, tantot sur une table d'h6tel au milieu de mille distractions,
et souvent apres des courses penibles et 4puisantes, quelquefois
m8me au crayon, sur un carnet, au milieu de la forGt, ne reclame
d'autre m6rite que celui de l'exactitude et de la sincdrit6, laissant
meme souvent a d6sirer des etudes plus 6tendues sur des sujets
a peine effleur4s, pourra, cependant, j'ose le croire, n'etre pas
sans quelques charmes pour les amateurs de la nature, et servir








UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX


de guide peut-etre aussi, a plus d'un voyageur qui seraient
tents de suivre la meme route, si surtout ils avaient dejh
accord quelques moments d'attention aux products de la nature.



CapRouge, lundi, 26 mars 1888.-C'est aujourd'hui le
jour fixed pour le depart.
La separation de ceux qui nous sont chers a toujours quelque
chose de poignant pour un cceur sensible, quelque grandes que
soient les joies qu'on se promette durant l'absence. Et quand il
faut dire adieu de plus a ses aises, a ses habitudes, aux cent
bagatelles meme auxquelles on s'attache a son foyer, pour un
temps don't on ne peut exactement d4teminer la duree, c'est quel-
que chose de plus penible encore. Adieu done livres, collections,
paperasses qui font mes occupations de chaque jour; peut-
etre ne vous reverrai-je jamais ? Qui sait si je ne vas pas dans
ces climats lointains pour y laisser mes os ?.... Qui sait si je ne
vas pas preparer de ma pauvre individuality un repas aux
habitants des mers sur lesquelles je vais m'aventurer ?... Quant
aux deux personnel qui composent seules toute ma domesticity,
elles veulent bien m'accompagner jusqu'h Qudbec, pour me
permettre d'appr6cier d'avantage leur attachment h ma personnel,
mais en me rendant, par cela meme, la separation encore plus
penible.
Le temps est sec et froid, quatre bons pieds de neige
recouvrent encore le sol ; la voiture avec toutes ses fourrures
est h la porte, il est 8 h. passes, il faut partir. L'instinct a fait
pressentir a mon pauvre chien Sibi, qui m'est si attache, ce
qui va arriver. Ii paralt dej- triste, abatto, et d'un air inquiet
dpie tous nos movements. Mais il a d6jh devind la separation
qui va avoir lieu, et se soustrait a mes dernieres caresses en
cherchant une retraite obscure.
L'air est vif et piquant; la neige tombee de la veille a gat6









DE QUEBEC A SL-KITTS


le chemin; cependant nous atteignons la ville en assez peu de
temps.
Je me rends de suite a 1'arrhevich6 pour me munir des
dernieres autorisations. Heureusement que j'avais eu la precau-
tion d'dcrire quelques jours d'avance, car il m'est impossible de
voir le Cardinal. II est, me dit-on, en conseil avec les ministres,
pour le reglement de la question des biens des J4suites.
AprBs diff4rentes petites affaires rdgl6es, je me rends a St-
Roch, chez un mien neveu, pour y prendre en famille le dernier
repas.
A 1 h. P. M., mon compagnon de voyage, M. Huart, vient
me prendre, et nous nous rendons sans plus tarder au quai du
Grand-Tronc, pour la traverse. Quelques connaissances viennent
encore nous souhaiter un bon voyage a bord du bateau; mais
pour moi, j'aspirais apres la solitude, j'avais hate d'8tre aban-
donne seul A mes propres reflexions.
Il y a peu de passagers dans le char, et parmi eux aucun
que je connaisse. A 2 h. nous sommes en movement et filons
vers l'ouest.
A la station de St-Etienne, M. Montminy, cur4 de St-
Agapit, qui a fait le voyage des Antilles l'annde derni&re,
monte dans notre char pour nous confier diffirents petits
messages a des amis qu'il s'est faits l1, et nous donner une
foule de renseignements qui pourront nous 8tre tres utiles.
O'est avec chagrin qu'arriv6s h la station de sa paroisse nous
lui serrons la main pour nous s6parer de lui.
A la station d'Arthabaska, viennent se joindre h nous deux
families Canadiennes, avec nombreux enfants, emigrant aux
Etats-Unis. Les enfants, comme d'ordinaire, sont tout en joie a
la vue de tout ce qui s'offre h leurs regards ; mais une fillette
de 15 a 16 ans semble mieux apprecier la situation et 4touffe
en sanglots. Un grand garcon, de stature remarquable, en fait
autant en serrant la main a un vieillard, probablement le








UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX


grand pare, qui lui fait d'excellentes recommendations. La murro
paratt tout occupee de ses enfants don't elle allaite encore le
dernier. Quant au pere, qui vient chercher sa famille pour
l'amener l o-t il a travaill6 depuis quelque temps, il paratt
deji avoir pris toute la suffisance de ces Canadiens a qui ii
manque quelque chose, qui, apres s'Atre d4faits de biens qu'ils
n'ont pas su conserver, out 4t4 se faire les serviteurs des amd-
ricains, et veulent se faire gloire de ce qu'ils out pu apprendre
dans leurs p6r4grinations a gauche et a droite. II a le verbe
haut, 6corche quelques mots anglais, montre h ses enfants
comment on ouvre une porte de char, comment on retourne un
bane &c. C'est le lourdaud, l'ignare, l'imbecile, qui se croit un
personnage. Rien de plus insupportable !
A la station de Danville, le fort vent de N.E. qu'il faisait
depuis le matin, commence a nous donner de la neige. Arrives
a Richmond, la neige continue, mais le thermometre semble
monter.
Nous avon plus d'une heure a passer ici, nous en profitons
pour aller saluer le cure de 1'endroit, M. l'abb6 Quinn, une
ancienne connaissance pour nous, qui nous invite a prendre le
the, et avec lequel nous passons fort agreablement une couple
de quarts d'heure.
A 6. 20 heures nous reprenons le train et filons vers Sher-
brooke. La giboul6e de Richmond s'est change ici en pluie bat-
tante. Nous remarquons que la neige dans les champs est par-
tout moins abondante ici qu'aux environs de Qudbec; cepen.
dant elle recouvre encore le sol de toutes parts a une 6paisseur
de 12 A 15 pouces.
Nous atteignons Newport vers les dix heures, et nous ne
devons en repartir qu'a 11.10 heures. Neige et pluie tout a
cesse, il ne tombe plus rien, mais le temps reste toujours cou.
vert. Remis en movement 4l'heure iniiqude, chacun s'ins-
talle sur son bane pour y passer la nuit le plus commodement








DE QUPBEC A ST-KITTS


possible, ou plut8t le moins incommodement possible, car une
nuit dans les chars ne peut jamais Atr8 qu'une nuit fort desa-
gr6able. Cependant les voyageurs sont peu nombreux, et nous
en entendons plusieurs ronflant de maniere a donner 1'id6e des
lits les plus confortables.
Nous passons Holyoke, New-Haven, Hartford, etc., et par-
tout le linceul de neige, quoique moins 6pais, couvre encore le
sol.
Nous entrons dans la gare de New-York a 11.15 heures
A. M.; le temps est froid, humide, et je ne suis pas peu 6tonn6 de
trouver encore partout dans les rues des amas de neige, reliquats
de la rdcente tempete qu'on a 6prouv6e, tempete qui en avait
amonceld en certain endroits jusqu'd 10 et 12 pieds.

De la gare nous nous dirigeons directement au bateau pour
y deposer notre bagage et nous assurer de l'heure du depart. Le
Muriel qui doit nous transporter aux Antilles est a son quai,
No. 47, livr6 tout entier a l'6quipage qui s'empresse d'y entasser
le reste du chargement. Ce bateau en fer, qui jauge 1200 ton-
neaux, nous paratt bien 6troit pour sa longueur, et fort 6lev6
au-dessus de l'eau ; les cabines, quoique petites, ont 1'air assez
confortables.
On nous dit que le depart aura lieu le lendemain a 3 heures
P. M.
Comme il est 1'heure du diner, et que nous sommes dans
la semaine sainte, nous remettons au lendemain a faire une plus
ample inspection de notre bateau, et nous rentrons dans un
restaurant de la rue Broadway pour nous reconforter et nous
diriger aussitot, par les chars 6lev6s de la 3e avenue, a 1l'glise
Canadienne de la 76e rue.
M. l'abb6 Tetreau avec son vicaire M. Corriveau, nous
accueillent avec leur urbanity bien connue, et nous font passer
le plus agr6able apres-diner. Nous faisons aussi 1& la rencontre








UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX


des Drs Fontaine et Michon qui sont pour moi tous deux d'an-
ciennes connaissances.

Mercredi, 28 mars.-New-York nous offre aujourd'hui la
meme temperature qu'hier, temps covert, humide, desagr4able.
Les rues qui, par endroits, avec leurs bans de neige ou leur boue
4paisse sont de vWritables cloaques, nous offrent si peu d'atiraits,
que nous prefirons les charges de la conversation du foyer, au
plaisir de les parcourir. Nous remettons au retour a fair plus
ample connaissance avec elles.

Comme le depart etait fix a, 3 heures P. M., 2 heures
nous faisons nos adieux h nos h8tes si charmants et nous nous
rendons au bateau par les chars Bleves de la 3e avenue et les
tramways de la 18e rue.

Les passagers arrivent les uns apres les autres, et le para-
chevement du chargement se pursuit avec diligence. Cependant,
malgrA toute l'activitd qu'on y emploie, on nous dit que ce n'est
pas avant 7 heures qu'on pourra en atteindre la fin. Mais voilh
que bient6t un 4pais brouillard se rApand sur toute la riviere
Hudson jusqu'h nous derober ]a vue de la cote du New-Jersey.
On entend continuellement le concert le plus discordant des
centaines de bateaux se croisant en tout sens, et faisant crier
leur sifflets pour 4viter les collisions.
Le chargement est bien complete a 7 heures, mais le brouil-
lard est trop epais pour qu'on puisse se hasarder a se mettre en
march; aussi nous annonce-t-ou qu'on peut dormir tranquille,
qu'on ne laissera le quai que le lendemain matin.
Vers 8h. nous montons sur le pont. Le spectacle a change
d'aspect; les sifflets a vapeur sont rentrds dans le silence, les dtoiles
brillent meme au firmament; les mille feux aux couleurs va-
riCes se croisant en tout sens dans le fleuve et se mariant aux
nombreuses lumiires des rues et des edifices de Jersey-City, nous
prdsentent un coup d'eil vraiment feUrique. Mais la tempera-








DE QUEBEC A ST-KITTS


ture froide et humide qui se pursuit nous engage a nous
retire d'assez bonne heure dans nos cabines.
Jeudi-Saint, 29 mars.-II n'dtait pas encore 5 h. que les
pi6tinements de 1'4quip;ge nous faisaient comprendre qu'on
allait difinitivement quitter le quai. Je m'empresse de laisser
ma cabine que j'avais trouv6e bien trop chauffie, malgr6 le petit
carreau tenu ouvert, pour monter sur le pont, envelopp4 dans
ma chape. Nous 6tions d6jh en movement, mais nous avan-
cions lentement, par ce que le brouillard se montrait encore,
quoique moins dense que la veille. La brnme semble se dissi-
per a measure que nous avancons, et bient6t nous voyons d6-
taler a notre gauche Long-Island, et a notre droite celle de
Staten-Islandd; nous passons la quarantine et gagnons rapide-
ment la pleine mer.
Une forte brise venant de 1'Est semble fratchir encore de-
vantage et nous donne une mer passablement houleuse. Au de-
jeiner, a 9h., chacun est a son poste, et nous lions connaissance
avec nos compagnons de route.
Nous sommes en tout 7 passagcrs, sans aucune dame, ce
don't nous nous rdjouissons fort; car si la belle moiti6 du genre
human a des charmes particuliers, il faut reconnaitre qu'elle a
aussi des exigences parfois assez g6nantes. 11 faut 6tre partout
poli et convenable, sans doute, mais on peut se montrer tel
sans 9tre oblige d'etre galAnt.
Nous avons la bonne fortune de trouver parmi nos compa-
gnons de route deux francais, 1'un de la Martinique et l'autre de
la Guadeloupe. Ce dernier, M. Castera, est un jeune homme
qui avait un emploi parmi les travailleurs du canal de Panama.
Pris des fiUvres paluddennes, apres un sejour a l'h6pital de
Colon, il 6tait enfin parvenu a obtenir son passage sur un vais-
seau se dirigeant a New-York. Impossible de soiger a se rendre
directement a son lie, vu les quarantaines qu'on imposait aux
vaisseaux venant de Panama qui avaient dj.i transport la







10 UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX


variole a la Martinique, et qu'on ne voulait pas voir se r6pandre
ailleurs. Ce jeune homme, maigre, faible, au teint livide, n'ayant
que des habits tres l1gers, malgr6 la toux qui le tourmentait,
faisait pitied voir, et nous donnait a craindre d'avoir peut-Atre
& lui donner une sepulture marine avant d'atteindre son fie.
Celui de la Martinique est M. de Pompignan, l'un des
redacteurs du journal La Defense Coloniale. Ce monsieur a fait
son droit, a pris part h la guerre de 1871 et au siege de Paris,
parole l'anglais, et est tres intdressant. II nous donne une foule
de renseignements sur son fie et la triste situation des colons
franqais dans l'archipel des Antilles. II habite les Etats-Unis
depuis pres de trois ans, ayant parcouru la plupart des Etats de
l'ouest et ceux de la nouvelle Angleterre. Notre quality d'abb6s
n'a rien qui 1'effraye, car du premier abord il nous declare qu'il
est royaliste et catholique sinebre.
En outre de ces deux messieurs, nous comptons un tout
jeune ministry protestant du Nouveau Brunswick, M. Johnson,
qui s'en va 6vangdliser ses coreligionaires de Trinidad et de la
Guyane anglaise; puis un jenne allemand de New-York, M.
Kuhlke, et un vrai type de Yankee dans la personnel d'un grand
effild, mince, au ton nasillard des mieux prononc6s, et aux
allures a lui propres, M. Moore.
Tourment6 depuis quelques jours par une bronchite assez s6-
rieuse, j'6tais arrive a New-York tout enrou6, et tres fatigue
de ma nuit sans sommeil passe dans les chars. La temperature
desagr6able que nous avons ces jours-ci n'est pas propre a me
remettre; aussi la houle qui ballotte notre vaisseau reussit-elle
a me donner le mal de mer plut6t que je n'ai coutume de le
prendre. J'ai presque honte, en ma quality de vieux marin, de
donner le mauvais example & M. Huart, mais malgr6 toutes mes
bonnes resolutions et le diner que j'avais pris en blanc aujour-
d'hui, il m'a fall restituer mon repas du martin. Je laisse aussi
passer le diner de 6 h. sans songer a quitter mon lit.








DE QUtBEC A ST- XITTS


Vendredi-saint, 30 mars.-A 6 heures, je suis sur le pont;
le sol6il n'est encore que fort peu 4levd au-dessus de l'horison.
Je remarque que les d6cors du lever de l'astre du jour sont
beaucoup plus brillants que dans nos climats. Chez nous ce
sont des clairs brillants qui sont manages pour faire plus ample
part aux ombres ; ici c'est tout le contraire; tout l'orient est
embras6, les ombres semblent faire exception dans le tableau qui
reflette de toute part les 4maux les plus brillants.
Le movement du vaisseau me semble bien moins sensible,
mais je ne me sens pas encore le cceur bon, et je recours a mon
grand remade dans mes indispositions, la diete la plus severe. Je
consens a peine a prendre quelque chose au dejefner, je laisse
passer le lunch et ne prends encore qu'une 16gBre collation au
diner. Je suis heureux, d'un autre c6t6, d'etre pour ainsi dire
force d'offrir mon malaise en compensation du jeCne de ces saints
jours que je ne puis observer comme il conviendrait de le
faire. Il va sans dire que toutes les viandes de la table sont
indistinctement refuses.
Samedi-saint, 31 mars.-La mer semble regretter de nous
avoir si rudement malmenes ces jours-ci, aussi a-t-elle l'air de
vouloir prendre des allures beaucoup plus paisibles.
Vers les 8 heures, nous entrons dens le Gulf-stream, et
remarquons que la temperature se fait beaucoup plus douce. Le
soleil brille dans tout son eclat, et le froid humide qui nous
accompagnait depuis New-York, semble nous faire ses adieux
ddfinitifs.
Toutes les tribulations des deux derniers jours semblent
ddjh oublides. Tout le monde est sur le pont, dispos et gai, aussi
les conversations s'engagent-elles de toutes parts vives et animdes.
Notre Guadeloupien semble avoir r6pudid toute id6e de donner
de sa d4pouille un repas aux habitants de l'oc6an, il tousse
moins, parait plus fort et se montre meme plus agile. Quant a
notre Martiniquois, en sa quality de militaire, de journalist, de








12 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

voyageur qui a beaucoup vu et beaucoup lu, il est celui qui
nous int6resse le plus, surtout par les details qu'il nous donne
sur son tie.
De ses nombreuses possessions d'autrefois dans les Antilles,
la France ne retient plus que la Martinique, ]a Guadeloupe, St-
Vincent, Marie-Galante et quelques autres petites ties de peu
d'importance. L'Angleterre en majeure parties, 1'Espagne, la
Hollande, le Danemark occupent les autres.
L'esclavage qui a r6gn6 de longues annees dans toutes ces
lies a produit une race batarde de mulatres, a peau plus on
moins foncee, qui, dans les colonies frangaises, en vertu du
suffrage universe, asserVit completement les blancs aux noirs
en raison de la supdriorit6 de ces derniers par le nombre.
S'il est vrai que devant Dieu et en face du droit la couleur
de la pean ne pent crder de distinction, il faut reconnaitre aussi
que cette couleur, pour ce qui en est dans les Antilles, n'est pas
moins un signe de l'illigitimetd de ces fils d'esclaves, de ces
descendants de Cham, qui, par la fraction de sang plus noble
qui coule dans leurs veines, ont pu s'dlever de quelques degres
dans 1'Nchelle de la civilisation, mais non pas en atteindre le
sommet, ni meme se rendre nos 6gaux. Ils peuvent s'instruire,
se police, acqudrir des 'richesses, se donner le comfort materiel
de l'aisance, mais acquerir des sentiments nobles, g6inreux,
releves, qui inspirent ces d4vouements qui distingutnt les ames
d'dlite, ils en sout encore incapables, ou du moins ils n'en out
pas encore donned d'exemples.
Avec leur instruction plus ou moins superficielle, et leur
education presque nulle, les mulatres de la Martinique et de la
Guadeloupe n'ont pu se defaire encore entierement des senti-
ments de servility de la race maudite des son origine. Avec
un certain vernis de politesse ext6rieure, ils affecteront bien
de montrer des sentiments de cceurs large, nobles et g6n6-
reux, mais daus l'occasion, les passions brutales, la haatesse, la







DE QUEBEC A ST-KITTS


hatne, la vengeance auront bientSt fait disparaitre ces vertus
emprunties, pour ne laisser voir que la lachet6, la bassesse et la
servility des enfants d'esclaves. Ceux qui out 6tudie leurs
mceurs & la Martinique et a la Guadeloupe s'accordent tous a le
proclamer. Si les d4molisseurs sans Dieu qui government au-
jourd'hui la patrie de nos pares n'avaient pas entrepris de ravaler
et avilir ce qui fait l'orgueil de tout enfant qui vient de France,
ils se seraient au moins contents de faire des anciens esclaves
des 4gaux des blancs, sans vouloir en faire leurs maitres.
On sait que la Martinique et la Guadeloupe sont repr4-
senties au corps 1~gislatif de Paris par des homes de couleur.
Ces derniers sont aussi chez eux en possession de presque tous
les emplois civil, ils sont maires, institutpurs, collecteurs de
droits, inspecteurs d'6coles, journalists, etc. etc.
A propos de ces dernicrs, M. de Pompignan nous rapportait
un comble des plus piquants en fait d'iguorauce. Ii s',gissait
de l'expulsion en France, de certain religieux de leurs couvents;
et l'ordonnance portait que les freres seraient expuls4s etiam
manu military. Or un rddacteur noir de la Martini4ue qui
n'6tait pas tres familiar avec la langue de Virgile, disait, en
rapportant le decr6t, qu'on devra expulser de leurs couvents les
fires Etiam, Manu et Militari i Et c'est a de tels g4nies
qu'on vent asservir les blancs !
J'ai mentionn6 plus haut le Gulf-stream; j'en dirai un
mot ici pour ceux de mes lecteurs qui ne se seraient pas encore
rendu compete de cette expression.
Le Gulf-stream est un courant equatorial dfi au mouve-
ment de rotation de la terre, joint a la haute temperature de la
z8ne torride et aux vents alis6s qui dominant dans cette region.
Ce courant qui origine dans le golf de Guinde, sur la c6te
d'Afrique, prend sa direction vers l'ouest, mais rompu par les
hauts promontoires de l'Am6rique du sud, il se divise l, en deux
branches, don't l'une descend le long des cotes du Brizil, en se








14 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

dirigeant vers le sud, et l'autre p6nutre dans la mer des Caraibes,
a travers les petites Antilles les plus m6rio lionales. Poursuivant
sa march vers le nord, il sort de ce vaste bassin, pour pren Ire
sa course P'est & la pointe m6ridionale de la Floride, jusqu'A
ce qu'il atteigne la cote occidentale de 1'Irlande et p6n6tre encore
plus au nord. Mais il ne peut parcourir cette course sans ren-
contrer un courant oppose et d'une toute autre temperature,
c'est celui qui part de la bale de Baffin et de la mer arctique,
pour longer les cStes de l'Am6rique du nord. Resserr6 a sa
sortie du golfe du Mexique entire la c8te Floridienne et les
Bahamas, le courant chaud s'61argit measure qu'il s'avance
vers l'est et mele ses eaux h celles du courant oppose. Mais
un fait bien digne de remarque, c'est que les eaux des deux
courants, en contact au milieu de l'ocean, semblables a deux
nationalities etrangBres habitant le meme territoire, semblent
pendant longtemps se refuser a l'absorption, et s'entremeler sans
se confondre, comme si de chaque c6td, on voulait conserve ses
caracteres propres.
Le Dr A. D. Bache, de la commission d'exploration des
c6tes des Etats-Unis, est celui qui a le plus 6tudi6 et observe
le Gulf-stream, et il a pu constater, par de nombreux sondages,
que les deux courants se rencontrent et se superposent par cou-
ches, en conservant longtemps, avant de se confondre, la tem-
perature qui leur est propre. Et cette difference est tellement
tranchde d'une couche a l'autre, qu'il n'a pas craint de qualifier
de cold wall, la paroi des couches du courant froid.
A sa sortie dans l'ocean au sud de la Floride, la larger du
Gulf-stream ne depasse pas 40 miles ; au niveau de Charleston
elle est de 150 miles, et h Sandy-Hook elle depasse 300 miles.
A 8 heures je vais prendre possession de mon lit. M.
Huart, qui s'y 6tait rendu avant moi, semblait vouloir reprendre
le sommeil perdu par le mal de mer, aux caresses duquel il
g' tit mnontr6 si impressionne. Cependant la cabine 6tait sur-








DE QUEBEC A ST-KITTS


chauff4e et sans beaucoup d'air, aussi je n'h6site pas a laisser le
petit carreau ouvert, l'air exterieur semblant n'avoir rien a fair
redouter de sa b6nigne fratcheur.
Je n'avais pas encore depose mes habits que je suis invite
A faire une chasse entomologique, la premiere depuis mon depart,
dans la personnel d'une respectable dame coquerelle (Blatta
orientalis) qui semblait me narguer en 6talant ses graces coque-
relloises sur le rideau de ma couche. II va sans dire que son
process fut bien vite fait, et que l'ex4cution s'en suivit inconti,
nent.
Dimanche de Pdque, ler avril. PAque resurrection !'
.alleluia 1 il semble aussi que tout renait, revit, se r4jouit dans
notre solitude oceanique.
A 5 heures, je suis sur le pont, apres avoir pass la. meil-
leure des nuits depuis que je suis dans le vaisseau. Le temps
est serein, la mer des plus calmes, c'est a peine si l'on entend le
leger capotement des eaux que deplace notre Muriel dans sonic
allure pacifique, mais constant. Bient6t l'astre du jour se
montre l'orient, embrase tout l'horizon mnme avant de parattre,
et verse des flots de lumiere sur les flots de l'ocean,. en. meme
temps qu'il lance des gerbes de rayons inflammes qui.atteignent
jusqu'au zenith. Ajoutez une temperature tilde des plus
agreables aux d6cors du tableau, et vous comprendrez faoilement.
que la joie doit necessairement s'emparer du cceurA lorsque
surtout on a 6t6 tourmentd pendant plus de trois jours, par, des
troubles de digestion, des insomnies, et ce malaise general que
seuls ceux qui out 4prouv6 le mal de mer peuvent justement
appricier. Aussi, au dejefiner de 9 heures, chacun est-il a son
poste, la conversation prend-elle un entrain tout nouveau, en,
meme temps que les estomacs se montrent plus exigeants qu'au-
paravant.
Oui le spectacle est grandiose, magnifique, mais ce n'en.
est pas moins un bien triste jour de phque. Ces charges de la,







16 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

nature cessent de nous impressionner par nous Stre devenus
trop families ; combien plus parent h l'ame la decoration de
nos temples en ce saint jour, les feux et les fleurs qui brillent
sur nos autels, les flots d harmonies que repandent les orgues
sous les vastes votes, l'encens qui embaume cette atmosphere
religieuse, et ces alleluia mille fois r6petes, qui veulent con-
vaincre jusqu'au dernier qu'il y a partout surabondance de joie,
et qu'on s'y livre sans contrainte.
Hier je faisais ma premiere chasse entomologique, et voici
qu'aujourd'hui je vais faire ma premiere cueillette botanique.
Deux ou trois fois dejh j'avais remarqu6 certaines vegdtations a
la surface de la mer. Ce sont sans doute des varecs ddtach4s des
rivages, m'dtais-je dit, et entrainds par les courants. Mais voici
que ces vegdtations se montrent de plus en plus frdquentes. Ce
sont souvent des nappes ou tapis d'un beau jaune d'or de 30 A
50 pieds d'tenidue, les plants paraissant fortement lies les
unes aux autres, si bien que le d4ferlage des vagues ne rdussit
pas toujours a les diviser. J'en voyais souvent tres pres du
bateau, mais non toutefois de maniere a ce que je pusse recon-
naitre leur structure et lenr agencement. J'interroge sur le
sujet M. de Pompignan, il me dit que ce sont des raisins des
tropiques, plants tres communes dans ces mers. Comme le nom
seul ne suffisait pas pour me renseigner sur ces plants nou-
velles pour moi, M. de Pompignan dit un mot a un matelot, et
presque aussit6t, an moyen d'un seau lance la mer, on en
rapporte une talle en pleine fructification. Je pus remarquer
de suite que la plante diffirait grandement de nos varecs du
nord, mais que cependant c'4tait bien une fucacee ou hydro-
physe. Une tige assez grile, rameuse, a rameaux portant des
feuilles irr4gulikres, petites, imparfaitement pinnees, et des
fructifications en forme de globules vdsiculeux, p4dicul6s, res-
semblant assez a des grains de raisin, ont valu h la plante le
nom vulgaire don't on l'a affublee. Dftachee du fond des mers
ou elle prend racine, elle s'en va flottant ainsi a la surface








DE QUEBEC A ST-KITTS 17

durant des mois sans se d4terriorer. C'est cette plante que
Colomb rencontra au sud des Canaries dans sa navigation vers
l'Amdrique. Linn4 lui a donn6 le nom de Fucbs natans, et
Agarth celui de Sargassum bacciferum, qu'elle porte encore
aujourd'hui. On la trouvd en telle quantity dans l'Atlantique,
entire les ties du Cap-Vert et les Canaries, que les marines ont
donn6 a cette parties de 'ocean le nom de mer-des-aargasses, et
qu'elle suffit souvent pour retarder consid6rablement les vais-
seaux dans leur course. (1)
Les vesicules fructiferes de la sargasso, comme on la designe
d'ordinaire, sont encroutdes entibrement ou en parties, d'une
couche crustacee, fragile, ayant la consistance du verre, toute
parsem6e d'alvdoles oblique, pr6sentant I'apparenoO d'un tissue
vitreux vue h la loupe.
A midi nous sommes au 29e degr4 de latitude au niveau
par consequent de St-Augustin dans la Floride, et un peu au
del, de Suez en Egypte; c'est le point le plus m4ridional que
j'aie encore atteint dans mes diffirents voyages. Nous avons
parcouru 237 miles dans les 24 heures, ce qui fait une vitesse
bien modest compare a celle des steamers transatlantiques.
On nous dit que nous atteindrons St-Kitts, la premiere fle oi
nous devons toucher, mercredi soir ou jeudi matin.
Peu apres midi nous avons un petit grain qui vient
mouiller nos banquettes et nous forcer nious mettre a l'abri
pour un instant.
La mer se faisant de plus en plus came, nous avons ce
que les marines appellent la mer d'huile, c'est une surface plane
oh ne se dessinent aucunes vagues, mais seulement de fines
rides semblables h ces guipures don't s'affublent parfois les dames.
Les habitants des profondeurs profitent sans doute de ce came
pour venir nous faire visit, de nombreux marsoufns suivent
(1) La mer-des-sargasses s'6tend du :2e au 16e degr6 de latitude nord, et du
36e au 44e degr6 de longitude ouest de Paris.








18 UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX

notre vaisseau comme pour nous faire escorted, et nous voyons, a
quelques verges plus loin, trois baleines exhibant leurs large dos
semblables a des lies mobiles, et faisant jaillir 1'eau de leurs
events a 10 ou 12 pieds en l'air d'un jet continue qui s'dgrene
en gouttelettes en retombant. Nous voyons aussi quelques
poissons volants qu'on nous dit devenir beaucoup plus communs
Smesure que nous avancerons vers le sud.

Lundi 2 avril.-Vent toujours debout, un peu plus fort,
cependant mer assez calme. On sent que ces vents sont
toujours plus lgers que ceux qu'on rencontre dans les mers
bor6ales, ou meme dans la traverse de Quebec a Liverpool.
Les poissons volants sont beaucoup plus nombreux qu'hier;
a tout instant, on en voit, effray6s sans doute par le bruit du
bateau, sortir de 1'l16ment liquid pour s'6lancer dans 1'air, mais
jamais a une hauteur au dessus de 2 a 3 pieds sur la surface
de l'eau. Leur venture blanc qu'on distingue fort bien, les ferait
prendre a premiere vue, pour de petits oiseaux, et comme ces
derniers aussi, ils se montrent souvent en bandes, quelquefois
fort nombreuses. Leur nom de poissons volants n'est pas d'une
exactitude rigoureuse, car, comme il est facile de le reconnattre,
leurs nageoires pectorales ne sont pas des ailes veritables, aussi
ils nagent dans l'air plutot qu'ils ne violent. On ne peut distin-
guer de movements dans leurs nageoires pectorales pour r6pdter
les 6lans, comme le font les oiseaux et meme les chauve-souris.
Certains naturalistes, ou plut6t certain observateurs, ont prd-
tendu que ces poissons ne se soutiennent dans l'air qu'autant de
temps que leurs nageoires conservent leur humidity, et qu'ils
tombent a l'eau du moment qu'elles sont saches. D'autres sou-
tiennent, avec beaucoup plus de raison, suivant moi, que toute
leur impulsion vient de la nageoire caudale, qui, en s'agitant
par secousses rdp6ties, les lance hors de l'eau, et les pousse dans
l'air. Si, souvent on les voit toucher le haut des vagues pour
reprendre leur course, ce n'ebt pas pour s'humecter de nouveau








DE QUEBEC A ST-KITTS


les nageoires, mais bien pour prendre un nouvel l4an dans un
milieu plus resistant. J'en ai vu souvent faire des courses de
plus de 300 pieds, et on affirme qu'ils peuvent aller jusqu'a
1000 pieds et au delL.

Nous avions ce matin deux navires en vue a notre droite,
s'en allant dans une direction oppose a celle que nous suivons.
Au milieu d'une monotonie continue, l'ecart le plus futile qui
vient en interrompre le course, est souvent un 4vdnement. Il
suffit parfois de la moindre singularity de la part d'un passage
pour 4gayer toute la compagnie.

Mais voici que M. de Pompignan qui, a toutes ses autres
qualities joint celle de chasseur 6merite, nous signal un oiseau
tout nouveau pour moi, et de bon augure pour ceux qui suivent
notre route, car sa presence nous announce le voisinage des
tropiques. Cet oiseau est le phaeton, vulgairement appel4 paille-
en-queue, Phaeton cethereus, Linnd. C'est un bel oiseau blanc, un
peu plus petit que notre oie, qui porte a l'extr6mit6 de sa queue
deux longs brins qui lui ont valu son nom vulgaire. II a la
region de 'ceil et le haut de l'aile noirs, avec le bec rouge ; ses
doigts palms avec des pattes fort courts, lui rendent la march
difficile sur un terrain plan, aussi ne le voit-on d'ordinaire que
sur la mer ou sur les rochers escarp6s des ties ddsertes od il va
faire ses petits, au nombre de deux ou trois. II vit particulikre-
ment de poissons volants et autres proies que la mer peut lui
offrir. I1 saisit sa proie sans se poser, car ses longues ailes avec
ses courts pattes lui sont un obstacle pour prendre son vol, il
ne peut y parvenir, dit-on, que lorsqu'une vague le soul6ve au
dessus de la surface. Il habite presque exclusivement la z6ne
torride, ce qui lui a valu le nom, pour plusieurs, d'oiseau des
tropiques.
A midi, nous sommes a 250 36' de latitude; c'est une
bonne distance depuis 460 48' point d'od nous sommes parties,
mais c'est encore loin de 100 oi nous devons aller. La course









20 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX


dans les 24 heures a W6t de 235 miles, c'est le train ordinaire de
notre Muriel, qui craindrait, je pense, de s'4chauffer en d4pas-
sant ses 10 miles a I'heure.

Voulant faire une reconnaissance sur le devant du bateau,
voilh que le vent pousse le pan de mon habit sur un panneau
tout fratchement peintur6 en blanc, et transform en gris une
large plaque sur le tissu noir. J'en 6tais tout ddsold, lors-
qu'un complaisant matelot s'en vint avec une sponge imbibe de
t6r6benthine, enlever toute trace de l'accident et restituer au
drap sa couleur et son lustre d'auparavant. Allons, me dis-je,
je n'oublierai plus lalegon, qu'on n'est jamais plus en sfret6 que
lorsque chacun est a sa place.

Mardi, 3 avril.-Sur le pont au lever du soleil. Temps
superbe; vent E. S. E., un peu plus fort; bateau avec forte
pente, cependant mer toujours calme. Les poissons volants sont
encore plus nombreux que la veille. Je remarque qu'il y en a
deux especes bien distinctes; les uns plus petits, en bandes fort
nombreuses, les autres beaucoup plus gros, un peu moins com-
muns. Le premier est, si je ne me trompe, 1'Exocetus volitans,
Linn6, et le second l'Exocetus exiliens, Bloch. Le second se
distingue surtout du premier par sa taille plus forte et la lon-
gueur de ses ventrales, qui sont places plus en arriere que le
milieu du corps, et qui probablement lui servent comme d'ailes
suppl6mentaires dans son vol adrien.
Les Exocets sont a couleurs tres brillantes; un lustre ar-
gentin domine sur toute leur surface; la tote, aplatie en dessus,
avec le sommet du dos et des c68ts, sont d'un bleu d'azur,
tandis que les pectorales sont d'un bleu plus fonc6. La bouche
est armie de petites dents avec la machoire inferieure plus
avancde que la supdrieure. Les flancs portent une range
d'6cailles caren6es qui se d6tachent assez facilement lorsqu'on
les touche. La nageoire caudale a sa parties inftrieure plus longue









DE QUEBEO A ST-KITTS 21

que la supdrieure, ce qui facility davantage la puissance d'im-
pulsion pour s'l4ancer dans 1'air.
Certains auteurs pr6tendent que les Exocets s'4lancent hours
de 1'eau pour le seul plaisir de voler dans l'air, tandis que
d'autres veulent que ce ne soit que pour 6chapper aux pour-
suites de leurs ennemis, ou pour fuir en face d'un danger
qu'ils appr6hendent a tort ou h raison, comme l'approche d'un
vaisseau. Ce qu'il y a de certain, c'est que dans l'eau ou dans
1'air, ces jolis poissons rencontrent des ennemis nombreux ; les
scombres, les dorades, les coryphenes etc., les poursuivent dans
1'eau; les frigates, les fous, les paille-en-queue etc., les guettent
dans l'air. Ajoutons que leur chair delicate les fait rechercher
par 1'homme et dans l'eau et dans l'air. Les poissons volants se
nourrissent de vers et de productions v4getales.

J'en 4tais h me demander ce qu'on pourrait rencontrer de
nouveau aujourd'hui pour nous int6resser, lorsque je vis glisser
sur l'eau une forme encore nouvelle pour moi. O'est un etre a
conformation fort singulire, qui tend au vent une voile, que je
crois double sans pouvoir bien m'en convaincre, d'apparence
gelatineuse ou vitreuse, d'une belle couleur blanc-bleuatre, pour
profiter de la brise qui agit sur elle et la pousse en avant. Tout
d'abord j'ai cru avoir affaire a une Physalie, don't j'avais lu a
maintes reprises des descriptions dans les auteurs. Les r6ponses
que les matelots donnerent a mes questions, me confirmbrent
aussi dans cette opinion. Ces fioles vitreuses que 1'on voit
glisser sur l'eau, leur demandai-je, sont-elles accompagn6es
d'une coquille ? Non, il n'y a point de coquille; c'est une
masse g6latineuse qui nous coule entire les doigts lorsqu'on la
saisit.
Que j'aurais voulu pouvoir en capture quelqu'une! mais
impossible; bien qu'on en vit plusieurs, et assez pres du bateau,
elles ne l'approchaient pas assez cependant pour pouvoir etre
prises avec un seau.









22 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

Les Physalies sont des especes de meduses, de consistance
g6latineuse, de forme elliptique, avec une crete pliss6e sur le
dos et des tentacules nombreux en-dcssous. Comme la crete
dorsale leur sert de voile, les marines les d4signent souvent sous
le nom de frigates, de galres, etc., et comme leurs tentacules
inf6rieurs causent sur la peau, lorsqu'on les saisit, une brflure
assez piquante, on leur donne aussi le nom d'orties de mer. Je
regrette de ne m'6tre pas enquis de cette singuliere propridt6
aupres des matelots, j'aurais pu d6s lors fixer mes incertitudes
sur la determination de 1'animal en notre presence; car plus j'y
r6flichis aujourd'hui, et plus je me convaincs que c'est & un
mollusque que nous avions affaire, et non a une hydrophyse ou
m6duse. Ce n'est rien moins, je pense, que l'Argonauta argo,
que nous avions lb en notre presence.

En effet, la crete de la Physalie est allong6e, adh6rente
dans toute sa longueur au dos de 1'animal; et les ailes vitreuses
que nous avions devant nous, 6taient 6troites, paraissaient
dlargies a 1'extr6mit6, ne mesurant pas moins de 6 h 7 pouces
on meme davantage, au-dessus de l'eau, sans rien laisser voir
de la souche on base qui les portait. Or ce sont bien lh les
caracteres exterieurs de l'Argonaute. Que les matelots aient dit
qu'il n'y avait pas de coquille, rien de surprenant. Peut-6tre
n'en avaient-ils jamais pris eux-memes, ou, les saisissant trop
brusquement, ils auraient pu briser la coquille fragile sans
remarquer sa presence.
L'Argonaute est un octopode a coquille fragile, caren6e,
pliss6e ou ondulee, ayant assez la forme de la proue d'un vais-
seau h son extr6mit6 post6rieure. L'animal, dans les temps
calmes, s'6l1ve du fond des eaux pour voguer dans sa nacelle h
la surface. Retenant dans sa nacelle autant d'eau qu'il lui est
necessaire pour lui servir de lest, il dresse perpendiculairement
ses bras palms, les tient dcart6s, et la membrane 6largie et
oblongue qui regne sur une parties de leur longueur prisentant








DE QUEBEC A ST-KITTS


une plus grande surface au vent, lui sert de voile pour voguer
dans la direction du vent. Les trois autres bras de chaque c6te
sont employs comme balanciers, et le bas du corps, qui forme
un crochet hors de la coquille, fait les functions de gouvernail.
Mais survient-il du mauvais temps ou un ennemi, dans 1'instant
meme tout l'attirail rentre en dedans, 1'animal retire ses rames,
ses voiles, son gouvernail, ses avirons, et fait chavirer son frele
navire, qui se remplit d'eau, et s'enfonce dans les profondeurs
des mers.
Telle est, d'apres les auteurs, la maniere de proceder de cet
intdressant mollusque.

AprBs avoir examined attentivement les coquilles d'Argo-
naute que je possede dans ma collection, et les avoir confronties
avec les figures de I'animal qu'en donnent les auteurs, je n'ai
plus de doute aujourd'hui que ce sont ces mollusques que j'ai
rencontres la, et n'ai qu'un regret, c'est de n'avoir pas insisted,
aupres des emp!oyds du bateau, pour pouvoir en capture quel-
ques uns.
Les Argonautes, de meme que les Physalies, habitent les
mers chaudes de la z6ne torride. Certaines coquilles de J'Argo-
nauta argo mesurent jusqu'a 8 et 9 pouces de longueur.

La temperature s'attiddissant de plus en plus a measure que
nous avangons vers le sud, je commence A souffrir de 1'6paisseur
des vetements que j'ai portes jusqu'ici, et en replace une parties
par de plus legers, calegons, chaussettes, etc.; cependant, pour
le buste, je ne veux pas cesser de porter toujours de la laine sur
la peau, c'est le plus puissant preservatif centre les refroidisse-
ments trop subits, qui sont presqie toujours des occasions de
graves maladies, meme dans les climates les plus chauds.
La mer depuis longtemps d6dj a laisse sa couleur verte des
latitudes 4levdes, pour prendre une teinte bleu-fonc6 des plus
agr6ables, c'est la couleur de la mer de Naples, d'Alexandrie et








24 UTE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX

de presque toute la Mediterranee, a l'exception du voisinage
des c6tes.
Lorsqu'sucune rencontre ne m'apporte des sujets d'etude,
je m'amuse 4 etudier le caractere des diffirents personnages qui
nous entourent; 'c'est ce qu'avec M. Huart nous appelons faire
des Atudes de moeurs. Notre yankee, M. Moore, fournit surtout
ample matiere a nos observations.
La couleur pale, livide, l'apparence d6bile de notre guade-
loupien, M. Castera, l'avaient frapp6 en mettant le pied sur le
bateau, et du moment qu'il sut que ce convalescent venait de
Panama, il voulut absolument se convaincre que c'6tait un
4chappd de la fievre jaune qu'il avait devant lui. II paraissait
avoir une crainte extreme de se trouver en face de la redoutable
4pidemie. Vingt fois M. Castera lui avait dit qu'il n'y avalt
pas de fievre jaune Panama lors de son depart; tous les jours
cependant il revenait h la charge pour en obtenir un aveu. II
6tait parfois tout-h-fait amusant d'&couter leurs colloques d'au-
tant plus que 1'am6ricain ne savait pas deux mots de frangais,
et que le guadeloupien n'6tait pas non plus tr"s fort en an-
gIais. Well, tell me, disait I'americain, is there no yellow
fever sn Panama ? Are-you not recovering from this
illness ?-No, no I told you, no, before, and I repeat you: no i
et l dessus, 11 s'en allait chercher un poste ailleurs. Mais
notre ambricain ne se tenait pas encore pour satisfait, il suivait
le patient : surely you have suffered from fever, you look to
weak, to pale I Et les temoins de rire aux eclats en vue de telles
obsessions. Ajoutons que l'americain paraissait d4dj tout
trouble en provision d'une r6ponse qui aurait confirm ses
craintes.
Une atmosphere tide et des plus agr6ables, des z6phirs
paisibles qui rident h peine la surface de l'eau, un ciel pur et
sans nuages qui s'harmonise si bien avec la couleur blue de la
mer, nous prourent des nuits qui ne sont pas moins attrayantes









DE QUEBEC A ST-KITTS


que les heures qu'dclaire l'astre du jour. Phdb6 nous fait defaut,
mais par centre les otoiles scintillent d'un eclat que nous ne leur
avions pas encore connu. Le fond sombre sur lequel elles se dd-
tachent, nous les montre comme autant de clous 6tincelants ser-
vant A capitoner l'immense voile d'azur qui nous sert de voute.
Dej certaines de nos constellations bordales se rapprochent sen-
siblement de l'horizon, et du c6t6 oppose se dessinent au firma-
ment des groups de soleils don't je suis enchant6 de faire pour
la premiere fois la connaissance. M. de Pompignan, qui a fait
une etude sp4ciale du planisphere c4leste, m'int6resse beaucoup
en me faisant distinguer certaines constellations de l'hemisphere
austral inconnues pour nos latitudes. O'est avant tout la grande
Croix-du-sud, si facile a reconnaitre par les quatre 6toiles prin-
cipales, sur les onze qui la composent, rangees en un carr6 presque
parfait don't les diagonales formeraient une belle croix. La croix
laisse voir aussi dans sa zone quelques autres constellations
moins importantes et un peu plus difficiles a distinguer.
Mercredi 4 mai.-Nous avons un peu de tangage ce matin,
bien que la mer puisse encore Atre qualified de clemante. M.
Huart a encore, come on dit vulgairement, les ailes pendantes.
Je crois qu'il s'habituera difficilement h faire un marin, et il pro-
teste aussi hautement qu'il n'ambitionnera jamais cet honneur.
A 6 h. nous voyons un vaisseau & notre droite, filant sa
course dans une direction oppose a celle que nous suivons.
A 8.30 h. grande joie a bord, nous voyons la terre, la
terre que nous avions perdue de vue depuis plus de six longs
jours. Ce n'est d'abord qu'une petite tache t l'horizon sur notre
droite en avant, mais h measure que nous avangons, nous voyons
la forme se dissiner plus distinctement. BientOt nous distin-
guons les rochers avec une tour qui les surmonte se mouler en
cr6naux sur l'horizon. C'est, nous dit-on, la petite lie de Sombrero
qui ne se compose que de rochers arides et n'a d'autres habi-
tants que les gardens du phare qu'on entretient 1i pour l'avan-








26 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX


tage de la navigation. Le capitaine nous announce qu'h 7 h. ce
soir, nous serons a St-Kitts, premier port oi nous devons faire
scale.

Je me rappelle avoir lu quelque part dans les dcrits de Paul
FRval, qu'etant un jour en route pour un pelerinage au tombeau
de St Martin, a Tours, il fut tout 6tonn6 d'entendre quelques
uns de ses compagnons de route, qui voyageaient dans le mime
but que lui, discutant certaines questions en rapport avec les
principles religieux bien entendus, de maniere a laisser des
doutes sur leur foi plus ou moins avarice de maximes mon-
daines que la pure orthodoxie ne pourrait que r6pudier. II y
avait, dit-il, un avocat, un medecin, un militaire avec lui dans
Je mgme compartment ; la conversation ktant tomb6e, par
hasard, sur le duel, le mddecin condamnait sans ambages la
6'fXausse maxime; l'avocat sauvait le principle, mais, disait le dis-
' ;ciple de Th4mis, avec des 6pdes a quinze pieds de distance, ou
des pistolets a une port4e de canon, comme c'est le plus sou-
vent le cas, je ne vois pas beaucoup qu'on puisse nuire a son
prochain. Le militaire, lui, tout en se proclament catholique de
bon aloi, soutenait qu'il y avait des coutumes, des usages de
meurs, des regles de soci6td, auxquelles on ne pouvait d6cem-
ment se soustraire, et que la religion, tout en les condamnant
dans le principle, devait les tol6rer dans la pratique.
Nous sommes tellement habitues chez nous a n'entendre
que des discours en tout conformes aux prescriptions de 1'Eglise,
que plus je poursuis mes entretiens avec celui de mes compa-
gnons qui m'int6ressent le plus, et plus je me sens port a douter
de l'orthodoxie de son catholicisme. Je crains fort de ne trouver
a la fin dans cet aimable narrateur qu'un de ces catholiques a
gros grains, comme on en trouve tant en France, qui ont grand
soin de r6pudier la libre pens6e, mais qui se fabriquent volontiers
un 4vangile de leur fagon; qui ne voudraient pas se donner au
diable, mais qui ne veulent pas non plus se donner a Dieu.









DE QUEBEC A ST-KITTS


Hier, mon martiniquois me rapportait qu'ayant fond6, en
compagnie de quelques amis, au nombre desquels 6tait le Dr
Lota, don't j'aurai occasion de parler plus tard, un journal a St-
Pierre de la Martinique, ayant nom la Defense Coloniale, parti-
culierement destined prendre les int6erts des blancs (crdoles) de
la colonies, contre la tyrannie des noirs, qu'un gouverneur sans
cceur et sans vergogne favorisait de tout son pouvoir, meme
contre les regles de 1'Nquit6 et de la justice, ils avaient, tous les
jours, h ferrailler dans leur feuille contre certain r6dacteurs
noirs a la tAte d'une autre feuille jouissant des faveurs de l'au-
torit6. Or il etait arrive, comme la chose a souvent lieu dans
les pol6miques ardentes, que 1'ecrivain noir avait fort maltrait6
ses confreres blancs; donnant libre essor av caractere grossier
et brutal de sa race, il n'avait pas meme respect les 6gards que
des hommes bien leves se doivent entire eux en toute circons-
tance. Rencontr6 sur la rue par le Dr Lota, qui en sa quality
de corse a le sang vif, le noir l'avait insult sans management.
Mais le bouillant docteur, emport6 par s8n caractere, n'avait pas
te6 lent faire jouer sur le crane de l'africain la canne qu'il
tenait h sa main pour le mettre en fuite.
Voil une bien mauvaise affaire dirent ses amis au docteur,
vous connaissez nos mulatres, forts par leur nombre et comptant
aussi sur l'abstention de 1'autorit6 pour tout ce qui pourrait
arrived, vous 6tes stir qu'ils vont venir en grand nombre tirer
vengeance de cette d4faite. I1 faut sans d6lai se preparer a les
recevoir.
Et en effet, l'appel est fait dans tout le voisinage, et plus
de 1000 faces noires se pr6sentent dans la rue pour faire le sac
de la maison du docteur. Nous avions, dit M. de Pompignan,
une carabine a dix-sept coups, des 6pdes, et quelques fusils.
Connaissant le manque de bravoure des afrricains, j'etais str
qu'en cinq minutes, nous pouvions, a sept ou huit que nous
6tions, en coucher une cinquantaine sur le sol, et mettre inconti-
nent toute la bande en d4route. Mais, ajouta-t-il, le docteur ne









28 UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX

voulut jamais consentir a ce qu'on fit usage des armes meur-
trieres. Aussi la maison fut-elle compl6tement demolie, les
meubles brisds en mille pieces, et le docteur force d'6migrer A
Trinidad, par ce que ses jours n'6taient plus en streti h la
Martinique.
-Mais le docteur en a bien agi dans la circonstance, lui-
dis-je; il ne voulait pas ajouter une nouvelle faute a celle
commise en premier lieu.
-Comment? n'etait-il pas en legitime defense ? Devait-il
laisser ruiner sa proprit&6 sans prendre les moyens de la
proteger ?
-Legitime defense ? Je ne 1'admets pas ; car il dtait le
provocateur. I1 pouvait s'adresser aux tribunaux pour mettre
son noir h 1'ordre ; mais en se portant a une voie de fait, il
perdait tout droit a reclamer reparation de l'injure commise a
son dgard. Je trouve en outre que, meme au point de vue de la
prudence humaine, le tdocteur a encore eu raison de ne pas faire
feu sur la foule. Si, pour le moment, vous aviez mis la masse
en deroute, vous pouvez 8tre bien strs que, forts de leur nombre,
ils auraient repris leur revanche plus tard. Et d'ailleurs, ne
comptez-vous pour rien cinquante vies que vous auriez ainsi
sacrifices a votre ressentiment, lorsque le tort venait de votre
c6L6 ? En outre, cette foule n'etait pas la sans armes, et une
balle, une seule ball aurait suffi pour le docteur ou pour vous-
mgme. Et qu'importe que cinquante noirs mordent la poussiere,
si vous allez vous coucher parmi eux ?
Il va sans dire que mes paroles furent loin d'amener la
conviction chez mon interlocuteur, mais je me disais tout de
meme a part moi : Comme ils sont sublimes, comme ils sont
sages, ces pr6ceptes de notre sainte religion et comme souvent
aussi on ne les viole pas impindment, meme en ce monde Et
j'ajouterai ici: comme ils sont a plaindre ceux qui, nourris dans
un milieu perverti, ont entendu mille fois rdsonner a leurs









DE QUEBEC A ST-KITTS


oreilles des maximes perverses, des doctrines impies, des juge-
ments erronds ; ils s'en sont imbus sans s'en apercevoir, et les
retiennent encore tout en faisant profession de bouche de leur
orthodoxie !
Aujourd'hui M. de Pompignan me raconte une autre sc6ne,
encore au sujet de ses negres, et ou les principles religieux n'ont
pas 6td non plus respects.
Cette fois, c'est lui-mgme qui est le heros du drame, et
c'est encore au sujet de pol6miques dans les journaux ; et je ne
pourrais sfirement affirmer qne ce n'est pas avec le m6me
r6dacteur noir.
On s'6tait done, de part et d'autre, j'ai raison de le croire,
,fort maltrait6 chacun dans sa feuille. M. de Pompignan, en bon
chr6tien, comme il se plait a le d4clarer, n'h6sita pas a envoyer
ses tdmoins au mulatre pour une rencontre sur le terrain. L'arme
choisie 6tait le pistolet. Le noir s'y rendit, mais tellement d6fait,
tellement tremblant, que les m6decins durent declarer qu'il
n'etait pas en 6tat de se battre. I fallut done remettre la parties
a un autre jour, pour attendre que l'africain pft rentrer dans sa
peau, et faire passer dans son coeur une parcelle de cette bravoure
qu'il avait si abondante au bout de sa plume. Mais rendu de
nouveau sur le terrain au jour fix6, la premiere scene se r6p6ta
encore plus accentu6e; 1'africain pale, d6fait, compl6tement
d6contenanc6, n'4tait pas mgme capable de retenir l'arme dans sa
main. Force fut encore aux Esculapes d'intervenir pour un
nouveau ddlai qui, cette fois, s'6tendit aux calendes grecques.
Je veux bien croire qu'il y avait du tort des deux c8t6s, et
qu'un fils d'esclave ait pu, avec raison, craindre pour sa peau en
allant se mesurer avec un militaire exerce, de la stature de M.
de Pompignan ; mais je n'en vois pas moins non plus, de part et
d'autre, une absence notable de principles religieux ; en premier
lieu, dans le manque d'6gards de cette justice que les homes,
fussent-ils blancs, jaunes, rouges ou noirs, se doivent les uns








30 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

aux autres, et en second lieu, dans la maniere de r6parer l'injure
une fois commise.
II faut, dit-on, pour satisfaire 4 l'honneur, s'4changer une
balle ou deux, ou se piquer quelque part. Quelle convention
absurde et irrationelle Combien le code 6vang6lique l'emporte
sur ce reliquat de paganisme "Si, vous pr4sentant devant
Dieu, vous vous rappelez que votre frere a quelque raison d'etre
irritW contre vous, allez sans d6lai vous r6concilier avec votre
frere "...... "Ne faites jamais aux autres ce que vous ne vou-
driez pas qu'on vous fit a vous-mgme !
Comme les hommes ne sont pas des anges, ni mgme tous
des saints, il arrive quelquefois que dans les moments de viva-
cite, on oublie aussi chez nous les sages preceptes de l'4vangile;
mais comme alors la pratique canadienne 1'emporte encore sur
le pretendu point d'honneur qu'on fait sonner si haut en Europe.
Chez nous, on le salt, le coup de poing tient lieu de pistolet et
d'6pde; et un ceil poch6, une 16vre fendue, une c8te rudement
caressee, suffisent d'ordinaire pour satisfaire a l'honneur, et
mettre le manant a sa place sans danger pour ses jours.
Ceci me remet en memoire un petit incident don't le quai du
Palais, a Qudbec, fut le theatre, il y a quelques annees.
Un hableur frangais, comme il nous en arrive quelquefois,
avait rduni l une cinquantaine de flaneurs, et les amusait de ses
vantardises.-Moi, disait-il, je sais l'art de la boxe, et au moyen
de cette connaissance, je puis me d6fendre contre un homme
deux fois plus fort que moi.
-Que dit-il done 1l, ce franqais, demand un luron de
batelier, de stature imposante et a mine fort peu gracieuse, qui
arrive sur ces entrefaites et carte les rangs pour pnedtrer au
centre du cercle ?
-I1 dit qu'il connait la boxe et peut se d6fendre contre
un homme deux fois plus fort que lui.









DE QUEBEC A ST-KITTS


-Tu sais l'art de la boxe ? dit-il au frangais, lorsqu'il fut
parvenu jusqu'a lui; eh bien, moi, je ne le sais pas; mais
tiens toi ben !
Et en disant cela, il lui porte un rude coup de poing, un
un vrai coup de massue en pleine figure, et l'envoie mesurer le
pav6 de toute sa longueur.
Ce fut un eclat de rire general de la part de tous les
assistants, et le bless eut beau crier au meurtre !" en tombant
et en se relevant la figure tout ensanglantde, personnel ne vou-
lut faire connattre aux agents de police qui intervinrent alors,
le boxeur sans art qui avait port le coup et qui, confondu
avec les autres, partageait leur hilarity.
On peut donner comme suit le mode de rdparer les
injures, en dehors des maximes 6vang6liques, chez les different
peuples: En France, 1'epde; en Angleterre, le pistolet; en
Canada, le coup de poing. Or, comme entire diff6rents maux, il
faut choisir le moindre, je pr6fere de beaucoup le dernier aux
deux autres, il est moins dangereux, plus rationnel, et moins
6loign4 des regles de la charity fraternelle, puisque souvent il
se r6duit a une correction m6ritde.
Tout en devisant ainsi de politique, d'astronomie, d'histoire
naturelle, de coutumes et de mceurs, nous poursuivons notre
route vers le sud.
DIja nous avons d6pass4 le phare de Sombrero, et, laissant
A notre gauche l'lle de St-Martin, et a notre droite celle de Saba,
nous p6ndtrons dans la mer des Caralbes ou des Antilles, cette
mer int6rieure a demi close, que les Iles-du-Vent ou petites
Antilles ferment h l'est, le Ven6zuela au sud, le Guatimala a
l'ouest, et que la presqu'ile de 1'Yucatan avec les grandes An-
tilles, Cuba, Haiti, etc., closent au nord.
Saint-Martin, a 180 4' de latitude nord, est occupee con-
jointement par la France et la Hollande. En parties compose








32 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

de montagnes, sa population ne d4passe guere 5,000 habitants.
La portion franqaise fait parties du gouvernement de la Guade-
loupe.
L'Ile de Saba, plus petite que la prdcedente, appartient
aussi aux Hollandais; sa population s'661ve a environ 1700
habitants.
Nous voyons souvent de nombreux marsouins prendre
leurs bats autour de notre bateau,parfois en tres grand nombre,
et il arrive fr6quemment que dans leurs courses, ou leurs jeux
comme il paralt plus probable, on les voit s'6lancer hors de I'eau
de maniere a so s6parer totalement de sa surface.
De ce point nous ne devons plus perdre la terre de vue, en
quittant une tie nous en apercevons aussit6t une autre.
A 11 heures nous sommes en face de Saint-Barth4l1mi, a
170 56' de latitude, seule Ile de cette region poss6dde par la
Suede. Colonis6e par la France en 1648, cette He fut c6dde aux
Suddois en 1784. Sa population est d'environ 10,000 habitants;
sa capital est Gustavia.
Bien que la vue des fies qui se succedent les unes a la
suite des autres vienne rompre la monotonie de notre naviga-
tion des jours precedents, les conversations a bord n'en devien-
nent ni moins fr6quentes, ni moins animdes; mais plus je les
prolonge avec M. de Pompignan, et plus j'ai raison de m'dton-
ner du code religieux de ce brave homme, qui reflbte dans sa
personnel, je le suppose, le milieu dans lequel il a v4cu dans
les camps, et dans les salons qu'il a fr6quentes ; a tout instant
il lui 6chappe quelque pointe soit contre la Providence, soit
centre les Saintes-Ecritures. Entendons-le sur le passage de la
mer Rouge h pieds sees par les Israelites:
-Les hommes de g4nie, dit-il, et surtout ceux qui com-
mandent aux masses, savent habilement tirer parties des moin-
dres circonstances pour se grandir aux yeux du people. Moise,








DE QUEBEC A ST-KITTS


poursuivi par les Egyptiens, arrive sur le bord de la mer Rouge,
au moment od il voit la mare qui s'en va. Il n'h6site pas a
proclamer que c'est par son ordre que l'eau se retire ainsi. Et
les habitants de Gessen qui le suivent, n'ayant jamais vu de
marees, n'hesitent pas h le croire. Toute la masse s'engage
done sur la plage a sec et passe de 1'autre c8te. Les Egyptiens
arrivent presque aussitot, et suivent la meme route; mais le
moment du reflux 4tait arrive, et l'armee presque entire dis-
para4t sous les flots. Pas plus difficile que cela de faire un
miracle.
-Mais que faites-vous done du texte sacr6 qui dit que
les eaux se separerent et form6rent comme un mur de part et
d'autre ?

-Est-ce que le passage de la mer Rouge est un article de
foi?
-Non, sans doute; mais quelles preuves apportez-vous
pour le contredire ? Ou vous croyez aux miracles, ou vous n'y
croyez pas. Dans le premier cas, comment pouvez-vous gratui-
tement en recuser un formellement rapport dans 1'4criture
sainte? Si vous rejetez l'autorit6 de la Bible sur ce point, ne
pourrez-vous pas de meme la repousser pour tout le reste ? Si
vous me dites que vous ne croyez pas aux miracles; inutile
alors de discuter, il vous faut un autre 4vangile, et cessez de
vous dire catholique.
L'eau que Moise fait jaillir du rocher 6tait une autre finesse
de sa part. Il savait qu'il y avait lk une source, et il fait accroire
au people que c'est en frappant le roc de son baton qu'il l'a fait
surgir !
Mais la grande preoccupation de mon savant creole (1) etait

(1) Les creoles ne sont pas des m6tis entire europeens et les abori-
genes de l'Am6rique du sud, mais les descendants d'europ6ens n6s en
Amerique.









UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX


de trouver assez d'espace pour loger sur la terre tous les descen-
dants de la population actuelle.
-Avant deux sickles, disait-il, la terre sera insuffisante
pour loger tous les hommes, avec la proportion d'accroissement
que les diffdrentes races montrent aujourd'hui.
-Soyez sans inquidtude sur ce point; celui qui remplit
de sa presence le ciel et la terre, saura bien trouver de l'espace
pour les hommes qu'il a tires du ndant et rachetds de son sang.
Il a plus d'une corde a son arc, pourrait-on dire vulgairernent.
Ne pourrait-il pas, par example, construire un appentis a notre
globe pour y 6tablir de nouvelles colonies ? ... Qui l'empicherait
de decrocher une petite plankte, Junon ou Vesta, par example,
pour la coller h notre terre ? Ce ne serait guere plus qu'une
verrue sur une face humaine !......
Comme il serait difficile de gouverner le monde, en faisant
disparattre la providence Et ce sont de prdtendus sages qui
veulent en agir ainsi 1... Piti6 !
Cependant les lies se succedent toujours les unes aux autres
sans interruption, apres Saint-Barth6lemi, c'est Anguille qui
appartient 1l'Angleterre, a 180 40' de latitude, avec une popu-
lation de 2,000 habitants; au N. E. a 170 38' Barboude (1),
aussi a l'Angleterre avec une population de 1500 habitants.
Puis & 170 29', Saint-Eustache, beaucoup plus conside-
rable que les prdcedentes, qui appartient aux Hollandais, avec
une population de 7,000 habitants.
Enfin a 7h., tel qu'annonce, nous jetons l'ancre dans la
rade de Basseterre, capital de Saint-Kitts, o0u nous devons
faire une escale. Mais nous mouillons assez loin de la rive et
la nuit est deja arrivee, car dans ces climats tropicaux, il n'y a
presque pas de crdpuscule ni d'aurore, une demi-heure apres le
coucher du soleil, c'est la nuit complete, de sorte qu'il nous
faut remettre au lendemain matin 1'heure du d6barquement.

(1) Barboude, Barbuda, ne pas confondre avec la Barbade, Baraztos,
plus au sud, et don't nous parlerons plus loin.
























DEUXIEME PARTIES


DE SAINT-KITTS A TRINIDAD.


Le RBv. M. Smyth, cur6 de Saint-Kitts. Le jardin public. L'Arec ou
Chou-palmiste.- Le cactus t8te d'anglais. Le Figuier des Indes.-
Un Strombe.--Nvis.-Monserrat.-Antigue ; Pelicans ; jardin bota-
nique ; a Victoria regia en fleur.-LaDominique; Roseau; hSpital
pour les afflig6s du pian. La Guadeloupe; Pointe-A-Pitre; M.
I'abb6 Minoret; l'arbre du voyageur; le Pandanus; M. Guesde; une
Pleurotomaria toute fraiche; le Scarab6e g6ant. La Martinique ;
Saint-Pierre sa capital; nageurs negres ; un requin; la quaran-
taine.-Ste-Lucie; le R6v. P. Tapon, cur6 de Castries ; serpents.-
La Barbade ; le R. P. Strickland, cur6 de Bridgetown; coquillages;
visit a M. Belgrave, marchand de curiosit6s; un corail nouveau.-
Trinidad.

Jeudi 5 avril.--Ds 6.30 h. je descends avec M. Huart
dans une chaloupe qui nous ddpose sur le quai en face de la
douane. N'ayant d'autre bagage que nos brdviaires, 1'inspec-
tion est bien vite faite, et nous voilk dans la rue h la recherche








36 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

de 1'eglise catholique, que nous savions avoir pour cure le Rev.
M. Smyth, pour lequel nous avions une lettre d'introduction.
Nous h6sitions sur la direction A prendre, lorsqu'un jeune
homme a mine bienveillante, nous entendant parler franqais,
nous accoste.
-Vous cherchez 1'eglise catholique ? Et bien, suivez-moi, je
vais vous y conduire.
-Vous Rtes francais ?
-Non, je suis danois et l'un des employs de l'dglise.
Nous marchons done a la suite de ce guide, tournons un
coin de rue, traversons un jardin public oA maints objets nou-
veaux frappent mes regards, mais don't je remets l'examen h
quelques quarts d'heure plus tard, et entrons au presbytere.
M. le cur4 Smyth nous accueille avec une politesse charmante
et nous conduit sans plus tarder a la sacristie pour la c6elbration
de la sainte messe, a laquelle je tenais fort pour remercier Dieu
de l'heureuse traverse que nous venions de fire. M. Huart,
trop fatigue du malaise dprouv6 & bord, ne se sentit pas capable
de celebrer.
L'dglise, quoique petite, 4tait tenue dans un grand 4tat de
proprete, et une vingtaine de personnel qui assisterent a ma
mess s'y montrerent dans la tenue la plus convenable et la
plus attentive.
M. Smyth nous invite a prendre le ddjefner avec lui,
et apres une demi-heure de conversation avec ce brave cure,
auquel nous ne reconnaissons. qu'un d4faut, celui de ne pas
parler frangais, nous prenons congd de lui pour retourner a
notre bateau, car l'on nous avait assign 9 h. pour le moment
du depart.
Mais comme nous avons encore plus d'une heure a notre
disposition, je ne veux pas laisser la ville sans faire une court,
mais attentive dtude de sa physionomie et surtout de ses pro-
ductions naturelles.










DE ST-KITTS A TRINIDAD


Le jardin public en face du presbythIe est en premier lieu
ce qui fixe mon attention.
Ce qui me frappe plus
S particulibrement a premiere
vue ce sont les palmiers,
avec leurs troncs droits,
lisses, vernis comme des
manches de lignes, dirait
Buies, et leurs longues
feuilles en parasol au som-
met seulement. La figure 1
ei-jointe en donne une re-
pr4sentation fiddle. C'est
l'Oreodoxaa regia, Willde-
now, que les anglais ap-
pellent Mountain cabbage,
Cabbage palm, et les fran-
qais, tres improprement, pal-
miste, et mieux Chou-pal-
miste.
On sait que les palmiers
se rangent dans les mono-
colyldones, don't nos cdrd-
ales, bld, avoine, mals, etc.,
font aussi parties. Les pal-
miers sont trbs nombreux
en espices, les Antilles en
possedent, assure-t-on, dix-
huit diff4rentes.
L'Arec on Chou-palmiste
qui nous occupe particu-
librement ici, a d'abord Ntd
Sdsign6 par Jacquart sous
le nom d'Areca oleracea,
Fig. 1.
Fig. 1.-L'Arec ou Chou-palmiste, Oreodoxa regia, Willd.









38 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

Wildenow qui a faith ensuite une etude speciale de ces plants,
lui a donn le nom d'Oreodoxa regia, qu'il conserve encore
aujourd'hui. Son nom sp6cifique regia lui convient tout par-
ticulierement, car c'est un des arbres des plus 6lev4s, des plus
4elgants et de plus belle apparence de toute sa famille; il a une
majesty reellement royale. Sur un diametre atteignant rarement
deux pieds, il s'416ve jusqu'h 80, 100 et meme 120 pieds, et ne
porte de feuilles qu'h son sommet, comme la plupart de ceux de
sa famille. Son stipe ou tige est dans le jeune age renfl6 en
bulbe vers le bas, comme on peut le voir dans la figure ci-contre;
mais en croissant il perd avec 1'age cette apparence bulbiforme,
c'est-a-dire que le reste du stipe vient h prendre A peu pres le
diametre du bulbe primitif.
La racine se compose d'abord de la radicule qui s'enfonce
en terre, mais qui disparalt ensuite pour faire place a un grand
nombre de petites racines adventives qui le retiennent si soli-
dement fix4 au sol, que sur le grand nombre de tous ceux que
j'ai pu observer, je n'en ai jamais vu un seul renverse par le
vent, meme, comme on en voit souvent, isol4s en pleins champs
ou sur des places publiques, malgr6 la prise que peut donner
son parasol de feuilles compact au sommet de sa tige nue,
elancde, et relativement grele.

L'arbre, dans le jeune age, produit un certain nombre de
feuilles engainantes, pennies, de 8 a 10 pieds de longueur et a
folioles de 13 a 20 pouces. Mais ces feuilles tombent bient6t
pour faire place a une hampe qui s'6chappe de leur centre et se
projette jusqu'h 40, 50, 70 pieds et meme au delay pour porter
les fleurs qui donneront naissance aux fruits. Les feuilles tom-
bdes ne laissent pas des cicatrices soulevees comme on en voit
sur les dattiers, mais seulement des cercles paralleles blanchatres,
sans aucun relief, ne se distinguant du reste que par leur cou-
leur, et disparaissant avec 1'Age dans la croissance de l'arbre.
La fleur consiste en un spadice ou regime renferm4 dans









DE ST-KITTS A TRINIDAD


une spathe bivalve qui s'ouvre & la floraison et persiste long-
temps sur 1'arbre avant de se d4tacher et de tomber sur le sol.
Les fleurs sont a six divisions disposes sur deux rangs, et trois
stigmates, formant une drupe ronde, recouverte d'un brou fila-
menteux contenant une amande. Les fleurs blanches, fort
petites, sont suivies de fruits oblongs, bleuatres, de la grosseur
d'une olive, a amande non comestible.




















Fig. 2.
Mais si le fruit de l'arec n'est pas comestible, l'6norme
bourgeon qui doit le produire est par contre tres recherche. On
le mange en salade, cru 'a la manibre des artichauts, ou cuit
comme les choux. II est cependant regrettable que pour se
procurer ce met, on donne la mort chaque fois h un individu de
ces rois des forts tropicales. On va finir, en plusieurs endroits,
par amener 1'extinction complete de cette race int6ressante.
Le bois, qui avec l'Age prend la couleur et la duret6 de
1'Nbene, est creus6 en tuyaux, taill6 en planches, en poteaux, etc.,


Fig. 2.-Le Figuier des Indes, Ficus indica, Lam.









40 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

et ses feuilles servent a couvrir les cases des habitants des cam-
pagnes.
Il me fait plaisir de reconnattre en passant un arbre don't
j'avais fait d6jh la connaissance au jardin public, au Caire, en
Egypte. C'est le figuier des Indes, Ficus indica, Linn6. Cet
arbre, de taille supdrieure, a la singulikre propriet6 d'4mettre de
ses branches des racines adventives qui descendent vers le sol,
s'y enracinent et forment de nouveaux troncs, si bien que l'arbre
vient h la fin a couvrir des spaces considdrables, figurant un
immense temple support par des colonnes. Cet arbre est origi-
naire des Indes Orientales, les anglais lui donnent le nom de
Banyan tree. Fig. 2.
Mais pour un arbre que je reconnais, ce sont des douzaines
que je vois partout pour la premiere fois. Les arbrisseaux, les
herbes mmme sont de toute part, des especes 4trangBres a nos
climats. De superbes haies de Crotons, a feuillage d'une vari6t6
sans fin bordent partout les allies, et n'ajoutent pas peu a l'agr6-
ment du coup d'oeil g4nral, en mariant leur nuances diversifiees
a celles des nombreuses et 4clatantes fleurs des parterres.
Je remarquai pros de ces haies, autour du bassin qui forme
le centre du jardin oi convergent les diverse allies, des cactus
d'apparence tout a fait singuli&re. Ce sont des especes de globes
oblongs, a nombreuses c6tes munies d'4pines, de 12 a 15 pouces
de hauteur, portant I leur sommet un cdphalium ou tubercule
spherique tout covert d'un coton blanc a travers lequel percent
de nombreuses pines rougeatres entrem~ldes de fleurs roses,
petites, mais tres nombreuses et du plus bel effet.
-How do you call thisplant, dis-je a un monsieur queje
vis la avec une dam6 accompagnde de quelques enfants ?
--It is called Pope's head, rdpondit-il.
Allons, me dis-je, voici une denomination bien impropre ;
passe pour le blanc de la calotte du Pape, mais que faire du









DE ST-KITTS A TRiNIDAD


rouge des fleurs et des pines ? Ce monsieur est sans doute un
protestant.
Revenu au bateau, je t6moigne a 1'un des passagers ma
surprise a ]a vue de ce cactus singulier et du nom par lequel
on me l'avait d6sign6.-Tdte-du-Pape le nom de ce cactus ?
mais pas du tout; c'est T6te d'anglais qui est son veritable
nom. Ne voyez-vous pas, ajoute celui-ci, dans le mamelon qui
couronne la plante, le fond d'un crane anglais, sur lequel s'en-
trecroisent des m6ches de cheveux roux h la manikre des pines
qui couronnent cette calotte ? C'est d'ailleurs un nom si bien
admis qu'on le trouve mentionn6 dans plusieurs auteurs.

Et, en effet, dans le dictionnaire Pittoresque d'Histoire
Naturelle de Gu6rin, a 1'article Mamillaire, on lit, vol. V, page 6 :
Melocactus, DeCandolle, vulgairement : Bonnet-a-1'anglais.

Basseterre compete environ 10,000 ames. La ville est propre
et assez bien batie, mais la population qui l'habite ne manque
pas de nous frapper tout particulihrement. On ne voyait de
toutes parts que figures noires, c'est-h-peine si par-ci, par-14
nous rencontrions un blanc, et comme c'6tait a peu pres la pre-
miere fois que nous nous trouvions en face d'une population
color'e, elle ne manqua pas de faire une vive impression sur
nous.
Je n'eus pas de peine a reconnaitre dans ces mulatres les
types des africains que j'avais vus dans la Floride et la Georgie,
parties inf6rieure de la figure plus ou moins avancee en grouin,
16vres demesur6ment 6paisses, cheveux laineux etc. Tous ces
noirs ici parent l'anglais, plus ou moins patois6, et portent le
costume europ6en, moins toutefois les enfants jusqu'" l'age de
7 h 8 ans, qu'on trouve plus commode et plus 6conomique
d'abandonner au costume de notre pere Adam dans le Paradis
terrestre.
Voulant pousser une reconnaissance, avec M. Huart, sur la









UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX


rue qui horde le rivage, nous ne pouvions nous lasser d'admirer
partout les 6tranges allures de ces gens : des cases de quelques
pieds seulement en dimensions et couvertes de feuillges leur
servant de demeures, absence presque complete de meubles h
l'interieur; des enfants nus, a tate laineuse, s'dbattent dans la
rue, celle-ci souvent interrompue ou plus ou moins torture par
des cases sans ordre empidtant sur son aire, tout ce monde aux
aguets et tout 6tonnes de notre presence parmi eux etc., etc.
II y avait l tout prbs, 4chou6e sur la plage, une vieille
carcasse de bAtiment, retenant encore quelques uns de ses agres
dans lesquels des gains noirs s'exerqaient aux manoeuvres des
matelots en grimpant dans les cordages. Les enfants sont bien
partout les memes, dis-je a M. Huart, le mouvenent, les cris,
les courses, les jeux de toute sorte, semblent une n6cessit6 a
leur nature.
-Oui, sans contredit, mais avec cette difference que chez
nous les enfants comprennent, des l'age le plus tendre, qu'ils sont
des hommes et se couvrent en consequence, tandis qu'ici ils ont
encore moins d'habits que les petits chiens et les petits chats.
Mais comment, en voici de plus grands qui portent une
bien modest chemise.
-Oui, modest, s'ils se tenaient toujours sur leurs pieds,
mais en grimpant dans des cordages, leur chemise ne leur sert
gubre de couverture.
Je trouvais partout, et principalement sur la grbve, de
nombreuses coquilles, souvent plus grosses que le poing, d'une
espbce de Turbo qu'on devait sans doute trouver dans le voisi-
nage. On r6pondit a mes questions sur le sujet qu'en effet on
allait la picher tout prbs de l1, et qu'on en faisait une grande
consommation comme aliment, en la faisant cuire. C'est le
Turbot onduld, Turbo undulatus, Lamarck.

Revenus au bateau h 9 h., here fixde pour le depart, on









DE ST-KITTS A TRINIDAD


nous dit la qu'on ne partirait pas avant midi, le d6chargement
du vaisseau n'etant pas encore termin6. Nous profitons de ce
delai, pour admirer davantage 1'Fle du point uo nous sommes et
nous renseigner sur son histoire.
Basseterre, qui porte bien son nom pour Atre situde sur un
plateau peu Qlev6 au dessus du niveau de la mer, se trouve au
pied du mont MisBre, point le plus haut de la chatne de mon-
tagnes qui occupe tout le milieu de l'ile. Ces montagnes erup-
tives sont toutes d'anciens volcans dteints; recouvertes d'une
couche de lave rougeatre plus ou moins d4composee, elles prg-
sentent jusqu'" leurs cimes les plus hautes une riche vegetation
qui ne laisse voir nulle part le roc nu, comme dans nos climats
du nord. Avec la chaleur et I'humidit4, certaines plants peuvent
prendre racine sur le roc mgme, encore bien plus sur ces r6sidus
de volcans que l'air et la temperature convertissent avec le
temps en terroir susceptible de se prAter h la culture.
Le mont MisBre ne measure pas moins de 4,300 pieds
d'dlivation au dessus du niveau de la mer. En 1880, a la
suite de pluies prolongees, les ruisseaux qui descendent de la
montagne se convertirent en torrents, et se rdpandant dans la
ville apres avoir ruin les moissons de la plaine, ils enleverent
les maisons et firent p4rir plus de 200 habitants dans leur
course vers la mer.
Les montagnes boisdes sont la retraite de singes nombreux
que les amateurs se plaisent h aller chasser, et les planes qui
les bordent tout autour de l'ile sont d'une fertility extraordinaire.
Ces planes sont presque exclusivement cultiv6es en canne a
sucre.
Du pont du bateau oi nous sommes l'tle offre un coup
d'ceil vraiment enchanteur. Droit en face se montre la ville
qui, basse et peu apparent, semble vouloir se confondre avec le
pied de l'altier mont MisBre; a droite et a gauche s'dtendent de
vastes champs de canne, varies dans leur coloration suivant








44 UNE EXCURSION AUX CLIMATE TROPICAUX

1'age et le degr6 de maturation de la precieuse chevelure qu'ils
portent. Ici c'est le vert tendre et brilliant des pousses dans le
jeune age; la le jaune dor6 de celles parvenues a maturity ; et
plus loin le jaune testac6 des totes et feuilles qu'on laisse sur le
sol apres la recolte. QA et la, au milieu des cultures, s'616vent
les residences princieres des propri6taires, avec leurs massifs de
verdure, leurs vastes usines dans le voisinage, et nombre de
palmiers majestueux dominant le tout en bergant mollement
leurs parasols de verdure a la rise qui les agite. L'une de ces
residences a droite, nous montre une alle d'au moins un mille
qui y conduit, bordee de chaque c6t6 d'une file sans fin de
cocotiers au troncs plus ou moins penches et aux longues palmes
pendantes touchant prusque le sol. Rdpandez sur le tout un
soleil aux rayons 6tincelants qui semble s'empresser d'accentuer
les ombres de la verdure pour vous soustraire a 1'eblouissement,
et vous pourrez vous former une id6e de 1'apparence de ces
paysages tropicaux.
L'ile Saint-Kitts ou Saint-Christophe fut d6couverte par
Christophe Colomb en 1493. Colonis6e par les Ang!ais en 1623,
les franoais et les espagnols leur en disputerent longtemps la
possession, mais a la fin, par le trait d'Utrecht en 1713, elle fut
definitivement reconnue possession anglaise et l'a toujours 6t6
jusqu'h ce jour.

Les matelots du bord ayant jet6 une line a 1'eau hier soir,
la retirerent ce matin avec un superbe prise qui ne manquait
pas d'int6rit pour moi. A la resistance qu'opposait la ligne a
sortir de 1'eau, ils jugerent qu l1'hamecon devait avoir acroch6
quelque debris mdtallique per u dans le port ou quelque piece
de bois lourd incapable de flot er. Mais quelle ne fut pas leur
surprise lorsqu'ils virent paraflre un superbe mollusque vivant,
le Strombe gdant, Strombus igas, Linnd. La piece, quoique
de bonne taille, n'etait cepend nt pas aussi grande que certaines
que j'avais vues, mais sa coq lille 6tait fort 6paisse, et par les









DE ST-KITTS A TRINIDAD


dechiquetures de sa lIvre ext4rieure on pouvait juger qu'elle
avait subi plus d'une mutilation, et ce qui la rendait encore
plus lourde et plus int6ressante, c'est qu'elle portait sur son dos
une tige de madr6pore tres forte et tres resistante, de quatre a
cinq pouces de long. C'6tait la premiere fois que je voyaia l'a-
nimal vivant. Sa chair, nous dirent les negres, est excellent a
manger cuite.
Les Strombes, que les anglais appellent Fountain-shells,
sont ces superbes coquilles qu'on rencontre tres fr6quemment
sur les corniches des salons; leur spire, gen4ralement tres court,
a le dernier tour couronn6 de tubercules solides, leur levre est
6talke, ondul6e, et orn6e de la plus belle couleur rose en dedans
de meme que la columelle. Leur opercule est petit, onguicul6,
a bord rugueux.
II paratt que les Strombes ex4cutent leur locomotion, non
en rampant sur le sol comme le font la plupart des autres mol-
lusques, mais par sauts et par bonds, la petitesse de leur oper-
cule leur servant a cette fin de point d'appui pour soulever
toute la masse.

On export ces coquilles en Angleterre en trbs grand nom-
bre des ties Bahamas, pour la confection des camees et autres
ouvrages. En 1850 Liverpool n'en requt pas moins de 300,000
venant de ces fles. Ces coquilles present souventjusqu', 4 et 5
livres.

A midi precis nous levons l'ancre et continuous notre route
vers le S. E.

Allons, dis-je h M. Huart, il faut continue nos 6tudes de
mceurs. Voyons avant tout comment se compose notre per-
sonnel actuel. Nous avons perdu notre yankee Moore, que M.
Cast6ra ne regrettera guere, je pense. Il nous offrait pourtant
parfois l'occasion d'int6ressantes remarques, tant dans ses pro-
pres allures que dans ses rapports avec ceux qui l'avoisinaient.








UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX


L'un de ces derniers jours, il e
Castera de ses obsessions; lorsc
tenir, lui tourna brusquement h1
" il va tant faire que je vais dd
ricains d6test6s par un jeune co
leur au canal de Panama; c'esl
vivre a une telle calamity!
M. Castdra a plusieurs foil
emprunter a ses freres d'Eurol
altier, qui rend les franqais si s
strangers. La France est le pii
semblent-t-ils nous dire. Eux
just, convenable, recommanda
dans leur moule, n'est pas dig
talent encore de le penser, mai,
mgmes percent a tout instant.
ils se croient autoris6s A faire 1
sent pas comme eux. Imagine]
crdole puisse se croire un pei
nacer une nation entire de so


n dtait encore A poursuivre M.
ue celui-ci ne pouvant plus y
dos, s'exclamant en s'dloignant:
ester les ambricains." Les ame-
dole de la Guadeloupe, travail-
a tirer l'dchelle comment sur-


Svisit6 la France, et il a bien su
e cet esprit arrogant, suffisant,
ouvent maussades aux yeux des
ot sur lequel tourne le monde,
seuls savent juger ce qui est
le. Tout ce qui n'est pas could
ne d'attention. S'ils se conten-
Sces humbles sentiments d'eux-
Avec un sans gene inconceivable
lecon a tous ceux qui ne pen-
ait-on, par example, qu'ui jeune
sonnage jusqu'au point de me-
i didain ou de son m6pris ?


Mais revenons h nos com agnons de route.


Voici que je retrouve sur
du jardin public de Basseterre
en frangais.
-Vous etes francais, me
-Non, nous sounmes, m
canadiens, qui visitors ccs ties
Et moi, je suis curd de
Basseterre; si & votre retour v
quinzaine chez moi, je vous r
-Vous etes cur6......cat]


Le point mon homme au cactus
mui, cette fois, m'adresse la parole

dit-il ?
)n compagnon et moi, des pretres
pour la premiere fois.
Ste Marie, a quelques miles de
)us voulez bien venir passer une
cevrai avec le plus grand plaisir.
lolique remain ?


-Oh! non; j'appartiens A 1l'dglise presbyt6rienne.









DE ST-KITTS A TRINIDAD


Tout de meme je lui tins compete de sa bienveillante invi-
tation et admiral le sans gene avec lequel il semblait nous con-
sid6rer comme des cenfrbres.
Le R6v. Hughes, car tel dtait son nom, me dit qu'il 6tait
n6 a St-Vincent et avait dtudi6 en Suisse. II s'en allait avec
sa femme, quatre enfants et une negresse, passer un mois de
vacance chez son beau-pare h Antigue, pour revenir a son poste
aussit6t apres.
Ce fut a peu pres la seule conversation que nous times
avec lui, car la mer 6tant un peu houleuse, sa reverence fut
*tout le temps occupy a donner ses soins a sa digne moiti6 et a
ses futurs h6ritiers, qui tous avaient la bile bouleversee par le
movement du vaisseau.
Nous passames bientot devant N6vis qui semble faire
suite a Saint-Kitts, n'en etant separee que par un canal assez
4troit. Puis plus loin devant Monserrat, fle plus considerable,
mais oi ne nous arretames pas non plus. Encore un peu plus
loin nous vtmes sur notre droite la Rotonde, rocher inhabit
qui s'616ve isol6e une grande hauteur au dessus de la mer.
Enfin a 7 h. nous jetons l'ancre dans le port d'Antigue, a
une assez grande distance de la ville Saint-John que nous ne
pouvons voir du point ou nous sommes et od nous ne pouvons
nous rendre le soir meme.
Vendredi 6 avril.-Le capitaine qui avait cru un instant,
pouvoir operer le dichargement dans quelques heures seulement,
pour se remettre aussitSt en route, nous announce ce matin que
ce n'est pas avant 8 h. du soir que nous laisserono ce port, nous
nous d6cidons en consequence a nous rendre sans tarder a terre.
Le trajet a plus de trois miles et la mer est passablement
houleuse, mais un petit bateau a vapeur vient nous prendre et
nous transport au quai dans un instant.

L'entr6e du port est tres accident6e et offre maints coups









UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX


d'ceil des plus agr4ables. Tand
un semaphore avec ses pavilion
une forteresse a notre gauche n
des murs et des canons don't no
barrasserait guere en cas d'atta
Nous passons tout pres d'
ques pieds seulement au dessu
excrements des oiseaux aquatiq
sur lequel nous voyous & 1'inst
bruns, Pelecanus fuscus, Linn
vements, occupies qu'ils dtaient
de la nuit pr6cedente.
On sait que les Pelicans
tres forte taille, don't le bec
inferieure d'un sac ou poche q
contenir plus d'un gallon d'eau
sivement de poissons, sont tris
car quoique de forte taille, ils
rapide h volontd; planant tran
se lancer avec la rapidity d'une
ceil perqant a distingu6 sous 1'
bec et log6 tout vivant dans la
rieure. Lorsque la poche est
sept a huit pieces d'assez bon e
sur un rocher, et l1, tirant de c
se conservent vivants, les piec s
il les ingurgite jusqu', la dern 6
en poursuite d'une nouvelle p I

Le Pdlican brun don't il s'
rieure h celle du pelican c n
Linn6. Il a la tote, le cou, le
de cendr6. Le milieu des plui
marque de blanchatre; les gra c


s que nous voyons a notre droite
au vent couronnant un pic 6lev1,
us montre sur un rocher escarp6
re artillerie moderne ne s'em-
tue.
n petit rocher s'dlevant h quel-
de l'eau, tout blanchi par les
aes qui viennent s'y reposer, et
nt mgme, sept a huit pelicans
i, paraissant fixes et sans mou-
h faire la digestion de leur pcche


ont ces oiseaux aquatiques, de
)rt long est muni a sa machoire
ii peut se dilater de maniere a
Ces oiseaux qui vivent exclu-
habiles pour en faire la capture,
jouissent d'un vol leger et tres
uillement dans 1'air, on les voit
fliche sur un poisson que leur
au; le poisson est saisi par le
gibeciere de la mandibule inf6-
remplie-contenant souvent de
taille-le picheur va se fixer
)n sac ofi les poissons dans 1'eau
i measure que la faim le press,
re, pour se mettre de nouveau
he.

it ici est de taille un peu inf6-
imun, Pelecanus onocrotalus,
ailes, varies de blanc argent6 et
es qui couvrent le dos est gris
les pennes sont noires, les secon-







DE ST-KITTS A TRINIDAD


daires brunes; le bee verdAtre sa base, bleuatre dans le milieu,
et rouge & 1'extr6mit6; la poche est d'un bleu cendr6 ray6 de
rougeftre.
On sait que la fable du pl6ican qui se perce la poitrine de
son bec pour nourrir ses petits, a inspire aux auteurs anciens
1'id6e de le traduire comme figure du Christ qui s'immole pour le
salut de son people. On rencontre encore fr6quemment cette
figure du pelican dans les bas-reliefs de nos eglises, bien qu'il
soit connu de tous aujourd'hui que cette pr6tendue immolation
de l'oiseau p6cheur n'est qu'un pur mythe.
Notre petit bateau accoste a un beau quai en pierre de
taille, oA nous n'avons a gravir que quelques marches pour
nous trouver dans la rue.
Comme le march est attenant a cette rue, nous en faisons
incontinent la visit. Presque tous les objets que nous y voy-
ons exposes, fruits, lgumes, products de l'industrie, sont dif-
f6rents de ce que nous voyons chez nous. Ce sont entire
autres: des ignames, des salades, des racines de diff6rents
genres, des graines de job, des gousses de vanille a odeur suave,
'des bonnets de salon en graines colorees en guise de perles, etc.,
etc. Puis, conduits par un gamin noir, nous nous rendons chez
le cure, don't la residence se trouve de l'autre c6t6 de la ville,
avoisinant la campague. Nous admirons le pavage parfait et
la propret6 des rues. Les residences et les boutiques n'ont rien
de bien remarquable, mais d6notent cependant une tenue con-
venable.
Le curd, M. l'abb6 Fogarty, qui a sur son voisin de St-
Kitts, I'avantage de parler notre idiome, quoique comme lui
enfant de la verte Erin, nous accueille avec une extreme bien-
veillance et nous fait les honneurs de sa maison avec une grace
charmante.
Le presbytere, construit pour les besoins de ces climats,
semble n'avoir rien a redouter de la haute temperature qui








50 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

regne ici. Des sales vastes et bien 4clairdes, des plafonds qui
se confondent avec le toit mgme, permettent a 1'air de circuler
librement, et pour peu qu'on interrompe les rayons du soleil, on
jouit d'une atmosphere relativement fratche et qui n'a rien d'in-
commodant. Ajoutez des fleurs en pots, et d'une grande vari6et,
sur le perron, d'autres non moins dclatantes, ni moins nom-
breuses dans le jardin an milieu duquel s'416ve la residence,
des meubles confortables qui garnissent les chambres, et vous
pourrez croire qu'on puisse habiter ici sans se consid6rer rigou-
reusement partag6 par le sort.
Apres le ddjeiner, M. le curd nous conduit a son eglise,
que nous trouvons fort convenable et dans un grand 4tat de
propret4. Nous admirons surtout le tombeau de son autel prin-
cipal qui represent en statues rensevelissement du sauveur;
les poses et les attitudes des personnages sont tout-a-fait natu-
relles et forment un tableau tres impressionable.
Tout a c8t6 de l'dglise se trouve le couvent, ou quatre
soeurs, des Filles-de-la-Vierge-Fidele, donnent l'instruction aux
petites filles. Les bonnes sceurs font chanter a leurs 16Bves,
avec musique, quelques prieres de chant sacr4 qui sont ex4cutees,
avec beaucoup de precision, et laissent deviner plusieuls voix
tres distingudes parmi ces enfants.
Je remarque que les 61lves sont a teint plus ou moins
fonce, mais sans montrer les traits des figures africaines que
partagent plus ou moins les mulatres. Sur l'observation que
j'en fais a une sceur, elle me dit qu'en effet toutes ces enfants,
except une seule, n'ont aucun sang africain dans les veines.-
Pourriez-vous reconnaltre 1'exception, dit la sceur ?-Je pro-
mene mes regards sur la file et m'arrtte sur celle qui fait un
type h part par ses 16vres et sa chevelure. C'etait precisement
celle-la; presque toutes les autres 6taient d'origine portugaise,
bien qu'elles parlassent l'anglais.
Le jardin des sceurs qui spare le couvent de la rue nous








DE ST-KITTS A TRINIDAD


montre une grande varidt6 de fleurs comme on en voit partout
ici; et je trouve sur ces fleurs, de meme que sur le trone des
arbres du voisinage, une punaise rouge et noire en immense
quantity; c'est le Disdercus suturalis, Fabr. C'est ma second
chasse entomologique.
AprBs le diner nous allons visitor l'h8pital, la prison, et un
jardin botanique qui se trouve tout aupres. Nous examinons
en passant un champ de canne a sucre que nous voyions de
pres pour la premiere fois. Les tiges sont toutes par talles, de
3 a 5, avec d'autres plus jeunes; quoique mires pour la recolte
du sucre, elles ne montrent pas encore de fleurs a leur sommet.
Elles mesurent de 4 a 5 pieds de hauteur sur un diametre de
deux pouces environ; elles sont presque touted plus ou moins
courbdes vers le bas. Je remarque que leurs nceuds sont beau-
coup plus rapproch4s que dans les tiges de mais avec lequel
elles ont en outre plus d'un point de resemblance. Nous got-
tons a la chair interieure qui recele le sucre, et je suis tout
dtonn6 d'en trouver le jus si abondant et si sucrd, et j'ajouterai
d'une saveur tout-a-fait agrdable pour moi.
Nous avons la chance de pouvoir admirer dans un petit
tang du jardin botanique, en pleine floraison, la reine des fleurs,
sinon par la richesse du colors, du moins par ses dimensions,
c'est la Victoria regia. C'est une plante aquatique de la famille
des Nymph6ac6es, et tres voisine aussi de notre Nymphcea
odorata, Aiton. La feuille fort 6paisse, de 3 a 4 pieds de diametre
presque circulaire, repose a plat sur l'eau avec un rebord d'en-
viron deux pouces tout autour. Ce record est form par le
limbe qui se redress ainsi presque a angle droit.
D'un vert fonc6 en dessus, elle prend une belle teinto
rouge a sa surface inf6rieure qui est toute cloissonnde par des
c8tes nombreuses et fortement 6pineuses. Les p6tioles, les
pedoncules, les ealices, et meme les fruits sont aussi dpineux.
La fleur, qui est dans la former de cells des Nymph6as, atteint
jusqu'a 11 et 12 pouces de diametre. Chaque fleur ne dure que









52 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

deux jours, mais la plante en donne un grand nombre. D'un
blanc pur avec le centre rose la premiere journde, elle est toute
carminee le lendemain. Mais ce qui surprend surtout dans
cette plante, c'est que tout en pregnant de telles dimensions, elle
est cependant une plante annuelle. On en a obtenu en Belgi-
que des pieds monstres, a feuilles de sept a huit pieds de diam6-
tre, a fleurs nombreuses, et cela apres cinq mois seulement de
la date du semis.


















Fig. 3.
Au jardin botanique de Gand, en 1869, sept des dnormes
feuilles de la Victoria couvrirent entierement la surface du
bassin, qui ne measure pas moins de 150 pieds carrds, de sorte
qu'il fallut couper les plus anciennes pour faire de la place aux
plus jeunes. On voulut l1 fire une nouvelle experience pour
connaltre le poids qu'une feuille pouvait porter. AprBs l'avoir
couverte de toile, pour dviter les d4chirures, on 1'a chargee, et
on est arrive a 450 livres. La feuille 4tant dechargde, un des


Fig. 3-La Victoria regia, Lindley.









DE ST-KITTS A TRINIDAD


ouvriers du jardin, un fort gaillard ne pesant pas moins de 150
livres, est saut6 dessus, la feuille bougeait h peine, un compa-
gnon aurait pu s'y joindre. Imaginez done deux picheurs,
tranquillement assis sur une feuille, et descendant le courant
d'un fleuve.

DWcouverte en 1837 par Schomburgh, dans la Guyane
anglaise, Lindley l'annonqa comme une plante nouvelle et lui
donna le nom qu'elle porte aujourd'hui, bien qu'elle efit d6jh 6te
signal6e des 1799 par Hencke, botaniste allemand, et dderite sous
le nom d'Euryale amazonica. Sic vos non vobis, pourrait-on
dire au sujet de cette plante, comme pour beaucoup d'autres
d4couvertes.
J'avais dejh vu des Victorias au British Museum, a Londres,
mais malheureusement lors de ma visit elles n'6taient pas en
fleur.
Nous passons dans un champ plante en patates sucrees,
Dioscorea batatas, et je m'6torne toujours de voir qu'une tige si
grile, si faible, puisse produire de si gros tubercules. On sait
que la patate sucrde, de mgme que tous les autres ignames,
appartient a la famille des Convolvulacdes, don't toutes les
plants sont h tiges volubiles ou du moins faibles et rampantes.

Je trouve tres abondante dans le jardin du presbytbre une
petite plante gazonnante, fort agr6able, que j'ai longtemps cul-
tivee en pots; c'est la Pilea microphylla. On 1'emploie ici h
faire des bordures ; ses feuilles petites et d'un vert gai, ranges
en touffes compactes, ses petites fleurs rouges se confondant
presque avec les feuilles, ses tiges presque nulles et feuillees
des la base, ne mesurant pas plus de 3 a 5 pouces de hauteur,
en font des bordures du plus bel effet dans les jardins bien
entretenus. Elle appartient h la famille des Urticac6es bien que
depourvue de poils urticants.
Les plants que l'on voit le plus communament en pots









54 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

sur les galleries des verandahs, les perrons et les avenues en face
des demeures, sont les suivantes : les Begonias, de sept a huit
varietis ; les Gloxinias aux entonnoirs si varies de leur couleurs
pourprees; une superbe foug6re, 1'Adiantm capillus- Veneris,
A frondes tellement fournies, qu'elles forment souvent des masses
compactes; comme la n8tre, cette capillaire est a tiges noires et
grgles et ses folioles ddcoupdes sont glabres et tres ddlicates, pres-
que translucides; puis quelques liliacees, certain geraniums, etc.
Chose assez singulibre, la plupart de nos fleurs ne rdussis-
sent ici que mddiocrement; ainsi les rosiers deviennent des ar-
brisseaux de 5 a 6 pieds et pauvres en fleurs; je n'ai vu nulle
part notre rosier cent-feuilles. Les ceillets deviennent de mmme
4 tige A demi ligneuse de 2 & 3 pieds et a fleurs assez rares.
Les girofl6es y sont inconnues; nulle part je n'ai vu de pensees;
nos phlox si varies ne se rencontrent que tres rarement; nos as-
teres si diversifies de forme et de coloration, sont ici communs
et des plus pauvres, etc.
Je dois dire aussi qu'en g4enral les jardins sont ici fort pen
soignes. S'ils ont une certain apparence de recherche et par-
fois beaucoup d'6clat, cela eat di bien plut6t h la nature qu'a
I'art et au travail. Remarquons aussi que si l'on cultive des
plants en pots, ce n'est pas qu'elles ne puissent.rdussir en pleine
terre, mais c'est uniquement pour les avoir a sa port6e, et quel-
quefois aussi, pour soustraire certaines d'entre elles trop ddlicates
aux rayons bralants du soleil. Il est certaines de nos plants
d'appartements ou de jardins qui prennent ici des proportions
tout-a-fait colossales, ainsi j'ai vu des geraniums, des ch6vre-
feuilles couvrir en entier de longs murs de jardins, des lauriers-
roses prendre la taille de moyens arbres, etc., etc.
Comme le rendez-vous au quai avait 6t6 fix6 a 4 h. P. M.,
M. Fogarty veut bien faire atteler sa voiture pour nous y ame-
ner lui-mgme. Nous trouvons 1A notre petit bateau qui nous
attend, et apres avoir cordialement serr6 la main au bienveillant









DE ST-KITTS A TRINIDAD


curd en lui disant: au revoir, au retour, nous nous dirigeons
vers notre steamer, qui presque aussit8t se met en march pous
la Guadeloupe.
Samedi, 7 avril.-A 6.30 h. ce matin, nous jetions 1'an-
cre dans le port de la Pointe-a-Pitre, Ile de la Guiadeloupe. Le
port forme une immense baie, presque close a 1'entree par des
tles basses et couvertes de v6egtation. D'autres lies, en parties
cultiv6es, se montrent aussi dans l'intgrieur de la baie, et la
surface de cet estuaire, presque convert en lac par son abrite-
ment centre les vents, r6fl6chit dans son miroir les ties et ha-
bitations qui s'y mirent en offrant un coup d'csil des plus char-
mants. Ajoutez qu'a l'heure ou nous y p6ndtrons, les rayons
obliques du soleil levant viennent projeter au loin l'ombre des
grands arbres des rives, et dorer de leurs feux les sables des
rivages des Ilots entire lesquels nous traqons notre route, en
faisant de 1'ensemble un tableau jetant le d6fi aux pinceaux les
plus habiles et les mieux exerc6s.
Devant nous, droit en face, se montre la ville avec ses
, constructions en pierre blanchAtre, ses rues allignees au cordeau,
dans lesquelles se montrent qa et la d'altiers palmiers, sa vaste
4glise un pen en arriere et dominant le tout, et des collins de
verdure fermant le fond de tout c6t&. Un peu a droite, se voit
une vaste usine a sucre, la plus considerable nous dit-on de
toutes les Antilles. 6es hautes chemindes vomissent des tor-
rents de fumbe qui se dessinent en gros nuages sombres sur la
verdure des collins qui s'el6vent en arriere. De longs quais
sont converts de monceaux de carbon et l'on voit des chars
tratn&s sur des rails qui en transportent aux diffirentes cons-
tructions qui forment le group. On nous invite h la visitor,
mais comme nous n'avons que quelques heures a passer ici,
nous pr6fdrons visitor la ville, oi quelques petites affaires d'ail-
leurs rdclament ma presence.
En attendant que les officers du hAvre nous autorisent a







56 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

mettre pied A terre, nous nous amusons & examiner les negres
qui s'approchent dansleurs bateaux plats pour opdrer le decharge-
ment. Les figures sont peu pros celles des noirs de St-Kitts
et d'Antigue, mais nulle part nous n'avons encore vu tel accou-
trement. La plupart sont sans chemise, et on h6siterait h
qualifier de culotte ou de pantalon le haillon qui en tient lieu.
Mais voici que l'un d'eux veut nous faire voir quel soin il
apporte A conserver cet indispensable 4tui des pays bas. II s'en
ddpouille sans cdr4monie, le plie soigneusement, et va le serrer
sous la pointe d'avant du bateau qui est couverte, il retire en
mgme temps de cette esp6ce d'amoire un sac vide de sel, se
fourre dedans, et s'en fait une espece de jupe pour proc6der au
travail. I1 craignait sans doute de ne pouvoir manager assez le
pricieux v6tement dans les travaux qu'il avait h exdcuter.
A 10 h. nous sommes sur le quai et nous parcourons de
suite quelques rues de la ville. Comme nous avions quelques
renseignements A obtenir a la mairie, nous nous en faisons indi-
qper la direction et nous y rendons sans plus tarder.
Nous pdn6trons dans le corridor et frappons h la premiere
porte que nous rencontrons. Nous trouvons B l'intdrieur un
jeune clerc noir, le6gamment mis, qui nous demand dans un
frangais tout-A-fait parisien:
-Qu'y a-t-il A votre service, messieurs ?
-O'est un acte de naissance de 1-786 ou environ don't
j'aurais besoin.
-J'en suis bien fAch6, mais nos r6gistres ne remontent
pas ici au deli de 1800; les anciens ayant 6t6 d6truits dans
le grand tremblement de terre de 1843.
-Est-ce que ces anciens r6gistres ne se trouvent plus
nulle part ?
-Pardonnez; vous pourrez les voir A Basseterre, la capi-
tale de l'lle, a une soixantaine de kilometres d'ici. Puis-je vous
6tre utile en quelque autre chose ?








DE ST-KITTS A TRiNIDAD


-Je vous suis tres oblige pour vos offres de services et les
renseignements que vous m'avez donnas, et ne requiers rien de
plus.
Puis, saluant, nous nous retirons.
En laissant la mairie, nous nous dirigeons vers 1'Nglise don't
nous avions remarqu6 les tours en d6barquant.
Mais voici que nous rencontrons le march, et comme A
Antigue, nous prenons notre route a travers les etalages plutbt
que de suivre la rue. Il serait difficile de se faire une just
idde, sans l'avoir vu, de l'aspect qu'offre un tel march. Repr6-
sentez-vous 300 a 400 figures, la plus grande parties de femmes,
plus au moins laides les unes que les autres, a teinte noire de
toutes les nuances, depuis le gris sale de souliers non cir6s jus-
qu'au luisant de la plaque de pole recemment bross6e, et toutes
ces gueules sales et d6goutantes parlant ou plut6t jappant a tue-
tAte un language qu'on dit 6tre du franqais, mais don't nous ne
comprenons pas un seul mot. La plupart de ces femmes sont
assises par terre; plusieurs allaitent des enfants nus qu'on voit
ensuite se trainer dans la poussiere; toutes ont la tate envelop-
pee d'un mouchoir a carreaux et le reste de leur vetement se
resume en guenilles plus ou moins passes ou en haillons plus
ou moins sales. Quant aux objets offers, c'est a pen pres les
mgmes qu'a Antigue, fruits de differents genres, legumes, pro-
duits domestiques &c.
Arriv6s a 1'Nglise, nous traversons la place qui s'dtend au
devant et rentrons au presbytere, vaste corps de logis a deux
stages, entour6 d'un jardin. Nous p6netrons dans le corridor
don't les portes sont ouvertes, mais ne trouvant aucune sonnette
pour annoncer notre presence, nous montons au deuxibme par
un escalier en pierre a l'ext6rieur et frappons a la premiere
"porte. C'dtait la chambre de 1'un des vicaires qui nous conduit
a celle de M. le cur6, du c6t6 oppose du corridor.
Le cure, M. l'abb6 Minoret, qui paratt a peine toucher h la








58 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

soixantaine, bien qu'il la d4passe de quelques ann6es, nous ac-
cueille avec une urbanity toute frangaise et une cordiality toute
eccldsiastique. II nous invite a prendre le dejefner avec lui et
nous prdsente a ses trois vicaires, ainsi qu'au R. P. Sire-Dey,
jeune religieux de !a Misericorde, que l'on avait fait venir de
Paris pour precher le careme a la Pointe-a-Pitre
Apres le diner, M. le cur4 veut bien nous conduire chez un
M. Guesde, garden du musee civique et qui s'occupe particu-
librement d'archdologie. M. Guesde a fait de nombreuses et
pr6cieuses d6couvertes sur l'age de pierre des aborigines de 1'lle.
La Smithsonian de Washington a public un compte-rendu
complete, avec nombreuses gravures, des decouvertes du savant
archdologue. Apres avoir examine les nombreux specimens
archdologiques que M. Guesde conserve chez lui, nous l'accom-
pagnons A son musde public, a peu de distance de ia. Nous
comprenons de ce point qu'on a pu avec raison donner a la
ville le nom qu'elle porte aujourd'hui, car nous sommes tout
dtonnds en suivant une rue qui semblait nous conduire a I'inte-
rieur, de nous trouver encore en face de I'eau. Quoique au fond
d'une baie, c'est rdellement sur une pointe qu'est situde la
Pointe-h-Pitre.
Le mus6e, qui forme un corps de logis special, a une fort
belle apparence sans 6tre tres considerable. La batisse est en
retraite sur la rue, et l'espace qui la spare du grillage en bronze
qui borde cette dernimre est tout rempli de plants aux formes
des plus 4tranges, au feuillage des plus varies en coloration, et
aux fleurs odorantes et du plus vif 4clat. Citons entire autres :
l'arbre du voyageur, Urania speciosa, Schreber, arbre a trone
nu de 10 a 12 pieds de hauteur, et mgme d'avantage avec 1'rge,
termine par de longues feuilles se rangeant de chaque c86t en
formant un vaste dventail ; les feuilles tres entibres, ne mesurant
pas moins de 6 a 15 pieds de longueur sur 1 a 2 de larger,
sont tenues par de longs p4tioles imbriques A leur base et don't
les gaines forment un reservoir toujours rem! li d'une eau tres








DE ST-KITTS A TRINIDAD


fratche, ce qui a m6rit4 a la plante son surnom d'arbre du
voyageur, par ce que souvent cette eau est d'un grand secours
pour ceux qui parcourent les contrees torrides oi crolt cette
plante.
L'Uranie appartient b la famille des Musac6es, parmi les
monocotylddones; c'est aussi h cette famille qu'appartient le
bananier.
Puis des Pandanus en fleurs, exhibant des spadices de tout
pr6s deux pieds de longueur ; des crotons aux couleurs diver-
sifiees, des dracaenas, des ch6vrefeuilles, des ketmies a fleurs
rouges, jaunes, doubles, simples, &c. &c.
Nous p6n6trons dans la bAtisse, et nous trouvons h1 un
jeune homme occupy a r4unir ensemble les mgmes especes de
deux caisses de coquilles recemment apportees de l'tle Saint-
Martin. Nous en remarquons un grand nombre de fort belles,
telles que Cyprcea ehantema, 0. clandestine, Sigaretus,
Purpura, Fusus, Tellina &c. &c. Mais M. Guesde nous en
montre une encore plus rare et plus pr6cieuse que toutes celles-
16, c'est une Pleurotomaria, d'au moins 4 pouces de hauteur
et h peu pr6s de meme larger a la base, qu'on a prise tout
derni6rement vivante. Les Pleurotomaires ont W6t longtemps
consid6eres comme exclusivement fossiles, ce n'est qu'assbz
recemment qu'on en a d6couvert des especes vivantes. Ce sont
des especes de Troques ouverture entire, mais pr6sentant le .
singulier caract6re d'avoir une fente profonde sur le bord droit.
Ces mollusques, selon toute probability, ne sont pas aussi rares
qu'on pourrait le croire. Mais leur capture n'4tant due qu'au
hasard, et le plus souvent op6ere par des picheurs qui n'atta-
chent aucune importance A ces sortes d'animaux, ils sont ren-
voy6s h l'eau aussit6t que pris, et soustraits ainsi b l'inspection
.des hommes d'6tude ou des connaisseurs.
Nous aurions bien desire avoir plus de temps a notre dis-
position pour examiner plus en detail une foule d'objets que








UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX


nous voyions exposes la, mais le depart du bateau 4tait fix6 a
trois heures, il fallait songer a retourner a bord.
Je ne voulus pas toutefois partir sans jeter un coup d'ceil
sur quelques cases d'insectes, ne pouvant les examiner toutes.
M. Gaesde pr6venant mes ddsirs m'exhiba une case touted rem-
plie de scarabs monstres par leur taille, c'4tait le Scarab6
Hercules, Scarahceus hercules, Linn4, qu'on trouve frdquem-
ment dans les bois en aoit et septembre. Il y en avait bien
une douzaine de specimens, males et femelles, et tous remar-
quables par leur taille. Les plus grands mesuraient pres de
trois pouces de longueur. On sait que ce scarab6 porte sur sa
tate une longue come qui lui donne toute l'apparence d'un
enorme charanqon. M. Guesde voulut bien m'en offrir quel-
ques specimens; il va sans dire que l'offre fut accepted avec
empressement, mais craignant de les perdre dans le trajet, et
pensant que je pourrais m'en procurer facilement a Trinidad oi
nous nous proposions de sojourner quelque temps, je le remer-
ciai pour le moment, en lui disant que je mettrais sa bonne
volont6 & contribution lors de notre retour au pays. Mais j'ou-
bliais qu'un tient vaut mieux que deux tu l'auras, car notre
bateau ne toucha pas & la Guadeloupe au retour, et cet insect
gdant ne se rencontre pas a Trinidad, de sorte que mes cases
demeurent encore veuves de specimens si extraordinaires et si
intdressants.
Nous prenons cong6 de notre bienveillant M. Guesde et
retournons au port avec M. le cur6 qui pousse la complaisance
jusqu'" se faire notre conducteur pour nous ramener au lieu
d'embarquement. Nous serrons cordialement la main a ce brave
et obligeant cur6 et sautons dans la chaloupe qui nous ramnne
aussit6t au bateau. O'dtait bien l'heure reglementaire, mais
comme il arrive souvent en de telles circonstances, ce n'est qu'A
5h. que nous levames l'ancre pour sortir de la baie.

La Guadeloupe, qii fut aussi d4couverte par Colomb en







DE ST-KITTS A TRINIDAD


1493, resta encore longtemps entire les mains des aborigines, les
Caraibes. Coloniske par les francais en 1635, elle a At6 plu-
sieurs fois occupde par les angais, et finalement remise a ses pre-
miers possesseurs en 1810. Elle forme un gouvernement avec
les Saintes, Marie-Galante, la DWsirade et la parties franqaise de
St-Martin, formant en tout une population total de 139,000
habitants.

L'lle est partagee en deux parties par un d4troit appel4
RiviBre-Salde. La parties situde a l'est de ce canal est la Grande-
terre, bien qu'elle soit la plus petite en dtendue. Son unique
ville est la Pointe-h-Pitre. La parties de l'ouest est la Basse-terre,
don't la ville du meme nom forme la capital de tout le group.
La Guadeloupe est situde entire les 15e et 16e degrds de latitude
nord. Ses principles cultures sont: la canne a sucre, le cafd,
le cacao, le coton etc.

La parties de l'est n'a pas de montagnes 6levees comme
celle de l'ouest, aussi, quoique plus fertile, est-elle expose plus
que l'autre a des ouragans, des ras de mare, et parfois des trem-
blements de teire. On sait qu'en 1843 la Pointe-a-Pitre fut
presque entierement detruite par un tremblement de terre.
Relevant du gouvernement de la France, comme la Marti-
nique don't j'ai parld plus haut, la Guadeloupe subit tous les in-
convdnients du suffrage universal, qui permet & la canaille de
dominer, et soumet la classes intelligence et propridtaire du sol,
aux passions aveugles des proletaires et des voyous. Ces n6gril-
lons mulatres qu'on envoie a Paris prendre un vernis de civili-
sation et d'4ducation en fournissent de nombreux examples.
Suffisance, arrogance, esprit r6volutionnaire, tel est le contin-
gent qu'on rapport des quelques annees que l'on va passer en
Europe.
Partis de la Guadeloupe a 5. 30h., a 11. 30h. nous jetions
l'ancre dans le port de Roseau, capital de la Dominique.







62 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

Dimanche, 8 avril.--Ds les 6h. du matin une chaloupe
nous d4posait sur le quai en bois qui faith suite au revetement
en pierre de la rive, dans le genre des quais de Montreal. Nous
nous dirigeons directement vers la cathedrale que nous avions
remarquee du bateau mgme.

II n'y avait encore que quelques personnel dans les rues,
et nous sommes tout 4tonnes de ne trouver partout que des
paves en cailloux ronds plus ou moins caches par l'herbe
qui erotb dans leurs interstices, et nulle part traces de sillages
de roues. C'est que, comme on nous l'a fait connaltre plus
tard, l'usage des voitures est presque inconnu ici, tous les tra-
jets se font a pied, a cheval, ou en chaloupe pour se rendre
d'une parties de l'lle 1l'autre.
Conduits par un gamin noir, nous allons frapper an pre&-
bytere qui est une bhtisse different de 1'Nvich. Nous sommes
requs par le R. P. Pichaud et le R. P. Couturier, tous deux
Peres du Saint-Esprit, et le dernier administrateur du diocese
en l'absence de 1'rveque, Mgr Naugton qui est en Europe. On
nous fait l'accueil le plus cordial, et nous nous rendons incon-
tinent a 1'dglise pour y cel6brer.
La cathddrale est vaste, bien convenable sans Atre trs
riche, et bien entretenue.
Apres le dejefner, voici que le P. Couturier fait des ins-
tances aupres de moi pour le remplacer dans la chaire. Ce
serait, disait-il, un service A lui rendre d'autant plus grand,
qu'ayant tout dernierement fait une chute de cheval, il s'4tait
bless A la jambe et avait pris un peu de fire. Malgre la
fatigue et mon manque de preparation, vu surtout que je ne
connaissais nullement la population du lieu, il ne me fut pas
possible de refuser.

Coinme c'4tait le dimanche de Quasimado, je leur parlai
un peu de la paix, que tout le monde cherche et que bien peu








DE ST-KITTS A TRINIDAD DO

savent aller la prendre oft elle se tsquve, puis je les entretins du
Canada. Le spectacle que vous m'bqrez en ce moment, mes
chers freres, leur ai-je dit, m'gmeut vivement. A plus de douze
cents lieues de mon pays, au milieu d'une population toute dif-
f6rente de couleur, d'usages et de coutumes, je retrouve ic des
freres! Oui! sans nous connattre, nous nous aimions ddjh, par
ce que nous' servions le meme mattre, hous donnions notre af-
fection au meme pere, et j'ajouterai encore que nous dependons
du meme gouvernement. Sujets anglais comme vous, nous par-
lons le frangais comme vous, avons a peu pres les memes lois,
jouissons des memes libert6s qui nous sont garanties par la
mgme protection.
La vaste nef 4tait entierement remplie, et ce ne fut pas peu
strange pour moi de ne voir, dans une aussi grande reunion, que
quelques faces blanches par-ci par-1 ; depuis le bedeau et les
servants jusqu'aux marguillers et aux chantres, tout 4tait noir.
Et j'ajouterai qu'on m'accorda attention la plus soutenue, mal-
gr4 la chaleur suffocante qu'il faisait alors et la simplicity de
mon language, sans art et sans preparation.
Ici comme h Antigue, le presbytere est entour6 d'un jardin,
on plut8t est drig~ au milieu d'un jardin. II va sans dire que je
ne tardai pas & en examiner tons les recoins. Je me glorifiais,
h part moi, des nouvelles connaissances que j'avais dejh faites
en fait de plants; ici je retrouvais un chou-palmiste, 1l un co-
cotier, plus loin un arbre-du- voyageur, partout des crotons au
feuillage vari6 a l'infini, etc. Mais je rencontre aussi des pieces
qui mettent ma science a bout, un cyprus, le premier que j'aie
vu dans ces lies, une fougere en arbre, un papayer, etc. La fou-
gere en arbre 6tait encore jeune, elle mesurait guere plus de
trois pieds de haut, mais 6talait des feuilles de 4 a 5 pieds de
longueur. Le papayer, carica, est un petit arbre de 15 a 20
pieds, a trone nu, presque fongueux, ne portant des feuilles qu'h
son sommet, a la manikre des palmiers, et en en affectant aussi
grandement le port, bien qu'il s'en carte botaniquement trbs







64 UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX

considerablement, puisqu'il appartient a la famille des Cucurbita-
cees. Ses feuilles et son dcorce laissent couler un suc laiteux
lorsqu'on les entame. Ses fruits, de la grosseur de moyens
melons, pyriformes, sont tous groups au sommet. On les pr6-
pare au vinaigre lorsqu'ils sont jeunes, et on les confit au sucre
lorsqu'ils sont mfrs.
Originaires des iles Molluques, le Papayer s'est naturalist
au Br4zil; on le rencontre tres souvent dans les jardins dans
presque toutes les Antilles, 6tant cultiv6 tant pour ses fruits
que comme ornement par son port qui peut le faire confondre
avec les palmiers. Fig. 4.
Les fruits du papayer portent le nom de papayes. '
En passant dans le jardin, je remarque une all6e couverte
par une plante grimpante qui laisse pendre au dessous du
treillis de gros fruits semblables a des melons. En examinant
la fleur de la plante-car pour celle-ci de meme que pour la
plupart des autres de ces climats, nous voyons souvent simulta-
n6ment sur la meme plante, fleurs plus ou moins developp6es,
et fruits plus ou moins mfrs-je reconnais une passiflfre ou
fleur de la passion. La fleur porte les mmmes couleurs et
montre la meme forme que celles que l'on rencontre parfois
dans les appartements chez nos amateurs, et que j'ai moi-mgme
cultivde avec succes durant plusieurs annees; mais ces fleurs
sont de plus grandes dimensions, et les tiges qui les portent
sont aussi beaucoup plus fortes. Demi-ligneuses au pied, elles
sont tout a fait herbac6es dans leur parties sup6riedre. Je
n'avais jamais obtenu de fruits de mes cultures, et j'dtais
anxieux de connaltre l'int6rieur de ceux que je voyais ainsi
pendre sur ma tate, don't les plus gros n'avaient pas moins de
8 a 9 pouces de longueur, sur un diam6tre de cinq a six.
-Avez-vous jamais mang4 des barbadines, nous dit 1'ai-
mable P.re Couturier au diner ?
-Non, certainement, car nous ne connaissons pas meme
la chose.








DE ST-KITTS A TENIDAD '65

-Et bieri, c'est un fruit du pays, et nous allons vous le
faire goiter.


Fig. 4.








66 UNE EXCURSION. AUX CLIMATES TROPICAUX

Sur son ordre, je vois la servante,noire qui apporte deux
de ces citrouilles que je venais d'examiner pendantes.au treil-
lis; elles les ouvre, et fait couler dans un bol tout le contenu
de l'intdrieur; c'est un liquid 4pais, dans lequel les grains
fort petites et peu consistantes paraissent flotter. Elle verse un
verre de vin de Madere dans le contenu, et y ajoute un morceau
de glace. On nous en pr6sente a chacun un verre avec une
petite cuiller; goetez, nous dit le P. Couturier, et dites-nous
ce que vous pensez des barbadines ?
Nous goutons et nous sommes d'accord a d4clarer que c'est
le fruit le plus ddlicieux que nous ayons encore savourd.
On nous present aussi une espece de cerise, la seule de
ces contr6es, que nous trouvons bien inferieure A cells que
nous cultivons dans nos jardins. Elle est A trois noyaux, a la
chair plus ferme que les n6tres et possede une saveur qui ne
plait d'ordinaire qu', ceux qui y sont habitues.
Je remarque un joli carrd de fraises dans le jardin, d'une
belle venue; on nous dit qu'il n'y avait que deux ans qu'on
les avait importees, et qu'elles avaient donn6 une excellent
r6colte. C'6tait, je pense, la premiere plante de nos climates
que je rencontrais dans cette region; mais je n'ai pas de doute
qu'on pourrait rdussir avec un grand nombre d'autrea si on en
tentait I'essai.
Dans ces climates fortunes, o la nature est toujours prete
A produire, on croit devoir se contenter de ce qu'on rencontre
pour se procurer de nouvelles jouissances ou de nouvelles res-
sources. Les bons religieux qui desserveut la plus grande
parties de l'tle nous assurkrent que c'est tellement le cas, que dans
un grand nombre de paroisses, on laisse les terres sans cul-
ture, permettant aux mauvaises herbes et aux broussailles de
s'4tablir a la place des cultures qu'on entretenait auparavant.
L'africain paresseux, insouciant, & peu pres indifferent pour le
comfort de la vie, prdfere sa paresse au travail qu'exigerait la
culture pour avoir la vie plus abondante. Quelques batons fi-








DE ST-KITTS A TRINIDAD


ches en terre avec des feuilles de palmier lui font une demeure,
une guenille quelconque lui tient lieu de chemise et de panta-
Ion, et pour la vie, les bois lui offrent des dattes, des mangos,
les fruits de I'arbre h pain, et pour peu qu'il remue le sol, des
ignames, entire autres la coussecouche et la patate sucrde en abon-
dance; il ne desire rien de plus. Ajoutons que les eaux des
rivages sont 6paisses de poissons d'une grande varidtd, sans
computer les tortues, les huttres et autres mollusques que lui
offrent les groves.
Comme les has prix du sucre depuis quelques ann6es
avaient forc6 les cultivateurs de canne h diminuer les prix de
leurs travailleurs, la plupart prdfererent cette vie aisde aux dd-
pends de la nature, plutot que de travailler pour 1'avoir plus
substantielle et plus agrdable.
Mais la Dominique offre encore une resource pour la vie
qui ne se trouve pas, je pense, dans les fies sceurs qui les avoi-
sinent, dans un reptile que les bois, surtout dans les endroits
humides, fournissent en quantity. On le ddsigne ici, sans cdrd-
monie, pas le nom de crapaud, mais ce n'est pas un crapaud,
c'est une veritable grenouille. On en consomme une tres grande
quantity. Sa chair tendre, delicate, est, dit-on, d'une saveur fort
agrdable, et convient surtout aux estomacs faibles.
Fait bien digne de remarque, la Dominique ne possede
aucun animal venimeux. Elle n'a que deux ou trois serpents,
et ils sont tout-h-fait innocents; tandis que la Martinique, Ste-
Lucie, etc., r4gorgent de serpents redoutables. On dit mmme
qu'on a essayd-je ne saurais dire dans quel but-d'acclimater
ici des serpents venimeux de Ste-Lucie, et ils ont disparu en
fort peu de temps, ils n'ont pu s'y multiplier.
Les vepres ne se chantant qu'i 6h. 30, nous visitors dans
l'apres midi l'dvgch6, construction en bois non extraordinaire,
mais bien convenable, le couvent tenu par des soeurs de St-
Joseph de Cluny, 10 & 12, don't une muldtresse.








68 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

J'ai toujours peur, en passant pres des cocotiers, de voir
quelques uns de ces 6normes fruits me tomber sur la tote. Mais
celui qui les a 4lev4s ainsi de terre a bien fait toute chose, il
les a attaches si solidement a leur p6doncule, que les vents les
plus forts sont insuffisants pour les en separer.
Jusqu'ici, malgr6 mes recherches, je n'avais encore ren-
contr6 que .des mollusques marines, je tenais surtout h en cap-
turer de terrestres, mais a St-Kitts, a Antigue, pas la moindre
trace. Pour la premiere fois, j'en trouve ici, au pied des coco-
tiers, sur les murs du jardin, les poteaux, etc. Mais c'est par-
tout la meme esphce, quoique vari6e dans sa coloration; c'est,
si je ne me trompe, le Bulimulus marielinus, Poey; j'en
prends au moins une douzaine de specimens. Les uns sont
blanchAtres on d'un jaune come uniform, presque pellucides,
les autres avec lignes spirales roussatres sui un fond blanchAtie,
presque tous ont la parties supgrieure. de la spire plus ou moins
noirktre; longueur .70 pouce, l'ouverture moins de la moitii de
la longueur total; la 16vre est tres mince, simple, la columelle
aussi simple et subperforde.
Le P. Pichaud ayant une visit a faire a 1'hopital situ6 sur
un morne en arriere de la ville, nous invite a l'accompagner, ce
que j'accepte avec empressement; M. Huart y acquiesce aussi,
mais comme il n'est jamais mont6 a cheval, il redoute un pen
son habilet6 de cavalier, surtout dans un chemin indgal comme
celui qu'il nous faut parcourir. Comme l'une des bates 6tait
sujette a butter, quoique d'allure fort paisible, on me la donne
pour-ne pas trop exposer M. Huart, et il se trouve, lui, en avoir
une beaucoup plus alert, non pas disposee A s'emporter, mais
n'aimant pas trop a ttre contr8l6e, voulant parfois imposer sa
volont6 dans le choix des sentiers a suivre.
Nous voici parties; detour a droite, detour h gauche, as-
cension ci, descent la, nous n'avons pas 300 pieds de route
unie, avant de prendre une monte continue et assez raide qui
nous mene a l'h6pital meme. Nous cotoyons le bord tres
escarpd d'une riviere qui coule h une grande-profondeur plus








DE ST-KITTS A TRINIDAD


bas, pour aller se jeter dans la mer tout aupres. A notre droite
c'est cet escarpement profound centre lequel nous ne sommes
proteges que par une ligne de bambous plus on moins rachi-
tiques ou completement morts, et A notre gauche, l'autre escar-
pement qui s'61Bve au dessus de nos t8tes, car la route a 4td
tranch6e dans la pente meme de la montagne en suivant l'es-
carpement qui borde la riviere.
M. Huart ne peut dissimuler la frayeur qui l'obs6de, a
droite il voit le precipice don't la seule vue lui donne le vertige,
et devant lui des montdes dans lesquelles il croit A tout instant
que sa b@te va se d4barrasser" de son craintif cavalier. Enfin
nous parvenons a la porte de l'h8pital, et l'intr6pide cavalier
pousse un soupir de satisfaction, quite a reprendre ses craintes
au moment de la descent.
Le point de vue est ici magnifique; riviere a droite, riviere
a gauche, de sorte que c'est sur le flanc d'un veritable dos d'Ane
qu'est trace la route que nous avons suivi. La ville qui se
baigne dans la mer, paraft occuper le milieu de la base du
triangle.
Le pharmacien directeur de l'h6pital est un noir police, qui
a 4tudie en Angleterre et parle aussi le francais. Ii nous ac-
cueiile fort poliment, et nous fait servir des rafratchissements par
sa digne moiti6 que ses marmots tiennent par la robe.
Nous allons en sa compagnie examiner ses cultures, cour-
ges, patates sucres, coussecouches, etc. ; puis, faisons la con-
naissance de plants croissant spontandment le long du chemin,
citrons incultes, a fruits ronds, verts, couverts d'une ecorce trbs
mince, a saver tres aigre et non ddsagreable; manguiers a
fruits encore verts, et arbrisseaux dpineux, que par leurs gousses
nous reconnaissons appartenir A la famille des Ldgumineuses,
produisant ces petites graines dures, luisantes, rouges avec une
tache noire au bout, que les dames savent utiliser dans divers
ouvrages de fantaisie. C'est 1'Erythrina corallodendron,
Linnd. Comme le temps de la maturity de ces graines dtait








70 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

passe, on en voyait en grand nombre dans leurs gousses ou-
vertes et plus ou moins contourn6es, cependant il fallait user
de precautions pour les cueillir, parce que les rameaux et mmme
les feuilles etaient plus ou moins 6pineux.
Revenues a l'h6pital, le pharmacien nous montra quelques
coquilles tirees de la mer dans ie voisinage et nous les offrit
tres volontiers. C'6taient toutes pieces fort communes, nous
ne primes que quelques porcelaines fort jolies et bien conser-
vWes, Cyprcea exhantema.
Nous procedAmes ensuite a la visit des malheureux gisant
a l'h8pital.
Cet h8pital, tenu par des laiques, aux frais du gouverne-
ment, n'est pas pour tous les maladies indistinctement, mais
seulement pour ceux pris d'une espece de 16pre qu'on d6signe
sous le nom de pian. C'est une espece de dartre qui s'attaque
a la figure, au cou, aux pieds, aux mains, rongeant ces parties
en s'dtendant, Plusieurs enfants de 3 a 15 ans, en 6taient
attaquds Ila figure. Ils ne paraissaient pas trop souffrir. Le
pian paraft restraint aux seules personnel coloi6es. Lee patients,
au nombre de 42, nous ont paru convenablement tenus.
Il y avait ci-devant une chapelle ici, mais renversae par
un cyclone, on attend des fonds pour la reconstruire.
Enfin il fallut songer A prendre la route du retour et forcer
M. Huart a subir de nouvelle transes; il les apprdhendait d'au-
tant plus qu'il n'ignorait pas que les descentes A cheval sont
plus dangereuses que les montaes. Mais sa bete se montra
fort docile dans toute la descent, et n'imposa ses volont6s a
l'intrdpide et habile cavalier que rendue dans la ville oui elle
voulut, centre tout gre, faire elle-mmme le choix de la rue a
suivre.
Les bambous qui servaient de haie pour proteger la route,
ne nous donnurent, sur cette crete aride, qu'une bien pauvre
idde de la puissance de cette gramin6e loisqu'elle eat en lieu








DE ST-KITTS A TRINIDAD 71
convenable; ce n'4tait partout que pousses chdtives et misdra-
bles, mutildes, d6racin6es ou completement mortes.
Il ne me fut pas peu agrdable de reconnattre en passant
quelques unes de mes cultures en pots, que je trouvais croissant
spontandment dans les taillis ; entire autres I'Amaryllis de la
reine, Amaryllis regince, Lin. mais a fleurs plus grandes, plus
brillantes que celles que j'avais jamais obtenues; une Tigridie
qu'on appelle ici faussement water lily, bien qu'elle croisse sur
les montagnes, etc.
Comme nous entrions dans la ville, je ne vis pas sans
satisfaction une agave prate a fleurir, sur le bord de la route;
sa rampe ne mesurait pas moins de 12 a 15 pieds, elle offrait
un port tout A fait remarquable.
Enfin, peu apres six heures, nous descendions dans la cour
du presbytere, dslivrant M. Huart de toutes sea craintes, et
nous amusant beaucoup du detail qu'il nous en faisait. II jurait
ses grands dieux qu'on ne le prendrait plus & de semblables
excursions, tant il s'4tait cru a tout instant, A deux doigts de sa
perte en roulant sur le soL
Comme on tenait & nous faire faire la connaissance de
toutes les nouveautds du pays, on avait project de nous rdgaler
du fameux crapaud qu'on met en gibelotte ici, et don't on vante
fort le fumet et la saveur. Mais malheureusement, nous dit-on,
-hetreusement me disait M. Huart-on n'avait pu s'en procu-
rer dans le moment. On se content de nous en exhiber un
specimen empailld. Je me plais & reconnattre que ce n'est pas
une bete trbs ddsagrdable, et tel que pose, il paraissait faire son
m'sieur de cral,aud. La gueule fendue jusqu'aux oreilles, s'il
en avait en, on aurait dit qu'il allait s'delater de rire. II avait
les cuisses renflies comme un bourgeois de son espece, et parais-
sait 4taler avec complaisance les large bands brunes qui
,rayaient en. travers le fond vert-jaunAtre de ses pantalons. II
avait.donn6, je pense, toutes ses pustules ornementales & sa
femme, car .i ne lui en restait presque plus. -Bref, c'etait un








72 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

gros monsieur de crapaud, le president, je pense, de la r6publique
crapaudine.
Inutile de faire remarquer, comme je 1'ai dit plus haut,
que ce pretendu crapaud n'est rien autre chose qu'une grenouille.
C'est le Cystignathus ocellatus, Wagler, Rana gigas, Spix,
qui se rencontre aussi au Brdzil.
A 7 heures, nous nous rendons h la cathddrale pour les
vepres et le salut. L'assistance est encore fort nombreuse. Il y
a instruction avant le salut, et on y recite le chapelet et les lita-
nies de la Ste Vierge en frangais, auxquels l'assistance r6pond.
En passant dans le jardin en revenant, comme il faisait
dejh noir, je remarque le chant d'un grillon, ou autre insecte,
tout nouveau pour moi ; je tache en vain d'en saisir, on fuit a
mon approche ou l'on cesse la chanson qui pourrait faire d6cou-
vrir la retraite.
Lundi, 9 avril.-I1 m'est arrive un petit accident la nuit
dernikre qui m'a fait craindre quelque peu de devenir plus
grave.
Comme les fengtres ici sont sans vitres, n'4tant fermees
que par des persiennes, voila qu'au milieu de la nuit, j'entends
craquer la porte de ma chambre qui donne sur le corridor ; je
comprends de suite que c'etait le vent qui la faisait ainsi chanter.
Pensant qu'elle allait bientot se taire, je decide de ne m'en plus
occuper et je demeure tranquille dans mon vaste lit, tout entourr6
de mousseline pour nous mettre a l'abri des cousins. Mais ma
port se montre de plus en plus insolente, et malgr6 ma dispo-
sition au sommeil, amende par les exercices de la journ6e et
auquel m'invite aussi le comfort de ma couche, impossible de
pouvoir en jouir de nouveau avec cette chanson. Force m'est
done de me lever pour aller imposer silence a l'impertinente.
Mais elle est renfeie et ne vent pas rentrer dans son cadre.
J'approche alors une chaise pour la retenir en place, et me rends
a la fenetre pour clore plus exactement les persiennes. L'obscln-
rit6 est profonde, je me dirige vers mon lit en traversant la








DE ST-KITTS A TRINIDAD


chambre. Mais voici que je sens quelque chose de croustillant
sous mon pied, pensant que ce pouvait gtre un scorpion, je
m'dlance d'un bond vers mon lit ; mais je rencontre avant d'y
arriver un prie-dieu qui etait aupres, et me heurte si violem-
ment les orteils du pied gauche sur l'arkte de l'angle de ba base,
que je crus m'en avoir disloqud deux, tant le heurt avait dt6
violent. Je me roule sur ma couche et porte aussit6t ma main
& mes orteils pour m'assurer si je n'en avais pas laiss6 quelques
unes A 1'angle du prie-dieu. Elles sont toutes en place, mais les
deux frapp6es me font horriblement mal.
N'eut-il pas mieux value faire la rencontre d'un scorpion,
que j'aurais tout simplement an6anti en mettant le pied dessus,
que de m'imposer ainsi une blessure si douloureuse ? O'est ainsi
que souvent nos faux calculs vont a l'encontre de la sagesse ;
pour 6viter un malheur possible, mais encore incertain, on se
voue a une misaventure disgracieuse et bien r6elle.
Je pus A peine gofter du sommeil le reste de la nuit, tant
la douleur lancinante que j'6prouvais aux orteils 4tait intense.
Le jour arrive, je reconnus, du fait, que mes orteils 6taient encore
a leur place, mais qu'elles etaient enfi6es et fortement dchauffees,
si bien que j'eus quelque peine A mettre ma chaussure.
Mais qu'6tait devenu mon scorpion ? II 6tait encore en
place au milieu de la chambre. Ce n'etait rien autre chose qu'une
petite plante herbacee que j'avais cueillie pour mon herbier, et
qui perdue 1A, A moiti6 dessech6e, 6tait devenue la cause de mon
accident.
Les bons PWres nous font de pressantes instances pour nous
engager A passer une quinzaine dans leur lie, pour mieux en
connattre 1'histoire et les productions, mais notre programme
6tant fix6 d'avance, nous ne pouvons nous en d6partir ; il nous
faut, des ce matin, retourner a notre bateau.
La Dominique fut aussi ddcouverte par Colomb, le 3
novembre, en 1493 ; comme c'6tait un dimanche, il lui donna
le nom qu'elle porte encore aujourd'hui.








74 UNE EXCURSION AUX CLMATS TROPICAUX

L'tle qui measure 27 miles en longueur sur une larger de
13, est situde par le 14e degr6 de latitude nord. Elle est parta-
gee du nord au sud par une chatne de montagnes don't le point
le plus dlevi, le mont Diablotin, measure 4,747 pieds. Sa popu-
lation est d'environ 27,000 habitants.
Colonisee par les franqais, elle ne passa aux anglais qu'en
1763. Plus que toutes ses soeurs plus au nord, elle offre au
voyageur le spectacle des riches productions tropicales, palmiers,
bignonias, fougeres en arbre, 4piphytes, lines, etc., etc. Ses
principles productions sont le cafe, le sucre, le cacao, le coton,
les ananas, etc.
A quelques heures de march seulement de Roseau, on
trouve a la hauteur de 2,300 pieds au-dessus du niveau de la
mer, un lac entour6 de toute la luxuriance de v6egtation propre
aux climats tropicaux, lines monstrueuses, arbres gigantesques,
plants adriennes aussi varies dans leur nombre qu'extraordi-
naires dans leur ddveloppement, la forme et la richesse de leurs
fleurs; tous les arbres en sont couverts et leur ensemble offre
souvent des abris oi les rayons du soleil ont peine a pdnetrer.
Un peu plus loin, se voit une cataracte de pas moins de 200
pieds de chute.
Mais la grande merveille de l'tle est le lac d'eau bouillante,
qui n'avait dtd visit jusqu'en 1880, que par un nombre assez
restraint de curieux. Mais a cette date, il arriva que la chau-
diere volcanique qui tenait l'eau en constant ebullition s'6tei-
gnit et se dessecha tout a coup, si bien que les visiteurs qui se
rendirent alors pour l'observer de nouveau, ne trouverent plus
qu'un cratere a sec, et un torrent sans eau creus6 dans le roc
par oA l'eau chaude se rendait a la mer mer en se refroidissant.
La Dominique est la seule des Iles-du-Vent qui ait con-
serve des restes des aborigines de ces fles, les Caraibes. Pour
ces indig6nes, comme pour ceux de nos regions boreales, la
civilisation semble avoir souffle dans leur atmosphere un air
d6ltere. Encore quelques annees, et leur existence ne sera plus
qu'un souvenir.








D ST-KITTS A TRiNIDAD


Les caraibes de la Dominique, sous la surveillance de leurs
pasteurs, se sont gardds purs de tout mdlange jusqu'A ces
dernieres ann6es. Ils ont mgme conserve, en grande parties, leurs
coutumes, leur gouvernement, leur maniere de vivre. De mceurs
douces et paisibles, les fruits, quelques petites cultures, la peche
et la chasse suffisaient A leur subsistence. Leurs traits ne sont pas
desagreables, et ne prdsentent pas d'dcarts bien marquis de
conformation, comme ceux des africains. Ils habitent la c6te
est de 1'lle et ne competent gurre plus de 200 ames aujourd'hui.
Vers les 9 heures, nous prenons cong4 du bon PAre Coutu-
rier pour nous rendre A notre bateau. Le P. Pichaud avec le
P. Molloy, de I'dvgchd, poussent la bienveillance jusqu'& nous
accompagner jusqu'au quai.
Nous arrivons just a l'heure du depart, et cinq minutes
apres, nous sommes en movement.
J'ai oublid de mentionner plus haut que nous n'avions fait
qu'un change, en laissant M. Castdra a la Guadeloupe ; un M.
Parrock avec sa femme dtaient venus se joindre A nous h sa
place, pour se rendre, eux aussi, A Trinidad. Ce M. Parrock
qui est dentist, est anglais, et sa femme, grgle, blame comme
toutes le crdoles des lies, est une frangaise de Trinidad. Le
mari qui parole bien le franqais, est brun, de bonne taille, a le
cou court avec un abdomen qui semble parfois l'incommoder
La femme est svelte, tres gaie, sans prdtentions et fort aimable.
Je suis entrde A la cath6drale hier, au moment oA
vous montiez en chaire, me dit-elle en arrivant.
-Je suis Bdifid, madame, de votre ponctualite A vos devoirs
religieux.
-Le temps de ddbarquer, de refaire un peu ma toilette A
l'h6tel, ne m'a pas permis de me rendre plus t6t A l'dglise; mais
j'ai l'espoir que le bon Dieu m'a tenu compete de ma bonne vo-
lontd, et d'un autre c6td, j'ai trouve compensation d'une autre
fagon, dans votre si interessante instruction.








76, UNE EXCURSION AUX OLIMATS TROPICAUX

S-Vous Ates bien indulgente, madame, et je suis charm de
me trouver en soci6t6 de personnel pour qui la pietd n'est plus
chose nouvelle.
-Oh M. l'abb6, ma pit6d n'est pas h servir de module,
mais je m'efforce de me tenir au moins, dans touted circonstance,
dans les limits du devoir.
Puis elle me dit que n6e et marine h Trinidad, ils habitaient
la Guadeloupe depuis neuf ans. N'ayant pas d'enfants, son maria
etait decide h repasser en Angleterre, et qu'il la conduisait dans
sa famille avant de partir pour 1'Europe, car il etait probable
qu'elle irait, elle aussi, rejoindre son mari dans quelques mois
en Angleterre.
C'dtait la premiere fois que j'avais l'occasion de m'entre-
tenir avec une dame creole, et je ne pouvais me lesser d'admirer
sa mani6re de parler. Elle parlait un frangais tres pur, n'accen-
tuant pas les A aussi fortement que nous le faisons d'ordinaire,
s'exprimant correctement, mais avec un accent tout particulier,
articulant bien chaque syllabe, c'4tait une espece de chant, un
son filant h la finale de chaque phrase. J'ai eu occasion de
remarquer depuis que toutes les cr6oles avaient le mgme accent
dans leur language.
Je ne manquai pas de faire des comparisons entire le fran-
9ais de ces insulaires et notre frangais du Canada. AprBs tout,
dis-je & M. Huart, nous sommes parties du mmme point, puisque
nos peres ont 6migr6 a peu pr6s 4 la m6me 6poque, et ces insu-
laires nous sont sup6rieurs pour la correction du langage.-
Remarquez, me dit-il, que nous ne nous sommes pas trouv6s
dans les mgmes conditions. Ici, aux ties, les migrants ont 6et
peu nombreux, et toujours de la classes riche et instruite ; ce:
n'6tait pas des colons qui venaient coloniser ces territoires, mais
bien des bourgeois qui venaient exploiter le travail des esclaves
pour se faire des revenues, pour faire fortune. Rien de surprenant
alors si les descendants de ces petits seigneurs ont pu, avec
leurs richesses, faire toujours donner a leurs enfants une bonne,







DE ST-KITITS A. TRINIDAD


-diucation qui leur a permis.de conserver et meme de perfec-
tionner leur language.
:Je pense aussi que 1t rdellement 'est la solution du pro-
.blme.
DNs les 11 h., nous longeons les cotes de la Martinique,
;situde au sud de la Dominique par le 14e degrd de latitude
nord. Comme toutes ses sceurs, elle porte des marques vi-
.dentes des 4rosions que les vagues de la pleine mer poussdes
par les vents, ont pratiquees sur sa c6te de 1'est. Plusieurs
*petits rochers isolds, baign4s par, les eaux, se montrent meme
-vers son extremite.
Nous suivons la cote d'assez pros pour pouvoir admirer les
beaux champs plants de canne A sucre, au dessus desquels se
*balancent par-ci par-l de superbes palmiers, et les sites pitto-
resques des residences des proprietaires avec leurs groups de
constructions, simulant, moins les tours crineldes et les murs
d'enclos, ces chateaux du moyen age que nous retrouvons encore
en tant d'endroits en France.
A 11.30 h. nous sommes en face de St-Pierre, ville princi-
pale de la Martinique.
Comme l'tle dtait infest4e de la variole depuis plus de huit
mois, aucun vaisseau ne pouvait en border sans 8tre astreint
ensuite dans les autres ports a une quarantaine de vingt-et-un
jours. En consequence nous stopons au large, pour le temps
d'envoyer les sacs de la malle a terre et de recevoir ceux que
l'ont vient nous apporter au large.
Au moment pr6cis oh nous arrivons, nous voyons toute la
population sur pied, les quais prdsentent des milliers de tttes
qui les couvrent, les cloches de la cath6drale sonnent a toute
volde; qu'y a-t-il done, demandons-nous-? C'est, nous dit-on, le
gouverneur qui arrive de Fort-de-France, l'autre ville de lile.
De fait, dimes-nous, il ne faut pas oublier que nous sommes ici
en pays fran9ais, et comme on a tout laicis6 autant qu'on a pu,
les cloches ne sont plus destinies seulement aux services reli-








UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX


gieux,mais aussi A faire honneur aux repr6sentants de la REpu-
blique sans Dieu.
La cath6drale qui nous paratt une construction assez r6-
cente a une superbe facade flanquee d'une tour de chaque c6te.
La ville aussi, du point oh nous sommes, pr4sente une appa-
rence bien sup6rieure A toutes les autres que nous avons visitees
jusqu'ici.
Du pont de notre bateau, l'fle prdsente un coup d'oeil rdel-
lement enchanteur. La ville qui paratt propre et bien batie, se
baigne dans la msr. La colline qui la borde en arri&re
sensible s6parde du rest par une gorge ou depression conside-
rable du c6tA de 1'est, et au delay, ce sont de magnifiques champs
de canne varies en coloration suivant le point oi en est la
vegetation de la pr6cieuse plante, ou plutot suivant que
la recolte en est plus ou moins avancde. Ici, les pousses encore
trop jeunes pour la recolte, nous montrent un tapis du plus
beau vert; l, les tiges mtres pr6sentent une chevelure com-
pacte d'un vert jaunitre ou testac ; et plus loin, ce sont les
feuilles ddtachees, 4talees sur le sol avec leur couleur paille
plus ou moins claire. Qa et 1h se montrent les residences des
propridtaires, entourdes de leuis vastes usines aux longues che-
mindes fumantes, et precedees d'allees plus ou moins longues
sur les bords desquelles s'allignent d'altiers palmiers balanqant
dans l'air leurs elegants parasols de verdure.
On qualified souvent la Martinique de reine des petites
Antilles, et de fait, elle paralt bien meriter ce nom, du moins
sous le rapport de sa configuration et de ses cultures.
Pendant que nous sommes ainsi arretds au large, attendant
qu'on vienne prendre les malles de la post, voici que de jeunes
negres s'approchent de nous dans des embarcations comme je
n'en avais encore jamais vues. Prenez une planche de 12 &
13 pouces de large et de 4 a 5 pieds de long, retrdcissez-li en
pointe aux deux bouts, clouez sur ses c6t6s une bordure de 6







DE BT-KITTS A TRINIDAD


pouces de haut, et vous avez l'emharcation en question. Le
jeune homme, le plus souvent dans le costume complete de
notre proe Adam, est assis au milieu, tenant dans chaque main
un bardeau ou une petite planchette qui lui sert d'aviron, et la
pirogue s'avance avec une vitesse incroyable.
-Mais que viennent done faire ces n4grillons ?
-Ils viennent a la peche aux sous, me dit M. de Pompi-
gnan, lancez-en un h la mer, et vous allez voir avec quelle
promptitude ils vont longer pour attraper la piece.
Nous en langons quelques uns, et aussit&t les pirogues
sont vides, et les trois noirs luttent de vitesse en s'enfongant
dans l'eau, pour capture la piece. Revenus i la surface, le
vainqueur nous montre triomphant le sou qu'il met dans sa
bouche, n'ayant pas d'autre poche pour le loger. Puis chacun
de recueillir sa pirogue avec ses bardeaux pour guetter une
nouvelle chance. A voir l'agilit6 avec laquelle ils se meuvent
dans l'eau, on dirait qu'ils sont r6ellement dans leur element
natural. Il est arrive plus d'une fois que deux sous lances en
meme temps de deux points diff6rents du bateau, aient Wt6 re-
cueillis par le meme individu, et on les voyait souvent s'enfon-
cer & une telle profondeur que nous avions peine h les distin--
guer.
-Mais n'y a-t-il pas de requins dans ces parages deman-
dai-je & M. Pompignan; ces plongeurs ne courent-ils pas quel-
que risque de devenir les victims de ces voraces carnassiers ?
-Les requins sont tres communs ici, fut la rdponse, mais
je pense que la chair africaine ne leur va pas, car je n'ai jamais
oui dire que quelqu'un d'entre eux ait t6d d6vor6.
J'avais dej* vu semblable peche dans le port de Naples, et
je pease que les pecheurs napolitains sont encore plus habiles
nageurs que ces n6grillons, je les ai vus se tenir dans l'eau pen-
dant pros d'une demie here et demeurer comme s'ils 4taient
assis, toutes les 6paules hors de l'eau, et ne se maintenant dans







UNE EXCURSION AUX OLIMATS TROPICIUX


cetie position qu'au moyen de leurs pieds qu'ils agitent sans
cesse.
Nous venions A peine de nous remettre en movement, que
nous vtmes un 4norme requin tout pres de notre bateau, faisant
saillir la branche'superieure de sa queue arquee en forme de
faulx. J'ai peine a croire vraiement comment ces plongeurs
peuvent ainsi s'exposer & faire d'aussi peu agreables rencontres.
Nous continuous notre route ayant toujours i'tle a notre
gauche et assez proche souvent pour nous permettre de distin-
guer les cultures, les habitations et m6me le movement des
personnel en vue. A un certain endroit, nous voyons un pont
construit sur un course d'eau qui se jette dans la mer, et un
cavalier traversant ce pont, qui disparait aussitOt sous un cap
bordant la mer; mais ce n'4tait que pour un instant, car nous
le voyons reparattre et continue sa route sur la rive. M. de
Pompignan, qui se trouve ici dans son pays, nous dit qu'effec-
tivement il y avait 1l un court tunnel pour la voie publique que
la colline de la c6te venait interrompre en cet endroit.
L'tle nous pr6sente a peu pres partout la meme apparence
superbes residences au milieu de vastes cultures, usines par-ci,
*par-la avec leurs chemindes fumantes, et majestueux palmiers
avec leurs parasols de verdure. En certain endroits, sur la
rive mAme, nous distinguons des vergers ou plutAt des forts
de cocotiers, avec leurs troncs plus ou moins verticaux, leurs
longues feuilles pendantes au vert jaunftre, et leurs masses de
fruits logs au centre du parasol, mais que le feuillage est im-
puissant a ddrober a la vue.
La Martinique sise sous le 14e degr6 de latitude nord,
measure 18 lieues de longueur sur environ huit ou dix de larger.
Le milieu de l'ile est tout occupy par une chatne de montagnes
assez elevies et parmi lesquelles on distingue trois volcano
dteints. Toutes ces montagnes sont couvertes d'une vegetation
comme on en voit que dans les climats tropicaux, formant en
maints endroits des forces imp6ndtrables. Les cultures sont








DE ST-KITTS A TRINIDAD


toutes sur les bords de la mer et s'avancent plus on moins sur
la base des montagnes. DNcouverte par les espagnols en 1493,
elle ne fut colonisde par les frangais qu'en 1635. Les caraibes,
anciens habitants de l'tle, firent aux conqudrants une guerre
acharnee pendant plus de vingt-trois ans. Les anglais s'en empa-
rerent en 1762 pour la rendre l'ann6e suivante. Ils l'occup6rent
de nouveau en 1794 et en 1809 ; et elle fut rendue d6finitive-
ment a la France en 1814.
La population de la Martinique est de 154,000 ames, avec
toutes les nuances de couleurs depuis le blanc rose des habitants
du nord, jusqu'au noir d'4bne des adorateurs du soleil d'Afrique.
Une quality particuliere a cette population panache, nous
dit M. de Pompignan-et on pourrait le dire de presque toutes
les autres Iles-du-Vent-est la propret6. A St-Pierre, deux
courants d'eau coulent continuellement dans chaque rue pres
des trottoirs, et tous les matins, nous dit notre martiniquois,
vous pouvez voir les enfants obstruant le courant pour s'en
faire une baignoire et s'y 6tendre, ou des mares y faisant la
toilette de leurs enfants. Aussi remarque-t-on que leurs habits,
qui tres souvent tombent en loques et sont plus ou moins 6cor-
chds, sont toujours propres; ce sont de nettes guenilles et non
de sordides haillons.
Sur ces 154,000 habitants, les blancs ne competent gu6re
plus de dix a douze mille.
Si les homes paraissent souvent se plaire a s'affubler de
guenilles, il n'en est pas de m6me des femmes, elles ne sont
pas indifferentes a la coquetterie propre A leur sexe, et vous
pouvez voir tr6s souvent, dans les rues de St-Pierre, des figures
de bronze, ou meme d'dbene, a mise tout--fait convenable, et
Ssouvent denotant la recherche. Robe a longue tratne en calicot
aux couleurs tres gaies, taille resserr4e par une ceinture plus
riche, tete couverte d'un enorme turban ray6 de bleu, de blanc,
de rouge, d'orange, etc., tell se prdsente le plus souvent I'afri-
6







82 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

caine de la Martinique sur les trottoirs et lea places publiques.
Issue, pourrait-on dire, de franqais, puisqu'elle en a toujours
une fraction plus ou moins considerable dans le sang mais
toujours a education francaise avec la belle langue du pays
le plus police du monde, elle a retenu aussi sa politesse et ses
provenances. Demandez-lui quelque renseignement, et vous
verrez aussitot avec quel empressement elle s'efforcera de vous
etre agr6able. La barbarie et la cruant6 du sang africain sem-
blent etre disparues avec I'infiltration du sang francais.
Mais pourquoi faut-il que de si belles qualities n'aient pas
Wt6 soignees de maniere a 6tIe conserves, et aient 6td gatees,
perverties, perdues, par l'inoculation du microbe de l'impi6t6
import de la mere patrie! Il en est ici comme a la Guade-
loupe. Semez de la graine d'impie on d'athde, vous en r6col-
terez des diables. On pardonnera volontiers a la figure plus on
moins couleur fer on noir de fum6e, avec son grouin plus ou moins
saillant et ses babines de gorille, de se r6clamer de sa quality de
frangais avec i peine la soixante-quatri6me parties de ce sang dans
les veines; mais du moment que vous le verrez afficher l'impi6et,
proclamer l'affranchissement de la raison des pr6jug6s des siecles
d'ignorance, declarer que la nature est tout et que Dieu n'est
qu'un mythe; vous ne retrouverez plus en lui que le barbare
du Congo on l'antropophage du S8ndgal, et s'il se reclame de sa
descendance du singe, vous avouerez qu'il pent trouver en lui-
meme des motifs assez plausibles pour appuyer cette mons-
truosite.

M. de Pompignan avait toujours compt6 pouvoir etre de-
pos4 h la Martinique, car s'il y avait danger de contagion a
recevoir quelqu'un de l'fle infestee, il ne pouvait y en avoir a-
lui faire des depots quelconques. Mais voilh qu'au dernier
moment on vient le notifier que d'apres les reglements, son dd-
barquement mgme n'est pas possible, qu'en l'op6rant le bateau
serait forc6 de subir la quarantine au prochain port; force lui







DE ST-KITTS A TRINIDAD


fut done de poursuivre jusqu'a Ste-Lucie, pour revenir de l1
avec le bateau de la malle royale, qui avait, lui, des privileges
plus dtendus pour communiquer avec la malheureuse lie. Ce
contretemps nous assurait done encore la presence de notre in-
t6ressant compagnon de route pour quelques heures de plus.

A cinq lieues de St-Pierre, nous passons devant Fort-de-
France, second ville de 1'ile, chef lieu du gouvernement, car
St-Pierre, pour 6tre la ville la plus populeuse et la plus commer-
qante, n'est pas la capital.
Mais bientot nous d6passons l'extrdmit4 sud de l'tle et
mettons le cap sur Ste-Lucie que nous entrevoyons dejh devant
nous. La mer est paisible, le temps splendid, et tous les pas-
sagers de la meilleure humeur possible. Madame Parrock, qui
est extremement sensible au mal de mer, 1'enhardit jusqu'd lui
faire des bravades, et promet de former 1'oreille a ses sugges-
tions si elles se pr4sentent. Et de fait, elle conserve tout le
temps sa bonne humeur que sa solide pi&t6 lui avait appris
depuis lengtemps, je pense, A savoir soigner en toute 4ventua-
lite.
Mais avant de laisser la Martinique n'oublions pas de noter
que cette fle a donned le jour & une c4lebrit4 qui a jou6 un grand
r61e dans l'histoire de la France. C'est a Trois-Ilets, non loin de
Fort-de-France, quest nee en 1761, Marie Rose Tascher de la
Pagerie, qui devint plus tard l'imperatrice Jos6phine. Fille du
comte Tascher de la Pagerie, capitaine de port dans la marine
royale, elle avait 4pous6 en premieres noces le comte Alexandre
de Beauharnais, n6 comme elle a la Martinique, qui fut deux
fois Olu president de 1'assembl4e national et perit sur 1'4chafaud
en 1794, laissant a sa veuve un fils, Eugene de Beauharnais, qui
fut plus tard vice-roi d'Italie. En 1796 la veuve de Beauhar-
nais 4pousa Napol6on Bonaparte, bien qu'elle fft de huit ans
plus agde que lui. Bonaparte n'6tait alors que g4n6ral d'armee.
Couronn6e impiratrice en 1804, elle fut abandonnee de son maria







84 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

qui obtint son divorce d'avec elle en 1809. Elle se retira alors
a la Malmaison oA elle mourut en 1814. Jos6phine fut un noble
caract6re et une spouse irr6prochable; 1'autrichienne Marie-
Louise a plus d'une fois force Nappldon A fire une comparison
qui ne tournait pas & son advantage. On lui a drig6 une statue
sur la place publique a Fort-de-France.
A 6h. nous doublons une pointe et nous nous engageons dans
une vaste baie au fond de laquelle se trouve Castries, capital
de l'lle Ste-Lucie, qui comme St-Kitts, Antigue et la Dominique,
appartient aux anglais.
Nous passons pr6s d'un curem6le a notre gauche, occupy a
creuser le havre, et nous voyons a notre droite, perch sur
une pointe 6levde, un vaste h6pital qu'ombragent en parties de
nombreux palmiers et autres arbres de ces contr6es.
Contrairement a ce que nous avions vu jusqu'ici, nous
accostons h un quai Castries, et comme il n'est encore que 6
h., nous nous proposions bien de descendre aussit6t pour passer
la nuit en ville; mais il fallait cdmpter avec les formalit6s
qu'appelait notre pavilion jaune hiss6 au mat, et tenir compete
aussi du soleil de ces latitudes qui, aussit6t disparu h I'horizon,
s'enveloppe, je pense, soigneusement dans ses couvertures pour
passer la nuit, car il ne laisse plus dchapper la moindre lumi6re;
il fait ici presque totalement divorce tant avec l'aurore qu'aveo
le cr6puscule.
Castries, Vle de Ste-Lucie, mardi 10 avril.-Les formalities
de la quarantine ayant &t6 replies la veille au soir, d6s les 6
h. je descends avec M. Huart sur le quai, et nous nous diri-
geons directement sur l'Nglise que l'on nous avait fait distin-
guer du pont du bateau.
Comme nous n'avions absolument aucun bagage, nous
n'eimhes rien & ddmeler avec la douane.
Nous entrons au presbytere, et la servant nous ayant dit








DE ST-KITTS A TRINIDAD


que les pretres dtaient & la sacristie, nous nous y tendons
aussitot.
Une messe allait se terminer au mattre autel, nous atten-
dons quelques minutes.
Je m'adresse alors au pretre pour lui demander l'autorisa-
tion de c6ldbrer en lui exhibant mon celebret.
-Vous 6tes probablement le cure de la ville T
-Non, je suis cur6 de la SoufriBre, paroisse du voisinage;
le cur6 de la ville est all6 aux malades, il sera bient6t de
retour.
-Je vais attendre alors, car il ne convient pas de se
rendre ainsi maitre & 1'etranger.
-Oh! ne craignez rien, vous polvez c61lbrer sans plus
tarder.
Par ses instances r6itre6es, je prends les ornements et me
rends a 1'autel. Ma messe 6tait fine lorque le cur6 est arrive.
Loin de me blAmer, le Rev. P. Tapon-c'est le nom du cur6-me
loua beaucoup de n'avoir pas attend et d'avoir compt6 sur sa
bienveillance la gard des pr8tres du Canada qu'il connaissait
ddja quelque peu.
Il me fait plaisir d'avoir A reconnattre ici que le P. Tapon
est loin de faire exception h la regle g6ndrale qui attribue des
vertus d'hospita!it6 et de bienveillance a un supreme degr6 a
tous les curds des Iles-du-Vent.
Revenus du presbytAre, il nous prdsenta au P. Branchaud,
cur6 de la SoufriBre, que nous avions vu A la sacristie, et a son
vicaire le P. Veillet, car ce sent tous des prAtres de la con-
grdgation du St-Esprit, et sans plus tarder nous invita a passer
au r6fectoire pour prendre le d6jeiner.
Qu'il est agrdable de rencontrer ainsi des fibres en pays
6tanger; je dis des frbres, car aprbs cinq minutes d'entretien, on
se trouve tout de suite A l'aise, comme en famille, en commu-









86 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

nautd de sentiments pour apprecier les 4venements qui sont du
resort du public, et juger toute chose pour ainsi dire du m6me
point de vue.
Le P. Tapon nous fit parcourir sa maison qui est vaste
et h deux stages, et voulut nous assigner a chacun une chambre
en insistent pour nous retenir chez lui au moins une quinzaine,
pour nous permettre de visiter la Soufriere et de prendre une
connaissance plus parfaite de 1'ile. Mais nous ne pouvions
d6vier de notre programme qui nous astreignait a suivre notre
bateau jusqu'au terme de sa course, a Trinidad.


Fig. 5.
Comme l'histoire naturelle nous intiresse toujours tout par-
ticulikrement, nous remarquons un specimen de reptile dans le
salon du cure; c'est un iguane, bien prepare et tout fratchement
mont6.
Fig. 5.-Iguata delicatissima.









DE ST-KITTS A TRINIDAD


L'espBce en question, qui est assez commune a Ste-Lucie,
est l'Iguana delicatissima, ainsi nomm6e de son nom specifique
pour la ddlicatesse de sa chaire qui est gdn6ralement fort
estim6e. Allons, dis-je au cnur, il paratt que dans vos Antilles
on prise fort les reptiles, a la Dominique on mange des crapauds,
et ici des l6zards, peut-6tre va-t-on en venir bient6t a manger
des serpents.
-Mais la chose ne serait pas nouvelle ; les anciens
cara'bes tres souvent se nourrissaient de la chair des serpents.
-Est-ce que les serpents sont communs ici ?
-Tres communs. II n'y a encore que quelques jours,
j'ai voulu faire preparer une piece de terre, ici mgme, tout a
c8td, pour y faire une prairie, et en enlevant les herbes et brous-
sailles qui s'y trouvaient, on n'a pas trouv6 moins de trois beaux
serpents qui y avaient leur refuge. On en decouvrit d'abord
deux qu'on tua aussit8t. Puis I'un des homes ayant fait une
botte de foin de ces herbes qu'on avait coupes, la plaga sur sa tate
suivant leur coutume, et s'en allait ainsi par la ville, lorsqu'un
superbe serpent s'6chappa de la botte et glissa dans la rue. Ce
fut une alarm tout d'abord, mais on s'arma bientot de batons
et de balais et l'on tua le terrible animal.
-Est-ce que ces serpents sont dangereux ? Qu'elle en est
I'espece ?
-TrBs dangereux ; il ne se passe guere d'ann6e sans que
quelque negre subisse leur morsure qui est presque toujours
mortelle. Ces serpents sont des Trigonoc6phales, et vous savez
que ces reptiles sont toujours a venin tres prompt et le plus
souvent mortel.
Mais revenons a notre iguane. Ce nom d'iguane a dt6
emprunt6 aux naturels de I'Am6rique du sud qui d6signaient
ainsi des lizards de grande taille, a queue fort longue, capable
de s'enrouler comme organe de prehension pour sauter d'une
branch h l'autre, portant sous la gorge un jabot ou fanon consi-









UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX


ddralle, et sur le dos une crate frangee depuis le vertex jusqu'a
tout pres l'extrdmit4 de la queue. L'espce en question measure
quatre pieds de longueur, don't la moiti6 au moins appartient A
la queue. Ses yeux sont couverts de deux paupieres a peu pres
dgales, garnies d'4cailles granules; le tympan est largement
ouvert h la surface de la peau, sans orgines de protection pour
le couvrir. Tout le corps est covert de tres petites dcailles
minces, couches, subverticillees, tres peu consistantes. Sa lan-
gue est molle, fongueuse, et les dents petites, comprimees, aiguds.
Ses doigts sont longs, greles, simples, terminus par un ongle fort
et crocbu, bien adapt pour grimper dans les arbres ou on les
voit frequemment & la recherche des ceufs et des petits oiseaux
qu'ils prennent dans leurs nids. Ils se nourrissent aussi d'in-
sectes, sauterelles, cigales, de petits mollusques, et mmme de
fruits. Ils habitent d'ordinaire le voisinage des eaux, et sans
Otre aquatiques, ils savent fort bien nager. Ils pondent des ceufs
assez semblables a ceux des pigeons et les abandonnent, come
tous les autres sauriens, a l'incubation solaire dans le sable on
les feuilles seches. Le corps est d'un vert grisatre, jaunatre,
plus ou moins violace, susceptible, vu la mobility des dcailles,
comme dans les cam6ldons, de varier h chaque instant sa nuance
de coloration. (1)
Les negres sont tres friends de la chair de l'iguane, qu'ils
proclament excellent, et que plusieurs blancs m'ont dit aussi
avoir trouvde de fort bon goft.
A beau mentir qui vient de loin ", dit le proverbe, et
j'ajouterai que meme en voulant Wtre v4ridique, il est tres facile
aux voyageurs qui voient des choses 6tranges et nouvelles pour
eux, de se m6prendre et d'en faire de fausses representations,
surtout lorsqu'il s'agit d'histoire naturelle h 1'etude de laquelle
on n'a jamais pret6 d'attention. Ainsi le fondateur de Quebec,
(1) On pent en voir au mus6e de l'Universt6-Laval un specimen que j'ai
apport6 de Trinidad.









DV ST-KITTS A TRiNIDAD


Samuel de Champlain, raconte, dans son Voyage aux Indes Oc-
cidentales en 1599, au sujet des 14zards qu'il avait pu voir k
Portorico :
En laquelle tie il y a grande quantity de camd1lons, que
" 'ont dit qu'ils vivent de I'air, ce que je ne puis assurer, com-
" bien que j'en aie vus par plusieurs fois; il a la tAte assez
" pointue, le corps assez long pour sa grosseur, a savoir un pied
" et demi, et n'a que deux jambes qui south devant, la queue
" fort pointue, mldee de couleurs gris jaunatre. "
Le c6 lbre voyageur n'ose assurer que le cam6ldon vit de
Pair, mais il ne craint pas d'avancer que ce lezard n'a que deux
pattes, et pour faire ressortir toute 1'originalitA de cette anomalie
il donne une figure ds animal avec seulement ses deux pattes
anterieures.









j---




Pig. 6.
Le trigonocphale jaune, appel4 aussi serpent jaune des
Antilles, Fer de lance, Trigonocephalus lanceolatus, est uu
serpent assez semblable aux crotales, mais depourvu de son-
nettes au bout de la queue. II measure quelquefois jusqu'h 6
et 7 pieds. I1 est jaune ou grisatre plus ou moins vari6 de
brun. I1 est tres commun a Ste-Lucie, a la Martinique et dans
Fig. 6.--Le PF de lane, Trigonocephaldu lanceoatui.








90 UNE EXCURSION AUX CLIMATES TROPICAUX

la petite lie de Boquia, pres de St-Vincent, mais ne se rencontre
pas dans les autres fles de 1'archipel des Caraibes; on dit meme
que des essais d'acclimation tents dans ces les n'ont pu reussir.
Comment se trouverait-il ainsi dans quelques ties et nulle-
ment dans les autres ? Voici ce que le P. Dutertre rapport A cet
4gard.
Quelques sauvages nous ont assure qu'ils tenaient, par
une tradition certain de leurs peres, que les serpents de la
Martinique venaient des Arrouages, nation de la terre ferme,
auxquels les Caraibes de nos ties font une guerre cruelle. Ceux-
la, disent-ils, se voyant continuellement vexes par les fr6-
quentes incursions des n6tres, s'aviserent d'une ruse de guerre
non commune, mais dommageable et p4rilleuse A leurs ennemis,
car ils amasserent grand nombre de serpents qu'ils enfermbrent
dans des paniers et des calebasses, les apporterent a la Marti-
nique, et 1i leur donnerent la liberty. "
On a essay diff4rents moyens de destruction centre ces
serpents a differents temps, mais toujours sans succes, par ce
que l'on n'employait pas les precautions ndcessaires pour les
faire reussir.
L'abb4 Legault qui habitat Trinidad en 1820, suggera de
transporter A la Martinique le Vautour-corbeau qui se trouve
14, et qui fait la guerre a tous les petits animaux qu'il ren-
contre. On en prit done une dizaine de couples et on les y
transport. Mais on les tint renferm6s dans des paniers avec
si pen de precautions, qu'ils p6rirent en parties d6s leur arrivee,
et le reste disparut sans s'y multiplier. Une importation du Ser-
pentaire ou Messager du Cap, rapace qui fait aussi la guerre
aux serpents, n'eut pas plus de succes, par ce qu'on n'en prit
pas non plus plus de soin. Le moyen le plus efficace de res-
treindre leur multiplication, ce sont des primes offertes a tous
ceux qui en tuent ou apportent leurs ceufs.
Presque tous ceux qui habitent des countries, od1 ne se ren-








DE ST-KITTS A TRINIDAD


content pas de serpents venimenx, et notamment les dames,
s'imaginent facilement qu'il leur serait a peu pres impossible de
demeurer dans des pays infests de ces redoutables ennemis. Et
j'avoue que pour ma part, je n'6tais pas stranger a ce prdjug6
avant mon voyage en Floride; mais c'est 1l exag6rer outre
measure un danger qui n'est qu'dventuel et don't il est assez
facile de se garer.
Qu'on n'aille pas cIoire que les Trigonoc6phales, de mmme
,que les Crotales (serpents-h-sonnettes), courent apres le monde
pour faire des victims. Ce sont des serpents a movements
en general lourds et peu rapides, et l'on peut dire que c'est tou-
jours pour se d6fendre, qu'ils infligent leurs morsures; comme
lorsque sans les voir on met le pied dessus, ou lorsqu'on les
pursuit.
Les Trigonocephales se nourrissent de souris, de rats et
autres petits animaux qu'ils tuent de leur venin avant de les
avaler ; voila pourquoi on les rencontre souvent dans les champs
de canne A sucre oi il vont chasser aux rats. A premiere ren-
contre en g6enral ce serpent prend la fuite,et si vous le laissez aller,
vous n'avez plus a vous en occuper, mais si vous les poursuivez,
ou si l'ayant surprise de trop pres, vous n'6tes pas prompt a le
frapper avant qu'il se dresse la tete, gare a vous, car d'un bond
il sera sur vous.

J'Ntais un jour dans un champ de cannes qu'on coupait,
me dit M. de Pompignan, avec mon fusil pour la chasse ; voila
que tout a coup un n6gre s'6crie : Un serpent ici !-Fort bien,
dis-je, je vais le recevoir. Je me rends a 1'endroit; mais rien
ne paraissait. Il est certainement 14, dit le negre, nous allons
le corner en coupant les cannes. Bien a la besogne ; et je les
suis mon fusil au bras pret a faire feu. Toup a coup un negre
crie : ici, ici. Je m'y rends A la course. DIja le serpent avait
la t6te a plus d'un pied au dessus du sol.--Ote-toi, dis-je au
negre qui se trouvait devant moi.-Non, je veux le tuer, moi.








92 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX

Et comme il s'dlance sur la bete avec son coutelas & couper la
canne, le serpent le pr6vient par un movement subit et vient
lui engueuler la cuisse en lui enfonaant ses crochets dans lea
chairs. Malgr6 tons nos soins, le malheureux expirait une
heure apr.s.
C'est surtout lorsque les serpents sont excites par la colere
que leur venin est plus subtil. Mais lerrs morsures ne sont pas
toujours mortelles, et l'on a aujourd'hui des moyens de traitor ces
accidents qui r6ussissent le plus souvent. J'en reparlerai plus
loin.
A propos du Fer-de-lance, qu'on me permette de rapporter
ici ce qu'en disait dernikrement un journal de Paris.
Cet 6tre immonde et redoutable n'existe que dans les deux
Sales de la Martinique et de Sainte-Lucie, ces ddens oA tout est
brise et rayons, fleurs, verdure, parfums-venin I
La Martinique lui appartient. C'est son laboratoire sinistre
et inviolable. Avec une dtonnante audace, il entire dans les cites
et les villages, se glisse et se cache dans les maisons, se blottit
derriere les meubles, s'allonge, sybarite abject, dans les lits.
Sa longueur atteint parfois 8 pieds et sa grosseur est cell
du poignet. L'effet de son poison estfoudroyant. L'homme mordu
s'affaise et meurt. C'est le fleau irremediable de la Martinique.
Comment, en effect, pourrait-on atteindre le Fer-de-Lance dans
les retraites inaccessibles des forts vierges, o~ sa femelle ol6ve
en toute sdcurit6 quatre-vingt petits serpents ?
Le serpent corail trahit sa presence par l'eclat 6blouissant
de sa robe; le crotale s'annonce en faisant sonner, comme un
glas de mort, ses sinistres dcailles, avant de s'dlancer sur sa vic-
time; le cobra indien se coiffe de son lugabre capuchon; le
giboya colossal fait entendre des miaulements affreux; enfin
l'horrible cracheur de venin avertit le passant, par les miasmes
empestea qu'il ddgage.
Tout cela est comme un qui vive de la prdvoyante na.
ture. Prdvenu, l'homme se gare.







DE ST-KITTS A TRINIDAD


Le Fer-de-Lance, lui, ne se trahit par aucun signal; il
surprend, il mord, 11 tue. La teinte terreuse de sa robe le con-
fond avec la couleur du sol, et c'est toujours embusqud au board
d'un chemin que ce bandit rampant guette sa proie. Aucun
serpent ne s'dlance aussi vite et aussi haut que le For-de Lance.
C'est une flche vivante qui part du milieu des herbes et qui tue
en frappant. Sa tete hideuso se dresse jusqu'A cinq pieds de
haut; et son crochet mortel s'attaque presque toujours & la face
de la victim.
Sa puissance de reputation est prodigieuse. Le Fer-de-Lance
glisse sur les surfaces les plus verticales et les plus nues avec
autant de rapidity que sur le sol. Sa fureur est tell, qu'il
abandonne souvent un de ses crocs empoisonn6s dans I'objet qu'il
a mordu, et la blessure que produirait, au bout d'un an, ce crochet
dess6ch6 eat mortelle.
Un jour, le savant Duiffer vent 6tudier la dent d'un For-de-
Lance qui trempe depuis neuf mois dans do l'alcool; il se blessed,
et meurt.
L'habitant des Antilles ne s'aventure jamais dans les forts
sans un couteau dnorme et tranchant comme un razoir. S'il eat
mordu par un Fer-de-Lance, il n'hdsite pas I s'amputer lui-mame,
en coupant le doigt, la main, le bras atteint par le reptile.
A Saint-Pierre, A Fort-de-France, dans les villages, il n'est
pas rare de rencontrer des invalides qui n'ont dchappd au venin
du Trigonocdphale qu'en se mutilant.
Un jour, un Fer-de-Lance est surprise et decapitA dans un
village de la Martinique. Sa tete mourante et baveuse git depuis
quatre heures sur le sable. La gueule horrible et toujours mena-
gante rdpand dans un affreux baiilement un melange infect de
sang noir et empoisonn6. Tout-A-coup un dogue monstrueux
arrive, flaire le reptile du museau, pousse comme une ordure
cette tete sanglante.
La bete so reveille, la gueule s'ouvre et mord le dogue qui
e'enfuit en gemissant. Quarante minutes apr6s, le chien meurt
en poussant des hurlemonts affreux.
Dans sea cerits sur lea serpents de la Martinique qu'il








94 UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX


habitat pendant dix ans, le docteur Rufs de Lavison, membre de
l'Acaddmie de mddecine de Paris, rapport une histoire dmou-
vante.
"Le fait se passa vers 1840, dans un village de Sainte-Lucie.
Une nuit d'orage, une nourrice ndgresse se reveille avec
l'intoldrable impression d'un grand poids sur la poitrine. Elle
ouvre les yeux, regarded et rest pdtrifide en apercevant un Fer-
de-Lance enrould sur sa couverture.
"Bouger, crier, c'est mourir. Avec un sang-froid admirable,
elle rest immobile et muette, attendant, respirant A peine.
L'affreux reptile s'agite lentement sur le corps tremblant
de la ndgresse, tant6t disparaissant sur ses 6paules, s'arrondis-
sant sur son venture, allongeant ses anneaux glaces le long des
reins, dardant sa large tate aplatie vers la gorge, vers le visage
de la nourrice affolde.
Elle ferma les yeux; mais aussitft elle 4prouve au sein une
sensation strange, myst6rieuse, et la malheureuse comprend que
l'effroyable reptile, attire par l'odeur du lait don't il est si friend,
s'est mis a t6ter.
Ce supplice horrible et nouveau dura environ dix minutes.
Enfin le Trigonocephale, repu, se glisse hours du lit en balangant
sa tate visqueuse avec une volupt6 gourmande, et disparatt par
la porte laissee la veille imprudemment entr'ouverte.
Une here aprss, on d6couvrit et tua le terrible serpent,
engourdi au pied d'un mur. La n6gresse dtait sauvee, mais elle
devint folle, voyant toujours dans ses hallucinations la gaeule
immonde et glac6e de son formidable nourrisson."
En faisant la revue des objets exposes dans le salon, je
trouve sur une corniche, une masse blanchatre, informed, granu-
leuse, de quatre a cinq pouces de longueur sur un et demi de
diametre a peu pros, paraissant comme un corps refroidi apres
qu'il aurait Wtd mis en fusion. Qu'est-ceci, demandai-je au
curd ?
-Sentez-le et vous allez le deviner.
-Mais c'est de 1'encens







DE ST-KITTS A TRINIDAD


-Pricisement, un encens que nous trouvons ici. L'arbre
exsude cet encens de son dcorce, comme les cerisiers laissent
4chapper leur gomme.
Cet encens, jet4 sur le feu, rdpand une odeur des plus
agrdables.
L'arbre qui le produit est l'Icica heptaphylla, Aublet,
1'Iriquier a-sept-feuilles, vulgairement arbre d l'encens, Arou-
cou. C'est un petit arbre de quinze h trente pieds de hauteur,
sur un diametre de huit a douze pouces. II produit un fruit a
peine charnu et devenant coriace par la dessication, a deux on
quatre valves, et renfermant deux, quatre ou six osselets mo-
nospermes enveloppds d'une pulpe rouge, d'un goft tres agrd-
able, don't les negres surtout sont fort avides. Ce fruit mfrit
en septembre.
Si l'on entaille l'arbre on coupe quelque branch, il en
sort un sue abondant qui en s'dvaporant produit la rAsine
blanche qui constitute l'encens.
Je ne manque pas de faire une revue minutieuse du jardin
qui avoisine le presbytere ; mais ce sont a peu pres les memes
plants que j'avais vues h la Dominique, Crotons en quantity,
des Palma-Christi qui deviennent des petits arbres, des Gdra-
niums, Chevrefeuilles etc. Je trouve en plusieurs endroits des
larmes de Job, Coix lachryma-Christi, toutes chargees de
leurs graines pierreuses, et qui m'ont I'air a pousser ici sans
aucun soin ; le P. Tapon me dit que c'est presque une mauvaise
herbe ici, qui crott partout.

Nous allons avec le cur6 visiter son couvent qui se trouve
tout aupres. Les soeurs, au nombre de douze, don't une mula-
tresse, sont ici co que sont partout les religieuses, des femmes
d'ordre, d'une extreme propret6 et d'un devouement sans
bornes pour I'instruction et 1'6ducation de leurs enfants. Les
classes sont tres propres, et toutes ces petites figures noires ne




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs