• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Escales
 Tu es la Cueillaison
 Qui dira mes joles ensoleillee...
 Qui es-tu...?
 Pour le dialogue des corps...
 Aux saisons de moi-meme (poeme...
 C'est toi l'unique, la presente,...
 A toi mes yeux mon horizon...
 Embrassons-nous mon amour...
 Jeux de miroirs...
 Tu m'ecriras...
 Adieu mon amour...
 Table of Contents
 Back Matter






Title: Les grandes orgues (poëmes) suivis de Aux saisons de moi-même
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00054965/00001
 Material Information
Title: Les grandes orgues (poëmes) suivis de Aux saisons de moi-même
Physical Description: 86 p. : port. ; 21 cm.
Language: French
Creator: Fardin, Dieudonné.
Fardin, Dieudonné
Publisher: Fardin
Place of Publication: Fontamara Port-au-Prince
Publication Date: 1973
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: Fardin i.e. B.L.M. Pierre.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00054965
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 02283466
lccn - 75501208

Table of Contents
    Title Page
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
    Escales
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Tu es la Cueillaison
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Qui dira mes joles ensoleillees
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Qui es-tu...?
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Pour le dialogue des corps...
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Aux saisons de moi-meme (poemes)
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    C'est toi l'unique, la presente, l'absente
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    A toi mes yeux mon horizon...
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
    Embrassons-nous mon amour...
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
    Jeux de miroirs...
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Tu m'ecriras...
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
    Adieu mon amour...
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Table of Contents
        Page 81
        Page 82
    Back Matter
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
Full Text




FA RD N







r-o





gra* argues
V P
.. .^ ,.


,w

a u, x s a i s o -n d e o


41?* .* ., .

*b~. i^
T^i~~:


les


i-me me




1I!cjyi


1 c-
1~ -


FA RDIN


les grandes orgues

(po&mes)
suivis de


aux saisons de moi-m- me
















Le produit de la vente de ce livre de poemes
sera employee a equiper l'Atelier d'impression
de la Revue de l'Actualite Culturelle Haitienne


LE PETIT SAMEDI SOIR


L'adminidtration de la Revue remercie et exprime
idi sa reconnaissance a


Me. ................................................


qui a bien voulu offrir sa contribution pour la
realisation de cette demarche.


port-au-prince, aoit 1973


fardin



























les grades orgues
suivi s de
aux saisons de moi-m me






















Que diras-tu ce soir, pauvre ame solitaire,
Que diras-tu, mon caur, cwur autrefois fletri,
A la tres belle, a la tris bonne, a la trWs chore,
Dont le regard divin t'a soudain refleuri?


(Charles Baudelaire)
























pour toi
ma chore et tendre
grandes orgues de haute fiddlite
dans les eaux turbulentes de ma sensibility
ce timoignage burind un soir de clair de lune
et serti aux arcanes du souvenir.


d.f.




















ES.CALES
















ton souffle nocturne, susurrement de source mentholie devient
murmures de vagues lasses et dolentes

la lune s'est bris6e en nappe de miel dans I' ventail des
girandoles

et mes d6sirs font escales dans tes yeux
moissonnant le bleu du ciel pour vbtir mon automne

tes soupirs et ta voix ont I'accent frileux des plaintes
d'enfants ravis
ta joie veille dans le flot noir de tes cheveux de Sulamite
et guette le r6veil de tes sens sur le champ sans limited
de la concupiscence












ten silence ponctue les rales de I'attente
le paysage n'est plus paysage mais grandes ombres lunaires
abritant un amour incertain
et invite le pobte a chanter ta langueur aux sons de quel
violoncelle jusqu'aux jaillissements humides des semences
spongieuses au parfum d'oranger

parle-moi ma chere et tendre le language de la tendresse
ct dicte h I'univers aux ecoutes les notes et les frissons qui
deviendront versets incantatoires dans le grand poeme de
ta vie

je sens renartre et s'agiter dans moi I'odeur tide du
desir
flux et reflux d'un amour immemorial que partagerent nos
ancetres voila combien de siecles dans la cale empuantie
d'un voilier n6grier













le sentier de ton village natal s'est Blargi jusqu'aux grandes
avenues baign6es de n6on du monde

loin du grand faubourg de ton village natal, tu as appris
combien la terre est morcel6e au profit des grands et des
superbes
comment nos scurs se vendent pour un plat de lentilles au
sein de richesses inouies
et pourquoi tant de sang, de deuil et de miseres pour draper
sur des mots creux et pompeux des promesses sans lendemain

tes pas debiles de femme curieuse et entit6e t'ont conduite
dans toutes les grandes capitals du monde et t'ont fait
croiser au passage des monarques imberbes, des tourists
drogues, des missionnaires ath6es, des philanthropes sans
boussole, des ambassadeurs en boubou, et ce bel negre aux
dents blanches, Patrice-Lumumba des ages nouveaux, venu
apprendre I' art militaire aux casbahs des blancs












dis, ce bel negre, I'as-tu reconnu au passage, ou a-t-il fall
qu'il te parlIt pour retrouver dans ses gestes lents et super-
bes la nostalgic de tes cousins des fies?

parole, parole, ma tendresse, le language des confidences, et
redis-moi, entire deux baisers vol6s, I'aventure de ses
homes sans foi ni loi dictant leur volont6 aux hommes
sans m6moire.



















TU ES LA CUEILLAISO N













a travers les broussailles de I'univers
j'ai surprise tes yeux cernant la route du dugout
et tes soupirs entretiss6s de paroles muettes

je sens et je vois chaque geste aux accents syncopes
de tes regards et je profile mon demain dans I'6ternitd
de ta presence

je sale en toi LA FEMME avec les vertiges, les
6tincelles, les silences pars et les tourments de
toutes celles que j'ai connues

tu es femme de sanglots, de d6sirs, de couleurs, de
sons et de saveur, semence humide encore du premier
dechirement, delice amer taille dans I' entrebaillement
malhabile du vouloir







@












je retrouve en toi ma purcte d'enfant de chceur chantant
I'alleluia des temps pascals

tu es empreinte de levres, souffle de vie, regards complices
de toutes femmes aimees
et tu embaumes ma vie de I'odeur vanillIe de ta province
natale

tu es la cueillaison
et murisse sous tes branches I'avenir des hommes! ...
et chantent en tes entrailles les douleurs des hommes! ...
et 6clatent au ras de mes d6sirs toutes les oraisons
chant6es ou tues au nom de la beauty de tes yeux! ...


















QUI DIRA MES JO/ES ENSOLEILLEES















m3n amour, verbe et chair, se nourrit de parfum, de fumier
et se grise de couleurs dans sa quite de beauty

mon amour, la rose que chante le pobte, porte en ses p6ta-
les diaphanes, ses sources de fanure

mon amour meurt, renaft pour refleurir sans cesse au
rendez-vous des midis tropicaux

mon amour est sans age, sans passe
et je te I'offre Sulamite

C'est pour ta chevelure corbeille de roses ondulees
et ton rire en cascade jaillissante.qui mettent des
pointill6s de soleil dans-le soir

c'est pour marquer le temps des admissions
et vaincr e la resistance des jours moroses












voici pour toi un bouquet d'aromate
je brilerai de I'accacia
t'offrirai de I'encens
et parfumerai tes pieds d'essences rares et subtiles
mon idole des temps presents

Yahveh, chair, esprit ou t6nbbres
voici pour toi I'onction fragile du d6sir



Si toi aussi tu te ddrobes, qui veillera sur mes soucis
mes projects et mes d6faites
qui voudra etre le lit fluide ob reposer mes amertumes
qui dira mes joies ensoleill6es et Blira domicile aux
saisons de mes maux pour recueillir et panser les
lambeaux de moi-meme?












presence au seuil du d6sespoir, langueur qui came le cour-
roux du male repoussant le poids des soucis immondes

qui me recevra cajolante et gaie au cour des mariners
en fleurs
et 6crira tendre et long pobme pour bercer-mes chimbres

Je sais. Mon coeur porte les stigmates de mes forfaits
et I'automne qui envahit mes sens dit assez que
j' ai v6cu

Quel dommage!
je n'ai pas fini d'6crire le poeme immortel de ta vie
en marge de ton regard de constellation












quel malheur! que notre amour n'ait jamais eu d'enfance
jamais connu le temps soucieux de I' apprentissage
qu'il soit nd froid et adulte, sans d6sir ni chaleur,
ignorant du language des sexes tout.ce qu'il charrie
de sanie
mendiant des mots d'amour pour tisser des lendemains
de lumibre incertains

quel dommage! Sulamite au rire en fleurs
lotus bleu tomb6 des entrailles de Monique




















QUi ES T U...?














les mots sont des lumignons qui tremblotent
au creux de la conscience pour mourir dans le d6goit
les soirs de grandes turbulences

je te parole d'amour et tu cascades de fous rires
inanit6 des sentiments au rendez-vous de la significance

je te parole de piti6 et tu divagues
je te parole de revolution et tu t'endors

tu ignores I' amour, I' entente, le d6vouement et la griserie
du plaisir
et tu defends le droit A I'amour et au plaisir de toutes
les femmes du monde-












tu es I'envers et I'endroit du decor
la goutte d'eau qui grise et fascine

Qui es-tu femme aux petits pieds mignons
longs doigts d'artiste sertis dans une colonne
d'argiie brune

femme aux yeux d'amende qui semble s'6namourer
de toutes les laideurs et de toutes les beaut6s du
monde

femme svelte aux ondulations de la mer repue des
orgies d'une nuit de clair de lune avec des vagues
qui connaissent tous les ports du monde et toutes
les souffrances des filles-fleurs des embarcaderes
mill6naires.














POUR LEALOGUE DE CORPS...

POUR LE DIALOGUE DES CORPS...















parle-moi, ma chore et tendre, le language de la tendresse,
ta voix a des accents plus doux que la chanson du vent
les soirs de grandes inqui6tudes

je suis la patience sans remous inutils et mon amour
meurt de I'exigence de I'amour

A quand le dialogue de nos corps,
ma soif 6crasant tes levres et se pamant aux r6sonnances
d'ivoires de nos Ilvres

nos pieds dansant la danse de Saint Guy jusqu'I sentir
ramper en soi la folie des dieux lares












balancement de tes hanches lascives
tes tongues jambes nageoires de chair brune happant I'air
pareil b I' echo sourd de I' 6clair z6brant un del d'octobre

I' 6cho de tes sanglots regnant sur la nuit, tetus comme
un vieux chien fiddle

inflexion amoureuse de ta voix, berceuse irresistible,
d6lires et murmures sensibilis6s jusqu'A I'ivresse
impromptue du baiser

a quand Sulamite tomb6e des entrailles de Monique,
le dialogue des sens
haleine de g8ant, cris d'oiseaux en pamoison, pas lourds
de fauves dans les taillis
rapt de baisers h la naissance du sexe
sueur chaude et moite sur le chemin de I'ascension et
du partage












gouterai-je a la multiplicity des ivresses charnelles
et fixerai-je a jamais, B travers tes plaintes en dos
majeur, la voluptueuse tristesse de la concupiscence?

Sulamite, voici mon amour immense offer a ta cr6dulit6

ma vie est Il
mon amour est I1 attendant tes caprices faits pour
inspire les artistes qui tronent dans I'avenir comme
des dieux incompris.





21-23 septembre 1972
fontamara, hai'ti






FA RD IN


aux saisons


de moi-meme


(poemes)































a u x s aison -s de m o i-m im e


















Pour t'aimer ii jamais il suffit que je t'aime
Et qui croit n'aimer plus n'a pas encore aimed



Auguste Dorchain




Et ceux-l sans savoir, nous regardent passer
Ripitant apres moi les mots que j'ai tressis
Et qui pour tes grands yeux tout aussitot moururent
ll n'y a pas d'amour heureux.



Aragon

























Se veux continue i construire des reves d'abondance
aux croissants de tes jours
et a fructifier to presence aux saisons de moi-mime.




d.f.























pour toi
ma prisente, ma future


sultane de haute lignee d'un age merveilleux
plus soumise par exigente volonti,

ce poime na
aux saisons de moi-meme




d.f.

















tu vis et grandis
m6e6e A moi comme des liens purs et tendres
plus fraiche que sources claires murmurant
chansons dormoires
A I'aube d'un depart

c'est toi I'unique, la presente et I'absente
tu renais A toute here en moi
comme les mille vagues de la mer flirtant avec
la plage assoiff6e

tu es en moi confondue dans I'ambrasement
amoureux du doute
et je te porte triste et fier mordillant ce
double de moi-meme pour fixer A jamais
ta presence de lavande.






0












pour t'aimer te chanter et t'inscrire dans I'6ternel
voici mon pobme immortel par la magie de tes grands
yeux
voici mon po6me bleu de ton sourire
aimantation de tes levres amoureuses

I'envers ind6chiffrable de tes gestes lents et tristes
qui ne cherchent plus I'amour la possession dans la
pourpre de I'6t6

chevauch6 de souvenirs piaffant dans I'embrasure
du temps
pour chanter la chanson de I'absence et du ndant

tu vas grandir loin de moi
et ta fuite, fuite du temps, prepare ma saison d'automne
qui racontera les merveilles de I' 6t6 et les graces du
printemps.




















A T OI MES YEUX MON HORIZON...













a toi les mille et un reflects de mes yeux ternis
offers la luisance du souvenir
et les champs de lilas qui descendent a pas feutr6s
la route du crdpuscule

peu imported I'incertitude des jours moroses
dans un ciel de feuilles mortes et d'hibiscus
et les lines mortes surgies du fond des ages
pour la ronde des jours d'6pouvante

ta voix suffit pour r6inventer la joie
et trouver la clef de tous les aoits en fleurs
5 pi6ger au cPur de I'automne

ton regard suffit pour attendrir les soleils
et fixer la confiance au seuil d'un printemps
de rbves












5 toi mon amour que tisse nuit et jour le vertige des crimes
mon amour qui porte messages A tous t6moins ailds en
route vers I'inconnu
mon amour qui raconte la jeunesse des sources
la g6nese des langueurs aux arcanes de tes sens

peu imported I'indifference d'une semaine de cauchemars
longs appeals d'exil jaillis des bouches courrouc6es
d'un passe en lambeaux
clameurs sans fin quand gFt mutile le doute liberateur

que I'amour p6risse
que I'amour renaisse
A toi ma vie, Sultane de haute lignee, d'un age merveilleux












A toi mes mains d'eau fraiche
pour que jaillissent au-dessus de nos tetes
les p6tales de notre amour en feu



je tire le verrou des routes interdites
et je dessine ta demarche lente de jeune fille
aux saisons de moi-mime



peu imported les violence d'une nuit d'6garement
or mes doigts 6tranglrent ton entetement
pour que renaissent 6ternelles les gerbes de
I'entente



a toi mes yeux, mon horizon
et mes pas lourds de chameau apprivois6












je t'aime pour mes scenes de violence
mes regrets d'amoureux exigeant
et la fragility doton regard



pour le bonheur jet6 par brasses au rendez-vous
des interdits
et les fleurs liliales de ton sourire



a toi mon amour des jours sans pain
et des matins d'abondance
a toi mon amour des jours d'angoisse
et des matins-feu-d'artifice



je t'aime pour les illusions perdues
et les espoirs mystiques des saisons de vertus
r r6inventer les midis de durs hivers












A toi ma present, ma future
plus soumise par exigeante volont6
a toi mon amour qui apprivoisera les spaces et
les saisons
les homes rebelles h la joie
et les visages sans amour quotidien qui meurent
de solitude



















EMBRASSONS-NOUS MON AMOUR...














embrassons-nous, mon amour, accoudds aux saisons de
nous mimes
les badeaux jaseront, mais nous sommes les sourds-muets
d'une nuit fabuleuse
nos souffles sont plus purs que le printemps.
et nos serments plus frais que la brise d'automne
le rire des envieux sera sillon dans I' cclatante
clartt de notre amour


ouvre mon amour, ouvre tes grands yeux malicieux
sur la comddie port-au-princienne
et purifions la fange ensanglantee de leur vie
leur ciel est voil6 de larmes


la tendresse, ce soir, sera sans limited
I'amour interdit une chanson que le vent dispersera
et la vertu un rire sonore dans la tempkte des 16gendes












savoure, mon amour, savoure, la douceur de vivre
je te donne ma jeunesse, mon g6nie, pour le plaisir
de grandir A I'ombre d'un amour sans fanfreluche

mes souvenirs tremblent comme les d6sirs fols
grisant I'attente d'une nuit de noces

comment rdussir dompter les faux-semblants
et A pidtiner les interdits d'une society moribonde ?
comment retrouver ton vrai visage, dans cette fibvre
de I'attente, mon amour ?

je suis d'un monde qui va sauter. Demain il ne sera
plus que fait divers. II faut apprendre a mourir,
mon amour
en murmurant mon nom jusqu'a I'ivresse












je te parole pour aimer et retrouver les battements
de mon cur cuirass6 par I'orgueil
je te parole pour conduire la minute qui va nattre
vers la tendresse d'un baiser


il faut sourire, mon amour, avec la certitude que
les voiles du crepuscule disparartront, que le bleu
de I'horizon sera A toi


nous sommes a I'orde d'un monde neuf, A la naissance
d'un jour qui se leve
comment I'explorer et le nommer sans tes yeux et ta
main amicale
comment parler le language de I'amour et choisir A la
crois6e des chemins, dompter les spaces et devenir
roi de ma creation, sans tes livres et ta complicity,
mon amour?













voilA mille aubes, mon amour!
et j'apprends, syllabes par syllabes, A d6chiffrer ton nom
A te comprendre sourire aprbs sourire
A t'attendre colbre aprbs colbre



trente 6t6s brilent mes talons et c'est d6jA
la longue march
je veux t'aimer A tout prix et te d6couvrir
dans le printemps de chaque amour



ouvre, mon amour, ouvre tes grands yeux malicieux
sur la comedie port-au-princienne
la tendresse, ce soir, sera sans limited.



















JEUX DE MIROiRS....















tu m'6criras
je le sais, mon absence te d6p.euple.
et lourde sera ta peine

je te fuis dans le ressac d'un sanglot
tu m'apprivoises
et je chante la chanson du mal-aim6

tu pars
je te couve aux saisons de moi-m~me
et tu me fuis par jeux de miroirs

mais tu renaitras plus belle
amoureuse et rebelle
ta conqubte c'est notre liberty





















TU M'ECRIRA S...
















tu m'6criras, je le sais
la nostalgic des dimanches de printemps me transmettra
le bonjour des cousins



tu m'6criras avec I'encre rouge de la chair
et passeront tous les baisers vol6s au souffle
des bougies



tu m'identifies
il me faut ta presence pour btre sans cesse moi-mime



j'ai besoin de g6mir de ton m6pris
respirer la magnificence de ta demarche












tu es belle comme I'aimee
tu es I'aimee, mots luisants, pines de flames,
Sultane predestin6e, mon inquietude pourchassee
qui trouvera refuge au col saignant de mon pobme


je sais que je suis d6sormais pauvre de ton sourire
je ne possede meme plus la chance de te fuir


qui me parlera le language de la tendresse a I'heure
du cripuscule
qui m'attendra accoud6e aux balustres
et m'accueillira d'un geste de la main


qui sursurera mon amour, ma tendresse et ma vie
5 I'heure ob I'amour parlera le language des sens












me voici au seuil d'un automne irr6el;
chante le cygne assoiffe d'air pur!
et tu passes, beauty decevante, vbtue de feu;
brillent les mille feux d'artifice de I'amour
et residente d'un pays de formats, tu pousses
des cris qui se tordent au coeur de I'impossible
silence


des messagers porteront t6moignages sur les faiblesses
de notre amour et les tortures de I'attente,
les joies du souvenir et les serments violds
aux douze coups de minuit


des messagers contempleront avec des yeux vitreux
les filles de la terre, toi la premiere, I'unique,
la pr6sente et I'absente
qui conduiront mon amour au seuil de I'automne.






67S



















ADIEU MON AMOUR...

















adieu mon amour, mon bel amour de tant de douleurs bues
et de bonheurs arrach6s au bucher de I'esperance


au seuil de mes angoisses, je te lance ce cri fleuri
de toutes les couleurs inddites de I'au revoir et de
la desesp6rance


et si un jour tu ievenais sans mon amour, je te lance
ce cri mysterieux qui t'accompagnera aujourd'hui et
toujours vers ton novel eden
Adieu Adieu Adieu !








''''''9












qu'il s'elargisse aux confins des saisons invisibles
de ton Mtre pour signifier la presence fervente de ce
double, attache, voilI mille aubes, A tes pas,
mendiant un sourire et partageant la permanence de
tes inqui6tudes


je te dis adieu, mon amour, adieu, ma sultane,
cascade de joies in6dites, symphonie de I'amour
innocent, m6lodie d'un age inachev6, mon bel amour
venu proclamer les mysteres des paysages lunaires
comme gage de grave fidelity


en ce soir triste d'adieu je ne t'apporte pas I'all6gresse
de ma jeunesse en allee
ni le lourd calendrier de mes fredaines au seuil d'un
automne d'angoisse
ni les illusions d'un future charge de chimeres












je ne sollicite pas un visa de sortie de ta vie
ni ne convie ta jeunesse a immoler ses espoirs...
je veux continue a construire des rbves d'abondance
au croissant de tes jours
et A fructifier ta presence aux saisons de moi-meme,
centre les autres et centre ta propre image



adieu mon bel amour, A I'heure ou s'annonce I'automne


je garderai tes tendresses, ton
tes folies, tes caprices
et tes illusions de femme, aux


sourire, je fermenterai

saisons de moi-meme


je veux suivre, pas A pas, minute aprbs minute
la renaissance de ton bonheur












et si tu revenais un jour sans mon amour, solitaire
de I'ideal, nous nous dirons adieu
mais je continuerai a partager ton souvenir avec le
silence de mes exigences d'amoureux incompris


adieu, mon bel amour, ma chore princess d'un age
merveilleux


je te guette au carrefour de I'ideal
enfant de chceur timide et pr6somptueux


debout sur mes visions de bonheur, je t'attends,
aussi tourment6 qu'au seuil de la chambre nuptiale













adieu, mon amour
voici venir cet instant de grande ferveur et de
longue d6tresse
adieu



et si un jour tu revenais sans mon amour
dis-moi par le rire d6chirant du cousin ce long
manteau de deuil et cette grisaille occulte jets.
sur ma vie
dis-moi par le vol des vautours porteurs de mauvais
presages la poursuite d'un ideal liH a un clair
de lune impossible pour mon age sans nageoire













adieu sultane
adieu mon idole et cultive toujours I'amour de la
fidelity que tu gardes au coin des Ibvres
m6dite aux lisibres des brumes tremblantes de
new-york fem me-gante-aux-tnuscles-d'acier
m6dite sous les neons turbulants de Manhatan
m6dite mon bel amour et sache que je t'adore.




fontamara, 8 15 aoit 1972





f din.












TABLE DE MATIERES

les grandes orgues

I.- scales ..........................................................1
II.- tu es la cueillaison ........................................15
Ill.- qui dira mes joies ensoleillees .........................19
IV.- qui es-tu ...............................................25
V.- pour le dialogue des corps...............................29

aux saisons de moi-meme

I.- c'est toi, I'unique, la pr6sente ........................45
II.- a toi mes yeux, mon horizon ..............................49
III.- embrassons-nous, mon amour ............................57
IV.- jeux de miroirs ..................................... .. 63
V.- tu m'ecriras ........................................ ........... 67
VI.- adieu mon amour ............................................73












PUBLICATIONS ET INEDITS
de
FARDIN
poemes francais
- Lyre d6class6e (1962
- Futur Simple (en coll.) 1964
- Port-de-Paix Multicolore (1965)
- Ma paysanne (inedit)
- Que dialoguent mes amours (in6dit)
- Imagine I'imaginaire (in6dit)
- Texte pour initi6s (in6dit)
- Mon Pobme de Chair (1972)
- Entre 1' Eloge et le Silence (in6dit)
- Aux saisons de moi-meme (1973)
- Les grandes orgues (in6dit)(1973)
- Fraternity grande blessure (in6dit)
pobmes creoles
- D6blozailles (1961)
- Sept Fleurs soleil (1962)
- Collier la rose (1964)
- Laetilia(1965)
- Pobmes creoles (inedit)












essais (i n6di t s)

- Je plaide pour I'alphabet
- Considerations sur I' avenir du creole d'Haiti
- De la litterature haitienne contemporaine
- Le language politique
- De la d6mocratie
- Je pr6sente... (prefaces, avants-propos et 6tudes
critiques d'suvres contemporaines)
- Bibliographie du creole d'Hai'ti
- Petite histoire de I'alphab6tisation en Hai'ti

romans et nouvelles (in6dits)

- Par delA les tabous (roman)
- La femme terrible (roman)
- Nouvelles de I'age d'or (nouvelles)
- Les partisans (roman)












etudes critiques

COURSE D'HISTOIRE DE LA LITERATURE HAITIENNE

36me. edition

tome I.- Les pionniers I'Ecole de 1836 (en coll.) 1968
tome II.- L'Ecole Patriotique (en coll.) 1968
tome III.- La G6neration De La Ronde
a.- ler. fascicule: Les Pontes (1969)
b.- 2me. fascicule: Les Romancjers (1969)
c.- 3me. fascicule: Historiens, dramaturges
et doctrinaires (inedit)
tome IV.- Apog6e du Mouvement Indig6niste
a.- ler. fascicule: Les Ind6pendants (in6dit)
b.- 2me. fascicule: Les Ecrivains de la Revue
Irdigenes et de la Revue
les Griots (in 6dit)
c.- 3me. fascicule: Les indig6nistes r6volt6s (en prep.)











tome V.- L'Epoque contemporaine
a.- ler. fascicule: Les poetes (en pr6p.)
b.- 2me. fascicule: Les prosateurs (en pr6p.)
Panorama de I'Ecole Indig6niste (1965)


morceaux choisis d'auteurs haftiens (in6dits)
a.- ler. fascicule: Les pionniers L'Ecole de
1836 L'Ecole Patriotique
b.- 2me. fascicule: La Gdndration de la Ronde
c.- 3me. fascicule: Apog6e du movement indig6niste
d.- 4me. fascicule: L'Epoque contemporaine
tresors de la litt6rature haitienne
a.- Les Cents plus beaux poemes d'amour de
la litterature haftienne
b.- Les Cents plus beaux poemes de combats
de la litterature hai'tienne
c.- Une d6cennie de po6sie haftienne (1962-1972)
d.- Les plus beaux po6mes chr6tiens de la
litt6rature haitienne.



















Achevi d'imprimer

ai I'atelier Fardin

Fontamara

BOX 2035

Port-au-Prince


le 31 juillet 1973
















Copie conform:
D. Fardin
BOX 2035
Port-au-Prince, Hati




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs